Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les grandes chroniques de France (2/6) - selon que elles sont conservées en l'Eglise de Saint-Denis
Author: Paris, Paulin, 1800-1881
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les grandes chroniques de France (2/6) - selon que elles sont conservées en l'Eglise de Saint-Denis" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)and the Online Distributed


HISTOIRE
DE
FRANCE.


PARIS. IMPRIMERIE DE BÉTHUNE ET PLON,
RUE DE VAUGIRARD, 36.


LES
GRANDES  CHRONIQUES
DE FRANCE,
SELON QUE ELLES SONT CONSERVÉES
EN L'ÉGLISE DE SAINT-DENIS
EN  FRANCE.


PUBLIÉES PAR M. Paulin Pâris
De l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres.


TOME SECOND.


PARIS.
TECHENER, LIBRAIRE,
12, PLACE DU LOUVRE.

1837.


DEUXIÈME DISSERTATION

SUR LES CHRONIQUES DE SAINT-DENIS ET SUR LES SOURCES DE L'HISTOIRE DE
FRANCE, DEPUIS LA MORT DE DAGOBERT JUSQU'A CELLE DE LOUIS LE DÉBONNAIRE.

       *       *       *       *       *

L'auteur des _Gesta Dagoberti_ est le dernier historien des rois
Mérovingiens. Ce n'est pas qu'il ait écrit long-temps avant le second
continuateur de Frédégaire ou l'auteur des _Gesta Regum Francorum_; mais,
seul de tous les annalistes qui nous ont parlé des successeurs de Dagobert,
il ne semble pas dévoué aux intérêts de la nouvelle famille dont
l'ascendant tendoit à faire disparoître l'astre de Clovis; c'est même à lui
seul que nous devons la révélation des sentiments pieux et charitables de
Clovis II. L'abbé de Vertot, qui l'a fort maltraité dans une dissertation
systématique[1], lui reproche d'avoir le premier répandu la fable de la
démence de Clovis II: je pencherois plutôt à croire qu'il a seulement tenté
de donner une explication morale au scandale d'une démence bien réelle, en
l'attribuant aux effets de la dévotion indiscrète du roi pour les reliques
de saint Denis. Jusqu'au XIIIème siècle, époque de rénovation religieuse,
la tendance des moines étoit de présenter pour des événements bien connus
des causes surnaturelles étroitement liées aux intérêts monastiques. Telle
fut la source de la chronique de Turpin; de la relation du voyage de
Charlemagne à Jérusalem; du récit de la damnation de Charles Martel, et
enfin de la plus grande partie des _Gesta Dagoberti_.

      Note 1: _Mémoires de l'Académie des Inscriptions_. Tome IV, in-4°.

A compter de cet anonyme, si curieux de la gloire de l'abbaye de
Saint-Denis et dont le récit offre un mélange de traditions vulgaires, de
légendes pieuses et de souvenirs véridiques, l'histoire de France tombe
entre les mains des ennemis de la race mérovingienne. Les successeurs de
Clovis II disparoissent de la scène active du monde, et l'on ne dit pas
même comment Clovis II mourut. On lui prodigue les outrages, on lui donne
l'épithète d'insensé qu'il peut avoir méritée dans les dernières années de
sa courte existence, mais dont chacun de ses successeurs légitimes ne
devoit pas être responsable. C'est à qui fera le plus de reproches à ces
derniers, dont les droits légitimes étoient, après tout, le véritable
crime. Ils avoient les mains liées, on les blâme de leur fainéantise; ils
étoient gardés à vue dans de lointaines maisons de campagne, on les accuse
de vivre au sein de la mollesse. «A quoi bon,» disoit-on autour des maires
du palais, «des rois qui ne règnent pas, des enfants qui prétendent
gouverner des hommes?» Puis, si le Mérovingien prenoit des années ou
faisoit mine de vouloir détacher ses mains enchaînées, on lui donnoit
secrètement un breuvage, ou bien on le laissoit assassiner en public:
heureux quand on se contentoit de lui ravir sa glorieuse chevelure et de le
confiner dans un monastère.

Peut-être, moins opprimés, ces princes se seroient-ils montrés dignes de
leurs ancêtres. Mais il eût d'abord fallu les imiter en forfaits, et
malheureusement pour eux, Nantilde, veuve de Dagobert Ier, ne fut pas une
Frédégonde: elle ne voulut pas défendre avec des ruisseaux de sang les
avenues du trône auquel étoit appelé son fils; elle ne sut pas tenter de
nouvelles guerres et promener à la tête des armées le roi Clovis, âgé de
cinq ans. Si les Mérovingiens succombèrent, c'est uniquement parce que les
François étoient toujours les fils des compagnons du grand Clovis, et parce
qu'il leur falloit toujours un chef qui reçût leurs serments en échange de
butin et de dépouilles. On a beaucoup parlé de l'amour superstitieux de nos
premiers ancêtres pour leurs princes héréditaires; je n'ai pu reconnoître
aucune trace d'un pareil sentiment dans nos vieilles annales. Quand
Childeric Ier oublie la guerre pour les femmes, ses leudes l'abandonnent et
vont mettre leurs services aux pieds d'un Romain plus belliqueux. Le fort
roi Clovis attire dans les rangs de ses guerriers vainqueurs les hommes
d'armes de tous ses parents, rois chevelus, héréditaires et légitimes aux
mêmes titres que lui. Plus tard, n'avons-nous pas vu les Francs courir au
devant de Sigebert, de Chilperic et de Clotaire; dès qu'il s'agissoit de
dépouiller un enfant et de partager la proie d'un vaincu? Partout où l'on
se bat, les Francs y courent de préférence; et s'ils restent long-temps
dévoués aux fils de Clovis, c'est que tous étoient des lions ou plutôt des
tigres singulièrement dignes de ceux qui les maintenoient sur le pavois.
Childebert, Clotaire Ier, Chilperic, Clotaire II, Dagobert Ier, voilà des
noms assez terribles, assez redoutables: et comment ces bêtes féroces
n'auroient-elles pas trouvé dans les François de ces temps-là une admirable
sympathie, une fidélité à toute épreuve? Mais, dès que le prince guerrier
vint à manquer, il dut se présenter quelque audacieux sujet pour prendre sa
place. Et quand le trône eut été plusieurs fois de suite occupé par des
enfants, il dut se former une nouvelle famille de guerriers, opposant son
hérédité à celle de la première race royale. Voilà comment les Carliens ou
Carlovingiens furent aisément substitués aux descendants du fort roi
Clovis.

Nos annales, si incomplètes pour les huit derniers règnes de la première
race, sont toutes écrites dans cet esprit public peu soucieux de la famille
héréditaire. Les guerriers n'avoient rien à espérer des foibles rois
légitimes, les établissements religieux fort peu de chose: au contraire,
les maires du palais se faisoient craindre de tous et restoient les
principaux distributeurs de bénéfices et de fondations pieuses: combien de
raisons pour justifier une révolution en leur faveur! Dira-t-on que ces
considérations, puissantes sur la majorité, n'auroient pas dû cependant
étouffer complètement dans tous les cœurs les sentiments de justice? J'en
conviendrai, s'il est démontré que ces sentiments eussent alors besoin
d'être étouffés: mais loin de là; on n'en avoit pas la conscience, et pour
s'en convaincre il suffit de se reporter à la demande que Pepin osa bien
adresser au Pape, arbitre de toute justice, et surtout à la réponse que le
Pape s'empressa de lui faire.

Après la _Chronique de Fredegaire_, dont les textes les plus authentiques
s'arrêtent à la quatrième année du jeune Clovis, le monument le plus ancien
a pour titre: _Gesta Regum Francorum_, dont j'ai déjà dit quelque chose
dans la première dissertation. C'est lui que notre traducteur de
Saint-Denis a le bon esprit de suivre dès que le secours des _Gesta
Dagoberti_ vient à lui manquer. Nos compilateurs d'histoire ont tous
exprimé pour les _Gesta Regum_ le plus profond mépris: ils en ont surnommé
l'auteur l'_anonyme fabuleux_, sans faire attention que toutes les fables
qu'il débite sur les temps les plus éloignés, il les tenoit de Fredegaire,
et que pour l'époque la plus rapprochée, la seule dont il soit réellement
responsable et la seule que nos Chroniques de Saint-Denis aient transcrite,
il n'a d'autre tort que d'avoir assez mal distingué la date des événements.
Les _Gesta Regum_ sont, à mon avis, un monument très-précieux. Quand ils ne
feroient que jeter un nouveau jour sur la manière dont on jugeoit, au temps
de Thierry de Chelles, les prétentions des deux maisons rivales, ce seroit
déjà tout autant qu'il en faut pour obtenir une réputation plus honorable
que ne la lui ont faite l'abbé Dubos dans son histoire de l'_Etablissement
de la monarchie françoise_, Dom Rivet dans le tome IV de l'_Histoire
littéraire_, Dom Bouquet dans l'une des préfaces des _Historiens de
France_, et le P. Lelong dans sa _Bibliothèque de la France_.

Les _Gesta Regum Francorum_ finissent avec le règne de Chilperic II, mort
en 720. Pour compléter son récit, le traducteur de Saint-Denis a mis à
contribution la chronique de Sigebert de Gemblours, et la vie de
Sigebert III, roi d'Austrasie, composée par le même abbé de Gemblours.
Sigebert mourut dans les premières années du XIIe siècle: sa chronique est
une compilation succincte d'autres annalistes, et le moine de Saint-Denis
l'a suivie comme nous le ferions aujourd'hui, c'est-à-dire à défaut de
témoignages plus anciens et de garants plus incontestables. L'abbé de
Gemblours sert à dissimuler plusieurs lacunes des récits contemporains. Et
parmi ces derniers il faut compter les continuations de _Fredegaire_ qui,
du règne de Thierry IV au couronnement de Pepin, nous offrent les lueurs
historiques les moins incertaines. Un mot de ces continuations.

La première n'est qu'un extrait informe des _Gesta Regum_; l'on ne sait
pourquoi les collecteurs historiques se sont tous obstinés à l'éditer comme
un monument original: il s'arrête à l'année 680.--La seconde a plus
d'importance: elle fut écrite en 736; elle embrasse les années 680 à 735.
Les _Chroniques de Saint-Denis_ l'ont exactement suivie pour les quinze
dernières années. Le troisième ou plutôt le second continuateur, puisque le
premier ne devroit pas être compté, semble avoir travaillé par les ordres
du comte Childebrand, frère de Charles Martel; et cette circonstance nous
donne le secret de son admiration exclusive pour la nouvelle famille. Il
nous raconte l'histoire des années 736 à 741; sa narration est du plus haut
intérêt, mais on ne peut trop regretter qu'elle soit aussi rapide pour une
des époques les plus obscures et les plus curieuses de nos annales. C'est à
ce troisième anonyme que se sont arrêtés les chroniqueurs de Saint-Denis:
ils n'ont rien emprunté à la quatrième continuation de Fredegaire, écrite
sans doute par le rédacteur de la troisième, mais sous les auspices du fils
de Childebrand, le comte Nibelung. Sitôt qu'ils l'ont pu, nos traducteurs
ont abordé le texte d'Éginhnrd; l'historien le plus important depuis
Grégoire de Tours, et le seul de notre volume dont le nom soit _à peu près_
connu.

Je dis _à peu près_, car il s'en faut bien que les anciens manuscrits et
les anciens auteurs s'accordent, comme nous, à l'appeler _Éginhard_. C'est
chez eux tour à tour Heinard, Ejard, Hémar, Adhelm ou Adhemar; pour notre
traducteur de Saint-Denis, c'est _Eginaus_, et pour le ménestrel du comte
de Poitiers, dans les mots que j'ai cités: _Guetin qui dit que il norri
Charlemagne_[2]. Eginhard mourut sous le règne de Louis-le-Débonnaire: il
devoit à Charlemagne son éducation et sa fortune; il consacra les loisirs
de sa vieillesse à rappeler les événements qui avoient marqué les deux
règnes de Pepin et de son bienfaiteur, et même il poursuivit son récit
jusqu'aux premières années de la vie de Louis-le-Débonnaire. Éginhard
écrivoit ses souvenirs en Germanie, dans le monastère de Lauresham qu'il
avoit fondé. Il ne faut donc pas s'étonner si, nous décrivant avec le plus
grand soin les expéditions des trois premiers rois Carlovingiens sur les
Saxons, les Danois et les nations Slaves, il ne fait que rapidement
indiquer les événements dont le midi de l'Europe étoit en même temps le
théâtre. La trace de ces derniers avoit dû naturellement être moins
profonde dans ses souvenirs. Aussi plusieurs écrivains assez rapprochés de
ces temps-là le considèrent-ils seulement comme l'historien des guerres
d'Allemagne.

      Note 2: Voy. la Ière _dissertation_. Il devoit dire: _que il fut
      norri par_. C'est un contre-sens qu'ont évité les _Chroniques de
      Saint-Denis_.

Eginhard composa deux grands ouvrages, et tous deux ressortent
admirablement dans la foule de ces annalistes contemporains, assez
judicieux du moins pour n'avoir pas transmis leurs noms à la postérité. On
ne doute plus que les _Annales regum Francorum Pippini et Caroli magni_ ne
soient de lui, et l'on n'a jamais sérieusement attribué à quelque autre la
_Vita et Conversatio gloriosissimi imperatoris Karoli regis magni_. Dans ce
dernier livre, bien supérieur au premier, Éginhard revient avec intention
sur les qualités, les vertus et les mœurs du grand homme qu'il se plaisoit
à nommer son bienfaiteur. On ne peut comparer cette _Vie de Charlemagne_
qu'aux Mémoires du sire de Joinville sur saintLouis. Ils ont le même
caractère de véracité; et s'il est vrai pourtant qu'Éginhard soit bien
moins attachant, moins pittoresque, moins original que le bon sénéchal de
Champagne, il faut en accuser l'éducation cléricale d'Éginhard, homme
d'église et grammairien avant tout. Joinville, au contraire, étoit
simplement un preux chevalier; si par malheur il avoit su le latin, son
récit ne conserveroit pas le charme qui le recommande à jamais, et
l'historien de saint Louis seroit très-inférieur à celui de Charlemagne.

C'est beaucoup pour Éginhard d'avoir dépassé de si loin tous les historiens
François qui l'avoient précédé. Comparez-le à Grégoire de Tours, et même à
Orderic Vital ou Mathieu Paris, vous serez frappé des avantages que lui
donnent un jugement exquis, une exactitude à toute épreuve, et même une
philosophie qui ne manque pas d'élévation. Jamais chez lui vous ne
rencontrerez de ces invectives qui, chez l'évêque de Tours et le moine
anglais, poursuivent la moitié des personnages historiques; rarement il
s'arrête à l'effet des miracles, ou bien à l'éloge des donations pieuses et
des pratiques superstitieuses. Les siècles, dira-t-on, n'étoient pas les
mêmes: sans doute Éginhard vivoit loin des abominables règnes de Clotaire
et de Chilperic; mais il étoit également éloigné de l'admirable époque de
Philippe-Auguste et de saint Louis.

Notre chroniqueur de Saint-Denis a pris toute la substance d'Éginhard; il a
fondu avec assez d'art la _Vita et Conversatio Karoli magni_ dans le cours
de la traduction des _Annales Regum Francorum_, en se contentant
d'emprunter quelques additions au moine de Saint-Gal et à d'autres
annalistes d'une autorité moins grave. Mais il ne s'en est pas tenu là:
quand le monument des _Grandes Chroniques de Saint-Denis_ fut érigé, tout
ce qui étoit écrit dans un latin de quelque antiquité avoit, par cela seul,
droit à la crédulité de tout le monde. Or, les souvenirs du règne de
Charlemagne étoient consignés dans trois genres de documents historiques:
les _Chroniques contemporaines_, les _Chansons de geste_ et les _Légendes_;
ce n'étoit plus le temps de l'invention des fraudes pieuses, mais on les
adoptoit d'autant plus aisément qu'on ne comprenoit pas qu'elles eussent
été jamais possibles. Les moines de Saint-Denis, trouvant donc d'anciens
manuscrits des Annales d'Éginhard, du Voyage de Charlemagne à Jérusalem et
de l'Expédition d'Espagne, ne pouvoient s'élever assez au-dessus des
croyances contemporaines pour admettre les chroniqueurs mondains, et
rejeter précisément les traditions que leur caractère religieux rendoit le
plus respectables.

Ce fut beaucoup pour eux de négliger le secours des _Chansons de geste_;
toutefois, il ne faut pas douter qu'ils n'en eussent également pris la
substance s'ils en avoient pu trouver quelque vieille leçon latine.
Philippe Mouskes, évêque de Tournay, qui compila dans le même temps que les
moines de Saint-Denis une chronique de France en vers, n'eut pas la même
retenue; il fondit dans son récit les traditions populaires, les inventions
monastiques et les souvenirs contemporains. On pourroit appeler avec raison
son histoire du héros de la France la _trilogie de Charlemagne_, et j'avoue
que ce travail de Philippe Mouskes me sembleroit avoir aujourd'hui moins
d'intérêt s'il étoit dépouillé de toutes ces additions romanesques que nos
érudits lui reprochent néanmoins avec amertume. N'est-ce donc rien de nous
initier dans le secret de la grande et complète renommée de Charlemagne
telle qu'elle parcouroit le monde au temps de Philippe-Auguste et de saint
Louis? Et si les fables, qui sont l'auréole du VIIIème siècle, ont eu sur
les imaginations et sur les mœurs du moyen âge plus d'influence que les
récits les plus véridiques, devons-nous refuser de les étudier, et leur
interdire une certaine place dans l'histoire de l'esprit humain?

Mais, je le répète, le compilateur de Saint-Denis a négligé toutes les
Chansons de geste. Bien qu'il eût dans les meilleures une confiance
entière, comme il n'en trouvoit pas la mention originale dans les livres
latins des abbayes, il ne pouvoit en grossir un recueil qui, pour les temps
reculés, n'étoit qu'une œuvre de traduction. Voulez-vous cependant une
preuve incontestable de son respect pour les chansons populaires et de son
regret de n'en pas avoir à traduire? Voyez comme il s'excuse de garder le
silence sur les prétendus exploits de l'enfance de Charlemagne: _Ceus ne
sont pas en memoire que il fist au temps de s'enfance, en Espagne, entour
Gallafre, le roi de Tollete_. Il est évident que par les mots _en memoire_,
il faut entendre ici: _en écrit grammatical_, autrement la phrase n'auroit
pas de sens. Et cette enfance de Charlemagne, cet exil du fils de Pepin
auprès du roi Galafre de Tolède, tout cela formoit la matière d'une chanson
de geste dont un trouvère du XIIIème siècle, _Gerars d'Amiens_, nous a
conservé la substance dans un énorme poème[3].

      Note 3: _Manuscrit du roi_, n° 7188.

J'ai hasardé beaucoup de notes et d'explications sur le texte des légendes
de Constantinople et d'Espagne. Plus on étudiera l'histoire de France, et
plus on attachera d'importance à toutes ces vieilles traditions, essor de
l'esprit chevaleresque et source primitive de notre moderne littérature. Ou
je me trompe fort, ou les Chansons de geste ne peuvent long-temps tarder à
inspirer une véritable curiosité: je me suis donc efforcé de rendre mes
lecteurs juges éclairés des nombreux rapports de noms qui semblent exister
entre les héros de l'histoire et ceux des romans populaires. Mais je me
suis abstenu religieusement de toutes conjectures, de toutes opinions
systématiques; c'est à d'autres qu'il conviendra de le faire, ou du moins
c'est dans un autre ouvrage qu'elles seront à leur place.

Je reviens au traducteur de Saint-Denis: il a divisé sa vie de
Charlemagne en six livres. Dans le premier, il conduit l'histoire
véridique du fils de Pepin jusqu'à son couronnement impérial en 800.
C'est Éginhard qu'il prend pour garant, et qu'il suit encore
rigoureusement dans le second livre et dans les deux premiers chapitres
du troisième, consacrés aux dernières années du héros. Dans l'indication
des sources latines je n'ai pas cru devoir suivre la division de Dom
Bouquet, qui détache du livre d'Éginhard les premières années du IXème
siècle. «_Quoe sequuntur_, dit-il, _desumpta sunt ex Annalibus
Loiselianis_.» Il est évident que c'est la compilation anonyme à
laquelle on a donné le nom d'Annales Loiseliennes qui aura dû plutôt
copier Éginhard, écrivain contemporain et témoin pour ainsi dire
oculaire. Au reste, les distractions de ce genre sont, comme on sait,
très-rares dans l'admirable travail de l'illustre bénédictin.

Après quelques emprunts faits au moine de Saint-Gal, les Chroniques de
Saint-Denis remplissent leur troisième livre de la Vie de Charlemagne, avec
une célébre légende dont les leçons latines étoient fort répandues au
XIIème siècle. J'ai comparé la traduction du _Voyage de Charlemagne à
Jérusalem_ avec le manuscrit latin que notre bibliothèque royale en possède
encore aujourd'hui. On verra que j'ai mis également le plus grand soin à
consulter les meilleures leçons de la chronique de Turpin, qui comprend les
trois derniers livres. Cet examen m'a permis de distinguer dans cette
détestable légende plusieurs interpolations importantes, et d'en mieux
constater l'origine espagnole.

Pour lever sur ce point-là tous les genres de doute, il suffit de mettre en
parallèle l'exactitude avec laquelle l'auteur y parle de la Péninsule, en
décrit les localités, en rappelle les traditions, en recommande les
églises, avec l'ignorance profonde qu'il montre dans tout ce qu'il nous dit
du pays de France. Il se méprend sur la position de nos plus grandes
villes, il confond toutes nos traditions historiques, il entasse dans
l'armée de Charlemagne tous les héros populaires de trois ou quatre
époques. Un François du XIIème siècle n'auroit jamais réuni Garin le
Lohérain, Ogier le Danois et Renaud de Montauban. Un François eût mieux
connu la position d'Agen et de Saintes que l'histoire de l'idole de Cadix,
seulement consignée dans les légendes arabes. Enfin, un François n'auroit
pas dit que les trois principales églises du monde étoient Saint-Pierre de
Rome, Saint-Jean d'Ephèse et Saint-Jacques de Compostelle.

La chronique de Louis-le-Débonnaire termine notre volume. Elle est
exactement traduite de la relation d'un savant et judicieux anonyme dont le
mérite historique peut balancer la gloire d'Éginhard. On l'appelle
ordinairement l'_Astronome limousin_, ou plus justement l'_Astronome_, tout
court, car cet habile écrivain doit avoir été plutôt François d'origine ou
bien Allemand, que Limousin ou Provençal. Je suppose qu'il aura fait partie
de cette colonie transportée par Charlemagne et par Louis-le-Débonnaire en
Aquitaine, afin de tenir en respect, par la force de l'exemple et des
châtiments, l'esprit turbulent de populations mal soumises au joug de la
domination françoise. Notre auteur connoît très bien le Languedoc, la
Provence et le Limousin; mais il ne manque pas une occasion de flétrir le
caractère et les mœurs des habitants de ces provinces; il leur prodigue les
expressions de mépris et de haine, et ce n'est pas à de pareils signes
qu'on doit reconnoître un enfant du pays. Dante, exilé de l'ingrate
Florence, n'exalte pas au-dessus de Florence les villes qui lui offrent un
asile, et s'il maudit les auteurs de ses maux, c'est parce qu'il les
confond avec les ennemis de sa patrie. Tel n'est pas l'_astronome_ prétendu
_Limousin_.

Il étoit certainement contemporain de Louis-le-Débonnaire. Un passage de
son texte me semble d'une haute importance littéraire, bien que personne
n'y ait encore fait attention en France. Après avoir rappelé avec plus de
détails que ne l'a fait Eginhard l'expédition d'Espagne terminée par la
défaite de Roncevaux, il ajoute: «Dum enim quæ agi potuerunt in Hispania
peracta essent, et prospero itinere reditum esset, infortunio obviante,
extremi quidam in eodem monte regii cæsi sunt agminis. Quorum quia vulgata
sunt nomina, dicere supersedi.»

Je le demande à tous les lecteurs: que signifie ce _quia vulgata sunt
nomina_, sinon que dès le temps de Louis-le-Débonnaire, la renommée des
vassaux tués dans les gorges des Pyrénées étoit généralement répandue et
faisoit déjà le sujet de nombreux poëmes populaires? Il n'est donc plus
permis de douter que dès les temps les plus voisins de l'événement dont
Charlemagne garda toute sa vie le triste souvenir, les _Chansons de
Roland_, d'_Olivier_ et de leurs compagnons n'aient retenti dans les
camps et dans les grandes réunions nationales.                     P. P.

10 juin 1837.



LA SUITE DU CINQUIESME
LIVRE DES GRANDES
CHRONIQUES.

       *       *       *       *       *


XX.

ANNEE: 636.

_Comment le roy Sigebert et le roy Loys[4] despartirent les trésors leur
père après sa mort_.

      Note 4: _Loys_. Ou _Clovis_, c'est le même mot, avec ou sans
      aspiration. Ainsi _Clotaire_ et _Lothaire_.


[5]Après la mort du bon roy Dagobert, descendi tout le royaume à Loys son
fils qui encore estoit enfant assez petit d'âge. Les barons de France[6] et
de Bourgoigne le reçurent à seigneur et lui firent homage, en une ville qui
lors estoit apelée Massolaque. Egua le mestre du palais et la royne
Nantheut qui estoit demourée en veuveté, gouvernoient le royaume noblement
ès deux premiers ans du règne Loys. Cil Egua estoit l'un des plus beaux et
nobles princes de Neustrie, le plus sage et le plus pacient, homme estoit
plein et enluminé de toutes graces: car il estoit riche et estrait de haut
lignage, droiturier en justice, sage en paroles, apareillié en responses:
une mauvaise teche[7] avoit en lui à reprendre tant seulement, car l'on
disoit que il es toit trop aver[8].

      Note 5: _Gesta Dagoberti, cap._ 46.

      Note 6: _De France_. «Omnes duces de _Neustriâ_ et Burgundiâ cum
      Massolaco villa sublimant in regnum.» Mabillon, dans ses _Francorum
      regum Palatia_, avoue son ignorance complète de la situation de ce
      palais, qui, suivant les plus grandes probabilités, appartenoit aux
      rois de Bourgogne. C'est là qu'Aletés (suivant Fredegaire) avoit été
      tué par l'ordre de Clotaire II, en l'année 613.

      Note 7: _Teche_, _teiche_, _tesche_ ou _tache_. Disposition bonne ou
      mauvaise, d'où nous est resté _entiché_, qu'on a long-temps écrit
      _entéchié_.

      Note 8: _Aver_. Avare.

[9]Cy en droit nous convient deviser comment le trésor du roy Dagoubert fu
desparti entre ses fils après sa mort. Bien avéz oï, devant,[10] comment
Pepin le mestre du palais d'Austrasie et les autres princes du royaume qui
avoient esté sous la seigneurie du roy Dagobert requirent Sigebert à
seigneur, d'un accort et d'une volenté. Pepin et Cunibert l'archevesque de
Coloigne firent adonques aliances ensemble de rechief. Car ainsi comme ils
avoient esté devant joint en pais et en amour,[11] que ils fussent ainsi
tousjours mais sans desevrer. Sagement atrayoient à leur amour les princes
et les plus grands Austrasiens, et les gouvernoient en humilité et en
douceur comme ceus qui estoient preudomes et loiaus et profitables au roy
et au royaume. Lors furent messages envoiés en France au roy Loys et à la
royne Nantheut, et à Egua le mestre du palais de par le roy Sigebert, qui
requéroit telle partie des trésors son père comme il lui afferoit. Le roy
Loys et sa mère et Egua s'accordèrent volentiers à ce que il en eust sa
part; si assignèrent jour de partir au roy Sigebert ou à ceux que il y
voudroit envoier: et il y envoia pour lui l'archevesque Cunibert et Pepin
le mestre du palais et aucuns riches hommes de son royaume. A Compiègne
vinrent, là furent les trésors assemblés et despartis également par le
commandement le roy Loys et la royne Nantheut; mais elle reçut la tierce
part de tous les aquets que le roy Dagobert avoit aquis, puis que elle
commença à régner en sa compagnie: et Cunibert et Pepin enmenèrent leur
partie à Mets, là furent présentés au roy Sigebert.

      Note 9: _Gest. Dagob., cap_. 47.

      Note 10: _Avez oï devant_. On n'a rien ouy de semblable, et cette
      manière de parler n'est pas traduite du texte.

      Note 11: _Que ils fussent_. Il faut avant ces mots sous-entendre:
      _Vouloient-ils_...

En tour un an après, mourut le bon prince Pepin, qui moult fu plaint et
regretté de tous ceus du royaume d'Austrasie: car il estoit amé de tous et
prisié pour sa bonté et pour sa loiauté. Aussi mourut en la cité de Clichi
Egua le mestre du palais du roy Loys, au tiers an de son règne, qui moult
fu sage homme et loial.[12] Après lui fu Herchinoal mestre du palais:
cousin avoit esté au roy Dagobert de par sa mère: moult avoit en lui de
bonnes graces; car il estoit plein de bonté et de pacience, sage et de bon
engin, aux prestres, et aux sergens nostre Seigneur portoit honneur en
grant humilité, des richesses de ce siècle avoit assez par raison. Tant
estoit prisié et amé de tous les princes que chacun lui portoit honneur et
grant affection.

      Note 12: _Gesta Dagob., cap. 48._

_Incidence_. En ce teins ala la royne Nantheut en la cité d'Orléans: son
fils le roy Loys mena avec elle au quart an de son règne. Là fist assambler
les prélats et les barons de Bourgoigne: (pour ce les fit là assambler que
ce estoit, au tems de lors, le siège du royaume)[13]. Tous les barons et
prélats débonnairement atraioit et parloit à chacun par belles paroles:
Flaucate, qui François estoit de nascion, establit-elle mestre du palais de
Bourgoigne, par la volenté et par l'élection des barons du païs: et quant
elle l'eut mis en tel honneur, si lui fit espouser Rainberge une sienne
nièce.

      Note 13: Cet incidence est du traducteur.

[14]En ce tems mesmes, ordena son testament des villes de son douaire par
la volenté de son fils[15], et les desparti aus églyses des saints et des
saintes, dans lesquelles elle n'oublia pas le martyr saint Denis: si fit
faire trois exemplaires de la chartre de son testament d'une mesme
sentence, desquels l'un est gardé jusques aujourd'hui ès chartriers du
trésor saint Denis. Quant elle eut ainsi son testament devisé, et les
besoignes du royaume ordonées en prospérité, et son fils eut jà régné
entour quatre ans au profit des deus royaumes, c'est à savoir de France et
de Bourgoigne, elle trespassa de ce siècle, en sépoulture fu mise en
l'abaïe Saint-Denis avec son seigneur, en un mesme sarqueuil.

      Note 14: _Gesta Dagob., cap. 49._

      Note 15: _Par la volenté de son fils_. Le texte latin est mal rendu.
      _Testamentum de villis quibus eam rex Dagobertus et filius ejus
      Hladovius ditaverant_....

[16]_Incidence_. Quant le bon roy Dagobert et la royne Nantheut furent
trespassés de ce siècle, le roy Loys gouverna tout seul le royaume de
France et celui de Bourgoigne: les dons et les lais que son père avoit
donné à l'églyse Saint-Denis garda et tint fermement, et les renouvela et
reconferma par son seel et subscription de sa propre main. Au quatriesme an
de son règne fu en France merveilleuse famine: par le conseil d'aucuns,
commanda que l'églyse Saint-Denis fust découverte endroit les fiertres[17]
que son noble père le roy Dagobert avoit fait couvrir par dehors d'argent
pur par grande dévocion, et commanda que il fust desparti aus povres et aus
pélerins. Ce commandement fit à l'abbé Aigulphe qui en ce tems gouvernoit
l'abbaye, et l'enchargea que il le fésist selonc Dieu au plus loiaument que
il porroit.

      Note 16: _Gest. Dag., cap._ 50.

      Note 17: _Les fiertres_. Les châsses.


XXI.

ANNEE: 654.

_Comment le roy Loys franchit par exemption l'églyse Saint-Denis, par la
volenté S. Landri l'évesque de Paris_.


[18]Long tems après, assembla le roy Loys les barons et les évesques de son
royaume en la ville de Clichi au seizième an de son règne, pour traitier
des communes besoignes du royaume. Quant tous furent asssemblés, le roy
séit entre eus aourné des royaus ournemens, si comme il lui afféroit; il
commença à parler entre les autres choses ce que le Saint-Esperit lui
mettoit en courage et dist en telle manière: «Ententivement nous convient
porter honneur et révérence aux honorables lieus des saints et des saintes,
selon la coustume et le commandement de nostre très-débonnaire père, pour
ce que nous les ayons à patrons et défendeurs contre les ennemis de l'ame,
au jour et en l'heure de nécessité. Pour ce vous prie, seigneurs évesques,
et vous seigneurs princes de nostre palais et de nostre royaume, que vous
escoutiez d'oreille et de cuer le conseil que nostre sire, si comme je
croi, a daigné espirer[19] en mon cuer; et sé vous esprouvez que ce soit
profitable chose, en traitiez avec moi à l'aide de nostre Seigneur. Le Père
tout-puissant, qui dit que sa lumière donroit clarté aux ténèbres, a
embrasé et espris du feu de charité les cuers de vrais crestiens, par le
mystère de l'Incarnation son fils nostre seigneur Jésus-Crist, par la
faveur du Saint-Esperit pour laquele amour et pour lequel désirier le
glorieux martyr saint Denis, saint Rustic et saint Eleutère ses compaignons
ont déservi entre les autres martyrs couronne de victoire en joie
pardurable: en laquelle églyse, où les cors saints reposent corporelment,
nostre Sire a fait pour lui maint grant miracle en la gloire et en la
loenge de son nom. En ce mesme lieu gist nostre père Dagobert et nostre
mère dame Nantheut, qui là eslurent sépulture pour leur dévocion, en
espérance que ils fussent parçonniers du règne des cieux, par les prières
et par les mérites des glorieux martyrs. Et pour ce que ce saint lieu est
fondé de nostre père, et enrichi ès choses temporelles de lui et des
anciens roys et d'autres bons crestiens qui Dieu doutoient, pour acquérir
la vie pardurable, la requeste de nostre dévocion si est telle, que Dan
Landri évesque de Paris veuille donner et confermer un privilége au saint
lieu, à l'abbé et aus frères de laiens (s'il vous samble, Seigneur, que ce
soit bon), que ils soient exemps et sans juridiction de l'évesque de Paris
à tousjours-mès, si que ils puissent plus délivrement et plus en pais prier
pour nous et pour nos ancesseurs, pour le profit et pour l'estat du
royaume. Et cette indulgence veult bien donner et confermer Dan Landri
évesque de ce lieu à nostre requeste. Et nous, pour la révérence des
martyrs volons avec vous confermer ce précepte présentement, que si aucunes
choses sont données au saint lieu, soit en villes, ou en manoirs, ou en
quelque chose que ce soit, et les choses mesmes qui encore porront estre
données par ceus qui sont à avenir, soient en telle franchise, que nul
évesque né personne nulle, quelle qu'elle soit, puisse rien oster ni
aliéner du lieu, né, par mauvaise coustume, aquérir au lieu aucun povoir né
aucune juridiction, né prendre, par eschange ou par emprunt, né croix, né
calices, né garniment d'autel, né textes[20], né or, né argent, né nul
rien, sans nostre commandement et sans nostre assentement et de tout le
convent. Pour ce, volons-nous que les frères demeurent en telle pais et en
tel franchise que ils puissent tenir paisiblement et sans nule moleste ce
que on leur a donné; si que ils aient délectation et dévocion à prier plus
dévotement pour les ames de nos pères et de nos mères et pour l'estat de
nostre royaume. Nous voulons donques donner au lieu saint ce bénéfice et
cette grace en l'honneur des martyrs par vostre conseil, de bon courage[21]
et de volenté enterine: en telle manière toutes voies que l'ordre de
l'Églyse soit maintenu de chanter et de lire ainsi comme nostre père
l'establit[22], en cette mesme manière que ceus de saint Martin de Tours et
saint Morise de Gaunes.» Quant le roy eut cessé de parler, les barons et
les prélats qui de bon cuer et volontiers eurent sa parole escoutée, le
loèrent moult de sa dévocion et de sa bonne volenté, et confirmèrent tous
après lui le précept[23] en la manière que le roy l'eut devisé. En cette
congrégacion furent aucuns saints évesques, desquels sainte Eglyse ne doute
pas que ils ne soient saintefiés en paradis par les miracles que Dieu a
puis faits à leurs sépultures, si comme saint Oain[24] et saint Radon son
frère, saint Paladie, saint Cler, saint Eloy, saint Souplice, saint
Castadie[25], saint Ethère, et saint Landri évesque de Paris qui confirma
le privilége de sa propre volonté. Tous ces saints pères estoient présents
en cette congrégacion et maint autres qui pas ne sont ci nommés.

      Note 18: _Gest. Dag., cap._ 51.

      Note 19: _Espirer_. Inspirer, introduire.

      Note 20: _Textes_. Evangélistaires ou livres saints, couverts en
      métal. _Sacros codices_ (Voyez déjà tome Ier, note 146.)

      Note 21: _Courage_. Ce mot n'a jamais dans l'ancien françois une
      acception différente de _cœur_.--_Enterine_, entière. Traduction du
      latin _integra_.

      Note 22: _L'establit_. Le texte latin n'est pas complètement rendu:
      «Eo scilicet ordine, ut sicut ibidem tempore domini et genitoris
      nostri Psallentium ordo _per turmas_ fuit institutum, _vel_ sicut in
      monasterio S. Mauricii Agaunis, et S. Martini Turonis die noctuque
      tenetur, ita in loco ipso, per omnia futura tempora celebretur.»
      Voyez notre tome Ier, fin du chapitre XVIII du cinquième livre des
      grandes chroniques.

      Note 23: _Le precept_. Le temps a épargné cet instrument précieux,
      qui des archives de Saint-Denis est passé dans les archives du
      royaume. Voyez-en un _fac-simile_ dans la diplomatique de Mabillon.

      Note 24: _Oain_. Variantes: _Hoain_, _Oians_. Le latin des _Gesta_
      porte _beatus Odoenus_. Mais on ne retrouve plus cette signature dans
      l'original de la charte, à moins que ce ne soit celle que les
      critiques ont lu _Auderdus_. Aimoin nous apprend qu'_Andoenus_,
      autrement _Dado_, avoit été _référendaire_ sous Dagobert, et qu'après
      lui, son fils _Autharius_ avoit été revêtu de la même charge.

      Note 25: _S. Souplice_, _S. Castadie_. On n'a pas déchiffré ces deux
      noms parmi les _souscripteurs du Precept_.


XXII.

ANNEE: 654.

_Comment le roy Loys devint hors de sens pour ce que il prist un des os du
bras monsieur saint Denis_.


[26]Le roy Loys gouverna son royaume paisiblement; sans guerre et sans
bataille fu tous les jours de sa vie. Une fois vint en l'églyse
Saint-Denis, ainsi comme mauvaise fortune le menoit, pour déprier les
martirs. Et pour ce que il voloit avoir aucunes aliances d'eus avec soi, il
commanda que les chasses des martirs fussent ataintes[27]; après fist
ouvrir et desjoindre par fole présumpcion le vessel en quoi le précieux
corps saint repose, moins religieusement le regarda que il ne dut. Ja soit
ce que il le fésist par dévocion, si ne lui suffit pas le regarder tant
seulement; ains brisa l'os de l'un des bras et le ravist. Et le martir
monstra bien tantost que il ne lui plaisoit pas dont son corps estoit ainsi
traitié: car le roy fu tantost si espoventé et si esbahi, que il chaï en
frénésie et perdit son sens et sa mémoire en cette heure mesme; tantost fu
le moustier raempli de ténèbres et d'oscurté; et une paour si grant prist
soudainement à tous ceus qui là estoient, que ils se mirent à la fuite. Le
roy donna puis aucunes villes au martir pour lui apaisier et pour ce que il
recouvrast son sens et sa mémoire; l'os que il avoit folement desevré du
corps fist vestir et aorner d'or pur et de pierres précieuses, et le fist
remettre en la chasse avec le corps. (Pour cette raison puet-on prouver que
le corps du glorieux martir gist laiens entièrement; quant il ne put
oncques souffrir que un petit osselet fust osté de son bras ni desmembré de
son corps, moins volentiers souffriroit donques que le chief de lui fust
déseuré, et que il ne feust en sa chasse ou en l'églyse de léans.[28]) Le
roy toutes voies recouvra son sens en partie, mais non pas entièrement, né
en tel point comme il l'eut devant eu[29]. Si ne vesqui pas puis moult
longuement, car il trespassa au chief de deux ans après que ce lui fu
avenu.

      Note 26: _Gest. Dagob., cap. 52._

      Note 27: _Ataintes_. Touchées.

      Note 28: Cette parenthèse, qui est de notre traducteur, fait allusion
      aux prétentions qu'affectoit le chapitre de Notre-Dame de Paris à la
      possession du véritable chef de saint Denis. (Voy. _Felibien, Hist.
      de l'ab. de Saint-Denis_, page 209).

      Note 29: Ici s'arrêtent les _Gesta Dagoberti_, que notre traducteur
      suivoit de préférence aux _Gesta regum_, et aux continuateurs de
      Fredegaire. Un peu plus haut, c'est-à-dire avec le prescript de
      Clovis II en faveur de l'abbaye de S.-Denis, finit le véritable texte
      d'Aimoin, qui jusqu'à présent avoit été d'un si grand secours à notre
      chroniqueur françois.

[30]Ce roy Loys eut femme du lignage de Sassoigne; Baltheur avoit nom,
sainte dame et religieuse et plaine de la paour nostre Seigneur; si estoit
sage dame et de grant beauté; et si fu celle que l'on dit sainte Baltheur
de Chelle.

      Note 30: _Gesta regum Francorum, cap_. 43. «Accepit uxorem de genere
      Saxonorum nomine Bathildem, pulchram valdè et omni ingenio strenuam.»
      Le traducteur a ajouté le reste, d'après les idées de vénération
      qu'avoient ses contemporains pour sainte _Bauthieut, Balteur ou
      Bathilde_ de Chelles.

En ce tems morut le prince Pepin fils Carlomagne[31], et mestre du palais
de Sigebert le roy d'Austrasie. Après lui fu en la dignité du palais son
fils Grimoart, homme fu plein de mal et de desloiauté, si comme il aparut
après[32]. Car quant le roy Sigebert fu mort, ce Grimoart prist son fils
Dagobert, qui roy devoit estre, et l'avoit-il receu en garde; puis le
tondit, et l'envoia en Escoce en exil[33] par Dodon l'évesque de Poitiers,
et mist son fils[34] en la possession du royaume. Et quant les François
Austrasiens virent la desloiauté que il avoit faite, ils en eureut moult
grant desdain, par agait le prirent et le lièrent en fers, et puis
l'envoièrent à Loys le roy de France, pour que il le jugeast et en féist
justice selon son fait. Et le roy le mist en prison en la cité de Paris,
lié en buies de fer[35]. Après le fist mourir de griefs tourmens selon sa
desserte, comme celui qui telle desloiauté avoit faite à son droit
seigneur.

      Note 31: _Fils Carlomagne._ Fils de Carloman, maire du palais
      d'Austrasie.

      Note 32: Cette parenthèse est le fait de notre traducteur; le
      continuateur de Fredegaire dit au contraire; «Grimoaldus, cùm esset
      strenuus, à plurimis diligebatur.»

      Note 33: _En exil. In Scotiâ ad peregrinandum dirigens._ Ce qui est
      différent.

      Note 34: _Son fils._ Nommé Childebert.

      Note 35: _En buies de fer._ «Vinculorum cruciatu constrictus.»

[36]_Incidence._ Mais avant que ce avenist que nous avons ici conté, au
tems que le roy d'Austrasie estoit encore en vie, assambla-il ses osts et
alla à bataille contre Radulphe le roy de Toringe. En ce tems n'a voit
encore nul hoir de son corps né nul n'en povoit avoir, et pour le désespoir
en quoi il estoit chéus, fonda-il douze abaies en son royaume. Si estoient
son coadjuteur et ministre Grimoart le mestre de son palais et Remacle
évesque de la cité du Traet[37].

      Note 36: Le fonds de cet alinéa se trouve dans le texte de la _Vita
      Sigiberti regis Austrasiæ, cap._ 4 et 5, et dans la chronique de
      Sigebert, moine de Gemblours (année 651).

      Note 37: _Du Traet._ Ou _Trajectum_; ce n'est pas _Utrecht_, mais
      Maestrick, où le siége épiscopal de Tongres fut d'abord transporté,
      puis ensuite à Liège. Le biographe de Sigebert III écrit: _Remaclo
      Tungrensis episcopo._

[38]_Incidence_. Itte, qui a voit esté femme le premier Pepin mestre du
palais d'Austrasie, se voua et donna à Dieu, elle et ses choses, par
l'amonestement et le conseil saint Amant: une abaïe de nonnains fonda à
Nivele et fist abbesse du lieu une sienne fille pucelle et vierge qui avoit
nom Gertrus. [39]En ce tems revint en France saint Fursin, l'abaie de
Laigni fonda par la volonté du roy Loys, qui moult honnourablement le
reçut. Peu de tems après resplendirent en bonnes euvres au royaume de
France ses deux frères, saint Follene et saint Ultane: et fonda ce saint
Follene en ce tems l'abaïe Saint-Mor des fossés par le don d'une vierge qui
avoit nom Gertrus; léans mesme gist-il par martire couronné.[40] En ce
mesme tems florissoient en bonnes euvres au royaume de France saint Eloy
évesque de Noion, saint Oain[41] archevesque de Rouen, saint Philibert en
hermitage, saint Richier en Ponthieu[42] et saint Germer à Flai. Ansegise,
le fils saint Ernoul, évesque de Metz, qui selon l'opinion d'aucuns fu dit
Anchise, vivoit en ce tems: si avoit espousée Begue, fille au premier Pepin
le mestre du palais Sigebert roy d'Austrasie, et seur Grimoart.[43] De cet
Ansegise ou Anchise qui fu fils saint Ernoul, fu fils le second Pepin, qui
estoit nommé Pepin le brief, qui engendra le noble prince Charles-Martel, si
comme l'histoire dira ci-après. Charle Martiau fu père Pepin le tiers, qui
fu père au grant roi Charlemaine: et par ce puet-on prouver que la ligniée
de Mérovée continua sans faillir jusques à Charlemaine le grant.

      Note 38: _Sigiberti Gemblacensis monachi Chronicon. Anno_ 650.

      Note 39: Cette mention de saint Fursin est citée par Jacques de Guise
      d'après la chronique de Sigebert; mais c'est en vain que nous l'y
      avons cherchée. Aimoin avoit auparavant placé le même fait sous le
      règne de Clovis Ier. Mais notre traducteur qui l'avoit d'abord suivi
      (voyez tome 1er, note 88), le rétablit ici à sa véritable place.

      Note 40: _Sigiberti monachi Chronicon. Anno_ 649.

      Note 41: _Saint Ouen_, ou _Dado_. « Audoenus _qui et  Dado_,
      Rolhomage.» Texte de Sigebert, cité par Jacques de Guise.

      Note 42: _Saint Philibert_, etc. Le texte de la chronique de Sigebert
      porte: « Philibertus et Richarius Pontivensis abbatiæ.» Quant à saint
      Germer de Flai (_Flaviensis_), c'est d'après son ancien biographe que
      notre traducteur en fait mention. _Flai_, plus tard _Saint-Germer_,
      est aujourd'hui un Village du département de l'Oise (Picardie).

      Note 43: _Vita S. Sigiberti Austrasiæ regis, cap_. 4.


XXIII.

ANNEES: 656/674.

_Comment Ebroin fu mestre du palais le roy Theoderic et comment il fist
martirier saint Ligier évesque d'Ostun_.


[44]Au tems de ce roy Loys avinrent moult de pestilences au royaume de
France. De cestuy roy Loys puet-l'on plus dire de mal que de bien: tout
fust-il assez dévot aus églyses des saints et des saintes; néantmoins
eut-il en lui tant de vices que ils étaingnirent les vertus, s'elles y
furent: abandonné fu à toute ordure de péchié, à fornicacion, à gloutonnie,
à yvresce; et si fu despiseur de femmes. Et ne recorde pas l'histoire que
sa vie né ses faits feussent dignes de loenge et de mémoire; car maint
acteurs d'histoires le mettent à damnacion, pour ce que ils ne sevent la
fin de son péchié. Ainsi dist-on de lui une chose et autres, mais nul n'en
parole fors en doutance. Trois fils eut de la royne sainte Baltheur:
Clotaire, Childeric et Theoderic. Mors fu en l'an de l'incarnation six cent
soixante-deus, et de son règne le dis-sept, ensépulturé fu en l'églyse
Saint-Denis avec son père. La royne sainte Baltheur sa femme fonda en son
tems l'abaïe Saint-Pierre de Corbie et celle de Chelle-les-Nonains en
laquelle elle gist corporelment. [45]En ce tems morut Herchinoal le mestre
du palais.

      Note 44: _Gesta regum, cap_. 44.

      Note 45: _Gesta regum, cap_. 45.

Après la mort le roy Loys couronnèrent les François Clotaire, l'aisné des
trois fils; si gouverna le royaume entre lui et sa mère la royne Baltheur.
[46]Lors furent les François en doute de qui ils feroient mestre du palais.
En la parfin en eslurent un qui avoit nom Ebrouin. (Ce fu celui qui fist
martirier monseigneur saint Ligier l'évesque d'Ostun.) Le roy Clotaire
morut, quant il eut quatre ans régné[47]. Lors couronnèrent les François le
mainsné qui avoit nom Theoderic; Childeric le troisième envoièrent en
Austrasie avec le duc Vulphoal pour le royaume recevoir. [48]Dès lors
commença le royaume de France à abaissier et à décheoir, et le roy à
fourlignier du sens et de la puissance de ses ancesseurs. Si estoit le
royaume gouverné par chambellens et par connestables qui estoient apelés
mestres du palais; et les roys n'avoient tant seulement que le nom et de
rien ne servoient[49] fors de boire et de mengier. En un chastel ou en un
manoir demouroient toute l'année jusques aux calendes de may. Lors issoient
hors en un char pour saluer le peuple et pour estre salué d'eus, dons et
présens prenoient et aucuns en rendoient, puis retournoient à l'hostel et
estoient ainsi jusques aus autres calendes de may. [50]Cet Ebrouin mestre
du palais fist tant que les François le cueillirent en grant haine pour son
orgueil et pour sa desloiauté, et le roy Theoderic aussi qui les grevoit
par son conseil[51]: agais leur bastirent, une heure, et les prirent tous
les deux; Ebrouin tondirent etl'envoièrent en une abaïe de Bourgoigne qui a
à nom Luxovion[52]. Le roy Theoderic chacièrent de France, et aucunes
croniques[53] dient que ils le tondirent aussi en l'abaïe Saint-Denis.

      Note 46: _Gesta regum, cap 45._

      Note 47: _Quatre ans régné._ On croit généralement que le texte des
      _Gesta regum_ est ici corrompu, et devroit porter _XIIII_, au lieu de
      _IIII annis_. Cependant le continuateur de Fredegalre dit la même
      chose, et l'opinion générale des savans n'est, après tout, fondée que
      sur des chartes de donations et des Vies de Saints.

      Note 48: _Chronicon Sigiberti monach. A° DCLXII._

      Note 49: _Fors de boire_, etc. «Quam irrationabiliter edere et
      bibere.»

      Note 50: _Gesta reg., cap. 45._

      Note 51: _Par son conseil._ Par le conseil d'Ebrouin.

      Note 52: _Luxovion._ C'est _Luxeuil_, aujourd'hui ville du
      département de la Haute-Saône (Franche-Comté).

      Note 53: _Aucunes chroniques._ Entre autres celle de Sigebert,
      _A° DCLXVII_.

Lors mandèrent le roy Childeric d'Austrasie son frère et le duc Vulphoal,
et le couronnèrent et firent roy sur eus. Ce roy Childeric estoit moult
légier de courage, ses fais faisoit folement et sans conseil. Pour ce le
commencièrent les François à haïr trop durement; et n'estoit pas de
merveilles, car il leur faisoit trop de griefs sans raison. Une fois en
fist-il prendre un des plus grans et des plus nobles, qui Bodile avoit nom,
estraindre et lier le fist à une estache[54], et le fist battre moult
cruellement sans loi et sans jugement. Quant les autres virent que il
faisoit telles cruautés sans raison, si en eurent trop grant ire et trop
grant desdaing[55]; ensamble firent conspiration, et s'assamblèrent contre
lui. De cette conspiracion furent principaux Ingobert et Amaubert, et
plusieurs autres des plus nobles du royaume. Ce Bodile, que il avoit fait
lier et battre à l'estache, l'espia un jour que il chaçoit en bois entre
lui et autres compagnons: seul le trouvèrent, et lui coururent sus et
l'occirent, et sa femme Blichilde aussi qui estoit grosse d'enfant.
Vulphoal le mestre du palais eschapa à quelque paine et s'enfuit en
Austrasie. Lors firent les François mestre du palais Leudesie le fils
Herchinoal, par le conseil saint Légier, l'évesque d'Ostun et son frère
Garin; [si rapelèrent à roy Theoderic, qu'ils en avoient chacié][56].
Ebrouin qui avoit esté tondu en une abaïe de Bourgoigne s'en issit, quant
il eut tant attendu que ses cheveux furent recréus: tant fist que il
assambla grant gent que de ses compagnons que d'autres; et retourna en
France à grant ost et à grant efforcement; à saint Ouan l'archevesque de
Rouen envoia, et lui demanda comment il ouverroit, et cil lui remanda en un
escrit ces paroles tant seulement: «De Frédégonde te souviegne!» et
celui-ci qui fu malicieux et soubtil, entendi bien le conseil que il lui
donna. Par nuit se leva et esmut son ost, et vint à une iaue qui a nom
Ysere[57]; ceus qui ce pas gardoient occist, outrepassa le fleuve jusques à
Sainte-Maxence; là remist à l'espée quanques il y trouva de ceus qui le
passage lui devéoient. Le roy Theoderic qui là estoit en ce point, et
Leudesie le mestre du palais et pluseurs autres s'enfuirent et eschapèrent
en telle manière; et Ebrouin les chaça jusques à un lieu qui lors estoit
nommé Bacivile[58]; là prist les trésors du roy qui là estoient, outrepassa
jusques à une ville qui a nom Creci; là s'acorda au roy Theoderic qui le
reçut en grace ainsi comme devant. A Leudesie, le mestre du palais manda
que il venist à lui parler, et l'asseura par sa foi que il n'auroit de lui
garde. A celui vint qui sa foi lui menti; car il l'occis tantost comme il
fu venu. En telle manière se remist Ebrouin en la seignorie du palais dont
il avoit devant esté osté.

      Note 54: _Estache._ Poteau.

      Note 55: _Desdaing._ Toujours pris dans le sens de notre
      _indignation_.

      Note 56: Cette phrase importante n'est pas dans les _Gesta regum_,
      mais dans Sigebert.

      Note 57: _Isère_. Variante: _Aise_. C'est l'_Oise_.

      Note 58: _Bacivile_. Aujourd'hui _Baisieux_, village du département
      de la Somme (Picardie), proche de Corbie.

[59]Lors assambla le roy Theoderic un concile d'évesques par le conseil
Ebrouin et, par sa sentence, en osta aucuns de leur éveschié et les autres
damna par exil sans nul rappel. En cette tempeste et en cette persécution
de sainte Eglyse fu saint Lambert osté de la cité du Traet[60]; en une
abaïe entra pour esquiver les tumultes du monde; sept ans y demoura
saintement et religieusement.

      Note 59: _Sigib. mon. Chronicon. Anno DCLXXXV_.

      Note 60: _Du Traet_. De Maestrick, comme plus haut et plus bas
      encore.

Ansegise fu occis en ce point par un homme qui avoit nom Gondoime. Cet
Ansegise qui vaut autant comme Anchise, fu fils saint Ernoul et père Pepin
le Brief le père Charles Martel. Ebrouin prist saint Légier et son frère
Garin, si les fist tourmenter cruelment. A la parfin fu Garin lapidé et
craventé de pierres, et saint Légier fu jeté en prison et afamé par long
jeune. Après, lui fist Ebrouin les yeux forer, la langue et les lèvres
trenchier.[61] Mais nostre Sire le rétablit puis et lui rendit la langue et
la parole, si comme il est plus plainement contenu en sa vie; au darrenier
lui fist le chief couper pour le martire consommer. Tant le voulut puis
nostre Sire honorer, que il monstra les mérites  et l'innocence de lui par
les miracles que il fist en sa sépulture.

      Note 61: A compter de là, le reste n'est pas dans _Sigebert_, mais
      est ajouté par le traducteur, d'après l'ancienne _vie de
      Saint-Leger_.


XXIV.

ANNEES: 678/709.

_Comment Ebrouin fu occis, et comment Pepin le Brief, qui fu père Charles
Martel, fu mestre du palais_.


[62]En ce tems après que le roy fu mort, gouvernoient le royaume
d'Austrasie deux ducs, Martin et Pepin le second, qui fu fils Ansegise le
fils saint Ernoul, si comme l'histoire a là sus conté: (apelé fu Pepin le
Brief[63], et fu père Charles Martel, si comme l'histoire le contera
ci-après). Haine conçurent contre Ebrouin et contre le roy Theoderic; l'ost
des Austrasiens esmurent contre eus, et le roy et Ebrouin revinrent d'autre
part à bataille en un lieu qui est nommé Luchophale[64]; estour y eut fier
et merveilleux, du peuple y chaï sans nombre et d'une part et d'autre. Mais
à la parfin furent les Austrasiens desconfits et s'enfuirent du champ.
Ebrouin les enchaça et fist d'eus trop cruele occision, et destruisit grant
partie de cette région. Martin qui eschapa à quelque paine se mist en la
cité de Laon, et Pepin s'enfui en Austrasie. Ebrouin retourna en France
après cette victoire, puis manda à Martin qui encore estoit à Laon, que il
venist surement parler au roy Theoderic. Les messages qui là furent envoies
lui firent serement sus chasses toutes vuides pour lui décevoir. Lui qui
cuida que ils lui tenissent vérité, vint au roy: occis fu tout maintenant,
lui et ses compagnons que il avoit avec lui amenés.

      Note 62: _Gesta reg., cap_. 46.

      Note 63: _Pepin le Brief_. Tous les anciens chroniqueurs françois ont
      donné au père de Charles Martel le surnom qui n'est pourtant resté
      qu'à son fils, le roi Pepin. _Sic vos non vobis_...

      Note 64: _Luchophale_, et mieux _Lucofale_ (_Lucofao, Lufao,
      Lucofago_). On est indécis sur ce lieu. Don Calmet le retrouve dans
      _Lifou_, au diocèse de Toul; dom Ruinard dans _Loisy_, en Lorraine;
      dom Nicolas Lelong, dans _Bois-Fay_, près de Marle. Cette dernière
      opinion me semble la plus probable, _Lucofago_ devant être
      précisément la traduction latine de ce mot vulgaire. Ce pourroit bien
      être encore _Laffaux_, à deux lieues de Soissons où, près d'un siècle
      auparavant, l'armée de Fredegonde avoit mis en déroute celle de
      Theodebert et Theoderic. (Voy. tom. 1, livre IV des grandes
      chroniques chapitre X).

[65]Ebrouin qui de rien ne fu chastié[66], pour nul grief que on lui eust
devant fait, recommença à grever les François plus cruellement qu'il n'a
voit onques devant fait; mais nostre Sire lui rendi les mérites de ses
faits peu de tems après, en vengeance de monseigneur saint Légier et de son
frère que il avoit fait martirier, par un François qui avoit nom
Hermanfroi, qui l'espia une nuit: sur lui vint soudainement entre lui et
ses aides et l'occist. Après ce fait s'en ala en Austrasie à Pepin le
Brief. Lors eslurent les François un autre à la seignourie du palais qui
avoit nom Garaton. Ce Garaton fist pais au duc Pepin d'Austrasie, et reçut
de lui ostages en confirmation de la pais. Ce Garaton avoit un fils qui
avoit nom Gillemer, fier et courageux estoit, mais trop estoit cruel de
courage, et de pesmes[67] meurs; à son père pourchaça mal et fist tant que
il lui supplanta la dignité du palais. De ce le reprist saint Oain
archevesque de Rouen, et lui deffendist que il ne féist telle cruauté ni
telle félonnie vers son père. Mais oncques rien n'en voulut laissier, pour
le chastiment[68] du saint homme. Maintes discordes et maintes batailles fi
contre Pepin le duc d'Austrasie, à qui Garaton son père avoit formées
aliances. Mais pour le péchié de son père[69] et pour autres crimes que il
avoit fais en prist nostre Sire telle vengeance, que il routa l'ame de son
corps soudainement[70], selon la parole saint Oain. Et quant il fu mort,
Garaton son père entra en l'honnour et en la dignité du palais, si comme il
estoit devant esleu.[71] Une femme avoit qui moult sage estoit et estraite
de haut lignage, Enseflède avoit nom. Mort fu quant il eut le palais
gouverné une pièce de tems. Les François, qui avoient diverses intentions,
ne surent qui ils péussent eslire après lui: si foloièrent à la parfin[72];
car ils eslurent un homme néant profitable au royaume, qui Berthaire avoit
nom: petit estoit de stature, et n'es toit de nul sens ni de nul conseil.

      Note 65: _Gesta reg., cap_. 47.

      Note 66: _Chastié_. Refréné, réprimé.

      Note 67: _Pesmes_. Très-mauvaises. (_Pessimæ_.)

      Note 68: _Chastiment_. Reprimande.

      Note 69: _Le pechié de son père_. Le péché de Gillemer à l'égard de
      son père.

      Note 70: _Que il routa_, etc. «Iniquissimum spiritum exhalavit.»

      Note 71: _Gest. reg., cap_. 48.--_Fuitque et matrona  nobilis atque
      ingeniosa_.

      Note 72: _Si foloierent à la parfin_. Enfin, ils se conduisirent en
      fous.

En ce point que les François estoient ainsi discordables et contraires à
eus-mesmes, Pepin le Brief duc d'Austrasie esmut ses osts contre le roy
Theoderic et Berthaire le mestre du palais, et cils revinrent d'autre part:
en un lieu qui est apelé Tertrice[73], assamblèrent, forment et longuement
se combatirent d'ambes parts; mais à la parfin fu Berthaire et le roy
desconfis, et s'enfuirent du champ, et Pepin et les siens eurent victoire.
Peu de tems passa après que Berthaire fu occis d'aucuns traistres de sa
mesnie mesme, par le conseil Enseflède femme de Garaton son devancier. A la
parfin firent pais et concorde ensamble le roy Theoderic et le duc Pepin,
et cil fu esleu à la dignité du palais. Quant il eut les trésors receus et
la cure du royaume, il repaira en Austrasie et laissa pour lui[74] un
prince qui avoit nom Nordebert. Cil prince Pepin avoit femme noble de
lignage et plaine de très-grant sens, Plectrude estoit apelée; deux fils
avoit de lui, Droque avoit nom l'ainsné, et le mainsné Grimoart: à Droque
l'aisné avoit-on donné la contrée de Champagne. [75]En cette manière comme
vous avez oy, fu Pepin sire de toute Austrasie et de toute France, qui par
autre nom est aucune fois nommée Neustrie. Et si dure, d'un sens, de la
grant mer de la petite Bretaigne jusques au fleuve de Muese, et d'autre
part du Rhin jusques à Loire. Moult amenda le païs de sa seignourie; car il
mist les choses en meilleur estat que elles n'estoient devant. Saint
Lambert, que le roy Theoderic avoit envoié en exil par l'assentement
Ebrouin, rapela et remist en son siége en la cité du Traet: si fu mestre du
palais d'Austrasie vingt-sept ans et demi, au tems de divers roys.

      Note 73: _Tertrice_. «In loco nuncupante _Textricio_.» C'est
      aujourd'hui _Tertry_, village du département de la Somme (Picardie),
      à trois lieues de Péronne.

      Note 74: _Pour lui_. Il falloit ajouter, _auprès du roi_. «Cum rege.»

      Note 75: Le reste de l'alinéa n'est pas traduit des _Gesta regum_,
      et semble le fait du traducteur.

[76]Adont morut le roy Theoderic fils le roy Loys, qui fu fils le roy
Dagobert, au dix-nueviesme an de son règne et de l'incarnacion nostre
Seigneur six cent quatre-vingt et treize. Deux fils laissa de la royne
Clotilde: Clodovée avoit nom l'aisné, et l'autre Childebert. Cil Clodovée,
l'aisné fils, fu couronné après lui; trois ans régna, et puis morut. Après
lui régna son frère Childebert; noble homme fu et droiturier; mais tout de
mesme fu Pepin mestre du palais.[77] En ce tems vainqui en bataille Rabode
le duc de Frise, et envoia Guillebrode en cette terre pour preschier la foi
Jesu-Crist. Mort fu Nordebert que Pepin le Brief avoit mis pour lui au
palais le roy; son fils[78] Grimoart mist après en l'office. En ce tems
morut Begga la mère Pepin, femme fu Ansegise le fils saint Ernoul. Cil
Droque, qui estoit fils le prince Pepin et comte de Champagne, morut en ce
tems.

      Note 76: _Gesta regum, cap_. 49.

      Note 77: _Chronicon Sigiberti_. _A_° 694.

      Note 78: _Son fils_. Le fils de Pepin.

[79] Saint Lambert reprist le prince Pepin pour ce que il maintenoit
Alpaïs, une dame qui pas n'estoit son espousée, par dessus Plectrude sa
propre femme. Le frère de cette Alpaïs, qui avoit nom Dodon, occist saint
Lambert, pour ce tant seulement que il eut repris Pepin de son péchié.
Porté fu le corps en la cité du Traet; (mais comment il fu puis reporté en
la cité du Liége se taist l'histoire). Après lui fu évesque saint Hubert.

      Note 79: _Chronicon Sigiberti_. _A_° 698 et 699.

_Incidence_. En ce tems que le roy Childebert régnoit, fonda l'évesque
Aubert au diocèse d'Avranches, l'églyse Saint-Michiel, que l'on dist en
péril de mer: aussi est apelée la Tombe, pour la hautesce d'elle.

[80]_Incidence_. En ce tems fu occis Hector, le séneschal de Marseille,
pour les griefs que il faisoit à l'églyse de Clermont en Auvergne.

      Note 80: _Chronicon Virdunense Hugonis, abbat. Flaviniae_. _A_° 597.

[81]En ce mesme tems Vulphoal le mestre du palais le roy Childeric fonda
l'abaïe Saint-Michiel sur le fleuve de Muese, en l'éveschié de Verdun.

      Note 81: _Chronic. Sigib_. _A_° 667.

[82]Le prince Pepin se combatit encontre mainte estrange nacion, contre
ceus de Souave et de Frise, et eut victoire partout. Son fils Grimoart eut
un fils d'une meschine[83], lequel eut nom Theodoal. Le prince Pepin eut un
fils de cette Alpaïs, que il maintenoit pardessus Plectrude son espousée:
Charles eut nom; homme fu noble en armes et de fière puissance et
profitable au royaume; (par sa fierté fu puis apelé Charles Martiaus, si
comme l'histoire contera ci-après en ses fais.)

      Note 82: _Gesta reg., cap._ 49.

      Note 83: _Meschine_. Concubine.

[84]En ce tems morut le glorieux roy Childebert, homme juste et de pure
mémoire; (de ses fais ne savons rien, pour ce que l'histoire n'en parle
pas.) Mort fu en l'an de l'incarnacion sept cent quatorze; de son règne
dix-sept, ensépulturé fu en l'abaïe de Cauci[85] en l'églyse
Saint-Estienne. Son fils Dagobert fu couronné après lui[86]. Il fu apelé le
second Dagobert, pour le premier qui fonda l'abaïe Saint-Denis, et fu au
quart degré de son lignage. Car le premier Dagobert engendra Loys, et Loys
Thoderic, Theoderic Childebert, Childebert ce second Dagobert: et jà soit
ce que pluseurs roys fussent entre eus deux, toutes voies furent-ils en
droite lignée. Grimoart fils du prince Pepin qui mestre estoit du palais,
avoit femme, si avoit nom Teudesinde; fille estoit d'un prince paien,
Rabode le duc de Frise. Ce Grimoart estoit bien morigené et avoit en lui de
belles graces; car il estoit doux et débonnaire, sage et atrempé, loial et
droiturier. Un jour mut pour aler en Austrasie visiter son père Pepin qui
malade estoit, en la cité de Liége entra pour adorer en l'églyse saint
Lambert: en ce point que il estoit devant l'autel en oroison, Rangaire un
sergeant Rabode le duc de Frise[87] de qui la fille il avoit espousée,
l'occist. Un fils avoit d'une autre femme, qui avoit nom Theodoal; après
lui fu en la seignourie du palais par le commandement le prince Pepin, son
aioul.

      Note 84: _Gesta reg., cap._ 50.

      Note 85: _Cauci._ (Cauciago.) C'est _Choisy-sur-Aisne_, ou
      _Choisy-au-Bac_, aujourd'hui bourg du département de Seine-et-Marne
      (Brie).

      Note 86: Les deux phrases suivantes sont une addition du traducteur.

      Note 87: _Un sergent Rabode_, etc. Les _Gesta_ ni les autres
      chroniques ne disent pas cela, mais seulement _à Rangalio gentile,
      filio Betial_, ce qui est bien différent. Notre traducteur a cru que
      le diable et Rabode c'étoit un.

[88]_Incidence_. En ce tems vint saint Gille des parties de Grèce en la
terre de Gothie, qui ore est apelée Provence: là vesqui, et fist fruit de
bonnes œuvres, si comme il est contenu en sa vie.

      Note 88: Addition du traducteur.


XXV.

ANNEES: 714/722.

Ci commencent les fais du très-noble prince Charles Martel et comment il
eschapa de la prison sa marrastre, et comment il fu prince des deux
royaumes.


[89]En ce point morut le noble prince Pepin, qui fu apelé le Brief, en l'an
de l'incarnacion sept cent quinze; la seignourie du palais tint vint-sept
ans et demi au tems de pluseurs roys. Plectrude sa femme gouvernoit le
royaume sagement, entre lui et le roy Dagobert et Theodoal son neveu[90] le
mestre du palais. Charles son fillastre, qui puis fu dit Martiaus,
haïssoit-ele trop durement; prendre le fist et mettre en prison en la cité
de Couloigne. Droit en ce point mut contens[91] et dissencions trop grans
entre les François pour Theodoal le mestre du palais; car aucuns estoient
contre lui et aucuns soustenoient sa partie. A ce monta la besoigne que ils
firent bataille forte et cruelle, si en y eut assez d'occis d'une part et
d'autre. Theodoal et les siens furent desconfits; mais il se sauva par
fuite. En ce point estoit France troublée et en grant persécution. Quant
Theodoal s'en fu fui et sa gent mise au desous, les François eslurent
Raganfroy, et le firent mestre du palais. Lors esmut les osts de France
entre lui et Dagobert le roy; la forest de la Charbonnière[92]
trespassèrent jusques au fleuve de Muese, en dégastant tout le païs par feu
et par occision; à un prince paien, Rabode le duc de Frise, firent
aliances. Droit en ce point eschapa Charles de la prison de Plectrude sa
marrastre, par l'aide de nostre Seigneur.

      Note 89: _Gesta reg., cap_. 51.

      Note 90: _Entre lui_, etc. Cette traduction n'est pas exacte.
      L'auteur des _Gesta_ veut sans doute parler du temps qui suivit la
      mort de Pepin. «Plectrudis quoque, cum nepotibus suis vel rege cuncta
      gubernabat sub discreto regimine.»

      Note 91: _Contens_. Querelles. Du latin _contentio_.

      Note 92: _De la Charbonnière_. La forêt Carbonière étoit alors la
      partie occidentale de la forêt des Ardennes.


[93]Peu de tems après morut le roy Dagobert, et régna cinq ans tant
seulement. Lors eslurent les François un clerc qui avoit nom Daniel; mais
aucunes histoires dient que il fu frère au roy Dagobert[94], qui devant
avoit régné. Ses cheveux lui lessièrent croistre, puis le couronnèrent et
lui changièrent son nom et l'apelèrent Chilperic. Quant Charles fu eschapé
de prison, il se pourquist et pourchaça de quanques il put avoir pour la
seignourie conquérir du palais, que son père le prince avoit tenue, et
comment il la pourroit tollir à Raganfroy. Mais le roy Chilperic et
Raganfroy ajoustèrent leurs osts ensemble et murent à bataille contre lui
jusques au fleuve de Muese; si revint d'autre part en leur aide Rabode le
duc de Frise à qui ils s'estoient aliés, et Charles revint encontre eus
hardiement, ses batailles ordona, et se ferit ès Frisons et entre ses
autres ennemis; là souffrit si fort estour et périlleux, que il y perdit
trop de ses gens; à la parfin fut-il desconfi, et il s'en eschapa par
fuite.

      Note 93: _Gesta reg., cap_. 52.

      Note 94: _Au roi Dagobert_. L'origine de Chilperic II est fort
      incertaine; il paroît cependant que le maire du palais _Raganfroi_,
      ou _Rainfroi_, voulut le faire reconnoître pour le second file de
      _Childeric II_, assassiné en 674 avec son fils aîné Dagobert. Dans ce
      cas, il ne pouvoit passer pour le frère du dernier roi
       _Dagobert III_. Les _Gesta_ ni les continuateurs do Fredegaire ne
       parlent en rien de l'origine royale de _Daniel_.

[95]Peu de tems après, le roy Chilperic et Raganfroy esmurent leurs osts
derechief contre lui; en la forest d'Ardenne entrèrent, outre-passèrent
jusques au Rhin et puis jusques à Couloigne, en dégastant tout le païs.
Mais Plectrude, la marastre[96] qui femme avoit esté au prince Pepin, les
en fist retourner par grant avoir que elle leur donna. En ce point que ils
retournoient, Charles leur vint au-devant à un pas qui a nom Amblave[97];
entre eus se ferit, si leur fist moult grant dommage de leur gent. Après
rapela sa force et mut son ost après eus; ils rassamblèrent leurs osts
d'autre part, et vinrent contre lui; mais avant que ils vinssent à bataille
ensamble, Charles les requist de pais et de concorde; à ce ne se voulurent
accorder; ains issirent à bataille contre le droit en un lieu de Cambresis
qui est apelé Vinci[98], le dimenche devant Pasques, en la tierce[99]
calende d'avril; et il revint au-devant d'autre part et les reçut
hardiement. Forte bataille rendirent d'ambedeux parts, desconfits furent à
la parfin Raganfroy et le roy Chilperic, et eschapèrent par la fuite; et
Charles eut victoire et demoura au champ comme noble vainqueur. Toute cette
région mist à gast, et retourna en Austrasie à grant despoilles de ses
ennemis. Aucunes croniques dient que[100] il les chaça jusques à Paris.
Avant que il retournast en Austrasie, à la cité de Couloigne s'en alla et
fist que elle fut de sa seignourie. Encontre Plectrude sa marrastre
estriva[101] tant que elle lui rendit les trésors de son père. Si fist un
roy sur soi qui avoit nom Clotaire. Tandis comme le prince Charles se
demenoit ainsi au royaume d'Austrasie, le roy Chilperic et Raganfroy
apelèrent en leur aide Eudes le duc d'Aquitaine, et firent aliances à lui.
L'ost des Gascons assambla puis murent à grant ost tous ensamble contre le
prince Charles et il revint contre eus hardiement et sans nul doute.
Ensamble se combatirent fortement et longuement; à la parfin furent-ils
desconfits, et s'enfuit le duc Eudes jusques à Paris; Saine trespassa et
s'enfui tout outre jusques à Orléans. Là n'osa demourer: ains prist le roy
Chilperic et tous ses trésors, et s'enfui en sa terre tout lié quant il put
eschaper. Charles le suivit longuement; mais il ne le put trouver:
Raganfroy le mestre du palais chaça jusques en la cité d'Angiers; dedens
l'asist, né onques ne s'en voulut partir jusques à tant que il eut pris lui
et la cité.[102] Pitié et miséricorde l'esmut à ce que il la lui donnast
pour habiter. Quant il fu venu au-dessus de lui, en France retourna et
entra en la seignourie du royaume sans contredit. En cette année morut le
roy Clotaire que il avoit couronné par-dessus lui. En l'an après envoia le
prince Charles ses messages au duc Eudes d'Aquitaine; tantfist le duc Eudes
vers lui, que il eut sa pais et sa concorde et lui rendi le roy Chilperic
que il en avoit mené, et grant plenté de ses trésors et de ses joiaus. Le
roy ne vesquit pas puis moult longuement; cinq ans et demi régna; mort fu
et ensépulturé en la cité de Noyon. Après lui eslurent les François un
autre et le prince Charles le confirma, Théoderic avoit nom; droit hoir
estoit, car il avoit esté fils le second Dagobert, et norri en l'abaïe de
Chelles[103]; si régna puis quinze ans. En telle manière fu Charles le
noble prince mestre du palais de France, et prince du royaume d'Austrasie.

      Note 95: _Gesta reg., cap_. 53.

      Note 96: _La marastre_, etc. La plupart des manuscrits portent la
      _preude femme_. C'est une erreur évidente, suivie par tous les
      précédents éditeurs. J'ai préféré la leçon du nº 1541: «Multoque
      thesauro à _matrona_ Plectrude accepto, revertebantur gaudentes.»
      Cela est bien différent. Matrone ne signifie pas ici _preude femme_,
      mais _veuve_, et Plectrude ne fit pas retourner les _Royaux_, mais
      une fois leur course terminée, elle leur distribua de ses trésors en
      les remerciant au contraire du mal qu'ils avoient fait à son fillatre
      Charles.

      Note 97: _Amblaves_. C'est un lieu situé non loin du monastère de
      Stavelon, dans le pays de Liège.

      Note 98: _Vinci_. C'est aujourd'hui une ferme du département du Nord,
      située sur le terroir de Crevecœur, et dépendant de la paroisse de ce
      bourg. Elle est à deux lieues de Cambrai, comme nous l'apprennent
      Balderic et son savant éditeur M. Le Glay.

      Note 99: _La tierce calende_. Les _Gesta regum_ portent: XII Kal.
      Ap. in quadragesima.

      Note 100: _Aucunes croniques_. Entre autres celle du second
      continuateur de Fredegaire. «Quos Carlus persecutus, usque Parisius
      civitatem properavit.» (Cap. 56.) Ces concordances d'autorités
      prouvent avec quel soin scrupuleux notre traducteur françois
      établissait son texte.

      Note 101: _Estriva_. Lutta, batailla. Nos paysans de la Champagne
      gardent le mot _retriver_, dans un sens analogue.

      Note 102: _Pitié et miséricorde_. Cette phrase n'est pas dans les
      _Gesta_, mais dans Sigebert. A° 722. Au reste, ce ne fut que sept ans
      plus tard que Charles Martel consentit à donner pour lieu de refuge à
      Rainfroi la ville d'Angers.

      Note 103: _En l'abbaye de Chelles_. Ici s'arrête le texte latin des
      _Gesta regum_, dont l'auteur étoit évidemment contemporain, d'après
      les derniers mots de son récit: «Franci vero Theudericum..... regem
      super se statuunt; qui usque nunc in regno subsistit.» Un ancien
      manuscrit de ces _Gesta_ porte même: «Qui nunc anno sexto in regno
      subsistit.» Les principaux guides de notre traducteur seront
      désormais les _continuateurs de Fredegaire_, que l'on feroit mieux
      d'indiquer: _Anonymes, continuateurs d'un anonyme_. Pour le reste du
      paragraphe, c'est une addition du traducteur.

[104]En ce tems se rebellèrent les Sennes; le prince Charles assambla ses
osts et entra en leur terre; vertueusement les domta et desconfit: après
retourna en France à grant victoire. Au chief de cet an mesme assambla ses
osts, le Rhin passa. Si avirona et cercha toute Alemaigne et toute Souave,
et soumist toutes ces terres à sa seignourie; puis passa tout outre jusques
au fleuve de la Dinoe; ès terres et ès régions qui par delà sont conduisit
son ost de France; une terre qui est par delà le fleuve conquist, qui a nom
Bulgarie[105]. Quant il eut toutes ces terres conquises et les parties
devers Orient cerchées[106], il retourna en France à grans victoires et à
grant proies de diverses richesses: en son retour amena avec lui dame
Plectrude sa marrastre[107] et une sienne nièce qui avoit nom Sinichilde.

      Note 104: _Fredeg. cont., cap_. 108.

      Note 105: _Bulgarie_. «Fines Bajoarenses occupavit.» Il falloit
      traduire qui a nom _Bajoarie_ ou _Bavière_.

      Note 106: _Et les parties_, etc. Cela est du fait de notre
      traducteur, dont la mémoire étoit sans doute remplie des chansons de
      geste populaires.

      Note 107: _Dame Plectrude sa marastre_. Le traducteur semble avoir
      été trompé par le mot _matrona_. Le continuateur de Fredegaire dit:
      «Cum matronâ quâdam, nomine Bilitrude et nepte suâ Sonichilde
      regreditur.»

En ce tems, brisa Eudes le duc d'Aquitaine les aliances que il avoit à lui
formées. Le prince Charles, qui bien sut ces nouvelles par messages, esmut
ses osts, Loire trespassa et chaça le duc bien avant en sa terre; mais
prendre ne le put. Maintes richesses conquist sur ses ennemis, puis
retourna en France; mais il n'y fist pas long séjour.[108] Ses osts
rassambla derechief et mut contre les Sennes, les Alemans, les Bavarois et
contre ceus de Souave, qui tous estoient revelés contre lui. Lanfroy le duc
d'Alemagne sousmit et humilia par armes: toutes ces terres devant dites
destruisist et gasta, puis retourna en France noble vainqueur partout, à
grans victoires et à grans despoilles de ses ennemis.

      Note 108: Le reste de l'alinéa n'est pas dans le continuateur de
      Fredegaire, mais semble fait d'après la Chronique de Sigebert; années
      724 à 729.


XXVI.

ANNEES: 732/734.

_Comment Charles Martiaus occist en une bataille trois cent quatre-vingt et
cinq mille Sarrazins, et comment il tolli les dismes aux églyses_.


Quant le duc Eudes vit que le prince Charles l'eut ainsi abatu et si
humilié, et que il ne se porroit vengier sé il ne queroit secours d'aucune
part, il s'alia aus Sarrazins d'Espaigne[109] et les apela en son aide
contre le prince Charles et contre la crestienté. Lors issirent d'Espaigne
les Sarrazins, et leur roy qui avoit nom Abdirames, à tout leurs femmes et
leurs enfans et toute leur substance, en si grant plenté que nul ne le
povoit nombrer ni estimer; tout leur harnois et quanques[110] ils avoient
amenèrent avec eus, ainsi comme se ils deussent tousjours-mais habiter en
France. Gironde trespassèrent, en la cité de Bordeaux entrèrent, le peuple
occirent, les églyses ardirent et destruisirent tout le païs.
Outrepassèrent jusques à Poitiers, tout mirent à destruction aussi comme
ils avoient fait à Bordeaux, et ardirent l'églyse Saint-Hilaire, de quoi ce
fu grans douleur. De là murent pour aller à la cité de Tours pour destruire
l'églyse Saint-Martin, la cité et toute la contrée. Là leur vint au-devant
le glorieux prince Charles et quanques il put avoir d'effort[111]; ses
batailles ordona et se ferit en eus par merveilleus hardement, ainsi comme
le loup affamé fiert entre les brebis. Au nom de la vertu nostre Seignour,
là fist si grant occision des ennemis de la foi crestienne, si comme
l'histoire tesmoigne, que il en occist en cette bataille trois cent
quatre-vingt et cinq mille[112], et leur roy qui avoit nom Abdirames.
[113]Lors fu-il primes apelé Martiaus par seurnom, car aussi comme le
martiaus debrise et froisse le fer et l'acier et tous les autres métaus,
aussi froissoit-il et brisoit par la bataille tous ses ennemis et toutes
estranges nacions. Si fu plus grant merveille: car il ne perdi en cette
bataille de toute sa gent que mille et cinq cents hommes. Leurs tentes et
leurs harnois prist tout, et fist proie de quanques ils avoient, à lui et
à ses hommes. Pourla raison de grant besoing prist-il les dismes des
églyses pour donner aus chevaliers qui deffendoient la foi crestienne et le
royaume, par le conseil et par la voulenté des prélas; et promist que sé
Dieu lui donnoit vie, il les restabliroit aus églyses, et leur rendroit
largement et ce et autres choses. Ce fist-il pour les grans guerres que il
avoit souvent, et pour les continueux assauts de ses ennemis. Eudes, le duc
d'Aquitaine, qui si merveilleux peuple de Sarrazins avoit fait venir en
France, fist tant que il fu réconcilié au prince Charles Martiaus et occist
puis des Sarrazins quanques il en put trouver qui estoient eschapés de la
bataille.

      Note 109: _Il s'allia aux Sarrasins_. La _Chronicon Moissiacensis
      Coenobii_, qui semble du VIIIème siècle, dit le contraire. Eudes,
      après avoir été vaincu par les Sarrasins, auroit demandé secours à
      Charles Martel.

      Note 110: _Quanques_. Tout ce que.

      Note 111: _D'effort_. De résistance.

      Note 112: _Trois cent quatre-vingt-cinq mille_. Cette énumération ne
      se trouve que dans _Paul Diacre_ et dans la _Chronique de Sigebert_:
      «Ex eis CCCCLXXV millia cum rege suo Abdyrama peremit, et MDI suorum
      amisit.» (Ad ann. 730.) Voyez au reste pour la bataille de Poitiers
      le précieux travail que vient de publier M. Reynaud _sur les
      invasions des Sarrasins en France_. Paris, Dondey-Dupré, 1836.

      Note 113: _Lors fu primes appelé Martiaus_. Cela et la mention de la
      prise des dîmes sont empruntés _ad Chronicon S. Richarii, auctore
      Hariulfo monacho_; elle remonte au XIème siècle. (Voy. lib. II, ad
      ann. 737.)

[114]En l'année après rassembla ses osts le noble prince Charles Martiaus,
et entra en Bourgogne; les contrées du royaume cercha[115], les cités et
les chastiaus saisist et garnist de sa gent, et y mist chevetains et
chastelains fevetables[116] et loiaus pour le païs justicier, et pour
contrester[117] aus rebelles. Quant il eut les choses ordonées à sa
volonté, et mis pais par tout le païs, il retourna par la cité de Lyon, et
se mist en possession de la cité, puis la livra à garder à ceus à qui il se
fia et de là retourna en France. En ce tems morut Eudes le duc d'Aquitaine.
Charles Martiaus qui les nouvelles en sut, mut à ost banie[118] pour sa
terre saisir par le conseil de ses barons; le fleuve de Loire passa, puis
Gironde; la cité de Bordeaux prist, et puis celle de Blaives, toute cette
région mist en sa seigneurie, cités et chastiaus. Après retourna en France
glorieux et victorieux pour tous ses fais, par l'aide du Roy des roys qui
vit et règne sans fin. Mais aucunes chroniques dient[119] ci endroit que
avant que il eust Aquitaine conquise, il se combati contre Hunaut et
Gaifier les deux fils le duc Eudes.

      Note 114: _Cont. Fredeg., cap_. 109.

      Note 115: _Cercha_. Parcourut.

      Note 116: _Fevetables_. Comme _fievés_, c'est-à-dire hommes dévoués
      et dont il avoit pris la foi.

      Note 117: _Contrester_. Résister.

      Note 118: _Mut à ost bannie_. Marcha avec une armée convoquée.

      Note 119: _Aucunes chroniques_. Entre autres celle de Sigebert?. ad
      ann. 733. Mais dans tous les cas, les deux fils d'Eudes étoient
      _Hatto_ et _Hunaud_. _Gaiffier_ étoit fils de _Hunaud_.

A ce tems advint que les Frisons, qui sont gent cruelle et hardie, se
rebellèrent contre lui trop cruellement. Là ne put-on aller par terre: car
cette région est enclose de mer; pour ce lui convint-il assambler grant
navie de nefs et de galies pour passer en Frise. En mer se mist, et arriva
en cette terre par l'aide nostre Seignour: Astrasie et Emstrachie[120],
deux contrées de cette région, trespassa toutes et chercha, et mist tout à
destruction par feu et par occision.

      Note 120: _Astrasie. Westrachia_, aujourd'hui _Westergoe_, qui donne
      son nom à l'un des quatre quartiers de la Frise; celui qui touche à
      la côte du _Zuider-Zée_.--_Emstrachie_ (Austrachia), est aujourd'hui
      _Oostergoe_, le quartier oriental de la même contrée.

Rabode[121] le duc de Frise encontra sur un fleuve qui est apelé Burdonne;
à lui se combati, et l'occist et lui et tout son ost, toutes leurs ydoles
froissa et ardit. A tant retourna en France en prospérité à grans victoires
et à grans despoilles de ses ennemis.[122] En ce point vinrent en France
les Wandes, gent cruele et félonesse et sans nulle humanité; les cités
prenoient, les églyses destruisoient, les abaïes ardoient et roboient, les
chasteaus craventoient, le peuple occioient, et merveilleuse occision et
efusion de sang humain faisoient; ainsi vinrent tout le païs gastant
jusques à la cité de Sens. Fortement commencièrent à assaillir la ville de
javelots, de fondes et de fondoufles[123] et de tels instrumens comme ils
avoient. Mais Ebbe l'archevesque de la cité issit hors encontre eus à tant
de gent comme il put avoir, armés de foi et d'espérance et de l'aide nostre
Seignour; du siége les leva et les fist tourner à fuite. Tant les chaça que
ils fussent hors de la contrée.

      Note 121: _Rabode_. Le traducteur, ou plutôt le copiste, a écrit ce
      nom au lieu de _Poppon_, qui est dans le texte.--_Burdonne_. «Super
      _Burdine_ fluvium.»

      Note 122: Tout ce qui se rapporte aux _Wandes_ ou _Wandales_ est
      tiré d'une chronique anonyme publiée par Duchesne, tome III de ses
      _Scriptores Francic_., p. 394, d'après un manuscrit du commencement
      du XIème siècle. On retrouve la même chose dans le début aussi ancien
      du roman de _Garin le Loherain_ que j'ai publié:

        Vielle chanson voire volez oïr,
        De grant istoire et de merveillous pris?
        Si com li Wandre vinrent en cest païs,
        Crestienté ont malement bailli,
        Les homes morts et art tout le païs, etc.

      Note 123: _De javelots, de fondes et de fondoufles_; la chronique
      anonyme dit seulement: «Omni arte, jaculis et machinis infestare.»
      Les _fondoufles_ ou _fandoufles_ étoient sans doute une espèce de
      fronde ou fonde.

[124]Le victorieux prince Charles Martiaus esmut ses osts en ce point, en
Bourgoigne entra, et alla jusques à la cité de Lyon; les plus grans et les
plus nobles de cette région soumist à sa seignourie: de là vint à
Marseille, et puis à Arle le blanc[125], ses séneschaus et ses baillis mist
partout; après retourna en France rempli de grans dons et de grans presens.
Lors recommencièrent les Saisnes à se rebeller les premiers, par devers ces
parties qui habitent sur le Rhin. Mais Charles Martiaus, qui cette
présumpcion ne voulut pas souffrir sans vengeance, esmu ses osts, le Rhin
trespassa par l'endroit où une rivière court qui est apelée Lippie[126];
une partie de cette région destruisit et gasta, et l'autre fist tributaire
et en prist bons ostages: à tant retorna en France.

      Note 124: Ici commence le troisième continuateur anonyme de la
      chronique de Fredegaire. L'auteur écrit par les ordres de
      Childebrand, frère de Charles Martel.

      Note 125: _Arle le blanc_. (Arelatum.) Arles.

      Note 126: _Lippie_. Aujourd'hui _la Lippe_.


XXVII.

ANNEES: 737/740.

_Comment Charles Martiaus recouvra la cité d'Avignon et les autres cités
que les Sarrazins avoient prises, et comment il morut_.


En ce tems s'esmut une manière de gent forts et cruels, si estoient nommés
Ismaëliciens, mais par autre nom sont orendroit[127] apelés Sarrazins.
Devers Espaigne vinrent, et trespassèrent le Rhosne et s'aprochièrent
jusques à la cite d'Avignon, qui tant est forte et haute que ils ne
l'eussent de long tems prise par force né par assaut, sé elle n'eust esté
traïe. Mais Maronte, un duc du païs, et aucuns trahiteurs se consentirent à
eus et leur ouvrirent les portes; cils entrèrent ens qui jà avoient mis
tout le païs à destruction. Quant le prince Charles Martiaus sut ces
nouvelles, il envoia avant son frère le duc Childebrant et maint autre
prince et duc à grant ost et grant appareillement d'engins et de
tourmens[128]: la cité assiégèrent qui trop estoit forte et bien garnie,
les engins drecièrent, et ordonnèrent leur gent pour livrer assaut; lors
s'aprochièrent et drecièrent eschelles aux murs. En ce point vint le
glorieux prince Charles Martiaus à grans effors; lors primes fu l'assaut
commencié par merveilleuse vertu; de tous sens cernèrent la ville, les
perrières firent lancier, les batailles aprochier, arcs et arbalestes
traire et dars ruer; de toutes pars huier[129] trompes et araines sonner,
en la manière que l'on fist jadis quant Jérico fu prise. De tous sens
assailloient si viguereusement et si asprement, que grant paour povoient
avoir ceus dedens. Lors s'esvertuèrent François, et montèrent sus les murs
par eschelles et sus les maisons; si s'espandirent par la cité, les
Sarrazins prirent et occirent tous; et fu la cité en telle manière
recouvrée. Outre le Rhosne conduisist son ost; tout le païs des Ghotiens
chercha, et vint jusques à Nerbonne, cité est noble et riche et mestresse
de toute cette province; dedens estoit Anthisme un roy Sarrazin à grant
plenté de sa gent: Charles Martiaus assist la cité, et les enclost dedens.
Quant les plus grans des princes des Sarrazins d'Espaigne oïrent ce dire,
ils murent de leur païs à merveilleux ost avec un autre roy paien, qui
avoit nom Amour, pour secourir le roy Anthisme. Des nefs issirent car ils
estoient venus par mer, et vinrent contre Charles Martiaus tous prests à
bataille; et Charles leur revint au-devant, hardiement les encontra en une
valée qui est apelée Corbarie, sur un fleuve qui a nom Byrra[130]. Là fu la
bataille grant et merveilleuse; mais par la vertu de nostre Seignour le
plus grant de leurs roys fu occis, et tous les autres desconfits. Puis que
ils virent leur sire mort, ceus qui demeurèrent de l'occision au rivage de
la mer fuirent et cuidèrent eschaper par l'aide de leur navie; ès nefs
sailloient, par grant estrif[131], ceus qui y povoient avenir, et ceus qui
avenir n'y povoient sailloient en la mer par paour et par destrèce de la
mort. Mais François qui de près les assailloient, se mirent ès galies et
leur coururent sus; les uns noièrent et afondrèrent en la mer, les autres
occirent en lançant de dars et de javelos. Ainsi eut victoire le glorieux
Charles Martiaus des Sarrazins par l'aide de nostre Seignour, et gagnièrent
François leurs despoilles, et quanques ils avoient amené; la terre de
Ghotie prirent et mirent à destruction, et prirent le duc Victor[132] et
maints autres riches prisonniers; les plus grans cités et les plus nobles
du païs abatirent et craventèrent jusques à terre, et boutèrent le feu
partout, pour ce que elles estoient habitées de Sarrazins, si comme Nimes
et Agens dont la contrée est appelée Aginnois, Bediers et autres cités du
païs, et Sustancion, qui ore est apelée Monpellier[133]. Et quant il eut
tout ses ennemis vaincus et mis sous pié, il retourna en France vainqueur
par tout par l'aide de nostre Seigneur.

      Note 127: _Orendroit_. Maintenant.

      Note 128: _Tourmens_. Machines de guerre.

      Note 129: _Huier_. Variantes: _Huer, crier.--Araines_. Trompettes
      d'airain, comme on disoit _olifans_, pour _cors d'ivoire_ ou de
      corne.

      Note 130: _En une vallée_, etc. «Super fluvio Birra et valle Corbaria
      palatio.» La _Berre_ coule au milieu de la _Vallée Corbière_ entre
      Narbonne et Leucate. Elle prend sa source dans les flancs d'une
      montagne également appelée le mont Corbière.

      Note 131: _Estrif_. Effort.

      Note 132: _Le duc Victor_. Voilà un gros contre-sens. Le continuateur
      de Fredegaire dit: «Captâ multitudine captivorum, cum duce victore
      regionem gothicam depopulantur.» Il est vrai que d'autres manuscrits
      suivis par Duchesne et Freher portent: «Cum duce, Victor...
      depopulatur.» Ce qui feroit croire que dans les prisonniers étoit le
      chef des Sarrasins. Mais cette leçon ne semble pas admissible, et,
      dans tous les cas, cet illustre vaincu ne s'appeloit pas Victor.

      Note 133: _Si comme_, etc. Variante: Si comme _Victicum, Nemausum,
      Altimurium, Agatham, Biterris et Substancium_ qui ore est apelée
      Montpellier. Ce sont Uzès, Nismes, Agde, Beziers et Substancion.
      J'ignore quelle ville entend le chroniqueur par Altimurium. Pour
      _Substantion_ elle étoit placée à trois quarts de lieue de
      Maguelonne, aujourd'hui Montpellier. Le texte du continuateur de
      Fredegaire dit seulement: «Urbes famosissimas Nemausum, Agatem ac
      Biterris.... destruens.»

Au second mois de l'an qui après vint[134], envoia le prince Charles
Martiaus le duc Childebrant son frère et plusieurs autres princes en
Provence à grant ost; lui mesme mut d'autre part droit vers la cité
d'Avignon pour le duc Baronte[135] punir, qui dommage lui faisoit en ces
parties: il le chaça jusques au rivage de la grant mer, et chercha[136]
montagnes et valées si hautes et si périlleuses que il sambloit que nul
n'y peust puier[137]: les chastiaus et les forterèces dessus la marine
conquist, et toutes ces terres mist à sa seignourie. Après retourna en
France glorieux et victorieux et renommé par tous ses fais par l'aide de
nostre Seigneur; tant estoit fier et redouté que il ne trouva mais qui
vers lui s'osast deffendre.

      Note 134: _Au second mois_, etc. Nous lisons maintenant dans le texte
      du continuateur de Fredegaire qui nous est parvenu: «Denuò curriculo
      anni illius mense secundo.» Et le P. Lecointe a conjecturé qu'il
      falloit ainsi restituer ce passage: _Denuò curriculo anni secundo_.
      Le texte des _Chroniques de Saint-Denis_ doit nous faire penser que
      le manuscrit du traducteur portoit: «_Secundo curriculo anni, illius
      mense secundo_.» Ce qui vaut encore mieux.

      Note 135: _Baronte_. Lisez _Maronte_.

      Note 136: _Chercha_. Parcourut.

      Note 137: _Puier_. Monter. De _Pui_ montagne. D'où nos mots _appui_
      et _appuyer_.

[138]Puis retournèrent d'Espaigne les Sarrazins, la cité d'Arle-le-blanc
prirent et gastèrent tout le païs: mais Charles Martiaus leur courut au
devant, si eut en son aide Liuprant le roy des Lombars. Tant eurent grant
paour de lui que ils s'enfuirent sans bataille, pour la renommée de son nom
tant seulement. Ainsi chassa les Sarrazins et leur tolit espérance de
jamais retourner en France; quant devant avoient conquises presque toutes
les régions d'Aise et de toute Libbie, (qui autant vaut comme Afrique) et
grant partie d'Europe. [139]Le duc Baronte prist qui les Sarrazins avoit
apelés d'Espaigne, si comme l'histoire a là sus conté; puis retourna en
France glorieux vainqueur par la vertu de celui qui règne et régnera sans
fin. [140]Dès lors en avant commença à afleboier, et le prist une maladie
en une ville qui a à nom Vermerie[141], qui siet sur la rivière d'Aise.
[142]Devant ce avoit formées aliances à Liupran le roy des Lombars: Pepin
le moins agé de ses fils lui envoia premier, pour ce que il lui tondist les
cheveux et fust son père spirituel, selon la coustume du tems de lors. Le
roy Liupran le fist moult volontiers, et le renvoia à son père honouré de
grans dons.

      Note 138: _Chronic. Sigib. mon. A° 738_.

      Note 139: _Le duc Baronte_. Notre traducteur, passant de Fredegaire à
      Sigebert, répète ici ce qu'il avoit dit d'après sa première autorité
      quelques lignes au-dessus.

      Note 140: _Cont. Fredeg., cap_. 109.

      Note 141: _Vermerie_. Aujourd'hui _Verberie_, petite ville du
      département de l'Oise (Picardie).

      Note 142: _Paul Diacre, lib. VI, cap_. 53.

[143]Droit en ce tems lui envoia saint Grigoire, l'apostole de Rome, les
clés du saint sépulcre et les liens dont saint Pierre l'apostole fu lié, et
tant de présens et si grans que nul n'avoit onques veu ni oy parler de
tels; par telle condicion que il mist les choses célestiales avant les
terriennes, et deffendist l'Eglyse de Rome de la cruauté des Lombars,
laissast leur familiarité et leur acointance, et venist à Rome, et fust
prince et conseiller des Romains[144]. Les messages qui ces dons et ces
nouvelles lui aportèrent reçut-il moult honnorablement, et leur donna moult
larges dons au départir; grans dons et grandes richesses envoia à l'églyse
Saint-Pierre de Rome par ses propres messages, par Singobert[145] l'abbé de
Saint-Denis en France, et par Grimon l'abbé de Saint-Pierre de Corbie.

      Note 143: _Cont. Fredeg., cap_. 110.

      Note 144: On a conservé les deux lettres que Grégoire III écrivit en
      cette occasion à Charles Martel. On peut les voir dans le _Recueil
      des historiens de France_, tom. IV, pag. 92 et 93.

      Note 145: _Singobert, l'abbé_.... Le texte du continuateur porte
      seulement: «Et Sigobertum reclusum sancti Dionisii.» Mais notre
      traducteur, qui connois soit l'histoire de son abbaye, a très-bien
      corrigé: _Singobert abbé_. Il fut élu, en effet, peu de temps après
      son retour de Rome.

Par le conseil de ses barons départi-il son royaume à ses fils à son
vivant: à Charlemaines[146] l'aisné donna Austrasie, Souave et Thoringe; à
l'autre plus jone, qui Pepin avoit nom, donna France, Bourgoigne, Provence
et Neustrie, (qui ore est apelée Normendie).[147] Au tiers, qui Grifon
avoit nom et estoit l'aisné de tous, n'assena[148] point de terre; dont il
sourdit contens[149] après sa mort. En cette mesme année mut Pepin en
Bourgoigne entre lui et Childebrant son oncle, à grant ost: toute la terre
chercha, et se mist en saisine du don que son père lui avoit fait.

      Note 146: _Charlemaines_. (Carlomanno.)

      Note 147: _Au tiers_. Cette mention de Griffon semble le fait de
      notre traducteur.

      Note 148: _N'assena_. N'assigna.

      Note 149: _Contens_. Contentions, disputes.

Entre ces choses, advint ce qui est trop grief à raconter; car nouveaus
signes aparurent au soleil, en la lune et ès estoiles, et fu l'ordonance de
Pasques troublée. Si advinrent ces signes pour le défaut de si haut prince;
car peu de tems après, lui prist une trop forte fièvre en une ville qui a
nom Carisi[150], si sied sur la rivière d'Aise. Le royaume de France crut
et eslargi en son tems, et laissa en grant pais et en grant prospérité. De
ce siècle trespassa en l'onzième calende[151] de novembre. Les deux
royaumes gouverna vingt-cinq ans; mort fu en l'an de l'incarnacion sept
cent quarante-et-un et ensépulturé en l'églyse Saint-Denis en France, à qui
il avoit donné maint beau don; [152]mis fu en coste le maistre autel en un
riche sarcueil d'alebastre[153].

      Note 150: _Carisi_. Ou _Caricy_. (Carisiacum.) Aujourd'hui
      _Quierzy-sur-Oise_, village du département de l'Aisne (Picardie).

      Note 151: _L'onziesme calende_. Il falloit traduire: _Le onze des
      calendes_.

      Note 152: _Mis fu, etc_. Addition du traducteur.

      Note 153: Là s'arrêtent la plupart des manuscrits qui nous ont
      transmis la troisième continuation du prétendu Fredegaire. La
      quatrième a été composée évidemment par un clerc attaché à la
      personne de Nibelunge, fils de Childebrand, le frère de Charles
      Martel. Mais notre traducteur de Saint-Denis va s'attacher de
      préférence aux textes de la Chronique qui passe pour l'ouvrage
      d'Eginhard et que l'on a insérée dans la collection des Historiens
      de France, t. V. p. 196 et suiv,, sous le titre: _Annales regum
      Francorum Pippini et Caroli magni, vulgò adscripti Eginhardo ipsius
      Caroli Magni notario, posteà abbati_.


XXVIII.

ANNEES: 741/747.

_Cy commencent les fais du roy Pepin: et comment Grifon, le tiers des fils
Charles Martiaus, guerroia son frère; comment Charlemaines devint moyne, et
comment le roy Pepin fu couronné_.


