Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (9/9)
Author: Marmont, Auguste Frédéric Louis Viesse de, duc de Raguse, 1774-1852
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (9/9)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES
DU MARÉCHAL MARMONT
DUC DE RAGUSE

DE 1792 à 1841

IMPRIMÉS SUR LE MANUSCRIT ORIGINAL DE L'AUTEUR

AVEC

LE PORTRAIT DU DUC DE REISCHSTADT

CELUI DU DUC DE RAGUSE

ET QUATRE FAC-SIMILE de Charles X, DU DUC D'ANGOULÊME, DE L'EMPEREUR
NICOLAS ET DU DUC DE RAGUSE.

TOME NEUVIÈME



PARIS
PERROTIN, LIBRAIRE-ÉDITEUR
41, RUE FONTAINE-MOLIÈRE, 41

L'éditeur se réserve tous droits de traduction et de reproduction

1857

[Illustration: Portrait du Duc de Reichstadt.

Arrivé près de moi--par un joli sourire Tu me contais alors l'histoire
de mon père Tu sais combien mon âme attentive à ta voix s'échauffait au
récit de ses nobles exploits.]

[Illustration:

Mon cousin, le Roi m'ayant donné le commandement en chef de ses troupes,
je vous donne l'ordre de vous retirer sur le champ avec toutes les
troupes sur St. Cloud. Vous y servirez sous mes ordres. Je vous charge
en même temps de prendre les mesures nécessaires pour faire transporter
à Paris toutes les valeurs du trésor royal, suivant l'arrêté que vient
d'en prendre le ministre des finances. Vous voudrez bien prévenir
immédiatement les troupes qu'elles ont passé dans mon commandement.

Louis Antoine

De mon quartier-général à St Cloud le 29 juillet 1830]

[Lettre manuscrite du duc d'Angoulême, Louis-Antoine de France, fils du
comte d'Artois, datée du 29 Juillet 1830.]

[Illustration: St-Pétersbourg, 24 Septembre et 5 octobre 1830.

J'ai reçu avec intérêt mon cher Maréchal, la lettre pour laquelle vous
m'avez exprimé le désir de vous rendre en Russie. Je n'ai pas besoin de
vous dire, combien je déplore les événements qui ont nécessité cette
détermination de votre part, ni combien j'ai apprécié votre noble
conduite au milieu d'une si grande catastrophe. J'étais sûr de vous
retrouver toujours dans le chemin de l'honneur et animé d'une sentiment
invariable de dévouement à votre souverain. Persuadé comme vous l'êtes
de l'estime que je vous porte, vous ne doutez assurément pas de la
satisfaction que j'aurai, à vous l'exprimer de vive voix. Recevez en
l'assurance mon cher Maréchal, ainsi que celle de toute mon affection.

Signé: Nicolas.]

[Lettre manuscrite de l'empereur "Nicolas" au Maréchal Marmont.]



MÉMOIRES
DU MARÉCHAL
DUC DE RAGUSE



LIVRE VINGT-CINQUIÈME

1833-1838

SOMMAIRE.--Reprise de mes _Mémoires_.--Publication de mon voyage en
Orient.--Instances du général de Witt pour que je prenne du service en
Russie.--Le savant Fossombroni.--Couronnement de l'empereur et de
l'impératrice d'Autriche en Bohême.--Voyage en Bohême.--Richesses de la
Bohême.--Château de Rothenhof.--Château de Frauenberg.--Cristaux de
Bohême.--Fabrique de Leoner-Hain.--Prague.--Palais des
États.--Musée.--Bibliothèque.--Champ de bataille de Prague
(1757).--Fabriques de Prague.--Château de Brandeis.--Fabrique
Koeklin.--Château de Tetschen.--Toeplitz.--Voyage du roi de Prusse à
Toeplitz.--Eaux de Lobkowitz.--Le maréchal Paskewitz.--Établissement
métallurgique de Platz.--Carlsbad.
--Elbogen.--Eger.--Franzensbad-Koenigswart.--Marienbad.--Riesenstein.
--Champ de bataille de Znaïm.--Champ de bataille de Kollin.--Champ de
bataille de Lowositz.--L'empereur Nicolas.--Entrevue mystérieuse.--Les
contradictions de son caractère.--Pilnitz.--Trésor de Dresde.--Fabrique
de porcelaine de Saxe.--Suisse saxonne.--Camp de Pirna.--Freiberg.
--Colonie des Frères Moraves.--Friedland.--Koenigsgratz.
--Josephstadt.--Forges de Brünn.--Le Spielberg.--Marcheck.--Famille de
Lichtenstein.--Château de Malaczka, au prince Palffy.--Hiver à
Vienne.--M. le duc de Bordeaux.--Études sur les fours à puddler.

Deux choses ont occupé principalement mon esprit dans ces dernières
années: la rédaction des _Mémoires_ de ma vie et le récit du voyage que
j'ai fait en 1834 et 1835. Je m'étais imposé l'obligation de terminer
le premier ouvrage avant de quitter Vienne, en 1834, et je l'ai remplie;
car je regardais comme un devoir, avant de courir de nouveaux hasards,
de ne pas compromettre le sort d'une publication qui doit avoir quelque
poids dans l'histoire de mon temps. Seul vivant aujourd'hui parmi ceux
qui entourèrent, à son début dans la carrière, l'homme extraordinaire
qui a pesé d'une manière si puissante sur son siècle, et aucun de ceux
qui avaient la même position que moi auprès de lui n'ayant écrit, mes
paroles feront foi. J'espère que l'esprit de vérité qui m'anime donnera,
aux yeux de la postérité, un crédit mérité à mes écrits. Ayant été de
très-bonne heure, et pendant toute ma vie, acteur dans les plus grands
événements de cette période fabuleuse de dix-huit ans, pendant laquelle
tant de prodiges presque incroyables se sont succédé, jusqu'à ce que des
malheurs plus grands encore soient venus la terminer et la clore, j'ai
beaucoup vu, et sous le rapport des choses et sous celui des hommes.
Pourvu d'une bonne mémoire, et, par un bonheur extraordinaire, n'ayant
pas perdu un seul papier important, j'ai pu me rappeler les faits. Tous
les événements sont encore présents à mon esprit. La lecture de ces
_Mémoires_ servira donc à éclairer sur la valeur des déclamations de
cette foule de charlatans dont notre époque et notre pays sont remplis,
et qui, suivant les circonstances des temps et les intérêts du jour,
changent et modifient leur langage.

Le second ouvrage, le récit de mes voyages, doit être considéré comme
faisant partie de mes _Mémoires_; mais, la nature des objets qu'il
traite comportant une publication immédiate, puisqu'il s'agit de
questions actuelles, j'ai cru convenable de les faire paraître sans
retard. Sa composition avait été un objet de grand intérêt, et sa mise
au jour un motif de vives inquiétudes. Le rôle d'auteur que j'allais
prendre, et qui amène avec lui la critique, était fait pour m'intimider.
Mon nom pouvait réveiller des passions populaires et m'occasionner une
critique injuste et passionnée. Mes amis de Paris, dont l'attachement
pour moi est sincère, et dont les lumières m'inspirent la confiance à
juste titre, me déconseillaient cette publication; d'autres amis,
résidant à l'étranger, étaient d'un avis opposé. Après quelques
incertitudes, je me suis décidé à faire imprimer mon ouvrage, et je
rends grâces au ciel de m'avoir inspiré le courage de cette résolution.
Un concert de louanges de tous les partis, de journaux de toutes les
opinions, est venu me récompenser de mon labeur. Je n'avais pas rêvé un
succès pareil, et il a été un heureux épisode de ma pâle vieillesse.
Ainsi j'ai beaucoup à me féliciter d'avoir été, en 1834, à soixante ans,
entreprendre un voyage de plus de trois mille lieues, dans divers
climats. J'ai donné ainsi un emploi utile à quelques années, qui, sans
cela, se seraient écoulées dans l'oisiveté. J'ai ajouté à mes
connaissances; je me suis éclairé sur l'avenir d'un pays dont les
destinées seront pendant longtemps une grande préoccupation pour
l'Europe: j'ai réveillé les souvenirs de ma jeunesse; enfin j'ai eu
l'occasion de recevoir partout ces témoignages de considération et
d'estime qui, dans le malheur et l'infortune, sont bien plus flatteurs
encore que dans la prospérité. Je le répète, un dernier rayon de soleil
a éclairé ma vie, et j'ai trouvé les plus douces et les plus consolantes
sensations dans le voyage en lui-même et les souvenirs qu'il m'a
laissés, dans le travail de rédaction qui l'a suivi et dans le succès
qui a accompagné sa publication.

Une chose que je n'ai pas mise dans mes récits, et qui doit trouver sa
place ici, ce sont les efforts qu'à mon passage en Russie, et au milieu
des honneurs qui m'ont été rendus, le général Witt n'a cessé de faire
pour m'engager à entrer au service de Russie; mais, fidèle aux souvenirs
de ma jeunesse et aux affections de toute ma vie, je n'ai pas voulu
risquer d'être obligé de combattre contre mon pays, ou du moins de me
réjouir de ses malheurs et de ses revers. Moi, soldat dans toute mon
essence, j'ai eu, je l'avoue, la forte tentation de servir un souverain
que j'aime et que j'admire, qui m'honore de sa bienveillance, dans un
pays où la dignité dont je suis revêtu place au-dessus des plus grands
seigneurs, et dans les premiers rangs d'une armée qui est à la fois
nombreuse, belle et bonne. Je ne puis dissimuler que mon refus est un
des plus grands efforts de vertu que j'aie jamais eu à faire.

Mon retour de l'Orient fut suivi d'un séjour de plus d'une année en
Italie, qui m'a fait goûter des jouissances toutes particulières. Les
charmes du séjour de Rome, quand il est prolongé et libre de tous
devoirs, est inexprimable. En unissant les délices des rêveries à
l'étude des antiquités, je vivais entre des souvenirs de mille espèces
et le bien-être actuel que l'Italie peut seule donner. Des intérêts
sérieux me rappelèrent à Vienne en 1836.

En m'y rendant, je m'arrêtai à Florence, que je n'avais pas vue depuis
trente-six ans. Cette ville me parut, malgré son caractère particulier
et imposant, malgré ses palais forteresses qui, pour ainsi dire,
présentent son histoire en relief, malgré ses richesses et les
chefs-d'oeuvre des beaux-arts qu'elle possède, et le talent avec lequel
elle les fait valoir; elle me parut, dis-je, une ville d'un ordre
inférieur. Une circonstance particulière donna cependant de l'intérêt à
mon passage.

Je vis M. Fossombroni, un des savants les plus remarquables de notre
époque, grand géomètre, et qui, par une bizarrerie singulière de la
nature, ressemble extraordinairement, par sa physionomie, au célèbre
Lagrange, le savant le plus digne d'être comparé à Newton. Fossombroni,
autrefois chargé d'affaires de la cour à Florence, auprès du grand-duc,
dont il est aujourd'hui ministre, m'avait conduit, il y avait juste jour
pour jour quarante ans, à l'audience du grand-duc Ferdinand, père du
prince régnant, lorsque j'avais été envoyé auprès de ce souverain par le
général Bonaparte, au moment où l'armée marchait sur Livourne.

Ce qui me frappa le plus à Florence, ce fut le caractère de ses
habitants. Le peuple toscan possède les qualités des autres Italiens,
sans en avoir les défauts. Les vertus qui lui sont propres sont une
grande douceur, un esprit d'ordre, un respect sincère pour les lois et,
par-dessus tout, un goût exquis et une délicatesse de sensation
remarquable pour tout ce qui tient aux beaux-arts. Plus tard, dans
d'autres loisirs, je mettrai en ordre mes observations sur Rome et sur
Florence.

Aujourd'hui je veux arriver rapidement à une autre époque, où des
récits d'un intérêt général pourront m'occuper.

Après m'être arrêté quinze jours à Florence, je continuai mon voyage, et
je passai par Turin pour y voir quelques amis. J'y trouvai la marquise
de Podenas, qui y demeure, femme d'un esprit distingué, et qui est pour
moi l'objet d'une très-ancienne et très-constante affection. J'arrivai à
Vienne le 14 juillet. Le choléra y régnait alors avec une grande
intensité. C'était la seconde reprise, pire que la première, et qui
causa une mortalité fort grande. Mais, comme on s'accoutume à tout, même
aux plus grands maux, on ne s'en occupait plus, et à l'effroi le plus
immodéré avaient succédé dans la population l'indifférence la plus
absolue et la confiance la plus aveugle.

La cour se disposait à se rendre en Bohême, où l'empereur et
l'impératrice devaient être couronnés. Retenu à Vienne par la rédaction
de mon voyage, je ne pus m'y trouver et je le regrettai. Cette cérémonie
porte un caractère particulier et présente une circonstance unique au
monde, qui montre une galanterie dans les moeurs dont aucun autre pays
ne donne l'exemple. La cérémonie du couronnement de la reine est isolée.
Un jour particulier lui est destiné. Celui-là est entièrement consacré
aux femmes. Ce sont elles qui exercent les fonctions de leurs maris.
Elles règnent sans partage et sans contradiction, et, excepté le
capitaine des gardes qui ne change pas, tous les hauts dignitaires sont
représentés, toutes les charges sont remplies par des femmes.

L'empereur et les hommes sont rangés parmi les spectateurs. Le lendemain
tout rentre dans l'ordre, et chacun reprend sa vie habituelle et l'usage
des droits que la société lui a donnés.

L'hiver se passa d'une manière monotone, comme toujours, et ma
publication eut lieu au printemps. Je ne puis exprimer la jouissance que
j'ai éprouvée alors en entendant des voix unanimes s'accorder pour
apprécier mes observations, pour en reconnaître la justesse et
l'intérêt. Enfin je ne puis dire quel bonheur j'éprouvai en voyant même
mes ennemis politiques déposer leur haine et faire trêve à leurs
sentiments hostiles, pour m'adresser des compliments et me rendre
justice. Ce résultat a profondément touché mon coeur et m'a causé, je
l'avoue, un moment de bien-être que je ne me croyais plus capable de
jamais sentir.


VOYAGE EN BOHÊME

Je n'avais pas visité la Bohême, ce pays si curieux et si intéressant.
L'été de 1837 arrivé, je me déterminai à entreprendre ce voyage.
J'observai avec le plus grand détail une partie de cette province et
j'admirai la vigueur avec laquelle l'industrie s'y développe.
L'agriculture prospère dans certains cantons, mais dans d'autres elle
est assez négligée. En somme, cette province du royaume jouit d'une rare
prospérité qui va toujours croissant. La nature l'a dotée de richesses
naturelles très-grandes, et son industrie est déjà fort ancienne. Depuis
un demi-siècle elle fabrique, au plus bas prix, des cristaux supérieurs
à tout ce qui se fait en France, en Angleterre et dans les autres pays.
Des fabriques de toiles de coton et de toiles peintes, semblables à
celles qui existent dans notre Alsace, s'y sont élevées de tous les
côtés. Le combustible est partout au plus vil prix, car on peut
disposer, non-seulement de forêts qui semblent indestructibles, mais
encore de mines de charbon de terre de bonne qualité que l'on peut
regarder comme inépuisables. Le cercle de Pilsen n'est qu'un seul bloc
de charbon qui pourrait suffire à toute la consommation des fabriques
d'Europe. À côté de ces charbons, et partout, on trouve des minerais de
fer fort riches, qui alimentent une multitude de hauts fourneaux. Aussi,
de toutes parts, il s'en élève de nouveaux, et, malgré un accroissement
de produits qui paraît fabuleux, ils ne peuvent suffire aux besoins. Le
gouvernement est obligé d'accorder sans cesse la permission d'introduire
des fers étrangers. Un seul mot donnera un aperçu de cet état de choses.
Il y a vingt-cinq ans, la totalité de la fabrication des États
autrichiens, hormis la Hongrie, ne dépassait pas quatre cent cinquante
mille tonnes, et aujourd'hui elle est évaluée à plus de deux millions
cinq cent mille tonnes, et chaque jour on étend l'emploi du fer dans les
constructions civiles.

J'allai visiter d'abord les établissements du prince de Schwarzenberg,
et je partis de Vienne à la fin de juin. Les terres dont quelques
familles ont la possession sont dans des dimensions gigantesques,
tellement grandes, que ceux qui habitent la France auront peine à croire
à mes récits. Cependant ces domaines, tels grands qu'ils soient en
Bohême, en Moravie, en Gallicie, ne sont rien en comparaison de ceux de
Hongrie. Il faut excepter de cet état de choses l'Autriche haute et
basse et le Tyrol; car ces pays sont constitués tout autrement. Dans ces
dernières provinces les seigneurs ont conservé des droits seigneuriaux,
mais presque aucune propriété, et les paysans possèdent à peu près tout
le sol. Une influence fâcheuse sur les seigneurs, une erreur de
l'administration, ont contribué à multiplier outre mesure les colons.
Les grands propriétaires, qui sont le principe et le mobile de la bonne
agriculture, ont disparu sans retour. Il s'est fait au profit de
beaucoup de paysans de la Haute-Autriche de petites agglomérations,
parce que cette population, investie de grands priviléges, est devenue
riche; mais ailleurs, avec un bien-être suffisant, il n'en est pas de
même, et ni les seigneurs ni les paysans ne dépassent une certaine
aisance.

Les terres du prince de Schwarzenberg sont immenses, mais elles sont
loin d'être arrivées partout à toute leur valeur. Le climat de cette
partie de la Bohême est d'ailleurs le plus mauvais. Quoique situé au
midi de la province, son élévation la rend très-froide. La base de ces
vastes domaines consiste dans le duché de Krumau, qui lui donne de
très-belles prérogatives, entre autres celle d'avoir des troupes;
prérogative, au surplus, qu'il n'exerce pas et à laquelle il paraît
avoir renoncé par le fait. Les forêts qui couvrent les montagnes lui
appartiennent. Dans ces cantons, il en réunit cent quarante mille jochs,
c'est-à-dire à peu près cent mille hectares, dont l'exploitation se fait
par des coupes rases. L'aménagement est de cent et cent vingt ans;
système qui me paraît moins bon que celui suivi en France, où l'on
établit une réserve d'arbres de différents âges; mais peut-être est-il
convenable pour des forêts composées entièrement d'arbres verts, dont la
croissance est lente. Chaque joch de seize cents toises carrées donne un
produit de cent vingt cordes de cent huit pieds cubes.

Je me rendis à un charmant château destiné à l'habitation de printemps,
à Rothenhof, où je trouvai le prince et la princesse de Schwarzenberg.
J'avais traversé la ville de Budweis, située au milieu d'une immense
plaine, que possède presque en entier le prince de Schwarzenberg. La
ville de Budweis ressemble à toutes les villes de troisième ordre
d'Allemagne, toutes bâties sur le même plan.--Une place immense, des
arcades tout autour, des maisons bariolées avec pignon sur la façade,
voilà ce qui les compose. Cette ville renferme un dépôt d'artillerie. On
ne comprend pas pourquoi on a choisi pour cet objet une ville ouverte et
assez près de la frontière.

De Budweis je fus à Krumau, petite ville de six mille âmes, et chef-lieu
de duché. Ici le pays devient triste et sévère. Le château, bâti sur un
rocher escarpé entouré de la rivière qui, quoique encore près de sa
source, est bientôt navigable, domine la contrée. C'est une immense
maison sans architecture. Un assez grand jardin français est placé sur
les montagnes voisines. Pour parvenir à les lier avec le château, on a
construit, sur des voûtes superposées et qui traversent le vallon, un
corridor d'une largeur prodigieuse et qui sert de route couverte pour
s'y rendre.

C'est une belle chose que le château, comme monument de famille. Il est
d'un bon effet à voir et à montrer; mais, comme habitation, il me paraît
un des séjours les moins agréables que l'on puisse choisir. Aussi les
possesseurs actuels ne l'habitent-ils jamais. Le printemps et l'été, ils
résident à Rothenhof et l'automne à Frauenberg, château situé au
commencement du plateau qui domine la plaine de Budweis, au-dessus de la
Moldau qui coule à son pied, et au milieu des plus magnifiques campagnes
de l'Europe. Le vallon qui conduit de Krumau à Rothenhof est charmant,
silencieux et sauvage, sans être triste. Il offre de beaux points de vue
et présente une riche et belle végétation.

Le château est d'une dimension bornée; mais le jardin, très-vaste,
renferme les arbres les plus beaux et les plus précieux.

Dès le lendemain, nous partîmes, le prince et moi, pour la tournée que
nous avions projetée. Les terres que nous allions parcourir sont
habitées par environ vingt mille sujets. Tous lui doivent de nombreuses
corvées[1], mais qui se rachètent, pour le plus grand nombre, en argent
et à fort bas prix. Chaque ménage doit cinquante-deux jours de travail
avec un attelage, ou le double avec un simple ouvrier. On n'exige en
nature que la quantité absolument nécessaire à l'exploitation des
domaines du seigneur, ou bien, dans le cas de refus d'un paysan, que de
payer en argent le prix de sa corvée au taux fort équitable. Ces
corvées, qui aujourd'hui choquent si fort nos habitudes, ont cependant
été originairement avantageuses à chacun. Elles sont le résultat d'un
pacte, d'un traité dont les conditions ont été favorables aux deux
parties contractantes. Un seigneur avait des terres et manquait de bras
pour les cultiver; des paysans avaient des enfants et point de terres
pour les occuper: chacun a donné à l'autre ce qui lui manquait.

[Note 1: Supprimées en 1818, et par toutes les lois postérieures. Toutes
les corvées ou redevances féodales ont été évaluées en argent et
représentées par un capital dont un tiers payé par l'État, le deuxième
tiers par le corvéable, et le troisième tiers au compte de l'ancien
seigneur propriétaire, qui, se trouvant ainsi son débiteur pour un
tiers, a dû se contenter des deux tiers, qui lui sont payés en
obligations de l'État hypothéquées sur les terres libérées. (_Note de
l'Éditeur._)]

Des forêts aussi vastes que celles du prince de Schwarzenberg, mais
situées à une aussi grande distance des lieux de grande
consommation, ne peuvent donner des revenus qu'autant qu'on trouve les
moyens de transporter les bois au loin. Aussi tous les ruisseaux
affluents des plus grandes rivières sont-ils disposés pour amener à ces
rivières les bois en même temps que le tribut de leurs eaux.

De petits étangs destinés à fournir une masse d'eau suffisante, et le
redressement du cours des ruisseaux, ont résolu la question d'une
manière facile et économique. Mais les bois ne peuvent aller qu'en
Bohême d'une manière naturelle, puisque telle est la direction de tous
les cours d'eau, et, l'abondance du bois étant très-grande dans cette
province, ils y sont d'une faible valeur. Dans ces contrées du midi de
la Bohême, il n'y a aucun minerai de fer à portée. On a remplacé les
usines à fer par de nombreuses manufactures de cristaux qui jouissent de
la plus grande prospérité. Cependant elles sont encore insuffisantes
pour assurer la consommation, à un prix convenable, de ces combustibles
si abondants. On a donc cherché le moyen de faire arriver les bois en
Autriche et à Vienne, où un prix assez haut leur est assuré. À cet
effet, on a profité d'un col peu élevé qui permet de passer du bassin de
la Moldau dans celui du Danube, pour construire un canal à mi-côte de la
chaîne qui sépare les deux provinces. Il a été placé à une assez grande
hauteur pour pouvoir franchir le col, et assez bas pour recevoir autant
que possible les eaux et les bois supérieurs. Afin d'en augmenter encore
l'usage, on a établi dans les localités favorables des plans inclinés,
et au moyen de chariots qui font contre-poids et dont les uns s'élèvent
tandis que d'autres s'abaissent, les bois sont transportés ainsi de la
Moldau dans un canal d'où ils sont jetés dans un ruisseau flottable qui
les conduit sur le bord du Danube. Là ils sont embarqués pour Vienne sur
de grands bateaux. Cette exploitation fait arriver chaque année dans
cette ville trente mille cordes de bois au moins.

Le canal est un travail vraiment monumental. Commencé par le grand-père
du prince Adolphe, il a été terminé par le prince Joseph. Sa longueur
est de vingt-sept mille toises; sa largeur au fond est seulement d'une
toise, et aux bords supérieurs il en a deux. Sa profondeur est
considérable. Placé à mi-côte, il est très-favorable à l'irrigation des
prairies, chose d'une importance capitale et qui occupe beaucoup le
possesseur actuel. Le canal parcourt un tunnel de deux cent vingt toises
pour éviter un contre-fort qui l'eût allongé beaucoup. Tout le système
de flottage est très-développé, très-bien entendu. C'était le seul moyen
de tirer un parti convenable de ces immenses forêts.

Le prince Adolphe s'occupe avec ordre de l'administration de ses terres.
Il a adopté pour système de réduire le plus possible la culture directe
à laquelle il est obligé de se livrer. Aujourd'hui, les terres qui sont
labourées à son compte ne dépassent pas dix-huit mille jochs ou dix
mille hectares; mais il y a quarante mille jochs en prairies dont il
récolte les produits ou qu'il loue en nature. Ses troupeaux de mérinos
s'élèvent à cinquante mille têtes. Ses étangs factices, qui tour à tour
sont mis en culture ou empoissonnés, lui rendent cent trente mille
francs. Les brasseries figurent dans ses revenus pour cent quarante
mille francs, et enfin il paye cinq cent mille francs d'impôts.

Tels sont les éléments de cette fortune colossale qu'une bonne
administration rendrait plus considérable encore. Il y aurait mille
détails intéressants dans lesquels je pourrais entrer; mais j'ai cru
devoir me borner à présenter les masses et les résultats.

Les belles manufactures de cristaux dont le pays est rempli prospèrent
beaucoup. Depuis bien des années, cette industrie est propre à la
Bohême. Les fabriques françaises leur sont très-postérieures et ne les
égalent pas dans la beauté des produits. La blancheur, l'éclat des
couleurs, les mettent aussi bien au-dessus des fabriques anglaises, où
l'on emploie le plomb de préférence à la chaux.

Le verre est un sel double de silice combiné avec la potasse ou la soude
et de silice combiné avec la chaux ou le plomb. Quand on emploie la
potasse au lieu de soude, le verre peut se dissoudre dans l'eau. Aussi
le bon verre est-il toujours fabriqué avec la soude, ce qui le rend plus
cher.

Chaque jour de nouvelles fabriques s'élèvent. Elles sont au compte des
fabricants, et le seigneur, dont elles portent le nom, n'y est que pour
l'emplacement qu'il a fourni. Le bois, qu'il leur vend à un prix fixe,
leur assure un affouage. Nous allâmes en visiter plusieurs, et en
particulier celle qui porte le nom de Leoner-Hain, buisson de Laure (la
princesse de Schwarzenberg s'appelle Laure), et nous y couchâmes.

En 1833, rien n'existait encore dans ce lieu. Un fabricant de grand
talent, je dirai même de génie, fils d'un simple ouvrier, nommé Mayer,
l'a créé comme par enchantement. Un pays sauvage et triste a été
transformé en un vallon gracieux. Trois fourneaux ont été élevés; trente
ouvriers et cent quatre-vingt-treize tailleurs ont reçu de l'emploi. Les
plus beaux ouvrages sortent de leurs mains et sont donnés au public au
prix le moins élevé. Cependant ce fabricant redoute la concurrence de la
France pour ses exportations en Italie.

M. Mayer a modifié d'une manière avantageuse la construction des
fourneaux. Il est l'inventeur de la belle couleur bleue, dont, au
surplus, il fait un secret. Il m'a donné les renseignements suivants sur
la manière dont on opère dans sa fabrique. Le travail est continu, et
les fourneaux ne sont éteints qu'après un roulement de vingt-huit à
trente semaines. Chaque fourneau contient sept pots; les matières
premières, silice, potasse ou soude et chaux, y sont placées. Vingt ou
vingt-quatre heures sont nécessaires pour que la pâte soit dans l'état
convenable. Alors les ouvriers viennent la mettre en oeuvre. Après dix
heures de travail environ, les pots sont vides. On les remplit de
nouveau, et les ouvriers vont se reposer jusqu'au moment où le travail
recommence.

Je visitai ensuite plusieurs établissements d'agriculture. J'ai trouvé
les bêtes à laine de bonne espèce, mais de petite taille. Deux faits
m'ont paru curieux: on nourrit à la paille les vaches, en soumettant
auparavant la paille à une fermentation qui dégage de l'alcool et lui
donne, au moment où on la distribue, une température assez élevée. À cet
effet, on la place par lits successifs et saupoudrés de sel. Ces lits
sont mouillés et pressés convenablement dans des cuves de trois pieds de
haut, ouvertes sur un des côtés. Au bout d'un certain temps, lorsque la
paille exhale une odeur alcoolique, on la distribue au bétail, qui mange
cette nourriture avec plaisir. Par ce procédé, les vaches donnent
beaucoup de lait, et l'on obtient une grande économie. On m'a dit aussi
que les vaches nourries au seigle vert donnaient quatre fois plus de
lait que celles nourries au trèfle vert.

Enfin, avant de quitter les établissements du prince de Schwarzenberg,
j'ai été voir une mine de graphite, qu'il exploite avec avantage. Sa
profondeur est de cent pieds. Il y a un appareil d'épuisement mû par une
machine à vapeur. Chaque année, on extrait de dix à douze mille
quintaux, que l'Angleterre consomme en très-grande partie.

Je quittai Rothenhof le 2 juillet, et je pris la route de Prague.
Pendant les deux premiers tiers, le pays est varié et ondulé; les
sommets et les coteaux sont couverts de bois, et l'aspect du paysage est
assez beau; une culture soignée l'embellit constamment. En approchant de
Prague, le pays change de caractère; des plateaux élevés et nus
environnent la ville et la cachent à la vue.

Le Hradschin seul, bâti sur le plateau de la rive gauche de la Moldau,
offre un coup d'oeil magnifique. La ville, au premier abord, paraît
immense, mais dépeuplée. Son enceinte fortifiée, qui est peu de chose,
ne doit être considérée que comme un camp retranché.

J'allai voir les autorités, le grand burgrave, comte de Choteck, qui se
mit à ma disposition pour me faire voir ce que la ville renferme de
curieux. Je vis aussi le commandant de la province, un émigré français,
comte de Poullié, qui a pris un nom allemand et s'appelle aujourd'hui
comte de Mensdorff. Il a fait une grande fortune en épousant une
princesse de Cobourg, soeur du duc régnant, et se trouve ainsi
beau-frère du roi des Belges, oncle de la reine d'Angleterre, du roi de
Portugal, du duc de Nemours, etc.

Cette division de l'Allemagne en petites souverainetés, dont les princes
sont d'un rang égal à celui des têtes couronnées, produit des alliances
extraordinaires et qui donnent à l'aristocratie allemande un caractère
particulier. La fortune élève quelques-uns de ces princes
intermédiaires, tandis que la pauvreté ou le hasard abaisse les autres;
et il se trouve que, entremêlés en même temps dans des familles de
gentilshommes et de rois, de simples particuliers appartiennent de
très-près à de grands souverains: ce qui relève la noblesse et abaisse
ceux qui occupent des trônes.

Il résulte au moins de cet inconvénient un avantage, c'est de rappeler à
ceux-ci que, s'ils sont l'objet du respect et des hommages, ils ne sont
cependant pas étrangers à l'humanité, comme certains individus de race
royale, bien connus de moi, en sont convaincus.

La ville de Prague mérite l'examen le plus attentif. Elle porte le
cachet d'une grande capitale déchue, mais qu'une industrie vivace relève
et enrichit. La beauté de ses palais, dont l'architecture rappelle
l'Italie, lui donne une physionomie imposante.

Le Hradschin, quartier le plus ancien de la ville, renferme le palais,
la cathédrale, le musée et les habitations des principaux seigneurs.

Le palais est vaste, mais sans architecture et sans caractère. J'ai
visité la salie d'où, au commencement de la Réforme, on jeta par les
fenêtres divers membres des États, qui furent la plupart sauvés par une
espèce de miracle. La salle de représentation et de cérémonie est grande
et belle, quoique un peu basse et d'un décor mesquin. La salle des
fêtes, dite d'Espagne, est magnifique et dans les plus belles
proportions. Joseph II, qui avait le besoin de tout rabaisser, de
flétrir tout ce qui a de la grandeur et rappelle de grands souvenirs,
avait transformé le palais en caserne; mais François Ier, mieux inspiré,
a rétabli les choses telles qu'elles étaient autrefois.

La cathédrale touche le château. Le choeur seul a été construit; la nef
et les bas-côtés sont restés en projet. Ainsi cette église est petite,
mais d'un beau gothique. De nombreuses chapelles, très-ornées, en
environnent le pourtour. Un saint Venceslas, duc de Bohême, y a son
tombeau. L'église est sous l'invocation de saint Jean Népomucène, saint
en grande vénération dans le pays. La famille royale de France, exilée,
qui, pendant son séjour à Prague, remplissait ses devoirs de piété dans
cette église, lui a fait cadeau de beaux ornements. Charles X, entre
autres choses, lui a donné un ostensoir d'un travail estimé, qui pèse
quinze livres. Un beau tableau est placé sur le maître autel: il est de
Jean de Maubeuge et représente saint Luc faisant le portrait de la
Vierge.

De la cathédrale j'ai été voir le musée. La salle de peinture se compose
de tableaux fort nombreux, réunis dans le même local, et appartenant à
divers particuliers. On conçoit qu'avec de pareils éléments on n'ait pas
été difficile sur l'admission. Il y a cependant un beau Titien, des
Carlo Dolce, et particulièrement de belles choses de l'école allemande.

Après la galerie, j'ai visité le musée national, réunion d'objets
précieux, fondé et entretenu par une société. En général, beaucoup
d'établissements créés dans l'intérêt du bien public sont fondés aux
frais des particuliers. Il y a chez les seigneurs de Bohême beaucoup de
patriotisme et de sentiments généreux dans l'intérêt de la gloire
nationale. Une collection de minéraux et d'objets d'histoire naturelle,
établie par ordre scientifique, et donnée par le comte de Sternberg,
savant distingué, fondateur et bienfaiteur de cet établissement, s'y
trouve placée. La bibliothèque, qui s'augmente chaque jour, renferme six
cents manuscrits précieux. Il y a aussi une collection complète de
médailles et monnaies de la Bohême, qui ne réunit pas moins de six mille
pièces. L'étude de ces monnaies et médailles serait d'un grand intérêt à
divers titres.

Je désirais voir le champ de bataille du 6 mai 1757, où le grand
Frédéric remporta une victoire signalée sur l'armée autrichienne. Le
lieutenant-colonel Rondolphe, du régiment de la Tour, vint me prendre
pour m'y conduire avec les cartes et plans nécessaires. Le prince
Charles de Lorraine commandait l'armée autrichienne, qui était de dix
mille hommes plus forte que l'armée prussienne; mais les dispositions de
ce général furent telles, que la victoire devait lui échapper. Jamais
armée ne fut conduite d'une manière plus stupide. Le roi de Prusse
arrivait par la gauche de la Moldau avec trois corps d'armée, et venait
de Saxe. Le feld-maréchal de Schewerin commandait deux corps et venait
de Silésie. La jonction de ces deux parties de l'armée prussienne
exigeait donc le passage des deux rivières, la Moldau et l'Elbe. L'armée
autrichienne, placée entre ces deux rivières, séparait l'armée
prussienne, et se trouvait couverte, d'un côté, par l'Elbe, et, de
l'autre, par la Moldau; et cependant la possession de Prague lui donnait
le moyen, selon l'occurrence, de manoeuvrer sur les deux rives de la
Moldau.

Le bon sens voulait que l'armée autrichienne allât camper à deux lieues
de Prague, observant à la fois les deux armées ennemies, pour accabler
la première qui franchirait une des rivières, tandis qu'elle mettrait
obstacle au passage de l'autre. Elle pouvait encore prendre un autre
parti: c'était, en jetant un détachement de sept à huit mille hommes
pour mettre obstacle au passage de la rivière par Schewerin, d'aller,
sans perdre un moment, attaquer et accabler le roi de Prusse, en
débouchant de Prague et en descendant la rive gauche de la Moldau. De
cette manière, elle lui eût opposé une force double de la sienne, et,
selon toutes les apparences, elle aurait été victorieuse, puisqu'elle
combattait avec des forces si supérieures et surprenait son ennemi dans
son mouvement. Au lieu de cela, elle resta à Prague et sous le canon de
cette ville.

Le roi de Prusse franchit, le 4 mai, sans obstacle et sans livrer aucun
combat, la Moldau à deux lieues de Prague, tandis que Schewerin
traversait l'Elbe à Brandeis le 5. Ainsi la jonction des deux corps fut
opérée. Pour témoigner, on pourrait le croire, le mépris qu'il portait à
l'ennemi qu'il avait devant lui, le roi de Prusse effectua un mouvement
qui aurait dû lui être funeste. Il fit une marche de flanc de plusieurs
lieues en vue de l'armée ennemie; puis il fit tête de colonne à droite
et vint se former parallèlement, en tournant le dos à l'Elbe, en face de
Prague, à une lieue de cette ville, s'éloignant ainsi de son point de
passage, et renonçant, par cette manoeuvre, à toute communication
assurée avec les troupes qu'il avait laissées à la garde des ponts. Le
6, il attaqua, en enveloppant la droite des Autrichiens, et donnant plus
d'extension à sa gauche.

Les Autrichiens se placèrent de la manière la plus absurde et semblèrent
surpris, bien que les mouvements des Prussiens fussent à leur
connaissance depuis plusieurs jours. Ils mirent la cavalerie à leur
gauche, c'est-à-dire sur un terrain difficile, coupé, dans des fonds
dont elle ne pouvait sortir, tandis que la droite, placée en l'air, dans
une plaine découverte, fut accablée par la cavalerie prussienne. Le
terrain qui couvrait leur gauche, et qui était la clef de la position,
et d'où, en débouchant, les Autrichiens auraient pu mettre les Prussiens
dans un grand embarras, fut occupé faiblement par quatre bataillons
seulement. Ils restèrent dans cette mauvaise formation en attendant.
Attaqués, ils se battirent d'abord bravement, mais sans confiance.
Chacun sentait le vice des dispositions, et tout se mit en désordre
quand la cavalerie prussienne eut tourné l'aile droite.

Le prince Charles de Lorraine fut tellement saisi de l'ensemble de ces
événements, qu'il en eut un coup de sang. Jamais général ne fut plus
inepte que lui; jamais général ne fut plus imprudent que le roi de
Prusse; car celui-ci eût mérité de perdre sa réputation sur ce champ de
bataille. En effet, indépendamment de ce que je viens de dire, sa
position était pire, puisque le général Schewerin était suivi de Daun,
qui prenait l'armée prussienne à revers. Mais Frédéric savait à qui il
avait affaire.

La vue de ce champ de bataille m'a inspiré des réflexions que souvent
les circonstances ont renouvelées dans mon esprit. C'est qu'une bonne
armée est bien à plaindre quand elle est confiée à des hommes
incapables. Le courage, l'instruction et la discipline ne suffisent pas.
Il faut savoir mettre en oeuvre les éléments de succès. Quelle que soit
la richesse des métaux, les ouvrages d'art ne reçoivent un haut prix
que de la main d'un habile ouvrier. L'armée autrichienne semble avoir
été destinée de tous temps à subir les plus fortes et les plus pénibles
épreuves, sans jamais se décourager et sans renoncer à l'espérance
d'avoir à sa tête un homme digne de la commander.

La bataille de Prague gagnée, Frédéric s'occupa à faire le siége de la
ville; mais, après six semaines, il ne put parvenir à la prendre. La
bataille de Kollin, livrée et perdue par lui, le força à lever le siége.
Cette bataille avait dépendu d'un mouvement semblable à celui de la
bataille de Prague. L'armée prussienne avait professionnellement défilé
pendant plusieurs heures devant l'armée autrichienne en position. Cette
fois, le roi de Prusse fut puni de sa confiance; mais on ne comprend pas
qu'un homme tel que lui ait exécuté une semblable manoeuvre. On comprend
qu'une armée vienne se former sur le flanc de son ennemi; et cela,
exécuté par des colonnes qui marchent parallèlement et se déploient
simultanément hors de la portée du canon, est un bon mouvement. Leur
direction détermine d'avance cette position; mais elle n'est pas le
résultat d'une défilade qui allonge les colonnes, opère un décousu
funeste, et donne le moyen à l'ennemi d'en profiter.

D'un autre coté, l'armée prussienne devait avoir de bien mauvais
ingénieurs pour avoir échoué devant Prague, à peine digne du nom de
place. Dominée de très près par la montagne de Ziska, qui forme un
très-beau plateau, cette ville ne prendrait de l'importance que si un
camp retranché y était construit. Un système de tours, comme à Lintz,
occupant toutes les hauteurs, serait merveilleusement adapté à cette
localité. Prague en serait le réduit, et une armée qui envahirait la
Bohême ne devrait ni dépasser cette ligne de défense, ni rester quelque
temps dans cette province avec sûreté, puisque l'armée qui y serait
renfermée, ne pouvant être bloquée, aurait toujours la facilité de
déboucher, après avoir été renforcée, par telle direction qu'elle
voudrait sans se compromettre, pour se porter sur la ligne d'opération
de l'ennemi.

Le reste de mon séjour à Prague fut employé à voir les fabriques qui, de
tous côtés, s'élèvent dans cette ville, favorisées par le bas prix du
combustible et la protection efficace de l'administration. Un Anglais
fournit au commerce d'excellentes machines à vapeur. Les fabriques de
toiles peintes prospèrent et se multiplient. Une seule fournit deux cent
quatre vingt mille pièces par an, et on imprime jusqu'à quatre couleurs
simultanément, au moyen de quatre cylindres qui se suivent et dont les
dessins se correspondent. Une fabrique de capsules, établie par un
Français qui y a perdu la vue par suite d'une explosion, fournit ces
objets à la consommation entière de la Bohême, et vend pour plus de
trois cent mille francs de ses produits, à raison de vingt-trois francs
les mille capsules. Une fabrique de tulle anglais, appartenant aussi à
un Français, donne de beaux produits et emploie d'ingénieuses
mécaniques.

Je fus voir la bibliothèque publique, qui est en fort bel ordre et
renferme quatre-vingt-seize mille volumes. On y trouve un plafond peint
à fresque qui présente une illusion d'optique curieuse dont je n'ai pu
me rendre compte. En le regardant de différents côtés, il produit un
effet entièrement nouveau et semble indiquer un mouvement tout autre.
L'École des beaux-arts est placée dans l'étage supérieur. Elle est peu
de chose, mais elle réunit un assez grand nombre d'élèves.

Je terminai mes courses par la visite de l'École polytechnique et de
l'imprimerie. Le premier établissement, fort important, est formé à
l'instar de celui de Vienne. L'enseignement de toutes les sciences
mathématiques et physiques appliquées aux arts y est complet. Le nombre
des élèves qui suivent les cours varie de six cent à mille.
L'imprimerie, qui compte un personnel de cinquante-deux compositeurs et
possède un beau matériel consistant en plusieurs presses à main et en
deux presses mécaniques, exécute un travail considérable avec une grande
rapidité. Les exemplaires en sortent par milliers dans la journée. On y
imprime aussi des ornements de plusieurs couleurs au moyen de planches
qui se décomposent pour recevoir les couleurs, et se recomposent de
manière à n'en plus former qu'une seule pour imprimer, et présentant
ainsi une surface plane. Il y a à Prague un dernier établissement qui
est digne de la curiosité des étrangers: c'est la maison de réclusion et
de travail. Elle est tenue avec économie et propreté. Rarement ceux qui
en sortent y reviennent, attendu que l'instruction morale qu'ils
reçoivent les améliore. Leur travail, qui consiste dans la production de
quelques objets de fantaisie, leur prépare un petit capital d'environ
cinquante florins pour le moment où ils reçoivent leur liberté. Le
système pénitentiaire porte sur la nourriture: elle s'améliore avec la
conduite et varie suivant que celle-ci est bonne ou mauvaise.

Je partis, le 6, pour me rendre à Toeplitz; mais je pris une route plus
longue que celle qui y conduit directement, afin de voir un pays plus
beau et d'une plus grande étendue. Je passai l'Elbe à Brandeis, séjour
momentané de madame la duchesse de Berry. Le château de Brandeis, sur la
rive droite de ce fleuve, avait été la propriété du duc de Reichstadt.
De Brandeis je fus à Iung-Bunzlau, bourg situé dans un pays charmant, et
qui renferme plusieurs manufactures, tandis que d'autres
très-considérables existent dans les environs; une, entre autres,
établie depuis longtemps par un Français, M. Koeklin, frère de celui de
Colmar, qui tisse la toile de coton et l'imprime. Elle présente une
invention très-économique. Une dépense assez considérable dans ces
sortes d'établissements, c'est l'achat et le remplacement des cylindres.
Ils sont ordinairement en cuivre, et la gravure en est très-chère.
Chaque cylindre revient à six cents francs, et sa valeur est nulle quand
on ne veut plus tirer d'exemplaires du dessin qu'il représente. M.
Koeklin a imaginé de se servir de cylindres en plomb dans lesquels il
incruste en relief les dessins en métal fusible à basse température. À
cet effet, il dessine sur un morceau de bois de tilleul le sujet qu'il
veut reproduire. On le creuse avec facilité et correction, ce bois ayant
un grain fin et n'offrant aucune dureté. Une fois creusé, on y coule du
métal fusible, et on l'incruste dans les parties du cylindre en plomb,
ouvert pour recevoir la queue des pièces coulées.

Le dessin en relief dépasse la surface du cylindre, comme les caractères
d'imprimerie, la planche sur laquelle ils sont montés. Un cylindre
placé sur un métier est enveloppé d'un morceau de drap, ainsi qu'un
autre cylindre, destiné à répandre la couleur sur la partie saillante du
cylindre d'impression. Tout le système étant mis en mouvement,
l'impression se fait d'une manière nette. Le fond de l'étoffe est blanc,
ou a reçu d'avance la couleur qu'il doit avoir.

L'inventeur compte mettre en mouvement jusqu'à six cylindres destinés à
composer un même dessin de couleurs différentes. Cette invention est
admirable par la beauté du travail et le bas prix des objets fabriqués.
On change de cylindres presque sans aucun frais, puisque le plomb des
anciens peut être refondu et sert à en fabriquer de nouveaux. Toute la
dépense pour mettre un cylindre en état d'imprimer ne revient pas à
cinquante francs. Chaque moule en bois peut servir sans inconvénient à
couler cent fois des caractères semblables.

Je continuai ma route par Neuschloss, en traversant un pays rempli de
petites montagnes variées, pittoresques, charmantes, et renfermant
autant de bois qu'il en faut pour les décorer et pour laisser voir une
belle culture, exécutée par une population dont la physionomie annonce
le bien-être de l'aisance. Cette seigneurie appartient à un comte de
Kaunitz, qui doit hériter du titre de prince, en devenant chef de cette
famille.

Le pays reste le même, et devient plus beau encore aux environs de Leipa
et de Nogda. Dans ce dernier bourg, il y a un dépôt de verrerie alimenté
par les fabriques des environs; mais les produits n'en sont pas si beaux
que ceux de Leonor-Hain, dirigé par M. Mayer. Un contre-fort boisé, qui
se prolonge, en se détachant du plateau de la Saxe, se présente ensuite,
et doit être franchi, si l'on veut revenir sur les bords de l'Elbe. Je
couchai à Kaunitz, lieu appartenant au prince de Kinski, et, le
lendemain matin, j'arrivai au château de Tetschen où j'étais attendu.
Rien de plus enchanteur que les environs de cette petite ville: la
position du château est charmante, et ce qui ajoute au plaisir de s'y
trouver, c'est d'y rencontrer une famille extrêmement aimable et
distinguée, celle du comte de Thun, qui en fait les honneurs
admirablement bien. Madame de Thun, née comtesse de Brüll, appartenant à
la famille du ministre de l'électeur de Saxe de ce nom, qui était si
fastueux, est âgée et presque aveugle; mais c'est une des femmes les
plus aimables que j'aie jamais connues.

De beaux jardins entourent le château et suivent les bords de l'Elbe. De
superbes serres, plus grandes que celles qu'un particulier entretient
ordinairement, donnent des ananas d'une grosseur extraordinaire, et qui
pèsent jusqu'à trois livres.

Parti du château dans l'après-midi, j'allai coucher à Toeplitz, et je
m'arrêtai un moment le coeur serré et triste à Culm, lieu où commença la
série des désastres qui nous accablèrent en 1813 et 1814. J'y revins
quelques jours plus tard pour étudier, sur le champ de bataille même,
l'histoire des événements de cette époque, et je ne négligeai rien pour
reconnaître les lieux et constater les faits. Je n'en parlerai pas ici,
ayant placé tout ce qui a rapport à cette partie de la campagne de 1813
dans les récits de mes _Mémoires_. Je dois dire cependant que je les ai
retouchés et modifiés depuis les études que j'ai faites sur les lieux et
les convictions que j'y ai acquises.

Toeplitz, ville charmante, située à deux lieues de Tetschen, est placée
au milieu d'un magnifique vallon. Rien de plus riche, de plus riant et
de mieux cultivé; il n'y manque que des eaux courantes. Les eaux
thermales de Toeplitz sont trop connues pour qu'il soit besoin d'en
parler. Très-efficaces pour les rhumatismes et la goutte, elles sont
fréquentées par des malades de toute l'Europe, mais particulièrement par
les Prussiens, qui en sont les plus à portée. Le feu roi
Frédéric-Guillaume, depuis plus de vingt ans, n'avait jamais manqué d'y
venir passer un mois chaque année, il était plus souverain de ce
territoire que l'empereur lui-même. Une foule de ses sujets, qui
n'avaient pas la facilité de le voir à Berlin, s'y rendaient pour lui
faire leur cour, et entre autres son beau-père, le comte de Harrach,
père de la princesse de Lignitz, qui n'avait pas la permission d'habiter
la capitale. Le roi se promenait dans les jardins du château, et à midi
il tenait sa cour dans la grande allée, où chacun se rendait, et où l'on
se formait en cercle.

Le roi me reçut avec la plus grande bienveillance et me traita avec
beaucoup de distinction. L'habitation du prince Clary est belle, sans
être magnifique. Les jardins sont d'une dimension suffisante, bien
dessinés et bien plantés. Des sources mesquines alimentent des pièces
d'eau assez grandes, mais dont l'eau n'est pas claire.

La princesse Clary, née Choteck, faisait très-bien les honneurs de
Toeplitz, et se soumettait, je crois, avec un plaisir que je n'ai jamais
compris aux exigences de la vie de cour que la présence du roi rendait
nécessaire. À sa place je me serais fait bâtir une jolie et simple
habitation à la maison de chasse, située à une lieue. J'y aurais résidé
habituellement et je serais venue de temps en temps au château de
Toeplitz pour y tenir mes grands jours.

Je visitai les environs de Toeplitz, et d'abord j'allai voir Bilin,
immense et vilain château, appartenant au prince de Lobkowitz. Une chose
qui vaut mieux que son habitation, c'est une source d'eau gazeuse, qui
lui rend assez d'argent. On vient la boire sur place, et il en expédie
environ cent mille bouteilles par an. Ce qui n'est pas bu est employé à
extraire de la magnésie. À cet effet, on remplit de grandes chaudières à
évaporation. On allume le feu sous les chaudières, et on les tient
pendant quatre semaines en évaporation, en remplaçant chaque jour l'eau
évaporée par de l'eau nouvelle. Après ce temps, on arrête le feu, et on
place cette eau ainsi enrichie dans des cuves. En peu de moments la
magnésie se précipite et l'on décante. La pâte est placée dans des
formes de bois, et, quand elle est sèche, on livre la magnésie au
commerce. Cette industrie facile donne au prince un revenu de vingt-cinq
mille florins. Un autre établissement, formé aussi à Bilin par le prince
de Lobkowitz, et qui prospère, sans être arrivé à la perfection, est une
manufacture de sucre de betteraves qui se lie d'une manière utile à la
culture des terres voisines qui lui appartiennent.

J'allai visiter le magnifique château de Duchs, appartenant à un comte
de Waldstein, de la famille du Waldstein dont le nom est historique.
Dans la cour se trouve un bassin orné d'un groupe très-beau, construit
avec le bronze des canons pris aux Suédois. Le château renferme de
superbes tableaux, une belle bibliothèque et une collection d'objets de
prix. De ce château, il y a quelque vingt ans, était bibliothécaire le
célèbre aventurier Casanova, qui a écrit des mémoires forts licencieux,
mais très-amusants.

Pendant mon séjour à Toeplitz, je renouvelai connaissance avec le
maréchal Paskewitch. Je le vis beaucoup, et nous nous convînmes
réciproquement. Sa conversation m'intéressait extrêmement. Je lui
trouvai une grande simplicité et une netteté dans les idées qui me
frappa. Les récits de ses campagnes en Perse et en Turquie ont rempli
beaucoup d'heures, qui m'ont paru très-agréables. C'est un homme
distingué qui, je crois, mérite la réputation dont il jouit; chose rare
dans tous les temps, et peut-être plus aujourd'hui que jamais! Quand il
parle guerre, il est dans son élément, et sa bonne foi en racontant est
surtout remarquable. Le maréchal Paskewitch est né, en 1782, à Pultawa,
lieu célèbre dans l'histoire de Pierre le Grand.»

Je partis de Toeplitz pour Carlsbad; mais en m'y rendant je me détournai
pour aller voir la principale terre du prince de Metternich, Platz, où
il possède des établissements métallurgiques, de grandes forêts, des
mines de fer très-riches et de bonne qualité. Des houillères voisines
lui donnent du charbon fossile au plus bas prix. Un haut fourneau qui
fait de la sablerie et une douzaine de marteaux étaient en activité.
Jamais établissement n'a été dans des conditions naturelles plus
favorables, mais jamais aussi on n'en a tiré moins de parti. Son
fourneau ne donnait presque aucun produit par l'ignorance et le peu de
zèle de ses employés. Le jour où il aura un homme capable, il se créera
dans cette terre d'immenses revenus. Cinquante-six villages dépendent de
cette seigneurie, autrefois domaine des Célestins. Le château se compose
d'un immense et magnifique couvent.

J'arrivai le 20 juillet à Carlsbad. Cette ville, qui est peu ancienne,
est bâtie dans un vallon étroit qui rappelle celui de Plombières, dans
les Vosges. Une longue descente amène du plateau dans le fond de la
vallée, et les flancs des montagnes ainsi que leurs sommets sont
couverts de bois qui, traversés par de beaux chemins, offrent des
promenades charmantes en vue des bords de la rivière. Les points les
plus élevés sont la croix sur la rive droite, et le saut du Cerf sur la
rive gauche. On dit que Charles IV, chassant dans ce pays un cerf qu'il
poursuivait, fut forcé de se précipiter du haut d'un rocher et tomba
dans la vallée. Cette circonstance y fit découvrir les sources d'eaux
chaudes qui s'y trouvent. Elles sont toutes de même nature, mais avec
des degrés de force différents. Elles renferment du carbonate de soude
et plusieurs autres substances. Elles ressemblent aux eaux de Vichy, en
Bourbonnais. La source principale, celle de Sprugl, a une température de
59° et se boit à cette chaleur. Elle sort verticalement avec violence et
jaillit d'une manière inégale, mais périodique. Des espèces de
pulsations se succèdent, croissent et forment une série qui recommence
de la même manière. Sa saveur est nulle, mais sa puissance est
très-grande. Elle agit avec efficacité dans les embarras du foie, et
produit des miracles quand on en a vraiment besoin; mais elle peut être
aussi très-funeste. Elle cause quelquefois des congestions cérébrales et
des attaques d'apoplexie. Au moindre vertige, il faut en suspendre
l'usage, sous peine de mourir promptement.

Cette source a présenté un phénomène qui prouve l'étendue des
communications souterraines de notre globe. Lors du tremblement de terre
de Lisbonne, en 1755, elle s'arrêta tout à coup, et son cours fut
suspendu pendant vingt-quatre heures.

Je trouvai beaucoup de monde de ma connaissance à Carlsbad, et la
présence de quelques amis que j'y rencontrai me causa un grand plaisir.
Carlsbad est entouré de fabriques dans toutes les directions. On en
voit d'importantes. Il y a une fort belle fabrique de porcelaines,
située à une lieue dans la vallée; mais une autre plus belle et plus
considérable est placée à Elbogen, petite ville très-pittoresque, située
sur le chemin d'Égra. Toutes ces manufactures sont élevées avec
économie. Aucun luxe de construction ne s'y remarque; aussi
prospèrent-elles.

La composition de cette porcelaine est parfaite, et peut être comparée à
ce qu'il y a de mieux en Europe. On sait que plus la proportion
d'alumine est forte et moins il y a de silice, plus la porcelaine est
parfaite. La porcelaine est un sel double d'alumine, de silice et de
potasse. Les procédés de fabrication sont les mêmes que partout; mais on
emploie pour certains objets de très-grande dimension, pour les vases
qui sortent de grandeur ordinaire, un procédé qui mérite d'être connu.
Un moule fait en plâtre se compose de deux parties, qui se joignent
hermétiquement. On emplit le vase d'une pâte liquide et, au bout de
quelques minutes, on le vide. Toute la partie liquide qui a touché le
moule s'est solidifiée, le plâtre du moule ayant absorbé l'eau de la
pâte. On donne au vase l'épaisseur que l'on veut, en augmentant le temps
pendant lequel on laisse la pâte liquide dans le moule; mais tout cela
est l'affaire de quelques minutes. Quand il est suffisamment sec, on
sépare les deux parties du moule et on cuit le vase. La porcelaine faite
ainsi est seulement un peu moins douce; mais, pour en déguiser les
inconvénients, on polit l'ouvrage extérieurement avant de le mettre au
feu, quand la pâte est encore un peu molle, avec une règle flexible et à
la main. À Elbogen, j'ai vu imprimer sur porcelaine; le procédé est
simple et ingénieux.

On opère sur le biscuit qui n'a été qu'au dégourdi et qui est encore
poreux. On se sert d'un papier fort, enduit d'un mastic. On imprime sur
le mastic au moyen d'une plaque gravée en cuivre. L'impression faite,
l'empreinte prise se trouve présenter l'image renversée; mise sur le
biscuit, elle se trouve redressée. Le papier se détache par le lavage,
sans emporter la moindre parcelle de la couleur entièrement absorbée par
le biscuit. Le vernis est donné ensuite et l'objet est cuit. Si on y
ajoute un petit filet d'or, il faut cuire de nouveau. On sait que, pour
dorer, on dissout l'or dans l'eau régale, puis on le précipite avec du
sulfate de fer. Il en résulte une matière noire qui, combinée avec de
l'huile, donne la couleur dont on se sert. Exposé au feu et bruni à la
main, l'or est mis à nu et reprend sa couleur et son éclat.

Arrivé à Égra, j'allai visiter la chambre où Waldstein fut assassiné à
l'insu de ses gardes. La maison est restée la même, et l'on montre
encore par quelle issue les assassins pénétrèrent jusqu'à lui. Ce
logement n'était guère en rapport avec ce qu'on nous raconte de son
faste. On m'a montré aussi à la maison de ville l'une des deux
hallebardes qui servirent à le tuer; l'autre est à Duchs. On a conservé
également à la maison de ville l'épée qu'il faisait porter devant lui.
J'allai coucher à Franzensbad, situé à deux lieues d'Égra.
L'établissement est frais et bien planté, mais placé au milieu d'une
immense plaine triste et monotone. Il y a sept sources, toutes froides,
gazeuses et ferrugineuses. On les dit salubres comme moyen tonique. On
les boit et on prend aussi des bains, avec les eaux seules ou bien avec
des boues de marais fortement imprégnées de ces gaz, et dont le mélange
est fait après avoir suffisamment chauffé l'eau. Une chose nouvelle pour
moi et dont je n'avais jamais entendu parler, ce sont les bains de gaz.
Il y a des ouvertures d'où un gaz abondant, venant par-dessous terre,
est conduit par des tuyaux à robinet dans des baignoires fermées, où on
le reçoit et où l'on se soumet à son action.

Les environs de Franzensbad ou Francisbad présentent deux choses
remarquables. Une partie de la plaine est composée d'enveloppes
d'animaux microscopiques, qui forment un sable impalpable de phosphate
calcaire. Il est de même nature que celui des environs de Postdam, en
Silésie, et des bords de la mer Glaciale. Les Lapons le font entrer en
partie dans la fabrication de leur pain. L'autre chose, c'est le cratère
d'un volcan éteint, qui semble avoir été un volcan sous-marin. À une
distance assez considérable autour de lui, le terrain ne se compose que
des cendres qu'il a vomies.

Je partis de Franzensbad pour me rendre à Koenigswart, château du prince
de Metternich, où il m'avait donné rendez-vous. Je trouvai le pays mieux
que sa réputation ne me l'avait fait supposer. Il est sévère, mais il a
du mouvement; les montagnes sont bien boisées; tout est cultivé dans les
plaines. Une eau abondante et réglée arrose de très-belles prairies.

Le château est vaste, mais sans aucune architecture; c'était autrefois
une espèce de grande ferme. Le prince de Metternich l'a fait réparer,
augmenter, embellir, et c'est aujourd'hui une habitation bonne et
convenable. Elle se compose d'un corps de logis et de deux ailes formant
le fer à cheval. Chaque aile est terminée par deux tours carrées qui
viennent d'être élevées. La maison était couverte en bois; on y a
substitué une couverture en tôle. Une fort belle chapelle, d'un bon
style et très-grande, a été également construite par le prince. Elle
est ornée d'objets d'art et renferme des dons pieux du pape, entre
autres le corps d'un saint martyr contenu dans un très-beau sarcophage
fait avec du granit provenu des débris de l'église Saint-Paul hors des
murs, qui fut brûlée il y a quelques vingt années. L'intérieur du
château est sans luxe, mais confortable.

Les jardins sont beaux, et, le prince n'ayant pas tenu à les enclore, on
a eu toute facilité pour les créer. On a pu se dispenser de former des
réunions qui auraient été nécessaires. Le prince s'est contenté de faire
construire de belles allées, de faire planter beaucoup d'arbres, et de
régler les eaux par des retenues et des canaux qui les distribuent
convenablement. Chaque jour les embellissements augmentent, et ils
peuvent être sans limites, puisque, par le système suivi, on peut
s'étendre autant qu'on le veut. De très-belles pièces d'eau, de
différents niveaux, occupent les environs immédiats du château. Une
ligne de rochers granitiques situés au midi, dont le sommet et les
pentes sont couverts de superbes arbres, dont les masses sont traversées
par de belles allées, offre une promenade charmante où le soleil ne
pénètre jamais. Une croix, objet de dévotion pour toute la contrée,
existant de tout temps, est placée sur le haut du plateau en face et
au-dessus de la maison. De nombreux pèlerins s'y rendent chaque jour
dans la belle saison et viennent y prier. Ils psalmodient en s'y rendant
et en traversant les jardins. Je ne sais si, à la longue, ces nombreux
visiteurs ne finiront pas par importuner; mais momentanément ces actes
de piété et ce mouvement donnent à cette localité une physionomie
particulière qui n'est pas sans quelque charme. Cette croix est couverte
par un arceau gothique; deux autres en face, ouverts et garnis de
lianes, servent aux pèlerins. Beaucoup d'_ex-voto_ y sont suspendus, et,
rappelant les bienfaits reçus, attribués à la puissance des prières
faites au pied de cette croix, ils donnent de la confiance à ceux qui
souffrent. On vient de loin la visiter.

En général la population des États autrichiens est très-portée à des
actes de piété, qui peut-être ne sont pas toujours en harmonie avec les
bonnes moeurs; mais chacun fait ce qui lui plaît, et personne ne blâme
ni ne ridiculise des actions dont l'apparence au moins est toujours
pure. On ne trouve ni extraordinaire ni mauvais que l'homme, dont la vie
est toujours si remplie de peines cherche le moyen de les soulager et
choisisse ceux que son coeur lui inspire.

Je passai près de quinze jours à Koenigswart. La vie y est agréable et
remplie de liberté. Le prince de Metternich est le plus agréable maître
de maison que je connaisse; son château ne désemplissait pas de
diplomates, arrivant pour l'entretenir d'affaires, et de gens
considérables, qui, des eaux voisines, venaient sans cesse le visiter.

Marienbad, situé à deux lieues et aux confins mêmes de la terre de
Koenigswart et aux limites du Thiergarten, fournissait surtout un grand
nombre de visiteurs. J'allai plusieurs fois voir ce séjour charmant,
chaque année le rendez-vous de la meilleure compagnie de l'Europe. C'est
une toute nouvelle création qui appartient à l'abbaye de Toepel. Un
bassin circulaire, environné de bois, situé au pied des montagnes, en
arrière d'un défilé, en forme l'emplacement. À la circonférence sont
bâties les maisons, et au milieu se trouve un jardin public bien planté.
Plusieurs sources d'eau gazeuse et ferrugineuse froides en sont la
richesse. Une quantité énorme de ces eaux s'exporte, et cette petite
localité, qui était naguère un marais, est le principe d'un revenu
très-considérable que l'on évalue à plus de trois cent mille francs.
Tout le pays est rempli des mêmes richesses d'eaux minérales. Dans le
seul territoire de la terre de Koenigswart, on compte deux cent
vingt-cinq sources de différentes qualités.

Elles peuvent devenir d'un riche produit. Il faudrait seulement créer
des établissements pour les administrer et recevoir des étrangers, et
ensuite les mettre en réputation au moyen de médecins estimés.

Le prince de Metternich a un goût décidé pour les collections. Les
objets d'art curieux lui plaisent, et, quand il est en mesure de le
faire, il ne manque jamais de les acquérir. Beaucoup de choses rares se
trouvent dans son musée de Koenigswart; mais ce goût décidé a donné lieu
à une circonstance fort bizarre.

Le bourreau d'Égra, par un caprice singulier, avait aussi le goût des
médailles et des monnaies antiques. Il avait passé sa vie à en former
une collection, particulièrement de toutes celles qui se rattachent à
l'histoire de Bohême. Le prince de Metternich, qui en fut informé, lui
fit proposer de la lui vendre, et cet homme consentit à la lui céder
pour une rente viagère, à condition qu'il suivrait ce trésor, objet de
son amour et de ses soins; qu'il en serait le gardien et deviendrait le
démonstrateur de son cabinet. Le marché fut conclu et le bourreau
d'Égra, passé au service du prince, vint habiter son château. Le prince
m'avait dit un jour qu'il avait cet homme pour son commensal et son
serviteur, et j'avais cru longtemps à une plaisanterie de sa part; mais
je trouvai effectivement l'ancien bourreau en fonction d'antiquaire chez
lui. C'était, au surplus, un fort bon homme, qui avait apprécié son
métier d'une manière tout à fait particulière. Pendant plusieurs jours,
il me fut impossible de l'approcher; ce contact me faisait une espèce
d'horreur. Petit à petit, mes préventions s'effacèrent, et j'en vins
jusqu'à lui parler de ses anciennes fonctions, sur lesquelles il donne
volontiers tous les détails qu'on lui demande. Ses anciens instruments
de supplice sont là classés et servent à ses explications. Sur
l'observation que je lui fis de la répugnance qu'un homme tel que lui
devait avoir éprouvé quand il était chargé d'ôter la vie à l'un de ses
semblables, il me répondit avec chaleur que ses fonctions étaient
augustes. Il était la loi vivante et se trouvait dans une bien meilleure
condition qu'un juge criminel qui peut condamner un innocent. Lui ne
pouvait se tromper dans l'exécution de ses devoirs. Cet homme singulier
était un descendant direct du célèbre Jean Huss, brûlé à Prague à
l'époque de la Réforme pour crime d'hérésie, et il approuvait beaucoup
le traitement qu'avait subi son aïeul.

De Koenigswart je partis pour la Haute-Autriche, en prenant la route de
Pilsen, et j'allai faire une visite au comte et à la comtesse de
Staremberg dans leur château de Hans, belle et noble habitation, bien
tenue, mais sans luxe, et située dans le plus délicieux pays du monde.
Rien de comparable à la Haute-Autriche, car on y trouve réunis les
avantages qui, ailleurs, sont presque toujours séparés. Un pays
pittoresque est ordinairement pauvre; un pays riche est monotone. Ici
les plus beaux accidents d'une nature variée offrent aux yeux de
magnifiques paysages, et partout on voit des prairies, de la verdure, de
la richesse. Aucun paysan en Europe ne saurait être comparé à ceux de
cette contrée. Un village ne s'y compose pas d'un amas de vilaines
maisons, mais d'un territoire où les habitations des cultivateurs sont
éparses dans la campagne et placées sur la terre même que les
propriétaires cultivent. Souvent une de ces maisons a douze croisées de
façade; quarante ou cinquante arpents de terre admirablement cultivés
l'environnent, et une palissade, qui forme un enclos de ce domaine, la
sépare de la campagne environnante. Souvent le sol est mauvais; mais, à
force d'engrais et de soins, on obtient des récoltes magnifiques. J'ai
vu, à cet égard, des prodiges incroyables. Enfin il y a tel simple
paysan qui a un revenu de deux mille florins, indépendamment de la
consommation en nature nécessaire à l'entretien de sa famille.

En opposition de ce tableau, on est frappé du degré d'abaissement où est
tombée la grandeur déchue des seigneurs. De très-belles habitations
rappellent ce qu'ils étaient autrefois; mais, aujourd'hui, ces vestiges
d'une puissance évanouie sont bien souvent une charge au-dessus de leurs
forces. Il est telle terre dont les revenus entiers suffiraient à peine
au seul entretien du château. Marie-Thérèse, qui avait une prédilection
marquée pour la Haute-Autriche, supprima une grande partie des corvées,
les réduisant à seize par an, et son influence détermina les seigneurs à
se dessaisir de leurs biens-fonds pour y placer des paysans.

Il est résulté de la succession des années que les redevances et les
bois ont seuls formé les revenus des seigneurs. Partie des redevances
est même payée aux seigneurs, en papier, tandis que ceux-ci sont tenus
de payer en argent au fisc l'impôt qui y correspond; chose d'une
injustice tellement monstrueuse, qu'il est presque incroyable qu'elle
ait été commise et puisse encore subsister. De cette manière, il est tel
seigneur qui paye plus qu'il ne reçoit et serait plus riche s'il
abandonnait à l'État sa propriété. Je passai quelques jours à Hans d'une
manière pleine d'agréments. Le général de Staremberg, bon soldat, franc,
ouvert, loyal et grand chasseur, m'entraîna dans des expéditions qui me
rappelèrent les goûts de ma première jeunesse. La comtesse de
Staremberg, née comtesse de Kaunitz, est arrière petite-fille du grand
ministre de Marie-Thérèse. C'est une femme aimable et spirituelle.
Quelques personnes du voisinage ajoutaient à l'agrément de nos soirées.

Une autre habitation charmante des environs est le château de Schwerberg
et un autre bien plus grand, bien plus beau, un des plus remarquables
châteaux féodaux qui existent au monde, est celui de Weinberg,
appartenant tous deux à la famille de Türheim, famille noble et d'une
grande ancienneté, devenue pauvre. Ces deux châteaux furent plusieurs
fois l'objet de nos excursions. Mais je dois encore parler d'un autre
château en ruine, Riesenstein, appartenant, et venu par héritage, au
comte de Staremberg, et qui est le sujet d'une chronique intéressante.

Le château de Riesenstein, ancienne forteresse défendant la vallée,
placé sur un rocher et distant d'une heure de Hans, fut bâti, il y a
environ deux cent cinquante ans. Alors un préjugé fantastique existait,
et l'on croyait que, pour rendre une forteresse imprenable, il fallait
placer au milieu des murs, quand on la construisait, un enfant vivant.
Le fils d'un riche paysan disparut, et le père ne douta pas que son fils
n'eût servi d'holocauste à la sûreté de son seigneur. Dans son
désespoir, il résolut de s'en venger. La balle meurtrière du père
infortuné enleva la vie au seigneur; mais, peu de jours après, en
faisant la moisson, on découvrit les restes de l'enfant qui avait
disparu. L'assassin, bourrelé de remords, alla s'accuser de son crime et
fut condamné à être pendu. Avant de subir son supplice, il fit abandon
de sa fortune pour construire une chapelle où un mausolée serait élevé
au seigneur de Riesenstein, et où une messe serait dite à des époques
fixes de l'année pour le repos de son âme. La chapelle fut en effet
construite au milieu du château fort. Le mausolée s'y voit encore et
représente la victime avec sa cuirasse percée des balles qui lui ôtèrent
la vie. La messe se dit régulièrement aux époques qui ont été fixées par
la fondation.

Je vins retrouver à Krummisbaum des amis avec lesquels je passais
toujours une grande partie de mes étés. Plus tard, je revins encore dans
ces contrées pour me rendre à Frauenberg, chez le prince de
Schwarzenberg, afin d'assister à ses grandes chasses d'automne, d'où je
retournai à Vienne dans le courant de décembre.

Mon hiver s'écoula, comme de coutume, à Vienne. Je partageais mon temps
entre les études, qui remplissent à peu près exclusivement ma vie, et
une société bienveillante; mais le printemps m'apporta de douloureux
chagrins. J'étais lié intimement depuis bien des années avec le comte et
la comtesse Valentin Esterhazy. Le comte ne jouissait pas d'une bonne
santé. Il souffrait d'un embarras dans la circulation qui autorisait de
graves inquiétudes. Sa fin fut prématurée. Il disparut de ce monde
lorsqu'on s'y attendait le moins. Une attaque d'apoplexie l'enleva,
après une agonie de plusieurs jours. C'était un homme d'esprit, d'un
jugement sûr et d'une grande bonté, universellement aimé, et pour lequel
j'avais une tendre et sincère amitié. La comtesse, femme de bien,
possédant les plus hautes qualités et une grande séduction, sincèrement
attachée à son mari, fut frappée de cet événement, qui a laissé chez
elle une empreinte douloureuse et mélancolique, que, jusqu'à présent,
rien n'a pu entièrement effacer. Plongée dans une profonde douleur, elle
se décida à aller passer, chez une de ses parentes, dans un château en
Hongrie, la plus grande partie de l'été, afin de se trouver à proximité
pour se livrer à des actes de piété au caveau de famille où son mari
avait été déposé.

Cette mort prématurée changea toutes les habitudes de ma vie. Je me
disposai à voyager. Une occasion de revoir l'empereur de Russie, que je
cherchais depuis longtemps, se présentait. L'empereur venait à Toeplitz
pour y prendre les eaux. Le 10 juillet, je partis pour m'y rendre. Cette
fois je pris la route directe en passant par Znaïm et Iglau.

J'arrivai à Znaïm le 11 juillet, et j'allai visiter le champ de
bataille où j'avais combattu, juste jour pour jour, vingt-neuf ans
auparavant, et sur lequel j'avais reçu le bâton de maréchal. Les faits
sont tellement encore présents à mon esprit, qu'il me fut facile de
reconnaître toutes les localités, et j'éprouvai une sensation profonde
et délicieuse qui me rappelait mon heureuse jeunesse. Je continuai mon
chemin et je traversai un plateau triste et monotone. Cette partie de la
Bohême, quoique riche, est cependant la moins belle. La partie riante,
variée et pittoresque de cette province, forme une ceinture qui
l'enveloppe dans les deux tiers de son pourtour, et qui commence aux
frontières de la Bavière au midi, finissant en passant par le nord à la
Moravie.

Je traversai le champ de bataille de Kollin où le grand Frédéric fut
battu par le général Daun, six semaines après avoir gagné la bataille de
Prague. Son armée était inférieure à l'armée autrichienne. Il trouva
celle-ci en position, et voulut la tourner par une manoeuvre de flanc
exécutée à portée de canon. Les Autrichiens se disposaient à la
retraite, quand un général prussien, qui était à la droite et dont le
rôle était défensif, descendit de sa position pour attaquer. L'armée
autrichienne fut obligée de rester, et la bataille s'engagea sous
d'autres auspices que ceux sous lesquels le roi avait commencé son
mouvement. Une défaite complète en fut le résultat pour les Prussiens.
Mais, cette désobéissance du général prussien n'eût-elle pas eu lieu, on
ne pouvait guère espérer autre chose du plan suivi par Frédéric; car on
ne peut concevoir un mouvement plus dangereux, plus délicat, plus
difficile que la manoeuvre opérée à Prague. Pour qu'elle pût réussir une
fois et à plus forte raison plusieurs, il fallait avoir en tête un
général stupide. Or le général Daun valait incomparablement mieux que
son devancier, le prince Charles de Lorraine.

J'arrivai à Prague où je ne restai qu'une journée, et je continuai ma
route pour Toeplitz, en passant par Theresienstadt. Je traversai encore
un autre champ de bataille de la guerre de Sept-Ans, celui de Lowositz,
où le grand Frédéric obtint un brillant succès.

Le 19, l'empereur et l'impératrice de Russie arrivèrent à Toeplitz, et,
le 20, j'eus l'honneur de les voir, et dans le jardin, et le soir au
bal. Ils m'accueillirent avec une extrême bonté, et j'en éprouvai un
véritable bonheur. Le sentiment que je porte à l'empereur Nicolas est
exempt de tout intérêt. Il est le résultat de la haute estime que j'ai
pour son caractère, pour la pureté de ses intentions, car je crois que
le mobile de toutes ses actions est l'idée d'un devoir. Si quelquefois
il dépasse, aux yeux de la multitude, les limites d'une sévérité que
semble prescrire la saine raison, je suis convaincu que c'est avec
répugnance qu'il se soumet à des mesures qu'il regarde comme des
nécessités commandées par sa conscience. Il est enthousiaste de tout ce
qui est beau, grand, généreux. Sa tendresse pour les siens et sa
bienveillance pour ceux qui l'entourent prouvent la bonté de son coeur.
J'éprouvai donc un véritable bonheur de l'approcher encore une fois
avant de mourir. Je le remerciai de nouveau de toutes les bontés dont
j'avais été l'objet pendant mon voyage dans la Russie méridionale.
L'impératrice me reprocha avec une grande amabilité de n'avoir pas fait
un détour pour aller les visiter, et ce ne fut pas la première fois qu'à
mes propres yeux je reconnus ce tort.

Chaque jour je rencontrais l'empereur, et chaque jour il me renouvelait
l'expression de sa bienveillance. Mais je ne fus pas admis à le voir en
particulier, ni M. de la Ferronnays non plus, qu'il aime beaucoup, parce
qu'il ne voulait pas laisser supposer qu'il se livrait à quelques
intrigues. Il entretint seulement ce dernier deux fois mystérieusement
dans le jardin pour lui parler du duc de Bordeaux, une fois avant le
voyage que M. de la Ferronnays fit à Kirchberg, et une fois à son
retour. Et, chose surprenante, avec l'apparence d'une résolution
constante qui doit tout renverser, il se laisse arrêter journellement
par les plus petits obstacles et les plus minces considérations. Il
reconnaît le gouvernement de Louis-Philippe, et a de bons rapports
politiques avec lui, en même temps qu'il ne peut se résoudre à prononcer
son nom. Il rencontre deux hommes qu'il aime et qu'il estime, la
Ferronnays et moi; il leur témoigne ses sentiments; mais il ne peut leur
accorder le charme d'une intimité qu'il apprécie beaucoup, de peur de se
compromettre. Avec un esprit distingué, une instruction étendue, et un
caractère qui, dans les circonstances importantes, montre une grande
force, il y a quelque chose d'incomplet en lui. Je me contentai donc de
profiter de toutes les occasions de le voir, de l'approcher et de
satisfaire les besoins d'une vive affection qui avait été l'unique objet
de mon voyage.

