Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de l'Afrique Septentrionale (Berbérie) depuis les temps les plus reculés jusqu'à la conquête française (1830) ( Volume I)
Author: Mercier, Ernest, 1840-1907
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de l'Afrique Septentrionale (Berbérie) depuis les temps les plus reculés jusqu'à la conquête française (1830) ( Volume I)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)



HISTOIRE

DE

L'AFRIQUE SEPTENTRIONALE

(BERBÉRIE)

DEPUIS LES TEMPS LES PLUS RECULÉS

JUSQU'À LA CONQUÊTE FRANÇAISE (1830)

PAR

ERNEST MERCIER

TOME PREMIER

PARIS ERNEST LEROUX, ÉDITEUR 28, RUE BONAPARTE, 28

1888

DU MÊME AUTEUR

=Histoire de l'établissement des Arabes dans l'Afrique septentrionale=,
selon les auteurs arabes. 1 vol. grand in-8, avec deux cartes.--MARLE
(Constantine).--CHALLAMEL (Paris), 1875.

=Le cinquantenaire de l'Algérie=.--L'Algérie en 1880. l vol.
in-8,--CHALLAMEL (Paris), 1880.

=L'Algérie et les questions algériennes=. 1 vol. in-8.--CHALLAMEL, 1883.

=Comment l'Afrique septentrionale a été arabisée=. Brochure
in-8.--MARLE, 1874.

=La bataille de Poitiers et les vraies causes du recul de l'invasion
arabe=. Mémoire publié par la _Revue historique_.--Paris, 1878.

=Constantine, avant la conquête française= (=1837=). Notice sur cette
ville à l'époque du dernier bey (avec une carte).--Mémoire publié par la
Société archéologique de Constantine, 1878.--BRAHAM, éditeur.

=Constantine au XVIe siècle=. Elévation de la famille El
Feggoun.--Société archéologique de Constantine. 1878.--BRAHAM, éditeur.

=Notice sur la confrérie des Khouan Abd-el Kader-el Djilani=, publiée
par la Société archéologique de Constantine, 1868.

=Les Arabes d'Afrique= jugés par les auteurs musulmans. (_Revue
africaine_, nº 98, 1873.)

=Examen des causes de la croisade de saint Louis contre Tunis (1270)=.
(_Revue africaine_, nº 94.)

=Episodes de la conquête de l'Afrique par les Arabes. Kocéïla. La
Kahena=.--Mémoire publié par la Société archéologique de Constantine,
1883.

=Les Indigènes de l'Algérie. Leur situation dans le passé et dans le
présent=. Revue libérale, 1884.

=Le Cinquantenaire de la prise de Constantine= (=13 octobre 1837=).
Brochure in-8.--BRAHAM, éditeur à Constantine (Octobre 1887).

=Commune de Constantine. Trois années d'administration municipale=.
Brochure in-8.--BRAHAM, éditeur à Constantine (Octobre 1887).


CHARTRES. IMPRIMERIE DURAND, RUE FULBERT.

TABLE DES MATIÈRES

   PRÉFACE.

   SYSTÈME ADOPTÉ POUR LA TRANSCRIPTION DES NOMS ARABES.

   INTRODUCTION: Description physique et géographique de l'Afrique
              septentrionale.
   Divisions géographiques adoptées par les anciens.
   Divisions géographiques adoptées par les Arabes.

   ETHNOGRAPHIE.--Origine et formation du peuple berbère.

   PREMIÈRE PARTIE

   PÉRIODE ANTIQUE
   (Jusqu'en 642 de l'ère chrétienne)

   CHAPITRE I.--_Période phénicienne_ (1100-268 _av. J.-C_).

   Sommaire:

   Temps primitifs.
   Les Phéniciens s'établissent en Afrique.
   Fondation de Cyrène par les Grecs.
   Données géographiques d'Hérodote.
   Prépondérance de Karthage.
   Découvertes de l'amiral Hannon.
   Organisation politique de Karthage.
   Conquête de Karthage dans les îles et sur le littoral de la
           Méditerranée.
   Guerres de Sicile.
   Révolte des Berbères.
   Suite des guerres de Sicile.
   Agathocle, tyran de Syracuse.--Il porte la guerre en Afrique.
   Agathocle évacue l'Afrique.
   Pyrrhus, roi de Sicile.--Nouvelles guerres dans cette contrée.
   Anarchie en Sicile.

   CHAPITRE II.--_Première guerre punique_ (268-220).

   Sommaire:

   Causes de la première guerre punique.
   Rupture de Rome avec Karthage.
   Première guerre punique.
   Succès des Romains en Sicile.
   Les Romains portent la guerre en Afrique.
   Victoire des Karthaginois à Tunis.--Les Romains évacuent
           l'Afrique.
   Reprise de la guerre en Sicile.
   Grand siège de Lylibée.
   Bataille des îles Égates.--Fin de la première guerre punique.
   Divisions géographiques de l'Afrique adoptées par les Romains.
   Guerre des Mercenaires.
   Karthage, après avoir rétabli son autorité en Afrique, porte la
           guerre en Espagne.
   Succès des Karthaginois en Espagne.

   CHAPITRE III.--_Deuxième guerre punique_ (220-201).

   Sommaire:

   Hannibal commence la guerre d'Espagne. Prise de Sagonte.
   Hannibal marche sur l'Italie.
   Combat du Tessin; batailles de la Trébie et de Trasimène.
   Hannibal au centre et dans le midi de l'Italie; bataille de
           Cannes.
   Conséquences de la bataille de Cannes.--Énergique résistance
           de Rome.
   La guerre en Sicile.
   Les Berbères prennent part à la lutte. Syphax et Massinissa.
   Guerre d'Espagne.
   Campagne de Hannibal en Italie.
   Succès des Romains en Espagne et en Italie; bataille du Mètaure.
   Evénements d'Afrique; rivalité de Syphax et de Massinissa.
   Massinissa, roi de Numidie.
   Massinissa est vaincu par Syphax.
   Evénements d'Italie; l'invasion de l'Afrique est résolue.
   Campagne de Scipion en Afrique.
   Syphax est fait prisonnier par Massinissa.
   Bataille de Zama.
   Fin de la deuxième guerre punique; traité avec Rome.

   CHAPITRE IV.--_Troisième guerre punique_ (201-146).

   Sommaire:

   Situation des Berbères en l'an 201.
   Hannibal, dictateur de Karthage; il est contraint de fuir. Sa mort.
   Empiétements de Massinissa.
   Prépondérance de Massinissa.
   Situation de Karthage.
   Karthage se prépare à la guerre contre Massinissa.
   Défaite des Karthaginois par Massinissa.
   Troisième guerre punique.
   Héroïque résistance de Karthage.
   Mort de Massinissa.
   Suite du siège de Karthage.
   Scipion prend le commandement des opérations.
   Chute de Karthage.
   L'Afrique province romaine.

   CHAPITRE V.--_Les rois berbères vassaux de Rome_ (146-89).

   Sommaire:

   L'élément latin s'établit en Afrique.
   Règne de Micipsa.
   Première usurpation de Jugurtha.
   Défaite et mort d'Adherbal.
   Guerre de Jugurtha contre les Romains.
   Première campagne de Métellus contre Jugurtha.
   Deuxième campagne de Métellus.
   Marius prend la direction des opérations.
   Chute de Jugurtha.
   Partage de la Numidie.
   Coup d'œil sur l'histoire de la Cyrénaïque; cette province est léguée
           à Rome.

   CHAPITRE VI.--_L'Afrique pendant les guerres civiles_ (89-46).

   Sommaire:

   Guerre entre Hiemsal II et Yarbas.
   Défaite des partisans de Marius en Afrique; mort de Yarbas.
   Expéditions de Sertorius en Maurétanie.
   Les pirates africains châtiés par Pompée.
   Juba I successeur de Hiemsal II.--Il se prononce pour le parti
           de Pompée.
   Défaite de Curion et des Césariens par Juba.
   Les Pompéiens se concentrent en Afrique après la bataille de
           Pharsale.
   César débarque en Afrique.
   Diversion de Sittius et des rois de Maurétanie.
   Bataille de Thapsus, défaite des Pompéiens.
   Mort de Juba.--La Numidie orientale est réduite en province
           romaine.
   Chronologie des rois de Numidie.

   CHAPITRE VII.--_Les derniers rois berbères_ (46 avant J.-C.--43
           après J.-C.).

   Sommaire:

   Les rois maurétaniens prennent parti dans les guerres civiles.
   Arabion rentre en possession de la Sétifienne.
   Lutte entre les partisans d'Antoine et ceux d'Octave.
   Arabion se prononce pour Octave.
   Arabion s'allie à Sextius, lieutenant d'Antoine; sa mort.
   L'Afrique sous Lépide.
   Bogud II est dépossédé de la Tingitane. Bokkus III réunit toute
           la Maurétanie sous son autorité.
   La Berbérie rentre sous l'autorité d'Octave.
   Organisation de l'Afrique par Auguste.
   Juba II roi de Numidie.
   Juba roi de Maurétanie.
   Révolte des Berbères.
   Mort de Juba II; Ptolémée lui succède.
   Révolte des Tacfarinas.
   Assassinat de Ptolémée.
   Révolte d'Ædémon. La Maurétanie est réduite en province romaine.
   Division et organisation administrative de l'Afrique romaine.
   CHRONOLOGIE DES ROIS DE MAURÉTANIE.


   CHAPITRE VIII.--_L'Afrique sous l'autorité romaine_ (43-297).

   Sommaire:

   Etat de l'Afrique au Ier siècle; productions, commerce, relations.
   Etat des populations.
   Les gouverneurs d'Afrique prennent part aux guerres civiles.
   L'Afrique sous Vespasien.
   Insurrection des Juifs de la Cyrénaïque.
   Expéditions en Tripolitaine et dans l'extrême sud.
   L'Afrique sous Trajan.
   Nouvelle révolte des Juifs.
   L'Afrique sous Hadrien; insurrection des Maures.
   Nouvelles révoltes sous Antonin, Mare-Aurèle et Commode, 138-190.
   Les empereurs africains: Septime Sévère.
   Progrès de la religion chrétienne en Afrique; premières persécutions.
   Caracalla, son édit d'émancipation.
   Macrin et Elagabal.
   Alexandre Sévère.
   Les Gordiens; révolte de Capellien et de Sabinianus.
   Période d'anarchie; révoltes en Afrique.
   Persécutions contre les chrétiens.
   Période des trente tyrans.
   Dioclétien; révolte des Quinquégentiens.
   Nouvelles divisions géographiques de l'Afrique

   CHAPITRE IX.--_L'Afrique sous l'autorité romaine, suite_ (297-415).

   Sommaire:

   Etat de l'Afrique à la fin du IIIe siècle.
   Grandes persécutions contre les chrétiens.
   Tyrannie de Galère en Afrique.
   Constantin et Maxence, usurpation d'Alexandre.
   Triomphe de Maxence en Afrique; ses dévastations.
   Triomphe de Constantin.
   Cessation des persécutions contre les chrétiens; les Donatistes;
           schisme d'Arius.
   Organisation administrative et militaire de l'Afrique par Constantin.
   Puissance des Donatistes. Les Circoncellions.
   Les fils de Constantin; persécution des Donatistes par Constant.
   Constance et Julien; excès des Donatistes.
   Exactions du comte Romanus.
   Révolte de Firmus.
   Pacification générale.
   L'Afrique sous Gratien, Valentinien II et Théodose.
   Révolte de Gildon.
   Chute de Gildon.
   L'Afrique sous Honorius.

   CHAPITRE X.--_Période vandale_ (415-531).

   Sommaire:

   Le christianisme en Afrique au commencement du Ve siècle.
   Boniface gouverneur d'Afrique; il traite avec les Vandales.
   Les Vandales envahissent l'Afrique.
   Lutte de Boniface contre les Vandales.
   Fondation de l'empire vandale.
   Nouveau traité de Genséric avec l'empire; organisation de
           l'Afrique Vandale.
   Mort de Valentinien III; pillage de Rome par Genséric.
   Suite des guerres des Vandales.
   Apogée de la puissance de Genséric; sa mort.
   Règne de Hunéric; persécutions contre les catholiques.
   Révolte des Berbères.
   Cruautés de Hunéric.
   Concile de Karthage; mort de Hunéric.
   Règne de Gondamond.
   Règne de Trasamond.
   Règne de Hildéric.
   Révoltes des Berbères; usurpation de Gélimer.

   CHAPITRE XI.--_Période byzantine_ (531-642).

   Sommaire:

   Justinien prépare l'expédition d'Afrique.
   Départ de l'expédition. Bélisaire débarque à Caput-Vada.
   Première phase de la campagne.
   Défaite des Vandales conduits par Animatas et Gibamund.
   Succès de Bélisaire. Il arrive à Karthage.
   Bélisaire à Karthage.
   Retour des Vandales de Sardaigne. Gélimer marche sur Karthage.
   Bataille de Tricamara.
   Fuite de Gélimer.
   Conquêtes de Bélisaire.
   Gélimer se rend aux Grecs.
   Disparition des Vandales d'Afrique.
   Organisation de l'Afrique byzantine; état des Berbères.
   Luttes de Salomon contre les Berbères.
   Révolte de Stozas.
   Expéditions de Salomon.
   Révolte des Levathes; mort de Salomon.
   Période d'anarchie.
   Jean Troglita, gouverneur d'Afrique; il rétablit la paix.
   État de l'Afrique au milieu du VIe siècle.
   L'Afrique pendant la deuxième moitié du VIe siècle.
   Derniers jours de la domination byzantine.
   Appendice: Chronologie des rois Vandales.

FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE.

   DEUXIÈME PARTIE

   PÉRIODE ARABE ET BERBÈRE

   641--1043

   CHAPITRE I.--_Les Berbères et les Arabes_.

   Sommaire:

   Le peuple berbère; mœurs et religion.
   Organisation politique.
   Groupement des familles de la race.
   Divisions des tribus berbères.
   Position de ces tribus.
   Les Arabes; notice sur ce peuple.
   Mœurs et religions des Arabes anté-islamiques.
   Mahomet; fondation de l'islamisme.
   Abou Beker, deuxième khalife; ses conquêtes.
   Khalifat d'Omar: conquête de l'Egypte.

   CHAPITRE II.--_Conquête arabe_ (641-709).

   Sommaire:

   Campagnes de Amer en Cyrénaïque et en Tripolitaine.
   Le khalife Othmane prépare l'expédition d'Ifrikiya.
   Usurpation du patrice Grégoire; il se prépare à la lutte.
   Défaite et mort de Grégoire.
   Les Arabes traitent avec les Grecs et évacuent l'Ifrikiya.
   Guerres civiles en Arabie.
   Les Kharedjites. Origine de ce schisme.
   Mort de Ali; triomphe des Omèïades.
   Etat de la Berbérie. Nouvelles courses des Arabes.
   Suite des expéditions arabes en Mag'reb.
   Okba, gouverneur de l'Ifrikiya. Fondation de Kaïrouan.
   Gouvernement de Dinar Abou-el-Mohadjer.
   Deuxième gouvernement d'Okba. Sa grande expédition en Mag'reb.
   Défaite de Tehouda. Mort d'Okba.
   La Berbérie libre sous l'autorité de Kocéïla.
   Nouvelles guerres civiles en Arabie.
   Les Kharedjites et les Chiaïtes.
   Victoire de Zohéïr sur les Berbères. Mort de Kocéïla.
   Zohéïr évacue l'Ifrikiya.
   Mort du fils de Zobéïr. Triomphe d'Abd-el-Malek.
   Situation de l'Afrique. La Kahéna.
   Expédition de Haçane en Mag'reb. Victoire de La Kahéna.
   La Kahéna reine des Berbères. Ses destructions.
   Défaite et mort de la Kahéna.
   Conquête et organisation de l'Ifrikiya par Haçane.
   Mouça-ben-Nocéïr achève la conquête de la Berbérie.

   CHAPITRE III.--_Conquête de l'Espagne. Révolte kharedjite_ (709-750).

   Sommaire:

   Le comte Julien pousse les Arabes à la conquête de l'Espagne.
   Conquête de l'Espagne par Tarik et Mouça.
   Destitution de Mouça.
   Situation de l'Afrique et de l'Espagne.
   Gouvernement de Mohammed-ben-Yezid.
   Gouvernement d'Ismaïl-ben-Abd-Allah.
   Gouvernement de Yezid-ben-Abou-Moslem; il est assassiné.
   Gouvernement de Bichr-ben-Safouane.
   Gouvernement de Obéïda-ben-Abd-er-Rahman.
   Incursions des Musulmans en Gaule; bataille de Poitiers.
   Gouvernement d'Obéïd-Allah-ben-el-Habhab.
   Despotisme et exactions des Arabes.
   Révolte de Meïcera, soulèvement général des Berbères.
   Défaite de Koltoum à l'Ouad-Sebou.
   Victoires de Handhala sur les Kharedjites de l'Ifrikiya.
   Révolte de l'Espagne; les Syriens y sont transportés.
   Abd-er-Rahman-ben-Habib usurpe le gouvernement de l'Ifrikiya.
   Chute de la dynastie oméïade: établissement de la dynastie abbasside.

   CHAPITRE IV.--_Révolte kharedjite. Fondations de royaumes
            indépendants_ (750-772).

   Sommaire:

   Situation des Berbères du Mag'reb au milieu du VIIIe siècle.
   Victoires de Abd-er-Rahman; il se déclare indépendant.
   Assassinat de Abd-er-Rahman.
   Lutte entre El-Yas et El-Habib.
   Prise et pillage de Kaïrouan par les Ourfeddjouma.
   Les Miknaca fondent un royaume à Sidjilmassa.
   Guerres civiles en Espagne.
   L'oméïade Abd-er-Rahman débarque en Espagne.
   Fondation de l'empire oméïade d'Espagne.
   Les Ourfeddjouma sont vaincus par les Eïbadites de l'Ifrikiya.
   Défaites des Kharedjites par Ibn-Achath.
   Ibn-Achath rétablit à Kaïrouan le siège du gouvernement.
   Fondation de la dynastie rostemide à Tiharet.
   Gouvernement d'El-Ar'leb-ben-Salem.
   Gouvernement d'Omar-ben-Hafs dit Hazarmed.
   Mort d'Omar. Prise de Kaïrouan par les kharedjites.

   CHAPITRE V.--_Derniers gouverneurs arabes_ (772-800).

   Sommaire:

   Yezid-ben Hatem rétablit l'autorité arabe en Ifrikiya.
   Gouvernement de Yezid-ben-Hatem.
   Les petits royaumes berbères indépendants.
   L'Espagne sous le premier khalife oméïade; expédition de
           Charmelagne.
   Intérim de Daoud-ben-Yezid; gouvernement de Rouh-ben-Hatem.
   Edris-ben-Abd-Allah fonde à Oulili la dynastie edriside.
   Conquêtes d'Edris; sa mort.
   Gouvernements d'En-Nasr-ben-el-Habib et d'El-Fadel-ben-Rouh.
   Anarchie en Ifrikiya.
   Gouvernement de Hertema-ben-Aïan.
   Gouvernement de Mohammed-ben-Mokatel.
   Ibrahim-ben-el-Ar'leb apaise la révolte de la milice.
   Ibrahim-ben-el-Ar'leb, nommé gouverneur indépendant, fonde
   la dynastie ar'lebite.
   Naissance d'Edris II.
   L'Espagne sous Hicham et El-Hakem.
   Chronologie des gouverneurs de l'Afrique.

   CHAPITRE VI--_L'Ifrikiya sous les Ar'lebites. Conquête de la Sicile_
           (800-838).

   Sommaire:

   Ibrahim établit solidement son autorité en Ifrikiya.
   Edris II est proclamé par les Berbères.
   Fondation de Fès par Edris II.
   Révoltes en Ifrikiya. Mort d'Ibrahim.
   Abou-l'Abbas-Abd-Allah succède à son père Ibrahim.
   Conquêtes d'Edris II.
   Mort de Abd-Allah. Son frère Ziadet-Allah le remplace.
   Espagne: Révolte du faubourg. Mort d'El-Hakem.
   Luttes de Ziadet-Allah contre les révoltes.
   Mort d'Edris II; partage de son empire.
   Etat de la Sicile au commencement du Ixe siècle.
   Euphémius appelle les Arabes en Sicile. Expédition du cadi Aced.
   Conquête de la Sicile.
   Mort de Ziadet-Allah. Son frère Abou-Eïkal-el-Ar'leb lui succède.
   Guerres entre les descendants d'Edris II.
   Les Midrarides à Sidjilmassa.
   L'Espagne sous Abd-er-Rahman II.

   CHAPITRE VII.--_Les derniers Ar'lebites_ (838-902).

   Sommaire:

   Gouvernement d'Abou-Eïkal.
   Gouvernement d'Abou-l'Abbas-Mohammed.
   Gouvernement d'Abou-Ibrahim-Ahmed.
   Événements d'Espagne.
   Gouvernement de Ziadet-Allah, dit le jeune, et d'Abou-el-R'aranik.
   Guerre de Sicile.
   Mort d'Abou-el-R'aranik. Gouvernement d'Ibrahim-ben-Ahmed.
   Les souverains edrisides de Fez.
   Succès des Musulmans en Sicile.
   Ibrahim repousse l'invasion d'El-Albras-ben-Touloun.
   Révoltes en Ifrikiya. Cruautés d'Ibrahim.
   Progrès de la secte chïaïte en Berbérie. Arrivée d'Abou-Abd-Allah.
   Nouvelles luttes d'Ibrahim contre les révoltes.
   Expédition d'Ibrahim contre les Toulounides d'Égypte.
   Abdication d'Ibrahim.
   Événements de Sicile.
   Événements d'Espagne.

   CHAPITRE VIII.--_Établissement de l'empire obéïdite. Chute de
           l'autorité arabe en Ifrikiya_ (902-909).

   Sommaire:

   Coup d'oeil sur les événements antérieurs et la situation de
   l'Italie méridionale.
   Ibrahim porte la guerre en Italie. Sa mort.
   Progrès des Chiaïtes. Victoires d'Abou-Abd-Allah chez les Ketama.
   Court règne d'Abou-l'Abbas. Son fils Ziadet-Allah lui succède.
   Le mehdi Obéïd-Allah passe en Mag'reb.
   Campagnes d'Abou-Abd-Allah contre les Ar'lebites. Ses succès.
   Les Chiaïtes marchent sur la Tunisie. Fuite de Ziadet-Allah III.
   Abou-Abd-Allah prend possession de la Tunisie.
   Les Chiaïtes vont délivrer le mehdi à Sidjilmassa.
   Retour du mehdi Obéïd-Allah en Tunisie. Fondation de l'empire
           obéïdite.
   Chronologie des gouverneurs ar'lebites.


   CHAPITRE IX.--_L'Afrique sous les Fatemides_ (910-934).

   Sommaire:

   Situation du Mag'reb en 910.
   Conquête des Fatemides dans le Mag'reb central. Chute des Rostemides.
   Le mehdi fait périr Abou-Abd-Allah et écrase les germes de rébellion.
   Événements de Sicile.
   Événements d'Espagne.
   Révoltes contre Obéïd-Allah.
   Fondation d'El-Mehdia par Obéïd-Allah.
   Expédition des Fatemides en Égyple, son insuccès.
   L'autorité du Mehdi est rétablie en Sicile.
   Première campagne de Messala dans le Mag'reb pour les Fatemides.
   Nouvelle expédition fatemide contre l'Égypte.
   Conquêtes de Messala en Mag'reb.
   Expéditions fatemides on Sicile, en Tripolilaine et en Égypte.
   Succès des Mag'raoua. Mort de Messaia.
   El-Haçan relève, à Fès, le trône edriside. Sa mort.
   Expédition d'Abou-l'Kacem dans le Mag'reb central.
   Succès d'Ibn-Abon-l'Afia.
   Mouça se prononce pour les Oméïades. Il est vaincu par les troupes
           fatemides.
   Mort d'Obéïd-Allah, le mehdi.
   Expéditions des Fatemides en Italie.

   CHAPITRE X.--_Suite des Fatemides. Révolte de l'Homme à l'âne_
           (934-947).

   Sommaire:

   Règne d'El-Kaïm; premières révoltes.
   Succès de Meïçour, général fatemide, en Mag'reb. Mouça, vaincu, se
           réfugie dans le désert.
   Expéditions fatemides en Italie et en Égypte.
   Puissance des Sanhadja. Ziri-ben-Menad.
   Succès des Edrisides; mort de Mouça-ben-Abou-l'Afia.
   Révolte d'Abou-Yezid, l'_Homme à l'âne._
   Succès d'Abou-Yezid. Il marche sur l'Ifrikiya.
   Prise de Kaïrouan par Abou-Yezid.
   Nouvelle victoire d'Abou-Yezid suivie d'inaction.
   Siège d'El-Mehdïa par Abou-Yezid.
   Levée du siège d'El-Mehdia.
   Mort d'El-Kaïm. Règne d'Ismaïl-el-Mansour.
   Défaites d'Abou-Yezid.
   Poursuite d'Abou-Yezid par Ismaïl.
   Chute d'Abou-Yezid.

   CHAPITRE XI--_Fin de la domination fatemide_ (947-973).

   Sommaire:

   État du Mag'reb et de l'Espagne.
   Expédition d'El-Mansour à Tiharet.
   Retour d'El-Mansour en Ifrikiya.
   Situation de la Sicile; victoires de l'Ouali Hassan-el-Kelbi en
           Italie.
   Mort d'El-Mansour. Avènement d'El-Moëzz.
   Les deux Mag'reb reconnaissent la suprématie omèïade.
   Les Mag'raoua appellent à leur aide le khalife fatemide.
   Rupture entre les Oméïades et les Fatemides.
   Campagne de Djouher dans le Mag'reb; il soumet ce pays à
           l'autorité fatemide.
   Guerre d'Italie et de Sicile.
   Événements d'Espagne; Mort d'Abd-er-Rahman III (en Nâcer).
   Son fils El-Hakem II lui succède.
   Succès des Musulmans en Sicile et en Italie.
   Progrès de l'influence oméïade en Mag'reb.
   État de l'Orient. El-Moëzz prépare son expédition.
   Conquête de l'Égypte par Djouher.
   Révoltes en Afrique. Ziri-ben-Menad écrase les Zenètes.
   Mort de Ziri-ben-Menad. Succès de son fils Bologguine dans le
           Mag'reb.
   El-Moëzz se prépare à quitter l'Ifrikiya.
   El-Moëzz transporte le siège de la dynastie fatemide en Égypte.
   Chronologie des Fatemides d'Afrique.

   CHAPITRE XII.--_L'Ifrikiya sous les Zirides (Sanhadja). Le Mag'reb
           sous les Oméïades_ (973-997).

   Sommaire:

   Modifications ethnographiques dans le Mag'reb central.
   Succès des Oméïades en Mag'reb; chute des Edrisides; mort d'El-Hakem.
   Expéditions des Mag'raoua contre Sidjilmassa et contre les
           Berg'ouata.
   Expédition de Bologguine dans le Mag'reb: ses succès.
   Bologguine, arrêté à Ceuta par les Oméïades, envahit le pays des
           Berg'ouata.
   Mort de Bologguine. Son fils El-Mansour lui succède.
   Guerre d'Italie.
   Les Oméïades d'Espagne étendent de nouveau leur autorité sur le
           Mag'reb.
   Révoltes des Ketama réprimées par El-Mansour.
   Les deux Mag'reb soumis à l'autorité oméïade; luttes entre les
           Mag'raoua et les Beni-Ifrene.
   Puissance de Ziri-ben-Atiya; abaissement des Beni-Ifrene.
   Mort du gouverneur El-Mansour. Avènement de son fils Badis.
   Puissance des gouverneurs kelbites en Sicile.
   Rupture de Ziri avec les Oméïades d'Espagne.

   CHAPITRE XIII.--_Affaiblissement des empires musulmans en
   Afrique, en Espagne et en Sicile_ (997-1045).

   Sommaire:

   Ziri-ben-Atiya est défait par l'oméïade El-Modaffer.
   Victoires de Ziri-ben-Atiya dans le Mag'reb central.
   Guerres de Badis contre ses oncles et contre Felfoul-ben-Khazroun.
   Mort de Ziri-ben-Atiya. Fondation de la Kalâa par Hammad.
   Espagne: Mort du vizir Ben-Abou-Amer. El-Moëzz, fils de Ziri, est
           nommé gouverneur du Mag'reb.
   Guerres civiles en Espagne. Les Berbères et les Chrétiens y prennent
           part.
   Triomphe des Berbères et d'El-Mostaïn en Espagne.
   Luttes de Badis contre les Beni-Khazroun. Hammad se déclare
           indépendant à la Kalâa.
   Guerre entre Badis et Hammad. Mort de Badis. Avènement d'El-Moëzz.
   Conclusion de la paix entre El-Moëzz et Hammad.
   Espagne: Chute des Oméïades. L'edriside Ali-ben-Hammoud monte sur le
           trône.
   Anarchie en Espagne. Fractionnement de l'empire musulman.
   Guerres entre les Mag'raoua et les Beni-Ifrene.
   Luttes du Sanhadjien El-Moëzz contre les Beni-Khazroun de Tripoli.
   Préludes de sa rupture avec les Fatemides.
   Guerre entre les Mag'raoua et les Beni-Ifrene.
   Événements de Sicile et d'Italie. Chute des Kelbites.
   Exploits des Normands en Italie et en Sicile. Robert Wiscard.
   Rupture entre El-Moëzz et le Hammadile Kl-Kaïd.

FIN DE LA DEUXIÈME PARTIE.

Carte de l'Afrique septentrionale au IIe siècle.

Carte de l'Espagne.

FIN DU PREMIER VOLUME



PRÉFACE


Arrivé en Algérie il y a trente-quatre ans; lancé alors au milieu d'une
population que tout le monde considérait comme arabe, ce ne fut pas sans
étonnement que je reconnus les éléments divers la composant: Berbères,
Arabes et Berbères arabisés. Frappé du problème ethnographique et
historique qui s'offrait à ma vue, je commençai, tout en étudiant la
langue du pays, à réunir les éléments du travail que j'offre aujourd'hui
au public.

Si l'on se reporte à l'époque dont je parle, on reconnaîtra que les
moyens d'étude, les ouvrages spéciaux se réduisaient à bien peu de
chose. Cependant M. de Slane commençait alors la publication du texte et
de la traduction d'Ibn-Khaldoun et de divers autres écrivains arabes. La
Société archéologique de Constantine, la Société historique d'Alger
venaient d'être fondées, et elles devaient rendre les plus grands
services aux travailleurs locaux, tout en conservant et vulgarisant les
découvertes. Enfin, la maison Didot publiait, dans sa collection de
l'_Univers pittoresque_, deux gros volumes descriptifs et historiques
sur l'Afrique, dus à la collaboration de MM. d'Avezac, Dureau de la
Malle, Yanosky, Carette, Marcel.

Un des premiers résultats de mes études, portant sur les ouvrages des
auteurs arabes, me permit de séparer deux grands faits distincts qui
dominent l'histoire et l'ethnographie de l'Afrique septentrionale et que
l'on avait à peu près confondus, en attribuant au premier les effets du
second. Je veux parler de la conquête arabe du VIIe siècle, qui ne fut
qu'une conquête militaire, suivie d'une occupation de plus en plus
restreinte et précaire, laissant, au Xe siècle, le champ libre à la race
berbère, affranchie et retrempée dans son propre sang, et de
l'immigration hilalienne du XIe siècle, qui ne fut pas une conquête,
mais dont le résultat, obtenu par une action lente qui se continue
encore de nos jours, a été l'arabisation de l'Afrique et la destruction
de la nationalité berbère.

Je publiai alors l'_Histoire de l'établissement des Arabes dans
l'Afrique septentrionale_ (1 vol. in-8, avec deux cartes,
Marle-Challamel, 1875), ouvrage dans lequel je m'efforçai de démontrer
ce que je demanderai la permission d'appeler cette découverte
historique.

Mais je n'avais traité qu'un point, important, il est vrai, de
l'histoire africaine, et il me restait à présenter un travail
d'ensemble. Dans ces trente-quatre années, que de documents, que
d'ouvrages précieux avaient été mis au jour! En France, la conquête de
l'Algérie avait naturellement appelé l'attention des savants sur ce
pays. Nos membres de l'Institut, orientalistes, historiens,
archéologues, trouvaient en Afrique une mine inépuisable, et il suffit,
pour s'en convaincre, de citer les noms de MM. de Slane, Reynaud,
Quatremère, Hase, Walcknaer, d'Avezac, Dureau de la Malle, Marcel,
Carette, Yanosky, Fournel, de Mas-Latrie, Vivien de Saint-Martin, Léon
Rénier, Tissot, H. de Villefosse.

En Hollande, le regretté Dozy publiait ses beaux travaux sur l'Espagne
musulmane. En Italie, M. Michele Amari nous donnait l'histoire des
Musulmans de Sicile, travail complet où le sujet a été entièrement
épuisé. Enfin l'Allemagne, l'Angleterre, l'Espagne fournissaient aussi
leur contingent.

Pendant ce temps, l'Algérie ne restait pas inactive. Un nombre
considérable de travaux originaux était produit par un groupe d'érudits
qui ont formé ici une véritable école historique. Je citerai parmi eux:
MM. Berbrugger, F. Lacroix enlevé par la mort avant d'avoir achevé son
œuvre, Poulle, le savant président de la Société archéologique de
Constantine, Reboud, Cherbonneau, général Creuly, Mac-Carthy, l'abbé
Godard, l'abbé Bargès, Brosselard, A. Rousseau, Féraud, de Voulx,
Gorguos, Vayssettes, Tauxier, Aucapitaine, Guin, Robin, Moll, Ragot,
Elie de la Primaudaie, de Grammont, président actuel de la Société
d'Alger, et bien d'autres, auxquels sont venus s'ajouter plus récemment
MM. Boissière, Masqueray, de la Blanchère, Basset, Houdas, Pallu de
Lessert, Poinssot, Cagnat.....

Grâce aux efforts de ces érudits dont nous citerons souvent les
ouvrages, un grand nombre de points, autrefois obscurs, dans l'histoire
de l'Afrique, ont été éclairés, et s'il reste encore des lacunes,
particulièrement pour l'époque byzantine, le XVe siècle et les siècles
suivants, surtout en ce qui a trait au Maroc, elles se comblent peu à
peu. Je ne parle pas de l'époque phénicienne: là, il n'y a à peu près
rien à espérer.

Comme sources, notre bibliothèque des auteurs anciens est aussi complète
qu'elle peut l'être. Quant aux écrivains arabes, elle est également à
peu près complète, mais il faudrait, pour le public, que deux
traductions importantes fussent entreprises,--et elles ne peuvent l'être
qu'avec l'appui de l'Etat.--Je veux parler du grand ouvrage
d'Ibn-el-Athir[1], qui renferme beaucoup de documents relatifs à
l'Occident, et du _Baïane_, d'Ibn-Adhari, dont Dozy a publié le texte
arabe, enrichi de notes.

[Note 1: _Kamil-et-Touarikh_.]

Il est donc possible, maintenant, d'entreprendre une histoire
d'ensemble. Je l'ai essayé, voulant d'abord me borner aux annales de
l'Algérie; mais il est bien difficile de séparer l'histoire du peuple
indigène qui couvre le nord de l'Afrique, en nous conformant à nos
divisions arbitraires, et j'ai été amené à m'occuper en même temps du
Maroc, à l'ouest, et de la Tunisie et de la Tripolitaine, à l'est. Cette
fatalité s'imposera à quiconque voudra faire ici des travaux de ce
genre, car l'histoire d'un pays, c'est celle de son peuple, et ce
peuple, dans l'Afrique du Nord, c'est le Berbère, dont l'aire s'étend de
l'Egypte à l'Océan, de la Méditerranée au Soudan.

Fournel, qui a passé une partie de sa longue carrière à amasser des
matériaux sur cette question, a subi la fatalité dont je parle, et
lorsqu'il a publié le résultat de ses recherches, monument d'érudition
qui s'arrête malheureusement au XIe siècle, il n'a pu lui donner d'autre
titre que celui d'histoire des «_Berbers_».

Mes intentions sont beaucoup plus modestes, car je n'ai pas écrit
uniquement pour les érudits, mais pour la masse des lecteurs français et
algériens. Je me suis appliqué à donner à mon livre la forme d'un manuel
pratique; mais, ne voulant pas étendre outre mesure ses proportions, je
me suis heurté à une difficulté inévitable, celle de suivre en même
temps l'histoire de divers pays, histoire qui est quelquefois confondue,
mais le plus souvent distincte.

Dans ces conditions, je me suis vu forcé de renoncer à la forme suivie
et coulante de la grande histoire, pour adopter celle du manuel, divisé
par paragraphes distincts, dont chacun est indépendant de celui qui le
précède. Ce procédé s'oppose naturellement à tout développement d'ordre
littéraire: la sécheresse est sa condition d'être; mais il permet de
mener de front, sans interrompre l'ordre chronologique, l'exposé des
faits qui se sont produits simultanément dans divers lieux. De plus, il
facilite les recherches dans un fouillis de lieux et de noms, fait pour
rebuter le lecteur le plus résolu.

Ecartant toutes les traditions douteuses transmises par les auteurs
anciens et les Musulmans, car elles auraient allongé inutilement le
récit ou nécessité des dissertations oiseuses, je n'ai retenu que les
faits certains ou présentant les plus grands caractères de probabilité.
Je me suis attaché surtout à suivre, le plus exactement possible, le
mouvement ethnographique qui a fait de la population de la Berbérie ce
qu'elle est maintenant.

Deux cartes de l'Afrique septentrionale à différentes époques, et une de
l'Espagne, faciliteront les recherches. Enfin une table géographique
complète terminera l'ouvrage et chaque volume aura son index des noms
propres.

Constantine, le 1er Janvier 1888.

Ernest MERCIER.



SYSTÈME ADOPTÉ
POUR LA TRANSCRIPTION DES NOMS ARABES


Dans un ouvrage comme celui-ci, ne s'adressant pas particulièrement aux
orientalistes, le système de transcription du nombre considérable de
vocables arabes et berbères qu'il contient doit être, autant que
possible, simple et pratique.

La difficulté, l'impossibilité même, de reproduire, avec nos caractères,
certaines articulations sémitiques, a eu pour conséquence de donner lieu
à un grand nombre de systèmes plus ou moins ingénieux. Divers signes
conventionnels, ajoutés à nos lettres, ont eu pour but de les modifier
théoriquement, en leur donnant une prononciation qu'elles n'ont pas;
pour d'autres, on a formé des groupes où l'_h_, cette lettre sans valeur
phonétique en français, joue un grand rôle. Chaque pays, chaque académie
a, pour ainsi dire, son système de transcription. Mais, pour le public
en général, tout cela ne signifie rien, et si l'on a, par exemple,
surmonté ou souscrit un _a_ d'un point, d'un esprit ou de tout autre
signe (_ạ, a˙, ả, à΄_), l'immense majorité des lecteurs ne le prononcera
pas autrement que le plus ordinaire de nos _a_.

De même, ajoutez un _h_ à un _t_, à un _g_ ou à un _k_, vous aurez
augmenté, pour le profane, la difficulté matérielle de lecture, mais
sans donner la moindre idée de ce que peut être la prononciation arabe
des lettres que l'on veut reproduire.

Enfin, on se bornant à rendre, d'une manière absolue, une lettre arabe
par celle que l'on a adoptée en français comme équivalente, on arrive
souvent à former de ces syllabes qui, dans notre langue, se prononcent
d'une manière sourde (_ein, in, an, on_) et ne répondent nullement à
l'articulation arabe. C'est ainsi qu'un Français prononcera toujours les
mots Amin, Mengoub, Hassein, comme s'ils étaient écrits: _Amain_,
_Maingoub_, _Hassain_.

En présence de ces difficultés, je n'ai pas adopté de système absolu, ne
souffrant pas d'exception, m'efforçant au contraire, même aux dépens de
l'orthographe arabe, de retrancher toute lettre mutile et de rendre,
sous sa forme la plus simple pour des Français, les sons, tels qu'ils
frappent notre oreille en Algérie. N'oublions pas, en effet, qu'il
s'agit des hommes et des choses de ce pays, et non de ceux d'Egypte, de
Damas ou de Djedda.

Quiconque a entendu prononcer ici le nom [arabe مسوک], ne s'avisera
jamais de le transcrire par _Masoud_, ainsi que l'exigeraient nos
professeurs, mais bien par _Meçaoud_. Il en est de même de [arabe سى],
qui vient de la même racine. La meilleure reproduction consistera à le
rendre par _Saad_, en ajoutant un _a_, et non par _Sad_, quels que
soient les signes dont on affectera ce seul _a_.

J'ajouterai souvent un _e_ muet aux noms terminés par _in_, _eïn_, _an_,
_on_, et j'écrirai _Slimane_ au lieu de _Souleïman_ (ou _Soliman_),
_Houcéïne_, _Yar'moracene_, etc.

Quant aux articulations qui manquent dans notre langue, voici comment je
les rendrai:

Le [arabe: ث,] par _th_, _t_ ou _ts_.

Le [arabe: ح,] par un _h_; ce qui, du reste, ne reproduit nullement la
prononciation de cette consonne forte, et comme je ne figurerai jamais
le [arabe: ة] par un _h_, le lecteur saura qu'il doit toujours
s'efforcer de prononcer cette lettre par une expiration s'appuyant sur
la voyelle suivante.

Le [arabe: خ,] par le _kh_, groupe bizarre encore plus imparfait que
l'_h_ seul pour la précédente lettre.

Le [arabe: ع,] généralement par un _a_ lié à une des voyelles _a_, _i_,
_o_; quelquefois par une de ces lettres seules ou par la diphthongue
_eu_ ou par l'_ë_. Cette lettre, dont la prononciation est impossible à
reproduire en français, conserve presque toujours, dans la pratique, un
premier son rapprochant de l'_a_ et provenant de la contraction du
gosier; ce son s'appuie ensuite sur la voyelle dont cette consonne, car
c'en est une, est affectée. C'est pourquoi j'écrirai _Chiaïte_ au lieu
de _Chïïte_, _Saad_ au lieu de _Sad_, etc.

Le [arabe: غ,] généralement par un _r_'. Si tout le monde grasseyait
l'_r_, il n'y aurait pas de meilleure manière de rendre cette lettre
arabe; malheureusement, il y a en arabe l'_r_ non grasseyé, et il faut
bien les différencier. Dans le cas où ces deux lettres se rencontrent,
la prononciation de chacune s'accentue en sens inverse, et alors je
rends le [arabe: غ,]par un _g'_ Exemples: _Mag'reb_, _Berg'ouata_.

Le [arabe: ۊ,] par un _k_, comme dans Kassem, ou par un _g_, comme dans
Gabès. Cette lettre possède encore une intonation gutturale que l'on ne
peut figurer en français.

Le [arabe: ذ,] par un _h_. Quant au [arabe: ڈ ](_ta_ lié), dont la
prononciation est celle de notre syllabe muette _at_ dans contrat, je le
rends par un simple _a_ et j'écris: _Louata_, _Djerba_, _Médéa_.

Je ne parle que pour mémoire des lettres , [arabe: ص,ض,ظ,ط,] dont il est
impossible de reproduire, en français, le son emphatique, et je les
rends simplement par _t_, _d_, _s_, _d_.



INTRODUCTION
DESCRIPTION PHYSIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE L'AFRIQUE SEPTENTRIONALE


DESCRIPTION ET LIMITES[2].--Le pays dont nous allons retracer l'histoire
est la partie du continent africain qui s'étend depuis la limite
occidentale de l'Egypte jusqu'à l'Océan Atlantique, et depuis la rive
méridionale de la Méditerranée jusqu'au Soudan. Cette vaste contrée est
désignée généralement sous le nom d'Afrique septentrionale, sans y
comprendre l'Egypte, qui a, pour ainsi dire, une situation à part. Les
Grecs l'ont appelée _Libye_; les Romains ont donné le nom d'_Afrique_ à
la Tunisie actuelle, et ce vocable s'est étendu à tout le continent. Les
Arabes ont appliqué à cette région la dénomination de _Mag'reb_,
c'est-à-dire Occident, par rapport à leur pays. Nous emploierons
successivement ces appellations, auxquelles nous ajouterons celle de
_Berbérie_, ou pays des Berbères.

[Note 2: Suivre sur la carte de l'Afrique septentrional au XVe
siècle (vol II).]

Nous avons indiqué les grandes limites de l'Afrique septentrionale. Sa
situation géographique est comprise entre les 24° et 37° de latitude
nord et les 25° de longitude orientale et 19° de longitude occidentale;
ainsi le méridien de Paris, qui passe à quelques lieues à l'ouest
d'Alger, en marque à peu près le centre.

Les côtes de l'Afrique septentrionale se projettent d'une façon
irrégulière sur la Méditerranée. Du 31° de latitude, en partant de
l'Egypte, elles atteignent, au sommet de la Cyrénaïque, le 33°, puis
s'infléchissent brusquement, au fond de la grande Syrte, jusqu'au 30°.

De là, la côte se prolonge assez régulièrement, en s'élevant vers le
nord-ouest jusqu'au fond de la petite Syrte (34°). Puis elle s'élève
perpendiculairement au nord et dépasse, au sommet de la Tunisie, le 37°.
Elle suit alors une direction ouest-sud-ouest assez régulière, en
s'abaissant jusqu'à la limite de la province d'Oran, pour, de là, se
relever encore et atteindre le 36°, au détroit de Gibraltar.

Le littoral de l'Océan se prolonge au sud-sud-ouest, en s'abaissant du
8° de longitude occidentale jusqu'au 19°.

La partie septentrionale de la Berbérie se rapproche en deux endroits de
l'Europe. C'est, au nord-est de la Tunisie, la Sicile, distante de cent
cinquante kilomètres environ, et, à l'ouest, l'Espagne, séparée de la
pointe du Mag'reb par le détroit de Gibraltar. Cette partie de l'Afrique
offre, du reste, beaucoup d'analogie avec les dites régions européennes,
tant sous le rapport de l'aspect et des productions que sous celui du
climat.

Les écarts considérables de latitude que nous avons signalés en
décrivant les côtes influent sur les conditions physiques et
climatériques; aussi le littoral des Syrtes diffère-t-il sensiblement de
la région occidentale.

OROGRAPHIE.--La région comprise entre la petite Syrte et l'Océan est
couverte d'un réseau montagneux se reliant au grand Atlas marocain, qui
pénètre dans le sud jusqu'au 30° et dont les plus hauts sommets
atteignent 3,500 mètres d'altitude. Toute cette contrée montagneuse
jouit d'un climat tempéré et d'une fertilité proverbiale. Les indigènes,
peut-être d'après les Romains, lui ont donné le nom de _Tel_. Ce Tel, en
Algérie et en Tunisie, ne dépasse guère, au midi, le 35° de latitude.

Dans la partie moyenne de la Barbarie, c'est-à-dire ce qui forme
actuellement l'Afrique française, la région telienne aboutit au sud à
une ligne de _hauts plateaux_, dont l'altitude varie entre 600 et 1,200
mètres. Le Djebel-Amour en marque le sommet; au delà, le pays s'abaisse
graduellement vers le sud et rapidement vers l'est, ce qui donne lieu,
dans cette dernière direction, à une série de bas-fonds reliés par des
cours d'eau aboutissant aux lacs Melr'ir et du Djerid, près du golfe de
la petite Syrte. Cette ligne de bas-fonds est parsemée d'oasis
produisant le palmier; c'est la région _dactylifère_.

Des montagnes dont nous venons de parler descendent des cours d'eau, au
nord dans la Méditerranée, à l'ouest dans l'Océan. Ceux du versant nord
sont généralement peu importants, en raison du peu d'étendue de leur
cours: ce sont des torrents en hiver, presque à sec en été. Les rivières
du versant océanien, venant de montagnes plus élevées et ayant un cours
moins bref, ont en général une importance plus grande.

Au delà des hauts plateaux et de la première ligne des oasis, s'étend le
_grand désert_ ou _Sahara_ jusqu'au Soudan. C'est une vaste contrée
généralement aride, entrecoupée de chaînes montagneuses, de vallées, de
plateaux desséchés et pierreux et de dunes de sable. Des régions d'oasis
s'y rencontrent. Le tout est traversé par des dépressions formant
vallées, dont les unes s'abaissent vers le Soudan et les autres se
dirigent vers le nord pour rejoindre les lacs Melr'ir et du Djerid. Les
vallées, les oasis et certaines parties montagneuses sont seules
habitées.

Dans la Tripolitaine, la région telienne est moins élevée et a moins de
profondeur; en un mot, le désert est plus près. Cependant, derrière
Tripoli se trouve un massif montagneux assez étendu, donnant accès au
Hammada (plateau) tripolitain.

Le littoral de la Cyrénaïque est bordé de collines qui forment les
pentes d'un plateau semblable à celui de Tripoli, mais moins étendu.
Quelques oasis se trouvent au sud de ce plateau. Au delà commence le
grand désert de Libye.


MONTAGNES PRINCIPALES

De l'est à l'ouest, les principales montagnes de l'Afrique
septentrionale sont:

CYRÉNAÏQUE.--Le _Djebel-el-Akhdar_, dans la partie supérieure
tripolitaine.--Le _Djebel-R'arïane_ et le _Djebel-Nefouça_, au sud de
Tripoli.

ALGÉRIE.--Le _Djebel-Aourès_, s'élevant jusqu'à 2,300 mètres au midi de
Constantine et s'abaissant au sud, brusquement, sur la région des oasis.

Le _Djebel-Amour_ (2,000 mètres), au midi de la province d'Alger formant
le sommet des hauts plateaux.

Le _Djebel-Ouarensenis_ (2,000 mètres), au nord du Djebel-Amour, près de
la ligne du méridien de Paris.

Le _Djebel-Djerdjera_ ou _grande Kabilie_ (2,300 mètres), près du
littoral, entre l'Ouad-Sahel et l'Isser.

MAROC.--Les montagnes du _Grand Atlas_ ou _Deren_, notamment le
_Djebel-Hentata_, d'une altitude de 3,500 mètres et dont les sommets
sont couverts de neiges éternelles.


PRINCIPALES RIVIÈRES

VERSANT MÉDITERRANÉEN.--L'_Ouad-Souf-Djine_ et l'_Ouad-Zemzem_,
descendant du Djebel-R'arïane et du plateau de Hammada et venant former
le marais situé au-dessous de Mesrata, sur le littoral de la grande
Syrte.

L'_Ouad-Medjerda_, qui recueille les eaux du versant nord-est de
l'Aourès et du plateau tunisien et vient déboucher dans le golfe de
Karthage, au sommet de la Tunisie.

L'_Ouad-Seybous_, recueillant les eaux de la partie orientale de la
province de Constantine et débouchant à Bône.

L'_Ouad-el-Kebir_, formé de l'_Ouad-Remel_ et de l'_Ouad-Bou-Merzoug_,
dont le confluent est à Constantine et l'embouchure au nord de cette
ville.

L'_Ouad-Sahel_, venant, d'un côté, du Djebel-Dira, près d'Aumale, et, de
l'autre, des plateaux situés à l'ouest de Sétif, et débouchant, sous le
nom de _Soumam_, dans le golfe de Bougie, à l'est du Djerdjera.

L'_Ouad-Isser_, à l'ouest du Djerdjera, et ayant son embouchure près de
Dellis.

Le _Chelif_, descendant du versant nord du Djebel-Amour et du
Ouarensenis, recevant le _Nehar-Ouacel_, venu du plateau de Seressou, au
sud de cette montagne, et après avoir décrit un coude à la hauteur de
Miliana, courant parallèlement à la côte de l'est à l'ouest, pour se
jeter dans la mer à l'extrémité orientale du golfe d'Arzeu.

L'_Habra_ et le _Sig_, appelé dans son cours supérieur _Mekerra_, se
réunissant pour former le marais de la _Makta_, au fond du golfe
d'Arzeu. La plus grande partie des eaux de la province d'Oran est
recueillie par ces deux rivières.

La _Tafna_, descendant des montagnes situées au midi de Tlemcen et qui
se jette dans la mer au nord de cette ville, après avoir recueilli
L'_Isli_, venant de la région d'Oudjda (Maroc).

La _Moulouïa_, qui recueille les eaux du versant oriental et
septentrional de l'Atlas marocain et dont l'embouchure se trouve à
l'ouest de la limite algérienne.


VERSANT OCÉANIEN.--L'_Ouad-el-Kous_, qui se jette dans la mer près
d'El-Araïche, au sommet du Maroc.

Le _Sebou_, descendant du versant nord-ouest de l'Atlas.

Le _Bou-Regreg_, au midi du précédent et ayant son embouchure non loin
de lui, à Salé.

L'_Ouad-Oum-er-Rebïa_, grande rivière recueillant les eaux du versant
occidental de l'Atlas et traversant de vastes plaines avant de déboucher
à Azemmor.

Le _Tensift_, voisin du précédent, au midi.

L'_Ouad-Sous_, qui coule entre les deux chaînes principales du grand
Atlas méridional et traverse la province de ce nom.

L'_Ouad-Nouri_, débouchant près du cap du même nom.

Et enfin l'_Ouad-Deraa_, descendant du grand Atlas au midi et formant,
dans la direction de l'ouest, une large vallée. Ce fleuve se jette dans
l'Océan vis-à-vis l'archipel des Canaries.


VERSANT INTÉRIEUR.--L'_Ouad-Djedi_, qui prend naissance au midi du
Djebel-Amour, court ensuite vers l'est, parallèlement au Tel, et va se
perdre aux environs du lac Melr'ir.

L'_Ouad-Mïa_ et l'_Ouad-Ir'ar'ar_, venant tous deux de l'extrême sud et
concourant à former la vallée de l'_Ouad-Rir'_, qui se termine au chott
(lac) Melr'ir.

L'_Ouad-Guir_, descendant des hauts plateaux, pour se perdre au sud non
loin de l'oasis de Touat.

Enfin l'_Ouad-Ziz_, qui vient de l'Atlas marocain et disparaît aux
environs de l'oasis de Tafilala.


LACS

Les lacs de l'Afrique septentrionale sont peu nombreux. Voici les
principaux:

Le chott du _Djerid_, au sud de la Tunisie.

Le _Melr'ir_, à l'ouest du précédent; entre eux se trouve la dépression
de _R'arça_.

La sebkha du _Gourara_, à l'est du cours inférieur de l'Ouad-Guir.

La sebhka de _Daoura_, près de Tafilala.

On compte, en outre, un certain nombre de marais, parmi lesquels nous
citerons la sebkha de _Zar'ez_, dans le Hodna, et les chott _Chergui_
(oriental) et _R'arbi_ (occidental), dans les hauts plateaux. Ce sont
souvent de vastes dépressions, avec des berges à pic, et dont le fond
est plus ou moins marécageux, selon l'époque de l'année.


CAPS

Voici les principaux caps de l'Afrique, en suivant le littoral de l'est
à l'ouest.

_Ras-Tourba_ et cap _Rozat_, au sommet de la Cyrénaïque.

Cap _Mesurata_, près de la ville de Mesrata, à l'angle occidental du
golfe de la grande Syrte.

_Ras-Capoudïa_ (l'ancien _Caput Vada_), au sommet de la petite Syrte.

_Ras-Dimas_ (l'antique _Thapsus_), à l'angle méridional du golfe de
Hammamet.

_Ras-Adar_, ou cap _Bon_, au sommet de la presqu'île de Cherik, angle
nord-est de la Tunisie.

Promontoire d'_Apollon_ ou cap _Farina_, à l'angle occidental du golfe
de Tunis.

_Ras-el-Abiod_, cap _Blanc_, à l'angle occidental du golfe de Bizerte.

Cap de _Garde_, à l'angle occidental du golfe de Bône.

Cap de _Fer_, à l'angle oriental du golfe de Philippeville.

Cap _Bougarone_ ou _Sebà-Rous_ (les sept caps), à l'angle occidental du
même golfe.

Cap _Cavallo_, à l'angle oriental du golfe de Bougie.

Cap _Sigli_, à l'angle opposé, c'est-à-dire au pied occidental de la
grande Kabylie (Djerdjera).

Cap _Matifou_ (régulièrement _Thaman'tafoust_), à l'angle oriental du
golfe d'Alger.

Cap _Tenès_, à l'est et auprès de la ville de ce nom.

Cap _Carbon_, à l'angle occidental du golfe d'Arzeu, entre cette ville
et Oran.

Cap _Falcon_, à l'angle occidental du golfe d'Oran.

Cap _Tres-Forcas_, à l'ouest du golfe formé par l'embouchure de la
Moulouïa, dominant Melila, qui est bâtie sur le versant oriental de ce
cap.

Cap de _Ceuta_, à la pointe orientale du détroit de Gibraltar.

Cap _Spartel_, sur l'Océan, à l'ouest de cette pointe.

Cap _Blanc_, au sud de l'embouchure de l'Oum-el-Rebïa et d'Azemmor.

Cap _Cantin_, un peu plus bas, au-dessus du Tensift.

Cap _Guir_, au-dessus de l'embouchure du Sebou et d'Agadir.

Cap _Noun_, à l'embouchure de la rivière de ce nom.

Cap _Bojador_, au-dessous de l'embouchure de l'Ouad-Deraa.

Cap _Blanc_, un peu au-dessus du 20° de longitude.


DIVISIONS GÉOGRAPHIQUES ADOPTÉES PAR LES ANCIENS

L'Algérie septentrionale, Libye des Grecs, a formé les divisions
suivantes:

_Région littorale_

_Cyrénaïque_ (comprenant la Marmarique); depuis la frontière occidentale
de l'Égypte jusqu'au golfe de la grande Syrte.

_Tripolitaine_; de cette limite jusqu'au golfe de la petite Syrte.
_Byzacène_, région au-dessus du lac Triton. _Zeugitane_, littoral
oriental de la Tunisie actuelle, et _Afrique propre_, comprenant d'abord
le territoire de Karthage (nord de la Tunisie), puis toute la région
entre la Numidie à l'ouest et la Tripolitaine à l'est. La Tripolitaine,
la Byzacène, la Zeugitane et l'Afrique propre ont été réunis, à l'époque
romaine, sous le nom de _province proconsulaire d'Afrique_.

_Numidie_; depuis la limite occidentale de l'Afrique propre, qui a été
formée généralement par le cours supérieur de la Medjerda, avec une
ligne partant du coude de cette rivière pour rejoindre le littoral, et
de là jusqu'au golfe de Bougie, c'est-à-dire environ le 3° de longitude
est. La Numidie a été elle-même divisée en orientale et occidentale,
avec l'Amsaga (Ouad-Remel) comme limite séparative.

_Mauritanie orientale_; depuis la Numidie jusqu'au Molochat (Moulouïa).
À la fin du IIIe siècle de l'ère chrétienne, elle a été divisée en
_Sétifienne_, comprenant la partie orientale avec Sétif, et
_Césarienne_, formée de la partie occidentale, avec _Yol-Cesarée_
(Cherchel) comme capitales.

_Maurétanie occidentale_ ou _Tingitane_, comprenant le reste de
l'Afrique jusqu'à l'Océan.

_Région intérieure_

_Libye déserte_, comprenant la _Phazanie_ (Fezzan), au sud de la
Tripolitaine et de la Cyrénaïque.

_Gétulie_, au sud de la Numidie et des Maurétanies, sur les hauts
plateaux et dans le désert.

_Ethiopie_, comprenant la _Troglodytique_, au sud des deux précédents.

_Populations anciennes_

CYRÉNAÏQUE et TRIPOLITAINE.--_Libyens_, nom générique se transformant en
_Lebataï_ dans Procope, _Ilanguanten_ dans Corippus, et que l'on peut
identifier aux Berbères Louata des auteurs arabes.

_Barcites_, _Asbystes_, _Adyrmakhides_, _Ghiligammes_, etc., occupant le
nord de la Cyrénaïque.

_Nasammons_, dans l'intérieur, sur la ligne des oasis et le golfe de la
grande Syrte, dont ils occupent en partie les rivages.

_Psylles_, habitant en premier lieu la grande Syrte et refoulés ensuite
vers l'est.

_Makes_, sur le littoral occidental de la grande Syrte.

_Zaouekes_ (Arzugues de Corrippus), établis sur le littoral, entre les
deux Syrtes. Ils ont donné leur nom plus tard à la Zeugitane. On les
identifie aux Zouar'a.

_Troglodytes_, dans les montagnes voisines de Tripoli.

_Lotophages_, dans l'île de Djerba et sur le littoral voisin.


AFRIQUE PROPRE.--Les _Maxyes_ et les _Ghyzantes_ ou _Byzantes_. Ces
tribus, sous ces noms divers, y compris les Zaouèkes, paraissent être un
seul et même peuple, qui a donné son nom à la Byzacène.

_Libo-Phéniciens_, peuplade mixte de la province de Karthage.


NUMIDIE.--_Numides_, nom générique.

_Nabathres_, dans la région du nord-est.

_Masséssyliens_, puis _Massyles_; occupaient le centre de la province.
Ont été remplacés par les peuplades suivantes, qu'ils ont peut-être
contribué à former:

_Kedamousiens_, sur la rive gauche de l'Amsaga (Ouad-Remel) et, de là,
jusqu'à l'Aourès.

_Babares_ ou _Sababares_, dans les montagnes, au nord des précédents,
jusqu'à la mer.


MAURÉTANIE ORIENTALE.--_Maures_, nom générique, auquel on a associé plus
tard celui de _Maziques_.

_Quinquegentiens_, divisés en _Isaflenses_, _Massinissenses_ et
_Nababes_, occupant le massif du Mons-Ferratus (Djerdjera).

_Masséssyliens_, puis _Massyles_, au sud-est du Mons-Ferratus. Remplacés
de bonne heure par d'autres populations.

_Makhourèbes_ et _Banioures_, à l'ouest du Mons-Ferratus.

_Makhrusiens_, sur le littoral montagneux, à l'ouest des précédents.

_Nacmusïï_, dans la région des hauts plateaux, au midi des précédents.

_Masséssyliens_, sur la rive droite du Molochath.


MAURÉTANIE OCCIDENTALE.--_Maures_, nom générique.

_Masséssyliens_, établis dans le bassin de la Moulouïa.

_Maziques_, sur le littoral nord et ouest.

_Bacuates_, établis dans le bassin du Sebou et étendant leur domination
vers l'est (identifiés aux Berg'ouata).

_Makenites_, cours supérieur du Sebou (identifiés aux Meknaça).

_Autotoles_, _Banuires_, etc., dans le bassin de l'Oum-er-Rebïa.

_Daradæ_, bassin du Derâa.


_Région intérieure_


LIBYE DÉSERTE.--_Garamantes_, appelés aussi _Gamphazantes_, oasis de
Garama (Djerma) et Phazanie (Fezzan).

_Blemyes_, au sud-est des précédents, vers le désert de Libye (peuplade
donnant lieu à des récits fabuleux).


GÉTULIE.--_Gétules_, nom générique. Sur toute la ligne des hauts
plateaux et dans la partie septentrionale du désert.

_Mélano-Gétules_ (_Gétules noirs_), au midi des précédents.

_Perorses_, _Pharusiens_, sur la rive gauche du Darat (Ouad-Derâa).


ETHIOPIE.--_Ethiopiens_, terme générique, divisés en _Ethiopiens blancs_
et _Ethiopiens noirs_.

Quant aux _Ethiopiens rouges_ ou _Ganges_, que les auteurs placent au
midi de la Gétulie, sur les bords de l'Océan, nous ne pouvons nous
empêcher de les rapprocher des Iznagen (Sanhaga des Arabes), qui ont
donné leur nom au Sénégal. Nous trouverons du reste, dans l'histoire des
_Sanhaga au voile_ (_Mouletthemine_), le nom de Ouaggag, porté encore
par des chefs de ces peuplades.


DIVISIONS GÉOGRAPHIQUES ADOPTÉES PAR LES ARABES

Les Arabes, arrivant d'Orient au VIIe siècle, donnèrent, ainsi que nous
l'avons dit, à l'Afrique le nom générique de Mag'reb, qui s'étendit même
à l'Espagne musulmane. Mais, dans la pratique, une désignation ne
pouvait demeurer aussi vague, et les conquérants divisèrent le pays
comme suit:

_Pays de Barka_, la Cyrénaïque (moins la Marmarique).

_Ifrikiya_, la Tunisie proprement dite, à laquelle on a ajouté la
Tripolitaine à l'est, et la province de Constantine, jusqu'au méridien
de Bougie, à l'ouest.

_El-Mag'reb-el-Aouçot_ (ou Mag'reb central), depuis le méridien de
Bougie jusqu'à la rivière Moulouïa.

_El-Mag'reb-el-Akça_ (ou Mag'reb extrême). Tout le reste de l'Afrique,
jusqu'à l'Océan à l'ouest et à l'Ouad-Derâa au sud.

_Sahara_, toute la région désertique.


_Population_

Là où les anciens n'avaient vu qu'une série de peuplades indigènes, sans
lien entre elles, les Arabes ont reconnu un peuple, une même race qui a
couvert tout le nord de l'Afrique. Ils lui ont donné le nom de
_Berbère_, que nous lui conserverons dans ce livre. Cette race se
subdivisait en plusieurs grandes familles, dont nous présentons les
tableaux complets au chapitre Ier de la deuxième partie.


ETHNOGRAPHIE

ORIGINE ET FORMATION DU PEUPLE BERBÈRE

La question de l'origine et de la formation du peuple berbère n'a pas
fait un grand pas depuis une vingtaine d'années. Nous avons donc peu de
chose à ajouter au mémoire publié par nous en 1871, sous le titre:
_Notes sur l'origine du peuple berbère_[3]. De nouvelles hypothèses ont
été émises, mais, on peut l'affirmer, le fond solide, sur lequel doivent
s'appuyer les données véritablement historiques, ne s'est augmenté en
rien, malgré les découvertes de l'anthropologie.

En résumé, que possédons-nous, comme traditions historiques, sur ce
sujet? Diodore, Hérodote, Strabon, Pline, Ptolémée, ne disent rien sur
l'origine des peuplades dont ils parlent; ils voient là des
agglomérations de sauvages, dont ils nous transmettent les noms altérés
et dont ils retracent les mœurs primitives, sinon fantastiques.

Un seul, Salluste, s'inquiète de la formation des peuples africains et
il reproduit, à cet égard, les traditions qu'il prétend avoir
recueillies dans les livres du roi Hiemsal, «écrits en langue punique».
On connaît son système: L'Hercule tyrien aurait entraîné jusqu'au
détroit qui a reçu son nom[4] des guerriers mèdes, perses et arméniens.
Ces étrangers, restés dans le pays, auraient formé la souche des Maures
et des Numides. Ces nouveaux noms _leur auraient été donnés par les
Libyens_ dans leur jargon barbare[5]. Les colonies phéniciennes établies
sur le littoral auraient achevé de constituer la population de
l'Afrique, en lui ajoutant un élément nouveau.

[Note 3: Revue africaine, 1871. Ce mémoire a été donné en appendice
à la fin de notre _Histoire de l'établissement des Arabes dans l'Afrique
septentrionale_.]

[Note 4: Colonnes d'Hercule.]

[Note 5: «..... barbara lingua Mauros, pro Medis appellantes»
(Salluste).]

Voilà, en quelques mots, le système de Salluste.

Procope, reproduisant à cet égard les données de l'historien Josèphe,
dit que l'Afrique a été peuplée par des nations chassées de la Palestine
par les Hébreux[6]. Le rabbin Maïmounide, un des plus célèbres
commentateurs du Talmud, nous apprend que les Gergéséens, expulsés du
pays de Canaan par Josué, emigrèrent en Afrique.

Enfin, l'historien arabe Ibn-Khaldoun, après avoir examiné diverses
hypothèses sur la question, s'exprime comme suit: «Les Berbères sont les
enfants de Canaan, fils de Cham, fils de Noë; leur aïeul se nommait
Mazir'; ils avaient pour frères les Gergéséens et étaient parents des
Philistins. Le roi, chez eux, portait le titre de Goliath (Galout). Il y
eut en Syrie, entre les Philistins et les Israélites, des guerres, etc.
Vers ce temps-là, les Berbères passèrent en Afrique[7].»

[Note 6: Procope. _De bello Vandalico_.]

[Note 7: _Histoire des Berbères_ (trad. de Slane), t. I. p. 184.]

Ainsi, voilà toute une série de traditions d'origines diverses,
rappelant le souvenir d'invasions de peuples asiatiques dans le nord de
l'Afrique.

Nous n'avons pas parlé des Hycsos, ces conquérants sémites, plus ou
moins mélangés de Mongols, qui, après avoir conquis l'Egypte, renversé
la XIIIe dynastie et occupé en maîtres le pays durant plusieurs siècles,
furent chassés par le Pharaon Ahmés I, de la XVIIIe dynastie.

En effet, l'histoire de l'Egypte nous démontre péremptoirement
qu'autrefois sa vie a été intimement mêlée à celle de la Berbérie, et
c'est ce qui a été très bien caractérisé par M. Zaborowski[8] dans les
termes suivants: «L'action réciproque de l'Egypte et de l'Afrique l'une
sur l'autre est si ancienne, elle a été si longue et si profonde, qu'il
est impossible de démêler ce que la première a emprunté à la seconde, et
réciproquement.»

[Note 8: _Peuples primitifs de l'Afrique_. (Nouvelle revue, 1er mars
1883.)]

Il est donc possible que les Hycsos, vaincus, soient passés en partie
dans le Mag'reb. Mais, en revanche, cette même histoire nous apprend
que, vers le XVe siècle avant J.-C., sous la XIXe dynastie, une invasion
de nomades, aux yeux bleus et aux cheveux blonds, vint de l'ouest
s'abattre sur l'Egypte.

Ces populations, que les Egyptiens confondaient avec les Libyens et
qu'ils nommaient _Tamahou_ (hommes blonds), d'où venaient-elles?
Arrivaient-elles d'Europe ou étaient-elles depuis longtemps établies
dans la Berbérie? Cette question est insoluble; mais, quand on examine
la quantité innombrable de dolmens qui couvrent l'Afrique
septentrionale, on ne peut s'empêcher d'y voir les sépultures de ces
hommes blonds ou un usage laissé par eux. Il faut, en outre, reconnaître
la parenté étroite qui existe entre les dolmens de l'Afrique et ceux de
l'Espagne, de l'ouest de la France et du Danemarck.

_Berbères_, _Ibères_, _Celtibères_, voilà des peuples frères et dont
l'action réciproque des uns sur les autres est incontestable, sans même
qu'il soit besoin d'appeler à son aide l'identité de conformation
physique ou les rapprochements linguistiques, car ce sont des arguments
d'une valeur relative et dont il est facile de tirer parti en sens
divers.

A quelle époque, par quels moyens se sont établies ces relations de
races entre le midi de l'Europe et l'Afrique septentrionale? Les
invasions ont-elles eu lieu de celle-ci en celui-là, ou de celui-là en
celle-ci? Autant de questions sur lesquelles les érudits ne parviendront
jamais à s'entendre, en l'absence de tout document précis. Pourquoi, du
reste, les deux faits ne se seraient-ils pas produits à des époques
différentes?

Mais ne nous arrêtons pas à ces détails.

Du rapide exposé qui précède résultent deux faits que l'on peut admettre
comme incontestables:

1° Des invasions importantes de peuples asiatiques ont eu lieu, à
différentes époques, dans l'Afrique septentrionale;

2° Cette région a été habitée anciennement par une race blonde, ayant de
grands traits de ressemblance, comme caractères physiologiques et comme
mœurs, avec certaines peuplades européennes.

Quelle conclusion tirerons-nous maintenant de cette constatation?

Dirons-nous, comme certains, que la race berbère est d'origine purement
sémitique, ou, comme d'autres, purement aryenne?

Nullement. La race berbère, en effet, peut avoir subi, à différents
degrés, cette double influence, et il peut exister parmi elle des
branches qu'il est possible de rattacher à l'une et à l'autre de ces
origines. Mais il n'en est pas moins vrai que, comme ensemble, elle a
persisté avec son type spécial de race africaine, type bien connu en
Egypte dans les temps anciens, et que l'on retrouve encore maintenant
dans toute l'Afrique septentrionale.

Sans vouloir discuter la question de l'unité ou de la pluralité de la
famille humaine, il est certain qu'à une époque très reculée, la race
libyenne ou berbère s'est trouvée formée et a occupé l'aire qui lui est
propre, toute l'Afrique du nord.

Sur ce substratum sont venues, à des époques relativement récentes,
s'étendre des invasions dont l'histoire a conservé de vagues souvenirs,
et ce contact a laissé son empreinte dans la langue, dans les mœurs et
dans les caractères physiologiques. Les peuples cananéens, les
Phéniciens ont eu une action indiscutable sur la langue berbère; et les
_blonds_, qui, peut-être, étaient en grande minorité, ont imposé pendant
un certain temps leur mode de sépulture aux Libyens du Tell. Malgré
l'adoption de la religion musulmane et la modification profonde subie
par les populations du nord de l'Afrique, du fait de l'introduction de
l'élément arabe, il existe encore en Algérie, notamment aux environs de
la Kalàa des Beni-Hammad, dans les montagnes au nord de Mecila, des
tribus qui construisent de véritables dolmens.

Mais cette action des étrangers, que nous reconnaissons, a eu des effets
plus apparents que profonds, et il s'est passé en Afrique ce qui a eu
lieu presque partout et toujours, avec une régularité qui permettrait de
faire une loi de ce phénomène: la race vaincue, dominée, asservie, a,
peu à peu, par une action lente, imperceptible, absorbé son vainqueur en
l'incorporant dans son sein.

Le même fait s'est produit au moyen âge à l'occasion de l'invasion
hilalienne, et cependant le nombre des Arabes était relativement
considérable et leur mélange avec la race indigène avait été favorisé
d'une manière toute particulière, par l'anarchie qui divisait les
Berbères et annihilait leurs forces. L'élément arabe a néanmoins été
absorbé; mais, en se fondant au milieu de la race autochthone disjointe,
il lui a fait adopter, en beaucoup d'endroits, sa langue et ses mœurs.

N'est-ce pas, du reste, ce qui s'est passé en Gaule: l'occupation
romaine a romanisé pour de longs siècles les provinces méridionales,
sans modifier, d'une manière sensible, l'ensemble de la race. Dans le
nord, les conquérants francks se sont rapidement fondus dans la race
conquise, sans laisser d'autre souvenir que leur nom substitué à celui
des vaincus. Ces effets différents s'expliquent par le degré de
civilisation des conquérants, supérieur aux vaincus dans le premier cas,
inférieur dans le second. En résumé, ces conquêtes, ces changements dans
les dénominations, les lois et les mœurs, n'ont pas empêché la race
gauloise de rester, comme fond, celtique.

De même, malgré les influences étrangères qu'elle a subies, la race
autochthone du nord de l'Afrique est restée libyque, c'est-à-dire
berbère.



PRÉCIS DE L'HISTOIRE
DE L'AFRIQUE SEPTENTRIONALE
(BERBÉRIE)

PREMIÈRE PARTIE

PÉRIODE ANTIQUE
JUSQU'À 642 DE L'ÈRE CHRÉTIENNE



CHAPITRE Ier

PÉRIODE PHÉNICIENNE
1100-268 AVANT J.-C.


Temps primitifs.--Les Phéniciens s'établissent en Afrique.--Fondation de
Cyrène par les Grecs.--Données géographiques d'Hérodote.--Prépondérance
de Karthage.--Découvertes de l'amiral Hannon.--Organisation politique de
Karthage.--Conquêtes de Karthage dans les îles et sur le littoral de la
Méditerranée.--Guerres de Sicile.--Révolte des Berbères.--Suite des
guerres de Sicile.--Agathocle, tyran de Syracuse.--Il porte la guerre en
Afrique.--Agathocle évacue l'Afrique.--Pyrrhus, roi de
Sicile.--Nouvelles guerres dans cette île.--Anarchie en Sicile.


TEMPS PRIMITIFS.--L'incertitude la plus grande règne sur les temps
primitifs de l'histoire de la Berbérie. Le nom de l'Afrique est à peine
prononcé dans la Bible, et si, dans les récits légendaires tels que ceux
d'Homère, la notion de ce pays se trouve plusieurs fois répétée, les
détails qui l'accompagnent sont trop vagues pour que l'histoire positive
puisse s'en servir. Sur la façon dont s'est formée la race aborigène de
l'Afrique septentrionale, on ne peut émettre que des conjectures, et
l'hypothèse la plus généralement admise est qu'à un peuple véritablement
autochtone que l'on peut appeler chamitique, s'est adjoint un double
élément arian (blond) et sémitique (brun), dont le mélange intime a
formé la race berbère, déjà constituée bien avant les temps historiques.

L'antiquité grecque n'a commencé à avoir de détails précis sur la partie
occidentale de l'Afrique du nord que par ses navigateurs, lors de ses
tentatives de colonisation en Egypte et sur les rivages de la
Méditerranée. Hérodote est le premier auteur ancien qui ait écrit
sérieusement sur ce pays (Ve siècle av. J.-C.); nous examinerons plus
loin son système géographique.

Selon cet historien, les Libyens étaient des nomades se nourrissant de
la chair et du lait de leurs brebis. «Leurs habitations sont des cabanes
tressées d'asphodèles et de joncs, qu'ils transportent à volonté.» Plus
tard, Diodore les représentera comme menant une existence abrutie,
couchant en plein air, n'ayant qu'une nourriture sauvage; sans maisons,
sans habits, se couvrant seulement le corps de peaux de chèvres.» Ils
obéissent à des rois qui n'ont aucune notion de la justice et ne vivent
que de brigandage. «Ils vont au combat, dit-il encore, avec trois
javelots et des pierres dans un sac de cuir..... n'ayant pour but que de
gagner de vitesse l'ennemi, dans la poursuite comme dans la
retraite..... En général, ils n'observent, à l'égard des étrangers, ni
foi ni loi.» Ce tableau de Diodore s'applique évidemment aux Africains
nomades. Dans les pays de montagne et de petite culture, les mœurs
devaient se modifier suivant les lieux.

LES PHÉNICIENS S'ÉTABLISSENT EN AFRIQUE.--Dès le XIIe siècle avant notre
ère, les Phéniciens qui, selon Diodore, avaient déjà des colonies, non
seulement sur le littoral européen de la Méditerranée, mais encore sur
la rive océanienne de l'Ibérie, explorèrent les côtes de l'Afrique et
les reconnurent, sans doute, jusqu'aux Colonnes d'Hercule. Les relations
commerciales avec les indigènes étaient le but de ces courses
aventureuses et, pour assurer la régularité des échanges, des comptoirs
ne tardèrent pas à se former. Les Berbères ne firent probablement aucune
opposition à l'établissement de ces étrangers, qui, sous l'égide du
commerce, venaient les initier à une civilisation supérieure, et dans
lesquels ils ne pouvaient entrevoir de futurs dominateurs. Il résulte
même de divers passages des auteurs anciens que les indigènes étaient
très empressés à retenir chez eux les Tyriens. Quant à ceux-ci, ils se
présentaient humblement, se reconnaissaient sans peine les hôtes des
aborigènes et se soumettaient à l'obligation de leur payer un tribut[9].

Ainsi les colonies de _Leptis_ (Lebida), _Hadrumet_ (Souça), _Utique_,
_Tunès_ (Tunis), _Karthage_[10], _Hippo-Zarytos_ (Benzert), etc., furent
successivement établies sur le continent africain, et le littoral sud de
la Méditerranée fut ouvert au commerce par les Phéniciens, comme le
rivage nord et les îles l'avaient été par les Grecs.

[Note 9: Mommsen, _Histoire romaine_, trad. de Guerle, t. II, p. 206
et suiv. Voir la tradition recueillie par Trogue-Pompée et Virgile, sur
la fondation de Karthage par Didon.]

[Note 10: En phénicien «la ville neuve» (_Kart-hadatch_) par
opposition à Utique (_Outik_) «la vieille».]

FONDATION DE CYRÈNE PAR LES GRECS.--Les rivaux des Phéniciens dans la
colonisation du littoral méditerranéen furent les Grecs. Depuis
longtemps, ils tournaient leurs regards vers l'Afrique, lorsque
Psammetik Ier combla leurs vœux en leur ouvrant les ports de l'Egypte.
Après avoir exploré cette contrée jusqu'à l'extrême sud, ils firent un
pas vers l'Occident, et dans le VIIe siècle[11], une colonie de Grecs de
l'île de Théra vint, sous la conduite de son chef Aristée, surnommé
Battos, s'établir à Cyrène. Les peuplades indigènes que les Théréens y
rencontrèrent leur ayant dit qu'elles s'appelaient _Loub_ ou _Loubim_,
ils donnèrent à leur pays le nom de Libye (Λιßύε), que l'antiquité
conserva à l'Afrique. La tradition a gardé le souvenir des luttes qui
éclatèrent entre les Grecs de Cyrène et leurs voisins de l'Ouest, les
Phéniciens, au sujet de la limite commune de leurs possessions, et
l'histoire retrace le dévouement des deux frères Karthaginois qui
consentirent à se laisser enterrer vivants pour étendre le territoire de
leur patrie jusqu'à l'endroit que l'on a appelé en leur honneur «Autel
des Philènes»[12].

[Note 11: On n'est pas d'accord sur la date de la fondation de
Cyrène. Selon Théophraste et Pline, il faudrait adopter 611. Solin donne
une date antérieure qui varie entre 758 et 631.]

[Note 12: A l'est de Leptis, au fond de la Grande Syrte. Salluste,
_Bell. Jug._, XIX, LXXVIII.]

DONNÉES GÉOGRAPHIQUES D'HÉRODOTE.--Vers 420, Hérodote, qui avait
lui-même visité l'Egypte, écrivit sur l'Afrique des détails précis que
ses successeurs ont répétés à l'envi. Ses données, très étendues sur
l'Egypte, sont assez exactes relativement à la Libye, jusqu'au
territoire de Karthage; pour le pays situé au delà, il reproduit les
récits plus ou moins vagues des voyageurs grecs.

Pour Hérodote, la Libye comprend le «territoire situé entre l'Egypte et
le promontoire de Soleïs (sans doute le cap Cantin). Elle est habitée
par les Libyens et un grand nombre de peuples libyques et aussi par des
colonies grecques et phéniciennes établies sur le littoral. Ce qui
s'étend au-dessus de la côte est rempli de bêtes féroces; puis, après
cette région sauvage, ce n'est plus qu'un désert de sable
prodigieusement aride et tout à fait désert»[13].

[Note 13: Lib. IV.]

Après avoir décrit le littoral de la Cyrénaïque et des Syrtes, Hérodote
s'arrête au lac Triton (le Chot du Djerid). Il ne sait rien, ou du moins
ne parle pas spécialement de Karthage. «Au delà du lac
Triton,--dit-il,--on rencontre des montagnes boisées, habitées par des
populations de cultivateurs nommés _Maxyes_.» Enfin, il a entendu dire
que, bien loin, dans la même direction, était une montagne fabuleuse
nommée Atlas et dont les habitants se nommaient _Atlantes_ ou
_Atarantes_. Au midi de ces régions, au delà des déserts, se trouve la
noire Ethiopie.

Parmi les principaux noms de peuplades donnés par Hérodote, nous
citerons:

Les _Adyrmakhides_, les _Ghiligammes_, les _Asbystes_, les _Auskhises_,
etc., habitant la Cyrénaïque.

Les _Nasamons_ et les _Psylles_ établis sur le littoral de la Grande
Syrte.

Les _Garamantes_ divisés en _Garamantes du nord_, habitant les montagnes
de Tripoli, et _Garamantes du sud_, établis dans l'oasis de _Garama_
(actuellement Djerma dans le Fezzan), dont ils ont pris le nom.

Les _Troglodytes_, voisins des précédents et en guerre avec eux.

Les _Lotophages_, établis dans l'île de Méninx (Djerba) et sur le
littoral voisin.

Les _Makhlyes_, habitant le littoral jusqu'au lac Triton.

Les _Maxyes_, les _Aœses_, les _Zaouekès_ et les _Ghyzantes_ au nord du
lac Triton et sur le littoral en face des îles Cercina (Kerkinna)[14].

Tels sont les traits principaux de la Libye d'Hérodote. Comme détail des
mœurs de ces indigènes, il cite la vie nomade, l'absence de toute loi,
la promiscuité des femmes, etc. Il parle encore de peuplades fabuleuses
habitant l'extrême sud[15].

[Note 14: Hérodote, 1. IV, ch. 143.]

[Note 15: Vivien de Saint-Martin, _Le Nord de l'Afrique dans
l'Antiquité_, passim.]

PRÉPONDÉRANCE DE KARTHAGE.--La prospérité des comptoirs phéniciens,
augmentant de jour en jour, attira de nouveaux immigrants, et Karthage,
dont la fondation date du commencement du Xe siècle (av. J.-C.), devint
la principale des colonies de Tyr et de Sidon en Afrique. Ces métropoles
envoyaient à leurs possessions de la Méditerranée des troupes qui,
chargées d'abord de les protéger contre les indigènes, servirent ensuite
à dompter ceux-ci. Bientôt les villages agricoles avoisinant les
colonies phéniciennes furent soumis, et les cultivateurs berbères durent
donner à leurs anciens locataires, devenus leurs maîtres, le quart du
revenu de leurs terres, tant il est vrai que deux peuples ne peuvent
vivre côte à côte sans que le plus civilisé, fût-il de beaucoup le moins
nombreux, arrive à imposer sa domination à l'autre.

La puissance de Karthage devint donc plus grande et s'étendit sur les
tribus du tel de la Tunisie et de la Tripolitaine. Les Berbères du sud,
maintenus dans une sorte de vasselage, servaient d'intermédiaires pour
le commerce de l'intérieur de l'Afrique[16]. Non seulement Karthage,
après avoir cessé de payer tribut aux indigènes, en exigea un de
ceux-ci, mais elle devint la capitale des autres colonies phéniciennes,
qui durent lui servir une redevance. De plus, elle s'était peu à peu
débarrassée des liens qui l'unissaient à la mère patrie et avait conquis
son autonomie à mesure que la puissance du royaume phénicien
déclinait[17].

[Note 16: Ragot. Sahara, de la province de Constantine, IIe partie,
p. 147 (_Recueil des notices de la Société arch. de Constantine_,
1875).]

[Note 17: Justin, XIX, 1, 2.]

En même temps les navigateurs puniques fondaient à l'ouest de nouvelles
colonies: _Djidjel_ (Djidjeli), _Salde_ (Bougie), _Kartenna_ (Ténès),
_Yol_ (Cherchel), _Tingis_ (Tanger), etc. Les Karthaginois conclurent
avec les rois ou chefs de tribus de ces contrées éloignées, des traités
de commerce et d'alliance.

DÉCOUVERTES DE L'AMIRAL HANNON.--Mais cette extension ne suffisait pas à
l'ambition des Phéniciens; il leur fallait de nouvelles conquêtes. Entre
le VIe et le Ve siècle, le gouvernement de Karthage chargea l'amiral
Hannon de reconnaître le littoral de l'Atlantique et d'y établir des
colonies. Le hardi marin partit avec une flotte de soixante navires
portant trente mille colons phéniciens et libyens, et les provisions
nécessaires pour le voyage et les premiers temps de l'établissement. Il
franchit le détroit de Gadès, répartit son monde sur la côte africaine
de l'Océan et s'avança jusqu'au golfe formé par la pointe qu'il appelle
_Corne du Midi_ et que M. Vivien de Saint-Martin identifie à la pointe
du golfe de Guinée. Seule, la crainte de manquer de vivres l'obligea à
s'arrêter. Il retourna sur ses pas après avoir accompli un voyage qui ne
devait être renouvelé que deux mille ans plus tard[18].

[Note 18: Par les Portugais en 1462.]

Le succès de l'entreprise de Hannon frappa tellement ses concitoyens que
les principales circonstances de son voyage furent relatées en une
inscription qu'on plaça dans le temple de Karthage. Cette inscription,
traduite plus tard par un voyageur grec, nous est parvenue sous le nom
de _Périple de Hannon_; malheureusement la date manque. L'on sait
seulement, d'après Pline, que c'était à l'époque de la plus grande
puissance de Karthage, alors que, selon Erathosthène, cité par Strabon,
on comptait plus de trois cents colonies phéniciennes au delà du
détroit[19].

ORGANISATION POLITIQUE DE KARTHAGE.--La puissance acquise par Karthage
au milieu des populations berbères était le fruit de l'esprit
d'initiative, du courage et de l'adresse dont les Phéniciens avaient
sans cesse donné des preuves pendant de longs siècles. Chacun avait
coopéré à cette conquête; le gouvernement avait donc été d'abord une
république où le rang de chacun était égal. Puis, les fortunes
commerciales et militaires s'étant faites, les grandes familles avaient
conservé le pouvoir entre leurs mains, et il en était résulté une
oligarchie assez compliquée. Le pouvoir exécutif était dévolu à deux
rois[20], assistés d'un conseil dit des anciens, composé de vingt-huit
membres, tous paraissant avoir été élus par le peuple et pour un temps
assez court. L'exécutif nommait les généraux en chef, mais leur
déléguait une partie de ses pouvoirs, ce qui tendait à en faire de
véritables dictateurs, tout en offrant l'avantage de rétablir une unité
nécessaire dans le commandement. Pour compléter la machine
gouvernementale, un autre conseil, dit des Cent-Quatre, composé de
l'aristocratie, exerçait les fonctions judiciaires et contrôlait les
actes de tous[21]. Ce gouvernement impersonnel n'avait pas les avantages
d'une démocratie et en avait tous les inconvénients; il manquait d'unité
et, par suite, de force, et ouvrait la porte à toutes les intrigues et à
toutes les compétitions.

[Note 19: Vivien de Saint-Martin.--Voir également: «_Navigation
d'Hannon capitaine carthaginois aux parties d'Afrique, delà les colonnes
d'Hercule_,» par Léon l'Africain (trad. Temporal), t. I, p. XXV et
suiv.]

[Note 20: Suffètes (_Chofetim_) ou juges. Les auteurs anciens leur
donnent le nom de rois. Tite-Live les compare aux consuls (XXX).]

[Note 21: Mommsen, _Histoire romaine_, t. II, p. 217 et
suiv.--Aristote, _Polit._, 1. II.--Polybe, VI et pass.]

CONQUÊTE DE KARTHAGE DANS LES ÎLES ET SUR LE LITTORAL DE LA
MÉDITERRANÉE.--Dès le sixième siècle avant notre ère, les Karthaginois
firent des expéditions guerrières dans les îles et sur le rivage
continental de la Méditerranée. En 543, à la suite d'une guerre contre
les Phocéens, ils restèrent maîtres de l'île de Corse. Quelques années
plus tard, eut lieu leur premier débarquement en Sicile (536).

Les relations amicales de Karthage avec l'Italie remontent à cette
époque; déjà les Etrusques l'avaient aidée dans sa guerre contre les
Phocéens; en 509 fut conclu son premier traité d'alliance avec les
Romains[22].

Sous l'habile direction de Magon, la puissance punique s'étendit sur la
Méditerranée, dont tous les rivages reçurent la visite des vaisseaux de
Karthage se présentant, non plus comme de simples trafiquants, mais
comme les maîtres de la mer. Les Berbères de l'Afrique propre sont ses
vassaux; ceux du sud et de l'ouest ses alliés: tous lui fournissent des
mercenaires pour ses campagnes lointaines. La civilisation Karthaginoise
se répandit au loin et exerça la plus grande influence, particulièrement
sur la Grèce et le midi de l'Italie.

[Note 22: Polybe.]

GUERRES DE SICILE.--Mais ce fut contre la Sicile que Karthage concentra
ses plus grands efforts; elle était attirée vers cette conquête par la
richesse et la proximité de l'île, et aussi par le désir d'abattre la
puissance des Grecs en Occident. Alors commença ce duel séculaire, qui
devait avoir pour résultat d'arrêter la colonisation grecque dans la
Méditerranée, mais dont Rome devait recueillir tous les fruits.

Alliés à Xerxès par un traité fait dans le but d'opérer simultanément
contre les Grecs, les Karthaginois firent passer en Sicile une armée
considérable sous la conduite d'Amilcar[23], fils de Magon; mais cette
alliance ne leur fut pas favorable et, tandis que les Perses étaient
écrasés à Salamine, les Phéniciens éprouvaient un véritable désastre en
Sicile (vers 480).

La guerre continua pendant de longues années en Sicile, sans que les
Karthaginois y obtinssent de grands succès: les revers, la peste, les
calamités de toute sorte semblaient stimuler leur ardeur. Néanmoins,
vers la fin du Ve siècle, Hannibal et Himilcon, de la famille de Hannon,
remportèrent de grandes victoires et conquirent aux Karthaginois près
d'un tiers de l'île, avec des villes telles que Selinonte, Hymère,
Agrigente, etc.[24].

[Note 23: C'est à tort que M. Mommsen et les Allemands
orthographient ce nom par un H. La première lettre est un Aïn () et non
un Heth ().]

[Note 24: Diodore.]

Denys, tyran de Syracuse, les arrêta dans leurs succès et les força à
signer un traité, ou plutôt une trêve, pendant laquelle les deux
adversaires se préparèrent à une lutte plus sérieuse (404).

En 399 Denys envahit les possessions Karthaginoises; Himilcon, nommé
suffète, arrive avec une flotte nombreuse devant Syracuse, force
l'entrée du port et coule les vaisseaux ennemis (396). L'année suivante,
il revient en force, s'empare de Motya, de Messine, de Catane, de
presque toute l'île, vient mettre le siège devant Syracuse et porte le
ravage dans la contrée environnante. Au moment où il est sur le point de
triompher de son ennemi, la peste éclate dans son armée. Denys profite
de cette circonstance pour attaquer les Karthaginois démoralisés, les
bat sur terre et sur mer et force le suffète à souscrire à une
capitulation qui consacre la perte de toutes ses conquêtes. Ainsi finit
cette campagne si brillamment commencée[25].

[Note 25: Diodore, 1. XXIV.]

RÉVOLTE DES BERBÈRES.--À la nouvelle de ce désastre, les indigènes de
l'Afrique croient que le moment est venu de reconquérir leur
indépendance. Ils se réunissent en grandes masses et viennent
tumultueusement attaquer Karthage (395). Tunis tombe en leur pouvoir et
la métropole punique se trouve exposée au plus grand danger. Mais
bientôt la discorde se met parmi ces hordes sans chefs, qui ne veulent
obéir à aucune règle, et ce rassemblement se fond et se désagrège. Ainsi
nous verrons constamment les Berbères profiter des malheurs dont leurs
dominateurs sont victimes pour se lever contre eux: la révolte éclate
comme la foudre; mais bientôt la désunion et l'indiscipline font leur
œuvre, la réunion se dissout en quelques jours et les indigènes
retombent sous le joug de l'étranger[26].

[Note 26: Diodore, 1. XIV, ch. LXXII.]

SUITE DES GUERRES DE SICILE.--À peine Karthage avait-elle triomphé des
Berbères qu'elle envoya Magon en Sicile avec de nouvelles forces. La
guerre recommença aussitôt entre Denys et les Karthaginois, et se
prolongea avec des chances diverses pendant plusieurs années. Magon,
ayant péri dans une bataille, fut remplacé par son fils portant le même
nom. En 368, Denys cessa de vivre et eut pour successeur son fils Denys
le jeune. Malgré ces changements, la guerre continuait avec acharnement
de part et d'autre: c'était comme un héritage que les pères
transmettaient en mourant à leurs enfants.

Mais si les Grecs de Sicile avaient recouvré une certaine puissance sous
la ferme main de Denys, le règne de son successeur ne leur procura pas
les mêmes avantages. Poussés à bout par les vices de Denys le jeune, les
Syracusains l'expulsèrent de leur ville; mais comme un tyran a toujours
des partisans, la guerre civile divisa les Grecs. Karthage saisit avec
empressement cette occasion pour envoyer de nouvelles troupes en Sicile
avec Magon, en chargeant ce général de reprendre avec vigueur les
opérations militaires. Vers le même temps elle concluait avec Rome un
nouveau traité d'alliance tout en sa faveur, car elle imposait à
celle-ci de ne pas naviguer au delà du détroit de Gadès, à l'Ouest, et
du cap Bon, à l'Est, et lui interdisait même de faire du commerce en
Afrique (348).

A l'arrivée de Magon en Sicile, un groupe de citoyens de Syracuse, car
la ville elle-même était divisée en plusieurs camps, fit appel aux
Corinthiens fondateurs de leur cité, en implorant leur secours. Ceux-ci
envoyèrent Timoléon avec une petite armée d'un millier d'hommes.
Syracuse était alors sur le point de tomber: un parti avait livré le
port aux Karthaginois; Denys occupait le château; Icetas le reste de la
ville. Timoléon obtint la soumission de Denys et la remise de la
citadelle et força les Karthaginois à une trêve pendant laquelle il
détacha de Magon ses auxiliaires grecs. Celui-ci, se croyant perdu,
s'embarqua précipitamment et vint chercher un refuge à Karthage, où,
pour échapper à un supplice ignominieux, il se donna la mort.

Karthage, brûlant du désir de tirer vengeance de ces échecs, fit passer,
en 340, de nouvelles troupes en Sicile sous le commandement de Hannibal
et de Amilcar; mais ce ne fut que pour essuyer un nouveau et plus
complet désastre. Timoléon, bien qu'il disposât d'un nombre beaucoup
moins grand de soldats, réussit, après une lutte acharnée dans laquelle
les Karthaginois déployèrent le plus grand courage, à triompher d'eux.
En 338 un traité fut conclu entre les Syracusains et les Karthaginois.
Timoléon fit ainsi reconnaître l'intégrité de Syracuse et de son
territoire et recula les bornes des possessions puniques, en imposant
aux Karthaginois la défense de soutenir à l'avenir les tyrans.

AGATHOCLE, TYRAN DE SYRACUSE.--IL PORTE LA GUERRE EN AFRIQUE.--Quelques
années plus tard, un homme de la plus basse extraction, sans mœurs, mais
d'un caractère énergique et ambitieux, parvint, avec l'appui d'Amilcar,
à s'emparer par un coup de force de l'autorité à Syracuse; il mit à mort
les citoyens les plus honorables et se proclama roi des Grecs (319).
Bien qu'il eût juré à Amilcar, pour obtenir son appui, une fidélité
éternelle à Karthage, il se considéra comme dégagé de son serment par la
mort de son ancien protecteur et envahit les possessions puniques.
Aussitôt, Karthage fit passer en Sicile une armée nombreuse sous la
conduite de Amilcar, fils de Giscon, et ses troupes remportèrent sur
Agathocle une victoire décisive et vinrent mettre le siège devant
Syracuse.

Agathocle, réduit à la dernière extrémité, ne possédant plus que la
ville dans laquelle il est bloqué, repoussé par les Grecs auxquels il
s'est rendu odieux par sa tyrannie, conçoit le dessein hardi de se
débarrasser de ses ennemis en allant porter la guerre chez eux. Il
supplie les Syracusains de résister encore quelques jours, parvient, au
moyen d'un stratagème, à attirer les vaisseaux Karthaginois en dehors du
port, profite de ce moment pour en sortir lui-même avec quelques
navires, et fait voile vers l'Afrique. Poursuivi par la flotte de ses
ennemis, il parvient à lui échapper et, après six jours d'une traversée
des plus périlleuses, aborde dans le golfe même de Tunis et se retranche
dans les carrières, après avoir brûlé ses vaisseaux afin d'enlever à ses
troupes toute pensée de retour (310).

Revenus de la stupeur que leur a causée cette attaque imprévue, les
Karthaginois appellent tous les hommes aux armes et chargent les
généraux Hannon et Bomilcar de repousser l'usurpateur qui s'est déjà
emparé de plusieurs villes. Mais le sort des armes est funeste aux
Phéniciens; leurs troupes sont écrasées par Agathocle qui vient mettre
le siège devant Karthage (309).

Pendant que les Phéniciens démoralisés multiplient les offrandes à leurs
dieux pour apaiser leur courroux, en sacrifiant même leurs propres
enfants, la renommée porte de tous côtés, en Berbérie, la nouvelle des
succès de l'envahisseur et de la destruction de l'armée Karthaginoise.
Les indigènes, tributaires ou alliés, accourent en foule au camp
d'Agathocle pour l'aider à écraser leurs maîtres ou leurs amis.

En Sicile, Amilcar a continué le siège de Syracuse: mais bientôt le
bruit des victoires des Grecs parvient aux assiégés et, par un puissant
effort, ils obligent les Karthaginois à lever le blocus (309). L'année
suivante, Amilcar essaie en vain d'enlever Syracuse; il est vaincu, fait
prisonnier et expire dans les supplices.

Cependant Agathocle, solidement établi à Tunis, continuait de menacer
Karthage et en même temps parcourait en vainqueur le pays, au sud et à
l'est, faisant reconnaître son autorité par les Berbères; dans une seule
campagne, plus de deux cents villes lui ont fait leur soumission. Après
avoir, avec une audacieuse habileté, réprimé une révolte qui avait
éclaté contre lui au milieu de ses soldats, Agathocle entra en
pourparlers avec Ophellas, roi de la Cyrénaïque, ancien lieutenant
d'Alexandre, et lui demanda son alliance. Séduit par ses promesses,
Ophellas n'hésita pas à amener son armée au tyran; mais Agathocle le fit
assassiner et s'attacha ses troupes. Karthage se trouvait alors dans une
situation des plus critiques, et pour comble de malheur, la trahison et
la guerre civile paralysaient ses forces.

Agathocle, après avoir enlevé Utique et Hippo-Zarytos[27], laissa le
commandement de son armée à son fils Archagate, et rentra en Sicile, où
il tenait aussi à assurer son autorité (306); aussitôt après son départ,
les Karthaginois reprirent vigoureusement l'offensive et réduisirent les
Grecs à l'état d'assiégés. Agathocle s'empressa de venir au secours de
son fils; mais la victoire n'est pas toujours fidèle aux conquérants et
il éprouva à son tour les revers de la fortune.

[Note 27: Benzert.]

AGATHOCLE ÉVACUE L'AFRIQUE.--Trahi par ses alliés berbères, n'ayant plus
autour de lui que quelques soldats épuisés et démoralisés, Agathocle se
décida à évacuer sa conquête; il retourna suivi de quelques officiers en
Sicile, laissant à Tunis ses enfants, avec l'armée; mais les soldats, se
voyant abandonnés, mirent à mort la famille de leur prince et traitèrent
avec les Karthaginois auxquels ils abandonnèrent toutes les villes
conquises par Agathocle.

Ainsi cette guerre qui avait mis Karthage à deux doigts de sa perte se
terminait subitement au grand avantage de la métropole punique (306). Un
traité de paix ayant été conclu entre les deux puissances, les
Karthaginois purent s'appliquer à réparer leurs désastres et à reprendre
de nouvelles forces, tandis qu'Agathocle établissait solidement son
autorité à Syracuse, devenait un véritable roi, et s'unissait à Pyrrhus
d'Epire en lui donnant sa fille en mariage.

PYRRHUS, ROI DE SICILE.--NOUVELLES GUERRES DANS CETTE CONTRÉE--Mais la
paix entre la Sicile et Karthage ne pouvait être de longue durée. Après
la mort d'Agathocle, survenue en 289, l'île devint de nouveau la proie
des factions et durant près de dix années l'anarchie y régna seule.
Enfin, en 279, les Syracusains menacés de l'attaque imminente de
Karthage appelèrent à leur secours Pyrrhus, auquel ils avaient déjà
fourni leur appui dans ses guerres contre Rome. Malgré les victoires
d'Héraclée et d'Asculum si chèrement achetées, le roi d'Epire se
trouvait dans la plus grande indécision, car il avait dû, pour vaincre
les Romains, mettre en ligne toutes ses forces et il jugeait qu'avec les
éléments hétérogènes composant son armée il ne pourrait obtenir une
seconde fois ce résultat. La discorde avait éclaté parmi ses alliés et
les Tarentins, mêmes, qui l'avaient appelé, étaient sur le point de se
tourner contre lui. La proposition des Syracusains lui ouvrit de
nouvelles perspectives: la royauté de la Sicile était, à défaut de Rome,
une riche proie; Pyrrhus passa donc le détroit et arriva à Syracuse, où
il fut accueilli avec le plus grand empressement.

Les Karthaginois avaient, deux ans auparavant, renouvelé leur alliance
avec les Romains et fourni à ceux-ci l'appui de leur flotte dans la
dernière guerre, car c'était un véritable traité d'alliance offensive et
défensive qu'ils avaient conclu ensemble contre Pyrrhus. Pendant ce
temps ils avaient redoublé d'efforts pour s'emparer de la Sicile et
recommencé le blocus de Syracuse. L'arrivée de Pyrrhus, amenant des
troupes nombreuses et aguerries, arrêta net leurs progrès; bientôt même
ils se virent assiégés dans leur quartier général de Lilybée. Mais le
temps des succès de Pyrrhus était passé; ses troupes furent vaincues
dans plusieurs rencontres et le roi, voyant la fidélité des populations
chanceler autour de lui, voulut se la conserver par la violence; il fit
gémir l'île sous le poids de sa tyrannie, ce qui acheva de détacher de
lui les Grecs. Dans cette conjoncture Pyrrhus, qui, du reste, était
rappelé sur le continent par les Tarentins, se décida à laisser le champ
libre aux Karthaginois et, passant de nouveau la mer, rentra en Italie
(276), où le sort ne devait pas lui être plus favorable.


ANARCHIE EN SICILE.--Le départ du roi laissait la Sicile en proie aux
factions. Un grand nombre de mercenaires de toutes races avaient été
appelés dans l'île par Agathocle ou y avaient été amenés par Pyrrhus.
Abandonnés par leurs chefs, ils s'étaient d'abord livrés au brigandage,
puis avaient formé de petites colonies indépendantes. La principale
était celle des Mamertins ou soldats de Mars, nom que s'était donné un
groupe d'aventuriers campaniens établis à Messine. Les Syracusains,
après le départ de Pyrrhus, avaient élu comme chef un officier de
fortune nommé Hiéron qui avait pris en main la direction de la
résistance contre les Karthaginois et, pendant sept années, avait lutté
contre eux, non sans succès. Pendant ce temps les Mamertins, alliés à
des brigands de leur espèce établis à Rhige, sur la côte italienne, en
face de Messine, avaient vu leur puissance s'accroître et étaient
devenus un véritable danger pour les Grecs de Sicile, pour les
Karthaginois et même pour les Romains. Cette situation allait donner
naissance aux plus graves événements et déterminer une rupture, depuis
quelque temps imminente, entre Rome et Karthage.



CHAPITRE II

PREMIÈRE GUERRE PUNIQUE
268-220


Causes de la première guerre punique.--Rupture de Rome avec
Karthage.--Première guerre punique.--Succès des Romains en Sicile.--Les
Romains portent la guerre en Afrique.--Victoire des Karthaginois à
Tunis; les Romains évacuent l'Afrique.--Reprise de la guerre en
Sicile.--Grand siège de Lilybèe.--Bataille des îles Egates; fin de la
première guerre punique.--Divisions géographiques adoptées par les
Romains.--Guerre des mercenaires.--Karthage, après avoir établi son
autorité en Afrique, porte la guerre en Espagne.--Succès des
Karthaginois en Espagne.


CAUSES DE LA PREMIÈRE GUERRE PUNIQUE.--Les échecs éprouvés par Pyrrhus
dans l'Italie méridionale, son retour en Epire, sa mort (272), avaient
délivré Rome d'un des plus grands dangers qu'elle eût courus. Sa
puissance s'était augmentée d'autant, car elle avait hérité de presque
toutes les conquêtes du roi d'Epire. Si donc les Romains avaient, dans
le moment du danger, recherché l'alliance des Karthaginois contre
l'ennemi commun, cette union momentanée de deux peuples ayant des
intérêts absolument opposés ne pouvait subsister après la disparition
des causes spéciales qui l'avaient amenée. Maîtresse de l'Italie
méridionale, Rome jetait les yeux sur la Sicile, que Karthage
considérait comme sa conquête, car depuis plusieurs siècles elle se
consumait en efforts pour achever de s'en approprier la possession;
c'est sur ce champ que la lutte de la race sémitique contre la race
ariane allait commencer.

Un des premiers actes des Romains, après le départ de Pyrrhus, avait été
de détruire le nid de brigands campaniens établis à Rhige. Les Mamertins
de Messine, réduits ainsi à leurs seules forces, avaient alors été en
butte aux attaques des Syracusains, habilement dirigés par Hiéron. Vers
268, leur situation n'étant plus tenable, ils se virent dans la
nécessité de se rendre soit aux Grecs, leurs plus grands ennemis, soit
aux Karthaginois. Un certain nombre d'entre eus entrèrent en pourparlers
avec ceux-ci; mais les autres se décidèrent à faire hommage de leur cité
aux Romains. Le Sénat de Rome, après quelque hésitation, admit les
brigands campaniens dans la confédération italique et, dès lors, la
rupture avec Karthage ne fut plus qu'une question de jours. Les
prétextes, comme cela arrive dans de tels cas, ne manquaient pas; les
Romains, notamment, reprochaient à Karthage d'avoir violé plus d'une
clause de leurs précédents traités et d'avoir profité des embarras que
leur causait la guerre de Pyrrhus, pour tenter de s'emparer de Tarente
et de prendre pied sur le continent.

RUPTURE DE ROME AVEC KARTHAGE.--Tandis que Rome adressait à Hiéron
l'ordre de cesser toute agression contre ses alliés les Mamertins, et se
préparait à faire passer des troupes à Messine (265), elle envoyait à
Karthage une députation chargée de demander des explications sur
l'affaire de Tarente survenue sept ans auparavant[28]. C'était, en
réalité, un ultimatum, et Karthage parut essayer d'éviter la guerre en
désavouant les actes de son amiral. En même temps elle entrait en
pourparlers avec Hiéron; le groupe de Mamertins dissidents amenait un
rapprochement entre ces ennemis et obtenait que Messine fût livrée aux
Syracusains, leurs nouveaux alliés. Au moment donc où les troupes
romaines réunies à Rhège se disposaient à traverser le détroit, on
apprit que la flotte phénicienne commandée par Hiéron se trouvait dans
le port de Messine et que la forteresse de cette ville était occupée par
les Karthaginois (264). Sans se laisser arrêter par cette surprise, les
Romains mirent à la voile et parvinrent à s'emparer, plutôt par la ruse
que par la force, de Messine, car les chefs Karthaginois, liés par des
instructions leur recommandant la plus grande prudence afin d'éviter une
rupture, n'osèrent pas repousser les Italiens par l'emploi de toutes
leurs forces. Maintenant la rupture était consommée et la guerre allait
commencer avec la plus grande énergie de part et d'autre.

[Note 28: En vertu du traité d'alliance les unissant aux Romains,
les Karthaginois avaient envoyé à ceux-ci pour les aider dans leur
guerre contre Pyrrhus une flotte de 120 navires. Mais on avait pris
ombrage à Rome de cet empressement et l'amiral punique avait dû
reprendre la mer. C'est alors qu'il était allé à Tarente offrir sa
médiation ou peut-être ses services à Pyrrhus. (Justin, XVIII).]

PREMIÈRE GUERRE PUNIQUE.--Dès qu'on eut appris à Karthage l'occupation
de Messine par les Italiens, la guerre fut décidée. Une flotte nombreuse
vint, sous la conduite de Hannon, bloquer la ville par mer, tandis que
les troupes puniques, d'un côté, et Hiéron, avec les Syracusains, de
l'autre, l'assiégeaient par terre. Mais les Romains n'étaient pas
disposés à se laisser enlever leur nouvelle colonie. Le consul Appius
Claudius étant parvenu à passer le détroit contraignit bientôt les
alliés à lever le siège et vint même faire une démonstration contre
Syracuse. L'année suivante les Romains remportèrent de grands succès,
dont la conséquence fut de détacher Hiéron du parti des Karthaginois et
d'obtenir son alliance contre ceux-ci (263)[29]; les colonies grecques
de l'île suivirent son exemple et dès lors Karthage se trouva isolée,
sur un sol étranger, et obligée de faire face à des ennemis s'appuyant
sur des forteresses telles que Messine et Syracuse. Bientôt les
Phéniciens en furent réduits à se retrancher derrière leurs places
fortes.

[Note 29: Diodore, XXIII.--Polybe, 1.]

Dans ces conjonctures, les Karthaginois jugèrent qu'il y avait lieu de
tenter un grand effort: ils réunirent une armée imposante de mercenaires
liguriens, espagnols et gaulois et, l'ayant fait passer en Sicile, la
répartirent dans leurs places fortes et s'établirent solidement à
Agrigente (Akragas), afin de faire de cette ville le nœud de leur
résistance. Bientôt les consuls vinrent attaquer ce camp retranché,
mais, n'ayant pu l'enlever d'un coup de main, ils durent en faire le
siège régulier. Hannibal, fils de Giscon, défendait avec habileté la
ville et était aidé par Hiéron qui avait contracté une nouvelle alliance
avec les Karthaginois. Quant aux Romains, ils recevaient constamment
d'Italie des vivres et des renforts et resserraient chaque jour le
blocus.

SUCCÈS DES ROMAINS EN SICILE.--Sur ces entrefaites, le général Hannon,
envoyé de Karthage avec une nouvelle et puissante armée, débarque en
Sicile et vient attaquer les Romains dans leur camp. Mais le sort des
armes est favorable à ceux-ci; les Karthaginois, écrasés, laissent leur
camp aux mains des vainqueurs; Hannon parvient, non sans peine, à se
réfugier dans Héraclée avec une poignée de soldats. Cette bataille
décida du sort d'Agrigente: Hannibal s'ouvrit un passage à la pointe de
l'épée, au milieu des ennemis, et abandonna la ville aux Romains (262).
Les habitants de la cité furent vendus comme esclaves[30].

[Note 30: Polybe, 1. I, ch. 19, 20.]

Malgré les succès des Italiens, la situation en Sicile n'était pas
désespérée pour les Karthaginois, car ils tenaient encore une grande
partie de l'île et avaient souvent l'appui des colonies grecques. Une
guerre incessante, guerre d'escarmouches et de surprises, sur mer et sur
terre, remplaça les grandes batailles. La flotte punique, beaucoup plus
puissante que celle des Romains, causa de grands dommages sur les côtes
italiennes et fit un tort considérable au commerce. Force fut aux latins
de se construire des navires et de remplacer leurs barques par des
quinquirèmes[31], en état de lutter avec celles de leurs ennemis. Après
avoir créé les vaisseaux, il fallut improviser les marins, mais l'ardeur
des Italiens pourvut à tout, et, en 280, une flotte imposante était
prête à tenir la mer. Le début ne fut pas heureux; une partie des
navires, avec le consul, tomba aux mains des Karthaginois, dans le port
de Lipari; mais bientôt les marins italiens prirent leur revanche dans
plusieurs combats et enfin le consul Duilius remporta la grande victoire
navale de Miloe, dans laquelle la flotte karthaginoise fut capturée ou
détruite. Duilius ayant débarqué en Sicile obtint sur les ennemis de
nouveaux et importants avantages (260).

[Note 31: La quinquirème avait jusqu'à 300 rameurs et portait le
même nombre de soldats.]

Encouragés par les succès de leur flotte, les Romains exécutèrent,
pendant les années suivantes, des descentes en Sardaigne et en Corse et
réussirent à arracher aux Karthaginois une partie des postes qu'ils
occupaient dans ces deux îles. En même temps la guerre de Sicile suivait
son cours avec des chances diverses, mais sans amener de résultat
décisif. Néanmoins, dans la campagne de 258, les consuls A. Calatinus et
S. Paterculus s'emparèrent de villes importantes; Hippane, Canarine,
Enna, Erbesse, etc.

LES ROMAINS PORTENT LA GUERRE EN AFRIQUE.--La guerre durait depuis huit
ans, absorbant toutes les forces des Italiens et menaçant de
s'éterniser. Le plus sûr moyen de la terminer était d'attaquer les
ennemis chez eux, et de transporter le théâtre de la lutte dans leur
propre pays. En 256, les Romains résolurent d'exécuter ce hardi projet.
Ils réunirent une flotte de trois cents galères et firent voile vers
l'Afrique sous la conduite des consuls Manlius et Régulus. Ils
rencontrèrent à Eknome les vaisseaux Karthaginois et leur livrèrent une
mémorable bataille navale qui se termina par la victoire des Romains.
Dès lors l'Afrique était ouverte. Les consuls abordèrent à l'est de
Karthage et allèrent s'établir solidement à Clypée (Iclibïa), pour y
grouper toutes les forces, hors de la portée de leurs ennemis. De là ils
lancèrent dans l'intérieur des expéditions qui portèrent au loin le
ravage et la terreur, et ramenèrent un grand nombre de prisonniers. Sur
ces entrefaites arriva l'ordre du Sénat de Rome, rappelant en Italie le
consul Manlius avec une grande partie des troupes et prescrivant à
Régulus de presser les opérations, au moyen de son armée réduite à
15,000 hommes d'infanterie et 500 cavaliers.

Après le premier moment de stupeur qui avait suivi à Karthage la
nouvelle du désastre d'Eknome, on s'était préparé avec ardeur à la
résistance; des mercenaires avaient été enrôlés et Amilcar, rappelé de
Sicile, avait ramené des forces importantes. Mais le sort des armes fut
encore défavorable aux Karthaginois: vaincus à Adis (Radès), ils ne
purent empêcher Régulus d'occuper Tunès (Tunis) (255).

Menacée d'un siège immédiat, Karthage proposa la paix aux envahisseurs;
mais les conditions qui lui furent faites étaient si dures qu'elle
renonça à toute pensée de transaction et se prépara à lutter avec la
dernière énergie, préférant mourir en combattant que consommer elle-même
sa ruine. Sur ces entrefaites arrivèrent des vaisseaux chargés de
mercenaires grecs, parmi lesquels se trouvait le lacédémonien Xanthippe,
officier de mérite, formé à l'école des grands capitaines de son pays.
Les Karthaginois ayant eu l'heureuse inspiration de lui confier la
direction de la défense, le nouveau général changea complètement le
système qui avait été suivi jusque-là. Au lieu de tenir les troupes
derrière les murailles ou sur des hauteurs inaccessibles, il les fit
sortir dans la plaine et les tint constamment en haleine, les exerçant à
l'art de la guerre et leur donnant confiance en elles-mêmes et en leurs
chefs, ce qui est le gage de la victoire. Pendant ce temps Régulus
restait inactif à Tunès, n'ayant pas assez de monde pour entreprendre le
siège de Karthage et ne pouvant se résoudre à abandonner sa conquête
pour se replier derrière ses retranchements de Clypée.

VICTOIRE DES KARTHAGINOIS À TUNIS.--Les Romains évacuent
l'Afrique.--Bientôt les Karthaginois sont en état de marcher contre
leurs agresseurs; ils les attaquent en avant de Tunis et, grâce aux
habiles dispositions prises par Xanthippe, remportent sur eux une
victoire décisive. Régulus est fait prisonnier avec ses meilleurs
soldats, tandis que les débris de son armée, deux mille hommes à peine,
se réfugient à Clypée.

C'était la perte de la campagne; en vain les Romains envoyèrent contre
l'Afrique une nouvelle flotte qui remporta une nouvelle victoire; la
situation n'était plus tenable; on embarqua sur les vaisseaux la
garnison de Clypée et l'on fit voile vers la Sicile en abandonnant à la
vengeance des Karthaginois, non seulement les prisonniers, mais les
alliés indigènes qui avaient soutenu Régulus dans sa campagne. Cette
vengeance fut terrible: les tribus durent payer des contributions
écrasantes; quant aux chefs, ils périrent dans les tortures. Xanthippe
avait sauvé Karthage. Il fut largement récompensé et put quitter
l'Afrique avant d'avoir éprouvé les effets de l'ingratitude et de
l'envie des Karthaginois[32].

[Note 32: Polybe, I.]

REPRISE DE LA GUERRE EN SICILE.--Après ce succès, Karthage se trouvait
en état de reprendre l'offensive en Sicile: elle le fit avec énergie.
Agrigente et plusieurs autres places tombèrent tout d'abord en son
pouvoir. Mais la puissance de Rome et surtout son ardeur étaient loin
d'être abattues; de nouveaux vaisseaux furent construits et, l'année
suivante (254), la flotte romaine se réunit à Messine. De là, les
consuls allèrent attaquer par mer Panorme (Palerme) et s'en rendirent
maîtres, après un siège vigoureusement mené. Ils s'emparèrent en outre
de presque tout le littoral septentrional de l'île, mais n'osèrent se
mesurer avec l'armée karthaginoise qui tenait le pays à l'intérieur.
L'année suivante, les Romains, ayant voulu tenter une nouvelle descente
en Afrique, virent la tempête disperser leur flotte, ce qui les força à
renoncer à ce projet.

Pendant plusieurs années la guerre continua avec des chances diverses,
mais sans aucun résultat décisif; les ressources, de part et d'autre,
s'épuisaient et l'on pouvait prévoir, sinon la fin de ce grand duel, au
moins l'imminence d'une trêve. Les Karthaginois, voulant tenter un
effort décisif, s'adressèrent même, pour obtenir de l'argent, à leur
allié Ptolémée Philadelphe, roi d'Egypte, qui leur refusa tout secours.
Les Romains, non moins gênés, se virent contraints de réduire le nombre
de vaisseaux qu'ils avaient créés et de renoncer à la guerre maritime.

Cependant en 250, Metellus s'étant trouvé assez fort pour lutter contre
l'armée karthaginoise, que les Romains n'avaient plus voulu affronter
depuis la défaite de Tunis, remporta une importante victoire sur
Asdrubal[33], qui s'était audacieusement avancé jusqu'aux portes de
Palerme. Les éléphants, qui avaient puissamment contribué aux succès de
Xanthippe, tombèrent aux mains des vainqueurs.

[Note 33: C'est encore une erreur d'écrire Asdrubal, en phénicien
Azrou-Baâl «le secours de Baal», par un H.]

A la suite de ce nouvel échec, Karthage, après avoir mis en croix son
général, se décida à faire encore une tentative pour obtenir la paix, et
c'est à cette occasion que l'histoire a placé le récit du dévouement de
Régulus. De même que la première fois, les conditions faites par les
Romains furent jugées inacceptables, et la guerre recommença (249).

GRAND SIÈGE DE LILYBÉE.--Les Romains, qui avaient achevé la conquête du
littoral nord de la Sicile, voulurent profiter de leur succès pour
expulser définitivement leurs ennemis de l'île. Ils vinrent en
conséquence les attaquer dans leur place forte de Lilybée et
commencèrent le siège de cette ville, siège aussi mémorable par l'ardeur
et le génie des assiégeants que par le courage et l'obstination des
assiégés, commandés par le général Himilcon. Pendant plusieurs mois les
machines de guerre battirent les remparts, tandis que la flotte romaine
bloquait étroitement le port; mais Himilcon triompha par son habileté de
tous les efforts des assiégeants, renversant par des sorties soudaines
les travaux par eux faits au prix des plus grandes difficultés,
incendiant leurs machines, déjouant tous leurs plans; en même temps, de
hardis marins parvenaient à faire entrer dans la ville, en passant au
milieu des vaisseaux ennemis, des vivres et même des renforts. Sur ces
entrefaites le consul P. Claudius Pulcher, désespérant d'enlever la
ville de vive force, se contenta de la bloquer et partit subitement avec
une flotte nombreuse pour écraser les navires karthaginois à l'ancre
dans le port de Drépane. Cette fois la victoire fut pour les
Karthaginois qui prirent leur revanche de leurs précédentes défaites
maritimes en infligeant aux Romains un véritable désastre. Une tempête,
qui suivit de près cette bataille, coûta encore aux Italiens un grand
nombre de vaisseaux.

Ces nouvelles portèrent à Rome le découragement; si Karthage avait
profité de ce moment pour pousser vigoureusement les opérations, nul
doute que la guerre n'eût été promptement terminée à son avantage. Mais,
soit par l'effet de la vicieuse organisation gouvernementale, soit en
raison du caractère propre aux races sémitiques, qui ne s'inclinent que
devant la nécessité immédiate, on ne voit Karthage tenter d'efforts
décisifs que quand l'ennemi est aux portes et le danger imminent. On
resta donc sur cette victoire et la guerre continua pendant plusieurs
années, consistant en de petits combats sur terre et des courses de
piraterie sur mer. En 247, Amilcar-Barka avait pris le commandement des
troupes de Karthage en Sicile, troupes assez peu dévouées et composées
en partie de mercenaires de tous les pays. Mais Amilcar était un général
de grande valeur; il sut tirer parti de ces éléments mauvais et, sans
remporter de succès décisifs, empêcher tout progrès de la part des
Romains. Pour contenter ses soldats, il leur fit exécuter une razia dans
le Bruttium, puis il vint occuper le mont Ereté[34] qui domine Palerme,
et de là, surveillant les routes, ne manqua aucune occasion de tomber
sur ses ennemis et de couper les convois[35]. De leur côté les Romains
déployaient la plus grande ténacité, si bien que les deux armées rivales
en arrivèrent à reconnaître mutuellement l'impossibilité de se vaincre.

[Note 34: Monte Pellegrino.]

[Note 35: Polybe, 1. I, p. 57.]

BATAILLE DES ÎLES ÉGATES.--FIN DE LA PREMIÈRE GUERRE PUNIQUE.--La guerre
durait depuis vingt-deux ans et les deux puissances rivales donnaient
des signes non équivoques de lassitude, quand Rome, décidée à en finir,
eut l'heureuse inspiration de se refaire une marine et d'essayer encore
des luttes navales. Au commencement, de l'année 242, trois cents
galères, plus un grand nombre de bâtiments de transport, firent voile
vers la Sicile. Le consul Lutatius Catulus, qui commandait, s'empara
sans difficulté de Drépane et de Lilybée, car les vaisseaux karthaginois
étaient absents, soit qu'ils fussent rentrés en Afrique, soit qu'ils se
trouvassent retenus dans de lointains voyages. A cette nouvelle,
Karthage se prépara à envoyer des troupes en Sicile à son général, dont
la situation devenait critique. Quatre cents vaisseaux chargés de
vivres, de munitions et d'argent partirent bientôt d'Afrique sous la
conduite de Hannon, avec mission d'éviter à tout prix le combat et de
débarquer subrepticement les secours dans l'île; mais la vigilance de
Lutatius ne put être déjouée. Avec autant d'audace que de courage, il
attaqua la flotte punique en face d'Egusa (Favignano), une des Égates,
et remporta sur les ennemis une victoire décisive. Cinquante galères
karthaginoises furent coulées, soixante-dix capturées, et le reste se
dispersa. Ce beau succès allait mettre fin à la campagne.

Démoralisée par sa défaite, Karthage autorisa Amilcar à traiter comme il
l'entendrait avec l'ennemi; mais un traité dans ces conditions ne
pouvait être que désastreux, c'est-à-dire entraîner la perte de la
Sicile, pour la possession de laquelle les Phéniciens luttaient depuis
si longtemps. Voici quelles furent les principales conditions imposées à
Karthage:

Restitution de tous les prisonniers romains et des transfuges, sans
rançon.

Abandon définitif de la Sicile, avec engagement de ne pas attaquer
Hiéron ni ses alliés.

Et paiement d'une contribution considérable, dont partie sur-le-champ,
et partie en dix annuités[36].

[Note 36: En tout 3200 talents euboïques d'argent.]

De son côté, Rome reconnaissait l'intégrité du territoire de Karthage.

Les conséquences de la première guerre punique furent considérables, et
permirent de mesurer la puissance acquise par Rome depuis un
demi-siècle. Suzeraine de l'Italie méridionale et de la Sicile et
maîtresse de la mer, voilà dans quelles conditions la laissait la
conclusion de la paix, ou plutôt de la trêve. Quant à Karthage, sa
situation était tout autre: son prestige maritime compromis, ses
finances ruinées, son autorité sur les Berbères ébranlée, tels étaient
pour elle les fruits de cette fatale guerre. Certes, elle était encore
capable de grands efforts et devait le prouver avant peu; néanmoins ses
jours de grandeur étaient passés et son déclin approchait.


DIVISIONS GÉOGRAPHIQUES DE L'AFRIQUE ADOPTÉES PAR LES ROMAINS.--La
guerre des Romains contre Karthage et surtout leur descente en Afrique
leur donnèrent des connaissances précises sur le continent que les Grecs
avaient nommé Libye. Ils donnèrent, les premiers, le nom d'Afrique au
territoire de Karthage, en conservant celui de Libye pour l'ensemble du
pays, mais, peu à peu, l'appellation d'Afrique devint générale. Ils
surent dès lors que cette vaste contrée était habitée par un grand
nombre de peuplades indigènes, dont les Phéniciens n'étaient pas partout
les maîtres, mais souvent les alliés ou les hôtes.

Voici quelles furent les divisions adoptées par les Romains pour la
géographie africaine:

1° _Cyrénaïque_ ou _Libye pentapole_, bornée à l'est par la Marmarique
et, à l'ouest, par la Grande-Syrte, et habitée par différentes peuplades
parmi lesquelles les _Nasamons_ et les _Psylles_.

2° _Région Syrtique_, comprenant les deux Syrtes, et habitée par les
_Troglodytes, Lothophages, Makes_, etc.

3° _Afrique propre_ ou _Territoire de Karthage_, correspondant à peu
près à la Tunisie actuelle, sous la domination directe des Karthaginois.
Dans la partie méridionale se trouve la grande tribu des Musulames et,
près du Triton, celle des Zouèkes.

4° _Numidie_, s'étendant de l'Afrique propre à la Molochath ou
Mouloeuia. Elle est divisée en deux royaumes: celui des _Massiliens_ à
l'est avec Hippo-Regius (Bône), ou Zama, pour capitale, et celui des
_Massèssyliens_ à l'ouest, capitale Siga[37]. La ville de Kirta (ou
Cirta) sur l'Amsaga était, en quelque sorte, la capitale de la Numidie
occidentale.

[Note 37: Auprès de l'embouchure de la Tafna. Il est à remarquer, du
reste, que la Massœssylie, c'est à dire le pays situé à l'ouest de
l'Amsaga, constituait en réalité la partie orientale de la Maurétanie.
Nous lui verrons prendre ce nom, aussitôt que les conquêtes des Romains
leur auront mieux fait connaître le pays.]

5° _Maurétanie_ ou _Maurusie_, s'étendant, à l'ouest de la Numidie
jusqu'à l'Océan. Elle est habitée par un grand nombre de peuplades
maures.

6° _Gétulie_, région située au sud de la Numidie et de la Maurétanie, et
formant la ligne du Sahara qui rejoint les Hauts-Plateaux. Elle est
habitée par les Gétules nomades.

7° _Libye intérieure_, comprenant les déserts africains. Habitée par les
_Garamantes_, _Mélano-Gétules_, _Leucœthiopiens_ et des peuplades
fantastiques, telles que les _Blemmyes_, ayant le visage au milieu de la
poitrine, et les _Egypans_ aux jambes de boue. Strabon et Pline ne
tarderont pas à reproduire ces fables.

Les peuplades berbères obéissent à des chefs, véritables rois, dont le
pouvoir se transmet à leurs enfants par hérédité et que nous allons voir
entrer en scène.

GUERRE DES MERCENAIRES.--Au moment de la conclusion de la paix, vingt
mille mercenaires se trouvaient en Sicile, et il fallut, tout d'abord,
évacuer cette armée composée des éléments les plus divers: Gaulois,
Ligures, Baléares, Macédoniens et surtout Libyens. Giscon, successeur de
Amilcar, les expédia par fractions à Karthage, où ils ne tardèrent pas à
créer une situation périlleuse, car non seulement il fallut les nourrir,
mais encore payer leur solde arriérée. Les désordres commis par cette
soldatesque devinrent si intolérables que le gouvernement de Karthage se
décida à donner à chaque homme une pièce d'or à la condition qu'il irait
s'établir à Sicca[38], sur la frontière de la Numidie. Les Phéniciens,
qui avaient espéré s'en débarrasser par ce moyen, jugèrent le moment
favorable pour proposer aux mercenaires une réduction considérable sur
leur solde. Aussitôt la révolte éclate: en vain Karthage essaie de
parlementer et dépêche aux stipendiés plusieurs parlementaires, et enfin
le général Giscon avec lequel ceux-ci avaient demandé à traiter; les
soldats redoublent d'exigences. Au milieu d'un tumulte effroyable, ils
élisent pour chefs deux des leurs, le campanien Spendius et le berbère
Mathos. Giscon, abreuvé d'outrages, est arrêté par les rebelles qui
adressent un appel aux indigènes. Aussitôt la révolte se propage et
l'armée des mercenaires devient formidable[39]; elle se divise en deux
troupes dont l'une vient attaquer Hippo-Zarytos (Benzert) et l'autre met
le siège devant Utique (239).

[Note 38: Actuellement le Kef.]

[Note 39: Polybe, LI, ch. LXVII et suiv.]

Dans cette circonstance critique Karthage, au lieu de remettre la
direction de la guerre à Amilcar, le seul homme capable de la mener à
bien, préféra donner le commandement de ses troupes à Hannon, qui avait
déjà fourni la mesure de son incapacité en Sicile. De grands efforts
furent faits pour résister à l'attaque des rebelles; mais deux échecs
successifs essuyés par le général décidèrent les Karthaginois à le
remplacer par Amilcar. Il était temps, car la levée de boucliers des
Berbères était générale et les jours de Karthage semblaient comptes.
L'histoire de l'Afrique fournit de nombreux exemples de ces tumultes des
indigènes, feux de paille qui semblent devoir tout embraser et qui
s'éteignent d'eux-mêmes, si la résistance est entre des mains fermes et
expérimentées.

En 238, Amilcar avait pris la direction des affaires; bientôt les
rebelles furent contraints de lever le siège d'Utique; le général
karthaginois, continuant une vigoureuse offensive, infligea aux
mercenaires une défaite sérieuse près du fleuve Bagradas (Medjerda) et
s'empara d'un certain nombre de villes. Cependant Tunès était toujours
aux mains des stipendiés et Mathos continuait le siège de Hippo-Zarytos.
Spendius et Antarite, chefs des Gaulois, se détachèrent de ce blocus
pour marcher contre les Karthaginois et les mirent en grand péril; mais
l'habile Amilcar, qui connaissait les indigènes, était parvenu à
détacher de la cause des rebelles un Berbère nommé Naravase. Soutenu par
les forces de son nouvel allié, il attaqua résolument les mercenaires
et, grâce à sa stratégie et au courage de ses soldats, parvint encore à
les vaincre; ils laissèrent un grand nombre de morts sur le champ de
bataille et quatre mille prisonniers entre les mains des vainqueurs.