[154]Trois fils eut le victorieux prince Charles Martiaus: Charlemaines,
Pepin et Grifonnet. Cil Grifon, qui aisné estoit, eut une mère qui avoit
nom Sonnichilde, nièce estoit d'Odilon le duc de Bavière. Par son mauvais
conseil lui fist commencier guerre contre ses frères, et le mist en
espérance d'avoir tout le royaume: si monta en si grant présumpcion, que il
saisi la cité de Montloon[155], et manda à ses frères bataille à jour
nommé, et ses frères esmurent leurs osts contre lui et l'assiégèrent dedens
la cité. A la parfin se rendit à eus, quant il vit que la force n'estoit
pas sienne, et que il ne leur povoit contrester. Lors retournèrent les
frères pour les besoignes du royaume ordoner, et recouvrer les provinces
qui jà s'estoient départi de la société et de l'aliance des François, puis
la mort de leur père. Si estoit leur intencion telle que ils vouloient le
royaume laissier en tel point que le païs fust sûr et en pais, tandis comme
ils guerroioient en estranges contrées: et pour ce que ils se doutoient que
Grifon leur frère ne leur feist anui au royaume, endementiers[156] que ils
seroient hors, Charlemaines le prist et le mist en prison en un nuef
chastel qui siet delès Ardenne; là le fist moult bien garder jusques à tant
que il mut pour aller à Rome.

      Note 154: _Eginhardi Annales, A° 741_.

      Note 155: _Montloon_. «Mons Laudunensis.» C'est Laon, souvent appelée
      encore par les annalistes: «Lugdunum Clavatum.»

      Note 156: _Endementiers_. Tandis que.

[157]Lors esmurent les frères leur ost pour entrer en Aquitaine contre le
duc Hunau; car ils voloient premièrement recouvrer cette contrée; un fort
chastiau prirent, qui a nom Loches[158], puis allèrent au viel Poitiers; là
départirent le royaume (avant que issisent de cette contrée), que ils
avoient tenu entr'eus deux jusques alors. Quant ils furent retournés en
France, Charlemaines esmut son ost, et entra tout seul en Alemaigne, pour
ce que elle s'estoit desevrée de la société des François; toute la dégasta
par feu et par occision, puis retourna en France.

      Note 157: _Eginh. Ann., A° 742_.

      Note 158: _Loches_. (Lucca.) Aujourd'hui ville du département
      d'Indre-et-Loire (Touraine).

[159]Un peu après, les deux frères Charlemaines et Pepin assemblèrent leur
ost et murent contre Odilon le duc de Bavière, pour ce que il avoit une
leur serour ravie: à lui se combatirent et le vainquirent lui et tout son
ost. Quant ils furent en France retournés, Charlemaines alla tout seul
ostoier[160] en Sassoigne; un chastiau prist qui est nommé Hobseobour[161],
et prist un duc du païs qui avoit nom Theoderic, puis retourna en
France[162]. Une autre fois allèrent les deux frères en Sassoigne arrière,
et reçurent de rechief ce mesme Theoderic en leur merci, et quant ils
eurent mis tout le païs à destruction, si se mirent au retour.

      Note 159: _Eginh. Ann., A° 743_.

      Note 160: _Ostoier_. Guerroier, diriger une ost.

      Note 161: _Hobseobour_. «Hocseburg.» Sans doute _Hochberg_, dans le
      cercle de Souabe.

      Note 162: _Eginh. Ann., A° 744_.

[163]En cette année monstra Charlemaines le bon propos que il avoit
tousjours eu; car son cuer tendoit à guerpir le siècle, et à adosser[164]
toute la vaine gloire de ce monde, et entrer en religion pour Dieu servir
et faire sa pénitence. Pour cette raison laissa Pepin à ostoier[165] cette
année, pour parfaire le veu Charlemaines son frère; car il voloit que il
fust mis là où il vouloit, tout à sa volonté[166]. A Rome s'en alla
Charlemaines, et laissa la fausse gloire de ce monde; un moustier fonda en
un lieu qui a nom Montsoract, en l'honnour saint Sévestre, pour ce que il
s'estoit là tapis, si comme l'on disoit, au tems de la persécucion des
crestiens, qui fu sous l'empereur Constantin. Là le tondi et le benéi le
pape Zacarie, et lui donna habit de moyne. Puis laissa-il ce lieu, pour ce
que les nobles gens de France qui là alloient le visitoient trop souvent.
En l'abaïe Saint-Beneoit de Moncassin entra en la congrégation des autres
frères; la servi nostre Seigneur, et fist fruit de bonnes euvres par la
bonne vie que il mena puis, toute sa vie.

      Note 163: _Eginh. Ann., A° 745_.

      Note 164: _Adosser_. Tourner le dos à.

      Note 165: _Laissa Pepin à ostoier_. Pepin cessa de guerroyer.

      Note 166: _Eginh. Ann., A° 746_.

[167]Grifon l'autre des frères ne vouloit estre sujet à son frère Pepin, jà
soit ce que il vesquit sous lui honorablement; ains assambla tant de gent
comme il put avoir, et s'enfui en Sassoigne. Peu de tems après, vint à ost
contre son frère sur une rivière qui a nom Obacre, en un lieu qui est nommé
Orhain[168]. Et le prince Pepin rassambla l'ost de France contre la
desloiauté son frère; par Toringe s'en alla et entra en Sassoigne; son ost
fist logier en un lieu qui est nommé Skahingue sur un fleuve qui estoit
apelé Misaha; pas n'assamblèrent à bataille; ains firent parlement, et se
départirent à tant[169]. Grifon qui bien s'aperçut de la légièreté et de la
fausseté de la gent du païs, se départi de la terre, pour ce que il se
douta d'aucune traïson. En Bavière s'en alla, les chevaliers et les sergens
du royaume de France, qui à lui alloient, recevoit; Lanfrid[170] qui à lui
vint pour lui aidier retint: si fist tant que il tolli la duchée à
Thassille qui estoit duc du païs. Quant la nouvelle fu raportée de ses fais
au prince Pepin son frère, il mut et entra en Bavière à grant ost; Grifon
et tous ceus qui avec lui estoient et qui à lui estoient venu, prist; au
duc Thassille rendi sa terre; à tant retourna en France. A Grifon son frère
donna douze comtées du royaume de Neustrie; mais encore ne lui souffit-ce
pas; ains s'enfui cette année mesme à Gaifier le duc d'Aquitaine.

      Note 167: _Eginh. Ann., A° 747_.

      Note 168: _Obacre_.... «Super fluvium Obacra, in loco qui dicitur
      Horheim.» (Annales Fuldenses.) L'_Obacre_ est aujourd'hui l'_Ocker_.

      Note 169: _Eginh. Ann., A° 748_.

      Note 170: _Lanfrid_. Le latin porte: _Swilgerum_.

[171]Le prince Pepin qui bien vit que le roy de France qui lors estoit ne
tenoit nul profit au royaume, envoia adonques à l'apostole Zacarie
messages, Burcart l'archevesque de Bourges[172] et Fourré son chapelain,
pour demander conseil de la cause des roys de France qui en ce tems
estoient: «Lequel devoit estre mieux roy, ou celui qui nul povoir n'a voit
au royaume, né en portoit fors le nom tant seulement, ou celui par qui le
royaume estoit gouverné et qui avoit le povoir et la cure de toutes
choses.» Et l'apostole lui remanda que celui devoit estre roy apelé, qui le
royaume gouvernoit et qui avoit le souverain povoir. Lors donna-il sentence
que le prince Pepin fust couronné comme roy.

      Note 171: _Eginh. Ann., A° 749_.

      Note 172: _De Bourges_, de Wurtzbourg en Franconie.--_Fourré_ ou
      _Folrade_.

[173]En cette année mesme fu roy clamé par la sentence le pape Zacarie et
par l'élection des François. Oint fu et sacré en la cité de Soissons par la
main saint Boniface le martir, en l'an de l'incarnacion nostre Seigneur
sept cent cinquante. Childeric, qui roy estoit apelé, fu tondu et mis en
une abaïe. Puis régna le roy Pepin quinze ans, quatre mois et vingt jours.
Si avoit, devant ce, tenu la seignourie du palais et du royaume puis la
mort Charles Martiaus son père, dix ans.

      Note 173: _Eginh. Ann., A° 750_.


XXIX.

ANNEE: 752.

_Coment le roy Pepin desconfit les Saisnes_.


[174]En l'année après ce qu'il fut couronné, assembla-il ses osts et entra
en Sassoigne. Et jà soit ce que les Saisnes se deffendissent vertueusement
en l'entrée de leurs terres, toutes voies donnèrent-ils lieu[175] et s'en
fouirent desconfis. Et le roy chevaulcha tout outre jusques à un lieu qui
est appellé Rimi, qui siet sur le fleuve de Wisaire[176]. En celluy ost fu
occis l'archevesque Hildegare. Lors se mist le roy au retour, quant la
terre eut gastée. Ainsi qu'il s'en retournoit,  il lui fu conté que
Griffon, son frère, qui au duc Gaifier s'en estoit foui, estoit tué, et
coment et par qui il avoit esté occis.

      Note 174: _Eginh. Ann., A° 751, 752, 753_.

      Note 175: _Donnèrent-ils lieu_. Cédèrent-ils la place, ou, comme dit
      le peuple: _Fichèrent-ils le camp_.

      Note 176: _Wisaire_. Le Weser.

[177]En ce temps, fit le roy Pepin corriger et amender les chans et le
service des églyses de France, par l'estude et l'autorité de Rome. Remi
l'archevesque de Rouen, frère le roy, florissoit en ce temps en bones
euvres.

      Note 177: Cet alinéa n'est pas traduit des _Annales d'Eginhard;_
      mais on trouve la preuve du fait qu'il rapporte dans une lettre du
      pape Paul Ier à Pepin, insérée au 5ème vol. des _Historiens de
      France_, pag. 531.

En celluy an vint en France le pape Estienne au roy Pepin, en la ville de
Carisi. La cause de sa voie fu qu'il requéroit aide et deffense pour luy et
pour l'Églyse de Rome contre les Lombars. Après luy vint Charlemaines, le
frère du roy, qui estoit moine de saint Beneoit de Mont-Cassin, par le
commandement de son abbé, pour prier le roy son frère que il ne s'accordast
mie au pape, né ne se consentist à sa requeste. Mais on cuida que il ne fit
pas ce de bonne volenté; car il ne osoit contredire le commandement de son
abbé, né l'abbé celuy du roy des Lombars qui ce luy avoit commandé.

Ce roy, qui Aistulphe avoit nom, faisoit trop de griefs aux Romains, car il
vouloit avoir le treu[178] de chascun chef. [179]Le roy Pepin se consentit
toutes voies à la requeste du pape et receut luy et l'Églyse en sa garde et
defense. Le pape l'enoint et sacra à la royalle dignité luy et ses deux
fils Charles et Charlemaines en l'églyse de Saint-Denis en France; et les
conferma en tele manière que luy et toute sa ligniée tenissent la dignité
du royaume à tous jours mais, par héritage; et escomenia tous ceulx qui
encontre seroient ou qui force y feroient. Tout l'hiver demoura ce pape en
France.

      Note 178: _Le treu_. Le tribut. C'est précisément ce que nous payons
      aujourd'hui sous le nom de _contribution personnelle_. Ce dernier mot
      est bien moins révoltant.

      Note 179: _Eginh. Annal., A° 754_.

_Incidence_. En cet an fu martirié en Frise saint Boniface, archevesque de
Mayence, qui là estoit envoié en prédication.


XXX.

ANNEES: 755/759.

_Comment le roy Pepin et tout son ost entra en Lombardie et desconfist les
Lombars_.


[180]Le roy Pepin envoia ses osts et assembla, quant la nouvelle saison fut
venue, pour entrer en Lombardie, et requerre la droiture saint Père envers
le roy des Lombars[181], à la requeste le devant dit apostole Estienne. Les
Lombars rassemblèrent tous leurs efforts pour contrester au roy et aux
François et pour deffendre l'entrée de Lombardie. Au devant leur vindrent à
l'entrée des montaignes, et leur rendirent forte bataille, mais toutes
voies furent-ils desconfis et s'enfuirent. Et les osts des François
passèrent oultre assés légièrement, tout fust le passage grief[182].

      Note 180: _Eginh. Annal. A° 755_.

      Note 181: _La droiture_, etc. Et soutenir les droits de saint Pierre
      contre le roi des Lombards.

      Note 182: _Tout fust_. Bien que fust, etc.

Quant ils eurent les montaignes passées et ils furent ès plains de
Lombardie, le roy Aistulphe et ses Lombars ne les osèrent atendre en
bataille, ains se mistrent en la cité de Pavie et furent dedens assis: né
le roy Pepin ne se voult lever du siège jusques à tant que le roy Aistulphe
lui eut donné feauté et juré et donné quarante ostages que il rendroit son
droit à l'Églyse de Rome. Quant la besoigne fut ainsi conformée par
serement et asseurée par ostages, le roy retourna en France; l'apostole
fist conduire à Rome à grant compaignie de François. Charlemaines, le frère
au roy, qui moine estoit, estoit venu en France pour empescher la besoigne
l'apostole, si comme il est dit dessus, et demoura en la cité de Vienne
avec sa serourge la royne Berthe. Là le prist une fièvre et fut mort avant
que le roy feust retourné de l'ost de Lombardie. Et le roy fist le corps de
luy atourner et porter à Mon Cassin où il avoit receu l'abit et fait
profession.

[183]Aistulphe, qui en l'année devant avoit juré au roy et donné ostages et
ses barons liés avec lui par serement, que ils tiendroient et garderoient
la droiture et la doctrine de l'Églyse de Rome, ne tint guères bien son
convenant; car il n'accomplit onques chose qu'il eust promise. Pour ce
semont ses osts le roy Pepin et entra à grant force en Lombardie. Le roy
Aistulphe assist, ainsi comme il eut fait devant, en la cité de Pavie; par
force le contraignit à ce que il tenist ce que il avoit devant promis et
juré à l'Églyse, et luy rendist Pentapole et Ravenne et toutes les
appartenances; et le roy les rendit à l'apostole et à l'Églyse de Rome.
Atant retourna en France.

      Note 183 _Eginh. Annal. A° 756_.

Et quant le roy Pepin s'en fu retourné, le roy Aistulphe ne se pena pas
tant d'acomplir ce que il avoit promis, comme il fist de changer et de
rappeler ce que il avoit acompli: mais nostre Seigneur mit conseil en sa
besoigne meisme, et luy empescha son divers[184] propos: car il chaït de
son cheval le jour qu'il chaçoit au bois; de celle froissure le prist une
maladie et mourut. En pou de temps après, le royaume receut ung prince de
son palais qui avoit nom Desier, si règna puis dix-huit ans.

      Note 184: _Son divers propos_. Sa résolution inconstante.

[185]En ce temps vindrent au roy les messages Constantin, l'empereur de
Constantinoble, au chastel de Compiègne où le roy estoit adonc au général
parlement. Riches présens luy apportèrent de par leur seigneur. Entre les
autres choses lui eut envoyé unes orgues de merveilleuse beauté. La meisme
nuit, Thasille, le duc de Bavière, vint à grant compaignie des plus nobles
de son païs. Là devint son homme et mist ses mains entre les siennes, selon
la coustume françoise, et luy jura feauté à luy et à ses deux fils Charles
et Charlemaine. Le serment qu'il eut fait au roy renovella puis sur le
corps saint Denis et sur le corps saint Germain de Paris et sur le corps
saint Martin de Tours, et promist qu'il porteroit foy et loyauté au roy et
à ses deux fils comme à ses seigneurs, tous les jours de sa vie. Et tous
les princes et les plus grans de Bavière qui avec lui estoient venus
firent ce meisme serement sur les devant dis corps sains.

      Note 185: _Eginh. Annal. A° 757_.

[186]Le roy assembla ses osts et entra en Sassoigne; mais les Saisnes lui
contrestèrent et deffendirent vertueusement leurs forteresses et leurs
chasteaux. Toutes voies furent-ils reculés et desconfis, et entra le roy en
leurs terres par le passage qu'ils deffendoient. Quant ils furent oultre
passés, ils combatirent communément ensemble; mais moult y eut des Saisnes
occis. Si, furent contrains à ce que ils promistrent à faire la volenté du
roy oultréement; et sa volenté si fut telle, que ils vendroient chascun an
en sa court au général parlement, pour luy honorer et présenter trois cens
chevaulx de pris. Ceste chose jurèrent tenir, en la manière de leur païs.
Quant le roy les eut de ce treu chargés, il retourna en France.

      Note 186: _Eginh. Annal. A° 758_.

[187]Lors receut le roy ung fils, Pepin fut appellé comme son père. Mais il
mourut au tiers an de son aage. En celle année, célébra le roy la solemnité
de Noël en ung lieu qui est nommé Longlare[188]; la Pasque en ung autre qui
est appelle Jopila; n'onques de toute celle année ne chevaucha hors du
royaume.

      Note 187: _Eginh. Annal. A° 759_.

      Note 188: _Longlar_. C'est _Glare_, dans la forêt des Ardennes, et
      dans le diocése de Liège.--_Jopila_, ou _Jopil_, étoit une autre
      maison royale à peu de distance de Liège, sur la Meuse.

[189]Le duc Gaiffier d'Acquitaine esmut le mautalent[190] du roy contre
luy, pour ce que il recevoit les rentes en sa terre des églyses qui
estoient establies soubs le roy, né rendre ne les vouloit aux menistres du
roy[191], combien que le roy le fist admonester par ses propres messages.
Pour ce, esmut ses osts et entra en Acquitaine pour la cause des églyses
deffendre et pour restablir les choses que le duc avoit saisies. En ung
lieu qui est appelle Thedoad fist le roy logier son ost. Le duc Gaiffier
qui à luy n'osa estriver par bataille ly manda par ses messages que il
estoit prest d'obéir du tout à sa volenté, et de rendre aux églyses ce que
il avoit du leur; et de ce lui donroit teles séurtés comme il demanderoit.
Et pour ce que il fust plus certain de ces convenances, il metroit par
devers luy deux des plus nobles hommes d'Acquitaine, Algaire et Ytherie.
Par ceste offre apaisa le courage du roy qui trop estoit courouciés contre
luy, tant qu'il se tint de faire bataille contre luy par les ostaiges que
il luy livra. Son ost départit à tant et retourna en France. En la ville de
Carisi yverna et célébra la solennité de Noel et de Pasques.

      Note 189: _Eginh. Annal. A° 760_.

      Note 190: _Mautalent_. Ressentiment.

      Note 191: Cette phrase est mal entendue. Il ne s'agit pas des
      ministres du roi, mais plutôt des directeurs ecclésiastiques des
      biens dont Pepin étoit l'avoué, le protecteur reconnu. «Waifarius,
      cùm res quæ in suâ potestate erant, et ad ecclesias sub manu Pipini
      regis constitutas pertinebant, rectoribus ipsorum venerabilium
      locorum reddere noluisset....»

[192]Le duc Gaiffier désiroit moult que il fust vengié en aucune manière
des dommaiges que l'ost de France luy avoit fait, et jà soit ce que il eust
au roy serement et ostages livrés de obéir à sa volenté, un pou de temps
après envoya-il son ost jusques en la cité de Châlons en Bourgoigne, pour
gaster le païs. Le roy sceut ce, qui adont tenoit parlement en une ville
qui est appellée Durie[193]. Il retourna en Acquitaine à grant gent et à
grant apareillement de bataille. Aucuns chasteaux prist par force desquels
fuient les nobles Borbon, Canitille et Cleremont[194]. Aucuns se rendirent
sans assault, pour ce que ils estoient trop souvent grevés par siége et par
bataille. Tout ce que François trouvèrent hors des forteresces,
gastèrent-ils par feu. Jusques à la cité de Limoges conduisit le roy son
ost, en dégastant tout devant luy, et puis retourna en France, en la ville
de Carisi. Illec célébra la solennité de Noël et de Pasques. En cel ost fut
l'ainsné de ses fils qui puis tint le royaume et l'empire après son décès.

      Note 192: _Eginh. Annal. A° 761._

      Note 193: _Durie_. C'est _Duren_, dans le diocèse de Julliers.

      Note 194: «Quædam oppida atque castella.... in quibus præcipua fuere
      _Burbonis, Cantilla, Clarmontis_.» C'est Bourbon, Clermont en
      Auvergne, et Chantel le Castel, aujourd'hui petite ville du
      département de l'Allier.


XXXI.

ANNEES: 762/768.

_Comment le duc Gaiffier fut occis, et de la mort le roy Pepin_.


[195]En toutes manières désiroit le roy Pepin que la guerre qu'il avoit
commenciée envers Gaiffier le duc d'Acquitaine feust à la fin menée. Ses
osts assembla et entra à grant force en sa terre. Grant partie du temps
d'esté despendit en ostoier; la cité de Bourges prist et le chastel de
Touars. A tant retourna en France. En une ville qui a nom Gentilli[196]
yverna et célébra la solennité de Noël et de Pasques.

      Note 195: _Eginhardi Annales. A° 762_.

      Note 196: C'est le village de _Gentilly_, aujourd'hui distant d'une
      lieue des barrières de Paris.

[197]En ce point se combatirent contre ses gens Chilpingue le conte
d'Auvergne et Amigue le conte de Poitiers; mais il[198] et moult de leurs
gens furent occis.

      Note 197: _Sigeberti Chronicon. A° 765_.

      Note 198: _Il_. Eux.

[199]Quant la nouvelle saison fut revenue, que l'on put ostoier, le roy
assembla général parlement de ses barons en la cité de Nevers. Après le
parlement, assembla ses osts de toutes parts et entra en Acquitaine; toute
la terre cercha jusques à la cité de Caors, en dégastant tout le païs
devant luy par fer et par feu, et quanqu'il trouvoit devant ses
forteresses; par la cité de Limoges retourna en France sain et sauf, luy et
tout son ost. De cel ost se despartit Thassille le duc de Bavière, et faint
qu'il estoit malade; en son païs retourna, et se départit de l'aliance et
de l'ommage du roy, et proposa que jamais en la court ne revendroit. Le roy
départit son ost et séjourna cel yver en une ville qui estoit nommée
Longlaire[200]: là, célébra la solennité de Noël et de Pasques.

      Note 199: _Eginh. Annal. A° 763_.

      Note 200: _Longlaire_, ou _Longulaire_; aujourd'hui _Glare_.

Incidence.--En celle année fu l'yver si aspre et si fort, que on ne
recordoit pas que nul eust oncques veu si grant né si cruel.

[201]Le roy avoit deux divers propos pour deux diverses guerres qu'il avoit
entre mains. Celle d'Acquitaine qui si long-temps avoit duré et une autre
nouvelle contre le duc Thassille de Bavière qui son hommage avoit brisié et
s'estoit départi de sa féauté. Grant parlement assembla de ses barons en
une cité qui avoit nom Garmacie[202]. Toute celle année se tint en son
royaume sans ostoier. En la ville de Carisi célébra la solennité de Noël et
de Pasques. Éclipse de souleil fut en cel an en la première nonne de may,
entour l'eure de midi[203]. De tout cel an ne se mut le roy de son royaume
né pour la guerre de Bavière né pour celle d'Acquitaine qui encore n'estoit
finée: mais après tint général parlement à Atigni, et célébra la solennité
de Noël et de Pasques à Ais-la-Chapelle, à grant compaignie de ses barons.

      Note 201: _Eginh. Annal. A° 764_.

      Note 202: _Garmacie_. Latin: _Wormacia_. Aujourd'hui _Worms_.

      Note 203: _Eginh. Annal. A° 765_.

[204]Quant la nouvelle saison revint, le roy tint général parlement en la
cité d'Orléans, pour recommencier la guerre contre le duc Gaiffier; son ost
assembla et entra en Acquitaine; le chastel d'Argent[205] referma que le
duc Gaiffier avoit abatu: ce chastel et aucunes cités avoit abatues et
craventées jusqu'à terre, pour ce qu'il pensoit bien qu'il ne pourroit
longuement durer contre la force du roy. En la cité de Bourges mist le roy
garnison. A tant retourna en France; la solennité de Noël célébra en une
ville qui a nom Saumonci, et la solennité de Pasques à Gentilli.

      Note 204: _Eginh. Annal. A° 766_.

      Note 205: _Argent_. Plus tard Argenton.

[206]En celle année fu fait question entre l'Églyse d'Orient et celle
d'Occident, c'est-à-dire entre les Griecs et les Latins, de la sainte
Trinité et des ymages des Sains. Pour celle question déterminer assembla le
roy grant conseil des prélas en la ville de Gentilli. Quant ce conseil fut
finé, après Noël, le roy esmut son ost et entra en Acquitaine; par la cité
de Narbonne s'en ala, et puis par Thoulouse; Ale le blanc et Gaieste prist,
et toutes les contrées mist à sa seigneurie, puis retourna par Vienne: là
célébra la solennité de Pasques. Tant ostoia à mont et à val, que la saison
fu jà oncques passée; son ost qui trop estoit travaillé fist un peu de
temps séjourner, puis mut au mois d'aoust, pour faire le demourant de la
guerre d'Acquitaine. Par Bourges retourna et fist parlement de ses barons;
puis mut et ala outre le fleuve de Gironde. Tout le païs d'entour Limoges
destruist par feu et par occision. Maint chastel et maintes forteresces
prist. Tout Agenois, tout Angoulesme, tout Pierregort mist en sa subjection
et prit tous ses ennemis qui se deffendoient en fosses et en
cisternes[207]. Et si prisrent ses gens Remistaine frère le duc Gaiffier et
oncle le duc Heudon, qui de son neveu s'en estoit à lui fui, et puis de lui
à Gaiffier. Pendre le fit à un gibet quant il eut sa trahison apperçeue.
[208]Lors retourna le roy de France en son royaume, et départit ses osts
pour le temps de yver qui approchoit. En la cité de Bourges se tint et y
célébra la solennité de Noël. Là vint à luy ung message qui luy nonça la
mort de l'apostole Estienne[209].

      Note 206: _Eginh. Annal. A° 767_.

      Note 207: _Sigiberti Chronicon. A° 766_, d'après le continuateur de
      Fredegaire. Eginhard dit simplement que Remistain fut pris.

      Note 208: _Eginh. Annal. A° 767_.

      Note 209: _Estienne_. Cette faute de copiste se retrouve dans tous
      les manuscrits. C'est _Paul_ qu'il falloit écrire, avec Eginhard.

[210]En ce meisme lieu, luy vindrent les messages Amurmoine le roy
d'Espaigne. Présens luy aportèrent de par leur seigneur qui luy mandoit
amour et aliances.

      Note 210: _Sigibert Chronico. A° 766_. Cet écrivain écrit
      _Amyrnomon_, et continuateur de Fredegaire _Amormuni_.

[211]Au nouvel temps que le roy vit bien que la saison fust convenable pour
ostoier, il assembla son ost de toutes pars pour mener à fin la guerre
d'Acquitaine. Droit vers la cité de Xaintes s'achemina; mais avant qu'il
parvenist là, fu prise la mère le duc Gaiffier, sa sereur et ses niesces,
et amenées devant le roy: en grant debonnaireté les receut et commanda
qu'elles feussent honnourablement gardées. Puis mut pour passer oultre le
fleuve de Gironde. Là li revint au devant ung chevalier qui Érovique[212]
avoit nom. Si se rendit à luy et une autre des seurs au duc Gaiffier. Puis
que le roy eut ainsi sa volonté faite par toute Acquitaine, il retourna à
ung chastel qui a nom Cels[213] pour célébrer la solennité de Pasques.

      Note 211: _Eginh. Annal. A° 768_.

      Note 212: _Erovique_. Latin: _Eberwicus_, ou _Ebrovicus_.

      Note 213: _Cels_, ou _Sels_, château situé sur les bords de la Loire.

Quant la feste fu passée, il prit sa femme la royne Berthe et toute sa
mesnie et s'en ala à la cité de Xaintes: ilec la laissa et mut moult
hastivement après le duc Gaiffier; né oncques puis ne voult retourner
jusques à tant qu'il fust occis.

[214]L'istoire ne parle pas de la manière de sa mort: mais aucunes
croniques disent ci-endroit qu'il fu occis de sa gent meisme, pour ce que
ils cuidoient acquerre la grâce le roy. Occis fu en Pierregortois. Le roy
prist un aournement d'or et de pierres précieuses que il mettoit en ses
bras aux festes solempneles que on appelle encore les bous[215] Gaiffier;
et les fist pendre en signe de victoire en l'églyse Saint-Denis de France,
devers le maistre-autel, qui encore y sont. Mais ils pendent maintenant
desoubs les bras du crucefis d'or.

      Note 214: _L'istoire_, c'est-à-dire les Annales d'Eginhard et sa vie
      de Charlemagne. On peut considérer la fin de cet alinéa comme une
      parenthèse de notre traducteur; elle prouve le soin qu'il mettoit à
      exposer tous les faits transmis. Les _Aucunes chroniques_ sont celles
      du continuateur de Fredegaire, les Annales des Francs, publiées par
      Lambecius dans son admirable _Bibliotheca Cæsarea Vindobona_, et
      enfin la Chronique de Sigebert. J'ignore le premier auteur de
      l'histoire des _pendants_ donnés à l'abbaye de Saint-Denis. C'étoit
      sans doute une tradition conservée dans les archives de l'abbaye, et
      sur laquelle on peut en croire notre moine traducteur.

      Note 215: _Les bous_. Les pendants.

[216]Quant le duc Gaiffier fu occis et le roy eut sa guerre affinée, il
retourna en la cité de Xaintes. En tant comme il demoura là, une enfermeté
le prist. Mais avant qu'il agrevast plus, il se fist porter en la cité de
Tours. Là fit ses oroisons devant le corps monseigneur saint Martin de
Tours; après se fist porter à Paris. D'ilec en avant le prist la maladie si
fort à engreger qu'il ne vesquit puis sé petit non. De ce siècle trespassa
en l'uitième calende d'octobre, au quinziesme an de son règne, en l'an de
l'Incarnacion sept cens soixante-huit, et fut mis en sépulture en l'églyse
monseigneur Saint-Denis en France. (A dens fu concilié au sarqueus, une
croix dessous la face et le chief tourné devers Orient. Si dient aucuns
qu'il voult ainsi estre ensépulturé, pour le pechié de son père qui les
dismes avoit tollues aus églyses)[217].

      Note 216: _Eginh. Annal. A° 768._

      Note 217: Cette parenthèse est du traducteur, qui nous apprend, en
      voulant présenter une explication salutaire, la pose de Pepin dans
      son royal tombeau de Saint-Denis.

Deux fils laissa hoirs de son royaume, desquelx l'istoire a jà fuit
mention, Charles et Charlemaines. Par le conseil et par l'assentement des
François furent ambedui couronnés, Charles l'ainsné en la cité de Noyon, et
Charlemaines en la cité de Soissons. Charles s'en ala à Ais-la-Chapelle.
Là célébra la solennité de la Nativité, et en la cité de Rouen célébra
celle de Pasques.


_Cy fine le quint livre des Chroniques de France._



Ci commencent les fais et la vie du glorieus prince Charlemaines; en partie
par la main Eginaus son chapelain, et en partie par l'estude Turpin,
arcevesque de Rains; qui présens furent avec lui par tous ses fais, en
divers temps, et sont tesmoins de sa vie et de sa conversation. Cil Eginaus
nous descript sa vie jusques aux fais d'Espaigne; et le seurplus nous
détermine l'arcevesque Turpin jusques à la fin de sa vie; lequel fu certain
des choses qui avindrent, comme cil qui tousjours fu présens avec lui, par
tout là où il estoit.



LE PREMIER LIVRE DES FAIS ET
DES GESTES LE FORT ROY
CHARLEMAINES.

       *       *       *       *       *

I.

ANNEE: 768.

_De celui qui les gestes descrit, et de la manière du vivre des anciens
reps de France_.


[218]Or dit doncques Eginaus chapellain[219] et nourri ou palais mon
seigneur le victorieux prince et le très-renommé empereur, ay proposé à
descripre ses meurs et sa vie, à l'aide de notre Seigneur, au plus
briesvement que je pourrai, et [220]meismement ceulx qu'il fist, puis que
il vint à terre tenir et qu'il eut receu son royaume. Car ceus ne sont pas
en mémoire que il fist au temps de s'enfance en Espagne entour Gallafre, le
roy de Tollete.[221] Si est profitable chose de retenir par escripture les
victoires et les fais de si grant prince, pour ce que son nom et sa
renommée ne soient mis en oubli; si que les roys et les princes crestiens
puissent prendre exemple à sa vie et sa conversation. Griefve chose seroit
à laisser cette œuvre par mon deffault et par ma négligence, quant je
savoie que nul ne le savoit plus certainement de moy qui présent y avoie
esté et veu de mes propres yeulx, et pensay que nul autre de moy ne les
avoit escriptes[222]. Une autre cause raisonnable m'esmeut qui bien me doit
souffire toute seule à ce que je soye tenu à descripre sa vie, c'est que il
me nourrit. Et la très-grant amour que il avoit tousjours à moy et je à luy
et à tous ses enfans, puis celle heure que je me commençay premièrement à
converser en son palais, me contraint et lie à ce que je monstre par œuvres
après sa mort la bonne volenté que j'eus en luy quant il vivoit; et je
seroie noté et coupable d'ingratitude sé je ne me recognoissoie[223] aux
honneurs et aux bénéfices qu'il m'a fais en sa vie.

      Note 218: Ce premier alinéa est extrait du Prologue de la vie de
      Charlemagne par Eginhard. Le titre de tout l'ouvrage, tel que Dom
      Bouquet l'a donné dans le cinquième volume des Historiens de France,
      p. 88, est: _Vita et conversatio gloriosissimi imperatoris Karoli
      regis Magni atque invictissimi augusti_. On verra que notre
      traducteur n'a pas seulement suivi dans ce premier livre le texte
      d'Eginhard; il a fréquemment recouru pour le compléter aux Annales
      également attribuées, avec assez de raison, au même Eginhard; il a de
      plus compulsé Sigebert et plusieurs autres autorités que nous aurons
      soin d'indiquer en leur place.

      Note 219: _Chapellain_. Eginhard ne dit pas cela, mais seulement:
      _Domini et nutritoris mei._

      Note 220: _Meismement_. Surtout.

      Note 221: Cette parenthèse est le fait de notre traducteur, ou du
      moins elle étend le texte du quatrième paragraphe d'Eginhard, ainsi
      conçu: «De cujus nativitate atque infantiâ vel etiam pueritiâ, quia
      neque scriptis usquam aliquid declaratum est, nec quisquam modo
      superesse invenitur, qui horum se dicat habere notitiam, scribere
      ineptum judicans,» etc. Mais les chanteurs et les poètes s'emparèrent
      plus tard de cette partie oubliée de la vie de Charlemagne. Nous
      avons conservé plusieurs chansons de geste des XIIème et XIIème
      siècles, dans lesquels on voit Charlemagne obligé de quitter la
      France par la trahison des grands du royaume ou des bâtards de Pepin;
      se réfugier en Espagne, prendre service auprès du roi Galafre de
      Tolède, épouser la fille de ce prince et revenir enfin conquérir ce
      royaume. C'est à ces fables, regardées comme presque authentiques,
      que notre traducteur fait ici allusion dans cette parenthèse.

      Note 222: _Et pensay que_. La latin porte: _Et ne pouvois être assuré
      que_. «Liquidè scire non potui.»

      Note 223: _Sé je ne me recongnoissoie_. C'est-à-dire: _si je ne
      témoignois pas ma reconnoissance_. «Si tot beneficiorum immemor....»

(Cy endroit nous convient aucunes choses toucher briefment qui devant ont
esté dictes, pour plus plainement descendre à nostre matière.) [224]La
génération des Mérovées de laquelle les François souloient prendre leurs
rois, dura jusques au temps d'un roy qui eut nom Childérich, qui par le
commandement le pape Estienne fu déposé et tondu en une abaïe, à ce temps
que Pepin, qui puis fu roy, estoit encore maistre du palais. Si sembloit
bien que la lignie estoit jà faillie en lui-mesme, car ce roy n'estoit de
nulle vigueur né digne de louenge nulle; sans nul pouvoir portoit nom de
roy tant seulement.

      Note 224: _Eginh. vita Car. Mag. I_.

Le prévost du palais, qui estoit lors appelle le greigneur seigneur de la
maison[225], avoit en sa main le pouvoir et la richesse du royaume; au roy
suffisoit le nom tant seulement. En la chaiere séoit, la barbe sur le pis
et les cheveux espars sur les espaules, et monstroit par dehors semblant de
seigneurie. Les messages qui de diverses parties venoient à court oyoit-il,
et leur donnoit telle response connue on lui enseignoit ou commandoit,
ainsi comme sé ce fust de son auctorité. Le comte du palais lui
admenistroit ses dépens comme il cuidoit bien faire. Riens propre n'avoit
fors une petite villète de petite apparence et un manoir où il séjournoit
toujours yver et esté, et avoit aucunes villes où il avoit rentes, pour
tenir aucuns sergens, pour lui admenistrer ce qu'il convenoit. S'il alloit
en aucun lieu pour aucune aventure, il se faisoit charier à un chariot de
beufs ou à bugles aussi[226], comme un païsant. Ainsi alloit au palais, ou
à la commune assemblée du peuple qui une fois l'an estoit faite pour le
commun proufit du royaume. Après repairoit là en sa maison toute l'année.
Et le quens du palais procuroit de toutes les besoingnes du royaume et
loing et près.

      Note 225: _De la maison_. «Palatii præfectos, qui majores-domus
      dicebantur.» Notre traduction vaut mieux que celle de M. Guizot: «Les
      préfets du palais qu'on appeloit _maires du palais_.»

      Note 226: _Ou à bugles aussi_. C'est un contre-sens; il failloit:
      _Par un bouvier_. «Bubulco, rustico more, agente.»

[227]En tel estat estoit le roy Childérich au jour qu'il fu desposé, et le
prince Pepin père Charlemaines tenoit la seigneurie du palais ainsi comme
par héritage. Car son ayeul Pepin-le-Brief[228] et son père Charles-Martel,
l'avoient ainsi tenue devant; et avoit-il toute France délivrée des
Sarrasins et des mescréans par deux batailles, dont l'une fu faitte en
Acquitaine, et l'autre fu faitte en Nerbonnoys sur le fleuve de Biere[229].
En si très-grant plenté Sarrazins estoient venus des contrées d'Espaigne
qu'il en occist en une bataille quatre cent et vint et cinq mille. Et ceulx
qui s'en eschappèrent par fuite s'enfuirent arrière en Espaigne sans
espérance de retour. La seigneurie du palais qui de son père lui estoit
descendue admenistroit noblement le prince Pepin. Cet honneur souloit estre
donné anciennement aux personnes les plus nobles du royaume et aux plus
puissans du lignage. Cette seigneurie tint Pepin de son ayeul et de son
père et de son ainsné frère Charlemaines soubs le roi Childérich, à la paix
et la concorde de tout le royaume; car Charlemaines se rendit pou après
qu'il eut régné en une abaïe qu'il eut fondée à Rome, en un lieu qui a nom
Monsorat; en l'onneur de saint Sylvestre la fonda, pour ce qu'il se
tapissoit en ce lieu au temps de persécution. Charlemaines guerpit puis ce
lieu et se mist en l'abaïe de Mont-Cassin, pour ce que les gens et les
nobles de France qui là aloient le visitoient trop souvent.

      Note 227: _Eginh. vit. C. M_.--II.

      Note 228: _Pepin-le-Brief_. On se rappelle que nos chroniques
      désignent toujours ainsi _Pepin d'Heristal_, et non pas le fils de
      Charles Martel.

      Note 229: _Biere_. «Birra fluvius.» C'est la _Berre_, rivière qui
      coule à trois lieues de Narbonne. La phrase suivante n'est pas
      traduite d'Eginhard.

[230]A l'apostole qui lors estoit, demanda le prince Pepin, lequel devoit
estre roi de France ou cil qui de rien ne servoit, fors de séjourner, né
nulle cure n'avoit des besoignes du royaume, ou cil qui toute avoit la cure
et près et loing, et par qui le royaume estoit tout gouverné. Et le pape
lui remanda que cil devoit estre roy qui du tout avoit le pouvoir et la
cure du royaume. Et dont lui conferma l'onction et la couronne du royaume
et si fu roy en telle manière[231].

      Note 230: Cet alinéa est traduit des Annales d'Eginhard, A° 750.

      Note 231: Dans l'admirable exemplaire de nos chroniques, fait pour
      Charles V, il est remarquable qu'on a raturé les premiers mots de
      cette phrase pour y substituer: _Par les barons de France fut esleu
      et ainsi, etc_. Cette correction est du même siècle que le corps de
      l'écriture.

Après le décès du roy Pepin régnèrent ses deux fils Charles et
Charlemaines, et départirent le royaume en telle manière que chascun régna
en sa partie.


II.

ANNEE: 768.

_Des cinq batailles que il fist contre divers gens_.


[232]La première bataille qu'il emprist fu contre le duc Gaiffier
d'Acquitaine, que son père le roi Pepin n'avoit pas encore bien menée à
fin, si comme nous proposons à dire ci après plus plainement.

      Note 232: _Eging. vit. C. M_.--V.

[233]Quant cette guerre fu finée et du tout achevée, il emprist après
bataille contre les Lombars, à la prière l'apostole Adrien, pourcequ'ils
déshéritoient l'Églyse de Rome. Cette guerre meisme avoit commenciée le roi
Pepin son père, à la requeste de l'apostole Estienne, contre le roy
Aistulphe que il assist en la cité de Pavie et le contraint à ce qu'il jura
rendre à l'Églyse de Rome tout quanque il luy avoit tollu. Mais le roy
Charlemaines, puis qu'il eut la guerre entreprise, ne fina jusques à tant
qu'il prist le roy Desier et son fils Adagisse et envoyez en essil, et
Ruogause, le prévost de la duché d'Acquilée[234] qui contre lui
appareilloit guerre; de tout le royaume de Lombardie ordonna à sa volonté
et le donna à un sien fils qui avoit nom Pepin.

      Note 233: _Eginh. vit. C. M_.--VI.

      Note 234: _Le prevost de la duchée d'Aquilée_. «Ruodgandum
      Forojuliani ducatûs præfectum.» C'est le _Frioul_.

[235]Après ces deux guerres fut reprise la tierce contre les Saisnes qui
estoit ainsi comme entrelaissiée. Guerre n'eut oncques le roy plus longue
né plus cruelle, né qui plus grevast né traveillast le peuple de France.
Car les Saisnes, qui sont crueulx par nature, et qui au temps de lors
estoient encore mescréans et contraires à notre foi, ne tenoient pas à mal
fait de briser foi né serment, comme ceulx qui n'estoient de nulle foi. La
raison pour quoi la paix ne pouvoit estre gardée entre les Saisnes et les
François estoit pour ce que la marche[236] des deux royaumes estoit en
plaines, fors en aucuns lieux où il a montaignes et boscages. Là faisoient
souvent tençons, rapines et occasions. Et François qui plus ne peuvent ce
souffrir coururent sur eus comme sur chiens; lors se prindrent à combattre
les uns contre les autres, et fu la guerre commencée d'une part et d'autre
par grant effort qui dura trente-trois ans continuellement, à grant dommage
des deux parties, et plus grand sans comparaison des Saisnes que des
François. Si péust la guerre estre légièrement finie sé ne fust la
déloyauté des Saisnes. Car quant le roy les avoit desconfits si qu'il leur
convenoit venir à merci, ils ne tenoient pas après né foy né loyauté né
convenances qui eussent esté, ains recommencioient la guerre quant le roy
estoit retourné en France. Longue chose seroit à raconter quantes fois ils
furent vaincus et surmontés par armes et se mistrent du tout en la merci du
roy et donnèrent tels ostages comme il demandoit. Les messages que le roy
y envoioit receurent plusieurs fois, et furent aucunes fois si domptés
qu'ils promistrent qu'ils recevroient la foi crestienne. Mais aussi comme
ils estoient près et légiers à ce faire, aussi légièrement aloient-ils au
contraire, si que l'en ne pouvoit pas bien savoir auquel de ces deux choses
ils estoient plus prests. Au premier an mesme que la guerre fut commencée
firent-ils ceste mutation. Mais le grand cuer et le ferme propos du roy,
qui toujours duroit lui-meismes en prospérité et en adversité, ne peut
oncques estre vaincu par la légièreté qui estoit en eus, né lassé pour
paine né pour travail. Car il ne souffrit oncques qu'ils portassent sans
paine nul dommage qu'il receust par eus, que il ne les vengeast tantost, ou
par luy ou par ses menistres. Toutes voies furent-ils si menés à la parfin,
que tous les plus grans et les plus nobles qui la guerre avoient toujours
maintenue vindrent à merci et se mistrent du tout à sa subjection sans
contredit. Dix mile hommes en prist et femmes et enfans de ceulx qui
habitoient deçà et delà le rivage d'Albe[237], et les espandit en divers
lieux parmi le royaume de France[238]. Le roy leur demanda s'ils voulloient
laissier la mescréandise de leurs idoles et recevoir la foy crestienne, et
habiter entre François comme un meisme peuple et une meisme gent. A ce
s'accordèrent volontiers, et ainsi fut la guerre finée qui long-temps avoit
duré[239]. Le roy ne se combattit contre eus en champ de bataille que deux
fois. La première si fu de lez une montaigne qui est appellée Osnegi, en un
lieu qui a nom Theotmell[240]; et la seconde si fu sur le fleuve du
Haza[241]. Ces deux batailles furent en un meisme mois et assez tost l'une
après l'autre. Et en ces deux parties de batailles furent-ils si durement
desconfis, que nul ne fust puis qui osast guerre mener, né contrester à sa
venue, sé ce ne furent aucuns qui se fioient ès forteresces d'aucuns lieux.
En ces deux devant dittes batailles furent occis des plus grans et des plus
nobles du royaume de France et des Saisnes. Au trente-troisiesme an de son
règne fut cette guerre finée. Si n'avoient pas les François tant seulement
guerre aux Saisnes, ains leur sourdoient pluseurs batailles et grans en
diverses parties du monde en un meisme temps qui, par la diligence et par
le grant cuer du roy, furent si bien et si sagement adménistrées, que l'en
se doubte lequel fait plus à merveillier, ou la bonne fin et la glorieuse
fortune, ou le sens et la pacience du roy. Car cette bataille commença deux
ans devant celle de Lombardie, et fu tousjours maintenue sans cesser; et
les autres qui en divers lieux estoient sourdies, refurent admenistrées
sans entrelaissier. Si sage et de si noble cuer estoit le roy qu'il
n'eschiva oncques travail né ne doubta péril qu'il ne receust les guerres
et les batailles quant elles y sourdoient. Si sage et si discret estoit en
recevoir le temps si comme il venoit que jà pour ce ne fut plus eslevé en
son cuer pour ses grans victoires, né plus mat né plus confus pour nulle
adversité.

      Note 235 _Eginh. vit. C. M_.--VII.

      Note 236: _La marche_. La limite.

      Note 237: _D'Albe_. De l'Elbe.

      Note 238: _De France_. Ajoutez: _Et de Germanie_.

      Note 239: _Eginh. vit. C. M_.--VIII.

      Note 240: _Theotmell_. «Juxta montem qui Osneggi dicitur, in loco
      _Theotmell_ nominato.» C'est aujourd'hui Dethmold; en Westphalie, et
      avant la victoire de Charlemagne, la défaite de Varus avoit déjà
      illustré les mêmes lieux. M. Guizot a eu bien tort de dire, dans les
      notes de sa traduction d'Eginhard et d'après les Bollandistes, que
      Dethmold étoit dans l'évêché d'Osnabruck. Cette ville dépend de
      l'évêché de Paderborn.

      Note 241: _De Hasa_. C'est la traduction du latin: «_Apud Hasam
      fluvium_. La _Hase_, rivière de Westphalie.

[242]La tierce de ses batailles fu en Espaigne et en Gascogne, en ce meisme
temps que celle de Sassoigne duroit moult efforciement. Si trespassa les
mons de Pirene; chastiaux et cités prist partout là où il ala, puis
retourna en France, sain et entier à tout son ost, sé ce ne fust un poi de
meschief qui luy avint à son retour, au trespasser des mons, par le malice
des Gascons.

      Note 242: _Eginh. vit. C. M_.--IX.

[243]La quarte de ses batailles fu contre les Bretons qui habitent en une
partie de France par devers Occident, sur la grant mer. Car en ce temps
n'estoient pas obéissans[244] au royaume de France, (jà soit ce que nous
trouvons escript ès gestes du roy Dagobert que le roy de cette Bretaigne,
qui avoit nom Judicael, lui fist hommage de tout son royaume[245]). En
cette besoigne envoya le roy Charlemaines aucuns de ses princes qui la
terre mistrent en subjection.

      Note 243: _Eginh. vit. C. M_.--X.

      Note 244 _Obéissans au royaume_. Les textes imprimés d'Eginhard
      portent: _Dicto audientes non erant_. La traduction de nos chroniques
      prouveroit qu'il y avoit: _Dicto obedientes_, ce qui vaut évidemment
      mieux.

      Note 245: Cette phrase est du traducteur.
      (Voy. _Dagobert I, A° 635_.)

La quinte de ses batailles si fu en Italie, en Puille et en Calabre et en
terre de Labour, contre le duc Aresige. Mais le duc se mist du tout en sa
volonté sans bataille faire, et luy envoya ses deux fils, Raymont et
Grimaut, qui grant avoir luy donnèrent pour avoir sa paix et sa concorde;
Grimaut le mainsné retint en ostage, et Raymont l'ainsné renvoya à son
père, et avec luy les messages, pour recevoir la féaulté de la gent de la
terre. A tant vint à Rome pour l'apostole honnourer et aourer, puis
retourna en France.


III.

ANNEE: 768.

_Des quatre dernières batailles que il eut en son temps_.


[246]La sixième de ses batailles fu contre les Baviers. Celle fu tost
commencée et tost achevée. L'orgueil et la discorde[247] du duc Thassille
fut cause de cette guerre, et ce fist-il par l'ennortement de sa femme qui
estoit fille du roi de Pavie Desier que le roy avoit envoyé en essil. Ainsi
cuidoit venger son père par son mari. Et pourcequ'il savoit bien qu'il ne
suffisoit mie à guerroier à si puissant, il fist alliance à une manière de
gens qui sont appellés Huns. Le roy vint contre luy à grand ost, mais le
duc vint à lu y à merci quand il vit qu'il ne pourroit durer. Tels ostages
livra comme le roy demanda: entre les autres un sien fils qui avoit nom
Theodones. Là jura le duc que jamais contre luy ne seroit, pour nulle chose
que l'en luy sceust dire.

      Note 246: Tous les manuscrits continuent ce titre de la manière
      suivante: Et comment il escrut et mouteplia en son temps, et de
      l'amour que li roys paiens avoient en lui, et de l'onneur que il li
      portoient en leurs lettres, et des grans présens que il li faisoient
      en son temps. Mais on ne trouve rien de toute cette partie du texte
      d'Eginhard, dans le cours du chapitre. Les réviseurs de la traduction
      l'auront supprimé parce qu'on revoit les mêmes détails dans le
      troisième livre.

      Note 247: _Eginh. vita. C. M._--XI.--_La discorde_. Latin:
      _Socordia_. C'est plutôt: _La lâche trahison_.

En cette manière fu cette guerre fenie briefment, que l'en cuidoit que
longuement deust durer. Le roy manda le duc en pou de temps après, né puis
ne le laissa arrière retourner. Cette duchée de Bavière né fu puis tenue
par duc, ains fu gouvernée par conte. Avant que le roy retournast de cette
voie, il mist bones et devises par le cours d'une eaue entre les Baviers et
les Alemans[248].

      Note 248 Cette dernière phrase est ajoutée d'après celle-ci de la
      chronique de Sigebert: «A° DCCLXXXIX, Karolus Coloniæ super Rhenum
      pontes duos construxit et muniit.»--_Bones et devises;_ bornes et
      séparations.

[249]La septième bataille que il emprist fu vers les Esclavons. En cel ost
furent les Saisnes en l'aide du roy, avec les autres nations qui à luy
obéissoient, jà soit ce qu'ils ne le féissent pas de bonne volonté. Car ils
le faisoient plus par crainte que par amour. La raison pour quoi le roy
emprist cette guerre contre les Esclavons fu pourcequ'ils grevoient les
Abrodiciens[250] qui aux François s'estoient aliés long-temps devant; pour
ce sembloit au roy qu'il fust tenu à leur aider contre leurs ennemis, et si
en estoit encore plus esmeu, pource qu'ils ne vouloient cesser à son
mandement.

      Note 249: _Eginh. vita. C. M.--XII._

      Note 250: _Abrodiciens_. Les Abodrites, ou _Obotrites_, avoient pour
      ville principale Mecklenbourg.

En ces parties couroit un bras de mer qui vient de la grant mer d'Occident
et court droit vers Orient; si est si long que nul n'est certain de sa
longueur. En aucuns lieux à cent milles de large, en aucuns mains[251]. Sur
ce bras de mer habitent moult de manières de gens, Thamsiens,
Soionois[252], que nous appellons Normans. Ceulx tiennent le rivage et les
isles, par devers Septentrion; ceulx de par deçà tiennent les Esclavons et
les Haistes. De toutes ces manières de gens sont plus nobles et plus
puissans les Esclavons ausquels le roy appareilloit bataille; contreulx se
combatit et les chastia si et dompta à sa première venue qu'ils n'osèrent
plus rien faire contre sa volonté.

      Note 251: Les _pas_ d'Eginhard sont ici assez mal traduits.
      «Longitudinis quidem incompertæ, latitudinis verò quæ nusquàm centum
      millia passuum excedat, cùm in multis locis contractior inveniatur.»
      La plupart des leçons portent même _cent mille lieues de large_, et
      Dom Bouquet a suivi ce mauvais texte. Au reste, _la mer Baltique_ a
      plusieurs fois, comme on sait, une largeur de deux cent mille pas.

      Note 252: _Thamsiens_, _Soionois_. Latin: «Dani ac Sucones quos
      Nordmannos vocamus.»

[253]Après ceste bataille fut l'uitiesine contre les Huns (qui ores sont
appellés Hongres). Selon l'opinion d'aucuns, ceste fut la plus longue et la
plus griefve que le roy emprist oncques après celle de Sassoigne, et celle
qu'il maintint et admenistra tousjours plus efforciement et à plus grant
appareil. Une seule bataille fist par lui en Pannonnie contre eulx; car ils
habitoient lors en cette terre. Les autres fist par son fils Pepin, par les
contes et par les ballifs[254] de ses provinces. Si bien et si sagement fut
cette guerre admenistrée, que elle fut affinée en l'uitiesme an qu'elle fut
commenciée.

      Note 253: _Eginh. vit. C. M.--XIII._

      Note 254: _Les ballifs_. «Comitibus atque legatis.»

Cette terre de Pannonie qui après fut gastée et deserte tesmoigne bien les
grans batailles et les grans occisions qui au païs eurent esté: et le lieu
meisme où le palais du roy Cagan[255] eut esté demoura si désert qu'il
sembloit qu'il n'y eust oncques eu habitation d'omme. Toute la gloire et la
noblesse des Huns péri en cette bataille: tous les trésors que leurs rois
et les anciens princes avoient amassés furent ravis. Si ne recorde pas
mémoire d'omme vivant que François eussent oncques éu victoire où ils
gaignassent tant né dont ils feussent si enrichis; car il leur sembla que
ils eussent devant esté povres, pour la très-grant plenté de richesses
qu'ils conquistrent en cette bataille. Tant trouvèrent or et argent et
précieuses dépouilles ès trésors du palais, que l'on doit cuidier que
François tollissent à droit aux Huns ce qu'ils avoient tousjours à tort
tollu aux autres nations. En cette guerre périrent deux princes de France
tant seulement: l'un eut nom Henri duc d'Acquilée, et l'autre eut nom
Girous, un des prévosts de Bavière. Ce Henri fut occis en une terre qui eut
nom Liburnie, de lès une cité qui a nom Tarsatique[256]. Entrepris fut par
les aguais de ceus de cette cité. L'autre, qui eut nom Girous, fut occis,
soi tiers, en Pannonie tant seulement, tandis comme il chevauchoit parmi
son ost et qu'il entendoit à amonnester ses gens et à ordonner ses
batailles pour combatre contre les Huns; mais on ne sceut qui l'occist.
Cette guerre ne fut pas moult dangereuse né dommageuse aux François, et si
ne dura-elle longuement: si fut-elle fenie en prospérité. Après celle, fut
fenie celle de Sassoigne, qui avant fut commenciée et qui si longuement
avoit duré: bonne fin eut, ja soit qu'elle grevast François sur toutes les
autres. [257]Celle de Linonie et celle de Boesme, qui après commencièrent,
ne durèrent pas longuement; l'une et l'autre fut tost fenie par un ost tant
seulement que Charlot le fils au roy guia.

      Note 255: _Cagan_. C'étoit le titre particulier du roi des Huns ou
      Avares.

      Note 256: _Tarsatique_. M. Guizot rend ce mot par celui de
      _Tarsacos_. Cependant on croit généralement que l'ancienne Tarsatique
      est aujourd'hui la ville de _Fiume_, dans la Carniole.

      Note 257: _Eginh. vita. C. M.--XIV._ «Boematicum quoque et Linonicum
      bellum...» Les _Linoniens_ étoient les peuples de Lunebourg.--_Guia_,
      conduisit.

La nueviesme et la derrenière de ses batailles fut contre les Normans qui
sont une manière de Danois. La cause de cette guerre fut pour ce qu'ils
furent premièrement robeurs de mer, que l'en appelle galios[258]. Et après
ce assemblèrent plus grans navies; puis commencièrent à haïr le peuple, et
à envaïr ceulx de Galle et d'Alemaigne et les cités qui sont sur le rivage
de la mer. Jà estoient montés en si grant orgueil qu'ils tenoient aussi
comme leur toute Sassoigne et toute Frise. Si avoient jà les Abrodiciens
soubsmis et fais tributaires: si se vantoient jà qu'ils vendroient à grant
ost à Ais-la-Chapelle qui estoit ainsi comme la propre chambre du roy et là
où le plus grant pouvoir estoit. Si cuidoit-on bien qu'ils commençassent à
faire ce de quoy ils se vantoient, quelle que la fin en fust, sé leur
propos n'eust este destourbé et empesché par la mort de leur prince[259].
Car il fut occis par un sien sergent meisme: ainsi fut cette guerre fenie
sans commencier, que le roy eust hastivement emprise sé ne fust ceste
adventure.

      Note 258: _Que l'on appelle galios_. Ainsi, tous les manuscrits que
      j'ai consultés; mais ils doivent tous offrir une lacune dont il faut
      accuser le scribe primitif. Il faudroit donc lire: _En de petites
      navies que l'on appelle galios_.

      Note 259: _Leur prince_. Eginhard et les autres historiens le nomment
      ailleurs  _Godefroi_, ou _Joffroi_. Ce fut le père d'_Ogier le
      Danois_, le fameux héros de roman.


IV.

ANNEES: 769/774.

_Coment les deus frères partirent le royaume, et des premières batailles
que le roy Charles fist en Acquitaine, et coment le roy Desier de Pavie fit
pris et envoié en esil, et du privilége que l'apostole Adrien donna à la
couronne de France_.


Jusques cy, avons parlé briefment de ses victoires: ci parlerons plus
plainement de chacune, par ordre, et comment il vint à terre tenir après la
mort son père. [260]Après le décès du roy Pepin, ses deux fils Charles et
Charlemaines départirent le royaume par l'accort des barons, et régna
chascun en sa partie. Charles estoit ainsné et fut couronné en la cité de
Loon, et Charlemaines le mainsné, en la cité de Soissons. Après son
couronnement s'en ala Charlemaines à Ais-la-Chapelle; là, célébra la
solennité de la Nativité, et celle de la Résurrection en la cité de Rouen.
(Appelé fu en son prénom Charles, et après Charlemaines, par ses
merveilleuax fais. Car Charlemaines vault autant à dire comme
Charles-le-Grant[261].) La province d'Acquitaine qui en la partie
Charlemaines estoit venue ne put demourer en paix, pour aucuns remanens de
la guerre qui devant y eut esté, et que le roy Pepin n'avoit pas encore
bien achevée au jour qu'il trespassa. Car le duc Hunaut[262], qui béoit à
avoir le royaume, esmut les grans et les puissans hommes de la terre[263] à
commencier guerre contre le nouveau roy, et le roy assembla ses osts et
s'esmut contre luy moult efforciement. Auparavant il manda son frère le roy
Charlemaines au parlement, et luy requist qu'il luy aidast. Il ne luy voult
aider pourceque ses barons lui desloèrent[264]. En son royaume demoura, et
cil ostoia contre ses ennemis tout droit vers la cité d'Angoulesme. Le duc
chacia et s'en faillit bien petit qu'il ne fut prins. Mais il se garantit
par les destroits et par les forteresces des lieux qu'il cognoissoit, où
l'en ne pouvoit pas légièrement né seurement entrer. A la parfin guerpi
tout le païs et s'en fouyt au duc Lup de Gascongne; en sa garde se mist et
lui requist qu'il le garentist. Mais le roy Charles, quant il sceut qu'il
s'en fut fouy, manda au duc qu'il luy rendist son traiteur et son fuitif;
et sé il ne faisoit ce, il pouvoit estre certain qu'il entreroit en
Gascongne à tout son ost et ne s'en partiroit, devant ce qu'il fust de luy
vengié. Le duc Lup, qui forment se douta du roy, luy envoia le duc Hunaut,
sa femme et ses enfans, et luy manda qu'il estoit tout prest d'obéir à luy
et d'accomplir tous ses commandemens. Le roy atendi les messages au lieu
meisme dont il estoit meu, et il fonda tandis un chastel qui a nom
Frontenoy[265], sur la rivière de Dordonne.

      Note 260: Ici notre traducteur va laisser Eginhard le biographe pour
      reprendra la suite des Annales attribuées au même auteur. Voyez
      ci-dessus le dernier alinéa du cinquième livre.

      Note 261: Cette phrase est le fait du traducteur.

      Note 262: _Le duc Hunaut_. «Hunoltus quidam, regnum affectans.»

      Note 263: _Les grans et les puissant hommes de la terre._ Le
      traducteur semble avoir lu _Procerum animos_, et non pas
      _Provincialium animos_, comme le portent les éditions imprimées des
      Annales. Il me sembla que la première leçon seroit plus naturelle.

      Note 264 _Lui desloèrent._ L'en dissuadèrent.

      Note 265: _Frontenoy_. Latin: «Francicum,» ou «Frontiacum.» C'est
      _Fronsac_, à cinq lieues de Bordeaux. La ville actuelle est située
      au-dessous de cet ancien château dont il ne reste plus rien.

Quant les messages furent retournés et luy eurent le duc rendu et sa femme
et ses enfans, et le chastel fut fondé et aucques ediffié, il retourna en
France pour célébrer la sollennité de l'Advent nostre Seigneur en une ville
qui lors estoit nommée Durie[266]; et celle de la Résurrection, à
St.-Lambert du Liége.

      Note 266: _Durie_, ou _Duren_, dans le diocèse de Julliers.

En une cité qui lors estoit appellée Garmacie[267], assembla le roy général
parlement du peuple et des barons. La royne Berthe, mère des deux roys,
parla tandis à Charlemaines le mainsné, pour mettre entre eulx paix et
concorde, en une ville qui lors estoit appellée Salucie[268]; car il i
avoit lors entre eux contens. Puis mut en Lombardie, et de là à Rome pour
aourer les apostres. En France retourna quant elle eut faite la besongne
pour quoy elle estoit là alée.[269] Et la cause de celle voie fu pour
requerre la fille Desier de Pavie pour Charlemaines son ainsné fils.
[270]La solennité de Noël célébra le roy en Bourgoigne, et celle de la
Résurrection célébra à Valenciennes en Haynaut; chief est de la Conté et si
siet sur la rivière de Caux.

      Note 267: _Eginh. Annal. A° 770._--_Garmacie_. Worms.--_Général
      parlement du peuple et des barons._ L'annaliste dit seulement:
      «Populi sui generalem conventum.»

      Note 268: _Salucie_. «Apud Salusiam.» C'est aujourd'hui _Seltz_, sur
      les bords du Rhin, à trois lieues de Haguenau.

      Note 269: _Annales Moissiacenses._

      Note 270: Les phrases suivantes traduisent fort mal le texte des
      Annales. «Karolus autem rex natalem Domini in Moguntiaco, sanctumque
      Pascha in villâ Haristallio celebravit.--A° 771. Peracto, secundum
      morem generali conventu super fluvium Scaldam, in villâ Valentianâ,»
      etc. Ce qui aura le plus dérouté notre traducteur, c'est
      _Moguntiaco_, dans lequel il aura cru voir _Macon_, au lieu de
      Mayence.--_Rivière de Caux_ ou d'Escaut.

[271]En ce temps qu'il yvernoit au païs, son frère le roy Charlemaines
trespassa en la ville de Samoncy[272] en la seconde nonne de décembre.
(Mis fu en sépulture en l'églyse de Saint-Denis en France, de lès le roy
Pepin son père[273]); et le roy vint pour recevoir tout le royaume en une
ville qui a nom Carbonat[274]. Là attendit les barons et les prélas du
royaume; hommage et féauté luy firent ainsi comme ils avoient fait à son
frère; car la royne, qui femme eut esté son frère, elle et son fils et une
partie des barons s'en estoient alés en Lombardie. Mais le roy n'en faisoit
pas grant force, car il savoit que celle voye ne luy feroit guères de
profit[275]. La feste de Noël célébra en la ville d'Atigny, et celle de
Pasques en une autre ville qui a nom Haristalle. [276]En ce temps trespassa
le pape Estienne; après luy fu un autre qui avoit nom Adrien.

      Note 271: _Eginh. annal. A° 771._

      Note 272: _Samoncy_. Château royal de l'ancien diocèse de Laon.

      Note 273: _De Saint-Denis_. Cette phrase est du traducteur, et
      prouveroit contre le sentiment d'Hinemar que Carloman ne fut pas
      enseveli à Reims.

      Note 274: _Carbonat_. M. Guizot traduit: _la terre de Carbone_. C'est
      peut-être _Corbéni_, entre Laon et Reims, aussi nommé _Corbenacum_.

      Note 275: Voici le texte édite de l'annaliste: «Nam uxor ejus et
      filii, cum parte optimatum, in Italiam profecti sunt. Rex autem hanc
      corum profectionem quasi supervacuam impatienter tulit.» Ce passage
      donne beaucoup à penser. M. Guizot l'a plus mal rendu que notre
      traducteur: «Le roi _désapprouva comme inutile_ ce départ.» Je pense
      que Charlemagne eût bien autrement désapprouvé ce départ, s'il eût pu
      servir la cause des enfans de son frère, et qu'il faut entendre
      _quasi_, par, _pour ainsi dire_, ou que l'on doit lire comme le vieux
      traducteur: _Quasi supervacuam patienter tulit._

      Note 276: _Eginh. Annal. A° 772._

Le roy assembla parlement de ses barons en la cité de Garmacie, pour ce
qu'il vouloit ostoier en Sassoigne. Ses osts assembla et entra en la terre;
toute la degasta par feu et par occision. Un fort chastel prist, qui a nom
Hereboure[277]. Là trouva une des ydoles des Saisnes qu'ils appelloicnt
Yrmensule; despécier et ardre la fit le roy; si demoura illec pour trois
jours; mais comme l'ost demouroit là, le rus et les fontaines séchèrent
pour la presse du temps. Si estoit tout l'ost, hommes et femmes et bestes à
grant détresse, que ils ne trouvoient que boire; et moult souffroient grant
mesaise de soif quant nostre Seigneur les visita, que il ne voulloit pas
que son peuple fust à si grant meschief; car il avint que quant ils se
reposoient en droit heure de midi en leurs tentes, nostre Seigneur leur
envoia l'eau toute nouvelle, par le conduit d'un ruissel qui estoit de lès
les hesberges, au pié d'une montaigne, à si grant plenté que il suffisoit
aux hommes et aux bestes de l'ost. Après la destruction de ces ydoles s'en
partit le roy et son ost de ce lieu, et vint au fleuve de Wisaire[278]. Là
vinrent à luy les Saisnes, et luy livrèrent douze ostages. Après retourna
en France, et fist la feste de Noël et de Pasques en la cité de Haristalle.

      Note 277: _Herebourg_. Latin: _Eresburgum_.  C'est aujourd'hui
      _Stadsberg_, en Westphalie, sur le Dimel et sur les confins du comté
      de Waldeck. Au reste, il est encore permis de douter que cette idole
      d'_Irmensul_ ait été, comme nous rassure M. Guizot, un _monument
      grossier_, élevé _par la reconnoissance des Germains_ en l'honneur
      d'Arminius, vainqueur de Varus.

      Note 278: _Wisaire_. Le Weser.

En celle année meisme laissa-il la fille Desier de Lombardie, que la royne
Berthe sa mère luy avoit pourchaciée. Une autre espousa après qui avoit nom
Hildegarde. Née estoit de Souave et femme de grant beauté et de grant
noblesse[279]. Le pape Adrien qui plus ne pouvoit souffrir né endurer la
persécution né les griefs que le roy Desier et les Lombards faisoient à
l'Églyse de Rome, envoia en France au roy Charlemaines un message qui avoit
nom Pierre; moult luy prioit qu'il le deffendist du roy Desier et des
Lombards qui tant faisoient de griefs à l'Églyse de Rome et aux Romains. Et
pour ce que le message ne pouvoit passer par Lombardie pour les guerres et
ennemis de l'Églyse qui le païs gardoient, vint par mer jusques au port de
Marseille; de là vint par terre jusques en France. Le roy trouva en une
ville qui a nom Theodone[280] où il avoit demouré une partie de l'yver;
son message conta, puis retourna à Rome par celle meisme voie que il estoit
venu.

      Note 279: _Eginh. Annal. A° 773._ Les deux phrases précédentes
      parfaitement intercalées dans le texte des Chroniques, sont traduites
      de la _Vita Caroli magni_.--XVIII.

      Note 280: _Theodone_. Thionville.

Quant le roy eut déligemment enquis et sceu comme les choses alloient entre
les Romains et les Lombards, et il eut apperceu certainement que l'Eglyse
de Rome estoit grevée sans raison, il prist la besongne sur luy et establit
soy deffendeur de sa partie; les osts de France esmut et vint en Bourgoigne
jusques à une cité qui a nom Gennes[281], et siet sur le fleuve du Rosne.
Là ordonna comment il pourvoit mieulx conduire ses osts ès plains de
Lombardie: en deux parties les devisa; l'une en bailla à un sien oncle qui
avoit nom Bernart, et luy commanda qu'il s'en alast par les montaignes de
Montgieu; l'autre partie retint avec soy, et les conduist par les mons de
Moncenis; et quant le roy et ses osts eurent les montaignes surmontées et
les périls trespassés, ils descendirent en la plaine de Lombardie. Le roy
Desier luy vint au devant luy et son ost, tous ordonnés à bataille; mais ce
fu pour néant, car ils s'enfuirent sans retour, et le roy les enchaça et
les clost en une cité qui avoit nom Tycine (mais ore est appellée Pavie).
Tout l'yver demoura le siége devant la cité, car elle estoit trop forte à
prendre.

      Note 281: _Gennes_. Genève.

_Incidence_[282]. Hunaus, le duc d'Acquitaine duquel l'histoire parle
devant, s'enfouit aux Romains, des Romains aux Lombards, et devint apostat
et mescréant, et renya la foy de sainte Églyse. Pou de temps après, fut
lapidé et craventé de pierres.

      Note 282: Cette incidence est consignée dans une ancienne vie du pape
      Étienne II, où le meme Hunaut est appelé _Huhnac;_ et dans la
      chronique de Sigebert, A° 771. On peut remarquer le rapport frappant
      qui existe entre cet Hunaut et _Fromont, duc d'Aquitaine_, l'un des
      héros du roman des _Loherains_, celui _qui renoia Jesus-Christ_.

Lors assembla le roy son ost et le laissa devant la cité, et ala à Rome au
mandement de l'apostole, qui fu le quatre-vingt et quatorziesme apostole.
Si couroit lors le temps de l'Incarnacion par sept cent soixante-treize
ans. Là célébra la solennité de Pasques. [283]Avant qu'il s'en partist fu
un concile célébré de cent et cinquante-trois que évesques que abbés. A ce
concile fu le roy Charlemaines présent. Là luy donna le pape Adrien, par
l'assentement et confirmation de tout le concile, si grant dignité qu'il
eust pouvoir d'eslire apostole et ordonner du siége de Rome; et si le fist
prince et deffendeur de tous les Romains, et voulut que les arcevesques et
évesques fussent par lui en possession de leurs siéges; et s'ils y
entroient par autrui, sans son congié et sans son gré, qu'il ne peust de
nului estre sacré, et que le roy peust saisir leurs biens à ceulx qui de ce
seroient rebelles sé ils ne venoient à amendement. A la parfin, conferma ce
privilége en telle manière qu'il escommenia de l'autorité saint Père tous
ceulx qui contre ce décret yroient.[284] Après ce concile retourna le roy à
son ost, et prit la cité qui moult estoit lasse et acquise[285] pour le
long siége. Après se rendirent toutes celles de Lombardie en la seigneurie
des François.

      Note 283: La relation de ce concile, vrai ou supposé, n'est pas
      empruntée aux annales d'Eginhard, mais à la chronique de Sigebert et
      à d'autres annalistes plus anciens. On doit blâmer Dom Bouquet d'en
      avoir fait disparoître la trace dans son édition des Historiens de
      France. Il se contente de placer cette note en regard du passage de
      la Chronique de Saint-Denis: «Ce concile est faux et supposé. Il en
      est fait mention dans les éditions de la chronique de Sigebert avant
      celle d'Aubert Lemire, et dans la chronique de Pesquaire, au tome III
      de Duchesne.»

      Note 284: _Eginh. Annal. A° 774._

      Note 285: _Acquise_. Variante: _Acquisse_. J'ignore le sens de cette
      expression, qui ne répond d'ailleurs à aucun mot latin.

Et quant le roy eut ainsi toute Lombardie prise et soubmise à sa volenté,
et de ces choses ordonné si comme il luy plut, il retourna en France et en
amena le roy Desier pris et lié. Adelgise, un sien fils, auquel les
Lombards avoient grant fiance, s'enfouit en Constantinoble à l'empereur
Constantin, quant il vit que son père estoit pris et que la terre fut
gastée. Là demoura et gista le remenant de sa vie en une dignité que
l'empereur luy eut donnée[286]. Pris fu le roy Desier, sa femme, sa fille
et tous ses barons. Tout rendit aux Romains quanques les Lombards leur
avoient tollu. Ainsi fut le royaume de Lombardie soubsmis au royaume de
France; et cessèrent à régner les roys, deux cens et quatre ans après leur
commencement.

      Note 286: _Sigeberti chronicon. A° 774._


V.

ANNEES: 775/776.

_Coment il desconfit les Saisnes qui estoient entrés en France; et coment
il ostoia en Sassoigne pour eux destruire. Après coment Ragaus, un de ses
baillis de Lombardie, se révéla contre lui, et de la justice qu'il en fist.
Après coment il mut de rechief contre les Saisnes, et coment il les
desconfist et les fit baptisier._


[287]En ce temps que le roy Charlemaines traveilloit ainsi en la besoigne
de sainte Églyse, les Saisnes yssirent de leur terre à grant ost, et
entrèrent ès marches de France, jusques à un chastel approchèrent qui avoit
nom Jaburg[288]. Ceulx qui en tour estoient se mistrent dedens la
forteresse quant ils les apperceurent; par la contrée s'espandirent et
gastèrent tout le païs par embrasement et par occision: car ils ardoient
quanqu'ils trouvoient dehors les forteresses. En un lieu approchièrent qui
avoit nom Frisdilar[289]; là estoit une chapelle que saint Boniface le
martyr avoit fondée, et avoit dit au dedier[290] ainsi comme par prophécie
qu'elle ne seroit jà arse. Les Saisnes qui en tour estoient commencièrent à
penser comment ils la pourroient ardoir. En celle heure meisme que ils
s'efforçoient de bouter le feu dedans, deux jouvenciaus en robe blanche
apparurent en l'air si que aucun des crestiens qui estoient au chastel et
aucuns des paiens de hors virent qu'ils deffendoient la chapelle du feu que
les paiens alumoient. Pour ce ne la peurent oncques embraser né par dehors
né par dedens, né de riens adommager; ains eurent si grand paour qu'ils
tournèrent tost en fuie, jà soit ce que nul les en chaçast que l'en peust
voir né appercevoir. Mais l'un d'eulx demoura qui fu trouvé tout mort
acoutés et à genoulx de lès la chapelle, le feu devant luy et la bouche
entre les mains, ainsi comme s'il souffloit le feu pour embraser la
hapelle.

      Note 287: _Annales Francorum_, vulgò _Loiseliani_ dicti. _A° 774._

      Note 288: _Jaburg_. Latin: _Buriaburg_. C'est l'ancienne _Burabourg_,
      ville ruinée d'Allemagne, sur les confins de la Westphalie.

      Note 289: _Frisdilar_. Latin: _Fridislar_. C'est aujourd'hui
      _Fritzlar_, tout près des ruines de Burabourg.

      Note 290: _Au dedier_. En la dédiant.

Quant le roy oït les nouvelles, il esmut son ost hastivement; en trois[291]
parties les devisa, et entra en leur terre par trois lieux, tout avant
qu'ils le sceussent; par feu et par occision destruit et gasta tout. Avant
luy, ceulx qui à deffense se mistrent occist. A tant s'en retourna en
France chargié de proyes et de despouilles de ses ennemis. La feste de Noël
et de Pasques célébra en une ville qui a nom Carisi[292]. Tandis comme il
menoit son ost, il se pourpensoit et conseilloit comment il pourroit entrer
en Sassoigne plus légièrement pour destruire celle génération toute et tant
maintenir la guerre qu'ils feussent confondus ou qu'ils receussent la foy
crestienne. Pour ce assembla parlement général à une ville qui a nom Durie;
le Rin passa, et entra en Sassoigne à grant force; et en sa venue prist un
chastel à force qui a nom Sigebourt[293]. Si estoit moult fort et de
richesce et de garnison. Un autre qui avoit nom Herebourt refist et ferma
que les Saisnes avoient abatu, et mist dedens garnison de la gent de
France. De là s'en ala droit au fleuve de Wisaire en un lieu qui est
appellé Bruneber[294]; là trouva grant plenté de Saisnes qui illec estoient
assemblés pour le pas garder et pour deffendre le port, et pour rendre
bataille à l'issue du fleuve. Mais ce leur valut petit, car ils furent
reusés[295] et chaciés au premier assemblement, et moult en y eut d'occis.
Quant le roy et son ost eurent passé l'eaue, il prist une partie de son ost
et s'en ala droit au fleuve qui a nom Oacre[296]. Là vint au devant Helsis
un des princes de Sassoigne. Avec luy amena tous les Ostfalois et se rendit
au roy luy et toute sa gent; serment de féaulté luy fist et donna tels
ostages comme le roy luy demanda; de là se départit l'ost et vint à un lieu
qui est appelle Buqui[297]. Là vindrent une autre manière de gens qui sont
appellés Engariens; en celle compaignie estoient les plus grans de leur
terre. Serement et ostages luy donnèrent à sa volonté ainsi comme avoient
fait les Ostfalois.

     Note 291: _En trois parties_. Les _Annales Loiseliani_ portent:
     _Quatuor scarus_.

     Note 292: _Eginh. Annal. A° 775._

     Note 293: _Sigebourg_. Aujourd'hui _Siegbourg_, dans le duché de Berg.

     Note 294: _Bruneber_. Aujourd'hui _Brunsberg_, lieu de Westphalie, sur
     le Weser, à peu de distance de la petite ville de Hoxter.

     Note 295: _Reusés_. Repoussés.

     Note 296: _Oacre_. «Ad Obacrum fluvium.» Aujourd'hui l'_Oakre_, ou
     l'_Ocker_.--_Ostfalois_, ou _Ostfaliens_, les Saxons orientaux.

     Note 297: _Buqui_. C'est sans doute la ville impériale de Buckau, dans
     la Suabe. M. Guizot a traduit un peu librement la phrase: «In _pagum_
     qui Buchi vocatur» par: «Au _village_ nommé Buch.»--_Engariens_.
     Latin: _Angrarii_, ce sont les mêmes peuples que Tacite avoit appelés
     _Angrivarii_.

Entre ces choses avint que cette partie de l'ost qu'il eut laissiée de lès
le fleuve de Wisaire, en un lieu qui a nom Hudbequi[298] fu déceu par
l'aguet et par le malice de leurs ennemis, et pour ce meismement qu'ils ne
se menoient pas si sagement comme ils deussent, en tel péril de leurs
ennemis. Car quant ceulx qui menoient les chevaux ès pastures retournoient
ès hesberges en droit l'eure de nonne, les Saisnes se mesloient avec eus
ainsi comme s'ils feussent de leurs tentes, et quant ils estoient endormis
si les occioient; par telle manière en firent, une heure, grant occision:
mais toutes voies ceulx qui veilloient leur coururent sus quant ils les
eurent apperceus, et ceulx eschapèrent par fuite. Quant cette chose fu au
roy nunciée, il se hasta de venir au plus tost qu'il put. Ceux qui fuyoient
enchaça et occist grant partie. Les ostages des Ostfalois reçeut; à tant
s'en retourna en France.[299] En son retour luy vindrent messages qui luy
nuncièrent que Ragaud le Lombart qu'il avoit fait patrice et deffendeur et
duc de la cité d'Acquilée faisoit contre luy conspiracion, et avoit
plusieurs des cités de Lombardie traites à son accord. Le roy qui bien vit
qu'il convenoit mettre hastif conseil en ceste besongne pour Ragaud
refrener et rendre le mérite de sa trahison, entra en Lombardie moult
hastivement à grand plenté de bonnes gens. Ragaud, qui le troubloit et
esmouvoit contre luy, prist et luy fist le chef couper. Les cités qui de
luy estoient désavouées receut en telle manière comme elles estoient
devant, et y mist contes et juges et de la gent de France. Mais il n'eut
pas bien les mons trespassés quant nouveaux messages luy vindrent au
devant, qui luy nuncièrent que les Saisnes avoient pris le chastel de
Hereboure, et avoient occis et chacé la garnison de la gent de France qui
dedans estoit; et que Sigeboure un autre chastel avoit esté assailli, mais
il ne fu pas pris; car ceulx de la garnison yssirent hors et se férirent ès
Saisnes soudainement par derrière, tandis comme ils assailloient; si
n'estoient pourveus né ordonnés en bataille contre leur venue, pource
qu'ils entendoient à l'assaut. Si racontoient encore plus ces messages et
pour vérité[300]. Car la gloire et la vertu Nostre Seigneur estoit là
apparue tout appertement. Car il sembloit aux Saisnes et à tous ceulx qui
là estoient qu'ils véissent en l'air deus escus de feu flamboians et ardans
sur l'églyse du chastel, qui se démenoient l'un contre l'autre en bataille.
Pour ceste merveille et pour ceste bataille que François leur livrèrent
furent aucuns si espoventés qu'ils tournèrent tous en fuite, et ceulx de la
garnison les chacièrent jusqu'au fleuve de Lippie, et en occirent moult en
cette chace.

      Note 298: _Hudbequi_. On ignore la situation précise de ce point.

      Note 299: _Eginh. Annal. A° 776._

      Note 300: La fin de cet alinéa est plutôt traduit des _Annales
      Francorum_ dites _Loiseliani_, du nom du savant qui en fournit le
      premier manuscrit connu. (Voy. Dom Bouquet, tom. V, p. 39.)
      --_Lippie_, la Lippe.

Après ces nouvelles le roy assembla parlement de sa gent en la cité de
Garmacie, et ordonna comment il pourroit plus hastivement entrer en
Sassoigne. Ses osts assembla et vint là où il béoit à aler si soudainement
qu'il deffit et dérompit tout le propos de ses ennemis, et l'appareillement
par quoi ils luy cuidoient contrester; car quant il fu venu à la fontaine
de Lippie il trouva grant multitude de celle généracion qui moult estoit
humbles et dévots par semblant et dolens de ce qu'ils avoient vers luy
mespris: merci lui crièrent et promistrent qu'ils recevroient le saint
baptesme et la foy crestienne. Le roy qui fut miséricors et débonnaire,
leur pardonna. Tous ceulx qui le baptesme requistrent fist baptisier; et
quant il eut leurs fausses promesses oïes, et leurs seremens et tels
ostages comme il demanda reçeus, puis retourna en France. La solennité de
Noël et de Pasques célébra en une cité qui a nom Haristalle. Mais avant
qu'il se partist de Sassoigne restaura le chastel de Hereboure que les
Saisnes avoient abatu, et un autre en fonda sur le fleuve de Lippie, et
laissa dedans grant garnison de la gent françoise.


VI.

ANNEES: 777/780.

_Coment il vint de rechief en Sassoigne pour les Saisnes humelier. Après
coment il ostoia en Espaigne, par l'enortement d'un prince sarrasin. Et
coment il prist Pampelune et maintes autres cités. Et d'un poi de meschief
qui lui advint au retour. Et coment les Saisnes furent occis par les
François orientaux, et coment il alla de rechief en Sassoigne._


[301]Quant le printemps fu retourné et la saison fu renouvellée, le roy
assembla parlement de ses barons et du peuple après la feste de la
Résurrection, pour ostoier en Sassoigne. Car il n'avoit point de fiance au
serement né ès promesses de la desloiale gent du païs. Quant il fu là venu,
il trouva les plus grans et les plus anciens du païs humbles et obéissans
par semblant. Mais ils avoient autre chose au cuer qu'ils ne monstroient
par dehors. Tous vindrent à luy, fors Guiteclin de Sassoigne[302]. Cil
estoit un des princes des Ostfalois. Au roy n'osoit venir pource qu'il se
sentoit coupable et meffait en moult de cas. Ainsi s'enfouyt à Sigefroy le
roy de Danemarche.

      Note 301: _Eginh. Annal. A° 777._

      Note 302: _Guiteclin de Sassoigne_. Ce héros des Saxons est aussi
      devenu celui d'une _chanson de geste_, célèbre au treizième siècle,
      et dont je connois trois copies: l'une à la bibliothèque du Roi,
      l'autre à celle de l'Arsenal, la troisième appartenant à M. Léon de
      la Cabane. Cette dernière est la plus complète.

Tous ceulx qui là vindrent au roy luy requistrent merci et miséricorde, par
telle condition que s'ils brisoient plus ses estatus et ses commandemens
qu'ils perdissent leurs franchises et feussent tous jours de serve
condition. Une partie en fit le roy baptisier qui requeroient baptesme plus
pour acquérir la grâce du roy qu'ils ne faisoient pour le salut de leur
âme; car ils le monstrèrent bien après. Là vint meisme au roy un Sarrasin
espaignol, Ybna L'arrabi[303] estoit appellé; aucuns de sa gent avec luy
amena. Au roy rendit soy-meisme et toutes les cités que le roy d'Espaigne
lui avoit baillées à garder. A tant retourna le roy en France, et célébra
la Nativité en une ville qui a nom Dousy[304], et celle de la Résurrection
en une ville qui a nom Cassinolle, un fort chastel qui siet en Poitou. La
royne Hildegarde si acoucha là d'un fils qui eut nom Loys[305]. [306]Lors
esmut le roy ses osts par l'ammonestement Ybna, le devant dit Sarrasin, en
espérance de prendre aucunes cités en Espaigne; si ne conceut pas ce propos
pour néant. Car il en prist aucunes; en Gascongne entra, et quant il dut
les mons trespasser, il assist et prist une ville de Navarre qui a nom
Pampelune. Le fleuve de l'Iberis[307] trespassa et s'en ala droit en
Sarragoce qui est la plus noble cité qui soit en ces parties; la ville
prist, le païs gasta, et puis retourna en Pampelune. Les murs en fit
craventer jusques en terre, pour ce que plus ne se peussent rebeller. Lors
prist à retourner en France; en une forest entra qui siet sur les mons de
Pirene[308]; au plus haut lieu des montaignes avoient les Gascons basti un
embuschement. Quant l'ost fut auques trespassé, ils se férirent oultrement
en l'arrière-garde. Tous furent estourmis, et tout l'ost rempli de
très-grande noise et tumulte. Et jà soit ce que les François valent mieulx
sans comparaison que les Gascons et en force et en hardiesce, toutes voies
furent-ils desconfis là, et meismement pour ce qu'ils estoient despourvus,
et pour les fors destrois du païs où ils se combatoient.

      Note 303: _Ybna l'arrabi_. L'annaliste écrit: _Ibina la rabi_. Il
      falloit: _Ebn-Alarabi_ (voyez M. Reinaut, _Invasions des Sarrasins en
      France_, p. 94).

      Note 304: _Dousy_. Ancienne maison royale entre Sedan et Mouzon.
      --_Cassinolle_, ou plutôt Casseneuil (Cassinogilum), est dans le
      diocèse d'Agen, au cronfluent des rivières de Leda et du Lot. Aimoin
      ayant confondu dans son livre «Des miracles de saint Benoist», la
      situation de _Casseuil_ avec celle de _Casseneuil_, plusieurs érudits
      ont soutenu qu'il falloit retrouver ici _Casseuil_. M. l'abbé
      Montléon, dans son premier livre des _Carlovingiens_, est du même
      sentiment, auquel toutefois nous ne nous rendons pas.

      Note 305: J'ignore dans quel historien notre traducteur a trouvé la
      mention de cet accouchement d'Hildegarde.

      Note 306: _Eginh. Annal. A° 778._

      Note 307: _L'Iberis_. L'Ebre.

      Note 308: L'annaliste dit bien: _Pyrenei saltum ingressus est_. Mais
      il entendoit sans doute _le mont ou le rocher des Pyrénées_.
      --_Auques_, quelque peu.--_Estourmis_. Troublés.

En cet assault furent occis aucuns[309] des plus nobles hommes de son
palais qu'il avoit fais chevetains et ducteurs des batailles; et les
Gascons s'esparpillèrent  et se boutèrent ès forteresces des montaignes.
Pour ceste mésaventure fu le roy moult dolent. Car ceste meschéance luy
abaissa en partie l'onneur et le los des nobles victoires qu'il avoit eu en
Espaigne. Les Saisnes qui eurent oy nouvelles de ceste aventure et
cuidèrent que le roy eust receu plus grand dommage qu'il n'avoit,
s'esmeurent en armes contre luy; jusques au Rin approchèrent. Mais quant
ils ne peurent oultre passer, ils mistrent à destruction tout le païs par
feu et par occision. Villes et hameaux praërent[310]; les moustiers
craventèrent; enfans, hommes et femmes occioient et vierges tout
communément, sans différence de sexe né d'age. Si que l'on pouvoit veoir
tout appartement que ils n'estoient pas tant seulement meus pour praer né
pour rober, mais pour venger le sang et l'occision que les François avoient
tant de fois faite de leur gent. Si dura ceste persécucion dès une cité qui
a nom Nice jusques au fleuve de la Moselle. Et si comme aucunes croniques
dient ci endroit[311], ils firent ce dommage au roy par le conseil
Guiteclin duquel nous avons ci-dessus parlé. Ces nouvelles furent racontées
au roy au retourner d'Espaigne, en la cité d'Aucerre.

      Note 309: _Aucuns_. L'annaliste dit: _Plerique aulicorum_, ce qu'on
      traduiroit mieux avec nos vieilles _chansons de geste_, par: _La
      pluspart des Palaisins_, _Palatins_, ou _Paladins_.

      Note 310: _Praerent_. Dépouillèrent (_prædaverunt_).

      Note 311: _Ci endroit_. Entre autres les _Annales Loiseliani_.

Tout maintenant comanda que les François Austrasiens et les Alemans fussent
contre eus envoiés; ses osts départit avant et s'en ala yverner en la cité
de Haristalle. Les François Austrasiens et les Alemans qui contre les
Saisnes furent envoyés chevauchèrent à grand esploit, et se hastoient pour
savoir s'ils les pourroient trouver en leurs contrées. Mais ceulx
s'estoient jà mis au retour avant qu'ils parvenissent là. Après eus
chevauchièrent hastivement et les attaindrent au païs des Hassiens, si
comme ils s'en aloient droit à une eau qui a nom Herman[312]. Sus leur
coururent emmi les gués, si comme ils trespassoient; à eus se combatirent
et en firent si grant abatéis et si grant occision que de si grant nombre
comme ils estoient en eschappa petit que tous ne feussent occis ou noiés.

      Note 312: _Herman_. Le latin porte _Adernam fluvium_. On s'accorde à
      reconnoître _la Hesse_, dans le _Pagus Hasiorum_.

[313]Quant le roy eut célébré la solennité de Noël et de Pasques en la cité
de Haristalle, il s'en départit et s'en ala droit au chastel de Compiègne.
Là demoura tant comme il luy pleut. Et ainsi comme il s'en partoit, luy
vint à l'encontre Hildebrant, le duc de Spolitaine[314]; grans dons et
grans présens luy fist; mais l'histoire ne dit pas quels, et le roy le
receut moult honorablement et luy redonna de ses richesches. Quant ce fu
fait, il se despartit du roy qui estoit à une ville qui a nom
Murtigny[315], et s'en ala en sa contrée. Le roy assembla ses osts en une
ville qui lors estoit nommée Durie[316], pour ostoier en Sassoigne. Mais
avant, fist le parlement de ses barons selon la coustume. Le Rin trespassa
en un lieu qui a nom Lippie. Encontre luy vindrent les Saisnes à bataille,
en un lieu qui a nom Bucelot[317], en espérance qu'ils les peussent
contrester. Mais leur espérance fu vaine, car ils furent desconfis et
chaciés, et le roy passa tout oultre après eus en la contrée des
Histefalois[318], et les contraint à ce qu'ils vindrent à merci.

      Note 313: _Eginh. Annal. A° 779._

      Note 314: _De Spolitaine_. De Spolete.

      Note 315: _Murtigny_. Variantes: _Montegni_.--_Montigny_. Mais le
      latin porte: _In villa Wirciniaco_. C'est peut-être _Versenay_, à
      deux lieues de Reims, près le monastère de Saint-Bâle.

      Note 316: _Durie_. Duren.

      Note 317: _Bucelot_. Latin: _Bucholt_. Ce lieu étoit non loin de la
      Lippe, d'après le texte de l'annaliste.

      Note 318: _Histefalois_, et mieux _Westphalois_. Saxons-Occidentaux.

De là s'en ala sur le fleuve de Wisaire, en un lieu qui a nom Midufulli. Là
demora ne say quans jours, pour reposer luy et son ost. Avant qu'il s'en
parti, vindrent à luy Histefalois et un autre peuple qui a nom Angariens;
serement de loyauté luy firent et lui donnèrent ostages. De là se départit
le roy. Le Rin trespassa et vint tout droit pour yverner en une cité qui a
nom Warmaise[319].

      Note 319: _Warmaise_. C'est encore _Worms_.

[320]Quant la nouvelle saison fu revenue et l'en put ostoier, le roy
assembla ses osts et entra en Sassoigne. Par le chastel de Hereboure
trespassa et vint tout droit à la fontaine de Lippie. Là fist tendre ses
héberges et y demoura ne sai quans jours; puis retourna son chemin vers
orient, à un chastel qui a nom Oacres[321]. Là vindrent à lui tous les
Saisnes Orientels ainsi comme il l'avoit mandé. De ceulx furent une grant
partie baptisés, plus par faulse simulacion que par autre chose, car ils
avoient celle manière de coustume. De là se départit le roy à tout son ost,
et s'en ala droit au fleuve d'Albe[322]. Ses heberges fist tendre en un
lieu qui est entre celle eaue et une autre qui est nommée Hore. Si
assemblèrent tout à un en la pointe du lieu où le roy estoit logié. Là
demoura une pièce, pour ordonner des besoignes qui estoient entre les
Saisnes qui deçà le fleuve demouroient et les Esclavons qui par-delà
habitoient. Et quant il eut les choses ordonnées selon la nécessité du
temps il retourna en France.

      Note 320: _Eginh. Annal. A° 780._

      Note 321: _Oacres_. Voici le latin: «Ad fontem Lippiæ venit.... indè
      ad Orientem, itinere converso, ad Obacum fluvium accessit.» (Voy.
      plus haut, A° 775.)

      Note 322: _D'Albe_. De l'Elbe.


VII.

ANNEE: 782.

_Coment le roi ala à Rome visiter les apostres, et coment l'apostolle
Adrien le reçut honorablement et corona ses deux fils le jour de Pasques:
Pepin, l'ainsné, du royaume de Lombardie, et Loys, le mainsné, du royaume
d'Aquitaine. Après, coment Thassile, le duc de Bavière, lui fist homage, et
coment ses gens furent déconfis en Sassoigne._


Pour aler à Rome vint le roy si comme il avoit devant proposé, pour
accomplir son pélerinage. La royne Hildegarde sa femme mena avec luy et ses
deux fils. A la cité de Pavie vint. Là célébra la Nativité, puis y demoura
le remenant de l'yver. [323]Et quant la nouvelle saison revint, il mut pour
aler à Rome. Le pape Adrien le receut moult honnourablement; ensemble
célébrèrent la Résurrection. Là couronna le pape ses deulx fils, Pépin
l'ainsné au royaume de Lombardie, et Loys le mainsné au royaume
d'Acquitaine. Tant demoura là comme il luy pleut, puis il retourna par la
cité de Milan. Thomas, l'arcevesque de la ville, baptisa et leva des fons
une sienne fille, son père fut espirituel, et il luy mist à nom Gille. De
là retourna en France. Mais quant il départit de la cité de Rome le pape
Adrien et luy ordonnèrent que ils feroient de la besongne d'en droit
Thassille le duc de Bavière. Ensemble y envoièrent leurs messages pour luy
ammonester qu'il tenist le serement qu'il avoit fait au roy Pepin son père
et à ses deulx fils[324], qu'il seroit mais tousjours leur subgiet et leur
obéissant. De par l'apostole y furent envoiés deux évesques, Formose et
Damase; et, de par le roy, Radulphe[325] diacre, et Éburcars le maistre
eschanson du palais.

      Note 323: _Eginh. Annal. A° 781._

      Note 324: _A ses deux fils_. L'annaliste ajoute: _Ad Francos_, ce qui
      n'est pas sans importance.

      Note 325: _Radulphe_. Latin: «Richulfus diaconus, ac Eberhardus
      magister pincernarum.»

Quant ils furent là venus et ils eurent conté leur message, le duc s'amolia
à humilier son cuer tant qu'il leur respondit que tout maintenant mouveroit
pour aler au roy, sé tels seurtés et tels ostages lui estoient livrés qu'il
ne feust pas mestier qu'il se doubtast de rien; et les messages luy
donnèrent tels seurtés dont il se tint apaié. Tout maintenant mut et vint
en France. Le roy trouva en la cité qui lors estoit appellée Warmaise. Tel
serement luy fist comme il avoit jà promis à luy au temps du roy Pepin son
père. Le roy luy demanda seureté du serement, et le duc luy livra douze
ostages qu'il avoit fait venir de Bavière par un sien arcevesque Sisbert.
Au chastel de Compiègne[326] estoit adoncques le roy, quant il receut ses
ostages. Congié prist le duc et s'en retourna en sa contrée. Mais il ne
tint pas moult longuement qu'il fu retourné, les convenances et les
loyautés qu'il avoit au roy jurées, si comme l'histoire dira cy-après.

      Note 326: _Compiegne_. Il faudroit _Carisi_» (Querzy), comme dans le
      latin.

[327]Quant la nouvelle saison fu venue que l'en pouvoit ostoier pour la
grant plenté des pastures, le roy assembla général parlement des barons et
du peuple si comme il avoit tousjours acoustumé, avant qu'il ostoiast en
Sassoigne[328]. Il mut et vint en la cité de Coulongne; le Rin trespassa
et conduisit son ost droit à la fontaine de Lippie. Là fist tendre ses
heberges et y demoura aucuns jours. Entre les autres choses qu'il fist en
ce lieu, avant qu'il s'en partist, receut-il les messages Sigefroy. Si les
avoit envoiés Cagane et Vigurre deux des princes des Huns pour la paix
confermer.

      Note 327: _Eginh. Annal. A° 782._

      Note 328: _Avant qu'il ostoiast en Sassoigne_. Le latin n'est pas
      rendu exactement: «_In Saxoniam eundum, et ibi, ut in Franciâ
      quotannis solebat, generalem conventum habendum, censuit._»

Quant le roy eut demouré en ces parties, et il eut ordonné de ses besoignes
si comme il luy sembla mieulx selon le temps, il trespassa le Rin pour
retourner en France. Mais ce Guiteclin dont nous avons parlé dessus, qui
pour paour du roy s'en fu fouy à Sigefroy, le roy de Dannemarche, retourna
en son païs quant il sceut que le roy s'en fu parti. Puis fit tant par ses
paroles qu'il mist les Saisnes en vaine espérance de victoire, si que ils
brisièrent la paix et les aliances qu'ils avoient faites au roy, et
commencièrent nouvelle guerre.

Entre ces choses eut le roy nouvelles que les Sorabiens et les
Esclavons[329] qui habitent entre le fleuve d'Albe et une autre eaue qui a
nom Salen, estoient entrés en armes en la terre des Thoringiens et des
Saisnes qui marchissoient auprès d'eulx, et avoient jà fait moult de
dommages et aucuns lieux destruis par feu et par occision. Lors commanda le
roy à trois de ses menistres, c'est à savoir Algise son maistre chambellan,
à Gile son contestable, et à Garonde conte du palais[330], qu'ils meussent
contre les Esclavons et préissent les François Austrasiens et les Saisnes.
Eus s'en tournèrent et prisrent les François Orientiels, et meurent en
Sassoigne pour reconforter leur ost des gens de la terre. Mais quant ils
furent là venus, si trouvèrent que les Saisnes s'estoient tournés contre le
roy par le conseil Guiteclin, et estoient appareillés contre eux à
bataille. La besoigne pourquoy ils estoient meus entrelaissièrent, et
tournèrent tout droit là où ils avoiént oï dire que leurs ennemis estoient
assemblés. En leur voie encontrèrent le conte Theodoric, qui estoit cousin
du roy[331], tout prest en leur aide, à tant de gent comme il peut avoir
assemblé, si soudainement comme il seut que les Saisnes s'estoient allés
contre le roy. Il se prist garde qu'ils se desréoient[332] trop folement et
se hastoient trop despourvuement de courre sur leurs ennemis. Pour ce leur
dit et conseilla qu'ils les féissent avant espier, pour savoir où ils
estoient, né comment ils se contenoient et quel nombre de gens ils avoient;
et quant ils seroient certains de leur estat, si les pourroient envaïr, sé
le lieu estoit tel qu'ils péussent à eus combatre tout de front. A ce
conseil s'accordèrent tous: si chevauchièrent ensemble jusques à une
montaigne qui a nom Sontal. En un des costés de ce mont, par devers
Septentrion, estoient les heberges aux Saisnes. Le comte Theodoric fist
tendre ses trefs de l'autre part, et les menistres du roy firent passer
leur ost oultre le fleuve Wisaire et se logièrent en l'autre rive pour
mieulx avironner la montaigne. Lors prindrent conseil ensemble comment ils
envaïroient leurs ennemis. Et pour ce qu'ils se doubtoient que la gloire et
la louenge de la victoire ne feust donnée au conte Theodoric, s'ils se
combatoient ensemble, ils proposèrent à combattre sans luy. Lors s'armèrent
communément et yssirent hors de leurs heberges sans conroy; si aloient non
mie comme sé leurs ennemis se deussent combatre, mais ainsi comme s'ils
déussent tantost fuir. Et si s'en couroient l'un deçà l'autre delà si tost
comme les chevaux povoient courre. Et leurs ennemis les attendoient au
dehors de leurs heberges à bataille ordonnée. Et pour ce qu'ils venoient
ainsi confusément, se combatirent-ils mauvaisement. Car quant la bataille
fu commenciée, les Saisnes les attaindrent tout en tour et les occirent
presque tous: et ceulx qui eschappèrent ne s'en fouirent pas à leurs
tentes, mais aux heberges Theodoric, qui estoit logié d'autre part de la
montaigne. Si fu le dommage plus grant pour l'autorité des princes qui là
furent occis que pour le grant nombre des personnes. Car deux des messages
du roy, Adalgise et Gille, et quatre des contes et vingt autres des plus
nobles furent occis, sans le nombre des autres gens qui suivis les avoient
et qui mieulx amoient à mourir avec eus que à vivre après leur mort. Puis
que le roy eut ces nouvelles oïes, il assembla ses osts sans plus attendre
et entra en Sassoigne. Tous les plus grans hommes de la terre manda, et
enquist par quel conseil ce dommage luy avoit esté fait, et par qui ils
s'estoient contre luy tournés. Ils s'escrièrent tous qu'ils avoient ce fait
par Guiteclin. Mais ils ne luy povoient livrer pour ce qu'il s'en fuyt aux
Normans, tantost après le fait. Mais ils luy livrèrent jusques à quatre mil
et cinq cens de ceulx qui par luy avoient esté principal en ceste felonnie.
Et le roy les fit mener en une eaue qui a nom Alarain[333], en un lieu qui
a nom Ferdi; là leur fist à tous les chiefs couper. Au tiers jour[334]
après que le roy eut eu vengence de ses ennemis, il s'en ala à une ville
qui a nom Théodone. Là célébra la sollennité de Noël et de Pasques.

      Note 329: _Les Sorabiens et les Esclavons._ Il falloit traduire:
      _Les Sorabiens-Esclavons._--_Salen_. C'est la _Sâle_, qui se perd
      dans l'Elbe sur les confins de la Basse-Saxe.

      Note 330: Voici le texte: «_Adalgiso camerario, Ceilone comite
      stabuli, et Worado comite palatii._»

      Note 331: _Cousin du roi_. «Propinquus regis.»

      Note 332: _Qu'ils se desréoient_. Qu'ils (les ministres du roi)
      s'avançoient en désordre.

      Note 333: _Alarain_. «Super Alaram fluvium.» L'_Aller_ a sa source
      dans le Magdebourg et se jette dans le Weser un peu au-dessous de
      _Ferden_, le _Ferdi_ de notre annaliste.--_Theodone_. Thionville.

