Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Souvenirs et anecdotes de l'île d'Elbe
Author: Pons de l'Hérault, André, 1772-1853
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Souvenirs et anecdotes de l'île d'Elbe" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



at http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)



PONS (DE L'HÉRAULT)

SOUVENIRS ET ANECDOTES DE L'ÎLE D'ELBE

PUBLIÉS D'APRÈS LE MANUSCRIT ORIGINAL

PAR

Léon G. PÉLISSIER

Docteur de l'Université de Lyon

Professeur adjoint à l'Université de Montpellier

PARIS

E. PLON, NOURRIT et Cie, IMPRIMEURS-ÉDITEURS

1897

     _Al caro e gentile amico

     Barone ALBERTO LUMBROSO

     valentissimo scrittore e propugnatore degli studi Napoleonici nell'
     Italia

     Omaggio del devotissimo suo

     L. G. P._



SOMMAIRE


INTRODUCTION

PREMIÈRE PARTIE: SOUVENIRS DE LA VIE DE NAPOLÉON À L'ÎLE D'ELBE

CHAPITRE PREMIER

Le 3 mai 1814.--Arrivée de Napoléon à l'Île d'Elbe.--Débarquement des
commissaires.--Leur entrevue avec le général baron
Dalesme.--Préoccupations religieuses du général Drouot.--Députation
envoyée à l'Empereur.--Pons en fait partie.--Manque d'enthousiasme des
fonctionnaires français.--Situation morale de Pons, républicain,
vis-à-vis de l'Empereur.--La députation à bord de
l'_Undaunted_.--Faiblesse du général Bertrand.--Première entrevue avec
Napoléon.--Le petit chapeau de marin.

CHAPITRE II

Napoléon, de Fontainebleau à Porto-Ferrajo.--Adieux à la vieille
garde.--Les maréchaux fidèles.--Passage à Lyon.--«Adieu, la gloire de la
France!»--Entrevue de Napoléon et d'Augereau.--Mot de l'Empereur sur la
«Proclamation» d'Augereau.--Dangers que court l'Empereur à Avignon.--Sa
pendaison en effigie à Orgon.--L'auberge de La Calade.--Dignité de sa
réception à Aix.--Séjour au château du Bouillidou.--Napoléon à
Fréjus.--Sieyès et Tacite.--Embarquement sur l'_Undaunted_.

CHAPITRE III

Préparatifs de la réception de l'Empereur à Porto-Ferrajo.--Le pavillon
elbois proposé par Pons.--Prise de possession de l'île.--Reconnaissance
du pavillon.--Actes officiels.--Audience donnée au colonel
Vincent.--Promenade de l'Empereur à Magazzini.--Mésaventure du
commandant Usher.--«Vive le roi d'Angleterre!»--Débarquement solennel de
l'Empereur.--Procession et Te Deum.--Napoléon à l'Hôtel de
ville.--Réception des autorités.--Plaisanteries de l'Empereur à
l'archiprêtre de Campo.--Sévérité de ses paroles au maire de
Marciana.--Audience secrète à deux personnages mystérieux.--Fête de
nuit.

CHAPITRE IV

Visite de Napoléon aux mines de Rio.--Premiers froissements entre
l'Empereur et Pons.--Les fleurs de lis du parterre.--L'enseigne
Taillade.--Le pavillon elbois et celui des Appiani.--Opérations
maritimes.--Promenade de l'Empereur avec Pons.--Le madère, friandise
impériale.--Conversation de l'Empereur.--Le Monte Volterrajo et ses
légendes.--Platitude du maire de Rio-Montagne.--Retour à
Porto-Ferrajo.--Faute d'étiquette de Pons.--Il reste à la tête des
mines.--Début de ses relations amicales avec Drouot.

CHAPITRE V

Premiers jours du règne de Napoléon.--Mandement d'Arrighi.--Choix d'une
résidence impériale.--Réserve de Napoléon à l'égard du général
Dalesme.--Conversation sur le roi Joseph.--Réceptions des autorités et
des administrations.--Inspection du clergé.--Le colonel Vincent.--Visite
des fortifications.--Prise de possession des mines.--Respect de
l'Empereur pour le travail.--L'_oeuf à la mouillette_ du colonel
Vincent.--Opinions de l'Empereur sur sa mère, sur la princesse
Pauline.--Espoir de la prochaine arrivée de Marie-Louise.--Le portrait
du «pauvre petit chou».

CHAPITRE VI

Organisation générale de l'île d'Elbe.--L'armée.--Le bataillon
franc.--Le corps de cadets.--Les services privés.--Bertrand et
Drouot.--Le trésorier Peyrusse.--Le docteur Foureau de Beauregard.--Le
service intérieur.--Les chambellans.--Les officiers d'ordonnance.--Le
premier officier Roul.--Le lieutenant de gendarmerie Paoli: son
incapacité, son ingratitude.--Le vicaire général Arrighi.--Le juge
Poggi, policier secret.--Visite de Napoléon à Longone.--La curiosité des
Anglais; mot de Napoléon.--Visite contremandée.--M. Rebuffat, bouffon
moraliste.

CHAPITRE VII

Administration des mines de Rio par Pons de l'Hérault.--Il sauve les
revenus de la mine en 1814.--M. de Scitivaux.--La discussion au sujet
des revenus des mines de Rio.--La question des farines: essai de
distribution de mauvais pain aux mineurs.--Napoléon et les
ouvriers.--Pons socialiste.--Entêtement honorable de Pons.--Intervention
de Drouot et de Peyrusse.--Remplacement de Pons demandé par Madame
mère.--Les amis de Pons à la cour elboise.

CHAPITRE VIII

Deuxième visite de Napoléon aux mines de Rio.--Scène violente entre
Napoléon et Pons.--Promenade en montagne.--Le champagne de
l'Empereur.--Armistice.--L'avis de Lacépède.--L'abbé de Pradt, grand
chancelier de la Légion d'honneur.--Pons en Toscane.--M. de
Scitivaux.--Son opinion sur le retour prochain de l'Empereur en
France.--Lettre de Pons à l'Empereur.--Nouvelle conversation.--Pons
conquis par l'Empereur.

CHAPITRE IX

Promenades de Napoléon dans l'île d'Elbe.--Pétitions singulières.--Un
_confrère_ de l'Empereur.--Opinion sur le colonel Campbell et le général
Koller.--Conversation de Napoléon sur la campagne de France.--Révélation
du maréchal Bubna sur la paix de Dresde.--Rôle ambigu du capitaine de
Moncabrié.--Retour en France des Français de l'île, du général Dalesme
et du colonel Vincent.--Arrivée de la garde.--Arrivée de la princesse
Pauline.--Organisation des résidences impériales.--San-Martino.--Saisie
des meubles du palais de Piombino et du prince Borghèse.--Expédition de
vaisseaux chargés de minerais en Toscane.--Reconnaissance du pavillon
elbois par le Saint-Siège.--Hostilité du prince de Canino.--Visite
détaillée de l'île d'Elbe par Napoléon.--Exploitation des madragues et
salines.--Carrières de marbre.--Établissement d'ateliers de
sculpture.--Les sculpteurs Bartolini et Bargigli.

CHAPITRE X

L'étiquette impériale.--Visiteurs de l'île d'Elbe.--Une cavalcade
d'Anglais insolents.--Une dame anglaise.--Intrigues du colonel
Campbell.--Tentative de corruption sur Pons.--Arrivée d'officiers
français, corses et polonais.--Bertolosi, Colombani, Lebel, Bellina,
Tavelle.--Le _colonel_ Tavelle, gouverneur de Rio.--Le général
Boinod.--Aventure amusante du général Boinod avec M. Rebuffat de
Longone.

CHAPITRE XI

Un provocateur: le chevalier de l'ordre du Lys.--Tentatives
d'assassinat, réelles ou supposées, de l'Empereur.--Le général
Brulart.--Mésaventure d'un magistrat corse.--Rôle prêté à un officier
supérieur.--Un juif de Leipzig.--Attitude du commandant Tavelle.--Les
algarades de Cambronne.--Accueil fait à un vaisseau napolitain; à un
officier.--Stabilité du gouvernement elbois.--Mariages
d'officiers.--Aventure du général Drouot et de Mlle Vantini.--Mariage du
pharmacien Gatti.


DEUXIÈME PARTIE: ANECDOTES DE L'ÎLE D'ELBE

CHAPITRE PREMIER: NAPOLÉON SOUVERAIN DE L'ÎLE D'ELBE

     I.--La première époque du règne de Napoléon.--Voyage de Pons en
     Toscane.--Le grand-duc Ferdinand III.--Fossombroni.--L'église
     Saint-Napoléon.--Les subsides et Talleyrand.

     II.--L'Empereur homme public et homme privé.--Les ambitions
     successives de Napoléon.--Le tribun Curée et les républicains du
     Palais-Royal.--Religion de l'Empereur.--Son savoir, sa bonhomie,
     son goût des commérages.

     III.--Isolement de l'Empereur.--Service intérieur: les soirées.--Le
     service.--Marchand.--Saint-Denis.--Affaire de Gilles avec le
     capitaine Cornuel.

     IV.--La Porte de Terre.--Une Aspasie française.--L'escorte de
     l'Empereur.--Les secrets de l'Empereur.--La formation des nouvelles
     à l'île d'Elbe.--Les dictées de l'Empereur.

     V.--Napoléon souverain.--Les impositions.--Capoliveri et Rio.

CHAPITRE II: LA FAMILLE, L'ENTOURAGE ET LES VISITEURS DE NAPOLÉON.

     I.--Madame Mère.--Les Corses.--Arrivée de la mère de
     l'Empereur.--Son installation.--Le jeu de l'Empereur.--Ambition des
     Corses.--Favoritisme de Madame.--Monopole demandé pour les Corses.

     II.--Marciana.--Mme Walewska.

     III.--Mme Bertrand: sa vie retirée.--Séjour à l'Elbe du frère du
     général Bertrand, son voyage à Rome.--Portrait de Marie-Louise et
     du roi de Rome apportés à Napoléon.

     IV.--Les dames: La comtesse de Rohan-Mignac.--Mme Dargy.--Mme
     Giroux.--Mme Filippi.--M. Guizot.

CHAPITRE III: LES FÊTES ET LES DISTRACTIONS IMPÉRIALES.--LA PRINCESSE
PAULINE.

     I.--Les fêtes.--Fête patronale de San Cristino.--Banquet de la
     garde nationale et de la garde impériale.--Bals au palais.--La
     Saint-Napoléon.--Fête du roi Georges d'Angleterre.

     II.--Arrivée de Pauline Borghèse.--Son rôle à l'île d'Elbe.--Bal au
     théâtre.--Suite des fêtes données par l'Empereur.--Mots de Napoléon
     sur la Marseillaise.--Maladie imaginaire de Pauline.--Anecdotes sur
     elle.--Carnaval-mascarade de la garde.

     III.--Théâtre.--Création d'une salle de spectacle.--Association de
     propriétaires.

CHAPITRE IV: LES PROMENADES ET EXCURSIONS DE NAPOLÉON.

     I.--Le cap Stella.--Chasse réservée de l'Empereur.--Amusements de
     l'Empereur.--Prétendue décadence de l'Empereur.--Les jeux
     innocents, les commérages.--La pêche au cap Stella.--Une farce de
     Napoléon au général Bertrand.--Une bouillabaisse.

     II.--Deux journées à Rio.--Promenade au Monte Giove.--La
     pêche.--Chargement des bâtiments.--Horreur de Napoléon pour les
     vêtements noirs.--L'ermite de Monte Serrato.--Les caroubiers de M.
     Rebuffat.

CHAPITRE V: LES TRAVAUX DE L'ÎLE D'ELBE.

     I.--Les palais impériaux.--La maison de Pons à Rio.--Réception de
     lord Bentinck.

     II.--Visite de l'Île par l'Empereur.--La
     Pianosa.--Palmajola.--L'approvisionnement de l'Île.--Propagation de
     la pomme de terre.--Industries locales.

     III.--Port de Rio.--Projet de Pons.--Napoléon ingénieur.--Napoléon
     mis en selle.

     IV.--Les projets de M. Bourri.--Les hauts fourneaux de Rio.

     V.--Les plantations.--Les lazarets.--Oliviers et mûriers.--La forêt
     de Giove.--Un plan de Napoléon pour le reboisement des montagnes de
     France.--La guerre sanitaire de Livourne et Porto-Ferrajo.

     VI.--Résumé des travaux.--Défense de l'Île.

CHAPITRE VI: LES CONQUÊTES DE NAPOLÉON.

     I.--Palmajola.--L'artillerie de M. de Noailles.

     II.--La Pianosa.--Plan de colonisation.--Affection de l'Empereur
     pour les Génois.--L'approvisionnement de l'île.--Riposte de M.
     Traditi.

     III.--Un bâtiment barbaresque.--Le «Dieu de la terre».--Un renégat
     du Gard.

CHAPITRE VII: L'ARMÉE DE NAPOLÉON.

     I. La garde impériale.--Sa formation.--Voyage de Fontainebleau à
     Livourne.--Réception de la garde.--Les officiers de la garde.--Le
     lieutenant Noisot.

     II.--Le lieutenant Larabit.--Sa querelle avec le commandant
     Gottmann.

     III.--Le bataillon corse.--Son mauvais esprit.--Les désertions.

     IV.--La compagnie d'artillerie.--Le capitaine Cornuel.--Le
     capitaine Raoul.--Un brave de Sambre-et-Meuse.

     V.--L'hôpital.--Réunion de l'hôpital civil à l'hôpital militaire.

     VI.--Marine militaire.--L'_Inconstant_.--Le commandant
     Taillade.--Voyages de l'_Inconstant_.--Chautard.--Sarri.

CHAPITRE VIII: L'IDÉE DU RETOUR EN FRANCE.

     I.--Les trois lettres.--Lettre de Masséna.--Lettre de
     Cambon.--Pourquoi Cambon ne fut pas ministre de l'Empire.--Une
     lettre anonyme de la direction de la police.

     II.--Une lettre de Verdun.--L'opinion populaire.--Le plan de
     campagne d'un caporal marseillais.

     III.--Départ de l'île d'Elbe.--Projet de transport de Napoléon à
     Sainte-Hélène.--Inexécution du traité de Paris.--Projets ou
     tentatives d'assassinat.--Formation d'une flottille
     expéditionnaire.--Provocations.--Circulation de la flotte marchande
     elboise.--Lucien Bonaparte.--Visite de Mme Walewska.--Fleury de
     Chaboulon.--Les jardins de la garde.--Le jour du départ.--Le
     gouverneur général de l'île d'Elbe.--L'embarquement.



INTRODUCTION


Il n'est pour ainsi dire pas un témoin du règne de Napoléon à l'île
d'Elbe qui n'ait tenu à honneur d'écrire ses souvenirs sur cette
mémorable époque. Presque tous, amis ou ennemis, ont écrit des mémoires,
ont laissé des correspondances, ont conservé des documents utiles pour
son histoire. Son trésorier Peyrusse a sauvegardé tous les registres de
la comptabilité impériale[1]; le fidèle Bertrand et le secrétaire
Rathery ont préservé les minutes de ses lettres administratives et son
registre d'ordres[2]; les officiers de sa garde, depuis les plus
intelligents, tels que Combe et Mallet, jusqu'aux moins instruits, tels
que Monier ou Labadie, ont, sous une forme plus ou moins naïve, rédigé
leurs impressions, leurs aventures, tous les incidents de la vie de leur
héros. Nous avons les témoignages de ses surveillants, Waldburg
Tuchsess, sir Neil Campbell, de ses espions,--le consul Mariotti, le
«marchand d'huiles» de Livourne[3], les agents toscans,--de ses sujets
elbois, Foresi, Rebuffat[4]; les simples visiteurs de l'Empereur ont
relaté le souvenir de leurs conversations, de leurs entrevues, de leurs
audiences, tels le comte Litta, lord Ebrington, Fleury de Chaboulon.
Tous ces documents sont aujourd'hui imprimés et connus; mais, si connue
que l'on estime que soit la vie de Napoléon Ier à l'île d'Elbe, et si
abondants que soient déjà nos renseignements sur cette courte période,
la vaste enquête poursuivie sur l'Empereur et l'Empire par l'impartiale
histoire ne nous semble point close encore, et les moindres dépositions,
si elles contribuent à contrôler, à confirmer les témoignages acquis
antérieurement à la plus célèbre des causes, sont dignes qu'on les
enregistre et qu'on les signale. À ce bel ensemble d'informations
minutieuses manque jusqu'à présent le récit qu'a laissé du règne de
Napoléon à l'île d'Elbe un de ses compagnons d'exil, un de ceux que l'on
nous montre «escortant la petite voiture de l'Empereur que ses chevaux
menaient au pas[5]» jusqu'au port, le soir mémorable du dimanche 26
février 1815,--un de ses sujets elbois, fonctionnaire de son
administration, puis conseiller de son gouvernement, aide de camp naval
de son retour, Pons de l'Hérault.

Presque complètement oublié aujourd'hui, André Pons, dit Pons de
l'Hérault, né à Cette en 1772, mort en 1858, mérite cependant mieux que
les courtes notices où le restreignent avec avarice les dictionnaires
biographiques. Je ne veux point esquisser ici de cet original et
sympathique personnage une biographie que je donnerai ailleurs avec les
pièces originales et tout le détail nécessaire: il suffira de rappeler
que, fils d'un pauvre aubergiste espagnol, André Pons était à moins de
vingt ans capitaine au cabotage, et qu'entraîné ensuite par les
événements, il fut tour à tour officier de marine, commandant
d'artillerie, prisonnier d'État, homme d'affaires, homme politique,
directeur d'exploitation minière, chargé de missions secrètes, préfet de
l'Empire et de la monarchie de Juillet, conseiller d'État de la deuxième
République. S'il n'a, du reste, joué qu'un rôle accessoire dans les
affaires diverses auxquelles il s'est trouvé mêlé, s'il est, somme
toute, resté un comparse dans l'histoire de son temps, la destinée lui a
cependant ménagé une heure où il a touché à l'histoire, et à la plus
grande. Devenu, par la protection de Lacépède, directeur des mines de
l'île d'Elbe[6], Pons se trouvait en résidence à Rio-Marine quand
Napoléon débarqua dans son impérial asile. Quoique républicain,
ci-devant robespierriste, socialiste de tendances, et ennemi de
l'Empereur qu'il avait connu à Toulon simple commandant d'artillerie,
Pons fut, après quelque résistance, assez vite dompté par la séduction
et le génie du maître. Devenu son fidèle et dévoué serviteur, il revint
en France avec Napoléon, fut chargé d'une négociation délicate et
dangereuse avec Masséna à Marseille, emprisonné au château d'If sous la
pression des royalistes marseillais, et ne fut remis en liberté qu'après
la rentrée de l'Empereur à Paris. À la seconde Restauration, Pons, que
l'Empereur avait nommé préfet du Rhône, dut abandonner ses fonctions et
fuir sa patrie. Sa carrière rentre alors dans la demi-obscurité qu'avait
dissipée un moment le reflet de la gloire impériale, et s'y prolonge
jusqu'en 1858, tourmentée, aventureuse, victime de la probité et de la
raideur de ses convictions autant que des circonstances extérieures.

Dans cette retraite forcée de quarante ans, Pons de l'Hérault, qui déjà
s'était signalé sous le Directoire par un retentissant pamphlet[7], se
découvrit une vocation littéraire et se donna une mission historique: il
voulut préparer, en réunissant ses souvenirs, ses réflexions, les notes
et les documents que lui fournissaient ses anciens amis, un grand
travail d'histoire et d'apologétique sur Napoléon, et particulièrement
sur le règne éphémère de Napoléon à l'île d'Elbe. De ces études n'a été
publiée par lui que la moindre partie, de minces et très fragmentaires
chapitres de son grand ouvrage, un _Essai sur le Congrès de Châtillon_,
et une étude sur _La bataille et la capitulation de Paris_[8], qu'il ne
pardonnait pas, comme on peut le penser, au maréchal Marmont. Tout le
reste est demeuré à l'état de brouillons, de copies maintes fois
retranscrites, de notes éparses, de fiches à demi rédigées, dans un
incroyable désordre.

Tous ces manuscrits,--ce fatras, si l'on veut,--sont aujourd'hui
conservés à la bibliothèque de Carcassonne. Elle les doit à l'un des
hommes qui ont le plus contribué à l'enrichir, M. Cornet-Peyrusse[9].
Comment celui-ci sut-il que ces manuscrits prêtés par Pons à diverses
personnes, entre autres à M. de Cormenin fils[10], se trouvaient, lors
de la mort de leur auteur, entre les mains de M. le conseiller d'État
Marbeau? Je l'ignore, de même que j'ignore pourquoi ces papiers n'ont
pas été restitués aux filles de l'auteur, Mlles Herminie et Cécile Pons.
Toujours est-il qu'en 1870 M. Marbeau les communiqua à M.
Cornet-Peyrusse, de Carcassonne[11]. Celui-ci, gendre et héritier du
trésorier Peyrusse, avait hérité aussi son culte pour l'Empereur et
voulait écrire, d'après les documents administratifs laissés par
Peyrusse, une histoire générale de Napoléon à l'île d'Elbe. Des lettres
de Pons à Peyrusse, qui existent encore dans les archives personnelles
de celui-ci[12], lui ayant révélé l'existence des souvenirs et des
collections de documents du premier, il put, comme je viens de le dire,
en retrouver la piste, en recevoir communication, et enfin se faire
donner par M. Marbeau l'autorisation de déposer tous ces papiers de Pons
de l'Hérault à la bibliothèque de sa propre ville[13]. Il y a bien du
mélange dans ce dépôt: à côté de liasses importantes de notes
historiques, on y trouve des «rêves politiques et militaires», des
«idées sur le gouvernement de la Toscane», des journaux de voyage en
Italie[14], des comédies rimées, des poésies en français et en
languedocien, le début d'une «étude comparée du Directoire avec le
régime impérial»: tout ceci n'a réellement qu'une très médiocre valeur.

Telle qu'elle est cependant, la collection des papiers de Pons de
l'Hérault forme avec ceux des frères André et Guillaume Peyrusse un
fonds important pour l'histoire de Napoléon, fonds longtemps méconnu,
mais que l'on commence à mettre en valeur. Les plus importants de ces
manuscrits de Pons sont les oeuvres relatives au séjour de Napoléon à
l'île d'Elbe: le _Mémoire aux puissances alliées_ que je publierai
ultérieurement[15], et l'_Essai sur le règne de Napoléon à l'île
d'Elbe_, qui fait l'objet du présent volume.

Le manuscrit de _l'Essai sur le règne de Napoléon à l'île d'Elbe_ se
compose de trois grosses liasses de fiches à peine classées, et dont
l'aspect suffit à déceler un brouillon déjà retouché et remanié à
plusieurs reprises. On y trouve des traces de ratures et de coupures,
des espaces préparés pour recevoir des notes qui manquent encore, des
répétitions de pages entières, parfois des lacunes dans la suite du
manuscrit. Ces défauts sont du reste bien plus sensibles dans la
troisième liasse que dans les deux premières. Il était impossible de
publier ces documents dans leur état original; il fallait en quelque
sorte constituer ou reconstituer le texte, élaguer des réflexions
oiseuses, de fâcheux effets de style, abréger certaines narrations trop
complaisamment étendues, choisir entre les diverses variantes.

Il existe en effet de certains passages des souvenirs de Pons des
versions différentes qui montrent avec quelle conscience cet honnête
homme s'essayait au métier d'historien. Il s'y efforce de serrer de plus
en plus près la vérité, et, d'autre part, dans son texte définitif, il
retranche certaines affirmations qui, après réflexion, lui semblèrent
excessives. Je ne citerai qu'un exemple de ce travail de revision,
portant sur le récit des assassinats tentés ou projetés contre
l'Empereur: Pons l'avait rédigé d'abord pour le placer dans un article
de journal qu'il n'acheva pas, puis l'a rédigé à nouveau pour l'insérer
dans son ouvrage. La première rédaction subsiste. On voit que le récit
est identique dans les deux versions, mais qu'il y a de légères
différences entre les deux. Ainsi, dans la première, Pons, parlant de
l'émissaire de Brulart[16], dit que «ce brigand avait assassiné
trente-deux personnes». Ce brigand est devenu dans la seconde version un
«assassin redoutable qui a commis plusieurs assassinats», ce qui est
moins romanesque que le chiffre précis donné d'abord, et quelque peu
suspect. Dans la première version, Pons rapporte que l'Empereur lui
prescrivit de ne rien négliger pour _opérer_ l'arrestation du général
Brulart; dans la seconde, avec plus de sagesse, de modestie et de
vraisemblance, Pons est seulement chargé de «s'entendre avec Masséna
pour arrêter Brulart». L'affaire du magistrat est racontée en quelques
lignes seulement dans la première version; l'auteur l'a amplifiée dans
la seconde, mais sans en modifier aucun détail caractéristique.
L'officier supérieur dénoncé par Suchet est accusé, dans la première
version, de vouloir _empoisonner_ l'Empereur: il y a seulement
_assassiner_ dans la seconde. Enfin, dans l'histoire du juif de Leipzig,
la première version contenait la citation d'un mot de l'Empereur que
Pons n'a pas conservé dans la seconde: «On ne se venge pas d'un crime
par un autre crime, faisait-il dire à l'Empereur, et égorger même un
assassin est toujours un crime.» La suppression de ce mot généreux
indique-t-elle que Pons n'était plus assez sûr de son authenticité?
L'examen de ces variantes prouve en effet que Pons n'a pas toujours
rapporté avec une fidélité textuelle les paroles de l'Empereur. La
comparaison des deux versions de son dialogue avec lui sur _Télémaque_
est instructive à cet égard[17]: il ne reproduit identiquement que les
mots les plus essentiels de Napoléon; pour l'ensemble de la
conversation, il ne donne que le dessin général. Cette constatation
n'est pas sans prix, car elle empêchera d'attribuer sans réserves à
Napoléon des mots et des paroles peut-être retouchés par Pons de
l'Hérault, et qui ont perdu à cette traduction un peu de leur solidité
d'airain et de leur _imperatoria brevitas_. Et, puisqu'il s'agit de
l'authenticité des paroles de Napoléon, signalons ici ce que rapporte
Pons des dictées de l'Empereur[18]. La façon abrégée dont il dit que
Bertrand recueillait les propos et les ordres de son maître, est assez
propre à modifier l'opinion reçue sur les talents épistolaires de
l'Empereur.--Il n'y a donc pas de détails importants à regretter dans
les variantes, ni dans les petits fragments de texte de Pons que j'ai dû
laisser tomber. Relevons-y cependant, pour ne rien omettre, un court
récit de la tempête essuyée par Napoléon à son premier voyage à la
Pianosa[19], lequel a disparu, peut-être par un oubli de Pons, de la
version définitive: l'anecdote a son intérêt.

En le dégageant de ces broussailles et de ces broutilles, ce n'est
cependant pas le texte intégral du manuscrit de Pons que je donne ici.
Ce manuscrit se divise en deux parties: les deux premières liasses
beaucoup plus complètement rédigées que la troisième,--et même, hélas!
plus écrites!--forment un récit continu. Mais Pons, qui avait du loisir
et qui aimait à reprendre les choses de longueur, a cru nécessaire, pour
expliquer la domination impériale dans l'île, pour replacer l'Empereur
dans son milieu, de donner une description géographique et géologique du
pays, de décrire en détail les moeurs des habitants, non sans rapporter
quelquefois des détails très intimes et non moins pittoresques, et de
raconter par le menu les vicissitudes de l'histoire de l'île d'Elbe
pendant la Révolution. Cette description géographique, cette chronique
minutieuse des révolutions elboises n'offrent vraiment qu'un intérêt
tout local ou de pure érudition. On ne pouvait guère les infliger au
grand public; les curieux sauront les retrouver dans les publications
spéciales qui les ont accueillies[20]. Je n'ai retenu et ne publie ici
que l'introduction générale de Pons de l'Hérault[21] et la portion de
son ouvrage relative spécialement au séjour de Napoléon dans l'île
d'Elbe: c'est cette suite qui compose ici les _Souvenirs sur Napoléon à
l'île d'Elbe_, la première partie de ce livre. Quant à la troisième
liasse du manuscrit, elle se présente au lecteur dans un état assez
différent des premières. On y a réuni une série de notes, sans lien
entre elles, relatives à divers épisodes du gouvernement, à diverses
scènes de la vie privée de Napoléon. Écrites elles aussi sur ces larges
fiches rectangulaires qu'affectionnait Pons, elles ont été placées sans
classement à la suite les unes des autres, et quelques-unes seulement
ont reçu des titres de la main de Pons de l'Hérault[22]. On a joint et
confondu avec ces notes qui s'annexaient évidemment à l'essai précédent
deux moindres paquets composés de fiches analogues, et intitulés, l'un:
_Première époque_; l'autre: _Troisième article_. Le premier contient la
division du règne elbois de l'Empereur en quatre périodes; l'autre, le
récit des préparatifs de la rentrée en France; celui-ci est signé: _Un
compagnon d'infortune de l'empereur Napoléon_. Ces deux fragments se
distinguent des autres notes à l'emphase plus grande, à l'abondance
encore plus prolixe du style, à la solennité que met Pons à se désigner
à la troisième personne, et sous son titre: «M. l'administrateur général
des mines»; il est probable que Pons destinait ces fragments à quelque
journal; il est même possible qu'ils aient été imprimés. Il m'a semblé
naturel et nécessaire de les réintégrer à leur place probable dans la
suite de ces fragments, d'où Pons ne les avait peut-être détachés que
provisoirement. Tous ces fragments épars[23] sont groupés ici dans la
seconde partie du volume sous le titre d'_Anecdotes de l'île d'Elbe_. Il
m'a semblé non moins naturel de modifier le titre quelque peu ambitieux
que l'honnête Pons avait donné à son projet d'ouvrage, et puisque son
Essai n'a abouti en réalité qu'à être une suite de souvenirs et
d'anecdotes, de le dire dès l'abord et de le désigner sous ce nom.

L'authenticité de ces souvenirs est indiscutable. De l'aveu de Pons de
l'Hérault lui-même, soit ici, soit dans ses lettres à Peyrusse ou à son
frère aîné, nous savons qu'il composait des Mémoires. Le manuscrit que
nous possédons est d'ailleurs l'original, où s'étale, sans qu'il soit
possible de la méconnaître ou de la confondre avec aucune autre, la
large, solennelle et majestueuse écriture de «M. l'administrateur
général», fertile en inimitables fioritures, en majuscules
grandiloquentes, aimant à s'espacer dans la longueur apprêtée des
lignes.

Mais quels sont les _Souvenirs_ que nous a conservés cet authentique
manuscrit? Dès les premières lignes de son ouvrage, Pons dit qu'il a été
chargé d'abord, puis, sur son refus implicite, invité par Napoléon à
prendre des notes historiques, à «écrire sommairement sur ce qui se
passerait de remarquable à l'île d'Elbe», et il ajoute qu'après quelque
résistance il se décida à tenir cette sorte de journal: «L'Empereur,
dit-il, en a connu plusieurs pages, et le général Drouot en a corrigé
quelques-unes[24].» Mais ce journal était encore à l'état de notes
informes, sinon de projet, pendant les Cent-Jours, Pons le dit
expressément:

«La dernière fois que j'eus l'honneur de voir l'empereur Napoléon à
l'Élysée Bourbon, le ... juin 1815, je l'assurai que je réunirais en
corps d'ouvrage tous les souvenirs que j'avais conservé (_sic_) de son
séjour à l'île d'Elbe, et l'Empereur m'indiqua plusieurs choses que je
ne devais pas oublier.»