Une des premières conséquences de cette défaite fut la mise à mort de
Giscon et de sept cents prisonniers karthaginois que les mercenaires
firent périr dans les tortures. Dès lors, la lutte fut, de part et
d'autre, suivie de cruautés atroces, ce qui lui valut dans l'histoire le
nom de _guerre inexpiable_. En même temps, Karthage perdait la Sardaigne
qu'elle avait laissée à la garde d'une troupe de mercenaires; ceux-ci,
suivant l'exemple de leurs collègues d'Afrique, massacrèrent les
Phéniciens qui se trouvaient dans l'île et, après avoir commis mille
excès, l'offrirent aux Romains. Pour comble de malheur, Utique et
Hippo-Zarytos, las de résister, ouvrirent leurs portes aux rebelles.
Mathos et Spendius, encouragés par ces succès, vinrent alors, à la tête
d'une grande multitude, mettre le siège devant Karthage. La métropole
punique réduite de nouveau à la dernière extrémité se vit contrainte
d'implorer le secours de Hiéron de Syracuse et des Romains, qui
s'empressèrent de l'aider à résister à l'attaque des mercenaires; en
même temps Amilcar, soutenu par Naravase, inquiétait les rebelles sur
leurs derrières et les attirait à des combats en plaine, où il avait
presque toujours l'avantage (237). Contraints de lever le siège de
Karthage, les stipendiés se laissèrent pousser par Amilcar dans une
sorte de défilé que les historiens appellent _défilé de la Hache_, où
ils se trouvèrent étroitement bloqués, et, comme ils ne voulaient pas se
rendre, ils furent bientôt en proie à la plus affreuse famine et
contraints, dit l'histoire, de s'entre-dévorer. Ne pouvant plus résister
à leurs souffrances, les chefs Spendius, Antarite, un Berbère du nom de
Zarzas et quelques autres, se présentèrent, pour traiter, à Amilcar, qui
stipula que dix rebelles à son choix seraient laissés à sa disposition
et les retint prisonniers. Puis il fit avancer ses troupes et ses
éléphants contre les rebelles et les extermina sans faire de quartier.
Il en périt, dit-on, quarante mille.

La révolte semblait domptée; mais Tunès tenait encore. Mathos s'y était
retranché avec des forces importantes. Amilcar, étant venu l'y assiéger,
fut défait, ce qui ajourna pour quelque temps encore l'issue de la
campagne. Enfin Karthage, s'étant résolue à un suprême effort, adjoignit
Hannon à Amilcar en chargeant les deux généraux d'en finir. Bientôt, en
effet, les Karthaginois amenèrent Mathos à tenter le sort d'une bataille
en rase campagne et parvinrent à l'écraser. Cette fois, c'en était fait
des mercenaires; la révolte était domptée et Karthage échappait à un des
plus grands dangers qu'elle eût courus. L'attitude des Berbères pendant
cette guerre put lui prouver combien sa domination en Afrique était
précaire, car, sans leur appui et leur coopération, les mercenaires
n'auraient jamais pu tenir la campagne pendant si longtemps et avec tant
de succès[40].

[Note 40: V. pour la guerre des mercenaires: Polybe, 1. I, Corn.
Nepos, _Amilcar_, Tite-Live 1. XX, Justin, XXVII.]

KARTHAGE, APRÈS AVOIR RÉTABLI SON AUTORITÉ EN AFRIQUE, PORTE LA GUERRE
EN ESPAGNE.--Après avoir fait rentrer sous leur obéissance les villes
compromises par l'appui donné aux rebelles, et notamment Utique et
Hippo-Zarytos, qui opposèrent une résistance désespérée, les
Karthaginois firent plusieurs expéditions dans l'intérieur, tant pour
châtier les Berbères que pour garantir la limite méridionale par une
ligne de postes. Ils occupèrent notamment, alors, la ville de Theveste
(Tébessa).

Dès qu'elle ne fut plus absorbée par le soin de son salut, Karthage
songea aussi à réoccuper la Sardaigne; mais Rome, apprenant qu'elle
préparait une flotte expéditionnaire, imposa son veto absolu et, comme
on ne tenait pas compte de sa défense, elle se disposa à recommencer la
guerre contre sa rivale. Mais la métropole punique était encore trop
meurtrie de la lutte qu'elle venait de soutenir pour se résoudre à
entreprendre une nouvelle guerre. Force lui fut de plier devant les
exigences romaines et de renoncer à toute prétention sur la Sardaigne
(237).

Karthage tourna alors ses regards vers l'Espagne où il semblait que Rome
devait lui laisser le champ libre. Amilcar, autant pour échapper à
l'envie de ses concitoyens qui, comme récompense de ses services,
l'avaient décrété d'accusation, que pour continuer à servir sa patrie,
accepta le commandement de l'expédition dont le prétexte était de
secourir Gadès (Cadix), colonie punique alors attaquée par ses voisins.
Pour mieux surprendre ses ennemis, il quitta Karthage en simulant une
expédition contre les Maures. Il emmenait avec lui ses fils, parmi
lesquels le jeune Hannibal[41], auquel il fit jurer, sur l'autel du Dieu
suprême, la haine du nom romain. Il marcha le long de la côte en
emmenant un grand nombre d'éléphants; la flotte le suivait, au large, à
sa hauteur. Parvenu à Tanger, il traversa le détroit. La victoire
couronna les efforts d'Amilcar; pendant neuf ans, il ne cessa de
conquérir des provinces à Karthage; mais en 228 il trouva la mort du
guerrier dans un combat contre les Lusitaniens[42].

[Note 41: Henn-baal, ou Baal Henna, _don de Dieu_, en punique.]

[Note 42: Cornelius Nepos, _Amilcar_, III.]

SUCCÈS DES KARTHAGINOIS EN ESPAGNE.--Asdrubal, gendre de Amilcar,
remplaça celui-ci dans la direction des affaires d'Espagne. Doué d'un
esprit politique supérieur, il consolida, par des alliances et des
traités avec les populations indigènes, les succès de son beau-père,
fonda la cité de Karthagène et réalisa en Espagne de grands progrès.
Tout le pays jusqu'à l'Ebre fut administré au nom du gouvernement
karthaginois, par Asdrubal, chef de la famille des Barcides[43], dont le
pouvoir fut, en réalité, celui d'un vice-roi à peu près indépendant.
Karthage, recevant de riches tributs et voyant dans les conquêtes de son
général une compensation à ses pertes dans la Méditerranée, lui laissa
le champ libre.

[Note 43: De Barka ou Barca (surnom de Amilcar).]

Cependant les Romains, qui avaient cru leurs ennemis écrasés, ne virent
pas sans la plus grande jalousie les progrès des Karthaginois en
Espagne. Ils jugèrent bientôt qu'il était de la dernière importance de
les arrêter, et, à cet effet, ils conclurent un traité d'alliance avec
deux colonies grecques d'Espagne, Sagonte[44] et Amporia (Ampurias).
Après s'être assuré ces points d'appui, ils forcèrent Asdrubal à signer
un traité par lequel il s'obligeait à respecter ces colonies et à ne pas
franchir l'Ebre. Malgré l'engagement auquel Asdrubal avait été forcé de
souscrire, la puissance punique avait continué à s'étendre dans la
péninsule; mais le poignard d'un esclave gaulois vint arrêter
l'exécution des projets de ce grand homme (220). Le jeune Hannibal, qui
s'était fait remarquer à l'armée par ses brillantes et solides qualités
et qui avait en outre hérité de la popularité du nom de son père, fut
appelé, par le vœu de tous les officiers, à remplacer son beau-frère
Asdrubal, et, bien qu'il ne fût âgé que de vingt-neuf[45] ans, reçut le
commandement des possessions et de l'armée d'Espagne. Le Sénat de
Karthage se vit forcé de ratifier ce choix, malgré l'opposition de la
famille de Hannon opposée à celle des Barcides. Hannon voyait dans cette
nomination la certitude de la reprise de la guerre avec les Romains.
L'événement n'allait pas tarder à lui donner raison.

[Note 44: Actuellement Murviedes dans la province de Valence.]

[Note 45: Vingt-six selon Cliton (Fasti).]



CHAPITRE III

DEUXIÈME GUERRE PUNIQUE
220-201


Hannibal commence la guerre d'Espagne. Prise de Sagonte.--Hannibal
marche sur l'Italie.--Combat du Tessin; batailles de la Trébie et de
Trasimène.--Hannibal au centre et dans le midi de l'Italie; bataille de
Cannes.--La guerre en Sicile.--Les Berbères prennent part à la
lutte.--Syphax et Massinissa.--Guerre d'Espagne.--Campagne de Hannibal
en Italie.--Succès des Romains en Espagne et en Italie: bataille du
Métaure.--Evénements d'Afrique; rivalité de Syphax et de
Massinissa.--Massinissa, roi de Numidie.--Massinissa est vaincu par
Syphax.--Evénements d'Italie; l'invasion de l'Afrique est
résolue.--Campagne de Scipion en Afrique.--Syphax est fait prisonnier
par Massinissa.--Bataille de Zama.--Fin de la deuxième guerre punique;
traité avec Rome.


HANNIBAL COMMENCE LA GUERRE D'ESPAGNE. PRISE DE SAGONTE.--A peine
Hannibal fut-il revêtu du pouvoir qu'il se prépara à la guerre contre
les Romains. A cet effet, il vint en Afrique faire des levées et réunit
une armée considérable formée presque en entier de Berbères: Numides,
Maures, Libyens et même Gétules et Ethiopiens[46], tous attirés par
l'espoir du butin. Ayant fait passer ses mercenaires en Espagne, il
commença le siège de Sagonte, malgré l'opposition des Romains; pendant
huit mois, les assiégés se défendirent avec un courage indomptable,
mais, abandonnés à eux-mêmes, écrasés par le grand nombre de leurs
ennemis, ils succombèrent en s'ensevelissant sous les ruines de leur
cité que les derniers survivants incendièrent eux-mêmes (219).

Dès lors, Rome se disposa à la lutte; néanmoins, une nouvelle ambassade
fut envoyée à Karthage pour obtenir réparation: tentative inutile dans
un moment où la victoire surexcitait l'orgueil national. La guerre,
proposée par Fabius pour trancher le différend, fut acceptée avec
acclamation par les Karthaginois. Les Romains, croyant avoir facilement
raison de leurs ennemis, chargèrent le consul Semprenius de se rendre en
Sicile pour y préparer une armée destinée à envahir l'Afrique; mais
c'est sur un autre théâtre que la guerre allait éclater.

[Note 46: Tite-Live, XXII.]

HANNIBAL MARCHE SUR L'ITALIE.--Le but de Hannibal était atteint: la
guerre allait recommencer, et il ne lui restait qu'à appliquer un plan
de campagne depuis longtemps préparé par son père et par Asdrubal. Il ne
s'agissait rien moins que de l'envahissement de l'Italie par la voie de
terre; la route avait été soigneusement étudiée par des émissaires, et
les Barcides avaient eu soin de nouer des relations d'amitié avec les
peuplades dont on devait traverser le territoire, et de faire briller à
leurs yeux l'or de Karthage[47]. Ce ne fut donc pas une inspiration
soudaine, mais un plan parfaitement mûri que Hannibal mit à exécution.
Il commença par envoyer en Afrique une vingtaine de mille hommes, dont
la plus grande partie fut chargée de garder le détroit pour assurer les
communications, le reste allant coopérer à la défense de Karthage; il
laissa en Espagne douze mille fantassins, deux mille cinq cents
cavaliers, une trentaine d'éléphants, le tout sous le commandement de
son frère Asdrubal. La flotte reçut la mission de croiser dans le
détroit. Des otages espagnols furent gardés en Afrique, tandis que des
Libyens des meilleures familles étaient répartis en Espagne ou emmenés à
l'armée. En même temps, on préparait à Karthage une flotte de guerre
destinée à attaquer les côtes d'Italie et de Sicile.

[Note 47: Polybe.]

Au printemps de l'année 218, Hannibal quitta Karthagène à la tête d'une
armée d'une centaine de mille hommes, et se dirigea vers le nord. Dans
sa marche, il se débarrassa des éléments faibles et douteux, culbuta les
peuplades indigènes qui voulurent lui résister, laissa son frère Magon
entre l'Ebre et les Pyrénées et, ayant franchi cette chaîne de
montagnes, entra en Gaule avec cinquante mille fantassins et neuf mille
cavaliers, tous soldats éprouvés, les deux tiers berbères; à sa suite
marchaient trente-sept éléphants. L'inertie inexplicable des Romains
semblait laisser le champ libre à l'audacieux Karthaginois.

Dans sa marche à travers la Gaule, Hannibal rencontra des populations
diverses dont les unes se joignirent à lui comme alliées; il gagna les
autres par ses présents, et passa sur le corps de celles qui refusèrent
de traiter. Il atteignit ainsi sans grandes difficultés le Rhône. Non
loin de Marseille, les cavaliers numides, envoyés en éclaireurs,
soutinrent un combat contre les soldats du consul P. Scipion, parti par
mer pour l'Espagne, mais qui, apprenant les progrès de l'ennemi, s'était
arrêté dans la cité phocéenne. En vain, les Volks essayèrent de disputer
aux envahisseurs le passage du Rhône; Hannibal les trompa, franchit le
fleuve et se lança hardiment dans les Alpes. Par quel défilé passa
l'armée karthaginoise? c'est un point sur lequel on discutera sans doute
pendant longtemps. Peu importe, du reste! Ce qui est certain, c'est
qu'à force d'énergie, et au prix des plus grandes fatigues et des
souffrances les plus pénibles, car on était au mois d'octobre, Hannibal
parvint, malgré la neige et les précipices, à traverser la terrible
montagne. Il déboucha dans le pays des Insubres avec vingt mille
fantassins et six mille cavaliers. Il avait donc perdu en route la
moitié de son armée, et c'est avec ces débris qu'il fallait conquérir
l'Italie.

COMBAT DU TESSIN; BATAILLES DE LA THÉBIE ET DE TRASIMÈNE.--D'immenses
difficultés avaient été surmontées par Hannibal, mais celles qu'il lui
restait à vaincre étaient plus grandes encore. Les Gaulois cisalpins,
qui lui avaient promis leur appui, se tenaient dans l'expectative, et il
ne pouvait décidément compter que sur ses soldats exténués par leur
marche et démoralisés par leurs pertes. Publius Scipion arrivait sur son
flanc droit. Dans ces conditions, le seul espoir de salut était dans
l'énergie de la lutte, et Hannibal qui avait, comme tous les grands
hommes de guerre, l'art d'enflammer les courages, sut le persuader à ses
troupes. Les Romains étaient venus se placer en avant du Tessin pour
garder le passage. Hannibal les fit attaquer par sa cavalerie numide.
Scipion vaincu, blessé dans le combat, se vit contraint de repasser le
fleuve, d'aller se retrancher derrière la ligne du Pô et d'y attendre
des secours.

Rome, renonçant pour le moment à la campagne d'Afrique, s'empressa de
rappeler le consul Sempronius, qui venait de s'emparer de l'île de
Malte, et lui donna l'ordre de rejoindre au plus vite son collègue
Scipion. Quelque temps auparavant, la flotte karthaginoise, ayant fait
une démonstration contre Lilybée, avait été écrasée par le préteur
Æmilius (218).

En Espagne, où Cneius Scipion avait été envoyé par son frère, ce général
réussissait à intercepter les communications des Karthaginois avec
l'Italie. Hannibal ne pouvait donc compter sur aucun secours, ni par
mer, ni par terre. Heureusement pour lui, son succès du Tessin avait
décidé les Gaulois, Insubres et Boïens, à lui fournir leur appui; ses
troupes, remises de leurs fatigues, bien approvisionnées par leurs
alliés et par leurs fourrageurs, et pleines de confiance, ne demandaient
qu'à combattre.

Le consul Sempronius ayant, par une marche de quarante jours, au milieu
d'un pays insurgé, rejoint P. Scipion[48], les forces romaines réunies
présentèrent un effectif considérable que les consuls jugèrent suffisant
pour triompher de l'armée karthaginoise. Après quelques combats sans
importance, Hannibal amena Sempronius à lui livrer une bataille décisive
sur les bords de la Trébie. L'armée romaine était forte de quarante
mille hommes, dont quatre mille cavaliers seulement. Les Karthaginois
étaient moins nombreux, mais possédaient une plus forte cavalerie; de
plus, ils occupaient un terrain choisi et dont Hannibal tira très
habilement parti; enfin, les Romains étaient exténués par les combats
des jours précédents, mouillés par la pluie et la grêle, et sans vivres.

[Note 48: Pour les probabilités des itinéraires suivis tant par
Sempronius que par Hannibal, consulter le bel ouvrage du commandant
Hennebert, _Hist. d'Annibal_.]

La bataille fut néanmoins des plus acharnées, et l'infanterie romaine y
montra une grande solidité; mais un mouvement tournant, opéré par un
corps d'élite karthaginois commandé par Hannon, frère de Hannibal,
décida de la victoire. Les Romains écrasés laissèrent trente mille
hommes sur le champ de bataille; un corps de dix mille hommes, commandé
par Sempronius, parvint seul à se réfugier à Plaisance en culbutant les
Gaulois insurgés.

Cette brillante victoire assurait à Hannibal la conquête de toute
l'Italie du nord. Elle ne lui coûtait, en outre de ses derniers
éléphants, qu'un nombre relativement peu considérable de guerriers, car
les principales pertes avaient été supportées par les Gaulois. Mais ces
pertes furent bientôt compensées par l'arrivée d'auxiliaires accourant
de toutes parts, et il ne tarda pas à se trouver à la tête d'une armée
de quatre-vingt-dix mille hommes. Au printemps suivant, Hannibal
laissant Plaisance, avec Sempronius sur ses derrières, se jeta
résolument dans l'Apennin, et, l'ayant traversé au prix des plus grandes
fatigues, envahit l'Etrurie. Le consul Flaminius attendait, dans son
camp retranché d'Arrétium, l'attaque de l'ennemi. Hannibal ne commit pas
la faute d'aller l'y chercher; il le dépassa, et comme le général romain
s'était mis à sa poursuite, il manœuvra assez habilement pour l'attirer
dans une véritable souricière, sur les bords du lac de Trasimène.
L'armée romaine, surprise par les Karthaginois cachés dans les collines
entourant le lac, fut entièrement détruite; le consul y trouva la mort,
ainsi que quinze mille de ses soldats; un nombre égal fut fait
prisonnier[49]; mais Hannibal suivant une politique constante, renvoya
sans rançon les confédérés italiens, ne conservant que les Romains
(218).

[Note 49: Tite-Live, 1. XXII, ch. 4. Polybe, I. III, 85.]

HANNIBAL AU CENTRE ET DANS LE MIDI DE L'ITALIE. BATAILLE DE CANNES.--Le
sort de la guerre semblait favorable aux Karthaginois: l'Etrurie était
ouverte et Rome, s'attendant à voir paraître l'ennemi, coupait ses ponts
et se préparait à la résistance. Q. Fabius Maximus, nommé dictateur, fut
chargé de la périlleuse mission de repousser les Karthaginois. Cependant
Hannibal, ne se jugeant pas assez fort pour tenter un effort décisif et
ne voulant rien livrer au hasard, était passé en Ombrie et dans le
Picénum et s'occupait à refaire son armée et à former ses auxiliaires à
la tactique romaine. Jusqu'alors, il avait dû ses succès à sa brillante
cavalerie berbère, mais pour triompher de la solide infanterie ennemie,
il lui fallait avant tout des fantassins. Du Picénum, Hannibal
descendit, en suivant l'Adriatique, vers l'Italie méridionale, ravageant
tout sur son passage. Fabius le suivait, couvrant Rome, harcelant sans
cesse l'ennemi et l'affaiblissant, mais, en ayant soin d'éviter une
grande bataille, ce qui lui valut le nom de «temporiseur». Mais
l'impatience populaire, habilement exploitée par les ennemis du
dictateur, ne s'accommodait pas de cette prudence; les armées romaines
avaient remporté des succès en Espagne et dans le nord de l'Italie;
quant à Hannibal, qui avait compté sur le soulèvement des populations de
la Grande-Grèce, il n'avait rencontré partout qu'hostilité et défiance;
abandonné à lui-même, il se trouvait dans une situation en somme assez
critique. C'est pourquoi l'on réclamait à Rome une action décisive.
Fabius ayant résigné le pouvoir, le parti populaire nomma consul T.
Varron, tandis que la noblesse élisait Paul-Emile.

Au printemps de l'année 216, Hannibal avait repris l'offensive en Apulie
et était venu s'emparer de la place forte de Cannes. Ce fut là que les
nouveaux consuls vinrent l'attaquer, avec une armée forte de
quatre-vingt mille hommes d'infanterie et de six mille chevaux.
Paul-Emile, élève de Fabius, ne voulait pas encore attaquer, mais
Varron, héros populaire sans aucun talent, tenait avant tout à plaire à
l'opinion de la masse, et comme les deux consuls avaient, tour à tour,
le commandement pendant un jour, il donna le signal du combat. Dix mille
hommes furent laissés à la garde du camp: le reste s'avança dans la
plaine en masses profondes, disposition qui avait été adoptée par Varron
pour donner plus de solidité à la résistance, mais qui lui enlevait son
principal avantage en laissant dans l'inaction une partie de ses forces.

Hannibal n'avait à mettre en ligne que cinquante mille hommes, mais sur
ce nombre il possédait dix mille cavaliers berbères, et il sut, avec son
génie habituel, disposer son armée pour envelopper celle de l'ennemi.
Après une lutte acharnée, dans laquelle la cavalerie numide, commandée
par Asdrubal, se couvrit de gloire, la défaite des Romains fut
consommée; un très petit nombre parvint à s'échapper. Paul-Emile et
presque tous les chevaliers romains restèrent sur le champ de bataille;
les dix mille hommes laissés à la garde du camp furent faits
prisonniers. Les pertes de Hannibal étaient, cette fois encore, peu
considérables et portaient principalement sur les auxiliaires gaulois.

CONSÉQUENCES DE LA BATAILLE DE CANNES.--ENERGIQUE RÉSISTANCE DE
ROME.--Après la victoire de Cannes, Hannibal ne voulut pas encore
marcher directement sur Rome; son armée, composée en partie de
mercenaires, ne lui offrait pas une confiance assez grande pour se
lancer dans les périls d'une longue route au milieu de nations hostiles,
avec cette perspective de trouver comme but une ville puissamment
fortifiée et défendue par une population résolue. Il préféra continuer
méthodiquement la guerre qui lui avait si bien réussi jusqu'alors. Un
certain nombre de villes, parmi lesquelles Capoue, la seconde cité de
l'Italie, lui offrirent leur soumission. Les populations grecques
résistèrent généralement; Hannibal se vit donc contraint d'entreprendre
une série d'opérations de détail, afin de réduire par la force les
opposants. En même temps il envoyait à Karthage son frère Magon pour
demander instamment des secours; il ne pouvait en attendre d'Espagne,
car les Scipions avaient continué à y remporter des avantages et,
soutenus par la puissante confédération des Celtibériens, ils
empêchaient absolument le passage des Pyrénées.

Les échecs éprouvés par les Romains, loin d'abattre leur courage,
n'avaient eu pour conséquence que de surexciter leur énergie et de leur
inspirer de mâles résolutions. Le Sénat, par sa fermeté, rendit à tous
la confiance. Les forces furent réorganisées; on appela aux armes tous
les hommes valides, même les esclaves, même les criminels. Le préteur
Marcus Claudius Marcellus reçut la mission de sauver la patrie; les voix
qui osèrent parler de traiter furent bientôt réduites au silence.

A Karthage, tout autre était l'attitude. Là, nul enthousiasme; l'annonce
des victoires de Hannibal ne suscitait que la jalousie du parti de
Hannon et la défiance de tous. Alors que l'envoi d'importants renforts
en Italie eût été nécessaire pour terminer promptement la campagne, le
frère de Hannibal obtint avec beaucoup de difficulté le départ de quatre
mille Berbères et de quarante éléphants. On autorisa, il est vrai,
Magon, à lever des troupes en Espagne, mais ce projet ne se réalisa pas
(216).

Hannibal demeurait donc, pour ainsi dire, abandonné à lui-même, car ces
secours étaient insuffisants et le temps s'écoulait, permettant chaque
jour aux Romains de reprendre de nouvelles forces sous l'habile
direction de Marcellus. La confédération italique était brisée, mais la
résistance était partout, chacun combattant pour son compte. Dans cette
conjoncture, Hannibal, qui était en relations avec Philippe, roi de
Macédoine, signa avec lui un traité d'alliance offensive et défensive,
d'après lequel le roi devait arriver en Italie avec deux cents vaisseaux
(215).

En attendant, la position de Hannibal, entouré par trois armées
romaines, devenait de jour en jour plus critique; pour éviter d'être
cerné, le général karthaginois se décida même à se porter vers le
nord-est, espérant que le roi de Macédoine le rejoindrait sur les côtes
de l'Adriatique.

En Sicile, Hiéronyme, roi de Syracuse, qui avait contracté alliance avec
les Karthaginois, était vaincu par les légions échappées à Cannes et
périssait assassiné.

L'année 214 se passa en opérations militaires dans lesquelles les
généraux déployèrent de part et d'autre un véritable génie. Les succès
des Romains furent positifs: presque toute l'Apulie était reconquise et
Capoue étroitement bloquée. Enfin, en Espagne, les Romains n'avaient
cessé de remporter des avantages décisifs: la plus grande partie de la
Péninsule avait été conquise par eux. Cependant les Karthaginois
tenaient encore fermement dans les provinces du sud-est.

LA GUERRE EN SICILE.--Après la mort de Hiéronyme, Karthage tenta de
recueillir l'héritage de son allié. Un parti avait proclamé à Syracuse
une sorte de république; mais cette ville ne pouvait rester neutre entre
les deux grandes rivales; d'habiles émissaires, envoyés, dit-on, par
Hannibal, la décidèrent à appeler les Karthaginois. A cette nouvelle,
Rome chargea Marcellus de prendre la direction des affaires en Sicile;
le brave général commença aussitôt le siège de Syracuse; mais cette
ville avait été fortifiée avec soin par Hiéron, durant son long règne,
et elle était défendue par une population énergique, avec le génie
d'Archimède pour auxiliaire; aussi les Romains, après six mois d'efforts
infructueux, durent-ils renoncer aux opérations actives et se contenter
d'un blocus. En même temps, des troupes nombreuses, dont le chiffre
atteignait, dit-on, trente mille hommes, avaient été envoyées par
Karthage, en Sicile. Bientôt la plus grande partie de l'île fut arrachée
aux Romains. Quant à Marcellus, il concentrait tous ses efforts contre
Syracuse.

Hannibal avait compté sur le secours que Philippe s'était engagé à lui
fournir par son traité, et il est certain que, si le roi de Macédoine
avait envoyé en Sicile ou en Italie des secours importants aux
Karthaginois, la situation des Romains serait devenue fort critique. Son
indécision, ses retards, sa mollesse compromirent tout, et Rome en
profita habilement pour attaquer Philippe chez lui et semer la défiance
et l'esprit d'opposition parmi les confédérés grecs; le secours du roi
de Macédoine fut donc annulé.

En 212, Syracuse se rendit à Marcellus, qui livra la ville au pillage.
La guerre, transformée en lutte de guérillas, devint dès lors funeste
aux Karthaginois. Le consul Lævinus leur enleva toutes leurs conquêtes.

LES BERBÈRES PRENNENT PART À LA LUTTE. SYPHAX ET MASSINISSA.--Les
Berbères étaient depuis trop d'années mêlés, par leurs mercenaires, à la
lutte de Rome et de Karthage, pour qu'il leur fût possible d'en demeurer
plus longtemps les spectateurs désintéressés. Gula, fils de ce Naravase
qui avait aidé Amilcar à triompher des Mercenaires, était chef des
Massyliens. Syphax[50] régnait sur les Masséssyliens, c'est-à-dire, sur
la Numidie occidentale. Par ses traditions, par sa situation, Gula
devait s'allier aux Karthaginois qui, du reste, lui prodiguaient leurs
bons offices; c'est ce qu'il fit. Quant à Syphax, il accueillit, dit-on,
les propositions et les promesses que les Scipions lui envoyèrent
d'Espagne et se prononça pour Rome (213). Il s'occupa d'abord à
organiser son armée sous la direction de centurions romains, et, quand
il se crut assez fort, il se mit en marche contre les Massyliens.

Mais Gula, prévenu de ces dispositions, n'était pas resté inactif. Son
fils Massinissa, jeune homme de dix-sept ans, doué des plus belles
qualités[51], marcha, à la tête de troupes massyliennes et
karthaginoises, à la rencontre de Syphax, le vainquit dans une grande
bataille, où celui-ci perdit, dit-on, plus de trente mille hommes, et le
contraignit à abandonner Siga, sa capitale, pour se réfugier dans les
montagnes de la Maurétanie. Syphax ayant voulu se reformer avec l'appui
des Maures fut de nouveau vaincu (212). Toute la Numidie se trouva alors
réunie sous le sceptre de Gula, dont le royaume s'étendit de la Molochat
à l'Afrique propre.

[Note 50: Il serait beaucoup plus simple d'adopter pour ce nom
l'orthographe Sifax, car rien ne nous oblige d'employer l'y et ph, sinon
la traduction.]

[Note 51: Tite-Live.]

GUERRE D'ESPAGNE.--Ces victoires éloignaient, pour le moment, un danger
qui avait menacé directement Karthage. Celle-ci songea alors à tenter un
grand effort en Espagne pour arrêter les succès des Scipions. Asdrubal,
qui était venu lui-même coopérer à la campagne contre Syphax, s'empressa
de retourner dans la péninsule, emmenant avec lui des renforts
considérables fournis en grande partie par les Numides, et avec eux
Massinissa, dont il avait pu apprécier la valeur.

Les Scipions appelèrent aux armes les populations espagnoles
nouvellement soumises et, comme les Karthaginois avaient divisé leurs
troupes en trois corps, ils formèrent aussi trois armées pour les leur
opposer. Le résultat fut désastreux pour eux. Publius Scipion, abandonné
par ses auxiliaires, fut d'abord défait, puis ce fut le tour de Cnéius.
Enfin les débris de l'armée furent sauvés par Caius Marcius qui se
retira derrière l'Ebre. Toute la ligne située au sud de ce fleuve rentra
ainsi en la possession des Karthaginois. Massinissa et les Numides
avaient puissamment contribué à ces importants succès (212).

Les deux Scipions étaient morts en combattant et il semblait qu'il
restait peu d'efforts à faire aux Karthaginois pour débloquer le nord de
l'Espagne et porter secours à Hannibal; mais la désunion qui régnait
parmi les chefs phéniciens, d'autre part, l'habile tactique de C.
Marcius et la promptitude de Rome à envoyer des secours arrêtèrent les
conséquences d'une campagne si bien commencée. La guerre, avec ses
péripéties, reprit son cours régulier. Massinissa d'un côté, le jeune
Publius Scipion, de l'autre, se rencontrèrent sur ces champs de
bataille.

CAMPAGNES DE HANNIBAL EN ITALIE.--Pendant que la Sicile, l'Afrique et
l'Espagne étaient le théâtre de ces événements, Hannibal abandonné,
enfermé en Italie, déployait les ressources inépuisables de son génie
pour tenir ses ennemis en échec. Un moment, en 213, il s'était trouvé
dans une situation si critique que le Sénat, jugeant sa chute prochaine,
avait cru pouvoir rappeler deux légions et les envoyer contre Capoue.
Aussitôt, le général karthaginois avait repris l'offensive, reconquis
une partie du terrain perdu dans la Lucanie et le Bruttium et s'était
même fort approché de Rome. Peu après, Tarente lui ouvrait ses portes
(212). Mais comme les Romains s'étaient réfugiés dans la citadelle de
cette ville, les Karthaginois furent contraints d'en entreprendre
régulièrement le siège.

En 211, pendant qu'une partie des troupes karthaginoises étaient
retenues devant la citadelle de Tarente, Hannibal se porta par une
marche rapide sur Rome, qu'il espérait surprendre par la soudaineté de
son attaque. Mais la ténacité des Romains déjouait toutes les surprises;
il trouva tous les postes gardés et dut se contenter de ravager la
campagne environnante. Vers le même temps, Capoue était réduite à
capituler (211). L'année suivante se passa en opérations dans lesquelles
Hannibal obtint quelques succès; mais cette situation ne pouvait se
prolonger, s'il ne recevait promptement de puissants renforts. En 209,
tandis que les troupes karthaginoises étaient retenues dans le centre,
le vieux consul Fabius parvenait à rentrer en possession de Tarente;
quelque temps après le brave Marcellus, écrasé par Hannibal, trouvait
sur le champ de bataille la mort du guerrier (208).

SUCCÈS DES ROMAINS EN ESPAGNE ET EN ITALIE. BATAILLE DU MÉTAURE.--Cette
terrible guerre se poursuivait en Italie avec un acharnement égal de
part et d'autre, et il était difficile d'en prévoir le dénouement, quand
les événements d'Espagne vinrent changer la face des choses. En 209,
Publius Scipion, profitant de ce que les troupes karthaginoises étaient
disséminées à l'intérieur, alla surprendre et enlever Karthagène,
quartier général des Phéniciens, où il trouva des approvisionnements
considérables, un nombreux matériel de guerre, des vaisseaux, de
l'argent, des otages. Le tout lui fut livré par le général Magon, après
une résistance qui aurait pu être plus héroïque. Pour assurer les
conséquences de cet important succès, Scipion marcha contre Asdrubal et
le défit, mais il ne put empêcher le hardi Karthaginois de prendre, avec
des forces importantes, des éléphants et de l'argent, le chemin du Nord.
En route, Asdrubal reforma son armée, traversa les Pyrénées et fit
invasion en Gaule (208).

Bientôt on apprit à Rome que les Karthaginois menaçaient le nord de
l'Italie. La consternation fut grande, mais comme toujours les viriles
résolutions triomphèrent. L'argent manquait: on fit appel au patriotisme
des citoyens et des alliés; les légions étaient disséminées, on les fit
rentrer d'Espagne et de Sicile et l'on appela tous les hommes valides
aux armes. Les consuls Marcus Livius et Caius Néron reçurent la mission
d'empêcher la jonction des Karthaginois.

Hannibal, qui voyait enfin son plan sur le point d'être réalisé,
s'empressa de marcher vers le nord pour y tendre la main à son frère,
mais les consuls lui barrèrent le passage, et après plusieurs actions
dans lesquelles il n'eut pas l'avantage, il se trouva arrêté à Canusium,
en Apulie, ayant en face de lui C. Néron, tandis que Marcus gardait la
frontière du Nord. Sur ces entrefaites, un courrier, envoyé par Asdrubal
à son frère, étant tombé entre les mains des Romains, les mit au courant
du plan et de la situation de l'ennemi. Néron laissa alors son camp à la
garde d'une faible partie de son armée et se porta, par marches forcées,
avec le reste de ses troupes, contre les Karthaginois dont il
connaissait la position et l'itinéraire. En combinant ses forces avec
celles de son collègue, il put surprendre les ennemis au moment où ils
franchissaient le Métaure. En vain Asdrubal essaya de se dérober par la
retraite à l'attaque des Romains, il fallut combattre, et on le fit de
part et d'autre avec un grand courage. La journée se termina par la
défaite des Karthaginois, dont le chef se fit bravement tuer. Quatorze
jours après son départ, Néron rentrait dans son camp et faisait lancer
dans les lignes ennemies la tête d'Asdrubal. Ce fut ainsi que Hannibal
apprit qu'il ne lui restait plus d'espoir d'être secouru et qu'il ne
pouvait plus compter que sur lui-même (207). Il se mit en retraite,
atteignit le Bruttium, s'y retrancha et y résista pendant plusieurs
années encore aux attaques des troupes romaines.

EVÉNEMENTS D'AFRIQUE. RIVALITÉ DE MASSINISSA ET DE SYPHAX.--Pendant que
l'Italie était le théâtre de ces événements, Scipion poursuivait en
Espagne le cours de ses succès. Vainqueur des généraux karthaginois
Hannon, Magon et Asdrubal, fils de Giscon, les Romains conquirent toute
l'Espagne méridionale, de telle sorte que les Phéniciens ne conservèrent
plus que Gadès et son territoire. Scipion sut en outre détacher
Massinissa de la cause de ses ennemis. On dit que ce dernier se laissa
séduire par la générosité du général romain qui avait laissé la liberté
à son neveu Massiva[52]; il accepta une entrevue avec Silanus,
lieutenant de Scipion, et s'attacha pour toujours aux Romains. C'était
une nouvelle conquête, et l'on n'allait pas tarder à en avoir la preuve
en Afrique (207).

[Note 52: Tite-Live, l. XXVII.]

Scipion, cela n'est pas douteux, avait déjà l'intention bien arrêtée
d'attaquer Karthage chez elle. Une condition de réussite était d'avoir
l'appui des Berbères. Il renoua donc les relations avec Syphax qui,
après avoir reconquis son royaume, avait recouvré une grande puissance
en Masséssylie et alla même audacieusement lui rendre visite en Afrique.
Asdrubal, fils de Giscon, l'avait devancé auprès du prince numide; mais,
malgré tous ses efforts, il ne put empêcher Syphax de conclure avec
Scipion un traité d'alliance contre Karthage. Rentré en Espagne après
une fort courte absence, Scipion eut une entrevue avec Massinissa et le
décida à se prononcer ouvertement contre les Phéniciens, dont il sut
habilement faire ressortir l'ingratitude vis-à-vis de lui, en lui
rappelant qu'il leur avait rendu les plus grands services avec ses
cavaliers numides, dans la péninsule (206).

Mais Asdrubal, resté auprès de Syphax, n'eut pas de peine à tirer parti
de cette circonstance pour susciter la jalousie de ce prince berbère et
le détacher des Romains. La main de sa fille, la célèbre Sophonisbe qui,
dit-on, avait autrefois été promise à Massinissa[53], scella la nouvelle
alliance.

[Note 53: Ce fait, attesté par Appien, est passé sous silence par
Tite-Live.]

MASSINISSA, ROI DE NUMIDIE.--Ce n'était pas sans motif que Massinissa
s'était prononcé contre les Karthaginois; en effet, tandis qu'il luttait
pour eux en Espagne, ils assistaient impassibles à sa spoliation. Gula
étant mort, le pouvoir passa, selon la coutume du pays, dans les mains
de son frère Desalcès, vieillard fatigué, qui ne tarda pas à le suivre
au tombeau. Il laissait deux jeunes fils, Capusa et Lucumacès. Le
premier hérita du pouvoir; mais un intrigant Massylien, nommé Mézétule,
profita de sa faiblesse pour le renverser et faire proclamer à sa place
son jeune frère Lucumacès, en se réservent pour lui la direction des
affaires.

Il était temps, pour Massinissa, de venir prendre une part active à la
lutte. En 206, il passa en Maurétanie et se rendit auprès de Bokkar, roi
de cette contrée, duquel il obtint, non sans difficulté, une escorte
pour se rendre à Massylie. Arrivé dans son pays, il vit accourir un
grand nombre de Berbères las de la tyrannie de l'usurpateur, et ne tarda
pas, avec leur appui, à entrer en lutte ouverte contre son cousin.
Lucumacès, réduit à la fuite, parvint à se réfugier auprès de Syphax et
obtint de lui un corps de troupe considérable avec lequel il vint offrir
la bataille à Massinissa; mais le sort des armes fut favorable à
celui-ci et cette victoire lui rendit son royaume. Il entra alors en
pourparlers avec Lucumacès, lui offrant de partager le pouvoir avec lui,
ce qui fut accepté. Le jeune prince rentra ainsi en Massylie avec
Mezétule.

MASSINISSA EST VAINCU PAR SYPHAX.--Le but de Massinissa, par cette
transaction, avait été de ne pas diviser ses forces, dans la prévision
de l'attaque imminente de Syphax. Bientôt, en effet, les Masséssyliens
envahirent, avec des forces nombreuses, son territoire. En vain
Massinissa essaya de tenir tête à ses ennemis: vaincu dans un grand
combat, il perdit en un jour sa couronne et se vit réduit à fuir avec
quelques cavaliers (205). Il chercha un refuge dans le mont Balbus, non
loin de Clypée[54] et, ayant été rejoint par un certain nombre
d'aventuriers, y vécut pendant quelque temps de brigandage et du produit
de ses incursions sur les terres karthaginoises. Mais un corps d'armée
envoyé par Syphax, sous la conduite de son lieutenant Bokkar, vint l'y
relancer, le vainquit en deux rencontres et dispersa ses adhérents.

[Note 54: Près de la côte orientale de la Tunisie.]

Blessé dangereusement, Massinissa fut transporté dans une caverne et
échappa à la mort grâce au dévouement de quelques hommes restés avec
lui. Aussitôt qu'il fut en état de monter à cheval, Massinissa rentra
dans la Numidie où il fut bien accueilli par les Berbères qui, avec leur
inconstance habituelle, vinrent en masse se ranger sous sa bannière.
Syphax le croyait mort, lorsqu'il apprit qu'il était campé avec un
énorme rassemblement entre Cirta et Hippone. Le roi des Masséssyliens
marcha contre lui et le défît dans une sanglante bataille, dont le gain
fut en grande partie dû à un habile mouvement tournant exécuté par
Vermina, fils de Syphax. Cette fois il ne resta à Massinissa d'autre
ressource que de gagner le pays des Garamantes et de se tenir sur la
limite du désert en attendant les événements. Nous verrons, dans tous
les temps, les agitateurs aux abois suivre cette tactique. Quant à
Syphax, il demeura maître de toute la Numidie (201). Il vint alors
s'établir à Cirta, ville qui, par son importance et sa situation
centrale, était la réelle capitale du royaume.

ÉVÉNEMENTS D'ITALIE. L'INVASION DE L'AFRIQUE EST RÉSOLUE..--Tandis que
l'Afrique était le théâtre de ces événements, Magon, qui avait enfin
reçu de Karthage quelques secours, quittait l'Espagne et allait
débarquer à Gênes dans l'espérance de pouvoir débloquer son frère
Hannibal, avec l'appui des Gaulois et des Liguriens. Il obtint en effet
quelques secours de ces peuplades; mais ce n'était pas avec de telles
forces qu'il pouvait traverser l'Italie, et il n'avait pas le prestige
qui donne la confiance et supplée à la faiblesse: après quelques
tentatives infructueuses, il fut à peu près réduit à l'inaction (205).

Pendant ce temps, Scipion qui, lui aussi, avait quitté l'Espagne,
s'efforçait de faire adopter à Rome son plan d'invasion de l'Afrique,
mais il se heurtait à une résistance invincible: les vieux sénateurs
n'avaient pas confiance dans ce jeune homme qui affectait d'adopter les
mœurs étrangères; ils oubliaient qu'il venait de conquérir l'Espagne et
disaient, pour expliquer leur refus, qu'il ne fallait pas songer à une
guerre lointaine tant que Hannibal n'aurait pas quitté l'Italie. A force
d'insistance, Scipion finit cependant par arracher au Sénat
l'autorisation d'attaquer Karthage chez elle, mais il n'obtint pas les
forces matérielles nécessaires; on l'envoya en Sicile organiser la
flotte et former son armée des restes des légions de Cannes et des
aventuriers et des mercenaires qu'il pourrait réunir, mais sans lui
donner d'argent pour cela. L'activité et le génie du général suppléèrent
à tout: il se fit remettre des subsides par les villes, mît en état la
flotte, organisa l'armée et, au printemps de l'année 204, fit voile pour
l'Afrique en emmenant trente mille hommes.

CAMPAGNE DE SCIPION EN AFRIQUE..--Débarqué heureusement au
Beau-Promontoire, près d'Utique, Scipion fut rejoint par Massinissa
accouru avec quelques cavaliers[55]. Après divers engagements heureux
contre les troupes karthaginoises, le général romain vint mettre le
siège devant Utique. Mais Syphax, étant accouru avec une puissante armée
au secours de ses alliés, força Scipion à lever le siège d'Utique et à
aller prendre ses quartiers d'hiver dans un camp retranché, entre cette
ville et Karthage. Les troupes phéniciennes et berbères se contentèrent
de l'y bloquer étroitement. Au printemps suivant, Scipion profita de la
sécurité dans laquelle il avait entretenu Syphax, en lui adressant des
propositions de paix, comme s'il jugeait la campagne perdue; simulant un
mouvement vers Utique, il se porta par une marche rapide sur les
campements de ses ennemis divisés en deux groupes, les Karthaginois sous
le commandement d'Asdrubal et les Berbères sous celui de Syphax, les
surprit de nuit dans leur camp, et fit incendier celui des Numides par
Lélius, son lieutenant, et par Massinissa; quant à lui, il se réserva
l'attaque de celui des Phéniciens. Le succès de ce coup de main fut
inespéré: quarante mille ennemis périrent, dit-on, dans cette nuit
funeste, car ceux qui essayaient d'échapper aux flammes et au tumulte
tombaient dans les embuscades des Romains (203).

[Note 55: Tite-Live, XXIX, 29.]

Sans se laisser abattre par ce désastre, Karthage s'occupa avec activité
de se refaire une armée. Quatre mille mercenaires celtibériens furent
enrôlés, et bientôt une armée nombreuse de Berbères, envoyés par Syphax,
arriva à Karthage. Asdrubal, à la tête d'une trentaine de mille hommes,
marcha alors contre Scipion qui s'avança à sa rencontre et lui livra
bataille en un lieu que les historiens appellent «les grandes plaines».
Cette fois encore, la fortune se prononça pour les Romains. Scipion
remporta une victoire décisive, puis il marcha directement sur Karthage
et vint se rendre maître de Tunis.

SYPHAX EST FAIT PRISONNIER PAR MASSINISSA..--Mais avant de porter les
derniers coups à la métropole punique, Scipion jugea qu'il fallait la
priver de ses alliés; Massinissa brûlait trop du désir de tirer
vengeance de son rival pour ne pas le pousser dans cette voie. Ce fut
Massinissa lui-même que Scipion chargea de ce soin, en lui adjoignant
Lélius. Syphax marcha bravement à la rencontre de ses ennemis et leur
livra bataille; mais dans l'action, son cheval s'étant abattu, il se
blessa et fut fait prisonnier. Après ce premier succès, Massinissa,
dépassant sans doute les instructions reçues, marche directement avec
Lélius sur Cirta, la place forte de la Numidie. Il trouve la population
disposée à la lutte à outrance; mais il montre Syphax enchaîné et
profite de la stupeur des Berbères pour se faire ouvrir les portes. Il
pénètre dans la ville, court au château et en retire Sophonisbe[56].
Puis on reprend le chemin de Tunis, et Massinissa se présente à Scipion,
en traînant à sa suite Syphax captif; Sophonisbe suivait aussi, mais
dans un tout autre équipage. Scipion, ayant appris que Massinissa se
disposait à en faire sa femme, craignit que l'influence de la belle
Karthaginoise ne détachât de lui le prince numide, et exigea, malgré les
supplications de celui-ci, qu'elle lui fût livrée, sous le prétexte que
tout le butin appartenait à Rome. Mais Sophonisbe évita, par le poison,
la honte d'orner son triomphe; on ne remit qu'un cadavre au général
romain.

[Note 56: Tite-Live, XXX, 13.]

BATAILLE DE ZAMA.--La chute de Syphax acheva de démoraliser Karthage. On
s'empressa d'abord de rappeler d'Italie Magon et Hannibal; puis, la
flotte fut envoyée au secours d'Utique; mais cette diversion, bien
qu'ayant forcé Scipion à quitter son camp de Tunis, n'eut aucune
conséquence décisive. Les Karthaginois proposèrent alors des ouvertures
de paix que Scipion accueillit; il fit connaître ses conditions, et,
comme elles étaient acceptables, les bases de la paix furent arrêtées et
des envoyés partirent pour Rome, afin de soumettre le traité à la
ratification du Sénat.

Pendant ce temps, Magon et Hannibal quittaient l'Italie. Le premier,
grièvement blessé quelque temps auparavant, ne devait jamais revoir son
pays; quant à Hannibal, qui avait depuis longtemps pris ses
dispositions pour la retraite, il s'embarqua sans être inquiété, à
Crotone, après avoir massacré ses alliés italiens qui ne voulaient pas
suivre sa fortune, et débarqua heureusement à Leptis[57]. Pour la
première fois depuis trente-six ans, il se retrouvait dans sa patrie. De
Leptis, il gagna Hadrumète, puis, se lançant dans l'intérieur des
terres, vint prendre position au midi de Karthage (202). Il sut attirer
à lui un certain nombre de chefs indigènes parmi lesquels Mezétule, et
fut rejoint par Vermina, lui amenant les derniers soldats et alliés de
son père, de sorte que son armée présenta bientôt un effectif imposant.

[Note 57: Actuellement Lamta.]

Le retour de Hannibal et des troupes d'Italie rendit l'espoir aux
Karthaginois, et au mépris de la trêve, ils recommencèrent les
hostilités en attaquant une flotte romaine de transport et même un
vaisseau portant les ambassadeurs de Rome. Justement irrité de ce manque
de foi, Scipion se remit en campagne, saccageant et massacrant tout sur
son passage. Il remonta le cours de la Medjerda et se trouva bientôt en
présence de Hannibal, au lieu dit Zama, que l'on place dans les environs
de Souk-Ahras[58]. Après une entrevue entre les deux généraux, entrevue
dans laquelle ils ne purent réussir à s'entendre, on en vint aux mains.

[Note 58: A Naraggara. Voir «_Naraggara_» par M. Goyt. _Recueil de
la soc. arch. de Constantine_, 20e vol. et _Recherches sur le champ de
bataille de Zama_, par M. Lewal, _Revue afr._, t. II, p. 111.]

Hannibal couvrit son front de ses éléphants, au nombre de quatre-vingts,
et rangea son infanterie en trois lignes, en mettant en réserve ses
vétérans d'Italie, et disposant sa cavalerie sur les ailes. Scipion prit
des dispositions analogues, mais en ayant soin de laisser dans ses
lignes des espaces pour que les éléphants pussent les traverser sans les
rompre. Massinissa avait joint sa cavalerie à celle de Scipion. Dès le
commencement de l'action, le désordre fut mis dans l'armée de Hannibal
par ses éléphants qui se jetèrent sur ses ailes, puis des mercenaires
karthaginois, se croyant trahis, entrèrent en lutte contre la milice
punique. Cependant l'ordre se rétablit; les vétérans se formèrent en
ligne, et l'on combattit de part et d'autre avec le plus grand courage.
Mais la cavalerie romaine, qui s'était un peu écartée à la poursuite de
celle de l'ennemi, étant revenue vers la fin de la journée, enveloppa
l'armée de Hannibal et décida la victoire. Elle fut complète. Le général
karthaginois parvint, non sans peine, à se réfugier à Hadrumète, avec
une poignée d'hommes. Les Romains avaient acheté leur victoire par de
cruelles pertes (202).

FIN DE LA IIE GUERRE PUNIQUE. TRAITÉ AVEC ROME.--Après ce dernier échec,
Karthage ne pouvait plus songer à combattre encore. Scipion, ayant
écrasé Vermina, était venu reprendre ses positions à Tunis et à Utique.
Quant à Hannibal il s'efforçait, à Hadrumète, de reconstituer une armée,
mais sans aucun espoir sur l'issue de la lutte. Rappelé à Karthage, il
conseilla énergiquement à ses concitoyens de traiter. Une ambassade fut
envoyée à Scipion pour lui proposer la paix. Le vainqueur de Zama était
maître absolu de la situation; mais, soit qu'il eût hâte de terminer
cette guerre, parce que la fin de son consulat approchait, soit qu'il
craignît les revers de la fortune, en poussant les Karthaginois au
désespoir, il s'empressa de traiter en dictant des conditions fort dures
pour Karthage, mais qui auraient pu encore être plus désastreuses. Un
armistice de trois mois fut conclu, à la condition que le gouvernement
punique paierait une première indemnité de vingt-cinq mille livres
d'argent, et fournirait à l'armée romaine tout ce dont elle aurait
besoin pour vivre.

Peu après, dix commissaires furent envoyés de Rome et adjoints à Scipion
pour la conclusion du traité, qui fut arrêté sur les bases suivantes:

Karthage livrera tous les prisonniers, les transfuges, ses vaisseaux,
excepté dix, et tous ses éléphants.

Elle conservera ses lois et ses possessions en Afrique.

Elle renoncera à tous droits sur ses anciennes colonies de la
Méditerranée.

Elle paiera à Rome dix mille talents en cinquante ans et lui livrera
cent otages.

Massinissa, reconnu roi de Masséssylie, avec Cirta comme capitale,
recevra une indemnité de Karthage et sera respecté comme allié.

Enfin Karthage ne pourra lever de mercenaires ni entreprendre de guerre
sans l'autorisation de Rome.

Ce traité fut aussitôt ratifié et mis à exécution: Scipion se fit
remettre cinq cents vaisseaux qu'on incendia, par son ordre, dans la
rade de Karthage. Il reçut quatre mille prisonniers et un certain nombre
de transfuges qui périrent dans les supplices, puis il partit pour Rome,
où l'attendaient les honneurs du triomphe. Quant à Syphax, envoyé
précédemment en Italie avec le butin, il était mort de misère et de
chagrin à Albe[59] (201).

[Note 59: Pour la fin de la 2e guerre punique, voir Tite-Live,
Polybe et Appien. Voir aussi 1'«_Afrique ancienne_» dans l'«_Univers
pittoresque_», édition Didot, t. II et VII.]

La deuxième guerre punique se terminait par la ruine effective de
Karthage; dépouillée de toutes ses forces et de ses ressources, passée à
l'état de vassale, elle a cessé d'exercer aucune prépondérance sur
l'Afrique. Les Berbères vont bientôt connaître de nouveaux maîtres.



CHAPITRE IV

TROISIÈME GUERRE PUNIQUE


201-146 Situation des Berbères en l'an 201.--Hannibal, dictateur de
Karthage; il est contraint de fuir. Sa mort.--Empiètements de
Massinissa.--Prépondérance de Massinissa.--Situation de
Karthage.--Karthage se prépare à la guerre contre Massinissa.--Défaite
des Karthaginois par Massinissa. Troisième guerre punique.--Héroïque
résistance de Karthage.--Mort de Massinissa.--Suite du siège de
Karthage.--Scipion prend le commandement des opérations.--Chute de
Karthage.--L'Afrique province romaine.


SITUATION DES BERBÈRES EN L'AN 201.--Jusqu'à présent, l'histoire de
l'Afrique s'est concentrée, pour ainsi dire, dans celle de Karthage. A
mesure que la puissance phénicienne penche vers son déclin, nous allons
voir s'élever celle des princes indigènes, et les Berbères, qui n'ont
paru jusqu'ici que comme comparses, vont occuper la scène. Il est donc
utile d'examiner quelle est la situation respective des royaumes
indigènes.

Dans la Massylie, agrandie de Cirta et de son territoire, règne
Massinissa, sous la tutelle de Rome. Le prince numide jette des regards
avides sur le territoire de Karthage, sur la Byzacène et la
Tripolitaine. En attendant, il s'applique à discipliner les Berbères, à
les fixer au sol et à les initier à des procédés plus perfectionnés de
culture.

La Masséssylie occidentale, depuis l'Amsaga jusqu'à la Molochath, obéit
à Vermina, qui a fait sa soumission à Rome, et a été laissé sur le flanc
de Massinissa pour assurer sa fidélité.

La Maurétanie ou Maurusie est soumise, au moins en grande partie, à une
famille princière dont le chef porte le nom de Bokkar. Ce pays est
encore peu connu des Romains; mais les Maures (Berbères de l'Ouest) ne
vont pas tarder à prendre part aux affaires de l'Afrique.

Quant aux tribus désignées sous le nom de Gétules (Zenètes et Sanhadja)
elles continuent à errer dans les hauts plateaux et le désert, ne
perdant aucune occasion de faire des incursions dans le Tel et de
chercher à s'y établir au détriment des anciennes populations. Mais
leurs efforts sont isolés et les Gétules ne forment pas, à proprement
parler, un royaume.

De même, dans l'est, les tribus des Nasamons, Psylles, Troglodytes, etc.
(Berbères de l'est), obéissant à des chefs distincts, continuent à
occuper la Tripolitaine, où l'influence phénicienne est en pleine
décadence.

HANNIBAL, DICTATEUR DE KARTHAGE. IL EST CONTRAINT DE FUIR; SA
MORT.--Après la conclusion d'une paix aussi désastreuse, les
dissensions, les vengeances, les récriminations stériles, occupèrent les
Karthaginois. Hannibal essaya en vain de rétablir la concorde parmi ses
concitoyens, en leur représentant combien il était peu patriotique de
consumer ses forces dans des divisions intestines, sous l'œil de
l'ennemi héréditaire, au lieu de s'appliquer à réparer les désastres et
à se prémunir contre les attaques imminentes de Massinissa. Mais le
parti aristocratique, ayant à sa tête Hannon, ennemi irréconciliable des
Barcides, voulait avant tout la ruine de cette famille, dût-elle
entraîner celle de Karthage. Hannibal, décrété d'accusation, sous le
prétexte qu'il avait trahi en ne marchant pas sur Rome après la bataille
de Cannes, échappa à une condamnation trop certaine, par une sorte de
coup d'état qu'il exécuta avec l'appui du parti populaire. Resté maître
du pouvoir, il exerça sa dictature pour le plus grand bien de la
république, rétablissant les finances, réorganissant les forces, se
créant des alliances et s'efforçant de cicatricer les maux de la
dernière guerre (195).

Mais les Romains suivaient d'un œil jaloux le relèvement de Karthage, et
étaient tenus par le parti aristocratique au courant de tous les progrès
accomplis. Déjà, ils avaient adressé plusieurs fois des représentations
aux Karthaginois, au sujet de prétendus préparatifs militaires; car ils
craignaient toujours de voir paraître Hannibal en Italie pendant que la
plupart des légions étaient occupées en Asie. Il fallait à tout prix se
débarrasser du vainqueur de Cannes. Une ambassade fut donc envoyée, sous
divers prétextes, à Karthage, dans le but réel de se saisir de Hannibal
avec l'appui du parti aristocratique. Mais le héros karthaginois, qui
avait pénétré le dessein de ses ennemis, sut leur échapper. Il partit de
nuit et gagna rapidement, au moyen de relais, la côte près de Thapsus,
où il s'embarqua sur une galère qu'il avait fait préparer, fuyant ainsi
une ingrate patrie qui le récompensait si mal de son héroïque
dévouement. Il se rendit d'abord à Tyr et de là à la cour du roi
Antiochus, et décida ce prince à entrer en lutte contre les Romains. Il
espérait que les succès des rois de Syrie auraient en Occident un
contre-coup qui permettrait à Karthage de reprendre avec fruit
l'offensive. Mais de nouveaux dégoûts l'y attendaient. Après avoir en
vain poussé le monarque oriental à adopter ses plans, il dut assister à
ses défaites, et quand la paix eut été conclue, se vit contraint de
fuir. Il chercha un asile auprès de Prusias, roi de Bythinie; mais la
haine de Rome l'y poursuivit, et ne sachant où reposer sa tête, il
échappa par le poison aux coups de la fortune adverse (183).

EMPIÉTEMENTS DE MASSINISSA.--Cependant Massinissa avait, depuis
longtemps, commencé ses incursions sur le territoire soumis à Karthage,
et c'est en vain que la métropole punique avait fait parvenir ses
réclamations à Rome contre le prince berbère. Les Romains avaient éludé
toute mesure réparatrice et, passant au rôle d'accusateurs, avaient
reproché aux Karthaginois d'entretenir des relations avec Antiochus,
leur ennemi. Un parti puissant, dont Caton n'allait pas tarder à se
faire l'écho, réclamait déjà la destruction de Karthage.

Massinissa, encouragé par cette approbation tacite, fit, en 193, une
expédition sur le territoire des Emporia, au fond du golfe de Gabès, et
ravagea cette riche contrée sans pouvoir toutefois s'emparer d'aucune
ville. Mais il renouvela bientôt ses attaques et, après quelques années
de luttes, resta maître de toute cette province[60] (183).

Karthage, à force de plaintes, obtint de Rome que des commissaires
viendraient enfin en Afrique juger le différend entre elle et le prince
numide. Publius Scipion et deux autres sénateurs arrivèrent à cet effet
à Karthage; mais, obéissant aux instructions reçues, ils s'arrangèrent
pour ne donner aucune décision, de sorte que l'usurpation de Massinissa
fut consacrée par une apparence de légalité[61].

[Note 60: Polybe.]

[Note 61: Tite-Live.]

PRÉPONDÉRANCE DE MASSINISSA.--Le prince numide avait donc le champ
libre; bien mieux, il avait pu se convaincre qu'il ne pouvait être plus
agréable aux Romains qu'en harcelant sans trêve Karthage. Il ne cessa
dès lors de multiplier ses attaques. En vain les Karthaginois
renouvelèrent leurs plaintes à Rome et leurs protestations contre la
violation des traités à eux consentis. En vain ils s'humilièrent; en
vain ils envoyèrent des vaisseaux et du blé pour aider leurs ennemis
dans leurs guerres d'Asie et de Macédoine. Ils n'obtinrent que des
satisfactions dérisoires. Massinissa, lui aussi, en fidèle vassal,
envoyait à Rome ses enfants pour offrir en son nom des secours de toute
sorte, hommes, chevaux, grains et même des éléphants.

Peu à peu le prince de Numidie conquit toute la Tripolitaine et soumit à
son autorité les nombreuses tribus indigènes établies entre la
Cyrénaïque et l'Amsaga, resserrant chaque jour le cercle dans lequel il
restreignait le territoire de Karthage. Les Berbères de l'est purent
enfin se grouper sous la main ferme de ce prince et commencer à former
une véritable nation. Il sut en outre les discipliner et s'efforça de
les attacher au sol et de les initier, comme nous l'avons déjà dit, à
des procédés de culture plus perfectionnés[62]. Etabli à Cirta, sa
capitale, il vivait entouré de tous les raffinements de la civilisation
romaine et grecque. Mais, tout en adoptant ces mœurs nouvelles, il avait
conservé ses qualités guerrières et était resté le premier cavalier de
son royaume. Son luxe semblait un hommage rendu au progrès et sa
magnificence un moyen de frapper ses sujets; car, pour lui, il se
plaisait à n'en pas profiter et se faisait un devoir de vivre de la
manière la plus simple et la plus rude[63].

[Note 62: Les auteurs anciens s'accordent à dire qu'il introduisit
l'agriculture en Numidie; nous pensons qu'il est plus juste de dire
qu'il s'attacha à la perfectionner.]

[Note 63: Polybe.]

SITUATION DE KARTHAGE.--Pendant que la puissance du prince berbère
s'élevait, celle de Karthage penchait rapidement vers son déclin. Trois
partis s'y disputaient le pouvoir: l'aristocratie, qu'on appelait le
parti romain, était toujours prête aux plus grandes bassesses pour
conserver la paix; le parti barcéen, ou parti national, formé du peuple
et chez lequel se conservaient les dernières traditions du patriotisme
qui avait fait la grandeur de Karthage; et enfin le parti de Massinissa,
tout disposé à ouvrir les portes de la ville au prince numide; malgré
ces dissensions intestines, le génie commercial des Phéniciens n'avait
pas tardé à ramener dans la ville une certaine prospérité matérielle.

Les dernières spoliations de Massinissa poussèrent les Karthaginois à
tenter auprès de Rome un suprême effort pour obtenir justice. La
violation du droit était trop flagrante pour qu'on ne fût pas obligé de
sauver au moins les apparences. De nouveaux commissaires furent envoyés
en Afrique. Parmi eux était Marcus Caton, vétéran des guerres contre
Hannibal. Lorsqu'il vit Karthage florissante, ses craintes patriotiques
redoublèrent et il ne songea qu'à décider sa ruine. Massinissa, sûr des
bonnes dispositions des commissaires, se soumit à leur décision; mais
les Karthaginois, non moins sûrs de leur mauvais vouloir, refusèrent de
les laisser prononcer en dernier ressort. Ils rentrèrent donc sans avoir
rien fait et les choses demeurèrent en l'état (157). De retour à Rome,
Caton commença sa campagne contre la métropole punique, en prononçant le
célèbre _detenda Carthago_.

KARTHAGE SE PRÉPARE À LA GUERRE CONTRE MASSINISSA.--Dans cette
conjoncture, Karthage était bien forcée de pourvoir à sa sécurité, et
comme le parti populaire était revenu au pouvoir, il réunit une forte
armée de Berbères, en donna le commandement à Ariobarzane, petit-fils de
Syphax, et lui confia la garde de la frontière numide. Aussitôt que
cette nouvelle fut connue à Rome, Caton et son parti en profitèrent pour
recommencer la campagne contre Karthage. Des commissaires furent encore
chargés d'aller en Afrique pour s'assurer du fait. Il était indéniable;
cependant les envoyés tentèrent d'amener une transaction en proposant à
Massinissa d'abandonner ses conquêtes. Mais Giscon, chef du parti
populaire et revêtu de la magistrature suprême, exigea des satisfactions
plus effectives et des garanties pour l'avenir. Les commissaires durent
se retirer au plus vite, car un tumulte s'éleva à Karthage, les
partisans de Massinissa furent recherchés et expulsés de la ville (152).

Massinissa envoya ses fils Micipsa et Gulussa à Karthage pour obtenir
que l'on rapportât le décret d'expulsion de ses adhérents, mais les
princes furent fort mal reçus et eurent même quelque peine à se retirer
sains et saufs. Il fit alors partir pour Rome Gulussa qui avait déjà
fait de nombreux séjours en Italie. Les intrigues du Berbère, complétées
par la fougue de Caton, décidèrent l'envoi de nouveaux commissaires en
Afrique. L'existence d'une armée et d'une flotte ayant été constatée,
sommation fut adressée à Karthage d'avoir à se conformer aux
stipulations du traité, sous peine de voir recommencer la guerre.

DÉFAITE DES KARTHAGINOIS PAR MASSINISSA.--Sur ces entrefaites,
Massinissa brusqua le dénouement en venant attaquer une ville punique,
nommée par les auteurs Oroscopa. Aussitôt, les troupes karthaginoises,
fortes de 25,000 fantassins et de 4,000 cavaliers, se mirent en campagne
sous le commandement d'Asdrubal, de la famille de Barka. Le sort des
armes parut d'abord lui être favorable: il remporta quelques succès et
détacha de son ennemi un fort groupe de cavaliers berbères. Mais
Massinissa, par d'habiles manœuvres, attira les Karthaginois dans un
terrain choisi et leur livra une grande bataille. L'action fut longtemps
indécise; le vieux chef berbère, alors âgé de quatre-vingt-huit ans,
chargea lui-même à la tête de ses troupes et combattit avec une grande
bravoure[64]. L'issue du combat ne fut pas décisive; néanmoins Asdrubal
entra en pourparlers avec Massinissa et lui fit proposer la paix par le
jeune Scipion-Emilien qui se trouvait en Afrique, où il était venu
chercher des renforts. Asdrubal ayant refusé de rendre les transfuges,
les négociations furent rompues. Massinissa parvint alors à entourer ses
ennemis et à les bloquer si étroitement qu'ils ne tardèrent pas à être
en proie à la famine. Après avoir supporté d'horribles souffrances et
perdu plus de la moitié de son effectif, le général karthaginois se
décida à se soumettre aux exigences du vainqueur. Il dut livrer les
transfuges, s'obliger à payer cinq cents talents d'argent en cinquante
ans et s'engager à rappeler les exilés. De plus, tous ses soldats
devaient être désarmés. Pendant que les débris de cette armée rentraient
à Karthage, Gulussa fondit sur eux à l'improviste et les tailla en
pièces. Ainsi finit cette campagne qui coûtait près de soixante mille
hommes aux Karthaginois, car des renforts incessants avaient été envoyés
à Asdrubal (150).

[Note 64: Appien, 1. 69 et suiv.]

TROISIÈME GUERRE PUNIQUE.--Cette fois, Rome avait le prétexte depuis
longtemps cherché: le traité était violé, puisque Karthage avait fait la
guerre à un prince allié; elle était battue et démoralisée; il fallait
saisir cette occasion d'en finir avec la rivale. Le parti de la guerre
n'eut donc aucune peine à entraîner le Sénat à décider une expédition en
Afrique. A cette nouvelle, les Karthaginois condamnèrent à mort Asdrubal
et les autres chefs du parti populaire et envoyèrent à Rome une
ambassade pour implorer la paix. Mais, en même temps, arrivait une
députation des gens d'Utique offrant leur soumission aux Romains. Tout
semblait conjuré contre la malheureuse Karthage. Les envoyés puniques
n'obtinrent qu'un silence dédaigneux. De nouveaux ambassadeurs arrivés
en Italie avec de pleins pouvoirs, car les Karthaginois étaient prêts à
toutes les concessions, supplièrent les Romains de leur faire connaître
ce qu'ils voulaient, promettant qu'ils recevraient satisfaction. «Ce que
nous voulons, répondit-on, vous devez le savoir.»

En effet, les consuls Lucius Censorinus et Marcus Nepos étaient déjà en
Sicile, et l'armée allait être embarquée (149). On daigna cependant dire
aux ambassadeurs qu'ils devaient, avant tout, envoyer aux consuls trois
cents otages pris dans les premières familles. Les Karthaginois, dans
leur affolement, s'empressèrent de se soumettre à cette exigence,
espérant encore empêcher le départ de l'armée; mais les consuls, après
avoir expédié les otages à Rome, ordonnèrent de mettre à la voile, en
faisant connaître aux envoyés que les autres conditions leur seraient
dictées à Utique.

Les Karthaginois, ne pouvant croire à tant de duplicité, laissèrent les
Romains débarquer tranquillement, au nombre de quatre-vingt mille, et
s'établir à Utique. Le sénat de Karthage vint humblement se mettre aux
ordres du consul. On exigea de lui la remise de toutes les armes et de
tout le matériel de guerre, et aussitôt les Karthaginois livrèrent à
leurs ennemis tout ce qui pouvait servir à lutter contre eux: des armes
de toute nature, deux cent mille armures, trois mille catapultes, des
vaisseaux, etc.[65].

[Note 65: Strabon, 1. XVII, ch. 833. Appien, 74 et suiv. Nous
suivons pas à pas le texte de ces auteurs pour la 3e guerre punique.]

Le consul Censorinus leur fît connaître alors qu'ils devaient évacuer
leur ville, car ses instructions portaient destruction de Karthage.

HÉROÏQUE RÉSISTANCE DE KARTHAGE.--Lorsque cette exigence fut connue à
Karthage, l'indignation populaire fît explosion et se traduisit par une
formidable insurrection. Tous ceux qui avaient pris part à la remise des
armes, tous les partisans de la paix, tous les amis des Romains furent
massacres et l'on jura de lutter jusqu'à la mort. On se mit en relation
avec Asdrubal, qui avait réussi à s'échapper et se tenait à quelque
distance, à la tête d'une vingtaine de mille hommes, presque tous
proscrits. Un autre Asdrubal, petit-fils de Massinissa, par sa mère,
prit le commandement de la ville. Mais il fallait avant tout des armes
et, pour gagner du temps, les Karthaginois demandèrent une trêve de
trente jours aux consuls qui la leur accordèrent, persuadés que ce temps
suffirait à les décider à la soumission. On vit alors ce spectacle
admirable de toute une population, hommes, femmes, enfants, vieillards
travaillant sans relâche, nuit et jour, en secret et sans bruit, dans
les temples, dans les caves, à remplacer les armes et le matériel livrés
par la lâcheté à l'ennemi, sacrifiant tout au salut de la patrie,
transformant chaque objet en arme et remédiant, à force de génie et
d'énergie, à l'absence de moyens matériels. Bel exemple donné par une
nation qui va périr, mais qui sauve son honneur!

A l'expiration du délai, les consuls quittèrent leur camp d'Utique et
marchèrent sur Karthage, pensant que les portes de la ville allaient
tomber devant eux. Quel ne fut par leur étonnement de trouver toutes les
entrées soigneusement fermées et les murailles garnies de défenseurs en
armes. Une tentative d'assaut fut repoussée et les consuls purent se
convaincre qu'il fallait entreprendre des opérations régulières de
siège. Les Romains s'appuyaient sur Utique et sur une partie des places
du littoral oriental; mais Asdrubal, avec une nombreuse cavalerie,
tenait l'intérieur et était en communication avec Karthage, qu'il
ravitaillait régulièrement. Enfin une population de 700,000 âmes
occupait la ville et était décidée à une résistance héroïque. Quant à
Massinissa, qui ne voyait pas sans jalousie les Romains attaquer une
ville qu'il considérait comme sa proie, il se tenait dans une réserve
absolue.

Le consul Censorinus avait donc à lutter contre des difficultés aussi
grandes qu'inattendues; néanmoins il commença avec activité le siège.
Asdrubal vint établir son camp à Néphéris, de l'autre côté du lac, et ne
cessa d'inquiéter les assiégeants qui, d'autre part, avaient à résister
aux sorties des assiégés. Censorinus avait concentré ses efforts contre
le mur, plus faible, établi sur la langue de terre (_la tœnia_),
séparant le lac de Tunis de la mer; ayant réussi à y faire une brèche,
il ordonna l'assaut; mais les Phéniciens repoussèrent facilement leurs
ennemis.

Quelque temps après, le consul Manilius, à qui était resté le
commandement, par suite du départ de Censorinus, tenta contre le camp
d'Asdrubal, à Néphéris, une attaque qui se serait terminée par un
véritable désastre pour lui, sans l'habileté et le dévouement de
Scipion.

Ainsi se passèrent les premiers mois du siège, sans que les Romains
pussent obtenir un seul avantage sérieux.

MORT DE MASSINISSA.--Sur ces entrefaites, le vieux Massinissa, sentant
sa mort prochaine, fit venir auprès de lui le jeune Scipion Emilien,
tribun dans l'armée romaine, car il le désignait comme son exécuteur
testamentaire. Scipion se mit en route pour Cirta, mais, à son arrivée,
le prince numide venait de mourir (fin de 149). Cet homme remarquable
laissait un grand nombre d'enfants, dont trois seulement furent désignés
comme devant hériter du pouvoir. Ils se nommaient Micipsa, Gulussa et
Manastabal. Le premier avait reçu de Massinissa l'anneau, signe du
commandement. Une des dernières recommandations de leur père avait été
de conserver la fidélité aux Romains.

Scipion, pour éviter tout froissement entre les frères, leur laissa le
pouvoir, en conservant à tous trois le titre de roi. Micipsa eut
cependant l'autorité principale avec Cirta comme résidence; Gulussa
reçut le commandement des troupes et la direction des choses relatives à
la guerre; enfin Manastabal fut chargé des affaires judiciaires. Tous
les trésors restèrent en commun.

Après avoir pris ces sages dispositions, Scipion revint au camp, amenant
avec lui Gulussa et une troupe de guerriers numides[66].

[Note 66: Appien, _; Pun_., 185. Salluste, _Jug._, 5.]

SUITE DU SIÈGE DE KARTHAGE.--La situation des Romains devant Karthage,
sans être critique, commençait à devenir difficile. Les maladies,
conséquence de l'agglomération, de la chaleur et des privations,
s'étaient mises dans le camp; les approvisionnements arrivaient mal et
étaient souvent interceptés par l'ennemi: enfin les sorties des assiégés
et les attaques d'Asdrubal tenaient les assiégeants sans cesse en éveil
et paralysaient toutes leurs entreprises. Dans ces conjonctures, le
jeune Scipion avait su par son activité et ses talents militaires rendre
les plus grands services; plusieurs fois il avait sauvé l'armée, aussi
son nom était-il devenu très populaire parmi les soldats. Enfin sa
connaissance du pays et des indigènes le désignait pour le commandement
suprême, dans ce pays qui semblait être le patrimoine des Scipions.

Sur ces entrefaites, les consuls Calpurnius Pison et L. Mancinus vinrent
prendre la direction du siège, tandis que Scipion allait à Rome préparer
son élection à l'édilité (148). Les nouveaux généraux trouvèrent des
troupes fatiguées et démoralisées à ce point qu'ils renoncèrent, pour le
moment, à pousser les opérations contre Karthage. Pison entreprit une
expédition vers l'ouest et, après avoir pillé quelques places sans
importance, vint mettre le siège devant Hippône; mais il échoua
misérablement dans cette entreprise et dut opérer une retraite
désastreuse. La situation commençait à devenir inquiétante; la
discipline était complètement relâchée; on ne pouvait plus compter sur
les soldats; enfin les frères de Gulussa ne lui envoyaient aucun
renfort.

Quant aux Karthaginois, ils reprenaient confiance et redoublaient
d'activité pour se créer des ressources et des alliés. Malheureusement
les divisions intestines, qui avaient été si fatales à Karthage et qui
disparaissaient quand le danger était pressant, avaient recommencé leur
jeu. Le parti numide continuait ses intrigues et, comme on lui donnait
pour chef Asdrubal, petit-fils de Massinissa, les patriotes le mirent à
mort.

SCIPION PREND LE COMMANDEMENT DES OPÉRATIONS.--Les nouvelles d'Afrique
ne cessaient de porter à Rome le trouble et l'inquiétude. La voix
publique désignait Scipion pour la direction de cette campagne;
cependant, le jeune tribun, qui briguait alors l'édilité, ne pouvait
encore recevoir le consulat. On fit fléchir la loi; d'une voix unanime,
le peuple le nomma consul (147).

A peine arrivé à Utique, Scipion alla porter secours au consul Mancinus
qui se trouvait bloqué, dans une situation très critique, à Karthage
même, puis il vint s'établir avec toute son armée dans un camp fortifié,
non loin de cette ville, et appliqua ses premiers soins au
rétablissement de la discipline. Asdrubal le Barkide, laissant son armée
à Néphéris, alla, accompagné d'un chef berbère nommé Bithya, prendre
position en face du camp romain. Mais l'on put bientôt s'apercevoir que
la direction du siège était passée dans d'autres mains. Une attaque de
nuit, vigoureusement conduite, rendit Scipion maître du faubourg de
Meggara, compris dans l'enceinte de la ville, mais séparé d'elle par des
jardins coupés de murs et de clôtures faciles à défendre.

Cette perte causa une vive douleur aux assiégés qui, sous l'impulsion de
leur chef Asdrubal, massacrèrent tous leurs prisonniers romains. Le camp
karthaginois avait dû être abandonné et tous les défenseurs se
trouvaient maintenant retranchés dans la ville. Scipion coupa toute
communication entre Karthage et la terre, en fermant par un mur le large
isthme qui donne accès à la presqu'île sur laquelle la ville est bâtie.
Une double ligne de circonvallation, formée de fossés et de palissades,
complétait le blocus. La mer restait libre et, bien que les navires
romains croisassent constamment devant le port, de hardis marins
réussissaient à passer et à apporter des vivres aux assiégés. Scipion
entreprit de fermer aussi cette voie: il fit construire un môle de
pierre ayant 92 ou 96 pieds à la base[67], et allant de la tœnia
jusqu'au môle, travail gigantesque renouvelé par Louis XIII au siège de
La Rochelle.

[Note 67: Le pied romain était de 0 m. 296 mill.]

Mais les assiégés, de leur côté, ne restaient pas inactifs: pendant que
les Romains leur fermaient cette entrée, ils s'en taillaient une autre
dans le roc. En même temps on travaillait à Karthage à faire une flotte
en utilisant les bois de construction. Ainsi, au moment où les Romains
croyaient avoir achevé leur blocus, ils virent paraître les navires
puniques. Ceux-ci ne surent pas profiter de la surprise de leurs ennemis
et, quand ils se représentèrent trois jours après, les Romains, prêts à
combattre, forcèrent la flotte à rentrer dans le port après lui avoir
infligé de grandes pertes. Scipion profita de ce succès pour s'établir
dans une position avantageuse, lui permettant d'attaquer les ouvrages
qui couvraient le second port (_le Cothôn_). Mais des hommes déterminés
sortirent dans la nuit de Karthage, s'approchèrent à la nage des lignes
romaines et incendièrent les machines des assiégeants.

Les succès des Romains se réduisaient encore à peu de chose et avaient
été chèrement achetés. Cependant Scipion avait atteint un grand
résultat, celui de compléter le blocus de la ville. Déjà la famine s'y
faisait sentir. En attendant l'action de ce puissant auxiliaire, Scipion
alla avec Lélius et Gulussa attaquer le camp de Néphéris, où se trouvait
une puissante armée Karthaginoise dont on ne s'explique pas l'inaction.
Cette expédition réussit à merveille: le camp fut pris et enlevé et
toute l'armée ennemie taillée en pièces. Les cantons environnants ne
tardèrent pas à offrir leur soumission aux Romains (147).

CHUTE DE KARTHAGE.--Depuis près d'un an Scipion avait pris la direction
des affaires et, bien qu'il eût obtenu de grand succès, la ville
assiégée ne semblait pas encore disposée à se rendre, malgré la famine à
laquelle elle était en proie. Au printemps de l'année 146, le général
romain se décida à frapper un grand coup en tentant une attaque de nuit
sur le Cothôn. Asdrubal, pour déjouer son plan, incendia la partie sur
laquelle il semblait que l'effort des assiégeants allait se porter. Mais
pendant ce temps Lélius parvenait à escalader la porte ronde du Cothôn
et à l'ouvrir à l'armée qui se précipitait dans la ville. Scipion
attendit sur le forum le lever du soleil; puis il donna l'ordre de
marcher sur Byrsa, la colline où se trouvaient le grand temple de Baal
et la citadelle. Trois rues bordées de hautes maisons y conduisaient;
mais à peine les soldats commencèrent-ils à s'y engager qu'ils furent
écrasés sous une grêle de traits et de projectiles de toute sorte:
l'ennemi était partout: en face, sur les côtés et en haut, car des
plates-formes tendues sur les terrasses des maisons les reliaient entre
elles. Il ne fallut pas moins de six jours de luttes acharnées pour que
l'armée romaine pût atteindre le pied du roc sur lequel s'élevait la
citadelle et où étaient réfugiés Asdrubal et ses derniers adhérents.
Scipion fit alors incendier et démolir les quartiers qui venaient d'être
conquis, et cette opération barbare coûta la vie à un grand nombre de
Karthaginois, spécialement des vieillards, des femmes et des enfants qui
se tenaient cachés dans ces constructions. «... Le mouvement et
l'agitation,--dit Appien,--la voix des hérauts, les sons éclatants de la
trompette, les commandements des tribuns et des centurions qui
dirigeaient le travail des cohortes, tous ces bruits enfin d'une ville
prise et saccagée, inspiraient aux soldats une sorte d'enivrement et de
fureur qui les empêchaient de voir ce qu'il y avait d'horrible dans un
pareil spectacle.»

Depuis sept jours Scipion était maître de la ville, lorsque des
Karthaginois vinrent lui dire qu'un grand nombre d'assiégés, se trouvant
dans la citadelle, demandaient à se rendre à la condition qu'on leur
laissât la vie sauve. Le général leur accorda cette demande, ne refusant
de quartier qu'aux transfuges. Cinquante mille personnes sortirent ainsi
de Byrsa, où il ne resta que Asdrubal, sa famille et les transfuges au
nombre de neuf cents environ. Tous se réfugièrent dans le temple et s'y
défendirent d'abord avec vigueur; mais peu à peu, le manque de vivres,
la discorde et l'impossibilité d'espérer le salut poussèrent ces
malheureux au désespoir. Asdrubal eut alors la lâcheté de se présenter
en suppliant à Scipion pour obtenir la vie, pendant que ses adhérents
incendiaient leur dernier refuge et que sa femme se précipitait dans les
flammes avec ses deux enfants pour ne pas survivre à sa honte[68] (146).

[Note 68: Appien, _Pun._]

L'AFRIQUE PROVINCE ROMAINE.--Cette fois Karthage, la métropole de la
Méditerranée, la rivale de Rome, n'existait plus; le vœu de Caton était
exaucé. La colonisation phénicienne en Afrique avait vécu et allait
faire place à la colonisation latine. Scipion laissa son armée piller
les ruines fumantes de la ville, pendant que Rome célébrait par des
offrandes aux dieux le succès de ses armes. Bientôt dix commissaires,
choisis parmi les patriciens, arrivèrent en Afrique pour régler avec
Scipion le sort de la nouvelle conquête. Ils commencèrent par achever la
destruction des pans de murs qui restaient encore debout, notamment dans
les quartiers de Meggara et de Byrsa; puis ils prononcèrent, au milieu
de cérémonies religieuses, les imprécations les plus terribles contre
ceux qui seraient tentés de venir habiter ces lieux maudits voués par
eux aux dieux infernaux.

Utique, pour prix de sa trahison, reçut le pays compris entre Karthage
et Hippo-Zarytos; les villes qui avaient soutenu les Phéniciens furent,
au contraire, privées de leur territoire et de leur libertés municipales
et durent payer une taxe fixe. Les princes numides conservèrent les
régions usurpées par eux dans l'Afrique propre. La limite de la province
romaine s'étendit depuis le fleuve Tusca (O. Z'aïn ou O. Berber), en
face de la Sicile, jusqu'à la ville de Thenæ (Tina) en face des îles
Kerkinna, au nord du golfe de Gabès[69]. Cette mince bande de terre
reçut le nom de _Province romaine d'Afrique_. Un gouverneur, résidant à
Utique, fut chargé de l'administration de ce territoire.

Aussitôt après sa victoire, Scipion chargea Polybe de reconnaître les
établissements phéniciens du littoral, à l'ouest de Karthage. Le récit
de ce voyage, qui a été écrit par Polybe, manque dans son ouvrage, et
nous n'en connaissons que l'analyse incomplète donnée par Pline. Cette
perte est regrettable à tous les points de vue, car nous ignorons quelle
était l'action des Karthaginois sur la civilisation berbère. Cette
action est incontestable et il est à supposer qu'elle s'exerçait par des
colonies de marchands établis dans les principales villes. C'est ce qui
explique qu'à Cirta, par exemple, existait un temple dédié à Tanit. On
en a retrouvé les vestiges à un kilomètre de la ville, ainsi qu'un grand
nombre d'inscriptions votives qui se trouvent maintenant au musée du
Louvre[70].

[Note 69: Pline, _H.N._, V, 3, 22.]

[Note 70: V. _Recueil des notices et mémoires de la société
archéologique de Constantine_, années 1877, 1878.]



CHAPITRE V

LES ROIS BERBÈRES VASSAUX DE ROME
146-89


L'élément latin s'établit en Afrique.--Règne de Micipsa.--Première
usurpation de Jugurtha.--Défaite et mort d'Adherbal.--Guerre de Jugurtha
contre les Romains.--première campagne de Métellus contre
Jugurtha.--Deuxième campagne de Métellus.--Marius prend la direction des
opérations.--Chute de Jugurtha.--Partage de la Numidie.--Coup d'œil sur
l'histoire de la Cyrénaïque; cette province est léguée à Rome.


L'ÉLÉMENT LATIN S'ÉTABLIT EN AFRIQUE.--A peine Scipion Emilien avait-il
quitté l'Afrique que l'on vit «affluer la troupe avide des négociants de
toute sorte, des chevaliers romains commerçants ou fermiers de l'État,
qui envahissent bientôt tout le trafic de la nouvelle province, aussi
bien que des pays numides et gétules, fermés jusqu'alors à leurs
entreprises[71]». Les Berbères, qui n'avaient subi que l'influence de la
civilisation punique, allaient connaître les mœurs et le génie romains.
Malgré les imprécations officielles lancées contre Karthage, cette
ville, dans toute la partie avoisinant les ports, ne tarda pas à se
relever de ses ruines.

Enfin, vingt-quatre ans s'étaient écoulées depuis la chute de Karthage,
lorsque Caïus Gracchus, désigné pour exécuter la loi Rubria qui en
ordonnait le rétablissement, débarqua en Afrique avec six mille colons
latins, et les établit sur l'emplacement de la vieille cité punique à
laquelle il donna le nom nouveau de _Junonia_[72]. De là, les Italiens
allaient rayonner dans tout le pays et s'établir, comme artisans ou
comme commerçants, dans les villes de la Numidie. L'année suivante la
loi Rubria fut rapportée; mais Karthage, quoique déchue de son titre,
n'en continua pas moins à se relever de ses ruines et à reprendre son
importance politique et commerciale[73].

[Note 71: G. Boissière, _Esquisse d'une histoire de la conquête
romaine_, p. 183.]

[Note 72: En plaçant la nouvelle colonie sous la protection de
Junon, Gracchus rendait hommage à la divinité protectrice de Karthage,
_la maîtresse Tanit, reflet de Baal_, que les Romains assimilèrent à
_Junon céleste_.]

[Note 73: Voir «_Le Capitole de Carthage_», par M. Castau (_Comptes
rendus de l'Académie des Inscr. et B. Lettres_, 1885, p. 112).]

RÈGNE DE MICIPSA.--Pendant que l'Afrique propre était le théâtre de ces
graves événements, Micipsa continuait à régner paisiblement à Cirta.
C'était un homme d'un caractère tranquille et studieux, tout occupé de
la philosophie grecque, et ne manifestant aucune ambition. Son royaume
s'étendait alors du Molochath aux Syrtes, avec la petite enclave formée
par la province romaine. Micipsa vit successivement mourir ses deux
frères et continua à exercer seul le pouvoir, avec l'aide de ses deux
fils, Adherbal et Hiemsal, et de son neveu Jugurtha, fils naturel de
Manastabal, s'appliquant, particulièrement, à conserver l'amitié des
Romains, en remplissant ses devoirs de roi vassal. Lors du siège de
Numance (133), il avait envoyé à ses maîtres une armée auxiliaire, sous
la conduite de Jugurtha. Peut-être espérait-il se débarrasser ainsi de
ce neveu dont l'ambition l'effrayait, non pour lui, mais pour ses
enfants. Or, il arriva que le prince berbère sut échapper à tous les
dangers, bien qu'il les affrontât avec le plus grand courage; ses
talents lui valurent l'estime de tous et il rapporta en Afrique la
renommée d'un guerrier accompli, ce qui ne contribua pas peu à augmenter
son influence sur les Berbères. Ainsi tout réussissait à ce jeune homme
que Micipsa avait dû adopter en lui accordant un rang égal à ses fils.

En 119, Micipsa, sur le point de mourir, recommanda à ses deux fils et à
son neveu de vivre en paix et unis et de s'entr'aider pour la défense de
leur royaume numide. Il s'éteignit ensuite après un paisible règne de
trente années[74], pendant lequel il s'était appliqué à continuer
l'œuvre de civilisation commencée par Massinissa, appelant à lui les
artistes et les savants étrangers, pour orner la capitale de la Numidie.
Il léguait à ses successeurs un vaste royaume paisible et prospère.

[Note 74: Salluste, _Bell. Jug._, VIII et suiv. Nous suivons pour,
l'usurpation et la guerre de Jugurtha, les détails précis donnés par cet
auteur et l'appendice de M. Marcus à la fin de sa traduction de
Mannert.]

PREMIÈRE USURPATION DE JUGURTHA.--A peine Micipsa avait-il fermé les
yeux que des discussions s'élevèrent entre ses deux fils et son neveu, à
l'occasion du partage du royaume et des trésors. Ce conflit se termina
par une transaction dans laquelle chaque partie se crut lésée et qu'elle
n'accepta qu'avec le secret espoir d'en violer les clauses, à la
première occasion. Jugurtha dut se contenter de la Numidie occidentale,
s'étendant du Molochath à une ligne voisine du méridien de Saldæ
(Bougie). Adherbal et Hiemsal se partagèrent le reste, conservant ainsi
tout le pays riche et civilisé, la Numidie proprement dite, avec Cirta
et toutes les conquêtes de l'est.

Jugurtha n'était pas homme à s'accommoder d'une situation inférieure; il
lui fallait l'autorité suprême et, du reste, il devait songer à prévenir
les mauvaises dispositions de ses cousins à son égard. Sans différer
l'exécution de son plan, il fit, la même année, assassiner à
Thermida[75] Hiemsal, celui des deux frères qui, par son énergie, était
à craindre. Puis il envahit à la tête d'un grand nombre de partisans la
Numidie propre. Adherbal, déconcerté par une attaque si soudaine,
s'empressa de demander des secours à Rome, et essaya, néanmoins, de
tenir tête aux envahisseurs; mais il fut vaincu en un seul combat, et
contraint de chercher un refuge dans la province romaine. En une seule
campagne, Jugurtha se rendit maître de la Numidie et s'assit sur le
trône de Cirta.

Cependant Adherbal, qui n'avait rien pu obtenir du gouverneur de la
province d'Afrique, se rendit à Rome où il réclama à haute voix justice
contre la spoliation dont il était victime. Mais Jugurtha, qui
connaissait parfaitement son terrain, envoyait en même temps, en Italie,
des émissaires chargés de répandre l'or en son nom et de lui gagner des
partisans parmi les principaux citoyens. En vain Adherbal retraça en
termes éloquents les malheurs de sa famille et la perfidie de Jugurtha;
il ne put rencontrer aucun appui effectif, car chacun était favorable à
la cause de son ennemi. Néanmoins, comme la contestation était soumise
au Sénat, ce corps ne put violer ouvertement toutes les règles de la
justice. Il décida qu'une commission de dix membres serait chargée
d'opérer entre les deux princes numides le partage de leurs états[76].
Les commissaires, sous la présidence de Lucius Opimius, favorable à
Jugurtha, rendirent à celui-ci toute la Numidie occidentale et
replacèrent Adherbal à la tête de la Numidie propre, décision qui
n'avait pour elle que l'apparence de l'équité, en admettant que
Jugurtha, par son crime et son usurpation, n'eût pas perdu ses droits,
car il était certain qu'Adherbal, laissé à ses propres forces, ne
tarderait pas à devenir la victime de son cousin (114).

[Note 75: Ville de la Proconsulaire.]

[Note 76: Salluste, _Bell. Jug._, XVI.]

DÉFAITE ET MORT D'ADHERBAL.--Après cette première tentative qui n'avait
réussi qu'à demi, Jugurtha s'appliqua à se mettre en mesure de
recommencer, dans de meilleures conditions. Comme il avait vu que,
malgré tout, Rome soutiendrait son cousin, il jugea qu'il fallait se
créer un point d'appui sur ses derrières et, à cet effet, il entra en
relation avec son voisin de l'ouest, Bokkus, roi des Maures, et scella
son alliance avec lui, en épousant sa fille. Puis, il recommença ses
incursions sur les terres d'Adherbal, espérant le pousser à entamer la
lutte contre lui, de façon à lui donner tous les torts aux yeux des
Romains. Mais ce prince était bien résolu à tout supporter, et ce fut
Jugurtha lui-même qui, perdant patience, ouvrit les hostilités, en
envahissant le territoire de Cirta, à la tête d'une armée nombreuse.

Adherbal se porta à sa rencontre, avec toutes les troupes dont il
pouvait disposer. Arrivé en présence de ses ennemis, il avait pris ses
dispositions pour les attaquer le lendemain, lorsque, pendant la nuit,
les troupes de Jugurtha se jetèrent sur son camp et l'enlevèrent par
surprise. Adherbal put, avec beaucoup de peine, se réfugier derrière les
remparts de Cirta. Jugurtha l'y suivit et commença le siège de cette
place fortifiée par l'art et la nature, et dans laquelle se trouvaient
un grand nombre d'artisans et marchands italiens, décidés à défendre la
cause du prince légitime. Tandis qu'il pressait ces opérations, il reçut
trois députés envoyés de Rome pour le sommer de mettre bas les armes; il
les congédia avec force démonstrations de respect et assurances de
fidélité, mais ne tint aucun compte de leurs remontrances. Mandé, peu
après, à Utique, par de nouveaux envoyés du Sénat, il se rendit dans
cette ville, y accepta avec déférence les ordres à lui adressés; puis il
revint à Cirta, dont le blocus avait été rigoureusement maintenu. Cette
ville était alors réduite à la dernière extrémité par la famine. La
nouvelle de l'échec des négociateurs romains y porta le découragement et
le désespoir. Adherbal, voyant la fidélité de ses adhérents fléchir, se
décida à traiter avec son cousin. Jugurtha lui promit la vie sauve;
mais, dès qu'il eut entre les mains les clés de la ville, il ordonna le
massacre général des habitants, sans épargner les Italiens, et fit périr
Adherbal dans les tourments[77].

[Note 77: Salluste, _Bell. Jug._, XXVI.]

GUERRE DE JUGURTHA CONTRE LES ROMAINS.--Cette fois Jugurtha restait
maître incontesté du pouvoir; il est possible que les Romains eussent
fermé les yeux sur l'origine criminelle de sa royauté: mais des citoyens
latins avaient été lâchement massacrés et il était impossible de tolérer
cette insulte. Le parti du peuple accusa à bon droit la noblesse d'avoir
encouragé ces crimes. En vain Jugurtha envoya à Rome son fils et deux de
ses confidents: l'entrée du Sénat leur fut interdite et l'expédition
d'Afrique résolue. Calpurnius Bestia, en ayant reçu le commandement,
partit bientôt de Sicile à la tête des troupes, débarqua en Afrique,
s'avança jusqu'à Badja et remporta de grands succès. Bokkus, lui-même,
envoya aux Romains l'hommage de sa soumission. Jugurtha, se voyant
perdu, eut alors recours à un moyen qui lui avait toujours réussi, la
corruption. Bestia, gagné par son or, consentit à signer avec lui un
traité après s'être fait livrer par le prince numide des éléphants, des
chevaux, des bestiaux et une contribution de guerre (111).

Mais, à Rome, cette compensation ne fut pas jugée suffisante et, quand
les infamies commises en Afrique eurent été dénoncées par la voix
indignée de C. Memmius, tribun du peuple, on exigea la comparution
immédiate de Jugurtha, afin de connaître la vérité sur ce honteux
traité. Lucius Cassius, envoyé en Afrique, ramena sous son égide le
prince berbère à Rome. Dans ce milieu, Jugurtha se trouva entouré des
intrigues les plus basses. C'était son véritable terrain. Il parvint à
gagner à sa cause le tribun du peuple C. Bebius et, lors de sa
comparution devant le sénat, non seulement il fut protégé par lui contre
les violences de l'assemblée indignée, mais encore, le tribun, usant de
son droit de veto, lui défendit de répondre aux accusations dont il
était l'objet, lui permettant ainsi d'échapper à la nécessité d'une
justification impossible.

Dès lors, l'audace de Jugurtha ne connaît plus de bornes: un fils de
Gulussa nommé Massiva se trouvait à Rome. Il le fait assassiner par
Bomilcar son favori, afin de couper court aux projets d'ambition qu'il
aurait pu avoir. En vain la voix publique crie vengeance; en facilite la
fuite de Bomilcar et l'on se contente d'ordonner à Jugurtha de sortir de
l'Italie. C'est alors que le prince numide, quittant Rome, prononce ces
célèbres paroles, au moins étranges dans sa bouche: «_Ô ville vénale et
près de périr, si elle trouve un acheteur_[78]!»

Cependant le propréteur Aulus, qui était resté en Afrique avec l'armée,
se disposa à prendre l'offensive, car le sénat avait annulé le traité
fait par Bestia; mais la rigueur de la saison et l'adresse de Jugurtha
triomphèrent bientôt de ce chef inhabile. Les troupes romaines
démoralisées, peut-être même gagnées par l'or numide, se laissèrent
surprendre dans leur camp, après avoir en vain essayé d'enlever
Suthul[79], où se trouvaient les trésors et les approvisionnements du
roi. Aulus, pour sauver sa vie, accepta une humiliante capitulation qui
l'obligeait à quitter sous dix jours la Numidie et condamnait l'armée à
passer sous le joug (109). Le Sénat ne ratifia pas ce traité. Il envoya
le consul Albinus, frère d'Aulus, prendre la direction des opérations;
mais ce chef ne sut, ne put ou ne voulut rien entreprendre.

[Note 78: Salluste, _Bell. Jug._, XXXV.]

[Note 79: Actuellement Guelma.]

PREMIÈRE CAMPAGNE DE MÉTELLUS CONTRE JUGURTHA.--Ces succès devaient être
les derniers du prince numide. Métellus, homme d'une intégrité reconnue,
ce qui avait motivé sa nomination, bien qu'il appartînt au parti de la
noblesse, arriva en Afrique, avec mission de venger les affronts faits à
l'honneur de Rome. Débarqué à Utique, il s'occupa d'abord, avec
activité, à rétablir la discipline dans l'armée qui avait perdu, sous
ses derniers chefs, ses anciennes vertus de courage, d'obéissance et de
fermeté. Jugurtha, connaissait Métellus et le savait incorruptible; il
essaya en vain de conjurer l'orage en offrant les plus grands
témoignages de soumission. L'heure des transactions honteuses était
passée, celle de l'expiation allait commencer.

Au printemps de l'année 108[80], Métellus se met en marche, occupe Vacca
(Badja) et attaque Jugurtha qui l'attend de pied ferme dans une position
par lui choisie près du Muthul[81]. L'armée berbère est divisée en deux
corps: l'infanterie avec les éléphants, sous le commandement de
Bomilcar, est retranchée derrière la rivière; la cavalerie, avec le roi,
est dissimulée dans les gorges environnantes. Métellus charge son
lieutenant Rufus d'aller prendre position en face de Bomilcar. Aussitôt,
la cavalerie ennemie se précipite sur les flancs de la troupe romaine,
mais ne peut parvenir à l'ébranler. Pendant ce temps, Métellus, aidé de
Marius, marche vers les collines afin d'en déloger les Berbères et de
tourner Bomilcar. On se battit de part et d'autre avec le plus grand
acharnement, mais, à la fin de la journée, la victoire se décida pour
les Romains. Jugurtha leur abandonna le champ de bataille et presque
tous ses éléphants.

[Note 80: Nous adoptons la date acceptée par M. Mommsen (t. IV, p.
261 note), tout en reconnaissant que la date de 109 est possible.]

[Note 81: Sans doute vers Tifech, au nord de Tébessa. M. Marcus
identifie le Muthul au Hamiz. Peut-être faut-il placer cette rivière
plus près de Badja.]

Cette journée suffit pour prouver à Jugurtha qu'il ne pouvait se mesurer
en ligne contre les Romains; changeant donc de tactique, il répartit ses
adhérents dans toutes les directions, et les chargea d'inquiéter sans
cesse l'ennemi, en se gardant de lui offrir l'occasion de lutter en
bataille rangée. Ainsi, au moment où Métellus voulut recueillir les
fruits de sa victoire, en achevant d'écraser l'ennemi, il ne trouva plus
personne devant lui et force lui fut de changer de tactique et de se
contenter de la guerre d'escarmouches, sans toutefois se laisser
entraîner dans les lieux déserts et n'offrant aucune ressource où
Jugurtha prétendait l'attirer. L'armée romaine, divisée en deux
principaux corps, l'un sous les ordres de Métellus, et l'autre commandé
par Marius, opérèrent quelque temps dans cette région, ruinant les
cultures des indigènes ennemis, et enlevant par la force les villes qui
ne voulaient pas se soumettre. Zama, attaquée par eux, se défendit avec
énergie, ce qui permit à Jugurtha d'accourir à son secours et de forcer
les Romains à lever le siège.

Ainsi finit cette première campagne. De grands résultats avaient été
obtenus, puisque l'armée romaine avait vu fuir devant elle le roi
numide, et cependant aucune conquête n'était conservée. Rentré dans la
province d'Afrique pour prendre ses quartiers d'hiver, Métellas songea à
obtenir le succès par d'autres moyens. Il parvint à détacher secrètement
Bomilcar du parti de Jugurtha, en lui promettant sa succession s'il
parvenait à le livrer entre ses mains. Bomilcar poussa donc le roi à
abandonner une lutte dont l'issue ne pouvait que lui être fatale et
l'amena à entrer en pourparlers avec Métellus. Les bases d'un traité
furent arrêtées; déjà une partie des clauses était exécutée par le
versement d'une somme considérable et la remise d'éléphants, de
transfuges, d'armes, etc., lorsque Jugurtha, mis en défiance par
l'insistance avec laquelle on l'invitait à se rendre au camp romain,
éventa le piège dans lequel il avait failli tomber et s'éloigna au plus
vite[82].

[Note 82: Salluste, _Bell. Jug._, LXVIII.]

DEUXIÈME CAMPAGNE DE MÉTELLUS.--Il fallait donc recourir de nouveau au
sort des armes. Métellus alla d'abord s'emparer de Vacca (Badja), qui
s'était révoltée après son départ, et avait massacré sa garnison
romaine; il fit subir à cette ville un châtiment exemplaire. Sur ces
entrefaites, Jugurtha, ayant découvert la trahison de Bomilcar, le
condamna à expirer dans les tourments.

Au printemps de l'année 107, Métellus reprit méthodiquement la campagne
et envahit la Numidie. Jugurtha, après avoir sans cesse reculé devant
lui, se décide à lui offrir le combat, mais les Berbères ne tiennent pas
et fuient lâchement devant les légionnaires. Cirta ouvre alors ses
portes à Métellus, tandis que Jugurtha se réfugie dans le sud; de là, le
prince berbère revient dans le Tel et va se retrancher, avec sa famille
et ses trésors, dans une localité fortifiée nommée Thala[83]. Métellus
l'y poursuit, mais Jugurtha s'échappe et va chercher la sécurité chez
les Gétules, pendant que les Romains font le siège régulier de la place.
Après quarante jours d'efforts, Thala est forcée, mais les défenseurs ne
livrent aux Romains que des ruines fumantes.

[Note 83: Ce nom veut dire _source_ en berbère; il est commun à une
foule de localités et il est bien difficile, malgré toutes les
recherches de MM. Marcus, Dureau de la Malle, Guérin, etc., d'indiquer
d'une manière précise la situation de cette ville, qui devait se trouver
soit dans l'Aourès, soit vers la limite actuelle de la Tunisie.]

Pendant que Métellus était devant Thala, il reçut une députation de la
colonie phénicienne de Leptis (parva)[84], venant lui demander
protection contre les attaques des Berbères. Quatre cohortes de
Liguriens allèrent prendre possession de cette localité au nom de Rome.

[Note 84: Actuellement Lamta, près de Monastir, en Tunisie.]

Quant à Jugurtha, il mit à profit son séjour parmi les Gétules pour les
gagner à sa cause, en faisant luire à leurs yeux l'appât du butin. Tout
en s'appliquant à former ces sauvages à la discipline, il envoya à son
beau-père, Bokkus, des émissaires, pour l'amener à lui fournir son
appui. Le roi de Maurétanie avait, dès le début de la guerre, adressé
des protestations de dévouement aux Romains, et était peu disposé à
entrer en lutte contre eux; mais Jugurtha, ayant obtenu de lui une
entrevue, agit avec tant d'habileté sur son esprit, en lui représentant
que les Romains n'avaient d'autre but que de conquérir la Maurétanie,
après avoir pris la Numidie, qu'il lui arracha son adhésion. Bientôt les
alliés se mirent en marche directement sur Cirta.

Prévenu de la ligue des deux rois, Métellus vint se placer dans un camp
solidement retranché, en avant de la capitale de la Numidie, afin de
couvrir cette contrée. Sur ces entrefaites, on apprit que Marius, alors
à Rome, venait d'être élevé au consulat par le peuple; que la mission de
terminer la guerre de Jugurtha lui avait été confiée et qu'il allait
arriver avec des renforts et de l'argent. Sans attendre son ancien
lieutenant, Métellus rentra en Italie (107).

MARIUS PREND LA DIRECTION DES OPÉRATIONS.--Débarqué à Utique, Marius fut
bientôt sur le théâtre de la guerre. Il amenait avec lui des renforts
qui, ajoutés aux troupes déjà en campagne, devaient porter l'effectif
des forces romaines à environ 50,000 hommes[85]. Le mouvement offensif
des rois berbères avait été arrêté par les mesures de Métellus. Bokkus
avait en outre été travaillé par lui, de sorte que Jugurtha savait bien
qu'il ne pouvait pas compter sur son beau-père pour une action sérieuse.
Le roi numide ne se hasardait plus aux batailles rangées; à la tête des
cavaliers gétules, il poussait des pointes hardies, jusqu'aux portes du
camp de ses ennemis, pillait les populations soumises et regagnait les
régions éloignées avant qu'on ait eu le temps de le combattre. Il avait
déposé ses trésors à Capsa[86] et tenait toute la ligne du désert. Quant
à Bokkus, il restait dans une prudente expectative.

[Note 85: Poulle, _Étude sur la Maurétanie Sétifienne_ (_Recueil de
la Soc. arch. de Constantine_, 1863, p. 54).]

[Note 86: Gafça, dans le Djerid tunisien.]

Marius, voulant à tout prix sortir de cette situation, dans laquelle il
ne faisait, pour ainsi dire, aucun progrès, se porta, par une marche
audacieuse, sur Capsa, quartier général de son ennemi, enleva cette
place, brûla et dévasta les villes voisines qui soutenaient Jugurtha et
força ce prince à évacuer le pays et à se jeter dans l'Ouest. C'était ce
qu'il cherchait car son plan était de reporter la campagne à l'Occident,
en conservant Cirta comme base d'opérations. Marius vint donc relancer
son ennemi dans les contrées de l'Ouest, et mena avec habileté et succès
cette campagne dans le Zab et le Hodna, et les montagnes qui bordent ces
plaines au nord et à l'ouest[87]. Il réussit même à s'emparer d'une
forteresse établie sur un rocher presque inaccessible, une de ces kalâa
que les Berbères savaient placer sur des pitons escarpés, où le prince
numide avait caché ses derniers trésors.

Cette habile tactique du général romain enlevait à Jugurtha tous ses
avantages. Le prince numide adressa alors un appel désespéré à Bokkus,
lui promit le tiers de la Numidie en récompense de ses services et le
décida enfin à agir. Les deux rois, ayant opéré en secret leur jonction,
fondirent à l'improviste à la tête de masses considérables[88] sur les
troupes romaines. Surpris par l'impétuosité de l'attaque, Marius,
secondé par Sylla, qui lui a amené un corps de cavalerie, prend
d'habiles dispositions lui permettant de résister; on combat jusqu'au
soir sans résultat. Les Berbères entourent les Romains et passent toute
la nuit à chanter et à danser devant leurs feux, se croyant sûrs de la
victoire. Mais, au point du jour, les Romains se jettent sur les Gétules
et sur les Maures, qui viennent de céder à la fatigue, en font un
carnage horrible et mettent en fuite les survivants[89].

[Note 87: D'après Salluste, il se serait avancé jusqu'au Molochath;
mais nous considérons cette marche comme impossible et nous nous
rangeons à l'opinion de M. Poulle qui a discuté avec autorité cette
question dans son excellent travail sur la Maurétanie sétifienne
(_Annuaire du la Société archéologique_, 1863, pp. 40 et suiv). Quant à
l'opinion de M. Rinn (_Revue Africaine_, n° 171), tendant à placer le
Molochath à l'est de Cirta, il nous est impossible de l'admettre. M.
Tauxier (_Revue Africaine_, n° 174), propose d'identifier la Macta au
Mulucha (ou Molochath).]

[Note 88: 60,000 hommes, selon Paul Orose.]

[Note 89: Salluste, _Bell. Jug._, XCV, XCVI. M. Poulle, dans
l'article précité, place le théâtre de ces combats aux environs d'El
Anasser et de l'Ouad Gaamour, à l'O. de Sétif.]

Après cette victoire, Marius conduisit habilement son armée vers Cirta
pour lui faire prendre ses quartiers d'hiver, à l'abri de cette place.
En chemin, il fut de nouveau attaqué par les rois indigènes, qui avaient
rallié les fuyards et divisé leurs troupes en quatre corps. Le courage
de Marius et de Sylla, la prudence et l'habileté du général dans son
ordre de marche, sauvèrent encore l'armée romaine, qui dut, selon Paul
Orose, lutter pendant trois jours avec acharnement[90].

[Note 90: _Hist._, 1. V, cap. 15.]

CHUTE DE JUGURTHA.--Ces défaites successives avaient suffi pour dégoûter
Bokkus de la guerre. Cinq jours après le dernier combat arrivèrent à
Cirta les envoyés du roi de Maurétanie, chargés de proposer la paix. Les
malheureux parlementaires, qui avaient suivi la route du désert, sans
doute pour éviter les partisans de Jugurtha, avaient été entièrement
dépouillés par des pillards Gétules, et se présentèrent nus et pleins de
terreur[91]. Néanmoins, leurs propositions ayant été acceptées en
principe, on les fit partir pour Rome, afin qu'ils fournissent devant le
sénat les justifications de leur maître.

[Note 91: _Bell. Jug._, XCIX, C.]

A la suite de ces négociations, Sylla fut envoyé vers Bokkus avec une
escorte de guerriers choisis et armés à la légère. Après cinq jours de
marche, il rencontra Volux, fils du roi de Maurétanie, venu à sa
rencontre pour lui faire escorte. Le même soir il faillit se jeter sur
le camp de Jugurtha et n'échappa à ce danger que par son audace et son
énergie. Enfin, la petite troupe atteignit le campement de Bokkus. Sylla
fut fort surpris d'y trouver un envoyé de Jugurtha, qui l'y avait
précédé et devant lequel il lui était difficile de traiter de
l'extradition du prince numide. Néanmoins Sylla agit avec une telle
habileté qu'il finit par triompher des irrésolutions de Bokkus et le
décider à livrer son gendre. Un message fut envoyé à Jugurtha pour
l'engager à venir traiter de la paix; mais le Numide était trop fin pour
consentir à se livrer ainsi aux mains de ses ennemis et il exigea tout
d'abord que Sylla lui fût remis en otage.

Pendant plusieurs jours Bokkus hésita encore pour savoir s'il livrerait
Sylla à Jugurtha, ou Jugurtha à Sylla. Enfin, il se prononça pour le
dernier parti. Après bien des négociations, il fut convenu que chacun se
rendrait, sans armes, à un endroit désigné, afin d'arrêter les
conditions de la paix. Jugurtha, vaincu par les assurances que lui
prodigua son beau-père, se décida à venir au rendez-vous; mais, à peine
était-on réuni, que des gardes, cachés aux environs, se jetèrent sur le
prince numide et le livrèrent garrotté à Sylla[92]. Ainsi la trahison
mit fin à cette guerre que le génie de Jugurtha aurait peut-être
prolongée encore. Le premier janvier 104, Marius fit son entrée
triomphale à Rome, précédé de Jugurtha en costume royal et couvert de
chaînes; puis le vaincu fut jeté dans le cachot du Capitole, où il
mourut misérablement.

[Note 92: Salluste, _Bell. Jug._, CX.]

La guerre de Jugurtha fut en résumé l'acte de résistance le plus sérieux
des Berbères contre les Romains. Sans approuver les crimes du prince
numide, on ne saurait trop admirer les ressources de son esprit et son
indomptable énergie; et il faut reconnaître qu'avec lui tomba
l'indépendance de son pays. Cette guerre nous montre le caractère des
indigènes tel que nous le retrouverons à toutes les époques, qu'il
s'agisse de soutenir Jugurtha, Tacfarinas, Firmus, Abou Yezid, Ibn
R'ania ou Abd-el-Kader, c'est toujours chez eux la même ardeur à
l'attaque, le même découragement après la défaite et la même ténacité à
recommencer la lutte jusqu'à ce que la trahison vienne y mettre fin.

PARTAGE DE LA NUMIDIE.--Après la chute de Jugurtha, les Romains
n'osèrent encore prendre possession de toute la Numidie. Ils
attribuèrent à Bokkus, pour le récompenser de ses services, la Numidie
occidentale, l'ancienne Masséssylie, s'étendant depuis la Molochath
jusque vers le méridien de Saldæ. Le reste, la Numidie proprement dite,
fut donné à Gauda, frère de Jugurtha, depuis longtemps au service de
Rome, sauf toutefois une petite partie que l'on adjoignit à la province
d'Afrique. Gauda, vieillard chargé d'années et faible de caractère,
mourut peu de temps après son élévation au pouvoir. Les documents
historiques font absolument défaut pour ce qui se rapporte à cette
période. On sait seulement que la Numidie propre fut de nouveau partagée
entre Hiemsal II, fils de Gauda, et Yarbas ou Hiertas, prince de la
famille royale, peut-être également fils de ce dernier. Il est probable
que Hiemsal II eut pour sa part la région orientale de la Numidie
confinant à la province romaine et l'entourant au sud, et que Yarbas
reçut la partie occidentale, s'étendant jusqu'à Saldæ, limite des
possessions du roi de Maurétanie. Peut-être, comme le pense M.
Poulle[93], un autre prince, du nom de Masintha, régnait-il déjà sur la
province sitifienne.

Ces rois vassaux gouvernèrent sous la tutelle directe de Rome, exerçant
un pouvoir qui n'avait en réalité d'autre but que de préparer, par une
transition, l'asservissement du pays au peuple-roi.

Des traités furent conclus avec les tribus gétules indépendantes, qui
furent comptées au nombre des alliés libres de Rome[94], premier pas
vers la soumission.

[Note 93: Maurétanie sétifienne (_Annuaire de la Soc. arch. de
Constantine_, 1863).]

[Note 94: Mommsen, _Hist. Rom._, t. IV, p. 272.]

COUP D'OEIL SUR L'HISTOIRE DE LA CYRÉNAIQUE.--CETTE PROVINCE EST LÉGUÉE
À ROME.--Nous avons jusqu'à présent négligé les faits de l'histoire de
la Cyrénaïque, car ils ne se rattachaient pas directement à celle de la
Berbérie. Nous avons dit[95] que Cyrène fut fondée par une colonie de
Grecs Théréens, vers le VIIe siècle avant notre ère. Après avoir vécu
plus d'un siècle heureuse et prospère sous l'autorité de ses rois de la
famille de Battos, la colonie fut vaincue et soumise par les Perses
(525). A la bataille de Platée, les Berbères libyens figurent parmi les
troupes de Xerxès. Dans le cours du Ve siècle une vaste révolte des
indigènes rend la liberté à la Cyrénaïque. Le régime républicain y est
proclamé[96]. Cyrène atteint alors une grande prospérité. Elle se
rencontre à l'ouest avec Karthage, sa rivale; une guerre sanglante
éclate entre les Grecs et les Karthaginois au sujet de la limite
commune. La lutte se termine par un traité consacré par le dévouement
des Philènes, deux frères Karthaginois, qui, selon la tradition,
consentirent à être enterrés vivants pour agrandir, vers l'est, le
domaine de leur patrie (350).

[Note 95: Voir _Fondation de Kyrène par les Grecs_, ch. I.]

[Note 96: Diodore, Thucydide, Héraclide de Pont.]

Lors du voyage d'Alexandre le Grand à l'oasis d'Ammon, les Cyrénéens lui
envoyèrent des ambassadeurs chargés de lui offrir l'hommage de leur
soumission et de lui remettre des présents consistant en chevaux et en
chars. Sans se détourner de sa route, le grand conquérant accueillit
cette démarche et admit les Cyrénéens parmi ses tributaires, ou
peut-être simplement ses alliés, car le pays conserva son indépendance,
jusqu'au jour où les Egyptiens, appelés par une faction vaincue à la
suite d'une longue guerre civile, vinrent s'emparer du pays. Ptolémée le
Lagide laissa à Cyrène un gouverneur et une garnison (322).

Quelque temps après, le Macédonien Oppellas, qui gouvernait la
Cyrénaïque pour le compte du souverain d'Egypte, se déclara roi
indépendant et, soutenu par ses amis de Grèce, acquit une grande
puissance. C'est alors que, cédant aux instances d'Agathocle qui était
venu porter la guerre en Afrique, il alla se joindre à lui pour
combattre les Karthaginois. Nous avons vu[97] que le roi de Sicile le
fit assassiner. A la suite de ces événements, Ptolémée voulut ressaisir
la Cyrénaïque, mais il dut se porter au plus vite vers l'est, pour
combattre ses mortels ennemis, Antigone et Démétrius, fils de celui-ci,
qui avait épousé la veuve d'Oppellas. Ce ne fut qu'après avoir triomphé
d'eux à la bataille d'Ipsus (301), qu'il put s'occuper de la soumission
de la Cyrénaïque. Son beau-fils Magas accomplit cette mission et resta
gouverneur du pays.

Ptolémée avait ramené de ses expéditions en Syrie un grand nombre de
Juifs; il les expédia en Cyrénaïque et dans les autres villes de la
Libye[98]. C'est ainsi que nous verrons, au XIe siècle de notre ère, le
kalife Fâtemide El Mostancer, lancer sur le Mag'reb les Arabes hilaliens
qu'il a également ramenés de ses guerres de Syrie et dont il ne sait que
faire.

A la mort de Ptolémée (285), Magas se déclara indépendant et, après
avoir tenté de renverser du trône d'Egypte son frère utérin Ptolémée
Philadelphe, conclut avec lui un traité d'alliance et donna à la
Cyrénaïque des jours de calme et de prospérité. A sa mort, sa fille, la
célèbre Bérénice, épousa le beau Démétrius, fils du Polyorcète, et
partagea avec lui le trône de Cyrène. On connaît la fin tragique de
Démétrius et le second mariage de Bérénice, avec Ptolémée Evergète[99].
Ainsi la Cyrénaïque fut encore une fois réunie à la couronne d'Egypte
(247). Mais Bérénice n'oublia pas sa patrie: elle y fit exécuter de
grands travaux et orna certaines villes avec magnificence. Son nom fut
donné à la ville d'Hespéride (Ben-Ghazi).

[Note 97: Chapitre I, p. 10.]

[Note 98: Josèphe.]

[Note 99: Justin, _Hist._, XXVI.]

A l'occasion de la querelle survenue entre les deux frères Ptolémée
Philométor et Ptolémée Evergète, surnommé Physcon, qui avaient partagé
pendant quelque temps le trône de l'Egypte, Rome, sollicitée par le
premier (164), envoya des commissaires qui opérèrent le partage du
royaume entre les deux frères. Physcon obtint, pour sa part, la
Cyrénaïque avec la partie de la Libye y attenant[100]. Mécontent de son
lot, il essaya en vain de décider son frère ou Rome à réformer le
partage. En 147, Philométor étant mort, Physcon alla s'emparer du trône
d'Egypte et fit gémir le pays sous sa tyrannie, pendant un long règne
qui ne se termina qu'en l'année 117. Par son testament il léguait la
Cyrénaïque à son fils naturel Apion.

[Note 100: Polybe.]

Pour la dernière fois la Cyrénaïque formait un royaume indépendant.
Apion régna paisiblement, obscurément même, pendant vingt années,
entretenant avec Rome des rapports fréquents, et, à sa mort survenue en
l'an 96, il légua son royaume au peuple-roi. Cette nouvelle province
s'étendait de l'Egypte à la grande Syrte. Rome laissa à la Cyrénaïque
ses institutions, aux villes leurs franchises, et se contenta de prendre
possession des biens de la couronne, dont les produits vinrent grossir
les revenus du trésor public. En réalité, le pays demeura livré à
l'anarchie des factions jusqu'au moment où Lucullus, au retour de la
guerre contre Mithridate, vint prendre possession de la Cyrénaïque et la
réduire en province romaine (86).



CHAPITRE VI

L'AFRIQUE PENDANT LES GUERRES CIVILES
89-46


Guerre entre Hiemsal et Yarbas.--Défaite des partisans de Marius en
Afrique; mort de Yarbas.--Expéditions de Sertorius en Maurétanie.--Les
pirates africains châtiés par Pompée.--Juba I successeur de Hiemsal.--Il
se prononce pour le parti de Pompée.--Défaite de Curion et des Césariens
par Juba.--Les Pompéiens se concentrent en Afrique après la bataille de
Pharsale.--César débarque en Afrique.--Diversion de Sittius et des rois
de Maurétanie.--Bataille de Thapsus, défaite des Pompiens.--Mort de
Juba.--La Numidie orientale est réduite en province
Romaine.--Chronologie des rois de Numidie.


GUERRE ENTRE HIEMSAL II ET YARBAS.--Dans la situation de vassalité où se
trouvaient les rois numides vis-à-vis de Rome, il leur était difficile
de ne pas prendre une part, plus ou moins directe, aux troubles qui
l'agitaient. Marius, forcé de fuir, se réfugia en Afrique, comptant sur
le secours du roi Hiemsal II, auprès duquel il avait envoyé son fils.
Mais le Berbère voyait poindre la fortune de Sylla. Il se prononça pour
celui-ci, et le fils de Marius, qu'il avait retenu comme prisonnier et
qui n'était parvenu à s'échapper,--s'il faut en croire Plutarque,--que
grâce à l'intérêt que lui portait une concubine de son hôte, ayant
rejoint son père, lui apprit qu'il ne lui restait qu'à fuir. Marius qui
avait été repoussé de Karthage par le proconsul Sextus, errait sur le
rivage près de la limite de la Numidie; il put cependant prendre la mer,
gagner les îles Kerkinna, échappant ainsi aux sicaires de Hiemsal. Il
trouva ensuite un refuge chez Yarbas, qui s'était déclaré pour lui, et y
passa sans doute l'hiver de l'année 88.

Bientôt Yarbas marcha contre son parent, le défit, et s'empara de son
royaume. Ainsi le parti de Marius triomphait en Afrique, tandis qu'en
Europe il n'éprouvait que des revers.

DÉFAITE DES PARTISANS DE MARIUS EN AFRIQUE. MORT DE YARBAS.--La province
africaine devint le refuge des partisans de Marius. Le préteur Hadrianus
en avait expulsé Métellus et Crassus, qui essayaient en vain de rallier
ce pays au parti des Optimates. Pour augmenter ses forces, Hadrianus
voulut affranchir les esclaves; mais les marchands d'Utique se
révoltèrent en masse et brûlèrent le préteur dans sa maison. Cependant
l'Afrique resta fidèle au parti Marianien. Domitius Ahénobarbus, gendre
de Cinna, y organisa la résistance. Un camp fut formé près d'Utique et
bientôt, grâce aux renforts fournis par Yarbas, une vingtaine de mille
hommes s'y trouvèrent réunis.

Mais Sylla, sans laisser à ses ennemis le temps de se reformer, chargea
Cnéius Pompée d'une expédition en Afrique. Il lui confia à cet effet six
légions qui partirent sur une flotte de cent vingt galères, suivies d'un
grand nombre de bateaux de transport.

Débarqué heureusement en Afrique, le général romain marcha contre ses
ennemis, qui l'attendaient dans une forte position, les attaqua en
profitant du désordre causé par un orage, les défit, et enleva leur
camp, avec leurs bagages et les éléphants du roi numide. D. Ahénobarbus
tomba en combattant; quant à ses soldats, il en fut fait un grand
carnage, puisque trois mille, seulement, d'entre eux purent s'échapper.

Yarbas avait pris la fuite avec les débris de ses Numides et tâchait de
gagner sa retraite, lorsqu'il se heurta contre un corps de cavaliers
maures, envoyés par le roi Bogud, fils de Bokkus, au secours de Pompée.
Gauda fils de Bogud, commandant de cette colonne, contraignit Yarbas à
se réfugier derrière les remparts de Bulla-Regia[101], sa capitale.

Pompée, qui avait envahi la Numidie, empêcha les Berbères de porter
secours à leur roi. Forcé de se rendre à Gauda, Yarbas fut mis à mort.
Hiemsal rentra ainsi en possession de son royaume et reçut, comme
récompense de sa fidélité à Sylla, le territoire du vaincu[102] (81).
Ces luttes avaient duré sept ans. Vers la même époque Bokkus, roi de
Maurétanie, ayant cessé de vivre, son empire avait été partagé entre ses
deux fils: Bokkus II, qui obtint la partie orientale, avec Yol pour
capitale, et Bogud, à qui échut la partie occidentale, avec Tingis. Ce
dernier avait fourni son appui à Pompée pour écraser Yarbas.

[Note 101: Sur un affluent de la Medjerda, en Tunisie.]

[Note 102: Florus, _Hist. Rom._]

EXPÉDITIONS DE SERTORIUS EN MAURÉTANIE.--Tandis que la Numidie était le
théâtre de ces guerres, Sertorius était chassé de l'Espagne par Annius,
lieutenant de Sylla. Forcé de prendre la mer, il s'adjoignit à des
pirates ciliciens et vint tenter un débarquement sur les côtes de la
Maurétanie. Mais il fut reçu les armes à la main par les farouches
montagnards de l'ouest et parvint, non sans peine, à se rembarquer. Il
alla chercher un refuge dans les îles Fortunées (Canaries) et, de là,
attendit une occasion plus favorable d'intervenir. Cette occasion ne
tarda pas à se présenter. Un certain Ascalis, soutenu par une partie des
corsaires ciliciens dont nous avons parlé, s'était mis en état de
révolte contre le souverain maurétanien et s'était emparé de Tanger.

Sertorius débarqua de nouveau en Afrique avec ses soldats, et vint
mettre le siège devant Tanger. Un corps de troupes romaines, sous le
commandement de Paccianus (ou Pacciæcus), ayant été envoyé par Sylla au
secours d'Ascalis, Sertorius lui offrit le combat, avant qu'il eût opéré
sa jonction avec ce dernier, le défit et tua Paccianus; puis il enleva
d'assaut Tanger et fit prisonnier le prétendant et sa famille (82).
Encouragé par ce succès et appelé par les Lusitaniens, Sertorius réunit
ses guerriers au nombre d'environ deux mille hommes, auxquels
s'adjoignirent sept cents Berbères. Etant passé en Espagne, il reçut
dans son armée le contingent des Lusitaniens et marcha contre les
Romains. On sait qu'il se rendit bientôt maître de toute l'Espagne (78)
et que sa puissance fut assez grande pour que Mithridate lui proposât
une alliance; on sait aussi qu'il fallut toute la science et les efforts
combinés de Métellus et de Pompée pour triompher de ce chef de partisans
(72). Ce fait prouve que les incursions des Berbères de l'ouest en
Espagne datent de loin.

LES PIRATES AFRICAINS CHATIÉS PAR POMPÉE.--Nous avons vu plus haut des
pirates s'associer à Sertorius pour faire une expédition en Maurusie. La
Méditerranée était alors infestée par ces écumeurs de mer, précurseurs
des corsaires barbaresques, à l'industrie desquels la conquête de
l'Algérie par la France a mis fin. Le littoral des Syrtes et de la
Cyrénaïque était un des repaires de ces brigands qui enlevaient toute
sécurité à la navigation. Les Nasamons se faisaient remarquer parmi eux
par leur hardiesse. Des mercenaires et des officiers licenciés, des
proscrits, épaves de toutes les guerres civiles, des brigands de toutes
les nations complétaient les équipages. Plusieurs expéditions avaient
déjà été entreprises contre eux; mais les leçons qu'on leur avait
infligées n'avaient eu, pour ainsi dire, aucun résultat. Leur audace ne
connaissait pas de bornes: «l'or, la pourpre, les tapis précieux
décoraient leurs navires; quelques-uns avaient des rames argentées, et
chaque prise était suivie de longues orgies au son des instruments de
musique[103]». Ils possédaient, dit-on, plus de trois mille navires avec
lesquels ils entreprenaient de véritables expéditions et interceptaient
souvent les convois de grains venant non seulement de l'Afrique, mais de
la Sicile et de la Sardaigne. Les corsaires formaient un véritable état
qui avait déclaré la guerre au reste du monde. Ils avaient établi des
règles d'obéissance et de hiérarchie auxquelles tous se soumettaient;
quant à leurs prises, ils les considéraient comme du butin légitimement
conquis par la guerre.

[Note 103: Duruy, _Hist. des Romains_, t. II, p. 779.]

En 67 Pompée, chargé par décret de mettre fin à cette situation
insupportable, et ayant reçu à cet effet des forces considérables,
divisa sa flotte en treize escadres, nettoya en quarante jours les
rivages de l'Espagne et de l'Italie, accula les pirates dans la
Méditerranée orientale, détruisit tous leurs navires, et força à la
soumission ceux qui n'avaient pas péri.

En 59, lors du premier triumvirat, Pompée obtint dans son lot l'Afrique;
il fit administrer cette province par des lieutenants et conserva des
relations amicales avec le prince de Numidie, qui lui devait tout[104].

[Note 104: Boissière, p. 169.]

JUBA I, SUCCESSEUR DE HIEMSAL II. IL SE PRONONCE POUR LE PARTI DE
POMPÉE.--Après les événements qui avaient rendu à Hiemsal II son
royaume, augmenté de celui de Yarbas, ce prince régna tranquillement
pendant de longues années, aidé dans l'exercice du pouvoir, par son fils
Juba, sous le protectorat de Rome. A la suite d'une contestation
survenue avec un chef berbère du nom de Masintha, le même qui, ainsi que
nous l'avons dit[105], gouvernait sans doute la Numidie occidentale,
voisine de la Maurétanie, les princes africains vinrent soumettre leur
procès au Sénat. Juba, représentant son père, obtint gain de cause
malgré l'opposition de César qui, d'après Suétone, serait allé, dans son
ardeur à défendre Masintha, jusqu'à saisir par la barbe son adversaire.
Juba garda un âpre ressentiment de cette violence et profita de son
séjour à Rome pour resserrer les liens qui unissaient son père au parti
pompéien.

[Note 105: D'après M. Poulle, _loc. cit._]

En l'an 50 Hiemsal cessa de vivre. Son fils Juba lui succéda. C'était un
homme d'un courage et d'une hardiesse remarquables; ses rapports avec
les Romains l'avaient initié aux raffinements de la civilisation; mais
son goût pour les choses de la guerre l'avait empêché de tomber dans la
mollesse. Persuadé qu'il était appelé à jouer un grand rôle dans la
querelle qui divisait alors le peuple romain, son premier soin, en
prenant le pouvoir, fut d'organiser ses forces, non seulement au moyen
de ses guerriers numides, mais encore en attirant à lui des aventuriers
de toute race, qui, profitant de l'anarchie générale, s'étaient réunis
en bandes et guerroyaient pour leur compte sur divers points. Ainsi
préparé, il attendit, au cœur de son royaume, que le moment d'agir fût
arrivé.

DÉFAITE DE CURION ET DES CÉSARIENS PAR JUBA.--L'occasion ne tarda pas à
se présenter. Après que César eut enlevé l'Italie aux Pompéiens, Attius
Varus, lieutenant de Pompée, se réfugia avec quelques forces en Afrique,
y proclama l'autorité de son maître et se mit en relations avec Juba.
Curion, ennemi personnel de ce dernier, dont il avait proposé au Sénat
la dépossession, fut dépêché par César pour réduire le rebelle et son
allié numide, déclaré ennemi public. Après quelques opérations dans
lesquelles il eut l'avantage, il contraignit Varus à se réfugier à
Utique et commença le siège de cette ville. La situation des Pompéiens
devenait critique, lorsque Juba accourut à leur secours, à la tête d'une
puissante armée, ce qui contraignit Curion à lever le siège et à
chercher lui-même un refuge derrière les retranchements du camp
Cornélien[106], où rien ne lui manquait. Il aurait pu résister avec
succès aux forces combinées de ses ennemis; mais ceux-ci employèrent la
ruse pour l'en faire sortir et leur stratagène réussit. Ils répandirent
le bruit que Juba, rappelé dans son royaume par une révolte subite,
avait emmené la plus grande partie de ses forces, en laissant le reste
sous le commandement de son général Sabura. Pour donner plus de sérieux
à cette feinte, le roi numide se tint en arrière avec le gros de son
armée et ses éléphants et fit avancer Sabura suivi de peu de monde.