      Note 334: _Au tiers jour après_. Notre traducteur suit ici une leçon
      corrompue. «_Unâ die decollati sunt_,» dit simplement l'annaliste.
      Pour comprendre combien il étoit facile au treizième siècle de tomber
      dans de semblables erreurs de traduction, il faut connoître toutes
      les difficultés des manuscrits. L'absence de ponctuation et
      d'initiales, la confusion des _i_ répètés, des _u_, des _v_, des _n_,
      des _m_, etc., enfin la rareté des leçons et l'impossibilité des
      concordances. Et quand on a pesé toutes ces occasions d'erreurs, on
      ne s'étonne plus que de la rareté des bévues du chroniqueur de
      Saint-Denis.

[335]Tassille, le duc de Bavière (qui en l'an devant luy avoit feaulté
donnée), vint à armes contre luy par la volonté sa femme qui fille estoit
Desier de Pavie que le roy avoit deshérité et envoie en essil. Ainsi
cuidoit se vengier par son mari du deshéritement et de la condempnation de
son père.

      Note 335: Ce paragraphe, traduit de la chronique de Sigebert, A° 780,
      semble à tort transporté dans cet endroit. Pour le justifier, notre
      traducteur a ajoute les mots: Qui en l'an devant luy avoit feaulté
      donnée.


VIII.

ANNEES: 783/785.

_Coment il vint de rechief en Sassoigne, et coment il mena les Saisnes par
deus fois à soveraine desconfiture. De la mort la royne Hildegarde; des
espousailles la royne Fastrade; de la mort sa mère, la royne Berthe. Coment
il mut en Sassoigne par trois fois ou par quatre. Coment il se vengea des
François Orientels, qui contre luy s'estoient révélés par mauvais conseil_.


[336]Quant le printemps fu repairié et la saison renouvellée, le roy
s'appareilla de rechef pour ostoier en Sassoigne, car il avoit nouvelles
oïes que les Saisnes s'estoient révélés contre luy plus fièrement qu'ils
n'avoient oncques fait devant. Avant qu'il se départist de la ville où il
avoit iverné, fut morte sa femme Hildegarde en la seconde kalende de may.
Le roy fist enterrer le corps si comme il avoit proposé. Il entendit que
les Saisnes estoient assemblés en un lieu qui a nom Theomel[337], et qu'ils
s'appareilloient à bataille contre luy à tout leur effort. Vers celle part
tourna son chemin, si tost comme il peut. Bataille leur rendi, que pou en
eschappa de si grant nombre comme ils estoient que tous ne feussent occis.

      Note  336: _Eginh. Annal. A° 783._

      Note 337: _Theomel._ Latin: _Thietmelle_. C'est encore _Dethmold_.

Après cette victoire se départit du champ et s'en ala à un lieu qui a nom
en leur langage Padrabone[338]. Là fist tendre ses heberges pour attendre
une partie de son ost qui à luy devoit venir.

      Note 338: _Padrabone._ Paderborn.

Tandis qu'il demouroit encore en ce lieu, nouvelles lui vindrent que les
Saisnes qui de sa bataille estoient eschappés, à quanques ils povoient
avoir de secours de toutes pars, estoient assemblés ès contrées de
Witefale[339] sur une eaue qui a nom Hasan. Là se rapareillèrent pour
combatre de rechief contre luy, s'il alloit en ces parties. Quant le roy
eut oy ces nouvelles, il rassembla ses gens qui puis estoient à luy venus
de France, avec ceux que il avoit devant, et vint sans demeure au lieu où
ils estoient assemblés. A eus se combatit aussi benheureusement comme il
avoit fait devant, si que la plus grant partie en fut occise et l'autre
prise et mise en chétivoison[340]. Et François ravirent toutes leurs
despoilles et firent proie de quanques ils avoient. Premièrement vint au
fleuve de Wisaire et puis à un autre qui a nom Albe, en cerchant tout le
païs et le dégastant par feu et par occision. Et quant il eut toutes ces
contrées détruites il retourna vers France: Femme espousa qui avoit nom
Fastrade; Françoise estoit de nacion. Et après pou de temps elle conceut et
enfanta du roy deux filles.

      Note 339: _Witefale._ «In finibus Westfalorum, super fluvium Hasam.»

      Note 340: _Chetivoison._ Captivité.

En celle année meisme trespassa de ce siècle la royne Berthe mère du roy
Charlemaines, qui femme eut esté son père Pepin le roy. En la tierce yde de
juin mourut[341]. Dame estoit plaine de bonnes meurs et de doulce mémoire.
En sépulture fu mise en l'églyse mon seigneur saint Denis en France, coste
à coste du roy Pepin. Si couroit alors le temps de l'Incarnacion Nostre
Seigneur, sept cents quatre-vingt-quatre.

      Note 341: La fin de l'alinéa est du traducteur, comme presque tous
      les détails relatifs à la sépulture des personnes royales.

Le roy départit son ost et vint pour yverner en une ville qui a nom
Haristalle. Là célébra la sollennité de Noël et de Pasques.

[342]Quant la nouvelle saison fu venue, le roy assembla ses osts pour
ostoier en Sassoigne, et pour essaier s'il pourroit mettre à fin cette
guerre qui tant avoit duré. Le Rin trespassa à la fontaine de Lippie[343];
de là vint au fleuve de Wisaire, en un lieu qui a nom Huccubi, en dégastant
toutes les contrées de Westefalois. Ses heberges fist tendre, pour demourer
sur le fleuve. Mais en dementiers qu'il y demouroit, il apperceut qu'il ne
pourroit entrer en Sassoigne par devers Galerne[344], si comme il avoit
proposé, pour les eaues qui estoient crues pour les grans pluies qui eurent
esté. Pour ce tourna en Thoringe, à Charlot son fils laissa une partie de
son ost et luy commanda qu'il ne se esloignast de la contrée de Westephale.
Lors entra ès plaines de Sassoigne parmy Thoringe. Ces plaines sient entre
le fleuve d'Albe et un autre qui a nom Salan. Et puis qu'il fu entré en la
terre, il dégasta et destruisit tous les champs et les contrées des Saines,
partie en occist et partie en mit en chétivoison; les villes destruist et
ardit. A tant retourna en France.

      Note 342: _Eginh. Annal. A° 784._

      Note 343: _A la fontaine de Lippie_. «In loco qui Lippeheim vocatur
      Rhenum trajecit.»

      Note 344: _Par devers Galerne_. Du côté du Septentrion. «In
      Aquilonares Saxoniæ partes.»

Endementiers que Charlot son fils qu'il eut laissié en Westephale
chevauchoit un jour en un païs qui avoit nom  Draigni[345], si luy vint
au-devant un ost des Saisnes tous prest à bataille, de lès le fleuve de
Lippe; il se combatit à eus par beneurée fortune, car il les mist à telle
confusion qu'il en occist la plus grant partie, et le remenant eschappa par
fuite. A son père retourna en France à grant victoire et grans despouilles
de ses ennemis. Et le roy reprist son ost et retourna en Sassoigne encontre
le temps d'yver. La nativité célébra en ses heberges sur le fleuve d'Ambre,
en un païs qui est appelé Huetagore, près d'un chastel qui est appellé
Sequidirbourc[346]. D'illec s'en ala en un lieu qui a nom Rim, pour tout le
païs mettre à destruction. Si est ce lieu là où le fleuve de Wisaire et cil
de Waharne assemblent. Mais il retourna arrière au chastel d'Hereboure, car
il ne povoit oultre ostoier pour le fort yver et pour la grant habundance
d'eaue[347]. Et pour ce qu'il avoit propos d'yverner en ces parties où il
eut mandé sa femme et ses enfans, bonne garde et seure de sa gent leur
laissa, et puis chevaucha tout oultre à son ost, pour proier les villes et
pour destruire les contrées de Sassoigne. Tout cel yver ostoia parmy la
terre, une heure çà et l'autre là, sans repos prendre, et dégasta tout le
païs par occision et par embrasement de feu; et non mie tant seulement par
luy, mais par ses menistres que il envoia par devers lieux pour le païs
gaster; ainsi troubla et destruist la terre de Sassoigne tant comme cel
yver dura.

      Note 345: _Draigni._ «In pago Draigni juxtà Lippiam fluvium.» Notre
      traducteur a oublié la mention de la Lippe, et M. Guizot celle de
      Draigni.

      Note 346: «Celebratoque natalitio Domini die, super Ambram fluvium;
      in pago Huettagoe, juxtà castrum saxonum quod dicitur Schidirburg, ad
      locum nomine Rimi, in quâ Wisira et Vagarna confluunt, populabundus
      accessit.» L'_Ambra_, c'est l'Ambre, qui sort du Tyrol, arrose la
      Bavière et va se jeter dans l'Iser, près de Mosbourg.--Le confluent
      dont il est question est celui du Weser et de la Wehra. M. Guizot a
      fait ici un contre-sens dont notre chronique ne lui avoit pas donné
      l'exemple. «Il célébra,» dit-il, «dans son camp le jour de la
      naissance du Seigneur, et marcha en le dévastant, _dans_ le canton
      d'Huellagoge, près du fleuve de l'_Ems_, non loin du fort saxon qui
      porte le nom de Dekidroburg, au confluent du Weser et de la _Werne_.»
      Il seroit précieux de retrouver un lieu situé près du fleuve de
      l'_Ems_, au confluent du _Weser_ et de la _Werne_.

      Note 347: _Eginh. Annal. A° 785._

Et quant la nouvelle saison répaira et il eut fait de France venir gens et
viandes et ce que mestier luy fu, il assembla un parlement de ses barons en
un lieu qui a nom Padrabonne[348]. Et quant les choses qui à ce parlement
appartenoient furent ordonnées, il s'en partit et s'en ala en un païs qui
avoit nom Hardengoant[349]. Là luy fu dit que Albion et ce Guiteclin qui
mains dommages luy avoient fais estoient en une terre de Sassoigne qui a
nom Albine[350]. Premièrement les fist amonnester par les Saisnes meismes
qu'ils guerpissent leur desloyauté et venissent à luy seurement. Mais eus
qui en eus-meismes se sentoient coupables et meffais, n'osèrent à luy venir
jusques à ce qu'il leur promist pardon et miséricorde, et jusques à tant
qu'ils eurent par devers eus ostages et seurtés de leurs vies. Ces ostages
leur livra et amena Amalimons[351], un des princes du palais que le roy y
envoia, et ceulx vindrent en la présence du roy en une ville qui a nom
Atigni. Là furent baptisiés et crestiennés; car le roy mut à retourner en
France, quant il eut là envoié Amalimons. Grant pièce de temps se tint
ainsi en pais cette perverse nacion, pour ce meisme qu'ils ne povoient
trouver nulle raison de recommencier la guerre; et plus, pour ce qu'ils
doubtoient le roy pour sa fierté et pour ce qu'il luy chéoit bien en tous
ses fais.

      Note 348: _Padrabonne._ «Padrabrunna.» Paderborn.

      Note 349: _Hardengoant._ Les éditions écrivent: _Bardengou_,
      _Bardengoo_, _Bardengawi_, et _Bardincum_. Suivant toutes les
      apparences, c'est _Bardewick_, en Basse-Saxe, à sept lieues de
      Hambourg, réduit aujourd'hui à l'état de village.

      Note 350: _Albine_. Il falloit traduire, comme le remarque Dom
      Bouquet: _Qui est au-delà de l'Albe,_ ou l'_Elbe_. «In transalbinâ
      Saxonum regione.»

      Note 351: _Amalimons_. «Amalwinus, unus Aulicorum.» La traduction
      ancienne la plus naturelle de ce mot eut été _Amauguin_.

En celle année les François Orientels conceurent malevolenté contre le roy
et firent conspiration contre luy. De ceste traïson fut principal un des
contes du païs qui eut nom Hardré[352]. Mais puis que le roy sceut la
vérité, la chose fu tost abaissée et estainte par son sens. Car il dampna
ceulx qui estoient parçonniers[353] et consentans de ceste traïson; les uns
dampna par essil et aux autres fist les yeulx crever.

      Note 352: _Hardré_. Ce nom d'_Hardré_ est devenu célèbre dans les
      vieilles poésies françoises parmi ceux des traîtres. La chanson de
      Garin le Loherain nous le présente comme le chef de la race des
      Fromont de Gascogne, ennemis mortels des Lorrains. D'autres poèmes le
      citent comme l'un des principaux membres de celle de Ganelon. _La
      famille du viel Hardré_ étoit même une expression proverbiale qui
      s'appliquoit généralement à tous les traîtres. Mais remarquons la
      difficulté de reconnoître ce nom d'_Hardré_ dans l'_Hastradus_
      d'Eginhard, l'_Hastrad_ de M. Guizot, et l'_Hastrade_ des autres
      historiens.

      Note 353: _Parçonniers_. Participants. Le peuple a conservé le
      féminin _parçonnière_.


IX.

ANNEES: 786/787.

_Coment il envoia ses osts sur les Bretons, et coment il ala à Rome, et
coment il conquit Puille et Calabre. Et des messages Thassille le duc de
Bavière, que il envoia à l'apostole Adrien pour confermer le païs de leur
seigneur et du roi. Puis après coment il retourna en France._


[354]Quant l'yver fu trespassé et la nouvelle saison venue, le roy célébra
la Résurrection en la ville d'Atigny, après appareilla ses osts pour
ostoier en Bretaigne:[355] la Bretaigne petite est appellée à la différence
de la grant Bretaigne qui maintenant est nommée Angleterre. Si veullent
aucuns dire cy endroit que celle gent retiennent la langue bretonne des
anciens Bretons. Car quant les Anglois qui d'une partie de Sassoigne qui a
nom Angle vindrent eurent celle Bretaigne prise, ils tuèrent et chacièrent
les Bretons de celle isle et d'eus vindrent les Anglois. Lors s'enfouit une
partie de la gent du païs, la mer passèrent et vindrent habiter ès
derraines parties de France, par devers Occident. Et celle gens appellés
sont Bretons bretonnans[356]. Ce peuple fut jadis conquis et tributaire du
roy Dagobert. Et pour ce qu'ils ne vouloient jamais obéir, le roy[357] y
envoya Adulphe un des princes de son palais, à grant ost. En pou de temps
après reffraint et abaissa leur présumpcion; leurs ostages et plusieurs de
leurs nobles hommes amena au roy qui luy firent hommage et obéissance pour
le commun du païs.

      Note 354: _Eginh. Annal. A° 786._

      Note 355: _Bretaigne la petite._ «_In Britanniam Cismarinam_.» Les
      deux phrases suivantes, qui ont leur prix, sont du fait de notre
      traducteur.

      Note 356: _Bretons-bretonnans._ Cette phrase est encore de notre
      traducteur. On en doit conclure que du moins au XIIIème siècle
      l'opinion commune étoit que la langue des Bas-Bretons étoit celle des
      anciens habitans de l'île de Bretagne plutôt que celle des Gaulois.

      Note 357: _Le roy._ Charlemaines.

Quant le roy eut soubmises les estranges nacions qui à luy marchissoient et
il eut mise pais par tout son royaume, il appareilla son erre[358] pour
aler à Rome, en propos de visiter les apostres et de conquerre une partie
d'Italie qui a nom Bonivent. Car il luy sembloit que ce feust chose bien
séant que le membre feust joingt au chef et que celle partie du royaume
d'Italie feust de sa seigneurie, quant il en tenoit le chef, dès celle
heure qu'il eust conquis le roy Desier de Lombardie.

      Note 358: _Son erre_. Ou _son oirre_. Il disposa son voyage.

A ceste besoingne commencier ne voult pas faire longue demeure. Son ost
assembla et entra en plain yver ès plains  de Lombardie. La Nativité nostre
Seigneur célébra en la cité de Florence; au plus tost qu'il peut après ala
à Rome, là le receut le pape Adrien à grant honneur; puis eut conseil de
l'apostole et de tous ses barons d'entrer en la province de Bonivent. Mais
Arragise, le duc de celle contrée, qui jà avoit senti son advenement et fu
certain qu'il vouloit entrer en sa terre, luy cuida faire changier son
propos. Car il envoia avant à luy Eaumont[359], l'ainsné de ses fils, qui
de par luy luy présenta ses dons et ses présens et luy prioit qu'il se
soufrist[360] d'entrer en sa terre. Mais le roy qui tousjours béoit à mener
à fin son propos et parfaire ce qu'il avoit commencié retint Eaumont et
toute sa gent[361]; en la contrée de Champaigne ostoia et assist la cité de
Capue, tout appareillié de bataille rendre au duc, sé il ne faisoit sa
volonté.

      Note 359: _Eaumont_. Ainsi portent presque toutes les leçons
      manuscrites. Les textes latins portent: _Rumoaldo_. Mais on me
      permettra de rappeler encore ici que nos anciens poèmes françois nous
      présentent souvent _Eaumont_ ou _Aumont_, comme l'un des Sarrasins
      les plus formidables de ceux qui avoient sous le règne de Charlemngne
      envahi l'Italie. L'_Agramant_ d'Arioste étoit supposé fils de cet
      _Eaumont_, ou _Almont_.

      Note 360: _Se souffrist_. S'abstint. C'est un ancien gallicisme fort
      usité dans nos auteurs du moyen-âge.

      Note 361: _Et toute sa gent_. Il eut fallu traduire: _Et il ostoia à
      toute sa gent, etc._ «Cum omni exercitu suo Capuam, civitatem
      Campaniæ, accessit, etc.»

Le duc qui moult se doubtoit, guerpit la cité de Bonivent qui est chef de
celle région et s'en ala à une autre cité qui siet sur la mer qui est
nommée Salerne, il et toute sa gent. Puis eut tel conseil de ses barons
qu'il envoia ses deux fils au roy à tout grans dons et présens de diverses
richesces, et luy promist qu'il estoit tout prest à ses commandemens. Le
roy s'assentit à ses prières et se tint de luy faire grief et de bataille
commencier meismement, pour l'amour et pour la paour de Nostre Seigneur.
Le mainsné de ses fils retint à ostages et des autres barons jusques à onze
que le peuple luy livra. L'ainsné de ses fils retourna au père. Après
renvoia ses propres messages au duc pour recevoir les hommages et les
seremens de luy et du peuple.

Toutes choses ainsi faites, il receut les messages Constantin empereur de
Constantinoble qui de par luy estoient venus pour requerre sa fille. Et
quant il les eut oys et délivrés, il retourna à Rome, Là célébra la
Résurrection Nostre Seigneur à grant joie et à grant sollempnité.
[362]Tandis comme il demeuroit à Rome, Thassille le duc de Bavière envoia
messages à l'apostole Adrien; ces messages furent un évesque qui avoit nom
Harnun, et un abbé qui avoit nom Orri. Par eus le requéroit qu'il feust
moienneur de la pais de luy et du roy Charlemaines. Le pape qui moult en
fut lié receut volontiers sa prière. Au roy requist et amonnesta, de
l'autorité de saint Père et de saint Pol, qu'il receust la paix et la
concorde du duc Thassille. Et le roy respondit qu'il le feroit volentiers.

      Note 362: _Eginh. Annal. A° 787._

Lors fut demandé aux messages quelle séeurté ils donroient de la
confirmacion de la paix, et ils respondirent que on ne leur avoit rien
enchargé de ceste chose, et que de ceste besoigne ne pouvoient autre chose
faire fors que de raporter à leur seigneur leur parolle et leur bonne
response. Mais de ce fut moult le pape Adrien esmeu, et les appella faulx
et decevables et les excommenia s'ils se retraioient de la France et de la
feaulté qu'ils avoient au roy promise. En celle manière se départirent,
sans plus rien faire, de la besoigne pour quoy ils estoient venus.

Après ce que le roy eut les apostres visités et il eut fait moult
humblement ses veuz, et ses obligacions rendues, il mut à retourner en
France. La royne Fastarde, ses fils et ses filles et toute leur
compaignie[363] trouva en la cité de Garmacie, ainsi comme il les avoit
laissiés; là assembla général parlement de ses barons et du peuple, avant
qu'il en partist. Lors commença à raconter devant ses princes comment il
avoit exploitié en celle voie, et au derrenier leur conta des messages au
duc Thassille, pour quoy ils estoient venus à Rome.

      Note 363: _Et toute leur compaignie._ «Omnemque comitatum quem apud
      eos dimiserat....»


X.

ANNEES: 788/789.

_Coment le roy entra en Bavière, à trois osts, par trois parties. Et coment
le duc Thassile se humelia par paour._


Quant le roy fu du tout retourné en France, il eut conseil à ses barons de
la besoigne au duc Thassile. Aucuns loèrent qu'il essaiast que il vouldoit
faire de l'offre qu'il avoit faite. Mais toutes voies assembla-il ses osts
pour ostoier en Bavière et les envoia en trois parties. A Pepin son fils
livra l'ost des Lombars et luy commanda qu'il alast par la valée de
Tridente. Les François Austrasiens et les Saisnes fist venir tout droit au
fleuve de la Dynoe, en un lieu qui a nom Pfaringue[364]; avec soy retint la
tierce partie de sa gent: si les conduist droit au fleuve qui a nom
Lechun[365] qui depart Bavière et Alemaigne. Son ost fist logier près d'une
cité qui a nom Auguste[366].

      Note 364: _Pfaringue_. «Ad Danubium, in loco qui _Pferinga_ vocatur.»
      C'est aujourd'hui _Pforingen_.

      Note 365: _Lechun_. Le _Lech_.

      Note 366: _Auguste_. C'est _Augsbourg_.

En celle manière béoit à entrer en Bavière, sé le duc ne se feust humilié.
Mais quant il sceut qu'il fut ainsi attaint, il vint au roy et luy pria par
grant humilité qu'il luy pardonnast ce qu'il s'estoit vers luy meffait. Et
le roy qui estoit miséricors et débonnaire par nature lui pardonna tout.
Theodone un sien fils et douze autres personnes luy bailla en ostages et
tels comme il demanda. Du peuple et des barons prist serement et retourna
en France. En une ville qui a nom Ingilenham[367], près de la cité de
Mayence, yverna et célébra Noël et Pasques.

      Note 367: _Ingilenham_. C'est _Ingelheim_.

[368]En celle ville meisme assembla le roy grant parlement. Si y vint le
duc Thassile, aussi comme les autres barons. En la présence du roy et
devant tous les autres barons l'encusèrent les Baviers de traïson et de
conspiracion contre leur seigneur, dont il devoit avoir le chief tranchié
selon les lois. Si l'accusèrent en ce cas, et disoyent qu'il avoit ce fait,
puis que le roy s'estoit départi de Bavière, et puis qu'il luy eut fait
feaulté et hommage et asseuré par ostages. Car, si connue ils disoyent, il
s'étoit alié aux Huns contre le roy et les avoit esmeus à ce qu'ils
feissent bataille contre le roy et contre les François; si de voir avoit-il
ce fait par le conseil Liberge sa femme qui avoit esté fille du roy Desier
de Pavie. Car elle haoit trop durement François pour l'essil et la
destruction son père; et sans faille ce estoit vérité ce dont ils
l'accusoient, si comme la fin prouva en celle année meisme.

      Note 368: _Eginh. Annal. A° 788._

De mains autres cas l'accusèrent en fais et en dis qui ne peurent estre
fais né dis par nul homme qui ne feust appertement ennemi du roy et des
François. Damné fut à la parfin, de tous les barons du conseil, du chief
perdant[369], pour ce qu'il fut devant tous convaincu des cas dont il
estoit accusé. Mais la débonnaireté du roy le délivra, tout feust-il jugié
à mort. Son abit luy mua et le tondit et le mist en une abbaie. Là vesquit
avec les autres religieusement. Car il y entra débonnairement et dévotement
luy et Theodone son fils. Les Baviers qui eurent esté parconniers et
consentans de son mesfait furent dampnés par essil et envoiez en divers
lieux.

      Note 369: _Du chef perdant._ «Capitali sententiâ damnatus est.»

En pou de temps apparut bien la traïson; que les Huns à qui il avoit fait
aliance parfirent ce qu'ils avoient promis. Et tant assemblèrent de gens
qu'ils furent deux osts. L'un entra en la marche d'Acquilée et l'autre en
Bavière. Mais ce fu à leur grant dommage, car ils furent desconfis et
chaciés de ces deux lieux et s'enfuirent en leur païs à grant perte de
leurs choses et à grant occision de leur gent.

Autre fois se meurent à venir en Bavière, à plus grant ost qu'ils n'avoient
fait devant. Les Baviers les desconfirent en la première bataille et en
occirent une grant multitude sans nombre. Et mains autres de ceulx qui ne
furent mie occis et cuidèrent eschaper se ferirent ou fleuve de la Dinoe,
si qu'ils furent dedans affollés et noiés.

Entre ces choses, Constantin empereur de Constantinoble, qui moult avoit
grand mautalent envers le roy Charlemaines, pour ce qu'il luy avoit sa
fille véée[370], manda à Theodore qui gardoit le royaume de Sezile et à
plusieurs autres de ses menistres qu'ils entrassent en la province de
Bonivent et qu'ils la méissent à gast et destruction. Eus s'appareillèrent
pour faire son commandement. Mais Grimaut qui après la mort son père avoit
receu la duché en celle année meisme, par la volonté du roy, et Hildebrant
le duc de Spolitaine assemblèrent leurs effors. Avec eus fut Guinguise[371]
un des messages du roy qui puis fu duc de Spolitaine, après celluy
Hildebrant. La gent l'empereur encontrèrent en la terre de Calabre; à eus
se combatirent et occistrent grant partie et eurent victoire sans grant
dommage d'eus né de leur gent. A leurs heberges retournèrent à grant nombre
de prisonniers, et si grant plenté de despouilles eurent qu'ils furent tous
rassasiés.

      Note 370: _Veée._ Refusée.

      Note 371: _Guinguise._ «Legatum regis Winigisum, qui posteà in ducatu
      Spoletano successit.»

En ce temps vint le roy en Bavière; quant il vint là, il cercha tout le
païs et ordonna du tout à sa volonté. Puis retourna à Ais-la-Chapelle, là
demoura une grant partie du temps; car la Nativité et la Résurrection fu
avant passée qu'il s'en partist.

[372]En Esclavonnie a une nacion qui habite sur le rivage de la grant
mer[373]. En leur propre langue sont appellés Weltabi; eu langue françoise
Wilzi. Icelle gent haient François de tousjours, et volentiers guerroient
les voisins qui à eus sont subgiés et joings par aliance. Le roy qui plus
ne voult souffrir leur orgueil sans vengeance assembla ses osts pour
refraindre leur présumpcion. A Coulogne passa le Rin et puis s'en ala parmi
Sassoigne. Jusques au fleuve de Albe fist tendre ses heberges, par deux
fois fist faire pons de fust entre eus et luy; l'un enclost et ferma aux
deux chiefs de fors palis; dedens les enclos fist drecier tours et
barbacannes bien deffensables et mist dedens bonne garnison. Le fleuve
passa et conduisit son ost en la contrée de celle perverse nacion. Tout
destruisit devant lui. Et tout fust celle gent fière et batailleuse, et se
fiast au grant nombre de leur gent, si ne put pas longuement soutenir la
force du roy. Oultre passa le roy et son ost jusques à une cité qui a nom
Dragwite. Le roy de celle cité qui estoit le plus noble de lignage et
d'ancienneté des roys d'Esclavonnie yssit hors de la ville à grant nombre
de sa gent; devant le roy vint et se mist du tout à sa merci. Serement luy
fist et luy donna tels ostages comme il voulut demander. Quant les autres
princes du pais virent ce, ils vindrent au roy à l'exemple de celluy, et
luy firent hommage et seurté telle comme il commanda.

      Note 372: _Eginh. Annal. A° 789._

      Note 373: _Grant mer._ L'annaliste dit _Oceani_, mais c'est la _mer
      Baltique_.

Quant le roy eut ce fier peuple soubmis et dompté, en la manière que vous
avez oy, il retourna arrière, par celle meisme voie qu'il eut alé, au pont
qu'il avoit fait faire sur le fleuve d'Albe. Et si comme il passoit parmi
Sassoigne, il ordonnoit des besongnes selon la nécessité du temps.

En France célébra la sollennité de Noël et de Pasques en la cité de
Garmacie. [374]Oncques n'ostoia le roy de celle année: en celle cité receut
et oyt les messages des Huns et les siens renvoia à leurs princes.

      Note 374: _Eginh. Annal. A° 799._

La raison pourquoy les messages estoient ainsi envoiés d'une part et
d'autre estoit pour les Saisnes et pour la division de leur royaume et de
leur région. Ce contens et ceste discorde fu commencement et naissance de
la guerre qui fu faite contre les Huns. Et pour ce qu'il ne semblast que le
roy despendist le temps en oiseuse, il se mist à navie, au fleuve de
Meuse[375]. En Germanie s'en ala en un lieu qui a nom Salz; là avoit fait
un moult riche palais sur le fleuve de Sala. Là demoura tant comme il luy
plut, puis retourna arrière par celle eaue meismes en la cité dont il
estoit venu. Tandis comme il yvernoit en celle ville, le palais en quoy il
séjournoit ardit d'aventure. Mais oncqucs pour ce ne s'en mut, jusques à ce
que la Nativité et la Résurrection fussent passées.

      Note 375: _Meuse._ Il falloit traduire _le Mein_. «Per Moenum fluvium,
      ad Saltz palatium suum in Germaniâ, juxtâ Salam fluvium constructum,
      navigavit.»


XI.

ANNEES: 791/800.


_Coment le roy ostoia sur les Huns, à deus paires de osts, et coment il
destruist toute celle région et s'en retourna à grant victoire. Après de
l'érésie Élipan l'archevesque de Tholète, et de la conspiration que Pepin,
son ainsné fils, fist contre lui. Du concile que le roy assembla pour
condamner l'érésie Félicienne; et puis coment il ostoia de rechief contre
les Saisnes._

[376]En la fin de l'yver et sur le commencement d'esté vint le roy de celle
cité où il eut si longuement séjourné droit en Bavière, en propos d'ostoier
sur les Huns le plustost qu'il pourroit et de prendre vengeance de leur
fais et de leur présumpcion. Ses osts assembla par tout son royaume. Quant
les viandes et les nécessités de l'ost furent chargés, il se mist à la
voie; mais il départit son ost en deux parties, l'une en livra à Thierri et
Mainfroy son chambellan, et leur commanda qu'ils conduisissent leur ost
selon le rivage de la Dinoe qui s'estendoit par devers Galerne droit vers
Occident[377]. L'autre partie retint avec luy et s'en ala selon la rive de
ce meisme fleuve par devers Orient, pour entrer en Pannonie. Aux Baviers
commanda qu'ils descendissent selon la Dinoe pour garder la navie qui
menoit leurs viandes et les nécessités de l'ost.

      Note 376: _Eginh. Annal. A° 791._--_En la fin de l'yver._ Il
      faudroit: _De l'esté_, comme le latin.

      Note 377: _Galerne._ Le Septentrion. «Per aquilonarem Danubii ripam.»

Au premier lieu où ils se logièrent ce fu sur un fleuve qui a nom
Athinse[378]. Cil fleuve court entre les Huns et les Baviers, et est
certaine bonne et devise de leurs royaumes. Là demoura l'ost trois jours et
fist-on prières à Dieu et chanter létanies pour que celle bataille feust
commenciée et fenie en prospérité: tantost s'esmurent les osts et fu la
bataille dénonciée aux Huns de par les François. Les garnisons que les Huns
avoient en leurs forteresses furent partie occises et chaciées, et les
chasteaux abatus et craventés; dont l'un estoit fermé sur le fleuve de
Cambone[379], et un autre près d'une cité qui a nom Comagène sur le tertre
de Combert[380]; clos estoit ce chastel de haults murs et de fors: toutes
ces forteresces degastèrent François par feu et par occision. Ainsi mena le
roy celle partie de l'ost qu'il conduisoit jusques à un fleuve qui a nom
Arabonne[381]; oultre passa et s'en ala tousjours selon le rivage
jusques-là où ce fleuve chiet en la Dynoe. Là fist tendre ses heberges pour
demourer aucuns jours. D'ilec proposa à retourner par une contrée qui a nom
Abbarie[382]. L'autre partie de son ost qu'il avoit livrée au conte Thierri
et à Mainfroy son chambellan, commanda à retourner par celle meisme voie
qu'ils estoient alés. Par celle manière destruisit par feu et par occision
la plus grant partie de Pannonie sans autre encontre de leurs ennemis, et
se retraist en Bavière sain et haitié[383], luy et tous ses osts.

      Note 378: _Athinse._ Les éditions de l'annaliste portent: «Super
      Anesum.» C'est la rivière d'_Ens_, qui se jette dans le Danube, et
      qu'il ne faut pas confondre, comme le fait M. Guizot, avec le fleuve
      de l'_Ems_.

      Note 379: _Cambone._ «Super Cambum fluvium.» C'est aujourd'hui le
      _Kamp_, rivière d'Autriche.

      Note 380: _Combert._ Voici le texte latin: «Altera, juxta Comagenis
      civitatem, in monte Cuneberg vallo firmissimo erat extructa.» Suivant
      l'Itineraire d'Antonin, Comagènes étoit une ville de Pannonie entre
      Vienne et le mont Cetius. En effet, dans sa carte d'Autriche, Lazius
      met une montagne qu'il appelle _Comagenus mons_, et dont le nom
      vulgaire est _Kaunberg_. (Voyez le Dictionnaire de Lamartinière.)
      Tout cela n'a pas empêché M. Guizot de nous apprendre dans une note
      sur _Comagène_, que cette ville étoit _probablement_ Comborn.

      Note 381: _Arabonne_. «Ad Arrabonis fluenta.» C'est le _Raab_.

      Note 382: _Abbarie_. Ou plutôt _Bavière_, selon le texte latin.

      Note 383: _Haitié_. Dispos.

Les Frisons et les Saisnes qui par son commandement estoient en l'autre
partie de son ost que Thierri et Mainfroy conduisoient, retournèrent en
leur païs. Cest ost fut mené sans dommage, fors que si grant pestilence et
si grant mortalité fu des chevaux, en celle partie de l'ost que le roy
conduisoit, que de tant de milliers comme ils estoient n'en demoura pas la
dizième partie. A tant départit son ost et s'en ala yverner en une cité qui
a nom Renebourc[384]; là célébra la sollennité de Noël et de Pasques.

      Note 384: _Renebourc_. «Reginum civitatem quæ nunc Reganesburg
      vocatur.» C'est _Ratisbonne_.

[385]Orgelle est une cité qui est assise au plus hault lieu des mons de
Pirene. L'évesque de celle cité avoit nom Félix, si estoit Espaignol de
nacion. A luy se conseilla Elipan l'archevesque de Tholette par lettres, et
luy demanda que il sentoit de l'umanité nostre Seigneur, savoir mon sé on
le devoit croire selon ce qu'il estoit propre homme, ou selon ce qu'il
estoit fils adoptif de nostre Seigneur Dieu le père[386]. Moult folement et
moult felonnessement luy demanda de ceste chose, et si ne le prononça pas
tant seulement fils adoptif, contre l'ancienne doctrine et contre la foy de
sainte Églyse, ains compila livres qu'il envoia à cil évesque par quoy il
s'efforçoit à deffendre celle hérésie et sa mauvaise opinion. Pour ceste
chose fut mandé au palais[387]; là fut son erreur récitée au concile des
évesques qui pour ceste chose y estoient assemblés. Convaincu fu de son
erreur et de son hérésie. A Rome l'envoia le roy à l'apostole Adrien qui
condamna luy et sa fausse doctrine, et puis le renvoia en sa cité.

      Note 385: _Eginhardi Annal_. A° 792.--_Orgelle_, variantes: _Orgale_,
      _Lorgale_ et _Corgale_. C'est _Urgel_.

      Note 386: Cette phrase est mal entendue; il falloit: «Savoir mon en
      tant que homme, sé il estoit fils propre ou fils adoptif de Dieu.»
      _Secundum id homo est, proprius an adoptivus Dei filius credendus
      esset._

      Note 387: _Au palais._ L'annaliste ajoute: «Regis qui tunc apud
      Reginum Bajoariæ civitatem residebat.» Ainsi l'empereur fait venir un
      évêque d'Aquitaine en son palais de Ratisbonne, pour lui faire rendre
      compte de ses opinions en matière de foi!

L'ainsné des fils le roy qui Pepin avoit nom fist en ce temps coujuracion
contre son père entre luy et une partie des François. La raison de ceste
conjuracion si fu, comme ils disoient, pour ce qu'ils ne povoient plus
souffrir la cruauté de la roy ne Fastarde. De ceste traïson fu le roy
acointié par un Lombard qui avoit nom Fardulphes; et pour ce qu'il en eut
le voy accointié premièrement, et qu'il garda sa loyauté envers le roy, il
le fist rendre en l'abbaïe Saint-Denis; et tous les autres qui eurent esté
parçonniers de la traïson furent dampnés selon la loy des chiefs perdans et
d'autres paines[388]; car les uns curent les chiefs couppés, et les autres
furent occis de glaives, et les autres furent pendus. Tout cel yver se tint
le roy en Bavière pour la bataille qu'il avoit receue contre les Huns. Et
fist tandis faire un pont de nefs sur la Dynoe pour passer et rapasser sans
encombrer toutes les fois que mestier en seroit. En ce païs meisme fist la
sollennité de Noël et de Pasques.

      Note 388: _Et d'autres peines._ Le latin est mal rendu, ou plutôt
      c'est une faute du copiste; il eut fallu: _Selon la loi des chiefs
      perdans à diverses peines_, etc. «Ut rei læsæ majestatis partim
      ladio cæsi, partim patibulis suspensi, etc.»

[389]Moult désiroit le roy mener à fin la guerre qu'il avoit receue contre
les Huns. En ce point qu'il ordonnoit ses besongnes pour entrer en
Pannonie, nouvelles luy vindrent que les osts du conte Thierri qu'il avoit
menés par Frise eurent esté entrepris en un détroit qui avoit nom Riuste.
Là avoient souffert estour par les Saisnes, et au derrenier avoient-ils
esté desconfis[390].

      Note 389: _Eginh. Annal. A° 703._

      Note 390: Voici la phrase latine: «Nuntiatum est copias quas
      Thedericus comes per Frisiam ducebat, in pago Rhiustri juxtà Wisiram
      à Saxonibus esse interruptas atque deletas.»--_Estour._ Lutte.

Quant le roy oï ces nouvelles il en fist moins de semblant qu'il put et
feignit le dommage, pour la noblesse de son courage; et pour plus
hastivement prendre vengeance de ses ennemis qui ce luy avoient fait, il
laissa le propos que il avoit d'aller en Pannonie sur les Huns. Aucuns de
sa gent le firent entendant que ils avoient esprouvé que ce seroit son preu
et son avancement qu'il feist faire un fossé entre deux fleuves; si avoit
nom l'un Radance et l'autre Halomore[391]; et fussent ces fossés si larges
et si profons qu'ils peussent bien porter navire de la Dynoe au Rin. Car
l'un des fleuves chéoit en la Dynoe. Le roy vint à ce lieu à tout son ost;
celle euvre commença, et fist mettre moult grant plenté d'ouvriers, tout le
mois de septembre, à faire ces fossés entre les deux fleuves; si orent deux
mille pas de long et trois cens de large. Rien ne valut ceste besongne à la
fin; car l'euvre ne se put tenir fermement, pour la terre qui estoit mole
de sa nature et meismement pour la continuance des plouages qui eurent esté
en ce point. Et ce que les ouvriers jettoient à mont en deux jours ou en
trois, reçuloit tout à val en une heure de nuyt.

      Note 391: _Halomore._ «Cùm ei persuasum esset à quibusdam si inter
      Radantiam et Almonum fluvios fossa navium capax duceretur, posse
      commodè è Danubio in Rhenum navigari; quod alter Danubio, aller Moeno
      miscetur.» M. Guizot traduit: «_Il étoit alors convaincu_ que s'il
      pouvoit creuser un canal capable de porter _bateaux_, entre les
      fleuves du Rednitz et de l'Almone, dont l'un _joint_ le Mein et
      l'autre le Danube.» Puis en note, il ajoute: «L'_Almone_ nom que
      _lui_ donne Eginhard; on ne sait pas bien de quelle rivière il veut
      parler.» On sait très-bien que l'_Almonus_ est la rivière
      d'_Altmuhl_, qui a sa source en Franconie, et se jette dans le Danube
      entre Ingolstad et Ratisbonne.

Tandis comme le roy demoura pour celle besongne, lui vindrent deux paires
de mauvaises nouvelles. L'une fut que les Saisnes s'estoient du tout
retournés contre luy, et l'autre que les Sarrasins estoient entrés en sa
terre par devers Espaigne et s'estoient combattis aux François qui les
marches gardoient; si en avoient maint occis et s'en estoient retournés à
grant victoire. Le roy qui moult fut troublé de celle victoire et de ces
nouvelles retourna en France. La Nativité et la Résurrection célébra sur un
fleuve qui a nom Moene, près d'une ville qui a nom Saint-Chilien[392].

     Note 392: «Natalem Domini apud Sanctum-Kilianum in
     Wirtziburgo, juxta Moenum fluxiùm; Paschalis verò festi
     solemnitatem super eumdem fluvium in villa Francofurti, quâ
     et hiemaverat.» Saint-Killan étoit une abbaye de Wurtzbourg,
     sur le Mein.

[393]Au commencement d'esté fist le roy un parlement de ses barons et du
peuple. Apres fist un concile de tous les prélas de son royaume pour
dampner l'hérésie Félicienne. A ce concile furent présens deux évesques,
légas de Rome, Estienne et Théophille: si avoient pouvoir de l'apostolle
Adrien qui les y avoit envoies. En ce concile fut condampnée celle hérésie,
et un libelle escript de la condampnacion et confermé par les séels de tous
les évesques du concile.

      Note 393: Eginh. Ann. A° 794.

Là fut morte la royne Fastarde et mise en sépulture en l'églyse
Saint-Albane la cite de Maience.

Ces choses ainsi faittes, le roy assembla ses osts et les départit en deux,
pour plus aisiément entrer en Sassoigne. La partie qu'il retint avec luy
conduisit en la souveraine Austrasie[394] par devers Orient; l'autre partie
livra à Charlot son fils[395], si luy commanda qu'il passast le Rin et
entrast en Sassoigne par devers Occident. Là estoient les Saisnes assemblés
et s'estoient logiés en un champ qui a nom Quisnotfeldic[396]; là
attendoient le roy en bataille à grant espérance de victoire que eulx
meismes s'entrepromettoient. Maisquant ils sceurent certainement que le roy
venoit à si grant ost de deux parties, ils furent hors de leur vaine
espérance et furent vaincus sans bataille. Au roy vindrent à  mercy et se
soubmistrent du tout à sa volonté; ostage luy livrèrent. En ce point
demourèrent les choses; en leur contrée retournèrent et le roy passa le Rin
et retourna en France. A Ais-la-Chapelle yverna et célébra Noël et Pasques.

      Note 394: _En la souveraine Austrasie._ «Ab Australi parte.»

      Note 395: _Charlot son fils._ Notre traducteur rend toujours le nom
      du fils de Charlemagne, _Karolus_, par celui de _Charlot_, qui se
      trouvoit consacré dans toutes les anciennes chansons de geste. Elles
      s'accordent à nous représenter Charlot comme un jeune présomptueux,
      plusieurs fois tiré d'embarras par les pairs de France, et enfin tué
      à la suite d'une partie d'échecs par Ogier le Danois, ou par Renaud
      de Montauban.

      Note 396: _Quisnotfeldic._ «In campo qui _Sinotfeldus_ vocatur.»
      Variante: «_Sintfeld_.» Dom Bouquet, dans sa table géographique, dit
      que ce lieu s'appelle aujourd'hui _Sende_. J'ignore sa position.

[397]Jà soit ce que les Saisnes eussent fait parlement entre eulx de tenir
les convenances en l'esté trespassé, et eussent donné ostages tels comme le
roy demanda, toutes voies pensoit-il bien qu'ils ne tendroient jà loiauté
né convenances, car il les avoit tant de fois essaies qu'il ne s'i povoit
fier. Pour ce assembla parlement de ses barons selon la coustume, oultre le
Rin, en une ville qui a nom Cufeste[398], ci siet de costé la cité de
Maience, sur une revière qui a nom  Moene. Ses osts assembla et entra en
Sassoigne, presque toute la cercha et dégasta par le feu et par occision.
En un païs entra qui a nom Bardago, de lès une montaigne qui a nom
Bardenvelt[399] fist tendre ses heberges. Tandis comme il attendoit la
venue des Esclavons qu'il avoit mandés nouvellement, luy vindrent nouvelles
que Wilesinus[400] le roy des Abrodiciens s'estoit embatu en un
embuschement que les Saisnes luy avoient basti sur l'eaue de Wisaire et que
ils l'avoient là occis, en trespassant le fleuve.

      Note 397: _Eginh. Annal. A° 795._

      Note 398: _Cufeste._ «In villâ Cuffenstein, quæ super Moenum contra
      Mogunciacum urbem sita est.» C'est aujourd'hui un village du nom de
      _Kuffstein_.

      Note 399: _Bardenvelt._ «Cùmque in pagum Bardengau pervenisset, et
      juxtà locum qui Bardenweg vocatur, positis castris.»

      Note 400: _Wilesinus._ «Wiltzan, regem Abotritorum.» C'est le même
      nom de roi déjà mentionné par l'annaliste, sous l'année 789, mais que
      notre traducteur n'avoit pas alors reproduit.

Ces fais et ces nouvelles esmeurent le roy contre les Saisnes plus encore
qu'il n'estoit devant; tout destruist et dégasta comme tempeste ce que il
trouva devant luy, et puis s'en retourna en France. Mais avant qu'il se
partist de Sassoigne, quant il séoit en ses heberges sur le fleuve d'Albe,
vindrent à luy messages des Huns qui habitent en Pannonie; là, Thudon, l'un
des plus nobles de celle gent, promist au roy que volentiers devendroit
crestien.

Le roy retourna à Ais-la-Chapelle; là célébra la Nativité et la
Résurrection, si comme il l'avoit fait l'année devant. [401]En ce temps,
mourut l'apostolle Adrien en la cité de Rome. Apres luy tint le siége un
autre qui avoit nom Lyon; tantost après qu'il fut sacré envoia au roy les
clefs de l'églyse de Rome et l'enseigne de la cité et mains autres présens.
Et si luy manda qu'il luy envoiast aucun de ses princes qui de par luy
receut les seremens et les obéissances du peuple de la cité. Pour ceste
besongne envoia le roy Angibert, l'abbé de Saint-Richier. Et par luy meisme
envoia mains riches joyaulx de son trésor à l'églyse mon seigneur saint
Père de Rome.

      Note 401: _Eginh. Annal. A° 796._

Après ces choses, il acueillit ses osts et entra en Sassoigne; à Pepin son
fils commanda qu'il assemblast son ost de Lombardie et de Bavière, et alast
en Pannonie contre les Huns. Quant il fu en Sassoigne entré, il dégasta
toute la terre; après retourna pour yverner à Ais-la-Chapelle. Entre ces
choses, Pepin, son fils, qui en Pannonie fu entré, se combatit aux Huns,
les chaça tous et desconfist outre une eaue qui a nom Tizan[402], tous
leurs païs et leurs champs dégasta. Leurs trésors et leurs richesces ravit
et puis retourna à son père à Ais-la-Chapelle et luy présenta les richesces
qu'il avoit conquises sur les Huns en Pannonie. Et le roy en envoia une
partie à l'églyse de Rome, et l'autre départi par grant libéralité à ses
princes et à ses chevaliers[403]. Cil Thudon dont l'histoire a dessus
parlé, qui estoit un des princes des Huns, vint au roy si comme il avoit
promis. Baptizié fut luy et tous ceulx qui furent avec luy; serement fist
de loiauté, et le roy l'onnoura moult et luy donna aucuns joiaus de ses
trésors. Cil retourna à tant; mais il ne se tint pas longuement en sa
loyauté né en la foy qu'il avoit receue; et Dieu luy en rendit assez tost
après le guerredon; mais l'istoire s'en taist à tant. Le roy demoura cel
yver à Ais-la-Chapelle jusques après la Résurrection.

      Note 402: _Tizan._ «Trans Tizam fluvium.» C'est la Teisse, rivière de
      Hongrie qui se jette dans le Danube.

      Note 403: Notre traducteur réunit ici toute l'histoire de cette
      guerre de Pepin contre les Huns, dont Eginhard semble faire deux
      expéditions; l'une ayant pour chef Henry, duc de Frioul, et l'autre
      Pepin, roi d'Italie; mais on est tenté de croire qu'Eginhard s'est
      effectivement trompé, ou plutôt que son texte a été corrompu dans cet
      endroit.

[404]Barcinone est une cité qui siet en la marche d'Espaigne. Une heure
estoit de Sarrasins, autre heure estoit de Crestiens. En ce point la tenoit
un Sarrasin qui avoit nom Zaton. Cil vint à Ais-la-Chapelle, à où le roy
estoit, si luy rendit la cité de sa propre volonté et mist soy et les siens
en sa subjection.

      Note 404: Eginh. Annal. A ° 797.

En ce point, le roy envoia Loys son fils à tout une partie de sa gent pour
asségier la cité d'Oisce[405]; et luy vint par Sassoigne pour destruire le
païs et pour estaindre la desloiauté de celle nacion perverse. Si ne s'en
partit jusques à tant qu'il eut cerchié toutes les contrées du païs. Car il
ostoia tout outre jusques ès derraines parties par delà, qui durent jusques
à la grant mer et sont encloses entre deus fleuves, Albe et Wisaire. Quant
il eut tout mis à destrucion, il retourna à Ais-la-Chapelle. Tandis comme
il séjournoit ilec, vint à luy en message Obdelle fils Abimenge le roy de
Moretaigne[406] et un autre message de Nicete patrice de Cecile, qui
Théotiste avoit nom et luy apportait lettres de l'empereur de
Constantinoble. Ces messages oyt et congéa et retourna à tant chascun en sa
contrée.

      Note 405: _Oisce._ «Ad obsidionem Oscæ in Hispaniam misit.» C'est
      _Huesca_.

      Note 406: _Moretaigne._ «Abdellam, Sarracenum, filium Ibinmauge regis
      de Mauritania.» Il eut fallu _Abenhumeiæ_.

Lors eut conseil le roy qu'il iroit yverner en Sassoigne pour mener à fin
celle guerre qui tant avoit duré. A ses deux fils Pepin et Loys manda
qu'ils vinssent à luy. Et ceulx firent son commandement, tantost comme ils
furent venus d'ostoier; car Pepin avoit esté en Italie, et Loys en
Espaigne. Le Rin passa et entra en Sassoigne. Ses heberges fist tendre sur
le fleuve de Wisaire. Le lieu où son ost fut logié fist appeller Haristalle
qui encore est ainsi appellé des gens du païs; son ost départit et l'envoia
pour yverner par toute la terre. Les messages des Huns congéa qui estoient
à luy venus à grans présens. Les messages Aldephons le roy de Galice receut
aussi moult honnourablement qui grans présens luy apportoient. Ses deux
fils envoia Pepin en Italie et Loys en Acquitaine, et commanda à Obdelle le
devant dit Sarrasin qui estoit à luy venu en message, que il allast avec
son fils Loys et qu'il le menast par mi Espaigne; et celluy fist ce que le
roy luy commanda et le mena partout où il voult. Et le roy demoura en
Sassoigne tout l'yver et y fist la sollennité de Noël et de Pasques.

[407]En celle saison que le printemps approchoit, les Saisnes qui habitent
outre le fleuve d'Albe s'esmeurent et prindrent les messages et les gens
que le roy avoit là envoiés, pour le païs garder et justicier. L'une partie
en occistrent et l'autre partie gardèrent pour rançon[408]. Si prindrent
aussi Godescaus un message du roy, en son retour, que il avoit envoié à
Sigefroi, le roi de Dannemarche; et l'occistrent. Moult fut le roy esmeu de
ces nouvelles; ses osts assembla sur l'eaue de Wisaire. Ses heberges fist
tendre en lieu qui a nom Machidan[409]. En Sassoigne entra sur celle
diverse gent pour venger sa honte et la mort de sa gent. Toute celle
contrée qui est entre Albe et Wisaire mist à destruction par feu et par
occision. Mais les Saisnes qui habitent oultre le fleuve d'Albe qui ses
gens et ses messages avoient occis montèrent en orgueil, pour ce qu'ils
n'avoient porté encore la peine de si grant fais. Si prindrent leurs armes,
et entrèrent en la contrée des Abrodiciens qui estoient de la compagnie et
de l'aliance aux François, et tousjours s'estoient loyaument portés vers
eulx dès l'eure qu'ils eurent receu leur amour. Mais Tascon[410] le duc de
cette gent leur vint au-devant à tout son ost, quant il sceut leur
esmouvement, en un lieu qui a nom Suenthana. A eulx se combatit et fist
moult grant occision de leur gent, à quatre mille furent estimés cil qui
chaïrent ès premières envaïes.

      Note 407: _Eginh. Annal. A°. 798._

      Note 408: _Pour rançon._ Le sens est ici mal rendu. «Paucis eorum
      quasi ad nuntiandum reservatis.»

      Note 409: _Machidan._ Le texte latin édité porte: «In loco cui Munda
      nomen.» C'est aujourd'hui _Munden_, dans le duché de
      Brunswick-Lunébourg, et non pas _Minden_, comme le dit M. Guizot.

      Note 410: _Tascon._ «Trasco.»

Eburne[411], un messagier du roy, fu en celle bataille en la partie des
Abrodiciens et se combatit en la dextre partie de l'estour. Desconfis
furent les Saisnes et chaciés honteusement; si perdirent moult de leur gent
et tournèrent à moult grant dommage et à grant confusion de leurs contrée.
Et quant le roy qui estoit d'autre part eut leur voie destruite et eut son
cuer esclarié[412] de ses messages et de sa gent qu'ils avoient occis, il
s'en retourna en France. A Ais-la-Chapelle oït et receut les messages
Hélaine l'empéreris de Constantinoble; si estoient nommés Michaus,
Glagliane et Théophille[413].

      Note 411: _Eburne._ Notre traduction n'est pas complète: «Nam in
      primis congressione quatuor millia eorum cecidisse narravit legatus
      regis Eberwinus nomine, qui in eodem prælio fuit, et in Abotritorum
      acie dextrum cornu tenuit.»

      Note 412: _Esclarié._ Variantes: _Esclari_.--_Esclerié_.--_Esclarci_.
      Ce mot est synonyme de _rendu serein_, _rasséréné_.

      Note 413: Les noms sont ici corrompus. Il s'agit ici de l'impératrice
      _Irène_, de _Michael_, surnommé _Ganglianos_, et de Théophile, prêtre
      du palais de Blaquernes à Constantinople.

L'empire gouvernoit celle Hélaine; car son fils Constantin avoit esté pris
et aveuglé par ses gens, pour son orgueil et pour ses mauvaises meurs. Ces
messages estoient venus pour Sisime requerre, le frère Therasie patriarche
de Constantinoble, qui avoit esté pris en bataille; volentiers fist le roy
leur requeste, si s'en retournèrent à tant.

Après eulx reviendrent autres messages de par Aldephons, le roy d'Espaigne;
Froie et Basilique estoient nommés; dons et présens apportèrent de par leur
seigneur, c'est à savoir sept Mores et sept muls à riches lorains d'or; si
les avoit conquis à prendre une cité qui a nom Olisipone[414], sur une gent
qui sont appelles Manubiens; et tout fussent-ils là envoies pour dons, si
sembloit-il qu'ils fussent envoies pour signe de victoire. Les messages et
les présens receut moult honnourablement, de beaux dons les honnoura, si
les congéa quant ils s'en vouldrent aler.

      Note 414: _Olisipone._ Lisbonne. Tout ce récit est horriblement
      défiguré. «Venêre de Hispaniâ legati Adelphonsi regis, Basiliscus et
      Troia, munera deferentes quæ ille de _manubiis_ quas victor apud
      Olisiponnam civitatem à se expugnatam coeperat, regi mittere curavit;
      Mauros videlicet septem, cum totidem mulis atque _loricis_.»

En ce temps entrèrent les Mores à navie en unes isles de mer qui sont
appelés Baltaires[415]. Moult de dommages firent avant qu'ils s'en
partissent. Toute celle saison jusques à Pasques demoura le roy à
Ais-la-Chapelle.

      Note 415: _Baltaires._ Baléares.

[416]En ce temps avint un moult lait cas à Rome. L'apostole Lyon aloit un
jour à l'églyse Saint-Jehan de Latran et d'ilec à l'églyse Saint-Laurent de
la Gravelle[417] pour sermonner au peuple et pour faire le service nostre
Seigneur. Souldainement s'embatit sur un aguait que les Romains luy avoient
basti de lès cette église meisme. Du cheval l'abatirent, les yeulx luy
crevèrent et luy coupèrent la langue, si comme il sembla à aucuns[418],
tout nu le despouillèrent et le laissièrent ainsi comme demi-mort. Porté
fut au moustier Saint-Erasme le martir, par le commandement de ceulx meisme
qui ce luy avoient fait. De ce moustier le tira Auboin, un sien message qui
estoit son chambellan, si le receut Winigèse, le duc des Vaus de
Spolitaine[419] qui à Rome estoit venu hastivement, quant il sceut de ce
fait nouvelles: à son hostel qui en la cité estoit l'en fist porter. Moult
fut le roy courroucié, quant il sceut nouvelles de la honte que l'en eut
faitte au souverain de l'Églyse et au vicaire saint Père. Si commanda que
il luy fut admené à grant honneur. (Si dient aucunes croniques que notre
Seigneur luy rendit sa langue et ses yeulx par miracle)[420].

      Note 416: _Eginh. Annal. A° 799._

      Note 417: _De la Gravelle._ Variantes. De la _Graile_.--De la
      _Graell_. Il falloit, _du grille_. «Quæ ad craticulum vocatur.» Sans
      doute à cause du martyre de saint Laurent, déjà dans ce temps-là
      peint ou sculpté sur les portes.

      Note 418: _Si comme il sembla à aucuns._ «Ut aliquibus visum est.»
      Ces derniers mots semblent ici mieux traduits que par M. Guizot: «_Ce
      qui a été vu par plusieurs personnes_.»

      Note 419: Des Vaus de Spolitaine. «A Winigiso duce Spolitano.»

      Note 420: Ce n'est pas Eginhard qui dit cela; mais la chronique de
      Sigebert rapporte quelque chose d'approchant: «Romani linguam et
      oculosque evellunt. Cui voce et visu reddito divinitùs, iterùm ei
      oculos et linguam eruunt radicitùs.»

Le roy estoit jà meu pour ostoier en Sassoigne: pour ce ne laissa-il pas
son erre qu'il avoit commenciée. Général parlement tint de ses barons et du
peuple en un lieu qui a nom Lippe[421] sur le Rin. En ses heberges se tint
et attendit l'apostole Lyon qu'il avoit mandé. Entre ces choses envoia
Charlot son fils et une partie de son ost en un lieu qui a nom Albim[422]
pour traittier aucunes besongnes des Wilses et des Abrodiciens, et pour
recevoir aucuns des Saisnes de Nordelinde[423]; tandis comme il attendoit
son retour, vint l'apostolle Lyon. A grant honneur le receut et le retint
avec luy, ne scay quans jours. La besongne pour quoy il estoit venu à luy
conta. Après le fist le roy conduire à Rome, par la gent meisme et
restablir en son siège. Tandis comme le roy demouroit en ce meisme lieu,
receut-il et congéa Daniel, le message Michiel patrice de Secile. D'autre
part lui vindrent males nouvelles de Herice et de Giroux deux de ses
chevaliers; car Giroux qui prevost estoit de Bavière eut esté occis en une
bataille contre les Huns; Herices l'aultre qui maintes batailles avoit
fournies et maintes victoires eues avoit esté entrepris et occis par les
citoiens d'une cité de Liburnie qui est appellée Tarte[424].

      Note 421: _Lippe._  Lippenheim.

      Note 422: _Albim._ Sur l'Elbe.

      Note 423: _De Nordelinde._ Il y a réellement dans le texte édité de
      l'annaliste: _Saxones de Nordlindis._ Mais ce doit être une faute,
      pour _Nordmannis_.

      Note 424: _Tarte._ «Tarsatica.» Aujourd'hui _Fiume_, dans la
      Carniole.

Puis que le roy fut entré en Sassoigne, il cercha le païs et dompta les
rebelles: des besongnes ordonna à sa volenté selon le temps et la
nécessité. Après retourna en France: à Ais-la-Chapelle ala pour yverner. Là
célébra la Nativité et la Résurrection. Là vint à luy le comte Guy prevost
et garde des marches de Bretaigne, qui en cel an meisme avoit cerchié
toutes les contrées des Bretons, entre luy et aulcuns autres comtes qui
avec luy furent en celle hesongne. Et luy porta les armes et les noms par
escript des ducs et des contes de celle contrée et des princes qui à luy
s'estoient rendus; si sambloit bien que toute la terre fut acquise; et si
estoit-elle, sé la desloiauté des gens ne fust tournée.

A luy furent, là meisme, apportées les enseignes des Mors qui avoient esté
ès isles de Baltaire où ils estoient entrés pour tout mettre à destruction.
Un Sarrasin qui avoit nom Azan luy envoia en ce point les clefs de la cité
d'Oisce[425] et mains autres présens, et luy promist que il luy livreroit,
quant il verroit son point et son lieu. Le patriarche de Jhérusalem luy
envoia par un moine sa benéicon et autres reliques du saint lieu de la
Résurrection. Congié luy donna quant il s'en voult retourner, et envoia
avec luy Zacharie l'un des prestres du palais et luy chargea dons et
offrandes pour porter au saint sépulcre. Tant demoura le roy à
Ais-la-Chapelle que il y célébra la Nativité nostre Seigneur.

      Note 425: _Oisce._ Huesca.

[426]Au renouvel du temps, le roy se départit de Ais ainsi comme en my
mars; tout le rivage de la mer de Flandres chevaucha, droit vers la terre
de Neustrie[427] qui ore est appellée Normandie. En la mer mist garnison de
nefs et de galies contre les assaus des Normans qui souvent y faisoient
dommage. La Résurrection célébra en Pontieu[428]. De là se départit, et
s'en alla selon le rivage de la mer droit à Rouen; Saine passa et s'en alla
droit à Tours faire ses offrandes et ses oroisons en l'églyse Saint-Martin.
Aucuns jours y demoura pour une maladie qui prist la royne; là meisme
mourut-elle et fu mise en sépulture en ladite églyse, en la seconde none de
juin.

      Note 426: _Eginh. Annal. A° 800._

      Note 427: Cette phrase est mal entendue par notre traducteur; la _mer
      de Flandres_ répondoit à l'_Océan britannique_, et il s'agit ici de
      l'_Océan gallique_ qui baigne les côtes de Bretagne et d'Aquitaine.
      Voici la phrase latine: «Littus Oceani gallici perlustravit, et in
      ipso mari ubi tunc piraticam Nordmanni classem exercebant, præsidia
      disposuit.»

      Note 428: _Ponthieu._ «Apud Sanctum-Richarium.»

De là se mist le roy au retour; par la cité d'Orléans retourna à Paris et
puis s'en alla à Ais-la-Chapelle. En la cité de Maience assembla parlement.
Après ces choses assembla ses osts et vint en Lombardie; en la cité de
Ravenne vint, là demoura sept jours tant seulement. A son fils Pepin livra
son ost et luy commanda qu'il s'en alast en la duché de Bonivent. Avec luy
vint de Ravenne et vindrent jusques en la cité d'Ancone. Là se départit le
roy de luy et s'en ala à Rome. Le pape Lyon luy ala à l'encontre jusques à
une ville qui a nom Nomentum[429]; à grant joie et grant honneur le receut
le roy. Et quant ils eurent ensemble mengié, l'apostole se départit et s'en
ala à Rome. Lendemain entra le roy dans la cité, et l'apostolle fu au-devant
sur les degrés de l'églyse Saint-Père, à grant compaignie des cardinaulx et
du clergié; et le receut si comme il descendoit de son cheval; en rendant
louenge à notre Seigneur. Ainsi le menèrent jusques dedens l'églyse. Ce
avint en l'uitième kalende de décembre. Sept jours après qu'il fut là venu,
il fist assembler l'apostolle, les cardinaulx et les autres prélas, et leur
conta en audience la raison pourquoy il estoit là venu. Et aux autres jours
après commença la besongne qui estoit cause de sa voie; mais trop luy fu
grief à commencer celle besongne, car c'estoit pour enquérir des crimes qui
estoient mis sus l'apostolle; et quant nul ne fut qui avant se traïst pour
ces crismes prouver, l'apostolle prist en sa main le texte des Évangiles,
devant tout le peuple le nom de la Ste-Trinité appella et se purgea des
crimes dont il estoit accusé. Et ce meisme jour vint à Rome le prestre
Zacharie que le roy eut envoié à Jhérusalem; avec luy amena deux moines,
messages du patriarche qui de par luy luy apportèrent les clefs du saint
sépulcre et du mont Calvère et une enseigne de soie. Le roy receut les
messages et les présens moult débonnairement. Et quant ils eurent demouré à
sa court tant comme il leur pleut, il les congéa et leur donna de ses
ichesses.

      Note 429: _Nomentum._ Aujourd'hui _Lamentana_.


_Cy fine le premier livre des gestes le fort roi Charlemaines._



LE SECOND  LIVRE DES FAIS  ET
DES GESTES LE FORT ROY
CHARLEMAINES.


       *       *       *       *       *

I.

ANNEES: 800/802.


_Coment il fut coroné à l'empire en la cité de Rome; et coment il dampna
par exil ceulx qui avoient laidi l'apostole Lyon. Et puis des crolléis de
terre qui furent par le monde; et des messages et des présens Aaron le roy
de Perse. Et puis des messages Hélaine l'empereris de Constantinoble._


[430]Le jour de la Nativité, entra l'empereur en l'églyse Saint-Père de
Rome, droit en ce point que l'en devoit célébrer la grant messe. L'apostole
Lyon luy assist la couronne impériale sur son chief, ainsi comme il fut
encliné en oroisons devant l'autel. Lors le peuple commença à crier en
telle manière: «Au grant Charlemaines Auguste, couronné de Dieu, paisible
empereur des Romains, soit vie et victoire.» Après ces loenges du peuple,
le pape le aourna et vestit de garnemens impériaulx; selon la coustume des
anciens princes[431]. Le nom de Patrice mist jus, et fu appelle dès
illeques en avant empereur et Auguste.

      Note 430: _Eginh. Annal. A° 801._

      Note 431: Notre traducteur commet ici une inexactitude qui pourroit
      bien n'être pas involontaire. Il falloit: _le pape l'adora_, et non
      pas l'_aourna et vestit_. «Post quas laudes, à Pontifice more
      antiquorum principum _adoratus est_.»

Pou de jours après commencèrent, que il commanda que ceulx qui l'apostole
Lyon avoient déposé fussent devant luy amenés. Question fu disputée sur le
fait et furent jugiés et dampnés selon les loys de Romme des chiefs perdre.
[432]Mais l'apostole pria tant l'empereur pour eulx, que la vie et les
membres leur furent respités. Toutes voies furent-ils dampnés par essil
pour la grant félonie de leur fait. De ce cas parçonniers furent Pasquale
le donneur[433], Campule le saquellier et mains autres nobles de la cité
qui tous furent parçonniers de la sentence ainsi comme ils furent du fait.

      Note 432: Dom Bouquet termine ici le texte d'Eginhard, et renvoie
      pour la suite aux _Annales Loiseliennes_. Mais, suivant toutes les
      apparences, les _Annales Loiseliennes_, monument anonyme et formé de
      plusieurs pièces, avoient emprunté, pour le commencement du IXème
      siècle, le récit historique qu'Eginhard en avoit rédigé. Dom Bouquet
      auroit donc dû renvoyer des _Annales Loiseliennes_ à _Eginhard_, et
      non pas de celui-ci à celles-là.

      Note 433: _Le donneur._ Les premiers copistes portoient sans doute:
      _Li donneres de non_. «Pasqualis nomenclator.»--_Le saquellier_, ou
      peut-être le sacristain. «Sacellarius.»

Tout cel yver demoura l'empereur en la cité pour ordonner des besongnes et
pour reformer les choses communes; et non mie tant seulement les besongnes
qui appartiennent à l'apostole, mais à toute la terre d'Italie; car il ne
fist oncques gueres autre chose toute la saison. Après, Pepin son fils
envoia avec grant partie de son ost en la duchée de Bonivent.

Et après la Résurrection, en la septiesme kalende de may se départit
l'empereur de Rome et s'en ala en la cité des Vaus de Spolite[434]. Tandis
comme il demouroit là, fut merveilleusement grant crolléis de terre, en ce
mois meisme, et en la seconde heure de la nuit. Et fu ceste tempeste par
toute Italie si grant que les cités et les montaignes fondirent en aucuns
lieux. De ce crolléis trembla le moustier Saint-Pol en la cité de Romme si
très forment que grant partie des trefs et de la couverture chaït jus. En
ce meisme temps crollèrent aucuns lieux en Alemaigne outre le Rin et en
aucuns lieux en France. Et fut grant pestilence en celle année, pour le
temps qui estoit mol et destrempé.

      Note 434: _Vaus de Spolite._ C'est comme plus haut, _Spolète_.

Des Vaus de Spolite s'en partit l'empereur et s'en ala en Ravenne[435]. Là
luy dist-on que les messages Aaron le roy de Perse estoient arrivés au port
de Pise. Encontre eulx envoia jusques entre Verziau et Yvorie[436]. Deus
estoient ces messages et à divers seigneurs. Cil qui estoit venu de par
Aaron de Perse estoit droit Persan né d'Orient: l'autre estoit Sarrasin né
d'Aufrique; si estoit envoie de par l'amiraus Abraham. Quant ils furent
amenés devant l'empereur, le message au roy de Perse luy dist que Ysaac le
Juif que il avoit envoie à Aaron le roy de Perse, quatre ans avoit jà
passés, avec deux autres messages, Lamfroy et Sigimont, estoit retourné et
avoit apporté grans dons et grans présens; mais Lamfroy et Sigimont
estoient jà mors en la voie.

      Note 435: _En Ravenne._ Il falloit ajouter: _et de là en Pavye_. «Et
      aliquot dies ibi moratus, Papiam perrexit.»

      Note 436: _Entre Versiau et Yvorie._ «Inter Versellas et Eboreiam.»
      C'est _Verceil_ et _Yvrée_.

Lors envoia l'empereur Archambaut son notaire en Ligurie pour appareiller
le navire en quoy les olifans et les autres présens feussent admenés.
(Moult apporta le messagier du roy d'Aufrique beaux présens. Entre les
autres choses présenta à l'empereur le corps saint Ciprien le martyr,
évesque de Cartage, et de saint Sperat le premier martir de Scillitanie et
le chief saint Penthalyon[437]). La saint Jehan Baptiste célébra en la cité
d'Avorie. Après trespassa les mons et retourna en France.

      Note 437: Cette phrase est faite d'après le récit d'Ado, archevêque
      e Vienne. «Tunc Delata sunt ossa B. Cypriani à Carthagine, cum
      reliqulis beatorum _Scillitanorum_ martyrum Sperati sociorumque ejus,
      etc.»

En celle année fut prise Barcinone, une cité d'Espaigne qui par deux ans
avoit esté assiégée, et fut pris Zaton, le chevetain de la cité et
plusieurs autres Sarrasins. Si refut prise une autre cité de Lombardie qui
a nom Theate[438]. Destruite fu et arse et mains autres chasteaulx qui à
celle cité se tenoient desquiels l'un fu pris par force et l'autre fu
rendu. Si fu pris Roselin le prévost de celle cité. Ce Roselin et l'autre
Zaton furent amenés devant l'empereur et condampnés par essil au mois
d'octobre.

      Note 438: _Theate._ «Theate civitas.» C'est aujourd'hui _Chiezi_.

En celle meisme année arriva au port de Venise[439] le Juif Ysaac que
l'empereur avoit envoie au roy de Perse. A l'Empereur présenta un olifant
et mains autres présens. Etpour ce qu'il ne put passer les mons pour l'iver
et pour les noifs, le fist l'empereur séjourner toute la saison en la cité
de Verziaux. Delà s'en ala à Ais-la-Chapelle et y célébra la Nativité
nostre Seigneur.

      Note 439: _Au port de Venise._ Il falloit au Port-Vendre, ou
      _Porto-Venere_, comme dans le latin.--_Noifs_. _Neiges_.

[440]En celluy temps envoia Hélaine[441], l'empereris de Constantinoble, à
l'empereur un message qui avoit nom Lion pour confermer paix et amour entre
les François et les Grieux. Et quant il se partit de cour, l'empereur
envoia avec luy en message Jesse, l'évesque d'Amiens, pour telle chose
meisme comme cil estoit envoie, avec le conte Héligant. La sollennité de
Pasques célébra le roy à Ais-la-Chapelle. Au mois de juigniet après vint à
l'empereur le Juif Ysaac et amena l'olifant qu'il avoit gardé tout l'yver
en Lombardie avec luy.

      Note 440: _Eginh. annal. A° 802._

      Note 441: _Hélaine._ Il falloit _Irène_ ou _Herène_, comme dans les
      textes latins.

En ce point furent prises deux des cités de Lombardie, Orthonne et Leucère;
Leucère fu prise par grant assault; car elle estoit assiégée à moult grant
planté de gent. Entour la forest d'Ardaine demoura le roy tout cel esté et
se déduisit en chaces de bestes sauvages. Ses gens envoia contre les
Saisnes, toute la terre qui est environ le fleuve d'Albe gastèrent et
mistrent à destruction. En ce temps prist Grimoart le duc de Bonivent
Guinigise le duc de Spolite, en la cité de Nochieres[442]; mais il le tint
toute voies honnourablement en prison. [443]En cel yver fut grant crolléis
et moult grans mouvemens de terre entour le pais de Ais-la-Chapelle et
pestilence et grant mortalité.

      Note 442: _Nochières._ C'est toujours _Lucera_, en Pouille.

      Note 443: _Eginh. Annal. A° 803._

Après ces choses, Guinigise que Grimoart eut pris fu rendu.

En ce point retournèrent les messages de l'empereur qu'il avoit envoiés en
Constantinoble; si vindrent avec eulx les messages Nicephore l'empereur qui
lors gouvernoit l'empire, car les Grieux avoient déposé Hélaine
l'emperéris, quant les messages l'empereur Charlemaines furent là venus.
Ces messages estoient ainsi nommés: Michiau Pierre et Calixte. En ce point
qu'ils vindrent, l'empereur en Alemaigne estoit sur le fleuve de Salas, en
un lieu qui a nom Salz. La forme de la pais pourquoy ils estoient venus
promistrent par ung escript.

Quant ils eurent demouré à court tant comme il leur plut, ils retournèrent
en Constantinoble et portèrent à leur seigneur l'epistre Charlemaines
l'empereur. Après ces choses s'en ala l'empereur Charlemaines en Bavière;
là ordonna ses besongnes de Pannonie, et puis retourna à Ais-la-Chapelle au
mois de décembre; là demeura toute la saison et y célébra la Nativité de
nostre Seigneur Jhésu-Crist.


II.


ANNEES: 805/806.

_Coment les Brabançons et les Flamens sont estrais de la mauvaise gent de
Sassoigne; puis de Godefroi le roi de Danemarck, coment il prist parlement
à l'empereur, et coment l'apostole Lyon vient à lui. De Cagan, prince des
Huns, et coment l'empereur envoia Charlot, son fils, à ost sur les
Esclavons, et coment l'empereur assigna terre à ses trois fils; puis coment
il envoia Charlot son fils ostoier sur les Sorabiens, et Pépin sur les
Mores._


[444]Quant la nouvelle saison fu revenue et il fu temps convenable pour
ostoier, l'empereur rassembla ses osts pour ostoier en Sassoigne. En la
terre entra à grant force. Les Saisnes qui habitoient de là le fleuve
d'Albe fist passer par deçà en France et femmes et enfans. Leur païs donna
à une manière de gens qui sont appellés Abrodiciens. (De celle gent sont
ores estrais les Brebançons et les Flamens, et ont encore celle meisme
langue[445]).

      Note 444: _Eginh. Annal. A° 804._

      Note 445: Cette parenthèse est du traducteur.

En ce point vint Godefroy le roy de Dannemarch à grant noise et à grant ost
et à grant navie en un lieu qui est nommé Liestrop. Car il avoit devant
promis à l'empereur qu'il vendroit à luy à parlement; mais il mentit de
convenant, car il n'i vint pas par le conseil de sa gent. L'empereur
l'attendit sur le fleuve d'Albe, en un lieu qui a nom Hodunstet, Et quant
il vit qu'il ne venoit pas, l'empereur luy manda par messages qu'il luy
rendist les fuitifs.

Quant ce vint en mi-septembre, l'empereur repaira vers la cité de
Coulongne. Ses osts départit, puis s'en ala chacier et déduire en la forest
d'Ardenne. Et puis repaira à Ais-la-Chapelle.

Entre ces choses luy vindrent nouvelles que l'apostole luy mandoit qu'il
vouloit célébrer la Nativité avec luy, en quelque lieu qu'il feust. De ces
nouvelles fu l'empereur moult lié. Lors envoia Charlot son fils contre luy
jusques à Saint Morise de Gaune[446], et luy commanda qu'il le receust
honnourablement. Il meisme ala encontre jusques en la cité de Rains. En la
cité de Carisi le mena. La Nativité célébrèrent là. D'ilec se partirent et
s'en alèrent à Ais-la-Chapelle. Un pou de saison demoura avec luy à court.
Moult l'honnoura l'empereur de dons et de joyaulx. Et quant s'en voult
retourner, l'empereur le fist conduire par Bavière jusques en Ravenne, pour
ce qu'il luy plaisoit à retourner par le païs.

      Note 446: _De Gaune_, ou d'_Agaune_, vulgairement _Chablais_.

La raison pour quoy l'apostole vint à l'empereur si fu pour ce que l'en
disoit communément, et en estoient jà venues nouvelles à nostre sire
l'empereur, que le saint sanc Jhésu-Crist avoit esté trouvé en la cité de
Manthoue. Et pour ce luy eut l'empereur mandé qu'il enquist la vérité de
ceste chose. Et l'apostole qui eut trouvée ochoison d'issir de son païs
s'en vint par Lombardie ainsi comme pour enquerre la vérité des nouvelles.
Mais l'istoire se taist à tant de la fin de ceste besongne.

[447]Pou de temps après trespassa que Cappanes[448] le prince des Huns vint
à l'empereur pour son besoing et pour la nécessité de son peuple. Et luy
requist qu'il luy donnast terre et région à luy et à sa gent entre
Carninthe et Sabbarie; car ils ne povoient pas demourer en leurs terres
pour les assaus et pour la guerre des Esclavons. L'empereur le receut moult
honnourablement, pour ce meisme que illuy sembloit bon crestien. Sa
requeste luy ottroia, dons luy donna, puis s'en retourna. Mais il ne
vesquit pas moult longuement qu'il fu repairé à sa gent. Et le Cagan qui
après luy fu sire des Huns requist à l'empereur par un sien prince qu'il
luy souffrist avoir autelle amour, honneur et autelle seigneurie sur les
Huns comme Capanus son devancier souloit avoir. Et l'empereur luy octroia
volentiers ce qu'il requist et voult qu'il eust la cure et la seigneurie de
son royaume, selon les anciennes coustumes du païs. En celle année meisme
assembla son ost et à Charlot son fils le livra pour conduire sur les
Esclavons. Toute la terre dégasta, et occist leur prince qui avoit nom
Zechone; puis retourna à son père en la forest de Vosaigue, en un lieu qui
est appellé Camp. Car l'empereur s'estoit parti de Ais-la-Chapelle au moys
d'aoust. Si estoit jà entré en celle forest par la cité de Mes et de
Théodon. Et quant l'ost que Charles son fils avoit mené en Esclavonie fu
départi, il répaira pour yverner à Théodon. A luy vindrent là ses deux fils
Pepin et Loys, et célébrèrent avec luy la sollennité de la Nativité.[449]
Après la feste vindrent à luy deux ducs de Venise, Gilerique et Benoist, un
autre duc de Jadre qui avoit nom Pons, et Donub évesque de celle meisme
cité; messages estoient[450] d'une gent qui sont nommés Dalmaciens. Dons et
présens luy apportèrent. Lors ordonna l'empereur à sa volonté du peuple de
Venise et de Dalmacie. Après ce que ces messages s'en furent partis, il
assembla général parlement de ses barons pour ordonner de paix et de
concorde entre ses fils, et pour donner partie de terre à chascun, si que
chascun sceust assigner à sa part, s'il avenoit, par aventure, qu'ils
survesquissent.

      Note 447: _Eginh. Annal. A° 806._

      Note 448: _Cappanes._ Il falloit _Cagan_.

      Note 449: _Eginh. Annal. A° 806._

      Note 450: «Venerunt Willerus et Beatus, duces Venetiæ, necnon et
      Paulus dux Jaderæ, atque Donatus, etc.» _Jadre_, c'est _Zara_ en
      Dalmatie.

De ce fu fait testament et constitucion de garder paix et concorde entre
ses deulx fils. Et ce fu conformé par le serment de tous ses barons. Après
ce, fist l'empereur chartre escripre qui fu envoiée au pape Léon pour ce
qu'il la confermast par sa bulle et par la subscripcion de sa propre main.
Et l'apostole qui volontiers le fist la conferma si comme l'empereur meisme
la devisa. Après ce parlement se départit de Théodon et laissa ses deulx
fils chascun en son royaume, Loys en Acquitaine et Pepin en celuy de
Lombardie; le Rin et la Mozelle passa à nage[451]. Si s'en ala en la cité
de Coulongne[452]; là fist quarantaine et célébra la Résurrection nostre
Seigneur.

      Note 451: _A nage._ En vaisseaux. «Navigavit.»

      Note 452: _Coulongne._ Il falloit: _Nimègue._ «Noviomagus.»

Après un petit de temps s'en ala à Ais-la-Chapelle. Ses osts assembla et
les livra à Charlot son fils pour ostoier en Esclavonie sur un gent qui
sont appelles Sorabiens, et habitent d'une part sur le fleuve d'Albe. A
eulx eut grant bataille: là fu occis Milduhoc le duc des Esclavons; deulx
chasteaux fermèrent les François en cette voie, l'un sur le rivage d'un
fleuve qui a nom Sale, et l'autre sur le fleuve d'Albe. Et quant Charle eut
ainsi les Esclavons domptés et humiliés, il retourna à son père à tout son
ost qui lors estoit sur la rivière de Meuse en un lieu qui a nom Silli.

En celle année meisme fist l'empereur assembler grans osts en Bavière, en
Alemaigne et en Bourgoigne, et les envoia en une ville qui est appellée
Behelm[453]. Grant partie de celle terre dégasta par feu et par occision,
puis s'en retourna sans grief et sans dommage.

      Note 453: _Behelm._ Bohème. _In terram Behemannorum._

En celle année meisme il envoia Pepin le roy de Lombardie contre les Mores,
en l'isle de Corse, qui souvent destruisoient celle contrée ainsi comme par
accoustumance. Mais ils ne l'attendirent pas; ains s'en retournèrent quant
ils sceurent que celle navie venoit. Hadumare qui estoit comte de la cité
de Genes y fu occis, pour ce qu'il se combattit contre eus trop folement.
En ce temps retournèrent les Navaroys et les Pampelunois à la loy des
Sarrasins; mais puis se repentirent et repairèrent à la foy de sainte
Églyse. Nicephore l'empereur de Constantinoble envoia derechief grant
navire par Nicete un de ses princes pour recouvrer, s'il peust, l'isle de
Dalmacie. Les messages qui jà avoient esté envoies près de quatre ans avant
retournèrent en la navie des Grieus. En celle année célébra l'empereur la
Nativité de nostre Seigneur Jhésu-Crist à Ais-la-Chapelle.


III.

ANNEE: 807.

_De divers éclipses de soleil et de lune en divers temps; des messages et
des présens le roy de Perse. Coment l'empereur envoia Boucart, un des
comtes de son palais, pour deffendre l'île de Corse contre les Mores, et
coment ils furent desconfis. Puis coment un prince de l'empereur de
Constantinoble amena navies pour gaster Italie. Et du roy Pepin, coment il
ala contre luy, et coment ils donnèrent trèves l'un à l'autre, coment
l'empereur envoia Charlot contre Godefroi le roy de Danemarch, puis coment
cil Godefroi comenca à clore un païs de murs, de l'une mer à l'autre._


[454]En la quarte kalende de septembre de l'année trespassée fu éclipse de
lune. Lors estoit le soleil en la seizième partie du signe de la Vierge, et
la lune en la seizième partie du signe des Poissons. En celle année droit
en la kalende de février fu la lune dix-septième, quant l'estoile Jovis fu
veue trespasser ainsi comme par mi. Et en la tierce ide de février fu
éclipse de soleil en plain midi. Si estoit l'une et l'autre estoille en la
vingt-cinquième partie du signe qui est appellé le Aquaire. Derechief fu
éclipse de lune en la quarte kalende de mars; si apparurent en l'air
compaignies de merveilleuse grandeur[455]. Si estoit le soleil en l'onzième
partie des Poissons et la lune en l'onzième partie de la Vierge. Car
l'estoille de Mercure fu veue enmi le cours du soleil ainsi comme une
petite tache noire, en la seisième kalende d'avril; et, un pou devant,
avoit esté moienne au centre de celle meisme estoille. Si fu veue en celle
manière par huit jours; mais l'en ne put savoir quant elle en yssit, pour
l'empeschement des nues.

      Note 454: _Eginh. Annal. A° 807._

      Note 455: _Compaignies._ Le latin porte: «Acies miræ magnitudinis.»

De rechief fut éclipse de lune au mois d'aoust, en l'onzième kalende de
septembre, en la tierce heure de la nuit. Si estoit le soleil en la
cinquième partie de la Vierge, et la lune en la quinte partie des Poissons.
En telle manière fu la lune trois fois en obscurté, et le soleil une fois,
de septembre de l'an devant dit jusques au septembre d'après. Rabert, que
l'empereur avoit envoié en Orient, mourut en son retour. En ce point vint à
l'empereur Abdelle le message du roy de Perse, en la compaignie de deus
moines, George et Félix, messages à Thomas, le patriarche de Jhérusalem.
Cil Abdelle qui message estoit du roy de Perse aporta dons et présens de
par son seigneur. C'est assavoir tentes et paveillons, et un tref de
merveilleuse grandeur et de très-grant beauté; car il estoit de fine soie,
et le tref et les cordes enluminés de diverses coulours. Et si luy apporta
draps de soie riches et précieux, et vaisseaulx plains de basme et
d'electuaires, confis de précieuses espices et plains d'odeurs aromatiques.
Entre les autres présens lui envoia unes orloges de léton, ouvrées de
merveilleuse maistrie. En ces orloges estoit ordonné le cours des douze
heures du jour, et autant de pilonetes d'arain qui en la fin de l'eure
cheoient sur un timbre et le faisoient chanter et raisonner mélodieusement.
Moult d'autres soubtiletés estoient en ces orloges qui trop seroient
longues à raconter: en la fin des douze heures sailloient hors douze
chevaliers par fenestres que ils ouvroient à leur yssir; et puis le
reclouoient par engin quant ils entroient dedens[456].

      Note 456: Il y a dans la cathédrale de Reims un horloge assez
      ancienne qui ressemble à celle-ci. Il est vrai qu'Eginhard dit
      positivement que l'horloge d'Abdalla étoit une clepsydre.

Entre ces autres présens luy apportèrent deus chandeliers de cuivre grans
et merveilleusement ouvrés; et furent ces dons présentés à l'empereur à
Ais-la-Chapelle en son palais. Cil message et les deus moynes qui estoient
venus de par Thomas patriarche de Jhérusalem fist l'empereur demourer avec
luy une pièce de temps: au départir, les honnoura moult de riches dons,
puis commanda qu'ils fussent conduis en Italie pour attendre temps
convenable pour passer.

En ce temps meisme envoia l'empereur Bouchart, un sien prince de son
palais, pour deffendre l'isle de Corse pour les Mores qui souvent la
dégastoient comme par acoustumance. Selon leur coustume estoient ils jà
issus dehors Espaigne et estoient premièrement entrés en Sardaigne. Aux
gens du païs s'estoient combatus; mais ils furent desconfis et perdirent
bien trois mille de leurs hommes. De là se mistrent à voilles tendues en
l'isle de Corse. Mais au port où ils arrivèrent trouvèrent le conte
Bouchart et sa mesnie tout appareilliés de combatre. Ensemble combatirent.
Mais les Mores furent desconfis et chaciés et perdirent moult de leurs
gens, et y retint le comte Bouchart treize de leurs nefs. En celle année
trouvèrent fortune contr'eulx meismes en tous les lieux où ils arrivoient;
et disoient que c'estoit pour ce qu'ils avoient, en l'année devant dite,
soixante moynes perdus pris en l'isle de Patalaire[457] et vendus en
Espaigne: desquels aucuns retournèrent puis en leur païs par la franchise
de l'empereur du païs.

      Note 457: _Patalaire._ «Patalaria insula.» C'est peut-être les
      _Baléares_.

En ce point fist la pais à Pepin, roy de Lombardie, le prince Nicète qui à
tout la navie de l'empereur de Constantinoble demouroit lors à Venise.
Trèves donnèrent l'un à l'autre qui dévoient demourer jusques au mois
d'aoust en suivant. A tant retourna en Constantinoble. Charles l'empereur
célébra la Nativité à Ais-la-Chapelle[458]. En celle année fu l'yver mol et
plein de pestilences.

      Note 458: _Eginh. Annal. A° 808._

Au nouvel temps retourna l'empereur en la cité de Noion[459]. Là fist le
jeusne de la quarantaine et y célébra la Résurrection, et puis retourna à
Ais-la-Chapelle. Là luy fu nuncié que le roy Godefroy de Dannemarch estoit
entré ès contrées des Abrodiciens, qui estoient en son aliance aussi comme
en sa garde. Pour ceste besongne envoia Charlot son fils au fleuve d'Albe,
à tout grant ost des François et des Saisnes, et luy commanda qu'il
contrestast à ce roy forcené, s'il vouloit entrer en Sassoigne. Mais la
chose avint autrement: car il se tint grant pièce sur le fleuve d'Albe, et
prist aucuns des chasteaulx d'Esclavonnie; et au derrenier s'en retourna en
Dannemarch, au grand dommage de sa gent. Et tout eust-il chacié Dragon, le
duc des Abrodiciens, qui pas ne se fioit en son menu peuple, et eust-il
perdu un autre duc qui Gondelade avoit nom, et tout avoit-il fait deux
parties de la terre tributaire, si perdit-il toutes voies grant partie de
son ost, et un sien nepveu fils de son frère, et plusieurs autres hommes de
la cité qui furent occis à l'assault d'un chastel. Et Charlot, le fils de
l'empereur, qui contre luy avoit esté envoie, fist tandis un pont sur le
fleuve d'Albe, son ost conduisit oultre, au plus tost qu'il put, sur deux
manières de gens qui sont appelles Livons et Smelgilde, pour ce que ces
deux peuples s'estoient soubsmis et aliés aux Danois. Leurs régions
destruist et gasta. Le fleuve d'Albe trespassa et se retraist en Sassoigne.

      Note 459: _Noion._ Il falloit _Nimègue_. «Noviomagus.»

En cel ost que le roy eut fait sur les Abrodiciens se mistrent les
Esclavons de leur volenté, par l'ancienne haine qu'ils avoient sur les
Abrodiciens, et s'en retournèrent en leurs marches à tout quanqu'ils en
pouvoient porter; mais avant que le roy Godefroy retournast de cel ost
destruisit-il un chastel qui avoit nom Empores[460] et séoit sur le rivage
de la grant mer; en langue danoise estoit appelle Reric, grant profit
faisoit ce chastel à celle région pour le trespas des marchans du païs. Et
le roy Godefroi prit les marchans avec lui et les enmena par mer, et arriva
à un port qui a nom Liustorp.

      Note 460: _Empores._ C'est un contre-sens. _Emporium_ doit se prendre
      pour _marché_, et le nom de celui-ci étoit _Revic_.

En tant de temps comme il démolira là, establit à clore de murs celle part
de son royaume par-devers Sassoigne, selon les bonnes et les devises des
deus royaumes; en telle manière que celle cloture de voit commencier à un
rigort de mer devers orient qui est appelle Ostalsar jusques à la mer par
devers occident. Et si devoit celle enceinte enclore tout le rivage d'un
fleuve qui a nom Egidoire, ès-parties devers Acquilon. En toute celle
enceinte ne devoit avoir que une toute seule porte, par quoy les gens à pié
et à cheval et les charretes et les chars yssissent et entrassent. Celle
besongne commanda à ses ducs et à ses contes et à ses princes, et puis
après retourna en son païs.


IV.

ANNEE: 808/809.

_Coment Cardulphe le roy des Nordenbriens fut chacié de l'isle de
Bretaigne, et restabli arrières par le comandement de l'empereur; et coment
l'empereur des Grieux envoia de rechief sa navie contre Pepin pour
destruire Lombardie. Coment il s'en retourna sans riens faire. Coment le
roy Loys ostoia en Espaigne, et coment Godefroi, le roy des Danois,
s'escusa vers l'empereur de souspeçon. Du concile que l'empereur assembla.
Puis coment il fonda une cité pour défendre sa terre des estranges
nations._


Entre ces choses avint que Carduphe le roi des Nordenbriens[461] fut chacié
de l'isle de Bretaigne; à l'empereur  vint comme essillié de son règne. La
raison pourquoy il estoit à luy venu luy compta, et l'empereur le fist
conduire à Rome, et de là retourna arrière en son païs, au conduit des
messages de l'empereur et de l'apostole, et fu ainsi rétabli par eulx dans
son royaume. Le message à l'apostole Lyon avoit nom Adulphe, dyacre estoit
et né de Sassoigne: et les messages l'empereur furent deux abbés, Orfride
le notaire, et Nantier abbé de Saint-Omer.

     Note 461: _Carduphe, le roy des Nordenbriens._ Ou _Ardulphe_, roi de
     Northumberland. Les historiens anglais ne parlent pas du
     rétablissement de ce prince, avec l'aide de Charlemagne.

En ce point fist l'empereur fermer deux chasteaux par ses menistres sur le
fleuve d'Albe; bonnes garnisons y mist contre l'assault des Esclavons. A
Ais-la-Chapelle retourna. Là célébra la Nativité et la Résurrection nostre
Seigneur.

[462]L'empereur de Constantinoble et les Grieux qui tousjours ont envie
contre les Latins pour le nom et la dignité de l'empereur, envoia sa navie
derechief destruire la terre d'Italie. Premièrement vint et arriva en
Dalmatie et puis en Venise. Tandis comme elle yvernoit là, une partie s'en
ala en une isle qui a nom Commacle[463]. Contre la gent et la garnison de
celle isle se combatirent. Mais vaincus furent les Grieux et rechaciés en
Venise. Le maistre et le chevetain de celle navie qui Pons avoit nom
mettoit grant travail et grant entente envers le roy Pepin comment paix et
aliance fust confermée entre Grieux et François, aussi comme sé ce ly fust
enjoint. Mais il s'en partit avant que la besongne fust affinée, pour ce
qu'il s'apperceut que deux des ducs de Venise, Vulharenne et Benoist, luy
destourboient son propos et lui appareilloient agais par quoy ils le
peussent prendre.

     Note 462: _Eginh. Annal. A° 809._

     Note 463: _Commacle._ C'est _Commachio_.

En dementiers que ces choses advinrent en ces parties, Loys l'un des fils
l'empereur qui roy estoit d'Acquitaine assembla ses osts et entra en
Espaigne. Une cité assist qui a nom Tourtouse, sur un fleuve qui a nom Hie.
Une pièce de temps tint siége devant cette cité, et quant il vit qu'il ne
la pourroit prendre sans trop long siége, il retourna en Acquitaine. Après
ce que Cardulph le roy des Nordumbriens fust restabli en son siége par les
messages l'apostole et l'empereur si comme l'istoire de devant dit, un de
ces messages qui avoit nom Ardulphe fu pris ainsi comme il s'en retournoit;
mais tous les autres eschappèrent sans grief, mené fu en Bretaigne et
racheté par un des hommes le roy qui Cenuphes[464] avoit nom, et le roy le
délivra et renvoia à Rome.

      Note 464: _Cenuphes._ Ou _Cenulphes_, roi de Mercie, mort en 819.

[465]Populanium, une cité de Toscane qui siet sur la mer fu robée et prise
en ce temps par une manière de Grieux qui sont appellés Orobites. En ce
point yssirent d'Espaigne les Mores. En l'isle de Corse entrèrent et
destruisirent une cité le jour de Pasques meisme. Nul homme n'y laissièrent
fors l'évesque de la ville et aucuns vieillars malades.

     Note 465: _Populanium._ C'est _Piombino_.

Entre ces choses, Godefroy le roy de Danemarche manda à l'empereur par
marchans qu'il avoit oy dire qu'il estoit esmeu et courroucié vers luy,
pour ce qu'il avoit ostoié en l'année devant sur les Abrodiciens, et qu'il
s'estoit vengié des dommages qu'ils luy avoient fait: puis manda que
volentiers se purgeroit vers lui de ceste chose, et bien monstreroit qu'ils
brisièrent premièrement les aliances qu'ils avoient à luy, avant qu'il
ostoiast sur eulx. Et puis requéroit que un parlement fust pris de eulx
deux et de leurs princes oultre le fleuve d'Albe, en la marche des deulx
royaumes; si que les deux causes feussent là rentrées et proposées devant
tous; et qui avoit tort l'amendast au jugement des barons. L'empereur ne
refusa pas le parlement; si l'accorda volentiers. Oultre le fleuve d'Albe
s'assemblèrent les deulx parties au jour qui fu pris et les barons de
chascune part en un lieu qui est appelle Bardenflot. Moult de cas
proposèrent les Danoys en la présence l'empereur et les barons de France;
mais ils s'en départirent d'ambedeulx pars sans plus faire, si que celle
besongne demoura sans prendre fin. Et sans faille la vérité si estoit que
Trasque le duc des Abrodiciens avoit assemblé osts et avoit appellé les
Saisnes en son aide contre les Wiltzes; leurs terres et leurs villes avoit
gastées par feu et par occision; et puis qu'il eut fermé aliances au roy
Godefroy et qu'il eut baillé son fils en ostage à l'empereur. Et quant il
fu retourné en sa terre, il assembla plus grant ost qu'il n'avoit fait
devant ce et leur destruisit la plus grant cité et la plus noble de la
contrée Esmeldenge. Si fu tant enorgueilli de ses bonnes aventures qu'il
contraignit par force à venir en sa compaignie et en sa seigneurie tous
ceulx qui devant s'en estoient partis[466].

      Note 466: Toute cette phrase a été mal comprise. L'annaliste raconte
      des événements postérieurs au parlement de Godefroi et Charlemagne.
      «Trasco verò dux Abroditorum, postquàm filium suum postulanti
      Godofrido obsiderat, collectâ popularium manu, et auxilio Saxonibus
      accepto, vicinos suos Wilzos adgressus, agros corum igne et ferro
      vastat. Regressusque domum cum ingenti prædâ, accepto iterùm à
      Saxonibus validiori auxilio, Smeldingorum maximam civitatem
      expugnat.»

Après ces choses, l'empereur se partit d'Ardenne et retourna à
Ais-la-Chapelle. Au mois de novembre qui après vint, assembla un conseil
d'évesques; là fu question faite et meue de la procession du Saint-Esprit.
Si la proposa premièrement un moyne nommé Jehan de Jherusalem, et elle fu
disputée mais ne fu pas déterminée; ains fu envoié à Rome, au pape Lyon,
pour ce qu'il la feist déterminer. Portée fu par un évesque qui avoit nom
Bernart et par Adam abbé de Saint-Père-de-Corbie. En ce conseil meisme fu
meue une autre question de l'estat de l'Églyse et de la conversation des
menistres de sainte Églyse qui ès offices servoient nostre Seigneur. Mais
rien n'en fu déterminé, car la question estoit trop griève si comme il leur
sembloit.

[467]En si très-grant amour et en si très-grant reverence eut l'empereur
saincte Églyse, que tousjours la maintint et gouverna en toutes manières,
et aourna les églyses d'or et d'argent, de pierres précieuses et de draps
de soie. Les offices des églyses vouloit qu'ils feussent administrés en tel
habit comme ils devoient estre; meisme des portiers ne voulloit-il pas
qu'ils administrassent en habit commun[468].

      Note 467: Ici notre traducteur quitte un instant les annalistes et
      revient à la vie de Charlemagne par Eginhard, chapitre 26.

      Note 468: Le texte d'Eginhard est plus clair. «Sacrorum vasorum ex
      auro et argento, vestimentorumque sacerdotalium tantam in eâ
      (ecclesiâ Aquisgrani) copiam procuravit, ut in sacrificlis
      celebrandis ne janitoribus quidem, qui ultimi ecclesiastici ordinis
      sunt, privato habitu ministrare necesse fuisset.» Je crois qu'ici
      Eginhard vouloit seulement dire que tous les officiers
      ecclésiastiques et même les bedeaux et portiers de l'église
      d'Aix-la-Chapelle, étoient habillés aux dépens de l'église.

A Ais-la-Chapelle fonda une églyse en l'onneur de Nostre-Dame moult grant
et moult belle; le marbre et les colonnes fist apporter de Romme et de
Ravenne. Moult luy pesoit que les chantres et le service des églyses de
France se descordoient de l'églyse de Romme. Et pour ce qu'il vouloit
mieulx boire et puiser à la fontaine que au trouble ruissel envoia-il à
Romme deulx clers pour apprendre la manière et les chans des Romains. Ceulx
retournèrent quant ils en furent sages. Par eulx fut introduite[469]
premièrement la cité de Mes et après les églyses de France[470]. Tant avoit
grant cure des pouvres nostre Seigneur, que il ne soustenoit pas tant
seulement ceulx de son royaume, mais les pouvres crestiens qui habitent en
Auffrique, en Égypte et en Surie; et meismement ceulx de Jerusalem estoient
confortés de ses aumosnes. Et pour ceste raison meisme l'amoient le roy
d'Égipte et de Perse et d'autres régions de payennie. Si désiroit plus
leurs aliances pour ce que les pouvres crestiens qui mendioient à leur
povoir en eussent aucuns bénéfices et aucuns alligemens. Par tout son
royaume et empire faisoit faire loyale justice par ses menistres. Si
compila et fist vint et neuf chappitres de lois[471].

      Note 469: _Introduite._ C'est-à-dire, instruite, initiée.

      Note 470: _Eginhardi Vita Caroli-Magni, cap. 27._

      Note 471: _Chapitres de lois_, ou _Capitulaires_.

[472]Moult de choses furent contées à l'empereur de la ventance et de
l'orgueil Godefroy le roy de Dannemarche; pour ce se pena qu'il édifieroit
une cité oultre le fleuve d'Albe, et mettroit garnison de François contre
les envaïes et les assaus des estranges nacions. Pour ceste besongne furent
quis et assemblés ouvriers en France et en Alemaigne, garnis et appareillés
d'armes sé mestier fust et de telle chose comme à telle œuvre convient; et
fu commandé qu'ils fussent menés par Frise au lieu où celle cité devoit
être commenciée. Quant le lieu convenable à tele besoigne fut trouvé,
l'empereur commanda au conte Egebert la cure de l'œuvre, et qu'il
trespassast le fleuve d'Albe et pourpreist et ordonnast le siége de la
cité. Et ils la commencièrent à garnir en la première y de de mars. Droit
en ce point fu occis Trascon le duc des Abrodiciens en traïson, en un
chastel qui a nom Reric[473]. Si cuida-l'en que ce fust par les gens
Godefroy le roy de Dannemarche.

      Note 472: _Eginh. Annal. A° 809._

      Note 473: _Reric._ Ce _chastel_ est l'_Empoire_ ou marché dont il est
      parlé plus haut, Année 808.


V.

ANNEE: 810.

_Coment Amor, le prévost de Saragoce, promist aux gens l'empereur qu'il se
rendroit à eux, luy et ses cités et ses chasteaux. Coment les Mores
d'Espagne entrèrent au royaume de Sardaigne et destruirent l'isle de Corse.
Comment le roy Pepin de Lombardie assist Venise par mer. Coment l'empereur
oï nouveles de la mort Pepin, le roy de Lombardie, et coment les messages
Nicephore, l'empereur de Constantinoble, prisrent congié; et coment
l'empereur envoia à luy ses propres messages._


En ce temps mourut Aureole, un conte qui habitoit ès marches de France et
d'Espaigne, outre les mons de Pyrenne, entre la cité d'Osque et de
Sarragoce. Et Amor le prévost de Sarragoce saisist tantost son lieu et mist
garnison dedens ses chasteaulx[474]. Ses messages envoia à l'empereur et
luy manda qu'il voulloit estre soubs luy en sa seigneurie luy et les
siennes choses. Et pour ceste chose requist-il parlement aux gens
l'empereur.  Si promist-il à ceus qui pour ceste besoigne meisme eurent
esté à luy envoiés qu'il feroit tout ce qu'il avoit promis à ce parlement.
Prins fu le parlement, mais la besoigne ne fu pas menée à fin par moult de
raisons dont l'istoire ne parle pas[475]. En ce temps fu éclipse de lune en
la septiesme kalende de janvier. Les Mores d'Espaigne assemblèrent navie,
au royaume de Sardaigne arrivèrent premièrement et puis en l'isle de Corse.
Presque toute la prindrent et gastèrent, pour ce qu'ils n'y trouvèrent
ainsi comme nul deffendeur. Pepin, l'ainsné fils de l'empereur, qui roy
stoit de Lombardie, assist la cité de Venise par terre et par eaue; et ce
fist-il par le conseil des plus grans de la cité meisme. La cité et toutes
ses appartenances receut en sa seigneurie; après conduisit celle meisme
navie pour gaster les rivages de la mer de Dalmacie. Mais Pol, qui estoit
chevetain de la navie d'Orient que l'empereur de Constantinoble avoit là
envoie pour destruire Italie, vint contre luy en l'aide des Dalmaciens.
Pour ce s'en retourna la navie au roy Pepin sans autre chose faire. En ce
temps mourut Huroltrude, l'ainsnée des filles l'empereur, en la huitième
ide de juillet.