Par ce mot _souvenirs_, faut-il entendre ce premier journal, ces notes
déjà commandées ou demandées à Pons, ou seulement, et d'une manière
générale, ses souvenirs non encore écrits? Peu importe en somme, car
Pons n'a pas pu utiliser ses premiers essais, cette narration faite au
jour le jour, et il en est de ses mémoires comme de ceux de Mme de
Rémusat: nous n'en avons qu'une seconde rédaction, faite après coup,
d'après des souvenirs déjà lointains, et non sous le choc direct des
événements, le texte original ayant disparu pour une raison quelconque.
On sait que Mme de Rémusat brûla son manuscrit pour éviter des ennuis en
cas d'une perquisition qu'elle redoutait. Comment disparut le manuscrit
de Pons? Quand Pons commença à tenir sa promesse à l'Empereur, le
manuscrit de son journal n'était plus en sa possession. Était-il assez
«homme de lettres» pour avoir emporté ce journal de l'île d'Elbe à son
départ, improvisé en une nuit? Quand, quelques mois plus tard, il dut
s'enfuir de Lyon, eut-il le temps, dans le désordre d'une préfecture
menacée par les ennemis, de réunir et d'emporter ses manuscrits, s'il en
était alors nanti? S'il avait laissé ses notes à l'île d'Elbe, put-il se
les faire restituer? Plus tard, à Venise, nous le voyons dépouillé de
tous ses papiers par la police autrichienne; il dit qu'on lui en rendit
une partie, mais lesquels? Il est certain et évident que les _Souvenirs
et anecdotes_ actuels ne sont que des réminiscences du journal elbois,
dans lesquelles Pons a glissé mainte allusion aux faits postérieurs: des
accusations et des invectives contre la monarchie de Juillet[25], des
détails sur la destinée ultérieure des compagnons de Napoléon à l'île
d'Elbe. La rédaction, restée finalement inachevée, de ses souvenirs
s'étend donc sur près de quarante années. C'est en exil qu'elle fut
commencée. Non seulement Pons y entreprit son _Mémoire aux puissances
alliées_, cette apologie de Napoléon qui est si fâcheusement restée,
elle aussi, interrompue; non seulement il publia son _Essai sur le
gouvernement de Buonaparte_, mais il reprit la composition de son grand
ouvrage. Un des fragments que je n'ai pu replacer dans le corps de ce
volume, et que je cite dans son état actuel, l'atteste:

«... Sur la terre étrangère. Je n'ai donc pas la ressource des matériaux
qui me seraient absolument nécessaires pour me livrer à un travail
complet. J'écrirai avec ma mémoire. Elle ne me fera pas défaut, parce
que je ne lui demanderai que ce qu'elle pourra facilement me
garantir.....»

Mais cette composition fut de nouveau interrompue, par la rentrée de
Pons en France, par ses occupations, par la politique, plus tard par ses
voyages en Italie. Ce ne fut que vingt ans après qu'il reprit
sérieusement son travail: il touchait alors à l'extrême vieillesse. Nous
le voyons en 1847, en 1850, encore occupé à demander des renseignements,
des sources à consulter. Le 20 juin 1850, le petit-fils d'un de ses
anciens compagnons, de l'adjudant Labadie, lui communiquait la gazette
rimée de ce brave officier[26]. Il était alors dans le feu de son
travail: dans une lettre de nouvel an adressée à son frère aîné, il dit
n'avoir mis qu'une année pour écrire trois gros volumes d'histoire[27].
Dans une lettre à Peyrusse, il dit travailler au quatrième et toucher à
la fin de son oeuvre. Des malheurs de famille, les événements politiques,
les difficultés toujours croissantes de la vie matérielle l'empêchèrent
d'en venir à bout. Nous n'avons donc sous les yeux qu'une seconde
rédaction des souvenirs de Pons de l'Hérault.

Quelle en est la valeur historique? L'information originale de Pons
était excellente. Il dit lui-même avoir reçu les confidences de Napoléon
sur certaines questions, notamment sur les tentatives d'assassinat
dirigées contre lui. Drouot, son ami intime, son camarade Peyrusse, lui
apprirent bien des détails. À Rio-Marine, où il résidait, il recevait,
par ordre de Napoléon, la plupart de ses visiteurs de distinction, qui
lui répétaient les conversations de leur hôte impérial. Lord Bentinck,
Campbell, le général Koller, Towers, causèrent librement devant lui.
Depuis longtemps fixé dans l'île, et étant «de tous les Français celui
que les Elbois aimèrent le mieux», il avait la confiance de quelques-uns
des hommes les plus marquants de l'île, et dont Napoléon fit ses
fonctionnaires civils, Balbiani, Lapi, et surtout cette famille Vantini
avec qui il conserva toute sa vie d'affectueuses relations[28]. Il
tenait à Rio-Marine un «cercle» où, soit absence du maître, soit
confiance en Pons, on causait librement, plus librement qu'à
Porto-Ferrajo. Son éloignement du centre de la vie elboise eut, par
contre, on ne peut le nier, un mauvais résultat: il fut parfois isolé,
et ignora certaines arrivées dans l'île d'étrangers importants.
Peut-être son journal quotidien était-il plus circonstancié là-dessus;
il est fâcheux que sur ces menus faits ses souvenirs soient restés
muets. Il serait si important de les connaître à fond, pour fixer les
relations secrètes de Napoléon avec la France et la préméditation du
retour de l'île! Par bonheur, cet isolement de Pons se trouva compensé
par le grand nombre de visites et de confidences qu'il recevait, et par
ce qu'il nous dit lui-même[29]: «Il y avait entre les personnes qui
entouraient plus particulièrement l'Empereur une espèce d'engagement de
se dire mutuellement tout ce qu'elles savaient.» D'ailleurs, Pons, homme
d'une énergie et d'une activité infatigables, d'une incroyable puissance
de travail,--il dit avoir parfois passé douze heures de suite dans son
cabinet[30],--ne ménageait aucune fatigue pour suivre l'Empereur et
apprendre les moindres détails: «Là où je n'étais pas avec lui, j'allais
de suite après lui, ou je me faisais immédiatement rendre compte par
ceux qui sans erreur pouvaient m'instruire.» Les souvenirs de Pons sont
ceux d'un témoin immédiat et oculaire pour les journées de l'arrivée, du
débarquement, de l'installation de Napoléon dans l'île, pour les
excursions et les voyages à la Pianosa, à Palmajola, à Monte-Giove, et
naturellement à Rio-Marine. Ses querelles avec l'Empereur au sujet des
finances de la mine sont aussi racontées d'original; il a été mêlé en
personne à l'aventure du vaisseau napolitain si mal reçu par Cambronne;
il a servi d'interprète au commandant du vaisseau barbaresque; il a été
envoyé en mission auprès du grand-duc Ferdinand. Il était présent au
naufrage de l'_Inconstant_[31]. Il a donc connu par lui-même une bonne
partie des faits qu'il raconte.

Ses souvenirs s'étaient certainement un peu effacés et brouillés quand
il les rédigea, et ne pouvaient lui suffire. Comment les raviva et les
compléta-t-il? Il ne paraît pas qu'il soit resté entre ses mains, après
1815, beaucoup de ses papiers du temps de l'Empire. Dans la biographie
écrite par lui ou sous sa dictée pour la collection des _Biographies des
hommes du jour_[32], nous le voyons citer avec autant d'exactitude que
de complaisance des documents officiels datant de la Révolution, qu'il
avait sans doute retrouvés dans ses papiers de famille à Cette; il en
cite aussi d'autres qui datent de la Restauration et de la monarchie de
Juillet. Pour l'époque de son séjour à l'île d'Elbe, la lacune est
presque complète; sauf quelques lettres à Napoléon au sujet de la mine
et de l'affaire des farines, il ne cite que des actes comme la
proclamation de Dalesme ou le mandement d'Arrighi, tombés dès lors dans
le domaine public. Sa famille, qui conserve encore pieusement quelques
rares souvenirs de lui[33], ne possède aucune lettre antérieure à sa
rentrée en France en 1825. La police autrichienne à Venise a bien fait
son oeuvre. Il ne retrouva guère, pour s'en aider à rédiger son grand
ouvrage, que le début de son _Mémoire aux puissances alliées_, où il
puisa d'ailleurs largement, et quelques bien rares documents personnels
qui,--chose assez étrange,--manquent aujourd'hui à la collection de ses
papiers à Carcassonne.

À défaut de documents personnels, Pons contrôla et raffermit ses
souvenirs par ceux de ses contemporains et de ses anciens compagnons de
l'île. Il consulta, ou tout au moins connut, non seulement le
_Mémorial_, mais les Mémoires du colonel Vincent publiés dans les
_Mémoires de tous_, ceux de Mme Dargy, à qui il refuse toute valeur
historique[34]; les relations de Cadet de Gassicourt, de Fleury de
Chaboulon[35]; le voyage à l'île d'Elbe d'Anselme Thiébaut, qu'il
corrige sur bien des points; les livres de Lambardi et de Ninci sur
l'île d'Elbe, qu'il juge avec sévérité[36]. Pour la dernière partie de
ses Mémoires, qui sans doute eût raconté le «vol de l'Aigle», il
recueillit, et il n'eut pas le temps de les mettre à profit, des
relations imprimées ou inédites sur le retour de Napoléon: les souvenirs
du policier Morin, un rapport du colonel de gendarmerie de Grenoble, Ch.
Jubé[37]; la relation d'un officier en demi-solde qui rejoignit les
_fidèles_ à Grenoble[38]. Il interrogea Drouot; il demanda maintes fois
à Peyrusse communication de son mémento[39]; il renoua des relations
avec tous ceux des officiers de la Garde qu'il put retrouver; s'il ne
connut pas les Mémoires de Combe et de Mallet[40], il eut en mains ceux
du capitaine Larabit, de Labadie, du sellier Vincent; il put interroger
avec fruit les valets de chambre Saint-Denis et Marchand. De là vient
pour une part la sécurité avec laquelle on doit consulter les
_Souvenirs_ de Pons de l'Hérault.

En devenant historien de l'Empereur, Pons se formait la plus haute idée
de son devoir; il croyait réellement remplir une mission providentielle,
un mandat impérial. Voici comment il s'exprime à ce propos:

«Je n'ai pas la vaniteuse prétention de croire que mon travail mérite
par lui-même de traverser les siècles, mais, je le dis avec un sentiment
de fierté qui n'a rien de semblable à la petitesse de l'orgueil, c'est
dans ce travail que les grands écrivains iront puiser, chaque fois
qu'ils voudront avec vérité parler de l'Empereur à l'île d'Elbe, et
alors, sous leurs auspices, ou, pour mieux m'exprimer, sous leur nom, il
m'est permis d'espérer que ce que je dis ira retentir jusque dans la
postérité la plus reculée. Je dois donc dire, le mieux qu'il m'est
possible de dire, le plus qu'il m'est possible de dire. Je ne dois
surtout rien négliger pour mettre mes lecteurs à même de connaître la
pensée de l'Empereur.»

Mais ce mandat impérial ne l'aveugla pas. Pons offre ce rare et
singulier exemple d'un historien à la fois sincèrement républicain et
sincèrement napoléoniste,--comme il dit,--capable de préférer encore à
la gloire de l'Empereur, malgré son dévouement, la vérité nationale et
libérale. Il s'estimait tenu seulement, en vertu même des ordres de
l'Empereur, à dire la vérité; il croyait à bon droit son indépendance
absolue vis-à-vis de Napoléon; il ne se pensait lié à lui par aucun lien
personnel de reconnaissance. Aussi son impartialité est-elle réelle. Sa
véracité, autant qu'on peut le constater, ne l'est pas moins. À dire
vrai, il serait assez difficile, actuellement, de faire ce contrôle par
pièces d'archives: l'île d'Elbe n'en a conservé aucune[41]. Les archives
de Florence, pour les séries qu'il faudrait consulter, ne sont pas
ouvertes[42]. Mais j'ai pu m'assurer que tout ce que Pons raconte de sa
jeunesse, dans la biographie que je citais plus haut, est parfaitement
exact; les registres de la Société populaire de Cette en font foi[43].
On peut conclure de sa sincérité dans des récits qui le concernaient
personnellement et qui étaient relatifs à la plus trouble des époques, à
sa véracité dans le récit d'événements où il n'était en somme que
témoin. Et, en effet, tous les épisodes de ses _Souvenirs_ actuels dont
on trouve des récits parallèles dans le _Mémorial_, dans les rapports
des agents de Mariotti, dans Foresi et dans les autres sources, se
trouvent confirmés dans leur ensemble, sauf quelques détails[44] et
quelques divergences d'appréciation. Du reste, Pons, n'étant pas un
écrivain de métier, n'a aucun pli professionnel, ne sacrifie à aucune
recherche littéraire, et raconte les choses comme il les a vues.

Il les a vues à coup sûr d'un oeil favorable ou indulgent. Mais, même
dans l'apologie, il reste impartial et modéré, il est un témoin à
décharge plutôt qu'un avocat. Cet axiome admis que «Napoléon est
incomparable et supérieur à tout sauf à la liberté», il raisonne fort
librement de tout, de l'Empire et de l'Empereur lui-même.--Bien informé,
véridique, impartial, Pons de l'Hérault est donc un témoin qu'il faut
qu'on écoute, et son témoignage est toujours intéressant et curieux.

Il y a beaucoup à prendre dans sa déposition. Connaissant mieux que
personne, mieux qu'aucun des Français de la suite de l'Empereur, l'île
d'Elbe jusque dans ses recoins et les Elbois jusque dans le secret de
leurs moeurs encore si primitives, Pons de l'Hérault est riche en
descriptions du dernier domaine impérial, en portraits des sujets
insulaires de l'Empereur, en anecdotes sur leurs relations avec le
maître. Dans ses pages revivent certains types pittoresques de l'île, la
religieuse trop libérée de Rio, l'ermite un peu trop voltairien de
Monte-Giove, le brave commandant Tavella, et sa bête noire, le
méprisable maire-chambellan Gualandi, les plus humbles comparses de
cette impériale figuration, le décor rustique et sauvage de cet
avant-dernier acte du drame.--Directeur des mines, administrateur de
Rio-Marine, paternel à ses ouvriers et par eux chéri, tout un coin peu
connu de l'île nous est révélé par lui: le vivant tableau de cette mine
aux procédés primitifs, de l'existence grossière et rude de ses
ouvriers, tant terriens que maritimes, de ses relations commerciales, de
ses conditions financières. On s'intéresse à cette administration
patriarcale, à ce directeur, soldat et marin autant qu'ingénieur, qui
lève en masse ses ouvriers pour repousser une descente anglaise[45], qui
préside au sauvetage des barques en danger et paye toujours de sa
personne; on voit un aspect peu connu de Napoléon,--Napoléon dans ses
rapports avec les ouvriers,--et l'Empereur n'apparaît pas ici à son
avantage.--Marin, Pons suit et raconte avec un intérêt visible les
progrès et l'organisation de la flottille impériale; il apprécie avec
une juste sévérité les deux incapables marins à qui, par la même
fatalité qui l'avait poursuivi pendant tout son règne, Napoléon s'était
vu obligé de confier sa naissante marine; il le fait en connaissance de
cause, puisque Taillade, fixé et marié dans l'île, était de ses
relations dès avant l'arrivée de Napoléon, et puisqu'il avait connu
Chautard, personnage assez mystérieux, lors du siège de
Toulon.--Officier d'artillerie, ami du brave et grincheux colonel
Vincent[46], il décrit en technicien les travaux du génie exécutés dans
l'île sous les ordres de celui-ci, et les modifications qu'y apporte le
génie de l'Empereur.

Mieux encore revit dans ses Mémoires le groupe intéressant des Fidèles.
Pons a consacré tout un chapitre, fertile en jugements et en anecdotes,
à ses appréciations sur les officiers de la garde. Avec une teinte
générale d'indulgence, il les juge en somme avec tact. Peut-être lui
reprocherait-on à bon droit un léger préjugé contre l'aristocratie et
les titres nobiliaires; mais Pons était un enfant du peuple, et il est
toujours resté fidèle, même à son détriment[47], à ce préjugé. Des
hommes comme Mallet, Combes, Raoul, sont bien décrits ici; Cambronne y
complète, malgré toutes ses prétentions aux qualités d'homme du monde et
à la bonne éducation, sa physionomie légendaire,--plus vraie en ce cas
que l'histoire,--de dur et fougueux soudard: l'incroyable accès de
fureur de ce brave guerrier à l'aspect du vaisseau napolitain, son
attitude excessive à l'égard d'un officier débarqué dans l'île, sont des
traits de caractère dignes d'être notés[48]. Bertrand apparaît aussi
sous un jour moins glorieux que l'auréole de la tradition: c'est surtout
le mari d'une Anglaise, s'entourant d'un cercle anglais, vivant à
l'écart, n'accordant aucune audience, plus invisible encore que son
souverain, ne demandant qu'à «avoir la paix», laissant s'accréditer le
bruit de son prochain retour en France, dur au surplus pour les
ouvriers, peu serviable en somme pour Pons, servant Napoléon plus par
correction que par dévouement, avec plus de discipline routinière que
d'initiative intelligente, et de qui l'on peut se demander ce qu'il
était venu faire dans l'île. De tous les compagnons de l'Empereur, celui
qui grandit le plus ici, c'est l'honnête et bon Drouot, ce sage à qui
suffisait «un coin pour travailler», ce conseiller toujours prêt et
toujours prudent, le confident dévoué de Pons, arbitre-né des différends
de Napoléon avec lui, conscience vivante, pour ainsi dire, de
l'Empereur. Il n'est pas jusqu'à la touchante histoire de sa mésaventure
sentimentale avec Enrichetta Vantini, qui n'ajoute,--avec sa candeur de
fiancé presque malgré lui et sa tendresse naïve et contenue pour sa
vieille maman,--un peu d'humanité attendrie à cette figure austère,
grave et jusqu'ici un peu fermée.

Au-dessus de tous, celui qui, à quarante ans de distance, remplit encore
la mémoire, presque le coeur de Pons, c'est l'Empereur. Événements,
actions, paroles, caractère, Pons s'est efforcé de tout pénétrer, de
tout savoir, de tout raconter. Il raconte beaucoup d'anecdotes, dont
plusieurs d'original. S'il copie ou abrège ses devanciers dans son récit
du voyage de l'Empereur de Fontainebleau à Fréjus, de la pendaison en
effigie à Orgon, du déguisement en courrier,--toutes choses qu'il n'a pu
connaître que par des récits ou des lectures,--il devient original dès
que l'_Undaunted_ arrive en vue de Porto-Ferrajo. Sur la première
descente de Napoléon à terre, la présentation des délégués elbois, la
réception à l'hôtel de ville et les autres incidents analogues, ses
renseignements sont personnels et neufs. Sans souci, malheureusement, de
la chronologie, toute l'existence de Napoléon apparaît ici, avec un peu
de la précipitation et de l'incohérence qu'eurent à l'île d'Elbe ses
faits et gestes: ses installations successives à l'hôtel de ville, aux
Mulini, ses constructions de villas dans tous les cantons de l'île,
l'inspection détaillée de sa «petite bicoque» et de ses forts, la prise
de possession des îlots voisins,--ses dernières conquêtes!--puis toute
la machine administrative à monter[49], audiences aux fonctionnaires,
blâmes, encouragements, enquête sur le commerce et l'industrie, sur
l'état de la religion et des beaux-arts, projets de travaux agricoles et
de plantations, utopies militaires et pédagogiques, idées plus ou moins
pratiques sur la réfection du port de Rio, sur l'établissement des
madragues et des compagnies d'exploitation et de commerce: sur tout
cela, les lettres de Napoléon et le registre d'ordres trouvent dans ces
souvenirs un indispensable commentaire, une glose perpétuelle.

Non moins précieux, non moins nécessaires sont-ils pour la connaissance
de la vie privée de l'Empereur. C'est avec des prétentions
philosophiques, en effet, que Pons a voulu l'étudier, et pour fonder ses
inductions d'apprenti moraliste, immense est le nombre des petits
détails minutieux qu'il a recueillis. Il en a de bien amusants sur les
petites faiblesses de l'Empereur, ses gourmandises, sa colère contre le
bon garçon qui, pour montrer ses talents d'hercule, le met de force à
cheval, sur sa toilette et sa physionomie à la première entrevue avec
ses sujets elbois; que dire de ce petit chapeau de marin que Napoléon
avait gardé à la main, et qu'il remplace presque aussitôt par le petit
chapeau historique, joignant ainsi l'esprit pratique et l'art de la mise
en scène? Que de récits sur ses amusements, ses promenades, les fêtes
qu'il préside,--récits d'autant plus précieux que, malgré les efforts de
Pons pour démontrer le contraire, on peut voir, comme Campbell, comme
Moncabrié et tant d'autres, dans la grande part faite à ces distractions
parfois puériles, la preuve d'une réelle décadence dans la faculté de
vouloir et d'agir de ce fier génie! Et comment «_lou miéjou_» ne
saurait-il pas gré à Pons de nous révéler que Napoléon n'a pas ignoré la
bouillabaisse, et que c'est à Pons lui-même qu'il a dû,--les deux seules
fois peut-être dans sa vie,--de goûter à ce savoureux régal?

Les relations de Napoléon avec sa famille se sont aigries à l'île
d'Elbe. Sauf sa mère, pour qui il a toujours un profond et tendre
respect, sauf sa soeur Pauline[50], il est brouillé presque complètement
avec ses parents; il s'épanche en propos amers sur le compte de ses
frères, s'exprime avec une bonhomie mélancolique sur Joseph, avec un
dédaigneux mépris sur les intrigues de Lucien et de Louis. Toute la
sensibilité de Napoléon semble s'être accumulée sur son fils, sur «son
pauvre petit chou»; les anecdotes rapportées par Pons sont
caractéristiques. Les propos de l'Empereur, même exprimés par à peu
près, sont toujours intéressants à recueillir. Pons en a retenu
plusieurs, dont quelques-uns étaient inconnus. Il est édifiant
d'entendre Napoléon dire de la _Marseillaise_ qu'elle valait une armée,
apprécier Fénelon et la monarchie de droit divin décrite dans
_Télémaque_, évoquer ses débuts en rappelant le temps où il était
directeur de parcs d'artillerie, regretter les armes d'honneur qu'il
avait pourtant supprimées. Certains de ses jugements sur des personnages
célèbres sont importants. Pons a noté le tranquille mépris de Napoléon
pour Marmont et pour Augereau, son indignation à propos de la demande en
naturalisation de Masséna, son amitié pour Dalesme, ses impatiences
contre Bertrand et contre le furieux Cambronne.

Était-il assez fin psychologue pour bien saisir toute la complexité du
caractère de Napoléon? Assurément je ne le crois pas, et qui,--fût-il
Taine,--peut être tout à fait sûr d'avoir pénétré jusqu'au fond cet
homme incomparable? L'honnête Pons a noté quelques-uns des traits les
plus apparents de ce caractère: sa force de concentration, sa mémoire
immense, son savoir quasi universel, sa tendance à constamment
ordonner[51], sa conviction que «rien n'est impossible». D'autres
observations sont plus délicates: toujours maître de lui, ce n'est qu'au
tout premier mouvement que Napoléon peut se laisser surprendre; le
majestueux héros des fêtes impériales, le metteur en scène du sacre et
du royal parterre d'Erfurth, ne veut plus se donner en spectacle;
l'homme au tempérament vif et brutal corrige sa vivacité et en console
les victimes par son empressement à leur pardonner ses torts, à oublier
les choses dures et amères qu'il leur a dites, par sa totale absence de
rancune; l'ancien despote se révèle à sa défiance générale et
systématique à l'égard de ses employés, à son scepticisme quant à la
probité et aux scrupules des autres, à l'opinion que la religion est à
encourager pour le peuple, à son insouciance des vieilles traditions
populaires. L'affaissement de son génie n'apparaît-il pas aussi à ce
goût des commérages dont Pons donne encore les preuves, à l'avarice
qu'il constate aussi? Et n'est-ce pas le fond le plus intime de
l'humanité qu'il touche en Napoléon en notant chez lui la crédulité aux
miracles, la vague religiosité, l'horreur impulsive et irraisonnée du
noir, et cette préférence si inattendue pour le rose, toutes survivances
de son enfance et de la sauvagerie primitive de notre race?

Napoléon n'est d'ailleurs pas toujours embelli par les révélations de ce
nouveau témoin, tant a été grande la bonne foi de son naïf apologiste.
Sans parler de ses relations si brutales d'abord avec Pons lui-même, on
peut trouver que son attitude envers Campbell manque un peu de dignité.
Les choix d'hommes que cite Pons--d'hommes incapables comme Taillade,
Chautard, Gualandi, ou butors comme Roule et Gottmann,--sont assez
fréquemment malheureux pour qu'on puisse douter de son impeccable
perspicacité[52]. Son omniscience apparaît trop souvent informée de
fraîche date pour ne pas sembler un artifice un peu puéril. Et Pons a
noté,--avec une franchise à laquelle ses opinions républicaines n'ont
sans doute pas été étrangères,--les faiblesses et les affectations
nobiliaires, les vanités théâtrales de l'Empereur.

Napoléon politique a été beaucoup moins facile à saisir et à étudier à
l'île d'Elbe. Il s'est soigneusement gardé, et son secret n'est pas
encore entièrement découvert. Pons n'a pu noter (et cette ignorance
tient en partie à son éloignement de Porto-Ferrajo) que des faits de
notoriété publique, la courtoisie des relations du nouvel État avec le
Saint-Siège, la haine persistante contre l'Angleterre, malgré les bonnes
relations personnelles avec Campbell. De tous les problèmes qui se
posent à propos de la vie politique de Napoléon à l'île d'Elbe, le plus
important,--le seul important,--est d'ailleurs celui de son retour en
France. Si Pons n'a pas su, plus que les autres compagnons de Napoléon
ou que ses historiens, le résoudre, il nous fournit tout au moins de
nouveaux éléments de discussion. Malgré l'affirmation du maître lui-même
que dès Fontainebleau il songeait à quitter le domaine qu'il se faisait
assurer par traité, rien ne paraît moins sûr ni moins vraisemblable:

     Vulcain impunément ne tomba pas des cieux

a dit Sainte-Beuve, et même à un Napoléon il faut quelque temps pour se
remettre d'une chute si lourde. «C'est ici l'île du repos», dit-il en
débarquant à Porto-Ferrajo, et M. Houssaye a cité bien d'autres traits
qui semblent prouver qu'à ce moment son intention était de rester
tranquille dans son petit État[53]; c'est l'impression que procure sa
correspondance de ce temps, celle qui se dégage de son registre
d'ordres; c'est celle aussi que Pons s'est rappelé avoir eue, quand il a
divisé le séjour de l'Empereur en plusieurs périodes d'après ses
intentions soupçonnées ou entrevues: la première,--l'époque de la
_stabilité_,--est de beaucoup la plus longue; celles des _incertitudes_
et des _projets_ sont bien plus courtes. Pons a cru aux intentions
impériales de stabilité pour plusieurs motifs, et, avec une subtilité
parfois excessive, il en a cherché la preuve jusque dans l'organisation
des écuries impériales[54] à l'île d'Elbe et dans la commande de selles
«riches» pour dame! D'après lui, ce serait quand le Congrès de Vienne
songea à le déporter à Sainte-Hélène[55] que Napoléon se considéra comme
dégagé des obligations du traité de Fontainebleau. Une lettre de Cambon
reçue par Pons, importante lettre politique, tableau réfléchi du
mécontentement général, concluant que «cela ne pouvait pas durer», fut
aussi d'un grand poids dans la détermination de l'Empereur: cette lettre
est malheureusement perdue, et Pons n'en a pas donné la date. La
correspondance de l'auteur avec son ancien général et ami, Masséna,
moins fréquente et surtout moins grotesquement mélodramatique qu'on ne
l'a parfois représentée[56], eut aussi sans doute son influence sur
l'Empereur. À quel moment forma-t-il le projet ferme de quitter l'île?
Pons ne le dit pas; il paraît mal renseigné sur les derniers temps du
séjour à l'île d'Elbe; il ne les raconte pas dans ses _Souvenirs_
proprement dits, mais seulement dans l'un de ces articles de journaux
que j'ai signalés; il n'en parle ici peut-être que d'après des
informations étrangères; il ignore la présence de ce mystérieux
Marseillais Charles Albert et la mission de Fleury de Chaboulon. Il
n'est intéressant et renseigné que sur son rôle personnel dans ces
tragiques conjonctures: mais comme ce rôle a été vraiment important, il
fournit à l'histoire générale des renseignements intéressants. Napoléon
lui demanda une première fois, longtemps avant le départ, un mémoire sur
les meilleurs moyens de préparer une flottille expéditionnaire; il lui
donna même l'ordre de la préparer, ordre qui ne reçut aucun commencement
d'exécution. Pons crut cette flottille destinée à une descente en
Italie, «sur un rivage ami», probablement Gênes ou la Toscane. Cet ordre
fut porté à Pons par un messager de cabinet; il n'a pas été inséré au
registre de Rathery; aucun des compagnons de Napoléon ne paraît l'avoir
connu: toutes preuves que l'Empereur a voulu le tenir aussi secret que
possible. Mais à quelle date le placer? Pons n'en dit rien ni ici ni
dans son _Mémoire aux puissances alliées_. Plus tard, Napoléon lui
ordonna d'avoir toujours à sa disposition quatre bâtiments de transport
de la flotte des mines. Pons place cette demande, prodrome évident du
retour, avant la visite de Mme Walewska à Napoléon, c'est-à-dire avant
le 1er septembre. Cela semble prématuré: Napoléon aurait-il attendu six
mois avant de réaliser ce dangereux projet? C'est d'ailleurs
contradictoire avec la division que Pons établit dans les époques du
règne elbois et avec la durée de ses démêlés avec l'Empereur. Pons
affirme que l'ordre de préparer la flottille lui fut donné le 6
février[57], et que l'expédition était prête à embarquer quand Fleury de
Chaboulon arriva: il conteste toute importance au rôle de ce jeune
auditeur qui, dit-il, non sans raison, ne pouvait apporter à l'Empereur,
après un si long voyage, que de vieilles nouvelles, peu propres à lui
faire prendre une si grave détermination. Le témoignage de Pons de
l'Hérault sur ce point est donc capital et de nature à modifier les
opinions reçues. S'il ne dit rien ici de la traversée, du débarquement
et de sa mission auprès de Masséna, son _Mémoire aux puissances alliées_
complète ses récits et n'est pas moins précieux à consulter.

Le portrait de Napoléon que nous donne Pons a été écrit avec une entière
bonne foi, remis dans son cadre avec tout le soin possible. L'Empereur,
qu'il a connu, tantôt majestueux, tantôt emporté et hors de lui, tour à
tour bonhomme et rusé, optimiste ou désenchanté, est très vivant, et a
vécu. Ce portrait présente une telle variété d'aspects, une telle
richesse de traits précis et sûrs, les dessous en sont si fouillés,
qu'on est tenté de croire avec Pons que «ce n'est qu'à l'île d'Elbe
qu'on a pu réellement étudier et connaître Napoléon»: encore fallait-il
l'étudier d'aussi près que lui. Dans la mesure de son talent et de sa
pénétration, Pons a bien décrit Napoléon, et s'il n'a pas donné du
souverain de l'île d'Elbe le portrait définitif, il a du moins esquissé
de lui un portrait sincère.

     Mas de Châteaufort, août 1897.

     Léon G. Pélissier.



SOUVENIRS ET ANECDOTES DE L'ÎLE D'ELBE



PREMIÈRE PARTIE

SOUVENIRS DE LA VIE DE NAPOLÉON À L'ÎLE D'ELBE



INTRODUCTION

Pons écrit sur le conseil de Napoléon.--L'Empereur est plus facile à
étudier à l'île d'Elbe qu'à Paris.--L'indépendance de Pons garantit son
impartialité d'historien.--Démêlés de Pons avec Napoléon au sujet des
mines de Rio.--Première rencontre de Pons et du général Bonaparte à
Toulon.--La première bouillabaisse de Napoléon.