[Note 106: Les vestiges de ce camp se voient encore à Porto Farina.]

Aussitôt Curion sortit du camp avec une partie de ses gens et se porta
sur la Medjerda (Bagradas), où il ne tarda pas à rencontrer
l'avant-garde numide. Les prisonniers confirmant les précédents
rapports, à savoir qu'il n'avait devant lui que Sabura, le général
romain se lança imprudemment à la poursuite des guerriers indigènes qui,
tantôt combattant, tantôt fuyant, l'attirèrent dans un terrain choisi, à
portée des renforts de Juba. Les Césariens, harassés de fatigue,
débandés, négligeant leurs précautions habituelles, car ils se croyaient
sûrs de la victoire, se virent tout à coup entourés par de nouveaux et
innombrables ennemis, parmi lesquels deux mille cavaliers espagnols et
gaulois de la garde de Juba. Il ne leur restait qu'à vendre chèrement
leur vie. Enflammés par l'exemple de Curion, qui refusa de fuir, ils
combattirent avec la plus grande bravoure et furent tous exterminés. La
tête du général romain fut apportée au prince berbère.

Dès que la nouvelle de cette défaite parvint au camp cornélien, les
soldats furent pris d'une véritable panique, que le préteur M. Rufus fut
impuissant à calmer. Tous se précipitèrent vers la rivage afin de
s'embarquer sur des navires marchands ancrés dans le port; mais la
plupart de ces barques sombrèrent, étant surchargées; dans certains
navires, les marins jetèrent à l'eau les soldats, et il en résulta que,
de toute cette armée, bien peu de Césariens purent gagner la côte de
Sicile, où ils arrivèrent isolés et démoralisés. Ceux qui n'avaient pu
s'embarquer se rendirent à Juba qui les fit tous massacrer sans pitié
[107].

Rempli d'orgueil par ce succès, Juba entra solennellement à Utique et
commença à faire rudement sentir son arrogance aux Pompéiens.

[Note 107: Appien, _passim_.]

LES POMPÉIENS SE CONCENTRENT EN AFRIQUE APRÈS LA BATAILLE DE
PHARSALE.--Mais, tandis que l'Afrique était le théâtre de ces
événements, le grand duel de César et de Pompée se terminait à Pharsale
par la défaite de celui-ci, suivie bientôt de sa mort misérable
(août-juin 48). Les débris des Pompéiens vinrent en Afrique se réfugier
auprès de Varus et tenter de se reformer sous la protection de Juba.

Métellus Scipion, beau-père de Pompée, Labiénus et autres chefs du parti
pompéien, et enfin Caton, arrivé le dernier, après avoir mis la
Cyrénaïque en état de défense, se trouvèrent réunis et ne tardèrent pas
à grouper des forces respectables, tant comme effectif que comme
matériel et vaisseaux. Ils enrôlèrent aussi un grand nombre d'indigènes
et renforcèrent leurs légions au moyen d'éléments divers. L'éloignement
de César, retenu en Egypte, favorisait cette réorganisation de leurs
forces. Malheureusement la concorde était loin de régner parmi les
Pompéiens: Scipion et Varus s'y disputaient le commandement, et Juba
faisait avec insolence sentir le poids de son autorité à tous. Il
fallait l'énergie de Caton pour éteindre ces discordes et rappeler
chacun à son devoir. Grâce à lui, Scipion fut reconnu général en chef
des forces pompéiennes; ce fut lui également qui sauva Utique de la
destruction, car Juba voulait raser cette cité comme étant attachée au
parti césarien. Il s'appliqua particulièrement à la fortifier et laissa
aux autres chefs le soin de diriger les opérations actives. Le roi
berbère, rempli d'orgueil par l'importance que lui donnaient les
événements, s'entoura des insignes de la royauté et fit frapper des
monnaies à son effigie. Il avait imposé aux Pompéiens cette condition,
qu'en cas de succès, la province d'Afrique lui serait donnée, et il se
voyait déjà souverain d'un puissant empire[108].

[Note 108: Mommsen, _Hist. Rom_., t. VII, p. 128.]

CÉSAR DÉBARQUE EN AFRIQUE.--Ainsi, il ne suffisait pas à César d'avoir
vaincu son rival à la suite d'une brillante campagne. Il fallait
recommencer une nouvelle guerre contre son parti, sur un autre continent
et avec des forces bien inférieures à celles de ses ennemis. César
accepta les nécessités de la situation avec sa décision ordinaire.
Retenu à Alexandrie par les vents contraires, il prit toutes les
dispositions pour assurer la réussite de sa téméraire entreprise. Dans
le but d'entraver le secours que Juba allait offrir aux Pompéiens, il le
proclama, ainsi que nous l'avons dit, ennemi public, et accorda ses
états aux deux rois de Maurétanie Bokkus et Bogud, comptant bien qu'ils
attaqueraient la frontière occidentale de la Numidie et feraient ainsi
une salutaire diversion.

Au commencement de l'an 46, César débarqua non loin d'Hadrumète (Sousa),
après une périlleuse traversée dans laquelle sa flotte avait été
dispersée. Il n'avait alors avec lui qu'environ cinq mille fantassins et
cent cinquante cavaliers gaulois. C'est avec cette faible armée qu'il
allait affronter, loin de tout secours, des forces combinées montant à
soixante mille hommes, avec une nombreuse cavalerie et des éléphants.
Heureusement pour le dictateur, ses ennemis ne surent pas tirer parti de
leurs avantages. Leurs nombreux navires restèrent à l'ancre, au lien
d'aller intercepter ses communications et empêcher l'arrivée de
renforts. Scipion soumis aux caprices de Juba, se montra d'une faiblesse
extrême et, pour plaire à ce prince, laissa ses soldats ravager la
province d'Afrique, ce qui détacha de lui la population coloniale qui ne
voulait à aucun prix subir la domination d'un Berbère. Enfin les
opérations de guerre furent menées sans énergie ni cohésion.

Cependant César, après avoir en vain essayé de se rendre maître
d'Hadrumète, soit par la force, soit en achetant Considius qui défendait
cette place, se vit bientôt forcé de battre en retraite, poursuivi dans
sa marche par un grand nombre de Numides, contre lesquels la cavalerie
gauloise était obligée de faire tête à chaque instant. Bien accueilli
par les habitants de Ruspina[109], il se retrancha dans cette localité
et reçut également la soumission de Leptis parva[110], ce qui lui
procura l'avantage d'un bon port où il ne tarda pas à recevoir des
renforts et des provisions.

[Note 109: Monastir, selon M. Guérin.]

[Note 110: Lemta, au sud du golfe de Hammamet, selon le même.]

Bientôt arriva Labiénus à la tête d'une armée de huit mille hommes,
comprenant un grand nombre de cavaliers numides. César leur offrit
aussitôt le combat, et, grâce à une liabile tactique, parvint à
repousser ses ennemis. Malgré ce succès, sa situation était des plus
critiques: Scipion arrivait avec huit légions et de nombreux cavaliers;
il n'était plus qu'à trois journées, et derrière lui s'avançait le gros
de l'armée de Juba, commandée par le prince berbère en personne. Bloqué,
manquant de tout, César déploya, dans cette conjoncture critique, les
ressources de son génie: construisant des machines de guerre,
démolissant des galères pour avoir le bois nécessaire aux palissades,
enfin nourrissant ses chevaux au moyen d'algues marines lavées dans
l'eau douce. Heureusement Salluste, alors préteur, parvint à surprendre
l'île de Kerkinna, où avaient été entassées de nombreuses provisions qui
assurèrent le salut des Césariens.

DIVERSION DE SITTIUS ET DES ROIS DE MAURÉTANIE.--Sur ces entrefaites, un
certain P. Sittius, chef d'une bande d'aventuriers, avec lequel César
était en pourparlers depuis quelque temps, se joignit aux troupes de
Bogud, roi de la Maurétanie orientale, et envahit la Numidie par
l'ouest. Ce Sittius, Italien d'origine, compromis dans la conspiration
de Catilina, et qui déjà, en 48, avait aidé Cassius, lieutenant de
César, à écraser Marcellus en Espagne, avait réuni en Afrique une
véritable armée de malandrins de tous les pays avec lesquels il se
mettait au service de quiconque le payait convenablement[111]. Homme
énergique et d'une grande audace, son appui, surtout après sa jonction
avec les troupes de Maurétanie, allait être d'un grand prix pour César.

Marchant résolument sur Cirta, Sittius parvint sans empêchement sous les
remparts de cette ville, l'enleva après un siège de peu de jours[112] et
se rendit maître d'une autre place forte dont on ignore le nom, où se
trouvaient les magasins d'armes et de vivres de Juba. Appuyé sur cette
forteresse, il rayonna dans tous les sens, menaçant les villes et les
campagnes de la Numidie.

A la réception de ces graves nouvelles, Juba dut faire rétrograder une
partie de son armée pour s'opposer aux entreprises des envahisseurs et
couvrir sa capitale. Mais bientôt un autre sujet d'inquiétude le força à
porter ses regards vers le sud. Les Gétules, travaillés par les
émissaires de César, s'étaient lancés sur sa frontière méridionale. Il
fallut donc distraire encore de nouveaux soldats pour contenir les
nomades sahariens. Ainsi Juba, menacé sur ses derrières et sur son
flanc, fut contraint de suspendre son mouvement et de changer ses plans.
Il n'est pas douteux que ces diversions assurèrent le salut de César.

[Note 111: Appien, _De bell. civ_., lib. IV, cap. 54. Salluste,
_Catil_., c. 21.]

[Note 112: Hirtius, _De bell. afr_.]

BATAILLE DE THAPSUS, DÉFAITE DES POMPÉIENS.--Cependant César, après
s'être solidement établi dans ses retranchements, avait cherché à
s'étendre sur le littoral, ayant en face de lui Scipion, appuyé sur
Hadrumète, Thapsus[113] et Thysdruss[114]. Ce général restait, depuis
deux mois, dans une inaction incompréhensible, appelant sans cesse Juba
à son secours; mais le prince berbère avait d'autres soucis, ainsi qu'on
l'a vu. Peut-être aussi ne se souciait-il pas trop de débarrasser les
Pompéiens de leur ennemi et n'était-il pas fâché de les laisser à la
merci de César, pour arriver ensuite, écraser celui-ci et rester maître
du pays[115].

[Note 113: Ras Dimas, au sud du golfe de Hammamet.]

[Note 114: El Djem.]

[Note 115: Cf. Hirtius.]

Cédant enfin à des instances de plus en plus pressantes ou peut-être à
des promesses précises, Juba laissa le commandement des opérations
contre Sittius à son lieutenant Sabura, se porta vers l'est et établit
son camp en arrière de celui de Scipion. Les soldats de César, effrayés
de l'approche du prince numide dont la renommée avait considérablement
exagéré les forces, furent surpris de constater que son armée n'était
pas aussi puissante qu'on l'annonçait. Le dictateur, qui venait de
recevoir du renfort, profita habilement de cette impression pour prendre
l'offensive et attaquer Thapsus, ville construite sur une sorte de
presqu'île. Par son ordre, l'isthme qui reliait cette ville à la terre
fut coupé et toute communication se trouva interrompue entre les
assiégés et les Pompéiens.

Déjà les Césariens avaient remporté quelques avantages sur terre et sur
mer et repris confiance, d'autant plus que les rangs de leurs ennemis
s'éclaircissaient par la désertion. La désaffection des populations
s'accentuait chaque jour, et Juba, pour faire un exemple, était allé
détruire la ville de Vacca (Badja), dont les habitants avaient offert
leur soumission à César. Scipion ne pouvant plus persister dans son
inaction, se porta au secours de Thapsus où il fut rejoint par Juba.
Bientôt César, qui avait pris toutes ses dispositions pour l'offensive,
fit attaquer ses ennemis coalisés. Les Césariens déployèrent la plus
grande bravoure et forcèrent les Pompéiens à reculer. Les éléphants
affolés contribuèrent au désordre et empêchèrent la cavalerie numide de
donner. Le camp des Pompéiens et celui de Juba tombèrent successivement
aux mains des vainqueurs. Quant à l'armée coalisée, naguère si nombreuse
et si puissante, elle fuyait en désordre dans toutes les directions. Les
Césariens firent des vaincus un carnage horrible: dix mille cadavres
restèrent sur le champ de bataille.

Cette belle victoire assurait le succès de César. Les villes
environnantes, Hadrumète, Thysdrus, qui étaient déjà pour lui,
s'empressèrent de se rendre à ses officiers pendant que sa cavalerie
marchait sur Utique. Caton essaya d'y organiser la résistance, mais, on
l'a vu, les habitants de cette ville étaient pour César; aussi n'eut-il
bientôt d'autre ressource pour échapper au vainqueur que de se donner la
mort (avril 46).

MORT DE JUBA; LA NUMIDIE ORIENTALE EST RÉDUITE EN PROVINCE
ROMAINE.--Après la bataille de Thapsus, les chefs pompéiens qui
échappèrent au fer du vainqueur prirent la route de l'ouest pour tâcher
d'atteindre l'Espagne. Mais Sittius, qui les attendait au passage, en
arrêta un grand nombre et coula leurs vaisseaux dans le port
d'Hippone[116]. Scipion, repoussé en Afrique par la tempête, se perça de
son épée.

[Note 116: Florus, _Hist. Rom_.]

Quant à Juba, échappé de la mêlée, il évita la poursuite des vainqueurs;
en se cachant le jour et ne marchant que la nuit, il parvint à atteindre
sa capitale Zama regia, où il avait laissé sa famille et où il espérait
trouver un refuge. Mais les habitants, effrayés par les préparatifs de
destruction générale qu'il avait faits avant son départ, en prévision
d'une défaite possible, refusèrent de lui ouvrir les portes de leur
cité: ni les prières ni les menaces ne purent les fléchir, et ils ne
voulurent même pas laisser sortir la famille de leur roi. Il fallait,
pour agir ainsi, qu'ils jugeassent sa cause bien compromise. Elle
l'était en effet, car Sittius avait vaincu et tué Sabura; le roi berbère
n'avait plus un asile.

Juba se décida alors à se retirer à sa maison de campagne avec le
pompéien Pétréius et quelques serviteurs fidèles. Les Césariens, appelés
par les gens de Zama, accouraient, et il ne restait au prince vaincu
qu'à mourir. Il fit préparer un festin qu'il partagea avec Pétréius,
puis tous deux engagèrent un combat singulier où ils devaient périr l'un
et l'autre. Mais là encore la fortune fut contraire au prince numide: il
triompha de Pétréius, sans avoir reçu de blessure mortelle et en fut
réduit à se plonger lui-même son glaive dans le corps; enfin, comme la
mort n'arrivait pas, il se fit achever par un esclave.

Ainsi finit le dernier roi de Numidie.

La partie orientale de ce royaume fut réduite en province romaine (46)
sous le nom de _Nouvelle Numidie_ ou d'_Africa nova_. César plaça
Salluste à sa tête, avec le titre de proconsul. S'il faut s'en rapporter
au témoignage de Dion Cassius et de Florus, l'historien de la guerre de
Jugurtha, dans son court passage en Numidie, s'y rendit coupable de
telles exactions qu'il fut traduit en justice et couvert de honte et
d'infamie (Dion).

Les habitants de Zama, qui avaient si hardiment résisté à leur roi,
furent affranchis d'impôts.

Il restait quelqu'un à récompenser: Sittius, dont la coopération avait
été si décisive. César lui donna, ainsi qu'à ses compagnons, les
territoires environnant Cirta qu'ils avaient conquis. Ces territoires,
selon Appien, appartenaient à un certain Masanassès, ami et allié de
Juba, et père d'Arabion, qui se réfugia en Espagne. Ainsi s'établit la
colonie des Sittiens dont les tombes sont si nombreuses à
Constantine[117].

[Note 117: Selon M. Poulle (_Maurétanie Sétifienne_, p. 86), la
colonie des Sittiens ou Cirtésiens s'étendit assez loin au sud-est et se
prolongea au nord, jusque vers Chullu (Collo). Elle comprit les colonies
de Milevum (Mila), Rusicada (Philippeville) et un grand nombre de
bourgs.]

Juba laissait un fils. Le vainqueur l'épargna et l'envoya à Rome, où il
reçut une brillante éducation. Nous le verrons plus tard jouer un rôle
important dans l'histoire de l'Afrique.

Enfin Bogud I reçut, pour prix de son alliance, la partie occidentale de
la Numidie.

   CHRONOLOGIE DES ROIS DE NUMIDIE.

   Sifax, (ou Syphax), roi des Massésyliens. .         | vers 225
   Gula, roi des Massyliens. . . . . . . . . . . .     | av. J.-C.

   Massinissa, roi des Massésyliens. . . . . . . .     |
   Vermina, roi des Massyliens . . . . . . . . . .     | 201

   Massinissa seul . . . . . . . . . . . . . . . .       (?)

   Micipsa. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .      |
   Gulussa. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .      | 149
   Manastabal. . . . . . . . . . . . . . . . . . .     |

   Micipsa seul. . . . . . . . . . . . . . . . . .  vers 145

   Adherbal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     |
   Hiemsal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .    | vers 118
   Jugurtha. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .    | av. J.-C.

   Adherbal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     |
   Jugurtha. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     | 117

   Jugurtha seul . . . . . . . . . . . . . . . . .       112

   Gauda, Numidie propre. . . . . . . . . . . . .      |
   Bokkus I, id occid. . . . . . . . . . . . . . .     | 104

   Hiemsal II, Numidie orientale. . . .. . . . . .     |
   Yarbas id. centrale . . . . . . . . . . . . . .     | (?)
   Masintha (?) sétifienne . . . . . . . . . . . .     |

   Yarbas, Numidie orientale et centrale.              |
   Masintha (?) sétifienne . . . . . . . . . . . .     | 88

   Hiemsal, Numidie orientale et centrale.             |
   Masintha (?) sétifienne . . . . . . . . . . . .     | 81

   Juba I, Numidie orientale et centrale . . . . .     |
   Masanassès, sétifienne. . . . . . . . . . . . .     | 50

En 46, la Numidie orientale et centrale est réduite en province romaine.
La sétifienne est réunie à la Maurétanie orientale.



CHAPITRE VII

LES DERNIERS ROIS BERBÈRES
46 avant J.-C.--43 après J.-C.


Les rois maurétaniens prennent parti dans les guerres civiles.--Arabion
rentre en possession de la Sétifienne.--Lutte entre les partisans
d'Antoine et ceux d'Octave.--Arabion se prononce pour Octave.--Arabion
s'allie à Lélius lieutenant d'Antione; sa mort.--L'Afrique sous
Lépide.--Bogud II est dépossédé de la Tingitane. Bokkus III réunit toute
la Maurétanie sous son autorité.--La Berbérie l'entre sous l'autorité
d'Octave.--Organisation de l'Afrique par Auguste.--Juba II roi de
Numidie.--Juba roi de Maurétanie.--Révolte des Berbères.--Mort de Juba;
Ptolémée lui succède.--Révolte des Tacfarinas.--Assassinat de
Ptolémée.--Révolte d'Ædémon. La Maurétanic est réduite en province
Romaine.--Division et organisation administrative de l'Afrique
romaine.--CHRONOLOGIE DES ROIS DE MAURÉTANIE.


LES ROIS MAURÉTANIENS PRENNENT PARTI DANS LES GUERRES CIVILES.--Après
tant de secousses, la Berbérie ne recouvra pas encore la tranquillité
qui lui aurait été si nécessaire pour panser ses plaies. Liée désormais
au sort de Rome, elle devait ressentir le contre-coup de toutes les
luttes que s'y livraient les partis. Le meurtre de César, les
compétitions qui en furent la conséquence fournirent aux Africains de
nouvelles occasions d'y participer.

Bogud I, fidèle à César, avait aidé le dictateur à écraser en Espagne
les restes du parti pompéien (45). Il était logique, ou au moins
conforme à l'usage, que Bokkus II se prononçât dans un sens opposé;
aussi ses deux fils combattirent-ils à Munda pour Sextus et Cnéus
Pompée.

ARABION RENTRE EN POSSESSION DE LA SÉTIFIENNE.--Nous avons vu que le
prince berbère Arabion, fils de Masanassès, après avoir été dépossédé du
royaume de son père (la Numidie sétifienne), avait rejoint, en Espagne,
les fils de Pompée. A la tête d'une bande d'aventuriers, il vécut
d'abord de brigandages; puis, sa troupe grossissant, il devint
redoutable et lutta, non sans succès, contre les cohortes du dictateur.
Après la mort de César (15 mai 44) Arabion jugea le moment favorable
pour reconquérir l'héritage de son père. Il passa en Afrique et
s'appliqua à former une armée. On dit même qu'il envoya des Numides au
jeune Pompée, pour qu'ils apprissent, sous sa direction, à combattre à
la romaine[118]. Bientôt il fut en mesure d'entrer en campagne et, par
son courage et son habileté, ne tarda pas à triompher de Bokkus III qui
avait succédé à son père Bogud I, et à rentrer en possession du royaume
paternel. En vain Bokkus, s'appuyant sur les services passés, réclama le
secours d'Octave. Le jeune triumvir avait alors d'autres occupations et
ainsi toute la contrée comprise entre Saldæ et l'Amsaga, la Numidie
sétifienne, échappa au prince maure pour rentrer en la possession de son
ancien chef.

«Arabion était actif, entreprenant, astucieux comme un Numide, doué de
qualités guerrières, avide de pouvoir[119].» Il n'est pas douteux qu'il
n'ait nourri l'espoir d'expulser les Romains de la Numidie. Son premier
acte d'hostilité fut d'attirer Sittius, le spoliateur de son père, dans
une embuscade, et de le tuer. Puis il attendit pour voir comment ce
nouvel attentat serait jugé à Rome. Mais l'attention était absorbée dans
la métropole par des choses autrement graves que les usurpations d'un
Numide.

[Note 118: Poulle, _Maurétanie Sétifienne_, p. 94 et passim.]

[Note 119: Poulle _loc. cit_. Nous suivons entièrement son récit,
car il est impossible de mieux résumer cet épisode de l'histoire de la
Berbérie.]

LUTTES ENTRE LES PARTISANS D'OCTAVE ET CEUX D'ANTOINE.--A la suite du
partage effectué entre les triumvirs, l'Afrique était échue à Octave. La
Numidie était alors gouvernée par Titus Sextius, tandis que l'ancienne
province d'Afrique obéissait à Cornificius. Octave donna à Sextius le
commandement des deux provinces réunies, et cet officier voulut prendre
possession de la Proconsulaire, mais Cornificius refusa d'évacuer
l'Afrique, en déclarant qu'il tenait son poste du sénat et qu'il n'avait
cure de ce qui pouvait avoir été fait par les dictateurs. Bientôt la
guerre éclata entre eux.

Cornificius, qui disposait des forces les plus considérables, envahit la
Numidie nouvelle, tandis que Sextius, pour forcer l'ennemi à la
retraite, allait hardiment s'emparer d'Hadrumète et des localités
voisines. Cornificius, séparant ses forces, chargea son lieutenant
Décimus Lélius d'assiéger Cirta, avec une partie de son armée, et confia
le reste à P. Ventidius avec mission de repousser Sextius. Cette
tactique parut devoir être couronnée de succès, car Sextius, s'étant
laissé surprendre, fut battu et réduit à la fuite.

ARABION SE PRONONCE POUR OCTAVE.--Cependant Arabion, qui était sollicité
par les deux gouverneurs de se prononcer pour chacun d'eux, gardait une
attitude expectante afin de saisir le moment d'intervenir avec profit.
Craignant, s'il laissait écraser Sextius, que son adversaire ne devînt
trop redoutable, ou, peut-être, prévoyant le triomphe d'Octave, le
prince berbère se déclara alors pour ce dernier, et entraîna avec lui
les Sittiens. Cette nouvelle rendit la confiance à Sextius alors assiégé
par ses ennemis: ayant enflammé le courage de ses soldats, il opéra une
sortie heureuse et parvint à triompher de Ventidius, qui resta sur le
champ de bataille.

La conséquence de ces événements fut la levée immédiate du siège de
Cirta et la retraite de Lélius sur Utique, où se trouvait le camp de
Cornificius. Arabion l'y poursuivit, tandis que Sextius arrivait de
l'autre côté. Ainsi le partisan d'Antoine se trouvait pris entre deux
ennemis; mais il disposait de forces considérables et aurait été en
mesure de résister avec fruit, si la fortune ne s'était tournée si
manifestement contre lui.

Lélius envoyé en reconnaissance se heurta contre le corps de Sextius,
qui l'attaqua avec violence. Secondé par un habile mouvement d'Arabion,
celui-ci parvint à le séparer du camp et à le contraindre à la retraite.
La cavalerie du prince numide le força de chercher un refuge sur une
montagne escarpée. Cornificius, voyant la position critique de son
lieutenant, sort du camp pour aller à son secours. Pendant ce temps
Arabion a détaché de son armée un corps d'hommes déterminés qui
escaladent par surprise les retranchements du camp, et massacrent les
soldats laissés à sa garde.

Cornificius, dans cette conjoncture critique, continue à pousser
hardiment sa marche pour opérer sa jonction avec Lélius; mais celui-ci
ne fait rien pour le seconder, de sorte qu'il reste seul exposé à
l'attaque combinée de Sextius et d'Arabion. Bientôt, tous ses soldats
tombent autour de lui, et lui-même trouve la mort du guerrier. Pendant
ce temps, Lélius désespéré se perçait de son épée et ses soldais
démoralisés n'essayaient pas de résister à leurs ennemis.

«La journée avait été bonne pour Arabion; il avait donné une province à
Sextius et conquis le pardon de son ancienne hostilité contre César; il
rentra dans ses États chargés de dépouilles et peut-être y annexa-t-il
quelques cantons de la Nouvelle Numidie. Cette heureuse campagne eut
encore pour résultat de raffermir la couronne sur sa tête et de
consacrer son titre de roi[120]».

[Note 120: Poulle, _Maurétanie_, p. 99. Appien, _de bell. civ._,
lib. IV. Dion Cassius, lib. XLVII.]

Toute l'Afrique romaine resta ainsi soumise à l'autorité de Sextius. En
43, après la réconciliation d'Octave et d'Antoine et la formation d'un
nouveau triumvirat, Sextius fut sacrifié et remplacé par C, F. Fango.
L'Afrique avait été conservée par Octave. Mais, à la suite de la
bataille de Philippes, en 42, un nouveau partage intervint entre les
triumvirs: Antoine reçut l'Orient et dans son lot se trouvèrent la
Cyrénaïque et l'Afrique propre, tandis que la Numidie seule restait à
César-Octavien, avec les régions de l'Occident.

ARABION S'ALLIE À SEXTIUS LIEUTENANT D'ANTOINE. SA MORT.--La femme
d'Antoine, Fulvie, qui selon l'expression de V. Paterculus n'avait de
féminin que le corps, chargea Sextius resté en Afrique de s'emparer de
la province échue à son mari. Fango, ne cédant qu'à la force, alla
prendre le gouvernement de la Nouvelle Numidie; mais son administration
ne l'avait pas rendu sympathique. Il trouva la population en armes, et
bientôt une révolte générale éclata contre lui. Arabion et les Sittiens
soutenaient les rebelles. Cependant Fango parvint à rétablir son
autorité et Arabion, vaincu par lui, alla chercher un refuge auprès de
Sextius.

Fango somma ce dernier de lui livrer le roi berbère et, sur son refus,
envahit des cantons de l'ancienne province et y porta le ravage. Mais
Sextius, secondé par Arabion et un grand nombre de Numides, ayant marché
contre lui, le força à une prompte retraite. Sur ces entrefaites,
Sextius fit assassiner perfidement Arabion. Les détails fournis par Dion
Cassais et Appien, sur ce fait, sont contradictoires, et il est assez
difficile de se rendre compte du motif de ce meurtre. Selon ces auteurs,
Sextius aurait redouté la grande influence exercée sur les Berbères par
Arabion et aurait agi sous la double impulsion de la jalousie et de la
crainte.

Quoi qu'il en fût, ce meurtre détacha de Sextius tous les cavaliers
numides, qui allèrent offrir leurs services à Fango et le poussèrent à
attaquer de nouveau son rival. Mais, encore une fois, la victoire se
prononça pour Sextius: Fango vaincu et mis en déroute se donna la mort.
Zama, qui résistait encore, ne tarda pas à être réduite à la soumission.
Ainsi Sextius resta maître de toute l'Afrique. Il ajouta sans doute à
ses provinces l'ancien royaume d'Arabion, la Numidie sétifienne.

L'AFRIQUE SOUS LÉPIDE.--En l'an 40, Lépide, qui avait reçu l'Afrique
pour son lot, vint, avec six légions détachées de l'armée d'Antoine, en
prendre possession. Sextius lui remit sans opposition ses provinces, et
durant quatre années, les deux Afriques obéirent à son administration.
Les auteurs donnent fort peu de renseignements sur cette période. On
sait seulement que Lépide retira à Karthage, la Junonia de Gracchus, ses
privilèges de colonie romaine, et lui enleva même une partie de ses
habitants qu'il déporta au loin. Quelle fut la cause de cette sévérité?
Peut-être les colons de Karthage témoignèrent-ils des sentiments peu
favorables au triumvir, peut-être celui-ci céda-t-il aux conseils des
habitants d'Utique, dont la rivalité contre la colonie voisine était un
héritage des siècles. La nouvelle Karthage était en effet devenue très
florissante sous le consulat de Marc-Antoine. On est réduit à cet égard
à des conjectures.

Bogud II est dépossédé de la Tingitane. Bokkus III réunit toute la
Maurétanie sous son autorité.--L'année 40 avait vu la mort de Bokkus II,
roi de la Tingitane, qui avait été remplacé par Bogud II, son fils.
Héritier de la haine de son père contre Octave, Bogud céda aux instances
de Lucius Antonius, alors proconsul en Espagne, et en 38, il passa dans
la péninsule avec une armée, afin d'arracher cette province aux
lieutenants d'Octave. Mais à peine avait-il quitté l'Afrique qu'une
révolte éclatait dans sa capitale, à Tingis même.

En même temps, Bokkus III, roi de la Numidie orientale, profitait de son
absence et des mauvaises dispositions de ses sujets pour envahir son
royaume et occuper les principales villes.

Rappelé en Afrique par ces graves événements, Bogud trouva tous les
ports fermés et fut repoussé partout où il se présenta. Son absence lui
coûtait sa couronne. Il alla chercher un refuge à Alexandrie, auprès
d'Antoine, qui lui donna un commandement important. Il devait périr plus
tard à Methone[121].

[Note 121: Agrippa, entre les mains de qui il était tombé, lui fit
trancher la tête (31).]

Bokkus III réunit ainsi sous son autorité deux les Maurétanies et vit
son usurpation ratifiée par Octave. Etabli à Yol (Cherchel), ce Berbère,
vassal de Rome, régna assez paisiblement, ou plutôt obscurément, pendant
plusieurs années. Il mourut en 33.

LA BERBÉRIE RENTRE SOUS L'AUTORITÉ D'OCTAVE.--En 36, Lépide appelé par
Octave en Sicile pour coopérer à la guerre contre Sextus Pompée, quitta
l'Afrique à la tête de douze légions. Mais bientôt des discussions
s'élevèrent entre les deux triumvirs, et Lépide fut dépouillé de son
autorité par Octave qui envoya en Afrique, pour le remplacer, Statilius
Taurus. Les historiens parlent, mais sans donner de détails précis, des
incursions des Musulames et des Gétules, populations établies sur la
limite du désert, et des razzias qu'ils opéraient alors dans le Tel. Le
nouveau gouverneur dut faire plusieurs expéditions contre ces pillards
pour les forcer à rentrer dans leurs limites.

En l'an 33, Octave vint lui-même en Afrique et réunit les possessions de
Bokkus au domaine du peuple romain.

Karthage avait été privée par Lépide de ses privilèges de colonie
romaine et même dépeuplée en partie. Octave s'attacha à rendre à la
colonie de Caius Gracchus toute sa splendeur et lui envoya trois mille
citoyens romains. Nous avons vu que les Romains avaient essayé de donner
à la colonie de Gracchus le nom de Junonia. Octave la consacra à Vénus,
déesse protectrice de la famille Julia, mais ce dernier vocable fut
aussi éphémère que le précédent[122].

[Note 122: Appien, _Punic_. 136. Suétone, _Aug_., 47.]

Vers le même temps, Antoine, entièrement subjugué par les charmes de
Cléopâtre, lui rendait la Cyrénaïque, et pour la dernière fois cette
province était rattachée à l'empire d'Egypte. Mais trois ans plus tard
(en 33), il se déclarait publiquement son époux et partageait ses
provinces entre les enfants de sa femme. C'est ainsi que la jeune
Cléopâtre Séléné, dont nous aurons bientôt à parler, reçut en dot la
Cyrénaïque.

La longue rivalité d'Antoine et d'Octave se terminait, le 2 septembre
31, par la bataille d'Actium. Après sa défaite, le triumvir songea à
s'appuyer sur les quatre légions qu'il avait laissées en Cyrénaïque à
son lieutenant Scaurus; mais celui-ci les avait livrées, ainsi que le
pays qu'il était chargé de défendre, à Gallus, officier d'Octavien. En
vain Antoine essaya-t-il, à Parœtonium, de rappeler ses soldats à la
fidélité; sa voix ne fut pas écoutée et, perdant tout espoir, il alla
chercher auprès de Cléopâtre un trépas misérable.

Ainsi toute l'Afrique se trouva soumise à l'autorité d'Octave.

ORGANISATION DE L'AFRIQUE PAR AUGUSTE.--Octave avait conservé sous son
autorité directe les Maurétanies depuis la mort de Bokkus et tenté d'y
implanter une colonisation latine, pour amener insensiblement les
indigènes à se façonner aux lois et aux usages des Romains et les
préparer à accepter sans mécontentement leur réunion définitive à
l'empire[123].

Après la mort d'Antoine et de Cléopâtre, leurs enfants furent recueillis
par Octave qui les traita avec les plus grands égards. Parmi eux se
trouvait la jeune Cléopâtre Séléné; il la donna en mariage au fils de
Juba, qui venait de combattre pour lui à Actium, et confia à celui-ci le
gouvernement de l'Egypte [124].

[Note 123: Poulle, _Maurétanie_, p. 102.]

[Note 124: La date de cette nomination est incertaine.]

Resté maître incontesté du pouvoir, Octave s'était sérieusement occupé
de l'organisation des provinces. Dans les dernières années de la
république, elles étaient au nombre de quatorze, gouvernées soit par des
préteurs, soit par des consulaires. Le 13 janvier de l'an 27, au moment
où il constituait le régime impérial, Auguste maintint cette division:
les provinces paisibles et depuis longtemps conquises, où peu de forces
étaient nécessaires, furent appelées sénatoriales ou proconsulaires; les
autres, où stationnèrent particulièrement les légions, furent dites
prétoriennes ou de l'empereur, général en chef des armées[125].
L'Afrique, avec la Numidie, la Cyrénaïque avec la Crète, furent classées
parmi les provinces sénatoriales; mais ces divisions changèrent selon
les circonstances.

La IIIe légion (Augusta) fut chargée de tenir garnison en Afrique.
Auguste plaça son quartier permanent à Theveste (Tebessa), au pied
oriental de l'Aourès, à cheval sur les routes de la province de
Karthage, de la Numidie et de la région des oasis et de la Tripolitaine.
Elle protégeait aussi le pays colonisé contre les invasions des Gétules.

[Note 125: _Hist. des Romains_ par Duruy, t. IV, p. 2.]

JUBA II, ROI DE NUMIDIE.--Vers le même temps, c'est-à-dire entre l'an 29
et l'an 25, Auguste plaça Juba II à la tête de la Numidie, non comme un
simple gouverneur, mais comme roi vassal[126]. C'était une nouvelle
application de son système qui consistait à chercher à se rallier les
indigènes en les amenant à l'assimilation; il pensait ne pouvoir trouver
un meilleur intermédiaire qu'un compatriote parfaitement romanisé.

Nous avons vu qu'après la mort de son père, le jeune Juba avait été
élevé à Rome avec le plus grand soin, sous l'œil de César. Les maîtres
les plus célèbres de la Grèce et de l'Italie l'initièrent à toutes les
connaissances de l'époque et firent de ce jeune Berbère un savant et un
raffiné[127]. C'était, au dire de Plutarque, un homme beau et
gracieux[128]. Ces dons naturels, rehaussés par la culture, lui
gagnèrent l'amitié d'Auguste et d'Octavie et firent sa fortune.
Hâtons-nous de dire qu'il ne trompa pas l'espoir qu'on avait placé en
lui et que, s'il n'amena pas, comme ses protecteurs avaient pu
l'espérer, les indigènes à l'assimilation, c'est que la tâche était
beaucoup trop difficile et ne pouvait être l'œuvre d'un homme.

[Note 126: De la Blanchère: _De rege Juba, regis Jubæ filio_, Paris
1883.]

[Note 127: Dion Cassius, 1. LI, ch. xv.]

[Note 128: _Auton_, c. VII.]

Il est assez difficile de dire quelle fut l'action du roi indigène sur
le territoire de la colonie des Sittiens. Il est probable que, tout en
exerçant sur lui son autorité gouvernementale, il lui laissa ses
franchises communales et n'administra, à proprement parler, que la
partie orientale de la Numidie, cette _Africa nova_ que César avait
érigée en province après sa victoire.

Que se passa-t-il en Numidie pendant les années qui suivirent
l'élévation de Juba? Les auteurs sont muets sur ce point, et nous en
sommes réduits à supposer que son règne fut tranquille. La nouvelle
fonction qu'Auguste va confier au prince numide semble indiquer que son
administration avait été paisible et heureuse.

JUBA, ROI DE MAURÉTANIE.--Nous avons vu qu'après la mort de Bokkus le
trône de Maurétanie était demeuré vacant. En l'an 17[129], Auguste,
renonçant à l'administration directe qu'il exerçait sur cette vaste
contrée, retira Juba II de la Numidie et lui confia la souveraineté des
deux Maurétanies. Le prince numide vint régner, non sans éclat, à Yol
sur un vaste territoire s'étendant de Sitifis, ou peut-être de
Saldæ[130] jusqu'à l'Atlantique, et de la mer jusqu'au désert,
c'est-à-dire en englobant une partie des tribus gétules.

Les deux Afriques ne formèrent qu'une seule province sous les ordres
d'un gouverneur nommé par le Sénat. La IIIe légion (_Augusta_) y fut
maintenue comme corps permanent d'occupation.

Dans sa nouvelle capitale, à laquelle il donna le nom de Césarée, pour
complaire à son protecteur, Juba put s'adonner tout entier à ses chères
études. On le comparait aux Grecs les plus instruits et sa renommée
s'étendit jusqu'en Grèce: Athènes, selon le dire de Pausanias, lui
aurait élevé une statue[131]. Il composa un grand nombre d'ouvrages
d'histoire, de géographie, de botanique, etc.

Mais ses travaux scientifiques ne le détournaient pas des soins de son
gouvernement. Il aurait, paraît-il, fait explorer les îles _Fortunées_
(Canaries) et la découverte des îles Purpurariæ (Madère), lui serait
due[132]. Enfin il aurait entretenu des relations commerciales assidues
avec l'Espagne, aurait été nommé consul de Cadix Gadès par Auguste et
était magistrat municipal de Carthagène.

[Note 129: Ou 25, selon Dion, LIII, 26.]

[Note 130: M. Poulie, _loc. cit._, penche pour la première de ces
localités et nous croyons qu'il a raison.]

[Note 131: Berbrugger, _Dernière dynastie mauritanienne_, (_Revue
africaine_, Nº 26, p. 82 et suiv.).]

[Note 132: Pline, cité par Berbrugger.]

RÉVOLTE DES BERBÈRES.--Nous avons vu que les Gétules et les Musulames du
désert ne cessaient de faire des incursions dans le Tel et que Taurus
avait dû les repousser plusieurs fois par les armes. En l'an 29, L.A.
Petus, et en 21, L.S. Atralinus, avaient poursuivi, jusque dans le
désert, ces turbulents indigènes. Les succès de ces généraux leur
avaient valu les honneurs du triomphe; mais bientôt de nouvelles
_razzias_ avaient été opérées par ces incorrigibles pillards.

Dans la Tripolitaine, le rivage des Syrtes était infesté par les pirates
Nasamons, qui oubliaient la sévère leçon donnée à leurs pères par
Pompée. L'intérieur était livré aux Garamantes dont Tacite a dit: _gens
indomita et inter accolas latrociniis fecunda_. En l'an 19, L. Cornélius
Balbus, nommé proconsul, fut chargé de conduire une expédition dans ces
contrées; il s'enfonça au sud de Tripoli et, s'avançant sur la voie
fréquentée par les anciens marchands karthaginois, traversa le pays des
Troglodytes (les monts R'arian), seuls intermédiaires du commerce de la
pierre précieuse qui vient d'Ethiopie[133], et atteignit Garama (Djerma)
dans la Phazanie (Fezzan). Cette belle campagne étendit la domination
romaine jusqu'au désert. Comme récompense, le triomphe fut accordé à
Balbus, bien que n'étant pas citoyen romain. Pline nous a transmis les
noms fort altérés des tribus qui y figuraient[134].

Cependant les Gétules étaient toujours en état de révolte, et de
nouvelles incursions ayant coïncidé avec l'élévation de Juba au trône de
Numidie, les historiens en ont inféré, généralement, qu'ils s'étaient
soulevés contre lui; mais, en considérant que l'état normal des tribus
sahariennes a toujours été, jusqu'à ces derniers temps, l'anarchie, la
guerre et le pillage, nous ne voyons pas pourquoi on rattache ces faits
l'un à l'autre. La révolte, il est vrai, s'étendit à l'est, gagna les
Musulames et se signala comme toujours par des dévastations et le
massacre de tout ce qui portait le nom de romain. Les armées de Juba
furent plusieurs fois battues et il fallut que l'empereur envoyât de
nouvelles forces en Afrique. Cn. Corn. Cossus, chargé de réduire ces
Berbères, lutta contre eux durant de longues années et finit pareil
triompher et les forcer à là soumission, en l'an 6 de notre ère. Il
reçut à cette occasion le surnom de Gétulicus. Les Garamantes et les
Nasamons s'étaient joints aux Gétules. Carinius fut spécialement chargé
de les en châtier. Ce général les poursuivit jusqu'à la Marmarique. Une
partie de la IIIe légion reçut la mission de garder la frontière
méridionale[135].

[Note 133: Pline.]

[Note 134: Ibid., _Hist. nat._, V, 3.]

[Note 135: Florus, l. IV, c. 12. Tacite, _Ann._, passim. D. Cassius,
lib. LV et suiv. P. Orose, lib. VI. V. Paterculus, II.]

MORT DE JUBA II; PTOLÉMÉE LUI SUCCÈDE.--Après cette secousse qui,
peut-être, se fit sentir principalement vers l'est, le règne de Juba
s'acheva paisiblement. En l'an 4, il prit part à l'expédition d'Arabie,
et d'après M. Ch. Mùller[136], il aurait dans cette campagne épousé ou
pris pour concubine Glaphyra, fille d'Archélaüs, roi de Cappadoce. Les
renseignements à ce sujet sont contradictoires, mais il paraît certain
qu'il ne ramena pas cette femme à Césarée.

Cléopâtre Séléné mourut vers l'an 6 (de J.-C.) et fut enterrée dans le
magnifique mausolée que Juba avait fait élever à l'est de sa
capitale[137], et qui est connu maintenant sous le nom de _tombeau de la
Chrétienne_.

Vers l'an 22 ou 23 (de J.-C), Juba lui-même cessa de vivre et fut placé
auprès de son épouse dans le mausolée. Il laissait un fils, Ptolémée,
qui lui succéda. L'histoire nous représente ce prince comme adonné
entièrement à ses plaisirs et à ses études, abandonnant à ses affranchis
la direction des affaires. Juba avait reçu d'Auguste ou de Tibère le
titre de citoyen romain; il était en outre citoyen d'Athènes, duumvir de
Gadès et quinquennal de Karthagène[138].

[Note 136: _Num. de l'Afr. anc._]

[Note 137: _Monumentun commune regiæ gentis Mauritaniæ_, d'après
Pomponius Mela.]

[Note 138: Masqueray, _Compte rendu de la thèse de M. de la
Blanchère._; Voir aussi cette thèse intitulée _De rege Juba, régis Jubs
filio._; Thorin, 1883.]

RÉVOLTE DE TACFARINAS.--Depuis quelques années, un Berbère du nom de
Tacfarinas avait relevé l'étendard de la révolte dans la Gétulie.
Déserteur de la légion romaine, il avait d'abord réuni une bande
d'aventuriers et vécu de pillage et de vols. Vers l'an 17, les
Musulames, alors établis dans les environs de l'Aourès[139], s'étant
laissés entraîner par lui, vinrent attaquer les soldats romains dans
leurs cantonnements. La révolte s'étendit à l'est jusqu'aux Syrtes et à
l'ouest jusqu'au Hodna. Un certain Mazippa, chef des Maures, lui fournit
son appui consistant particulièrement en cavalerie. Le proconsul M.F.
Camillus rassembla aussitôt ses troupes et les auxiliaires et, ayant
marché résolument à l'ennemi, le mit en complète déroute. Tacfarinas,
avec ses Gétules, se jeta dans les profondeurs du désert.

L'année suivante, Tacfarinas, après avoir mis à profit son temps pour
former ses guerriers à la discipline en les habituant à combattre à la
romaine, les uns à pied, les autres à cheval, se porte de nouveau contre
les établissements romains, pâle les bourgades et les fermes, fait un
butin considérable et met en déroute une cohorte romaine qui lui
abandonne un poste fortifié sur le fleuve Pagyda[140]. Plein de
confiance, il entreprend le siège de Thala.

[Note 139: C'est ce qui est établi par Ragot _Sahara_, 2e partie, p.
74.]

[Note 140: Près de Lambèse, selon le même auteur.]

Mais le nouveau proconsul L. Apronius, ayant pris la direction des
opérations, l'attaque avec vigueur, le bat dans toutes les rencontres et
le force à prendre encore la route du sud (20).

Bien que les honneurs du triomphe eussent été accordés à Apronius, il
faut croire que ses succès n'avaient pas été bien décisifs, puisque, peu
de temps après, Tacfarinas poussa l'audace jusqu'à proposer à Tibère un
traité de paix, à la condition qu'on lui donnât des terres. Pour toute
réponse, l'empereur nomma en l'an 21 Blæsus, proconsul d'Afrique, et,
lui ayant fourni d'importants renforts (une partie de la IXe légion), le
chargea d'anéantir la puissance du chef indigène. Ce fut, avec la plus
grande habileté et une parfaite notion de cette sorte de guerre, que le
général romain mena la campagne: ses forces, s'appuyant sur des postes
fortifiés, furent divisées en plusieurs corps qui, durant un an,
poursuivirent les rebelles sans relâche ni trêve. Battu chaque fois
qu'il était rejoint, Tacfarinas dut encore s'enfoncer dans les
profondeurs du désert, son refuge habituel. Il ne lui restait ni
adhérents ni ressources d'aucune sorte, et l'on put à bon droit
considérer la guerre comme finie. Tibère s'empressa de faire rentrer en
Italie une partie des troupes (22). Blæsus reçut le titre d'_imperator_.

Mais Tacfarinas n'était pas homme à se laisser abattre ainsi. La mort du
roi Juba lui fournit, sur ces entrefaites, un nouveau motif pour
intriguer chez les indigènes et soulever les tribus de l'ouest. Soutenu
par les Garamantes et par une foule d'aventuriers, encouragé par le
départ de la IX légion, il se lança de nouveau sur le Tel et se heurta
au proconsul Dolabella, successeur de Blæsus. Profitant du petit nombre
de ses ennemis, il glissa entre leurs cohortes et vint audacieusement
mettre le siège devant Tubusuptus (Tiklat) dans la vallée du Sahel.

Dolabella, dans cette conjoncture, voulant éviter que les tribus de
l'ouest et du sud (Musulames et Gétules) ne vinssent se joindre au
rebelle, les terrifia en mettant à mort leurs chefs; puis il fit garder
la ligne du sud par des postes et réclama au roi Ptolémée une armée de
secours afin de cerner Tacfarinas. Lorsqu'il sait que les divisions
maurélaniennes sont en marche, il se jette sur Tacfarinas et le force à
lever le siège de Tubusuptus. Le Berbère veut fuir vers le sud, mais les
issues sont gardées; il se porte vers l'ouest poursuivi l'épée dans les
reins par Dolabella qui l'atteint à Auzia (Aumale), surprend son camp
par une attaque de nuit et le tue, ainsi que tous ses adhérents (24).

Telle fut la fin de ce remarquable chef de partisans dont l'activité,
l'audace et la ténacité causèrent tant de soucis aux Romains. Cette
révolte avait duré huit ans[141].

Assassinat de Ptolémée.--A la suite de cette guerre, dans laquelle
Ptolémée avait coopéré si efficacement à réduire le rebelle, un sénateur
fut désigné pour porter au roi de Maurétanie le bâton d'ivoire et la
toge brodée, présents du Sénat, et de le saluer du titre de roi, d'allié
et d'ami.

La révolte qui venait de causer de si grandes difficultés aux Romains
décida l'empereur à fortifier la Numidie en la détachant de la province
d'Afrique pour la placer sous l'autorité d'un commandant militaire,
légat de rang sénatorial, qui lui obéissait directement. Quant à la
province d'Afrique, s'étendant à l'est d'Hippone jusqu'aux limites de la
Cyrénaïque, elle resta sous l'autorité du Sénat, représentée par un
proconsul (37)[142].

Le règne de Ptolémée se continua sans que rien de saillant se produisit,
lorsqu'en l'an 39, il fut pour son malheur appelé à Rome, par son cousin
l'empereur Caligula[143]. Le tyran l'accabla d'abord de prévenances;
puis, soit qu'il fût jaloux de la magnificence du roi maurétanien et de
l'attention qu'il attirait sur sa personne, soit qu'il voulût s'emparer
de ses immenses richesses, soit enfin qu'il cédât à un de ses caprices
sanguinaires dont il a donné tant d'exemples, il le fit assassiner. On
ignore si Ptolémée fut tué à la sortie du cirque, ou s'il fut envoyé en
exil et mis à mort secrètement, car les auteurs diffèrent dans leurs
versions.

[Note 141: Tacite, _Annales_, 1. II, ch. LII.]

[Note 142: Mommsen, _Hist. Rom_.]

[Note 143: Ils étaient tous deux petits-fils d'Antonia, fille de
Marc-Antoine.]

RÉVOLTE D'ÆDÉMON. LA MAURÉTANIE EST RÉDUITE EN PROVINCE ROMAINE.--La
nouvelle de l'assassinat du roi Ptolémée causa la plus grande émotion en
Afrique. L'affranchi Ædemon saisit ce prétexte pour lever l'étendard de
la révolte. Les Maures et même les Gétules le soutinrent, et il fallut
plusieurs expéditions pour le réduire. L'empereur Claude se laissa
décerner le triomphe pour les victoires de ses lieutenants.

Cependant la révolte n'était pas éteinte. En l'an 41, le préteur
Suétonius Paullinus poursuivit les rebelles jusque dans l'ouest, pénétra
au cœur de la Tingitane, traversa les chaînes neigeuses du Grand-Atlas
et, enfin, atteignit une rivière nommé le Ger (Guir), «à travers des
solitudes couvertes d'une poussière noire d'où surgissent çà et là des
rochers qui semblent noircis par le feu[144]».

Hasidius Géta termina la conquête de la Maurétanie occidentale en
rejetant dans le désert les débris des troupes d'un certain Salabus, roi
des Maures, dernier adhérent d'Ædémon.

La Maurétanie fut réduite en province romaine vers l'an 42, ou peut-être
un peu plus tard, lorsque la dernière résistance eut été écrasée. Quant
à l'ère provinciale de Maurétanie, son point de départ doit être fixé à
l'année 10, date de l'assassinat de Ptolémée[145]. Yol-Césarée reçut le
titre de colonie.

[Note 144: Pline, I. V, 14. Dion Cass., LX, 9.]

[Note 145: Ce fait a été péremptoirement démontré par MM. Berbrugger
_Rev. afr_., t. p. 30; Général Creuly _Ann. de la soc. arch. de
Constantine_, 1857, p. 1, et Poulle, _id_., 1862, p. 261.]

DIVISION ET ORGANISATION ADMINISTRATIVE DE L'AFRIQUE ROMAINE.--En l'an
42, il fut procédé, par ordre de Claude, à une nouvelle division des
provinces africaines. Les anciennes demeurèrent placées sous l'autorité
du Sénat. Voici quelle fut la répartition:

1° _Cyrénaïque_ avec la _Crète_, régies par un proconsul.

2° _Province proconsulaire d'Afrique_, subdivisée en Byzacène et
Zeugitane, formée de la Tripolitaine et de la Tunisie actuelles, régie
par un proconsul résidant à Karthage.

3° Numidie, régie par un légat impérial ou par le proconsul de la
province d'Afrique.

4° Maurétanie césarienne, s'étendant de Sétif à la Moulouia.

5° Et Maurélanie Tingitane, de la Moulouia à l'Océan.

Ces deux dernières provinces, faisant partie du domaine de l'empereur,
furent régies par de simples chevaliers, avec le titre de procurateurs
(_procuratores augusti_), ne relevant que de l'empereur et ayant des
pouvoirs très étendus. Elles reçurent comme garnison des troupes de
second ordre.

Jusqu'au règne de Caligula, le proconsul qui gouvernait la province ou
les provinces d'Afrique était en même temps le chef des troupes: la
nécessité obligeait de réunir les deux pouvoirs entre les mains du même
chef, afin de donner plus d'unité à la direction des affaires. Mais cet
empereur, craignant la grande influence exercée par le proconsul L.
Pison, qui disposait d'un effectif de troupes considérable, donna le
commandement de l'armée et des «nomades» à un lieutenant ou légat du
prince, et ne laissa à Pison que l'administration propre du pays, ce qui
engendra de nombreux conflits[146]. Les empereurs craignaient toujours
de laisser trop de troupes à leurs représentants en Afrique, et nous
avons vu, lors de la révolte de Tacfarinas, Tibère s'empresser de
rappeler la IXe légion, alors que le rebelle n'était pas encore vaincu.
C'est, qu'après des victoires, le proconsul sénatorial qui, déjà, était
un personnage considérable, pouvait être proclamé _imperator_ par ses
troupes. Cette séparation des pouvoirs fut maintenue.

Le pouvoir des proconsuls dans leurs provinces était, pour ainsi dire,
illimité. Le pays, réduit en province romaine, perdait ses anciennes
institutions, et le personnage chargé d'appliquer le senatus-consulte
qui ordonnait cette incorporation élaborait un ensemble de lois
spéciales à la nouvelle province. Il était, généralement, tenu grand
compte des institutions locales. Quelquefois une commission de sénateurs
l'assistait dans ce travail. Chaque proconsul, en arrivant dans son
commandement--et l'on sait que la durée de ses pouvoirs n'était que d'un
an--publiait un nouvel édit par lequel il pouvait modifier, selon son
caprice, la loi fondamentale. Il réunissait dans ses mains tous les
pouvoirs militaire, administratif et judiciaire. A. Thierry a dit à ce
sujet: «un arbitraire presque illimité pesait sur la vie comme sur la
fortune des provinciaux.»

Les provinces étaient donc regardées comme les domaines et les
propriétés du peuple romain[147]. Les publicains et les banquiers qui
accompagnaient le proconsul complétaient son œuvre.

Sous l'empire, cette situation se modifia. Nous avons vu Auguste placer
Juba II, comme roi, à la tête de la Numidie qui venait d'être pressurée
par ses gouverneurs. Enfin Caligula décapita la puissance des proconsuls
en leur retirant le commandement militaire. L'action de l'empereur se
fit dès lors sentir directement dans les provinces, qui cessèrent d'être
pressurées aussi violemment par la métropole. Nous n'allons pas tarder à
voir celle d'Afrique exercer à son tour une grande influence sur la
capitale.

A côté des proconsuls étaient des légats impériaux, officiers chargés de
diverses fonctions militaires et administratives et qui, bien que soumis
aux ordres généraux du gouverneur, étaient directement sous l'autorité
du prince, notamment pour le commandement des troupes. Un questeur était
attaché au proconsul et ajoutait à son titre celui de propréteur; il
était chargé de le suppléer par délégation. «Il n'y avait de questeurs
que dans les provinces du Sénat[148]». Un intendant (_procurator_) était
chargé de l'établissement et de la rentrée des impôts, ainsi que de
l'administration des domaines impériaux.

[Note 146: V. Dion, LX, 9, et Tacite, _Ann_.]

[Note 147: Boissière, _loc. cit._, p. 217. C'est à cet ouvrage que
nous renvoyons pour une partie de ces détails.]

[Note 148: Boissière, p. 258.]

Ces fonctionnaires principaux avaient sous leurs ordres un grand nombre
d'agents de toute sorte.

L'autorité religieuse de la province était confiée à un _sacerdos
provinciae africae_. «Élu parmi les personnes les plus considérées et
les plus riches, choisi parmi celles qui avaient occupé tous les emplois
dans leurs cités ou qui avaient obtenu le rang de chevalier romain, il
présidait l'assemblée religieuse réunie, tous les ans, à Karthage. Son
emploi était annuel et, au moment de sortir de charge, il organisait à
ses frais des jeux qui étaient appelés _ludi sacerdotales_[149]».

Dans certaines provinces, l'assemblée (_concilium_) était annuelle:
c'était le cas de celle d'Afrique. Des délégués des cités y prenaient
part et, après la célébration des rites du culte de l'empereur, le
concilium s'occupait de questions administratives et de vœux à présenter
dans l'intérêt de la province. Ses membres exerçaient un contrôle sur
l'administration de leur gouverneur et avaient le droit de le mettre en
accusation.

La confédération des quatre colonies cirtéennes (Cirta, Mileu, Rusicade
et Chullu), ancien domaine de Siltius, jouissait, pour toute chose,
d'une véritable autonomie; «elle formait, dit M. Duruy, un véritable
État, où l'édile municipal était investi des pouvoirs attribués au
questeur romain, dans les provinces proconsulaires[150]»; elle avait un
concilium particulier, dont les attributions étaient beaucoup plus
étendues que dans les provinces. Son clergé et son culte avaient une
physionomie spéciale; ses prêtres, des deux sexes, portaient le titre de
_flamines_. Chaque colonie était administrée, pour ses affaires
particulières, par un _ordo_, sorte de conseil municipal[151].

[Note 149: Héron de Villefosse, _Comptes rendus de l'Académie des
Inscriptions_, IVe série, t. XI, p. 216, 217.]

[Note 150: _Hist. des Romains_, t. V, p. 360.]

[Note 151: Voir l'intéressant travail de M. Pallu de Lessert, dans
le _Bulletin des Antiquités africaines_ de M. Poinssot, année 1884. Voir
également Duruy, _Histoire des Romains_, t. IV, p. 42 et suiv.]

Les provinces, comme les cités, se choisissaient des patrons,
personnages influents, chargés de défendre leurs droits dans la
métropole.

Les villes étaient divisées en plusieurs catégories:

1° Les _colonies romaines_, dont les citoyens jouissaient de tous les
droits et privilèges du citoyen romain, notamment de l'exemption du
tribut.

2° Les _municipes_, dont les habitants, tout en profitant de la plupart
des privilèges du citoyen romain, n'avaient pas le droit de suffrage.

3° Les _colonies latines_, dont les habitants avaient le droit
d'acquérir et de transmettre la propriété quiritaire (_jus commercii_),
mais qui ne possédaient pas le _jus connubii_, conférant la puissance
paternelle sur les enfants. Leurs magistrats, à l'expiration de leur
charge, étaient capables du droit de cité romain.

Il y avait encore les villes alliées, les villes libres et les villes
exemptes d'impôts.

Les cités avaient, en général, la libre disposition de leurs revenus,
sous la direction d'une assemblée de magistrats municipaux: la _curie_
ou _ordo decurionum_, composée de notables qui conféraient, à
l'élection, les honneurs ou fonctions dont ils disposaient. Le candidat,
pour s'assurer leurs suffrages, était obligé de verser des sommes
considérables dans la caisse municipale, et de promettre des fêtes et
des travaux. Une fois élu, il supportait une partie des dépenses de la
cité et était pécuniairement responsable de la rentrée de l'impôt. Il
arriva un temps où ces honneurs, autrefois si recherchés, furent refusés
et fuis par les citoyens, qui les considéraient, à bon droit, comme une
cause de ruine.

Les terres ayant appartenu aux princes indigènes et celles qui
provenaient de séquestre, avaient été incorporées au domaine du peuple
romain. Le reste des terres était généralement laissé aux indigènes,
mais à titre de simple occupation et à charge de payer une redevance
représentative du fermage.

Les obligations des provinciaux étaient de quatre sortes: l'impôt
personnel, l'impôt foncier, les douanes et droits régaliens, et les
réquisitions.

L'impôt foncier, payable en nature ou en argent, devait représenter en
général le dizième de la récolte[152]. L'Afrique rachetait en général
cet impôt par une indemnité fixe en argent.

La province devait fournir le blé nécessaire à la nourriture des armées
et des matelots employés à sa garde, procurer les logements nécessaires
pour les soldats et même équiper parfois des auxiliaires.

Ces charges étaient du reste assez variables selon les localités. Ainsi,
la plupart des villes de l'Afrique karthaginoise payaient la capitation,
même pour les femmes[153].

[Note 152: Cet impôt se perçoit encore sur les indigènes d'Afrique
sous le nom d'Achour (Dîme).]

[Note 153: Duruy, _Hist. des Romains_, t. II, p. 177 et suiv.]

Quant à la condition des personnes, elle était la même que dans le reste
des conquêtes romaines. Le citoyen romain, qu'il provînt, soit des
municipes d'Italie, soit des _colonies_ romaines, était au sommet de
l'échelle. Il recevait des concessions de terres qu'il faisait cultiver
par l'esclave ou par le paysan. Les soldats étaient également pourvus de
concessions, mais ils formaient des colonies purement militaires, où les
civils ne pénétraient pas.

Le colon ou paysan, bien qu'il ne fût pas esclave, était généralement
attaché à la glèbe. «Un certain nombre de gens du peuple était assigné
sur chaque propriété (_affixus, assignatus_); leur personne suivait la
condition de la terre. Les propriétaires s'appelaient leurs
maîtres»[154]. Plus tard, ils recevront le nom de serfs.

La condition de l'esclave était particulièrement dure; ceux nés sur le
domaine étaient un peu moins maltraités que ceux achetés.

[Note 154: Lacroix, _Revue africaine_, N° 79, p. 23.]

CHRONOLOGIE DES ROIS DE MAURÉTANIE.--Bokkus Ier règne sur les deux
Maurétanies vers l'an 106 av. J.-C.

Vers l'an 80, ses deux fils lui succèdent et se partagent son royaume.

Bokkus II reçoit la Maurétanie orientale.

Bogud Ier, la Maurétanie occidentale, augmentée de la Sétifienne, en 46.

En 44, Bokkus III succède à son père Bogud Ier. La même année il perd la
Sétifienne, qui est reprise par Arabion.

En 40, Bogud II succède à son père Bokkus II.

En 38, Bokkus III reste seul maître des deux Maurétanies. Il meurt en
33.

La Maurétanie reste jusqu'en 25 sans roi.

Juba II est nommé roi de Maurétanie en 25, et règne jusqu'en 23 ap.
J.-C.

Ptolémée règne de 23 à 40.



CHAPITRE VIII

L'AFRIQUE SOUS L'AUTORITÉ ROMAINE
43-297


État de l'Afrique au Ier siècle; productions, commerce, relations.--État
des populations.--Les gouverneurs d'Afrique prennent part aux guerres
civiles.--L'Afrique sous Vespasien.--Insurrection des Juifs de la
Cyrénaïque.--Expéditions en Tripolitaine et dans l'extrême
sud.--L'Afrique sous Trajan.--Nouvelle révolte des Juifs.--L'Afrique
sous Hadrien; insurrection des Maures.--Nouvelles révoltes sous Antonin,
Marc-Aurèle et Commode, 138-190.--Les empereurs africains: Septime
Sévère.--Progrès de la religion chrétienne en Afrique; premières
persécutions.--Caracalla, son édit d'émancipation.--Macrin et
Elagabal.--Alexandre Sévère.--Les Gordiens; révolte, de Capellien et de
Sabianus.--Période d'anarchie; révoltes en Afrique.--Persécutions contre
les chrétiens.--Période des trente tyrans.--Dioclétien; révolte des
Quinquégentiens.--Nouvelles divisions géographiques de l'Afrique.


ÉTAT DE L'AFRIQUE AU IER SIÈCLE; PRODUCTIONS, COMMERCE,
RELATIONS.--Ainsi l'autorité romaine régnait sans conteste sur toute
l'Afrique du nord, la Berbérie, de l'Egypte à l'Océan. Il avait fallu
près de deux siècles et demi (232 ans) au peuple-roi pour effectuer
cette conquête; mais nous avons vu avec quelle prudence, par quelle
suite de transitions habilement ménagées, il y était arrivé.

Au moment où la Berbérie entre dans une ère nouvelle, il convient de se
rendre bien compte de sa situation matérielle et de l'état de ses
populations.

L'Afrique propre, la première occupée, est couverte de colonies latines;
«les notables des villes recevaient avec reconnaissance le droit de
cité; leurs enfants prirent des noms romains, reçurent une éducation
romaine; la carrière des emplois et des honneurs s'ouvrit devant
eux[155]». Dans les campagnes de cette fertile province, les patriciens
s'étaient taillé de beaux domaines et le pays n'avait pas échappé à la
formation des _latifundia_, qui avaient eu, en Italie, des conséquences
si funestes. Mais, si «l'on y trouvait, selon Aggenus Urbicus, des
domaines privés plus vastes que ceux de l'État, ils étaient occupés par
un grand nombre de cultivateurs; la maison du maître était entourée de
villages qui lui faisaient une ceinture de fortifications[156]». Du
reste, la petite propriété était constituée aussi par les concessions
aux vétérans, ou par la vente ou la location à des émigrants. Ainsi les
progrès de la culture[157], loin d'avoir été arrêtés par la conquête,
lui durent, au contraire, une plus grande extension. Leptis Magna,
Hadrumète, Utique et surtout Karthage, étaient les principaux ports où
les céréales venaient s'entasser. Là les flottes de toute l'Italie
chargeaient les grains, et c'est particulièrement de l'Afrique que Rome
tirait ses approvisionnements. Les blés d'Egypte allaient dans les
autres parties de l'Italie. Sous Auguste, sous Tibère, sous Claude, la
population romaine attendait sans cesse les arrivages d'Afrique et
faisait entendre ses murmures, ou se mettait en rébellion, au moindre
retard, car la conséquence immédiate était la famine. On l'avait bien
vu, lors de la lutte entre César et Pompée, quand celui-ci avait arrêté
les convois d'Afrique.

[Note 155: Hase, _Sur l'établissement Romain_ (_Rev. afr._, p.
301).]

[Note 156: F. Lacroix, _Afrique ancienne_ (_Rev. afr._, N° 73, p.
18).]

[Note 157: On sait que les Karthaginois avaient perfectionné la
culture en Afrique et que l'ouvrage de Magon servit ensuite de guide aux
cultivateurs italiens.]

Tous les empereurs prirent des mesures afin d'assurer les arrivages
d'Afrique, Claude accorda des immunités particulières pour encourager
les importations de blé, Néron exempta de tout impôt les navires servant
au transport du blé. Commode créa la flotte d'Afrique, affectée
spécialement à cet usage, et ses successeurs perfectionnèrent cette
institution. Un préfet de l'_Annone_, résidant en Afrique, fut chargé
d'assurer les approvisionnements.

Après le blé, l'huile était une des principales branches d'exportation,
mais, de même que l'huile faite actuellement par nos Kabiles, elle était
de qualité inférieure, et sa mauvaise odeur la dépréciait beaucoup, de
sorte qu'on ne l'employait guère que dans les gymnases.

Les fruits, surtout le raisin, les dattes et les figues, les oignons, le
sylphium, la thapsie, diverses sortes de jonc, les bois de l'Atlas, les
marbres, tels étaient ensuite les principaux articles
d'exportation[158]. A ces productions, il faut ajouter les bêtes féroces
servant aux combats du cirque, les chevaux et les gazelles. Quant aux
éléphants, il est à peu près démontré qu'ils n'existaient plus en
Berbérie à l'état sauvage, quoi qu'en disent Strabon, Pline, Solin et
autres auteurs. Ils étaient sans doute amenés de l'intérieur par les
caravanes.

[Note 158: Cf. Hirtius, _Bell. afr._, Pline, Hérodote, Strabon,
Appien, _Bell. civ._, Suétone, Varron, Dion Cassius, Spartien, Tacite.]

Au premier rang des villes de commerce brillait Karthage, la métropole
punique, relevée de ses ruines et toujours la reine de l'Afrique par sa
magnificence et sa civilisation. Dans son port, les vaisseaux venus de
tous les points de la Méditerranée se pressaient pour charger les
grains, les bois précieux, la poudre d'or, l'ivoire, les marbres, les
bêtes féroces, les chevaux numides, les nègres. Une population punique
importante dominait dans cette ville, elle y avait conservé ses mœurs,
sa langue et sa religion. Le temple d'Astarté (_Tanit_), divinité
phénicienne admise par les Romains dans leur Panthéon, sous le nom de
Juno Cœlestis, avait été reconstruit avec une nouvelle splendeur; nous
verrons plus tard un empereur donner une consécration officielle à ce
culte barbare dont les divinités exigeaient des sacrifices humains.

La Cyrénaïque fournissait en quantité les blés, l'huile et les vins.
«Derrière cette province passait la route commerciale qui unissait
l'est, le sud et l'ouest de l'Afrique. La grande caravane, partie de la
haute Egypte, traversait les oasis d'Ammon, d'Oudjela et des Garamantes,
où elle trouvait les marchands de Leptis, puis descendait au sud par le
pays des Atarantes et des Atlantes, pour rencontrer ceux de la
Nigritie[159]».

[Note 159: Duruy, Hist. des Romains, t. IV; p. 88.]

Dans la Numidie et la Maurétanie, les principaux ports de commerce
étaient Igilgilis (Djidjelli), Saldœ, Yol-Césarée, Siga (à l'embouchure
de la Tafna) et Tingis. Il existait, entre les ports de l'ouest et
l'Espagne, et même jusqu'en Gaule, des relations suivies qui avaient
amené des alliances de famille. Nous avons vu que Juba II était
magistrat municipal de Carthagène.

ÉTAT DES POPULATIONS.--Examinons maintenant ce que devenait le peuple
indigène en présence de la colonisation romaine. La vieille race berbère
commençait à subir une transformation; diminuée par les guerres
incessantes où elle prodiguait son sang avec tant de générosité, elle
était refoulée par la colonisation romaine et commençait à s'assimiler
ou à disparaître dans la province d'Afrique ou la Numidie. Mais dans
toute la Maurétanie et certains massifs montagneux, comme le _Mons
ferratus_ (la grande Kabilie), elle se conservait intacte et se
préparait à de nouvelles luttes. Sur la ligne des hauts plateaux, se
pressaient les tribus gétules, toujours prêtes à envahir le Tel pour le
piller et autant que possible s'y fixer. On a pu constater cette
tendance des tribus du désert, par la demande de terres faite par
Tacfarinas à Tibère. Nous les verrons s'avancer continuellement, par un
mouvement lent et irrésistible, pour s'étendre sur les restes des
vieilles tribus berbères et les remplacer à mesure que la puissance
romaine s'affaiblira.

Ces Berbères, établis au delà de la limite de l'occupation romaine,
reconnaissaient en général la suzeraineté du peuple-roi,
particulièrement dans le Tel et le pays ouvert; ils fournissaient, en
temps de paix, certains tributs, et devaient des services de guerre. «On
utilisait ainsi les Berbères soumis dans l'intérêt de Rome, mais on ne
les organisait pas à la manière romaine, comme aussi on ne les employait
pas dans l'armée. En dehors de leur propre province, les irréguliers de
Maurétanie furent aussi utilisés, plus tard, en grand nombre, surtout
comme cavaliers, tandis qu'on ne procédait pas ainsi pour les
Numides[160]».

En Cyrénaïque, la population n'avait pas subi de grandes modifications.
Les Juifs, déportés autrefois de Palestine dans cette province[161], y
avaient prospéré malgré les mauvais traitements auxquels ils étaient en
butte, de la part des Grecs et la jalousie qu'ils inspiraient. Ayant eu
recours à la justice d'Auguste pour être protégés, ce prince envoya des
ordres à Flavius, préteur de Lybie, pour qu'il veillât à ce qu'ils ne
fussent pas troublés dans leurs biens et l'exercice de leur culte. En
l'an 14 av. J.-C, un rescrit de Marcus Agrippa ordonna «qu'ils seraient
maintenus dans l'exercice de leurs droits et que si, dans quelque ville,
on avait diverti de l'argent sacré, il serait restitué aux Juifs par des
commissaires nommés à cet effet[162]». Nous verrons avant peu l'esprit
d'indiscipline de ces Juifs, surexcité par les événements de Judée, leur
attirer de terribles répressions.

[Note 160: Mommsen, _Histoire Romaine_, t. V, trad. par M. Pallu de
Lessert.]

[Note 161: A la suite de la prise de Jérusalem par Ptolémée Soter,
vers 320 av. J.-C. V. Josèphe, _contra Appio_, II, 4, cité par M. Cahen
dans son travail sur les Juifs (_Soc. arch._, 1867).]

[Note 162: Passage reproduit par d'Avezac dans l'_Afrique ancienne_,
p. 124.]

LES GOUVERNEURS D'AFRIQUE PRENNENT PART AUX GUERRES CIVILES.--Après
quelques années de tranquillité, l'Afrique ressentit le contre-coup de
l'anarchie qui termina et suivit le règne de Néron. Pendant que Vindex
levait l'étendard de la révolte en Gaule, Clodius Macer, légat
d'Afrique, retenait les convois de blé et prenait le titre de
propréteur, pour bien montrer qu'il avait abandonné le service de
l'empereur. Bientôt il se proclama indépendant et leva de nouvelles
troupes parmi les indigènes qu'il forma en légion[163].

Le 9 juin 68, Néron terminait sa triste carrière et était remplacé par
Galba, ancien proconsul d'Afrique[164]. Un de ses premiers soins fut de
se débarrasser de Macer, par l'assassinat, et de licencier la légion
Macrienne. Il fut alors reconnu par toutes les troupes d'Afrique et
obtint l'appui du procurateur Lucceius Albinus qui commandait les
Maurétanies et disposait de troupes nombreuses. Mais bientôt Galba est
assassiné (juin 68)[165]. Othon et Vitellius lui succèdent. Ces trois
règnes avaient duré dix-huit mois, triste période remplie par les
meurtres, les révoltes et l'anarchie.

[Note 163: Tacite, _Ann._., lib. II, cap. XCVII.]

[Note 164: Il avait reçu cette fonction de Claude et la garda deux
ans.]

[Note 165: Il tomba sous les coups du procurateur de la Maurétanie
tingitane, Trébonius Garucianus.]

A la nouvelle de la mort d'Othon, L. Albinus essaya de se déclarer
indépendant à son tour. Il avait sous ses ordres dix cohortes et cinq
ailes de cavalerie, sans compter les auxiliaires. C'étaient des forces
imposantes, avec l'appui desquelles il pouvait espérer le succès; mais
au moment où il se préparait à passer dans la Tingitane, pour, de là,
envahir l'Espagne, le gouverneur de cette province le fit assassiner, et
ses troupes se prononcèrent pour Vitellius, qui ne jouit pas longtemps
du pouvoir et succomba à son tour en décembre 69.

L'AFRIQUE SOUS VESPASIEN.--Enfin Vespasien resta seul maître du pouvoir.
C'était aussi un ancien proconsul d'Afrique, et il s'était fait
remarquer dans son commandement par une honnêteté bien rare pour
l'époque. On raconte même que les habitants d'Hadrumète, irrités de sa
parcimonie dans les fêtes, l'assaillirent un jour en lui lançant des
raves à la tête.

Lucius Pison était alors proconsul d'Afrique; il se tenait sagement à
l'écart des factions et cependant on le soupçonnait d'être partisan de
Vitellius, parce que beaucoup de Vitelliens s'étaient réfugiés dans sa
province. Ce parti avait encore de nombreux adhérents en Gaule et l'on
craignait que Pison ne fit alliance avec eux, ce qui aurait eu pour
conséquence immédiate la famine. Le légat qui commandait les troupes,
Valérius Festus, cédant à son ambition, exploita perfidement cette
situation en peignant, dans ses rapports, la révolte comme imminente. Un
certain Papirius, qui avait déjà pris part au meurtre de Macer, arrive
en Afrique dans le but de tuer le proconsul. Pison prévenu le fait
mettre à mort et adresse une proclamation au peuple. Mais bientôt les
soldats auxiliaires dépêchés par Festus pénétrent dans sa demeure et
demandent le proconsul. Un esclave déclare qu'il est Pison et tombe sous
leurs coups. Ce dévouement ne sauve pas son maître, qui est reconnu par
le procurateur B. Massa et mis à mort.

Ainsi délivré de son rival, Festus alla au camp, fit mettre à mort les
soldats sur la fidélité desquels il avait des doutes et récompensa les
autres. Puis il se rendit dans l'est afin de faire cesser les luttes qui
divisaient les colons de Leptis et d'Oea (Tripoli). Ceux-ci, appuyés par
les Garamantes, avaient mis au pillage Leptis et ses environs (70).

Pour châtier les Garamantes, Festus les poursuivit jusque dans leur
pays, et afin de mieux les surprendre il passa par les défilés des
montagnes, chemin difficile et peu usité, mais plus court. La Phazanie
qui n'avait pas revu les aigles romaines depuis l'expédition de Balbus,
fut de nouveau contrainte à la soumission et au paiement d'un tribut.

INSURRECTION DES JUIFS DE LA CYRÉNAÏQUE.--Un certain Jonathas ayant fait
partie de ces zélateurs, ou sicaires, dont les excès avaient attiré de
si grands malheurs à leur nation, vint se réfugier à Cyrène. Ayant réuni
autour de lui environ deux mille misérables de son espèce, il alla
camper au désert en proclamant son intention de réformer la religion
juive. Catullus prêteur de Libye, appelé par les orthodoxes juifs,
arriva à la tête de ses troupes et, ayant cerné les rebelles, les
massacra presque tous. Jonathas, le promoteur du mouvement, avait pu
s'échapper, mais il fut arrêté et comme le préteur voulait le faire
périr il prétendit qu'il avait des révélations importantes à lui faire
sur l'origine de la conspiration. Catullus qui, au dire de l'historien
Flavien Josèphe, était un homme corrompu, comprit le parti qu'il pouvait
tirer de son prisonnier; se faisant désigner par lui les juifs les plus
riches, il les mit à mort et s'empara de leur fortune. La plus grande
terreur pesa sur cette population qui vit périr en peu de temps trois
mille de ses principaux citoyens.

Après cette exécution, Catullus se rendit à Rome en emmenant le délateur
et un certain nombre d'israélites notables d'Alexandrie, parmi lesquels
Josèphe lui-même, désignés comme chefs du complot. Mais Vespasien,
éclairé par son fils Titus, ne s'y trompa point. Il rendit aussitôt la
liberté aux prisonniers à l'exception de Jonathas qu'il fit brûler vif.

EXPÉDITIONS EN TRIPOLITAINE ET DANS L'EXTRÊME SUD.--Après la mort de
Vespasien et le court règne de Titus, l'empire échut à Domitien. Sous
son règne, de nouvelles expéditions furent faites au sud de la
Tripolitaine. Septimius Flaccus, chef des troupes de cette province, se
rendit à Garama, puis à Audjela, et de là jusqu'en Ethiopie.

Quelque temps après les Nasamons s'étant révoltés et ayant massacré les
collecteurs d'impôts, le même général marcha contre eux et après
différentes péripéties en fit un massacre horrible. Domitien annonça au
Sénat que ces incorrigibles pillards étaient détruits[166]. Vers la même
époque, Marsys, roi de cette peuplade, s'étant rendu auprès de Domitien,
alors dans les Gaules, le décida à faire une expédition en Ethiopie où,
disait-il, existaient de grandes quantités d'or.

Julius Maternus, chargé du commandement de cette expédition, arriva dans
le pays des Garamantes où le roi de cette contrée se joignit à lui avec
des contingents. Ainsi guidées par les Garamantes, les troupes romaines
atteignirent, après sept mois de marche, le pays d'_Agisymba_[167],
«patrie des rhinocéros» (de 81 à 96).

La réussite de cette aventureuse entreprise, dans un pays inconnu, est
vraiment surprenante, et nous sommes en droit de nous demander avec M.
Ragot[168] si, malgré nos connaissances et les moyens dont nous
disposons actuellement, nous serions à même d'en faire autant.
Malheureusement les détails que nous possédons sur cette expédition se
réduisent à quelques lignes. L'Afrique proprement dite paraît avoir été
assez calme pendant cette période.

[Note 166: Zonare, _Ann._, 1. XI.]

[Note 167: Probablement l'oasis actuelle d'Asben. V. Vivien de
Saint-Martin, _Le Nord de l'Afrique_, p. 231.]

[Note 168: _Sahara_, p. 191.]

L'AFRIQUE SOUS TRAJAN.--Après le court règne de Nerva, Trajan fut
investi du pouvoir suprême (28 janvier 98).

Ce prince guerrier employa largement l'élément berbère dans ses
campagnes lointaines. En Afrique, il reporta l'occupation militaire, qui
n'avait guère dépassé la ligne de Theveste-Lambèse, jusqu'au Djerid. Il
fonda notamment un établissement militaire au lieu appelé ad-Majores (au
nord de Negrin) point stratégique qui commandait les routes du sud et de
l'est[169]. Thamugas, voisine et rivale de Lambèse, date également de
cette époque. C'est là probablement que furent établis les vétérans de
la XXXe légion. Une autre colonie de vétérans était fondée vers la même
époque à Sitifis, sous la dénomination de Nerviana Augusta Martialis.

Pendant que l'empereur guerroyait au loin, l'Afrique demeurait livrée
aux exactions de ses gouverneurs. Le proconsul Marius Priscus, secondé
par son lieutenant Hostilius Firminus, avait mis le pays en coupe
réglée, vendant la justice et étendant à tout ses prévarications.
Poussés à bout par tant d'injustices, les habitants portèrent leurs
doléances au Sénat[170]. Ils trouvèrent comme défenseurs Tacite et Pline
le jeune et, grâce aux efforts de ces hommes illustres, obtinrent gain
de cause.....en principe, car le proconsul, déclaré coupable, fut
simplement exilé sans qu'on le dépouillât de ses richesses mal acquises.

[Note 169: Ibid., p. 192.]

[Note 170: Déjà en l'an 63 (av. J.-C.) la Cyrénaïque avait été
défendue devant le Sénat et c'est la grande voix de Cicéron qui avait
plaidé sa cause.]

NOUVELLE RÉVOLTE DES JUIFS.--A la fin du règne de Trajan (en l'an 115),
les Juifs de la Cyrénaïque, devenus très nombreux depuis la destruction
du temple par Titus, fanatisés par leurs malheurs et irrités par les
mauvais traitements auxquels ils étaient soumis, se mirent en état de
révolte. Le général Lupus ayant marché contre eux, fut vaincu et
contraint de se jeter dans Alexandrie. Un juif nommé Andréas (ou Lucus),
était à la tête de ce mouvement qui fut caractérisé par des cruautés
épouvantables. Tout ce qui était romain et grec tomba sous les coups des
rebelles; ce fut une orgie de sang. Les juifs allèrent, dit-on, jusqu'à
manger la chair de leurs victimes et à se couvrir de leur sang. Par
représailles, ils les forcèrent, à leur tour, à combattre dans le
cirque, ou les firent déchirer par les bêtes féroces. Dans la seule
Cyrénaïque, deux cent vingt mille personnes auraient ainsi trouvé la
mort[171].

[Note 171: Dion Cassius.]

Trajan était alors retenu en Orient par la guerre contre les Parthes,
qui nécessitait l'emploi de toutes ses forces. Ainsi les populations de
la Cyrénaïque abandonnées à elles-mêmes, étaient sans force pour
résister aux rebelles, dont le nombre était considérable. Alliés aux
révoltés d'Egypte, les juifs se livrèrent à tous les excès. Cependant
Marcius Turbo, ayant reçu de l'empereur l'ordre de marcher contre les
rebelles, arriva de Libye avec des forces importantes, tant en
infanterie qu'en cavalerie et même une division navale. Mais c'était une
véritable guerre à entreprendre et il fallut toute l'habileté de ce
général pour triompher de cette révolte qui se prolongea jusqu'à
l'avènement d'Hadrien. La répression que les juifs s'étaient ainsi
attirée fut sévère, et il est probable qu'à cette occasion un grand
nombre d'entre eux émigrèrent dans l'ouest et se mêlèrent à la
population indigène de la Berbérie.

L'AFRIQUE SOUS HADRIEN. INSURRECTIONS DES MAURES.--En 117, commença le
beau règne d'Hadrien. Un soulèvement général des Maures concorde avec
son élévation. C'est à la voix d'un Berbère latinisé du nom de Lusius
Quiétus que les indigènes prennent les armes. Ce chef avait été chargé
de conduire à Trajan un corps de troupes maures, et il s'était tellement
distingué, dans la guerre contre les Parthes et dans celle de Judée, que
l'empereur lui avait donné le gouvernement de la Palestine. Rappelé en
Afrique, il renia la fidélité dont il avait donné des preuves si
éclatantes, pour entraîner ses compatriotes à la révolte.

Marcius Turbo appelé de la Cyrénaïque, et nommé proconsul d'Afrique,
reçut la difficile mission de réduire cette révolte qui avait pris des
proportions générales. Quiétus fut mis à mort; mais Turbo ne triompha
des rebelles qu'avec beaucoup de peine. Pour le récompenser de ses
services, il reçut des honneurs particuliers et fut ensuite nommé
gouverneur de la Dacie.

En 122 une nouvelle insurrection de la Maurétanie décida l'empereur à
passer en Afrique[172]. Après avoir apaisé la révolte, Hadrien visita la
contrée et, au dire de Spartien, la combla de bienfaits. Ayant vu par
lui-même ce qui était nécessaire, il prescrivit l'ouverture de routes et
fit établir toute une ligne de postes avancés, pour préserver les
colonies contre les incursions des Maures. Vers la fin de 123, ou au
commencement de 124, le quartier général de la IIIe légion fut transféré
à Lambèse. L'achèvement de la route de Karthage à Théveste, venait
d'avoir lieu, et, en assurant la facilité des communications, permettait
de reporter les lignes plus à l'ouest.

En 125, l'empereur voyageur visita la Proconsulaire. Un certain nombre
de villes furent élevées par lui au rang de colonies et il concéda des
terres à ses vétérans. Il imprima une puissante impulsion à la
colonisation du pays, le dotant de monuments et de routes, si bien qu'il
reçut sur des monnaies le titre de «restaurateur de l'Afrique.» Les
villes imitèrent son exemple et une inscription nous apprend que Cirta
construisit à ses frais les ponts de la route de Rusicade[173]. C'est
sans doute dans ce voyage qu'il parcourut la Cyrénaïque. Ce pays était
ruiné et en partie dépeuplé depuis la révolte des juifs. Il y amena des
colons et fonda de nouveaux établissements, notamment une ville à
laquelle il donna son nom. Adrianopolis.

[Note 172: Une inscription récemment découverte à _Rapidi_, Sour
Djouâb, confirme ce fait. Voir _Comptes rendus de l'Académie des
Inscriptions_, IVe série, t. IX, pp. 198 et suiv.]

[Note 173: Duruy, _Hist. des Romains_, t. V, p. 54 et suiv.]

Hadrien vint sans doute une troisième fois en Afrique (vers 129). Les
documents à cet égard manquent de précision. Dans tous les cas, il
s'occupa avec sollicitude du développement de la colonisation et le pays
garda un souvenir durable de ce prince ainsi que de sa belle-mère
Matidie. A ce souvenir se joignit une circonstance particulière qui
prouve bien que les conditions physiques du pays n'ont pas changé: il
n'avait pas plu depuis cinq ans en Afrique et sa venue coïncida avec le
retour des pluies[174].

[Note 174: Spartien, _Hadrian_. XXII.]

NOUVELLES RÉVOLTES SOUS ANTONIN, MARC-AURÈLE ET COMMODE
(138-190).--Antonin succéda à Hadrien en 138. Les Maures en profitèrent
pour envahir de nouveau les contrées colonisées et porter partout le feu
et la révolte. Il est probable que les Gétules se joignirent à cette
levée de boucliers. La situation devint si grave que l'empereur dut
venir en personne combattre les rebelles. Il les vainquit; dit
Pausanias, et les contraignit à se réfugier «aux extrémités de la Libye,
vers la chaîne du Mont-Atlas et les peuples qui y habitent». Les
documents fournis par l'histoire sont si pauvres qu'il est impossible de
se rendre compte de cette campagne et de conjecturer dans quelle
direction les Berbères furent repoussés. M. Ragot[175] pense que
l'empereur se décida à reporter alors la ligne d'occupation et de
fortification jusqu'au delà de l'Aourès, précaution qui devait, hélas,
être bien insuffisante.

Sous le règne de Marc-Aurèle, nouvelle insurrection des Maures Maziques
et Baquates, du Rif, qui vont porter le ravage jusqu'en Espagne. «Ni les
garnisons romaines, ni le détroit de Gadès, n'empêchèrent les hordes de
l'Atlas de prendre l'offensive, de pénétrer en Europe et de ravager une
grande partie de l'Espagne[176].» Peut-être, comme le fait remarquer
Lacroix[177], ne s'agit-il ici que d'expéditions maritimes. Il est
certain d'autre part, que les proconsuls d'Afrique luttèrent pour ainsi
dire sans relâche contre les invasions des indigènes maures et gétules.
«Rome, dit encore Capitolin, loin d'envahir, se trouva heureuse de
préserver ses frontières.» Marc-Aurèle dut envoyer de nouvelles troupes.
L'Afrique cessa d'être une province sénatoriale, et le gouverneur de la
Maurétanie ne fut qu'un légat propréteur.

En 188, les Maures étaient de nouveau en état de révolte. L'empereur
Commode parla d'aller les combattre en personne; mais après avoir obtenu
du Sénat l'argent nécessaire, il préféra l'employer à ses débauches et
se contenta d'envoyer en Afrique des lieutenants[178]. Pertinax dont le
règne éphémère devait faire suite au sien, opéra la pacification de
l'Afrique (190).

[Note 175: _Loc. cit._, p. 194.]

[Note 176: Jul. Capitolin.]

[Note 177: _Numidie et Maurétanie_, p. 180.]

[Note 178: Lampride_; Commode_, ch. IX et suiv.]

LES EMPEREURS AFRICAINS. SEPTIME SÉVÈRE.--Septime Sévère, natif de
Leptis magna, dans la Tripolitaine, fut, en 193, proclamé empereur par
les légions de Pannonie. Ce prince fit largement profiter l'Afrique de
la puissance dont il disposait. Il s'attacha surtout à punir, et à
repousser dans le sud, les tribus de la Tripolitaine, ayant pu apprécier
par lui-même le tort que les incursions des nomades faisaient à la
colonisation. Les troupes romaines pénétrèrent encore dans la Phazanie
et établirent une ligne de postes fortifiés de Tripoli à Garama[179].
Karthage et Leptis reçurent de lui le droit italique.

Sévère montra constamment pour l'Afrique une grande prédilection. Il y
fit exécuter des travaux considérables dont de nombreuses inscriptions
ont conservé le souvenir. A Rome il s'entoura d'Africains et composa sa
garde personnelle, en grande partie, de ses compatriotes. Les Africains,
en Italie, se distinguèrent particulièrement dans le barreau et à
l'armée. La langue punique, ou peut-être berbère, car les historiens de
l'époque ne paraissent pas soupçonner qu'il en existât une, était parlée
dans l'entourage de l'empereur. L'impératrice Julia Domna, syrienne
d'origine, était très favorable aux orientaux. L'Afrique rendait à
Sévère l'affection qu'il lui témoignait; l'on dit qu'après sa mort les
Berbères le mirent au rang des dieux[180]; dans tous les cas, aucune
révolte n'est signalée sous son règne, dans cette Afrique, depuis si
longtemps en proie à l'insurrection.

[Note 179: Le Docteur Barth en a retrouvé les traces.]

[Note 180: Hérodien].

On est porté à supposer que ce prince sépara la Numidie de la
proconsulaire, et envoya à celle-ci un légat impérial, tandis que
l'ancienne Afrique restait sous l'autorité administrative du proconsul.

PROGRÈS DE LA RELIGION CHRÉTIENNE EN AFRIQUE; PREMIÈRES
PERSÉCUTIONS.--La religion chrétienne s'était introduite dans les villes
de l'Afrique à peu près en même temps qu'en Italie. La Cyrénaïque fut
une des premières contrées où les apôtres allèrent prêcher la nouvelle
doctrine. Dès l'an 40, saint Marc qui était juif cyrénéen, vint dans son
pays faire des prosélytes, jusque vers 61, époque où il alla à
Alexandrie, fonder diverses paroisses. Devenu chef de cette église, il
n'oublia pas sa patrie, y revint plusieurs fois et y institua, dit-on,
les premiers évêques.

Dans le reste de l'Afrique, le christianisme pénétra avec moins d'éclat;
néanmoins le nombre des adeptes de la nouvelle religion ne tarda pas à
devenir considérable. On sait quel était l'esprit de ces premiers
chrétiens: la vieille société devait disparaître pour faire place au
règne du Christ. Ce n'était rien moins qu'une profonde révolution
sociale qui se préparait et, si les Romains s'étaient montrés très
tolérants pour les dieux des peuples qu'ils avaient conquis, ils ne
pouvaient recevoir dans leur panthéon celui qui disait: «Mon royaume
n'est pas de ce monde», et qui prêchait l'égalité absolue de tous les
hommes. L'empereur, souverain pontife, divinisé après sa mort, était
directement attaqué, de même que l'état social reposant sur l'esclavage.
Enfin les chrétiens refusaient le service militaire. Il n'est donc pas
surprenant que le pouvoir cherchât à s'opposer aux progrès de pareils
adversaires. Les empereurs le firent d'abord avec la plus grande
modération. Domitien, se servant de la loi qui avait été édictée au
sujet des druides, prit les premières mesures contre ceux qui
_christianisaient_ ou _judaïsaient_, car, dans le principe, on confondit
les adeptes des deux religions. Ses successeurs, ne voyant pas le danger
d'une secte qui ne faisait de prosélytes que parmi les petites gens, ne
furent pas plus sévères. Mais la population des villes, moins tolérante,
commença à faire des exécutions sommaires sur lesquelles on ferma les
yeux.

Trajan inscrivit dans le code le crime de christianiser. «S'ils sont
accusés et convaincus,--écrivit-il à ses gouverneurs,--punissez-les.»
Les chrétiens furent rendus responsables des troubles qui se
produisaient dans les cités. Quand un chrétien manifestait publiquement
sa foi, on le conduisait au forum et s'il maintenait sa déclaration, on
l'incarcérait. Lorsque le gouverneur arrivait, il interrogeait les
chrétiens du haut de son tribunal, en présence du peuple, que les
soldats avaient peine à contenir. S'ils persistaient, on les condamnait
à mort[181].

[Note 181: Duruy, _Hist. des Romains_.]

Sous les règnes d'Antonin et de Marc-Aurèle, la religion chrétienne fit
de grands progrès. Les néophytes, loin d'être terrifiés par les mauvais
traitements, recherchaient le martyre. La crédulité publique, les
révélations arrachées aux esclaves par la torture, étaient cause qu'on
les chargeait de tous les crimes et jusqu'alors c'était plutôt la
vindicte publique que le représentant de la loi qui les châtiait.

Septime Sévère fit poursuivre avec rigueur les chrétiens d'Afrique.
Quiconque refusait de sacrifier aux dieux et de rendre hommage au génie
de l'empereur, était puni de mort. En l'an 200, douze chrétiens, sept
hommes et cinq femmes, ayant été amenés à Saturnin, proconsul de la
province d'Afrique, subirent le martyre. On les considère comme les
douze premiers confesseurs de l'église d'Afrique. Peu après avait lieu à
Karthage le supplice de sainte Perpétue et de sainte Félicité. Les
chrétiens, dès lors, se mirent à chercher le martyre avec avidité et
l'on vit des épouses résister aux larmes de leur famille, repousser
leurs enfants, répondre aux exhortations, aux conseils du représentant
de l'autorité par des provocations, et ne chercher qu'à apaiser leur
soif de souffrance et de tourments.

Tertullien avait vu le jour à Karthage en 160. Il était, à l'époque de
la mort de Sévère, dans toute la force de son talent. Comme tant
d'autres, c'est la vue de la constance des martyrs au milieu des
supplices qui l'avait attiré vers la religion chrétienne. Ainsi les
persécutions allaient directement contre leur but.

CARACALLA. SON ÉDIT D'ÉMANCIPATION.--Caracalla continua les travaux
commencés en Afrique par son père; aussi ce prince fut-il cher aux
Africains, qui ont inscrit sur la pierre le témoignage de leur
reconnaissance. Le pays continua alors de jouir d'une tranquillité dont
il avait si grand besoin.

Par son édit de 216, l'empereur accorda le titre de citoyen à tous les
habitants libres des provinces romaines; il ne resta donc plus en
principe que deux catégories, le citoyen et l'esclave. Mais, dans la
pratique, on ne voit pas que la condition des personnes en ait subi un
réel changement, «Si cet édit[182] proclamait une émancipation générale,
pourquoi les désignations de villes libres, ou municipales, ou
coloniales, de droit italique, de droit latin, etc., ont-elles continué
à subsister? A-t-il empêché les nouveaux citoyens d'être décapités par
le bourreau ou cloués au gibet?»

En réalité cette mesure n'avait de libéral que l'apparence: son but
était de se procurer de l'argent et des hommes, en étendant l'impôt à
tous et en supprimant les exemptions.

[Note 182: Poulle, _loc. cit._, p. 115.]

MACRIN ET ELAGABAL.--Macrin, le troisième empereur africain, était né à
Yol-Césarée. C'était un avocat que son audace et son succès portèrent au
poste de préfet du prétoire. Le meurtrier de Caracalla fut d'abord bien
accueilli par le sénat (217), mais bientôt on apprit qu'Elagabal,
grand-prêtre du soleil à Edesse, âgé seulement de 17 ans, avait été
proclamé par les soldats à l'instigation de Julia Mœsa, sœur de
l'impératrice Julia Domna. Ayant essayé de lutter contre son
compétiteur, Macrin périt avec son fils Diadumène à Chalcédoine (avril
218). Dans son règne aussi court qu'agité, il avait trouvé le temps de
réduire sensiblement les impôts.

Bassien-Elagabal était fils de Socuzis, ancien légat de la IIIe légion,
et gouverneur de Numidie; aussi avait-il beaucoup de partisans en
Afrique [183]. Dans le cours de son règne, ce prince, qui avait importé
à Rome les rites et coutumes de l'Orient, procéda en grande pompe à une
ridicule cérémonie par laquelle il maria la déesse _Tanit_ de Karthage,
représentée par une pierre triangulaire, avec le Dieu _Gabal_
(Alah-Gabal), un aérolithe rapporté de Syrie[184].

En prenant le pouvoir, le nouvel empereur s'était attribué les noms de
Marc-Aurèle Antonin. Après un court règne de cinq ans, il fut à son tour
mis à mort par les soldats. Une révolte avait eu lieu dans la Césarienne
peu de temps auparavant (222).

[Note 183: Voir l'intéressante communication de M. L. Rénier à
l'Académie des Inscr. et Belles-Lettres, séance du 21 juin 1878.]

[Note 184: Voir les _Comptes-rendus_ de cette Académie.]

ALEXANDRE SÉVÈRE.--L'arrivée au pouvoir d'Alexandre Sévère mit fin à
l'anarchie que venait de traverser l'empire et qui n'était que le
prélude de nouvelles convulsions. Sous la main ferme de ce prince les
affaires reprirent leur marche régulière et chacun dut revenir à
l'obéissance. L'Afrique eut beaucoup à se louer de son administration.
Il fit ouvrir de nouvelles routes et reporta très loin au sud les
frontières de l'occupation[185]. La Tingitane aurait, paraît-il, été
alors le théâtre d'une révolte, mais Lampride, qui cite ce fait, ne
fournit aucun détail.

[Note 185: Ragot, p. 200.]

En 229, Marcus Antonius Gordianus avait été nommé par le sénat proconsul
d'Afrique, avec son fils comme légat. Pendant sept années, ses pouvoirs
lui furent prorogés, et l'Afrique vécut tranquille sous son autorité.

LES GORDIENS. RÉVOLTE DE CAPELLIEN ET DE SABINIANUS.--Mais en 235,
Sévère tomba sous le poignard du Goth Maximin, et aussitôt l'anarchie
reparut dans le monde romain. L'Afrique saisit cette occasion de
produire un empereur. Des citoyens de Karthage, irrités par la dureté et
les violences d'un intendant du fisc, le mirent à mort et, pour
s'assurer l'impunité, soulevèrent la province et proclamèrent empereur
le vieux Gordien, leur gouverneur, alors âgé de quatre vingts ans.

Les soldats de la IIIe légion ratifièrent ce choix et, malgré la
résistance du proconsul, lui conférèrent le pouvoir, à Thysdrus, en lui
laissant son fils comme lieutenant. Des députés furent alors envoyés au
Sénat qui approuva l'élection et déclara Maximin ennemi public (237). A
cette nouvelle, le sénateur Capellien qui gouvernait la Maurétanie et,
disposant de forces importantes, était chargé de garder les limites, se
déclara pour Maximin. En même temps Gordien, avec lequel il avait eu des
démêlés, prononçait sa destitution.

Bientôt Capellien envahit la Numidie à la tête de troupes aguerries
depuis longtemps par les luttes incessantes qu'elles soutenaient contre
les Maures. Pendant ce temps, les Gordiens réunissaient et armaient à la
hâte des adhérents nombreux, mais indisciplinés, et se portaient
bravement à la rencontre de l'ennemi. La bataille eut lieu en avant de
Karthage, elle se termina bientôt par le triomphe de Capellien et la
mort du jeune Gordien. Pour ne pas tomber entre les mains de son ennemi,
le vieil empereur se donna la mort en s'étranglant avec sa ceinture, six
semaines après son élévation.

Capellien s'empara de Karthage, mit cette ville au pillage et commit en
Afrique les plus grandes cruautés[186]. Il suivait en cela les ordres de
son maître qui, furieux contre l'Afrique, avait promis à ses soldats les
biens des habitants de cette province, de même qu'il leur avait octroyé
les propriétés des sénateurs. Il voulait ainsi assouvir sa vengeance
contre ceux qui s'étaient prononcés contre lui. Il est probable que,
pour punir la IIIe légion, il la licencia[187].

[Note 186: Hérodien, _Hist._, 1. VIII.]

[Note 187: Ragot, p. 205. Cela est constaté par une inscription
trouvée à Gemellæ, et d'où il résulte que cette légion fut rétablie en
253.--Voir l'article de M. Pallu de Lessert dans le _Bulletin des
Antiquités africaines_, fasc. XII, p. 73, et la communication de M. Cat
à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, séance du 26 mars
1886.]

Sur ces entrefaites, Maximin fut assassiné par les soldats lassés de ses
cruautés (238). Le sénat, malgré la mort des Gordiens, avait persisté
dans son refus de reconnaître Maximin: deux sénateurs avaient été élus
empereurs et on leur avait adjoint comme césar, un petit-fils de Gordien
Ier, âgé de 13 ans. Après s'être défaits de Maximin, les prétoriens
mirent à mort les deux fantômes d'empereurs et proclamèrent à leur place
le jeune Gordien, sous le nom de Gordien III.

Que devint l'Afrique pendant ces guerres civiles? L'histoire ne nous le
dit pas, et nous en sommes réduits aux conjectures. Il est probable que
la restauration de la famille de Gordien fut bien accueillie dans la
Proconsulaire. On ignore le sort de Capellien, mais il n'est pas
téméraire de conjecturer qu'il fut mis à mort. En 240 un certain
Sabinianus, proconsul d'Afrique, suivant son exemple, se proclama
empereur et voulut soulever sa province. Le præses de la Maurétanie
restait fidèle à Gordien. L'usurpateur marcha contre lui et obtint
d'abord quelques succès; mais, l'empereur ayant envoyé du renfort en
Maurétanie, le præses reprit l'offensive, chassa devant lui les
envahisseurs, et vint, à son tour, mettre le siège devant Karthage. Les
habitants de cette ville, pour obtenir leur pardon, livrèrent Sabinianus
aux troupes fidèles.

PÉRIODE D'ANARCHIE. RÉVOLTES EN AFRIQUE.--A l'époque que nous avons
atteinte, les empereurs se succèdent au pouvoir avec une rapidité qui
démontre à quel état d'anarchie l'empire est tombé.

L'arabe Philippe, brigand de grands chemins, parvenu à l'emploi de
préfet du prétoire, tue Gordien III et se fait proclamer à sa place
(244); Decius (249), Gallus (251), le maure Emilien (253), passent
successivement au pouvoir et périssent tous sous les coups des soldats.
En 253, Valérien ancien chef de la IIIe légion, s'empare de l'autorité
et la conserve pendant quelques années, mais en 260, il est fait
prisonnier par Sapor, roi des Perses.

Que pouvait faire l'Afrique pendant cette anarchie? Le silence de
l'histoire est suppléé ici par les inscriptions relevées en Algérie. Les
tribus indigènes, particulièrement celles qui occupaient la région
montagneuse comprise entre Cirta, Sétif, Rusucurru (Dellis) et la mer en
profitèrent pour attaquer les colonisations latines. Les maures du
sud-ouest paraissent les avoir soutenues. En 260 un officier du nom de
Q. Gargilius, chef de la cohorte des cavaliers auxiliaires maures
cantonnés à Auzia (Aumale), prend et met à mort un rebelle du nom de
Faraxen, chef des Fraxiniens. Après ce succès, Gargilius se met en
marche vers l'est pour rejoindre le légat de la Numidie qui accourt avec
les troupes disponibles, niais il tombe dans une embuscade dressée par
les Babares et périt en combattant.

Vers le même temps, ou peu après, les Babares habitant le massif du
Babor, soutenus par quatre chefs berbères, envahirent les environs de
Mileu (Mila) et de là, portèrent le ravage jusque sur la limite de la
Numidie. Le légat C. M. Decianus propréteur de Numidie et de Norique,
les mit en pièces; puis il dut réduire les Quinquegentiens, réunion de
cinq peuplades, établies dans le territoire de la grande et de la petite
Kabilie [188]. Ces succès partiels ne furent pas suivis de pacifications
bien solides.

[Note 188: Poulle, _Maurétanie_, p. 119-120. Berbrugger, _Époques
militaires de la grande Kabylie_, p. 212.]

PERSÉCUTIONS CONTRE LES CHRÉTIENS.--Malgré les persécutions, la religion
chrétienne faisait de rapides progrès en Afrique. Dans la Cyrénaïque
surtout, un clergé organisé relevait directement du pape. L'édit de
Decius, rendu en 250, organisa d'une manière régulière la persécution
contre ceux qui refusaient de sacrifier aux Dieux. C'est à la suite de
cette mesure que saint Denis d'Alexandrie fut exilé dans une petite
bourgade de la Cyrénaïque. Valérien prescrivit de nouvelles rigueurs
contre les chrétiens et, comme un certain nombre de tribus de la
Proconsulaire avait embrassé le nouveau culte, ce fut une cause de plus
de troubles en Afrique et de résistance au pouvoir central. Les
pasteurs, décorés du nom d'évêques, se réunirent plus d'une fois en
conciles pour traiter des points de doctrine, car déjà des hérésies se
produisaient et souvent le clergé africain était en lutte avec ses chefs
spirituels. Saint Cyprien qui, à Karthage, avait recueilli l'héritage de
Tertullien, était en butte aux haines de la populace.

En 254 à Lambèse, et en 255 à Karthage, se réunirent deux conciles
d'évêques de la Numidie et de la Maurétanie, auxquels assistèrent, pour
le premier, soixante et onze, et, pour le second, quatre-vingt-cinq
membres. Plusieurs fois saint Cyprien avait failli être jeté aux bêtes;
sous Valérien il trouva le martyre ainsi qu'un certain nombre d'évêques.

Période des trente tyrans.--Après la chute de Valérien, avait commencé
le règne de Gallien et la période dite des trente tyrans. L'Afrique ne
pouvait se dispenser d'avoir le sien. En 265 le proconsul Vibius
Passienus et F. Pomponianus «duc de la frontière libyque,» allèrent
chercher dans ses terres un ancien tribun, nommé Celsus, et l'ayant
revêtu du manteau de pourpre de la déesse Tanit à Karthage, le
proclamèrent Auguste. Quelques jours après, le tyran était mis à mort
par la populace, qui l'avait élevé, et son cadavre livré en pâture aux
chiens.

Vers la même époque, un parti de Franks, après avoir ravagé la Gaule et
l'Espagne, fit une descente en Maurétanie: c'était un prélude à
l'invasion Vandale.

En 268, Claude II succède à Gallien, et est à son tour remplacé par
Aurélien (270). On devine ce que pouvaient faire les indigènes de
l'Afrique pendant une telle anarchie, quand on les a vu tenir tête à la
puissance romaine sous Hadrien et sous Sévère: la révolte fut l'état
permanent. «Le débordement général des barbares fut comme une tempête
qui brise tout[189]». L'évêque de Karthage sollicitait la charité des
fidèles pour racheter les captifs faits par les «barbares» qui avaient
envahi la Numidie. C'est du massif de la Grande-Kabilie (Mons-ferratus)
habité par les cinq nations (quinquegentiens), que l'étincelle était
partie. De là, la révolte s'était répandue, pendant le règne de Gallien
(265), sur la Maurétanie orientale et la Numidie occidentale.

Le général Probus, après avoir rétabli la paix dans la Marmarique
insurgée, arriva dans la Proconsulaire, vers 270, avec le titre de chef
des troupes. Un Berbère, du nom d'Aradion, avait soulevé les populations
de la Numidie. Tout était en révolte jusqu'aux portes de Karthage.
Probus attaqua vigoureusement les rebelles, les mit en déroute et tua
Aradion en combat singulier. Pour honorer le courage de ce chef, il lui
fit élever par ses troupes un tombeau de deux cents pieds de
largeur[190]. Il est assez difficile de se rendre compte du théâtre de
cette campagne; mais les probabilités semblent indiquer que c'est vers
Sicca Veneria (le Kef) que le chef berbère trouva la mort[191].

[Note 189: Aurélius Victor.]

[Note 190: Vopiscus, _Hist. de Probus_, cap. IX.]

[Note 191: V. _Recueil de la Soc. arch. de Constantine_, 1854-1855.]

Vers 275, des Franks, faits prisonniers par Probus, et transportés par
lui en Asie-Mineure, parvinrent à s'échapper sur quelques navires. En
passant devant les côtes de la Maurétanie césarienne, ils y firent une
descente et mirent tout au pillage. Il fallut un envoi de troupes de
Karthage pour les forcer à reprendre la mer. Ils traversèrent le détroit
et rentrèrent chez eux par l'embouchure du Rhin.

Lorsque Probus eut été proclamé empereur, l'Afrique, au lieu de se
souvenir de ses services, soutint son compétiteur Florien. Sous le règne
de son successeur Carus (282), eut lieu le premier partage du monde
romain. L'Afrique, avec le reste de l'occident, fut donnée à Carus.

DIOCLÉTIEN. RÉVOLTE DES QUINQUEGENTIENS.--Dioclétien parvenu au trône en
284, essaya en vain de gouverner seul: deux années plus tard, il
s'associa Maximien Hercule, auquel il donna en apanage l'Italie,
l'Afrique et l'Hispanie. Mais ce n'était pas encore assez de deux
maîtres pour gouverner le monde romain dans l'état de désagrégation où
il se trouvait, et sous la pression générale des barbares qui
l'entouraient. Afin d'arrêter le débordement, les deux augustes
s'adjoignirent deux césars, Galere et Constance Chlore. Il fallut
partager l'empire en quatre parties. Maximien conserva l'Afrique, moins
peut-être la Tingitane. La Cyrénaïque et la Libye échurent à Dioclétien
qui avait l'Orient pour lot.

Le moment était trop opportun pour que l'Afrique le laissât échapper, et
du reste la révolte était pour ainsi dire à l'état permanent dans la
Maurétanie. Dès 288, la grande confédération des Quinquégentiens était
en pleine insurrection. Le præses de la Césarienne, Aurélius Litua,
obtint contre eux quelques avantages et les contraignit à une soumission
éphémère.

Mais bientôt les Quinquégentiens reprennent les armes et portent le
ravage dans la Numidie. Le mouvement se propage à l'est. Un certain
Julien, sur lequel on n'a que des renseignements vagues, est proclamé à
Karthage. La situation devient si grave que Maximien passe lui-même en
Afrique pour prendre la direction des opérations. Il combat les
farouches Quinquégentiens, les repousse chez eux et les poursuit jusque
sur les sommets de leurs montagnes inaccessibles. Cette fois la
répression est sérieuse et la soumission réelle. Pour en assurer les
effets, Maximien juge nécessaire de transporter une partie de ces tribus
indomptées[192] (297).

Vers le même temps, l'usurpateur Julien cessait de vivre; cependant la
révolte persista encore dans les Syrtes, et ce fut en vain que
l'empereur essaya de la réduire.

[Note 192: Eutrope, 1. VIII, 5, 6. Mammertin, III, 17. P. Orose, 1.
IX, 14. Aurel. Victor, ch. XXXIX. On ignore l'endroit où ces tribus ont
été transportées, M. Fournel penche pour le désert, mais cette
conjecture nous semble peu justifiée.]

NOUVELLES DIVISIONS GÉOGRAPHIQUES DE L'AFRIQUE.--Sous le règne de
Dioclétien, les divisions administratives de l'empire furent modifiées
et il en fut ainsi notamment en Afrique. On suppose que ces remaniements
ont été effectués par Maximien, après sa victoire sur les
Quinquégentiens (297). Morcelli les place en 297, à la même date que la
reconstitution générale de l'empire. Il est probable que la
confédération des _cinq_ républiques cirtéennes, (_Cuicul_ (Djemila)
avait été ajoutée aux quatre précédentes), fut dissoute un peu
auparavant, car il n'en est plus fait mention depuis l'époque
d'Alexandre Sévère. La séparation de la Numidie en territoire militaire
et territoire civil, fournit naturellement l'occasion de faire cesser
une anomalie qui ne pouvait être que préjudiciable au bon ordre, dans
une époque aussi troublée.

La Maurétanie orientale fut divisée en deux parties: celle de l'est avec
Sitifis pour chef-lieu, reçut le nom de Sitifienne; celle de l'ouest
conservant Césarée, comme siège du gouverneur, continua à être appelée
Césarienne.

Dès lors, l'Afrique fut divisée de la manière suivante:

1° Cyrénaïque, ayant un gouverneur particulier, rattachée au diocèse
d'Orient.

2° Diocèse d'Afrique comprenant:

La Tripolitaine depuis la Cyrénaïque jusqu'au Triton.

La Bysacène ou Valérie, du Triton jusqu'à Horréa.

L'Afrique propre, d'Horréa à Tabarka.

La Numidie divisée elle-même en Numidie cirtéenne (avec Cirta), et
Numidie militaire avec Lambèse, comme chef-lieu, de Tabarka à l'Amsaga.

La Maurétanie sétifienne, de l'Amsaga à Saldæ.

Et la Maurétanie césarienne de Saldæ à la Malua (Moulouïa).

Ces provinces étaient administrées civilement par des _præses_ relevant
du _vicaire d'Afrique_. Le commandement militaire était confié au _comte
d'Afrique_, ayant sous ses ordres des _præpositi limitum_ [193].

[Note 193: Pallu de Lessert, _loc. cit._, p. 81.]

3° Et la Maurétanie Tingitane, rattachée au diocèse d'Espagne, et
commandée par un _comes Tingitanæ_, relevant directement du _magister
peditum_ (sorte de ministre de la guerre) de Rome. Son administration
civile était confiée à un præses obéissant au vicaire d'Espagne. Le
manque de communication terrestre entre la Tingitane et la Césarienne,
ses relations constantes avec l'Hispanie, si proches, expliquent ce
rattachement à l'Europe.



CHAPITRE IX

L'AFRIQUE SOUS L'AUTORITÉ ROMAINE (_Suite_).
297-415.


État de l'Afrique à la fin du IIIe siècle.--Grandes persécutions contre
les chrétiens.--Tyrannie de Galère en Afrique.--Constantin et Maxence,
usurpation d'Alexandre.--Triomphe de Maxence en Afrique; ses
dévastations.--Triomphe de Constantin.--Cessation des persécutions
contre les chrétiens; les Donatistes; schisme d'Arius.--Organisation
administrative et militaire de l'Afrique par Constantin.--Puissance des
Dunatistes. Les Circoncellions.--Les fils de Constantin; persécution des
Donatistes par Constant.--Constance et Julien; excès des
Donatistes.--Exactions du comte Romanus.--Révolte de
Firmus.--Pacification générale.--L'Afrique sous Gratien, Valentinien II
et Théodose.--Révolte de Gildon.--Chute de Gildon.--L'Afrique sous
Honorius.


ÉTAT DE L'AFRIQUE À LA FIN DU IIIe SIÈCLE.--Nous avons vu dans le
chapitre qui précède, combien les révoltes des indigènes rendaient
précaire la situation de la colonisation africaine. Quatre siècles et
demi s'étaient écoulés depuis la chute de Karthage, et les Romains
avaient effectué leur conquête avec la plus grande prudence, ménageant
les transitions et n'avançant que méthodiquement. Ils avaient fait des
efforts considérables pour coloniser l'Afrique et avaient pu croire un
instant au succès; mais sous les règnes les plus brillants, les révoltes
des Berbères avaient démontré la précarité de celle occupation et,
malgré le déploiement d'un appareil militaire formidable pour l'époque,
la puissance de l'empereur avait été insultée par les sauvages
africains.

Cette situation, dont le danger déjà pressenti allait se démontrer par
des faits, était la conséquence d'une erreur ou d'un oubli des maîtres
du monde, dans leur tentative de colonisation. Ils n'avaient pas assez
tenu compte de la race indigène et, se contentant de la refouler dans
les plaines livrées aux colons, ils l'avaient laissée se concentrer, se
renforcer au milieu d'eux, dans de vastes contrées comme le pays des
Quinquégentiens et le massif de l'Aourès. Ils voyaient bien aussi les
tribus nomades du sud se masser sur la ligne du désert, mais ils se
contentaient de renforcer leurs postes ou de les reporter plus au sud.

Certes, dans les plaines et le Tel de l'Afrique propre et de l'ancienne
Numidie, la vieille race indigène avait disparu ou s'était assimilée. La
langue, la littérature et les institutions de Rome avaient été adoptées
par ces Berbères. Ceux-là n'étaient pas à craindre; mais, tout autour
d'eux, la race africaine se reconstituait et était prête à entrer en
lutte. L'anarchie, prélude du démembrement de l'empire, les luttes
religieuses, dont l'Afrique était sur le point de devenir le théâtre,
allaient servir merveilleusement la reconstitution de la nationalité
africaine et permettre aux nouvelles tribus berbères de s'étendre en
couche épaisse sur les restes des anciennes. Il y a là un enseignement
que les colonisateurs actuels de l'Afrique feront bien de ne pas perdre
de vue, car ce fait prouve une fois de plus que, si la conquête est
facile, il n'en est pas de même de la colonisation et que, tant que la
race autochthone reste à peu près intacte, l'établissement des étrangers
au milieu d'elle est précaire.

GRANDES PERSÉCUTIONS CONTRE LES CHRÉTIENS.--Les persécutions exercées
contre les chrétiens semblaient n'avoir d'autre résultat que de
fortifier la religion nouvelle. Les prosélytes étaient très nombreux en
Afrique, non-seulement chez les colons latins, mais chez les indigènes
romanisés et même dans les tribus berbères. «Il est impossible de ne pas
être frappé de ce fait concluant que ce fut le sang indigène qui coula
ici le premier pour la foi chrétienne, car les victimes inscrites en
tête du martyrologe africain sont bien des berbères: Namphanio, Miggis,
Lucitti, Sanaes et d'autres encore dont le nom seul révélerait la
nationalité, si l'histoire n'avait eu soin de la constater
expressément[194].»

Des bas-fonds populaires où le christianisme avait d'abord pris racine,
il s'élevait et pénétrait l'administration et l'armée. Un jour c'était
un gardien de prison qui demandait à partager le sort des condamnés; une
autre fois c'était un centurion qui, jetant au loin le sarment, insigne
de commandement, se dépouillant de sa cuirasse et de ses insignes,
refusait de continuer à servir César pour entrer dans la milice du
Christ[195]; ailleurs des hommes enrôlés n'acceptaient pas leur
incorporation[196]. Pour tous c'était la mort, mais ils supportaient
avec joie les affres du supplice.

[Note 194: Berbrugger, _Revue africaine_, N° 51, p. 193.]

[Note 195: Voir les _Actes du centurion saint Marcellus, martyr à
Tanger_, 30 Oct. 298. _Acta prim. martyr_, p. 311.]

[Note 196: V. _Actes de saint Maximilien de Théveste_ (12 mars
295).]

Le triomphe de la nouvelle religion était proche. Le trône des empereurs
en était ébranlé sur sa base, car le christianisme, à son début, était
la négation de tout pouvoir temporel. Depuis l'exécution des édits de
Décius et de Valérien, la persécution, tout en continuant, avait subi
une certaine modération. Dioclétien n'était pas porté aux mesures
extrêmes contre les chrétiens; mais Galère ne voyait le salut de
l'empire que dans l'extinction de la religion nouvelle et il suppliait
l'empereur de prendre les mesures les plus énergiques. Enfin, en 303,
Dioclétien, cédant aux instances de son césar, promulgua l'édit de
persécution connu sous le nom d'édit de Nicomédie. Les mesures
prescrites étaient terribles: destruction des églises et des livres et
ustensiles du culte; mise hors la loi de tous les chrétiens dont les
biens devaient être saisis et qui devaient, eux-mêmes, être jetés en
prison ou livrés au bourreau.

Cet édit fut immédiatement exécuté, sauf dans la partie du diocèse
d'Occident qui était soumise au césar Constance Chlore, c'est-à-dire la
Gaule, la Bretagne, l'Espagne et la Tingitane. Dans tout le reste de
l'empire, les persécuteurs se mirent à l'œuvre. En Afrique, ils
déployèrent un grand zèle. A Cirta, un certain Munatius Félix, flamine
perpétuel, se fit remarquer par son ardeur et sa violence. Généralement
les chrétiens restèrent fermes dans leur foi et des prêtres subirent le
martyre plutôt que de remettre aux persécuteurs leurs vases et leurs
livres qu'ils avaient cachés; mais un grand nombre faiblirent, renièrent
leur foi et livrèrent leur dépôt sacré. L'église de Cirta se signala par
sa faiblesse: son évêque Paulus se soumit à tout ce qu'on exigea de lui.

Cette persécution n'était que le prélude de violences plus grandes
encore. Il ne suffisait pas d'avoir détruit les églises et les objets
extérieurs du culte; on allait s'en prendre aux consciences. A la fin de
l'année 303, un édit adressé au gouverneur de la Palestine fixait
certains jours pendant lesquels tout homme devait sacrifier aux dieux.
Ces jours déterminés furent appelés _dies thurificationis_ et l'on
avouera que c'était un excellent moyen de reconnaître les chrétiens.
Valérius Florus, præses de la Numidie miliciana, et Anulinus, proconsul
de la Proconsulaire, se firent les exécuteurs de ces mesures. Le sang
des chrétiens coula à flots en Afrique pendant cette période qui fut
appelée l'ère des martyrs[197].

[Note 197: Voir l'intéressante dissertation de M. Poulie à ce sujet
dans l'_Annuaire de la Société arch. de Constantine_, 1876-77, pp. 484
et suiv.]

TYRANNIE DE GALÈRE EN AFRIQUE.--En 305, Dioclétien et Maximien Hercule
abdiquèrent au profit des deux césars Constance Chlore et Galère,
lesquels s'adjoignirent comme césars Sévère et Maximin. Bien que
Constance Chlore eût l'Afrique dans son lot, il en abandonna
l'administration à Galère qui en confia le commandement au césar Sévère.
On sait qu'un des premiers actes de Galère, en prenant le pouvoir, fut
de prescrire un recensement général des personnes et des biens de
l'empire afin d'augmenter les revenus du fisc. «On procéda à l'exécution
de cette mesure avec une rigueur qui répandit partout la terreur et la
désolation: les gens du peuple, les enfants, les serviteurs étaient
réunis et comptés sur les places qui regorgeaient de monde. On excitait
à la délation le fils contre le père, l'esclave contre le maître,
l'épouse contre le mari. On obtenait par les tourments des déclarations
de biens que l'on ne possédait pas[198].» Il est probable que l'Afrique,
qui avait déjà tant à se plaindre de Galère, souffrit beaucoup de ces
mesures et de la façon cruelle dont elles furent appliquées. Les troupes
seules, qui profitaient des largesses de ce prince, avaient pour lui
quelque fidélité.

[Note 198: Poulle, _loc, cit._, p. 481.]

CONSTANTIN ET MAXENCE. USURPATION D'ALEXANDRE.--A la mort de Constance
Chlore, survenue le 25 juillet 306, les troupes proclamèrent auguste son
fils Constantin. De son côté, Galère donna le titre d'auguste à Sévère.

Peu de temps après, Maxence, fils de Maximien Hercule et gendre de
Galère, ayant gagné l'appui du préfet du prétoire Anulinus, prit aussi
la pourpre et fut acclamé par les soldats (28 octobre 306).

En Afrique, Anulinus avait comme lieutenant un certain Alexandre, qui
avait d'abord reçu le titre de comte et, après le départ du proconsul,
avait été élevé aux fonctions de vicaire d'Afrique (mars 306). Il reçut
probablement la mission de proclamer l'autorité de Maxence, dans les
provinces africaines; mais, nous l'avons dit, les troupes tenaient pour
Galère. Elle refusèrent de reconnaître l'usurpateur et prirent le chemin
de l'Orient, afin de rejoindre, à Alexandrie, le lieutenant de leur
maître. On ne sait au juste quel obstacle elles rencontrèrent sur leur
route, toujours est-il qu'elles furent forcées de rentrer à Karthage, où
elle retrouvèrent leur chef Alexandre. A quel prince obéissait alors
l'Afrique, nul ne peut le dire et il est fort probable qu'elle était
dans un état voisin de l'anarchie. Cependant Maxence devait y avoir des
partisans.

Sur ces entrefaites, Galère étant mort, les troupes exploitèrent
habilement un bruit, vrai ou faux, d'après lequel Maxence, doutant de la
fidélité d'Alexandre, aurait envoyé des émissaires pour le tuer. Bon gré
mal gré, elles le proclamèrent empereur. Alexandre dont l'origine est
incertaine, mais qu'on désigne généralement comme un paysan pannonien,
était alors un vieillard affaibli par l'âge au moral et au physique,
incapable de résistance autant que d'initiative. Il se laissa ainsi
porter au pouvoir, mais il ne sut rien faire pour l'affermir et le
conserver (308).

TRIOMPHE DE MAXENCE EN AFRIQUE. SES DÉVASTATIONS.--Cependant Maxence,
après avoir défait et mis à mort Sévère, s'était emparé de Rome et de
toute d'Italie. Absorbé par le soin d'asseoir sa puissance, il ne
pouvait, s'occuper de l'Afrique. Alexandre régnait tranquillement à
Karthage; toutes les provinces avaient fini par reconnaître son
autorité, mais il ne paraît pas qu'il ait su gagner l'affection des
populations.

En 311, Maxence pouvant détacher quelques troupes, les plaça sous le
commandement du préfet du prétoire, Rufus Volusianus, et du général
Zénas, et les envoya en Afrique. Karthage emportée d'assaut fut mise à
feu et à sang. Quant à Alexandre, il avait pu se réfugier derrière les
remparts de Cirta. Les généraux de Maxence l'y poursuivirent et s'étant
rendus maîtres de cette ville, s'emparèrent de l'usurpateur qui fut
étranglé[199].

[Note 199: Voir, pour la révolte d'Alexandre: Aur. Victor,
_Épitome_, Eutrope, _Épit._; Zosime. Tillemont, _Hist. des empereurs_,
etc. Nous avons adopté en grande partie les opinions de M. Poulle (_Soc.
arch. de Constantine_), 1876-77.]

Cirta, comme Karthage, fut entièrement saccagée, puis brûlée par les
vainqueurs. Maxence fit cruellement expier à l'Afrique ce qu'il appelait
son manque de fidélité: un grand nombre de cités furent livrées aux
flammes; les principaux citoyens se virent poursuivis, dépouillés de
leurs biens; beaucoup d'entre eux périrent dans les tortures, car toutes
les haines, toutes les rivalités purent exercer librement leurs
vengeances, et le pays gémit sous la plus épouvantable terreur. Les
campagnes, même, n'échappèrent pas à la fureur du vainqueur qui se fit
livrer les réserves de grain et porta la dévastation partout.

TRIOMPHE DE CONSTANTIN.--Après avoir ainsi assouvi sa vengeance, Maxence
s'appliqua à retirer de l'Afrique tout ce que la contrée pouvait lui
fournir en hommes et en argent, afin d'être en mesure de résister à son
compétiteur Constantin. En 312, la lutte commença entre les deux
empereurs et se termina bientôt par la défaite de Maxence devant Rome.
Malgré la supériorité de son armée, où les Berbères étaient en grand
nombre, il fut entièrement vaincu par son compétiteur et se noya dans le
Tibre (28 octobre).

La chute de Maxence fut accueillie en Afrique avec la plus grande joie;
on dit que Constantin envoya la tête du tyran à Karthage qui avait tant
eu à se plaindre de lui. Le vainqueur s'appliqua de toutes ses forces à
panser les plaies de la Berbérie: il envoya des secours en argent,
diminua les impôts, rendit les biens confisqués à leurs propriétaires,
et fit relever les cités détruites.

Cirta, reconstruite pas ses ordres, reçut son nom et nous l'ap-pellerons
à l'avenir Constantine. Par ces mesures il mérita la reconnaissance de
ce pays si maltraité par ses prédécesseurs.

CESSATION DES PERSÉCUTIONS CONTRE LES CHRÉTIENS. LES DONATISTES. SCHISME
D'ARIUS.--A partir de l'année 305, les persécutions s'étaient ralenties;
selon le témoignage d'Eusèbe et de saint Optat, Maxence les fit
immédiatement cesser, dès son avènement. Le triomphe de la religion
nouvelle était proche, mais, avant même qu'il fût assuré, des divisions
se produisaient dans son sein et il allait en résulter de bien graves
événements.

Au mois de mars 305, l'évêque de Cirta, Paulus, étant mort, un concile
se réunit dans cette ville, chez un particulier, car les églises étaient
détruites, pour lui donner un successeur. Dix évêques de Numidie y
prirent part. A peine la séance était-elle ouverte, que des discussions
s'élevèrent entre les membres: on reprocha à un certain nombre d'entre
eux d'avoir faibli pendant les persécutions et d'avoir remis les livres
et vases sacrés. Pour la première fois l'épithète de «_traditeurs_» fut
lancée. Un certain Purpurius, que nous retrouverons plus tard, montra
dans l'assemblée une grande violence. Sylvain avait été proposé pour le
siège épiscopal, mais il était traditeur; grâce à l'appui de la populace
il fut élu, tandis que les hommes les plus pieux et les plus éminents
étaient enfermés dans le «cimetière des martyrs.» Ce fait qui semblerait
de peu d'importance, fut le point de départ de la déplorable scission
qui se produisit dans l'église d'Afrique.

Quelque temps après, en 311 mourait l'évêque de Karthage Mensurius, qui
avait su résister avec autant de fermeté que de prudence aux violences
des persécuteurs et conserver les vases de son église. Les fidèles
s'assemblèrent pour procéder à son remplacement et élurent le diacre
Cécilien. Il avait de nombreux adversaires, et bientôt l'opposition
contre lui se manifesta par le refus de lui remettre les vases sacrés
que son prédécesseur avait cachés chez les fidèles. Une véritable
conspiration ayant à sa tête Donat, évêque des Cases-Noires[200] en
Numidie, s'ourdit contre lui; les prêtres de l'intérieur ne lui
pardonnaient pas de s'être fait élire sans leur participation. Ils
formèrent un groupe de soixante-dix prélats à la tête desquels était
Secundus, évêque de Ticisi[201]. Réunis en concile, ils citèrent
Cécilien à comparaître devant eux; mais, comme il s'y refusait, disant
qu'il avait été régulièrement sacré et ajoutant qu'il était prêt à
recevoir de nouveau l'imposition des mains, Purpurius, dont la violence
s'était fait remarquer à Cirta, s'écria: «Qu'il vienne la recevoir et on
lui cassera la tête pour pénitence.»

[Note 200: Emplacement inconnu au nord de l'Aourès.]

[Note 201: Actuellement Tidjist (Aïn-el-Bordj), près de Sigus, au
sud de Constantine.]

Le concile rendit alors une sentence de condamnation contre Cécilien,
fondée sur les trois points suivants: 1° il avait refusé de se rendre à
leur réunion; 2° il avait été sacré par des traditeurs; 3° il aurait,
lors des persécutions, empêché des fidèles de secourir les martyrs. Or
ces deux derniers chefs n'étaient rien moins que prouvés et, dans le
groupe des évêques qui s'érigeaient ainsi en juges, plusieurs s'étaient
reconnus eux-mêmes traditeurs. Pour compléter leur œuvre, ils
déclarèrent le siège de Karthage vacant et y élevèrent un certain
Majorin, simple lecteur. Une intrigante, du nom de Lucilla, ennemie
personnelle de Cécilien, avait, par ses instances et son argent,
contribué à ce résultat.