      Note 474: _Eginh. Annal. A° 810._

      Note 475: La principale fut la nécessite dans laquelle le calife de
      Cordoue mit Amor ou Amoros de quitter Saragosse et Huesca, sa patrie.
      Voyez de curieux détails sur Amoros, dans le livre de M. Reinaud:
      _Invasions des Sarrasins en France_. Paris, 1830. (Pages 118 et
      suivantes.)

En ce point demoura le roy à Ais-la-Chapelle, et proposoit à ostoier
hastivement sur Godefroy, le roy de Dannemarche, quant nouvelles luy furent
apportées que la navie des Danois de deux cens nefs estoit arrivée en Frise
et que elle y estoit encore; si avoit jà dégastées toutes les isles qui
sont sur le rivage de Frise. Les Danois estoient vainqueurs; ils avoient
fait les Frisons tributaires de cent livres d'argent qu'ils lui avoient jà
paiés; si en povoient jà bien estre retournés en leur païs. Et sans faille
la vérité estoit telle, et les nouvelles disoient que le roy Godefroy avoit
amenée celle navie en Frise.

De ceste chose fu moult l'empereur esmeu et en si grant esmay de ceste
besongne vengier qu'il envoia tantost ses courriers par toutes les
provinces de son empire pour ses osts assembler. Luy-meisme vint tantost à
tant de gens comme il peut avoir; et se pourpensoit de passer le Rin pour
attendre ses osts sur le rivage de Lippie.

Tandis comme il demouroit, mourut l'olifant que Aaron le roy de Perse luy
avoit envoié. A la parfin quant son ost fu assemblé, il vint au plus
hastivement qu'il peut, droit au fleuve d'Alara[476]. Ses héberges fist
tendre sur le rivage de celle eaue en droit là où elle assemble au fleuve
de Wisaire. Ilec demoura pour oïr nouvelles de ses ennemis et pour oïr les
menaces de Godefroy le roy des Danoys. Car ce roy estoit si enflé d'orgueil
et si plain de vaine gloire pour les victoires qu'il avoit eues contre les
Frisons, qu'il se vantoit et disoit qu'il se combatroit contre l'empereur à
un jour nommé en champ de bataille. Endementiers que l'empereur demouroit
en ce lieu luy furent apportées nouvelles de diverses parties. Luy fu conté
pour voir que la navie des Danois qui Frise avoit dégasté s'en estoit
retournée, et le roy Godefroy occis d'un sien sergent meisme. Mais la
raison de sa mort ne raconte pas l'istoire. Et si luy refut conté que les
Wiltzes avoient pris le chastel de Robuqui qui siet sur le rivage d'Albe.
En ce chastel estoit Heudes, un message l'empereur, et plusieurs des
Saisnes orientaux. Si luy fu conté que son fils Pepin le roy de Lombardie
estoit trespassé de ce siècle en l'uitiesme ide de juillet. Et si luy fu
dit au derrenier que deux légacions estoient à luy venues de deulx parties,
pour confirmacion de paix. L'une partie fu de par l'empereur de
Constantinoble, l'autre de par l'aumacour de Cordes[477] en Espaigne. Les
deulx messages retint-il honnourablement: des besoignes de Sassoigne
ordonna à sa volenté et puis retourna en France. En cel ost fu si grant
pestilence de bues et de bestes aumailles que à peine en demoura-il un
seul, et non mie là tant seulement, mais par toutes les provinces de
l'empire. A Ais-la-Chapelle vint l'empereur au moys d'octobre. Les devant
dis messagiers oït, et conferma paix et amour à Nicéphore l'empereur de
Constantinoble, et Abulas[478] le roy de Cordes. La cité de Venise que son
fils Pepin le roy de Lombardie avoit prinse, l'an devant dit, rendit à
l'empereur de Constantinoble, et receut le conte Henri[479] que Abulas le
roy de Cordes luy rendit et que Sarrasins avoient prins, long-temps avoit.

      Note 476: _Alara._ L'_Aller_, qui se jette dans le Weser.

      Note 477: _L'aumacour de Cordes._ L'émire de Cordoue.

      Note 478: _Abulas_, ou _Abulafer_. C'est une corruption du mot arabe
      _Almodaffer_ (le victorieux), surnom d'Hackam, émir de Cordoue. Voy.
      Reinaud, _Invas. des Sarrasins, p. 3_.

      Note 479: _Henry._ Le latin varie beaucoup ici suivant les
      manuscrits: _Heimricum_, _Haimrichum_, _Adimrichum_.

[480]Moult désiroit cil Nicéphore empereur de Constantinoble qu'il eut la
paix et l'amour de l'empereur, ainsi comme Micheau et Léon et les autres
devant luy avoient eu. Souvent lui envoioient leurs messages de leur
volenté, pour confermer paix et aliance. Si cuidoit bien qu'ils le féissent
plus pour paour que pour amour. Et pour ce qu'il avoit nom d'empereur, ils
l'avoient suspeconneux et doubtoient qu'il ne leur tollist leur empire. Car
à ce temps estoit la fierté et la puissance des François si grant qu'elle
estoit doubtable aux Grieux et aux Romains.

      Note 480: _Eginhardi Vita Caroli, cap. 16._

En celle année fu éclipse de lune et de soleil par deux fois; la septiesme
ide de juin et la seconde kalende de janvier. En celle année yssirent les
Mores d'Espaigne et gastèrent toute l'isle de Corse.

En cel an, Abderame, le fils Abulas le roy des Cordes, chaça Amor de la
cité de Sarragoce, et cil s'en fouit par force et se retraist en la cité
d'Osque. Après la mort le roy Godefroy de Dannemarche, Aminge son frère
receut le royaume; paix et aliance conferma à l'empereur Charlemaines[481].
Arsaphie le message l'empereur de Constantinoble prist congié et se
départit de court. Avec luy envoia l'empereur ses propres messages pour
telle raison comme celluy estoit venu. Ces messages qui furent là envoiés
furent ainsi nommés: Haydon évesque de Basle, Hue le conte de Touraine,
Hayons un Lombart né de la cité d'Acquilée, Woleris duc de Venise, et Léon
né de Sézille. Celluy Léon renvoioit l'empereur en son païs par sa volenté,
car il s'en estoit à luy fouy, dix ans avoit jà passés, au temps qu'il
demouroit à Romme. A l'autre qui avoit nom Hayons fu commandé qu'il
retournast à son seigneur en Constantinoble qui devant l'avoit osté de son
honneur et de son estat par son meffait.

      Note 481: _Eginh. Annal. A° 811._


VI.

ANNEE: 811.

_Coment les princes de France et de Dannemarche assemblèrent pour confermer
la paix entre Aminge le roy et l'empereur; et coment l'empereur envoia
trois paires d'ost en trois parties. Coment les François desconfirent les
Huns, et coment les Huns resquirent terre pour habiter. Coment l'empereur
ala à Boulogne pour voir sa navie. Des presens Aminge le roy de
Dannemarche. De la mort Charlot, l'ainsné fils de l'empereur.
De la mort au roy Aminge. Coment Nicéphore, l'empereur des Grieux, fu
occis, et coment l'empereur envoia son neveu à grant ost contre la navie
d'Aufrique et d'Espaigne qui devoit venir en Italie._


La paix qui estoit fermée entre l'empereur et Aminge le roy de Dannemarche
fu tant seulement jurée; si ne put estre autrement confermée à celle fois,
fors que les parties firent serement; pour ce qu'ils ne povoient pas
aisément assembler, par la grieveté de l'yver et pour les chemins qui
estoient périlleux à chevaucheurs. Mais quant la nouvelle saison fu venue,
dix des plus nobles hommes de chacune partie assemblèrent par accort sur le
fleuve d'Egidore[482]. Là fu la paix confermée par serement et par ostages,
chascun selon la manière de son païs. Les François qui de par l'empereur y
furent envoies estoient ainsi nommés: le comte Walac fils Bernart, le comte
Wodon, le comte Buchart, le comte Voroque, le comte Bernart, le comte
Egibert, le comte Thierry, le comte Albon, le comte Ostdag et le comte
Guimans. De la partie des Danois furent Hancuins, Enguadon, frère le roy
Aminge, et les autres furent les plus nobles de leurs gens: Offres, par
surnom Urdmuille, Vuastran, Samon, Hurim, Offrin fils Heiligen, et Offres
de Scanove, Aoves et Elbi.

      Note 482: _Egidore._ C'est l'_Eyder_, rivière de Danemarck qui se
      perd dans mer d'Allemagne.

Quant l'empereur eut ainsi paix confermée aux Danois et il eut tenu général
parlement, selon sa coustume, il devisa son ost à Ais-la-Chapelle, pour
aler en trois parties de son royaume; l'une outre le fleuve d'Albe pour le
pays gaster; ceux qui là alèrent refermèrent le chastel de Hobuqui[483] qui
sict sur la rivière d'Albe que les Wiltzes avoient abatu l'année devant; la
seconde envoia en Pannonie, pour afiner la guerre des Huns; et la tierce
envoia en Bretaigne pour punir la desloyauté des gens du païs.

      Note 483: _Hobuqui_, ou _Hobuochi_. Suivant Lambecius, ce fort étoit
      bâti sur l'emplacement de la ville de _Hambourg_.

De ces trois parties retournèrent ses osts à grans victoires et à grans
despouilles de leurs ennemis. Les Huns qui autrement sont appellés Avares
eurent si longuement maintenue la guerre contre les François, que ils
furent amenusiez de nombre et de force; et ceus qui pour gloire acquerre
souloient les autres nacions envaïr et guerroier ne se povoient plus aider.
Car toute leur gloire et toute leur noblesse chayt et périt en celle
derrenière bataille; tous leurs trésors et toutes leurs richesses qu'ils
avoient amassées à tousjours et acquises par leurs grans victoires vindrent
ès mains des François. Si ne recorde l'en pas que France feust oncques si
enrichie par nulles victoires de tantes manières de richesces. Tant
estoient les Avares afoiblis qu'ils ne povoient mais souffrir les assaus né
les envaïes des Esclavons; ainsi requistrent à l'empereur une terre pour
habiter qui a nom Sabbarie[484]. La demourèrent en telle manière qu'ils
estoient, sous la seigneurie des François, sans nom de roy et de royaume.

      Note 484: _Sabbarie._ La même que la ville de _Zagrabie_, dans la
      Basse-Hongrie, sur la Save, suivant Lambecius. On a déjà vu plus haut
      tout cet alinéa, extrait du 13ème chapitre de la _Vita Caroli Magni_.
      La dernière phrase semble empruntée aux _Annales Fuldenses, A° 805_.

[485]A Boulongne sur la mer ala l'empereur pour veoir la navie qu'il avoit
commandé à faire en l'an devant dit. Une tour qui eut esté anciennement
faitte sur le port, pour prendre enseigne et adresce[486] aux nefs qui par
la mer aloient, refist et restaura, et commanda que le feu y fust allumé
chascune nuyt à plus hault, pour ce que les desvoiés se adreçassent celle
part, à la clarté de la lumière. Et aucuns veulent dire que Jules César la
fist faire après ce qu'il eut France conquise, pour passer en Angleterre,
et l'appella la tour d'Ordre[487]. De Boulongne s'en ala l'empereur à une
ville qui siet sur le fleuve d'Escaut et est appellée Gant. Là vit les nefs
et les galées qui estoient faittes jà pour la devant dite navie. A
Ais-la-Chapelle retourna entour le moys de novembre, mais avant qu'il y
parvenist encontra-il Alvin et Hebyn, les messages Aminge le roy de
Dannemarche, qui de par leur seigneur lui apportaient présens et paroles
d'amour et de concorde. A Ais-la-Chapelle le attendoient autres messages
d'Esclavonnie, Kanizance prince des Huns, Thudum et mains autres nobles
hommes du peuple des Esclavons qui habitent sur la Dynoe. Tous se
pouroffrirent devant l'empereur, par le commandement des chevetains des
osts qui avoient esté envoiés en Pannonie.

      Note 485: _Eginh. Annal. A° 811._

      Note 486: Voici le lexie latin: «Farumque ibi ad navigantium cursus
      dirigendos antiquitùs constitutam restauravit, et in summitate ejus
      nocturnum ignem accendit.» C'est, comme on va le voir, la fameuse
      _Tour d'Ordre_, célèbre dans les _Chansons de geste_, et qui subsista
      jusqu'à la fin du XVIIème siècle. Il est probable que son nom
      d'_Ordre_ étoit une corruption du mot _ardens_.

      Note 487: Cette dernière phrase est de notre traducteur, et justifie
      encore ce que l'on a dit si souvent de la coutume qu'avoient nos
      anciens historiens de rapporter à _Jules César_ tous les travaux
      exécutés par ordre des anciens empereurs romains. Caligula passe avec
      un peu plus de raison pour le premier fondateur de la _Tour d'Ordre_.

Entre ces choses mourut Charles l'ainsné des fils l'empereur en la seconde
ide de décembre[488]. Cel yver demoura l'empereur à Ais-la-Chapelle.

      Note 488: L'annaliste se tait sur les circonstances de la mort de
      Charles ou Charlot. Le récit des romanciers auroit-il un fondement
      historique?

[489]En ce temps mourut Aminge le roy des Danoys. Sigefroy qui eut esté
nepveu le roy Godefroy de Dannemarche, qui devant Aminge eut esté au règne,
et Amlom le nepveu Heriol estrivèrent ensemble pour le royaume. Accorder ne
pouvoient que l'un d'eulx régnast; leurs osts assemblèrent et se
combatirent: en celle bataille furent tous deux occis. La partie Amlom qui
eut victoire prist les deux frères Heriol et Raganfroy si les couronna tous
deux. A ce s'accorda la partie desconfite, pour ce qu'ils ne le povoient
contredire. En celle bataille montrent dix mille neuf cens et quarante
personnes.

      Note 489: _Eginh. Annal. A° 812._

En ce temps fu occis Nicephore l'empereur de Constantinoble en la guerre
qu'il menoit contre les Bulgres. Mainte noble victoire eut eue et maintes
grans batailles eut fornies en son temps. Après luy receut l'empire un sien
gendre qui avoit nom Michiau. Les messages l'empereur Charlemaines qui au
temps Nicephore eurent là esté envoiés receut et congéa; ses propres
messages l'évesque Michiel, Théodoine et Asaphie renvoia à l'empereur pour
confermer paix et aliances. A Ais-la-Chapelle vindrent en la présence
l'empereur; profondément s'inclinèrent, et en langue de Grec l'appellèrent
Basilée. Ce fut le salut qu'ils luy rendirent selon leur manière. La forme
de l'aliance receurent par escript. Congié prindrent à tant et s'en
retournèrent à Romme. Le libelle de celle aliance receurent de l'apostole
Lyon qui les conferma par son seel.

En ce temps assembla parlement l'empereur à Ais-la-Chapelle. Bernart son
nepveu, fils le roy Pepin, envoia en Lombardie; et pour ce que parolles
estoient que la navie d'Espaigne et d'Aufrique devoit arriver pour dégaster
Italie, il commanda Balan, le fils Bernart, son oncle qu'il i fust
tousjours avec luy jusques à tant qu'il veist sé c'estoit voir ou mensonge.
Vérité fu toutes voies qu'elle vint, ainsi comme renommée l'avoit devant
consonné; l'une partie arriva en Sardaigne et l'autre en Corse.

En ce temps meisme arriva une navie de Danois (qui sont appellés Normans)
en une isle qui a nom Irlande, et marchise à Escoce. Aux gens du païs se
combatirent, mais ils furent desconfis et occis en partie; et le remenant
s'en fouyt à grant meschief en leur païs. Paix et concorde fut faitte entre
l'empereur et Abulas roy des Sarrasins, et entre luy et Grimoart le duc de
Bonivent; par telle condicion que lui et sa terre feussent en sa subjection
et qu'il paieroit chascun an par manière de truage vingt et cinq mille
souls d'or[490].

      Note 490: C'est de ce tribut long-temps payé à la France que vient
      l'expression proverbiale tant prodiguée dans nos anciennes poésies de
      l'_Or de Bonivent_.--_Truage_ ou _treuage_, formé de _tributum_, ou
      plutôt du verbe _tribuere_.

En ce temps envoia l'empereur ses osts contre unes gens qui sont appellés
Wiltzes. Paix firent et donnèrent ostages Heriol et Raganfroy de
Dannemarche requistrent par leurs messages paix et concorde, et prièrent à
l'empereur qu'il envoiast Aminge leur frère que il tenoit par devers luy.

En celle année fu éclipse de soleil en la première ide de may, entre l'eure
de midi et de nonne.


VII.

ANNEE: 813.

_Coment l'empereur fist ordonner le service de sainte Eglyse au royaume de
France. Et puis, coment il assembla concile et fit disputer de la
procession du Saint-Esperit. Des messages que il envoia à Michiau,
l'empereur de Constantinoble. Et coment il accompagna à l'empire son fils
Loys. Coment ils firent assembler cinq conciles au royaume de France, en
divers lieus, pour amender l'estat de sainte Eglyse. De la desconfiture
Michiau, l'empereur des Grieux, et coment Crumas, le roi de Bulgrie, fu
desconfit devant Constantinoble._


L'empereur qui moult estoit ententif et curieux à maintenir et accroistre
l'estat de sainte Églyse fist cerchier les escriptures des sains Pères
anciens. Et en fist extraire et compiler les leçons qui affèrent à chascune
feste de l'an, par la main et par l'estude de Pol son diacre[491].

      Note 491: _Pol_ ou _Pous_. Sans doute _Paul-Diacre_. Je n'ai pas
      retrouvé le texte latin de cette phrase, dans les annalistes.

Général parlement fist assembler à Ais-la-Chapelle en l'an de l'incarnation
huit cent et neuf; là fut disputé derechief de la procession du
Saint-Esprit, et comment la règle de crestienté tesmoigne et afferme
certainement le Saint-Esprit venir du père et du fils égaument, sans
créacion et sans généracion, d'une consubstancialité et d'une coéternalité.
Le nom et la manière de la procession[492] du Saint-Esprit nous enseigne
saint Jehan en l'Apocalipse, quant il dit ainsi: «L'ange me monstra un
fleuve d'eaue vive resplandissant comme cristal, qui yssoit du throsne de
Dieu et de l'Aignel.»

      Note 492: _De la procession_, ou _dont procède_.--Presque tout cet
      alinéa a déjà été inséré à sa place, sous l'année 809.

[493]Celluy yver se tint l'empereur à Ais-la-Chapelle. Au nouveau temps
envoia Amalhaire l'arcevesque de Tresves et un abbé qui Pierre avoit nom à
Michiau, l'empereur de Constantinoble, pour conformer aliances. Général
parlement assembla. Son fils Loys, le roy d'Acquitaine, manda; la couronne
impériale luy assist au chief, voiant tous ses barons, et le fist
parçonnier et compaignon de tout l'empire. A Bernart son nepveu qui fils
eut esté le roy Pepin donna le royaume de Lombardie, et voult qu'il feust
appellé roy.

      Note 493: _Eginh. Annal. A° 813._

Après commanda que conciles fussent célébrés par toute France, pour amender
l'estat de saincte Eglyse. L'un fu fait en la cité de Maience; le second en
la cité de Rains; le tiers en la cité de Chaalons; le quart en la cité
d'Orléans; le quint en la cité d'Arle-le-Blanc. Puis fist réciter en plain
consistoire des barons les corrections et les constitutions qui eurent esté
faittes en chascun des conciles. Et qui l'exemplaire en vouldra trouver et
avoir, si le quiere en ces cinq cités devant dictes, jà soit ce que
l'exemplaire en fut retenu ès escrins du palais. De ce parlement, fuient
envoiés aucuns des barons de France et de Sassoigne, oultre le fleuve
d'Albe, ès marches des Normans qui l'empereur avoient requis de paix et de
concorde, par tel si que Aminge le frère le roy que l'empereur tenoit fust
rendu. Au lieu déterminé assemblés furent; si furent seize d'une part et
seize d'autre. La paix qui entre eulx courut conformèrent par serement et
ainsi receurent les Danois le frère de leur roy.

En ce temps n'estoient pas les deux roys de Dannemarche en leurs terres,
mais estoient alés ostoier en une cité qui a nom Westerfort. Celle région
estoit ès derrenières parties de leur royaume, entre Occident et
Septentrion, vers la fin de Bretaigne encontre bise. Le peuple et le prince
de celle contrée ne leur vouloient obéir né estre en leur subjection.
Toutesvoies, quant ils les eurent domptés et soubsmis, ils retournèrent en
leur païs et receurent leur frère qui leur eut esté rendu. Mais assez tost
après ce que ils furent retournés, le fils le roy Godefroy qui devant eut
régné et plusieurs nobles hommes de Dannemarche qui en autre païs aloient
et estoient en essil, leur appareillièrent bataille. A la partie des deux
roys se tint le commun de tout le royaume et grant nombre d'autre gent qui
à eulx aplouvoient de toutes parts; bataille firent et les chacièrent assez
légièrement hors du royaume.

Les Mores d'Espaigne qui l'isle de Corse avoient prise et dégastée s'en
retournèrent par mer. Mais Hirmengaire, le comte de Spolitaine, leur bastit
un aguait à un destroit, et prist huit de leurs vaisseaux; si trouva dedens
cinq cens Corsiens et plus qu'ils enmenoient pris. Après avint que les
Mores qui de ceste honte et de cest dommage se vouldrent vengier
s'assemblèrent et entrèrent en Toscane. Une cité dégastèrent qui a non
Cencelle[494] et une autre qui est appellée Nice en la contrée de Narbonne.
Après arrivèrent et entrèrent en Sardaigne; à ceulx du païs se combatirent,
mais furent desconfis et chaciés et s'en fouyrent à grant dommage de leurs
gens. Michiau l'empereur de Constantinoble se combatit en ce temps contre
unes gens qui sont appellés Bulgres. Et pour ce que fortune luy fu
contraire à celle bataille et qu'il n'eut pas victoire de ses ennemis, il
se désespéra. Puis qu'il fu retourné en Constantinoble il laissa l'empire
et devint moyne[495]. Après lui receut la dignité Lyon qui fu fils Barde le
patrice. Après ces choses avint que Crumas le roy de Bulgrie monta en trop
grant orgueil, pour ce qu'il avoit occis Nicéphore, l'empereur de
Constantinoble, et l'empereur Michiau desconfi et chacié de Messie[496].
Pour ce mena son ost devant la cité de Constantinoble et mist ses tentes
devant les portes. Un jour chevauchoit par devant les murs de la cité plus
follement et plus despourvuement que mestier ne luy fust. Quant l'empereur
aperceut sa folie, il issit hors soudainement. En ce poignéis[497] fu le
roy Crumas griefvement navré; et il s'en fouit arrières en son païs luy et
tout son ost[498].

      Note 494: _Cencelle_, ou _Centocelle_. C'est _Civita-Vecchia_.

      Note 495: _Devint moine._ L'entrée en religion étoit le suicide du
      temps.

      Note 496: _Messie._ Moesie.

      Note 497: _Poignéis._ Lutte. De _pugna_, et _pugnatio_.

      Note 498: Ici s'arrête le texte des Annales d'Eginhard, si ce n'est
      qu'elles mentionnent encore à l'année suivante la mort du grand
      empereur. Le reste de notre second livre est traduit du chap. XVII de
      la _Vita Caroli-Magni_.

L'empereur appareilla navie contre les Normans et fist faire nefs et autres
vaisseaux de lès les fleuves de Gaule et Alemaigne qui chient en la mer,
par devers Septentrion. Et pour celle gent qui souvent s'embatoient ès
marches de France parmi les fleuves, fist-il clorre et garnir de
forteresces les pons et la terre des fleuves, pour que celle gent né autres
robeurs n'y peussent entrer. Ce meisme fist-il en la province de Narbonne
sur les rivages des fleuves, par devers midi et par tout le rivage d'Italie
jusques à Romme, pour les Mores d'Espaigne qui jà avoient appareillé navies
pour ces contrées destruire. Et pour ce garanti-il tout ce païs de griefs
dommages; Lombardie des Mores, France et Alemaigne des Normans qui oncques
en son temps dommage ne luy firent: fors que les Mores destruirent une fois
une cité qui a nom Cencelles; et les Normans en Frise aucunes isles qui
sont près du rivage de France et d'Alemaigne.


_Ci fine le second livre des gestes le fort roy Charlemaines._



CI COMENCE LE TIERS LIVRE
DES FAIS ET DES GESTES
LE FORT ROY CHARLEMAINES.

       *       *       *       *       *


I.

ANNEE: 800.

_Des églyses et autres édifices que l'empereur édifia; de ses femmes et de
ses enfans. Coment il fut nourri et introduit. Puis parole d'un sien fils
de bast, qui avoit nom Pepin, coment il fist conspiration contre son père
et de la vengeance des traitres._


[499]Si fier et si puissant come vous avez oï estoit l'empereur en
acroistre son royaume et en plaissier[500] et soubmettre ses ennemis, et
assiduement ententif à guerroier en toutes les parties du monde en un
meisme temps; si ne demouroit pas, pour ce, qu'il ne fust curieux des
œuvres de miséricorde. Car il édifia églyses et abbaïes en divers lieux,
en l'onneur de Dieu et au proffit de s'ame: aucuns en commença et aucuns
en parfist. Entre les autres, fonda l'églyse de Ais-la-Chapelle de œuvre
merveilleuse, en l'onneur de nostre dame sainte Marie. En la cité de
Maience fist un pont sur le Rin de cinquante piés[501] de long, car tant
a le fleuve de large là endroit. Mais ce pont ardit un an avant qu'il
mourust; né puis ne put estre reffait, pour ce qu'il mourut trop tost.
Si r'avoit-il en propos qu'il le reféist tout de pierre. Divers palais
commença en divers lieux d'œuvres merveilleuses et cousteuses: un en
fist près de la cité de Maience, de lès une cité qui a nom Geleham. Un
autre en la cité[502] sur le fleuve Wahalam. Si commanda par tout son
royaume aux évesques et à ceulx à qui les cures en appartenoient que
toutes les églyses et les abbaïes qui estoient cheues par vieillesce
fussent refaites et appareilliées. Et pour ce que ceste chose ne feust
mise en oubli né en nonchaloir, il leur mandoit expressément par ses
messages qu'ils accomplissent son commandement.

      Note 499: _Eginhardi vita Caroli Magni, cap. XII._ Le commencement de
      ce livre repose sur des documents authentiques, et principalement sur
      la vie de Charlemagne par Eginhard.--_Si fier estoit._ C'est-à-dire,
      _quelque fier que fût_. Le peuple a gardé cette ancienne forme de
      langage.

      Note 500: _En plaissier._ Maltraîter, accabler.

      Note 501: _Cinquante._ Il falloit _cinq cents_. «Quingentorum
      passuum.» La version rédigée dans les premières années de
      Philippe-le-Bel, et dont j'ai parlé dans la dissertation du premier
      volume, ne commet pas cette faute. (Voy. _Msc. du roi_, n° 8396,
      f. 46 v°).

      Note 502: _En la cité._ Le nom de la ville «Noviomagum», _Nimègue_,
      est oublié dans tous les Msc.

[503]La première de ses femmes fu fille le roy Desier de Lombardie. Celle
prist-il par l'enortement de la roy ne Berthe sa mère, puis la laissa-il;
mais l'en ne sceut pourquoy. Après en espousa une autre qui avoit nom
Hildegarde. Femme estoit de grant noblesse et née du lignage de Souave.
Trois fils eut de celle dame: Charles, Pepin et Loys; et autant de filles:
Rustrude, Berthe et Gisle. Trois autres filles eut: Theodorée, Hirtrude et
Rotade. Deux en eut d'une sienne femme qui eut nom Fastarde née de
Germenie, et la tierce d'une meschine de qui l'istoire ne parle mie.

      Note 503: _Eginh. Vita Caroli Magni, cap. XVIII_.

La tierce de ses femmes eut nom Leodegarde. Mais de celle n'eut-il nuls
enfans né hoirs. Après sa mort eut trois meschines; Gersonde née de la gent
de Sassoigne; de celle eut-il une fille qui Adaltrux fu appellée. La
seconde fu Régie: de celle eut deux fils, Dreue et Hue. Et la tierce eut
nom Aldalinde, de laquelle il eut un fils qui Thierri eut nom. Sa mère la
royne Berthe tint tousjours à grant honneur; si grant révérence luy portoit
que tant comme il vesquit il n'y eut oncques entr'eulx paroles né
contens[504], fors tant seulement quant il laissa la fille Desier de
Lombardie qu'il avoit prise par son conseil. Après la mort Hildegarde sa
bru[505], plaine de jours mouru; mais avant, vit au palais la mesnie son
fils multipliée de fils et de filles à grant nombre qui de luy estoient
yssus. Le corps fist l'empereur porter en l'églyse mon seigneur saint Denis
en France, là la fist enterrer, coste à coste du roy Pepin son père. Une
sœur avoit l'empéreris qui avoit nom Gisle; en sainte conversation vivoit
et avoit fait le veu de chasteté dès le temps de son enfance. Moult
l'empereur l'aimoit et lui portoit grant honneur. Morte fu avant sa mère et
enterrée au moustier où elle conversoit.

      Note 504: _Contens._ Contentions, disputes.

      Note 505: _Sa bru._ La bru de Berthe.

[506]Tous ses enfans, fils et filles faisoit l'empereur introduire,
premièrement, ès libéraux sciences, ainsi comme luy meisme avoit esté
introduit. Et quant les fils estoient de tel age qu'ils povoient souffrir
la paine de chevauchier, si leur faisoit apprendre l'us d'armes et de
chacier ès bois, selon la coustume de François. Les filles faisoit
introduire en toutes manières d'onnesteté, et commandoit qu'elles
entendissent à la fois à filer et à ouvrer de soie, pour ce qu'elles ne
s'abandonnassent trop à oyseuse.

      Note 506: _Eginh. Vita Caroli Magni, cap, XIX_.

De tous ses fils ne perdit que deux, tant comme il vesquit: Charles et
Pepin le roy de Lombardie; et Ruotrude l'ainsnée de ses filles que
Constentin l'empereur des Grieux avoit espousée. Cil Pepin laissa un fils
qui avoit nom Bernart, et cinq filles: Aldechilde, Atulle, Gondrée,
Bertarde et Théodarde. Tant monstra le roy aux enfans, après la mort leur
père, la paix et la miséricorde de son cuer qu'il laissa le fils régner
après le père, et les filles fist garder et nourrir en son palais tout
ainsi comme sé ce fussent ses propres enfans.

La mort de ses deux fils et de sa fille qui estoit empereris de
Constantinoble souffrit paciemment[507], selon la grant vertu de son cuer;
mais toutes voies la pitié et l'amour qu'il avoit à eulx le contraingnit
jusques aux larmes.

      Note 507: _Paciemment._ Il y a dans Eginhard: «pro magnanimitate quâ
      excellebat, minùs patienter tulit.» Il faut croire que le _minùs_
      étoit effacé dans la leçon dont notre traducteur se servoit, mais son
      bon sens lui fit réparer cette faute par le _toutes voies_ suivant.

En ce temps mourut l'apostole Adrien. En si grant amour l'avoit que quant
sa mort luy fu nunciée, il en fist aussi grant dueil com s'il eust perdu
son père ou le plus chier enfant qu'il éust. En amitiés estoit bien
attrempé et assez légièrement les recevoit[508]; saintement gardoit et
cultivoit en amour ceulx qu'il aimoit. Si grant cuer eut tousjours de ses
enfans nourrir qu'il ne mangea oncques sans eulx né ne chevaucha: quant il
estoit en estranges terres, les fils chevauchoient avecques luy, les filles
alloient après un pou, mais ce n'estoit pas sans compaignie de gens à pié
et à cheval qui especiaulment estoient establis pour eulx garder. Moult
estoient belles et moult les amoit: si fut-ce une merveille que oncques
nulle n'en voult marier à homme estrange né prince, fors l'ainsnée qui fu
donnée à Constantin, l'empereur de Constantinoble. Ainsi les garda
tousjours en son palais; car il disoit qu'il ne pourroit vivre sans eulx.
Si avint-il qu'il en oït aucunes fois mauvaise renommée; mais il avoit le
cuer si débonnaire et si pacient qu'il s'en déportoit ainsi comme s'il n'en
fust en nulle souspeçon.

      Note 508: Notre chroniqueur est ici bien loin de la précision et de
      l'élégance d'Eginhard. «Erat enim in amicitiis optimè temperatus, ut
      cas et facilè admitteret et constantissimè retineret, colebatque
      sanctissimè quoscumque hâc affinitate sibi conjunxerat.»

Un fils avoit qui Pepin avoit nom, qui n'estoit pas né de femme espousée.
De cestuy n'a pas encore l'istoire parlé né faitte mencion[509]. Moult
estoit bel de vis[510], et de corps estoit laid pour une boce qu'il avoit
sur le dos. Comme le roy estoit en Bavière où il yvernoit et appareilloit
bataille contre les Huns, il fist conspiration contre son père et s'alia
contre luy à aucuns des barons de France qui l'avoient mis en espérance. Le
roy sceut la traïson. Les traitres dampna selon les loys des chiefs
perdans[511]; son fils rendit[512] en une abbaïe à sa requeste meisme.

      Note 509: _Né faitte mencion._ C'est Eginhard, l'auteur de la _Vita
      Caroli Magni_ qui parle ainsi, mais notre traducteur en a déjà parlé
      au livre précédent.

      Note 510: _Vis._ Visage.

      Note 511: _Des chiefs perdants._ Entraînant _la peine capitale_.

      Note 512: _Rendit._ Rendit moine.

[513]Avant ceste traïson, y en avoit-il une autre plus grant faite contre
luy-meisme. Quant la chose fu descouverte, il fist prendre les traitres:
aux uns creva les yeux, les autres dampna par esil. Et oncques nul n'en
fist occire, fors trois tant seulement qui au prendre se mistrent à
deffense. Occis furent, car ils ne povoient autrement estre pris. Si furent
aucuns qui distrent que la royne Fastarde fu cause du fait de ces deux
conspiracions et que l'empereur feust aliéné de sa débonnaireté naturelle,
quant il se consentist aux parolles et à la cruaulté de la royne; car l'en
savoit bien qu'il estoit de si bonne manière par nature qu'il aivoit
l'amour et la bonne volenté à tous. Et oncques en sa vie, en son royaume,
n'en estranges terres, ne put-on dire sur luy une note de cruaulté sans
raison.

      Note 513: _Eginhardi Vita Caroli Magni, cap. XXI._


II.

ANNEE: 800.

_De la charité qu'il avoit vers les pélerins, de sa quantité et des
accidents de sa personne. Puis de son habit et de sa manière de vivre; puis
de ses meurs et coment il estoit sobre et attempré._


Homme fu plain de grant charité vers estranges gens et vers pélerins
meismement; si grand cure avoit de les recevoir et tant y en venoit et si
souvent, que la multitude ne sembloit pas estre à charge au palais tant
seulement, mais partout le royaume de France. Mais le bon roy qui avoit la
bonne renommée quant au monde, tout ne feist-il pas force, aussi
attendoit-il le mérite, quant en ce à Dieu; pour ce ne luy estoit à charge
né à grief[514].

      Note 514: Je doute que notre traducteur comprit mieux sa phrase que
      celle d'Eginhard. Voici cette dernière: «Ipse tamen, præ magnitudine
      animi hujusce modi pondere minimè gravabatur, cùm etiam ingentia
      incommoda laude liberalitatis ac bonæ famæ mercede compensaret.»

[515]Homme fu de grant corps et de fort estature et non mie trop grant.
Sept piés avoit de long, à la mesure de son pié; le chief avoit réond, les
yeux grans et gros et si clers que quant il estoit courroucié, ils
replandissoient comme escarboucle[516], le nés avoit grant et droit et un
pou hault par le milieu. Brune chevelure, la face vermeille lie et
alegre[517]; de si grant force estoit qu'il estendoit trois fers de cheval
tous ensemble légièrement, et levoit un chevalier armé sus sa paume, de
terre jusques à mont. De Joieuse son espée coupoit un chevalier tout armé;
de tout nombre estoit bien taillié. Six espans avoit de ceint sans ce qui
pendoit dehors la boucle de sa courroye.

      Note 515: _Eginhardi vita Caroli Magni, cap. XXII._

      Note 516: _Et si clers que etc._ Cette circonstance n'est pas
      mentionnée dans Eginhard. Quant à son nez, le biographe se contente
      de dire: «Naso paululùm mediocritatem excedente.» Ces deux derniers
      mots ont trompé le traducteur.--_Brune chevelure_--«Canitie pulchrâ.»

      Note 517: La fin de cet alinéa n'est pas dans Eginhard.

En estant et en séant, estoit personne de grant authorité, jasoit ce qu'il
eust le chief un pou mendre que droit, et le ventre plus gros; mais la
droite mesure et la bonne disposicion des autres membres celoit ce qui là
messéant estoit. Fier estoit en alant; bien sembloit grant homme et noble
en toutes manières; clere voix avoit et plus clere ce sembloit qu'il
n'appartenoit à son corsage.

Tousjours fu santéis[518], fors en tour quatre ans avant qu'il mourust.
Lors le commencièrent à prendre fièvres et autres maladies et à la parfin
clocha-il d'un pié. Dès-lors commença-il à user de son conseil plus que de
celuy aux phisiciens; [519]si fu dommage, car il en mourut ains ses jours.
Aussi comme contre cuer les avoit, pource qu'ils luy faisoient mengier
chairs cuites en eaue et luy deffendoient les rostis qu'il mengeoit
volentiers, comme il avoit tousjours accoustumé.

      Note 518: _Santéis_, en santé.

      Note 519: _Si fu domage._ Cette réflexion bienveillante pour les
      médecins n'est pas d'Eginhard.

Acoustumement chevauchoit en chasçant en bois, selon la coustume des
François, car à paine est-il nacion qui autant en sache. En bains chaus
naturelement se déduisoit, [520]et noioit mieulx que nul autre ne feist.
Et, tout pour ce, fist-il faire une sale et uns bains à Ais-la-Chapelle, où
il demoura jusques à la fin de sa vie. Et ses fils faisoit baingner
avecques luy et non mie seulement ses fils, mais ses barons et ses princes;
et aucunes fois grant tourbe des sergens qui le gardoient; si que ils
estoient bien cent ou plus telle fois avecques lui. [521]De robes se
vestoit à la manière de France. Emprès sa char usoit de chemises et de
famulaires de lin[522]: par dessus vestoit une cote ourlée de soie,
chausses et soulliés estrois chausçoit. En yver, vestoit un garnement
fourré de piaus de loutre ou de martre. Tousjours avoit l'espée ceinte,
dont le pomiaus estoit d'or ou d'argent, et le baudrié d'un tissu de soie.
Si en ceignoit deux[523], mesmement ès haultes festes et quant il venoit
messages d'estranges terres. Estranges manières de robes tant feussent
belles ne voult oncques vestir, fors une fois tant seulement qu'il vestit
une cote et un mantel à la guise de Romme à la prière l'apostole Adrien.
Mais aux grans festes solenneles avoit un garnement tissu à or et solliers
à pierres précieuses. Aux autres jours avoit petit de différence entre son
habit et l'habit commun du peuple[524].

      Note 520: _Noioit._ Nageoit.

      Note 521: _Eginhardi Vita Caroli Magni, cap. XXIII._

      Note 522: _Famulaires._ «Feminalibus lineis.» Cela répond assez bien
      à nos _caleçons_.

      Note 523: _Deux._ Les leçons imprimées portent _gemmato_ au lieu de
      _geminato_ qu'a lu notre traducteur. Il faudroit donc, à la place de
      _deux_, mettre _de gemmées_. (Une épée dont le pommeau étoit garni
      de perles.)

      Note 524: _Eginhardi Vita Caroli Magni, cap. XXIV._

En mengier et en boire estoit moult attrempé, et plus en vins que en
viandes, comme celluy qui merveilleusement haioit yvresse en toutes
personnes. De viande ne se povoit pas si abstenir comme il faisoit de vin,
car il se plaignoit aucune fois que le jeusner le grevoit.

Aux grans festes mengeoit petit, et lors tenoit-il grant court plénière de
diverses manières de gent; acoustuméement estoit chacun jour servi de
quatre mets tant seulement, sans le rost dont les veneurs le servoient. Et
de ce mengeoit-il plus volentiers que de nul aultre. A son mengier faisoit
lire aucuns rommans ou aucunes anciennes histoires des princes
anciens[525]. Moult oioit volentiers les livres de saint Augustin et
meismement ceulx qui sont intitulés _de la cité de Dieu_. Si sobre estoit
en vin et en aultre breuvage que pou avenoit qu'il beust plus que trois
fois au mengier.

      Note 525: Quoique mal traduit, ce passage est assez heureusement
      rendu: «Inter coenandum, aut aliquod acroama aut lectorem audiebat.
      Legebatur historiæ et antiquorum res gestæ.» _Acroama_ est évidemment
      un jongleur, un homme qui faisoit un récit, ou jouoit une pièce. Il
      eut fallu au lieu de _faisoit lire romans_, mettre: _faisoit réciter
      romans ou lire, etc._

En esté après mengier prenoit aucun fruit, ou pomme ou poire, et puis
buvoit une seule fois. Despoiller et deschaucier se faisoit aussi bien
comme par nuit, et se dormoit et reposoit deux heures ou trois. Ès grans
nuis d'yver avoit telle manière de vivre qu'il rompoit son dormir quatre
fois ou cinq en une meisme nuit, non mie tant seulement en veillant, ains
se chauçoit et vestoit; et venoient ses princes devant luy. Et sé le
séneschal du palais[526] avoit nul plait qui sans luy ne peust estre
déterminé, tantost faisoit venir les parties sé elles estoient présentes,
et donnoit sentence après la cognoissance de la cause. Si avenoit souvent
qu'il ne délivroit pas tant seulement une seule besongne, mais toutes
celles qui lendemain devoient estre délivrées par devant luy au palais.

      Note 526: _Le seneschal._ «Comes palatii.»

[527]En loquence étoit paisible[528] et abundant et appertement délivroit
et manifestait par paroles quanques il voulloit. Si n'avoit pas tant
seulement langue françoise[529], mais savoit plusieurs languages que il
avoit apris en son enfance[530]. Entre les autres avoit le latin si prest
et si à main qu'il le parloit aussi légièrement comme françois; mais le
grec entendoit-il mieux qu'il ne parloit. Si emparlé[531] et sage estoit en
parolles qu'il sembloit que ce feust un grant clerc et un grand maistre;
clerc estoit-il voirement; Car il fu introduis ès libérales sciences, si
comme nous dirons cy-après. Il escripvit lui-meisme les chans de diverses
chançons que l'en chante des fais et des batailles des anciens roys[532].
Il mist noms aux doze moys selon la langue Tyoise. Il mist noms propres aux
doze vens, car avant ce, ils n'estoient nommés que les quatre vens
cardinals.

      Note 527: _Eginhardi Vita Caroli Magni, cap. XXV._

      Note 528: _Paisible._ Variante: _prêt;_ le latin porte _copiosus_. Ce
      qui s'accorde assez mal avec l'adjectif _paisible_.

      Note 529: _Françoise._ «Patrio sermone», dit Eginhard, c'est-à-dire:
      langue tudesque, celle que les François n'avoient point encore
      oubliée.

      Note 530: _En son enfance._ Ces derniers mois ne sont pas dans
      Eginhard.

      Note 531: _Emparlé._ Ce mot étoit sinonyme de disert, éloquent.

      Note 532: _Eginhardi Vita Caroli Magni, cap. XXIX._ «Item barbara et
      antiquissima carmina quibus veterum regum acta ac bella canebantur,
      scripsit memoriæque mandavit.» Il en fut de ces vers comme des lois
      dont Eginhard nous apprend, dans la phrase précédente, que
      Charlemagne avoit fait, pour la première fois, écrire les formules
      consacrées depuis un temps immémorial. En dépit des précautions de
      Charlemagne, les poëmes _tyois_ ou tudesques ne nous sont pas
      parvenus. On peut raisonnablement supposer qu'ils partagèrent le sort
      de la langue nationale, et qu'ils se transformèrent graduellement en
      _poëmes romans_; puis, quand leur métamorphose fut accomplie, on les
      écrivit pour la première fois dans la nouvelle langue, sous le nom de
      _Chansons de geste_.


III

ANNEE. 800.

_De son sens et de sa lettreure. Coment clergié vint en France par Alcuin,
son maistre, et des deux moines Escos qui enseignèrent les gens de
sapience, pour l'amour de Nostre-Seigneur. Coment il honora toujours
l'Eglyse de Rome, et d'aucunes incidences._

[533]Les grans clers et mesmement les maîtres des ars libéraux tenoit en
grant honneur; les ars et les maistres aimoit pour ce qu'il en savoit, car
il en eut assez apris en sa jeunesse[534]. En ce temps estoit l'estude de
théologie et de philosophie ainsi comme toute mise en oubli, et les estudes
de la divinité[535] ainsi comme entre laissiées toutes. Si avint en son
temps, comme Dieu l'eut ordonné devant, que deux moynes d'Escoce arrivèrent
en France; si estoient passés oultre avec marchéans de la Grant-Bretaigne.
Ces moynes estoient merveilleusement sages ès choses corporeles et ès
divines escriptures. Preudomes estoient; n'autre marchandise ne menoient
fors qu'ils désiroient que le monde feust enseigné et introduit de leur
doctrine. Pour ce preschoient entre eulx deulx par chascun jour au peuple:
«Sé aucun est convoiteus d'apprendre science, si viengne à nous et
apreingne.» Si longuement et si persévéramment crièrent parmy le monde où
ils aloient, que tout le monde s'enmerveilloit; et cuidoit aucuns qu'ils
fussent fols et desvés[536].

      Note 533: Le commencement de ce chapitre est encore extrait de la
      _Vita Caroli Magni, d'Eginhard, cap. XXV_.

      Note 534: Ici notre traducteur quitte Eginhard et s'attache au moine
      de Saint-Gall, qui écrivit deux livres intitulés: _De gestis Caroli
      Magni regis Franc. et imp. libri duo_. Le moine adressa cet ouvrage
      en 883 à l'empereur Charles-le-Gros. Je sais bien que les érudits le
      traitent avec beaucoup de mépris; ils se fondent sur quelques fables
      évidentes, sur quelques fautes palpables de chronologie, pour
      révoquer en doute tous les autres récits et, pour ainsi dire, toutes
      les autres dates. Il faut se contenter de remarquer que ce moine
      écrivoit dans un âge avancé, soixante-neuf ans après la mort de
      Charlemagne; qu'il jouissent de quelque considération, puisqu'il
      adressoit son travail au petit-fils du héros de la France; enfin
      qu'il se représentoit Charlemagne, non pas d'après le type de
      grandeur que nous nous faisons, mais d'après celui que ses
      contemporains comprenoient. Un demi-siècle après sa mort, Charlemagne
      étoit déjà un être surnaturel. Nous retrouvons dans le moine de
      Saint-Gall moins la physionomie de Charlemagne que l'expression de
      l'opinion publique vers la fin d'un siècle dont Charlemagne avoit
      encore éclairé les premières années.

      Note 535: _Divinité._ Théologie. Les Anglois ont conservé ce mot dans
      le même sens.

      Note 536: _Desvés._ Égarés. (Hors de la voie.)

La nouvelle en vint à l'empereur qui tousjours avoit aimé sapience.
Hastivement furent mandés, et quant ils furent devant luy, il leur demanda
si c'estoit voir qu'ils eussent sapience? et ils luy respondirent qu'ils
l'avoient et qu'ils estoient prêts de la donner, au nom de nostre Seigneur,
à tous ceulx qui la requerroient.

Après il leur demanda quel loier ils voulloient avoir de ce faire? et ils
respondirent que nulle riens fors seulement lieux convenables à ce faire et
gens soubtiles et engigneuses et nettes de péchié, et la soustenance du
corps tant seulement, sans laquelle nul ne peut vivre en ceste mortelle
vie. Quant l'empereur oït ce, il fu raempli de joie, car c'estoit une chose
que il désiroit moult.

Premièrement les tint avec luy une pièce de temps, jusques à tant qu'il lui
convint ostoier en estranges terres, sur les ennemis; lors commanda que
l'un qui Climent avoit nom demourast à Paris. Enfans fist querre, fils de
nobles hommes, des moyens et des plus bas, et commanda que on leur
admenistrast quanques mestier leur seroit; lieux et escoles leur fist faire
convenables pour apprendre. L'autre envoya en Lombardie et luy donna une
abbaïe de Saint-Augustin de lès la cité de Pavie, pour ce que tous ceulx
qui voudroient aprendre sapience alassent en ce lieu[537]. Quant Albin, par
surnom Alcuin[538], qui Anglois estoit et demouroit encore en son pais, oï
dire que l'empereur retenoit les sages hommes qui à luy venoient, il quist
une nef et passa en France et vint à l'empereur, et mena avec luy aucuns
compaignons. Cil Albin, Alcuin par surnom, estoit homme exercité et sage en
toutes escriptures sur tous ceulx de son temps; et ce n'estoit merveille,
car il avoit esté disciple le très sage Bède qui après saint Grégoire fu le
plus excellent exposeur des saintes Escriptures. L'empereur, tant comme
vesquit, le tint tousjours entour luy, fors quant il luy convenoit aler en
armes contre ses ennemis. L'abbaïe de lès Tours qui est appellée
Saint-Martin luy donna, pour ce qu'il se reposast là et aprist ceulx qui de
luy vouldroient aprendre, jusques à tant que l'empereur feust retourné.
Tant multiplia et fructifia sa doctrine à Paris et par tout son royaume
que, Dieu merci! la fontaine de doctrine et de sapience est à Paris ainsi
comme elle fu jadis à Athènes et à Rome.

      Note 537: _Monach. S. Gall. lib. I, cap. II._

      Note 538: _Par surnom Alcuin._ Cette parenthèse est du traducteur.

Et comme il fu si grant philosophe et si merveilleux maistre en toutes
escriptures, si estoit-il de haulte vie et aourné de mœurs et de vertus. De
luy aprist l'empereur moult de sciences libérales, si l'appelloit son
maistre et se nommoit son disciple. Mais en l'art de grammaire fu son
maistre Pierre le Pisan. Plus ententivement s'estudioit l'empereur en l'art
d'astronomie et du cours des estoiles que en nulle autre science.

[539]La religion de la foy crestienne cultiva et garda dignement et
saintement. En l'églyse que il fonda à Ais-la-Chapelle, en l'onneur de
Nostre-Dame, mist colompnes de marbre qu'il fist venir de Rome et de la
cité de Ravenne pour ce qu'il ne les povoit avoir d'autres lieux.

      Note 539: _Eginhardi Vita Caroli Magni, cap. XXVI._

L'églyse fréquentoit au matin et au soir, et par nuit aux matines sans
nulle paresce, et mettoit grant estude que l'office de sainte Églyse feust
en grant révérence. Les ministres admonestoit souvent qu'ils ne
souffrissent nulle deshonnesteté né nulle ordure. La manière de chanter et
de lire amenda, comme cil qui bien s'en savoit entremestre; mais il ne
lisoit nulle fois en l'églyse né ne chantoit, fors en commun aucunes fois
et en basse voix[540]. Sur tous autres lieux avoit en mémoire et en
révérence l'églyse de Saint-Père de Romme. Moult y donna grans richesces en
or et en argent, en soye et en pierres précieuses. Aux apostoles meisme
envoia souvent grans dons. Tout le temps qu'il régna comme empereur mist
grant peine et grant estude que la cité de Romme feust en tel estat et en
telle authorité comme elle avoit esté anciennement. En quarante et sept ans
qu'il régna la visita quatre fois tant seulement.

      Note 540: _Eginhardi Vita Caroli Magni, cap. XXVII._

[541]La raison pourquoy il y ala la derrenière fois si fu pour refourmer et
mettre en paix l'Églyse de Romme qui moult estoit troublée; (car les
Romains avoient trop laidement traitié le pape Léon et luy avoient les
yeulx crevés et la langue coupée[542]. Mais nostre Seigneur Dieu luy rendit
sa langue et ses yeulx par miracle si comme istoire tesmoingne ailleurs que
cy, plus plainement). Là demoura le roy tout cet yver. La dignité de
l'empire ne receut pas de sa volenté: pour ce dist-il le jour de son
couronnement que s'il eust sceu le conseil de l'apostole tout feust-il
grant feste et sollennelle comme le jour de Pasques, il ne feust jà entré
en l'églyse le jour.

      Note 541: _Eginhardi vita Caroli Magni, cap. XXVIII._

      Note 542: Cette parenthèse n'est pas traduite d'Eginhard.

[543]Incidence. En ce temps estoient moynes en l'églyse Saint-Martin de
Tours, si comme saint Ode abbé raconte. Ces moynes vivoient trop
délicieusement, et avoient robes de soie et souliers dorés. Bien monstra
nostre Seigneur que leur vie ne luy plaisoit pas. Car deulx anges entrèrent
en leur dortoir quant ils dormoient; l'un tenoit une espée nue et voulloit
ceulx occire que l'autre luy monstroit au doit; un seul en eschapa qui pas
ne dormoit; à l'ange qui tenoit l'espée dist: «Je te conjure de Dieu le
tout puissant que tu ne m'occies mie.» Ainsi eschapa. Ce moustier donna
puis l'empereur à celuy Alcuin son maistre dont nous avons dessus parlé.
Abbé en fu et la gouverna puis, toute sa vie.

      Note 543: J'ignore d'où celle incidence est traduite.--_Ode._
      Variantes: _Oedes_,--_Eudes_.


IV.

ANNEE: 800.

_De la persécution qui avint outre mer aux crestiens et des messages
l'empereur de Constantinoble; de la sentence de leurs lettres; de l'avision
l'empereur des Grieux par quoi il admonestoit l'empereur et monstroit par
raisons que il devoit emprendre la besogne._


[544]Au temps de ce prince, avint en la terre d'oultre-mer une grant
persécution à la crestienté; car les Sarrasins entrèrent en la terre de
Surie. La cité prisrent, le saint sépulcre et les sains lieux violèrent, et
le patriarche chacièrent hors qui estoit homme de grant saincteté et de
parfaite religion, et luy firent moult d'ennuis et de tourmens. Toutes
voies, si comme à Dieu plut en qui grant fiance il avoit eschapa-il de
leurs mains et autres personnes avec luy. En Constantinoble s'enfouit à
Constantin l'empereur et à son fils Léon. A pleurs et à larmes leur compta
la grant douleur et la grant persécution qui en la terre d'oultre-mer
estoit avenue; comme les felons Sarrasins avoient la cité prise, le
sépulcre ordoié[545] et les autres sains lieux de la cité désolés, les
chastiaux et les cités du royaume prises, les champs gastés et le peuple
occis en partie et partie mené en chétivoison. Et tant avoient fait de
honte à nostre Seigneur et de persécutions à son peuple, qu'il n'estoit pas
cuer d'homme crestien qui n'en deust estre dolent et courroucié. Dolent fu
l'empereur de ces nouvelles. A ce fu la chose accordée, à la parfin, par
une vision qui avint à l'empereur Constantin si comme nous vous dirons cy
après, que ce meschief et ceste douleur seroit mandée à Charlemaines,
l'empereur des Romains. La haute renommée de ses mœurs et de ses fais
estoit là espandue par toutes les parties d'Orient. Quatre messages
eslurent-ils pour ce message fournir dont les deux furent crestiens et les
deux aultres Hébreux. Les deux crestiens furent Jehan évesque[546] de
Naples, et David archeprestre de Jhérusalem.

      Note 544: A compter de ce chapitre, le récit n'est plus fondé que sur
      des traditions postérieures au règne de Charlemagne. Les unes se
      rattachent à son prétendu voyage à Jérusalem, les autres à
      l'expédition d'Espagne que couronna la défaite de Roncevaux. Les
      traducteurs les plus anciens des _Chroniques de France_, Nicolas de
      Senlis et le ménestrel du comte de Poitiers, n'ont admis dans leur
      compilation ni l'une ni l'autre de ces traditions populaires, et ils
      ont imité en cela la retenue d'Aimoin. C'est la troisième version des
      _Chroniques_ (celle qui parut au commencement du  règne de
      Philippe-de-Valois) qui d'abord accorde sa confiance à la relation de
      Turpin. Cependant elle ne traduisit pas encore la chronique fabuleuse
      intitulée dans le manuscrit de Saint-Germain, aujourd'hui cotté
      n° 1085: «_Descriptio qualiter Carolus-Magnus clavum et coronam
      Domini à Constantinopoli Aquisgrani attulerit, qualiterque Carolus
      calvus hoec ad Sanctum-Dyonisium retulerit_.» C'est le moine de
      Saint-Denis qui, peu de temps après, garantit l'authenticité de cette
      _Chanson de geste_, en lui donnant place dans les _Grandes
      chroniques_. Quel que peu de fondement historique qu'elle ait, la
      tradition du voyage de Charles étoit déjà fort ancienne à l'époque où
      notre traducteur s'empara de sa légende latine. Les jongleurs la
      récitoient et la chantoient dans toute l'Europe plus d'un siècle
      auparavant, et M. Fr. Michel vient d'en publier l'une des curieuses
      leçons, sous le titre anglois de: _The travels of Charlemagne to
      Jérusalem and Constantinople. Paris, Techener, 1836_. Son opinion est
      que le manuscrit de Londres qui lui en a fourni le texte, sans doute
      fort corrompu comme tous les textes anglois des anciens poëmes de
      France, peut remonter au commencement du XIIème siècle. Bien plus:
      avant M. Michel, l'abbé de La Rue avoit prétendu dans ses _Bardes,
      Jongleurs et Trouvères_, tome II, page 25, que le même poëme étoit du
      commencement du XIIème siècle; mais les raisons sur lesquelles il
      fondoit son opinion ne m'ont pas paru concluantes. Ce ne seroit pas
      la seule fois que l'abbé de La Rue auroit pris pour une marque
      d'_ancienneté_ les formes du dialecte anglo-normand, conservées en
      Angleterre long-temps après qu'elles étoient tombées en désuétude en
      France, et même en Normandie. En tous cas, nous pouvons du moins
      assurer que le Msc. de Saint-Germain, avec lequel nous avons
      confronté cette partie de la Chronique de Saint-Denis, remonte aux
      premières années du XIIème siècle pour le moins. Le texte en est
      surchargé de corrections marginales et interlinéaires, lesquelles
      semblent plutôt modifier le fond du récit que redresser les
      inattentions du copiste.

      Note 545: Ordoié. «Sali», _rendu ord_.

      Note 546: _Evesque._ Sacerdos.

Et estoit ce Jehan homme religieux, et simple comme coulon[547]. Et David
estoit homme loyal, droiturier et plain de la paour nostre Seigneur. Et les
deux messages hébreux Isaac et Samuel. Ce Samuel estoit évesque de leur loy
et de grant religion en leur manière; sage en parole et emparlé en deux
manières de langages. Ysaac estoit de grant sens en leur loy. Les deux
crestiens Jehan et David portoient la chartre où le mandement estoit
escript par la main du patriarche Jehan, scellé par le commandement
l'empereur Constantin. Et les deux Hébreux apportoient la chartre
l'empereur scellée de son propre scel. Mais la sentence des deux estoit
ainsi comme toute une.

      Note 547: _Coulon._ Pigeon, colombe.

La teneur de la charte le patriarche Jehan estoit telle. «Jehan, sergent
des sergens, patriarche de Dieu en Jhérusalem. Et Constantin empereur des
parties d'Orient à très-noble roy d'Occident Charles-le-Grant et puissant
vainqueur et tous jours auguste, soit empire et règne en nostre Seigneur;
amen. La grâce de la doctrine des apostres est venue jusques à nous
resplendissant de la grant clarté de paix; et tant a espandu de grâce et de
liesce ès cuers des hommes crestiens qu'ils devroient tousjours loer nostre
Seigneur. Nous-meismes recongnoissons bien que nous devrions espéciaument
regehir et reconnoistre plus abundanment sa grâce et sa miséricorde.

»Moult nous esjouissons en nostre Seigneur, selon ce que nous avons enquis
de tes meurs et de tes fais, de ce qu'il nous convient rendre loenges à
Dieu en sa bonté et en sa pacience. De ce avient-il doncques que tes
travaux et tes faits sont terminés et fenis bénéreusement: car tu aimes
paix en ton cuer; et pour ce que tu l'aimes, tu la treuves, tu la gardes
en souveraine charité.

«Saches donc, très-cher sire, que les paiens ont fait si très-grant dommage
à nostre Seigneur ès parties de Jhérusalem que nul crestien ne le devroit
souffrir. Je meisme suis getté du siége où mon seigneur saint Jacques jut
premièrement, par le commandement nostre Seigneur, et mains crestiens
occis, mains pris et mis en chétivoison; et ce qui est moult plus grande
douleur, le sépulcre nostre Seigneur ordoyé et soullié et chéu ès mains des
Sarrasins. Pour tels griefs et pour semblables nous convient mander et
escripre le besoing de la crestienté, à toy qui es prince et puissant; que
toutes ces choses peuvent estre amandées par toy, à l'aide de nostre
Seigneur. Et pour ce mandons nous à toy par escript, qui es le plus
puissant et le plus renommé de tous les princes crestiens, que tu en faces
aler renommée à tous nos frères, prélas et princes; et non mie tant
seulement à ceux de tes provinces, mais à tous ceux qui à toy marchissent
et qui à toy sont joings par amour et par familiarité. Et bien sachent tous
que qui aider et secourre ne nous vouldra, qu'il attende la cruele sentence
du jugement. Et si sache chascun qu'il n'a point de ferme constance en son
lieu s'il souffre que le sépulcre nostre Seigneur où il fu trois jours et
trois nuis, pour nostre rédempcion, soit villainement traitié par les
félons mescréans. Si ne doit nul cuider qu'il doie porter sans paine ce
qu'il aura véé[548] à nostre Seigneur, en si grant besoing; car c'est
orgueil et despit quant ce n'est vengé et amendé, qui est contraire et
honte à nostre Seigneur.»

      Note 548: _Véé._ Refusée.

»Que te diroie plus? Mains autres griefs semblables te péussions mander et
escripre; mais nous sommes empeschiez par douleur et par larmes.»

Telle estoit la sentence de la chartre au patriarche Jehan, que les deux
chrestiens apportoient; et celle de la chartre l'empereur Constantin que
les deux Hébreux apportoient étoit telle[549].

      Note 549: Chaque phrase de cette lettre est rapportée dans le Msc.
      Saint-Germain, d'abord dans un langage imaginaire, puis en latin.
      Voici le langage qui nous semble imaginaire, et son préambule: «Sed
      sacræ Constantini imperatoris et epistolæ patriarchæ una et cadem est
      prope sententia. Imperatoris autem exemplar hoc est: _Ayas Anna bonac
      saa Caiibri milac Pholi Ansitan Remuni segen Lamichel bercelin fade
      abraxion fativatium. Hoc est:_ Constantini, etc.»

«Constantin et Léon, son fils, empereurs et rois des parties d'Orient,
mendres[550] de tous et à paine dignes d'estre empereurs, à très-renommé
roy des parties d'Occident, Charles le très-grant, soit puissance et
seigneurie béneureusement[551]. Très-chier ami Charles-le-Grant, quant tu
auras ces lettres veues et leues, saches que je ne te mande pas pour défaut
de cuer, né pour défaut de gens né de chevalerie; car j'ay aucunes fois eu
victoires sur païens avec moins de chevaliers et de gens que je n'ay; je
les ay boutés hors de Jhérusalem qu'ils avoient prise deux fois ou trois;
et par six fois les ay vaincus et chaciés de champ, à l'aide nostre
Seigneur, et mains pris et mains occis.

      Note 550: _Mendres._ Moindres.

      Note 551: Avant cette phrase est encore une tirade double de la
      première, qui est présentée comme le texte original de la traduction
      latine que l'on fait suivre. Il faut encore remarquer que la lettre
      du patriarche et celle des empereurs finissent également par deux ou
      quatre phrases rimées avec intention, et que le chroniqueur de
      Saint-Denis n'a pas traduites. Ainsi voici la fin de celle de
      l'empereur: «Nil opus est ficto--Domini quo visio dicto--Ergo dicto
      tene fundum.--Domini præcepta secundum.» On diroit que ces
      conclusions rimées étoient alors destinées à remplacer nos formules
      finales épistolaires.

»Que te diroie-je plus? Il convient que tu sois ammonesté certainement par
moy de Dieu, non pas par mes mérites; mais par les tiennes, à parfaire si
grande besoingne. Car une avision m'advint, par nuit nouvellement,
endementiers que je pensoie comment je pourroye envaïr ces Sarrasins.
Tandis corne j'estoie en telle pensée et je prioie à nostre Seigneur qu'il
m'envoiast secours, je vi soubdainement ester un damoisel devant mon lit,
qui m'appella par mon nom moult bellement, un petit me bouta[552], et me
dit: _Constantin, tu as acquis aide à nostre Seigneur, de la besoingne que
tu as emprise; il te mande par moy que tu appelles en ton aide le grand
Charlemaines de France, deffendeur de la foy, de la paix de sainte Églyse._
Lors me monstra un chevalier tout armé de haubert et de chauces, un escu à
son col, l'espée ceinte; l'enhoudeure[553] en estoit vermeille une lance
blanche en son poing. Si sembloit, à chief de pièce[554] que la pointe
rendist flambe tout ardant; et il tenoit en sa main un heaume d'or; et par
semblant estoit vieil et avoit longue barbe. De moult bel voult[555] estoit
et de grant estature; le chief avoit blanc et chanu, et les yeulx
resplandissans comme estoile. Dont l'en ne doit pas cuider que ces choses
ne soient faittes et ordonnées par la volenté nostre Seigneur.

      Note 552: _Me bouta._ Me toucha.

      Note 553: _L'enhoudeure._ La poignée. «Manubrium.»

      Note 554: _A chief de pièce._ Au bout du compte.

      Note 555: _Voult_ ou _Volt_. Visage.

»Et pour ce que nous avons certainement enquis quel homme tu es et de quex
meurs et de quex faits, nous nous esjouissons en nostre Seigneur, et luy
rendons grâces en tes merveilleux faits, en ton humilité et en ta pacience.
Si suis en certaine espérance que la besoigne sera finée en prospérité par
tes mérites et par ton travail; car tu es deffendeur de paix, et la quiers
par grant désir; et quant tu l'as trouvée, tu la gardes et nourris en grant
amour et en grant charité.

»Saches-tu, très-chier sire, que les païens ont fait si très-grant honte et
si grant dommage à Dieu en Jhérusalem, que nul féal crestien ne le devroit
souffrir longuement; mais tu peux bien amender légièrement toutes ces
choses à l'aide nostre Seigneur; et pour ce qu'il ne semblast que nous
voulsissions soubsmettre[556] les mérites de ta charité, escripvons-nous
ces choses à toy que Dieu a sur tous esleu. Que te diroie-je plus? Tu as
moult de raisons par quoy tu dois tantost obéir au commandement nostre
Seigneur. Qui est cil qui tantost ne doie faire ce que Dieu luy mande?
Haste-toi donc, noble roy auguste, d'accomplir la volenté et le
commandement nostre Seigneur; que tu ne soyes coulpé vers luy de trop
longue demeure. Car cil qui va contre les commandemens de Dieu ne pourra
eschiver la coulpe de l'inobédience.»

      Note 556: _Soubsmettre._ Ce mot signifie dédaigner, ne pas tenir
      compte.

V.

ANNEE: 800.

_Coment les messages trouvèrent l'empereur à Paris, et coment l'empereur fu
dolent des nouvelles qu'il vit ès lettres; de la response des barons;
coment l'empereur et les barons murent; et coment il revint à droite voie
au bois, pour le chant de l'oisel._


Tant eurent les messages erré[557] qu'ils vindrent en la cité de Reims, et
tout droit alèrent à Paris là où ils cuidoient l'empereur trouver, si comme
on leur avoit fait entendre en la voie. Là leur fu dit certainement qu'il
n'y estoit pas, et qu'il avoit conduit son ost en Auvergne contre aucuns de
ses princes. En la cité demourèrent deux jours, pour eulx reposer et pour
ce espéciaument que Jehan, évesque de Naples, l'un des messages crestiens,
estoit un petit deshaitié au piés et en la teste[558]. Liément se
remistrent au chemin, quant il fu reposé; tout droit s'en vindrent au
chastel Saint-Denis, en France. Là leur dit-on les nouvelles, que le roy
avoit pris le chastel pourquoy il estoit alé là, et jà estoit retourné
jusques près de Paris.

      Note 557: _Erré._ Voyagé.

      Note 558: _Deshaitié_, etc. Incommodé de la poitrine et de la tête.

Quant ils se furent reposés par trois jours à Saint-Denis, ils se mistrent
en chemin et vindrent à Paris; devant l'empereur se présentèrent, droit en
ce point qu'il entroit en la cité. Si comme ils purent le saluèrent, et
puis luy tendirent les deux chartes qu'ils apportoient. L'empereur les
receut, les seaulx brisa, et les lut moult longuement[559] sans mot dire.
Lors vit le roy que Dieu l'avoit esleu à parfaire sa besongne, et que la
renommée de ses faits et de sa prouesse estoit espanduë jà jusques en
Orient. Lors eut grant joie à son cuer; mais pour ce estoit-il dolent que
les mescréans avoient prise la sainte cité de Jhérusalem, et le saint
sépulcre ordoié et souillé; si en commença-il à plourer.

      Note 559: _Moult longuement._ «Et cum taciturnitate benè
      perscrutatis.»

Bien apperçut que ceulx qui entour luy estoient demandoient les uns aux
autres que ces chartres povoient chanter[560], qui en telle tristesce
avoient l'empereur mis. Lors fist appeller Turpin l'arcevesque de Reims,
et luy commanda qu'il déist, oyans tous, en françois la sentence des
chartres. Si estoit la teneure des chartres tout en la manière que vous
avez oï. Et quant il les eut leues bien et appertement devant tous, ils
commencièrent à amonester l'empereur et à crier tous à une voix en celle
manière: «Roy, sé tu cuides que nous soions si las et si travailliés que
nous ne puissions souffrir le travail de si grant voie, nous venons et
promettons que sé tu, qui es nostre sire terrien, refuses à venir avecques
nous, et que tu ne nous y veuilles conduire, nous mouverons demain matin
au point du jour avec les messages; car il nous semble que riens ne nous
peut grever, puisque Dieu veult estre nostre conducteur.»

      Note 560: _Povoient chanter._ «Quid canerent cartæ.» Cette dernière
      expression prouve assez bien, à mon avis, que le texte latin étoit
      lui-même la traduction d'un texte vulgaire.

Moult fu lié l'empereur de ce qu'ils s'acordoient ainsi tous d'une volenté
à ce qu'il désiroit à faire; tantost fist crier parmi le royaume de France
que tous ceulx qui armes pourroient porter, et viels et jeunes,
appareillassent d'aler avec luy en Orient contre les Sarrasins. Après, si
commanda que tous ceulx qui à son commandement ne vouldroient obéir
rendissent à tousjours mais, eulx et leurs hoirs, quatre deniers de leur
chief, en nom de servage[561].

      Note 561: «Quatuor mummos de capite, quasi servis solverent.»

Que vous compteroit-on plus? Tant assembla de peuple et de toutes manières
de gent en assez peu de temps, qu'il eut grant ost et plus fort que il
n'avoit oncques devant éu.

A la voie se mist l'empereur et tout son ost. Nous ne povons pas raconter
toutes les choses et toutes les adventures qui leur advinrent en celle
voie, car trop seroit la matière longue. Mais une adventure raconterons
qui à l'empereur advint, qui bien est digne de mémoire. En celle voie de
Jhérusaleni a un bois qui bien dure deux journées ou plus; en celle forest
conversoient[562] moult de bêtes sauvages qui naturelement désirent sang
humain et dévourent les gens, mesmement quant elles sont affamées; comme
grifons, ours, lions, linces, tigres, et moult d'autres manières de bestes
sauvages.

      Note 562: _Conversoient._ Demeuroient, s'agitoient.

En ce bois entra le roy et ses gens, au matin s'appareillèrent et le
cuidoient bien trespasser en un jour.

Toute la journée errèrent jusqu'au vespre, tant que le bois qui de soy
estoit obscur, pour la plenté[563] des arbres, commença encore plus à
obscurcir quant la clarté du jour faillit. Leur droit chemin perdirent;
par montaignes et par valées commencièrent à aler parmi les bois; las
furent et travaillés les hommes et les chevaux, tant pour la pluie qui sur
eulx chéoit, comme pour ce qu'ils ne savoient où ils aloient, né quelle
part ils déussent tourner. Et quant il fu nuit obscure, l'empereur et
l'ost se hébergièrent[564].

      Note 563: _Plenté._ L'abondance.

      Note 564: _Se hébergièrent._ «Nocte sub obscurâ ipsemet castrametari
      præcepit.»

Quant ce vint que une partie de la nuit fu trespassée, l'empereur, qui pas
ne dormoit, se jut en son paveillon. Lors commença à dire ces vers du
Pseaultier; car il savoit assez de lettres: _Deduc me, Domine, in semitam
mandatorum tuorum,_ etc. Si vault autant à dire en françois comme: _Beau
sire Dieu, maine-moy en la voie de tes commandements_; et les autres
paroles qui s'ensuivent après, toutes jusques en la fin du seaume. En
dementiers que l'empereur disoit ainsi ces paroles, la voix d'un oisel fut
haultement oïe delès luy, si que ceulx qui delès l'empereur dormoient
s'éveillèrent aussi, comme tous épouventés et tous ébahis, et dïstrent que
c'étoit signe d'aucune grant merveille qui avenir devoit quant les oiseaux
parloient raison humaine.

L'empereur pardist[565] tout le seaume qu'il avoit commencié, et y adjouta
encore ces parolles: _Educ de carcere animam meam, Domine, ut confiteatur
nomini tuo._ Si vault autant à dire en françois comme: _Beau sire Dieu,
délivre m'ame de la chartre du corps, si qu'elle puisse regehir et rendre
graces à ton saint nom._ Lors commença l'oisel à crier derechief plus hault
et plus ententivement que devant et dit ainsi: _Franc, que dis-tu? que
dis-tu?_ Les gens du païs distrent qu'ils n'avoient oncques jamais oï oisel
parler si ententivement. L'en a bien oï parler que les Grieux duisoient
aucuns oyseaux en leur langage, pour saluer les empereurs, et sont les
parolles telles: _Cheré, Basilon anichos_[566]. Si vault autant à dire en
latin: _Salve, Cesar invictissime_; et en françois: _Très-victorieux
empereur, Dieu te saut!_ Et pour ce que cel oisel respondit si apertement à
la raison l'empereur, en latin, on ne doit pas doubter qu'il ne feust
envoié de par Dieu, pour ramener l'empereur à droite voie et tout son ost.
Lors se levèrent tous, au point du jour, et s'appareillèrent; et l'oisel
suivirent par une voie qui les ramena au droit chemin qu'ils avoient perdu.
Encore dient les pélerins qui par celle voie vont en Jhérusalem, qu'ils
oient aucunes fois les oiseaulx du païs chanter en telle manière. Et plus,
que les passans et les gens du païs tesmoignent que puis que
Charles-le-Grant fu au païs, à celle voie, ne fu que celle manière
d'oiseaux ne chantassent ce chant ainsi comme par accoustumance.

      Note 565: _Pardist._ Dit complètement.

      Note 566: C'est-à-dire: [Greek: chaire, Basileu anikêtos]. (Salut,
      Roi invincible.)


VI.

ANNEE: 800.

_Coment l'empereur et sa gent furent reçus en Constantinoble, et coment les
deux empereurs délivrèrent le sépulcre et toute la sainte terre des
Sarrasins, et restablirent le patriarche. Des grans richesces que
l'empereur grec apareilla pour donner à l'empereur Charles; coment
l'empereur refusa, puis coment il requist les saintes reliques._


Tant eut l'ost erré que ils vindrent en la cité de Constantinoble; sé ils
furent honnourablement receus de l'empereur et du peuple, ce ne fu pas à
demander. Oultre passèrent les deux empereurs et leurs osts jusques à la
cité de Jhérusalem. Les Sarrasins occirent et chacièrent, et délivrèrent la
cité et tout le royaume de tous les mescréans. Au patriarche et à la
crestienté rendirent et restablirent ce qu'ils avoient devant perdu.

Et quant la cité et tout le païs refu mis en bon point, l'empereur
Charlemaines demanda congié à l'empereur des Grieux, de retourner en
France; mais cil qui sage estoit et avisé en telles choses, ne béoit
pas[567] que luy né sa gent s'en partissent ainsi, sans riens avoir du
sien. Lors requist et pria à l'empereur Charlemaines que au moins demourast
jusques au lendemain, se plus ne luy plaisoit à demourer. Et cil qui aussi
débonnaire estoit comme un aignel, luy respondit de lie cuer qu'il feroit
ce qu'il vouldroit, et qu'il demoureroit trois jours, sé il voulloit; car
il cuidoit qu'il le voulsist retenir, pour ce qu'il eust mestier de luy et
de sa gent pour aucune guerre; mais pour ce ne le voulloit-il pas faire,
fors pour luy honnourer tant seulement de dons.

      Note 567: _Béoit._ Désiroit.

Ainsi demoura celle journée, et lendemain, avant le jour, il fist son ost
appareiller pour retourner en France. Au patriarche, aus évesques du païs
prist congié humblement et dévotement; mais l'empereur de Constantinoble
eut tandis fait appareiller, au-dehors de la porte de la cité, en une grant
place droit emmi la voie de l'empereur, la noblesse de toutes manières de
richesces[568], destriers, pallefrois, divers oiseaux de proie, pailes et
draps de soie de diverses couleurs, et toute la gloire de pierres
précieuses.

      Note 568: _La noblesse, etc._ Notre traducteur semble avoir ici mal
      lu le texte latin qui porte: «Animalia multi generis iàm bestiarum
      quâm volucrum variora, variique coloris pallia.... præparari
      fecit.»

Quant l'empereur Charles sceut que il faisoit tel appareillement, il manda
ses barons et ses prélas, et se conseilla à eux, qu'il feroit de ceste
chose, et s'il prendroit ce que l'empereur avoit fait appareiller ou non:
tout n'eust-il[569] courage de rien prendre que l'empereur lui offrist;
mais ainsi le voult faire pour oïr le conseil de sa gent.

      Note 569: _Tout n'eus-il courage._ Bien qu'il n'eût envie.

Lors respondirent tous les prélas et les princes, que jà par leur conseil
n'en seroit rien pris; car il sembleroit qu'ils feussent là venus pour
avoir soudée de leurs voies et de leur travail; né ne sembleroit pas qu'ils
eussent fait pélerinage pour la sainte terre délivrer des mains des
Sarrasins pour dévocion né pour charité qu'ils eussent vers nostre
Seigneur, mais pour gaigner et acquérir richesces; et lui-meisme qui avoit
si grant nom de bonté par tout le monde en seroit diffamé. Car on diroit
qu'il ne seroit pas là venu par dévocion, mais par fine convoitise et pour
acquerre autrui terre et autrui royaume, et pour assembler en ses trésors
autrui richesces.

Moult fu l'empereur lie de ces nouvelles, quant il oït tel conseil, comme
il désiroit et comme il avoit proposé en son cuer. Lors commanda que l'en
déist tout coiement aux chevetains de l'ost qu'ils se hâtassent de passer,
et l'en commanda à ceulx qui conduisoient les eschièles que chascuns
commandast en sa langue à sa gent (pour ce qu'ils avoient gens de diverses
nacions), que nul ne feust si hardi qu'il méist la main à chose que on lui
offrist, et que nul n'y jetast l'ueil par convoitise.

Ainsi les fist l'empereur introduire et admonester avant qu'ils ississent
de la cité. Lors s'esmurent tous ainsi comme il l'avoit commandé; et quant
ils vindrent au lieu, ils trouvèrent tout ainsi comme on leur avoit dit; si
avant vindrent que ils peurent légièrenient choisir[570] et véoir les grans
richesces qui là estoient assemblées.

      Note 570: _Choisir._ Examiner, distinguer.

Lors Constantin l'empereur d'Orient appella Charles l'empereur de France;
et lui dist en telle manière:

«Sire, chier amy, roy de France et empereur auguste, je te requiers
humblement, par amour et par charité, que toy et l'ost prengniez et
eslisiez à vostre plaisir de ces richesces, qui pour vous et pour vos gens
sont assemblées; et bien me plaist encore que vous les prengniez toutes.»
Lors luy respondit l'empereur Charles que ce ne feroit-il en nul manière;
car luy et ses gens estoient là venus pour les célestiales choses acquerre,
non mie pour terriennes richesces, et qu'ils avoient souffert de bon cuer
les travaulx et voie pour la grâce nostre Seigneur, non mie pour la gloire
de ce monde.

En telle manière estrivoient[571] les deux empereurs, en contens de charité
et d'amour. L'un ne cessoit d'ammonester l'autre, qu'il presist de ses
richesces par charité; l'autre se deffendoit que il ne brisast son propos.
L'empereur d'Orient lui mettoit au devant que grant honte seroit à luy et à
sa gent s'il ne prenoit aucune chose, et s'il s'en retournoit ainsi en
France sans aucuns dons; et puis disoit après qu'il esconvenoit qu'il
presist aucuns joyaux, non mie pour loier de son travail, mais pour
monstrer aux gens de son païs quant il seroit retourné, et en tesmoignage
de la grâce et de la miséricorde nostre Seigneur, et que il eut esté en ces
parties. Et sans faille, l'empereur Charles avoit moult pensé la nuit
devant, si comme il dist puis à ses barons, que ce seroit bonne chose et
honneste qu'il emportast aucun saintuaire ès parties d'Occident qui
feussent au peuple aliances à Dieu[572], et matière d'amour et de dévotion.
Pour ce respondit à l'empereur Constantin en telle manière:

«Or, scay-je bien», dit-il, «que le Saint-Esprit te fait ce dire; car ce
meisme avois-je huy pensé et désiré de tout mon cuer. Mais m'entencion
n'est pas que je emporte rien de ces choses amassées devant moy, pour ce
que je serois plus tost soupçonneux en ce fait de convoitise que de
charité. Mais honneste chose seroit que j'emportasse chose qui feust
exemple de pitié au peuple d'Occident. Et pour ce me consentirois-je à ta
prière, sé tu veux oïr ma requeste et eslire telle chose que je péusse
porter honnestement.»

      Note 571: Estrivoient. Luttoient.

      Note 572: «Quod occidentalibus partibus gratiæ Dei pignus esse
      videretur.»

Lors luy respondit l'empereur Constantin que moult désiroit oïr sa
requeste, et lui octroya qu'il requéist quanques il voudroit. Lors luy
décovrist l'empereur Charles son cuer; si dist ainsi:

«Je te requiers donc que tu m'octroyes des peines[573] de la passion nostre
Seigneur Jhésu-Crist, qu'il souffrit en la croix pour nous péchieurs; pour
ce que ceulx de nos parties d'Occident qui, pour la rémission de leurs
péchiés, ne peuvent çà venir, aient et voient sensiblement aucune
remembrance de nostre Seigneur et de sa passion, par quoy leurs cuers
soient amolis par pure dévocion, et que la pitié et la passion nostre
Seigneur Jhésu-Crist les amaine à fruit de pénitence.»

      Note 573: _Des peines._ C'est-à-dire, sans doute: _des instruments
      de supplice_


VII.

ANNEE: 800.

_Coment l'empereur fist querre les reliques, et coment ils furent tout
purgiés par confession avant que ils les trovassent; de la prière
l'empereur Charlemaines et d'un miracle qui avint._


De ceste requeste fu moult lié l'empereur d'Orient: débonnairement lui
octroya ce et autres choses quanques il luy plairoit à prendre. A tant se
départirent; Charles retourna à ses arcevesques, évesques, abbés, moynes et
autres gens de religion, et à ceulx de ses princes qui plus estoient sages;
et leur demanda conseil comment le hault saintuaire devoit estre traittié
et mené plus honnestement et plus religieusement. Et l'empereur de
Constantinoble repaira à son clergié et à ses barons, pour enquerre où les
saintes reliques estoient repostes; car il ne savoit encore pas où sainte
Hélaine, la mère le premier Constantin, avoit mis ce saint trésor né en
quel lieu il estoit.

Lors luy respondirent ainsi: «Sé tu veux touchier ou prendre une partie des
peines nostre Sauveur, digne chose seroit que l'abitacle de foy (ce sont
les cuers de nous péchieurs) feussent avant nettoiés, par confession de
vraie repentance, et que les espines et les chardons de nos piés feussent
avant escartés et estrepés[574], par le jeune de trois jours; et que les
greniers de nos cuers feussent avant remplis du fruit de vraie pénitence;
et lors pourroit-on dignement approchier des saintes reliques.»

      Note 574: _Estrepés._ Arrachés.

L'empereur Constantin loua moult ce conseil, et maintenant commanda que il
fust ainsi fait. Le clergié et les barons alèrent et enseignèrent le lieu
où les saintes reliques estoient, et firent tant qu'ils trouvèrent ce saint
trésor. Lors eslut l'empereur douze personnes pour les reliques traittier;
mais il leur commanda qu'ils jeunassent, avant, trois jours.

Ces choses ainsi faittes, les deux empereurs vindrent au lieu de la
confession où les saintes reliques estoient reposées; tout aussi tost
comme les empereurs furent ens entrés, il se laissa chéoir sur le pavement,
et se confessa de bon cuer de ses péchiés à un saint arcevesque qui avoit
nom Eborin, et commanda à sa gent qu'ils feissent tous ainsi. Quant tous
furent confès, le clergié d'Orient et d'Occident commencièrent à chanter
seaumes et litanies. Tandis comme ils chantoient ainsi, les douze sains
hommes s'appareillèrent à ouvrir la sainte mémoire de nostre rédemption.
Avant qu'ils attouchassent le lieu des saintes reliques, ils demandèrent
entre eulx lequel y mettroit plus tost la main. Lors commencièrent à crier,
ainsi comme sé ce feust par le Saint-Esprit, que les saintes reliques qui
le chief nostre Seigneur avoient atouchié féussent avant traites, pour ce
que nostre Seigneur Jhésu-Crist qui nous délivra de mort est nostre chief.
Lors s'approucha un évesque grec, de la cité de Naples, qui avoit nom
Daniel, homme honnourable et digne en vie et en mœurs; en grant dévocion de
plours et de larmes prist la chose en quoy la sainte couronne estoit, et
quant il l'eut deffermée et ouverte, si grant odeur et si très-doulce en
issit et espandit sur tous ceulx qui là estoient, qu'il leur sembla qu'ils
estoient en un paradis terrestre.

Charles l'empereur mist les genoulx à terre, et fist à Dieu une oroison par
grant dévocion, et dist: «Sire Dieu tout puissant, qui fourmas tout le
monde et mesuras ciel et terre à ta pauline, et tout quanques il contient,
et qui siés au throsne de la majesté, sur chérubins et sur toutes les
ordres du ciel, et tournes et mues merveilleusement et puissamment, je te
prie que tu daignes recevoir la prière de ton sergent. Je te requiers donc,
beau sire Dieu, de cuer dévot et humble, en la présence de ta majesté, que
tu veuilles souffrir que je puisse porter une partie de tes saintes peines,
et que tu veuilles monstrer visiblement à ce peuple qui est cy présent les
miracles de ta glorieuse passion, si que je puisse monstrer au peuple
d'Occident de tes peines vraiement, en telle manière que aucuns mescréans
ne puissent plus doubter que tu ne aies ce souffert, et paine éue en la
sainte croix corporelement, soubs la couverture de nostre fresle humanité.
Tu es sire de tout et fourmas toutes choses quant elles n'estoient pas. Tu
plungas au parfont lac du puis d'enfer les mauvais anges qui contre toy
péchièrent et chaïrent par orgueil; là sont et seront tourmentés
perpétuelement. Si te prie que tu daignes orendroit encliner les oreilles
de ta pitié aux prières de moy pécheur, et que tu m'octroies ce que je te
requiers.»

Quant l'empereur eut ainsi aouré nostre Seigneur, nostre Seigneur monstra
bien qu'il avoit oï sa prière, par un miracle qui bien fait à raconter. Car
une rousée descendit du ciel maintenant qui arousa le fruit de la sainte
couronne, si que les espines flourirent maintenant et rendirent si
très-grant odeur et si très-doulce, que ceulx qui au temple estoient
prièrent nostre Seigneur qu'ijs feussent tousjours mais en ce point et que
jamais celle odeur ne leur faulsist. Tant estoient en grant délit, qu'ils
ne cuidoient mais ainsi estre en ce siècle corporelement. Si grant clarté
et si merveilleuse resplendisseur estoit partout céans, que chascun cuidoit
estre vestu de robe du ciel. Les malades qui là estoient ne souffrirent nul
mal ainsi comme ils faisoient devant; ains cuidoient estre garis ainsi
comme s'ils feussent en paradis. L'empereur Charles se leva d'oroison ainsi
comme s'il se levast de dormir; moult fut lie du miracle et de la vision;
lors commença à dire avec David le prophète ces paroles du Pseaultier:

_Exaudi, Domine, vocem meam quia clamavi ad te_, etc. Si vault autant à
dire en françois comme: «Beau sire Dieu, oï la voix dont je crie à toy;
aies merci de moy, et oyes mes prières.» Mains autres seaulmes du
Pseaultier dist tous jusques à la fin; et les prélas et tout le clergié
chantoient, tandis, _te Deum laudamus_, par grant dévocion.

Quant les loanges de ce miracle furent finées, l'empereur termina son
oroison et dist: _Inclina aurem tuam mihi, Domine, et exaudi verba mea_,
etc. Si est autant à dire en françois comme: «Sire, encline à moy tes
oreilles, et escoute mes parolles.»


VIII.

ANNEE: 800.

_Coment le fust de la sainte couronne raverdit et fleurit par miracle; d'un
autre miracle qui advint en celle heure que trois cent et un malades furent
guéris. Puis du grant miracle du gant qui se tint en l'air, et puis des
louenges que le peuple rendit à Dieu._


Grant grace fist nostre Seigneur à l'empereur, à celle heure; car cil qui
prist pour nous nostre humanité et voult souffrir ces paines et autres pour
nous, voult faire tel miracle à sa prière et à la prière de ceulx qui de
bon cuer le requéroient. Et pour ce que nulle doubte n'en peust jamais
estre au monde, voult-il encore certifier la vérité par un autre miracle
merveilleux. Car droit en ce point que le saint évesque Daniel voult le
saint fust de la couronne couper par mi, à unes forces[575], le fust qui
longuement avoit esté sec et sans nulle terrienne humeur apparut aussi vert
par la rousée qui descendit du ciel, comme le jour meisme qu'il fu coupé de
terre, et le fist Dieu flourir, ainsi comme s'il feust planté ou enraciné
en terre par autretel miracle comme la verge Aaron flourit qui devant pour
long-temps avoit esté sèche.

      Note 575: _Unes forces._ Avec des ciseaux. «Forcipes.»

Qui seroit donc si mescréaut et si aliéné de foy et de sens? qui oseroit
dire que ce ne feust du fust[576] que nostre Sauveur daigna souffrir pour
nous le jour de sa passion?

      Note 576: _Que ce ne feust du fust._ C'est-à-dire: _que ce bois
      ramené par Charlemagne ne fût réellement le bois sur lequel_.

Tous estoient esmerveillés et esbahis des grans merveilles qu'ils véoient:
sur tous les autres, Charles l'empereur d'Occident estoit lie et fervent de
dévocion; le jeusne avoit cultivé par trois jours; tant de fois s'estoit
agenouillié sur le pavement nu à nu, qu'il avoit les genoulx et les coudes
tous despiécés.

Moult se doubta que les nouvelles fleurs des espines de la sainte couronne
qui devant ledit miracle estoient flouries ne chéissent à terre et qu'elles
ne feussent defoulées en la presse de gens; pour ce trancha une pièce d'un
paile[577] vermeil qu'il avoit appareillié pour vestir les saintes
reliques; dedans les enveloppa diligemment et les mit en son dextre gant;
et il en appareilla un autre à mettre les saintes espines qui avoient été
sacrées, et abevrées du sang de Jésu-Crist. Le gant où les fleurs estoient
tendit pour garder, à l'arcevesque Eborin; mais ils plouroient si durement
tous deux, que je ne sçay quel des deux avoit les yeux plus empeschiés pour
l'abondance et pour la plenté des larmes.

      Note 577: _Paile._ Drap, étoffe. _Pallium._

L'empereur qui cuida que cil l'eust receu, le sacha de sa main; cil qui
estoit en oroison se dreça, un pou après, pour les merveilles esgarder, en
ce point que l'empereur luy rendit son gant; mais il se relaissa tantost
chéoir en oroison plus fermement; si que il ne regarda l'empereur né ne
receut le gant. Lors avint un nouvel miracle que le gant se tint tout en
l'air l'espace d'une heure.

Quant l'empereur eut les saintes espines envelopées et mises en sauf, et
les yeux lui furent esclarcis, après ce qu'il eut cessé à plourer, il  se
retourna vers l'arcevesque Eborin pour demander le gant qu'il lui cuidoit
avoir baillié; mais quant il vit le gant ester en l'air, et il voult
demander à l'arcevesque que ce pouvoit estre, il ne peut parfaire, pour les
sanglos et pour les larmes qui luy empeschoient la parolle, pour la joie
que nostre Seigneur luy faisoit; né ne peut aussi oïr response. Moult se
doubta qu'il ne despleust à nostre Seigneur de ce qu'il avoit mis les
saintes fleurs en son gant; pour ce demanda-il à l'arcevesque de reschief
où il eut mis le gant, et comment ce estoit ainsi avenu. Et il luy
respondit qu'il n'en avoit point veu né reccu. Lors prist l'empereur le
gant et traist hors la pièce de paile en quoy il avoit les fleurs
envelopées; le paile desvelopa pour mettre les saintuaires plus
honnestement; mais il trouva qu'elles estoient jà converties en manne, par
la vertu nostre Seigneur. Lors fu merveilleusement plain de grant joie, et
commença à dire avec David le prophète en ceste manière: _Quàm magnificata
sunt opera tua, Domine_; c'est-à-dire: «Beau sire Dieu, comme tes œuvres
sont grans et merveilleuses!» Celle manne envelopa derechef au paile, qui
jusques aujourd'huy est gardée dignement en l'églyse mon seigneur saint
Denis en France, avec une partie de la manne que Dieu envoia aux fils
d'Israël quant ils estoient au désert. En dementiers que ceulx dedans
estoient en celle joie et en tel délit pour les miracles qu'ils véoient
appertement, ceulx qui dehors estoient hurtoient aux portes et huchoient à
hauls cris qu'elles leur fussent ouvertes, et en la fin furent-elles en
partie ouvertes et en parties brisées. Lors entrèrent dedens à grans
presses, en rendant graces à nostre Seigneur, et disoient en telle manière:
«Huy est vraieinent le jour de la résurrection.» Et puis après disoient:
_Hæc est dies quam fecit Dominus, exultemus et loetemur in câ._ Si vault
autant à dire en françois comme: «Huy est le jour que Dieu a fait, auquel
nous devous esjoïr et esleescier». Et l'empereur Charles avançoit et
ennortoit chascun qu'ils rendissent graces à Dieu, et luy-mesme disoit
ainsi, avec David le prophète: _Cantate Domino canticum novum, quia
mirabilia fecit._ Si vault autant à dire en françois comme: «Chantés à Dieu
chançons nouvelles, car il a huy faittes merveilles; pour laquelle chose,
biaux seigneurs, nous devons tous rendre graces à Dieu de pure entention,
qui a huy daigné visiter son peuple.» En telle manière rendoient graces et
louenges à Jhésu-Crist, et les continuèrent si longuement qu'ils eurent
chanté plusieurs seaulmes du Pseaultier.


IX.

ANNEE: 800.

_Coment l'évesque Daniel aporta le saint clou à Charlemaines; des loanges
et des graces que l'empereur rendoit à nostre Seigneur; et puis coment les
saintes reliques furent appareilliées pour apporter en France._


De celle place se départirent, et alèrent jusques au lieu, tout en
chantant, où les autres reliques estoient. L'évesque Daniel, qui estoit
esleu pour ce faire, prist le clou et l'aporta haultement à l'empereur
Charles. Cy endroit ne doit-on pas taire un beau miracle que nostre
Seigneur voult là faire par sa miséricorde; car tout ainsi comme il advint
quant les saintes espines flourirent, si comme vous avez oï, une odeur
espandit maintenant, de si merveilleuse doulceur, qu'elle ne raemplit pas
tant seulement les gens, mais toute la cité. Si estoit de si grant vertu,
que trois cens et un malades furent guaris en celle heurre de diverses
enfermetés, qui tous affermoient certainement qu'ils avoient tous santé
receue en une mesme heure de temps.

Un malade qui fu dessus les trois cens avoit langui près de trente ans en
trois manières de maladies; car il avoit la veue perdue et l'oïe et la
parolle; et disoit qu'il avoit premièrement receue la veue et après l'oïe,
et après la parolle, par la vertu nostre Seigneur. Et disoient avec le
prophète David: _Omnes gantes, plaudite manibus._ Si vault autant à dire en
françois, comme: «Toutes gens, esjouissez-vous; chantez à Dieu, en voix de
léesce, ceulx qui à luy ont espérance.» Et puis après si chantoient ce
seaume: _Suscepimus, Deus, miscricordiam tuam in medio templi tui._ Si
vault autant à dire en françois, comme: «Sire Dieu, nous avons reçeu ta
miséricorde, au milieu de ton temple.» Et celuy malade qui fut curé
par-dessus les trois cens affermoit la manière si comme il fu gari, et
asseignoit l'ordre de sa curacion selon l'ordre des trois miracles. Car
quant les espines de la sainte couronne furent hors, il recouvra la veue;
et quant le saint fust fu tranchié, il recouvra l'oïe. Et quant les espines
flourirent, il recouvra la parole; et quant le saint clou fu levé, ce
meisme miracle et plusieurs autres advinrent en diverses personnes. Et pour
ce que nous ne povons pas tous les miracles raconter qui là advinrent en
celle journée, nous en convient plusieurs laissier pour la confusion
eschiver.

Mais un n'en voulions pas laissier qui avint à un enfant. Cil enfant avoit
la senestre main et tout le cousté sec, dès le premier jour qu'il fu né; et
pour ce estoient les membres de l'autre part plus lens et plus paresseux.
Mais en celle heure que le saint clou fu trait hors de la boîte, et il eut
atouchié l'air, l'enfant recouvra plainement santé et vint en courant à
l'églyse, loant et glorifiant nostre Seigneur; et commença à conter, oyans
tous, la manière coment il eut esté guari. Il gisoit en son lit à heure de
nonne, en tel point qu'il ne dormoit né ne veilloit plainement; si luy
sembla qu'il véist devant luy un fevre blanc et chanu qui luy traioit parmi
le pié et parmi la main senestre une lance et un clou de fer. Et quant
l'enfant eut ce raconté, le clergié commença à haulte voix: _Te Deum
laudamus_. Et l'empereur Charles commença à chanter avec David le prophète:
_Manus tuoe, Domine, fecerunt me et plasmaverunt me. Da mihi intellectum ut
discam mandata tua_; et d'autres seaumes du Psautier. Si vault autant à
dire en françois comme: «Beau sire Dieu, qui me féis à fourme d'homme,
donne-moy entendement, et que je puisse entendre et apprendre tes
commandemens, et que je puisse monstrer à ton peuple d'Occident la mémoire
de ta glorieuse passion.»

Toutes ces reliques furent mises en divers sacs; chascun par soy, et puis
refurent mises ensemble en un grant sac de cuir de bugle que l'empereur
portoit attachié à son col. C'est assavoir la couronne d'espines, le saint
clou, une pièce du fust de la sainte croix, le suaire nostre Seigneur, la
chemise nostre Dame, qu'elle avoit vestue en celle heure qu'elle enfanta
nostre Seigneur sans peine, et la ceinture dont elle ceint nostre Seigneur
au bercel; et le bras destre saint Siméon, dont il receut nostre Seigneur
au jour qu'il fu offert au temple en Jhérusalem.


X.

ANNEE: 800.

_Coment l'empereur d'Occident prist congié à l'empereur d'Orient; cornent
ils vindrent au chastel de Limedon; et puis du fils au baillif de ce
chastel, qui fu résuscité par miracle._


A tant prist congié l'empereur Charlemaines à l'empereur Constantin et au
clergié d'Orient; en grant amour et en grant déevocion se remist au retour
luy et ses osts; à grant joie vint à un chastel qui a nom Limedon[578].
Moult de merveilles avindrent en celle voie, puis qu'ils se partirent de
Jhérusalem et de Constantinoble, que je ne vueil pas cy raconter.

      Note 578: _Limedon._ Dom Bouquet écrit: _Ligmedon._ Le latin porte:
      «_Duratium_», ou: «Duras», qui semble meilleur.

En ce chastel devant nommé entra l'empereur. Premièrement fu mené à
l'églyse, si comme il afféroit pour mettre et pour garder les saintes
reliques qu'il portoit à son col, pendues à un cuir de bugle en manière
d'escharpe.

Les arcevesques, évesques, abbés, moynes, arcediacres et autres dignes
personnes, qui pour ce faire estoient esleus, portoient autres reliques en
sacs et en autres vaisseaulx. En ce chastel avoit un baillif qui avoit nom
Salathiel; si avoit un fils à l'ostel qui de grièves et diverses maladies
estoit souvent tourmenté. Aporter le fist l'empereur devant luy ainsi comme
il aloit à l'églyse. La mère de l'enfant, qui Maria estoit nommée, estoit
en moult grant cure de porter son enfant devant l'empereur, pour la
renommée des vertus que nostre Seigneur faisoit pour luy et avoit fait
toute celle voie en la cité de Naples et en autres cités, villes et
chastiaux. L'enfant trespassa de ce siècle: tantôt comme il fu porté devant
l'empereur, le père et la mère commencièrent à braire et à crier et à faire
merveilleux dueil, et disoient à l'empereur: «Très-doux roy, conforte et
aide tes sergens! Nous n'avions que un seul fils qui estoit tourmenté de
diverses enfermetés; il avoit les yeux perdus par la foiblesse du chief; il
avoit le nés gros et boçu[579]; il avoit les mains et les piés
paralitiques, de goute caduque estoit chascun jour tourmenté. Tant
souffroit, que grant douleur le mettoit hors de sens, dont chascun disoit
qu'il estoit forsené; et devant toy l'avons cy amené en espérance qu'il
recouvrast santé, par la vertu de ces saintes reliques; que nous savons
bien que tu apportes une partie de la sainte couronne, un des sains clous
et une partie du fust de la sainte croix, le suaire de nostre Seigneur, la
sainte chemise nostre Dame, le lien du bercel son bon fils, le destre bras
du bon vaillant saint Siméon, et moult d'autres saintes reliques. Et pour
ce que la renommée de tant de reliques et de tant de miracles qui sont
avenus en ceste voie, de diverses maladies[580], estoit venue jusques à
nous, avions-nous espérance que nostre fils receut la santé du corps et
fermeté de foy à l'ame; mais il est mort, dont nous sommes dolens. Pour ce
te requérons et prions que tu t'aproches du corps.»

      Note 579: _Le nez gros et boçu._ Le malheur n'eût pas été des plus
      graves; mais le latin dit: «_In naribus erat gibbosus_.» Ce qui, je
      crois, indique une tumeur dans les narines.

      Note 580: _De diverses maladies._ «Super diversis infirmitatibus.»

Et quant l'empereur vit le père et la mère qui menoient tel dueil, si l'en
prist grant pitié, et grant compassion eut de leur douleur. Du blanc mulet
descendit maintenant; le père et la mère luy commencièrent à crier à haulte
voix: «Grant empereur Charles, nous te requérons que ta miséricorde et ta
pitié soit aujourd'huy sur nous. Si ne dois pas targer[581] à monstrer les
miracles nostre Seigneur qui si certains sont, que l'on diroit vraiment
qu'ils soient jà faits avant qu'ils soient avenus. Or, nous créons de vrai
cuer que sé le corps de nostre enfant est atouchié et signié de la partie
de la sainte croix que tu portes, qu'il résuscitera, ou au moins l'ame de
luy aura perdurable repos en gloire.»

      Note 581: _Targer._ Tarder.

Lors prist l'empereur l'escharpe de cuir de bugle où les reliques estoient
honnourablement mises, et s'aprouchia de la bière où le corps de l'enfant
gisoit sans ame; et tantost comme l'empereur leva les bras et l'ombre tant
seulement atoucha le corps, si très-grant pueur en issit, que l'empereur et
tous ceulx qui entour lui estoient ne peurent durer, tant fussent-ils
encore assez loing du corps.

A la parfin l'évesque Eborin, homme de si grant sainteté, et Guibert
arcédiacre, homme aussi de grant religion, Johel évesque de Gérunte,
Gelases soubsdiacre de Grèce, un des plus nobles hommes de la cité de
Thèbes, et si estoient religieux de sainte simplesse[582], tous prièrent
l'empereur qu'il s'aprochast plus près du corps. Et cil Gelase, diacre
grec, qui bien sentit la vertu de nostre Seigneur, descendit présentement
et prist le vaissel des mains l'empereur, où les saintes reliques estoient,
et acourut au corps du mort. Et ainsi comme il hastoit de mettre hors la
porcion de la vraie croix, il apuia le vaissel à la bière où le mort
gisoit; tout maintenant par ce saint atouchement, l'enfant qui Thomas avoit
à nom fu resuscité et saillit sus, sain et haitié, devant l'empereur et
devant tous ceulx qui là estoient, tout ainsi comme s'il venist de dormir.