L'empereur Napoléon débarqua à l'île d'Elbe. Je m'associai aux débris
nationaux qui l'accompagnaient. Nos premiers rapports furent orageux.
Mais ces orages mirent l'Empereur à même de me connaître, de
m'apprécier, et plus tard il m'entoura de sa confiance.

Je me liai avec le général Drouot: nos liens se resserrèrent facilement.

Ce fut d'abord par le général Drouot que l'Empereur me communiqua sa
pensée, en dehors du service public. Mais dès que les orages eurent
cessé, l'Empereur dispensa le général Drouot d'être son organe. Il
m'expliqua lui-même ce qu'il croyait que je devais savoir.

L'Empereur avait d'abord chargé le général Drouot de m'engager à prendre
des notes historiques. Le général Drouot m'en avait parlé avec un grand
intérêt; je ne répondis pas positivement à son attente, par conséquent à
celle de l'Empereur. L'Empereur dut immédiatement être instruit de mon
indécision.

Quelque temps après, l'Empereur me témoigna, sans aucune parole
d'autorité, le plaisir qu'il aurait à me voir écrire sommairement ce qui
se passerait de remarquable à l'île d'Elbe, et alors je lui promis de
faire scrupuleusement ce qu'il désirait.

La dernière fois que je vis l'Empereur, il était à l'Élysée-Bourbon, et
il me parla de mes notes comme on parle de quelque chose d'important: je
l'assurai que je les réunirais en corps d'ouvrage. Il m'indiqua
plusieurs choses que je ne devais pas oublier: «Ne vous pressez pas, me
dit-il, pour leur donner de la publicité; nous serons longtemps encore
dans une atmosphère d'erreur pour les uns, de passion pour les autres,
et l'heure de la vérité est nécessaire à l'histoire de ma vie.» Tel est
mon mandat pour retracer l'époque d'ostracisme que l'empereur Napoléon
passa à l'île d'Elbe.

L'Empereur a connu plusieurs de mes pages. Le général Drouot les a
presque toutes lues: il en a corrigé quelques-unes.

Aux jours de sa toute-puissance, alors qu'il était le roi des rois, nul
n'était assez haut placé pour pouvoir regarder l'empereur Napoléon en
face; il échappait à toutes les observations. Les louanges avaient cessé
d'avoir un caractère de vérité.

Il n'en était pas ainsi à l'île d'Elbe. Le prince qui était venu régner
sur ce rocher ne portait point l'auréole d'invulnérabilité qui naguère
couronnait l'empereur des Français... Cependant Napoléon n'était pas
moins grand à Porto-Ferrajo qu'à Paris. Mais le prestige avait cessé: on
doutait de l'immensité de son génie, ou du moins on faisait semblant
d'en douter. Ce doute flattait les nains de droit divin, qui, dans les
illusions de leur orgueil, s'imaginaient pouvoir ainsi se rapprocher du
géant populaire, à la taille duquel ils n'avaient jamais eu jusqu'alors
la pensée de mesurer leur taille.

À l'île d'Elbe, l'Empereur n'était invisible pour personne dans sa vie
publique, et bien des personnes le voyaient quotidiennement dans sa vie
privée. L'Empereur se plaisait parfois au laisser aller des jouissances
domestiques. Sans doute aussi la vie publique de l'empereur Napoléon
n'avait plus le grandiose du règne impérial de la France, mais elle en
avait toute la noblesse, et l'on peut dire que Napoléon ne montra jamais
un moment de dégénération personnelle. Il était empereur au fort de
l'Étoile comme il avait été empereur aux Tuileries. Dans ses habitudes
de travail, de table, de repos, de promenade, d'amusement, de réception,
de splendeur, il y avait presque toujours quelqu'un de nous auprès de
lui, et, sans peut-être nous en douter, par l'entraînement de
l'affection, chacun de nous avait pris à tâche de l'observer. De telle
sorte que nous savions à peu près ce qu'il disait, ce qu'il faisait et
quelquefois même ce qu'il pensait.

Il n'y a donc rien d'extraordinaire dans la croyance que l'empereur
Napoléon n'a jamais été plus complètement et plus parfaitement examiné
qu'à l'île d'Elbe. Ce n'est qu'à l'île d'Elbe en effet que l'on a pu
étudier et connaître Napoléon. Soldat, il devait prendre et il prenait
toutes les formes que son ambition lui imposait; empereur, il était
placé si haut qu'on ne pouvait pas le voir; à Sainte-Hélène, il posait
pour la postérité. Mais à l'Île d'Elbe il n'en était pas de même: ce
n'était plus Napoléon l'invincible, Napoléon le roi des rois, Napoléon
inabordable; c'était Napoléon vaincu, Napoléon dépossédé, Napoléon
populaire. Ce n'était pas Napoléon prisonnier et torturé comme il le fut
ensuite à Sainte-Hélène. Il n'avait pas cessé de régner.

Nous n'avons jamais vu un portrait de Napoléon parfaitement ressemblant.
Eh bien, on n'a pas été mieux inspiré dans la peinture de son caractère
moral que dans celle de ses traits physiques.

Le vif intérêt que l'Empereur avait témoigné, dès sa première visite, à
Rio, était allé toujours croissant. Sa Majesté était décidée à ne rien
négliger pour la prospérité de ce bel établissement.

Mais des discussions importantes s'élevèrent entre Sa Majesté Impériale
et l'administrateur général des mines. On avait dit à l'Empereur qu'il
était possesseur légal de tout ce qu'il trouvait à l'île d'Elbe.
L'administrateur ne voulait lui reconnaître des droits que sur les
produits qui avaient eu lieu depuis le traité de Paris; il pensait que
les produits antérieurs appartenaient au gouvernement français, quel
qu'il fût, et il refusait de s'en dessaisir autrement qu'au nom et pour
compte de ce gouvernement.

L'Empereur était un grand homme, mais c'était un homme, et, homme, il
était sujet aux faiblesses humaines. Des intéressés lui faisaient croire
que l'administrateur général des mines ne lui obéissait point parce
qu'il le considérait comme déchu de la toute-puissance: cela blessait et
irritait l'Empereur. L'administrateur général des mines fut menacé de
l'emploi de la force; il brava les menaces, peut-être les brava-t-il
avec trop de rudesse: c'était du moins l'opinion de ses amis. Alors
l'Empereur voulut discuter personnellement sa propre affaire.
L'administrateur général des mines persista. Le moment fut terrible.
Cependant Sa Majesté se rendit aux raisons d'honneur et de conscience
que l'administrateur général des mines lui donna.

Ces discussions avaient un grand retentissement dans l'île. On croyait
que l'administrateur général des mines serait destitué. Madame Mère
avait déjà demandé la place pour un Corse, ancien ami de Bonaparte.
L'Empereur repoussa brusquement toutes les sollicitations. Non seulement
l'administrateur général des mines ne fut pas destitué, mais Sa Majesté
lui sut gré de son énergie, et la fin de cette lutte marqua, pour le
fonctionnaire courageux, une ère de confiance impériale. Cette confiance
se manifesta dans le plus grand événement de la vie de l'Empereur, celui
de son départ de l'île d'Elbe.

Mais cette confiance, dont je me suis toujours fait et dont je me ferai
toujours gloire, je l'ai justifiée, et mon dévouement a payé ma dette,
sans que pour cela j'aie cessé de me considérer comme débiteur.

Dans les premières circonstances de ma carrière militaire, il y en a une
dont j'aurais pu tirer parti sous l'Empire. Officier de marine, indigné
de la trahison qui avait livré Toulon aux Anglais, je me prononçai avec
exaltation contre les traîtres, et cette manifestation me valut d'être
nommé commissaire de la République à l'armée républicaine qui assiégeait
la ville rebelle. Bientôt après, je fus nommé capitaine d'artillerie.

Bonaparte aussi était capitaine dans la même arme. Le Comité de salut
public le nomma adjudant général chef de bataillon. Les représentants du
peuple l'élevèrent au grade de général de brigade. L'arrêté des
représentants du peuple qui le nommait général de brigade nommait en
même temps Masséna général de division. Je commandais une partie des
côtes maritimes. Le général Bonaparte commandait titulairement en second
l'artillerie de l'armée, et en fait il la commandait en premier. Le
général Dugommier demanda au général Bonaparte de lui indiquer celui des
commandants de côte qui était le plus capable de commander en même temps
et la côte et la place de Bandol, et le général Bonaparte me désigna. Je
fus nommé commandant de Bandol: j'avais à peine vingt ans. J'allai
remercier le général Bonaparte. Je l'engageai à venir à Bandol manger la
_bouille-baysse_, mets en grande renommée dans toute la Provence. Le
général Bonaparte accepta ma proposition; seulement il renvoya cette
course à sa première inspection des côtes. Je lui donnai l'hospitalité;
je le traitai de mon mieux, et il dut se trouver bien, puisque venu chez
moi seulement pour dîner, il y resta deux jours. Il m'avait dit en
arrivant: «C'est mon premier repas de général.» Le général avait avec
lui son frère Louis et le commissaire des guerres Boinod, qu'il aimait
beaucoup. Le respectable Boinod, devenu inspecteur général en chef aux
revues, m'a souvent parlé de la _bouille-baysse_ de Bandol, et dans son
extrême vieillesse, à Florence, le prince Louis ne l'avait pas oubliée.
Bandol aussi en a gardé la mémoire: les Bandolais font voir aux
étrangers l'appartement que le général Bonaparte occupait, et ils
l'appellent l'_appartement de l'Empereur_.

Ainsi je suis dans une position d'indépendance absolue. Mon caractère
est plus indépendant encore, et, d'ailleurs, je n'ai qu'à raconter.
Pourvu que mon récit soit vrai, j'aurai rempli mon devoir, et il sera
vrai.



PREMIÈRE PARTIE: SOUVENIRS DE LA VIE DE NAPOLÉON À L'ÎLE D'ELBE



CHAPITRE PREMIER

Le 3 mai 1814.--Arrivée de Napoléon à l'Île d'Elbe.--Débarquement des
commissaires.--Leur entrevue avec le général baron
Dalesme.--Préoccupations religieuses du général Drouot.--Députation
envoyée à l'Empereur.--Pons en fait partie.--Manque d'enthousiasme des
fonctionnaires français.--Situation morale de Pons, républicain,
vis-à-vis de l'Empereur.--La députation à bord de
l'_Undaunted_.--Faiblesse du général Bertrand.--Première entrevue avec
Napoléon.--Le petit chapeau de marin.


Nous atteignîmes au 3 mai.

Le soleil s'était levé radieux. Il faisait présager une heureuse
journée. L'horizon s'étendait dans l'immensité. Le regard semblait
atteindre les limites du monde.

À huit heures du matin, un bâtiment apparut, et, à dix heures, l'on put
distinguer parfaitement une frégate. Le vent était à l'ouest, presque
entièrement calme, et la frégate, toutes voiles dehors, avait la proue
sur Porto-Ferrajo, mais elle n'avançait que bien lentement. Elle fut
tout le jour en spectacle. La population porto-ferrajaise s'était portée
en masse sur les hauteurs pour la voir. La frégate portait le pavillon
carré au grand mât. Les _Mille et une Nuits_ sont des sornettes d'enfant
comparativement à tout ce que disaient les curieux. La frégate était
anglaise. La journée marchait à son déclin, et le vent toujours faible,
alors variable, empêchait la frégate d'avancer, quoiqu'elle fût couverte
de voiles. On désespérait qu'elle pût mouiller à temps pour prendre
l'entrée, lorsqu'une embarcation, désemparant du bord, rama droit sur le
port et aborda bientôt à l'administration sanitaire. On l'admit de suite
à la libre pratique. La frégate arriva plus tard au mouillage.

L'embarcation portait le général Drouot, aide de camp de l'Empereur; le
colonel Germanovski, commandant les Polonais de la garde impériale; le
colonel Campbell et le major Klam, Autrichien. Ces messieurs, envoyés
par l'empereur Napoléon, se rendirent aussitôt auprès du général
Dalesme, et ils en furent accueillis avec un abandon qui les toucha
profondément. À leur arrivée, j'étais seul avec le général Dalesme, et,
touché comme lui, je pus prodiguer mes sentiments de sympathie au
général Drouot ainsi qu'au colonel Germanovski.

Les dangers que l'empereur Napoléon avait courus en traversant la
Provence, ce qu'il devait avoir su des révoltes de l'île d'Elbe,
donnaient des craintes à ses compagnons, et il était facile de
s'apercevoir qu'ils n'avaient pas été tranquilles sur la réception qui
leur serait faite à Porto-Ferrajo.

Les premières paroles des quatre envoyés de l'empereur Napoléon peignent
parfaitement les sentiments qui les maîtrisaient en débarquant. Leur
ensemble me paraît esquisser parfaitement le fond des pensées. Le
général Drouot: «J'espère que Sa Majesté impériale sera ici en toute
sûreté.» Le colonel Germanovski: «Je compte bien que nous n'aurons pas
besoin de nous battre.» Le colonel Campbell: «Il ne doit pas maintenant
y avoir de pavillon anglais sur l'île.» Le major autrichien: «Il faut
bien qu'on se soumette à ce que les puissances de la coalition ont
décidé.» Toutes les craintes furent de suite dissipées.

Le général Drouot était porteur d'une lettre de l'empereur Napoléon pour
le général Dalesme. Cette lettre était datée «de Fréjus, le 27 avril».
Je la copie:

     «Monsieur le général Dalesme,

     Les circonstances m'ayant porté à renoncer au trône de France,
     sacrifiant ainsi mes droits au bien et aux intérêts de la patrie,
     je me suis réservé la souveraineté de l'Île d'Elbe et des forts de
     Porto-Ferrajo et Portolongone, ce qui a été consenti par toutes les
     puissances. Je vous envoie donc le général Drouot pour que vous lui
     fassiez sans délai la remise de ladite île, des magasins de guerre
     et de bouche, et des propriétés qui appartiennent à mon domaine
     impérial.

     «Veuillez faire connaître ce nouvel état de choses aux habitants et
     le choix que j'ai fait de leur île pour mon séjour, en
     considération de la douceur de leurs moeurs et de la bonté de leur
     climat. Ils seront l'objet constant de mon plus vif intérêt.

     «Sur ce, je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte garde.»

Quoique à l'île d'Elbe on n'eût encore aucune communication officielle
du gouvernement définitif de la France, ni, par une suite nécessaire, du
traité qui reconnaissait l'empereur Napoléon comme souverain de l'île
d'Elbe, l'empereur Napoléon n'exhiba point ce titre, et le général
Dalesme s'abstint de le lui demander. Cela devait être: il y aurait eu
quelque chose de trop insultant dans une demande qui aurait pu faire
supposer qu'on soupçonnait la parole de l'Empereur.

Après la lecture de la lettre de l'empereur Napoléon, le général Dalesme
reçut toutes les autorités de Porto-Ferrajo et leur présenta les envoyés
du nouveau souverain.

Un homme de bien qui craint d'avoir mal fait n'a plus de tranquillité:
telle était la situation morale de l'honorable général Dalesme. Le
drapeau blanc lui apparaissait toujours comme un drapeau accusateur. Dès
qu'il se vit au moment de recevoir l'empereur Napoléon, il me pria de
faire amener le drapeau blanc, et un moment après le drapeau blanc
n'existait plus. Alors mon excellent ami se trouva beaucoup plus à son
aise.

Le général Drouot cherchait particulièrement à connaître les sentiments
religieux des Elbois. Cela étonna beaucoup. L'étonnement aurait été
moins grand si l'on avait su quels étaient les principes fondamentaux de
sa première éducation. Le général Drouot m'apparut avec l'une de ces
physionomies patriarcales de l'antiquité.

Le colonel Campbell affectait d'avoir une grande considération pour le
général Drouot, mais il y avait une dissemblance dans leur figure. Le
colonel Campbell était blessé à la tête: sa tête était artistement
enveloppée, l'oeil sec et perçant, l'oreille tendue, le sourire factice,
les traits mobiles, ne parlant que pour faire parler, tel était le
colonel Campbell. Son ensemble était la perfection du type britannique.

La population tout entière salua d'un cri de bienveillance les envoyés
de l'empereur Napoléon. Chacun voulait les avoir à son foyer. Ma demeure
officielle était à Rio-Marine. Je n'avais qu'un appartement à
Porto-Ferrajo; je ne pouvais disposer que d'une chambre. Je l'avais
offerte au général Drouot, 11 l'avait acceptée. Mais l'on trouva qu'une
chambre ne suffisait pas pour un aide de camp de l'Empereur. On m'enleva
mon hôte. Le général Drouot alla trouver ma femme pour s'excuser.
C'était aussi une visite de politesse. Nous nous étions convenus
réciproquement dès la première entrevue. Trente années n'ont rien changé
à cette première impression. Je me trompe: le temps en a fait un
sentiment d'amitié profonde.

On illumina. Ce n'était pas une illumination préparée, générale,
régulière: c'étaient des lumières grandes ou petites, mises aux croisées
pour exprimer la joie commune, et cela suffisait.

Il fut décidé qu'une députation se rendrait auprès de l'empereur
Napoléon pour lui présenter les hommages de tous les habitants de
Porto-Ferrajo. La députation fut composée du général Dalesme, du
sous-préfet, du commandant de la garde nationale et de moi. Le colonel
Vincent aurait pu et aurait dû être de cette députation; il s'abstint.
Les Français, employés civils ou employés militaires, furent en général
les moins joyeux et les moins empressés. De ce qui avait lieu en petit à
Porto-Ferrajo parmi le peuple officiel qui appartenait presque tout à la
France, on pouvait se faire une idée de ce qui devait avoir lieu à
Paris. On ne pensait qu'à saluer l'astre naissant. Cet empereur
Napoléon, on l'aimait bien encore, mais on craignait de le témoigner,
parce qu'il y avait peut-être des gens qui observaient et qu'il ne
fallait pas se compromettre. La vérité est qu'on voulait pouvoir se
vanter de n'avoir témoigné aucun regret au banni impérial.

Nous allâmes, les quatre députés, à l'embarcadère de l'administration
sanitaire. Le colonel Campbell était avec nous, et le grand canot de la
frégate nous attendait. À l'administration sanitaire, nous apprîmes une
chose qui nous étonna beaucoup, et qui valut une réprimande à
l'administrateur. Dans la matinée de ce jour, le 3 mai, le patron d'un
bateau corse, venant de Bastia, en relâche à Porto-Ferrajo, avait
déclaré, en prenant l'entrée, «qu'on disait vaguement au moment de son
départ que Napoléon devait être conduit à l'île d'Elbe».
L'administrateur sanitaire, regardant cette déclaration comme une
extravagance, s'était abstenu d'en rendre compte.

Il faut bien que je me décide à parler de la situation particulière dans
laquelle je me trouvais. J'étais républicain avant la République, je fus
l'un des patriotes qui coopérèrent le plus à sa naissance, je lui jurai
amour et fidélité, je ne l'ai jamais trompée. J'en suis toujours à mon
premier amour et à ma première fidélité. La République ne m'a jamais
appelé en vain, et lorsque son heure fatale a eu sonné, j'ai donné des
larmes à sa mémoire. Je n'ai conservé que le souvenir des choses
glorieuses qu'elle a faites. En vivant avec elle, par elle, pour elle,
mes mains sont restées pures de sang et d'or. Ma conscience est
tranquille; je ne crains pas qu'aucune voix accusatrice s'élève contre
moi. Ma devise a été: _Honneur et patrie_. Mon républicanisme n'est pas
exclusif, car je veux tout ce que la puissance suprême du peuple veut.

Je méprisai solennellement le Directoire. Simple citoyen, je l'attaquai,
je le dépopularisai, et, les armes légales à la main, je coopérai d'une
manière sensible à son renversement. Il y a déjà longtemps que j'ai
écrit:

«La journée du Dix-huit Brumaire ne fut pas une journée
constitutionnelle, mais elle renversa le Directoire, et, par cela seul,
elle devient une journée nationale.»

Le Consulat, quoique l'oeuvre d'un soldat ambitieux, me sembla, d'abord,
devoir enfin consolider la révolution régénératrice de 1789, mais
j'étais déjà désabusé lorsque l'Empire vint détruire toutes les
espérances des amis de la patrie. L'empereur Napoléon oublia qu'il avait
été le général Bonaparte; il brisa le pavois que le peuple et la liberté
lui avaient fait, et des débris de ce pavois il fabriqua un trône.
C'était de l'ingratitude: alors le peuple et la liberté l'abandonnèrent.
Peuple, apôtre de la liberté, je restai avec le peuple et avec la
liberté. On m'attribua un écrit contre l'empereur Napoléon. J'éprouvai
des disgrâces, des disgrâces injustes, mais, je le jure devant Dieu,
jamais une rancune d'intérêt personnel ne souilla la sincérité de mes
opinions politiques.

Ainsi j'étais décidément opposé au système impérial. Je n'ai pas à me
désavouer. L'Empire n'a eu que de grands capitaines, que de grands
hommes d'État, mais il n'a point eu de grands citoyens, et les
dévouements, presque tous étrangers à la patrie, étaient des dévouements
pour l'Empereur. Le renversement de l'Empire aurait peut-être été un
bien pour le peuple français, si la Sainte-Alliance n'avait pas fait
peser les Bourbons sur la France.

Entendons-nous. Je n'aimais pas l'Empire dans ses créations
aristocratiques, dans son absolutisme, dans son peu de respect pour les
lois, dans son éloignement du peuple, dans sa fourmilière de trônes,
dans la bassesse de son Sénat, dans le mutisme de ses députés, dans
l'inquisition de sa censure, dans ses actes contre la liberté
individuelle, mais j'aimais l'Empire au-dessus de tous les empires et
quelquefois j'élevais l'empereur Napoléon, à Vienne, à Berlin, au niveau
du général Bonaparte de Rivoli ou des Pyramides. Je n'aimais pas à
l'entendre dire «_Mon peuple_», mais je jouissais lorsque je le voyais
faire hommage du succès d'Austerlitz à la grande nation, et l'arc de
l'Étoile me faisait tressaillir de fierté.

Et j'allais me présenter devant le héros qui avait volontairement déposé
son auréole de gloire! J'allais me présenter devant l'homme
extraordinaire que j'avais tant de fois blâmé même en l'admirant, et
pour lequel j'avais aussi tant de fois prié dans sa lutte sainte sur le
sol sacré! J'allais me présenter à l'empereur Napoléon, à l'empereur
Napoléon monté sur une frégate anglaise! Tout cela me paraissait un
rêve, un rêve pénible, un rêve affreux. Mon coeur était navré, mon âme
était abattue, mon esprit était bouleversé, un frémissement universel ne
me laissait pas le libre exercice de mes facultés intellectuelles, et je
me sentais défaillir. Rien ne me rappelait plus les déceptions de
l'Empire, j'étais presque impérial. Le malheur m'imposait la vénération
pour la plus illustre de ses victimes.

Nous abordâmes la frégate anglaise; nous montâmes sur le tillac, et
l'officier qui nous avait reçus à l'échelle nous conduisit à la grande
chambre, où nous trouvâmes le général Bertrand. Le général Bertrand
était seul, assis, et il paraissait rêveur. Il se leva pour répondre à
notre salut, mais, comme s'il ne pouvait pas se tenir debout, il retomba
immédiatement sur son siège et il ne chercha pas à lier conversation.
Son teint était pâle: l'ensemble de sa figure avait quelque chose de
bon. Le colonel Campbell était entré avec nous, le général Koller était
entré aussi. Le général Koller était Autrichien, commissaire de la
coalition, et, malgré cela, il fut infiniment poli.

On annonça l'empereur Napoléon. L'Empereur se montra aussitôt sur le
seuil de la porte de son logement. Notre émotion était déjà profonde.
Par instinct, nous nous serrâmes les uns contre les autres et nous
restâmes dans une espèce d'enchantement. Notre attitude était vraiment
contemplative. L'Empereur s'arrêta un moment, il semblait vouloir nous
considérer; nous fîmes un mouvement pour aller à lui, il vint à nous. Le
général Koller et le colonel Campbell étaient extrêmement respectueux.

Ce n'était pas Thémistocle banni d'Athènes. Ce n'était pas Marius à
Minturnes. L'Empereur ne ressemblait à personne. Sa physionomie ne
pouvait appartenir qu'à lui.

L'Empereur portait l'habit vert des chasseurs de la garde impériale. Il
avait les épaulettes de colonel. L'étoile de la Légion d'honneur
attachée à la boutonnière était celle de simple chevalier, et il ne
portait pas la Couronne de fer. Sa mise était soignée: on pouvait la
considérer comme une toilette militaire de salon. Son air était calme,
ses yeux avaient de l'éclat, son regard semblait empreint de
bienveillance, et un sourire de dignité effleurait ses lèvres. Il avait
les bras croisés derrière le dos. Nous pensions qu'il était venu sans
chapeau, mais, lorsqu'il se dirigea de notre côté, nous nous aperçûmes
qu'il tenait à sa main droite un petit chapeau rond de marin, et cela
nous étonna.

Le général Dalesme balbutia à l'Empereur quelques paroles de respect et
d'affection. Nous aussi, nous essayâmes de bégayer quelques mots, nous
avions l'éloquence persuasive de l'émotion. L'Empereur comprit cela: il
nous répondit avec une bonté toute paternelle, comme s'il avait entendu
tout ce que nous n'avions pas pu lui dire. Il semblait avoir étudié ses
réponses; il semblait aussi que sa conversation était préparée, tant
elle avait de clarté et de précision.

L'Empereur narra rapidement les derniers malheurs de la France. Il
racontait comme s'il n'avait pas été le pivot principal de tous ces
grands événements. Sa parole ne prenait une animation marquée que
lorsqu'il parlait des circonstances qui lui avaient arraché la victoire.
Ses sentiments étaient d'un patriotisme brûlant. Il manifesta
l'intention de se consacrer désormais au bonheur des Elbois. Puis il
nous dit qu'il n'entrerait à Porto-Ferrajo que lorsque le nouveau
drapeau qu'il voulait adopter y serait arboré. Il désira que la
municipalité vînt lui donner des idées à cet égard. Avant de nous
congédier il s'entretint un moment en particulier avec le général
Dalesme, puis il adressa quelques mots à chacun de nous, et je fus le
moins bien partagé, car il se borna à me demander quelles étaient mes
fonctions. Nous nous retirâmes. L'officier de service nous reconduisit à
l'embarcation.



CHAPITRE II

Napoléon, de Fontainebleau à Porto-Ferrajo.--Adieux à la vieille
garde.--Les maréchaux fidèles.--Passage à Lyon.--«Adieu, la gloire de la
France!»--Entrevue de Napoléon et d'Augereau.--Mot de l'Empereur sur la
«Proclamation» d'Augereau.--Dangers que court l'Empereur à Avignon.--Sa
pendaison en effigie à Orgon.--L'auberge de La Calade.--Dignité de sa
réception à Aix.--Séjour au château du Bouillidou.--Napoléon à
Fréjus.--Sieyès et Tacite.--Embarquement sur l'_Undaunted_.


Le Sénat dégénéré s'était hâté de consacrer la trahison à laquelle les
ennemis de la France devaient leur salut et leurs triomphes. Il avait
prononcé la déchéance de l'empereur des Français et constitué un
gouverneur provisoire.

L'empereur Napoléon n'avait jeté qu'un regard de mépris sur les actes de
cette assemblée dont personne ne connaissait mieux que lui la basse
servilité. Sa pensée tout entière était à la patrie. C'est dans
l'intérêt de la patrie qu'il fit abdication.

Le gouvernement provisoire était composé des agents de l'étranger: par
cela seul, Talleyrand devait en être et en fut le président.

La réputation de Talleyrand était une vieille réputation.

En 1787, Mirabeau écrivait au comte d'Antraigues: «Ma position,
assombrie par l'infâme conduite de l'abbé de Périgord, est devenue
intolérable. Je vous envoie sous cachet volant la lettre que je lui
écris; jugez-la et envoyez-la-lui; car j'aime à penser que cet homme
vous est inconnu, et je suis bien sûr au moins qu'il devrait l'être à
tout homme de votre trempe. Mais l'histoire de mes malheurs m'a jeté
entre ses mains, et il me faut encore user de ménagement avec cet homme
vil, avide, bas et intrigant. C'est de la boue et de l'argent qu'il lui
faut. Pour de l'argent il a vendu son honneur et son ami. Pour de
l'argent il vendrait son âme, et il aurait raison: car il troquerait son
fumier contre de l'or...»

Que l'on ne pense pas que Talleyrand ait jamais changé: c'est-à-dire
qu'il ait cherché parfois à avoir des sentiments de probité politique.
Il est mort comme il avait vécu, dans la dévotion fervente de ceux qui
pouvaient et qui voulaient le gorger d'or. Chose étonnante! Talleyrand
eut un point d'invariabilité: il fut invariable dans sa constante
variabilité de principes pour les choses et de dévouement pour les
hommes. Sa vie eut la mobilité perpétuelle d'une banderole.

L'empereur Napoléon s'éloignait du sol sacré; il partait de
Fontainebleau. Les adieux à la vieille garde retentissaient dans tous
les coeurs nobles et généreux.

Attendri, troublé, associant ses larmes à celles de _ses enfants_, _de
ses braves_, l'Empereur, après les avoir embrassés dans la personne du
général Petit, après avoir baisé l'aigle, monta dans sa voiture.

L'éclipse de gloire commençait. Le général Lefebre-Desnouettes, à la
tête des chasseurs à cheval de la garde, accompagna l'Empereur jusqu'à
Briare. À l'heure suprême du départ, quelques beaux noms brillèrent
autour de l'Empereur: on distinguait le maréchal Moncey qui pleurait à
chaudes larmes, le duc de Vicence profondément ému et le duc de Bassano
brisé de douleur. On distinguait aussi le maréchal Berthier, mais on
lisait sur sa figure son adhésion prématurée au nouvel ordre de choses,
et aussi il se tenait à l'écart.

Quatre commissaires de la Sainte-Alliance accompagnaient l'Empereur: le
général Koller, au nom de l'Autriche; le général Schouvaloff, pour la
Russie; le colonel Campbell, pour l'Angleterre; le comte de
Waldbourg-Truchess, pour la Prusse.

L'Empereur alla d'un seul trait à Montargis. Là il trouva des Français
dignes de la France: la garnison avait pris les armes. Il continua sa
route pour aller coucher au château de Briare.

À Nevers, il y avait un encombrement considérable de troupes et
d'artillerie. C'est à Nevers qu'on eut la certitude de la mauvaise
conduite d'Augereau. L'Empereur répondit seulement à ceux qui lui
donnaient ces nouvelles: «Il m'a trompé.» Le préfet s'était absenté; le
maire avait demandé aux commissaires de la coalition _comment il devait
se conduire à l'égard de Napoléon_... L'Empereur faisait des questions
comme s'il régnait encore.

Le cortège impérial traversa Moulins, y changea de chevaux et se rendit
à Roanne, où il passa la nuit. Des voix amies avaient crié: «Vive
l'Empereur!» L'autorité avait laissé crier. À Roanne, l'Empereur apprit
que sa mère et le cardinal Fesch étaient au couvent de Pradines, et il
en reçut des lettres. Il parla des mouvements militaires faits en sens
inverse de ses ordres, s'entretint d'industrie, et voulut savoir ce que
c'était que le monument romain dont les voyageurs vont souvent examiner
les restes.

De Roanne, l'Empereur ne s'arrêta que pour souper à la poste de Latour,
d'où il partit immédiatement après le repas, et il traversa Lyon aux
premières heures de la nuit. À Latour, il ne s'entretint qu'avec le
curé, et il fit de la théologie. Les Autrichiens occupaient Lyon: ils
rendirent les honneurs souverains à l'Empereur. Les commissaires de la
coalition l'avaient prié de ne pas traverser cette ville en plein jour;
il en avait lui-même eu la pensée. Néanmoins, il y eut des groupes
nombreux sur son passage. De l'un de ces groupes, une voix cria: «Adieu,
la gloire de la France!» Le colonel Campbell quitta l'Empereur pour
aller en avant faire préparer les moyens maritimes de transporter le
cortège impérial à l'île d'Elbe.