Ainsi fut consommée la scission de l'église d'Afrique, au moment même où
sa cause triomphait. L'irritation réciproque des deux partis devint
extrême et amena des conflits journaliers.

Constantin tenait essentiellement à la pacification de l'Afrique; bien
qu'inclinant vers le christianisme, il ménagea les adhérents de l'ancien
culte et fit même ériger un temple en l'honneur de la famille flavienne.
Il apprit donc avec peine les divisions de l'église d'Afrique et écrivit
au proconsul Anulinus, pour qu'il tâchât de les faire cesser. Dans ces
instructions il semble pencher pour le parti de Cécilien. Mais les
Donatistes, ainsi les appelait-on déjà, n'étaient pas gens à s'incliner
devant des conseils ou même des menaces; ils adressèrent à l'empereur
une supplique dans laquelle ils entassèrent toutes les accusations
contre leur ennemi.

En présence de cette réclamation, Constantin ordonna la comparution des
deux parties devant un conseil d'évêques, et convoqua à ce concile un
grand nombre de prélats de la Gaule et de l'Italie. Tous se réunirent à
Rome, en octobre 313, sous la présidence du pape Miltiade. Cécilien et
Majorin accompagnés de clercs et de témoins, se présentèrent à ce
concile qui est dit de Latran, et fournirent leurs explications tant sur
les griefs reprochés par eux à leur adversaire, que sur ce qui leur
était imputé. On devine ce que purent être de tels débats. Après bien
des jours d'audience, le concile rendit une sentence par laquelle il
reconnaissait Cécilien innocent et validait son ordination. Il disposait
en outre que les prêtres ordonnés par Majorin continueraient à exercer
leur ministère et que si, dans une localité, il se trouvait deux prêtres
ordonnés l'un par Cécilien, l'autre par Majorin, le plus ancien serait
conservé et l'autre placé ailleurs. Quant à Donat, on le condamnait
comme «auteur de tout le mal et coupable de grands crimes».

A la suite de cette décision, Cécilien fut retenu provisoirement en
Italie, et Donat obtint la permission de rentrer en Numidie, sous la
promesse qu'il ne reparaîtrait plus à Karthage. Des commissaires
ecclésiastiques furent envoyés en Afrique pour notifier cette décision
au clergé et faire une enquête qui confirma l'innocence de Cécilien.
Celui-ci rentra peu après à Karthage. Donat, de son côté, ne tarda pas à
y paraître, au mépris de son serment. Les luttes recommencèrent alors
avec une nouvelle violence. Elien, proconsul, chargé d'informer par
l'empereur, conclut encore contre les Donatistes.

Mais ceux-ci ayant réclamé le jugement d'un nouveau concile, l'empereur
voulut bien faire convoquer les évêques à Arles, pour le mois d'août
314. Ce fut encore un triomphe pour Cécilien; seulement le concile crut
devoir donner son avis sur le grand différend qui divisait l'église
d'Afrique et il opina «que ceux qui seraient reconnus coupables d'avoir
livré les écritures ou les vases sacrés ou dénoncé leurs frères,
devraient être déposés de l'ordre du clergé[202].» C'était donner aux
Donatistes de nouvelles armes. Cependant ceux-ci ne furent pas encore
satisfaits et en appelèrent à l'empereur qui confirma à Milan, en 315,
les décisions des conciles de Rome et d'Arles.

[Note 202: _L'Afrique chrétienne_ par Yanoski, pp. 20 et suiv. C'est
à cet ouvrage que nous avons emprunté la plus grande partie des
documents qui précèdent.]

Constantin avait montré dans toute cette affaire une très grande
modération; mais, quand tous les degrés de juridiction eurent été
épuisés, il prescrivit à Celsus, son vicaire en Afrique, de traiter avec
sévérité toute tentative de rébellion de la part des Donatistes. Ceux-ci
se virent donc bientôt l'objet d'une nouvelle persécution dans laquelle
les plus marquants d'entre eux furent bannis. Mais leurs partisans
étaient très nombreux, surtout dans l'intérieur, et ils gardèrent
souvent par la force leurs positions.

Tandis que cette scission se produisait en Numidie, un schisme dont le
succès devait être encore plus grand prenait naissance en Cyrénaïque.
Vers 320, le Libyen Arius se séparait de l'église orthodoxe, par suite
de divergences sur des points d'appréciation relativement à la trinité.
Là encore, l'empereur intervenait et essayait de faire entendre sa voix
pour ramener la pacification dans l'Église; mais le schisme arien était
fait.

ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET MILITAIRE DE L'AFRIQUE PAR
CONSTANTIN.--En 323, Constantin attaqua brusquement son rival,
l'empereur d'Orient Licinius, le vainquit, et le fit mettre à mort.
Resté ainsi seul maître de l'empire, il s'appliqua à rétablir l'unité de
commandement et à régulariser l'administration des provinces. L'empire
fut divisé en quatre grandes préfectures.

L'Afrique, contenant la Tripolitaine, la Byzacène, la Numidie et les
Maurétanies, sétifienne et césarienne, fît partie de la préfecture
d'Italie, et fut placée, pour l'administration civile, sous l'autorité
du préfet du prétoire de cette préfecture.

La Tingitane, rattachée à la préfecture des Gaules, était sous
l'autorité du préfet du prétoire des Gaules.

La Cyrénaïque dépendit de la préfecture d'Orient.

Le préfet du prétoire d'Italie était représenté en Afrique:

1° Par un proconsul d'Afrique, qui administrait par deux légats la
proconsulaire;

2° Par le vicaire d'Afrique, qui administrait par deux consulaires la
Byzacène et la Numidie, et par trois præses la Tripolitaine, la
Sétifienne et la Césarienne.

Le préfet des Gaules était représenté dans la Tingitane par un præses.

Le _Comte des largesses sacrées_ avait la direction de tout ce qui se
rapporte aux finances; et le _Comte des choses privées_ était le
directeur et administrateur des domaines. Ces deux personnages, qui
portaient le titre d'_illustres_, avaient un certain nombre de délégués
en Afrique.

«L'armée et les choses militaires relevaient du _magister peditum_,
sorte de ministre de la guerre, résidant aussi à Rome, et représenté en
Afrique par deux ducs et deux comtes: les ducs de Maurétanie césarienne
et de Tripolitaine et les comtes d'Afrique et de Tingitane.

«Le comte d'Afrique avait sous ses ordres seize préposés des limites,
qui commandaient les troupes placées sur la frontière, plus les corps
mobiles.

«Le comte de la Tingitane avait sous son commandement un préfet de
cavalerie et cinq tribuns de cohortes, plus des corps mobiles.

«Le duc de la Césarienne avait huit préposés des limites. Il était aussi
præses et, pour cette partie de ses fonctions, devait dépendre du
vicaire d'Afrique.

«Le duc de la Tripolitaine avait douze préposés et deux camps où
étaient, sans doute, les troupes destinées à tenir la campagne.

«Les troupes, on le voit, étaient divisées en deux classes: les troupes
mobiles et celles qui gardaient en permanence la frontière[203].»

Sous le Bas-Empire, l'organisation des assemblées provinciales fut
modifiée; le culte de l'empereur ayant disparu, leurs attributions
religieuses cessèrent et le concilium devint une assemblée purement
administrative, chargée d'éclairer les préfets et de leur fournir un
appui moral, car il n'avait aucun droit exécutif. La centralisation
établie par Constantin fit cesser l'autonomie des provinces. L'empereur
voulut tout diriger du fond de son palais et c'est dans ce but que les
fonctions furent multipliées. Des _curiosi_, inspecteurs plus ou moins
occultes, furent chargés de surveiller les fonctionnaires et de rendre
compte de leurs moindres actes au chef suprême; en même temps les cités
reçurent des _defensores_, dont la mission était de protéger les
citoyens contre l'injustice et la tyrannie des agents du prince.

Le concilium provincial conserva le droit de présenter des vœux et des
doléances à l'empereur; sa réunion était l'occasion de fêtes et de
réjouissances publiques; la convocation était faite par le préfet. Le
sacerdos provineiæ, dont la fonction paraît avoir été conservée pendant
quelque temps encore, dut céder la présidence du concile au préfet ou à
son vicaire. Le corps des sacerdotes, ou prêtres devenus chrétiens, fut
entouré d'honneurs et d'immunités; mais il perdit toute occasion de
s'immiscer légalement dans les affaires administratives[204].

[Note 203: L'_Afrique septentrionale après le partage du monde
romain_, par Berbrugger, travail extrait de la _Notice des dignités_, de
Booking.]

[Note 204: _Les Assemblées provinciales et le culte provincial_, par
M. Pallu de Lessert, passim.]

PUISSANCE DES DONATISTES.--LES CIRCONCELLIONS.--Vers 321, les Donatistes
avaient obtenu le rappel de leurs exilés, et il se produisit une sorte
d'apaisement. En 326, Cécilien étant mort fut remplacé par Refus: de
leur côté, les Donatistes élirent Donat, homonyme de l'évêque des
Cases-Noires, comme successeur de Majorin. Peu après, les nouveaux élus
réunissaient à Karthage un concile auquel deux cent soixante-dix évêques
prirent part et où, grâce à des concessions mutuelles, on put consolider
la trêve.

On sera peut-être étonné du grand nombre d'évêques se trouvant alors en
Afrique, mais il faut considérer ces prélats comme de simples curés. «La
création des sièges épiscopaux en Afrique n'a pas toujours été motivée
par l'importance des localités et le chiffre de la population. L'on
observe en effet dans l'histoire des Donatistes que ces habiles
sectaires, afin d'augmenter leur influence, multipliaient le nombre des
évêques et les préposaient à de simples hameaux... Or, on conçoit
parfaitement que l'Église, pour tenir tête aux Donatistes, ait imité
cette conduite et multiplié les évêchés... Au surplus, il était dans
l'esprit de l'Église d'Afrique de multiplier les diocèses afin que leur
peu d'étendue en facilitât l'administration[205].»

Ainsi les deux églises vivaient côte à côte et essayaient de se tolérer,
mais, comme nous l'avons dit, les Donatistes tenaient en maints endroits
les temples et nous voyons, en 330, l'empereur, cédant à la demande de
Zezius, évêque de Constantine, ordonner la construction d'une basilique
pour les orthodoxes, attendu que «tout ce qui appartenait à l'Église
catholique était tombé au pouvoir des Donatistes» et que les orthodoxes
n'avaient aucun local pour tenir leurs assemblées[206].

[Note 205: _Observations sur la formation des diocèses dans
l'ancienne Eglise d'Afrique_, par l'abbé Léon Godart (_Revue africaine_,
2e année, pp. 399 et suiv.)]

[Note 206: V. L'_Africa christiana_ de Morcelli, t. II, p. 234.
Cette église se trouvait dans l'emplacement occupé actuellement par
l'hôpital militaire.]

A côté des Donatistes modérés, qui essayaient de chercher un modus
vivendi avec les autres chrétiens, se trouvaient les zélés, les purs.
Réunis en bandes obéissant à un chef, ils se mirent à parcourir le pays
dans le but, disaient-ils, de faire reconnaître la sainteté de leur foi.
Leur cri de ralliement était _Laudes Deo_ (Louanges à Dieu!), et il fut
bientôt redouté comme un signal de pillage et de mort. Faisant
profession de mépriser les biens de la terre et de vivre dans la
continence, ils ne tardèrent pas à ériger la destruction en principe.
Ils n'ont du reste rien à perdre, car la plupart sont des esclaves
fugitifs, des malheureux ruinés par les guerres civiles ou les exactions
du fisc. Ils prétendent établir l'égalité en détruissant les biens et
faire le salut des riches en les ruinant.

Ces bandes, qui rappellent celles de la Jacquerie, s'attaquèrent d'abord
aux fermes isolées; c'est pourquoi les gens qui en faisaient partie
furent stigmatisés du nom de Circoncellions[207]. Nous verrons avant peu
à quels excès ces fanatiques se portèrent. Leur quartier général était
Thamugas (aujourd'hui Timgad), au pied de l'Aourès, entre Lambèse et
Theveste[208].

[Note 207: De _Circumiens cellas_ (rôdant autour des fermes).]

[Note 208: Voir sur les Donatistes les textes de saint Augustin et
de saint Optat.]

LES FILS DE CONSTANTIN.--PERSÉCUTION DES DONATISTES PAR CONSTANT.--A la
mort de Constantin (337), l'empire se trouva fractionné en cinq parties;
mais bientôt ses trois fils Constantin II, Constant et Constance,
restèrent, par suite du meurtre de leurs deux cousins, seuls maîtres du
pouvoir. Un nouveau partage fut alors opéré entre eux (338). L'Afrique
demeura pendant plusieurs années un sujet de contestation entre Constant
et Constantin, et les deux frères en vinrent plusieurs fois aux mains.
La mort de Constantin (340) mit fin à la lutte en assurant le triomphe
de Constant.

Ce prince fanatique tyrannisa d'abord les païens, puis, des dissensions
nouvelles s'étant produites en Afrique entre les Donatistes et les
orthodoxes, il envoya deux officiers, Paul et Macaire, pour mettre fin à
ces troubles. A peine étaient-ils arrivés à Karthage que les Donatistes
se soulevèrent de toutes parts. Aidés par les Circoncellions, ils
osèrent tenir tête aux armées de l'empereur. Mais bientôt ils furent
vaincus et réduits à la fuite, et la persécution commença; les évêques
compromis furent exilés ou mis à mort. Le principal résultat de ces
violences fut d'augmenter le nombre des Circoncellions et de redoubler
leur fureur, au grand préjudice de la colonisation.

CONSTANCE ET JULIEN.--EXCÈS DES DONATISTES.--En 350, Constant fut mis à
mort par Magnence, comte des Gaules, qui s'empara de son trône et
étendit son autorité sur l'Afrique. Deux ans plus tard les troupes de
Constance prenaient possession de l'Afrique au nom de leur maître. Elles
passèrent ensuite en Espagne, de là en Gaule et vinrent à Lyon écraser
l'armée de Magnence, qui périt dans la bataille. Ainsi Constance resta
seul maître de l'empire. On sait qu'il s'érigea en protecteur de
l'arianisme.

En 360, Julien, ayant été proclamé à Lutèce et reconnu par l'Italie,
chercha à gagner l'Afrique à sa cause, mais ne put parvenir à la
détacher de sa fidélité au fils de Constantin. Du reste, Constance avait
pris des précautions sérieuses pour conserver sa province, et, bien
qu'il fût menacé par son compétiteur d'un côté, et par les Perses de
l'autre, il envoya en Afrique son secrétaire d'état Gaudentius avec
ordre de lever des troupes et de s'opposer à tout débarquement.
«Gaudentius remplit sa mission avec fidélité, il invita le comte Cretion
et les gouverneurs (rectores) à faire des levées, et il tira des deux
Maurétanies une cavalerie légère excellente avec laquelle il protégea
efficacement tout le littoral contre les troupes stationnées en Sicile
et qui n'attendaient qu'une occasion pour faire une descente en
Afrique[209].»

L'année suivante, la mort de Constance laissa Julien seul au pouvoir. Il
se vengea alors de l'Afrique en accordant ses faveurs aux Donatistes,
fort affaiblis par la persécution macarienne. Leurs évêques leur furent
rendus et une violente réaction contre les orthodoxes se produisit. Les
Donatistes se vengèrent d'eux par les mêmes armes: les spoliations, les
dévastations, les meurtres. Un exemple donnera une idée du caractère de
ces luttes: «Félix et Januarius, deux Donatistes, se jettent sur
Lemelli[210], à la tête d'une troupe de Circoncellions. Ayant trouvé la
porte de la basilique fermée, ils en firent le siège; les Circoncellions
montèrent sur le toit et, de là, accablèrent les fidèles sous un monceau
de tuiles. Un grand nombre fut cruellement blessé; deux diacres qui
défendaient l'autel furent tués et les fastes de l'église inscrivent
deux martyrs de plus[211].» Ailleurs, à Typaza, en présence du
gouverneur, ils maltraitent et expulsent les catholiques; «les hommes
sont torturés, les femmes traînées; les enfants mis à mort ou étouffés
dans les entrailles de leurs mères.»

Du reste les Donatistes ne tardèrent pas à voir des schismes se produire
dans leur sein. Le plus important fut celui de Rogatus, évêque de
Cartenna[212], qui imposait un nouveau baptême à tous les anciens
traditeurs.

[Note 209: Poulle (_Soc. arch._), 1878, pp. 414, 415.--Voir aussi
_Rev. afr._ t. IV, pp. 137, 138, et Ammien Marcellin, 1. XXI, parag. 7.]

[Note 210: Zembia, dans la Medjana.]

[Note 211: Poulle, _Maurétanie_, p. 129.]

[Note 212: Tenès].

EXACTIONS DU COMTE ROMANUS.--A la fin de 363, sous Jovien, et ensuite,
dans les premiers temps du règne de Valentinien, une tribu indigène de
la Tripolitaine, les _Asturiens_, ainsi appelés par les auteurs[213],
causèrent les plus grands ravages dans cette contrée et vinrent même
attaquer les colonies de Leptis et de Tripoli. Les colons appelèrent à
leur secours le comte Romanus, nommé depuis peu maître des milices
d'Afrique; mais ce général ne voulut entrer en campagne que si on lui
fournissait quatre mille chevaux et une grande quantité de vivres,
conditions que les Tripolitains ruinés ne pouvaient remplir; de sorte
que les Berbères continuèrent leurs déprédations. À l'avènement de
Valentinien, les gens de Leptis envoyèrent des députés à l'empereur pour
lui exposer leurs doléances; mais les partisans de Romanus en
atténuèrent en partie l'effet. Cependant l'empereur chargea un
administrateur de l'ordre civil, auquel on confia des pouvoirs
militaires extraordinaires, de rétablir la paix.

[Note 213: Ammien Marcelin, 1. XXVII et suiv.]

En 366, nouvelle incursion des Asturiens. L'empereur envoya un tribun
nommé Pallade pour faire une enquête sur les lieux, mais cet agent se
laissa corrompre et déclara que les plaintes n'étaient pas fondées. Pour
Romanus, c'était le triomphe, l'impunité assurée; aussi se livra-t-il,
sans retenue, à une prévarication effrénée. Une nouvelle plainte des
victimes ayant eu le même résultat que la précédente, l'empereur ordonna
la mise à mort des réclamants, _convaincus_ de calomnie. Un ancien
præses de la Tripolitaine, nommé Rurice, qui avait cherché à faire
triompher la vérité, fut englobé dans l'accusation et exécuté à Sitifis.

RÉVOLTE DE FIRMUS.--Sur ces entrefaites, un des plus puissants chefs des
Quinquégentiens vint à mourir en laissant plusieurs fils, Firmus,
Gildon, Mascizel, Dius (ou Duis), Salmacès et Zamma. Ce dernier était
fort lié avec Romanus, et, comme son frère aîné, Firmus, craignait
d'être victime d'une spoliation, il fit assassiner Zamma. C'était
s'exposer à la vengeance certaine du comte; aussi, après avoir essayé en
vain de se disculper auprès du pouvoir central, Firmus comprit-il qu'il
ne lui restait de salut que dans la révolte. Ces fils de Nubel étaient
tous empreints de civilisation latine, plusieurs d'entre eux étaient
chrétiens.

En 372, Firmus lève l'étendard de l'insurrection dans les montagnes du
Djerdjera. Les Maurétanies le soutiennent; les Donatistes lui
fournissent leur appui; les aventuriers, les gens ruinés, tous ceux qui
recherchent le désordre, des soldats, on dit même une légion entière,
viennent se joindre à lui. Firmus disposant d'une vingtaine de mille
hommes se met aussitôt en campagne; un évêque de Rusagus, bourgade sur
la frontière de la Césarienne, lui ouvre les portes de la ville. Les
Firmianiens, continuant leur marche vers l'ouest, assiègent Césarée,
s'en rendent maîtres et réduisent en cendres cette belle ville. Romanus
essaie en vain de lutter; il est défait et la révolte gagne la Numidie.
Les soldats proclamèrent alors Firmus roi; un tribun lui posa le
diadème.

À la réception de ces graves nouvelles, l'empereur d'occident envoya en
toute hâte des troupes en Afrique sous le commandement du comte
Théodose, maître de la cavalerie. Débarqué à Igilgili (Djidjelli), cet
habile générai gagna Sitifis et convoqua toutes ses troupes dans un
poste des environs nommé Panchariana, d'où il devait commencer les
opérations (373). Il avait été rejoint, tout en arrivant, par un corps
d'auxiliaires indigènes, commandé par Gildon, frère de Firmus.

Le prince indigène, comprenant que la situation était changée, essaya de
traiter avec Théodose, et lui fit offrir sa soumission; mais le général
ne voulut rien entendre avant d'avoir reçu des otages, et les choses en
restèrent là. Bientôt, du reste, Théodose entra en campagne, et porta
son camp à Tubusuptus[214]. Ayant repoussé un nouveau message du
rebelle, il attaqua les Tyndenses et Massissenses, commandés par
Mascizel et Duis, les mit en déroute, et porta le ravage dans toute la
contrée, sans cependant se départir d'une grande prudence et en
s'appuyant sur une place nommée Lamforte. De là, s'avançant vers
l'ouest, Théodose défit de nouveau Mascizel, qui avait osé l'attaquer.

Encore une fois, Firmus fit implorer la paix par l'intermédiaire de
prêtres chrétiens, et Théodose la lui accorda. Le prince berbère remit
au vainqueur Icosium[215] et lui livra, dans cette ville, ses enseignes,
sa couronne, son butin et des otages, mais il ne paraît pas qu'il soit
venu en personne signer le traité.

[Note 214: Tiklat en Kabylie.]

[Note 215: Alger].

Après avoir obtenu ce résultat, Théodose se rendit à Césarée et employa
ses légions à relever cette ville de ses ruines. Dans cette localité, il
fit mourir sous les verges ou décapiter les soldats qui étaient passés
au service du rebelle.

Sur ces entrefaites, ayant appris que Firmus cherchait de nouveau à
soulever les tribus, il se remit en campagne et battit les Maziques et
les Muzones. La tribu des Isaflenses, établie sur le versant sud du
Djerdjera, soutint Firmus et se battit bravement sous les ordres de son
chef Mazuca, mais elle fut encore défaite et son chef, fait prisonnier,
hâta sa mort en déchirant ses blessures. Firmus, réduit encore à la
fuite, se jette au cœur des montagnes, puis prend la direction de l'est,
suivi par les Romains. Au moment où ceux-ci vont l'atteindre, il leur
échappe encore et revient sur ses pas. Il entraîne de nouveau les
Isaflenses, avec leur chef Igmacen et réunit un grand nombre
d'adhérents. Théodose, qui s'est avancé contre lui et le croit sans
forces, est subitement attaqué par vingt mille indigènes; il a la
douleur de voir ses soldats lâcher pied et ne s'échappe lui-même qu'à la
faveur de la nuit[216].

Ayant pu, dans sa déroute, gagner le fort de Castellum Audiense[217], il
y rallia son armée et s'y retrancha. Il punit ses soldats avec la
dernière sévérité, brûlant les uns, mutilant les autres; et grâce à son
énergie, il rétablit promptement la discipline et put résister aux
attaques tumultueuses des indigènes. Il opéra ensuite sa retraite vers
Sitifis[218]. L'année suivante (375), il s'avança, à la tête de forces
considérables, contre les Isaflenses, toujours fidèles à Firmus, et leur
fit essuyer une nouvelle défaite. Igmacen, leur roi, se laissa alors
gagner par les promesses de Théodose. Il cessa toute résistance et
arrêta Firmus au moment où celui-ci, devinant sa trahison, se disposait
à fuir. Prévoyant le sort qui l'attendait, le prince berbère se pendit
dans sa prison et le traître Igmacen ne put livrer à ses ennemis qu'un
cadavre qui fut apporté à leur camp, chargé sur un chameau.

Ainsi finit cette révolte qui avait duré trois ans.

[Note 216: Berbrugger, _Époques militaires de la grande Kabylie_.]

[Note 217: Aïoun Bessem, au nord d'Aumale.]

[Note 218: Les auteurs disent qu'il se retira à Typaza, mais cela
semble bien improbable et nous nous rallions à l'opinion de MM. Poulle
et Berbrugger, qui démontrent que c'est à Sétif que Théodose s'est
reformé.]

Pacification générale.--Après avoir obtenu la pacification générale des
tribus soulevées, Théodose s'appliqua, par une série de sages mesures, à
rétablir la marche de l'administration et à faire oublier les maux
causés par Romanus. Les complices des exactions de ce dernier furent
sévèrement punis.

Mais le comte Théodose avait de nombreux ennemis qui le dénoncèrent à
l'empereur Gratien, presque un enfant, successeur de son père,
Valentinien (375). On le présenta comme étant sur le point de se
déclarer indépendant et de lui disputer le pouvoir. Gratien prêtant
l'oreille à ces calomnies expédia l'ordre de le mettre à mort[219]. Le
vainqueur de Firmus, celui qui avait conservé l'Afrique à l'empire, fut
décapité à Karthage.

[Note 219: Orose, _Hist._, 1. VII, ch. XXXIII.]

La révolte de Firmus permit aux Romains de mesurer tout le terrain
qu'ils avaient perdu en Afrique. En laissant autour de leurs colonies,
si romanisées qu'elles fussent, des tribus indigènes intactes, non
assimilées, ils avaient en quelque sorte préparé pour l'avenir la ruine
de leur colonisation. La levée de boucliers à laquelle la rébellion de
Firmus avait servi de prétexte, était le premier acte du drame. Les
Donatistes y avaient joué un rôle trop actif pour ne pas porter la peine
de la défaite. En 378, les édits qui les condamnaient furent remis en
vigueur et exécutés strictement.

L'AFRIQUE SOUS GRATIEN, VALENTINIEN II ET THÉODOSE.--Le monde romain,
assailli de tous côtés par les barbares, était dans une situation des
plus critiques, et Gratien n'avait ni l'énergie ni les talents qui
auraient été nécessaires dans un tel moment. Son frère, Valentinien II,
empereur d'Orient, était un enfant en bas âge. Pour soulager ses épaules
d'un tel fardeau, Gratien s'associa le général Théodose, fils du comte
Théodose, qui avait été mis à mort par ses ordres, et l'envoya défendre
les frontières de l'empire. Peu après, Maxime était proclamé par ses
soldats dans les Gaules (383). Gratien, ayant marché contre lui, fut
vaincu et tué par l'usurpateur, près de Lyon. On dit que sa défaite fut
due à la défection de sa cavalerie maure.

Théodose, forcé de reconnaître l'usurpateur, obtint cependant que
l'Italie et l'Afrique fussent attribuées à Valentinien II. Mais Maxime
ne pouvait se contenter d'une position si secondaire. En 387, il attaqua
Valentinien et l'expulsa de l'Afrique. L'année suivante, il était à son
tour vaincu par Théodose qui, après l'avoir tué, remit Valentinien II en
possession de l'Afrique. Enfin, en 392, Valentinien ayant été assassiné,
le trône impérial resta à Théodose.

Mais à cette époque, les empereurs ne vivaient pas longtemps. Théodose
mourut en 395 et l'empire échut à ses deux fils Arcadius et Honorius. Ce
dernier, âgé de onze ans, eut l'Occident avec l'Afrique.

RÉVOLTE DE GILDON.--Pendant ces compétitions, que pouvait faire
l'Afrique, sinon se lancer de nouveau dans la révolte? Nous avons vu
qu'à l'arrivée du comte Théodose en Maurétanie, Gildon, frère de Firmus,
s'était mis à sa disposition et lui avait amené des renforts. On avait
été content de ses services et il était resté sans doute en relations
intimes avec la famille de ce général. Aussi, lorsque le fils du comte
Théodose eut été associé à l'empire, il songea à être utile à Gildon et
lui fit donner, en 387, le commandement des troupes d'Afrique avec le
titre de _grand maître des deux milices_. Résidant à Karthage auprès du
proconsul Probinus, il joignit à la puissance dont il était revêtu
l'honneur de s'allier à la famille de Théodose, en donnant sa fille à un
des neveux de celui-ci.

Dès lors, l'orgueil du prince indigène ne connut plus de bornes, et le
pays commença à sentir le poids de sa tyrannie, car l'autorité du
proconsul était effacée par la sienne. Cependant, lors de la révolte
d'Eugène dans les Gaules, il refusa les propositions qui lui furent
faites par cet usurpateur (394); mais, d'autre part, il ne montra pas
grand zèle pour l'empereur et se dispensa d'envoyer les secours qu'il
lui réclamait.

La mort de Théodose le décida à lever le masque, et, pour déclarer ses
intentions, il retint dans le port de Karthage les blés destinés à
l'alimentation de Rome (395). Cette fois, la guerre est inévitable, car
la disette ne permet plus de faiblesses. Gildon est déclaré ennemi
public, et Stilicon, ministre d'Honorius, se disposa à le combattre.

Dans cette conjoncture, Gildon appelle à lui le peuple indigène en se
déclarant restaurateur de son indépendance. Il comble les Donatistes de
ses faveurs et persécute les catholiques, Mascizel, son frère, s'étant
rendu à Milan pour un motif inconnu, Gildon le soupçonne d'être allé
intriguer contre lui, et, pour l'intimider, il fait mettre à mort ses
deux fils[220]; puis il adresse, pour la forme, sa soumission à
l'empereur.

[Note 220: Orose, 1. VII, ch. XXXIII.]

CHUTE DE GILDON.--C'est à Mascizel, brûlant du désir de la vengeance,
que Stilicon donna le commandement de l'expédition. En 398, ce chef
débarqua en Afrique avec cinq mille légionnaires (Gaulois, Germains et
auxiliaires) et marcha contre son frère qui l'attendait à la tête d'un
rassemblement de soixante-dix mille guerriers, mal armés et demi-nus.
Parvenu auprès de Theveste, il se trouva isolé au milieu de montagnes
escarpées et entouré de ses innombrables ennemis.

Gildon est au milieu de ses cavaliers Maures et Gétules et de ses
montagnards berbères; en voyant les faibles forces que son frère ose lui
opposer, il donne le signal du combat comme celui d'une exécution en
masse. L'action s'engage, et Mascizel, désespéré, s'avance pour
parlementer. Alors un certain tumulte se produit aux premières lignes:
un porte-enseigne tombe devant le chef des troupes romaines, et les
Berbères croient à une trahison; ce mot se propage parmi eux comme un
éclair, et bientôt cette immense armée, prise d'une terreur
inexplicable, tourne le dos à l'ennemi. En même temps, les légionnaires,
revenus de leur étonnement, chargent les indigènes et changent leur
retraite en déroute[221].

[Note 221: Zosime, _Hist._, 1. V. Orose, 1. VII.]

Après cette inexplicable défaite, Gildon, abandonné de tous, parvint à
atteindre le littoral et à prendre la mer; il voulait gagner
Constantinople; mais les vents contraires le rejetèrent sur la côte
d'Afrique. Arrêté à Tabarka, il fut conduit à son frère qui l'accabla de
reproches et le jeta en prison en attendant l'heure de son supplice.
Gildon l'évita en s'étranglant de ses propres mains. Il avait gouverné
l'Afrique pendant douze ans.

Mascizel, qui venait de rétablir si heureusement la paix en Afrique, et
d'assurer la subsistance de l'Italie, se rendit à Milan, afin d'obtenir
la récompense de ses services, c'est-à-dire sans doute la position de
son frère. Mais Stilicon venait de se convaincre par la révolte de
Gildon du peu de confiance que l'on pouvait accorder aux Africains; il
se débarrassa du solliciteur en le faisant noyer sous ses yeux.

L'AFRIQUE SOUS HONORIUS.--L'Afrique, qui depuis un an relevait de
l'empire d'Orient, fut rattachée à celui d'Occident; puis on envoya à
Karthage un proconsul qui réunit au fisc tous les domaines de la
succession de Nubel et de Gildon. Ces biens étaient considérables et
l'on dut nommer un fonctionnaire spécial pour les administrer.

La chute de Gildon fut suivie de persécutions contre ceux qui avaient
pris part à sa révolte, et, comme ils étaient presque tous donatistes,
ces représailles prirent la forme d'une nouvelle persécution attisée par
les évèques orthodoxes. Quiconque était soupçonné d'avoir eu de la
sympathie pour les rebelles se voyait dépouillé de ses biens et chassé
du pays, trop heureux s'il échappait au supplice. L'évêque Optatus de
Thamugas, qui avait été un des principaux auxiliaires de Gildon, fut
jeté en prison et y périt. Cette terreur dura dix ans. Ce fut pour les
Circoncellions une occasion de recommencer leurs désordres.

En 399, Honorius promulgua un édit par lequel il prohibait d'une façon
absolue le culte des idoles. L'exécution de cette mesure rencontra en
Afrique une vive opposition, car les païens y étaient encore nombreux.
Le temple de Tanit à Karthage, qui avait été fermé par ordre de
Théodose, fut affecté au culte chrétien, mais comme les idolâtres
continuaient à y faire leurs sacrifices, on se décida à le démolir.

Cependant l'invasion des peuples du Nord achevait de se répandre sur
l'Europe. Dans les premières années du Ve siècle, les Vandales, les
Alains et les Suèves, poussés par les Huns, partis de la Pannonie,
traversent la Germanie, culbutent les Franks, pénètrent en Gaule et,
continuant leur marche à travers les Pyrénées, s'arrêtent en Espagne. En
409, ils opèrent entre eux un premier partage du pays. Dans le cours de
la même année, les Goths, conduits par Alaric, s'emparaient de Rome.
Assiégé par eux dans Ravenne, Honorius était obligé d'appeler à son
secours l'empereur d'Orient, son neveu Théodose II.

Dans cette conjoncture, l'Afrique resta fidèle à l'empereur et continua
à assurer la subsistance de l'Italie. Les Goths firent plusieurs
tentatives infructueuses pour s'en emparer[222]. Le gouverneur,
Héraclien, défendit avec habileté sa province et la conserva à l'empire;
le chef des Goths abandonnant ses projets se contenta de la cession d'un
territoire dans la Novempopulanie. Alaric, de son côté, avait des vues
sur l'Afrique; il se disposait à se mettre en personne à la tête d'une
expédition et préparait une flotte à cet effet; mais la tempête
détruisit ses navires, et il dut y renoncer.

[Note 222: Lebeau, _Histoire du Bas-Empire_, l. XXVIII.]

Pendant ce temps, les Austrusiens et les Maxyes mettaient la
Tripolitaine au pillage; le commandant militaire qui avait licencié une
partie de ses troupes pour s'approprier leur solde, s'empressa de
prendre la mer en laissant les populations se défendre comme elles le
pourraient.

En 413, Héraclien qui s'était emparé des biens des émigrants réfugiés en
Afrique pour fuir les Goths, se déclara indépendant et commença sa
révolte en retenant les blés. Bientôt il passa en Italie à la tête d'une
armée considérable, mais il fut entièrement défait près d'Orticoli;
après quoi il chercha un refuge à Karthage où il ne trouva que la mort.



CHAPITRE X

PÉRIODE VANDALE
415-531


Le christianisme en Afrique au commencement du Ve siècle.--Boniface
gouverneur d'Afrique; il traite avec les Vandales.--Les Vandales
envahissent l'Afrique.--Lutte de Boniface contre les
Vandales.--Fondation de l'empire vandale.--Nouveau traité de Genséric
avec l'empire; organisation de l'Afrique Vandale.--Mort de Valenthinien
III; pillage de Rome par Genséric--Suite des guerres des
Vandales.--Apogée de la puissance de Genséric; sa mort.--Règne de
Hunéric; persécutions contre les catholiques.--Révolte des
Berbères.--Cruautés de Hunéric.--Concile de Karthage; mort de
Hunéric.--Règne de Goudamond.--Règne de Trasamond.--Règne de
Hildéric.--Révoltes des Berbères; usurpation de Gélimer.


LE CHRISTIANISME EN AFRIQUE AU COMMENCEMENT DU Ve SIÈCLE.--Avant
d'entreprendre le récit des événements qui vont faire entrer l'histoire
de la Berbérie dans une nouvelle phase, il convient de jeter un coup
d'œil sur la situation du christianisme en Afrique au commencement du Ve
siècle. Si nous sommes entrés dans des détails un peu plus complets que
ne semble le comporter le cadre de ce récit, sur cette question, c'est
que l'établissement de la religion chrétienne fut une des principales
causes du désastre de l'Afrique[223]. Les premières persécutions
commencèrent à porter un grand trouble dans la population coloniale et à
diminuer sa force en présence de l'élément berbère en reconstitution. Et
cependant cette période est la plus belle, car les chrétiens unis dans
un malheur commun donnent l'exemple de l'union et de la concorde.
Aussitôt que la cause pour laquelle ils ont tant souffert vient à
triompher, une scission radicale, irrémédiable, se produit dans leur
sein et ils se traitent avec la haine la plus féroce. «Il n'y a pas de
bêtes si cruelles aux hommes que la plupart des chrétiens le sont les
uns aux autres.» Ainsi s'exprime Ammien Marcellin[224], qui les a vus de
près. Mais ce n'est pas tout: avec le succès, leurs mœurs deviennent
moins pures et leurs assemblées servent de prétexte aux orgies, si bien
que saint Augustin, qui avait failli être lapidé à Karthage pour avoir
prêché contre l'ivrognerie, s'écrie: «Les martyrs ont horreur de vos
bouteilles, de vos poêles à frire et de vos ivrogneries![225].» Il faut
ajouter à cela les schismes qui divisent l'église orthodoxe, en outre du
donatisme et de l'arianisme, car tous les jours il paraît quelque
novateur: Pélage fonde l'hérésie qui porte son nom; Célestius, son
compagnon, la propage en Afrique; les nouveaux sectaires se subdivisent
eux-mêmes en Pélagiens et semi-Pélagiens. En Cyrénaïque et dans l'est de
la Berbérie, c'est l'hérésie de Nestorius qui est en faveur; ailleurs
les Manichéens ont la majorité.

Nous avons vu à quels excès s'étaient portés les Donatistes et les
orthodoxes les uns contre les autres, suivant leurs alternatives de
succès ou de revers. La rage des Circoncellions fut surtout funeste à la
colonisation romaine, car elle détruisit cette forte occupation des
campagnes qui était le plus grand obstacle à l'expansion des indigènes;
les fermes étant brûlées et les colons assassinés, les campagnes furent
toutes prêtes à recevoir de nouveaux occupants. L'histoire n'offre
peut-être pas d'autre exemple de l'esprit de destruction animant ces
sectaires, véritables nihilistes qui se tuaient les uns les autres,
quand ils avaient fait le vide autour d'eux et qu'il ne restait personne
à frapper.

Quelques nobles figures nous reposent dans ce sombre tableau. La plus
belle est celle de saint Augustin, né à Thagaste[226]; il étudia d'abord
à Madaure[227], puis à Karthage. Nous n'avons pas à faire ici l'histoire
de ce grand moraliste. Disons seulement qu'après un long séjour en
Italie, il revint en Afrique en 388 et y écrivit un certain nombre de
ses ouvrages. Il s'appliqua alors, de toutes ses forces, à combattre,
par sa parole et par ses écrits, les Manichéens, et surtout les
Donatistes. Il fut secondé dans cette tâche par saint Optat, évêque de
Mileu, qui a laissé des écrits estimés et notamment une histoire des
Donatistes.

En 410, Honorius, cédant à la pression des prêtres qui l'entouraient,
rendit un nouvel édit contre les Donatistes. Mais leur nombre était trop
grand en Afrique et l'empereur n'avait pas la force matérielle
nécessaire pour faire exécuter ses ordres. Il voulut alors essayer de la
conviction et réunit le 16 mai 411, à Karthage, un concile auquel
prirent part deux cent quatre-vingt-six évêques dont la moitié étaient
schismatiques, sous la présidence du tribun et notaire Flavius
Marcellin. Les Donatistes furent encore vaincus dans ce combat. Ils en
appelèrent de la sentence, mais l'empereur leur répondit par un nouvel
édit leur retirant toutes les faveurs qu'ils avaient pu obtenir
précédemment, et prescrivant contre eux les mesures les plus sévères.
Contraints encore une fois de rentrer dans l'ombre, ils attendirent
l'occasion de se venger.

[Note 223: C'est l'opinion d'un homme dont on ne contestera ni la
compétence ni le catholicisme, M. Lacroix. «Il ne faut pas se
dissimuler, dit-il dans son ouvrage inédit, que le christianisme eut une
large part à revendiquer dans le désastre de l'Afrique.... Nul doute que
les déplorables dissensions dont la population créole offrit alors le
triste spectacle n'ait hâté la chute du colosse,» (_Revue africaine_, n°
72 et suivants.)]

[Note 224: Lib. XXII, cap. V.]

[Note 225: _Sermon_ 273.]

[Note 226: Actuellement Souk-Ahras.]

[Note 227: Medaourouch.]

BONIFACE GOUVERNEUR D'AFRIQUE. IL TRAITE AVEC LES VANDALES.--Le 14 août
423, Honorius cessait de vivre, en laissant comme héritier au trône un
jeune neveu, alors en exil à Constantinople, avec sa mère la docte
Placidie. Aussitôt, celle-ci le fit reconnaître comme empereur
d'Occident par les troupes; mais ce ne fut qu'après bien des
vicissitudes qu'il fut proclamé à Ravenne sous le nom de Valentinien
III. Comme il n'était âgé que de six ans, Placidie s'attribua, avec la
régence, le titre d'Augusta et prit en main la direction des affaires.

Le général Boniface, qui s'était distingué dans une longue carrière
militaire, dont une partie passée en Maurétanie comme préposé des
limites à Tubuna[228], avait été nommé en 422, par Honorius, comte
d'Afrique. Il avait su, par une administration habile et une juste
sévérité, ramener ou maintenir dans le devoir les populations latines,
depuis si longtemps divisées par l'anarchie, et repousser les indigènes
qui, de toutes parts, envahissaient le pays colonisé. Nommé gouverneur
de toute l'Afrique par Placidie, il l'aida puissamment, grâce à ses
conseils et à l'envoi de secours de toute nature, à triompher de
l'usurpateur Jean. Ces éminents services avaient donné à Boniface un des
premiers rangs dans l'empire.

[Note 228: Tobua, dans le Hodna.]

Mais la cour de Valentinien, dirigée par une femme partageant son temps
entre les lettres et la religion, était un terrain propice aux intrigues
de toute sorte. Aétius, autre général, jaloux des faveurs dont jouissait
Boniface, prétendit que le comte d'Afrique visait à l'indépendance et,
comme l'impératrice refusait de le croire, il l'engagea pour l'éprouver
à lui donner l'ordre de venir immédiatement se justifier en personne. Ce
conseil ayant été suivi, il fit dire indirectement à Boniface qu'on
voulait attenter à ses jours. Cette odieuse machination réussit à
merveille. Boniface refusa de venir se justifier. Dès lors sa rébellion
fut certaine pour Placidie et comme on apprit, sur ces entrefaites, que
le comte d'Afrique venait d'épouser une princesse arienne de la famille
du roi des Vandales d'Espagne[229], on ne douta plus de sa trahison.

Aussitôt l'impératrice nomma à sa place Sigiswulde, et fit marcher
contre lui trois corps d'armée (427); mais Boniface les repoussa sans
peine. Pour cela, il avait été obligé de rappeler toutes les garnisons
de l'intérieur et les Berbères en avaient profité pour se lancer dans la
révolte. L'année suivante Placidie envoya en Afrique une nouvelle armée
qui ne tarda pas à s'emparer de Karthage. La situation devenait critique
pour Boniface; attaqué par les forces de sa souveraine, menacé sur ses
derrières par les indigènes, le comte prit un parti désespéré qui allait
avoir pour l'Afrique les plus graves conséquences. Il s'adressa au roi
des Vandales et conclut avec lui un traité, aux termes duquel il lui
cédait les trois Maurétanies, jusqu'à l'Amsaga, à la condition qu'il
conserverait pour lui la souveraineté du reste de l'Afrique[230].

[Note 229: Selon M. Creuly (_Annuaire de la Soc. arch. de
Constantine_, 1858-59, pp. 16, 17), la personne épousée par Boniface,
nommée Pélagie, aurait été bien plus probablement une dame romaine ayant
des propriétés en Afrique.]

[Note 230: Procope, _Bell. Vand._, 1. I, ch. III, Lebeau, _Hist.
du Bas-Empire_, t. IV, p. 24. Marcus, _Hist. des Vandales_, p. 143.
Dureau de la Malle, _Recherches_, etc., p. 36.]

LES VANDALES ENVAHISSENT L'AFRIQUE.--Les Vandales, après avoir été
écrasés par les Goths et rejetés dans les montagnes de la Galice
(416-8), avaient, à la suite du départ de leurs ennemis, reconquis
l'Andalousie, battu les Alains, et établi leur prépondérance sur
l'Espagne, malgré les efforts des Romains, aidés des Goths (422). Au
moyen de vaisseaux, trouvés, dit-on, à Carthagène, ils n'avaient pas
tardé à sillonner la Méditerranée et ils avaient pu jeter des regards
sur cette Afrique, objet de convoitise pour les Barbares. C'est ce qui
explique la facilité avec laquelle la proposition de Boniface avait été
acceptée.

Dans le mois de mai 429[231], les Vandales avec leurs alliés Alains,
Suèves, Goths et autres barbares, au nombre de quatre-vingt mille
personnes, dont cinquante mille combattants[232], traversèrent le
détroit et débarquèrent dans la Tingitane. Boniface leur fournit ses
vaisseaux et l'on dit que les Espagnols, heureux de se débarrasser
d'eux, leur facilitèrent de tout leur pouvoir ce passage.

[Note 231: Cette date varie, selon les auteurs, entre 427 et 429.
Nous adoptons celle de l'_Art de vérifier les dates_, t. I, p. 403.]

[Note 232: Ces chiffres donnent également lieu à des divergences. V.
Victor de Vite, _Hist. pers. Vand._, p. 3, et Procope, l. I, ch. V.]

Aussitôt débarqués, les envahisseurs se mirent en marche vers l'est,
s'avançant en masse comme une trombe qui détruit tout sur son passage.
Ils étaient conduits par Genseric (ou Gizeric) leur roi, qui venait
d'usurper le pouvoir en faisant assassiner son frère Gunderic, souverain
légitime. Les Vandales étaient ariens et grands ennemis des orthodoxes.
Les Donatistes les accueillirent comme des libérateurs et facilitèrent
leur marche. Il est très probable que les Maures, s'ils ne s'allièrent
pas à eux, s'avancèrent à leur suite pour profiter de leurs conquêtes.

Sur ces entrefaites, Placidie, ayant reconnu les calomnies dont Boniface
avait été victime, se réconcilia avec lui et lui rendit ses faveurs.
Saint Augustin, ami du comte d'Afrique et qui avait fait tous ses
efforts pour l'amener à abandonner son dessein, servit de médiateur
entre le rebelle et sa souveraine. Boniface, qui avait enfin mesuré les
conséquences de la faute par lui commise en appelant les Vandales en
Afrique, essaya d'obtenir la rupture du traité conclu avec eux et leur
rentrée en Espagne; mais il était trop tard, car il est souvent plus
facile de déchaîner certaines calamités que de les arrêter. Encouragés
par leurs succès et par l'appui qu'ils rencontraient dans la population,
les Vandales repoussèrent dédaigneusement ses propositions, et, pour
braver ses menaces, franchirent l'Amsaga et envahirent la Numidie.

LUTTE DE BONIFACE CONTRE LES VANDALES.--Le comte d'Afrique ayant marché
à la tête de ses troupes contre les envahisseurs, leur livra bataille en
avant de Calama[233]; mais il fut entièrement défait et se vit contraint
de chercher un refuge derrière les murailles d'Hippône[234]. Les
Barbares l'y suivirent (430) et, ayant employé une partie de leurs
forces pour investir cette ville, lancèrent le reste dans le cœur de la
Numidie, où ils mirent tout à feu et à sang. Guidés sans doute par les
Donatistes, ils s'acharnèrent particulièrement à détruire les églises
des orthodoxes. Constantine résista à leurs efforts[235]. Le siège
d'Hippône durait depuis longtemps et l'on dit que les Vandales, pour
démoraliser les assiégés et leur rendre le séjour de la ville
intolérable, amassaient les cadavres dans les fossés et au pied des murs
et mettaient à mort leurs prisonniers sur ces charniers qu'ils
laissaient se décomposer en plein air. Saint Augustin, qui aurait pu
fuir, avait préféré rester dans son évêché et soutenir l'honneur de
cette église d'Afrique pour laquelle il avait tant lutté. Mais il ne put
résister aux souffrances et à la fatigue du siège et mourut le 28 août
430.

[Note 233: Guelma].

[Note 234: Bône].

[Note 235: Lebeau, t. IV, p. 49. L. Marcus, pp. 130 et suiv.
Yanoski, _Hist. de la domination vandale en Afrique_, p. 12.]

Enfin, dans l'été de 431, des secours commandés par Aspar, général de
l'empereur d'Orient, furent envoyés par Placidie à Hippône. Boniface
crut alors pouvoir prendre l'offensive et chasser ses ennemis qui
avaient, à peu près, levé le siège. Il leur livra bataille dans les
plaines voisines; mais le sort des armes lui fut encore funeste. Aspar
se réfugia sur ses vaisseaux avec les débris de ses troupes, et Hippône
ne fut plus en état de résister. Les Vandales mirent cette ville au
pillage et l'incendièrent.

Boniface se décida alors à abandonner l'Afrique. Il alla se présenter
devant sa souveraine qui l'accueillit avec honneur et évita les
récriminations inutiles: tous deux, en effet, étaient également
responsables de la perte de l'Afrique.

FONDATION DE L'EMPIRE VANDALE.--Ainsi la Numidie et les Maurétanies
restaient aux mains des Vandales. L'empereur, absorbé par d'autres
guerres, ne pouvait songer pour le moment à reconquérir ces provinces;
il pensa, dans l'espoir de conserver ce qui lui restait, qu'il était
préférable de traiter avec Genséric et lui envoya un négociateur du nom
de Trigétius. Le 11 février 435, un traité de paix fut signé entre eux à
Hippône. Bien que les conditions particulières de cet acte ne soient pas
connues, on sait que Genséric consentit à payer un tribut annuel à
l'empereur, lui livra son fils Hunéric en otage, et s'engagea par
serment à ne pas franchir la limite orientale de la contrée qu'il
occupait en Afrique[236].

[Note 236: Fournel, _Berbers_, p. 79.]

C'était la consécration du fait accompli. Genséric donna d'abord de
grands témoignages d'amitié aux Romains, et ceux-ci en furent tellement
touchés, qu'ils lui renvoyèrent son fils. Mais l'ambitieux barbare sut
employer ce répit pour préparer de nouvelles conquêtes. Il avait, du
reste, à assurer sa propre sécurité menacée par les partisans de son
frère Gundéric. Dans ce but il fit massacrer la veuve et les enfants de
celui-ci qu'il détenait dans une étroite captivité et réduisit à néant
les derniers adhérents de son frère. Il s'était depuis longtemps déclaré
le protecteur des Donatistes et des Ariens; les orthodoxes furent
cruellement persécutés. En 137, les évêques catholiques avaient été
sommés par lui de se convertir à l'arianisme; ceux qui s'y refusèrent
furent poursuivis et exilés et leurs églises fermées. Enfin, il tâcha de
s'assurer le concours des Berbères et il est plus que probable qu'il
leur abandonna sans conteste les frontières de l'ouest et du sud, que
les Romains défendaient depuis si longtemps contre leurs invasions.

En même temps, Genséric suivait avec attention les événements d'Europe,
car il avait comme auxiliaires contre l'empire, à l'est les Huns, avec
Attila, dont l'attaque était imminente, et à l'ouest et au nord, les
Vizigoths et les Suèves. Dans l'automne de l'année 439, le roi vandale,
profitant de l'éloignement d'Aétius retenu dans les Gaules par la guerre
contre les Vizigoths, marcha inopinément sur Karthage et se rendit
facilement maître de cette belle cité, alors métropole de l'Afrique (19
oct.). Les Vandales y trouvèrent de grandes richesses, notamment dans
les églises catholiques qu'ils mirent au pillage. L'évêque Quodvultdéus
ayant été arrêté avec un certain nombre de prêtres, on les accabla de
mauvais traitements, puis on les dépouilla de leurs vêtements et on les
plaça sur des vaisseaux à moitié brisés qu'on abandonna au gré des
flots. Ils échappèrent néanmoins au trépas et abordèrent sur le rivage
de Naples. La conquête de la Byzacène suivit celle de Karthage. Ainsi
cette province échappa aux Romains qui l'occupaient depuis près de six
siècles.

Après ce succès, Genséric, qui avait des visées plus hautes, donna tous
ses soins à l'organisation d'une flotte, et bientôt les corsaires
vandales sillonnèrent la Méditerranée; ils poussèrent même l'audace
jusqu'à attaquer Palerme (440). Se voyant menacé chez lui, Valentinien
envoya des troupes pour garder les côtes, autorisa les habitants à
s'armer et leur abandonna d'avance tout le butin qu'ils pourraient faire
sur les Vandales. En 442, l'empereur Théodose envoya à son secours une
flotte; mais les navires furent rappelés avant d'avoir pu combattre, par
suite d'une invasion des Huns.

NOUVEAU TRAITÉ DE GENSÉRIC AVEC L'EMPIRE.--ORGANISATION DE L'AFRIQUE
VANDALE.--Valentinien, dans l'espoir de préserver son trône, se décida à
traiter, de nouveau, avec le roi des Vandales. Il céda à Genséric la
Byzacène jusqu'aux Syrtes et la partie orientale de la Numidie, la
limite passant à l'ouest de _Theveste_, _Sicca-Veneria_ et
_Vacca_[237]. De son côté, le roi abandonna à l'empereur le reste de la
Numidie et les Maurétanies. Le traité fut signé à Karthage en 442[238].
Ainsi les Vandales s'emparaient du territoire le plus riche, le mieux
colonisé et le moins dévasté, et ils rendaient aux Romains des pays
ruinés, livrés à eux-mêmes, et où ils n'avaient plus aucune action. En
445, Valentinien promulguait une loi par laquelle il faisait remise aux
habitants de la Numidie et de la Maurétanie des sept huitièmes de leurs
impôts. Cela donne la mesure de la destruction de la richesse publique.
Quelque temps après, il prescrivait d'attribuer dans ces provinces des
emplois aux fonctionnaires destitués par les Vandales.

[Note 237: Tebessa, le Kef et Badja.]

[Note 238: V. de Vite, 1. I, ch. IV. Marcus, p. 166. Yanoski, p.
17.]

Genséric divisa son empire en cinq provinces: la _Byzacène_, la
_Numidie_, l'_Abaritane_ (territoire situé sur le haut Bagrada, à l'est
de Tebessa), la _Gétulie_, comprenant le Djerid et les pays méridionaux,
et la _Zeugitane_ ou _Consulaire_. Il fit raser les fortifications de
toutes les villes, à l'exception de Karthage, et se forma avec l'aide
des indigènes une armée de quatre-vingts cohortes. «Il partagea les
terres en trois lots. Les biens meubles et immeubles des plus nobles et
des plus riches, ainsi que leurs personnes, furent attribués à ses deux
fils Hunéric et Genson[239]. Le deuxième, se composant particulièrement
des terres de la Byzacène et de la Zeugitane, fut donné aux soldats, en
leur imposant l'obligation du service militaire. Enfin le troisième lot,
le rebut, fut laissé aux colons.» De sévères persécutions contre les
catholiques achevèrent de consommer la ruine d'un grand nombre de cités
et de colonies latines.

En même temps, Genséric donna une nouvelle impulsion à la course, et les
indigènes y prirent une part active. Le butin était partagé entre le
prince et les corsaires[240] absolument comme nous le verrons plus tard
sous le gouvernement turc. Enfin il entretint des relations d'alliance,
quelquefois troublées il est vrai, avec les Huns, les Vizigoths et
autres barbares, qu'il s'efforçait d'exciter contre l'empire.

[Note 239: Poulle, _Maurétanie_, p. 146, 147.]

[Note 240: V. de Vite, l. I, ch. VIII.]

=Mort de Valentinien III. Pillage de Rome par Genséric=.--Genséric se
préparait à retirer tout le fruit des attaques incessantes des barbares,
et l'occasion n'allait pas tarder à se présenter, pour lui, d'exercer
ses talents sur un autre théâtre. En 450, Théodose II mourut et fut
remplacé par Marcien; quelques mois après (27 novembre 450), Placidie
cessait de vivre, et Valentinien III, débarrassé de sa tutelle, prenait
en main un pouvoir pour lequel il avait été si mal préparé par son
éducation. Après avoir commis de nombreuses folies, il tua, dans un acte
de rage, Aétius son dernier soutien (454); mais peu après il fut à son
tour massacré par les sicaires du sénateur Petrone Maxime, qui avait à
venger son honneur: sa femme, objet des violences de Valentinien,
s'était donné la mort. Maxime prit ensuite la pourpre et contraignit
Eudoxie, veuve de l'empereur, à devenir son épouse[241].

Le roi des Vandales ne laissa pas échapper cette occasion, patiemment
attendue, et il est inutile de savoir si, comme les auteurs du temps
l'affirment, il répondit à l'appel d'Eudoxie. Après avoir équipé de
nombreux vaisseaux, il débarqua en Italie une armée dans laquelle les
Berbères avaient fourni un nombreux contingent. A son approche, Maxime
se disposait à fuir, lorsqu'il fut massacré par ses troupes et par le
peuple (12 juin 455).

Trois jours après, Genséric se présenta devant Rome et, bien qu'il n'eût
éprouvé aucune résistance, la ville éternelle demeura livrée pendant
quatorze jours à la fureur des Vandales et des Maures. Le vainqueur fit
charger sur ses vaisseaux toutes les richesses enlevées aux monuments
publics et aux habitations privées, et un grand nombre de prisonniers,
membres des principales familles, qui furent réduits à l'état
d'esclaves. Le tout fut amené à Karthage et partagé entre le prince et
les soldats. Genséric eut notamment pour sa part le trésor de Jérusalem
qui avait été rapporté de Rome par Titus. Il ramena en outre à Karthage
Eudoxie et ses deux filles, et donna l'une de celles-ci en mariage à son
fils Hunéric[242].

[Note 241: Procope, 1. I, ch. IV.]

[Note 242: _Ibid._, 1. I, ch. V.]

SUITE DES GUERRES DES VANDALES.--La conquête de Rome avait non seulement
donné aux Vandales de grandes richesses, elle leur avait acquis la
souveraineté de toute l'Afrique. Il y a lieu de remarquer à cette
occasion combien le roi barbare fut prudent en ne restant pas en Italie,
après sa victoire. Rentré dans sa capitale, il compléta l'organisation
de son empire et s'appliqua à entretenir chez ses sujets le goût des
courses sur mer, qui avaient ce double résultat de tenir les guerriers
en haleine et de remplir le trésor. Les rivages baignés par la
Méditerranée furent alors en butte aux incursions continuelles des
corsaires vandales. Malte et les petites îles voisines du littoral
africain durent reconnaître leur autorité; ils occupèrent même une
partie de la Corse. Mais Récimer, général de l'empire d'Occident, ayant,
été chargé de purger la Méditerranée de ces corsaires, fit subir aux
Vandales de sérieuses défaites navales et les expulsa de la Corse.

En avril 457, l'empereur Majorien monta sur le trône. C'était un homme
actif et énergique, et les Vandales ne tardèrent pas à s'en apercevoir,
car il s'attacha à les combattre. Après leur avoir infligé de sérieux
échecs, il se crut assez fort pour leur arracher l'Afrique. A cet effet,
il réunit à Carthagène une flotte de trois cents galères et dirigea sur
cette ville une armée considérable destinée à l'expédition (458).

A l'annonce de ces préparatifs, Genséric, qui avait en vain essayé, par
des propositions de paix, de conjurer l'orage, se crut perdu. Pour
retarder ou rendre impossible la marche de l'armée romaine, il donna
l'ordre de ravager les Maurétanies. Mais ces dévastations étaient bien
inutiles, et la trahison allait faire triompher sans danger l'heureux
chef des Vandales. Des divisions habilement fomentées par ses émissaires
dans le camp romain, amenèrent les auxiliaires Goths à lui livrer la
flotte qui fut entièrement détruite. Majorien se vit forcé d'ajourner
ses projets; mais en 462 il périt assassiné et, dès lors, Genséric put
recommencer ses courses.

Il se rendit maître de la Corse et de la Sardaigne et poussa même
l'audace jusqu'à porter le ravage sur les côtes de la Grèce. Pour venger
cet affront, l'empereur d'Orient, qui se considérait encore comme
suzerain de l'Afrique, fit marcher par l'Egypte une armée contre les
Vandales, tandis qu'il envoyait d'autres forces par mer sous le
commandement de Basiliscus.

L'armée de terre, conduite par Héraclius, ayant traversé la Cyrénaïque,
tomba à l'improviste sur Tripoli et s'en empara, puis elle marcha sur
Karthage. Pendant ce temps, Basiliscus avait expulsé les Vandales de
Sardaigne, puis était venu débarquer non loin de Karthage. La situation
de Genseric devenait critique, mais son esprit était assez fertile en
intrigues pour lui permettre encore de se tirer de ce mauvais pas:
profitant habilement des tergiversations de ses ennemis, semant parmi
eux la défiance, corrompant ceux qu'il pouvait acheter, il parvint à
annuler leurs efforts, et, les ayant attaqués en détail, à les mettre en
déroute. Basiliscus se sauva avec quelques navires en Sicile, tandis
qu'Héraclius gagnait par terre l'Egypte[243] (470).

[Note 243: Procope, l. I, ch. VI.]

APOGÉE DE LA PUISSANCE DE GENSÉRIC; SA MORT.--Ainsi, tous les efforts
tentés pour abattre la puissance vandale n'amenaient d'autre résultat
que de l'affermir. Après ses récentes victoires, Genséric, plus
audacieux que jamais, avait de nouveau lancé ses corsaires dans la
Méditerranée et reconquis la Sardaigne et la Sicile. Allié avec les
Ostrogoths, il les poussait à attaquer l'empereur d'Orient, ce qui
forçait celui-ci à lui laisser le champ libre. Au mois d'août 476, il
eut la satisfaction de voir la chute de l'empire d'Occident, qui tomba
avec Romulus Augustule. Odoacre, roi des Hérules, recueillit son
héritage.

Cependant, soit que sentant sa fin prochaine, il voulût assurer à ses
enfants l'empire qu'il avait fondé, soit qu'il fût las de guerres et de
combats, Genséric signa des traités de paix perpétuelle avec Zenon,
empereur d'Orient, et avec Odoacre. Il céda même au roi des Hérules une
partie de la Sicile, à charge par celui-ci de lui servir un tribut
annuel. Ces souverains consacraient les succès de Genséric en lui
reconnaissant la souveraineté de l'Afrique et des îles de la
Méditerranée occidentale (476).

Peu de temps après, c'est-à-dire au mois de janvier 477, Genséric
mourut, dans toute sa gloire, après une longue vie qui n'avait été
qu'une suite non interrompue de succès. Ce prince est une des grandes
figures de l'histoire d'Afrique et, s'il est permis de ne pas admirer la
nature de son génie, on ne peut en méconnaître, la puissance. Si nous
nous en rapportons au portrait qui nous a été laissé de lui par
Jornandès[244], «Giseric était de taille moyenne, et une chute de cheval
l'avait rendu boiteux. Profond dans ses desseins, parlant peu, méprisant
le luxe, colère à en perdre la raison, avide de richesses, plein d'art
et de prévoyance pour solliciter les peuples, il était infatigable à
semer les germes de division». Les historiens catholiques se sont plu à
entasser les accusations contre le roi des Vandales, et il est certain
qu'il ne fut pas doux pour eux; mais en faisant la part de la dureté des
mœurs de l'époque, il ne paraît pas que l'Afrique eût été malheureuse
sous son autorité. Après l'anarchie des périodes précédentes, c'était
presque le repos.

Les conséquences de la conquête vandale furent considérables pour la
colonisation latine qui reçut un coup dont elle ne se releva pas; mais
sa ruine profita immédiatement à la population indigène; elle fit un pas
énorme vers la reconstitution de sa nationalité, et si une main comme
celle de Genséric était capable de contenir les Berbères en les
maintenant au rôle de sujets, il était facile de prévoir qu'au premier
acte de faiblesse ils se présenteraient en maîtres[245].

[Note 244: _Histoire des Goths_, ch. XXXIII.]

[Note 245: Fournel, _Berbers_, p. 86.]

RÈGNE DE HUNÉRIC.--PERSÉCUTION CONTRE LES CATHOLIQUES.--La succession du
roi des Vandales échut à son fils Hunéric. Ce prince n'avait aucune des
qualités qui distinguaient son père, et l'on n'allait pas tarder à s'en
apercevoir. A peine était-il monté sur le trône que des difficultés
s'élevèrent entre lui et la cour de Byzance au sujet de diverses
réclamations dont Genséric avait toujours su ajourner l'examen. Hunéric
céda sur tous les points, car il voulait la paix, pour s'occuper des
affaires religieuses et surtout de l'intérêt de l'arianisme.

Il avait paru, d'abord, vouloir diminuer les rigueurs édictées par son
père contre les catholiques; mais les persécutions auxquelles les Ariens
étaient en butte dans d'autres contrées l'irritèrent profondément et lui
servirent de prétexte pour se lancer dans la voie opposée. Il prescrivit
des mesures d'une cruauté jusqu'alors inconnue; quiconque persista dans
la foi catholique fut mis hors la loi, spolié, martyrisé; les femmes de
la plus noble naissance ne trouvèrent pas grâce devant lui: on les
suspendait nues et on les frappait de verges ou on les brûlait par tout
le corps au fer rouge. Les hommes étaient soumis à des mutilations
horribles et conduits ensuite au bûcher[246]. En 483, des évêques,
prêtres et diacres catholiques au nombre de quatre mille neuf cent
soixante-seize furent réunis à Sicca[247] et de là conduits au désert,
dans le pays des Maures, c'est-à-dire au trépas.

[Note 246: Victor de Vite, 1. I, ch. XVII. Procope, 1. I, p. 8.]

[Note 247: Le Kef.]

RÉVOLTE DES BERBÈRES.--Le résultat d'une telle politique fut une
insurrection générale des Berbères. Des déserts de la Tripolitaine, de
la frontière méridionale de la Byzacène, des montagnes de l'Aourès et
des hauts plateaux qui s'étendent de ce massif au Djebel-Amour, les
indigènes se précipitèrent sur les pays colonisés. Ce fut une suite
ininterrompue de courses et de razias. Après quelques tentatives pour
s'opposer à ce mouvement, Hunéric se convainquit de son impuissance.
Tout le massif de l'Aourès échappa dès lors à l'autorité vandale, et les
tribus indépendantes se donnèrent la main depuis cette montagne jusqu'au
Djerdjera, de sorte que l'empire vandale se trouva réduit aux régions
littorales de la Numidie et de la Proconsulaire et à quelques parties de
l'intérieur de ces provinces. Dressés à la guerre par Genséric, les
indigènes étaient devenus des adversaires redoutables et, du reste, il
ne manquait pas, parmi les colons ruinés ou les officiers persécutés
pour leur religion, de chefs habiles capables de les conduire.

CRUAUTÉS DE HUNÉRIC.--Mais Hunéric se préoccupait peu de faire respecter
les limites de son empire: le soin de satisfaire ses passions
sanguinaires l'absorbait uniquement et, après avoir persécuté les
catholiques, il persécutait ses proches et ses amis. Genséric avait
institué comme règle pour la succession au trône vandale, que le pouvoir
appartiendrait toujours à l'homme le plus âgé de la famille, au décès du
prince régnant, même au détriment de ses fils. Soit pour modifier les
effets de cette clause, soit par crainte des compétitions, Hunéric
s'attacha à diminuer le nombre des membres de sa famille. La femme et le
fils aîné de son frère Théodoric, accusés d'un crime imaginaire, furent
décapités par son ordre. Un autre fils et deux filles de Théodoric
furent livrés aux bêtes. Ce n'était pas assez; Théodoric, lui-même,
Genzon, autre frère du roi, et un de ses neveux, furent exilés et
maltraités avec une dureté inouïe. Si les proches parents du prince
étaient traités de cette façon, on peut deviner comment il agissait
envers ses serviteurs ou ses officiers: pour un soupçon, pour un
caprice, il les faisait périr dans les tourments. Jocundus, évêque arien
de Karthage, ayant essayé de rappeler le roi à des sentiments d'humanité
fut, par son ordre, brûlé en présence de la population[248].

[Note 248: Yanoski, _Vandales_, p. 34.]

CONCILE DE KARTHAGE. MORT DE HUNÉRIC.--Zenon, empereur d'Orient, ayant
adressé à Hunéric des représentations au sujet des souffrances de la
religion catholique, le roi convoqua, en 584, à Karthage, un concile où
tous les évêques orthodoxes, donatistes et ariens de l'Afrique furent
appelés. Il est inutile de dire qu'ils ne purent s'entendre, et comme
les Ariens étaient en majorité, les catholiques furent condamnés.
Hunéric, s'appuyant sur cette décision, rendit alors un édit longuement
motivé, où la main des prêtres se reconnaît, car il contient comme
préambule une longue controverse sur des questions de dogme et la
condamnation officielle du principe de la consubstantialité du Père, du
Fils et du Saint-Esprit. Comme sanction, il édicté de nouvelles mesures
de coercition contre les catholiques. Cet édit fut exécuté avec la plus
grande rigueur. Les églises catholiques furent remises aux prêtres
ariens.

Enfin, le 13 décembre 484, le régime de terreur, qui durait depuis huit
années, prit fin par la mort de Hunéric. Les écrivains catholiques
prétendent qu'il mourut rongé par les vers.

RÈGNE DE GONDAMOND.--Gondamond ou Gunthamund, fils de Genzon, succéda à
son oncle Hunéric, en vertu des règles posées par Genséric. Il se trouva
aussitôt aux prises avec les révoltes des Berbères et ne put empêcher
les indigènes de recouvrer entièrement leur indépendance sur toute la
ligne des frontières du Sud et de l'Ouest. Les Gétules s'avancèrent même
jusqu'auprès de Kapça[249].

[Note 249: Gafsa.]

Après avoir continué, pendant quelque temps, les persécutions contre les
catholiques, Gondamond se départit de sa rigueur et finit, vers 487, par
les laisser entièrement libres. Les orthodoxes rentrèrent d'exil et
reprirent peu à peu possession de leurs biens et de leurs églises. La
lutte contre les Berbères absorbait presque tout son temps et ses
forces; aussi, pour être tranquille du côté de l'Europe, se décida-t-il
à conclure avec Théodoric, souverain de l'Italie, un traité par lequel
il lui abandonna le reste de la Sicile.

Au mois de septembre 496, la mort termina brusquement sa carrière.

RÈGNE DE TRASAMOND.--Après la mort de Gondamond, son frère Trasamond
hérita de la royauté vandale. Ce prince continua l'œuvre d'apaisement
commencée par son prédécesseur, et, bien qu'il fût ennemi du
catholicisme, il ne persécuta plus les sectateurs de cette religion par
la violence, et se borna à chercher à les en détacher en offrant des
avantages matériels à ceux qui étaient disposés à entrer dans le giron
de l'arianisme et en refusant tout emploi aux autres. Mais il ne permit
pas la réorganisation de l'église orthodoxe et il exila en Sardaigne des
évêques qui s'étaient permis de faire des nominations.

Il resserra, dans le cours de son règne assez paisible, les liens qui
unissaient la cour vandale à celle des Ostrogoths, et leurs bonnes
relations furent scellées par son mariage avec Amalafrid, propre sœur de
Théodoric. Cela ne l'empêcha pas en 510 de prêter son appui à Gesalic.

Cependant l'attitude des Berbères devenait de plus en plus menaçante: ce
n'étaient plus des sujets rebelles, c'étaient des ennemis de la
domination vandale qu'il fallait combattre. Dans la Tripolitaine, la
situation était devenue fort critique. Vers 520, un indigène de cette
contrée, nommé Gabaon, s'était mis à la tête des Berbères et attaquait
incessamment la frontière méridionale de la Byzacène.

Trasamond fit marcher contre eux un corps de troupes composé en grande
partie de cavalerie, et la rencontre eut lieu en avant de Tripoli; mais
Gabaon employa contre eux une stratégie dont nous verrons les tribus
arabes se servir fréquemment plus tard. Il couvrit son front, auquel il
donna la forme d'un demi-cercle, d'une décuple rangée de chameaux et fit
placer ses archers entre les jambes de ces animaux, tandis que le gros
de ses guerriers et ses bagages étaient abrités au milieu de cette
forteresse vivante. Lorsque les Vandales voulurent charger l'ennemi, ils
ne surent où frapper, et leurs chevaux, effrayés par l'odeur des
chameaux, portèrent le désordre dans leurs propres lignes. Pendant ce
temps, les archers les criblaient de traits. Les guerriers de Gabaon,
sortant de leur retraite, achevèrent de mettre en déroute leurs ennemis.
De toute l'armée vandale, il ne rentra à Karthage que quelques fuyards
isolés[250].

En 523, Trasamond cessa de vivre. On dit que, sur le point de mourir, il
recommanda à son successeur Hildéric d'user de tolérance envers les
catholiques.

[Note 250: Procope, l. I, ch. IX.]

RÈGNE DE HILDÉRIC.--Hildéric, fils d'Hunéric, succéda à Trasamond. Son
premier soin fut de rendre aux catholiques les faveurs du pouvoir et de
s'attacher à les réconcilier avec les ariens. Dans ce but, il convoqua,
en 524, à Karthage, un nouveau concile; mais, comme dans les précédents,
il fui impossible aux évêques d'arriver à une entente, et la controverse
à laquelle ils se livrèrent démontra une fois de plus l'impossibilité
d'une réconciliation.

Amalafrid, veuve de Trasamond, était l'ennemie du roi; avec l'appui des
Goths qui se trouvaient à la cour, elle tenta de susciter une révolte
qui fut promptement apaisée. Arrêtée, tandis qu'elle cherchait, avec ses
adhérents, un refuge chez les Maures, elle fut jetée en prison; les
Goths furent exécutés, et elle-même périt quelque temps après de la main
du bourreau. Il en résulta une rupture avec les Ostrogoths d'Italie;
mais ceux-ci étaient trop occupés chez eux pour qu'on eût lieu de les
craindre.

Hildéric se rapprocha alors de la cour d'Orient. Justinien, avec lequel
il s'était lié pendant son séjour à Constantinople, venait de monter sur
le trône. Il sollicita son appui et ne craignit pas de faire envers lui
hommage de vassalité. Pour lui prouver son zèle, il voulut que ses
propres monnaies portassent l'effigie de l'empereur.

RÉVOLTES DES BERBÈRES. USURPATION DE GÉLIMER.--Hildéric, doué d'un
caractère timide, était ennemi de la guerre et laissait d'une manière
absolue la direction des affaires militaires à son général Oamer, appelé
l'Achille vandale. Les indigènes de la Byzacène s'étant mis en état de
révolte, Oamer marcha contre eux, mais il fut défait en bataille rangée
par ces Berbères commandés par leur chef Antallas. Toute la Byzacène
recouvra son indépendance, et les villes du nord, menacées par les
rebelles, durent improviser des retranchements pour résister à leurs
attaques imminentes.

Cet échec acheva de porter à son comble le mécontentement général, déjà
provoqué par la protection accordée aux catholiques, par la rupture avec
les Ostrogoths et par l'hommage de soumission fait à l'empire: Gélimer,
petit-fils de Genzon, profitait de ces circonstances pour se créer un
parti. Chargé de combattre les Maures, il remporta sur eux quelques
avantages qui augmentèrent son ascendant sur l'armée. Il saisit cette
occasion pour faire proclamer par les soldats la déchéance d'Hildéric et
obtenir la royauté à sa place. Ayant marché sur Karthage, il s'en
empara. Hildéric fut jeté en prison (531).

Lorsque Justinien apprit cette nouvelle, il était absorbé par sa guerre
contre les Perses et ne pouvait s'occuper efficacement de porter secours
à son ami et vassal. Il dut se contenter d'envoyer une ambassade à
Gélimer pour l'engager à restituer la liberté et le trône au prince
captif. Le seul résultat qu'obtinrent les envoyés fut de rendre plus
dure la captivité d'Hildéric. Puis, par une sorte de bravade, Gélimer
fit crever les yeux à Oamer.

L'empereur d'Orient écrivit alors à Gélimer une lettre dans laquelle il
l'invitait à laisser Hildéric et ses parents se réfugier en Orient, à sa
cour, le menaçant d'intervenir par les armes, s'il refusait de le faire.
Gélimer lui répondit dans des termes hautains que Procope nous a
transmis: «Je ne dois point ma royauté à la violence... Hildéric
complotait contre sa propre famille: c'est la haine de tous les Vandales
qui l'a renversé. Le trône était vacant; je m'y suis assis en vertu de
mon âge et de la loi de succession.» Après cette déclaration, il
ajoutait comme réponse aux menaces: «Un prince agit sagement lorsque,
livré tout entier à l'administration de son royaume, il ne porte pas ses
regards au dehors et ne cherche pas à s'immiscer dans les affaires des
autres états. Si tu romps les traités qui nous unissent, j'opposerai la
force à la force...».

Cette fière déclaration allait avoir pour conséquence la chute de la
royauté vandale et la soumission de l'Afrique à de nouveaux maîtres.



CHAPITRE XI

PÉRIODE BYZANTINE
531-642


Justinien prépare l'expédition d'Afrique.--Départ de l'expédition.
Bélisaire débarque à Caput-Vada.--Première phase de la
campagne.--Défaite des Vandales conduits par Ammatas et
Gibamond.--Succès de Bélisaire. Il arrive à Karthage.--Bélisaire à
Karthage.--Retour des Vandales de Sardaigne. Gélimer marche sur
Karthage.--Bataille de Tricamara.--Fuite de Gélimer.--Conquêtes de
Bélisaire.--Gélimer se rend aux Grecs.--Disparition des Vandales
d'Afrique.--Organisation de l'Afrique byzantine; état des
Berbères.--Luttes de Salomon contre les Berbères.--Révolte de
Stozas.--Expéditions de Salomon.--Révolte des Levathes; mort de
Salomon.--Période d'anarchie.--Jean Troglita gouverneur d'Afrique; il
rétablit la paix.--État de l'Afrique au milieu du VIe siècle.--L'Afrique
pendant la deuxième moitié du VIe siècle.--Derniers jours de la
domination byzantine.--Appendice: Chronologie des rois Vandales.


JUSTINIEN PRÉPARE L'EXPÉDITION D'AFRIQUE.--Seul héritier de l'empire
romain, Justinien nourrissait l'ambition de le rétablir dans son
intégrité et d'arracher aux barbares leurs conquêtes de l'Occident.
C'est pourquoi l'hommage d'Hildéric avait été accueilli à la cour de
Byzance avec la plus grande faveur: la chute du royaume vandale, en
livrant à l'empereur la belle et fertile Afrique, était aussi une
première étape vers la reconstitution de l'empire. La nouvelle de
l'usurpation de Gélimer, arrivant sur ces entrefaites, émut Justinien
«comme si on lui avait arraché une de ses provinces»[251]. Renonçant à
poursuivre la guerre dispendieuse qu'il soutenait contre les Perses
depuis cinq ans, il leur acheta la paix moyennant un tribut évalué à
onze millions de francs, et s'appliqua à préparer l'expédition d'Afrique
malgré l'opposition qu'il rencontra chez ses ministres, effrayés de la
grandeur de l'entreprise. On dit même qu'il fut un instant sur le point
d'y renoncer et que c'est la prédiction d'un évêque d'Orient, saint
Sabas, lui promettant le succès, qui le décida à réaliser son projet. Il
apprit alors qu'un Africain, du nom de Pudentius, venait de s'emparer de
Tripoli et lui offrait d'entreprendre pour lui des conquêtes, s'il
recevait l'appui de quelques troupes. En même temps un certain Godas,
chef goth, qui commandait en Sardaigne pour les Vandales, se mettait en
état de révolte et offrait aussi son concours à l'empire.

[Note 251: Yanoski, _Vandales_, p. 41.]

Tous ces symptômes indiquaient que le moment d'agir était arrivé.
Justinien le comprit et organisa immédiatement l'expédition dont le
commandement fut confié à Bélisaire, habile général, jouissant d'une
grande autorité sur les troupes et d'une réelle influence à la cour par
sa femme Antonina, amie de l'impératrice. Des soldats réguliers, des
volontaires de divers pays, et même des barbares, Hérules et Huns,
accoururent avec enthousiasme au camp du général, où bientôt une
quinzaine de mille hommes, dont un tiers de cavaliers, se trouvèrent
réunis. On s'arrêta à ce chiffre, jugeant, avec raison, qu'une petite
armée solide et bien dirigée était préférable à un grand rassemblement
sans cohésion. Les officiers furent choisis avec soin par le général,
parmi eux se trouvaient Jean l'Arménien, préfet du prétoire, et Salomon,
dont les noms reviendront sous notre plume; presque tous les autres
officiers étaient originaires de la Thrace. Le patrice Archelaüs fut
adjoint à l'expédition comme questeur ou trésorier. Cinq cents vaisseaux
de toute grandeur furent rassemblés pour le transport de l'expédition;
vingt mille marins les montaient.

DÉPART DE L'EXPÉDITION. BÉLISAIRE DÉBARQUE À CAPUT-VADA.--En 533, «vers
le solstice d'été»[252], on donna l'ordre de l'embarquement et ce fut
l'occasion d'une imposante cérémonie à laquelle présida l'empereur.
L'archevêque Epiphanius, en présence du peuple et de l'armée bénit le
vaisseau où s'embarqua Bélisaire, accompagné de sa femme et de Procope,
son secrétaire, qui nous a retracé l'histoire si complète de cette
expédition. L'immense flotte se mit en route et voyagea lentement,
troublée quelquefois dans sa marche par la tempête, et faisant souvent
escale dans les ports situés sur son chemin, pour se remettre de ces
secousses, ou se ravitailler. Bélisaire montra dans ce voyage autant
d'habileté que de fermeté; comme tous les hommes de guerre, il savait
qu'il n'y a pas d'armée sans discipline et réprimait avec la dernière
rigueur toute infraction aux règles, sans s'arrêter aux murmures ou aux
menaces des auxiliaires.

[Note 252: Procope, _Bell. Vand._, lib. I, cap. XII.]

Enfin on atteignit le port de Zacinthe en Sicile, où l'armée, qui
souffrait cruellement de la mauvaise qualité des vivres et de l'eau, put
se refaire. Bélisaire manquait de nouvelles sur la situation et les
dispositions des Vandales et était fort incertain sur le choix du point
de débarquement. Il chargea Procope de se rendre à Syracuse pour tâcher
d'obtenir des renseignements et en même temps passer un marché avec les
Ostrogoths pour l'approvisionnement de la flotte et de l'armée. L'envoyé
fut assez heureux pour apprendre d'une manière sûre que les Vandales, ne
s'attendant nullement à une attaque de l'empire, avaient envoyé presque
toutes leurs forces en Sardaigne à l'effet de réduire Godas. Quant à
Gélimer, il s'était retiré à Hermione, ville de la Byzacène, et ne
songeait nullement à défendre Karthage.

Ainsi renseigné, Bélisaire donna l'ordre de mettre à la voile en se
dirigeant à l'ouest de Malte. Parvenue à la hauteur de cette île, la
flotte fut poussée par le vent vers la côte d'Afrique, en face du sommet
du golfe de Gabès; elle était partie depuis trois mois. Avant de
procéder au débarquement, le général en chef fit mettre en panne et
convoqua un conseil de guerre des principaux officiers à son bord.
Archélaüs, effrayé de l'éloignement de la localité et du manque de ports
pour abriter les navires, voulait que l'on remît à la voile et qu'on
allât directement à Karthage. Mais Bélisaire n'était pas de cet avis; il
redoutait la rencontre de la flotte vandale, et craignait que son armée
ne perdît ses avantages dans un combat naval. Son opinion ayant prévalu,
il ordonna aussitôt le débarquement, qui s'opéra sans encombre au lieu
dit Caput-Vada[253]. Des soldats furent laissés à la garde des navires
qui furent en outre disposés dans un ordre permettant la résistance à
une attaque de l'ennemi. A terre, le général s'attacha à couvrir son
camp de retranchements et à se garder soigneusement par des
avant-postes; toute tentative de pillage ou de maraudage fut sévèrement
réprimée. Cette prudence, cette observation constante des règles de la
guerre, allaient assurer le succès de l'expédition.

[Note 253: Actuellement Capoudia.]

PREMIÈRE PHASE DE LA CAMPAGNE.--Cependant Gélimer, toujours à Hermione,
ignorait encore le danger qui le menaçait. Les nouvelles données par
Procope étaient exactes. Après la double perte de la Tripolitaine et de
la Sardaigne, le prince vandale, remettant à plus tard le soin de faire
rentrer sous son autorité la province orientale, réunit cinq mille
soldats et les envoya en Sardaigne sous le commandement de son frère
Tzazon, un des meilleurs officiers vandales. Une flotte de cent vingt
vaisseaux les conduisit dans cette île, et aussitôt les opérations
commencèrent contre Godas.

Le roi vandale suivait attentivement les phases de l'expédition de
Sicile, lorsqu'il apprit enfin le débarquement de l'armée byzantine en
Afrique, et sa marche sur ses derrières. Bélisaire, en effet, après
s'être emparé sans coup férir de la petite place de Sylectum[254] avait
marché, dans un bel ordre, vers le nord, accompagné au large par la
flotte, et avait pris successivement possession de Leptis parva et
d'Hadrumète[255], accueilli comme un libérateur par les populations. Il
paraît même que les Berbères de la Numidie et de la Maurétanie lui
envoyèrent des députations, offrant leur soumission à l'empereur et
donnant comme otages les enfants de leurs chefs. En même temps, le
général byzantin adressait aux principales familles vandales un
manifeste de Justinien protestant qu'il ne faisait pas la guerre à leur
nation, mais qu'il combattait seulement l'usurpateur Gélimer.

[Note 254: Selecta, au nord du golfe de Gabès.]

[Note 255: Lemta et Souça.]

Bientôt l'on apprit que l'armée envahissante n'était plus qu'à quatre
journées de Karthage. Gélimer écrivit à son frère Ammatas, resté dans
cette ville, en lui donnant l'ordre de mettre à mort Hildéric et ses
partisans, et d'appeler aux armes tous les hommes valides. Oamer était
mort. Hildéric fut massacré avec tous les gens soupçonnés d'être ses
amis. Puis Ammatas conduisit ses troupes en avant de Karthage, dans les
gorges de Décimum, à une quinzaine de kilomètres de cette ville.
Gélimer, qui opérait sur son flanc avec une autre armée, devait tenter
de tourner l'ennemi, tandis que Gibamund, neveu du roi, avait pour
mission d'attaquer le flanc gauche des envahisseurs à la tête de deux
mille Vandales. Ce plan était assez bien combiné et aurait pu avoir des
suites fâcheuses pour l'armée de Bélisaire, si l'on avait su le
réaliser.

DÉFAITES DES VANDALES CONDUITS PAR AMMATAS ET GIBAMUND.--Ammatas avait
donné à ses troupes l'ordre du départ, mais, comme il était d'un
caractère ardent et téméraire, il se porta à l'avant-garde et hâta la
marche de la tête de colonne, sans s'inquiéter s'il était suivi par le
reste de l'armée. Il arriva vers midi à Décimum, à la tête de peu de
monde et y rencontra l'avant-garde des Byzantins, commandée par Jean
l'Arménien. Aussitôt, on en vint aux mains: malgré le courage d'Ammatas,
qui combattit comme un lion et tomba percé de coups, les Vandales ne
tardèrent pas à tourner le dos. Jean les poursuivit l'épée dans les
reins et rencontra bientôt le reste des soldats, qui arrivaient par
groupes isolés. Il en fit un grand carnage et s'avança jusqu'aux portes
de Karthage.

Pendant ce temps, Gibamund s'approchait avec ses deux mille hommes pour
attaquer le flanc gauche, lorsqu'il rencontra, dans la plaine qui
avoisine la Saline (Sebkha de Soukkara), le corps des Huns envoyé en
reconnaissance. A la vue de ces farouches guerriers, les Vandales
sentirent leur courage faiblir; ils rompirent leurs rangs et furent
bientôt en déroute, en laissant la plupart des leurs sur le champ de
bataille.

SUCCÈS DE BÉLISAIRE. IL ARRIVE À KARTHAGE.--Bélisaire, ignorant le
double succès de son avant-garde et de ses flanqueurs, s'arrêta en
arrière de Décimum et plaça son camp dans une position avantageuse où il
se fortifia. Le lendemain, laissant dans le camp son infanterie, ses
impedimenta et sa femme Antonina, il se mit à la tête d'une forte
colonne de cavalerie et alla pousser une reconnaissance sur Décimum. Les
cadavres des Vandales lui firent deviner la victoire de son avant-garde
et les informations qu'il prit sur place confirmèrent cette présomption,
mais il ne put avoir aucune nouvelle précise de Jean l'Arménien.

Au même moment Gélimer débouchait dans la plaine où il espérait
retrouver son frère. Il était à la tête d'un corps nombreux de
cavalerie. Ayant rencontré les coureurs de Bélisaire, disséminés par
petits groupes, il les attaqua avec vigueur et les mit en déroute. Puis,
parvenu à Décimum, il trouva, lui aussi, les preuves de la défaite de
son frère et le corps de celui-ci. Rempli de douleur, ne sachant ce qui
se passait à Karthage, il demeura dans l'inaction, au lieu de compléter
son succès en écrasant les ennemis peu nombreux qu'il avait devant lui
et qui étaient démoralisés par leur premier échec.

Tandis que Gélimer s'occupait des funérailles de son frère, le général
byzantin, voyant le grand danger auquel il était exposé, ralliait ses
fuyards, relevait leur courage en leur annonçant les succès déjà
remportés sur lesquels il était enfin renseigné, et, tentant un effort
désespéré, les entraînait dans une charge furieuse contre les Vandales.
Gélimer, surpris par cette attaque imprévue, n'eut pas le temps de
former ses lignes et vit bientôt toute son armée en déroute. Il alla se
réfugier à Bulla. Le lendemain, toute l'armée byzantine campa à Décimum,
y compris l'avant-garde et le corps des Huns. Le manque de décision de
Gélimer avait consommé sa perte au moment où il tenait la victoire[256].
Bélisaire marcha aussitôt sur Karthage.

[Note 256: M. Marcus (_Hist. des Vandales_, p. 378), cherche à
excuser Gélimer de la grande faute par lui commise en laissant à
Bélisaire le temps de rallier ses fuyards, au lieu de l'écraser et de
rentrer ensuite à Karthage. Il estime que le roi vandale était trop peu
sûr de la population de cette ville pour venir ainsi se mettre à sa
discrétion; et cependant il était certain qu'en l'abandonnant, il la
livrait à ses ennemis.]

Bélisaire à Karthage.--L'arrivée des fuyards de Décimum avait apporté à
Karthage la nouvelle des succès de l'armée d'Orient. Aussitôt le vieux
parti romain avait relevé la tête et, aidé des ennemis de Gélimer,
s'était emparé du pouvoir en forçant à la fuite les adhérents de
l'usurpateur. Sur ces entrefaites la flotte grecque, doublant le cap de
Mercure, parut au large. Le questeur Archélaüs, ignorant les succès du
général et les dispositions bienveillantes de la population de Karthage,
fit entrer tous ses navires dans le golfe de Tunis. Un seul vaisseau,
commandé par Calonyme, s'écarta, au mépris des ordres donnés, du gros de
la flotte, et alla se présenter devant le Mandracium, premier port de
Karthage, qu'il trouva ouvert. Le capitaine y ayant pénétré mit ses
hommes à terre et employa toute la nuit au pillage des marchands,
étrangers pour la plupart, établis aux alentours du port.

Le lendemain, Bélisaire, averti de l'arrivée de sa flotte, entra dans
Karthage sans rencontrer de résistance et, ayant traversé la ville,
monta sur la colline de Byrsa où se trouvait le palais royal. «Comme
représentant de Justinien, il s'assit sur le trône de Gélimer[257]» et
prononça sa déchéance. Fidèle au principe suivi dans cette remarquable
campagne, Bélisaire veilla avec le plus grand soin à ce qu'aucun pillage
ne fût commis, et il fit restituer aux marchands ce qui leur avait été
pris par Calonyme et ses hommes (septembre 533). Un grand nombre de
Vandales avaient cherché un refuge dans les églises. Le général leur
permit de sortir sans être inquiétés; puis il s'appliqua à relever les
fortifications de Karthage, qui étaient fort délabrées et à mettre cette
ville en état de défense.

[Note 257: Yanoski, _Vandales_, p. 56.]

Bien que les Vandales tinssent encore la campagne et qu'il y eût lieu de
craindre le retour de Tzazon avec l'armée de Sardaigne, on pouvait, dès
lors, considérer le succès de l'expédition comme assuré. La province
d'Afrique rentrait dans le giron de l'empire et sa belle capitale allait
refleurir sous la protection de Justinien, dont elle devait prendre le
nom. Les églises catholiques que les Ariens occupaient rentrèrent
aussitôt en la possession des orthodoxes, qui célébrèrent avec éclat les
victoires de Bélisaire «si manifestement secondé par la protection
divine.» Les chefs indigènes qui, nous l'avons vu, avaient d'abord
envoyé leur hommage au représentant de l'empereur, s'étaient ensuite
tenus dans l'expectative afin de ne pas se compromettre. Après l'entrée
de Bélisaire à Karthage, ils ouvrirent auprès de lui de nouvelles
négociations, à l'effet d'obtenir une investiture officielle. Le général
accueillit avec faveur ces ouvertures et envoya pour chacun d'eux: «une
baguette d'argent doré, un bonnet d'argent en forme de couronne, un
manteau blanc qu'une agrafe d'or attachait sur l'épaule droite, une
tunique qui, sur un fond blanc, offrait des dessins variés, et des
chaussures travaillées avec un tissu d'or. Il joignit à ces ornements de
grosses sommes d'argent[258].»

[Note 258: Yanoski, _Vandales_, p. 62.]

RETOUR DES VANDALES DE SARDAIGNE. GÉLIMER MARCHE SUR
KARTHAGE.--Cependant Gélimer ne restait pas inactif, bien qu'il
continuât à se tenir à distance. Il reformait son armée et encourageait
les pillards indigènes à harceler sans cesse les environs de Karthage;
il alla même jusqu'à leur payer chaque tête de soldat grec qui lui
serait apportée.

En même temps, il adressait à son frère Tzazon une lettre pressante,
dans laquelle il lui rendait compte des événements survenus en Afrique
et l'invitait à revenir au plus vite. Ce général, avec ses cinq mille
guerriers choisis, avait obtenu de brillants succès en Sardaigne, vaincu
et mis à mort Godas et replacé l'île sous l'autorité vandale. Il avait
bien entendu dire qu'une flotte grecque avait tenté une expédition en
Afrique, mais il était persuadé que cette attaque avait été facilement
repoussée. Aussi avait-il envoyé à Karthage même, au «roi des Vandales
et des Alains», un député chargé de rendre compte de ses victoires, et
c'est Bélisaire qui avait reçu sa lettre!

Sans se laisser abattre par la nouvelle des prodigieux événements qui
avaient mis Karthage aux mains des Grecs, ni rien cacher à ses soldats,
Tzazon fit embarquer aussitôt son armée et vint prendre terre sur un
point de la côte «où se rencontrent les frontières de la Numidie et de
la Maurétanie[259]», puis il se porta rapidement sur Bulla, où les deux
frères opérèrent leur jonction.

[Note 259: Sans doute entre Djidjeli et Collo.]

Les forces vandales, grâce à ce renfort, devenaient respectables. Peu
après Gélimer fit un mouvement en avant, coupa l'aqueduc de Karthage et
opéra diverses reconnaissances offensives dans le but d'attirer
Bélisaire sur un terrain choisi. En même temps, il chercha à fomenter
des trahisons à Tunis et entra en pourparlers avec les Huns, afin de les
détacher de leurs alliés.

Mais Bélisaire était au courant de tout, et ne se laissait pas prendre
aux feintes des Vandales. Il tâcha de ramener à lui les Huns, mais ne
put obtenir d'eux que la promesse de rester neutres.

BATAILLE DE TRICAMARA.--Vers le milieu de décembre, Bélisaire se décida
à marcher à l'ennemi. Les deux armées se trouvèrent en présence au lieu
dit Tricamara, à environ sept lieues de Karthage, et prirent position,
chacune sur une des rives d'un petit ruisseau. Bélisaire plaça au centre
de son front Jean l'Arménien avec les cavaliers d'élite et le drapeau.
Les Huns se tenaient à l'écart, afin de voir quelle tournure allait
prendre la bataille, pour se joindre au vainqueur. Les Vandales, de leur
côté, présentaient un front au centre duquel étaient le roi, Tzazon et
les soldats d'élite. En arrière se tenait un corps de cavaliers maures
dans les mêmes dispositions que les Huns. Les femmes, les impedimenta et
toutes les richesses avaient été laissées dans le camp par les Vandales.

Les ennemis s'observèrent pendant un certain temps; puis Jean l'Arménien
entama l'action en faisant passer le ruisseau à sa division: deux fois
il fut contraint à la retraite, mais ayant enflammé le courage de ses
troupes, il les ramena à l'assaut une troisième fois et on lutta de part
et d'autre avec le plus grand courage, jusqu'au moment où, Tzazon ayant
été tué, les Vandales commencèrent à faiblir. Bélisaire saisit avec
habileté cet avantage pour faire donner sa cavalerie. Alors les ailes se
replièrent en désordre; ce que voyant, les Huns chargèrent à leur tour
et déterminèrent la retraite de l'armée vandale, qui se réfugia dans son
camp, en laissant huit cents cadavres sur le terrain.

Sur ces entrefaites, comme l'infanterie grecque était arrivée, Bélisaire
donna l'ordre de marcher sur le camp vandale. Gélimer occupant une
position fortifiée et ayant encore un grand nombre d'adhérents était en
état de résister. Mais les malheurs qu'il venait d'éprouver l'avaient
complètement démoralisé, car son âme n'était pas de la trempe de celles
dont l'énergie est doublée par les revers; à l'approche de l'ennemi, il
abandonna lâchement ses adhérents et s'enfuit à cheval, comme un
malfaiteur, suivi à peine de quelques serviteurs dévoués. Lorsque cette
nouvelle fut connue dans son camp, ce fut une explosion d'imprécations
et de cris de désespoir; les femmes, les enfants se répandirent en tous
sens en pleurant, et bientôt chacun chercha son salut dans la fuite,
sans s'occuper de son voisin.

L'armée grecque, survenant alors, s'empara, sans coup férir, du camp et
fit un massacre horrible des fuyards. Les vainqueurs se portèrent aux
plus grands excès que Bélisaire ne put absolument empêcher (15 décembre
533). Le camp vandale renfermait un butin considérable: c'était le
produit de cinquante années de pillage. L'armée victorieuse resta
débandée toute la nuit et ce ne fut qu'au jour que le général put
commencer à rallier ses soldats. Si un homme courageux, réunissant les
Vandales, avait tenté un retour offensif, c'en était fait de l'armée de
l'empire.

FUITE DE GÉLIMER.--Quand Bélisaire fut parvenu à calmer l'effervescence
de ses troupes, il montra une grande bienveillance aux vaincus, et
empêcha qu'on n'exerçât des représailles inutiles.

Jean l'Arménien avait été lancé, à la tête d'une troupe de deux cents
cavaliers, à la poursuite de Gélimer. Pendant cinq jours il suivit ses
traces et était sur le point de l'atteindre, lorsqu'un événement imprévu
permit au roi détrôné d'échapper à ses ennemis. Un officier grec du nom
d'Uliaris, qui, pendant la station à l'étape, avait trouvé le loisir de
s'enivrer, voulut, au moment de partir, tirer une flèche sur un oiseau;
mais le projectile, mal dirigé, alla frapper à la tête Jean l'Arménien
et causa sa mort. La poursuite fut suspendue. Les cavaliers, qui
aimaient beaucoup leur chef, s'arrêtèrent pour lui rendre les devoirs
funéraires et firent porter la triste nouvelle au général en chef.
Bélisaire arriva bientôt et témoigna, au nom de l'armée, les plus vifs
regrets de la perte de son lieutenant. Il voulait faire périr Uliaris,
mais les cavaliers l'assurèrent que les dernières paroles de Jean
avaient été pour implorer le pardon de son meurtrier, et il se décida à
lui accorder sa grâce.

CONQUÊTES DE BÉLISAIRE.--Le roi s'était réfugié dans le mont Pappua,
montagne escarpée, située sur les confins de la Numidie et de la
Maurétanie[260]. Il avait obtenu l'appui des indigènes de cette contrée
qui lui avaient ouvert leur ville principale, nommée Midènos. Bélisaire
renonça pour le moment à le poursuivre. Il marcha sur Hippône et
s'empara de cette ville. Un grand nombre de Vandales s'y trouvaient et,
pour échapper au trépas qu'ils redoutaient, s'étaient réfugiés dans les
églises. Bélisaire les fit conduire à Karthage où ils furent réunis aux
autres prisonniers. Au moment où les affaires semblaient prendre une
mauvaise tournure pour lui, Gélimer avait envoyé à Hippône tous ses
trésors, en les confiant à un serviteur fidèle du nom de Boniface.
Celui-ci voulut les soustraire au vainqueur en fuyant sur mer, mais les
vents contraires le rejetèrent à Hippone et tout ce qu'il portait devint
la proie des Grecs.

[Note 260: La situation du Pappua a donné lieu à de nombreuses
controverses. La commission de l'Académie avait d'abord identifié cette
montagne à l'Edough, près de Bône. Berbrugger (_Rev. afr._, vol. 6, p.
475), puis M. Papier (_Recueil de la Soc. arch. de Constantine_,
1879-80, pp. 83 et suiv.), ont démontré l'impossibilité de cette
synonymie. Il est plus difficile de dire où était réellement le Pappua.
M. Papier, se fondant sur une inscription, penche pour le Nador; mais,
en vérité, nous ne sommes pas là sur les confins de la Numidie et de la
Maurétanie.]

Après ces succès, Bélisaire, rentré à Karthage, envoya par mer des
officiers prendre possession de Césarée et de Ceuta, points importants
sous le double rapport politique et commercial. Un autre s'empara des
Baléares; enfin des secours furent envoyés à Pudentius qui, à Tripoli,
était pressé par les indigènes en révolte. Une forte division alla, sous
les ordres de Cyrille, reconquérir la Sardaigne. Enfin une autre
expédition partit pour la Sicile, afin de revendiquer par les armes la
partie de cette île qui avait appartenu aux Vandales; mais les Goths la
repoussèrent et ne laissèrent pas entamer le domaine d'Atalaric.

Gélimer se rend aux Grecs.--Bélisaire ayant appris le lieu où s'était
réfugié Gélimer, de la bouche de son serviteur Boniface, envoya pour le
réduire un Hérule, du nom de Fara, avec une troupe de cavaliers de sa
nation. Après avoir en vain essayé d'enlever Midènos de vive force, Fara
dut se borner à entourer cette ville d'un blocus rigoureux. Gélimer, qui
avait avec lui quelques membres de sa famille et ses derniers adhérents
fidèles, manquait de tout et ne pouvait se faire à la dure vie des
indigènes dans un pays élevé, où le froid se faisait cruellement sentir.
Néanmoins, il résista durant trois mois à toutes les privations, et ce
ne fut qu'à la fin de l'hiver qu'il se décida à se rendre, à la
condition que Bélisaire lui garantît la vie sauve.

Cette proposition, transmise par Fara au général, fut accueillie avec
empressement. Bélisaire dépêcha à Midènos des officiers chargés de lui
donner sa promesse et de le ramener sain et sauf. Gélimer fut reçu à
l'entrée de Karthage par son vainqueur (534). Peu après, Bélisaire
s'embarquait pour Byzance, afin de remettre lui-même son prisonnier à
l'empereur. Son but était non seulement de recevoir des honneurs bien
mérités, mais encore de se justifier des accusations que les envieux
avaient produites contre lui. En quittant l'Afrique, il laissa le
commandement suprême à Salomon avec une partie de ses vétérans.

Justinien, plein de reconnaissance pour celui qui avait rendu l'Afrique
à l'empire, lui décerna le triomphe, honneur qui n'avait été donné à
aucun général depuis cinq siècles. Gélimer, revêtu d'un manteau de
pourpre, fut placé dans le cortège et dut, arrivé devant l'empereur, se
dépouiller de cet insigne, se prosterner et adorer son maître. Bélisaire
reçut le titre de consul. Quant à Gélimer, on lui assigna un riche
domaine en Galatie, dans l'Asie Mineure, et le dernier roi vandale y
finit tranquillement et obscurément sa vie.

DISPARITION DES VANDALES D'AFRIQUE.--En moins de six mois l'Afrique
avait cessé d'être vandale, ce qui prouve combien peu de racines cette
occupation avait poussées dans le pays. Après la brillante conquête qui
leur avait livré la Berbérie, les Vandales s'étaient concentrés dans le
nord de l'Afrique propre et de là s'étaient lancés dans des courses
aventureuses qui les avaient conduits en Italie et dans toutes les îles
de la Méditerranée. Ainsi, malgré le partage des terres qu'ils avaient
opéré, ils n'avaient pas fait, en réalité, de colonisation. Ils
s'étaient prodigués dans des guerres qui n'avaient d'autre but que le
pillage et, tandis qu'ils augmentaient leurs richesses et leur puissance
d'un jour, ils diminuaient, en réalité, leur force comme nation. Aucune
assimilation ne s'était faite entre eux et les colons romains; quant aux
indigènes, ils continuaient à se reformer et l'on peut dire qu'il n'y
avait plus rien de commun entre eux et les étrangers établis sur leur
sol.

Cela explique comment, après une occupation qui avait duré un siècle,
l'élément vandale disparut subitement de l'Afrique. Un assez grand
nombre de guerriers étaient morts dans la dernière guerre; d'autres
avaient été emmenés comme prisonniers en Orient par Bélisaire et
entrèrent au service de l'empire[261]. Or, les Vandales étaient
essentiellement un peuple militaire et ainsi l'élément actif se trouva
absorbé, car, nous le répétons, il s'était trop prodigué pour avoir
augmenté en nombre, quoi qu'en aient dit certains auteurs. Quant au
reste de la nation, une partie demeura en Afrique et se fondit bientôt
dans la population coloniale ou s'unit aux Byzantins, tandis que les
autres, émigrant isolément, allèrent chercher un asile ailleurs.

[Note 261: Gibbon, _Hist. de la décadence de l'empire romain_, ch.
41.]

Les Vandales d'Afrique ne laissèrent d'autre souvenir dans le pays que
celui de leurs dévastations. Cela démontre une fois de plus combien est
fragile une conquête qui ne se complète pas par une forte colonisation
et se borne à une simple occupation, quelque solide qu'elle paraisse.

ORGANISATION DE L'AFRIQUE BYZANTINE. ÉTAT DES BERBÈRES.--Salomon[262],
premier gouverneur de l'Afrique, avait reçu la lourde charge d'achever
la conquête et d'organiser l'administration du pays. Par l'ordre de
l'empereur on forma sept provinces: la Consulaire, la Byzacène, la
Tripolitaine, la Tingitane gouvernées par des consuls, et la Numidie, la
Maurétanie et la Sardaigne commandées par des _præses_. Mais cette
organisation était plus théorique que réelle. Sur bien des points le
pays restait absolument livré à lui-même. Ainsi, dans la Tingitane et
même dans la plus grande partie de la Césarienne, l'occupation se
réduisait à quelques points du littoral. Des garnisons furent envoyées
dans l'intérieur de la Numidie. Elles trouvèrent les villes en ruines et
s'appliquèrent à élever des retranchements, au moyen des pierres éparses
provenant des anciens édifices[263]. Quelques colons se hasardèrent à la
suite des soldats. «Que nos officiers s'efforcent avant tout de
préserver nos sujets des incursions de l'ennemi et d'étendre nos
provinces jusqu'au point où la république romaine, _avant les invasions
des Maures_ et des Vandales, avait fixé ses frontières.....» telles
étaient les instructions données par l'empereur[264].

[Note 262: Sur les inscriptions d'Afrique où le nom de ce général
est cité, il est toujours écrit Solomon. Nous adoptons l'orthographe des
historiens byzantins.]

[Note 263: Poulle, _Ruines de Bechilga_ (_Revue africaine_, n° 27,
p. 199).]

[Note 264: Voir, dans l'_Afrique ancienne_ de D'Avezac, le texte
curieux des deux rescrits adressés, le 13 avril 534, par l'empereur à
Archélaüs pour l'organisation militaire et administrative de l'Afrique.]

En même temps, la religion catholique fut rétablie dans tous ses
privilèges; par un édit de 535 les Ariens furent mis hors la loi,
dépouillés de leurs biens et exclus de toute fonction. La pratique de
leur culte fut sévèrement interdite. Les Donatistes et autres dissidents
et les Juifs furent également l'objet de mesures de proscription.
C'était encore semer des germes de mécontentement et de haine qui ne
devaient pas contribuer à asseoir solidement l'autorité byzantine.

Justinien voulait rendre aux provinces d'Afrique leurs anciennes
limites; mais la situation du pays était profondément modifiée et, si
les Vandales avaient disparu, il restait la population berbère qui avait
reconquis peu à peu une partie des territoires abandonnés par les
colons, à la suite de longs siècles de guerres et d'anarchie, et qui,
réunie maintenant en corps de nation, n'était nullement disposée à
laisser la colonisation reprendre son domaine. Bien au contraire,
l'élément indigène se resserrait de toute part, autour de l'occupation
étrangère.

Les Berbères, groupés par confédérations de tribus, avaient maintenant
des rois prêts à les conduire au combat et au pillage. _Antalas_ était
chef des Maures de la Byzacène. _Yabdas_ était roi indépendant du massif
de l'Aourès, ayant à l'est _Cutzinas_ et à l'ouest _Orthaïas_, dont
l'autorité s'étendait jusqu'au Hodna. Enfin les tribus de la Maurétanie
obéissaient à _Massinas_. Voilà les chefs de la natioïî indigène contre
lesquels les troupes de l'empereur allaient avoir à lutter.

Cette reconstitution de la nationalité berbère a été très bien
caractérisée par M. Lacroix auteur que nous ne saurions trop citer: «Les
Romains, dit-il, ce peuple si puissant, si habile, si formidable par sa
civilisation et sa force conquérante ne s'étaient jamais assimilé les
indigènes, dans le sens qu'on attache à ce mot. Le Berbère des villes,
des plaines et des vallées voisines des centres de population, fut
absorbé par les conquérants, cela va sans dire; mais l'indigène du
Sahara et des montagnes ne fut jamais pénétré par l'influence romaine.
Après sept siècles de domination italienne, je retrouve la race
autochtone ce qu'elle était avant l'occupation. Les insurgés qui, au VIe
siècle, se firent châtier par Salomon et Jean, dans l'Aurès, dans
l'Edough et dans la Byzacène, étaient les mêmes hommes qui combattaient
six cents ans auparavant sous la bannière de Jugurtha. Mêmes mœurs,
mêmes usages, même haine de l'étranger, même amour de l'indépendance,
même manière de combattre... Cette population était restée intacte,
imperméable à toute action extérieure... Le nombre immense des insurgés
qui tinrent en échec la puissance de Justinien, après l'expulsion des
Vandales, et l'impossibilité, pour les Romains, de rétablir leur
autorité dans les parties occidentales de leurs anciennes possessions,
prouvent clairement que ce fut, non point une faible partie, mais la
grande masse des indigènes qui resta impénétrable[265].»

[Note 265: _Revue africaine_, n° 72 et suiv. Voilà des enseignements
qui ne doivent pas être perdus pour nous, conquérants du XIXe siècle.]

LUTTES DE SALOMON CONTRE LES BERBÈRES.--Ce fut la Byzacène qui donna le
signal de la révolte. Deux officiers grecs Rufin et Aigan furent envoyés
contre les rebelles. Ils avaient obtenu quelques succès partiels,
lorsqu'ils se virent entourés par des masses de guerriers berbères
commandés par Cutzinas. Les Byzantins se mirent en retraite jusque sur
un massif rocheux, d'où ils se défendirent avec la plus grande
opiniâtreté; mais leurs flèches étant épuisées, ils finirent par être
tous massacrés.

Salomon, ayant reçu des renforts, marcha en personne contre les rebelles
et leur infligea une sanglante défaite, dans la plaine de Mamma (535),
où les indigènes l'avaient attendu derrière leurs chameaux, forteresse
vivante de douze rangs d'épaisseur. Il fit un butin considérable et
croyait avoir triomphé de la révolte; mais à peine était-il rentré à
Karthage qu'il apprenait que les Berbères avaient de nouveau envahi et
pillé la Byzacène. C'était une campagne à recommencer. Cette fois le
gouverneur s'avança vers le sud jusqu'à une montagne appelée par Procope
le mont Burgaon[266], où les ennemis s'étaient retranchés, et obtint sur
eux un nouveau et décisif succès, dans lequel il fut fait un grand
carnage de Maures[267].

Pendant ce temps, Yabdas, roi de l'Aourès, allié à Massinas, portait le
ravage dans la Numidie. L'histoire rapporte que Yabdas, revenant d'une
razia et poussant devant lui un butin considérable, s'arrêta devant la
petite place de Ticisi[268], où s'était porté un officier byzantin du
nom d'Athias, qui commandait le poste de Centuria, à la tête de
soixante-dix cavaliers huns, pour lui disputer l'accès de l'eau. Yabdas
lui offrit, dit-on, le tiers de son butin; mais Athias refusa et proposa
au roi berbère un combat singulier qui fut accepté et eut lieu en
présence des troupes. Yabdas vaincu abandonna tout son butin et regagna
ses montagnes[269].

Après la défaite du mont Burgaon, les fuyards et les tribus compromises
vinrent chercher asile auprès d'Yabdas, et lui offrirent leurs services.
Vers le même temps, Orthaias, qui avait à se plaindre du roi de
l'Aourès, et d'autres chefs indigènes mécontents offraient à Salomon
leur appui contre Yabdas, et lui proposaient de le guider dans
l'expédition qu'il préparait. Le général byzantin s'avança jusque sur
l'Abigas[270] et ayant pénétré dans les montagnes parvint jusqu'au mont
Aspidis[271], sans rencontrer l'ennemi qui s'était retranché au cœur du
pays. Manquant de vivres et voyant l'hiver approcher, Salomon n'osa pas
s'engager davantage et rentra à Karthage sans avoir obtenu le moindre
succès.

[Note 266: Sans doute le Djebel-Bou-Ghanem, à l'est de Tébessa.]

[Note 267: Procope, _De bell. vand._, 1. II, cap. XII.]

[Note 268: Au sud de Constantine, à Aïn-el-Bordj, non loin du
village de Sigus.]

[Note 269: Cet épisode a été rappelé par M. Poulle dans le _Recueil
de la Soc. arch. de Constantine_, 1878, p. 375.]

[Note 270: La rivière de Khenchela, selon Ragot (_loc. cit._, p.
301).]

[Note 271: Le Djebel-Chelia.]

RÉVOLTE DE STOZAS.--Au printemps de l'année 536, Salomon préparait une
grande expédition contre l'Aourès, lorsqu'il faillit tomber sous le
poignard de ses soldats révoltés. La sévérité des mesures prises contre
les Ariens paraît avoir été la cause de cette rébellion à la tête de
laquelle était un simple garde nommé Stozas.

Salomon, après avoir échappé aux révoltés, parvint à s'embarquer et à
passer en Sicile, où Bélisaire avait été envoyé depuis l'année
précédente par l'empereur. La soldatesque, qui s'était livrée à tous les
excès, fut réunie par Stozas dans un camp, non loin de Karthage. Les
Vandales, des aventuriers de toute origine y accoururent et bientôt
Stozas se trouva à la tête de huit mille hommes, avec lesquels il marcha
sur Karthage. Mais en même temps, Bélisaire débarquait en Afrique, avec
un corps de cent hommes choisis. La présence du grand général ranima le
courage de tous et fit rentrer les hésitants dans le devoir. Ayant formé
un corps de deux mille hommes, il marcha contre les rebelles qui
rétrogradèrent jusqu'à Membresa, sur la Medjerda[272], et leur livra
bataille. Mais les soldats de Stozas se dispersèrent dans toutes les
directions, après un simulacre de résistance.

Bélisaire voulait s'appliquer à tout remettre en ordre dans sa conquête,
lorsqu'il apprit que son armée venait de se révolter en Sicile.
Contraint de retourner dans cette île, il laissa le commandement de
l'Afrique à deux officiers: Ildiger et Théodore. Aussitôt Stozas qui se
tenait à Gazauphyla, à deux journées de Constantine, dans la Numidie, où
les fuyards l'avaient rejoint, releva la tête. Le gouverneur de cette
province marcha contre lui, à la tête de forces importantes, mais Stozas
sut entraîner sous ses étendards la plus grande partie des soldats
byzantins. Les officiers furent massacrés et le pays demeura livré à
l'anarchie (536).

Germain, neveu de l'empereur, fut chargé de rétablir son autorité en
Afrique. Étant arrivé, il s'appliqua à relever la discipline et à
reconstituer son armée. Il en était temps, car Stozas marchait sur
Karthage et ne se trouvait plus qu'à une vingtaine de kilomètres.
Germain sortit bravement à sa rencontre et, comme Stozas avait en vain
essayé de débaucher ses soldats, il n'osa pas soutenir leur choc et se
mit en retraite poursuivi par Germain jusqu'au lieu dit
Cellas-Vatari[273]. Là, se tenaient Yabdas et Orthaias avec leurs
contingents, et, comme Stozas croyait pouvoir compter sur leur appui, il
offrit la bataille à Germain; mais ses soldats, sans cohésion, ne
tardèrent pas à plier, ce que voyant, les deux rois maures se jetèrent
sur son camp pour le livrer au pillage et achevèrent la déroute de son
armée. Stozas se réfugia dans la Maurétanie et Germain put s'appliquera
rétablir l'ordre en Afrique.

[Note 272: A Medjez-el-Bab, à 75 kil. de Karthage.]

[Note 273: M. D'Avezac place cette localité vers Tifech (_Afrique
ancienne_, p. 250). M. Ragot, qui appelle cette localité _Scales
Veteres_, pense, en raison de la présence d'Orthaias, roi du Hodna,
qu'elle devait se trouver au sud de Constantine (_loc. cit._, p. 303).]

EXPÉDITIONS DE SALOMON.--En 539 Germain fut rappelé par l'empereur et
remplacé par Salomon élevé, pour la seconde fois, aux fonctions de
gouverneur. Son premier soin, dès son arrivée en Afrique, fut de
reprendre l'organisation de l'expédition de l'Aourès, que la révolte
avait interrompue trois ans auparavant. Pour s'assurer la neutralité des
Maures de la Byzacène, il aurait, paraît-il[274], attribué à Antalas, le
commandement de tous les Berbères de l'est, en lui assignant une solde
et le titre de fédéré. Au printemps de l'année suivante, il se mit en
marche. La campagne débuta mal. Un officier du nom de Gontharis, ayant
poussé une reconnaissance jusque sur l'Ouad-Abigas, se heurta à un fort
rassemblement et fut contraint de chercher un refuge derrière les
murailles de la ville déserte de Baghaï. Les indigènes, se servant des
canaux d'irrigation, purent inonder son camp et rendre sa situation
intolérable. Il fallut que Salomon lui-même vînt le délivrer. Puis les
troupes byzantines, pénétrant dans la montagne, mirent en déroute Yabdas
et ses Berbères, malgré leur grand nombre et la force des positions
qu'ils occupaient.

Le roi maure s'était réfugié à Zerbula. Salomon vint l'y bloquer, après
avoir ravagé Thamugas. Forcé de fuir encore, Yabdas gagna Thumar,
«position défendue de tous côtés par des précipices et des rochers
taillés à pic». Le général byzantin l'y relança et, ne pouvant songer à
l'escalade, dut se contenter de bloquer étroitement l'ennemi. Ce siège
se prolongea et les troupes souffraient beaucoup du manque d'eau et de
provisions, lorsque des soldats réussirent à s'emparer d'un passage mal
gardé par les Maures: secondés par un assaut de l'armée, ils parvinrent
à enlever la position. Yabdas blessé put néanmoins s'échapper et se
réfugier en Maurétanie.

Cette fois les Byzantins étaient maîtres de l'Aourès; ils y trouvèrent
les trésors du prince berbère. Après avoir fait occuper deux points
stratégiques dans ces montagnes, Salomon se porta dans le Zab et de là
dans le Hodna et la région de Sitifis, forçant partout les indigènes à
la soumission et relevant les ruines des cités et des forteresses. Le
souvenir de ses travaux dans la région sitifienne a été conservé par les
inscriptions. Zabi[275], la métropole du Hodna, fut réédifiée par lui et
reçut le nom de Justiniana[276] De là, Salomon s'avança sans doute, vers
l'ouest, jusque dans la région du haut Mina, car le récit de cette
expédition se trouve retracé sur une pierre, dont l'inscription est
relatée par les auteurs arabes[277] et a été retrouvée près de Frenda.

[Note 274: Tauxier, _Notice sur la Johannide_ (_Rev. afr._, n° 118,
p. 293).]

[Note 275: Actuellement Mecila.]

[Note 276: Poulle, _Rev. afr._, n° 27, pp. 190 et suiv.]

[Note 277: Ibn-Khaldoun, trad. de Slane, t. I, p. 234, II, p. 540.]

Ainsi Salomon acheva la conquête de l'Afrique que Bélisaire avait
enlevée aux Vandales, mais qu'il fallait reprendre aux indigènes. Une
tradition berbère qui annonçait la conquête de l'Afrique par un homme
sans barbe se trouva réalisée, car on sait que Salomon était eunuque et
avait le visage glabre. Après avoir terminé les opérations militaires,
le gouverneur s'appliqua à régulariser la marche de l'administration et
mérita par sa justice la reconnaissance des populations depuis si
longtemps opprimées.

RÉVOLTE DES LEVATHES. MORT DE SALOMON.--En 543, l'empereur détacha la
Pentapole et la Tripolitaine de l'Afrique; il, s'était appliqué à
relever les villes de la Cyrénaïque de leurs ruines et plaça à la tête
de cette province, comme gouverneur de la Pentapole, Cyrus, neveu de
Salomon. Sergius, autre neveu de Salomon, reçut le commandement de la
Tripolitaine, où se trouvait toujours Pudentius.

Peu de temps après, quatre-vingts cheikhs de la grande tribu des
Levathes[278] étant venus à Leptis magna, où se trouvait Sergius, pour
recevoir selon l'usage l'investiture de leur commandement et présenter
leurs doléances, ces malheureux furent massacrés dans la salle où ils
étaient réunis, parce que, dit-on, ils étaient soupçonnés d'un complot.
Un seul d'entre eux s'échappa et appela aux armes les guerriers de la
tribu qui s'étaient rapprochés. Sergius marcha contre eux, les mit en
déroute et s'empara de tout leur butin, ainsi que de leurs femmes et de
leurs enfants. Pudentius avait trouvé la mort dans le combat.

[Note 278: Les Louata des auteurs arabes.]

Ce fut l'occasion d'une levée générale de boucliers chez les Berbères de
la Tripolitaine. Antalas, auquel, selon M. Tauxier, Salomon avait retiré
sa solde et ses avantages, se joignit à eux, avec ses guerriers, et tous
marchèrent vers le nord. Salomon se rendit à Tébessa pour les arrêter
dans leur marche. Il devait s'y rencontrer avec Coutzinas et les Maures
alliés et Pelagius, duc de Tripolitaine. Mais ces deux chefs furent
vaincus isolément; le dernier périt même dans la bataille et il en
résulta que Salomon se trouva seul avec un faible corps de troupes. Il
proposa aux rebelles de traiter, mais les Berbères, qui se sentaient en
forces, entamèrent le combat et ne tardèrent pas à mettre en fuite les
Byzantins. Salomon entraîné dans la déroute, ayant été désarçonné, fut
massacré parles indigènes.

Les Levathes et leurs alliés s'avancèrent alors jusqu'à Laribus; mais
ils se retirèrent après avoir reçu des habitants de cette ville une
rançon de trois mille écus d'or (545).

PÉRIODE D'ANARCHIE.--Sergius, l'auteur de ces désastres, fut nommé par
Justinien gouverneur de l'Afrique. On ne pouvait faire un plus mauvais
choix. Bientôt il sut tourner tout le monde contre lui et l'anarchie
devint générale.

Stozas, qui avait quitté la Maurétanie et s'était joint à Antalas
portait le ravage et la désolation dans les malheureuses campagnes de la
Byzacène et de la Numidie, sans que Sergius prît les moindres mesures
pour protéger les colons. Il en résulta une véritable émigration: les
populations quittèrent non seulement les campagnes, mais l'Afrique, et
allèrent se réfugier dans les îles de la Méditerranée et même en Orient.
Ce fut une des périodes les plus funestes à la colonisation africaine.
Stozas poussa l'audace jusqu'à proposer à Justinien de rétablir la paix,
si Sergius était rappelé. L'empereur, sans daigner répondre à cette
proposition, envoya en Afrique un sénateur du nom d'Aréobinde,
absolument étranger au métier des armes, en le chargeant de combattre
les Maures de la Numidie, tandis que Sergius réduirait ceux de la
Byzacène.

Stozas, qui avait augmenté son armée d'un grand nombre d'aventuriers et
de transfuges, se tenait, avec Antalas et les Maures, aux environs de
Sicca-Veneria[279]. Aréobinde fit marcher contre lui un de ses meilleurs
officiers, du nom de Jean. Les deux troupes en vinrent aux mains et,
dans le combat, Jean et Stozas trouvèrent la mort. Les Byzantins se
retirèrent en désordre, tandis que les rebelles élisaient un autre chef.

[Note 279: Le Kef.]

Ce nouvel échec décida Justinien à rappeler Sergius (546). Aréobinde
restait seul et il n'était pas de taille à tenir tête aux difficultés du
moment, car l'anarchie était à son comble et la révolte partout.
Gontharis, ancien officier de Salomon, entra alors en pourparlers avec
les principaux chefs berbères: Yabdas, Cutzinas et Antalas, et les
poussa à exécuter une attaque générale, de concert avec les bandes de
Stozas. A l'approche de l'ennemi, Aréobinde fit rentrer toutes ses
garnisons et confia le commandement des troupes à Gontharis lui-même.
Peu de jours après, le traître, ayant fomenté une sédition parmi les
soldats, en profita pour assassiner le gouverneur et s'emparer du
pouvoir.

Gontharis avait promis à Antalas la moitié de l'Afrique, mais, une fois
maître de l'autorité, il refusa de tenir ses promesses, et il en résulta
une rupture entre lui et le chef maure. Par haine de celui-ci, Cutzinas
vint se joindre à Gontharis en lui amenant les soldats de Stozas,
Vandales, Romains et Massagètes. Antalas fut battu par un officier
arménien du nom d'Artabane qui, peu après, assassina Gontharis dans un
festin (546); trente-six jours s'étaient écoulés depuis le meurtre
d'Aréobinde.

JEAN TROGLITA GOUVERNEUR D'AFRIQUE. Il rétablit la paix.--Justinien
voulut récompenser Artabane en le nommant gouverneur de l'Afrique, mais
cet officier, ayant d'autres projets, déclina l'honneur qui lui était
offert[280]. L'empereur choisit alors un autre officier du nom de Jean
Troglita, qui se trouvait à la guerre de Mésopotamie et auquel il donna
le commandement de toute l'Afrique. Jean avait servi avec distinction en
Berbérie, sous les ordres de Bélisaire et de Germain; il connaissait
donc les hommes et les choses du pays et, comme il était doué de
remarquables qualités militaires, le choix de l'empereur était fort
heureux; l'on n'allait pas tarder à s'en apercevoir.

Débarqué à Caput-Vada, avec une très faible armée, Jean se porta en
trois jours jusqu'auprès de Karthage et recueillit dans son camp tous
les soldats dispersés, capables de rendre quelques services. Puis il
alla attaquer Antalas et ses bandes qui bloquaient la ville. «Les
Berbères s'étaient rangés en bataille et, de plus, selon une tactique
qui leur était familière, ils s'étaient, en cas d'insuccès, ménagé un
réduit dans une enceinte carrée formée de plusieurs rangs de chameaux et
de bêtes de somme. Ces précautions, pourtant, ne les sauvèrent pas d'une
défaite complète. Jerna, grand-prêtre de Louata, en essayant de sauver
du pillage l'idole adorée par ces peuples, s'attarda dans la déroute et
fut tué par un cavalier romain[281].» Antalas chercha un refuge dans le
désert.

[Note 280: Fournel, _Berbers_, p. 101.]

[Note 281: Tauxier, _Johannide_, (_loc. cit._), p. 296.]

Karthage était débloquée et la Byzacène reconquise; mais les Berbères
étaient loin d'avoir été abattus. Bientôt Jean apprit que les Louata
(Levathes), alliés aux Nasamons et aux Garamantes, accouraient vers le
nord sous le commandement d'un nouveau et terrible chef, dont Corrippus
nous a transmis le nom sous la forme de Carcasan[282]. On était alors au
cœur de l'été de l'année 547. Jean se porta contre les envahisseurs,
mais il essuya une défaite et dut se réfugier derrière les remparts de
Laribus. La situation était critique. Jean n'hésita pas à faire appel
aux indigènes, en tirant parti de l'esprit de rivalité qui a toujours
été si fatal aux Berbères. Cutzinas, Ifisdias, chefs d'une partie de
l'Aourès, et Yabdas lui-même lui promirent leur appui.

[Note 282: _Johannide_, poème en l'houneur de Jean Troglita, par Fl.
Cres. Corippus, lib.V.]

Cependant les hordes d'Antalas dévastaient la Byzacène et arrivaient
jusqu'aux portes de Karthage. Troglita, assuré sur ses derrières et
ayant reçu d'importants renforts, quitta sa position fortifiée et alla
chercher Antalas dans la plaine. Les deux armées se rencontrèrent au
lieu dit le champ de Caton, et la victoire des Byzantins fut complète.
Un grand nombre d'indigènes restèrent sur le champ de bataille. Dix-sept
chefs de tribus, parmi lesquels le terrible Carcasan, furent tués et
l'on promena leurs dépouilles dans les rues de Karthage. Antalas fit sa
soumission (548).

ÉTAT DE L'AFRIQUE AU MILIEU DU VIe SIÈCLE.--La nation berbère se
trouvait encore une fois vaincue et, grâce aux succès de Troglita,
l'empire conservait sa province d'Afrique; mais combien était précaire
la situation de cette colonie, réduite à une partie de la Tunisie et de
la province de Constantine actuelles. Partout l'élément indigène avait
repris son indépendance et ce n'était que grâce à l'appui des
principicules berbères, véritables rois tributaires, que les Byzantins
se maintenaient en Afrique. Les campagnes étaient absolument ruinées:
«Lorsque Procope débarqua en Afrique pour la première fois, il admira la
population des villes et des campagnes et l'activité du commerce et de
l'agriculture. En moins de vingt ans, ce pays n'offrit plus qu'une
immense solitude; les citoyens opulents se réfugièrent en Sicile et à
Constantinople et Procope assure que les guerres et le gouvernement de
Justinien coûtèrent cinq millions d'hommes à l'Afrique[283].»

Selon Procope, les Maures, après les victoires de Troglita, semblaient
de véritables esclaves[284], et l'on vit un grand nombre d'entre eux,
qui étaient redevenus païens, se convertir au christianisme. Mais nous
pensons qu'il parle d'une manière trop générale, et que ces faits ne
peuvent s'appliquer qu'aux indigènes voisins des postes de l'Afrique
propre et de la Numidie. La race berbère prise dans son ensemble avait
trop bien reconquis son indépendance pour qu'on puisse croire que
l'action du gouverneur byzantin s'exerçât à ce point sur elle, et ce
serait une grave erreur de ranger dans cette catégorie les Louata de la
Tripolitaine, les Berbères de l'Aourès et les Maures de l'Ouest.

[Note 283: Gibbon, _Hist. de la décadence de l'Empire romain_, t.
II, ch. XLIII.]

[Note 284: _Anecdotes_, ch. XVIII.]

Troglita fit tous ses efforts pour assurer son occupation et se garantir
des incursions indigènes par des postes fortifiés: avec les ruines des
cités détruites, on construisit des retranchements et des forteresses
derrière lesquels les garnisons byzantines s'abritèrent, et quelques
colons cherchèrent sous leur protection à rentrer en possession de leurs
champs dévastés.

L'AFRIQUE PENDANT LA DEUXIÈME MOITIÉ DU VIe SIÈCLE.--Privés des
documents si précis laissés par Procope, nous ne possédons, sur la phase
de l'histoire africaine par nous atteinte, que des détails épars et sans
suite. C'est ainsi qu'on ignore l'époque du départ de Jean Troglita.

En 563, Rogathinus, préfet du prétoire d'Afrique, fit traîtreusement
assassiner Cutzinas, chef de la région orientale de l'Aourès, qui était
venu à Karthage réclamer au sujet d'immunités dont on l'avait frustré.
Les services rendus par ce chef eussent dû lui épargner un semblable
traitement; aussi la nouvelle de sa mort fut-elle le signal d'une levée
de boucliers des Berbères, appelés aux armes par ses fils. Justinien dut
envoyer en Afrique son neveu Marcien, maître de la milice[285], qui
contraignit les rebelles à la soumission.

Justinien termina sa longue carrière le 14 novembre 565, sans avoir pu
réaliser le vaste projet qu'il avait conçu. Sa mort paraît avoir été le
signal de nouvelles révoltes en Berbérie. Un certain Gasmul, roi des
Maures, entre en scène et, se fait remarquer par son ardeur à combattre
l'étranger. Dans ces luttes périssent successivement: Théodore, préfet
d'Afrique (568), Théoctiste, maître de la milice (569), et Amabilis,
successeur du précédent (570).

C'est Gasmul qui obtient ces succès. «Devenu tout puissant par ses
victoires, Gasmul, en 574, _donne à ses tribus errantes des
établissements fixes_, et s'empare peut-être de Césarée. L'année
suivante (575), il marche contre les Francs et tente l'invasion des
Gaules, mais il échoue dans cette entreprise[286].» Si ces faits sont
exacts, on ne saurait trop regretter l'absence de documents historiques
précis à cet égard.