      Note 582: _De sainte simplesse._ «Laudabilis simplicitatis.»


XI.

ANNEE: 800.

_De la liesce de la gent du païs, pour les miracles qu'ils véoient; puis
coment les malades furent guéris. Coment l'empereur fit crier par tout le
monde que tous vénissent à un jour pour veoir les reliques_.


De ce miracle furent tous ceulx du chastel et du païs merveilleusement
esmus et plains de liesce; graces et louenges rendirent tous communément à
nostre Seigneur, et aplouvoient[583] de toutes parts à l'églyse. Les uns
apportoient leurs malades et les autres les amenoient tout bellement à pié,
les autres les faisoient apporter en lis et en litières; et la vertu nostre
Seigneur estoit si grant, que en une heure en furent guaris de diverses
maladies quarante-neuf que hommes que femmes.

      Note 583: _Aplouvoient._ Nous disons encore dans le même sens figuré:
      _pleuvoient_.

En ce chastel demoura l'empereur six mois et sept jours pour son ost
reposer; mais pour ce ne cessoit pas la vertu nostre Seigneur qu'elle ne
feist miracle. Longue chose seroit à raconter les miracles qui là
advinrent, tandis comme l'empereur y demouroit; une multitude ainsi comme
sans nombre d'aveugles y furent enluminés, douze démoniacles y furent
délivrés du diable; huit mesiaux[584] y furent guaris, quinze paralitiques
y receurent plaine santé, quatorze clops[585] y furent redréciés, trente
muets et cinquante-deux boçus y furent guaris; ceulx qui estoient fiévreux,
sans nombre, et jusques à cinquante-cinq malades du mal de la gorge que
l'on appelle escrocles. Une femme veuve et une sienne fille qui estoient
hors de leurs sens, et une autre preude femme de la cité du Liége qui là fu
amenée, les mains liées, et plusieurs autres personnes que hommes que
femmes des villes voisines, qui estoient tourmentées de diverses maladies,
furent tous guaris par la vertu nostre Seigneur; et s'en repairèrent sains
et haitiés en leurs hostieux[586]. Et vingt et neuf contraits[587] qui les
nerfs des jambes avoient séchés et retrais, receurent plaine santé.

      Note 584: _Mesiaux._ Lépreux.

      Note 585: _Clops._ Éclopés. «Claudi.»

      Note 586: _Hostieux._ Hôtels, logis.

      Note 587: _Contraits._ C'est un mot que celui de paralytique ne rend
      qu'imparfaitement. «Contracti.»

Ce chastel fist l'empereur reffaire et rappareillier en partie, pour tant
comme il y demoura. Là sont escripts presque tous les faits qu'il fist
oultre le Rhin en son temps[588].

      Note 588: «Illud etiam castrum rex Karolus construxit studiosè, magnâ
      ex sui parte. Illic quoque ejusdem regis omnia _fermè_ gesta quæ
      ultra Renum fecerat certissimè sunt scripta.» Ce passage est assez
      curieux; il faut en conclure qu'au commencement du XIIème siècle,
      époque à laquelle je crois pouvoir faire remonter cette légende
      latine, la ville de Durazzo ou Duras (non pas _Ligmedon_ ou
      _Limecon_) passoit pour posséder un ancien manuscrit des véritables
      actions de Charlemagne; peut-être les Annales d'Eginhard, qui sont
      effectivement presque en entier consacrées aux expéditions
      d'Allemagne.

Quant il eut là demouré six mois et sept jours, si comme nous avons dit,
pour son ost reposer et mesmement pour les grans miracles que la divine
vertu faisoit en ce lieu pour luy, il se remist en chemin et s'en revint à
Ais-la-Chapelle, puis y fist faire une églyse de grant œuvre en l'onneur de
nostre Dame Sainte-Marie. Dedens mist les saintes reliques moult
honnourablement, et après envoia ses coursiers ainsi comme par tout le
monde, et fist crier que tous venissent à Ais-la-Chapelle aux ides de
juing, pour veoir et pour aourer les saintes reliques qu'ils avoient
apportées de Jhérusalem et de Constantinoble la riche; c'est à savoir huit
des espines de la sainte couronne que nostre sire eut sur son chief le jour
de sa passion, et une partie du fust de la sainte croix; le suaire en quoy
il fu envelopé en sépulture, la chemise nostre Dame qu'elle eut vestue à
son glorieux enfantement, et le bras destre saint Siméon, dont il receut
nostre Seigneur au temple, le jour de la Chandeleur; et maintes autres
précieuses reliques.

En pou de temps après ce qu'il eut fait crier, il assembla tant de gens que
nul ne le porroit esmer[589]. Quant ce vint au jour qui y fu mis, c'est à
savoir au second mercredi de juing, l'empereur eut conseil aux arcevesques,
aux évesques, aux abbés et aux autres personnes de dignité, coment il
ouvreroit. Et pour ce que la multitude estoit si grand que nul ne la povoit
nombrer, fist-il prêchier aux prélas en trente lieus, et amonnester le
peuple que chascun feust bien confés et repentant de ses péchiés avant
qu'il approuchast aux saintes reliques.

      Note 589: _Esmer._ Estimer.


XII.

ANNEE: 800.

_Coment l'empereur fist sermoner les prélas en trente lieus, et coment il
establit le lendit par la confirmation de tous les prélas qui là furent; et
puis du nombre des prélas et de leurs noms; d'une église que l'empereur
fist faire, et de la requeste que l'empereur fist à tous les prélas._


Quant ce vint au jour qui fu mis, et les prélas et le peuple furent
assemblés, l'empereur descouvrit les saintes reliques pour monstrer au
peuple, les prélas et évesques fist sermoner en trente lieus. La establit
l'empereur le lendit, par la constitution des prélas qui là furent présens,
en la quarte fère de la sepmaine de juing[590], aux jeunes des Quatre-Temps.
Si fu bien avenant chose que il fust establi aux temps des jeunes, que nul
ne doit atouchier à tels saintuaires s'il n'est jeun[591] et sobre et
sanctifié par confession et par pénitence[592]. Mais pour ce que nous avons
cy fait mencion de la rémission des péchiés, nous voulons cy deviser et
parler de la miséricorde et de l'indulgence des péchiés qui là fu establie.
Les prélas qui là furent présens establirent ce pardon que quiconque
viendroit au lendit au temps que nous avons nommé pour aourer les
saintuaires, pour quoy[593] il fust confés et repentant de ses péchiés, les
deux parties de la pénitence de ses péchiés luy seroient relaschiés, de
quelque péchié que ce feust; et, plus encore, que il povoit faire
parçonniers du fruit de sa voie, sa femme, ses enfans et ses amis, pour
quoy ils feussent en tel point qu'ils le péussent avoir.

      Note 590: _En la quarte fère._ «In junio mense et in hebdomada
      secunda, in jejunii scilicet quatuor temporum quartâ feriâ.»

      Note 591: _Jeun._ A jeun.

      Note 592: Ce passage prouve assez bien, il me semble, contre
      l'opinion de beaucoup d'antiquaires, que le premier objet de
      l'institution du _lendit_ ou _landit_, ou foire de Saint-Denis, fut
      d'exposer et de laisser voir les reliques précieuses que l'église se
      glorifioit de posséder. Comme les religieux ne pouvoient s'astreindre
      à recevoir toute l'année les dévots que l'espérance de contempler la
      chemise et la ceinture de la sainte Vierge, la couronne d'épines, les
      clous et partie de la croix du Sauveur, etc., etc., auroit chaque
      jour attirés en foule, on assigna, on _indiqua_ trois jours de
      l'année pendant lesquels on seroit admis à les adorer. Ces trois
      jours prirent le nom de «temps indiqué, _indictum_,» vulgairement
      l'_indict_ ou _lendit_. En même temps, une somptueuse foire ne manqua
      pas de se tenir et d'obtenir de grands priviléges auxquels l'abbaye
      de Saint-Denis perdoit fort peu de chose. On a souvent fait honneur à
      Charles-le-Chauve de l'institution du lendit; il est probable que
      cette solennité remonte à l'époque primitive de la célébrité des
      reliques de l'abbaye de Saint-Denis. Tant que le catholicisme fut la
      seule religion de la France, le _lendit_ resta fidèle aux motifs de
      sa fondation; mais, au temps des protestants, les châsses et les
      sanctuaires cessèrent de s'ouvrir, et le _lendit_ ne fut plus qu'une
      grande foire surveillée par MM. les suppôts de la police.

      Note 593: _Pour quoi._ Pourvu que.

Et ce firent et establirent tous les prélas qui là furent, arcevesques,
évesques, abbés, desquels les noms sont cy mis. Premièrement, le pape
Léon; Turpin, l'arcevesque de Rains; Justin, arcevesque de Mont-Laon;
Johan, arcevesque de Lyon; Arnoul, arcevesque de Tours; Pierre,
arcevesque de Milan; Orsent, arcevesque de Ravenne; Théodore, arcevesque
de Penthapole de Libie; Haimbert, arcevesque de Sens; Gosbert,
arcevesque de Bourges; Grimaud, arcevesque de Rouen; Achilas, arcevesque
d'Alixandre; Théophile, patriarche d'Antioche; Umbert, évesque de
Saintes; Guibert, évesque d'Orléans; Jehan, évesque d'Abranches;
Giuffroy, évesque de Noyon; Israël, évesque de Mez; Rodulphe, évesque de
Cambray; Goubert, évesque de Troyes; Richart, évesque d'Amiens; Rotard,
évesque de Flandres; Geron, évesque de Pavie; Hardoin, évesque de
Versel; Eusèbe, évesque de Boulongne; Estienne, évesque d'Auguste;
Marchaire, évesque de Belge; Fromont, évesque de Liége; Robert, évesque
de Soissons; Anthonie, évesque de Placence; Torpe, évesque de Pise;
Désier, évesque de Langres; Licon, évesque d'Angiers; Lupicus, évesque
de Valence; et Fortunas, arcediacre de cette églyse. Ces deux mistrent
le suaire nostre Seigneur sur le corps d'un mort qui maintenant fu
résuscité.

Ce miracle voult faire nostre Seigneur devant son peuple, si comme je croy,
pour ce qu'il feust lumière de foy et de créance aux présens, et après à
ceulx qui après luy vendroient. Tous les prélas qui là furent et tous ceulx
que nous  nommerons après distrent qu'ils eurent veu ce miracle qui estoit
œuvre de Dieu, le Père tout puissant.

Les abbés furent Fourré, abbé de Saint-Denis en France; Florent, abbé de
saint Benoit du Mont-Cassin; Lupicius, abbé de Lyon; Pierre, abbé de Laon;
Serges, abbé d'Angiers; et Serges, abbé de Rains; Jehan, abbé de Châlons;
Pierre, abbé de Nivelle; Aubert, abbé de Saint-Quentin-du-Mont; Jehan, abbé
de Saint-Quentin en l'Isle; Carbonel, abbé de Limedon; Rabode, moyne de
Saint-Praiest, et Guidon de ce meisme lieu; Anthoines, évesque de Verdun;
Ponce, évesque d'Alle; Nicholas, arcevesque de Vienne; et Soltain, son
arcediacre; Dasée, évesque de Thoulouse; Machaire, évesque de Troyes; et
Antoine, un sien arcediacre; Raimbaut, évesque de Marseille; Rigomers,
évesque de Meaulx. Tous ces prélas qui cy sont nommés et mains autres
dignes personnes conformèrent par leurs scaulx celle constitution que
l'empereur establit, et demourèrent là un mois et trois jours pour garder
les saintes reliques à l'honneur de Dieu et au profit du peuple.

Mais avant qu'ils se départissent[594], l'empereur leur fist une requeste
et leur dit en telle manière: «Seigneurs tous qui cy estes assemblés, vous
premièrement, sire pape de Romme, qui estes chief de toute crestienté, et
trestous seigneurs prélas, arcevesques, évesques, abbés, je vous requiers
que vous m'octroiez un don.» A ce respondit Turpin, l'arcevesque de Reims,
pour tous:

«Très-doulx empereur et sire, quanqu'il te plaira à requerre, nous te
octroions doulcement et de bonne volenté.»--«Je vueil donc,» dist-il, «que
vous et devant tous dessevrez de la compaignie de Dieu et de sainte Églyse,
tous ceulx qui empescheront et destourberont en quelque lieu que je muire,
que le corps de moy soit apporté à Ais-la-Chapelle et mis en sépulture. Car
je désire à estre là mis honnourablement et en la manière que l'en doit roy
et empereur mettre en sépulture, sur tous autrès lieux.»

      Note 594: Dans la chronique latine, cette requête de Charlemagne est
      faite à plusieurs années de là, mais à peu près dans les mêmes
      termes, ainsi que les réponses des prélats.

L'apostole et tous les prélas qui là furent assemblés obéirent à la
requeste l'empereur. A tant se départirent, et retourna chascun en sa
contrée, en loant et glorifiant le roy qui règne et régnera par tous les
siècles des siècles. Amen.

Cy endroit peut-on demander coment les saintuaires et la bonne foire du
lendit furent puis translatés en France. Les saintuaires sont en l'églyse
monseigneur Saint-Denis, et la foire du lendit siet entre Saint-Denis et
Paris. La raison pourquoy ce avint si fu telle: Charles-le-Grant, dont nous
avons parlé et parlerons encore cy après, eut un fils qui Loys eut à nom,
roy fu et empereur. Cil Loys eut quatre fils de diverses femmes, Lohier,
Pepin, Loys et Charles. Charles si fu leur frère de père tant seulement, et
fils de la royne Judith que le père espousa dernièrement. Après la mort du
père, l'empire fu départi aux quatre frères. Lohier eut l'empire
d'Alemaigne, Loys le royaume d'Acquitaine, Pepin eut celui de Lombardie, et
Charles le royaume de France.

Entre les frères monta contens pour la terre; les trois frères guerroièrent
Charles, premier pour ce qu'il leur sembloit avoir en partie le plus noble
royaume; merveilleux ost amenèrent contre luy, et il se rappareilla d'autre
part encontre eulx moult efforciement.

Au temps de lors estoit l'églyse de Saint-Denis en France couverte d'argent
par-dessus les martirs; et pour ce que le roy n'estoit pas encore si riche
d'avoir qu'il peut moult grans osts conduire sans aide, il vint à
Saint-Denis au couvent et à l'abbé, et parla ainsi et leur dist: «Beaux
seigneurs, j'ai mestier d'avoir[595], pour mes guerres maintenir; et vous
avez couverture d'argent sur vostre moustier qui de riens ne vous sert; je
la prendrai s'il vous plaist; et si Dieu me donne victoire de mes ennemis,
je le vous rendray largement, et recouvriray l'églyse aussi richement ou
plus comme elle est maintenant.»

      Note 595: _J'ai mestier d'avoir._ J'ai besoin de secours.

L'abbé et le couvent respondirent: «Sire, faites vostre volenté  et vostre
plaisir de ce que nous avons.» Le roy prist l'argent, son ost conduist
contre ses ennemis, et eut victoire par l'aide de nostre Seigneur. Pas
n'oublia les convenances qu'il eut à l'abbé et au couvent. A l'églyse vint,
et leur dist: «Seigneurs, je vous ay telle chose en convenant; prest suy
que je le face, et vous aurez conseil que vous prengiez en eschange de
ceste chose ces reliques et la foire du lendit, que mon ayeul le grant
Charles establit à Ais-la-Chapelle. Je vous délivreray et reliques et foire
à tousjours-mais, et le feray cy venir aussi franchement et à telles
coustumes comme par-devant ala.» Eulx se consentirent et eurent conseil
qu'ils préissent les saintes reliques et la foire du lendit. En telle
manière fu-elle en France translatée.


_Cy fine le tiers livre des fais et gestes le fort roy Charlemaines._



LE QUART LIVRE DES  FAIS  ET
DES GESTES LE FORT ROY
CHARLEMAINES.


       *       *       *       *       *

I.

ANNEE: 800.

_De la vision et du signe que Charles vit au ciel; et coment monseigneur
saint Jaques s'apparut à luy, et luy dist qu'il délivrast la voie là où son
corps gisoit. Et coment Pampelune fu prise et toute la terre jusques au
perron Saint-Jaques; et puis coment il fist baptiser tous les Galiciens et
occire ceulx qui baptesme ne vouldrent recevoir._


Quant l'empereur Charles eut conquises toutes ces terres et ces estranges
cités et chasteaux sans nombre de l'une mer jusques à l'autre, par l'aide
de nostre Seigneur, et il les eut soustraites des mains aux mescréans, et
convertis à la foy crestienne, si comme l'istoire a devant parlé, il fu
moult traveillé et debrisié des grans osts qu'il eut tant de fois conduits
sur ses ennemis, et des grans travaulx et continuels dont il avoit tant eu.
Lors en son cuer proposa qu'il n'ostoieroit plus, et qu'il useroit le
remanant de sa vie en paix et en repos, sé sainte églyse n'avoit de luy
mestier. Mais nostre Seigneur, qui encore vouloit que la foy crestienne
feust par luy multipliée, luy changea son propos en la manière que nous
dirons.

Une nuit regarda vers le ciel, et vit un chemin d'estoilles qui començoit,
si comme il luy sembla, à la mer de Frise, et s'adreçoit entre Alemaigne et
Lombardie, entre France et Acquitaine, entre Bascle et Gascongne et entre
Espaigne et Navarre, tout droit en Galice où le corps monseigneur saint
Jacques reposoit sans nom et sans mémoire.[596] En telle manière vit ce
signe par plusieurs nuis; lors commença fortement à penser en son cuer que
ce povoit signifier.

      Note 596: En Champagne, et sans doute en d'autres provinces, on
      appelle encore la _voie lactée_ le _chemin de Saint-Jacques_.

Tandis comme il estoit une nuit en cette pensée, un homme plain de plus
grant beauté que nul ne sauroit deviser s'aparut à luy et luy dist ainsi:
«Beau fils, que fais-tu?» Et Charles luy respondit: «Sire, qui es-tu?»--«Je
suis,» dit-il, «Jaques, l'apostre et disciple Jhésu-Crist, fils Zebédée,
frère Jehan l'évangéliste, que nostre Seigneur eslut par sa grace sur la
mer de Galilée, pour preschier la foy au peuple, et suy celluy que le roy
Hérodes martiria par glaive. Moult me poise de ce que mon corps est en
Galice, sans nule mémoire, laidement traitié entre mains des Sarrasins:
dont je me merveille moult que tu n'as délivré des mescréans la terre où
mon corps gist, qui tant de cités et tant de régions as conquises en ton
temps.

»Pour laquelle chose je te fais à savoir qu'autres si comme nostre Seigneur
t'a fait puissant sur tous autres roys terriens, aussi t'a-il eslu à
délivrer ma terre des mains aux Sarrasins, et à faire la voie aux pélerins,
là où mon corps repose; pour que il te doint couronne de victoire en la
joie de paradis. Et ce chemin d'estoilles que tu as veu en ciel segnifie
que tu iras à grans osts en ces parties, pour destruire la païenne gent et
pour délivrer ma sépulture des mains aux Sarrasins; et que tout le peuple
qui habite de l'une mer jusques à l'autre et en autres diverses régions,
iroit après, tous en pélerinage, pour empetrer vers nostre Seigneur pardon
de leurs péchiés; et puis le temps de la vie jusqu'à la fin de ce siècle
raconteront les vertus et les miracles que nostre Seigneur a fais pour ses
amis.

»Appareille-toy doncques, et meus[597] au plus tost que tu pourras; car je
seray en ton aide par tout, et sera ton nom tousjours-mais en louenge, et
je impétreray vers nostre Seigneur à toy couronne pardurable en la joie de
paradis.»

      Note 597: _Meus._ «Remues, pars.»

En telle manière s'aparut messire saint Jaques par trois fois à
Charlemaines. Quant Charles eut ce oï, il fu très lie, meismement pour la
promesse que l'apostre luy avoit faitte de la joie de paradis. Ses osts
assembla de toutes parts, et entra efforciement en Espaigne pour destruire
les ennemis de la foy crestienne et pour essaucier le nom Jhésu-Crist.

Pampelune fu la première cité qu'il asséist. Trois mois y fu, né prendre ne
la peut, car elle estoit trop forte et de murs et de siége. Lors fist sa
prière à nostre Seigneur et dist ainsi: «Jhésu-Crist, sire, pour laquelle
foy essaucier je suy venu en ce païs pour destruire la gent sarrasine,
donne-moy que je preigne ceste cité à la gloire et à louenge de ton nom; et
tu, sire saint Jaques, sé c'est vérités que tu t'aparus à moy, prie nostre
Seigneur qu'il me laist ceste cité prendre.»

Tout maintenant que il eut ce dit, les murs de la cité froissèrent et
fondirent jusques en terre. Lors entrèrent ens François; les Sarrasins qui
baptesme vouldrent recevoir demourèrent et furent gardés en vie; et les
autres qui en mescréandise vouldrent demeurer furent occis. Quant la
merveille de ce miracle fu par le pays espandue, les princes sarrasins
venoient au-devant de Charles partout où il aloit; devant luy s'inclinoient
et se humilioient humblement. Les cités rendoient, et les autres qui pas
jusques à luy ne venoient luy envoioient treus[598]. Si fist en telle
manière toute la terre d'Espaigne tributaire.

      Note 598: _Treus._ Tributs.

Moult s'esmerveilloient Sarrasins de ce qu'ils véoient la gent de France si
belle et si forte, si fière et si bien appareilliée d'armes et de chevaux
et d'autres harnois. Leurs armes mettoient sus, et les recevoient
paisiblement et honnourablement. En telle manière trespassa Charles à tous
ses osts toute Gascongne, Navarre et Espaigne jusques en Galice, en prenant
villes et chastiaux. La sépulture mon seigneur saint Jaques visita
dévotement, puis passa oultre jusques au perron[599] sans contredit. Sa
lance ficha en la mer, et quant il vit qu'il ne povoit oultre passer, il
rendit graces à Dieu et à mon seigneur saint Jacques, par qui aide et par
qui assentement il estoit venu.

      Note 599: _Perron._ Monceau de pierres; peut-être les cailloux qui
      tapissent les bords de la mer. Je serois assez disposé à croire que
      dans le  trésor de nos rois on conserva long-temps cette prétendue
      lance avec laquelle Charlemagne avoit sondé la mer. Du moins, le
      serment ordinaire de Philippe-Auguste étoit-il, _Par la lance saint
      Jacques!_ Voyez la _Chronique de Reims_.

Les Galiciens qui puis la prédication nostre Seigneur et mon seigneur saint
Jaques et de ses disciples estoient reconvertis à la païenne loy, fist
Charles baptiser par la main l'arcevesque Turpin. Ces choses ainsi faites,
il erra par toute la terre d'Espaigne de l'une mer jusques à l'autre.


II.

ANNEE: 800.

_Des noms des cités et des villes que Charlemaines prist en Espaigne, et
coment la cité de Luiserne fondi à sa prière. Puis de quatre cités que il
maudist. Puis de l'imaige Mahomet qui a nom Salamcadis et de la force que
elle a par une légion de dyables qui dedans est enclose. Puis des églyses
que Charlemaines édifia, de l'or et des richesses que les roys d'Espagne
luy donnèrent._


[600]Les cités et les greigneurs[601] villes que il prist en Espaigne, sont
ainsi nommées ou estoient ainsi appellées au jour que elles furent prises
et conquises; car, par aventure, le nom d'aucunes se sont puis changées si
comme il avient souvent ailleurs. _Visunia_[602], _Lamegue, Dumia,
Colimbre, Luge, Orenes, Uria, Thuda, Medoine, Bracara,_ maistresse cité en
ces parties; _Sainte-Marie, Wimarana, Erine, Compostelle_, qui en ce temps
estoit encore petite, et en cette cité gist le corps de mon seigneur saint
Jaques. Toutes ces cités conquist en Galice. Celles qu'il conquist en
Espaigne sont telles: _Auscala_[603], _Godelfare, Xalamanca, Uzda, Ulmas,
Canalias, Madritas, Maqueda, Sainte-Eulalie, Thalaveria_, qui moult est
plantureuse; _Medina Celum_, qui vault autant comme: haulte cité;
_Berlanga, Osma, Segoncia, Segovia_, qui moult est grant cité; _Aavilla,
Salamancha, Sepulveda, Thoulete, Kalatrava, Badajot, Turgel, Ventosa,
Luiserne_, qui est par autre nom appellée _Carcensa_, si siet en un lieu
qui a nom _Vauvert, Caparra, Austurga, Ovetum, Legio, Karrion, Burgues,
Nadere, Balagurria, Urance, Clathahus, Miraclar, Tuthela, Sarragoce,
Pampelune, Baionne, Jasque, Osque_, qui seult estre fermée de quatre vings
tours; _Theraconne, Barbatre, Boras, Urgalle, Elna, Geronne, Barcinone,
Terferida, Tortosa, Aurelium_, qui est aussi cité trop forte; _Alganatte,
Adanie, Ispalide, Escalonne, Hora, Burriane, Ubeda, Baccia_ ou _Troissa,
Petrousa_, en cette cité fait-on le fin argent; _Valence, Denia, Sathive,
Granade, Sebile, Cordes, Abula, Accintine_. En celle celle cité gist le
corps saint Torquat, confesseur qui fu sergent mon seigneur saint Jaques; a
sa sépulture est un olivier qui flourist et porte flour chascun an, le jour
de sa feste par miracle. Si est ès ydes du mois de may. Après est la cité
_Biserte_, en celle cité sont les très-forts chevaliers qui sont appellés
Arabis. Les _grans isles_, _Bougiu_, par coustume est royaume; l'_isle
d'Agabibe_, la cité de _Boaram_, qui est en Barbarie; _Meloide, Evice,
Formentere, Alchoras, Almarie, Moneque, Gilbathar, Carthage, Septe_, qui
siet ès destrois d'Espaigne, là où le cours de la mer est plus estroit;
_Gesir_ et _Tarifa_. Si ne conquist pas Charles toutes ces terres tant
seulement, mais la terre Landaluf et toute la terre de Portingal, toute la
terre de Serrane, toute la terre de Cateloine, toute la terre de Navarre,
toute la terre de Bascle, et maintes autres régions qui pas ne sont cy
nommées, pour eschiver la confusion.

      Note 600: Cette première phrase n'est pas dans le texte latin ni dans
      la plupart des anciennes traductions.

      Note 601: _Greigneurs._ Les plus grandes.

      Note 602: _Visunia_, ou _Vesunna_. C'est aujourd'hui _Périgueux_.
      --_Lamègue_, ou _Lamego_, sur la frontière du Portugal, vers Galice,
      et peu éloignée de _Coïmbre_, ou _Colimbre_.--_Dumia_, ou _Dume_, en
      Galice, vers _Braga_.--_Luge_, ou _Lugo_, en Galice.--_Orenes_, en
      latin _Aurenias_, aujourd'hui _Orense_, en Galice.--_Uria_, ou
      _Urie_, en Galice.--_Thuda_, s. d. _Tuy_, en Galice.--_Medonia_,
      aujourd'hui _Mondonedo_, en Galice.--_Bracara_, _Braga_, archevêché,
      aujourd'hui la Corogne.--_Wimarana;_ c'est _Guimaraens_, dans la
      province de _Tras-los-Montès_.--_Erine_, variante: _Crunia_.

      Note 603: _Auscala_, Alcala.--_Godelfare_, Guadalaxara, près
      d'Alcala.--_Uzda;_ c'est Uzeda, à huit lieues d'_Alcala_.--_Ulmas_;
      c'est _Olmeda_, à dix lieues d'Uzeda.--_Cavalias_, ou _Canalias_?
      --_Madritas_, Madrid.--_Maqueda_, dans la Nouvelle Caslilte.
      --_Sainte-Eulalie?_--_Berlanga_, Barlonga, dans la Vieille Castille,
      de même que Osma. _Segoncia_, Siguenza.--_Aavilla_, Avila, dans
      l'Estramadure.--_Turgel?_--_Godiana(?)_--_Emerita_, ancien nom de
      _Merida_, dans l'Estramadure.--_Altancora_, aujourd'hui _Antequerra_,
      au royaume de Grenade.--_Palence_, aujourd'hui _Palencia_, au royaume
      de Léon.--_Luiserne_ ou _Lucena_, dans l'Andalousie.--_Ventosa_, au
      royaume de Léon.--_Caparra_, ou l'ancienne _Capara_, aujourd'hui _Las
      Ventas de Caparra_, dans l'Estramadure.--_Austurga_, aujourd'hui
      _Astorga_, même royaume.--_Ovetum_, ancien nom d'_Oviedo_, dans
      l'Asturie.--_Legio_, ancien nom de _Léon_.--_Karrion_, ou _Carrion de
      los Conde_, dans le royaume de Léon.--_Burgues_, ou _Burgos_.
      --_Nadere_, «Nageras;» c'est _Nagera_, dans la Vieille Castille;
      aujourd'hui petite ville, autrefois cite puissante.--_Balagurria_,
      autrefois encore _Balesguer_, et aujourd'hui _Balaguer_, en
      Catalogne.--_Urance_, le latin porte: _Urantia_ quæ dicitur _Arcus
      Stella_.--_Clathahus_, latiné:  _Klattahus_; ce doit être:
      _Calataiud_, dans l'Aragon.--_Miraclar_. Le texte latin de Notre-Dame
      porte: _Miradam_; c'est _Miranda de Ebro_, dans la Vieille Castille.
      --_Tuthela_, Tudela, dans la Navarre.--_Jasque_, aujourd'hui _Jaca_,
      dans la Navarre.--_Osque_, aujourd'hui _Huesca_.--_Theraconne_,
      aujourd'hui _Taracona_, sur la frontière de Navarre et de Castille.
      --_Basbastre_, aujourd'hui _Balbastro_, en Aragon.--_Boras_,
      aujourd'hui _Borja_, à trois lieues de Taracona.--_Aurelium_, ou
      _Aurelia_, nom d'une ancienne ville de Lusitanie, depuis nommée
      _Carissa Regia_.--_Alganetta_, dans le latin: _Alganensis urbs_(?).
      --_Adanie_(?).--_Ispalide_, c'est Séville.--_Escalonne_, ou
      _Escalona_, à huit lieues de Tolède.--_Hora_, sans doute _Oreja_,
      lieu de l'Estramadure, sur le Tage.--_Burriane_, aujourd'hui
      _Borriano_, château fort à sept lieues de Valence.--_Baccia_,
      l'ancienne _Bacca_, dans l'Andalousie. _Petrousa(?)_. Le manuscrit de
      Notre-Dame porte: «_Baccia_ vel _Troissa_, in quâ fit argentum
      optimum.»--_Sathive_, ou _Xativa_, au royaume de Valence. _Cordes_,
      Cordoue.--_Abula_, ancien nom d'_Avila_.--_Accintine_, sans doute le
      même nom qu'_Accitum_, territoire des anciens _Accitani_.--_Biserte_
      est, en Afrique, au royaume de Tunis.--_Les Grandes Isles_; c'est
      _Majorque_.--Bougie, encore en Afrique.--_L'Isle d'Agabibe_, _la cité
      de Boaram_. Le latin porte: «_Agabiba insula: Boaram quoe est urbs in
      Barbariâ._ Mais je crois qu'il faudroit lire: «_Insula Boaram,
      Agabiba quoe est urbs in Barbariâ._» Nous trouverions ainsi:
      _Azebila_, sur la côte de Barbarie, et l'ile d'_Alboran_, qui n'en
      est pas éloignée.--_Meloide_(?).--_Evice_; c'est _Yvica_, l'une des
      Baléares.--_Formentere;_ c'est le cap _Formentelli_, dans l'île
      Majorque.--_Alchoras_, ou _Alcazaz_, dans la province de la Manche.
      --_Almarie_, ou _Almerie_, port de mer dans le royaume de Grenade,
      célèbre dans nos anciens romans chevaleresques pour les riches draps
      qu'on en tiroit.--_Moncque_, sans doute _Almuneca_, assez près
      d'_Almerie_.--_Carthage_: c'est _Carthagène_.--_Septa_, Ceuta.
      _Gesir;_ c'est _Algesiras_.--La terre _Landaluf_, l'Andalousie.
      --Serrane. Le latin porte: «_Sarracenorum tellus_.

Toutes ces cités et ces régions devant nommées estoient obéissans à luy et
à son commandement. Aucunes de ces cités conquist sans bataille et aucunes
par grant engin et par grant bataille. Mais la cité de Luiserne qui siet en
un val qui a nom Vauvert ne put-il prendre jusques au dernier; car elle
estoit trop forte et trop garnie. En la parfin l'assegia et fut entour
quatre mois; mais quant il vit que il ne la pourroit prendre par force, il
fist sa prière à Dieu et mon seigneur saint Jaques; lors chaïrent les murs
et demoura sans habiteurs. Et une grant eaue ainsi comme estanc, leva en mi
la cité noire et obscure et horrible; si nooient dedans grans poissons tous
noirs qui jusques aujourduy sont veus noer[604] parmi cel estanc. Et aucuns
des anciens rois de France et des empereurs de Romme prindrent aucunes fois
de ces cités devant nommées, si comme Clovis le premier roy chrestien,
Clotaire, Dagobert, Pepin, Charles Martiaus; ceulx conquistrent l'Espaigne
en partie, et en partie la laissèrent. Mais Charles le grant la conquist
toute entièrement en son temps et la fist obéir à ses commandemens. Quatre
cités y eut qu'il maudist quant il les eut conquises par grant travail; si
sont maudites et sans habiteurs jusques aujourduy. C'est assavoir Luiserne,
Ventouse, Caparra et Adama, et tous les temples et toutes les idoles des
Sarrasins qu'il trouva en Espaigne destruist du tout en tout, fors une tant
seulement qui est en la terre Landaluf, si a nom Salamcadis, si vault
autant à dire comme le Dieu de Cadis. Car ce mot de Cadis si est mis pour
le propre nom du lieu; Salam en Arabie si vault autant comme sire Dieu. Si
dient les Sarrasins que leur Dieu Mahommet fist cel image en son propre
nom, quant il vivoit, et enclost et scella dedens une légion de diables par
l'art de nigromance, qui celle image tiennent en si grant force que nul ne
la peut fraindre né brisier; et s'aucun crestien aproche près, tantost
meurt, ou il est en grant péril de mort. Mais s'aucun Sarrasin s'aprouche,
il s'en retourne sain et haitié; et s'aucun oisel s'y assiet par avanture,
tantost meurt.

      Note 604: _Noer._ Nager.

Si voulions icy deviser le siége de l'image. Sur le rivage de celle mer est
une haulte pierre moult bien ouvrée d'ancienne œuvre sarrasinoise, large et
quarrée par dessous, et par dessus estroite et haulte, tant comme un corbel
peut voler. Sur celle haulte colombe[605] est celle image sur ses piés en
estant, de cuivre fin et esméré, et si est fait te en forme d'omme. En sa
destre main tient une clef, la face a tournée devers midi. Si ont
sorti[606] les Sarrasins que celle clef luy doit chéoir de la main en celle
année que un roy sera né en France ès derreniers jours de ce siècle[607],
qui toute la terre d'Espaigne convertira à la foy crestienne; et quant
ceulx de la terre verront que celle clef luy sera chéue, ils
répoudront[608] leurs richesces en terre et guerpiront la terre
d'Espaigne[609].

      Note 605: _Colombe._ Colonne.

      Note 606: _Ont sorti._ Ont vu par le sort, par sorcelleries. Le latin
      et plusieurs leçons de la traduction partielle de la _Chronique de
      Turpin_ portent: «_Ut ipsi Sarraceni asserunt._» La clef auroit dû
      tomber dans le XVème siècle, à la naissance de Ferdinand le
      catholique. Il est vrai qu'il n'est pas né en France.

      Note 607: _De ce siècle_ du monde. _In novissimis temporibus._

      Note 608: _Ils répoudront._ Ils enfouiront, feront rentrer. «Gazis
      suis in terrâ reconditis.»

      Note 609: On peut croire que l'occasion de cette fable a été l'ancien
      temple d'Hercule à Cadix, célèbre dans l'antiquité; surtout pour les
      colonnes de bronze qui en ornoient le péristyle. «Hercule, dit
      Strabon, n'y étoit représenté par aucune image personnelle; mais on y
      voyoit des colonnes de bronze de huit coudées de haut, sur lesquelles
      étoit écrite en lettres phéniciennes la dépense qu'on avoit faite
      pour la construction du temple.» Ce temple passoit pour conserver les
      os de plusieurs des compagnons d'Hercule; les navigateurs venoient y
      faire des sacrifices, et les échappés de naufrage y pendoient des
      _ex-voto_. (Voyez Montanus, note des Commentaires de César, page 543;
      édition Elzevirienne d'Amsterdam, 1661.)

De l'or et des richesses que les rois et princes d'Espaigne donnèrent et
présentèrent à Charlemaines fist-il faire l'églyse Saint-Jaques, par trois
années que il demoura au païs. Patriarche et chanoines y establi, selon la
constitution et la règle saint Isidore le confesseur; noblement l'estora et
la garni de campanes, de draps de soie, de livres, de textes, de croix, de
calices et d'autres aournemens.

Du remenant de l'or et de l'argent que il apporta d'Espaigne estora-il et
fonda maintes églyses, quant il fu retourné en France. C'est à savoir
l'églyse Nostre-Dame-Sainte-Marie d'Ais-la-Chapelle, et l'églyse
Saint-Jaques en celle ville meisme. Une autre églyse de Saint-Jaques en la
cité de Bédiers[610], et en la cité de Thoulouse, une autre églyse de
Saint-Jaques; et la quarte de Saint-Jaques en Gascongne, entre la cité
d'Axa et Saint-Jehan-de-Sorges[611], sur le chemin aux pélerins. La quinte
aussi de Saint-Jaques en la cité de Paris, entre le fleuve de Saine et
Monmartre[612]; et moult d'autres églyses et abbaïes que il estora et fonda
sans nombre, parmi tout le monde.

      Note 610: _Bediers._ Beziers.

      Note 611: _De Sorges._ «_Inter Axa et Sanctum Johannem Sorduæ._ C'est
      évidemment Ax et le village de Sorgeat dont il s'agit. Mais qu'est
      devenue l'église _Saint-Jean_?

      Note 612: C'est Saint-Jacques de la Boucherie, dont il ne reste plus
      que la haute tour, ouvrage du XVème siècle.


III.

ANNEE: 800.

_Coment le roy Agolant reprist la terre d'Espaigne puis que Charlemaines fu
retourné en France, et coment Charlot mut contre luy. D'un exemple qui
monstre quel péril il a de retenir exécution de mort; et puis coment
Charlemaines quist tant Agolant que il le trouva. Des batailles que
François firent contre Sarrasins, autant contre autant. Des lances qui
reprisrent en terre de ceulx qui devoient mourir en bataille; du meschief
où Charlemaines fu et coment il retourna en France._


En pou de temps après ce que Charles fu retourné en France, un roy païen de
la terre d'Aufrique qui avoit à nom Agolant entra à grant ost en Espaigne.
La terre que Charlemaines avoit prise conquist, et occit et jeta fors des
cités et des chastiaulx les Crestiens qu'il avoit laissiés à garder la
terre. Quant Charles oït ces nouvelles, il assembla ses osts et entra de
rechief en Espaigne; et celle fois fut meneur de ses osts le duc Miles
d'Aiglant[613].

      Note 613: Le père de Roland.

Cy endroit voullons raconter une merveilleuse aventure qui avint en cel
ost, pour donner exemple d'amendement aux exécuteurs qui retiennent les
lais qu'ils doivent départir aux povres, pour les ames des mors. Un jour
estoit l'ost logié en la terre des Bascles, de lès une cité qui a nom
Baionne. Là prinst maladie à un chevalier qui avoit nom Romarique; au lit
accoucha, et quant il se sentit agrégier[614], il fist sa confession à un
prestre et receut son Sauveur. A un sien cousin commanda qu'il vendist un
cheval qu'il avoit et départist l'argent aux povres pour s'ame; cil
trespassa. Son cousin vendit le cheval cent sous, mais les deniers qu'il
déust départir pour l'ame du mort despendit-il en robes et en viandes. Et
pour ce que la venjance du souverain juge seult[615], aucunes fois,
ensuivre le meffait tout maintenant, le mort s'aparut au vif au chief de
trente jours. Si gisoit lors en son lit, ainsi comme en transes, et luy
dist ainsi: «Saches-tu que nostre Sire m'a pardonné mes péchiés. Et pour ce
que tu as trente jours retenues mes choses que je te commanday à donner aux
povres pour le remède de m'ame, j'ay autant de temps demouré ès peines du
purgatoire; hors en suis, par la miséricorde de Dieu, et si saches
certainement que je seray demain assis en la gloire du paradis, et tu seras
mis ès tourmens d'enfer.»

      Note 614: _Agrégier._ Aggraver.

      Note 615: _Seult._ A coutume.

A tant s'esvanoy le mort, et le vif se leva et fu en moult grant paour et
en grant angoisse de cuer. Au matin commença à raconter à tous ceulx qui
oïr le vouldrent celle avision. Tost fu partout espandue celle nouvelle, et
tandis comme l'ost estoit en bruit et en murmure de celle chose, horribles
voix furent en l'air ouyes soudainement, endroit celluy qui la vision
comptoit, et sembloit que ce féust urlemens de loups, et ruimens[616] de
lions; et tout maintenant le ravirent les diables, en la présence de tous
ceulx qui entour luy estoient. Par quatre jours fu quis de gens à cheval
par montagnes et par valées; mais il ne peut oncques estre trouvé. Entour
douze jours après que ce fu avenu chevauchoit l'ost par la terre de
Navarre. Lors fu trouvé le corps de luy par aventure, tout défroissé sur le
couperon d'un sault[617], à quatre journées de la devant dite cité. A celle
heure que les diables le ravirent, ils le portèrent hault en l'air par
l'espace de trois lieues par devers la mer; là le jettèrent et l'ame de luy
portèrent ès peines d'enfer[618].

      Note 616: _Ruimens._ Rugissements.

      Note 617: _Le couperon d'un sault._ «In cujusdam rupis fastigio.»

      Note 618: Il y a dans le roman du Saint-Graal une histoire qui a
      beaucoup d'analogie avec celle-ci: Nascien, le frère du roi Mordrain,
      est ainsi ravi, pendant la nuit, par des esprits invisibles qui le
      transportent sur le faite d'un rocher, au milieu de la grande mer.
      Toute la différence, c'est que le rapt est, dans Turpin, l'œuvre des
      démons, et dans le Saint-Graal, celle des anges.

Pour ce, sachent tous ceulx qui les testamens des mors retiennent eu leur
propre vie, qu'ils se dampnent perpétuellement.

Charlemaines et le duc Miles d'Aiglant qui des osts estoient conduiseurs,
commencièrent à quérir Agoulant parmi la terre d'Espaigne. Tant et si
sagement le quistrent qu'ils le trouvèrent en un païs qui est appellé la
_Terre des Chans_, sur un fleuve qui est appelle Cheia[619], en mi une
praerie qui siet en un païs plain qui est grant et large. En ce meismes
lieu fonda Charlemaines une églyse en l'onneur des deux martirs Faconde et
Primitif, et une abbaïe où les corps des deux martirs reposent. Puis y eut
ville grant et plantureuse qui siet en ce lieu.

      Note 619: C'est la _Tierra de Campos_, province du royaume de Léon,
      et cette rivière est la _Ceiga_.

Tant chevaucha Charlemaines que les deux osts s'aprochièrent; lors demanda
Agoulant bataille à Charlemaines, en telle manière comme il vouldroit;
vingt contre vingt, quarante contre quarante, cent contre cent, mille
contre mille, deux mille contre deux mille, ou un contre un. Charles envoya
cent Chrestiens contre cent Sarrasins; si furent tantost occis les
Sarrasins; et puis en envoya Agoulant autre cent qui furent tantost occis,
et puis deux cens contre deux cens qui furent tantost occis.

A la parfin envoya Agoulant deux mille contre deux mille, dont les uns
furent tantost occis, et les autres s'enfuirent.

Quant Agoulant vit qu'il perdoit ainsi ses gens en toutes manières, il
getta son sort privéement[620], et trouva que Charlemaines perdroit; lors
luy remanda bataille plennière à lendemain, et Charlemaines le receut et fu
octroié d'une partie et d'autre. Aucuns des Crestiens appareillèrent leurs
armes et moult bien et moult bel, à combattre à lendemain, et fichièrent au
soir leurs lances en terre devant leurs herberges en la praerie, selon le
devant dit fleuve; et au matin trouvèrent-ils, reprises en terre et
couvertes d'escorces et de foilles, les lances de ceulx seulement qui en
celle batailledevoient martire recevoir pour la foy Jhésu-Crist.

      Note 620: Il fit en particulier une conjuration.

Lors s'esmerveillèrent plus que ne pourroit nul cuider, et tournèrent toute
voie ce miracle à louenge de nostre Seigneur; les lances coupèrent après
terre, et les escos qui demourèrent se monteplièrent, et y eut puis grans
bois, qui jusques aujourd'huy apparoissent encore en ce lieu meismes; car
il y eut moult de lances[621].

      Note 621 Cette forêt seroit-elle ou auroit-elle été proche du lieu
      nommé, de temps immémorial: _Pena de Francia_ (Roche de France)?--Le
      latin dit: «Erant autem multæ ex hastis fraxineæ.»

Ce signe fu merveilleuse chose, et grant joie et grant profit des ames
signifioit, et grant occision et martire de corps. Que vous diroit-on plus?
Lendemain vindrent en bataille d'une part et d'autre; là furent occis
quarante mille Crestiens, et Miles d'Aiglant, père Rollant et Chevetaine de
l'ost. Si furent occis ceulx desquels les lances flourirent le soir devant
la bataille. Tous ceulx receurent martire pour l'amour de nostre Seigneur.

Là fu Charles à tel meschief que son cheval fu soubs luy occis. Si eut
encore en tour luy deux mille Crestiens à pié. Quant se vit l'empereur sus
ses piés, il trait Joyeuse, s'espée, et se ferit par grant vertu au milieu
des Sarrasins.

Là trancha mains païens par mi, et fist en tour luy merveilleuse occision.
Au vespre se retrairent les païens et les Sarrasins, et les Crestiens aussi
vers les herberges. Lendemain vindrent secourre Charlemaines quatre marchis
d'Italie, à tout quatre mille hommes; mais Agoulant qui bien sceut que
secours luy estoit venu se retraist arrières, et Charlemaines retourna lors
en France à tout son ost.

Au miracle devant dist des lances qui reprindrent est entendu le salut des
ames de ceulx desquels les lances flourirent et de nous-meismes. Car ainsi
comme les chevaliers Charlemaines appareillèrent leurs armes contre les
ennemis, ainsi devons-nous appareiller nos armes: c'est-à-dire bonnes
vertus contre les vices. Et sé nous avons donc foy contre l'érésie des
bougres[622], charité contre envie, largesse contre avarice, humélité
contre orgueil, chasteté contre luxure, oroison contre temptacion, povreté
contre les bonnes aventures des choses terriennes, persévérance contre
légièreté de propos, silence contre tençon, obédience contre charnel
courage; nos hantes[623] flouriront devant nostre Seigneur au jour du
jugement.

      Note 622:  «Contra hereticam pravitatem.»

      Note 623: _Hantes._ Bois de lance.

O! comme sera ores beneurée et flourie l'ame en paradis du vainqueur qui
loiaument se sera combatu contre les vices! car nul ne sera couronné, fors
ceulx qui loyaulment se seront embatus contre les péchiés; et ainsi comme
les chevaliers Charles moururent en bataille, ainsi devons-nous mourir
quant aux vices et vivre au monde en saintes vertus, si que nous puissions
desservir couronne flourie en la joie de paradis.


IV.

ANNEE: 800.

_Des grans osts que Agoulant assembla contre Charlemaines; puis coment il
manda à Charlemaines que il venist à luy; coment Charlemaines ala à luy en
guise de message pour luy espier. Des batailles que il fist contre
Agoulant; coment Agoulant s'en fui; coment Charlemaines retourna en France
pour rassembler ses osts; puis parle des noms des haus homes que il mena
avec luy en cette voie._


En tant de temps comme Charlemaines demoura en France pour ses osts
assembler, Agoulant se pourchaça de toutes pars et assembla
merveilleusement grans osts de diverses nacions, Mores, Moabithiens,
Éthiopiens, Sarrasins, Turcs, Aufricains et Persans, et tant de rois et de
princes sarrasins comme il put avoir de toutes les parties du monde;
Théosime, le roy d'Arabe; Buriabel, le roy d'Alixandre[624]; Avithe, le roy
de Bougie; Hospine, le roy d'Agaibes[625]; Fauthime, le roy de Barbarie;
Alis, le roy de Marocli; Maimon, le roy de Mèque; Ebrechim, le roy de
Sébile; et l'Aumaçor de Cordes[626].

      Note 624: _Alixandre._ Alexandrie.

      Note 625: Une leçon latine porte: _Regem Algabriæ_; les autres:
      _Regem Acie Agabilæ_. J'ai suivi la leçon françoise du manuscrit
      7871. Ce sont les _Algarves_, souvent nommées, autrefois _royaume de
      Garbe_.

      Note 626: Le latin porte: «_Altumajorem_, regem Cordubæ.» A la même
      époque le calife de Bagdad, le plus célèbre des princes musulmans, se
      nommoit _Almanzor_. De lui, je pense, aura été formé le nom
      d'_Aumaçor_, si célèbre dans nos anciens poëmes.

Ainsi vint Agoulant à tous ses osts jusques à une cité de Gascongne qui a
nom Agen et par force la prist. Lors manda Agoulant à Charlemaines qu'il
venist à luy paisiblement à petite compagnie de chevaliers, en promettant
qu'il luy donneroit or et argent, et soixante chevaux chargiés d'autres
richesces, s'il voulloit tant seullement estre subgiet à luy et obéir à ses
commandemens. Pour ce le mandoit, que il le voulloit congnoistre et qu'il
le peust plus légièrement occire en bataille. Mais Charlemaines, qui bien
pensoit le malice, prist avec luy deux mille hommes des plus esleus de sa
gent, et vint près à quatre milles de la cité d'Agen, où Agoulant et sa
gent estoient. Repostement les laissa en un embuschement, quant il approcha
près de la cité; mais il en prist soixante avec luy tant seulement et mena
jusques sur une montagne dont il peut pleinement voir toute la cité. Là les
laissa et changea son habit, et fu en guise de message sans lance, son escu
tourné sur son dos, ainsi comme messages vont au temps de bataille; un seul
compagnon prist et vint jusques en la cité. Aucuns des Sarrasins issirent
hors encontre eux, et leur demandèrent qu'ils queroient?

«Nous sommes messages,» dirent-ils, «du grant roy Charlemaines, qui nous a
envoiés à toy çà, pour parler à Agoulant.» Les Sarrasins les prisrent et
les menèrent devant Agoulant, et là distrent ainsi: «Le roy Charlemaines
nous a envoyés à toy, Agoulant; Charlemaines te mande qu'il vient parler à
toy à tout soixante chevaliers tant seulement pour faire ton commandement,
et veult chevauchier avec toy et estre ton homme, sé tu luy veuls accomplir
ce que tu luy as promis. Pour ce te mande que tu viengnes à luy à tout
soixante de tes hommes sans plus, si parleras à luy paisiblement.» Lors
leur dist Agoulant que ils retournassent arrières à Charlemaines et luy
déissent que il l'atendist.

Quant ceulx s'en furent partis, Agoulant s'arma luy et les siens que il
béoit mener avec luy. Il ne cuidoit pas que ce feust Charlemaines qui à luy
parlast. Là le congnut l'empereur et les rois sarrasins qui avec luy
estoient. Le siége de la cité vit, et tempta de quelle part elle estoit
plus légière à asséoir et à prendre. Aux soixante chevaliers que il avoit
laissiés en la montaigne retourna et puis aux deux mille; et Agoulant le
suivit à tout sept mille Sarrasins pour luy occire s'il péust; mais ils
s'avancièrent si, par tost chevauchier, que Agoulant ne les peut atteindre.
Adoncques retourna Charlemaines en France; et quant il eut ses osts
assemblés il retourna en Espaigne[627], et vint jusques devant la cité où
Agoulant estoit: le siége mist entour, et assist Agoulant dedens et ses
gens. Là fu entour six mois; au septiesme fist drecier ses perrières et
mangoniaux; et ses truies fist fouir[628], ses chastiaux de fust venir et
approchier des murs de la cité. Et quant Agoulant vit qu'il estoit en tel
destroit, luy et les plus grans de son ost s'en issirent une nuit
repostement par les chambres privées[629] et trespassèrent le fleuve de
Gironde qui près de la cité couroit.

      Note 627: On donnoit encore ordinairement, au XIVe siècle, à tout le
      Languedoc, le nom d'_Espagne_.

      Note 628: _Et ses truies fist fouir._ Variantes  du manuscrit 7871:
      «Et ses truies et ses moutons.» Le latin porte: «Et troiis et
      arietibus, cæte risque artificiis ad capiendum,» etc. La _truie_ est
      une machine de guerre qui sert à protéger les mineurs et ceux qui
      creusent des fossés autour de la place assiégée.

      Note 629: «Per latrinas et foramina.»

En telle manière eschapa à celle fois Agoulant des mains Charlemaines;
lendemain entrèrent en la cité les Crestiens à grant joie. Des Sarrasins
qui furent trouvés en la cité, les uns furent occis et les autres s'en
fouirent par le fleuve de Gironde. Mais toutes voies en y eut-il d'occis
plus de dix mille. Puis vint Agoulant et sa gent jusques à la cité de
Xaintes qui estoit et commandement des Sarrasins[630], Charlemaines ala
après, et luy manda qu'il luy rendist la terre et la cité. Mais Agoulant
remanda qu'il ne la rendroit point; mais s'il voulloit bataille, il
l'aurait par tel convent que la cité feust à celuy qui vaincroit.
D'ambedeux pars fu la bataille octroyée.

      Note 630: Notre auteur, qui ne connoît bien que la topographie de
      l'Espagne, fait faire à Agoulant une marche rétrograde, c'est-à-dire
      inverse de celle qu'il devoit suivre. Nouvelle preuve que la relation
      est l'ouvrage d'un Espagnol et non d'un François.

Mais le jour devant que les eschièles des Chrestiens feussent rangiées et
ordonnées devant les héberges, pour combatre, avint une merveilleuse chose
ès prés qui sont entre la cité et un chastel qui a nom Taillebourc[631]. Là
fichèrent aucuns leurs lances en terre devant les tentes; lendemain les
trouvèrent reprises et pleines d'escorces et de feuilles ceux tant
seullement qui pour l'amour de Jhésu-Crist devoient mourir et recevoir
martire en celle bataille. Celluy meisme miracle estoit jà avenu en une
autre bataille si comme l'istoire l'a dessus racompté[632]. Ceulx qui leurs
lances virent foillues et reprises furent moult liés de ce miracle;
maintenant les coupèrent près de terre, tous ensemble se mistrent en une
eschiele et se férirent les premiers en la bataille; moult de Sarrasins
occistrent, mais à la parfin moururent-ils en bataille, martirs pour
l'amour de nostre Seigneur; si furent ceulx qui furent occis environ quatre
mille. En celle bataille fu Charles à si grant meschief que son cheval fu
soubs luy occis, et fu-il moult empressé par la force des païens. Son cuer
et sa force reprist, avec sa gent a pié se férit en eux par grant vertu, et
en fist moult grant occision; et à la parfin les Sarrasins ne peurent
endurer sa force, ains guerpirent la bataille et s'enfouyrent en la cité;
et Charlemaines les suivit et assegia la cité de toutes pars fors par
devers le fleuve.

      Note 631: _Taillebourg_ est effectivement à trois lieues environ de
      Saintes.

      Note 632: Cette réflexion est de notre traducteur de Saint-Denis.
      Elle n'est pas dans le texte latin, ni dans les autres versions
      françoises.

Lendemain, ainsi comme après mienuit, se mist Agoulant à la fuite, par
devers le fleuve qui a nom Charente. Mais Charles et sa gent qui bien les
aperceurent les enchascièrent; et en tel enchaus fu occis le roy d'Agaibes
et le roy de Bougie, et environ quatre mille des autres Sarrasins.

Lors déguerpit Agoulant la terre de Gascongne, les pors[633] passa et vint
en Pampelune. La cité garnit et commença à refaire les murs par où ils
estoient cheus. A Charlemaines manda qu'il l'attendroit là, et qu'il auroit
à luy plainière bataille. En ces entrefaites Agoulant rapareilla de toutes
pars sa force. Maintenant assembla plusieurs eschièles de combatteurs et
fist moult grant appareil de bataille. Et quant Charles oï ces nouvelles,
ne le voult plus ensuivre, pour ce que ses osts estoient las et travailliés
d'errer et de combattre, et si estoit moult afleboié et apeticié pour la
mort de mains bons preudommes.

      Note 633: Les _pors_, ou _passages_, de l'espagnol _puerto_, qui a ce
      dernier sens. Les pors de Pampelune, dont il est si souvent parlé
      dans les _Chansons de geste_, commencent à la ville de
      _Saint-Jean-Pied-de-Port_.

Pour ce retourna en France et meismement pour plus grans osts assembler.
Tous les rois, les princes et les ducs assembla, et fist par tout crier que
tous contens feussent accordés et que ferme paix feust faitte; à tous ceulx
qu'il haoit pardonna son mautalent; à ceulx qui à bataille ne se povoient
appareillier par povreté, donna armes et garnemens[634].

      Note 634: Il importe de remarquer que, pour la première fols ici,
      notre traducteur de Saint-Denis se départ de la bonne foi qui le
      caractérise: il modifie _sciemment_ le texte du pseudonyme Turpin,
      sans doute afin de ne pas ôter à son abbaye le bénéfice de
      l'affranchissement des serfs, dont il parlera plus loin.
      Non-seulement toutes les traductions partielles de Turpin, mais
      encore celle des chroniques de France qui précéda le travail des
      moines de Saint-Denis (manuscrit du roi 8396.2.), reproduisent
      exactement le passage de l'auteur latin. Voici donc la leçon des
      chroniques anciennes:

      «Quant Karlemaines oï ce, il repaira en France, et accueilli ceus de
      partout son règne, et manda et commanda que tous ceus qui estoient
      sers de mauveses coustumes rendans, et qui estoient desous mauvez
      seigneurs nés, de son chief sers, que ils fussent quites de tous
      servages, et fussent toutes les mauveses coustumes abatues et d'eus
      et de toute leur ligniée qui est et qui à venir est, et qu'ils
      fussent quites et franchis à tous jours. Et fist crier par toute
      France simplement que tuit cil qui iront en Espaigne avecques luy sus
      la gent sarrasine seroient riches.... Et encore fist li roy
      Karlemaines plus, car il commanda que tuit cil qui estoient emprison
      fussent délivrés et assous quelque forfet que ils eussent fet. Et
      encore plus; car à tous ceus qui estoient povres donna richesce et
      revesti les nus; il acorda tous les anemis et les déshérités releva
      et les remist en leurs possessions. Et tous ceus qui savoient armes
      porter, tous iceux fist-il chevaliers..... Et tous ceus que li rois
      assembla en sa compaignie pour aler en ce voiaige, Turpins li
      arcevesques, de l'autorité Jhésu-Crist et de saint Pierre et saint
      Pol, les assout de tous leurs péchiés.»
      Ce passage rend exactement le texte de la plupart des manuscrits;
      mais celui de N. D., n° 133, offre un sens encore plus net et plus
      hardi: «Mandavitque per totam Franciam ut _omnes_ servi qui sub jugo
      duro et malis exactionibus pravorum dominorum religati tenebantur,
      soluti à servitute proprii capitis, et venditione depositâ, cum omni
      suâ progenie semper liberi permanerent.» Voyez la bonne traduction en
      vers que Philippe Monskes a donnée de ce passage, dans l'excellente
      édition de M. de Reiffenberg. Bruxelles, 1836, tome 1, p. 205.

Ci sont après nommés les plus grans des princes qui alèrent avec luy en
Espaigne.

Le duc Rollant, comte du Mans et sire de Blaives, nepveu Charlemaines et
fils de sa sœur Berte et du duc Milon d'Aiglant, conduiseur des osts et
guieur[635] des batailles: cil vint à quatre mille combatans. Olivier,
comte de Gênes, fils au comte Renier, vint aussi à quatre mille. Estouz,
le comte de Langres, à tout trois mille; Arastannes, le roy de Bretaigne,
vint à tout sept mille, car à ce temps avoit roy en Bretaigne[636];
Angelier le Gascoing, duc d'Acquitaine, à tout quatre mille; Gaiffier, roy
de Bourdiaux, à tout quatre mille; Gerin et Guerier, Salemon, Estous
l'Escot[637], et Baudouin, frère Rollant: tous ceux y amenèrent dix mille
combatans. Gondebeuf, roy de Frise, y vint à tout quatre mille; Hoyaus, le
comte de Nantes, y en amena deux mille; Ernaut de Biaulande, deux mille;
Naymes, le duc de Bavière, dix mille; Constentin, le prévost de Romme,
vingt mille; Ogier, le roy de Dannemarce, dix mille[638]; Lambert, le
prince de Bourges, deux mille; Sanses, le duc de Bourgoigne, dix mille;
Regnault d'Aubespin, Gaultier du Termes, Guielin, Guerin, le duc de
Loheraine, en amenèrent quatre mille; Begues, Auberis le Bourgoing, Bernart
de Nubles, Guimart, Estormis, Thierri, Yvoire, Bérengier et Hoton; tous
ceulx y amenèrent grant ost. Turpin l'arcevesque de Rains et Ganelon, le
traitre qui vendi les douze pers au roy Marsilion, y amenèrent grand gent.
L'ost de la propre terre Charlemaines estoit prisié à quarante mille
chevaliers; d'autre gent et de gens à pié n'estoit nul nombre. En telle
manière entra Charlemaines à tout son ost en Espaigne, et pourprist les
montaignes qui sont devant la cité de Pampelune, où Agoulant l'attendoit à
bataille; mais quant il vit les grans osts amener, il se commença forment à
merveillier de son pouvoir. Si grant paour le prist qu'il n'osa à luy
combatre, ains requist trèves pour parler à Charlemaines, et l'empereur les
luy octroia volontiers.

      Note 635: _Guieur._ Conducteur. D'où, guide.

      Note 636: Le texte latin est mal rendu: «Alius tamen rex tempore
      ipsius in Britanniâ erat.»--_Arastanes._ «Adelstanes.»

      Note 637: _Estous l'Escot._ Le texte latin porte: Salomoni, Socius
      Estulli.

      Note 638: Le manuscrit de Notre-Dame ajoute à l'article d'Ogier: «De
      quo usquè in hodiernum diem vulgò canitur; quia innumera fecit
      mirabilia.» Ces merveilles ne se rattachent pas à l'expédition
      d'Espagne, dans laquelle Ogier le Danois ne tint que le second rang,
      mais aux exploits précédents, dont les _Chansons de geste_ sont
      remplies. Au reste, ce passage suffisoit pour prouver que l'auteur de
      cette relation d'Espagne n'étoit pas contemporain de Charlemagne.
      Mais, d'un autre côté, comme il écrivoit certainement avant le XIIème
      siècle, il faut en conclure qu'au XIème les poèmes vulgaires sur
      Ogier étoient fort célèbres en France. Les autres manuscrits de
      Turpin et les imprimés rapportent cette réflexion, avec moins de
      probabilité, au comte de Nantes Oël; la traduction renfermée dans le
      bon manuscrit 7871 porte: «Ogier de Danemarche, dont on chante et
      chantera toz jorz des grans proccesque il fist.» _Bernart de Nubles._
      --Variante: _Berard de Meilli._--Latinè: _Bernardus de Nublis_.


V.

ANNEE: 800.

_Coment Agoulant vint parler à Charlemaines en trèves; de leurs paroles et
de leur disputoison. Coment ils repristrent bataille autant contre autant,
et coment les Sarrasins furent tousjours desconfis; coment Agoulant vint à
Charlemaines pour baptesme recevoir; coment il s'en parti mal paié pour les
povres que il vit mengier en bas; et puis coment il prist jour de bataille
à lendemain._


Puis que trèves furent données et ce vint à lendemain, Agoulant issit de la
cité, luy et sa gent; de lès la ville laissa son ost; soixante des plus
hauls de ses hommes prist, et vint à Charlemaines qui estoit à un mille de
la cité. Les osts des Crestiens et des Sarrasins estoient logiés en un trop
biau plain et trop grant, assez près de la cité. Si avoit bien six milles
de long et de lés. En mi estoit le chemin de Saint-Jacques qui les deux
osts devisoit, et quant Agoulant fu devant Charlemaines, il[639] luy dist
en telle manière:

«Es-tu ce Agoulant qui ma terre m'a tollue par tricherie et par desloyauté?
Je avois conquise Gascongne et Espaigne à l'aide nostre Seigneur, et les
avois convertis à la foy crestienne; les rois et les princes avois soubmis
à ma seigneurie et à mon empire, et tu as mes Crestiens occis, et mes cités
et mes chastiaux pris, et la terre dégastée par feu et par occision, tandis
comme j'estoie retourné en France. Pour laquelle chose je me plaing moult
durement.»

      Note 639: _Il._ Charlemaines.

Quant Agoulant entendit que Charlemaines partait à li en arabic, il se
merveilla moult, et moult en fu lié; car Charlemaines avoit appris
sarrazinois en la cité de Tholette, où il demoura une partie du temps de
son enfance. Lors respondit Agoulant: «Je te prie,» dist-il, «que tu me
dies tant pour quoy tu as tollue la terre à nostre gent qui pas ne te vient
par héritage; car ton père né ton aïeul né ton bisaïeul né nul de ton
lignage ne la tindrent onques.»

Et Charlemaines respondit: «Pour ce disons-nous que la terre est nostre,
que nostre Seigneur Dieu Jhésu-Crist, créeur du ciel et de la terre, a
esleu nostre gent crestienne sur toutes autres, et a establi que elle soit
dame et maistresse de tout le monde. Et pour ce ay-je convertie ta gent
sarrasine à nostre loy tant comme je ai peu.»

Agoulant respondit: «Ce n'est pas,» dist-il, «digne chose que nostre gent
soit subjette à la vostre; car nostre loy vault mieux que la vostre, et
nous avons Mahommet qui est messagier Dieu et fu envoié à la gent
sarrasine; lesquels commandemens nous tenons; et si avons nos dieux tous
puissans qui, par le commandement Mahommet, nous démonstrent les choses qui
sont à venir. Ces dieux nous créons et cultivons par lesquels nous vivons
et régnons.»

«Agoulant,» dit Charlemaines, «tu erres, en ce que tu dis que vous tenez
les commandemens de Dieu. Car vous avez les commandemens et la faulse loy
d'un homme mort plain de toutes vanités; et créez et aourez le diable en
vos faulses idoles. Mais nous tenons les vrais commandemens de Dieu, et
nous créons et aourons Dieu le père et le fils et le Saint-Esprit; dont nos
ames vont en la joie de paradis, par la sainte foy que nous tenons; et les
vostres si vont au parfont puis d'enfer, pour la faulse loy que vous tenez.
Et pour ce appert que nostre foy vault mieulx que vostre loy. Pour laquelle
chose je t'ammoneste que toy et ta gent recevez baptesme, ou tu envoies qui
tu vouldras contre moy à bataille. Si recevrez douloureuse mort de corps et
d'ames.»--«Jà ce n'aviengne,» dist Agoulant, «que je reçoive baptesme né
que je renie Mahommet mon dieu tout puissant! Ainsi me combatray-je, moy et
ma gent, contre toy et la tienne, par tel convent que se nostre loy plaist
mieulx à Dieu que la vostre, vous serez vaincus; et se la vostre loy vault
mieulx que la nostre vous serez vainqueurs; si soit honte et reprouche à
tousjours-mais aux vaincus, et louenge et honneur aux vainqueurs! Et s'il
avient que nostre gent soit vaincue, je recevray baptesme, sé je puis tant
vivre.»

Ainsi fu octroié d'une part et d'autre; et se départirent à tant. Et lors
envoia Charlemaines vingt Crestiens contre vingt Sarrasins; et tantost
furent les païens occis. Et puis quarante contre quarante; et tantost
furent occis. Et puis cent contre cent; à cette fois furent Crestiens occis
pour ce qu'ils s'en fouirent pour paour de mort. Ceulx qui ainsi moururent
pour ce qu'ils fouirent, segnifient la perte d'aucuns qui laschement se
combattent contre les vices. Car ainsi comme ceulx qui se combatent pour la
foy ne doivent oncques fouir né ressortir; ainsi ne doivent ceulx qui se
combatent contre le deable; car s'ils ressortissent, ils meurent en péchié.
Mais ceulx qui fortement se combatent vainquent légièrement le deable qui
les péchiés amenistre.

Après furent envoiés deux cens contre deux cens; et puis mille contre
mille, et tousjours furent occis les Sarrasins. Lors requist Agoulant
trèves à Charlemaines, pour parler à luy, et dist que la foy crestienne
valoit mieulx que la leur; et Agoulant vint, et luy dist que luy et sa
gent recevroient baptesme le lendemain. A tant retourna à ses gens et dist
à ses roys et à ses gens qu'il voulloit estre baptisé, et commanda à toute
sa gent qu'ils s'appareillassent à recevoir le baptesme, dont aucuns se
consentirent et aucuns le refusèrent.

Lendemain, en droit l'eure de tierce, vint Agoulant à Charlemaines pour
recevoir baptesme. A l'eure qu'il vint estoit Charlemaines assis au mangier
luy et sa gent. Tout maintenant qu'il le vit séoir à table, et maintes
autres tables appareilliées entour luy, et vit ceulx qui mangeoient en
divers habis, les uns en habis de chevaliers, les autres en habis
d'évesques, les autres en habis de moines, les autres en habis de chanoines
réglés, et les autres en habis de clers, il demanda de chascun ordre, et
quels gens c'estoient?

«Ceulx,» dit Charlemaines, «que tu vois vestus de draps de soie et d'une
couleur, ce sont les évesques et les prestres de nostre loy qui nous
preschent et exposent les commands nostre Seigneur: ceulx nous absolvent de
nos péchiés et nous donnent la bénéiçon nostre Seigneur. Ceulx que tu vois
en noir habit, ce sont moines et abbés, et sont plus saintes gens que les
autres; si ne cessent de prier la divine majesté pour nous. Ceulx que tu
vois après qui sont en blanc habit, ils sont appelles chanoinés réglés, qui
vivent selon la règle des meilleurs sains, et prient aussi pour nous, et
chantent messes et matines et heures, pour l'estat de nostre foy.»

Entre les autres choses regarda Agoulant d'autre part, et vit trèze povres
vestus de povres draps, qui mengeoient à terre sans nappe et sans table,
si avoient pou à manger et pou à boire. Lors demanda à Charlemaines quels
gens c'estoient. «Ce sont,» dist-il, »les gens Dieu, messages nostre sire
Jhésu-Crist, que nous paissons chascun jour eu l'onneur des douze
apostres.» Lors respondit Agoulant: «Ceulx qui sont entour toy sont
beneurés, et largement mengent et boivent, et sont bien vestus et
noblement; et ceulx que tu dis qui sont messages de ton Dieu, pourquoy
souffres-tu qu'ils aient faim et mesaise, et qu'ils soient si povrement
vestus et si loing de toy assis né si laidement haitiés? Mauvaisement sert
son Seigneur qui ses messages reçoit si laidement. Grant honte fait à son
Seigneur qui ainsi ses messages sert. Ta loy que tu disoies qui estoit si
bonne monstres bien, par ce, qu'elle soit faulse.» Après ces paroles, se
départit de Charlemaines, et s'en retourna à sa gent, et refusa le saint
baptesme qu'il vouloit recevoir. Lendemain manda bataille à Charlemaines.
Lors entendit bien l'empereur qu'il eut baptesme refusé pour les povres
qu'il vit si laidement traitiés. Pour ce commanda Charlemaines que les
povres de l'ost feussent honnourablement vestus et suffisamment repeus de
vins et de viandes.

Cy endroit se peut chascun avertir qui cil est en grant coulpe vers nostre
Seigneur qui ses povres ne paist en temps de nécessité. Sé Charlemaines
perdit ainsi le roy Agoulant et sa gent qui ne furent baptisés, pour ce
qu'il vit les povres laidement traitiés, que sera-il, au jour du jugement,
de ceulx qui en ceste mortelle vie ont eu les povres en despit et malement
les ont traitiés? Coment pourront-ils oïr cette horrible sentence, quant il
dira: «Alez-vous, maléois[640], au feu pardurable: car j'ai eu faim, vous
ne me donnastes pas à mengier.» Pour ce devons regarder que la foy et la
loy nostre Sire vault pou aux Crestiens? sé elle n'est acomplie par œuvres,
selon l'apostre qui dit que aussi comme corps est mort sans ame, aussi est
foy morte sans bonnes œuvres. Et aussi comme le roy païen refusa baptesme,
pour ce qu'il ne vit pas en Charlemaines droites œuvres, ainsi me doubte-je
que nostre Seigneur ne refuse en nous la foy du baptesme, au jour du
jugement, pour ce qu'il n'i trouvera pas les œuvres.

      Note 640: _Maléois._ Maudits. Comme on a fait de _Benedictus_,
      bénéoit.


VI.

ANNEE: 800.

_Coment tous les Sarrasins furent desconfis et Agoulant occis, fors aucuns
qui eschapèrent. Coment François furent occis par leur convoitise, quant
ils retournèrent par nuit au champ de la bataille; coment le roy Fourré se
combatit à Charlemaines, et cornent li et sa gent furent occis. Et puis de
ceulx qui moururent sans bataille._


Lendemain vindrent tous armés au champ de bataille, d'une part et d'autre,
par le convent des deux roys. Le nombre de la gent Charlemaines estoit
esmé[641] à cent et trente-quatre mille; de la gent Agoulant cent mille.
Quatre batailles firent les Crestiens de toutes leurs gens, et les
Sarrasins en firent cinq. Celle qui première assembla à nostre gent fu
tantost vaincue; après vint la deuxième, qui tantost refu desconfite. Quant
les Sarrasins virent qu'ils perdoient ainsi leurs gens, ils mistrent leurs
autres trois batailles en une, et Agoulant au milieu; et quant les
Crestiens virent ce, si les attaindrent de toutes pars. D'une part, Ernault
de Biaulande, à tout son ost; d'autre part, le comte Estous de Langres, à
toute sa gent; d'autre part, le roy Gondebeuf de Frise et son ost; d'autre
part, le roy Constentin et sa gent; et d'autre part, Rollant et Olivier; et
d'autre part, Charlemaines à tout son ost.

      Note 641: _Esmé._ Estimé.

En eulx se ferit premier Ernault de Biaulande; tant en occist à destre et à
senestre, qu'il vint jusques au roy Agoulant qui au milieu de sa gent
estoit. Tant s'esvertua, qu'il le occist de s'espée. Lors leva merveilleux
cris de tous sens. Es Sarrasins se férirent les Crestiens de toutes pars,
et tant y férirent et chaplèrent[642], qu'ils les occirent tous.

      Note 642: _Chaplèrent._ Frappèrent.

Là fu l'occision des Sarrasins si grant, que nul n'en eschapa, fors le roy
de Sebile, et l'aumaçor de Cordes et aucuns de leurs gens. Ceulx s'en
fouirent à petite compaignie. En celle journée y eut tant de sanc respandu,
que ceulx à pié estoient en sanc jusques au gros des jambes. Prise fu la
cité, et tous les Sarrasins qui dedens furent trouvés, occis.

Et pour ce occist Charlemaines Agoulant qui se combatit à luy, pour
l'estrif et pour le convenant de la foy crestienne. Pour ce apert qu'elle
surmonte toutes manières de loys et de créances par sa bonté; mais
simplement toutes manières de créances sont erreurs et mescréandises, et
elle seule surmonte en ciel les anges et les archanges.

O tu, Crestien, sé tu tiens bien ta foy et accomplis les commandemens de
l'Évangile par œuvres, tu surmonteras les anges en paradis avec ton chief,
Jhésu-Crist, dont tu es membre. Sé tu désires donques si hault monter, croy
fermement; car ainsi comme dit l'escripture: «Cil qui croit fermement peut
tout faire.»

Lors assembla Charlemaines ses osts de toutes pars, liés et joieux, en
rendant graces à nostre Seigneur, pour si grant victoire; il ala jusques au
pont d'Arge, qui est en la ville Saint-Jacques[643]. Là fist ses trefs
tendre pour hébergier; mais aucuns Crestiens retournèrent la nuit au champ
de bataille, où les Sarrasins gisoient mors, sans le sceu Charlemaines,
pour la convoitise de l'or et de l'argent et des autres richesces; et ils
cuidèrent à l'ost des Crestiens retourner chargés de despoilles de mors.
L'aumaçor de Cordes et autres Sarrasins qui de la bataille estoient
eschapés et qui se tapissoient entre les autres montaignes leur coururent
sus et les occistrent tous, du plus grant jusques au meneur.

      Note 643: _En la ville Saint Jaques._ Le latin dit: _Via Jacobitana_.

En tour mille estoient, par nombre, ceulx qui ainsi furent occis. Tels gens
segnifient ceulx qui en ce siècle se combatent contre le monde; car
autresi[644] comme ceulx qui retournèrent aux charoingnes des mors qu'ils
avoient devant vaincus, pour convoitise des terriennes choses, et furent
occis de leurs ennemis, ainsi est-il de ceulx qui les vices ont ainsi
vaincus et jà en ont fait pénitence; ils ne doivent pas retourner aux
vices, qu'ils[645] ne soient occis des diables par mauvaise fin. Et ainsi
comme ceulx qui retournèrent aux estranges despoilles perdirent la présente
vie et reçeurent laide mort, aussi est-il des gens de religion qui le
siècle ont adossé et guerpi, et puis retournent aux terriennes honneurs.

      Note 644: _Autresi._ De même.

      Note 645: _Qu'ils._ Afin qu'ils.

Tels gens, s'ils ne se gardent, perdent la célestiale vie et embrassent la
mort pardurable.

A lendemain fu dit à Charlemaines qu'un prince de Navarre qui Fourré avoit
nom s'appareilloit à bataille contre luy; si estoit en un chastel qui
estoit sur la montaigne de Garzin[646].

      Note 646: _Apud montem Garzin_ (manuscrit 133 de Notre-Dame).
      _Mont-Jardin_, manuscrit du roi 7871, et _Philippe Mouskes_, f° 228.

Là vint Charlemaines, et les Sarrasins s'appareillèrent contre luy. Le jour
devant le jour de la bataille, fist Charlemaines prière à nostre Seigneur
que tous ceulx qui en cel estour devoient mourir feussent cognoissans des
autres; et quant l'ost se fu armé, nostre Sire fist telles démonstrances,
que croix rouges apparurent par dessus les haubers sur les espaules de
ceulx qui en celle bataille se devoient mourir. Lors les dessevra
Charlemaines des aultres, et les enclost en une chapelle pour ce qu'ils ne
feussent occis.

Que vous compteroit-on plus? La bataille fu faitte, et les Sarrasins furent
desconfis. Le prince Fourré fu occis et trois mille Sarrasins; et les
Crestiens que Charlemaines eut enfermés à la chapelle furent trouvés mors;
par nombre estoient cent et cinquante. O! comme sont les jugemens et les
voies nostre Sire repostes[647]! Comme est benoiste la compaignie des
champions nostre Sire, qui pas ne voult que leurs mérites feussent péries;
car jà soit qu'ils ne feussent pas occis par les glaives de leurs ennemis,
ne perdirent-ils pas la victoire du martire. Quant Fourré et sa gent furent
ainsi occis, Charlemaines prist le chastel de Montgarzin et toute la terre
de Navarre.

      Note 647: _Repostes_. Cachées.


VII.

ANNEE: 800.

_Coment Fernagu le jaiant vint contre Charlemaines d'oultre la mer. De sa
force et de sa grandeur. Et puis coment il emporta les barons Charlemaines
en la cité de Nadres l'un après l'autre. Coment Rollant se combati à luy
toute jour; et puis coment il demanda trêves à Rollant pour dormir, et
coment Rollant li mist une pierre sous le chief pour ce qu'il ronflast._

Ces choses ainsi faittes, nouvelles furent dites à Charlemaines que
Fernagu[648], un jaiant du lignage Golias, estoit venu en la cité de
Nadres[649], des contrées de Surie. Si l'avoit envoie l'amirant de
Babilonne contre Charlemaines, pour deffendre la terre d'Espaigne, à tout
vingt mille Turs. De si grant vertu estoit, qu'il avoit la force de
quarante hommes des plus fors que l'on péust trouver. Cop d'armes né de
lances né de saiette ne doubtoit. Là vint Charlemaines le plus tost qu'il
peust.

      Note 648: _Fernagu_. Le latin porte: _Ferracutus_, que l'on a,
      depuis, traduit plus exactement: _Ferragus_.

      Note 649: _Nadres._ Je crois bien que c'est une faute des premiers
      copistes de Turpin, et qu'il faudroit lire _Jadres_, ou _Cadres_
      (Cadix).

Quant le jaiant sceut qu'il venoit, il yssit hors du chastel et de la cité
tout armé, et demanda bataille d'un seul chevalier corps à corps.
Premièrement, y envoia Charlemaines Ogier le Danois. Quant Fernagu le vit
tout seul en champ, il s'en ala tout bellement de lès luy; à la main destre
le prist, et l'embraça et l'emporta à toutes ses armes au chastel, voyans
tous, aussi ligièrement comme s'il fust une brebis. Si grant estoit, qu'il
avoit douze coudes de long, sa face un coude, son nez une paume, ses bras
et ses cuisses de quatre coudes, et les dois de sa main trois poiguiés de
lonc. Après Ogier, y ala Regnault d'Aubespine; et le jaiant le prist à un
seul bras, si l'emporta en sa chartre.

Après furent envoiés vingt chevaliers des plus puissans de l'ost, et le
païen tous les emporta deux à deux en la cité, et mist en sa chartre.

Quant l'empereur vit la force du jaiant, il n'y osa plus nuls envoier. Si
estoit tout l'ost esbahi des merveilles que cil faisoit. Rollant, qui
onques nul homme ne redoubta, s'en vint lors à Charlemaines, et lui requist
bataille contre Fernagu; et l'empereur, qui se doubta, lui otroia à grans
prières. Rollant s'arma et ala contre le païen. Le Sarrasin le prist
tantost par la main destre, et le leva légièrement sur le col de son
cheval.

Ainsi qu'il l'emportoit vers le chastel, Rollant le prist par le menton, et
luy tourna la tête si devant derrière, qu'ils chaïrent ambedeux à terre.
Tantost saillirent sus et montèrent sur leurs chevaux; vers luy s'en vint
Rollant, l'espée traite, car il le cuida occire; à luy faillit, mais il
férit le cheval si qu'il le coupa parmi à un seul coup. Moult fu dolent
Fernagu de son cheval, quant il le vit occis, et il fu à pié en mi le
champ. Lors commença fortement à menacer Rollant, et s'en vint vers luy
l'espée traite. Mais Rollant, qui le vit venir, s'avança, et le férit parmi
le destre bras. Pas ne le navra, mais il luy fist voler l'espée en mi le
champ. Et le jaiant, qui trop fu courroucié, s'en vint vers luy poing clos
pour luy férir; mais il asséna son cheval en mi le front, si que il le
férit et le rua mort. Ainsi se combatirent tout à pié, sans espées, des
poings et des pierres qui estoient en mi le champ, jusques à l'heure de
none; et quant ce vint vers le vespre, Fernagu demanda trèves à Rollant
jusques à lendemain.

En telle manière furent les trèves prises, qu'ils vendroient lendemain au
champ de la bataille, sans chevaux et sans lances; à tant se départirent.
Si retourna Rollant à l'ost, et le païen en la cité. Lendemain bien matin,
s'en revindrent au champ, si comme ils avoient devant devisé. Mais Fernagu
apporta s'espée, et Rollant un baston tort et gros, dont il se combatit
toute jour à luy; mais onques blécier ne le put, pour ce qu'il estoit trop
bien armé.

Au champ avoit grant plenté de pierres grosses et rondes dont Rollant le
feroit souvent, là où il l'assenoit; n'onques blecier né navrer ne le put.
Ainsi se combatirent jusques à midi que le païen fu las et pesant, et eut
moult grant talent de dormir. Trèves demanda à Rollant tant qu'il eust
dormi; car moult estoit travaillié, et Rollant les lui donna volentiers.
Fernagu s'endormi, qui moult estoit las et travaillié; et Rollant? qui
estoit jouvencel fort et alègre, luy apporta une pierre dessous le chief
pour ce qu'il dormist plus volentiers. Car né Rolant né autres ne luy
osoient nul mal faire, tant comme les trèves duroient, pour la constitution
qui estoit telle[650] que sé Crestien donnast trèves à Sarrasin, né
Sarrasin à Crestien, l'un n'osoit mal faire à l'autre; et cil qui brisoit
les trèves avant qu'il eust défié, estoit par droit occis.

      Note 650: «Quia institutio talis erat _inter eos_, ut.»


VIII.

ANNEE: 800.

_De la desputoison de la foy que Rollant faisoit au Sarrasin, et coment
Rollant se combati à luy pour soustenir la foy crestienne. Coment le jaiant
le geta sous luy, mais il se releva tost à l'aide de Dieu. Et coment la
cité fu prise quant le jaiant fu occis._


Quant Fernagu eut assez dormi, il s'esveilla et se tint en séant, et
Rollant s'assist de lés luy, et luy demanda coment il estoit si fort qu'il
ne doubtoit coup de lance né de bas ton né d'espée. «Par nul sens,» dist le
païen, «je ne puis estre occis né navré, fors par le nombril.» Si parloit
en langue espagnoise[651], que Rollant entendoit assez. Lors le commença le
jaiant fort à regarder, et s'émerveilloit moult de sa prouesse et coment il
povoit avoir vers luy tant duré. Lors luy demanda coment il avoit nom.
«J'ay nom Rollant,» dist-il.--«Et de quel lignage es-tu, qui si fort te
combas à moi et si fort me travailles?»--«Je suis,» dit Rollant, «né du
lignage de France.» Lors lui demanda Fernagu quelle loy les François
tenoient; et Rollant luy respondit: «Nous sommes Crestiens, par la grace
nostre Seigneur, et tenons les commandemens de Jhésu-Crist. Si estrivons et
nous combatons pour sa foy tant comme nous povons.»

      Note 651: «Lingua hispanica.» Philippe Mouskes entre dans le sens de
      son texte en traduisant:

      «En sarrasinois li gehi.»
      «Et Rollant moult bien l'entendi,»
      «Si qu'il ne s'en est percéus.»

      (Éd. de M. de Reiffenberg, p. 236.)

Quant le païen oï le nom de Jhésu-Crist: «Qui est,» dist-il, «cil Crist que
tu crois?» Et Rollant respondit: «C'est,» dit-il, «le Fils Dieu le Père,
qui de la Vierge voult naistre et souffrir mort en la croix pour nos
péchiés, et fu en sépulture enseveli, et au tiers jour ressuscita et
retourna ès cieulx à la destre du Père, où il règne et régnera sans fin.»
Lors lui dist Fernagu:--«Nous créons que le créeur du ciel et de la terre
est un seul Dieu. N'onques n'eut né fils né père, et aussi comme il n'est
engendré de nulluy, aussi n'engendra-il onques nulluy. Dont il me semble
qu'il soit un seul Dieu et non une trines.»--«Tu dis voir,» dist Rollant,
«quant tu dis qu'il est un seul Dieu; mais tu cloches en la foy quant tu
dis qu'il n'est pas trines. Car qui croit en Père, il croit en Fils et en
Saint-Esprit, et en un seul Dieu qui parmaint en trois personnes.» Lors
respondit Fernagu: «Se tu dis que le Père soit Dieu, et le Fils soit Dieu,
et le Saint-Esprit soit Dieu, dont sont-ils trois Dieux, et non un seul.»
--«N'est pas ainsi,» dit Rollant; «mais je te préesche un seul Dieu en
Trinité; car il est un et terne, toutes les trois personnes sont ensemble
pardurables et vives; et comme le Père est, tel est le Fils, tel est le
Saint-Esprit; en personnes est propriété, en essence unité, en  majesté est
aourée équalité. Un seul Dieu et terne aorent les anges en ciel[652].
Abraham en vit trois, et si n'en aoura qu'un seul.»--«Or, me monstre,» dit
le païen, «coment trois choses sont une,»--«Je te le monstreray,» dist
Rollant, «par l'exemple d'umaine créature: il y a trois choses en la harpe
quant elle sonne, l'arc, les cordes et le son; et si n'est que une seule
harpe. Ainsi a-il trois choses en Dieu; le Père, le Fils et le
Saint-Esprit, et si est un seul Dieu. Et ainsi comme tu vois en l'amande
trois choses, l'escorce, la coquille et le noel[653], et si est une seule
amande; ainsi sont trois personnes en Dieu, et si est un seul Dieu. Au
soleil a trois choses, blancheur, resplandisseur et chaleur, et si est une
meisme chose. En la roe de la charrete a trois choses, le moieu, les rais,
les jantes, et si est une seule roe. En toi-meisme a trois choses, le
corps, les membres et l'ame, et si est un seul homme. Tout aussi est en
Dieu unité et trinité.»

     Note 652: Tout cela est emprunte à la _préface_ du sacrifice de
     la messe: «In personis proprietas, in essentiâ unitas, et in majestate
     adoratur equalitas. Quem Trinum laudant angeli,» etc.

     Note 653: Le noiau.

«Or entens-je,» dit Fernagu, «coment Dieu est trines et un; mais je
n'entens pas cornent il engendra le Fils si comme tu dis.»--«Crois-tu,» ce
dist Rollant, «que Dieu fourmast Adam, le premier homme?»--«Je le crois,»
dit le jaiant.»--«Ainsi,» dist Rollant, «comme Adam, qui de nulluy ne fu
engendré, engendra fils; ainsi Dieu le Père, qui de nulluy ne fu engendré,
engendra Fils de soy-mesme, si comme il voult, devant tous temps, en la
manière que nul ne porroit dire né penser.»--«Ce me plaist,» dist le
jaiant, «que tu dis; mais je ne voi pas que cil qui estoit Dieu feust fait
homme.»--«Cil,» dist Rollant, «qui créa toutes choses, et ciel et terre de
noient, fist son Fils prendre humaine chair, sans semence d'omme, en la
Vierge, par la vertu du Saint-Esprit.»--«De ce me merveil,» dist Fernagu,
«et à ce entendre veux-je travailler, coment il nasquit de Vierge sans
semence d'omme si comme tu dis.»--«Je te le monstreray,» dit Rollant:
«Dieu, qui fourma Adam sans semence d'omme, voult que son Fils nasquit de
Vierge sans semence d'omme. Car ainsi comme il nasquit du Père sans mère,
ainsi nasquit-il corporelement de mère sans homme, parce que tel
enfentement affiert à Dieu.»--«Moult me merveil,» dist le jaiant, «coment
la Vierge enfanta sans homme.»--«Je te le monstreray,» dist Rollant, «que
cil qui fait au pois ou en fève engendrer un ver, les bouteurs[654] et les
serpens sans semence de masle, cil meisme fist que la Vierge conceupt Dieu
et homme sans nulle corrupcion de soy et sans semence d'omme. Cil qui fist
le premier homme sans semence d'autrui, si comme je t'ay monstré,
légièrement peut faire que son Fils feust fait homme au corps de la Vierge,
et que il nasquit homme sans humain attouchement.»

      Note 654: _Bouteurs._ Crapauds.

--«Bien peut estre,» dist Fernagu, «qu'il fust né de Vierge si comme tu
dis; mais sé il fu fils de Dieu, il ne put en croix mourir, puisque Dieu ne
meurt pas.»--«Tu dis voir,» ce dist Rollant, «en ce que tu dis qu'il peut
naistre de Vierge; et en ce que tu recongnois qu'il fu fait homme, doncques
il mourut comme homme; car toute rien qui naist meurt. Mais pour ce qu'il
nasquit Dieu et homme, et prist au corps de la Vierge ce qu'il n'estoit pas
devant, sans perdre ce qu'il estoit devant, il mourut en la croix selon
l'umanité, et veilla tousjours, selon la déité, par laquelle vertu il
résuscita; et comme il fu Dieu et homme, il mourut en la croix comme homme,
et il résuscita du sépulcre comme Dieu.

»Qui croit donques à sa nativité, il doit croire donques à sa passion et à
sa résurrection.»--«Coment,» dist Fernagu, «doit-on croire à sa
résurrection?»--«Pour ce,» dist Rollant, «que il nasquit, il mourut; et il
résuscita au tiers jour, selon la déité, si comme je t'ay dit.»

Quant le jaiant entendit ces parolles, il se merveilla moult, et dist à
Rollant: «Rollant, Rollant, pourquoy me dis-tu telles parolles desvées? Ce
ne peut estre que homme mort reviengne en vie derechief.» Et Rollant
respondit: «Je te di que le Fils-Dieu ne résuscita pas seul. Ains te di que
tous les hommes qui nasquirent depuis le commencement du monde jusques en
la fin seront résuscités au jour du jugement devant le trône de la majesté
Jhésu-Crist. Illec recevra chascun sa desserte, selon sa mérite, quelle
qu'elle soit, ou bien ou mal. Que cil Dieu qui le petit arbre fait croistre
en hault, et le grain du forment qui est mort fait revivre et croistre et
fructifier, résuscitera chascun de mort à vie au derrain jour, en sa propre
chair et en son propre esprit; et de ce peus-tu prendre exemple à la nature
du lion.

»Sé le lion résuscite son faon au tiers jour par son flair et par s'alaine,
quelle merveille fu-ce dont sé Dieu le Père, le tout puissant, résuscita
son Fils au tiers jour par sa divine puissance? Si ne te doit pas sembler
nouvel miracle. Quant Hélie le prophète plusieurs mors fist vivre, plus
légièrement donques résuscita Dieu le Père son Fils; et luy-meisme, qui
plusieurs mors résuscita devant sa passion, en nulle manière ne povoit
estre tenu pour mort; car la mort fuit devant luy, et à sa voix et à son
commandement résuscitent les mors à grandes tourbes.»

Lors dist le jaiant: «Je voy assez ce que tu dis; mais coment il monta ès
cieulx, ne puis-je veoir.»--« Cil,» dist Rollant, «qui du ciel descendit,
aussi légièrement y peut-il monter; cil qui de soy-meisme résuscita de
mort, par sa meisme puissance trespassa-il les cieulx. Et ce peux-tu veoir
légièrement par mains exemples. Vois-tu la roe du moulin tant comme elle
descent aval d'amont? autant remonte-elle d'aval amont. L'oisel qui vole en
l'air, autant comme il monte, autant ravalle-il quant il veult. Tu-meisme,
sé tu descens d'une montaigne, tu peus bien monter de là où tu es descendu.
Le soleil se leva hier par-devers orient et se coucha en occident; en ce
meisme lieu où il est huy levé revendra. Là donques d'où le Fils de Dieu
descendit, là meisme retourna-il par sa propre vertu.»--«Je me combatray,»
dist le jaiant, «à toy; que sé celle foy que tu presches est vraye, que je
soie vaincu; et sé elle est fausse, que tu soies maté; et soit perpétuel
reprouche au vaincu et à sa gent, et aux vainqueurs et aux siens soit
louenge et gloire.»--«Je l'octroie bien ainsi,» dist Rollant.

Lors se levèrent et vindrent à bataille derechief. Rollant envaït le jaiant
et le férit de son baston, et le jaiant jetta un coup de s'espée vers luy;
mais Rollant, qui fu légier et hastif, saillit à senestre, et receut le
coup sur son baston. Le coup du jaiant, qui grant fu et pesant, coupa le
baston par mi. Lors saillit avant Fernagu, et saisit Rollant aux poings,
vers terre l'inclina, et le jetta légièrement soubs luy. Quant Rollant vit
qu'il ne pourroit autrement eschapper en nulle manière, il commença à
réclamer dévotement le Fils de la Vierge Marie, et il[655] aida tant à son
champion, qu'il se sourdit, et tourna le jaiant soubs luy. Lors jetta la
main à s'espée, et le férit au nombril. Lors commença le jaiant à crier à
haulte voix, et réclama son dieu Mahommet: «Mon Dieu, secourre-moy, car je
muire.» A tant se départit Rollant, et s'en ala sain à l'ost des Crestiens.

      Note 655: _Il._ Le fils de la Vierge Marie.

Maintenant descendirent du chastel les Sarrasins, et issirent de la cité et
emportèrent leur seigneur entre leurs bras envers la forteresce. Lors
brochièrent les Crestiens, et se mistrent avec les Sarrasins qui
emportoient Fernagu; au chastel entrèrent par force, qui estoit fermé
au-dessus de la cité. Occis furent le jaiant et les Sarrasins, le chastel
et la cité prise, et les prisonniers délivrés par la vertu nostre Seigneur.


IX.

ANNEE: 800.

_Coment l'aumaçor de Cordes et le roy de Sebille rappareillèrent bataille
contre Charlemaines, puis qu'ils furent eschapés; de la cautèle malicieuse
que les Sarrasins firent pour les chevaux des nostres espouventer, et du
remède que l'empereur trouva contre ce, et coment le roy de Sebille fu
occis, et l'aumaçor eschapa qui puis fu baptisé._


En pou de temps après ces choses ainsi faittes, fu raconté à Charlemaines
que en la cité de Cordes l'attendoient à bataille l'aumaçor de celle cité
meisme, et Hébraïm, le roy de Sebille, qui s'en estoient eschapés de la
bataille de Pampelune, où Agoulant fu occis. Si estoient à eulx venus en
aide les Sarrasins de sept cités, de Sathine, de Dénie, de Rebode, de
Abule, de Baécie, de Sebille et de Grenade.

Quant il oït ces nouvelles, il ordonna son ost pour chevauchier contre eulx
à bataille. En ce qu'il s'approchoit de la cité de Cordes, les deux roys
issirent tout armés contre luy à bataille rengée, et chevauchièrent contre
Crestiens, entour quatre milles loing de la cité. Si estoient environ dix
mille, et les nostres entour sept mille. Lors devisa Charlemaines son ost
en trois batailles. La première fu de chevaliers très-preux, la seconde de
gens à pié, la tierce de chevaliers. Tout en telle manière devisèrent les
Sarrasins leurs gens.

En ce point que nostre première bataille dut assembler à la première des
Sarrasins, une grant tourbe de leurs gens à pié se mist devant les chevaux
à nos combateurs, et avoit chascun en sa teste une barboire[656] cornue
noire et horrible, ressemblant à deable, et tenoist chascun deux timpanes
en ses mains, qu'il heurtoit ensemble, et faisoit une noise et un tumulte
grant et si épouventable, et les chevaux de nos combateurs eurent si grant
paour, qu'ils s'enfouirent arrière, ainsi comme tout forsenés, maugré ceulx
qui les chevauchoient.

      Note 656: _Barboire._ Masques barbus. «_Larvas barbatas_.»

Après la première, furent les autres deux; et couroient les chevaux si fort
tost comme sajette nouvellement descochiée. Moult estoient liés les
Sarrasins de ce qu'ils véoient. Lors commencèrent nos Crestiens à aler pas
pour pas jusques à tant que nos gens vindrent à une montaigne qui estoit à
deux milles de la cité. Là se rassemblèrent les Crestiens, et firent murs
de eulx-meismes.

De rechief se mistrent en conroy, et les attendirent; et les Crestiens
tendirent leurs tentes et demourèrent illecques jusques au matin, au point
du jour, qu'ils se levèrent; et se conseilla Charlemaines à sa gent qu'ils
feroient. Lors fu crié par tout l'ost que chascun couvrist la teste de son
cheval de toile ou de drap, si qu'ils ne peussent veoir les barboires, et
estoupassent forment les oreilles, si qu'ils ne peussent oïr les cris des
Sarrasins né le son des timpanes.

Ce grant engin et soutil trouvèrent, encontre le malice des Sarrasins.
Quant ils eurent ainsi fait, les chevaux alèrent hardiement avant, que pou
de force faisoit leur épouventement, pour ce qu'ils ne véoient né oïoient.
Lors commencièrent les Crestiens la bataille hardiement, et forment se
combatirent jusques à l'eure de midi, et moult en occidrent; mais ils ne
les peurent pas vaincre tous, car ils estoient toujours ensemble. Si avoit
au milieu d'eulx un char que huit bœufs menoient, et, dessus, une enseigne
à quoy ils se ralioient. Mais tantost comme Charlemaines l'apperceut, il se
férit en la tourbe des Sarrasins, garni et avironné de la vertu nostre
Seigneur. Lors commença à occire et à craventer à destre et à senestre,
jusques à tant qu'il vint à l'estendart qui sur le char estoit; et tantost
comme il eut couppé la perche qui la bannière soutenoit, se desconfirent
les Sarrasins, et commencièrent à fouir en diverses parties. Les Crestiens
se pristrent lors à crier et à huchier, et se férirent ès Sarrasins, et en
occidrent huit mille. Là fu occis le roy de Sebille, et l'aumaçor de Cordes
eschapa et s'en fouit à tout deux mille; en la cité se mist. Lendemain la
rendist à Charlemaines par tel convent qu'il recevroit baptesme, et la
tendroit de luy, et des ore en avant obéiroit à ses commandemens.

Ces choses ainsi faittes, Charlemaines départist les terres et donna les
contrées à ses chevaliers et à ceulx de ses gens qui demourer y vouldrent.
Aux Bretons donna la terre de Navarre et des Bascles; aux François, la
terre de Castille; aux Puillois, la terre de Nadres et de Sarragoce; la
terre d'Arragon aux Poitevins; aux Thiois, la terre de Landaluf qui siet
sur la marine; la terre de Portugal aux Danois et aux Flamans; Galice ne
vouldrent François habiter, pour ce qu'elle leur sembloit trop aspre[657].
Puis celle heure ne fu nuls hommes, né hault né bas né duc né prince en
toute la terre d'Espaigne, qui contre Charlemaines osast combatre né
contrester.

      Note 657: Philippe Mouskes ajoute ici, de sa propre autorité, au
      texte de Turpin, exactement traduit par le chroniqueur de
      Saint-Denis, le passage suivant:

      Li manestrel et li jongleur
      Orent Prouvence, si fu leur.
      Par nature encor çou trovons,
      Font Provenciel et cans et sons
      Miliors que gens d'autre païs,
      Pour çaus dont ils furent nays.

      M. de Reiffenberg, dans son excellente édition de Mouskes, fait ici
      une remarque malicieuse qu'on me permettra de relever. «Cette
      origine,» dit-il, «qui donne pour aïeux aux Provençaux des musiciens
      et des poètes, est gracieuse et ingénieuse à la fois. MM. Raynouard
      et Fauriel l'adopteront sans doute volontiers; mais ainsi ne fera
      point M. P. Paris.»

      M. de Reiffenberg veut bien établir entre mon sentiment et l'opinion
      de MM. Raynouard et Fauriel une sorte de comparaison qui doit
      naturellement m'être défavorable; cependant, j'oserai dire ici que ce
      passage d'un poète de la fin du XIIIème siècle ne préjuge aucunement
      la question de l'antériorité des poètes hispano-provençaux sur les
      poètes françois. Que les premiers aient été plus habiles dans le
      grand art des petits couplets, des tençons, et des jeu-partis, c'est
      une opinion que _j'adopterois volontiers;_ mais il y a loin de là à
      la composition des grandes _chansons de geste_, qui restent le
      véritable titre de gloire de l'ancienne poésie françoise.


X.

ANNEE: 800.

_De la seigneurie que l'empereur establit au siége de Compostelle, que les
rois et les prélas d'Espaigne feussent obéissans au prélat du siége. Après
lesquels sont les principaus églyses de tout le monde. Et coment
l'arcevesque Turpin qui présent fu par tout, raconte les meurs et la
qualité de Charlemaines._


Quant Charlemaines eut ainsi Espaigne conquise, et nul ne fu qui contre
luy osast puis se rebeller, il laissa en la terre des plus grands princes
de son ost, et ala en Galice visiter et aourer le corps monseigneur saint
Jaques; et les bons Crestiens qu'il trouva au païs conferma en la foy, et
ceulx qui par la force et desloyauté des Sarrasins l'avoient relenquie et
s'estoient tournes à la loy Mahommet né pas voulloient laissier, fist
occire, et aucuns en envoya en essil. Par les cités establit évesques et
menistres de sainte Églyse. En la cité de Compostelle, où le corps mon
seigneur saint Jaques repose, assembla conseil d'évesques et parlement de
barons; là establit en l'onneur monseigneur saint Jaques que tous les
arcevesques et les évesques, les roys et les autres princes d'Espaigue et
de Galice présens et avenir fussent obéissans à l'arcevesque de
Compostelle. En une ville qui est appellée Irie[658] n'establit point
d'évesque, car il ne la tint point pour cité; mais il voult et ordonna
qu'elle feust obéissante au siége de Compostelle; et je, Turpin, arcevesque
de Rains, qui fu présent en ce conseil de soixante évesques, dédiai
l'églyse et l'autel de monseigneur saint Jaques, à la requeste
Charlemaines, ès kalendes de juillet. A celle églyse soubsmit Charlemaines
toute Espaigne et Galice, et la luy donna ainsi comme douaire, et commanda
que chascun chief d'ostel luy rendist, chascun an, quatre deniers de droite
rente, et feussent quittes par tout de tous servages.