L'impératrice resta deux jours seulement à Toeplitz; l'empereur, après
avoir pris les bains, se mit en route, le 10 août, pour la rejoindre aux
eaux de Kreis, en Bavière, où elle s'était rendue. Deux jours après, je
quittai Toeplitz, où je n'avais plus rien à faire et j'entrepris un
petit voyage en Saxe, pour y vivre encore de souvenirs; car telle est la
seule nourriture morale et intellectuelle qu'il me soit permis de
prendre avec plaisir aujourd'hui.

Je me rendis à Dresde, par Culm et Peterswald, lieux de si tristes
souvenirs pour moi. À peine arrivé à Dresde, je courus revoir le champ
de bataille célèbre où la fortune nous réservait ses dernières faveurs.
Je reconnus avec facilité et avec un certain plaisir tous les lieux. Les
événements se représentaient nettement à ma pensée. Jamais le point
élevé d'où nous sommes tombés ne se montra ainsi à moi d'une manière
plus éclatante. Une fois ce devoir rempli envers ma vie passée et les
temps héroïques de ma jeunesse, je résolus de consacrer plusieurs jours
à voir ce que Dresde renferme de plus curieux, et le pays de choses
intéressantes.

Avant de commencer cette tournée, j'allai faire ma cour au roi et à la
famille royale et dîner à Pilnitz, résidence d'été. Le château est
célèbre dans nos annales et rappelle nos premiers troubles, et les
projets insensés que les souverains de l'Europe conçurent contre notre
indépendance et notre liberté, mais dont le résultat fut si loin de
répondre à leurs espérances. Ce château, d'une construction bizarre,
paraît peu agréable à habiter. Il se compose d'une suite de pavillons et
d'appartements qui ne forment pas de système. De vastes carrés, dont le
milieu est rempli de verdure, forment les alentours du château et
présentent un spectacle agréable à la vue. Je trouvai le roi un homme
instruit, poli, aimable, et toute la famille royale d'une grande
bienveillance. Là est un naturaliste distingué, le prince Jean, son
père, un poëte, et la princesse Amélie, un auteur dramatique dont les
ouvrages ont du succès sur tous les théâtres de l'Allemagne. La famille
royale était augmentée de l'archiduchesse Sophie, dont la vue me fut
très-agréable. Comme mon séjour habituel à Vienne me met souvent dans le
cas de la rencontrer, elle me traita avec une extrême bienveillance. Je
vis aussi cette pauvre princesse Augusta, fille du feu roi, victime de
sa fidélité à Napoléon. Elle me parla avec tristesse de l'époque où je
lui avais été présenté, époque bien voisine des désastres qui devaient
tous nous accabler.

On peut appliquer à la Saxe un proverbe italien qui semble avoir été
fait pour les princes qui l'ont gouvernée: «_I principoni hanno soldati
e cannoni, i principini palazzi e quadri._» Que de richesses accumulées
dans cette ville; que d'objets d'art y sont réunis! N'ayant vu Dresde
qu'au milieu des événements de la guerre, je n'en avais qu'une
très-faible idée.

Je commençai par visiter la superbe galerie de tableaux qui s'y trouve
et j'y consacrai trois jours.

Après la galerie de Paris et les deux galeries de Florence, celle des
Offici et celle du palais Pitti, celle de Dresde est sans contredit la
plus belle de l'Europe. Les plus rares chefs-d'oeuvre y sont réunis;
mais on ne peut que déplorer le peu de soins qui préside à leur
conservation. Plus de cinq cents tableaux de l'école italienne s'y
trouvent réunis, et à leur tête on voit la célèbre Madone de San Sisto,
l'un des plus beaux ouvrages de Raphaël. On ne peut se lasser de
l'admirer. Aucune _Vierge_ de Raphaël n'a plus de dignité, de grandeur,
et n'est, à mon avis, plus en harmonie avec la destination divine
qu'elle a reçue. Celle de la Sedia a peut-être plus de douceur, mais
elle est plus femme; celle de Dresde est plus divine.

Des Corrége admirables abondent dans cette galerie, et entre autres la
_Sainte Nuit_, puis un _Saint Georges_, où la force et la grâce sont
réunies. Paul Véronèse, dont le style est si pur, a fourni un grand
nombre d'ouvrages, et l'_Adoration des Mages_ est sans doute un de ses
chefs-d'oeuvre que j'ai vus et revus, et toujours avec le même plaisir.
Les _Noces de Cana_, du même auteur; une admirable _Sainte Cécile jouant
de l'orgue_, de Carlo Dolce; une superbe _Vénus_ de Palma Vecchio; la
_Femme adultère_, de Marone; deux de Palma Vecchio; une _Esther à genoux
devant Assuérus_, de il prete Genovese; un _Saint Matthieu
l'Évangéliste_, d'Annibal Carrache; l'_Ascension de la Vierge_, du même
auteur, sont les tableaux qui m'ont le plus frappé; mais il y en a
encore un grand nombre qui sont dignes d'être comparés à ces
chefs-d'oeuvre, il faudrait écrire un livre entier pour rendre compte de
toutes ces richesses. Indépendamment de ces admirables tableaux de
l'école italienne, il y en a aussi un grand nombre de très-estimés de
l'école allemande, et entre autres d'Albert Dürer. Tout en appréciant
beaucoup leur beauté, je me dispenserai d'en dire davantage ici: mais un
voyageur amateur de peinture devrait consacrer au moins quinze jours à
voir ces chefs-d'oeuvre pour les graver dans son souvenir.

J'allai visiter le trésor, objet digne de la plus grande curiosité.
Nulle part il n'existe, réunies, autant de choses précieuses en objets
d'or du moyen âge et des quinzième, seizième et dix-septième siècles. On
y voit des vases de vermeil de la plus belle forme, des coupes de toutes
les espèces et de toutes les dimensions. Parmi les choses curieuses, il
y a un globe terrestre, soutenu par Atlas, monté sur un pied qui
renferme une mécanique cachée, destinée à le mettre en mouvement. Le
globe se divise, et la partie inférieure, servant de tasse à boire,
vient se présenter d'elle-même successivement à chaque convive. On ne
pouvait pas donner des dimensions plus grandioses à la débauche. On se
rappelle que l'électeur de Saxe, roi de Pologne, était aussi
remarquable par son faste que par ses moeurs dissolues.

Beaucoup d'ouvrages des premiers maîtres de la Renaissance sont dans
cette collection, et entre autres des Benvenuto Cellini. Les diamants
sont d'une rare beauté. Leur valeur, comme gage (car ils ont été
plusieurs fois employés à procurer passagèrement des ressources
financières), est de quatre millions, ce qui porte leur valeur marchande
à six millions, ou vingt-quatre millions de francs. Le trésor de la
couronne de France n'est estimé que quinze millions.

J'allai voir ensuite la collection des armes anciennes. Elle est
complète et rangée avec art, et, comme tout le reste, sur une échelle
immense. On voit dans cette collection les armures de tous les princes
de la maison de Saxe qui ont régné, des garnitures de chevaux souvent en
pierres de couleur, et en particulier un équipage de cheval très-beau,
avec une paire de pistolets donnés par Louis XIV, un sabre et une armure
de Sobieski. Ce sabre est d'une longueur démesurée et en même temps
recourbé. Enfin on y remarque des souliers d'une Comnène et des hottes
de Napoléon (placées sous verre).

Le conservateur prétend que les petites armes à feu ont été inventées à
Dresde, et il montre un pistolet sans bois, qu'il assure avoir été le
premier fabriqué. Le feu y prend par une forte friction d'une verge dans
un canal étroit. Les pistolets et les fusils à rouet étaient à peu près
dans le même cas; un mouvement rapide du cylindre sur des lames d'acier
produisait des étincelles. Une princesse de Saxe, fille d'Auguste le
Fort, a laissé à ce musée une partie de sa toilette.

Il me restait à voir les statues et la collection des porcelaines,
réunies dans un palais dit du Japon, belle maison, située sur le bord de
l'Elbe à Neustadt. Elle renferme quatre cents statues ou bustes, presque
tous antiques. Ces divers objets ont été achetés fort anciennement et se
composent d'abord d'une collection d'un premier cardinal Albani et d'une
autre venant d'un cardinal Pignatelli. On me l'avait beaucoup trop
dépréciée. J'y trouvai des choses fort belles, à mon avis au moins,
mêlées avec un assez grand nombre de médiocrités. J'admirai
particulièrement un groupe composé d'un hermaphrodite et d'un satyre;
ils luttent ensemble, et l'hermaphrodite renverse le satyre:
l'expression est vraie et énergique. Une statue rappelant la Vénus de
Médicis et lui ressemblant à s'y méprendre, sauf les restaurations
considérables dont elle a été l'objet, me plut beaucoup. Des bustes des
empereurs Marc-Aurèle, Antonin le Pieux, Lucius, une belle statue d'un
faune dans l'attitude de verser à boire; de beaux bas-reliefs en bronze,
des statues trouvées à Herculanum, les premières, dit-on, qui furent
déterrées, ou pour mieux dire enlevées du bloc de lave qui couvre cette
ville, complètent cette collection que, malgré son peu de réputation,
j'ai eu un grand plaisir à visiter.

Je descendis pour voir les porcelaines placées dans la partie inférieure
des bâtiments. On connaît la richesse, la variété et le nombre
extraordinaire des pièces qui la composent. On trouve d'abord des
porcelaines de la Chine et du Japon. Leur célébrité est résultée de ce
qu'elles étaient anciennement les seules au monde. Elle est devenue
ensuite un effet de caprice; car, comme objet d'industrie et avec les
conditions mises à la bonne porcelaine, elles sont inférieures à tout ce
qui se fabrique en Europe; mais les formes et la peinture sont
remarquablement belles. Les plus admirables au monde sont celles de
Saxe, dont la pâte est la plus fine et la plus douce. Viennent ensuite
celles de Vienne et de Sèvres, qui sont aussi très-bonnes, et enfin
arrivent celles d'Angleterre, qui ne sont guère que du verre et ne
peuvent être comparées à aucune des autres.

La fabrique de Saxe est la plus ancienne de l'Europe. Elle fut établie à
Dresde, en 1704, par Frédéric Becker, né en 1652, et peu après, en
1710, transportée à Meissen, où elle est restée depuis. D'abord on fit
de la porcelaine rouge mat, et non vernie; ensuite de la porcelaine
polie et vernie. En 1726, elle avait acquis sa perfection. En 1763, on
inventa le biscuit, où le quartz est en plus grande quantité. Depuis
cette époque, ce travail est resté constamment le même. On m'a montré la
collection des roses bleues, achetées au roi de Prusse par Auguste, pour
une compagnie de grenadiers. J'ai vu aussi de la porcelaine de la Chine
du dixième siècle, semblable à celle d'aujourd'hui. Elle est d'un vert
clair et faite au moule; les fleurs peintes ont un léger relief. J'ai
appris en cette circonstance que jamais les Japonais n'emploient plus de
deux couleurs pour peindre leur porcelaine: le rouge et le bleu, sans
compter le blanc, qui est la couleur naturelle de la pâte. Ainsi, quand
le vert, le jaune, le violet, se trouvent sur un vase venu de ce pays
lointain, on peut être sûr qu'il est de fabrique chinoise.

Je ne voulais pas quitter Dresde sans parcourir les environs, et il me
restait à visiter la Suisse saxonne et les établissements de Freyberg,
si célèbre par son école et par les mines de cuivre et d'argent qui
s'exploitent dans ces contrées par les meilleurs procédés connus.

On appelle Suisse saxonne le pays situé sur la rive droite de l'Elbe et
s'étendant jusqu'à la frontière de la Bohême. Malgré sa physionomie
pittoresque, ce nom est fort mal choisi, car on n'y trouve rien qui
ressemble à la Suisse. Celle-ci se compose de chaînes de montagnes, et
ici il n'y en a pas trace. Un plateau élevé constitue ce pays, et ce
plateau, déchiré par les eaux, coupé dans différentes directions,
présente de jolies vallées prises dans l'épaisseur du plateau, et non
pas résultant de lignes de montagnes superposées. Les vallées de ce pays
ne sont que de larges et longs fossés creusés par la nature, qui donnent
cours à de belles eaux. La succession des siècles en a couvert les
pentes d'une belle végétation et de belles forêts.

En me rendant à la Suisse saxonne, je remontai la rive gauche pour
visiter le camp célèbre de Pirna, dont parle Frédéric, et où l'armée
saxonne se renferma au moment où la guerre de Sept-Ans éclata. Je ne
comprends pas comment il a été regardé comme inexpugnable. Aujourd'hui
une armée aussi inférieure que l'armée saxonne devant l'armée prussienne
n'y serait pas en sûreté. Au surplus, Frédéric avait du temps devant
lui. Il comptait faire entrer dans les rangs de son armée les
prisonniers saxons qui allaient tomber entre ses mains. Il était donc
sage à lui d'éviter de les combattre et de tuer ces hommes qui devaient
le servir, en sacrifiant ses propres soldats. Il fit bien d'attendre le
moment où la faim les forcerait à mettre bas les armes.

De Pirna je me rendis à Koenigstein, forteresse imprenable, mais dont
l'importance me paraît médiocre. Au dessus du plateau, dont le
commencement est le Sonnenstein, s'élève un rocher de trois cents pieds,
autour duquel on a construit un rempart qui suit ses sinuosités et
bouche quelques crevasses. La surface a une superficie de quinze à
dix-huit arpents, couverte de bois et de jardins. En sacrifiant les
arbres, on pourrait y cultiver assez de pommes de terre pour assurer la
nourriture de la faible garnison de cinq cents hommes nécessaire à sa
défense. Un puits de sept cents pieds de profondeur, creusé dans le
rocher, assure la possession de l'eau nécessaire. Le but particulier de
cette forteresse est de maîtriser le cours de l'Elbe; mais elle est si
élevée, que, malgré quelques batteries basses, malgré la disposition des
affûts qui permet de tirer sous un angle considérable, au-dessous de
l'horizon, elle gênerait médiocrement la navigation pendant le jour, et
n'y mettrait aucun obstacle pendant la nuit. Ce fort est un coffre-fort
où l'on peut mettre en sûreté ses richesses et placer des
approvisionnements pour une armée qui opère. En 1813, une garnison
française l'occupait, mais il ne fut pas dans le cas de jouer un rôle
important.

De Koenigstein, je me rendis à Schandau, situé sur la rive droite de
l'Elbe, bourg placé au milieu de la Suisse saxonne. Je visitai la
charmante vallée de la Kreuzbach, qui rappelle celle de la
Haute-Autriche et le voisinage du Danube. Schandau renferme des eaux
ferrugineuses d'un goût très-prononcé. Parti de cette petite ville pour
parcourir le pays, je remontai la vallée du Potenbach jusqu'au lieu où
la Sebuste se joint à lui. La vallée, jusque-là, est fraîche et
charmante, d'une faible largeur; la rivière serpente au milieu des plus
belles prairies, en coulant constamment à plein bord, tandis que les
pentes des coteaux bien boisées servent de cadre au tableau qui se
déroule à la vue. Arrivé sur le plateau, presque partout horizontal, on
voit une belle culture. Après en avoir traversé une partie, on rentre
dans des ravins boisés que l'on franchit au moyen de ponts, et je suis
arrivé en vue de la petite ville de Hokenstein, de l'autre côté du
Potenbach qui coule au pied de rochers escarpés. Dans ce lieu, le vallon
est si étroit, qu'il n'y a aucun chemin, même aucun sentier sur les
bords. Cette vue est imposante et très-belle. De là nous avons
rétrogradé pour aller gagner la Bastei. Au village de Radwald, nous
sommes descendus par un ravin qui communique avec le vallon, et au
milieu duquel coule un petit ruisseau dont l'aspect varié présente
toujours un riant tableau. Après avoir passé sous le rocher connu sous
le nom de l'Agneau, parce qu'il en a la forme, et le Frederichstein, et
le Rosenberg, et le Canapé, nous avons gravi le rocher, pour arriver au
lieu connu par le nom de Bastei, où se trouve une auberge située à
l'extrémité du rocher. Quelques saillies permettent de voir
l'escarpement, et de découvrir l'Elbe qui coule à son pied. Ce coup
d'oeil est magnifique et mérite sa réputation.

De la Bastei, nous sommes revenus à pied par la vallée d'Altwald,
composée d'une crevasse entre les rochers. Après une heure de marche
pour arriver à Altwald et ayant monté cent cinquante marches, nous nous
sommes retrouvés sur le plateau, et près de notre voiture qui s'y était
rendue par des chemins constamment d'une égale hauteur, en évitant les
ravins et les tournant à leur naissance. De là on va voir le moulin de
Lokmühle situé à cent cinquante marches au-dessus du plateau, et qu'un
cours d'eau, puissant par sa masse et par sa pente, fait marcher. Cette
rivière s'appelle la Verritz. Tel est l'ensemble de la physionomie du
pays appelé la Suisse saxonne, très-mal nommé, ainsi que je l'ai déjà
dit, mais offrant le spectacle d'un vaste et magnifique jardin anglais,
et méritant la légère fatigue qu'on éprouve en le parcourant. De
charmantes routes, au surplus, ont été exécutées pour en faciliter le
parcours aux curieux et aux voyageurs. Le reste du chemin et le retour
de Dresde s'effectuent par la vallée de l'Elbe. On passe à Pilnitz, et
en peu d'heures on est de retour à Dresde, en traversant Neustadt.

Le lendemain de mon retour à Dresde, je me rendis à Freyberg, muni d'une
lettre de M. de Reschard, ministre du roi, pour M. de Visleben,
directeur. Celui-ci chargea M. Reich, professeur de physique, homme
très-distingué et d'une grande complaisance, de me faire voir tout ce
qui pouvait m'intéresser. L'École de Freyberg est célèbre dans toute
l'Europe. Soixante élèves, dont le plus grand nombre vient de
l'étranger, en suivent l'enseignement. Elle a formé plusieurs
minéralogistes illustres. M. Alexandre de Humboldt en est sorti. Je
visitai la collection complète des minéraux que l'École possède, et
j'allai voir ensuite l'usine consacrée à l'amalgame qui se fait de la
manière la plus avantageuse et la plus parfaite.

L'opération s'exécute ainsi: les minerais réunis sont cassés en petits
morceaux. Après avoir eu soin de mêler les plus riches avec les plus
pauvres pour avoir des produits uniformes, on les place dans des
fourneaux à griller, en les mélangeant avec dix pour cent de sel commun.
On les remue constamment, et on les soumet, pendant un temps déterminé,
à l'action d'un feu vif. Les parties sulfureuses du minerai brûlent, et
il se forme du sulfate de soude et du chlorure d'argent. Refroidi et le
minerai grillé, on le porte au moulin pour le réduire en poudre
impalpable. On place cent livres de ce minerai dans le fourneau, et, en
y ajoutant cinq livres de plomb, il se forme un métal binaire, plomb et
argent. Il y a saturation quand six onces d'argent sont renfermées dans
trente-deux onces de plomb fondu. Cette opération se renouvelle sur les
scories qui renferment encore de l'argent, et elles sont mises dans le
fourneau pour enrichir le minerai. On fait ensuite de l'oxyde de plomb,
et on retire au fur et à mesure la peau qui se forme à la surface des
métaux en fusion dans les chaudières. On accélère cette oxydation au
moyen de soufflets dont le vent est dirigé sur la surface. Le plomb
ainsi enlevé, l'argent reste au fond; mais, à la première fois, il n'est
pas pur, et l'opération est recommencée sur des quantités moindres.

Le produit annuel des mines de Freyberg est de dix mille quintaux de
plomb et de soixante mille marcs d'argent. Cinq mille ouvriers mâles
vivent du produit de ce travail. Les mines appartiennent à divers
particuliers, et la propriété est divisée en actions. Il y a dans cette
usine une pompe à incendie d'une force extraordinaire. Elle lance l'eau
à une très-grande distance par un tube de six pouces de diamètre.
Quatre pompes réunissent leur action, et l'eau cède à une pression de
sept atmosphères. Nous sommes descendus ensuite dans les galeries où se
fait l'exploitation. Il y en a cinq, placées les unes au-dessous des
autres. Des pompes amènent au-dessus de la galerie d'écoulement les eaux
de la partie la plus basse, et, du point d'où elles retombent sur le
moteur, elles contribuent à le faire marcher au moyen d'un supplément de
forces et d'un courant intérieur, qui sert constamment à cet usage.

Le lendemain, j'allai voir une mine de la même espèce, mais qui renferme
un appareil qui était nouveau pour moi, une turbine de la force de trois
chevaux et demi. La chute qui la fait mouvoir est de trois pieds; la
quantité d'eau est de huit cents pieds cubes par minute: dans ces
conditions, une roue ordinaire ne donnerait qu'une force de deux
chevaux. Cependant cette ingénieuse machine n'est utile que dans des
circonstances données. Avec une très-grande chute et peu d'eau, ou avec
très-peu de chute et beaucoup d'eau, elle est avantageuse; mais, avec
des éléments de moyenne force, les roues ordinaires donnent des produits
plus grands. Cette turbine mettait en mouvement une machine soufflante
de nouvelle invention, et composée d'un cylindre en fer battu de neuf
pieds de diamètre. Une vis d'Archimède inclinée sous un angle déterminé,
et le gros bout en bas, est enfoncée aux deux tiers de son diamètre dans
l'eau, et celle-ci, poussant l'air qui entre à chaque tour, produit un
courant régulier avec une pression de trente pouces d'eau.

Je fis à Freyberg une rencontre agréable: j'y trouvai un célèbre
voyageur, Russe de naissance, M. Tchikatchoff, qui a parcouru deux fois
l'Amérique dans sa longueur, en passant plusieurs fois du versant de
l'Atlantique dans celui de la mer Pacifique, et réciproquement. Il se
disposait à continuer ses explorations et avait passé l'hiver à Berlin,
occupé à compléter son instruction pour rendre ses observations plus
utiles. Il comptait se mettre en route l'année suivante pour le Caucase,
et de là sur le plateau de la Tartarie, enfin gravir les pics les plus
élevés de la chaîne du Thibet, voyage que M. de Humboldt avait rêvé,
auquel il s'était pendant longtemps préparé, mais qu'il n'a pu exécuter
et que l'intérêt des sciences réclame encore aujourd'hui.

Je quittai Dresde le 26 août, pour revenir en Bohême et visiter le nord
de cette province en rentrant par Zittau. Je devais ainsi passer à
Bautzen et revoir nos champs de bataille des 21 et 22 mai 1813: c'était
réveiller encore quelques bons souvenirs. Je passai plusieurs heures à
les parcourir, et puis je m'arrêtai à Hochkirch, où Frédéric éprouva un
grand revers, dont son ennemi, le maréchal Daun, ne sut pas profiter.
L'armée prussienne était mal postée. Elle occupait une mauvaise position
en face et à portée de l'armée autrichienne. Elle fut surprise et
battue; elle perdit deux cents pièces de canon; mais, chose presque
incroyable! elle ne fut pas mise en déroute, se retira à deux lieues et
prit position sur la Sprée, où Daun la laissa tranquille, tant l'empire
qu'exerçait sur son esprit le génie de Frédéric était puissant! Cet
événement m'a toujours paru un des faits les plus curieux de l'histoire
de cette guerre si féconde en miracles.

En approchant de Löbau, le pays est charmant, bien cultivé, et il
s'embellit encore après avoir passé cette petite ville. Je visitai
l'établissement morave, d'une ravissante beauté, et où la prospérité, le
bien-être et la richesse se montrent de toutes parts. Un millier de
personnes composent cette colonie, fondée, il y a environ cent ans, par
un comte de Zizendorff. Dans le principe, elle ne rassemblait qu'une
vingtaine d'individus. Sa principale industrie est celle des toiles;
elle en vend pour cinq cent soixante mille écus par an, ce qui donne à
cette population un bénéfice de sept à huit cent mille francs.

Après avoir couché à Zittau, je me rendis à Friedland, chef-lieu du
duché érigé en l'honneur et au profit de Waldstein par Ferdinand, qui le
lui retira au bout de deux ans, en lui ôtant en même temps la vie.

Le château de Friedland, forteresse de l'époque, construit avec soin par
le chevalier Berka, est élevé sur un rocher de basalte et soumis au
commandement d'une tour de vingt-six toises de hauteur, qui en forme le
donjon. Il est dans une situation pittoresque, mais il n'est guère
habitable aujourd'hui. Sa dimension n'a rien d'extraordinaire. La
chapelle renferme un monument élevé en l'honneur du feld-maréchal baron
de Boedern, qui se distingua dans la guerre contre les Turcs, et mourut
en 1600. Cette terre appartient aujourd'hui à la famille de Clam-Gallas,
héritière du général Gallas, à qui Ferdinand la donna après la mort de
Waldstein et la confiscation de ses biens. Le château de Friedland fut
attaqué, mais sans succès, par les Hussites, en 1428 et 1433. Dans la
guerre de Trente-Ans, il servit de poste militaire, tantôt aux Suédois,
tantôt aux Impériaux. Il ne renferme rien d'intéressant aujourd'hui,
excepté le meilleur portrait connu de Waldstein. Une belle manufacture
de draps existe à peu de distance du château.

De Friedland je me rendis, par un pays de montagnes assez âpres, à
Reichenberg. Ici le paysage s'embellit beaucoup. Cette petite ville est
le siége d'une industrie prodigieuse. Une foule de fabriques de draps,
de filatures de coton et de toiles l'environne. Les fabriques font vivre
une population de dix mille âmes. Ce canton donne l'idée d'une ruche
d'abeilles par l'activité qu'on y remarque; il s'y fait des affaires
pour des sommes fort grandes. Ce débouché pour pénétrer en Bohême est un
des meilleurs, quoique moins ouvert que celui de Peterswald. On reste au
milieu des montagnes pendant plus de dix lieues.

De Reichenberg j'allai à Liebnau et à Turnau, où je couchai. L'industrie
de ces deux petites villes consiste dans la taille et le polissage des
pierres fines de Bohême, que l'on tire des environs de Leitmeritz, et
dans la composition des pierres imitées, faites avec du verre de
couleur. Cette industrie emploie à Turnau seul plus de six mille
ouvriers.

Le lendemain, je me rendis à Koenigsgratz, ville ancienne et bien
fortifiée, placée au confluent de l'Elbe et de l'Alder. Le lieutenant
général Lainal, qui y commandait, me la montra dans ses plus grands
détails. Fortifiée régulièrement, sa grande force lui vient des
inondations, que l'on peut créer à volonté, en peu de moments, au moyen
de ponts-écluses construits sur chacune des deux rivières, inondations
que l'ennemi ne peut pas éloigner. Elle a huit bastions avec de grandes
demi-lunes, des places d'armes retranchées, des couvre-faces revêtus; en
un mot, toutes les richesses de l'art des fortifications s'y trouvent
réunies. Les établissements sont d'une beauté extraordinaire; tous les
magasins sont casematés, et il y a des logements à l'abri de la bombe
pour dix mille hommes et un escadron. Tout a été prodigué pour rendre
cette forteresse imprenable, et on peut dire qu'on y est parvenu, en
remarquant toutefois que les défauts de cette place sont d'avoir une
action difficile à l'extérieur, malgré deux rivières qui la favorisent,
à cause des longs défilés par lesquels il faut sortir. Du reste, des
pâtés placés dans les inondations, mais très-près de leur extrémité,
parent un peu à cet inconvénient, en éloignant l'ennemi et protégeant,
par leur feu, la marche des colonnes sur les chaussées et leur
déploiement.

Cette ville a dix mille habitants; elle est fort ancienne et possède
différents priviléges. Elle montra un attachement et un dévouement
particuliers envers Podiebrad, qui, de simple administrateur subalterne,
devint souverain et monta, avec le titre de roi, sur le trône de Bohême,
en 1458. Un fait qui m'a frappé ici, c'est le prix extrêmement bas des
denrées.

Je vis la garnison et le corps des officiers, et j'allai visiter
l'établissement où mangent en commun, et parfaitement bien, officiers
supérieurs, capitaines et lieutenants. Ils donnent des fêtes aux dames
de Koenigsgratz, et la dépense mensuelle de chacun d'eux ne s'élève pas
au-dessus de cinq florins ou douze francs cinquante centimes. Dans un
pays semblable on est facilement riche, car la richesse n'est pas
absolue: elle résulte de revenus supérieurs aux besoins, et les besoins
ont toujours, quoique variables, une limite déterminée.

De Koenigsgratz, j'allai voir la forteresse de Josephstadt, qui n'en est
éloignée que de six lieues. Elle mérite le voyage d'un homme de guerre,
car c'est un chef-d'oeuvre en fait de fortifications, où l'argent et les
soins ont été prodigués. On demande à quoi il était bon d'élever une
seconde ville de cette importance aussi près de Koenigsgratz, qui
remplit précisément le même objet qu'elle, celui de renfermer des
dépôts, des magasins de toute espèce et de donner à une armée défensive
le moyen de manoeuvrer sur les deux rives de l'Elbe? Mais l'explication
m'en a été donnée, et elle montre le pouvoir magique que les hommes
supérieurs exercent sur les esprits vulgaires. Frédéric II avait campé
sur la position de Josephstadt pendant la guerre de la succession de
Bavière, et cette position très-bonne avait tenu pendant longtemps en
échec l'armée autrichienne. Dès lors on donna une importance
surnaturelle à ce lieu, et l'on construisit sur le plateau la place qui
y est aujourd'hui, uniquement pour empêcher l'ennemi de ne jamais plus
l'occuper. Sa force consiste particulièrement dans des moyens de défense
souterrains, qui y sont distribués avec un grand art et un très-vaste
développement sur les deux tiers de son pourtour, le dernier tiers étant
couvert par des inondations. Elle est certainement, parmi les places de
guerre que de grands accidents naturels ne rendent pas imprenables, une
des plus fortes de l'Europe. Des abris pour d'immenses magasins et pour
mettre à couvert douze mille hommes et trois escadrons sont à l'épreuve
de la bombe. Elle a coûté douze millions de florins (trente millions de
francs) et a été terminée en 1787. Le gouverneur en était le général
baron de Schabler, brave homme et vieux soldat, ayant bien fait la
guerre autrefois à la tête du régiment des dragons de la Tour, qu'il
commandait et qui avait acquis une grande réputation dans l'armée
française. Il avait épousé une femme d'une grande beauté, d'une haute
naissance, Wradislas, et qui lui a donné la plus belle famille que l'on
puisse rencontrer.

Après avoir séjourné vingt-quatre heures à Josephstadt, je continuai mon
voyage par Holitz, où le grand Frédéric a eu son quartier général
pendant longtemps. Je traversai Zwittau et Leutomischl, habitation
royale appartenant aux Waldstein de Duchs, et bâtie en 1568, par un
baron Wradislas, sous la direction du célèbre architecte italien
Battista, et j'arrivai à Brünn le 30 août. J'allai visiter les beaux
établissements métallurgiques du prince de Salm à Plansko, sur la
Zwittauka. Ils se composent de trois hauts fourneaux, douze marteaux et
un laminoir. Les fourneaux produisent beaucoup et marchent jusqu'à
quatre ans de suite sans mettre bas. Leur produit, pour chacun, est de
cinq cents quintaux par semaine. Ils travaillent particulièrement en
sablerie. Les usines ont été mises sur le pied actuel par un célèbre
chimiste, nommé Reichenbach, qui a découvert la créosote, substance qui
entre dans la composition de la fumée et lui donne la propriété de
conserver la chair; découverte d'une importance capitale pour la
médecine et la chirurgie et dont chaque jour les applications seront
plus étendues. Il ne s'est pas borné à soigner les intérêts de sa
gloire, car il est devenu fort riche par suite d'une association qui a
fini par être extrêmement lourde pour le prince de Salm et qui, depuis,
s'est rompue avec éclat.

J'allai voir aussi une immense manufacture de sucre de betteraves,
établie également par Reichenbach au compte du prince de Salm, à Reis, à
deux lieues de Plansko. Elle est sur une échelle gigantesque, nullement
en rapport avec les moyens de culture à portée de l'approvisionner. Une
autre manufacture de la même espèce, et qui est un modèle de bonne
entente, où l'on trouve de l'économie intelligente pour diminuer la
main-d'oeuvre, fixa aussi mon attention. On y trouve l'application des
meilleures méthodes et l'emploi des machines les plus nouvelles et les
plus perfectionnées. Elle appartient à un négociant français, établi
depuis longtemps à Vienne, qui l'a bâtie à Séglovitz, à deux lieues de
Brünn, sur les terres de l'archiduc Charles. Elle a peu d'étendue; elle
est conduite par deux relais de vingt-six ouvriers, et cependant elle
est calculée pour consommer vingt millions de betteraves, et elle
fabrique un million cinq cent mille livres de sucre. On n'y fait pas
usage de presse: on y emploie le lévigateur. Une machine à vapeur de la
force de quinze chevaux suffit à tous les besoins. Le sucre est si bien
fait, qu'il n'éprouve qu'un déchet de dix pour cent au raffinage. Le
capital employé dans cette fabrique est de cinq cent mille francs.

Je visitai avec soin un établissement d'une triste célébrité, le
Spielberg, maison de détention pour les condamnés. C'est l'ancienne
citadelle de Brünn, qui a été convertie en prison. Elle est parfaitement
tenue, et les prisonniers y sont traités avec beaucoup d'humanité. La
nourriture est suffisante et bonne; les chambres sont saines et propres.
Personne n'habite plus les cachots, que l'empereur François, quelque
temps avant sa mort, avait fait évacuer. Au surplus, de son temps, ils
n'avaient rien de malsain; mais ceux qui étaient habités au temps du
libéral empereur Joseph, et plusieurs du temps de la clémente
Marie-Thérèse, étaient funestes à la vie des prisonniers. Ces cachots
amenaient toujours la mort au bout de six mois, m'a-t-on dit.
Aujourd'hui une philanthropie éclairée préside au régime de cet
établissement, et la seule chose mauvaise que j'aie remarquée, c'est que
les condamnés pour récidive ne sont pas séparés de ceux qui le sont pour
la première fois. Parmi les quatre cents prisonniers, quatre-vingts
seulement sont condamnés à vie ou à plus de dix ans, et cependant cette
prison est le seul lieu de détention pour les provinces des deux
Autriches, de la Moravie, de la Bohême, et correspond aux besoins d'une
population de douze millions d'habitants, chiffre incroyable, et qui
montre la douceur des moeurs et la moralité de ces peuples. Les autres
prisonniers de la monarchie ont leur maison de détention, et il y en a
une au château de Laybach, en Carniole, et une autre à Moukatch, dans
les Karpathes, pour la Hongrie.

Après toutes ces excursions, je me rendis à Eichhorn, chez la princesse
de Wasa, qui m'avait fort engagé à aller la voir. Eichhorn est une bonne
et belle habitation, située sur un rocher escarpé, au pied duquel coule
la Schwarza. Autrefois forteresse des Templiers, elle pourrait devenir
une superbe résidence d'été; le pays, tout sauvage qu'il est, se
prêterait facilement à des embellissements. La princesse en a commencé
qui promettent beaucoup pour l'avenir et donnent déjà des résultats
satisfaisants. Le prince et la princesse de Wasa ont, dans ce séjour,
une bonne et douce existence; ils y sont aimés et reçoivent à merveille
ceux qui viennent les visiter. Les chasses sont étendues, sans être
belles. La vie passe dans ce lieu très-agréablement.

La princesse me fit faire diverses excursions intéressantes dans ce pays
pittoresque. Nous allâmes voir la partie supérieure de la Schwarza, à
Adamsthall, et dîner dans un château appartenant au prince de
Lichtenstein, situé au milieu de beaux bois, de prairies ravissantes, et
à très-peu de distance de grottes d'une très-grande étendue et qu'il
faut longtemps pour visiter en totalité. Nous allâmes en même temps au
caveau de famille des Lichtenstein, établi près de Vrano. Le prince Jean
l'a fait restaurer, augmenter, et l'a agrandi d'un nouveau, communiquant
avec l'ancien. Son premier habitant a été le prince Jean lui-même. Il se
compose d'une église souterraine, placée au-dessous d'une autre fort
belle revêtue en grande partie de marbre, et bâtie il y a environ deux
cents ans. Je quittai bientôt Eichhorn pour revenir à Vienne, mais je
devais y retourner souvent et toujours avec un nouveau plaisir. Il y a
de l'attrait à donner des soins à ceux dont la tête élevée a été frappée
par la tempête, et qui supportent avec calme et dignité l'infortune qui
pèse sur eux.

Je continuai mes excursions et j'allai visiter le prince et la princesse
Palffy dans leur charmant établissement de Marcheck, situé sur la rive
droite de la Marche, limite entre l'Autriche et la Hongrie. C'est la
résidence d'été du chef de cette famille, riche et considérable, mais
déchue de son ancienne puissance, et qui restera dans une sorte
d'infériorité, jusqu'à ce qu'un homme capable arrive au pouvoir, comme
on l'a déjà vu, car elle a fourni plusieurs palatins. Elle est du petit
nombre des familles hongroises qui, toujours scrupuleuses sur le choix
de leurs alliances, peuvent aujourd'hui faire les preuves les plus
étendues.

Le château de Marcheck n'est pas considérable, mais il est arrangé avec
soin. De très-beaux jardins et des bouquets de bois d'une belle venue,
séparés par des prairies toujours vertes, l'environnent. La princesse
Palffy, femme de mérite et d'esprit, recommandable par ses hautes
qualités, en fait les honneurs à merveille. Nous parcourûmes les
environs. Le prince Palffy, qui s'occupe avec succès de ses affaires et
se consacre entièrement à remettre en ordre une grande fortune dérangée
par son père, fortune qui doit retourner à ses neveux, car il n'a pas
d'enfants, me montra ses établissements d'agriculture, qui sont bien
tenus et bien conduits. Une fatalité à la manière des anciens a frappé
sur lui, et une impression profonde de tristesse a donné un cachet
particulier à son humeur et à sa physionomie. Son frère, qu'il aimait,
est mort de sa main à la chasse, et un pressentiment avait annoncé à ce
frère, depuis longtemps, une fin prématurée: on lui avait prédit qu'il
ne dépasserait pas l'an 1830. Il était au moment d'achever cette triste
année lorsque, étant à la campagne, le prince Palffy lui proposa et le
pressa de venir à la chasse, ce dont il ne se souciait pas. Une balle,
en ricochant, l'étendit roide mort. On conçoit qu'un souvenir pareil
empoisonne la vie, et, en vérité, le prince Palffy se nourrit de sa
douleur. Il ne vit que pour ses neveux et se plaît à exagérer ses
devoirs.

Dans nos promenades, nous allâmes voir le château de Teben, placé sur
une montagne qui s'avance dans le Danube et commande l'embouchure de la
Marche dans le fleuve. Sa possession rend maître absolu de la
navigation. Nous avons, à cet effet, occupé ce poste militaire en 1809,
et, en l'évacuant, nous l'avons démantelé. Aujourd'hui ce n'est plus
qu'une ruine, mais d'un grand effet pittoresque.

Peu après mon retour à Vienne, je fus chez le prince de Lichtenstein,
dont les établissements sont les plus beaux de l'Autriche, et dont la
fortune est peut-être la première du continent de l'Europe. Elle se
compose de trois millions de francs de revenus parfaitement en ordre et
sans un sou de dettes; des terres immenses, bien cultivées, beaucoup de
châteaux en bon état, en un nombre presque ridicule. Sa famille,
très-ancienne, est fort populaire en Autriche, et elle a toujours
compté, parmi ses membres, un grand nombre de généraux distingués et de
bons soldats. C'est un des piliers de la monarchie, et cette famille est
un des éléments de la puissance nationale.

Je trouvai le prince Louis, chef actuel de ses nombreux frères et
soeurs. Sa superbe femme est aussi bonne que belle; sa mère, la
princesse Jeanne, une des plus aimables femmes que l'on puisse
rencontrer et qui, sans être jamais sortie de l'Autriche, parle un
français aussi pur et aussi élégant que la personne la plus distinguée
et de la meilleure compagnie de Paris. Une chose gâte tous ces
avantages, et chacun la déplore; c'est une extrême surdité qui lui rend
à charge le monde, dont elle serait si naturellement un des plus beaux
ornements.

Je passai une semaine à Eisgrub. La matinée était employée à la chasse
ou aux courses de curiosité, et la soirée était animée par une agréable
et nombreuse société.

Les principales possessions du prince de Lichtenstein sont en Moravie;
il en a partout, mais c'est là qu'est le siége de ses grandes richesses.
Il en avait davantage encore, car l'immense terre de Nicolsbourg
appartenait autrefois à sa famille, et on prétend qu'un Lichtenstein la
perdit dans une partie en jouant avec un Ditrichstein. Il y a même, à
peu de distance d'Eisgrub, sur le chemin de Felsberg, un monument qui
rappelle ce fait, la croix dite du Soufflet. La chronique raconte que le
prince de Lichtenstein, revenant chez lui après cette équipée et ayant
rencontré dans ce lieu sa femme à laquelle il fit la confession de sa
faute, celle-ci lui donna un soufflet, et la croix fut élevée, je ne
sais trop dans quelle intention, pour perpétuer le souvenir de cet
événement.

Les environs d'Eisgrub n'avaient pas été favorisés par la nature. Le
pays, tel qu'il est, a été créé par le prince Jean. Le sol était
autrefois couvert de marais. On en a creusé une partie pour faire de
vastes étangs, et, avec la terre qui en est sortie, on a élevé les
terres environnantes. D'immenses plantations ont été faites et, grâce à
tout cela, on a eu en même temps des lacs et des forêts. L'habitation
d'Eisgrub ressemble plus à une maison de campagne des environs de Paris
qu'à un château; mais c'est une maison de campagne d'une très vaste
dimension. Le jardin est dans des proportions semblables. Cependant la
tenue en est soignée comme s'il était de quelques arpents. Des
corbeilles de fleurs jetées çà et là, une pièce d'eau en face du
château, et un beau gazon en font l'ornement; mais les corbeilles
seraient ailleurs des jardins, la pièce d'eau un lac, et le gazon une
prairie. À la suite de ce magnifique lieu de promenade, du côté de
Luxembourg, il y a un parc enclos de quatre mille arpents, et du côté de
Felsberg d'autres parcs plus grands encore. Ainsi, suivant le caprice,
la saison ou la nature du gibier, les chasses peuvent être faites dans
des pays clos ou ouverts.

La grande habitation, l'habitation féodale, le véritable château, n'est
cependant pas à Eisgrub: elle est à Felsberg, situé à deux lieues.

Ce château est dans les plus vastes dimensions. Le prince de
Lichtenstein s'y établit à l'époque des grandes chasses. Il peut y
recevoir et y loger soixante à quatre-vingts étrangers, et y mener une
existence royale. Malheureusement le prince Jean, dont le goût n'était
pas sûr, quoiqu'il ait eu quelquefois d'heureuses idées, se trompait
aussi comme il l'a fait ici. Au lieu de laisser au château de Felsberg
son caractère féodal, il a voulu le moderniser. En détruisant les
contrescarpes, en comblant et en plantant ses fossés, il a défiguré
cette habitation.

Le prince Jean avait un goût désordonné pour les fabriques formant point
de vue et les paysages qu'il composait. Dans beaucoup de ses
possessions, et particulièrement aux environs de Vienne, il a bâti des
usines. Rien de plus beau que les restes historiques qui survivent aux
siècles; rien de plus beau que les habitations que consacre l'histoire
et qui rappellent des temps qui sont loin de nous. Plus qu'un autre
peut-être je respecte les souvenirs, et ce qui les fait naître me plaît
et m'inspire. Mais bâtir des ruines, mentir avec prétention, mettre les
rêves de l'imagination à la place des vérités de l'histoire m'a toujours
paru une ridicule aberration de l'esprit. Au surplus, le prince Jean n'a
pas donné dans ces écarts-là à Eisgrub. Il a fait des créations qui
ornent le paysage, et plusieurs sont très-belles, si toutes ne sont pas
de bon goût. Ainsi il a bâti un délicieux pavillon, appelé le pavillon
de la Frontière, parce qu'il est placé, avec son petit jardin de fleurs,
moitié en Moravie et moitié en Autriche. En face est une pièce d'eau de
quelques mille arpents, donnant de très-grands revenus par le poisson
qui s'y nourrit. Elle forme un véritable lac. La maison de la Frontière
est un but de promenade et un lieu où l'on va dîner souvent en été. D'un
autre côté, sur une hauteur et en vue d'Eisgrub, est un arc triomphal
qui sert de rendez-vous de chasse. Il est juste des mêmes dimensions que
l'arc de triomphe de Trajan, à Rome, et revêtu d'assez beaux
bas-reliefs. Dans une autre direction, et toujours en vue d'Eisgrub, est
une salle ronde qui est encore un but de promenade. Autour de la salle
est une vacherie de luxe, et de magnifiques vaches suisses sont vues à
travers de belles glaces. Un monument représentant les propylées
d'Athènes, élevé par le prince Jean à son père et à ses frères, est
placé près de Felsberg. On y voit leurs statues, et, par un caprice
bizarre et une singulière défiance de l'avenir, il y a mis aussi la
sienne. Cette construction n'est pas d'un goût pur.

Enfin, dans une autre direction, il y a un charmant bâtiment appelé
Vohauska, destiné à recevoir les acteurs et les spectateurs, lors de la
chasse au sanglier. Ces animaux, pressés, sont forcés de traverser une
pièce d'eau, et de passer à portée de fusil de la maison d'où on les
tire. Ceux qui échappent arrivent dans une prairie en face du revers de
la maison. Là des cavaliers les attaquent à la lance; combat véritable,
chasse périlleuse, exercice chevaleresque qui doit être d'un grand
intérêt. Deux cavaliers sont toujours réunis pour se soutenir et
s'entr'aider.

On raconte que le célèbre prince Louis de Prusse, tué à Saalfed,
quelques jours avant la bataille d'Iéna, étant venu à Eisgrub, fut
convié à cette chasse. Le prince Jean était son soutien. Le prince
Louis, renversé de son cheval blessé, allait être victime quand le
prince Jean arriva et le délivra en perçant sur son corps le sanglier.

Je terminai mes courses d'automne par une nouvelle visite à Malaczka,
chez le prince et la princesse Palffy. C'est un vaste et immense château
sans architecture, mais chef-lieu d'une terre de vingt mille paysans, et
dont le revenu net est de plus de trois cent mille francs. Le pays est
monotone et triste, couvert de sable, mais aussi de grandes forêts,
dont le produit est considérable à cause du voisinage de Vienne. Sur le
penchant d'un contre-fort des Karpathes, qui borne cette plaine, est
située une belle ruine, Blessenstein, reste d'un château féodal de cette
contrée. C'est dans le voisinage qu'est arrivé l'événement funeste dont
le prince Palffy gémit encore et gémira tout le reste de sa vie.

Tous les hivers de Vienne se ressemblent par la rigueur du climat et la
monotonie de la vie. La fin de celui-ci fut un peu égayée par l'arrivée
du grand-duc de Russie, qui, retenu dans l'occident de l'Europe par un
état de santé qui mettait en danger sa conservation, revenait de
l'Italie, qu'il avait parcourue pendant quelques mois. On fit de grands
efforts pour le bien recevoir, mais toutes les fêtes de la cour
aboutirent à des tableaux qui furent assez agréables et à un spectacle,
l'époque de l'année ne permettant pas de donner un bal. Ce jeune prince
est fort beau et de moeurs très-douces.

Un reste de forces réveillait encore mon ambition: non celle des
grandeurs, il y a longtemps qu'elle est éteinte chez moi, mais celle
plus honorable qui tient au développement des facultés. Je formai le
projet de faire un nouveau voyage en Asie, et mes conversations avec M.
de Humboldt, à Toeplitz, avaient mûri ce projet. Je voulais revoir la
Russie méridionale; remonter le Don et le Volga; aller en Sibérie, en
visitant Casan et l'Oural; de Tobolsk revenir à Orenbourg, pour de là
aller faire un séjour de quelques semaines chez les Tartares, afin de
comparer leurs moeurs et leur manière de vivre avec celles des Arabes
qui, sauf la différence du climat, sont dans des conditions sociales qui
se ressemblent; puis arriver sur la mer Caspienne à Gourief, en suivre
les bords jusqu'à Astrakan; traverser le Caucase; voir la Géorgie;
entrer en Perse; aller à Hérat, puis à Ispahan et au golfe Persique,
pour revenir en Géorgie, en Mingrélie et rentrer en Europe en
m'embarquant pour Odessa à Redout-Kalé. C'était une expédition de
dix-huit mois. Comme une semblable entreprise ne pouvait pas être faite
sans la permission de l'empereur de Russie, et même sans son appui,
j'écrivis au comte de Nesselrode pour le prier d'être l'intermédiaire de
l'expression de mes désirs auprès de son souverain. Il me répondit la
lettre la plus aimable où, en m'annonçant le consentement de l'empereur
et me prévenant que les ordres seraient donnés pour me recevoir d'une
manière conforme à ses sentiments pour moi, il m'engageait, de sa part,
à remettre à une autre époque la partie de mon voyage qui concernait le
Caucase et la Perse. Or cette partie de mon voyage était la principale.
Je tenais à fixer mon opinion sur cette grande question de guerre entre
les Russes et les Anglais en Asie. Aussi je renonçai à mon voyage. En
répondant au comte de Nesselrode, je le priai de remercier Sa Majesté de
ses nouvelles bontés pour moi, et j'ajoutai que j'attendais, pour en
faire usage, qu'elles fussent sans limites. Or, à mon âge, un
ajournement est un abandon.

En général, le gouvernement russe paraît redouter que des hommes en état
de juger parcourent cette partie de ses frontières. Les Russes y ont une
existence si précaire, un pouvoir si mal assis, et peut-être si menacé,
qu'ils ne veulent pas permettre que les étrangers puissent y regarder,
pour publier ensuite le résultat de leurs observations. Au surplus, la
question des Anglais et des Russes me paraît fort éclaircie depuis que
les Anglais, intéressés à tout laisser dans l'obscurité, ont démontré,
bien imprudemment à mon sens, la possibilité d'aller les trouver dans
les Indes en traversant eux-mêmes l'Indus pour s'emparer de Caboul; car,
s'ils ont pu venir à cette immense distance, dans un pays pauvre qui
leur est hostile, à plus forte raison les Russes peuvent-ils aller dans
l'Inde, pays de ressources et où ils trouveraient de nombreux alliés.

Peut-être l'entreprise que je formais, et qui exigeait dix-huit mois de
voyage, demandait-elle plus de forces qu'il ne m'en reste. Toutefois ce
dernier épisode a clos ma carrière un peu plus tôt que je ne l'avais
pensé, et à présent, de toutes manières, je la regarde comme finie. Tout
l'intérêt de ma vie doit se trouver placé dans mes relations avec
quelques amis intimes.

Depuis ce changement dans mes projets, j'ai recommencé mes courses en
Bohême et dans la Haute-Autriche; mais, avant de partir pour cette
nouvelle tournée, un agréable épisode embellit mon été.

M. le duc de Bordeaux, que je désirais vivement revoir, vint à Vienne
après avoir parcouru une partie de la Hongrie pour son instruction. Il
était accompagné de plusieurs personnes que j'aime et que j'estime,
entre autres du général Foissac-Latour, un des meilleurs officiers de
l'armée française, et qui a longtemps servi sous moi. M. le duc de
Bordeaux passa une semaine à Vienne, et je le vis beaucoup. Je le menai
sur le champ de bataille de Wagram, et lui expliquai, sur place, les
mouvements des deux armées et les circonstances de la bataille. Il
comprit tout avec facilité et intelligence. Mes rapports avec lui me
furent fort agréables. Je lui trouvai un esprit juste, des manières
aisées et de l'instruction. Enfin il me parut tel que ses amis doivent
désirer qu'il soit, et remplissant les conditions que sa difficile
position lui impose. Je ne sais pas ce que le ciel lui réserve, mais il
me paraît que, s'il est appelé à jouer un rôle, il est bien préparé pour
le remplir. Je l'ai revu il y a peu de mois, et il m'a paru justifier
complétement l'opinion que je viens d'exprimer, et qui date déjà de plus
de deux ans.

Je passai une saison à Carlsbad en bonne et agréable compagnie. J'allai
à Marienbad, revoir Koenigswart. Je fus chez le comte de Kollowrath,
dans une terre qu'il habite quelquefois dans le voisinage de Vienne;
puis je retournai à Toeplitz, où je devais rencontrer pour la dernière
fois le feu roi de Prusse, qui mourut peu de temps après. C'était un
homme de bien et de conscience, élevé à l'école du malheur, et qui a eu
ensuite la force de supporter une grande prospérité. Je revins dans la
Haute-Autriche, où je passai tout le reste de mon automne chez des amis
qui habitent cette belle contrée, et je rentrai à la fin de novembre à
Vienne, où j'arrivai le lendemain de la mort presque subite de la
duchesse de Sagan, femme dont les histoires, la vie et les aventures ont
été, quoique assez vulgaires, remarquables dans le temps des choses
extraordinaires.

Le printemps m'apporta de nouvelles douleurs. Madame la comtesse
Esterhazy, cette amie dont la conservation m'est si chère, fut en danger
de mort pendant quarante jours. Elle seule m'a fait connaître dans
toute son étendue la profonde douleur que peut causer la crainte d'être
séparé pour toujours d'une personne que nous aimons autant que nous la
respectons profondément.

L'année précédente, un maître de forges de Bourgogne, M. Maître, dont
les intérêts avaient été autrefois communs avec les miens, et dont je
n'avais aucun motif de suspecter ni les lumières ni la bonne foi,
m'avait écrit pour me faire part d'une découverte importante faite dans
la fabrication des fers au moyen de fourneaux marchant sans machines
soufflantes et par les courants d'air naturels. Il avait reçu des
renseignements précis sur le succès des expériences, qui, s'il n'avait
pas été complétement obtenu, était de nature à inspirer toute confiance.
On avait obtenu des fontes d'une qualité supérieure, des produits
très-considérables, une grande économie de combustible, et la facilité
d'en employer de toute nature. Enfin il en résultait la facilité de
construire des usines partout sans courants d'eau, sans machines à
vapeur, et, par conséquent, soit sur les mines, soit au milieu des bois
et dans le lieu le plus avantageux. La fabrication se faisait
d'elle-même et par l'action seule des forces naturelles et des courants.
Elle était réglée par la force du tirage. Tout cela était bien
séduisant, et les expressions employées dans les lettres de M. Maître
étaient tellement précises, que, malgré les objections que mon esprit me
suggérait et le doute que la réflexion faisait naître, je finis par y
croire. M. Maître faisait construire un fourneau sur une mine de charbon
de terre dans les environs d'Autun. Il devait me tenir au courant de ses
travaux et des expériences qu'il renouvelait. Après s'être entendu avec
l'inventeur, il m'engageait à faire prendre un brevet d'invention par
l'Autriche.

J'attendais avec impatience les nouvelles que M. Maître devait me
donner, mais j'attendis en vain. Son fourneau fut construit, mais le
mauvais temps avait mis obstacle à ce que les expériences pussent être
faites d'une manière complète, et il les avait remises au printemps.
Tous ces délais répugnaient à mon impatience, et je conçus l'idée de les
faire moi-même et de construire, dans une usine impériale, à Neiberg en
Styrie, un fourneau assez grand pour essayer cette fabrication. Je
modifiai les plans qu'on m'avait envoyés et je mis en action toutes les
ressources de mon esprit pour arriver à un résultat favorable.

Les travaux une fois avancés, je me rendis sur les lieux et je m'y
établis, pour en diriger moi-même l'achèvement. Là, méditant sur le plan
et remarquant le canal de communication qui liait le corps du fourneau
avec la cheminée d'appel, l'idée d'employer les flammes qui sortaient du
fourneau à puddler la fonte me vint à l'esprit, et je fis construire un
four à puddler sur le canal et une seconde cheminée d'appel, afin de
pouvoir, à volonté, diriger les gaz par l'une ou l'autre cheminée,
suivant que le four à puddler travaillerait ou ne travaillerait pas. Le
fourneau fut mis en feu et la combustion se fit de la manière la plus
active et la plus complète, malgré des charges de trente pieds. Le
minerai fut réduit, fondu; mais la partie inférieure du fourneau, le
creuset, étant resté froide, le métal se prit, et, les tuyères s'étant
obstruées, le courant d'air fut intercepté et le fourneau s'arrêta. Je
fis rétrécir l'orifice intérieur des tuyères et leur donner une
direction plus inclinée, en même temps que je fis rétrécir le creuset
pour y concentrer davantage la chaleur; mais les résultats furent les
mêmes. Je fis construire au milieu du creuset une colonne creuse, qui
formait le commencement d'un canal souterrain qui venait à la cheminée
d'appel. Un tirage allant de haut en bas s'établit et échauffa le
creuset annulaire qui environnait la colonne; l'anneau entier se remplit
de métal qui se refroidit. Cette disposition fut renouvelée sur une plus
grande dimension, et alors le creuset devint suffisamment chaud; car,
élevant les tuyères de plusieurs pieds au-dessus de la pierre du fond,
tout le tirage se faisant par en bas, la partie supérieure du fourneau
fut froide, la réduction du minerai n'eut pas lieu, et la fusion ne
s'effectua pas. Je divisai les courants et partageai leur action de
manière qu'une partie du tirage se fît par en haut et l'autre par en
bas; mais alors les deux effets furent manqués. Les dépenses que ces
expériences m'occasionnaient se trouvaient au-dessus de mes moyens, je
dus les arrêter. Mais les lumières qu'elles m'ont données ont fixé mon
opinion sur la possibilité et la grande probabilité d'un résultat
avantageux; elles m'ont permis de constater les principes ci-après que
je crois incontestables.

Dans les fourneaux sans soufflerie, les courants d'air sont le résultat
de la différence des températures. On peut en augmenter la vitesse par
une hauteur plus grande de tirage, comme, dans les fourneaux ordinaires,
on y parvient par des machines plus puissantes, qui projettent l'air
avec une force plus grande. Dans les uns, on agit par aspiration, et,
dans les autres, par pression. Ainsi la quantité d'air nécessaire à la
combustion est également assurée dans l'un et dans l'autre système. Les
interstices des charges laissent un intervalle suffisant au passage de
l'air, et la pression, que l'on a représentée comme une chose
nécessaire, ne sert qu'à donner une quantité convenable d'air dans un
temps déterminé. Mais la grande différence des deux modes constate en
ceci: avec les fourneaux sans soufflerie, on a nécessairement la
combustion et les courants d'air dans la ligne droite que déterminent
par leur position respective les orifices d'entrée et de sortie, tandis
qu'avec des machines soufflantes, l'action étant mécanique, on fait
arriver l'air d'où l'on veut, parce qu'il est lancé avec une force de
projection constante, dont on peut à volonté faire varier la direction.
Ainsi c'est à diriger les courants dans le but d'avoir la chaleur où
elle est nécessaire que tous les calculs doivent tendre pour les
fourneaux sans machines soufflantes.

Je pense, après avoir étudié la question avec soin et suivi les
phénomènes qui se sont passés sous mes yeux, qu'on doit regarder comme
constants les faits énoncés ci-après. Le tirage, une fois établi,
traverse sans peine les plus épaisses charges de combustibles et de
minerai, si surtout le minerai n'est pas en poussière. En réduisant les
fourneaux de quinze à dix-huit pieds et employant des minerais fusibles,
on ne trouve jamais d'obstacle de ce côté.

La chaleur nécessaire pour opérer la réduction et la fusion est obtenue
en se servant de la totalité des gaz et du calorique pour cet objet.

En divisant les courants, on n'en a plus assez pour produire un effet
satisfaisant; et je conclus que l'on doit réussir parfaitement avec un
fourneau de petite dimension, en établissant la totalité des courants de
haut en bas; et pour cela voici les constructions que j'exécuterais.

Je construirais un fourneau avec une tour de quinze à dix-huit pieds,
dans la forme consacrée par l'usage, avec un creuset carré de vingt
pouces de côté. Je fermerais le gueulard au moyen d'un chapeau mobile
qui s'ouvrirait pour placer les charges; je ferais construire une
douzaine de tuyères à quatre pieds au-dessous du gueulard, autour du
fourneau, et je donnerais seulement quatre pouces carrés d'ouverture aux
orifices intérieurs; enfin j'ouvrirais le creuset d'un côté jusqu'à un
pied ou quinze pouces de hauteur à partir de la pierre du fond, et je
mettrais à la suite un four à peu près semblable aux fours à réchauffer,
avec un floux de six pouces en hauteur et après une cheminée de rappel
de dix-huit pouces d'ouverture placée presque horizontalement, de
manière à pouvoir y placer aussi un four à puddler qui prendrait les
flammes pour les rendre à la cheminée, ou les y laisserait passer
extérieurement, selon le besoin.

Je ne doute pas un moment d'un succès complet, car tous les
inconvénients remarqués seraient prévenus. Ce four à la suite, à voûte
surbaissée, serait fermé par une dame et deviendrait le véritable
creuset, et une porte serait disposée pour faire la coulée. Toute la
chaleur et les gaz du fourneau seraient employés: 1° à réduire le
minerai et à le fondre; 2° à échauffer le creuset, qu'ils traverseraient
en totalité. Aucun engorgement ne serait plus à craindre.

Pendant mes expériences, je dirigeai les flammes du fourneau par le four
à puddler et j'essayai le puddlage, qui réussit parfaitement bien. Ce
succès fit grande sensation parmi tous les industriels occupés de
métallurgie.

Je pensais qu'ayant pris un privilége pour l'emploi des flammes perdues
je trouverais dans cette invention un grand dédommagement de l'échec que
j'avais éprouvé; mais il en fut tout autrement, et l'on me disputa le
mérite d'avoir eu le premier cette idée en Autriche et d'en avoir fait
l'application. Je n'avais apporté aucun mystère dans mes travaux, et
moins auprès des employés du gouvernement qu'envers aucun autre, puisque
c'était dans une usine impériale et avec l'appui de l'administration que
j'opérais; mais l'idée d'appliquer les flammes perdues des hauts
fourneaux à puddler avait frappé le directeur de Mariazell, un sieur
Lait, homme capable, mais intrigant. Sans compter pour rien la priorité
de mes idées sur les siennes et de mes travaux en pleine exécution, il
se mit à construire de son côté, et il intéressa l'amour-propre du
prince Lobkowtz, directeur du département des mines et fonderies dans
son entreprise.

Je ne pris aucune précaution contre un tel procédé, ne pouvant pas
supposer un moment que l'on se servirait des travaux de Mariazell contre
mes intérêts. On soutint que ce n'était pas la même chose, puisque
j'avais employé un fourneau marchant sans machine soufflante, tandis que
l'on s'était servi de fourneaux avec soufflerie, comme si ma première
pensée n'avait pas été de consacrer mon procédé à ces mêmes usines,
comme si mon brevet de privilége n'en faisait pas expressément mention.
On se rabattit sur ce que mes plans étaient peu détaillés et le mémoire
peu explicatif, et on prétendit que le gouvernement, plus libéral que
moi, voulait donner à chaque particulier la facilité de faire librement
chez lui ces améliorations sans payer aucun droit. Pour défendre les
miens, il eût fallu soutenir un procès et faire de grands frais. Ma
position ne comportait guère un procès entre moi et le gouvernement, et
je dus céder.

L'administration racheta mon privilége, et, convaincue enfin que mes
travaux avaient donné une impulsion utile à l'industrie, elle décida
que mes frais d'expérience me seraient remboursés. Les employés
triomphèrent dans leur amour-propre; mais, comme il fallait que le
triomphe de leur intérêt pécuniaire eût son tour, on découvrit qu'un M.
Fabre-Dufour avait puddlé dans Wurtemberg avec des flammes perdues, et
l'on proposa au prince de Lobkowtz de lui acheter son appareil et de le
privilégier en Autriche; de manière que l'administration, qui, à mon
égard, prétendait avoir inventé en même temps que moi et annoncé qu'elle
défendait les droits de tous en m'empêchant de jouir de mon privilége,
déclara plus tard qu'elle n'avait rien inventé, et reconnaissait M.
Fabre-Dufour comme inventeur, en lui achetant le privilége de se servir
de ce procédé et non pas pour tous les fabricants de la monarchie, mais
seulement dans les usines impériales, abandonnant ainsi les droits du
public qu'elle avait prétendu protéger. Ce récit est assez clair et n'a
pas besoin de commentaire.

Fatigué de la vie monotone de Vienne et de son climat rigoureux, privé
de la présence de personnes qui m'étaient chères et qui voyageaient en
France, je pris le parti d'aller passer mon hiver à Venise, où une
grande liberté, la jouissance d'une bonne température, un excellent
spectacle et une société agréable et hospitalière, réunissaient des
avantages précieux pour un homme qui, comme moi, tient de l'ermite et
n'a pas encore complétement cependant renoncé au monde. C'est sous ces
influences, et à Venise même, que j'écris en ce moment ces lignes.



LIVRE VINGT-SIXIÈME.

1839-1841.

SOMMAIRE.--Affaires d'Orient de 1839 à 1841.--Mes rapports avec
Méhémet-Ali.--Confidences.--Lettres de Boghos-Bey.--Je deviens un
intermédiaire utile.--Opinion du prince de Metternich.--Situation de
Méhémet-Ali vis-à-vis de diverses puissances.--Intervention de la
Russie.--Le prince de Metternich s'appuie sur l'Angleterre.--Mémoire sur
la question d'Orient, intitulé: _De la crise de l'Orient et de la
politique qu'elle semble exiger_.--Terreur inspirée à Vienne par le
traité du 15 juillet.--Critique de la politique suivie par la
France.--Raisons de la faiblesse de l'armée égyptienne en
campagne.--Ibrahim-Pacha et
Soliman-Pacha.--Saint-Jean-d'Acre.--Continuation de mes relations avec
l'Égypte.--Appendice.


J'ai raconté de suite la manière dont j'ai passé les dernières années
qui viennent de s'écouler. Je n'ai pas parlé des rapports que j'avais
conservés avec l'Égypte. Cet épisode faisant un tout, et se liant avec
les affaires d'Orient qui se sont déroulées l'année dernière d'une
manière si pénible, si douloureuse et malheureusement si honteuse pour
la France, j'ai cru devoir en faire le récit à part; et, afin d'entrer
dans tous les détails qui s'y rattachent avec des circonstances qui sont
inconnues, avant de lire ce qui va suivre, j'engage à prendre
connaissance de ce que j'ai écrit sur l'Égypte et sur Méhémet-Ali.

J'ai consigné dans mes récits les conseils que je lui ai donnés. Ils
étaient sincères et, je crois, très-opportuns. Je n'ai caché qu'une
chose, c'est que, dans nos conversations, il m'avait confié, dès mon
arrivée, que, ne pouvant douter des intentions hostiles du sultan,
sachant l'esprit de haine qui régnait contre lui au sérail, et voyant
même des préparatifs qui avaient pour but de le déposséder des droits
qu'on lui avait reconnus et des provinces qu'on lui avait accordées, il
trouvait contraire à la raison de fournir des secours à son ennemi et de
lui envoyer de l'argent; que, par conséquent, il était disposé à refuser
le tribut et à se déclarer indépendant.

Méhémet me demanda mon avis sur la conduite à tenir. Je lui répondis que
l'accueil qu'il m'avait fait, l'idée que je m'étais formée sur lui et
mon propre caractère m'imposaient l'obligation de lui parler avec
franchise et sincérité; qu'en conséquence je n'hésitais pas à lui
déclarer que le parti vers lequel il semblait incliner lui serait
funeste, s'il l'adoptait. Je lui dis: Je passe condamnation sur les
sentiments hostiles que vous supposez au sultan. J'allai même jusqu'à
les lui certifier, car je n'avais entendu parler à Constantinople que
des projets guerriers de la Porte et du désir d'en appeler aux armes. Je
savais, par l'ambassadeur de France et l'internonce d'Autriche, que leur
influence tout entière, consacrée à empêcher une levée de boucliers qui
devait amener la perte du sultan et à calmer une ardeur et une colère
qui pouvaient avoir pour résultat la crise la plus fâcheuse et la plus
fatale, semblait quelquefois devoir être impuissante.

Ainsi j'étais parfaitement d'accord avec Méhémet-Ali sur le point de
départ de sa politique et sur la situation des choses; mais j'ajoutai
bien vite: «Malgré cela, vous ne pouvez suivre sans péril la marche que
vous indiquez. Vous perdriez aux yeux de l'Europe les droits que vous
avez acquis et qu'on vous reconnaît. La puissance de fait, toute grande
qu'elle soit, et particulièrement en Turquie, où souvent elle s'élève au
détriment de la puissance de droit, ne fait pas disparaître celle-ci. Ne
renoncez donc pas à un auxiliaire utile. Vos droits datent du traité de
Kutaieh, où toute l'Europe est intervenue, et, grâce à ce traité, vous
avez place dans le droit public de l'Europe. Mais, à quel titre, à
quelle condition, avez-vous reçu l'investiture des provinces que vous
gouvernez? à titre de vassal, soumis à un tribut et à des conditions.
Tant que vous les remplissez, vous avez l'opinion du monde pour vous. Si
vous voulez vous en affranchir, vous déchirez de vos propres mains le
titre de votre puissance, et l'Europe vous devient hostile, et d'autant
plus qu'on ne veut pas l'affaiblissement de l'Empire ottoman. Quoiqu'il
soit divisé en deux fractions, dont l'une vous est subordonnée, les
hommes impartiaux, en remarquant l'ordre qui règne dans la partie que
vous gouvernez, loin de voir un affaiblissement de la monarchie dans cet
état de choses, le considèrent, au contraire, comme une réorganisation,
un élément de forces. Le traité de Kutaieh déchiré, qu'êtes-vous? Un
simple pacha révocable! Je sais bien que cette révocation ne vous
renversera pas; mais, aux yeux des peuples, elle ébranlera votre
puissance et peut-être la compromettra si une nouvelle crise survient.
Le droit est immense aux yeux des hommes; ne le mettez pas contre vous.
Vous pouvez, quant au tribut, en retarder le payement sous divers
prétextes ou le faire partiellement; mais ne déclarez jamais que vous ne
voulez plus le payer. Faites tous les actes d'un sujet fidèle, tant que
vos intérêts ne seront pas compromis d'une manière directe et immédiate
par des hostilités effectives. Cette politique n'a rien de nouveau, elle
est suffisamment connue en Orient. Réfléchissez que le sang d'Othman,
malgré tant de révolutions et d'événements qui auraient dû le flétrir,
est encore le seul dans l'empire qui soit l'objet d'un culte religieux.
Ne sacrifiez point, par une démarche imprudente, le certain pour
l'incertain, et ne prenez pas l'ombre pour le corps.»

Méhémet-Ali entendit ces paroles avec peine, et souvent rougissait quand
je lui parlais. Il finit en répétant quelques objections qui étaient
plutôt inspirées par la passion que par la raison, et nous nous
quittâmes sans qu'il eût changé d'avis. Deux jours après, il me dit
qu'il avait profondément réfléchi à ce que je lui avais dit, que mes
conseils étaient sages, qu'il en reconnaissait l'opportunité et qu'il
était résolu à les suivre. Il n'y a pas manqué; il n'a jamais autorisé
les accusations que gratuitement on a dirigées contre lui, et il n'a pas
un moment pensé à renverser le trône du sultan ni à marcher sur
Constantinople. Ces explications devaient précéder ce qui va suivre.

Les fils de deux de mes amis, le duc de Mortemart et le duc de Périgord,
se disposant à faire un voyage en Égypte, me demandèrent une lettre de
recommandation pour le pacha. J'écrivis à Boghos-Bey, conformément à
leur désir. Quelque temps après, je reçus la lettre ci-jointe, qui se
rapportait aussi à l'ouvrage que j'avais publié sur l'Égypte.

«Alexandrie, le 15 septembre 1838.

«Monsieur le maréchal,

«MM. de Périgord et de Mortemart, heureusement arrivés, m'ayant remis
la lettre dont vous m'avez honoré, en date du 2 juin dernier, je me suis
fait un devoir de la soumettre à Son Altesse le vice-roi mon maître.

«Les sentiments d'amitié que vous avez inspirés à Son Altesse lors de
votre bref séjour ici, et qu'elle se flatte d'avoir partagés, lui font
une loi de vos moindres désirs. Ces deux voyageurs, déjà distingués sous
beaucoup d'autres rapports, sont ici l'objet d'une attention
particulière. Ils ne pourront qu'être satisfaits d'avoir été porteurs
d'une pareille recommandation. Je regrette, monsieur le maréchal, de ne
point avoir reçu, parmi les divers exemplaires qui me sont parvenus de
l'ouvrage que vous avez publié, celui qui avait été destiné pour Son
Altesse.

«Le vice-roi, qui en a ordonné la traduction, s'est plu à reconnaître,
en ce qui concerne l'Égypte, le coup d'oeil exercé de celui qui a brillé
en administration aussi bien qu'à la tête des armées, et a hautement
apprécié l'impartialité qui a présidé à sa rédaction.

«Rien ne pouvait être aussi agréable à Son Altesse que l'intérêt que
vous lui témoignez, monsieur le maréchal, en écrivant que vous lisez le
récit des événements qui se passent dans ses États et que vous faites
des voeux sincères pour ses succès. Aussi a-t-elle dit que la
Providence, en vous inspirant l'idée d'un voyage dans ces contrées,
avait peut-être résolu de lui accorder un puissent auxiliaire.

«Je crois inutile de vous prémunir contre tout ce qui s'imprime en
Europe sur le vice-roi et sur l'Égypte dans les feuilles périodiques.
Vous devez assez connaître quelle foi méritent certaines correspondances
des journaux. Les affaires de Syrie sont heureusement et complétement
terminées, et, quoique la topographie de cette province et le caractère
de ses habitants se prêtent à ces échauffourées, elles n'auront jamais
aucun résultat sérieux. Le commerce d'importation et d'exportation a
triplé sous le gouvernement actuel. Les masses sont satisfaites. Quant à
l'extérieur, vous devez avoir acquis, monsieur le maréchal, par la
connaissance personnelle du sultan Mahmoud et de Son Altesse
Méhémet-Ali, la conviction intime qu'il n'y a pas d'arrangement à
espérer entre eux sans l'intervention des puissances européennes.

«La haute position sociale que vous occupez vous met en relation avec
les diplomates les plus influents, et votre caractère particulier vous a
valu des témoignages non équivoques de l'affection que vous portent
d'augustes personnages. La vérité et les besoins réels de l'Égypte ne
peuvent être mieux appréciés que lorsqu'ils sont annoncés par une voix
impartiale et digne de toute croyance.

«Éviter une complication entre les puissances de l'Europe pour la
question d'Orient est le but qui a guidé le vice-roi, lorsqu'il a
déclaré tout récemment à leurs consuls généraux ici, qu'il se
contenterait de voir assurée la succession de sa famille. Il a toute
confiance que sa demande modérée sera comprise, et que, revenant à des
opinions plus favorables, les cours de l'Europe accorderont à l'Égypte
une existence positive en récompense des immenses travaux du vice-roi
pour le bonheur du pays. En attendant, le tribut partira pour
Constantinople, le 17 courant, avec le paquebot-poste français.

«Enfin Son Altesse le vice-roi espère, monsieur le maréchal, que
l'intérêt que vous lui portez ne sera pas entièrement passif, et qu'au
fait des opinions particulières émises à Toeplitz par d'augustes
souverains vous aurez l'extrême bonté de lui faire connaître les
modifications qu'elles pourront avoir subi, éclairant Son Altesse sur la
marche à suivre dans sa position précaire, désormais insoutenable.

«La présente lettre est expédiée à mon frère, M. Pietro Joussouf de
Trieste, qui a ordre de la faire parvenir entre vos mains par une
personne de toute confiance, partant pour Vienne dans ce seul but. Elle
sera à votre disposition, monsieur le maréchal, pour le cas où vous
jugeriez devoir la charger d'une réponse. Ce moyen m'a paru le plus
convenable pour la sûreté des dépêches, vous certifiant, de mon côté,
que vous n'aurez à craindre aucune indiscrétion de notre part sur vos
communications ou conseils, de quelque nature qu'ils puissent être.

«Après avoir exécuté dans ce qui précède les ordres de mon maître
bien-aimé, permettez-moi, monsieur le maréchal, de vous présenter
l'hommage du profond respect et de l'admiration avec lesquels j'ai
l'honneur d'être votre très-humble et très-obéissant serviteur,

«BOGHOS-JOUSSOUF.»

Cette lettre, rédigée avec soin, raisonnable et motivée sur des faits
incontestables, provoquait, dans l'intérêt du maintien de la paix, le
concours des puissances pour fixer un ordre de choses régulier qui
assurât l'avenir. Les voeux de Méhémet-Ali, fort légitimes, devaient
convenir aux divers gouvernements, et je crus convenable d'en donner
connaissance au prince de Metternich. Il en fut frappé et admit le
principe qu'elle consacrait. Nous discutâmes ensemble quels étaient les
avantages à accorder à Méhémet-Ali et sur lesquels les puissances
pourraient s'accorder. Il n'hésita pas un moment pour l'Égypte
héréditaire; mais il crut que la Syrie viagère était la seule chose que
l'on pût y joindre. J'avoue que je ne partageais pas cette opinion,
parce que c'était rejeter à une époque qui pouvait être peu éloignée, la
mort de Méhémet-Ali, la solution de nouveaux embarras, qui peut-être
deviendrait plus difficile. Ibrahim est d'un caractère passionné et
moins habile politique que son père. Dans ma réponse, j'entrai avec
détails sur la position de Méhémet-Ali et sur la manière dont je
l'envisageais. Je lui démontrai la convenance, dans ses vrais intérêts,
d'accepter l'hérédité de l'Égypte avec la Syrie viagère, si l'on ne
pouvait pas obtenir l'hérédité à l'égard de cette dernière; et, quoique
la lettre de Boghos-Bey fût très-sage, comme je connaissais l'instinct
intérieur de Méhémet-Ali, qui le poussait à prendre un parti extrême, et
que j'en redoutais pour lui les effets, instinct que la voix des
journaux annonçait s'être réveillé, j'insistai beaucoup dans ma lettre
sur l'importance dont il était, pour le vice-roi, de n'enfreindre en
rien le traité de Kutaieh. Je m'expliquais ainsi:

«Monsieur,

«La lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 15 septembre
m'a causé un véritable plaisir. Elle me flatte par le prix que le
vice-roi met à mes conseils, et me touche par la confiance qu'il montre
en mes sentiments pour lui. J'y vois aussi la preuve de la constante
amitié dont il m'a donné des témoignages multipliés pendant mon séjour
en Égypte et dont je conserverai toujours le souvenir.

«Je m'associe de coeur à tout ce qui se passe dans vos contrées, et les
nouvelles que j'en reçois sont toujours d'un vif intérêt pour moi.
J'apprécie aussi, monsieur, comme je le dois, les sentiments que vous me
portez, en raison du cas tout particulier que je fais de votre personne.

«Pendant nos longues conversations avec Méhémet-Ali, faites sous vos
auspices, monsieur, je lui ai toujours parlé avec franchise. Le cas que
je fais de son caractère et de ses lumières m'en imposait la loi.
Éloigné de lui, je ne changerai pas de méthode, et je vais répondre à
votre lettre avec le plus grand abandon.