[Note 285: D'Avezac, _Afrique ancienne_, p. 256.]

[Note 286: _Morcelli et Travaux de l'Académie des Inscriptions_,
apud Ragot, (_loc. cit._, p. 317).]

Cet état de rébellion permanente durait toujours lorsque l'empereur
Tibère II, qui venait de succéder à Justin II, nomma comme exarque de
l'Afrique un officier du nom de Gennadius, militaire d'une réelle
valeur. Dès lors la situation changea. En 580, ce général attaqua
Gasmul, le tua de sa propre main, massacra un grand nombre de Maures, et
leur reprit toutes les conquêtes qu'ils avaient faites.

Gennadius fut nommé préfet du prétoire d'Afrique, et il est probable
que, sous sa main ferme, le pays retrouva quelques jours de
tranquillité. Cependant, selon le rapport de Théophane, un soulèvement
général des Berbères aurait eu lieu en 588; mais nous ne possédons aucun
détail sur ce fait. Il est probable, en raison de l'état
d'affaiblissement où était tombé l'empire, que les gouverneurs byzantins
de l'Afrique étaient à peu près abandonnés à eux-mêmes, et que les
Berbères, réellement maîtres du pays, continuaient leur mouvement
d'expansion et de reconstitution.

En 597, nouvelle révolte des Berbères: ils viennent tumultueusement
assiéger Karthage, ce qui indique suffisamment qu'ils sont à peu près
maîtres du reste du pays. Gennadius, manquant de soldats pour
entreprendre une lutte ouverte, feint d'être disposé à traiter avec les
indigènes, et à accepter leurs exigences. Il leur envoie des vivres et
du vin et, profitant du moment où les Berbères se livrent à la joie et
font bombance, il les attaque à l'improviste et les massacre sans
peine[287].

[Note 287: Fournel, _Berbers_, p. 107.]

Voilà quelle était la situation de l'Afrique à la fin du VIe siècle.

DERNIERS JOURS DE LA DOMINATION BYZANTINE.--Le 16 novembre 602, le
centurion Phocas avait assassiné l'empereur Maurice et s'était emparé du
pouvoir. Il en résulta des révoltes et de longues luttes dans les
provinces.

L'exarque Héraclius, qui commandait en Afrique avec le patrice Grégoire,
comme légat, se mit en état de révolte (608) et retint les blés destinés
à l'Orient. Deux ans plus tard, le fils d'Héraclius, portant le même nom
que son père, partait par mer pour Constantinople, en même temps que le
fils de Grégoire s'y rendait par terre, en passant par l'Egypte et la
Syrie. Arrivé le premier, Héraclius mettait fin à la tyrannie de Phocas
et s'emparait de l'autorité souveraine. En 618, il fut sur le point
d'abandonner son empire, alors ravagé par la famine et par la peste, et
de retourner dans cette Afrique qu'il regrettait et que la conquête
arabe allait bientôt arracher de sa couronne. On dit qu'il ne se décida
à rester qu'en cédant aux supplications et aux larmes de ses sujets.

Héraclius ne tarda pas à entreprendre une longue série de guerres dans
lesquelles les Africains lui fournirent des contingents importants. En
641, l'empereur mourait après avoir eu la douleur de voir la Syrie et la
Palestine, et enfin l'Egypte, tomber aux mains des conquérants arabes.

Les premières courses des Arabes en Afrique datent de cette époque.
L'histoire de la Berbérie va entrer dans une autre phase.

APPENDICE

CHRONOLOGIE DES ROIS VANDALES

Genséric.... 11 février 435... janvier 477.
Hunéric..... Janvier 477...... 13 décembre 484.
Gondamond.   13 décembre 484.. septembre 496.
Trasamond..  Septembre 496.... 523.
Hildéric.... 523.............  531.
Gélimer....  531.............. 534.


FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE



DEUXIÈME PARTIE

PÉRIODE ARABE ET BERBÈRE
641--1045



CHAPITRE Ier

LES BERBÈRES ET LES ARABES


Le peuple berbère; mœurs et religion.--Organisation
politique.--Groupement des familles de la race.--Division des tribus
berbères.--Position de ces tribus.--Les Arabes; notice sur ce
peuple.--Mœurs et religions des Arabes anté-islamiques.--Mahomet;
fondation de l'islamisme.--Abou Beker, deuxième khalife; ses
conquêtes.--Khalifat d'Omar; conquête de l'Egypte.


LE PEUPLE BERBÈRE. MŒURS ET RELIGION.--Nous nous sommes efforcé, dans la
première partie, de suivre les vicissitudes traversées par la race
indigène et d'indiquer les transformations survenues dans ses éléments
constitutifs, de façon à relier la chaîne de son histoire, si négligée
par les historiens de l'antiquité, avec la période qui va suivre. Grâce
aux auteurs arabes, tout ce qui se rapporte à la nation qu'ils ont
nommée eux-mêmes Berbère, en lui restituant son unité, va devenir
précis, et il convient, avant de reprendre le récit des faits, d'entrer
dans quelques détails sur ce peuple et d'indiquer sa division en tribus,
et les positions respectives occupées par les groupes. Ainsi, aux
désignations vagues de Numides, de Maures et de Gétules, vont succéder
des appellations précises. Les noms appliqués aux localités vont changer
également[288], et c'est bien dans une nouvelle phase qu'entre
l'histoire de l'Afrique septentrionale.

[Note 288: Voir, au commencement du livre, la notice géographique.]

Les Berbères formaient un grand nombre de groupes que les Arabes
appelèrent tribus, par analogie avec les peuplades de l'Orient. Ils
avaient des mœurs et des habitudes diverses, selon les lieux que les
vicissitudes de leur histoire leur avaient assignés comme demeure:
cultivateurs sur le littoral et dans les montagnes, ils vivaient
attachés au sol, habitant des cabanes de branchages ou de pierres
couvertes en chaume; pasteurs dans l'intérieur, ils menaient la vie
semi-nomade, couchant sous la tente et parcourant avec leurs troupeaux
les hauts plateaux du Tel jusqu'à la limite du désert, selon la saison;
enfin, dans le Sahara, leurs conditions normales d'existence étaient, en
outre de l'accompagnement des caravanes, la guerre et le pillage, tant
aux dépens de leurs frères les Berbères pasteurs du nord que des
populations nègres du sud. «La classe des Berbères qui vit en nomade,
dit Ibn-Khaldoun[289], parcourt le pays avec ses chameaux et, toujours
la lance en main, elle s'occupe également à multiplier ses troupeaux et
à dévaliser les voyageurs.» Telle est encore, de nos jours, la manière
d'être des habitants du désert.

Le costume des Berbères se composait d'un vêtement de dessous rayé, dont
ils rejetaient un pan sur l'épaule gauche, et d'un burnous noir mis
par-dessus. Ils se faisaient raser la tête et ne portaient souvent
aucune coiffure[290]. Dans le Sahara, ils se cachaient la figure au
moyen d'un voile, le _litham_, encore usité par les Touareg et autres
Berbères de l'extrême sud. Quant à leur langue, elle se composait de
plusieurs dialectes aux racines non sémitiques, se rattachant à la même
souche. C'est celle qui se parle de nos jours dans le désert sous le nom
de _Tamacher't_ et dont les différents idiomes, plus ou moins arabisés,
s'appellent en Algérie, en Tunisie, au Maroc et jusqu'au Sénégal:
_Chelha_, _Zenatïya_, _Chaouïa_, _Kebaïlïya_, _Zenaga_, _Tifinar'_, etc.

[Note 289: _Hist. des Berbères_, trad. de Slane, t. I, p. 166.]

[Note 290: Ibid.], p. 167.

Comme religion, ils professaient généralement l'idolâtrie et le culte du
feu; cependant dans les plaines avoisinant les pays autrefois romanises,
et où la religion chrétienne avait régné, deux siècles auparavant, sans
conteste, il restait encore un grand nombre d'indigènes chrétiens.
Ailleurs, des tribus entières étaient juives. Enfin des peuplades
avaient conservé le souvenir des rites importés par les Phéniciens, et
s'il faut en croire Corippus, elles offraient encore, au sixième siècle,
des sacrifices humains à Gurzil, Mastiman et autres divinités barbares.
Nous avons vu que certaines tribus avaient une idole spéciale confiée au
soin d'un grand-prêtre.

ORGANISATION POLITIQUE.--Chaque tribu nommait un roi, ou chef, et
souvent plusieurs tribus formaient une confédération soumise au
commandement suprême du même prince. Ce droit de commandement était
spécial à certaines tribus qui exerçaient une sorte de suprématie sur
les autres. Il est probable que chaque groupe de la nation possédait, à
défaut de lois fixes, des coutumes dont le souvenir s'est perpétué en
Algérie dans les _Kanouns_ de nos Kabiles[291]. Au septième siècle,
n'ayant pas encore profité de la civilisation arabe, les Berbères
étaient, en maints endroits, fort sauvages, mais leurs qualités ne
devaient pas tarder à se développer et c'est avec raison qu'Ibn-Khaldoun
a pu dire d'eux: «Les Berbères ont toujours été un peuple puissant,
redoutable, brave et nombreux; un vrai peuple comme tant d'autres, dans
ce monde, tels que les Arabes, les Persans, les Grecs et les
Romains[292]....» «On a vu, des Berbères, des choses tellement hors du
commun, des faits tellement admirables--ajoute-t-il--qu'il est
impossible de méconnaître le grand soin que Dieu a eu de cette nation.»

[Note 291: Voir l'ouvrage sur la Kabylie, de MM. Letourneux et
Hanoteau. Voir aussi: _Coutumes kabyles_, par M. Féraud (_Revue
africaine_, nos 34, 36, 37, 38).]

[Note 292: T. I, p. 199 et suiv.]

GROUPEMENT ET SITUATION DES FAMILLES DE LA RACE.--Les auteurs arabes ont
divisé les Berbères en deux familles principales: les _Botr_,
descendants de Madghis-El-Abter, et les _Branès_, descendants de
Bernès. Les _Zenata_, qui sont quelquefois placés à part, sont compris
en général dans les Botr. Mais ces distinctions, qui ont pu avoir leur
raison d'être à une époque reculée, sont devenues bien arbitraires, par
suite du mélange intime des divers éléments et de la constitution d'une
race unique. A peine peut-on placer à part les tribus de race Zénète,
qui semblent présenter des différences de traits et de mœurs avec les
vieux Berbères, et paraissent d'origine plus récente. Nous admettrions
volontiers qu'elles sont le produit d'une invasion venue de l'Orient,
car elles se sont insinuées comme un coin au milieu de la vieille race,
et se tiennent sur la limite du désert, prêtes à pénétrer dans le Tel,
comme le feront les Arabes Hilaliens quatre siècles plus tard.

Renonçant à reproduire les généalogies plus ou moins ingénieuses des
auteurs arabes, nous ne tiendrons compte que de la situation générale de
la race au moment que nous avons atteint, et, à défaut d'autre
classification, nous proposerons de diviser les Berbères en trois
groupes principaux de la manière suivante:

1° Berbères de l'est ou _Race de Loua_[293], représentant les anciens
Libyens, les _Ilasguas_ et _Ilanguanten_ de Procope et de Corippus. Elle
couvre le pays de Barka, la Tripolitaine et ses déserts, et le midi de
la Tunisie.

2° Berbères de l'ouest ou _Race Sanhaga_[294], répondant aux Gétules et
aux Maures. Elle s'étend sur les deux Mag'reb, et leur désert jusqu'au
Soudan.

3° _Race Zenète_. Elle est établie dans le désert, depuis l'ouest de la
Tripolitaine jusque vers le méridien d'Alger, en couvrant partie de
l'Aourès, l'Ouad Rir', le Zab méridional et les hauts plateaux du Rached
(Djebel Amour)[295].

[Note 293: Selon les auteurs arabes Loua est l'ancêtre des Louata,
des Nefzaoua, des Ourfeddjouma, etc. Voir Ibn-Khaldoun, t. I, p. 171,
citant Ibn-Hazm et Ibn-el-Kelbi.]

[Note 294: Telle est l'orthographe la plus régulière de ce nom.]

[Note 295: Jean Léon l'Africain, qui avait des notions très précises
sur les populations africaines, divise les «blancs d'Afrique» en cinq
peuples: _Sanhagia_, _Masmuda_, _Zénéta_, _Haoara_ et _Gumera_ (t. I, p.
86 et suiv.).]

DIVISIONS DES TRIBUS BERBÈRES.--Voici comment se divisaient les tribus
berbères. Nous en donnons le tableau complet, bien qu'au VIIe siècle la
plupart des subdivisions n'existassent pas encore, mais afin de ne pas
avoir à y revenir et pour que le lecteur, dans ses recherches, les
trouve toutes groupées.

   =I.--Berbères de l'Est.=;
                            _
                           | Sedrata
                           | Atrouza
   Louata                 -| Agoura
                           | Djermana
                           | Mar'ar'a
                           |_Zenara
                            _                  _
                           | Ouergha          | Beni-Kici
                           | Kemlan          -| Ourtagot
                           | Melila           |_Heiouara
   Houara                 -| R'arian(
Issus des Aourir'a)        | Zeggaoua
                           | Mecellata
                           |_Medjeris
                            _
                           | Maouès
                           | Azemmor
                           | Keba
                           | Mesraï
                           | Ouridjen (Ouriguen)
                           | Mendaça
                           | Kerkouda
    Aourir'a              -| Kosmana
                           | Ourstif
                           | Biata
                           | Bel
                           | Melila
                           | Satate
                           | Ourfel
                           | Ouacil
                           |_ Mesrata
                            _
                           | Beni-Azemmor
   Nefouça                -| Beni-Meskour
                           |_Metouça
                                            _
                            _              | Beni-Ouriagol
                           | R'assaça      | Gueznaïa
                           | Meklata      -| Beni-Isliten
                           | Merniça       | Beni-Dinar ou Rihoun.
                           | Zehila        |_B. Seraïne
   Nefzaoua               -| Soumata        _
                           | Zatima        | Ourtedin   _
                           | Oulhaça       |_Zeggoula  | Ourfedjouma
                           | Medjera                   |_ou Zeddjala
                           |_Ourcif
                            _
                           | Ledjaïa (ou Legaïa)
                           | Anfaça
                           | Nidja
   Aoureba                -| Zehkoudja
                           | Meziata
                           | Reghioua
                           |_Dikouça

   =II.--Berbères de l'Ouest=;
                            _
                           | Felaça
                           | Denhadja
                           | Matouça
                           | Latana
                           | Ouricen
                           | Messala          _
                           | Kalden          | Inaou
                           | Maad           -| Intacen
   Ketama                 -| Lehiça          |_Aïan
                           | Djemila
                           | R'asman
                           | Messalta
                           | Iddjana (Oudjana ou Addjana)
                           | Beni-Zeldoui
                           | Hechtioua
                           | Beni-Istiten
                           |_Beni-Kancila

             _              _   Anciennes          _  Nouvelles
            |              | Siline               |
            |              | Tarsoun (Darsoun)    | O. Mohammed
            |              | Torghian             |
            |              | Moulit               |
            |              | Kacha                | O. Mehdi
            |              | Elmaï                |
            |              | Gaïaza               |
   Ketama  -| Sedouikech  -| B. Zalan            -| O. Aziz
   (_suite_)|              | El-Bouéïra           |
            |              | B. Merouan           |
            |              | Ouarmekcen           | O. Brahim
            |              | B. Eïad              |
            |              | Meklata              |
            |_             |_Righa                | B. Thabet

             _     Anciennes            _  Nouvelles
            |                          | B. Idjer
            | Medjesta                 | B. Menguellat
            | Mellikch                 | B. Itroun
            | Beni-Koufi               | B. Yenni
            | Mecheddala               | B. Bou-R'ardan
            | B. Zerikof               | B. Itrour'
   Zouaoua -| B. Gouzit               -| B. Bou-Youçof
            | Keresfina                | B. Chaïb
            | Ouzeldja                 | B. Eïci
            | Moudja                   | B. Sedka
            | Zeglaoua                 | B. R'obrin
            |_B. Merana                |_B. Guechtoula
             _
            | Metennane
            | Ouennoura'a
            | B. Othman
            | B. Mezr'anna
   Senhadja-| B. Djâad
            | Telkata
            | Botouïa
            | B. Aïfaoun
            |_B. Kkalil
             _
            | Azdadja (ou Ouzdaga) | B. Mesguen
   Dariça  -| Mecettaça
            |_Adjiça
             _
            | Matr'ara
            | Lemaïa
            | Sadina
            | Koumïa
   B. Faten-| Mediouna
            | Mar'ila
            | Matmata
            | Melzouza
            | Kechana (ou Kechata)
            |_Douna
             _                   _
            | Botouïa           | B. Ouriagol
            | Medjekça          | Fechtala
   Zanaga  -| B. Ouartin       -| Mechta
            | Lokaï             | B. Hamid
            |_                  |_B. Amran, etc....
               _            _
              |            | Moualat
              |            | B. Houat (ou Harat)
              |            | B. Ourflas
              | Miknaça   -| B. Ouridous (ou Ourtedous)
              |            | Kansara
              |            | Ourifleta
              |            |_Ourtifa
              |             _
   Oursettif -|            | Sederdja
              |           -| Mekceta
              |Ourtandja   | Betâlça
              |            |_Kernita
              |             _
              |            | B. Isliten
              |Augma ou   -| B. Toulalin
              | Megma      | B. Terin
              |_           |_B. Idjerten
                 _
                | B. Hamid
                | Metiona
   R'omara ou  -| Beni-Nal
   Ghomara      | Ar'saoua
                | B. Ou-Zeroual
                |_Medjekça

   Berg'ouata.--Formant diverses fractions qui ont toutes disparu de
   bonne heure.
                _
               | Hergha
               | Hentata
               | Tinemellal
               | Guedmioua
               | Guenfiça       |Sekçioua
               | Ourika
               | Regraga
   Masmouda   -| Hezmira                    _
               | Dokkala         _          | Dor'ar'a
               | Haha           | Mesfaoua -|_Youtanan
               | Assaden       -|_Mar'ous
               | B. Ouazguit
               | B. Maguer
               |_Héïlana
                           _
                          | Mestaoua
                          | R'odjdama
                          | Fetouaka
   Heskoura              -| Zemraoua
                          | Aïntift
                          | Aïnoultal
                          |_B. Sekour

   Guezoula (Forme de nombreuses branches)
                           _
                          | Zegguen
   Lamta                  |_ Lakhès
                           _
                          | Guedala
                          | Lemtouna
                          | Messoufa
                          | Outzila
                          | Targa (Touareg)
                          | Zegaoua
                          | Lamta
   Sanhadja au Litham    -| Telkata
   (Voile)                | Mesrata
                          | B. Aoureth
                          | B. Mecheli
                          | B. Dekhir
                          | B. Ziyad
                          | B. Moussa
                          | B. Lemas
                          |_B. Fechtal

   =III.--Race Zenète.=;
                           _
                          | Merendjica
   Ifrene                 |_Ouarghou
                                                _
                                               | B. Berzal
                          _                    | B. Isdourine
                         | B. Ournid          -| B. Sar'mar
                         |                     |_B. Itoueft
                         | B. Ourtantine
   Demmer               -| B. R'arzoul
                         | B. Toufourt
                         | Ourgma
                         |_Zouar'a
                          _
                         | B. Ilent
                         | B. Zeddjak ou Zendak
                         | B. Ourak
   Mag'raoua (anciens)  -| Ourtezmar
                         | B. Bou-Saïd
                         | B. Ourcifen
                         | Lar'ouate
                         | B. Righa
                         | Sindjas
                         | B. Ouerra
                         |_B. Ourtadjen

   Irnïane
   Djeraoua
   Ouagdjidjen
   Ouar'mert ou R'omert (Ghomra)
   Ouargla--B. Zendak
   Ouemannou
   Iloumene (ou Iloumi)
                _                         _              _
               |                         |              | B. Idleten
               |                         |              | B. Nemzi
               |                         |              | B. Madoun
               |                         | B. Meden    -| B. Zendak
               |            _            |              | B. Oucil
               |           | Abd-El-Ouad |              | B. Kadi
               |           | Toudjine   -|              |_B. Mamet
               |B. Badine.-| B. Mezab    |
               |           | B. Azerdane |               _
               |           |_ou Zerdal   |              | B. Tigherine
   Ouacine    -| B. Rached               | B. Rour'enç -| B. Irnaten
   (Magr'aoua) |                         |_             |_B. Mengouch
               |
               |            _
               |           | B. Ourtadjen
               |B. Merine -|
               |_          |_B. Ouattas


POSITION DE CES TRIBUS.--Voici maintenant, la situation générale de ces
tribus, par provinces, au VIIe siècle.


_Barka_ et _Tripolitaine_.

_Houara_ et _Aourir'a_.--Pays de Barka, midi de la Tripolitaine, Fezzan:
s'avancent jusque vers le Djerid.
_Louata_.--Région syrtique, environs de Tripoli et de là jusque vers
Gabès.
_Nefouça_.--Région montagneuse de ce nom, au midi de Tripoli.
_Zouar'a_ et _Ourgma_ (Zenèles Demmer), à l'ouest de Tripoli.


_Ifrikiya proprement dite._;
(Tunisie.)

_Nefzaona_.--Djerid et intérieur de la Tunisie. _Merendjica_ et
_Ouargou_ (Ifrene), régions méridionales.


_Ifrikya occidentale._;
(Province de Constantine.)

_Nefzaoua_.--Plaines de l'est de la province.
_Djeraoua_.--Djebel-Aourès.
_Aoureba_.--Région au nord du Zab.
_Ifrene_. _Magraoua_.--Hodna, Zab et région méridionale de l'Aourès.
_Ouargla_, _Ouacine_.--Ouad-Rir' et Sahara.
Ketâma.--Cette grande tribu occupe toute la région littorale, depuis
Bône jusqu'à l'embouchure de l'Ouad-Sahel et s'avance dans l'intérieur,
jusqu'à Constantine et Sétif.


_Mag'reb central._;

_Zouaoua_.--Massif de la grande Kabilie.
_Sanhadja_.--Se rencontrent à l'ouest et au nord avec les Zouaoua et
s'étendent jusqu'à l'embouchure du Chelif, occupant ainsi le littoral et
une partie du centre.
_B. Faten_.--Font suite aux Sanhadja, à l'ouest, jusqu'à la Moulouïa,
couvrant le littoral et le centre de la province d'Oran.
_Lemaïa_ et _Matmata_, aux environs du Guezoul et du Ouarensenis.
_Mar'ila_, sur la rive droite du Chelif.
_Azdadja_, (des Dariça), aux environs d'Oran.
_Koumïa_ et _Mediouna_, au nord et à l'ouesl de Tlemcen.
_Adjiça_ (Dariça), au sud des Zouaoua.
Les tribus Zenètes anciennes couvrent les hauts plateaux.
_Ouemannou_ et _Iloumi_, à l'ouest du Hodna.
_Ouar'mert_, dans le Rached (Djebel-Amour).
_Ournid_, à l'ouest de cette montagne.
Irniane, au sud de Tlemcen.

_Mag'reb extrême._;

_R'omara_.--Occupent la région littorale du Rif, de l'embouchure de la
Moulaïa à Tanger.
_Miknaça_, _Ourtandja_ et _Augma_, région centrale.
_Zanaga_.--Se rencontrent avec les précédents et occupent les premiers
contreforts de l'Atlas.
_Matr'ara_.--Vers la limite du Mag'reb central, où ils se rejoignent aux
autres Fatene.
_Berghouata_.--Sur le littoral de l'Océan, depuis Tanger jusqu'à
l'embouchure du Sebou.
_Masmouda_.--Tout le versant occidental de l'Atlas, les plaines et le
littoral de l'Océan, du Sebou à l'Ouad-Sous.
_Heskoura_.--Les montagnes du Grand-Atlas.
_Guezoula_ et _Lamta_.--La rive gauche de l'Ouad-Sous jusqu'à
l'Ouad-Deraa.
Aucune tribu zénète n'a encore pénétré dans le Mag'reb extrême.

_Grand-Désert._;

_Sanhadja au Litham_ (_Messoufa Guedala_, _Lemtouna_, _Lamta_, etc.),
occupant toute la région saharienne jusqu'au Niger.


Ainsi était répartie la race berbère dans l'Afrique septentrionale.

Il restait en outre quelques débris de la population coloniale dans le
nord de l'Ifrikiya et aux alentours des postes occupés par les
Byzantins.


LES ARABES. NOTICE SUR CE PEUPLE.--Le peuple arabe devant désormais
mêler son histoire à celle de là Berbérie, il convient encore, avant de
reprendre notre récit, d'entrer dans quelques détails sur cette nation.

La population de l'Arabie était divisée en deux groupes distincts:

1° Les Arabes de race pure ou ancienne, descendant, selon les
généalogistes, de _Kahtan_, le Yectan de la Bible. Établis depuis une
haute antiquité dans la partie méridionale du pays, l'_Arabie heureuse_,
l'Iémen, ils formèrent deux grandes tribus, celles de Kehlan et de
Himyer. On les désignait sous le terme général d'Iéménites;

2° Et les Arabes de race mélangée, descendants de _Adnan_, et beaucoup
plus nombreux que les précédents. Ils ont formé les tribus de Moder,
Rebïa, Maad, etc.... Nous les désignerons sous le nom de Maadites. Ils
occupaient les vastes solitudes qui s'étendent de la Palestine à
l'Iémen, ayant au centre le plateau du Nedjd et le Hedjaz sur le
littoral[296].

[Note 296: Voir Abou-l-feda, _Rois des Arabes avant
l'Islamisme_.--Hamza d'Ispahan, _Annales des Himyérites_.--En-Nouéïri,
_Histoire des rois de Kahtan_.--Messaoudi, _Les prairies
d'or_.--Ibn-Khaldoun, _Histoire des Berbères_ et
_Prolégomènes_.--Ibn-El-Athir, _Histoire_, passim.]

Une rivalité implacable divisait ces deux races et nous verrons ces
traditions de haine les suivre en Afrique et en Espagne. C'est que la
première, habitant des régions fertiles, établie en partie dans des
villes, se livrait à la culture et au commerce et vivait dans
l'abondance; tandis que l'autre, réduite à l'existence précaire du
nomade, dans des régions désertes, n'avait d'autre ressource, en dehors
du produit de maigres troupeaux, que la guerre et le brigandage. Cette
rivalité n'avait au fond d'autre mobile que le combat pour la vie.

En outre de ces deux grandes divisions, chaque groupe se partage en
citadins et gens des steppes (_bédouins_).

MŒURS ET RELIGION DES ARABES ANTÉ-ISLAMIQUES.--La condition propre de
l'Arabe, c'est la vie en tribu, la famille agrandie, à la tête de
laquelle est le cheikh, vieillard renommé par sa sagesse dans le
conseil, sa bravoure dans le combat. Une grande solidarité règne entre
les gens d'une même tribu, mais aucun lien ne réunit les tribus entre
elles. Bien au contraire, elles ont toutes des sujets de haine
particulière les unes contre les autres, car la vengeance est un culte
pour ces âmes ardentes. «Une infinité de tribus, les unes sédentaires,
le plus grand nombre constamment nomades, sans communauté d'intérêts,
sans centre commun, ordinairement en guerre les unes contre les autres,
voilà l'Arabie au temps de Mahomet[297].» Les Arabes ne vivent que pour
la guerre, car sans cela «pas de butin, et c'est le butin surtout qui
fait vivre les Bédouins.» Aussi la bravoure est-elle estimée au-dessus
de tout. Les femmes suivent les guerriers dans les combats pour les
encourager, faire honte aux fuyards et même les marquer d'un signe
d'ignominie. «Les braves qui font face à l'ennemi, disent-elles, nous
les pressons dans nos bras; les lâches qui fuient nous les délaissons et
nous leur refusons notre amour[298].» L'éloquence et la poésie sont
honorées après la bravoure.

[Note 297: Dozy, _Histoire des Musulmans d'Espagne_, l. I, p. 16.]

[Note 298: Poésie citée par Caussin de Perceval dans son bel _Essai
sur l'histoire des Arabes avant l'Islamisme_, t. III, p. 99.]

Les habitants des villes du littoral, ainsi que nous l'avons dit,
s'adonnaient avec succès au commerce, et conservaient des relations avec
les Bédouins, leurs parents ou leurs alliés.

La Mekke, ville située près du littoral du golfe arabique, était un
grand centre commercial et religieux. Les Koréichites, famille de la
race d'Adnan, y dominaient. C'étaient des marchands fort entendus aux
affaires. Ils gouvernaient la cité par un conseil dit des Sadate
(pluriel de Sid) qui avait entre ses mains tous les pouvoirs[299].

Les Arabes pratiquaient différents cultes: certaines tribus adoraient
les astres, d'autres se faisaient des idoles de pierre ou de bois. Les
Juifs avaient, en Arabie, de très nombreux sectateurs; enfin, le chiffre
des chrétiens établis, surtout dans les villes, était assez
considérable. Mais la religion nationale était une sorte d'idolâtrie. La
Mekke était déjà la ville sainte: on y conservait, dans le temple de la
Kaaba, une pierre noire, sans doute un aérolithe, et la construction du
temple était attribuée à Abraham par une ancienne tradition. Un grand
nombre d'idoles y étaient en outre enfermées. La tribu de Koréich avait
le privilège de fournir le grand-prêtre.

«Le naturel farouche des Arabes--a dit Ibn-Khaldoun[300],--en a fait une
race de pillards et de brigands. Toutes les fois qu'ils peuvent enlever
un butin, sans courir un danger ou soutenir une lutte, ils n'hésitent
pas à s'en emparer et à rentrer au plus vite dans le Désert.» C'est la
_razia_, le mode de combattre particulier à l'Arabe. «Les habitudes et
les usages de la vie nomade,--ajoute notre auteur,--ont fait des Arabes
un peuple rude et farouche. La grossièreté des mœurs est devenue pour
eux une seconde nature.....Si les Arabes ont besoin de pierres pour
servir d'appuis à leurs marmites, ils dégradent les bâtiments afin de se
les procurer; s'il leur faut du bois pour en faire des piquets ou des
soutiens de tente, ils détruisent les toits des maisons pour en avoir.
Par la nature même de leur vie, ils sont hostiles à tout ce qui est
édifice.... Ajoutons que, par leur disposition naturelle, ils sont
toujours prêts à enlever de force le bien d'autrui, à chercher les
richesses les armes à la main, et à piller sans mesure et sans retenue.»

Tels sont, dépeints par un de leurs compatriotes, les hommes qui vont
prendre une part prépondérante à l'histoire de l'Afrique.

[Note 299: Michèle Amari, _Storia dei Musulmani di Sicilia_, t. I,
p. 47 et suiv.]

[Note 300: _Prolégomènes_, t. I. de la trad., p. 309 et suiv.]

MAHOMET.--FONDATION DE L'ISLAMISME.--En 570 naquit Mahomet (Mohammed),
de la tribu de Koreich. Resté orphelin de bonne heure, il fut élevé par
son oncle, Abou-Taleb, et envoyé par lui dans une tribu bédouine selon
l'usage. C'était un jeune homme faible de corps, sujet à des attaques
nerveuses, parlant peu et restant de longues heures plongé dans la
méditation. A l'inverse de ses compatriotes, il avait peu de goût pour
la poésie, bien qu'il eût l'imagination assez développée. Il se vantait
de ne pas savoir écrire.

Mahomet avait quarante ans lorsqu'il commença à prophétiser et à
prétendre qu'il recevait des révélations de Dieu, par l'intermédiaire de
l'ange Gabriel: ses concitoyens l'accueillirent par des moqueries et
tournèrent en dérision ses prédications. Rien ne l'arrêta, ni les
injures, ni les violences, et il finit par gagner à sa cause quelques
prosélytes. Mais si, après onze années d'apostolat, Mahomet avait obtenu
un si mince succès chez ses concitoyens, il avait rencontré à Yatrib,
ville rivale, habitée par des gens de race yéménite, des esprits mieux
disposés à accueillir la nouvelle religion, et s'y était créé des
adhérents dévoués. Menacé dans son existence par les Mekkois, le
prophète se décida à fuir et alla, en 622, chercher un refuge chez ses
amis les Aous et les Khazradj, de Yatrib, qui reçut le nom de _Médine_
(la ville par excellence). De cette fuite (_Hégire_) date l'ère
musulmane. Les adhérents de Mahomet lui prêtèrent à Médine un solennel
serment et furent appelés ses _défenseurs_ (Ansar). On nommait _émigrés_
les Mekkois qui l'avaient suivi dans sa fuite. Aussitôt la lutte
commença entre eux et les Mekkois, et après différentes péripéties,
Mahomet entra en vainqueur à la Mekke. Cette fois, c'était le triomphe.
Par la persuasion ou par la force, les Arabes durent adopter le nouveau
culte. L'islamisme était fondé. Nous croyons inutile d'analyser ici
cette religion dont chacun connaît les dogmes et qui a pour code le
Koran. L'Iman, chef de la religion, était en même temps souverain
politique de tous les musulmans. La _Guerre sainte_ imposée aux _vrais
croyants_, comme une obligation étroite, allait ouvrir la voie aux
conquêtes[301].

[Note 301: Voir le Koran et les _Hadith_ ou traditions sur
Mahomet.]

ABOU-BEKER, DEUXIÈME KHALIFE.--SES CONQUÊTES.--En 632, Mahomet cessa de
vivre. Les Arabes n'avaient pas attendu sa mort pour apostasier et se
lancer dans la révolte. Le Nedjd, l'Iémen, même, étaient au pouvoir d'un
rival Aïhala le Noir; l'insurrection devint alors générale.

Mahomet, comme Charlemagne et peut-être à dessein, n'avait pas fixé les
règles de la succession au khalifat[302]. Son oncle Abou-Beker qui, par
son dévouement à toute épreuve, avait été le plus ferme soutien du
prophète, fut appelé à lui succéder. C'était un homme d'une rare énergie
et dont la violence se traduisait par d'implacables cruautés. Faisant
énergiquement tête aux ennemis, il sut ramener la confiance parmi les
siens et put ainsi battre les insurgés les uns après les autres. Ses
victoires furent suivies d'horribles massacres. Quiconque apostasiait ou
refusait de se convertir était aussitôt mis à mort. Les nouveaux
musulmans trouvaient au contraire toutes les satisfactions de leurs
passions: la guerre et le pillage. Il n'est donc pas surprenant que sous
la direction d'Abou-Beker l'islamisme eût fait de si grands progrès. Les
_compagnons_ de Mahomet, les _défenseurs_ et les émigrés étaient comblés
d'honneurs et investis de commandements; ils formaient en quelque sorte
une nouvelle noblesse. Tout en luttant contre les révoltés, Abou-Beker
entreprenait la guerre de conquête; dès la fin de 633, ses généraux
enlevaient l'Irak aux Perses et une partie de la Syrie aux Byzantins.

[Note 302: Ses successeurs reçurent le titre de Khalifes
(_successeurs_), d'où l'on a formé le mot de Khalifat pour désigner leur
trône.]

KHALIFAT D'OMAR. CONQUÊTE DE L'ÉGYPTE.--Dans le mois d'août 634,
Abou-Beker mourut au milieu de toute sa gloire. Il désigna pour son
successeur Omar-ben-el-Khattab, qui prit le titre d'_Emir-el-Moumenin_
(Prince des croyants). Peu après, Damas et le reste de la Syrie
tombaient au pouvoir des Arabes. La Mésopotamie et la Palestine
subissaient bientôt le même sort (638-40).

En 640, le général Amer-ben-el-Aci enleva l'Égypte au représentant
d'Héraclius. L'incendie de la bibliothèque d'Alexandrie éclaira les
vertigineux succès des Arabes. En quelques années une peuplade à peine
connue avait fondé un vaste royaume. Nous allons voir les Arabes
transporter au Mag'reb, le théâtre de leurs exploits.



CHAPITRE II.

CONQUÊTE ARABE
641-709


Campagnes de Amer en Cyrénaïque et en Tripolitaine.--Le Khalife Othman
prépare l'expédition de l'Ifrikiya.--Usurpation du patrice Grégoire. Il
se prépare à la lutte.--Défaite et mort de Grégoire.--Les Arabes
traitent avec les Grecs et évacuent l'Ifrikiya.--Guerres civiles en
Arabie.--Les Kharedjites; origine de ce schisme.--Mort d'Ali; triomphe
des Oméïades.--État de la Berbérie; nouvelles courses des Arabes.--Suite
des expéditions arabes en Mag'reb.--Okba gouverneur de l'Ifrikiya;
fondation de Kaïrouan.--Gouvernement de Dinar.--Abou-el-Mohadjer.--2e
gouvernement d'Okba; sa grande expédition en Mag'reb.--Défaite de
Tehouda; mort d'Okba.--La Berbérie sous l'autorité de
Koçéïla.--Nouvelles guerres civiles, en Arabie.--Les Kharedjites et les
Chïaïtes.--Victoire de Zohéïr sur les Berbères; mort de Koçéïla.--Zohéïr
évacue l'Ifrikiya.--Mort du fils de Zobéïr; triomphe
d'Abd-el-Malek.--Situation de l'Afrique; la Kahéna.--La Kahéna reine des
Berbères; ses destructions.--Défaite et mort de la Kahéna.--Conquête et
organisation de l'Ifrikiya par Haçane.--Mouça-ben-Nocéïr achève la
conquête de la Berbérie.


CAMPAGNES DE AMER EN CYRÉNAÏQUE ET EN TRIPOLITAINE.--Aussitôt après
avoir effectué la conquête de l'Egypte, Amer poussa une pointe vers
l'Ouest, jusqu'au pays de Barka. Les Houara et Louata de cette contrée
furent contraints de se soumettre et, afin d'éviter l'esclavage, durent
se racheter au prix d'une contribution de treize mille pièces d'or. Ils
vendirent, dit-on, tout ce qu'ils possédaient, et même, en certains
endroits, leurs enfants pour s'acquitter[303]. Après cette fructueuse
razia, Amer rentra en Egypte (641). Pendant ce temps, un de ses
lieutenants, Okba-ben-Nafa, parcourait les régions méridionales et
s'avançait en vainqueur jusqu'à Zouila dans le Fezzan.

[Note 303: Ibn-Abd-el-Hakem (apud Ibn-Khaldoun, t. I, p. 302 et
suiv,). En-Nouéïri, id., p. 313. El-Kairouani, p. 36 et suiv.]

Les campagnes dans l'Ouest étaient trop fructueuses pour que les
guerriers de l'Islam ne fussent pas tentés d'y effectuer de nouvelles
courses. En 612, Amer ayant organisé une expédition vint mettre le siège
devant Tripoli et s'empara de cette ville, qui fut livrée au pillage. On
y trouva un riche butin qui fut réparti entre les soldats. Les habitants
qui purent se réfugier sur les vaisseaux et gagner le large furent
épargnés; quant aux autres, ils n'obtinrent aucun quartier. De cette
place, le général arabe envoya une reconnaisance de cavalerie sur Sabra,
tandis qu'un corps de troupes allait de nouveau vers le Fezzan, et
s'avançait jusqu'à Ouaddan.

En vain. Amer sollicita de son maître l'autorisation d'envahir
l'Ifrikiya; mais ces opérations dans l'Ouest étaient faites contre le
gré du khalife qui n'avait aucune confiance dans ce «lointain perfide»,
comme il se plaisait, par un jeu de mots, à appeler le Mag'reb; de plus
il craignait un retour offensif des Byzantins en Égypte. Ces prévisions
n'étaient que trop justifiées; on apprit tout à coup qu'une flotte
grecque venait de s'emparer d'Alexandrie. Aussitôt Amer se porta contre
l'ennemi à la tête de forces imposantes et força les chrétiens à la
retraite.

LE KHALIFE OTHMAN PRÉPARE L'EXPÉDITION D'IFRIKIYA.--Le 31 octobre 644,
Omar fut poignardé par un esclave ou artisan de Koufa. Avant de mourir,
il désigna, comme candidats à sa succession, six des plus anciens
compagnons de Mahomet. Ceux-ci, après trois jours de discussion,
finirent par charger l'un d'eux, qui s'était désisté, de prononcer entre
eux. Le Mekkois Othman-ben-Offan fut proclamé khalife, au grand
désappointement des trois autres candidats. Ali, gendre du prophète, qui
se considérait déjà comme ayant été frustré par les précédents khalifes,
fut surtout très irrité de ce nouvel échec. Deux autres candidats,
Zobéïr et Talha devaient également faire parler d'eux.

Othman appartenait à la famille des Beni-Oméïa qui s'était montrée
l'adversaire acharnée de Mahomet; son triomphe était celui du parti
mekkois. C'était un vieillard affaibli par l'âge qui se laissait
entièrement diriger par ses parents. Un des premiers actes du nouveau
khalife fut de rappeler Amer et de confier le commandement de l'Egypte à
son frère de lait Abd-Allah-ben-Abou-Sarh. Vers 646[304], ce général
envoya des reconnaissances qui lui rapportèrent des renseignements
précis sur la situation de l'Ifrikiya, et, lor squ'il eut réuni tous les
documents, il pressa le khalife d'entreprendre cette conquête qui,
disait-il, devait donner aux Musulmans une nouvelle gloire et un
abondant butin. Mais, en Orient, on ne voyait pas l'entreprise sous un
jour aussi favorable; le conseil réuni plusieurs fois hésita à
l'autoriser et ce ne fut qu'à force d'insistance que le khalife finit
par rallier les esprits et faire décider l'expédition.

[Note 304: On sait que ces premières dates sont incertaines.]

La guerre sainte fut alors proclamée et, un camp ayant été, dressé à
El-Djorf, près de Médine, la fleur des guerriers de l'Islam vint s'y
réunir[305]. Les tribus yéménites et maadites y envoyèrent leur
contingent. Othman contribua de ses deniers à l'organisation de l'armée,
qui se trouva prête dans l'automne de l'année 647. Au mois d'octobre le
khalife vint la haranguer, puis ces troupes, pleines d'ardeur, se mirent
en route sous la direction d'El-Harith. De son côté, le gouverneur de
l'Egypte avait réuni toutes les forces dont il pouvait disposer. Lorsque
les troupes d'Orient furent arrivées, il leur adjoignit les siennes et
forma ainsi une armée d'environ cent vingt mille hommes, composée
d'autant de cavaliers que de fantassins. Laissant le commandement de
l'Egypte à Okba, il entraîna ses guerriers à la conquête des pays de
l'Ouest, depuis si longtemps convoités par les Musulmans.

[Note 305: En-Nouéïri donne les noms des principaux guerriers,
presque tous compagnons de Mahomet (p. 314, 315).]

USURPATION DU PATRICE GRÉGOIRE. IL SE PRÉPARE À LA LUTTE.--En présence
des préparatifs des Arabes, que faisaient les Byzantins d'Afrique? Nous
avons vu, à la fin de la première partie, que l'empereur Héraclius était
mort après avoir eu la douleur de voir l'Egypte lui échapper. A cette
nouvelle, le patrice Grégoire, fils du Grégoire dont il a été également
parlé, qui gouvernait l'Afrique au nom de l'empire, jugea le moment
favorable pour se déclarer indépendant. Il prit la pourpre, s'entoura
des insignes de la royauté et choisit Sbéïtla[306], comme siège de son
empire.

[Note 306: L'antique Suffétula, au sud de Kaïrouan.]

Karthage abandonnée fut occupée par un nouvel exarque, venu de
Constantinople, et autour duquel se groupèrent les chrétiens restés
fidèles. Bien que les détails fassent complètement défaut sur les
conditions dans lesquelles l'usurpation de Grégoire s'est effectuée, il
est probable que ce chef a été appuyé par les indigènes; le choix de
Sbéïtla comme capitale semble l'indiquer. Ainsi, au moment où les
Byzantins auraient dû grouper toutes leurs forces pour résister à
l'étranger, ils étaient divisés par la guerre civile. C'est ce qui
explique que, lors des premières razzias des Arabes, ils abandonnèrent
la Tripolitaine à elle-même.

Cependant, Grégoire, averti de la prochaine attaque des Arabes, n'était
pas resté inactif: il avait adressé un appel pressant aux débris de la
population coloniale et aux Berbères. Les tribus indigènes de cette
région, qui savaient, par ouï-dire, ce qu'était la rapacité des Arabes
et se voyaient menacés dans leur existence et dans leurs biens,
accoururent en foule sous ses étendards. Le patrice se trouva bientôt
entouré d'un rassemblement considérable dont les auteurs arabes portent
le chiffre à plus cent mille combattants, ce qui est évidemment exagéré.
A la tête de cette armée il se porta en avant de Sbéïtla et attendit,
dans une position retranchée, le choc de l'ennemi[307].

[Note 307: Lebeau, _Hist. du Bas-Empire_, t. II, p. 319 et suiv.
Ibn-Khald, _Hist. des Berbères_, t. I, p. 208, 209. En-Nouéïri, p. 317
et suiv. El-Kaïrouani, p. 39.]

DÉFAITE ET MORT DE GRÉGOIRE.--Les guerriers arabes ne tardèrent pas à
paraître; conduits par Abd-Allah, ils vinrent prendre position au lieu
dit Akouba, en face du camp de ceux qu'ils appelaient les infidèles.
Dans leur marche, ils avaient laissé de côté les villes du littoral où
des sièges longs et difficiles les auraient retenus, et étaient venus
attaquer leurs ennemis au centre de leur puissance. Quelques jours se
passèrent d'abord en pourparlers. Abd-Allah proposait à Grégoire de se
convertir à l'islamisme, de reconnaître la suzeraineté du khalifat et de
payer tribut. Mais le prince grec refusa péremptoirement, et il fallut
en venir aux mains. Les premières rencontres n'eurent rien de décisif;
chaque matin, dit En-Nouéïri[308], on combattait entre les deux camps,
jusqu'au milieu du jour, puis on rentrait de part et d'autre dans ses
lignes pour prendre du repos et recommencer le lendemain. Les Grecs
réparaient leurs pertes par des renforts qu'ils recevaient chaque jour,
et les Arabes commençaient à douter du succès lorsqu'un événement
imprévu vint â leur aide.

[Note 308: _Loc. cit._]

Le khalife Othman, ne recevant pas de nouvelles de ses guerriers, avait
dépêché vers ceux-ci un de ses officiers nommé Abd-Allah-ben-Zobéïr. Ce
chef parvint au camp à la tête de quelques cavaliers seulement; mais le
bruit causé par sa réception fit croire aux Grecs que leurs ennemis
avaient reçu de puissants renforts, ce qui leur causa un certain
découragement. Les Arabes, tenus au courant par leurs espions, en
profitèrent avec une grande habileté. Il fut convenu entre Abd-Allah et
ben-Zobéïr que, le lendemain, on n'enverrait au combat que peu de monde,
que les meilleurs guerriers se tiendraient sous les tentes et qu'ils
profiteraient de la trêve journalière suivant la bataille, pour attaquer
le camp des infidèles, tandis qu'ils seraient plongés dans une fausse
sécurité.

Il fut fait ainsi qu'il avait été convenu. Les chrétiens, s'attendant à
une attaque sérieuse, sortirent en foule et fondirent sur les Musulmans,
qui étaient conduits par Abd-Allah en personne. On combattit avec un
grand acharnement. Grégoire, le diadème en tête et ayant auprès de lui
l'étendard surmonté de la croix, dirigeait en personne ses troupes. Les
chefs arabes surent faire durer la bataille plus longtemps que
d'habitude et, enfin, les combattants, fatigués par l'excessive chaleur
du jour, rentrèrent dans leur camp. Ce fut alors que, profitant du
moment où les chrétiens avaient retiré leurs armures pour se reposer,
Abd-Allah et Ben-Zobéïr firent sortir leurs guerriers et, à la tête de
ces troupes fraîches, se précipitèrent sur le camp ennemi aux cris de:
«_Dieu est grand! Il n'y a d'autre Dieu que lui!_» Les chrétiens,
surpris à l'improviste, sans avoir le temps de s'armer ni de se mettre
en selle, sont renversés par les cavaliers arabes, et bientôt l'armée,
prise d'une terreur panique, fuit en désordre dans toutes les
directions. Les Musulmans, las de tuer, mettent le camp au pillage.

Ainsi fut détruite cette armée qui était bien supérieure en nombre à
celle des assaillants. Le patrice Grégoire périt dans l'action, frappé
par une main inconnue[309].

[Note 309: Nous croyons inutile de reproduire les traditions qui le
font mourir de la main de Ben-Zobeïr, ainsi que l'histoire trop
romanesque de sa fille.]

LES ARABES TRAITENT AVEC LES GRECS ET ÉVACUENT L'IFRIKIYA.--Les Arabes,
après leur victoire, poursuivirent les infidèles qui s'étaient réfugiés
à Sbéïtla et s'emparèrent de cette capitale éphémère. Elle était remplie
de richesses entassées tant par Grégoire que par la population
coloniale. Après le pillage et le massacre, conséquence habituelle des
victoires arabes, on réunit l'immense butin qui avait été fait, et le
général en chef en préleva le quint, selon la règle musulmane; puis le
reste fut partagé entre les guerriers, la part du cavalier étant triple
de celle d'un fantassin. De Sbéïtla où il s'était établi, Abd-Allah
lança ses bandes vers l'intérieur de l'Ifrikiya. Les Arabes portèrent
ainsi la dévastation jusqu'aux bourgades de Gafça et au Djerid, et de
là, revenant vers le nord, ils s'avancèrent jusqu'à Mermadjenna[310].

[Note 310: A une dizaine de lieues au N.-E, de Tébessa.]

Les Grecs, après la défaite de Sbéïtla, s'étaient réfugiés dans les
places fortes de la Byzacène et particulièrement autour de Karthage, où
s'étaient groupés les derniers restes de la population coloniale. Or,
les Arabes ne tenaient nullement à entreprendre de nouveaux sièges; ils
songeaient encore moins à s'établir dans le pays, la plupart brûlant au
contraire du désir de retourner en Orient pour montrer leur butin et
raconter leurs prouesses. Dans de telles dispositions, des propositions
d'arrangement que leur firent les chrétiens furent accueillies avec
empressement. Ils conclurent avec eux une convention par laquelle ils
s'obligeaient à se retirer contre le versement d'une contribution de
trois cents kintars d'or, selon les auteurs arabes. Peut-être ce tribut
énorme ne fut-il pas versé par les Grecs seuls; il est fort possible que
les Arabes aient traité aussi avec les chefs de tribus berbères ou des
régions qu'ils avaient parcourues, comme le Djerid par exemple.
Ibn-Khaldoun dit positivement que les cheikhs berbères furent bien
traités par Abd-Allah et que l'un d'eux, Soulat-ben-Ouazmar, qui avait
été fait prisonnier, fut entouré d'honneurs et retourna librement dans
sa tribu (les Mag'raoua), après s'être converti à l'islamisme[311].

Pendant que le général en chef réglait ces questions, Ben-Zobéïr partait
en hâte pour Médine afin d'y porter la nouvelle des succès de l'Islam.
Il fit le trajet en vingt-quatre ou vingt-sept jours et, par l'ordre
d'Othman, il raconta en pleine chaire, au peuple, les détails, quelque
peu embellis, de la conquête de l'Ifrikiya[312].

Enfin les Musulmans évacuèrent la Berbérie. Abd-Allah laissa à Sbéïtla
un certain Djenaha[313], comme représentant du khalifat, mais sans
forces militaires, ni autorité réelle, car aucune idée d'occupation
permanente ne paraît avoir été le mobile de ces premières guerres:
c'étaient de véritables razias[314].

[Note 311: _Hist. des Berbères_, t. I, p. 120, t. II, p. 228.]

[Note 312: Amari (_Storia_, t. I, p. 110, 111), donne une partie du
texte du discours.]

[Note 313: Habahia, selon le Baïan.]

[Note 314: Nous avons suivi dans le récit qui précède le texte
d'En-Nouéiri, (p. 314 et suiv.), complété par les documents fournis par
Ibn-Abd-El-Hakem, Ibn-Khaldoun, El-Kaïrouani, le Baïan. Pour les dates,
nous avons adopté celles données par M. Fournel, _Histoire des Berbers_,
p. 110 et suiv.]

GUERRES CIVILES EN ARABIE.--Les événements d'Orient vinrent distraire
les Arabes de leurs entreprises contre l'Ifrikiya, et la conséquence fut
de laisser quelques années de répit à la Berbérie. La partialité du
khalife, qui n'était guidé dans le choix des gouverneurs que par des
intérêts de famille, avait suscité d'ardentes haines que les candidats
au trône surent habilement exploiter. Bientôt Othman fut assiégé dans
son propre palais, à Médine, et, comme il résistait avec une grande
fermeté aux sommations qui lui étaient adressées, les sicaires
pénétrèrent chez lui par une maison voisine et le mirent à mort (juin
656). Ali, l'un des promoteurs du meurtre, fut élevé au khalifat par les
_Défenseurs_. C'était le triomphe du parti des orthodoxes, des gens de
Médine contre les nobles et les Mekkois, triomphe bien précaire et qui
allait donner lieu à de sanglantes représailles.

Ali avait destitué tous les gouverneurs en les remplaçant par des
_Défenseurs_ et des hommes d'un dévouement à toute épreuve; mais l'un
d'eux, Moaouïa-ben-Abou-Sofiane, surnommé le _Fils de la, mangeuse de
foie_[315], gouverneur de la Syrie, qui avait acquis une grande
puissance sous les précédents khalifes, refusa péremptoirement de le
reconnaître. D'autre part, ses complices Zobéïr et Talha, qui avaient
compté obtenir le khalifat, se retirèrent à La Mekke et, excités par
Aïcha, la veuve du prophète, femme perfide et ambitieuse, se mirent en
état de révolte. Ils appelèrent à eux les partisans d'Othman, avides de
venger le meurtre de ce vieillard, et exploitant les rivalités qui
divisaient les tribus, réunirent bientôt un nombre considérable de
guerriers. Ali n'était soutenu que par les Défenseurs et les meurtriers
d'Othman; mais il parvint à gagner l'appui des Arabes de Koufa. Il
marcha alors contre les rebelles et remporta contre eux la bataille dite
du Chameau, qui coûta la vie à Talba (8 décembre 656). Zobéïr périt
assassiné dans sa fuite. Aïcha, échappée à la mort, était restée sur le
champ de bataille auprès de son chameau criblé de traits; elle implora
son pardon du vainqueur, qui le lui accorda.

[Note 315: Sa mère, la féroce Hind, avait, dit-on, ouvert le ventre
de Hamza, oncle du prophète, à la suite de la bataille d'Ohod, et, en
ayant retiré le foie, l'avait déchiré avec ses dents.]

Ali était maître de l'Arabie et de l'Egypte, mais la Syrie refusait
toujours de le reconnaître, et Moaouïa aspirait ouvertement au khalifat.
De Koufa, où il avait transporté le siège de l'empire, Ali marcha à la
tête de quatre-vingt-dix mille hommes contre le rebelle et, après une
campagne longue et meurtrière, il fut décidé qu'un arbitrage trancherait
la question entre les deux compétiteurs. En vain Ali avait fait tous ses
efforts pour éviter de verser le sang musulman, il avait même proposé à
Moaouïa de vider leur querelle en combat singulier; mais celui-ci
préféra l'emploi d'une diplomatie tortueuse, aboutissant à l'arbitrage
qui devait, sans danger, lui conférer le pouvoir. Ali, trahi par une
partie de ses adhérents, s'était retiré à Koufa; il refusa, non sans
raison, de reconnaître la légalité de la sentence qui le déposait.

LES KHAREDJITES; ORIGINE DE CE SCHISME.--Lorsqu'Ali s'était décidé à
accepter l'arbitrage, douze mille de ses soldats, après avoir en vain
essayé de l'en détourner, avaient déserté sa cause et s'étaient
eux-mêmes séparés de la religion officielle. Le nom de Kharedjites
(non-conformistes) leur fut appliqué à cette occasion. C'étaient des
puritains austères, fidèles aux premières prédications de Mahomet et
considérant tous les nouveaux convertis comme de purs infidèles. Le
caractère propre de leur doctrine était l'égalité absolue du croyant.
«Tous les Musulmans sont frères, répétaient-ils, d'après le Koran. Ne
nous demandez pas si nous descendons de Kaïs ou bien de Temim; nous
sommes tous fils de l'islamisme, tous nous rendons hommage à l'unité de
Dieu, et celui que Dieu préfère aux autres, c'est celui qui lui montre
le mieux sa gratitude».[316] Ces principes ne plaisaient guère aux
Arabes, si partisans des castes et des droits de la naissance, et qui
prenaient des doctrines de l'islamisme ce qui leur plaisait, en
s'arrogeant le droit de juger les paroles du prophète. Les Kharedjites
ne l'entendaient pas ainsi: pour eux, le demi-croyant était pire que
l'infidèle, et comme ils se recrutaient parmi les plus basses classes de
la société, le dissentiment religieux se complétait d'une rivalité
sociale.

[Note 316: Moubarred, p. 588. (Cité par Dozy, t. I, p. 142.)]

Ces dissidents en arrivèrent bientôt à contester aux Koréïchites le
droit exclusif au khalifat. Ils prétendaient que le chef des Musulmans
pouvait être pris dans tout le corps des fidèles, sans distinction
d'origine ni de race, même parmi les esclaves. Du reste, le rôle du
khalife, selon eux, devait se borner à contenir les méchants; quant aux
hommes vertueux, ils n'avaient pas besoin de chef. Tels étaient les
principes de ces schismatiques que nous verrons jouer un si grand rôle
dans l'histoire de l'Afrique.

MORT D'ALI. TRIOMPHE DES OMÉÏADES.--Les fidèles adhérents d'Ali étaient
devenus ses ennemis. Il marcha contre eux et en fit un carnage
épouvantable à la bataille de Nehrouan (659). Pendant ce temps, les
lieutenants de Moaouïa s'emparaient de l'Egypte et de la Mésopotamie, et
le Hedjaz était envahi. Ali se multiplia pour repousser les attaques des
Syriens, mais il avait d'autres ennemis. Les Kharedjites, qu'il avait
cru exterminer, se reformaient dans l'ombre; ne pouvant entrer en lutte
ouverte, ils employaient pour se venger une autre arme. Dans le mois de
janvier 661, Ali tomba sous le poignard d'un de ces sectaires. Son fils
El-Haçane recueillit son héritage; mais cette charge était trop lourde
pour lui, et peu après il abdiquait en faveur de Moaouïa et allait se
retirer à Médine, avec son frère El-Houcéïne. C'était la défaite des
Défenseurs et le triomphe définitif des Oméïades et du parti mekkois.

Les Syriens, qui avaient tant contribué au succès de Moaouïa, acquirent
dès lors une influence incontestée. Un grand nombre de tribus yéménites
s'étaient fixées dans cette province quelques années auparavant. Elles
s'y trouvèrent en rivalité avec celles de race maadite et déterminèrent
l'émigration d'une partie de celles-ci en Irak. Cependant les Kaïsistes
restèrent dans le pays, et entrèrent en lutte avec les Kelbites, une des
principales tribus yéménites. Leur rivalité prit bientôt un caractère
d'acuité extrême qui se traduisit par des luttes acharnées[317].

[Note 317: Dozy, _Hist. des Mus. d'Espagne_, t. I, p. 114 et suiv.]

Cependant, l'Egypte demeurait livrée à la fureur des factions. Les
vengeurs d'Othman s'y étaient mis en état de révolte ouverte, puis Ali
s'y était créé un parti. Vers la fin de 659, Moaouïa envoya en Egypte
Amer-ben-El-Aci, avec des forces imposantes, et ce général parvint à
placer toute la contrée sous l'autorité des Oméïades.

ÉTAT DE LA BERBÉRIE. NOUVELLES COURSES DES ARABES.--Les vingt années de
guerre civile qui venaient de désoler l'Orient avaient eu pour
conséquence de laisser à la Berbérie un moment de répit que les Grecs et
les indigènes auraient dû employer pour organiser sérieusement leur
résistance. Un rapprochement semblait s'être opéré entre les Berbères et
les Byzantins après le départ des Arabes, mais il fallait rentrer dans
les sommes versées aux envahisseurs, et bientôt l'avidité des agents du
fisc impérial, les exactions des gouverneurs avaient entièrement détaché
d'eux les indigènes.

Depuis longtemps les Arabes avaient fait des courses sur mer et
s'étaient avancés jusque dans la Méditerranée antérieure. En 648, la
flotte de Moaouïa, envoyée de Syrie, avait opéré une descente à Chypre;
deux ans plus tard, son armée navale s'emparait de Rhodes, puis venait
faire une expédition en Sicile et rentrait en Orient chargée de butin et
de captives[318].

[Note 318: Amari, _Storia_, t. I, p. 79 et suiv.]

Le gouverneur de l'Egypte, Amer, qui avait toujours conservé l'espoir
d'effectuer la conquête du Mag'reb, envoya de nouvelles expéditions,
tant par terre que par mer, contre ce pays et les îles, mais les détails
font absolument défaut relativement à ces entreprises que sa mort vint
arrêter (663).

SUITE DES EXPÉDITIONS ARABES EN MAG'REB.--Vers l'an 665, Djenaha, cet
agent qui avait été laissé par les Arabes à Sbéïtla, s'étant rendu en
Orient auprès de Moaouïa, le décida à tenter une nouvelle expédition en
Mag'reb. Le khalife confia le commandement à Moaouïa-ben-Hodaïdj (ou
Khodaïdj); et ce général partit pour l'Ouest, à la tête d'une armée de
dix mille hommes[319], composée de guerriers choisis. L'empereur, averti
de cette expédition, envoya en Afrique des renforts sous le commandement
du patrice Nicéphore.

[Note 319: Selon El-Kaïrouani, p. 40.]

Parvenus en Ifrikiya, les Arabes vinrent prendre position en un lieu
appelé depuis Mamtour, non loin de l'emplacement que devait occuper
Kaïrouan. Les Grecs, arrivés sans doute avant eux, avaient débarqué à
Souça et s'étaient établis en avant de cette ville. Une forte colonne,
envoyée contre eux par Moaouïa, les attaqua avec l'impétuosité
habituelle des Arabes; les Byzantins cédèrent sur toute la ligne, et,
ayant regagné en hâte le littoral, se rembarquèrent sur leurs vaisseaux
et rentrèrent en Orient. Après ce succès, les Musulmans s'emparèrent de
Djeloula, qu'ils mirent au pillage et où ils trouvèrent un butin
considérable. Des discussions s'élevèrent alors entre les vainqueurs au
sujet du partage des prises, et il fallut en référer au khalife pour
trancher ces différends.

D'autres expéditions furent effectuées simultanément, ou, dans tous les
cas, suivirent immédiatement celle de Moaouïa. Le général Okba-ben-Nafa,
qui avait déjà joué un rôle dans les premières guerres d'Afrique,
parcourut de nouveau le Fezzan, imposa aux vaincus l'obligation
d'embrasser l'islamisme, leva des tributs considérables sur toutes les
populations du sud, et revint vers Barka après une campagne de cinq
mois, dans laquelle les plus grandes cruautés avaient été commises par
les Arabes. Vers le même temps, un défenseur du nom de Rouaïfi, après
avoir réduit les localités du littoral de la Tripolitaine, s'emparait de
l'île de Djerba. Enfin, en 668, Abd-Allah-ben-Kaïs, de la tribu de
Fezara (Kaïs), partait d'Alexandrie avec deux cents navires, abordait en
Sicile, mettait au pillage Syracuse, et rapportait en Orient des
richesses immenses. On dit que le khalife fit revendre dans l'Inde les
statues d'or et d'argent apportées de Sicile, dans l'espoir d'en obtenir
un meilleur prix, et que ce commerce d'idoles causa un grand scandale
aux Musulmans[320].

[Note 320: Amari, _Storia_, t. I, p. 99.]

OKBA, GOUVERNEUR DE L'IFRIKIYA. FONDATION DE KAÏROUAN.--Le khalife nomma
alors Okba-ben-Nafa gouverneur de l'Ifrikiya, en formant de cette
contrée une nouvelle province de l'empire (669). Ce général, qui était
resté sans doute dans les environs de Barka, reçut d'Orient des
renforts, et, à la tête d'une armée d'une dizaine de mille hommes, dans
laquelle figuraient pour la première fois des Berbères convertis, se mit
en route vers l'ouest. Il parcourut d'abord le Djerid, et s'empara de
Gafsa et de quelques places du pays de Kastiliya où les chrétiens
tenaient encore. Selon son habitude, il montra une rigueur extrême
contre les infidèles et répandit en Afrique la terreur de son nom.

Du Djerid, Okba vint s'établir à l'endroit où son prédécesseur Moaouïa
avait campé, et y posa les fondations d'une ville destinée à servir de
centre religieux et politique dans le Mag'reb. Il traça lui-même le plan
des édifices publics de la nouvelle métropole qu'il établit dans des
proportions grandioses. Il lui donna le nom de _Kaïrouan_, sur le sens
duquel on n'est pas d'accord. L'emplacement était aride et désert et il
fallut d'abord en expulser les bêtes sauvages et les serpents. Les
ruines des cités romaines environnantes, et particulièrement celles
d'une ville appelée Kamounïa ou Kamouda, lui fournirent des matériaux en
abondance. Tout en apportant ses soins à l'édification de Kaïrouan, Okba
étendait son influence en Ifrikiya et envoyait ses guerriers en
reconnaissance vers l'ouest. Des habitants ne tardèrent pas à venir se
grouper autour de la nouvelle cité.

GOUVERNEMENT DE DINAR-ABOU-EL-MOHADJER.--Sur ces entrefaites, le khalife
ayant replacé l'Ifrikiya sous l'autorité du défenseur
Meslama-ben-Mokhalled, gouverneur de l'Egypte, celui-ci envoya dans le
Mag'reb un de ses affranchis, nommé Dinar, et surnommé Abou-el-Mohadjer,
pour en prendre le commandement (vers 675). C'est ainsi que l'on
récompensait Okba des importants services rendus, et cette manière
d'agir paraîtrait inexplicable, si l'on n'y retrouvait l'effet d'une de
ces rivalités de race et d'opinion qui divisaient si profondément les
Arabes.

Dès son arrivée, Dinar fit, dit-on, arrêter Okba et l'accabla
d'humiliations, exécutant ainsi les instructions qui lui avaient été
données par son maître. Mais la vengeance n'aurait pas été complète si
l'on ne s'était pas attaché à détruire l'œuvre du rival. Par l'ordre de
Dinar, les constructions de Kaïrouan furent renversées et la ville
nouvelle rasée. Okba ayant pu, peu après, se rendre en Orient, exposa
ses doléances au khalife, mais ne put obtenir de lui aucune réparation
et dut dévorer en silence son humiliation.

Une levée de boucliers des Berbères coïncida avec le départ d'Okba. A
leur tête était Koçéïla, chef de la grande tribu des Aoureba. Il est
certain que ces indigènes avaient été en relations avec Okba, peut-être
même avaient-ils déjà accepté l'islamisme. Dinar-Abou-el-Mohadjer marcha
contre eux et les poussa devant lui jusqu'aux environs de l'emplacement
de Tlemcen. Les ayant forcés d'accepter le combat dans ce lieu, il leur
infligea une défaite dans laquelle leur chef fut fait prisonnier. Pour
éviter la mort, Koçéïla dut se convertir à la religion de Mahomet; il
fut traité alors avec bienveillance, mais conservé par le vainqueur dans
une demi-captivité. Après avoir apaisé tous les germes de sédition,
Dinar rentra en Ifrikiya et organisa quelques expéditions contre les
Grecs, retranchés dans les places du nord. On dit qu'à la suite de ces
opérations, les adversaires conclurent un traité aux termes duquel la
presqu'île de Cherik fut abandonnée aux chrétiens[321].

[Note 321: Fournel, _Berbers_, p. 163. Amari, _Storia_, t. I, p.
611.]

DEUXIÈME GOUVERNEMENT D'OKBA. SA GRANDE EXPÉDITION EN MAG'REB.--Moaouïa
étant mort le 7 avril 680, son fils Yézid, qu'il avait déjà désigné
comme héritier présomptif, lui succéda. Peu après, Okba obtenait la
réparation de l'injustice qu'il avait éprouvée et était nommé, pour la
seconde fois, gouverneur de l'Ifrikiya.

A la fin de l'année 681, Okba arriva à Kaïrouan et, à son tour, il jeta
Dinar dans les fers, renversa les constructions qu'il avait élevées et
entreprit la réédification de Kaïrouan, où il établit de nouveau une
population. Koçéïla partagea la mauvaise fortune de Dinar, avec lequel
il avait fini par se lier d'amitié.

Après avoir savouré la volupté de la vengeance, Okba, dont le fanatisme
ardent ne pouvait s'accommoder du repos, décida une grande expédition
dans le Mag'reb, afin de soumettre à son autorité tous les Berbères de
l'Afrique septentrionale. Il réunit en conséquence ses meilleurs
guerriers et, ayant laissé Zohéïr-ben-Kaïs, avec quelques troupes, à
Kaïrouan, il donna le signal du départ. Avant de se mettre en route, il
adressa à ceux qu'il laissait derrière lui, et notamment à ses fils, une
allocution dans laquelle il déclara qu'il s'engageait à ne s'arrêter que
lorsqu'il ne rencontrerait plus d'infidèles devant lui.

Le général conduisit les troupes vers l'Aourès, afin de réduire les
populations zenètes qui, alliées aux Grecs, restaient dans
l'indépendance. Il vint d'abord prendre position auprès de Bar'aï et
livra aux indigènes un combat sanglant dans lequel ils eurent le
désavantage; mais ceux-ci s'étant réfugiés dans la citadelle, Okba n'osa
en entreprendre le siège. Il se dirigea vers Lambèse et eut à supporter
une vigoureuse sortie des Berbères et des chrétiens, qui vinrent
attaquer son camp et faillirent s'en rendre maîtres. Les Arabes
parvinrent cependant à repousser l'ennemi; mais Okba renonça à courir
les hasards de nouvelles luttes avec de tels adversaires. Il se dirigea
vers le Zab, alors habité par de nombreuses tribus zenètes; dans les
oasis se trouvaient aussi des populations chrétiennes et quelques
soldats grecs. Après plusieurs combats, la victoire resta aux Musulmans,
mais ces succès, chèrement achetés, n'avaient pas pour conséquence cette
soumission générale qui était le but de l'expédition.

Okba, continuant néanmoins sa route, arriva devant Tiharet[322], où il
trouva les Berbères réunis en grand nombre. Avec eux étaient quelques
troupes grecques. Il les attaqua et les défit dans une sanglante
bataille. De là, le général musulman conduisit son armée dans le Mag'reb
extrême et, ayant traversé, sans rencontrer une grande opposition, la
région maritime occupée par les Romara, parvint à Ceuta, le seul point
qui, dans ces régions éloignées, reconnût encore l'autorité de Byzance.
Le comte Julien, qui y commandait, entretenait des relations beaucoup
plus fréquentes avec les Wisigoths d'Espagne qu'avec l'empereur. Il vint
au devant d'Okba, lui fit bon accueil et lui donna des renseignements
précis sur l'intérieur de la contrée. Il lui apprit qu'il ne trouverait
plus de pays soumis aux chrétiens, mais que, dans les montagnes et les
plaines du Mag'reb, vivaient de nombreuses populations berbères ne
reconnaissant aucune autorité.

Muni de ces renseignements, Okba s'enfonça dans le cœur des montagnes
marocaines, en passant par Oulili (l'emplacement de Fès). Les Berbères
Masmouda et Zanaga qui habitaient ces localités lui opposèrent une vive
résistance et il se trouva un moment cerné au milieu d'elles. Un secours
qui lui fut envoyé par les Mag'raoua lui permit de se dégager, Reprenant
l'offensive, il s'empara de Nefis, métropole des Masmouda, où il trouva
un riche butin. Selon El-Bekri, il y construisit une mosquée. De là, il
descendit vers le Sous, défit les Heskoura, Guezoula et Lamta de ces
régions, et atteignit enfin le rivage de l'Océan. On rapporte qu'ayant
fait entrer son cheval dans la mer, il prit Dieu à témoin qu'il avait
accompli son serment, puisqu'il ne trouvait plus devant lui d'ennemi de
sa religion à combattre[323].

[Note 322: C'est de l'ancienne ville de ce nom qu'il est question.]

[Note 323: Pour toute cette campagne nous avons suivi Ibn-Khaldoun,
_Hist. des Berbères_, t. I, p. 212 et. suiv., 287 et suiv. En-Nouéïri
(_loc. cit._, p. 332 et suiv.). El-Bekri, passim. El-Kaïrouanî, p. 44 et
suiv. Le Baïan, t. I, p. 211 et suiv. Ibn-El-Athir, t. IV, passim.]

DÉFAITE DE TEHOUDA. MORT D'OKBA.--Les Musulmans reprirent alors le
chemin de l'est, traînant à leur suite de nombreux esclaves et
rapportant le butin fait dans cette belle campagne. Okba avait amené
avec lui, dans le Mag'reb, Koçéïla et Dinar, et n'avait négligé aucune
occasion de les mortifier. Un jour, il ordonna au prince berbère
d'écorcher un mouton en sa présence; contraint de remplir ainsi le rôle
d'un esclave, Koçéïla passait de temps en temps sa main ensanglantée sur
sa barbe en regardant Okba d'une étrange façon. «Que signifie ce geste?»
demanda le gouverneur. «Rien, répondit le Berbère, c'est que le sang
fortifie la barbe!»

Les assistants expliquèrent à Okba qu'il fallait y voir une menace, et
Dinar lui reprocha de traiter avec autant d'injustice un homme d'un rang
élevé parmi les siens, lui prédisant qu'il pourrait bien s'en repentir.
Mais Okba, gonflé d'orgueil par ses succès, voyant les populations
indigènes s'ouvrir devant lui avec crainte, ne pouvait se croire menacé
d'un danger immédiat; et cependant une vaste conspiration s'ourdissait
autour de lui. Koçéïla avait pu envoyer des émissaires aux gens de sa
tribu et à ses alliés, et tout était préparé pour la révolte.

Parvenu dans le Zab, Okba, qui considérait tout le Mag'reb comme soumis,
renvoya son armée par détachements vers sa capitale. Quant à lui, ne
conservant qu'un petit corps de cavalerie, il voulut reconnaître ces
forteresses des environs de l'Aourès où il avait éprouvé une résistance
inattendue, afin d'étudier les moyens de les réduire. Mais il avait
compté sans la vengeance de Koçéïla. Parvenu à Tehouda, au nord-est de
Biskra, le général qui, depuis quelque temps, était suivi par les
Berbères, se trouva tout à coup face à face avec d'autres ennemis,
commandés par des chefs chrétiens. La victoire, comme la fuite, était
impossible, il ne restait aux Arabes qu'à mourir en braves. Ils s'y
résolurent sans faiblesse et, ayant brisé les fourreaux de leurs épées,
attendirent le choc de l'ennemi. Dinar, auquel la liberté avait été
rendue et qui pouvait fuir, voulut partager le sort de ses compatriotes.
Le combat ne fut pas long; enveloppés de toute part, les guerriers
arabes furent bientôt anéantis; un très petit nombre fut fait prisonnier
(683).

Ainsi périt au milieu de sa gloire Okba-ben-Nafa, le chef qui a le plus
contribué à la conquête de l'Afrique par les Arabes, l'apôtre farouche
de l'islamisme chez les Berbères. D'un caractère vindicatif, fanatique à
l'excès, sanguinaire sans nécessité, il faisait suivre ses victoires de
massacres inutiles. Son tombeau est encore un objet de vénération pour
les fidèles et a donné son nom à l'oasis qui le renferme.

LA BERBÉRIE LIBRE SOUS L'AUTORITÉ DE KOÇÉÏLA.--Un seul cri de guerre
poussé par les indigènes accueillit la nouvelle du massacre de Tehouda.
En un instant, tous les Berbères furent en armes, prêts à se ranger sous
la bannière de Koçéïla, pour expulser leurs oppresseurs. Les débris des
populations coloniales firent cause commune avec eux.

Zohéïr-ben-Kaïs essaya d'organiser la résistance, mais ses guerriers
avaient perdu toute confiance et n'aspiraient qu'à rentrer en Orient.
Force lui fut d'évacuer Kaïrouan; il alla, suivi d'une partie des
habitants de cette ville, se réfugier à Barka. Bientôt Koçéïla, à la
tête d'une foule immense, se présenta devant Kaïrouan dont les portes
lui furent ouvertes par les habitants. Grâce aux ordres sévères donnés
par le roi indigène, aucun pillage, aucun excès ne fut commis, rare
exemple de modération que les Musulmans n'avaient pas donné et qu'ils se
garderont bien d'imiter.

La Berbérie avait, en un jour, recouvré son indépendance. Koçéïla,
reconnu par tous comme roi, établit le siège de son gouvernement dans ce
Kaïrouan que les envahisseurs avaient construit pour une tout autre
destination. Une alliance étroite fut cimentée entre lui et les
chrétiens, qui reconnurent même son autorité. Quant aux Berbères, en
reprenant leur liberté, ils s'étaient empressés de répudier le
mahométisme, devenu pour eux le symbole de l'asservissement.

Pendant cinq années (de 683 à 688), Koçéïla régna sur le Mag'reb, avec
une justice que ses ennemis mêmes durent reconnaître[324]. La paix et la
tranquillité étendirent pendant quelque temps leurs bienfaits dans ce
pays désolé par la guerre; mais ce répit devait être de courte durée.

[Note 324: Ibn-Khaldoun, _Hist. des Berbères_, t. I, p. 208 et suiv.
En-Nouéïri, p. 334 et suiv. El-Kaïrouani, p. 44 et suiv.]

NOUVELLES GUERRES CIVILES EN ARABIE.--La guerre civile, qui avait de
nouveau éclaté en Orient, ne laissait pas aux Arabes le loisir de
s'occuper de la Berbérie. Le khalife Yézid était entouré d'ennemis, ou
plutôt de compétiteurs. Le premier qui leva l'étendard de la révolte fut
El-Houcéïn, deuxième fils d'Ali. Il comptait sur l'appui des Arabes de
l'Irak, mais il périt dans le combat de Kerbela (le 10 octobre 680).
Abd-Allah, fils de Zobéïr, dont il a été déjà plusieurs fois question,
avait été le promoteur de la révolte d'El-Houcéïn; il recueillit son
héritage et sut gagner à sa cause un grand nombre d'_Emigrés_ et de
parents ou d'amis du prophète. La Mekke devint le centre de cette
révolte; bientôt Médine fut entraînée dans la conjuration, et les
Oméïades se virent expulsés de cette ville. Après avoir en vain essayé
de traiter avec les rebelles, le khalife envoya dans le sud une armée
qui rentra en possession de Médine; cette ville fut livrée au pillage et
les habitants emmenés comme esclaves. Ainsi les Syriens trouvaient
l'occasion d'assouvir leur haine contre les Défenseurs.

La Mekke, assiégée par l'armée du khalife, résistait avec vigueur,
lorsque, le 10 novembre 683, Yezid cessa de vivre. A cette nouvelle, les
assiégeants démoralisés levèrent le siège, le fils de Zobéïr prit alors
le titre de khalife, reçut le serment des provinces méridionales, rentra
en possession de Médine et envoya des gouverneurs en Irak et en Egypte.

Pendant ce temps, l'anarchie était à son comble en Syrie. Moaouïa, fils
aîné de Yezid, semblait désigné pour être son successeur; mais aucune
précaution n'avait été prise, et, conformément aux principes posés par
Omar, le khalifat devait se transmettre par élection et non par
hérédité. Une autre cause venait augmenter le trouble: Moaouïa étant
petit-fils d'un kelbite, les kaïsites refusaient de le reconnaître, et
ils ne tardèrent pas à se prononcer pour Abd-Allah-ben-Zobéïr.

Sur ces entrefaites, Moaouïa vint à mourir, et l'on vit les prétendants
surgir de toute part et trouver toujours une tribu prête à les appuyer.
Dahhak-ben-Kaïs avait été élu par les kaïsites, l'oméïade
Merouan-ben-el-Hakem fut proclamé par les kelbites (juillet 684). Peu
après, kelbites et kaïsites en vinrent aux mains dans la bataille dite
de la Prairie, où Dahhak trouva la mort. Merouan était maître de la
Syrie, et les kelbites triomphaient; la soumission de l'Egypte fut
obtenue par lui peu après, mais, dans le Hedjaz, le fils de Zobéïr
continuait à résister. Une armée de quatre mille hommes envoyée pour
surprendre Médine fut taillée en pièces en avant de cette ville par
Abd-Allah.

Merouan étant mort subitement, son fils Abd-el-Malek lui succéda. Il
prenait le pouvoir dans des conditions particulièrement difficiles, car,
en outre du puissant compétiteur contre lequel il avait à lutter, et de
l'anarchie qui s'étendait partout, il avait à réduire deux redoutables
ennemis, deux sectes religieuses sur lesquelles nous devons entrer dans
quelques détails, en raison du rôle qu'elles sont appelées à jouer en
Afrique.

LES KHAREDJITES ET LES CHIAÏTES.--Nous avons indiqué précédemment dans
quelles conditions le schisme des Kharedjites s'était formé. Se posant
en réformateurs puritains, ne tenant aucun compte des motifs de rivalité
qui divisaient les Arabes, ils considéraient ceux qui n'étaient pas de
leur secte comme des infidèles, et étaient ainsi les ennemis de tous. On
a vu avec quelle rigueur ils furent traités. Retirés dans l'Ahouaz, ils
rompirent toutes relations avec les autres Arabes et, s'appuyant sur ce
passage du Koran: «Seigneur, ne laisse subsister sur la terre aucune
famille infidèle, car si tu en laissais, ils séduiraient tes serviteurs
et n'enfanteraient que des impies et des incrédules!», ils décidèrent
bientôt le massacre de tous les _infidèles_. Ils vinrent, en répandant
des torrents de sang sur leur passage, assiéger Basra; la terreur que
ces _têtes rasées_[325] inspiraient était si grande que les gens de
Basra envoyèrent leur hommage au fils de Zobéïr, en implorant son
secours.

L'autre secte, celle des _Chiaïtes_, avait été formée par les partisans
d'Ali et de ses fils. Ils prétendaient que le khalife ne pouvait être
pris que dans la descendance de Mahomet par sa fille Fatima (épouse
d'Ali). Ils accordaient, du reste, au fondateur de l'islamisme des
attributs divins et prêchaient la soumission absolue à ses paroles.
C'était une secte essentiellement persane, se recrutant de préférence
parmi les affranchis originaires de cette nation[326]. «Nulle autre
secte--dit encore l'auteur que nous citons--n'était aussi simple et
crédule, nulle autre n'avait ce caractère d'obéissance passive». Leur
chef Mokhtar arracha, par un hardi coup de main, Koufa au lieutenant de
Ben-Zobéïr (686), puis il marcha contre les Syriens qui s'avançaient et
les mit en déroute. Peu après, les Chiaïtes étaient défaits à leur tour
par les troupes du fils de Zobéïr; c'était un grand service rendu à son
compétiteur Abd-el-Malek. Celui-ci, ayant repris l'offensive contre les
Chiaïtes, obtint sur eux quelques succès qui les décidèrent à traiter
avec lui, et bientôt l'Irak reconnut son autorité.

[Note 325: Conformément à une prescription de leur secte.]

[Note 326: Dozy, _Hist. des Mus. d'Espagne_, t. I, p. 158.]

VICTOIRE DE ZOHÉÏR SUR LES BERBÈRES. MORT DE KOCÉÏLA.--Malgré les
difficultés auxquelles Abd-El-Malek avait à faire face, il ne cessait de
tourner ses regards vers la Berbérie. Il recevait du reste des appels
pressants du gouverneur de l'Egypte, auquel Zohéïr demandait des
renforts pour reprendre l'offensive. Vers 688, un corps de plusieurs
milliers d'Arabes lui fut envoyé, ainsi que des secours en argent.
Zohéïr se mit alors en marche vers l'Ifrikiya. Kocéïla jugeant la
position de Kaïrouan peu favorable pour la défense, s'était retiré à
Mems, à l'est de Sebiba, près de la branche orientale de la Medjerda et
y attendait, dans une position retranchée, l'attaque de l'ennemi; des
contingents grecs et des colons latins étaient venus l'y rejoindre.

Zohéïr rentra, sans coup férir, en possession de Kaïrouan, puis, après
avoir donné trois jours de repos à ses troupes, il marcha contre
l'ennemi. La bataille fut longue et acharnée; mais les indigènes, ayant
vu tomber Kocéïla et les principaux chefs chrétiens, commencèrent à
plier. Les Musulmans redoublèrent alors d'ardeur et la victoire se
décida pour eux. La déroute fut désastreuse. Poursuivis l'épée dans les
reins, les Berbères se jetèrent en partie dans l'Aourès; les autres
gagnèrent le Zab, où les Arabes les relancèrent. La tribu des Aoureba
fut à peu près détruite; ses débris cherchèrent un refuge dans le
Mag'reb central et se fixèrent dans les montagnes qui environnent Fès,
où ils se fondirent parmi les autres Berbères. C'est un nom que nous
n'aurons plus l'occasion de prononcer.

ZOHÉÏR ÉVACUE L'IFRIKIYA.--Zohéïr rétablit ainsi l'autorité arabe en
Mag'reb; mais cette victoire était précaire, car le peuple indigène,
malgré ses pertes, restait à peu près intact, et son hostilité
n'attendait qu'une occasion pour se manifester. Le général arabe
manquait de troupes pour compléter sa conquête et le khalife n'était
certes pas en mesure de lui en envoyer. Il n'est donc pas surprenant que
Zohéïr ait songé à la retraite; de plus, les auteurs nous le
représentent comme un musulman fervent, n'ayant pas les qualités
administratives nécessaires dans sa situation. Et puis, il était bien
loin pour suivre les événements d'Orient; or, tous ces premiers
conquérants avaient les yeux tournés vers l'est. El-Kairouani prétend
que «Zohéïr ne tarda pas à reconnaître combien était lourd le fardeau
dont il était chargé et craignit que son cœur ne se corrompît au sein de
la puissance et de l'abondance dont il jouissait en Ifrikiya[327]». Quoi
qu'il en soit, il quitta Kaïrouan avec ses principaux guerriers. Parvenu
à Barka, il se heurta contre une troupe de Grecs qui venaient de faire
une descente et de ravager le pays. Il les attaqua aussitôt, malgré la
supériorité de leur nombre, et périt avec toute son escorte (690).

[Note 327: P. 51.]

MORT DU FILS DE ZOBÉÏR. TRIOMPHE D'ABD-EL-MALEK.--Abd-el-Malek reçut la
nouvelle du désastre d'Afrique alors qu'il était occupé à réduire les
Chiaïtes. Après avoir traité avec eux et soumis l'Irak à son autorité,
il ne pouvait encore se tourner vers l'Afrique, car il fallait, avant
tout, vaincre son compétiteur Abd-Allah. Celui-ci se flattait que le
khalife n'oserait pas assiéger La Mekke. Il se trompait. Bientôt l'armée
syrienne, commandée par El-Hadjadj, parut sous les murs de la ville
sainte et en commença l'investissement (692). Durant de longs mois, les
assiégés résistèrent avec énergie à toutes les attaques et supportèrent
les tourments de la famine. Le courage d'Abd-Allah était soutenu par sa
mère, âgée de près de cent ans; lorsque tout moyen de résister fut
épuisé, elle répondit stoïquement à son fils qui lui demandait ce qu'il
lui restait à faire: «mourir!». Peu d'instants après, Abd-Allah, s'étant
armé de pied en cap, vint dire un dernier adieu à sa mère; mais
celle-ci, apercevant qu'il portait une cotte de maille, la lui fit
enlever en disant: «Quand on est décidé à mourir, on n'a pas besoin de
cela.» Le fils de Zohéïr, après avoir combattu bravement, tomba percé de
coups; sa tête fut envoyée au khalife (oct. 692). Ainsi finit cette
révolte qui durait depuis de longues années. Abd-el-Malek restait maître
incontesté du khalifat, mais de quelles difficultés n'était-il pas
environné? Les Kharedjites étaient toujours en insurrection et l'Irak
sans cesse menacé. Plusieurs armées envoyées contre eux avaient subi de
honteuses défaites, suivies de cruautés épouvantables, car la férocité
de ces sectaires contre les païens s'accroissait avec les difficultés
qu'ils rencontraient. Enfin El-Hadjadj, le vainqueur du fils de Zobéïr,
fut chargé de réduire les rebelles et, après deux années de luttes, il
parvint, grâce à son énergie, à les forcer de mettre bas les armes
(696). Les Kelbites avaient contribué pour beaucoup au triomphe du
khalife et faisaient valoir avec arrogance leurs services. Abd-el-Malek,
irrité de leurs exigences, accorda toutes ses faveurs aux Kaïsites, et
accabla d'humiliations leurs rivaux.

SITUATION DE L'AFRIQUE. LA KAHÉNA.--Libre enfin, le khalife tourna ses
regards vers l'Afrique et se disposa à tirer vengeance de la défaite et
de la mort de son lieutenant.

Après la fuite des Arabes, la révolte s'était répandue de nouveau chez
les Berbères: les Aoureba étaient détruits, et chaque tribu prétendait
imposer son chef aux autres; de là des luttes interminables. Dans les
derniers temps une sorte d'apaisement s'était produit et les indigènes
de l'Ifrikiya avaient reconnu l'autorité d'une femme Dihia ou Damïa,
fille de Tabeta, fils d'Enfak, reine des Djeraoua (Zénètes) de l'Aourès.
Cette femme remarquable appartenait, dit El-Kaïrouani, à une des plus
nobles familles berbères ayant régné en Afrique. «Elle avait trois fils,
héritiers du commandement de la tribu et, comme elle les avait élevés
sous ses yeux, elle les dirigeait à sa fantaisie et gouvernait, par leur
intermédiaire, toute la tribu. Sachant par divination la tournure que
chaque affaire importante devait prendre, elle avait fini par obtenir,
pour elle-même, le commandement[328].» Cette prétendue faculté de
divination fit donner à Dihia, par les Arabes, le surnom d'_El-Kahéna_,
(la devineresse). Sa tribu était juive, ainsi que l'affirme
Ibn-Khaldoun[329], et il est possible que ce nom de Kahéna, que les
Musulmans lui appliquaient, avec un certain mépris, ait été, au
contraire, parmi les siens, une qualité quasi-sacerdotale.

[Note 328: El-Kaïrouani, p. 53. Ibn-Khaldoun, t. I, p. 213 t. III,
p. 193. En-Nouéïri, p. 338 et suiv.]

[Note 329: T. I, p. 208.]

Les relations de la Kahéna avec Kocéïla et la part active qu'elle prit à
la conspiration qui se dénoua à Tehouda, sont affirmées par les auteurs.
Après la mort de Kocéïla, un grand nombre de Berbères se joignirent à
elle, dans ses retraites fortifiées de l'Aourès. Ainsi le drapeau de
l'indépendance berbère avait été relevé par une femme qui avait su
rallier les forces éparses de ce peuple, calmer les rivalités et imposer
son autorité même aux Grecs. La situation avait donc changé de face en
Berbérie et les Arabes allaient en faire l'épreuve.

EXPÉDITION DE HAÇANE EN MAG'REB. VICTOIRE DE LA KAHÉNA.--En 696, le
khalife ayant réuni une armée de quarante mille hommes en confia le
commandement à Haçane-ben-Nomane, le Ghassanide, et l'envoya en Egypte,
où son autorité était encore méconnue en maints endroits. L'année
suivante, il lui expédia l'ordre de marcher sur le Mag'reb. «Je te
laisse les mains libres, lui écrivit-il, puise dans les trésors de
l'Egypte et distribue des gratifications à tes compagnons et à ceux qui
se joindront à toi. Ensuite, va faire la guerre sainte en Ifrikiya et
que la bénédiction de Dieu soit avec toi[330].»

[Note 330: En-Nouéïri, p. 338.]

Parvenu en Mag'reb avec son immense armée, Haçane entra à Kaïrouan, dont
la possession ne lui fut pas disputée; puis il alla attaquer et enlever
Karthage. Les habitants eurent en partie le temps de se réfugier sur
leurs navires et de gagner les îles de la Méditerranée. Quant aux
troupes grecques, elles essayèrent de se rallier à Satfoura, près de
Benzert, mais ce fut pour essuyer un véritable désastre. Sur ces
entrefaites, une flotte byzantine, envoyée de Constantinople, sous le
commandement du patrice Jean, aborda à Karthage. Appuyés par les
indigènes et des aventuriers de toute race, les Grecs rentrèrent
facilement en possession de cette ville.

Mais aussitôt le khalife équipa et expédia une flotte considérable qui
ne tarda pas à arriver en Afrique; en même temps Haçane revenait mettre
le siège devant Karthage. Ces deux forces combinées eurent facilement
raison des chrétiens, dont les débris se rembarquèrent et regagnèrent
l'Orient (698). Ce fut la dernière tentative de l'empire pour conserver
sa colonie africaine. Dès lors les chrétiens restés en Ifrikiya se
virent forcés d'unir intimement leur sort à celui des indigènes. Après
ces campagnes, Haçane dut se retirer à Kaïrouan, pour donner quelque
repos à ses troupes et se reformer avant d'entreprendre l'expédition de
l'Aourès.

Pendant ce temps, la Kahéna se préparait activement à la lutte en
appelant aux armes les Berbères et en enflammant leur courage. Ayant
appris que Haçane s'était mis en marche, elle descendit de ses montagnes
et alla détruire les remparts de Bar'aï, soit pour que le général arabe
ne s'attardât pas à en faire le siège et vînt directement attaquer les
Berbères dans le terrain qu'elle avait choisi, soit pour qu'il ne pût
s'appuyer sur aucun retranchement, s'il était parvenu à l'enlever.

Haçane marchant directement contre son ennemi lui livra bataille sur les
bords de l'Ouad-Nini, près de Bar'aï[331]. Au point du jour on en vint
aux mains. L'avant-garde berbère, commandée par un ancien général de
Kocéïla, obtint les premiers succès et, après une lutte acharnée, les
Arabes furent enfoncés de toutes parts et mis en pleine déroute. Haçane,
avec les débris de ses troupes, prit la fuite vers l'est, poursuivi
l'épée dans les reins jusqu'à Gabès: il ne s'arrêta que dans la province
de Barka, où il s'établit dans des postes retranchés qui reçurent son
nom: _Koçour Haçane_.

[Note 331: Ibn-Khaldoun donne la Meskiana comme le théâtre de cette
bataille; mais nous adoptons l'indication d'En-Nouéïri qui est la plus
plausible.]

LA KAHÉNA REINE DES BERBÈRES. SES DESTRUCTIONS.--Les Arabes avaient
laissé sur le champ de bataille un grand nombre d'entre eux; de plus,
quatre-vingts prisonniers, presque tous nobles, étaient aux mains des
vainqueurs. La Kahéna les traita avec bonté et les mit en liberté, à
l'exception d'un seul, Khaled, fils de Yézid, de la tribu de Kaïs, jeune
homme d'une grande beauté, qu'elle combla de présents et qu'elle adopta
en faisant le simulacre de l'allaiter, coutume qui, selon le Baïan,
consacrait l'adoption chez les Berbères. Nous verrons plus loin de
quelle façon Khaled reconnut ces procédés. Ainsi, pour la deuxième fois,
les sauvages Berbères donnaient une leçon d'humanité à ceux qui se
présentaient comme les apôtres du vrai Dieu et qui n'employaient
d'autres moyens que la violence, le meurtre et la dévastation.

L'Ifrikiya et même, s'il faut en croire les auteurs arabes, tout le
Mag'reb, reconnurent alors l'autorité de la Kahéna. De quelle façon
exerça-t-elle le pouvoir suprême? D'après un passage d'En-Nouéïri, la
Kahéna aurait tyrannisé les Berbères. Il est certain que, prévoyant le
retour des Arabes, elle chercha à les éloigner en faisant le vide devant
eux. «Les Arabes veulent s'emparer des villes, de l'or et de l'argent,
tandis que nous, nous ne désirons posséder que des champs pour la
culture et le pâturage. Je pense donc qu'il n'y a qu'un plan à suivre:
c'est de ruiner le pays pour les décourager[332].» Tel fut son
raisonnement et, passant aussitôt à l'exécution, elle envoya des agents
dans toutes les directions, ruiner les villes, renverser les édifices,
détruire et incendier les jardins. De Tunis à Tanger, le pays qui, au
dire des auteurs, n'était qu'une succession de bosquets, fut transformé
en désert.

[Note 332: En-Nouéïri, p. 340.]

Ce sacrifice était héroïque. Il a été pratiqué plus d'une fois par des
patriotes préférant leur propre ruine à la servitude; mais les Berbères
n'ont jamais su sacrifier au salut de la patrie leurs intérêts
immédiats. Et puis, il y avait, dans la rigueur de cette mesure, comme
une sorte de vengeance du nomade habitant des hauts plateaux dénudés,
contre les gens du littoral établis dans les campagnes ombragées et
fraîches. Rien ne pouvait être plus sensible à ces petits cultivateurs
que de voir disparaître en un jour, avec leur fortune, le fruit
d'efforts séculaires. Aussi furent-ils profondément irrités et se
détachèrent-ils de la Kahéna.

DÉFAITE ET MORT DE LA KAHÉNA.--Après sa retraite, Haçane était resté à
Barka, où il avait reçu du khalife l'ordre d'attendre des renforts. Mais
le Khoraçan venait de se mettre en révolte (700); un Kaïsite du nom de
Abd-er-Rahman s'était fait proclamer khalife et bientôt Basra et Koufa
étaient tombées aux mains des rebelles. En 703, Abd-er-Rahman ayant été
tué, la révolte ne tarda pas à être apaisée et le khalife put s'occuper
du Mag'reb.

Haçane, après avoir reçu des renforts et de l'argent, se mit en marche,
parfaitement renseigné sur la situation en Berbérie par les nouvelles
que lui faisait parvenir l'Arabe Khaled, fils adoptif de la Kahéna, au
moyen d'émissaires secrets.

A l'approche de l'ennemi, la Kahéna ne se fit pas d'illusion sur le sort
qui l'attendait, et l'on ne manqua pas d'attribuer à des pratiques
divinatoires ce que sa perspicacité lui faisait entrevoir.

Ayant réuni ses fils, elle leur dit: «Je sais que ma fin approche;
lorsque je regarde l'Orient, j'éprouve à la tête des battements qui m'en
avertissent[333]»; elle leur ordonna de faire leur soumission au général
arabe et de se mettre à son service, ce qui semble indiquer une
intention de se venger des Berbères, dont la lâcheté allait causer sa
perte. On insistait autour d'elle pour qu'elle prît la fuite, mais elle
repousssa avec indignation ce conseil. «Celle qui a commandé aux
chrétiens, aux Arabes et aux Berbères, dit-elle, doit savoir mourir en
reine!»

Dans quelle localité la Kahéna attendit-elle le choc des Arabes? S'il
faut en croire El-Bekri, elle se serait retranchée dans le château
d'El-Djem, qui aurait été appelé pour cela _Kasr-el-Kahena_; mais il est
plus probable qu'elle se retira dans l'Aourès, car il résulte de l'étude
comparée des auteurs que Haçane marcha directement vers cette montagne,
en passant par Gabès, Gafça et le pays de Kastiliya. Quand il fut proche
du campement de la reine berbère, il vit venir au devant de lui les deux
fils de celle-ci, accompagnés de l'Arabe Khaled. Les deux chefs
indigènes furent conduits par son ordre à l'arrière-garde; quant à
Khaled, il reçut le commandement d'un corps d'attaque.

La bataille fut longue et acharnée et, pendant un instant, le succès
parut se prononcer pour les Berbères; mais, dit En-Nouéïri, Dieu vint au
secours des Musulmans, qui finirent par remporter la victoire. La Kahéna
y périt glorieusement. Selon une autre version, elle aurait été
entraînée dans la déroute et atteinte par les Arabes dans une localité
qui fut appelée en commémoration _Bir-el-Kahéna_. Sa tête fut envoyée à
Abd-el-Malek[334]. Telle fut la fin de cette femme remarquable, et l'on
peut dire qu'avec elle tomba l'indépendance berbère[335].

[Note 333: El-Kaïrouani, p. 54.]

[Note 334: _Ibid_.]

[Note 335: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 207 et suiv., t. III, p. 193 et
suiv. En-Nouéïri, p. 339 et suiv. El-Bekri, trad. de Slane, p. 76, 77.]

CONQUÊTE ET ORGANISATION DE L'IFRIKIYA PAR HAÇANE.--Après la défaite de
leur reine, les Berbères de cette région se soumirent en masse au
vainqueur et acceptèrent l'islamisme. Ils fournirent à Haçane un corps
de douze mille auxiliaires à la tête desquels les fils de la Kahéna
furent placés. Grâce à ce renfort, le général arabe put compléter sa
victoire en réduisant les autres centres de résistance où les Grecs,
aidés des indigènes, tenaient encore; puis il rentra à Kaïrouan. Il
s'occupa alors de régler les détails de l'administration, et notamment
de la fixation de l'impôt foncier (_kharadj_), auquel il soumit les
populations berbères et celles d'origine chrétienne[336].

Ce fut, sans doute, vers cette époque qu'il établit à Tunis une colonie
de mille familles coptes venues d'Egypte[337]. Mais c'est en vain que
Haçane s'était mérité le surnom de «_vieillard intègre_». Les grandes
richesses rapportées de ses expéditions, et conservées par lui pour le
khalife, faisaient des envieux et bientôt il se vit dépossédé de son
commandement par le gouverneur de l'Egypte et reçut l'ordre de se rendre
en Orient. Il partit en emportant tout ce butin qui avait servi de
prétexte à sa révocation et dont on le dépouilla à son passage en
Egypte. Mais il avait su conserver ce qu'il possédait de plus précieux
et put enfin le remettre au khalife, en se justifiant de toute
inculpation. On voulut lui restituer son commandement, mais il protesta
qu'il ne servirait plus la dynastie oméïade.

[Note 336: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 215.]

[Note 337: El-Kaïrouani, p. 55.]

MOUÇA-BEN-NOCÉÏR ACHÈVE LA CONQUÊTE DE LA BERBÉRIE.--En 705,
Mouça-ben-Nocéïr arriva à Kaïrouan avec le titre de gouverneur de
l'Ifrikiya. Cette province releva directement du khalifat et fut dès
lors indépendante de l'Egypte. Il trouva un commencement d'organisation
en Ifrikiya, mais dans les deux Mag'reb l'anarchie était à son comble:
les tribus berbères étaient toutes en lutte les unes contre les autres.
Les Mag'raoua en profitaient pour s'étendre au nord et à l'ouest, au
détriment des Sanhadja. «Conquérir l'Afrique est chose impossible, avait
écrit le précédent gouverneur au khalife; à peine une tribu berbère
est-elle exterminée, qu'une autre vient prendre sa place[338].» Le
Mag'reb était couvert de ruines et changé en solitude.

Les détails fournis par les auteurs arabes sur les premiers actes du
gouvernement de Mouça sont contradictoires. Il paraît probable qu'il
commença par rétablir la tranquillité dans l'Ifrikiya et le Mag'reb
central, au moyen d'expéditions dans lesquelles il déploya la plus
grande rigueur. En même temps il s'appliquait à former de bonnes troupes
indigènes et à organiser une flotte au moyen de laquelle il pût piller
les îles de la Méditerranée. Cela fait, il entreprit une campagne dans
l'ouest, où les Berbères n'avaient pas revu d'Arabes depuis Okba; aussi
avaient-ils repris leur liberté et répudié le culte musulman. Il
infligea d'abord une défaite aux R'omara, mais, parvenu à Ceuta, il
trouva cette ville en état de défense, sous le commandement du comte
Julien, et essaya en vain de la réduire. Il fit dés razzias aux
environs, espérant affamer la place; mais Julien recevait par mer des
vivres d'Espagne, et chaque fois qu'il se mesurait avec les Musulmans
leur faisait éprouver de rudes échecs[339]. Abandonnant ce siège, Mouça
pénétra au cœur de l'Atlas et attaqua et réduisit les tribus
masmoudiennes. Après s'être avancé jusqu'au Sous, il traversa le pays de
Derâ et porta ses armes victorieuses jusqu'aux oasis de
Sidjilmassa[340]. Ayant soumis toutes ces contrées et exigé des otages
de chaque tribu, il revint vers Tanger et s'empara de cette ville.

[Note 338: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. I, p. 229.]

[Note 339: _Akhbar Madjouma_, apud Dozy, _Recherches sur l'histoire
de l'Espagne_, t. I, p. 45.]

[Note 340: Tafilala].

Le gouverneur plaça à Tanger un berbère converti du nom de Tarik, auquel
il laissa un corps nombreux de cavaliers indigènes. Vingt-sept Arabes
restèrent également dans la contrée pour instruire les Berbères dans la
religion musulmane. Vers 708, le gouverneur rentra à Kaïrouan en
rapportant un butin considérable dont le quint fut envoyé au khalife. Il
s'occupa avec activité des intérêts de la religion. «Toutes les
anciennes églises des chrétiens furent transformées en mosquées», dit
l'auteur du Baïan. La conquête de l'Afrique septentrionale était
terminée; mais ce théâtre n'était déjà plus assez vaste pour les Arabes;
ils allaient reporter sur l'Europe leur ardeur et faire trembler la
chrétienté dans ses fondements. Déjà, depuis quelques années, ils
exécutaient d'audacieuses courses sur mer et portaient la dévastation
sur les rivages de la Sicile, de la Sardaigne et des Baléares.

Ainsi, en un peu plus de cinquante ans, fut consommé l'asservissement du
peuple berbère aux Arabes, et l'Afrique devint musulmane. Mais, si la
Berbérie avait changé de maîtres, aucun élément nouveau de population
n'y avait été introduit. Le gouverneur arabe de Kaïrouan remplaçait le
patrice byzantin de Karthage. De petites garnisons laissées dans les
postes importants, des missionnaires parcourant les tribus pour répandre
l'islamisme, ce fut à quoi se borna l'occupation. Le Mag'reb, tout en se
laissant extérieurement arabiser, demeura purement berbère. La faiblesse
de l'occupation, qui ne fut pas complétée par une immigration coloniale,
devait permettre aux indigènes de se débarrasser bientôt de la
domination du khalifat.



CHAPITRE III

CONQUÊTE DE L'ESPAGNE.--RÉVOLTE KHAREDJITE
709--750


Le comte Julien pousse les Arabes à la conquête de l'Espagne.--Conquête
de l'Espagne par Tarik et Mouça. Destitution de Mouça.--Situation de
l'Afrique et de l'Espagne.--Gouvernement de
Mohammed-ben-Yezid.--Gouvernement d'Ismaïl-ben-Abd-Allah.--Gouvernement
de Yezid-ben-Abou-Moslem; il est assassiné.--Gouvernement
d'Obéïd-Allah-ben-El-Habhab.--Gouvernement de
Bichr-ben-Safouane.--Incursions des Musulmans en Gaule; bataille de
Poitiers.--Despotisme et exactions des Arabes.--Révolte de Meicera,
soulèvement général des Berbères.--Défaite de Koltoum à
l'Ouad-Sebou.--Victoires de Hendhala sur les Kharedjites.--Révolte de
l'Espagne; les Syriens y sont transportés.--Abd-er-Rahman-ben-Habib
usurpe le gouvernement de l'Ifrikiya.--Chute de la dynastie oméïade:
établissement de la dynastie abbasside.


LE COMTE JULIEN POUSSE LES ARABES À LA CONQUÊTE DE L'ESPAGNE.--Si toute
résistance ouverte avait cessé en Afrique, le pays ne pouvait cependant
pas être considéré comme soumis d'une façon définitive. Les Berbères
étaient plutôt épuisés que domptés, et l'on devait s'attendre à de
nouvelles révoltes, aussitôt qu'ils auraient eu le temps de reprendre
haleine. Un événement inattendu vint en ajourner l'explosion, en
fournissant un aliment aux forces actives berbères.

En 709, Wiltiza, roi des Goths d'Espagne, étant mort, un de ses
guerriers, nommé Roderik, s'empara du pouvoir, ou peut-être y fut porté
par acclamation, au détriment des fils de son prédécesseur, nommés
Sisebert et Oppas[341]. Ceux-ci vinrent à Ceuta demander asile au comte
Julien et furent rejoints en Afrique par les partisans de la famille
spoliée. Peut-être faut-il ajouter à cela la tradition d'après laquelle
une fille de Julien, qui se trouvait à la cour des rois goths, aurait
été outragée par Roderik. Toujours est-il que Julien devint l'ennemi le
plus acharné de cette dynastie et ne songea qu'à tirer de son chef la
plus éclatante vengeance. Entré en relations avec Tarik, gouverneur de
Tanger, il ouvrit à ce Berbère son petit royaume et le poussa à envahir
l'Espagne, lui offrant de lui servir de guide et lui donnant des
renseignements précieux sur l'intérieur du pays.

[Note 341: _Akhbar Madjouma, loc. cit._, p. 46.]

Le khalife Abd-el-Malek était mort et avait été remplacé par son fils
El-Oualid, en 705. Mouça ne pouvait se lancer dans une entreprise telle
que la conquête de l'Espagne, sans lui demander son assentiment; mais le
khalife voulut avant tout qu'on reconnût bien les lieux. «Faites
explorer l'Espagne par des troupes légères, mais gardez-vous d'exposer
les Musulmans aux périls d'une mer orageuse,» telles furent ses
instructions. En conséquence, Mouça chargea un de ses clients nommé
Tarif d'aller faire une reconnaissance, et lui confia dans ce but quatre
cents hommes et cent chevaux[342]. Ayant abordé à l'île qui reçut son
nom (Tarifa), ce général occupa Algésiras et reconnut que sa baie était
fort propice à un débarquement. Il rentra en Afrique avec un riche butin
et de belles captives (710).

[Note 342: _Akhbar Madjouma, loc. cit._, p. 47.]

CONQUÊTE DE L'ESPAGNE PAR TARIK ET MOUÇA.--Le khalife ayant alors
autorisé l'expédition, on établit un camp près de Tanger et bientôt une
armée de sept ou huit mille Berbères convertis, avec trois cents
Arabes[343] comme chefs, s'y trouva concentrée. En mai 711, l'armée
traversa le détroit, au moyen de quatre navires fournis sans doute par
Julien, et aborda au pied du mont Calpé, qui fut appelé du nom du chef
de l'expédition _Djebel Tarik_. Ce général reçut encore un renfort de
cinq mille Berbères, puis, ayant brûlé ses vaisseaux, il pénétra dans
l'intérieur du pays, guidé par le comte Julien.

Roderik était occupé à combattre les Basques, dans le nord de son
royaume. En apprenant l'invasion des Arabes, il réunit des forces
s'élevant, dit-on, à cent mille hommes, et marcha contre les ennemis. La
rencontre eut lieu en un endroit appelé par certains auteurs arabes
Ouad-Bekka[344], et les ennemis en vinrent aux mains le 17 juillet.
Pendant huit ou neuf jours consécutifs, il y eut une suite de combats,
mais les ailes de l'armée des Visigoths ayant lâché pied, le centre, où
se trouvait le roi, eut à supporter tout l'effort des Musulmans. Roderik
mourut en combattant et son armée se débanda. D'après la chronique que
nous avons plusieurs fois citée, le roi goth aurait confié le
commandement des deux ailes de son armée aux fils de Wittiza,
réconciliés avec lui; mais ceux-ci, pour se venger de l'usurpateur,
l'auraient trahi en entraînant les troupes confiées à leurs ordres[345].

[Note 343: On a beaucoup discuté sur le chiffre et la composition de
cette armée expéditionnaire. Nous adoptons les renseignements fournis à
cet égard par En-Nouéïri, p. 344 et suiv., Ibn-Khaldoun, t. I, p. 245,
et El-Kaïrouani, p. 58. L'_Akhbar Madjouma_ donne le chiffre de 7,000
Berbères.]

[Note 344: D'autres ont écrit ouad Leka, et cette rivière a été
assimilée au Guadalete. Mais Dozy a établi qu'il faut adopter
Ouad-Bekka, contrée qui se trouve à une lieue au nord de l'embouchure du
Barbate, non loin du cap Trafalgar, entre Vejer de la Frontera et
Cornil.» (_Recherches sur l'histoire de l'Espagne_, t. I, p. 314 et
suiv.).]

[Note 345: _Akhbar Madjouma_.]

Les chrétiens, s'étant ralliés auprès d'Ejiça, y essuyèrent une nouvelle
défaite. Ce double succès mit fin à l'empire des Goths et ouvrit
l'Espagne aux Musulmans.

Tarik, sans tenir compte des ordres de Mouça qui lui avait fait dire de
l'attendre, continua sa marche victorieuse sur Tolède, alors capitale de
l'Espagne, tandis que trois corps détachés allaient prendre possession
de Grenade, de Malaga et d'Elvira. S'étant rendu maître de Tolède, il y
réunit toutes ses prises, qui étaient considérables, pour les remettre
au gouverneur de l'Afrique. Lorsqu'une ville était enlevée, les
Musulmans armaient les Juifs s'y trouvant et les chargeaient de la
défendre; puis ils continuaient leur route[346].

Mouça avait appris avec une vive jalousie les succès de son lieutenant,
et il s'était décidé aussitôt, malgré son grand âge, à se rendre en
Espagne. C'était un homme de très basse extraction, dominé par la soif
de l'or, et cette passion n'avait pas été sans lui attirer de graves
affaires. Ayant réuni une armée de quinze à dix-huit mille guerriers,
tant arabes que berbères, il partit pour l'Espagne, en laissant
l'Ifrikiya sous le commandement de son fils Abd-Allah et débarqua à
Algésiras pendant le mois de ramadan 93 (juin-juillet 712). Au lieu de
traverser les pays conquis par Tarik, Mouça voulut suivre une nouvelle
voie et conquérir aussi des lauriers; des chrétiens lui servirent,
dit-on, de guides. Carmona et Séville tombèrent en son pouvoir, mais il
fut arrêté par Mérida[347], ville somptueuse qui contenait un nombre
considérable d'habitants, et dont il dut entreprendre un siège régulier.
Ce ne fut qu'en juin 713 qu'il parvint à se rendre maître de Mérida,
après une résistance héroïque des assiégés.

[Note 346: _Ibid._, p. 55.]

[Note 347: L'antique Emerita-Augusta.]

Sur ces entrefaites, Mouça, s'étant rendu à Tolède, se rencontra auprès
de cette ville avec Tarik. Il avait conçu contre celui-ci une violente
jalousie qui s'était transformée en haine ardente; aussi, bien que son
lieutenant se présentât avec l'attitude la plus respectueuse, il
l'accabla d'injures et de reproches et, dans sa violence, alla jusqu'à
le frapper au visage; puis il le fit jeter dans les fers et aurait
ordonné sa mort, si des officiers ne s'étaient interposés. Cette
conduite souleva contre lui une véritable réprobation, dont l'expression
fut portée au khalife[348].

[Note 348: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 216, 348. En-Nouéïri, p. 345.
El-Kaïrouani, p. 57 et suiv. El-Marrakchi (_Hist. des Almohades_, édit.
arabe de Dozy, Leyde, 1847, p. 6 et suiv.).]

DESTITUTION DE MOUÇA.--Tandis que les Berbères, conduits par les Arabes,
conquéraient l'Espagne au khalifat, les armées musulmanes s'emparaient
de Samarkand, et s'avançaient victorieuses vers l'est, à travers l'Inde,
jusqu'à l'Himalaya. L'histoire n'offre peut-être pas d'autre exemple de
succès aussi grands dans un règne aussi court que celui d'El-Oualid.
Mais ce prince n'entendait pas partager sa puissance avec ses généraux,
et il trouvait que les contrées sur lesquelles s'étendait l'autorité de
Mouça étaient bien grandes. Aussi, saisit-il avec empressement
l'occasion fournie par l'odieuse conduite de son lieutenant, pour lui
intimer l'ordre de se présenter devant lui.

Mouça, qui venait de s'avancer en vainqueur jusqu'aux Pyrénées, ne
voulut pas croire qu'on le rappelait et il fallut qu'un nouvel émissaire
vint prendre par la bride sa monture, pour le décider à s'arrêter. Le
gouverneur, laissant, en Espagne, le commandement à son fils
Abd-el-Aziz, rentra à Kaïrouan pour se préparer au départ. Son troisième
fils, Abd-el-Malek, fut placé à Ceuta, afin de commander le détroit. En
715, Mouça partit pour l'Orient, emportant un butin considérable, enlevé
aux palais et aux églises de la péninsule. A sa suite marchaient
enchaînées trente mille esclaves chrétiennes[349]. Ces riches présents
ne purent désarmer la colère du khalife qui l'accabla de reproches et le
frappa d'une forte amende. Peu de jours après, El-Oualid cessait de
vivre et était remplacé par son frère Soléïman. C'était la chute des
kaïsites; mais Mouça, bien que kelbite, n'en profita pas et resta dans
l'ombre jusqu'à sa mort.

[Note 349: Il est inutile de faire ressortir l'exagération de ce
chiffre.]

SITUATION DE L'AFRIQUE ET DE L'ESPAGNE.--Cependant, en Afrique, les
Berbères continuaient à se jeter en foule sur l'Espagne. La vue des
prises rapportées par Mouça avait enflammé leur cupidité et redoublé
l'ardeur des néophytes. Aussitôt qu'un groupe était prêt, on l'envoyait
à la _guerre sainte_, et ce courant ininterrompu permettait de se porter
en avant, car les premiers arrivés s'étaient établis dans le territoire
conquis. Les Arabes, profitant de la conquête faite par les Berbères,
avaient commencé par garder pour eux la fertile Andalousie. Quant aux
Africains, on les avait relégués dans les plaines arides de la Manche et
de l'Estramadure, dans les âpres montagnes de Léon, de Galice,
d'Asturie, où il fallait escarmoucher sans cesse contre les chrétiens
mal domptés[350]. Les Musulmans, poussés par derrière par les arrivées
incessantes, n'allaient pas tarder à franchir les Pyrénées. Des chefs
arabes les conduisaient au pillage de la chrétienté.

Mouça avait partagé entre ses guerriers les terres et le butin conquis
par les armes, en réservant toutefois le cinquième pour le prince. Les
terres ainsi réservées formèrent le domaine public et furent cultivées
par des indigènes, chrétiens ou convertis, qui reçurent comme salaire le
cinquième des récoltes, en raison de quoi ils furent appelés _khemmas_.
Dans les localités où les populations s'étaient soumises en vertu de
traités, les chrétiens conservèrent leurs terres et leurs arbres, à
charge de payer un impôt foncier. Du reste, un grand nombre de chrétiens
embrassèrent l'islamisme, soit pour conserver leurs biens, soit pour
échapper aux mauvais traitements. Selon une chronique latine, ces
apostats répondaient aux reproches de leurs prêtres: «Si le catholicisme
était la vraie religion, pourquoi Dieu aurait-il livré notre pays, qui
pourtant était chrétien, aux sectateurs d'un faux prophète? Pourquoi les
miracles que vous nous racontez ne se sont-ils pas renouvelés, alors
qu'ils auraient pu sauver notre patrie?»[351].

[Note 350: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. I, p. 255.]

[Note 351: Dozy, _Recherches sur l'hist. de l'Espagne_, t. I, p. 19
et passim.

Abd-el-Aziz, en Espagne, avait continué à étendre les conquêtes des
Musulmans. Séduit par les charmes de la belle Egilone, veuve de Roderik,
il l'avait épousée, bien qu'elle fût chrétienne. Il vivait en roi à
Séville, nouvelle capitale du pays, et traitait les populations
chrétiennes avec une grande douceur. Cette bienveillance irritait, le
fanatisme des Musulmans, qui l'attribuaient à l'influence d'Egilone, et
les ennemis du gouverneur répétaient qu'il était sur le point
d'abandonner l'islamisme et de se déclarer roi indépendant.

La loi musulmane dispose que tous les biens mobiliers ou immobiliers
conquis les armes à la main appartiennent aux vainqueurs, déduction
faite du cinquième revenant au _prince_. Les terres appartiennent au
prince seul, lorsqu'elles sont acquises par traité ou échange. Les
Infidèles peuvent acheter la faveur de continuer à les exploiter, en
payant la Djazia (tribut). Ceux qui occupent les terres conquises sont
frappés d'un cens déterminé, appelé _Kharadj_. L'infidèle se débarrasse
de ces charges en devenant musulman. Le cinquième prélevé sur les
dépouilles doit être employé par le prince en dépenses d'intérêt
général. Voir _Institutions du droit musulman relatives à la guerre
sainte_, par Reland, trad. Solvet (Alger, 1838), et Koran, sour. 8, v.
42.]

GOUVERNEMENT DE MOHAMMED-BEN-YEZID.--Cependant le khalife Soléïman,
après avoir cherché un homme digne de sa confiance, nomma comme
gouverneur de l'Ifrikiya Mohammed-ben-Yezid, et le chargea de réclamer
aux fils de Mouça des sommes considérables, sous le prétexte que leur
père ne s'était pas acquitté des amendes à lui imposées. Dès son arrivée
en Afrique, le nouveau gouverneur fit arrêter Abd-Allah et Abd-el-Malek
et les tint dans une étroite captivité; El-Kairouani prétend même qu'ils
furent mis à mort.

Ces procédés n'étaient pas faits pour rattacher Abd-el-Aziz au khalife.
On dit qu'il rompit entièrement avec lui. Ne pouvant songer à l'attaquer
ouvertement, Soléïman écrivit secrètement à El-Habib-ben-Abou-Obéïda,
petit-fils du grand Okba, qui se trouvait en Espagne, et le chargea de
le débarrasser de ce compétiteur par l'assassinat. Une conspiration
s'ourdit autour d'Abd-el-Aziz et les conjurés le mirent à mort en pleine
mosquée, pendant qu'il prononçait la prière du vendredi. Sa tête fut
envoyée au khalife[352] (août-septembre 715). Le commandement de
l'Espagne resta quelque temps entre les mains d'un neveu de
Mouça-ben-Nocéïr, nommé Ayoub; peu après, Mohammed-ben-Yezid, qui avait
pris en mains l'administration de toutes les conquêtes de l'ouest,
envoya comme lieutenant dans la péninsule, El-Horr-ben-Abd-er-Rahman.

[Note 352: En-Nouéïri, p. 379.]

GOUVERNEMENT D'ISMAÏL-BEN-ABD-ALLAH.--En octobre 717, le khalife
Soléïman, étant mort, fut remplacé par Omar II. Peu après,
Mohammed-ben-Yezid était rappelé et Ismaïl-ben-Abd-Allah, petit fils
d'Abou-el-Mehadjer, venait prendre le commandement du Mag'reb. Il arriva
avec l'ordre d'appliquer tous ses soins à achever la conversion des
Berbères. Il paraît même que le khalife adressa aux indigènes du Mag'reb
un manifeste qui fut répandu dans toute la contrée et qui eut pour
conséquence d'entraîner un grand nombre de conversions[353]. Des
missionnaires envoyés dans les régions reculées furent chargés
d'éclairer les néophytes sur la pratique et les obligations de leur
nouveau culte, car ils étaient fort ignorants sur ces matières; on
obtint des résultats réels.

[Note 353: Fotouh-El-Boldane, cité par Fournel, _Berbers_, p. 270.]

Jusqu'alors un certain nombre de Grecs et d'indigènes chrétiens avaient
pu, ainsi que nous l'avons dit, continuer à résider dans leurs
territoires et à pratiquer leur culte, en payant la capitation. Mais,
soit que les ordres du khalife n'aient plus autorisé cette tolérance,
soit que les prêtres jacobites d'Alexandrie aient entretenu des
intrigues parmi ces populations, en les poussant à la révolte, ainsi que
l'affirme El-Kaïrouani[354], les privilèges accordés aux chrétiens leur
furent retirés, et ils durent se convertir ou émigrer.

[Note 354: P. 63.]

Ces mesures de coercition commencèrent à amener de la fermentation chez
les Berbères qui étaient travaillés depuis quelque temps par des
réfugiés kharedjites.

En Espagne, où Es-Samah avait remplacé El-Horr, les Musulmans avaient
achevé la conquête des pays et commençaient à se lancer dans les défilés
des Pyrénées.

GOUVERNEMENT DE YEZID-BEN-ABOU-MOSLEM. IL EST ASSASSINÉ.--Le règne
d'Omar II ne fut pas plus long que celui de son prédécesseur. En février
720, ce prince mourait et Yezid II lui succédait. Avec ce khalife, le
parti kaïsite revenait au pouvoir. Yezid-ben-Abou-Moslem, affranchi
d'El-Hadjadj, fut retiré de la prison où il avait été détenu pendant les
règnes précédents, et nommé au gouvernement du Mag'reb. Ce chef, qui,
étant vizir de Syrie, avait traité avec une grande rigueur les
populations de cette contrée, pensa qu'il pourrait agir de même à
l'égard des Berbères. Il commença à mettre en pratique tout un système
de vexations contre eux et voulut leur imposer, en outre des autres
charges, la capitation. Les indigènes protestèrent, déclarant qu'ils
étaient Musulmans et, par conséquent, affranchis de cette charge; mais
leur doléances furent brutalement repoussées. Le gouverneur s'était
entouré d'une garde berbère et il comptait s'assurer, par des faveurs,
sa fidélité. Ayant voulu imposer à ses soldats l'obligation de porter
des inscriptions tatouées sur les mains[355], selon l'usage des Grecs,
les gardes, irrités de ce qu'ils considéraient comme une humiliation,
assassinèrent le gouverneur pendant qu'il faisait la prière du soir,
dans la mosquée. Les Berbères écrivirent alors au khalife pour protester
de leur dévouement et demander qu'on leur rendît leur ancien gouverneur
Mohammed-ben-Yezid. Peut-être celui exerça-t-il, durant quelques jours,
le pouvoir.

[Note 355: Sur la main droite le nom de l'individu; sur la gauche le
mot «garde» (_Berbers_, p. 272).]

Pendant ce temps, les Musulmans d'Espagne, sous la conduite de leur
gouverneur Es-Samah[356], avaient fait une expédition dans les Gaules.
Parvenus sous les murs de Toulouse, ils se heurtèrent contre Eude, duc
d'Aquitaine, et essuyèrent une défaite dans laquelle presque tous les
guerriers restèrent sur le champ de bataille.
Abd-er-Rahman-ben-Abd-Allah ramena en Espagne les restes de l'armée
(721). Dans la Galice, un noyau de résistance nationale s'était formé, à
la voix de Pélage, qui avait été proclamé roi par ses compatriotes.

[Note 356: Ce chef avait dû être nommé en Espagne, ainsi que nous
l'avons dit, en remplacement d'El-Horr; cependant En-Nouéïri attribue à
celui-ci les faits que nous retraçons (p. 357).]

GOUVERNEMENT DE BICHR-BEN-SAFOUANE.--Sur ces entrefaites, le khalife
ayant nommé au gouvernement de l'Afrique Bichr-ben-Safouane de la tribu
de Kelb, ce général arriva à Kaïrouan et un de ses premiers actes fut
d'envoyer en Espagne Anbaça le kelbite, avec mission de relever les
armes musulmanes, et surtout d'augmenter le tribut fourni au khalifat
par cette province (721). Pour obtenir ce résultat, le gouverneur ne
trouva rien de mieux que de faire payer aux chrétiens un double
impôt[357].

[Note 357: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. I, p. 227.]

Après avoir apaisé les séditions qui s'étaient produites sur différents
points de la Berbérie, Bichr alla en Orient présenter ses hommages et
ses présents au nouveau khalife Hicham, qui avait remplacé son frère
Yezid II, mort en 724. Confirmé dans ses fonctions, le gouverneur revint
à Kaïrouan. Peu après, Anbaça étant mort, il nomma à sa place
Yahïa-ben-Selama le kelbite. Cet officier s'attacha à faire restituer
aux chrétiens les biens qui leur avaient été enlevés par son
prédécesseur.

Eh 727, Bichr fit une expédition en Sicile et revint chargé de butin.
Quelques mois après, le gouverneur cessait de vivre; avant de mourir, il
avait désigné pour lui succéder un de ses compatriotes, espérant que le
khalife ratifierait son choix; mais il n'en fut pas ainsi et le kelbite
se disposa à résister, même par les armes, au nouveau chef.

GOUVERNEMENT DE OBÉÏDA-BEN-ABD-ER-RAHMAN.--Hicham, qui depuis le
commencement de son règne avait favorisé les Yéménites, sembla, à partir
de ce moment, faire pencher la balance pour leurs rivaux. Ce fut ainsi
qu'il nomma au gouvernement de l'Afrique un kaïsite nommé
Obeïda-ben-Abd-er-Rahman. Cet officier, prévenu des dispositions
hostiles de la population de Kaïrouan, arriva à l'improviste devant
cette ville, à la tête d'une troupe de gens de sa tribu, et s'en empara
par surprise. «Il sévit contre les kelbites, avec une cruauté sans
égale. Après les avoir fait jeter dans les cachots, il les mit à la
torture et, afin de contenter la cupidité de son souverain, il leur
extorqua des sommes énormes[358].»

L'influence des kelbites avait, jusqu'alors, régné à peu près sans
conteste en Espagne. Obéïda envoya dans la péninsule plusieurs officiers
qui ne purent parvenir à se faire accepter. Enfin, en 729, le kaïsite
Haïtham-ben-Obéïd arriva en Espagne avec des forces suffisantes et se
fit l'exécuteur de toutes les haines de sa tribu: quiconque avait un nom
ou une fortune fut livré au supplice, et le pays gémit pendant près d'un
an sous la tyrannie la plus affreuse. Enfin, les plaintes des opprimés
parvinrent à la cour d'Orient, et, en présence de tels excès, le khalife
n'hésita pas à destituer Haïtham. Abd-er-Rahman-ben-Abd-Allah, yéménite
de race, fut nommé gouverneur à sa place. Quant à Haïtham, il fut
accablé d'opprobres et renvoyé, chargé de fers, à Obéïda, qui se
contenta de le tenir en prison, malgré les ordres du khalife. Les
Kelbites attendaient sa mort comme réparation à eux légitimement due;
voyant qu'il allait échapper à leur vengeance, ils adressèrent à Hicham
une pièce de vers dans laquelle ils lui exposèrent éloquemment leurs
doléances, en lui laissant entendre qu'un tel déni de justice aurait
pour conséquence de les pousser à la révolte.

Le khalife tenait avant tout à conserver l'Espagne; il destitua Obéïda
et lui envoya l'ordre d'avoir à se présenter devant lui[359].

[Note 358: Dozy, _Hist. des Musulmans d'Espagne_, t. I, p. 220.]

[Note 359: Voir pour l'hist. des gouv. d'Esp. _El Marrakchi_ (Ed.
or. de Dozy, p. 6 à 11).]

INCURSIONS DES MUSULMANS EN GAULE. BATAILLE DE POITIERS.--Le premier
soin d'Abd-er-Rahman, nommé au commandement de l'Espagne, avait été de
préparer une grande expédition contre les Gaules. Il tenait à venger les
désastres de Toulouse, et il était attiré par la richesse de ces
campagnes, qu'il avait parcourues avec Samah. Un certain Othman,
officier berbère qui commandait la limite septentrionale, était entré en
relations avec Eude et avait obtenu sa fille en mariage. Abd-er-Rahman,
considérant ce fait comme une trahison, vint, en 731, attaquer Othman,
le défit et envoya au khalife la tête du traître et sa femme. Le duc
d'Aquitaine, occupé alors à repousser une invasion de Karl, duc des
Franks, n'avait pu venir en aide à son gendre[360].

[Note 360: Henri Martin, _Histoire de France_, t. II, p. 190 et
suiv.]

En 732, Abd-er-Rahman, ayant reçu de puissants renforts d'Afrique et
réuni une armée considérable, traverse les Pyrénées et inonde
l'Aquitaine. Marchant droit devant lui, il arrive sous les murs de
Bordeaux. Eude l'y attend avec toutes ses forces, mais la fortune est
infidèle au prince chrétien: son armée est écrasée et, s'il échappe au
désastre, c'est pour voir, dans sa fuite, les flammes dévorant sa
métropole. Après avoir saccagé l'Aquitaine, les Musulmans passent la
Loire, enlèvent et pillent Poitiers et marchent sur Tours, où, leur
a-t-on dit, se trouve la plus riche basilique de la Gaule.

Cependant, Karl n'est pas resté inactif; il a publié le ban de guerre et
tout le monde a répondu à son appel. «Les plus impraticables marécages
de la mer du Nord, les plus sauvages profondeurs de la Forêt-Noire
vomirent des flots de combattants demi-nus qui se précipitèrent vers la
Loire, à la suite des lourds escadrons austrasiens tout chargés de
fer[361].» Eude s'est joint à Karl en lui faisant hommage de vassalité
et lui a amené les débris de ses troupes.

[Note 361: Henri Martin, _Histoire de France_, t. II, p. 202.]

Dans le mois d'octobre, les deux armées se trouvèrent en présence en
avant de Poitiers. On passa plusieurs jours à s'observer et, enfin, les
Musulmans se développèrent dans la plaine et attaquèrent les Franks avec
leur impétuosité habituelle. Mais les guerriers austrasiens, tenus en
haleine par vingt années de guerres incessantes, essuyèrent, sans
broncher, cet assaut tumultueux, et, pendant toute la journée, restèrent
inébranlables sous la grêle de traits de leurs ennemis. Vers le soir,
Eude et les Aquitains, ayant attaqué de flanc le camp des Musulmans,
ceux-ci se retournèrent pour voler à la défense du butin amoncelé dans
les tentes. Aussitôt les escadrons austrasiens s'ébranlent et fondent
comme la foudre sur leurs ennemis, dont ils font un carnage horrible. En
vain Abd-er-Rahman essaye de rallier ses guerriers; il tombe avec eux
sous les coups du vainqueur.

La nuit avait interrompu la lutte, de sorte que les Chrétiens n'avaient
pas pu juger de l'importance de leur victoire. Mais le lendemain, alors
qu'ils se disposaient à attaquer le camp, ils s'aperçurent qu'il était
vide. Les Musulmans avaient fui pendant la nuit, en abandonnant tout
leur butin aux mains des guerriers du Nord.

Cette belle victoire sauvait, pour le moment, la chrétienté, mais il est
probable que les Musulmans n'auraient pas tardé à reparaître plus
nombreux en Gaule, si l'émigration berbère n'avait pas été arrêtée par
les événements dont l'Afrique va être le théâtre.