      Note 658: _Irie._ Iria. Tout ce paragraphe vient singulièrement en
      aide à ceux qui attribuent aux prêtres de l'église de Compostelle la
      rédaction de Turpin. Il est à supposer que, dans les dernières années
      du onzième siècle, il existoit entre les deux siéges d'_Iria_ la
      métropole, et Compostelle la suffragante, une rivalité que
      Calixte II, devenu pape, fit cesser en transportant à cette dernière
      ville le droit do métropole, dont la première jouissoit depuis un
      temps immémorial. Cette révolution diocésaine eut lieu vers 1124;
      mais on voit évidemment que la question n'étoit pas encore résolue
      quand fut rédigé notre _Turpin_.

Puis establit en ce meisme conseil que celle églyse feust toujours-mais
appellée siége d'apostre, pour ce que le corps monseigneur saint Jaques y
reposé; et que tous les conciles de tous les prélas y feussent tenus et les
dignités et les croces données, et les évesques sacrés, et le roy
d'Espaigne et de Galice enoingt et sacré par la main l'arcevesque du siége,
en l'onneur de Dieu et de monseigneur saint Jaques l'apostre. Et sé la foy
feust faillie ès autres cités, et que question feust mue sur aucuns
articles, qu'elle feust réformée et réconciliée par l'arcevesque et le
concile du lieu. Et à bon droit doit estre la foy réformée et réconciliée
en celle honnourable églyse; car ainsi comme Ephèse est siége d'apostre, ès
parties d'Orient, pour la raison de monseigneur saint Jehan, frère
monseigneur saint Jaques, ainsi doit estre en Occident le siége de
Compostelle, siége où la foy soit réformée et réconciliée; ce sont les deux
siéges que la mère de deux fils Zebedée requist à nostre Seigneur que l'un
séist à la destre et l'autre à la senestre de son règne.

En tout le monde n'a que trois églyses principaulx qui par excellence sont
honnourées sur toutes autres, celle de Rome, celle de Compostelle et celle
d'Ephèse[659]. Ce n'est mie sans raison; car autresi comme nostre Seigneur
establit principaument saint Père, saint Jaques et saint Jehan, et les
honnoura plus que nuls des autres, en ce qu'il leur révéloit les secrès, si
comme il appert par les évangiles; ainsi voult-il que leurs siéges feussent
honorés sur tous autres; et par raison sont des principaux. Car ainsi comme
ces trois apostres eurent plus de grace et plus de digneté que les autres,
ainsi doivent avoir les lieux où ils preschièrent la foy et où leurs sains
corps reposent.

      Note 659: Remarquez qu'un membre du clergé de France n'auroit jamais
      avancé chose semblable.

L'églyse de Rome est avant mise; car saint Père, le prince des apostres, la
dédia par sa prédication, et la sacra par le sang de sa passion.

La seconde est celle de Compostelle; car messire saint Jaques qui, après
saint Père, eut plus de grace et de digneté, la sacra premier par son sang
et par sa prédication.

La tierce doit estre celle d'Ephèse, en laquelle saint Jehan l'évangéliste
escripvit celle excellente évangile: _In principio erat Verbum_, et
l'Apocalipse où il nous descouvre les célestiaux secrès; qui tant eut de
grace envers nostre Seigneur qu'il eut le privilége de savoir sur les
autres.

Tant doivent avoir ces trois églyses d'onneur et de digneté, que sé
jugemens, soient divins, soient humains, ne peuvent estre terminés aux
autres églyses qui sont par tout le monde, ils doivent estre traitiés et
deffinis en ces trois églyses[660].

      Note 660: C'est-à-dire que s'il arrive qu'une question ne puisse être
      résolue ni jugée dans les autres églises, il faut qu'elle le soit
      dans l'une de ces trois métropoles.

En la manière que l'istoire a lassus raconté fu Espaigne et Galice délivrée
des mains aux Sarrasins, par la vertu nostre Seigneur et de monseigneur
saint Jaques, et par l'aide Charlemaines.

Cy endroit fait l'istoire mencion des meurs et de la quantité[661]
Charlemaines, et de la manière de vivre. Voir est que l'istoire a
là-dessus parlé de ce meisme; et s'on demande pourquoy elle en parle en
deux lieux, l'en peut respondre que c'est selon les divers auteurs. Car
Éginaus, qui fu son chappellain, et d'enfance nourri en son palais, et qui
fu tous jours présent en tous ses fais, met la premiere descripcion, et
nous escript toutes ses batailles et tous ses fais jusques à la bataille
d'Espaigne.

      Note 661: _Quantité._ Taille.

D'ilec en avant les prist l'arcevesque Turpin, et les nous descripvit
jusques à la fin de sa vie, certain de toutes les choses qui depuis
avindrent, comme celluy qui tousjours fu avecques luy, et dit ainsi[662]
que Charlemaines estoit brun de chevelure et vermeil en face, noble et
avenant de corps, mais fier estoit en regardeure. En estant[663] avait huit
piés de long, à la mesure de son pié meisme, qui moult estoit grant. Par
pis[664] et par espaules estoit très-large; ventre et reins avoit
convenables selon le corps; gros bras et grosses cuisses avoit. Très-fort
estoit de tous membres; en batailles chevalier très-aigre et très-sage. De
face avoit paume et demie de long; de barbe une paume, de nez demi-paume,
de front un pié de lonc. Tantost estoit espoenté celuy qu'il regardoit par
mautalent; nul ne povoit longuement durer devant luy qu'il regardoit par
courroux à yeux ouverts. Le ceint de sa courroie avoit huit paumes de long,
sans ce qui pendoit dehors la boucle de sa courroie. Pou de pain menjoit;
petit de vin et trempé buvoit; bien menjoit un quartier de mouton ou deux
gélines, ou une espaule de porc, ou un paon, ou une grue, ou un lièvre. De
si grant force estoit plain qu'il coupoit un chevalier armé, c'est assavoir
un de ses ennemis séant sur son cheval, dès la teste jusques aux cuisses, à
un seul coup, et luy et le cheval, de Joieuse s'espée. Les bras et les
poings avoit si fors, qu'il estandoit légèrement quatre fers de cheval tous
ensemble; un chevalier armé levoit sus sa paume jusqu'à son chief, à un
seul bras. Par raison habundoit en parolles, en jugemens très-droiturier,
très-large en dons.

      Note 662: Ce portrait de Charlemagne et tous les détails
      biographiques réunis ici ne se trouvent pas dans la bonne et ancienne
      leçon du manuscrit de  Notre-Dame, n° 133. C'est une amplification du
      récit d'Eginhard.

      Note 663: _En estant._ Debout.

      Note 664: _Pis._ Poitrine.

En Espaigne tant comme il y demoura tenoit chascun an feste pleinière, et
portoit sceptre et couronne aux quatre festes solemneles: à Noël, à
Pasques, à la Pentecoste et le jour de la feste Saint-Jaques. Et faisoit
tenir s'espée toute nue devant son trosne, selon la manière des anciens
empereurs. Pour son corps garder veilloient chascune nuit six vings hommes
preux et loyaulx; les quarante faisoient la première veille de la nuit; dix
au chevet, dix aux piés, dix à destre et dix à senestre. Si tenoit chascun
en main destre une espée nue, et en la senestre un cierge ardent.

Tout en telle manière faisoient les autres quarante la seconde veille de la
nuit, et les autres quarante la tierce jusques au jour. Qui tous vouldroit
raconter ses fais et ses merveilles, avant fauldroit main et paine que
l'istoire ne feroit. Mais en la fin nous convient raconter coment il
retourna en France et la meschéance qui luy advint de ses barons en
Roncevaux, par la traison du trahie Ganelon.


Ci finit le quint livre des fais et des gestes Charlemaines.



LE SIXIESME LIVRE DES FAIS ET
DES GESTES LE FORT ROY
CHARLEMAINES.[665]

      Note 665: C'est avec les événements racontés dans ce dernier livre
      que commence la fameuse _Chanson de geste_, de la _Déroute de
      Roncevaux_. L'origine s'en perd dans l'obscurité des IXème, Xème et
      XIème siècles; mais elle a certainement précédé la pseudo-relation de
      l'archevêque Turpin, et c'est elle dont on a exploité la popularité
      au profit des légendes et de l'église Saint-Jacques-de-Compostelle.
      Voici le début de la vieille chanson, telle que la publie
      actuellement M. Francisque Michel, d'après un manuscrit de la
      bibliothèque Bodléienne:

      Carles, li reis, nostre emperere magne,
      Set ans tuz pleins ad ested en Espaigne,
      Tresqu'en la mer conquist la terre altaigne,
      N'i a castel qui devant luy remaigne,
      Mur né cités n'i est remés à fraindre
      Fors Sarragoce qui est une muntaigne.
      Li reis Marsille la tient qui Dieu n'en aime....


       *       *       *       *       *

I.

ANNEE: 800.

_Du message Ganèlon et de la traïson que il fist au roy Marsile. Des
présens que le roy Marsile et les Sarrasins firent au roy et aux combateurs
par malice. Et puis de la bataille, coment les Crestiens furent occis._

Puis que Charlemaines, le très-puissant et très-renommé, eut conquise toute
Galice et soubsmise à la foy crestienne, à l'onneur de Dieu et de
monseigneur saint Jaques, il retourna en France et fist ses osts heberger
delès Pampelune. En ce temps demouroient en la cité de Sarragoce deux rois
Sarrasins, Marsile et son frère Baligans. Si les avoit envoiés contre
Charlemaines le soudan de Babilonne pour deffendre Espaigne, des parties de
Surie, à tout grans osts. A l'empereur estoient subgiez et volentiers luy
obéissoient par semblant, mais c'estoit faussement, car ils ne l'osoient
refuser.

Le roy Charlemaines qui pas ne voulloit qu'ils demourassent ainsi en la
terre après luy, sé ils n'estoient crestiens ou tributaires, leur manda par
Ganelon qu'ils receussent le baptesme ou qu'ils luy envoiassent treu. Et
ils luy envoyèrent pour luy decevoir trente chevaux chargiés d'or et
d'argent et d'autres richesces, et autres quarante chargiés de très-pur vin
et très-doulx, qu'ils présentèrent aux princes et aux combateurs de l'ost,
et mille belles Sarrasines pour eulx servir en péchié de fornication[666].
A Ganelon le traitre, qui le message avoit fait, présentèrent pour luy
decevoir vingt chevaux chargiés d'or et d'argent et de draps de soie, pour
ce qu'il leur livrast, pour occire, Rollant et Olivier et les autres
combateurs de l'ost. Et le traitre s'i accorda et receut les richesces.

      Note 666: «Ad faciendum stuprum.» La chanson de geste ne compte pas
      ces femmes dans les présents que Blancandin est chargé par Marsille
      de distribuer en France.

Quant ils eurent ainsi la traïson pourparlée et conferinée, Ganelon
retourna à Charlemaines. Les richesces que ces deux rois envoièrent
présenta, et dist que Marsile désiroit moult à estre crestien et qu'il
s'appareilloit moult pour venir après luy en France baptesme recevoir, et
pour luy faire hommage de toute Espaigne. Charlemaines crut bien le
traiteur, dont ce fut grant doleur. Et ordonna coment il passeroit les pors
de Cisaire[667] pour retourner en France. Par le conseil de Ganelon,
commanda à Rollant son nepveu, duc du Mans et conte de Blaives, et Olivier
son compagnon, conte de Gennes, et aux autres combateurs de l'ost, qu'ils
demourassent en Roncevaux à tout vingt mille François pour faire l'arrière
garde, jusques à tant que l'ost eust passé les pors de Cisaire. Ainsi fu
fait comme il devisa. Les plus grans barons de l'ost qui l'arrière-garde
faisoient, receurent le vin tant seulement que les Sarrasins avoient envoyé
et les autres menu-peuples prisrent les femmes. Et pour ce que aucuns des
Chrestiens avoient esté ivres, la nuit devant, du vin sarrasinois, et
aucuns avoient péchié ès Sarrasines et ès autres femmes crestiennes meismes
qu'aucuns avoient amenées de France, voulut nostre Seigneur qu'ils feussent
occis. Et sans faille l'entencion aux Sarrasins qui les avoient envoiés
estoit telle, que sé les Crestiens prenoient les présens des vins et des
femmes, qu'ils pourroient bien péchier en yvresse et en fornication, et
pour ce se courrouceroit leur Dieu à eulx et les lesseroit occire.

      Note 667: _Portus Cisereos._ C'est le passage de Pampelune à
      Saint-Jean-Pied-de-Port.

Que vous conteroit-on plus? quant ce vint au matin que Charlemaines et ses
osts passoient les pors entre luy et Ganelon et l'arcevesque Turpin, et que
Rollant et Olivier et les autres nobles combateurs de l'ost furent démourés
en Roncevaux pour faire l'arrière-garde, Marsile et Baligans issirent des
bois moult matin, à tout cinquante mille Sarrasins armés; des montagnes et
des vallées issoient espessement où ils s'estoient répons et célés deux
jours et deux nuis, par le conseil Ganelon; et deux batailles firent de
toutes leurs gens tant seulement. La première fu de vint mille et la
seconde de trente mille. La première qui de vint mille fu vint
soudainement, et commença à férir et à lancier aux nostres par derrière. Et
les nostres se retournèrent vers eux; dès le matin jusques à l'eure de
tierce se combatirent et les occirent tous; si que de tous les vint mille
n'en demoura mie un seul.

Tantost revint après l'autre bataille des Sarrasins qui estoit de trente
mille. Nos Crestiens trouvèrent las et travaillies des autres qu'ils
avoient occis et du fort estour qu'ils avoient rendus le jour meisme. Tous
les occirent, par la volonté nostre Seigneur, si que nul n'en eschappa,
fors Tierri et Baudouin, si comme vous orrez cy-après. Les uns furent
tresperciés de lances, les autres décolés d'espées, les autres destranchiés
de coingniés et de haches, les autres occis en traiant de sagettes et de
javelos; les autres furent tués de perches, les autres escorchiés de
coutiaux; les uns ars en feu, les autres pendus aux arbres. Tous furent
occis, fors Rollant, Baudouin et Tierri[668]. Baudouin et Tierri se
tapirent ès bois, et puis eschapèrent-ils.

      Note 668: Le latin ajoute: «Et Turpinum et Ganelonum.»

Cy endroit peut-on demander coment nostre Seigneur souffrit que ceulx
fussent occis qui pas n'avoient péchié en avoutire[669] n'en ivresce; car
plusieurs ne péchièrent mie. Et à ce peut-on respondre qu'il ne voulloit
mie qu'ils retournassent plus en péchié, en leur païs, et qu'il leur
voulloit rendre maintenant la couronne de gloire pour leur passion.

      Note 669: _Avoutire._ Adultère.

Ceulx qui péchièrent en avoutire et en ivresse voulut qu'ils préissent
mort, car il voulloit qu'ils purgeassent leurs péchiés par martire. Si ne
doit-on pas croire que le débonnaire Dieu ne leur guerredonnast les paines
et les travaulx qu'ils avoient pour luy souffers, quant en la fin avoient
son nom réclamé et leurs péchiés confessés; car jà soit ce qu'ils eussent
péchié, si furent-ils occis pour luy.

Ci doivent prendre exemple ceulx qui leurs femmes mainent avec eulx ès osts
et es batailles; car Daire, le roy de Perse, et Anthoine et autres princes
terriens menèrent leurs femmes en leurs compaignies, quant ils aloient ès
osts et ès batailles, et pour ce furent desconfis et occis; Daire, par le
grant Alixandre, et Antoine par l'empereur Octovien; pour ce mesmement ne
devroit nul prince mener femmes en bataille. Car elles ne sont fors
empéeschement.

Ceulx qui péchièrent en ivresse et en fornication signifient les prestres
et les gens de religion qui se combatent contre les vices, et qui en nulle
manière ne se doivent enivrer né couchier avec les femmes. Et s'ils le font
ainsi comme autres hommes, il advient qu'ils sont dévourés de leurs
ennemis, c'est des diables; et enchéent, par aventure ès autres vices où
ils sont pris et dampnés[670] par mauvaise fin.

      Note 670: _Pris et dampnés._ Surpris et condamnés par suite d'une
      mort subite qui ne leur permet pas de se repentir.


II.

ANNEE: 800.

_Coment les Sarrasins furent desconfis et s'enfuirent. Et coment Rollant
les suivit tout seul pour savoir quelle part ils tournoient. Et puis coment
il sona son olifant, pour ses compagnons rassembler, qui pour la peur des
Sarrasins se tapissoient par les bois. Coment il occit le roy Marsile, et
puis coment il fendi le perron quand il cuida despecier s'espée. Et puis
coment il sona derechief l'olifant que Charlemaines oït de huit milles._


Quant la bataille fu faite et les Sarrasins se fureut retrais ainsi comme à
deux mille loing, Rollant alloit tout seul parmi le champ pour enquerre
quel part ils estoient tournés. Ainsi comme il estoit encore loing d'eulx,
il trouva un Sarrasin, aussi noir comme arrement[671], qui las estoit de
combatre et s'estoit reposé au bois. Tout vif le prist et le lia fermement
à quatre hars torses. A tant le lessa et monta une haulte montaigne, pour
savoir quel part les Sarrasins estoient alés. Lors les choisit auques loing
de luy[672], et vit qu'ils estoient moult grant multitude. Lors descendit
de la montaigne et ala après eux parmi la vallée de Roncevaux, par celle
meisme voie que Charlemaines et ses osts aloient qui jà avoient passé les
pors; lors sonna son cor d'olifant[673] qu'il portoit par coustume en
bataille pour aucuns des Crestiens rappeler, et s'aucuns en fussent
demourés. A la voix du cor vindrent à luy environ cent Crestiens qui par
les bois estoient muciés. Avecque soy les mena et retourna au Sarrasin que
il avoit lié à l'arbre.

      Note 671: _Arrement._ Encre.

      Note 672: _Les choisit auques._ Les aperçut quelque peu loin de lui.

      Note 673: _Olifant._ D'éléphant. Le plus souvent on disoit simplement
      un _olifant_, comme dans le titre de ce chapitre.

Quant il l'eut deslié, il leva Durandal s'espée toute nue sur luy, et le
menaça qu'il luy coupperoit la teste s'il n'aloit avec luy et s'il ne luy
monstroit le roy Marsile: car Rollant ne le cognoissoit pas; et s'il
voulloit ce faire il le laisseroit aler tout vif. Le Sarrasin alla avec luy
et luy monstra Marsile de loin, entre les compaignies des Sarrasins, à un
cheval rouge et à un escu rond.

A tant le laissa Rollant aler, si comme il luy avoit promis. Lors se férit
entre les Sarrasins, luy et tous ceulx qui avec luy estoient hardis et
encouragiés, de bataille seurs et avironnés de la vertu nostre Seigneur. Un
Sarrasin choisit qui plus estoit grant que nul des autres; celle part se
trait et le férit si qu'il le fendit tout dès le chief jusques en la selle,
et coupa luy et le cheval, si que l'une moitié de luy et du cheval chaï à
destre et l'autre à senestre.

Et quant les Sarrasins virent si ruiste coup et si merveilleux, ils
commencièrent à fouir çà et là, et laissièrent Marsile au champ, à petite
compaignie. Et Rollant et les siens qui en son aide avoit la vertu nostre
Seigneur se férit entre les Sarrasins plus fier que un lion, et commença à
étrenchier à destre et à senestre et à craventer, tant qu'il s'approucha du
roy Marsile, et quant cil le vit venir, il commença à fouir. Mais Rollant
qui de près le suivoit l'enchaça tant qu'il l'occist entre les autres
Sarrasins par l'aide de nostre Seigneur.

En celle dernière bataille furent tous ses cent compaignons occis.
Lui-mesme fu navré de quatre lances et griefment feru de perches et de
pierres; mais toutes voies eschappa-il de cette bataille par l'aide de
nostre Seigneur.

Tantost comme Baligant sot la mort de son frère, il s'en fouy de ces
contrées entre luy et ses Sarrasins. En ce point, estoient parmi le bois
Baudouin et Thierri, et aucuns autres Crestiens qui se reponoient[674] pour
la paour des Sarrasins. Et Charlemaines et son ost passoient les pors, qui
encore rien ne savoient de l'occision qui en Roncevaux avoit esté.

      Note 674: _Reponoient._ Cachoient.

Lors commença Rollant à repairer parmi le champ de la bataille, las et
travaillé des grans coups qu'il avoit donnés et receus, et angoisseux et
dolent de la mort de tant de nobles barons qu'il véoit devant luy occis et
détranchiés. Grant doleur demenoit, et s'en vint en telle manière parmi les
bois jusqu'au pied de la montaigne de Cisaire, et descendit de son cheval
de lès un arbre, près d'un grant perron de marbre qui ilec estoit drécié,
en un moult biau pré, au dessus de la vallée de Roncevaux. Si tenoit encore
en son poing Durandal s'espée. Durandal si vault autant à dire comme donne
dur coup, ou fiert durement Sarrasins. L'espée estoit esprouvée, sur toutes
autres clère et resplandissante et de belle façon, tranchant et afilée si
fort qu'elle ne povoit fendre né brisier: si fine estoit que avant faulsist
bras que espée.

Quant il l'eut sachée[675] toute nue et il l'eut grant pièce regardée, il
la commença à regreter ainsi comme tout en plourant, et dist en telle
manière:

«O espée très-belle, clère et flamboiant que il ne convint pas fourbir
ainsi comme autres espées, de belle grandeur et d'avenant largeté, forte et
belle, ferme sans nulle malmeteure, blanche comme ivoire, par l'enhoudure
entresseignée de croix, d'or resplandissant, aournée de pommiau de beril,
sacrée et aournée du saint nom de nostre Seigneur A. et Omega., et
avironnée de la force nostre Seigneur Jhésu-Crist! Qui usera plus de ta
bonté? qui t'aura? qui te tendra?

»Cil qui te portera ne sera jà vaincu n'esbahi, né jà paour n'aura de ses
ennemis, né ne sera surpris, né déceu par fantosme né par illusion; mais
toujours aura en son aide la divine vertu. Par toy sont Sarrasins vaincus
et occis; la foy crestienne essauciée; la louenge nostre Seigneur
montepliée et acquise. O tantes fois ay-je vengié par toi le saint nom
Jhésu-Crist! O quans milliers des ennemis de la foy j'ai par toi occis!
quant Sarrasins que juifs et autres destruis! La justice de Dieu est par
toy soustenue et remplie; les piés et les mains acoustumés à larrecin sont
par toy du corps esrachiés. Ah! tant de fois comme j'ai par toi occis ou
Sarrasins ou desloyaux juifs, autant de fois cuidé-je avoir vengié le sanc
de Jhésu-Crist! O très-benereuse espée, en tranchant et en aguisement
très-isnelle[676], à laquelle ne fu né ne sera jamais nulle ressemblée!
Celluy qui te forgea, n'avant n'après ne peut oncques puis faire une telle?
Qui de toy fu navré ne put oncques puis vivre? J'ai trop grant deuil, sé
mauvais homme et pereceux t'a après moy. J'ai trop grant dueil sé Sarrasins
ou autres mescréants te tiennent ou te manient.»

      Note 675: _Sachée._ Tirée.

      Note 676: _Isnelle._ Prompte.

Quant il eut s'espée regretée, il la dreça contre mont et féru trois
merveilleux coups au perron qui devant luy estoit, si qu'il la cuida
brisier; pour ce qu'il avoit paour qu'elle ne veinst ès mains des
Sarrasins.

Que vous compteroit-on plus? le perron fu coupé d'amont jusques aval en
terre, et l'espée demoura toute saine, sans nulle briseure. Et quant il vit
qu'il ne la pourroit despécier en nulle manière, si fu trop dolent.

Son cor d'ivoire mist à sa bouche et commença à corner par grant force, si
que il peust plus savoir s'aucun des Crestiens qui par le bois estoient
repost, pour la paour des Sarrasins, venissent à luy; ou que ceulx qui jà
avoient les pors passés venissent à luy et préissent s'espée et son cheval,
et enchassassent les Sarrasins qui s'enfuyoient. Lors sonna l'olifant par
si grant vertu qu'il le fendit parmi, pour la force de l'alaine qui issit
de sa bouche et lui rompirent les nerfs et les vaines du col.

Le son et la voix du cor ala jusqu'aux oreilles Charlemaines par le conduit
de l'ange qui jà s'estoit logié en une valée qui jusques aujourduy est
apellée le Vau-Charlemaines. Si estoit loin de Rollant entour huit miles,
vers Gascoigne. Tantost comme Charlemaines entendit la voix du cor Rollant,
il voult retourner comme celluy qui entendit par la voix de l'olifant que
il avoit mestier d'aide; mais le faulx Ganelon, qui la traison avoit faite
et pourparlée, et bien estoit coupable de la mort Rollant si luy dist:
«Sire, ne retournez jà en arrière, pour doubte que vous aiez de Rollant;
car il a de coustume qu'il corne volentiers pour petit de chose. Sachez
qu'il n'a mestier de vostre aide. Ainsi va orendroit chaçant et cornant
après aucune sauvage beste parmi ce bois.» O desloyal Trichierre! O le
conseil Ganelon qui bien doit estre comparé à la traïson de Judas.


III.

ANNEE: 822.

_Coment Rollant fist sa confession à Dieu, et coment il regéhi[677] de son
cuer les articles de la foy. Et puis coment il pria Dieu por ses
compaignons qui en celle bataille et autres avaient receu martire. De
Baudoin son frère et de Tierri qui survindrent à son trespassement; et de
la grant soif que il eut; et coment il rendit à Dieu son esprit._

      Note 677: _Regehi._ Avoua, reconnut.


Après ce que Rollant eut ainsi le cor sonné, et les nerfs et les vaines luy
furent routes[678] du col, il se coucha sur l'erbe et eut plus grand soif
que nul ne pourroit penser.

      Note 678: _Routes._ Rompues.

A Baudouin son frère, qui en ce point survint, fist signe qu'il lui
apportast à boire. Et en grant paine s'en mist du querre[679]; mais il n'en
pot point trouver. A lui retourna isnelement, et quant il vit qu'il
commençoit à trère[680], et qu'il estoit jà près de mort, il bénéit l'ame
de luy, son cor et s'espée prist, et monta sur son cheval et s'enfouit à
Charlemaines et à son ost; car il avoit paour qu'il ne fust là occis des
Sarrasins.

      Note 679: _Du querre._ D'en chercher.

      Note 680: _Trère._ Être oppressé.

Tantost comme il s'en partit, Thierri survint là où Rollant moroit; forment
le commença à plaindre et à regreter et luy dist qu'il garnisist son corps
et s'ame de confession. Ce jour meisme s'estoit Rollant confessé à un
prèstre, et avoit receu son Sauveur avant qu'il alast en bataille; que la
coustume estoit telle que les combateurs se confessoient et recevoient leur
Créateur, par les mains des prestres et des gens de religion qui en l'ost
estoient avant qu'ils se combatissent. Si estoit la coustume et belle et
bonne[681].

      Note 681: Ce passage est précieux, en ce qu'il prouve qu'au temps de
      la composition du faux Turpin, l'usage de se confesser avant d'aller
      au combat n'étoit plus établi. Au XIIème siècle, il étoit revenu,
      comme on peut le voir par les historiens de la bataille de Bouvines,
      par Villehardoin et par tous les annalistes des croisades. Cela est
      si vrai que Philippe Monskes, au XIIIème siècle, ce traducteur
      scrupuleux du texte de Turpin, omet cette réflexion du conteur latin.

Rollant le benoist martir leva les mains et les yeux au ciel, de bon cuer
fist sa confession, et pria nostre Seigneur en telle manière: «Sire Dieu
Jhésu-Crist, pour laquelle foi essaucier, je guerpi mon païs et suis venu
en ceste estrange contrée pour confondre gent sarrasine, et pour qui j'ai
tantes batailles de mescréans vaincues par ta divine puissance, et pour qui
j'ai souffert tant coups, tantes plaies, tantes faims, tantes soifs et
tantes autres angoisses, je te commant m'ame en ceste derrenière heure;
ainsi, Sire, comme tu daignas naistre de la Vierge, et pour moy souffrir le
gibet de la croix, et mourir et estre au sépulcre enseveli, et au tiers
jour résusciter, et au saint jour de l'Ascension monter ès cieulx, et à la
destre du Père estre assis que ta déité n'avoit oncques laissiée; ainsi
vueilles-tu m'ame délivrer de perdurable mort. Car je me rens coupable et
pécheur plus que je ne pourrois dire; mais tu, Sire, qui es débonnaire
pardonneur de tous pécheurs, et ne hez rien que tu aies fait, qui oublies
les péchés de ceulx qui à toi repairent, quant ils ont repentance de leurs
meffais en quelque heure que ce soit, qui espargnas au peuple de Ninive, et
délivras la femme qui estoit reprise en avoutire, et pardonnas à
Marie-Magdelène ses péchés, et à saint Père pardonnas son meffait quant il
ploura; et au larron ouvris la porte de paradis quant il te réclama en la
croix, ne me vueilles-tu pas béer pardon de mes péchiés? Délaisses-moy tous
les vices qui en moy sont, et vueilles m'ame saouler et repaistre de
pardurable repos. Car tu es cil en qui nuls corps ne périssent quant ils
meurent, ains sont mués en mieux; qui as coustume de délivrer l'ame du
corps et mettre en meilleur vie, qui dis que tu aimes mieulx la vie du
pécheur que la mort.

»Je crois du cuer et regehis de bouche que tu veulx m'ame oster de ceste
mortelle vie transitoire, pource que tu la faces vivre plus béneureusement,
sans comparaison; après la mort, meilleur sens et meilleur entencion aura;
et telle différence comme il a entre homme et son ombre, autant aura-elle
meilleure vie en la célestiale région.»

Lors prist Rollant, le glorieux martir, la pel et la char d'entour ses
mamelles, à ses propres mains, ainsi comme Thierri qui présent estoit
raconta puis, et commença à dire à grans larmes et à grans soupirs: «Dieu
Jhésu-Crist, fils Dieu le Père et de la Vierge Marie, regehis[682] de tous
mes sens et de toutes mes entrailles, et croi que tu es mon raembeeur[683],
que règnes et vis sans fin, et que me résusciteras de terre au derrenier
jour, et que je te verray Dieu, et mon Dieu et mon Sauveur, et en ceste
moie char.» Et tant comme il disoit ceste parole, il prist par trois fois
sa pel et sa char à ses mains forment et dist ces meismes paroles par trois
fois.

      Note 682: _Regehis._ Je regehis, je reconnois.

      Note 683: _Raembeeur._ Rédempteur.

Après mist ses deux mains sur ses yeux et dist ainsi par trois fois: «Et
ces miens yeux te verront.» Après ces parolles il ouvrit les yeux et
commença à regarder au ciel et garnist son pis et tous ses membres du signe
de la croix et dist: «Toutes terriennes choses me sont en vileté. Car voy
maintenant, par le don de nostre Seigneur, ce que yeux ne virent oncques,
n'oreilles n'oïrent; et ce que cuer d'omme ne peut penser que nostre
Seigneur appareille à ceulx qu'il aime.» A la parfin leva les yeux contre
mont vers le ciel, et pria pour les ames de ses compaignons qui on la
bataille avoient esté occis; et dist ainsi: «Sire Dieu, ta pitié et
miséricorde sont esméues sur tes féaux, qui pour toy sont occis en ceste
bataille, qui de lointaines terres sont venus çà en estranges contrées,
pour combatte contre les gens mescréants; qui pour ton saint nom, pour ta
foy déclairer, et vengier ton précieux sang gisent mors ci en droit par les
mains des Sarrasins. Mais tu, biau Sire, leur vueilles leurs péchiés
pardonner et les ames délivrer des paines d'enfer. Envoie, nostre Seigneur,
trois anges et trois archanges qui défendent leurs ames des régions de
ténèbres et les conduient au célestial règne, si qu'ils puissent régner
avec toy en la compaignie des glorieux martirs, qui vis et règnes sans fin
avec le Père et le Saint-Esprit par tout les siècles des siècles. _Amen_.»

En la fin de celle glorieuse confession, se partit Thierri de Rollant, et
la benoite ame se partit du corps après ceste prière. Si remportèrent les
anges en pardurable repos où elle est en joie sans fin, pour la dignité de
ses mérites, en la compagnie des glorieux martirs[684].

      Note 684: Dans les chansons de geste de Roncevaux, les derniers
      instants de Roland sont moins exclusivement pieux et bien plus
      touchants pour nous. J'en ai donné une leçon dans la préface de
      _Berte aus grans piés;_ on peut la comparer au précieux texte que
      vient d'en publier M. Francisque Michel, et que j'ai déjà cité plus
      haut:

      Li quens Rollans se jut desus un pin
      Envers Espaigne an ad turnet son vis:
      De plusurs choses à remembrer li prist,
      De tantes terres come li bers cunquist,
      De dulce France, des homes de son lin,
      De Carlemaigne, son seigneur qui l'nurrit,
      Ne peut muer n'en plurt et n'en suspirt,
      Mais lui méisme ne volt metre en obli,
      Claimet sa culpe si pria Dieu merci, etc.

      Voilà de la poésie, de l'épopée chrétienne; tandis que le texte de
      Turpin n'est qu'un rabâchage monacal de ce que tout le monde
      connoissoit déjà parfaitement sans lui.

[685]Pour la mort de tel prince déust bien faire toute crestienté grant
dueil et lamentation. Car comme il fu noble de lignage comme celuy qui
estoit de royal ligne, plus fu noble en fais et en prouesce de corps que
nul qui en son temps né puis vesquist, ne déust oncques à luy estre
comparé. Plain estoit de vertus et de bonnes meurs, pui et fontaine de
créance, pillier et soustenance de sainte Eglyse, confort de peuple par ses
dignes parolles, médicine contre les plaies et les griefs, du païs
défendeur et espérance du clergié, tuteur des veuves et des orphelins, pain
et récréation des besoingneus, large aux povres, fols large aux hostels,
pour ce espandit tousjours et sema ses richesses ès églyses et ès mains des
souffreteux.

      Note 685: Le paragraphe suivant est la traduction d'une pièce de vers
      qui manque dans plusieurs exemplaires latins et qui porte souvent le
      titre d'_Epitaphium comitis Rotolandi_.

Tant parfu sages en toutes choses et meismement en la doctrine de la foy et
de la créance, que son cuer estoit aussi comme une aumaire pleine de
livres[686]. Tous ceulx qui à luy venoient pour conseiller povoient aussi
en luy puiser comme en une grant fontaine; sages estoit et de très-grant
sens et conseil, débonnaire de cuer, et franc et doulx en parolles; tant
avoit en luy de tous biens que toutes manières d'onneurs et de graces se
traveilloient en sa louenge[687].

      Note 686: _Dogmata corde tenens, plenus velut archet libellis._ Le
      texte donné par M. Ciampi et par M. de Reiffenberg porte à tort
      _libellus_. La leçon du Msc. de N. D. est préférable.

      Note 687: Notre traducteur n'a pas rendu les deux derniers vers de
      l'épitaphe:

      _Pro tantis meritis hunc ad coelestia vectum
      Non premit urna rogi, sed tenet auta Dei._


IV.

ANNEE: 800.

_De l'avision l'arcevesque Turpin; coment il fu certain de la mort Rollant
et de la mort le roy Marsille. Et puis de Baudoin, coment il aporta vraies
nouvelles, et raconta la manière de la mort et de la confession Rollant. Et
puis coment Charlemaines et tout son ost retourna en Roncevaux; et du dueil
Charlemaines, et des regrets qu'il fist de Rollant._


Que vous raconteroit-on plus? en ce point que la sainte ame glorieuse du
glorieux martir le conte Rollant se départit du corps, je, Turpin,
arcevesque de Reims, estois avec l'empereur en un lieu qui est nommé le Val
Charlemaines, et en celluy jour meismes qui fu en la seconde kalende de
juillet avois-je célébré le sacrement de l'autel. Lors fus soudainement
ravis en esprit[688], et estois en tel point comme cil qui ne dort né ne
veille. Si ouy grand voix de compaignes qui se aloient à mont, chantant
vers le ciel; si me merveillay moult que ce povoit estre. Ainsi comme ils
s'en aloient à mont, chantant en telle manière, je tournai ma face par
devers moy, si vis une tourbe aussi comme de chiens tous noirs, si sembloit
bien qu'ils vénissent de praer, ou de tollir, ou de rapiner. Par devant moy
trespassèrent à tout leur proie, urlant et braiant, et criant, et disant;
et je leur demanday que ils portoient, et ils me respondirent à briefs
mots, isnelement: «Nous portons,» distrent-ils, «Marsille et ses
compaignons en enfer, et Michel porte vostre buisineur[689] et plusieurs
autres lassus aux cieulx.» Rollant appelloient buisineur, pour ce qu'il eut
tousjours acoustumé à porter son olifant en bataille.

      Note 688: Dans la vieille _chanson de geste_, c'est Charlemagne qui,
      dans un songe, croit voir l'annonce de la mort de Roland.

      Note 689: _Buisineur._ «Buccinator,» corneur.

Quant je eus la messe chantée et je me fus désarmé des armes nostre
Seigneur Jhésu-Crist, je vins au roy et luy dis: «Roy, saches-tu
certainement que Rollant ton nepveu est trespassé de cette mortelle vie, et
que saint Michel, l'ange nostre Seigneur, emporte l'ame de luy et de mains
autres Crestiens qui receu ont martire avec luy, en paradis, en pardurable
repos. Mais je ne say mie le lieu où il est mort, et les déables d'enfer
emportent l'ame de Marsille et de mains autres Sarrasins en enfer le
puant.»

Tandis comme je disoie ces porolles à Charlemaines, Baudouin vint sur le
cheval Rollant, esperonant de grant ravine[690], plourant et doulousant, et
grant due il demenant, qui raconta tout maintenant au roy Charlemaines et à
tous ceulx qui entour luy estoient tout ainsi comme les choses estoient
alées, et coment il avoit laissié Rollant sur la montaigne, de lès le
perron, où il trajoit à la mort, et toute la manière de sa confession et de
ses plains et de ses regretemens. Lors commencièrent tous à crier et à
plourer parmi l'ost, et très-grand dueil à démener et à retourner arrière
en la voie de Roncevaux.

      Note 690: _Ravine._ «Force.»

Charles trouva tout premièrement Rollant son nepveu, le très-puissant
prince et très-vaillant tant comme il fu en vie et en plaine santé, et le
trouva tout mort enversé. En vers[691] gisoit, les mains croisiées sur son
pis, ainsi comme il avoit réclamé notre Seigneur Jhésu-Crist et batu sa
coulpe. Le roy se laissa chéoir sur luy, et commença à plourer et à gémir,
et à soupirer et à faire dueil trop merveilleux et si très-grant que nul ne
le pourroit penser. Tant avoit grant douleur et grant angoisse au cuer,
qu'il ne povoit mot sonner né parler. Dieu! qui le véist son très-grant
dueil demener et faire, com grant pitié il péust avoir au cuer! Ses poings
destordoit et féroit ensemble, la face derompoit, et agratinoit aux ongles
sa barbe, et ses cheveux sachoit à poingnées, et quant il put parler si
cria à haulte voix:

«O Rollant! beau doulx nepveu, destre bras de mon corps, honneur de France,
espée de justice haulte, roide sans ploier, haubert fort et entier, heaume
de salut, par prouesce comparé à Judas Machabée, semblable à Sanson le
fort, à Saül et à Jonathas comparé par fortune de mort, en bataille
chevalier très-preux et très-sage, courtois et amiable, chevalereux sur
tous autres chevaliers, le fort des forts, le preux des preux, lignié des
roys, destruiseur de gent sarrasine et de gent mescréande, défendeur des
Crestiens, mur de clergie, baston d'orphelins et de veuves, viande et
récréation des povres, releveur d'églyses, langue sans mensonge, sage et
discret en tous jugemens, duc et conduiseur des osts et des batailles, le
bon des bons, esleu sur tous autres pillier et soutenance de toute
crestienté, pourquoi t'amené-je en ce païs et en ces estranges contrées?
Pourquoi vis-je plus sans toy, et pourquoi ne muiré-je avecques toi?
Pourquoi me laisses-tu triste et dolent, et courroucié et fresle en ceste
mortelle vie? Hélas! que pourroi-je faire? Que pourroi-je dire? Que
pourroi-je devenir? Biau très-doux nepveu, l'ame de toy soit avec les
confesseurs, avec les vierges sans fin, et s'esjoïsse en la compaignie des
martirs, en la gloire de nostre Seigneur Jhésu-Crist. Tous les jours de ma
vie me convient mais plourer, plaindre, gémir et souspirer sur toy, comme
David fist jadis sur Absalon son fils, et sur Saül Jonathas. Jamais jour de
ma vie n'aurai joie, né resconforté ne serai; de plourer ne cesserai.» Par
telles parolles et par semblables plaingnit et regreta Charlemaines son
nepveu, tant comme il vesquit puis[692].

      Note 691: _En vers._ «Sur le dos.» D'où notre _à l'envers_.

      Note 692: Les regrets de Charlemagne, d'abord assez semblables à
      ceux-ci, finissent d'une manière bien plus touchante dans la vieille
      chanson de geste, texte de M. Francisque Michel:

      «Ami Rollans, jo m'en irai en France;
      Com jo serai à Loun en ma chambre,
      De plusurs regnes vendront li home estrange;
      Demanderont: U est li quens _Cataignes?_ (capitaine)
      Jo lur dirai qu'il est morz en Espaigne.
      A grant dulur tendrai puis mun realme
      Jamais n'ert jur que ne plur né n'en pleigne.
                                 (Couplet 205.)


V.

ANNEE: 800.

_Coment Charlemaines fist logier son ost, et se reposèrent celle nuit
meisme là où le corps Rollant gisoit; et coment chascun trova son ami mort
ou navré. Coment Olivier fu trové, et coment Charlemaines enchauça les
Sarrasins et les occist; et coment Ganelon fu détrait à chevaus pour la
traïson; et puis coment chascun emportoit son ami, les uns mors et les
autres navrés._


Quant Charlemaines eut ainsi regreté Rollant, son très-chier nepveu, et il
eut cessé à plourer, il reprist son cuer, si commanda isnelement et sans
aloigne[693], à tendre trefs, aucubes et paveillons en ce lieu mesme où
Rollant gisoit mort. Là se reposa l'ost, celle nuit, dolent et desconforté
de leurs amis qui gisoient mors parmi les champs; le corps de Rollant fist
ouvrir Charlemaines, le desconforté, et puis laver et nétoier, puis
embaumer de basme et de mirre. Les obsèques et le service de mors fist
chanter aux menistres de sainte Églyse, aux arcevesques, aux évesques, aux
abbés et aux moines, à très-grant luminaire. Toute celle nuit mena l'ost
dueil et plours très-grans et très-merveilleux, et ce n'estoit pas de
merveille, de tantes nobles personnes qui là gisoient mors. Grant luminaire
et grant feu firent, parmi les bois, à mont et à aval, çà et là, jusques à
tant qu'ils virent le jour apparoir. Au matin s'armèrent tous communément,
petits et grans, viels et jeunes, et forts et foibles, et murent et
vindrent isnelement en la valée de Roncevaux, au lieu où la bataille avoit
esté le jour de devant, et où les barons gisoient mors et enversés, et les
autres chevaliers qui à la bataille n'avoient pas esté: là trouvèrent mort
Rollant. Là, trouva son ami chascun, dont les plusieurs estoient mors et
les autres non; mais ils estoient navrés à mort. Le très-vaillant Olivier,
le très-preux, trouvèrent mort, tout en vers, estandu ainsi comme en croix,
lié de quatre fors hares à quatre pieux fichiés en terre, et escorchié de
couteaulx agus, du col jusques aux ongles des piés et des mains. En
plusieurs lieux estoit trespercié de saiètes et de javelots et d'épées, et
froissié de coups et de bastons.

      Note 693: _Aloigne._ Retard.

Lors commença le pleur et le cri merveilleux et horrible par toute la
valée; si très-merveilleux et si grant que les montaignes en résonnoient,
les valées et les bois de toutes pars. Chascun regretoit son fils ou son
frère, ou son cousin ou son ami. Et ce n'estoit pas de merveille sé le
pleur et le cri y es toit très-grant pour tantes nobles personnes qui là
gisoient mors et enversés. Lors jura le roy, par le roy tout puissant,
qu'il ne cesseroit de courre jusques à tant qu'il trouveroit ses ennemis,
et non fist-il[694]; car tout maintenant, commanda que l'enchacement feust
commencié tost et hastivement. Là fist nostre Seigneur apperts miracles
pour luy, très-grans et très-merveilleux: car le soleil se tint en sa lueur
par l'espace de trois jours. Tant les chaça nostre empereur et sa gent,
qu'ils les trouvèrent de lès la cité de Sarragoce, les uns gisans, les
autres manans, sur le fleuve d'Esbra. Tant se combatirent et tant en
abatirent les nostres, que trente mille en y eut par nombre occis et mors,
et les plusieurs saillirent par paour de mort du fleuve, et se noièrent;
environ dix mille en y eut de noiés, si comme aucuns livres disent cy
endroit[695].

      Note 694: _Et non fist-il._ Et ne cessa-t-il pas.

      Note 695: _Aucuns livres._ Lesquels? Ici notre chroniqueur de
      Saint-Denis renchérit sur Turpin, qui parle seulement de quatre mille
      hommes tués, et qui se tait des noyés.

Quant la bataille fu defénie et les païens occis et noiés au fleuve, les
nostres se retrairent, et retournèrent à leurs amis qui gisoient mors en
Roncevaux. Les mors et les navrés furent isnelement portés là où le corps
de Rollant gisoit.

Lors fist l'empereur enquerre se c'estoit voir que Ganelon eust Rollant et
les autres barons de France et d'Angleterre trahis et vendus au roy
Marsille, si comme chascun disoit communément parmi l'ost. Pris fu
isnelement, et tost retenu et emprisonné comme souspeçonneux de si grand
traïson comme l'on disoit. Lors quant Pinabaux de Sorente entendit la
nouvelle que Ganelon son oncle estoit pris pour cause de traïson des
François qui mors estoient, il se trait avant pour luy deffendre comme son
oncle. Tantost comme Thierry l'Ardennois, qui escuier avoit esté Rollant,
le vit qui sa voit moult bien toute la convine comme celuy qui avoit esté
en la bataille dès le commencement jusques au deffinement, et présent à la
mort Rollant son maistre, si tendit son gage contre luy, et dist ainsi que
la traïson avoit-il faitte et pourparlée, et qu'il lui feroit regehir de
bouche et recognoistre, et qu'il en avoit eu trente somiers chargiés d'or
et d'argent et d'autres richesses.

Tout maintenant s'alèrent armer et montèrent aux chevaux, sans nul respect,
et furent ensemble mis devant tous. Lors brochièrent des espérons l'un
contre l'autre, et férirent et chapelèrent tant comme ils peurent l'un sur
l'autre. Mais tout maintenant fu Pinabaux occis et mort sans nul retour.
Lors fu la traïson du félon Ganelon découverte et congneue tout
appertement; et tout maintenant qu'il eut congneue la traïson, sans plus
faire d'aloigne, l'empereur fist quérir quatre des plus forts roncins de
tout l'ost, et le fist lier tost et apertement par piés et par mains. Tant
fu trait et sachié çà et là, qu'il fu despécié tout par membres.

Telle fu la vengeance des barons qui furent mors par traïson, telle fin eut
le déloyal par qui tant de preux hommes furent occis, dont France se dolut
après moult longuement, et Charlemaines s'en dolut tous les jours de sa
vie.

Lors prindrent les François les corps de leurs amis, de leurs fils, de
leurs frères, de leurs cousins, et les atournèrent au mieulx qu'ils peurent
pour porter avec eulx. Moult fust le cuer dur et fort qui ne plourast s'il
véist coment ils les atournoient: ils les fendoient parmi les ventres, et
jettoient hors les entrailles d'eulx, et les embasmoient de basme et de
mirre qui avoir le pouvoit, et ceulx qui avoir ne le pouvoient si les
atournoient de sel et les saloient. Los uns les troussoient sur leurs cous,
les autres les portoient entre leurs bras, les autres sur mules, et les
autres sur chevaux; elles autres faisoient bières de fust et les couchoient
dedens, et les autres portoient les navrés, qui n'estoient encore mie mors,
sur eschieles, à leurs couls; les autres les enterroient là meisme; les
autres les portoient, les uns jusques à tant qu'ils fleroient[696], et puis
les enterroient, et les autres portoient leurs amis jusques en France ou
jusques à leurs propres lieux. En telle manière les démenèrent, comme vous
avez oï; grant pitié et grant pleur y avoit, mais dueil à démener riens ne
vault, car ne le povoient recouvrer.

      Note 696: Répandoient de l'odeur.

En ce temps estoient deux grans cimetères; l'un estoit en Alle, en un lieu
qui a nom Aleschamp; et l'autre estoit à Bordeaux sur Gironde[697]. Ces
deux cimetères avoient sacré sept évesques sains hommes: saint Maxime
d'Osque[698]; saint Trophime, évesque d'Alle; saint Pons, évesque de
Narbonne; saint Saturnin, évesque de Thoulouse; saint Fourcis, évesque de
Pierregort; saint Marceau, évesque de Liége; saint Eutrope, évesque de
Xaintes. En ces deux cimetères que je vous ay nommés, que ces sains hommes
benéirent et sacrèrent à leur vivant, furent enterrés les François les plus
grans, et la plus grant partie de ceux qui furent occis en Roncevaux, et
ceux évesques qui moururent sans glaive en la montaigne de Garganc, dont
l'istoire a là-dessus parlé.

      Note 697: Le pseudonyme Turpin s'empare ici de la tradition en vogue
      de son temps et qui se rapportoit d'une part au fameux _Eliscampi_,
      _Aleschans_ ou _Champs-Elysées_ d'Arles, de l'autre au cimetière de
      Saint-Seurin de Bordeaux. _Aleschans_ étoit consacré par les
      _chansons de geste_ de la famille d'Aimery de Narbonne; c'est là que
      Vivien avoit été enterré, que Guillaume avoit vu ses compagnons les
      plus braves tomber sous le fer des Sarrasins. Mais la première source
      des légendes sur _Aleschans_ étoit sans doute la multitude de tombes
      romaines et de monuments antiques dont la plaine étoit jonchée. On
      aura voulu naturellement faire l'histoire de ces tombes, et les lier
      à celle des héros les plus chers aux souvenirs nationaux.

      Pour _Saint-Seurin_ y c'est dans les chansons de geste _des
      Lorrains_, lesquelles je m'obstine à regarder comme antérieures à
      celles de Roncevaux même, qu'il faut chercher la source de sa
      primitive célébrité. C'est là qu'avoient été inhumés tous les chefs
      des deux illustres familles de Fromont de Lens, et de Hervis de Metz;
      mais ni dans les chansons de geste des enfants d'Aimery, ni dans
      celles des enfants d'Hervis, on ne voit d'allusions aux tombes des
      héros de Roncevaux dans Aleschans et dans Saint-Seurin. Preuve
      décisive que ces chansons étoient antérieures au pseudonyme Turpin,
      c'est-à-dire à la fin du XIème siècle. En effet, à peine divulgué, le
      texte de Turpin fut considéré comme un article de foi et prit sa
      place au milieu des croyances les plus profondément enracinées. Un
      trouvère n'auroit donc jamais osé célébrer, après lui, les mêmes
      localités, sans faire concorder exactement le récit de la légende et
      celui de son poëme.

      Note 698: _Osque._ _Huesca._


VI.

ANNEE: 800.

_Coment le corps de Rollant fu porté en la cité de Blayes, et enterré en
l'église de Saint-Romain; et coment Charlemaines renta l'églyse. Et puis de
divers lieus où Olivier et les autres barons furent portés; et puis des
aumosnes que Charlemaines fist pour les morts; et coment Turpin demora à
Vianne._


Le corps de Rollant fist Charlemaines porter en la cité de Blayes, dont il
estoit sire et duc, sur deux mules, en bière dorée couverte de riches
pailes de soie, en l'églyse qu'il avoit fondée fut posé, et mis dedens[699]
chanoines ruillés. Là le fist-on ensépulturer moult richement et moult
honnourablement, si comme à tel prince afféroit qui de si grant renommée et
de si hault estoit que tous ceux qui oioient parler de luy, et à qui il
avoit guerre, le creignoient. S'espée Durandal fist pendre au chief, et aux
piés son olifant, en l'onneur de nostre Seigneur Jhésu-Crist, le Père, le
Fils et le Saint-Esprit, et en l'honneur de sa très-haulte renommée et
prouesse; mais l'oliphant fu puis porté à Bourdeaux sur Gironde, en
l'églyse saint Severin[700]. Beneurée est la très-noble cité de Blayes, qui
est aournée de si grant hoste de cui aide elle est garnie, de cui prouesce
elle est esjoïe. A Belin[701] fu enterré le très-noble Olivier, qui seul fu
comparé par prouesce à Rollant, et estoit son compaignon juré en armes et
fiance; le roy Ogier de Danemarche; Gondebœuf, roy de Frise; Aratans, le
roy de Bretaigne, et Garin, duc de Lorraine, et mains autres barons: tous
ceulx furent enterrés à Belin, qui de tant et de si nobles princes est
honnouré.

      Note 699: _Et mis dedens_, et furent mis.--_Ruillés._ Réguliers.

      Note 700: La plupart des leçons latines portent:

      «Sed et tubam postea aliam in beati Severini basilicam apud
      Burdegalam condignè transtulit.» L'excellent manuscrit de N.D.,
      n° 133, porte: «Sed _alius_ posteà tubam in B. Severini basilicam
      apud Burdigalam _indignè_ transtulit.» Et la chronique du temps
      de Philippe-le-Bel, renfermée dans le Msc. 8396, dit: «Mès le cor en
      fist puis porter, ne sai quel sire, en la chapèle S. Severin à
      Bordeaux.»

      Philippe Mouskes de son côté nous dit que Durandal fut ensuite remise
      entre les mains de Charlemagne:

      Mais par tant qu'ele estoit si bonne
      L'en ostèrent puis li Kanonne
      Si l'envoièrent Carlemaine
      Qui grant joie et grant dol en maine.
                         (Vers 9024.)

      Note 701: _Belin._ Lieu dont les chansons des _Lorrains_ avoient
      précèdemment fondé la célébrité. Voyez _Garin le Loherain_.

A Bourdeaux au cimetère Saint-Severin refurent enterrés ces nobles barons:
Gaiffier, duc de Bourdeaux et d'Acquitaine; Gelin et Gelier, Regnault
d'Aubespine, Gaultier de Termes, et Guelin, et Bègue, et bien d'autres
personnes. Hoël, comte de Nantes, en fu porté pour mettre en terre et en
sépulture à Nantes en Bretaigne la cité, avec mains autres barons.

Quant tous ces nobles barons furent ainsi ensépulturés comme vous avez oï
en divers lieux, Charlemaines fist donner aux povres robes et à mengier, et
départit pour l'amour de nostre Seigneur Jhésu-Chrit, le Père, le Fils et
le Saint-Esprit, douze mille onces d'argent et autant de besans d'or, à
l'exemple de Judas Macbabée. Et toute la terre qui est à six milles de la
cité de Blayes, et la cité meisme, donna à saint Romain, et toutes les
appartenances de la ville, en l'honneur de Dieu et de son cher nepveu
Rollant, et pour tous ceulx qui avec luy avoient receu mort. Le lieu et les
personnes franchit; car il ne voult qu'ils féussent subgiés à nulle humaine
personne, et les lia par serrement, eulx et ceulx qui après eulx
vendroient, qu'ils revestiroient et paistroient trente povres, chascun an,
au jour de l'aniversaire de son chier nepveu Rollant, pour l'ame de luy et
de tous ceulx qui furent occis en Roncevaux; et feroient chanter autant de
vigilles et de messes; et ainsi firent le serement, et promistrent à tenir
comme il voult deviser.

Après cest establissement, je Turpin et l'empereur, et une partie de nostre
ost, nous despartismes de la cité de Blayes, et nous en alasmes par
Gascongne, par la cité de Thoulouse, droit en Alle-le-Blanc. Là trouvasmes
l'ost des Bourgoignons, qui s'estoient despartis de nous dès Roncevaux, et
estoient là venus à tous leurs mors navrés, parmi Molaine[702] et
Thoulouse. Si les emportoient en charettes et en litières, et aucuns sur
mules et sur chevaux, pour enterrer au cimetère d'Aleschans, dont nous
avons là meisme dessus parlé.

      Note 702: _Molaine._ Aujourd'hui _Mauléon_.

En celluy cimetère furent enterrés, par nos mains, ces nobles barons:
Estouz de Langres, Salmon et Sanse, le duc de Bourgoigne, Hernault de
Beaulende, Auberri le Bourgoignon, Guimart et Estormis, Attes et Thierri,
Yvorin et Yvoire, Bérengier, et Berart de Nubles, et Naimes le duc de
Bavière, et dix mille autres personnes. Mais Constentin, le prévost de
Rome, et avec luy mains autres barons romains et puillois furent portés par
mer en la cité de Rome, et noblement ensépulturés.

Pour les ames de tous ceulx qui là furent enterrés fist Charlemaines donner
aux povres, en la cité d'Alle, douze mille onces d'argent et autant de
besans d'or, à l'exemple de Judas Machabée, ainsi comme il eut fait en la
cité de Blayes.

Et après ces choses, nous nous en alâmes tous ensemble en la cité de
Vianne, et je Turpin demorai en la cité, moult travaillé et moult affoibli
des grans travaux et des coups et des plaies que j'avois souffers en
Espaigne; et Charlemaines s'en ala droit à Paris à tout son ost, qui moult
restoit jà afoibloié pour les travaux, et plus encore pour le dueil de
Rollaut son nepveu, et d'Olivier le preux et des autres barons.


VII.

ANNEE: 800.

_Coment Charlemaines retourna en France, et fist concile de prélas et
parlement des barons; et coment il rendi graces au benéoit martir saint
Denis, et li donna et lessa en gage toute France en la présence des barons;
et puis coment il s'en ala à Ais-la-Chapelle. Et puis de la vision Turpin
de la mort Charlemaines._


Quant Charlemaines fu retourné en France, il vint à Saint-Denis. Là fist
assembler conseil des prélas et des barons; à Dieu et monseigneur saint
Denis rendit graces et, merci de ce qu'il luy avoit donné force et pouvoir
de vaincre et confondre la gent sarrasine. Là fist un tel establissement,
qu'il donna toute France à l'Églyse en l'honneur des martirs; ainsi comme
saint Pol l'apostre et saint Clément luy avoient jadis livré[703] pour
convertira la foy crestienne; et voult et ordonna que tous les rois de
France et tous les prélas présens et à venir fussent obéissans à nostre
Seigneur et au pasteur de l'Églyse, et que nul roy ne peust estre couronné
sans son assentement et sans son conseil, né évesque ordonné en court de
Rome né dampnés ne receus sans sa volenté et sans son assentement.

      Note 703: _Luy avoient_, avoient livré la France à Saint-Denis. En
      effet, les deux donations ont la même authenticité.--_Toute France à
      l'Églyse._ Toute l'Ile-de-France à l'églyse de Saint-Denis.

A la parfin, après plusieurs dons et plusieurs privilèges qu'il donna à
l'Églyse, establit-il et commanda que chascune personne chief d'ostel de
toute France rendist chascun an en l'églyse quatre deniers, non pas par
servitude, mais par franchise, et que tous ceulx qui cerfs estoient[704]
devant fussent franchis. Par tant, si ne doit-on pas cuider que ce soit
servage, ains est droit establissement de franchise. Car ainsi fist
Alexandre-le-Grant quant il eut conquis tout Orient, que tous ceulx qui luy
rendoient quatre deniers feussent quittes de toute autre coustume. Dont les
roys de France paient chascun an quatre besans d'or et dessus leurs chiefs
les offrent aux martirs, en recognoissance qu'ils tiennent de Dieu et de
luy tout le royaume de France; ce qu'ils ne féissent en nulle manière sé ce
feust en nom de servage[705]. Après prist le roy sa couronne et la mist sur
l'autel. La couronne de France livra en garde de Dieu et de saint Denis, et
se démist de toutes honeurs terriennes.

      Note 704: Il falloit ajouter avec le texte latin: _Et qui donneroient
      librement ces deniers_, «qui hos nummos libenter darent.»

      Note 705: Voici un exemple bien coupable de _fraude pieuse_ que je
      suis obligé de signaler.

      1° Tout ce qui suit la mention de l'affranchissement des serfs qui
      donneroient à Saint-Denis quatre pièces d'argent (quatuor nummos), ne
      se trouve dans aucun exemplaire de la chronique latine de Turpin;
      c'est une addition, une invention du traducteur de Saint-Denis, et
      l'on n'en voit pas de traces dans la _Chronique des rois de
      France_, rédigée sous Phillppe-le Bel, mais non pas dans l'abbaye
      méme de Saint-Denis.

      2° Tout ce qui regarde l'église de Saint-Denis et les privilèges
      exorbitants que Charlemagne lui auroit prodigués, est une
      interpolation criminelle, faite dans le XIIIe siècle, au texte déjà
      bien criminel du faux Turpin. Il semble, car on ne peut être ici trop
      sévère, que les moines de _Saint-Denis_ aient voulu partager avec
      Saint-Jacques-de-Compostelle les bénéfices de la fraude dont
      s'étoient rendus coupables les rédacteurs du faux Turpin, et qu'ils
      n'en aient admis le contenu que sous la condition d'y faire quelques
      suppressions et surtout quelques additions à leur profit.
      Auroient-ils donc fait ouvertement trafic du mensonge? je ne le pense
      pas. Quand la _Chronique de Turpin_ fut admise au milieu des
      chroniques nationales, il y avoit déjà long-temps que l'opinion
      publique la regardoit comme authentique; mais possesseurs des textes
      les plus respectés de toutes nos annales, il fut facile aux moines de
      Saint-Denis de faire à celle de Turpin quelques additions dont
      personne n'eut la pensée de discuter l'authenticité.

      Cependant un manuscrit nous est resté, le plus ancien, le plus exact
      de tous ceux qui renferment le psoudo-Turpin; on voit que je veux
      parler du n° 133 de Notre-Dame, copié vers la fin du XIIème siècle,
      alors que les moines de Saint-Denis n'avoient encore aucune autorité
      sur l'histoire nationale; il ne contient pas le fameux passage, et
      son silence est ici la condamnation patente de la fraude du
      traducteur de Saint-Denis. Voici donc le texte qu'il nous offre:

      «Rex debilitatus, cum suis exercitibus parisiacam rediit urbem.
      Deindè, veniens ad ecclesiam beati Dionysii, eumdem locum honoravit
      et obsecrationibus et oblationibus. Qui cùm aliquantis diebus ibi
      moram fecisset, tandem apud Aquisgrani versus Leodium pervenit, etc.»

      On voit qu'ici il n'y a plus que des prières et des offrandes, au
      lieu d'un concile, d'un don de toute la France, d'une suprématie
      effrontée accordée à Saint-Denis dans toutes les questions d'ordre
      politique et religieux. Il est d'autant plus important de relever
      cette fraude audacieuse,  entée sur celle des moines de Saint-Jacques
      de Compostelle, que si l'on ne prouve cette interpollation dans le
      texte primitif du faux Turpin, il sera impossible d'admettre qu'un
      moine espagnol en ait été l'auteur.

      Au reste, l'interpolation fut adroitement faite. Ses auteurs avoient
      eu soin d'y rappeler les intérêts de l'église Saint-Jacques, et d'y
      flatter l'orgueil national. Mais le chroniqueur de Saint-Denis a omis
      cette sorte de confirmation, qu'il jugooit sans doute inutile de son
      temps. La voici telle qu'elle est traduite dans le vieux manuscrit
      7871:

      «Et tous les sers qui ces deniers donroient, il les franchi. Dont
      ala-il devant le cors mon seignor S. Denise si li requist que li
      priast à Deu que tuit cil qui volontiers donnoient ces deniers et cil
      qui lor terres avoient lessiées por amor Deu et qui estoient alé en
      Espaigne eussent joie permenable.... La nuit que li rois et fete
      ceste prière, saint Denis li aparut en dormant, si l'esveilla et si
      li dist: Rois, saches que j'ai requis à Notre-Seigncur que tuit cil
      qui alèrent o toi en Espaigne que il ont pardon de lor pechiés, et
      cil qui volontiers et de boen cuer donent les deniers por édifier
      m'église, il auront pardon des lor plus grans meffez. La matinée
      conta li rois ce qu'il avoit oï, si donerent tuit par costume les
      deniers de boen cuer, et cil qui les donoit volontiers estoit apellés
      li frans de Saint-Denis. Dont vint la coustume que celle terre qui
      devant fut apellée _Galle_ fut donc nommée _France;_  c'est à dire
      quelle fut franche de tot servage d'autre gent. Et pour ce, doivent
      les gens de France estre seignor et anoré de sor totes autres gens.»

Congué prist aux glorieux martirs et au royaume de France; à
Ais-la-Chapelle s'en ala et là parfist le remenant de sa vie. Puis tous les
jours tant comme il vesquit plaignit et regreta son chier nepveu Rollant,
et Olivier, et les autres barons qui mors furent en Roncevaux. Puis qu'il
se départit d'Espaigne, et meismement puis la mort de Rollant ne put avoir
santé. Tousjours puis tant comme il vesquit donna aux povres doze mille
onces d'argent et autant de besans d'or, et robes et viandes, pour les ames
de Rollant et d'Olivier et des autres barons, en la sixième kalende de
juin. Et faisoit lire autant de Pseaultier et chanter autant de messes au
tel jour comme ils receurent martire. Avant qu'il se départist de moy en la
cité de Vianne, me promist, sé il mouroit avant de moy, il le me feroit
assavoir par certain message; et je luy promis aussi que sé je mourroie
avant de luy, que je luy feroie vraiernent assavoir.

Un jour advint en la cité de Vianne, où je demouroie, que j'avoie chanté
une messe pour les fils Dieu de _Requiem_, et je disoie un pseaume du
Pseaultier que je avoie acoustumé à dire. Après la messe je vis une légion
de déables soudainement trespassans par devant moy; j'en appelai un qui
derrière aloit, et je le conjuray, de la vertu de Dieu, que il me dist où
ils aloient; et il me dist qu'ils aloient à Ais-la-Chapelle à la mort de
Charlemaines, qui en celle heure devoit mourir. Je n'eus pas assouvy le
pseaume que j'avois commencié, que je les vis retourner et passer par
devant moy, et demandai au derrenier à qui j'avoie devant parlé qu'ils
avoient fait? Et il me respondit que un Galicien sans chief, _et un
François décolé_[706] avoient tant mis de fusts et de pierres de moustiers
en balance, que les bienfais qu'il avoit fais pesoient plus que le mal; et
pour ce leur avoient les anges tollue l'ame, et l'avoient mise ès-mains du
souverain Roy.

      Note 706: Ces mots soulignés ne sont pas dans le Msc. de N. D.

Quant le déable eut ce dit, il s'esvanoyt tautost. Lors sceu-je bien et
entendis certainement que Charlemaines estoit trespassé en la joie de
paradis, en celle heure meisme. Si luy souvint-il, à la mort, de la
promesse qu'il avoit faitte quant il se départit de moy à Vianne; car il
commanda à un chevalier qu'il me venist noncier et faire certain de sa
mort. Quinze jours après son trespassement vint à moy le message qui me
raconta la manière de sa mort. Lors fus-je certain que au mois et du jour
que je l'advision avois eue, avoit-il esté mors.


VIII.

ANNEE: 800.

_De plusieurs signes qui avindrent devant la mort Charlemaines; et puis de
son testament, et coment il fu ensepulturé. Puis après, de la sénification
Charlemaines et Rollant, et d'Olivier et Turpin._


Le temps de l'Incarnation estoit adonc en la sisiesme kalende de février,
mais pour ce qu'il apparust bien par plusieurs signes que le terme de sa
vie approchoit, si comme nous dirons ci après, revoult-il ordonner de son
testament par grant délibération, ainçois qu'il accouchast de la maladie
dont il mourut. Dieu et sainte Églyse fist hoirs de tous ses biens meubles
et de tous ses trésors, et les devisa en trois parties. La tierce partie
devisa et donna aux povres menistres de son palais; les autres deux devisa
en deux parties selon le nombre de trente-deux arcevesques de son empire,
et voult que chascune arceveschié receust le treu qui à l'arceveschié
afferoit; et les autres deux parties égaument aux évesques des éveschiés
qui soubs luy estoient en son empire. Et estoient tels: Romme, Ravenne,
Milans, Aquilée, Grace, Couloigne, Maïence, Taillebourc, Trèves, Besençon,
Lion, Vienne, Arle, Narbonne, Ébraudune, Darentose, Bourdeaux, Sens, Tours,
Bourges, Rains, Rouen.

Saintement et honnestement vesquit tous les jours de sa vie. Son empire
crut et monteplia si comme l'istoire l'a devisé. L'estat de sainte Églyse
laissa en grant paix et en grant concorde. Cel an de l'Incarnacion tel
mourut comme nous avons dit dessus, en l'an de son aage soixante et deux
ans, de son règne quarante-sept ans, du règne de Lombardie quarante-trois,
de son empire quatorze. Tant fu puissant et renommé qu'il tint toute la
terre qui siet entre le montde Gargane et la cité de Cordes en Espaigne.

A Ais-la-Chapelle fu son corps posé, en l'églyse Nostre-Dame, qu'il avoit
fondée; purgié fu et embasmé, et enoing et empli d'odeurs et de précieuses
espices. En un trosne d'or fu assis, l'espée ceinte, le texte des évangiles
entre ses mains. En telle manière fu assis en son trosne, qu'il a ses
espaules, par derrière, un petit inclinées, et la face honnestement dréciée
contre mont; dedens sa couronne, qui à une chaine d'or est attachiée sur
son chief, est une partie du fust de la sainte croix. Vestu fu de garnemens
impériaux, et la face couverte d'un suaire par dessoubs. Son sceptre est un
escrin d'or que l'apostole Lion sacra et mit devant luy. Si est sa
sépulture emplie de trésors et de richesses, et de diverses odeurs et de
précieuses espices.

Plusieurs signes avindrent par trois ans devant qui apertement signifioient
sa mort et son deffinement. Le premier fu que le soleil et la lune
perdirent leur couleur naturelle par trois jours, et furent ainsi comme
tous noirs, un pou avant ce qu'il mourust. Le second fu que son nom, qui
estoit escript en la paroy de l'églyse de Nostre-Dame d'Ais, que il avoit
fondée, effaça de luy-meisme.

Le tiers signe si fu que un porche qui estoit entre l'églyse et le palais
fondit par soy-meisme le jour d'une Assencion. Le quart fu que un pont de
fust que il avoit fait faire par sept ans en la cité de Maïence, sur le
fluve de Rin, fondit en mi l'eaue. Le cinquiesme si fu quant il chevauchoit
un jour de lieu en autre, le jour devint ainsi comme tout noir, et un grant
brandon de feu courut soudainement de la destre partie en la senestre par
devant luy; et de ce fu moult espouvanté, et ébahi si durement, qu'il chaït
à terre du cheval; et ses chevaliers et sa gent qui avec luy chevauchoient
coururent tantost à luy et le levèrent de terre isnèlement.

Certainement doit-on croire qu'il soit parçonniers à la couronne et à la
gloire des martirs; car ainsi il souffroit avec eux les peines et les
travaux en ceste mortelle vie. Par ce peut-on savoir que quiconques édifie
églyses ou moustiers en l'onneur de Dieu et des sains, il appareille à
s'ame le règne des cieux, et il sera osté des mains au déable ainsi comme
Charlemaines fu[707].

      Note 707: Voilà toute la morale de l'œuvre; aussi la plupart des
      leçons du pseudo-Turpin finissont-elles ici. Ce qui suit, évidemment,
      est une sorte de commentaire de l'éditeur de la chronique.

Turpin ne vesquit pas moult longuement que Charlemaines fu trespassé. En la
cité de Vianne mourut dignement et glorieusement, moult agrevé des plaies
et des travaux qu'il eut souffert en Espaigne. De lès la cité de Vianne fu
ensépulturé vers Orient, en une petite églyse. Mais aucuns clers
chanoines[708] pristrent puis le corps et le portèrent en la cité, en une
églyse où il repose honnestement et dignement; pour ce que cette églyse où
il estoit premièrement estoit aussi comme gastée. Le corps du saint homme
trouvèrent tout entier en char et en poil, revestu des garnemens qui
affièrent à évesque. Il est couronné de couronne de victoire en paradis
qu'il desservit en terre par mains travaux.

      Note 708: Il y a dans le texte: «Cujus sanctissimum corpus _nostris
      temporibus_ quidam ex nostris clericis quodam sarcofago, etc.» C'est
      ici Godefroi, le prieur de Saint-André, qui parle, et nous prouve que
      ce monastère à son tour voulut avoir sa part dans la proie de
      l'_affaire Turpin_.

L'en doit croire que ceulx qui reçeurent martire pour la foy Jhésu-Crist
ils sont couronnés ès cieulx pour leur desserte. Et jà soit que
Charlemaines et Turpin ne feussent pas martirs en Roncevaux avec Rollant et
Olivier et avec les autres martirs, toutes voies sont-ils parçonniers de
leurs mérites et de leur gloire, en ce qu-ils sentirent tant comme ils
vesquirent sans eulx les douleurs et les travaux de leurs plaies. Et ainsi
comme dit l'apostre, sé ils furent parçonniers et compaignons des douleurs
et des paines, ils seront parçonniers de la gloire et du confort.

Selon la signification des noms, Rollant si vault autant comme _Roole de
science_, pour ce qu'il surmonta tous les princes et tous les roys de
sapience.

Olivier vault autant comme homme de miséricorde, car fut miséricors sur
tous autres, débonnaire en parolles, débonnaire en fais, et patient en
toutes manières.

Charlemaines si vault autant comme jour de char, pour ce qu'il surmonta et
resplandit tous les princes et les roys charnels, après Jhésu-Crist, en
science et en vertus.

Turpin si vault autant comme homme très-biau, sans aucun vice de laidure;
car il fu tousjours honneste en parolles et en fais.


IX.

ANNEE: 800.

_D'une adventure merveilleuse qui advint à Rollant comme il vivoit, avant
qu'il entrast en Espaigne, et coment il délivra son oncle des mains aux
Sarrasins[709]._

      Note 709: Ce chapitre manque dans les éditions imprimées latines et
      françoises de la chronique de Turpin; mais on le retrouve dans un
      grand nombre de manuscrits, entre autres pour le texte latin dans
      celui de Notre-Dame, et pour la traduction dans le n° 7871. Les
      chroniques de France, du temps de Philippe-le-Bel, ne l'ont pas
      admis.


Mais, pour bon exemple donner aux roys et aux princes qui guerre ont à
mener contre les ennemis de la crestienté, ne doit-on ci oublier une
merveilleuse adventure qui advint à Rollant au temps qu'il vivoit, avant
qu'il entrast en Espaigne. Il advint qu'il assist à grant ost une cité qui
avoit nom Garnopole[710]; sept ans entiers dura le siège.

      Note 710: _Garnopole._ Grenoble (Grationopolis).

Tandis comme il estoit au siège devant cette cité, un message vint à luy,
et luy dist que les roys des Wandres et de Frise et de Sassoigne avoient
assis Charlemaines son oncle en la cité de Dalmacie, en un chastel; pour ce
luy mandoit son oncle qu'il le secourust tost et hastivement, et le
délivrast des mains des païens qui assis l'avoient à grans osts. Moult fu
Rollant dolent quant il sceut le péril où son oncle estoit. Si commença à
penser lequel il feroit sé il iroit délivrer son oncle, et guerpiroit le
siège de la cité où il avoit si longuement sis, et souffert tant de peines
et de travaulx; ou s'il la prendroit avant qu'il alast en l'aide son oncle.

Oez[711] que fist le noble prince Rollant en la nécessité de deux fortunes:
trois jours et trois nuits jeusna, sans boire et sans mengier, luy et tous
ses osts en oroison, priant à Dieu que il leur envoiast secours par telles
parolles:

«Biau sire Jhésu-Crist, fils du hault Père, qui la rouge Mer partis et
devisa, ton peuple feis parmi passer à terre seiche, et le roy Pharaon qui
les chaçoit plungeas en la mer, luy et tout son peuple; à ton peuple qui
estoit par le désert envoias la manne du ciel, maintes nations et maint
peuple occis qui leur estoient contraires, et Sion le roy des Amoriens, Og
le roy de Basan, et tous les roys de la terre Chanaan; et leur délivras la
terre de promission pour habiter, si comme tu l'avoies devant promis à leur
père Abraham; et tu sire, qui les murs de Jhéricho trébuchas sans aucune
humaine force, où les ennemis de ton peuple estoient enclos: beau sire
Dieu, si comme c'est voir, et je croi fermement que tu es tout puissant,
par ta sainte parolle vueilles destruire et cravanter ceste cité par les
bras de ta puissance, si que la gent païenne qui se fie en sa fiance et non
mie en toi, cognoisse appartement que tu es Dieu tout puissant, plus fort
que nuls roys, vrai aideur de tous Crestiens, et destruiseur de Sarrasins
et de toutes gens mescréans, qui vis et règnes avec Dieu le Père et le
Saint-Esprit, sans commencement et sans fin.»

      Note 711: _Oez._ Ecoutez.

Après ceste parolle, les murs de la cité chaïrent sans aucune force
d'homme, si que la cité fu toute desclose de toutes pars, et le prince
Rollant entra dedans luy et ses osts sans nulle défence; les Sarrasins
occirent et chacièrent tous. Si fu la cité conquise en telle manière comme
vous avez oï. Moult fu Rollant lié et tous ses osts de la grace que nostre
Seigneur luy avoit faitte par sa vertu. Louenges luy rendirent de bonne
entencion.

Lors prist Rollant son ost, et ala délivrer son oncle en la terre des
Thioys[712]; ses ennemis desconfist et enchaça, et délivra son oncle de
leurs mains, par la vertu et par la grace de nostre Seigneur
Jhésu-Crist[713].

      Note 712: _Thioys._ Allemands.

      Note 713: Ici finit la relation du Turpin, dans le manuscrit de
      _Notre-Dame_.
      On lit à la suite (f° 34, r°):

                           «Amen.
      Qui legis hoc carmen Turpino posce veniam
      Ut pletate Dei subveniatur ei.»

      Vient ensuite le récit de la mort de l'archevêque, et puis le fond de
      notre chapitre 10, qui manque dans les traductions françoises de
      Turpin et qui n'avoit pas été fait pour être confondu avec lui.


X.

ANNEE: 800.

_De ce qui avint en Espaigne long-temps après la mort Charlemaines: coment
l'aumacour de Cordes se vanta qu'il conquerroit toute Espaigne. Son ost
assembla, et fist moult de dommages en la terre, puis s'en ala tout
espoenté par les miracles que il vit._


Cy endroit nous convient mettre en mémoire ce qui advint en la terre de
Galice après la mort de Charlemaines.

Long-temps après fu le païs en paix, quant un prince sarrasin qui estoit
aumacour de Cordes s'esmut par l'aatisement[714] du diable, et se vanta
qu'il conquerroit la terre d'Espaigne et de Galice que Charlemaines avoit
tollue à ses prédécesseurs. Si revint de rechief à la loy païenne qu'il
avoit renoiée et guerpie; ses osts assembla, la terre et le païs destruist
et gasta en divers lieux, et vint à la cité de Compostelle, là où le corps
monseigneur saint Jacques repose.

      Note 714: _Aatisement._ Instigation. «Dæmonis instinctu.»

Tout quanques ils trouvèrent dedens prisdrent et ravirent; l'églyse du
glorieux apostre destruisirent, dont ce fu grant douleur; textes[715] d'or
et tables d'argent, croix, encensiers et autres ornemens ravirent. Dedens
l'églyse meisme hébergeoient leurs chevaux, et faisoient leurs ordures de
lès le mestre-autel de léans.

      Note 715: _Textes._ Couvertures.

De ce se courrouça nostre Seigneur et les punit, en telle manière que tous
ceulx qui ce faisoient estoient si esmeus dedens le corps, qu'ils mettoient
hors, par dessoubs, les boiaulx et les entrailles[716]. Les autres
perdoient les yeulx et s'en aloient parmi l'églyse une heure çà et l'autre
là, comme ceulx qui goute ne véoient. L'aumacour qui maistre estoit d'eulx
perdit la veue du tout; mais toutes voies il la recouvra par le conseil
d'un des prestres de léans que il avoit pris. Cil luy loua[717] qu'il
appellast l'aide nostre Seigneur. Lors commença le Sarrasin à haulte voix:
«O Dieu des Crestiens! Dieu de Jacques, Dieu de Marie, Dieu de Pierre, Dieu
de Martin, Dieu de tous Crestiens, sé tu me veulx rendre les yeulx et
donner santé de ma vie ainsi comme devant, je renoierai Mahommet mon Dieu,
et ne revendray plus à la terre de Jacques, ton grant homme, pour mal
faire. O tu! Jacques, grant homme et grant sire, sé tu me veulx donner
santé de mes yeulx et de mon ventre, je te rendrai quanques j'ai pris en
ta maison.»

      Note 716: «Fluxu sanguinis intestinorum interibant.»

      Note 717: _Loua._ Conseilla.

Quinze jours après ce qu'il eut tout rendu à double, et restabli quanqu'il
avoit tollu à l'églyse, il recouvra santé des yeulx et du ventre. De la
contrée Saint-Jacques se départit, et promist que jamais en ces parties ne
retourneroit pour rober né pour mal faire; et bien recognoissoit et
preschoit que le Dieu des Crestiens estoit puissant, et Jacques son
disciple grant homme.

Ainsi se départit et s'en ala parmi Espaigne, le païs gastant. A une cité
vint qui avoit nom Cornus[718]. En celle cité estoit une églyse moult
noblement fondée en l'onneur de saint Romain. Si estoit moult bien garnie
de livres, de croix, d'argent, et de textes d'or. L'aumacour, qui pas
n'avoit oublié sa cruaulté, vint et ravit quanqu'il avoit dedens celle
églyse. La cité mist tout à gast et à destruction. Si advint, quant il fu
hesbergié, que un de ses princes et des menistres de son ost entra en
l'églyse Saint-Romain. Comme il regardoit çà et là, si vit trop belles
coulombes de pierres qui soustenoient la couverture de l'églyse, et
estoient sur argentées et dorées par amont[719]; et le Sarrasin, qui fu
plain de félonnie et d'envie, prist un gros coing de fer, et commença à
férir d'un maillet à merveilleux coups, en une creveure qui estoit en la
coulombe ainsi comme une jointure, et le faisoit en entencion de l'églyse
trébuchier. Mais nostre Seigneur luy monstra bien qu'il s'en courrouçoit,
car il fu maintenant mué en pierre naturelle; et celle propre est encore en
l'églyse, en semblance de homme. Si a toute couleur, en robes et en visage,
comme le Sarrasin portoit à l'eure qu'il fu mué. Et soulent racompter les
pélerins qui là vont que celle image de celluy Sarrasin rend pueur
très-grant.

      Note 718: _Cornus._ Le texte de N. D. porte _Ornix_. «Ad villam quæ
      dicitur Ornix.» Peut-être _Orense_.

      Note 719: _Par amont._ Par le haut. «In summitate.»

Quant l'aumacour vit celle nouvelle, il dist à ses princes: «Vraiement,
moult est grant et puissant le Dieu des Crestiens; car ses gens, jà soit
que ils soient mors et trespassés de ceste vie, ont povoir que ils
destraignent et justicient ceulx qui mal font à leurs lieux; les autres
font vuider les entrailles du corps, et les autres muent en pierre. Jacques
me tollit les yeux, Romain a fait de mon homme pierre. Mais Jacques est
plus débonnaire que cil Romain; car il eut pitié de moy et me rendit les
yeulx, et cil Romain ne me veut rendre mon homme. Fuyons-nous de cest païs,
et n'y revenons plus, que pis ne nous en viengne.»

Lors se départit l'aumacour de la contrée, et en mena son ost. Si ne fu
puis nul si hardy, de long-temps après, qui osast le païs envaïr, né la
contrée Saint-Jacques.

Sachent tous que tous ceulx qui sa contrée et son païs troubleront seront à
tousjours-mais dampnés sans fin; et ceulx qui des Sarrasins la garderont et
deffendront desserviront la joie de paradis par les mérites de nostre
Seigneur et de monseigneur saint Jacques, à laquelle nous doint tous
parvenir, par la prière de monseigneur saint Jacques, le roy des roys qui
vit et règne en Trinité parfaite, par tous les siècles des siècles. Amen.



_Cy fine le sixiesme et derrenier livre des fais et gestes le fort
roy Charlemaines._



CI COMENCENT LES GESTES
DU DÉBONNAIRE ROY
LOYS.

       *       *       *       *       *


I.

ANNEES: 778/785.

_De sa mère, qui elle fu, et quant il fu né; et coment son père lui octroia
le royaume d'Acquitaine, pour ce qu'il y avoit esté né, et establit sages
hommes pour l'enfant garder et gouverner. Après, coment l'empereur alla à
Rome et luy livra le royaume, et puis coment l'empereur le manda par deux
fois._


Cy commence la vie et les fais du débonnaire roy Loys, fils Charlemaines,
qui roy fu et empereur. Mais pour ce qu'il porta couronne, et fist aucuns
grans fais au vivant de son père, nous conviendra parler du roy
Charlemaines jusques ça avant.

Plusieurs femmes eut l'empereur Charlemaines: en elles engendra grant
lignée de fils et de filles. La première de ses femmes eut nom Hildegarde,
noble dame fu de la lignée de Sassoigne. Deux hoirs masles conçut ensemble
la première fois[720], desquels l'un commença près d'aussi tost à mourir
comme à naistre. L'autre qui, par la volonté Nostre-Seigneur, nasquit plein
de vie et bien fourmé; baptisé fu, et par nom appellé Loys, en l'an de
l'Incarnation sept cens et soixante dix et huit. Et pour ce qu'il fu né en
Acquitaine, le père lui octroia dès lors le royaume, sé Dieu lui donnoit
vie, et voult qu'il en fust sire clamé.

      Note 720: _Vita Ludovici Pii imperatoris, Caroli magni filii_.
      --_III_. A compter d'ici, le moine de Saint-Denis traduit la vie
      anonyme de Louis-le-Débonnaire, publiée par un de ses contemporains,
      peu de temps après la mort de l'empereur (voyez la _Dissertation_).
      L'original de cette vie a été inséré dans le 6° vol. des _Historiens
      de France_, page 80 et suivantes.

Bien savoit l'empereur, qui tant estoit sage, que un royaume est ainsi
comme le corps d'un homme, qui souvent est heurté et débouté de diverses et
grans maladies, et tost mourroit aucunes fois s'il n'estoit secouru par le
conseil de phisique; et tout ainsi est-il du corps d'un royaume ou d'un
empire, qui tost gaste et destruit par discordes et par guerres, sé il
n'estoit secouru et gouverné par le conseil des sages hommes. Pour ce
voult-il ordonner et establir contes et autres menistres par tout le
royaume d'Acquitaine de la gent de France[721], qui feussent si sages et si
puissans, que nul ne peust à eulx contrester par malice né par force, et
qu'ils eussent la cure des cités et du païs.

      Note 721: _De la gent de France._ Cette observation est précieuse;
      elle nous permet de supposer que les comtes et les _vassaux_, nommés
      par Charlemagne, n'étoient pas originaires des provinces
      aquitaniques. «Ordinavit comites, abbatesque, nec non alios plurimos
      quos _vassos_ vulgò vocant, ex gente Francorum.» Quelle est cette
      langue vulgaire, de laquelle, au temps de Louis-le-Débonnaire,
      faisoit partie le mot vassos ou _vassaux?_ Auparavant, dans le
      chap. II, le même auteur exprime l'_aspérité des côtes_ dans les
      Pyrénées, par les mots: _asperitate cautium_.


En la cité de Bourges establit premièrement le comte Imbert[722]; en la
cité de Poitiers, Albouin[723]; en Pierregort, Wibode; en Auvergne, Ytier;
en Vallage[724], Oulle; en Toulousain, Corsone[725]; en Bourdelois, Seguin;
en Albigois, Haimon; en Limosin, Rogier.

      Note 722: _Imbert._ Le latin porte: «Primo Humbertum, paulo post
      Sturbium præfecit comitem.» A propos de _Sturbium_, je remarquerai
      que l'un des vassaux les plus ordinairement cités dans les Chansons
      de geste des _Lorrains_, de _Roncevaux_, etc., est _Estormis de
      Boorges_, qui sans doute est le méme que _Sturbium_, ou plutôt
      _Sturminium_, comme on le voit écrit dans l'édition d'Aimoin, de
      1567, page 524.

      Note 723: _Albouin._ Latinè: _Abbonem_. Chansons de geste:
      _Aubouins_.

      Note 724: _Vallage._ M. Guerard pense qu'il faut entendre par
      _Vallagia_, la Vallée, petit pays de l'Anjou (voyez la liste des
      provinces et pays de France, dans l'_Annuaire de la société de
      l'Histoire de France_, 1836, page 143).

      Note 725: _Corsone._ Peut-être le même que le héros de roman _Orson_.
      Seguin de Bordeaux, Haimes et _Roard_ (latinè _Rothgarium_), sont
      également célèbres dans d'autres chansons.

[726]Et quant l'empereur eut ainsi ordonné au royaume d'Acquitaine, il
trespassa le fleuve de Loire et repaira à Paris. Pou de temps trespassa
puis qu'il lui prist volenté d'aller en Rome, pour visiter les apostres, et
pour recommander soy et son fils en leur garde. Et ainsi comme il le
proposa, ainsi le fist. L'enfant fist porter ainsi comme en un berceuil;
car il n'estoit encore pas d'aage né de force qu'il peust souffrir le
chevauchier, né le travail de si longue voie. Et quant il vint, il fu moult
honnourablement reçu du clergié et du peuple. Là, fu l'enfant enoing et
couronna à roy par la main l'apostole Adrien.

      Note 726: _Vita Ludovici Pii.--IV_.

Quant le père eut là de mouré une pièce, il retourna en France en
prospérité, luy et tous ses osts. Le roy Loys, son fils, envoia en
Acquitaine, et luy livra tout le royaume. Un noble prince qui avoit nom
Arnoul et mains autres  menistres luy livra pour luy garder et conduire.
Jusques à Orléans l'emportèrent en un berceuil; et là meisme, avant qu'il
entrast au royaume d'Acquitaine, luy appareillèrent armes et chevauchée
telle comme il afféroit à son aage. En sa terre fu reçu des barons si comme
il dut. Quatre ans y demoura sans guères yssir du païs; mais son père qui
maintenoit les guerres et les assauts continuels contre la gent de
Saissoigne, si comme l'histoire l'a plainement devisé en ses fais, se
doubta moult de luy, et eut paour que le peuple d'Acquitaine ne montast en
aucune présumpcion contre l'enfant, pour ce qu'il estoit si loin de luy; si
se doubtoit encore plus que l'enfant n'accoutumast mauvaises meurs et
mauvaises enfances de la manière de la gent du païs[727]: car quant tel
aage est nourri en mauvaises tèches[728], il ne les désaprent pas
légièrement. Pour ce luy manda qu'il vinst à luy. L'enfant qui estoit grant
et bien chevauchant, ordonna son royaume au conseil de Arnoul, son maistre,
et laissa ès provinces et ès marches contes et ballifs, pour la terre
gouverner et deffendre, se mestier en feust[729].

      Note 727: «Cavens ne..... _peregrinorum_ aliquid disecret morum.»

      Note 728: _Teches._ Habitudes; d'où nous avons gardé _entiché_.

      Note 729: L'auteur latin, sans parler d'Arnoul, de comtes ni de
      baillis, dit simplement: «Relictis tantùm marchionibus qui fines
      regni tuentes, omnes, si fortè ingruerent, hostium arcerent
      incursus.» On voit que d'abord les marquis étoient essentiellement
      des chefs préposés à la défense des _marches_ ou _limites_. Il y a
      loin d'eux aux marquis des temps modernes; mais aussi combien
      avons-nous de comtes qui aient des _comtés_, de ducs qui aient des
      _duchés_, de barons qui aient des _baronnies?_ et nous sourions des
      enfants qui jouent à la poupée!

A grans gens meust et vint à son père là où il le manda[730], en habit de
Gascon estoit atourné, si comme le père luy avoit mandé, luy et les autres
nobles hommes de son aage qui avec luy chevauchoient par compaignie. Si
avoit vestu ainsi comme une cloche roonde[731], et les manches de la
chemise longues et pendans. Les esperons laciés sur les chauces[732] et un
javelot en sa main. Avec le père demoura une pièce de temps, et avec luy
alla jusques à Heresbourc.

      Note 730: _Où il le manda._ A Paderborn. «Ad Patrisbrunam.» Ce
      dernier mot n'a pas été compris par le moine de Saint-Denis, qui va
      plaisamment le traduire par: _si comme le père lui avoit mandé_.

      Note 731: _Comme une cloche roonde._ C'est à peu près ce que nos
      paysannes portent encore et nomment _thérèse_, sans doute du nom de
      l'Espagnole sainte Thérèse. Le texte latin dit _amiculo rotondo_,
      cape ronde, et Catel a remarqué avec raison, à propos de ce passage:
      «que dans Paris, encore aujourd'hui(1633), on appelle une cloche, les
      chapes que les Parisiennes portent, qui couvrent la tête et ne
      passent point la ceinture.» (Histoire du Languedoc, liv. 1.)

      Note 732: Tout cela est librement rendu. Il falloit: «Si avoit une
      cloche roonde, les manches de la tunique (ou _camisia_) amples, le
      vestement des jambes large, les éperons fixés à la chaussure, etc.»

Quant l'esté fu auques trespassé et ce vint le temps de septembre, il
rinst congié au père et retourna pour yverner en Acquitaine.

[733]En ce temps advint que un Gascon qui avoit nom Adereliques[734] prist
Corson de Thoulouse, si ne peut eschapper de ses mains jusques à temps
qu'il se feust alié à luy par serrement contre le roy. Le roy qui ce sceut
assembla parlement par le conseil des barons pour prendre vengeance de ce
fait. Cil Adereliques semont[735], mais il ne voult avant venir, pour ce
qu'il se sentoit meffait, jusques à tant que le roy luy eut livré ostage de
seureté.

      Note 733: _Via Ludovici Pii_.--V.

      Note 734: _Adereliques._ Le latin porte: _Adelericus_. C'est
      évidemment le même nom que _Alori_, l'un des traîtres les plus fameux
      de la race de Ganelon, dans les anciennes _Chansons de geste_.
      C'était le fils de _Loup_, ou plutôt de Ganelon lui-même. _Chorson_
      doit être l'_Orson_ des mêmes épopées.

      Note 735: _Semont._ Le roi _manda_ cet Adereliques; le latin ajoute:
      In loco Septimaniæ cujus vocabulum est _mors Gothorum_. C'est
      peut-être Morganz, aujourd'hui village du département des Landes,
      tout proche de Saint-Sever.

Au parlement vint toutes voies, mais l'en ne lui osa mal faire sur
l'asseurement le roy, et meismement pour le péril des ostages qu'il tenoit
par devers luy. Ainsi luy fist-on donner dons au départir.

Les ostages du roy rendit et les siens receut; si se départit de court en
telle manière à cette fois. Au temps d'esté qui après vint, mut le roy pour
aler à son père, qui mandé l'avoit, à simple chevauchée et sans grant
compaignie. Avec luy demoura tout l'iver et tout l'esté. Là fut amené cil
Adereliques en la présence des deux roys, et fu mis à raison[736] du cas
dont il estoit acusé. Et pour ce qu'il ne s'en put purgier, il fu envoyé en
essil, sans aucun rappel.

      Note 736: _Mis à raison._ Interrogé.

Et cil Corson fu osté de la duchié pour ce qu'il s'estoit consentu à la
volenté de l'autre. En son lieu fu mis un autre qui avoit nom Guillaume.
(Si n'estoient pas, au temps de lors, ces duchiés par héritage, ains
estoient ainsi comme ballifs que l'on mettoit et ostoit à temps[737].) Cil
Guillaume trouva les Gascons moult fiers et moult orgueilleux au
commencement, comme gens qui par nature sont légiers et muables, meismement
pour le Gascon Adereliques que le roy eut envoyé en essil: mais il fist
tant en pou de temps et par sens et par armes qu'il les fist tenir tout en
paix; et abatit si leur orgueil qu'ils n'osèrent rien emprendre contre
lui[738].

      Note 737: Cette parenthèse est une réflexion du traducteur.

      Note 738: Voici encore l'un de nos héros de roman, le célèbre
      Guillaume, surnommé tour à tour _d'Orenge_, _d'Acquitaine_, _de
      Gelloue_, _Fiere-Brace_ et au _Court Nez_. Ainsi l'histoire
      vient-elle en aide à nos anciennes poésies beaucoup plus nettement
      qu'on ne l'a cru jusqu'à présent. Guillaume est surtout représenté
      par nos poëtes comme le soutien du trône chancelant de
      Louis-le-Débonnaire. Il faut entendre ici le _trône d'Aquitaine_ que
      Louis occupa effectivement plus de vingt ans avant la mort de son
      père.


II.

ANNEES: 790/796.

_Des messages de divers princes sarrasins et du parlement que le roy tint à
Thoulouse: et coment son père le fist chevalier et le mena ostoier avec
luy sur les Wandres. Après, coment il ala aidier Pepin son frère en
Lombardie. De la conspiration de Lothaire contre son père, et puis coment
le roy Loys quitta au pays d'Acquitaine le treu de blé que ceulx du pays
luy devoient._


En celle année meisme tint le roy général parlement en la cite de
Thoulouse. Là vindrent les messages Abutaire un roy sarrasin, et mains
autres messages d'autres princes sarrasins qui au royaume d'Acquitaine
marchissoient. Divers dons apportoient et requeroient pais et aliances,
selon sa volenté. Si les receut le roy et puis les congéa.

[739]En l'an qui après vint, mut le roy pour aler encontre son père, en un
lieu qui a voit nom Ingeelham. D'ilec ala avec luy à Renebourg[740]. Lors
commanda le père qu'il retournast, jusques à tant qu'il feust revenu de
celle besoigne, et demourast, tandis, avec sa marrastre, la royne Fastarde.
Avec luy[741] demoura tout cel yver. Et avant que l'empereur fust retourné,
luy et ses osts qu'il eut menés sur les Wandres[742], il manda à son fils
qu'il s'en alast au royaume d'Acquitaine, et qu'il appareillast si grant
ost comme il pourroit et alast aider à Pepin, son frère, en Italie. Si
comme son père le commanda le fist. Ses osts appareilla et ordonna de son
royaume si comme il dut. Les mons[743] trespassa et entra en Lombardie. La
Nativité célébra en la cité de Ravenne.

      Note 739: _Vita Ludovici Pii.--VI_.

      Note 740: _Renebourg_ ou _Renesburg_. C'est Ratisbonne. Il y a
      immédiatement après une phrase et le commencement d'une autre, dont
      la traduction manque dans tous les manuscrits de la Chronique de
      Saint-Denis, et que peut-être le traducteur aura réellement omis de
      rendre. Les voici: _Ibiquè ense, jam appellens adolescentiæ tempora,
      accinctus est, ac deindè patrem in Avares exercitum ducentem usque ad
      Chaneberg comitatus, jussus est reverti, et usque ad reversionem,_
      etc.

      Note 741: _Luy._ Elle.

      Note 742: _Wandres_ ou _Avares_.

      Note 743: _Les mons._ «Per montis Cinisii..... anfractus.» _Les
      monts Cenis._

Quant il fu venu à son frère, ils assemblèrent leurs osts et entrèrent en
la province de Bonivent; un chastel prirent et dégastèrent le païs; vers le
nouveau temps, se mistrent au retour pour venir au père; mais en ce qu'ils
retournoient, leur furent comptées telles nouvelles dont ils furent dolens.
Car il leur fut dit que leur frère Pepin s'estoit allié à plusieurs nobles
princes contre son père et jà estoient retenus et atains du fait. Tant
errèrent toutes-voies qu'ils vindrent en Bavière où leur père estoit en un
lieu qui est appelé Salz. A grant joie les receut. Toute celle saison
demoura le roy Loys avec son père qui moult estoit en grant cure de luy, et
moult se doubtoit qu'il ne feust pas bien pleinement introduit et enseignié
en bonnes meurs, et qu'il ne feust corrompu par aucunes mauvaises
accoustumances[744].

      Note 744: _Aucunes mauvaises accoustumances._ «Aut externa
      inhærescentia in aliquo deshonestarent.»

Quant le printemps fu revenu, il prist congié de retourner en son royaume:
mais tant[745] aprist de luy, avant qu'il s'en départist, que nul prince ne
peut estre sé povre non et souffreteux qui pense seulement de ses propres
choses et met en non chaloir les choses communes. Et, pour ce, voult le
père mettre conseil en ceste chose au royaume d'Acquitaine. Mais moult se
doubtoit que les barons du païs ne conceussent haine et mauvaise volenté
contre son fils, sé il leur soustraioit par sens ce qui leur avoit esté
souffert et octroié par folie. Pour ce voult-il que ceste besoigne feust
faite comme de par luy. Ses propres messages envoia là, pour ce faire,
Willebert qui puis fu arcevesque de Rouen, et le conte Richart pourvéeur et
ordonneur de ses villes; et leur commanda que les villes qui jusques au
jour de lors avoient servi aux us du palais fussent rendues et establies
aux communs us du païs et du peuple. Ainsi fu fait[746].

      Note 745: _Tant._ Le sens de ce mot se rapproche de _ainsi ou telle
      chose_.

      Note 746: Tout ce passage de l'historien du Débonnaire est
      obscurément rendu. Charlemagne voyoit avec peine que les grands du
      royaume d'Aquitaine eussent obtenu de la foiblesse de son fils des
      concessions de terres trop considérables, et il y remédia.
      «Interrogatus est ab eo cur rex cùm foret, tantæ tenuitatis esset in
      re familiari ut nec benedictionem quidem, isi ex postulato, sibi
      offerre posset; didicitque ab illo quia privatis studens quisque
      Primorum, negligens autem publicorum, perversa vice, dum publica
      vertuntur in privata, nomine tenus dominus factus sit omnium penè
      indignus. Volens autem huic obviare necessitati... misit illi missos
      suos Willibertum... et Richardum comitem, villarum suarum provisorem,
      præcipiens ut villæ quæ catenus usui servierant regio, obsequio
      restituerentur publico. Quod et factum est.»

      Notre traducteur semble voir ici une distinction du domaine public et
      du domaine royal: je pense qu'il se trompe. L'historien a voulu
      seulement exprimer _élégamment_ la même chose de deux manières. _Usus
      regius_, et _obsequium publicum_.

[747]Et tantost comme le roy eut receu les messages son père, il monstra
bien le sens et la miséricorde qui estoit en luy de nature. Le sens, en ce
qu'il ordonna comment il yverneroit chascun yver en quatre lieux de son
royaume[748]; en telle manière que chascun de ces lieux le recevroit à son
tour; et seroit si garni quant il y devroit venir, que la garnison
suffiroit aux despens du palais jusques à l'autre saison. Sa miséricorde
monstra, en ce qu'il commanda que les villes et le peuple ne rendissent
plus aux princes et aux chevaliers aucunes rentes de blés qu'ils leur
avoient paiés jusques au temps de lors[749]. Et jà soit ce que les princes
luy en portassent grief, il regarda, selon sapience, la povreté de ceux qui
ces rentes paioient et la cruaulté de ceulx qui les recevoient, et puis la
perdition des uns et des autres. Et mieux aima donner aux siens du sien
propre, que ce qu'ils feussent en péril des ames, et que le peuple en feust
grevé. Et en ce meisme temps quitta-il aussi treus de blés et de vins que
l'on paioit, chascun an, en la terre d'Albijois dont le païs estoit moult
grevé. Avec luy estoit lors un loyal homme et sage que son père luy avoit
renvoie, Meginaires avoit nom. Sage estoit du proufit temporel et de
l'onnesté du palais qui y appartenoit[750]. Et tant plurent au père ces
choses quant il en oï parler, qu'il s'esjoïssoit forment des fais et des
beaux commencemens de son fils. A l'exemple de luy, laissa-il en aucuns
lieux de France, en ce temps, rentes de blés que le peuple devoit aux
chevaliers.

      Note 747: _Vita Ludovici Pii.--VII_.

      Note 748: L'auteur latin nomme ces lieux: _Theoduadum palatium,
      Cassinogilum, Andiacum_ et _Evrogilum_. C'est _Doué_, en Anjou,
      aujourd'hui petite ville du département de Maine-et-Loire.
      --Chasseneuil_, dans l'Agenois.--Angeac-Champagne, dans l'Angoumois.
      --Et Ebreuil, sur la Sioule, en Auvergne.

      Note 749: «Inhibuit à plebeiis ulterius annonas militares quos vulgò
      _foderum_ vocant dari.» _Foderum_ est la même chose que le _fuerr_ ou
      fourrage; ce qui forme la _litière_ des chevaux.

      Note 750: «Gnarumque utilitatis et honestatis regiæ.»


III.

ANNEES: 798/804.

_Des messages aux Sarrasins, et coment le roy Loys espousa femme, et coment
il ferma chasteaux et cités. Coment il prist plusieurs cités en Espaigne.
Coment il suivit son père en Sassoigne. Coment l'empereur visita Bretaigne
et Normandie. Coment le roy Loys fist jugement des Gascons selon leurs
fais._


[751]En pou de temps après, s'en alla le roy en la cité de Thoulouse: là,
tint général parlement de ses barons. Les messages Alphonse le roy de
Galice, qui pour paix et pour alliance estoient venus à grans présens,
receut et congéa. Et les messages Bahaluc, un prince sarrasin[752], qui
pour autel besoing estoient à luy venus, reçeut et congéa. Et par la
volenté de son père espousa une noble dame, fille le conte Ingram, qui
Hildegarde[753] avoit nom.

      Note 751: _Vita Ludovici Pii_.--VIII.