«Les bruits répandus par les journaux sur le projet du vice-roi de se
déclarer indépendant m'ont vivement alarmé pour lui. Quoique je
connaisse sa grande capacité et sa grande énergie, il me semblait peu
digne de sa sagesse de livrer aux hasards de la guerre et aux chances de
la politique une existence toute faite et que chaque jour doit
consolider davantage. Le temps qui s'est écoulé depuis mon retour de
l'Égypte n'a apporté aucun changement aux opinions que je lui ai
manifestées à cet égard. Le traité, en consacrant ses droits, lui impose
des devoirs. Tout est lié dans ce monde. En s'affranchissant des uns, on
sape les autres par leur base; et, quoique le fait constitue réellement
sa puissance, quoique les moyens dont il est le créateur lui assurent la
durée de son pouvoir, la force morale du _droit_ ne peut lui être
indifférente. Elle ajoute d'une manière si directe et si efficace à la
puissance du _fait_, que le temps et une longue suite d'années peuvent
seuls suppléer à ce qui manque en créant le sentiment d'un nouveau droit
dans l'esprit des hommes. À mon avis, le vice-roi a donc fait sagement
de se tenir dans les limites de ses droits reconnus, et fera bien d'y
rester, d'autant plus qu'il est maître absolu chez lui.

«Pour terminer de suite tout ce que cette question d'indépendance peut
suggérer à l'esprit, je dirai que, pour que cette déclaration eût
quelque valeur, il faudrait qu'elle pût recevoir la sanction des grandes
puissances de l'Europe. Or tout me porte à croire qu'elles seraient fort
éloignées de l'accorder, et la reconnaissance même d'une d'elles ne
ferait qu'amener une complication, et peut-être une collision dont
l'Égypte, après avoir été l'occasion, deviendrait peut-être la victime.

«Je comprends le désir de Méhémet-Ali d'assurer l'avenir de sa famille.
Rien de plus juste et de plus légitime. Les grandes choses que le pacha
a exécutées ne peuvent donner des résultats permanents et lui survivre
que sous les auspices du pouvoir qui les a créées. Revenant au pouvoir
direct du sultan, l'Égypte rétrograderait rapidement vers le désordre et
l'anarchie. On ne peut se le dissimuler. Cependant, ce pays se liant
chaque jour davantage avec l'Europe, celle-ci a un grand intérêt à ce
que l'ordre y règne et à ce qu'une riche culture mette à sa disposition
d'importants produits. Ainsi les grandes puissances de l'Europe doivent
désirer la stabilité de l'ordre de choses existant, et, si Méhémet-Ali
reste dans des limites sages, je crois qu'il peut compter sur leur
appui. En bornant ses demandes à faire donner, dès ce moment, à son fils
l'investiture des provinces qu'il gouverne, peut-être pourrait-il
l'obtenir; et, cet objet ainsi réglé, le repos de l'avenir semble
assuré. Mais, les puissances bornassent-elles leur concours à assurer
seulement à Ibrahim-Pacha l'Égypte pour héritage, Méhémet-Ali, à mon
sens, devrait s'en contenter et se trouver satisfait; car, quant à lui,
la possession du reste lui est dévolue sans contestations et pour toute
sa vie. Et si, le jour où la Providence l'appellera à elle, ses États
sont tranquilles, son armée en bon état et son trésor rempli, nul doute
que son fils Ibrahim n'obtienne, par la crainte et la nécessité, la
confirmation de la Porte pour la totalité des domaines de son père.
C'est déjà beaucoup, sous le rapport de l'opinion, que d'être d'avance
reconnu comme le maître futur de l'Égypte, véritable et principal
élément de la puissance nouvelle.

«Je conseillerais donc au vice-roi, dans ses intérêts bien entendus, de
renoncer à la pensée de s'affranchir d'une vassalité dont le poids est
léger, et qui contribue cependant à sa puissance réelle, et de se borner
à réclamer l'intervention de l'Europe afin d'obtenir pour son fils
l'investiture des domaines qu'il possède.

«En résumé, la durée de la création de Méhémet-Ali dépend, après lui,
des talents de son fils. Si, comme je le crois, il est digne de son
père, il le continuera; sinon il succombera, et tous les titres du monde
n'empêcheraient pas sa chute, résultat de la force des choses.

«Pour faciliter la transmission de son pouvoir, pour en assurer la durée
dans sa famille après avoir cessé de vivre, Méhémet-Ali doit penser à
trois choses dont je l'ai entretenu déjà plus d'une fois: s'occuper de
maintenir son armée sur le meilleur pied possible, sous le rapport de la
discipline, de l'instruction et de la capacité des officiers; avoir un
trésor richement pourvu; car, dans la position particulière où il est,
le crédit, arme nouvelle des gouvernements, arme puissante, mais d'une
valeur variable, difficile à manier par les vieux gouvernements, n'est
nullement à son usage; en troisième lieu, maintenir la paix chez ses
sujets, et il atteindra avec certitude ce dernier but s'il trouve le
moyen d'améliorer leur condition sans rien changer au système
d'administration que je trouve convenable et même nécessaire aux temps
actuels, mais avec lequel cependant on ne peut parvenir à concilier tous
les intérêts. Ces trois conditions remplies, le pacha peut dormir en
paix et se reposer sans soucis sur l'avenir de ses enfants.

«Je vous remercie, monsieur, et je remercie Son Altesse du bon accueil
fait en Égypte à MM. de Périgord et de Mortemart. J'éprouve un véritable
chagrin que les exemplaires de mon ouvrage, qui vous étaient destinés,
ne vous soient pas parvenus. Je vous réitère, etc.»

Boghos-Bey m'écrivit de nouveau, le 16 décembre 1838. Je lui répondis
sans retard, le 6 février. Voici la lettre de Boghos-Bey.

«Alexandrie, le 16 décembre 1838.

«Monsieur le maréchal,

«Son Altesse le vice-roi, mon auguste maître, m'avait dit, en partant
pour son voyage de la Nigritie: «S'il arrive quelque lettre de mon ami
le maréchal, vous m'en ferez parvenir de suite la traduction partout où
je serai.» Ses ordres ont été ponctuellement exécutés. Un
courrier-dromadaire est parti avec la traduction exacte de la lettre
dont vous avez daigné, monsieur le maréchal, m'honorer, en date du 8
novembre dernier.

«Les opinions de Son Altesse me sont assez connues pour être certain du
plaisir qu'elle éprouvera en lisant la confirmation des sentiments
d'amitié constante que cette lettre exprime, et qu'elle appréciera des
conseils partant de si bonne source, et franchement donnés, pour les
placer comme guides de sa marche future. Son Altesse doit espérer que la
même conviction qui les a dictés pourra être manifestée en sa faveur
auprès des augustes personnages dont le concours est nécessaire à sa
demande juste et modérée, ayant pour but la conservation du fruit de sa
carrière laborieuse.

«On attend, de jour en jour, la nouvelle de l'arrivée de Son Altesse à
Kartoum. Ses dernières dépêches étaient de Dongolah. D'après son
itinéraire, elle pourra être de retour au Caire vers la moitié de
février, ne comptant pas s'arrêter longtemps au Tarogdu.
J'ambitionnerais, monsieur le maréchal, de pouvoir lui soumettre
quelques renseignements positifs sur la marche qu'aura faite, à ladite
époque, l'opinion des hommes influents sur la question égyptienne, si
toutefois vous ne jugiez pas indiscrète la demande d'une nouvelle lettre
de votre part.

«L'offre gracieuse et engageante qui termine celle du 8 novembre
m'enhardit, et mon auguste maître, pénétré que ses intérêts ne sauraient
être en de meilleures mains, se trouvera très-flatté que vous daigniez
les prendre sous votre patronage lorsque les circonstances pourront
l'exiger.

«Plein de reconnaissance pour votre bon souvenir et pour tout ce qu'il
vous a plu de m'écrire de bienveillant, je viens vous renouveler,
monsieur le maréchal, mes hommages, tribut de respect et de vénération,
avec lesquels j'ai l'honneur d'être votre très-humble et très-obéissant
serviteur,

«BOGHOS-JOUSSOUF.»

Voici ma réponse à cette lettre.

«Vienne, le 6 février 1839.

«Monsieur,

«J'ai reçu, il y a peu de jours, la lettre que Votre Excellence m'a fait
l'honneur de m'écrire, le 16 décembre dernier, et je m'empresse d'y
répondre. Je vous remercie tout à la fois des bonnes nouvelles que vous
me donnez de Son Altesse le vice-roi, et du prix que vous mettez à mes
conseils. Vous avez pu juger de leur sincérité. Ils sont le résultat de
ma véritable amitié pour le pacha, et de la connaissance que j'ai pu
acquérir de l'opinion des principaux cabinets de l'Europe à son égard.
S'il veut en faire l'application, s'il lui convient d'agir dans le sens
que je lui ai indiqué, je pense qu'il pourrait manifester ses désirs aux
consuls généraux qui résident près de lui. Son retour en Égypte lui en
fournirait une occasion toute naturelle. Il rappellerait qu'à son départ
pour le Sennaar, par égard pour les souverains de l'Europe, et malgré
des griefs contre le sultan, qu'il est superflu de rappeler, il a
acquitté le tribut, fait preuve de soumission, et montré son intention
de ne rien faire qui puisse troubler la paix de l'Orient; qu'aujourd'hui
il est autorisé à réclamer les garanties pour son avenir et à demander
la preuve que le sultan ne veut en rien le troubler dans sa possession.
Il trouverait des garanties et le prix de ses longs travaux dans une
disposition qui fixerait le sort futur de sa famille et assurerait ainsi
son repos. Il voudrait donc obtenir, dès ce moment, du sultan, pour son
fils Ibrahim, l'investiture des pays qu'il gouverne, pour en jouir après
lui aux mêmes conditions que son père, et il demande aux consuls
généraux d'en rendre compte à leurs gouvernements respectifs, et de
solliciter de leur part une intervention bienveillante qui assure la
permanence d'un ordre de choses où le bien être de l'Europe et le repos
du monde sont intéressés. Cette démarche me semble devoir être le début
naturel de la négociation et le moyen de provoquer les puissances de
l'Europe à y intervenir.

«Je n'ai pas attendu le moment actuel pour manifester en haut lieu les
opinions que je professe à l'égard du pacha, et je ne cesserai pas de le
faire de nouveau en toute circonstance. C'est précisément à l'occasion
de semblables conversations que j'ai pu fixer mes idées sur la manière
dont est envisagée la position du pacha.

«Si j'étais retourné en France, comme j'en avais le projet, j'y aurais
servi les intérêts de Méhémet-Ali; mais, des motifs particuliers en
ajournant l'époque, j'ai profité d'une circonstance favorable pour agir
dans le même sens sur l'esprit d'augustes personnages. Je suis donc
convaincu que le pacha, en faisant la démarche que je lui conseille,
trouvera partout une disposition bienveillante et favorable à ses
désirs. Se bornât-on à ne vouloir appuyer, pour le moment, que
l'investiture de l'Égypte, je crois que le vice-roi devrait s'en
contenter.

«Je pense, monsieur, avoir répondu aux demandes renfermées dans votre
lettre. Continuez à vous adresser à moi pour tout ce que vous croirez
utile au pacha, et qui sera dans la nature de mes facultés. Je trouverai
toujours un véritable plaisir à remplir ses désirs et à lui prouver
l'amitié que je lui conserve, comme aussi à vous-même, monsieur, etc.»

Je donnai connaissance de ces deux lettres au prince de Metternich, qui,
par suite de mes entretiens, conçut l'idée de provoquer les puissances à
intervenir, au lieu de laisser le pacha tenter des efforts impuissants
auprès des consuls généraux, que leurs gouvernements respectifs
n'écouteraient pas, et qui laisseraient toujours la même incertitude et
le même vague dans les affaires d'Orient. Il fit à cet effet des
communications en France, en Angleterre, en Russie, et proposa de me
charger des intérêts communs, comptant sur l'influence que je pourrais
avoir sur Méhémet-Ali pour l'amener à la modération, espérant ainsi
prévenir tout nouveau conflit et parvenir à fixer définitivement
l'avenir.

La France répondit d'une manière assez favorable, mais incomplète. La
Russie était d'accord et accepta les propositions; mais l'Angleterre
répondit d'une manière évasive absolument négative.

On était en voie de négociations pour arriver à un résultat, quand tout
à coup la guerre éclata en Orient par suite des intrigues de
l'ambassadeur d'Angleterre, espèce de fou et d'énergumène qui servait
d'une manière aveugle et même avec exagération les folles passions de
lord Palmerston contre nous; car il est bien prouvé que la haine de
l'Angleterre contre Méhémet-Ali avait pour base l'amitié de ce dernier
pour la France et l'ascendant que nous exercions chez lui.

Lord Ponsomby trouva un chemin facile pour ses intrigues et un
auxiliaire utile à leurs succès dans l'aveuglement et les passions de
Mahmoud, dans l'incapacité et l'ignorance confiantes de ceux qui
l'entouraient, et dans la haine ardente que Khosrew-Pacha, chef suprême
de l'armée, portait à Méhémet-Ali. L'armée turque en marche et les
hostilités étant commencés, tout le monde s'alarma. La France,
l'Autriche et la Russie envoyèrent des agents pour chercher à les faire
cesser. Ibrahim-Pacha montra une grande longanimité; mais les intrigues
et l'argent des Anglais soulevaient le pays. La position des Égyptiens
n'était plus tenable, la bataille fut livrée, on se rappelle le
résultat[2].

[Note 2: Peut-être sera-t-on bien aise de connaître la relation de cette
bataille, que Soliman-Pacha m'envoya dès le surlendemain de la victoire:
on la trouvera en note à la fin de l'ouvrage, accompagnée de quelques
réflexions.]

Méhémet-Ali, fidèle à son système et voulant prouver sa modération,
donna l'ordre à son fils de s'arrêter. Il demanda ce qu'il avait réclamé
avant la bataille, la concession, pour lui et sa famille
héréditairement, du pouvoir qu'il exerçait, comme vassal de la Porte,
dans les provinces qui lui avaient été cédées par le traité de Kutaieh.

Mahmoud était mort; la flotte turque, mouillée aux Dardanelles, avait
fait voile pour Alexandrie; tout moyen de défense avait disparu. Le
Divan allait signer un traité qui terminait tout. Malheureusement
Méhémet-Ali avait compliqué la question pour satisfaire ses passions
personnelles contre Khosrew-Pacha.

Jamais inimitié plus vive n'a existé entre deux hommes. Khosrew est
assurément un homme peu recommandable, un malheureux toujours prêt à
vendre l'empire, et à ce titre Méhémet-Ali devait le haïr. Mais, d'un
autre côté, Méhémet-Ali a eu de grands torts envers lui quand il était
pacha d'Égypte, et que lui Méhémet-Ali s'est révolté, étant ben-bachi
sous ses ordres, et l'a renvoyé en lui tirant des coups de fusil. Or,
comme les torts que l'on a envers un individu inspirent souvent plus de
haine que ceux qu'il a envers nous, il y avait chez Méhémet-Ali un
double motif de persécuter Khosrew-Pacha, au moment où la fortune
l'avait rendu maître de sa destiné. Il comprit, dans les conditions de
paix, le renvoi de Khosrew. Cette seule circonstance a changé en un
instant toute sa situation. Sans elle la paix eût été faite un jour;
avec elle on se rebattit: car pour Khosrew, encore tout-puissant, les
intérêts de l'empire n'étaient rien en comparaison de ceux de sa
position personnelle. Cependant la force des choses allait l'emporter.
On était au moment de signer, à Constantinople, l'acceptation des
conditions imposées par Méhémet-Ali quand une intervention funeste,
provoquée par l'Autriche, vint tout arrêter, tout compliquer, tout
ajourner.

La bataille de Nézib avait produit une révolution complète dans l'esprit
du prince de Metternich, et lui qui connaissait les aberrations du
souverain de Constantinople, qui savait parfaitement que les hostilités
n'étaient pas venues de Méhémet-Ali, mais des illusions de Mahmoud; lui
qui avait la preuve de la modération du vice-roi, par l'ordre que
celui-ci avait donné à son fils de s'arrêter, vit, on ne sait pourquoi,
son arrivée comme immédiate à Constantinople. Or il y a quarante marches
de Nézib aux bords du Bosphore. Il oublia tout ce qu'il avait eu
l'intention de faire pour empêcher les affaires d'Orient de devenir le
commencement d'un incendie qui pouvait embraser l'Europe; et, au lieu de
hâter la conclusion des débats intérieurs de l'empire ottoman, il
intervint et fit naître de nouvelles incertitudes, prépara des
complications sans fin et sema les germes d'une confusion dont les
conséquences ne pouvaient pas être calculées.

Il donna l'ordre à l'internonce de présenter sur-le-champ une note à la
Porte pour engager le gouvernement ottoman à ne pas se soumettre aux
exigences de Méhémet-Ali et à réclamer l'assistance des envoyés des
grandes puissances pour concourir à sa sûreté, et, comme il craignait
que le ministre de Russie, M. de Boutenieff, ne refusât sa
participation, il le fit inviter d'une manière pressante, en son nom (se
faisant fort, auprès de son souverain), par M. Itruve, chargé d'affaires
de Russie auprès de l'Autriche, à se joindre à la démarche qu'il
prescrivait à M. de Sturmer. Il l'obtint de sa complaisance. L'amiral
Roussin, ambassadeur de France, qui, on ne sait pourquoi, était hostile
à Méhémet-Ali, s'empressa de s'y associer. L'Angleterre la désirait
ardemment; la Prusse suivit naturellement le mouvement imprimé, et une
démarche collective, faite avec des éléments qui n'avaient aucune
homogénéité et dans des vues contradictoires, empêcha, non seulement la
signature d'un traité qui rétablissait la paix le même jour, mais
encore fit naître la confusion dans les affaires d'Orient, confusion
dont les conséquences auraient pu être si graves et si funestes.

Une circonstance qu'il est bon de remarquer, c'est que la politique
suivie était si loin de convenir au cabinet de Saint-Pétersbourg, que la
proposition d'intervenir, qui lui fut faite directement, éprouva son
refus, tandis que M. de Boutenieff, par suite des influences dont j'ai
rendu compte, suivait une marche absolument contraire; ce qui offrit le
singulier spectacle de deux actes opposés exécutés en même temps par un
gouvernement et son ministre.

À la question d'intervention des puissances se liait nécessairement
sur-le-champ le moyen de l'exercer. Le prince de Metternich, voulant
l'établir avec l'omnipotence dont il se croit investi, décida qu'en cas
d'appel à Constantinople de l'escadre de l'armée russe les flottes
anglaise et française s'y rendraient également. Il n'avait pas pensé à
la manière dont les Russes envisagent les Dardanelles. Elles sont pour
eux l'arche sainte; personne ne peut y toucher. Il n'avait pas compris
que la question de leur clôture pour toutes les puissances de l'Europe
est tellement grave pour eux, qu'une décision favorable et une
reconnaissance de leur droit exclusif d'y commander ne seraient pas trop
payés par les efforts et les sacrifices d'une longue guerre, puisque ce
détroit couvre leurs immenses provinces de l'Asie et du midi de
l'Europe, tandis que la faculté de s'en servir à leur gré et toutes les
fois que des circonstances importantes leur présenteront de grands
avantages ne peut leur être enlevée tant que la puissance chargée de les
garder sera faible et sous leur dépendance; faculté qui leur donne des
moyens offensifs au coeur de l'Europe.

Cette proposition, adressée à Saint-Pétersbourg, reçut l'accueil qu'un
homme moins prévenu aurait pu prévoir. L'empereur Nicolas en eut un des
accès de colère auxquels un souverain s'abandonne rarement. Jupiter ne
faisait pas trembler l'Olympe plus violemment, Neptune n'agissait pas
sur les flots avec plus de pouvoir que ne le fit l'empereur de Russie
sur l'ambassadeur d'Autriche. Il déclara qu'il voyait dans cette
conduite du prince de Metternich une véritable trahison, et que peu s'en
fallait qu'il ne fît entrer immédiatement une armée en Gallicie!

Le comte de Fiquelmont, ambassadeur d'Autriche, comprit sur-le-champ les
conséquences graves qui pourraient résulter d'une semblable impression,
et il fit de longs rapports au prince de Metternich; mais, malgré leur
étendue, les trouvant encore insuffisants, et après mûre réflexion, il
se décida, prétextant un congé, à les porter lui-même à Vienne, où il
arriva d'une manière tout à fait inopinée. Cette apparition subite et
l'explication qu'il en donna glacèrent d'effroi le prince de Metternich.
Fiquelmont lui dit que l'intervention avait paru utile en Russie avant
la bataille, pour empêcher une collision; mais, depuis, la bataille de
Nézib avait résolu la question, et les puissances n'avaient plus rien à
faire. Telle était la manière de voir du gouvernement russe; mais que, à
l'égard du mode à intervention, l'empereur Nicolas avait vu ses intérêts
les plus chers lésés, et regardait comme une hostilité directe contre la
Russie le projet qui avait été libellé et qu'on lui avait soumis. La
sensation éprouvée par le prince de Metternich fut si douloureuse et si
profonde, qu'il entra dans son lit le même jour et fit une maladie de
vingt jours, où sa vie fut dans le plus grand danger.

J'étais à Carlsbad lorsqu'arriva la nouvelle de la bataille de Nézib. Je
trouvai, en arrivant à Vienne, le prince de Metternich presque mourant.
Des soins assidus et son bon tempérament parvinrent à le remettre. Je le
vis dans sa convalescence, et il soutenait avec obstination l'utilité de
l'intervention qu'il avait provoquée, et dont, au fond du coeur, il
regrettait bien, je crois, d'avoir eu l'idée. Dès ce moment, il conçut
sa politique comme appuyée sur la base unique de l'Angleterre. Il se
trouvait compromis avec la Russie, et la France ne lui offrait guère de
sécurité. L'Angleterre, au surplus, est l'amie naturelle de l'Autriche,
parce qu'il n'y a ni intérêts opposés entre ces deux puissances, ni
point de contact qui puissent les faire naître. Dès lors il devint le
très-humble serviteur de Palmerston.

Le prince de Metternich partit pour le Johannisberg et laissa le comte
de Fiquelmont à la tête du ministère des affaires étrangères, chargé des
rapports avec les ambassadeurs, mais avec l'instruction de faire passer
par le Johannisberg les courriers chargés des réponses qu'il croirait
devoir faire aux notes qui seraient remises, afin que les réponses
reçussent son approbation avant de paraître. Une note de la France
proposait de reconnaître l'hérédité de l'Égypte dans la famille de
Méhémet-Ali et la possession viagère des provinces d'Asie. Ce système si
modéré, si sage et conforme à ce que le prince de Metternich avait
trouvé juste d'accorder au pacha avant la victoire, aurait dû lui
convenir aujourd'hui; car une bataille gagnée aussi complétement, suivie
d'une conduite pleine de modération et de sagesse, ne pouvait pas faire
descendre Méhémet-Ali aux yeux des puissances. Le comte de Fiquelmont,
homme d'un esprit éclairé, d'une instruction étendue et d'un très-grand
mérite, n'hésita pas à accepter des propositions aussi conformes à la
justice et à la raison. Il expédia le courrier avec une réponse
affirmative et une proposition conforme à l'Angleterre; mais sa marche
fut arrêtée à Johannisberg. Le prince de Metternich désapprouva un
système qu'il savait ne plus convenir à Palmerston, et il y fit
substituer un projet de conférences qui devaient avoir lieu à Londres,
et dont les effets étaient d'ajourner à un temps indéterminé la décision
d'une affaire urgente sur laquelle le repos de l'Europe était fondé.

La conférence fut instituée, et les protocoles se succédèrent sans qu'on
pût s'entendre; les courriers traversaient fréquemment l'Europe sans
amener aucun résultat. La Russie, dès le principe, avait pris l'attitude
la plus sage et la plus convenable: elle s'était abstenue de vouloir
intervenir. Forte de sa position et des avantages qui résultent des
conditions géographiques dans lesquelles elle est placée par rapport à
la Turquie et à l'Europe, elle sait bien que, héritière principale et
nécessaire de cet empire ottoman sur lequel elle exerce une influence
irrésistible, elle dictera des lois à tous au moment de la chute. Mais
elle entrevit dans les divergences d'opinion des cabinets anglais et
français le moyen de rompre une alliance qui l'offusquait; et, dès ce
moment, elle se décida, au prix de beaucoup de sacrifices, à donner à la
conférence de Londres une nouvelle physionomie en se rapprochant de
l'Angleterre, bien que celle-ci fût gouvernée par les whigs. Ainsi,
l'antipathie de l'empereur Nicolas contre l'Angleterre, quoique forte et
motivée, étant moins vive que celle qu'il portait à Louis-Philippe, il
regarda comme une grande victoire de rompre une alliance qu'il avait
prise en grande haine, et il trouva une jouissance indicible à séparer
deux alliés que des intérêts opposés divisent et d'anciennes haines
séparent depuis bien des siècles, mais que des circonstances passagères
avaient rapprochés. Aucune complaisance envers l'Angleterre ne lui parut
devoir l'arrêter pour y parvenir. Tel est le principe de la brusque
séparation qu'a amenée le traité du 15 juillet. Mais, si ce traité
s'explique de la part de l'Angleterre par son intérêt et sa jalousie
contre la France, et de la part de la Russie par les passions
personnelles de l'empereur Nicolas, rien ne l'excuse de la part de
l'Autriche et de la Prusse, qui n'avaient ni intérêts ni passions qui
pussent les entraîner.

Je reçus, au commencement de septembre 1839, une lettre de Boghos-Bey à
laquelle je répondis sur-le-champ, et dès ce moment une correspondance
régulière s'établit entre nous. On la trouvera tout entière à la suite
de cet écrit. On sera sans doute curieux de la lire. Les lettres de
Boghos-Bey sont bien faites. Elles font connaître Méhémet-Ali, et l'on
trouvera, j'espère, que mes conseils étaient dictés par la raison et se
trouvaient d'accord avec ses véritables intérêts.

Cette grande affaire d'Orient étant le point de contact d'intérêts si
variés, si graves, et qui intéressaient la France d'une manière toute
particulière, la connaissant peut-être plus qu'un autre, puisque je
l'avais étudiée sur les lieux, je m'occupai de la rédaction d'un mémoire
où je la traitai à fond et avec tous les développements qu'elle
comporte. J'entretins de ce travail le prince de Metternich, dans l'idée
que peut-être il me demanderait à le connaître; mais il n'en fit rien,
et je devais m'y attendre, car il croit à sa prévoyance et à son
infaillibilité. Il m'en avait déjà donné une preuve, il y a quelques,
années, lorsqu'à mon retour d'Égypte et de Constantinople il ne me
demanda pas les observations et les remarques que j'y avais faites, mais
essaya de m'apprendre, non pas ce que j'avais dû y voir, mais même ce
que j'y avais vu. Cette divergence d'opinions entre le prince de
Metternich et moi modifia pendant quelque temps nos relations d'amitié
et de confiance malgré leur ancienneté. Nos conversations intimes
devinrent rares et gênées. Nous partions de points trop opposés pour
pouvoir nous entendre.

Le comte de Fiquelmont m'exprima, lui, le désir de connaître ce travail.
Je le lui lus, et il en fut frappé. Je crus de mon devoir de bon
Français d'en faire remettre une copie au maréchal Soult, alors
président du conseil, afin que le gouvernement eût des notions positives
sur les éléments qui devaient servir de base à sa politique. Il m'en fit
faire de grands remercîments. J'en donne ici la copie exacte.

DE LA CRISE DE L'ORIENT, ET DE LA POLITIQUE QU'ELLE SEMBLE EXIGER.

«J'ai établi ailleurs mes opinions sur les relations de la Russie et de
la Turquie; sur la dépendance obligée de celle-ci envers la première,
résultat des circonstances naturelles et de la force des choses. Je
crois avoir fait voir, quant à l'autorité à exercer à Constantinople, la
disproportion des moyens entre les puissances d'Occident et cet empire
immense qui grandit sans cesse et s'est placé, par une politique habile,
persévérante et patiente, en moins d'un siècle, à la première place dans
la communauté européenne.

«La carte indique toujours une Turquie, et le sultan est encore compté
au nombre des souverains; mais le moment n'est peut-être pas éloigné où
tout disparaîtra à la fois. Comme cet événement, quelle qu'en soit
l'époque, arrivera certainement un jour, il paraît convenable, pour
traiter la question qui m'occupe, de supposer la catastrophe au moment
de s'accomplir. En constatant ce qu'il faudra faire alors, il sera
facile de conclure la conduite à tenir aujourd'hui; car elle ne doit pas
être en opposition avec les besoins de l'avenir, mais, au contraire,
préparer les moyens de les satisfaire.

«Mes récits d'autrefois, basés sur des faits, amenaient naturellement
les conclusions que j'ai tirées. Des esprits prévenus ont cru voir, de
ma part, un penchant décidé vers la Russie, et on m'accusait d'être
Russe au moment même où je sonnais l'alarme. C'est que la multitude aime
à se repaître d'illusions. Elle s'abandonne facilement aux écarts d'un
orgueil fondé sur l'ignorance, et se nourrit volontiers de chimères.
Mais l'homme sensé, en approfondissant les choses, va de bonne foi à la
recherche de la vérité, et, quand il l'a découverte, il la proclame sans
crainte et sans réserve. En reconnaissant d'avance un grand danger, on
ne prend pas l'engagement d'en subir les conséquences; mais, en le
signalant, on provoque les bons esprits à la recherche des moyens de le
surmonter. Plus tôt ils sont éveillés, et plus promptement on arrive au
but qu'on veut atteindre; car c'est le temps qui manque toujours aux
hommes, et la prévoyance, si nécessaire à toutes choses, a pour effet
et pour principal avantage d'augmenter celui dont ils disposent. Je
répète ce que j'ai dit souvent et depuis longtemps: les moyens de la
Russie sont immenses, mais je ne prétends pas que cette puissance soit
irrésistible. Pour la combattre avec avantage et avec l'espérance de
triompher, il faut seulement choisir un bon champ de bataille.

«Je suppose donc que le gouvernement croule à Constantinople, que le
moment du partage de l'empire soit nécessairement arrivé, et que les
événements qui en seront la conséquence se développent immédiatement. À
coup sûr les Russes arriveront à l'instant même à Constantinople et aux
Dardanelles, point où, depuis plusieurs années, ils considèrent leur
frontière militaire comme placée de ce côté. Ils ne tiennent pas réunis
à Sébastopol une escadre qui s'augmente sans cesse, une flotte de
transport et deux divisions de quarante-huit bataillons prêts à être
embarqués au premier ordre, sans avoir la résolution bien arrêtée de
s'en servir. La prise de possession aura lieu. Il ne nous convient pas
cependant, dans le début, de combattre sur le terrain, je crois l'avoir
démontré ailleurs; car tout y serait à notre désavantage. Mais, si
l'occupation de Constantinople est facile aux Russes, la possession
définitive ne leur en est pas assurée, et ils ne peuvent y rester avec
sécurité qu'en possédant une large base qui assure leurs communications
par terre, et des points d'appui qui la protègent. S'il en est ainsi, eu
égard à la seule ville de Constantinople, à plus forte raison encore
quand il est question de couvrir les Dardanelles. Ce n'est pas un point
isolé qu'il faut aux Russes, mais une position telle qu'aucune partie
des défilés maritimes ne puisse être compromise et occupée par les
troupes des puissances de l'Occident, car un seul point suffit à
celles-ci pour fermer le passage, et c'est la liberté entière du passage
qu'il faut aux Russes et qui est l'objet de leur ambition.

«Les Russes, pour la posséder avec sûreté, ont besoin d'occuper les
trois provinces du Bas-Danube, et de s'y établir, de tenir en force
Silistrie; et, en même temps, il leur est utile de n'être point
inquiétés du coté de l'Asie Mineure et d'y rester maîtres de leurs
mouvements. Ces conditions remplies, toutes les puissances de l'Occident
ne peuvent rien contre eux. Mais, si au contraire l'Autriche occupe la
Valachie, la Moldavie et la Bulgarie; si elle fait de Silistrie une
bonne et forte place; si elle forme un camp retranché permanent sur le
versant des Karpathes, du côté de la Bukowine, en vue du Pruth, et porte
la masse de ses forces de ce côté, elle peut menacer la Russie dans la
possession de Constantinople, la combattre avec de grands avantages et
lui faire la loi. Ce sont donc les trois provinces qui, à mes yeux, sont
la clef de l'Orient; et sans doute, le moment arrivé, il serait dans les
intérêts bien entendus de l'Europe de tout sacrifier pour en assurer la
possession définitive à l'Autriche, tandis que l'Angleterre et la France
s'empareraient des îles de l'Archipel et entretiendraient à Lemnos et à
Ténédos une station permanente qui tiendrait en observation les escadres
russes. Enfin j'ajouterai, sur l'importance des trois provinces du bas
Danube, que la sécurité de l'Europe me paraîtrait moins compromise par
la possession de Constantinople par les Russes, les Autrichiens étant
établis aux bouches du Danube, que si, Constantinople occupé par des
forces anglaises et françaises, les Russes étaient maîtres et fortifiés
dans les principautés; car, dans le premier cas, il nous serait toujours
facile de chasser les Russes de Constantinople, tandis que, dans le
second, ceux-ci auraient toujours le moyen de nous faire quitter cette
ville et de nous y remplacer.

«Sans doute ces vues n'ont pas échappé au gouvernement russe. La preuve
s'en trouve dans la constante jalousie qu'il a montrée pour la Moldavie
et la Valachie, et dans la protection officielle dont il s'est investi à
leur égard. Nul doute aussi que, l'Europe voulant l'en déposséder, il
ne se décidât plutôt à faire la guerre que d'y renoncer. Mais la
question est si grave, et d'une importance si capitale pour le repos et
l'indépendance de l'Europe, les circonstances naturelles sont si
favorables à l'Autriche pour opérer de ce côté, car tout y est pour
elle: bases d'opérations larges et inexpugnables, flancs couverts par
les rivières, direction des fleuves qui coulent dans le sens de la ligne
d'opération, tandis que tout est contraire pour les adversaires; tout,
dis-je, lui est si avantageux, que la guerre, dans ce cas, ne doit point
effrayer, et dans mon opinion la France et l'Angleterre devraient, s'il
le fallait, sacrifier jusqu'à leur dernier écu et leur dernier soldat,
plutôt que de consentir que les trois provinces des bouches du Danube
appartinssent à d'autres qu'à l'Autriche, ou à un souverain particulier
sous la protection de l'Autriche, avec droit et devoir de la part de
celle-ci de tenir garnison à Silistrie et dans les autres forteresses.

«Dans des circonstances semblables et sous les auspices d'une alliance
intime entre la France, l'Autriche et l'Angleterre, une guerre éclate;
le roi de Prusse, cédant aux conseils de la prudence, dans les intérêts
de l'avenir et aux sentiments énergiques dont son peuple et son armée
sont animés contre les Russes, se joindra probablement à un système qui
aurait pour objet d'abaisser une puissance si menaçante pour lui. Alors
il porte son armée principale sur la Vistule, et marche sur Varsovie,
tandis que l'Autriche rassemble cent cinquante mille hommes sur le bas
Danube et porte quatre-vingt mille hommes sur Constantinople et les
Dardanelles. Pendant ce temps les escadres de France et d'Angleterre
stationnent devant les Dardanelles et tiennent en échec les escadres
russes, ou même entrent dans la mer de Marmara, sous la protection du
corps autrichien qui, maître de la Chersonèse, assurerait la liberté de
leur passage. Si, en même temps, une armée égyptienne en bon état,
établie en Syrie, soutenue par un corps auxiliaire de trente mille
Français, débouche sur l'Euphrate, et, arrivée aux sources de ce fleuve,
se porte sur l'Araxe, tandis que les Persans, excités à venger leurs
injures et à réparer leurs pertes, prennent les armes et entrent en
campagne, les Russes, malgré leurs forces immenses et leurs moyens si
redoutables, ne peuvent résister au concours de tant d'attaques
simultanées, et peut-être en deux campagnes seraient-ils rejetés en Asie
au delà du Caucase, sur le Kouban et le Tereck, et en Europe sur le
Dniester et sur le Niémen. Alors, d'un côté, les Circassiens, cette
plaie que vingt-cinq ans d'efforts au milieu de la paix n'ont pu
cicatriser, secourus et délivrés, se raniment, tandis qu'en Europe les
Polonais se réveillent. Le royaume de Grèce reçoit la plus grande
extension possible. Les Autrichiens, après s'être solidement établis sur
le bas Danube et avoir créé une barrière infranchissable, s'emparent de
la Roumélie et de Constantinople. De pareils résultats font disparaître
la Russie comme puissance prépondérante, et des siècles s'écoulent avant
qu'elle puisse revenir à ce point où elle est aujourd'hui.

«Dès ce moment toutes les questions relatives aux détroits sont faciles
à résoudre. Les villes de Constantinople et de Smyrne pourraient devenir
des villes libres se gouvernant par leurs propres lois. L'Asie Mineure,
abandonnée à elle-même, verrait s'élever par la force des choses un
grand nombre de petites souverainetés. Les côtes intérieures, mises sous
la sauvegarde du droit public de l'Europe, deviendraient accessibles à
tout le monde. Le passage des détroits serait ouvert à tout le monde
aussi, et les escadres de toutes les nations iraient, suivant leur
volonté, librement naviguer sur la mer Noire et la Méditerranée, ou bien
on renoncerait, pour les escadres anglaises et françaises, au droit de
naviguer dans la mer Noire en refusant aux escadres russes celui
d'entrer dans la Méditerranée, et chacun resterait dans les eaux qui
semblent plus particulièrement lui appartenir. La Russie jouirait d'une
libre navigation pour son commerce, et l'Europe aurait des garanties
contre son ambition et ses agressions.

«On voit dans l'hypothèse ci-dessus quel appui trouverait l'alliance de
l'Occident dans l'armée égyptienne, et la puissante diversion qui en
résulterait. Si donc elle doit être utile alors, il paraît sage de se
bien garder de porter atteinte à la puissance qui l'a créée, et, loin de
menacer son existence, il faut tout mettre en oeuvre pour la consolider
et assurer son avenir.

«Tout le monde veut de bonne foi la conservation de l'empire ottoman,
mais chacun l'entend à sa manière. La Russie le veut tel qu'il est
aujourd'hui, c'est-à-dire faible et dépendant. Les autres puissances le
voudraient le plus fort possible, et cependant ce sont elles qui
semblent s'opposer à une espèce de restauration. Dans leur conduite,
elles paraissent prendre l'ombre pour le corps. On comprendrait le
système suivi si la Russie le soutenait, mais c'est l'Angleterre qui l'a
adopté et le met en avant. En un mot, l'empire ottoman se compose de
deux parties: l'une est morte, l'autre a un peu de vitalité, et c'est
celle-ci qu'on veut détruire pour ressusciter l'autre! En vérité ne
semble-t-il pas voir un médecin qui, pour rendre le mouvement à un
membre paralysé, ordonnerait d'amputer celui qui remplit bien ses
fonctions?

«L'intervention des puissances de l'Europe avant que la guerre éclatât
était une haute pensée, un acte de politique habile. Empêcher les
Ottomans de s'entre-détruire, conserver les créations nouvelles et
assurer leur avenir, rétablir la paix et amener une réconciliation entre
les individus d'une même famille, cette belle conception devait porter
des fruits; mais, après la bataille, arriver pour mettre en question ce
qui était décidé, et empêcher une révolution morale de s'accomplir, ne
pouvait donner aucun résultat conforme aux espérances conçues, et
peut-être devait amener la confusion. Sans cette intervention, les deux
branches de la famille ottomane étaient réunies. Le vice-roi, satisfait
et content, n'avait plus rien à prétendre et voyait l'avenir de sa
famille assuré. Le départ de Khosrew laissant aux Musulmans la liberté
d'exprimer leurs voeux, un mouvement d'opinion appelait la personne de
Méhémet-Ali à Constantinople. Il s'y rendait et se trouvait probablement
gouverner l'empire ottoman comme grand vizir. Soutenu par la réputation
de son habileté, par les forces positives et matérielles dont il
dispose, il rétablissait une espèce d'empire, sinon bien redoutable, au
moins ayant quelque consistance et possédant les moyens d'ordre.

«Une vérité doit toujours être présente à l'esprit: il n'y a d'autre
point d'appui possible dans ce pays, pour arriver à quelque chose de
satisfaisant, qu'en le prenant en Égypte. Je ne me dissimule pas
l'objection des dangers que ferait courir au sultan l'ambition du
vice-roi, devenu grand vizir; mais, sans nier la validité de l'argument,
je répondrai que, sans doute, ce n'est pas dans l'intérêt unique du
sultan que les puissances veulent le secourir, c'est dans le but
d'opposer une barrière aux Russes; et qu'importe aux dépens de qui elle
s'élève? Et est-il possible d'hésiter entre le choix du moyen qui doit
certainement la créer, et celui qui en offrira à peine la plus faible
image. Je sais que, plus d'une fois, dans l'histoire, on a vu des
ambitieux, après avoir régné sous le nom des derniers rejetons d'une
race abâtardie, s'emparer de la couronne pour leur propre compte; mais
d'abord un certain nombre d'années est nécessaire pour préparer les
esprits et rendre possible cette usurpation, et Méhémet-Ali est bien
vieux; et puis, quand cela arriverait, Méhémet ne ferait que recommencer
ce qui s'est fait, non-seulement fréquemment en Asie, mais en Europe, et
même en France à deux reprises dans le moyen âge: sous la première race
quand l'avilissement du souverain amena le sang glorieux de
Charles-Martel à remplacer sur le trône le sang dégénéré de Clovis, et
qui se renouvela quand le fils de Hugues le Grand s'empara de la
couronne au préjudice des héritiers du faible Louis V.

«Un des inconvénients de l'intervention est de se présenter sans
ensemble ni harmonie entre les puissances, et sans moyens de répression.
Aucune d'elles, excepté la Russie, ne peut exercer une action redoutable
pour Méhémet-Ali. Trois d'entre elles seules sont en contact avec lui:
la France et l'Angleterre par leurs vaisseaux, et la Russie, quoique
éloignée par ses armées, mais au moyen d'une marche longue, pénible,
après avoir surmonté de grandes difficultés de diverse nature, et en
employant un temps considérable avant d'entrer en action et de joindre
Ibrahim-Pacha en Syrie. Les illusions de l'Angleterre seraient grandes
et ses passions la rendraient bien aveugle si elle préférait voir plutôt
les Russes occuper la Syrie que les Égyptiens.

«Si donc une réflexion sage fait répugner à employer le secours d'un
auxiliaire aussi dangereux, que reste-t-il pour attaquer Méhémet-Ali?
Des vaisseaux? mais ce moyen est stérile, et, excepté un blocus, dont
l'effet se réduirait à gêner les opérations administratives du vice-roi,
il ne peut lui faire aucun mal. Il ne faut d'ailleurs pas juger les
effets de la pénurie d'argent comme on le ferait pour l'Europe. J'ai vu
l'armée égyptienne avec quatorze mois d'arriéré de solde, et personne ne
se plaignait. On sait se passer d'argent en Égypte, et les moyens de
nourriture, étant surabondants, peuvent pendant longtemps suffire à
tout. Mais, quant à une action directe des vaisseaux sur l'escadre
renfermée dans le port, on se demande à quel point d'ignorance et
d'orgueil sont arrivés les ministres anglais, quand ils ont cru pouvoir
ordonner à l'amiral Stafford d'aller arracher la flotte du capitan-pacha
du port d'Alexandrie. Précisément les circonstances fâcheuses de ce port
le mettent à l'abri de toute insulte. Les difficultés d'y entrer et d'en
sortir sont telles, que l'art et une liberté absolue dans les mouvements
dirigés par les meilleurs pilotes peuvent seuls faire surmonter le péril
auquel l'on s'expose. C'est un coffre-fort qu'on ne peut ouvrir sans en
avoir la clef, et, si lord Palmerston a donné l'ordre que les journaux
ont rapporté, semblable à ces despotes de l'antiquité dont l'histoire a
consacré les aberrations, il a cru que sa volonté suffirait pour
maîtriser les forces de la nature. Toutes les escadres du monde ne
peuvent rien contre le vice-roi. Je ne parle pas d'un bombardement
maritime, moyen inefficace dont j'ai reconnu moi-même l'impuissance dans
le même lieu. Il y a plus de quarante ans, deux mille bombes jetées sur
Alexandrie, au commencement de 1799, quand j'y commandais, ne
produisirent aucun dommage.

«Des troupes de terre sont seules redoutables pour Méhémet-Ali. Une
armée de débarquement pourrait sans doute être à craindre, mais d'abord
il la faut considérable. Sans cela aucune chance de succès, et certes
une expédition de cette importance, conduite à cette distance, est un
peu chère pour satisfaire un caprice de ministre; car ici l'intérêt bien
entendu de l'Angleterre est tout à fait opposé à la marche suivie. Et
puis cette escadre, où arriverait-elle? et où débarquerait l'armée? En
Syrie?--Mais il n'y a pas un port, pas une bonne rade sur cette côte
inhospitalière.

«On parle d'attaquer Saint-Jean-d'Acre; mais on ignore donc son peu
d'importance et le peu d'utilité dont serait sa possession. Cette place
peut servir aux Égyptiens pour y conserver des magasins, pour être le
centre d'un grand camp retranché que l'armée pourrait venir occuper en
cas de soulèvement du pays. Mais, environnée de bas-fonds, elle n'a
aucune importance maritime, et un mauvais mouillage, un mauvais point de
débarquement, sont seuls à six lieues, au pied du mont Carmel.

«Une fois les troupes anglaises maîtresses de Saint-Jean-d'Acre, que
feraient-elles? avec quels moyens avanceraient-elles dans ces montagnes
de Judée, si arides, et où, à chaque pas, elles rencontreraient des
obstacles de tous les genres, et des souffrances de toute espèce? On
compterait sur une insurrection des habitants? pure chimère! Jamais les
musulmans ne se révolteront contre Méhémet-Ali en faveur des chrétiens.
Une armée de Turcs venus de Constantinople, parlant au nom du chef
suprême de la religion et de l'empire du padischa, qui représente le
calife, n'a pu rien opérer. Qu'on juge de l'effet produit par une armée
d'infidèles!

«Irait-on attaquer Alexandrie? Je comprendrais davantage cette
opération; car enfin un succès donnerait des résultats importants, et on
combattrait près des vaisseaux et à portée de ses moyens. Mais
l'opération est difficile. Alexandrie, sans être une place proprement
dite, est cependant fortifiée. Sa position ajoute à sa force. Elle est
environnée d'un désert où les assiégeants, en hostilité avec l'intérieur
du pays, ne trouveraient des ressources d'aucune espèce. Méhémet-Ali
entretient ordinairement dans cette ville cinq ou six mille hommes de
bonnes troupes de terre. Le personnel de son escadre lui donne au moins
huit mille marins disponibles. Il a trois mille ouvriers dans l'arsenal,
et les Turcs du capitan-pacha, marins et troupes de guerre, s'élèvent à
plus de douze mille hommes. Le vice-roi a donc au delà de trente mille
hommes à mettre sur les remparts d'Alexandrie. Méhémet-Ali, placé au
milieu de ces moyens, pourvu d'artillerie et de vivres en abondance, me
paraît assez redoutable pour penser qu'il convient d'y réfléchir à deux
fois avant de se décider à venir l'attaquer.

«Il faut donc en revenir aux Russes; mais de ce côté encore il ne manque
pas de difficultés. Afin d'opérer avec confiance, il faut qu'ils se
présentent sur l'Euphrate avec quarante mille hommes. Or il y a, des
bords de l'Araxe à la frontière de Syrie, plus de cinquante marches à
travers de hautes montagnes âpres et difficiles, dans un pays pauvre, au
milieu d'une population hostile et fanatique. Pour faire arriver l'armée
à sa destination, pour s'y soutenir et l'empêcher d'être compromise, il
faut mettre en mouvement cent vingt mille hommes et faire des
préparatifs immenses. La misère et les souffrances des troupes
serviraient beaucoup la cause des Égyptiens. Elles seraient encore
augmentées par les dévastations ordonnées. La multitude des Arabes
bédouins et les habitants qui auraient couru aux armes, car les Turcs de
l'Asie ne sont pas, comme ceux de l'Europe, familiarisés avec la
domination russe, rendraient les communications difficiles, et, l'armée
égyptienne se retirant à quelques marches, le sort de l'armée russe
empirerait chaque jour. Arriverait cependant le moment où les Égyptiens
se trouveraient assez forts pour oser combattre, et peut-être, sous de
tels auspices, remporteraient-ils la victoire. Alors une défaite des
Russes, avancés si loin, entraînerait leur destruction et l'expédition
serait à recommencer; d'abord avec les mêmes obstacles et de plus avec
les chances contraires dont l'opinion serait frappée et chez les Russes,
et chez les populations musulmanes, et chez les soldats égyptiens.

«Tel est donc l'état des choses, et, si je me suis expliqué clairement,
je crois avoir démontré que la destruction de Méhémet-Ali, aujourd'hui
l'homme de l'Orient et le véritable chef des musulmans, est uniquement
dans l'intérêt russe; que sa conservation et les garanties données à son
avenir, tout en conservant l'unité de l'empire ottoman, entrent dans les
éléments d'une sage résistance combinée, que les envahissements de la
puissance russe rendront indispensable un jour. Aujourd'hui que l'empire
ottoman ne peut être ressuscité, il faut au moins lui conserver les
parties qui ont un peu de vie, et qui, en s'organisant, semblent devoir
acquérir de la force et des moyens de durée. Enfin il faut reconnaître
que l'arrivée de Méhémet-Ali à la puissance, événement véritablement
providentiel, offre aux hommes d'État de l'Europe l'occasion et le
moyen de jeter les bases d'un système qui réparerait en partie les
fautes de leurs devanciers.»

La conférence de Londres poursuivait lentement et péniblement ses
travaux, et semblait ne devoir produire aucun résultat. Elle se montrait
comme une pâle imitation de cette autre conférence dont les travaux sans
fin n'ont abouti qu'à fatiguer et à ennuyer l'Europe, en traitant
pendant plusieurs années les affaires de la Belgique. Cependant le
dénoûment approchait, et, quand on le croyait encore relégué dans un
vague absolu, le traité du 15 juillet, préparé dans le silence et signé
dans le mystère, fut conclu.

On doit dire cependant que l'Autriche essaya une tentative pour terminer
la question d'une manière amicale avec la France, en faisant faire par
le baron Neumann, ministre d'Autriche à Londres, une ouverture à
l'ambassadeur de France, dont l'objet était de lui proposer de s'appuyer
sur elle pour faire assurer à Méhémet-Ali l'hérédité de l'Égypte et la
possession viagère des provinces d'Asie, moins Adana et un district de
la Syrie. Le cabinet français répondit d'une manière évasive. Mais, vu
la gravité des circonstances et les conséquences de la décision qui
serait prise, peut-être eût-il été d'une sage politique de parler
catégoriquement et, avant de signer le traité du 15 juillet, de donner
confidentiellement connaissance de la résolution où l'on était de le
conclure. Au lieu de cela, on garda un profond mystère en approchant du
moment critique. On agit dans l'ombre. D'un côté, cette résolution
hardie qui n'était nullement en harmonie avec les habitudes du
gouvernement autrichien, de l'autre, la légèreté et la fatuité
française, enfin les insurrections éclatées dans le Liban, servirent
merveilleusement les désirs de ceux qui voulaient en amener la
réalisation. Il fut signé, à l'étonnement universel de toute l'Europe.

Jamais peut-être acte de politique n'était moins fait pour amener le
résultat désiré par les parties contractantes, à l'exception de la
Russie, qui avait un but spécial qu'elle atteignit tout d'abord. Les
autres allaient directement dans un sens opposé. L'Angleterre voulait
détruire la puissance de Méhémet-Ali, et, avec les moyens qu'elle devait
employer, il était démontré, aux yeux de tous les gens raisonnables,
qu'elle ne pouvait y parvenir. L'Autriche voulait terminer une question
qui, un jour ou l'autre, pouvait amener la guerre en Europe, et elle a
été au moment de la faire éclater. Enfin la Prusse, étrangère aux
intérêts et aux affaires de l'Orient, se jetait, sans motif et sans
raison, dans des complications et des discussions dont elle aurait pu
s'épargner les dangers; mais la vanité propre à la puissance
prussienne, qui, en réalité puissance du second ordre, veut marcher de
pair avec celles du premier, l'a entraîné à signer un acte européen. Je
souhaite pour elle qu'elle se défie une autre fois de sa fortune, car
elle pourrait devenir victime d'une conduite aussi légère. Bien que la
supériorité et les merveilles de son administration éclairée et l'esprit
de son peuple l'autorisent à se placer plus haut que le chiffre de sa
population et de ses revenus ne l'indique, elle doit, plus que toute
autre puissance, ne jamais perdre de vue que la politique la meilleure,
celle dont un gouvernement éclairé ne doit jamais se départir, c'est
celle des intérêts positifs. Celle de sentiment et de complaisance tient
de la folie ou de la faiblesse. Cette doctrine n'est pas nouvelle pour
la Prusse. Elle lui a dû sa fortune et son élévation; et plus tard,
quand elle lui a été infidèle, un gouffre s'est ouvert devant elle, et
un miracle seul a pu la sauver. Les États prussiens ne sont pas de force
et constitués de manière à renouveler souvent une pareille expérience.

L'Autriche était placée dans une condition tout autre. Grande puissance,
libre de ses actions et de ses mouvements, personne ne peut avoir l'idée
de la contraindre. Ses intérêts lui commandent de protéger l'Égypte,
dont la prospérité est un des éléments de la sienne, et elle doit
désirer sincèrement tout ce qui donnera de la force à l'empire ottoman.
Or il est incontestable que, si cet État, qui croule par la faiblesse et
le désordre, peut retrouver un peu la vie, c'est par la portion que
gouverne Méhémet-Ali. Nulle prospérité possible avec le désordre. Or le
vice-roi a détruit l'anarchie. L'autorité est le premier besoin des
peuples, et la tyrannie d'un seul vaut mille fois mieux pour les masses
que celle de plusieurs. Celle-ci n'a ni règles ni limites, se modifie de
toutes les manières, se multiplie et se reproduit sous toutes les
formes. Le pacha a rappelé la vie dans les pays qu'il gouverne. Je sais
bien que c'est à son profit et que ses sujets jouissent d'un bonheur
fort limité; mais le moindre adoucissement dans son régime peut amener
une civilisation véritable, progressive et durable. Il a habitué le
peuple à travailler. Qu'il partage avec lui, dans une proportion
équitable, les produits qu'il obtient, et le sort de l'Égypte est
complétement changé. Le cultivateur, arrivé à l'aisance, aura la faculté
de satisfaire à ses besoins. Les besoins augmenteront avec la richesse;
dès lors le mouvement est imprimé, et les résultats sont infaillibles.
La marche de la civilisation est celle-ci:--Chassez le désordre;
disciplinez les barbares; donnez-leur des chefs instruits et créez-leur
des besoins; tout ira ensuite de lui-même.

La conservation de l'empire ottoman intéresse l'Autriche de plus d'une
manière. Placée la première des puissances de l'Europe en face de la
Russie, la chute de l'empire ottoman, quels que soient les avantages que
lui assure le partage, lui sera plus funeste qu'à tout autre. Arrivée au
point de puissance que l'on peut conserver avec les éléments qui en
garantissent le progrès, la Russie n'aura besoin, pour l'exercer, que
d'avoir les débouchés dont le sultan est en possession. Ainsi tout ce
qui contribuera à reconstruire cet État, si vaste et si faible, est dans
les intérêts de l'occident et du midi de l'Europe.

Mais la puissance des États et la création de leurs moyens d'action ne
peuvent avoir que deux origines: celle qui vient du gouvernement, ou
celle qui vient du peuple. Dans le premier cas, la puissance naît de la
conquête, avec l'enthousiasme et les intérêts qu'elle produit, et encore
ne dure-t-elle que si le gouvernement a assez de lumières pour la
constituer sur des bases durables et solides; ou bien d'un génie
supérieur qui se trouve tout à coup l'apanage d'un souverain respecté et
obéi. Dans l'autre cas, qui est le plus ordinaire, la puissance se
trouve dans les éléments de la société même, dans ses besoins et dans
les agglomérations qui en sont la conséquence.

Une ville, un arrondissement, une province, peuvent servir de point de
départ. Méhémet-Ali, par la domination qu'il exerce, a créé un élément
puissant. L'ordre régnait dans ses États, et il ne fallait, pour assurer
une marche rapide vers des moeurs plus douces, que modérer un peu son
avidité et son amour de l'argent.

La civilisation n'est autre chose que l'ordre public, l'exercice de la
justice, la reconnaissance des droits du faible avec la protection
qu'ils réclament, et le développement des connaissances dans les
sciences et dans les arts. Les créations de Méhémet-Ali étaient donc
utiles à la puissance du sultan. Ses querelles passagères étaient sans
conséquence pour l'avenir, et les dangers de nouvelles hostilités
venaient plutôt du Grand Seigneur que de son vassal.

Toute la politique de la partie de l'Europe qui tient à la conservation
de l'empire ottoman devait donc avoir pour unique objet d'assurer
l'obéissance du vassal envers le souverain. C'était chose aisée pourvu
que l'existence du vassal ne fût pas mise en question ou incertaine. Il
ne pouvait vouloir davantage. Aspirer au pouvoir suprême était
intempestif. Beaucoup d'années doivent précéder l'arrivée sur le trône
d'un homme né sujet, que des circonstances extraordinaires désignent
pour l'occuper. L'opinion des peuples exige toujours ces longs délais.
Si, dans le système que j'établis, les enfants ou les petits-enfants de
Méhémet-Ali, gouvernant bien leurs peuples, eussent été appelés, par
l'opinion de l'Orient, à remplacer un jour la race dégénérée d'Osman,
quel inconvénient en serait-il résulté pour le monde? L'histoire
n'est-elle pas remplie d'événements semblables? Plusieurs des principaux
souverains de l'Europe ne descendent-ils pas d'ancêtres à qui les
nécessités de l'époque où ils ont vécu, plus que leurs droits, ont fait
prendre la couronne?

Je crois avoir établi d'une manière incontestable l'aspect sous lequel
le gouvernement autrichien aurait dû envisager la question d'Orient;
mais l'Angleterre part d'un point de vue tout différent. Elle ne veut
pas que l'Égypte soit forte et que ce pays, poste intermédiaire entre
elle et ses possessions d'Asie, puisse résister à ses caprices. Elle
veut, au contraire, pouvoir lui dicter des lois et y trouver un appui et
un concours utile à tous les besoins de son commerce. En un mot, nous
avons intérêt à ce que l'Égypte soit forte et une utile alliée pour
nous, et les Anglais veulent le contraire. Nous avons intérêt à ce que
le sultan soit maître chez lui, et la Russie veut qu'il soit à ses
ordres. De là l'alliance et l'harmonie qui règnent en ce moment entre
ces deux puissances rivales, et l'opposition entre ces deux puissances
et la France survenue en même temps.

On comprend et l'on ne peut blâmer l'affection de l'Autriche pour
l'Angleterre. Les deux États n'ont pas un seul intérêt en opposition.
Chacun d'eux a un rôle particulier, qui se trouve être le complément de
l'autre. L'Autriche est puissante par sa nombreuse armée et sa grande
population. Sa marine est sans importance. L'Angleterre est puissante
par sa marine, et son armée est secondaire. L'une est riche par un
commerce étendu, ses colonies et son industrie; l'autre, par son
agriculture et son industrie, qui n'a rien à redouter de celle de
l'Angleterre. Il y a donc des rapports naturels entre ces deux pays, et,
des rapports naturels à l'amitié et à l'alliance, il n'y a pas loin. Les
siècles ont consacré ces relations. Elles n'étaient qu'interrompues
depuis dix ans. Le prince de Metternich a tenu à les rétablir. Il y a
aussi un autre point de vue qui mérite d'être remarqué; c'est que la
Russie est l'ennemie naturelle de l'Autriche comme de l'Angleterre, et
qu'à ce titre les intérêts de l'Autriche et de l'Angleterre se
confondent, tandis que la France, nécessairement rivale et ennemie de
l'Angleterre, peut avoir une politique variable qui la rapproche
accidentellement de la Russie. À ce titre, le gouvernement autrichien
devait être porté à resserrer ses liens avec la puissance britannique;
mais il y a des limites aux concessions, et certes on ne doit jamais
s'unir avec la perspective fondée d'une humiliation probable et les
chances d'une guerre pour laquelle on n'a pu rien préparer et dont les
conséquences étaient impossibles à calculer. Le concours de l'Autriche,
dans la circonstance qui nous occupe, ne peut donc et ne doit pas être
excusé, et le seul moyen de le justifier aurait été d'en faire une
déclaration formelle à la France avant la signature, au lieu d'avoir
gardé avec elle un profond silence et apporté un mystère impénétrable
dans cette transaction. Cette démarche eût été un acte de déférence et
d'amitié qui rendait moins amère une politique isolée, et le résultat
infaillible de cette communication eût été d'empêcher la séparation de
la France; car il est certain que jamais Louis-Philippe, dans sa
position, avec les opinions et toutes les circonstances qui
l'environnent, n'aurait voulu consentir à courir les chances que la
signature du traité amènerait probablement. C'est donc le silence gardé
pendant huit jours par l'Autriche, avant le 15 juillet, que la France
peut lui reprocher. Le reste la regarde. Les erreurs dans lesquelles
elle est tombée ne blessent que ses intérêts propres et son avenir.

L'Angleterre, seul véritable auteur du mouvement qui se préparait, et
entraînée par une passion acharnée à la destruction de Méhémet-Ali,
entrait en lice avec des moyens que l'on peut, malgré le succès obtenu,
taxer de ridicules. Il n'était pas un seul homme en Europe, excepté lord
Palmerston peut-être, qui crût le succès possible avec les armements qui
s'effectuaient. Le prince de Metternich n'attendait aucun résultat
favorable d'une entreprise exécutée avec si peu de moyens; et, plus
tard, quand un succès inespéré est venu étonner l'Europe, il n'a pas
changé de langage. C'était un acte de complaisance envers l'Angleterre
auquel il avait cru devoir consentir; et, comme il répugnait à l'emploi
de moyens plus puissants, il avait regardé les hostilités comme sans
conséquence et devant être de courte durée. Peut-être lord Palmerston
avait-il l'arrière-pensée de le mener plus loin; peut-être aussi y
serait-il parvenu; mais tout cela était un jeu dangereux; car l'orgueil
de l'Angleterre, humiliée par un non-succès, avait aussi de graves
inconvénients, et l'avenir, à tout homme prévoyant, devait paraître
couvert de sombres nuages. La politique insensée de la France, réunie
aux illusions et aux mauvaises combinaisons de Méhémet-Ali, et les
turpitudes d'Ibrahim-Pacha, sont venues bientôt les dissiper.

Il est évident, pour tout Français raisonnable et instruit, que
l'intérêt bien entendu de la France était de ne pas se séparer de
l'alliance, afin d'influer d'une manière importante sur les décisions du
conseil européen. M. Guizot[3] s'est laissé tromper et a été dupe de
l'Angleterre. Sa suffisance naturelle l'a mal inspiré. Nul doute que
Louis-Philippe, informé de la résolution des puissances d'agir
séparément, ne se fût rattaché à la proposition de l'Autriche dont j'ai
parlé, afin d'obtenir un résultat pacifique. Mais, une fois la faute
commise, une fois le traité signé et la France exclue de l'alliance et
isolée, elle devait bien se garder de tenir le langage qu'elle a adopté.
Elle ne devait ni parler d'une insulte qui n'existait pas ni supposer
une coalition contre la France dont personne n'avait eu l'idée. Elle
devait traiter la question d'une manière isolée et comme une chose
déterminée. Elle devait déclarer que le traité du 15 juillet, dont le
but était la destruction de Méhémet-Ali, lui paraissait un traité
préliminaire de partage de l'empire ottoman; les événements qui se
préparaient étaient trop graves à ses yeux pour qu'elle se dispensât
d'intervenir; toute hostilité contre l'empire égyptien était donc une
cause de guerre à ses yeux. En faisant cette déclaration, il fallait
l'appuyer d'armements puissants de terre et de mer; en déclarant
toutefois à l'Allemagne que, étrangère à ces débats, elle ne pouvait
être l'objet d'aucun changement de relations avec la France, et ne faire
aucune espèce de dispositions sur la frontière du Rhin qui fît naître
les plus légères inquiétudes, mais en même temps envoyer sans retard à
Alexandrie l'escadre française avec trois mille hommes de débarquement
et trois ou quatre mille matelots, destinés, en cas de besoin, à monter
l'escadre turque, et en même temps ordonner le rassemblement d'une armée
de cent mille hommes à Lyon, destinée à entrer en Italie à la première
hostilité en Orient, et faire faire une déclaration formelle à cet égard
au prince de Metternich; mais se bien garder d'éveiller les passions
révolutionnaires, de faire chanter la _Marseillaise_ et de menacer les
bords du Rhin. Il fallait que l'attitude prise par la France fût nette,
juste, modérée et motivée, et c'est là le cachet de la force.. L'effet
en eût été immense. On devait ajouter, pour faire connaître les
véritables intentions du cabinet français, que tous les armements
seraient abandonnés au moment même où l'on assurerait à Méhémet-Ali,
comme vassal de la Porte, héréditairement la jouissance de la Syrie et
de l'Égypte. Par ces dispositions, nous avions dans les mers du Levant,
au moment où les hostilités auraient pu éclater, trente vaisseaux de
ligne, dont vingt français et dix égyptiens. Notre armement si
supérieur et la possession de Saint-Jean-d'Acre, que les trois mille
hommes d'infanterie française auraient occupé, eussent imposé aux
populations du Liban une crainte salutaire. Personne n'eût bougé. Les
armements en France eussent continué, parce que les Anglais auraient
ordonné les leurs; et une supériorité de vingt vaisseaux nous assurait
pour longtemps la possession exclusive de la Méditerranée. L'Europe eût
été aux pieds de la France, et celle-ci, ne poussant pas ses avantages
au delà des limites de la raison, aurait dicté des lois sans tirer un
seul coup de canon. Le ministère de Palmerston eût été renversé, et
l'Autriche, surprise dans une situation qu'elle n'avait pas su prévoir,
eût mis tout en oeuvre pour prévenir une guerre dont elle devait
éprouver les premières calamités.

[Note 3: Ministre de France à Londres.]

J'étais à Vienne quand le traité du 15 juillet et les armements qu'il
occasionna en France furent connus. Jamais impression de terreur, de
mécontentement universel, n'eut lieu dans aucun pays au même degré. On
se demandait à quel titre et pourquoi on s'était mis brusquement en
opposition et en hostilité avec la France. Le crédit disparut dans un
moment, et les actions de la Banque, sorte de fonds publics, tombant de
trente pour cent, amenèrent diverses catastrophes commerciales. L'état
du crédit était tel, qu'il n'était pas possible de concevoir l'idée d'un
emprunt, et le gouvernement manquait d'argent.

L'armée, entièrement sur le pied de paix, et ne pouvant pas être mise
sur le pied de guerre sans moyens financiers, restait à la discrétion de
l'armée française, qui pouvait, avant l'hiver, envahir la Lombardie et
venir occuper Milan. Le comte de Kollowrath, peu ami du prince de
Metternich, se tenait éloigné de Vienne et ne voulait apporter aucun
concours à un collègue qui avait mis l'État dans un si grand péril et
amené une si grande crise par des actes qui lui étaient personnels. Si
la guerre eût éclaté, elle ne pouvait pas être heureuse pour cette
puissance. On eût dit au prince de Metternich: Comment donc! Vous avez
amené la guerre pour des intérêts au moins étrangers aux nôtres, s'ils
n'y sont pas contraires, et vous n'avez su ni la prévenir ni vous
préparer à la faire. L'archiduc Louis blâmait hautement le prince de
Metternich et sympathisait avec Kollowrath. Il n'y avait plus de
gouvernement, et le prince de Metternich, obligé de se retirer, perdait
pour toujours le pouvoir et la réputation d'habileté qu'on lui a faite.
Il disparaissait à jamais de la sphère élevée dans laquelle il était
placé. On peut supposer aisément les efforts qu'il attrait faits pour
empêcher une collision si fâcheuse à son pays, et qui pour lui,
personnellement, eût amené des résultats si funestes. Il est certain que
trois mois ne se seraient pas écoulés avant qu'un traité glorieux, dicté
par la France, eût été signé.

Au lieu de cela, qu'a fait le gouvernement français? Il a appelé aux
armes la nation, en lui annonçant, non pas que ses intérêts le lui
commandaient, mais en faisant croire que sa liberté et son indépendance
étaient menacées. Il ressuscite les passions révolutionnaires qui
amènent les désordres et la confusion. Partout on fait chanter la
_Marseillaise_, comme si les événements qu'elle rappelle étaient un gage
de victoire.

M. Thiers ignore que ce ne sont pas les sentiments révolutionnaires qui
nous ont fait triompher autrefois de si nombreux ennemis; ce n'est pas
avec leur secours, mais malgré eux. Les révolutions sont incompatibles
avec l'ordre, et le désordre amène toujours et partout la faiblesse.
Notre résistance d'autrefois est venue de la faiblesse de l'attaque; et
la Révolution n'a concouru à ce résultat qu'en engendrant la terreur,
dont la violence accumula les défenseurs et peupla nos armées de soldats
innombrables. Bientôt l'esprit belliqueux des Français donna de la
valeur à cette réunion d'hommes; et de bons officiers, de bons généraux,
se formèrent promptement. Voilà tout le mystère des guerres de la
Révolution et des succès qui les ont accompagnées, quand on dépouille
les événements de la fantasmagorie dont on se plaît à les entourer. Les
gens de mon âge se les rappellent, et la jeunesse d'aujourd'hui, pleine
d'erreurs et de préjugés, doit, si elle veut s'instruire, lire le
premier volume des _Mémoires_ du maréchal Gouvion-Saint-Cyr, où
l'histoire de ces premiers temps est merveilleusement expliquée et
racontée.

Après cette première faute, immense, impardonnable, qui menaçait le
repos public et compromettait le développement régulier de nos forces et
les rendait même dangereuses pour ceux qui devaient les manier, on en a
fait une plus grande encore: celle de menacer l'Europe. Assurément, il
est toujours d'une mauvaise politique d'augmenter volontairement le
nombre de ses ennemis.

Que la France, plutôt que de s'abaisser, essaye de résister à l'Europe
réunie contre elle, c'est sans doute un devoir, malgré le peu de chances
de réussir; mais l'attaquer capricieusement, la défier et menacer le
repos de peuples inoffensifs auxquels nous sommes sympathiques, cette
conduite est insensée. Qu'avaient à faire dans la question d'Orient le
roi de Bavière, le grand-duc de Bade? Injustice aussi monstrueuse de
s'adresser à eux pour réparer des torts dont ils sont innocents
qu'absurde politique de nous rendre hostiles des peuples qui nous
aiment. Et cette éternelle question des rives du Rhin, pourquoi l'agiter
encore? Certes, j'ai plus que personne déploré la perte de nos provinces
de la rive gauche et de la Belgique; peut-être même a-t-il été d'une
mauvaise politique, au congrès de Vienne, de nous enlever des conquêtes
qui n'ajoutaient à l'ancienne France que juste ce qui était nécessaire
pour conserver l'équilibre avec les États qui, tous, depuis cinquante
ans, se sont agrandis. Reprenez ces provinces quand l'occasion sera
favorable, mais n'en parlez pas quand la chose est impossible, et ne
prenez pas pour une résolution magnanime ce qui n'est que de la
jactance.

De cette politique étourdie et insensée est résulté chez les Allemands
le développement d'un sentiment patriotique qui sommeillait. Rien
n'avait été préparé, depuis vingt-cinq ans pour la défense, rien n'avait
été organisé; mais ces peuples, aussi brusquement, aussi brutalement
menacés dans leur repos, dans la jouissance de leurs biens, dans leur
honneur, se sont mis en défense. Ainsi l'on a détruit la confiance que
l'habitude et les intérêts de la paix avaient fondée. Mais, en jetant
ainsi le gant à l'Europe, en résultat, on n'a rien osé, on n'a donné
aucun secours à Méhémet-Ali, et, avec des escadres supérieures à celles
des Anglais, on s'est hâté de regagner le port. On a été fanfaron dans
les paroles, modeste et craintif dans les actions. Il en est des nations
comme des hommes privés: la sagesse commande de craindre les dangers
éloignés; le talent les fait découvrir de bonne heure et prépare les
moyens de les vaincre, et, quand ils sont arrivés, le courage les fait
mépriser et surmonter. Mais faire précisément l'opposé, voilà ce qui
couvre de ridicule et de mépris un souverain et une nation.
Louis-Philippe, en adoptant le système qui lui a été suggéré, a perdu en
même temps l'opinion de sagesse dont il jouissait, à bon marché
peut-être, et qu'il devait à la longanimité de son caractère, à l'espèce
de talent que la nature lui a donné, et qui ne dépasse pas le moyen de
conduire une intrigue qui le tire d'un embarras momentané, mais qui ne
s'élève ni à concevoir un système ni à l'exécuter.

Voilà le spectacle que la France a donné à l'Europe et dont j'ai eu
l'âme navrée. Il m'est impossible d'exprimer ici toute la douleur que
j'ai ressentie en voyant la tache que recevaient le nom et le caractère
français.

On sait quel fut l'enchaînement des événements et les complications
intérieures et extérieures qui survinrent. On se rappelle le début des
opérations des alliés avec des moyens si peu en harmonie avec leurs
prétentions. Leur entreprise parut folle et ne pouvait pas réussir.
Cependant on devait regarder comme le principal moyen d'action contre
Méhémet-Ali l'insurrection du Liban. L'insurrection des peuples, surtout
dans les montagnes, est toujours une chose très-grave. Des gens plus
redoutables que les Égyptiens ont souvent succombé dans une lutte
pareille; mais ce que l'on ne pouvait ni supposer, ni prévoir, ni
croire, c'était l'état dans lequel était tombée l'armée égyptienne et
les écarts inouïs de l'administration. Et ici je suis intéressé
personnellement à montrer pourquoi cette armée a répondu si mal aux
espérances qu'elle m'avait fait concevoir, en un mot s'est trouvée si
différente de ce que j'ai dit qu'elle était. J'ai vu ces troupes il y a
sept ans, et le compte que j'en ai rendu était exact. Elles promettaient
de devenir chaque jour meilleures; mais une armée est une création où il
y a tant d'art, où tant de conditions sont à remplir pour la conserver,
que, si l'on ne s'en occupe pas constamment et d'une manière éclairée,
peu de mois suffiront pour détruire les efforts de plusieurs années.

Or Méhémet-Ali, qui n'a que l'instinct des grandes choses, est trop
ignorant pour pouvoir être juge du choix des moyens. Les moeurs turques
se retrouvent toujours chez lui. Dans ces moeurs, l'amour de l'argent,
l'avidité et l'avarice jouent un grand rôle. Il a laissé dépérir son
armée d'une manière déplorable et insensée. Quand lui, né en Macédoine,
trouve très-bien au Caire d'être revêtu dans l'arrière-saison d'une
bonne pelisse, il imagine que les soldats nés en Égypte peuvent exister
en hiver dans les montagnes du Liban, au milieu des neiges, avec des
habits de toile. Il les laisse sans solde. Il les nourrit de biscuit,
souvent gâté, et ne leur fait pas donner de viande. Réduite à un pareil
état de souffrance sans exemple et continuel, une pareille armée se
change en hôpital, sans lits, sans remèdes et sans médecins. La
désaffection s'empare de chacun, et là où on avait trouvé émulation,
zèle, dévouement, bravoure et vigueur, on rencontre faiblesse,
indifférence et lâcheté.

Méhémet-Ali a cru se rendre invincible en augmentant sans cesse ses
forces de nouvelles levées, composées d'hommes mécontents, et commandées
par des officiers que le nombre devait rendre nécessairement mauvais, et
il n'a pas compris que de pareils renforts étaient plutôt une charge
qu'un profit. Au lieu d'avoir une armée exercée, satisfaite, disciplinée
et vivace, il a eu une masse confuse de populations mourantes.

Je lui avais conseillé l'établissement de plusieurs camps permanents, où
les moyens d'instruction, de bien être et de discipline seraient réunis
pour les soldats dans des cantons choisis et unissant les avantages de
la salubrité à ceux d'un site agréable, à portée d'exécuter des travaux
utiles. Mais ces idées, qu'il avait accueillies et qui avaient frappé
son esprit, en étaient sorties, sans doute peu après mon départ, car il
paraît que rien de semblable n'a été exécuté.

Les effets funestes de ces aberrations furent augmentés par l'apathie et
les désordres privés d'Ibrahim-Pacha, qui passait sa vie au milieu des
débauches de la table, et d'autres excès qui l'énervaient, tandis que sa
vanité et sa jalousie lui rendaient suspect et désagréable
Soliman-Pacha, dont les conseils, le concours et l'action avaient
presque uniquement fait ses succès dans d'autres temps.

Soliman-Pacha, éloigné d'Ibrahim, n'a pu avoir aucune influence sur les
dispositions qui furent prises à l'apparition des Anglais. Placé à
Beyrouth avec quelques troupes exténuées et malades, il n'avait aucune
force respectable à ses ordres, et Ibrahim-Pacha, établi à Balbeck, où
il n'avait rien à faire, ne pensait ni à combattre l'ennemi s'il
débarquait, ni à empêcher l'insurrection de naître, ni à disposer ses
forces de manière à la réprimer, si elle venait à éclater. Avec une
pareille conduite et de semblables éléments, les résultats qui sont
survenus étaient infaillibles.

Ibrahim-Pacha eût dû choisir ce qu'il avait de plus disponible dans ses
troupes, et se placer sur le revers du Liban, en face du point de
débarquement des Anglais et à deux ou trois lieues; stimuler ses troupes
par tous les moyens possibles, et faire occuper les points principaux du
Liban par le reste de son armée afin d'imposer une crainte salutaire aux
Maronites. Dix à douze mille hommes qu'il eût eus sous la main lui
auraient donné les moyens de jeter à la mer les cinq ou six mille Turcs
qui s'avançaient réunis à douze cents Anglais, force réelle de
l'expédition. Un masque de troupes, laissé dans le Taurus, suffisait
pour couvrir la Syrie contre le corps turc qui venait de l'Asie Mineure.
La question allait se décider sur le bord de la mer. Les véritables
ennemis étaient les Maronites. Il fallait les contenir et ils se
trouvaient hors d'état de rien entreprendre le jour où les troupes de
débarquement auraient été battues. Osman-Pacha, avec un détachement, fut
dirigé sur le point où Ibrahim, à la tête de ses troupes, aurait dû se
placer lui-même. Les forces d'Osman battues, tout fut dit. L'opinion,
chez les Égyptiens, détruisit tout moyen ultérieur de défense, donna une
confiance sans bornes à la population insurgée, détermina la défection
de l'émir Bechir; tandis que, si la marche offensive des troupes
débarquées eût été repoussée, et que les Anglais eussent été forcés de
regagner leurs vaisseaux, les six mille Turcs débarqués désertaient et
venaient se joindre aux troupes de Méhémet-Ali. C'est donc dans ce
combat misérable, sans importance comme fait d'armes, mais immense sous
le rapport de l'opinion, qu'est la solution de la campagne. Mais, après
cet événement, il y avait encore bien des ressources. Il est vrai que
celui qui n'avait pas compris une chose si simple ne pouvait remédier à
ses fautes en adoptant le système qu'il avait alors à suivre.