GOUVERNEMENT D'OBÉÏD-ALLAH-BEN-EL-HABHAB.--Nous avons vu que le
gouverneur Obéïda avait été rappelé en Orient par le khalife. Après son
départ l'autorité fut exercée d'une façon temporaire par
Okba-ben-Kodama. Cette situation se prolongea pendant dix-huit mois, et
ce ne fut qu'à la fin du printemps de l'année 734 que le titulaire fut
nommé. C'était un kaïsite du nom d'Obéïd-Allah-ben-el-Habhab, très
dévoué à sa tribu et à son souverain, mais méprisant profondément les
populations vaincues. Il arriva en Afrique pénétré de ces idées et
traita les Berbères avec la plus grande injustice.

Sur ces entrefaites, un certain Abd-el-Malek, qui avait succédé à
Abd-er-Rahman dans le commandement de l'Espagne, essuya une nouvelle
défaite dans les Pyrénées. Le gouverneur en profita pour le remplacer
par Okba-ben-el-Hadjadj et, sous l'impulsion de ce chef, les Musulmans
opérèrent de nouvelles razias en Gaule. Alliés au comte de Provence,
Mauronte, ils pénétrèrent dans la vallée du Rhône et vinrent prendre et
saccager la ville de Lyon. Remontant le cours de la Saône, ils
dépouillèrent les cités et les monastères sans que les populations
terrifiées songeassent à leur résister. Mais bientôt Karl et ses Franks
parurent, et les Musulmans regagnèrent en hâte les régions du midi.
Après avoir tenté une faible résistance à Avignon, ce fut derrière les
remparts de Narbonne qu'ils concentrèrent toutes leurs forces, et Karl
essaya en vain de prendre cette ville.

DESPOTISME ET EXACTIONS DES ARABES.--A Kaïrouan, Obéïd-Allah continuait
à faire peser son despotisme sur les Berbères. Non content de leur
enlever leurs filles pour en peupler les sérails de Syrie, il s'amusait
à décimer leurs troupeaux pour chercher dans les entrailles des brebis
des agneaux à duvet fin couleur de miel[362]. Le peuple frémissait sous
cette tyrannie et sa colère contenue n'allait pas tarder à faire
explosion. Le gouverneur avait nommé son fils Ismaïl au commandement du
Mag'reb extrême. De Tanger, Ismaïl avait fait plusieurs expéditions dans
l'intérieur et notamment dans le Sous, où il avait frappé de lourdes
contributions. Obéïd-Allah, alléché par le succès de cette campagne,
nomma commandant de Tanger un certain Omar-el-Moradi et envoya son fils
Ismaïl dans le Sous, en lui adjoignant le général
El-Habib-ben-Abou-Obéïda et en le chargeant d'exécuter une grande
reconnaissance dans l'extrême sud. Les Arabes parcoururent alors tout le
désert, contraignirent les Sanhadja-au-voile à recevoir l'islamisme, et
s'avancèrent jusqu'au soudan. Ils rentrèrent dans le Mag'reb en ramenant
un nombre considérable d'esclaves et en rapportant un riche butin.

[Note 362: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, p. 234. Ibn-Khaldoun, t. I,
p. 337.]

Ces succès avaient porté l'audace des Arabes à son comble; les excès que
nous avons retracés n'étaient pas suffisants: Ismaïl, de concert avec
Omar-el-Moradi, prétendit prélever, en outre des impôts réguliers, le
quint sur les populations soumises. Cette fois la mesure était comble.
En 740, Obéïd-Allah rappela du Mag'reb une partie des troupes et les
envoya contre la Sicile, sous le commandement d'El-Habib. L'occasion
attendue par les Bervères se présentait enfin; ils ne le laissèrent pas
échapper.

RÉVOLTE DE MÉÏCERA.--SOULÈVEMENT GÉNÉRAL DES BERBÈRES.--Un chef de la
tribu des Matr'ara (Faten), nommé Méïcera, se fit le promoteur de la
révolte. Les Berbères du Mag'reb, Matr'ara, Miknaça, Berg'ouata et
autres, accoururent à sa voix. Tous avaient adopté dans les dernières
années les doctrines kharedjites et s'étaient affiliés principalement à
la secte sofrite, de sorte que le soulèvement national se doublait d'une
révolte religieuse.

Ce grand rassemblement, s'étant porté sur Tanger, se rendit facilement
maître de cette ville. Omar-el-Moradi y fut mis à mort. De là, les
rebelles marchèrent vers le Sous et, s'étant emparés d'Ismaïl, lui
infligèrent le même sort. Ces événements eurent un retentissement énorme
en Afrique. Les Kharedjites de l'Ifrikiya, appartenant en général à la
secte éïbadite, répondirent à l'appel de leurs frères du Mag'reb, et le
feu de la révolte se répandit partout. Méïcera proclama l'indépendance
berbère et l'obligation du culte kharedjite, seul orthodoxe.

Dès qu'il eut reçu ces importantes nouvelles, Obéïd-Allah s'empressa de
rappeler les troupes de l'expédition de Sicile et de donner l'ordre à
Okba, gouverneur de l'Espagne, d'aller en Mag'reb combattre les
rebelles. En même temps, il réunit tous ses soldats de race arabe et les
fit partir pour l'Ouest, sous le commandement de Khaled-ben-el-Habib.
Méïcera offrit le combat aux Arabes en avant de Tanger; mais, après une
lutte longue et meurtrière, les Berbères durent chercher un refuge dans
la ville. Méïcera, accusé d'impéritie ou de vues ambitieuses, fut tué
dans une sédition. Bientôt la lutte contre les Arabes recommença et,
comme les Berbères reçurent, pendant le combat, un renfort de Zenèes,
commandé par Khaled-ben-Hamid, la victoire ne tarda pas à se prononcer
pour eux. Tous les Arabes y périrent et cette bataille fut appelée par
eux «_la journée des nobles_». Khaled-ben-Hamid, qui avait si
heureusement déterminé la victoire, fut élu chef des rebelles[363].

La nouvelle de ce succès eut un effet immense et la révolte se propagea
aussitôt en Espagne. Okba avait essayé, sans succès, de combattre les
rebelles du Mag'reb; il fut déposé par un mouvement populaire et
remplacé par son prédécesseur Abd-el-Melek, et alla mourir à Narbonne
(fin décembre 740).

[Note 363: Nous adoptons ici une opinion qui s'écarte de celle de M.
Dozy (t. I, p. 242) et de M. Fournel (p. 228); mais il est peu probable
que Khaled eût été élu chef de la révolte avant d'avoir déterminé la
victoire de la journée des nobles.]

DÉFAITE DE KOLTOUM À L'OUAD-SEBOU.--Lorsque ces événements furent connus
en Orient, le khalife Hicham entra dans une violente colère: «Par Dieu!
dit-il, je ferai sentir à ces rebelles le poids de la colère d'un Arabe!
Je leur enverrai une armée telle qu'ils n'en virent jamais dans leur
pays: la tête de colonne sera chez eux, pendant que la queue en sera
encore chez moi. J'établirai un camp de guerriers arabes à côté de
chaque château berbère[364]!» Il rappela sur-le-champ Obéïd-Allah et
s'occupa de la formation d'une armée expéditionnaire. A cet effet il
tira des milices de Syrie un corps considérable de cavalerie et en
confia le commandement au kaïsite Koltoun-ben-Aïad. Dans le courant de
l'été 741, ce général arriva en Ifrikiya, après avoir rallié les
contingents de l'Egypte, de Barka et de la Tripolitaine. L'effectif de
son armée s'élevait à une trentaine de mille hommes. Le khalife avait
recommandé à ces troupes de commettre en Afrique les plus grandes
dévastations.

Parvenu à Kaïrouan, Koltoum y fut très mal reçu par la colonie arabe qui
détestait les Syriens. Quand El-Habib avait reçu, en Sicile, l'ordre de
rentrer, il venait de s'emparer de Syracuse et de remporter de grands
succès qui pouvaient faire présager la conquête de toute l'île[365]. Dès
son retour il s'était porté avec toutes ses forces jusqu'à la hauteur de
Tiharet pour contenir les Berbères et couvrir Kaïrouan; lorsque l'armée
d'Orient l'eut rejoint, les deux troupes faillirent en venir aux mains.
Baleg, qui commandait l'avant-garde des Syriens, avait donné le signal
du combat, mais des officiers s'interposant parvinrent à empêcher la
lutte.

[Note 364: En Nouéïri, p. 360, 361.]

[Note 365: Michele Amari, _Storia_, t. I, p. 173 et suiv.]

L'armée continua sa marche vers l'ouest sans rencontrer aucun ennemi;
elle pénétra dans le Mag'reb extrême, et enfin trouva les Kharedjites
sur les bords du Sebou, dans une position qu'ils avaient choisie, à
Bakdoura. Ils étaient là en nombre considérable, presque nus, la tête
rasée, remplis d'enthousiasme. El-Habib voulut faire entendre quelques
conseils que sa longue pratique des Berbères lui donnait le droit de
présenter. Mais l'impétueux Baleg repoussa dédaigneusement son offre.
Koltoum confia à Baleg le commandement de la cavalerie syrienne, se
réserva celui de l'infanterie du centre et mit deux autres chefs à la
tête des troupes d'Afrique, de sorte qu'El-Habib ne dut combattre que
comme un simple guerrier.

La brillante cavalerie syrienne, ayant entamé l'action, fut accueillie
par le cri de guerre des Kharedjites. Selon Ibn-Khaldoun, les Berbères
portèrent le désordre dans le camp des Syriens en lançant au milieu
d'eux des chevaux affolés, à la queue desquels ils avaient attaché des
outres remplies de pierres. Malgré les pertes qu'il avait éprouvées,
Baleg ramena au combat environ sept mille de ses cavaliers et, les ayant
entraînas dans une charge furieuse, parvint à traverser toutes les
lignes des Berbères; mais ceux-ci étaient si nombreux qu'une partie des
leurs, faisant volte-face, lui tinrent tête pendant que le reste luttait
corps à corps avec les fantassins de Koltoum et les troupes d'Afrique.
El-Habib et les principaux chefs étant morts, ces troupes se mirent en
retraite, abandonnant les Syriens abhorrés à leur malheureux sort.
Koltoum lutta avec la plus grande vaillance, en récitant des versets du
Koran jusqu'au moment où il tomba percé de coups. La bataille était
perdue. Les Kharedjites poursuivirent les fuyards et en firent un grand
massacre. Quant aux cavaliers syriens de Baleg, ils furent bientôt
forcés, malgré tout leur courage, de se mettre en retraite vers le
nord-ouest, puisque le chemin opposé leur était coupé. Ils gagnèrent
avec beaucoup de peine Tanger où ils ne purent pénétrer et de là se
réfugièrent à Ceuta (742)[366].

[Note 366: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 216, 235 et suiv. En-Nouéïri, p.
360. El-Kaïrouani, p. 69.]

Victoires de Handhala sur les Kharedjites de l'Ifrikiya.--Dès que la
nouvelle de ce succès parvint dans l'est, les tribus de l'ifrikiya se
mirent en état de révolte. Un certain Okacha-ben-Aïoub, de la tribu des
Houara, essaya même de soulever Gabès. Mais le général
Abd-er-Rahman-ben-Okba, qui commandait à Kaïrouan où il avait rallié les
fuyards de l'Ouad-Sebou, marcha contre les rebelles et les contraignit à
chercher un refuge dans le sud. Okacha y rejoignit
Abd-el-Ouahad-ben-Yezid, qui était à la tête des autres tribus
houarides, et tous deux s'appliquèrent à soulever les tribus du sud de
l'Ifrikiya, jusqu'au Zab.

Cependant le khalife avait expédié au kelbite Handhala-ben-Safouan,
gouverneur de l'Égypte, l'ordre de se porter au plus vite en Ifrikyia,
avec toutes les forces disponibles. Ce général parvint à Kaïrouan dans
le courant du printemps et s'occupa aussitôt de l'organisation de son
armée.

Mais bientôt il apprit que les Kharedjites, divisés en deux corps,
s'avançaient contre lui et que l'un d'eux, commandé par Okacha, avait
pénétré dans la plaine et était venu prendre position à El-Karn, entre
Djeloula et Kaïrouan. Le seul espoir de succès consistait à attaquer
séparément les rebelles; Handhala le comprit et, sans perdre un instant,
il marcha sur El-Karn, attaqua ses ennemis avec la plus grande vigueur,
les mit en déroute, s'empara de leur camp et fit prisonnier Okacha. Mais
ce n'était là que la partie la plus facile de la tâche. Abd-el-Ouahad
était descendu du Zab à la tête d'un rassemblement considérable et avait
déjà atteint Badja, où les fuyards d'El-Karn l'avaient rallié.

Handhala lança contre lui sa cavalerie pour le contenir, tandis qu'à
Kaïrouan on armait tous les hommes valides. Les Kharedjites repousseront
facilement les troupes envoyées contre eux, puis ils s'avancèrent
jusqu'à Tunis, où Abd-el-Ouahad se fit, dit-on, proclamer khalife. De
là, les rebelles vinrent prendre position à El-Asnam, dans le canton de
Djeloula; leur armée présentait, si l'on en croit les auteurs arabes, un
effectif de 300,000 combattants, mais ce chiffre est évidemment exagéré.

La situation était fort critique pour les Arabes. Handhala enrôlait tous
les hommes valides, en offrant même une prime à ceux dont le patriotisme
n'était pas assez ardent; il put réunir ainsi dix mille recrues qui,
jointes à ses vieilles troupes, lui constituèrent une armée assez
nombreuse. On passa la nuit à armer les volontaires, à la lueur des
flambeaux, et le lendemain, ces soldats pleins d'ardeur, ayant brisé les
fourreaux de leurs épées, marchèrent à l'ennemi. Dès le premier choc,
l'aile gauche des Kharedjites fléchit; la gauche des Arabes, qui avait
perdu du terrain, revint alors à la charge et bientôt toute la ligne des
Berbères fut enfoncée. Ce fut alors une mêlée affreuse qui se termina
par la victoire des Arabes. Selon En-Nouéïri, cent quatre-vingt mille
Kharedjites restèrent sur le champ de bataille. Abd-el-Ouahad y trouva
la mort, Okacha, moins heureux fut livré au bourreau (mai 742).

Ce beau succès permettait aux Arabes de se maintenir à Kaïrouan et de se
préparer à de nouvelles luttes contre les Kharedjites du Mag'reb,
demeurés dans l'indépendance absolue.

RÉVOLTE DE L'ESPAGNE. LES SYRIENS Y SONT TRANSPORTÉS.--Les Syriens qui,
avec Baleg, s'étaient réfugiés à Ceuta, après la défaite du Sebou, ne
tardèrent pas à se trouver dans une situation très critique. Bloqués de
tous côtés par les Berbères, et manquant de vivres, ils s'adressèrent au
gouverneur de l'Espagne en le suppliant de venir à leur aide, ou de leur
fournir le moyen de traverser le détroit. Mais Abd-el-Malek était
Médinois; il avait lutté autrefois contre les Syriens et, vaincu par
eux, avait assisté aux excès dont ils avaient souillé leur victoire. Il
repoussa avec hauteur les demandes de Baleg et défendit, sous les peines
les plus sévères, qu'on envoyât des secours aux Syriens. Un Arabe de la
tribu de Lakhm, leur ayant fait passer deux barques chargées de blé,
périt dans les tortures[367]. Ainsi les Syriens restaient à Ceuta, en
proie aux souffrances de la faim; ils avaient mangé leurs chevaux et
semblaient voués à un trépas certain, lorsque des circonstances
imprévues vinrent changer la face des choses.

[Note 367: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. I, p. 254.]

Nous avons vu que les Berbères, en Espagne, n'avaient pas été favorisés
lors du partage des terres, bien qu'ils eussent été les véritables
conquérants. Il en était résulté chez eux une grande irritation contre
les Arabes et, comme ils avaient adopté, de même que leurs frères du
Mag'reb, les doctrines kharedjites, la révolte de Meïcera fut saluée
chez eux par un seul cri d'enthousiasme, suivi d'une levée de boucliers.
L'insurrection, partie de la Galice, devint bientôt générale. Partout
les Arabes furent expulsés et durent chercher un refuge dans
l'Andalousie. Les Berbères élurent alors un chef, ou _imam_, et
divisèrent leurs forces en trois corps qui devaient marcher
simultanément sur Tolède, Cordoue et Algésiras. De cette dernière ville,
où se trouvait la flotte, on serait allé en Mag'reb chercher des
renforts berbères.

Les Arabes étaient peu nombreux en Espagne et tiraient toutes leurs
forces des Africains. La situation devenait critique et, dans cette
conjoncture, Abd-el-Malek ne vit son salut que dans l'appui de ces
Syriens qu'il avait juré de laisser mourir de faim. Il entra de nouveau
en pourparlers avec eux et conclut un traité par lequel il fut stipulé
que les Syriens lui fourniraient leur aide pour combattre la révolte des
Berbères; qu'après l'avoir domptée, ils évacueraient l'Espagne et qu'un
certain nombre d'otages, choisis parmi les chefs, seraient gardés dans
une île pour assurer l'exécution de ces conventions. De son côté, Baleg
exigea que, lorsque ses hommes seraient rapatriés, ils fussent emmenés
tous ensemble et déposés dans une contrée d'Afrique soumise à l'autorité
arabe.

Les Syriens débarquèrent en Espagne dans le plus triste état et iî
fallut d'abord les habiller et leur donner à manger; mais ils furent
bientôt refaits et, comme la colonne berbère marchant sur Algésiras
était déjà à Médina-Sidonia, ils se portèrent contre elle avec toutes
les forces arabes et la mirent en déroute. Ils attaquèrent ensuite celle
qui avait Cordoue pour objectif, et lui infligèrent le même sort. La
troisième armée berbère assiégeait Tolède depuis près d'un mois; les
Syriens la forcèrent à lever le siège de cette ville et, malgré le grand
nombre des rebelles, parvinrent encore à en triompher[368].

Ainsi la domination arabe en Espagne était sauvée; mais de nouvelles
difficultés allaient naître du succès même des Syriens. Baleg, invité
par Abd-el-Malek à se retirer, conformément aux clauses du traité, éluda
l'exécution de sa promesse; il se sentait maître de la position, était
gorgé de butin et ne se souciait nullement de courir de nouveaux
hasards. Des contestations s'élevèrent, on s'aigrit, on se menaça de
part et d'autre, et enfin Baleg, levant le masque, chassa Abd-el-Malek
de son palais et se fit proclamer gouverneur à Cordoue. Les Syriens,
méconnaissant la voix de leur chef, se saisirent d'Abd-el-Malek, alors
nonagénaire, et lui firent endurer un supplice aussi ignominieux que
celui infligé par lui à l'homme qui leur avait envoyé des vivres à Ceuta
(742).

Le meurtre d'Abd-el-Malek eut un grand retentissement en Espagne. Tous
les Arabes, même ceux qui étaient en France, accoururent en Andalousie.
Abd-er-Rahman, gouverneur de Narbonne, ayant réuni ses forces à celles
d'Abd-er-Rahman-ben-Habib, marcha contre les Syriens et tua Baleg de sa
propre main. Néanmoins la victoire resta à ces étrangers. Taâleba, qui
avait pris le commandement, surprit les Arabes pendant qu'ils
célébraient une fêle[369], en fit un grand massacre et réduisit en
esclavage dix mille prisonniers.

[Note 368: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. I, p. 257 et suiv.]

[Note 369: Dans les guerres entre musulmans, les jours de fête
étaient toujours des trêves strictement observées.]

Les Arabes d'Espagne ayant appris que les Syriens se disposaient à
massacrer tous leurs prisonniers adressèrent à Hendhala un pressant
appel, et cet émir envoya en Espagne un officier du nom
d'Abou-el-Khattar, avec quelques troupes. Il arriva à Cordoue au moment
où les Syriens, avant de préluder au massacre de leurs esclaves, les
vendaient au rabais, pour un chien ou pour un bouc. Malgré l'opposition
de Taâleba il fit mettre en liberté tous ces Musulmans; puis il éloigna
successivement les chefs turbulents, tels que Taâleba et
Abd-er-Rahman-ben-Habib, et enfin, il distribua aux Syriens des terres
et les répartit dans les districts d'Ocsonoba, de Béja, de Murcie, de
Niébla, de Séville, de Sidona, d'Algesiras, de Regio, d'Elvira et de
Jaën. Les tenanciers établis sur ces terres reçurent l'ordre de donner à
ces nouveaux maîtres le tiers de leurs récoltes, qu'ils versaient
précédemment à l'Etat[370]. L'obligation de fournir le service militaire
fut imposée aux Syriens et on les forma en milices ou _Djond_.

[Note 370: Dozy, _loc. cit._, p. 268. El-Kaïrouani, p. 70.]

L'introduction de ce nouvel élément en Espagne mit fin à la suprématie
des fils des Défenseurs. La fusion de ces diverses races: berbère, arabe
et syrienne, devait former plus tard cette belle et intelligente nation
maure d'Espagne; mais avant d'arriver à cette cohésion elle avait à
traverser encore de longues années de guerres civiles et d'anarchie.

Les nouvelles conditions dans lesquelles se trouvaient l'Espagne et
l'Afrique depuis la révolte kharedjite font comprendre pourquoi la belle
victoire de Karl à Poitiers suffit à délivrer la Gaule de l'invasion
musulmane. La marche des Berbères vers le sud ayant dégarni les
provinces du nord de l'Espagne, les chrétiens en profitèrent pour
reconquérir de vastes régions dans la direction du midi.

ABD-EB-RAHMAN-BEN-HABIB USURPE LE GOUVERNEMENT DE L'IFRIKIYA.--Nous
avons dit qu'Abd-er-Rahman-ben-Habib, petit-fils d'Okba, avait quitté
l'Espagne; peut-être avait-il été éloigné par le nouveau gouverneur,
peut-être aussi, comme l'affirment certains auteurs, avait-il pris la
fuite. Il se réfugia en Tunisie et se tint dans l'expectative, entouré
d'un certain nombre d'adhérents. Sur ces entrefaites, le khalife Hicham
étant mort (février 743), l'Orient devint le théâtre de nouveaux
troubles sous les règnes éphémères de ses successeurs Oualid II, Yezid
III et Ibrahim.

Abd-er-Rahman profita de cette anarchie pour lever le masque et
revendiquer le gouvernement de l'Ifrikiya. Il écrivit à Hendhala en le
sommant avec hauteur de lui céder le pouvoir. Ce dernier était
parfaitement en mesure de résister à de pareilles prétentions, mais,
soit qu'il lui répugnât de verser le sang musulman, ainsi que l'affirme
En-Nouéïri, et de donner aux schismatiques le spectacle d'une guerre
entre orthodoxes, soit qu'il ne fût pas sûr de ses troupes, il préféra
tenter les moyens de conciliation et envoya à Abd-er-Rahman une
députation de notables, chargés de lui faire entendre la voix de la
raison. Cet acte de faiblesse ne servit qu'à augmenter l'arrogance du
rebelle: il fit mettre les envoyés aux fers et adressa à Hendhala une
nouvelle et pressante sommation. Ce chef préféra alors se démettre du
pouvoir. Il convoqua le cadi et les notables de Kaïrouan, ouvrit en leur
présence le trésor public, en retira la somme nécessaire à son voyage
et, étant sorti de la ville, prit la route de l'Orient. Abd-er-Rahman
lit alors son entrée à Kaïrouan et prit possession du gouvernement de
l'Ifrikiya.

Les populations arabes établies sur le littoral de la Tripolitaine et de
la Tunisie se déclarèrent contre l'usurpateur, et, ayant fait alliance
avec les Berbères, se mirent bientôt en révolte ouverte. Deux chefs des
Houara, Abd-el-Djebbar et El-Hareth, s'avancèrent avec leurs bandes
jusqu'aux portes de Tripoli. Mais Abd-er-Rahman ne se laissa point
intimider; il attaqua en détail tous ses ennemis, les défit et les
contraignit de rentrer dans l'obéissance[371].

[Note 371: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 219, 276. En-Nouéïri, p. 364 et
suiv.]

CHUTE DE LA DYNASTIE OMÉÏADE. ÉTABLISSEMENT DE LA DYNASTIE
ABBASSIDE.--L'anarchie continuait à désoler l'Orient. Un nouveau khalife
oméïade, du nom de Merouan, avait renversé l'infâme Ibrahim et pris le
pouvoir; mais il avait à lutter contre les kharedjites et les chiaïtes
et, en outre, contre les descendants d'El-Abbas, oncle du prophète, qui
s'étaient transmis, de père en fils, le titre d'_imam_. Après plusieurs
années de luttes acharnées, Abou-l'Abbas-es-Saffah fut proclamé khalife
par les abbassides (30 octobre 749). Merouan, ayant marché contre ses
troupes, essuya plusieurs défaites et trouva la mort dans un dernier
combat (août 750). Avec lui finit la dynastie des oméïades.
Abou-el-Abbas-es-Saffah s'assit alors sur le trône de Damas et ainsi la
dynastie des abbassides succéda à celle qui avait été fondée
quatre-vingt-dix ans auparavant par le Mekkois Moaouïa.

Abd-er-Rahman fit aussitôt reconnaître en Ifrikiya l'autorité abbasside
et fut confirmé par le nouveau khalife dans les fonctions qu'il avait
usurpées.



CHAPITRE IV

RÉVOLTE KHAREDJITE. FONDATIONS DE ROYAUMES INDÉPENDANTS
750-772


Situation des Berbères du Mag'reb au milieu du VIIIe siècle.--Victoire
de Abd-er-Rahman; il se déclare indépendant.--Assassinat de
Abd-er-Rahman.--Lutte entre El-Yas et El-Habib.--Prise et pillage de
Kaïrouan par les Ourfeddjounia.--Les Miknaca fondent un royaume à
Sidjilmassa.--Guerres civiles en Espagne.--L'oméïade Abd-er-Rahman
débarque en Espagne.--Fondation de l'empire oméïade d'Espagne.--Les
Ourfeddjouina sont vaincus par les Eïbadites de l'Ifrikiya.--Défaites
des Kharedjites par Ibn-Achath.--Ibn-Achath rétablit à Kaïrouan le siège
du gouvernement.--Fondation de la dynastie rostemide.--Gouvernement
d'El-Ar'leb-ben-Salem.--Gouvernement d'Omar-ben-Hafs dit Hazarmed.--Mort
d'Omar.--Prise de Kaïrouan par les kharedjites.


SITUATION DES BERBÈRES DU MAG'REB AU MILIEU DU VIIIe SIÈCLE.--Après la
mort de Khaled, chef des Zenata, le commandement de ces tribus était
échu à Abou-Korra, des Beni-Ifrene. Ces schismatiques, toujours en
révolte contre le khalifat, s'étaient établis à Tlemcen et exerçaient
leur suprématie sur la partie méridionale et occidentale du Mag'reb
central[372].

Le Mag'reb extrême était également indépendant. Dans la vallée de la
Moulouia, dominait la tribu des Miknaça, dont l'influence d'étendait
jusque sur les oasis du désert marocain[373].

Enfin, sur le littoral de l'Atlantique, les Berg'ouata avaient acquis
une grande puissance. Un certain Salah, fils de Tarif, venait s'y créer
un nouveau schisme. Il se taisait passer pour prophète et avait composé
_en langue berbère_ un nouveau Koran. Un certain nombre de pratiques du
culte avaient été modifiées par lui. Nous verrons, sous les descendants
de ce _prophète_, ce schisme devenir un sujet de guerres implacables
entre les Berbères[374].

Ainsi, de toutes parts, des tribus se disposent à entrer en scène et à
jouer un rôle prépondérant, jusqu'à ce qu'elles soient remplacées par
d'autres, après s'être usées dans les luttes politiques.

[Note 372: Ibn-Khaldoun, t. III, p. 199.]

[Note 373: _Ibid._, t. I, p. 259.]

[Note 374: _Ibid._, t, II, p. 125 et suiv. El Bekri, passim.]

VICTOIRES DE ABD-ER-RAHMAN; IL SE DÉCLARE INDÉPENDANT.--L'Ifrikiya avait
été sinon pacifiée, du moins réduite au silence; mais tout le Mag'reb
était encore en pleine insurrection. Abd-er-Rahman se décida à y faire
une expédition et, vers 752, il alla attaquer Abou-Korra auprès de
Tlemcen, ville fondée depuis peu par les Beni-Ifrene. Abou-Korra,
soutenu par les tribus zenètes, essaya en vain de résister; il fut
vaincu et contraint d'abandonner sa capitale aux Arabes. Poursuivant ses
succès, Abd-er-Rahman pénétra dans le Mag'reb extrême et obtint une
soumission à peu près générale des Berbères. Il est probable cependant
que les Berg'ouata ne reconnurent pas son autorité, car ils étaient
devenus fort puissants. Salah, qui avait succédé à son père Tarif, dans
le commandement de la tribu, s'était arrogé le litre de prophète et
avait obtenu beaucoup d'adhésions à la nouvelle doctrine[375].

[Note 375: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 126 et suiv.]

De retour en Ifrikiya, après avoir laissé son fils El-Habib pour le
représenter dans le Mag'reb, Abd-er-Rahman lança ses troupes contre la
Sicile et la Sardaigne. Les rivages de ces îles furent livrés au pillage
et les populations soumises, dit-on, à la capitation.

Cependant, en Orient, le khalife Abou-Djâfer-el-Mansour II avait succédé
à son frère Abou-l'Abbas, décédé le 9 juin 754. Le nouveau khalife
s'empressa de confirmer Abd-er-Rahman dans son commandement; mais les
grands succès remportés par le gouverneur, son éloignement du siège du
khalifat, avaient sans doute réveillé en lui des idées d'indépendance.
Il envoya à son souverain des cadeaux sans valeur et s'excusa de ne pas
lui offrir d'esclaves, sous le prétexte que la Berbérie n'en fournissait
pas, puisque les populations étaient musulmanes. Le khalife fut très
irrité de ce procédé et, après un échange d'observations, il adressa à
son lieutenant une lettre conçue dans des termes injurieux et menaçants.
Le petit-fils d'Okba résolut alors de rompre toute relation avec son
suzerain: s'étant rendu en grande pompe à la mosquée, il y prononça la
prière publique; puis il se répandit en invectives contre le khalife
abbasside, se déclara délié de tout serment envers lui et déchira les
vêtements d'investiture qu'il avait reçus d'Orient. Lançant au loin ses
sandales, il s'écria: «Je rejette aujourd'hui son autorité comme je
rejette ces sandales.» Il adressa ensuite, dans toutes ses provinces, un
manifeste annonçant sa déclaration d'indépendance.

ASSASSINAT D'ABD-ER-RAHMAN.--Abd-er-Rahman avait pacifié la Berbérie et
secoué le joug du khalifat; il semblait au comble de la puissance, mais
un complot se tramait autour de lui et ses propres frères préparaient
son assassinat. Une première conjuration, dont les auteurs étaient des
réfugiés oméïades, fut découverte et sévèrement réprimée. El-Yas, frère
de l'émir, avait épousé la sœur d'un des conjurés et cette femme le
poussait à la vengeance et excitait les sentiments de jalousie qu'il
éprouvait en voyant son frère tout disposer pour léguer le pouvoir à son
fils El-Habib. El-Yas prêta l'oreille à ces incitations: il s'assura
l'appui d'un certain nombre d'habitants de Kaïrouan, fit entrer dans le
complot son frère Abd-el-Ouareth, et il ne resta qu'à attendre le moment
opportun pour frapper.

Un soir, El-Yas, qui n'avait voulu confier à personne le soin de tuer
son frère, demanda à être introduit dans ses appartements. Abd-er-Rahman
était à moitié déshabillé, tenant sur ses genoux un de ses jeunes
enfants, lorsqu'El-Yas pénétra auprès de lui. Les deux frères causèrent
pendant un certain temps, sans que l'assassin osât perpétrer son
meurtre; enfin, cédant aux encouragements muets d'Abd-el-Ouareth qui se
tenait derrière une portière, El-Yas se leva, puis, se penchant comme
pour embrasser son frère, enfonça entre ses épaules un poignard qui lui
traversa la poitrine; Abd-er-Rahman, bien que frappé à mort, essaya de
lutter contre son meurtrier, mais il eut la main abattue en voulant
parer les coups et ne tarda pas à expirer couvert de blessures. Après
cette horrible scène, El-Yas s'enfuyait égaré, lorsque son frère et les
conjurés le rappelèrent à la réalité en lui demandant la tête de la
victime, afin que le peuple ne doutât pas de sa mort. Le meurtrier et
Abd-el-Ouareth rentrèrent alors dans la chambre et décapitèrent le
cadavre (755).

Ainsi périt cet homme remarquable qui eût sans doute affermi l'empire
indépendant de la Berbérie, si le poignard fraternel n'avait arrêté sa
carrière. Son fils El-Habib alla à Tunis se réfugier auprès de son oncle
Amran[376].

[Note 376: Ibn-Khaldoun, _Hist. de l'Afr. et de la Sicile_, p. 47 de
la trad. En-Nouéïri, p. 368, 369.]

LUTTE ENTRE EL-YAS ET EL-HABIB.--Dès que la nouvelle de la mort
d'Abd-Er-Rahman fut connue, le peuple se porta en foule au palais et
El-Yas se fit facilement reconnaître pour son successeur; pendant ce
temps, les partisans d'El-Habib se réunissaient autour de lui à Tunis.
Bientôt El-Yas marcha sur cette ville, et El-Habib se porta à sa
rencontre jusqu'au lieu dit Semindja[377]. Les armées se trouvaient en
présence et l'on allait en venir aux mains, lorsque les deux parties
acceptèrent un arrangement aux termes duquel l'autorité serait partagée
de la manière suivante entre les contractants: El-Habib rentrerait à
Kaïrouan et aurait la possession de la région s'étendant au midi de
cette ville, en y comprenant le Djerid et le pays de Kastiliya. Son
oncle Amran garderait Tunis et les régions environnantes, et El-Yas
aurait le commandement du reste de l'Ifrikiya et du Mag'reb.

Mais cette pacification froissait trop d'ambitions pour être durable.
El-Yas commença par attaquer Amran à l'improviste; s'étant emparé de
lui, il le fit mettre à mort, ainsi que ses principaux partisans[378].
Selon le Baïan, il se serait contenté de les embarquer pour l'Espagne;
mais nous pensons qu'il en fit courir la nouvelle, afin de pousser
El-Habib à fuir pour rejoindre son oncle dans la péninsule. Celui-ci,
soit qu'il fût tombé dans le piège, soit qu'il craignît pour sa
sécurité, s'il restait dans le pays, se décida à prendre la mer; mais
les vents contraires le forcèrent de descendre à Tabarka. Aidé par des
partisans de son père, il s'empara de cette ville, et y fut rejoint par
un grand nombre d'adhérents qui le poussèrent à tenter le sort des armes
contre l'usurpateur.

El-Habib commença les hostilités en s'emparant d'El-Orbos (Laribus).
El-Yas accourut au plus vite pour lui livrer bataille (décembre
755--janvier 756). Lorsque les deux partis se trouvèrent de nouveau en
présence et au moment où l'action allait s'engager, El-Habib s'avança
vers son oncle El-Yas, et lui proposa de vider leur querelle toute
personnelle par un combat singulier: «Si tu me tues, lui dit-il, tu
n'auras fait que m'envoyer rejoindre mon père, et si je te tue, j'aurai
vengé sa mort[379].»

[Note 377: A une dizaine de lieues au sud de Tunis, dans la
direction de Zaghouan.]

[Note 378: En-Nouéïri, p. 370.]

[Note 379: _Ibid._, p. 371.]

El-Yas essaya d'abord de repousser cette proposition, mais, comme les
yeux de tous étaient fixés sur lui et que chacun l'accusait hautement de
lâcheté, il dut, bon gré mal gré, accepter le duel. Les deux adversaires
s'étant donc précipités l'un sur l'autre, El-Yas porta à El-Habib un
coup d'épée qui s'engagea dans sa cotte de mailles; mais ce dernier, par
une prompte riposte, désarçonna son oncle et, se jetant sur lui avant
qu'il eût eu le temps de se relever, lui coupa la tête. Abd-er-Rahman
était vengé.

El-Habib, resté ainsi seul maître du pouvoir, fit exécuter les partisans
les plus compromis de son oncle, et rentra à Kaïrouan rapportant comme
trophées les têtes de ses ennemis, presque tous ses proches parents.
Quant à Abd-el-Ouareth, il put se réfugier avec quelques partisans chez
les Ourfeddjouma.

Prise et pillage de Kaïrouan par les Ourfeddjouma.--C'est en vain
qu'El-Habib avait pu compter, après son succès, sur un peu de
tranquillité; les haines qui divisaient sa famille devaient poursuivre
jusqu'au bout leur œuvre destructive; aussi les Musulmans y voyaient-ils
un effet de la malédiction lancée par le pieux Handhala, après avoir été
déposé par Abd-er-Rahman.

Abd-el-Ouareth, bien accueilli par Acem-ben-Djemil, chef des
Ourfeddjouma, proclama l'autorité du khalife El-Mansour, et appela aux
armes les Musulmans. El-Habib somma inutilement Acem de livrer son hôte;
il n'essuya que de dédaigneux refus et se décida à marcher en personne
contre les rebelles. Ayant laissé le commandement de Kaïrouan au cadi
Abou-Koréïb, il partit, en 757, à la tête de ses troupes pour combattre
les Ourfeddjouma, qui marchaient directement sur sa capitale. Le sort
des armes lui fut funeste: après avoir vu son armée mise en déroute, il
dut chercher un refuge à Gabès. De nouvelles troupes furent envoyées à
son secours par Abou-Koréïb, mais elles passèrent sans coup férir dans
les rangs des rebelles, afin de faire acte d'adhésion au khalife
abbasside.

Acem, laissant de côté Gabès, se porta rapidement sur Kaïrouan.
Abou-Koréïb, à la tête d'une poignée de braves, sortit pour les
repousser, tandis que les habitants de la ville se réfugiaient dans
leurs maisons. Les Ourfeddjouma passèrent sur le corps de la petite
troupe d'Abou-Koréïb, et l'on vit ces Berbères-kharedjites, portant la
bannière du khalife abbasside, se ruer dans la ville sainte d'Okba, la
profaner et se livrer à tous les excès. Acem, qui avait gardé le
commandement pendant toute cette campagne, car les annales ne parlent
plus d'Abd-el-Ouareth, marcha alors contre El-Habib. Celui-ci l'attira
dans l'Aourès, où il avait cherché un refuge, le défit et le mit à mort.
Prenant ensuite l'offensive, El-Habib se porta sur Kaïrouan, mais il fut
à son tour défait et tué par les Ourfeddjouma (mai-juin 757).

Restés maîtres de Kaïrouan, les sauvages hérétiques s'attachèrent à
profaner les lieux consacrés par les orthodoxes: ils transformèrent
leurs mosquées en écuries, soumirent les Arabes aux plus épouvantables
traitements et firent régner une terreur si grande qu'une partie de la
population se décida à émigrer. Abd-el-Malek-ben-Abou-el-Djaâda, qui
avait remplacé Acem comme chef de la tribu, encourageait ces excès[380].

[Note 380: En-Nouéïri, p. 372, 373. Ibn-Khaldouu, t. I, p. 219.]

LES MIKNAÇA FONDENT UN ROYAUME À SIDJILMASSA.--Pendant que l'Ifrikiya
était le théâtre de ces luttes, le Mag'reb demeurait livré à lui-même.
Les Berg'ouata hérétiques continuaient à étendre leur autorité sur les
rives de l'Atlantique et jusqu'au versant occidental de l'Atlas. Plus à
l'est, les Miknaça occupaient, de plus en plus fortement, la vallée de
la Moulouïa, et une partie de cette tribu dominait dans les oasis de
l'Ouad-Ziz. Ils avaient adopté depuis longtemps les doctrines
kharedjites et, sous l'impulsion d'un de leurs contribules, nommé
Bel-Kassem-Semgou, ils formèrent à Sidjilmassa une communauté d'adeptes
de la secte sofrite. Vers 758, ils se donnèrent comme chef un certain
Aïça-ben-Yezid, le Noir, et construisirent la ville de Sidjilmassa,
capitale de cette petite royauté indépendante[381].

GUERRES CIVILES EN ESPAGNE.--Nous avons vu dans le chapitre précédent
qu'Abou-l'Khattar avait rétabli en Espagne la paix entre les Musulmans;
mais les rivalités étaient trop violentes pour que cette pacification
fût de longue durée. Un kaïsite du nom de Soumaïl-ben-Hatem, allié à
Touaba-ben-Selama, chef des Djodham, tribu yéménite, leva l'étendard de
la révolte dans le district de Sidona. Abou-l'Khattar, ayant marché
contre eux, fut vaincu et fait prisonnier (mai 745). Touaba exerça alors
le commandement avec l'assistance de Soumaïl; l'année suivante il mourut
et la lutte entre Kelbites et Kaïsites recommença. Un descendant d'Okba,
nommé Youçof, ayant été proclamé gouverneur à l'instigation de Soumaïl,
les Kelbites replacèrent à leur tête Abou-l'Khattar; mais, en 747,
celui-ci fut fait prisonnier et mis à mort, après un combat acharné.
Youçof resta ainsi en possession d'un pouvoir précaire, tandis que les
luttes fratricides, les vengeances et les meurtres continuaient à
décimer la race arabe en Espagne, au profit de l'élément berbère, qui
prenait part à ces guerres comme allié de l'un ou de l'autre parti. Les
chrétiens, de leur côté, n'étaient pas sans tirer avantage de cette
situation. En 751, Pélage mourut et fut remplacé par Alphonse, fils de
Pédro, qui forma la souche des rois de Galice[382].

[Note 381: El-Bekri, passim. Ibn-Khaldoun, t. I, p. 261.]

[Note 382: Dozy, _Hist. des Musulmans d'Espagne_, p. 273 et suiv. et
_Recherches sur l'hist. de l'Espagne_, p. 100. Rosseuw Saint-Hilaire,
_Histoire d'Espagne_, t. I et II.]

L'OMÉÏADE ABD-ER-RAHMAN DÉBARQUE EN ESPAGNE.--Mais la face des choses
allait changer profondément en Espagne, par l'établissement d'une
nouvelle dynastie. Après le triomphe des Abbassides en Orient, les
membres et les partisans de la famille oméïade qui avaient échappé à la
mort dans les combats furent recherchés avec le plus grand soin et
impitoyablement massacrés. L'un d'eux, nommé Abd-er-Rahman, fils de
Moaouïa-ben-Hecham, parvint cependant à échapper à ses ennemis[383] et à
passer en Afrique, accompagné d'un affranchi du nom de Bedr (750). Après
avoir séjourné quelque temps, caché dans une localité du pays de Barka,
il profita de la déclaration d'indépendance d'Abd-er-Rahman-ben-Habib
pour se rendre en Ifrikiya, puisque l'autorité abbasside n'y était pas
reconnue. Il fut probablement reçu à la cour de ce prince, mais la
conspiration des réfugiés oméïades ayant alors provoqué des mesures de
rigueur contre les partisans de cette dynastie, Abd-er-Rahman fut encore
obligé de fuir. Il gagna les régions de l'ouest et séjourna à Tiharet,
puis chez les Mar'ila; il erra ainsi pendant cinq années et se fit des
amis parmi les tribus zenètes. Ces Berbères étaient en relation avec
leurs compatriotes d'Espagne et, par eux, Abd-er-Rahman fut mis au
courant des événements dont cette contrée était le théâtre. La dynastie
oméïade y avait de nombreux partisans qui s'empressèrent d'appeler chez
eux le descendant de leurs princes. Après avoir fait sonder le terrain
et même envoyé à Youçof des propositions qui furent repoussées par
Soumaïl, Abd-er-Rahman se décida à passer en Espagne. Il s'embarqua avec
un certain nombre de guerriers zenètes, sur un bateau envoyé par ses
partisans de la péninsule. Ce fut d'un point du littoral de la province
d'Oran, occupé par la tribu des Mar'ila, qu'il mit à la voile[384].

[Note 383: Voir les détails romanesques de sa fuite, dans l'_Hist.
des Musulmans d'Espagne_, p. 229 et suiv. et El Marrakchi, édit. Dozy,
p. 11 et suiv.]

[Note 384: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 249.]

Dans le mois de septembre 755, Abd-er-Rahman débarqua à Almuñecar, à
égale distance de Grenade et de Malaga. Youçof revenait alors d'une
expédition à Saragosse, expédition dans laquelle il avait commis de
grandes cruautés, à l'instigation de Soumaïl, et soulevé la réprobation
générale.

FONDATION DE L'EMPIRE OMÉÏADE D'ESPAGNE.--Cependant Abd-er-Rahman se
préparait à la lutte, en enrôlant des guerriers et en se ménageant des
intelligences dans le pays. Au printemps de l'année 756, il se mit en
marche et reçut la soumission de Malaga, de Xérès, de Ronda et enfin de
Séville. De là, il marcha sur Cordoue.

Youçof, de son côté, se préparait à la lutte; il était appuyé par la
grande majorité des kaïsites et une partie des Berbères. Tous les
Yéménites, quelques kaïsites et le reste des Berbères étaient avec
Abd-er-Rahman.

Les deux armées se rencontrèrent sur les bords du Guadalquivir et,
séparées par ce fleuve grossi par les pluies, tâchèrent l'une et l'autre
de gagner Cordoue; enfin, le 14 mai, les eaux ayant baissé,
Abd-er-Rahman fit passer le fleuve à ses troupes sans être inquiété par
Youçof, avec lequel il avait entamé des négociations. Le lendemain, le
prétendant disposa ses troupes pour la bataille, et Youçof essaya
bravement de lui tenir tête; mais la victoire se décida bientôt pour
Abd-er-Rahman. Youçof et Soumaïl échappèrent par la fuite, tandis que le
prétendant entrait en triomphateur à Cordoue. Il montra une grande
modération dans le succès.

Ainsi se trouva fondée la dynastie des Oméïades d'Espagne qui devait
briller d'un grand éclat dans le moyen âge barbare. Cette province était
à jamais perdue pour le khalifat.

Youçof et Soumaïl tenaient encore la campagne; ils réussirent même à
mettre en ligne une armée sérieuse et obtinrent quelques avantages. Mais
la victoire demeura au prince oméïade. En 758, Youçof fut tué dans une
déroute, et Soumaïl, ayant été fait prisonnier, mourut dans un
cachot[385]. Ainsi, Abd-er-Rahman resta seul maître du pouvoir et
s'appliqua à faire cesser l'anarchie, rude tâche dans un pays où les
Musulmans étaient divisés par des haines traditionnelles et des
rivalités de race et d'intérêt. Les Yéménites, auxquels il devait son
succès, essayèrent alors de reprendre la suprématie, et il dut résister
à leurs exigences, en attendant qu'il eût à combattre leurs révoltes.

[Note 385: Makkari, t. II, p. 24.]

Les courses des Musulmans en Gaule avaient à peu près cessé; cependant
ils occupaient encore la Septimanie, avec Narbonne comme capitale. En
739 et 740, Karl les avait expulsés de la Provence, après avoir défait
et tué leur allié le comte Mauronte. Peppin le Bref, ne leur laissant
aucune trêve, les chassa du pays ouvert et vint les assiéger dans
Narbonne. Ils y résistèrent pendant sept années; enfin, en 759, cette
ville tomba au pouvoir des Franks, et les dernières bandes musulmanes
rejoignirent, au delà des Pyrénées, leurs coréligionnaires.

LES OURFEDDJOUMA SONT VAINCUS PAR LES EIBADITES DE L'IFRIKIYA.

--Nous avons laissé les Ourfeddjouma maîtres de Kaïrouan et se livrant à
toutes les violences, dans l'ivresse de leur succès. L'excès du mal, ou
peut-être la jalousie des autres Berbères, allait amener une réaction.
Les Houara, soulevés à la voix d'un Arabe nommé
Abou-l'Khattab-el-Moafri, firent alliance avec des tribus zenètes
voisines et vinrent s'emparer de Tripoli. Ces tribus étaient
kharedjites-éïbadites. Abou-l'Khattab ayant marché sur Kaïrouan,
rencontra Abd-el-Malek qui s'était avancé au devant de lui, le défit et
le tua dans une sanglante bataille et s'empara de Kaïrouan. Les
Ourfeddjouma et Nefzaoua, restés dans le pays, furent tous massacrés;
ils occupaient la capitale depuis quatorze mois (758-59)[386].

[Note 386: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 220 et suiv. En-Nouéïri, p. 373.
El-Kaïrouani, p. 77.]

Abou-l'Khattab nomma Abd-er-Rahman-ben-Rostem gouverneur de Kaïrouan;
puis il rentra à Tripoli et, de là, établit son autorité sur toute la
partie orientale de l'Ifrikiya. C'était le triomphe de la race berbère
et du culte kharedjite-éïbadite; après le Mag'reb, après l'Espagne,
l'Ifrikiya secouait le joug des Arabes, et l'on ne comprendrait pas
pourquoi le khalifat abandonnait ainsi les provinces de l'Ouest, si l'on
ne savait que l'Orient était encore le théâtre de troubles provoqués par
des sectaires.

DÉFAITE DES KHAREDJITES PAR IBN-ACHATH.--En 700, Mohammed-ben-Achath,
gouverneur de l'Egypte, fit marcher contre les rebelles de l'Ifrikiya
une armée commandée par le général Abou-l'Haouas; mais Abou-l'Khattab,
chef des éïbadites, sortit à sa rencontre et lui infligea une défaite
complète, au lieu dit Mikdas, au fond de la grande Syrte.

A la nouvelle de ce désastre, le khalife El-Mansour résolut d'en finir
avec les rebelles d'Occident. Il nomma Ibn-Achath lui-même au
gouvernement de l'Afrique et lui envoya une armée de quarante mille
hommes[387] fournie par les colonies militaires de Syrie, et plusieurs
officiers distingués, parmi lesquels El-Ar'beb-ben-Salem qui devait
prendre le commandement dans le cas où la campagne serait fatale au
gouverneur. En 761, l'armée partit pour le Mag'reb.

[Note 387: 20.000, selon El-Adhari.]

Abou-l'Khattab, au courant de ces préparatifs, avait appelé les Berbères
aux armes, et un grand nombre de contingents houarides et zenètes
étaient accourus sous ses étendards. Il vint alors prendre position à
Sort, pour barrer le passage à l'ennemi, et y fut rejoint par
Ibn-Rostem, lui amenant les guerriers de la Tunisie. Un immense
rassemblement, que les auteurs arabes portent à deux cent mille hommes,
se trouva ainsi formé. Ibn-Achath n'osa pas se mesurer contre de
pareilles forces et se contenta de rester en observation, attendant une
occasion favorable. La désunion, si fatale aux Berbères, vint alors à
son secours. A la suite d'un crime commis sur un Zenète, la discorde
éclata entre ses contribules et les Houara. Les Zenètes crièrent à la
trahison et parlèrent de se retirer, et l'armée berbère désunie perdit
la confiance en elle-même.

Ibn-Achath profita habilement de la situation: après avoir laissé croire
qu'il allait attaquer les Berbères, il fit courir le bruit qu'il était
rappelé en Orient, leva précipitamment son camp et se mit en retraite. A
cette vue, un grand nombre de Berbères reprirent la route de leur pays,
tandis que les autres suivaient l'armée arabe. Pendant trois jours,
Ibn-Achath continua son mouvement de retraite, suivi à distance par les
Kharedjites, dont le nombre diminuait constamment, et qui négligeaient
les précautions usitées en guerre. Mais le quatrième jour, au matin,
Ibn-Achath, qui était revenu sur ses pas pendant la nuit, à la tête de
ses meilleurs guerriers, fondit sur le camp berbère plongé dans la
sécurité. En vain Abou-l'Khattab essaya de rallier ses soldats, qui,
surpris dans leur sommeil et n'ayant pas eu le temps de s'armer,
fuyaient dans tous les sens. En un instant le camp fut pillé et l'armée
mise en déroute. Les Arabes passèrent au fil de l'épée tous les
Kharedjites qu'ils purent atteindre. Abou-l'Khattab et, dit-on, quarante
mille Berbères restèrent sur le champ de bataille.

IBN-ACHATH RÉTABLIT À KAÏROUAN LE SIÉGE DU GOUVERNEMENT.--Sans perdre un
instant, Ibn-Achath se mit en marche sur Tripoli, tandis qu'il envoyait
un de ses lieutenants poursuivre les Houara jusqu'au Fezzan. Les
contingents zenètes s'étant ralliés et ayant voulu faire tête furent mis
en déroute, et rien ne s'opposa plus à la marche des Arabes. Après
s'être emparé de Tripoli sans coup férir, Ibn-Achath s'avança vers
Kaïrouan. Abd-er-Rahman-ben-Rostem avait essayé d'y rentrer après la
défaite des Kharedjites, mais la population de la ville l'ayant
repoussé, il avait dû continuer sa roule vers l'ouest.

Ibn-Achath fut reçu à Kaïrouan comme un libérateur (fin janvier 762). Il
compléta la pacification de l'Ifrikiya, extermina les Kharedjites et les
força à la fuite ou à l'abjuration. Le général El-Ar'leb, envoyé par lui
dans le Zab, fut chargé de faire rentrer les populations zenètes dans
l'obéissance.

Le siège du gouvernement rétabli à Kaïrouan, l'autorité abbasside régna
de nouveau sur l'Ifrikiya. Ibn-Achath s'appliqua à faire disparaître les
traces des dévastations commises par les Kharedjites à Kaïrouan; il
entoura la ville d'une muraille en terre épaisse de dix coudées[388] et
compléta cette fortification d'un large fossé. Les habitants rentrèrent
dans la capitale, qui brilla d'une nouvelle splendeur.

[Note 388: El-Kaïrouani, p. 78. El-Bekri, p. 24 du texte arabe.]

FONDATION DE LA DYNASTIE ROSTEMIDE À TIHARET.--Cependant
Abd-er-Rahman-ben-Rostem, ayant continué sa route vers l'ouest,
atteignit Tiharet, où il fut rejoint par un grand nombre de kharedjites
des tribus de Nefzaoua, Louata, Houara et Lemaïa. Il se fit reconnaître
par eux comme chef, et avec leur aide jeta les fondements d'une nouvelle
cité sur le versant du Djebel-Guezoul. Cette ville, qui fui nommée
Tiharet la neuve, reçut sa famille et ses trésors et devint la capitale
de sa dynastie et le centre du kharedjisme éïbadite (761). Ainsi un
nouveau royaume berbère indépendant était formé dans le Mag'reb
central[389].

Dans le Rif marocain, la ville de Nokeur avait été fondée quelques
années auparavant par un chef arabe, Salah-ben-Mansour, qui en avait
fait un centre religieux orthodoxe. Les tribus r'omariennes des
environs, après avoir accepté sa foi, lui avaient constitué une
population de sujets dévoués qui avaient conservé le culte orthodoxe,
entre les hérétiques Berg'ouata et les kharedjites[390].

[Note 389: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 341 et suiv.]

[Note 390: _Ibid._, t. II, p. 137 et suiv.]

GOUVERNEMENT D'EL-ARLEB-BEN-SALEM.--Ibn-Achath gouvernait depuis près de
quatre ans l'Ifrikiya, appliqué à rétablir la bonne marche de
l'administration et à faire disparaître les traces de la guerre,
lorsqu'une révolte de sa propre milice, composée en majorité de
modhèrites, tandis qu'il était yéménite, le força à descendre du pouvoir
(mai 765). Un certain Aïssa-ben-Moussa, milicien khoraçanite, fut élu à
sa place par les soldats; mais le khalife El-Mansour, tout en ratifiant
la déposition d'Ibn-Achath, envoya le diplôme de gouverneur à
El-Ar'leb-ben-Salem, qui était resté à Tobna, afin de garder la
frontière méridionale contre les entreprises des tribus zenètes. Il lui
traça des instructions fort sages, lui recommandant de ménager la
milice, sa seule force au milieu des Berbères, et de combattre ceux-ci
sans relâche. El-Ar'leb chassa du palais le gouverneur d'un jour et,
s'étant emparé du pouvoir, donna tous ses soins à la mise en pratique
des instructions du khalife; mais il avait à lutter contre une double
difficulté: l'indiscipline de la milice, qui se sentait toute-puissante,
et l'esprit de révolte des Berbères surexcité par le fanatisme
religieux.

Nous avons vu précédemment que les Beni-Ifrene, sous l'impulsion de leur
chef Abou-Korra, avaient fondé une sorte de royaume indépendant à
Tlemcen. Les guerres civiles, qui depuis longtemps absorbaient les
forces des Arabes, avaient favorisé le développement de la puissance des
Beni-Ifrene. La présence d'El-Ar'leb dans le Zab avait contenu les
Zenètes, mais, en 767, Abou-Korra leva l'étendard de la révolte et,
après avoir forcé ses voisins à accepter la doctrine sofrite
(kharedjite). il les entraîna vers l'est par les chemins des hauts
plateaux à la conquête de l'Ifrikiya.

El-Arleb marcha contre lui, à la tête de ses meilleurs soldats, mais les
Berbères ne l'attendirent pas et cherchèrent un refuge vers l'ouest. Le
général arabe était parvenu dans le Zab et voulait poursuivre les
rebelles jusqu'au fond du Mag'reb, lorsque ses troupes se mutinèrent et
refusèrent péremptoirement de le suivre; puis elles rentrèrent en
débandade à Kaïrouan, le laissant seul avec quelques officiers dévoués.

Dans l'est, la situation était grave: à peins le gouverneur avait-il
quitté l'Ifrikiya, que le commandant de Tunis, El-Hassan-ben-Harb,
s'était mis en état de révolte et avait chassé de Kaïrouan le
représentant du gouverneur. El-Ar'leb, accouru en toute hâte, réunit à
Gabès tous ses adhérents et se mit en marche sur Kaïrouan. On en vint
aux mains non loin de la ville et la bataille se termina par la défaite
et la fuite d'El-Hassan. Le gouverneur rentra ainsi en possession de sa
capitale; mais bientôt son compétiteur, qui avait formé une nouvelle
armée à Tunis, revint lui livrer bataille sous les murs mêmes de
Kaïrouan. Après une lutte acharnée, dans laquelle El-Ar'leb trouva la
mort, les rebelles furent complètement écrasés. El-Mokharek, qui avait
pris le commandement après la mort du gouverneur, poursuivit les fuyards
dans toutes les directions: peu après El-Hassan, qui avait d'abord
trouvé un asile chez les Ketama, fut mis à mort (sept. 767)[391].

[Note 391: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 220. En-Nouéïri, p. 377 et suiv.]

GOUVERNEMENT D'OMAR-BEN-HAFS, DIT HAZARMED.--En mars 768, Omar-ben-Hafs,
surnommé Hezarmed[392], désigné par le khalife comme gouverneur de
l'Ifrikiya, arriva à Kaïrouan à la tête de cinq cents cavaliers et fut
reçu par les notables de la ville, sortis à sa rencontre. Quelque temps
après, il se rendit dans le Zab, afin d'y maintenir la tranquillité et
de relever les murs de Tobna, selon les ordres du khalife. Cette
position couvrait le sud contre les entreprises des Zenètes.

[Note 392: Ce mot signifie _mille hommes_ en persan.]

A peine le gouverneur se fut-il éloigné de la Tunisie, que les tribus de
la Tripolitaine se révoltèrent, en prenant comme chef Abou-Hatem-Yakoub.
Un corps de cavalerie, envoyé contre eux par le commandant de Tripoli,
fut défait, et un renfort arrivé de Zab éprouva le même sort. En même
temps le gouverneur avait à tenir tête à une attaque générale des
Berbères du Mag'reb central, entraînés par Abou-Korra. Il détacha
cependant son général Soléïman et l'envoya contre les rebelles de l'est;
mais Abou-Hatem le vainquit près de Gabès et vint mettre le siège devant
Kaïrouan, dont les fortifications l'arrêtèrent (771).

Dans le Zab, la situation d'Omar devenait fort critique; il s'était
retranché à Tobna avec sa petite armée de cinq ou six mille
cavaliers[393], et y était bloqué par des nuées de Kharedjiles.
Abou-Korra avait amené quarante mille sofrites fournis par les
Béni-Ifrene. Ibn-Rostem, seigneur de Tiharet, était là avec six mille
Eïbadites; dix mille Zenètes éïbadites étaient commandés par El-Miçouer;
enfin les Sanhadja, Ketama, Mediouna, etc., avaient donné des
contingents. Omar, jugeant que le sort des armes ne lui offrait aucune
chance de salut; employa la division et la corruption pour se
débarrasser de ses ennemis. Il fil offrir à Abou-Korra un cadeau de
40,000 dinars (pièces d'or), à titre de rançon et, grâce à
l'intervention du fils de celui-ci, que son envoyé sut intéresser par
des cadeaux, il réussit à se débarrasser des Beni-Ifrene, qui formaient
à eux seuls la moitié des assaillants[394].

[Note 393: D'après le Baïan, il aurait eu avec lui un effectif de
15,500 hommes; mais les chiffres précédents, donnés par En-Nouéïri,
paraissent plus probables.]

[Note 394: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 223, t. III, p. 200. En-Nouéiri,
p. 379 et suiv.]

Tandis que l'armée kharedjile était démoralisée par la nouvelle de cette
trahison, Omar envoya un corps de 1,500 hommes attaquer Ibn-Rostem, qui
occupait Tehouda. Mis en déroute, le seigneur de Tiharet regagna comme
il put sa capitale, avec les débris de ses troupes. Les autres
contingents se retirèrent et, ainsi, se fondit ce grand rassemblement.
Omar, ayant enfin le passage libre, sortit de Tobna, où il laissa un
corps de troupes, et se porta, à marches forcées, au secours de
Kaïrouan. Depuis huit mois, cette ville, étroitement bloquée, avait
supporte les fatigues d'un siège et était livrée aux horreurs de la
famine. La garnison, épuisée et décimée, soutenait chaque jour des
combats pour repousser les assiégeants. Déjà un certain nombre
d'habitants, considérant la situation comme désespérée, étaient allés
rejoindre le camp des assiégeants.

A l'approche du gouverneur, Abou-Hatem, abandonnant le siège, se porta à
sa rencontre, mais Omar, après avoir feint d'être disposé à lui offrir
le combat près de Tunis, parvint à l'éviter et put opérer sa jonction
avec son frère utérin Djemil-ben-Saker, sorti de Kaïrouan. Tous deux
rentrèrent dans la ville et l'arrivée du gouverneur, bien qu'il n'amenât
qu'un faible renfort, ranima le courage des Arabes.

MORT D'OMAR. PRISE DE KAÏROUAN PAR LES KHAREDJITES.--Abou-Hatem revint
bientôt à Kaïrouan à la tête d'une nombreuse armée renforcée des
contingents d'Abou-Korra qui, après avoir inutilement essayé d'enlever
Tobna, était venu rejoindre les Eïbadites de la Tunisie. Les Arabes
tentèrent en vain de tenir la campagne; ils furent, forcés de se
réfugier derrière les murailles de Kaïrouan, dont la force et la
solidité préserva la ville d'une chute immédiate. Un grand nombre de
Berbères accoururent de toutes parts pour se joindre aux assiégeants et,
selon les chroniques, 350,000 Karedjites se trouvèrent réunis à
Kaïrouan[395]. Le courage des assiégés fut inébranlable, mais la famine
vint augmenter les chances de leurs ennemis. Lorsque les bêtes de somme
et même les animaux immondes furent dévorés, et qu'il fut reconnu que la
position n'était plus tenable, Omar voulut tenter une sortie pour se
procurer des vivres, mais ses soldats refusèrent de le laisser partir,
prétendant qu'il se disposait à les abandonner et ne voulurent pas
tenter eux-mêmes l'aventure. «Eh bien! leur dit Omar, enflammé de
colère, je vous enverrai tous à l'abreuvoir de la mort!»

[Note 395: Tous ces chiffres paraissent fortement exagérés.]

Sur ces entrefaites, un messager, ayant pu pénétrer dans la ville,
apporta la nouvelle que le khalife, irrité contre Omar, se préparait à
envoyer un nouveau général avec des troupes fraîches, en Ifrikiya. Le
gouverneur résolut aussitôt d'éviter par la mort l'amertume d'une telle
injustice. Ayant pris ses dernières dispositions, il se jeta comme «un
chameau enragé» sur les assiégeants, et après en avoir abattu un grand
nombre, il trouva la mort qu'il cherchait (novembre 771).

Djemil-ben-Saker, auquel le commandement avait été dévolu, entra alors
en pourparlers avec Abou-Hâtem et signa une capitulation par laquelle il
lui livrait la ville. Les assiégés avaient la liberté de se retirer avec
leurs armes et leurs insignes, et le respect des personnes et des biens
était garanti. Djemil se dirigea vers l'Orient, tandis qu'une partie de
la milice prenait la route de Tobna et que quelques officiers passaient
au service d'Abou-Hatem.

Pour la deuxième fois, en quelques années, les Karedjites berbères
entraient en vainqueurs dans la ville sainte d'Okba. Cette fois, il n'y
eut pas de pillage; Abou-Hatem se contenta de démanteler les
fortifications de Kaïrouan. Du reste, il n'eut pas le loisir de jouir
longtemps de ses succès.



CHAPITRE V

DERNIERS GOUVERNEURS ARABES
772-800


Yezid-ben-Hatem rétablit l'autorité arabe en Ifrikiya.--Gouvernement de
Yezid-ben-Hatem.--Les petits royaumes berbères indépendants.--L'Espagne
sous le premier khalife oméïade; expédition de Charlemagne.--Intérim de
Daoud-ben-Yezid; gouvernement de Rouh-ben-Hatem.--Edris-ben-Abd-Allah
fonde à Oulili la dynastie édricide.--Conquêtes d'Edris; sa
mort.--Gouvernements d'En-Nasr-ben-el-Habib et
d'El-Fadel-ben-Rouh.--Anarchie en Ifrikiya.--Gouvernement de
Hertema-ben-Aïan.--Gouvernement de
Mohammed-ben-Mokatel.--Ibrahim-ben-el-Ar'leb apaise la révolte de la
milice.--Ibrahim-ben-el-Ar'leb, nommé gouverneur indépendant, fonde la
dynastie ar'lebite.--Naissance d'Edris II.--L'Espagne sous Hicham et
El-Hakem.--Chronologie des gouverneurs de l'Afrique.


YEZID-BEN-HATEM RÉTABLIT L'AUTORITÉ ARABE EN IFRIKIYA.--Lorsque la
nouvelle des désastres dont l'Ifrikiya avait été le théâtre parvint en
Orient, elle y excita la plus violente indignation. Le khalife
El-Mansour réunit aussitôt une armée considérable, formée de troupes
prises dans les colonies militaires du Khorassan, de l'Irak et de Syrie,
en donna le commandement à Yezid-ben-Hatem et le fit partir pour
l'Occident. (772).

Abou-Hatem, de son côté, réunit ses contingents et, laissant le
commandement de Kaïrouan à Abd-el-Aziz-el-Moafri, il se mit en marche
sur Tripoli. Mais, à peine avait-il quitté sa capitale, que les
miliciens se révoltèrent, chassèrent Abd-el-Aziz et placèrent à leur
tête Omar-ben-Othman. Abou-Hatem revint sur ses pas, défit les rebelles
et lança à leur poursuite un de ses lieutenants nommé Djerid. Omar, avec
une partie de ses miliciens, avait cherché un refuge près de Djidjel,
dans le pays des Ketama. Djerid voulut l'y poursuivre, mais il tomba
dans une embuscade et fut défait et tué. Quant aux autres miliciens, ils
avaient rejoint l'armée arabe à Sort.

Cependant Abou-Hatem s'était avancé jusque vers Tripoli, mais, lorsqu'il
connut la force de l'armée de Yezid, il renonça à lutter contre elle en
bataille rangée et alla se retrancher dans les montagnes de Nefouça. Il
occupait une position très forte et ne craignit pas d'attaquer
l'avant-garde des Arabes. Les Kharedjites la rejetèrent sur le corps
principal, puis ils regagnèrent leurs montagnes. Yezid marcha alors
contre les rebelles avec toutes ses troupes, attaqua de front leurs
retranchements et les enleva l'un après l'autre. Une dernière et
sanglante bataille dans laquelle Abou-Hatem trouva la mort, consacra le
triomphe des Arabes (mars 772). Les débris des contingents berbères
tâchèrent de regagner leurs tribus, mais la cavalerie arabe, lancée à
leur poursuite dans toutes les directions, fit un grand carnage des
karedjites. Abou-Korra put cependant rentrer à Tlemcen. En même temps,
Abd-er-Rahman, fils d'El-Habib, le seul officier arabe resté fidèle à la
cause d'Abou-Hatem, se réfugia avec un certain nombre d'adhérents dans
les montagnes de Ketama[396].

[Note 396: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 222, t. III, p. 200. En-Nouéïri,
p. 384.]

GOUVERNEMENT DE YEZID-BEN-HATEM.--Vers la fin de mai, Yezid, qui avait
assuré la pacification des provinces méridionales en noyant la révolte
dans le sang, fil son entrée à Kaïrouan. Il s'appliqua à rendre à la
ville toute sa splendeur et à faire oublier la domination des
Kharedjites.

Abd-er-Rahman tint encore la campagne pendant huit mois, dans le pays
des Ketama; mais il finit par succomber avec ses partisans, sous les
efforts combinés des généraux arabes. La révolte kharedjite qui, en
réalité, était le réveil de l'esprit national berbère, semblait domptée;
plus de trois cents combats avaient été livrés et les indigènes avaient
toujours supporté le poids de la défaite et la sanglante vengeance de
leurs vainqueurs. Cependant, les Houara se soulevèrent encore, à la voix
d'un de leurs chefs, nommé Abou-Yahïa-ben-Afounas. Le commandant de
Tripoli, ayant marché contre eux, les défit non loin de cette ville.
L'année suivante (773), un certain Abou-Zerhouna parvint à entraîner les
turbulents Ourfeddjouma à la révolte contre l'autorité arabe. Une armée
envoyée contre eux par Yezid fut d'abord défaite. Alors Mohelleb, fils
du gouverneur qui commandait le poste de Tobna, sollicita l'honneur de
réduire les rebelles. Ayant reçu de son père les délogea de toutes leurs
positions et en fit «un massacre épouvantable.»

Cette fois, les révoltés kharedjites étaient, sinon domptés, du moins
réduits à l'impuissance. L'Ifrikiya put profiter de quelques années de
paix que le gouverneur employa aux embellissement de Kaïrouan. «En 774,
dit En-Nouéïri, il fit rebâtir la grande mosquée de Kaïrouan et
construire des bazars pour chaque métier. Ainsi, on pourrait dire, sans
trop s'écarter de la vérité, qu'il en fut le fondateur.» En même temps
il rétablissait, par son esprit de justice, la sécurité des
transactions. El-Kaïrouani rapporte, d'après l'historien Sahnoun, que
Yezid se plaisait à dire: «Je ne crains rien tant sur la terre que
d'avoir été injuste envers quelqu'un de mes administrés, quoique je
sache cependant que Dieu seul est infaillible[397].»

[Note 397: El-Kaïrouani, p. 79. En-Nouéïri, p. 385.]

LES PETITS ROYAUMES BERBÈRES INDÉPENDANTS.--Nous n'avons pas voulu
interrompre le cours des événements importants dont l'Ifrikiya était le
théâtre; mais il convient de retourner de quelques années en arrière,
pour reprendre l'historique des petites royautés du Mag'reb.

A Sidjilmassa, le premier roi que la communauté des Miknaça s'était
donné, Aïca-ben-Yezid, fut déposé, en 772, après quinze années de règne,
et mis à mort par la populace. Abou-l'Kassem-Semgou-ben-Ouaçoul,
véritable fondateur du royaume, fut élu à sa place. Il forma la souche
des Beni-Ouaçoul, souverains de Sidjilmassa. Cette oasis continua à être
le centre d'une secte kharedjite tenant de l'éïbadisme et du sofrisme.
Ces hérétiques prononçaient la prière au nom du khalife abbasside, dont
ils se déclaraient les vassaux[398].

Les Berg'ouata, dirigés par leur prophète, le mehdi[399] Salah,
continuaient à vivre indépendants, dans le Mag'reb extrême, et à
propager leurs doctrines hérétiques. Après un long règne de près d'un
demi-siècle, Salah mourut (vers 792), en laissant le pouvoir à son fils
El-Yas[400].

Dans le Rif marocain, à Nokour, Saïd, petit-fils d'un autre Salah, était
en possession de l'autorité et maintenait l'exercice du culte orthodoxe
sur le littoral de la Méditerranée[401].

[Note 398: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 262. El-Bekri, p. 149 du texte
arabe.]

[Note 399: Ce titre, que nous reverrons souvent apparaître, a été
pris par un grand nombre d'agitateurs musulmans: on peut le rendre par:
_Messie_.]

[Note 400: Ibn-Khaldonn, t. II, p. 125 et suiv. El-Bekri, passim.]

[Note 401: _Ibid._, t. II, p. 138, 139.]

A Tlemcen et dans le sud du Mag'reb central, les Beni-Ifrene régnaient
en maîtres et étendaient chaque jour leur influence. Leurs cousins, les
Mag'raoua, commençaient à envahir les plaines de cette région et à
devenir redoutables par leur nombre et leur puissance.

Enfin, Abd-er-Rahman-ben-Rostem, à Tiharet, avait continué à recueillir
les réfugiés de toutes les tribus appartenant à la secte éïbadite, dont
il était le chef reconnu.

Partout ailleurs, dans les deux Mag'reb, les tribus berbères vivaient
dans l'indépendance la plus complète. Mais on voit, par ce qui précède,
que cette race tendait à abandonner l'état démocratique pour grouper ses
forces en formant de petites royautés autonomes.

L'ESPAGNE SOUS LE PREMIER KHALIFE OMÉAÏDE. Expédition de
Charlemagne.--Nous avons laissé l'oméïade Abd-er-Rahman seul maître du
pouvoir à Cordoue, après avoir triomphé de Youçof. Il n'eut pas le
loisir de jouir longtemps de son succès, car l'anarchie était devenue un
état normal pour les Musulmans d'Espagne et ils avaient perdu l'habitude
d'obéir à un seul maître. Ce ne fut, durant des années, qu'une suite de
révoltes: Yéménites, Berbères, Fihrites (descendants d'Okba),
s'évertuèrent il renverser le trône oméïade à peine assis.

En 763, El-Ala-ben-Moghit, nommé gouverneur de l'Espagne par le khalife
El-Mansour, débarqua dans la province de Béja et arbora le drapeau noir
des abbassides. Aussitôt, yéménites et fihrites accourent se ranger
autour du représentant de l'autorité légitime, et tous viennent assiéger
Abd-er-Rahman qui s'était retranché dans la place forte de Carmona. Le
siège durait depuis deux mois et la situation des assiégés était des
plus critiques, lorsque le prince oméïade, prenant une résolution
désespérée, se mit à la tête de ses meilleurs guerriers, sortit de la
ville et, se jetant avec impétuosité sur le camp des assiégeants, s'en
rendit maître et tailla en pièces ses ennemis. On dit qu'ayant coupé les
têtes des principaux chefs, parmi lesquels El-Ala, il les fit saler,
après avoir attaché à l'oreille une étiquette indiquant le nom de
chacun, et expédia le tout, roulé dans les débris du drapeau noir et
enveloppé d'un sac, au khalife abbasside. En recevant le funèbre envoi,
El-Mansour se serait écrié: «Je rends grâce à Dieu de ce qu'il y a une
mer entre moi et un tel ennemi![402]» Abd-er-Rahman triompha ensuite de
cette révolte et traita avec la dernière rigueur ceux qui s'y étaient
compromis.

[Note 402: Dozy, _Hist. des Musulmans d'Espagne_, p. 367.]

En 766, une grande insurrection éclata parmi les Berbères à la voix d'un
illuminé du nom de Chakia, qui se faisait passer pour un descendant du
prophète et avait pris le nom de Abd-Allah-ben-Mohammed. Il était
originaire d'une fraction des Miknaça, passée en Espagne lors de la
première invasion et devenue très puissante.

Il proclama l'autorité abbasside, obtint de grands succès et, durant
neuf années, tint en échec la puissance d'Abd-er-Rahman. Ce prince
parvint enfin à écraser ses adhérents et à le faire assassiner.

Sur ces entrefaites, trois chefs arabes formèrent un nouveau complot,
c'étaient: le kelbite el-Arbi, gouverneur de Barcelone, le fihrite
Abd-er-Rahman-ben-Habib, surnommé le Slave, gendre de Youçof, et un fils
de Youçof, appelé Abou-el-Asouad. La gloire de Charlemagne étant
parvenue jusqu'à eux, ils résolurent de solliciter son concours et, à
cet effet, se rendirent, en 777, à Paderborn et proposèrent au grand
conquérant de lui ouvrir l'Espagne. Charles accueillit leurs ouvertures
et leur promit de conduire une armée dans la péninsule. El-Arbi devait
l'appuyer avec tous ses adhérents, au nord de l'Ebre, et le faire
reconnaître comme souverain de cette région, tandis que le Slave irait
chercher des Berbères en Afrique et occuperait avec eux la province de
Murcie.

Ce plan, si bien combiné, pécha dans l'exécution: le Slave arriva le
premier, avec un certain nombre de Berbères, et demanda des secours à
El-Arbi; mais celui-ci lui objecta que, selon leur traité, il ne devait
pas franchir l'Ebre. Irrité de ce qu'il appelait une trahison, le Slave
marcha contre El-Arbi, fut battu et forcé de rentrer dans la province de
Murcie, où il périt assassiné.

Lorsque Charlemagne eut franchi les Pyrénées, il ne trouva, pour
l'appuyer, qu'El-Arbi et quelques officiers, tels qu'Abou-Thaur,
Abou-l'Asouad et le comte de Cerdagne. Au lieu de voir, comme on le lui
avait promis, toutes les places lui ouvrir leurs portes, il dut
commencer par entreprendre le siège de Saragosse, où commandait un
fanatique, ne voulant aucune alliance avec les chrétiens. Tandis qu'il
était devant cette place, il reçut la nouvelle que Witekind et les
Saxons avaient repris les armes et menaçaient Cologne. Force lui fut de
lever le siège et de reprendre au plus vite la route du Nord; il passa
par la vallée de Roncevaux, où son arrière-garde tomba dans une
embuscade tendue par les Basques.

Ainsi Abd-er-Rahman avait échappé au plus grave danger qu'il eût encore
couru, et cela sans faire aucun effort personnel. Après le départ des
Franks, il s'appliqua à combattre isolément tous ses adversaires et, par
sa persévérance et son implacable cruauté, arriva enfin à briser toutes
les résistances. Ne pouvant compter sur les Musulmans d'Espagne, il
appela d'Afrique un grand nombre de Berbères et même de nègres et en
forma une armée dévouée, sans aucun lien avec les gens du pays[403].

[Note 403: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. I, p. 370 et suiv.]

Pendant que le khalife oméïade était absorbé par ces luttes, Alphonse,
roi des Asturies, étendait les limites de ses provinces et arrachait la
Galice aux Musulmans. Ce prince termina son glorieux règne en 759, et
fut remplacé par son fils Froïla. Lugo, Porto, Zamora, Salamanque et une
partie de la Castille étaient en son pouvoir. Il mourut en 769, léguant
la couronne à son fils Aurélio[404].

[Note 404: Dozy, _Recherches sur l'hist. de l'Espagne_, p. 101.]

INTÉRIM DE DAOUD-BEN-YEZID.--Gouvernement de Rouh-ben-Hatem.--En 787,
Yezid-Ben-Hatem cessa de vivre, après avoir exercé le pouvoir durant
près de quinze années. L'Afrique avait joui d'une période de
tranquillité bien nécessaire après tant de luttes. Aussitôt après la
mort du gouverneur, les Nefzaoua se révoltèrent et, conduits par l'un
des leurs, nommé Salah-ben-Nacir, attaquèrent leurs voisins et les
contraignirent à adopter la doctrine éïbadite, puis ils envahirent le
Tel et s'avancèrent jusqu'à Badja. Le commandant de Tobna ayant marché
contre eux fut défait près de cette ville.

Daoud, fils de Yezid, qui avait pris la direction des affaires après la
mort de son père, envoya alors contre les insurgés le général Soléïman
avec dix mille cavaliers. Les Kharedjites, vaincus dans une première
rencontre, se reformèrent à Sikka (le Kef); mais Soléïman les y
poursuivit et les dispersa, après en avoir tué un grand nombre. Ainsi la
révolte se trouva encore une fois apaisée. Daoud administrait depuis
plus de neuf mois l'Ifrikiya, lorsque le khalife Haroun-er-Rachid le
remplaça par son oncle Rouh-ben-Hatem, et, pour le récompenser de ses
services, lui conféra le gouvernement de l'Egypte.

Au commencement de l'année 788, Rouh arriva à Kaïrouan et prit en main
l'autorité. C'était un homme prudent et expérimenté qui, au lieu de
pousser les indigènes à la révolte par de durs traitements, jugea
préférable de composer avec eux. Abd-er-Rahman-ben-Rostem était mort à
Tiharet, quelque temps auparavant, et avait été remplacé par son fils
Abd-el-Ouahab. Ce chef adressa au gouverneur de Kaïrouan des
propositions d'alliance qui furent acceptées, et un traité de paix fut
signé entre le représentant du khalife et le chef du kharedjisme
éïbadite[405].

[Note 405: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 224. En-Nouéïri, p. 387, 388.]

Edris-bex-Abdallah fonde à Oulili la dynastie edriside.--Ainsi
l'autorité arabe s'affaiblissait chaque jour en Afrique; une nouvelle
dynastie allait s'établir dans le Mag'reb et consacrer la perte
définitive de cette contrée pour le khalifat.

Nous avons vu précédemment qu'après l'assassinat du khalife Ali, gendre
de Mahomet, ses partisans avaient en vain essayé de faire obtenir le
trône à ses enfants. Vaincus, les Alides n'avaient pu empêcher
l'établissement de la dynastie oméïade; mais ils avaient formé une vaste
société secrète et s'étaient donné le nom de _Chiaïtes_
(_co-ayants-droit_). Ils avaient continué à compter en secret le règne
des descendants d'Ali, seuls khalifes légitimes, et n'avaient cessé
d'attendre le moment de reconquérir le pouvoir. Sous le règne de
l'abbasside El-Mansour, deux des descendants d'Ali, croyant l'heure
arrivée, avaient levé les armes; mais la victoire s'était prononcée pour
leur adversaire et la révolte avait été étouffée dans le sang. Après la
mort d'El-Mansour, un alide du nom de Hocéïne, petit-fils de Haçan II,
se mit en révolte contre le khalife El-Mehdi; mais il fut vaincu et tué
à la bataille de Fekh, près de La Mekke, et presque tous ses adhérents
périrent massacrés (787).

Un oncle de Hocéïn, nommé Edris-ben-Abd-Allah, avait échappé au désastre
de Fekh; il se tint soigneusement caché et put se soustraire aux
minutieuses recherches ordonnées par le khalife. Son signalement avait
été envoyé à tous les commandants militaires, et des postes furent
établis sur les routes afin de l'arrêter s'il tentait de sortir de
l'Arabie. En dépit de ces précautions, Edris parvint, grâce au
dévouement de son affranchi Rached, à gagner l'Egypte; de là, il partit
pour l'ouest, vêtu d'une robe de laine et coiffé d'un turban grossier.
Pour mieux tromper les agents du khalife, Rached lui donnait des ordres
comme à un domestique, et il put sous ce déguisement atteindre le fond
du Mag'reb. Après avoir séjourné à Tanger, il gagna Oulili[406], près
d'une des sources du Sebou, dans les montagnes des Aoureba, et fut bien
accueilli par ces Berbères, dont le chef Abou-Léïla-Ishak lui jura
fidélité. Ainsi, c'était loin de sa patrie, et au milieu de populations
sauvages, que le descendant de Mahomet trouvait la sécurité et pouvait
faire reconnaître ses droits. Vers la fin de l'année 788, Edris se
proclama indépendant et obtint l'appui des Zouar'a, Louata, Seddrata,
Riatha, Nefza, Mar'ila, Miknaca et même d'une partie des R'omara[407].

[Note 406: L'antique Volubilis, où fut ensuite construite la ville
de Fès.]

[Note 407: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 209, 239, 290, t. II, p. 559 et
suiv. _Roudh-El-Kartas_, trad. Beaumier, p. 12 et suiv. El-Bekri, trad.
de Slane, art. _Idricides_.]

Ayant reçu des contingents de ces tribus, Edris étendit son autorité sur
les régions du Mag'reb. Quelques populations d'origine ancienne, débris
de vieilles tribus, les Fendelaoua, Behloula, Fazaz, etc., avaient
trouvé un refuge dans ces montagnes reculées, et y avaient conservé le
culte israélite ou chrétien. Le descendant du prophète les força à
professer l'islamisme. Il alla ensuite réduire les populations de
Mediouna, au delà de la Moulouïa, puis passa dans le Temesna et en fit
la conquête, ainsi que de Tedla et de la ville de Chella, régions dans
lesquelles le paganisme avait encore des adeptes.

CONQUÊTES D'EDRIS; SA MORT.--Devenu ainsi maître d'un vaste territoire,
Edris s'y fit proclamer khalife, et imam ou chef de la religion
orthodoxe. L'année suivante, il marcha vers l'est, contre les Beni-Ifren
et Mag'raoua hérétiques et, par conséquent, ennemis. Parvenu auprès de
Tlemcen, il reçut la soumission du chef de ces Zenètes,
Mohammed-ben-Khazer, qui avait remplacé Abou-Korra. Edris entra dans
Tlemcen sans coup férir et séjourna un certain nombre de mois dans cette
ville, où il construisit la mosquée qui porta son nom. Après avoir fait
une tentative infructueuse pour abattre la puissance des Rostemides de
Tiharet, il reprit le chemin d'Oulili, laissant à Tlemcen, pour le
représenter, son frère Soleïman (790).

Mais, tandis que le nouveau souverain de Mag'reb se disposait à
poursuivre ses conquêtes, sa perte se tramait en Orient. Le khalife
Haroun-er-Rachid ne pouvant le combattre par les armes, dans ce pays
éloigné, résolut de s'en débarrasser par un moyen qui lui était
familier, l'assassinat. Un certain Soléïman-ben-Horéïz, surnommé
Ech-Chemmakh, affilié à la secte des Zaïdiya, fut envoyé par lui, dans
ce but, en Mag'reb. Il se présenta à la cour d'Edris comme médecin et
comme déserteur du parti abbasside; ayant, au moyen de ce double titre,
capté la confiance d'Edris, il parvint un jour à éloigner le fidèle
Rached, et en profita pour empoisonner son maître. Lorsqu'il fut certain
de sa mort, il monta à cheval et reprit en toute hâte la route de l'est;
mais Rached fut bientôt sur ses traces et, l'ayant atteint près de la
Moulouïa, engagea avec lui un combat dans lequel chacun des adversaires
reçut plusieurs blessures. Ech-Chemmakh put néanmoins traverser la
rivière et, tout sanglant, continuer sa route.

Edris fut enterré à Oulili (793). Il ne laissait pas d'enfants, et le
khalife pouvait croire cette dynastie éteinte. Mais nous verrons plus
tard qu'une de ses concubines, la Berbère Kenza, était enceinte et que,
grâce à l'adresse et à la prudence de Rached, le royaume edricide fut
conservé à l'enfant posthume de son fondateur.

Gouvernements d'En-Nasr-ben-el-Habib et d'El-Fadel-ben-Rouh.--En
Ifrikiya, le vieux gouverneur Rouh-ben-Hatem était mort. (791), et avait
désigné pour lui succéder son fils Kabiça. Mais Haroun-er-Rachid
n'entendait pas que la fonction de gouverneur se transmît par hérédité
dans son empire; prévenu de la fin prochains de Rouh, il envoya, pour le
remplacer en Ifrikiya, Nasr-ben-el-Habib. Cet officier arriva à Kaïrouan
au moment où Kabiça venait de se faire reconnaître comme émir; ayant
montré son diplôme, il reçut le serment de la population et des troupes.
Il exerça, pendant deux ans, le pouvoir avec équité; mais, en 793,
El-Fadel, autre fils de Rouh, obtint du khalife sa nomination au poste
qui avait été occupé par son père, et vint prendre possession du
commandement à Kaïrouan (mai 793).

Peu de temps après, la milice syrienne en garnison à Tunis se révolta
contre le gouverneur de cette ville, El-Moréïra-ben-Bachir, neveu
d'El-Fadel, dont la conduite imprudente et les exactions avaient soulevé
l'opinion publique. Le chef de cette sédition, Abd-Allah-ben-Djaroud,
écrivit à El-Fadel pour faire connaître les griefs de la population, et
aussitôt un autre commandant fut envoyé à Tunis; mais les gens qui
s'étaient portés à sa rencontre le mirent à mort et cette sédition se
changea en révolte ouverte. Les commandants des places voisines, gagnés
par les promesses ou par l'argent, firent cause commune avec les
rebelles. El-Fadel, ayant marché avec ses troupes contre Abd-Allah, fut
défait par celui-ci et ne put l'empêcher de s'emparer de Kaïrouan. Ayant
été lui-même fait prisonnier, il fut massacré par ies soldats, malgré
l'opposition d'Ibn-el-Djaroud (794).

ANARCHIE EN IFRIKIYA.--Cependant le commandant d'El-Orbos, nommé
Chemdoun, se déclara hautement contre les rebelles, fit alliance avec
plusieurs autres chefs, parmi lesquels son collègue de Mila, et
recueillit Moréïra et tous les adhérents de la cause légitime. Ayant
marché contre l'usurpateur, il éprouva une première défaite; mais,
bientôt, El-Ala-ben-Saïd, gouverneur du Zab, vint le rejoindre avec de
nouveaux contingents, et fous marchèrent sur Kaïrouan.

Sur ces entrefaites, Ibn-Djaroud, ayant appris que le khalife avait
nommé comme gouverneur de l'Ifrikiya Hertema-ben-Aïan, et qu'en
attendant son arrivée, un officier du nom de Yaktin allait venir avec la
mission de pacifier la milice, se porta au devant de l'envoyé pour
tâcher de transiger avec lui ou de détourner le coup qui le menaçait. En
vain, Yaktin pressa le rebelle de déposer les armes: Ibn-Djaroud refusa
sous le prétexte que, s'il abandonnait Kaïrouan, cette ville serait
livrée au pillage par les Berbères au service de ses ennemis. Ne pouvant
rien obtenir de lui, Yaktin s'appliqua à détacher de sa cause un certain
nombre d'adhérents.

Peu après, Yahia-ben-Moussa, lieutenant de Hertema, se mit en marche
vers l'ouest à la tête d'un corps d'armée et s'empara de Tripoli. Quant
au gouverneur, il était resté en observation à Barka. En même temps,
El-Ala, gouverneur du Zab, revint, avec ses Berbères, mettre le siège
devant Kaïrouan. Ibn-Djaroud, se voyant perdu, écrivit en hâte à Yahïa
pour lui offrir sa soumission; puis il sortit de la capitale, où il
avait commandé pendant sept mois, et vint se remettre entre ses mains.
Aussitôt El-Ala fit son entrée à Kaïrouan et massacra tous les partisans
du chef révolté. Yahia-ben-Moussa arriva à son tour (mars-avril 795) et
obtint, non sans peine, qu'El-Ala renvoyât ses troupes, dont les excès
allaient croissant. Le chef qui se prétendait le sauveur de l'autorité
du khalife se retira à Tripoli et, de là, écrivit à Hertema pour
réclamer le prix de ses services. Il est à supposer que sa puissance
était fort à craindre, car le khalife Er-Rachid lui écrivit lui-même, en
le félicitant, et en lui envoyant une forte gratification. On put ainsi
le décider à partir pour i Orient[408].

[Note 408: En-Nouéïri, p. 389 et suiv.]

GOUVERNEMENT DE HERTEMA-BEN-AÏAN.--Dans le mois de juin 795, Hertema fit
son entrée à Kaïrouan. Il proclama une amnistie générale et s'occupa de
mettre en état de défense les fortifications de plusieurs villes de la
côte, notamment Monastir et Tripoli. Mais l'esprit de révolte agitait
partout les populations indigènes et le gouverneur ne pouvait compter
sur sa milice, pour laquelle l'indiscipline était devenue une habitude.
Se sentant trop faible et trop isolé pour mener à bien la rude tâche
qu'on lui avait confiée, il sollicita lui-même du khalife son rappel.
Haroun-er-Rachid désigna alors son propre frère de lait
Mohammed-ben-Mokatel pour occuper le poste important de gouverneur de
l'Ifrikiya. L'on s'explique difficilement pourquoi le choix du khalife
tomba sur un homme aussi incapable, dans un moment où la situation
réclamait un esprit particulièrement habile et expérimenté.

GOUVERNEMENT DE MOHAMMED-BEN-MOKATEL.--Arrivé à Kaïrouan dans le mois de
ramadan 181 (octobre 797), le gouverneur donna aussitôt la mesure de son
incapacité, ne comprenant rien à la situation, et se livrant à toutes
les fantaisies d'un despote grisé par son pouvoir. Un an s'était à peine
écoulé depuis son arrivée, que les miliciens syriens et khoraçanites se
mettaient en état de révolte et plaçaient à leur tête Morra-ben-Makhled.
Un corps de troupes envoyé contre les rebelles les réduisit au silence;
leur chef fut mis à mort.

Peu de temps après, Temmam-ben-Temim, commandant de Tunis, releva
l'étendard de la révolte et, ayant réuni tous les mécontents, marcha sur
Kaïrouan (octobre 799).

Ibn-Mokatel sortit à sa rencontre et lui livra bataille à
Moniat-el-Kheïl; mais il fut complètement défait et n'obtint la vie
sauve qu'en promettant de quitter la place. Il se réfugia en effet avec
sa famille à Tripoli, tandis que Temmam faisait son entrée à Kaïrouan.

IBRAHIM-BEN-EL-AR'LEB APAISE LA RÉVOLTE DE LA MILICE.--A ce moment, le
commandement du Zab était confié à un fils de l'ancien gouverneur
El-Ar'leb, nommé Ibrahim, qui avait acquis une grande autorité dans
cette situation. Dès qu'il eut appris les événements d'Ifrikiya, Ibrahim
se mit en marche, à la tête de ses contingents, pour combattre
l'usurpateur. Mais Temmam ne l'attendit pas; il évacua la ville, et le
fils d'El-Ar'leb, ayant pris possession de Kaïrouan, annonça en chaire
qu'Ibn-Mokatel était toujours le seul gouverneur de l'Ifrikiya. Ce
dernier rentra en toute hâte dans sa capitale.

Quant à Temmam, qui s'était réfugié à Tunis, il tenta de semer la
désunion parmi les troupes fidèles et même d'indisposer le gouverneur
contre Ibrahim; mais toutes ses manœuvres échouèrent et il apprit
bientôt que celui-ci marchait contre lui.

Au commencement de février 800, Ibn-el-Ar'leb infligea à Temmam une
défaite qui le força à rentrer à Tunis; il se disposait à entreprendre
le siège de cette ville, lorsque Temmam lui offrit sa soumission, à
condition que lui et ses frères auraient la vie sauve. Cette demande lui
ayant été accordée, il se rendit à discrétion et fut conduit à Kaïrouan,
d'où on l'expédia en Orient comme prisonnier d'état avec les chefs les
plus compromis[409].

[Note 409: En-Nouéïri, p. 397.]

IBRAHIM-BEN-EL-AR'LEB, NOMMÉ GOUVERNEUR INDÉPENDANT, FONDE LA DYNASTIE
AR'LÉBITE.--Cependant, le khalife Haroun-er-Rachid, ayant appris les
tristes exploits de son frère de lait, se convainquit de la nécessité de
le remplacer en Ifrikiya. Dans l'état des choses, Ibrahim était l'homme
de la situation et son choix s'imposait. Le khalife ayant consulté à ce
sujet Hertema-ben-Aïan, dont il appréciait fort l'expérience, obtint
cette réponse: «Vous n'avez personne de plus aimé, de plus dévoué et de
plus digne d'exercer le pouvoir qu'Ibrahim-ben-el-Ar'leb, dont la
conduite passée est garante de l'avenir.» Ces paroles achevèrent de
décider le khalife qui avait reçu d'Ibn-el-Ar'leb une lettre par
laquelle il sollicitait pour lui le gouvernement de l'Ifrikiya, offrant
non seulement de renoncer à la subvention de cent mille dinars fournie
par le gouvernement de l'Egypte, mais encore de payer au souverain un
tribut de quarante mille dinars.

Cette solution, qui allait débarrasser le khalifat d'ennuis toujours
renaissants et retarder de plus d'un siècle la chute de l'autorité arabe
en Afrique, permettait néanmoins de mesurer tout le terrain perdu dans
le Mag'reb. Dès lors, en effet, le gouvernement central n'aurait plus à
intervenir dans l'administration du pays qu'il consentait à abandonner,
moyennant fermage, à des vice-rois formant une dynastie vassale, et chez
lesquels le pouvoir se transmettrait par voie d'hérédité. Ainsi, cette
brillante conquête qui avait coûté si cher aux Arabes s'était détachée
d'eux, province par province, dans l'espace de moins d'un siècle, et il
ne restait au khalifat qu'une suzeraineté presque nominale sur
l'Ifrikiya.

Ibrahim apprit officieusement sa nomination; mais, lorsque le courrier
porteur des brevets arriva en Afrique, Ibn-Mokatel, qui se trouvait à
Tripoli, les intercepta au passage et fit parvenir à Kaïrouan une fausse
lettre le maintenant au poste de gouverneur. En recevant cette missive,
l'Ar'lebite devina la supercherie; néanmoins il céda la place et reprit
avec ses troupes le chemin du Zab. Mais le khalife, à l'annonce de cette
incartade de son frère de lait, entra dans une violente colère et intima
à Ibn-Mokatel, qui se disposait à revenir à Kaïrouan, l'ordre formel de
résigner ses fonctions entre les mains d'Ibrahim. Celui-ci revint
aussitôt du Zab et, dans les premiers jours de juillet 800, il prit
définitivement la direction des affaires[410].

[Note 410: En-Nouéïri, p. 395 et suiv.]

NAISSANCE D'EDRIS II.--Pendant que l'Ifrikiya était le théâtre de ces
événements importants, la dynastie edricide, que le khalife Haroun avait
cru écraser dans son germe, renaissait pour ainsi dire de ses cendres.

Nous avons vu qu'Edris, en mourant, avait laissé une de ses concubines,
nommée Kenza, enceinte. Après les funérailles du prince, le fidèle
Rached réunit les principaux chefs des tribus berbères et leur dit:
«L'imam Edris est mort sans enfants, mais Kenza, sa femme, est enceinte
de sept mois, et, si vous le voulez bien, nous attendrons jusqu'au jour
de son accouchement pour prendre un parti: s'il naît un garçon, nous
l'élèverons, et quand il sera homme, nous le proclamerons souverain;
car, descendant du prophète de Dieu, il apportera avec lui la
bénédiction de la famille sacrée[411].»

[Note 411: Kartas, p. 23. Ibn-Khaldoun, _Berbères_, p. 561.
El-Bekri, _Idricides_.]

Cette proposition fut acceptée avec acclamation par les Berbères, et en
septembre 793, Kenza donna le jour à un enfant mâle d'une ressemblance
frappante avec son père». Rached le présenta aux cheiks indigènes qui
s'écrièrent en le voyant: «C'est Edris lui-même, l'imam n'a pas cessé de
vivre!»

On laissa à Rached le soin de l'élever et de gouverner en son nom,
jusqu'à sa majorité, et les chroniques rapportent que ce tuteur ne
négligea rien pour donner à Edris II une brillante instruction et faire
de lui un redoutable guerrier.

L'ESPAGNE SOUS HICHAM ET EL-HAKEM.--En Espagne, le khalife oméïde
Abd-er-Rahman était mort en septembre 788, après un règne de plus de
trente-trois années employées presque entièrement à l'affermissement de
son pouvoir. Il laissa trois fils; Soleïman, Abd-Allah et Hicham. Ce
dernier, bien que le plus jeune, lui succéda après une courte lutte avec
son aîné Soleïman. Pour assurer sa tranquillité, il acheta à ses deux
frères leur renonciation au trône et, en vertu de leur convention,
ceux-ci se retirèrent au Mag'reb.

Après un règne de près de huit années, Hicham cessa de vivre et fut
remplacé par son fils El-Hakem (avril 796). Soleïman et Abd-Allah, ses
oncles, ne tardèrent pas à quitter le Mag'reb en amenant une armée de
Berbères pour lui disputer le pouvoir. Après deux années de luttes,
Soleïman ayant été tué, la victoire resta définitivement à El-Hakem
(800).

Pendant le règne de Hicham, des expéditions heureuses avaient été faites
par les Musulmans en Galice, et les chrétiens avaient été humiliés par
des défaites qui leur avaient arraché une partie de leurs
conquêtes[412]. Plusieurs souverains avaient succédé à Alphonse Ier. A
la fin du VIIIe siècle, Alphonse II, dit le Chaste, roi des Asturies, ne
put empêcher les Musulmans de pénétrer jusque dans les montagnes de son
royaume.

[Note 412: Dozy, _Recherches sur l'hist. de l'Espagne_, p. 101-139
et suiv. El Marrakchi (Dozy), p. 17 et suiv.]


   CHRONOLOGIE DES GOUVERNEURS DE L'AFRIQUE.

   Date de la nomination.

   Okba-ben-Nafa vers.................   669
   Dinar-Abou-el-Mohadjeri vers.......   675
   Okba-ben-Nafa......................   681
   Zoheïr-ben-Kais vers...............   688
   Haçane-ben-Nomane vers.............   697
   Mouça-ben-Noceïr...................   705
   Mohammed-ben-Yezid.................   715
   Ismaïl-ben-Abd-Allah...............   718
   Yezid-ben-Abou-Moslem..............   720
   Bichr-ben-Safouane.................   721
   Obeïda-ben-Abd-er-Rahman...........   728
   Okba-ben-Kodama....................   732
   Obeïd-Allah-ben-el-Habhab..........   734
   Koltoum-ben-Aïad...................   741
   Hendhala-ben-Sofiane...............   742
   Abd-er-Rahman-ben-Habib............   744
   El-Yas-ben-Habib...................   755
   El-Habib-ben-Abd-er-Rahman.........   756
   Mohammed-ben-Achath................   761
   El-Ar'leb-ben-Salem................   765
   Omar-ben-Hafs-Hazarmed.............   768
   Yezid-ben-Hatem....................   772
   Daoud-ben-Yezid....................   787
   Rouh-ben-Hatem.....................   788
   En-Nasr-ben-el-Habib..............    791
   El-Fadel-ben-Rouh..................   793
   Hertema-ben-Aïan...................   795
   Mohammed-ben-Mokatel...............   797
   Ibrahim-ben-el-Ar'leb..............   800



CHAPITRE VI

L'IFRIKIYA SOUS LES AR'LEBITES. CONQUÊTE DE LA SICILE
800-838

Ibrahim établit solidement son autorité en Ifrikiya.--Edris II est
proclamé par les Berbères.--Fondation de Fez par Edris II.--Révoltes en
Ifrikiya.--Mort d'Ibrahim.--Abou-l'Abbas-Abd-Allah succède à son père
Ibrahim.--Conquêtes d'Edris II.--Mort de Abd-Allah; son frère
Ziadet-Allah le remplace.--Espagne: Révolte du faubourg. Mort
d'El-Hakem.--Luttes de Ziadet-Allah contre les révoltes.--Mort d'Edris
II; partage de son empiré.--Etat de la Sicile au commencement du IXe
siècle.--Euphémius appelle les Arabes en Sicile; expédition du cadi
Aced.--Conquête de la Sicile.--Mort de Ziadet-Allah; son frère,
Abou-Eïkal-el-Ar'leb, lui succède.--Guerres entre les descendants
d'Edris II.--Les Midrarides à Sidjilmassa.--L'Espagne sous Abd-er-Rahman
II.


IBRAHIM ÉTABLIT SOLIDEMENT SON AUTORITÉ EN IFRIKIYA.--Le choix
d'Ibrahim-ben-el-Ar'leb, comme vice-roi de l'Ifrikiya, était le meilleur
que le khalife pût faire; lui seul, par son habileté et la pratique
qu'il possédait des affaires du pays, était capable d'étouffer les
germes de révolte, et de contenir les Berbères sans se soumettre aux
caprices de la milice. L'anarchie des dernières années provenait surtout
de ce que le gouverneur n'avait aucune force sur laquelle il put
compter, en dehors des miliciens d'Orient. Ceux-ci, se sentant
nécessaires, devenaient intraitables. Pour remédier à cet inconvénient,
il ne fallait pas penser à former des corps berbères; ce fut aux nègres
qu'il eut recours pour contrebalancer la force des Syriens. Ayant acheté
un grand nombre d'esclaves noirs, il les habitua à porter les armes, en
laissant croire aux miliciens qu'il destinait ces nègres à être employés
dans les postes les plus périlleux.

En même temps, pour s'assurer une retraite sûre, en cas de révolte, il
fit construire, à trois milles de Kaïrouan, la place forte d'El-Abbassïa
où il déposa ses trésors et une grande quantité d'armes. Puis il se
disposa à aller s'établir dans cette résidence, qu'on appela, plus tard,
El-Kasr-el-Kedim (le vieux château). Ce fut là qu'il reçut les envoyés
de Charlemagne qui avaient été chargés de prendre à Karthage, à leur
retour d'Orient, les reliques de plusieurs martyrs chrétiens. En même
temps, Ibrahim envoyait une ambassade à l'empereur, alors à Pavie
(801)[413].

[Note 413: Fournel, _Berbers_, p. 453.]

L'année suivante (802), Ibrahim eut à lutter contre son représentant à
Tunis, Hamdis-ben-Abd-er-Rahman-el-Kindi, qui se révolta en appelant à
lui les mécontents arabes et berbères. Amran-ben-Mokhaled, général du
gouverneur ar'lebite, ayant marché contre les rebelles, leur livra une
sanglante bataille, dans laquelle leur chef fut tué, et les mit en
déroute. Ibrahim s'appliqua alors à rétablir la paix en Ifrikiya, puis
il tourna ses regards vers le Mag'reb, où le souvenir de l'autorité
arabe disparaissait de jour en jour.

EDRIS II EST PROCLAMÉ PAR LES BERBÈRES.--A Oulili, le fils d'Edris I
grandissait sous la tutelle éclairée de Rached et la protection des
Aoureba, tandis qu'à Tlemcen, son oncle Soleïman exerçait le pouvoir en
son nom. Ibrahim, considérant avec raison que l'empire edricide était le
plus grand obstacle à la réalisation de ses vues ambitieuses sur le
Mag'reb, espéra l'anéantir en faisant assassiner Rached. Mais ce crime
tardif fut inutile et eut pour conséquence de resserrer les Berbères
autour du jeune prince (802); l'un d'eux, Abou-Khaled-Yezid, se chargea
de remplacer Rached, comme tuteur d'Edris, alors âgé de neuf ans. En
mars 803, les Aoureba et les représentants des tribus voisines, réunis à
Oulili, dans la mosquée de cette ville, prêtèrent serment solennel de
fidélité à Edris II.

Ce prince, qui avait alors onze ans et montrait une intelligence très
précoce, commença à gouverner sous la tutelle d'Abou-Khaled. Ainsi se
consolidait l'empire edricide, malgré les intrigues, entretenues en
Mag'reb par le vice-roi ar'lebite. L'attitude énergique et dévouée des
Berbères, plus que la supplique adressée par Edris à Ibrahim, décida ce
dernier à ajourner la réalisation de ses plans sur l'Occident[414]. Du
reste, Ibn-el-Ar'leb fut bientôt absorbé par d'autres soins. En 805, la
garnison de Tripoli se révolta, chassa son commandant et se donna comme
chef Ibrahim-ben-Sofian, Arabe de la tribu de Temim. Ibrahim dut
employer toutes ses forces pour apaiser cette sédition qui ne fut
domptée qu'au commencement de 806.

[Note 414: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 563. En-Nouéïri, p.
401. Kartas, p. 18. El-Bekri,. _Idricides_.]

Fondation de Fès par Edris II.--A Oulili, le jeune Edris grandissait au
milieu des intrigues encouragées par son jeune âge et son inexpérience.
Un certain nombre d'Arabes étaient venus, tant de l'Espagne que de
l'Ifrikiya, lui offrir leurs services et avaient été bien accueillis par
lui; l'un d'eux, Omaïr-ben-Moçaab, avait même reçu le titre de vizir en
remplacement d'Abou-Yezid [415].

Ainsi l'influence arabe dominait à Oulili et allait pousser Edris à un
acte autrement grave. En 808, il fit mourir Abou-Leïla-Ishak, chef des
Aoureba, qui avait été le protecteur de son père et le sien. Il est
probable que ce chef avait laissé entrevoir son ressentiment de la
protection accordée aux Arabes. Ibn-Khaldoun, pour excuser l'ingratitude
d'Edris, prétend qu'il avait découvert que ce chef entretenait des
intelligences avec l'ar'lebite Ibrahim[416]. Les Berbères, froissés dans
leurs sentiments les plus intimes, supportèrent cependant ces injustices
sans protestation.

Edris II, voyant chaque jour sa puissance s'accroître, jugea que sa
résidence d'Oulili ne lui suffisait plus et résolut de construire une
capitale digne de son empire. Après avoir cherché longtemps, il se
décida pour un emplacement traversé par un des affluents du Sebou, et
occupé par des Berbères de la tribu de Zouar'a. La nouvelle ville se
trouvait ainsi divisée naturellement en deux quartiers. Edris jeta en
808 les fondements de celui qui devait être appelé «_des Andalous_», et,
l'année suivante, il fit construire l'autre, nommé plus tard «_des
Kaïrouanites_». Il dota sa capitale de nombreux édifices et notamment de
la mosquée dite «des Chérifs».

Lorsqu'Edris eut atteint sa majorité, c'est-à-dire vers 810, les tribus
berbères lui renouvelèrent leur serment de fidélité, et il reçut la
soumission des principales contrées du Mag'reb[417].

[Note 415: Kartas, p. 30.]

[Note 416: _Berbères_, t. III, p. 561.]

[Note 417: Bekri, _Idricides_.]

RÉVOLTES EN IFRIKIYA. MORT D'IBRAHIM.--Pendant ce temps,
Ibrahim-ben-el-Ar'leb était encore aux prises avec la révolte. Les
miliciens arabes avaient vu, avec beaucoup de jalousie, les précautions
prises contre eux par le vice-roi; lorsqu'il se fut établi
définitivement à El-Abbassïa, sous la protection de sa garde noire, leur
irritation ne connut plus de bornes, et bientôt le général Amrane donna
le signal de la révolte (811). Maître de Kaïrouan, il appela à lui tous
les mécontents et vint assiéger Ibrahim dans sa forteresse.

Pendant un an, on combattit sans grand avantage de part et d'autre.
Enfin Ibrahim, ayant appris qu'on lui envoyait d'Egypte un secours en
argent, dépêcha son fils, Abd-Allah, vers Tripoli pour arrêter la somme
au passage. Puis il fit répandre la nouvelle de la prochaine arrivée des
fonds. Aussitôt la milice, qui n'avait pas touché de solde depuis
qu'elle avait embrassé la cause de la révolte, commença à s'agiter dans
Kaïrouan, et Amrane, dépourvu de ressources, se convainquit qu'il ne
pouvait plus lutter contre ce nouvel ennemi. Il sortit nuitamment de la
ville et courut se réfugier dans le Zab.

Ibrahim venait de triompher de cette longue révolte et était occupé à
démanteler les fortifications de Kaïrouan, lorsqu'il apprit que son fils
Abd-Allah avait été chassé de Tripoli par les troupes occupant cette
place. Il lui envoya des fonds au moyen desquels Abd-Allah put enrôler
un grand nombre de Berbères et rentrer en possession de Tripoli. Ce
furent alors ces mêmes indigènes, appartenant à la tribu des Houara, qui
se lancèrent dans la révolte. Conduits par leur chef, Aïad-ben-Ouahb,
ils vinrent attaquer Tripoli qui était défendu par le général Sofiane,
se rendirent maîtres de cette ville et la renversèrent presque
entièrement. Abd-Allah, envoyé en toute hâte par son père, à la tête
d'une armée de treize mille hommes, défit les Berbères et, étant rentré
à Tripoli, s'occupa à relever les fortifications de cette ville
(811)[418].

[Note 418: Les détails donnés par les auteurs arabes sur les
différentes phases de cette révolte sont assez embrouillés, et il est
possible qu'Abd-Allah n'ait repris qu'une seule fois Tripoli.]

Sur ces entrefaites, Abd-el-Ouahab-ben-Rostem, roi de Tiharet, arrivé de
l'Ouest avec de nombreux contingents, rallia les Houara et Nefouça et
vint mettre le siège devant Tripoli. Il fit, avec soin, garder une des
issues de la place et pressa l'autre avec la plus grande vigueur.
Abd-Allah était sur le point de succomber, lorsqu'on reçut la nouvelle
de la mort d'Ibrahim qui était décédé à l'âge de 56 ans (juillet 812),
dans son château d'El-Abbassïa.

ABOU-L'ABBAS-ABD-ALLAH SUCCÈDE À SON PÈRE IBRAHIM.--Aussitôt que la mort
d'Ibrahim fut connue, Abd-Allah, qui avait été désigné par lui pour lui
succéder, se hâta de proposer à Ibn-Rostem de conclure le paix. Il fut
convenu entre eux que le prince de Tiharet se retirerait dans les
montagnes des Nefouça et que Tripoli resterait aux Ar'lebites: mais
toutes les plaines de la Tripolitaine furent abandonnées aux
Kharedjites.

Pendant que cette paix boiteuse se signait à Tripoli, Ziadet-Allah,
second fils d'Ibrahim, recevait, selon les dispositions prises par son
père, le serment des principaux citoyens de Kaïrouan.

Dans le mois d'octobre 812, Abou-l'Abbas-Abd-Allah arriva dans sa
capitale. Son frère, Ziadet-Allah, s'était porté au devant de lui pour
le saluer comme souverain, mais il fut reçu avec la plus grande dureté.
Pour la première fois, le fils d'un gouverneur de l'Ifrikiya succédait à
son père sans l'intervention du khalifat[419].

Haroun-er-Rachid était mort en 809, laissant le trône à son fils
El-Mamoun. Le nouveau khalife se borna à ratifier l'élévation du
vice-roi de Kaïrouan.

[Note 419: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 243, 277. En-Nouéïri, p. 403.]

CONQUÊTES D'EDRIS II.--Dans le Mag'reb, Edris II continuait à affermir
son trône. Voulant sans doute faire oublier aux Aoureba l'ingratitude
qu'il avait montrée à leur chef, il leur confia des commandements
importants; puis, s'enfonçant dans les montagnes du sud-ouest, il
attaqua les tribus masmoudiennes, les vainquit et soumit l'Atlas à son
autorité. Après s'être avancé en vainqueur jusqu'à Nefis, près de la
montagne de Tine-Mellal dans le Sous, il rentra à Fès (812). C'est sans
doute vers cette époque qu'Edris commença à combattre le kharedjisme,
dont il décréta l'abolition dans ses états; mais ce schisme avait
pénétré trop profondément la nation berbère, pour pouvoir être supprimé
d'un trait de plume; aussi ne devait-il disparaître de l'Afrique, où il
avait déjà fait couler tant de sang, qu'après de longues et nouvelles
convulsions.

Quelque temps après[420] Edris marcha sur Tlemcen, qui s'était
affranchie de son autorité. Il y entra en vainqueur et reçut l'hommage
des Beni-Ifrene et Mag'raoua qui y dominaient. Il séjourna quelque temps
à Tlemcen et de là dirigea quelques expéditions heureuses contre les
peuplades zenatienes et autres berbères. Ses troupes s'avancèrent ainsi
jusqu'au Chelif. Cependant, il ne paraît pas qu'il eût osé se mesurer
contre les Rostemides de Tiharet. Selon Ibn-Khaldoun, il passa à Tlemcen
trois années, pendant lesquelles il s'appliqua à embellir cette ville et
à orner la mosquée construite par son père. En partant, il laissa le
commandement de la province, avec suprématie sur les tribus des
Beni-Ifrene et Mag'raoua, à son cousin Mohammed, fils de Soleïman,
qu'Edris I avait préposé au commandement de Tlemcen.

[Note 420: Soit dans la même année, soit en 814, les auteurs n'étant
pas d'accord sur cette date.]

Rentré à Fès, il recueillit huit mille Musulmans d'Espagne, expulsés de
Cordoue par El-Hakem à la suite de la révolte dite du faubourg
(_Ribad'_), et les établit dans sa capitale, où ils formèrent le
quartier des Andalous. Les émigrés de Cordoue étaient presque tous des
gens d'origine celto-romaine, qui avaient été contraints d'embrasser
l'islamisme après la conquête de l'Espagne par les Arabes. L'arrivée de
cette population très civilisée fut une bonne fortune pour la nouvelle
capitale, et contribua à la faire briller d'une réelle splendeur dans
les arts, les lettres et les sciences[421].

[Note 421: Dozy, _Hist. des Musulmans d'Espagne_, t. II, p. 70 et
suiv. El-Bekri, _Idricides_. Ibn-Khaldoun, t. II, p. 560, t. III, p.
229.]

MORT DE ABD-ALLAH.--Son frère Ziadet-Allah le remplace.--A Kaïrouan,
Aboul'-Abbas-Abd-Allah, fils d'Ibrahim, loin d'imiter la prudence de son
père et de chercher à arrêter les progrès du prince de Fès, n'avait
réussi qu'à indisposer les esprits contre lui. Violent et cruel, même
envers les membres de sa famille, sacrifiant tout à la milice, accablant
le peuple de charges, il combla la mesure des fautes en frappant la
culture faite par chaque charrue d'une taxe uniforme de huit dinars
(pièces d'or). Cet impôt, énorme pour l'époque, remplaça la dîme
(achour), qui précédemment se payait en nature et était proportionnée à
l'abondance de la récolte. De toutes parts s'élevèrent des réclamations;
mais le prince resta sourd aux prières et le peuple continua à gémir
sous son oppression.

Enfin, par un bonheur inespéré, Abd-Allah mourut presque subitement,
d'une affection charbonneuse (juin 817). Ce prince, «le plus bel homme
de son temps», avait exercé le pouvoir pendant un peu plus de cinq ans.

Abou-Mohammed-Ziadet-Allah succéda à son frère, et, employant des
procédés de gouvernement tout différents, s'attacha à réduire les
prérogatives de la milice et à maltraiter et abaisser de toutes les
façons les miliciens[422].

[Note 422: En-Nouéïri, p. 404, 405.]

ESPAGNE:--RÉVOLTE DU FAUBOURG. MORT D'EL-HAKEM.--En Espagne, le khalife
El-Hakem, avait entrepris, avec des chances diverses, plusieurs
campagnes au delà des Pyrénées. L'alliance de ses oncles avec
Charlemagne et Alphonse II, roi des Asturies, l'avait contraint à
déployer toutes ses forces contre la coalition. Quelques-unes de ses
_razias_ furent couronnées de succès. Alphonse, de son côté, poussa une
pointe jusqu'à Lisbonne et mit cette ville au pillage. Pour rendre
compte à son allié Charlemagne du succès de cette expédition, il lui
envoya «sept Musulmans de distinction, avec leurs armes et leurs
mulets[423]».

[Note 423: Dozy, _Recherches sur l'hist. de l'Espagne_, p. 149.]

Après avoir conclu un traité de paix avec les princes chrétiens,
El-Hakem se renferma dans Cordoue et y vécut de la vie des despotes
musulmans de cette époque, jusqu'à la grande révolte dite du faubourg
(_Ribad'_), qui mit sa vie en danger et dont il triompha par son
indomptable énergie. Sa victoire fut suivie de trois jours de massacres,
et quand ses soldats furent las de tuer, sa vengeance n'était pas encore
satisfaite; il ordonna aux survivants de quitter l'Espagne sans délai.
On vit alors cette malheureuse population, décimée, ruinée, se diriger à
pied, par groupes, vers les ports du littoral. Quinze mille Gordouans
firent voile pour l'Egypte; ils abordèrent à Alexandrie et s'y
maintinrent, avec l'appui d'une tribu arabe, jusqu'en 826. Le khalife
El-Mamoun les ayant alors forcés à capituler, leur chef les conduisit à
la conquête de l'île de Crète, qu'ils arrachèrent aux Byzantins et où
ils fondèrent une république indépendante. Les autres réfugiés, au
nombre de huit mille, passèrent au Mag'reb et furent bien accueillis par
Edris II, qui les établit, ainsi que nous l'avons vu, dans sa nouvelle
capitale. A Fès, ils furent groupés dans le quartier des Andalous[424].
El-Hakem mourut le 22 mai 822 et fut remplacé par son fils Abd-er-Rahman
II.

[Note 424: Dozy, _Hist. des Musulmans d'Espagne,_ t. II, p. 76 et
suiv. Ibn-Khaldoun, t. II, p. 562. El-Bekri, _Idricides_. Nous
n'indiquons aucune date pour la révolte du faubourg, en raison de
l'incertitude à laquelle les chroniques donnent lieu à ce sujet. Il faut
la placer entre 814 et 817.]

LUTTES DE ZIADET-ALLAH CONTRE LES RÉVOLTES.--Pendant que l'Espagne était
le théâtre de ces événements, l'ar'lebite Ziadet-Allah se livrait à
Kaïrouan à tous les caprices de son caractère bizarre et cruel. Adonné
au vin, comme le furent presque tous les princes de sa famille, il
prescrivait dans ses moments d'ivresse les mesures les plus
sanguinaires, qui retombaient presque toujours sur la milice. Dès le
début de son règne il avait failli rompre, sans raison plausible, avec
le khalife El-Mamoun et avait même poussé l'insolence jusqu'à adresser à
son suzerain des dinars edrisides, pour lui faire entendre qu'il était
disposé à se rallier à cette dynastie.

De tels procédés de gouvernement ne pouvaient aboutir qu'à des révoltes.
En 822, une première sédition fut assez facilement apaisée; l'année
suivante, le commandant de Kasreïne[425], place forte du Sud, nommé
Omar-ben-Moaouïa, de la tribu de Kaïs, leva de nouveau l'étendard de la
révolte. Ayant été fait prisonnier après une courte campagne, il fut mis
à mort ainsi que ses deux fils par ordre du vice-roi: on fit endurer à
ces malheureux les plus atroces souffrances. Cette cruauté envers un
personnage des plus respectés par la colonie arabe excita la colère de
la milice.

[Note 425: Au sud-ouest de Sebaïtla.]

Mançour-ben-Nacer-et-Tonbodi, gouverneur de Tripoli, ayant laissé
publiquement éclater son indignation et manifesté devant ses troupes
l'intention de se révolter, fut bientôt arrêté et conduit à Kaïrouan.
Mis en liberté, grâce à l'intercession de son ami R'alboun, cousin de
Ziadet-Allah, Mansour se réfugia dans son château de Tonboda, non loin
de Tunis, et une fois à l'abri de ses murailles, il renoua les intrigues
qu'il avait entretenues avec les officiers de la milice et ne cessa de
les pousser à la révolte, en leur retraçant tous leurs griefs contre le
prince. Mais Ziadet-Allah, ayant encore une fois mis la main sur la
trame, dépêcha vers Tunis son général Mohammed-ben-Hamza, à la tête de
cinq cents cavaliers, avec l'ordre d'arrêter inopinément Mansour.

De Tunis, le général envoya au rebelle une députation conduite par le
cadi de la ville pour l'engager à venir se remettre entre ses mains.
Mansour reçut la députation avec honneur, se montra disposé à obéir aux
ordres du vice-roi et, en attendant, fit porter aux soldats de
Mohammed-ben-Hamza des vivres et du vin. Lorsque la nuit fut venue, il
garrotta le cadi et ses compagnons, s'empara de leurs chevaux, et,
réunissant tous ses cavaliers, se porta rapidement sur Tunis. Les
soldats de Mohammed étaient occupés à faire bonne chère avec les vivres
de Mansour; plusieurs même étaient déjà plongés dans l'ivresse. Attaqués
à l'improviste par les rebelles, ils furent bientôt massacrés ou
dispersés.

A l'annonce de ces événements, tous les miliciens se trouvant dans cette
région accoururent se ranger sous la bannière de Mansour. Le rebelle fit
mettre à mort le gouverneur de Tunis et s'installa dans cette ville.
Presque aussitôt Ziadet-Allah envoya contre les rebelles l'élite de ses
troupes, sous la conduite de son cousin R'alboun, le chef le plus aimé
des miliciens. A leur départ, le vice-roi leur adressa des menaces
humiliantes et intempestives, annonçant que quiconque oserait fuir
serait puni de mort. R'alboun eut beaucoup de peine à calmer
l'irritation de ses hommes; mais les paroles imprudentes du maître
avaient produit leur effet et il ne put empêcher les miliciens d'entrer
secrètement en relation avec le rebelle. Lorsque, dans le mois de
juillet 824, les deux troupes furent en présence, près de la Sebkha de
Tunis, R'alboun vit ses soldats prendre la fuite et se trouva bientôt
seul avec ses officiers. Ceux-ci étaient restés fidèles, mais on ne put
les décider à rentrer à Kaïrouan, car ils connaissaient trop bien la
violence de Ziadet-Allah pour aller s'exposer à ses coups. Ils se
retirèrent dans diverses localités, semant l'anarchie et l'indécision,
tandis que l'armée d'El-Mansour recevait sans cesse des transfuges.

Ziadet-Allah, mis au courant de la gravité de la situation, envoya
partout des courriers pour annoncer qu'il ne songeait pas à punir les
miliciens; mais il était trop tard; l'impulsion était donnée et la
défection de la milice devint générale. Retranché dans son palais
d'El-Abbassia, tandis que les rebelles marchaient sur Kaïrouan, le
gouverneur put encore former une troupe nombreuse, composée de sa garde
nègre et des gens de sa maison; il en confia le commandement à son neveu
Mohammed et la lança contre l'armée d'El-Mansour. Mais la fortune le
trahit encore: son armée fut anéantie, après avoir perdu ses principaux
chefs. Cette victoire fit entrer dans le parti de Mansour les habitants
de Kaïrouan, qui lui ouvrirent leur ville et lui envoyèrent des secours
de toute sorte.

Ne pouvant plus compter que sur lui seul, Ziadet-Allah réunit ses
derniers soldats fidèles et, s'étant mis bravement à leur tête, vint
prendre position entre son château et Kaïrouan. Durant une quarantaine
de jours, ce ne fut qu'une série de combats qui se terminèrent, en
général, à l'avantage du vice-roi. L'armée de Mansour se débanda après
une dernière défaite, et Ziadet-Allah put rentrer en possession de
Kaïrouan. Contre son habitude, il accorda l'amnistie aux habitants et se
contenta de raser les fortifications de la ville (septembre-octobre
824).

El-Mansour avait gagné le sud; il rallia ses partisans et infligea,
auprès de Sebiba, une nouvelle défaite aux troupes du gouverneur. La
route du nord lui étant ouverte, il se rapprocha de Kaïrouan afin de
faciliter la sortie de cette ville aux familles des miliciens révoltés;
puis il retourna à Tunis et s'y installa en maître (825).

Ziadet-Allah se trouvait dans une position très critique, car tout son
royaume était en insurrection; fort abattu, il se disposait même à
capituler, lorsque la désunion éclata entre les rebelles et vint à son
aide.

Ameur-ben-Nafa, le meilleur officier de Mansour, ayant rompu avec lui,
accourut l'assiéger dans son château de Tonboda. Mansour n'avait pas le
moyen de résister; il prit la fuite vers El-Orbos; mais, ayant été
rejoint par ses ennemis, il fut forcé de se rendre. Ameur, au mépris de
sa promesse de lui laisser la vie sauve et de lui faciliter le moyen de
se retirer en Orient, lui fit trancher la tête. En même temps, une
troupe de cavalerie envoyée dans le sud par Ziadet-Allah obtenait, avec
l'appui des populations, quelques succès contre les rebelles et
rétablissait son autorité dans le pays de Kastiliya.

La cause de la révolte perdit dès lors, de jour en jour, des partisans
et Ameur eut à lutter, à son tour, contre son lieutenant
Abd-es-Selam-ben-Feredj, qui le força à se réfugier à Karna, dans le
voisinage de Badja. Ameur étant mort sur ces entrefaites, ses fils et
ses derniers adhérents allèrent, selon sa recommandation, faire leur
soumission à Ziadet-Allah, qui les accueillit avec bonté (828).
Abd-es-Selam continua à tenir la campagne, mais il cessa bientôt d'être
dangereux, et Ziadet-Allah put s'occuper de l'expédition de Sicile, dont
nous allons parler plus loin[426].

[Note 426: Ibn-Khaldoun, _Hist. de l'Ifrikiya et de la Sicile_, I.
11, 12 et 13. En-Nouéïri, p. 406 et suiv. El-Kaïrouani, p. 83. Baïan, t.
I, passim.]

MORT D'EDRIS II; PARTAGE DE SON EMPIRE.--En 828, Edris II mourut
subitement à Fès. Il s'étouffa, dit-on, en avalant un grain de raisin.
Ce prince n'avait que trente-trois ans, et si la mort n'était venue
prématurément arrêter sa carrière, on ne peut prévoir où se seraient
arrêtées ses conquêtes. Son royaume comprenait alors tout le Mag'reb
extrême et s'étendait, dans le Mag'reb central, jusqu'à la Mina. Il
avait combattu avec ardeur le kharedjisme, dans les dernières années de
sa vie, et abattu l'orgueil des Beni-Ifrene et Mag'raoua. Mais, dans la
vallée du haut Moulouïa, les Miknaça régnaient toujours en maîtres, et
la dynastie des Beni-Ouaçoul à Sidjilmassa protégeait ouvertement le
schisme. Fès était devenue une brillante capitale où les savants et les
artistes étaient certains de rencontrer un accueil empressé.

Ainsi, au fond de la Berbérie, florissait un centre de pure civilisation
arabe, tout entouré de sauvages indigènes.

Edris laissa douze fils. L'aîné d'entre eux, Mohammed, lui succéda à
Fès. Peu après, ce prince, suivant le conseil de son aïeule Kenza,
partagea son empire avec sept de ses frères, en âge de régner. Ayant
conservé pour lui Fès et son territoire, il donna:

A El-Kassem: les villes de Tanger, Basra, Ceuta, Tetouane et les
contrées maritimes qui en dépendaient;

A Omar: la région maritime du Rif, avec Tikiça et Tergha, contrée
habitée par les R'omara;

A Daoud: Taza, Teçoul, Meknas et toutes les possessions edrisides de
l'est, jusqu'à la Mina, pays comprenant les Riatha, Houara, etc.;

A Abdallah: les régions du sud, comprenant le Sous et les montagnes de
l'Atlas, avec les villes d'Ar'mat et d'Anfis, pays habité par les
Masmouda et Lamta;

A Yahïa: les villes d'Azila et d'El-Araïch, avec la région maritime
environnant ces ports, sur l'Océan, et habitée par les Ouergha;

A Aïça: les villes de Salé et Azemmor, sur l'Océan, et le pays de
Tamesna, avec les tribus qui en dépendaient;

Enfin Hamza eut Oulili et la contrée environnante.

Tlemcen, avec son territoire, fut placée sous l'autorité de Aïça, fils
de Soleïman, son oncle.

Ainsi l'empire edriside se trouvait fractionné en neuf commandements; ce
démembrement ne pouvait que lui être fatal, car c'est en vain que
Mohammed avait espéré conserver une suprématie sur le royaume et
prévenir toute tentative d'usurpation de la part de ses frères. La
jalousie et l'ambition de ces princes allaient bientôt être fatales à la
dynastie edriside[427].

[Note 427: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 563. El-Bekri,
_Idricides_. Kartas, p. 61 et suiv.]

ÉTAT DE LA SICILE AU COMMENCEMENT DU IXe SIÈCLE.--Nous allons quitter un
instant la terre d'Afrique pour nous transporter en Sicile, où les armes
musulmanes vont cueillir de nouveaux lauriers; mais il convient, avant
de commencer ce récit, d'examiner quelle était la situation de cette île
au IXe siècle.

Depuis longtemps, nous l'avons vu, les Musulmans convoitaient la Sicile
et avaient exécuté contre cette grande île diverses expéditions; l'une
d'elles se serait certainement terminée par la conquête du pays, si la
révolte kharedjite n'avait forcé le gouverneur arabe à rappeler toutes
ses forces pour les conduire en Mag'reb[428]. En présence de cette
menace, les empereurs byzantins s'étaient efforcés de mettre la Sicile
en état de défense et d'y envoyer des troupes, car ils tenaient à
conserver ce boulevard de leur puissance en Occident. Mais la période
d'anarchie que traversa l'empire d'Orient pendant le VIIIe siècle, les
guerres qu'il eut à soutenir, les révoltes qu'il dut réprimer, son
déplorable système administratif qui consistait à pressurer les
populations et à les livrer à la rapacité de leurs patrices, les
persécutions religieuses, à la suite des hérésies des _Monothélites_ et
des _Iconoclastes_, et enfin les conséquences de l'hostilité du pape,
qui s'était déclaré en quelque sorte souverain indépendant, en posant
les bases de son pouvoir temporel; toutes ces conditions avaient eu pour
résultat de rendre la situation de la Sicile très critique, au
commencement du IXe siècle. La haine des populations contre l'Empire
était portée à son comble et, comme les souverains de Byzance avaient
pris l'habitude d'exiler en Sicile les personnages disgraciés, il en
résultait des rébellions continuelles, affaiblissant de jour en jour
l'autorité byzantine[429]. Plusieurs fois, les rebelles avaient cherché
un appui ou un refuge auprès des princes arabes de Kaïrouan. Du reste,
les courses des Musulmans d'Afrique et d'Espagne contre les îles de la
Méditerranée étaient pour ainsi dire incessantes, et répandaient la
terreur parmi les populations de ces rivages, au mépris des traités
particuliers, souscrits de temps à autre, dans l'intérêt du commerce,
entre les gouvernements oméïade, edriside ou ar'lebite et le patrice de
Sicile, le pape ou les républiques maritimes.

[Note 428: V. ci-devant, ch. III (Révolte de Meïcera).]

[Note 429: Amari, _Storia dei Musulmani di Sicilia_, t. I, p. 76 et
suiv., 178 et suiv., 194 et suiv.]

EUPHÉMIUS APPELLE LES ARABES EN SICILE.--EXPÉDITION DU CADI ACED.--A la
fin de l'année 820, Michel le Bègue, qui allait être livré au bourreau,
est porté par une révolution de palais au trône de l'empire. A cette
nouvelle, les Syracusains, ayant à leur tête un certain Euphémius,
mettent à mort le patrice Grégoire qui gouvernait l'île et se déclarent
indépendants; mais l'empereur envoie en Sicile une armée qui défait les
Syracusains et écrase cette révolte. Euphémius se réfugie en Afrique,
avec sa famille, et offre à Ziadet-Allah la suzeraineté de la Sicile,
s'il veut l'aider à y reprendre le pouvoir, assurant qu'il a de nombreux
partisans dans l'armée et la population et que la conquête sera facile
(826).