L'Empereur marcha la nuit. Le matin, il arriva au Péage de Roussillon où
il s'arrêta pour déjeuner. Les habitants de ce bourg se montrèrent
profondément pénétrés de douleur. L'Empereur dut haranguer la foule. Là
il eut d'autres nouvelles du maréchal Augereau, du général Marchand: il
ne pouvait rien comprendre à leur stratégie.

Avant d'arriver à Valence, l'on annonça à l'Empereur que le maréchal
Augereau était là. L'Empereur descendit de voiture, il alla au-devant
d'Augereau: Augereau ne témoigna aucune espèce d'émotion. Il était en
casquette, il se contenta de porter la main à sa coiffure. L'Empereur
ôta son chapeau et il salua comme s'il saluait quelqu'un de haute
considération. Le contraste était remarquable. Le maréchal commença par
se donner un ton d'aisance, l'Empereur prit une attitude de grandeur;
alors Augereau parut moins oublieux des convenances. La conversation
dura plus d'une demi-heure. Augereau, qui paraissait très délibéré en
abordant l'Empereur, ne pouvait pas cacher un grand embarras lorsque
l'Empereur le quitta pour remonter en voiture, et ce grand embarras
s'accrut encore au moment où l'Empereur, le regardant avec une noble
fierté, lui dit: «Adieu, monsieur le maréchal!» L'Empereur ne savait
pas, alors, qu'Augereau avait fait contre lui une proclamation de
brétailleur, et il ne l'apprit qu'à Montélimar. Plusieurs personnes de
sa suite en avaient des exemplaires; on s'était abstenu de la lui
communiquer dans la crainte de l'affliger. On comprendrait que le
maréchal Augereau se fût empressé de faire une adresse d'adhésion au
gouvernement imposé à la France, mais il est difficile de comprendre ce
qui avait pu le décider à s'avilir, et en lançant de grossières injures
à l'Empereur, et surtout en disant à des vieux soldats: «Arborons la
couleur vraiment française, la cocarde blanche, qui fait disparaître
tout emblème d'une révolution qui est fixée.» L'armée que commandait le
maréchal Augereau était entièrement dévouée, et dans la crainte de
manifestations embarrassantes, même dangereuses, le maréchal Augereau
avait dû la faire transporter sur la rive droite du Rhône. Lorsque l'on
présenta à l'Empereur la proclamation du maréchal Augereau, il dit:
«C'est de la dégradation pleine et entière, et avec des hommes tels
qu'Augereau et Marmont, il fallait bien finir par succomber!»

L'Empereur arriva à Montélimar au soleil couchant. La foule populaire
l'attendait: elle se découvrit dès que l'Empereur parut. L'Empereur eut
beaucoup de peine pour se rendre à son appartement. Les commissaires de
la coalition en firent la remarque. L'Empereur s'occupa d'administration
départementale, de la même manière qu'il s'en serait occupé sur le
trône. Il partit après son repas.

Montélimar fut pour l'Empereur la ville frontière de la vieille France,
de la France honorable, et, en quittant cette ville, il put croire qu'il
entrait dans les Abruzzes ou dans les Calabres, au milieu des brigands.
Tous ses moments furent dès lors des moments de danger.

Donzère fêtait la Restauration: on avait illuminé. C'est alors que
l'Empereur traversa cette petite cité. Des obstacles l'arrêtèrent à
chaque pas. On lui cria: «À bas le tyran!» Il va sans dire que l'on cria
aussi: «Vivent les Bourbons!» C'étaient les premières insultes qui
vibraient à l'oreille de l'Empereur. Il voulut répondre aux invectives
par des raisonnements: le général Bertrand le pria de n'en rien faire.

Il fallait traverser Avignon, la ville familière aux crimes. Le
commissaire anglais devança l'Empereur pour tâcher d'amoindrir le péril:
il croyait que la vue de l'uniforme britannique pourrait tempérer la
férocité de quelques infâmes. Il parla au nom des puissances alliées; il
fit tout préparer pour que l'Empereur n'eût pas à attendre. Mais ce
n'est pas cette précaution qui sauva l'Empereur d'une mort à peu près
certaine. Ce qui sauva l'Empereur, c'est qu'on l'avait attendu la
veille, même l'avant-veille, et que, n'étant pas venu, l'on fit croire
aux assassins qu'il avait pris une autre route. La force armée n'en fut
pas moins nécessaire pour protéger le passage de l'Empereur, et, une
demi-heure après, elle aurait été impuissante, car tous les échos
sanguinaires s'étaient empressés de répéter les cris sauvages de
quelques sicaires, qui avaient été présents au relais des chevaux. Les
compagnons de l'Empereur m'ont assuré que les autres dangers n'avaient
rien eu d'une apparence aussi sinistre, et pour moi le souvenir
frémissant qu'ils en ont conservé a toujours été un sujet de méditation.

À l'époque des dissensions politiques qui amenèrent la journée du 31
mai, Orgon devint le point de réunion des mécontentements
aristocratiques de la contrée, et il fallut que la force armée y allât
faire respecter les lois. C'est le capitaine Bonnaparte (_sic_) qui
commanda l'expédition; il y avait eu du sang répandu. Après le Neuf
Thermidor, durant cette réaction infernale qui fut bien plus cruelle que
la Terreur n'avait été terrible, les environs d'Orgon, Orgon même,
étaient le repaire d'une bande d'égorgeurs qui tuaient sans pitié les
défenseurs de la patrie, surtout les soldats qui allaient à l'armée
d'Italie ou qui en revenaient.

Et c'était à Orgon qu'en partant d'Avignon l'Empereur devait se rendre!

Aux approches d'Orgon, une nuée de forcenés, dirigés par un chenapan
nommé Durel, vint au-devant de l'Empereur et le força à voir accrocher à
un arbre un mannequin sur lequel était écrit le nom de Bonaparte.
L'Empereur voulait déjeuner à Orgon. Cela fut impossible: il dut passer
outre. Mais les auteurs de ces criminels excès le retinrent tout le
temps qu'il fallait pour le faire assister à l'auto-dafé de son effigie.
On l'abreuva de toutes les amertumes possibles. Orgon ne se lavera de sa
flétrissure que par une amende honorable.

Tout ce qu'on peut imaginer de périls menaçait l'empereur Napoléon. Ses
compagnons étaient dans l'effroi de ce qui venait de se passer à Orgon.
Les commissaires des puissances alliées ne cachaient point leur trouble,
qu'on aurait tort de prendre pour un manque de courage. Mais à quoi
pouvait servir le courage de quelques hommes contre des bandes ivres de
sang, de carnage, et qui ne demandaient qu'un prétexte pour se livrer
sans réserve à leurs instincts féroces!... On délibéra. Il fut décidé
que l'Empereur se travestirait en officier autrichien; qu'ainsi déguisé
il prendrait les devants comme courrier, et l'Empereur consentit à faire
usage de cette ressource désespérée, parce qu'en reportant tout le
danger sur lui, elle pouvait épargner des malheurs à sa suite. J'ai
entendu dire à l'Empereur: «Cet acte passera peut-être inaperçu; ou, si
l'on en parle, on le jugera mal, et c'est pourtant l'acte le plus hardi
de ma vie.»

Ainsi l'Empereur allait en avant comme courrier. On devait s'arrêter à
l'auberge de La Calade pour dîner. C'est là que l'Empereur descendit,
qu'il commanda le repas. Il s'adressa à la maîtresse du logis.
L'épidémie de l'exaltation anti-impériale avait aussi atteint la tête de
cette femme. Elle se livra à des propos infâmes contre l'Empereur.
L'Empereur, sans faire paraître aucune altération, demanda à cette
mégère «si l'Empereur lui avait fait du mal», et la méchante femme, qui
en ce moment aiguisait un couteau de cuisine, lui répondit: «Il ne m'a
rien fait, mais n'importe, je prépare l'outil... si quelqu'un veut s'en
servir.» Son mari survint; il blâma sa femme, il avait reconnu
l'Empereur. La suite de l'Empereur arriva: à Lambesc, à Saint-Cannat, on
l'avait assaillie; les glaces de la voiture de l'Empereur étaient
brisées. Un courrier appelé Vernet tenait la place de l'Empereur.

Les commissaires de la coalition avaient porté plainte aux autorités
supérieures d'Aix contre les excès affreux dont l'Empereur avait maintes
fois manqué d'être la victime. Ils les sommèrent de le prendre sous leur
sauvegarde pendant son passage à Aix. L'autorité municipale fut digne:
elle prit toutes les mesures de sûreté qu'il lui était possible de
prendre. Le sous-préfet se comporta en homme d'honneur, il alla avec la
gendarmerie au-devant de l'Empereur.

Le cortège impérial quitta La Calade à minuit. Le temps était
extrêmement obscur; le mistral soufflait avec impétuosité; les rues
étaient presque désertes; les portes de la ville étaient fermées. Aussi
l'on traversa les faubourgs sans aucune espèce d'encombre.

On s'arrêta à une auberge appelée la _Grande Pugère_. Le sous-préfet y
avait suivi l'Empereur. L'Empereur lui parla avec bonté; la conversation
fut longue. L'Empereur était aigri contre les Provençaux. Il prétendit:
«que les Provençaux n'étaient bon qu'à faire du tapage; qu'il n'avait
jamais eu un bataillon provençal.» Il vanta la bravoure des Gascons: ce
dont son trésorier le remercia au nom de ses compatriotes.

Il était temps de partir. Il fallait traverser Saint-Maximin. L'Empereur
désira que le sous-préfet lui laissât la gendarmerie: le sous-préfet y
consentit avec empressement; il y ajouta même une escouade qui était
venue le joindre.

La route fut tranquille jusqu'aux approches de Brignoles. Aux approches
de Brignoles, des rassemblements populaires parurent hostiles, mais un
détachement de deux cents hommes avait été envoyé pour veiller à la
sûreté de l'Empereur, et ce détachement contint les curieux qui
pouvaient avoir de mauvaises intentions. Ce détachement se montra
parfait pour l'Empereur.

Le commissaire autrichien s'était rendu à Brignoles pour faire prendre
des mesures d'ordre public; il ne fut pas bien rassuré par le pouvoir
local. C'était là qu'on devait dîner, mais le rapport du commissaire
autrichien avait inquiété, et l'Empereur, précédé d'une force de
gendarmerie imposante, renonçant à son repas, fit traverser la ville au
galop. La ville de Brignoles était inspirée par M. Raynouard, qui avait
éminemment contribué au retour des Bourbons. M. Raynouard était
cependant incapable de conseiller aucune espèce de provocation.

Enfin l'Empereur touchait au terme des dangers que les populations
provençales lui avaient fait courir. Il passa au Luc. De là il fut droit
au château du Bouillidou, que la princesse Pauline habitait. La
princesse Pauline attendait son frère. Les charmes de la fraternité
effacèrent un moment des souvenirs bien amers.

Les Autrichiens occupaient la contrée: le général qui commandait pour la
Sainte-Alliance avait mis une forte garnison de sûreté au château du
Bouillidou, et il avait échelonné des troupes jusqu'à Fréjus, où
l'Empereur devait s'embarquer.

Plusieurs personnages allèrent visiter l'Empereur. Le préfet du Var se
distingua dans ce pèlerinage de douleur.

La princesse Pauline saisissait avec ardeur tout ce que sa tendresse
fraternelle lui indiquait de plus touchant pour perfectionner les
honneurs de son manoir. Aucun des secrétaires particuliers de l'Empereur
ne l'avait suivi. La princesse Pauline lui céda celui qu'elle avait.

L'Empereur quitta le Bouillidou. Il se rendit à Fréjus, où il fut
accueilli comme il aurait dû l'être partout, avec une affliction
respectueuse. Il voulut visiter la maison paternelle de Sieyès: il
rappela que Fréjus était la patrie de Tacite. Enfin il alla à
Saint-Raphaël, petit port de pêcheurs où il avait abordé en 1798 en
revenant de l'Égypte, et d'où il partit monté sur la frégate anglaise
l'_Undaunted_.

À Fréjus, le général russe Schouvaloff, ainsi que le comte prussien
Waldbourg-Truchess, prirent congé de l'Empereur, et néanmoins ne s'en
séparèrent qu'au moment du départ.

La frégate l'_Undaunted_ vogua vers l'île d'Elbe, eut une heureuse
traversée et mouilla sur la rade de Porto-Ferrajo, le 3 mai, précisément
le même jour que Louis XVIII faisait son entrée à Paris. L'Empereur
tenait beaucoup aux souvenirs des anniversaires: il avait remarqué que
le 3 mai était l'anniversaire du jour de la grande procession des États
généraux en 1789.



CHAPITRE III

Préparatifs de la réception de l'Empereur à Porto-Ferrajo.--Le pavillon
elbois proposé par Pons.--Prise de possession de l'île.--Reconnaissance
du pavillon.--Actes officiels.--Audience donnée au colonel
Vincent.--Promenade de l'Empereur à Magazzini.--Mésaventure du
commandant Usher.--«Vive le roi d'Angleterre!»--Débarquement solennel de
l'Empereur.--Procession et Te Deum.--Napoléon à l'Hôtel de
ville.--Réception des autorités.--Plaisanteries de l'Empereur à
l'archiprêtre de Campo.--Sévérité de ses paroles au maire de
Marciana.--Audience secrète à deux personnages mystérieux.--Fête de
nuit.


Les populations subitement entraînées par un sentiment de félicité
imprévue laissent aller l'âme à la joie; hors d'elles-mêmes, elles
semblent ne plus éprouver le besoin de repos: telle était la population
porto-ferrajaise. L'exaltation de la soirée, grandissant à chaque
instant par les merveilles infinies d'une imagination en délire, ne lui
avait pas permis de compter les heures de la nuit.

Le sommeil n'avait donc pas calmé les émotions des masses. Cette nuit
n'avait été une nuit de repos pour personne; directement ou
indirectement, chacun avait une tâche à remplir, et chacun avait tenu à
honneur de bien la remplir.

Il fallait absolument tout préparer pour recevoir le plus dignement
possible l'hôte auguste qui venait présider aux nouvelles destinées de
l'île d'Elbe.

La municipalité était dans l'embarras le plus extrême. Tout le monde
officiel était debout, et chacun disait ce qu'il fallait faire, sans
songer que le plus expéditif était d'abord de mettre la main à la pâte.

Le besoin principal était un logement. Le général Dalesme avait de suite
offert le sien. La municipalité n'était pas d'avis d'accepter: elle
donnait pour raison que l'Empereur devait se loger au milieu du peuple.
Moi, je disais que l'Empereur pourrait être affecté de se voir tout à
coup renfermé dans une forteresse qui avait passablement l'air d'un lieu
de détention. Le général Dalesme n'insista pas. On parla de deux belles
maisons bourgeoises. Enfin l'on se décida pour l'Hôtel de ville; c'est
ce qu'il y avait de plus convenable.

Mais il fallait démeubler et meubler l'Hôtel de ville. Il fallait se
faire prêter tous les meubles meublants, sans exception aucune. Il
fallait savoir ce qu'on devait demander, à qui l'on devait demander. Il
fallait des commissaires pour aller demander, des hommes pour
transporter. Tout cela n'était pas chose facile, d'autant plus que le
temps pressait.

La réunion des autorités civiles et militaires, les cérémonies
religieuses, la prise d'armes par la garnison, le rassemblement de la
garde nationale, tout ce qui avait un caractère public devait
nécessairement se préparer, et les heures marchaient à pas de géant. Il
y avait deux ou trois grands pavillons à confectionner, ce qui
nécessitait l'emploi de beaucoup de bras pour pouvoir aller assez vite.
Plusieurs notabilités demandaient à être présentées officiellement:
c'était l'ambition qui déjà commençait à poindre. Ajoutons que toutes
les presses étaient en activité, que les proclamations devaient
paraître.

Puis le général Bertrand avait écrit au général Drouot «qu'il serait
essentiel qu'il y eût beaucoup de population réunie pour recevoir
l'Empereur», et le général Drouot s'était empressé de communiquer cette
lettre. On avait envoyé des exprès dans toutes les communes de l'île,
pour communiquer la nouvelle de l'arrivée de l'Empereur, et pour
ordonner aux municipalités et au clergé de se rendre immédiatement à
Porto-Ferrajo. Les maires étaient engagés à se faire accompagner par
leurs administrés d'importance.

Dès le grand matin, le général Dalesme et le sous-préfet avaient fait
afficher les deux proclamations que l'on va lire.

Le général Dalesme:

     «Habitants de l'île d'Elbe!

     «Les vicissitudes humaines ont conduit l'empereur Napoléon au
     milieu de vous, et c'est à son propre choix que vous devez de
     l'avoir pour votre souverain.

     «Avant d'entrer dans vos murs, votre auguste souverain et nouveau
     monarque m'a adressé les paroles suivantes que je me hâte de vous
     faire connaître, parce qu'elles sont le gage de votre félicité
     future: «Général, j'ai sacrifié mes droits aux intérêts de la
     patrie et je me suis réservé la souveraineté et propriété de l'île
     d'Elbe, ce à quoi toutes les puissances ont consenti. Veuillez
     faire connaître ce nouvel état de choses aux habitants, et le choix
     que j'ai fait de leur île pour mon séjour en considération de la
     douceur de leurs habitudes et de la bonté de leur climat.
     Dites-leur qu'ils seront l'objet de mon plus vif intérêt.»

     «Elbois! ces paroles n'ont pas besoin d'être commentées: elles
     formeront votre destinée.

     «Habitants de l'île d'Elbe, bientôt je m'éloignerai de vous. Cet
     éloignement me sera pénible parce que je vous aime sincèrement.
     Mais l'idée de votre félicité adoucira l'amertume de mon départ,
     et, en quelque lieu que je puisse être, je me rapprocherai de cette
     île par le souvenir des vertus de ses habitants et par les voeux que
     je formerai pour leur bonheur.»

Le sous-préfet:

     «Le plus heureux événement qui pût jamais illustrer l'histoire de
     l'île d'Elbe s'est réalisé en ce jour.

     «Notre auguste souverain, l'empereur Napoléon, est arrivé parmi
     nous. Donnez un libre cours à la joie qui doit inonder vos âmes.
     Nos voeux sont accomplis: la félicité de l'île d'Elbe est assurée.

     «Écoutez les premières paroles qu'il a daigné vous adresser en
     parlant aux fonctionnaires qui vous représentent: «Je vous serai un
     bon père; soyez pour moi de bons fils.» Elles resteront
     éternellement imprimées dans vos coeurs reconnaissants.

     «Unissons-nous tous autour de sa personne sacrée; rivalisons de
     zèle et de fidélité pour le servir. Ce sera la plus douce
     satisfaction pour son coeur paternel, et ainsi nous nous rendrons
     dignes de la faveur signalée que la Providence a bien voulu nous
     accorder.»

Une foule de réflexions viennent ici se présenter à mon esprit. Le
général Dalesme, l'un des plus dignes hommes du monde, fait un éloge
pompeux des habitants de l'île d'Elbe, et, avec raison, trois jours
auparavant, il accusait les trois quarts des Elbois d'être des brigands
armés pour se livrer au pillage, et il ne voulait pas écouter leurs
paroles de soumission, et il exigeait leur désarmement, et il ignorait
quel parti ils prendraient! Les murs de Porto-Ferrajo étaient encore
tapissés des plaintes amères que le sous-préfet adressait à ces trois
quarts de la population elboise, il y avait à peine une semaine! Les
moeurs d'une population ne changent pas du jour au lendemain. Les
Capoliverais et les habitants de la marine de Marciana sont Elbois,
cependant leurs moeurs ont toujours eu quelque chose de sauvage. Ce sera
la même chose tant qu'on ne les aura pas forcés à s'instruire.

J'aurais conçu la proclamation du général Dalesme adressée aux
Porto-Ferrajais. Les Porto-Ferrajais méritaient tout le bien que l'on
pouvait en dire, mais ce n'était pas le moment d'étendre les éloges hors
de l'enceinte de Porto-Ferrajo.

Il y a une autre chose que ma raison ne peut pas comprendre, ou du moins
qu'elle ne peut pas bien s'expliquer.

On veut qu'une grande population se trouve en présence de l'Empereur
lorsqu'il fera son entrée à Porto-Ferrajo: c'est qu'on cherche à lui
persuader que sa nouvelle capitale est une cité extrêmement peuplée, ce
qui signifie un pays d'une grande importance. Mais ce leurre est d'un
ridicule extrême. Est-il possible que l'Empereur n'ait pas au moins lu
un dictionnaire géographique pour savoir avec précision ce que c'est que
la ville de Porto-Ferrajo? Ensuite la population compacte par laquelle
on cherche à l'éblouir ne fera que paraître et disparaître, et puis,
lorsqu'il voudra la retrouver, qu'il la demandera, on devra forcément
l'humilier en lui avouant qu'on n'avait pas assez compté sur son
caractère pour lui faire supporter un isolement presque absolu. Sans
doute l'intention est bonne; mais elle donnerait une faible idée du
stoïcisme de l'empereur Napoléon, si elle était fondée.

Pendant cette nuit, je n'étais pas resté sans rien faire. Il m'avait
semblé que le pavillon elbois pouvait être plus convenable. Je proposai
à l'Empereur de le faire «fond blanc traversé d'une bande tricolore». Je
ne parlai point d'abeilles. Le colonel Campbell se chargea de mon pli.

Dès le commencement de la matinée, plusieurs personnes notables se
rendirent à bord de la frégate anglaise. La plus notable de ces
personnes était sans aucun doute le colonel Vincent. Le colonel Vincent
m'avait demandé comment mon républicanisme s'arrangerait avec les idées
de l'Empereur. J'ai su beaucoup plus tard qu'il avait dit au général
Drouot que je brûlais de républicanisme, et que je ne me taisais point à
cet égard. Cette confidence n'avait d'ailleurs eu aucun caractère
d'hostilité: mes rapports avec le colonel Vincent avaient toujours été
fort bons.

Le général Drouot prit possession légale de l'île d'Elbe au nom de
l'empereur Napoléon. Ce procès-verbal est daté du 3: cependant il ne fut
signé que le 4. On voulut qu'il portât le jour de l'arrivée. En voici la
copie parfaitement exacte:

     «Cejourd'hui 3 mai 1814, en présence de M. Klam, chambellan de S.
     M. l'empereur d'Autriche, major et aide de camp du maréchal de
     Schwartzemberg, chevalier de l'ordre impérial russe de Sainte-Anne
     de deuxième classe et de l'ordre bavarois de Maximilien-Joseph, et
     de M. Hasting, lieutenant au service de Sa Majesté sur la frégate
     _l'Indomptée_, désignés par MM. les commissaires des puissances
     alliées pour être présents à la prise de possession de l'île d'Elbe
     par S. M. l'empereur Napoléon;

     «Nous, baron Dalesme, en vertu des ordres qui nous ont été adressés
     par S. E. le comte Dupont, ministre de la guerre, avons fait remise
     de l'île d'Elbe, de ses places fortes, batteries, établissements et
     magasins militaires, munitions et de toutes les propriétés
     dépendant du domaine impérial, à M. le général de division Drouot,
     chargé des pleins pouvoirs de S. M. l'empereur Napoléon reconnu
     souverain de l'île d'Elbe par les puissances alliées et le
     gouvernement provisoire de la France; avons de suite dressé et
     signé, avec les témoins ci-dessus désignés, le présent
     procès-verbal de possession de l'île d'Elbe, fait par M. le général
     Drouot au nom de l'empereur Napoléon.»

Voici maintenant le procès-verbal de la reconnaissance du pavillon
elbois:

     «Cejourd'hui 4 mai 1814, S. M. l'empereur Napoléon ayant pris
     possession de l'île d'Elbe, le général Drouot, gouverneur de l'île
     au nom de l'Empereur, a fait arborer sur les forts le pavillon de
     l'île, fond blanc traversé diagonalement d'une bande rouge semée de
     trois abeilles d'or. Ce pavillon a été salué par les batteries du
     fort, de la côte, de la frégate anglaise _l'Indomptée_ et des
     bâtiments français qui se trouvaient dans le port. En foi de quoi,
     nous, commissaires des puissances alliées, avons signé le présent
     procès-verbal avec le général Drouot, gouverneur de l'île d'Elbe.»

Le procès-verbal de la prise de possession de l'île d'Elbe avait été
signé par les délégués des commissaires des puissances alliées, et
l'acte de reconnaissance du pavillon elbois était signé par les
commissaires eux-mêmes. On m'assura que ce changement avait eu lieu sur
une observation de l'Empereur.

L'Empereur décréta en même temps que la cocarde elboise serait, comme le
pavillon elbois[58], fond blanc bordé d'une bande rouge, semée de trois
abeilles d'or, et une heure après tout le monde la portait, même la plus
grande partie des Français qui devaient rentrer en France.

Il y eut aussi cela de particulier que les quelques individus qui
avaient d'abord mis la cocarde blanche, honteux de se trouver en si
petit nombre, renoncèrent à leur initiative et mirent leur morceau de
linge blanc à la poche. Je crois que, sans cela, il y aurait eu des
querelles dans la journée. Le général Dalesme fut obligé de défendre à
tous les Français sous ses ordres de porter toute autre cocarde que la
cocarde française, et c'est à peine s'il fut obéi.

Donc le colonel Vincent était allé saluer l'empereur Napoléon, et
l'empereur Napoléon avait paru fort aise de le voir. Cependant le
colonel Vincent était en disgrâce depuis les affaires de Saint-Domingue,
et le gouvernement impérial lui avait constamment refusé l'avancement dû
à ses bons services, car il était arrivé au terme de sa longue carrière,
peut-être même était-il le doyen du service actif du génie militaire,
sans pourtant avoir atteint au grade de général. Quoi qu'il en soit, il
n'eut qu'à se louer de la manière dont il fut accueilli, et, pour me
servir de sa propre expression, «l'Empereur l'accapara».

Tandis que la ville de Porto-Ferrajo mettait la dernière main à ses
préparatifs, que ses murs se remplissaient de toutes les municipalités
et de toutes les notabilités de l'île, que toutes les embarcations
voltigeaient autour de la frégate, l'empereur Napoléon prenait des
informations sur les hommes et sur les choses. Il avait beaucoup
questionné le colonel Vincent, il questionna beaucoup le président du
tribunal. Le colonel Vincent n'aimait pas Porto-Ferrajo, parce qu'on y
avait beaucoup crié contre lui. Le président du tribunal était un homme
de coterie et de commérage: ce n'était pas un méchant homme, mais il ne
savait pas être l'ami de celui-ci sans être l'ennemi de celui-là, et par
conséquent il était toujours en guerre avec quelqu'un. Ce n'était pas
tout à fait de bonnes sources pour puiser des renseignements exacts. Le
vicaire général s'était aussi présenté à l'Empereur: il se disait son
parent, il était frère d'un parent par alliance du côté maternel. Cet
homme, malgré son élévation ecclésiastique, menait une vie très relâchée
et ne méritait aucune confiance: l'Empereur ne le garda qu'un moment. Je
dirai du vicaire général ce que j'ai dit du président: ce n'était pas un
méchant homme; mais lorsqu'il était passionné, sa raison, souvent
troublée par ses habitudes de table, était dans un égarement complet.

Porto-Ferrajo n'était pas un pays facile. Il y avait trop d'intérêts en
présence. Ces intérêts ne pouvaient pas se remuer sans se heurter. Il
n'y avait qu'un moyen de ne pas troubler sa tranquillité, c'était de ne
se mêler à aucun tripotage et d'obliger indistinctement les braves gens.
Je me suis parfaitement trouvé de cette méthode. J'ai vécu plusieurs
années dans des relations d'intimité avec les Porto-Ferrajais, au plus
fort des tempêtes de guerre et de politique, et jamais je n'ai eu à me
plaindre sérieusement d'aucun d'eux.

Le moment actuel ne pouvait pas être pour l'Empereur le moment propre
aux petites audiences de bavardage. L'Empereur mit fin à celles de la
matinée, il se fit transporter de l'autre côté de la rade, à une
campagne dont l'apparence avait frappé ses regards. C'était la campagne
de Pellegrino Senno, le fermier de la Madrague.

L'Empereur avait engagé le colonel Vincent à l'accompagner. Le
commandant de la frégate et plusieurs officiers étaient de cette
excursion. L'Empereur se promenait fort tranquillement avec le colonel
Vincent. Tout à coup un paysan court sur lui et, jetant en l'air le
bonnet qu'il avait sur la tête, il se mit à crier en italien d'une voix
de stentor: «Vive le roi d'Angleterre, toujours le roi d'Angleterre!» Le
colonel Vincent l'empêcha d'approcher davantage de l'Empereur;
l'Empereur porta machinalement la main à la garde de son épée; le paysan
s'arrêta dès que le colonel Vincent lui eut ordonné de s'arrêter.
L'Empereur était stupéfait de cette aventure; il demanda au colonel si
ce cri était le cri familier de la population ou si c'était le premier
jour qu'il se faisait entendre, et il chargea le colonel d'aller étudier
la véritable cause de cet événement. Le colonel s'acquitta de la mission
dont il était chargé. Je copie le journal du colonel Vincent:

     «Ce cri ne signifiait rien. Il avait été acheté une guinée par le
     commandant de la frégate. Celui-ci, qui probablement n'avait jamais
     monté à cheval, avait témoigné le plus grand désir de monter sur
     une des petites bêtes du pays, qui alors passait devant lui, et
     l'enfant qui la conduisait la lui avait confiée. Le commandant
     anglais était monté sur ce cheval poupée, mais le cheval n'avait ni
     bride ni licou, et le pauvre marin était obligé de se tenir à la
     crinière. Toutefois, il ne se tenait pas si bien que sur le tillac
     de sa frégate au milieu des plus grandes tourmentes. L'enfant
     marchait en avant, l'animal suivait en paissant. Malgré cette
     marche paisible, le commandant anglais fut démonté et, ne voulant
     plus s'exposer, il donna une guinée à son conducteur: c'était plus
     que de la générosité. L'enfant courut porter le trésor à son père
     et à sa mère. Le père était venu de suite témoigner sa
     reconnaissance par ses cris de joie. L'Empereur alla à la cabane,
     il questionna la fermière. Le fermier avait eu peur: il s'était
     caché. On savait déjà à qui l'on avait affaire. La fermière fit
     comprendre que ses petites filles pourraient crier aussi: «Vive
     l'Empereur!» L'Empereur ne se le fit pas répéter: il donna aux
     petites filles. Alors la mère prenant un ton patelin dit dans son
     langage à l'Empereur: «Les monnaies d'or de notre souverain
     plaisent beaucoup à nos enfants.» Pendant cette promenade qui fut
     assez longue, l'Empereur fut parfaitement tranquille et il me
     questionna sans cesse. Il voulait tout connaître à fond. Dès son
     retour à bord, il déjeuna de fort bon appétit. Pendant le déjeuner,
     il me rendit une justice éclatante quant aux affaires de
     Saint-Domingue. Il reconnut qu'on lui avait fait faire de grosses
     sottises. Il avoua que je lui avais dit des vérités dont l'utilité
     lui avait plus tard été démontrée. Il persista dans cette opinion,
     qui n'était pas celle du général Bertrand...»

Midi sonne: un coup de canon se fait entendre. Le pavillon elbois vient
d'être arboré au fort de l'Étoile. L'artillerie des remparts et le son
de toutes les cloches résonnent dans les airs: la frégate anglaise a
hissé la nouvelle bannière elboise au grand mât. Tous les bâtiments qui
sont en rade font feu. Cependant le retentissement de l'airain est moins
puissant que le cri des populations réunies. C'est le premier appel au
coeur des Elbois. Les coeurs elbois semblent pleins d'amour, tant ils sont
pleins d'espérance.

Néanmoins, au milieu de cette joie d'apparence universelle, l'oeil
observateur pouvait distinguer des craintes.