Ibrahim-Pacha laissa ses troupes éparpillées sur la côte, dans de
petites places qui toutes furent enlevées successivement, ce qui
augmenta encore l'effet de l'opinion qui lui était contraire.

Puisqu'il avait laissé éclater la révolte du Liban, et que les troupes
ne voulaient pas combattre, il devait les éloigner et les réunir, afin
de les retremper par l'ascendant de son autorité et les moyens de toute
espèce qu'il avait encore à sa disposition. Il devait évacuer sans
retard le Taurus et toute la côte, excepté Saint-Jean-d'Acre, Jaffa et
Gaza, et placer toute son armée en Palestine, sur les bords du Jourdain
à Nazareth, à Jérusalem, ayant ses avant-postes jusque sous les murs de
Saint-Jean-d'Acre. Un corps de huit à dix mille hommes serait resté à
Damas pour lui assurer les ressources de cette ville importante, et, se
trouvant à l'est de l'Anti-Liban, ce corps aurait pu conserver la libre
communication avec l'armée. La principale force de la cavalerie eût été
réunie dans la plaine d'Esdrelon, d'où elle aurait pu se porter dans
toutes les directions. La communication avec l'Égypte se trouvait
assurée. On pouvait en recevoir des secours. Saint-Jean-d'Acre, ainsi
appuyé, était difficile à prendre.

Je sais bien que, vu la manière dont les choses se sont passées à
l'égard de cette ville, toutes ces dispositions n'eussent pas empêché
l'ennemi de s'en emparer; mais il était facile de la mettre en meilleur
état de défense. D'abord il fallait blinder le magasin à poudre, afin de
le mettre à l'abri des bombes, et, à cet égard, les Turcs, même les
anciens Turcs, en savent autant que nous. Cette explosion ne devait donc
pas avoir lieu. Ensuite, jamais défense maritime n'a été moins bien
préparée. En visitant Saint-Jean-d'Acre, j'avais remarqué le mauvais
système de batteries placées sur des terrasses voûtées, protégées
seulement par un parapet en pierre, et je me suis fatigué à répéter à
Méhémet-Ali que ces sortes de défense ne signifient rien; que la
maçonnerie, en fortifications, pour être utile, doit être couverte, et
que ce qui est en vue du canon de l'ennemi doit être en terre et
suffisamment élevé, pour mettre à l'abri les défenseurs; qu'ainsi, à
Saint-Jean-d'Acre, si l'on ne pouvait pas régulariser la défense, il
fallait placer extérieurement des batteries sur le bord de la mer, en
avant des remparts; mais tout cela a été oublié. Les canonniers
cependant sont restés à leur poste et se sont fait tuer bravement. On ne
peut concevoir de quelle stupidité était doué leur commandant, puisque,
ayant vu, la veille de l'attaque, des chaloupes ennemies établir des
bouées dans des points déterminés, il pensa que c'était l'indication du
lieu où les vaisseaux devaient s'embosser, tandis que c'était celle des
bas-fonds qu'il fallait éviter. Il fit, dès ce moment, pointer les
canons de la forteresse sur les points où personne ne devait se
présenter, et, le lendemain, les vaisseaux s'avançant beaucoup plus près
qu'il ne l'avait supposé, il n'imagina pas de faire pointer plus bas.
Toute l'artillerie égyptienne tira par-dessus les vaisseaux, et, ne les
atteignant pas, se borna, par son feu, à percer quelques voiles et à
endommager quelques manoeuvres.

Si, au contraire, Saint-Jean-d'Acre eût été mieux disposé contre
l'attaque d'une flotte, celle-ci eût éprouvé des périls, et la ville eût
moins souffert. La garnison, en liaison avec l'armée, eût été
encouragée. Comme, pour prendre une place maritime qui se défend, il
faut d'abord débarquer et l'envelopper, jamais les Anglais et les Turcs
n'auraient osé exécuter leur descente et s'éloigner de la côte, parce
que, dans un pays ouvert, sans cavalerie, et loin de leurs alliés, les
Maronites, qui n'auraient pas osé quitter les montagnes, ils pouvaient
être accablés. Dès ce moment, la résistance de Saint-Jean-d'Acre
rétablissait tout. La campagne se prolongeant, et l'hiver étant arrivé,
les Anglais, forcés de s'éloigner d'une côte dangereuse et sans abri,
devaient remettre au printemps la suite de leurs opérations.

On avait alors du temps devant soi, et tout était changé. L'armée
égyptienne, renforcée par les envois de l'Égypte, reprenait, après le
départ des Anglais, possession des pays qu'elle avait évacués. Les
insurgés du Liban auraient pu être châtiés, et, l'année suivante, tout
était à recommencer de la part des alliés.

Jamais, je le répète, une pareille suite d'aberrations, d'ineptie et de
combinaisons stupides n'est intervenue dans le destin d'une campagne et
le sort d'une armée. Le plan ci-dessus développé pendant les opérations,
je croyais fermement qu'Ibrahim-Pacha le suivrait, et j'en ai entretenu
alors le prince de Metternich. L'armée égyptienne avait toujours sa
retraite sur l'Égypte. Elle ne pouvait courir aucun danger et restait
maîtresse de ses mouvements dans la bonne comme dans la mauvaise
fortune.

Je ne doute pas que Soliman-Pacha, dont la tête est militaire, n'ait
conçu et voulu ce système d'opérations; mais, éloigné de son chef, il
n'a pu exercer sur lui une salutaire influence.

Je n'écris pas l'histoire de cette misérable et déplorable campagne.
Ainsi je n'entrerai pas dans plus de détails à cet égard. On sait ce qui
arriva; on connaît cette retraite par le désert, au milieu de l'hiver,
avec les froids les plus rigoureux et une disette absolue, qui
entraînèrent la perte d'un grand nombre de ceux qui furent réduits à
suivre cette direction. Soliman-Pacha, chargé du commandement de cette
colonne, a montré, par la force d'âme et l'énergie qu'il a déployées,
tout ce qu'il vaut, et il a justifié pleinement le cas que je fais de
lui et les éloges que je lui ai donnés.

Les éléments de résistance étaient devenus nuls pour Méhémet-Ali, et il
était évident que cette fatalité, ces illusions et cette force de
l'opinion qui l'avaient poursuivi en Syrie consommeraient bientôt sa
perte en Égypte. Mais l'honneur de la France voulait qu'il ne succombât
pas, et cette circonstance, au moment où il était obligé de combattre
corps à corps les passions de lord Palmerston, le sauva malgré la
mauvaise foi de celui-ci, qui ne se démentit pas un seul moment.

Le prince de Metternich vint alors loyalement au secours de la
politique de la France. Il vit les choses avec calme dans les intérêts
de la paix du monde, et, satisfait d'avoir échappé aux épouvantables
chances qu'il avait courues, il s'abstint de braver de nouveaux hasards.
Plus qu'un autre, il avait peine à croire aux résultats que la
combinaison politique dans laquelle il était entré, peut-être bien
légèrement, avait amenés, à l'étonnement du monde entier. Aucun, au
surplus, de ceux qui y ont concouru n'a porté un jugement différent sur
cette issue; mais lui n'a pas manqué une occasion de le proclamer.

Ma correspondance continuait avec Boghos-Bey. Elle terminera ce livre.
Dans l'instant où la décomposition de l'armée égyptienne s'était opérée,
il n'était plus possible d'espérer des chances favorables pour
Méhémet-Ali.

Je l'engageai donc à accepter tout de suite, sans plus de difficultés,
les propositions qui lui étaient faites, en prenant cependant des
garanties pour qu'elles fussent exécutées de bonne foi, et ces conseils
ne lui ont pas été donnés en vain. Les changements survenus dans la
situation des choses ayant fait renaître naturellement nos conversations
avec le prince de Metternich, il donna, par mon entremise et par voie
indirecte, les mêmes conseils au vice-roi. Il fut convenu qu'il me
répondrait une lettre à la communication que je lui avais faite, et que
je l'enverrais en original à Boghos-Bey, comme par suite d'une
indiscrétion. Depuis ce moment, tous les débats ont été terminés. Les
arrangements entre le Grand Seigneur et Méhémet-Ali ont été conclus, et
il ne reste plus qu'un voeu à former, c'est que Méhémet-Ali emploie les
années qu'il lui reste à vivre à assurer la durée de ses oeuvres, en
s'occupant avec efficacité du bien-être et du bonheur des peuples qu'il
gouverne et qu'il léguera à ses enfants.

APPENDICE

Après avoir fait le récit des créations de Méhémet-Ali et présenté le
tableau de la puissance qu'il avait élevée par son irrésistible volonté,
on peut être étonné de la faible résistance qu'il a opposée à l'attaque
dont il a été l'objet; je crois donc à propos de chercher la cause de sa
chute et d'en faire connaître les circonstances.

Aucune exagération n'a existé dans le jugement que j'ai porté en sa
faveur.

Les troupes égyptiennes avaient acquis une consistance qui leur donnait
une valeur réelle. Ses différentes armes étaient suffisamment instruites
pour combattre, et les batailles de Homs, de Beylan et de Konieh en ont
donné la preuve. L'examen circonstancié auquel je me suis livré, en
inspectant les troupes qui m'ont été présentées, a confirmé mes
premiers aperçus, et je déclare de nouveau que particulièrement
l'artillerie et la cavalerie pouvaient être comparées à des troupes
européennes. Une bonne organisation, bien calculée, avait été donnée à
cette armée et ajoutait à sa valeur. La campagne faite aux sources de
l'Euphrate et la bataille de Nézib, gagnée, le 24 juin 1839, sur l'armée
ottomane, fort supérieure en nombre et en artillerie, la destruction
complète de celle-ci et la perte de tout son matériel ont confirmé de
nouveau le jugement porté et les éloges donnés.

Mais, si des soins intelligents, une forte volonté, avaient créé cette
armée, les soins d'entretien lui avaient complétement manqué. Sans solde
pendant plus d'une année, misérablement nourrie, vêtue de toile au
milieu des neiges du Liban pendant l'hiver, elle fondit à vue d'oeil et
perdit bientôt son énergie. Aucune armée européenne n'aurait supporté
mieux qu'elle cette difficile épreuve; car, si l'on peut exiger de
bonnes troupes de résister à de grandes souffrances et de grandes
privations, ce ne peut être que pendant un temps assez court dont on
aperçoit la limite et dans de rares et grandes circonstances. Les forces
de l'homme ont des bornes, et une armée est une chose si artificielle,
que, pour la conserver au milieu des éléments de destruction qui ne
cessent de se faire sentir, il ne faut jamais renoncer un seul jour à
chercher à l'améliorer. Méhémet-Ali était Turc et en avait conservé les
moeurs. Si, sous certains rapports, son intelligence s'était élevée
au-dessus de la leur, sous d'autres il était resté à leur niveau. Avide,
il ne concevait pas des bénéfices qui ne fussent pas pour lui. Prêt à
tout sacrifier, et sans mesure, pour opérer et exécuter ce qui était
l'objet de sa passion, il se livrait à la plus grande parcimonie pour en
assurer la conservation. C'est une grande preuve de civilisation pour un
gouvernement que de savoir dépenser à propos et avec mesure. Ainsi,
quand l'Europe se préparait à intervenir, par la force des armes, dans
la querelle turco-égyptienne, l'armée égyptienne était dans un état
misérable; et, au lieu de pourvoir à ses besoins, il faisait de
nouvelles levées qui n'avaient et ne pouvaient avoir aucune valeur.
Ensuite Ibrahim-Pacha avait dispersé ses forces d'une manière peu
judicieuse. La plus grande partie était sur l'Euphrate, en présence de
quelques troupes ottomanes nullement menaçantes ni dangereuses; d'autres
à Balbec, et un fort petit nombre sur le versant occidental de la chaîne
du Liban, tandis que c'était là, en présence des Européens, qu'il devait
réunir ses meilleures troupes. L'escadre anglaise n'avait à son bord, il
est vrai, que six mille Turcs, douze cents Anglais et trois cents
Autrichiens. Ces troupes ne paraissaient pas bien redoutables par leur
nombre; mais elles étaient nouvelles pour les Égyptiens, dont les forces
étaient tellement éparpillées, qu'ils ne purent opposer aucune
résistance sérieuse; de manière qu'une action d'un moment entre quelques
milliers d'hommes, une fiction de combat, donna la victoire aux troupes
de débarquement. Mais ce qui, indépendamment des mauvaises combinaisons
du général égyptien, paralysa ses moyens, ce fut l'insurrection des
Maronites. Là était le seul véritable danger de Méhémet-Ali, danger
qu'il avait été le maître de prévenir et d'éviter en administrant avec
modération et douceur les habitants de la Syrie en général et les
Maronites en particulier, ainsi que je lui en avais démontré si souvent
l'importance. Ces populations l'avaient appelé de leurs voeux, l'avaient
reçu comme un libérateur, et s'étaient soumises à ses lois avec
empressement et reconnaissance, à cause de leur éloignement pour les
Turcs de Constantinople, qui leur étaient odieux par suite de leurs
exactions. Méhémet-Ali devait tout employer pour se les attacher, et il
avait beau jeu; il n'avait besoin pour cela que de modérer les impôts et
de flatter leur amour-propre. Enfin, avec une politique plus habile et
moins d'avidité, il eût pu faire des Maronites l'appui fondamental de
son autorité en Syrie et rendre cette province le bouclier de l'Égypte.

Une fois la révolte du Liban devenue générale, l'armée égyptienne
s'occupa à se réunir. Elle évacua ses positions et se rapprocha de
l'Égypte. Les mouvements furent lents et décousus. On avait négligé les
dispositions les plus vulgaires pour mettre Saint-Jean-d'Acre en mesure
de résister à un bombardement; de manière qu'un armement
très-considérable, mais fait sans intelligence, ne produisit aucune
espèce d'effet sur l'escadre, qui, en peu d'heures, détruisit toutes les
défenses et fit sauter le magasin à poudre. La partie de l'armée qui
était venue de Balbec et de Beyrouth, au lieu d'être en arrière, à peu
de distance de Saint-Jean-d'Acre, pour soutenir le moral de la garnison
en conservant sa communication avec elle, s'était éloignée sans motifs
et sans raison, sans se lier avec le gros de l'armée, qui, rassemblée à
Damas et complétement isolée, dut faire sa retraite par le désert, sur
Petra et Suez, au moyen d'une marche de plus de six semaines, soumise
aux rigueurs du froid le plus intense, d'un manque presque absolu d'eau
et de vivres, et après avoir souffert tout ce que l'histoire peut
présenter dans ses récits de plus déplorable et l'imagination concevoir
de plus triste. En peu de jours, l'armée égyptienne perdit toute sa
puissance réelle et tout son prestige. Aussi Méhémet-Ali n'eut-il plus
qu'à implorer les conditions les moins dures et à s'y soumettre. Toute
résistance était devenue impossible. Le sort de l'Égypte était fixé.

Maintenant j'entreprendrai l'examen de la politique suivie par les
puissances de l'Europe, et je chercherai à reconnaître d'abord si elle a
été équitable et si elles n'ont pas foulé aux pieds les droits de
Méhémet-Ali, qu'elles-mêmes avaient reconnus et consacrés.

En 1832, les débats survenus entre Méhémet-Ali et Abdalla-Pacha
amenèrent la guerre entre eux, et, au lieu de punir l'agresseur, qui
avait tort, le Grand Seigneur prit son parti. La guerre fut heureuse
pour le pacha d'Égypte, et son armée, après une suite de victoires dont
j'ai exposé les circonstances, arriva jusqu'à Konieh, où il fit
prisonnier le grand vizir Reschid-Pacha. Après chaque succès,
Ibrahim-Pacha s'était arrêté, attendant le moment de rentrer dans
l'ordre naturel de soumission qu'il devait à son souverain, mais avec
les garanties nécessaires à sa sûreté. De Konieh, il eût pu se rendre à
Scutari sans obstacle, et le sultan était à sa discrétion; car les
secours que l'empereur de Russie lui envoya de Crimée, n'étant pas
arrivés, n'auraient pu empêcher des entreprises plus graves, mais il ne
voulait que la paix. Les puissances européennes étant intervenues dans
ces débats, un traité fut signé qui laissait à Méhémet-Ali
l'administration des pays au delà du Taurus, avec un tribut dont la
quotité fut fixée; la soumission et l'obéissance furent rétablies entre
le vassal et le souverain, et tout rentra dans l'ordre.

Mais l'humiliation du sultan avait profondément blessé son coeur, et, en
signant le traité, il n'était occupé que d'arriver au moment où il
croirait pouvoir le détruire. Lorsqu'en 1834 j'étais à Constantinople,
je fus frappé des bruits de guerre qui y régnaient et des projets
hautement avoués de recommencer les hostilités. Les ambassadeurs et les
ministres étrangers n'étaient occupés qu'à empêcher le gouvernement turc
d'entrer dans une voie si funeste, et à calmer une ardeur si peu
opportune. Ils obtinrent de lui de suspendre ses projets, mais il était
hors de leur puissance d'en détruire le germe.

À mon arrivée en Égypte, Méhémet-Ali, parfaitement instruit de toutes
ces choses, répugnait à payer des tributs qui étaient destinés à fournir
les moyens de l'écraser. Mais la moindre observation et son bon sens
naturel lui firent bientôt sentir que rien ne serait plus contraire à
ses intérêts que d'hésiter à remplir ses engagements, attendu qu'eux
seuls fondaient ses droits à la position exceptionnelle qu'il occupait.
Le traité de Kutayeh, auquel avaient pris part toutes les puissances et
qu'elles avaient garanti, lui donnait place dans le droit public de
l'Europe, qui, dès lors, lui servait de garantie. Il a été fidèle à ce
parti et a enlevé au Grand Seigneur tout prétexte de le combattre et de
chercher à détruire sa puissance. Mais le sultan avait augmenté le
nombre de ses troupes, et, poussé par les intrigues des Anglais, il se
décida tout à coup à commencer des hostilités et attaqua l'armée de
Méhémet-Ali. La punition de ce manque de foi ne se fit pas attendre, et
l'armée turque fut anéantie à Nézib. Alors le sultan comprit la
conséquence de sa conduite et le danger dont il était menacé. Il se hâta
de réparer la faute capitale qu'il avait commise et parla le langage de
la paix. Elle était convenue et au moment d'être signée quand
l'intervention des puissances de l'Europe en suspendit la conclusion, et
l'on s'occupa, non pas de protéger les droits et les intérêts de celui
qui avait été fidèle à ses engagements, mais au contraire de celui qui
les avait violés. Si l'Europe ne fût pas intervenue, tout rentrait dans
l'ordre, suivant les stipulations du traité de Kutayeh. La vice-royauté
de l'Égypte se consolidait, achevait son organisation, et le sultan
aurait aujourd'hui un grand vassal, capable de le soutenir et de le
défendre. Tous les éléments de forces rassemblés, qui chaque jour
pouvaient s'accroître, ont disparu, là même où ils avaient le plus de
chance de développement. Les ennemis de Méhémet-Ali répondent qu'au lieu
de cela le sultan aurait péri renversé par son vassal. Nullement, erreur
complète: jamais le vice-roi n'a conçu la pensée, éprouvé le désir de
détrôner son maître. Le sang d'Othman a encore trop d'éclat en Orient
pour cesser de régner. Ce lien peut être plus ou moins serré, mais on ne
peut le rompre; il se confond, en quelque sorte, avec celui de la
religion, qui joue un si grand rôle parmi ces peuples.

L'empire turc, depuis près d'un siècle, présente le spectacle de la
faiblesse, du désordre et de l'anarchie. Sa puissance ne peut être
rétablie dans son ensemble que lorsque l'ordre régnera dans ses
principales parties, que l'obéissance y sera habituelle, à l'état
normal, et l'intelligence en voie de développement. C'est le seul moyen
de le rendre à la vie; mais il est trop étendu et trop vaste pour que
l'action centrale puisse se faire sentir d'une manière efficace à ses
extrémités avant qu'on les ait préparées à la recevoir; pour y parvenir,
il faut que plusieurs centres d'actions, d'où partent des efforts
simultanés, agissent dans ce but. C'est à l'Égypte, dont la population
est arabe, qui, par sa position géographique et les rapports de tous
les temps, possède une action facile sur tout ce qui est Arabe, à
remplir cette mission sur tout le midi de l'empire, à le réorganiser et
à le rendre puissant; et, cette mission remplie, elle réagira
puissamment sur le nord et en deviendra l'auxiliaire le plus utile.
L'Égypte rendue faible, tout reste dans le désordre et l'anarchie, aucun
progrès utile ne peut être espéré; et, comme rien n'est stationnaire
dans ce monde, les éléments de faiblesse et de destruction s'accroîtront
toujours là où Méhémet-Ali avait trouvé le secret de créer une autorité
irrésistible, car sa volonté ne rencontrait aucun obstacle qu'il ne pût
vaincre; on lui obéissait ponctuellement dans toute l'étendue de ses
domaines, et tellement, que du mont Taurus aux frontières de
l'Abyssinie, les communications étaient parfaitement sûres, au grand
étonnement des voyageurs. Quel moyen de civilisation, d'amélioration
matérielle et morale des peuples qu'un instrument semblable agissant
dans toute sa force et sa liberté.

L'intérêt de l'empire ottoman bien entendu voulait donc la conservation
de la puissance de Méhémet-Ali, et l'Europe aurait dû chercher à exercer
sur cet homme extraordinaire une influence salutaire et à le diriger
sans s'occuper à le détruire; il pouvait devenir l'élément principal de
la réorganisation et de la force de l'empire ottoman. Méhémet-Ali
jouissait d'ailleurs d'un grand avantage, celui d'agir sur l'esprit
d'une population intelligente, impressionnable, susceptible de progrès
rapides, ardente, passionnée, la première de l'Asie; car la population
arabe, enfin, n'en est pas à faire ses preuves de capacité. N'a-t-elle
pas précédé les Européens dans la civilisation, dans les sciences, dans
la pratique des moeurs sociales généreuses et dans la culture des
sentiments qui honorent le coeur humain.

Assurément, si on compare l'élément méridional de l'empire ottoman à
l'élément septentrional, tout est à l'avantage du premier. Une
population presque homogène l'emporte d'ailleurs toujours de beaucoup
sur celles qui sont divisées par les races et les religions. Les
millions de chrétiens placés au milieu des Osmanlis rendront toujours,
quoi qu'il arrive, cette partie de l'empire la plus vulnérable. Elle est
plus près des ennemis les plus dangereux de l'empire ottoman, tandis que
l'autre assez près de la première pour la secourir dans toutes ses
provinces, ne peut être attaquée dans le centre de sa puissance et peut
être mise très-facilement hors de toute atteinte.

Les puissances de l'Europe, dont les conférences sur les affaires
d'Orient n'amenaient aucun résultat, avaient des vues différentes, car
la France voulait la conservation de la puissance de Méhémet-Ali, tandis
que l'Angleterre avait la passion de la détruire; aussi se
séparèrent-elles, et tout à coup le traité du 15 juillet, qui consacrait
une alliance hostile à l'Égypte, fut signé entre l'Angleterre,
l'Autriche et la Russie. On avait réclamé l'adhésion de la France, sans
la mettre dans le secret absolu des conventions arrêtées, mais non
encore signées. La légèreté de l'ambassadeur de France et une sorte de
hauteur dédaigneuse l'empêchèrent d'ajouter foi aux avis confidentiels
qui lui furent donnés par le ministre d'Autriche. Le gouvernement
français apprit avec étonnement qu'il était exclu d'un concours où il
aurait pu exercer une influence utile.

L'Angleterre était seule passionnée dans cette question; l'Autriche et
la Russie agissaient de complaisance, et peut-être croyaient-elles sans
danger pour Méhémet-Ali les faibles armements dont il était menacé, et
qui, effectivement, semblaient peu redoutables. Mais la France, qui
voulait le sauver et qui par son isolement était maîtresse de ses
actions, s'effraya trop du danger de faire éclater, par une attitude
ferme et décidée, une guerre dont personne ne voulait. Une seule
démonstration eût tout terminé à notre gloire. Il fallait, au lieu de
rappeler l'escadre à Toulon, l'envoyer à Alexandrie avec de doubles
équipages pour remplacer à bord de l'escadre ottomane les matelots turcs
que l'on aurait fait débarquer; envoyer trois mille hommes d'infanterie
française avec un général intelligent et de choix à Saint-Jean-d'Acre
pour y tenir garnison; leur présence eût assuré le repos et l'obéissance
des Maronites et prévenu l'insurrection générale du Liban, véritable
danger de Méhémet-Ali.

Le début de la lutte eût été terrible pour l'alliance par suite de notre
grande supériorité; et, si les Anglais, avant de commencer la guerre, se
fussent décidés à réunir plus de moyens et à ajourner les hostilités, la
saison avancée forçait de les remettre au printemps. Pendant l'hiver,
les esprits se seraient calmés; tout se serait pacifié; la puissance de
Méhémet-Ali était sauvée, et le but que se proposait lord Palmerston
avec tant d'audace était manqué.

J'ai dit que l'Égypte, source de richesses inépuisables, peut être mise
à l'abri de toute attaque et devenir, pour les forces ottomanes, comme
un réduit dont il ne cesserait de sortir de puissants secours, qui
viendraient en aide à l'empire, comme le feraient ses alliés d'Europe
s'il était attaqué. Alexandrie peut devenir une place imprenable. Pour
parvenir à la rendre telle, il suffit de rétablir le lac Maréotis, en y
introduisant les eaux de la mer, et de fortifier l'espace étroit par
lequel serait établie sa communication avec la mer. Cette mer
intérieure, portant une flottille, conserverait à cette place, à plus de
trente lieues dans l'intérieur de l'Égypte, des communications d'où elle
pourrait toujours tirer les secours dont elle aurait besoin. Quelques
fortifications entre Aboukir et le Nil suffiraient pour empêcher toute
descente. Un débarquement est impossible sur la côte du Delta; il en est
presque de même au-dessous de Damiette. Reste donc le désert de Syrie,
qui se trouve impossible à traverser pour peu qu'il soit défendu par
quelques forts véritables qui assurent la possession des puits. Ainsi,
par toutes ces circonstances, il entrait dans les intérêts bien entendus
de la force de l'empire ottoman de conserver Méhémet-Ali puissant et
grand, assuré qu'une fois tranquille sur son existence politique il
consacrerait pour le soutien de son maître et la défense de l'empire
dont il faisait partie toutes ses forces et tous ses moyens, ainsi qu'il
l'avait déjà fait avec empressement lors de la guerre contre la Grèce
révoltée, quand le sultan lui fit la demande de son armée et de sa
flotte. C'était cependant toujours au nom de l'intérêt et du salut de
l'empire ottoman que l'on s'occupait de détruire son meilleur appui,
celui qui aurait pu et dû être le bras droit du sultan.

L'Angleterre était conduite dans sa politique haineuse et ardente contre
Méhémet-Ali tout à la fois par ses passions contre la France et par un
intérêt d'ambition. Elle voulait la destruction du vice-roi, jalouse des
préférences dont la France était l'objet en Égypte, et rêvant la
possession de ce pays. Sans le langage énergique de la France et de
l'Autriche, elle eût obtenu ce résultat. Ce but manqué, lord Palmerston
voulait au moins enlever à l'Égypte tout moyen de résister quand la
situation de l'Europe lui laisserait la faculté de s'en emparer.

Si quelques doutes pouvaient subsister à cet égard, ils seraient
facilement levés si on réfléchit avec quelle instance et quelle ténacité
le gouvernement anglais demande et exige la concession d'un chemin de
fer pour établir sa communication entre Alexandrie et le Caire. On avait
eu la pensée d'en construire un entre le Caire et Suez; mais il paraît
qu'on y a renoncé. J'ai démontré dans le cours d'un autre ouvrage
combien cette construction était inutile, difficile et inopportune; et
cependant ce projet, quoique peu judicieux, serait moins insensé que
celui de la vallée du Nil. S'il a pour objet spécial de diminuer le
temps nécessaire aux communications entre l'Europe et l'Inde, comme le
temps nécessaire pour effectuer ce voyage est déterminé par la marche
des bâtiments à voile et à vapeur sur les différentes mers à parcourir,
on demande quel avantage il pourrait y avoir à économiser un ou deux
jours sur un voyage de plus de six semaines dont le temps général ne
peut être raccourci. S'il est question du mouvement et de la circulation
dans l'intérieur de l'Égypte, la chose est pire encore, parce qu'aucune
marchandise d'Europe n'arrive en Égypte pour y être vendue. Ce pays ne
consomme à peu près rien: des toiles suffisent pour l'habillement du
peuple, et, pour la classe élevée, fort peu nombreuse, des draps
fabriqués sur place. Pour l'exportation, elle ne consiste qu'en produits
du sol, et le Nil est plus que suffisant pour donner le moyen de les
conduire à Alexandrie. Dans la haute Égypte, les transports ne peuvent
s'éloigner de son cours, à cause même du peu de largeur de la vallée.
Dans le Delta, les deux branches du Nil et quelques canaux y pourvoient.
Trois ou quatre petits bateaux à vapeur suffiraient et au delà à tout le
mouvement commercial de l'Égypte. Quant aux transports des individus, il
suffit d'avoir entrevu l'Égypte pour être assuré qu'aucun fellah ne
payera jamais rien pour entrer dans un waggon, le prix d'une course
fût-il réduit à un médin, dont la valeur est au-dessous des deux tiers
d'un centime de France. Un chemin de fer n'a donc aucune utilité, aucun
emploi possible; et, par conséquent, l'idée de le construire est
complétement dépourvue de bon sens et de raison.

Il y a sans doute cependant un but caché, et il ne peut être que
d'établir partout des ateliers anglais, de multiplier les établissements
anglais, d'accoutumer les Égyptiens à voir partout des Anglais commander
et s'impatroniser, afin que, le moment venu, et après avoir pris une
espèce de possession, ils puissent se déclarer les maîtres du pays.
Voilà le véritable motif; il ne peut y en avoir d'autre, et le divan de
Constantinople l'a sans doute bien senti quand il a multiplié ses
efforts pour refuser une concession que Méhémet-Ali n'avait jamais voulu
accorder.

Au surplus, il y a encore une autre raison, et elle est de tous les
temps et de tous les pays: c'est de gagner de l'argent en vendant des
matériaux aux Égyptiens, matériaux qui ne leur serviront à rien, et en
exécutant des travaux chèrement payés, qui ne donneront aucun résultat
utile. On voit, dans tous les temps, des trompeurs et des trompés; mais,
assurément, ce ne seront pas des compagnies anglaises qui fourniront
les capitaux nécessaires pour créer et établir un chemin de fer dans la
vallée du Nil; elles sont trop habiles dans leurs calculs pour régler
ainsi leurs intérêts.



CORRESPONDANCE ET DOCUMENTS
RELATIFS AU LIVRE VINGT-SIXIÈME


«Alexandrie, le 6 août 1839.

«Monsieur le maréchal,

«Une lettre reçue par le bateau à vapeur français, arrivée ici le 4 de
ce mois, et datée de Carlsbad, le 9 juin écoulé, m'a fourni l'occasion
de soumettre à Son Altesse le vice-roi quelques expressions amicales et
très-flatteuses que vous avez bien voulu lui adresser, monsieur le
maréchal. Son Altesse y a été doublement sensible et par l'autorité de
leur source et par le témoignage de bon souvenir. Elle m'a spécialement
chargé d'invoquer pour l'Égypte la continuation de cette amitié si
précieuse à laquelle les circonstances actuelles peuvent fournir un bien
noble aliment. Son Altesse espère aussi qu'ayant différé le voyage de
Russie et de Prusse, pour le moment, il vous sera loisible, monsieur le
maréchal, de lui faire parvenir de Vienne assez souvent de vos écrits,
qu'elle ambitionne infiniment. Loin de vous oublier, monsieur le
maréchal, l'Égypte compte parmi ses plus beaux moments celui où vous
l'avez honorée de votre présence: on y connaît aussi que «l'amitié d'un
grand homme est un bienfait des dieux.» Elle a toute confiance dans vos
sentiments.

«En ce moment, votre présence auprès de personnes augustes ne peut être
que d'un grand effet. Les souverains du Nord, peu habitués à voir surgir
en Turquie des hommes de la trempe de Méhémet-Ali (et ils sont fort
rares, en effet), ont dû apprécier la conduite pleine de convenance, de
modération et de dignité qu'il a tenue dans les circonstances critiques
où le plaçait l'agression sourde et, en dernier lieu, patente du sultan.
La victoire éclatante qui a dissipé l'armée sous les ordres de
Masin-Pacha a dû moins les surprendre, parce que de vous-même, monsieur
le maréchal, ils avaient appris la supériorité en instruction,
discipline et courage des troupes égyptiennes, et ils auraient vainement
cherché un meilleur juge en cette matière; mais ce qui ne doit pas
manquer de produire une sensation propre à provoquer leur sympathie pour
Méhémet-Ali, c'est la modération dont il a fait preuve lorsqu'il s'est
trouvé victorieux et sans obstacles par terre comme sans ennemis par
mer. Loin de profiter de ses avantages et de la position critique de la
Porte Ottomane par suite de la mort du sultan Mahmoud, il sut être
grand, de cette grandeur d'âme qui est le partage des hommes vraiment
prédestinés: toute hostilité cessa au même instant. Ce qu'il demandait
constamment pour sa sécurité et celle de sa famille, pour la
conservation des siens et de ses institutions; ce qu'il pouvait exiger
violemment par la force, l'hérédité pour tous les pays sous sa
domination, aucun excepté, il le demande au nouveau sultan,
Abdul-Medjid, l'arme au bras, en lui déclarant qu'il ne fera point la
guerre pour l'obtenir. Il veut une concession volontaire, honorifique,
méritée, non arrachée par la violence, et promet son concours à la
réorganisation et à la défense de l'empire, qu'il veut, avant tout et
par-dessus tout, uni et formidable.

«Il est vrai qu'en même temps il porte au pied du trône l'expression de
son désir de voir éloigner de la direction des affaires le sadi-arem
actuel, Khosrew-Pacha; mais, en cela, il n'agit point par des motifs de
personnalité. Méhémet-Ali est d'un caractère trop supérieur pour
s'arrêter à l'homme en faisant cette demande; il est convaincu que cet
homme, qui a voué à lui-même et à bien d'autres personnages éclairés une
haine mortelle, ne peut que compromettre le sort de l'empire ottoman,
dans sa position éminente de sadi-arem, avec un sultan si jeune.
Khosrew-Pacha ne sait gouverner que par la férocité, et, pour le
triomphe de ses créatures et de ses convenances, il n'aurait égard ni à
aucune tête respectable ni à aucun principe; tout moyen lui est licite,
dût-il sacrifier ses amis les plus intimes et mettre l'empire à feu et à
sang. Nous ne sommes plus dans un siècle, monsieur le maréchal, où la
puissance d'un pareil grand vizir puisse être maintenue; ceux qui le
soutiennent aujourd'hui, en hommes peu connaisseurs de la Turquie,
s'apercevraient trop tard de leur erreur funeste.

«Méhémet-Ali s'attend à voir ses demandes exaucées pour le bien de tous
et pour la gloire et la force de l'empire; mais, s'il en était
autrement, je puis certifier qu'il n'apportera ni ne recevra aucunes
modifications; il est résolu, et sans retour, de se maintenir dans sa
position actuelle et d'attendre. Il ne fera pas la guerre, mais il ne
pourra fournir des moyens pour agir contre lui; il doit neutraliser les
forces de l'ennemi autant qu'il peut. Si on voulait lui arracher une
portion seulement de ce qu'il possède, il devrait croire qu'on veut
détruire le peu de vitalité qui existe encore dans l'empire et sa
nationalité; il se croirait dans la nécessité d'une résistance d'autant
plus opiniâtre, qu'elle deviendrait infailliblement nationale.
Méhémet-Ali, même avec la certitude de succomber, prouvera ce qu'on peut
faire encore avec du courage et de la résolution.

«Agréez, etc., etc.

«BOGHOS-JOUSSOUF.»


Voici les deux lettres que je lui écrivis en réponse:


«Vienne, le 8 septembre 1839.

«Monsieur,

«J'ai reçu avec un véritable plaisir la lettre que vous m'avez fait
l'honneur de m'écrire, le 6 août, qui vient seulement de me parvenir. Je
me suis identifié avec les intérêts de l'Égypte, avec la cause de
Méhémet-Ali, et j'ai joui du succès de ses armes. Aussi toutes les
nouvelles qui viennent de votre pays sont-elles remplies d'intérêt pour
moi, et, quand elles me sont adressées, elles sont reçues avec
reconnaissance. J'accepte, monsieur, avec empressement la promesse que
vous me faites de m'écrire souvent, et je prends l'engagement de vous
répondre exactement.

«J'ai joui beaucoup de la victoire de Nézib; elle a satisfait mon
penchant et réalisé mes prédictions. J'avais annoncé à tout le monde
ici et répété à satiété que, s'il y avait une collision, l'armée
ottomane serait, non-seulement battue, mais encore dispersée et
détruite, et il me semble que les choses se sont passées précisément
ainsi. J'ai reçu de Soliman-Pacha une relation très-intéressante de la
bataille, que j'ai communiquée à plusieurs personnes; lue avec un grand
intérêt, elle a appris à chacun combien l'armée égyptienne est devenue
manoeuvrière, car on ne pouvait pas exécuter le mouvement décisif qui a
été fait sans avoir des troupes très-instruites et très-disciplinées.

«Vous imaginez bien que toutes les affaires qui vous concernent sont
l'objet de toutes les conversations et l'aliment de tous les discours.
Chacun a son système, et, pour mon compte, je remets à une époque peu
éloignée à vous communiquer mes idées à cet égard, pouvant profiter
alors d'une occasion sûre; mais tout le monde s'accorde à trouver que le
vice-roi a prouvé une grande habileté en montrant une si grande
longanimité avant l'explosion, en apportant ainsi à l'Europe la preuve
qu'il ne voulait pas sortir des limites de ses droits reconnus, et en
s'en tenant à une défensive légitime et nécessaire. En cette
circonstance, il est vrai, il a été servi puissamment par les passions
et l'aveuglement de ses ennemis; mais c'est un auxiliaire précieux pour
arriver à ses fins, dont un homme aussi véritablement habile que Méhémet
ne manque jamais de profiter.

«Le vice roi a grandement raison de vouloir aujourd'hui fonder l'avenir
et la puissance de sa famille; car, assurément, l'occasion est
favorable. Je ne puis qu'applaudir aux assurances qui terminent votre
lettre: elles conviennent à sa position, et je ne puis qu'approuver une
politique que je crois promettre des avantages, ne pas présenter de
véritables dangers; mais il ne doit cependant pas perdre de vue que le
résultat doit être de faire arriver, le plus tôt possible, à un état de
choses définitif. Au surplus, je reprendrai la plume incessamment et je
m'expliquerai d'une manière plus intelligible.

«Soyez assez bon, etc., etc.»


«Vienne, le 10 septembre 1839.

«Monsieur,

«Je tiens ma parole et reprends la plume pour vous parler de nouveau des
intérêts de Méhémet-Ali et du jugement que je porte sur la situation des
choses. Je vous répéterai encore combien j'ai joui de voir le pacha, dès
le début, adopter une marche si sage et montrer une si grande
modération. Cette conduite l'a beaucoup élevé dans l'opinion, et il a
montré en cette circonstance, par son calme, que ses actions sont le
résultat de combinaisons positives et de projets conçus avec autant de
maturité qu'exécutés avec résolution.

«Une seule chose m'a étonné après la victoire, c'est qu'il ait confondu
avec une affaire aussi capitale et d'une aussi grande portée que la
possession héréditaire de ses États pour sa famille une question de
personnes, question momentanée et transitoire. Assurément, je sais tout
ce qu'est Khosrew-Pacha, et le peu d'estime qu'il mérite; mais il avait
naturellement une grande influence sur le Divan, et, si son renvoi n'eût
pas été une des conditions imposées par le vainqueur, nul doute que les
demandes de Méhémet-Ali n'eussent été immédiatement accordées. Une fois
le traité fait, signé et accepté, les puissances de l'Europe n'avaient
plus rien à faire. Elles ne pouvaient plus intervenir que pour assurer
l'existence du nouvel ordre de choses, garantir à chacun la jouissance
de ses droits, et fonder d'une manière durable la paix de l'avenir. Au
lieu de cela les puissances sont arrivées assez à temps pour se placer
au milieu d'intérêts qui leur étaient assez étrangers, et elles ont
compliqué la question, sans qu'il puisse en résulter aucun avantage pour
elles, en laissant cependant une chance ouverte à de nouvelles
combinaisons qui peuvent naître à chaque moment. Je trouve donc
qu'autant cette intervention commune était utile, convenable, d'une sage
prévoyance avant la bataille, autant elle est peu à sa place
aujourd'hui. Vous savez sans doute que le concert qui s'établissait, il
y a six mois, pour l'exercer était la conséquence et le résultat des
lettres que vous m'avez écrites, et dont j'avais fait un utile usage
pour éveiller la sollicitude des puissances pour prévenir une collision
et ses suites, et pour contribuer à assurer l'avenir de la famille de
Méhémet-Ali.

«Cependant cette intervention, non-seulement n'est pas opportune à
exercer en ce moment, mais elle perd son caractère par le peu d'accord
qui règne. La Russie paraît se refuser maintenant à en faire partie; le
gouvernement français se prononce d'une manière formelle pour
Méhémet-Ali et se sépare de l'Angleterre dans les mesures hostiles que
celle-ci serait tentée d'employer. L'Autriche, par sa position
géographique, ne peut exercer qu'une influence morale, et le nom de la
Prusse ne doit être prononcé que pour mémoire. Voilà donc de quoi se
compose cette action de l'Europe. Je pense que, dans un semblable état
de choses, le pacha a beau jeu pour tenir le langage qu'il a pris, car
il ne court aucun danger véritable. Encore une fois, la France est son
amie, et la Russie veut rester neutre. Celle-ci cependant pourrait seule
agir d'une manière directe et redoutable sur la Syrie; mais, si le cas
arrivait, l'Angleterre frémirait de rage en voyant les Russes avancer
sur l'Euphrate, et cependant l'Angleterre veut dicter des lois, sans en
avoir les moyens. On ne comprend pas la fureur aveugle de cette
puissance contre Méhémet-Ali, fureur que rien ne motive et rien ne
justifie. Elle prend ici l'ombre pour le corps, et, par des alarmes
imaginaires, elle peut faire naître des événements dont les conséquences
seraient bien plus graves, et d'une bien autre importance pour elle et
le repos du monde que ceux qu'elle redoute en ce moment.

«Je crois donc que le pacha n'a à craindre que la flotte anglaise; mais,
excepté un blocus du côté de l'Égypte, qui pourrait le gêner, et qui,
dans tous les cas, ne saurait être que momentané, je ne vois pas ce qui
le menacerait. C'est aujourd'hui à Méhémet-Ali à calculer le plus ou
moins grand inconvénient qui résulterait pour lui de ce genre
d'hostilité, car il est vrai qu'il a besoin d'une libre navigation pour
assurer l'envoi de ses produits en Europe et en recevoir la valeur.

«Mais, tout en abondant dans le système qu'il suit, j'engage le vice-roi
cependant à ne pas perdre de vue que son but est d'assurer l'avenir de
sa famille et de fonder une dynastie. Or, quelle que soit sa possession
actuelle, le but ne sera atteint que lorsqu'il sera reconnu, sous le
rapport nouveau, par les puissances de l'Europe; car leur concours
unanime, d'accord avec les délibérations du sultan, peut seule mettre la
dernière main à l'édifice qu'il élève. C'est donc à atteindre ce
résultat le plus tôt possible que tous ses efforts doivent tendre; il
faut que Méhémet-Ali se consulte pour savoir sur quoi il peut se
relâcher et le fasse connaître par insinuation et sans éclat. Les
puissances, s'étant engagées dans cette affaire, ne voudront pas, pour
leur propre honneur, renoncer à obtenir de meilleures conditions du
sultan, puisque c'est dans ce but avoué qu'elles se sont mises en avant.
Mais je crois qu'elles se contenteront de peu de chose et saisiront le
premier prétexte pour conclure, et qu'il leur tarde de terminer, au
moins celle dont je suis plus à même de connaître les intentions. Il est
donc dans l'intérêt du pacha de leur en offrir l'occasion. En un mot, je
crois qu'au langage calme et fier que Méhémet a pris, à la résolution
sage de rester en place et d'attendre, il serait bon de faire des
ouvertures secrètes, et de s'adresser ici où rien de malveillant
n'existe, et à la France, dont les sentiments sont énergiquement
prononcés en sa faveur. Quant à la flotte, quels qu'aient été les cris à
cet égard, mon opinion personnelle est tout entière d'accord avec la
conduite qu'a tenue le pacha, et il ne doit s'en dessaisir qu'au moment
où il aura tout terminé.

«Voici, monsieur, une longue lettre; je vous ai dit ma pensée sans
réserve.

«Veuillez bien, monsieur, etc., etc.»


Ces deux lettres furent écrites, la première pour accuser réception, et
l'autre pour leur parler avec abandon des intérêts du pacha, ayant une
occasion sûre pour faire arriver ma lettre à Trieste avant le départ du
bateau à vapeur. Je ne voulus pas envoyer cette lettre par la poste,
quoiqu'elle ne contînt assurément rien que je ne puisse avouer; mais,
les sentiments du prince de Metternich envers le vice-roi n'étant plus
nullement en harmonie avec ceux que je lui portais, je trouvai superflu
de le mettre dans la confidence de ce que je lui écrivais.

Cette correspondance se poursuivit, et je continuai à recevoir de
fréquentes lettres de Boghos-Bey et à lui communiquer mes idées sur la
situation du vice-roi et le parti qu'il avait à prendre. Cette partie de
notre correspondance se compose des lettres suivantes et nous amène
jusqu'au moment de la signature du traité du 15 juillet.


«Alexandrie, le 6 octobre 1839.

«Monsieur le maréchal,

«Je m'empresse de vous faire connaître en mon pouvoir les lettres que
vous avez daigné m'adresser en date des 8 et 10 septembre dernier. Son
Altesse le vice-roi, parti depuis quelques jours pour une tournée dans
la Basse-Égypte, est arrivé au Caire dans la journée d'hier. Nous
l'attendons de retour ici avant peu. Je me vois forcé, monsieur le
maréchal, de retarder une réponse catégorique jusqu'au prochain courrier
du 17 de ce mois; le motif vous en est assez connu.

«Recevez, etc., etc.

«BOGHOS-JOUSSOUF.»


«Alexandrie, le 27 octobre 1839.

«Monsieur le maréchal,

«En date du 6 courant, j'ai eu l'honneur d'accuser réception des lettres
que vous avez bien voulu m'adresser les 8 et 10 septembre, et dont je
différais la réponse catégorique au courrier suivant, à cause de
l'absence de Son Altesse le vice-roi. Par le paquebot du 16, j'ai
prévenu mon frère de Trieste que son arrivée était immédiate; en effet,
Son Altesse fut ici le soir dudit jour, mais le temps était trop court
pour les communications indispensables, et je tiens aujourd'hui ma
promesse.

«Son Altesse a été extrêmement flattée de la part que vous avez prise au
succès de l'armée égyptienne, qui a rempli vos prophéties. Elle a agréé
de bien bon coeur vos félicitations et m'a exprimé le désir, monsieur le
maréchal, de voir que vous lui continuiez vos bons offices auprès des
personnes augustes et influentes qui vous honorent de leur confiance.

«Puisque vous m'invitez à une correspondance sur les affaires courantes,
j'ai l'honneur de vous écrire, monsieur le maréchal, qu'il n'est plus
question en ce moment de la restitution préalable de la flotte; que la
France désirerait que l'hérédité dans la famille de Méhémet-Ali fût
limitée à l'Égypte, Syrie et Arabie, expliquant toutefois que les
frontières de la Syrie seraient portées à l'Euphrate, qui, avec le
Taurus, formerait une barrière naturelle; que l'île de Candie et le
district d'Adana, exclus de l'hérédité, seraient néanmoins conservés par
Son Altesse jusqu'à sa mort.

«Méhémet-Ali, persuadé, comme vous voulez bien l'écrire, monsieur le
maréchal, et certainement d'après des inspirations puissantes, qu'il
devait se relâcher en quelque chose de ses demandes, quoique justes,
bien fondées et bien défendues, pour faciliter un arrangement
convenable aux puissances qui se sont mises en avant pour une
intervention que je m'abstiendrai de qualifier, mais dont il n'y avait
certainement pas la moindre nécessité, a saisi cette occasion pour
prouver qu'il continuait dans son système de modération, et a répondu
verbalement à M. le consul général de France, et que, relativement à
Adana, il consentait à renoncer, pour lui et les siens, à l'hérédité de
ce pays et du territoire jusqu'à Lamanos, à condition que le
gouvernement en serait confié par la Porte à un de ses enfants, «qui
n'hériterait pas du gouvernement d'Égypte, Syrie et Arabie; que (la
possession devenant continue et non temporaire) il s'en remettait à la
médiation du gouvernement français pour l'indemnité qu'il jugerait
nécessaire d'accorder à la Porte en sus de ce qu'on paye pour ce
district.

«Que, relativement à l'île de Candie, Son Altesse consentait à ce
qu'elle fût rendue à la Porte après sa mort.»

«Vous jugerez, certes, monsieur le maréchal, que ces concessions sont
très-importantes dans l'état de la cause du vice-roi et dans sa position
avec la nation musulmane. Il fait la volonté des autres relativement à
Candie; mais il ne peut livrer les clefs du Taurus à d'autres qu'à un
des siens, et s'y résigne dès aujourd'hui, pour éviter un complot
quelconque dans une époque plus éloignée, parce qu'il vise à consolider
ses institutions de son vivant, afin qu'elles soient durables.

«Khosrew-Pacha, bien qu'il en inspire aujourd'hui par son hypocrisie,
fille de la peur, ne sera jamais homme à travailler pour sa nation. Elle
a tout à craindre de lui et de ses créatures; s'il a gardé le masque,
c'est qu'il y était contraint par l'opposition franche de Méhémet-Ali.
Aujourd'hui que les puissances européennes sanctionnent l'arrangement de
l'Égypte avec la Porte, qu'on n'a plus à traiter simplement avec un
grand vizir de mauvaise foi, on n'insiste plus sur sa démission comme
nécessaire; et, privé de cet intérêt, Khosrew-Pacha ne peut durer
longtemps.

«L'opinion européenne n'a pas encore rendu justice entière au
capitan-pacha, qui, pour prévenir une guerre désastreuse et fatale à sa
nation, divisée en deux camps, n'a pas voulu se ranger avec sa flotte
sous les ordres de Khosrew-Pacha. L'opinion du capitan-pacha était
partagée par tous les officiers de navire qui l'ont suivi; il n'a point
forcé ceux qui étaient dans d'autres sentiments et sont rentrés à
Constantinople; il n'a point conduit sa flotte à un ennemi, ne l'a pas
employée contre son souverain. Il a accéléré par sa venue ici la
solution d'une question qui aurait été terminée en huit jours, sans
l'intervention annoncée par les ambassadeurs, et a agi en bon patriote,
en bon musulman, non seul, mais de concert, ainsi que je l'ai dit, avec
les officiers de la flotte, lesquels n'ont fait entendre ni
protestations ni murmures, bien que stimulés à chaque courrier par des
agents de Khosrew-Pacha; et, forts de leur conscience, ils souffrent
patiemment d'être loin de leurs familles, très-satisfaits d'avoir pu
concourir à la pacification malgré eux retardée, et d'avoir réalisé
presqu'au lendemain de la bataille de Nézib la fraternisation des Turcs
avec les Égyptiens, que l'on poussait les uns contre les autres à
s'entre-détruire.

«Monsieur le maréchal, je vous écris _currente calamo_ et avec tout
l'abandon; votre position à Vienne, vos titres, vos relations, vos
connaissances administratives et militaires, enfin tout en vous peut
concourir avec succès à faire rallier les opinions des personnes
dirigeant la politique actuelle, qu'elles soient au nord, au sud; et,
comme vous aviez influé pour un congrès avant les événements, vous
pourrez influer pour un arrangement prompt et définitif, d'après le
contenu de la présente. Permettez-moi, monsieur le maréchal, d'espérer
que vous n'y serez pas étranger, et agréez, etc., etc.

«BOGHOS-JOUSSOUF.»


Voici la lettre que je répondis:


«Bergheim, le 24 novembre 1839.

«Monsieur,

«J'ai reçu, hier au soir, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de
m'écrire le 27 octobre. Sa lecture m'a fait un plaisir extrême. Je ne
puis que vous répéter combien est grande mon admiration pour la sagesse,
la fermeté et la haute habileté du vice-roi dans la conduite de ses
affaires. Le bon vouloir du gouvernement français pour lui et
l'initiative qui en a été la suite me paraissent de la plus haute
importance, et, par ses concessions, le vice-roi a su concilier les
intérêts bien entendus de sa sécurité et de son avenir avec la déférence
qu'on doit à une grande puissance amie. Qu'il persévère dans son
système, et la force des choses amènera nécessairement une solution
conforme à ses désirs et vaincra les résistances qu'a créées la haine
aveugle de lord Palmerston, haine réellement insensée, car les intérêts
bien entendus de l'Angleterre, loin d'être opposés à ceux de
Méhémet-Ali, leur sont au contraire homogènes.

«J'ai reçu des nouvelles de Paris, qui m'annoncent que le mémoire dont
je vous ai parlé et dont l'envoi y a été fait, il y a environ six
semaines, a produit une vive sensation; il servira ainsi à corroborer
les opinions déjà adoptées par le gouvernement.

«Absent de Vienne depuis le commencement du mois, pour chasser et jouir
des derniers moments du beau temps, je compte retourner dans cette ville
dans deux jours, pour ne plus la quitter pendant tout l'hiver. Je ne
puis donc vous donner aucune nouvelle; mais je vous renouvelle
l'assurance de ne pas négliger une seule occasion de servir les intérêts
du vice-roi, ni de montrer tout à la fois l'inutilité et le danger de
nouveaux délais et l'avantage de hâter le moment d'une solution qui,
mettant chacun à sa véritable place, peut et doit être le principe d'un
grand bien pour l'avenir. Si j'ai déjà pu, par mes paroles et mes
écrits, être utile au vice-roi, et si je puis encore contribuer d'une
manière efficace à ramener un résultat définitif conforme à ses voeux,
j'en éprouverai une grande joie, car personne ne fait pour lui et sa
prospérité des voeux plus sincères et plus ardents que moi.

«Mes hommages bien empressés à Son Altesse.»


«Alexandrie, le 27 novembre 1839.

«Monsieur le maréchal,

«Je m'empresse d'accuser réception, monsieur le maréchal, de votre
très-honorée lettre du 24 octobre dernier, qui s'est croisée avec celle
que j'ai pris la liberté d'écrire le 27 du même mois.

«N'ayant point reçu jusqu'à ce jour celle qui a été remise à M. Abro, et
dans l'incertitude qu'on puisse l'avoir bientôt, je dois vous adresser
la prière, monsieur le maréchal, de m'en expliquer, par la prochaine, le
contenu, dans le cas qu'il fût d'un intérêt majeur pour les
circonstances du moment.

«Nous connaissons ici que ce serait à Vienne où raisonnablement
pourraient recevoir une solution les affaires de l'Orient, par
l'intervention européenne, soit par sa position centrale et proche de la
Turquie, soit par l'influence du grand diplomate qui est à la tête du
cabinet, soit enfin parce que les opinions opposées des autres
gouvernements y seraient pesées en juste balance et modifiées. C'est sur
cette base, aussi bien que pour répondre à l'amitié et à la confiance
dont vous avez donné, monsieur le maréchal, des témoignages à Son
Altesse le vice-roi, que j'avais reçu l'ordre de vous communiquer, ainsi
que je l'ai fait dans ma précédente du 27 octobre, sa réponse aux
ouvertures faites par le cabinet français.

«Ladite communication allant au-devant de l'offre gracieuse contenue
dans votre lettre précitée du 28 du mois dernier, il est à croire
qu'elle pourra être employée utilement; car, si l'on veut un
arrangement stable dans les affaires turco-égyptiennes, pour arriver
ensuite à s'entendre sur les affaires orientales en général, qui sont
d'une portée bien plus élevée, il est indispensable que les défilés du
Taurus, s'ils ne doivent pas appartenir à l'héritier de la Syrie et de
l'Égypte, soient au moins entre les mains de quelqu'un qui n'ait pas
intérêt à lui nuire, et, en proposant que le district d'Adana dût être
rendu à la Porte à la mort du vice-roi, on manifeste une arrière-pensée
qui soulèvera une autre guerre.

«J'aime à me persuader, monsieur le maréchal, que vos lumières pourront
éclairer les hommes d'État à qui la question turco-égyptienne ne serait
point assez familière, et leur faire comprendre que Son Altesse le
vice-roi ne pourrait accepter un arrangement qui, à l'époque de sa mort,
remettrait en question ce qu'il aurait obtenu pour sa famille. La
possession par la Porte du district d'Adana servirait admirablement
toute arrière-pensée, comme je l'ai déjà dit, et l'on doit éviter ces
conséquences.

«J'ai l'honneur de vous renouveler, etc., etc.

«BOGHOS-JOUSSOUF.»


Voici maintenant ma réponse:


«Vienne, le 27 décembre 1839.

«Monsieur,

«J'ai reçu la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire en date
du 27 novembre. Je voudrais pouvoir vous annoncer des nouvelles
favorables et décisives pour les intérêts du vice-roi, mais tout est à
peu près stationnaire sur la question d'Orient, et les seuls changements
survenus semblent se borner à indiquer une tendance à une meilleure
harmonie entre les puissances. L'Angleterre seule renferme des éléments
hostiles à Méhémet-Ali; on ne peut ni comprendre l'aveuglement de sa
conduite ni les erreurs de sa politique; mais le fait n'existe pas
moins, on ne peut se le dissimuler. S'il n'y avait pas eu dans ce
cabinet une passion violente contre le vice-roi, depuis longtemps les
affaires d'Orient seraient terminées à la satisfaction de celui-ci, par
suite de l'active bienveillance et de l'intérêt sincère que lui porte le
gouvernement français, intérêt qu'il m'est agréable de penser que j'ai
contribué à développer et à rendre durable.

«Le vice-roi est sans doute fort bien instruit de l'état des choses en
général, et peut-être ne lui apprendrai-je rien de nouveau à cet égard.
Cependant je lui dirai quelles sont mes croyances sur la marche
probable des événements. C'est à lui à suivre ensuite la politique qu'il
croira la plus convenable à ses intérêts. La France est donc l'amie
sincère de Méhémet-Ali; son gouvernement suit une politique qui est
d'accord avec les sympathies du pays. Le vice-roi peut et doit compter
de ce côté sur un appui moral constant et sur une intervention utile
toutes les fois que les circonstances en fourniront l'occasion; mais le
gouvernement français ne se brouillera pas avec l'Europe pour lui.

«Il servira toujours ses intérêts quand il pourra le faire sans grand
inconvénient pour lui-même, et, dans aucun cas, ne lui sera contraire;
voilà les limites dans lesquelles il s'est placé, et dont il ne sortira
pas. Les puissances sont en voie de s'entendre pour l'occupation des
mers intérieures de Constantinople en cas d'événements majeurs qui
appelleraient les Russes dans cette ville. Jusqu'à présent, je vois une
harmonie plus en projet qu'en réalité, et plutôt une espérance qu'un
fait accompli; car il y a des difficultés de détail à résoudre qui me
paraissent compromettre le principe. Cependant on ne peut se refuser à
reconnaître, ainsi que je l'ai déjà dit, une tendance amicale et une
disposition à s'entendre.

«Malgré les passions de l'Angleterre, il paraît qu'on a renoncé à toute
espèce de moyens d'action contre Méhémet-Ali, et que toutes les mesures
se réduiront au _statu quo_. Mais, d'un autre côté, il paraît bien
arrêté qu'on ne veut traiter avec lui qu'au moyen de sacrifices
considérables pour l'avenir. En excluant une partie de la Syrie de
l'hérédité, les puissances de l'Europe garantiraient à la famille de
Méhémet-Ali la possession de l'Égypte et de ses autres domaines. Dans le
cas contraire, et sans cette concession, elles laisseraient son sort
dans l'incertitude de l'avenir et soumis aux éventualités que le temps
peut faire naître. Cette double combinaison peut faire réfléchir le
vice-roi. Une garantie des puissances de l'Europe est, à coup sûr, un
avantage réel pour lui: elle place sa famille dans une position
exceptionnelle et la met hors de pair; mais il ne faut pas payer cet
avantage trop cher, et, quel que soit le prix qu'on doive y attacher, il
est à propos d'en reconnaître les effets. Avant tout, on doit voir, dans
la question de l'avenir, une chose de fait. C'est dans la force et une
puissance effective que les successeurs de Méhémet-Ali trouveront de
véritables garanties pour fonder leur sécurité; et, si la puissance
égyptienne se trouvait dépourvue d'une bonne armée et privée d'argent,
tandis que le sultan, étant parvenu à réunir et à organiser des moyens
d'action redoutables, essayerait de reconquérir l'Égypte, je doute que
les puissances de l'Europe missent une grande activité et une grande
énergie à protéger cet État au moment de succomber. Quelques démarches
insignifiantes et sans résultat les acquitteraient, à leurs yeux, de
leurs engagements, et les successeurs de Méhémet-Ali disparaîtraient de
la scène du monde.

«Pour déterminer la conduite à tenir par Méhémet-Ali, _tout dépend, à
mes yeux, de l'état de ses moyens matériels et de ses ressources
intérieures_. S'il peut soutenir d'une manière indéfinie le _statu quo_
je crois qu'il est dans ses intérêts de s'y conformer et de ne pas se
départir de la frontière qu'il demande, et qui est nécessaire à sa
sûreté. S'il est fort, quoique non reconnu, son existence sera plus
assurée que s'il était faible et placé sous la protection de l'Europe;
et puis mille circonstances peuvent intervenir et lui offrir des chances
favorables et faire désirer aux puissances d'en finir sur cette question
d'Orient, qui est toujours un motif d'inquiétude et d'agitation. Je
crois donc que le vice-roi doit accepter le _statu quo_, si quelques
motifs intérieurs ne le lui rendent pas trop à charge, et en même temps
ne rien négliger pour arriver à une transaction avec Constantinople;
car, une fois obtenue, les gouvernements de l'Europe seront trop heureux
de la ratifier pour assurer le repos de l'avenir et réparer ainsi la
faute qu'ils ont commise de se mêler intempestivement d'une question qui
ne les regardait pas: s'ils s'en étaient abstenus, depuis longtemps il
n'en serait plus question.

«Voilà, monsieur, dans mon opinion, l'état des choses et la conduite à
tenir par le vice-roi. Je le regarde comme invulnérable. Il a pris une
bonne position, et les événements ne peuvent qu'amener des chances
favorables dont il saura profiter avec son habileté accoutumée. Il faut
attendre. Si j'apprends quelque chose qu'il lui soit utile de savoir, je
m'empresserai de vous en informer. Je vous renouvelle l'assurance de ne
jamais perdre une occasion de parler en sa faveur et de plaider
constamment ses intérêts avec la même chaleur. En me conduisant ainsi,
j'agirai dans ma conviction et trouverai un véritable plaisir à lui
prouver la sincère affection avec laquelle, etc., etc.»


«Alexandrie, le 16 janvier 1840.

«Monsieur le maréchal,

«Mon premier devoir, aussitôt reçue l'honorable dépêche dont il vous a
plu de me favoriser en date du 27 décembre dernier, a été d'en soumettre
une traduction exacte à Son Altesse le vice-roi, qui, ayant trouvé une
parfaite conformité d'idées avec celles que lui suggère sa position,
s'est plu à rendre hommage à l'attachement que vous lui témoignez en
disant: «M. le maréchal a fait abstraction de ce qui l'entoure pour se
placer un instant dans ma position; je lui en sais bon gré, car cela
prouve qu'il pense réellement à moi, qui suis sincèrement son ami.»

«Rien ne gêne le gouvernement égyptien dans son intérieur; ses troupes
et ses employés sont presque soldés; les agents du gouvernement payés;
aucune dette arriérée à l'extérieur ou à l'intérieur, les recettes de
l'année passée faisant face à l'exercice courant, et au delà; les
recettes de cette année, plus abondantes que jamais pour l'année
prochaine. Aussi Son Altesse a-t-elle refusé les propositions d'emprunt
qui lui étaient adressées de la part des capitalistes français et de
celles de plusieurs banquiers puissants de Francfort-sur-Mein, pour ne
pas charger d'une dette son pays sans nécessité. La récolte des
céréales, déjà favorable l'année dernière, et dont les exportations
continuent, sera extrêmement plus abondante cette année-ci, et le pays
sera à son aise, quoi qu'il en soit du dehors.

«Son Altesse le vice-roi s'étonne à bon droit qu'on veuille lui supposer
une ambition sans bornes et des vues sur Constantinople, tandis qu'il a
prouvé, après les affaires de Nézib et par son système de défense,
qu'il était loin d'avoir de pareilles intentions; car, s'il les avait
eues, il n'aurait pas manqué de profiter des circonstances. Cependant on
devrait facilement comprendre que celui qui a tant fait doit aspirer,
dans son âge avancé, à conserver seulement, à transmettre à ses
héritiers.

«À part les conquêtes que Son Altesse a faites de ce pays insoumis à la
Porte, les services qu'il a rendus à Candie, en Morée, et ceux bien
autrement chers en Arabie pour reprendre et conserver à l'islamisme les
lieux saints, auraient mérité un témoignage éclatant du souverain envers
sa famille. En se défendant contre d'injustes attaques, ouvertes et
cachées, il s'est trouvé possesseur d'autres pays qui lui ont été
garantis sa vie durant. On le força de se défendre encore. Il pouvait
conquérir, bouleverser l'empire, et il s'en est bien gardé, parce que,
animé d'un esprit national, il a voulu épargner l'effusion du sang
précieux qu'il était intéressé à conserver pour rendre l'empire ottoman
fort et indépendant, quoiqu'il en eût menacé feu le sultan Mahmoud,
parce que, le premier de tous, il avait reconnu que l'intégrité de
l'empire était nécessaire à sa conservation.

«Les déclarations des cabinets ne sont venues qu'après coup, comme leurs
forces ne se réunirent que trop tard pour s'opposer d'une manière
sérieuse à ce qu'il aurait pu entreprendre s'il avait jamais eu les
intentions qu'on lui prête. Il est impossible de ne pas croire
aujourd'hui à son union franche et loyale avec le sultan et à son désir
de l'assister dans la régénération de ses peuples.

«Méhémet-Ali, ayant ce qu'il possède en hérédité (hormis Candie et sauf
les exceptions consenties à l'égard de l'Arabie dans sa note à la
Turquie, remise à M. le consul de France à la mi-décembre, et dont la
traduction est ci-jointe), sera fidèle vassal de son suzerain, qui
pourra compter sur son secours en paix comme en guerre; mais, si on veut
l'humilier et le punir de sa modération et de ses bonnes intentions,
l'état souffrant de la Turquie sera prolongé malgré lui; il attendra et
se maintiendra. La pensée d'attaquer ne trouve pas plus de place
aujourd'hui que dans les époques les plus favorables; il se défendra,
et, pour faire tout ce qui dépend de lui pour éviter la guerre et la
rendre moins longue si on l'y forçait absolument, il vient d'ordonner
que la ville d'Alexandrie fournira deux régiments de milice pour sa
défense avec les soldats de la marine. Toutes les troupes régulières
disponibles en Égypte, infanterie, cavalerie et artillerie, ainsi que
les troupes irrégulières et les cavaliers bédouins, sont réunis dans la
Basse-Égypte pour former un camp de quarante à cinquante mille hommes,
qui, en quelques heures, pourront se porter sur les points de la côte
menacés.

«Les compagnies d'ouvriers de l'arsenal d'ici, de celui du Caire, des
différentes fabriques de l'Égypte, formeront un contingent de quelque
importance d'hommes robustes, dévoués et disciplinés.

«Il est prescrit à Son Altesse Ibrahim-Pacha de se tenir constamment sur
le même système de défense.

«Ces mesures ont été prises en conséquence de quelques rumeurs répandues
ici par des correspondants du dehors qu'une puissance maritime se
chargeait seule, et à défaut du concours des autres, d'employer des
mesures pour faire agréer des propositions inacceptables au vice-roi.

«Il serait temps que ceux qui s'intéressent de coeur à la sûreté, à
l'intégrité et à la force de l'empire ottoman reconnussent enfin qu'on
peut amender une faute commise en agissant franchement: qu'agir contre
Méhémet-Ali n'aura d'autre effet, si l'on y parvient, que de rendre
toujours plus faible l'empire ottoman que l'on veut relever, parce qu'on
détruira ses meilleurs matériaux et on le laissera à la merci des
étrangers, surtout du plus puissant voisin; il serait temps qu'ils
reconnussent qu'ils travaillent précisément en opposition de principes
par eux-mêmes établis; qu'ils se persuadent que ce que l'on parviendrait
à arracher à Méhémet-Ali ne pourra jamais donner de la force au sultan,
tandis qu'en confirmant au premier ce qu'il possède, moyennant
l'hérédité, on est sûr d'avoir, par l'organisation de ce qui existe, une
bonne organisation de l'autre moitié de l'empire. Il pourra alors se
suffire à lui-même sans secours de protecteurs, et devenir en peu
d'années cette nation forte, intermédiaire, qui sera la sauvegarde de
l'Europe.

«Méhémet-Ali a fait toutes les concessions compatibles avec sa position
pour obtenir l'hérédité; il ne lui reste plus qu'à déplorer de voir ses
bonnes intentions travesties ou sans croyance, et à se défendre s'il
était attaqué; sa longue carrière militaire lui en fait une loi, et,
s'il était écrit qu'il dût succomber, ce sera du moins au champ
d'honneur, après avoir fait tout ce qui dépendait de lui pour régénérer
sa nation.

«Daignez, monsieur le maréchal, agréer, etc.

BOGHOS-JOUSSOUF.


NOTE REMISE DE LA PART DE MÉHÉMET-ALI AU CONSEIL DE FRANCE ET INCLUSE
DANS LA PRÉCÉDENTE LETTRE.

«Méhémet-Ali ne peut jamais consentir à abandonner les pays qu'il
possède. On ne pourra les lui arracher que par la force, et il est
fermement résolu à user de tous les moyens qu'il a et qu'il aura à sa
disposition pour se les conserver si l'on vient l'attaquer. Il préfère,
s'il doit succomber, sacrifier toute sa famille et les siens plutôt que
de leur laisser un héritage, bien et dûment acquis, mutilé par une
lâcheté. Ce n'est pas un général qui peut capituler et se vendre après
une honorable résistance, c'est un homme qui a travaillé toute sa vie
pour l'avenir, et ne peut s'en dessaisir coûte que coûte.»


Je répondis en peu de mots à cette lettre.


«Vienne, le 30 janvier 1840.

«Monsieur,

«J'ai reçu avant-hier la lettre que vous m'avez fait l'honneur de
m'écrire le 16 janvier, et je me flatte de vous dire tout le plaisir
qu'elle m'a causé. Le vice-roi a pris une attitude digne de lui, digne
de ses antécédents, et dont le résultat, j'en ai la persuasion intime,
sera favorable à ses intérêts. J'ai éprouvé une véritable jouissance à
le voir répondre si complétement à l'idée que je me suis formée de son
habileté et de son caractère. Chaque jour on reconnaîtra davantage la
solidité de la base sur laquelle il s'est placé, et, pour mon compte,
je n'ai pas manqué de proclamer hautement mes convictions à cet égard.
Je regarde aussi comme certain que, malgré toutes les nouvelles dont
sont remplis les journaux, les négociations de Londres n'amèneront aucun
résultat qui lui soit contraire, et déjà divers indices prouvent
l'impossibilité de s'entendre. J'applaudis cependant beaucoup aux
mesures de prévoyance dont on s'occupe en Égypte et dont vous voulez
bien m'entretenir. Le temps récompensera de si nobles efforts, et
j'aurai bientôt, j'espère, à féliciter le vice-roi de ses succès. Il
faut seulement de la patience. Je suis avec une constante préoccupation
tout ce qui se passe chez vous et concerne Méhémet-Ali, et je ne perds
jamais l'occasion de chercher à lui être utile quand elle se présente.
Je vous demande, de votre côté, monsieur, de me tenir exactement au
courant de ce qui se passe en Égypte; vous me devez cette complaisance,
en raison de l'amitié que je porte au vice-roi.

«Agréez, etc., etc.»


«Alexandrie, le 16 avril 1840.

«Monsieur le maréchal,

«Par la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser en date du
11 février, laquelle a beaucoup satisfait Son Altesse le vice-roi, mon
maître, vous me demandiez de vous tenir toujours au courant de ce qui se
passe chez nous. Dans le désir de pouvoir annoncer quelque chose de
nouveau, j'ai retardé ma réponse jusqu'à ce jour; différer davantage, ce
serait manquer aux égards qui vous sont dus, monsieur le maréchal, et
cependant, comme rien n'est survenu, il ne me reste rien, presque rien à
ajouter à la lettre écrite le 16 janvier dernier.

«Son Altesse le vice-roi continue dans son système de modération et
attend qu'on lui rende justice; s'il continue ses armements, c'est
uniquement dans les vues d'une défense légitime. Son Altesse
Ibrahim-Pacha ne fera pas le moindre mouvement sans un ordre du
vice-roi, et cet ordre ne serait donné qu'en cas qu'on fût attaqué. Vous
avez eu, monsieur le maréchal, des entretiens très-fréquents et assez
intimes avec Son Altesse le vice-roi pour avoir pu connaître sa manière
de penser et sa loyauté; on affecte aujourd'hui de ne pas croire à ses
promesses, lorsqu'il donne au jour le jour une preuve convaincante d'y
être religieusement fidèle. Il attend, et sa demande malgré les
événements et les circonstances n'a jamais changé, l'hérédité pour sa
famille de ce qu'il possède et qu'on n'a pu lui ravir. Il proteste de
son obéissance, de son attachement à son souverain, au service duquel il
veut se dévouer pour relever sa nation avilie. Son grand tort n'est que
de penser que les étrangers seront toujours étrangers en Turquie, que
son organisation définitive ne peut s'obtenir que pas à pas, en
procédant du connu à l'inconnu, en employant les musulmans déjà
instruits à former ceux qui ne le sont pas, pour inspirer ensuite de
l'émulation aux uns et aux autres. Voilà son tort; il est grave, parce
qu'il contrarie les projets d'une puissance voisine; mais aussi tout le
monde ne peut pas avoir un seul et même intérêt; si celui du vice-roi
est conforme à la majorité, pourquoi l'éliminer?

«Soyez bien convaincu, monsieur le maréchal, que Son Altesse le vice-roi
respectera toujours son souverain et n'ambitionne que de lui être utile,
qu'il n'a aucune difficulté à reconnaître les grandes puissances, ou
telle qui serait plus particulièrement indiquée, comme garant de ses
obligations.

«Il suffit qu'on satisfasse à sa juste demande et qu'on se conduise à
son égard avec bonne foi. Je l'ai dit et je dois le répéter, Méhémet-Ali
ne commencera jamais les hostilités; mais il ne reculera pas devant la
guerre, de quelque part qu'elle vienne, et alors..... Dieu seul sait ce
qui pourra arriver.

«J'ai à vous annoncer que l'enthousiasme gagne insensiblement la
population au Caire. Les cheiks de la mosquée El-Ahzar ont voulu être
eux-mêmes à la tête des milices qui se forment avec une grande rapidité;
les officiers égyptiens et étrangers s'étonnent du progrès que font
journellement ces milices dans le maniement des armes.

«Agréez, monsieur le maréchal, etc.

«BOGHOS-JOUSSOUF.»


Je répondis la lettre suivante:


«Monsieur,

«J'attendais de vos nouvelles avec impatience, mais n'étais nullement
étonné de n'en pas recevoir, vu le _statu quo_ qui subsiste partout.
J'admire sincèrement les fortes résolutions que le vice-roi a adoptées,
l'attitude qu'il a prise, et je crois fermement que cette marche le
mènera au résultat que ses justes droits lui font ambitionner. Je devine
cependant les embarras financiers qu'il peut éprouver; mais la force de
son caractère suffit pour les vaincre, et l'Égypte, d'ailleurs, est
certainement le pays du monde où l'on peut pendant plus longtemps faire
de grandes choses avec peu d'argent. Cette crise aura un terme;
l'opinion de l'Europe grandit chaque jour en faveur du vice-roi, et il
n'est pas aujourd'hui un bon esprit qui ne comprenne combien a été
intempestive une intervention où personne n'était d'accord ni sur le
but ni sur les moyens, et dont l'exécution offrait des questions
insolubles et des difficultés insurmontables. Les auteurs de cette
intervention ne se sont pas doutés qu'elle serait, comme il est arrivé,
plus à la charge de ceux qu'ils voulaient servir qu'à celui qu'ils
voulaient combattre, et qu'elle tendrait à affaiblir encore un empire
déjà si faible qu'ils voulaient ressusciter. Je pense donc que
Méhémet-Ali doit persévérer dans le système qu'il suit, mais redoubler
ses efforts pour arriver à traiter et à s'arranger directement avec la
Porte. Le jour où il y sera parvenu, les gouvernements de l'Europe se
trouveront soulagés d'un grand poids; et, joyeux d'un événement qui
assurera la paix, ils s'empresseront de garantir ce qui aura été fait
pour accroître les gages de la sécurité et du repos de l'avenir. Je
crois donc que le vice-roi ne doit négliger aucun moyen pour arriver à
ce résultat. Les Turcs éclairés de Constantinople doivent reconnaître
qu'il n'y a aucun bénéfice et aucune sécurité pour l'empire turc à
laisser au hasard de l'avenir et de la complication des intérêts de
plusieurs son sort et sa destinée; les exaltés religieux doivent être
mécontents de la politique suivie jusqu'à ce jour; ainsi le pacha doit
avoir des appuis et des auxiliaires dans sa nation, dent le nombre devra
augmenter chaque jour et ajouter l'influence de l'opinion à celle que
lui donnent déjà sa politique habile et les moyens dont il dispose. Le
triomphe de Méhémet-Ali et la consolidation de l'édifice politique qu'il
a créé correspondent aux calculs et aux prévisions de mon esprit et
satisferont aux sentiments que je lui porte.

«Adieu, monsieur, etc., etc.»


«Alexandrie, le 16 juin 1840.

«Monsieur le maréchal,

«J'avais eu l'avantage de vous écrire en date du 16 avril, et la récente
lettre dont vous m'avez favorisé le 12 mai porte tous les caractères
d'une réponse à ma susdite. M'étant parvenue après que Son Altesse le
vice-roi s'était mis en voyage pour le Caire, j'ai rempli mes devoirs
par l'envoi d'une exacte traduction; mais j'ai dû, en même temps,
attendre un nouveau courrier avant que de prendre la plume pour la
correspondance que vous avez daigné autoriser; l'absence de Son Altesse
et le manque de nouvelles de quelque intérêt m'y obligeaient.