Ziadet-Allah était alors absorbé par ses luttes contre les rebelles.
Cependant, après la mort d'El-Mansour, sa sécurité étant assurée, il
s'occupa des propositions d'Euphémius et, comme il avait reçu de Platha,
gouverneur de Sicile, des communications destinées à le détourner de
cette entreprise, il convoqua une assemblée de notables et lui soumit la
question. Plusieurs membres répugnaient à cette expédition, ne voulant
pas rompre une trêve conclue en 813; mais Euphémius fit ressortir que ce
traité était détruit, _ipso facto_, puisque des Musulmans étaient
détenus en Sicile, et le cadi Aced, prenant la parole, insista avec tant
de force pour que l'aventure fût tentée, qu'il finit par décider
l'assemblée à autoriser l'expédition, comme une opération isolée, et non
dans un but de conquête. Aced, s'étant proposé pour diriger cette
entreprise, fut nommé, par Ziadet-Allah, cadi-émir chef de l'expédition.

La guerre sainte fut proclamée et l'expédition se prépara à Souça, sous
les yeux d'Euphémius et d'Aced. Un grand nombre de Berbères,
particulièrement de la tribu de Houara, des réfugiés espagnols, des
miliciens, accoururent à Souça, et bientôt une armée de mille cavaliers
et de cinq cents fantassins s'y trouva réunie[430]. On ne saurait trop
remarquer l'analogie de cette expédition avec celle qui livra, un peu
plus d'un siècle auparavant, l'Espagne aux Musulmans: ce sont les mêmes
causes et les mêmes procédés d'exécution; jusqu'à l'effectif de l'armée
qui est sensiblement le même; enfin, la guerre de Sicile va absorber les
forces actives des Musulmans de l'Ifrikiya et consolider la puissance
des Ar'lebites en arrêtant l'ère des révoltes.

[Note 430: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 277. Amari, _Storia_, t. 1, p. 258
et suiv.]

Conquête de la Sicile.--Le 13 juin 827, selon En-Nouéïri, la flotte,
composée d'une centaine de barques portant l'armée expéditionnaire, leva
l'ancre et le lendemain aborda à Mazara. Dès lors, Aced écarta Euphémius
et se réserva pour lui seul la direction des opérations; un rameau placé
sur le heaume des Musulmans leur servit de signe de ralliement.

Bientôt Platha s'avança contre les envahisseurs à la tête de toutes les
forces chrétiennes, que les auteurs arabes portent, avec leur
exagération habituelle, à cent cinquante mille hommes. Le 15 juillet,
l'action fut engagée par Aced, qui attaqua bravement les Grecs en avant
de Mazara. Entraînes par l'exemple de leurs chefs, les Musulmans
traversent les lignes ennemies, culbutent partout les chrétiens et
remportent une grande victoire. La Sicile était ouverte.

Tandis que Platha cherchait un refuge en Calabre, Aced, après avoir
assuré sa base d'opérations, marcha contre la capitale, en recevant sur
sa route l'hommage des populations. A la fin du mois de juillet, il
commença le siège de Syracuse; mais cette ville se défendit avec vigueur
et reçut des secours d'Orient et de Venise. Dans l'été de 828, Syracuse
était sur le point de tomber aux mains des Musulmans et avait déjà fait
des offres de reddition, d'ailleurs repoussées, lorsque Aced mourut. Dès
lors la fortune abandonna les Musulmans. Mohammed-ben-el-Djouari,
successeur d'Aced, eut à lutter contre des séditions et vit partout la
résistance s'organiser. En même temps, le comte de Lucques faisait une
descente sur les côtes de Tunisie et empêchait le gouverneur ar'lebite
d'envoyer des secours à l'expédition. Forcés de lever le siège de
Syracuse, les Musulmans tentèrent d'abord de fuir par mer; mais, la
flotte ennemie leur ayant coupé le chemin, ils descendirent à terre,
incendièrent leurs vaisseaux et se réfugièrent dans des montagnes
escarpées, avec Euphémius qui avait pris le litre d'empereur. Reprenant
ensuite l'offensive, ils s'emparèrent de Minée, de Girgenti et de
Castro-Giovanni (Enna), où ils mirent à mort Euphémius, soupçonné d'être
entré en pourparlers avec l'ennemi. Mohammed-el-Djouari fit alors battre
monnaie à son nom; il mourut en 829 et fut remplacé par
Zoheïr-ben-R'aouth.

La situation des Musulmans, réduits à la possession de Mazara et de
Minée, était assez précaire, lorsque, dans l'été de 830, une flotte
arriva d'Afrique avec trente mille hommes: Berbères, Arabes, aventuriers
espagnols et autres, envoyés par Ziadet-Allah, pour reconquérir le
terrain perdu. Les Musulmans reprirent une vigoureuse offensive et
vinrent assiéger Palerme. Après une héroïque résistance de plus d'un an,
cette ville capitula dans l'automne de 831[431], et les habitants qui
avaient échappé aux dangers et aux privations du siège furent réduits en
esclavage. Ainsi les Musulmans étaient maîtres d'une grande partie de la
Sicile. Ils s'établirent solidement à Palerme et fondèrent une colonie
où accoururent Africains et Espagnols. Ziadet-Allah nomma de ses parents
comme gouverneurs de l'île, et la guerre suivit son cours entre les
musulmans et les chrétiens, avec les alternatives ordinaires de succès
et de revers[432].

[Note 431: Ibn-el-Athir donne à cet événement la date de 832.
En-Nouéïri et Elie de la Primaudaie, (_Arabes et Normands en Sicile et
en Italie_), 835. Nous adoptons la date donnée par M. Amari, t. I, p.
290.]

[Note 432: Amari, t. I, p. 294 et suiv.]

MORT DE ZIADET-ALLAH.--SON FRÈRE ABOU-EÏKAL-EL-AR'LEB LUI
SUCCÈDE.--Pendant que la Sicile était le théâtre de ces événements, le
rebelle Abd-es-Selam continuait à tenir la campagne en Ifrikiya. Un
certain Fadel ayant, en 833, levé l'étendard de la révolte, dans la
péninsule de Cherik, Abd-es-Selam opéra avec lui sa jonction; mais les
troupes du gouverneur les mirent en déroute, et la paix se trouva enfin
rétablie d'une manière définitive (836).

Le vice-roi put alors se consacrer entièrement à la direction de la
guerre sainte et aux travaux d'embellissement qu'il avait entrepris à
Kaïrouan. Selon En-Nouéïri, il rebâtit la mosquée qui avait été
construite par Yezid-ben-Hatem, fit établir un pont à la porte
d'Abou-Rebia et compléta les fortifications de Souça. Le 10 juin 838, la
mort vint le surprendre au milieu de ces travaux. Il était âgé de
cinquante et un ans et avait exercé le pouvoir pendant vingt et un ans,
sept mois et huit jours. Malgré les difficultés toujours renaissantes
contre lesquelles il avait eu à lutter, son règne, illustré par la
conquête de la Sicile, fut un des plus glorieux de sa dynastie. Ce
prince, après s'être montré cruel et injuste, donna, sur la fin de son
règne, de beaux exemples de générosité et de grandeur de caractère;
seule, la milice ne pouvait trouver grâce devant lui. Il était doué d'un
esprit cultivé et faisait assez bien les vers, mais sa passion pour le
vin le poussait trop souvent à commettre des excentricités. C'est ainsi
que, se trouvant un jour en état d'ivresse, il adressa au khalife
El-Mamoun des vers inconvenants et menaçants qu'il s'empressa de
désavouer quand il eut repris son bon sens. Son frère
Abou-Eïkal-el-Ar'leb, surnommé Khazer, lui succéda[433]. Il était depuis
longtemps son premier ministre.

[Note 433: En-Nouéïri, p. 412. El-Kaïrouani, p. 84. Ibn-Khaldoun,
_Histoire de l'ifr. et de la Sic._, p. 110.]

GUERRES ENTRE LES DESCENDANTS D'EDRIS II.--Dans le Mag'reb, la guerre
n'avait pas tardé à éclater entre les fils d'Edris II. Aïça, à Azemmor,
s'était d'abord mis en état de révolte. Mohammed, usant de son droit de
suzeraineté, chargea alors ses frères El-Kassem et Omar de le combattre;
mais ce dernier seul y consentit. Ayant marché contre le rebelle, il le
mit en déroute, le força à se réfugier à Salé et s'empara de ses états.
Il reçut ensuite de Mohammed l'ordre de réduire son autre frère
El-Kassem qui persistait dans sa désobéissance et, lui ayant fait subir
le même sort, adjoignit encore sa province à la sienne, de sorte qu'il
se trouva en possession de toutes les régions maritimes de l'Océan.
El-Kassem se réfugia dans un couvent auprès d'Azila et se consacra
entièrement à la dévotion.

Omar, qui paraissait avoir hérité des qualités guerrières de son père,
mourut prématurément en 835. Ce prince est l'aïeul de la dynastie des
Edrisides-Hammoudites,, dont nous aurons à parler plus tard; son fils
Ali lui succéda.

L'année suivante (836), Mohammed cessa de vivre, à Fès, laissant un fils
nommé Ali, âgé seulement de onze ans, auquel les Aoureba prêtèrent
serment de fidélité[434]. Ainsi disparaissaient, l'un après l'autre, les
chefs de cette brillante famille et se fractionnait l'empire fondé par
Edris. Les survivants régnèrent obscurément dans leurs provinces, et
comme les événements de leur histoire ne présentèrent rien de saillant
pendant quelques années, nous cesserons pour le moment de nous occuper
des Edrisides.

[Note 434: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 564. El-Bekri,
_Idricides_.]

LES MIDRARIDES À SIDJILMASSA.--A Sidjilmassa, les Beni-Ouaçoul
continuaient à exercer le pouvoir; El-Montaçar-el-Yaçâa, surnommé
Midrar, qui avait succédé à Abou-l'Kacem, subjugua les Berbères du
Sahara, rebelles à son autorité, et conquit les mines de Deraa, dont il
se fit attribuer le cinquième. Ce prince donna un véritable lustre à sa
dynastie qui fui désignée sous le nom de Beni-Midrar. Il rechercha
l'alliance des Rostemides de Tiharet et obtint une de leurs filles en
mariage. Les Kharedjites persécutés par les Edrisides trouvèrent, à
Sidjilmassa, un refuge assuré. El-Montaçar était occupé à entourer sa
capitale de retranchements, lorsqu'il mourut (824). Son fils, nommé
aussi El-Montaçar, lui succéda et vit son règne troublé par la révolte
de ses fils. L'un d'eux, nommé Meïmoun, s'empara du pouvoir ou l'exerça
simultanément avec son père[435].

[Note 435: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 262. El-Beki-i, passim.]

L'ESPAGNE SOUS ABD-ER-RAHMAN II.--En Espagne, Abd-er-Rahman II
continuait à régner. Il avait rétabli la paix dans son royaume et vivait
somptueusement dans sa capitale. «Jamais--dit Dozy[436]--, la cour des
sultans d'Espagne n'avait été aussi brillante qu'elle le devint sous le
règne d'Abd-er-Rahman II. Amoureux de la superbe prodigalité des
khalifes de Bagdad, de leur vie de pompe et d'apparat, ce monarque
s'entoura d'une nombreuse domesticité, embellit sa capitale, fit
construire à grands frais des ponts, des mosquées, des palais et créa de
vastes et magnifiques jardins, sur lesquels des canaux répartissaient
les torrents des montagnes. Il aimait la poésie, et si les vers qu'il
faisait passer pour les siens n'étaient pas toujours de lui, du moins il
récompensait généreusement les poètes qui lui venaient en aide. Au
reste, il était doux, facile et bon jusqu'à la faiblesse.»

En 828, les habitants de Mérida s'étant, révoltés, le khalife fit
marcher contre eux une armée. Ils se soumirent alors et livrèrent des
otages; mais quand ils virent qu'on démolissait les remparts de leur
cité, ils se soulevèrent de nouveau et restèrent indépendants jusqu'en
833[437].

[Note 436: _Musulmans d'Espagne_, t. II, p. 87.]

[Note 437: Dozy, _Recherches sur l'histoire de l'Espagne_, p. 158.
El-Marrakchi (Dozy), p. 14 et suiv.]



CHAPITRE VII

LES DERNIERS AR'LEBITES
838-902


Gouvernement d'Abou-Eikal.--Gouvernement
d'Abou-l'Abbas-Mohammed.--Gouvernement d'Abou-Ibrahim-Ahmed.--Événements
d'Espagne.--Gouvernements de Ziadet-Allah le jeune et
d'Abou-el-R'aranik.--Guerre de Sicile.--Mort
d'Abou-el-R'aranik.--Gouvernement d'Ibrahim-ben-Ahmed.--Les souverains
edrisides de Fès.--Succès des Musulmans en Sicile.--Ibrahim repousse
l'invasion d'El-Abbas-ben-Touloun.--Révoltes en Ifrikiya; cruautés
d'Ibrahim.--Progrès de la secte chiaïte en Berbérie; arrivée
d'Abou-Abd-Allah.--Nouvelles luttes d'Ibrahim contre les
révoltés.--Expédition d'Ibrahim contre les Toulounides.--Abdication
d'Ibrahim.--Evénements de Sicile.--Événements d'Espagne.


GOUVERNEMENT D'ABOU-EÏKAL.--Le règne d'Abou-Eïkal, frère et successeur
de Ziadet-Allah, fut fort court. Ce prince, que les historiens comparent
à son aïeul El-Ar'leb, s'attacha à faire fleurir dans son gouvernement
la paix et la justice. Il abolit les impôts qui n'étaient pas conformes
à la loi religieuse et une foule de taxes particulières établies, dans
diverses localités, par les gouverneurs, qui reçurent alors un
traitement fixe, et auxquels il fut défendu sévèrement de se créer
aucune autre source de revenus. Il proscrivit à Kaïrouan l'usage du vin,
afin d'éviter les abus dont son frère avait donné de si tristes
exemples. Il aurait également, selon Cardonne, assigné une paie
régulière à la milice qui, jusque-là, avait vécu surtout des ressources
qu'elle se procurait en campagne. La milice, bien traitée par lui, se
tint tranquille et oublia pour quelque temps ses traditions
d'indiscipline[438].

[Note 438: En-Nouéïri, p. 414, 415.]

Abou-Eïkal ne négligea pas la guerre de Sicile et, grâce aux renforts
qu'il expédia dans cette île, les Musulmans reprirent activement la
campagne et s'emparèrent d'un grand nombre de places. Sur ces
entrefaites, le prince longobard de Bénévent ayant attaqué la république
de Naples, le consul de cette ville, Sicard, demanda des secours aux
Arabes de cette ville, qui lui envoyèrent une petite armée, avec
laquelle il repoussa les agresseurs. Il en résulta une ligue entre
Naples et les émirs de Sicile, ligue qui dura cinquante ans[439].

Après un règne paisible de deux ans et neuf mois, Abou-Eïkal cessa de
vivre (février 841).

[Note 439: Amari, t. I, p. 309 et suiv.]

Gouvernement d'Abou-l'Abbas-Mohammed.--Abou-l'Abbas-Mohammed succéda à
Abou-Eïkal, son père, sans hériter de sa sagesse. Négligeant le soin des
affaires publiques pour se livrer à ses plaisirs, il choisit comme
ministres les deux frères Abou-Abd-Allah et Abou-Homéïd, et les laissa
diriger le gouvernement selon leur bon plaisir. Abou-Djafer, frère du
vice-roi, fut profondément blessé de cette préférence qui le reléguait
au second plan, et résolut de s'emparer du pouvoir. Lorsque le complot,
ourdi en secret, eut été préparé, les conjurés montèrent à cheval à
midi, au moment où tout le monde se reposait, et pénétrèrent dans le
palais du gouvernement, après avoir culbuté la garde. Ils se saisirent
d'abord du vizir Abou-Abdallah et le mirent à mort.

Cependant quelques serviteurs, étant revenus de leur surprise, se
jetèrent au devant des agresseurs et leur tinrent tête un moment, ce qui
permit à Abou-l'Abbas de se retrancher dans le réduit. Le chef des
révoltés protesta alors qu'il n'en voulait qu'aux ministres, et, devant
ces assurances, le gouverneur consentit à se rendre dans la salle
d'audience. S'étant assis sur son trône, il donna l'ordre d'introduire
le peuple, en feignant d'ignorer ce qui s'était passé. Abou-Djafer entra
le premier à la tête des mutins et reprocha à son frère, en termes assez
violents, de se laisser conduire par les fils de Homéïd, et de fermer
les yeux sur leurs actes. Abou-l'Abbas était dans une situation trop
critique pour se montrer arrogant. Il consentit à livrer Abou-Homéïd à
son frère, après avoir reçu de lui la promesse qu'on n'attenterait pas à
sa vie.

Moyennant cette concession, Abou-Djafer jura de ne faire aucune
tentative pour renverser son frère, mais il profita de cette occasion
pour s'emparer de la direction des affaires de l'état; il devint donc le
véritable gouverneur, tandis que Mohammed n'en conservait que le titre.
Durant quelque temps, Abou-Djafer tint d'une main ferme les rênes du
gouvernement; puis, lorsqu'il fut rassasié du pouvoir, il commença à se
relâcher de son active surveillance pour se lancer dans les mêmes écarts
que son frère et s'adonner particulièrement au vin. Par une bizarre
coïncidence, Abou-l'Abbas, faisant alors un retour sur lui-même, se
trouva las du rôle secondaire auquel il était réduit et prit la virile
résolution de ressaisir l'autorité.

Après avoir noué des relations avec quelques chefs mécontents, Mohammed
fit entrer dans son parti un certain Ahmed-ben-Sofiane, cheikh très
influent à Kaïrouan, qui devint son principal agent. Bientôt la
conjuration fut organisée. Abou-Djafer, en ayant été prévenu par un
traître, refusa d'y croire, car Abou-l'Abbas paraissait de plus en plus
absorbé par ses débauches. Au jour fixé pour l'exécution du complot, un
grand nombre de conjurés déguisés en esclaves s'introduisirent dans la
forteresse. Ahmed-ben-Sofiane leur distribua des armes, ainsi qu'aux
esclaves et aux affranchis dont il était sûr, et les fit cacher. Averti
une deuxième et une troisième fois, Abou-Djafer envoya une patrouille
faire une reconnaissance au dehors; mais les soldats n'ayant rien trouvé
d'extraordinaire, il reprit sa tranquillité.

Au coucher du soleil, un groupe de conjurés se précipita sur les gardes
de la porte qu'on avait pris le soin d'enivrer et les massacra. Ayant
ensuite placé sur le toit du réduit un feu devant servir de signal aux
gens de la ville, les partisans du gouverneur légitime attaquèrent ceux
d'Abou-Djafer. On se battit pendant une partie de la nuit, jusqu'à
l'arrivée des habitants de Kaïrouan, dont le grand nombre assura la
victoire. Abou-Djafer, réfugié dans son palais, fit demander sa grâce à
Abou-l'Abbas qui lui pardonna généreusement. Il se contenta de lui
reprocher en public sa conduite et de l'exiler du pays, après lui avoir
confisqué ses trésors (846). Abou-Djafer se réfugia en Orient, où il
mourut.

Délivré de la tyrannie de son frère, le gouverneur Mohammed eut bientôt
à lutter contre d'autres révoltes. En 848, Amer, fils de
Selim-ben-R'alboun, voulant venger son père qui avait été mis à mort par
l'ordre du prince, à la suite d'une tentative de révolte, répudia
l'autorité de son maître et se proclama indépendant à Tunis. Durant deux
ans, le gouverneur essaya en vain de le réduire; enfin, le 20 septembre
850, Tunis fut enlevée d'assaut, et Amer ayant été pris fut décapité. La
révolte était domptée[440].

Abou-l'Abbas paraît ensuite avoir tourné ses regards vers l'ouest et
essayé de s'opposer aux empiètements des Rostemides de Tiharet, en
faisant construire non loin de cette ville une place forte qu'il nomma
El-Abbassïa, s'appuyant sur une ligne de postes avancés; mais il était
trop tard pour pouvoir ressaisir une autorité à jamais perdue; avant peu
la nouvelle ville devait être brûlée par Afia, fils
d'Abd-el-Ouahab-ben-Rostem, poussé à cela par le khalife d'Espagne[441].

Le 11 mai 856, Abou-l'Abbas mourut à Kaïrouan[442]. Quelque temps
auparavant, avait eu lieu le décès de Sahnoun, un des plus grands
docteurs selon le rite malekite.

[Note 440: En-Nouéïri, p. 417.]

[Note 441: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 419. Ibn-El-Athir, passim.]

[Note 442: El-Kaïrouani donne la date de 854.]

GOUVERNEMENT D'ABOU-IBRAHIM-AHMED.--Abou-Ibrahim-Ahmed succéda à son
frère Abou-l'Abbas. Il régna paisiblement pendant trois ans. Vers 859,
les Berbères des environs de Tripoli s'étant refusés d'acquitter
l'impôt, Abd-Allah, gouverneur de cette ville, marcha contre eux. Mais,
après avoir essuyé plusieurs défaites, il dut se renfermer derrière les
remparts de Tripoli et demander du secours au gouverneur de Kaïrouan.
Ziadet-Allah, frère d'Abou-Ibrahim, accouru en toute hâte à la tête
d'une armée, fit rentrer les rebelles dans le devoir, après leur avoir
infligé une sévère punition.

Abou-Ibrahim continua à s'occuper de travaux d'utilité publique pour
lesquels il avait un grand goût, et en fit profiter non seulement sa
capitale, mais encore Souça et plusieurs autres localités. Il s'attacha
surtout aux travaux hydrauliques et dota Kaïrouan de plusieurs citernes,
notamment de celle appelée El-Madjel-el-Kebir établie près de la porte
de Tunis[443].

Ces soins ne l'empêchaient pas de continuer la guerre de Sicile.
Abou-l'Abbas-Ibn-Abou-Fezara avait succédé comme commandant militaire à
Abou-l'Ar'leb, mort en 851. Ce général poussa activement les opérations
militaires et remporta de réels succès qui furent accompagnés des plus
grandes cruautés. En 858, il s'empara de Céfalu. Le 24 janvier de
l'année suivante, il se rendit maître de la forteresse de
Castrogiovanni, qui résistait depuis trente ans et où les Siciliens
avaient réuni de grandes richesses. Cette perte causa dans l'île une
véritable stupeur, dont profitèrent les Musulmans.

Vers 860, l'empereur Michel III, l'ivrogne, envoya une nouvelle
expédition en Sicile. A l'approche des Byzantins, plusieurs cantons se
soulevèrent, mais Abbas, ayant écrasé l'armée impériale et forcé ses
débris à reprendre la mer, ne tarda pas, grâce à son énergie, à rétablir
la paix dans son territoire. Il mourut le 18 août 861[444].

[Note 443: En-Nouéïri, p. 420.]

[Note 444: Michele Amari, _Storia_, t, I, p. 320 et suiv.]

En décembre 863, Abou-Ibrahim, qui avait su par sa justice et sa bonté,
s'attirer l'affection de ses sujets, tomba malade et mourut le 28 dudit
mois, après avoir régné huit ans. On rapporte que, pendant sa maladie,
on achevait la citerne du vieux château et qu'il s'informait chaque
jour, avec intérêt, de l'état des travaux. Enfin on lui apporta une
coupe pleine de l'eau de la citerne: il la but avec empressement et
mourut presque aussitôt. Il n'était âgé que de vingt-neuf ans.

ÉVÉNEMENTS D'ESPAGNE.--En Espagne, Ahd-er-Rahman II était mort
subitement le 22 septembre 852. Il laissait deux fils: Mohammed et
Abdallah qui aspiraient l'un et l'autre à lui succéder, car leur père
n'avait pris aucune disposition précise à ce sujet. Appuyé par les
eunuques, Mohammed parvint à s'emparer du pouvoir. C'était un homme
médiocre, entièrement livré à la débauche. Il ne tarda pas à éloigner de
lui la masse de ses sujets et ne sut plaire qu'à la caste des clercs, ou
fakihs, dont il flatta le fanatisme en persécutant les chrétiens.

Les habitants de Tolède s'étant mis en état de révolte appelèrent à leur
secours les chrétiens du royaume de Léon, et Ordoño Ier envoya une armée
pour les soutenir. Mais Mohammed ayant, en personne, marché contre eux,
attira les confédérés dans une embuscade, les vainquit et en fit un
carnage épouvantable: huit mille têtes furent coupées et envoyées dans
les principales villes d'Espagne et même d'Afrique. Cependant Tolède
continua à rester en état de révolte, et, comme les Musulmans accusaient
les chrétiens d'être les fauteurs de cette rébellion, les persécutions
redoublèrent contre eux. Bientôt, du reste, une levée de boucliers des
chrétiens et des renégats se produisit dans les montagnes de Regio.

Sur ces entrefaites, un chef d'origine wisigothe, Moussa II, qui avait
formé dans le nord un état indépendant, appelé _la frontière
supérieure_, et dont la puissance avait contrebalancé celle de l'émir de
Cordoue, vint à mourir (862). Mohammed rentra alors en possession de
Tudèle et de Sarragosse, ainsi que d'une partie de la frontière
supérieure; mais le reste, de même que Tolède, demeura dans
l'indépendance sous la protection du roi de Léon[445].

Vers cette époque, les Normands, qui avaient déjà pillé et brûlé
Séville, en 844, firent de nouvelles incursions dans la péninsule en
remontant les fleuves. Le fameux Hasting parcourut, avec une flotte de
cent voiles, la Méditerranée et ravagea le littoral de la Mauritanie, de
l'Espagne et des îles, vers 860. La ville de Nokour eut particulièrement
à souffrir de leurs excès[446].

[Note 445: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. II, p. 158 et suiv.]

[Note 446: El-Bekri, p. 92 du texte arabe. Ibn-Khaldoun, t. II, p.
159. Baïan, t. II, p. 44. Dozy, _Recherches sur l'histoire de
l'Espagne_, t. I et II, passim.]

GOUVERNEMENT DE ZIADET-ALLAH, DIT LE JEUNE, ET D'ABOU-EL-R'ARANIK.--A
Kaïrouan, Abou-Mohammed-Ziadet-Allah, le jeune, avait succédé à son
frère Ahmed (décembre 863). Ce prince paraissait bien doué, mais la mort
le surprit le 22 décembre 864, après un an de règne. Son neveu
Abou-Abd-Allah-Mohammed, surnommé Abou-el-R'aranik (l'homme aux grues)
lui succéda. Le goût de ce prince pour la chasse aux grues lui avait
valu ce surnom.

Une révolte des Berbères signala les premiers jours de son règne.
Biskra, Tehouda, les Houara, voisins du territoire des Rostemides,
toutes les populations du Zab et du Hodna, régions qui formaient alors
la limite du sud-ouest, se lancèrent dans la rébellion. Le général
Abou-Khafadja-ben-Ahmed, envoyé par le prince contre les révoltés, leur
infligea de nombreuses défaites et les contraignit à la soumission.
Seuls, les Houara résistaient encore. Abou-Khafadja ayant opéré sa
jonction avec le général Haï-ben-Malek, qui commandait un autre corps
d'armée, pénétra dans le Hodna et atteignit les Houara. Les indigènes
essayèrent en vain d'obtenir leur pardon en se soumettant aux conditions
qu'on voudrait leur imposer, Abou-Khafadja, inflexible, donna le signal
de l'attaque. Les Houara, sans espoir de salut, combattirent avec le
dernier acharnement et, contre toute attente, les guerriers arabes
commencèrent à plier; bientôt, Haï-ben-Malek prit la fuite, en
entraînant la cavalerie. Abou-Khafadja, voyant la victoire lui échapper,
se fit bravement tuer avec presque toute son escorte. Les débris de ses
troupes se réfugièrent à Tobna. Il ne paraît pas qu'Abou-l'R'aranik ait
cherché à tirer vengeance de cet échec[447].

[Note 447: En-Nouéïri, p. 422.]

GUERRE DE SICILE.--Pendant que l'Afrique était le théâtre de ces
événements, les armes arabes obtenaient de nouveaux succès en Sicile. En
867, Basile le Macédonien, étant monté sur le trône impérial, s'appliqua
à réorganiser l'armée et, dans la même année, envoya une expédition en
Sicile. Une certaine anarchie divisait les Musulmans, depuis la mort de
Abbas; les Berbères étaient jaloux des Arabes, et ceux-ci étaient
toujours divisés par les rivalités des Yéménites et des Modhérites. Les
troupes impériales obtinrent quelques succès et paraissent s'être
emparées de Castrogiovanni; mais bientôt les Musulmans reprirent
l'avantage et portèrent le ravage dans les environs de Syracuse. En 868,
Khafadja-ben-Sofian qui avait pris le commandement, défit une nouvelle
armée byzantine envoyée par Basile; mais il tomba peu après sous le
poignard d'un Berbère houari.

L'année suivante (869), Ahmed-ben-Omar-ben-El-Ar'leb s'empara de l'île
de Malte. Les Byzantins, accourus en toute hâte, arrachèrent aux
Ar'lebites leur nouvelle conquête. Mais, au mois de juin 870, la flotte
musulmane envoyée de Sicile débarqua à Malte une nouvelle armée qui
reprit l'île aux chrétiens[448].

[Note 448: Amari, _Storia_, p. 341 et suiv.]

MORT D'ABOU-EL-R'ARANIK.--GOUVERNEMENT
D'IBRAHIM-BEN-AHMED.--Abou-El-R'aranik mourut le 16 février 875, après
avoir régné une dizaine d'années. Il n'était âgé que de vingt-quatre
ans, et avait une si mauvaise santé qu'il avait passé plusieurs fois
pour mort, ce qui lui avait valu le surnom d'El-Mïït. Comme la plupart
des membres de la famille ar'lebite, ce prince se distinguait par la
bonté et la générosité; mais aussi il avait les défauts de ses
devanciers, qui tous mouraient si jeunes; esclave de ses passions, il
était dominé par le goût des plaisirs, de la chasse et surtout de la
débauche et du vin. Sa prodigalité était si grande qu'il laissa le
trésor complètement à sec. Son frère, Abou-Ishak-Ibrahim, qui dirigeait
les affaires comme premier ministre, était impuissant à le modérer dans
ses dépenses.

Avant de mourir, Abou-el-R'aranik avait désigné, pour lui succéder, son
fils Ahmed-Abou-L'Eïkal, et, comme il redoutait l'influence de son frère
Ibrahim et ses visées ambitieuses, il l'avait contraint à jurer
solennellement, _cinquante fois de suite_, dans la grande mosquée, qu'il
ne tenterait pas de s'emparer du pouvoir. Mais cette précaution fut
absolument inutile: aussitôt que la mort du gouverneur fut connue, le
peuple se porta en foule auprès d'Ibrahim et le força à se rendre au
château et à prendre en main les rênes du gouvernement.

Ibrahim essaya de résister en représentant qu'il était lié envers son
frère par un engagement solennel. Mais, quand il vit le peuple décidé à
n'accepter en aucune manière le règne d'un enfant, il se décida à
prendre le pouvoir. Étant monté à cheval, il pénétra de force dans le
vieux château et y reçut l'hommage des principaux citoyens.

Le nouveau gouverneur s'occupa ensuite de l'édification d'un vaste
château au lieu dit Rakkada, à quatre milles de Kaïrouan, dans une
localité privilégiée comme climat. Son but était d'en faire sa demeure
et d'abandonner le vieux château. Il employa les premières années de son
règne à diverses autres constructions, tout en dirigeant la guerre de
Sicile et d'Italie, sur laquelle nous allons entrer plus loin dans des
détails. En 878, les affranchis, descendants des troupes nègres formées
par El-Ar'leb, se révoltèrent dans le vieux château et osèrent même
interrompre les communications avec Rakkada; mais ils furent bientôt
forcés de se rendre, et Ibrahim les fit périr sous le fouet, ou
crucifier, donnant ainsi le premier exemple de l'incroyable férocité
qu'il devait montrer plus tard. Il fit ensuite acheter d'autres esclaves
au Soudan et forma une nouvelle garde nègre qui se distingua, plus tard,
par sa bravoure et son aveugle fidélité[449].

[Note 449: En-Nouéïri, p. 424 et suiv.]

LES SOUVERAINS EDRISIDES DE FEZ.--C'est sans doute vers cette époque que
l'edriside Yahïa mourut à Fès et fut remplacé par son fils nommé, comme
lui, Yahïa. Ce prince, par sa conduite dissolue, indisposa contre lui la
population de la capitale; à la suite d'un dernier scandale, la révolte
éclata, à la voix d'un nommé Abder-Rahman-el-Djadami. Expulsé du
quartier des Kaïrouanides, Yahïa se réfugia dans celui des Andalous, où
il mourut la même nuit. Ali, fils d'Edris-ben-Omar, souverain du Rif,
cédant aux sollicitations des partisans de sa famille qui étaient venus
lui porter une adresse, se rendit à Fès, y prit en main le pouvoir et
reçut le serment de fidélité des chefs du Mag'reb extrême.

Mais, peu de temps après, un kharedjite sofrite nommé Abd-er-Rezzak,
natif d'Espagne, parvint à soulever les indigènes des montagnes de
Mediouna, au sud de Fès. Après plusieurs combats, il remporta sur Ali
une victoire décisive qui lui donna la possession du quartier des
Andalous; il força ensuite Ali à se réfugier dans le territoire des
Aoureba, ces fidèles amis de sa famille. Les habitants du quartier des
Kaïrouanides ayant alors proclamé roi Yahïa, fils de Kacem-ben-Edris, ce
prince réunit une armée et, étant parvenu à renverser l'usurpateur,
conserva seul le pouvoir[450].

[Note 450: El-Bekri, trad. art. _Idricides_. Ibn-Khaldoun, t. II, p.
566-567. Le Kartas, p. 103 et suiv.]

SUCCÈS DES MUSULMANS EN SICILE.--Tandis que le Mag'reb était le théâtre
de ces événements, le gouverneur Ibrahim se trouvait absorbé par
d'autres soins et surtout par la guerre de Sicile. Aussitôt après son
avènement, il y avait envoyé de nouvelles troupes et les Musulmans
avaient repris, contre les Grecs, une vigoureuse offensive. Sous le
commandement de Djafer-ben-Mohammed, ils vinrent, dans l'été 877, mettre
le siège devant Syracuse, et déployèrent pour réduire cette place autant
d'habileté stratégique que d'ardeur. La flotte grecque, ayant été
envoyée au secours de la ville, fut vaincue par celle des Ar'lebites qui
purent ensuite compléter le blocus par mer. Syracuse endura avec la plus
grande fermeté les tortures d'une épouvantable famine et pendant ce
temps Basile, occupé à construire une église à Constantinople, restait
impassible. Étant enfin sorti de son inertie, il envoya une nouvelle
flotte qui fut retenue par son chef dans un port du Péloponnèse pour y
attendre le vent. Le 2 mai 878, Syracuse fut emportée d'assaut, malgré
l'héroïque défense des assiégés. Les chrétiens furent massacrés ou
réduits en esclavage, et la ville subit le plus complet pillage. Après
quoi, les Musulmans l'incendièrent et se retirèrent, ne laissant à la
place de cette riche cité qu'un monceau de ruines fumantes. Peu après
les Grecs reprirent l'offensive et obtinrent un succès près de Taormina
(879)[451].

Mais en 881, les Musulmans furent vainqueurs à leur tour et en 882 ils
s'emparèrent de Polizzi «la ville du roi». Il ne resta alors aux
chrétiens en Sicile que les monts Peloriade, l'Etna et la vallée
intermédiaire.

[Note 451: Amari, _Storia_, t. I, p. 393 et suiv.]

IBRAHIM REPOUSSE L'INVASION D'EL-ABBAS-BEN-TOULOUN.--Les événements dont
l'Afrique, l'Espagne et la Sicile étaient le théâtre, nous ont depuis
longtemps fait perdre de vue l'Orient. Cela prouve, entre autres choses,
que l'influence du khalifat disparaissait de plus en plus en Occident.
La dynastie abbasside penchait déjà vers son déclin, et son vaste empire
était en proie à l'anarchie. Pendant que les khalifes se succédaient
après de courts règnes terminés par l'assassinat, pendant que leur
capitale demeurait abandonnée aux factions, leurs provinces se
détachaient. Depuis quelques années, l'Egypte, un des plus beaux
fleurons de la couronne, était aux mains d'un chef indépendant de fait,
Ahmed-ben-Touloun.--En 878, Ibn-Touloun entreprit la conquête de la
Syrie et laissa l'Egypte sous le commandement de son fils El-Abbas. Mais
celui-ci profita de son absence pour se mettre en état de révolte et
s'approprier les réserves du trésor. Puis il réunit une armée et partit
vers l'ouest, à la conquête de l'Ifrikiya. A cette nouvelle, le
gouverneur ar'lebite fît marcher contre lui un corps de troupes sous la
conduite de son général Ibn-Korhob (879). Les deux armées en vinrent aux
mains près de l'Ouad-Ourdaça, non loin de Lebida, et la journée se
termina par la déroute d'Ibn-Korhob. El-Abbas, soutenu sans doute par
les indigènes, poursuivit ses ennemis jusqu'à Lebida, s'empara de cette
ville, puis vint entreprendre le siège de Tripoli. Il était urgent
d'arrêter les succès de ce conquérant. Ibrahim se mit aussitôt en marche
contre lui; mais, parvenu à Gabès, il apprit qu'El-Abbas avait été
entièrement défait et réduit à la fuite. Voici ce qui s'était passé: les
gens de Lebida, irrités des excès commis par les vainqueurs, avaient
appelé à leur aide El-Yas-ben-Mansour, chef des Kharedjites des monts
Nefouça, et ce cheikh était descendu de ses montagnes à la tête de
12,000 Berbères. El-Abbas avait essayé en vain de leur tenir tête; il
avait dû prendre la fuite et avait été poursuivi par Ibn-Korhob. Réfugié
à Barka, El-Abbas fut arrêté par les troupes de son père et ramené en
Egypte (881).

RÉVOLTES EN IFRIKIYA.--CRUAUTÉS D'IBRAHIM.--Diverses révoltes partielles
des Berbères suivirent cette échauffourée. Ce furent d'abord les
Ouzdadja de l'Aourès qui chassèrent leur gouverneur et refusèrent
l'impôt. Ibn-Korhob, envoyé contre eux par le gouverneur, les força à la
soumission après plusieurs combats. De là, le général ar'lebite se porta
contre les Houara qui s'étaient aussi lancés dans la rébellion. Après
les avoir en vain sommés de se rendre, il se mit à ravager et à
incendier leur pays et les contraignit par ce moyen à demander la paix.

C'est à partir de cette époque que le caractère d'Ibrahim changea.
Naturellement soupçonneux, irrité par les résistances qu'il rencontrait
autour de lui, ou peut-être perverti par l'exercice du pouvoir, il
devint d'une cruauté inouïe et se mit, à verser le sang comme par
plaisir, disposition qui le porta plus tard à commettre tant de crimes,
même sur ses proches. En même temps, son amour des richesses se
manifesta, et, par une étrange contradiction, après avoir, dans le
commencement de son règne, cherché à alléger les impôts, il devait avant
peu employer tous les moyens pour s'approprier le bien d'autrui.

En 882, les Louata se lancèrent à leur tour dans la révolte,
s'emparèrent de la ville de Karna, la mirent au pillage et vinrent
attaquer Badja et Ksar-el-Ifriki, près de Tifech. Le général Ibn-Korhob
ayant marché contre eux essuya une défaite, et, dans sa fuite, tomba au
pouvoir des rebelles, qui le mirent à mort (juillet). Irrité au plus
haut point de cet échec, Ibrahim chargea son fils, Abou-l'Abbas, de
châtier les rebelles et lui confia à cet effet sa milice, la garde nègre
et des contingents de tribus alliées. Mais les Louata ne l'attendirent
pas; Abou-l'Abbas les poursuivit jusque dans le sud, en leur tuant du
monde et les forçant d'abandonner leurs prises. Dans le cours de cette
année, 882, une affreuse disette désola l'Afrique. Le blé avait atteint
des prix excessifs, et les malheureuses populations s'étaient vues, en
maints endroits, réduites à manger de la chair humaine[452].

A la suite des sanglantes luttes que nous avons retracées, une
tranquillité apparente, sinon réelle, régna durant quelques années, et
Ibrahim put donner libre carrière à ses cruels instincts. En-Noueïri
retrace longuement les cruautés raffinées qu'il savait inventer et qu'il
exerçait autour de lui au moindre soupçon[453].

[Note 452: Comme dans un récent exemple dont nous avons été témoins,
la famine de 1867-1868.]

[Note 453: En-Nouéïri, p. 427, 436.]

PROGRÈS DE LA SECTE CHIAÏTE EN BERBÉRIE.--ARRIVÉE
D'ABOU-ABD-ALLAH.--Tandis qu'Ibrahim se livrait aux écarts de son
étrange caractère, donnant tour à tour l'exemple d'une certaine grandeur
d'âme ou d'une basse cruauté, un nouvel élément de discorde
s'introduisait en Afrique. Nous avons indiqué ci-devant[454] de quelle
façon se forma la secte des chiaïtes, après la mort d'Ali. Écrasés en
787 à la bataille de Fekh, ils durent rentrer dans l'ombre. Ils se
formèrent alors en société secrète et envoyèrent des émissaires dans
toutes les directions, même en Berbérie, malgré la surveillance exercée
par les Abbassides.

Le schisme chiaïte se divisait en plusieurs sectes, parmi lesquelles
nous ne nous occuperons que des Imamïa, formant les Ethna-Acheria
(Duodécémains) elles Ismaïlia (Ismaïliens).

Les Duodécémains comptaient douze _imam_ ayant régné après Ali, et
enseignaient que le douzième, ayant disparu mystérieusement, devait
reparaître plus tard pour faire renaître la justice sur la terre et
qu'il serait le _Mehdi_, ou être dirigé, prédit par Mahomet[455]. Les
Ismaïliens ne comptaient que six imam; le septième, Ismaïl, désigné pour
succéder à son père, était, selon eux, mort avant lui. A partir de ce
septième, leurs imam étaient dits cachés (Mektoum), ne transmettant
leurs ordres au monde que par l'intermédiaire des _daï_
(missionnaires)[456].

[Note 454: Chapitre II. Mort d'Ali, et Kharedjites et Chiaïtes.]

[Note 455: Telle est la tradition sur laquelle s'appuient tous les
_Mehdi_ que nous verrons paraître dans l'histoire et qui se produisent
encore de nos jours.]

[Note 456: Ibn-Khaldoun, t. II, append. II.]

Le troisième imam caché, nommé Mohammed-el-Habib, vivait à Salemïa,
ville du territoire d'Emesse, en Syrie, dans les premières années du
règne d'Ibrahim. De là il lançait des daï, dont les uns s'avancèrent en
guerriers jusque dans l'Inde, d'autres gagnèrent l'Afrique. L'un d'eux
s'établit à Mermadjenna, au nord-est de Tebessa; un autre dans le pays
des Ketama, non loin de l'Oued-Remel, appelé alors, en langue indigène,
_Souf-Djimar_. Ils firent de nombreux prosélytes et décidèrent
plusieurs de leurs adeptes à effectuer le pèlerinage de Salemia.

En présence de ces résultats, Mohammed-el-Habib résolut d'envoyer en
Mag'reb un de ses plus fidèles adhérents, nommé
Abou-Abd-Allah-el-Hocéin. Cet homme de mérite, qui devait rendre de si
grands services à la cause fatemide, avait été d'abord _mohtacib_ ou
receveur d'impôts à Basra, puis il avait enseigné publiquement les
doctrines des Imamiens, ce qui lui avait valu le surnom d'_El-Maallem_
(le maître)[457]. Il partit pour le Mag'reb, en compagnie des chefs
ketamiens; pour éviter les postes placés par les Abbassides sur toutes
les routes, ils passèrent par les déserts et, grâce à leur prudence,
parvinrent à atteindre les chaînes des Ketama, et s'établirent à
Guédjal, dans le territoire occupé actuellement par les Djimela, près de
Sétif. Le chef de ces indigènes, Mouça-ben-Horeïth, un de ceux qui
revenaient d'Orient, protégea l'établissement du missionnaire dans cette
localité qui fut appelée par lui: _Le col des gens de bien_
(_Fedj-el-Akhiar_). Ce nom n'avait pas été pris au hasard;
Abou-Abd-Allah annonça, en effet, que le Mehdi lui avait révélé qu'il
serait forcé de fuir son pays et, de même que le prophète, d'avoir une
hégire, et qu'il serait soutenu par des _gens de bien_ (ses Ansars),
dont le nom serait un dérivé du verbe _katama_ (cacher).

Ces moyens, habilement choisis, devaient réussir auprès de gens
ignorants tels que les montagnards du Mag'reb. Aussi les Ketama, flattés
d'être choisis pour le rôle d'Ansars du nouveau prophète, vinrent-ils en
foule se ranger sous la bannière du daï chiaïte. Ces faits se passèrent
sans doute entre les années 890 et 893, car la date de l'arrivée
d'Abou-Abd-Allah en Afrique est incertaine.

[Note 457: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 509, et Ibn-Hammad, trad.
Cherbonneau, _Rev. afr._, nos 72-78.]

NOUVELLES LUTTES D'IBRAHIM CONTRE LES RÉVOLTES.--Vers le même temps, le
gouverneur ar'lebite Ibrahim, qui venait de faire périr ses propres
filles, ses favorites et un grand nombre de serviteurs, attira par ses
promesses les principaux chefs du Zab et de Bellezma, à Rakkada; puis il
les fit massacrer et s'empara de leurs richesses. Un millier d'indigènes
périrent, dit-on, dans ce guet-à-pens, qui eut pour effet de jeter un
grand nombre de Berbères, et particulièrement des Ketama, dans les bras
du chiaïte, car les gens de Bellezma étaient leurs suzerains[458].

Cependant Ibrahim, apprenant la propagande que faisait Abou-Abd-Allah,
lui écrivit pour lui enjoindre d'avoir à cesser toute prédication. Le
chiaïte répondit par une lettre injurieuse. Le prince ar'lebite donna
aussitôt aux commandants des contrées voisines l'ordre de marcher contre
les rebelles. A l'approche du danger, les Ketama commencèrent à se
repentir de leur audace, et plusieurs chefs émirent l'avis d'expulser le
chiaïte; mais les Djimela prirent sa défense, et, soutenu par eux,
Abou-Abd-Allah vint se retrancher à Tazrout, non loin de Mila où
habitait la tribu ketamienne de R'asman[459].

Tandis que ces événements s'accomplissaient dans les montagnes des
Ketama, une révolte importante éclatait aux environs de Tunis. La
péninsule de Cherik, la ville de Tunis, celles de Badja et d'El-Orbos,
enfin la ville et la montagne de Gammouda, au sud de Kaïrouan, s'étaient
lancés dans la rébellion. Inquiet des proportions que prenait ce
soulèvement, Ibrahim fit renforcer d'abord les retranchements de
Rakkada, afin d'y trouver un refuge contre toute éventualité, puis il
envoya dans la péninsule de Cherik une armée qui dispersa les insurgés;
leur chef fut mis en croix. En même temps, deux généraux, l'eunuque
Meïmoun et le général Ibn-Naked commençaient le siège de Tunis, pendant
que l'eunuque Salah allait faire rentrer dans le devoir la province de
Gammouda.

Bientôt, les troupes ar'lebites entrèrent victorieuses à Tunis et mirent
cette ville au pillage. Douze cents des principaux citoyens furent
réduits en esclavage et envoyés à Kaïrouan. Quand, à Tunis, on fut las
de tuer, les cadavres furent, par l'ordre d'Ibrahim, chargés sur des
charrettes pour être promenés dans les rues de la capitale, aux yeux des
habitants (mars 894)[460].

[Note 458: Selon le Baïan, les habitants de Bellezma étaient de race
arabe et descendaient des miliciens qui y avaient été placés en
garnison.]

[Note 459: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 512 et suiv.]

[Note 460: En-Nouéïri, p. 429.]

EXPÉDITION D'IBRAHIM CONTRE LES TOULOUNIDES D'EGYPTE.--Peu de temps
après, Ibrahim transporta le siège de son gouvernement à Tunis et
construisit, à cette occasion, plusieurs châteaux dans cette ville. Deux
ans plus tard, il résolut de mettre à exécution un projet qu'il méditait
depuis longtemps et qui n'était rien moins que l'invasion de l'Egypte.
Cette province était alors gouvernée par Djaïch, petit-fils
d'Ahmed-ben-Touloun, et l'on se demande si le prince ar'lebite voulait
tirer une vengeance tardive de l'agression d'El-Abbas, ou s'il avait
réellement la pensée de conquérir l'Egypte.

Ayant rassemblé une armée nombreuse, il se mit à sa tête et prit la
route de l'est (896). Parvenu dans la province de Tripoli, il se heurta
contre les Nefouça en armes et disposés à lui barrer le passage. Un
combat sanglant s'ensuivit, et, comme les hérétiques berbères avaient
l'avantage de la position, les troupes ar'lebites plièrent, après avoir
vu tomber leur chef Meïmoun. Mais Ibrahim, ayant lui-même rallié ses
soldats, attaqua les rebelles avec impétuosité et les mit en déroute. Le
plus grand carnage suivit cette victoire; le gouverneur se fit amener
les principaux chefs prisonniers et s'amusa à les percer lui-même de son
javelot; il ne s'arrêta, dit-on, qu'au chiffre de cinq cents selon
En-Noueïri[461], et de trois cents d'après le Baïan.

[Note 461: En-Nouéïri, p. 430.]

Ibrahim fit alors son entrée à Tripoli. Celte ville était commandée par
son cousin Abou-l'Abbas-Mohammed, fils de Ziadet-Allah II, homme
instruit, d'un esprit élevé et qui jouissait d'une certaine influence.
Sans aucun autre motif que la jalousie, Ibrahim le fit mettre en croix.
On dit cependant qu'il avait reçu du khalife El-Motadhed une missive lui
reprochant ses cruautés et lui ordonnant de remettre le pouvoir à son
cousin et qu'il aurait répondu à cette injonction par le meurtre du
malheureux Abou-l'Abbas et de sa famille. Mais ces faits, rapportés par
le Baïan, seul, ne semblent pas probables et l'on doit croire plutôt que
le prince ar'lebite a cédé, une fois de plus, à un de ses caprices
sanguinaires.

Continuant sa route vers l'est, Ibrahim parvint jusqu'à Aïn-Taourgha, au
fond du golfe de la grande Syrte. Son armée irritée et effrayée des
cruautés qu'elle lui avait vu commettre à Tripoli ne le suivait qu'à
contre-cœur. De nouvelles violences achevèrent de détacher de lui ses
soldats et il se vit abandonné par la plus grande partie de l'armée.
Force lui fut alors de rebrousser chemin et de rentrer à Tunis. Son
fils, Abou-l'Abbas-Abd-Allah resta en Tripolitaine pour achever la
soumission des Nefouça.

ABDICATION D'IBRAHIM.--En l'année 901, les habitants de Tunis, qui
avaient tant souffert de la tyrannie d'Ibrahim, réussirent à faire
entendre leurs légitimes réclamations par le khalife. La supplique
qu'ils lui adressèrent à cette occasion était si éloquente
qu'El-Motadhed envoya aussitôt un officier en Ifrikiya, pour enjoindre à
Ibrahim de déposer le pouvoir et le transmettre à son fils Abou-l'Abbas,
après quoi il aurait à se rendre à Bagdad pour expliquer sa conduite. Le
gouverneur ar'lebite reçut ces ordres à Tunis, vers la fin de l'année
901; il fit au délégué le plus brillant accueil et rappela de Sicile son
fils pour lui remettre le pouvoir. Il prétendit alors avoir été touché
de la grâce divine, se revêtit de vêtements grossiers, fit mettre en
liberté les malheureux qui remplissaient les prisons, et se prépara à
effectuer le pèlerinage imposé à tout musulman. Ayant abdiqué au profit
d'Abou-l'Abbas (février-mars 902), il prit la route de l'Orient; mais,
parvenu à Souça, il suspendit sa marche, séjourna dans une petite
localité voisine, nommée Nouba, incertain sans doute sur le parti qu'il
prendrait; puis, dans le mois de juin, il s'embarqua pour la Sicile et
aborda heureusement à Trapani[462].

[Note 462: En-Nouéïri, p. 431 et suiv. Amari, _Storia_, t. II, p. 76
et suiv.]

ÉVÉNEMENTS DE SICILE.--Les révoltes dont l'Ifrikiya était le théâtre
avaient entravé, dans les dernières années, les succès des Musulmans en
Sicile, et les rivalités qui divisaient les Berbères et les Arabes
avaient causé le salut des chrétiens, car, sans cela, ils se seraient
vus expulsés de leurs derniers refuges. Vers l'an 895, une sorte de
trêve fut conclue entre eux et les Musulmans, puis, tous unis dans le
même sentiment, se mirent en révolte contre l'autorité ar'lebite.
Ibrahim était alors trop occupé en Afrique pour avoir le loisir de
combattre les rebelles de Sicile; aussi, durant trois années,
restèrent-ils dans l'indépendance. Mais, en 898, des discussions
s'élevèrent entre eux et eurent pour résultat de les pousser à livrer
leurs chefs au gouverneur ar'lebite qui les fit périr. Ibrahim envoya
comme gouverneur, en Sicile, un de ses parents, nommé Abou-Malek, homme
de nulle valeur; aussitôt la guerre civile recommença et désola lîle
pendant toute l'année 899. Abou-l'Abbas, fils d'Ibrahim, nommé
gouverneur, arriva en Sicile, dans le courant de l'été 900, à la tête
d'une puissante armée. Au mois de septembre suivant, il entrait en
triomphateur à Palerme, après une campagne brillamment conduite.

Pour occuper les Musulmans, Abbou-l'Abbas attaque les chrétiens de
Taormina et assiège Gatane, mais sans succès. En 901, il porte son camp
à Demona, d'où il est bientôt délogé par une armée byzantine arrivée
d'Orient. Il va alors surprendre et enlever Messine, où il fait 17,000
prisonniers, et s'empare d'un butin considérable. Au mois de juillet
suivant, il fait une expédition en Italie et revient à la fin de l'année
dans l'île. Sous la main ferme de ce prince, la Sicile avait recouvré un
peu de tranquillité, lorsqu'en 902, il fut appelé en Afrique pour
prendre le fardeau de l'autorité suprême[463].

[Note 463: Amari, _Storia dei Mus._, t. II, p. 52 et suiv.]

ÉVÉNEMENTS D'ESPAGNE.--En Espagne, le sultan Mohammed avait continué à
régner sans gloire, occupé à lutter contre les chefs indépendants qui,
de tous côtés, profitaient de l'affaiblissement de l'autorité centrale,
pour se créer de petites royautés, le plus souvent avec l'appui des
chrétiens. Le midi restait soumis à l'autorité des oméïades, lorsque,
vers 881, un certain Omar-ben-Hafçoun, d'une famille d'origine
wisigothe, réunit une armée de partisans presque tous renégats, las du
joug musulman, et tint la campagne contre le sultan. Dans le courant de
l'été 886, Moundhir, héritier présomptif du trône oméïade, dirigea une
expédition heureuse contre ces aventuriers et était sur le point de les
forcer dans leur dernière retraite, lorsqu'il apprit la mort de son père
(4 août). Forcé de lever le siège pour aller prendre possession du
trône, il dut laisser le champ libre à Omar, qui se fit reconnaître
comme souverain par la plus grande partie des populations du midi. Une
guerre acharnée contre ce compétiteur occupa tout le règne de Moundhir,
qui mourut le 29 juin 888, pendant qu'il assiégeait encore Omar.
Aussitôt, l'armée prit, en désordre, la route de Cordoue.

Abd-Allah succéda à son frère Moundhir. Il prenait le pouvoir dans des
circonstances très critiques, car, non seulement les provinces, les
cantons, les villes tendaient à se déclarer indépendants, mais encore
l'aristocratie arabe relevait la tête dans la capitale même.

Pour être entièrement à l'abri des entreprises d'Ibn-Hafçoun, le sultan
lui offrit le gouvernement de Regio, à la condition qu'il reconnaîtrait
le prince oméïade comme son suzerain. Cette tendance au fractionnement,
qui devait être si préjudiciable à la domination musulmane, n'était que
l'effet de la réaction des indigènes, devenus sectateurs de l'Islam, et
des Berbères, contre la domination des Arabes d'Orient.

A chaque instant, des massacres, comme ceux d'Elvira et de Séville[464],
manifestaient le sentiment général et la persistance de la rivalité des
maadites et des yéménites empêchait les Arabes de s'unir pour résister à
l'ennemi commun. Bientôt la lutte prit un caractère d'extermination
féroce; Espagnols et Arabes s'entretuèrent et Ibn-Hafçoun, comme on peut
le deviner, prit une part active à la guerre civile. «A cette
époque--(891) dit Dozy[465]--presque toute l'Espagne musulmane (moins
Séville), s'était affranchie de la sujétion. Chaque seigneur arabe,
berbère ou espagnol, s'était approprié sa part de l'héritage des
Oméïades. Celle des Arabes avait été la plus petite. Ils n'étaient
puissants qu'à Séville, partout ailleurs ils avaient beaucoup du peine à
se maintenir contre les deux autres races». Telle était la situation de
l'Espagne à la fin du IXe siècle.

[Note 464: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. II, p. 210 et suiv., 243
et suiv.]

[Note 465: Dozy, _l. c._, p. 259.]

En 870, Ibn-Hafçoun, après être entré en pourparlers avec le gouverneur
ar'lebite et le khalife lui-même, leur offrant de rétablir l'autorité
abbasside en Espagne, attaqua le prince oméïade, mais il fut vaincu dans
une sanglante bataille (avril 891). Cette victoire avait rendu à
Abd-Allah quelques places. Cependant Ibn-Hafçoun, qui avait en vain
réclamé des secours des ar'lebites, ne tarda pas à reprendre l'offensive
et le succès couronna de nouveau ses armes. Pendant de longues années on
lutta de part et d'autre avec des chances diverses et enfin, dans les
premières années du Xe siècle, le prince oméïade finit par triompher de
ses ennemis et raffermir son trône[466].

[Note 466: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. II, p. 311 et suiv.
El-Marrakchi, Dozy, p. 17 et suiv.]


CHAPITRE VIII

ÉTABLISSEMENT DE L'EMPIRE OBÉIDITE; CHUTE DE L'AUTORITÉ ARABE EN
IFRIKIYA

902-909

Coup d'œil sur les événements antérieurs et la situation de l'Italie
méridionale.--Ibrahim porte la guerre en Italie.--Progrès des
Chiaïtes.--Victoire d'Abou-Abd-Allah chez les Ketama.--Court règne
d'Abou-l'Abbas; son fils Ziadet-Allah lui succède.--Le mehdi Obeïd-Allah
passe en Mag'reb.--Campagnes d'Abou-Abd-Allah contre les Ar'lebites, ses
succès.--Les Chiaïtes marchent sur la Tunisie. Fuite de Ziadet-Allah
III.--Abou-Abd-Allah prend possession de la Tunisie.--Les Chiaïtes vont
délivrer le mehdi à Sidjilmassa.--Retour du mehdi Obeïd-Allah en
Tunisie; fondation de l'empire obéïdite.



APPENDICE

CHRONOLOGIE DES GOUVERNEURS AR'LEBITES


COUP D'ŒIL SUR LES ÉVÉNEMENTS ANTÉRIEURS ET LA SITUATION DE L'ITALIE
MÉRIDIONALE.--Au moment où l'enchaînement des faits va nous amener en
Italie, il est nécessaire de jeter un rapide coup d'œil sur les
événements survenus depuis un demi-siècle dans cette péninsule, afin de
bien préciser les conditions dans lesquelles elle se trouvait. Nous
avons vu précédemment que la situation de l'empire, dans le midi de
l'Italie, était devenue fort précaire; un grand nombre de principautés
composées le plus souvent d'un canton ou de républiques constituées par
une ville et sa banlieue, s'étaient formées dans la région centrale.

Attaqués au nord par les Longobards, au midi par les Byzantins, exposés
à l'ouest aux incursions des Musulmans de Sicile, en guerre les uns
contre les autres, ces petits états se trouvaient souvent dans une
situation critique qui les forçait à se jeter dans les bras de leurs
ennemis. C'est ainsi qu'en 830 les Musulmans de Sicile portèrent secours
à Naples contre les Longobards. Appelés de nouveau en Italie, à la suite
de la guerre entre Bénévent d'une part, et Salerne et Capoue de l'autre,
les Arabes conquirent des places dans la Calabre, s'emparèrent de
Tarente et, remontant l'Adriatique, firent des incursions jusqu'aux
bouches du Pô[467].

Après plusieurs années de luttes, avec des péripéties diverses, les
Musulmans, alliés au duc de Bénévent, conservent Bari, sur la terre
ferme, et y fondent une colonie. Appuyés sur cette place, les Arabes de
Sicile font de nombreuses incursions sur le continent; vers 846, ils
osent attaquer Rome, mais sont repoussés sans avoir obtenu d'autre
satisfaction que de saccager la basilique de
Saint-Pierre-et-Saint-Paul-hors-les-Murs. Une seconde fois, en 849, ils
préparent une nouvelle et formidable expédition contre la ville
éternelle, mais la tempête disperse et détruit leur flotte, et leur
entreprise se termine par un véritable désastre[468].

[Note 467: Amari, _Musulmans de Sicile_, t. I, p. 358 et suiv.]

[Note 468: Muratori, _Vie de Léon IV_, t. III.]

En 851 les guerres intestines qui divisaient les chrétiens prennent fin.
L'ancien état de Bénévent est divisé en deux principautés, Salerne et
Bénévent, et il est décidé qu'on ne recourra plus au secours des
Musulmans. Le gouverneur de Sicile accourt pour protéger les Arabes
d'Italie; il obtient de grands succès et ne rentre dans l'île qu'après
avoir assuré la sécurité de Bari. Le chef de cette colonie,
Mouferredj-ben-Salem, prend alors le titre de sultan et s'adresse au
khalife abbasside pour être reconnu indépendant. Bari devient le refuge
de tous les aventuriers, de tous les brigands musulmans; de ce repaire,
partent des bandes qui portent sans cesse le ravage dans l'Italie et,
pendant ce temps, Bénévent lutte contre Salerne, Naples contre Capoue,
Capoue contre Salerne, les Capouans, les uns contre les autres.

L'empereur Lodewig appelé comme un libérateur arrive en 867 en Italie, à
la tête d'une armée nombreuse, met le siège devant Bari et presse en
vain, pendant deux ans, cette ville sans cesse ravitaillée par mer. Il
s'allie, dans l'espoir d'en triompher, avec l'empereur d'Orient et avec
Venise, afin de pouvoir agir sur mer. Mais les Napolitains envoient
secrètement des secours à Bari; en même temps, la discorde ayant éclaté
parmi les alliés, les Byzantins se retirent. Lodewig, qui n'a plus avec
lui qu'une poignée d'hommes, se jette en désespéré à l'assaut de Bari,
enlève cette ville et fait le sultan prisonnier. Pour assurer les effets
de sa victoire, il se dispose à poursuivre les Musulmans dans leurs
repaires et à punir Naples de sa trahison; mais une nouvelle ligue est
conclue contre lui entre Bénévent, Salerne et Naples. Abandonné de tous,
Lodewig est, à son tour, vaincu et fait prisonnier.

En 871, les Ar'lebites de Sicile effectuèrent une grande expédition en
Italie, dans l'espoir de récupérer leur conquête; mais le résultat fut
peu favorable et ils eurent encore à lutter contre les troupes envoyées
par Lodewig au secours des Capouans et des Salernitains.

Vers 875, les Byzantins tenaient une partie de la Calabre et le
territoire d'Otrante, le reste de cette province était aux Musulmans. De
là, jusqu'aux confins de l'État de l'Église, le prince de Bénévent
occupait le versant oriental de l'Apennin. Le versant occidental était
tenu, au midi, par la principauté de Salerne, au nord par celle de
Capoue, et au milieu d'elles vivaient indépendantes les républiques de
Naples, Amalfi, Gaëte, soit six États en guerre les uns contre les
autres[469].

De 876 à 880, les Musulmans, soutenus par Naples, Amalfi et Gaëte,
luttent avec acharnement contre les Byzantins; mais ceux-ci, habilement
commandés par Nicéphore Phocas, les chassent successivement de la
Calabre et d'une partie de la Pouille. Dans le même temps, les gens de
Capoue, soutenus par les Musulmans, luttent contre le pape et ravagent
la campagne de Rome. Amalfi, Gaëte, Naples, Spolète, Bénévent, se
battent ensemble avec rage. Les Arabes, dont l'alliance est fort
recherchée, en profitent pour établir une nouvelle colonie à Carigliano,
et de là, porter le ravage dans la Terre de labour. L'abbaye du
Mont-Cassin, qui avait toujours été respectée, est mise à sac et brûlée.
Le Mont-Cassin est bientôt relevé de ses ruines et devient un monastère
fortifié dont l'abbé a un petit état confinant à celui du Saint-Siège.

A la fin du IXe siècle, des groupes de condottiers musulmans, venus
d'Afrique ou de Sicile, restent établis dans le pays, vivant de rapines
et offrant leurs bras aux tyrans[470].

[Note 469: Amari, _Musulmans de Sicile_, t. I, p. 434 et suiv.]

[Note 470: _Ibid._, t. I, p. 458 et suiv.]

IBRAHIM PORTE LA GUERRE EN ITALIE.--SA MORT.--Débarqué à Trapani, à la
fin de mai 902, Ibrahim-ben-el-Ar'leb commença par réorganiser l'armée.
Dans le mois de juillet, il marcha sur Taormina, qui était alors la
capitale byzantine, et l'enleva d'assaut, le 1er août, malgré l'héroïque
défense des chrétiens. Il fit faire un massacre horrible de la
population et incendia la ville. Après ce succès, Ibrahim divisa ses
forces en quatre corps, de façon à envelopper les dernières possessions
chrétiennes; mais il fut alors appelé en Italie et, le 3 septembre,
traversa le détroit. Débarqué en Calabre avec son armée, il arriva
devant Cosenza. Des envoyés chrétiens étant venus humblement solliciter
la paix, il leur dit: «Retournez auprès des vôtres, et dites-leur que je
vais m'occuper de toute l'Italie et disposer de ses habitants comme il
me plaira. Les princes, Grecs ou Francs, espèrent peut-être me résister
et m'attendent, à cet effet, avec toutes leurs troupes. Restez donc dans
vos villes. Rome aussi, la cité du vieux Pierre, m'attend avec ses
soldats germains; j'y passerai également, puis ce sera le tour de
Constantinople.»

Tout le monde s'enfuit devant lui, et la terreur s'étendit jusqu'à
Naples. Le 1er octobre, Ibrahim commença le siège de Cosenza; mais la
maladie était dans l'armée et, malgré toute son ardeur, le vieux
gouverneur ne put se rendre maître de la place. Atteint, lui-même par
l'épidémie, il mourut le 23 octobre, dans sa cinquante-quatrième année
«après vingt-six ans de tyrannie et six mois de pénitence», dit M.
Amari[471].

Aussitôt après sa mort, les capitaines se mutinèrent et élurent son
petit-fils, Ziadet-Allah, en le chargeant de les ramener en Afrique. Ce
prince qui avait, paraît-il, été désigné par son aïeul, n'accepta le
pouvoir qu'avec une grande répugnance: il s'empressa d'accorder la paix
aux gens de Gosenza, puis il passa en Sicile et rentra en Ifrikiya[472].
Le corps d'Ibrahim fut rapporté en Afrique et enterré à Kaïrouan.

[Note 471: Amari, _l. c._, t. II, p. 93.]

[Note 472: En-Nouéïri, p. 431 et suiv.]

PROGRÈS DES CHIAÏTES.--VICTOIRES D'ABOU-ABD-ALLAH CHEZ LES
KETAMA.--Pendant que ces faits se passaient en Europe, l'Afrique était
le théâtre d'événements non moins graves. Après le mouvement hostile qui
s'était prononcé parmi les Ketama contre Abou-Abd-Allah, sous l'empire
de la terreur causée par l'annonce de l'attaque prochaine des
Ar'lebites, plusieurs combats avaient été livrés entre les tribus
fidèles et les partisans du chiaïte. L'avantage était resté à ce
dernier; il avait vu le noyau de ses adhérents se grossir de ces masses
qui suivent toujours le vainqueur. Les gens de Bellezma, les Lehiça, les
Addjana, fractions ketamiennes, quelques groupes de Sanhadja, tribu
restée jusqu'alors fidèle aux Ar'lebites, et enfin une partie des
Zouaoua, montagnards du Djerdjera, se déclarèrent pour Abou-Abd-Allah.

Pendant que le chiaïte recueillait ces soumissions, un chef de la
fraction ketamienne des Latana, nommé Ftah-ben-Yahïa, qui s'était montré
l'adversaire déclaré du novateur, se rendit à Rakkada, dans l'espoir de
déterminer le gouverneur à entreprendre une campagne sérieuse contre les
rebelles. Au même moment, Abou-Abd-Allah s'emparait par trahison de Mila
et mettait à mort le commandant de ce poste. Le fils de ce chef, qui
avait par la fuite évité le sort de son père, vint à Kaïrouan, où il
retrouva Ftah, et tous deux redoublèrent d'efforts pour obtenir
vengeance. Cédant à leurs instances, Abou-l'Abbas se décida à envoyer
contre les Ketama un corps de troupes, sous la conduite de son fils
Abou-l'Kaoual (902).

Abou-Abd-Allah fit marcher à la rencontre de l'ennemi un groupe de ses
adhérents, mais les troupes régulières les ayant dispersés sans peine,
il dut évacuer précipitamment la place forte de Tazrout pour se réfugier
dans son quartier-général de Guédjal, situé au milieu d'un pays coupé et
d'accès difficile[473].

Abou-l'Kaoual, après avoir démantelé Tazrout, essaya de relancer son
ennemi dans sa retraite, mais en s'avançant au milieu du dédale des
montagnes ketamiennes, il reconnut bientôt qu'il ne pourrait, sans
s'exposer à une perte certaine, continuer la campagne dans un tel
terrain. Les Berbères surent profiter habilement de son indécision et du
découragement qui gagnait son armée pour le harceler, surprendre les
corps isolés, et enfin le forcer à évacuer le pays. Débarrassé de ses
ennemis, le daï chiaïte s'établit, d'une façon définitive, à Guédjal,
dont il fit sa ville sainte et qu'il appela _Dar-el-Ilidjera_ (la maison
du refuge).

[Note 473: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 513 et suiv.]

COURT RÈGNE D'ABOU-L'ABBAS.--SON FILS ZIADET-ALLAH LUI SUCCÈDE.--La
défaite des troupes ar'lebites coincida avec le décès d'Ibrahim.

Le prince Abou-l'Abbas ne prit officiellement le titre de gouverneur
qu'après la mort de son père. Il gouverna avec une grande modération, et
l'on put croire qu'une ère de justice allait succéder à la terreur du
règne précédent. Malheureusement il fut bientôt obligé de sévir contre
son propre fils, Ziadet-Allah, qui, se fondant sur les dispositions
prises devant Cosenza, lors du décès de son aïeul, aspirait directement
au trône. Il fut jeté dans les fers, avec un grand nombre de ses
partisans, pour prévenir un attentat qui ne devait que trop bien se
réaliser plus tard[474].

[Note 474: En-Nouéïri, p. 439.]

Malgré les embarras qui l'assaillirent au début de son règne,
Abou-l'Abbas, comprenant toute la gravité des progrès des Chiaïtes,
envoya contre eux, pour la seconde fois, son autre fils Abou-l'Kaoual;
mais le jeune prince n'eut pas plus de succès dans cette campagne que
dans la précédente, et dut se contenter de s'établir dans un poste
d'observation près de Sétif[475].

Peu de temps après, c'est-à-dire le 27 juillet 903, le gouverneur
ar'lebite tomba, à Tunis, sous les poignards de trois de ses eunuques,
poussés à ce crime par son fils Ziadet-Allah, du fond de sa prison.
Après avoir accompli leur forfait, les assassins vinrent annoncer à
celui qui les avait gagnés que son père n'existait plus, mais le
parricide, craignant quelque piège, ne voulut pas se laisser mettre en
liberté avant d'avoir la certitude du meurtre. Les eunuques, étant donc
retournés auprès du cadavre, lui coupèrent la tête et l'apportèrent à
Ziadet-Allah, qui, devant cette preuve irrécusable, consentit à ce qu'on
brisât ses fers. Abou-l'Abbas avait montré, pendant son court séjour aux
affaires, des qualités remarquables. C'était un prince instruit et d'un
esprit élevé, digne en tout point du nom ar'lebite.

Quant à Ziadet-Allah, qui n'avait pas craint de parvenir au trône par le
meurtre de son père, il était facile de prévoir ce que serait son règne.
Un de ses premiers actes fut d'ordonner le supplice des eunuques qui
avaient assassiné Abou-Abbas. Il fit proclamer son avènement dans les
mosquées de Tunis et envoya aux gouverneurs des provinces l'ordre de
l'annoncer officiellement. Il se livra ensuite à tous les déportements
de son caractère, qui avait la férocité de celui d'Ibrahim, sans en
avoir le courage. Vingt-neuf de ses frères et cousins furent, par son
ordre, déportés dans l'île de Korrath[476], puis mis à mort. Cela fait,
il envoya à son frère Abou-l'Kaoual, qui opérait dans le pays des
Ketama, une lettre écrite au nom de leur père, lui enjoignant de
rentrer. Le malheureux prince, ayant obtempéré à cet ordre, subit le
sort de ses parents[477].

[Note 475: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 514.]

[Note 476: Vis-à-vis l'extrémité occidentale du golfe de Tunis.]

[Note 477: En-Nouéïri, p. 440 et suiv.]

LE MEHDI OBÉÏD-ALLAH PASSE EN MAG'REB.--Quelque temps avant les
événements que nous venons de rapporter, Mohammed-el-Habib, troisième
_imam-caché_, était mort en Orient, laissant son héritage à son fils
Obeïd-Allah. Se sentant près de sa fin, il lui avait adressé ces
paroles: «C'est toi qui es le Mehdi; après ma mort, tu dois te réfugier
dans un pays lointain où tu auras à subir de rudes épreuves[478]!»

[Note 478: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 515. Il est à
remarquer que la fin des siècles de l'hégire est toujours favorable à
l'apparition des Medhi.]

Pour se conformer à sa destinée, Obéïd-Allah, qui était alors âgé de
dix-neuf ans, quitta, après le décès de son père, la ville de Salemïa et
voulut d'abord se diriger vers l'Iémen. Il était accompagné de son jeune
fils, Abou-l'Kacem et de quelques serviteurs. En chemin, il apprit que
les partisans de son père en Arabie avaient presque abandonné sa
doctrine, et ne paraissaient nullement disposés à le recevoir. Il était
donc fort indécis, lorsqu'il reçut un message d'Abou-Abd-Allah, apporté
de Mag'reb par Abou-l'Abbas, frère de celui-ci, accompagné de quelques
chefs ketamiens. Le fidèle missionnaire le félicitait de son avènement,
comme imam, et l'engageait à venir le rejoindre en Afrique, où son parti
devenait de jour en jour plus puissant.

Ces bonnes nouvelles décidèrent Obeïd-Allah à gagner l'Occident. Mais
l'annonce de l'apparition du Mehdi attendu par les Chiaïtes s'était
répandue. Le khalife, El-Moktefi, ordonna de le rechercher avec le plus
grand soin; son nom et son signalement furent adressés aux gouverneurs
des provinces les plus reculées, et ordre fut donné de le saisir partout
où on le découvrirait.

Obéïd-Allah parvint cependant à passer en Egypte, sous l'habit d'un
marchand, car, selon l'énergique expression arabe, «les yeux étaient
aiguisés sur lui[479]». Arrêtés au Caire par le gouverneur de cette
ville, les voyageurs ne recouvrèrent leur liberté que grâce à l'habileté
de leurs réponses; ils purent alors continuer leur route, mais en
redoublant de prudence. Lorsqu'ils furent arrivés à la hauteur de
Tripoli, le mehdi garda avec lui son fils, et envoya en avant ses
compagnons et sa mère, sous la conduite d'Abou-l'Abbas, frère
d'Abou-Abd-Allah, afin d'annoncer son arrivée aux Ketama.

La petite caravane, grossie de quelques marchands, négligea toute
précaution, et au lieu de prendre la route du sud, vint passer à
Kaïrouan. Mais les ordres donnés étaient tellement sévères, que personne
ne pouvait demeurer inaperçu. Abou-l'Abbas fut arrêté avec tout son
monde et conduit à Ziadet-Allah. Devant ce prince le daï fut
impénétrable: ni menaces, ni promesses, ne purent lui arracher son
secret. Quelqu'un de la suite ayant déclaré qu'il venait de Tripoli, le
gouverneur ar'lebite devina sans doute que le mehdi devait être dans
cette région, car il donna l'ordre de l'arrêter[480].

[Note 479: Ibn-Hammad, dont Cherbonneau a donné une traduction dans
le _Journal asiatique_ et dans la _Revue africaine_, no 72.]

[Note 480: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 516.]

Cette fois encore, Obéïd-Allah, prévenu à temps, put échapper par une
prompte fuite. Il gagna probablement l'intérieur et, reprenant sa marche
vers l'ouest, traversa le pays de Kastiliya, et vint passer près de
Constantine. De là il aurait pu, sans doute, se rendre chez les Ketama,
et cependant il continua sa fuite, ne voulant pas, s'il se découvrait,
sacrifier Abou-l'Abbas qui était resté entre les mains de
Ziadet-Allah[481]. Ne devait-il pas, du reste, accomplir la prophétie de
son père: «...Tu dois te réfugier dans un pays lointain, où tu subiras
de rudes épreuves!» Il fallait au mehdi des aventures extraordinaires,
et, opérer sa jonction avec Abou-Abd-Allah, c'eût été le triomphe sans
les épreuves. Il continua donc à errer en proscrit.

[Note 481: C'est du moins l'opinion d'Ibn-el-Athir.]

CAMPAGNES D'ABOU-ABD-ALLAH CONTRE LES AR'LEBITES. SES SUCCÈS.--Pendant
ce temps, Abou-Allah-Allah achevait de conquérir au mehdi un
empire.--Après le départ d'Abou-l'Kaoual, seul obstacle qui s'opposât à
sa marche, il réunit tous ses adhérents et vint audacieusement mettre le
siège devant Sétif. Le gouverneur de cette ville, soutenu, dit-on, par
quelques chefs ketaniens demeurés fidèles, essaya une résistance
désespérée; mais lorsque tous furent morts en combattant, la place
capitula et fut rasée par les Chiaïtes vainqueurs.

A cette nouvelle, le prince ar'lebite envoya, contre les rebelles, un de
ses parents, nommé Ibn-Hobaïch, avec une très nombreuse armée. Ces
troupes vinrent se masser près de Constantine, où elles perdirent un
temps précieux; puis, elles s'avancèrent jusqu'à Bellezma, et, près de
cette localité, offrirent la bataille aux Ketama, qui avaient marché en
masse à leur rencontre. La victoire se déclara pour les Chiaïtes.
Ibn-Hobaïch se replia en désordre, avec les débris de son armée, à
Bar'aï, d'où il gagna ensuite Kaïrouan.

Profitant de ses avantages, Abou-Abd-Allah se porta sur Tobna avec une
partie de son armée et divisa le reste en deux corps, qu'il envoya
opérer sur ses flancs. Tobna, puis Bellezma, tombèrent en son pouvoir.
En même temps, un de ses généraux s'emparait de la place de
Tidjist[482], et accordait à la garnison une capitulation honorable. En
revanche, le général Haroun-et-Tobni, ayant poussé une pointe audacieuse
sur les derrières des Chiaïtes, vint surprendre et brûler la place de
Dar-Melloul, près de Tobna.

[Note 482: L'antique Tigisis (ou Ticisis), à une douzaine de lieues
au sud de Constantine.]

En somme, la cause des Chiaïtes obtenait de constants avantages, et les
populations, attirées autant par l'appât de la nouveauté, que par la
clémence et la justice d'Abou-Abd-Allah, accouraient se ranger autour de
lui. Le gouverneur ar'lebite voyait le danger approcher, mais ses
prédécesseurs avaient négligé d'écraser l'ennemi quand il n'avait aucune
force, et maintenant il était trop tard. Les rebelles tenaient déjà les
principales places de l'ouest, et Ziadet-Allah pouvait s'attendre à les
voir paraître d'un jour à l'autre et mettre le siège devant sa capitale.
Dans cette prévision, il fit réparer les fortifications de Kaïrouan et
des places environnantes; en même temps, il vidait le trésor public pour
lever des troupes et les opposer à l'ennemi.

En 907, le gouverneur ar'lebite se porta, avec une armée, contre les
Chiaïtes, qui opéraient sur les versants de l'Aourès. Mais, parvenu à
El-Orbos, il ne jugea pas prudent de s'avancer davantage et rentra à
Rokkada, laissant le général Ibrahim-ben-el-Ar'leb en observation avec
un corps de troupes. Ziadet-Allah fit renforcer les fortifications de
son château et, sans se préoccuper davantage du danger qui le menaçait,
il se plongea de plus en plus dans la débauche.

Sur ces entrefaites, Abou-Abd-Allah s'empara successivement de Bar'aï et
de Mermadjenna; puis il réduisit les tribus nefzaouiennes et s'avança
jusqu'à Tifech[483], dont il reçut la soumission. Il rentra alors dans
son centre d'opérations, afin de préparer une nouvelle campagne; mais
aussitôt, le général Ibrahim, arrivant à sa suite, reprit une partie du
territoire conquis, avec Tifech.

[Note 483: L'antique Tipaza de l'est, près de Souk-Ahras.]

Bientôt, le daï chiaïte reparut dans l'est; laissant derrière lui
Constantine, qu'il n'osa attaquer, en raison de sa position
inexpugnable, il vint enlever la Meskiana et Tebessa. Pénétrant ensuite
en Tunisie, il réduisit la ville et le canton de Gammouda et s'avança
sur Rokkada. Mais il avait trop présumé de ses forces. Bientôt, en
effet, le général Ibrahim, accouru avec toutes ses troupes disponibles,
lui livra bataille et le mit en déroute; les Chiaïtes s'enfuirent en
désordre par tous les défilés. Abou-Abd-Allah, lui-même, ne s'arrêta
qu'à Guédjal. Cette victoire des Ar'lebites eut pour résultat de faire
rentrer momentanément sous leur domination la plupart des places
conquises par les rebelles, y compris Bar'aï.

Mais l'échec des Chiaïtes, qui aurait pu avoir les suites les plus
graves, si leurs adversaires avaient su profiter du succès en reprenant
vigoureusement l'offensive, ne devait retarder que de bien peu de jours
la chute définitive du trône ar'lebite. Sitôt, en effet,
qu'Abou-Abd-Allah eut appris qu'Ibrahim, au lieu de le poursuivre, était
rentré dans son poste d'observation à El-Orbos, il vint mettre le siège
devant Constantine et s'empara de cette ville et du pays environnant;
puis il alla reprendre Bar'aï, et après y avoir laissé un commandant,
rentra dans son quartier de Guédjal. Ibrahim marcha alors sur Bar'aï,
mais il se heurta à un corps de douze mille Chiaïtes qui le
repoussa[484].

[Note 484: En-Nouéïri, p. 440-441. Ibn-Khaldoun, t. II, p. 515 et
suiv. El-Kaïrouani, p. 88. Ibn-Hammad, _loc. cit._]

LES CHIAÏTES MARCHENT SUR LA TUNISIE.--FUITE DE ZIADET-ALLAH
III.--Cependant, Abou-Abd-Allah, comprenant que le moment décisif était
arrivé, ne restait pas inactif à Guédjal. Il avait adressé un appel à
tous ses adhérents ou alliés, et s'occupait de réunir une armée
formidable. De tous côtés arrivaient les contingents: Zouaoua du
Djerdjera, Sanhadja du Mag'reb-Central, Zenata du Zab, Nefzaoua de
l'Aourès, venaient se joindre aux vieilles bandes ketamiennes.

Au mois de mars 909[485], Abou-Abd-Allah se mit en marche, à la tête
d'une armée dont le chiffre est porté par les chroniques à deux cent
mille hommes, divisés en sept corps. Avec de telles forces, il se porta
en droite ligne sur la capitale de son ennemi.

En vain le général Ibrahim essaya de faire tête aux Ghiaïtes; vaincu
dans plusieurs rencontres, il dut abandonner son camp et se replier sur
Kaïrouan, où se trouvait le gouverneur ar'lebite. L'armée
d'Abou-Abd-Allah s'arrêta à El-Orbos le temps nécessaire pour mettre
cette ville au pillage[486], puis pénétra comme un torrent en Tunisie.

[Note 485: C'est par erreur qu'Ibn-Hammad donne 907.]

[Note 486: Selon El-Bekri, les habitants réfugiés dans la mosquée
auraient été impitoyablement massacrés.]

Dans cette circonstance solennelle, Ziadet-Allah se montra ce qu'il
avait toujours été: lâche, cruel et incapable. Lorsqu'il eut appris la
défaite de son général et qu'il fut convaincu qu'il ne pouvait résister
à la tourbe de ses ennemis, il fit courir, à Rokkada, le bruit que ses
troupes avaient remporté la victoire; puis il ordonna de mettre à mort
toutes les personnes qu'il détenait dans les cachots, et de promener
leurs têtes à Kaïrouan, au vieux château et à Rokkada, en annonçant
qu'elles provenaient des cadavres des ennemis. En même temps, il
s'empres'sa de réunir tous les objels précieux et les trésors qu'il
possédait, et se prépara à fuir avec ses courtisans et ses favorites.

En vain, un de ses meilleurs officiers, nommé Ibn-es-Saïr', s'efforça de
le retenir et de l'exhorter à la résistance, en lui rappelant les
exploits de ses aïeux. Le dernier des Ar'lebites ne répondit à ces
généreux efforts que par des paroles de défiance et de menace.

Bientôt, tout fut prêt pour le départ; les plus fidèles, serviteurs
esclavons reçurent chacun une ceinture contenant mille pièces d'or; on
plaça les autres objets précieux et les femmes sur des mulets, et à la
nuit close, Ziadet-Allah sortit de Rokkada et prit la route de l'Egypte:
«A l'heure du coucher du soleil,--dit En-Noueïri,--il avait appris la
défaite de ses troupes; à celle de la prière d'_El-Acha_, (de huit à
neuf heures du soir) il était parti».--«Il prit la nuit pour monture»
dit, de son côté, Ibn-Hammad.

Ce fut ainsi que le dernier des Ar'lebites descendit du pouvoir. La
population de Rokkada l'accompagna pendant quelque temps, à la lueur des
flambeaux; un certain nombre d'habitants suivit même sa fortune.

ABOU-ABD-ALLAH PREND POSSESSION DE LA TUNISIE.--Aussitôt que la nouvelle
de la fuite du gouverneur fut connue à Kaïrouan, le peuple se porta en
foule à Rokkada et mit le palais au pillage. En même temps arrivait le
général Ibrahim, ramenant les débris de ses troupes qui achevèrent de se
débander, en apprenant la fuite de Ziadet-Allah. Malgré l'état désespéré
des affaires, Ibrahim voulut tenter un dernier effort. S'étant rendu au
Divan, à la tête de partisans dévoués, il se fit proclamer gouverneur et
adressa à la population des paroles pleines de cœur pour l'engager à la
résistance. Mais la terreur des règnes précédents avaient éteint tout
sentiment d'honneur chez ce peuple opprimé; après avoir d'abord obtenu
l'adhésion de la foule, le général la vit bientôt se tourner contre lui
et dut, pour sauver sa vie, s'ouvrir un passage à la pointe de son épée.
Il partit alors avec ses compagnons sur les traces de Ziadet-Allah.

Sur ces entrefaites, l'avant-garde des Chiaïtes, commandée par
Arouba-ben-Youçof et El-Haçen-ben-bou-Khanzir, chefs ketamiens, apparut
sous les murs de Rokkada. Il ne fallut rien moins que la terreur
inspirée par les farouches berbères, pour faire cesser le pillage qui
durait depuis huit jours.

Peu après, dans le mois d'avril 909, Abou-Abd-Allah fit son entrée
triomphale dans cette place. Il était précédé d'un crieur psalmodiant
ces versets du Koran[487]: «C'est lui qui a chassé les infidèles de sa
maison.... Combien de jardins et de fontaines abandonnées!» etc.

[Note 487: Sourate de la fumée.]

Les gens de Kaïrouan lui avaient envoyé une députation des citoyens les
plus honorables, pour lui olfrir leur soumission et lui demander l'aman;
l'avant-garde des Ghiaïtes entra donc sans coup férir dans cette ville,
mais, comme un grand nombre d'habitants s'étaient enfuis, Abou-Abd-Allah
proclama une amnistie générale, qui rassura les esprits et fit rentrer
les émigrés. Un de ses premiers soins fut de mettre en liberté son frère
Abou-l'Abbas et la mère du mehdi qui, jusqu'alors, étaient restés en
prison. S'il continua à se montrer modéré dans sa victoire, sa clémence
n'alla pas jusqu'à faire grâce aux soldats de la garde noire ar'lebite.
Tous ceux qu'on put arrêter furent impitoyablement mis à mort.

Les adhérents du gouverneur déchu étaient venus se grouper autour de lui
à Tripoli. Ibrahim, qui l'avait également rejoint, dut aussitôt prendre
la fuite pour éviter le supplice que Ziadet-Allah voulait lui infliger,
comme coupable de tentative d'usurpation du pouvoir. Après avoir passé à
Tripoli dix-sept jours, pendant lesquels il fit trancher la tête
d'Ibn-es-Saïr, le ministre qui avait commis le crime de tenter d'arrêter
sa fuite, le gouverneur se remit en route. Parvenu au Caire, il écrivit
au khalife El-Moktader-b'Illah, en sollicitant une entrevue. Pour toute
réponse, il reçut l'ordre de se rendre à Rakka, en Syrie, et d'y
attendre ses instructions. Quelque temps après, il obtint l'autorisation
de rentrer en Egypte, et il y acheva misérablement sa vie dans les plus
honteuses débauches.

Ainsi finit la dynastie ar'lebite, qui avait donné à l'Afrique des
princes si remarquables. Avec elle disparaissait le dernier reste de
l'autorité arabe, imposée aux Berbères deux siècles et demi auparavant.
Le Mag'reb avait déjà repris possession de lui-même; l'Ifrikiya, à son
tour, était délivrée de la domination du khalifat, et les indigènes
allaient former maintenant de puissants empires autonomes. Ce succès
était particulièrement le triomphe de la tribu des Ketama, dont la
suprématie s'établissait sur les autres groupes de la race et sur les
restes des colonies arabes.

Après sa rapide victoire, Abou-Abd-Allah s'occupa de l'organisation de
l'empire par lui conquis. A cet effet, il envoya dans toutes les
provinces des gouverneurs fournis par la tribu des Ketama. Il congédia
les auxiliaires, qui retournèrent chez eux chargés de butin, puis il
s'appliqua à rappeler à Kaïrouan et à Rokkada même les populations
émigrées. Établi dans le palais des princes ar'lebites, il s'entoura des
insignes du pouvoir, fit frapper des monnaies nouvelles[488] et s'occupa
de l'organisation des troupes régulières, auxquelles il donna des
étendards portant des inscriptions à la louange des Fatemides.

Après avoir, avec autant de prudence que d'habileté, établi sur des
bases solides le gouvernement, il songea à faire profiter de ses
conquêtes celui pour lequel il avait travaillé, son maître, le mehdi
Obéïd-Allah.

[Note 488: Ces monnaies portaient les inscriptions suivantes: d'un côté
[arabe: (_la preuve de Dieu_)] et de l'autre [arabe: (_que les ennemis
de Dieu soient dispersés!_)]]

LES CHIAÏTES VONT DÉLIVRER LE MEHDI À SIDJILMASSA.--Tandis que le nom du
nouveau souverain de l'Afrique était proclamé dans toutes les mosquées,
celui-ci gémissait au fond d'une prison dans une oasis saharienne.

Nous l'avons laissé près de Constantine, continuant son chemin vers le
sud-ouest, au lieu de donner la main à son daï. Il ne cessa d'errer en
proscrit, toujours accompagné de son jeune fils, et tenu, dit-on, au
courant des succès de ses partisans par des émissaires secrets. Il
arriva enfin à l'oasis de Sidjilmassa, au fond du Mag'reb. Nous savons
que ce territoire était le siège de la petite royauté des Beni-Midrar,
exerçant leur autorité sur les tribus miknaciennes du haut Moulouïa.

Bien que ces Berbères fussent des kharedjites-sofrites, très fervents,
ils reconnaissaient la souveraineté du khalife abbasside. Le prince
régnant, El-Içâa, avait reçu de Bagdad l'ordre de saisir le mehdi, s'il
pénétrait dans ses états. Les deux voyageurs lui ayant été signalés, il
devina leur caractère et les fit arrêter. Ainsi, après avoir échappé
pendant sept années, à travers deux continents, aux poursuites de ses
ennemis, Obeïd-Allah trouvait la captivité dans une oasis de l'extrême
sud du Mag'reb, à plus de douze cents lieues de son point de départ;
c'était la continuation des épreuves annoncées par son père[489].

[Note 489: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 263, t. II, p. 520. Ibn-Hammad,
_loc. cit.,_ El-Kaïrouani, p. 89 et suivantes.]

Aussitôt qu'Abou-Abd-Allah eut affermi l'organisation du nouvel empire,
il se prépara à aller délivrer son maître. Ayant réuni une armée «dont
le nombre inondait la terre» selon l'expression d'Ibn-Hammad, il laissa
à Kaïrouan son frère Abou-l'Abbas, assisté du chef ketamien
Abou-Zaki-Temmam, puis il se mit en route vers l'ouest (juin 909). Les
populations zenètes que les Chiaïtes rencontrèrent sur leur passage se
retirèrent devant eux ou offrirent leur soumission et, enfin, l'armée
parvint sous les murs de Sidjilmassa. Abou-Abd-Allah ayant envoyé à
El-Içâa un message pour l'engager à éviter les chances d'un combat, en
rendant les prisonniers, le prince midraride, pour toute réponse, fit
mettre à mort les parlementaires.

Après cette infructueuse tentative, on en vint aux mains, non loin de la
ville, car les Miknaça, sous la conduite de leur roi, avaient bravement
marché à la rencontre de leurs ennemis. Dès les premiers engagements, le
succès se déclara pour les Chiaïtes; les troupes d'El-Içâa furent
taillées en pièces, et ce prince dut prendre la fuite, suivi seulement
de quelques serviteurs. Le lendemain de la bataille, les principaux
habitants de la ville vinrent au camp des assiégeants implorer leur
clémence et leur offrir de les mener à la prison où était détenu le
mehdi.

Abou-Abd-Allah se réserva le soin de mettre en liberté les prisonniers.
Il les revêtit d'habits somptueux, les fit monter sur des chevaux de
parade et salua Obéïd-Allah du titre d'_imam_. Puis il le conduisit au
camp, en marchant à pied devant lui, et pendant le chemin il s'écriait,
en versant des larmes de joie: «_Voici votre imam, voici votre
seigneur!_» C'était, pour le mehdi, le triomphe après les épreuves.

Les troupes ketamiennes ne tardèrent pas à se saisir d'El-Içâa qui fut
mis à mort. Sidjilmassa avait été livrée au pillage et incendiée[490].

[Note 490: Notre récit, dans les pages qui précèdent, s'éloigne, sur
un grand nombre de points, de celui de Fournel (_Berbers_, t. II, de la
page 30 à la page 98) qui s'appuie, pour ainsi dire exclusivement, sur
le texte du Baïan. Les données d'Ibn-Khaldoun et d'En-Nouéïri sont
presque toujours écartées par cet auteur, qui, en outre, paraît ne pas
avoir connu le texte si intéressant d'Ibn-Hammad.]

RETOUR DU MEHDI OBÉÏD-ALLAH EN TUNISIE.--FONDATION DE L'EMPIRE
OBÉÏDITE.--Après un repos de quarante jours, à Sidjilmassa, l'armée
reçut l'ordre du retour. En quittant la ville, le mehdi y laissa, comme
gouverneur, le ketamien Ibrahim-ben-R'âleb, avec un corps de Chiaïtes. A
son retour, l'armée passa par Guédjal. Le fidèle Abou-Abd-Allah remit
alors à son maître les trésors qu'il avait amassés dans cette place, et
qui provenaient du butin des précédentes campagnes. Tout avait été
religieusement conservé, pour que le mehdi en opérât lui-même le
partage.

Dans le mois de décembre 909, ou au commencement de janvier 910,
Obéïd-Allah, suivi de son fils Abou-l'Kacem, fit son entrée à Rokkada.
Quelques jours après, il reçut, dans une séance d'inauguration
solennelle, le serment des habitants de Kaïrouan. En attendant qu'il eût
bâti une ville pour lui servir de résidence royale[491], Obéïd-Allah
s'établit dans le palais du Rokkada. Il prit alors officiellement le
titre de mehdi et fit frapper des monnaies où ce nom était inscrit.

Son empire se composait de la plus grande partie du Mag'reb central, de
toute l'Ifrikiya et de la Sicile. Vingt années à peine avaient suffi
pour arracher aux Ar'lebites cet immense territoire; mais, en raison
même de la rapidité de cette conquête, la fidélité des populations
n'était rien moins que bien établie et, en mains endroits, l'autorité
chiaïte n'était pas officiellement reconnue. C'est pourquoi le mehdi
envoya, dans toutes les provinces, des agents ketamiens chargés de
sommer les populations de faire acte d'adhésion au nouveau souverain.
Grâce à ces mesures et à la sévérité déployée dans leur application, car
tout opposant était mis à mort, l'ordre fut rétabli et le fonctionnement
de l'administration assuré. Ainsi se trouva accomplie une prédiction
colportée par les Fatemides et annonçant, pour la fin du IIIe siècle de
l'hégire, la chute de la domination arabe dans l'Ouest: «Le soleil se
lèvera à l'Occident», tel était le texte ambigu de cette prédiction,
qu'on faisait remonter à Mahomet[492].

[Note 491: El-Mehdia (voir plus loin).]

[Note 492: Carette, _Migrations des tribus algériennes_, p. 386,
citant d'Herbelot.]

Pour trancher complètement avec le régime tombé, les anciennes places,
fortes, sièges des commandants ar'lebites, furent rasées, et les préfets
fatemides s'établirent dans d'autres localités, élevées au rang de
chefs-lieux.

La tribu des Ketama fut comblée de faveurs; elle fournit les premiers
officiers du gouvernement et les généraux pour les postes importants.
C'est en s'appuyant sur un mouvement religieux que la cause
d'Obéïd-Allah avait réussi. Les Berbères, adoptant la nouvelle secte, en
avaient fait un signe de ralliement pour chasser l'étranger.

C'est ce qui s'était passé, deux siècles auparavant, à l'égard du
kharedjisme. Malgré la persécution dont il avait été l'objet, ce schisme
possédait encore beaucoup d'adhérents, et nous n'allons pas tarder à
voir s'engager une lutte suprême entre la doctrine fatemide et l'hérésie
kharedjite, au grand détriment de la vieille race berbère.

   APPENDICE

   CHRONOLOGIE DES GOUVERNEURS AR'LEBITES

   Ibrahim-ben-El-Ar'leb........ 800
   Abou-l'Abbas-Abd-Allah....... 812
   Ziadet-Allah I............... 817
   Abou-Eikal-el-Ar'leb......... 838
   Abou-l'Abbas-Mohammed........ 841
   Abou-Ibrahim-Ahmed........... 856
   Ziadet-Allah II.............. 863
   Abou-el-R'aranik............. 864
   Ibrahim II ben-Ahmed......... 875
   Abou-Abd-Allah............... 902
   Ziadet-Allah III............. 903
   Chute de Ziadet-Allah III.... 909



CHAPITRE IX

L'AFRIQUE SOUS LES FATEMIDES
910-934


Situation du Mag'reb en 910.--Conquêtes des Fatemides dans le Mag'reb
central; chute des Rostemides.--Le mehdi fait périr Abou-Abd-Allah et
écrase les germes de rébellion.--Événements de Sicile.--Événements
d'Espagne.--Révoltes contre Obeïd-Allah.--Fondation d'El-Mehdia par
Obeïd-Allah.--Expédition des Fatemides en Egypte, son
insuccès.--L'autorité du mehdi est rétablie en Sicile.--Première
campagne de Messala en Mag'reb pour les Fatemides.--Nouvelle expédition
fatemide contre l'Egypte.--Conquêtes de Messala en Mag'reb.--Expéditions
fatemides en Sicile, en Tripolitaine et en Egypte.--Succès des
Mag'raoua; mort de Messala.--El-Hassan relève à Fès le trône edriside;
sa mort.--Expédition d'Abou-l'Kacem dans le Mag'reb central.--Succès
d'Ibn-Abou-l'Afia.--Mouça se prononce pour les Oméïades; il est vaincu
par les troupes fatemides.--Mort d'Obeïd-Allah, le mehdi.--Expéditions
fatemides en Italie.


SITUATION DU MAG'REB EN 910.--Au moment où le triomphe des Fatemides va
faire entrer l'histoire de l'Afrique dans une nouvelle phase, il est
opportun de jeter un coup d'œil général sur l'état du pays et de passer
en revue les événements survenus en Mag'reb; car le récit des
révolutions dont l'Ifrikiya a été le théâtre nous en a forcément
détournés.

A Fès, Yahïa-ben-Kacem-ben-Edris continua de régner paisiblement
jusqu'en l'année 904. La guerre ayant alors éclaté entre lui et son
neveu Yahïa-ben-Edris-ben-Omar, souverain du Rif, il périt dans un
combat livré contre lui par Rebïa-ben-Sliman, général de son adversaire.
A la suite de cette victoire, Yahïa-ben-Edris s'empara de l'autorité
dans le Mag'reb et fit briller d'un dernier éclat le trône de Fès[493].

[Note 493: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 566, 567. Le Kartas, p. 106.
El-Bekri, trad. article _Idricides_.]

La grande tribu des Miknaça avait profité, dans ces dernières années, de
l'affaiblissement de la dynastie edriside et se préparait à s'élever sur
ses débris. Sous la conduite de leur chef, Messala-ben-Habbous, ces
Berbères avaient soumis à leur autorité tout le territoire compris entre
Teçoul, Taza et Lokaï, c'est-à-dire, la frontière orientale du Mag'reb
extrême. Le reste de la tribu était à Sidjilmassa, où la royauté qu'elle
y avait fondée venait d'être renversée par les Chiaïtes[494].

Dans le Mag'reb central, les Beni-Ifrene conservaient encore l'autorité
sur Tlemcen et les plaines situées à l'est de cette ville. Auprès d'eux
étaient leurs frères les Mag'raoua, dont la puissance avait grandement
augmenté et qui étendaient leur autorité dans les régions sahariennes et
sur les plaines du nord. Leur chef, Mohammed-ben-Khazer était un
guerrier redoutable que nous allons voir entrer en scène[495].

Les souverains oméïades d'Espagne cherchaient à établir leur influence
sur le littoral du Mag'reb central. Vers 902, ils y envoyèrent une
expédition. Les généraux Mohammed-ben-Bou-Aoun et Ibn-Abdoun, qui la
commandaient, conclurent avec les Beni-Mesguen, fraction des Azdadja, un
traité par lequel ceux-ci livrèrent un territoire, où ils fondèrent la
ville d'Oran[496]. Ce fut la première colonie oméïade en Mag'reb.

Enfin, à Tiharet, régnait encore la dynastie des Rostemides, mais fort
affaiblie et cherchant, dans l'alliance des souverains espagnols, un
secours capable de la protéger contre les ennemis qui
l'entouraient[497].

[Note 494: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 263.]

[Note 495: _Ibid._, t. III, p. 198, 229.]

[Note 496: _Ibid._, t. I, p. 283.]

[Note 497: _Ibid._, t. I, p. 243.]

CONQUÊTE DES FATEMIDES DANS LE MAG'REB CENTRAL.--CHUTE DES
ROSTEMIDES.--Lors du retour de l'armée chiaïte, après la délivrance du
mehdi, un corps d'armée avait été laissé dans le Mag'reb central, sous
le commandement du ketamien Arouba-ben-Youçof. Ce général ayant attaqué
Yakthan, souverain de Tiharet, s'empara de cette ville et fit mettre à
mort le prince Rostemide. Ainsi s'éteignait cette petite dynastie. En
même temps, Tiharet cessa d'être le centre du kharedjisme eïbadite; les
sectaires de ce schisme, poursuivis sans relâche par les Fatemides,
durent émigrer vers le sud et chercher un refuge dans la vallée de
l'Oued-Rir', en plein désert (910). Ils paraissent avoir été accueillis
par les Beni-Mezab qui adoptèrent leurs doctrines.

Arouba combattit ensuite les tribus voisines, et les força à la
soumission et à la conversion; puis il alla réduire une révolte qui
avait éclaté dans le pays des Ketama, sous l'inspiration de quelques
mécontents.

Douas-ben-Soulat, officier ketamien, laissé comme gouverneur à Tiharet,
entra alors en relations avec les Beni-Mesguen, des environs d'Oran.
Ceux-ci, ayant rompu avec les Oméïades, lui offrirent de lui livrer
cette ville. Leurs propositions furent accueillies avec faveur et, peu
après, les troupes fatemides s'emparaient d'Oran. Mohammed-ben-bou-Aoun,
qui avait contribué à leur succès, en fut nommé gouverneur (910).

Il est assez difficile, au milieu de la confusion qui règne à ce sujet
dans les chroniques arabes, de dire si cette expédition fut conduite par
Douas ou par Arouba. Toujours est-il que le général du mehdi étendit
l'autorité de son maître sur les tribus des Matmata, Louata, Lemaia et
Azdadja de la province d'Oran. Peut-être même entrait-il, dès lors, en
relations avec Messala-ben-Habbous, chef des Miknaça, qui devait être
avant peu un des principaux auxiliaires des Fatemides dans le Mag'reb.

Vers le même temps, les habitants de Sidjilmassa se révoltaient contre
les Fatemides et massacraient leur gouverneur, Ibrahim, ainsi que toute
sa garde de Ketama.

LE MEHDI FAIT PÉRIR ABOU-ABD-ALLAH ET ÉCRASE LES GERMES DE
RÉBELLION.--Cependant un grave dissentiment s'était élevé entre le mehdi
et son fidèle serviteur Abou-Abd-Allah. Ce dernier, cédant, dit-on, à
l'influence de son frère, Abou-l'Abbas, avait voulu s'appuyer sur les
services rendus, pour conserver une grande influence dans la direction
des affaires. Mais Obéïd-Allah n'entendait nullement partager son
autorité avec qui que ce fût. Irrité de voir ses avis brutalement
repoussés, Abou-Abd-Allah montra d'abord une grande froideur vis-à-vis
de son maître; puis il se mit, avec plusieurs de ses chefs, à conspirer
sourdement contre lui. Ces mécontents répandirent le bruit que le mehdi
n'était pas l'instrument de la volonté divine, l'être surnaturel, dont
le caractère devait se révéler aux humains par des miracles. «Nous nous
sommes trompés à son sujet,--disaient-ils,--car, il devrait avoir des
_signes_ pour se faire reconnaître; le vrai Imam doit faire des miracles
et imprimer son sceau dans la pierre, comme d'autres le feraient dans la
cire[498]».

[Note 498: Ibn-Hammad, _loc. cit._]

Ils l'accusaient en outre d'avoir gardé pour lui seul les trésors de
Guédjal. La plupart des chefs ketamiens, qui avaient toute confiance en
Abou-Abd-Allah, prêtèrent l'oreille à ces discours et chargèrent leur
grand cheikh de faire des remontrances à Obéïd-Allah lui-même.

Le danger était pressant pour le mehdi, puisque ses adhérents
commençaient à s'apercevoir que celui qu'ils avaient soutenu comme un
être surnaturel n'était qu'un homme comme eux. Obeïd-Allah comprit que
sa seule porte de salut était l'énergie, qui impose toujours aux masses,
et, pour toute réponse, il fit mettre à mort le grand cheikh des Ketama.
Afin d'achever d'anéantir la conspiration, il envoya les principaux
chefs occuper des commandements éloignés, de sorte qu'ils se trouvèrent
dispersés et sans force, avant d'avoir eu le temps d'agir. Les plus
compromis furent tués au loin et sans bruit par des émissaires dévoués.
L'auteur de la conspiration restait à punir; le medhi, étouffant tout
sentiment de reconnaissance, n'hésita pas à sacrifier à sa sécurité
l'homme auquel il devait le pouvoir.

Dans le mois de janvier 911, Abou-Abd-Allah se promenait avec son frère
Abou-l'Abbas, dans le jardin du palais, lorsque deux autres frères,
Arouba et Hobacha, enfants de Youçof, sortirent des massifs et se
précipitèrent sur eux. Abou-l'Abbas fut frappé le premier. En vain
Abou-Abd-Allah essaya d'imposer son autorité aux deux chefs qui avaient
été autrefois ses lieutenants: «Celui auquel tu nous a ordonné d'obéir
nous commande de te tuer[499]», répondirent-ils, et Abou-Abd-Allah tomba
percé de coups sur le cadavre de son frère.

Obéïd-Allah fit enterrer avec honneur les deux frères: il présida
lui-même au lavage de leurs corps; puis, après la récitation des
prières, il dit à haute voix en s'adressant au cadavre d'Abou-Abd-Allah:
«Que Dieu te pardonne et qu'il te récompense dans l'autre vie, car tu as
travaillé pour moi avec un grand zèle!»--Se tournant ensuite vers
Abou-l'Abbas: Quant à toi,--dit-il,--qu'il ne t'accorde aucune pitié,
car tu es cause des égarements de ton frère; c'est toi qui l'as conduit
aux abreuvoirs du trépas!»

Les deux victimes furent enterrées au lieu même où elles étaient tombées
sous le poignard des assassins[500]. Quant à ceux-ci, l'un d'eux,
Hobacha, fut nommé gouverneur de Barka et de la région de l'est;
l'autre, Arouba, reçut le commandement de Bar'aï et de la frontière
sud-ouest. Des troubles partiels chez les Ketama suivirent ces
exécutions, mais ils furent promptement étouffés dans le sang de leurs
promoteurs. Grâce à ces mesures énergiques, le pouvoir d'Obéïd-Allah,
loin de ressentir aucune atteinte, se renforça de tout l'effet produit
par l'écrasement de ceux qui avaient voulu le renverser.

[Note 499: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 522.]

[Note 500: Ibn-Hammad, _loc. cit._]

ÉVÉNEMENTS DE SICILE.--Pendant le cours des luttes qui avaient amené la
chute de la dynastie ar'lebite, l'anarchie, ainsi qu'on peut le prévoir,
avait divisé les Musulmans de Sicile. Les chrétiens en profitèrent pour
se fortifier au Val-Demone. Un certain nombre d'Arabes nobles, émigrés
d'Afrique, relevèrent un peu la situation de la colonie, et cherchèrent
à proclamer l'indépendance de la Sicile, au nom des Ar'lebites. Mais,
aussitôt que le mehdi eût assuré son pouvoir, il envoya dans l'île un de
ses principaux officiers, le ketamien Hassan-ben-Koléïb, surnommé
Ben-bou-Khanzir.

Débarqué en 910, le nouveau gouverneur fit proclamer partout le nom du
mehdi, et imposa aux Cadis l'obligation d'abandonner le rite sonnite,
pour rendre la justice selon la doctrine fatemide. Puis, il fit une
heureuse expédition au Yal-Demone et répandit partout la terreur de son
nom. Mais bientôt son extrême cruauté indisposa contre lui ses plus
fidèles adhérents, qui l'arrêtèrent par surprise et l'expédièrent au
mehdi. Il fut remplacé par Ali-ben-Omar-el-Beloui (912)[501].

[Note 501: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 521. Amari, _Musulmans de
Sicile_, t. II, p. 141 et suiv.]

ÉVÉNEMENTS D'ESPAGNE.--Nous avons vu précédemment que le khalife
Abd-Allah était arrivé, au commencement du Xe siècle, après de longues
années de lutte, à rétablir l'autorité oméïade en Espagne et à tenir en
respect les petites royautés, qui se formaient de toute part. Le succès
continua à couronner ses efforts, surtout dans le midi: «En 903, son
armée prit Jaën; en 905, elle gagna la bataille du Guadalballou, sur
Ibn-Hafçoun et Ibn-Mastana; en 906, elle enleva Cañete, aux
Beni-el-Khali; en 907, elle força Archidona à payer tribut; en 910, elle
prit Baeza, et l'année suivante, les habitants d'Iznajar se révoltèrent
contre leur seigneur et envoyèrent sa tête au sultan. Même dans le nord
il y avait une amélioration notable[502].»

[Note 502: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. II, p. 318, citant
Ibn-Haïan.]

Sur ces entrefaites, Abd-Allah cessa de vivre (15 octobre 912), après un
règne de vingt-quatre ans.

Abd-er-Rahman III, son petit-fils, lui succéda. C'était un jeune homme
de vingt-deux ans et, si l'on put craindre d'abord, qu'en raison de sa
jeunesse, il ne fût pas à la hauteur de sa mission, il ne tarda pas à
démontrer lui-même, que pour le courage et l'habileté politique, il ne
le cédait à personne.

Attaquant résolument ce qui restait de chefs rebelles, il en contraignit
une partie à la soumission. Mais Ibn-Hafçoun, qui se faisait appeler
Samuel, depuis sa conversion, maintenait ferme à Bobastro le drapeau de
l'indépendance nationale et du christianisme.

Les Berbères de Mag'reb, particulièrement de la province de Tanger,
prenaient part à ces luttes comme mercenaires. S'étant mis à la tête de
l'armée, Abd-er-Rahman parcourut en maître les provinces d'Elvira et de
Jaën, recevant partout des soumissions, et brisant les résistances qu'il
rencontrait. Il se présenta enfin devant Séville, dont les notables lui
ouvrirent les portes (décembre 913)[503].

Les années suivantes furent non moins favorables, et, en 917,
Ibn-Hafçoun rendait le dernier soupir. L'unité de l'empire oméïade se
trouvait rétablie et un grand règne allait commencer.

[Note 503: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. II, p. 325 et suiv.]

RÉVOLTES CONTRE OBÉÏD-ALLAH.--En Ifrikiya, le nouvel empire, à peine
assis, était ébranlé par les révoltes indigènes; mais l'énergie du mehdi
suffisait à tout. Ce fut d'abord dans la région de Tripoli, que les
Houara et Louata prirent les armes. Les généraux obéïdites étouffèrent
dans le sang cette sédition; on dit que les têtes des promoteurs furent
expédiées à Kaïrouan et exposées sur les remparts.

Dans l'ouest, Mohammed-ben-Khazer avait entraîné ses Zenètes à l'attaque
de Tiharet, s'était emparé de cette ville et avait contraint le
gouverneur, Douas, à chercher un refuge dans le vieux Tiharet. Une armée
nombreuse, envoyée par le mehdi, délogea les Zenètes de leur nouvelle
conquête, les poursuivit et en fit un grand carnage. Il est probable que
Messala-ben-Habbous, chef des Miknaça, qui, nous l'avons vu, avait déjà
contracté alliance avec les Obéïdites, les aida à écraser les Zenètes,
car Messala reçut, comme récompense, le commandement de Tiharet et la
mission de protéger la frontière occidentale.

Les Ketama avaient été douloureusement frappés par la mise à mort
d'Abou-Abd-Allah; de son côté, le mehdi, craignant les effets de leur
rancune, leur avait retiré sa confiance. Les habitants de Kaïrouan
détestaient ces sauvages étrangers, dont l'insolence était sans bornes.

La situation devenait critique pour eux. Dans le mois d'avril 912, la
population de Kaïrouan, saisissant un prétexte, se jeta sur eux et en
fit un véritable massacre. Plus de mille cadavres de Ketama jonchèrent,
paraît-il, les rues et l'on s'empressa de les faire disparaître en les
jetant dans les égoûts.

En apprenant la façon dont leurs contribules étaient traités en
Ifrikiya, les Ketama se mirent en révolte ouverte, placèrent à leur tête
un des leurs, auquel ils donnèrent le titre de mehdi, et envahirent le
Zab. La situation était grave. Obéïd-Allah fit marcher contre les
rebelles son fils Abou-l'Kassem, avec les meilleures troupes; mais il
fallut une campagne de près d'un an pour les réduire. Le faux mehdi,
ayant été pris, fut ramené à Kaïrouan et exécuté à Rokkada, après avoir
été promené, revêtu d'un accoutrement ridicule, sur un chameau[504].

Pendant que le Mag'reb était le théâtre de la révolte ketàmienne, les
gens de Tripoli, imitant ceux de Kaïrouan, massacraient les Ketama,
chassaient leur gouverneur et se déclaraient indépendants. Le mehdi
envoya d'abord sa flotte qui réussit à surprendre, dans le port de
Tripoli, les navires des révoltés et les détruisit. On investit ensuite
la ville par terre, et, après quelques mois de blocus, les Tripolitains,
qui avaient souffert les horreurs de la famine, se décidèrent à se
rendre à Abou-l'Kassem. Selon Ibn-Khaldoun, les habitants furent
massacrés et la ville livrée au pillage; une forte contribution de
guerre fut frappée sur les survivants[505].

[Note 504: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 523-524. _Arib_, in Nicholson,
apud Fournel, _Berbers_, t. II, p. 111.]

[Note 505: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 524.]

FONDATION D'EL-MEHDIA PAR OBEID-ALLAH.--C'est probablement vers cette
époque qu'Obeïd-Allah, après avoir visité le littoral, depuis Tunis et
Karthage jusqu'à la petite Syrte, arrêta son choix sur une petite
presqu'île, située à soixante milles de Kaïrouan, et nommée par les
indigènes El-Hamma, ou Djeziret-el-Far. Une mince langue de terre la
reliait au rivage, du côté de l'ouest. Les ruines de l'antique Africa
couvraient cet emplacement, que le mehdi choisit pour y construire sa
capitale.

La presqu'île avait, disent les auteurs arabes, «la forme d'une main
avec son poignet.» De solides fortifications établies sur l'isthme ne
laissaient qu'une seule entrée, qu'on ferma au moyen d'une porte de fer.
Dans ce vaste enclos, Obeïd-Allah fit construire des palais pour lui et
des logements pour ses soldats. Des citernes et des silos y furent
creusés, et des travaux exécutés afin de rendre plus sûr le port
naturel; il pouvait, dit-on, contenir cent galères.

En face, sur la terre ferme, se fonda le faubourg de Zouïla, où le
peuple et les marchands vinrent s'établir[506].

[Note 506: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 325. El-Bekri,
passim. El-Kaïrouani, p. 95.]

EXPÉDITION DES FATEMIDES EN EGYPTE, SON INSUCCÈS.--Si Obeïd-Allah
cherchait à se faire un refuge inexpugnable en Ifrikiya, c'est qu'il
sentait son trône encore bien vacillant; de tous côtés, les têtes
fermentaient. En Sicile, après quelque temps d'anarchie, l'esprit de
résistance s'était réveillé, et les Musulmans avaient placé à leur tête
le chef ar'lebite Ahmed-ben-Korhob, dont le premier acte avait été de
retrancher de la khotba (prône) le nom du mehdi et de proclamer
l'autorité du khalife abasside, El-Moktader; sa soumission fut
accueillie, en Orient, avec faveur et il reçut les emblèmes du
commandement: «Drapeaux et robes noirs, colliers et bracelets[507].»

Obeïd-Allah, du reste, considérait son séjour en Ifrikiya comme une
simple station. C'est vers l'Orient qu'il tournait ses regards et il
n'aspirait qu'à se transporter sur un autre théâtre. La première étape
devait être l'Egypte et il en décida audacieusement la conquête. Ayant
réuni une armée nombreuse de Ketama, il en donna le commandement à son
fils Abou-l'Kassem et le lança vers l'est. Le jeune prince traversa
facilement la Tripolitaine et fit rentrer dans l'obéissance le pays de
Barka. De là, il marcha directement sur Alexandrie et commença le siège
de cette ville. En même temps, une flotte de deux cents navires, sous le
commandement de Hobacha, venait la bloquer par mer (914). Après s'être
emparés d'Alexandrie, Abou-l'Kassem et Hobacha s'avancèrent dans
l'intérieur, envahirent la province de Faïoum et marchèrent sur le vieux
Caire.

Mais le gouverneur de l'Egypte, Tikine-el-Khezari, ayant reçu du khalife
un renfort important, commandé par l'eunuque Mounês, qu'on appelait _le
maître de la victoire_, marcha contre les envahisseurs, les battit dans
plusieurs combats et les força à la retraite. Abou-l'Kassem dut
abandonner tout le pays conquis dans sa brillante campagne et se
réfugier à Barka.

La flotte du mehdi venait à peine de rentrer d'Orient et se trouvait
dans le port de Lamta[508], lorsque les vaissaux siciliens, lancés par
Ibn-Korhob, vinrent audacieusement l'attaquer. Mohammed, fils
d'Ibn-Korhob, qui commandait l'expédition, dispersa ou coula les navires
chiaïtes; puis, ayant opéré son débarquement, mit en déroute les troupes
envoyées contre lui de Rakkada. Marchant ensuite sur Sfaks, il mit cette
ville au pillage et, enfin, se présenta devant Tripoli, où il trouva
Abou-l'Kassem, revenant d'Egypte avec les débris de ses troupes. Il se
décida alors à se rembarquer et rentra en Sicile chargé de butin.

[Note 507: Amari, _Musulm._, t. II, p. 149.]

[Note 508: L'antique Leptis parva, dans le golfe de Monastir.]

Les insuccès militaires ont toujours pour résultat de provoquer la
suspicion contre les généraux malheureux. A son retour, Hobacha fut jeté
en prison; son frère, craignant le même sort, prit la fuite et essaya de
gagner le pays des Ketama, pour le soulever à son profit; mais il fut
arrêté et livré à Obéïd-Allah, qui fit trancher la tête aux deux
frères[509].

[Note 509: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 524 et suiv. El-Kaïrouani, p.
95-96. Ibn-Hammad, passim.]

L'AUTORITÉ DU MEHDI EST RÉTABLIE EN SICILE.--En Sicile, Ibn-Korhob avait
à combattre l'indiscipline des Berbères, des Arabes, des légistes, des
nobles et des intrigants de toute sorte, qui ne cessaient de lutter les
uns contre les autres. Le succès de l'expédition de son fils Mohammed
n'avait fait qu'exciter la cupidité des Musulmans; aussi Ibn-Korhob
dut-il céder à leurs instances et organiser une razia sur la terre
ferme. Débarquée en Calabre, l'armée expéditionnaire ravagea une partie
de cette province. Mais une tempête détruisit la flotte, et les
Musulmans qui échappèrent au naufrage regagnèrent comme ils purent
l'île. Ne possédant plus de navires, Ibn-Korhob ne put résister aux
attaques constantes des vaisseaux du mehdi.

Sur ces entrefaites, l'impératrice Zoé, régente pendant la minorité de
son fils, prescrivait à son lieutenant, en Calabre, de faire la paix
avec les Musulmans, car elle craignait l'attaque des Bulgares et avait
besoin de toutes ses forces. Un traité fut alors conclu, par lequel les
Byzantins s'engagèrent à verser à l'émir de Sicile un tribut annuel de
vingt-deux mille pièces d'or (fin 915)[510].

Bientôt, une nouvelle révolte ayant éclaté en Sicile, Ibn-Korhob se
démit du pouvoir et voulut se réfugier en Espagne (juillet 916); mais
les révoltés assaillirent son vaisseau et, s'étant emparés de l'émir,
l'envoyèrent au mehdi: «Qui t'a poussé,--lui dit ce prince,--à
méconnaître les droits sacrés de la maison d'Ali, en te révoltant contre
nous?»--«Les Siciliens,--répondit le prisonnier,--m'ont élevé au pouvoir
malgré moi et, malgré moi, m'en ont fait descendre.» Le souverain
fatemide l'envoya au supplice[511].

Abou-Saïd-Moussa, dit Ed-D'aïf, fut chargé par le mehdi de prendre le
commandement en Sicile. Ce général éteignit dans leur germe toutes les
révoltes et déploya une grande sévérité: s'étant rendu maître de
Palerme, le 12 mars 917, il fit un massacre général de la population.
Enfin, une amnistie fut proclamée, au nom du chef de l'empire obéïdite,
et Abou-Saïd rentra à Kaïrouan, en laissant dans l'île, comme
gouverneur, Saïd-ben-Aced avec des forces ketamiennes[512].

[Note 510: Amari, t. II, p. 153.]

[Note 511: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 526.]

[Note 512: Amari, _Musulmans de Sicile_, t. III, p. 157.]

PREMIÈRE CAMPAGNE DE MESSALA DANS LE MAG'REB POUR LES FATEMIDES.--Les
difficultés auxquelles le mehdi avait à faire face dans l'Est ne
l'empêchaient pas de tourner ses regards vers l'Occident.
Messala-ben-Habbous, préposé par lui à la garde de Tiharet, le poussait
à entreprendre des campagnes dans le Mag'reb. Sur ces entrefaites, Saïd,
le descendant de la petite royauté des Beni-Salah à Nokour, s'étant
allié aux Edrisides, et ayant refusé obéissance aux Fatemides,
Obéïd-Allah jugea que le moment d'agir était arrivé, et il donna à
Messala l'ordre de se mettre en marche.

Le chef des Miknaça partit de Tiharet au printemps de l'année 917. Saïd
l'attendait, en avant de Nokour, dans un camp retranché, mais la clef de
la position ayant été livrée par un traître, Saïd fit transporter sa
famille et ses objets précieux dans une île voisine du port, puis, se
jetant en désespéré sur les ennemis, il tomba percé de coups. Messala
livra le camp et la ville au pillage et envoya au Mehdi la tête de
l'infortuné Saïd. Sa famille parvint à gagner l'Espagne et fut reçue
avec honneur par Abd-er-Rahman III[513].

[Note 513: El-Bekri, passim. Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p.
141. Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. III, p. 37 et suiv.]

Pour affermir sa conquête, Messala guerroya encore pendant plusieurs
mois dans te territoire de Nokour, puis il reprit le chemin de l'est en
laissant une garnison dans cette ville. Peu de temps après, les fils de
Saïd, soutenus par les Berbères, rentrèrent en possession de leur petit
royaume, et l'un d'eux, nommé Salah, fut reconnu comme prince régnant.
Un de ses premiers actes consista à proclamer l'autorité du khalife
oméïade d'Espagne, dans cette partie du Mag'reb. Le mehdi ne se sentit
pas assez fort pour entrer en lutte contre Abd-er-Rahman.

NOUVELLE EXPÉDITION FATEMIDE CONTRE L'EGYPTE.--Obeïd-Allah reprit, alors
ses plans de campagne en Orient. Ayant réuni une armée formidable, dont
les auteurs arabes, avec leur exagération habituelle, portent le chiffre
à cinq cent mille hommes, il en confia le commandement à son fils
Abou-l'Kassem et la lança contre l'Egypte. Au printemps de l'année 919,
cet immense rassemblement, dont les Ketama formaient l'élite, se mit en
marche. L'Egypte était alors dégarnie de troupes; aussi les Chiaïtes se
rendirent-ils facilement maîtres d'Alexandrie qu'ils livrèrent au
pillage, puis ils envahirent le Faïoum et une partie du Saïd. Le
gouverneur n'avait pas osé lutter en rase campagne; retranché à Djiza,
il ne cessait de demander des secours au khalife. Mais le but du mehdi
n'était pas seulement de conquérir cette riche contrée: c'était
l'Orient, sa patrie, qu'il convoitait, et il voulait reparaître en
vainqueur là où il avait été persécuté. Abou-l'Kassem écrivit aux
habitants de la Mekke pour les sommer de se rendre à lui.

Cependant, la situation des Chiaïtes ne laissait pas d'être critique:
coupés de leur base d'opérations, décimés par la peste, ils attendaient
avec impatience des secours d'Ifrikiya. Le gouverneur abbasside étant
mort avait été remplacé par Takin qui avait déjà eu la gloire de
repousser la première invasion; des troupes lui avaient été envoyées et
enfin, l'eunuque nègre Mounès, rentré en grâce près de son souverain, se
préparait à accourir pour jeter son épée dans la balance.

Sur ces entrefaites, une flotte de 80 vaisseaux, envoyée par le mehdi au
secours de son fils, arriva en Egypte; mais les navires abbassides
lancés contre elle par Monnès réussirent à l'incendier à Rosette. En
920, Mounès arriva avec les troupes de l'Irak et, dès lors, la face des
choses changea; Abou-l'Kassem se vit enlever une à une toutes ses
conquêtes et, en 921, il dut reprendre la route de l'Ifrikiya. Cette
retraite, bien qu'effectué en assez bon ordre, fut désastreuse; dans le
mois de novembre, le prince obéïdite rentra à Kaïrouan, ne ramenant,
dit-on, qu'une quinzaine de mille hommes, le reste avait péri par le fer
ou la maladie, était prisonnier ou s'était dispersé[514].

[Note 514: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 526. Ibn-Hammad,
passim. El-Kaïrouani, p. 96.]

CONQUÊTES DE MESSALA EN MAG'REB.--Pendant que l'Orient était le théâtre
de ces événements, Messala recevait du mehdi l'ordre d'entreprendre une
nouvelle campagne dans le Mag'reb. En 920, le chef des Miknaça, soutenu
par un corps de Ketamiens, marcha directement contre la capitale des
Edrisides. Yahïa-ben-Edris ayant réuni ses guerriers arabes, son corps
d'affranchis et tous les contingents berbères dont ils disposait et
parmi lesquels les Aoureba tenaient toujours le premier rang, s'avança
contre l'ennemi. Mais il essuya une défaite et dut rentrer dans Fès, sa
capitale, pour s'y retrancher. Messala, arrivé sur ses traces, commença
le siège de la ville, et bientôt le descendant d'Edris se vit forcé de
traiter avec son ennemi. Il reconnut la suzeraineté du sultan fatemide
et consentit à accepter la position secondaire de lieutenant du mehdi à
Fès. Avant de rentrer à Tiharet, Messala confia à son cousin
Mouça-ben-Abou-l'Afia, le commandement des régions du Mag'reb,
jusqu'auprès de Fès.

L'année suivante, des contestations survenues entre Mouça et le prince
edriside, soutenu par les Beni-Khazer et autres tribus magraouiennes, ne
tardèrent pas à amener une rupture. Aussitôt Messala accourut avec ses
troupes dans le Mag'reb. Étant entré à Fès, il destitua Yahïa-ben-Edris,
l'interna dans la ville d'Azila (près de Tanger), et s'empara de ses
trésors (921). De là il se porta sur Sidjilmassa, où les descendants des
Beni-Midrar avaient, depuis longtemps, repris en main l'autorité.
Ahmed-ben-Meïmoun, le souverain midraride, essaya en vain de lui
résister, il fut pris et mis à mort. Messala, ayant rétabli dans le sud
l'autorité fatemide, laissa comme gouverneur El-Moatez, neveu du
précédent roi, et rentra à Tiharet d'où il se rendit à El-Mehdïa pour
recevoir les félicitations de son maître[515].

Expéditions fatemides en Sicile en Tripolitaine et en Egypte.--En
Ifrikiya, le souverain fatemide, établi dans sa capitale d'El-Mehdïa,
continuait à diriger des expéditions contre les chrétiens de Sicile,
pendant que son lieutenant lui conquérait le Mag'reb. Selon M.
Amari[516], Siméon, roi des Bulgares, aurait recherché l'alliance du
mehdi, en l'invitant à l'aider dans ses entreprises contre Byzance. La
générosité de l'impératrice Zoé, qui mit en liberté ses ambassadeurs
tombés entre les mains de ses troupes, désarma Siméon et fit échouer le
projet.

[Note 515: Ibn-Khaldoun, Berbères, t. I, p. 264, t. II, p. 526 et
suiv., t. III, p. 230. Kartas, p. 106 et suiv. El-Bekri, _Idricides_.]

[Note 516: _Musulmans de Sicile_, t. II, p. 173.]

Sur ces entrefaites, une révolte des Nefouça, toujours impatients du
joug, tint en échec pendant de longs mois les armées fatemides, et ce ne
fut qu'à la fin de 923 que leur dernier retranchement fut enlevé et
qu'ils se virent forcés à la soumission.

Selon le Baïan, une nouvelle expédition aurait été effectuée en Egypte,
sous le commandement du général fatemide Mesrour, en l'année 924, mais
les détails précis manquent sur cette campagne qui, dans tous les cas,
n'eut pour la cause du mehdi aucun résultat effectif.

SUCCÈS DES MAG'RAOUA.--MORT DE MESSALA.--Nous avons vu que les
Mag'raoua, sous le commandement d'Ibn-Khazer, ne cessaient de se poser
en ennemis de la dynastie fatemide et saisissaient toutes les occasions
d'attaquer ses frontières ou de s'allier à ses ennemis. Selon
Ibn-Khaldoun[517], Messala aurait péri en les combattant dans le cours
de l'année 921, mais nous avons vu plus haut qu'après être rentré de son
expédition de Sidjilmassa, ce général était allé saluer son suzerain à
El-Mehdïa. L'étude comparative des auteurs nous conduit à reporter cet
événement à l'année 924. Les Beni-Khazer et autres tribus zenètes
s'étant lancées dans la révolte, Messala marcha contre elles et après
plusieurs combats, il se laissa surprendre par Ibn-Khazer qui le tua de
sa propre main (novembre 924). Cette perte fut vivement ressentie par le
mehdi.

Une nouvelle armée kelamienne, sous le commandement de Bou-Arous et
Ben-Khalifa[518], arrivée de l'est, fut complètement détruite, par les
Zenètes. Grâce à ces succès, Ibn-Khazer acquit l'adhésion de presque
toutes les tribus des hauts plateaux du Mag'reb central; mais au delà de
la Moulouïa, Mouça-ben-Bou-l'Afia continuait à exercer le pouvoir au nom
des Fatemides jusqu'à la limite extrême du territoire de Fès.

[Note 517: _Histoire des Berbères_, t. II, p. 527 et t. III, p.
230.]

[Note 518: Selon Ibn-Hammad.]