Le général Dalesme ne pouvait pas avoir oublié les mauvais quarts
d'heure que les révoltés lui avaient fait passer. Il ne pensait pas que
ce qu'il avait publié en faveur des Elbois fût une amnistie pour ceux
qui avaient ensanglanté ou voulu ensanglanter l'Île d'Elbe. Il avait dit
au maire de Rio Montagne qui cherchait à s'excuser: «Maintenant que vous
ne pouvez plus faire le brigand, vous faites le chien couchant, et ce
n'est pas la première fois que cela vous arrive. Mais les faits sont là.
C'est à la justice à prononcer.» Cette réponse échappée à la conscience
d'un homme d'honneur, de suite répandue dans le public, avait effrayé
tous ceux qui se sentaient coupables. On craignait que l'opinion du
général Dalesme ne devînt l'opinion de l'empereur Napoléon. Les révoltés
cherchaient partout des points d'appui pour se faire pardonner. Je crois
bien que je fus le fonctionnaire public qu'on sollicita le plus: on
savait que j'étais l'ami intime du général Dalesme. Mais l'Empereur ne
songea pas à punir; il ne voulait pas même savoir s'il y avait à punir.

Il y avait une autre ombre au tableau de joie enivrante qui frappait les
regards. Les Anglais s'associaient officiellement à l'explosion de la
félicité commune, mais il n'en était pas ainsi dans leurs conversations
privées, et plusieurs Porto-Ferrajais avaient dû sévèrement réprimer des
insinuations captieuses sur l'existence future des Elbois. Il n'y a rien
là qui doive étonner. L'Anglais, homme de gouvernement, n'a rien de
commun avec les hommes de l'état social, et il fait bande à part. Lui:
c'est l'univers.

La réception solennelle faite à l'empereur Napoléon à Porto-Ferrajo fut
une réception digne, et, aux jours de sa toute-puissance, l'Empereur
n'aurait pas été mieux reçu même à Lyon où il était tant et tant aimé.

L'empereur Napoléon devait débarquer à la porte de mer qui donne dans le
port qu'on a l'habitude d'appeler la Darse. Le port est presque tout
entouré par les remparts de la place. Le général Dalesme avait permis la
communication du chemin de ronde, ce qui mettait le faîte des remparts à
la disposition du public. Les quais du port étaient encombrés de
population. La population était aussi compacte sur les remparts. Ce
premier coup d'oeil avait vraiment quelque chose de beau. Suivons
maintenant la disposition de la partie de Porto-Ferrajo que le cortège
impérial devait parcourir. La porte de mer du côté de la ville donne sur
une place formant un carré long, et cette place communique par deux rues
marchandes à la place d'armes, vaste carré, sur deux côtés duquel il y
a, en face l'un de l'autre, la maison commune et la paroisse. Les deux
places sont entourées de jolies maisons. Toutes les populations elboises
étaient sur ces deux places. Toutes les croisées étaient ornées des plus
belles tentures que l'on avait pu trouver; elles étaient plus ornées
encore par les dames de Porto-Ferrajo qui y avaient pris place dans tout
le luxe de leur grande toilette. Il était impossible d'ajouter à ce
faste du pays.

L'empereur Napoléon quitta la frégate anglaise pour faire son entrée à
Porto-Ferrajo. On lui avait préparé le grand canot dont les bancs
étaient couverts de beaux tapis. Dès que le canot poussa au large, la
frégate salua l'Empereur de vingt et un coups de canon et de trois
acclamations de hourras répétés par les matelots anglais rangés
symétriquement sur les vergues. Les canotiers répondirent aux trois
hourras par trois autres hourras. Pendant la durée des hourras,
l'Empereur resta la tête découverte. Tous les bâtiments en rade
saluèrent de leur artillerie et de leurs hourras. La place de
Porto-Ferrajo associa toutes ses batteries et ses cloches à toutes ces
salutations. Ce second retentissement m'affligeait. Il semblait me dire
que les destinées étaient accomplies, que l'empereur Napoléon était
entièrement perdu pour la France. Mon coeur était serré. Je ne voyais
plus l'homme du pouvoir absolu. C'était le héros qui m'apparaissait dans
toute sa nationalité, car l'empereur Napoléon était vraiment national.

Toutes les embarcations de la frégate, des bâtiments en rade, toutes les
embarcations du pays suivaient le canot de l'Empereur, et cet ensemble
ne pouvait être que très pittoresque[59].

En arrivant au port, l'Empereur fut visiblement étonné de ce qu'il
voyait, et il ne chercha pas à cacher son étonnement. Il se découvrit de
nouveau aux premiers cris populaires. C'est ainsi qu'il aborda au petit
môle de débarquement. Il mit pied à terre.

Toutes les autorités civiles et militaires attendaient. Le clergé
attendait aussi; il était venu recevoir processionnellement l'Oint du
Seigneur.

Le maire s'approcha de l'Empereur, le salua profondément, et il lui
présenta les clefs de la ville déposées dans un bassin d'argent.
L'Empereur prit ces clefs, il les garda un moment, et il les rendit au
maire en lui adressant ces paroles honorables: «Reprenez-les, monsieur
le maire, c'est moi qui vous les confie; et je ne puis pas mieux les
confier.» Ce qui était vrai, car c'était un digne magistrat. M. le maire
n'avait pas pu articuler une seule parole. Il n'avait pas même pu lire
quelques mots qu'il avait écrits. Alors M. le vicaire général s'avança
pour recevoir l'Empereur sous le dais: l'Empereur y prit place. Le
cortège se mit en marche.

L'Empereur était comme la veille, en habit de chasseur de la garde
impériale, mais alors il portait l'étoile de la Légion d'honneur, la
Couronne de fer, la Croix de la réunion, et il avait repris son petit
chapeau historique.

Le général Bertrand et le général Drouot suivaient immédiatement
l'Empereur. Le général Bertrand était décoré du grand cordon; le général
Drouot ne portait que la croix de commandant. L'Empereur avait témoigné
le désir que le général Dalesme ne quittât pas le général Bertrand et le
général Drouot.

Puis venaient les commissaires de la coalition: le général autrichien
Koller et le colonel anglais Campbell, le comte Klam et le lieutenant
Hasting, adjoints aux commissaires.

Le trésorier de la couronne, Peyrusse, et le colonel des Polonais,
Germanovski, marchaient ensemble.

Les deux fourriers du palais, faisant fonction de préfets du palais,
Deschamps et Baillon, le médecin Foureau de Beauregard, le chirurgien
Emery, le pharmacien Gatti, faisaient groupe et complétaient les
officiers de la maison de l'Empereur.

L'état-major de la frégate anglaise formait un corps particulier. Les
autorités civiles et militaires lui avaient cédé le pas, ce qui était
une politesse déplacée.

La garde nationale et la troupe de ligne bordaient la haie. La garde
nationale s'était vraiment surpassée; sa tenue ne laissait rien à
désirer. La troupe ne se composait que de débris, ce qui ne la rendait
pas moins intéressante.

Le cortège marchait lentement; la foule le pressait et l'arrêtait sans
cesse. On voulait voir l'Empereur de près. C'était la volonté générale,
mais chaque volonté particulière se substituait à la volonté générale:
de là, des luttes, des ondulations populaires, des haltes forcées.
L'Empereur semblait résigné. Il n'en était pas de même du vicaire
général: impatient de sa nature, il trépignait visiblement; si cela
avait dépendu de lui, il aurait eu recours au pugilat pour se faire
ouvrir le passage. L'église était parée comme aux jours de grande fête.
Au milieu de la nef, il y avait un prie-Dieu préparé pour l'Empereur,
couvert d'un tapis de velours cramoisi. Deux chambellans avaient été
improvisés pour assister l'Empereur durant la cérémonie; ils le
conduisirent à sa place, et ils se tinrent à ses côtés. La population
avait envahi l'église.

Le vicaire général entonna l'hymne de saint Ambroise: _Te Deum
laudamus_, et ensuite il donna la bénédiction du Saint Sacrement.

Il était naturel que tous les yeux se portassent sur l'Empereur. On lui
avait remis un livre d'église: il lisait. Peut-être serais-je plus vrai
si je disais qu'il faisait semblant de lire. Pourtant deux fois je crus
au remuement de ses lèvres qu'il priait, et même qu'il priait avec
ferveur. Il ne tourna pas une seule fois la tête pour regarder ce qui se
passait autour de lui. Les chambellans improvisés avaient une rude tâche
à remplir pour leur noviciat. Ils ne savaient d'abord comment s'y
prendre pour dire à l'Empereur de s'asseoir, de se lever, de
s'agenouiller, et leur gêne par défaut d'habitude se manifestait de
toutes les manières. L'Empereur cherchait à les soulager en les
prévenant; les rôles étaient presque intervertis. On remarquait que
l'Empereur répondait à leur attention avec une affabilité extrême.

Cette cérémonie avait un caractère particulier. Celle-ci ne pouvait pas
être purement religieuse à l'égard de l'empereur Napoléon... Pour rendre
sincèrement grâce à Dieu de l'avoir fait passer du plus grand Empire du
monde au plus petit trône de la terre, il aurait fallu que le malheur
l'eût déjà sanctifié, et certainement il n'en était pas encore à cet
état de béatitude. Sans doute l'empereur Napoléon était religieux: vingt
circonstances de sa vie l'ont prouvé. Mais de là à l'abnégation absolue,
il y a l'immensité à traverser. L'Empereur, sans avoir rien de trop
mondain ni de trop dévot, se dessinait avec majesté, et il plaisait à
tous les fidèles qui l'avaient accompagné dans le temple de Dieu.
L'Empereur, toujours maître de lui, avait l'air calme, mais il ne
l'avait pas impassible, et sa physionomie trahissait son émotion.

Certainement l'ensemble du clergé n'était pas dans son assiette
ordinaire, et, presque troublé, il tâtonnait pour savoir ce qu'il avait
à faire. Le vicaire général se trompa deux fois. On aurait dit que
l'Empereur éblouissait les prêtres.

Personne ne faisait preuve d'insensibilité: tout le monde était
recueilli.

Mais c'est surtout la population porto-ferrajaise qui se montrait
touchée; elle semblait assister à des prières de famille. L'église était
encombrée; les voix chantantes étaient nombreuses. Aux deux versets
suivants de l'hymne ambroisienne (_sic_): «Nous vous supplions donc de
secourir vos serviteurs que vous avez rachetés de votre sang précieux...
C'est en vous, Seigneur, que j'ai mis mon espérance; je ne serai point
confondu à jamais», le peuple, selon l'usage d'Italie, se mit à genoux,
la tête baissée, et l'intonation de ses paroles chantées eut une ferveur
vraiment extrême. Le peuple croyait que ces deux versets étaient des
prières plus particulières pour l'Empereur. Le moment de la bénédiction
fut un moment dont la solennité sainte maîtrisa le peuple
porto-ferrajais.

C'était la population de Porto-Ferrajo qui, tout naturellement, avait
envahi la première l'église, et par conséquent ce n'est que d'elle que
je puis parler, quant à ce qui s'est passé à l'église.

Le cortège, dans le même cérémonial, sortit de l'église, et il
accompagna l'Empereur à l'Hôtel de ville, où il devait loger. La
municipalité avait pris les devants pour aller le recevoir. En quittant
le dais, l'Empereur se trouva entouré de toutes les autorités, de toutes
les notabilités, et au moment où il entra dans l'Hôtel de ville, il fut
salué à plusieurs reprises par des acclamations brûlantes de tendresse
populaire.

On croyait que la journée était terminée pour l'Empereur: l'on ne
connaissait pas l'homme. La journée ne faisait alors que commencer pour
lui. Il donna de suite audience.

Le général Dalesme présenta tous les Français qui voulurent être
présentés; tous ne le voulurent pas. Les adorateurs du soleil levant
détournaient la tête pour ne pas voir le soleil couchant. Les paroles
que l'Empereur adressa aux Français furent toutes remarquablement
empreintes de patriotisme. Il dit au commandant du génie Flandrin, qui
lui adressait quelques mots de regret: «La patrie avant tout, mon cher
commandant, et alors on ne se trompe jamais!»

Le sous-préfet présenta les municipalités, les municipalités
présentèrent leurs notabilités. L'Empereur trouva des paroles pour tous
en général, pour chacun en particulier. Certainement il avait lu le
_Voyage d'Arsenne Thiébault_, car il parlait pertinemment des diverses
communes de l'île d'Elbe, et il est facile de comprendre combien cela
surprenait les Elbois. Il affecta même de passer toutes les localités en
revue: il disait beaucoup de choses en peu de mots. Outre le _Voyage
d'Arsenne Thiébault_, l'Empereur avait eu des notes officielles pour
tout ce qu'il pouvait lui être utile de savoir sur l'île d'Elbe. Ensuite
il faisait ses premières questions de manière à connaître de suite les
personnages auxquels il avait affaire; alors il prenait le langage qui
convenait le mieux à ses interlocuteurs. Aussi les Elbois n'en
revenaient pas des connaissances positives que l'Empereur avait de leurs
besoins généraux et de leurs besoins particuliers. Il écarta plusieurs
fois des explications qu'on voulait lui donner relativement aux
révoltes: c'était un grand point de quiétude pour les révoltés. Mais le
maire de Marciana le fit pourtant écarter un moment de son système
d'oubli du passé. Ce maire, plus par embarras que par calcul, essaya de
justifier les crimes commis, et l'Empereur l'interrompant lui dit: «Vous
me feriez croire que vous êtes au nombre des criminels, si vous aviez le
courage de chanter leurs louanges. La loi a voulu tirer un voile sur le
passé; laissez-moi imiter la loi, et soyez heureux de mon respect pour
elle.» L'Empereur voulait séduire; il séduisit. Tout le monde était
enchanté.

Le président du tribunal présenta la magistrature; l'Empereur questionna
plus particulièrement le procureur impérial, M. Fontaine, homme intègre,
éclairé et franc.

Vint la présentation des prêtres. Le vicaire général salua.
L'archiprêtre de Capoliveri porta la parole; on le disait le prêtre le
plus instruit de l'île. Il ne fut pas le plus adroit. Il glissa presque
sur l'arrivée providentielle de l'Empereur. Sa harangue porta de suite
sur le malaise du clergé, sur les besoins des églises et sur l'urgence
de venir promptement à leur secours. L'auditoire ne fut pas favorable à
l'orateur. Lorsque l'orateur sacré eut terminé son discours profane,
l'Empereur, qui l'avait écouté avec beaucoup de patience, passa au
creuset épuratoire les exagérations de misère dont on venait de lui
faire l'énumération. Il détruisit ces exagérations une à une, et
lorsqu'il eut fini, s'adressant plus particulièrement à l'archiprêtre,
il lui répéta en riant ce proverbe italien: «_Dominus vobiscum_ n'est
jamais mort de faim.» Puis, reprenant le ton sérieux, l'Empereur dit au
clergé: «Soyez tranquilles, messieurs, je pourvoirai aux besoins du
culte», et il le congédia.

On croyait l'Empereur éreinté: il parla de suite de monter à cheval.
Mais il fut arrêté par une circonstance qui m'intrigua alors, qui
m'intrigue toujours, par la raison que je ne puis pas l'expliquer.

Il y avait encore des visiteurs dans la maison commune devenue palais
impérial. L'Empereur allait sortir lorsque le fourrier du palais Baillon
lui présenta deux personnages qui demandaient à lui parler, et que
l'Empereur conduisit dans une pièce voisine du salon où il les garda
pendant environ un quart d'heure. Ces deux personnages, arrivés dans
l'après-midi, repartirent dès qu'ils eurent quitté l'Empereur, et je
n'ai jamais su qui ils étaient. Je n'assure pas que c'était un mystère,
mais cela avait l'air mystérieux, et avec d'autant plus de raison, qu'il
fut démontré pour tout le monde que l'Empereur n'avait pas voulu, avec
intention, parler en présence de témoins.

L'Empereur visita minutieusement la place, rentra, et reçut peu de monde
dans la soirée. Ce fut avec le colonel Vincent qu'il s'entretint le
plus.

La ville fut brillamment illuminée, le pauvre fut au moins aussi
généreux que le riche pour participer à l'illumination.



CHAPITRE IV

Visite de Napoléon aux mines de Rio.--Premiers froissements entre
l'Empereur et Pons.--Les fleurs de lis du parterre.--L'enseigne
Taillade.--Le pavillon elbois et celui des Appiani.--Opérations
maritimes.--Promenade de l'Empereur avec Pons.--Le madère, friandise
impériale.--Conversation de l'Empereur.--Le Monte Volterrajo et ses
légendes.--Platitude du maire de Rio-Montagne.--Retour à
Porto-Ferrajo.--Faute d'étiquette de Pons.--Il reste à la tête des
mines.--Début de ses relations amicales avec Drouot.


Vers minuit l'Empereur me fit appeler, et je me rendis avec empressement
auprès de lui.

En approchant du salon impérial, assez intrigué de ce que l'Empereur
pouvait vouloir de moi à une heure aussi avancée de la nuit, j'entendis
une discussion assez vive à laquelle mon nom était mêlé, et j'hésitai
pour entrer sans être annoncé. La porte s'ouvrit: je me trouvai en
présence de l'Empereur. Le général Bertrand et le général Dalesme
étaient avec lui. Le général Dalesme me fit un signe d'intelligence qui
semblait m'engager à dire _oui_, le général Bertrand me fit un autre
signe qui m'engageait à dire _non_: il était naturel que j'eusse une
propension pour le signe que mon ami me faisait. Le général Bertrand
allait m'adresser la parole; l'Empereur lui dit: «Laissez-le me
répondre», et de suite il m'interrogea: «Pouvez-vous me donner à
déjeuner à Rio-Marine?--Oui, Sire.--À neuf heures du matin?--Oui,
Sire.--Dites-moi franchement si cela ne vous sera pas un trop grand
dérangement.--Cela ne me dérangera pas du tout: seulement j'aurai besoin
de l'indulgence de Votre Majesté pour la manière dont je la recevrai,
car il y a longtemps que ma maison est abandonnée...--Le grand maréchal
prétend qu'il vous est impossible de me recevoir?--C'est, au contraire,
très facile.--Mais Mme Pons: ne sera-ce pas abuser de sa
complaisance?--Ma femme sera heureuse de ce que Votre Majesté veut bien
accepter notre hospitalité.--Réfléchissez bien. Pouvez-vous me recevoir
sans trop vous déranger, surtout sans trop déranger Mme Pons?--Que Votre
Majesté soit tranquille à cet égard! À neuf heures Votre Majesté
trouvera sa table servie.» Alors l'Empereur, se tournant vers le général
Bertrand, lui dit: «Vous le voyez bien, je ne le pousse pas pour vous
répondre affirmativement», et le général Bertrand sortit sans répliquer.
Dès qu'il fut sorti, l'Empereur, s'adressant au général Dalesme, lui
dit, en haussant les épaules: «Rien n'est possible pour lui», et il
ajouta une parole d'humeur qui me parut déplacée. Je pris congé. Le
général Dalesme vint avec moi; le général Bertrand nous attendait; il me
pria de faire trouver une grande population à l'arrivée de l'Empereur.

J'envoyai de suite à Rio-Marine; une heure après, j'étais moi-même en
route. La population était debout pour me recevoir. Ma femme était
restée à Porto-Ferrajo pour faire confectionner deux drapeaux elbois,
aussi pour me procurer de quoi bien traiter l'Empereur. Je fis jeter les
filets à la mer: la pêche fut vraiment miraculeuse. On prit un dentiche
qui pesait plus de vingt-cinq livres. Les marins riais criaient au
sortilège. À sept heures du matin, j'étais prêt à recevoir l'Empereur.

Je n'avais pas oublié la prière du général Bertrand qui savait que,
depuis quatre mois, les travaux des mines étaient suspendus (le blocus
de l'île d'Elbe avait forcé l'administrateur général des mines à se
réfugier dans Porto-Ferrajo). C'est sans doute ce qui lui avait fait
penser que quelques heures de nuit ne suffiraient pas pour donner une
hospitalité agréable à l'Empereur.

L'Empereur se prêtait beaucoup à tout ce qui pouvait empêcher que sa
présence ne devînt inquiétante pour les personnes qui le recevaient. Sa
suite était moins discrète, surtout la basse domesticité. Cette
valetaille n'avait aucun ménagement quand elle était ailleurs que dans
la demeure impériale.

La suite de l'Empereur n'était pas composée d'amis dévoués à la vie et à
la mort. Les sommités croyaient remplir un devoir, et le remplissaient
honorablement. Ce qui venait ensuite avait couru après la fortune.
Chacun avait augmenté d'un grade. La plupart des individus qui en
faisaient partie se croyaient de petits Napoléons. Les nobles
dévouements étaient dans cette poignée de braves de la garde impériale
qui avaient suivi l'Empereur pour le seul plaisir de le suivre. Il y
avait aussi des officiers dont il était impossible de ne pas reconnaître
le caractère généreux et désintéressé; les Cornuel, les Raoul, les
Combe, les Larabit, braves à l'âme forte, au coeur droit, à l'esprit
cultivé.

J'avais fait des préparatifs pour recevoir de mon mieux l'hôte couronné
qui allait honorer mon foyer. Les mineurs étaient [avec] armes et
bagages sur la crête des montagnes qui bordent la route que l'Empereur
devait suivre. Ils déployaient fièrement la bannière elboise. La
population de Rio-Marine, précédée du cortège de toutes les jeunes
demoiselles du pays, devait aller à la rencontre de l'Empereur.
L'artillerie de la marine marchande n'attendait que la mèche pour
retentir dans les airs. Le pavillon elbois flottait sur l'hôtel de
l'administration des mines. Le curé se tenait en habits sacerdotaux sur
la porte de l'église: c'était une réception de bon coeur, et elle en
valait bien d'autres.

L'Empereur s'était arrêté un moment chez le maire de Rio-Montagne. Dès
qu'il eut quitté Rio-Montagne, je montai à cheval pour aller au-devant
du cortège impérial. L'Empereur m'accueillit avec une bienveillance
marquée; il me plaça à sa droite pour faire son entrée dans le pays. La
population joignit bientôt. Des vivats furent répétés; les jeunes
demoiselles baisèrent la main de l'Empereur.

Cette journée fut féconde en anecdotes. Les Riais me considéraient comme
leur providence. Ils crièrent bien: «Vive l'Empereur!» mais bientôt ils
ajoutèrent à ce cri celui de: _«Viva il nostro babbo!»_ L'Empereur
comprit de suite que ce _notre père_ ne s'adressait pas à lui. Il me
dit: «Vous êtes le prince ici.--Non, Sire, lui répondis-je vivement,
avec une émotion profonde, mais je suis le père.--Ce qui vaut beaucoup
mieux», ajouta l'Empereur.

Nous descendîmes à l'hôtel de l'administration. On montait par un perron
à un parterre sur lequel donnait l'entrée de l'hôtel. Le parterre était
très fleuri, mais la fleur de lis y dominait les autres fleurs, et il
était presque impossible que la fleur de lis ne sautât pas aux yeux de
l'Empereur. Seulement elle y sauta un peu trop. L'Empereur s'arrêta, il
se tourna vers moi, et, en me montrant les lis, il me dit en souriant:
«Me voici logé à une bonne enseigne.» J'avoue que le sourire de
l'Empereur ne me parut pas de bon aloi. Le jardinier n'y avait pas
entendu malice en plantant des lis. Je les aurais certainement fait
arracher s'ils avaient fixé mon attention. Tant est-il que les lis me
valurent une disgrâce: les yeux de l'Empereur ne se portèrent plus sur
moi. L'Empereur avait souri en voyant son pavillon sur la crête des
montagnes. Il ne fit pas attention à celui qui était déployé sur le
balcon de l'hôtel.

Le général Dalesme m'apprit avec anxiété que l'Empereur lui avait
demandé tout à coup «si j'étais toujours républicain», et qu'il lui
avait répondu que «j'étais toujours patriote». L'anxiété du général
Dalesme ne m'effraya point, je calmai ses alarmes affectueuses. J'étais
bien décidé à ne pas renier mon républicanisme. Mon ami ne pouvait pas
concevoir ma tranquillité. C'était tout simple: il avait vécu près de la
verge impériale, il la craignait. Moi, je ne l'avais pas même approchée;
je n'en avais pas peur.

L'Empereur prit possession de l'hôtel. En y entrant, il me demanda où
était Mme Pons, et je lui répondis qu'elle était restée à Porto-Ferrajo
pour les bannières elboises, ainsi que pour me mettre à même de le
recevoir le moins mal possible. L'Empereur me chargea de la remercier de
son aimable attention: il ajouta que le général Drouot lui en avait
parlé avantageusement.

Les bâtiments de la marine marchande étaient tirés à terre. Ils avaient
déployé tous leurs pavillons; ils épuisaient leur provision de poudre,
les marins criaient à tue-tête. L'Empereur voulut voir de plus près; il
fut faire une petite promenade sur le bord de la mer. Il parla à tout le
monde; il adressa la parole à ceux qui n'osaient pas la lui adresser.

On rentra pour déjeuner. L'Empereur parla administration des mines, mais
il n'en parla qu'au maire de Rio-Montagne, et il sembla prendre à tâche
de ne pas se tourner une seule fois de mon côté. Il était impossible de
se faire illusion: il y avait là une intention marquée. Cette manière de
s'adresser en ma présence à tout autre qu'à moi pour demander des
renseignements sur les mines me blessa extrêmement, et je voulus quitter
la table. Le général Dalesme connaissait mon caractère, il me
surveillait et il me retint. Mais l'Empereur avait très certainement
entendu mes murmures: sa conscience lui disait que j'étais offensé, il
changea de conversation. Personne au monde n'aurait pu m'empêcher de me
plaindre, si les lois de l'hospitalité et surtout le respect dû au
malheur ne m'avaient contraint au silence.

La nouvelle conversation de l'Empereur prit un autre caractère. Elle eut
lieu avec un enseigne de vaisseau appelé Taillade, marié sur l'île, que
l'on ne pouvait généralement pas souffrir par rapport à son amour-propre
excessif, et qui avait eu l'impertinence de dire à l'Empereur dans une
question mathématique que l'Empereur trouvait embarrassante: «Il n'y a
cependant rien de plus facile, c'est l'affaire d'un enfant.» Tout le
monde fronça les sourcils. L'Empereur resta calme. Un moment après, il
prit l'enseigne Taillade corps à corps et, en se jouant, sans aucune
altération de paroles, il mit à nu toute l'ignorance de cet officier.
L'Empereur se leva de table avant d'avoir pris le café. Le déjeuner ne
s'était pas distingué par la gaieté; le général Bertrand n'avait pas
ouvert la bouche. J'allais me retirer. L'Empereur m'appela, il me
conduisit à une croisée. Alors il me parla des mines, je lui offris de
lui donner par écrit tous les renseignements qu'il pourrait désirer. Il
ne me dit plus rien. Je ne l'avais pas contenté.

On prit le café. Après une conversation générale de jaserie, l'Empereur
m'appela de nouveau et je le suivis dans une pièce contiguë au salon. Il
commença à me parler ainsi: «La bande tricolore aurait fait crier,
d'ailleurs je ne pouvais guère m'éloigner du pavillon des Appiani.»
J'étais aux antipodes de ce début. Toutefois, je lui répondis avec
émotion qu'il ne devait y avoir rien de commun entre lui et la race
infâme des Appiani, et que le crime du premier des Appiani était un
crime pour la punition duquel le droit public ne pouvait pas admettre
une péremption. L'Empereur s'arrêta, me regarda fixement, et il resta
plusieurs minutes sans ouvrir la bouche. Son oeil brûlant semblait
chercher à voir ce qui se passait dans mon âme. Il reprit la parole en
me demandant si je voulais rester avec lui: je lui répondis que je ne
demandais pas mieux que de pouvoir lui être utile. L'Empereur comprit
mal le sens de mes paroles: il crut que je voulais lui faire entendre
qu'il avait besoin de moi; il reprit avec un ton d'humeur: «Je ne vous
demande pas si vous pouvez m'être utile, je vous demande si vous voulez
continuer votre administration.» Il ajouta: «Je suis un vieux troupier,
je vais droit au but. Restez-vous ou ne restez-vous pas?» Je me sentais
prédisposé à un langage en rapport avec le verbe haut de l'Empereur,
mais l'Empereur était exilé. Je lui dis comme décision «que je ferais ce
qu'il voudrait». Il sortit: je le laissai sortir. Je crois que nous
n'étions pas très contents l'un de l'autre. L'Empereur était resté son
maître, mais j'étais également resté le mien.

L'Empereur voulut se promener: j'allai me promener avec lui. Il marcha
du côté de la place où l'on dépose le minerai de fer. À peine avait-il
débouché sur cette place, que tous les employés, suivis de la
population, se jetèrent à ses pieds, et, à genoux, lui présentèrent une
pétition pour le supplier de me conserver dans mes fonctions
d'administrateur général. Je fus humilié que l'Empereur pût penser que
j'avais pris un détour pour lui forcer la main, et dans un paroxysme de
mauvaise humeur, sans cependant avoir l'intention de l'offenser, je lui
dis: «_Monsieur_, je vous prie de croire que je suis étranger à cette
démarche déplacée.» L'Empereur me dit avec confiance que je n'avais pas
besoin de pâlir pour lui en donner l'assurance. En effet, j'étais pâle.
Le général Dalesme me fit remarquer que j'avais dit _Monsieur_ au lieu
de dire _Sire_; je n'en savais rien. Du reste, durant cette journée, je
m'étais distingué en gaucheries de cette espèce, et j'avais plusieurs
fois appelé l'Empereur «Monsieur le duc» ou «Monsieur le comte». Je ne
crois pas que cela eût offensé l'Empereur. Car tout prouvait que ce
n'était qu'une maladresse. L'Empereur ne donna aucune parole positive
aux employés.

L'Empereur était monté à cheval à cinq heures du matin: mais il semblait
ne se délasser qu'en ajoutant à ses fatigues. C'était, dans toute
l'étendue du mot, un homme infatigable. Il voulait savoir comment on
lançait les bâtiments à la mer, comment on les tirait à terre, et
quelles mesures l'on prenait contre le mauvais temps. Je fis lancer un
bâtiment à la mer; je le fis immédiatement tirer à terre. Cette double
opération intéressa l'Empereur; il donna des avis pour la faciliter, ses
avis manquaient d'expérience; il en convint. Lorsque je me rapprochai de
l'Empereur, il me dit: «L'on vient de me raconter que vous aviez souvent
couru des dangers imminents (sic) pour détourner les malheurs qui
menaçaient les marins.» Et cette fois, il me parla avec beaucoup
d'aménité. Cette aménité continua pendant toute la promenade.

Mais la promenade ne se borna pas à une marche stérile. L'Empereur
m'accabla de questions sur le service militaire des côtes, sur l'utilité
de l'armement de Palmajola, sur les communications avec cet îlot, et
comme, en lui répondant, je regardais assez souvent le général Dalesme,
il me dit en plaisanterie: «Ce n'est pas pour instruire le général
Dalesme que je vous fais toutes ces demandes.» Pendant la guerre, afin
d'éviter des surprises nocturnes, j'avais beaucoup surveillé la défense
de mes rivages, quoique ce ne fût pas là mon affaire, et, certainement,
d'après son langage, on en avait rendu compte à l'Empereur. Le général
Dalesme lui raconta ma levée en masse contre le général anglais. Cela le
fit bien rire.

Nous étions rentrés. J'engageai l'Empereur à se rafraîchir; il hésitait,
je le pressai, il se laissa aller. Il trempa un biscuit dans du vin de
Malaga. Il nous apprit «qu'il était assez friand de ces sortes de
rafraîchissements».