«Je suis heureux, monsieur le maréchal, de pouvoir vous annoncer que,
par suite de la récente destitution de Khosrew-Pacha, la principale
pierre d'achoppement étant levée, Son Altesse le vice-roi, suivant les
impulsions plus d'une fois manifestées et toujours méconnues, a saisi la
circonstance de la naissance d'une princesse, fille du sultan, pour
donner à son suzerain un témoignage public et officiel de son respect et
de son dévouement. En conséquence, aujourd'hui même, par bateau à vapeur
exprès, Son Excellence Samy-Bey, général et premier aide de camp de Son
Altesse le vice-roi, est parti pour Constantinople, porteur d'une lettre
de félicitations analogue à la circonstance, et spécialement chargé
d'exprimer à Sa Hautesse les assurances de toute sa soumission comme
fidèle vassal, ainsi que de son désir de coopérer au bien de l'empire
par tous les moyens à sa disposition. Son Excellence Samy-Bey a
l'autorisation d'appuyer, par des témoignages de fait, les assurances
dont il est porteur, parce que, dans la position actuelle des choses,
ces preuves feront foi entière des sentiments obséquieux de Méhémet-Ali,
et ne peuvent être attribués ni à la faiblesse ni à la contrainte.

Le vice-roi doit espérer que sa noble conduite ne sera pas méconnue et
qu'elle portera ses fruits.

«Veuillez agréer, monsieur le maréchal, etc.

«BOGHOS-JOUSSOUF.»


Voici ma réponse:


«Monsieur,

«Je n'ai pas eu l'honneur de répondre à votre dernière lettre et de vous
écrire par le dernier paquebot, parce que je n'avais à vous mander rien
d'intéressant. J'attendais avec une confiance extrême le succès de la
mission de Samy-Bey à Constantinople pour faire mon compliment bien
sincère au vice-roi; car je m'identifie de coeur avec lui, et désire
ardemment de voir terminer cette pénible affaire qui compromet le repos
de l'Europe et du monde; mais je vois le temps s'écouler sans amener le
résultat que j'attendais, et en même temps les révoltes de Syrie, qui
retentissent beaucoup et dont on exagère peut-être l'importance, donnent
du crédit aux ennemis de Méhémet-Ali, leur fournissent des arguments et
raniment leurs espérances.

«Tout semblait devoir marcher rapidement à une solution favorable, quand
les bruits des insurrections du Liban ont tout suspendu et rendu tout
incertain. Pour ma part, j'en ai éprouvé un véritable chagrin, et je
suis persuadé encore que le vice-roi, par sa vigueur et sa résolution,
d'un côté, et la modération qu'il apportera ensuite, trouvera le moyen
de tout terminer dans ces parages. S'il obtient ce résultat promptement,
il avancera beaucoup la solution de la question principale. Dans tous
les cas, je suis convaincu que le vice-roi ne manquera pas à sa destinée
et sera à la hauteur des événements qui peuvent survenir.

«Je rencontre souvent M. le consul de Danemark à Alexandrie, qui
s'occupe avec zèle des intérêts de l'Égypte et me semble très-dévoué au
vice-roi. Je trouve du plaisir à causer avec quelqu'un dont les opinions
sont aussi en harmonie avec les miennes. Il voulait partir pour
Alexandrie; je l'ai engagé à rester encore, parce que je crois sa
présence utile aux intérêts du pacha.

«Veuillez agréer, monsieur, etc., etc.»


Boghos-Bey me répondit:


«Alexandrie, le 16 juillet 1840.

«Monsieur le maréchal,

«Les journaux et les salons de l'Europe ont sans doute fait retentir aux
oreilles des personnes marquantes que des troubles existaient en Syrie,
à la montagne du Liban; car il importait à ceux qui voulaient arracher
cette province à sa domination actuelle de faire exécuter un mouvement
qui pût donner crédit à leurs présages diplomatiques et les établir sur
le trépied de prophètes.

«Le mouvement a eu lieu, en effet; mais, comme il devait essentiellement
tenir de l'essence de sa création étrangère, il ne put jamais prendre
naissance dans le pays; il n'a eu aucune base fixe, aucun but avoué,
aucun chef de marque. De pauvres montagnards ont été trompés; leurs yeux
n'ont pu se dessiller qu'au moment où le gouvernement égyptien s'est vu
dans la nécessité de prouver que, s'il leur avait accordé du temps pour
se reconnaître, c'était l'effet de la magnanimité de notre vice-roi (qui
veut le repentir du coupable plutôt que sa destruction) et non de la
faiblesse.

«Sans faire le moindre déplacement dans les cantonnements des troupes en
Syrie, et en écrivant à son fils Ibrahim-Pacha qu'il en faisait son
affaire, Méhémet-Ali a réuni à Beyrouth, Saïda et Balbeck un nombre plus
que suffisant de troupes pour réduire les insurgés, quand même ils
auraient opposé une opiniâtre résistance. Son Altesse Abbas-Pacha fut
envoyé d'Égypte pour commander en chef les opérations.

«Vous comprendrez, monsieur le maréchal, que, ces dispositions achevées,
tout devait se terminer sans autre délai. On signifia aux chefs
insurgés, gens de nulle valeur, de mettre bas les armes; ils firent
sentir qu'ils se rendraient si on leur assurait des avantages
personnels. Une pareille proposition faisait sentir que le mouvement
insurrectionnel demeurait toujours factice et n'avait point de racine
dans la population; mais il aurait été honteux de l'accepter, et, après
avoir signifié le refus, on en vint aux armes.

«Cette démonstration fit évanouir tous les projets conçus sur l'opinion
d'une faiblesse qui n'existait que dans des cerveaux malades; on
s'empressa de livrer les armes et d'implorer le pardon.

«Je renouvelle, monsieur le maréchal, etc.

«BOGHOS-JOUSSOUF.»


«Alexandrie, le 27 août 1840.

«Monsieur le maréchal,

«J'ai eu l'honneur de recevoir et de soumettre à Son Altesse le vice-roi
la lettre que vous avez bien voulu m'adresser le 25 juillet dernier. Son
Altesse, qui apprécie en tout temps vos bons conseils, a remarqué avec
plaisir une coïncidence nouvelle dans les idées; les troubles de la
Syrie ont été apaisés par la vigueur de sa résolution, accompagnée et
suivie de sa modération. Aussitôt que les Maronites ont quitté la partie
et remis leurs armes, la montagne du Liban a été évacuée par les
troupes, afin de prévenir les excès auxquels leur présence aurait pu
donner lieu; les chefs mêmes des révoltés ont obtenu la vie sauve et ont
été expédiés au Sennaar.

«Il a été fort malheureux que les cabinets de l'Europe, très-mal
renseignés depuis quelque temps par leurs agents officiels, aient pu
croire que de pareils troubles, dans une province comme la Syrie,
pussent se changer en insurrection générale. Aucun motif de plaintes
sérieux n'avait été donné, et ceux qui ont forgé des griefs pour remuer
les masses ne sont parvenus à séduire qu'un petit nombre; les faits
l'ont prouvé à l'évidence. Ces troubles mêmes auraient été plus tôt
étouffés si Son Altesse le vice-roi n'avait pas ordonné à Son Altesse
Ibrahim-Pacha de ne point s'en inquiéter, qu'il en ferait son affaire.

«Cela est d'autant plus malheureux, qu'il a pu faire prendre avec une
précipitation que rien ne saurait justifier, et presque _ab irato_, une
décision à Londres, criante d'injustice contre Son Altesse le vice-roi,
et tellement criante, qu'elle a été repoussée à Constantinople même
parmi les ennemis de Méhémet-Ali; mais les personnes dirigeantes n'ont
d'autre planche de salut que l'importance que leur donnent la question
actuelle et l'appui de l'étranger.

«Rifaat-Bey, commissaire de la Porte, a notifié cette décision à
Méhémet-Ali, le 16 août. Son Altesse lui a exprimé combien il était
peiné de voir que le sultan, qui lui avait fait concevoir, depuis son
avènement au trône, les meilleures espérances d'un arrangement direct
plus ou moins éloigné, et toujours basé sur le dévouement de Méhémet-Ali
à sa personne et au bien de sa nation, voulût s'appuyer sur une décision
prise à l'étranger sur des pièces fausses ou erronées; qu'elle croyait,
d'après cette tournure des affaires, devoir s'en remettre à la médiation
de la France, mieux instruite et plus désintéressée dans la question;
qu'elle n'attaquerait pas en attendant, ne voulant point se prévaloir
des circonstances, mais qu'elle se tiendrait en mesure de repousser la
force par la force.

«Les quatre consuls généraux ont ensuite adressé à Son Altesse leurs
réflexions sur la nécessité de se soumettre à la décision émanée; et,
comme le vice-roi en a témoigné le désir, ces réflexions furent remises
par écrit, escortées d'une lettre d'accompagnement. Hier 26, Rifaat-Bey,
avec les quatre consuls généraux qui seuls ont empêché son retour à
Constantinople, depuis la réponse qui lui a été donnée, s'est présenté
de nouveau à Son Altesse le vice-roi, espérant sans doute que son
opinion se serait modifiée depuis l'arrivée de la presque totalité de
l'escadre anglaise sur notre rade, avec l'amiral Stafford et deux
frégates autrichiennes. Son Altesse se contenta de lui dire «Dieu seul
prend et distribue les empires.» Le consul anglais voulant répliquer, le
vice-roi dit alors: «Tout est inutile, car je n'ai rien d'autre à
ajouter.»

«Notre côte est garnie de batteries, pour empêcher un coup de main. Il y
a assez de troupes pour repousser un débarquement; d'autres sont en
marche et arriveront demain probablement. Les vaisseaux sont embossés
sur deux lignes, dans le port, près des passages, et quatre d'entre eux
défendront spécialement l'arsenal et le bassin où l'on a placé les
autres navires moindres, préparés pour être coulés bas dans le cas
d'urgence. La grande passe du port a été fermée avec des caissons
remplis de lest; de sorte que les seuls bâtiments avec très-peu de
tirant d'eau pourront entrer dans le port vieux.

«Les provenances du dehors sont, par les pilotes, conduites dans le port
neuf, où les navires marchands débarqueront; ils ne passeront dans le
port vieux qu'après s'être assurés par la visite qu'ils sont vides,
prêts à charger, et n'ayant pas de matières inflammables.

«Je ne finirais pas si je vous détaillais toutes les mesures qui ont été
prises, ou qui se prennent par précaution.

«La Syrie est complétement tranquille. Les propositions que le
commandant Napier a faites à Son Excellence Abbas-Pacha, le 14 août
(deux jours avant la notification de la décision de Londres à
Méhémet-Ali), ont été repoussées; il en a été de même des ouvertures
faites à Hassan-Pacha, général de division des troupes de
Constantinople.

«L'émir Bechir a assuré le vice-roi de toute sa fidélité et du désir de
la Montagne, qui ne veut ni étrangers ni insurrection.

«Des corps de troupes nombreux gardent toutes les côtes de la Syrie, et
les vaisseaux anglais ne pourront, en dernière hypothèse, jamais
commander au delà de la portée de leurs canons.

«Son Altesse Méhémet-Ali a bon espoir que l'on saura enfin la vérité en
Europe, et qu'on reconnaîtra combien l'on a été trompé sur la portée de
la prétendue révolte de la Syrie. Que si on s'est fourvoyé une seconde
fois, le 15 juillet, à Londres, comme on s'est fourvoyé à Constantinople
en réclamant la demande d'intervention, il y aura toujours moyen (à
moins qu'on ait des raisons pour soulever une guerre générale) de
conseiller au sultan d'user de sa munificence, et, en faisant un acte de
souverain favorable à Méhémet-Ali, rendre à la Turquie sa force et à
l'Europe le repos.

«Je suis, etc., etc.

«BOGHOS-JOUSSOUF.»


Ma réponse était conçue en ces termes:


«Monsieur,

«Mon retour tardif à Vienne m'a empêché de répondre par le paquebot
dernier à la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 28
août, et en même temps de vous entretenir de la mesure insensée prise à
Constantinople contre le vice-roi. Vous imaginez sans peine la sensation
que j'en ai ressentie; mais ce que je regrette de ne vous avoir pas dit
plus tôt, c'est que cet acte, qui a eu une désapprobation universelle, a
mécontenté de la manière la plus vive le prince de Metternich, et que
l'internonce autrichien, qui y a concouru, a été l'objet de son blâme le
plus sévère. Cet événement, jugé partout en Europe de la même manière,
accélérera je l'espère la fin d'une crise dont tout le monde souffre, et
servira probablement les intérêts du vice-roi, au lieu de leur être
contraire. L'attitude qu'il a prise et qu'il conserve, les concessions
qu'il a faites en dernier lieu, et qui paraissent suffisantes à tout ce
qui n'est pas aveuglé par la passion, sont des motifs de croire que tout
s'arrangera bientôt. C'est un voeu que je forme ardemment; personne ne
s'en réjouit davantage, comme personne plus que moi n'admire plus
sincèrement la dignité et la raison qui ont constamment présidé aux
résolutions du vice-roi.

«Veuillez, etc., etc.»


«Alexandrie, le 16 septembre 1840.

«Monsieur le maréchal,

«J'ai eu l'honneur de vous adresser ma dernière lettre sous date du 27
août dernier; et, sans en attendre la réponse, je suis l'engagement pris
avec vous, monsieur le maréchal, de vous tenir au courant de ce qui se
passe dans nos contrées.

«Son Altesse le vice-roi a fait appeler les quatre consuls généraux,
quelques jours avant l'expiration du dernier terme, et leur a déclaré
qu'il acceptait la disposition du traité de Londres quant à l'hérédité
de l'Égypte, etc.; mais que son intention était, en fidèle vassal, de
représenter à son souverain ses services passés, et d'obtenir de lui et
de l'équité de ses augustes alliés une plus large part en ce qui
concerne la Syrie. Sa dépêche fut envoyée à Constantinople, d'où elle
aura été communiquée aux principales cours d'Europe.

«Lorsque le terme expira effectivement, Son Altesse le vice-roi étant
indisposée, elle délégua Son Excellence Samy-Bey pour recevoir les
commissaires de la Porte et MM. les consuls généraux. Cette séance
ratifia officiellement ce qui avait déjà été dit et proposé dans la
première.

«Rifaat-Bey partit alors pour Constantinople. Par cette conduite, Son
Altesse, qui est bien décidée à résister à l'injustice et à ne céder
qu'aux armes ce qu'il doit à ses armes, a voulu prouver qu'il aime à
tenir de son souverain cette faveur et ne veut nullement empiéter sur
ses droits; mais, d'un autre côté, si la politique passionnée des
étrangers ne reconnaissait pas qu'il ouvre une dernière porte pour la
pacification de l'Orient, qu'il ne peut aller plus loin; si on avait des
arrière-pensées contre l'existence de l'empire et qu'on voulût sa
destruction en commençant par lui tirer le peu de sang qui reste dans
ses veines, alors, dis-je, le devoir de Son Altesse se trouvera tracé.

«Méhémet-Ali, obligé, forcé de lutter, soit pour son existence, soit
pour sauver l'empire, n'aurait plus de ménagement à garder. Il sait bien
qu'en dépit de tous les efforts rien de sérieux ne peut être tenté
contre lui qu'au printemps prochain; et, à moins que tout sentiment de
justice, à moins qu'il y ait dans tous les cabinets, chez toutes les
nations intéressées à la tranquillité de l'Orient, un éblouissement dont
on ne saurait se rendre compte, il ne sera pas seul dans la lutte.
L'histoire n'aura pas à dire que toutes les nations policées se sont
coalisées pour étouffer la civilisation renaissant en Orient par
l'Égypte, qui avait été son premier berceau.

«J'ai dit étouffer la civilisation renaissante, parce qu'il est
inévitable que les pachas de la Porte se borneraient à des
démonstrations, comme l'on fait à Constantinople, et que Méhémet-Ali et
sa dynastie peuvent seuls donner le complément aux institutions solides
implantées sur ce sol.

«Je déplore toujours que le cabinet autrichien, ami réellement de la
Turquie, se soit laissé entraîner par je ne sais quelle illusion ou
quelle nécessité. On s'accorde à dire que Son Altesse le prince de
Metternich avait énoncé une opinion contraire: en effet, le plus habile
diplomate de notre siècle devait mieux apprécier les choses qu'il ne l'a
fait.

«La sollicitude, ou, pour mieux dire, la passion que les agents anglais
déploient en cette circonstance, prouve qu'il y a un but à eux
particulier. M. le colonel Hodges cherche à donner de la gravité aux
moindres événements pour forcer la patience du vice-roi à se lasser;
mais Son Altesse n'est pas seulement un guerrier heureux, on doit le
voir. Je prends la liberté de vous adresser, monsieur le maréchal, les
pièces relatives à une dernière affaire dont les journaux s'empareront
sans doute. Il est juste que vous sachiez qu'une barque du pays, ou tout
autre transport par eau ou par terre, qui voudra abusivement arborer
pavillon anglais pour faire des actes illicites, pourra le faire en
toute sécurité, sauf, dans le cas contraire, à entendre signifier que le
pavillon anglais est insulté pour être obligé de se rendre à la Douane;
je dis signifier, car aucun raisonnement n'est plus admis.

«Est-ce que les quatre puissances alliées ont jamais entendu faire les
affaires particulières de l'une d'elles, tout en annonçant vouloir
pacifier l'Orient? Cela n'est pas croyable; mais il n'est pas moins
vrai, par le fait, qu'une d'elles agit activement et seule.

«Daignez agréer, monsieur le maréchal, etc.

«BOGHOS-JOUSSOUF.»


«Alexandrie, le 6 novembre 1840.

«Monsieur le maréchal,

«Le prix que Son Altesse le vice-roi, mon auguste maître, attache à
votre bienveillante amitié et à vos conseils lui a fait recevoir avec
beaucoup de satisfaction la lettre dont vous m'avez honoré, monsieur le
maréchal, en date du 3 octobre. Son Altesse m'a chargé de vous en
présenter ses remercîments et de vous répéter qu'elle désire beaucoup
que vous puissiez, dans vos moments de loisir, donner suite à votre
correspondance.

«Des nouvelles peu favorables concernant la Syrie doivent être en ce
moment répandues dans le public. Vous m'avez imposé le devoir, monsieur
le maréchal, de vous tenir au courant des événements; je le remplirai
fidèlement.

«Vous ne devez pas ignorer les dissidences qui se sont manifestées
depuis des siècles entre les chefs et les sectes du Liban. Ces
dissidences, dont le germe n'a pu être entièrement détruit par le court
espace de temps écoulé depuis que la Syrie entière se trouvait sous la
domination de l'Égypte, ont été exploitées, je ne vous dirai pas au
profit de qui, mais au détriment de la tranquillité locale.

«L'émeute venait d'y être comprimée, et Son Altesse traitait avec
humanité et avec clémence les chefs des troubles; j'en donnai avis au
corps consulaire le 15 juillet, et le même jour on signait à Londres une
convention qui déclarait Méhémet-Ali incapable de gouverner la Syrie.

«Vers les premiers jours d'août parurent les vaisseaux anglais devant
Beyrouth; le 14, devant Alexandrie. Je ne vous détaillerai point ce qui
a été dit ou fait, car cela est déjà du domaine public; mais ce qu'il
m'importe de vous faire bien remarquer, monsieur le maréchal, c'est
qu'il y avait à défendre une côte syrienne de cent vingt-cinq lieues de
longueur, dépourvue d'ouvrages propres à résister aux batteries de
plusieurs vaisseaux (et on en a employé dix, sans compter les frégates,
corvettes, et six à huit bateaux à vapeur de grande force); il était
donc impossible de résister sur la plage à toute démonstration sérieuse
sans exposer des soldats en pure perte, comme il était impossible de
refouler les troupes débarquées, qui se tenaient sous la protection des
batteries des vaisseaux. Successivement donc il a fallu abandonner
plusieurs points de la côte, et alors les montagnards, en dissidence
avec l'émir Bechir, ont pu recevoir des armes et de l'argent, ce qu'ils
ne refusent jamais pour se rendre forts et indépendants chez eux. Son
Altesse Ibrahim-Pacha, voulant ramener ceux-ci par la douceur, leur fit
demander le motif de leur mécontentement. Ils répondirent qu'ils
n'avaient pas de griefs contre le gouvernement égyptien, mais qu'ils
étaient vexés et pillés par l'émir Bechir, que ce gouvernement
soutenait; alors Son Altesse Ibrahim-Pacha fit publier par toute la
montagne que dorénavant l'émir Bechir n'avait plus à recevoir aucun
impôt. Ce dernier, voyant que les partis qui lui étaient contraires
étaient armés par les Anglais, et que son influence avait reçu un échec
de la part du gouvernement égyptien, jugea que sa position n'était plus
tenable, se rendit au camp des Anglais et fit sa soumission avec cent
vingt personnes de sa suite. Ils ont tous été embarqués pour Malte.

«Un nouvel émir Bechir, hostile au gouvernement égyptien, a été nommé,
et toute la montagne se trouve dans l'anarchie la plus complète. Son
Altesse Ibrahim-Pacha a dû juger convenable de ne pas laisser ses
troupes dans un lieu où elles n'auraient pu être d'aucune utilité; une
retraite fut opérée derrière le Liban, se rapprochant des plaines, et
dans celle-ci, comme dans les mouvements antérieurs, par l'effet de la
séduction comme par celui des traînards, on compte de cinq à six mille
hommes qui se trouvent passés à l'ennemi, et avec eux un drapeau de
régiment.

«Les montagnards ne sont guère disposés à quitter leurs positions pour
se battre les uns contre les autres; ils se bornent à intercepter les
communications et à piller tout ce qu'ils trouvent, amis ou ennemis. Nos
courriers ne peuvent passer sans escortes considérables.

«Je doute que les Anglais puissent être satisfaits de leur oeuvre, et
surtout que le sultan puisse jamais reprendre la domination de la
montagne par ses propres moyens, à moins qu'il ne se contente d'une
illusion. Voilà comme on rétablit l'intégrité de l'empire ottoman.

«Son Altesse Ibrahim-Pacha, ayant avec lui Son Excellence Soliman-Pacha
et vingt-cinq mille hommes de troupes, devait en recevoir quinze mille
de l'armée du Taurus, qui a ordre de ne pas quitter ses cantonnements;
il se trouvera donc avec un effectif de quarante mille hommes. On va
envoyer du Caire, à sa rencontre, six régiments, tant cavalerie
qu'infanterie, pour faire diversion et rouvrir les communications; ils
sont sous les ordres de Leurs Excellences Achmet-Pacha et Ibrahim-Pacha
jeune, tous deux neveux du vice-roi, lesquels étaient employés à la
guerre d'Arabie; avec eux, un corps nombreux de Bédouins pour
avant-garde et flanqueurs.

«Il reste à voir à présent si les troupes débarquées en Syrie, quoique
ayant des officiers anglais à leur tête, voudront bien en venir à une
affaire, car on ne peut pas dire qu'il y ait eu d'engagement jusqu'à
présent. Si on a jeté l'anarchie dans le Liban, on n'a pas conquis la
Syrie pour cela, et les nouvelles que l'on envoie de Syrie à
Constantinople, d'où elles se répandent dans les journaux européens,
quoique forgées pour donner du contentement au sultan et de l'impulsion
aux sujets de la Porte, ne sont pas moins accompagnées de
très-puissantes demandes d'argent et de troupes. Son Altesse le
vice-roi, toujours avec son sang-froid ordinaire, n'envisage pas encore
comme arrivé le moment d'employer des moyens extraordinaires. Elle est
fort persuadée qu'on éclairera le sultan, et ne veut se prêter à rien
qui puisse troubler son empire ou faire chanceler son intégrité.

«J'ai l'honneur de vous réitérer, etc.

«BOGHOS-JOUSSOUF.»


«Alexandrie, le 6 novembre 1840.

«Monsieur le maréchal,

«Honoré par la bonté de Son Altesse le vice-roi, mon auguste maître, qui
me permet d'assister quelquefois à ses conseils et d'y exprimer
librement mon opinion, je prends la liberté, monsieur le maréchal, de
vous adresser cette lettre particulière, où je viens réclamer le
concours de vos lumières pour agir et parler en temps et lieu dans les
vrais intérêts de celui que vous appelez votre ami et que je révère
comme mon maître et bienfaiteur, de celui auquel j'ai voué toute mon
existence, comme un faible acquit de toutes les obligations que sa
confiance m'impose.

«Vous avez parcouru l'Orient, monsieur le maréchal, et avez pu juger de
ce qui existe, de ce qui peut former l'intégrité de l'empire ottoman;
vous avez connaissance pleine et entière des débats qui ont eu lieu dans
la question actuelle, et des sentiments élevés de Son Altesse le
vice-roi; vous avez dans votre dernière lettre approuvé la dignité et
la raison qui ont présidé aux résolutions prises dans des circonstances
difficiles. Vous n'ignorez pas que Son Altesse aurait désiré en appeler
à la médiation de toutes les puissances qui doivent chercher le maintien
de la paix, et que la France seule, étant exclue de la convention du 15
juillet, se trouvait nécessairement la seule des hautes puissances à qui
la médiation fût échue, et avec d'autant plus de raison, qu'elle avait
toujours donné des conseils pacifiques, malgré son abstention de
concourir aux mesures proposées et ensuite adoptées contre l'Égypte.

«Néanmoins, ayant toujours considéré la mission Brunow sous un point de
vue où la question égyptienne n'était que secondaire, j'ai dû concevoir
l'espérance que d'autres cabinets ne seraient pas aussi hostiles à
Méhémet-Ali que celui de Londres, quoique possiblement poussés par des
rapports haineux. La haute sagesse de Son Altesse le prince de
Metternich m'a toujours fait croire qu'elle n'a pas accédé de plein gré
à ladite convention, et qu'elle profiterait des nouvelles circonstances
pour rétablir l'équilibre que d'autres circonstances l'avaient forcé
d'abandonner.

«En cela la conduite de Méhémet-Ali servira admirablement ceux qui
chercheront à lui faire rendre justice. La Prusse, selon toutes les
apparences, suivra les impulsions du chef de la diplomatie européenne
et marchera avec l'Autriche. La France, quoi qu'on en dise et qu'on
imprime, vu l'état des partis qu'elle a dans son sein et les progrès de
son industrie, n'entrerait dans une guerre que forcée par _une nécessité
absolue et pour son compte_. Ainsi je compte déjà trois cabinets sur
cinq enclins à la paix.

«Restent les deux antagonistes, aujourd'hui alliés, entre lesquels les
autres auront de la peine à maintenir la balance. La Russie, par sa
force et son voisinage, exercera toujours une grande influence sur
l'empire ottoman. Cette influence lui est aujourd'hui disputée et
presque enlevée par l'Angleterre, qui, étant trop éloignée, cherche à
prendre des _positions rapprochées_, aux dépens du sultan qu'elle entend
protéger et au détriment des tiers. Quelles qu'en soient les suites,
l'Égypte ne devrait pas compter la Russie au nombre de ses ennemis.
Cette idée se trouve renforcée lorsque je jette les yeux sur une dépêche
que la chancellerie impériale a adressée à M. le comte de Médem, consul
général russe en Égypte, le 21 juin 1839, signée par M. le comte de
Nesselrode. Son Altesse le vice-roi ne s'est en rien écarté de la
volonté de Sa Majesté l'empereur Nicolas, relatée mot à mot dans la
susdite dépêche. Il peut donc espérer que la Russie ne lui sera plus
ennemie, comme elle ne chercherait à lui faire aucun mal tant qu'il se
bornera à défendre ce qu'il possédait du consentement de son souverain.

«Cependant il devient inexplicable aujourd'hui que la Russie, qui n'a
aucun grief à opposer à Méhémet-Ali, veuille, par son consentement et au
besoin par ses forces, concourir à l'abaissement du même Méhémet-Ali et
lui enlever la Syrie et le pachalick ou le district d'Adana, qu'il
possédait déjà du consentement de son souverain, et cela lorsque
Méhémet-Ali n'a point tiré parti de sa position heureuse, après Nézib,
pour accélérer la fin du différend, précisément par respect pour les
puissances et d'après leurs assurances bienveillantes.

«Monsieur le maréchal, permettez-moi, ainsi que je l'ai dit, d'invoquer
vos propres lumières et les liaisons que votre éclatant mérite vous a
procurées avec des personnes augustes, pour avoir en détail, par les
faits comme par le raisonnement, votre opinion sur la conduite du
cabinet de Saint-Pétersbourg et sur ses intentions envers Méhémet-Ali et
sa famille.

«Vous me rendrez un grand service, monsieur le maréchal, en m'aidant à
fixer mes idées sur ce point important, et vous me faciliterez les
moyens de me rendre utile à mon auguste maître.

«Je vous prie, en attendant, d'excuser le trop de liberté dont je fais
usage en cette occasion; vous m'y avez encouragé et ne saurez me blâmer
à présent; daignez recevoir enfin l'expression du respect et du
dévouement avec lesquels, etc., etc.»


Je lui répondis la lettre suivante:


25 novembre 1840.

«Monsieur,

«Je viens de recevoir les deux lettres que vous m'avez fait l'honneur de
m'écrire le 6 novembre, et je vous prie de remercier le vice-roi des
souvenirs qu'il me conserve et du prix qu'il met à mon amitié. Elle est
sincère et me cause en ce moment de véritables chagrins par suite des
événements funestes qui se succèdent en Syrie, événements hors de tous
les calculs et de toutes les prévisions. Je plains sincèrement
Méhémet-Ali, et moins encore des revers de fortune qu'il éprouve que des
circonstances qui les accompagnent; on n'a jamais vu une armée
désorganisée au point où paraît l'être l'armée égyptienne, tant sous le
rapport moral que sous le rapport matériel. Cette armée, dont les succès
sont encore dans tous les souvenirs, a donc été bien abandonnée pour
être devenue en si peu de temps si différente de ce qu'elle était et de
ce que je l'ai vue. Je suis d'autant plus affligé de ce qui se passe,
que ces événements diminuent l'intérêt que les amis du pacha lui
portaient en Europe et leur ferment la bouche. À mon avis, le vice-roi
n'a rien de mieux à faire aujourd'hui que d'en finir promptement et
d'accepter les offres qui lui sont faites en ce moment. La dignité de
son caractère ne peut être compromise, puisqu'il a cédé à la force
irrésistible des choses. Il y a une limite que la raison ne doit pas
dépasser, et, quand tous les moyens dont on dispose fondent entre vos
mains, il faut éviter tout ce qui peut en accélérer la destruction.

«Il me serait difficile de vous répondre avec détail, vu le peu de
sûreté de la correspondance, sur les questions que vous m'adressez dans
votre lettre particulière; mais ce que je peux vous dire ici, c'est que,
dans mon opinion, le changement de politique survenu dans la conduite de
quelques puissances à l'égard de Méhémet-Ali ne vient pas de sentiments
qui lui sont contraires, mais de circonstances qui lui sont étrangères.
En un mot, il n'est pas le but, mais l'occasion d'une nouvelle politique
suivie par elles; et j'ajouterai que je ne doute cependant pas qu'elles
ne désirent sincèrement la conservation de Méhémet-Ali et de sa famille
en Égypte. Les dernières décisions de la conférence de Londres, résultat
de leur influence, en sont une preuve irrécusable. Mais elles désirent
aussi que Méhémet-Ali se prête à arrêter promptement un torrent qui
semble vouloir le renverser.»


«Alexandrie, le 26 décembre 1840.

«Monsieur le maréchal,

«La lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 25 novembre
dernier est venue confirmer entièrement nos idées dans les suppositions
qui motivèrent les questions du 6 novembre, et, dans ces sentiments, Son
Altesse le vice-roi se conduisait tout à fait dans la ligne des conseils
que renferme votre susdite, parvenue ici le 15 courant. Des avis
indirects annoncent qu'on se disposait à envoyer de Constantinople un
personnage distingué à Alexandrie; ainsi nous ignorons la décision qui
sera prise et sommes dans l'attente. De notre côté, il ne reste plus
rien à faire. Son Altesse le vice-roi me charge de vous présenter, etc.,
etc.

«BOGHOS-JOUSSOUF.»


Voici ma réponse à la précédente:


«Vienne, le 23 janvier 1841.

«Monsieur,

«J'ai l'honneur de vous accuser réception de la lettre que vous avez
bien voulu m'écrire le 26 du mois dernier. Vous imaginez la part sincère
que j'ai prise aux malheurs qui ont affligé le vice-roi, en même temps
que j'ai admiré sa sagesse et sa prudence. Un homme d'un esprit aussi
supérieur sait toujours se soumettre à l'empire de la nécessité. J'ai
donc éprouvé une véritable satisfaction de le voir, en dernier lieu, se
décider à prendre un parti que je regardais comme un moyen de salut pour
lui. Je ne puis pas vous dire combien les intrigues dont Constantinople
est le théâtre me causent d'humeur et d'ennuis. Cependant, l'Angleterre
exceptée, je crois pouvoir vous assurer que les dispositions des autres
puissances sont bienveillantes pour Méhémet-Ali et sincères dans leurs
rapports avec lui. Je ne doute donc pas que l'on s'accorde à le faire
investir enfin de l'hérédité qui lui a été promise. Je m'en réjouirai
sincèrement, et fais des voeux pour qu'une fois le calme revenu, un
ordre régulier établi et la paix assurée, le vice-roi s'occupe à réparer
les maux que de longs efforts et de grands sacrifices ont fait éprouver
à l'Égypte. Cette illustre contrée mérite de jouir d'un bien-être qui
assure l'établissement fondé par Méhémet-Ali.

«Je suis reconnaissant du prix que le vice-roi attache à mes conseils;
les circonstances me faisant croire qu'il est opportun de lui en
adresser, je le fais avec empressement, comme je saisirai toujours avec
plaisir l'occasion de lui être utile. Ainsi mon affection pour lui ne
cessera jamais d'être la même.

«Veuillez agréer, etc., etc.»


«Alexandrie, le 6 avril 1841.

«Monsieur le maréchal,

«J'aurais désiré, en reprenant la plume pour vous écrire, pouvoir vous
annoncer quelque chose de positif sur le sort de cette Égypte à laquelle
vous prenez tant d'intérêt. Ce désir a été cause du retard que j'ai mis
à vous accuser réception de votre honorée missive du 23 janvier dernier.
Je ne m'arrêterai point à vous détailler le hatti-schériff que l'on a
envoyé à Son Altesse Méhémet-Ali, ni la manière avec laquelle il a été
reçu. Toute l'Europe en est informée aujourd'hui, et vous avez dû sentir
l'impossibilité d'accepter des conditions de cette nature, aussi bien
que la réserve mise en les repoussant.

«Ces conditions, si elles sont l'ouvrage de la Porte elle-même, des
hommes du Divan, prouvent leur ineptie et leur parfaite insouciance du
bien ou du mal de l'empire. Si elles sont dictées ou conseillées par
quelques puissances étrangères, à part le blâme sévère qui tombe sur les
ministres ottomans, elles doivent éveiller l'attention des autres
puissances européennes sur le but et le moyen qui tendent également à la
destruction, et les obliger à se demander: À qui le profit? à qui le
dommage?

«Beaucoup de personnes impartiales désireraient qu'une occasion pût se
présenter pour faire cesser l'isolement de la France dans la question
d'Orient, isolement assez naturel d'après la manière de voir que le
gouvernement français peut avoir acquise sur l'indépendance et
l'intégrité de l'empire ottoman, par les relations véridiques et
exemptes de passion de ses agents. Il était impossible de prévoir qu'une
occasion aussi favorable se présenterait pour ce rapprochement; car
toute puissance désirant sincèrement la paix demeurera convaincue des
raisons qu'avait la France de s'abstenir, et trouvera en cela même une
occasion de ralliement pour le bien-être de l'Orient et de l'Europe
entière.

«L'Égypte doit compter beaucoup sur la position que la France a prise,
parce que les faits n'ont point tardé à justifier que sa manière de voir
était la plus exacte et la plus en rapport avec la véritable situation
de l'Orient; aussi elle a appris qu'une politique plus adaptée aux
circonstances surgira du chaos dans lequel on s'est jeté, qu'on ne
voudra plus sacrifier le peu qui existe à des principes, lorsqu'ils
manquent d'appui moral dans le pays où l'on veut les imposer. Cependant
cet espoir pourrait être déçu, dans l'incertitude des choses humaines.
Toutes les puissances sont aujourd'hui armées extraordinairement; une
étincelle peut tout embraser, et alors n'est plus neutre qui veut. Son
Altesse a recours à vos lumières et à votre expérience, monsieur le
maréchal, pour tracer la conduite de l'Égypte, ne fût-ce que dans un
billet séparé et sous le plus grand secret, et cela ajouterait encore à
la reconnaissance qui vous est vouée.

«Méhémet-Ali m'a dit: «Le maréchal m'a honoré du titre d'ami; l'amitié
ne fait pas défaut en des temps difficiles. Écrivez-lui, et je suis sûr
qu'il trouvera moyen de nous faire parvenir ses bons conseils.»

«Daignez agréer, etc.»


Je lui répondis:


«Monsieur,

«J'ai reçu la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 6
avril. Vous imaginez sans peine le chagrin véritable que j'ai ressenti
en voyant les embarras nouveaux du vice-roi, les exigences de la Porte
envers lui, et les conditions peu convenables qu'elle a voulu lui
imposer. Méhémet-Ali a pris, dans les circonstances où on l'a placé, le
seul parti raisonnable, et suivi la seule conduite qu'il y eût à
adopter. Il n'y a pas de personne sensée, en Europe, qui ne l'approuve
dans les refus qu'il a faits; et, en cela, il prouve l'intention de
remplir ses engagements: car, pour pouvoir le faire, il ne faut prendre
que des engagements exécutables. Je pense donc que, dans ses intérêts
bien entendus, il doit conserver l'attitude qu'il a prise; montrer au
sultan un grand respect, et accepter toutes les conditions exécutables
et compatibles avec sa sécurité et un avenir tranquille. Ma conviction
intime est que toutes les puissances veulent l'hérédité effective dans
la famille de Méhémet-Ali, avec la suzeraineté réelle du Grand Seigneur.
Et, si les intrigues à Constantinople ont pu faire croire à la mauvaise
foi du gouvernement ottoman, les décisions de la conférence de Londres
donnaient en même temps la preuve d'un tout autre esprit. Aussi, quand
l'hérédité stipulée dans le hatti-schériff ouvrait une large porte aux
intrigues et à la corruption, et, par suite, aux désordres, la
conférence voulant que l'hérédité fût simple et par ordre de
primogéniture, je crois que les trois objets les plus importants sont
fixés aux yeux des cabinets de l'Europe: succession établie et acquise
par droit de naissance, et qu'une incapacité démontrée pourrait seule
supprimer; nomination réservée à Méhémet-Ali des officiers de son armée
jusqu'au grade de colonel inclusivement; garantie de sa sûreté; tribut
établi par abonnement et évalué à une somme fixée, seule manière de
terminer cette question, dans laquelle un contrôle est impossible sans
amener la confusion. Ces trois points, sur lesquels tout le monde me
paraît d'accord, concédés par la Porte, le vice-roi doit se rendre
facile sur tout le reste: sa position est grande et son avenir assuré.
Mais, en même temps et dans tous les cas, je l'engage beaucoup à ne rien
négliger pour tenir en bon état et compacts son armée et son trésor, en
adoucissant, autant que possible, le sort de ses sujets; car, quels que
soient les droits reconnus et les titres légitimes dont on est revêtu,
le moyen le plus sûr de leur durée et de leur force, c'est de posséder
la puissance de les faire respecter.

«J'espère donc que Méhémet-Ali pourra bientôt se livrer à des travaux
intérieurs et à des améliorations qui ne seront pas sans gloire et sans
utilité pour lui.

«Recevez, monsieur, etc.»


RELATION DE LA BATAILLE DE NÉZIB


«Nézib, le 25 juin 1839 (14 rebiul-achar 1211).

«Monsieur le maréchal,

«J'ai reçu, avant mon départ de Saïda, l'ouvrage que vous avez eu la
bonté de m'envoyer, avec une lettre à la date de 1837. Je présume que
l'ouvrage que vous m'avez adressé ne m'est point arrivé, et qu'on en a
substitué un autre. J'ai écrit à Votre Excellence trois ou quatre
lettres, qui toutes sont restées sans réponse. Je présume, et j'ai des
raisons de croire, qu'elles ne vous seront point parvenues. J'avais
préparé à Saïda, pour Votre Excellence, la relation de la guerre des
Druses, et j'y avais joint la carte du pays qui en avait été le théâtre;
mais je n'ai pas eu le temps de la finir, à cause de la guerre qui a
éclaté entre la Turquie et l'Égypte.

Hier, 13 rebiul-achar (24 juin 1839), la bataille a eu lien entre
l'armée égyptienne et l'armée turque. Cette dernière a été battue
complétement et mise en pleine déroute. J'ai fait tout mon possible,
Excellence, pour justifier la haute opinion que vous avez manifestée sur
moi dans votre ouvrage.

«Comme je pense que quelques détails vous feront plaisir, voici en peu
de mots ce qui s'est passé. Je vous prie de m'excuser si le croquis que
je vous envoie est peu soigné. Il a été fait à la hâte. J'espère, à
Saïda, être assez heureux pour vous envoyer quelque chose de plus fini
et de plus exact, que j'aurai l'honneur de vous adresser avec ce que
j'avais déjà préparé sur la guerre des Druses.

«Le 20 juin, nous sommes arrivés au village de Mésar, à une lieue à peu
près de l'armée turque, campée au village de Nézib.

«Le 21, j'ai fait une grande reconnaissance sur sa position avec environ
quinze cents Bédouins, quatre régiments de cavalerie et deux batteries
d'artillerie à cheval. Pendant que nos troupes légères tiraillaient et
que l'artillerie échangeait quelques coups de canon, je me suis porté le
plus près possible de leurs lignes. Je reconnus alors leur position,
trop forte pour être attaquée de front ou de flanc. Leur front était
protégé en arrière par des hauteurs fortifiées et couronnées
d'artillerie, et en avant par trois redoutes; leur droite protégée par
une hauteur assez élevée, où il y avait dans une redoute un régiment
d'infanterie et plus bas une batterie d'artillerie; leur gauche appuyée
à une redoute d'assez grande dimension, et placée sur un mamelon à pente
roide. L'attaque était donc très-difficile sur le front; elle aurait
fait perdre beaucoup de monde et n'aurait pas eu le résultat désirable.
Je me décidai sur-le-champ à tourner l'ennemi par la gauche, par une
marche de flanc.

«Nous rentrâmes au camp dans la nuit; les préparatifs furent faits, et,
le 22 au point du jour, l'armée leva le camp et se mit en marche par une
marche de flanc; par lignes, en colonnes, la droite en tête. Après dix
heures de marche, nous arrivâmes au pont de Hordgan. Dans l'après-midi,
les Turcs présentèrent quelques bataillons sur notre flanc gauche. À
l'instant même j'occupai un mamelon à notre droite, où je pris position
avec deux batteries d'artillerie et deux régiments d'infanterie en ligne
par bataillons en masse, chaque bataillon ployé en double colonne sur le
centre. J'envoyai à notre gauche un régiment d'infanterie et un de
cavalerie, prendre position sur la direction des flancs de ce corps
turc. Ces dispositions lui en imposèrent. Il se retira, et l'armée,
après avoir continué tranquillement sa route, vint prendre position sur
la rive gauche de la rivière. La journée du 25 fut employée à préparer
les armes pour la bataille et aux revues passées à l'artillerie, à
l'infanterie et à la cavalerie.

«Dans la nuit du 23 au 24, à peu près vers minuit, l'ennemi amena deux
batteries d'obusiers dans la direction de notre gauche, et jeta environ
deux cent cinquante obus dans le camp. Il y eut quelques désordres; un
de mes aides de camp eut son cheval blessé d'un éclat d'obus, et nous
eûmes sept à huit hommes tués et une trentaine de blessés. Il paraît que
l'ennemi avait reconnu la direction de ma tente, car le plus grand
nombre des obus vint tomber autour de moi. À l'instant même je me portai
aux avant-postes, et leur feu fut bientôt éteint par un feu roulant
d'artillerie, que la veille, de crainte de surprise, j'avais disposée à
cet effet tout autour du camp. Comme je l'ai su plus tard, ils eurent
plusieurs canonniers tués et blessés, et ils se retirèrent dans leur
camp en désordre, infanterie, cavalerie et artillerie. Pendant ce temps
j'avais fait prendre les armes à toute l'armée. À mon retour, chacun
reprit son poste, et nous attendîmes le jour. À peine il commençait, que
l'armée se mit en marche, toujours par ligne en colonnes, la première
ligne formant la première colonne et marchant par divisions à distances
entières; la deuxième ligne, deuxième colonne, marchant par bataillons
en doubles colonnes sur le centre et à intervalles de déploiement; la
troisième ligne, réserve, troisième colonne, marchant par bataillons en
doubles colonnes, avec intervalles de deux divisions entre les
bataillons. Six régiments de cavalerie marchant en colonne serrée, par
régiment, en avant et sur la direction de la troisième ligne, deux
régiments de cavalerie à l'arrière-garde. En ouvrant la marche, je
marchai quelques mille pas sur une direction presque perpendiculaire à
la ligne de bataille turque, pensant que peut-être ils déboucheraient
dans la plaine pour accepter la bataille en rase campagne.

«Voyant qu'ils ne faisaient aucun mouvement, j'exécutai un changement de
direction à gauche, et marchai, parallèlement à leur ligne, à peu près
deux mille pas, faisant toujours attention s'ils prenaient quelques
dispositions pour manoeuvrer en conséquence. Ayant reconnu leur
intention bien prononcée d'accepter la bataille sur l'emplacement où ils
se trouvaient, je changeai de direction à gauche, et me dirigeai sur un
mamelon qui se trouvait à hauteur de leur droite, devenue leur gauche
par leur face en arrière. J'avais l'intention d'attaquer avec ma droite,
en refusant mon centre et ma gauche. En conséquence, je me dirigeai
obliquement par rapport à leur ligne de bataille. Mon but était, dans le
cas où je n'aurais pas réussi avec la droite, de la retenir sous la
protection de ma cavalerie et d'attaquer avec ma gauche et mon centre.

«Arrivée à quatre cents pas du mamelon, l'armée prit son ordre de
bataille, la deuxième et la troisième ligne par un changement de
direction par le flanc droit pour faire face au pont; la cavalerie par
des changements de direction par régiments à gauche. Pendant que l'armée
exécutait ces divers mouvements, je fis sur-le-champ occuper par une
batterie de gros calibre le mamelon, clef du champ de bataille. Les
Turcs, sentant l'importance de cette position, ouvrirent leur feu
d'artillerie, ce qui ne m'empêcha pas d'assurer la position de la
batterie et d'indiquer moi-même aux canonniers sur quelle direction ils
devaient tirer. Je redescendis à la droite et ordonnai à l'artillerie de
se porter en avant et d'ouvrir ses feux. Deux régiments d'infanterie et
quatre de cavalerie furent envoyés sur notre extrême droite pour
protéger mon mouvement, et la fusillade et la canonnade s'engagèrent de
toutes parts sur ce point. Il y eut un moment d'hésitation, et nos
troupes furent un instant ramenées sur la droite. Cependant nous tînmes
bon, et la gauche turque fut forcée de se replier. En apercevant ce
mouvement, j'en profitai pour porter en avant toute ma droite, et
j'envoyai l'ordre sur-le-champ au centre et à la gauche d'arriver sur la
ligne des feux et de développer les siens. L'armée turque ne put
résister à toutes ces attaques successives et faites avec beaucoup
d'ensemble, et elle se mit en retraite sur son ancien camp. Elle fut
poursuivie par notre artillerie de première ligne et par les première et
deuxième lignes d'infanterie. La troisième ligne d'infanterie et
d'artillerie de réserve prit position sur les hauteurs qui couronnaient
le camp turc. C'est à cet instant que l'armée turque fut mise en pleine
déroute. C'est une belle et glorieuse victoire, mais c'est une des plus
sanglantes que j'aie vues. Pour mon compte, j'y ai éprouvé une
très-grande fatigue, mais pas autre chose; un de mes aides de camp a été
enlevé par un boulet à l'instant où je me portais avec toute ma droite
sur l'ennemi; un autre a eu son cheval tué. Nous avons pris dans le camp
cent quarante-quatre pièces de canon avec leurs caissons, trente-cinq
pièces de gros calibre dans les redoutes de Biredjeck, abandonnées par
les Turcs; toutes les tentes, depuis celle de Hafer-Pacha jusqu'à celle
du dernier soldat; armes, instruments, pelles, pioches, etc., etc.; de
dix-huit à vingt mille fusils, et de douze à quinze mille prisonniers,
qui ont été sur-le-champ envoyés dans l'endroit qu'ils ont choisi, soit
chez eux, soit autre part. Le soir de la bataille, les régiments m'ont
fait hommage des drapeaux qu'ils ont pris à l'ennemi, et je ne vous
cache pas, Excellence, que je me suis surpris être un peu fier, entouré
de ces nobles trophées.

«Agréez, etc., etc.

«SOLIMAN.»


NOTA. La lecture de cette relation et la vue du plan qui l'accompagne
donnera suffisamment la preuve de la stupidité sans exemple du général
de l'armée turque. L'armée ottomane est placée sur une forte position,
rendue meilleure encore par des batteries couvertes et des
rehaussements; elle a sur son front un ruisseau dont les bords sont
escarpés, et qu'on ne peut passer que sur un pont situé à peu de
distance de sa gauche, et qui est dominé par un plateau situé sur la
même rive qu'elle, et elle laisse l'armée égyptienne maîtresse de ses
mouvements, sans entreprendre de l'arrêter, et sans l'attaquer quand
elle est divisée. Si, voyant le mouvement décidé de l'armée ennemie
entière pour tourner sa gauche, le général turc eût envoyé une division
pour défendre le passage du pont, il eût donné une nouvelle direction
aux opérations; ou si, après avoir laissé passer la moitié de l'armée,
il l'eût attaquée avec toutes ses forces, il l'eût détruite. Au lieu de
cela, il laisse, pendant deux jours, l'armée égyptienne le contourner et
se mettre en bataille, non plus sur son flanc, mais parallèlement à son
front et sur ses derrières, de manière que pour la combattre il faut
qu'il fasse demi-tour. On ne conçoit pas qu'un être humain ait pu se
livrer à de pareils calculs. Soliman-Pacha, de son côté, a manoeuvré
avec une immense imprudence: il devait périr dans cette opération. Sans
doute il devait tourner l'ennemi, mais il avait deux précautions à
observer: 1° opérer son mouvement de conversion plus loin de l'armée
turque, de manière à passer le ravin à une plus grande distance et
arriver sur elle formé en colonnes parallèles et prêt à se déployer; 2°
se déployer perpendiculairement à son front, afin de forcer les Turcs à
prendre une nouvelle ligne de bataille, et à conserver, en supposant un
échec, une libre retraite s'il eût été battu; car, dans ce cas, et après
ce mouvement étrange, un échec l'eût perdu.



LIVRE VINGT-SEPTIÈME

1841

SOMMAIRE.--Je reprends la plume pour consigner encore quelques
souvenirs.--M. de Sainte-Aulaire quitte Vienne.--Appréciation de son
caractère.--Sa famille.--Ses embarras.--Anecdotes.--Je me détermine à
m'établir à Venise.--M. le duc de Bordeaux.--Venise.--Place
Saint-Marc.--Considérations sur les différentes phases de la puissance
de Venise.--Société de Venise.--Peintures.--Les
Murazzy.--Chioggia.--L'Adige.--Digues.--Le
Pô.--Bologne.--Peintures.--Florence.--tableaux.--Gênes.


L'année 1841 apporta un changement douloureux à ma position. Le comte de
Sainte-Aulaire, ambassadeur de France en Autriche depuis près de huit
ans, sollicitait son rappel et un changement d'emploi. Lié avec lui
d'une tendre amitié, chérissant toute sa famille, sa maison était
devenue pour moi une seconde patrie, et j'y oubliais souvent les
douleurs de l'exil.

Personne ne convenait mieux que le comte de Sainte-Aulaire à l'ambassade
d'Autriche. La considération et l'estime méritée qu'on lui témoignait,
sa politesse et sa naissance, lui assuraient toute sorte de succès. Les
bons sentiments de la haute classe de Vienne, autant que celle-ci est
susceptible d'en éprouver (car, si elle prend souvent les apparences de
l'amitié, on s'aperçoit bientôt qu'elle n'en a guère que l'écorce), lui
semblaient acquis; mais le grand éloignement de France rendait rares les
voyages qu'il pouvait faire à Paris. La monotonie toujours croissante de
la vie de Vienne, le peu de sympathie qu'il avait toujours trouvé dans
le salon de la chancellerie, non de la part du prince de Metternich, qui
avait de l'attrait pour lui, mais de la part de la princesse; enfin
l'espérance d'être envoyé à Londres, ou le mouvement intellectuel est
plus en rapport avec ses facultés et ses goûts, étaient des motifs
décisifs pour solliciter un changement. Les affaires les plus graves et
les plus importantes se traitaient d'ailleurs chaque jour entre la
France et l'Angleterre, et il en serait l'intermédiaire. De semblables
motifs étaient trop puissants pour que je ne comprisse pas ses
démarches; mais, tout en me réjouissant de ses succès pour lui, je les
déplorais pour moi.

M. de Sainte-Aulaire était venu à Vienne sous les auspices les plus
défavorables et les plus contraires. Alors la haine pour la Révolution
de juillet était dans toute sa verdeur et toute sa force dans l'esprit
de l'aristocratie de Vienne. Aussi eut-il à surmonter de grands
obstacles. Le moyen qu'il employa pour les vaincre fut une grande
politesse, beaucoup de dignité, beaucoup de réserve, et une maison
convenablement montée. Il fut prévenant auprès de la société, et accepta
avec empressement ce qui lui fut offert, mais sans montrer aucun désir,
aucun besoin d'entrer dans l'intimité de personne. Sa vie habituelle se
passait en famille. Il avait beau jeu, au surplus, pour prendre cette
attitude; car sa famille, qui était fort nombreuse, composait la plus
aimable tribu.

Madame de Sainte-Aulaire, qui la présidait, est assurément une des
femmes les plus distinguées qui aient jamais existé, d'une grâce
charmante, de l'esprit le plus cultivé, mais sans pédanterie, possédant
un coeur aussi noble que son mari. Elle était entourée de trois filles,
élevées sous ses yeux, et dignes d'elle. Une seule était alors mariée.
Elle avait épousé le baron de Langsdorff, premier secrétaire
d'ambassade, homme d'un esprit très-remarquable et d'une grande
capacité. Elle avait près d'elle son fils, le marquis de Sainte-Aulaire,
deuxième secrétaire d'ambassade, homme de bien, instruit, capable, un
des plus estimables hommes que j'aie jamais rencontrés. Aucun individu
ne m'a inspiré une plus grande confiance, et il n'y a aucun secret,
aucun intérêt que je ne lui confiasse, certain qu'il n'en abuserait
jamais. Enfin je ne puis oublier, dans le souvenir de cette noble
famille, la marquise de Sainte-Aulaire, née d'Estourmel, femme de
beaucoup d'esprit, peu jolie, mais charmante de caractère, et digne de
faire partie de cette délicieuse association.

On conçoit qu'avec un point d'appui semblable, avec une pareille base,
M. de Sainte-Aulaire ait pu traverser les ennuis de Vienne pendant
l'espace de huit ans, et que moi, admis et accepté complétement dans cet
intérieur, j'y aie trouvé de grandes consolations.

M. de Sainte-Aulaire a cette délicatesse qui appartient à un homme bien
né et à un noble coeur. Je le peindrai en deux mots, en consignant les
paroles qu'il prononça en me parlant, la première fois que nous nous
rencontrâmes après son arrivée à Vienne. Je l'avais vu à Paris dans le
monde; je le connaissais, mais je n'avais avec lui aucune intimité.
Cependant il me dit immédiatement: «Sur nos rapports futurs, mon cher
maréchal, je serai pour vous tout ce que vous voudrez, et rien que ce
que vous voudrez.» Cette simple phrase en dit assez et n'a besoin
d'aucun commentaire.

M. de Sainte-Aulaire rencontra plus d'une fois de grands embarras dans
les propos inconsidérés et les passions capricieuses de la princesse de
Metternich. Avec un homme moins mesuré, les conséquences pouvaient avoir
beaucoup de gravité. Il sut cependant, sans sortir des bornes de la
modération, y mettre un terme et donner à la princesse une leçon propre
à demeurer dans son esprit. À une fête, la princesse de Metternich,
rayonnante de beauté, de jeunesse et de parure, portait un beau diadème
en diamants, et l'ambassadeur, avec sa galanterie un peu surannée, vint
lui faire compliment sur ce riche ornement. Celle-ci lui répondit
brutalement: «Au moins celui-ci n'est pas volé!» faisant ainsi allusion
à l'usurpation de Louis-Philippe. Ce mot, dit et répété par elle avec
complaisance à plusieurs personnes, fut l'objet des discours de chacun.
Mais M. de Sainte-Aulaire prit la chose au sérieux, et, le lendemain, il
demanda par écrit au prince de Metternich une audience où la princesse
se trouverait. Il s'expliqua avec politesse, mais avec netteté et
autorité; leur développa les conséquences graves qui pourraient résulter
des torts dont chaque jour la princesse se rendait coupable, et qu'il en
chargeait sa conscience. En même temps, il la prévint que, n'étant
nullement d'humeur à recevoir de semblables humiliations, que ses
devoirs et sa dignité lui commandaient de repousser; il la prévint,
dis-je, qu'à l'avenir il rendrait compte en France de ses incartades
avec autant d'exactitude qu'il avait mis jusqu'ici de soin à les cacher
et à les couvrir d'un voile. La princesse lui a gardé rancune de cette
leçon sévère, mais elle en a profité. Depuis ce moment, elle s'est
tenue avec lui dans des termes convenables. De son côté, il a évité
toute intimité qui eût pu amener une dangereuse familiarité, mais sans
montrer aucune aigreur. La seule rigueur qu'il ait exercée depuis envers
elle a été de lui refuser, malgré ses demandes, son portrait, qu'elle
désirait placer dans une collection qu'elle s'est plu à former, et qui
se compose des portraits de toutes les personnes marquantes de l'époque,
ou qui ont fait partie de sa société habituelle.

À cette occasion, je raconterai une fort jolie plaisanterie en forme de
leçon que M. Lamb, ambassadeur d'Angleterre, fit à la princesse.

L'union de la France et de l'Angleterre avait inspiré à la princesse de
Metternich autant de colère contre celle-ci que contre la première.
Ayant pris en passion les intérêts de Charles V en Espagne, la levée du
siége de Bilbao l'avait mise en fureur. Elle s'était exprimée devant
trente personnes, en ma présence, avec une extrême violence. Entre
autres choses, il lui échappa de dire: «Je voudrais voir Lamb pendu, et
j'irais le tirer par les pieds.» Le propos ne pouvait rester secret, et
Lamb en fut informé.

Quelque temps après, la princesse lui fit la demande accoutumée de son
portrait pour sa collection, et l'ambassadeur le lui promit. Mais, au
lieu de le lui apporter dans le format déterminé et de demander à être
placé dans un album, il lui remit un grand portrait dessiné au crayon,
avec un cadre, et il lui annonça qu'il avait choisi cette dimension pour
lui procurer le plaisir de le pendre.....

M. de Sainte-Aulaire quittant Vienne, je résolus d'aller me fixer sous
un climat plus doux, et je choisis Venise. Mais mon départ fut suspendu
de quelques jours par l'arrivée de M. le duc de Bordeaux, qui, après le
terrible accident qu'il avait éprouvé pendant le cours de l'été, s'était
cru dans un état de convalescence assez avancé pour se mettre en route
pour Göritz. Mais, arrivé à Vienne, de nouvelles souffrances le
retinrent une grande partie de l'hiver. Je lui trouvai un esprit calme,
une instruction assez développée, de la modération, de bons sentiments
et le mouvement d'esprit qui convient à la jeunesse. J'eus grand plaisir
à le revoir et à causer longuement avec lui. J'éprouvai un véritable
chagrin que mes arrangements personnels me forçassent à partir et
missent obstacle à ce que je pusse jouir plus longtemps des charmes de
sa présence.

Je me mis en route et partis de Vienne, le 2 novembre 1841, pour me
rendre à Venise, où j'arrivai le 6. Un logement agréable m'y était
préparé sur le grand canal. J'avais laissé l'hiver à Vienne et je
retrouvai l'automne le plus chaud, le plus délicieux. On croit renaître
et revenir à la vie quand on change ainsi, en si peu de moments, de
rigoureux frimas contre la plus douce température. Souvent j'avais
traversé Venise, mais jamais mon séjour dans cette ville n'avait dépassé
une semaine. Toujours une sensation agréable avait accompagné mon
arrivée en voyant cette superbe cité, si belle encore, même au milieu de
ses ruines, quelque déchue qu'elle soit des splendeurs et des
magnificences qui l'ont rendue célèbre. Mais on ne connaît une ville que
lorsqu'on y demeure d'une manière suivie. D'abord l'étude du matériel
exige seul un certain temps pour en garder les souvenirs dans l'esprit.
À Venise, l'art a un caractère original et expressif. L'architecture des
palais sert comme d'interprète à l'histoire de cette reine du moyen âge.
Il faut nécessairement étudier les fastes de la république en même temps
qu'on admire ses monuments. Ici tout se lie, et ce n'est pas, pour un
esprit sérieux, un des moindres charmes de Venise. Il en est ici comme à
Rome: on y trouve la trace des moeurs des différents âges dans les
palais et les ruines que l'on a sous les yeux.

La place et l'église de Saint-Marc reçurent, à juste titre, mes premiers
hommages. Quel bel ensemble et quelle élégance on remarque dans toutes
les constructions! que de richesse dans les matériaux et quelle
recherche dans les moindres ornements! Les Vénitiens ont pris le type de
leur style à Constantinople; mais ils se le sont approprié. Bien qu'il
porte le nom de byzantin, il est cependant autre chose dans ses détails.
L'église Saint-Marc est son chef-d'oeuvre: plus on l'étudie, plus on
l'admire. Son étendue n'a rien de grandiose: elle n'était pas l'église
du patriarche, mais seulement la chapelle du doge de la sérénissime
république. À ce titre, ce monument ne pouvait pas avoir une plus grande
dimension; mais elle renferme les plus riches ornements. On en jugera en
réfléchissant que la coupole principale, environnée de huit coupoles
plus petites, forme son dôme. Toutes sont revêtues, ainsi que les parois
de l'église, dans tout leur développement, de belles mosaïques
représentant des objets de piété. Les dorures les plus riches se mêlent
partout à ces produits de l'art. La direction de la lumière, habilement
ménagée, produit des effets merveilleux. Plus de cinq cents colonnes de
vert antique, de porphyre, de serpentine, de jaspe, etc., etc., etc., se
trouvent réparties dans ce monument. La façade, très-haute et des plus
magnifiques dimensions, malgré les ornements dont elle est surchargée,
réunit le grandiose le plus imposant à la grâce la plus coquette. La
vaste plate-forme qui la surmonte est embellie par les célèbres chevaux
de bronze que la victoire, capricieuse et changeante de sa nature, a
fait beaucoup voyager. Coulés en Grèce et placés d'abord à Corinthe, ils
furent transportés à Constantinople, puis apportés de Constantinople à
Venise, après la conquête de cette ville par les croisés. Ils vinrent à
Paris dans le temps de notre gloire et de notre grandeur, et revinrent,
après nos malheurs et nos désastres, au lieu d'où nous les avions tirés
et où ils avaient séjourné le plus longtemps.

Cette belle église, l'un des plus magnifiques monuments de l'Italie,
commencée dans le dixième siècle, ne fut terminée que dans le
dix-huitième.

Rien n'est plus curieux que de rechercher les différentes phases de
cette puissance de Venise, si faible d'abord, et ensuite si redoutable
pendant tant d'années, mais dont il ne reste plus que des souvenirs. La
création de Venise eut pour cause immédiate les malheurs des temps. Elle
fut l'expression des besoins de la société. Des invasions de barbares
avaient, à plusieurs reprises, ravagé le nord de l'Italie. Le besoin de
sécurité décida une partie de la population à venir chercher un refuge
au milieu des eaux. De nombreuses îles couvraient la mer intérieure qui
forme les lagunes, et ceux qui vinrent s'y établir purent y vivre en
paix, à l'abri de leurs ennemis, qui étaient dépourvus de tout moyen
maritime. L'exigence de ses besoins força cette population à se livrer
à une navigation continuelle, qui, d'abord appliquée aux circonstances
de tous les jours, reçut promptement un assez grand développement pour
créer des richesses et assurer leur indépendance.

Il résulta de cet ordre de choses que le génie de ce nouveau peuple fut
tout à la fois navigateur, guerrier et commerçant. Les soins de la
sûreté commune établirent des rapports intimes entre ses diverses
fractions dispersées dans les différentes îles. Il se trouva, dans son
ensemble, composé d'une réunion de petites agrégations distinctes, mais
toutes égales entre elles. La première forme de gouvernement fut, en
conséquence, la démocratie. Mais bientôt les mêmes individus, occupant
habituellement les mêmes emplois, élevèrent leurs familles dans
l'opinion, par le fait même de l'exercice du pouvoir. De là une
considération particulière, qu'une fortune plus grande rehaussa encore.
Il en résulta bientôt que l'État, quoique légalement démocratique,
devint aristocratique par le fait, tandis qu'un chef nommé à vie et
investi d'un grand pouvoir rapprocha beaucoup cet ordre de choses d'une
monarchie élective assistée d'un conseil choisi par le peuple. Sous
cette organisation, les plus grandes choses furent faites; mais plus
d'une révolution arracha du trône celui qui l'occupait. Un ordre
politique semblable, s'il eût existé plus longtemps, eût amené
infailliblement l'établissement du pouvoir héréditaire d'un seul; mais
Pierre Gradenigo, élu doge en 1289, constitua l'aristocratie, en
limitant à un nombre déterminé de familles, qui furent désignées, le
droit d'être élu au grand conseil. Un siècle plus tard, en 1436, après
les ravages de la peste et la diminution des familles, l'usage voulut
que la totalité de ceux qui les composaient entrassent de droit au grand
conseil et sans élection, de manière qu'en elles consista la
souveraineté. Dès ce moment, le gouvernement fut établi sur les bases
les plus solides qu'il appartienne aux hommes de choisir.

Ce fut à ce grand événement que Venise dut la longue durée de son
existence politique. Les aristocraties ont en elles mêmes des principes
de conservation qui leur permettent une très-longue vie. Quand, dans le
cours des siècles, des révolutions interviennent, elles ne font
ordinairement que les rajeunir. Quand un corps héréditaire possède la
souveraineté, deux causes lui en garantissent la conservation. D'abord,
de longues discussions précèdent et préparent les grandes résolutions,
et amènent nécessairement des lumières sur tous les actes importants.
Ensuite, l'immense intérêt que chacun a dans la durée de l'organisation
sociale, et l'impossibilité où il est de gagner à un changement, à moins
de s'emparer du pouvoir suprême, font que le plus ambitieux, abandonné à
ses forces seules, doit préférer de partager le sort commun et réduire
ses efforts à exercer une influence légale que rien ne défend et rien ne
proscrit. Mais, si une aristocratie est viable de sa nature, il faut,
pour exercer une grande puissance à l'extérieur, qu'elle délègue un
grand pouvoir à son chef. C'est ce qu'elle a fait à Venise pendant
longtemps, alors que les doges étaient tout-puissants. C'est sous ce
régime particulièrement que la république a ébloui et vivifié le monde.
Mais, quand une jalousie mesquine s'est emparée des esprits, quand la
crainte, les soupçons, ont caractérise toutes les démarches, dès ce
moment, la république de Venise a tiré sa plus grande force des
souvenirs de son histoire.

La nature de sa puissance, dans le moyen âge, avait créé de grandes
richesses. La navigation établit des rapports fréquents avec l'empire
grec, où la civilisation s'était réfugiée. Le développement des
connaissances, le goût des sciences et des arts s'ensuivit, et Venise
devint le principe de la renaissance morale de l'Italie. Cette puissance
exceptionnelle, car nulle autre n'avait alors en Europe les richesses et
les lumières qu'elle possédait, sa marine et l'étendue de ses relations
lui donnèrent bientôt une suprématie, qu'elle n'a perdue que lorsque
d'autres États, à son exemple, développèrent leurs facultés, et vinrent
partager avec elle les avantages qui lui appartenaient exclusivement.
Quand elle les possédait seule dans le moyen âge, elle jouait un rôle
qui rappelle celui de l'Angleterre de notre temps. L'échelle sur
laquelle est organisé aujourd'hui le monde est beaucoup plus grande sans
doute; mais, dans le rapport de la puissance effective des différentes
nations chrétiennes, les Vénitiens avaient une proportion peut-être plus
grande que celle de l'Angleterre aujourd'hui.

Un grand pouvoir pour l'exécution, basé sur une forte aristocratie
héréditaire, est donc la combinaison sociale la plus favorable à la
durée des gouvernements et à leur puissance extérieure. C'est encore de
ce point que l'on peut établir une juste comparaison entre Venise et
l'Angleterre; mais ici tout est en faveur de l'Angleterre.
L'aristocratie anglaise crée et conserve toute la puissance publique;
ses législateurs ont eu en outre une haute prévoyance de l'avenir en
s'occupant d'assurer les moyens de perpétuer dans cette aristocratie
l'esprit qui devait toujours l'animer, en lui permettant d'appeler
incessamment à elle tout ce qui fait la force du pays. Jamais elle n'a
oublié que ses intérêts, comme ceux de l'État, lui commandent d'adopter
les illustrations nouvelles, d'absorber et de s'assimiler tout ce qui
s'élève dans l'opinion. Elle reçoit ainsi constamment des secours
salutaires, se renforce de toutes les influencés utiles, modifie ses
moeurs suivant les temps, et ne repousse rien de ce qui peut ajouter à
son éclat. Ouverte à tous ceux qui ont des titres pour y être reçus,
elle n'est l'objet d'aucune haine, mais devient l'espérance de tous.

Il en est tout autrement d'un pouvoir fondé sur la démocratie. Tout y
est variable et fragile: tout y est incertain; dès lors tout y est
faible. Le gouvernement a-t-il de grands pouvoirs, il s'empare bientôt
d'une autorité sans bornes, aidé par les ambitieux qui, n'ayant rien à
perdre, ont tout à gagner en se réunissant à lui. Est-il faible, le
moindre choc le renverse, et la révolution qui le détruit en appelle
mille autres. Si l'aristocratie renverse le pouvoir qu'elle a créé, le
corps social n'est pas ébranlé dans sa base; car elle n'a fait que
substituer un nom à un autre. Des combinaisons d'intérêt peuvent se
faire facilement entre un nombre borné de familles. Elles sont
impossibles quand on opère sur une multitude confuse, livrée à une foule
de passions qui se combattent et se croisent dans tous les sens. Les
ambitions individuelles, dans un état de choses semblable, amènent
bientôt et nécessairement l'anarchie et la destruction ou la tyrannie.
Il en est de l'ordre moral comme de l'ordre physique; les rochers
résistent à l'action des vents qui remuent facilement les sables. La
Suisse, depuis la création, n'a pas changé de forme, tandis que l'Égypte
est chaque jour la proie du désert remué par la tempête.

La république de Venise a péri, parce qu'aucun ouvrage des hommes n'est
éternel. Elle a péri de vieillesse. Elle est tombée en lambeaux faute
d'avoir conservé une des vertus publiques qui l'avaient tant distinguée
autrefois. Elle a péri sans avoir opposé la moindre résistance avec un
peuple dévoué, avec une armée fidèle, et faute d'avoir voulu vivre.
Malgré les changements survenus dans l'ordre proportionnel des États de
l'Europe, elle eût pu avoir encore une longue existence; mais il eût
fallu que son gouvernement ne s'abandonnât pas lui-même. Son nom et les
souvenirs qui s'y rattachaient auraient seuls suffi; et il existait
entre ses mains des moyens positifs et matériels de puissance que la
moindre prévoyance et une faible énergie auraient pu rendre redoutables.

Jamais puissance ne s'écroula d'une manière plus misérable et moins
digne de son origine.

Il était entré de tout temps dans la politique du gouvernement vénitien
d'isoler complétement de la politique les habitants de Venise. Rien
n'avait été négligé pour faire naître chez eux le goût des plaisirs.
Cette passion avait pris un développement effréné. Les habitudes du
mystère, consacrées d'abord à la politique, avaient été appliquées aux
relations de l'amour. La loi somptuaire, qui avait prescrit de donner la
même forme et la même couleur aux gondoles, servait merveilleusement le
secret que chacun gardait sur les habitudes de sa vie. Le mystère était
tellement dans les moeurs, que les masques étaient d'usage pendant trois
mois de l'année; et ceux qui ne l'appliquaient pas sur leur figure en
portaient un sur leur bras, par respect pour la coutume. Ils étaient à
tous les moments du jour hors de chez eux. La vie de Venise était donc
une vie toute de plaisir et de débauche pour ceux qui n'occupaient pas
les hauts emplois de la république. Il était résulté d'habitudes
semblables, consacrées par les siècles, une grande douceur dans les
moeurs et une sociabilité que l'on ne rencontrait nulle part ailleurs.
Les conséquences s'en font sentir encore aujourd'hui. Quoique l'usage
des masques et des dominos soit passé de mode et qu'on ne fasse plus
maintenant du jour la nuit, nulle part, en Italie, on ne trouve un
peuple plus doux, une société plus hospitalière et plus gracieuse, des
femmes plus attrayantes et plus remplies de séductions.

On peut faire à Venise une remarque qui m'a souvent frappé dans le cours
de ma vie, c'est que les moeurs se modifient d'elles-mêmes par l'empire
des circonstances où la société est placée et des nécessités que
celles-ci amènent avec elles. Je ne suppose pas que la vertu soit plus
générale à Venise qu'ailleurs; mais ce qui est incontestable, c'est que
les crimes y sont infiniment plus rares et que les assassinats y sont
complétement inconnus, lorsqu'ils pourraient s'exécuter si facilement et
se couvrir d'un voile si épais et si difficile à percer. Jamais rien
n'est tenté contre l'ordre public, malgré l'obscurité qui règne
nécessairement dans cette multitude de petites rues, qui forment de
véritables labyrinthes (il y en a deux mille deux cent cinquante), et
sur ces canaux qui serviraient merveilleusement les coupables en leur
donnant le moyen de faire disparaître en un moment les traces de leurs
attentats. Transportez à Venise la population d'une autre ville, de
Milan par exemple, où chaque nuit on ne circule avec quelque sécurité
que sous la protection d'une multitude de sentinelles placées presque en
vue les unes des autres, et de nombreuses patrouilles qui marchent dans
tous les sens, et Venise deviendra réellement en un moment tout à fait
inhabitable.

Je trouvai la société de Venise composée de gens gracieux, et j'y fus
reçu avec bienveillance et empressement. J'y rencontrai des savants
d'une grande distinction. Ils y sont recherchés et honorés. Un institut
venait d'y être fondé. Les savants fixés à Padoue, dans cette ville
consacrée de tout temps aux études, venaient y siéger à des jours
déterminés. Au nombre de ceux dont la réputation est la plus étendue se
trouvait M. Santini, astronome célèbre, directeur de l'observatoire. Je
me liai d'une manière particulière avec un géomètre et un géologue. Le
premier, directeur général des ponts et chaussées, M. Paleocopa, est un
homme d'un savoir profond et d'un esprit aimable, vif et brillant. Élevé
à l'école d'artillerie et du génie de Modène, il avait servi dans le
corps du génie militaire du royaume d'Italie et fait avec nous les
dernières campagnes de l'Empire. Répugnant à servir dans une autre armée
que celle dans laquelle il avait débuté, il entra dans la carrière
civile quand le nord de l'Italie revint à l'Autriche. Il trouva
l'occasion de montrer sa capacité et d'exécuter de beaux et grands
travaux, qui lui font le plus grand honneur. Au nombre de ceux qui
composaient ma société habituelle se trouvèrent le secrétaire de
l'institut, M. Passini, géologue (ses connaissances sont très-étendues
et variées, son activité est très-grande), et un jeune officier de
marine d'une grande distinction, chargé de la direction de
l'observatoire, le baron de Willersdorff.

Je passai ainsi mon hiver d'une manière assez douce, partageant mon
temps entre l'admiration des objets d'art dont Venise est remplie, une
société agréable et un bon spectacle, dont l'admirable salle de la
Fenice double les avantages.

Il serait sans intérêt d'entrer dans le détail de la vie que l'on mène à
Venise. Je me bornerai à dire qu'elle a perdu la fougue et l'activité
qui la caractérisaient autrefois. Elle est plus régulière peut-être que
dans les autres villes d'Italie. Les chroniques galantes sont maintenant
du domaine du passé, et, quoique sans doute le temps présent lui
fournisse encore des aliments, les jouissances de l'esprit sont appelées
à entrer dans les plaisirs journaliers.

Les admirables peintures que renferment les palais des particuliers,
l'Académie des beaux-arts, les églises et les bâtiments publics ne
sauraient être trop visitées; car on y découvre sans cesse de nouvelles
beautés. On reconnaît facilement quel rang on doit donner, parmi les
écoles du moyen âge, à cette école vénitienne, dont le caractère est si
pur, si vrai, l'expression si énergique. On ne peut aussi se lasser de
contempler les objets d'architecture de tous les genres, dont la variété
infinie chasse la monotonie, sans nuire à la beauté. Cependant,
au-dessus de tous ces chefs-d'oeuvre, planent toujours les immortels
ouvrages de Palladio, le seul architecte, peut-être, qui ait rappelé en
Europe, par ses ouvrages, ceux qui ont illustré la Grèce antique. Cinq
mois s'écoulèrent ainsi dans Venise de la manière la plus douce. J'en
sortis au printemps pour entreprendre un agréable voyage en Toscane, où
m'appelait l'arrivée d'une amie de France, madame la comtesse de
Damrémont, qui s'y était rendue pour m'y voir et passer quelque temps
avec moi.

Je partis le 12 avril de Venise, pour me rendre d'abord à Bologne, et je
profitai de ce voyage pour voir en détail les murazzy, les travaux de
Malamocco, et les embouchures des fleuves voisins, si menaçants pour les
provinces qu'ils traversent.

Les lagunes sont séparées de la mer par une bande de terre dont la
largeur varie. Divisée par les intervalles qui unissent les lagunes à la
mer, elle forme plusieurs îles dans la partie méridionale, et elle est
réduite à la plus mince épaisseur. La sûreté de Venise a rendu
nécessaire de créer une défense artificielle. Sans ce rempart,
l'affluence de la mer par les gros temps et les vents du sud aurait
bientôt submergé la ville et l'aurait détruite.

Les murazzy ont donc été construits dans un but de défense et de
conservation. Ce sont des travaux semblables à ceux que l'on voit en
Hollande, avec cette différence que ces derniers ont été construits en
terre et ont pour objet d'isoler complétement le pays de la mer, tandis
que les autres, qui sont en grande partie construits en pierre, ont pour
but de diminuer, de régler et de limiter l'entrée des eaux de
l'Adriatique dans cette mer intérieure et si peu profonde que forment
les lagunes.