EL-HAÇAN RELÈVE, À FÈS, LE TRÔNE EDRISIDE.--SA MORT.--Le contre-coup des
échecs éprouvés par les armes du mehdi se fit aussitôt sentir en
Mag'reb. Un membre de la famille edriside, nommé El-Haçan, dit
El-Hadjam[519], prince d'une grande bravoure, releva, dans la montagne
des Djeraoua, l'étendard de sa dynastie. Marchant sur Fès, il s'empara
par surprise de cette ville et en chassa le gouverneur Rihan, le
ketamien.

Aussitôt Mouça-ben-Abou-l'Afia se porta contre Fès à la tête de toutes
ses forces disponibles. El-Haçan s'avança bravement au devant de lui et
la rencontre eut lieu entre Fès et Taza, près d'un ruisseau appelé
Ouad-el-Metahen. La lutte fut acharnée et la victoire se prononça pour
l'edriside qui contraignit Mouça à fuir, en abandonnant sur le champ de
bataille deux mille Miknaça, parmi lesquels son propre fils. El-Haçan
soumit alors à son autorité les régions de Safraoua, Mediouna, Meknès,
Basra, etc., c'est-à-dire la partie centrale du Mag'reb[520] (926).

[Note 519: Le phlébotomiste, parce qu'il avait, dit-on, l'habitude
de frapper son ennemi à la veine du bras.]

[Note 520: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 267, t. II, p. 527, 568. El-Bekri,
art. _Idricides_. Le Kartas, p. 110 et suiv. Ibn-Hammad.]

En même temps, El-Moatez répudiait la suzeraineté fatemide à
Sidjilmassa, et se déclarait indépendant. C'est également vers cette
époque qu'il faut placer l'occupation de Melila par les Oméïades
d'Espagne. Ainsi Abd-er-Rahman prenait pied sur cette terre d'Afrique où
il cherchait depuis longtemps à exercer son influence. Ses agents
entrèrent en pourparlers avec Ibn-Khazer et un traité d'alliance fut
conclu entre le chef des Mag'raoua et le khalife d'Espagne.

Sur ces entrefaites, l'edriside El-Haçan, victime d'une sédition, fut
arrêté et jeté en prison. Aussitôt Mouça-ben-Abou-l'Afia accourut à Fès
et entreprit le siège du quartier des Andalous, resté fidèle aux
Edrisides. Après une lutte acharnée, la victoire resta aux Miknaça.
Mouça voulait qu'El-Haçan lui fut livré, mais on facilita sa fuite en
essayant de lui faire escalader le rempart. Dans sa chute, El-Haçan se
brisa la cuisse et mourut misérablement.

EXPÉDITION D'ABOU-L'KASSEM DANS LE MAG'REB CENTRAL.--Les succès
d'Ibn-Khazer dans le Mag'reb central, l'alliance de ce chef avec les
Oméïades, décidèrent le mehdi à y faire une nouvelle campagne et à en
confier la direction à son fils. Au printemps de l'année 927, le prince
Abou-l'Kassem se mit en route à la tête d'une puissante armée. Il passa
par les montagnes des Ketama et se heurta contre la tribu des
Beni-Berzal, qui essaya de lui barrer le passage et contre laquelle il
dut entreprendre toute une série d'opérations gênées par le mauvais
temps. Ayant contraint les rebelles à la soumission, il continua sa
route vers l'ouest et dut réduire diverses tribus telles que les Houara,
et les Lemaïa, chez lesquelles le schisme kharedjite-sofrite s'était
conservé. Il est assez difficile de dire jusqu'à quel point il s'avança
dans le Mag'reb; ce qui paraît certain, c'est que les Mag'raoua se
retirèrent dans le sud pour éviter son attaque.

Après avoir confirmé Mouça-ben-Abou-l'Afia dans son commandement,
Abou-l'Kassem revint sur ses pas et s'arrêta à Mecila, dans le Hodna.
Les Beni-Kemian, tribu voisine, lui ayant manifesté de l'hostilité, il
les réduisit à la soumission et, pour les punir, les déporta à Kaïrouan.
De même que les généraux byzantins avaient songé à établir dans cette
localité une place forte qu'ils appelèrent Justiniana-Zabi,
Abou-l'Kassem traça sur les bords de l'Oued-Sehar une ville destinée à
couvrir la frontière du sud-ouest contre les incursions des Zenètes. Il
lui donna le nom de Mohammedïa, mais l'ancienne appellation de Mecila
prévalut. Le commandement de cette place forte fut donné par lui à
l'andalousien Ali-ben-Hamdoun, qui avait été, dit-on, un des premiers
partisans du mehdi et aurait même partagé sa captivité à Sidjilmassa.
Tout le Zab fut placé sous les ordres de cet officier et l'on accumula
dans la nouvelle place forte des approvisionnements et des armes[521].

[Note 521: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 527-553. Ibn-Hammad, passim.
El-Kaïrouani, p. 96.]

Abou-l'Kassem rentra ensuite en Ifrikiya où l'appelait le soin de
conserver ses droits d'héritier présomptif (928).

Vers le même temps (927), vingt pirates maures, d'Espagne, jetés par la
tempête sur les côtes de Provence, s'établissaient au Fraxinet et, ayant
été rejoints par des aventuriers de toute race, fondaient une petite
république qui ne tarda pas à devenir un objet de terreur pour les
régions environnantes; ces brigands parcoururent en maîtres les Alpes,
l'Italie septentrionale, la Suisse, et poussèrent l'audace jusqu'à venir
assiéger Milan.

SUCCÈS D'IBN-ABOU-L'AFIA.--Nous avons laissé dans le Mag'reb
Mouça-ben-Abou-l'Afia maître de Fès. Après avoir reçu la soumission des
régions environnantes, Mouça, plaçant à Fès son fils Medin, s'attacha à
poursuivre les descendants de la famille edriside et leurs partisans
dans les retraites où ils s'étaient réfugiés. Les montagnes du Rif et le
pays des R'omara étaient le dernier rempart de cette dynastie déchue.
Une forteresse élevée sur un piton, au milieu de montagnes escarpées,
était maintenant leur capitale. On l'appelait _Hadjar-en-Necer_ (le
rocher de l'aigle). A la mort d'El-Hadjam, la royauté était échue à
Ibrahim, fils de Mohammed-ben-Kassem. Après avoir essayé en vain de
réduire ses adversaires dans une retraite aussi difficile d'accès, Mouça
se décida à laisser en observation son général Ibn-Abou-el-Fetah[522];
quant à lui, il alla enlever Nokour où régnait un descendant de Salah,
nommé El-Mouaïed. Les vainqueurs mirent cette malheureuse ville au
pillage et achevèrent l'œuvre de destruction commencée, quelques années
auparavant, par Messala. Le chef des Miknaça envahit ensuite la province
de Tlemcen, où se trouvait un prince edriside du nom d'El-Hacen,
descendant de Soleïman, qui prit la fuite à son approche et alla se
réfugier à Melila (931). Mouça entra vainqueur à Tlemcen.

[Note 522: Abou-Komah, selon El-Bekri.]

Ce n'était pas sans motif que Mouça avait abandonné le Mag'reb. Nous
avons vu plus haut qu'Ibri-Khazer avait conclu une alliance avec
Abd-er-Rhaman III, khalife d'Espagne, surnommé En-Nacer (le victorieux),
en raison de ses grands succès sur les princes de Léon[523]. Stimulé par
les agents de ce prince, il avait reparu dans le Mag'reb central, après
le départ d'Abou-l'Kassem, et soumis pour les Omeïades tout le pays
compris entre Ténès et Oran. Il est probable que l'arrivée du chef
victorieux des Miknaça, maître d'une grande partie du Mag'reb, força
Ibn-Khazer à regagner les solitudes du désert, son refuge habituel.

Pendant ce temps, le khalife d'Espagne, ne dissimulant plus ses plans de
conquête en Mag'reb, enlevait Ceuta par un coup de main. Cette ville
tenait encore pour les Edrisides et sa perte fut vivement ressentie par
les derniers représentants de cette dynastie (931).

[Note 523: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. III, p. 49 et suiv.]

MOUÇA SE PRONONCE POUR LES OMÉÏADES.--IL EST VAINCU PAR LES TROUPES
FATEMIDES.--Une fois maîtres de Ceuta, les généraux oméïades entrèrent
en pourparlers avec Mouça-ben-Abou-l'Afia qui se disposait à marcher
contre eux, et lui transmirent de la part de leur maître des offres très
séduisantes, s'il consentait à l'accepter pour suzerain. Le chef des
Miknaça avait-il à se plaindre du mehdi, ou jugea-t-il simplement qu'il
était préférable pour lui de s'attacher à la fortune du brillant
En-Nacer? Nous l'ignorons; dans tous les cas, il accueillit les
ouvertures à lui faites et se décida à répudier la suzeraineté fatemide
pour laquelle il avait combattu jusqu'alors. S'étant déclaré le vassal
du khalife d'Espagne, il fit proclamer l'autorité oméïade dans le
Mag'reb.

Dès que ces graves nouvelles furent parvenues en Ifrikiya, la mehdi
expédia au gouverneur de Tiharet l'ordre de marcher contre ses ennemis
du Mag'reb; mais les descendants de Messala, qui y commandaient, ne
possédaient pas de forces suffisantes pour entreprendre une campagne
sérieuse, et l'année 932 se passa en escarmouches sans importance.
L'année suivante (933), une armée fatemide se mit en route vers l'ouest,
sous le commandement de Homeïd-ben-Isliten, neveu de Messala, traversa
sans peine le Mag'reb central et pénétra dans le Mag'reb extrême. Mouça
attendait ses ennemis en avant de Taza, sur la rive gauche de la
Moulouïa, au lieu dit Messoun. Après plusieurs jours de lutte, les
troupes fatemides parvinrent à se rendre maîtresses du camp ennemi, ce
qui contraignit Mouça à se jeter dans Teçoul, et à appeler à son aide le
général Ibn-Abou-l'Fetah, resté en observation devant Hadjar-en-Necer.
Aussitôt l'edriside Ibrahim et ses partisans reprirent l'offensive et
vinrent attaquer les derrières de Mouça. Au profit de cette diversion,
qui immobilisait le chef miknacien, Homeïd continua sa marche sur Fès,
où il entra sans coup férir, car Medin, fils de Mouça, avait abandonné
la ville à son approche. Après avoir rétabli l'autorité fatemide en
Mag'reb, Homeïd reprit la route de l'Ifrikiya en laissant comme
gouverneur à Fès Hâmed-ben-Hamdoun[524].

[Note 524: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. I, p. 268, t. II, p. 528,
569, t. III, p. 231. Kartas, p. 111 et suiv. Bekri, passim.]

MORT D'OBÉÏD-ALLAH, LE MEHDI.--Peu de temps après le retour de l'armée,
Obéïd-Allah mourut à El-Mehdïa (3 mars 934). Il était âgé de
soixante-trois ans et avait régné près de vingt-cinq ans. Il laissait
sept fils et huit filles. Les astrologues de la cour prétendirent qu'au
moment de sa mort la lune avait subi une éclipse totale.

Ce prince laissait à son fils un immense empire qui s'étendait de la
grande Syrte au cœur du Mag'reb. Il faut reconnaître qu'une rare fortune
avait secondé l'ambition de ce messie (mehdi), qui, après avoir erré en
proscrit, durant de longues années, était venu s'asseoir en triomphateur
sur le trône préparé par un disciple dont l'abnégation égalait le
dévouement. Grâce à son énergie invincible, Obéïd-Allah sut conserver,
étendre et établir sur des bases durables un pouvoir assez précaire au
début. Nul doute que, sans les mesures rigoureuses qu'il prit et dont
les premières conséquences furent de sacrifier ceux auxquels il devait
tout, il eût été renversé après un court règne.

Et cependant l'ambition constante du mehdi, le désir de toute sa vie
n'était pas réalisé. C'est vers l'Orient qu'il avait les yeux tournés et
c'est sur le trône des khalifes, où son ancêtre Ali n'avait pu se
maintenir, qu'il voulait s'asseoir. Après l'insuccès de ses tentatives
militaires en Egypte, il dut se borner à employer l'intrigue, et ce fut,
dit-on, par un de ses émissaires que le khalife El-Moktader fut tué
pendant les guerres qui suivirent la révolte de Mounès. Suivant
l'historien Es-Saouli, cité par Ibn-Hammad, il aurait même annoncé
officiellement cette nouvelle dans une assemblée politique où il reçut
les félicitations du peuple.

Le mehdi établit quelques modifications de rite dans la pratique de la
religion musulmane. La révolte des Karmates, qui ensanglanta l'Orient
pendant la fin de son règne, favorisa ces innovations. Le pèlerinage,
une des bases de la religion islamique, était devenu impossible depuis
que les farouches sectaires avaient mis la _ville sainte_ au pillage et
enlevé la pierre noire de la Kaâba[525].

[Note 525: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 529 et suiv. Ibn-Hammad, passim.
El-Kaïrouani, p. 96.]

EXPÉDITIONS DES FATEMIDES EN ITALIE.--Avant de terminer ce chapitre,
nous devons passer une rapide revue des expéditions faites en Europe
pendant les dernières années du règne du mehdi. A la suite d'une
alliance conclue avec les ambassadeurs slaves venus de Dalmatie en
Afrique, une expédition fut faite, vers 925, de concert avec eux, dans
le midi de l'Italie. Les alliés s'emparèrent d'un certain nombre de
villes détachées de l'obéissance de l'empire, et notamment d'Otrante.
Saïn, chef des Slaves, força Naples et Salerne à lui verser une rançon,
puis il fit payer tribut à la Calabre et retourna à Palerme avec un
riche butin. Les Slaves avaient en effet pris l'habitude d'hiverner dans
cette ville, dont un quartier conserva leur nom. Beaucoup d'entre eux
passèrent en Espagne et entrèrent au service des princes oméïades.

Malgré l'appui prêté par les Fatemides à Saïn dans son expédition
d'Italie, le tribut stipulé par les précédents traités fut régulièrement
servi à Obéïd-Allah jusqu'à sa mort, par les Byzantins.

En 933, une flotte envoyée contre Gênes par le mehdi porta le ravage
dans les environs de cette ville[526].

[Note 526: Amari, _Musulmans de Sicile_, t. II, p. 176 et suiv.
Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. III, p. 61.]



CHAPITRE X

SUITE DES FATEMIDES. RÉVOLTE DE L'HOMME A L'ANE
934-947.


Règne d'El-Kaïm; premières révoltes.--Succès de Meïçour, général
fatemide, en Mag'reb; Mouça, vaincu, se réfugie dans le
désert.--Expéditions fatemides en Italie et en Egypte.--Puissance des
Sanhadja; Ziri-ben-Menad.--Succès des Edrisides; mort de
Mouça-ben-Abou-l'Aflia.--Révolte d'Abou-Yezid, _l'homme à
l'âne_.--Succès d'Abou-Yezid; il marche sur l'Ifrikiya.--Prise de
Kaïrouan par Abou-Yezid.--Nouvelle victoire d'Abou-Yezid, suivie
d'inaction.--Siège d'El-Medhia par Abou-Yezid.--Levée du siège
d'El-Mehdïa.--Mort d'El-Kaïm; règne d'Ismaïl-el-Mançour.--Défaites
d'Abou-Yezid.--Poursuite d'Abou-Yezid par Ismaïl.--Chute d'Abou-Yezid.


RÈGNE D'EL-KAÏM; PREMIÈRES RÉVOLTES.--Le prince Abou-l'Kassem avait
pris, depuis longtemps, en main la direction des affaires de l'empire
fatemide; il lui fut donc possible de tenir secrète la mort de son père
pendant un certain temps[527]. Il envoya dans l'est et dans l'ouest des
forces suffisantes pour étouffer dans leur germe les rébellions qui
auraient pu se produire à la nouvelle du décès du mehdi. Après avoir
pris ces habiles dispositions, il annonça le fatal événement et se fit
proclamer sous le nom d'_El-Kaïm-bi-Amr-Allah_ (celui qui exécute les
ordres de Dieu). Il ordonna alors un deuil public en l'honneur du mehdi
et manifesta le plus grand chagrin de sa mort, s'abstenant de passer à
cheval dans les rues d'El-Mehdïa.

[Note 527: Les auteurs varient entre un mois et un an.]

El-Kaïm, c'est ainsi que nous le désignerons maintenant, était alors un
homme de quarante-deux à quarante-trois ans. Il avait, quelque temps
auparavant, institué à El-Mehdïa un véritable cérémonial de cour et pris
l'habitude de ne sortir qu'avec le parasol, qui devint l'emblème de la
dynastie fatemide. Selon Ibn-Hammad, ce parasol, semblable à un bouclier
fiché au bout d'une lance, était porté au-dessus de sa tête par un
cavalier.

A peine la nouvelle de la mort du souverain fatemide se fut-elle
répandue qu'une révolte éclata dans la province de Tripoli, à la voix
d'un aventurier, Ibn-Talout, qui se faisait passer pour le fils du
mehdi. Entouré d'un grand nombre de partisans, cet agitateur poussa
l'audace jusqu'à attaquer Tripoli, mais son ardeur s'usa contre les
remparts de cette place et bientôt ses adeptes se tournèrent contre lui,
le mirent à mort et envoyèrent sa tête à El-Kaïm.

Dans la province de Kastiliya, un agitateur religieux du nom
d'Abou-Yezid commençait ses prédications. Ce marabout allait, avant peu,
mettre l'empire fatemide à deux doigts de sa perte[528].

[Note 528: Ibn-Hammad, passim. Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p
328 et suiv. et t. III, p. 201 et suiv.]

SUCCÈS DE MEIÇOUR, GÉNÉRAL FATEMIDE, EN MAG'REB.--MOUÇA, VAINCU; SE
RÉFUGIE DANS LE DÉSERT.--Lorsque, dans le Mag'reb, Mouça-ben-Abou-l'Afia
apprit la mort du mehdi, il sortit de sa retraite, et, avec l'appui des
forces oméïades, se rendit maître de Fès. Après avoir fait mourir
Hâmed-ben-Hamdoun, il se porta dans le Rif avec l'espoir de tirer une
éclatante vengeance de ses ennemis les Edrisides, qu'il rendait
responsables de ses dernières défaites.

Cependant, l'armée fatemide, envoyée dans l'ouest, sous le commandement
de l'eunuque Meïçour, avait commencé par réduire à la soumission les
populations des environs de Tiharet qui, après avoir mis à mort leur
gouverneur, s'étaient placées sous la protection de
Mohamed-ben-Abou-Aoun, commandant d'Oran pour les Oméïades. Ce dernier,
attaqué à son tour, avait dû également se soumettre au vainqueur. Ayant
ainsi assuré ses derrières, Meïçour n'hésita pas à marcher directement
sur Fès. Il mit le siège devant cette ville, mais il y rencontra une
résistance désespérée et fut retenu sous ses murailles pendant de longs
mois.

El-Kaïm, ne recevant plus de nouvelles de son armée, lui expédia du
renfort sous le commandement de son nègre Sandal. Cet officier, parvenu
dans le Mag'reb, commença par se rendre maître de Nokour, que les
descendants des Beni-Salah avaient relevée de ses ruines; puis, il opéra
sa jonction à Meïçour. Les princes edrisides entrèrent alors en
pourparlers avec ce dernier et lui proposèrent de le soutenir s'il
voulait attaquer leur ennemi mortel, Mouça. Cette démarche devait
consacrer une rupture définitive entre eux et les Oméïades. Mais, que
pouvaient-ils attendre d'Abd-er-Rahman, représenté en Mag'reb par
Ben-Abou-l'Afia?

Meïçour, qui, depuis sept mois, assiégeait inutilement Fès, accepta les
propositions des Edrisides et se décida à traiter avec les assiégés.
Ceux-ci reconnurent, pour la forme, l'autorité fatemide.

Meïçour, ayant alors réuni toutes ses forces et reçu dans ses rangs le
contingent edriside, se mit à la poursuite de Mouça, le vainquit dans
toutes les rencontres, le chassa de toutes ses retraites et le
contraignit à chercher un refuge dans le désert.

Après avoir obtenu ce résultat, Meïçour donna à El-Kacem-ben-Edris,
surnommé Kennoun, alors chef de la famille edriside, le commandement de
tout le pays conquis sur Mouça. Cependant Fès fut réservé et les
Edrisides ne rentrèrent pas encore dans la métropole fondée par leur
aïeul. Ils continuèrent à faire de Hadjar-en-Nacer leur capitale
provisoire.

Meïçour rentra à El-Mehdia en 936[529].

[Note 529: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 142, 145, 529.
Kartas, p. 117. El-Bekri, _Idricides_.]

EXPÉDITIONS FATEMIDES EN ITALIE ET EN EGYPTE.--Pendant que ces
événements se passaient dans le Mag'reb, El-Kaïm obtenait de brillants
résultats sur un autre théâtre. Une nouvelle expédition maritime envoyée
d'El-Mehdia contre Gènes remportait un grand succès. Les soldats
fatemides, après avoir enlevé d'assaut cette ville, la mirent au pillage
et ramenèrent des captifs nombreux. A leur retour, ils portèrent le
ravage sur les côtes de Sardaigne et peut-être de Corse, et rentrèrent à
El-Mehdia avec un riche butin et un millier de femmes chrétiennes
captives (935)[530].

En Sicile, où quelques troubles avaient éclaté, le khalife fatemide
envoya comme gouverneur un certain Khalil-ben-Ouerd, homme d'une rare
énergie, qui ne tarda pas à rétablir la paix et put s'appliquer tout
entier à l'embellissement de Palerme.

Mais El-Kaïm avait, comme son père, les yeux tournés vers l'Orient, et
il faut avouer que le moment semblait favorable pour y exécuter de
nouvelles tentatives. Après la mort du khalife El-Moktader, on avait
proclamé El-Kaher-b'Illah à Bagdad; mais son règne avait été fort
troublé et de courte durée. Déposé en 934, il fut remplacé par son neveu
Er-Radi, fils d'El-Moktader. Ce prince nomma alors au gouvernement de
l'Egypte un officier d'origine turque[531], nommé Abou-Beker-ben-Bordj
et qui prit le titre d'_Ikhchid_ (roi des rois). En réalité, l'Egypte
devenait une vice-royauté presque indépendante, et, comme elle était
très divisée par la guerre civile, il était naturel qu'El-Kaïm songeât à
y intervenir.

[Note 530: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 529. Amari,
_Musulmans de Sicile_, t. III, p. 180 et suiv.]

[Note 531: Il ne faut pas perdre de vue que les Turcs habitaient
alors le centre de l'Asie.]

L'affranchi Zeïdane, général fatemide, partit pour l'Egypte à la tête
d'une armée et entra en vainqueur à Alexandrie, mais, Ikhchid étant
accouru avec des forces imposantes, Zeïdane ne jugea pas prudent de se
mesurer avec lui; il s'empressa d'évacuer le pays conquis et de rentrer
en Ifrikiya.

PUISSANCE DES SANHADJA.--ZIRI-BEN-MENAD.--La grande tribu des Sanhadja,
qui occupait la majeure partie du Tell du Mag'reb central, n'a, jusqu'à
présent, joué aucun rôle actif dans l'histoire. Son territoire
confrontait à l'est aux Ketama, au nord aux Zouaoua du Djerdjera, et
s'étendait à l'ouest jusque vers le méridien de Ténès; il renfermait des
localités importantes telles que Hamza, Djezaïr-beni-Mez'ranna (Alger),
Médéa et Miliana. La race des Sanhadja constituait une des plus
anciennes souches berbères. La tribu des Telkata[532] avait la
prééminence sur les autres. Les Mag'raoua, qui confrontaient au sud et à
l'ouest aux Sanhadja, étaient en luttes constantes avec eux.

Vers le commencement du Xe siècle, vivait chez les Sanhadja un certain
Menad, sorte de _marabout_ dont la famille était venue quelque temps
auparavant s'établir dans la tribu et y avait fondé une mosquée. Il
avait un fils nommé Ziri, dont les auteurs disent: «...Qu'on n'avait
jamais vu un si bel enfant.....à l'âge de dix ans, il paraissait en
avoir vingt pour la force et la vigueur[533]». Ses instincts belliqueux
s'étaient révélés de bonne heure; aussi, dès qu'il eut atteint l'âge
d'homme, il rassembla une bande de jeunes gens déterminés et alla faire
des expéditions et des razias chez les Mag'raoua. Son audace et son
courage, que le succès favorisa, lui procurèrent bientôt une grande
influence parmi les Sanhadja. Il put alors exécuter une razia très
fructueuse sur les Mar'ila, établis dans le bas Chelif, non loin de
Mazouna. Retranché dans la montagne de Titeri, au sud de Médéa, il y
emmagasina son butin et y logea ses chevaux. Malgré l'opposition de
quelques rivaux, il ne tarda pas à devenir le chef incontesté des
Sanhadja. Ayant envoyé sa soumission à El-Kaïm, il reçut de ce prince
l'investiture du commandement de sa tribu.

Ziri songea alors à se construire une capitale digne de lui et reçut à
cette occasion les conseils et les secours du souverain fatemide, trop
heureux de voir s'établir une puissance rivale de celle des Mag'raoua et
destinée à servir de rempart contre eux.

Le fils de Menad choisit l'emplacement de sa capitale dans le
Djebel-el-Akhdar (Titeri), près de Médéa, et lui donna le nom d'Achir.
Lorsqu'elle fut achevée, il fit appel aux habitants de Tobna, de Mecila
et de Hamza pour la peupler[534].

[Note 532: Voir au chap. I, 2e partie, les subdivisions de cette
tribu.]

[Note 533: En-Nouéïri, _apud_ Ibn-Khaldoun, t. II, p. 487.]

[Note 534: Ibn-Khaldoun, Berbères, t. II, p. 4 et suiv. En-Nouéïri,
_loc. cit._; El-Bekri, art. Achir.]

SUCCÈS DES EDRISIDES; MORT DE MOUÇA-BEN-ABOU-L'AFIA.--Dans le Mag'reb,
les Edrisides consolidaient le pouvoir qu'ils avaient recouvré et
l'autorité qu'ils tenaient du général fatemide. En 936, Kacem-Kennoun,
chef de cette dynastie, s'emparait d'Azila et, pendant ce temps, son
cousin El-Hassen rentrait en vainqueur à Tlemcen. Mouça, réduit à
l'impuissance, suivait de loin ces événements, en guettant l'occasion de
reprendre l'offensive.

Abd-er-Rahman-en-Nacer était alors retenu par ses guerres contre les
rois de Galice et de Léon. La fortune, jusqu'alors fidèle, l'avait
trahi, et il avait essuyé de sérieux échecs qu'il brûlait du désir de
venger. C'est ce qui explique que ses partisans du Mag'reb restaient
abandonnés à eux-mêmes[535].

En 938, eut lieu la mort de Mouça, «pendant qu'il travaillait, dit
Ibn-Khaldoun, de concert avec son puissant voisin (Ibn-Khazer), à
fortifier la cause des Oméïades». On ignore s'il fut tué dans un combat
ou s'il mourut de maladie. Son fils Medine recueillit sa succession et
reçut du khalife oméïade le titre platonique de gouverneur du Mag'reb.
Il contracta avec El-Kheir, fils de Mohammed-ben-Khazer, une alliance
semblable à celle qui avait existé entre leurs pères, d'où il y a lieu
de conjecturer que ce dernier était mort vers la même époque.

[Note 535: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. II, p. 64 et suiv.]

RÉVOLTE D'ABOU-YEZID, L'HOMME À L'ÂNE.--Abou-Yezid, fils de
Makhled-ben-Keïdad, zenète de la tribu des Beni-Ifrene, fraction des
Ouargou, avait été élevé à Takious, dans le pays de Kastiliya. Il était
né, dit-on, au Soudan, du commerce de son père avec une négresse, dans
un voyage effectué par Makhled pour ses affaires. Il avait fait ses
études à Takious et à Touzer, où il avait reçu les leçons du Mokaddem
(évêque) des eïbadites Abou-Ammar, l'aveugle. Il s'était ainsi pénétré,
dès son jeune âge, des principes de ces sectaires et particulièrement de
la fraction qui était désignée sous le nom de _Nekkariens_. C'étaient
des puritains militants qui permettaient le meurtre, le viol et la
spoliation sur tous ceux qui n'appartenaient pas à leur secte.

Abou-Yezid était contrefait, boiteux de naissance et fort laid, mais,
dans cette enveloppe frêle et disgracieuse, brûlait une âme ardente et
d'une énergie invincible. Il possédait à un haut degré l'éloquence qui
entraîne les masses. Dès qu'il eut atteint l'âge d'homme, il s'adonna à
l'enseignement, c'est-à-dire qu'il s'appliqua à répandre les doctrines
de sa secte, et ses prédications enflammées n'avaient qu'un but: pousser
à la révolte contre l'autorité constituée. Il parcourut les tribus
kharedjites en pratiquant le métier d'apôtre, et se trouvait à Tiharet
au moment du triomphe du mehdi. Il se posa, dès lors, en adversaire
résolu de la dynastie fatemide. Forcé de fuir de Tiharet, il rentra dans
le pays de Kastiliya et ne tarda pas à se faire mettre hors la loi par
les magistrats de cette province. Il tenta alors d'effectuer le
pèlerinage, mais il ne paraît pas qu'il eût réalisé ce projet, qui
n'était peut-être qu'une ruse de sa part pour détourner l'attention.

Vers 928, il était de retour à Takious et, dès l'année suivante,
commençait à grouper autour de lui des partisans prêts à le soutenir
dans la lutte ouverte qu'il allait entamer. En 934, il se crut assez
fort pour lever l'étendard de la révolte à Takious, mais le souverain
fatemide s'étant décidé à agir sérieusement contre lui, Abou-Yezid dut
encore prendre la fuite. Il renouvela sa tactique et simula ou effectua
un voyage en Orient. Après quelques années de silence, il rentrait à la
faveur d'un déguisement à Touzer (938); mais ayant été reconnu, il fut
arrêté par le gouverneur et jeté en prison. A cette nouvelle, son ancien
précepteur Abou-Ammar, l'aveugle, mokaddem des Nekkariens, cédant aux
instances de deux des fils d'Abou-Yezid, nommés Fadel et Yezid, réunit
un groupe de ses adeptes et alla délivrer le prisonnier.

Cette fois, il n'y avait plus à tergiverser et il ne restait à
Abou-Yezid qu'à combattre ouvertement. Il se réfugia dans le sud chez
les Beni-Zendak, tribu zenète, et, de là, essaya d'agir sur les
populations zenètes de l'Aourès et du Zab et notamment sur les
Beni-Berzal. Il avait soixante ans, mais son ardeur n'était nullement
diminuée, malgré l'âge et les infirmités. Après plusieurs années
d'efforts persévérants, il parvint à décider ces populations à la lutte.
Vers 942, il réunit ses principaux adhérents dans l'Aourès, se fit
proclamer par eux _cheikh des vrais croyants_, leur fit jurer haine à
mort aux Fatemides et les invita à reconnaître la suprématie des
Oméïades d'Espagne. Il leur promit en outre qu'après la victoire, le
peuple berbère serait administré, sous la forme républicaine, par un
conseil de douze cheiks. L'homicide et la spoliation étaient déclarés
licites à l'encontre des prétendus orthodoxes, dont les familles
devaient être réduites en esclavage[536].

[Note 536: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 530 et suiv., t. III,
p. 201 et suiv. Ibn-Hammad, passim. El-Bekri, art. Abou-Yezid.
El-Kaïrouani, p. 98 et suiv. Voir aussi l'étude publiée par Cherbonneau
dans la _Revue africaine_, sous le titre _Documents inédits sur
l'hérétique Abou-Yezid_, no 78 et dans le _Journal asiatique_, passim.]

SUCCÈS D'ABOU-YEZID. IL MARCHE SUR L'IFRIKIYA.--En 942, Abou-Yezid
profita de l'absence du gouverneur de Bar'aï pour venir, à la tête de
ses partisans, ravager les environs de cette place forte. Une nouvelle
course dans la même direction fut moins heureuse, car le gouverneur,
qui, cette fois, était sur ses gardes, repoussa les Nekkariens et les
poursuivit dans la montagne; mais, s'étant engagé dans des défilés
escarpés, il se vit entouré de kharedjites et forcé de chercher un
refuge derrière les remparts de sa citadelle.

Abou-Yezid essaya en vain de le réduire; manquant de moyens pour faire,
avec succès, le siège de Bar'aï, il changea de tactique. Des ordres,
expédiés par lui aux Beni-Ouacin, ses serviteurs spirituels, établis
dans la partie méridionale du pays de Kastiliya, leur prescrivirent
d'entreprendre le siège de Touzer et des principales villes du Djerid.
Cette feinte réussit à merveille, et, tandis que toutes les troupes des
postes du sud se portaient vers les points menacés, Abou-Yezid venait
s'emparer sans coup férir de Tebessa et de Medjana. La place de
Mermadjenna éprouva bientôt le même sort; dans cette localité, le chef
de la révolte reçut en présent un âne gris dont il fit sa monture. C'est
pourquoi on le désigna ensuite sous le sobriquet de l'_homme à l'âne_.

De là, Abou-Yezid se porta sur El-Orbos, et, après avoir mis en déroute
le corps de troupes ketamiennes qui protégeait cette place, il s'en
empara et la livra au pillage: toute la population réfugiée dans la
grande mosquée fut massacrée par ses troupes, qui se livrèrent aux plus
grands excès. Ainsi, un succès inespéré couronnait les efforts de
l'apôtre. L'homme à l'âne prit alors le titre de _Cheikh des Croyants_:
vêtu de la grossière chemise de laine à manches courtes usitée dans le
sud, il affectait une grande humilité, n'avait comme arme qu'un bâton et
comme monture qu'un âne.

En présence du danger qui le menaçait, El-Kaïm, sans s'émouvoir, réunit
des troupes et les envoya renforcer les garnisons des places fortes.
Avec le reste de ses soldats, il forma trois corps dont il donna le
commandement en chef à Meïçour. L'esclavon Bochra partit à la tête d'une
de ces divisions pour couvrir Badja, menacée par les Nekkariens. Le
général Khalil-ben-Ishak alla occuper Kaïrouan et Rakkada, avec le
second corps. Enfin Meïçour demeura avec le dernier à la garde
d'El-Mehdïa.

Abou-Yezid marcha directement sur Badja et fit attaquer de front l'armée
de Bochra par un de ses lieutenants nommé Aïoub. Celui-ci n'ayant pu
soutenir le choc des troupes régulières, l'Homme à l'âne effectua en
personne un mouvement tournant qui livra aux Kharedjites le camp ennemi
et changea la défaite en victoire. La ville de Badja fut mise à feu et à
sang par les vainqueurs. Les hommes, les enfants mêmes furent passés au
fil de l'épée, les femmes réduites en esclavage. Cette nouvelle victoire
eut le plus grand retentissement dans le pays et, de partout,
accoururent, sous la bannière d'Abou-Yezid, de nouveaux adhérents,
autant pour échapper à ses coups que dans l'espoir de participer au
butin.

Les Beni-Ifrene et autres tribus zenètes formaient l'élite de son armée.
L'Homme à l'âne s'efforça de donner une organisation à ces hordes
indisciplinées qui reçurent des officiers, des étendards, du matériel et
des tentes; quant à lui, il conserva encore la simplicité de son
accoutrement.

PRISE DE KAÏROUAN PAR ABOU-YEZID.--De Tunis, où il s'était réfugié,
Bochra envoya contre les Nekkariens de nouvelles troupes, mais elles
essuyèrent encore une défaite à la suite de laquelle ce général,
contraint d'évacuer Tunis, alla se réfugier à Souça.

L'Homme à l'âne, après avoir fait une entrée triomphale à Tunis, alla
établir son camp sur les bords de la Medjerda, pour y attendre de
nouveaux renforts, afin d'attaquer le souverain fatemide au cœur de sa
puissance. Les populations restées fidèles à cette dynastie se
réfugièrent sous les murs de Kaïrouan. Le moment décisif approchait. En
attendant qu'il pût investir El-Medhïa, Abou-Yezid, pour tenir ses
troupes en haleine, les envoya par petits corps faire des incursions sur
les territoires non soumis. Ces partis répandirent la dévastation dans
les contrées environnantes et rapportèrent un butin considérable.

Enfin l'Homme à l'âne donna le signal de la marche sur la capitale. En
avant de Souça, l'avant-garde, commandée par Aïoub, se heurta contre
Bochra et ses guerriers brûlant de prendre une revanche. Les Kharedjites
furent entièrement défaits: quatre mille d'entre eux restèrent sur le
champ de bataille et un grand nombre de prisonniers furent conduits à
El-Medhïa, où le prince ordonna leur supplice.

Cet échec, tout sensible qu'il fût, n'était pas suffisant pour arrêter
l'ardeur des Nekkariens avides de pillage. Bientôt, en effet, renforcés
de nouveaux volontaires, ils reprirent leur marche vers le sud et
arrivèrent sous les murs de Rakkada. A leur approche, les troupes
abandonnèrent cette place et allèrent se renfermer dans Kaïrouan. Après
être entré sans coup férir dans Rakkada, Abou-Yezid se porta sur
Kaïrouan, qu'il investit avec les cent mille hommes dont il était suivi.

Khalil-ben-Ishak, qui n'avait rien fait pour empêcher l'investissement
de la ville dont il avait le commandement, ne sut pas mieux la défendre
pendant le siège. Dans l'espoir de sauver sa vie, il entra en
pourparlers avec Abou-Yezid et poussa l'imprudence jusqu'à venir à son
camp. L'homme à l'âne le jeta dans les fers et bientôt le fit mettre à
mort, malgré les représentations que lui adressa Abou-Ammar contre cet
acte de lâcheté. Pressée de toutes parts et privée de chef, la ville ne
tarda pas à ouvrir ses portes aux assiégeants (milieu d'octobre 944).
Suivant leur habitude, les Kharedjites livrèrent Kaïrouan au pillage;
les principaux citoyens, les savants, les légistes étant venus implorer
la clémence du vainqueur, n'obtinrent que d'humiliants refus; ils
auraient même, selon Ibn-Khaldoun[537], reçu l'ordre de se joindre aux
Kharedjites et de les aider à massacrer les habitants de la ville et les
troupes fatemides.

On dit qu'en faisant son entrée dans la ville, Abou-Yezid criait au
peuple: «Vous hésitez à combattre les Obeïdites? Voyez cependant mon
maître Abou-Ammar et moi; l'un est aveugle, l'autre boiteux: Dieu nous a
donc, l'un et l'autre, dispensés de verser notre sang dans les combats,
mais nous ne nous en dispensons pas!»[538].

[Note 537: _Berbères_, t. III, p. 206.]

[Note 538: Ibn-Hammad, _loc. cit._]

NOUVELLE VICTOIRE D'ABOU-YEZID SUIVIE D'INACTION.--Dans toute cette
première partie de la campagne, les généraux fatemides semblent avoir
lutté d'incapacité, en se laissant successivement écraser sans se prêter
aucun appui. Après la chute de Kaïrouan, Meïyour, sortant de son
inaction, vint, à la tête d'une nombreuse armée, attaquer le camp des
Kharedjites. La bataille eût lieu au col d'El-Akouïne, en avant de la
ville sainte, et elle parut, d'abord, devoir être favorable aux
Fatemides, lorsque le contingent de la tribu houaride des Beni-Kemlane
de l'Aourès, transportée quelques années auparavant dans l'Ifrikyia,
passa dans les rangs kharedjites et, se retournant contre les troupes
fatemides, y jeta le désordre, suivi bientôt de la défaite. Meïçour
reçut la mort de la main des Beni-Kemlane qui portèrent sa tête au chef
de la révolte. Les tentes et les étendards obeïdites tombèrent aux mains
des Nekkariens. La tête de Meïçour, après avoir été traînée dans les
rues de Kaïrouan, fut envoyée en Mag'reb avec la nouvelle de la
victoire.

Abou-Yezid s'installa dans le camp de Meïçoùr, et, suivant son plan de
campagne, au lieu de profiter de la terreur répandue par sa dernière
victoire pour marcher sur El-Mehdïa, il lança ses guerriers par groupes
sur les provinces de l'Ifrikiya. Les farouches sectaires portèrent alors
le ravage et la mort dans tout le pays, qu'ils couvrirent de sang et de
ruines. Parmi les plus acharnés à commettre ces excès, se distinguèrent
les Beni-Kemlane. L'autorité d'Abou-Yezid s'étendit au loin. Plusieurs
places fortes tombèrent en son pouvoir et notamment Souça, où les plus
épouvantables cruautés furent commises[539].

Ce fut sans doute vers ce moment qu'Abou-Yezid envoya à l'oméïade
En-Nacer, khalife de Cordoue, une ambassade pour lui offrir son hommage
de fidélité. Cette démarche, il est inutile de le dire, fut fort bien
accueillie par la cour d'Espagne. La municipalité de Kaïrouan avait,
dit-on, insisté, pour qu'il la fit. Afin de lui plaire, Abou-Yezid avait
rétabli dans cette ville le culte orthodoxe[540].

L'Homme à l'âne, sur le point de réussir, agissait déjà en souverain.
Enivré par ses succès, il ne tarda pas à rejeter sa robe de mendiant
pour se vêtir d'habillements princiers et s'entourer des attributs de la
royauté. Il allait au combat monté sur un cheval de race. Ce n'était
plus l'homme à l'âne. Pendant ce temps, El-Kaïm occupait ses troupes à
couvrir sa capitale de solides retranchements, car il s'attendait tous
les jours à voir paraître l'ennemi sous ses murs. En même temps, il put
faire passer un message aux Ketamiens, toujours fidèles, et à leurs
voisins les Sanhadja. Ces derniers accueillirent favorablement sa
demande de secours. Leur chef Ziri-ben-Menad, que des généalogistes
complaisants rattachèrent à la filiation du prophète, s'était, ainsi
qu'on l'a vu, déclaré l'ami des Fatemides; la rivalité de sa tribu avec
celle des Zenètes-Mag'raoua était une raison de plus pour combattre la
révolte des Zenètes-Kharedjites. Des contingents fournis par les Kelama
et les Sanhadja vinrent harceler les derrières de l'armée nekkarienne,
tandis que des forces plus considérables se concentraient à Constantine.

[Note 539: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 532, t. III, p. 207.
El-Kairouani, p. 100.]

[Note 540: Amari, _Musulmans de Sicile_, t. II, p. 200 et suiv.
Dozy, _Histoire des Musulmans d'Espagne_, t. III, p. 67.]

SIÈGE D'EL-MEHDÏA PAR ABOU-YEZID.--Après être resté pendant 70 jours
dans une inaction inexplicable, Abou-Yezid vint mettre le siège devant
El-Mehdïa. Le faubourg de Zouïla tomba en sa possession, à la suite
d'une série de combats qui durèrent plusieurs jours, et il s'avança
jusqu'à la Meçolla, à une portée de flèche de la ville (janvier 945).
Ainsi se trouva réalisée une prédiction attribuée au mehdi. Abou-Yezid,
dans son ardeur, avait failli se faire prendre, il reconnut que la ville
ne pouvait être enlevée par un coup de main et, ayant établi un vaste
camp retranché au-dessus de Zouïla, au lieu dit Fehas-Terennout, il
entreprit le siège régulier d'El-Mehdïa.

Ce fut alors que les Ketama et Sanhadja, pour opérer une diversion,
sortirent de leur camp de Constantine et vinrent attaquer, à revers,
l'armée kharedjite. Mais, Abou-Yezid lança contre eux les Ourfeddjouma,
sous la conduite de Zeggou-el-Mezati, et ces troupes parvinrent à les
repousser. Ainsi, El-Kaïm demeura abandonné à lui-même, n'ayant d'autre
espoir de salut que dans son courage et sa ténacité. Abou-Yezid pressa
le siège, livrant de nombreux assauts à la ville; les Fatemides, de leur
côté, firent de continuelles sorties. L'issue de ces engagements était
généralement indécise, car les assiégeants, en raison de la
configuration du terrain, ne pouvaient mettre en ligne toutes leurs
forces et perdaient l'avantage du nombre. L'Homme à l'âne se
multipliait, conduisant lui-même ses guerriers au combat el il faillit
trouver la mort dans une de ces luttes, où l'acharnement était égal de
part et d'autre.

Il fallut dès lors renoncer à enlever la place de vive force et se
contenter de maintenir un blocus rigoureux. Pour employer une partie de
ses troupes et se procurer des approvisionnements, Abou-Yezid les
envoyait fourrager dans l'intérieur. Bientôt la famine vint ajouter à la
détresse des assiégés, entassés dans El-Mehdïa, et El-Kaïm dut se
décider à expulser les non-combattants qui étaient venus s'y réfugier
lors de l'approche des Kharedjites. Ces malheureux, femmes, vieillards
et enfants furent impitoyablement massacrés par les Nekkariens, qui leur
ouvraient le ventre pour chercher, dans leurs entrailles, les bijoux et
monnaies qu'ils supposaient avoir été avalés par les fuyards[541].
Abou-Yezid donnait lui-même l'exemple de la cruauté: tout prisonnier
était torturé. Les Obéïdites, de leur côté, ne faisaient aucun quartier.

Le siège traînait en longueur; les Fatemides avaient trouvé de nouvelles
ressources, soit dans les magasins d'approvisionnement, soit par suite
d'un ravitaillement exécuté par Ziri-ben-Menad, selon Ibn-Khaldoun[542],
ce qui semble peu probable, à moins qu'il n'ait été opéré par mer. Dans
les premiers jours, des rassemblements considérables de Berbères
arrivant du Djebel-Nefouça, du Zab, ou même du Mag'reb, venaient sans
cesse grossir l'armée des Nekkariens. Mais cette armée, par sa
composition hétérogène, ne pouvait subsister qu'à la condition d'agir et
surtout de piller. L'inaction, les privations ne pouvaient convenir à
ces montagnards accourus à la curée. L'Homme à l'âne essayait de les
lancer sur les contrées de l'intérieur; mais à une grande distance, il
ne restait plus rien; tout avait été pillé. Les guerriers nekkariens
commencèrent à murmurer; bientôt des bandes entières reprirent le chemin
de leur pays et, une fois cette impulsion donnée, l'immense
rassemblement ne tarda pas à se fondre. Promptement, Abou-Yezid n'eut
plus autour de lui que les contingents des Houara de l'Aourès et des
Beni-Kemlane et quelques Beni-Ifrene. El-Kaïm profita de
l'affaiblissement de son ennemi pour effectuer une sortie énergique qui
rejeta l'assiégeant dans son camp. En même temps, des émissaires habiles
suscitèrent le mécontentement parmi les derniers adhérents d'Abou-Yezid,
en faisant ressortir combien son luxe et sa conduite déréglée étaient
indignes de son caractère.

[Note 541: Ibn-Hammad, Ibn-Khaldoun, El-Kaïrouani rapportent ce
trait.]

[Note 542: _Berbères_, t. II, p. 56.]

LEVÉE DU SIÈGE D'EL-MEHDIA.--Incapable de résister à une nouvelle sortie
et ne pouvant même plus compter sur ses derniers soldats, Abou-Yezid se
vit forcé de lever le siège au plus vite et d'opérer sa retraite sur
Kaïrouan, en abandonnant son camp aux assiégés. Selon El-Kaïrouani,
trente hommes seulement l'accompagnaient dans sa fuite[543] (août 945).

[Note 543: Page 102.]

El-Mehdïa se trouva ainsi délivrée au moment où les rigueurs du blocus
l'avaient réduite à la dernière extrémité. Depuis longtemps, les vivres
étaient épuisées; on avait dû manger la chair des animaux domestiques et
même celle des cadavres. Les assiégés trouvèrent dans le camp kharedjite
des vivres en abondance et des approvisionnements de toute sorte.
Aussitôt, le khalife El-Kaïm reprit l'offensive. Tunis, Souça et autres
places rentrèrent en sa possession, car la retraite des Nekkariens avait
été le signal d'un tolle général de la part des populations victimes de
leurs excès.

Quant à Abou-Yezid, il avait été reçu avec le dernier mépris par les
habitants de Kaïrouan, lorsqu'ils avaient vu sa faiblesse. L'Homme à
l'âne, en éprouvant la rigueur de la mauvaise fortune, changea
complètement de genre de vie, il revint à la simplicité des premiers
jours et reprit la chemise de laine et le bâton, simple livrée sous
laquelle il avait obtenu tous ses succès. En même temps, des officiers
dévoués lui amenèrent des troupes fidèles qui occupaient différents
postes. Il se mit à leur tête et porta le ravage et la désolation dans
les campagnes environnantes.

Sur ces entrefaites, Ali-ben-Hamdoun, gouverneur de Mecila, ayant réuni
un corps de troupe, opéra sa jonction avec les contingents des Ketama et
Sanhadja et s'avança à marches forcées au secours des Fatemides. Les
garnisons de Constantine et de Sicca Veneria (le Kef) se joignirent à
eux. Mais Aïoub, fils d'Abou-Yezid, suivait depuis Badja tous leurs
mouvements, et, une nuit, il attaqua à l'improviste Ibn-Hamdoun dans son
camp. Les confédérés, surpris avant d'avoir pu se mettre en état de
défense, se trouvèrent bientôt en déroute et les Nekkariens en firent un
grand carnage. Ali-ben-Hamdoun, lui-même, tomba, en fuyant, dans un
précipice où il trouva la mort[544]. Les débris de l'année, sans penser
à se rallier, rentrèrent dans leur cantonnement.

[Note 544: Histoire des Beni-Hamdoun (Appendice III au t. II de
l'_Histoire des Berbères_, p. 554.)]

Tunis était tombée, quelques jours auparavant, au pouvoir de
Hacen-ben-Ali, général d'El-Kaïm, qui avait fait un grand massacre des
Kharedjites et de leurs partisans.

Aussitôt après sa victoire, Aïoub se porta sur Tunis, mais le gouverneur
Hacen étant sorti à sa rencontre, plusieurs engagements eurent lieu avec
des chances diverses. Aïoub finit cependant par écraser les forces de
son ennemi et le couper de Tunis, où les Nekkariens entrèrent de nouveau
en vainqueurs. Hacen, qui s'était réfugié sous la protection de
Constantine, toujours fidèle, entreprit de là plusieurs expéditions
contre les tribus de l'Aourès.

Encouragé par ce regain de succès, Abou-Yezid voulut tenter un grand
coup. Dans le mois de janvier 946, il alla, à la tête d'un rassemblement
considérable, attaquer Souça, et, pendant plusieurs mois, pressa cette
place avec un acharnement qui n'eut d'égal que la résistance des
assiégés.

MORT D'EL-KAÏM. RÈGNE D'ISMAÏL-EL-MANSOUR.--Sur ces entrefaites, un
dimanche, le 18 mai 946, le khalife Abou-l'Kacem-el-Kaïm cessa de vivre
à El-Mehdïa. Il était âgé de 55 ans. Avant sa mort, il désigna comme
successeur son fils Abou-Tahar-Ismaïl qui devait plus tard recevoir le
surnom d'El-Mansour (le victorieux). Selon El-Kaïrouani, El-Kaïm aurait,
un mois avant sa mort, abdiqué en faveur de son fils[545].

[Note 545: Page 103.]

Ismaïl, le nouveau khalife fatemide, était âgé de 32 ans. C'était un
homme courageux, instruit et distingué.

Il s'élevait, dit Ibn-Hammad, au-dessus de tous les princes de la
famille obéïdite par la bravoure, le savoir et l'éloquence. Dans les
circonstances où il prenait le pouvoir, il lui fallait autant de
prudence que de décision; aussi, pour éviter de fournir un nouveau sujet
de perturbation, commença-t-il par tenir secrète la mort de son père.
Rien, à l'extérieur, ne laissa supposer le changement de règne.

Souça était alors réduite à la dernière extrémité. Le premier acte
d'Ismaïl fut d'envoyer une flotte porter des provisions et un puissant
renfort aux assiégés. Les généraux Rachik et Yakoub-ben-Ishak, qui
commandaient cette expédition, abordèrent heureusement et, secondés par
les troupes de la garnison, vinrent avec impétuosité attaquer le camp
des Nekkariens, au moment où ceux-ci se croyaient sûrs de la victoire.
Après une courte lutte, les kharedjites furent mis en déroute et leur
camp demeura aux mains des Fatemides. Souça était sauvée.

Abou-Yezid chercha un refuge à Kaïrouan, où se trouvaient ses femmes et
le fidèle Abou-Ammar. Mais les habitants de la ville, indisposés contre
lui à cause de ses cruautés, et voyant son étoile sur le point d'être
éclipsée, fermèrent les portes à son approche et refusèrent de le
recevoir. Il se retira à Sebiba, suivi seulement de quelques partisans.
En même temps, le khalife Ismaïl, après avoir passé par Souça, faisait
son entrée à Kaïrouan (fin mai 946). Il accorda une amnistie générale
aux habitants de cette ville. Les femmes et les enfants d'Abou-Yezid
furent respectés, et le prince lit pourvoir à leurs besoins.

DÉFAITES D'ABOU-YEZID.--Cependant, l'Homme à l'âne, qui avait obtenu
quelques succès sur des corps isolés, réunit encore une armée et vint,
avec confiance, se présenter devant Kaïrouan; il attaqua même le camp
d'Ismaïl qui se trouvait en dehors de la ville. On combattit pendant
plusieurs jours avec des alternatives diverses; enfin le khalife, ayant
reçu des renforts et pris une vigoureuse offensive, repoussa les
kharedjites dans le sud.

Abou-Yezid envoya alors des corps isolés inquiéter les environs de
Kaïrouan et couper la route de cette ville à El-Mehdïa et à Souça. Le
chef de la révolte semblait néanmoins à bout de forces; Ibrahim crut
pouvoir entrer en pourparlers avec lui et lui offrir de lui rendre ses
femmes à condition qu'il s'éloignerait pour toujours. L'Homme à l'âne
accepta et reçut le pardon pour lui et ses partisans.

Mais c'est en vain que le prince fatemide avait espéré obtenir la paix
en traitant le rebelle avec cette générosité. A peine Abou-Yezid fut-il
rentré en possession de son harem qu'il revint attaquer les Fatemides
plongés dans une trompeuse sécurité (août 916). Le khalife résolut alors
d'en finir par la force avec ce lâche ennemi. Ayant réuni un corps
nombreux de troupes régulières et d'auxiliaires Ketama et Berbères et de
l'est, il se mit à leur tête et vint attaquer les Kharedjites qui, en
masses tumultueuses, se préparaient à renouveler leurs agressions.
Lorsqu'on fut en présence, Ismaïl disposa sa ligne de bataille en se
plaçant au centre avec les troupes régulières et en formant son aile
droite avec les contingents de l'Ifrikiya et son aile gauche avec les
Ketama. Il attendit dans cet ordre le choc de ses ennemis.

Abou-Yezid vint attaquer impétueusement les Berbères de l'aile droite
et, les ayant mis en déroute, se heurta contre le centre qui l'attendit
de pied ferme sans se laisser entamer. Après avoir laissé aux Karedjites
le temps d'épuiser leur ardeur, Ismaïl charge à la tête de sa réserve et
force l'ennemi à la retraite. Bientôt les adhérents d'Abou-Yezid sont en
déroute; ils fuient dans tous les sens en abandonnant leur camp et les
vainqueurs en font le plus grand carnage. Dix mille têtes de ces
partisans furent, dit-on, envoyées à Kaïrouan, où elles servirent
d'amusement à la lie du peuple.

Ce fut alors qu'Ismaïl traça le plan de k ville de Sabra à un mille au
sud-ouest de Kaïrouan. Cette place, qui devait être la capitale de
l'empire obéïdite, reçut le nom de son fondateur: Mansouria (la ville de
Mansour). Après sa défaite, Abou-Yezid avait en vain essayé de se jeter
dans Sebiba. De là, il prit la route de l'ouest et se présenta devant
Bar'aï; cette forteresse, qu'il n'avait pu enlever au début de la
campagne, lui ferma de nouveau ses portes et il dut en commencer le
siège.

Mais il avait affaire à un ennemi dont les qualités militaires se
développaient avec les difficultés de la campagne. Sans lui laisser
aucun répit, Ismaïl confia le commandement de Kaïrouan à l'esclavon
Merah, et, se mettant à la tête des troupes, alla établir son camp à
Saguïet-Mems, où il reçut les contingents des Ketama et ceux des
cavaliers nomades du sud et de l'est (octobre 946).

POURSUITE D'ABOU-YEZID PAR ISMAÏL.--Alors commença cette chasse
mémorable qui devait se terminer par la chute de l'agitateur. Ismaïl
marcha d'abord sur Bar'aï. A son approche, Abou-Yezid prit la fuite à
travers les montagnes, vers l'ouest, en passant par Bellezma et Negaous;
il pensait pouvoir résister dans la place forte de Tobna, mais le
khalife arriva sur ses talons et il fallut fuir encore.

Dans cette localité, Djafer-ben-Hamdoun, gouverneur de Mecila et du Zab,
vint apporter des présents à son souverain et lui présenter ses
hommages. Il lui amenait aussi un jeune chef de partisans qui se disait
le Mehdi et qu'on avait fait prisonnier dans l'Aourès, à la tête d'une
bande. Le khalife ordonna de l'écorcher vif. «Ainsi faisait-il de tous
ceux qu'il prenait», dit Ibn-Hammad, ce qui lui valut le surnom de
_l'écorcheur_. D'autres prisonniers eurent les mains et les pieds
coupés.

Ismaïl reçut également de Mohammed, fils d'El-Kheir-ben-Khazer, chef des
Mag'raoua, un message amical. Ce prince, allié des Oméïades d'Espagne,
avait, au profit de l'anarchie, étendu son autorité jusqu'à Tiharet et
exerçait sa prépondérance sur tout le Mag'reb central. Jusqu'alors il
avait soutenu l'Homme à l'âne, mais la cause de l'agitateur devenait par
trop mauvaise, et le chef des Mag'raoua se hâtait de l'abandonner avant
qu'elle fût tout à fait perdue.

Abou-Yezid, ne sachant où trouver un appui, dépêcha son fils Aïoub en
Espagne pour tâcher d'obtenir une diversion des Oméïades. En attendant
leur secours, il se jeta dans les montagnes de Salat, sur les confins
occidentaux du Hodna. Ce pays était occupé par les Beni-Berzal, fraction
des Demmer, qui professaient ses doctrines. Grâce à l'appui de ces
indigènes, il put atteindre la montagne abrupte de Kiana[546]. Mais le
khalife l'y poursuivit, força les Beni-Berzal à la soumission et mit en
déroute les adhérents de l'agitateur.

Abou-Yezid, qui avait gagné le désert, y resta peu de temps et reparut
dans le pays des R'omert, au sud du Hodna. Ismaïl vint l'y relancer, et
l'Homme à l'âne chercha en vain à rentrer dans le pâté montagneux de
Salât. Rejeté vers le sud, il entraîna à sa poursuite les troupes
fatemides, qui reçurent, des mains des Houara de Redir, Abou-Ammar
l'aveugle et un autre partisan qu'ils avaient arrêtés[547]. L'armée du
khalife éprouva les plus grandes privations dans cette marche, tant par
le fait des intempéries que par le manque de vivres, et elle perdit
beaucoup d'hommes et de matériel.

[Note 546: Actuellement le Djebel-Mezita «à 12 milles de Mecila»,
dit Ibn-Hammad.]

[Note 547: Ce fait, avancé par Ibn-Hammad, est contredit par
Ibn-Khaldoun.]

Ismaïl pénétra alors dans le pays des Sanhadja, où il fut reçu par
Ziri-ben-Menad avec les honneurs dus à un suzerain. Pour reconnaître sa
fidélité, le khalife le nomma gouverneur de toute la région, au nom des
Fatemides, et lui accorda l'autorisation d'achever la ville d'Achir,
dont il avait commencé la construction dans le Djebel-el-Akhdar[548],
pour en faire sa capitale.

Après être arrivé à Hamza, Ismaïl tomba malade et dut séjourner quelque
temps dans le pays des Sanhadja. On avait complètement perdu la trace
d'Abou-Yezid, lorsque tout à coup on apprit qu'il était venu, à la tête
d'un rassemblement de Plouara et de Beni-Kemlane, mettre le siège devant
Mecila. Ismaïl, qui se disposait à pousser jusqu'à Tiharet, se hâta
d'accourir au secours d'Ibn-Hamdoun (fin janvier 947). Bientôt
Abou-Yezid fut délogé de ses positions: ayant été abandonné par ses
partisans, las de partager sa mauvaise fortune, il n'eut d'autre
ressource que de se jeter encore dans les montagnes de Kiana.

[Note 548: Voir _Revue africaine_, no 74.]

CHUTE D'ABOU-YEZID.--Après s'être ravitaillé à Mecila, Ismaïl, en
attendant des renforts, alla bloquer la montagne où s'était réfugié son
ennemi. Mais celui-ci recevait des vivres de Bantious et autres oasis du
Zab, et ne souffrait nullement du blocus. Les contingents des tribus
alliées étant enfin arrivés, l'armée fatemide attaqua la montagne; le
combat fut rude; mais à force d'énergie, les défilés gardés par les
kharedjites furent tous enlevés et les rebelles se dispersèrent en
désordre.

Abou-Yezid, entraîné dans la déroute, reçut un coup de lance qui le jeta
en bas de son cheval. Ceux qui le poursuivaient, et en tête desquels
étaient, dit-on, Ziri-ben-Menad, se précipitèrent sur lui pour le
prendre vivant; mais son fils Younès et ses partisans accoururent à son
secours, et un nouveau combat acharné s'engagea sur son corps. Les
Nekkariens purent enfin emporter leur chef blessé. Un grand nombre de
kharedjites avaient été tués. On décapita tous les cadavres, ce qui
valut à cette bataille le nom de _journée des têtes_[549].

L'Homme à l'âne avait pu gagner le sommet de la montagne de Kiana et se
renfermer dans une citadelle établie sur un piton appelé _Tagarboucet_
(l'arçon). Ismaïl l'y poursuivit, mais le refuge du rebelle était dans
une position tellement escarpée qu'il dut renoncer à l'enlever
sur-le-champ. Il planta ses tentes au lieu dit En-Nador
(l'observatoire), sur un des contreforts de la montagne, et y commença
le Ramadan le vendredi 26 mars 917. Le lendemain, il ordonna l'assaut,
mais Abou-Yezid, entouré de ses fils[550], s'y défendit avec le courage
du désespoir. En vain les assiégeants s'avancèrent, en traversant des
ravins escarpés et en escaladant les roches, jusqu'au pied du dernier
escarpement, malgré la grêle de pierres et de projectiles que leur
lançaient les assiégés, ils ne purent arriver au sommet, et la nuit les
surprit avant qu'ils eussent achevé d'assurer leur victoire. Pendant la
nuit, Ibrahim fit incendier les broussailles qui environnaient le fort,
afin qu'elles ne pussent favoriser la fuite de son ennemi. Les Houara,
dont les habitations avaient été brûlées et les bestiaux enlevés,
vinrent le soir même faire leur soumission.

[Note 549: Ibn-Hammad.]

[Note 550: Selon Ibn-Khaldoun, Abou-Ammar était aussi avec lui.]

Ismaïl avait pu se convaincre, dans ces journées de luttes, qu'il
n'avait pas assez de troupes pour réduire son ennemi. Il demanda des
soldats réguliers à Kaïrouan et, en attendant leur arrivée, s'installa à
son camp du Nador. «Tant que je n'aurai pas triomphé de mon ennemi,
disait-il[551], mon trône sera où je campe.» Le khalife passa ainsi de
longs mois, pendant lesquels il employa les troupes que le blocus
laissait disponibles à pacifier la contrée.

[Note 551: Selon lbn-Hammad.]

Enfin les renforts arrivés par mer parvinrent au camp du Nador et l'on
donna l'assaut. Cette fois, la forteresse fut enlevée. Abou-Yezid, ses
fils et quelques serviteurs dévoués, s'étaient réfugiés dans une sorte
de réduit où ils tenaient encore. On finit par y pénétrer, mais
l'agitateur n'y était plus; il était sorti par un passage secret et
fuyait au milieu des roches, porté par trois hommes, car il était
couvert de blessures. Peut-être aurait-il échappé encore si ceux qui le
portaient ne l'avaient laissé rouler dans un ravin profond, d'où il fut
impossible de le retirer.

Les vainqueurs finirent par le trouver à demi-mort. Ils l'apportèrent au
khalife, qui l'accabla de reproches sur son manque de foi et sa conduite
envers lui; néanmoins, comme il le réservait pour son triomphe, il fit
soigner ses blessures; mais, quelques jours après, l'Homme à l'âne
rendait le dernier soupir (août 947). Son corps fut écorché et sa peau
bourrée de paille pour être rapportée à El-Mehdïa. Sa chair et les têtes
de ses principaux adhérents ayant été salées, furent expédiées à
El-Mehdïa. Du haut de la chaire, on y annonça la victoire du khalife, et
les preuves sanglantes en furent livrées à la populace.

La chute d'Abou-Yezid fut le dernier coup porté aux Nekkariens. Aïoub et
Fadel, fils de l'homme à l'âne, qui avaient pu échapper, tentèrent de
rallier les débris des adhérents de leur père. S'étant associés à un
ambitieux de la famille d'Ibn-Khazer, nommé Mâbed, ils parvinrent à
réunir une armée et allèrent attaquer Tobna et même Biskra. Mais le
khalife ayant envoyé contre eux ses généraux Chafa et Kaïcer, soutenus
par les contingents des Sanhadja avec Ziri-ben-Menad, les agitateurs
furent défaits et durent se réfugier dans les profondeurs du désert.

Ainsi se termina la révolte de l'Homme à l'âne, sous les coups de
laquelle l'empire fatemide avait failli s'écrouler. Abou-Yezid, dont on
ne saurait trop admirer la ténacité, l'indomptable énergie et même les
talents militaires, se laissa, comme beaucoup d'autres, griser par le
succès. Par la seule faute qu'il commit, en ne marchant pas sur
El-Mehdïa après la prise de Kaïrouan, il perdit à jamais sa cause.
Doit-on le regretter? Nous n'osons affirmer que son succès aurait été
bien avantageux pour l'Afrique[552].

[Note 552: Nous avons suivi, pour tout le récit de la révolte
d'Abou-Yezid, les auteurs suivants: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p.
530-542, t. III, p. 201-213. El-Bekri, passim. Ibn-Hammad, passim.
El-Kaïrouani, p. 98 et suivantes. _Documents sur l'hérétique
Abou-Yezid_, par Cherbonneau. _Revue africaine_, no 78, et collection du
_Journal asiatique_.]



CHAPITRE XI

FIN DE LA DOMINATION FATEMIDE
947-973


État du Mag'reb et de l'Espagne.--Expédition d'El-Mansour à
Tiharei.--Retour d'El-Mansour en Ifrikiya.--Situation de la Sicile;
victoires de l'Ouali Hassan-ben-Ali en Italie.--Mort d'El-Mansour,
avènement d'El-Moëzz.--Les deux Mag'reb reconnaissent la suprématie
oméïade.--Les Mag'raoua appellent à leur aide le khalife
fatemide.--Rupture entre les Oméïades et les Fatemides.--Campagne de
Djouher dans le Mag'reb; il soumet ce pays à l'autorité
fatemide.--Guerre d'Italie et de Sicile.--Evénements d'Espagne; mort
d'Abd-er-Rahman-cn-Nacer; son fils El-Hakem II lui succède.--Succès des
Musulmans en Italie et en Sicile.--Progrès de l'influence oméïade en
Mag'reb.--État de l'Orient; El-Moëzz prépare son expédition.--Conquête
de l'Egypte par Djouher.--Révoltes en Afrique; Ziri-ben-Menad écrase les
Zenètes.--Mort de Ziri-ben-Menad; succès de son fils Bologguine dans le
Mag'reb.--El-Moëzz se dispose à quitter l'Ifrikiya.--El-Moëzz transporte
le siège de la dynastie fatemide en Egypte.--Appendice. Chronologie des
Fatemides d'Afrique.


ÉTAT DU MAG'REB ET DE L'ESPAGNE.--Il n'avait pas fallu à Ismaïl moins de
deux années de luttes incessantes pour triompher de la terrible révolte
de l'Homme à l'âne. C'était un grand résultat, obtenu grâce à l'énergie
du khalife, et le surnom d'El-Mansour qui lui fut donné, il faut le
reconnaître, était mérité. Mais, si le principal ennemi était abattu, il
restait bien des plaies à fermer. Pendant cette crise, l'autorité
fatemide avait perdu tout son prestige dans l'ouest, au profit des
Oméïades d'Espagne. Le Mag'reb et Akça, en entier, leur obéissait déjà.
Les fils de Ben-Abou-l'-Afia, nommés El-Bouri, Medien et Abou-el-Monkad,
y gouvernaient en leur nom. Les Edricides, toujours cantonnés dans le
pays des R'omara et obéissant à leur chef Kennoun, se tenaient seuls
éloignés du khalife espagnol, mais en se gardant bien de témoigner
contre lui la moindre hostilité.

Auprès de Tlemcen, les Beni-Ifrene avaient peu à peu étendu leur
domination sur leurs voisins; ayant pris une part active à la révolte
d'Abou-Yezid, ils avaient profité de la période de succès de cet
agitateur pour augmenter leur empire. Le khalife En-Nacer, par une
habile politique, avait nommé leur chef, Yala-ben-Mohammed, gouverneur
du Mag'reb central. Enfin, à Tiharet, commandait Hamid-ben-Habbous pour
les Oméïades.

En Espagne, Abd-er-Rahman-en-Nacer avait obtenu, dans le nord, de non
moins grands succès, en profitant de la discorde qui paralysait les
forces des chrétiens; Castille et Léon étaient en guerre. Les
Castillans, sous le commandement de Ferdinand Gonzalez, surnommé
l'excellent Comte, avaient cherché à s'affranchir du joug un peu lourd
de Ramire II, prince de Léon; mais la fortune avait trahi Ferdinand:
fait prisonnier par son ennemi, il avait été tenu dans une dure
captivité et n'avait obtenu la liberté qu'en renonçant à exercer aucun
commandement. Les Musulmans, pendant ces luttes fratricides, avaient
reporté leur frontière jusqu'au delà de Medina-Céli[553].

[Note 553: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. III, p. 64 et suiv.
Kartas, p. 417. Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. I, p. 270, t. II, p.
148-569, t. III, p. 213 et suiv. El Bekri, trad., art. _Idricides_.
Ibn-Hammad, _loc. cit._ El Marracki, éd. Dozy, p. 27 et suiv.]

EXPÉDITION D'EL-MANSOUR À TIHARET.--Le khalife Ismaïl voulut profiter de
son séjour dans l'ouest pour lâcher d'y rétablir son autorité. Ayant
convoqué ses alliés à Souk-Hamza[554], il fut rejoint dans cette
localité par Ziri-ben-Menad avec ses Sanhadja. Dans le mois de septembre
917, l'armée s'ébranla et marcha directement sur Tiharet; Hâmid prit la
fuite à son approche et gagna Ténès, d'où il s'embarqua pour l'Espagne.

[Note 554: Actuellement Bouïra, au N.-E. d'Aumale.]

Une fois maître de Tiharet, le souverain fatemide ne jugea pas à propos
de s'enfoncer davantage dans l'ouest, il préféra entrer en pourparlers
avec Yala, le puissant chef des Beni-Ifren. Afin de le détacher de la
cause oméïade, il lui offrit de le reconnaître comme son représentant
dans le Mag'reb central, avec la suprématie sur toutes les tribus
zenètes. Yala accueillit ces ouvertures et adressa à El-Mansour un
hommage plus ou moins sincère de soumission. Tranquille de ce côté, le
khalife alla châtier les tribus louatiennes de la vallée de la Mina,
lesquelles étaient infectées de kharedjisme. Après les avoir contraintes
à la soumission, il se disposa à rentrer en Ifrikiya; mais, auparavant,
il renouvela l'octroi de ses faveurs à Ziri-ben-Menad, dont le secours
lui avait été si utile, et lui confirma l'investiture de chef des tribus
sanhadjiennes et de tout le territoire occupé par elles jusqu'à Tiharet.
Cette vaste région comprenait, en outre des villes d'Achir et de Hamza,
celles de Lemdia (Médéa), Miliana, et enfin une bourgade à peine connue
auparavant, mais qui avait pris, depuis peu, un grand développement et
était destinée au plus brillant avenir, nous avons nommé
_Djezaïr-beni-Mezr'anna_ (Alger). Bologguine, fils de Ziri, fut investi
par son père du commandement de ces trois dernières places[555].

Retour d'El-Mansour en Ifrikiya.--Avant de reprendre le chemin de l'est,
le khalife adressa en Ifrikiya des lettres par lesquelles il annonçait
la mort de son père et son avènement sous le titre
d'_El-Mansour-bi-Amer-Allah_ (le vainqueur par l'ordre de Dieu). Le 18
janvier 918, il faisait son entrée triomphale à Kaïrouan, précédé par un
chameau sur lequel était placé le mannequin d'Abou-Yezid, soutenu par un
homme. De chaque côté, deux singes, qui avaient été dressés à cet
office, lui donnaient des soufflets et le tiraient par la barbe[556].
Les plus grands honneurs furent prodigués au souverain victorieux.

[Note 555: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 6.]

[Note 556: Ibn-Hammad, _loc. cit._]

Peu de temps après, on reçut la nouvelle que Fadel, fils d'Abou-Yezid,
était sorti du Sahara à la tête d'une bande de pillards, qu'il ravageait
l'Aourès et était venu mettre le siège devant Bar'aï. Mais bientôt il
fut mis à mort par un chef zenatien, qui envoya sa tête au kalife.
Celui-ci fit expédier en Sicile la peau d'Abou-Yezid et la tête de son
fils, mais le vaisseau qui portait ces tristes restes fit naufrage et
tout le monde périt. Seul le mannequin de l'Homme à l'âne fut rejeté sur
le rivage; on l'attacha à une potence, où il resta jusqu'à ce qu'il eût
été mis en lambeaux par les éléments. Aioub, l'autre fils de l'apôtre
nekkarien, fut également assassiné par un chef zenète, et ainsi la
famille de l'agitateur se trouva entièrement détruite; ses cendres mêmes
furent dispersées.

SITUATION DE LA SICILE; VICTOIRES DE L'OUALI HASSAN-EL-KELBI EN
ITALIE.--Pendant les années d'anarchie qui avaient été la conséquence de
la révolte d'Abou-Yezid, la Sicile était demeurée abandonnée aux
aventuriers berbères amenés par Khalil. Personne n'y exerçait
effectivement l'autorité, et les chrétiens en avaient profité pour
cesser de payer le tribut. Ceux-ci tenaient, en réalité, la partie
méridionale de l'île, mais ils étaient misérables et vivaient dans un
état de luttes permanentes, incertains du lendemain. Beaucoup de villes,
tributaires des Musulmans, avaient rompu tout lien avec l'empire. A
Palerme, la famille des Beni-Tabari, d'origine persane, avait usurpé peu
à peu l'autorité.

Un des premiers soins d'El-Mansour fut de placer à la tête de l'île un
de ses plus fidèles soutiens, dont la famille s'était distinguée en
Mag'reb et en Espagne, l'arabe kelbite Hassan-ben-Ali. Il lui conféra le
titre d'Ouali (gouverneur), qui devint ensuite héréditaire dans sa
famille (948). Hassan trouva Palerme en état de révolte, mais il parvint
à y pénétrer par ruse, et, s'étant saisi des Tabari, les fit mettre à
mort.

Hassan entreprit alors de châtier les chrétiens qui avaient secoué le
joug. Sur ces entrefaites, Constantin Porphyrogénète, qui occupait le
trône de l'empire, las de payer un tribut aux Musulmans, envoya des
troupes en Calabre pour reconquérir l'indépendance. Hassan, de son côté,
ayant reçu des renforts d'El-Mansour, alla attaquer Reggio avec une
armée nombreuse (950), puis mettre le siège devant Gerace. Les Grecs
étant arrivés, l'ouali les battit et les força de se réfugier à Otrante
et à Bari; puis il rentra à Palerme. Deux ans plus tard, Hassan passa de
nouveau en Italie, où des troupes nombreuses avaient été amenées, et y
remporta de grandes victoires. Les têtes des vaincus furent expédiées
dans les villes de Sicile et d'Afrique (mai 852).

Dans l'été de la même année, l'ouali de Sicile signa avec l'envoyé de
l'empereur une trèvi reconnaissant aux Musulmans le droit de percevoir
le tribut. Hassan établit une mosquée à Reggio[557].

[Note 557: Amari, _Musulmans de Sicile_, t. II, p. 203-248.
Ibn-Khaldoun, t. II, p. 540-541.]

MORT D'EL-MANSOUR. AVÈNEMENT D'EL-MOEZZ.--Le khalife avait transporté sa
demeure à Sabra, vaste château situé près de Kaïrouan, qu'on appelait El
Mansouria, du nom de son fondateur. De là, il dirigeait la guerre
d'Italie et suivait les événements de Mag'reb, où l'influence fatemide
avait entièrement cessé pour faire place à la suprématie oméïade.

Au commencement de l'année 953, El-Mansour tomba malade, à la suite
d'une partie de plaisir où il avait pris un refroidissement. Dans le
mois de mars[558], il rendait le dernier soupir. Il n'était âgé que de
trente-neuf ans, sur lesquels il en avait régné sept.

[Note 558: Le 27 janvier, selon Ibn-Khaldoun, en désaccord sur ce point
avec tous les autres auteurs.]

Son fils Maâd (Abou-Temim), qui avait été désigné par lui comme héritier
présomptif parmi ses dix enfants, lui succéda et prit le nom d'_El-Moëzz
li dine Allah_ (celui qui exalte la religion de Dieu). C'était un jeune
homme de vingt-deux ans, doué d'un esprit mûr et ferme. Le 25 avril, il
reçut le serment de ses officiers, et s'appliqua immédiatement à la
direction des affaires de l'état. Il alla ensuite faire une tournée dans
ses provinces, afin de s'assurer de la fidélité de ses gouverneurs et de
l'état de défense des frontières[559].

[Note 559: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 142.]

LES DEUX MAG'REB RECONNAISSENT LA SUPRÉMATIE OMÉÏADE.--De graves
événements s'étaient accomplis en Mag'reb, ainsi que nous l'avons dit.

Le chef de la famille edricide, Kacem-Kennoun, étant mort en 949, avait
été remplacé par son fils Abou-l'Aïch-Ahmed, surnommé El-Fâdel (l'homme
de mérite). Ce prince, qui entretenait des relations avec la cour
oméïade, s'empressa de faire hommage de vassalité à En-Nacer et de
rompre avec les fatemides. Les autres branches de la famille edricide
envoyèrent également des députations au souverain de l'Espagne
musulmane, et ainsi toute la région septentrionale du Mag'reb extrême se
trouva placée sous sa suzeraineté. Mais il ne suffisait pas à En-Nacer
que l'on y prononçât la prière en son nom; il lui fallait des gages plus
sérieux et il demanda bientôt à l'imprudent El-Fâdel de lui céder les
places de Tanger et de Ceuta[560].

Dans le Mag'reb central, Yâla-ben-Mohammed, chef des Beni-Ifrene, et
Mohammed-ben-Khazer, émir des Mag'raoua, avaient été complètement
détachés, par les agents d'En-Nacer, de la cause fatemide, et avaient
reçu l'investiture du gouvernement oméïade. Ils s'étaient alors partagé
le pays: Ibn-Khazer avait eu pour son lot la région orientale; il était
venu s'installer à Tiharet, et, sur cette frontière, s'était rencontré
avec les Sanhadja, ennemis héréditaires des Mag'raoua. Aussi, les luttes
n'avaient pas tardé à recommencer entre ces deux tribus. Quant à Yâla,
il avait conservé la région de l'ouest et étendu sa suprématie sur les
populations du nord jusqu'à Oran; pour se créer un refuge et un point
d'appui, il se construisit, dans les hauts plateaux, à une journée à
l'ouest de Maskara, une capitale qui reçut le nom d'Ifgane; les villes
environnantes en fournirent les premiers habitants[561].

[Note 560: Kartas, p. 117, 118. Ibn-Khaldoun, t. II, p. 147, 569.
El-Bekri, _Idricides_.]

[Note 561: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 148, t. III, p. 213,
t. IV, p. 2. El-Bekri, passim.]

Ainsi, les deux Mag'reb reconnaissaient la suprématie oméïade. Fès,
même, avait reçu un gouverneur envoyé au nom du khalife.

Seule, l'oasis de Sidjilmassa, où régnait un descendant de la famille
miknacienne des Beni-Ouaçoul, nommé Mohammed-ben-el-Fetah, refusa de
suivre l'exemple du reste du pays. Ce prince répudia même les doctrines
Kharedjites et se déclara indépendant en prenant le nom
d'_Ech-Chaker-l'Illah_ (le reconnaissant envers Dieu)[562].

[Note 562: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. I, p. 264.]

La grande tribu des Miknaça, qui avait toujours à sa tête des
descendants de Ben-Abou-l'Afia, était restée fidèle à la cause oméïade,
malgré les revers qu'elle avait éprouvés.

LES MAG'RAOUA APPELLENT À LEUR AIDE LE KHALIFE FATEMIDE.--Nous avons vu
qu'En-Nacer avait réclamé aux Edricides la possession de Tanger et de
Ceuta, les clefs du détroit. Ayant essuyé un refus, il profita des
dissensions survenues parmi les membres de cette famille pour intervenir
en Mag'reb. Un corps d'armée envoyé dans le Rif, sous le commandement de
cet Homéïd qui avait été précédemment expulsé de Tiharet par les
Fatemides, remporta de grandes victoires, s'empara de Tanger et força
El-Fâdel à la soumission (951). Chassé de Hadjar-en-Necer, il ne resta à
celui-ci que la ville d'Azila sur le littoral.

Homeïd reçut ensuite le commandement de Tlemcen et le khalife omeïade
envoya à Yâla, chef des Beni-Ifrene, de nouveaux témoignages de son
amitié. Il n'en fallut pas davantage pour exciter la jalousie
d'Ibn-Khazer, auquel le gouvernement fatemide venait de donner un gage
en faisant mettre à mort ce Mâbed qui avait soutenu autrefois tes fils
d'Abou-Yezid, et qui visait ouvertement à l'usurpation de l'autorité sur
les Mag'raoua. Bientôt Yala poussa l'audace jusqu'à venir enlever
Tiharet aux Mag'raoua, puis Oran, à Ben-Abou-Aoun. Mohammed-ben-Khazer,
rompant alors d'une manière définitive avec les Oméïades, alla, de sa
personne, en Ifrikiya porter ses doléances. Le khalife El-Moëzz le reçut
avec les plus grands honneurs, accepta son hommage de vassalité et se
fit donner par lui les renseignement les plus précis sur l'état du
Mag'reb (954).

Dans le cours de la même année, El-Moëzz appela à Kaïrouan le chef des
Sanhadja, et renouvela avec lui les traités d'alliance qui le liaient à
son père. De grandes réjouissances furent données en l'honneur de ce
chef qui rentra, comblé de présents, dans son pays, avec l'ordre de se
tenir prêt à accompagner et soutenir les troupes qui seraient envoyées
dans le Mag'reb.

RUPTURE ENTRE LES OMÉIADES ET LES FATEMIDES.--En 955, le khalife
oméïade, ayant conclu une trêve avec Ordoño III, fils et successeur de
Ramire, et une autre avec Gonzalez, pour la Castille, se décida à
intervenir plus activement en Afrique et commença les hostilités contre
la dynastie fatemide, en faisant, sans aucun autre préambule, saisir un
courrier allant de Sicile en Ifrikiya. Comme représailles, El-Moëzz
donna à El-Hacen-le-Kelbi, gouverneur de Sicile, l'ordre de tenter, avec
la flotte, une descente en Espagne. Ce chef, ayant pu aborder auprès
d'Alméria, porta le ravage dans la contrée et rentra chargé de butin.

Pour tirer, à son tour, vengeance de cet affront, En-Nacer lança, peu
après, sa flotte, commandée par son affranchi R'aleb, contre l'Ifrikya.
Mais, des mauvais temps et l'inhospitalité des côtes africaines ne lui
ayant pas permis de débarquer, il dut rentrer dans les ports d'Espagne.
L'année suivante, il revint, avec une flotte de soixante-dix navires,
opéra son débarquement à Merça-El-Kharez (La Calle), et, de ce point,
alla ravager le pays jusqu'aux environs de Tabarka. Cela fait, il rentra
en Espagne.

Mais ces escarmouches n'étaient que des préludes d'action: plus
sérieuses. Le khalife En-Nacer voulait attaquer l'empire fatemide au
cœur de sa puissance et préparait une grande expédition, lorsqu'il
apprit la mort d'Ordoño III (957) et son remplacement par son frère
Sancho, dont le premier acte avait été la rupture du traité conclu avec
les Oméïades. Forcé de voler au secours de la frontière septentrionale,
En-Nacer dut ajourner ses projets sur l'Afrique[563].

[Note 563: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. III, p. 73 et suiv.
Amari. _Musulmans de Sicile_, t. II, p. 249. Ibn-Khaldoun, t. II, p.
542.]

CAMPAGNE DE DJOUHER DANS LE MAG'REB; IL SOUMET CE PAYS À L'AUTORITÉ
FATEMIDE.--El-Moëzz jugea alors le moment opportun pour réaliser
l'expédition en Mag'reb qu'il méditait depuis longtemps. Ayant donc
réuni une armée imposante, il en confia le commandement à son secrétaire
(_kateb_), l'affranchi chrétien Djouher dont la renommée, comme général,
n'était pas à faire. En 958, Djouher partit à la tête des troupes.
Parvenu à Mecila, il y prit un contingent commandé par Djâfer, fils de
Ali-ben-Hamdoun, et fut rejoint par Ziri-ben-Menad, amenant ses
guerriers. Mohanimed-ben-Khazer se joignit également à la colonne, avec
quelques Mag'raoua.

C'est à la tête de ces forces considérables que Djouher pénétra dans le
Mag'reb. Yâla s'avança à sa rencontre avec les Beni-Ifrene et il est
possible, comme le dit Ibn-Khaldoun, que les deux chefs entrèrent en
pourparlers et qu'Ibn-Khazer essaya encore de se sauver par une
soumission plus ou moins sincère. Selon la version du Kartas, il y eut
de sanglants combats livrés auprès de Tiharet. Quoi qu'il en soit, Yâla
fut tué par les Ketama et Sanhadja, qui voulaient gagner la prime
promise par le général fatemide. Sa tête fut expédiée au khalife en
Ifrikiya.

Djouher s'attacha ensuite à poursuivre les Beni-Ifrene; il écrasa leur
puissance et dévasta Ifgane leur capitale. De là, il marcha sur Fès où
commandait Ahmed-ben-Beker el-Djodami, pour les Oméïades. Il dut
entreprendre le siège de cette ville qui était bien fortifiée et pourvue
d'un grand nombre de défenseurs. Après quelques efforts, voyant que les
assiégés tenaient avec avantage, il se décida à décamper et à marcher
sur Sidjilmassa, où le prince Mohammed-Chaker-l'-Illah s'était déclaré
indépendant, sous la suprématie abasside et avait frappé des monnaies à
son nom. Ce roitelet lui ayant été livré, Djouher le chargea de chaînes;
puis, après avoir rétabli dans ces contrées lointaines l'autorité
fatemide, il conduisit son armée vers l'ouest et s'avança jusqu'à
l'Océan, en soumettant sur son passage les populations sahariennes. On
dit que, des bords de l'Océan, il envoya à son maître des plantes
marines et des poissons de mer dans des urnes.

De là, Djouher revint devant Fès et, à force de persévérance et de
courage, réussit à enlever d'assaut cette ville, où Ziri-ben-Menad
pénétra un des premiers par la brèche. Ahmed-ben-Beker fut fait
prisonnier et la ville livrée au pillage. Après y avoir passé quelques
jours, Djouher y laissa un gouverneur, et partit pour le Rif afin de
soumettre les Edrisides. Abou-l'Aïch-el-Fadel était mort et c'était
El-Hassan-ben-Kennoun qui l'avait remplacé. Pour conjurer le danger, ce
prince se réfugia dans le château de Hadjar-en-Necer et, de là, envoya
sa soumission au général fatemide, en protestant que l'alliance de sa
famille avec les Oméïades avait été une nécessité de circonstance.
Djouher accepta cette soumission et confirma Hassan dans son
commandement du Rif et du pays des R'omara, en lui assignant comme
capitale la ville de Basra.

Après avoir soumis toute cette partie du Mag'reb et expulsé, ou réduit
au silence, les partisans des Oméïades, Djouher laissa, comme
représentant de son maître dans cette région, les affranchis Kaïcer et
Modaffer, puis il reprit la route de l'est. En passant à Tiharet, il
donna cette ville comme limite de ses états à Ziri-ben-Menad, en
récompense de sa fidélité.

A son arrivée à Kaïrouan, le général fatemide fit une entrée triomphale
et reçut les plus grands honneurs. Il traînait à sa suite, enfermés dans
des cages de fer, Mohammed-ben-Ouaçoul, le souverain détrôné Sidjilmassa
et Ahmed-ben-Beker, l'ancien gouverneur de Fès (959)[564].

[Note 564: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. I, p. 265, t. II, p. 8, 543,
555, t. III, p. 233 et suiv. Le Kartas, p. 121, 122. El-Bekri, passim.
El-Kaïrouani, p. 106, 107.]

GUERRE D'ITALIE ET DE SICILE.--Pendant que l'autorité fatemide obtenait
en Mag'reb ces succès inespérés, la guerre avait recommencé en Italie
entre les Byzantins et les Arabes. L'empereur Constantin ayant rompu la
trêve en 956, avait envoyé, contre les Musulmans d'Italie, des troupes
thraces et macédoniennes. Le patrice Argirius était alors venu mettre le
siège devant Naples, pour punir cette ville de son alliance avec les
infidèles. Ammar, frère de Hassan, opéra une diversion en Calabre.

Mais, l'année suivante, Reggio est surpris par un capitaine byzantin
nommé Basile, la colonie anéantie et la mosquée détruite. De là, Basile
va attaquer Mazara en Sicile et défait Hassan qui était accouru avec ses
troupes, puis il se retire.

En 958, Hassan, ayant rejoint Ammar en Calabre, alla, avec toutes ses
forces navales, attaquer à Otrante la flotte byzantine. Un coup de vent
favorisa la fuite des navires impériaux et poussa ceux des Musulmans sur
les côtes de Sicile, où plusieurs firent naufrage. En 960, une trêve fut
conclue avec l'empire et dura jusqu'à l'élévation de Nicéphore
Phocas[565].

[Note 565: Amari, _Musulmans de Sicile_, t. II, p. 250 et suiv.]

ÉVÉNEMENTS D'ESPAGNE. MORT D'ABD-ER-RAHMAN III (EN NACER). SON FILS
EL-HAKEM II LUI SUCCÈDE.--En Espagne le roi Sancho avait été détrôné et
remplacé par Ordoño IV, qui devait être surnommé _le Mauvais_ (958). La
grand-mère de Sancho, Tota, reine de Navarre, se rendit elle-même à
Cordoue, pour déterminer le khalife oméïade à rétablir son fils sur le
trône. En-Nacer accepta, à la condition que dix forteresses lui fussent
livrées, et bientôt l'armée musulmane marcha contre le royaume de Léon.
Au mois d'avril 859, Sancho était maître de la plus grande partie de son
royaume; l'année suivante, le comte Ferdinand tombait aux mains des
Navarrais; la révolte était vaincue et Ordoño IV cherchait un refuge à
Burgos.

Les avantages obtenus dans le nord étaient pour le khalife une bien
faible compensation de ses pertes en Afrique. Il avait vu en quelques
mois disparaître les résultats de longues années d'efforts persévérants.
Dominé par le chagrin qu'il en ressentit, affaibli par l'âge,
Abd-er-Rahman-en-Nacer tomba malade et rendit le dernier soupir le 16
octobre 961, à l'âge de soixante-dix ans. Ce prince avait régné pendant
quarante-neuf ans et, sauf en Mag'reb, la fortune lui avait presque
toujours été favorable. Après avoir pris un pouvoir disputé, un royaume
réduit presque à rien, il laissait l'empire musulman d'Espagne dans
l'état le plus florissant, le trésor rempli, les frontières respectées.
Cordoue, sa brillante capitale, avait alors un demi-million d'habitants,
trois mille mosquées, de superbes palais, cent treize mille maisons,
trois cents maisons de bain, vingt-huit faubourgs[566].

El-Hakem II, fils d'Abd-er-Rahman, lui succéda. Aussitôt, le roi de
Léon, qui était humilié de la protection des Musulmans, commença à
relever la tête et il fut facile de prévoir que la paix ne serait plus
de longue durée[567].

[Note 566: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. III, p. 91, 92.]

[Note 567: _Ibid._, p. 95. El-Marrakchi (éd. Dozy), p. 28 et suiv.]

SUCCÈS DES MUSULMANS, EN SICILE ET EN ITALIE.--En Sicile, le gouverneur
kelbite avait entrepris d'arracher aux chrétiens les places qu'ils
tenaient, encore. Vers la fin de 962, son fils Ahmed se rendit maître de
Taormina, qui avait opposé une héroïque résistance de six mois. Un grand
nombre de captifs furent envoyés en Afrique et la ville reçut le nom
d'El-Moëzzïa en l'honneur du khalife. Dans toute l'île, la seule place
de Rametta restait aux chrétiens. En 963, Hassan-ben-Ammar vint
l'assiéger et la pressa en vain, pendant de longs mois. Sur le point de
succomber, les chrétiens purent faire parvenir un appel désespéré à
Byzance.

De graves événements venaient de se produire dans la métropole
chrétienne de l'Orient. L'empereur Romain II, faible souverain, qui ne
régnait que de nom, était mort, le 15 mars 963, et avait été remplacé
par deux enfants en bas âge, sous la tutelle de leur mère et d'un
eunuque. Quelques mois après, le général Nicéphore Phocas, qui avait
acquis un grand renom par la conquête de l'île de Crète (en mai 961), et
qui disposait de l'armée, s'empara du pouvoir.

Le nouvel empereur répondit à l'appel des Siciliens en leur envoyant une
armée de 40,000 hommes, tous vétérans de la campagne de Crète, sous le
commandement de Nicétas et de son neveu Manuel Phocas. De son côté,
El-Moëzz renvoya Hassan en Sicile avec des renforts berbères
(septembre-octobre 964). La flotte byzantine ayant occupé Messine,
l'armée s'y retrancha, et de cette base les généraux rayonnèrent dans
l'intérieur. Manuel Phocas alla lui-même au secours de Rametta et livra,
près de cette ville, une grande bataille aux Musulmans (24 octobre).
L'action fut longtemps indécise, mais la victoire se décida enfin pour
ces derniers. Manuel Phocas et dix mille de ses guerriers y trouvèrent
la mort. Le butin fait dans cette journée fut considérable. Hassan
mourut dans le mois de novembre suivant.

Rametta continua à se défendre avec héroïsme pendant une année entière.
Enfin, en novembre 955, les assiégés, réduits à la dernière extrémité,
ne purent empêcher les Musulmans de pénétrer par la brèche. Les hommes
furent massacrés, les femmes et les enfants réduits en esclavage, et la
ville pillée. Vers le même temps, Ahmed atteignait la flotte byzantine à
Reggio, l'incendiait et faisait prisonnier l'amiral Nicétas et un grand
nombre de personnages de marque qui furent envoyés à El-Mehdïa.

Ahmed attaqua ensuite les villes grecques de la Calabre, les soumit au
tribut et les contraignit à signer une trêve[568].

[Note 568: Amari, _Musulmans de Sicile_, t. II, p. 259 et suiv.]

PROGRÈS DE L'INFLUENCE OMÉIADE EN MAG'REB.--Pendant que le khalife
fatemide était absorbé par la guerre de Sicile et d'Italie, le Mag'reb,
à peine reconquis, demeurait livré à lui-même, et les Oméïades
cherchaient par tous les moyens à y reprendre de l'influence. Les
généraux Kaïcer et Modaffer, qui, nous l'avons vu, avaient été laissés
comme représentants du khalife dans ces régions, prêtèrent-ils l'oreille
aux émissaires d'Espagne, ou furent-ils victimes de calomnies? Nous
l'ignorons. Toujours est-il qu'El-Moëzz les fit mettre à mort comme
traîtres (961).

Peu après, Sidjilmassa répudiait encore une fois la suprématie fatemide
et ouvrait ses portes à un fils d'Ech-Chaker, qui se faisait reconnaître
sous le nom d'El-Mostancer-l'Illah. Ainsi la dynastie des Beni-Ouaçoul
reprenait le commandement des régions du sud. En 964, le nouveau
souverain était mis à mort par son frère Abou-Mohammed. Ce prince, qui
s'était donné le titre d'El-Moâtezz-l'Illah, proclama de nouveau
l'autorité oméïade, dans le sud du Mag'reb, et la fit reconnaître par
les tribus du haut Moulouïa.

Dans le Rif, les Edrisides étaient comblés de cadeaux par le souverain
d'Espagne, qui ne négligeait rien pour les rattacher à sa cause. En même
temps, El-Hakem faisait réparer et compléter les fortifications de
Ceuta, où il entretenait une forte garnison[569].

[Note 569: El-Bekri, passim. Ibn-Khaldoun, t. I, p. 265, t. II, p.
544, 569. Kartas, p. 125, 126.]

ÉTAT DE L'ORIENT. EL-MOEZZ PRÉPARE SON EXPÉDITION.--Les souverains de la
dynastie fatemide, suivant l'exemple donné par son fondateur, n'avaient
cessé d'avoir les yeux tournés vers l'Orient; C'est sur l'Arabie qu'ils
devaient régner, et il avait fallu des motifs aussi graves que la
révolte d'Abou-Yezid et la nécessité de défendre le Mag'reb contre les
entreprises des Oméïades, pour faire ajourner ces projets. El-Moëzz les
avait à cœur, au moins autant que ses devanciers, et il faut reconnaître
que, depuis longtemps, le moment d'agir n'avait paru aussi favorable.

L'empereur d'Orient, dégoûté par l'insuccès de ses tentatives en Sicile
et en Italie, menacé dans la péninsule par Othon de Saxe et occupé, du
reste, par ses conquêtes en Asie, tendait à se rapprocher d'El-Moëzz, et
même à s'unir avec lui dans un intérêt commun. Le khalife abbasside,
ayant perdu presque toutes ses provinces, était réduit à la possession
de Bagdad et d'un faible rayon alentour. Les Bouïdes tenaient la Perse:
les Byzantins étaient maîtres de l'Asie Mineure. Enfin, les Karmates,
ces terribles sectaires[570] qui avaient ravagé la Mekke parcouraient
les provinces de l'Arabie et commençaient à en déborder. La Syrie et
l'Egypte obéissaient aux Ikhchidites.

[Note 570: Les Karmates admettaient l'usage du vin, réduisaient les
jours de jeûne à deux par an, prescrivaient cinquante prières par jour
au lieu de cinq, et enfin avaient modifié à leur guise presque toutes
les prescriptions de la religion musulmane.]

Rapprochés par un intérêt commun, El-Moëzz et Phocas conclurent, en 967,
une paix qu'ils estimaient devoir être avantageuse pour chacun d'eux. Le
khalife fatemide intima alors à l'émir de Sicile l'ordre de cesser toute
hostilité et d'appliquer ses soins à la colonisation et à
l'administration de l'île.

Libre de ce côté, l'empereur envoya toutes ses troupes en Asie. Il
enleva aux Ikhchidites les places du nord de la Syrie, tandis que les
Karmates envahissaient cette province par le midi. Sur ces entrefaites,
Ikhchid vint à mourir (968), en laissant comme successeur un enfant de
onze ans, sous la tutelle de l'affranchi Kafour. La révolte, cette
compagne des défaites, éclatait partout. Les événements, on le voit,
favorisaient à souhait les projets d'El-Moëzz.

Le khalife, voulant à tout prix éviter les échecs que ses aïeux avaient
éprouvés dans l'est, résolut de ne se mettre en route qu'après avoir
assuré, par ses précautions, la réussite de l'entreprise. Par son ordre,
des puits furent creusés et des approvisionnements amassés sur le trajet
que devait suivre l'armée. En même temps, comme il voulait assurer ses
derrières, Djouher fut envoyé avec une armée dans le Mag'reb. En outre
des intrigues oméïades dont nous avons parlé, et qu'il fallait réduire à
néant, le général fatemide avait pour mission de rétablir la paix entre
les Sanhadja et les Mag'raoua, toujours rivaux. Mohammed-ben-Khazer
était mort depuis quelques années, et le système des razias avait
recommencé. Djouher passa, dit-on, deux ans dans le Mag'reb et ne revint
en Ifrikiya qu'après avoir tout rétabli dans l'ordre, fait rentrer les
impôts et recruté une nombreuse et solide armée[571] (968).

[Note 571: Amari, _Musulmans de Sicile_, t. II, p. 274 et suiv.
Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 344 et suiv., t. III, p. 233 et
suiv., El-Kaïrouani, p. 107 et suiv.]

Conquête de l'Egypte par Djouuer.--Au moment où tout était prêt pour le
départ, un événement imprévu vint encore favoriser les projets
d'El-Moezz. Kafour, qui, en réalité, gouvernait depuis deux ans l'empire
ikhchidite, mourut (968), et le pays demeura en proie aux factions et à
l'anarchie. De pressants appels furent adressés d'Egypte au khalife. Au
commencement de février 969, l'immense armée, qui ne comptait, dit-on,
pas moins de cent mille cavaliers, partit pour l'Orient sous le
commandement de Djouher. Le khalife, entouré de sa maison et de ses
principaux officiers, vint à Rakkada faire ses adieux à l'armée et à son
brave chef.

Parvenu sans encombre en Egypte, Djouher reçut, auprès d'Alexandrie, une
députation de notables venus du vieux Caire pour lui offrir la
soumission de la ville. Les troupes restées fidèles se trouvaient alors
en Syrie (juin 967). Mais, après le départ des envoyés, un mouvement
populaire s'était produit au Caire et chacun se prétendait prêt à
combattre. Djouher reprit donc sa marche et, ayant rencontré l'ennemi en
avant de la capitale, il le culbuta sans peine et fit son entrée au
Caire le 6 juillet 969. La souveraineté des fatemides fut alors
proclamée dans toute l'Egypte, en même temps que la déchéance des
Ikhchidites. Ce fut en très peu de temps, et pour ainsi dire sans
combattre, que le descendant du mehdi devint maître de ce beau royaume,
depuis si longtemps convoité, et pour lequel ses ancêtres avaient fait
tant d'efforts stériles.

Après avoir tracé, à son camp de Fostat, le plan d'une vaste citadelle
qu'il appela El-Kahera (_la Triomphante_)[572], Djouher jugea
indispensable d'agir en Syrie, où les partisans de la dynastie déchue
s'étaient réunis en forces assez considérables. Il y envoya un de ses
généraux, le ketamien Djafer-ben-Falah, avec une partie de l'armée.
Ramla, puis Damas tombèrent au pouvoir de l'armée fatemide
(novembre-décembre 969).

[Note 572: C'est de ce nom qu'on a fait _Le Caire_.]

Djouher s'était présenté en Egypte comme un pacificateur: Il continua ce
rôle après la victoire, rétablit la marche régulière de
l'administration, en plaçant partout des fonctionnaires pris parmi les
Ketama et Sanhadja, et s'appliqua surtout à ne pas froisser les
convictions religieuses et à maintenir les usages qui n'étaient pas
contraires à la Sonna et au Koran. Il jeta, dit-on, les fondations de la
fameuse mosquée El-Azhar[573].

[Note 573: Amari, _Musulmans de Sicile_, t. II, p. 284 et suiv.]

RÉVOLTES EN AFRIQUE. ZIRI-BEN-MENAD ÉCRASE LES ZENÈTES.--Dans le
Mag'reb, la cause fatemide était loin d'obtenir d'aussi brillants
succès. Aussitôt après le départ de Djouher, le feu de la révolte y
avait de nouveau éclaté. La rivalité qui existait entre les Mag'raoua,
commandés par Mohammed-ben-el-Kheïr, petit-fils d'Ibn-Khazer, et
Ziri-ben-Menad, avait été habilement exploitée par le khalife El-Hakem.
Les agents oméïades avaient également réussi à exciter
Djâfer-ben-Hamdoun contre Ziri, en lui faisant remarquer combien il
était humiliant pour lui de voir les faveurs du souverain fatemide être
toutes pour le chef des Sanhadja. Bientôt la révolte éclatait sur un
autre point et, tandis que Djouher partait pour l'Egypte, un certain
Abou-Djâfer se jetait dans l'Aourès, en appelant à lui les mécontents et
en ralliant les débris des Nekkariens. El-Moëzz, en personne, marcha
contre le rebelle, mais, à son approche, les Nekkariens se débandèrent,
et Abou-Djâfer n'eut d'autre salut que dans la fuite. Le khalife, qui
s'était avancé jusqu'à Bar'aï, chargea Bologguine, fils de Ziri, de
poursuivre les révoltés et rentra dans sa capitale. Peu après,
Abou-Djâfer faisait sa soumission.

La rivalité entre les Sanhadja et les Mag'raoua s'était transformée en
un état d'hostilité permanente. Sur ces entrefaites,
Mohammed-ben-el-Kheïr, chef de ces derniers, contracta alliance avec les
autres tribus zenètes, toutes dévouées aux Oméïades, et leva l'étendard
de la révolte.

Les partisans avérés des Fatemides furent massacrés et on proclama, dans
tout le Mag'reb, l'autorité d'El-Hakem. Tandis que les Mag'raoua et
Zenata se préparaient à prendre l'offensive, Ziri-ben-Menad fondit sur
eux à l'improviste à la tête de ses meilleurs guerriers sanhadja. Sou
fils Bologguine commandait l'avànt-garde. Le premier moment de surprise
passé, les Zenètes confédérés essayèrent de reformer leurs lignes, et un
combat acharné s'engagea. Enfin les Beni-Ifrene lâchèrent pied en
abandonnant les Mag'raoua. Ceux-ci, enflammés par l'exemple de leur
chef, se firent tuer jusqu'au dernier. Mohammed-ben-el-Kheïr, après
avoir vu tomber tous ses guerriers, se perça lui-même de son épée. Les
pertes des Zenètes, et surtout des Mag'raoua, furent considérables. On
expédia à Kaïrouan les têtes des principaux chefs (970). Le résultat de
cette victoire fut de rétablir, pour un instant, l'autorité fatemide
dans le Mag'reb[574].

[Note 574: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 7, 149, 549, t. III,
p. 234 et suiv. El-Kaïrouani, p. 125. El-Bekri, passim.]

MORT DE ZIRI-BEN-MENAD. SUCCÈS DE SON FILS BOLOGGUINE DANS LE
MAG'REB.--El-Moëzz n'était pas sans inquiétude sur les intentions de
Djâfer-ben-Hamdoun, dont la jalousie venait d'être excitée par les
derniers succès de Ziri. Il le manda amicalement à sa cour; mais le
gouverneur de Mecila, craignant quelque piège, leva le masque et alla
rejoindre les Zenètes, qui avaient été ralliés par El-Kheïr, fils de
Mohammed-ben-Khazer[575], brûlant du désir de tirer vengeance de la mort
de son père. Bientôt ces deux chefs envahirent le pays des Sanhadja, à
la tête d'une armée considérable. Ziri-ben-Menad, pris à son tour au
dépourvu et séparé de son fils Bologguine, rassembla à la hâte ses
guerriers et marcha contre l'ennemi avec sa bravoure habituelle. Cette
fois la victoire se déclara contre lui. Après un engagement sanglant,
les Sanhadja commencèrent à prendre la fuite. En vain Ziri tenta de les
rallier: son cheval s'étant abattu, il fut aussitôt percé de coups par
ses adversaires, qui se précipitèrent sur son corps et le décapitèrent
(juillet 971). Yahïa, frère de Djâfer-ben-Hamdoun, fut chargé de porter
à Cordoue la tête de Ziri. On l'exposa sur le marché de la ville.

[Note 575: Nous suivons ici l'usage indigène consistant à donner le
nom de l'aïeul, devenu patronymique, en supprimant celui du père.]

A la nouvelle de ce désastre, Bologguine accourut pour venger son père
et préserver ses provinces. Il atteignit bientôt les Zenètes et leur
infligea une entière défaite. Il reçut alors du khalife le diplôme
d'investiture, en remplacement de son père, et l'ordre de continuer la
campagne si bien commencée. A la tête d'une armée composée de guerriers
choisis, Bologguine se porta d'abord dans le Zab, pour en expulser les
partisans d'Ibn-Hamdoun, et s'avança jusqu'à Tobna et Biskra; puis,
reprenant la direction de l'ouest, il chassa devant lui tous les Zenètes
dissidents. Après un séjour à Tiharet, il se lança résolument dans le
désert, où El-Kheïr et ses Zenètes avaient cherché un refuge, et les
poursuivit jusqu'auprès de Sidjilmassa. Les ayant atteints, il les mit
de nouveau en déroute; El-Kheïr, fait prisonnier, fut mis à mort.

Quant à Djâfer, il alla demander un asile en Espagne, auprès d'El-Hakem.

Traversant alors le Mag'reb extrême, Bologguine revint vers le Rif, où
les Edrisides s'étaient de nouveau déclarés les champions de la cause
oméïade. El-Hacen-ben-Kennoun dut, encore une fois, changer de drapeau
et jurer fidélité au khalife fatemide. Après cette courte et brillante
campagne, dans laquelle les Mag'raoua et Beni-Ifrene avaient été en
partie dispersés, au point qu'un certain nombre d'entre eux étaient
allés chercher un refuge en Espagne, Bologguine se disposa à revenir
vers l'est; auparavant, il défendit aux Berbères du Mag'reb de se livrer
à l'élève des chevaux, et, pour compléter l'effet de cette mesure,
ramena avec lui toutes les montures qu'on put saisir[576].

En passant à Tlemcen, il déporta une partie de la population de cette
ville et la fit conduire à Achir[577].

[Note 576: El-Kaïrouani, p. 127.]

[Note 577: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 8, 150, 548, t. III, p. 234, 235,
255. Kartas, p. 125. El-Bekri, _Idricides_, passim.]

EL-MOEZZ SE PRÉPARE À QUITTER L'IFRIKIYA.--Pendant que la cause fatemide
obtenait ces succès en Mag'reb, ses armées, habilement conduites,
achevaient de détruire en Syrie la résistance des derniers partisans de
la dynastie ikhchidite. Le fils de Djouher conduisit lui-même à Kaïrouan
les membres de cette famille faits prisonniers. Le khalife les reçut
avec une grande pompe, couronne en tête, et leur rendit la liberté.

Mais les Fatemides trouvèrent bientôt devant eux, en Syrie, des
adversaires autrement redoutables; les Karmates, sous le commandement
d'El-Hassan-ben-Ahmed, avaient conquis une partie de ce pays et
s'avançaient menaçants. Le général ketamien Djâfer-ben-Felah, envoyé
contre eux, fut entièrement défait et perdit la vie dans la rencontre.
Damas tomba aux mains des Karmates, qui marchèrent ensuite contre
l'Egypte.

Les brillantes victoires remportées par les Fatemides risquaient d'être
annihilées, comme effet, si une main puissante ne venait prendre le
commandement dans la nouvelle conquête. Djouher pressait depuis
longtemps le khalife de transporter en Egypte le siège de l'empire; mais
El-Moëzz, au moment de réaliser le rêve de sa famille, hésitait à
quitter cette Ifrikiya, berceau de la puissance fondée par le mehdi. En
présence des complications survenues en Syrie Djouher redoubla
d'instances, et comme, en même temps, arriva à Kaïrouan la nouvelle de
la pacification du Mag'reb par Bologguine, El-Moëzz se décida à partir
pour l'Orient. Il établit son camp à Sardenia, entre Kaïrouan et
Djeloula, y réunit les troupes qu'il devait emmener, et s'occupa de
prendre toutes les dispositions nécessaires en vue de l'abandon
définitif du pays.

La grande difficulté était de pouvoir laisser l'Ifrikiya dans des mains
sûres. Afin de ne pas donner trop de puissance à son représentant, il
divisa le pouvoir entre plusieurs fonctionnaires. Le Ketamien
Abd-Allah-ben-Ikhelef fut nommé gouverneur de la province de Tripoli. En
Sicile, la famille des Ben-el-Kelbi avait conservé le commandement;
El-Moëzz craignit que l'influence énorme dont elle jouissait la poussât
à se déclarer indépendante. Il rappela de l'île le gouverneur
Abmed-ben-el-Kelbi, et chargea un affranchi, du nom de Iaïch, de la
direction des affaires. Mais, à peine celui-ci était-il arrivé, que la
révolte éclatait et que le prince s'empressait d'envoyer dans l'île,
comme gouverneur, Bel-Kassem-el-Kelbi. Quant au poste quasi-royal de
gouverneur de l'Ifrikiya et du Mag'reb résidant à Kaïrouan, le khalife
le réserva à Bologguine, fils de Ziri, dont l'intelligence et le
dévouement lui étaient connus. La perception de l'impôt fut confiée à
deux fonctionnaires, sous les ordres directs du khalife; le cadi et
quelques chefs de la milice furent également réservés à sa nomination;
enfin, un conseil de grands officiers fut chargé d'assister
Bologguine[578].

[Note 578: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 9, 10, 549, 550. El-Kaïrouani, p.
110. Ibn-El-Athir, passim. De Quatremère, _Vie d'El-Moez_. Amari,
_Musulmans de Sicile_, p. 287 et suiv.]

EL-MOEZZ TRANSPORTE LE SIÈGE DE LA DYNASTIE FATEMIDE EN EGYPTE.--Au
commencement de l'automne de l'année 972, Bologguine rentra de son
heureuse expédition. Le khalife l'accueillit avec les plus grands
honneurs et lui accorda les titres honorifiques de _Sifed-Daoula_
(l'épée de l'empire) et d'_Abou-el-Fetouh_ (l'homme aux victoires); il
voulut en outre qu'il prît le nom de Youçof. Lui ayant annoncé son
intention de le nommer gouverneur de l'Afrique, il lui traça sa ligne de
conduite, et lui recommanda surtout de ne cesser de faire sentir aux
Berbères une main ferme, de ne pas exempter les nomades d'impôts, et de
ne jamais donner de commandement important à une personne de sa famille,
qui serait amenée à vouloir partager l'autorité avec lui. Il lui
prescrivit encore de combattre sans cesse l'influence des Oméïades dans
le Mag'reb et de faire son possible pour expulser définitivement leurs
adhérents du pays.

Dans le mois de novembre 972, El-Moëzz se mit en route et fut accompagné
jusqu'à Sfaks par Bologguine. Le khalife emportait avec lui les cendres
de ses ancêtres et tous ses trésors fondus en lingots. C'était bien
l'abandon définitif d'un pays que les Fatemides avaient toujours
considéré comme lieu de séjour temporaire.

El-Moëzz arriva à Alexandrie dans le mois de mai 973. Le 10 juin
suivant, il fit son entrée triomphale au vieux Caire (Misr) et alla
fixer sa résidence au nouveau Caire (El-Kahera-el-Moëzzïa). Nous
perdrons de vue, maintenant, les faits particuliers à sa dynastie en
Egypte, pour ne suivre que le cours des événements accomplis en
Mag'reb[579].

[Note 579: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 10, 550, 551. El-Kaïrouani, p.
111, 124. El-Bekri, passim. Amari, _Musulmans de Sicile_, p. 287 et
suiv.]

Ainsi les derniers souverains de race arabe ont quitté la Berbérie, car
nous ne comptons plus les Edrisides dispersés et sans forces et dont la
dynastie est sur le point de disparaître de l'Afrique. Partout le peuple
berbère a repris son autonomie; il n'obéit plus à des étrangers; il va
fonder de puissants empires et avoir ses jours de grandeur.

APPENDICE

   CHRONOLOGIE DES FATEMIDES D'AFRIQUE

   Date de l'avènement
   Obéïd-Allah-el-Mehdi............. Janvier 910.
   Abou-l'-Kacem-el-Kaïm............ 3 mars 934.
   Ismaïl-el-Mansour................ 18 mai 946.
   Maad-el-Moëzz.................... Mars 953.
   Son départ pour l'Egypte......... Décembre 972.



CHAPITRE XII

L'IFRIKIYA SOUS LES ZIRIDES (SANHADJA).--LE MAG'REB SOUS LES OMEIADES
973-997


Modifications ethnographiques dans le Mag'reb central.--Succès des
Oméïades dans le Mag'reb; chute des Edrisides; mort
d'El-Hakem.--Expéditions des Mag'raoua contre Sidjilmassa et contre les
Berg'ouata.--Expédition de Bologguine dans le Mag'reb; ses
succès.--Bologguine, arrêté à Ceuta par les Oméïades, envahit le pays
des Berg'ouata.--Mort de Bologguine; son fils El-Mansour lui
succède.--Guerre d'Italie.--Les Oméïades d'Espagne étendent de nouveau
leur autorité sur le Mag'reb.--Révoltes des Ketama réprimées par
El-Mansour.--Les deux Mag'reb soumis à l'autorité oméïade; luttes entre
les Mag'raoua et les Beni-Ifrene.--Puissance de Ziri-ben-Atiya;
abaissement des Beni-Ifrene.--Mort du gouverneur El-Mansour; avènement
de son fils Badis.--Puissance des gouverneurs kelbites en
Sicile.--Rupture de Ziri-ben-Atiya avec les Oméïades d'Espagne.


MODIFICATIONS ETHNOGRAPHIQUES DANS LE MAG'REB CENTRAL.--Les résultats
des dernières campagnes de Djouher et de Bologguine en Mag'reb avaient
été très importants pour l'ethnographie de cette contrée. Les Mag'rabua
et Beni-Ifrene vaincus, dispersés, rejetés vers l'ouest, durent céder la
place, dans les plaines du Mag'reb central, à leurs cousins les
Ouemannou et Iloumi, qui, jusque-là, n'avaient guère fait parler d'eux.
Sur les Zenétes expulsés, un grand nombre, et, parmi eux, les
Beni-Berzal, allèrent se réfugier en Espagne et fournirent d'excellents
soldats au khalife oméïade. D'autres se placèrent sous les remparts de
Ceuta[580].

Les Sanhadja, au comble de la puissance, étendirent leurs limites et
leur influence jusque dans la province d'Oran.

Un autre mouvement s'était produit dans les régions sahariennes. La
grande tribu zenète des Beni-Ouacine s'avança dans le désert de la
province d'Oran et se massa entre le mont Rached[581], ainsi nommé d'une
de ses fractions, et le haut Moulouïa jusqu'à Sidjilmassa, prête à
pénétrer, à son tour, dans le Tell[582].

Les débris des Mag'raoua, ralliés autour de la famille d'Ibn-Khazer,
passèrent le Moulouïa et s'avancèrent du côté de Fès, en usurpant peu à
peu les conquêtes des Miknaça[583].

[Note 580: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. III, p. 236, 294.]

[Note 581: Actuellement Djebel-Amour.]

[Note 582: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. III, p. 327, t. IV, p. 2, 5,
25.]

[Note 583: _Loc. cit._, t. I, p. 265, t, III, p. 235.]

SUCCÈS DES OMÉÏADES EN MAG'REB; CHUTE DES EDRISIDES; MORT
D'EL-HAKEM.--El-Hakem voulut profité du départ d'El-Moëzz pour regagner
le terrain perdu en Mag'reb, et, tandis que le khalife fatemide
s'éloignait vers l'est, une armée oméïade, commandée par le vizir
Mohammed-ben-Tamlès, débarquait à Ceuta, avec la mission de châtier le
prince edriside pour sa défection. Cette fois, El-Hassan, décidé à
combattre, s'avança à la rencontre de ses ennemis et les défit
complètement en avant de Tanger. Les débris de ces troupes, Africains et
Maures d'Espagne, se réfugièrent à Ceuta et demandèrent du secours à
El-Hakem. Le khalife, plein du désir de tirer une éclatante vengeance de
cet affront, réunit une nouvelle et formidable armée, en confia le
commandement à son célèbre général R'aleb et l'envoya en Mag'reb. Il lui
recommanda, s'il ne pouvait vaincre, de savoir mourir en combattant, et
lui déclara qu'il ne voulait le revoir que victorieux. Des sommes
d'argent considérables furent mises à sa disposition. La campagne devait
commencer par la destruction du royaume edriside.

Cependant l'edriside El-Hassan, tenu au courant de ces préparatifs,
s'empressa de renfermer ce qu'il possédait de plus précieux dans sa
forteresse imprenable de Hadjar-en-Necer, puis il évacua Basra, sa
capitale, et se retrancha à Kçar-Masmouda, place forte située entre
Ceuta et Tanger. R'aleb ne tarda pas à venir l'attaquer et, durant
plusieurs jours, on escarmoucha sans grand avantage de part ni d'autre.
Le général oméïade parvint alors à corrompre, à force d'or, les
principaux adhérents d'El-Hassan, et celui-ci se vit tout à coup
abandonné par ses meilleurs officiers et contraint de se réfugier à
Hadjar-en-Necer.

R'aleb l'y suivit et entreprit le siège du _nid d'aigle_. La position
défiait toute attaque et ce n'était que par un blocus rigoureux qu'on
pouvait la réduire. Pour cela, du reste, des renforts étaient
nécessaires, et bientôt arriva dans le Rif une nouvelle armée oméïade,
commandée par Yahïa-ben-Mohammed-et-Todjibi, général qui était investi
précédemment du commandement de la frontière supérieure en Espagne. Avec
de telles forces, le siège fut mené vigoureusement et il ne resta à
El-Hassan d'autre parti que de se rendre à la condition d'avoir la vie
sauve (octobre 973). Ainsi disparut ce qui restait du royaume edriside.

Après la chute de Hadjar-en-Necer, R'aleb rechercha partout les derniers
descendants et partisans de la dynastie d'Edris, dans le Rif et le pays
des R'omara. De là, il pénétra dans l'intérieur du Mag'reb. Arrivé à
Fès, il y rétablit l'autorité oméïade et laissa deux gouverneurs: l'un
dans le quartier des Kaïrouanides et l'autre dans celui des Andalous.
R'aleb parcourut ainsi le Mag'reb septentrional et laissa partout des
représentants de l'autorité oméïade.

Après avoir rempli si bien son mandat, R'aleb nomma gouverneur général
du Mag'reb Yahïa-et-Todjibi, et rentra en Espagne, traînant à sa suite
les membres de la famille edriside, des prisonniers de distinction et
une foule de Berbères qui avaient suivi ses drapeaux. Le khalife
El-Hakem, suivi de tous les notables de Cordoue, vint au devant du
général victorieux, le combla d'honneurs, et reçut avec distinction
El-Hassan-ben-Kennoun et ses parents. Il fit des cadeaux à ces princes
et leur assigna des pensions (septembre 974).

Peu de jours après, El-Hakem, atteint d'une grave maladie, remettait la
direction des affaires de l'état à son vizir, Moushafi. Presque
aussitôt, ce ministre se débarrassa des Edrisides, dont l'entretien
était ruineux pour le trésor, en les expédiant vers l'Orient. On les
débarqua à Alexandrie, où ils furent bien accueillis par le souverain
fatemide. La maladie d'El-Hakem avait eu, en outre, pour conséquence, de
redonner de l'espoir aux chrétiens du nord, et, comme la frontière avait
été dégarnie de troupes, ils l'attaquèrent en différents endroits. Dans
cette conjecture, le vizir n'hésita pas à rappeler d'Afrique le brave
Yahïa-et-Todjibi pour l'envoyer reprendre son commandement dans le nord.
Djafer-ben-Hamdoun, chargé de le remplacer en Mag'reb, emmena avec lui
pour l'assister son frère Yahïa.

El-Hakem, sentant sa fin prochaine, réunit, le 5 février 976, tous les
grands du royaume et leur fit signer un acte par lequel son jeune fils
Hicham était reconnu pour son successeur. Le premier octobre suivant, le
khalife mourait et l'empire passait aux mains d'un mineur: c'était la
porte ouverte à toutes les compétitions et, par voie de conséquence, le
salut du Mag'reb[584].

Vers la même époque (975), Guillaume de Provence mettait fin à la petite
république musulmane du Fraxinet. Depuis cinquante ans ces brigands
répandaient la terreur en Provence, dans le Dauphiné, en Suisse, dans le
nord de l'Italie et sur mer[585].

[Note 584: Dozy, _Musulmans d'Espagne_, t. III, p. 124 et suiv.
Ibn-Khaldoun, t. II, p. 151, 556, 559, 570. Kartas, p. 125 et suiv., 140
et suiv. El-Bekri, passim. El-Marrakchi (éd. Dozy), p. 29 et suiv.]

[Note 585: Voir Raynaud, _Expéditions des Sarrasins dans le midi de
la France_, pass. et Élie de la Primaudaie, _Arabes et Normands_,
passim.]

EXPÉDITIONS DES MAG'RAOUA CONTRE SIDJILMASSA ET CONTRE LES
BERG'OUATA.--Arrivé en Mag'reb, à la fin de l'année 975,
Djâfer-ben-Hamdoun s'appliqua à apaiser les discussions qui avaient
éclaté entre les Mag'raoua, Beni-Ifrene et Miknaça, et qui étaient la
conséquence de la récente immigration des tribus zenètes. Pour les
occuper, il permit aux Mag'raoua de tenter une expédition contre
Sidjilmassa, où régnait toujours le Midraride Abou-Mohammed-el-Moatezz.

L'année suivante, un grand nombre de Mag'raoua et de Beni-Ifrene, sous
la conduite d'un prince de la famille de Khazer, nommé
Khazroun-ben-Felfoul, se portèrent sur Sidjilmassa, et, après avoir
défait les troupes d'El-Moatezz, qui s'était avancé en personne contre
ses ennemis, s'emparèrent de l'oasis: El-Moatezz ayant été mis à mort,
sa tête fut envoyée à Cordoue. Khazroun, qui s'était emparé de tous ses
trésors, fut nommé chef du pays pour le compte du khalife d'Espagne,
dont la suprématie fut proclamée dans ces contrées éloignées. Ainsi à
Sidjilmassa, comme sur le cours du bas-Moulouïa, les Miknaça durent
céder la place aux Zenètes-Mag'raoua, qui s'installèrent définitivement
dans le Mag'reb extrême.

Quelque temps après, une querelle s'éleva entre Djâfer-ben-Hamdoun et
son frère Yahïa. Ce dernier vint alors, avec un certain nombre de
Zenètes, se retrancher dans la ville de Basra, non loin de Ceuta, où
résidait un commandant oméïade. Djâfer voulait marcher contre lui; mais,
voyant ses troupes peu disposées à entreprendre une campagne dans le Rif
et, en partie, sur le point de l'abandonner, il les entraîna vers
l'ouest, contre les Berg'ouata. Cette grande tribu masmoudienne,
cantonnée au pied des versants occidentaux de l'Atlas et sur les bords
de l'Océan, était devenue le centre d'un schisme religieux, qui y avait
pris naissance environ un siècle et demi auparavant, à la voix d'un
réformateur nommé El-Yas. Après la mort de ce _marabout_, son fils
Younos avait réuni tous ses adhérents et contraint par la force ses
compatriotes à accepter la nouvelle doctrine[586]. De grandes guerres
avaient désolé alors le sud du Mag'reb; deux cent quatre-vingt-sept
villes avaient été ruinées. La puissance des Berg'ouata était devenue
redoutable, et, plusieurs fois, les Edrisides et les descendants de
Ben-Abou-l'Afia avaient tenté, mais en vain, de réduire ces
hérétiques[587].

[Note 586: Voir ci-devant, p. 238, 255.]

[Note 587: Ibn-Khaldoun, t. II, p. 125 et suiv. El-Bekri,
_Berghouata_. Ibn-Haukal, passim.]

Ce fut du nom de _guerre sainte_ que Djâfer colora son expédition contre
les Berg'ouata. Il s'avança jusqu'au cœur de leur pays, mais alors, ces
indigènes, s'étant rassemblés en grand nombre, écrasèrent son armée
composée de Mag'raoua et autres Zenètes; les débris de ces troupes se
réfugièrent à Basra, et Djâfer rentra en Espagne. Le Vizir, qui
craignait l'influence de ce général en Mag'reb, confirma, pour
l'affaiblir, son frère Yahïa dans le commandement de la ville de Basra
et du Rif, et n'inquiéta pas celui-ci, au sujet de sa défection qui
avait été si préjudiciable à Djâfer[588].

[Note 588: Ibn-Khaldoun, t. I, p. 265, t. II, p. 156, 556, 557, t.
III, p. 218, 235 et suiv. Kartas, p. 140. El-Bekri, passim.]

EXPÉDITION DE BOLOGGUINE DANS LE MAG'REB; SES SUCCÈS.--Bologguine, en
Ifrikiya, suivait avec attention les événements dont le Mag'reb était le
théâtre et attendait le moment favorable pour intervenir; mais il devait
au préalable assurer sa position à Kaïrouan, et l'on ne saurait trop
admirer la prudence et l'esprit politique dont le chef berbère fit
preuve en cette circonstance. Son protecteur, le khalife El-Moëzz, était
mort peu de temps après son arrivée au Caire (975) et avait été remplacé
par son fils El-Aziz-Nizar. Bologguine obtint de lui, en 977, la
suppression du gouvernement isolé de la Tripolitaine, tel qu'il avait
été établi par El-Moëzz, lors de son départ. Ainsi, le prince berbère
étendit son autorité jusqu'à l'Egypte et, tranquille du côté de l'est,
il put se préparer à intervenir activement en Mag'reb.

En 979, Bologguine, à la tête d'une armée considérable, partit pour les
régions de l'Occident. Il traversa sans difficulté le Mag'reb central,
et, ayant franchi la Moulouïa, trouva déserts les pays occupés alors par
les tribus zenètes, celles-ci s'étant réfugiées, à son approche, soit
dans le sud, soit sous les murs de Ceuta. Il s'avança ainsi, sans coup
férir jusqu'à Fès, entra en maître dans cette ville et, de là, se porta
vers le sud. Ayant remonté le cours de la Moulouïa, il parvint, en
chassant devant lui les Mag'raoua, jusqu'à Sidjilmassa. Cette oasis lui
ouvrit ses portes. El-Kheïr-ben-Khazer, ayant été pris, fut mis à mort.
Les familles de Yâla l'ifremide, d'Atiya-ben-Khazer et des Beni-Khazroun
trouvèrent un refuge à Ceuta. Bologguine, laissant des officiers dans
les provinces qu'il venait de conquérir, reprit la route du nord, pour y
relancer les Zenètes, ses ennemis et les soutiens de la cause oméïade.
La province de Hebet étant tombée en son pouvoir, il se disposa à
marcher sur Ceuta.

BOLOGGUINE, ARRÊTÉ À CEUTA PAR LES OMÉÏADES, ENVAHIT LE PAYS DES
BERG'OUATA.--Mais, pendant que ces succès couronnaient les armes du
lieutenant des Fatemides, les Oméïades d'Espagne ne restaient pas
inactifs. Le vizir El-Mansour-ben-Abou-Amer, qui avait supplanté,
quelque temps auparavant El-Meshafi, dirigeait habilement les affaires
du royaume et tenait dans une tutelle absolue le souverain Hicham II.
Décidé à disputer à Bologguine la domination du Mag'reb, El-Mansour ne
vit, autour de lui, aucun chef plus digne de lui être opposé que
Djâfer-ben-Hamdoun, son mortel ennemi. L'ayant placé à la tête d'une
armée considérable, il mit, dit-on, à sa disposition cent charges d'or
et l'envoya en Afrique. Aussitôt après son débarquement, ce général
rallia autour de lui les principaux chefs zenètes avec leurs
contingents, et les fit camper aux environs de Ceuta. Bientôt, d'autres
renforts, arrivés d'Espagne, portèrent l'effectif de l'armée oméïade à
un chiffre considérable.

Pendant ce temps, Bologguine continuait sa marche sur Ceuta. Il s'était
jeté dans les montagnes de Tétouan et y avait rencontré les plus grandes
difficultés pour la marche de ses troupes. Enfin, à force de courage et
de persévérance, la dernière montagne fut gravie et le gouverneur
sanhadjien put voir à ses pieds la ville de Ceuta. Cet aspect, loin de
le récompenser de ses peines par l'espoir d'un facile succès, le jeta
dans le découragement. Un immense rassemblement était concentré sous la
ville, et des convois arrivaient de toutes les directions pour
ravitailler ces camps.

Attaquer à ce moment eût été insensé. Bologguine y renonça sur-le-champ;
ramenant son armée sur ses pas, il alla détruire la ville de Basra et,
de là, envahit le pays des Berg'ouata, qu'il avait déjà rencontrés dans
sa précédente campagne. Ces schismatiques s'avancèrent bravement à sa
rencontre, sous la conduite de leur roi Abou-Mansour-Aïça. Mais les
Sanhadja se lancèrent contre eux avec tant d'impétuosité qu'ils les
mirent en pleine déroute après avoir tué leur chef[589].

[Note 589: Ibn-Khaldoun, _Berbères_, t. II, p. 12, 131, 557, t.
III, p. 218, 236, 237. El-Bekri, _Berghouata_. Dozy, _Musulmans
d'Espagne_, t. III, p. 183.]

MORT DE BOLOGGUINE. SON FILS EL-MANSOUR LUI SUCCÈDE.--L'éloignement de
Bologguine avait renversé tous les plans de Djâfer. Bientôt les
Berbères, entassés à Ceuta, manquèrent de vivres et, avec la disette, la
mésintelligence entra dans le camp. Le vizir El-Mansour, qui avait
besoin, en Espagne, de troupes déterminées afin d'écraser les factions
adverses, en profita pour attirer dans la péninsule un grand nombre
d'Africains.

Pendant ce temps, Bologguine continuait ses expéditions dans le pays des
Berg'ouata. Ces farouches sectaires qui, depuis des siècles, vivaient
indépendants, avaient dû se soumettre et leurs principaux chefs, chargés
de fers, avaient été expédiés en Ifrikiya. Dans le cours de Tannée 983,
Bologguine se décida à rentrer à Kaïrouan, mais comme Ouanoudine, de la
famille mag'raouienne des Beni-Khazroun, avait réussi à s'emparer de
l'autorité à Sidjilmassa, il résolut de pousser d'abord une pointe dans
le sud. A son approche, Ouanoudine prit la fuite. Peut-être Bologguine
n'alla-t-il pas jusqu'à Sidjilmassa; sautant sans doute les atteintes du
mal qui allait l'emporter, il ordonna le retour vers le nord, par la
route de Tlemcen. Mais, parvenu au lieu dit Ouarekcen, au sud de cette
ville, Bologguine, fils de Ziri, cessa de vivr