J'étais plus à mon aise; le général Dalesme était plus content. Tout à
coup, il y eut apparence qu'un autre orage allait surgir: du même ton
que l'on parle de quelque chose de peu d'importance, l'Empereur me dit:
«Mais vous avez écrit contre moi!» et comme il faisait toujours en
pareille circonstance, il me regarda avec des yeux d'aigle. Cette
question pouvait m'interloquer, car elle reportait les souvenirs de
l'Empereur sur un événement politique qui s'était passé il y avait une
quinzaine d'années, et l'Empereur n'avait pas du tout paru me connaître,
même de nom. Toutefois, je lui répondis qu'on l'avait trompé, et que
j'étais en mesure de le lui prouver. Ma réponse décidée parut lui faire
plaisir.

Le retour fut agréable. L'Empereur causa facilement. Sa causerie était
empreinte de ces choses dont on garde la mémoire. Il s'arrêta en face de
la forteresse de Volterrajo: il voulait y monter. Le général Dalesme et
le maire de Rio-Montagne lui représentèrent vivement que le sentier qui
y conduisait était trop scabreux. Je me taisais; il me questionna, et je
lui dis que c'était une visite qu'il devait faire dans l'une de ses
courses matinales. «Soit pour la course matinale», ajouta-t-il. Alors il
profita de sa halte en dévorant de plaisir l'admirable horizon qui se
déployait à ses regards. Il m'interrogea sur toutes les points qui le
frappaient le plus. Il me demanda quelle était la position précise des
escadres qui avaient bombardé Porto-Ferrajo. Le maire de Rio-Montagne
chercha à lui faire connaître les choses extraordinaires que les
traditions populaires racontaient sur Volterrajo. Mais l'Empereur
l'interrompit en lui répétant ce vers italien:

     _A tempi antichi quando i buoi parlavano._

L'Empereur descendit de cheval pour traverser le golfe en bateau. Au
moment où il allait s'embarquer, le maire de Rio-Montagne lui demanda la
permission de prendre congé, et, mettant un genou à terre, il lui baisa
la main en lui adressant ce verset de l'hymne ambroisienne: _In te,
Domine, speravi_. Le général Dalesme, indigné de cette cérémonie
d'esclavage qu'il considérait comme une tromperie de révolté, se tourna
vers le maire, et, en appuyant sur chaque syllabe, il lui dit: «Vous
êtes une canaille d'une fameuse espèce!» L'Empereur, qui avait fait un
mouvement pour éviter le baisemain, parut ne pas avoir entendu le
général Dalesme, et il détourna la tête.

Je saluai l'Empereur. Je rentrai au sein de ma famille, mais en
commettant une faute d'étiquette à laquelle j'étais loin de penser que
l'Empereur avait fait attention. Rien n'échappait à l'Empereur dans les
grandes comme dans les petites choses, et lorsque je l'eus quitté, il
dit au général Dalesme «que je ne m'était pas gêné pour m'en aller»; ce
qui signifiait que j'aurais dû l'accompagner jusqu'à sa demeure.
L'Empereur avait raison: toutefois, il faut avoir un peu d'indulgence
pour le noviciat d'un vieux républicain qui se trouvait tout à coup
transplanté dans un monde nouveau.

C'était le 5 mai!... Jour qui devait devenir plus tard un jour de deuil
pour notre gloire nationale.

Sous le prétexte de s'entendre avec moi pour la prise de possession des
mines, le général Drouot vint me trouver dans la soirée, et, en présence
de mon épouse, il me pressa vivement de ne pas quitter ma place: je lui
donnai ma parole. Il n'y eut pas d'autre nomination ni d'autre
engagement. Le général Drouot dit à mon épouse: «Madame, vous vivez
patriarcalement, et, si vous me le permettez, je viendrai souvent être
le témoin de vos vertus de famille.» Dès lors, notre intimité fut
établie.



CHAPITRE V

Premiers jours du règne de Napoléon.--Mandement d'Arrighi.--Choix d'une
résidence impériale.--Réserve de Napoléon à l'égard du général
Dalesme.--Conversation sur le roi Joseph.--Réceptions des autorités et
des administrations.--Inspection du clergé.--Le colonel Vincent.--Visite
des fortifications.--Prise de possession des mines.--Respect de
l'Empereur pour le travail.--L'_oeuf à la mouillette_ du colonel
Vincent.--Opinions de l'Empereur sur sa mère, sur la princesse
Pauline.--Espoir de la prochaine arrivée de Marie-Louise.--Le portrait
du «pauvre petit chou».


La proclamation du général Dalesme n'était pas une pièce de haute
éloquence, encore moins celle du sous-préfet; mais toutes deux avaient
été faites d'emblée au moment opportun, et l'on semblait croire que
c'était assez. Mais deux jours après, il prit envie à M. le vicaire
général de lancer un mandement, et force fut de le subir. Mes lecteurs
le subiront aussi. Les matériaux historiques ne sont pas toujours des
preuves de génie: il faut les admettre tels qu'ils sont.

     MANDEMENT.

     «Joseph-Philippe Arrighi, chanoine honoraire de la cathédrale de
     Pise et de l'église métropolitaine de Florence, etc., sous l'évêque
     d'Ajaccio vicaire général de l'île d'Elbe et de la principauté de
     Piombino.

     «À nos bien-aimés dans le Seigneur, nos frères composant le clergé,
     et à tous les fidèles de l'île, salut et bénédiction.

     «La divine Providence qui, dans sa bienveillance, dispose
     irrésistiblement de toutes choses et assigne aux nations leurs
     destinées, a voulu qu'au milieu des changements de l'Europe nous
     fussions à l'avenir les sujets de Napoléon le Grand.

     «L'île d'Elbe, déjà célèbre par ses productions naturelles, va
     devenir désormais illustre dans l'histoire des nations par
     l'hommage qu'elle rend à son nouveau prince, dont la gloire est
     immortelle. L'île d'Elbe prend en effet un rang parmi les nations,
     et son étroit territoire est ennobli par le nom de son souverain.

     «Élevée à un bonheur aussi sublime, elle reçoit dans son sein
     l'oint du Seigneur et les autres personnages distingués qui
     l'accompagnent.

     «Lorsque Sa Majesté impériale et royale fit choix de cette île pour
     sa retraite, elle annonça à l'univers quelle était pour elle sa
     prédilection.

     «Quelles richesses vont inonder notre pays! quelles multitudes
     accourront de tous côtés pour contempler un héros!

     «Le premier jour qu'il mit le pied sur ce rivage, il proclama notre
     destinée et notre bonheur: «Je serai un bon père, dit-il, soyez mes
     enfants chéris.»

     «Chers catholiques, quelles paroles de tendresse! quelle expression
     de bienveillance! Quel gage de notre félicité future! Que ces
     paroles charment donc délicieusement vos pensées, et qu'imprimées
     fortement dans vos âmes, elles y soient une source inépuisable de
     consolations!

     «Que les pères les répètent à leurs enfants! que le souvenir de ces
     paroles, qui assurent la gloire et la prospérité de l'île d'Elbe,
     se perpétue de génération en génération.

     «Heureux habitants de Porto-Ferrajo, c'est dans vos murs
     qu'habitera la personne sacrée de Sa Majesté impériale et royale.
     Renommés en tout temps par la douceur de votre caractère et votre
     affection pour vos princes, Napoléon le Grand réside parmi vous.
     N'oubliez jamais l'idée favorable qu'il s'est formée de ses fidèles
     sujets.

     «Et vous tous, fidèles en Jésus-Christ, conformez-vous à la
     destinée: _Non sint scismata inter vos, pacem habete, et Deus pacis
     et dilectionis erit vobiscum_.

     «Que la fidélité, la gratitude, la soumission règnent dans vos
     coeurs! Unissez-vous tous dans des sentiments respectueux d'amour
     pour votre prince, qui est plutôt votre bon père que votre
     souverain. Célébrez, avec une joie sainte, la bonté du Seigneur qui
     de toute éternité vous a réservés à cet heureux événement.

     «En conséquence, nous ordonnons que dimanche prochain, dans toutes
     les églises, il soit chanté un _Te Deum_ solennel en action de
     grâces au Tout-Puissant, pour la faveur qu'il nous a accordée dans
     l'abondance de sa miséricorde.

     «Donné au palais épiscopal de l'île d'Elbe le 6 mai 1814. Le
     vicaire général: ARRIGHI. Francesco ANGIOLETTI, secrétaire.»

L'original de ce mandement est écrit en italien, la traduction que j'en
donne n'est pas de moi, je l'ai copiée littéralement de celle que l'on a
publiée dans le temps. Peut-être y a-t-il des mots français qui rendent
inexactement ce que les mots italiens ont voulu exprimer. Mais au fond
la chose est la même, et rien n'aurait pu suppléer au manque de dignité
qui malheureusement caractérise l'avorton apostolique que l'on vient de
lire. J'ai peine à me persuader que M. le vicaire général ait publié son
mandement sans l'avoir soumis à l'Empereur, je ne puis pas pourtant
imaginer que l'Empereur l'ait sanctionné. Le mandement porta préjudice à
la prière qu'il prescrivait: elle n'eut guère d'autres assistants que
les assistants officiels. Cependant les habitants de Porto-Ferrajo
étaient encore sous l'influence des sentiments que l'arrivée inattendue
de l'Empereur leur avait fait éprouver.

L'Empereur paraissait infatigable parce qu'il ne faisait que ce qu'il
voulait, comme il le voulait, et lorsqu'il le voulait. Cet homme
extraordinaire avait des facultés extraordinaires.

En arrivant à l'île d'Elbe, il occupa immédiatement tous les bras qui
voulurent être occupés. On croyait qu'il manquerait de tout; il ne
manqua de rien. Son génie était une mine inépuisable de ressources.

Le colonel Vincent était le cicerone que l'Empereur préférait pour
chercher un réduit convenable. On avait minutieusement visité la ville.
L'Empereur était presque décidé à prendre la caserne de Saint-François,
dans laquelle il y aurait eu aussi un logement pour le général Bertrand;
mais le général Bertrand voulut avoir une maison particulière, «_où_,
disait-il, _il serait tranquille avec sa famille_», et l'Empereur, en
faisant un signe marqué d'adhésion, j'allais presque dire de soumission,
renonça à métamorphoser la caserne en palais impérial. Le colonel
Vincent fit des observations au général Bertrand. Le colonel Vincent,
vieillard résolu, tint hautement son opinion, et aussi je lis dans le
journal qu'il m'a confié que «l'Empereur se montrait plus facile que le
grand maréchal». Il avait demandé à l'Empereur s'il ne fallait pas
penser au général Drouot, et l'Empereur lui avait répondu: «Soyez
tranquille à son égard, il sera toujours content pourvu qu'il ait un
cabinet de travail.» L'Empereur alla visiter le général Dalesme: il
l'entoura de témoignages d'affection. Cependant le général Dalesme
pouvait s'apercevoir d'un changement. L'Empereur lui avait dit, à bord
de la frégate anglaise: «Vous me donnerez vos conseils pour les choix
que je dois faire.» Mais il ne le consultait pas, il paraissait même
s'abstenir de lui parler des choses sur lesquelles son opinion devait
faire loi. Ce n'était pas manque de confiance, mais il craignait que le
général Dalesme ne le gênât dans le choix des individus qu'il voulait
employer. Le général Dalesme lui avait donné un échantillon de sa rude
franchise en apostrophant en sa présence le maire de Rio-Montagne. Il
voulait éviter qu'il n'arrivât encore quelque chose de semblable.
L'Empereur prolongea sa visite au général Dalesme; il accepta un
rafraîchissement que le vieux brave lui offrit, et il caressa beaucoup
le jeune enfant de ce débris mutilé des phalanges républicaines. En
parlant guerre, à l'occasion de la reddition de Paris, que l'Empereur
considérait comme le malheur des malheurs, le général Dalesme lui dit:
«Cependant le roi Joseph est un brave homme», et l'Empereur,
l'interrompant avec un mouvement presque convulsif (je répète le mot du
général Dalesme), dit rapidement: «Oui, sans doute, un brave homme, un
très brave homme, mais il n'était pas assez fortement organisé pour les
circonstances extrêmement difficiles au milieu desquelles il se
trouvait», puis, après un moment de silence, il ajouta: «Du reste, ce
qui lui est arrivé est arrivé à tout le monde. C'est la fatalité.»

Pendant les moments que l'Empereur passa chez le général Dalesme, le
premier chef de bataillon du 35e lui présenta l'hommage dû par les
soldats de ce corps qui étaient restés fidèles au drapeau, et l'Empereur
leur dit: «Je mérite l'amitié que le soldat a pour moi par l'amitié que
j'ai pour lui.»

L'Empereur désirait un logement commode, mais il voulait surtout un
logement qui fût assez isolé pour que le bruit de la rue ne pût pas sans
cesse y pénétrer et aller le tourmenter dans ses méditations. L'Empereur
décida qu'on ferait un seul corps de logis des deux pavillons du génie
et de l'artillerie qui étaient dans la forteresse. Aussitôt les ouvriers
mirent la main à l'oeuvre. L'Empereur fut lui-même son ingénieur, son
architecte.

L'ère nouvelle de l'île d'Elbe s'annonçait avec éclat. Porto-Ferrajo
ressembla à la Salente de Fénelon. L'illusion était complète. Chacun
grandissait. L'industrie levait sa tête radieuse, l'enclume retentissait
constamment sous le marteau; la hache frappait sans cesse, et la truelle
était en permanence.

Les navires naviguaient sans relâche pour que les bras occupés ne
manquassent jamais des matériaux qui leur étaient nécessaires. De là,
l'accroissement de la richesse du commerce elbois.

Ce n'est pas dans les audiences publiques que les princes peuvent
apprendre ce qu'ils ont besoin de savoir. L'audience que l'Empereur
avait donnée aux députations communales ne pouvait avoir servi qu'à le
faire reconnaître comme souverain de l'île d'Elbe, et à lui expliquer
sommairement les avantages de sa nouvelle souveraineté. C'était pour les
Elbois la cérémonie du couronnement: tout est relatif. Il fallait à
l'Empereur quelque chose de plus substantiel.

Toutes les autorités furent mandées tour à tour. Les notabilités les
plus instruites furent appelées; les hommes éclairés des classes
populaires durent également fournir leur contingent de lumières. Il n'y
eut point d'exclusion parmi les personnes qui pouvaient donner des
renseignements: amis et ennemis eurent la faculté de se faire entendre.

L'Empereur se mit à la portée de tout le monde; il parla italien à ceux
qui ne savaient pas parler français, et il expliqua ce qu'on ne pouvait
pas lui expliquer.

Les différents systèmes d'administration auxquels l'île avait été
soumise lui fournirent une foule de raisonnements admirables sur les
principes de justice et d'équité qui devaient essentiellement former la
base de toutes les opérations du pouvoir. Il dit au sous-préfet: «Les
gouvernants qui se trompent ou qu'on trompe à leur détriment, ne sont
pas longtemps trompés, mais les gouvernants qui se trompent ou qu'on
trompe au détriment des gouvernés, ont peine à revenir de leur erreur,
soit qu'ils rougissent d'avoir erré, soit qu'on leur persuade qu'ils
n'ont pas erré, et lorsque enfin la vérité les frappe, il faut qu'ils
s'y soumettent, car la vérité finit par soumettre la puissance: l'erreur
a été la cause de maux souvent irréparables.»

L'Empereur cherchait à savoir avec vérité si l'île d'Elbe n'avait pas
été plus heureuse sous l'empire français que sous le pouvoir des rois de
Naples, des grands-ducs de Toscane et des princes de Piombino. Mais il
n'y avait point de comparaison à établir entre la France qui possédait
toute l'île, sans exception aucune, et les trois gouvernements qui se la
partageaient, Porto-Ferrajo et Porto-Longone étaient des villes de
guerre et des prisons d'État: la position de leurs habitants ne pouvait
donc pas être une position de félicité. L'Empereur put se convaincre
que, malgré le fléau de la guerre, l'empire français avait fait tout ce
qui lui était possible de faire pour l'île d'Elbe, et aucune plainte
fondée ne le força à gémir. En m'entretenant de ce qu'il avait appris
dans sa recherche de renseignements, il me dit: «L'on aura beau faire,
nous serons regrettés partout où nous aurons séjourné, parce que, malgré
tous les défauts que l'on nous prête, nous sommes le peuple qui a le
plus de qualités, et nos ennemis eux-mêmes en conviennent.» Une autre
fois il me disait aussi: «L'armée française a laissé à l'étranger des
milliers de souvenirs d'affection qui seront ineffaçables.» Il me disait
encore: «Le coeur français est la perfection humaine.»

Quel était le principe qui avait plusieurs fois poussé à la révolte les
Elbois de l'ouest de l'île? C'est ce que l'Empereur rechercha. Il trouva
partout le doigt de l'Angleterre empreint dans les mares du sang qui
avait été versé. Il laissa échapper ce cri d'amertume: «C'est ainsi que
les Anglais ont fait en Corse.» Plus tard, l'Empereur comparait le
caractère des Marcianais au caractère des Corses. Je crois cependant que
les Corses ont plus d'orgueil.

L'Empereur se rappelait parfaitement tous les travaux qu'il avait
ordonnés et toutes les mesures qu'il avait prises pour l'île d'Elbe: les
dates étaient présentes à ses souvenirs comme s'il n'avait jamais eu à
s'occuper d'autre chose. La mémoire était un des avantages immenses de
l'Empereur. Tout le passé de l'Empire était classé dans cette tête
incommensurable. Il y trouvait en même temps ses codes, ses monuments,
ses batailles, et la nomination d'un maire ou d'un curé. Il était
particulièrement miraculeux lorsqu'il parlait des armées; il faisait
assister à leurs évolutions, à leurs marches, à leurs attaques, à leurs
défenses, à leurs peines, à leurs plaisirs, et cela avec une clarté
précise qui forçait à tout retenir.

Les prêtres eurent aussi leur investigation. L'Empereur évita tout ce
qui aurait pu humilier le vicaire général, son prétendu parent, mais ce
n'est pas à lui qu'il s'adressa pour prendre des informations, et il fit
bien. Le vicaire général ne l'aurait entretenu que des commérages de
sacristie. Ce n'était plus en audience publique que l'Empereur parlait
au clergé: c'était dans le cabinet, et la vérité y avait moins de peine
à se faire jour. Des prêtres sages dirent à l'Empereur ce qu'en général
la conduite des prêtres avait de peu édifiant, et l'Empereur en sut
peut-être plus qu'il n'aurait voulu en savoir. Il s'occupa
minutieusement des prêtres suspects qui avaient été envoyés en
surveillance à Porto-Ferrajo. Il déplora les persécutions religieuses.
Il prétendit que la conscience n'était soumise à aucune puissance
humaine, qu'elle n'avait de compte à rendre qu'à Dieu. Sur l'observation
qui lui fut faite qu'on se servait souvent d'une apparence
consciencieuse pour cacher de mauvaises intentions, il répondit:
«Qu'importent les mauvaises intentions, quand elles sont renfermées dans
le sein du malintentionné! C'est à l'autorité compétente à les
surveiller, et à les faire punir si, sortant de leur réduit intérieur,
elles se traduisent en actes nuisibles à la société. La loi n'est
désarmée pour personne.»

Arriva le moment du commerce et de l'industrie. Je fus consulté.
L'Empereur trouvait étonnant que Porto-Ferrajo n'eût pas une marine
marchande. Il n'y avait pourtant rien d'extraordinaire à cela.
Porto-Ferrajo n'a qu'un commerce de consommation locale, tout
d'importation, par conséquent restreint, et dont le transport des
marchandises n'est pas suffisant pour entretenir toute l'année un petit
bâtiment de cabotage. La madrague a ses barques. Les salines emploient
des moyens spéciaux.

L'île d'Elbe n'ayant absolument ni agriculture, ni commerce, ni
rivières, ni forêts, ni mines de charbon, ne peut prétendre, ce me
semble, à l'industrie en général, et il faut qu'elle se contente de
celle de ses fers, de ses granits et de ses marbres. L'Empereur me
remercia de cette explication, mais il me dit: «Nous verrons», et dans
ce «nous verrons» je crus m'apercevoir qu'il y avait une arrière-pensée.

L'agriculture ne prêta pas même à un raisonnement: l'Empereur comprit de
suite que tout était à créer.

Il approfondissait tout. Lorsqu'il y avait un doute, il le tournait, et,
dans cette lutte, il finissait toujours par vaincre. Une qualité bien
plus remarquable, c'est que l'Empereur ne faisait jamais peser son
savoir sur ceux qui ne savaient pas. Il ne fallait pas avec lui monter
sur des échasses, faire l'olibrius et vouloir être ce qu'on n'était pas.
Il était inexorable pour les faux savants.

On pense bien que toutes ces audiences avaient des intervalles; on pense
bien aussi que ces intervalles étaient mis à profit. Personne n'a mieux
connu l'emploi du temps que l'Empereur: sa nature était une nature de
travail.

Le colonel Vincent désirait beaucoup que l'Empereur allât visiter les
forts de Saint-Hilaire et de Monte-Albano, ouvrages militaires très
remarquables et qui font honneur aux ingénieurs français.

L'Empereur satisfit aux désirs du colonel Vincent: il visita les deux
forts avec une minutieuse attention, il indiqua quelques travaux de
perfectionnement, et il loua beaucoup son guide, sous la direction
supérieure duquel ils avaient été construits. C'était un personnage fort
singulier que ce colonel Vincent: homme de mérite autant que les
ingénieurs, dans leur ensemble, pouvaient l'être avant l'École
polytechnique, il ne s'accoutumait pas à l'idée d'avoir vieilli sans
être général, et il se plaignait sans cesse. Il faisait tout ce qu'il
pouvait, pour se persuader qu'il n'aimait pas l'Empereur; mais il était
dans une grande joie lorsque l'Empereur lui demandait des conseils, et
quelque trait malin se mêlait toujours à l'expansion de sa joie. Il
répétait, avec fierté plutôt qu'avec orgueil, les paroles de
bienveillance que l'Empereur lui adressait, et il disait souvent: «Ce
diable d'homme finira par me subjuguer.» Il aimait aussi à dire «que
l'Empereur était bien fâché d'avoir été injuste à son égard». Il se
plaisait également à faire remarquer «qu'il était déjà colonel lorsque
le général Bertrand n'avait encore que le grade de capitaine».
Certainement il n'aurait pas aimé que le général Bertrand lui donnât des
ordres, par la seule raison que le général Bertrand appartenait à l'arme
du génie. Le colonel Vincent était constamment auprès de l'Empereur.
Tout le monde en faisait la remarque.

C'était surtout le général Dalesme qui devait faire attention à ce qui
se passait entre l'Empereur et le colonel Vincent. L'Empereur, à bord de
la frégate, avait assuré le général Dalesme qu'il prendrait ses conseils
pour l'organisation gouvernementale, et néanmoins il ne le consultait
point. Toutefois il le traitait avec une considération affectueuse, il
ne manquait pas de confiance en lui; mais lorsqu'il l'avait interrogé
sur tels et tels individus notables, le général Dalesme, pour lequel «un
chat était un chat», lui avait répondu crûment ce qu'il pensait, et
cette franchise toute nue l'embarrassait. Je crus un moment que
l'Empereur allait en appeler à mon opinion.

Il me demanda «ce que je pensais du maire de Rio-Montagne»; il le savait
aussi bien que moi. Je lui répondis «que je ne le connaissais pas».
C'était ce que j'avais pu trouver de moins défavorable à l'égard d'un
individu à la mise en jugement duquel j'avais contribué. L'Empereur me
demanda encore quelle était mon opinion sur l'une des notabilités les
plus influentes du pays: je dis que mon opinion particulière était
contraire à l'opinion générale. «Vous n'êtes donc pas son
partisan?»--«Je ne suis jamais partisan de l'immoralité.» L'Empereur
n'alla pas plus loin. Plus tard, il me fit une autre question, encore
plus importante parce qu'elle touchait à de grands intérêts: on avait
répandu parmi les initiés que l'Empereur allait prendre un Elbois dans
son cabinet; l'on désignait cet Elbois; l'épouse de l'élu présumé
m'assura que la nomination allait paraître. J'étais affligé que
l'Empereur, en débutant, se laissât aller à des influences vraiment
pernicieuses, et je confiai ma peine au général Drouot. L'Empereur me
fit appeler: «Vous êtes donc convaincu que je ne dois pas prendre cet
homme?--Je sais que ce serait un fléau pour Votre Majesté.--C'est
fort.--C'est vrai.--Cependant il se prévaut de votre amitié.--Non pas de
mon amitié, mais de ma bienfaisance, et il a raison.--Je comprends: vous
avez à vous en plaindre?--Sire, si j'avais à m'en plaindre, l'avis que
je donne à Votre Majesté aurait l'air d'une délation, et ce n'est sans
doute pas ainsi que Votre Majesté l'entend.--Votre susceptibilité est
juste; c'est bien, très bien!» Cela dit, l'Empereur me congédia, et ni
de loin, ni de près, d'aucune espèce de manière, je n'ai plus entendu
parler de rien. L'homme en question était un homme profondément
corrompu, et il aurait vendu les secrets du cabinet au plus offrant et
dernier enchérisseur. Je ne crois pas pourtant que l'Empereur voulût en
faire son secrétaire; il me paraît qu'il avait l'intention de le donner
pour adjoint au secrétaire qu'il avait; ce qui n'était guère moins
dangereux.

C'était surtout dès l'aube matinale que l'Empereur aimait à faire ses
revues d'observation; il prétendait que c'était le moment des remarques
précises, et il assurait qu'il en avait eu des millions de preuves. Il
ne tarda pas à visiter les édifices de l'intérieur: c'était une
inspection sérieuse. Il fut extrêmement satisfait du magasin des vivres
militaires, qui est voûté à l'épreuve de la bombe. Il en examina
minutieusement toutes les distributions, et, après une assez grande
fatigue, il en sortit pour aller déjeuner. Mais avant de se mettre à
table, l'esprit plein de ce qu'il venait de voir, il dicta un ordre fort
long sur le perfectionnement dont ce magasin était susceptible, et
l'ordre était si bien entendu que le colonel Vincent ne trouvait que des
paroles d'admiration pour en parler. C'était beaucoup de sa part.

L'Empereur ne permettait aucun instant de repos à personne. Le général
Drouot était plus particulièrement le porte-fardeau de cette activité
dévorante que rien ne pouvait maîtriser: lui-même me l'avait dit. Il
fallait donc le retenir le moins de temps possible; nous mîmes de suite
la main à l'oeuvre. Le général Drouot, avec sa conscience ordinaire,
voulut tout reconnaître pour pouvoir dire qu'il avait tout reconnu, et
lorsqu'il eut terminé son opération, nous dressâmes le procès-verbal
suivant:

     «L'an mil huit cent quatorze et le six mai, nous, soussignés,
     Drouot, général de division, gouverneur de l'île d'Elbe, chargé de
     prendre possession des mines, au nom de Sa Majesté l'empereur
     Napoléon, et A. Pons, administrateur des mines pour le compte de la
     Légion d'honneur, faisant la remise de l'établissement, avons
     reconnu,

     «1° Que l'approvisionnement en grains est tel qu'il est porté dans
     l'état n° 1, signé par nous, et réuni au présent verbal.

     «2° Que les outils, ustensiles et objets divers servant à
     l'exploitation sont tels qu'ils sont portés dans l'état n° 2,
     dressé cejourd'hui, signé par nous, et réuni au présent verbal.

     «3° Que l'approvisionnement en bois, seaux, barils et paniers est
     tel qu'il est porté dans l'état n° 3, dressé cejourd'hui, signé par
     nous, et réuni au présent verbal.

     «4° Que l'approvisionnement en fers et clous est tel qu'il est
     porté dans l'état n° 4, dressé cejourd'hui, signé par nous, et
     réuni au présent verbal.

     «5° Que la situation des plongeurs gardes-côtes est telle qu'elle
     est portée dans l'état n° 5, dressé cejourd'hui, signé par nous, et
     réuni au présent verbal.

     «6° Que les maisons sont telles qu'elles ont été portées dans
     l'état général n° 6, dressé cejourd'hui, signé par nous, et réuni
     au présent verbal.

     «7° Que la caisse de l'administration n'a aucun fonds, et qu'elle
     est, au contraire, débitrice des avances faites par
     l'administrateur.

     «8° Un état nominatif des dettes contractées par les employés et
     les ouvriers des mines, lesquelles dettes, arrêtées au 31 mars
     dernier, s'élèvent à la somme de dix-huit mille trois cent
     vingt-deux francs dix-neuf centimes.

     «En foi de quoi nous avons signé le présent procès-verbal de remise
     et de prise de possession, pour servir et valoir partout où besoin
     sera.

     «_Signé_: Général comte DROUOT, et PONS.»

Quoiqu'il y ait peu de jours que l'Empereur est sur l'île d'Elbe, tout
le monde est déjà éreinté, et lui seul semble encore frais et dispos. Il
donne sans cesse des ordres, ses ordres sont toujours pressés, chacun
sue sang et eau pour lui obéir à souhait. Son logement l'occupe
beaucoup, on fait tout ce qu'on peut, il voudrait qu'on fît davantage.
Il n'est pas de mauvaise humeur, mais il est impatient, et son
impatience inquiète les personnes qui l'entourent. Toutefois, son
impatience n'agit que sur lui, surtout elle n'agit jamais sur l'ouvrier:
l'Empereur a quelque chose de respectueux pour le travail. Pour ne pas
quitter les travaux dans un moment où il croyait pouvoir être utile,
pressé par l'appétit, il pria le colonel Vincent de lui faire manger un
oeuf à la mouillette, et il déjeuna ainsi. On ne pouvait pas être plus
frugal que l'Empereur. Le colonel Vincent se trouvait transporté au
troisième ciel de ce que l'Empereur s'était invité lui-même «pour ainsi
dire de camarade à camarade», car ce sont là les mots que le vieillard
répétait à satiété.

Il est facile de concevoir le désir ardent que l'Empereur éprouvait
d'avoir un logement selon ses goûts et ses besoins. Il devait forcément
rester inoccupé dans la demeure provisoire de la mairie. Il était à la
fois son ingénieur et son architecte; il avait fait ses plans, il avait
présidé à leur exécution, mais c'était par des démolitions qu'il était
entré dans sa carrière d'emprunt. Il faisait jeter bas tout ce qui
pouvait le plus gêner sa vue ou l'empêcher de respirer le grand air.
D'abord l'on s'étonna, puis l'on critiqua, puis l'on finit par trouver
que c'était bien.

L'Empereur n'avait pas encore parlé de l'Impératrice son épouse; mais en
dirigeant les travaux qui devaient aboutir à le loger convenablement, du
moins à sa guise, il avait dit: «Ceci sera l'appartement de ma femme,
ceci sera l'appartement de mon fils», et ces paroles eurent de suite un
joyeux retentissement dans l'île. Les Elbois considéraient la venue de
Marie-Louise comme un second événement de grande félicité pour eux.

L'Empereur fut touché de cette manifestation publique. À dater de ce
jour, il parla assez souvent de sa compagne; il annonçait la prochaine
arrivée de sa mère et de sa soeur, «qui se faisaient, disait-il, un
devoir et un bonheur de venir partager sa destinée». L'expression de son
respect filial avait quelque chose de fervent qui allait droit au coeur.
Il assurait que le caractère de sa mère était un type de véritable
grandeur. Il aimait beaucoup sa soeur Pauline; il disait d'elle: «C'est
la personne de la famille qui m'a été le moins à charge; jamais elle ne
se plaignait.»

L'Empereur parlait avec beaucoup de ménagement de ses proches, il pesait
toutes les paroles qui leur étaient relatives, et, sans exception,
lorsqu'il s'était exprimé entièrement sur leur compte, il restait
longtemps pensif.