Mais, si Venise doit être préservée de l'action des eaux, elle a besoin
de communiquer avec la mer, et de posséder au moins un passage d'une
profondeur suffisante pour permettre l'entrée et la sortie des vaisseaux
d'un certain tirant d'eau. La construction des murazzy a de la beauté et
de la grandeur. On serait tenté de croire que ces travaux remontent à
l'époque glorieuse et puissante de la république. Il en est autrement;
c'est un ouvrage de sa vieillesse et le résultat d'un calcul économique.
C'est vers 1740 que ces travaux furent commencés. Jusque-là, on avait
entretenu l'obstacle au mouvement des eaux au moyen de caisses en bois
remplies de pierres, qui, placées d'une manière contiguë, formaient une
digue et brisaient les vagues; mais, les bois étant devenus rares et
chers, on y substitua un travail plus dispendieux, mais aussi plus
durable, et les murazzy furent commencés. Quoiqu'on n'ait pas cessé d'y
travailler, ils ne sont pas encore achevés aujourd'hui. Ils se composent
de pierres de très-grandes dimensions, qui sont liées entre elles par un
mortier de pouzzolane. Ils forment une digue dont la pente est
très-douce, qui résiste facilement au choc des vagues et présente un
obstacle invincible à l'action de la mer.

Mais, procurer à la passe de Malamocco, naturellement la meilleure, la
profondeur nécessaire aux besoins de la navigation, était chose plus
difficile. Après un long examen et une discussion approfondie des
meilleurs ingénieurs, on a arrêté, pour être placé sous la direction du
chevalier Paleocopa, l'un des ingénieurs les plus distingués de
l'Italie, si riche en individus de cette espèce, un système de travail
dont l'achèvement est presque complet au moment où j'écris. Les opinions
qu'avait manifestées autrefois notre célèbre ingénieur Prony ont
prévalu. Les atterrissements de la passe viennent de deux causes: de
l'action extérieure et de l'action intérieure. Pour arrêter ceux-ci, on
a construit une digue qui a déplacé le passage et produit complétement
l'effet désiré. Elle a été exécutée sous le gouvernement français. On
vient maintenant d'exécuter une digue extérieure, perpendiculaire à la
côte, de deux mille cent mètres, qui arrête les sables que les courants
du sud amènent, et qui, en redressant et contenant les courants qui
deviennent plus rapides dans les mouvements des marées, les force à
déblayer et à creuser constamment la passe, comme il arrive en France
dans certains ports de la Manche au moyen des écluses de chasse. Ce beau
travail rendra le port de Venise d'un facile accès. Dans quelques
siècles sans doute, les mêmes inconvénients se renouvelleront; mais
alors de semblables travaux, repris et continués, remédieront de nouveau
au mal.

Je visitai Chioggia, petite ville de pêcheurs située à l'autre extrémité
des lagunes. Son nom se rattache à une époque de grands désastres, mais
peut-être aussi à la plus glorieuse époque de la république. Réduite à
la défense de la ville même, elle sut résister à ses ennemis, et, quand
elle semblait au moment de périr, elle prit une attitude offensive qui
la délivra tout en se défendant, et humilia profondément Gênes sa
rivale.

En sortant de Chioggia, on entre dans un pays constamment menacé par les
eaux, souvent envahi par elles, et qui serait complétement submergé si
des travaux continuels ne parvenaient à le garantir. Il est curieux
d'étudier les circonstances qui ont amené cet état de choses. Les
anciens Vénitiens, dont la sécurité était fondée sur leur éloignement de
la terre ferme, avaient établi en principe que la conservation des
lagunes était de premier intérêt et de première nécessité. En
conséquence, la direction donnée aux fleuves au voisinage de leurs
embouchures les en avait constamment écarté, afin d'empêcher les
atterrissements qui auraient fini par les combler. D'abord se trouvait
la Brenta, dont la direction naturelle tombait sur le milieu des
lagunes. Elle fut déviée dans son cours et dirigée de manière à arriver
directement à la mer. Mais il en résulta que la pente, répartie sur un
développement beaucoup trop grand, rendit son cours trop lent, et que
les eaux s'épanchèrent en fréquentes inondations, qui mettaient à l'état
de marécages un pays riche et fertile. Ce mal était augmenté par la
réunion de deux petites rivières, le Bacchiglione et le Gorzone, qui
affluaient dans le lit de la Brenta et se rendaient également à la mer
par l'embouchure de Brondolo, tandis qu'un canal navigable établissait
la communication entre les lagunes de Chioggia et l'Adige. Le pays
compris entre le Bacchiglione et le Gorzone étant en grande partie
inondé, un canal de desséchement, dit le canal des Cuori, fut creusé
pour porter les eaux dans le lit des fleuves réunis. Le baron Testus a
entrepris ensuite le desséchement de ce territoire, composé de
soixante-cinq mille campi ou vingt-quatre mille hectares, dont une
partie est inondée accidentellement, l'autre plus fréquemment, et une
dernière partie ne se compose que de marais. Il calcula que l'emploi de
six machines à vapeur, de la force réunie de cent vingt chevaux, le
débarrasserait de trois mille mètres cubes d'eau par minute et que le
travail ne devrait pas durer plus de soixante-dix à quatre-vingts jours.
Ce calcul s'est trouvé complétement erroné. Il n'a obtenu que des effets
médiocres avec des moyens très-dispendieux. Le simple bon sens semble
indiquer la marche à suivre, qui est celle-ci: diviser le terrain en
deux parties par une digue, savoir, celle qui est au-dessus du niveau de
la mer basse, et celle qui est au-dessous; conduire les eaux de la
première à la mer par un canal, au moyen de portes-écluses qui
permettent aux eaux de s'écouler à la mer basse, et qui se ferment à la
mer haute pour empêcher l'invasion de la mer quand elle monte; ensuite,
n'appliquer les machines d'épuisement qu'à la deuxième partie, dont les
eaux ne peuvent avoir par elles-mêmes aucun écoulement. Des travaux
semblables se voient partout en Hollande, et leur système, inspiré par
le plus simple bon sens, donne constamment les résultats les plus
satisfaisants.

Nous avons remonté la rive gauche du Gorzone, puis passé cette rivière
pour nous rendre sur l'Adige qui vient aussi la traverser. De là nous
sommes arrivés sur l'Adigetto qui, autrefois, était une dérivation de
l'Adige. Réuni au Tartaro, dont les sources sont près de Vérone, et
grossi de la Molinella qui passe à Castellaro, près de Mantoue, il forme
un cours d'eau qui prend le nom de canal Blanc et communique avec
l'Adige. L'Adigetto a pris son nom de la prise d'eau faite à son
origine; mais la prise d'eau a été supprimée, et le nom lui est resté.
Le canal arrive à Adria, d'où il continue jusqu'à la mer, dans laquelle
il débouche par un ancien bras du Pô, séparé aujourd'hui du fleuve, et
qui porte le nom de Pô-di-Levante. Il communique avec le Pô véritable
par la Cavanella, que l'on ouvre d'abord pour la navigation, et ensuite
pour l'écoulement des eaux dans le Pô quand le fleuve est plus bas que
le canal Blanc.

Nous couchâmes à Adria, jolie petite ville, très-ancienne, aujourd'hui
éloignée de plusieurs lieues de la mer, et autrefois port de mer qui
donna son nom au golfe Adriatique. Une circonstance remarquable des pays
situés sur les deux rives de l'Adige, et qui les met constamment en
péril, c'est que le fond du lit du fleuve, constamment plus élevé que la
campagne, la domine de deux à trois pieds. Les eaux s'élèvent
quelquefois jusqu'à trente pieds. Que l'on juge combien est menaçante
cette puissante masse d'eau en mouvement!

Cet état de choses est venu de ce que ces pays ont été trop tôt habités
et trop tôt cultivés. La nature a destiné les fleuves à dessécher les
marais, en élevant leur sol par des alluvions. Mais, quand on se décide
à cultiver un terrain bas, traversé par un fleuve, il faut de toute
nécessité diguer la rivière pour en contenir les eaux. Dans ce cas, et
dans l'intérêt de l'avenir, afin d'empêcher des résultats tels que ceux
que nous voyons, il faudrait adopter un double système de digues,
c'est-à-dire placer d'abord de petites digues propres à resserrer le
fleuve, et ensuite élever de grandes digues de défense, qui, placées à
une certaine distance, lui ouvrent une grande surface pour s'étendre, ce
qui diminuerait l'élévation des eaux dans les crues, et ralentirait
beaucoup l'élévation du sol en offrant un plus grand espace pour
recevoir les alluvions; mais c'est une prévoyance que nulle part on n'a
eue autrefois. C'est un tort qu'on a eu particulièrement en Hollande, où
on rencontre une analogie réelle avec ce que l'on voit ici: chaque
année, l'existence des deux pays est également menacée par les eaux, et
par les mêmes causes. Cette Haute-Italie, si belle, a été si
anciennement habitée et cultivée, et à une époque si barbare, qu'il
n'est pas étonnant que des mesures semblables de précaution n'aient été
ni prises ni conçues. Une fois la culture développée, les populations
fixées sur les bords du fleuve s'y sont trouvées enchaînées. Leur
sécurité de chaque jour les a forcées à ajouter chaque année à la
hauteur des digues, à mesure que le fond du fleuve se rehaussait
lui-même, et on en est venu à ce que l'on voit aujourd'hui.

Le 12, nous avons visité le Pô et examiné les épis construits dans le
double but de préserver ses bords, et de diriger les courants dans
l'intérêt de la navigation. Un des épis construits en pierre ressemble
par son importance et sa dimension à un môle de port de mer. Le Pô, tout
menaçant qu'il est pour la campagne, car il s'élève beaucoup dans les
crues, est cependant moins effrayant que l'Adige, parce que le fond de
ce fleuve est partout plus bas que le niveau de la campagne. Nous
visitâmes la Cavanella dont j'ai parlé déjà, extrémité du canal de
communication entre Chioggia et le Pô. Il y a deux écluses de sept pieds
de hauteur, qui sont placées à la suite l'une de l'autre. Ce canal sert
aussi de dégagement des eaux du canal Blanc dans le Pô, quand celui-ci
est bas, et dans tous les temps pour la navigation, soit pour entrer
dans le Pô, soit pour en sortir. Lorsque la différence des niveaux des
eaux est de six à sept pieds, on réunit les deux écluses, et on les
traite comme une seule; quand la différence est de quinze pieds, on les
ouvre successivement. Plus bas, le canal Blanc communique, par une
autre écluse, avec le canal des Cuori qui réunit les eaux du Gorzone et
du Bacchiglione. Enfin une dernière porte s'ouvre et fait entrer les
bateaux dans le canal de Chioggia, et c'est ainsi que la navigation
intérieure est établie entre Venise et le Pô.

Nous rentrâmes à Adria, et, le 13, j'allai visiter les travaux de
l'Adige. Ses dignes avaient été rompues. Une grande invasion des eaux
avait couvert la campagne; un village avait été emporté. Ces accidents
se renouvellent malheureusement trop souvent. À chaque accident
semblable, on redresse les digues; on les reconstruit avec un plus grand
soin. Le moyen employé pour leur donner de la solidité est de les
établir sur un lit de fascines. Les eaux y pénètrent et y déposent un
limon d'alluvion, qui empêche les infiltrations. Or c'est toujours par
des infiltrations que les digues viennent à percer. On n'a souvent que
du sable pour les construire; aussi les eaux s'y frayent assez
facilement un passage. On voit d'abord se former une fontanelle sur le
revers; puis, peu de temps après, arrive une catastrophe.

Après avoir examiné ces travaux importants, que malheureusement on est
obligé de reprendre très-souvent, j'ai de nouveau été coucher à Adria.
Dès le lendemain, je me mis en route pour Rovigo, Ferrare et Bologne.
Je passai le Pô à la Mezzola, domaine d'une très-grande valeur,
appartenant au pape. Pendant la possession française, elle était devenue
un bien national. Elle avait été donnée à des fournisseurs. Avec le
temps, elle est revenue à son ancien propriétaire. À peu de distance
sont les grandes pêcheries de Comacchio. Dans ces pêcheries, on élève le
poisson sur une très-grande échelle. Les poissons extrêmement petits,
qui viennent de naître, sont pris dans la mer avec des filets dont les
mailles sont très-étroites. On les place ensuite dans de vastes espaces
isolés de la mer par des digues, mais communiquant avec elle par des
portes et des grillages, ils grandissent dans ces enceintes pendant
plusieurs années. C'est un établissement de même nature que les vallées
des lagunes, car c'est ainsi qu'on les nomme. Ces vallées sont au nombre
de soixante-dix. Elles touchent, dans une partie de leur développement,
à la terre ferme. Elles ont, dans leur ensemble, plusieurs milliers
d'hectares de superficie. Dans tous ces établissements, et à Comacchio
surtout, on élève une quantité immense d'anguilles que l'on sale, et qui
servent à l'approvisionnement des vaisseaux. Une seule de ces vallées
rapporte, à ma connaissance, à son propriétaire plus de cinquante mille
francs par année.

Les tableaux de l'école des Beaux-Arts, à Bologne, sont peu nombreux,
mais d'un choix excellent. Ce sont des chefs-d'oeuvre des plus grands
maîtres. On y trouve beaucoup de Carraches. Une réunion, immense par le
nombre, admirable par le mérite, et qui semble au-dessus des moyens d'un
particulier, forme la galerie du comte Zambeccari. Elle se compose de
neuf cents tableaux, dont un Raphaël et des Titiens.

Les environs de Bologne sont charmants. Le pays est riche et varié. Une
multitude d'élégantes maisons de campagne, et le voisinage immédiat des
collines, ajoutent à la beauté du paysage. Mais une chose unique au
monde, le Campo Santo, mériterait seul le voyage pour un homme instruit
et curieux. Nulle part on n'a eu une semblable pensée, ou, au moins,
nulle part on ne l'a exécutée avec un semblable grandiose. On s'est
servi pour le fonder d'une ancienne chartreuse, dont on a conservé et
restauré l'église avec un soin tout particulier. De vastes carrés vides
forment des cloîtres qui se succèdent. Contre ces murs sont placés les
monuments des particuliers, et les restes de ceux auxquels ils sont
consacrés. Les vides de carrés sont destinés à l'enterrement des
personnes du commun; mais on a placé à chaque tombe un numéro qui
correspond à celui du registre, de manière qu'au bout de quelques
années on peut retrouver les restes que l'on veut transporter ailleurs.
Il y a dans ces dispositions un grand respect pour les morts, une idée
morale qui rend l'idée de la fin moins douloureuse et moins triste.

Une galerie couverte, de quatre milles d'Italie de longueur environ,
établit une communication facile et praticable dans tous les temps entre
le Campo et la ville, et donne à chacun la facilité d'aller faire des
actes de piété au milieu de ces tombeaux. Cet ensemble, je le répète,
qui est unique au monde, honore beaucoup les magistrats de Bologne qui
l'ont fondé et qui le maintiennent avec le plus grand soin. Une autre
chose digne de remarque à Bologne est la transformation en bibliothèque
publique des bâtiments de l'ancienne université, qui n'existe plus.
Aujourd'hui on lui donne un style sévère, simple et beau. Un usage
ancien voulait que tous ceux qui avaient fait leurs études classiques à
l'université de Bologne, étrangers ou nationaux, laissassent leurs armes
peintes sur les murs des salles avec leurs noms. Le temps avait dégradé
tous ces blasons. On les restaure en ce moment avec le plus grand soin;
il y en a des milliers, et chacun peut y trouver des souvenirs de ses
ancêtres. En général, Bologne est remarquable par l'esprit de
patriotisme de ses habitants.

Une ancienne et fidèle amie, madame la comtesse de Damrémont, m'avait
donné rendez-vous à Florence, et je partis pour m'y rendre après avoir
séjourné deux jours à Bologne. J'ai parlé ailleurs de Florence avec
quelque peu de détail; je n'en dirai rien ici; mais je répéterai qu'elle
est du nombre des villes privilégiées que l'on revoit toujours avec un
nouveau plaisir. Les arts y sont plus honorés qu'ailleurs et y sont
cultivés avec plus de goût et de succès. Madame de Damrémont, possédant
le goût des beaux-arts au plus haut degré, jouissant plus qu'un autre de
ce qui tombe sous ses regards, portait sur ce qu'elle voyait un jugement
éclairé, développait le mien et m'expliquait mes propres sensations. On
ne doit pas voir seul les objets d'art d'une grande beauté. On ne juge
convenablement que lorsqu'on peut communiquer à d'autres ses remarques,
s'éclairer réciproquement par la critique et motiver une admiration
réfléchie.

La collection de tableaux que présentent le palais Pitti et les Uffizi
est composée de tant de chefs-d'oeuvre, qu'elle forme sans doute une
réunion unique au monde; mais on ne saurait aussi trop admirer les
dispositions qui sont prises pour faire valoir ces merveilles. On voit
qu'on rend en Toscane un véritable culte aux beaux-arts. Cependant
l'école moderne de peinture semble morte aujourd'hui à Florence. La
sculpture a pris sa place, et, comme dans toute l'Italie, elle y est
cultivée avec beaucoup plus de succès. Bartolini est le plus grand
sculpteur des temps modernes. Je le crois bien supérieur à Canova. Ses
compositions sont plus vraies et leur simplicité est plus dans la
nature. La vérité y a moins d'apprêt que chez ses devanciers. Rien de
plus beau que la statue d'Astyanax, s'il parvient jamais à l'achever;
car chez lui là est la difficulté.

Après deux mois d'un séjour rempli de charmes et qu'embellissaient les
jouissances d'une vive amitié, je me mis en route pour me rendre à
Gênes, où d'autres affections bien anciennes encore m'appelaient aussi.
Je visitai Livourne, Lucques et la côte orientale de Gênes, que je
n'avais jamais parcourue. L'État de Lucques me parut charmant. Il est le
type de ces principautés qui dispensent les souverains des soins
laborieux du gouvernement et leur donnent les jouissances attachées à la
possession d'une belle propriété indépendante. C'est un pays délicieux,
où l'on trouve le voisinage de la mer, une belle ville, un beau palais
autrefois rempli de tableaux de choix, une belle forêt, des eaux
thermales où l'on accourt de toutes parts, et une population
intelligente et spirituelle. Un duc de Lucques, philosophe et instruit,
animé de l'amour des sciences, pourrait voir écouler sa vie dans
l'idéal du bonheur; mais il faudrait qu'il fût quelque chose par
lui-même et qu'il pût baser son existence sur le sentiment de ses
facultés heureusement appliquées.

Je continuai ma route en parcourant cette rivière du Levant, si célèbre.
On la compare naturellement à celle du Ponant. Nulle ressemblance ne se
retrouve cependant entre elles. La rivière du Levant, couverte de villes
riches et peuplées, admirablement bien cultivée et commerçante, est tout
autre chose que l'autre, qui, sauvage encore, n'est habitée que de loin
en loin. Mais une admirable localité militaire en rend la possession
précieuse; le golfe de la Spezia, un des plus beaux du monde par son
étendue et la sûreté qu'il offre aux vaisseaux contre l'action des vents
de la mer; une source d'eau douce jaillissante, abondante et
représentant par sa richesse une rivière souterraine, fontaine
artésienne naturelle, mais de la plus grande dimension, donne la
facilité à toute une flotte de faire de l'eau en peu de moments. Enfin,
sa facile entrée et sa libre sortie de la passe, et sa position centrale
sur la cote d'Italie, complètent ses avantages. De grands travaux
projetés par Napoléon devaient en faire notre établissement principal de
marine sur cette partie des côtes de la Méditerranée, et il voulait la
mettre à l'abri de toute attaque directe de la part de l'ennemi. En
deux jours d'un voyage intéressant et agréable, j'arrivai à Gênes la
Superbe.

Pendant mon séjour assez long dans cette ville, je fus témoin de fêtes
brillantes qui eurent lieu pour le mariage du duc de Savoie. De là, je
me rendis en Suisse, où m'attendaient des amis. J'y passai un été
délicieux. À la fin de l'automne, j'allai revoir les merveilles de
Munich, d'où je retournai à Venise pour y passer l'hiver.



MÉLANGES

Sommaire.--Lettre du comte de Fiquelmont sur le commerce de la
Russie.--Promenades dans Rome.--Des révolutions et des circonstances qui
les amènent.--Des vertus des peuples barbares.


LE COMTE DE FIQUELMONT, ANCIEN MINISTRE D'AUTRICHE, AU MARÉCHAL DUC DE
RAGUSE.

SUR LE COMMERCE DE LA RUSSIE.

Vienne, le 14 février 1831.

Monsieur le maréchal,

Par la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire en date du 29
janvier, vous m'avez exprimé le désir d'avoir par écrit les données
principales d'un entretien, dont vous avez bien voulu conserver le
souvenir, qui avait pour objet les forces commerciales du midi de la
Russie comparées à celles du nord. J'étais, et je suis encore de
l'opinion que le commerce de l'empire russe trouve beaucoup plus de
force et de développement dans la direction du nord que dans celle du
sud. Voici, monsieur le maréchal, quelle était la base de mon
raisonnement.

Il y a trois lignes de navigation fluviale entre la mer Caspienne et la
mer Baltique. Ces trois lignes aboutissent au lac Ladoga, et, par le
canal de Ladoga, sont mises en communication avec le Volkhov et la Néva.
Ce système fluvial, qui traverse et qui unit entre elles presque toutes
les parties du centre de l'empire, est l'objet des soins constants du
gouvernement. Pierre le Grand en a été le créateur; mais les
perfectionnements modernes dans l'art de l'ingénieur ont augmenté
beaucoup les ramifications de ce système, auquel on a réuni presque tous
les cours d'eau de l'intérieur. La nature des pays fait que les
distances de portage sont courtes et qu'il est facile de les franchir à
peu de frais.

Il existait un ancien tracé du canal qui avait pour objet de réunir le
Dniéper à la Vistule, et d'établir ainsi une communication entre la mer
Noire et la Baltique; il portait le nom de canal du Roi; mais, soit
qu'il y ait eu des difficultés de terrain ou peu d'utilité, il a été
fort négligé; il est, je crois, resté à l'état de projet. La Dwina et
ses affluents portent à Riga tous les produits de cette partie de la
Russie. On a, d'un autre côté, travaillé à rendre le Dniéper navigable,
ce qui n'était pas fait quand j'ai quitté la Russie. Si les difficultés
que présente cette navigation, qui sont des cataractes, étaient
surmontées, les produits que ce fleuve porterait vers Odessa ne sont
presque rien en comparaison de ce qui va vers la Baltique.

Voilà déjà un fait intérieur établi, qui assure au nord la supériorité
du commerce.

Le second fait est plus décisif: c'est celui de la navigation maritime.
Votre séjour à Venise vous met à même, monsieur le maréchal, d'y
recueillir les notions les plus exactes sur les opérations commerciales
de la mer d'Azof et de la mer Noire. Vous y apprendrez, de la manière la
plus positive, combien il faut de temps pour la navigation, depuis
Odessa jusqu'à Cadix; car il faut tenir compte de celui qu'il faut
passer à Gibraltar pour y attendre le vent nécessaire pour la sortie du
détroit. Ce temps est souvent plus long que celui qu'il faut de
Saint-Pétersbourg aux États-Unis.

La Méditerranée ne fait que le commerce de son bassin; la mer du Nord
fait celui du monde.--La Russie trouverait donc un plus grand avantage à
se relier au nord qu'au midi, quand bien même le système de sa
navigation fluviale ne lui en eût pas imposé la loi.

Je crois, monsieur le maréchal, avoir, par ce simple exposé, répondu à
la demande que vous m'avez faite.--Votre opinion a beaucoup de poids en
Europe; j'ai regretté, par cette raison, que vous ayez, dans votre
ouvrage, fortifié l'idée que les forces du midi de la Russie sont
susceptibles d'un très-grand développement; j'entends ici par force,
productions, industrie et commerce. On devrait en conclure qu'il y
existe un besoin d'expansion qui serait tôt ou tard menaçant pour
Constantinople. Puisque je suis d'une opinion contraire, me
permettrez-vous de le dire, la question est grave; car elle est un des
principaux éléments de la politique de l'Europe envers la Russie.

Il y a dans le midi de la Russie des conditions climatériques qui
ramènent, à des intervalles presque égaux, des années de complète
disette, quelquefois destructives de la totalité du bétail, bêtes à
cornes et moutons; quand, pendant le mois de mai, le vent d'est domine,
alors il n'y a pas de pluie, et les steppes ne donnent point d'herbe;
cela est arrivé deux fois pendant les douze années que j'ai passées en
Russie. On calcule que tous les trois ou quatre ans la récolte des
céréales est médiocre; trop de sécheresse en est toujours la cause; on
est content quand elle ne va pas jusqu'à brûler l'herbe; cependant les
années de famine sont rares; la surabondance que donnent celles qui sont
fertiles rend possibles des approvisionnements de précaution. Ce ne sont
pas des greniers d'abondance, ce sont de simples économies domestiques.

J'ai connu quelques propriétaires russes qui, séduits par l'apparence
d'un soleil plus chaud, se trouvant avoir trop de population dans leurs
terres de l'intérieur, faisaient usage de leurs droits, en transplantant
l'excédant, qui leur devenait une charge au lieu d'être un revenu, dans
des terrains de pâturages au midi: ils eurent tous à le regretter. Un
comte Gourief fit, au contraire, cette même opération du centre de la
Russie vers le Volga, au delà du Saratov: il doubla sa fortune.

Ces divers faits, dont j'ai eu connaissance exacte, me donnent
l'explication d'un phénomène historique que je ne comprenais pas. Je
m'étais demandé souvent pourquoi cette longue zone méridionale, qui
s'étend depuis la Bessarabie jusqu'en Asie, n'avait jamais été ni
peuplée ni civilisée. Les colonies grecques n'avaient pas dépassé les
côtes de la Crimée; les Romains n'avaient pas été plus loin que la
Valachie. Toute cette zone n'avait été qu'une route de passage pour les
émigrations de peuples qui arrivaient d'Asie et du Volga inférieur;
aucun d'eux ne s'y était arrêté. Les Tartares, qui arrivèrent jusqu'à la
Crimée, au moment où les Turcs prenaient Constantinople, n'y firent,
pour ainsi dire, point d'établissements; ils ne pouvaient ni avancer ni
reculer; ils y restèrent, mais à l'état nomade. L'incertitude de la
production fut pour moi la réponse à la demande que je me faisais.
L'existence du royaume de Mithridate est un argument en faveur de
l'opinion que je me suis faite; car il n'y a pas trace qu'il se soit
éloigné de la mer d'Azof ou de la mer Noire. Pourquoi n'aurait il donc
pas cherché à étendre sa domination vers l'intérieur? Cela paraissait
naturel. Pour un fait aussi constant, il doit y avoir une cause
permanente.

J'ai sous les yeux un tableau, fait en 1830, qui établit le rapport de
la classe des industriels à la population totale de chaque gouvernement.
Ce rapport est, pour Saint-Pétersbourg, de 1 sur 41 habitants; Moscou,
de 1 sur 54; Astrakan, de 1 sur 213.--Je passe les intermédiaires. De
Vothynie, de 1 sur 269; de Kazan, de 1 sur 400; de Kief, de 1 sur 574;
de Podolie, de 1 sur 644; de Pultawa, de 1 sur 935; des Cosaques du Don,
de 1 sur 2,101. On voit, par l'extrait que je fais de ce tableau, et qui
suffit au but, combien l'industrie diminue à mesure qu'on avance vers ce
midi dans lequel l'opinion de l'Europe place une grande partie de la
force de l'empire russe.

L'impossibilité d'y augmenter la population, à cause de l'incertitude de
la production, apporte un obstacle invincible à l'établissement d'une
grande industrie. Il n'y a donc point là richesse de capitaux; les
maisons de commerce d'Odessa sont des commandites de Saint-Pétersbourg,
de Moscou ou de l'étranger; il n'y a rien là qui ait sa racine dans le
sol.

Il y a des hommes qui croient que l'établissement des routes de fer
pourrait changer la face de ce pays, en rapprochant les lieux de la
production de ceux de l'exportation. Il y aurait sans doute des
bénéfices pour les propriétaires; mais seraient-ils en rapport avec les
dépenses que causeraient l'établissement et l'entretien de pareilles
voies? Le général Destrem, ingénieur habile, et, plus qu'aucun autre,
compétent pour tout ce qui regarde la Russie, a prouvé, avec la dernière
évidence, que l'entretien des routes de fer y sera toujours trop cher.
La terre y gèle, même dans ce soi-disant midi, à quatre pieds de
profondeur; le dégel ne dérangerait-il pas toujours la ligne horizontale
des rails? Que de travaux ne faudrait-il pas, et que d'argent pour des
réparations à faire sur d'aussi grandes distances?

Dans les pays assez riches pour que des associations particulières
puissent construire de pareilles routes, je comprends leur construction:
c'est une manière de placer des capitaux; je comprends que l'on trouve
ce mode de voyager meilleur marché. Mais en est-il de même quand les
États empruntent pour construire des routes de fer? Les intérêts à
payer pour les emprunts n'exigent-ils pas une augmentation d'impôts? Il
en résulte que ceux qui ne voyagent pas payent une partie des frais de
ceux qui se font transporter par les chemins de fer. Ce serait bien
particulièrement le cas en Russie, où l'État seul pourrait les
construire. Le temps qu'il faut pour terminer celui de Saint-Pétersbourg
prouve que les marais sont des obstacles encore plus difficiles à
vaincre que des montagnes.

Un grand établissement, qui avait, dans le midi de la Russie, le plus
brillant appareil de la force, n'y existe plus tel que vous l'y avez vu,
monsieur le maréchal. Une grande revue que l'empereur fit de ses
colonies militaires, en 1837, le décida à en changer entièrement
l'organisation. Il reconnut le danger d'une pareille création, si peu
d'accord avec ce qui l'entourait. La supériorité morale de cette
population militaire devait en faire, selon les circonstances, ou un
instrument d'oppression contre le pays ou de rébellion contre le
gouvernement.--La révolte si tragique des colonies du Nord (de
Novogorod) était un avertissement que l'empereur ne pouvait oublier. Le
général Witt présenta à l'empereur, à Voskresensk, quelques mille jeunes
gens non encore rangés dans les régiments, mais déjà assez instruits et
formés pour faire sur-le-champ le service de bas officiers, sachant tous
parfaitement lire, écrire et compter. Il y avait, cette année, dans
l'ensemble de ces colonies, vingt-six mille hommes arrivés à ce degré
d'instruction. Witt demanda à l'empereur ce qu'il devait en faire. Une
décision était d'autant plus embarrassante, que, d'après l'organisation
de ces colonies, chaque année devait augmenter ce nombre. L'empereur
n'hésita pas. Il changea l'organisation: tous les habitants des colonies
redevinrent des paysans comme tous les autres. Les régiments furent,
depuis ce jour, complétés par les recrues que leur donnait la levée
générale de l'empire, comme le sont les régiments qui ne sont point
colonisés. L'instruction fut bornée aux enfants des régiments. La partie
administrative aura dû être modifiée dans une mesure analogue à la
réforme militaire. J'ignore les nouveaux règlements qui auront été
donnés; je suppose qu'on aura, petit à petit, diminué l'immense monopole
agricole qu'exerçaient ces colonies.

Je précédais de deux jours l'impératrice, qui se rendait à Voskresensk.
On avait, à Pultawa, arrangé pour elle une exposition des produits de ce
gouvernement. J'y vis des échantillons nombreux de superbe laine
mérinos; les principaux producteurs étaient les Kotschubei et les
Rasoumowski. J'en faisais compliment à l'homme très-intelligent,
propriétaire lui-même, qui était mon cicerone. «Oui, me dit-il; mais il
faut ici une grande fortune pour pouvoir supporter la variation des
prix, qui est augmentée par une cause que personne ne peut calculer,
parce qu'elle est placée en dehors des intérêts de ce commerce.»

Voici l'explication qu'il me donna. «Les colonies militaires sont en
possession d'un immense monopole en chevaux, en grains et en laines; car
chaque régiment possède entre douze et vingt mille mérinos de la plus
belle espèce. Plusieurs régiments, n'ayant pas eu assez de fonds dans
leur caisse pour faire face aux dépenses d'équipement et d'habillement
qu'exigeait la circonstance, furent autorisés par l'administration
coloniale à vendre la laine qu'ils avaient en magasin au-dessous des
prix du marché d'Odessa; ce qui amena une baisse nuisible à l'intérêt
des autres producteurs; pour cette année notre marché est gâté; les
petits propriétaires auront à en souffrir.»

Je vis à cette occasion que l'établissement colonial n'était pas
populaire. Un autre monopole qu'il exerçait vint déranger une autre
branche de l'économie agricole dans des gouvernements éloignés. Le
général Witt, qui conduisait son établissement en homme de génie, mais
en homme spécial, montra à l'empereur deux cent quarante étalons, les
plus belles bêtes que l'on put voir, car l'administration était assez
riche pour faire acheter partout ce qu'il y avait de mieux; près de
vingt mille juments avaient été réunies dans un district assez resserré.
Les colonies de l'Ukraine n'avaient rien livré à cette revue d'un
nouveau genre. Le nombre des juments était bien plus considérable;
chaque régiment en comptait plusieurs milliers.

Les gouvernements de Charkov, de Tambov, de Riazam, de Koursk, de
Voronej étaient les pays de remonte pour la cavalerie; chaque petit
propriétaire y avait un haras de dix, quinze, vingt, trente juments; les
plus petits se cotisaient entre eux pour avoir un étalon à frais
communs; la race chevaline y était depuis longtemps distinguée, et
fournissait, outre les remontes de cavalerie, beaucoup de chevaux de
luxe aux attelages de Moscou et de Saint-Pétersbourg.--Peu d'années
suffirent pour les détruire; la vente certaine aux remonteurs de la
cavalerie, les moutons vinrent remplacer les chevaux. Les colonels de
cavalerie, surtout ceux des régiments de la garde, n'eurent plus le
choix de leurs remontes; elles furent envoyées des colonies à un prix
fixé par le gouvernement.

Il resterait encore à faire un dernier calcul, celui de savoir ce que le
pays a gagné ou perdu à l'exercice de ce brillant monopole. Mon opinion
personnelle n'est pas douteuse; tous les frais de production des
colonies sont plus élevés que le seraient ceux des particuliers. Ce
phénomène ne doit cependant pas être condamné; les immenses résultats
obtenus en si peu de temps ont prouvé l'incapacité du gouvernement civil
de les amener dans des voies qui auraient dû être les siennes. Mais des
moyens naturels de production ont été détruits; c'est une perte
positive, parce que cette administration coloniale ne restera pas ce que
le général Witt en avait fait. Il est difficile de trouver une longue
série de successeurs à un homme aussi actif, aussi intelligent, aussi
intègre, étant à la fois homme de troupe et créateur en administration.

Pardon, monsieur le maréchal, etc., etc.

FIQUELMONT.



PROMENADES DANS ROME.

La vue de Rome rappelle mille souvenirs. Cette ville fut le siége d'une
immense puissance. L'étude de son histoire et de sa langue remplit
encore nos premières années. Fondée sous les auspices de la violence et
de l'amour du butin, agitée par des révolutions continuelles, Rome
devint la maîtresse du monde et fut la tête d'un ordre social dont
aujourd'hui il ne reste plus de trace. Le colosse tombé, la ville
ressaisit dans le moyen âge une puissance d'opinion qui remplaça en
partie la puissance matérielle qu'elle avait possédée et perdue. Elle
sut, par la majesté et la grandeur de ses souvenirs, imposer une
modération presque miraculeuse aux barbares qui menaçaient de la
détruire. Aujourd'hui elle exerce encore par les idées religieuses une
sorte de suprématie sur l'Europe. Cependant cette ville, la ville
éternelle, ainsi qu'on l'appelle, n'a pas produit d'abord sur mon esprit
la sensation à laquelle je m'attendais. Arrivant de l'Orient, mes yeux
étaient accoutumés à la vue des antiquités que ces pays renferment. Leur
conservation, la beauté des matériaux, leur grandeur et même leur
immensité empêchent de juger sainement ce que l'on voit en Europe. Les
monuments de Rome sont dénués de tout ornement. Ces masses de
construction en briques donnent d'abord l'idée de décombres, de masures,
que la misère et une mauvaise administration ont produits. Ôtez les
noms, et, à quelque exception près, le voyageur ne verra ces ruines
qu'avec une sorte de dégoût.

Il en est tout autrement de la Rome nouvelle. L'église de Saint-Pierre
est le symbole de l'Église triomphante, de même qu'un superbe palais
indique la puissance et la splendeur du souverain qui l'habite.
Saint-Pierre est aussi par excellence le monument des beaux-arts. Il
offre aux yeux la plus belle architecture, le grandiose le plus
développé dans les objets de sculpture et la perfection dans les
peintures. Il est, à cause de cela, pour celui qui aime les beaux-arts,
le lieu le plus digne d'intérêt de la terre. Mais l'homme pieux, l'homme
recueilli et disposé à vivre de méditation, est incommodé par la
splendeur qui y règne. L'éclat de la lumière l'importune. Les grandeurs
de la terre, qui sont si petites devant Dieu, y sont trop en évidence.
Elles le distrayent des sensations sublimes dont il trouve la source
dans son esprit et dans son coeur. À Jérusalem, j'ai vu, avec émotion,
l'Église souffrante, l'Église dans sa misère et dans son humiliation. La
piété y semble naturellement inspirée. La vue et le nom des lieux où de
si grandes choses se sont passées laissent des traces ineffaçables dans
les souvenirs. La vue de Rome, le séjour à Saint-Pierre, devraient, tout
en donnant des idées de puissance et de prospérité, rappeler aussi les
idées tristes qui s'associent naturellement au christianisme et
contribuent à sa grandeur. J'ai parcouru Rome antique; mais, les
circonstances d'alors ne m'ayant pas permis d'y mettre la suite
nécessaire, je n'ai rien écrit pour retracer à ma mémoire ce que j'ai
vu. Aujourd'hui, 18 novembre 1834, je recommence mes excursions sous
les auspices de M. Visconti, et je vais placer ici en résumé ce que j'ai
vu et ce que j'ai entendu de lui.


PREMIÈRE PROMENADE.

Nous commençâmes nos «mises en nous rendant au Capitole. De la tour on
voit également bien et la Rome ancienne et la Rome nouvelle. La Rome
ancienne avait à son extrémité le Capitole, comme la Rome nouvelle. À
l'est est la première. À l'ouest est la seconde, qui est bâtie sur le
sol même de l'ancien Champ de Mars. Ce fut sur le mont Palatin que
Romulus fonda sa ville, et cette colline fut la première habitée. Les
débordements du Tibre formaient des marais au pied de ce mont. C'était
dans ces marais même que Romulus et Rémus, son frère, enfants, avaient
été exposés. Un temple de très-petite dimension, fondé dans ce lieu en
mémoire de leur conservation miraculeuse, subsiste encore aujourd'hui.
Il a été transformé en une église de Saint-Théodore.

Autrefois presque toutes les femmes romaines envoyaient leurs enfants
dans ce temple au moment de leur naissance, pour leur assurer une
heureuse destinée. Aujourd'hui encore les gens de la basse classe en
font autant, et il est proverbial de dire quand il arrive malheur à un
enfant: «Il n'a pas été porté dans l'église de Saint-Théodore.» Tant il
est dans la nature des choses, dans le besoin des peuples, de se
conformer aux usages anciens et d'adopter les opinions et les
superstitions de leurs ancêtres! C'est à peine si les temps et les
différences de croyance apportent quelques changements dans l'expression
de ces sentiments.

Un temple de Vesta existait tout près de celui-là. C'est celui où les
vestales veillaient à la conservation du feu sacré. Ce temple est devenu
une église sous le nom de Sainte-Marie-Libératrice.

Le grand cirque était entre le mont Palatin, le mont Aventin et le
Tibre. Là furent donnés par les Romains ces jeux publics fameux qui
attirèrent les populations voisines, et en particulier les Sabins; là
eut lieu l'enlèvement des Sabines. Après une guerre acharnée, les Sabins
et les Romains se rencontrèrent dans l'emplacement du forum, et ils y
conclurent le traité de paix qui rétablit la bonne harmonie entre les
deux peuples. Tatius resta en possession du mont du Capitole, en
observation devant les Romains. Un chemin fut fait pour établir la
communication entre les deux nations, et ce chemin est devenu la _Voie
sacrée_. Les deux peuples n'en firent bientôt plus qu'un seul, et,
Tatius ayant péri dans une expédition dirigée contre le Lavinium,
Romulus resta seul souverain. Le Capitole reçut son nom de la
circonstance qu'une tête représentant celle de Jupiter fut trouvée dans
l'excavation que les travaux nécessitèrent. Il devint la citadelle de
Rome, et fut en outre destiné à recevoir les temples des dieux
supérieurs.

Tullus Hostilius, troisième roi de Rome, ayant soumis les habitants
d'Albe au moyen du combat des Horaces et des Curiaces, et ensuite
détruit cette ville en punition de sa mauvaise foi envers les Romains,
ses habitants furent transportés à Rome, établis sur le mont ou Cælius
et ses principaux citoyens admis dans le sénat.

Numa, deuxième roi de Rome, avait fait occuper le mont Quirinal pour se
défendre contre les Sabins, et des travaux y furent exécutés par Tarquin
l'Ancien dans le même objet. Ce mont Quirinal prit son nom d'un surnom
de Romulus.

Ancus Marcius, quatrième roi, envoya une colonie à Ostie, près de
l'embouchure du Tibre. Il voulut faire un pont sur le Tibre pour
faciliter cet établissement; mais cette rivière, qui séparait le Latium
du pays des Étrusques, était considérée comme un fleuve sacré. Il
institua un sacerdoce dont les membres pouvaient se livrer à ces travaux
sans profanation. Ainsi les premiers faiseurs de ponts chez les Romains
furent des ministres de la religion. Ils prirent le nom de _pontifices_,
et depuis ce nom n'a plus exprimé qu'une fonction religieuse, tandis
que dans l'origine elle n'était qu'accessoire. Ancus Marcius fit aussi
occuper le mont Aventin, et le Janicule de l'autre côté du Tibre.

Le mont Capitolin était plus grand qu'il ne semble aujourd'hui. Il est
masqué par une foule de maisons, et le terrain environnant a d'ailleurs
reçu un exhaussement considérable. Il s'étend jusqu'au Tibre. Dans le
moyen âge, des papes l'encombrèrent de constructions pour empêcher le
peuple de s'y réunir. Ces lieux rappelaient des souvenirs qui pouvaient
mettre en question leur pouvoir. Auguste avait fait de même dans le
Forum, sous prétexte de rendre plus de respects aux dieux. Il le remplit
de temples de grandes dimensions, et diminua ainsi la masse du peuple
qu'il pouvait contenir. Ce fut une habile politique de sa part. Le
peuple ne devina pas son motif, et il atteignit le but qu'il s'était
proposé.

La ville de Rome se trouva composée de sept collines, savoir: 1° du
Palatin, où fut le commencement de la ville; 2° du mont Capitolin; 3° du
mont ou Cælius; 4° du mont Quirinal; 5° du mont Aventin; 6° du mont
Viminal; 7° du mont Esquillin.

L'enceinte fut construite par Servius Tullius. Elle resta constamment la
même jusqu'à Aurélien, qui l'agrandit beaucoup. L'enceinte de Servius
Tullius fut tout entière sur la rive gauche du Tibre. Elle enveloppait
immédiatement les sept collines, et le cours du Tibre en faisait partie.
Le mont Janicule a toujours été extérieur. Les trois quarts de la
population, sous Auguste, étaient en dehors des murs. L'amphithéâtre
flavien, bâti par Vespasien, et connu aujourd'hui sous le nom de
Colisée, était considéré comme étant à peu près au centre de la ville.
La situation de la population sur des collines élevées rendit nécessaire
la construction d'aqueducs pour lui fournir de l'eau. Rien de plus
grand, de plus majestueux que les travaux dont on voit encore les
débris, et qui traversent cette immense campagne pour joindre, par des
pentes régulières, la ville aux montagnes. Il y en a qui ont jusqu'à
soixante-quatre milles de développement. En général, jamais les Romains
n'ont reculé devant les difficultés quand ils ont reconnu une grande
utilité publique à les vaincre.

Ce fut Ancus Marcius qui fit construire le premier aqueduc. Il y en eut
jusqu'à quatorze. La masse d'eau qu'ils apportaient s'élevait, d'après
des calculs certains, à un million deux cent mille mètres cubes par
vingt-quatre heures. Aujourd'hui il n'en reste plus que trois, dont le
produit est de cent cinquante mille mètres cubes par vingt-quatre
heures, c'est-à-dire la huitième partie de la quantité ancienne, et
cependant Rome est encore la ville de l'Europe la plus riche et la mieux
dotée en eau.

Quand les barbares et les guerres civiles eurent détruit en partie les
aqueducs, la population de Rome, manquant d'eau, descendit des collines,
et vint s'établir près du Tibre. Elle couvrit le champ de Mars de ses
maisons. Les eaux de la fontaine de Trévi, amenées à Rome par Agrippa,
gendre d'Auguste, aboutissaient dans la plaine du champ de Mars et
n'avaient jamais cessé de couler. Ce fut une raison de plus pour ce
changement. Voilà l'explication de remplacement actuel de Rome. Quand le
pape Sixte V eut fait rétablir les aqueducs, les eaux furent dirigées
dans les lieux habités, et la ville est restée sur le nouvel emplacement
qu'elle avait choisi. Ainsi il y a dans l'enceinte de Rome deux villes
bien distinctes: la ville nouvelle, bâtie dans l'ancien champ de Mars,
et la ville ancienne qui se compose de ruines, de monticules et de
maisons de campagne. Le petit nombre d'antiquités existant dans la
partie de Rome habitée aujourd'hui vient des temples construits du temps
d'Auguste, et postérieurement dans le champ de Mars, et dont l'objet
était encore d'en diminuer l'étendue pour gêner les grandes réunions du
peuple.

Après avoir jugé de l'ensemble de Rome du haut de la tour du Capitole,
nous sommes allés sur la voie Appienne. Cette route conduisait jusqu'à
Brindisi et traversait les Apennins. Elle prit son nom d'un Appius,
censeur, qui la fit construire. Nous avons visité le tombeau de Cecilia
Metella, femme de Crassus, qui fit partie, avec César et Pompée, du
premier triumvirat, et qui périt dans la guerre contre les Parthes. Ce
tombeau a de la grandeur et avait de la beauté quand les riches
matériaux dont il était couvert et rempli se trouvaient encore à leur
place.

Toute la voie Appienne était garnie de tombeaux de gens célèbres, la
plupart élevés aux frais de la république, comme honneur, les autres aux
frais des familles. Ils se composaient en général de massifs en
maçonnerie de briques, avec une chambre sépulcrale, et l'extérieur
revêtu eu marbre sculpté et orné. Ces tombeaux avaient environ trente
pieds d'élévation. Celui de Metella, qui est plus grand et plus élevé, a
servi de forteresse aux Gaetani dans le moyen âge. Ils avaient bâti un
château dont les dépendances, formant une vaste enceinte, se liaient
avec le tombeau de Metella. Celui-ci en était comme le donjon et la
citadelle. M. Visconti nous a fait remarquer une chose curieuse: c'est
la disposition des fenêtres des bâtiments du moyen âge. Elle indiquait à
quel parti, des Guelfes ou des Gibelins, appartenait le propriétaire.
Chez les Gibelins, il y avait un signe d'unité: c'était une colonne
placée au milieu. Chez les Guelfes, il y avait une croix, qui, divisant
la construction en quatre parties égales, était supposée le symbole de
l'égalité. De cette croix aux fenêtres est venu pour nous le mot croisée
pour le mot fenêtre. Tous les châteaux, en Allemagne, ont des fenêtres à
une colonne, parce que l'on y était Gibelin. Les créneaux étaient
simples ou divisés en deux parties, suivant qu'on était Gibelin ou
Guelfe.

Une circonstance particulière à l'ouverture du tombeau de Cecilia
Metella mérite d'être rapportée ici. Le corps de cette Romaine se trouva
intact; et, comme le peuple, à Rome, prend pour un signe de sainteté ces
conservations extraordinaires, on craignit que le corps de la prétendue
sainte n'occasionnât des troubles. Le pape le fit jeter dans le Tibre.
C'est sous Paul III Farnèse que cette ouverture eut lieu. Le sarcophage
de Cecilia Metella est encore aujourd'hui déposé dans la cour du palais
Farnèse.


DEUXIÈME PROMENADE.

Le 25 novembre s'exécuta une seconde course avec M. Visconti. Nous
sortîmes par la _porta Pia_, qui mène dans la Sabine. Nous fûmes, sans
nous arrêter, jusqu'au mont Sacré, petite hauteur située sur la rive
droite de l'Anio. C'est sur ce point que le peuple romain se retira,
mécontent du traitement qu'il recevait des patriciens, et résolu
d'abandonner Rome et de se retirer dans le pays des Sabins, dont ses
ancêtres étaient sortis. C'est en l'an 268 de la fondation de Rome
qu'eut lieu cet événement. Il se renouvela en 305, lors du meurtre de
Virginie. Des négociations eurent lieu entre le sénat et le peuple. On
lui promit des magistrats spéciaux pour défendre ses droits. De là
l'institution des tribuns du peuple. Deux tombeaux sont au pied du mont
Sacré et sur le bord de la route. Ils furent élevés, l'un à Ménénius
Agrippa, qui avait ramené le peuple, l'autre à Anna Perenna, qui l'avait
nourri pendant son séjour sur le mont Sacré, et dont le nom pourrait se
traduire par union perpétuelle. En commémoration de l'événement du mont
Sacré, il y avait des jeux et des distributions de vivres au peuple aux
frais des patriciens. La rivière l'Anio, venant de Tivoli, où elle a
formé des cascades, serpente dans la plaine et va se joindre au Tibre
plus bas. En arrière sont les coupures et les escarpements exécutés pour
rendre défensifs ces coteaux. Le pont qui y est bâti se nommait
autrefois Nomentanus. Détruit par les Goths et rétabli par Narsès, leur
vainqueur, il prit le nom de ce général. Le pape Nicolas V fit
construire la tour qui en rend maître.

En nous rapprochant de la ville, nous vîmes un colombarium découvert
depuis peu d'années. Un grand espace paraît avoir été consacré à en
recevoir plusieurs. Celui que nous visitâmes renfermait quatre cents
urnes. Des peintures et des inscriptions le décorent. Il y a des
inscriptions philosophiques, d'autres touchantes. Une femme, qui avait
déposé les cendres de son fils, âgé de vingt-deux ans dit: «Je fais pour
toi ce qu'il eût été dans l'ordre que tu fisses pour moi.» Une autre
dit: «Celui dont les cendres sont recouvertes a vécu quatre-vingts ans,»
et ajoute: «C'est bien.»

Après le colombarium, nous fûmes voir l'église de Sainte-Agnès, garnie
de colonnes antiques de dimensions et d'ordres différents, tirées de
monuments plus anciens. Elle est d'une belle proportion et agréable à
l'oeil. Il y a des travées supérieures. Elles étaient, dans la primitive
Église, exclusivement occupées par les femmes. Cette église fut bâtie
par Constantin. La statue représentant la sainte était en albâtre
oriental; on lui a substitué une tête, des mains et la partie inférieure
du corps en bronze. Une tête très-belle, très-expressive, dernier
ouvrage de Michel-Ange, se trouve dans cette église. À côté est un
ancien hippodrome, aussi construit par Constantin. L'enceinte et tous
ces monuments renfermaient les tombeaux de sa famille. Ils sont tous
détruits, excepté celui de Constance, son gendre, parce qu'il fut
converti en église. C'est une rotonde charmante faite avec des colonnes
dépareillées. Elle rappelle l'église située près de Noura, dans le
royaume de Naples, on bien le beau péristyle du palais de Caserte,
au-dessus de l'escalier. Il y a des fresques et des mosaïques dans cette
rotonde, comme aussi des mosaïques du style byzantin dans l'église de
Sainte-Agnès.

En rentrant en ville, M. Visconti nous fit remarquer que la porte sous
laquelle nous passions était inachevée. Il nous raconta, à cette
occasion, que le dessin en avait été fourni par Michel-Ange au pape Pie
IV, du nom de Médicis. Ce pape n'était point de la maison de Médicis,
mais fils d'un barbier de Milan. Une querelle avec Michel-Ange l'avait
rendu son ennemi. Il lui demanda un projet, et ce projet, dans un but de
vengeance, contenait comme ornement les attributs de la profession du
père du pape. On s'aperçut de l'intention avant la fin des travaux, et
ils furent suspendus.

Nous terminâmes notre journée en visitant la villa Colonna. Le mont
Quirinal avait été coupé à pic par Néron, du côté qui regardait le champ
de Mars. Cet escarpement était revêtu en marbre. Sur la plate-forme
était un temple au soleil construit tout en marbre blanc. Deux immenses
morceaux de quatre ou cinq cents pieds cubes chacun, faisant partie du
fronton et de l'architrave, sont encore sur place et ornés du plus beau
travail. Près de là sont les thermes de Constantin, excavés dans la
montagne et construits dans les plus grandes dimensions. Ils sont
devenus une propriété de la maison Colonna. En général, les grandes
maisons se sont attribué, dans le moyen âge, les édifices publics. C'est
à ce titre que le théâtre de Marcellus est resté la demeure en même
temps que la forteresse de la maison des Orsini.

C'est aux catacombes existantes auprès de l'église de Sainte-Agnès que
l'on proposa à Néron en fuite de se cacher. Il s'y refusa en disant que,
tant qu'il serait vivant, il ne renoncerait pas volontairement à voir la
lumière. Il passa l'Anio, se réfugia dans la maison de Phaon, son
affranchi, et se donna la mort. La maison de Phaon était dans
l'emplacement où se trouve aujourd'hui la villa du cardinal del
Gregorio.

Le séjour des catacombes était respecté, à Rome, par les dépositaires du
pouvoir. Le malheur auquel s'étaient condamnés ceux qui les habitaient
les rendait en quelque sorte sacrées. Peut-être aussi craignait-on
d'empiéter sur les droits des dieux infernaux en les poursuivant dans
leur empire.


TROISIÈME PROMENADE.

Le 27 novembre, nous fûmes, avec M. Visconti, voir la villa Adrienne à
Tivoli. La campagne de Rome me semble toujours belle dans toutes les
directions. Le pays est ondulé, et présente à la vue des lignes
agréables. L'Anio, qui serpente dans la plaine, anime ces belles lignes.
Ses champs sont d'une fertilité extrême. La terre est excellente et rend
vingt-cinq pour un de la semence en froment. Il ne faut que des bras, de
la culture et des arbres pour en faire le plus beau pays de la terre.
Nous traversâmes deux fois l'Anio. La seconde fois on passe auprès du
tombeau élevé à Plautius, ancien gouverneur de l'Illyrie, par ordre du
sénat. Le discours à sa louange, tenu par l'empereur Vespasien, est
gravé sur le marbre. Ce tombeau est dans la forme et des dimensions
approchant de celui de Cecilia Metella. Il a été converti en poste
militaire du temps de Paul II, pour la défense des approches de Tivoli,
et cette circonstance l'a conservé.

Les monuments anciens échappés à la destruction n'ont été sauvés que
lorsque l'opinion religieuse ou les besoins matériels sont venus les
protéger. Ainsi les temples, transformés en églises et surmontés d'une
croix, sont devenus sacrés. Le théâtre de Marcellus, devenu une
habitation et une forteresse des Orsini, existe encore aujourd'hui. Il
n'y a que le Colisée qui fasse exception. Encore, pendant un certain
nombre d'années, a-t-il joué le rôle de forteresse entre les mains des
Frangipani; mais ensuite, pendant bien des siècles, il a été livré à la
destruction, et c'est bien tard qu'une main protectrice s'est étendue
sur lui.

De là nous sommes allés à la ville Adrienne, située à peu de distance du
tombeau de Plautius. Elle fut construite par l'empereur Adrien au retour
de ses campagnes et de ses voyages. Il eut la singulière pensée de la
composer de monuments qui rappelaient les lieux qu'il avait visités. Il
bâtit le Poecile tel qu'il existait à Athènes. C'était une double
galerie ouverte, dont le toit était supporté d'un côté par des colonnes.
Le mur qui séparait les deux galeries était couvert de peintures
semblables à celles existant dans le même lieu à Athènes et représentant
les Grecs illustres. Ce mur est encore debout dans toute son étendue. Il
bâtit aussi le Lycée, l'Académie, etc. Il creusa une vallée, qu'il nomma
la vallée de Tempé, et où il amena une branche de l'Anio. Il imita aussi
les monuments de Canope, et y conduisit des eaux pour représenter la
branche canopienne du Nil. Il construisit un bain de Vénus. C'est comme
une espèce de naumachie, où il y avait des chambres sous l'eau,
consacrées, dit-on, aux plaisirs de l'amour. Les ruines du palais
proprement dit, comme celles de toutes ces constructions capricieuses,
sont immenses et présentent de très-grandes masses. Le pays, qui est
fort accidenté, offre de très-belles vues. L'enceinte des jardins était
de sept ou huit milles. Dans une cour du palais, on a trouvé l'immense
cuve de porphyre placée au musée du Vatican. Cette villa d'Adrien était
remplie d'une foule de statues. Caracalla les fit transporter à Rome
pour décorer les bains qu'il y fit bâtir.

Nous fûmes ensuite à Tivoli. Rien n'est plus pittoresque que la vue du
cours de l'Anio, de la cascade, du canal double, nouvellement creusé
pour assurer la conservation de la ville. Il a donné naissance à une
nouvelle cascade, très-abondante et très-belle. Le temple de Vesta, dont
la colonnade est bien conservée, embellit beaucoup le paysage et lui
donne un caractère tout particulier. Je descendis et je m'approchai de
la grotte de Neptune, qu'une forte crue a détruit depuis. Je revins au
temple de Vesta. Le petit temple de la Sybille qui le touche, a été
transformé en une église sous l'invocation de saint Georges.

Le temps était mauvais et la journée avancée; je ne fus pas voir les
cascatelles et les usines; mais, à un autre voyage, j'allai les
contempler. Leur effet est admirable. Elles sont produites par une
branche de l'Anio, qui, en traversant par un canal souterrain toute la
montagne de Tivoli, tombe d'une grande hauteur, et fait mouvoir de
nombreuses usines, établies dans le palais de Mécène, encore debout. Je
vis la villa d'Este, appartenant autrefois au cardinal d'Este,
protecteur de l'Arioste. La position est très-belle, et la vue
extrêmement remarquable. Les grands accidents de terrain, les
escarpements, les eaux abondantes, de beaux arbres et de prodigieux
cyprès, font un ensemble rempli de grandiose; mais la plupart des
statues, des bas-reliefs et des divers ornements du jardin sont du plus
mauvais goût. Il y a cependant quelques fresques estimées dans la
maison.

Dans cette journée, j'ai encore vu deux choses remarquables. La première
est la colonne élevée devant Sainte-Marie-Majeure, au lieu où
l'ambassadeur de Henri IV fit abjuration, au nom de ce prince, et reçut,
dans la posture la plus humiliante et la corde au cou, l'absolution du
pape Sixte V. L'autre, aux trois quarts du chemin de Rome, à Tivoli, est
un ruisseau d'eau sulfureuse, qui ressemble à une rivière, et pourrait,
près de sa source, servir à des établissements de bains d'une grande
importance. Ces eaux étaient fréquentées autrefois; elles ont rendu la
santé à Auguste. Des embarras dans leur écoulement avaient formé un lac,
où des dépôts successifs ont formé une couche de pierre, une croûte dure
qui couvre la terre et s'oppose à la végétation. Un canal, fait aux
dépens du cardinal d'Este, a donné une issue aux eaux, et la plaine
s'est trouvée depuis à découvert; mais elle est improductive. En
enlevant la croûte de dépôt, on retrouve la terre végétale et la
fertilité.


QUATRIÈME PROMENADE.

Le 4 décembre, nous vîmes la voie Ostensienne et les antiquités placées
aux environs. Nous commençâmes par l'église de Saint-Paul hors des murs.
Elle fut détruite par un incendie il y a dix ans; mais la piété des rois
de l'Europe et le zèle des papes en ont commencé la restauration. Cette
église, bâtie par Constantin, embellie et augmentée par Honorius et
Arcadius, était l'objet d'une dévotion particulière. Elle renferme les
restes de saint Paul, inhumé dans remplacement où elle est bâtie. C'est
à peu de distance du lieu de son supplice, les Trois-Fontaines, qui est
consacré par un monastère et deux églises.

Le couvent attenant à l'église de Saint-Paul est de l'ordre des
Bénédictins et a été la demeure de Pie VII, alors simple moine. Cette
église était d'une richesse extrême en matériaux. Des colonnes de
porphyre, de granit d'Égypte et de marbre de Grèce la décoraient. Un
incendie violent a presque tout anéanti. Le plafond, en bois de cèdre,
devenu très-sec par la succession des siècles, s'enflamma si
promptement, qu'en peu de moments tout fut réduit en cendres et qu'aucun
secours ne put arrêter le mal. La chute de ces bois enflammés produisit
entre les murs une telle chaleur, que toutes les colonnes furent ou
détruites ou en grande partie altérées, et la porte de bronze, qui était
d'un beau travail, entra elle-même en fusion. Ces colonnes de marbre ne
laissent intacts que des débris, dont la réunion a servi à rétablir
quatre colonnes, destinées à rappeler, par leurs dimensions et leurs
ornements, les anciennes colonnes, qui étaient au nombre de dix-huit.
Les colonnes nouvelles sont de granit du Simplon, des plus grandes
dimensions, des plus admirables proportions, ainsi que du travail le
plus parfait. Elles ont été fournies par l'empereur d'Autriche et
transportées par le canal de Pavie, le Pô, la mer et le Tibre. Le
travail est conduit avec une grande activité, et, dans une douzaine
d'années, cette église sera terminée et plus belle qu'elle n'était. Elle
sera pavée avec les débris des anciennes colonnes de granit. La
colonnade du portail sera changée; une autre colonnade extérieure, de
trente-six colonnes, la décorera, et masquera ou déguisera ce que les
contre-forts ont de désagréable et de défectueux à la vue. Enfin elle
reprendra sa place parmi les plus beaux monuments de la chrétienté.
C'est la plus grande église de l'Italie après Saint-Pierre et la
troisième de l'Europe. Des belles mosaïques du style byzantin qui
existaient, la plus grande partie a échappé aux ravages de l'incendie;
elles ont été parfaitement réparées. Le corps de saint Paul a été sauvé
et est resté intact au milieu des désastres. La dépense des
constructions est de trois cents écus romains par semaine; ainsi la
main-d'oeuvre coûtera encore, en supposant un travail de douze ans, une
somme de huit cent soixante-trois mille francs. On assure que les fonds
nécessaires sont faits ou à peu près.

En retournant à la ville, M. Visconti nous a fait remarquer une petite
chapelle, où un bas-relief représente saint Pierre et saint Paul
s'embrassant et se disant adieu au moment où l'un et l'autre marchaient
au supplice: saint Paul vers remplacement des trois fontaines qui
surgirent, dit-on, tout à coup dans les lieux qu'arrosa son sang; saint
Pierre vers le Janicule. Saint Paul, étant citoyen romain, fut décollé;
saint Pierre, étant Juif, fut crucifié.

La porte de la ville a des tours rondes, bâties par Bélisaire. Le
tombeau de Caïus Cestius, citoyen romain qu'aucune dignité n'a fait
connaître, vivait du temps d'Auguste. Il ordonna, par son testament, de
construire la pyramide qui porte son nom pour lui servir de tombeau.
Elle dut être achevée dans une année et recouverte en beau marbre de
Grèce. Le massif est composé de tuf réduit en poudre, mêlé avec de la
chaux, ce qui en fait un corps dur et compacte. La chambre sépulcrale
était peinte, et il reste encore des fresques intactes, représentant des
Victoires, figures allégoriques se rapportant à la secte philosophique à
laquelle appartenait Caïus Cestius. Cette secte considérait la vie comme
un combat et la mort comme un triomphe. Un beau sarcophage en porphyre
s'y trouvait; il est maintenant chez le prince Borghèse. C'est le pape
Alexandre VII qui a fait ouvrir ce tombeau et découvrir les environs.

Près de là sont les tombeaux des individus morts à Rome et n'appartenant
pas à la religion catholique: ce sont particulièrement ceux des Anglais.
Leur réunion présente à l'oeil quelque chose d'élégant et de bon goût.
On y lit les noms de gens connus, entre autres celui de Scheller, ami de
lord Byron; celui du fils de Goethe, enfin de miss Bathurst, qui a péri
par accident au moment où elle allait se marier.

Nous fîmes le tour du mont Testacio. Il est composé uniquement de
l'agglomération de débris de pots de terre. Il y en a beaucoup du modèle
de ceux qui servaient à renfermer les tributs envoyés à Rome. Après les
avoir reçus, on versait l'argent au trésor, et ils étaient brisés. La
montagne entière est composée de ces débris. La surface seulement ayant
été constamment et depuis beaucoup de siècles soumise à l'action de
l'atmosphère, s'est décomposée, et, la végétation ayant produit des
détritus, il en est résulté la formation d'une couche fort mince de
terre végétale. Les Romains modernes y ont pratiqué des caves où des
dépôts considérables de vins sont placés, et ces souterrains sont
précédés de constructions qui forment des celliers fermés avec des
portes. Des fêtes populaires, au mois d'octobre, des espèces de
bacchanales, y sont célébrées par les femmes du quartier transtevérin.

Après le mont Testacio, nous suivîmes la rive gauche du Tibre, et nous
passâmes au pied de l'Aventin. Le plateau est occupé aujourd'hui par une
villa appartenant à l'ordre de Malte. Au pied de l'Aventin, adossées à
la montagne, sont des maçonneries antiques considérables. Ces ruines
sont les restes des anciens magasins de blé qui existaient à Rome.
Placés ainsi près du Tibre, ils étaient bien situés. À peu de distance
est un emplacement consacré autrefois au dépôt des marbres venant de
Grèce. La destination en est toujours la même, mais les marbres
aujourd'hui viennent d'Italie. Le nom même n'est pas changé.

Nous nous arrêtâmes à l'église de la Madonna della Scola. Ce nom lui
vient de ce que saint Augustin y a enseigné. Cette église était
autrefois un temple élevé par Octavie, soeur d'Auguste et femme
d'Antoine, à la pudicité patricienne. Ce monument est d'un beau style,
et les détails de l'architecture sont d'un travail achevé. Comme église,
elle est remarquable, parce qu'elle rappelle l'ancienne hiérarchie dans
toute sa rigueur. La surface de l'église est divisée en trois parties
dans sa longueur, et chacune a un niveau différent. La première, à
l'entrée et la plus basse, était pour le peuple; la seconde, plus
élevée, pour les diacres et les aspirants à la prêtrise; la troisième,
plus élevée encore, renfermant l'autel avec le choeur et environnée
d'une grille basse, était uniquement réservée pour les prêtres. C'était
un sacrilége pour un laïque d'y entrer. Deux chaires en marbre, placées
au milieu de l'église, servaient, l'une pour lire l'épître, l'autre pour
lire l'évangile. Un plateau rond, en marbre sculpté, figurant un masque
et ouvert aux yeux, à la bouche et au nez, est placé sous le péristyle.
Ce plateau servait probablement à l'écoulement des eaux de quelque
égout. Une opinion populaire consacre que, lorsque des individus
coupables de mensonge mettaient la main dans la bouche, ils en étaient
la victime et perdaient la main aussitôt. Cette superstition a fait
donner à cette église le nom de Madonna della Verita.

En face est le temple de Vesta. Il est de forme ronde et entouré de
colonnes cannelées d'une belle conservation. Le marbre dont il est
revêtu prouve qu'il est du temps des empereurs; car, pendant tout le
temps de la république, on n'employa pas cette matière précieuse. Il y a
dix-neuf colonnes en marbre blanc. Ce temple a été converti en une
église sous le nom de Sainte-Marie-du-Soleil.

À peu de distance est un autre temple, le plus ancien de Rome
probablement, élevé par le sixième roi de Rome, Servius Tullius, à la
fortune virile. C'est un hommage rendu au destin qui l'avait protégé et
fait monter sur un trône, lui, de race d'esclave. Ce temple est d'un
goût parfait, d'une architecture pure et élégante. Il a été converti en
église sous le nom de Sainte-Marie-Égyptienne. On a réuni le péristyle
au temple par un mur, ce qui augmente la grandeur de l'église; mais, si
ce mur était détruit, le temple reparaîtrait dans toute sa pureté.

M. Visconti nous a dit, en nous parlant du temple de Vesta, qu'il y
avait trois espèces de temples dont la forme était toujours circulaire:
1° ceux de Vesta, qui, fille de Saturne, représentait la terre, supposée
ronde par les anciens; 2° ceux du soleil, parce que le soleil, chaque
jour, faisait le tour de la terre; 3° ceux d'Hercule, parce qu'il avait
purgé la terre des brigands et des monstres qui l'habitaient et fait le
tour du monde. À cela je répondrai que les anciens n'avaient nullement
l'idée absolue que la terre fût ronde, et que toutes les géographies
anciennes le prouvent. C'est Christophe Colomb qui, le premier, a eu
cette idée, inspirée par son génie. J'ajouterai que tous les temples
élevés au soleil n'étaient pas circulaires, car celui d'Héliopolis
(Balbeck), le plus grand de tous, n'avait rien de cette forme: au
contraire, il était carré. Ces deux observations me prouvent qu'il ne
faut pas s'abandonner aveuglément aux suppositions, aux observations
trop généralisées et aux systèmes des antiquaires.

Près du temple de Vesta est la maison de Nicolas Rienzi. En 1347,
pendant que Clément VI avait fixé sa résidence à Avignon, et par suite
des maux dont les Romains étaient affligés, il se fit déléguer
l'autorité suprême à Rome sans employer la violence et par la seule
puissance de son éloquence. Ce fut sous le nom de tribun qu'il fut
investi du pouvoir. Il fit de grandes choses; mais son administration,
d'abord salutaire pour les Romains, devint bientôt tyrannique. Renversé
à la suite d'excès dont il s'était rendu coupable, il dut sa
conservation à la fuite. Poursuivi par le pape Clément VI et menacé de
périr, il ne dut son salut qu'au nouveau pape, Innocent VI, dont il
gagna la confiance. Investi du même pouvoir, il en abusa de nouveau et
fut assassiné au Capitole en 1354. Il fut le contemporain et l'ami de
Pétrarque. On voit dans la construction de sa maison un indice du réveil
des beaux-arts et une espèce de renaissance du goût.

En face est le pont rompu. C'était le pont sénatorial où se passaient
des cérémonies dans quelques circonstances. Il est situé à un coude du
Tibre, au-dessus de la Cloaca Massima. Réparé plusieurs fois, il a
toujours été renversé. À ce point où la direction du fleuve change, le
courant fait effort. C'est une construction romaine. On montre, à
quelque distance, les piles du pont où Horatius Coclès arrêta les
troupes de Porsenna, et donna le temps aux Romains de rompre le pont
derrière lui.

L'île située au-dessus était du temps des Romains consacrée à recevoir
les malades qui venaient y chercher la santé. Elle renferme encore
aujourd'hui le meilleur hôpital de Rome.

Nous terminâmes notre course en visitant le Janus, double arc, ayant
quatre côtés que Septime-Sévère avait fait construire au milieu d'une
place destinée au commerce, pour servir, pendant la pluie, d'abri aux
négociants. C'est un beau monument, riche d'ornements; il était revêtu
de quatre-vingt-seize statues de petite dimension. Très-près de là est
un autre monument élevé par le commerce à Septime-Sévère, en
reconnaissance de la construction de Janus. Ce monument présente deux
choses remarquables: d'abord le dessin de tous les instruments employés
aux sacrifices, dont plusieurs ont servi de type aux ornements et aux
objets employés dans notre culte; ensuite une inscription où Géta, fils
de Septime-Sévère, avait son nom. Elle fut remplacée, sous le règne de
Caracalla, son frère et son assassin. On reconnaît le travail qui a
effacé, et ce qui fut substitué en caractères de dimension moins grande.
Des louanges sont prodiguées au fratricide. On voit aussi vide la place
que l'image de Géta occupait sous les aigles des légions. Le Janus a été
conservé, parce que les Frangipanis en firent une forteresse. Le
monument du commerce a été sauvé, parce qu'il a servi de contre-fort à
un clocher. Enfin, nous vîmes la Cloaca Massima, ouvrage de Tarquin,
magnifique égout où un char chargé de foin pouvait passer. Il a éprouvé
un grand ensablement; cependant, aujourd'hui, il sert encore à l'usage
auquel il fut d'abord destiné; il est même indispensable à la salubrité
de Rome.


CINQUIÈME PROMENADE.

Le 14, nous visitâmes le mont Esquilin et nous nous rendîmes à la porte
Maggiore qui prend son nom de la proximité de l'église de
Sainte-Marie-Majeure. En route, M. Visconti nous fit remarquer un arc de
triomphe construit, dit-on, par Gallien, empereur, à l'occasion d'une
prétendue victoire remportée sur Sapor, roi de Perse, et d'un triomphe
qui en fut la suite. Ce monument est sans grandeur; mais, s'il a été
élevé à l'occasion d'une victoire imaginaire, il est encore assurément,
malgré sa mesquinerie, beaucoup trop beau. De là nous allâmes voir
l'ancien temple de Minerva-Medica: c'est un ouvrage de Domitien. Ce
temple faisait partie du palais occupé par cet empereur. Il l'appelait
grain d'or, en opposition au palais d'or de Néron. Il est de grande
dimension, de forme ronde et d'une élévation considérable. Revêtu alors
en marbre, il ne reste aujourd'hui que le massif de briques.

La porte Majeure, placée dans le voisinage, était primitivement un
passage au travers de l'aqueduc construit par Claude. Le chemin de
Preneste arrivant perpendiculairement sur cet aqueduc, il fallait le
traverser. Claude voulut que ce passage présentât à la vue quelque chose
de majestueux. En conséquence, on construisit cinq arches avec fronton.
Deux étaient pour le passage des voitures, trois pour celui des piétons.
Il y a beaucoup de grandeur dans cette construction. Elle est de l'ordre
d'architecture connu sous le nom d'ordre rustique, employé aux monuments
qui n'étaient destinés ni aux dieux ni aux hommes, mais consacrés aux
choses et aux animaux. Son caractère propre, c'est que la coupe des
pierres n'avait d'autre but que la solidité des monuments, et aucun
parement à la surface. Les colonnes avaient cependant des chapiteaux
ornés, mais elles ne se composaient que de tronçons dégrossis. Claude
fit construire l'aqueduc soutenu par ces arcades, et qui amenait l'eau
Claudia, venant de l'Anio-Nuovo. Il réunissait l'eau de trois aqueducs.
Cet aqueduc fut rétabli par le pape Sixte-Quint, et l'eau reçut le nom
de _aqua felice_, du nom de religion Felice, qu'avait porté, comme moine
cordelier, Sixte-Quint. Quand Aurélien construisit l'enceinte actuelle
de Rome, il fit servir, autant que possible, les constructions
existantes à cet usage. En conséquence, les murs de la ville furent
appuyés à l'aqueduc, qui se trouva ainsi en faire partie. L'architecture
couvrant le passage ménagé sur la route de Preneste est en partie
masquée par la maçonnerie de cette époque, et ce passage devint la
porte existante aujourd'hui.

Nous suivîmes l'enceinte extérieurement. Nous vîmes les brèches faites
par Totila quand il s'empara de Rome. Nous contournâmes un espace
semi-circulaire, faisant partie de l'enceinte. Il est décoré de colonnes
dont les proportions sont élégantes, et qui, comme les murailles, sont
construites en briques. C'était un amphithéâtre connu sous le nom
d'_Amphitheatrum castrense_. Il est du temps de la république et servait
de lieu d'exercice pour les soldats. Là aussi il y eut des brèches
faites par Totila. Nous arrivâmes à la porte de Saint-Jean. À peu de
distance est la porte _Asinaria_, à laquelle celle-ci a été substituée.
La porte Asinaria servit à l'entrée de Totila; les soldats isauriens,
chargés de la garde, la lui livrèrent par trahison. Depuis cette époque,
elle a été et elle est restée murée.

Nous vînmes à Saint-Jean-de-Latran. Sur la place il reste une partie de
monument qui faisait partie d'un vaste édifice. La partie extrême en
cul-de-lampe est seule debout et restaurée; une mosaïque du goût
byzantin s'y trouve. Jésus-Christ est représenté avec ses douze apôtres,
et, dans les parties latérales, Charlemagne reçoit la couronne impériale
des mains du pape. C'est dans cet édifice qu'il fut couronné. Nous
visitâmes l'église et le palais de Latran. Le baptistère est de
construction antique; c'était la partie du palais romain où étaient les
bains. Bien de plus beau et de plus élégant que l'architecture de ce
bâtiment; rien de plus riche que les matériaux. De belles colonnes de
granit rouge sont à l'entrée; des colonnes de porphyre et de marbre
forment deux cercles concentriques et composent les lignes de
l'intérieur. Un superbe vase en basalte est au centre; c'est là que
Constantin fut baptisé par le pape Sylvestre. Il est consacré au baptême
de tous les catéchumènes, et, chaque année, le samedi saint, il y a une
cérémonie solennelle de juifs convertis à la foi chrétienne, à laquelle
préside le cardinal-vicaire.

Du baptistère, nous fûmes à l'église de Saint-Jean. Elle est belle et
vaste, ornée de fresques estimées. Des statues de saints la décorent,
et, quoique d'un travail médiocre, ces statues, de très-grande
dimension, font un bel effet. Comme le plus grand nombre des églises de
Rome, elle n'est pas voûtée, et son plafond est en bois orné, sculpté et
doré. Diverses chapelles y servent à la sépulture des grandes familles
de Rome. Celle de Corsini est la plus remarquable: elle renferme un
sarcophage en porphyre de la plus grande beauté. Les cendres d'Agrippa y
étaient déposées autrefois; aujourd'hui il contient la dépouille
mortelle de Clément XII, de la famille Corsini, qui a régné dans le
dix-septième siècle.

L'église de Saint-Jean renferme les têtes de saint Pierre et de saint
Paul: elles sont déposées dans une châsse au-dessus du maître autel.
L'église de Saint-Jean est la première de Rome et de la chrétienté;
c'est l'église du pape, celle de son siége comme évêque de Rome.

À l'entrée de l'église, sous le péristyle, il y a une statue de Henri
IV, élevée à l'occasion de son abjuration. Les rois de France ont le
titre de premier chanoine de Saint-Jean-de-Latran. Sur leur demande, les
rois d'Espagne ont obtenu d'être premiers chanoines de
Sainte-Marie-Majeure.

Un palais est joint à l'église; le pape actuel le fait réparer pour
pouvoir l'habiter pendant quelques mois chaque année. Il est beau,
simple et convenable, sans être immense. Il y a une grande quantité de
fresques plus ou moins estimées, et un tableau d'une très-grande
dimension, représentant le martyre de saint André, copie d'une fresque
du Dominiquin, faite par Silvagni, et qui est remarquablement beau pour
le dessin, s'il ne l'est pas pour le coloris.