      Note 752: _Un prince sarrasin._ Il étoit des environs d'Huesca, comme
      nous  l'apprend M. Reinaud (_Invasions des Sarrasins_, page 110), et
      comme le fait naturellement supposer le texte latin: «Qui locis
      montuosis Aquitaniæ proximis principabatur.»

      Note 753: _Hildegrde._ Le latin porte: _Hermengardem_.

Après ces choses, mist bonnes gardes par toutes les contrées et marches
d'Acquitaine. La cité d'Aussonne[754], le Chastel de Cardone, de
Casteserte, et mains autres chastiaulx qui pour le temps avoient été gastés
et déserts, fist refremer et habiter, et y mist bonnes garnisons; puis les
livra en la garde le conte Borel.

      Note 754: _Aussonne._ Le latin porte _Ausona;_ ce doit être _Ozon_ ou
      _Ossun_, en Gascogne, aujourd'hui village du département des
      Hautes-Pyrénées, près de Tarbes.--_Cardone_, dans le territoire
      d'_Ossun.--Casteserte_, aujourd'hui _Castel-Sagrat_, près de Valence.

[755]Vers la nouvelle saison, le père, qui contre les Saisnes
s'appareilloit, luy manda qu'il venist à luy à tant de gens comme il
pourroit. Tantost s'appareilla et vint à luy à Ais-la-Chapelle. Ensemble
tindrent parlement en un castel qui siet sur le Rin, si est appelle
Fremersheim. Après entrèrent en Sassoigne et ostoièrent jusques vers la
feste saint Martin. Au repairer de cet ost, s'en retourna Loys au royaume
d'Acquitaine. Si estoit jà trespassé grant partie de l'yver.

      Note 755: _Vita Ludovici Pii_.--_IX_.

[756]Quand ce vint au nouvel temps, le père luy manda qu'il s'appareillast
pour mouvoir avecques luy en Italie. Mais assez tost après eut autre
conseil et luy manda qu'il ne se meust. En Italie vint le roy Charlemaines
sans luy, et avant qu'il retournast de celle voie le firent les Romains
empereur de la cité de Rome, si comme l'istoire devise en ses fais. Mais
endementiers que ce advint, ala son fils en la cité de Thoulouse; son ost
appareilla et vint en Espaigne.

      Note 756: _Vita Ludovici Pii.--X_.

Et quant il approucha de la cité de Barcinone, Zadon, le duc de la ville,
qui jà estoit à luy subgiet, luy vint au devant, mais il ne luy livra pas
la cité. Le roy passa oultre jusques à une cité qui a nom Hilerde[757], et
par force la prist et puis la craventa. Chastiaulx et forteresces prist,
gasta et ardit; puis passa tout oultre, jusques à une cité qui a nom
Osque[758]. Les champs qui estoient plains de blés soièrent[759] et
gastèrent; tout ce qu'ils trouvèrent dehors les murs de la cité mistrent en
feu et à destruction. Et quant l'yver approcha, le roy et son ost retourna
en son païs.

      Note 757: _Hilerde._ C'est _Lerida_.

      Note 758: _Osque._ Huesca.

      Note 759: _Soièrent._ Coupèrent, ou comme on dit encore en Champagne:
      _scièrent_.

[760]Quant le printemps fu venu, Charlemaines l'empereur s'appareilla pour
ostoier en Sassoigne: à son fils manda qu'il le suivist, et qu'il
s'appareillast aussi comme pour demeurer tout l'yver en cette terre. Si
fist le commandement du père: à une ville vint qui Neuscie[761] avoit nom;
le Rin passa et se hasta moult de venir à son père. Mais avant qu'il venist
à luy, encontra un message en un lieu qui avoit nom Ostephale[762], qui luy
dit que son père luy mandoit qu'il ne se travaillast en avant, mais tendist
ses héberges en aucun convenable lieu, et l'attendist là. Car il n'estoit
pas mestier qu'il se travaillast en avant, pour ce que l'empereur s'estoit
jà mis au retour, à grant victoire de ses ennemis. Le roy luy ala à
l'encontre quant il sceut qu'il approchoit, et le receut à grant joie et le
baisa et l'acola plusieurs fois. Moult le louoit l'empereur de tous ses
fais et se tenoit à beneuré de ce que nostre Seigneur luy avoit donné tel
hoir.

      Note 760: _Vita Ludovici Pii_.--_XI_.

      Note 761: _Neuscie._ «Ad Neusciam venit, Rhenum _ibidem_ transiit.»

      Note 762: _Ostephale._ «Ostfaloa.» Les _Ostfaliens_ ou _Est-phaliens_
      étoient établis entre l'Elbe et le Weser; mais on ne connoît plus de
      lieu particulièrement nommé _Ostphale_.

A la par fin, quant les batailles et les longues guerres furent finées que
l'empereur eut si longuement maintenues contre la gent de Sassoigne, et qui
trente trois ans dura, si comme nous avons parlé plus plainement et devisé
en ses fais, il cessa de guerroier, et le roy Loys son fils se départit de
luy et s'en ala yverner au royaume d'Acquitaine.

[763]Après la fin de l'yver, l'empereur vist qu'il avoit temps et lieu de
visiter aucunes parties de son royaume. Et pour ce meismement qu'il avoit
toutes guerres affinées et estoit en paix demouré, il s'en ala ès parties
d'Occident et avironna le royaume de France, selon le rivage de la mer de
Bretaigne et de Normendie[764]. Quant le roy Loys le sceut, il luy manda et
pria par un message qui avoit nom Adimaires, qui à luy vint en la cité de
Rouen, qu'il daignast venir en Acquitaine et visiter le royaume qu'il luy
avoit donné, et veoir son nouveau palais de Cassinoge[765]. L'empereur
receut volentiers la prière de son fils, et moult le loua et mercia de ce
qu'il luy avoit mandé; mais toutes voies ne luy octroia-il pas sa requeste,
ains luy manda qu'il venist encontre luy à la cité de Tours. A luy vint, et
le père le receut à grant joie. Au retourner en France le convoia jusques à
Vernon, et de là s'en retourna en Acquitaine.

      Note 763: _Vita Ludovici Pii.--XII_.

      Note 764: Le latin dit seulement: «Coepit circuire loca sui regni mari
      contigua.»

      Note 765: _Son nouveau palais de Cassinoge._ «Ad locum qui
      Cassinogilum vocatur venire.» Il est assez probable que notre
      traducteur aura lu: «Ad locumque Cassinogil novum castrum, veniret.»

[766]Ainsi passa l'yver. Zadon, le duc de Barcinone, vint jusques à
arbonne par l'amonnestement d'un sien ami, si comme il comptoit; là fu pris
et amené au roy, et le roy le renvoia tantost à son père[767].

      Note 766: _Vita Ludovici Pii.--XIII_.

      Note 767: _Ermoldus Nigellus_, dans son poëme historique sur
      Louis-le-Débonnaire, fait prendre Zado à la suite du siége du
      Barcelone.

En ce temps tint le roy parlement à Thoulouse. En ce point mourut
Burgondion, le comte de Frédence[768]. Sa conté donna le roy à un autre qui
avoit nom Liutaire. De ce furent les Gascons si courrouciés, et montèrent
en si grant présumpcion qu'ils tuèrent assez des hommes à celluy conte
Liutaire. Pour ce, furent semons en parlement. Premièrement refusèrent à y
venir: à la par fin vindrent avant, à quelque paine. Et le roy les fist
juger selon leurs fais. Si en furent les uns ars et les autres occis; car
d'autelle mort avoient-ils fait les autres tous mourir. Si n'est nulle loi
plus droiturière que faire mourir les homicides d'autelle manière de mort
comme eulx mesmes occirent[769].

      Note 768: _Fredence._ «Fedentiacus.» C'est _Fesenzac_.

      Note 769: Cette dernière réflexion, qui réduit à leur mince et juste
      expression tous les arguments des adversaires de la peine de mort,
      est du moine de Saint-Denis.


IV.

ANNEES: 807/809.

_Coment le roy Loys entra en Espaigne à trois osts. Coment il prist
Barcinone, et de la famine qui fu dedens la cité de Barcinone. Et coment
son père luy envoya Pepin en secours. Et après, coment il entra de rechief
en Espaigne et puis coment il asségia la cité de Tortouse._


En pou de temps après, eut le roy conseil à ses barons d'asségier la cite
de Barcinone. Son ost devisa en trois parties. L'une en retint avec luy en
un lieu qui avoit nom Tutelle[770]; la seconde livra à un sien prince nommé
Rostaires[771], pour assiégier la cité d'Osque[772]; la tierce envoia après
la seconde au siége, pour secours faire sé mestier feust. Mais ceulx de la
cité, quant ils se virent asségiés, mandèrent secours au roy de Cordes, qui
tantost s'appareilla pour eulx secourre. Et quant la tierce partie de l'ost
le roy, qui aloient aider à ceulx qui tenoient le siège, furent venus
jusques à la cité de Sarragoce, il leur fu dit qu'ils devoient encontrer
les Sarrasins qui venoient au secours de la cité d'Osque[773]. De celle
ompaignie estoient chevetains Hademaire, et Guillerque[774] qui avoit la
première banière.

      Note 770: Le latin porte: Dans le Roussillon, «unam Ruscellioni ipse
      permanens secum retinuit.»

      Note 771: _Rostaires._ «Rostagnus.»

      Note 772: _D'Osque._ Il ne s'agit pas ici d'_Huesca_, mais de
      Barcelone; et notre traducteur aura lu sans doute: «Alteri obsidionem
      _Oscæ_ injunxit,» au lieu de _urbis_ qu'il devoit y avoir.

      Note 773: _D'Osque._ Ce mot est encore de trop, et notre traducteur a
      mal entendu toute cette phrase qui présente en effet quelque
      obscurité. C'est l'armée sarrasine envoyée au secours de Barcelone,
      qui, apprenant à Sarragosse que les Chrétiens alloient leur fermer la
      route de la ville assiégée, se rejettent sur les Asturies, puis
      reprennent le chemin de Cordoue. Alors, le corps d'armée de
      Guillaume, n'ayant plus à craindre les secours des Cordubiens,
      revient sous les murs de la ville assiégée.

      M. Reinaud, qui a décrit le siége de Barcelone dans ses _Invasions
      des Sarrasins_ (f° 113 et suiv.), dit que les guerriers de l'émir de
      Cordoue «se portèrent contre les Chrétiens des Asturies qui les
      mirent en fuite.» Il est bien vrai que dans le texte donné par
      Duchesne on trouve: «In Asturias sese verterunt, clademque eis
      improvisè importaverunt, _sed multò graviorem reportaverunt_.»
      Toutefois ces derniers mots ne sont pas dans les trois manuscrits de
      la bibliothèque du Roi, comme l'a remarqué D. Bouquet, ni dans
      l'édition du même texte, publiée à la suite d'Aimoin en 1567. D'un
      autre côté, pour expliquer la prise de Zadon sous les murs de
      Narbonne, que notre chronique mentionne plus haut, on peut supposer
      qu'il avoit suivi l'armée de Cordoue dans son invasion des Asturies,
      et que de là il avoit eu l'imprudence de s'aventurer dans
      l'Aquitaine.

      Note 774: _Hademaire et Guillerque._ «Erat autem ibi Willelmus,
      primus signifer, Hademarus et cum eis validum auxilium.» C'est le
      fameux Guillaume d'Orange, et sans doute Aimerl de Narbonne, que les
      poëtes lui donnent pour père.

Quant ils oïrent les nouvelles, ils tournèrent autre voie et alèrent sur
une gent qui s'appelle Hasturiens, et leur firent moult de dommages et
d'occisions, et puis alèrent tout droit aux autres[775] qui la cité avoient
assise. Quant ils furent assemblés, ils contraindrent si fortement ceulx de
dedens, qu'ils n'en laissoient nul né entrer né saillir. Si longuement les
contraignirent en celle manière, qu'ils eurent dedens si très-grant famine,
qu'ils arachoient les cuirs viels des portes et des huis; si les mettoient
tremper en eaue, et puis les mangeoient pour viande. Et les autres qui
mieulx aimoient à mourir que à languir en tel douleur, se laissoient cheoir
des murs à terre. Aucuns y en avoit qui cuidoient que les François, par le
fort yver qui approchoit, se deussent départir, mais ceulx de dehors qui
bien pensoient que ceulx de dedens avoient telle espérance, firent apporter
buches et ramées pour faire loges et maisons, ainsi comme pour demourer
tout l'yver. Quant ceulx de dedens virent ce, ils chaïrent tantost en
désespérance.

      Note 775: _Aux autres._ C'est-à-dire: _porter secours aux autres_.

Lors eurent conseil les plus grans qu'ils vendroient aux Crestiens, et leur
rendroient Hamur, leur prince, qui cousin estoit Zadon le seigneur de la
ville, lequel Zadon à celluy l'avoit baillé en garde; par telle condicion
que quant ils auroient celluy Hamur et la ville rendue, qu'ils s'en
peussent aller sauves leurs vies. Ceulx de dehors qui bien savoient que la
cité ne se povoit plus tenir, et qu'elle estoit au prendre ou au rendre,
eurent conseil qu'ils manderoient au roy qu'il venist au siége, pour ce que
à grant honneur luy seroit atourné sé si puissant et si noble cité estoit
en sa présence prise. Le roy s'y accorda volentiers, et vint à tout son ost
hastivement. Par six sepmaines fist la cité assaillir continuellement, et
furent les Sarrasins si menés qu'ils ne se peurent plus tenir; ains
rendirent au roy et leurs corps et la cité à sa volenté.

Quant ils eurent ainsi la cité rendue, le roy y envoia tantost bonnes
gardes de par luy; dedens ne voult pas entrer devant ce qu'il eust ordonné
coment il y peust mieulx entrer à la louenge nostre Seigneur, et coment il
sacreroit ceste victoire au souverain vainqueur. Lendemain fist revestir le
clergié, et les fist ens entrer à procession, en chantant hympnes et
respons en la louenge nostre Seigneur; et commanda qu'ils alassent droit à
une églyse de Sainte-Croix qui en la ville estoit[776]. Lors entra après
les processions en rendant graces et louenges à nostre Seigneur.

      Note 776: Je pense que notre traducteur a rendu exactement ici le
      sens de l'annaliste latin, et qu'il ne faut pas admettre
      l'explication du père Pagi, qui voit une anticipation dans le nom de
      _Sainte-Croix_ donne ici à un temple religieux de Barcelone. Il est
      assez naturel de supposer que le gouverneur musulman de Barcelone
      étant depuis long-temps tributaire du roi d'Aquitaine, l'une des
      premières conditions des rapports bienveillants entre les deux
      nations avoit été la tolérance d'une église chrétienne dans la ville.

Après ces choses se départit le roy de la cité, et retourna en Acquitaine
pour yverner. Mais il laissa là le conte Bera[777], et luy laissa grant
aide de la gent des Gothiens[778] pour la cité garder. Quant le père
sceut[779] qu'il estoit là allé ostoier, il se doubta moult de luy pour le
péril des Sarrasins; pour ce luy envoya Charles son frère[780], qui jà
estoit alé jusques à Lyon. Mais quant le roy le sceut, il luy manda tantost
qu'il ne se travaillast en avant pour ce que la cité estoit prise, et cil
qui moult liés fu de ces nouvelles retourna à son père.

      Note 777: _Bera._ Sans doute celui que les Chansons de geste nomment
      _Berard de Montdidier_. Ce _vassal_ (ou chevalier) picard pouvoit
      bien avoir suivi Louis en Aquitaine.

      Note 778: _Gothiens._ Espagnols chrétiens.

      Note 779: _Sceut._ Avant la prise de Barcelone.

      Note 780: _Son frère._ Frère de Louis.

[781]Tandis comme le roy yvernoit en Acquitaine, le père luy manda qu'il
venist à luy à parlement à Ais-la-Chapelle, à la Chandeleur. Le roy
acomplit son commandement. Avec luy demoura une pièce de temps, et quant
vint vers le karesme, il prist congié au père, et retourna en Acquitaine.

      Note 781: _Vita Ludovici Pii.--XIV_.

Quant l'esté fu repairé, le roy esmut ses osts de rechief, et entra en
Espaigne. Par la cité de Barcinone trespassa, et vint jusques à une autre
qui a nom Tarascon[782]. Les Sarrasins qu'il y trouva prist, et aucuns s'en
fouirent; tous les chastiaux et les forteresces dégastèrent ses gens
jusques à la cité de Tortouse. En lieu qui avoit nom Columbe[783] départit
son ost en deux parties; la plus grant partie retint avec luy, et les mena
contre Tortouse. Ysambar, Hademaire, Beire et Borel fist chevetains de
l'autre partie, et leur commanda qu'ils alassent au-dessus d'un fleuve qui
est nommé Yberus; et quant ils aroient trouvé le passage, qu'ils courussent
sus hardiement à leurs ennemis qu'ils trouveroient despourveus. Le roy se
départit d'eulx, et conduit son ost droit à Tortouse. Ceulx chevauchièrent
si longuement, selon le fleuve d'Yberus, qu'ils trouvèrent le passage.
Oultre passèrent, et un autre fleuve après qui avoit nom Tingue[784]. Six
jours chevauchièrent ainsi par nuit si tost comme ils povoient, et par jour
se tapissoient en valées et en forests. Et quant ils furent ainsi passés
bien avant sans dommage, ils s'espandirent par la terre de leurs ennemis,
et dévastèrent tout, et alèrent jusqu'à une belle grand cité qui avoit nom
Ville-Rouge[785]. Moult y firent grans gains et grans proies; car ils
trouvèrent les Sarrasins despourveus qui pas ne se gardoient de celle
adventure; et ceulx qui eschapèrent s'espandirent par le païs et esmeurent
toute la contrée. Lors assemblèrent Sarrasins et Mores en grant multitude,
et leur vindrent à l'encontre à l'entrée d'une valée qui est appelée Val
d'Ilbane[786]. Celle valée si est faite en telle disposition, qu'elle est
parfonde ès-plaines, et de toutes pars environnée de haultes montaignes; et
s'ils ne l'eussent eschevée[787], par la volenté nostre Seigneur, ils
eussent esté pris ou craventés de pierres, sans grans travaulx de leurs
ennemis. Et endementiers que les Sarrasins se garnissoient lèz le païs, les
nostres trouvèrent une autre voie qui estoit plus haulte et plus plaine. Et
quant les Sarrasins et les Mores virent ce, ils cuidèrent qu'ils ne le
féissent mie tant seulement pour eulx garder et eschever le péril, ains
cuidèrent qu'ils le féissent plus pour la paour qu'ils eussent d'eulx. Lors
les commencièrent à enchacier par derrière; et les nostres laissièrent la
roie devant eulx[788] quant ils les apperceurent, et tournèrent les faces
devers leurs ennemis; hardiement et vertueusement leur contrestèrent, et
firent tant, à l'aide de nostre Seigneur, qu'ils firent tourner leurs
ennemis en fuite, puis revindrent à leur proie, et estoient tant joyeux,
qu'ils vindrent au roy, à très-petite perte de leur gent, au vingtième jour
qu'ils s'estoient partis de luy; et le roy, qui moult fu lié de leur venue,
retourna en Acquitaine quant il eut gasté la terre des Sarrasins.

      Note 782: _Tarascon._ C'est _Tarragone_ qu'il falloit. «Tarraconam.»

      Note 783: _Columbe._ « Sanctæ Columbæ.»

      Note 784: Il falloit, comme l'auteur latin, dire qu'ils passèrent
      d'abord la Ciuga, puis l'Yberus ou l'Ebre. La _Ciuga_, qui prend sa
      source dans les Pyrénées, se jette dans la _Segre_, à Mequinença, un
      peu au-dessus de l'Ebre.

      Note 785: _Ville-Rouge._ Aujourd'hui _Villa-Rubia_, sur le Tage, à
      deux lieues d'Ocagna. Les nombreuses foires et les importants
      priviléges dont elle se glorifie attestent encore aujourd'hui son
      ancienne splendeur. L'annaliste latin dit: _Villam corum maximam_.

      Note 786: _Val d'Ilbane._ Latinè: _Vallis-Ibana_. Ce doit être le
      lieu que nomme Ausone dans l'une de ses epigrammes:

      _Valiebanæ_ res nota, et vix credenda poetis.....

      Note 787: _Eschevée._ Esquivée.

      Note 788: _Devant._ C'est-à-dire: derrière. «Retro.» Toutefois le mot
      du traducteur sembleroit mieux convenir ici.


V.

ANNEES: 810/812.

_Coment de rechief il envoya son ost sur la cité de Barcinone et de
Tortouse, et coment ils firent nefs pour passer le fleuve d'Yberis, et
coment ils furent aperceus. Et puis de leur victoire contre Abaidon le roy
de Tortouse. Après coment le roy meisme vint à prendre la cité; et puis
comme ils asségièrent la cité d'Osque et gastèrent tout le païs._


[789]Un pou de temps après, s'appareilla de rechief pour ostoier en
Espaigne; mais le père li manda qu'il n'y alast pas par soy. En ce temps
faisoit faire nefs et galies en tous les grans fleuves qui chéoient en la
mer, encontre les assaulx des Normans. Et pour ce manda-il à son fils qu'il
en féist aussi faire en sa terre sur le fleuve de Gironde et sur le Roosne.
Le roy Loys ne vint pas en Espaigne pour ce que le père luy avoit deffendu,
et le père luy envoya un sien prince qui Ingobert estoit nommé, qui
représentast la personne du fils et conduisist les osts pour le fils et
pour le père.

      Note 789: _Vita Ludovici Pii._--XV.

Ainsi demoura le roy en Acquitaine, pour garnir les fleuves de nefs et de
galies; et son ost erra tant qu'il vint à Barcinone. Là, prindrent conseil
les chevetains, coment ils pourroient surprendre leurs ennemis. Si
s'accordèrent à ce qu'ils feroient petites nefs; et puis partiroient
chascune en quatre parties, telles que chascune peust estre portée jusques
au fleuve, à deux chevaux ou à deux mules, et puis feussent jointes
ensembles à bendes et à clous, et puis estoupées d'estoupes, de craie, de
cire et de pois.

Quant ils se furent tous à ce accordés, Ingobert prist grant partie de
l'ost et s'en ala vers Tortouse. Ademaire et Bera, et les autres qui pour
ceste besoigne avoient esté esleus chevauchièrent par trois jours. Si
n'avoient couverture fors du ciel, car ils n'avoient né tentes né
paveillons, et ne faisoient feu, sé petit non, pour qu'ils ne feussent
apperçeus par la fumée; le jour se reposoient ès bois, et par nuit erroient
tout comme ils povoient. Au quart jour firent joindre les membres de leurs
nefs ensemble, et les garnirent d'estoupes et de pois. Dedens entrèrent, et
passèrent en telle manière le fleuve d'Yberus, et les chevaux firent
noer[790] tout oultre. Ce fait leur donna bon commencement; et pour ce,
peussent avoir accomplie une grant partie de leur volenté s'ils n'eussent
esté apperçeus. Car en ce point que les nostres estoient ainsi au dessus du
fleuve d'Yberus, entour trois journées, Abaidons, le duc de Tortouse,
gardoit les rivages du fleuve, que les autres ne passassent oultre. Si
avint que un More entra au fleuve pour se baigner, et vit fiente de chevaux
qui avec l'eaue descendoit; il la prist et la mist à son nez, et sentit
bien que c'estoit. Lors commença à crier: «Esgardez, esgardez, seigneurs
compaignons! mestier vous est que vous vous gardez; car ceste fiente n'est
pas d'asne, né de mule né de beste qui ait acoustumé à paistre en herbages,
ains est de cheval si comme il appert par l'odeur de la fiente: et pour ce
je vous prie et loe que vous vous gardez sagement; car, si comme il me
semble, nos ennemis nous espient au dessus de ce fleuve.»

      Note 790: _Noer._ Nager.

Tout maintenant, deux de leurs compaignons envoièrent à cheval pour savoir
se ce estoit voir ou non; et ceulx qui bien apperceurent les nostres
retornèrent maintenant et nuncièrent à leur duc Abaidons ce qu'ils avoient
trouvé. Lors eurent si grant paour, qu'ils s'en fuirent maintenant tous, et
laissèrent leurs hesberges, et quanqu'ils avoient dedens. Et les nostres
qui passés furent descendirent selon le fleuve jusques à leurs paveillons,
et quanqu'ils trouvèrent ens, ravirent; et hébergèrent celle nuit dedens.
L'endemain vint encontre eulx à bataille Abaidons, le duc de Tortouse, à
grant compaignie de Mores et de Sarrasins, qu'il eut assemblé de toutes
pars. Et combien que les nostres féussent mains[791] que ceulx n'estoient,
si se combatirent si fort, qu'ils les firent tourner en fuie; et si ne
finèrent d'enchacier et d'occire jusqu'à tant qu'il fust nuit, que les
estoiles apparurent au ciel. Après ceste victoire retournèrent à leurs
compaignons; longuement sistrent devant la cité, et puis retournèrent à
leur païs quant ils eurent le païs destruit et gasté.

      Note 791: _Mains._ Moins.

[792]L'année après, le roy rassembla ses osts, et ala luy-meisme asségier
Tortouse. Avec luy eut Haribert, Luitart, et Ysembert, et grant aide de la
gent de France. Ses engins fist lancier aux murs et aux tours de la cité,
et tant en craventa que ceulx dedens qui assez perdoient de leurs gens aux
assaulx se désespérèrent et luy rendirent les clefs de la cité, qu'il
envoya depuis à Charlemaines, son père. Moult furent espouventés les
Sarrasins et les Mores de celle contrée, et doubtoient moult qu'ils ne
perdissent leurs forteresses par autre adventure. Mais le roy retourna en
Acquitaine quarante jours après ce que le siège fu commencié.

      Note 792: _Vita Ludovici Pii.--XVI_.

[793]L'année après rassembla le roy son ost pour asségier la cité d'Osque.
A celle fois fu livrée au conte Haribert, que son père lui avoit envoyé. La
vindrent sa gent, et asségièrent la ville. Tous ceulx qu'ils encontroient
prenoient vifs ou chaçoient en fuie. Mais tandis comme ils furent en ce
siège, leur advint un meschief pour ce qu'ils ne se tenoient pas si
sagement comme mestier leur feust. Car aucuns des hardis bataillons de
l'ost venoient trop près des murs pour hordoier à ceulx de dedens, et de si
près ils parloient à eulx et les laidengeoient[794], et leur lançoient
javelos et sagettes; et ceulx de dedens qui bien virent qu'ils s'estoient
trop éloingnés de l'ost, et qu'ils aroient à tart secours, eurent moult
grant despit de ce qu'ils les laidengeoient; et pour ce meismement qu'ils
estoient si pou de gens, les portes ouvrirent et vindrent assembler à eulx,
et ceulx les receurent hardiement. Si en eut assez d'occis d'une partie et
d'autre. A la parfin se retrairent ceulx de la cité, et les autres
retournèrent à l'ost. Longuement tindrent le siège devant la cité, et moult
y firent de dommages; et quant ils eurent le païs gasté et leurs ennemis
grevés, quanqu'ils peurent, il leur convint retourner pour le fort yver qui
approchoit. En Acquitaine vindrent au roy, qui en ce temps se déduisoit en
gibiers et en chaces, si estoit jà la saison vers la fin de septembre.
Grant joie eut le roy de la venue de sa gent. Tout cel yver demoura en sa
terre sans ostoier.

      Note 793: _Vita Ludovici Pii.--XVII_.

      Note 794: _Ladengeoient._ Injurioient.


VI.

ANNEE: 812

_Coment le roy ala contre les Gascons, en leur terre entra, et les
contraint de venir à merci. De l'agait qu'ils bastirent au retour. Et
coment il refourma l'us de chanter et de lire en son royaume. Des églyses
qu'il restora; et puis de la paix où son royaume estoit; et puis de la mort
de ses frères._


[795]Au nouvel temps tint le roy parlement de ses barons. Quant ils se
furent assemblés, il leur compta nouvelles qu'il avoit oïes, que une partie
de Gascons qui à luy estoient obéissans et en sa subjection,
s'appareilloient d'eulx rebeller contre luy; et que par estouvoir[796]
convenoit que l'en y envoyast, pour eulx abatre et chastier. Et les barons
s'accordèrent à la volenté le roy, et distrent que ceste besoigne ne devoit
estre entrelaissiée qu'ils ne feussent abatus de leur présumpcion. Son ost
appareilla et y vint. Et quant il vint à une ville qui a nom Aix[797], il
manda à ceulx qui contre luy se rebelloient qu'ils venissent à luy. Ceulx
refusèrent à venir, et le roy entra en leur terre et mist tout à
destruction.

      Note 795: _Vita Ludovici Pii.--XVIII_.

      Note 796: _Par estouvoir._ Par force.

      Note 797: _Aix. Aquis villam._ C'est _Acqs_ ou _Dax_.

A la parfin quant il eut tout gasté et mis à destruction quanques à eulx
appartenoit, ils vindrent à merci. Et jasoit ce qu'ils eussent aussi comme
tout perdu, si furent tous liés quant il leur voult pardonner leurs vies.
Et tout oultre passa le roy parmi les mous de Pirenne, et vint jusques à
Pampelune Là, demoura un pou de temps, et ordonna des choses au commun
proufit du païs, puis se mist au retour par celle meisme voie où il estoit
alé; mais les Gascons, qui par nature sont pou estables et pou loyaux,
firent embuschement ès destrois des montaignes pour les assaillir. Grans
dommages peussent avoir fait, et meismement en tels trespas où force de
chevalerie n'a mestier, sé sa pourvéance n'eust eschivée leur malice. Car
l'un qui premier venoit fu pendu et pris. Et ainsi furent prises les femmes
et les enfans de tous les autres, et tenues jusques à tant que tout l'ost
eut tous les périls passés, et quant ils furent en lieux que les Gascons ne
les povoient de rien grever.

[798]Ainsi le roy retourna en Acquitaine. Jà soit ce qu'il amast et
doubtast Dieu dès les jours de s'enfance, et eut volenté de garder et
d'essaucier sainte Églyse, cil bon propos ne chayt pas de son cuer, ains
crut et multiplia si comme il monstra par œuvres qui mieulx monstroient
qu'il déust mieulx estre prestre que roy. Car avant que le royaume
d'Acquitaine venist en sa main, l'évesque et le clergié de la terre, pour
ce qu'ils habitoient soubs tirans, estoient plus ententis à chevauchier en
armes et à brandir javelos, selon la coustume du païs, qu'ils n'estoient au
service nostre Seigneur; et pour le service nostre Seigneur refourmer qui
estoit oublié, fist-il venir de dehors de la terre maistres qui reprenoient
l'us de chanter et de lire, et estoient maistres de divinité[799] et des
autres sciences; si avoit assez plus[800] grant cure et plus grant
compassion de l'estat des moines et d'autres religieus qui avoient laissié
les choses du monde pour desservir la joie perdurable. Si estoit en si
povre point le païs[801], avant qu'il venist en son gouvernement, qu'il
estoit ainsi comme tout coulé. Mais en son temps fu si recouvré et en si
bon estat, que luy-meisme eut grant volenté de guerpir le siècle et
d'entrer en religion, à l'exemple de Charlemaine[802], le frère le roy
Pepin son aïeul, qui ainsi l'avoit fait; et bien éust mis à œuvre son
propos, sé le père l'eust souffert; mais[803], à droit parler, la volenté
nostre Seigneur qui pas ne vouloit que homme de si grant bonté et de si
grant pitié eust cure de soy tant seulement; ains vouloit que le proufit de
plusieurs feust par luy gardé et multiplié.

      Note 798: _Vita Ludovici Pii.--XX_.

      Note 799: _Divinité._ Théologie.

      Note 800: _Assez plus._ C'est-à-dire: _principalement_. Le latin dit:
      _præcipuè_.

      Note 801: _Le païs._ C'est-à-dire, sans doute, les établissements
      religieux du pays.

      Note 802: _Charlemaine._ Carloman.

      Note 803: _Mais._ C'est-à-dire: _ou plutôt_.

Maintes églyses et maintes abbaïes restaura et édifia, desquelles plusieurs
sont cy nommées: le moustier Saint-Philebert[804], le moustier
Saint-Florent, le moustier de Carioz, le moustier de Conches, le moustier
Saint-Maixent, le moustier de Grandlieu, le moustier Saint-Savin, le
moustier Saint-Théofrit, le moustier Saint-Passant, le moustier
Sainte-Marie-des-Pucelles, le moustier Sainte-Ragonde, le moustier
Saint-Deuthère en la terre de Thoulousain, et plusieurs autres qui ne sont
pas ci nommés. A l'exemple de luy faisoient plusieurs des prélas, et non
mie tant seulement les évesques, mais les gens lais qui restoroient les
églyses qui estoient cheues, et en faisoient aucunes nouvelles. Si estoit
jà la chose commune si bien gouvernée et en si grant proufit portée, que
combien que le roy feust en son palais ou hors du royaume, à paine fust
trouvé aucun qui se plaignit de tort ou de grief que on luy eust fait; car
le roy avoit accoustumé à séoir aux plais du palais trois fois en la
sepmaine, pour oïr terminer les causes.

      Note 804: _Saint-Philebert._ Saint-Philibert-du-Pont-Charrau, en
      Poitou, aujourd'hui village du département de la Vendée.
      _Saint-Florent_, en Anjou, aujourd'hui hameau du département de
      Maine-et-Loire, près de Saumur.--_Carioz._ Charrou.--_Conches._
      Conques, en Rouergue, aujourd'hui chef-lieu de canton du département
      de l'Aveyron.--_Saint-Maixent_, en Poitou.--_Grant lieu_, _Maulieu_,
      en Auvergne.--_Saint-Savin_, en Poitou, à quatre lieues de
      Montmorillon.--_S.-Theofrit_ vulgò S.-Chaffe, dans l'arrondissement
      de Puy en Velay.--Mabillon avoue ne pouvoir reconnoître les abbayes
      de _S.-Pascent_ et d'_Uter_ ou _Deuthere_.--_Sainte-Marie_, en
      Limousin.--_Sainte-Ragonde._ Sainte-Radegonde, en Poitou.

En ce temps, envoya le père au fils l'un des contes du palais, qui
Archambaut avoit nom, pour aucunes parolles du père au fils et du fils au
père; et quant il fu retourné à son seigneur, il luy compta l'ordonnance de
choses qu'il avoit veues au royaume d'Acquitaine, et la grant paix dont le
peuple s'esjoïssoit par le sage gouvernement du roy. De ce fu le père si
liés, qu'il commença à plourer de joie et dist à ceux qui en tour luy
estoient: «O seigneurs! grant joie devons avoir, quant nous qui sommes
viels sommes surmontés par les sens de ce jeune homme.» Et puis si toucha
une parole de l'Évangile et dist: «Pour ce qu'il a loyalement multeplié le
besant, son seigneur luy a baillé et donné le pouvoir en la masse et en
tout le royaume son père.»

[805]En ce temps, trespassa Charles, l'un de ses frères; et Pepin l'autre,
qui roy estoit de Lombardie, estoit jà trespassé long-temps avoit devant.
Plus n'y avoit que luy demouré de tous les hoirs masles de son père; et
pour ce estoit en luy mise toute l'espérance de tout le royaume. Et en ce
point envoya Guerri l'évesque de Capes[806] au père, pour conseil querre
d'aucunes besoignes. Tandis comme il demouroit là pour attendre la
response, plusieurs furent, François et Allemans, qui luy distrent qu'il
amenast le roy et qu'il venist à son père, et que il se tint désormais près
de luy; car vieillesse et le dueil de ses fils qui mors estoient l'avoient
moult afleboié. Cil Guerris retourna et compta au roy ceste chose. Le roy à
son conseil se conseilla, et ils luy loèrent[807] presque tous qu'il le
féist. Mais le roy eut conseil de soy-meisme né ne voult ainsi faire, pour
ce que le père ne l'eust soupçonneux, et qu'il n'y notast aucune chose;
pour ce n'y voult pas aler, ains demoura en Acquitaine. A ceulx à qui il
avoit guerre et qui paix lui requirent donna trèves jusques à un an.

      Note 805: _Vita Ludovici Pii.--XX_.

      Note 806: _L'evesque de Capes._ «Capis prælato.» Le contre-sens étoit
      difficile à éviter. Il falloit mettre: _le préposé aux oiseaux de
      proie_, ce qu'on a plus tard nommé le _fauconnier_. Voy. Ducange, au
      mot _capus_.

      Note 807: _Loerent._ Conseillèrent.


VII.

ANNEE: 814.

_Coment le père manda le fils, et puis s'en retourna. De la mort
Charlemaines, et coment les barons mandèrent te roy Loys après le décès de
son père; coment il le fit ensepoulturer, et coment il rendi son testament.
Puis parle moult d'autres diverses choses._


Entre ces choses, le père, qui sentoit bien que il afleboioit et qu'il
approuchoit de la fin de son aage, se doubtoit moult que le royaume qui en
si hault estat et si noblement ordonné estoit ne venist à confusion après
sa mort, et que il ne feust troublé par estranges guerres ou par les
dissensions des princes meismes du royaume. Pour ce manda son fils qu'il
venist à luy. A grant joie le receut et le retint avec luy tout cel esté.

Tandis comme il demoura avec luy, l'enseigna-il de ce qu'il sentoit qu'il
n'estoit pas souffisamment introduit. C'est assavoir coment il devoit vivre
et régner, et son royaume tenir et gouverner. Après se départit de luy et
retourna en Acquitaine. Le père, qui jà aprouchoit de sa fin, commença à
afleboier moult durement, et luy prindrent aucunes maladies qui luy
nunçoient sa fin. Au derrenier accoucha du tout au lit; et en pou de jours
après ce qu'il eut ordonné son testament, il trespassa à la joie de
paradis.

De laquelle mort demoura le royaume de France plein de douleur et de
tristesse; mais la vérité de l'Escripture fu esprouvée en celluy qui après
vint; qui[808] dist ainsi pour reconforter les cuers de ceulx qui de tels
mors sont dolens: «_Mors est l'homme droiturier. Et si est ainsi comme s'il
ne feust pas mort, car il nous laisse hoir à luy semblable._» En la
quinziesme[809] kalende de février trespassa le glorieux empereur, en l'an
de l'Incarnacion huit cens et quatorze. De son trespassement et de sa
sépulture n'est pas maintenant mestier de reprendre ce que nous avons dit
en ses fais. En ce temps, ainsi comme entour la Purification Nostre-Dame,
tenoit l'empereur Loys parlement des barons en un lieu qui a nom
Thédats[810]. Les barons palazins[811] et les autres princes qui furent à
son trespassement envoyèrent à luy tantost un message qui avoit nom Ramps,
pour luy dénuncier la mort de son père, et luy mandèrent qu'il venist là au
plus tost qu'il pourroit. Par Orléans s'en ala le message. Théodulphe,
l'évesque de la cité, qui moult estoit sage homme, s'apperceut bien
pourquoy il estoit envoyé. Tantost manda à l'empereur par un autre message
se il vouloit qu'il alast contre luy ou qu'il l'attendist en la cité; et
l'empereur luy remanda qu'il vouloit qu'il alast à luy. Ne demoura puis
longuement que le second message vint, et puis le tiers; et le cinquiesme
jour après que les messages furent venus, mut l'empereur à moult grant
gent; car l'en se doubtoit que Walla, qui au temps son père estoit le
souverain du palais, n'appareillast aucun mal et aucune conspiracion contre
l'empereur; mais il ne le fist ainsi, ains vint à luy tantost, et obéyt à
luy comme à son droit seigneur, selon la coustume de France[812]. A
l'exemple de luy firent tous les autres barons; si luy vindrent à
l'encontre à grans tourbes, et luy firent obédience et hommage comme à leur
droit seigneur.

      Note 808: _Qui._ Laquelle Escripture Sainte. Ecclesiaste, 34.

      Note 809: _Quinziesme._ Il falloit la _quinte_.

      Note 810: _Thedats._ _Theothuadum._ C'est _Doué_.

      Note 811: _Les barons palazins._ «Proceribus Palatinis.»--_Vita
      Ludovici Pii.--XXI_.

      Note 812: Plusieurs manuscrits ajoutent: _car François aiment par
      amour leur seigneur_. Mais il n'y a rien de pareil dans le latin.

A Haristalle vint, et entra en Ais-la-Chapelle au trentiesme jour qu'il se
partit du royaume d'Acquitaine. Tout feust-il débonnaire par nature, si
avoit-il esté courroucié par plusieurs fois d'une honte et d'un reprouche
qui couroit par le palais au temps de son père, de ses sereurs. Si en
estoit la court diffamée tant seulement de ce, et non d'autres choses. Pour
ce, voult mettre conseil en ceste chose, que le diffame ne renouvellast qui
estoit esmeu par Odille et Hiltrude[813] une de ses sereurs. Pour ce
commanda à quatre des maistres de sa court, avant qu'il venist à
Ais-la-Chapelle, à Walle et Garnier, Lambert et Ingobert, qu'ils s'en
alassent devant, et qu'ils gardassent que esclandres ne venissent plus en
son palais; et tous ceulx[814] qu'ils trouveroient coupables d'avoutire et
ceulx qui par orgueil seroient rebelles encontre luy, qu'ils les méissent
en prison, et feussent bien gardés jusques à tant qu'il seroit venu. Mais
aucuns qui se sentoient meffais en tels cas vindrent à luy entre-voies.
Tant le prièrent, qu'il leur pardonna tout, et puis leur recommanda qu'ils
retournassent et déissent au peuple que il venoit, et que hardiement
attendissent sa venue.

      Note 813: _Odille._ «Odilonem et Hiltrudem.» Odillon, ancien duc de
      Bavière. _Hiltrude_, sœur de Pepin-le-Bref. Le latin est moins
      obscur: «Cavens ne quod per Odilonem et Hiltrudem olim acciderat,
      revivisceret scandalum.»

      Note 814: _Tous ceulx._ Le latin dit: _aliquos_, certains, ce qui est
      déjà bien assez.--_Avoutire._ Adultère.

Entre ces choses, Garnier, l'un des quatre dont nous avons dessus parlé,
appella un sien nepveu qui Lambert avoit nom, et manda par luy à celluy
Odille[815] qu'il venist à luy; car il le vouloit prendre et garder jusques
à la venue l'empereur. Si fist ceste chose sans le sceu Walle et Ingobert.
Mais Odille, qui en sa conscience se sentoit coulpable, se pourveut
aigrement et cruellement contre luy. Cil vint si comme il l'avoit mandé, et
quant Garnier le cuida prendre, celui l'occist[816], et Lambert son nepveu
navra en la cuisse si qu'il en fu long-temps afolé; mais au derrenier fu
occis. Si en fu l'empereur moult courroucié quant il luy fu dit. Et tant fu
dolent de la mort de Garnier qu'il commanda que Tulles, qui en ce meisme
cas estoit coulpable, et à qui il avoit jà oncques son méfiait pardonné,
eut les yeulx crevés.

      Note 815: _Odille._ Il falloit _Hodoin_, que notre traducteur confond
      bien à tort avec l'_Odille_ cité dessus.

      Note 816: _Celui l'occist._ Hodoin occit Garnier.

[817]Quant l'empereur vint à Ais-la-Chapelle, il fu reçu moult
honnourablement du peuple et de ses amis, et d'aucuns chevaliers de France
qui là estoient, et fu de rechief de tous clamé empereur. Après ces choses
il ala orer[818] sur la sépulture son père et prier pour luy, et rendre
graces à nostre Seigneur de tous bénéfices. Ses amis et ses prouchains qui
longuement avoient esté en pleurs et en tristesce pour la mort de son père
reconforta; et sé deffaute eut esté aux obsèques et au service, il le
restaura et rendit. Son testament fist réciter devant luy, et voult qu'il
feust tenu entièrement, tout en la manière qu'il l'eust devisé; et chascune
églyse métropolitaine, c'est-à-dire arceveschié, eut sa partie du
testament, qui par nombre furent vingt-et-un. Les joyaux et les aournements
qui espécialement afferoient[819] à la personne de l'empereur laissa au
trésor à luy et à tous ceulx qui après luy régneroient. Après ordenna de ce
que l'en donroit aux fils et aux filles de ses fils, aux nepveux et aux
sergens du palais qui son père avoient servi. Après ordenna de ce que l'ent
donroit aux povres communelment selon la coustume de Crestienté. Ainsi
accomplit-il et rendit tout le testament son père entièrement, si comme
l'escript le devisoit.[820] La compaignie des femmes, qui trop estoit
grande au palais, fist mettre hors, fors aucunes qui furent retenues en la
court pour servir en aucuns offices. A ses sereurs rendit ce que leur père
leur avoit donné, et les envoya en leurs propres lieux; et à ceux à qui il
n'avoit rien laissié donna raisonnablement.

      Note 817: _Vita Ludovici Pii.--XXII_.

      Note 818: _Orer._ Prier.

      Note 819: _Afferoient._ Appartenoient.

      Note 820: _Vita Ludovici Pii.--XXIII_.


VIII.

ANNEE: 814.

_Des messages l'empereur de Constantinoble, et coment le roy manda Bernart
son nepveu qui roy estoit de Lombardie, et coment il rendi aux Saisnes et
aux Frisons leurs terres. Et de la justice que le pape Léon fist à Rome, et
coment le roy y envoya Bernart son nepveu pour savoir la vérité de ceste
chose._


Messages receut l'empereur de diverses parties, qui à son père estoient
envoyés; diligemment et volentiers les oyt, largement leur pourveut[821],
dons leur donna et puis les congéa. Les plus sollempnels estoient les
messages Michiel, l'empereur de Constantinoble. A celluy Michiel avoit
envoié Charlemaines l'empereur messages avant qu'il trespassast. Ces
messages furent Amauri, arcevesque de Treves, et Pierre, abbé de
Nanthules[822]; pour confirmacion de paix et d'alliance estoient alés là.
Avec eulx amenèrent ces deux messages, Christofle et Grégoire, qui à
Charlemaines aportoient response de ce qu'il avoit mandé par escript. Avec
eulx envoia Loys l'empereur en messages, Léon l'évesque de Regie[823], et
Ricod le conte de Poitiers, pour reuouveller l'amour et l'alliance entre
les deux empereurs.

      Note 821: _Largement leur pourveut._ « Dapsiliter curavit.»

      Note 822: _Nanthules._ «Nonantulæ.» Je pense que ce doit être
      _Nonantola_, ville d'Italie, dans le duché de Modène, dont l'abbaye
      est des plus anciennes.

      Note 823: _Leon, évesque de Regie._ Contre-sens. Il falloit _à Léon,
      nouvellement substitué empereur, Nortbert, évêque_, etc.

En celle année tint l'empereur général parlement à Ais-la-Chapelle. Par
toutes les provinces de son royaume envoia preudes hommes et loiaulx de son
palais, et esprouvés en droit pour amender les forfais et pour faire à
chascun droit et justice. Bernart son nepveu, le roy de Lombardie, manda:
cil y vint volentiers, et l'empereur luy donna grans dons et le congéa.

En ce temps vindrent à court les messages Grimoart, le prince de Bonivent,
pour obéir à la volenté l'empereur. Pour leur seigneur jurèrent qu'ils
rendroient, chascun an, sept mille souls de deniers d'or ès trésors
l'empereur.

[824]Trois fils avoit l'empereur: Lothaire, Pepin et Loys. L'istoire ne
parle pas quand né coment ils furent nés, et pour ce nous en convient
taire. [825]Lothaire envoia en Bavière, pour le pays gouverner; Pepin en
Acquitaine; Loys, le tiers, retint encore avec luy pour ce qu'il estoit
trop jeune.

      Note 824: Cette phrase est une addition du traducteur.

      Note 825: _Vita Ludovici Pii.--XXIV_.

En ce temps vint à court Heriols, le prince de Dannemarche, que les fils le
roy Godefroy avoient chacié du royaume. A l'empereur vint à garant; si se
rendit à luy et luy fist hommage à la coustume de France[826]. L'empereur
le reçeut et luy dist qu'il alast en Sassoigne, et attendist tant qu'il li
peust envoier secours pour sa terre recouvrer. Et en ce mesme temps
rendit-il aux Saisnes et aux Frisons leurs terres et leurs héritages qu'ils
avoient perdus au temps de son père.

      Note 826: _Et lui fist hommage._ «JuxtLa morem Francorum, manibus
      illius se tradidit.» De là sans doute l'expression que nous
      conservons encore: _se mettre entre les mains de quelqu'un_.

De cette chose parlèrent plusieurs diversement, qui diversement estoient
meus: car les uns disoient qu'ils cuidoient qu'il eust ce fait par
debonnaireté et par franchise de son cœur; les autres disoient que c'estoit
par non sens et mauvaise pourvéance, et disoient que tels gens sont par
nature cruels et desloyaux, et devroient tousjours estre si restrains et si
chastiés qu'ils n'eussent povoir de guerre esmouvoir né rebeller. Mais
l'empereur qui mieulx amoit à vaincre par débonnaireté que par armes, le
fist pour ce que il les peust vaincre par franchise et par amour, et que
ils feussent plus tenus à luy, pour ce que il leur faisoit plus grant
miséricorde. Si ne fu pas deceu d'espérance, car ils obéirent tousjours
depuis humblement et dévotement à luy.

[827]En tour un an après ces choses, fu racompté à l'empereur que aucuns
des plus puissans de Rome estoient jurés et aliés encontre l'apostole Léon.
La chose fu descouverte et attainte: et pour ce les fist l'apostole décoler
selon les lois et les anciens establissemens des empereurs de Rome[828].
L'empereur qui oï ce dire, porta grief de ceste vengeance, et non pas pour
ce qu'elle ne feust bien selon les lois, mais pour ce que le souverain
preslat et le chief spirituel de tout le monde avoit osé faire si roide
justice. Bernart son nepveu, le roy de Lombardie, y envoia pour savoir sé
c'estoit voir ou non. Et luy commanda par un messagier qui avoit nom
Girout, qu'il en sçeut amander la vérité.

      Note 827: _Vita Ludovici Pii.--XXV_.

      Note 828: Les annales attribuées à Eginhard racontent le même fait,
      mais sans les réflexions de l'astronome limousin: «Lege Romanorum in
      id conspirante.» Elles omettent également la réflexion de la phrase
      suivante, dont voici le texte latin: «Velut à primo orbis sacerdote
      tam severè animadversa.» Or, ce passage des _Annales d'Eginhard_ doit
      donner à penser que le mécontentement de l'empereur venoit de ce que
      le pape avoit fait, dans ce cas, acte d'usurpation sur les droits de
      l'empereur, unique souverain de Rome et seul juge des crimes
      politiques.

Quant le roy Bernart fu à Rome, il enquist de la chose et manda à
l'empereur ce qu'il avoit trouvé. L'apostole Léon qui bien sçeut que
l'empereur estoit meu contre luy pour ceste chose, envoia tantost ses
messages à l'empereur; les messages furent Jehan, abbé de Blanche-Selves,
Théodore le donneur et le duc Serges.


IX.

ANNEES: 815/817.

_Coment le roy envoia ses osts sur les Saisnes et sur les Abrodites[829],
et coment leurs terres furent gastées, et des fils Godefroy de Dannemarche;
du pape et des Romains; du revel[830] des Gascons; de la mort le pape Léon,
et coment le pape Estienne vint en France; et d'autres incidences._

      Note 829: Inexactitude fondée sur le contre-sens de la première
      phrase de ce chapitre.

      Note 830: _Revel._ Soulèvement, révolte.

En ce temps fist l'empereur un commandement que les princes de Sassoigne et
les Abrodites qui au temps son père estoient subgiés, feussent chastiés et
humiliés, et que leurs propres royaumes leur feussent rendus[831]. Pour
ceste besoigne fu envoie le conte Baudri[832], à grant ost; le fluve
d'Egidore[833] trespassèrent, et entrèrent en la terre des Normans, en un
lieu qui a nom Sinelhandi[834]. D'autre part furent les fils Godefroy qui
jà fu roy de Dannemarche, à grant ost, et si avoient navie[835] de deux
cens nefs. Avant n'osoient venir né plus faire; si se départirent à tant
d'une part et d'autre, sans bataille. Les gens l'empereur gastèrent et
ardirent tout le pays devant eulx; le païs ramenèrent en l'ancienne
subjection. Quarante ostages receurent des barons et du peuple de la terre
et retournèrent à l'empereur qui lors tenoit parlement en un lieu qui a nom
Paderbrun. A ce parlement estoient venus les plus grans princes des
Esclavons orientels.

      Note 831: Voici un gros contre-sens. Il falloit traduire, comme l'a
      remarqué Dom Bouquet: L'empereur avoit ordonné que l'on réunit à
      Heriols, prince danois, les comtes saxons et les Abrodites, autrefois
      tributaires de Charlemagne, pour l'aider à se mettre en possession du
      royaume de Danemarck.

      Note 832: _Le comte Baudri._ Ou plutôt _le légat_, qui va reparoître
      au chapitre XII.

      Note 833: _Egidore._ C'est aujourd'hui l'_Eyder_, rivière de
      Danemarck.

      Note 834: _Sinelhandi._ «Sinlendi.» J'ignore la position de ce lieu.

      Note 835: _Navie._ Flotte.

Droit en ce temps, requist à l'empereur trèves de trois ans, Abulas un roy
sarrasin. Premièrement furent accordées et octroiées, mais puis furent
rappellées pour ce qu'elles ne tenoient nul proufit, et fu mandée bataille
aux Sarrasins[836]. Et en ce temps, repairèrent de Constantinoble l'évesque
Norbert et le conte Ricon, que l'empereur eut là envoiés en message. Si
rapportèrent pais et aliances confirmées entre les François et les Grieus.

      Note 836: Voyez plus loin, Chapitre XII. Abulas, suivant M. Reunaud,
      est le même que l'émir de Cordoue _Hakan_, surnommé _Aboulassy_, ou
      _le méchant_, à cause de ses crimes.

En ce meisme temps, avint que l'apostole Léon acoucha malade; et tandis
comme il gisoit au lit, les Romains, qui pas ne l'aimoient, prisrent et
saisirent, sans attendre justice né jugement, tout quanques ils disoient
qui leur avoit esté tollu, champs, vignes, jardins et maisons que
l'apostole avoit faites nouvelles. Mais, au commencement, leur deffendi
ceste chose le roy Bernart, par Guinigise le duc des Vaulx de Spolite[837],
et manda à l'empereur toutes ces choses par certains messages. [838]Quant
ce vint vers la nouvelle saison, l'empereur commanda que les François
orientels et aucuns de la gent de Sassoigne s'appareillassent contre les
Sorabiens et les Esclavons, qui s'étoient fors traïs de sa subjection, et
jà s'appareilloient contre luy. Mais leur effort fu tost et légièrement
plaissié[839] et abatu. Les Gascons qui habitoient près des montagnes se
rebellèrent aussi en ce temps contre l'empereur du tout en tout, selon la
ligière manière qu'ils ont de nature. La raison pour quoi ils se
retournèrent, si fu pour ce que l'empereur osta Seguin[840], le conte de la
terre, pour son meffait et pour ses mauvaises meurs, et pour la diversité
qui en luy estoit si grant et si cruelle que à paine la povoit-on souffrir.
Mais ils furent si domptés et si batus par deux batailles tant seulement,
qu'ils vindrent à merci et se repentirent de leur folie, mais trop tard.

      Note 837: _Des Vaulx du Spolite._ De Spolète.

      Note 838: _Vita Ludovici Pii.--XXVI_.

      Note 839: _Plaissié._ Comprimé.--_Leur effort_, l'effort des
      Sorabiens.

      Note 840: _Seguin._ «Sigwinus.» Etoit fils d'_Alori_ ou «Adeloricus,»
      et nos _chansons de geste_ ont également célébré sa félonie.

Entre ces choses vindrent nouvelles à l'empereur de la mort l'apostole
Léon; si estoit trespassé en l'uitiesme kalende de jugnet[841], ou vingt et
un au de son siége. Après luy fu au siège Estienne Diacone. Assez tost
après son sacre, mut pour venir à l'empereur. Si estoient à peine passés
deux mois quand il vint à luy; mais avant eut envoié messages à l'empereur,
qui li firent satisfacion de son sacre et de son ordenement.

      Note 841: _Jugnet._ Juin.

Quant il oït nouvelles de son advènement, il manda Bernart son neveu qu'il
alast contre luy et que il le compaignast. Et quant il sceut qu'il
approchoit, il envoia autres messages pour luy amener à grant honneur, et
puis s'en ala à Rains et attendit sa venue là. Et envoia de rechief contre
luy Hildebault, son maistre chapelain, et Theodulphe, l'évesque d'Orléans.
Après commanda à Jehan, l'arcevesque d'Arle, qu'il alast devant à grant
compaignie des ministres de sainte Eglyse, revestus en chapes et en
garnemens de soie. Au derrenier mut l'empereur et ala encontre l'apostole
Estienne, environ demie lieue loin de l'églyse Saint-Remi, honnestement et
dévostement le receut comme le vicaire saint Père, et il mesme le soustint
à ses mains quand il entra en l'églyse Saint-Remi. Et tandis comme les
religieux et le clergié chantoient _Te Deum laudamus_, le soustenoit
tousjours l'empereur. Après les graces qu'ils eurent à Dieu rendues,
l'apostole les acomplit par une oraison qu'il dit en la fin. Lors se
départirent et alèrent aux hostels. Et l'apostole si descouvrit à
l'empereur sa besoigne et luy dit la raison pour quoi il estoit venu: Léans
mangièrent ensemble. Après mangier repaira l'empereur en la cité, et
l'apostole demoura en l'abbaïe. L'endemain semonist[842] l'empereur
l'apostole pour mangier avec luy, honourablement et largement fu toute la
cour servie, et fu l'apostole honouré de grans dons. Au tiers jour après
semonist l'apostole l'empereur au mangier et luy donna aussi plusieurs
riches dons. Et lendemain qui fu jour de dimanche porta l'empereur couronne
tandis comme l'en célébra en l'églyse la grant messe.

      Note 842: _Semonist._ Invita.

A la parfin, quant l'apostole eut impetré la besoigne pour quoi il estoit
venu, il prist congié à l'empereur et s'en retourna à Rome, et l'empereur
se partit de Rains et s'en ala à Compiègne, et demoura trente jours au
plus. Là reçeut et oït les messages Abdirame, le fils le roy Abulas, puis
s'en ala yverner à Ais-la-Chapelle.

[843]Devant ce, avoit commandé aux messages le roy sarrasin que ils
l'attendissent à Ais-la-Chapelle; mais si avoient jà demouré environ trois
mois avant qu'il venist là, et quant il fu venu, il les oït et congéa. Là
meisme vint à luy Nicephore, messagier Léon, l'empereur de Constantinoble;
oultre les amistiés et les aliances estoit contenue en sa légation la
composicion de la paix faite entre les deux empereurs, du contens qui
estoit des contrées des Esclavons et des Romains. Mais à ceste fois ne put
estre le contens abaissié, pour ce que ceulx-ci n'estoient pas présens, né
Cadolac le bailli de ces parties, sans lesquels la cause ne povoit estre
terminée. Mais, pour ceste besoigne mettre à fin, furent envoiés en
Dalmacie Albigaire et Cadale, sires et princes de ces parties.

      Note 843: _Vita Ludovici Pii.--XXVII_.

En ce temps envoyèrent les deux fils Godefroy de Dannemarche messages à
l'empereur, pour requérir paix et aliance. Car Hériols les guerrioit et
grevoit durement; mais l'empereur refusa leurs aliances, pour ce qu'elles
sembloient estre faintes et sans nul proufit, et commanda que l'en envoiast
secours à Hériols qui la guerre maintenoit contre eulx.

_Incidence._--En celle année, ès kalendes de febvrier, fu éclipse de lune
et apparut la comète au signe du Sagitaire. Au tiers mois après ce qu'il fu
retourné de France, trespassa l'apostole Estienne. Après luy fu au siège un
qui Pascases eut à nom. Tantost comme il fu sacré, envoia Théodoire à
l'empereur, et luy euvoia présens et un prestre par qui il luy signifioi
qu'il n'avoit pas esté esleu de sa volenté né par convoitise, mais par
droite élection du clergié et du peuple. Et quant cil Théodoire eut impetré
vers l'empereur l'amistié et les convenances anciennes, il retourna dont il
estoit venu.


X.

ANNEE: 817.

_De la bleceure l'empereur, et coment il réforma l'estat des abbaïes. Et
coment les prélas lessièrent le boban du siècle à l'exemple de luy. Coment
il ordenna de ses fieus; coment Bernart se revéla contre luy, et puis
coment il se repenti._


[844]En celle année meisme, le dimanche de la quinte sepmaine de la
quarantaine, qui est le jour de Pasques flouries, advint que quant le
service qui affiert à sollempnité du jour fu chanté, l'empereur issit d'une
églyse pour aler au palais, par unes alées de fust où il le convenoit
passer. Si estoient vieilles et pourries de l'umeur[845] de l'eaue qui
chéoit dessus. Quant l'empereur fu dessus et grant tourbe de gens et de ses
princes, ces alées fondirent tout à un fais, et donnèrent si grant effroi,
que tous ceulx qui au palais estoient eurent grant paour; tous se
doubtèrent que l'empereur ne feust mort; mais Dieu qui l'amoit le garantit
en ce péril. Avec luy chaïrent plus de vingt, que contes que barons, sans
les chevaliers et les sergens qui entour estoient et furent bléciés en
diverses manières. Mais l'empereur n'eut nul mal, fors tant seulement que
le poumeau de son espée luy heurta au pis, et l'une des oreilles fu un
petit escorchée; et l'une des cuisses bien à mont les illeis[846], fu un
peu serrée entre deulx fusts. Mais assez tost fu guarri de toutes ces
bleceures par le conseil des cirurgiens, si qu'il chevaucha et chaça entour
vingt jours après. Général parlement fist assembler à Ais-la-Chapelle. Si
ne fu pas ceste assemblée tant seulement des barons, ains fu d'arcevesques
et évesques, d'abbés et de tous les estais de sainte Églyse. Là fu bien
monstrée la ferveur et la dévotion qu'il avoit à sainte religion. Car il
fist faire et ordenner un livre de la vie canoniale, en quoi toute la
perfection de ceste ordre est contenue, si comme il appert par ceulx qui la
gardent et la mettent en œuvre.

      Note 844: _Vita Ludovici Pii.--XVIII_.

      Note 845: _L'umeur._ L'humidité.

      Note 846: _Les illeis._ Les entrailles. Variante du manuscrit 8302:
      _Outre les yllières_. Le latin dit: «Juxta inguina.»

En ce livre meisme fist-il ordenner de la quantité du pain et de la mesure
du vin et autres choses nécessaires; si que tous chanoines, moines et
nonains qui soubs ceste ordre serviront nostre Seigneur ne feussent
destourbés né empeschiés pour deffault né pour nécessité. Et quant ce livre
fu compilé et ordenné, il commanda qu'il feust porté, par sages hommes et
honnestes, par toutes les cités et les abaïes de son empire, et qu'ils le
féissent escripre en tous les lieux. De ce eurent les églyses et les abaïes
grant joie. Et le très-débonnaire empereur en acquist louenge en nostre
Seigneur et mémoire perpétuel. Après establit que un abbé qui Benoit avoit
nom, preud'homme et religieux, et aucuns autres moines honnestes et de
honneste vie en toutes choses alassent et venissent par les abaïes de
moines et de nonnains, et informassent[847] ceulx et celles qui mestier en
auroient, selon la règle saint Benoit.

      Note 847: _Informassent._ Instruisissent.

Après regarda l'empereur que c'estoit laide chose que les sergens Dieu
fussent subgiés à nulle humaine servitute. Et regarda que tels seigneurs
sont, aucunes fois, de si grant rapine qu'ils font moult de griefs aux
abaïes où ils ont de leurs hommes. Pour ce, establit que quelconque
personne de serve condicion qui seroit digne en meurs et en science d'estre
appellée en religion et aux saintes ordres du sacrifice de l'autel feussent
franchis de leurs propres seigneurs, que leurs seigneurs feussent ou clers
ou lais. Et voult et ordenna que chascune personne et sergens et
chambrières, ès abaïes du royaume, eussent leur droite livraison, si que
chascun sceust qu'il devroit avoir; si que par oultrage et par mauvais
gouvernement les abaïes ne feussent gouvernées né grevées né apovries, et
que le service nostre Seigneur ne feust mis en négligence. En toutes choses
preschoit humilité le saint empereur, par œuvre et par bouche; et disoit
que quiconque s'umilioit, à l'exemple de Jhesu-Crist, qu'il seroit assis ès
cieulx; si que par son amonnestement les prélas et les clers commencièrent
à laisser et à mettre jus les baudrés et les ceins d'or et d'argent,
chargiés d'aumosnières de soie et de coutiaux à manches d'or et de pierres
précieuses; les robes de draps espéciaux, les frains et les espérons dorés;
et disoit le saint empereur que ce lui sembloit monstre, quant les
personnes de sainte Eglyse qui exemple doivent donner au peuple, usent de
tels aournemens, selon la vaine gloire du monde. [848]Mais l'anemi de paix
ne souffrit pas longuement sans bataille et sans temptacion la sainte
dévocion du preudomme; ains s'efforça en toutes manières de luy troubler
par luy et par ses membres, et esmeut contre luy et prélas et barons et
meismement ses propres fils, si comme nous vous dirons ci après.

      Note 848: _Vita Ludovici Pii.--XXIX_.

Quant il eut ordenné ces choses, ainsi comme vous avez oï, il ordenna après
l'estat de ses fils. De Lothaire l'ainsné fist empereur et voult qu'il
feust empereur clamé. Pepin, l'ainsné après, envoia en Acquitaine au
royaume, et Loys, le tiers, en Bavière; pour ce que le peuple scéust à qui
il deust obéir. Tantost après ces choses, vindrent nouvelles que les
Abrodiciens qui estoient en sa subjection s'estoient tournés encontre lui,
et aliés au fils le roy Godefroy, et jà dégastoient cette partie de
Saissoigne qui siet sur le fleuve d'Albe[849]; mais l'empereur y envoya
tantost souffisans messages et chevalerie qui assez tost les abatirent et
mistrent au dessoubs. Selon la coustume françoise ala l'empereur chacier en
la forest de Vouge[850]. Après repaira pour iverner à Ais-la-Chapelle.

      Note 849: _Sur le fleuve d'Albe._ «Saxoniam Transalbianam vexabant.»

      Note 850: La forest de _Vouge_. «Vosagi lustra.» Ce sont plutôt les
      monts des Vosges.

En cette voie lui fu compté comment Bernart son nepveu, le roi de
Lombardie, qui par luy avoit esté couronné, au temps le roy Charlemaines
son père, s'estoit tourné contre luy par le conseil d'aucuns traiteurs. Et
si s'estoient à luy aliés et jurés tous les princes des cités du règne de
Lombardie, et jà avoient mis garnisons ès destrois des montaignes et à
toutes les entrées de la terre.

Quant l'empereur sceut certainement la vérité, par le tesmoingnage Suppone
et l'évesque Rathal, il assembla ses osts moult efforciement de toutes les
parties de France et d'Alemaigne; au plus hastivement qu'il put mut et vint
jusques à la cité de Chalon. Mais Bernart qui bien vit qu'il ne pourroit
durer envers luy à la parfin né à bonne fin venir de cette besoingne (car
plusieurs de ceulx qui s'estoient à luy aliés luy failloient), du tout
chaït en désespérance. Les armes mist jus et vint à l'empereur, à ses piés
se laissa chéoir et luy regehi[851] qu'il s'estoit vers luy meffait. A
l'exemple de luy firent tons les autres. Tous désarmés vindrent avant et se
mistrent haut et bas en sa merci et en son jugement, et recongnurent à la
première fois toute la traïson, et par quel ennortement et comment et
à quelle fin ils béoient à en venir.

      Note 851: _Regehi._ Confessa.

De ceste traïson furent principaulx Egidion, que l'empereur cuidoit son ami
especial, et Renier, qui conte eut esté du palais, au temps de Charlemaines
son père, fils le conte Mehenier; et Reginal, prevost et chambellen de la
chambre le roy. Si n'estoient pas seuls en ce cas; ains avoient plusieurs
compaignons et clers et lais. Des clers fu l'un, Anselm, arcevesque de
Millan, Volfouth, évesque de Tremoigne[852], et Theodulphe, évesque
d'Orléans. Quant la traïson fut plaineinent descouverte et les traiteurs
furent mis en prison, l'empereur s'en repaira pour yverner à
Ais-la-Chapelle, si comme il avoit proposé devant.

      Note 852: _Tremoigne._ Pour Cremone.


XI.

ANNEES: 818/819.

_Coment l'empereur fist justice de Bernart son nepveu, le roy de Lombardie,
et des autres traiteurs. Et de la présumpcion des Bretons et de leur
subjection. Et coment l'empereur espousa la royne Judith, et du mandement
Leudevit à l'empereur. Et coment le duc Bourna occist trois mil hommes de
la gent Leudevit._


[853]Tout cel yver demoura l'empereur à Ais-la-Chapelle. La Nativité et la
Résurrection y célébra sollempnement. Après la feste, fist traire de prison
Bernart son nepveu, qui jusques alors eut esté roy de Lombardie, et les
autres traiteurs qui, selon les lois, devoient les chiefs perdre.
L'empereur ne voult pas qu'ils feussent dampnés par si cruelle sentence;
mais, toutes fois se consentit que ils eussent les yeux crevés, contre la
volenté d'aucuns qui vouloient que ils feussent dampnés selon les lois,
sans miséricorde. Mais, au derrenier[854], fu jugement parfait. Car Bernart
et Renier furent décolés pour ce qu'ils portoient impaciamment ce qu'ils
estoient aveuglés et qu'ils ne savoient gré de la vie qu'il leur avoit
donnée. Des trois évesques qui estoient parçonniers de la traïson ne se
voult l'empereur autrement vengier, mais qu'il les fist dégrader de leurs
ordres par leurs compaignons évesques, et les fist tondre en religion. A
tous les autres, fors à ceulx qui ci sont nommés, ne fist oncques tollir né
vie né membres, mais que les uns en furent tondus et les autres envoiés en
essil.

      Note 853: _Vita Ludovici Pii.--XXX_.

      Note 854: _Au derrenier._ A la fin.

Après ce, vindrent nouvelles à l'empereur que les Bretons ne luy vouloient
plus obéir né estre de sa seigneurie; ains appareilloient armes contre luy,
et avoient jà fait un roy qui avoit nom Marmanon. Mais l'empereur ne mist
ceste besoingne en délai, ains appareilla ses osts hastivement, pour entrer
en leur terre. En la cité de Vannes tint parlement, et puis entra en
Bretaigne. En pou de temps et en pou de travail destruit tout le païs né ne
voult oncques cesser jusques à tant que Marmanon, leur roy, fust occis. Si
l'occist la garde des destriers du roy qui avoit nom Choslo. Puis que leur
roy fu occis, toute Bretaigne fu abatue et vaincue, et tous vindrent à
l'empereur à merci en telle condicion comme il luy plaisoit; ostages
donnèrent tels comme il demanda; de la terre ordonna à sa volenté.

[855]Puis retourna en France par la cité d'Angiers. Là estoit la royne
Hermengars qui longuement avoit esté malade. Puis que l'empereur fu là
venu, vesquit deux jours tant seulement. Au tiers trespassa, en la quinte
nonne d'octobre.

      Note 855: _Vita Ludovci Pii.--XXXI_.

_Incidence._ En cette année fu éclipse du soleil en l'uitiesme yde de
juillet. L'empereur fist honnestement mettre la royne en sépulture, puis se
partit et s'en alla par Rouen et par Amiens, et se retrait pour yverner à
Ais-la-Chapelle, par Héristalle[856]. Ainsi qu'il entroit au palais, les
messages Sigon, le duc de Bonivent, se présentèrent devant luy, grans
présens apportèrent devant luy et accusèrent leur seigneur de la mort le
duc Grimouar son devancier.

      Note 856: Ici le texte n'est pas exactement rendu. «Recto itinere ad
      hiberna se Aquis contulit. Cui revertenti et Heristalium intranti
      palatium, occurrere missi Sigonis, etc.»

Avec ces messages vindrent autres de diverses nations, les messages des
Abrodiciens et des Godescans[857] et les messages Leudevit, prince de la
petite Pannonie, et les messages des Thimothées, qui nouvellement avoient
laissié la société et l'aliance des Boulgres, et s'estoient joins et alliés
à l'empereur. Les messages Leudevit venoient pour accuser Cadale de ce
qu'il estoit de si mauvaises meurs et si divers, comme ils disoient, que
nul ne pouvoit à luy durer. Mais ils mentoient si comme il apparut apres.
Et quant il eut oï ces messages et il eut ordonné des besoignes pour quoi
ils estoient venus, et il les eut honnourés et congéés, il demoura au
palais d'Ais pour yverner.

     Note 857: _Des Godescans._ «Abodritorum videlicet et Goduscanorum et
     Timotianorum qui, Bulgarorum societate relictâ, etc.»

Endementiers qu'il se yvernoit là, les princes de Saissoigne luy amenèrent
et luy rendirent Schlaomire, le roy des Abrodiciens. Devant fu accusé de ce
qu'il s'estoit tourné encontre luy. Et pour ce qu'il ne se peust pas bien
purgier de ce cas, fu-il chacié en essil, et son royaume baillé à un autre
qui avoit nom Céadrague; fils estoit à un prince qui Trasconis estoit
nommé.

[858]En ce temps advint que un noble homme de Gascoigne, qui avoit nom Lup
Centule, se combatit contre Guérin le conte d'Auvergne, et contre Bérengier
le conte de Thoulouse. Mais en cette bataille perdi Gersane, son frère, et
plusieurs autres; si eust esté mort ou pris, s'il ne feust fouy; puis fu-il
pris et amené devant l'empereur, et contrains à dire pourquoi il avoit ce
fait. Et pour ce que ce fu chose prouvée qu'il avoit guerre commenciée et
en son tort, fu-il chacié en essil[859]. En ce palais demoura l'empereur
tout cel yver, et y tint général parlement. Devant qu'il s'en partist
retournèrent les messages qu'il avoit envoies par tout son royaume, pour
l'estat de l'Eglyse réfourmer. Et par dessus y adjousta aucuns chapitres de
lois (par lequel deffault les causes n'estoient pas bien jugiées), qui
moult sont profitables et sont gardées, jusques aujourd'hui en jugement.

      Note 858: _Vita Ludovici Pii.--XXXII_.

      Note 859: Cette punition de Loup-Centulle est l'une des bases sur
      lesquelles repose la fameuse charte de Charles-le-Chauve en faveur de
      l'abbaye d'Aloon, charte dont l'authenticité a si fréquemment été
      soutenue et contestée. Voyez, en dernier lieu, l'ouvrage de
      M. Fauriel. (_Histoire de la Gaule méridionale sous la domination
      des conquérants germains_, tome 3. Appendices.)

En ce temps n'avoit point l'empereur de femme, car la royne Hermengars
avoit esté morte nouvellement. Ses amis luy amonnestèrent qu'il se mariast;
si le faisoient plus plusieurs, pour ce qu'ils cuidoient qu'il voulsist
déguerpir l'empire, pour entrer en religion. Et à la parfin s'i accorda,
et ils luy requistrent et amenèrent de toutes pars nobles pucelles, filles
de hauts barons. Une en épousa qui avoit nom Judith, si estoit fille le
conte Velpon. Au nouveau temps se départit et s'en alla en son palais de
Hengelehem. Là vindrent à luy le peuple et les barons; si oït nouvelles de
son ost qu'il avoit envoie en Pannonnie contre Leudevit. Si demoura ceste
besoigne sans perfection; et pour ce qu'elle fu ainsi entrelaissée, sans
mener à fin, Leudevit monta en si grant orgueil qu'il manda par ses
messages à l'empereur que s'il vouloit recevoir tels conditions comme il
mandoit, volentiers luy obéiroit ainsi comme il eut fait devant. L'empereur
eut en despit ses messages et ses mandemens, né pas ne receut ses
condicions. Et Leudevit, qui ainsi demoura en sa desloyauté, attraioit à
lui tous ceulx qu'il pouvoit contre l'empereur; et s'accompagnoit à tous
ceulx qu'il cuidoit qui eussent mal cuer vers lui. Un petit après ce que
l'ost fu retourné de Pannonie, et que Leudevit estoit en tel point comme
vous avez oï, Cadolac, le duc d'Acquilée, mourut. Après luy fu un autre qui
avoit nom Baudris. Et quant ce duc Baudris fu venu au païs, et il entroit
en la contrée, il trouva l'ost Leudevit dessus un flun qui a nom Draves. Et
combien qu'il eut pou de gens avec luy, si leur courut-il sus, et les chaça
hors de la contrée. Et quant Leudevit fu ainsi desconfit et chacié, il se
rapareilla à bataille contre Bourna, le duc de Dalmatie, sur le flun de
Calapie[860]. Et quant Bourna s'apperceut que les Godescans qui aider luy
devoient l'eurent traï, et il vit que les siens mesmes s'enfuyoient et le
laissoient en péril, il s'enfouit et eschapa ainsi des mains à ses ennemis.
Mais puis se vengea-il bien de ceulx qui guerpi l'avoient à son besoing,
quant ils le dussent aidier.

      Note 860: _Calapie_, ou _Colapie_. C'est aujourd'hui le _Kulpe_, qui
      coule en Hongrie.

En cel yver qui après vint, Leudevit entra en Dalmacie de rechief; tout
mist à destruction par feu et par occision. Le duc Bourna qui bien sceut
qu'il ne pourroit contrester à son effort, se pourpensa comment il le
pourroit grever autrement par malice. Il assembla sa gent et espia son
point et ferit en son ost si soudainement, que cil né sa gent ne s'en
pristrent garde. Si grant occision en fist que le nombre des occis fu
esmé[861] à trois mille. Là perdit Leudevit chevaux et armes et plusieurs
autres richesses, et s'enfuit de la contrée tout desconfit. Ces nouvelles
furent apportées à l'empereur à Ais-la-Chapelle qui moult en fu lié
durement.

      Note 861: _Esmé._ Estimé.


XII.

ANNEES: 820/822.

_Coment son frère Pepin ostoia sur les Gascons, et coment le duc Bourna
sivit Leudevit par l'empire. Coment les Normans vindrent en Acquitaine, et
coment l'empereur pardona son mautalent à tous ceulx qui traï l'avoient, et
puis coment il mit la pais entre ceulx qui se descordoient._


Entre ces choses et en celle année meisme, avint en Acquitaine que les
Gascons, qui par nature sont discordables et de legier esmouvement, se
rebellèrent contre l'empereur; mais il envoia Pepin, son fils, qui en pou
de temps les chastia, si que nul ne fu si hardi qui s'osast troubler contre
l'empereur.

Après ces choses, se partit de sa gent et s'en alla à petite compaignie
chacier en la forest d'Ardenne. Et quant le temps d'iver fu repairé, il se
retrait vers Ais-la-Chapelle. Là repairèrent à court le peuple et les
barons si comme ils souloient.

[862]A court vint le duc Bourna, et se complaignit à l'empereur des griefs
et des dommages que Leudevit luy faisoit. Et l'empereur luy livra aide et
gent par quoi il peust celluy grever et sa terre mettre en destruction. En
trois parties se devisèrent. Et quant ce vint vers le printemps, ils
entrèrent en la terre Leudevit et la dégastèrent presque toute; mais
Leudevit n'en vint onques à eulx à parlement né à bataille, ains se tint
tousjours en un chastel qui moult estoit fort et haut.

      Note 862: _Vita Ludovici Pii.--XXXIII_.

Quant Bourna et la gent à l'empereur s'en furent repairés, ceulx de la cité
de Charente[863] et mains autres qui avoient esté de la partie Leudevit, se
rendirent au duc Baudri qui de par l'empereur estoit duc d'Acquilée.

      Note 863: _Ceulx de la cité de Charente._ Le latin porte:
      «Carniolensos et quidam Carentanorum.» Aujourd'hui les peuples de la
      Carniole et de la Carinthie.

Une chose advint là en ce point, que Sanilla appella de traïson Bera, le
comte de Barcinone. A cheval se combatirent selon leur coustume et selon
leur loy[864], car l'un et l'autre estoient Gotiens; mais à la parfin fu
vaincu Bera et deust avoir perdu le chief selon les lois: si trouva-il si
très-grant débonnaireté en l'empereur, qu'il n'en porta autre paine fors
qu'il fu envoie en essil à Rouen, à la volenté et au rappel l'empereur.

      Note 864: Ni les lois écrites des Goths, ni la loi romaine qui étoit
      celle de plus grand nombre des Aquitains, n'admettoient les combats
      judiciaires; mais l'usage de ces combats prévaloit, surtout chez les
      Goths. L'astronome limousin confond donc ici cet usage, qui avoit
      plus de force que la loi, avec la loi même.

Entre ces choses vindrent nouvelles à l'empereur, à court, de treize nefs
et de plusieurs galios plains de robeurs qui s'estoient parties de
Normandie[865] et s'adréçoient vers France, pour le païs gaster. Lors fu
commandé que tous les pors de Flandres et de Neustrie (qui ores est nommée
Normandie) feussent bien gardés et deffendus; par espécial l'entrée de
Seine là où elle chiet en mer: lors furent bien deffendus. A donc Normans
s'espendirent par la mer et vindrent en Acquitaine. Les pors trouvèrent
sans défense. Pour ce, entrèrent légièremént en la terre, et quant ils
orent gasté le païs[866], ils retournèrent en leurs contrées.

      Note 865: _De Normandie._ «A Northemannæ sedibus mare conscendisse.»

      Note 866: Le latin dit: «El vastato vico cujus vocabulum Buin.» Les
      annales d'Eginhard nomment le même lieu _Bundium_, et les annales de
      Saint-Bertin _Burnad_. Hadrien Valois pense que cette dernière leçon
      est la meilleure, et qu'il faut reconnoître ici _Born_, ou _Saint-Pol
      de Born_, en Languedoc.

[867]En ceste saison yverna l'empereur à Ais-la-Chapelle, et là fist
parlement au mois de febvrier. De là furent envoiées trois légions pour
gasler la terre Leudevit, le prince de Pannonie. Les aliances qui avoient
esté fermées à Abulas, un roi de Sarrasins, furent rompues, pour ce
qu'elles ne sembloient pas loyaulx né profitables, et fu bataille mandée et
criée contre les Sarrasins.

      Note 867: _Vita Ludovici Pii.--XXXIV_.

Quant ce vint vers les kalendes de may, l'empereur assembla parlement vers
la cité de Noion[868]. Là fist réciter tout de nouvel, devant les barons,
tels partis[869] comme il avoit fais à ses fils, et les fist confirmer par
les seaulx de tous les princes qui furent présens. A ce concile vindrent
les messages l'apostole Pascase, lesquels avoient à nom Léon, le donneur de
noms, et Pierre, évesque de Cencelles; si comme il dut les honnoura, et
puis les oï et les congéa. De Noion se partit, et s'en ala pour yverner à
Ais-la-Chapelle. Mais ainçois qu'il venist là, il s'en ala par Remiremont
et par les plains et forests de Vosges; si fu jà passé tout l'esté et la
moitié de septembre ayant qu'il venist à Ais.

      Note 868: _Noyon._ «Noviomagus.» C'est plutôt _Nimègue_, dont le nom
      latin est le même.

      Note 869: _Partis._ Partages.

En ce temps mourut cil Bourna dont l'istoire a là devant parlé. En son lieu
mist l'empereur Landas[870]. En ce point vint à court un messagier qui
apporta nouvelles de la mort Léon, l'empereur de Constantinoble, et du
couronnement Michiel. Au mois d'octobre qui après fu, tint l'empereur
parlement à Théodone[871]. Là meisme fist espouser à Lothaire, son ainsné
fils, Hermengart la fille le conte Huon. A celles espousailles furent
présens les messages l'apostole, Théodoire et Floriens. De par l'apostole
présentèrent dons de diverses manières; et combien que l'empereur feust
tousjours de merveilleuse débonnaireté et piteux et miséricors vers toutes
gens, si le montra-il plus encore à ce parlement; car il rappella d'essil
ceulx qui estoient traiteurs et qui estoient convaincus de traïson et de
conspiracion encontre luy. Et ne leur donna pas tant seulement la vie et
les membres qu'ils devoient perdre par jugement selon les lois, ains leur
rendit entièrement leurs terres et leurs possessions. Aalard, abbé de
Saint-Pierre de Corbie, qui estoit ainsi comme en essil au moustier
Saint-Philebert, rappella en son églyse et en son office. Et Bernard, un
sien frère, qui ainsi restoit au moustier Saint-Benoist, rappela et envoia
en son propre lieu. Ces choses ainsi faites, il envoia son fils Lothaire
pour yverner en Dalmacie, et il retourna à Ais-la-Chapelle.

      Note 870: _Landus._ «Nepotem suum, nomine Ladasdeum.»

      Note 871: _Theodone._ Thionville.

[872]En l'an qui après fu, assembla parlement en un lieu qui a nom Atigni.
A ceste assemblée furent évesques et abbés et autres ministres de sainte
Église; et si y furent aussi les barons du royaume. Là se réconcilia et
apaisa à tous ceulx qu'il avoit fait tondre en religion, contre leur
volenté, et à tous ceulx qu'il cuidoit avoir de riens grévés, combien
qu'ils l'eussent desservi, et confessa et dist devant tous qu'il s'estoit
envers eulx meffait et en print pénitence de sa volenté, ainsi comme
l'empereur Théodoire avoit fait jadis, comme sé il eut ce fait sans raison
et sans jugement. Et se repentit et prit pénitence de ce qu'il avoit fait à
Bernart son nepveu, qui par droit jugement avoit esté puni. Selon son
meffait s'amanda de quanqu'il se put pourpenser qu'il se fust meffait en
telles choses: et mettoit grant cure à apaisier à nostre Seigneur, pour les
choses qu'il tenoit à péchié, et par aumosnes et par les oroisons de sainte
Eglyse, ainsi comme s'il eust fait par déloyauté et par cruauté ce que il
avoit fait par droit jugement.

      Note 872: _Vita Ludovici Pii.--XXXV_.

En ce temps envoia gens qui murent de Lombardie contre Leudevit, le prince
de Pannonie. Et quant cil sceut ce, il ne les osa attendre, ains guerpit sa
terre et s'en fouit à garant à un prince de Dalmacie. Cil le receut en sa
cité, mais il luy en rendit mauvais guerredon; car il meisme l'occist puis
en traïson, et se mist en possession de la seigneurie de la ville. Aux gens
l'empereur ne fist oncques bataille né parlement, mais il leur manda par
messages que moult s'estoit mesfait vers l'empereur et que volentiers
vendroit à luy à merci.

En ce temps vindrent nouvelles à la court et fu compté à l'empereur que sa
gent qui gardoient les marches d'Espaigne avoient passé le fleuve de
Sichore[873] et estoient entrés bien avant en la terre; tout avoient ars et
destruit devant eulx, et estoient retournés à grant gains sans dommages; et
ceulx aussi qui gardoient les marches de Bretaigne estoient aussi passés
oultre, et avoient tout gasté par feu et par occision; et tout ce estoit
meu par un Breton qui avoit nom Guiomart, lequel se commençoit à rebeller
et enforcier contre eulx. Après le parlement, envoia l'empereur son fils
Lothaire au royaume de Lombardie; un moine, qui Wale avoit nom, luy bailla
pour le garder, si luy appartenoit de lignage, et avec luy Géront son
chambellan: et lui commanda qu'il ouvrast par leur conseil et redresçast
les privées choses et les communes du royaume. Pepin son fils envoia aussi
au royaume d'Acquitaine, pour le royaume garder et gouverner. Mais avant,
le fist espouser la fille le conte Théodebert[874].

      Note 873: _Sichore._ La Segre.

      Note 874: _Theodebert._ Il étoit comte de Madrie, contrée de la
      Neustrie, située entre Evreux et Rouen. Théodebert fut père du comte
      Odon d'Orléans, et de Robert duquel descendit _Robert-le-Fort_.

Après ces choses ainsi faites, quant ce vint le mois de septembre, il ala
chacier et soi déporter en deduis de bois, selon la coustume de France; et
puis passa le Rin, pour yverner, en un lieu qui en Thiois est nommé
Franquoforch[875]. Là fist assembler parlement de toutes les nacions qui
delà le Rin obéissoient au royaume de France; avec les princes du païs
ordena en ce parlement de toutes les choses qui appartenoient au proufit de
la terre. En ce parlement oït et congéa deux paires de messages des Normans
et des Avares qui ores sont appellés Hongres, si comme aucuns veullent
dire. Dons et présens apportoient, et requéroient renouvellement de pais et
d'aliance. En ceste ville demoura l'empereur tout l'yver, et fist
rappareiller et refaire de nouvel œuvre aucuns nouveaux édifices qui pour
le temps d'yver lui estoient proufitables.

      Note 875: _Franquoforch._ Francfort.--_Thiois_. Allemand.

[876]Quand ce vint au nouvel temps, droit au mois de may, fist-il assembler
un parlement, avant qu'il se partist, des François Austrasiens et des
Saisnes et autres nacions qui à ces parties marchissoient. A ce parlement
vint à fin la guerre de deux frères, qui entre eulx estoit pour un royaume.
Mileguast et Celeadrages estoient nommés, gentilshommes estoient et eurent
esté fils au roy Luibi, qui eust esté occis en une bataille contre les
Abrodites. Si estoit pour ce le contens, que le peuple s'acordoit à
Celeadrages le plus jeune, et non mie à Mileguast l'ainsné, pour ce qu'il
estoit, si comme l'en disoit, plus lasche et plus paresseux que mestier ne
seroit au royaume gouverner. Et ceste discorde mut devant l'empereur. Et
quant la volenté du peuple fu cognue et sceue, le royaume fu donné au
mineur de ces frères. L'empereur les honnoura moult et leur donna grans
dons, jurer les fist qu'ils seroient amis et loyaux l'un vers l'autre et
vers luy-mesme; si se départirent atant.

      Note 876: _Vita Ludovici Pii_.--_XXXVI_.


XIII.

ANNEE: 823.

_Coment l'apostole Paschases corona à l'empire Lothaire: coment Dreues, le
frère l'empereur, fu évesque de Mez; de la souspeçon de l'empereur et de
l'apostole. Coment il s'escusa par messages. Des signes qui avindrent, et
coment Charles le chauf fu né, et de moult d'autres choses._


Entre ces choses, Lothaire, un des fils l'empereur, à qui l'empereur eust
commandé le royaume de Lombardie pour gouverner, par le conseil de ceulx
qui il eut avec luy envoiés, si comme là dessus est dit, proposa à
retourner à son père; mais entre ces choses, Paschases lui envoia ses
messages, et si luy mandoit en priant qu'il alast à Rome et qu'il y fust à
la Résurrection nostre Seigneur. Cil obéit à son commandement, et
l'apostole le receut moult honnourablement le jour de Pasques en l'églyse
Saint-Père; la couronne impériale lui mist sur le chief et fu appelé
empereur-auguste, puis prist congié de retourner en France. En la cité de
Pavie demoura un pou de temps, pour ordonner d'aucunes besoignes. Après
s'en partit, et vint au père, et luy compta les choses si comme elles
estoient avenues: lesquelles estoient parfaites, et lesquelles estoient
commencées et demourées sans perfection. Et pour ce que l'empereur voulloit
que le royaume fust loyaument et entièrement gouverné, il envoia Maringue
et Aalart, le conte du palais, pour les besoingnes ordener et mettre à fin.

En ce temps trespassa Gondulphe, évesque de Mez. Un frère avoit l'empereur,
qui Dreues avoit nom; clerc estoit et chanoine de l'églyse, et vaillant
homme, et menoit belle vie et honneste; tout le peuple et le clergié le
requistrent d'un cuer et d'une volenté aussi comme sé ce feust élection
faite par le Saint-Esprit. Si fu moult merveilleuse; car aussi comme
l'empereur et les barons s'i accordèrent, aussi le peuple et tout le
clergié; n'oncques n'en fu un seul trouvé par qui il feust contredit. Moult
en fu lié l'empereur, et moult volentiers leur octroia leur requeste.

En ce point fu compté à l'empereur que Leudevit le tyran estoit mort, et
qu'il avoit esté occis en traïson. A tant se départi le parlement, et un
autre fu crié à Compiègne au mois de septembre.[877] En ce temps meisme
vindrent nouvelles à court, que Théodore, secrétaire de l'églyse de Rome,
et Léon, donneur de noms,[878] estoient occis. Si leur avoit-on
premièrement les yeux sachiés[879], et après couppé les chiefs au Latran,
en la maison l'apostole. Si disoit-on que ce avoit esté fait par envie pour
ce qu'ils estoient loyaux amis Lothaire, le fils l'empereur. En ce fait
estoit l'apostole moult diffamé, car on lui mettoit sus que ce avoit esté
fait par son assentiment. De ce fu l'empereur moult esmeu vers luy, et pour
savoir sé c'estoit voire ou non, y envoia-il Adelinge, abbé de Saint-Vast,
et le conte Onfroy; mais avant qu'ils départissent de court, sourvindrent
les messages l'apostole Pascase, Jehan, évesque de Blance-Selve, et
Benoist, arcediacre de l'églyse de Rome: si les eut envoiés à l'empereur,
pour soy excuser du devant dit cas dont il estoit souspeçonné; leur
excusation fu oïe; congié prindrent, et puis s'en retournèrent à telle
response comme l'empereur leur donna. Mais pour ce ne demoura pas qu'il n'y
envoiast les devant dis messagiers, pour enquerre la vérité.

      Note 877: _Vita Ludovici Pii.--XXXVII_.

      Note 878: _Donneur de noms._ Nomenclator. Ce titre appartenoit à
      l'officier chargé de proclamer le nom de ceux qui avoient l'honneur
      de dîner avec le pape ou l'empereur.

      Note 879: _Sachiés._ Arrachés.

Par son royaume chevaucha l'empereur en visitant le païs, et demoura en
chascun lieu tant comme mestier estoit. Droit à Compiègne s'en ala pour
tenir le parlement qu'il avoit fait crier. Là retournèrent à luy les
messages qu'il avoit envoiés à Rome et luy comptèrent comment l'apostole
Pascase estoit purgié de la mort de ceulx qui eurent esté occis par son
serement, et par le serement de plusieurs évesques; mais il ne put livrer
ceulx qui estoient coupables du fait; et disoit bien que ceulx qui estoient
occis l'avoient bien desservi. Les messages à l'apostole qui avec eulx
estoient venus se présentèrent devant l'empereur; ces messages estoient
Jehan, évesque de Blance-Selve, Quirius, son diacre, et Léon, le maistre
des chevaliers. L'empereur ne voult pas plus faire de vengence de celle
occision, comme cil qui par nature estoit miséricors; et si luy pésoit-il
bien qu'il n'en povoit autre chose faire. Aux messages l'apostole donna
response, si s'en partirent à tant.

En ce temps apparurent plusieurs signes moult espouventables qui moult
espouventèrent l'empereur. Le palais d'Ais-la-Chapelle croulla par
mouvement de terre, et grans sons et grans tumultes furent oïs par nuit.
Une pucelle jeuna doze mois, sans boire et sans mangier; foudres et
tempestes chéirent souvent, pestilences d'hommes et de bestes coururent en
plusieurs lieux. Pour ce commanda l'empereur que chascun s'esforçast de
donner aumosnes, et jeunast et depriast à Nostre-Seigneur qu'il gardast son
peuple, et que ses prestres chantassent messes et en féissent prières au
Créateur de toutes choses; car il luy sembloit que ces signes qui
advenoient, sénéfioient mortalité et déchéement de peuple.

En celle année, au mois de juin, eut la royne Judith un fils. Si voult la
royne et l'empereur qu'il eut nom Charlon. En ce temps envoia l'empereur
deux chevetains, Eble et Asinaire, oultre les mons de Montgieu[880], à tout
grant gent. Jusqu'à la cité de Pampelune passèrent; bien firent ce pourquoi
ils y furent envoiés; mais l'istoire n'en dit plus. Au repairer furent
entrepris entre les montaignes par ceulx du païs, qui par nature sont
desloyaulx et traiteurs. Toutes leurs gens perdirent et eux-meismes furent
pris. Le conte Eble envoièrent à Cordes en Espaigne au roy des Sarrasins.
Mais le conte Asinaire déportèrent[881], pour ce qu'il estoit de leur
lignage.

      Note 880: _Montgieu._ «Trans Pyrinæi montis altitudinem.»

      Note 881: _Déportèrent._ Il falloit traduire: _Espargnièrent_.
      «Pepercerunt.»

[882]Puis que Lothaire fu venu à Rome, si comme nous l'avons dit,
l'apostole Eugène le receut moult honnorablement. Ainsi comme ils parloient
une heure des choses qui estoient advenues, Lothaire luy demanda pourquoi
ceulx qui estoient amis vers l'empereur et à ceulx de France avoient esté
occis, et ceulx qui pas n'avoient esté occis estoient gabés et despités des
Romains, et pourquoi si grans querelles et tantes estoient entre luy et les
Romains; au derrenier fu sceu et fu trouvé que ceulx du peuple avoient
perdu plusieurs édifices, héritages et possessions par l'ignorance et
négligence de l'apostole et par la convoitise et la rapine des juges. Mais
Lothaire fist rendre au peuple possessions et héritages et tout quanqu'il
leur avoit tollu sans raison. Moult en fu le peuple lié, et moult lui
sceurent bon gré de ceste chose. Après ce, si fu establi, selon l'ancienne
coustume, que ceulx qui de Rome seroient juges, convendroit qu'ils
feussent du palais et du costé l'empereur et tels que ils féissent loyaux
jugemens aussi aux pauvres comme aux riches.

      Note 882: _Vita Ludovici Pii.--XXXVIII_.

Après ces choses ainsi ordenées, repaira Lothaire en France. A son père
conta toutes ses besoignes, qui moult fu lié de ce que mauvaistié et
tricherie estoit abatue, et loyauté et justice soustenue.


XIV.

ANNEES: 824/825.

_De divers messages qui vindrent à court, et des messages au roy de
Boulgrie, qui requeroient abonnement des deux royaumes; et coment Heriols,
un prince des Normans, fu baptisié, et d'autres incidences._


[883]Au mois de mai qui après fu, tint l'empereur parlement à
Ais-la-Chapelle. Là vindrent les messages des Boulgres qui longuement
avoient démené bataille[884] en Bavière, par le commandement l'empereur. Si
estoit telle leur entencion qu'après la confirmation de paix et l'aliance,
que l'on traitast de bonner[885] les marches entre les Boulgres et les
Alemans et les François-Austrasiens. A ce parlement furent aussi les
messages des Bretons; si y estoient les plus grans de leurs gens. Moult
s'umilièrent et promistrent subjection et obédience. Entre les autres
estoit Guiomart, qui tous les autres surmontoit de pouvoir et de noblesse;
si fut cil dont l'istoire a parlé, qui par son orgueil esmut l'empereur à
ce qu'il entrast en Bretaigne. Sa terre luy gasta, puis vint à merci. Et
l'empereur luy pardonna tout, à luy et à tous ceulx de sa partie et plus;
il luy donna dons et le laissa aller en sa terre tout délivre. Mais cil qui
estoit mauvais eut tost oublié les bénéfices que l'empereur luy eut fais.
Car tantost comme il fu retourné en son païs, il courut sus à ses voisins
et meismement à ceulx qui obéissoient loyaument à l'empereur. Toutes voies
fu la fin telle au derrenier que les hommes le conte Lambert l'occistrent
en sa maison meisme.

      Note 883: _Vita Ludovici Pii.--XXXIX_.

      Note 884: _Avoient demené bataille._ Le latin ne dit pas précisément
      cela. «Legatio... quæ diu in Bajoaria, secondam præceptum ejus
      substiterat.»

      Note 885: _Bonner._ Borner. _Abonnement_, imposition de bornes,
      démarcation.

Quant tous ces messages se furent partis et le parlement fu fini,
l'empereur s'en alla chacier en la forest de Vouge; jusques au mois d'aoust
demoura en ce déduit. Après retourna à Ais-la-Chapelle pour tenir le
parlement qu'il eut fait devant crier. Là fu la paix confermée que les
Normans requeroient.

Après ce parlement envoia Loys, le meindre de ses fils, en Bavière. Et il
repaira à Noion[886], luy et Lothaire son autre fils. Tout le mois de
septembre se déduisit en chasce de bois; vers le commencement d'yver s'en
alla à Ais-la-Chapelle. Assez tost après, fist assembler parlement. Là
vindrent de rechief les messages le roy de Boulgrie, qui moult portoit
grief ce que l'empereur luy avoit mandé, et de ce qu'il n'avoit pas impetré
vers l'empereur ce qu'il requeroit. Pour ce avoit arrière envoiés ses
messages et luy mandoit par grand présumpcion, si comme il estoit contenu
en sa lettre, que certaines bonnes feussent mises entre les deux royaumes,
ou qu'il gardast ses marches au mieulx qu'il pourroit. De ce fu toute la
court esmeue et disoient tous que le roy qui ce mandoit avoit bien desservi
de perdre terre. Et pour ce que l'empereur voulloit estre certain de ce
roy, s'il avoit ceste chose mandée ou non, commanda que les messages
feussent retenus jusques à ce que l'on eust là envoié; et pour ceste chose
y fu envoié Bertrique, le conte du palais, qui raporta que ce n'estoit pas
voire. Et l'empereur délivra les messages quant il en fu certené.

      Note 886: _A Noyon_, ou plutôt: _à Nimègue_.

[887]En celle année vint Pepin à son père qui yvernoit à Ais-la-Chapelle.
Assez tost luy commanda le père qu'il s'en retournast et qu'il feust tout
appareillé, s'il avenoit par aventure qu'aucun besoing sourdist par devers
Espaigne. Quant ce vint vers les kalendes de juillet, l'empereur repaira
vers Hengelihem; car il avoit commandé que les barons et le peuple feussent
là assemblés à parlement. A celle assemblée establit moult de choses qui
estoient profitables à l'estat de sainte Eglise; là receut et conjoït les
messages l'apostole et les messages l'abbé de Mont-Olivet[888]. A ce
parlement furent présens deux princes de deux manières de gens; Céadrague,
un duc des Abrodiciens, et Tonglones, un duc des Sorabiens. Devant
l'empèreur furent accusés d'aucuns cas. Et pour ce que la preuve estoit
assez clère, l'empereur les punit et chastoia et puis les renvoia en leur
païs. Là meisme, vint à court Heriols, un prince des Normans, et luy et sa
femme et ses enfans et grans compaignies de Danois. Baptizié fu et sa femme
et ses enfans et toute sa compaignie. Moult luy fist grant honneur
l'empereur et luy donna grans dons. Et pour ce qu'il doubtoit que l'on ne
le chaçast hors de son païs, pour ce qu'il estoit crestien, ou que l'on lui
féist aucun grief, lui donna-il une contrée de Frise, qui a nom
Riustre[889], afin qu'il péust là venir à garant, sé mestier en estoit.

      Note 887: _Vita Ludovici Pii.--XL_.

      Note 888: _L'abbé de Mont-Olivet._ «Legationes tàm à sanctâ sede
      romanâ quàmque à monte Oliveti per Dominicum abbatum perlatas
      suscepit, audivit atque absolvit.»

      Note 889: _Riustre._ «Quemdam comitatum in Frisiâ, cujus vocabulum
      est _Riustri_.»

En ce temps estoient gardes et deffendeurs de toute Pannonie Baudin et
Giron[890]. Ce Baudin vint lors à court et amena à l'empereur un prestre
qui Georges[891] avoit nom. Preudomme estoit et de honneste vie, et disoit
qu'il savoit faire orgues à la manière de Grèce. Moult en fu l'empereur
lie, si rendit graces à Nostre-Seigneur de ce qu'il avoit trouvé maistre de
tel art qui onques n'avoit esté en us au royaume de France. A Radulphe le
trésorier[892], commanda qu'il luy administrat despens et tout quanques
mestier lui seroit à celle besoigne.

      Note 890: _Baudin et Giron._ «Baldricus et Geraldus.»

      Note 891: _Georges._ Les éditions du texte latin portent: _Gregoire_.

      Note 892: _Radulphe le trésorier._ «Tanculfo sacrorum scriniorum
      prælato.»


XV.

ANNEES: 826/828.

_Coment Azon, un roy sarrasin, degasta la terre l'empereur par devers
Espagne. Et coment l'empereur y envoia secours, mais il vint trop tart. Et
de la mort l'apostole Eugène, et de la paresce des princes qui la terre
déussent garder; et coment il envoia Pepin son fils pour garder les marches
d'Espaigne, et moult d'autres choses._


En mi le mois d'octobre fist le roy parlement de la gent d'Allemagne,
oultre le Rin, en un lieu qui a nom Salz. Là vindrent nouvelles à court que
Azon, qui du palais s'en estoit fouy, fu receu en une cité qui a nom
Auxonne, puis prist une autre ville et la destruist et craventa. A ceulx
qui la deffendoient fist moult de maux; en tous les chastiaux qu'il prenoit
si mettoit garnison. Si envoia un sien frère à Abdirame un roy des
Sarrasins, pour secours querre; et il luy envoia grant plenté de sa gent.
De ceste nouvelle fu l'empereur moult esmeu et entalenté de ceste honte
vengier; mais toutes-voies n'en voult-il rien faire de soy, ains attendit
le conseil de sa gent.

_Incidence._ Hildoins, l'abbé de Saint-Denis en France, envoia lors de ses
moines à Rome, à l'apostole Estienne[893], et lui requist le corps saint
Sébastien le martir. Et l'apostole qui vit sa dévocion luy octroia sa
requeste, et luy envoia par ses messages le corps saint Sébastien en un
écrin portant. Cil le receut dévotement et le porta à Soissons, et le mist
moult honnorablement de lès le corps monseigneur saint Mard de Soissons. Là
fist nostre Seigneur tant de si beaux miracles, en l'avènement et en la
présence du corps saint, que à paines pourroit-on en compter le nombre.