Au milieu des décombres, il heurta une pièce de bois, et la tabatière
lui échappa des mains. C'était la tabatière sur laquelle il y avait le
portrait du roi de Rome. L'Empereur n'était plus svelte, son embonpoint
était déjà marqué, et l'action de ses mouvements n'était pas rapide.
Cependant il se plia comme un tout jeune homme pour ramasser ce bijou,
et lorsqu'il se fut assuré que la peinture n'avait pas souffert, il en
témoigna un plaisir indicible. Il répéta plusieurs fois «qu'il aurait
éprouvé beaucoup de chagrin si les traits de son pauvre petit chou
avaient été victimes de sa maladresse». Après avoir fait l'éloge de son
fils, il ajouta: «J'ai un peu de la tendresse des mères, j'en ai même
beaucoup, et je n'en rougis pas. Il me serait impossible de compter sur
l'affection d'un père qui n'aimerait pas ses enfants.»



CHAPITRE VI

Organisation générale de l'île d'Elbe.--L'armée.--Le bataillon
franc.--Le corps de cadets.--Les services privés.--Bertrand et
Drouot.--Le trésorier Peyrusse.--Le docteur Foureau de Beauregard.--Le
service intérieur.--Les chambellans.--Les officiers d'ordonnance.--Le
premier officier Roul.--Le lieutenant de gendarmerie Paoli: son
incapacité, son ingratitude.--Le vicaire général Arrighi.--Le juge
Poggi, policier secret.--Visite de Napoléon à Longone.--La curiosité des
Anglais; mot de Napoléon.--Visite contremandée.--M. Rebuffat, bouffon
moraliste.


L'autorité gouvernementale de l'empire français avait dû impérativement
cesser à l'île d'Elbe, dès le moment qu'un autre gouvernement que celui
de la France avait été mis en possession légale de l'île. Mais l'action
de la nouvelle autorité n'avait pas été immédiatement substituée à
l'action de l'ancienne, de telle sorte qu'il n'y avait plus de direction
dans la marche du pouvoir. Ce n'était pas de l'anarchie, ce n'était pas
de l'interrègne. C'était l'effet indéfinissable d'un changement social
auquel personne n'avait été préparé, pas même l'Empereur. L'ordre était
partout, mais ce n'était pas l'ordre dicté, c'était l'ordre inspiré,
celui que toutes les âmes généreuses comprennent et sur lequel se fonde
la véritable tranquillité publique. On ne pouvait pas dire aussi que la
loi était absente, mais ce n'était pas la loi écrite, c'était la loi
parlée.

Une organisation générale était d'urgence. Personne ne pouvait
comprendre cela mieux que l'Empereur. Ce travail important, élaboré
pendant les heures qui auraient dû être consacrées au repos, apparut
alors qu'on s'y attendait le moins, et toutes ses prévisions eurent une
approbation unanime: les affaires civiles eurent leur ministère; il en
fut de même des affaires militaires. L'île eut un nouveau gouverneur. La
recette générale fut adjointe à la trésorerie de la couronne. La
sous-préfecture devint une intendance. Le tribunal eut une organisation
concordante avec l'ordre de choses qui venait de surgir du cahos (_sic_)
européen. Une section jugeait en première instance. Les sections réunies
prononçaient en appel; elles remplissaient aussi les fonctions de cour
criminelle. On essaya de créer une espèce de Conseil d'État. Le tribunal
de commerce fut reconstitué. Les municipalités subirent des changements
notables.

L'Empereur porta une attention toute particulière sur les hôpitaux. Il
se fit rendre des comptes circonstanciés. Il améliora beaucoup ce
service si intéressant. Il régularisa le service sanitaire et le service
des ports.

La police fut la chose la moins bien entendue. L'Empereur se laissa
étourdir par une foule de rapports officieux qui lui firent croire que
cette manière d'être instruit lui suffirait.

Les deux compagnies de canonniers gardes-côtes furent dissoutes pour
être ensuite réunies au bataillon franc.

Le bataillon franc eut une nouvelle base, un nouveau commandement. Ce
nouveau commandement fut l'occasion d'une injustice de la part de
l'Empereur. Lorsque le général Durutte partit de l'île d'Elbe pour aller
à l'armée, il prit un officier elbois en qualité d'aide de camp; en
présence de l'ennemi, cet aide de camp le quitta pour retourner dans ses
foyers. Ses concitoyens le considérèrent comme ayant déserté. Cependant
l'Empereur le préféra à un excellent officier, le capitaine Vantini,
dont les services étaient noblement signalés. On attribua ce choix
inconvenant à l'influence du colonel Vincent: c'était une erreur.
L'Empereur se trompa parce qu'il voulait se tromper. C'est une
concession que l'Empereur fit au parti aristocratique. Les deux partis
se trouvèrent en présence dans cette circonstance; ce n'étaient plus les
mêmes passions, mais c'était le même esprit. Les patriotes avaient
peut-être trop hautement chanté: «La victoire est à nous.» La garde
nationale grandit d'une coudée: l'Empereur la considéra comme sa garde
de famille.

Enfin, la création d'un corps de cadets couronna l'oeuvre des
organisations et des réorganisations; dans toutes ces belles choses,
l'Empereur ne pensa peut-être pas assez que les fortunes elboises
étaient petites, que les mauvaises années qu'on venait de traverser les
avaient presque rendues insuffisantes pour les besoins de la vie
ordinaire, et que les grever de dépenses extraordinaires, c'était
presque les détruire. Il est vrai que tout le monde courait au-devant
des hochets impériaux, ce qui pouvait faire penser à l'Empereur qu'il
n'allait pas trop loin. La création du corps de cadets avait eu en vue
de donner une éducation polytechnicienne aux jeunes gens qui voudraient
suivre la carrière militaire. Mais la carrière militaire, à l'île
d'Elbe, même avec l'Empereur, était sans avenir, et elle détournait de
prendre un état plus utile et plus profitable. D'ailleurs, aucun élément
n'existait pour reproduire, même en miniature, cet établissement
inappréciable que la République mère a légué à la France, et dont les
élèves les plus ordinaires deviennent cependant, en général, des hommes
distingués.

Puis l'Empereur songea à organiser le service public et le service privé
de sa maison. Les fourriers du palais devinrent préfets du palais. Le
médecin fit régulièrement son service quotidien; le pharmacien n'était
pas en première ligne de compte.

Vint ensuite ce qu'on pourrait appeler la haute servitude, quoique à
vrai dire, au service de l'Empereur, tout fût d'une servitude à peu près
égale. L'Empereur nomma quatre chambellans, cinq officiers d'ordonnance,
plusieurs jeunes gens de famille pour remplir les fonctions d'huissiers
de chambre, et quelques employés d'intérieur. M. le vicaire général
reçut le titre d'aumônier de l'Empereur: ce choix était forcé.

Tous les élus prêtèrent serment d'obéissance aux lois et de fidélité à
l'Empereur. La prestation du serment fut solennelle.

Excepté le général Bertrand et le général Drouot, l'Empereur n'avait
personnellement fait aucun appel aux dévouements pour se faire suivre
dans son exil, et il n'y aurait rien d'étonnant qu'il ne se fût pas même
mêlé des choix. Quant aux soldats de la garde impériale, c'était une
exception particulière à la règle commune: «L'Empereur comptait
également sur tous, et l'on pouvait prendre à l'avenant.» Ainsi les
compagnons de l'Empereur n'étaient pas tous également des amis dévoués à
la vie et à la mort. Cependant tous l'aimaient, et l'Empereur ne leur
demandait pas davantage. Dans cet ensemble dû au hasard, où rien, pour
ainsi dire, n'était homogène, chacun avait eu de l'avancement. Quelques
individus, par la raison qu'ils avaient suivi l'empereur Napoléon, se
croyaient au moins de petits Napoléons, et leur croyance, qui se
manifestait par des jactances ridicules, prêtait souvent à rire.

Le général Bertrand, grand maréchal, était chargé des affaires civiles,
ce qui équivalait au ministère de l'intérieur. Le général Bertrand était
un homme de bien, dans toute l'étendue du mot. Il se serait dévoué pour
l'Empereur au moment où son dévouement aurait pu sauver l'Empereur, mais
ce moment ne s'était pas présenté, et il ne l'avait suivi que par un
sentiment d'honneur. Les événements qui avaient brisé le trône impérial
avaient aussi brisé l'âme du général Bertrand. Sans cesse en proie aux
souvenirs déchirants de cette immense catastrophe, ce n'était plus un
homme de travail, c'était un homme de repos. Son coeur était tout entier
à sa famille; sa femme et ses enfants absorbaient toutes ses pensées.
Que si l'on exigeait rigoureusement mon opinion sur l'essence des liens
qui avaient attaché Napoléon au général Bertrand, je dirais, d'après
tout ce que j'ai vu: Les deux natures, celle de l'empereur Napoléon et
celle du général Bertrand, n'étaient pas sympathiques, et le
resserrement de leur union, plus apparent que réel, était plutôt une
affaire d'habitude qu'une affaire de sentiment. Jamais leurs premières
opinions n'étaient les mêmes; elles commençaient toujours par se
heurter, et le général Bertrand ne cédait pas facilement. J'ai vu, plus
d'une fois, l'empereur Napoléon renoncer aux débats. Cela n'empêchait
pas que le général Bertrand n'aurait jamais eu une pensée contraire aux
intérêts de l'empereur Napoléon.

Le général Drouot, aide de camp de l'Empereur, avait été nommé
gouverneur de l'île et chargé des affaires militaires, ce qui équivalait
au ministère de la guerre. Lisez Plutarque, voyez le plus beau caractère
de ses grands hommes: c'est le caractère du général Drouot. Le général
Drouot était la perfection de l'homme moral. Il avait suivi l'Empereur à
condition qu'il ne lui serait payé aucun appointement. C'était le seul
compagnon de Napoléon qui eût fait cette réserve. Il y avait deux hommes
dans le général Drouot: l'homme public et l'homme privé. L'homme privé
était trop bon, l'homme public était trop sévère.

M. Peyrusse, payeur de la couronne, était devenu trésorier de la
couronne et receveur général de l'île d'Elbe. Cadet de Gassicourt, dans
un _Voyage fait en Autriche à la suite de l'empereur Napoléon_, dit au
chapitre intitulé _Club des francs blagueurs_: «M. Peyrusse, payeur de
la couronne, jeune Méridional plein d'esprit, de vivacité, de franchise,
toujours gai, toujours obligeant, fort attaché à ses devoirs», et à
l'île d'Elbe ce portrait n'avait presque subi aucune altération.
Seulement les années avaient amené un peu plus d'aplomb. M. Peyrusse ne
faisait pas parade de son dévouement pour l'Empereur, car il disait à
qui voulait l'entendre, toutefois en riant: «Je n'ai pas suivi
l'empereur Napoléon, j'ai suivi ma caisse», et c'était vrai. Les
militaires n'étaient pas toujours bons à son égard; ce qui ne
l'empêchait pas de leur rendre tous les services qui dépendaient de ses
fonctions. L'Empereur, sur les bords de la tombe, a, dans son testament,
été injuste à l'égard de M. Peyrusse, et cette injustice a tenu à sa
malheureuse incrédulité des hommes probes.

Le docteur Foureau de Beauregard, dont la science médicale n'avait pas
révélé le mérite, était, à Paris, médecin des écuries impériales, et, à
l'île d'Elbe, médecin en chef de l'Empereur. Il était ce qu'on appelle
vulgairement «une commère» et, pour plaire à l'Empereur, il lui
colportait exactement tous les caquetages bons ou mauvais, ce qui avait
fini par le rendre suspect. Il était, d'ailleurs, trop obséquieux auprès
de l'Empereur. Cette obséquiosité faisait contraste avec sa vanité
envers les personnes qui lui étaient subordonnées. Disons un mot pris
dans le domaine de la plaisanterie, ce sera une petite escapade
d'historien. L'Empereur était au bain: M. Foureau de Beauregard lui
avait présenté un consommé, ce consommé était trop chaud, et, pour ne
pas se brûler, l'Empereur le humait. Le médecin en chef voulut empêcher
l'Empereur de humer son potage «parce qu'en le humant, il avalait des
colonnes d'air, et que ces colonnes d'air pouvaient lui donner la
colique». L'Empereur, peut-être un peu impatienté, s'écria: «Docteur,
quoi qu'en dise Aristote et sa docte cabale, à mon âge, l'on sait
comment il faut boire, et vous pouvez m'épargner votre leçon.» M.
Foureau de Beauregard dut cesser sa harangue. C'était, au fond, un fort
brave homme, mais il ne savait pas se faire aimer, et généralement on
l'avait pris à tic, à ce que disait l'Empereur, défenseur-né de toutes
les personnes impopulaires.

L'Empereur allait partir de Fontainebleau, que l'on n'avait pas encore
trouvé un pharmacien. M. Gatti tomba sous la main de M. Foureau de
Beauregard: on le prit. M. Gatti n'était pas instruit, il ne chercha pas
à apprendre, et il fut loin de briller dans son emploi. Cependant on le
critiquait beaucoup moins que le médecin en chef: c'est qu'il ne faisait
pas flamboyer sa broderie, c'est que, dans l'exercice de ses fonctions,
sa parole n'était pas insultante et qu'on le considérait comme un bon
camarade.

Tout le monde avait reçu de l'avancement en venant à l'île d'Elbe. MM.
les fourriers avaient grandi dans les rangs de l'armée et de la maison
de l'Empereur. Du grade de capitaine, ils étaient passés au grade de
chef d'escadron; de fourriers du palais, ils étaient devenus préfets du
palais. Il y avait deux fourriers préfets.

M. Deschamps était le premier. Il n'était pas même fait pour être le
dernier. C'était un vieux gendarme en habit d'officier: il en avait la
tournure et la grossièreté; toutefois, ce n'était pas un homme sans
instruction. Il aurait pu être intéressant, s'il avait su ce que c'était
que d'être intéressant. Aussi il fit toujours bande à part. Je dois dire
qu'en déplaisant à tout le monde il ne faisait pourtant du mal à
personne. Mais il ne faisait pas des amis à l'Empereur.

M. Baillon avait beaucoup moins de talent que M. Deschamps, mais il
comprenait mieux la société, et il ne cherchait pas à lui déplaire. Ce
n'était pas un homme de salon: toutefois, les gens de salon ne
l'effaçaient pas, même dans les salons. Il y avait en lui quelque chose
de bon et de martial qui attirait. Sa parole de soldat, sans être
gracieuse, inspirait de la confiance, et l'on aimait à l'écouter.

Je passe aux chambellans. Le docteur Lapi était parvenu à la première
réputation de l'île d'Elbe: il y était parvenu par le savoir-faire plus
que par le savoir. Plusieurs Elbois lui étaient supérieurs par les
lumières, mais aucun Elbois n'avait, en apparence, une conduite aussi
régulière. Il était l'âme des coteries; c'est par les coteries qu'il se
rendait nécessaire. Ses opinions avaient toujours été patriotiques.
L'Empereur aurait commis une grande faute en ne l'attachant pas à sa
personne.

M. Vantini avait de l'esprit à pleines mains. Mais son esprit n'était
pas un esprit de conduite, il n'était pas entouré de la considération
publique. On craignait surtout sa langue acérée. C'était la plus haute
naissance de l'île. Cependant il était alors dans un état de gêne
visible: il avait dévoré son patrimoine par des folies sans excuse.
C'était la notabilité de l'île d'Elbe la plus prononcée en faveur de la
révolution française. L'Empereur ne pouvait pas se dispenser de le
nommer. M. Vantini avait constamment été en guerre ouverte avec le
commissaire général Galéazzini. J'ignore de quel côté était le tort.

M. Traditi appartenait au parti aristocratique, mais c'était un honnête
homme, d'une conduite parfaite, et le choix que l'Empereur en avait fait
était un choix honorable. M. Gualandi: ce n'était rien, moins que rien;
jamais la porte de l'Empereur n'aurait dû lui être ouverte. La
nomination de M. Gualandi n'aurait été qu'une erreur ou un ridicule si
l'Empereur avait nommé cinq chambellans. Comme il n'en nomma que quatre,
elle fut regardée comme une insulte faite au bon sens, et elle eut un
triste retentissement dans la population porto-ferrajaise. M. Aliéti
était l'une des premières notabilités de l'île d'Elbe: il jouissait de
beaucoup de considération. L'opinion publique l'indiquait hautement au
choix de l'Empereur. L'Empereur lui préféra M. Gualandi, que personne
n'estimait. M. Aliéti, humilié avec une extrême raison, quitta l'Elbe.

Le jeune Zénon Vantini, de Porto-Ferrajo, officier d'ordonnance, valait
plus à lui seul que tous les autres officiers d'ordonnance. Mais il
était jeune, il avait toutes les mauvaises tendances de son père, et les
conseils ne lui allaient pas. C'était d'ailleurs un excellent enfant. Il
avait été page de la grande duchesse Élisa. L'Empereur l'affectionnait.

Après Zénon Vantini, venait pour la capacité le second fils Seno, dont
le père était un des trois plus grands capitalistes de l'île, et ce
jeune Seno, en ayant du plaisir à porter un bel uniforme, aurait tout
autant aimé de n'être pas soumis à la gêne inséparable d'un emploi.
C'était un enfant gâté.

Perez, de Longone, je crois, Napolitain de naissance, était un malotru
de la plus sotte espèce, et il touchait à l'imbécillité: l'Empereur
était descendu à ce choix, parce qu'il voulait avoir sous la main
quelqu'un à qui il pourrait donner des ordres dont l'exécution
nécessiterait un manque presque absolu d'intelligence.

Binelli, de Rio, était, sans instruction, et pour le moment une place de
sous-lieutenant dans le bataillon franc lui aurait mieux convenu que
d'être officier d'ordonnance de l'Empereur.

Bernotti de Marciana était aussi un jeune homme fort ordinaire, quoique
plus capable que Perez et Binelli.

Puisque j'en suis aux officiers d'ordonnance, il faut, quoique
prématurément, que je m'occupe d'un officier que l'Empereur plaça à leur
tête et dont la présence à l'île d'Elbe ne fit, je crois, plaisir à
aucun militaire. Un officier, se disant chef d'escadron du train
d'artillerie, arriva à Porto-Ferrajo et alla de suite offrir des
services à l'Empereur, pour lequel son exaltation paraissait délirante.
Les braves de la garde fêtèrent sa bienvenue. L'Empereur partagea ce
mouvement de plaisir. Il nomma de suite l'arrivant premier officier
d'ordonnance, c'est-à-dire qu'il lui donna le commandement des officiers
d'ordonnance. Mais bientôt l'on crut savoir que ce prétendu chef
d'escadron n'était réellement que capitaine. Cette usurpation de grade
indigna; il y eut des explications violentes; on se battit. Bientôt le
premier officier d'ordonnance fut vraiment un brandon de discorde; il
troubla la tranquillité de la garde, il dut vivre isolé. Cependant
l'Empereur trouva que l'on s'acharnait trop contre lui; il le défendit,
et cette défense excita des murmures. Cet officier s'appelait Roule.
Jamais je n'ai rien su de lui qui pût le faire considérer comme un homme
distingué.

L'Empereur avait trouvé à l'île d'Elbe un lieutenant de gendarmerie
nommé Paoli, pendant de l'officier d'ordonnance Perez, et que bientôt il
traînait partout à sa suite, comme en d'autres temps il y traînait le
mameluk Roustan. Cet officier était Corse. Toutefois, il n'avait ni la
finesse, ni la fierté, ni le courage corse: il n'était bon qu'à servir.
Je l'ai entendu répondre à l'Empereur qui lui demandait l'heure qu'il
était: «L'heure qui plaît le plus à Votre Majesté», et il se pavanait de
sa réponse que l'Empereur avait pourtant payée d'un geste de dédain. Ce
n'étaient pas les seules paroles d'une semblable platitude que l'on
pourrait citer de lui. Néanmoins l'Empereur le nomma capitaine: il lui
donna même l'étoile de la Légion d'honneur; du moins, il l'autorisa à
porter celle destinée à l'un de ses frères, comme lui officier de la
gendarmerie. Ce frère était mort. L'Empereur fut toujours excellent pour
ce mameluk gendarme, jusqu'à l'injuste, puisqu'il l'éleva au grade de
chef d'escadron. Après la déplorable journée de Waterloo, ce Paoli
éhonté fut un des premiers à prendre la cocarde blanche. J'ai été témoin
de sa basse ingratitude.

Le vicaire général ne valut pas mieux que l'officier de gendarmerie. Il
s'appelait Arrighi, il était l'oncle de l'un des généraux les plus purs
et les plus braves de la grande armée, qui était, lui, vraiment le
parent de l'Empereur, et pour lequel l'Empereur n'avait peut-être pas
fait tout ce qu'il aurait dû faire. Dès qu'on sut que l'Empereur venait
régner à l'île d'Elbe, le vicaire général Arrighi voulut s'interposer
entre tout le monde et son _cousin germain_ l'Empereur (_cugino
carnaro_, comme disaient alors presque tous les Corses); et, en plein
vent, il dispensait sa protection, comme à l'église il dispensait son
_benedicamus_, mais il dut bien en rabattre en approchant de l'Empereur.
Ce cousin germain n'écouta M. le vicaire général que lorsqu'il lui
disait la messe; M. le vicaire général n'eut aucune espèce d'influence
sur l'Empereur. Il semblait même que l'Empereur affectât de le tenir
éloigné, grand attentat à l'amour-propre d'un Corse et d'un moine, car
M. Arrighi était un ancien moine. Aussi il se vengea: lorsque l'Empereur
fut tombé une seconde fois, M. le vicaire général Arrighi désavoua la
parenté dont il avait longtemps fait son auréole, il pria pour le
nouveau gouvernement: ce qui n'empêcha pas le nouveau gouvernement de le
renvoyer au lieu d'où il était venu.

Il y avait un autre Corse que l'Empereur avait également trouvé à l'île
d'Elbe. Ce Corse s'appelait Poggi, il était juge et il avait été nommé
par l'influence de Lucien Bonaparte. Cette protection l'avait rendu
d'abord presque suspect à l'Empereur, qui commença par le traiter
froidement. Mais en fait de finesse, le juge Poggi aurait joué cent
empereurs comme l'empereur Napoléon, et il ne s'effraya pas des
symptômes de cette froideur. Il répondit à la froideur par de
l'admiration, ce qui empêcha la froideur d'être âpre. Ensuite il pleura
les infortunes de la France; c'était le chemin le plus droit pour
arriver facilement au coeur de l'Empereur. Poggi s'insinua, se glissa, et
il arriva à la confiance de l'Empereur, qui le chargea de la police
d'intimité. L'Empereur était content lorsque Poggi lui répétait ce que
quelqu'un avait entendu dire. Personne n'était plus propre que Poggi
pour explorer les familles: il avait un instinct remarquable pour faire
parler les autres sans parler lui-même. Toutefois, ses rapports ne
faisaient du mal à personne; il était essentiellement bon. Jamais il ne
fut ingrat envers l'Empereur.

M. Baccini, président du tribunal, était Génois, et l'Empereur avait eu
plaisir à le conserver. Il laissait à désirer pour la connaissance
approfondie des lois françaises, mais le droit romain lui était
familier. M. Baccini était moralement relâché dans ses habitudes de vie
privée. Néanmoins il était magistrat intègre. M. Baccini n'était pas
toujours juste dans ses sympathies ou dans ses antipathies; il prenait
facilement fait et cause dans des affaires qui par principe lui étaient
étrangères, et alors la passion l'emportait au delà des bornes de la
sagesse. C'est dans cette croyance que l'on disait qu'il avait donné de
mauvais conseils à l'Empereur. Cependant il ne s'appliquait pas beaucoup
aux exigences de la cour. Ce n'était pas un des assidus.

Le bon sous-préfet M. Balbiani qui, au lieu de rentrer chez lui à
Pontedera, avait passé aux fonctions d'intendant, ne se possédait pas
d'aise et faisait marcher sa machine administrative, lorsque d'autres ne
la faisaient pas marcher pour lui. C'est que l'on empiétait fréquemment
sur son droit. M. Balbiani avait ce qu'on appelle l'habitude des
affaires. C'était d'ailleurs un honnête homme, c'était surtout un bon
homme, peut-être même un trop bon homme. Il était fort préoccupé de
l'éclat qu'aurait son uniforme. Il aimait plaisamment à demander s'il
était ou Français ou Toscan ou Elbois, et il finissait toujours par dire
qu'il appartenait à la nation qui le conservait dans son emploi. Il
disait la vérité en riant. Cela ne l'empêchait pas d'être bon Toscan: il
aimait sa patrie, mais il aimait encore plus sa place. Balbiani avait
une très nombreuse famille, un emploi lui était d'une absolue nécessité,
et c'est pour cela que l'Empereur ne voulut pas lui ôter celui dans
l'exercice duquel il l'avait trouvé.

L'organisation qui établissait une marche régulière pour les affaires
n'était pas auprès de l'Empereur un allégement des affaires, car
l'Empereur en créait sans cesse de nouvelles, et quand l'une était
finie, dix autres commençaient. L'Empereur n'épargnait personne, mais il
ne s'épargnait pas lui-même, et il était toujours le premier à la
besogne. L'Empereur ne prélassait (_sic_) jamais. Il avait le secret de
convaincre qu'il n'était que là où il devait être, de manière que, là où
il était, on redoublait de zèle, parce que l'on craignait de l'avoir
obligé à y venir.

L'Empereur avait à visiter la seconde ville de son empire en miniature.
Longone avait fait des préparatifs pour le recevoir: ces préparatifs
consistaient particulièrement dans un amoncellement de populaire. On
tenait toujours à ce que l'Empereur se crût au milieu d'une grande
population. Je le répète: je n'ai jamais approuvé cette manie trompeuse.
Si, à l'île d'Elbe infiniment petite parcelle du globe, où l'on pouvait
tout embrasser d'un regard, l'on entourait l'Empereur de fausses
apparences, que ne devait-on pas faire en France, alors que la France
embrassait une grande partie de l'Europe, et que l'état de guerre
permettait de multiplier les moyens de tromper? Cette triste idée me
poursuivait sans cesse, lorsque je voyais déranger le peuple pour le
faire parader inutilement au passage d'un infortuné que sa croyance aux
dehors trompeurs avait conduit sur la terre d'exil. La course de Longone
fut contremandée; cela étonna tout le monde, car l'Empereur n'avait pas
l'habitude de renoncer sans cause à un plan arrêté. La cause du
non-départ fut connue. On avait entendu beaucoup de coups de fusil dans
la campagne, ce qui arrive presque toujours quand les paysans doivent
célébrer une fête. Ces coups de fusil avaient inquiété. Le zèle outré
s'était empressé d'aller s'enquérir de ce que tout le monde savait.
L'Empereur avait difficilement consenti à cette précaution, qu'il ne
croyait pas nécessaire. Les habitants de Capoliveri, de Campo, de Rio,
s'étaient en masse transportés à Longone, et l'inutilité de leur
empressement ne les amusa pas. Le lendemain ils furent plus heureux.
L'Empereur fit le voyage.

Il y avait à Longone beaucoup plus d'Anglais qu'on n'avait cru en
trouver, et l'on en fit faire la remarque à l'Empereur. On lui fit
remarquer aussi que les Anglais le suivaient partout où il allait.
L'Empereur dit: «Je suis pour eux un objet de grande curiosité.
Laissez-les se satisfaire, puis ils iront dans leur pays amuser les
gentelmans (_sic_) en dénaturant mes faits et mes gestes.» Ensuite il
ajouta assez tristement: «Ils ont gagné la partie, à eux le dé.» C'était
surtout le colonel Campbell qui était acharné aux pas de l'Empereur. À
quelque heure que l'Empereur voulût sortir, qu'il y eût ou qu'il n'y eût
pas des préparatifs, le colonel Campbell était là, toujours là, et l'on
aurait pu croire qu'il avait des connivences dans l'intérieur du palais.
Il est vrai que plus tard il y eut des murmures accusateurs contre une
femme qui était à portée de savoir ce qui se passait: c'était une
Française.

À Longone comme partout, le séjour de l'Empereur fut marqué par les
ordres qu'il donna pour des travaux importants et dont on dut
immédiatement s'occuper.

Personne ne prêtait plus d'attention que moi aux paroles de l'Empereur.
L'Empereur raisonna beaucoup de la place de Longone comme place de
guerre. Il parla avec admiration du siège que les Français, sous les
ordres du général de Noailles, y avaient soutenu en 1649, et il finit en
disant: «Masséna n'aurait pas fait plus.» Éloge également honorable pour
les deux guerriers auxquels il s'adressait.

Le fort de Foccardo n'échappa pas aux investigations de l'Empereur. Il
répéta pour ce fort toutes les observations que le génie militaire lui
avait faites et qui étaient restées empreintes dans sa mémoire comme si
elles dataient de la veille. Il n'attacha pas une grande importance à la
place de Longone pour la défense de l'île d'Elbe.

Un des meilleurs citoyens de Longone était M. Rebuffat,
aide-garde-magasin des vivres militaires, que tout le monde aimait, et
c'est chez lui que l'Empereur mit pied à terre. M. Rebuffat, ancien
boulanger, avait dans les entreprises acquis une fortune importante, et
il en faisait un bon usage. Le pauvre ne frappait jamais en vain à sa
porte. M. Rebuffat, comme instruction, ne savait rien de rien, et
pourtant on se plaisait généralement à l'écouter: c'est qu'il était
vraiment ce qu'on appelle communément un bon enfant. On le prenait
quelquefois pour un bouffon, mais ses bouffonneries étaient empreintes
de vérité et souvent elles donnaient des leçons. La preuve qu'il y avait
en lui des qualités qui devaient être appréciées, c'est que l'Empereur
lui accorda sa confiance et qu'il lui en donna beaucoup de preuves.

L'Empereur rentra tard: il était content de sa journée.



CHAPITRE VII

Administration des mines de Rio par Pons de l'Hérault.--Il sauve les
revenus de la mine en 1814.--M. de Scitivaux.--La discussion au sujet
des revenus des mines de Rio.--La question des farines: essai de
distribution de mauvais pain aux mineurs.--Napoléon et les
ouvriers.--Pons socialiste.--Entêtement honorable de Pons.--Intervention
de Drouot et de Peyrusse.--Remplacement de Pons demandé par Madame
mère.--Les amis de Pons à la cour elboise.


J'ai dit que je tenais, directement ou indirectement, plus ou moins, à
presque tous les anneaux de la chaîne sociale que l'Empereur avait
parcourue à l'île d'Elbe, et que forcé à parler de moi lorsque je ne
voudrais parler que de lui, je m'étais abstenu de donner à mon ouvrage
le titre d'histoire de l'Empereur. L'épisode dont il va être question
prouvera que je n'avais pas tort. Le règne elbois n'a rien eu de plus
important.

Les mines de fer de l'île d'Elbe appartenaient à la Légion d'honneur;
c'est au nom de la Légion d'honneur que j'en avais l'administration
générale.

Pendant plusieurs années l'administration fut chargée de la recette, et
cette recette se faisait sans frais. La protection fit changer cet état
de choses. La recette fut donnée à M. Scitivaux, payeur de la 25e
division militaire. Ce changement coûtait environ quinze mille francs
par an à la Légion d'honneur. Je fis tout ce qui dépendait de moi pour
que le changement n'eût pas lieu. Investi de la confiance du grand
chancelier, sûr de son approbation particulière, je luttai contre le
grand trésorier et je fus sourd aux conseils de la grande duchesse Élisa
qui m'engageait à laisser aller. M. Scitivaux était un fonctionnaire
extrêmement honorable. Mais son choix n'était qu'une faveur onéreuse
pour la Légion d'honneur. La princesse Élisa ne s'en était pas cachée;
elle m'avait dit: «Ne m'empêchez pas de lui faire avoir cette jolie
bague.»

Le grand chancelier n'était pas seulement mon chef public: il était
aussi mon ami privé. Je lui confiais toutes mes pensées: je n'avais
aucun secret pour lui. Le grand trésorier m'avait pendant de longues
années donné des marques d'affection; j'avais vécu dans son intimité.

La lutte fut vive, mais c'était la lutte du pot de terre contre le pot
de fer, et je succombai.