Voici par quelle suite d'événements le palais de Latran est devenu le
siége et le séjour des papes. Néron, faisant construire la maison d'or,
s'était établi à Ostie. Ce séjour le fatiguant, et voulant revenir à
Rome, il demanda quelle était la plus belle maison de particulier. On
lui indiqua celle d'un patricien nommé Latran. Le patricien fut
proscrit, sa maison confisquée et habitée par Néron. Elle devint le
séjour de plusieurs empereurs, et, entre autres, celui de Marc-Aurèle,
qui, vivant en philosophe et sans faste, la préférait au palais du mont
Palatin. Sa statue, qui, aujourd'hui, décore la place du Capitole, y fut
placée. Constantin habita ce même palais, et, en quittant Rome, il en
fit donation au pape Sylvestre. On crut pendant longtemps que cette
statue représentait Constantin, et ce fut ce qui la sauva.
Saint-Jean-de-Latran est situé entre les monts Esquilin et Cælius. Le
palais de Saint-Jean-de-Latran a été rebâti par Sixte-Quint, le même
pape qui remit en valeur et en produit les aqueducs servant aujourd'hui
sur la rive gauche du Tibre. Ce pape, qui a laissé un si grand nom, n'a
régné que cinq ans. Élu en 1585, il est mort en 1590.

Nous finîmes notre journée en visitant le temple élevé à Claude lors de
son apothéose. C'est une rotonde d'une architecture élégante et simple,
composée de deux rangs de colonnes en corde concentrique; elles étaient
à jour; un dôme les couvrait. La voûte ayant été détruite, et les
ouvriers n'étant pas assez habiles pour la rétablir dans ses
dimensions, deux colonnes, plus grandes que les autres, et également de
granit gris, furent placées dans l'intérieur pour soutenir un arc qui
porte la toiture. Ce monument, quoique beau, manque de grâce, parce que
l'élévation n'y est pas proportionnée au diamètre. C'est aujourd'hui une
église sous l'invocation de saint Étienne (le Rond). Une suite de
fresques couvre tout le pourtour du mur circulaire et des chapelles, et
représente les martyrs avec leurs noms et le genre de leur supplice.
C'est une suite de tableaux dont la vue produit des sensations pénibles.

J'ai oublié de noter dans ce journal qu'en nous rendant à la porte
Maggiore M. Visconti nous fit remarquer une porte murée qui donnait
entrée dans un jardin appartenant à un magicien dans le dix-septième
siècle, et où, dit-on, des sortiléges s'opéraient. Les montants de la
porte, ainsi que les chapiteaux, sont en marbre blanc sculpté; des
lignes cabalistiques s'y trouvent avec des inscriptions de diverses
natures: mais il y en a une qu'il est singulier de lire dans une rue de
Rome. Elle est en bon latin et signifie: Il y a trois choses
extraordinaires: _un Dieu fait homme, une vierge mère, et trois qui ne
font qu'un_.


SIXIÈME PROMENADE

Le 18 décembre, nous fîmes notre sixième promenade. Nous retournâmes sur
la voie Appia. Nous visitâmes la vallée de la nymphe Égérie, vallon qui
serait délicieux s'il était arrangé, planté et cultivé. Les mouvements
de terrain sont charmants. Il y a de l'eau, une belle végétation, et
tous les éléments d'un beau jardin. Dans la partie la plus rapprochée de
la ville, il existe un temple élevé au dieu du retour. C'est le point
d'où les Carthaginois, commandés par Annibal, ont menacé la ville de
Rome. C'est là qu'est situé le champ mis en vente pendant que les
Carthaginois y étaient campés et dont la valeur ne fut nullement
diminuée par cette circonstance. Le temple marque les limites où
s'arrêtèrent les ennemis, et d'où ils partirent pour s'éloigner. Il est
petit, construit en briques, comme tous les ouvrages faits du temps de
la république, décoré de colonnes à huit faces. Il y avait des statues
intérieurement. Des voûtes élevaient son sol à une certaine hauteur, et
un escalier de quelques marches y conduisait.

En remontant la vallée, à assez peu de distance, on trouve la grotte de
la nymphe Égérie. Un bois sacré l'entourait. Il reste encore, tout
auprès de la hauteur, un bouquet de chênes verts composés de jets peu
âgés, mais qui viennent de souches très-anciennes, et chaque souche
appartient à plusieurs arbres à la fois et établit ainsi entre eux une
liaison. Là, Numa, second roi de Rome, se retirait pour recevoir les
inspirations des dieux, ou plutôt pour rendre ses résolutions sacrées
aux yeux du peuple de Rome. Cette grotte, creusée dans le tuf et d'où
sortait une fontaine d'eau vive qui existe encore, ressemblait sans
doute à toutes les habitations primitives des hommes. Ils se formaient
des abris en creusant la terre, et comme on en voit un exemple à
quelques pas de là. Auguste, dont les efforts constants avaient pour but
d'effacer les souvenirs de la république, qui aimait à embellir Rome et
voulait rappeler son nom constamment à l'esprit du peuple par la vue de
ses ouvrages, fit revêtir de marbre et agrandir cette grotte. Une statue
de marbre blanc, représentant la nymphe Égérie, y fut placée. Elle est
mutilée, mais elle s'y trouve encore aujourd'hui. C'est la seule statue
occupant encore la place où elle fut mise d'abord. Au-dessus du plateau
au pied duquel sort la fontaine, un temple fut bâti et dédié aux bonnes
inspirations législatives pour le bonheur des peuples. Auguste attachait
du prix à voir son nom rapproché de celui de Numa. Il ambitionnait
d'être considéré comme le second législateur de Rome. Il cherchait à se
placer dans l'opinion, relativement à Jules César, dans des rapports
semblables à ceux qui avaient existé entre Numa et Romulus. Aussi fit-il
exécuter des travaux dans ce temple et le fit-il orner de colonnes de
marbre cannelées d'un beau travail, pour lui donner un péristyle. Ce
péristyle a été réuni au temple par un mur, et les colonnes y sont
renfermées en tout ou en partie. C'est aujourd'hui la demeure d'un
ermite.

À quelques pas de là sont des cavernes creusées de main d'homme et assez
profondes. Le sol étant de tuf, ce travail a été facile. Ces grottes ont
servi de demeure aux aborigènes. Des divisions font voir que plusieurs
familles ont pu les habiter simultanément. Dans tous les pays où le
climat est quelquefois rigoureux, les premiers habitants ont cherché un
logement dans la terre. On le voit en Hongrie et en France. Dans les
pays les plus favorisés par la nature, et où le climat est constamment
doux, ils ont cherché un abri à la surface de la terre, en construisant
leur demeure légèrement avec du bois. Il en résulte des points de départ
différents pour l'architecture, et une différence marquée dans les
éléments qui la composent. Les Grecs ont ignoré les arts consacrés dans
les premières constructions romaines, et ont employé les colonnes et
les architraves, qui rappellent les arbres qu'ils ont placés
perpendiculairement, et ensuite en travers, pour former leurs maisons.

Nous revînmes en arrière, et nous fûmes visiter le cirque de Caracalla.
C'est le seul monument de ce genre resté assez intact pour faire juger
de la manière dont les courses avaient lieu. Le cirque Maximus, situé
dans Rome, était beaucoup plus grand, mais il est entièrement détruit.
Le cirque de Caracalla a un demi-mille de longueur. Il était renfermé
dans une construction en maçonnerie soutenant huit ou dix gradins en
amphithéâtre, au-dessus de voûtes qui formaient un corridor. Ce
corridor, embrassant tout le développement du monument, donnait les
moyens d'arriver dans toutes les parties du cirque. La loge de
l'empereur, placée au côté gauche, était à un tiers de la longueur
environ. Douze entrées, contenant chacune un char, occupaient
l'extrémité, et ces douze chars, à un signal donné, partaient en même
temps. Ils devaient faire un nombre de fois déterminé le tour du cirque.
Une épine (construction intérieure) était élevée au milieu et dans la
longueur du cirque, de manière à séparer les deux routes de l'aller et
du retour, et à forcer les chars à en suivre tout le développement.
Comme il y aurait eu, en suivant le point de départ des chars, une
distance inégale à parcourir, si les loges qui les contenaient avaient
été placées sur une ligne perpendiculaire à l'axe, cette ligne était
suffisamment oblique pour tout compenser. L'extrémité de l'épine la plus
rapprochée du point de départ était plus près du côté gauche que du côté
droit, pour favoriser le passage des chars de gauche au moment du
départ, le mouvement commençant par la droite. Au-dessus des loges et en
arrière, était placée une maison où beaucoup de prostituées se rendaient
et se livraient à leur profession. En arrière du cirque étaient placées
les écuries, et de côté aussi un mur d'une grande élévation, recouvert
de plaques de marbre sur lesquelles on gravait les noms et les
généalogies des chevaux vainqueurs, et de ceux qui les conduisaient et
qui avaient triomphé. Extérieurement était un pavillon impérial, où
l'empereur se rendait avant les courses, et où il se reposait pendant
les intervalles. Le cirque de Caracalla contenait trente mille
spectateurs.

En revenant du cirque, M. Visconti nous fit remarquer un embranchement
de route où il existe encore un Trivium. C'était un monument placé à
tous les carrefours. Ordinairement composé d'une fontaine, ornée de
trois statues, celles d'Isis, de Mercure et d'Esculape, pour implorer en
faveur des passants la bonne direction, la sûreté et la santé. À
Pompéia, à ces carrefours on avait placé des puits.

La porte Appienne, ou de Saint-Sébastien, est revêtue en marbre à sa
base. Elle est la même qu'Aurélien fit construire; mais elle fut
exhaussée et augmentée de tours par Bélisaire.

Rentrés dans l'enceinte, nous nous arrêtâmes pour voir les tombeaux de
la famille des Scipions. Dans ce lieu était le temple de Mars _extra
muros_. On y retenait les jours de triomphe les ambassadeurs des
puissances qui n'étaient pas les alliées des Romains. La famille de
Scipion reçut comme distinction la faveur d'établir le lieu de sa
sépulture près de ce temple. On pénètre dans des souterrains excavés
dans le tuf et ressemblant aux catacombes. Diverses inscriptions s'y
trouvent et font connaître les noms de ceux qui y ont été placés. Ces
inscriptions sont en général très-vaines, très-louangeuses et
très-emphatiques.

Voici ce que nous raconta M. Visconti à l'occasion des funérailles des
anciens. Quand un homme appartenait à une grande famille, il était porté
au tombeau de ses ancêtres et censé être reçu par les plus marquants de
ceux qui l'y avaient précédés. Ceux-ci étaient représentés par des
esclaves masqués et habillés de manière à rappeler, autant que possible,
les personnages qu'ils étaient chargés de représenter. Ils venaient avec
des torches à la rencontre du mort, en sortant du tombeau. Cette
cérémonie valait à ces esclaves la liberté. Il nous dit aussi que
l'adoption dont le but était de perpétuer les familles et de les
conserver dans leur gloire, leur puissance et leur splendeur, en les
recrutant d'hommes d'un mérite supérieur, était précédée de la visite
des tombeaux. La lecture des inscriptions fastueuses était faite, et on
demandait à l'adolescent s'il se sentait la force et le courage de
justifier le grand nom qu'il allait porter. S'il en était effrayé, on
lui assurait un sort convenable, mais obscur. Dans le cas contraire, il
éprouvait une forte impression, dont l'effet devait se faire sentir
pendant tout le cours de sa vie, et lui donner l'énergie que
commanderaient les circonstances.

Nous passâmes devant une petite chapelle située au-dessous du mont
Palatin, à côté de l'emplacement du grand cirque. Elle est dédiée à
Saint-Sébastien. C'est là qu'il reçut la couronne du martyre. Il était
dans les gardes de l'empereur. Il fut reconnu pour chrétien et mis à
mort à coups de flèches par l'ordre de Domitien.


SEPTIÈME PROMENADE.

Le 30 décembre, nous fûmes visiter les Thermes. Nous commençâmes par
ceux de Caracalla; mais une disposition nouvelle nous empêcha d'y
entrer. Nous fûmes voir ceux de Trajan, situés sur le mont Esquilin.
Les réservoirs des eaux sont restés intacts. Ils sont très-vastes, au
nombre de douze, et communiquaient ensemble. Leur réunion renfermait une
masse d'eau immense. Des ruines éparses sont encore debout et montrent
la grande étendue de terrain qu'occupaient ces thermes. C'était une
suite de salles rondes renfermant des niches où étaient placées des
statues. Les parois intérieures de ces salles étaient revêtues en
marbre. Les ruines des thermes de Trajan donnent l'idée de la
disposition des citernes et un premier aperçu du développement de ces
lieux de plaisir.

Nous visitâmes ensuite l'église de Saint-Pierre-aux-Liens, église
charmante, d'élégante proportion, ayant des colonnes antiques d'un seul
morceau, de marbre d'Égine et cannelées. Ce marbre a la propriété, quand
il est échauffé par le frottement, de dégager une odeur sulfureuse.
Toutes les colonnes sont pareilles, ce qui est rare dans ces monuments
modernes, construits avec des débris d'anciens monuments. Dans cette
circonstance, toutes ces colonnes faisaient partie d'un même édifice,
aux thermes de Trajan. Cette église appartient à un couvent de chanoines
réguliers. Elle renferme le _Moïse_ de Michel-Ange, faisant partie du
mausolée de Jules II. Cette statue colossale, d'un style de convention,
est d'une beauté extraordinaire. Elle a une expression admirable, et on
voit que l'artiste a eu en vue de représenter la puissance et la force,
et de donner l'idée d'une nature supérieure. La statue du pape s'y
trouve et domine toute la composition. C'est le pape Jules II, la
Rovère, qui a eu la pensée de la basilique de Saint-Pierre. Il en
commença l'exécution sur les dessins et les plans du célèbre Bramante.

De Saint-Pierre-aux-Liens, nous allâmes voir les thermes de Dioclétien,
dont une partie, la principale salle, a une conservation parfaite et a
été convertie en église sous le nom de Madone des Anges. Michel-Ange fut
chargé d'approprier ce local à son usage actuel. On entre par une
rotonde placée au milieu de la longueur de l'édifice et sur la partie
latérale. Michel-Ange a construit en face une rotonde pareille pour
compléter la croix. Huit colonnes de granit égyptien, dont le fût est
d'un seul morceau, le diamètre de cinq pieds et la hauteur de quarante
environ, sont placées au-dessous de la coupole principale, située au
centre de l'église. Le terrain ayant été exhaussé pour empêcher
l'humidité, ces colonnes sont enterrées de plusieurs pieds, et à leur
base on a placé des soubassements en bois peint, figurant ceux en granit
qui sont cachés par le sol. En entrant, à droite, il y a une belle
statue colossale de saint Bruno. Du côté opposé, correspondant et au
delà, on voit une superbe fresque du Dominiquin, représentant le martyre
de saint Sébastien. Je n'en ai jamais vu dont le coloris fût aussi vif
et aussi beau. Elle a été tirée d'ailleurs et transportée avec le mur
qu'elle revêtissait. Une ligne méridienne est tracée sur le sol de cette
église.

Nous entrâmes dans le cloître des Chartreux. Il est très-vaste et a cent
colonnes en pierre. Un vaste jardin est au milieu et une belle fontaine
au centre. Trois magnifiques cyprès, plantés, dit-on, par Michel-Ange,
l'ombragent. L'un d'eux a été frappé plusieurs fois par la foudre. Tout
cet espace et un autre, extérieur au jardin, toute la place en avant de
l'église, faisaient partie des thermes de Dioclétien et appartenaient à
leur enceinte.

On aurait une fausse idée de ces établissements si l'on renfermait
l'acception du mot de bains dans les limites qu'on lui donne aujourd'hui
chez nous. Les bains n'étaient qu'un accessoire, un moyen spécial et un
prétexte de jouissance. Ces lieux étaient consacrés aux plaisirs, à la
volupté et à toutes les choses que le paganisme et la corruption d'alors
autorisaient. Il y avait, dit-on, un espace convenable pour que
plusieurs milliers de personnes pussent se réunir dans leur enceinte.
Trois mille pouvaient s'y baigner à la fois. Il y avait des promenades,
des salles d'improvisation, des lieux de prostitution de tous les
genres; des jouissances accumulées offertes au peuple dans des
dimensions tellement extraordinaires, que nous avons peine à les
comprendre aujourd'hui. Ces choses cependant étaient familières aux
Romains.

Sous la république, il n'y avait aucun de ces établissements. C'étaient
le forum, les affaires publiques, la gloire et la puissance de Rome qui
occupaient les esprits et absorbaient toutes les facultés. Quand la
liberté croula, que les empereurs eurent intérêt à distraire le peuple
romain des affaires publiques, ils créèrent ces lieux de plaisirs, qui
devaient les occuper, les amollir et les corrompre. Le premier fut élevé
sous Auguste, et Agrippa, son gendre, s'en chargea. Le Panthéon fut
destiné à en faire partie. L'opinion s'étant révoltée sur l'emploi
destiné à un pareil monument, il fut converti en un temple à tous les
dieux. Trajan construisit les premiers thermes dans ces vastes
dimensions. Puis vinrent ceux de Caracalla, ensuite ceux de Dioclétien,
qui furent les plus grands, et enfin ceux de Constantin, les derniers.
On dit que les thermes découverts à Ostie présentent encore un spectacle
plus extraordinaire par l'indication officielle de la corruption dont
ils consacraient l'existence.

Nous fûmes visiter ensuite les jardins de Salluste, situés entre le
Quirinal et le Pincio. Le palais de Salluste était placé dans le même
lieu qu'occupe encore aujourd'hui une villa bâtie sur ses ruines. Un
cirque était construit dans le vallon, et un temple à Vénus Ericina se
trouvait à son extrémité. Ce temple est encore d'une belle conservation,
et, sauf les ornements dont il était revêtu et les marbres qui le
décoraient, il est presque intact.

En rentrant, nous visitâmes l'église de la Victoire. Elle a été bâtie à
l'occasion de la victoire de Lépante, par Paul V, qui l'a mise sous
l'invocation de saint Paul. Elle est d'une grande richesse en matériaux,
revêtue entièrement en marbre, et ressemble à une des plus belles
églises de Venise. En face du palais du Quirinal, nous nous arrêtâmes
pour voir l'église de Saint-Isidore. L'architecture en est élégante. Ses
dimensions sont égales à celles du plan horizontal d'un des piliers
principaux de l'église de Saint-Pierre. On a peine à comprendre leur
dimension en voyant ce rapprochement.

NOTE SUR LE SYSTÈME DE MONNAIE EN USAGE DANS LA RÉPUBLIQUE ROMAINE ET
AVANT LES EMPEREURS.

_Monnaie de cuivre._--Pièces de douze onces, appelées _assi_; de six
onces, appelées _senes_; de quatre onces, appelées _trientes_; de trois
onces, _quadrantes_; de deux, _sixantes_; d'une, _oussia_.

_Monnaies d'argent._--_Denarium_, dix assis; _quinarium_, cinq assis;
_sexcutarium_, deux assis et demi. Il n'y avait pas de pièces d'or.


HUITIÈME PROMENADE.

Le 6 janvier, nous fûmes voir l'église de Saint-Laurent hors des murs,
et les catacombes voisines. L'église est située sur la route de Tivoli.
Cette église, placée sous l'invocatîon du martyr qui mourut par le
supplice du feu, fut bâtie par Constantin, et depuis augmentée par le
pape Honorius. La partie ancienne est belle. Elle a été cependant
construite avec les débris de monuments plus anciens. Des colonnes de
marbre du plus bel ordre d'architecture, cannelées, mais de dessins
différents et étrangers les uns aux autres, y sont rassemblées. On
reconnaît l'ancienne division destinée à séparer les sexes à l'église.
La pierre sur laquelle saint Laurent subit son supplice est enchâssée au
fond du choeur. Cette église est une basilique et possède un autel
disposé pour que le pape puisse y officier. Comme dans les églises les
plus anciennes, il y a deux chaires en marbre, l'une pour la lecture de
l'épître, et l'autre pour celle de l'évangile.

La partie extérieure de l'église, qui a été bâtie par le pape Honorius,
est ornée de colonnes de granit de différentes dimensions, qui viennent
de monuments détruits. Cette partie antérieure n'a rien que de
très-ordinaire et de très-commun. Le plafond est en bois sculpté. Il est
moderne et ne remonte pas au delà de cent cinquante ans. Le portail du
péristyle a six colonnes d'ordre corinthien; quatre sont en marbre blanc
cannelées à cannelure inclinée; deux autres sont en marbre gris et
unies. Cette église appartient à un monastère de chanoines réguliers
fort riche. Anciennement ce couvent était un hospice, et des charités
considérables étaient faites aux indigents. Sous le portait se trouvent
des fresques assez bien conservées, remontant au douzième siècle. À
l'entrée de l'église, à droite, on voit une belle cuve carrée en marbre
antique, revêtue de bas-reliefs superbes qui indiquent les fêtes d'un
mariage. Elle renferme les restes du cardinal Fieschi.

Près du monastère on construit un vaste cimetière, qui servira à
recevoir les morts de la partie est de la ville. Il y a trois cent
soixante-cinq caveaux. Un sera ouvert chaque jour pour recevoir les
morts de la journée. Chaque caveau a une surface de cent pieds carrés,
et les caveaux sont fort profonds. Ils pourront renfermer les morts de
plus d'un siècle. Les caveaux seront scellés de manière à empêcher
toute profanation. Un mur d'enceinte enveloppe le cimetière;
intérieurement et inhérents à ce mur, il y aura des caveaux pour former
des sépultures de famille. Tout cet espace sera ensuite planté. Ce vaste
établissement réunira la dignité, la piété, le respect que l'on doit aux
morts, aux mesures de salubrité publique désirables. On ne saurait trop
donner d'approbation à un pareil arrangement.

Nous entrâmes dans les catacombes voisines. Elles sont profondes et
d'une étendue immense. Ouvertes dans le tuf, elles renferment une
quantité immense de tombes dont les corps ont été enlevés. On en a tiré
d'abord des matériaux pour les constructions, et ensuite elles ont servi
tout à la fois de demeure pendant leur vie et de lieu de sépulture aux
premiers chrétiens. Là où fut enterré un martyr se trouve un vase, une
fiole, où l'on a recueilli son sang. Des autels se trouvent de distance
en distance. Ils indiquent le lieu où fut enterré un martyr ou un
pontife, et souvent celui où les restes d'un homme qui fut l'un et
l'autre ont été déposés. Les autels sont recouverts d'un arc de voûte.
Il y a une multitude de tombeaux d'enfants morts dans le plus bas âge,
nés sans doute dans ces mêmes catacombes, et qui ne virent jamais la
clarté du jour. Diverses rues avec des embranchements s'étendent sous
la campagne de Rome de ce côté, à une grande distance. On a rassemblé
dans le cloître du couvent diverses antiquités, tirées de ces
catacombes. Une très-grande quantité de marbres funèbres porte des
inscriptions, et les noms de ceux dont ils recouvrirent les restes. Les
martyrs sont reconnus à deux marques: l'instrument du supplice est
souvent gravé sur le tombeau, ainsi qu'une colombe représentant l'âme
qui s'envole et va rejoindre Jésus-Christ, indiqué par un signe de
convention dont une croix fait partie. Ordinairement ces oiseaux portent
à leur bec un vase, rappelant celui où le sang du martyr était renfermé.
Il y a aussi de beaux sarcophages en marbre.

Nous rentrâmes en ville en passant sous l'aqueduc construit par Auguste,
qui sert encore aujourd'hui. Nous visitâmes le forum d'Auguste, dont le
mur d'enceinte, prodigieusement élevé, existe en partie. Cette grande
hauteur lui a été donnée pour cacher l'intérieur de la vue du mont
Esquilin, et réciproquement pour que dans les sacrifices le pontife ne
pût pas voir des choses de mauvais augure. Ce forum renfermait une
basilique, lieu où l'on rendait la justice, et une place pour le peuple.
Auguste, en le faisant construire, voulut ôter au peuple l'usage du
forum républicain et détruire l'influence des souvenirs. Donatien en
établit un autre, qu'il plaça entre le forum d'Auguste et celui
construit plus tard par Trajan. Nerva le fit achever, et il porte son
nom. Il fut dédié à Pallas, et cette divinité y eut un temple. Deux
belles colonnes connues sous le nom de _Colonnacie_, enterrées aux deux
tiers, un bel architrave et un entablement en marbre sont les seules
choses qui en restent.

Nous terminâmes par le forum de Trajan, certainement un des plus
admirables monuments sortis de la main des hommes. Il se composait
d'abord d'une immense salle où le préteur rendait la justice et où le
peuple pouvait entrer librement, puis d'un temple, d'une bibliothèque et
d'un arc de triomphe placé au côté opposé à la colonne. Sous l'arc de
triomphe était placée une superbe statue équestre de Trajan. La colonne
érigée à l'honneur de Trajan, et placée près du temple et de la
bibliothèque, est couverte de bas-reliefs représentant les travaux
guerriers de Trajan contre les Daces. Elle porte pour inscription que sa
hauteur est égale à celle de la partie du mont Quirinal enlevée pour
aplanir le lieu où le forum est bâti. La colonne a cent vingt pieds de
hauteur. Elle se compose de vingt-cinq blocs de marbre, tous superposés,
ouverts et taillés intérieurement en escalier. C'est un ouvrage
admirable et unique au monde. Il a cent quatre-vingts marches.

En nous rendant à Sainte-Marie-Majeure, nous traversâmes un quartier de
Rome connu sous le nom de _Montaniates_. C'est une population assez
considérable, qui a des moeurs à part. Elle est rivale de celle des
Transteverins. Elle passe pour très-passionnée et a peu de rapports avec
les citoyens de Rome.


NEUVIÈME PROMENADE.

Nous nous rendîmes d'abord à la maison dorée de Néron. Elle était
construite sur le mont Esquilin. Ce palais embrassait le mont Palatin,
berceau de Rome, le mont Cælius et le mont Esquilin. L'emplacement du
Colisée était compris dans ses jardins, et cet espace formait un lac,
dont les bords étaient plantés. Le _Laocoon_, chef-d'oeuvre de
l'antiquité romaine, a été trouvé dans la maison dorée. Plusieurs salles
se suivent; leur élévation est immense, et elles se succèdent sans se
communiquer directement. Leur ouverture est toujours tournée vers la
cour. En déblayant cette cour, on trouva une cuve immense en granit
gris. Elle servait à une fontaine, et aujourd'hui elle est employée au
même usage au milieu de la cour du Belvédère, au Vatican. Cette double
découverte eut lieu sous Jules II. Dans le même temps et sous le même
pape, l'_Apollon_ fut trouvé au port d'Antium, où Néron avait une maison
de campagne. On a fait la remarque que ces deux statues célèbres sont
restées comme type représentant la nature du génie des deux artistes
illustres qui vivaient alors. L'_Apollon_ rappelle la manière idéale,
sublime, de Raphaël quand il représente la Divinité, et le _Laocoon_
l'expression passionnée et énergique de Michel-Ange. L'ouverture des
chambres et la cour de la maison d'or étaient au nord, dans la direction
du mont Esquilin. Des peintures dont les couleurs sont très-vives
encore, recouvrent toutes les parois de ces chambres. Les sujets sont
pour la plupart fantastiques. Ils ont servi de modèle aux peintures de
Raphaël, exécutées dans les loges du Vatican.

Néron, pour construire ce palais, avait exproprié un grand nombre de
Romains, et il l'éleva sur les décombres des maisons occupant auparavant
cet emplacement. Après la mort de Néron, on abandonna, comme
dédommagement, aux citoyens dépossédés des emplacements dans une partie
du palais. Ils vinrent y construire de petites habitations; on les voit
encore aujourd'hui, et l'on reconnaît de même les vestiges des maisons
détruites antérieurement. Trajan, manquant d'espace pour donner aux
thermes portant son nom l'étendue qu'il jugea nécessaire, se servit de
la maison dorée pour y suppléer. Il fit continuer ses constructions sur
cet édifice. La cour fut voûtée; des pieds-droits d'une grande hauteur
furent élevés à cet effet pour mettre de plain-pied l'emplacement ainsi
créé avec celui sur lequel les thermes étaient déjà bâtis. Ainsi il
construisit comme un supplément à la montagne. Les difficultés ne
l'arrêtaient pas, quelle que fût leur nature; car il faut se rappeler
que, pour mettre de niveau le lieu où il plaça son forum, il fit enlever
une partie du mont Quirinal, et d'une hauteur égale à celle de la
colonne qui en est la mesure.

De la maison dorée de Néron, nous allâmes visiter le Vivarium, situé sur
le mont Cælius. C'était là que les bêtes féroces étaient conservées. Des
constructions du style rustique, comme il convenait en raison de leur
destination, existent encore et montrent les loges de ces animaux. Un
souterrain fut creusé dans le roc pour leur créer de nouvelles demeures
et pour ouvrir un chemin jusqu'au Colisée. Nous en visitâmes une partie.
Ce fut un beau travail et une louable pensée de police que l'ouverture
de ce chemin. Au-dessus étaient logés les gladiateurs. Ceux-ci
débouchaient à l'amphithéâtre en suivant une route supérieure, et
entraient par la même porte que les bêtes féroces; ils sortaient
ensuite par la porte à droite pour revenir combattre. Une source de
bonne eau se trouve dans ces souterrains. Au-dessus est construite une
tour élevée dans le moyen âge à la manière des Lombards, pour porter les
cloches d'un couvent voisin, celui de Saint-Jean et de Saint-Paul, deux
martyrs servant dans les gardes prétoriennes du temps de Julien, immolés
ensemble. La pierre sur laquelle ils furent décapités est dans l'église.
La congrégation qui occupe le monastère n'est pas ancienne: elle date de
Clément XIV. Sa règle est très-sévère. On appelle ces religieux les
Pères de la Passion.

Nous allâmes de là au Colisée, et nous suivîmes les ruines du palais
qu'occupait une grande famille de Rome dans le moyen âge, la famille
d'Anitia. Saint Grégoire, dit le Grand, pape sous le nom de Grégoire
Ier, était de cette famille. Il a fondé le monastère des Camaldules,
situé à peu de distance, et d'où le pape actuel est sorti. Ce nom de
Grégoire a été glorieux pour la chaire de Saint-Pierre. Trois papes
l'illustrèrent: Saint Grégoire Ier, pape de ce nom, dont les oeuvres se
voient encore dans l'église; Grégoire VII, le célèbre Hildebrand, qui
mit les souverains à ses pieds: et Grégoire XIII, réformateur du
calendrier, et dont le nom est resté au calendrier actuel, en usage
dans toute l'Europe, excepté en Russie.

Le Colisée, amphithéâtre consacré aux combats des gladiateurs les uns
contre les autres, ou aux combats des gladiateurs contre les bêtes
féroces, fut commencé sous Vespasien et fini sous son fils Titus, qui en
fit la dédicace. C'est le plus beau monument dont les ruines frappent
les yeux à Rome. Sa grande dimension, une belle proportion, en font
encore aujourd'hui une chose superbe et extraordinaire. Qu'était-ce
quand, couvert de marbre et orné de statues, il était rempli d'un peuple
immense? Quatre-vingt mille spectateurs y étaient habituellement
rassemblés. Dans les circonstances extraordinaires, le nombre s'élevait
à cent dix mille. Toute la partie inférieure était consacrée à
l'empereur et à sa cour, au sénat, aux chevaliers et aux citoyens
romains. Les gradins supérieurs, construits en bois, à cause de
l'élévation et pour diminuer le poids, étaient occupés par les Barbares.
Trois rangs de galeries voûtées formaient des abris pour mettre à
couvert les spectateurs en cas de pluie. Quatre-vingts escaliers
correspondants et autant de portes donnaient des moyens faciles d'entrée
et de sortie, et favorisaient la circulation. Ce monument superbe, orné
de huit cents statues, consacré aux plaisirs des Romains, fut construit
par les Juifs amenés de Jérusalem par Titus après la prise de cette
ville. Une toile, quelquefois de couleur pourpre, et d'étoffe précieuse,
couvrait ce vaste édifice, et se manoeuvrait suivant les circonstances
pour garantir les spectateurs de l'action du soleil. Lors de la
dédicace, cent représentations furent données au peuple par l'empereur,
et treize mille bêtes féroces y combattirent et y périrent. Dans ces
réunions, les empereurs faisaient des dons immenses aux spectateurs. Des
billets en exprimant la promesse, ou de petits modèles des choses
servant de symbole, étaient jetés au peuple, et, le lendemain, chacun
allait réclamer du souverain la chose promise la veille, dont le plus ou
moins de valeur était dépendant de son caprice et de sa volonté.

M. Visconti, à l'occasion de ces spectacles, nous expliqua ce qui est
relatif aux gladiateurs. Un homme était condamné à mort; quand il était
jeune, fort et bien constitué, on lui proposait de se faire gladiateur.
Ordinairement, il acceptait. Alors on le nourrissait avec soin; on le
plaçait dans un lieu sain; on le soumettait à un régime convenable pour
augmenter ses forces, en même temps qu'on le formait aux exercices du
combat. Quand il était instruit, il était présenté au peuple au cirque,
ayant au cou une plaque en ivoire indiquant la cause de sa condamnation.
Quelquefois sa bonne mine intéressait, et alors le peuple le graciait.
Le signe convenu en pareil cas, c'était que chacun levait le pouce, le
poing étant fermé. Alors il était dispensé de combattre, et on le
munissait d'une petite baguette, marque d'une sorte d'autorité dans la
police des combats. Quand le peuple n'accordait pas cette grâce, grâce
pouvant aussi dépendre d'une vestale, qui se levait, il avait
l'obligation de livrer un combat à mort. Une fois vainqueur, sa dette
était payée, et le mot _liberatus_, inscrit sur la plaque d'ivoire,
était comme l'acquit de sa dette. Alors il ne combattait plus que
volontairement et pour de l'argent.

Il y avait des gladiateurs de plusieurs espèces. Les uns, destinés à
combattre les bêtes féroces; les autres individuellement d'autres
gladiateurs; les plus faibles en masse, c'est-à-dire en certain nombre
contre un nombre pareil. On annonçait au peuple pour quel genre de
combat ils avaient été destinés. Quand un gladiateur intéressait par son
ardeur, son courage et son adresse, et qu'on le voyait en danger de
périr dans un combat contre les animaux, le peuple quelquefois réclamait
par des cris pour qu'il lui fût envoyé du secours. Quand un gladiateur
était vaincu après avoir combattu avec courage, il arrivait aussi au
peuple de lui accorder sa grâce. Dans ce cas, il était transporté hors
de l'amphithéâtre et soigné dans l'espérance de le guérir. Dans le cas
contraire il était mis à mort. Il arrivait aussi que de jeunes
débauchés, des gens de mauvaise vie, se livraient à ce métier
volontairement et allaient se vendre au laniste, chef des gladiateurs.
Alors ils faisaient leur contrat comme ils l'entendaient, et
souscrivaient telles conditions qui se trouvaient à leur convenance. On
demandait à un jeune gladiateur dans quelle manière de combattre il
voulait être instruit, et il choisissait ou la méthode gauloise ou la
méthode germaine, chacune de ces nations ayant une école particulière.
La première était fondée particulièrement sur l'adresse et l'agilité, et
l'autre sur la force. Un gladiateur gracié, ayant rempli sa tâche, ne
pouvait jamais recouvrer ses droits civils. Quand des particuliers, des
hommes privés, donnaient ces spectacles, c'était ordinairement à prix
d'argent qu'ils se pourvoyaient de gladiateurs.

Le Colisée a eu des destinations variées. Dans le moyen âge, il fut
occupé par les Frangipani, qui en firent une forteresse et s'y
établirent, comme les Colonna dans les thermes de Constantin et les
Orsini dans le théâtre de Marcellus. Ces deux dernières familles,
n'ayant pas cessé d'habiter Rome, sont restées en possession des
monuments publics dont elles s'étaient emparées. Les Frangipani furent
obligés par l'empereur Henri III de partager le Colisée avec les
Annibaldi; mais ils chassèrent bientôt ces compétiteurs et reçurent
l'inféodation du Colisée du pape Honorius II; ce qui fait comprendre cet
édifice encore aujourd'hui dans le nombre des palais du pape. Depuis,
les Frangipani l'ayant perdu, il a été, sous Sixte-Quint, un hôpital,
puis une manufacture de draps. C'était avant Pie VI un lieu destiné à
recevoir les immondices. Ce souverain éclairé s'occupa de sa
conservation, de son nettoiement, et le livra à l'étude des antiquaires.
Pie VII suivit son exemple. Il fit mieux encore en ordonnant l'exécution
de grandes constructions dans le but d'en empêcher la destruction.
C'était une sorte d'amende honorable faite au nom de ses prédécesseurs,
qui l'avaient traité comme une carrière; car il a fourni les matériaux
nécessaires pour construire le fort de Civita-Vecchia (ouvrage de
l'immortel Michel-Ange), le palais Farnèse, le palais de Venise et
d'autres encore. Enfin le pape Nicolas III avait voulu le détruire; mais
il était construit si solidement, que les efforts dont on voit les
traces furent impuissants. Ceux qui en étaient chargés trouvèrent
beaucoup plus facile de se procurer les pierres dont ils avaient besoin
à la carrière de Tivoli que dans ce monument dont toutes les parties
sont liées avec un soin et une solidité inimaginables. Une belle pensée
a occupé un pape, c'est l'érection d'une chapelle dans le Colisée, sous
l'invocation des saints martyrs du Colisée, en mémoire et à l'intention
des chrétiens morts dans le cirque, victimes du goût des Romains pour
les plaisirs féroces. Cette chapelle avait été abandonnée, mais elle a
été rétablie par le pape Benoît XIV, qui y a fait ajouter des stations
de prières.


DIXIÈME PROMENADE.

Le 27 janvier, nous commençâmes par nous rendre au mont Palatin, à la
villa Mils. À la partie méridionale, donnant sur le grand cirque, était
le palais d'Auguste. On reconnaît encore une suite de salles formant ses
appartements. Ces salles, ordinairement rondes, ont presque toujours
trois rentrants, formant trois niches, où étaient placées des statues.
Les entrées étaient masquées par des colosses autour desquels on
tournait. Ce palais avait son entrée par le côté qui regarde le cirque
et l'Aventin. Une suite de gradins en arc de cercle faisait arriver
jusqu'à son niveau. De ces marches qui étaient au pied du palais, on
pouvait voir dans l'intérieur du cirque, et elles se trouvaient ainsi
former un supplément pour recevoir les spectateurs. Ce palais était
beau, mais d'une dimension bornée.

Auguste fit construire à côté un temple à la Victoire regardant le
Forum, en mémoire de la bataille d'Actium. Ce temple était décoré de six
colonnes en marbre. Tibère augmenta l'étendue du palais d'Auguste en
bâtissant entre le temple et lui. Une partie fut occupée par Livie, sa
mère, et femme d'Auguste. Les ornements intérieurs existant encore sont
remarquables par la pureté du goût, l'élégance des dessins, et des
dorures légères.

Caligula ajouta encore à l'étendue de ce palais, et fit construire une
caserne pour une cohorte prétorienne. Elle est placée plus à gauche, et
borde le Palatin de ce côté, en dominant le temple élevé à Romulus,
converti en église de Saint-Théodore.

Le mont Palatin et ses environs dans toutes les directions étaient
occupés par une multitude d'habitations appartenant à des citoyens
romains. Néron, pour agrandir son palais, voulant s'emparer de
l'emplacement sur lequel elles étaient bâties, fit mettre le feu à ce
quartier de Rome, qui fut réduit en cendre. Alors il exécuta ses vastes
projets. D'énormes constructions furent faites au sud-est du mont
Palatin, et par leur grande élévation, se trouvèrent arriver à la même
hauteur que le sommet du mont, de niveau avec lui, et agrandirent ainsi
sa surface. Elles se trouvèrent en liaison avec le palais d'Auguste;
puis, traversant la vallée de l'est, elles atteignirent au mont Cælius,
et formèrent ce qu'on appela la maison de passage: elle était située là
où furent placés plus tard le vivarium et les maisons des gladiateurs.
Continuant au nord, les constructions allèrent gagner le mont Esquilin
où fut construite la maison dorée. L'emplacement du Colisée fut creusé,
et devint un lac autour duquel furent construites des maisons d'esclaves
et d'affranchis. Enfin un hippodrome pour l'usage particulier de
l'empereur fut établi dans le rentrant ou vallon qui se trouve à l'est
du mont Palatin, et dont l'ouverture donnait sur le grand cirque.

Nous finîmes ainsi le tour du mont Palatin, en reconnaissant les
constructions des différentes époques, les développements successifs de
ce palais, le plus vaste qui fut jamais. Les idées avaient tant de
grandeur, et les dimensions étaient si colossales, que, l'empereur Nerva
ayant limité l'emplacement du palais impérial au seul emplacement du
mont Palatin, on considéra cette disposition comme la marque d'une
grande modération. C'est du mot Palatin, où était situé le palais des
Césars, qu'est dérivé le mot palais, consacré pour exprimer les grandes
habitations.

Du mont Palatin nous fûmes voir le théâtre de Marcellus. Ce théâtre,
bâti par Auguste, est consacré au nom de son neveu Marcellus, destiné à
lui succéder à l'empire. Il fut occupé dans le moyen âge par les
Ursins, dont il est devenu la propriété et l'habitation. Auguste fit
bâtir près de ce théâtre un vaste portique, pour mettre à couvert de la
pluie les spectateurs quand elle arrivait d'une manière imprévue. Ce
portique reçut le nom d'Octavie, sa soeur, mère de Marcellus. C'était un
long parallélogramme avec un double rang de colonnes. Celles qui
existent encore aujourd'hui formaient une des entrées principales. Elles
représentent deux façades semblables, une extérieure et l'autre
intérieure. Ce portique renfermait deux temples, l'un à Jupiter et
l'autre à Junon.

Nous terminâmes notre journée en allant voir le Panthéon. Ce monument,
bâti par Agrippa, gendre d'Auguste, était destiné à faire partie des
thermes qu'il voulait faire construire. Les moeurs publiques
réprouvaient alors une pareille magnificence à l'usage des hommes, et il
le convertit en un temple à tous les dieux. Il y avait douze autels
dédiés aux douze dieux principaux. Au-dessus, la voûte était soutenue
par des cariatides-colonnes qui furent enlevées par l'ordre de
Septime-Sévère, et transportées à son palais, l'une d'elles ayant été
frappée par la foudre. Toutes les rosaces de la coupole étaient en
bronze, ainsi que la partie supérieure et extérieure de la coupole et du
fronton. Tout le pourtour de la rotonde était recouvert à l'extérieur
en marbre. Ce monument, dans son état de dégradation actuel, est encore
un des plus beaux monuments de l'antiquité, donnant la plus juste idée
du bon goût et de la grandeur qui régnaient à Rome du temps d'Auguste.
C'est le pape Urbain VIII, Barberini, qui a dépouillé le Panthéon de ses
bronzes, et les a employés à faire construire le baldaquin de
Saint-Pierre et à fondre des canons. Une inscription consacre avec éloge
cette action de barbare sur le lieu même où elle fut commise.


ONZIÈME ET DERNIÈRE PROMENADE.

Il nous restait à voir le Forum et ses environs, le Forum de Marc-Aurèle
et le tombeau d'Auguste. Nous visitâmes ces lieux.

Le Forum républicain était le lieu où le peuple s'assemblait pour
s'occuper des affaires publiques. Il était situé entre le mont Capitolin
et le mont Palatin, et à leurs pieds. L'espace qu'il occupait, assez peu
considérable, était encore encombré d'édifices. Auguste les rebâtit, et
les fit plus grands, afin d'enlever plus d'espace au peuple. Pour
déterminer les limites du Forum, il faut parler des différents monuments
qui l'entouraient.

Au pied du Capitole était le temple de la Concorde. C'est là que les
sénateurs s'assemblaient extraordinairement quand il y avait entre eux
de puissants motifs de dissentiment. C'est là que Cicéron prononça ses
_Catilinaires_. Se rassembler dans un pareil lieu était un moyen tacite
de rappeler aux patriciens que leur puissance et leur force consistaient
dans leur union. En avant était l'arc de triomphe élevé à
Septime-Sévère; il est encore intact aujourd'hui. Immédiatement après
commençait la place. À côté du temple de la Concorde se trouvait le
temple élevé à Jupiter tonnant, action de grâce d'Auguste envers la
divinité pour avoir échappé à la foudre, qui tua un homme placé près de
lui sans le blesser, en Espagne, lors de la guerre des Cantabres. Il en
reste trois colonnes. En tournant, on voit les restes du temple élevé à
la fortune de Rome et reconstruit, après un incendie, par l'empereur
Maxence. Il en existe huit colonnes. En s'approchant du mont Palatin, on
retrouve l'emplacement du bâtiment destiné aux comices, ensuite le
temple de Vesta, aujourd'hui église de Sainte-Marie-Libératrice; plus
près du mont Palatin, le temple de Romulus, aujourd'hui église de
Saint-Théodore; enfin la Curie, ou le lieu où se rassemblait le sénat.
Il était soutenu par des colonnes et ouvert. À l'extrémité du Forum
était le temple de Castor et Pollux, rebâti par Auguste. Il en reste
trois colonnes. Du côté opposé se trouvaient la prison Mamertine et les
Gémonies, le lieu où les archives du sénat étaient conservées, le temple
de Saturne, le temple de Janus, la basilique Émilienne, enfin le temple
d'Antonin et de Faustine, qui déjà se trouvait en dehors du Forum. Au
milieu de la place était placée la tribune aux harangues, ornée de
trophées rostraux, en honneur des victoires maritimes remportées par les
Romains sur les Antiates.

La prison Mamertine fut construite par Ancus Martius, quatrième roi de
Rome, et creusée dans le roc. Les coupables y étaient descendus par un
trou qui existe encore. Une seconde prison, en dessous de celle-ci, fut
creusée sous le règne de Servius Tullius, sixième roi de Rome, et
particulièrement destinée aux exécutions. On laissait cependant
ordinairement aux condamnés le choix de leur mort. Leur corps était
ensuite exposé sur l'escalier extérieur conduisant à la prison et appelé
les Gémonies. Ce nom vient des gémissements de ceux qui le montaient
pour entrer dans une prison où probablement ils devaient trouver la
mort. Quand les criminels avaient été l'objet de la haine du peuple,
leurs corps étaient abandonnés à sa fureur, et, après avoir été mis en
lambeaux, ils étaient précipités dans le Tibre. Dans le cas contraire,
ils recevaient la sépulture par les soins de leur famille. Saint Pierre
fut détenu dans cette prison et s'en échappa.

Au-dessus de la prison Mamertine, on a bâti une église sous l'invocation
de saint Joseph. Elle appartient à la corporation des menuisiers.

Le lieu où étaient placées les archives du Sénat est immédiatement
après; il est devenu une église sous le nom de Sainte-Martine. Vient
ensuite le temple de Saturne, où était déposé le trésor de la
république, qui se composait de la dîme levée sur les dépouilles des
peuples vaincus et réduite en lingots d'or. Jules César s'en empara
frauduleusement pendant la guerre civile, et fit substituer des morceaux
de bois dorés aux lingots qu'il avait fait enlever. Le temple de Saturne
est devenu l'église de Saint-Adrien.

À côté était le temple de Janus, toujours ouvert pendant la guerre et
fermé seulement deux fois: la première sous Numa, et la seconde sous
Auguste. Il n'en reste pas vestige. La basilique Émilienne, construite
par Paul-Émile, monument remarquable et par les colonnes en marbre
violet de Phrygie qui la décoraient et parce que ce fut la première fois
que des matériaux de cette richesse furent employés dans la construction
des monuments de Rome, était placée à côté du temple de Janus. Il y
avait des portes de bronze qui ont été transportées à
Saint-Jean-de-Latran. Cet édifice est aujourd'hui un magasin de blé. Le
temple d'Antonin et Faustine, dont il reste encore de beaux vestiges,
vient ensuite. Sur ses débris est bâtie l'église de
Saint-Laurent-in-Miranda.

En continuant, on trouve le temple de Romulus et Rémus, aujourd'hui
église de Saint-Côme-et-Saint-Damien; c'était une rotonde. L'extérieur,
décoré par un portique, existe encore en partie; il s'y trouve aussi de
belles portes de bronze. Caracalla fit réparer ce temple. Le pavé
représentait le plan de Rome arrivée à son plus grand développement.
Dans le moyen âge, on y ajouta des constructions nouvelles. On fit une
nef qui donna à cet édifice l'étendue nécessaire pour devenir une
église. Des mosaïques du douzième siècle décorent le cul-de-lampe. À peu
de distance de là sont deux colonnes unies par un fronton, qui
appartenaient à la basilique Opimia.

En continuant notre marche, nous arrivâmes devant d'immenses ruines, en
face du mont Palatin, qui servaient d'abord d'entrée au palais de Néron.
Plus tard, cette partie du palais ayant été détachée, des constructions
nouvelles en retournèrent la façade, et ce bâtiment devint le temple de
la Paix. Son élévation, sa hardiesse, ses dimensions, en font quelque
chose de remarquable.

Nous arrivâmes enfin à un lieu où Adrien avait fait construire sur ses
propres plans un double temple, dont l'un était adossé à l'autre,
élevés, l'un à Rome, l'autre à Vénus. La critique de leur plan coûta,
dit-on, la vie à Apollodore, architecte célèbre de Trajan; et
l'amour-propre d'Adrien, blessé comme architecte, éveilla la cruauté de
l'empereur. Au-dessous de ces temples, auprès du Colisée, était un
immense colosse de Néron et une fontaine; puis, sur la voie Appia, un
arc de triomphe existant encore, d'abord élevé à Trajan, et ensuite
dédié à Constantin, dont il porte le nom aujourd'hui.

En arrière, et à moitié chemin du Forum, est l'arc de triomphe de Titus.
En retournant jusqu'au Forum, on trouve la colonne bâtie d'où l'on
comptait les distances sur les diverses voies romaines, et aussi une
colonne isolée, élevée à l'empereur Phocas par un gouverneur de Rome.
Elle est d'un bon style et vient d'un ancien monument.

Nous rentrâmes en ville, et nous fûmes à la Douane. Douze colonnes du
plus beau style sont les restes d'un temple élevé à Marc-Aurèle, faisant
partie du forum construit par ce prince et s'étendant jusqu'à la colonne
dite Antonine, qui y était comprise. Enfin nous terminâmes par le
tombeau d'Auguste. Son massif est assez considérable pour servir de base
à un amphithéâtre construit à sa partie supérieure. Une double
enveloppe circulaire renfermait des places pour recevoir les tombeaux de
sa famille. Ses cendres étaient déposées dans une chambre sépulcrale
placée au milieu. Ce monument fut bâti au milieu du champ de Mars: ainsi
on continua après sa mort la politique suivie pendant sa vie, qui
consistait à gêner les réunions du peuple, en occupant par des édifices
les espaces vides où il pouvait se rassembler.



DES RÉVOLUTIONS, ET DES CIRCONSTANCES QUI LES AMÈNENT.

J'ai vécu dans un temps où la société a été si bouleversée et j'ai si
souvent entendu expliquer les révolutions qui se sont succédé d'une
manière tout à fait opposée, j'ai si fréquemment entendu appeler
révolutionnaires des gens qui étaient amis de l'ordre, de bons citoyens
devenus, les premiers, victimes des changements auxquels ils avaient
pris part, que j'ai cherché à me rendre compte de ce qu'il y avait de
fondé dans ces accusations, et des causes de ces changements brusques
dans l'état social, changements dont le nom générique est le mot:
révolution.

J'ai dit des changements brusques et violents; car il est dans la
nature des sociétés de changer. Elles ne sont pas plus exemptes de
l'action du temps que les individus. Lorsque le changement a lieu d'une
manière imperceptible, à mesure des besoins, et quand les secousses
sociales sont évitées, l'État semble être toujours le même, quoique les
circonstances qui constituent sa force et son organisation soient toutes
différentes.

Quand le pouvoir légal et reconnu se trouve entre les mains de ceux qui
possèdent la force, l'État est dans l'ordre naturel; chaque chose est à
sa place; chacun est dans la jouissance des droits résultant de la
nature des choses. Quand il en est autrement, il y a malaise,
inquiétude, besoin de changement; et, si la haute sagesse du législateur
n'intervient pas pour rétablir l'harmonie, le repos est toujours
précaire, et au moindre obstacle, à la moindre difficulté, tout prend
avec violence une nouvelle forme.

La force existe par elle-même; mais elle se place dans la société
différemment, suivant les temps et les époques. Deux choses la
constituent et en sont le principe: les richesses et les lumières. Ceux
qui en sont dépositaires doivent être forcément les maîtres de la
société, et, si leur pouvoir est contesté un moment, ils finissent
bientôt par le recouvrer.

Une puissance morale agit aussi sur notre esprit, parle à notre
imagination et joue un grand rôle dans nos destinées; je veux parler de
l'éclat de la gloire et des souvenirs qu'elle laisse. Cette puissance
s'attache aux individus et aux races; mais, pour qu'elle se maintienne
dans les descendants, il faut que ceux-ci en soient dignes; sans cela
les souvenirs, au lieu de les grandir, les écrasent.

Dans le moyen âge, en Europe, la noblesse et le clergé possédaient tout.
Le clergé, en outre, seul était instruit. Dans les cloîtres s'étaient
réfugiées la science et les lumières. Le peuple était pauvre et
ignorant. Toute la puissance de la société, tout son nerf, était donc
entre les mains de la noblesse et du clergé; et, à juste titre, les
droits y étaient aussi.

Quand les villes se formèrent, quand la marche du temps développa
l'industrie, il se créa de nouveaux intérêts et de nouveaux éléments de
puissance. Le tiers état, en se constituant, dut entrer en partage de la
puissance publique. La force se répartit alors en trois classes, au lieu
de l'être dans deux. De là les priviléges des villes, le système
municipal et les moyens de police, de sûreté et de défense que prirent
pour elles-mêmes toutes les agrégations, obligées de pourvoir à tous les
besoins que l'état de la société leur faisait éprouver. Leur influence
dans les destinées des États se fit sentir et elle augmenta à mesure
que les causes qui l'avaient fait naître devinrent plus puissantes, à
mesure que l'influence du clergé, par l'affaiblissement des croyances
religieuses, allait diminuant, et l'influence de la noblesse, par son
appauvrissement, son manque de talents et de gloire, s'éteignait chaque
jour.

Ces établissements nouveaux furent protégés et encouragés par les rois.
Les rois, il y a quelques siècles, ne jouissaient encore que d'un
pouvoir incertain, souvent contesté. Ils étaient souvent en guerre avec
leurs grands vassaux, dont la puissance réelle l'emportait quelquefois
sur la leur. Ils avaient donc besoin d'alliés et d'appuis. Ils
trouvèrent les uns et les autres dans la classe nouvelle, qui avait
aussi tout à craindre de ces mêmes seigneurs et se trouvait
perpétuellement en lutte avec eux. Or la communauté de danger est de
tous les intérêts le plus puissant pour unir les hommes.

Cet état de choses a eu une marche régulière et constamment progressive.
Les villes se sont multipliées, elles ont augmenté de population et de
richesse, et la part que le tiers état a fini par avoir dans ce qui
constitue la puissance de l'État l'a enfin emporté, en France, sur les
deux autres. Or c'est précisément alors qu'une politique insensée a
pris à tâche de le repousser de tous les emplois publics, et par
conséquent de la participation au pouvoir légal. Cette marche
irréfléchie, ce système coupable peut réussir momentanément; encore pour
cela faut-il bien gouverner.

Les intérêts matériels et les intérêts moraux des peuples doivent être
satisfaits. Rien ne doit compromettre ou froisser le bien-être de
chacun. S'il en est autrement, les intéressés demandent à être appelés
au partage d'un pouvoir faible ou aveugle. S'ils y arrivent brusquement
et par des actes de violence, on est en révolution.

Les révolutions sont donc le résultat d'une prétention que l'on croit
fondée et non satisfaite, et, quand cette prétention a pris un grand
degré d'intensité, les révolutions éclatent, ou tout d'abord par
l'emploi de la force brutale, ou bien par une suite de concessions qui,
en affaiblissant le pouvoir et le déconsidérant, amènent des changements
complets dans l'ordre établi.

Alors chaque changement en prépare un autre. Ils se succèdent
quelquefois jusqu'à l'infini; d'abord parce que les dépositaires d'un
pouvoir nouveau n'ont pas en leur faveur les moyens d'opinion qui
appartiennent naturellement à ceux d'un pouvoir ancien; parce que
ensuite, la doctrine qu'ils ont mise en avant pour détruire ne convenant
ni pour édifier ni pour maintenir, ils sont obligés de changer de
langage, ce qui nuit nécessairement à leur crédit et à leur puissance
morale sur les peuples.

Mais par qui et comment commencent ces changements redoutables et
quelquefois funestes? Je vais le dire: les honnêtes gens prêtent trop
souvent leur concours à ceux qui font les révolutions. Les gouvernants
et les gouvernés ne sauraient trop avoir présent à l'esprit cette
vérité.

Il y a dans chaque société une masse plus ou moins nombreuse d'individus
soumise à de mauvaises passions, qui désirent des changements par suite
d'intérêts personnels, qu'ils ont grand soin de masquer du nom pompeux
d'intérêt public. Ces gens-là, malgré leur habileté, sont trop peu
nombreux pour arriver seuls à leurs fins. Ils ont besoin d'auxiliaires
et ils les cherchent parmi ceux que l'opinion distingue et dont les
intentions sont pures. Quand la marche du gouvernement autorise une
critique fondée, quand ses fautes se multiplient, quand l'opinion se
déclare contre lui, les hommes que je viens de désigner s'en rendent
souvent l'organe, et une popularité dont ils ne voient d'abord que les
douceurs et les charmes, mais dont ils connaîtront plus tard la rigueur
et les dangers, les encourage dans la voie qu'ils ont prise. Alors les
choses marchent vite. Une fois le mouvement imprimé, les méchants s'en
emparent. Tout est renversé; la confusion arrive; et ceux qui se
croyaient de grands citoyens et imaginaient devoir sauver l'État par le
moyen d'actes dont ils n'ont pas jugé toute la portée sont les premières
victimes; leurs compagnons se défient de gens d'intentions droites, qui,
ayant acquis une connaissance plus approfondie des hommes, finiraient
plus tard par combattre ceux que d'abord ils ont servis.

Si on applique les principes exposés ci-dessus à ce qui s'est passé de
notre temps et sous nos yeux, on pourra en reconnaître la vérité et
l'exactitude. Avant 1789, tout était exception et privilége en France,
et cette inégalité, poussée à l'excès, portant sur tout, datait
cependant d'une époque peu éloignée.

Une nation éclairée, riche et vaine devait souffrir d'un état de choses
qui blessait les droits de chacun et la raison. Une bourgeoisie
nombreuse s'était formée. Sa richesse et ses lumières devaient lui
donner des droits à tout, et on l'avait exclue de tout. Elle était
belliqueuse, et il fallait être gentilhomme pour être sous-lieutenant de
milice. Sous Louis XIV, elle pouvait choisir et suivre toutes les
carrières, aucune barrière ne lui était opposée, et alors il y avait
quatre-vingt mille familles nobles en France. Sous Louis XVI, la
noblesse était réduite à dix-sept mille familles, et elle devait tout
avoir. Mais, dans la noblesse même, il y avait des dispositions
blessantes et des priviléges consacrés, qui, en froissant les intérêts
du plus grand nombre, sacrifiaient tout aux jouissances d'amour-propre
du plus petit.

Ainsi, d'un côté, le bourgeois ne pouvait pas être officier, et le noble
établi à la cour pouvait seul être colonel, tandis que le gentilhomme de
province, sans faveur, végétait dans les grades subalternes, bien qu'il
n'eût aucune autre carrière à prendre, et que le service militaire lui
fût imposé par l'opinion. Or cet état de choses existait au moment où la
haute noblesse avait perdu tout ce qui faisait sa puissance et son
éclat: sa puissance, car toutes les fortunes étaient détruites ou
obérées; son éclat, car le séjour constant à la cour l'avait privée de
son action sur les provinces, et aucune gloire récemment acquise ne lui
avait conservé des droits au monopole de la considération publique.

Les dépenses avaient suivi le cours des temps. Les charges publiques
étaient devenues pesantes, et les corps de l'État les plus riches
étaient exempts ou de tout l'impôt ou d'une partie des impôts. Un
système semblable, contraire à la justice, à la raison, au bon sens,
autorisait des plaintes universelles. Des plaintes universelles,
auxquelles on ne fait pas droit, amènent bientôt la résistance; et de la
résistance à l'attaque, et de l'attaque au bouleversement les distances
sont courtes.

Si dès longtemps on se fût rendu compte des besoins de la société, si on
eût fait par autorité et par raison ce qu'on a fait par faiblesse et par
dépendance, la Révolution française n'aurait pas eu lieu. Elle mourait
dans son germe. Elle était étouffée dans son principe; mais il faut,
pour que telle chose arrive, plus de lumières, ou au moins autant de
lumières dans les gouvernants que dans les gouvernés, chose
malheureusement rare, et plus rare en France que partout; car la France
a été en général un des pays les plus mal gouvernés de toute l'Europe.

Quand celui qui conduit est éclairé, il prend une route plus ou moins
praticable, mais il choisit toujours une bonne direction et se rend
compte des pas qu'il fait. Quand il est sans lumières, il marche au
hasard, et bientôt chacun s'aperçoit de la fausse route tenue. Alors
tout le monde réclame, chacun donne son avis, et l'embarras du choix
fait que la direction n'est pas meilleure. On s'irrite et on se charge
de la besogne. Souvent cette besogne n'est pas mieux faite, mais tout
est renversé. Une nation présente à l'esprit l'idée de voyageurs réunis
dont le souverain est le guide. S'il ignore le chemin qu'il doit
parcourir, on s'en aperçoit et on commence par le maltraiter. Les mêmes
erreurs continuent, et on le dépossède. Le plus adroit des voyageurs ou
le plus confiant le remplace, et, s'il arrive au but, il est conservé
jusqu'à ce que des erreurs de sa part le mettent dans le cas de son
devancier.

Tous les gouvernements, quelle que soit leur nature, peuvent marcher
quand un grand esprit de justice et une grande habileté caractérisent
les dispositions du pouvoir. En gouvernant bien, les masses sont
contentes et les révolutions s'éloignent. Quand au contraire le
mécontentement est partout, une circonstance fortuite, un embarras
léger, un seul besoin du pouvoir peut tout changer; étincelle qui
embrase des matières combustibles imprudemment accumulées.

Honneur aux souverains qui veillent de bonne heure et constamment à ce
que ces causes d'incendie ne se trouvent jamais réunies! Les étincelles
peuvent paraître sans causer du danger; funestes ailleurs, elles ne sont
rien chez eux.

Quelques souverains ont marché en avant des temps où ils ont vécu, et
ont fait violemment des choses raisonnables, mais que l'opinion ne
demandait pas. Incommodes pour leurs contemporains, ils ont détruit le
germe des maux, et l'effet des mauvais vouloirs qui pouvaient atteindre
leur peuple. Les changements faits par en haut, par la volonté du
souverain, quand ils sont fondés sur quelque chose de raisonnable et
dans l'intérêt des masses, sont sans dangers véritables. Ils peuvent
causer du mécontentement, blesser des intérêts privés, mais ils
n'amènent pas de révolutions. Au contraire, les changements demandés,
exigés par la multitude, deviennent souvent funestes. Une demande juste
est suivie d'une autre qui l'est moins, celle-ci d'une pire; l'habitude
de céder encourage celle d'exiger, et bientôt le mépris du pouvoir fait
naître la confusion. Si l'État n'est pas perdu, c'est seulement au prix
des plus funestes expériences et de grands malheurs qu'il retrouve
l'équilibre, le calme et la prospérité.

Rarement les révolutions amènent des résultats conformes aux espérances
des premiers réformateurs. Les passions des hommes une fois déchaînées,
les questions se compliquent, et les esprits élevés et de bonne foi ne
peuvent jamais en prévoir les solutions. C'est donc avec le plus grand
ménagement que les changements réclamés par l'état social doivent être
demandés aux souverains. Il faut leur faire sentir les nécessités des
temps, employer, pour faire valoir ses droits, les moyens calmes et
réguliers autorisés par les lois, mais jamais ne rien exiger par la
force. Le jour où l'on emploie la violence l'État est dans le plus grand
péril; mais beaucoup de gens à doctrines ignorent ces vérités et croient
que les affaires où les passions des hommes jouent un si grand rôle
peuvent se régler et se mitiger à volonté. Ils ne pensent qu'à une
chose, c'est à déterminer la manière d'exister, et ils oublient qu'avant
de savoir comment on existera il faut assurer l'existence. On confond le
principe avec la conséquence, et cette inversion mène à la destruction.

Un homme sage ne doit jamais rien faire qui ébranle le pouvoir, mais
tout faire pour l'éclairer. Si on n'y parvient pas d'abord, on y
parviendra plus tard, car on lui parle le langage de son intérêt. De
grands abus valent souvent mieux que les plus belles améliorations en
perspective promises par une révolution. Le bien que doit amener une
révolution est toujours incertain et le mal toujours infaillible. Le
pouvoir, ce mystère de la société, est le premier besoin de sa
conservation: anathème à celui qui en compromet l'existence!

Les hommes dépositaires du pouvoir devraient toujours se répéter que
leur véritable intérêt personnel est tout entier dans un gouvernement
juste, équitable et ferme.

Les gouvernants doivent avoir en vue de jouir du pouvoir sans
contestation. Or le moyen d'y arriver, c'est de bien gouverner; et, pour
bien gouverner, il faut être animé d'un esprit de justice assez puissant
pour s'affranchir de l'influence des intérêts privés qu'on trouve autour
et près de soi. Un souverain doit se placer assez haut pour bien voir.
S'il agit en conséquence, il est sûr de sa marche et certain d'atteindre
le but qu'il s'est proposé. Mais, pour ne pas s'égarer, il faut encore
avoir une bonne vue, et c'est ce qui manque à beaucoup d'entre eux ou de
leurs principaux agents, et l'on ne peut s'empêcher de reconnaître la
vérité de ce qu'a dit il y a longtemps Montaigne; c'est que «tous les
maux de ce monde viennent d'ânerie.»

Quand le pouvoir, en respectant les droits acquis, protége efficacement
et visiblement les intérêts du grand nombre, quand il est accessible aux
réclamations des particuliers et s'en occupe, quand il a le sentiment de
ses devoirs envers les citoyens et fait ses efforts pour les remplir, il
y a une masse d'opinion qui le soutient et fait sa sûreté. Mais, je le
répète, pour avoir une marche sûre, il faut s'éclairer, réunir le plus
de lumières possibles. Cela est autant dans son intérêt personnel que
dans celui de ses peuples. Aussi se demande-t-on pourquoi les souverains
repoussent si souvent le concours des hommes capables. Mais, quand je
parle de ce concours, je le suppose volontaire de la part de celui qui
le réclame, et soumis à des conditions qui le garantissent de toute
espèce de rivalité.

Un souverain éclairé sur ses intérêts doit aller à la recherche des
besoins réels, être le premier à diriger l'enquête qui doit l'éclairer.
Il en discute et en fait apprécier la valeur et le poids, et puis il
décide. Voilà la marche raisonnable qui prévient les révolutions; mais,
quand il craint des conseils salutaires, quand il évite des examens
destinés à l'instruire, quand il s'isole des intérêts publics et de ceux
des particuliers, quand il se croit placé sur le trône uniquement pour
jouir et non pour servir, la marche de son gouvernement ne cadre pas
avec le besoin des peuples. Des embarras surviennent et sont augmentés
par un blâme mérité et une juste critique de ce qui s'est fait. Pour
satisfaire l'opinion et alléger le fardeau, on réclame des conseils et
un concours qui rendent dépendants. Des rivalités de pouvoir
s'établissent, et les révolutions arrivent. La plus simple réflexion
présente donc à l'esprit le moyen de les empêcher.

L'admission et le concours de pouvoirs nouveaux et indépendants dans le
gouvernement et dans la direction des affaires est toujours le résultat
des fautes qui ont précédé. C'est une manière d'expiation des torts
passés; c'est une promesse faite pour l'avenir de suivre une marche
plus raisonnable; c'est, en un mot, une garantie d'opinion et de bonne
intention plutôt qu'une garantie réelle; car les assemblées appelées à
décider sur les intérêts de l'État sont souvent ignorantes et
passionnées; elles s'abandonnent à mille influences diverses et
s'égarent fréquemment. Quand elles existent, il est difficile de s'en
affranchir; quand leur établissement est un moyen de pacification entre
des intérêts opposés, un mode de transaction, on conçoit la nécessité de
s'y soumettre; mais une chose étonnante est d'avoir vu des souverains
qui gouvernaient sagement leurs peuples et sans contestation, les
administraient avec ordre, économie et l'approbation universelle, se
créer à plaisir des embarras de toute espèce et se mettre en tutelle par
divertissement. Un amour immodéré de popularité, sentiment bon et
louable dans son principe, devient un des plus dangereux de ceux qui
peuvent animer un souverain quand il l'entraîne dans des fautes
semblables, impossibles à réparer. L'empereur Alexandre s'était livré à
des sentiments généreux et irréfléchis, et sous son influence les
souverains subalternes, animés du même esprit, ont jeté partout, dans la
société européenne, des éléments de troubles qui portent le germe d'une
maladie difficile à guérir.

D'un autre côté, j'ai entendu de bons esprits et des esprits supérieurs
établir le principe d'une stabilité absolue dans les lois. Quoique les
sociétés changent, disent-ils, que leurs besoins ne soient pas
constamment les mêmes, les choses condamnées par le temps tombent
d'elles-mêmes, et l'opinion en fait justice. À cette occasion, on citait
l'exemple du gouvernement de l'Église, dont la sagesse est si évidente,
et qui s'est modifié par le _fait_ sans avoir rien altéré dans le
_droit_. Effectivement le pape ne menace plus les souverains de
l'excommunication et de l'interdiction, parce que ces armes sont
émoussées et qu'elles n'imposent plus à personne; mais il y a une grande
différence entre les gouvernements qui, par leur nature, sont destinés à
agir seulement sur l'opinion et ceux qui ont un pouvoir positif sur le
matériel de la vie et sur l'administration. Il faut nécessairement
s'expliquer sur des choses dont l'application se fait journellement et
qui doivent être changées. Ainsi, par exemple, en France, comme je l'ai
déjà dit, deux causes ont influé d'une manière directe sur la Révolution
de 1789: l'inadmissibilité à beaucoup de places pour ceux qui n'étaient
pas gentilshommes et l'inégalité de l'impôt. Pour changer cet ordre de
choses, choquant par son injustice, il fallait des actes que le
gouvernement n'a pas faits. Des plaintes on est arrivé aux menaces et
aux voies de fait, et une première révolution en a amené mille autres.

En Autriche, un souverain est arrivé au trône avec des idées nouvelles
nullement populaires encore dans son pays. Il a brisé avec violence ce
qui existait et a fait disparaître ce qui, avec le temps, pouvait
motiver du mécontentement, des demandes importunes, et amener une
révolution, et il en a tué le germe.

Je suis loin d'admirer toutes les oeuvres de Joseph II, et surtout le
mode d'exécution de ses projets. Il a agi comme un homme qui, pressé par
le temps, hâte ses actions sans s'apercevoir des effets funestes de sa
précipitation.

Le temps, cet élément de toute chose, est surtout nécessaire pour
l'exécution de projets qui touchent à l'état de la société, à sa
constitution, à ses bases. Heurter de front et durement l'opinion, même
pour faire le bien, est dangereux et maladroit. Je blâme surtout en lui
ce mépris du passé qu'il n'a jamais cessé d'afficher, et son dédain pour
les générations éteintes. La vie des sociétés ne se compose pas d'un
jour, et qui manque au respect dû à ses ancêtres mérite d'être traité à
son tour sans respect par la postérité. Les générations forment une
chaîne dont tous les anneaux ont leur valeur. Un esprit superficiel peut
seul croire que la Providence a réservé à l'époque où il vit toutes les
connaissances, tout l'esprit qu'elle a départis à l'espèce humaine. Les
sociétés ont vécu, donc elles ont créé, suivant les différents âges, ce
qui était nécessaire à leur conservation. Il n'y a pas une seule des
institutions du moyen âge les plus choquantes aujourd'hui qui ne puisse
être justifiée par les circonstances relatives à son établissement.

Malgré cette critique méritée des actes et de la conduite de Joseph II,
il est certain qu'il a fait tout dans l'intérêt des masses. Depuis lors,
les masses ont la profonde conviction d'être protégées. Elles sentent
qu'aucun ordre de choses différent ne pourrait leur promettre de plus
grande avantages que ceux dont elles sont en possession. Les biens du
clergé, cet appât si puissant pour des novateurs, dépouille si riche
pour qui veut bouleverser la société, ne sont plus là pour servir
d'auxiliaires et de prétexte aux changements, et ainsi une révolution,
dans le sens où on le comprend, c'est-à-dire dans une modification
complète des rapports respectifs entre les diverses classes de la
société, est devenue impossible; car les classes inférieures n'ont rien
à prétendre ni rien à espérer de mieux que ce qu'elles possèdent.

Je crois avoir démontré les vérités suivantes:

I. Les révolutions n'arrivent jamais que par la faute de ceux qui
gouvernent. Les dépositaires d'un pouvoir reconnu ont d'immenses moyens
pour le conserver, et, quand il leur échappe, il faut qu'ils n'aient pas
distingué le moyen à employer pour le fixer entre leurs mains.

II. Pour prévenir les révolutions, il faut avant tout bien gouverner.
Les bienfaits d'une administration équitable et éclairée sont si grands,
qu'ils suffisent pour contenter les peuples.

III. Pour gouverner conformément aux voeux légitimes et aux besoins, il
faut que le souverain cherche de bonne foi à s'entourer de toutes les
lumières possibles.

IV. Associant à leurs travaux les hommes les plus éclairés,
indépendamment de la garantie qu'ils y trouvent, les souverains ajoutent
à leur autorité la puissance d'opinion, qui est l'apanage des hommes
supérieurs.

V. Il faut donner à ceux-ci toute espèce de liberté dans l'émission de
leur pensée, dans la formation de leurs projets, sans leur donner une
autorité qui puisse devenir rivale, et moins encore qui ait une source
indépendante.

VI. Enfin les changements que les lumières indiquent comme nécessaires
ne sauraient être d'abord essayés, ensuite exécutés, avec trop de
lenteur et de prudence; car les hommes vraiment amis de leur pays
doivent se répéter qu'il y a peu d'améliorations qui méritent l'emploi
de la force et puissent justifier la violence qui les fait obtenir. Les
seules bonnes et utiles à la société sont celles qui viennent lentement,
sans secousses, et qui dérivent du pouvoir.



DES VERTUS DES PEUPLES BARBARES.

Partout où l'on rencontre des vertus, il faut d'abord les reconnaître et
ensuite les honorer, quelle qu'en puisse être la cause. Cependant il
n'est pas défendu d'en rechercher les principes et de distinguer les
circonstances qui les ont développées. On suivra une marche certaine
pour y parvenir si on étudie les besoins de la société dans l'état
particulier où elle se trouve. Les moeurs consacrent ordinairement ce
qui est nécessaire à la conservation; et, sans que personne s'en rende
compte, les moeurs se modifient suivant les circonstances et les temps.

La vertu la plus universelle chez les Barbares, celle qui a été la plus
vantée, est l'hospitalité, la protection donnée à l'étranger, fût-il
même un ennemi, quand il est sous le toit domestique. Dans un pays sans
civilisation, dans un pays où l'industrie et l'intérêt particulier n'ont
créé nulle part un asile et des secours pour ceux qui voyagent,
l'hospitalité a dû nécessairement s'établir et s'exercer, car elle est
seulement un échange de service et un prêt fait dont on obtiendra un
jour le remboursement. Chacun, à son tour, a besoin de quitter sa
famille et sa maison pour vaquer à ses affaires. S'il ne reçoit ni
secours ni protection en route, son voyage sera pénible, dangereux,
peut-être impossible. On l'accueille, on le secourt, on pourvoit à sa
sûreté pendant qu'il repose; mais il est sous-entendu, le cas se
présentant, qu'il rendra le même service à ceux qui l'ont reçu; car la
base de la société humaine dans tous les états où elle se trouve, et de
quelque manière qu'on l'envisage, est toujours un échange continuel de
services entre ceux qui la composent. Ainsi l'hospitalité a dû être
consacrée par le droit et l'usage; mais, si elle n'entraînait pas l'idée
d'une sûreté inviolable, elle serait imparfaite; bien plus, elle
servirait de voile aux plus infâmes trahisons. Aussi les moeurs ont
rendu toute maison un asile sacré, inviolable, une fois la porte
franchie, même pour un ennemi. S'il en eût été autrement, on aurait
toujours trouvé un prétexte, une raison plus ou moins plausible, pour
assassiner le malheureux sans appui. Mais à l'enceinte de la maison se
borne la protection; et, dans un pays où l'autorité ne veille pas à la
sûreté des citoyens, où chacun se charge de sa propre défense et se
fait justice, il fallait que chacun rentrât le plus tôt possible dans sa
position primitive: l'un dans ses droits, et l'autre dans les chances
fâcheuses qu'il court. Ces garanties réciproques, premier pas vers
l'ordre et première expression du besoin des hommes réunis en société,
sont la loi fondamentale des tribus du désert.

La fidélité des négociants turcs à tenir leurs engagements verbaux est
une conséquence du même principe. Dans un pays où personne ne sait
écrire, les transactions verbales doivent être sacrées, sous peine de
voir les transactions impossibles. Or elles sont indispensables pour
satisfaire à divers besoins, et les moeurs et l'opinion donnent alors à
la parole un poids qui la rend inviolable. Dans les pays où on sait
écrire, les engagements changent de nature. Comme ceux qui sont écrits
portent avec eux leurs preuves, et peuvent être motivés et
circonstanciés, on les adopte de préférence. Alors, les engagements
verbaux étant moins nécessaires, offrant moins de garanties, l'opinion
ne les rend plus aussi sacrés. Enfin, quand des officiers publics
existent, ils interviennent dans les actes écrits pour leur donner plus
d'authenticité; les écrits privés eux-mêmes perdent de leur importance.

Ce sont donc les besoins de la société diversement exprimés et sentis,
suivant son état, ce sont les intérêts de sa conservation et de son
bien-être, qui sont la base des moeurs, les principes d'où dérivent
l'opinion et l'origine des lois.

Les lois expriment les besoins reconnus; les moeurs les sentent, les
garantissent sans les avoir consacrés, et suppléent en partie aux
lacunes des lois et à leur insuffisance.



NOTE RECTIFICATIVE A QUELQUES PASSAGES DES MÉMOIRES CONCERNANT M. LE DUC
DE BLACAS.

Les pages 21 et suivantes du tome VII de ces _Mémoires_ ont donné lieu à
une réclamation de M. le duc de Blacas, fils de celui dont il est
question. Nous nous sommes fait un devoir de l'accueillir, persuadé que
nous sommes que l'impartialité du duc de Raguse en aurait fait autant,
et que, d'ailleurs, la lumière se fait par la discussion même.

L'histoire pèsera les arguments apportés de part et d'autre et jugera en
dernier ressort.