      Note 893: _Estienne._ Il falloit: _Eugène_.

[894]Cil Azon dont nous avons parlé s'efforçoit en toutes les manières
qu'il povoit de gaster la terre à l'empereur; tant avoit aide de Mores et
de Sarrasins, qu'il convint qu'aucuns qui jusques alors avoient tenu leurs
terres et leurs chastiaulx de l'empire, s'enfouissent et guerpissent le
païs; et plusieurs se tournèrent à force contre leur seigneur, et
s'alièrent à luy. D'iceulx furent les uns Guillemot, le fils Bère, et
plusieurs autres. Pour sa terre doncques deffendre et à sa gent donner
espérance, ordenna l'empereur de ceste besoingne: Elissacar et le conte
Hildebran envoia devant et leur commanda qu'ils préissent en leur aide les
Gothiens et les Espaignos, et meismement Berard[895] le conte de
Barcinonne, qui son païs vertueusement deffendoit. Et quant Azon sceut ce,
il requist de rechief secours des Sarrasins et fist tant qu'il eut en son
aide un roy sarrasin, qui Armaran avoit nom[896]. Jusques à Sarragoce
dévastèrent tout le païs et puis jusques à Barcinonne. Après les premiers
que le roy eut là envoiés y envoia-il Pepin son fils, le roy d'Acquitaine,
et deux contes de son palais, Hue et Mainfroy. Mais ils demourèrent tant et
chevauchèrent si lentement, que ceulx eurent gasté Barcinonne et la contrée
de Gironde[897], avant qu'ils venissent là.

      Note 894: _Vita Ludovici Pii.--XLI_.

      Note 895: _Berard_, ou Bernard, fils de Guillaume de Gellone.

      Note 896: «Quem exercitum impetratum cum duce suo Amarvan....»

      Note 897: _De Gironde._ C'est-à-dire _de Gironne_.

Un pou de temps avant que ce avinst, furent veus signes en l'air comme
batailles de chevaliers armés, resplandissans de feu, et aussi comme tains
et souillés de sang humain.

A Compiègne estoit le roy quant ce advint. Là eut receu dons et présens que
l'en luy faisoit en l'an une fois, aussi comme de coustume; et quant il
sceut ces nouvelles, il envoia encore gens de rechief pour celle marche
deffendre. En la forest de Compiègne chaça et se déporta en tel déduit
jusques vers l'entrée de l'yver. En cette année, droit au mois d'aoust,
trespassa l'apostole Eugène. Après fu eslu Valentin, cardinal-diacre. Cil
ne vesquit puis plus longuement d'un mois.

Après luy, fu esleu Grégoire, prestre-cardinal du tiltre saint Marc; mais
la consécration de luy fu prolongée jusques à tant que l'empereur eust sceu
l'élection[898]. Mais il s'y acorda volontiers, quant il eut examiné la
fourme de l'élection. Au mois de septembre que l'empereur estoit à
Compiègne, vindrent à court les messages Michiel, l'empereur de
Constantinoble. Dons et présens lui apportèrent, honnorablement furent
receus, largement visités, de dons honnourés et à la parfin conjoïs.
Hildoins, abbé de Saint-Denis, qui estoit un des plus sages hommes de ce
temps, envoia lors à Rome, et impetra le corps de deux glorieux martirs,
saint Père et saint Marcelin. En France les fist apporter à ses propres
despens, et les fist mettre en l'églyse Saint-Mard de Soissons[899], là
meisme où il eut fait apporter le corps saint Sébastien. Mains miracles y
demonstra depuis nostre Seigneur, par les mérites des corps sains.[900] Au
mois d'octobre, qui après vint, tint l'empepereur parlement à
Ais-la-Chapelle, et certainement sceut que la besoingne d'Espaigne où il
eut envoié sa gent contre Azon le desloyal eut mauvaisement et
pereceusement esté faite, par la négligence des chevetains de l'ost. Ceulx
pour qui le deffault fu ainsi avenu ne voult autrement punir; mais il les
osta de l'onneur où il les avoit mis. Baudri, le duc d'Acquilée, osta de la
duchié, car il sceut certainement que les Boulgres avoient gasté toute
celle région par son deffault et par sa paresce. La terre qu'il eut tenue
départit en quatre et la livra à garder à quatre contes. Mais il emploia
mauvaisement la grace qu'il fist à ceulx qui le corps et la vie avoient
meffais par droit. Car en guerredon de si grant bénéfice comme de la vie
donner furent armés contre luy de toute cruaulté et de toute mauvaistié et
desloyauté, si comme l'istoire contera ci-après.

      Note 898: _Eust sceu l'élection._ Le latin dit: «_Ad consultum_
      imperatoris.»

      Note 899: Deux manuscrits du texte latin appellent cet abbé
      _Heinardus_, et n'indiquent pas que les reliques aient été déposées à
      Soissons. «In proprio territorio propriisque sumptibus recondidit.»

      Note 900: _Vita Ludov. Pii. XLIII._--Le texte publié porte: _Mense
      februario._

En ce temps, vindrent d'oultre-mer Halitcaire, évesque de Cambrai, et
Auffroy, abbé de Nonantule. Moult se louèrent de Michel, l'empereur de
Constantinoble, qui moult honnourablement les avoit receus. Au temps d'esté
tint parlement l'empereur à Hengilehem. Là receut dons et présens par les
messages de l'églyse de Rome, Quirius et Théophile; honnourablement les
recent et les conjoït, et de là se départit après ce parlement, et s'en
alla à Théodone[901]. Grant renommée estoit lors que Sarrasins devoient
venir ès marches d'Espaigne; pour ce, commanda à Lothaire qu'il se traisist
vers ces parties, et féist ost des François-Austrasiens. Ainsi le fist
comme il luy fu commandé; son ost conduisit jusques à Lyon sur Rosne. Là
attendit un message qu'il eut avant envoie pour savoir la certaineté des
Sarrasins. Tandis comme il demouroit là, Pepin, son frère, vint à luy
parler; tandis, vint le message de devers Espaigne, et rapporta
certainement que les Sarrasins et les Mores, jà bien avant estoient venus à
grans osts: mais ils s'estoient retrais arrière né à celle fois ne béoient
plus à faire. Quant les deux frères furent certains de ceste chose, ils se
départirent; si s'en alla Pepin on Acquitaine, et Lothaire s'en retourna au
père.

      Note 901: _Theodone._ Thionville.

Entre ces choses, advint que les deux fils Godefroy de Dannemarche
chacèrent hors du royaume Heriols. Devant ce, a voient ces deux frères
faites aliances à l'empereur. Et pour ce qu'il voulloit aider cellui
Hériols, il leur manda par aucuns contes de Sassoigne qu'ils le tenissent
en paix et le tenissent en autelle amour et en autelle compaignie, comme
ils estoient devant. Mais Hériols ne put pas tant attendre que la paix
feust du tout confermée; ains entra en leurs terres, les proies prist et
gasta, et ardit aucunes de leurs villes. Ceulx cuidèrent certainement qu'il
eust ce fait par l'assentement et par la volonté les gens l'empereur; pour
ce, passèrent le fleuve d'Egidore[902], et vindrent soudainement sur eulx,
qui de tout ce ne se prenoient garde; en fuye les chacièrent et ravirent
tout quanqu'ils trouvèrent dedens leurs tentes, quant ils furent dedens
entrés. Mais quant ils eurent après la vérité sceue, et que Hériols n'avoit
pas ce fait par eulx[903], ils se doubtèrent moult du courroux l'empereur
et qu'il n'en préist vengence. Pour ce, envoièrent premièrement à ceulx à
qui ils avoient meffait, et puis à l'empereur; et recongnurent bien qu'ils
avoient vers luy mespris, et que près estoient de l'amender à son plaisir,
mais qu'ils eussent sa bonne volenté comme devant. Et l'empereur qui
naturellement estoit débonnaire et misericors, et meismement[904] à ceulx
qui vers luy s'umilioient, leur pardonna tout son mautalent.

      Note 902: _Egidore._ L'Eyder.

      Note 903: _Par eulx._ Par les gens de l'empereur.

      Note 904: _Meismement._ Surtout.

_Incidence._ En ce temps avint que le comte Boniface, qui estoit prévost et
garde de l'isle de Corse, de par l'empereur, monta sur mer entre luy et
Berard son frère, en une petite nef coursière[905] ainsi comme galie, et
gens assez bien appareillés, pour la mer cherchier et pour encontrer, sé
aventure fust, les galies et les robeurs qui en celle isle de Corse
faisoient souvent moult grant dommage. Mais ils n'en trouvèrent nuls en
celle fois. En l'isle de Sardaigne arriva: de là, s'esmeut pour aler en
Aufrique, par le conduit de ceulx qui savoient la mer et la voie. Si arriva
au port dessous Carthage. Encontre luy vint grant multitude d'Aufricans,
qui par cinq assaus se combatirent à luy et à sa gent. Et par cinq fois
furent vaincus, et moult en y eut d'occis; et si en y eut d'aucuns, tout
feussent-ils desconfis, qui moult requeroient leurs ennemis asprement et
hardiment. Et le conte Boniface rassembla ses compagnons, si rentra en sa
nef, et retourna à tant en l'isle de Corse. Et les Aufricans auxquiels il
sembloit qu'oncques mais n'eussent trouvé si fières gens, demourèrent en
grant paour en leur terre.

      Note 905: _Nef._ Il falloit: _Flotte._ «Conscensâ parvâ classe.»

En celle année fu apporté à l'empereur une manière de blé d'une contrée de
Gascongne, dont le grain estoit moindre que de fourment, et disoit l'on
qu'il estoit chéu du ciel.

Tout cet yver demoura l'empereur à Ais-la-Chapelle. [906]Et quant ce vint
vers la fin du caresme, que la sollempnité de Pasques aprouchoit, si grant
croulle et si grant mouvement de terre fu que à poy que le palais et les
tours ne chéirent. Après ce croulle, venta si durement que la force du vent
ne descouvrit pas tant seulement les petits édifices, mais le palais d'Ais
et le moustier Nostre-Dame, qui estoit couvert de grant entaillement de
plomb.

      Note 906: _Vita Ludovici Pii.--XLIII_.

Après ce que l'empereur eut demouré à Ais pour aucunes grans besoingnes, il
s'en partit vers les kalendes de juin, et s'en alla à Garmaise, pour tenir
parlement qui là devoit estre au mois d'aoust Mais ce parlement dut
demourer pour aucunes nouvelles qui vindrent à court. Car l'en disoit que
les Normans voulloient briser les convenances qu'ils avoient à l'empereur,
et s'appareilloient pour courre sur la terre qui est delà le fleuve d'Albe.
Mais ces nouvelles que l'en comptoit ainsi n'estoient pas vraies. Tenu fu
le parlement et fu là ordenné des besoingnes au commun prouffit du païs.
Après ce parlement se partit de court Pépin, et s'en ala en Lombardie.


XVI.

ANNEES: 829/830.

_Coment l'empereur s'apperceut de la traïson que les siens meismes luy
bastissoient; et coment ils esmeurent ses fils meismes contre luy, et
coment ils le cuidèrent prendre, et puis coment l'empereur les fist mettre
en prison._


En ce parlement s'apperceut premièrement l'empereur de la traïson de ceulx
à qui il avoit les corps et la vie pardonné. Et sceut certainement la
traïson et la conspiration que ils bastissoient. Comme traiteurs s'en
aloient cherchant et fuironnant à chascun[907], pour esmouvoir les cuers de
ses barons contre luy. Pour ce, se voult garnir aussi comme d'une tour et
d'une deffense, contre leur malice. Car il fist le conte Berart[908]
chambrier et conte du palais, qui devant ce gardoit les marches par devers
Espaigne. Mais ceste chose esmut plus le mal et le venin de leurs cuers que
devant, et en furent plus esmeus vers luy. Et pour ce ne se
descouvrirent-ils pas à cette fois; car ils virent bien qu'ils ne
pourroient accomplir leur propos, ains attendirent qu'ils eussent temps et
lieu convenables.

      Note 907: _Fuironnant._ Furetant. «Quasi per quosdam cuniculos
      sollicitare.»

      Note 908: _Berart_, ou _Bernart_, duc de Septimanie.

Après ces choses s'en ala l'empereur oultre le Rin, à une ville qui est
nommée Franquefort; en chaces de bois se déporta une pièce de temps. Et
quant ce vint vers la Saint-Martin, si repaira pour yverner à
Ais-la-Chapelle. Tant demoura que la Nativité fu passée. [909]Vers le temps
de la quarantaine estoit jà la saison passée, quant les traiteurs ne se
peurent plus tenir célés, qu'ils ne descouvrissent le mal qu'ils avoient en
pensée contre si doulx et si débonnaire seigneur. Premièrement se
descouvrirent les plus grans et firent qu'ils s'alièrent à eulx en traïsoa;
les mendres déceureut aussi par parolles, par promesses, et firent tant et
sus et jus, qu'ils eurent grant nombre de compaignons.

      Note 909: _Vita Ludovici Pii.--XLIV_.

Et quant ils virent qu'ils eurent les plus grans de leur acort, si s'en
alèrent à Pepin, l'un des fils de l'empereur; à luy se complaignirent de ce
que l'empereur les avoit estrangiés et esloigniés de luy, dont ils estoient
chéus en despit, eulx et tous les autres; et Berart estoit tout sire du
palais, qui jà estoit monté en trop grant orgueil. Et plus grant desloyauté
luy faisoient-ils entendant; car ils disoient qu'il honnissoit l'empereur
de sa femme, et qu'il estoit si atourné par sorcerie, qu'il ne s'en povoit
venger, né soi-meisme avertir de ceste chose. Si estoit grant honte à
l'empereur premièrement, et puis à luy et à tous ses frères; et
appartenoit, ce disoient-ils, à bon fils et loyal de porter grief la honte
de son père, et de luy remettre et restablir en dignité et en bonne
mémoire; et le bon fils qui ce feroit au père ne desserviroit pas tant
seulement renommée et louange de vertu, mais accroissement d'honneur
terrienne. Par telles parolles et par autres semblables déceurent le jeune
homme et l'esmeurent si contre son  père, qu'il les crut des grans
desloyaultés qu'ils luy faisoient entendant. Avec eulx mut à grant gens et
vint jusques à Orléans. Au duc qui de par l'empereur y estoit, ostèrent la
duchié et y mistrent un autre qui avoit nom Mainfroy. Puis se mistrent à la
voie et s'en vindrent jusques à Verberie. L'empereur qui certainement
savoit qu'ils avoient faite conspiration contre luy, contre Judith sa femme
et contre Berart, pour ce appela-il Berart, et lui dist qu'il s'en fuist;
que les traiteurs ne le trouvassent entour lui. A Judith l'emperéis
commanda qu'elle demourast à Laon, et qu'elle se tinst en l'églyse
Nostre-Dame. Après ce, il s'en vint à Compiègne. Les traiteurs qui estoient
à Verberie sceurent jà bien comment il eut ouvré; pour ce envoièrent Guérin
et Lambert à Laon, et leur commandèrent que sé la royne faisoit nul
dangier, que ils la tirassent hors de l'églyse. Et quant elle les vit si
eut paour: ceulx firent ainsi comme on leur eut commandé.  Quant elle fu là
venue, ils luy firent souffrir assez de paines et de griefs; et, pour paour
de mort, la contraindront à ce qu'elle leur promist que s'elle povoit
parler à son seigneur, elle luy ammonnesteroit et prieroit qu'il mist jus
le baudré de chevalerie[910] et le signe d'empereur, et puis se feist
tondre en religion; et puis leur promist que elle-meisme metroit voile sur
son chief, et devendroit nonnain. Et de tant comme les traiteurs désiroient
plus ceste chose, de tant créoient-ils plus légièrement que ce peust
avenir. Pour parler de ceste besoigne, l'envoièrent à Compiègne en grant
compaignie de leurs gens. Et quant elle put parler à luy premièrement, elle
luy pria qu'il souffrist qu'elle mist le voile de lin sur son chief, pour
eschiver la mort. De ce que les traiteurs requeroient pour luy, il
respondit qu'il en aroit conseil.

      Note 910: _Le baudré._ Le baudrier. Cette expression répond au
      _cingulum militiæ_.

De si très-grant haine haioient les traiteurs et sans raison le roy, qui
toujours avoit vescu si débonnairement vers toutes gens; et leur pesoit
dont cil vivoit[911] par lequel bénéfice eulx-meismes vivoient, qui par
leur meffait deussent mourir selon les lois. Après ce que la royne fu
retournée et elle eut compté la response à l'empereur, ils l'envoièrent
maintenant en essil, en l'abbaïe de Sainte-Ragonde.

      Note 911: _Dont cil vivoit._ De penser que celui-là vivoit aux
      bienfaits duquel eux-mesmes devoient la vie, etc.

[912]Entour le mois de mai, Lothaire, l'un des fils l'empereur, vint de
Lombardie à Compiègne, et alla droit où l'empereur estoit lors. Tantost
s'en alèrent à luy les traiteurs, pour savoir sé ils le pourroient
esmouvoir contre le père et traire de leur parti; et tout luy pleust-il
bien[913], par adventure, ce que les traiteurs avoient fait, toutes voies
ne fist-il au père né honte né villenie. A Heribert, frère Berart, firent
les traitres sachier[914] les yeux, dont l'empereur fu moult dolent. A un
autre, qui son cousin estoit, si avoit nom Ode, firent mettre jus le baudré
de chevalerie, et l'envoyèrent en essil; pour ce, disoient-ils, qu'ils
estoient tous deux coupables du fait qu'ils mettoient sus à Berart et à la
royne.

      Note 912: _Vita Ludovici Pii.--XLV_.

      Note 913: _Et tout lui pleust-il bien._ Et quoiqu'il eût sans doute
      pour agréable...

      Note 914: _Sachier._ Arracher.

En celle tribulation demoura l'empereur tout cet esté; si n'avoit
d'empereur fors le nom. Et quant ce vint vers le mois de septembre, les
traiteurs tendoient à ce qu'ils peussent faire un parlement[915] en aucun
lieu de France. Mais l'empereur qui plus se fioit ès Alemans que ès
François, pour ce que les traiteurs les avoient aussi comme deceus, ne s'y
accordoit pas; ains travailloit à son pouvoir repostement, qu'il feust
assemblé en aucun lieu d'Alemaigne. Toutes voies, fu-il fait ainsi comme il
le désiroit, et fu le parlement crié à Maience[916]. Et pour ce qu'il se
doubtoit que la grant plenté des traiteurs et de ceulx qui à eulx se
tenoient ne surmontast le petit nombre de ses amis, il fist commander que
chascun venist à ce parlement simplement, sans armes et sans grant
compaignie. Au conte Lambert manda que le païs et la contrée fussent bien
gardés; si envoia avec luy l'abbé Hélisachar, pour faire droit et justice.

      Note 915: _Un parlement (conventum generalem.)._ «La coutume de ce
      temps,» dit Hincmar, _Epistolata de ordine Palatii_, «étoit de
      convoquer tous les ans deux assemblées générales (_Placita_). La
      première, à l'ouverture de l'année, pour ordonner l'état de toute
      l'administration; et la nécessité la plus rigoureuse pouvoit seule
      changer l'époque de cette première assemblée. L'autre réunion avoit
      pour but de distribuer les récompenses aux seigneurs et aux
      principaux officiers du conseil. On y préparoit aussi les matières
      sur lesquelles on auroit à statuer dans l'assemblée de l'année
      suivante, etc.» C'est de cette seconde réunion dont il s'agit dans
      notre texte.

      Note 916: Le texte latin porte _Neomago_, Nimègue.

A ce parlement vindrent de toutes pars, au terme qui fu mis. Efforciement
y vint aussi comme toute Alemaigne[917], pour aider à l'empereur, sé
mestier en feust. Il se pourpensa comment il pourroit abaissier la force de
ses ennemis; pour ce reprist-il et blasma l'abbé Hilduin, et luy demanda
pourquoi il estoit là venu, et ainsi garni comme contre ses ennemis, contre
le commandement qui avoit esté fait. Pour ce qu'il ne put nier, il luy fu
commandé qu'il s'en yssit hors du palais, et qu'il s'en allast yverner en
son paveillon, à pou de ses gens, de lès une ville qui a nom
Patebrune[918]. Et à l'abbé Walle de Corbie, refu aussi commandé qu'il s'en
allast en s'abbaïe, et vesquit en son cloistre selon sa ruille[919].

      Note 917: _Comme toute Alemaigne._ Pour ainsi dire toute l'Allemagne.

      Note 918: _Patebrune._ Paderborn.

      Note 919: _Ruille._ Règle. On peut voir la fureur des partisans de
      Wala contre Berard ou Bernard, dans la vie de cet abbé de Corbie,
      rédigée par _Paschasius Radbertus_. (Historiens de France, tome VI,
      p. 279.)

Et quant les traiteurs et ceulx de leur partie virent ce, ils se
desperèrent forment[920]. Oncques toute celle nuit ne finèrent d'aller né
de venir et de comploter ensemble. A l'ostel Lothaire, le fils l'empereur,
s'assemblèrent tous et luy donnèrent en conseil qu'il convenoit par force
qu'on se combatist ou qu'on se départist du parlement, maugré l'empereur;
en tel conseil despendirent toute la nuit. Quant ce vint au matin,
l'empereur manda son fils Lothaire, qu'il ne creust pas le conseil de ses
ennemis, ains revenist à luy, comme le fils doit revenir au père. Toutes
voies y alla contre la volonté des traiteurs, qui moult en furent
courroucés. Et l'empereur ne le reprist pas laidement né asprement, ains le
chastoia doulcement et courtoisement, et entra avec luy au palais. Le
peuple qui dehors estoit, si se commença à merveiller et forsener contre
luy et contre sa gent. Et fu la forsenerie à ce montée qu'ils se feussent
entre occis aux espées et aux coustiaux, sé ce ne feust le sens à
l'empereur qui entendit la noise. Car jà estoient en tel point qu'il n'y
avoit que du férir, quant l'empereur et Lothaire se montrèrent aux
fenestres du palais; puis qu'ils eurent veu l'empereur et Lothaire
ensemble, et il eut à eulx parlé, la forsenerie du peuple fu apaisiée. Tous
les principaux de la traïson fist prendre l'empereur, et mettre en prison.
Après les fist mettre en jugement, et comme le droit et les lois donnassent
qu'ils deussent tous perdre les chiefs, sa miséricorde et sa débonnaireté
fu si grant qu'il ne voult oncques que nul en receust mort. Né oncques de
si grant fait n'en portèrent paine oultre, fors que les lais[921] furent
tondus en lieux convenables, et les clers furent gardés en moustiers de
religion.

     Note 920: _Desperèrent forment._ Désespérèrent fortement.

     Note 921: _Les lais._ Les laïcs.


XVII.

ANNEES: 831/832.

_Coment l'empereur envoia querre la royne Judith, et coment elle se purgea
du blasme que les traiteurs li mettoient sus; et coment Berart offri son
gage du blasme de la royne. Coment l'empereur chastoia Pepin, son fils, de
ses mauvaises meurs, et coment il fu mis en prison._


[922]Après ces choses que vous avez oïes, repaira l'empereur à
Ais-la-Chapelle pour yverner. Son fils Lothaire tint adès[923] avec luy,
puis envoia querre la royne Judith que les traiteurs avoient envoiée en
essil en Acquitaine, au moustier Sainte-Ragonde, et ses deux frères Conrat
et Rodulphe, qu'ils avoient fait tondre en abbaïe; mais oncques ne
voult-elle à luy habiter né porter honneur d'espouse, jusques à tant
qu'elle se feust purgiée, selon les lois, du blasme que les traiteurs luy
avoient mis sus. De ce se purgea loyaulment si comme elle dut.

      Note 922: _Vita Ludov. Pii.--XLVI_.

      Note 923: _Adès._ Toujours; les Italiens disent dans un sens
      analogue: _Adesso_.

A la feste de la Purification qui après fu, donna l'empereur la vie à tous
ceulx qui estoiènt jugiez à mort. Ses trois fils qui avec luy estoient
renvoia en leurs contrées; Lothaire en Italie, Pepin en Acquitaine et Loys
en Bavière; et il demoura à Ais toute la saison, jusques après la
Résurrection. D'Ais se départit et alla en Ingeleham. Là n'oublia pas sa
débonnaireté et sa miséricorde, qui avec luy estoit créée et née, ainsi
comme dit Job, et qu'il avoit apportée du ventre de sa mère. Car tous ceulx
qu'il avoit envoiés en essil pour leurs meffais, rappela et leur rendit
leurs héritages et leurs possessions. Et tous ceulx qu'il eut fait tondre
en abbaïes, fist-il aussi rappeller, ceulx qui revenir s'en voulloient.
Après s'en alla vers Remiremont, par Vousge trespassa[924], et se déporta
là, une pièce de temps, en pescheries et en chasces de bois. Son fils
Lothaire qui à luy estoit venu envoia en Italie. Vers le mois de septembre
tint parlement à Théodone[925]; à celle assemblée vindrent trois messages
de par les Sarrasins d'oultre-mer. De ces trois furent les deux Sarrasins
et le tiers Crestien. Paix et amour requeroient. Divers présens aportoient
d'espices aromatiques et draps de soie. Ce qu'ils requistrent leur fu
octroié. Congié prisdrent et puis s'en retournèrent.

      Note 924: «In partes Rumerici montis, per Vosagum transiit.» Par les
      Vosges.

      Note 925: _Theodone._ Thionville.

A ce parlement revint Berart, qui pour la paour des traiteurs s'en estoit
fouy en Espaigne. A l'empereur vint et luy dist qu'il estoit tout prest de
soi purgier et demoustrer, par son corps et par ses armes, selon la
coustume de France, qu'il n'avoit coulpe au cas que l'en lui avoit mis sus;
et sé nul estoit qui de ce le vousist accuser, qu'il l'accusast; mais il ne
put estre trouvé. Et pour ce que parolle et fumée eut de ce esté, il se
purgea par serement.

A son fils Pepin eut l'empereur commandé qu'il feust à ce parlement, mais
il ne vint à court jusques à tant que il feust failli: dont l'empereur fu
courroucié, et pour ce qu'il le volloit chastoier et reprendre de ceste
inobédience, et d'aucunes autres mauvaises meurs qui en luy estoient, luy
commanda-il qu'il demourast avec luy; jusques à la Nativité le tint. Mais
luy, qui pas n'y demouroit volentiers, s'en partit sans le sceu du père et
s'en alla en Acquitaine: et l'empereur demoura tout cel yver à
Ais-la-Chapelle.

[926]Vers la nouvelle saison vindrent nouvelles à court et fu compté à
l'empereur qu'aucuns esmouvemens de guerre estaient sours en Bavière.
Tantost s'appareilla et vint jusques à Hausbourt, et assez tost après
estaint tout et appaisa tout le païs[927]. En France retourna et tint un
parlement en la cité d'Orlians. A son fils Pepin manda qu'il feust là à
l'encontré de luy, et cil y vint: toutes voies ce fu contre sa volenté.
Lors s'apperceut l'empereur qu'il estoit desvoié de bien faire et corrompu
d'aucuns mauvais hommes, et meismenient par Berart, qui en Acquitaine
demouroit, et par qui conseil il ouvroit au temps de lors. Pour savoir de
ceste chose trespassa Loire l'empereur, et vint à Joquegny en son palais,
qui est en Limosin[928]. La cause de Berart fu enquise et débatue. Accusé
fu de desloyauté, mais l'accuseur se tira arrière, né ne voult aler avant
en la besoigne, jusques au gage de bataille. Toutes voies pour ce que l'en
avoit de luy souspecon et grant présumpcion, fu-il osté de son estat et de
l'onneur où il estoit. Et l'empereur envoia Pepin à Trèves en prison, pour
le chastier de ses mauvaises meurs. Quant il fu là mené, ceulx qui garder
le devoient luy firent si grant laschée, ou appenséement[929] ou par
négligence, qu'il s'en eschapa par nuit. Par le païs s'en ala celle part où
il voult. Si ne retourna pas en Acquitaine, jusques à tant qu'il[930] s'en
fu parti.

      Note 926: _Vita Ludov. Pii.--XLVII._

      Note 927: _Estaint tout_, etc. Le latin dit plus simplement:
      «Insurgentia sedavit.» _Hausbourt._ Variantes: _Heresbourc_.

      Note 928: _Joquegny._ «Ad Jocundiacum palatium venit, in territorio
      Lemovico situm.» C'est aujourd'hui _Joac_ suivant Don Germain, IVème
      livre _De re dipptomaticâ_.

      Note 929: _Ou appenséement_, ou avec méditation. Cette phrase répond
      à ces mots latins: «Cùm indulgentiùs haberetur.»

      Note 930: _Qu'il._ Que l'empereur.

En ce point voult mettre l'empereur bonnes et devises[931] entre le royaume
Lothaire et le royaume Charlot, son mainsné fils; mais sa besoigne ne fu
pas parfaite pour aucuns empeschemens dont nous parlerons ci-après.

      Note 931: _Bonnes et devises._ Bornes et séparations.

En tour la feste Saint-Martin fist l'empereur querre Pepin son fils, et luy
manda qu'il venist à luy. Et cil se defuioit, et pas ne vouloit aler en
Acquitaine, jusques à tant que son père s'en feust parti. Retourner s'en
vouloit en France l'empereur, mais l'yver commença si fort et si aspre
comme l'on n'avoit veu long-temps devant. Premièrement commença par
plouages, et après fu la terre molle et destrempée. Et puis gela si
très-fortement que nul n'estoit qui peust aler à cheval. D'Acquitaine se
partit, et vint à une ville qui a nom Reste[932]. Le flun de Loire
trespassa et s'en vint yverner en France. [933]Mais trop fu travaillé et
luy et sa gent des griefs qu'ils souffrirent en celle voie.

      Note 932: _Reste._ Aujourd'hui _Rest_, sur la Loire, à peu de
      distance de Mont-Soreau.

      Note 933: _Mais trop fu travaillé_, etc. Le latin porte: «Quod et
      fecit, sed minùs honestè quàm decuit.» C'est-à-dire, _avec moins de
      dignité qu'il ne convenoit à son rang_.


XVIII.

ANNEE: 833.

_Coment tout le peuple se tourna devers ses fils, et de la déception
l'apostole. Coment ses fils le prindrent luy et sa femme et Charlot son
petit fils. Coment ils despartirent le royaume; de la complainte que il
fait de ses fils; puis coment il gaba le serjant qui le gardoit à
Saint-Maard de Soissons._


[934]L'ennemi contraire à tout bien et à toute paix ne cessoit, chascun
jour, de troubler la sainte pensée de l'empereur par ses menistres, qui
firent entendant à ses fils qu'il les vouloit trahir et déshériter. Si ne
regardoient mie à ce qu'il estoit si débonnaire et si humain à toutes gens,
neis[935] à ceulx qui avoient sa mort jurée, comme luy-meisme savoit bien;
coment donc pouvoit ce estre qu'il feist cruaulté né traïson vers ses
enfans? Mais pour ce que mauvaises parolles corrumpent bonnes meurs, et la
goute d'eaue qui chéit continuellement cave la pierre dure, il advint aussi
que les menistres du diable pourchacièrent tant qu'ils assemblèrent tous
ses fils à tant comme ils purent avoir de gens, chascun endroit soy. Et
l'apostole Grégoire firent aussi venir par malice sous la couleur de pitié,
ainsi comme pour mettre paix, sé il peust, entre l'empereur et ses enfans.
Mais la vérité fu après apperceue. D'autre part vint l'empereur à Garmaise
à grant ost. Là demoura grant pièce pour luy conseiller et aviser qu'il
feroit. A la parfin, envoia à ses fils l'évesque Bernart[936] et autres
messages, et leur mandoit qu'ils venissent à luy comme fils devoient venir
à père.

      Note 934: _Vita Ludov. Pii.--XLVIII._

      Note 935: _Neis._ Même.

      Note 936: _Bernart_, évêque de Worms, ou _Garmaise_.

A l'apostole manda que s'il voulloit faire ainsi comme ses devanciers
avoient fait, pourquoi il tardoit tant à venir à luy. Toutes voies
s'espandit partout renommée, et raconta ce qui estoit vérité des autres.
De l'apostole redisoit l'en qu'il n'estoit pour autre chose venu fors pour
escommunier l'empereur et les évesques, s'ils estoient contraires à ses
fils, et s'ils estoient de riens inobédiens à luy. Mais quant les prélas
oïrent ce, ils respondirent que jà en ce cas ne luy obéiroient. Et sé il
venoit pour eulx escommenier, il s'en iroit luy-mesme escommenié. Car
l'autorite des anciens canons, ce disoient-ils, sentoit tout autrement.

Quant ce vint à la feste Saint-Jehan-Baptiste, l'empereur et ses fils
d'autre part vindrent en un lieu qui puis icelle heure fu tousjours nommé
Champ aux menteurs ou Champ plain de mençonges, pour ce que ceulx qui à
l'empereur promettoient foi et loyauté luy mentirent en place[937]. Et pour
ceste raison en demoura tousjours depuis le nom. D'une part et d'autre
estoient jà les eschielles ordonnées pour assembler. Si n'avoit mais que de
la bataille commencier, quant l'en dist à l'empereur que l'apostole venoit
à luy; et quant l'empereur le vit venir qui jà estoit ordenné en sa
bataille, il le receut toutes voies, mais ce fu à mains de révérence que ne
dut; et luy dit qu'il ne venoit pas à luy en la manière qu'il devoit, car
il avoit grant souspeçon contre luy. Aux hesberges fu mené. Là parla à
l'empereur et luy affirma pour vérité qu'il n'estoit pour autre chose venu,
fors pour mettre paix et concorde entre luy et ses fils. Car il avoit oï
dire, ce disoit-il, qu'il estoit esmeu contre eulx, et qu'il ne voulloit
oïr nulle prière. Ses causes et ses raisons l'empereur oï et demoura avec
luy ne scay quans jours.

      Note 937: _Campus-Mentitus._ On croit que ce lieu est situé entre
      Basle et Argentières; en allemand: _Rotleube_.

Au départir, luy dist l'empereur que quant il seroit retourné qu'il
pourchassast la paix envers ses fils. En tant de temps comme l'apostole fu
avecques l'empereur, estoit jà tout le peuple tourné encontre luy, et s'en
estoit alé en l'ost de ses fils. Si avoient les uns attrais par dons, les
autres par prière, et les autres par menaces. Né l'apostole ne retourna
puis à luy si comme il luy avoit commandé. Car ses amis ne souffrirent pas
qu'il retournast. Moult fu l'empereur afleboié quant ses ennemis luy eurent
ainsi sostraites les grans compagnies qu'il avoit amenées et le menu
peuple. Et quant ce vint à la Saint-Pierre et Saint-Pol, la menue gent
crioit contre l'empereur par flaterie, et d'autre part ses fils le
menaçoient que ils courroient sur luy. Et le preudomme qui vit qu'il ne
pourroit durer contre leur force se doubla moult de la cruaulté du menu
peuple. Lors manda à ses fils qu'il ne feust pas livré ès-mains des menues
gens: et ils luy remandèrent qu'il issit de ses hesberges et venist contre
eulx et ils vendroient contre luy. Ainsi le convint faire. Encontre luy
revindrent d'autre part, et descendirent des chevaux quand ils
approuchièrent de luy. Lors les admonnesta qu'ils gardassent vers luy ce
qu'ils luy avoient promis, et non mie taut seulement vers luy, mais vers sa
femme et vers son fils. Et ils luy respondirent qu'il feust asseur de ce et
que si feroient-ils. Lors les baisa, si les suivit jusques à leurs tentes.
Tout maintenant luy fu sa femme ostée et menée en la tente Loys; et
Lothaire fit mener elle et Charlot son petit fils en sa heberge, et
commanda qu'ils feussent bien gardés.

Les traiteurs prindrent les seremens du peuple et partirent l'empire en
trois parties aux trois frères. Loys prist la royne Judith et l'envoia de
rechief en essil, en Italie, en une ville qui a nom Tartone[938]. Le pape
Grégoire, qui près estoit là, commença à plourer quant il vit que les
choses estoient ainsi menées, et s'en retourna à Rome.

      Note 938: _Tartone._ Tortonne.

A tant se départirent les deux frères. Loys s'en ala en Bavière et Pepin en
Acquitaine. Lothaire prist le père et le fils et les fist mener loin de luy
privéement, à chevaucheurs armés, qui moult bien les gardoient. A une ville
vint qui a nom Melangi[939]. Là demoura un pou, pour ordonner d'aucunes
besoignes. Au peuple qui estoit avec luy donna congié et fist crier un
parlement à Compiègne; par le païs de Vouge trepassa et par une abbaïe qui
a nom Maurmoustier, et s'en ala tout droit à Mez et de là à Verdun; puis
retourna en France. En la cité de Soissons s'en ala et laissa là son père
en estroite prison en l'abbaïe Saint-Maard, et commanda qu'il feust
estroitement gardé. Et Charlot son petit fils[940] fist aussi garder. Mais
toutes voies ne commanda-il pas qu'il feust tondu. De là se partit et s'en
ala en déduis de chaces et de gibiers, et y demoura jusques vers la fin de
septembre.

      Note 939: _Merlegium villam._ C'est l'ancien château de _Marlenheim_,
      à quatre lieues de Strasbourg, vers les Vosges.

      Note 940: _Son petit fils._ Le jeune fils de l'empereur.



          (DES CHRONIQUES SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS.)


_La complainte que l'empereur fait de ses fils, de leur cruauté et du
deffault de foi et de desloyauté de ses barons et de ses prélas; et parle
en telle manière en sa propre personne[941]._

      Note 941: Dom Bouquet dit ici en note: «Cette complainte, _qui est
      une fable_, ne se trouve pas dans la vie latine de
      Louis-le-Débonnaire.» J'avoue que je ne vois rien de fabuleux dans
      cette complainte, dont l'original étoit, suivant les plus grandes
      probabilités, conservé dans l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, quand
      les Chroniques françoises de Saint-Denis furent rédigées,
      c'est-à-dire vers la fin du XIIIeme siècle. Rien n'est
      invraisemblable dans la narration du malheureux empereur, et l'on ne
      voit pas bien comment on auroit inventé un monument de ce genre deux
      ou trois siècles après les événements auxquels il se rapportoit? On
      ne le retrouve plus aujourd'hui que dans la traduction du moine de
      Saint-Denis, voilà pourquoi si peu de personnes en ont remarqué le
      caractère et discuté la sincérité.


«Je Loys, César et empereur Auguste de l'empire des Romains, par la grace
de Dieu. Comme je gouvernasse le monde qui est soubmis à l'empire de Rome,
et je féisse plus grant lasche[942] de justice pour miséricorde que je ne
déusse vers aucuns de mes gens, ceulx meismes que j'avois ainsi laschiés et
donnée la vie qu'ils avoient meffaite par droit furent de si grant cruaulté
qu'ils ne s'esmeurent pas tant seulement contre moy, ains misrent mes
chiers enfans en telle forsenerie que eulx-meismes gettèrent les mains à
moy et me misrent en prison et mon petit fils Charlot; et ma femme Judith
envoièrent en essil. Tourmenté fu et grevé par ceulx à qui je n'avoie fait
nul grief; mais toutes voies portoie-je ces maulx paciemment pour ce qu'il
me sembloit que la volonté nostre Seigneur me pugnesist pour mes péchiés,
en telle manière. En la cité de Soissons fu amené, en l'abbaïe et au
couvent Saint-Maard et Saint-Sébastien. Et pour ce qu'ils savoient bien que
je amoie bien le lieu, ils se conseillèrent et cuidèrent que je me
deméisse, de ma volonté, de mes armes et de mon sceptre par aventure, après
si grant tribulation et si grant desconfort.

      Note 942: _Lasche._ Relâchement.

»Et quant ils m'eurent léans mis en estroite prison, pour faire ce qu'ils
avoient devant pourparlé, ils envoièrent à moy aucuns de leurs menistres,
et me firent entendant que l'emperéis Judith, ma femme, estoit vestue et
voilée en une abbaïe de nonnains; et disoient qu'ils cuidoient encore
mieulx qu'elle feust morte. Et pour ce que ils savoient bien que j'amoie
moult Charlot, mon petit fils, sur toutes créatures, me disoient-ils aussi
qu'il estoit tondu et vestu comme moine, au couvent de léans. Et quant je
oï ce, je ne me peus tenir de plourer; si ne fu pas merveille; car j'estoie
desposé et getté hors de la dignité d'empereur, et avoie perdu ma femme et
mon doulx fils. Plusieurs jours fu en telles douleurs, en cris, en pleurs;
si n'avoie nul qui de riens me reconfortast, et bien sentoie que je me
dégastoie tout et afleboioie durement, pour le grant courous que j'avoie;
si n'avoie confort de nully fors de Dieu. Car les huis et les entrées
estoient si gardées que nul ne povoit à moy venir. Toutes voies y avoit-il
une petite voie estroite par quoi l'on povoit aler au couvent des frères et
en l'églyse; mais elle estoit moult curieusement gardée. Lors me pourpensay
que je iroie; et quant je fus là venu, je m'agenoillay devant tous les
frères et leur monstray comme à sages mires la maladie dont je me douloie,
et leur priay moult dévotement qu'ils feussent en oraisons pour moy envers
mon seigneur saint Maard et mon seigneur saint Sébastien, et qu'ils
priassent pour l'ame ma femme, car je cuidoie certainement qu'elle fu
trespassée, si comme ils m'avoient fait entendant. Et les preudommes qui
grant compassion avoient de ma douleur me reconfortèrent moult, et ainsi
comme s'ils feussent certains des choses qui estoient à avenir, me
promirent que sé je mettoie du tout m'espérance en Dieu, que j'aroie
prochainement confort et médicine de mes douleurs, par les prières et les
mérites des glorieux confesseurs. Et quant ils m'eurent ainsi bien
réconforté, et prié pour moy, ils me ramenèrent arrière, jusques à l'uis de
la prison. Ens entray, et fu dedans aussi comme devant. La nuit qui après
vint, estoie en la chartre, et moult désiroie à véoir l'estoile
journal[943], pour la nuit qui trop me duroit.

      Note 943: _L'estoile journal._ Lucifer. L'étoile du jour.

»Quant ce vint après matines, si m'en entrai en une petite chapelle dédiée
de la trinité qui estoit près de la prison; et demouray illec grant pièce
de nuit. Si regarday par aventure parmi une fenestre, et vis l'un des
sergens qui me gardoit, qui sans raison me faisoit tant de maux comme il
povoit; si estoit couchié près des fondemens, dessoubs la couverture, pour
garder que je n'eschapasse, parmi celle fenestre. Et quant je me perceu
qu'il dormoit comme cil qui estoit ivre et plain de vin, je montai en une
eschièle qui estoit en un anglet de la chapelle, et pris une corde qui
pendoit à un las, et la liai à une des hantes[944] qui léans estoit pour
porter les enseignes en rouvoisons[945]; puis fis un las en la corde et la
gettai parmi la fenestre. Par tel engin sachai à moy l'espée de celuy qui
dormoit et la jettai en un fossé plain de fange et d'ordure, qui estoit
près du fondément du mur. Lors appelai le sergent par son nom et lui dis:
_O bon sergent et bonne guaite[946] et espérance de tous tes compaignons,
dors-tu ou sé tu veilles?_ Et il me respondit: «_Je veille, je veille._ Et
je luy dis: _Que fais-tu?_ Et il me respondit: _Que te chaut?_ Et je luy
dis: _Sé besoing estoit, tu n'aroies point d'espée._ Lors jetta les bras à
son chief et puis se leva pour querre s'espée. Lors luy redisis: _Hé bon
sergent, sé tu m'éusses aussi bien gardé comme tu as t'espée, je ne feusse
pas or ci._ Et il me respondit: _quoi qu'il soit fait de m'espée, je t'ai
bien gardé jusques ci si comme il m'est commandé, et garderai encore._ Je
lui respondis: _Pour ce doncques que tu es si bonne guaite et si sage, en
guerredon de ton bon service, va et si prens t'espée que tu as si
honteusement perdue en ce beau lieu et net qui est tout fait pour garder
armeures._ Et ainsi fu le ribaut escharni, qui maint despit m'eut fait en
son povoir.

     Note 944: _Hantes._ Perches.

     Note 945: _En rouvoisons._ Pendant les rogations. Il s'agit ici des
     bannières d'église.

     Note 946: _Guaite._ Sentinelle.

»En ce jour meisme, les frères de léans qui estoient en grant paine de
savoir coment ma besoigne se portoit par dehors, me mandèrent la vérité en
escript, en un rollet, par Hardouin, qui, chascun jour chantoit une messe
devant moy. Si ne le m'osa bailler appertement, pour ceulx qui me
gardoient. Mais quant j'alai offrir à sa main[947], pour l'ame de ma femme
que je cuidoie qu'elle feust morte, il m'estraint la main de lès l'autel et
jetta tout bellement le rollet en un saquelet devant moy, si que nul ne
l'apperceut.

      Note 947: _Offrir à sa main._ Sans doute, _déposer en ses mains une
      offrande_.

»Quant la messe fu chantée et ils furent tous hors issus, je pris ce rollet
et commençai à lire. Lors vi bien que ma femme n'estoit pas morte et que
mon fils n'avoit nul mal, et que plusieurs barons se repentoient moult de
ce qu'ils s'estoient vers moy fauscé, et qu'ils m'avoient ainsi relenqui.

»Et vi après qu'ils s'appareilloient durement par armes que je feusse
restabli. Et tant amenda ma besoigne de jour en jour par les mérites des
glorieux confesseurs, que ils parfirent bien ce qu'ils avoient commencié,
si comme il apparut en la fin.


XIX.

ANNEES: 833/834.

_De la repentance des barons qui contre luy furent, et de la fausse cautele
des traiteurs. Coment Lothaire l'emmena à Ais-la-Chapelle. Coment les
barons s'alièrent pour luy délivrer. Coment il fu laissié à Saint-Denis et
il s'enfuit à Vienne, et coment il fu restabli en l'empire._


[948]La saison fu jà si avant passée que le septembre approucha. Entour les
kalendes d'octobre repaira Lothaire à Soissons. Son père prinst qui estoit
en l'abbaïe de Saint-Maard en estroite prison et le mena avecques lui à
Compiègne. Là vindrent les messages Constantin, l'empereur des Griecs[949],
Marc, arcevesque d'Ephèse, et Tules, maistre-sergent du palais[950]. A
l'empereur estoient envoiés. Si luy apportoient présens; mais le fils ne
voult le souffrir, ains oït les messages et receut les présens. Au
parlement qui là fu assemblé se purgèrent aucuns[951] par serement et
aucuns par simples parolles des cas que on leur mettoit sus. Si furent
plusieurs qui avoient si grant pitié du père, qu'ils se repentoient, dont
ils s'estoient consentis au fils contre luy, et estoient tous en celle
répentance, fors ceux tant seulement qui la traïson avoit pourparlée. Et
pour ce que les traitres se doubtoient que les choses qui estoient avenues
ne se tournassent en cas contraire, ils se pourpensèrent d'un malice qui
moult leur povoit valoir, ce leur sembloit. Car ainsi comme l'empereur
avoit fait commune pénitence et plaine satisfaction au peuple de ce dont
ils l'encolpoient, tout feust ce par faulceté, ainsi voulloient-ils qu'il
féist plaine satisfaction à sainte Eglyse et qu'il méist jus les armes et
baudré de chevalerie sans nul rappel, et qu'il ne feust pas tenu pour
chevalier; contre le jugement des canons et des lois qui dient que nul ne
doit estre puni né jugié deux fois, en un meisme cas. Pou en y eut qui ce
jugement contredéist. La plus grant partie s'i accorda de parolle tant
seulement, si comme il advient souvent en telles besoingnes, pour ce qu'ils
n'eussent le mautalent des plus puissans. Ceste chose firent les traitres
par le conseil d'aucuns évesques qui estoient parçonniers de la traïson.

      Note 948: _Vita Ludov. Pii.--XLIX._

      Note 949: Le latin porte seulement: «Legatio Constantinopolitani
      imperatoris.» Cet empereur se nommoit _Théophile_ et non pas
      Constantin.

      Note 950: _Et Tules_, etc. Le latin porte: «Marcus archiepiscopus
      Ephesi, et protospatarius imperatoris.» La charge de protospataire
      (premier porte-glaive) répondoit assez bien à celle de _grand
      écuyer_, chez nos rois.

      Note 951: Le latin ajoute: «Cum multi insimularentur devotionis in
      patrem.»

Ainsi jugièrent le preudomme qui pas n'estoit présent, et qui oncques
n'avoit esté oï né convaincu du cas dont ils le jugièrent: et à ce le
contraindrent que luy-meisme se déposa de l'ordre de chevalerie, et mist
ses armes devant l'autel saint Sébastien le martir; et luy firent vestir
une gonne[952] et puis garder comme devant en estroite prison. Après se
départit le parlement droit à la feste Saint-Martin; si repaira chascun en
sa contrée dolent et triste de ce qu'il estoit avenu à l'empereur. Et tout
l'empire et tout le royaume de France en grant tumulte et en grant esmay.
Le peuple de France et de Bourgoingne, d'Acquitaine et d'Alemagne
s'assemblèrent, chascun en sa contrée, et se complaignoient ensemble de la
honte et des griefs que l'en faisoit à l'empereur.

      Note 952: _Gonne._ Robe longue. Variante du manuscrit 8299. _Coulle:_
      du latin _cucullus_. «Pullaque indutum veste.»

Guillaume le connestable de France et le conte Egebart travailloient moult
à ce que l'empereur feust restabli. Tous ceulx qu'ils savoient de ceste
volonté alioient ensemble; les contes Berart et Guérin refaisoient ainsi en
Bourgoigne. Le peuple faisoient assembler et les attraioient à cest accort,
les uns par promesses, les autres par beaux admonnestemens, et les autres
lioient par seremens. Loys l'un des fils l'empereur qui jà estoit tourné
devers son père, et qui lors demouroit en Alemaigne, et l'évesque de Mez,
Dreues, qui frère estoit l'empereur, et mains autres  qui là s'en estoient
fouis, envoièrent le conte Huon[953] en Acquitaine à Pepin, l'autre frère,
pour l'attraire à leur partie.

      Note 953: _Le comte Huon._ Le latin édité porte: «Hugo abbas.»
      C'étoit l'abbé de Saint-Quentin, fils de Charlemagne et frère de
      Dreues de Metz aussi bien que de l'empereur.

[954]Quant l'yver fu trespassé et la nouvelle saison fu revenue, Lothaire
prist son père et se partit d'Ais, et mut à venir droit à Paris. Parmi la
terre de Hasbain trespassa, et fist assavoir à tous ceulx qu'il cuidoit que
l'amassent qu'ils venissent encontre luy à Paris. Mais le conte Egebart et
les autres barons de celle contrée avoient tandis assemblé grans gens.
Contre Lothaire s'en alèrent pour délivrer l'empereur; si eussent
encommencié ce qu'ils avoient en propos, mais l'empereur qui ce sceut
regarda le peuple et le péril de luy et des autres, et fist tant à quelque
paine qu'ils n'en firent plus.

      Note 954: _Vita Ludov. Pii.--L._

Tant chevaucha Lothaire toutes voies qu'il vint à Saint-Denis en
France[955]. Pepin, qui jà s'estoit parti d'Acquitaine à grant gent, vint
jusques au fleuve de Loire. Là s'arresta, car il ne put passer pour les
pons qui estoient despéciés et les nefs enfondrées. Jà estoient partis de
Bourgoigne le conte Warin et le conte Berart à grant compagnie de gens
d'armes et estoient venus au fleuve de Marne.

      Note 955: _Vita Ludov. Pii.--LI._

Là demourèrent un pou en une ville qui a nom Bonnueil, pour le temps
mauvais qu'il faisoit, et pour aucuns de leurs compaignons attendre. Ne sai
quans jours demourèrent ainsi en celle ville et ès autres villes voisines;
si estoit jà la saison vers caresme.

Quant ce vint doncques le jeudi de la première sepmaine de caresme, ils
envoièrent à Lothaire en messages l'abbé Rambaut et le conte Gaucelin, et
luy mandèrent qu'il leur rendist leur droit seigneur tout délivré: et sé il
voulloit ce faire sceust-il qu'ils seroient pour luy envers son père, et jà
pour chose qu'il eust faitte, despis ne luy en feroient, né jà n'en seroit
courroucié né aménuisé de santé né de honneur; ou sé ce non, certain feust
qu'ils leur seroient à l'encontre et requerroient leur droit seigneur par
armes, et se combatroient à luy, sé il le convenoit faire[956], pour
loyauté et pour justice à l'aide de nostre Seigneur.

      Note 956: _Sé il le convenoit faire._ S'ils s'y trouvoient obligés.

A ce respondit Lothaire que nul ne devoit estre plus dolent de la honte né
du grief du père, né plus lie né plus joyeux de son bien né de son honneur
que luy meisme; né de ce ne luy en devoit-on pas mettre sus le blasme né la
coulpe, pour ce qui avoit esté fait par le commun accort des anciens
princes et des prélas, par lequel jugement il avoit esté déposé et mis en
prison. A cette response se partirent les messages et retournèrent à ceulx
qui envoiés les avoient. Mais tant leur dist[957], au départir, que le
conte Guerin, Ode, Fouques et l'abbé Hue revenissent à luy pour traitier
comment leur besoingne seroit faite; et commanda à sa gent qu'ils luy
feissent assavoir quant ils devoient venir pour aler encontre eulx, et pour
traitier de la besoingne. Mais toutes voies changea-il son propos et son
conseil, quant il se fu conseillé à ceulx qui plus estoient de son cuer;
car quant ce vint à lendemain, il laissa son père tout délivré à l'abbaïe
Saint-Denis, et s'en ala en Bourgoingne, et chevaucha tant qu'il vint à
Vienne et demoura là une pièce du temps; et ceulx qui avec l'empereur
furent demourés luy admonnestoient qu'il repréist le sceptre et la couronne
impériale; mais il ne le voult faire, jà soit ce qu'il eust esté déposé
contre droit, jusques à tant qu'il eust esté réconcilié à sainte Église,
par le ministère des évesques, ainsi comme il avoit esté dégradé. Le
dimanche doncques qui après fu, fu réconcilié sollempneément par les
évesques devant le maistre autel et luy ceint-on l'espée et le baudré de
chevalerie, ainsi comme au commencement. Pour sa restitution, fit le peuple
merveilleusement grant joie et grant léesce: meisme les élemens s'en
réélescièrent, si comme il sembloit; car jusques à ce jour estoient cheutes
fouldres et tempestes et si grans pluies que nul ne recordoit qu'il eust
oncques si grans veues: et les vens avoient si fort venté que nul ne povoit
passer les eaues, né à nefs né à bateaux.

      Note 957: _Leur dist:_ Ajoutez: _Lothaire_.

[958]De Saint-Denis se départit l'empereur, son fils ne voult ensuivre, jà
soit ce que plusieurs luy ennortassent. Par Nanteuil passa et s'en ala à
Carisi. Là attendit son fils Pepin etles barons qui séjournoient oultre le
fleuve de Marne, et son fils Loys qui à luy venoit et amenoit avec luy tous
ceulx qui oultre le Rin s'en estoient fouis. Si avint aussi que tous ses
amis vindrent à luy, le dimanche de la mi-caresme que sainte Église
s'esléesce, et que l'en chante _Letare Jherusalem_, en signifiant la grant
joie qui là fu à ce jour. Liement et débonnairement les receut l'empereur.
Moult les mercia tous, et leur rendit graces de leur bonne amour et de la
foy enterine qu'ils luy avoient portée. Liement donna congié à Pepin son
fils de retourner en Acquitaine. Et aux autres aussi donna congié en grant
dévocion et humilité, quant ils se vouldrent partir. De France se partit et
s'en ala à Ais-la-Chapelle: là receut sa femme l'empéreis Judith, que
Boniface et l'évesque Rataut[959] luy eurent amenée de Lombardie, où ils
l'avoient envoiée en essil, et Charles son fils qu'elle avoit tousjours
avec luy. La Résurrection célébra à Ais-la-Chapelle; après la feste, s'en
ala chacier en Ardaine, et après la Penthecoste s'en ala vers Remiremont
pour soy déduire en chaces et eh pescheries.

      Note 958: _Vita Ludov. Pii.--LII._

      Note 959: _Ratoldus_, évêque de Vérone.


XX.

ANNEE: 834.

_Coment Lothaire ardi et prist la cité de Chalon, et coment l'empereur vint
au secours, mais ce fu trop tart. Coment il le chaça jusques à Blois, et
coment il vint à luy à merci, et coment l'empereur accusa les traiteurs par
devant ses barons._


Quant Lothaire s'en fu fouy en Bourgoingne, si comme vous avez oï, le conte
Lambert et le conte Mainfroy[960], qui sa partie soustenoient, furent
demourer en Normandie et plusieurs autres de leur accort; la terre
gardoient et la voulloient tenir à force contre l'empereur. Moult en avoit
grant despit le conte Ode et mains autres de la partie l'empereur. Gens
assemblèrent pour eulx chacier hors du païs et pour combatre encontre eulx,
sé autrement ne povoit estre; mais ceste entreprise leur tourna à dommage
et à confusion, pour ce qu'elle ne fu pas si bien né si sagement
administrée comme elle deust; car leurs ennemis leur coururent sus, une
heure qu'ils ne s'en prenoient garde; et ceulx qui furent esbahis de leur
venue soudainement tournèrent en fuie. Là fu occis le conte Ode et
Guillaume et un sien frère et mains autres de leurs gens, et ceulx qui
eschaper purent par fuite et estre sauvés, s'en fouirent.

      Note 960: Lambert étoit comte de Nantes, et Mainfroyon Malfredus
      avoit été dépouillé du comté d'Orléans en 828. (Note de Dom Bouquet.)

Ceulx qui eurent ainsi victoire demourèrent aussi comme en désespérance; et
bien virent qu'ils ne povoient pas demourer illec seurement, car Lothaire
leur estoit si loin qu'ils ne povoient avoir de luy secours; si se
doubtoient encore assez plus que l'empereur ne venist sur eulx, ou qu'il
n'y envoiast, ou qu'ils ne feussent encontrés de luy ou de sa gent s'ils se
mettoient en voye pour aler à Lothaire. Pour ce se hastèrent d'envoyer à
luy, et luy mandèrent la besoingne, le péril où ils estoient, et qu'il ne
laissast pas qu'il ne les secourust. Et quant il oï ce, il proposa qu'il
les secourroit. Le conte Warin et ceulx qui avec luy estoient garnirent en
ce point la forteresce de Chalon, pour ce qu'elle leur feust refuge et
deffense contre leurs ennemis, sé mestier feust. Lothaire qui ce sceut
cuida là venir soubdainement, mais il ne peut à cette fois. Et toutes voies
y vint-il à la fin, le chastel assist, et ardit tout quanqu'il trouva
dehors la forteresce. Grant assault donnèrent ceulx de dehors, et ceulx
dedens firent grant deffense. Quinze jours dura l'assault moult grant et
moult aigre, et au derrenier fu la cité rendue. De trop grant cruaulté
furent les vainqueurs, car ils robèrent premièrement toutes les églyses et
toute la cité, fors seulement une petite églyse qui estoit fondée en
l'onneur de saint George qui eschapa par miracle; car en ce point que toute
la cité ardoit, la flambe qui tout dévouroit de toutes pars de la chapelle,
prendre ne s'y put né nul mal ne luy fit; si ne fu-ce pas de la volonté ni
du commandement Lothaire que la cité fu arse et destruite.

Tant cria la chevalerie contre Gaucelme, contre le conte Sanila et contre
Madalesme, que ils eurent les chiefs coupés[961]. Et Gerberge, qui eut esté
fille le conte Guillaume, fu noiée comme sorcière et enchanteresse[962]. La
raison pourquoi les autres furent décolés ne savons-nous pas, car l'istoire
s'en taist à tant. [963]Endementiers que ces choses advindrent, l'empereur
et son fils Loys s'en alèrent en la cité de Langres; là luy furent
premièrement ces nouvelles contées, qui moult le firent triste et dolent.
Et Lothaire, qui ainsi eut exploité comme vous avez oï, se partit de
Chalon, et par la cité d'Ostun s'en ala droit à Orléans; de là mut et s'en
ala au Mans à une ville qui à nom Matulle[964]; l'empereur et son fils les
suivirent à grans osts. Et quant Lothaire, qui jà avoit les sieus receus
qui de Normandie s'en estoient à luy fouis, sceut que son père le suivoit,
il fist tendre ses herberges assez près de l'ost l'empereur. En ce point
démourèrent quatre jours, pour messages qui aloient des uns aux autres. Et
la quarte nuit, Lothaire fist deslogier son ost, et commença tousjours à
s'en aler de l'empereur et l'empereur à luy par une adresce, jusques à tant
qu'il vint jusques au fleuve de Loire près du chastel de Blois, là endroit
à une petite eaue qui a nom Cize qui chiet en Loire. Les hesberges
tendirent d'une part et d'autre.

      Note 961: Voici le latin édité: «Adclamatione porro militari, post
      captam urbem, Gotselmus comes, itemque Sanila comes, nec non et
      Madalelmus vassallus dominicus....» _Gerberge_ étoit la femme de
      Gaucelme.

      Note 962: La phrase suivante n'est pas traduite du latin.

      Note 963: _Vita Ludov. Pii.--LIII._

      Note 964: _Matulle._ En latin: _Maduallis_. On croit que c'est
      aujourd'hui la ville de _Laval_.

En ce point vint Pepin à tout grant gent à son père, et quant Lothaire
sceut ce, il vit qu'il ne pourroit durer. A donc vint humblement à son
père, et le père qui fu doulx et debonnaire ne luy fist autre mal fors
qu'il le chastoia et reprinst de parolles. Les seremens prist de luy et de
ses barons en telle seureté comme il voult, et puis le renvoia en Italie.
Et pour eschiver les périls qui pourroient avenir, fist garder et fermer
les destrois des montaignes et des chemins de Lombardie, que nul n'y peust
passer sans le congié de ceulx qui les gardoient. Après s'en ala à Orléans;
Loys son fils mena avec luy. Là luy donna congié de soy en retourner et aux
autres; d'ilec s'en retourna à Paris. Après la feste de saint Martin tint
parlement au palais de Attigni. Là fu ordonné coment aucunes mauvaises
accoustumances des églyses et des choses communes feussent amendées; pour
ce manda à son fils Pepin que toutes les choses qui avoient esté en sa
terre tollues aux églyses, lesquelles luy et ses devanciers avoient
données, feussent rendues et restablies sans demeure. Des messages envoia
par les cités et par les abbaïes, et leur commanda que l'estat de sainte
Églyse qui jà estoit déchoy feust refermé, et puis commanda aux messages
qu'ils cerchassent les contrées pour les larrons et pour les robeurs, qui à
ce temps faisoient moult de maulx; et, quant mestier leur serait, qu'ils
appellassent en leur aide les princes et les seigneurs du païs et les
hommes des éveschiés et des abbaïes pour prendre et pour chacier les
maufaiteurs, et puis repairassent à luy, pour denuncier ce qu'ils auroient
fait de ceste besogne, en Garmaise, où il devoit tenir parlement à l'issue
de l'yver.

[965]Grant partie de cette saison demoura à Ais-la-Chapelle. Devant la
Nativité s'en partit et s'en ala à Théodone, et d'ilec à Mez. Là célébra la
sollempnité de Noël avec Dreues, l'évesque de la cité, qui son frère
estoit. De là se partit et célébra la purification nostre Dame à Théodone.
Là assembla parlement de ses barons, si comme il avoit ordonné devant.

      Note 965: _Vita Ludov. Pii.--LIV._

En cette assmblée fist sa complainte, devant tous les princes, des évesques
qui avoient esté contre luy, et qui estoient cause de sa déposicion et de
sa honte; mais aucuns s'en furent fouis en Lombardie, et aucuns, tout
feussent-ils semons, ne vouldrent ou ils n'osèrent avant venir. De tous
ceulx que l'empereur accusoit n'en y eut que un seul qui avoit nom
Ébons[966]. Contraint fu à rendre raison de son meffait; si se complaignoit
moult durement de ce, et disoit que l'en se prenoit à luy tant seulement de
ce dont les autres devoient estre aussi en coulpe, et en laquele présence
ce eut esté fait. A la parfin, quant la chose luy tourna à ennuy, il
confessa tout plainement sa coulpe par le conseil d'aucuns évesques, et
conferma par sa parole meisme qu'il n'estoit plus digne d'estre évesque né
prestre, et jugea-il meisme qu'il devoit estre déposé d'office et de
bénéfice, et puis bailla à l'empereur le libelle de cette sentence par les
évesques meismes. Après ce fu Agobart, arcevesque de Lyon, deposé de
l'arceveschié, pour ce qu'il avoit esté semons trois fois, né point
n'estoit venu avant.

      Note 966: _Ébons._ C'est le fameux archevêque de Reims.

Tous les autres évesques parçonniers de ce cas s'en estoient fouis en
Italie. Le dimanche, qui fu après devant la Quarantaine, l'empereur et tout
le peuple qui eurent esté à ce parlement vindrent à Mez; tandis comme l'en
chantoit la grand messe, vint devant le maistre autel de l'églyse et fist
lire, sur son chief, sept oroisons par sept arcevesques, en réconciliation
de luy à sainte Églyse. Car ce ne suffisoit pas, si, comme il luy sembloit,
il n'estoit réconcilié et restabli selon la manière qu'il avoit esté
déposé; et moult en fu le peuple lie et en rendirent graces à nostre
Seigneur; car ils virent qu'il fu restabli plainement en l'empire.

Après s'en retourna l'empereur et le peuple à Théodone, et le dimanche qui
fu le premier jour de la Quarantaine, donna congié à chascun de retourner
en sa contrée. Mais il se mut de la ville jusques à la fin de caresme et
fist à Mez la sollempnité de la Résurrection. Après la Pentecoste, ala
tenir général parlement en la cité de Garmaise.

En cette assemblée furent les deux fils Pepin et Loys. Lors n'entrelaissa
pas l'empereur qu'il ne pensast du prouffit de la chose commune selon la
coustume; car il fist avant venir les messages qu'il avoit envoyés par tout
le royaume, et enquist diligeament à chascun coment ils avoient exploitié.
Et quant il sceut que aucuns de ses comtes avoient esté lasches et
péresceux en leurs terres garder et en prendre vengence des larrons et des
malfaiteurs, il les condempna par diverses sentences, et les punit de
telles sentences comme ils avoient desservi par leur paresce. ([967]Ci ne
doit-on pas entendre que ce feussent comtes qui feussent princes, né hauls
barons qui teinssent les comtés par héritages; ains estoient ainsi comme
ballifs que l'on ostoit et mettoit à certain temps et punissoit de leurs
meffais, car ils le desservoient; et si releva et adréça aucuns preudommes
que ses fils avoient mal menés et grevés à tort.) Et reprist ses fils des
griefs qu'ils faisoient à ceulx qu'ils devoient garder, et leur deffendit
que plus ne le féissent, s'ils ne voulloient estre inobédiens à ses
commandemens, et sé ils ne le faisoient il l'amanderoit selon droit
jugement. Mais avant qu'il départist, on fist crier un autre parlement
après Pasques à Théodone. Après ces choses, se traist à Ais-la-Chapelle
pour yverner. A son fils Lothaire manda qu'il luy envoyast aucuns de ses
plus nobles hommes pour traitier d'amour et de concorda entre eulx deux.

      Note 967: Cette parenthèse n'est pas traduite du latin. Notre moine
      de Saint-Denis s'exprime ainsi pour expliquer une sévérité qui auroit
      scandalisé les barons du XIIIème siècle.


XXI.

ANNEES: 835/836.

_De la requeste Judith l'empéreris; coment Lothaire ne put venir à son père
pour sa maladie. Des chastoiemens qu'il luy manda, pour les griefs qu'il
faisoit à sainte Églyse. Des messages l'apostole que Lothaire retint; de la
mort des barons Lothaire, et coment l'empereur manda ses fils au parlement;
et d'autres choses._


L'empéreris Judith, qui bien veoit que l'empereur afléboioit et
envieillissoit trop durement, et moult se doubta et apensa que il mourroit
en tel point que elle et Charlot son fils seroient en péril, s'ils ne
faisoient tant vers l'un des frères qu'il feust de leur accort, de ce se
conseilla aux princes et au conseil l'empereur, et ils luy loèrent que ce
feust Lothaire; car il leur sembloit que ce feust le plus profitable à
l'empire. A l'empereur prièrent qu'il luy envoyast les messages de paix et
d'amour, et qu'il luy priast de ceste chose. Et l'empereur, qui tousjours
aima paix et concorde et non mie tant seulement de ses fils, mais des
étranges et de ses ennemis meismes qui aucunes fois avoient sa mort jurée,
le fist volentiers. [968]Mais en ces entrefaittes vindrent à court les
messages Lothaire, desquels Walle fu le souverain[969]. L'empereur leur
toucha de la besoingne devant dite. Et quant elle fu affinée et accordée,
l'empereur revoult estre réconcilié à sa femme et à celuy Walle
premièrement; car ils avoient eue sa male volonté pour aucunes raisons dont
l'istoire a dessus parlé, et tout maintenant leur pardonna tout quanqu'ils
avoient vers luy mespris, et manda Lothaire son fils par ses messages
meismes qu'il venist à luy, et s'il y venoit, ce seroit son preu. Arrière
retournèrent les messages et comptèrent à Lothaire ce qu'il luy manda et
qu'il venist à luy. Mais il ne put à cette fois pour une maladie qui le
prist. Ne demoura pas puis longuement que cil Walle accoucha malade et
mourut. Long-temps languit Lothaire de celle maladie. Et l'empereur, qui
par nature estoit piteux et compatient, fu moult dolent quant il sceut que
son fils estoit cheu en langueur. Huon, son frère, et le conte Algaire
envoya pour le visiter, et voult savoir coment il luy estoit. Et leur
commanda qu'ils luy rapportassent certainneté de son estat. A l'exemple du
roy David, qui moult fu dolent de son fils Absalon, qui tant avoit fait de
mal au père et de persécutions.

      Note 968: _Vita Ludov. Pii.--LV._

      Note 969: _Souverain_, premier.

Quant Lothaire fu eschappé de celle maladie et il fu du tout guari, il fu
compté à l'empereur qu'il avoit rompu la paix et la concorde qu'il avoit
promise, et gastoit jà moult durement la terre de l'églyse de Saint-Pierre
de Rome et occioit les hommes que Pepin, son aïeul, et Charlemaines, son
père, et luy-meisme avoient receue en garde.

De ces nouvelles fu l'empereur si esmeu et si courroucié qu'il y envoyast
tantost ses messages, et ne voult qu'ils eussent ou pou ou néant d'espace
pour eux appareiller à faire si longue voie. A son fils manda en
admonnestant qu'il ne féist né ne soufrist à faire si grant desloyauté, et
luy souvinst que quant il luy bailla à garder le royaume d'Italie, qu'il
luy jura la cure de l'Églyse, et il la receust en telle manière qu'il la
garderoit et deffendroit vers tous adversaires, et toutes ces convenances
conferma-il par son serement: et bien sceust-il que s'il le brisoit, il
courrouceroit Dieu et en seroit jugé au jour du jugement. Après ce, luy
manda qu'il féist garnir les trespas de quanque mestier leur seroit jusques
à Romme. Car il y béoit à aler pour visiter les apostres. Et sans faille il
y feust meu; mais les Normans, qui soudainement s'embatirent en Frise, luy
destourbèrent celle voie. Car il convint qu'il y alast à grant ost; mais il
envoia tandis messages à Lothaire, l'abbé Foulcaut et un autre abbé qui
avoit nom Rambaut et le comte Richart. Et leur commanda que le comte
Richart et l'abbé Foulque luy apportassent la response de Lothaire, et que
l'abbé Rambaut s'en alast tout oultre pour conseil querre d'aucuns cas à
l'apostole George[970], et pour luy-mesme luy faire savoir la volonté
l'empereur d'aucunes besoingnes. Au mandement l'empereur respondit Lothaire
que volentiers feroit rendre les choses qui auroient esté perdues ou
tollues à aucunes églyses de Lombardie. Mais le commandement qu'il luy
mandoit d'aucunes autres choses ne pourroit-il garder né accomplir.

      Note 970: _Georges._ Il falloit _Gregoire_.

A tant s'en partirent les messages et retournèrent à l'empereur, qui jà
estoit retourné luy et son ost de Frise, et avoit les Normans chaciés de la
terre. En son palais de Franquefort le trouvèrent, là estoit demouré en
déduit de bois tout le mois de septembre. [971]Après celle saison s'en ala
pour yverner à Ais-la-Chapelle. Et l'abbé Rambaut, qui fu alé jusques à
Romme, si comme il luy fu commandé, trouva l'apostole Gregoire malade de
flum de sang. Et jà soit ce qu'il le laschast aucunes fois par ailleurs, il
le rendoit aussi continuellement par les narilles; mais il fu si très lie
de la venue du message à l'empereur, que luy meisme dist qu'il avoit aussi
comme tout oublié sa douleur. Avec soy le fist mengier et luy donna grans
dons. Au départir envoia avec luy deux messages qui estoient évesques, si
avoit l'un nom George et l'autre Pierre. Lothaire, qui bien sceut qu'il
envoioit messages à l'empereur, envoia à la cité de Bouloingne Léon, qui au
temps de lors tenoit grant lieu en sa court. Les deux messages à l'apostole
trouva, durement les espovanta et leur commanda qu'ils ississent de la
cité. Et quant l'abbé Rambaut, qui message estoit à l'empereur, vit ce, il
prist tout coiement la lettre que l'apostole envoioit à l'empereur et la
bailla à un sien sergent qui la porta jusques oultre les mons, en l'abit
d'un pauvre mandient de la cité. Puis se partit et repaira à l'empereur.

      Note 971: _Vita Ludov. Pii.--LVI._

En ce temps, avint une mortalité et une pestilence ès barons et au peuple
qui de France s'en estoient alés avec Lothaire si très grande qu'elle est
merveilleuse à raconter et à oïr. Car en si pou de temps comme il a des
kalendes de septembre jusques à la Saint-Martin, moururent tous ceulx qui
sont ci nommés: Joucelin[972], évesque d'Amiens; Élizée, évesque de Troies;
Walle, abbé de Corbie; Hue, Lambert, Godefroy et les fils de Godefroy;
Aginbert, comte du Perche; Bulgaire et Richart. Ce Richart eschapa premier;
mais il en rechay, puis il mourut. Tous estoient de si grant affaire et si
sages que l'en disoit que France estoit demourée orpheline de sens et de
noblesce et de force, puis que ceulx s'en estoient partis. Après la mort de
ces nobles hommes, monstra bien nostre Seigneur coment c'estoit profitable
chose de garder ses commandemens; car il dit que _le sage ne se doit pas
glorifier en son sens, né le fort en sa force, né le riche en sa
richesse_[973]. Mais qui est cil qui ne se doie esmerveiller du fin cuer et
de la bonne volenté l'empereur, et comme saintement et dignement nostre
Seigneur le gouverna à tous les jours de sa vie, car quant il oït la mort
de tous ces nobles hommes, qui pour haine de luy l'avoientdéguerpi et s'en
estoient alés à Lothaire son fils, il ne s'en esjoï oncques en son cuer, né
ne s'esléesça pour la mort de ses ennemis, ains commença à plourer et à
batre sa coulpe[974] et à prier nostre Seigneur qu'il leur pardonnast leurs
péchiés.

      Note 972: _Joucelin_, c'est-à-dire, _Josse, autrefois_... C'est le
      _Josse olim_ du texte latin qui a trompé notre traducteur.--Jessé
      avait été privé du siége d'Amiens en 830.

      Note 973: _Jeremie_, ch. 9, v. 23.

      Note 974: _Sa coulpe._ L'habitude de prononcer, en se frappant la
      poitrine, le _mea culpa_, avait fait confondre ce mot avec celui qui
      désignait la poitrine même. De la l'expression si fréquente de
      _battre sa courpe_ ou _coulpe_.

En ce temps se rebellèrent les Bretons derechief: mais aussi légièrement
furent-ils chaciés et abatus, comme l'empereur mist s'espérance à cellui
que l'en dit: _biaux Sire Dieu, tu as povoir quant tu veulx_[975]. En ce
temps environ la Chandeleur, assembla l'empereur grant parlement à
Ais-la-Chapelle et meismement d'évesques; là fu ordonné de l'estat de
l'Églyse. Et fu faite la complainte des rapines et des griefs que Pepin et
les siens avoient faits aux églises. Pour ce fut ordené que Pepin et sa
gent feussent admonnestés à com grant péril des ames ils avoient tollues et
ravies les choses des églyses. Si tint ceste admonicion bonne fin; car
Pepin et sa gent receurent débonnairement l'admonnestement l'empereur, et
obéit volontiers à son père; car il rendit aux églyses leurs biens et leurs
possessions, et conferma la restitution par son séel, et voult que sa gent
se tenissent dès lors de telles rapines.

      Note 975: _Sagesse_, c. 12, v. 18.

[976]Après cestuy parlement, en fist l'empereur assembler un autre ou temps
d'esté, en la contrée de Lyon en un lieu qui s'appelle Stramat[977]. A ce
parlement vinrent ses deux fils Pepin et Loys. Lothaire n'i fut pas, car il
estoit encore trop foible après sa maladie. En ce parlement furent
débattues les causes de l'églyse des arceveschiés de Lyon et de Vienne qui
estoient vagues et sans pasteurs; les évesques qui semons estoient au
parlement s'en estoient destournés, si comme l'évesque Agobars et Bernart,
arcevesque de Vienne. Ce Bernart y vint toutes voies, mais il s'en refouyt
tantost; si ne fu pas ceste besoingne parfaite pour ce que les prélas
n'estoient pas présens.

      Note 976: _Vita Ludovici Pii.--XLII._

      Note 977: _Stramat_, en latin _Stramiacum_. C'est aujourd'hui
      _Crémieux_.

En ce parlement fu aussi plaidoié et débatu la cause des Gotiens qui
estoient divisés en deux parties; car l'une soustenoit la partie Berart et
l'autre celle de Berengier, le fils le comte Huironne[978]. Et ceste cause
fu terminée par une aventure qui advint; car celluy Berengier mourut. Et la
seigneurie et le povoir demoura toute à Berart.

      Note 978: _Huironne._ Le latin porte: _H. Turonici quondam comitis
      filius_.


XXII.

ANNEES: 838/839.

_De la comète qui apparut. Coment l'empereur donna à Charlot, son petit
fis, partie de l'empire, dont les frères furent moult courouciés. Coment il
le couronna. De la complainte du peuple contre le comte Berard. Coment il
donna grant terre à Lothaire, pour ce que il feust garde de son fils
Charlot, et coment Loys ostoia contre son père._


Après ce parlement et ces choses, se départirent tous, et donna l'empereur
congié à ses fils; en chaces de bois se déporta vers le mois de septembre;
vers la Saint-Martin se traist vers la Chapelle pour yverner. Tout cet yver
y demoura et y célébra la sollempnité de Noël et de Paques. [979]Lors
apparut au ciel un signe espouvantable que l'en nomme l'estoille comète; si
dient les astronomiens qu'elle signifie mort de princes. L'empereur qui
l'estudioit volentiers en telles choses, l'apperceut premièrement: tantost
fist venir devant luy deux clercs qui de cel art savoient, et leur demanda
qu'il leur sembloit de ce signe? L'un de ces deux clercs fu celluy qui
ceste histoire escript, si comme il dit là endroit. Lors luy dit le clerc
qu'il attendist la response de luy de ce qu'il demandoit, jusques à
lendemain qu'il auroit mieux l'estoille pourveue et la signification
congnue; et l'empereur cuida, si comme il estoit voir, qu'il ne luy déist
fors pour passer temps et pour ce qu'il avoit paour que il ne feust
contraint à respondre telle chose dont l'empereur fu courroucié. Lors luy
dit: «Va tost sur les murs de ce palais et me saches à dire la vérité de ce
que tu auras veu; car je sai bien que c'est l'estoille et le signe dont
nous avons aucunes fois parlé. Va doncques, et si m'en saches à dire ce
qu'il t'en semblera.»

      Note 979: _Vita Ludovici Pii.--LVIII._

Adont luy respondit le clerc, quant il eut celle estoille veue; aucunes
choses dist et d'aucunes se tut. Et l'empereur qui bien s'en apperceut luy
dit lors: «Une chose y a, dont tu ne parles mie. Car je scay bien que ce
signifie mort de princes et mutacion de règne.» Le clerc luy mist avant
l'authorité du prophète pour lui appaisier, qui dist ainsi: _N'aies paour
des signes du ciel qui les gens espouvantent_[980]. Et l'empereur respondit
par grant sens et par grand fermeté de cuer et de foi: «Nous ne devons,»
dit-il, «nulle riens doubter tant comme celluy qui créa l'estoille. Et
nous-mesmes ne povons pas assez louer né merveiller sa débonnaireté qui
nous daingne admonester par tels signes, pour que nous qui sommes pécheurs
et sans repentance, nous retraions de nos péchés. Et pour ce que ce signe
touche moy et tous les autres, chascun se devroit efforcer de sa vie
amender, que nos péchiés ne nous tollent à avoir sa grace et sa
miséricorde.» Quant il eut ce dit, il demanda le vin[981], si but; et puis
tous les autres. Presque toute celle nuit veilla en prières et en oroisons.
Au matin appella les ministres du palais et leur commanda que l'en donnast
aux moustiers et aux povres, aux moines, aux chanoines et aux autres gens
de religion. Messes fist chanter à tant de prestres comme l'en peut
trouver. Si ne se doubtoit pas tant de luy come de l'estat de Sainte Églyse
qu'il avoit à garder.

      Note 980: _Jeremie, chap. 10, v. 2._

      Note 981: _Il demanda le vin._ Le latin dit: «Paulisper mero
      induisit.» C'est bien là _le vin du coucher;_ sorte de collation que
      nos pères faisoient avant de reposer, et dont il est si souvent parlé
      dans les _Chansons de geste_.

Après ces choses, s'en ala pour chacier en la forest d'Ardaine. Et, ainsi
comme l'en disoit, toutes les choses que il voult ordenner et faire en ce
temps luy vindrent à bonne fin[982]. Le mois d'aoust approchant, fu à
Ais-la-Chapelle. Là donna une partie de l'empire à Charles son fils, en la
présence des ministres du palais et des contes palazins qui là furent
assemblés. De ce furent moult courrouciés les autres frères quant ils le
sceurent. Pour ce firent parlement ensemble; mais quant ils virent qu'ils
ne le pourroient pas contredire, ils faingnirent et souffrirent ce que
l'empereur avoit ordonné. Ainsi demoura le père tout cel esté. Quant ce
vint vers le septembre, il assembla parlement vers la ville de Carisi; là
vint son fils Loys du royaume d'Acquitaine, et fu présent à celle
assemblée. Avant que le parlement départist, fist l'empereur chevalier son
fils Charles, et le couronna et vestit de garnemens royaux, et luy donna
Neustrie que Charles, son aïeul[983], avoit tenue. Tant comme il put
s'efforça de garder la paix entre ses fils.

      Note 982: _Vita Ludovici Pii.--LIX._

      Note 983: _Son aïeul._ «Quam homonymus ejus Karolus....»

Après, donna congié à Loys de retourner en Acquitaine, et Charlot envoia en
la partie qu'il luy avoit donnée. Mais avant qu'il se partist du père, les
barons de Neustrie qui là estoient luy firent feaulté et hommage. Et ceulx
qui pas n'estoient là luy firent autel serment quant il fu retourné en son
royaume.

En ce temps vindrent à cour presque tous les plus nobles d'Espaigne[984].
Tous se plaignoient de Berart, le duc de ces parties, et disoient qu'il
tolloit aux hommes et aux églyses leurs biens sans raison, tout à sa
volenté. Pour ce, requeroient à l'empereur, qu'il les receust en sa garde
et après y envoiast tels qui fussent si sages et si forts qu'ils
rétablissent les choses tollues aux l'églyses et aux peuples, et féissent
tenir et garder les anciennes coustumes et lois du païs. Volontiers
s'accorda l'empereur à ceste requeste. Pour ceste besoingne furent esleus
le comte Donnat, le comte Boniface et l'abbé de Flavigni. A tant se
départit de là l'empereur et s'en ala chacier en bois vers le septembre, si
comme il avoit accoustumé; vers yver se retraist vers Ais-la-Chapelle.

      Note 984: _D'Espaigne._ «Penè omnes Septimaniæ nobiles.»

Quant le fort yver fu passé[985], droit ès kalendes de janvier, l'estoille
comète apparut au ciel au signe de l'Escorpion. En pou de temps après
mourut Pepin, l'un des fils l'empereur, l'empéreris Judith ne mist pas en
oubli la besoingne qu'elle avoit encommenciée; car si comme nous avons jà
dit, elle s'estoit conseilliée au conseil du palais, coment elle auroit en
son aide l'un des fils l'empereur. Après la mort du père, derechief s'en
ala aux barons et les pria de ceste besoingne. Et ils prièrent à l'empereur
qu'il envoiast querre Lothaire, et luy mandast qu'il venist à luy par telle
condicion que s'il voulloit amer et garder Charles, son frère, sceust-il
certainement qu'il luy pardonneroit bonnement quanqu'il avoit oncques vers
luy meffait, et qu'il luy donroit encor moitié de l'empire, fors Bavière
tant seulement. Ceste chose pleut à Lothaire et à sa gent, et luy sembla
que c'estoit son preu. [986]Après Pasques vint à son père en la cité de
Garmaise, Le père le receut liement luy et sa gent. Largement leur fist
livrer et administrer quanque mestier leur fu. Et l'empereur luy dist qu'il
luy tiendroit volontiers ce qu'il luy avoit promis; et que dedens trois
jours seroit conseillé et avisé, entre luy et sa gent, coment l'empire
seroit départi et devisé, en telle manière toutes voies que luy et Charles
auroient avantage de prendre avant à leur choix. Et Lothaire eut conseil
qu'il s'accorderoit à ce; mais que l'empereur devisast l'empire à sa
volenté. Toutes voies, disoit-il bien que ceste particion ne pouvoit estre
égaument faite, pour ce que l'on ne savoit pas né les lieux né les régions.
Lors départit l'empereur l'empire au mieux et au plus justement qu'il peut
en deux parties, fors le royaume de Bavière qu'il eut donné à Loys son
autre fils. Les barons et le peuple appella. A Lothaire donna tout le
royaume d'Austrasie, si comme il se comporte jusqu'au fleuve de Meuse. Et
l'autre partie de deçà devers occident donna à Charles, son petit fils; et
confirma ceste partition par ses parolles, devant les barons et devant tout
le peuple. Si lié estoit de ces choses qu'il avoit ainsi ordonnées, qu'il
en rendit graces à nostre Seigneur et admonnestoit ses fils qu'ils
s'entramassent entièrement, et se gardassent l'un l'autre. Et à Lothaire
pria et commanda qu'il eust grant cure de son frère et qu'il luy souvenist
qu'il estoit son père; et à Charles commanda qu'il luy portast honneur
comme à son père espirituel et comme à son ainsné frère.

      Note 985: La plupart des leçons latines portent _hieme transactâ;_
      mais Dom Bouquet a judicieusement préféré celle de _quâ hieme_.

      Note 986: _Vita Ludovici Pii.--LX._

Quant le père qui tousjours ama paix eut ainsi fait paix et amour entre les
frères et entre les barons à son povoir, il donna congié à Lothaire de
retourner en Italie. Mais avant luy donna de grans dons et sa benéiçon. Et
si luy admonnesta qu'il gardast sa loyaulté et ce qu'il luy avoit promis.
Tout cel yver demoura à Ais-la-Chapelle et célébra la Nativité et la
Résurrection avant qu'il s'en partist. [987]Moult porta grief ceste
partition Loys, le roi de Bavière. Ost assembla et saisit toute la terre
delà Rin. L'empereur, qui ces nouvelles oït, le souffrit jusques à Pasques.
Tantost après la feste esmut son ost et trespassa le Rin et la cité de
Maïence et ala jusques à Tribure[988]. Là demoura un pou pour accueillir et
pour attendre son ost. Lors s'en partit et vint jusques à la cité de
Bodomat[989]. Là vint à luy son fils moult humblement quelque grief qu'il
en eust; des parolles du père fu blasmé et repris; et luy recongnut qu'il
avoit mal fait et promist qu'il amenderoit tout. Et le père qui tousjours
fu doulx et débonnaire luy pardonna tantost. Avant le chastia et reprit de
parolles dures si comme il l'avoit desservi; après le blandit et assouagea
de belles paroles. A tant luy donna congié de retourner en Bavière. Et
l'empereur se mist au retour; le Rin passa et entra en Ardaine pour
chascier, si comme il avoit accoustumé en celle saison.

      Note 987: _Vita Ludovici Pii.--LXI._

      Note 988: _Tribure_, ou _Tribourg_. Entre Mayenne et Oppenheim,
      au-delà du Rhin.

      Note 989: _Bodomat._ Latin: _Bodomia_. Il y avoit dans ce lieu de
      Germanie un palais de nos rois.


XXIII.

ANNEES: 839/840.

_De la discorde des barons et du peuple du royaume d'Acquitaine. Du
parlement que l'empereur tint à Chalon, de l'ordonnance du royaume
d'Acquitaine, et de l'estat de sainte Églyse. Coment son fils Loys esmut de
rechief ses osts contre luy; de la maladie qu'il en eut et de son
mautalent; et coment il accoucha au lit de la mort en la cité de Maïence._


Encore se déportoit l'empereur en chaces et en gibiers, quant certaines
nouvelles luy vindrent d'Acquitaine par messages qui à luy venoient; et
affirmoient, ce qui voir estoit, que une partie des plus nobles hommes de
la terre attendoient son ordonnement et sa sentence du royaume
d'Acquitaine; et les autres estoient courrouciés de ce qu'ils avoient oï
dire qu'il avoit donné son royaume à Charles, son mainsné fils. Et pour
ceste besoigne vint à luy Ébroin, l'évesque de Poitiers, et luy dist que
luy et les autres des plus grans hommes du royaume d'Acquitaine attendoient
à oïr sa volenté, et estoient tous près d'accomplir son commandement; si
estoient en ceste volenté et en ceste ordonnance les plus grans du païs, si
comme luy-meisme, le comte Regnault, le comte Gérart, qui gendre estoit
Pepin, le comte Rothaire et mains autres qui estoient de leur volenté. Mais
l'autre partie du peuple et meismement Emein, le plus grant et le plus
chevetain, n'estoient pas de celle volenté, ains avoient prins l'enfant
Pepin, son nepveu, pour ce qu'il devoit estre droit hoir du royaume; et
s'en aloient par toute la terre et mettoient toutes leurs cures en faire
rapines; et pour ce prioit l'évesque Ébroin à l'empereur pour Dieu qu'il
méist hastivement conseil en ceste besoigne, et venist tost au païs, et
ordennast du royaume à sa volonté avant que ceste pestilence moutepliast
plus. L'empereur regracia moult l'évesque Ébroin pour sa bonne volenté et
pour sa loyaulté et tous les autres aussi qui à son accort se tenoient.
Arrière les renvoia et manda aucuns qu'ils feussent à luy à Chalon en
Bourgoigne au mois de septembre, car il proposoit à y faire parlement. Si
ne doibt-on pas cuider que l'empereur eust courage de l'enfant Pepin son
nepveu deshériter. Mais il voulloit mettre conseil en sa besoigne et
chacier et reprendre la légièreté des gens du païs, car il cognoissoit leur
manière et leur desloyauté comme cil qui avoit esté norri au païs; et
sçavoit qu'ils estoient gens où il n'avoit point d'espérance de seureté. Et
pour ce qu'ils peussent corrompre et convertir les mauvaises meurs, Pepin
son frere, le père de l'enfant, chacièrent-ils au commencement hors du
royaume ceulx que luy-meisme avoit là envoiés pour luy garder et enseigner,
ainsi comme ils avoient esté baillés à luy-meisme au temps Charlemaines son
père. Et quant ils les eurent hors boutés, si s'abandonnèrent à faire leurs
grans desloyautés parmi le royaume, toutes rapines et homicides si comme il
est apparent, et comme savent ceux qui encore sont vivant. En toutes
manières voulloit que l'enfant feust saintement nourri et enseigné, si
qu'il peust prouffiter à soy et aux autres. Si luy souvenoit de cil qui ne
vouloit donner terres à ses fils tant comme ils estoient jeunes; et quand
on luy en parloit, il se excusoit en telle manière: «Je ne suis pas tant
esmeu par envie contre mes enfans que j'ay engendrés de moy, que je veuille
qu'ils ne soient à grant honneur. Mais pour ce, je scai bien que l'on
admoneste légièrement à si jeunes gens de faire cruaulté, et ceux qui sont
jeunes volontiers si accordent et assez légièrement.» Vers le mois de
septembre s'en alla l'empereur à Chalon. Là assembla parlement si comme il
avoit ordenné. Là fu traitié des besoignes de sainte Église et des
besoignes du royaume communes et privées.

Après ce entendit et ordenna du royaume d'Acquitaine; de la cité de Chalon
se partit, si estoit Loys avecques luy, l'emperéris Judith et Charles son
fils, à grans compaignies de princes et de peuple. Le fleuve de Loire
trespassa et s'en ala à Clermont en Auvergne. Là furent venus ses amis et
ceulx qui loyauté luy portoient. Liément et débonnairemient le receurent.
Et puis voult qu'ils féissent serement de loyauté à Charles son fils.
Aucuns de ceulx qui ne voulloient avant venir fist prendre pour ce
meismement que ils ne voulloient avant venir, ains alloient entour la
route, espiant et faisant toultes et larrecins quant ils povoient. Jugier
les fist et justicier selon les loys. Tant demoura au païs pour ordenner
des besoignes du royaume que la Nativité approucha. La feste fist en la
cité de Poitiers.

[990]La meisme nuit vint à luy un messagier qui luy apporta nouvelles que
son fils Loys avoit assemblé Saisnes et Thoringiens, et estoit entré moult
esforciement en Alemaigne. De ces nouvelles fu l'empereur si troublé, qu'il
en receut en soy une maladie, car il estoit de grant aage et de fleumatique
complexion, qui plus habunde en yver que en esté. Si avoit autres
enfermetés dedans le corps et la douleur des nouvelles qui moult le
tourmentoient, jà soit ce qu'il feust débonnaire oultre manière d'homme.
Mais le grant cuer de luy qui oncques ne fu pour nulle adversité brisié, et
ce qu'il véoit sainte Églyse troublée et le peuple crestien en persécucion,
le fist fort à souffrir toutes adversités pour l'amour de nostre Seigneur.

      Note 990: _Vita Ludovici Pii.--LXII._

Quant ce vint vers le caresme, que les saintes jeunes durent commencier, il
appareilla son ost pour ostoier en Alemaigne contre son fils Loys. Si le
grevoit plus pour ce qu'il souloit tout ce saint temps despendre en matines
et en jeunes et en oraisons et aumosnes; et il le convenoit ostoier et
chevauchier en armes par le païs, né ne voulloit avoir un seul jour de
repos pour la cure qu'il avoit de sainte Églyse ramener à pais et à
concorde. Car il faisoit à l'exemple du bon pasteur qui pas ne doubte à
abandonner son corps à martire pour la délivrance de ses ouailles: dont
l'en ne doibt pas doubter qu'il ne ait les mérites receues, quant le
souverain des pasteurs promet grant loier à ceulx qui ainsi travaillent
pour l'amour de luy. A Ais-la-Chapelle s'en vint à grant travail de son
corps et meismement pour la maladie qu'il sentoit. Droit à la sollempnité
de Pasques vint là. Après la feste, se mist à la voie pour accomplir la
besoigne pour quoi il estoit meu: le Rin trespassa et s'en alla en
Thoringe, où il avoit entendu que Loys estoit. Mais quant il sceut que son
père venoit si efforciement, il ne l'osa attendre, ains se mist à la fuite
par Esclavonie, et par là retourna en Bavière. Et l'empereur assembla
parlement en la cité de Garmaise. Si envoia endementiers en Italie à son
fils Lothaire, et luy manda qu'il venist à son parlement pour traitier de
ce et d'autres choses. Charles son fils et l'emperéris estoient demourés en
France, et conversoient adoncques au royaume d'Acquitaine.

_Incidence._ Droit en ce temps fu éclipse de soleil universel, tel que
entre l'éclipsé et la nuit n'a voit point de différence. Et jà soit ce
qu'il feust[991] doulx et débonnaire selon nature, si eut-il fin triste et
douloureuse. Car il fu par ce signifié que celle grant lumière qui luisoit
au monde dessus le candelabre, se devoit départir en ténèbres et en
tribulations. Car il commença lors à afleboier et à perdre le boire et le
mangier, puis à sangloter et à souspirer et à deffaillir du tout. Et quant
il se sentit ainsi en foible point, il commanda que on lui tendist ses
paveillons en une isle de lès la cité de Maïence. Lors si defaillant fu de
ses membres qu'il accoucha du tout au lit.

      Note 991: _Qu'il feust._ Que l'éclipse.

Qui pourroit raconter la cure qu'il avoit de sainte Églyse et la joie qu'il
avoit quant il la véoit en bon estat, et la douleur aussi et la compassion
qu'il avoit de sa tribulacion? Qui pourroit nombrer les larmes qu'il
respandoit en priant nostre Seigneur pour le confort de sainte Églyse? Il
ne se doutoit pas pour ce qu'il trespassoit de ce siècle, mais pour les
tribulacions qu'il sentoit qui estoient à venir après sa mort, et disoit en
se complaignant: «Las pourquoi est ma vie fénie en telle tribulacion et en
telle persécution de paix et de concordance.» Là estoient présens mains
vaillans prélas pour lui reconforter et mains autres sergens nostre
Seigneur. Entre les autres estoit Henry[992], arcevesque de Trèves;
Othogaire, arcevesque de Maïence, et Dreues son frère, arcevesque de Mez,
et arcichapellain du palais. Et en tant comme il estoit plus son prouchain,
de tant se fioit-il plus en luy; c'estoit celluy à qui il se confessoit
chascun jour, à qui il offroit à Dieu le sacrifice de vrai cuer contrit.
Par quarante jours ne prist oncques aultre viande que le corps du Sauveur,
en regraciant et loant la justice de nostre Seigneur, et en disant: «Sire
Dieu, tu es juge droiturier; car pour ce que je n'ai pas jeuné la
quarantaine, je te rends orendroit ces jeunes commandées.

      Note 992: _Henry._ Le latin peut-être corrompu ou mal édité porte:
      _Heti_.


XXIV.

ANNEE: 840.

_Coment l'empereur fist aporter tous ses joiaus devant luy pour départir
aux églyses. Coment il donna sa couronne et s'espée à Lothaire, pour ce
qu'il amast et soustenist Judith sa femme et Charles son fils. Comment il
se complaint de son fils Loys. De son trespassement, et coment Dreues son
frère, évesque de Mez, fist le corps porter à Mez, et noblement
ensépoulturer en l'églyse Saint-Arnoul._

Lors commanaa à Dreues, son frère, qu'il féist venir devant luy tous les
chambellens du palais et les menistres, et voult que tous ses joyauls et
ses meubles feussent escris, en quelque chose que ce feust: en escrins, en
or, en couronnes ou en pierres ou en armes, en livres, en vaisseaux et en
draps de soie ou en ornemens d'églyses. Pour ce le faisoit qu'il voulloit
savoir qu'ils pourroit donner aux églyses, aux povres et aux menistres du
palais; et, au derrenier, que il pourroit donner à ses deux fils Lothaire
et Charlon. A Lothaire donna sa couronne et s'espée par telle condicion
qu'il portast foy et loyauté à sa femme Judith et à Charlon son frère, et
qu'il luy laissast en paix sa partie du royaume, telle comme il luy avoit
donnée devant les princes du palais, ainsi comme luy-meisme estoit tenu à
tenir et à garentir par son serement.

Après ce qu'il eut ainsi ordenné de toutes ces choses, il rendit graces à
Dieu de ce que riens propre ne luy demouroit. Son frère, l'évesque Dreues,
et les autres prélas qui présens estoient, regracioient Dieu de ce qu'ils
véoient la fin du saint prudomme en telle dévocion et en telle
persévérence, sacrifiant à Dieu en vraie pacience les tribulations de ce
siècle. Si devoit avoir bien telle fin, car il avoit tousjours eue vie
aournée de vertus. Mais une chose y avoit qui un petit troubloit leur joie,
car ils se doubtoient qu'il ne voulsist son cuer apaisier envers Loys son
fils, qui tant de tribulacions lui avoit faites. Car ils savoient bien
qu'il l'avoit tant de fois courroucié et meismement en la fin de sa vie
qu'il en avoit grant ire et grant douleur au cuer. Toutes voies se fièrent
tant en la pacience de son doulx cuer qui oncques pour nulle adversité
n'avoit esté brisée qu'ils essaièrent légièrement sa pensée par l'évesque
Dreues son frère: car il ne voulloit refuser de nule chose qu'il voulsist.

Et quant l'évesque Dreues luy eut son fils ramerteu, il monstra premier par
semblant l'amertume et la douleur de son cuer. Mais après quant il fu
revenu petit à petit à sa pensée et il se fu efforcié de parler tant comme
il put, il commença à raconter et à nombrer les angoisses et les maulx
qu'il luy avoit fais et puis les mérites qu'il avoit desservis à faire
telles choses contre nature et contre le commandement nostre Seigneur.
«Mais pour ce,» dist-il, qu'il ne peut à moy venir, pour faire satisfaction
en tesmoing de Dieu et de vous qui ci estes présens, je luy pardoing tout
quanqu'il m'a meffait. Mais à vous,» dist-il, appartient de luy amonnester
que sé je luy pardone ce qu'il a tantes fois vers moy mespris, toutes voies
n'oublie-il pas les travaulx et les griefs qu'il m'a fais à la fin de ma
vie qui m'ont mené à la mort. Et qu'il n'oublie pas aussi ce qu'il a petit
prisié et mis en despit les commandemens de nostre Seigneur qui commande
qu'on porte honneur à son père et à sa mère.» [993]Après ces parolles il
commanda que l'en chantast Vigiles devant luy; si estoit samedi au soir. Et
puis commanda que l'en le seignast du signe de la sainte croix. Luy-meisme
prist la croix et fist signe sur son front et sur son pis. Et quant il
estoit las, il faisoit signe à l'évesque Dreues, son frère, qu'il le
préseignast.

      Note 993: _Vita Ludov. Pii.--LXIV._

Toute celle nuit demoura si foible que nulle vertu corporelle n'estoit en
luy, mais tousjours avoit pensée saine sobre et attemprée et certaine
mémoire de sens naturel. Et au dimanche au matin commanda qu'on
appareillast pour chanter messe; et voult que l'évesque Dreues son frère la
chantast. Après la messe receut son Sauveur, et en un petit galice un pou
de son précieux sang. Lors pria son frère et tous les autres qu'ils
allassent mengier, et dist qu'il attendroit bien tant qu'ils feussent
revenus.

Après quant ils eurent mengié et ils furent revenus, il sentit que l'eure
de son trespassement approchoit. Il joingt le pouce au doi et fist signe à
Dreues, son frère, qu'il s'approchast de luy, car il faisoit adès[994]
ainsi, quant il le voulloit appeler. Quant luy et tous les autres prélas se
furent approchés de luy, il leur requist par signes et par parolles telles
comme il put qu'ils li donnassent leur benéiçon. Quant ce vint à celle
heure que l'ame se dut départir du corps[995], il tourna sa face à senestre
partie, et à toute la force du corps qu'il put en soy trouver, par manière
de grant indignacion, il dist: _Huz! huz!_[996] qui vault autant à dire
comme hors, hors: dont il appert que il vit le diable à celle heure; de
laquelle compaignie il n'eut oncques que faire né mort né vif. Après ce,
retourna sa face à destre partie et puis si leva les yeulx vers le ciel; et
de tant comme il regardoit plus horriblement à la senestre partie, de tant
regardoit-il à la destre plus liement, en telle manière que entre luy et un
homme qui rit n'avoit point de différence.

      Note 994: _Adès._ Toujours.

      Note 995: Le texte latin ajoute: _Ut plures me retulet_.

      Note 996: _Huz._ C'est, je pense, l'interjection dont on se sert
      encore pour faire avancer les bêtes de somme. _Hu!_ lequel mot,
      suivant le latin, _significat foras, foras_.

En ceste manière trespassa de ceste mortelle vie à la joie de paradis si
comme l'en croit certainement. Car (ainsi comme un sage maistre dit) cil
ne peut mauvaisement mourir qui tousjours a bien vescu. Le jour de son
trespassement fu en la douziesme kalende de juillet. Le temps de sa vie
soixante-quatre ans. Le temps du royaume d'Acquitaine trente-sept ans. Le
temps de son empire vingt-sept ans. Le temps de l'incarnation huit cent
quarante.

Quant il fu trespassé, Dreues son frère, l'évesque de Mez, et les autres
prélas, les abbés, les comtes et les barons[997] qui là estoient présens,
prindrent le corps et le firent mettre en terre à Mez à grant procession du
clergié et du peuple: en l'églyse Saint-Arnoul le fist son frère enterrer
honnourablement avec sa mère, la royne Hildegarde, qui léans estoit
ensépulturée.

      Note 997: _Les barons._ «Wassis dominicis.»

Au temps de cestuy empereur furent apportées les reliques en France de
saint Ypolite et de saint Tiburce, et mises honnourablement en l'églyse
Saint-Denis en France.


CI FINENT LES GESTES DU DEBONNAIRE ROY LOYS, ET LE SECOND VOLUME DES
GRANDES CHRONIQUES.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les grandes chroniques de France (2/6) - selon que elles sont conservées en l'Eglise de Saint-Denis" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home