(_Note de l'Éditeur._)

Voici la note de M. de Blacas fils:

«C'est une exagération de dire que M. le duc de Blacas n'avait pas
servi. Capitaine de dragons dans le régiment du roi, en 1790, il fit
toutes les campagnes de l'armée de Condé et ne vint se fixer
momentanément à Florence qu'après le licenciement. Jamais M. de Blacas
n'a reçu quoi que ce soit sur la ferme des jeux. Quant aux sept ou huit
millions qui lui auraient été confiés au retour de Gand par le roi
Louis XVIII, voici l'entière vérité:

«Une somme considérable fut en effet remise par le roi à M. de Blacas
avec ordre de la placer sous son nom personnel en bons de l'Échiquier et
autres valeurs anglaises. La négociation se fit par l'intermédiaire de
banquiers de Londres, entre autres de MM. Contes et Drummont. Chaque
année, M. de Blacas présentait un rapport au roi sur le revenu et sur
l'emploi de ces fonds. Le lendemain de la mort de Louis XVIII, ce fut
lui qui apprit au roi Charles X l'existence de ce dépôt, et il lui en
remit tous les titres. À partir de ce moment, l'administration en fut
confiée à M. de Belleville, qui donna une décharge signée de lui et
_approuvée_ par le roi. Cette pièce, ainsi que les comptes rendus de
1815 à 1824, qui portent tous le _vu et approuvé_ de la main du roi
Louis XVIII, et toute la correspondance des banquiers, se trouvent dans
les papiers que M. de Blacas a laissés à sa famille. Ce fut sous le nom
de M. de Belleville que ces fonds figurèrent désormais chez les
banquiers, et leur correspondance constate ce changement. Ces fonds ont
été l'unique ressource du roi Charles X à son arrivée en Angleterre
après la Révolution de 1830.»

FIN DU TOME NEUVIÈME ET DERNIER.


TABLE DES MATIÈRES


LIVRE VINGT-CINQUIÈME.--1835-1838.

Reprise de mes _Mémoires_.--Publication de mon voyage en
Orient.--Instances du général de Witt pour que je prenne du service en
Russie.--Le savant Fossombroni.

Couronnement de l'empereur et de l'impératrice d'Autriche en
Bohême.--Voyage en Bohême.--Richesses de la Bohême.--Château de
Rothenhof.--Château de Frauenberg.--Cristaux de Bohême.--Fabrique de
Leonor-Hain.

Prague.--Palais des États.--Musée.--Bibliothèque.--Champ de bataille de
Prague (1757).--Fabriques de Prague.--Château de Brandeis.--Fabrique
Koeklin.--Château de Telschen.

Toeplitz.--Voyage du roi de Prusse à Toeplitz.--Eaux de Lobkowitz.--Le
maréchal Paskewitz.--Établissement métallurgique de Platz.--Carlsbad.
--Elbogen.--Egra.--Franzensbad-Koenigswart.--Marienbad.--Riesenstein.

Champ de bataille de Znaïm.--Champ de bataille de Kollin.--Champ de
bataille de Lowositz.

L'empereur Nicolas.--Entrevue mystérieuse.--Les contradictions de son
caractère.--Pilnitz.

Trésor de Dresde.--Fabrique de porcelaine de Saxe.--Suisse
saxonne.--Camp de Pirna.--Freiberg.--Colonie des Frères
Moraves.--Friedland.--Koenigsgratz.--Josephstadt.--Forges de Brünn.--Le
Spielberg.--Marcheck.--Famille de Lichtenstein.

Château de Malaczka, au prince Pallfy.--Hiver à Vienne.--M. le duc de
Bordeaux.--Études sur les fours à puddler.

LIVRE VINGT-SIXIÈME.--1839-1841.

Affaires d'Orient de 1839 à 1841.--Mes rapports avec Méhémet-Ali.
Confidences.

Lettres de Boghos-Bey.--Je deviens un intermédiaire utile.

Opinion du prince de Metternich.--Situation de Méhémet-Ali vis-à-vis de
diverses puissances.--Intervention de la Russie.--Le prince de
Metternich s'appuie sur l'Angleterre.

Mémoire sur la question d'Orient, intitulé: _De la crise de l'Orient et
de la politique qu'elle semble exiger_.--Terreur inspirée à Vienne par
le traité du 15 juillet.--Critique de la politique suivie par la
France.--Raisons de la faiblesse de l'armée égyptienne en campagne.

Ibrahim-Pacha et Soliman-Pacha.--Saint-Jean-d'Acre.--Continuation de mes
relations avec l'Égypte.--Appendice.

CORRESPONDANCE DU LIVRE VINGT-SIXIÈME

Correspondance entre le maréchal Marmont et Boghos-Joussouf.
Relation de la bataille de Nézib par Soliman-Pacha. Observations du
maréchal sur cette bataille.

LIVRE VINGT-SEPTIÈME.--1841.

Je reprends la plume pour consigner encore quelques souvenirs.--M. de
Sainte-Aulaire quitte Vienne.--Appréciation de son caractère.--Sa
famille.--Ses embarras.--Anecdotes.

Je me détermine à m'établir à Venise.--M. le duc de Bordeaux.

Venise.--Place Saint-Marc.--Considérations sur les différentes phases de
la puissance de Venise.--Société de Venise.--Peintures.--Les Murazzy.

Chioggia.--L'Adige.--Digues.

Le Pô.

Bologne.--Peintures.

Florence.--Tableaux.

Gênes.

MÉLANGES.

Le comte de Fiquelmont, ancien ministre d'Autriche, au maréchal duc de
Raguse, sur le commerce de la Russie (Vienne, le 14 février 1851).

Promenades dans Rome.

Des révolutions et des circonstances qui les amènent.

Des vertus des peuples barbares.

Note relative à quelques passages des _Mémoires_ concernant M. le duc de
Blacas.

FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES DU TOME NEUVIÈME ET DERNIER.


NOTES RELATIVES A QUELQUES PASSAGES DES MÉMOIRES DU DUC DE RAGUSE

Les deux documents qui suivent nous ont été adressés avec prière de les
publier à la suite des _Mémoires_: l'un est destiné à faire connaître,
par des pièces officielles, la part que le prince Eugène avait prise aux
événements de 1814; l'autre a trait à M. le duc de Blacas.
                                                 (_Note de l'Éditeur._)


Nº 1.--LETTRE DU ROI DE BAVIÈRE, MAXIMILIEN-JOSEPH, AU PRINCE EUGÈNE.

Nymphenbourg, le 8 octobre 1813.

Mon bien-aimé fils,

Vans connaissez mieux que personne, mon bien cher ami, la scrupuleuse
exactitude avec laquelle j'ai rempli mes engagements avec la France,
quelque pénibles et onéreux qu'ils aient été. Les désastres de la
dernière campagne ont surpassé tout ce qu'on pouvait craindre; cependant
la Bavière est parvenue à lever une nouvelle armée, avec laquelle elle a
tenu en échec jusqu'ici l'armée autrichienne aux ordres du prince de
Reuss. Cette mesure couvrait une partie de ma frontière, mais laissait à
découvert toute la ligne qui court le long de la Bohême, depuis Passau
jusqu'à Egra, ainsi que toute la frontière de la Franconie, du côté de
la Saxe. J'ai attendu d'un moment à l'autre que cette immense lacune du
système défensif fût remplie, mais mon attente a été vaine. Les princes
voisins, comme le roi de Wurtemberg, ont refusé tout secours, sous
prétexte qu'ils avaient besoin de leurs forces pour eux-mêmes. L'armée
d'observation de Bavière a reçu une autre destination et n'a jamais
suivi aucune espèce de correspondance avec le général de Wrede. On a
laissé le temps aux troupes légères ennemies d'occuper, sur les
derrières de l'armée, tout le pays entre la Saal et l'Elbe, d'y détruire
divers corps français et de se rendre redoutables à mes frontières, aux
réserves de Benningsen, de gagner la Bohême, d'où elles sont à portée de
se jeter, sans trouver d'obstacle ni de résistance, sur mes provinces en
Franconie ou dans le Haut-Palatinat, et de là sur le Danube, opération
qui ne laisserait d'autre retraite à Wrede, de son propre aveu, que les
gorges du Tyrol, et laisserait à découvert le reste de mes États. Je
serais forcé de les quitter avec ma famille, dans un moment où il serait
le plus dangereux d'en sortir. Dans une situation aussi critique, et
presque désespérée, il ne m'est resté d'autre ressource que de me rendre
aux instances vives, réitérées et pressantes des cours alliées de
conclure avec elles un traité d'alliance. Je crois avoir remarqué à
cette occasion, avec assez de certitude pour me croire fondé à vous le
dire, que les Autrichiens ne seraient pas éloignés de se prêter du côté
de l'Italie à un armistice sur le pied de la ligne du Tagliamento. C'est
votre père, et non le roi, qui vous dit ceci, persuadé que vous saurez
allier _vos intérêts_ avec, ce que vous devez à l'honneur et à vos
devoirs.

J'ai, comme bien vous pouvez croire, fait rendre le chiffre de l'armée
au ministre de France, sans en prendre copie. Je vous prie de même
d'être persuadé que les malades qui sont dans mes hôpitaux seront
traités à mes frais et renvoyés libres chez eux. Il en sera de même des
individus français et italiens qui se trouveront en Bavière.

J'espère, mon cher Eugène, que nous n'en serons pas moins attachés l'un
à l'autre, et que je serai peut-être à même de vous prouver _par des
faits_ que ma tendre amitié pour vous est toujours la même. Elle durera
autant que moi.

Je vous embrasse un million de fois en idée.

Votre bon père,

MAX.-JOSEPH.

La reine vous embrasse.


Nº II.--LE PRINCE EUGÈNE AU ROI DE BAVIÈRE, SON BEAU-PÈRE.

Gradisca, le 15 octobre 1813.

Mon bon père,

Je reçois à l'instant votre lettre du 8 courant. Votre coeur sentira
facilement tout ce que le mien a dû souffrir en la lisant. Encore si je
ne souffrais que pour moi! mais je tremble pour la santé de ma pauvre
Auguste lorsqu'elle sera informée du parti que vous vous êtes cru obligé
de prendre.

Quant à moi, mon bon père, quel que soit le sort que le ciel me réserve,
heureux ou malheureux, j'ose vous l'assurer, je serai toujours digne de
vous appartenir, je mériterai la conservation des sentiments d'estime et
de tendresse dont vous m'avez donné tant de preuves.

Vous me connaissez assez, j'en suis sûr, pour être convaincu que dans
cette pénible circonstance je ne m'écarterai pas un instant de la ligne
de l'honneur ni de mes devoirs; je le sais, c'est en me conduisant ainsi
que je sois certain de trouver toujours en vous pour moi, pour votre
chère Auguste, pour vos petits-enfants, un père et un ami.

Le hasard m'a offert une occasion de faire pressentir le général Hiller
sur un arrangement tacite par lequel nous demeurerions, lui et moi, dans
les positions que nous occupons, c'est-à-dire sur les deux rives de
l'Isonzo; je ne sais ce qu'il répondra; mais, vous le sentirez, je ne
puis faire au delà. Si cette première proposition est jugée
insuffisante, si la fortune m'est à l'avenir aussi contraire qu'elle m'a
été favorable jusqu'à présent, je regretterai toute ma vie qu'Auguste et
ses enfants n'aient pas reçu de moi tout le bonheur que j'aurais voulu
leur assurer; mais ma conscience sera pure, et je laisserai pour
héritage à mes enfants une mémoire sans tache.

Je ne sais, mon bon père, ce que votre nouvelle position vous rendra
possible. Je ne vous recommande pas votre gendre, mais je croirais
manquer à mes premiers devoirs si je ne vous disais pas: Sire, n'oubliez
ni votre fille ni vos petits-enfants.

Je suis, mon bon père, avec les sentiments de respect et de tendresse
que vous me connaissez et que je vous ai voués pour la vie.

Votre bien affectionné fils,

EUGÈNE.

Je présente mes hommages à la reine; j'embrasse frères et soeurs.


Nº III.--LE ROI DE BAVIÈRE AU PRINCE EUGÈNE.

Francfort-sur-Mein, le 16 novembre 1813.

Vous pouvez ajouter foi, mon cher Eugène, à tout ce que vous dira le
prince Taxis, porteur de la présente. Il a toute ma confiance, et,
quoique jeune, il en est digne. Le papier ci-joint vous donnera une idée
générale de la situation des choses. Brûlez-le dès que vous l'aurez lu.
Je vous embrasse tendrement, et vous aimerai, vous, ma fille et mes
petits-enfants, jusqu'à mon dernier soupir.

Votre bon père et meilleur ami,

MAX.-JOSEPH.

Il ne dépendra pas de moi que vous ne soyez aussi heureux que vous
méritez de l'être; tout le monde _de ce côté-ci_ vous aime et vous
respecte; c'est ce que j'entends tous les jours.


Nº IV.--RELATION DE LA MISSION DU PRINCE DE LA TOUR ET TAXIS, ENVOYÉ PAR
LES SOUVERAINS ALLIÉS AUPRÈS DU PRINCE EUGÈNE, EN NOVEMBRE 1813. FAITE À
MUNICH, LE 15 NOVEMBRE 1836 ET ADRESSÉE À SON ALTESSE ROYALE MADAME LA
DUCHESSE DE LEUCHTENBERG, VEUVE DU PRINCE EUGÈNE.

Madame,

D'après l'autorisation du roi mon maître, dont Votre Altesse Royale m'a
donné l'assurance au nom de son auguste frère, je m'empresse d'obéir à
ses ordres, et de lui soumettre un récit fidèle de la mission dont je
fus chargé au mois de novembre de l'année 1813.

J'étais, à cette époque, major et aide de camp du feu roi
Maximilien-Joseph, attaché pour la durée de la guerre à l'état-major
général de M. le maréchal prince de Wrede, qui se trouvait à Francfort,
où en même temps tous les souverains alliés étaient présents. Le roi de
Bavière s'y était également rendu.--Ce fut le 16 novembre que le
maréchal me fit venir, et me dit qu'on avait pris la résolution de faire
des démarches pour détacher, si cela serait possible, l'Italie entière
du système ennemi sans effusion de sang: que déjà on avait entamé des
négociations avec le roi Joachim à Naples, et que maintenant les
puissances alliés avaient engagé le roi de Bavière, comme le beau-père
du prince vice-roi, de faire en leur nom des ouvertures à ce sujet à son
gendre.--De plus, j'appris que c'était moi qui avais été choisi pour
cette mission, et je reçus l'ordre de me rendre immédiatement chez Sa
Majesté. Le roi me donna une lettre adressée à son beau-fils, et
m'ordonna d'aller trouver, avant mon départ, M. le prince de Metternich,
chancelier d'État de Sa Majesté l'empereur d'Autriche, lequel me
donnerait des instructions verbales.

Arrivé au logement de ce dernier, j'appris que, comme cette affaire
délicate devait être traitée avec le plus grand secret, je devais me
présenter en uniforme autrichien aux avant-postes de l'armée française
en Italie, comme un parlementaire ordinaire. Le prince de Metternich me
dit que l'intention des souverains alliés était que je fisse tout ce qui
serait en mon pouvoir pour persuader le prince Eugène d'accepter les
propositions contenues dans la lettre du roi de Bavière; à quoi je pris
la liberté de répondre que j'avais l'honneur de connaître
personnellement le vice-roi, et que j'étais intimement persuadé que tous
les efforts seraient infructueux, quand même mon éloquence serait aussi
grande que possible, ce que d'ailleurs j'étais bien éloigné de croire;
mais que toutefois, étant militaire, je saurais obéir. M. de Metternich
répliqua que sans aucun doute le prince Eugène possédait l'estime de
l'Europe entière, mais que la situation générale des affaires lui
faisait un devoir d'essayer, au nom des puissances, la démarche en
question. Puis il me donna une lettre pour le général baron Hiller,
quoique son successeur, le maréchal comte de Bellegarde, était déjà
nommé.

Je partis en poste, dans la nuit du 16 au 17 novembre, de Francfort,
passai par Augsbourg et Inspruck, et suivis la grande route jusqu'à
Trente, où j'étais obligé de la quitter, vu la position respective des
deux armées. Je pris donc par le col de Lugano, et descendis par
Citadelle et Bassano.

Enfin, le 21 de grand matin, j'étais rendu à Vicence, où se trouvait le
quartier général autrichien. Peu après, je me fis annoncer chez le
général Hiller, et lui remis la dépêche concernant les détails
accessoires de ma mission, et qui lui prescrivait de me fournir
l'uniforme d'un officier supérieur de son état-major général; tout fut
arrangé de la sorte, et le 22, avant la pointe du jour, je partis de
Vicence, déguisé et sous le nom d'un major Eberle pour Stradi-Caldiera,
où je remis une lettre du général Hiller au général Pflachner, qui
commandait les avant-postes, dans laquelle il lui était enjoint de me
faire donner de suite un cheval de hussard, et de me faire accompagner
par un trompette aux avant-postes français.

Bientôt après, j'avais passé les dernières vedettes autrichiennes, et,
avançant sur la grande route de Vérone, j'aperçus dix minutes plus tard
un piquet de chasseurs à cheval; je fis donner le signal d'usage, et
dans quelques instants un officier vint pour me recevoir; il me dit
(comme c'est l'usage général) que je ne pouvais passer en aucun cas
jusqu'au quartier général du vice-roi, vu que le général Rouyer, qui
commandait les avant-postes français, avait les instructions générales
pour se faire remettre toutes les dépêches apportées par un
parlementaire quelconque. Comme cette difficulté était prévue, je lui
remis une lettre écrite par moi, mais cachetée par le général Hiller, et
dans laquelle je prévenais le prince que des communications de la plus
haute importance devaient lui être faites verbalement. Puis j'ajoutais
que, en tous cas, je ne quitterais pas les avant-postes avant la réponse
du vice-roi. L'officier partit au galop, et revint bientôt après pour
m'annoncer que le général Rouyer venait d'expédier un aide de camp afin
de porter ma lettre à Vérone.

J'attendis trois heures environ, au bout desquelles on vint m'annoncer
que le prince me recevrait dans l'église du petit village de
San-Michèle, qui se trouvait à peu près à mille cinq cents pas des
avant-postes; j'eus les yeux bandés, comme c'est l'usage en pareil cas,
et je fus conduit à cette église, où on ôta de nouveau le mouchoir.

Quinze minutes après, le prince Eugène descendit de cheval et entra dans
le local où je me trouvais; il me reconnut à l'instant même où je lui
remis la lettre du roi, et puis se tourna vers les officiers de sa
suite, en disant: «Comme nous n'avons rien à cacher à Monsieur dans un
pays ouvert, j'aime autant respirer en plein air.» Nous sortîmes donc
tous, et, tandis que la suite se tenait près du péristyle de l'église,
le vice-roi se promenait avec moi à cent pas de distance.

Ce n'est qu'après m'avoir demandé des nouvelles de la santé de son
auguste beau-père que le prince ouvrit sa lettre; il la lut deux fois,
ainsi qu'une note qui y était incluse, et puis me dit, sans la moindre
hésitation: «Je suis bien fâché de donner un refus au roi, mon
beau-père, mais on demande l'impossible.»

C'est ici, madame, où la partie importante de ma narration paraît
commencer seulement, qu'elle est, pour ainsi dire, déjà terminée; car
tout le reste de cette conversation roula sur les mêmes termes. J'avais
beau me servir des expressions mille fois rebattues de politique,
d'utilité, d'intérêt du moment, etc., etc., avec les deux mots bien
simples du devoir, de la reconnaissance et de la sainteté du serment
prêté, l'avantage restait toujours du côté du prince. Cependant
j'essayerai de retracer encore à Votre Altesse Royale textuellement
quelques phrases prononcées par le feu prince, son illustre époux.
Lorsque je lui parlais du sort de ses enfants, il me dit: «Certainement
j'ignore si mon fils est destiné à porter un jour la couronne de fer;
mais, en tout cas, il ne doit y arriver que par la bonne voie.» Puis,
lorsqu'il apprit par moi que les puissances alliées étaient bien
décidées à passer le Rhin avec des forces supérieures, il me répondit:
«On ne peut nier que l'astre de l'Empereur commence à pâlir; mais c'est
une raison de plus pour ceux qui ont reçu de ses bienfaits de lui rester
fidèles.» Et puis il ajouta que même les offres qui venaient de lui être
faites ne resteraient pas un secret pour l'Empereur. Enfin, lorsque,
comme dernier argument, je commençais, ainsi que mets instructions me le
prescrivaient, de lui parler des dispositions assez claires que le roi
Joachim avait témoignées de traiter avec les souverains alliés, et
lorsque j'ajoutais qu'avant six semaines son flanc droit se trouverait
exposé, compromis peut-être, le prince me dit: «J'aime à croire que vous
vous trompez; si toutefois il en était ainsi, je serais certainement le
dernier pour approuver la conduite du roi de Naples; encore la situation
ne serait-elle pas exactement la même: lui est souverain; moi, ici, je
ne suis que le lieutenant de l'Empereur.» Enfin notre conversation se
termina exactement comme elle avait commencé; la résolution du prince
resta inébranlable.

Pour ce cas, j'avais l'ordre de le prier de déchirer en ma présence la
lettre du roi de Bavière, ainsi que la note incluse, ce qu'il fit à
l'instant même; puis il me dit qu'il allait rentrer à Vérone, et que là
il écrirait une lettre à son beau-père pour lui expliquer les motifs de
son refus; puis il appela le général Rouyer, l'engagea à me faire dîner
avec lui, et remonta à cheval avec toute sa suite.

Vers huit heures du soir, ce même jour, 22 novembre, un officier
d'ordonnance m'apporta la lettre en question, et je quittai San-Michèle
immédiatement après pour regagner les vedettes autrichiennes. Le
lendemain de grand matin, je me présentai chez le général Hiller pour
lui dire en peu de mots que ma mission n'avait pas réussi, et vers le
coucher du soleil, après avoir repris mon uniforme bavarois, je repartis
pour l'Allemagne. Mes instructions portaient de me rendre d'abord à
Carlsruhe, où le roi Maximilien-Joseph avait eu l'intention de se
rendre; ce fut là que je lui remis la réponse du prince Eugène. Il la
lut en disant: _Je le leur avais bien dit_, la recacheta aussitôt, et
m'ordonna de repartir immédiatement pour Francfort, afin de la remettre
au prince Metternich, et de lui faire de vive voix un rapport sur ma
mission.

J'arrivai à Francfort le 30 novembre au matin, et m'acquittai
sur-le-champ de ce qui m'était prescrit. M. de Metternich me dit combien
il regrettait que la démarche eût échoué, tout en rendant la justice la
plus entière au beau caractère du prince: ensuite il ajouta qu'il
communiquerait la réponse du prince aux souverains alliés, et qu'il la
renverrait plus tard au roi par un courrier de cabinet.

C'est ici, madame, que ma narration est finie. Peut-être Votre Altesse
Royale la trouvera-t-elle incomplète, mais j'ose compter sur son
indulgence. J'ai dit tout ce que ma mémoire avait gardé, et vingt-trois
ans ont passé depuis. Le point essentiel pour l'histoire est toujours de
savoir que le prince a non-seulement fait ce que l'honneur exigeait,
mais qu'il n'a pas même hésité un seul instant à le faire.

En me mettant aux pieds de Votre Altesse Royale, j'ai l'honneur d'être
avec le plus profond respect, madame,

De Votre Altesse Royale, le très-obéissant, très-soumis et très-dévoué
serviteur,

Signé: LE PRINCE AUGUSTE DE LA TOUR ET TAXIS, Général major à la suite
de l'armée.

Pour l'authenticité de la signature là-dessus.

Le secrétaire général au ministère de la guerre,

(L. S.)

Munich, le 15 novembre 1836.

Signé: GLOCKNER.

Le soussigné, secrétaire intime au ministère des affaires étrangères de
Bavière, certifie l'authenticité de la signature ci-contre du secrétaire
général au ministère de la guerre.

Munich, le 15 novembre 1836.

(L. S.)

Par autorisation du ministre.

Signé: GESSELS.

Pour copie conforme,

Munich, le 15 novembre 1836.

GESSELS.

Secrétaire intime.

Sceau des affaires étrangères de Bavière.


Nº V.--LETTRE DU PRINCE EUGÈNE À LA PRINCESSE AUGUSTE.

Vérone, le 23 novembre 1813.

Je t'envoie, ma bonne Auguste, une lettre que j'ai reçue du roi par un
officier parlementaire. Cet officier n'était autre que le prince Taxis.
J'ai causé plus d'une heure avec lui, et je t'assure que je n'ai dit que
ce que je devais. En deux mots, il m'a apporté la proposition de la part
de tous les alliés, pour me faite quitter la cause de l'Empereur, de me
reconnaître comme roi d'Italie.

J'ai répondu tout ce que toi-même, tu aurais répondu, et il est parti
ému et admirateur de ma manière de penser; comme il a vu que je ne
voulais entendre à rien qu'à un armistice, il m'a assuré que le roi
l'obtiendrait d'autant plus, «que les alliés admiraient mon caractère et
ma conduite.»

C'est déjà une bien belle récompense que de commander ainsi l'estime à
ses ennemis.

Déchire le billet du roi, ne parle de rien de tout cela.

Dans l'armée on ne sait qu'il est venu un parlementaire que comme
officier autrichien.

Adieu, etc., etc.


Nº VI.--L'EMPEREUR AU PRINCE EUGÈNE.

Saint-Cloud, le 17 novembre 1813.

Mon fils, le général Danthouard arrive. Vous avez encore une belle
armée, et, si vous avez avec cela cent pièces de canon, l'ennemi est
incapable de vous forcer, il ne s'agit que de gagner du temps. J'ai ici
six cent mille hommes en mouvement; j'en réunirai cent mille en Italie.
Je vais prendre des mesures pour porter tous vos cadres au grand complet
de neuf cents hommes par bataillon. Faites-moi connaître si tous les
régiments de l'armée d'Italie d'ancienne formation auraient de l'étoffe
pour établir les sixièmes bataillons.

Votre affectionné père,

NAPOLÉON.

_P. S._ Vous trouverez ci-joint la note du départ des colonnes
italiennes.


N° VII.--L'EMPEREUR AU PRINCE EUGÈNE.

Saint-Cloud, le 18 novembre 1813.

Mon fils,

J'ai reçu votre lettre sur la situation des esprits en Italie. J'envoie
à Gênes le prince d'Essling avec trois mille hommes tirés de Toulon. Je
vous ai envoyé aujourd'hui un ordre pour la formation de plusieurs
sixièmes bataillons. Vous y aurez vu que vous pouvez compter sur un
renfort de quinze à seize mille hommes, et qu'en outre quarante mille
hommes seront réunis avant le 1er janvier à Turin et à Alexandrie. On
fera encore de plus grands efforts. Dans ce moment, tout est ici en
mouvement. Ne vous laissez point abattre par le mauvais esprit des
Italiens. Il ne faut pas compter sur la reconnaissance des peuples. Le
sort de l'Italie ne dépend pas des Italiens. J'ai déjà six cent mille
hommes en mouvement. Je puis employer là-dessus cent mille hommes pour
l'Italie. De votre côté, remuez-vous aussi. Écrivez au prince Borghèse.
Il me semble que la grande-duchesse et le général Miollis pourraient
envoyer des colonnes dans le Rubicon. J'ai envoyé le duc d'Otrante à
Naples pour éclairer le roi et l'engager à se porter sur le Pô. Si ce
prince ne trahit pas ce qu'il doit à la France et à moi, sa marche
pourra être d'un grand effet.

Votre affectionné père,

NAPOLÉON.


N° VIII.--L'EMPEREUR AU PRINCE EUGÈNE.

Saint-Cloud, le 20 novembre 1813.

Mon fils,

Je viens de dicter au général Danthouard ce qu'il doit faire à Turin,
Alexandrie, Plaisance et Mantoue: il vous fera connaître mes intentions.

Il ne faut point quitter l'Adige sans livrer une grande bataille; les
grandes batailles se gagnent avec de l'artillerie: ayez beaucoup de
pièces de 12. Étant à portée des places fortes, vous pourrez en avoir
autant que vous voudrez. Vous n'avez plus rien à craindre d'une
diversion sur les derrières, puisque l'artillerie ne passe nulle part.
Mettez deux cents hommes et six pièces de canons à Brescia, à la
citadelle. Ayez des barques armées, qui vous rendent absolument maître
du lac de Peschiera, du lac de Lugano, du lac Majeur et du lac de Côme.
Faites construire de bonnes redoutes fraisées et palissadées sur le
plateau de Rivoli et qu'elles battent le chemin de Vérone, sur la rive
gauche de l'Adige. Faites construire des ouvrages du côté de Montebello
(_ce dernier mot est effacé et remplacé de la main de l'Empereur par la_
Couronne).

Si vous êtes à temps, occupez les hauteurs de Caldiero et faites-y faire
des redoutes; coupez les digues de l'Alpon et inondez le bas Adige.
Enfin, la grande manoeuvre serait d'attaquer l'ennemi en concertant les
moyens de passer rapidement, et sans qu'il le sût, par Mestre. Cette
manoeuvre concertée en secret, et avec les grands moyens que vous avez,
pourrait vous donner des avantages considérables.

Votre affectionné père,

NAPOLÉON.


N° IX.--LETTRE DU GÉNÉRAL DANTHOUARD AU PRINCE EUGÈNE.

Sans date.

Monseigneur,

J'ai l'honneur d'adresser à Votre Altesse Impériale une copie des
instructions que l'Empereur m'a dictées et que j'ai écrites à la volée.
Je pense que Votre Altesse est déjà au courant de tout cela, mais il y a
des articles intéressants. J'ai écrit comme l'Empereur parlait. Il y a
eu ensuite une conversation d'une heure. Il est déjà passé cinq mille
conscrits pour Alexandrie, et il y en a sept mille passés de Piémont en
France.

Je n'ose m'exprimer sur ce que je pense des travaux militaires du
Mont-Cenis; il faudra une division pour les garder si on les achève;
mais je parie qu'il en sera pour ce point comme pour Peschiera.

Votre Altesse Impériale verra que je sais encore loin d'elle pour
plusieurs jours. Je ne sais comment le prince Borghèse prendra ma
mission; mais, s'il la prend bien, je la ferai bien; s'il la prend mal,
je ne pourrai la remplir en entier. L'Empereur m'a dit de lui rendre
compte directement et en même temps m'a ajouté:

«Tout ce que vous allez faire étant pour le vice-roi, vous le
préviendrez de tout ce qui sera nécessaire.» Je prie Votre Altesse
Impériale de m'adresser ses ordres à Turin pour ces premiers jours; il
est probable que je n'irai à Plaisance qu'après Casal, et passant par
Milan.

J'ai l'honneur d'être avec un profond respect, Monseigneur,

De Votre Altesse, le très-humble et dévoué,

Comte DANTHOUARD.


N° X.--ORDRES ET INSTRUCTIONS DICTÉS PAR L'EMPEREUR, LE 20 NOVEMBRE
1813, À ONZE HEURES DU MATIN.

Danthouard m'écrira du Mont-Cenis où en est la forteresse, si on peut
l'armer, si elle est à l'abri d'un coup de main, etc.

Il verra le prince Borghèse qui doit avoir reçu la copie de l'ordre que
j'ai signé hier, ayant deux buts, ou qui la lui fera voir.

_Premier but._--1° L'envoi de dix-huit mille hommes de renforts à
l'armée d'Italie sur la conscription des cent vingt mille hommes. Ces
dix-huit mille hommes sont fournis aux six corps qui forment l'armée
d'Italie, à raison de sept cents hommes; total, quatre mille deux cents
hommes. Plus, huit cents hommes à prendre au dépôt du 156e pour le 92e;
en tout, cinq mille hommes, et en sept mille hommes qui font partie des
régiments qui sont à l'armée d'Italie et dépôts au delà des Alpes.
Enfin, en six cents hommes du dépôt du 156e régiment pour le 36e léger,
six cents hommes pour le 133e, six cents hommes pour le 132e, etc.;
total, seize mille hommes.

Au reste, le prince Borghèse lui remettra le décret qui est
très-détaillé, afin qu'il en ait pleine connaissance pour l'exécution de
ses ordres.

Il reconnaîtra: 1° si les conscrits sont beaux hommes et forts,
s'assurera de la quantité, si la désertion a occasionné des pertes et
combien, etc.

2° Il s'informera du directeur de l'artillerie s'il a les armes pour ces
seize mille hommes.

3° Il s'assurera si l'habillement, grand et petit équipement, sont
prêts, ou quand ils le seront, etc.

4° Cet seize mille hommes sont destinés aux premier et deuxième
bataillons de l'armée d'Italie; mais j'ai en outre une armée de réserve
de trente mille hommes par décret d'hier (19 novembre), et à prendre sur
la levée des trois cent mille hommes. Ces trente mille hommes se
lèveront en Provence, en Dauphiné, Lyonnais, et seront réunis à
Alexandrie à la fin de décembre.

Il faut voir si les armes sont prêtes ainsi que l'habillement, ou bien
si les mesures sont prises pour cela, pour ces trente mille hommes. Ces
trente mille hommes, formant trois divisions, seront incorporés, pour la
première division, dans les quatrième et sixième bataillons de l'armée
d'Italie, le quatrième bataillon existant à Alexandrie. Le vice-roi fera
former les cadres des sixièmes bataillons et les enverra de suite à
Alexandrie.

2° La deuxième division sera formée des bataillons qui ont leur dépôt
en Piémont. Plusieurs retournent à la grande armée, en sorte qu'il ne
faut compter que sur la moitié; il faut donc former des cadres en
remplacement et les diriger sur ces dépôts.

3° La troisième division sera formée de onze à douze cinquièmes
bataillons, dans les vingt-septième et vingt-huitième divisions
militaires.

La première division recevra    9,000
La deuxième division recevra    7,500
La troisième division recevra   5,500
                               22,000 hommes.

Indépendamment de ces trois divisions, je forme une réserve en Toscane
des troisième, quatrième, cinquième bataillons du 112e régiment, des
quatrième, cinquième bataillons du 33e léger, qui reçoivent deux mille
cinq cents hommes sur la levée des trois cent mille hommes.

Plus, je forme une réserve à Rome des troisième, quatrième, bataillons
du 22e léger, des quatrième, cinquième bataillons du 4e léger, des
quatrième, cinquième bataillons du 6e de ligne, qui recevront trois
mille hommes sur les trois cent mille hommes, non compris ce qu'ils
reçoivent des cent vingt mille hommes; total, vingt-huit mille hommes.

Il reste deux mille hommes pour l'artillerie d'Alexandrie, Turin, pour
les sapeurs, les équipages... Je veux une artillerie pour l'armée de
réserve.

J'ai envoyé le prince d'Essling à Gênes avec trois mille hommes de
gardes nationales, levées depuis un an à Toulon. Il est possible que je
lui confie le commandement de l'armée de réserve; mais, s'il est
totalement hors d'état de le remplir à cause de sa poitrine, j'y
enverrai probablement le général Caffarelli.

Ainsi donc, avant le 1er janvier, le vice-roi recevra seize mille hommes
des cent vingt mille hommes pour recruter les trois premiers bataillons
des régiments, tout cela de l'ancienne France; il n'y aura ni
Piémontais, ni Italiens, ni Belges; plus trente mille hommes de l'armée
de réserve; total, quarante-six mille hommes réunis d'ici au mois de
février, tous vieux Français et âgés de vingt-trois, vingt quatre,
vingt-cinq, vingt-six, vingt-sept, vingt-huit, vingt-neuf, trente,
trente et un, trente-deux ans.

Le principal soin doit être de former les sixièmes bataillons et de
tirer des corps pour former les cadres dont nous manquons et qu'on ne
peut créer.

Le roi de Naples m'a écrit qu'il marche avec trente mille hommes. S'il
exécute le mouvement, l'Italie est sauvée; car les troupes autrichiennes
ne valent pas les Napolitains.

Le roi est un homme très-brave, il mérite de la considération, il ne
peut diriger des opérations, mais il est brave, il anime, il enlève et
mérite des égards. Il ne peut donner de l'ombrage au vice-roi; son rôle
est à Naples, il n'en peut sortir.

Danthouard me rendra compte de l'état dans lequel se trouve la citadelle
de Turin, son armement, ses magasins de guerre et de bouche, son
commandant, les officiers du génie, de l'état-major, etc., etc.

Il me rendra le même compte sur Alexandrie, en joignant le calque des
ouvrages; il me fera rapport sur les officiers, l'état-major, etc., etc.

Même rapport sur la citadelle de Plaisance. On me parle de la citadelle
de Casal; il s'y rendra, et me rendra compte si cela vaut la peine
d'être armé et approvisionné. Si le vice-roi avait enfermé dans les
places les fonds de dépôts comme quartiers-maîtres, ouvriers, etc., il
faut les retirer, il faut même évacuer tout ce qui, dans ce genre, se
trouve à Mantoue; on y a même enfermé le cinquième bataillon en dépôt du
3e léger; j'ai donné des ordres pour que ce dépôt reçoive six cents
conscrits à Alexandrie; Danthouard se fera rendre compte où cela en est,
et que cela soit dirigé d'Alexandrie; ensuite que le dépôt major,
ouvriers, soient à Plaisance pour recevoir ce qui revient de la grande
armée et organiser un bataillon. Danthouard trouvera à Alexandrin sept
cents hommes pour le 13e de ligne. Le vice-roi a enfermé le dépôt à
Palma-Nova; ces sept cents hommes vont se trouver seuls. J'ai ordonné
d'en former le sixième bataillon. Il faut que le vice-roi fournisse
quelques officiers, et le prince Borghèse formera le cadre. J'ai ordonné
qu'un demi-cadre du 13e soit envoyé de Mayence; mais, jusqu'à l'arrivée,
il faut pourvoir à la réception, organisation, instruction, et mettre ce
bataillon à la citadelle d'Alexandrie. Danthouard trouvera à Plaisance
le dépôt du neuvième bataillon des équipages militaires. Il faut diriger
tout l'atelier, le matériel, les magasins sur Alexandrie, qui est une
place sûre.

Si les approvisionnements des citadelles de Turin et d'Alexandrie
n'étaient pas complets, il faudrait en rendre compte au prince Borghèse,
pour qu'il y pourvoie de suite.

Danthouard donnera des ordres en forme d'avis pour tout ce qu'il croira
nécessaire d'après mes intentions et me rendra compte des ordres qu'il
aura donnés.

Il faut que les fortifications soient en état, fermer les gorges en
palissades, voir ce qui est nécessaire pour les parapets et banquettes à
rétablir, etc., etc. Porter une grande attention sur les inondations.
Compte-t-on dans le pays sur l'inondation du Tanaro et la résistance du
pont éclusé?

Un régiment croate de treize cents hommes et six cents chevaux est à
Lyon. Je donne ordre à Corbineau de faire mettre pied à terre et
d'envoyer cette canaille sur la Loire, et de donner trois cents chevaux
à chacun des deux régiments, 1er hussards et 31e de chasseurs.

Je vais m'occuper de la cavalerie pour l'armée d'Italie: 1° J'envoie à
Milan tout ce qui appartient au 1er de hussards et 31e de chasseurs; 2°
je vais y envoyer deux bons régiments de dragons d'Espagne de douze
cents chevaux chacun.

J'ai ordonné que toutes les troupes italiennes de la grande armée se
rendent à Milan, il y a quatre mille hommes. Même ordre pour les mêmes
qui sont en Aragon et en Espagne; il y a six mille hommes, tout cela est
en marche. J'ai ordonné à Grouchy de se rendre à l'armée d'Italie. Il
est un peu susceptible, mais le vice-roi fera pour le mieux. Le vice-roi
peut avoir grande confiance en Zucchi; j'en ai été très-content.

Il ne faut pas donner du crédit à Pino, il faut élever en crédit
Palombini et Zucchi et soutenir Fontanelli. L'expérience m'a prouvé que
l'ennemi s'occupe particulièrement de gagner les généraux étrangers que
nous portons en avant et leur accordent crédit et confiance. Ainsi de
Wrede, pour qui j'ai tout fait, a été tourné contre moi, mais il est
mort. Les trois généraux que j'indique peuvent être mis en avant en ce
moment et annuler Pino.

Il faut que les approvisionnements des places soient pour six mois. Je
désire que Danthouard examine Saint-Georges et me dise sur quoi je puis
compter.



OPÉRATIONS.

Le vice-roi ne doit pas quitter l'Adige sans une bataille. Il doit avoir
de la confiance; il a quarante mille hommes, il peut avoir cent vingt
pièces de canon, il est sûr du succès. Quitter l'Adige sans se battre
est un déshonneur. Il vaut mieux être battu.

Il faut qu'il y ait beaucoup d'artillerie, il ne doit pas en manquer à
Mantoue et Pavie. Il n'y a que les attelages qui pourraient manquer;
mais les dépôts sont trop voisins pour que l'on ait besoin de traîner
beaucoup de caissons. Ce n'est pas comme l'armée attaquante qui est
obligée à avoir avec soi ses deux approvisionnements. Il faut une
réserve de dix-huit pièces de douze pour un moment décisif. L'attelage
bien nécessaire est celui de la pièce et d'un caisson et demi, il n'est
pas nécessaire d'attelages réguliers pour les affûts, les forges, les
rechanges, etc., lorsque l'on est aussi prêt de ses places et dépôts.

Lorsqu'il verra venir la bataille, il doit avoir cent cinquante à deux
cents pièces. Je n'attache pas d'importance à la perte des canons, si
les chances de prises peuvent être compensées par les chances de succès.

Je suppose que la demi-lune de la porte de Vérone à Caldiero est établie
et armée; en cas contraire, il faut l'établir sur-le-champ et l'armer
avec du huit et du douze en fer on mauvais aloi à tirer des places,
puisque l'on n'a pas occupé Caldiero, qui était la véritable position.
J'avais dans le temps fait établir cette demi-lune.

L'occupation des hauteurs de Caldiero, couverte d'ouvrages de campagne,
ne peut être forcée, l'Alpon en avant. On doit y être sans inquiétude,
la Rocca-d'Anfo barre le seul chemin par où l'on puisse venir avec de
l'artillerie. Il y faut deux chaloupes armées pour le lac; il faut deux
ou trois barques années pour le lac de Come. Il faut tirer des marins de
la côte pour ce service, et, s'il n'y en a pas en demander au prince
Borghèse, de Gênes, où il se trouve des marins de l'ancienne France. Il
faut trois à quatre cents hommes dans la citadelle de Bergame et de
Brescia. Quelques poignées d'hommes de gardes nationales pour
l'intérieur de la ville et deux mauvaises pièces à la citadelle.

Il faut des bateaux armés pour les lacs de Mantoue, et qu'il y ait un
lieutenant de vaisseau de la vieille France pour chef; il faut rester
maître de tous les points des lacs.

Il faut se maintenir en communication avec Brondolo par la rive droite
de l'Adige. Il faut à Rivoli une bonne redoute palissadée, armée de
canons, ce qui rend impraticable la grande route de Vérone.

Il faut occuper le Montebaldo, et un ouvrage à la Corona.

Il faut alors que l'ennemi passe l'Adige, et je ne vois pas de
difficultés à couper les digues de l'Alpon et même les digues de l'Adige
sous Legnago à Chiavari (en batardeau). Il faut des bateaux armés sur le
lac Majeur et sur le lac de Lugano, sans violer les Suisses. Il y a un
point au royaume d'Italie. Dans ces situations inforçables, il ne faut
pas quitter sans une bataille; une manoeuvre que j'indique, que je ne
conseille pas, que je ferais, serait de passer par Brondolo-sur-Mestre,
et de forcer sur Trévise ou la Piave avec trente mille hommes; il ne
manque pas de moyens de transports à Venise. Je la ferais, mais je ne
conseille pas si on ne me comprend pas. On obtiendrait des résultats
incalculables. L'ennemi opère par Conegliano et Trévise; on le coupe,
on le disperse, on le détruit, et, s'il faut se retirer, on le fait sur
Malghera et l'Adige. Mais je ne conseille pas cette manoeuvre hardie;
c'est là ma manière, mais il faut comprendre et saisir tous les détails
et moyens d'exécution, le but à remplir, les coups à porter, etc.,
etc....... L'armée serait....... (_Sa Majesté en est restée là court_).

Si le vice-roi perdait la bataille et abandonnait l'Adige, il a la ligne
du Mincio qui n'est pas bonne, mais qu'il faut préparer d'avance pour
s'en servir pour un premier moment de retraite et voir venir; ensuite
l'Adda, le Tessin, etc., etc. Je pense que, forcé sur le Tessin, il doit
se jeter sur Alexandrie et la Boquette. Il serait, à Alexandrie,
renforcé par l'armée de réserve, sa ligne d'opération serait par Gênes.

Je préfère défendre Gênes au mont Cenis parce que d'Alexandrie et Gênes
il protége davantage la Toscane. Au cas de retraite, il faudra prévenir
les garnisons de Turin et du mont Cenis, et celle du Simplon, qui doit
se retirer sur Genève que je fais mettre en défense.

Quand bien même le vice-roi quitterait le Mincio et l'Adda, la
grande-duchesse doit rester à Florence; l'ennemi ne peut y envoyer un
détachement de son armée. D'ailleurs, si la grande-duchesse était
forcée, elle se replierait sur Rome; si elle y était encore forcée, elle
se replierait sur Naples.

La présence du prince d'Essling avec trois mille hommes à Gênes, où les
dépôts se forment, et les marins assurent la place. D'ailleurs les
Génois ne sont pas Autrichiens.

Il n'y a rien à craindre des Suisses; s'ils étaient contre nous, ils
seraient perdus. Ils sont bien loin de se déclarer aujourd'hui quoi
qu'on dise. Enfin, passé février, je serai en mesure, et j'enverrai
d'autres renforts. J'ai en ce moment huit cent mille hommes en
mouvement, etc. L'argent ne me manque pas.

Si les autorités italiennes étaient obligées d'évacuer Milan, elles se
retireraient à Gênes.

Dans tout ceci, j'ai fait abstraction du roi de Naples, car, s'il est
fidèle à moi, à la France et à l'honneur, il doit être avec vingt-cinq
mille hommes sur le Pô. Alors beaucoup de dispositions sont changées.

Je connais parfaitement les positions; je ne vois pas comment l'ennemi
passerait l'Adige. Quand bien même l'ennemi se porterait d'Ala sur
Montebaldo, il ne peut y conduire d'artillerie sur la Corona. Il y a de
superbes positions où j'ai donné ma bataille de Rivoli.

L'infanterie autrichienne est méprisable; la seule qui vaille quelque
chose est l'infanterie prussienne. À Leipsick, ils étaient cinq cent
mille hommes, et je n'en avais que cent dix mille; je les ai battus deux
jours de suite, etc., etc.

Il faut un pont sur le Pô au-dessous de Pavie vers Stradella. Il faut
faire travailler à la citadelle de Plaisance.

Si j'avais su sur quoi compter pour l'artillerie, j'aurais vu si je
devais aller en Italie; dans tous les cas, on peut laisser ébruiter que
j'irai en Italie, etc., etc.


Nº XI.--L'EMPEREUR AU PRINCE EUGÈNE.

Paris, le 28 novembre 1813.

Mon fils, je reçois votre lettre du 22 novembre[4]. Je reconnais bien là
la politique de l'Autriche; c'est ainsi qu'elle fait tant de traîtres.

[Note 4: Jour de l'entrevue avec le prince Taxis.]

Je ne vois pas de difficultés à ce que vous fassiez un armistice de deux
mois; mais le principal est de bien stipuler que les places seront
ravitaillées journellement, afin qu'au moment où l'armistice viendra à
se rompre elles soient aussi bien approvisionnées qu'avant. Je pense, au
reste, que cela se borne à Osoppo et Palma-Nuova, puisque vous conservez
vos communications avec Venise.

Votre affectionné père,

NAPOLÉON.


Nº XII.--L'EMPEREUR AU PRINCE EUGÈNE.

Paris, le 3 décembre 1813.

Mon fils, j'ai accordé les décorations de la Légion d'honneur et de la
Couronne de fer, que vous m'avez demandées pour l'armée dans votre
lettre du 23 du mois dernier.

Le roi de Naples me mande qu'il sera bientôt à Bologne avec trente mille
hommes. Cette nouvelle vous permettra de vous maintenir en communication
avec Venise et vous donnera le temps d'attendre l'armée que je forme
pour pouvoir reprendre le pays de Venise. Agissez avec le roi le mieux
qu'il vous sera possible; envoyez-lui un commissaire italien pour
assurer la nourriture de ses troupes; enfin faites-lui toutes les
prévenances possibles pour en tirer le meilleur parti. C'est une grande
consolation pour moi de n'avoir plus rien à craindre pour l'Italie.

Je vous ai mandé que toutes les troupes italiennes qui étaient en
Catalogne, en Aragon et à Bayonne sont actuellement en marche pour vous
rejoindre.

Votre affectionné père,

NAPOLÉON.


Nº XIII.--LE PRINCE EUGÈNE À LA PRINCESSE AUGUSTE.

Vérone, le 17 janvier 1814.

Il paraît, ma chère Auguste, qu'il sera impossible de s'entendre avec
l'ennemi pour une suspension d'armes. Oh! les vilaines gens! le
croirais-tu? ils ne consentent à traiter que sur la même question que
m'avait déjà faite le prince Taxis. Aussi a-t-on de suite rompu le
discours. Dans quel temps vivons-nous! et comme on dégrade l'éclat du
trône en exigeant, pour y monter, lâcheté, ingratitude et trahison! Va,
je ne serai jamais roi!

Adieu, ma bonne Auguste, etc.

EUGÈNE.


Nº XIV.--L'EMPEREUR AU PRINCE EUGÈNE. (LETTRE EN CHIFFRES, L'EXPLICATION
SE TROUVE AVEC LA LETTRE)

Paris, le 17 janvier 1814.

Mon fils, vous aurez su, par les différentes pièces qui ont été
publiées, tous les efforts que j'ai déjà faits pour avoir la paix. J'ai
depuis envoyé mon ministre des relations extérieures à leurs
avant-postes: ils ont différé à le recevoir, et cependant ils marchent
toujours.

Le dur d'Otrante vous aura mandé que le roi de Naples se met avec nos
ennemis: aussitôt que vous en aurez la nouvelle _officielle_, il me
semble important que vous gagniez les Alpes avec toute votre armée. _Le
cas échéant_, vous laisserez des Italiens pour la garnison de Mantoue et
autres places, ayant soin d'amener l'argenterie et les effets précieux
de la maison et les caisses.

Votre père affectionné,

NAPOLÉON.


Nº XV.--LE DUC D'OTRANTE AU PRINCE EUGÈNE.

Florence, le 21 janvier 1814.

Monseigneur, une lettre de M. Metternich a décidé la reine de Naples à
entrer dans la coalition. Je ne connais pas le traité, mais je sais
qu'il est conclu. Prévoyant le résultat prochain, j'ai eu l'honneur
d'écrire, il y a quelques jours, à Votre Altesse de prendre ses mesures
comme s'il était signé.

La lettre de M. Metternich est perfide; après avoir fait le tableau des
forces de la coalition et des désastres de la France, elle ajoute que
l'empereur Napoléon, dans des négociations avec les puissances
coalisées, cède toute l'Italie et même Naples; toutefois qu'il a fait
demander par le roi de Bavière le Milanais pour Votre Altesse.

Le projet de la coalition est simple: c'est de remettre les choses comme
elles étaient avant 1789; le roi de Naples en sera convaincu trop tard.

Votre Altesse sait ce qui vient de se passer à Rome; nous allons être
forcés d'évacuer la Toscane; la grande-duchesse fait rassembler tous les
militaires qui ne sont pas nécessaires pour la garde des forts, et les
enverra au quartier général de Votre Altesse; le prince Félix doit s'y
rendre, et j'aurai l'honneur de l'y accompagner.

Je prie Votre Altesse de recevoir, etc.

Le duc d'OTRANTE.


Nº XVI.--LE PRINCE EUGÈNE À LA PRINCESSE AUGUSTE.

Vérone, le 25 janvier 1814.

Les moments deviennent bien pressants, ma bien-aimée Auguste, surtout à
cause de ces maudits Napolitains. Peut-on voir plus de perfidie: ne pas
se déclarer et continuer à s'avancer sur nos derrières! N'importe, j'en
aurai un morceau, je t'en réponds. À tout événement, je fais partir
demain[5] Triaire pour Milan.

[Note 5: Le général Triaire, aide de camp du prince et écuyer, devait
accompagner la vice-reine en cas de départ.]


Nº XVII.--LE PRINCE EUGÈNE À LA PRINCESSE AUGUSTE.

Vérone, le 28 janvier 1814

Gifflinga est revenu aujourd'hui de Naples. Le roi est décidément contre
nous, et il sera à Bologne d'ici à quelques jours; je vais donc me
préparer à un mouvement sur le Mincio, pour être de là plus à portée de
passer le Pô, et donner sur le nez des Napolitains, si l'occasion s'en
présente.

Il faut penser sérieusement à ton voyage, quoique je sois certain de
pouvoir toujours te prévenir. Rien ne peut t'empêcher de passer par
Turin, le col de Tende et Nice pour aller à Marseille; la route de Gênes
serait peut-être moins sûre, à cause des Anglais, qui sont toujours le
long des côtes.

Tu feras bien de dire à Triaire de faire partir pour Aix ou pour
Marseille mes caisses de livres et de cartes topographiques.

Adieu, ma bonne Auguste.

EUGÈNE.


Nº XVIII.--LE PRINCE EUGÈNE À LA PRINCESSE AUGUSTE.

Goito, le 9 février 1814.

Encore une bataille de gagnée, ma bonne et chère Auguste! l'affaire a
été chaude et a duré jusqu'à huit heures du soir. En même temps que je
passais le Mincio pour attaquer l'ennemi, il passait lui-même sur un
autre point. Je l'ai pourtant battu et fait près de deux mille cinq
cents prisonniers. Nos troupes se sont bien conduites, surtout
l'infanterie. Ma santé est bonne; je suis seulement très-fatigué.

EUGÈNE.


Nº XIX.--LE DUC DE FELTRE, MINISTRE DE LA GUERRE, AU PRINCE EUGÈNE.

Paris, le 9 février 1814.

Monseigneur,

L'Empereur me prescrit, par une lettre datée de Nogent-sur-Seine, le 8
de ce mois, de réitérer à Votre Altesse Impériale l'ordre que Sa Majesté
lui a donné de se porter sur les Alpes, _aussitôt que le roi de Naples
aura déclaré la guerre à la France_.

D'après les intentions de Sa Majesté Votre Altesse Impériale ne doit
laisser aucune garnison dans les places de l'Italie, si ce n'est des
troupes d'Italie, et elle doit de sa personne venir avec tout ce qui est
Français sur Turin et Lyon, soit par Fenestrelle, soit par le mont
Cenis. L'Empereur me charge de mander à Votre Altesse Impériale
qu'aussitôt qu'elle sera en Savoie elle sera rejointe par tout ce que
nous avons à Lyon.

J'ai l'honneur, etc.

_Le ministre de la guerre_,

Duc DE FELTRE.


Nº XX.--LE PRINCE EUGÈNE À LA PRINCESSE AUGUSTE.

Goito, le 11 février 1814.

Je t'annonce que le roi de Naples, aussitôt qu'il a su que j'avais gagné
la bataille du Mincio, m'a envoyé un officier pour me faire quelques
ouvertures. J'y envoie de suite Bataille pour l'entendre; ce serait un
beau résultat pour moi si je pouvais obtenir qu'il se déclarât en notre
faveur.

EUGÈNE.


Nº XXI.--LETTRE DU PRINCE EUGÈNE À L'EMPEREUR.

Volta, le 18 février 1814.

Sire,

Une lettre que je reçois de l'impératrice Joséphine m'apprend que Votre
Majesté me reproche de n'avoir pas mis assez d'empressement à exécuter
l'ordre qu'elle m'a donné par sa lettre en chiffres, et qu'elle m'a fait
réitérer le 9 de ce mois par le duc de Feltre.

Votre Majesté a semblé croire aussi que j'ai besoin d'être excité à me
rapprocher de la France, dans les circonstances actuelles, par d'autres
motifs que mon dévouement pour sa personne, et mon amour pour ma patrie.

Que Votre majesté me le pardonne, mais je dois lui dire que je n'ai
mérité ni ses reproches ni le peu de confiance qu'elle montre dans des
sentiments qui seront toujours les plus puissants mobiles de toutes mes
actions.

L'ordre de Votre Majesté portait expressément que, dans le cas où le roi
de Naples déclarerait la guerre à la France, je devais me retirer sur
les Alpes. Cet ordre n'était que conditionnel: j'aurais été coupable si
je l'eusse exécuté avant que la condition qui devait en motiver
l'exécution eût été remplie. Mais cependant je me suis mis aussitôt, par
mon mouvement rétrograde sur le Mincio, et en m'échelonnant sur
Plaisance, en mesure d'exécuter la retraite que Votre Majesté me
prescrivait, aussitôt que le roi de Naples, sortant de son indécision,
se serait enfin formellement déclaré contre nous. Jusqu'à présent ses
troupes n'ont commis aucune hostilité contre celles de Votre Majesté; le
roi s'est toujours refusé à coopérer activement au mouvement des
Autrichiens, et, il y a deux jours encore, il m'a fait dire que son
intention n'était point d'agir contre Votre Majesté, et il m'a donné en
même temps à entendre qu'il ne faudrait qu'une circonstance heureuse
pour qu'il se déclarât en faveur des drapeaux sous lesquels il a
toujours combattu. Votre Majesté voit donc clairement qu'il ne m'a point
été permis de croire que le moment d'exécuter son ordre conditionnel fût
arrivé.

Mais, si Votre Majesté veut supposer un instant que j'eusse interprété
ses ordres de manière à me retirer aussitôt que je les aurais reçus,
qu'en serait-il résulté?

J'ai une armée de trente-six mille hommes, dont vingt-quatre mille
Français et douze mille Italiens. Mais, de ces vingt-quatre mille
Français, plus de la moitié sont nés dans les États de Rome et de Gênes,
en Toscane et dans le Piémont, et aucun d'eux assurément n'aurait
repassé les Alpes. Les hommes qui appartiennent aux départements du
Léman et du Mont-Blanc, qui commencent déjà à déserter, auraient bientôt
suivi cet exemple des Italiens, et je me serais trouvé dans les défilés
du mont Cenis ou de Fenestrelle, comme je m'y trouverai aussitôt que
Votre Majesté m'en aura donné l'ordre positif, avec dix mille hommes à
peine, et attirant à ma suite sur la France soixante-dix mille
Autrichiens, et l'armée napolitaine qui alors, privée de la présence de
l'armée française qui lui sert encore plus d'appui que de frein, eût été
forcée aussitôt d'agir offensivement contre nous. Il est d'ailleurs
impossible de douter que l'évacuation entière de l'Italie aurait jeté
dans les rangs des ennemis de Votre Majesté un grand nombre de soldats
qui sont aujourd'hui ses sujets.

Je suis donc convaincu que le mouvement de retraite prescrit par Votre
Majesté aurait été très-funeste à ses armes, et qu'il est fort heureux
que, jusqu'à présent, je n'aie pas dû l'opérer. Mais, si l'intention de
Votre Majesté était que je dusse le plus promptement possible rentrer en
France avec ce que j'aurais pu conserver de son armée, que n'a-t-elle
daigné me l'ordonner? Elle doit en être bien persuadée, ses moindres
désirs seront toujours des lois suprêmes pour moi; mais Votre Majesté
m'a appris que dans le métier des armes il n'est pas permis de deviner
les intentions, et qu'on doit se borner à exécuter les ordres.

Quoiqu'il en soit, il est impossible que de pareils doutes soient nés
dans le coeur de Votre Majesté. Un dévouement aussi parfait que le mien
doit avoir excité la jalousie; puisse-t-elle ne point parvenir à altérer
les bontés de Votre Majesté pour moi! elles seront toujours ma plus
chère récompense. Le but de toute ma vie sera de les justifier, et je ne
cesserai jamais de mettre mon bonheur à vous prouver mon attachement et
ma gloire à vous servir.

Je suis, Sire, etc.

Signé: EUGÈNE NAPOLÉON.


Nº XXII.--L'EMPEREUR AU PRINCE EUGÈNE.

Nangis, le 18 février 1814.

Mon fils,

J'ai reçu votre lettre du 9 février, j'ai vu avec plaisir les avantages
que vous avez obtenus; s'ils avaient été un peu plus décisifs et que
l'ennemi se fût plus compromit, nous aurions pu garder l'Italie. Tascher
vous fera connaître l'état des choses ici; j'ai détruit l'armée de
Silésie, composée de Russes et de Prussiens; j'ai commencé hier à battre
Schwarzenberg; j'ai, dans ces quatre jours, fait trente à quarante mille
prisonniers, pris une vingtaine de généraux, cinq à six cents officiers,
cent cinquante à deux cents pièces de canon et une immense quantité de
bagages; je n'ai perdu presque personne; la cavalerie ennemie est à bas,
leurs chevaux sont morts de fatigue; ils sont beaucoup diminués;
d'ailleurs ils se sont trop étendus.

Il est donc possible, si la fortune continue à nous sourire, que
l'ennemi soit rejeté en grand désordre hors de nos frontières et que
nous puissions alors conserver l'Italie. Dans cette supposition, le roi
de Naples changerait probablement de parti.

Votre père affectionné,

NAPOLÉON.


Nº XXIII.--L'EMPEREUR AU PRINCE EUGÈNE.

Au château de Surville, près Montereau, le 19 février 1814.

Mon fils,

Il est nécessaire que la vice-reine se rende sans délai à Paris pour y
faire ses couches, mon intention étant que, dans aucun cas, elle ne
reste dans le pays occupé par l'ennemi. Faites-la donc partir
sur-le-champ. Je vous ai expédié Tascher; il vous fera connaître les
événements qui ont eu lieu avant son départ. Depuis j'ai battu
Wittgenstein au combat de Nangis, je lui ai fait quatre mille
prisonniers russes et pris des canons et des drapeaux, et surtout j'ai
enlevé à l'ennemi le pont de Montereau sans qu'il ait pu le brûler.

Votre affectionné père,

NAPOLÉON.


Nº XXIV.--EXTRAIT D'UN RAPPORT DU COMTE TASCHER DE LA PAGERIE, ENVOYÉ
AUPRÈS DE L'EMPEREUR APRÈS LA BATAILLE DU MINCIO, LE 9 FÉVRIER 1814, ET
REPARTI DE PARIS LE 18 FÉVRIER.

Quartier général della Volta, le 27 février.

................................ Le lendemain matin (18), Sa Majesté me
fit appeler; je fus introduit dans son cabinet, et elle me dit:
«Tascher, tu vas partir tout de suite pour retourner en Italie; tu ne
t'arrêteras à Paris que pour voir ta femme, sans communiquer avec qui
que ce soit; tu diras à Eugène que j'ai été vainqueur à Champaubert et à
Montmirail des meilleures troupes de la coalition; que Schwarzenberg m'a
fait demander cette nuit, par un de ses aides de camp, un armistice,
mais que je n'en suis pas dupe, car c'est pour me leurrer et gagner du
temps. Tu lui diras que, si les ordres qui ont été donnés hier au
maréchal Victor avaient été ponctuellement exécutés, il en serait
résulté la perte des corps bavarois et des Wurtembergeois, pris au
dépourvu par ce mouvement, et qu'alors, n'ayant plus devant lui que des
Autrichiens, qui sont de mauvais soldats et de la canaille, il les
aurait menés à coups de fouet de poste; mais que, rien de ce qui avait
été ordonné n'ayant été fait, il a fallu recourir à de nouvelles
chances.» Sa Majesté ajouta: «Tu diras à Eugène que je lui donne ordre
de garder l'Italie le plus longtemps possible; de s'y défendre; qu'il ne
s'occupe pas de l'armée napolitaine, composée de mauvais soldats, et du
roi de Naples qui est un fou, un ingrat; en cas qu'il soit obligé de
céder du terrain, de ne laisser dans les places fortes qu'il sera obligé
d'abandonner que juste le nombre de soldats italiens nécessaire pour en
faire le service; de ne perdre du terrain que pied à pied en le
défendant, et qu'enfin, s'il était serré de trop près, de réunir tous
ses moyens, de se retirer sous les murs de Milan, d'y livrer bataille;
que, s'il est vaincu, d'opérer sa retraite sur les Alpes comme il
pourra; ne céder le terrain qu'à la dernière extrémité. Dis à Eugène que
je suis content de lui; qu'il témoigne ma satisfaction à l'armée
d'Italie, et que sur toute la ligne il fasse tirer une salve de cent
coups de canon en réjouissance des victoires de Champaubert et de
Montmirail. À Lyon, tu verras le préfet; tu diras au maréchal Augereau
qui y commande qu'ayant pris douze mille hommes de vieux soldats, y
compris le 13e de cuirassiers et le 11e de hussards, d'y réunir les
nouvelles levées, les gardes nationales, la gendarmerie, de marcher
sur-le-champ, tête baissée, sur Mâcon et Châlons, sans s'occuper des
mouvements de l'ennemi sur sa droite; qu'il n'aura à combattre que le
corps du prince de Hesse-Hombourg, composé des troupes de nouvelle levée
des petits princes allemands, commandés par des officiers de la noblesse
allemande sans aucune expérience de la guerre; qu'il doit les vaincre et
ne pas s'effrayer du nombre. À Turin, tu diras au prince Borghèse de
contremander l'évacuation de la Toscane s'il en est encore temps; mais,
dans le cas contraire, d'arrêter les troupes dans leurs mouvements; de
défendre les différentes positions en avant de la ville de Gênes, de
mettre cette ville dans un état imposant de défense et donner
connaissance de ces dispositions au vice-roi.»

De Votre Altesse Impériale, etc., etc.

L. TASCHER DE LA PAGERIE.


Nº XXV.--LE PRINCE EUGÈNE À L'EMPEREUR.

Volta, le 27 février 1814, au soir.

Sire,

J'ai reçu ce matin les ordres de Votre Majesté, en date du 19,
concernant le départ de la vice-reine de Milan. J'ai été profondément
affligé de voir, par la forme de cet ordre, que Sa Majesté s'était
méprise sur mes véritables intentions, en pensant que j'eusse jamais eu
celle de laisser la vice-reine dans des lieux qu'auraient occupés les
ennemis de Votre Majesté, à moins d'un obstacle physique. Je croyais,
par toute ma conduite, avoir mérité que Votre Majesté ne mît plus mes
sentiments en doute.

La santé de ma femme a été très-mauvaise depuis trois mois; les derniers
événements, en redoublant ses inquiétudes, avaient encore aggravé son
mal. Je vais lui communiquer les intentions de Votre Majesté, et, dès
que sa santé le lui permettra, elles seront remplies. Je le répète,
Sire, elles ne pouvaient nous chagriner que par les motifs injustes qui
vous les auraient suggérés, et qui sont étrangers, j'ose le dire, à
votre coeur paternel.

Je suis avec respect, Sire, de Votre Majesté,

Le bien soumis et tendre fils et fidèle sujet.

EUGÈNE NAPOLÉON.


Nº XXVI.--LE MINISTRE DE LA GUERRE AU PRINCE EUGENE.

Paris, le 3 mars 1814.

J'ai reçu les lettres dont Votre Altesse Impériale m'a honoré sous les
dates des 16, 18, 20 et 22 février, et j'ai eu soin d'en transmettre le
contenu à l'Empereur. Sa Majesté y aura vu plusieurs choses
satisfaisantes, mais elle n'a encore rien fait connaître à cet égard. Je
dois croire que l'Empereur est disposé à laisser en ce moment l'armée
d'Italie dans la position où elle se trouve; et que Sa Majesté se
bornera à faire revenir les garnisons de la Toscane et des États
romains, comme l'ordre en a été donné. Déjà la garnison de Livourne est
repliée sur Gênes, d'après les dispositions arrêtées par madame la
grande-duchesse, qui devait négocier aussi pour le retour des garnisons
de Sienne, Montargentaro et des forts de Florence.

Quant à l'armée d'Italie, il paraît que les succès remportés par Votre
Altesse Impériale, joints à ceux que l'Empereur a obtenus de son côté,
lui procureront les moyens de se maintenir dans sa position et
d'attendre les événements.

J'ai l'honneur,

Signé: Duc DE FELTRE.


Nº XXVII.--LE PRINCE EUGÈNE À LA PRINCESSE AUGUSTE.

Mantoue, le 9 mars 1814, au soir.

Ma bonne Auguste, le roi de Naples a enfin levé le masque. Il nous a
attaqués hier matin à Reggio avec dix-huit à vingt mille hommes; je n'y
avais pas trois mille hommes, et on a tenu toute la journée; le général
Severoli y a eu la jambe emportée et nous y avons perdu deux cent
cinquante à trois cents hommes. Nos troupes se sont repliées sur Parme
et ont pris en arrière la position de Toro; cela me fera faire un second
mouvement sur Plaisance, surtout si le roi de Naples continue à
s'avancer. Le général ***, que j'ai laissé sur le Mincio, a une peur de
tous les diables depuis que je n'y suis plus.

Je t'engage, ma bonne amie, à continuer tes préparatifs, et demain ou
après-demain je t'enverrai Triaire; tout cela dépendra, du reste, des
nouvelles et des événements!

EUGÈNE.


Nº XXVIII.--L'EMPEREUR AU PRINCE EUGÈNE.

Soissons, le 12 mars 1814.

Mon fils, je reçois une lettre de vous, et une de la vice-reine, qui
sont de l'extravagance; il faut que vous ayez perdu la tête: c'est par
dignité et honneur que j'ai désiré que la vice-reine vînt faire ses
couches à Paris, et je la connais trop susceptible pour penser qu'elle
puisse se résoudre à se trouver dans cet état au milieu des Autrichiens.
Sur la demande de la reine Hortense, j'aurais pu vous en écrire plus
tôt; mais alors Paris était menacé. Du moment que cette ville ne l'est
plus, il n'y aurait rien de plus simple aujourd'hui que de venir faire
ses couches au milieu de sa famille, et dans le lieu où il y a le
moindre sujet d'inquiétude. Il faut que vous soyez fou pour supposer que
tout ceci se rapporte à de la politique. Je ne change jamais ni de
style ni de ton, et je vous ai écrit comme je vous ai toujours écrit.

Il est fâcheux, pour le siècle où nous vivons, que votre réponse au roi
de Bavière vous ait valu l'estime de toute l'Europe. Quant à moi, je ne
vous en ai pas fait compliment, parce que vous n'avez fait que votre
devoir, et que c'est une chose simple. Toutefois vous en avez déjà la
récompense, même dans l'opinion de l'ennemi, de qui le mépris pour votre
voisin est au dernier degré.

Je vous écris une lettre en chiffres pour vous faire connaître mes
intentions.

Votre affectionné père,

NAPOLÉON


Nº XXIX.--COPIE DE LA LETTRE EN CHIFFRES.

Même date.

Mon fils, je vous envoie copie d'une lettre fort extraordinaire que je
reçois du roi de Naples. Lorsqu'on m'assassine, moi et la France, de
pareils sentiments sont vraiment une chose inconcevable.

Je reçois également la lettre que vous m'écrivez avec le projet de
traité que le roi vous a envoyé. Vous sentez que cette idée est une
folie. Cependant envoyez un agent auprès de ce traître extraordinaire,
et faites un traité avec lui en mon nom. Ne touchez au Piémont ni à
Gênes, et partagez le reste de l'Italie en deux royaumes. Que ce traité
reste secret jusqu'à ce qu'on ait chassé les Autrichiens du pays, et que
vingt-quatre heures après sa signature le roi se déclare et tombe sur
les Autrichiens. Vous pouvez tout faire en ce sens; rien ne doit être
épargné dans la situation actuelle pour ajouter à nos efforts les
efforts des Napolitains. On fera ensuite ce qu'on voudra, car après une
pareille ingratitude et dans de telles circonstances rien ne lie.

Voulant l'embarrasser, j'ai donné ordre que le pape fût envoyé par
Plaisance et Parme aux avant-postes. J'ai fait écrire au pape qu'ayant
demandé, _comme évêque de Rome_, à retourner dans son diocèse, je le lui
ai permis. Ayez donc soin de ne vous engager à rien relativement au
pape, soit à le reconnaître, comme à ne pas le reconnaître.

Votre affectionné père,

NAPOLÉON.


Nº XXX.--LE PRINCE EUGÈNE À LA PRINCESSE AUGUSTE.

Mantoue, le 16 mars 1814, au soir.

Les dernières lettres de Paris nous donnent quelque espoir de paix, et
on m'assure que tout devait être terminé le 18. Espérons qu'avant le 1er
avril notre sort sera entièrement terminé; car tu ne pourrais pas
attendre plus longtemps à te fixer un lieu définitif de tes couches, et,
si alors tu peux réellement encore voyager, nous choisirons une petite
ville du midi de la France. Mais tout cela dans le cas où rien ne
finirait, et cela n'est pas possible.


Nº XXXI.--LE MÊME À LA MÊME.

Mantoue, le 19 mars 1814, au soir.

Ma bonne Auguste, je te renvoie la lettre de l'Empereur, et j'y joins
celle qu'il m'a adressée sur le même sujet; elles prouvent bien qu'il se
repent de ce qu'il nous avait écrit primitivement pour ton départ.
L'Empereur m'envoie en chiffres l'autorisation de m'arranger avec le roi
de Naples; cela est trop tard, je crois; il y a trois mois que je la
demande; mais enfin j'essayerai. Ne parle de cela à personne, car le
traité doit être secret.


Nº XXXII.--LE MÊME À LA MÊME.

Mantoue, le 23 mars 1814, au soir.

Je te répondrai demain sur tes idées de rester à Alexandrie ou à Mantoue
pour tes couches. Cette dernière idée me sourit beaucoup au premier
abord; il y aurait pourtant de terrible l'idée de te laisser sans aucune
espèce de communication, si je me retirais. Ce matin je suis très-occupé
car j'ai à rendre compte à l'Empereur des tentatives faites auprès du
roi de Naples. Après avoir donné les plus grandes protestations d'amitié
et d'attachement à l'Empereur, il prétend m'obliger à faire passer les
Alpes à toutes les troupes françaises, et alors, dit-il, il s'entendra
avec moi. Comme je connais l'homme, tu sens bien que je ne me mettrai
jamais en position d'être à sa discrétion.

Quel épouvantable traître!


Voici la note de M. de Blacas fils:

«C'est une exagération de dire que M. le duc de Blacas n'avait pas
servi. Capitaine de dragons dans le régiment du roi, en 1790, il fit
toutes les campagnes de l'armée de Condé et ne vint se fixer
momentanément à Florence qu'après le licenciement. Jamais M. de Blacas
n'a reçu quoi que ce soit sur la ferme des jeux. Quant aux sept ou huit
millions qui lui auraient été confiés au retour de Gand par le roi Louis
XVIII, voici l'entière vérité:

«Une somme considérable fut en effet remise par le roi à M. de Blacas
avec ordre de la placer sous son nom personnel en bons de l'Échiquier et
autres valeurs anglaises. La négociation se fit par l'intermédiaire de
banquiers de Londres, entre autres de MM. Contes et Drummont. Chaque
année, M. de Blacas présentait un rapport au roi sur le revenu et sur
l'emploi de ces fonds. Le lendemain de la mort de Louis XVIII, ce fut
lui qui apprit au roi Charles X l'existence de ce dépôt, et il lui en
remit tous les titres. À partir de ce moment, l'administration en fut
confiée à M. de Belleville qui donna une décharge signée de lui et
_approuvée_ par le roi. Cette pièce, ainsi que les comptes rendus de
1815 à 1824, qui portent tous le _vu et approuvé_ de la main du roi
Louis XVIII, et toute la correspondance des banquiers, se trouvent dans
les papiers que M. de Blacas a laissés à sa famille. Ce fut sous le nom
de M. de Belleville que ces fonds figurèrent désormais chez les
banquiers, et leur correspondance constate ce changement. Ces fonds ont
été l'unique ressource du roi Charles X à son arrivée en Angleterre
après la Révolution de 1830.»

FIN DU TOME NEUVIÈME ET DERNIER.


TABLE DES MATIÈRES


LIVRE VINGT-CINQUIÈME.--1835-1838.

Reprise de mes _Mémoires_.--Publication de mon voyage en
Orient.--Instances du général de Witt pour que je prenne du service en
Russie.--Le savant Fossombroni.

Couronnement de l'empereur et de l'impératrice d'Autriche en
Bohême.--Voyage en Bohême.--Richesses de la Bohême.--Château de
Rothenhof.--Château de Frauenberg.--Cristaux de Bohême.--Fabrique de
Leonor-Hain.

Prague.--Palais des États.--Musée.--Bibliothèque.--Champ de bataille de
Prague (1757).--Fabriques de Prague.--Château de Brandeis.--Fabrique
Koeklin.--Château de Tetschen.

Toeplitz.--Voyage du roi de Prusse à Toeplitz.--Eaux de Lobkowitz.--Le
maréchal Paskewitz.--Établissement métallurgique de
Platz.--Carlsbad.--Elbogen.--Egra.--Franzensbad-Koenigswart.--Marienbad.
--Riesenstein..

Champ de bataille de Znaïm.--Champ de bataille de Kollin.--Champ de
bataille de Lowositz.

L'empereur Nicolas.--Entrevue mystérieuse.--Les contradictions de son
caractère.--Pilnitz.

Trésor de Dresde.--Fabrique de porcelaine de Saxe.--Suisse
saxonne.--Camp de Pirna.--Freiberg.--Colonie des Frères
Moraves.--Friedland.--Koenigsgratz.--Josephstadt.--Forges de Brünn.--Le
Spielberg.--Marcheck.--Famille de Lichtenstein.
Château de Malaczka, au prince Pallfy.--Hiver à Vienne.--M. le duc de
Bordeaux.--Études sur les fours à puddler.

LIVRE VINGT-SIXIÈME.--1839-1841.

Affaires d'Orient de 1839 à 1841.--Mes rapports avec Méhémet-Ali.
Confidences. 108

Lettres de Boghos-Bey.--Je deviens un intermédiaire utile.

Opinion du prince de Metternich.--Situation de Méhémet-Ali vis-à-vis de
diverses puissances.--Intervention de la Russie.--Le prince de
Metternich s'appuie sur l'Angleterre.

Mémoire sur la question d'Orient, intitulé: _De la crise de l'Orient et
de la politique qu'elle semble exiger_.--Terreur inspirée à Vienne parle
traité du 15 juillet.--Critique de la politique suivie par la
France.--Raisons de la faiblesse de l'armée égyptienne en campagne.

Ibrahim-Pacha et Soliman-Pacha.--Saint-Jean-d'Acre.--Continuation de mes
relations avec l'Égypte.--Appendice.

CORRESPONDANCE DU LIVRE VINGT-SIXIÈME

Correspondance entre le maréchal Marmont et Boghos-Joussouf.

Relation de la bataille de Nézib par Soliman-Pacha.

Observations du maréchal sur cette bataille.

LIVRE VINGT-SEPTIÈME.--1841.

Je reprends la plume pour consigner encore quelques souvenirs.--M. de
Sainte-Aulaire quitte Vienne.--Appréciation de son caractère.--Sa
famille.--Ses embarras.--Anecdotes.

Je me détermine à m'établir à Venise.--M. le duc de Bordeaux.

Venise.--Place Saint-Marc.--Considérations sur les différentes phases de
la puissance de Venise.--Société de Venise.--Peintures.--Les Murazzy.

Chioggia.--L'Adige.--Digues.

Le Pô.

Bologne.--Peintures.

Florence.--Tableaux.

Gênes.

MÉLANGES.

Le comte de Fiquelmont, ancien ministre d'Autriche, au maréchal duc de
Raguse, sur le commerce de la Russie (Vienne, le 14 février 1831).

Promenades dans Rome.

Des révolutions et des circonstances qui les amènent.

Des vertus des peuples barbares.

Notes relatives à quelques passages des _Mémoires_ du duc de Raguse
concernant le prince Eugène et M. le duc de Blacas.

FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES DU TOME NEUVIÈME ET DERNIER.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (9/9)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home