Arriva le renversement moral et politique de l'Europe. La
grande-duchesse Élisa déserta son poste; le prince Félix la suivit. M.
Scitivaux dut alors quitter Florence. Les agents de M. Scitivaux ne
pouvaient le remplacer officiellement qu'en sa qualité de payeur.

Je pris la recette. Je me hâtai de faire rentrer ce qui était dû à la
Légion d'honneur. J'acceptai des effets lorsqu'il ne me fut pas possible
d'avoir de l'argent. J'avais ainsi sauvé plus de deux cent mille francs.

Mais il ne suffisait pas d'avoir sauvé le bien de la Légion d'honneur:
il fallait encore le lui conserver. Je pris une décision hardie, celle
qui me parut la moins compromettante. Je me donnai l'apparence de
n'avoir rien conservé pour pouvoir tout conserver: je soldai tous les
comptes, de manière qu'il n'y eût plus ni créanciers, ni débiteurs; la
caisse était vide, je la montrai même obérée; l'administration n'avait
rien, absolument rien, que du minerai à exploiter. L'ennemi pouvait
venir: j'avais cessé de craindre.

J'avais exactement instruit le grand chancelier de ce que j'avais fait
et de ce que je voulais faire pour pouvoir retourner en France sans
m'exposer à compromettre les fonds que je possédais. Alors je ne me
doutais même pas de la rentrée des Bourbons.

L'île d'Elbe était complètement bloquée: aucune voie de communication
n'était ouverte. L'île était menacée de tomber au pouvoir des Anglais ou
des Autrichiens, peut-être même au pouvoir des Napolitains. La conduite
de la princesse Élisa rendait cela possible, et les Longonais y
croyaient, car de Naples on leur donnait cette certitude.

C'est alors que l'Empereur arriva à Porto-Ferrajo, et qu'il chargea le
général Drouot de prendre possession des mines.

Je ne fus pas trop rassuré par l'arrivée inattendue de l'empereur
Napoléon: mon esprit était imbu de son omnipotence despotique. Je mis
les registres à l'abri. Mais lorsque le général Drouot prit possession
des mines, je lui trouvai un caractère si noble, des intentions si
louables, que rien ne m'autorisait à lui taire ma conduite. Je racontai
donc au général Drouot tout ce que j'avais fait. Je ne lui cachai rien,
absolument rien.

Le général Drouot me loua beaucoup. Il me parla du ton le plus amical,
le plus persuadé de ce que la Légion d'honneur ferait d'avantageux pour
moi. Il me sembla que j'avais acquis dans ses sentiments d'affection.

En effet, le général Drouot, croyant m'être utile auprès de l'Empereur,
lui répéta ce que je lui avais raconté: l'Empereur se crut en droit de
s'emparer de la somme que j'avais entre mes mains. Il consulta son
trésorier. Le général Bertrand approuva l'Empereur. Le général Drouot ne
l'approuva pas.

Le général Bertrand m'écrivit par ordre de l'Empereur, sous la dictée de
l'Empereur, pour me faire ou pour me répéter des demandes auxquelles
j'avais déjà répondu, et cette lettre n'avait visiblement pour but que
d'arriver aux quelques mots suivants: «Je vous prie également de
m'indiquer la situation actuelle des mines, ce qu'elle a versé cette
année, et ce qui reste aujourd'hui....»

Le général Drouot suivit immédiatement cette lettre. Il me fit part des
intentions de l'Empereur, je lui répondis: «que je ferais ce qu'il
ferait lui-même en pareille circonstance, «que j'agirais selon ma
conscience.» Le général Drouot continua ma phrase en ajoutant: «que la
conscience était le meilleur de tous les guides.» Je n'avais pas besoin
des paroles du général Drouot pour prendre le parti que je croirais le
plus honorable; cependant elles me fortifièrent dans la résolution de ne
pas céder aux exigences de l'Empereur. Le général Drouot prévoyait un
orage; il était fâché d'avoir parlé. Mais s'il n'avait pas parlé, moi
j'aurais parlé, et un peu plus tôt, un peu plus tard, ce qui allait
arriver serait arrivé. Je me gardai de lui faire des reproches.

Je me rendis chez le général Bertrand. Nous parlâmes assez longuement de
l'administration, mais il n'était guère à la conversation: une pensée
l'occupait, le gênait. Il m'annonça que «l'Empereur me réclamerait les
fonds que j'avais en caisse». Je répondis de suite: «que je ne pouvais
pas consciencieusement satisfaire aux désirs de l'Empereur, et que je
m'abstiendrais.» Le général Bertrand ne discuta pas; il me dit: «Allons
à l'Empereur.» L'Empereur allait sortir, il était sur le seuil de la
porte. Le général Bertrand lui adressa quelques mots à voix basse.
L'Empereur se tourna vers moi, il me dit d'un ton sévère: «Pourquoi ne
voulez-vous pas me remettre cet argent?» Cette brusque sévérité ne
m'intimida pas. La nature de mon caractère me rend propre aux
circonstances difficiles. J'ajoutai à la réponse que j'avais faite au
général Bertrand: «que cet argent appartenait au gouvernement français,
quel que fût ce gouvernement.» L'Empereur me regarda, leva les épaules
et me tourna le dos. Le général Bertrand m'assura «que je venais de
blesser Sa Majesté». La parole du général Bertrand n'était pas altérée
comme celle de l'Empereur venait de l'être. Il me parlait avec calme. Il
ne me pressa pas même beaucoup d'obéir. Cela lui paraissait indifférent.

À dater de ce jour, tout fut pour moi ou contre moi, hargneux, exigeant,
inquisiteur, et il me fallait réunir toutes les forces de mon âme pour
résister à l'amas des tracasseries que je trouvais sans cesse sur mon
passage.

Ma vie de cour était scabreuse. Aussi j'étais constamment prêt à y
renoncer. Le général Drouot me retenait. Ces misères durèrent près de
quatre mois.

L'Empereur ne voulait pas que l'on pût croire qu'il donnait des ordres
dont l'exécution était impossible. C'était plus positivement sous ce
rapport qu'un refus d'obéissance passive l'offensait. La susceptibilité
de l'amour-propre était en jeu. Une longue habitude du commandement
absolu, sous lequel tout le monde pliait, avait donné un grand empire à
cette susceptibilité. Il aimait à répéter que le grand maréchal Duroc
«ne lui avait jamais dit non». Cela était rigoureusement vrai, mais
voici comment. Lorsque l'Empereur disait au général Duroc: «Faites telle
chose», le général Duroc lui répondait: «Oui, Sire», et si la chose
n'était pas faisable, il allait se promener, puis il revenait à
l'Empereur lui expliquer par des sornettes pourquoi il n'avait pas pu
satisfaire à son désir. L'Empereur ne se fâchait jamais de
l'explication, alors même qu'il s'apercevait qu'elle n'était pas
explicite. Mais tout le monde ne pouvait pas se permettre de faire ce
que le général Duroc faisait: il n'y avait pas deux Durocs pour
l'Empereur.

Quant à moi, ici, pour l'ordre que me donnait l'Empereur, il n'y avait
pas à calculer; un _oui_, c'était obéir; un _non_, c'était désobéir. Je
disais _non_. Ma désobéissance était pleine et entière. L'Empereur ne
pouvait pas le voir autrement.

L'emploi d'administrateur général des mines de l'île d'Elbe était, sans
comparaison, le plus rétribué de tous les emplois de l'île. L'Empereur
était accablé de solliciteurs. Les proches de la famille impériale
s'agitaient beaucoup en faveur d'un gentilhomme corse pour lequel Madame
mère avait une extrême bienveillance.

Mon refus de verser les fonds dont je me croyais le dépositaire
responsable n'était plus un mystère pour personne. On disait à
l'Empereur que je ne lui obéissais pas parce que je ne le considérais
plus comme le grand Napoléon. C'était sa fibre la plus irritable.
L'Empereur se révoltait à l'idée qu'on voulait l'amoindrir. Il veillait
à sa grandeur impériale comme à sa gloire militaire, même plus encore.
Il avait peut-être raison. Sa gloire militaire était un fait immortel
bien accompli, que rien ne pouvait détruire, ni même altérer, et dont la
célébrité, indépendante des vicissitudes humaines, était devenue
l'apanage des siècles. Il n'était pas de même de sa grandeur impériale.
Quelle qu'eût été l'immensité de cette grandeur, les destins l'avaient
brisée, et lui seul, comme homme, comme grand homme, était resté
au-dessus des événements. C'était surtout l'homme que l'on respectait
dans l'Empereur. Ce respect, je le professais de toutes les facultés de
mon âme. J'aurais considéré comme une profanation sacrilège toutes les
paroles qui auraient exprimé un sentiment contraire. Je l'aurais bravé
s'il avait été tout puissant. J'avais dit à l'Empereur: «Jamais un homme
puissant ne m'a intimidé. Ce qui n'empêche pas d'être humble devant le
malheur.» L'Empereur n'avait pas été blessé par ces paroles, puisqu'il
en avait parlé avec éloge au général Dalesme.

Il était convenu entre le général Drouot et moi que je travaillerais
avec l'Empereur. Cependant, depuis mon refus d'obéissance, l'Empereur
avait observé au général Drouot «que, s'il était à Paris, je n'aurais
pas la prétention de travailler avec lui», et le général Drouot,
peut-être par ordre, m'avait répété cette observation. C'était une
erreur de la part de l'Empereur: s'il avait été à Paris dans les
conditions où il était à Porto-Ferrajo, où j'étais moi-même, ce que je
lui demandais à Porto-Ferrajo, je le lui aurais demandé à Paris, et
peut-être avec plus de force. Ici les paroles de l'Empereur n'étaient
pas d'accord avec ses actions. Blessé par mon refus de lui obéir, dans
l'idée malencontreuse que je voulais le faire descendre du haut de sa
grandeur impériale, il avait, après coup, paru se plaindre de ce que je
voulais travailler directement avec lui, et, lorsque je restais un peu
de temps sans aller personnellement prendre ses ordres, négligence à
laquelle j'étais assez enclin, il me faisait appeler pour me les donner.
Aussi son opinion n'était pas arrêtée à mon égard. Moi, mon parti
officiel était pris. C'était toujours à lui que j'accusais réception des
ordres qui ne venaient pas de lui; c'était à lui que je rendais compte
de leur exécution ou de leur non-exécution; c'était à lui que je faisais
mes rapports administratifs.

On offrit à l'Empereur d'administrer les mines pour la moitié des
appointements dont je jouissais. Un chambellan me fit connaître ce que
l'on écrivait à cet égard. Je mis de suite l'Empereur à son aise. Je
déclarai au général Drouot que si l'on touchait à mes émoluments, je
quitterais immédiatement. Parler au général Drouot, c'était parler à
l'Empereur, du moins en ce qui me concernait. Le général Drouot m'en
avait prévenu, en me demandant si cela me convenait. Je ne voulais pas
que l'on me marchandât, particulièrement au milieu des circonstances
difficiles dans lesquelles l'on m'avait placé. Il me semblait qu'il y
aurait eu quelque chose d'avilissant pour moi si j'avais débonnairement
consenti à cesser d'être ce que j'avais été jusque-là. Mon bagage était
prêt, mais personne ne me dit rien. L'Empereur ne me fit pas même
soupçonner ce qui avait eu lieu. Cependant je sus plus tard qu'il avait
deux fois refusé les services à bon marché, et je fus touché de son
silence de délicatesse. La première fois qu'on avait demandé ma place à
l'Empereur, celui qui la lui demandait, une heure avant de la lui
demander, était sous le coup d'une prise de corps, par suite d'un
jugement commercial, et, prosterné à mes pieds, il me suppliait d'être
son sauveur, comme je l'avais été plusieurs autres fois. Je payai pour
lui... Le chambellan Vantini l'avait raconté à l'Empereur, et, quelques
jours après, l'Empereur me loua de «ce que j'avais fait pour un vilain
homme». Mais ce vilain homme était auprès de lui, il y resta, et lorsque
nous quittâmes l'île d'Elbe, il me remplaça... L'Empereur avait des
aveuglements volontaires vraiment incompréhensibles. Je viens de parler
du maire de Rio-Montagne.

L'Empereur donnait carrière aux intrigants, car il leur prêtait
l'oreille. Il écoutait facilement ce qu'on lui disait. Il était toujours
en garde. Triste condition que celle qui fait penser que le mauvais côté
du genre humain est précisément le genre humain (_sic_)!

On fit croire à l'Empereur que les deux gardes-côtes de surveillance
pour empêcher qu'on ne volât le minerai étaient une dépense inutile, et,
l'Empereur, ne voyant que l'économie, supprima ces deux embarcations. Il
s'en rapporta aux instigations qui lui créaient des prétextes pour me
tourmenter. Mais les marins de ces deux embarcations allaient se trouver
sans emploi: je réclamai dans leur intérêt. L'Empereur s'impatienta: je
donnai ma démission; je la motivai sur ce que des affaires de famille
réclamaient ma présence dans ma patrie. J'adressai ma démission au
général Drouot pour qu'il la remît à l'Empereur. Il me la rapporta, et
il me pria instamment de ne pas lui donner cours. Il dit à mon épouse:
«qu'il ne serait jamais pour rien dans ce qui me ferait séparer de
l'Empereur.» Je fis ce qu'il désirait. Le même jour, l'Empereur m'envoya
chercher. Je n'allais plus auprès de lui qu'à mon corps défendant:
c'était pour moi une corvée. Je trouvai l'Empereur doux comme un agneau:
il ne me dit pas un seul mot de mon service; il m'accabla de questions
d'État, des plus hautes questions d'État. Sans s'informer si j'étais à
même de lui répondre, lorsqu'il se fut bien contenté, il me dit: «À
revoir.»

Que signifiait ce qui venait de se passer? Je n'ai jamais pu m'en rendre
bien compte. L'avant-veille, l'Empereur avait été mal pour moi. Il
m'avait demandé avec un froid glacial «si je persistais toujours dans
mon entêtement», et, sans me donner le temps de lui répondre, il s'était
brusquement retiré, ce qui, dans de semblables circonstances, annonçait
le plus haut degré de sa mauvaise humeur. Je cherchai à deviner, et, ne
pouvant trouver, j'attribuai cette mansuétude à quelque récit
bienveillant de mon vieil ami le général Dalesme ou de mon nouvel ami le
général Drouot.

L'Empereur avait expressément chargé M. le trésorier Peyrusse de me voir
pour vaincre ce qu'à tort il appelait mon entêtement. M. Peyrusse, par
son âge, par sa jovialité de tous les moments, de toutes les
circonstances, n'était pas un homme imposant; mais, franc et loyal,
plein d'esprit, ne disant jamais de mal de personne, il méritait
d'inspirer une grande confiance. Je le reçus avec plaisir. Mais quels
sont les moyens pour combattre victorieusement un homme qui est dans la
ligne du devoir et qui ne veut pas la quitter? Il n'y a que des moyens
pernicieux, immoraux, et M. Peyrusse était incapable de les employer.
D'ailleurs, l'Empereur voulait me vaincre par le raisonnement. M.
Peyrusse trouva que le raisonnement n'était pas possible, car, en son
âme et conscience, il était convaincu que le droit était de mon côté. Il
épuisa donc l'éloquence des banalités; je restai inflexible; alors M.
Peyrusse s'écria, mais sur le ton de la plaisanterie: «L'Empereur vous
enverra des grenadiers.» Et je lui dis sur le même ton: «Que ces
grenadiers soient plus forts que moi, car je me défendrai, et, s'ils
sont plus faibles que moi, je les jetterai par la croisée.» Certainement
aucune personne de bon sens n'imaginera que je prononçai sérieusement
ces paroles. M. Peyrusse avait ri, moi, j'avais ri. La chose n'était
susceptible d'aucune importance, mais M. Peyrusse la raconta à
l'Empereur. L'Empereur la prit au sérieux; néanmoins il ne s'en fâcha
pas. M. Peyrusse était loin d'avoir eu une mauvaise intention en faisant
ce rapport. Il voulait tout simplement faire rire l'Empereur comme nous
avions ri. Son intention était si inoffensive, qu'il disait en même
temps à l'Empereur «que j'avais l'héroïsme de la délicatesse». M.
Peyrusse et moi, nous nous séparâmes comme si nous étions réunis, pleins
d'estime l'un pour l'autre. M. Peyrusse avait commencé par me dire
«qu'il ne venait pas me trouver de son plein gré». J'entre dans tous ces
détails, à l'égard de M. Peyrusse, parce que plusieurs notabilités
l'avaient injustement soupçonné de «jeter l'huile sur le feu». Durant
tous ces débats accablants, M. Peyrusse fut parfait pour moi, et, plus
d'une fois, il ne craignit pas de déplaire à l'Empereur. Sans doute en
sa qualité de trésorier, il ne comprenait que le tintement des écus.

Je fis un appel à l'affection du général Drouot pour qu'il intervînt
sérieusement entre l'Empereur et moi, et mon appel tourmenta ce digne
homme. Il me demanda en grâce de ne pas le mêler à cette déplorable
affaire. Dès lors, je m'abstins de tout ce qui aurait pu lui faire
croire que j'étais dans la nécessité de recourir à lui.

Et comme si l'affaire de l'argent n'était pas suffisante pour
m'occasionner de cruels soucis, il en survint une autre qui, pendant une
semaine, augmenta mon tourment. La farine pour les approvisionnements de
siège avait été consignée dans un mauvais état. La troupe refusait le
pain que cette farine produisait. Il y avait eu des murmures militaires
caractérisés. Alors on mit dans la tête de l'Empereur de faire manger
cette farine aux ouvriers des mines. L'Empereur décida que je ferais
faire une distribution aux mineurs, comme si pour un pauvre morceau de
pain, la bouche de l'ouvrier ne valait pas la bouche du soldat. Le
général Bertrand me transmit les ordres de l'Empereur. Ces ordres me
pétrifièrent. J'étais indigné. Mon premier mouvement fut de jeter le
manche après la cognée, de m'en aller. Plus calme, je montai à cheval
pour aller déclarer à l'Empereur que je n'exécuterais pas ses ordres,
et, avant de me présenter à l'Empereur, j'entrai, selon mon usage, chez
le général Drouot. Celui-ci me trouva trop agité pour parler à
l'Empereur; il me conseilla de faire un essai, et je rentrai de suite à
Rio pour essayer. Je me hâtai de réunir tous les employés et tous les
chefs de poste. Nous essayâmes immédiatement. La mauvaise farine donna
du mauvais pain. Le général Drouot put se convaincre que le refus des
ouvriers n'avait rien de blâmable. En sa présence, j'écrivis à
l'Empereur, et lui communiquai ma lettre. Le général Drouot y trouva
quelques expressions qui pourraient être prises en mauvaise part. Je
refis ma lettre presque sous sa dictée. La voici:

     «Sire,

     «Je me plais à croire que Votre Majesté est convaincue de
     l'empressement que j'ai mis à satisfaire à l'ordre qu'elle m'avait
     donné, de faire distribuer de la farine aux ouvriers des mines.

     «Mais cette farine a fait du mal à beaucoup de travailleurs; tous
     les travailleurs refusent de la prendre. Je suis sûr que ce refus
     n'est pas l'effet d'une cabale.

     «Sire, mon devoir est d'obéir à Votre Majesté en ce qu'elle
     m'ordonne de juste, et de me faire obéir par ceux qui me sont
     légalement subordonnés. Mais, Sire, mon devoir est aussi de
     représenter à Votre Majesté qu'il ne serait pas juste que des
     malheureux qui ne mangent que du pain, dont les trois quarts ne
     boivent que de l'eau, fussent forcés à manger du mauvais pain, et,
     dans tous les cas, ce ne sera pas moi qui aurai le triste courage
     de les y forcer.

     «J'ai l'honneur de prier Votre Majesté de vouloir bien me dicter
     une règle de conduite.

     «Je suis avec respect, etc.»

J'avais fait un peu de contrebande avec le général Drouot. J'avais
ajouté quelques mots à sa dictée. Ce fut précisément les mots que
l'Empereur remarqua de suite. Le général Drouot m'en fit un reproche
tout amical.

L'Empereur m'appela. Le général Bertrand était avec lui. L'Empereur me
dit «qu'il était loin de vouloir faire du mal aux ouvriers». Il
m'engagea de tenter un autre essai en mêlant de la mauvaise farine avec
de la bonne farine. Mais il ne me prescrivit pas cette mesure.
L'inflexion de sa voix donnait à sa parole quelque chose de paternel qui
me subjuguait. J'allais consentir, quand le général Bertrand me dit en
parlant des ouvriers des mines: «Il faut que ces gens-là vous obéissent,
et voilà tout.» Ce langage de dureté était si extraordinaire qu'il
m'étonna tout à fait, et, maîtrisé par l'étonnement, peut-être aigri par
ce qui le causait, je lui répondis avec un ton au moins égal: «Il faut
que ces gens-là me désobéissent, si je leur commande de s'empoisonner,
et voilà tout.» Le premier mouvement de l'Empereur fut de sourire, mais
ce ne fut qu'un mouvement, et, reprenant son air grave, il allait me
parler, quand le général Bertrand m'adressa encore ces mots: «Cependant
le maire de Rio-Montagne, qui doit aussi s'intéresser aux ouvriers
puisqu'ils sont ses administrés, vient de m'assurer que, sans murmure,
ils feraient tout ce que vous voudriez, et il m'a également assuré que
plusieurs ouvriers n'avaient pas du tout trouvé mauvais le pain de la
farine qu'on appelle gâtée.» Cela m'expliquait pourquoi la bonne nature
du général Bertrand était un moment sortie de son caractère. Il croyait
qu'il n'y avait que de la mauvaise volonté en jeu. L'Empereur vit
facilement que j'allais répondre avec sévérité: «Ce serait par trop
odieux, dit-il, que le maire de Rio-Montagne voulût, sans nécessité,
faire du mal à ses concitoyens, et la raison repousse cette pensée.» Je
répondis vivement à l'Empereur: «Mais il y a une nécessité pour le maire
de Rio-Montagne.--Laquelle?» répliqua l'Empereur avec autorité. Et
j'ajoutai avec rudesse: «Celle de flatter Votre Majesté.» L'Empereur ne
s'attendait pas à cette nécessité. Il regarda le général Bertrand avec
expression. Je me décidai à me taire; je sentais que j'étais entraîné,
que j'irais trop loin. Ce n'était pas le compte de l'Empereur; mon
silence ne lui plaisait pas; il me força de le rompre. «Parlez,
répéta-t-il plusieurs fois, parlez! Nous sommes seuls, vous n'avez rien
à craindre.» Et je lui parlai ainsi: «Sire, j'avais prié Votre Majesté
de me permettre de ne jamais l'entretenir du maire de Rio-Montagne, et
je suis fâché que Votre Majesté n'attache aucune importance à ma prière.
Je cède donc à la contrainte qu'elle m'impose. Ce maire est aujourd'hui
de service auprès de Votre Majesté; il écoute peut-être. Il vient de me
saluer profondément: je ne l'ai même pas regardé. Que Votre Majesté le
fasse appeler; alors Votre Majesté verra comment je sais être vrai. Je
n'ai pas besoin de secret; le secret n'est bon que pour ceux qui sont à
craindre, et je ne crains rien. J'évite d'attaquer lorsque je puis
l'éviter, mais lorsque j'y suis obligé, j'attaque en face, surtout les
gens sans délicatesse, et en ce moment, Votre Majesté peut facilement
s'en convaincre.»

L'Empereur ne me pressa plus. Il se borna à me témoigner le désir qu'il
avait de me voir tenter un autre essai. Je fis ce second essai; je le
fis avec toutes les précautions possibles, en exigeant que le médecin et
le chirurgien fussent sans cesse sur pied, et bien m'en valut, car
vingt-quatre heures après la seconde distribution, il y avait cent
mineurs indisposés. Mon parti était pris.

Cette distribution ne s'était pas faite sans peine; j'avais été presque
forcé de l'imposer; ce qui me faisait saigner le coeur, mais j'avais
mangé moi-même de la qualité du pain que les ouvriers mangeaient.
J'avais prêché d'exemple. Le général Drouot savait de quelle manière je
m'étais comporté, et il en avait rendu compte à l'Empereur; il lui parut
que l'Empereur en était touché; néanmoins l'Empereur ne m'en parla pas.

L'Empereur attendait mon rapport définitif: je le lui fis par écrit et
verbalement. Je concluais à l'impossibilité absolue de persister à la
distribution de la mauvaise farine: «Soit, me dit-il, à l'impossible nul
n'est tenu, et je ne demande pas des choses impossibles.» Ce n'était pas
là un langage de fâcherie, mais ce n'était pas aussi un langage de
satisfaction, et je méritais certainement qu'il me louât, car j'avais
fait pour lui ce que très certainement je n'aurais pas fait pour moi.

Ainsi finit cette affaire qui dans son principe avait prêté à me donner
l'apparence d'être décidé à une résistance systématique, et j'avoue que
je fus aux anges de n'avoir plus à m'en occuper. Ce n'est pas vivre que
de passer sa vie à discuter, surtout à discuter avec un homme tel que
l'Empereur. L'Empereur s'était fait une nature du commandement absolu,
et, comme s'il était encore dans la toute-puissance de cette nature, il
se croyait le maître d'imposer l'obéissance, et il se soulevait contre
les sentiments généreux pour la conviction desquels sa volonté n'était
pas une loi infaillible. Heureusement que sa haute raison l'empêchait de
se laisser aller longuement à l'influence de ses erreurs. Sa mauvaise
humeur passait vite. L'Empereur était très oublieux des querelles peu
importantes, il n'en chargeait pas sa mémoire.

L'affaire des farines avait eu autant de retentissement que l'affaire de
l'argent, même plus, car elle était plus patente. On croyait
généralement que ma résistance amènerait mon renversement. Les Elbois
étaient inquiets pour moi, car je puis dire avec fierté que je suis le
Français qu'ils ont le plus aimé.

C'était surtout un Corse, valet de chambre de l'Empereur, pour lequel
l'Empereur semblait avoir une bienveillance particulière, qui répandit
le bruit de ma destitution, en désignant un de ses compatriotes pour mon
successeur, et je dus me plaindre de cette inconvenance, dont l'opinion
s'emparait parce qu'elle sortait de l'intérieur du palais impérial. Ma
plainte était d'autant plus opportune que l'opinion, dans son extrême
bienveillance pour moi, blâmait l'Empereur. L'Empereur écouta ma
plainte; il gronda son valet de chambre. Toutefois le valet de chambre
n'avait pas inventé ce qu'il disait, il ne faisait que répéter. J'en fis
faire l'observation au général Drouot. L'Empereur avait refusé
d'accepter ma démission, j'étais toujours prêt à la lui donner: il le
savait, il n'avait donc pas besoin d'avoir recours à une mesure de
rigueur. Ce fut le sentiment du général Drouot, il devint le mien.

Cependant la distribution presque forcée de la mauvaise farine avait nui
à l'Empereur dans l'esprit des ouvriers des mines, et moi-même je n'y
avais pas gagné. On avait dit à l'Empereur que j'avais une puissance
absolue sur les mineurs, qu'ils feraient tout ce que je voudrais leur
faire faire; on avait dit aux mineurs que l'Empereur ne me refusait
rien. Il résultait de cette double assurance que l'Empereur doutait de
ma bonne volonté, tandis que les ouvriers des mines croyaient moins à
mes sentiments paternels.

La bataille de la farine avait donné du répit à la bataille de l'argent.
Mais les hostilités recommencèrent. La reprise des hostilités est
presque toujours marquée par un choc violent: ce que j'avais prévu
arriva. L'Empereur me fit encore demander et redemander les fonds que
j'avais sauvés du naufrage. M. le trésorier Peyrusse fut de nouveau son
organe. Nous échangeâmes des paroles: cela n'arrangeait pas l'Empereur.
Il revint lui-même à la charge: cela me convenait mieux. Toujours dans
une intention pacifique, M. Peyrusse, en rendant compte de mes opinions,
en modifiait la franchise quelquefois mêlée d'un peu de brusquerie, et
de cette modification bienveillante il pouvait se faire que l'Empereur
ne fût pas bien convaincu de ma résolution. Avec l'Empereur c'était
autre chose; chaque coup portait; il fallait se battre; mais l'Empereur
ne voulait pas discuter, il voulait commander. Il avait le droit
d'interrompre, il ne consentait pas à être interrompu, de telle sorte
qu'on ne pouvait pas opposer des raisons à ses raisons: d'où il
résultait qu'il avait sans cesse raison. Ce système n'était pourtant pas
son système général. Ordinairement il discutait, il se plaisait à ce
qu'on discutât, il ne faisait pas de la prépotence, et lorsque son
opinion n'était pas la meilleure, il avouait sa défaite. Ici la
discussion n'était guère possible. Les positions étaient tranchées: d'un
côté le droit, de l'autre la force. L'Empereur répugnait à faire usage
de la force; il ne pouvait pas invoquer le droit. De là son état
perplexe. Il voulait l'argent. Tout ce qu'il disait et tout ce qu'il
faisait se résumait dans ce mot: «Versez.» Tout ce que je lui répondais
aboutissait à ces paroles: «Je ne verserai pas.» Nous ne pouvions donc
pas nous entendre. L'Empereur, qui eut plusieurs moments de vivacité,
n'employa jamais aucune parole blessante. Lorsque l'Empereur me parlait
d'autre chose que de l'argent, ce n'était plus le même homme, et
personne n'aurait pu croire qu'il venait d'être mécontent de mes refus.
Ensuite c'était à recommencer.

Cette tourmente, qui prenait un caractère chronique, n'était pas la
seule chose qui me fatiguât depuis que j'étais fonctionnaire de
l'Empereur de l'île d'Elbe.

L'Empereur me faisait transmettre la presque totalité de ses ordres par
le général Bertrand, mais le général Bertrand, plongé dans les
méditations de famille, déjà ennuyé de l'île d'Elbe, n'était pas porté à
travailler d'un travail assidu. Il lui arrivait souvent de perdre de vue
les demandes qu'il avait faites, ainsi que les réponses qui lui étaient
adressées. Il m'arrivait qu'on me demandait une seconde fois des
renseignements desquels l'on m'avait accusé réception. Le général
Bertrand aurait sans doute été plus à son aise dans une sphère de
grandes opérations, mais il était contraint à entrer dans des détails
minutieux, et cela ne l'accommodait pas. Il avait beaucoup de vivacité
dans les choses importantes, lorsqu'il devait procéder sur-le-champ à
leur exécution, mais cette vivacité l'abandonnait dès qu'il était obligé
à se clôturer dans le cabinet.

L'Empereur n'avait pas voulu se mettre à la portée de sa position. Son
génie étouffait dans Porto-Ferrajo, il fallait toujours que quelque
étincelle en franchît les remparts. Cela l'inquiétait. Dans son
inquiétude il s'en prenait aux hommes et aux choses. Tant qu'il eut
l'idée de prolonger son séjour à l'île d'Elbe, il s'occupa avec une
sorte d'avarice de tout ce qui pouvait tant soit peu grossir ses
revenus, et c'était triste de voir un si grand homme devenir presque un
homme du fisc.

L'Empereur avait supprimé les deux gardes-côtes spécialement destinés à
empêcher qu'on ne volât le minerai de fer. Les voleurs reparurent dès
que les gardes-côtes eurent disparu. Le maire de Longone était un des
voleurs. Il prétendait que les mines de Terra-Nera avaient appartenu à
ses ancêtres. Jamais sous l'empire français il ne s'était fait un droit
personnel de sa prétention. L'Empereur sut tout cela, il se fâcha, sans
se rappeler que je n'avais plus le moyen de faire surveiller les bords
de la mer. Il fallut encore des explications écrites.

J'avais élevé l'établissement des mines à une grande prospérité. Des
financiers, d'une profondeur extraordinaire de science économique,
proposèrent à l'Empereur un moyen tout simple d'accroître encore les
revenus de cet établissement: c'était de supprimer une partie des
ouvriers des mines. L'Empereur, qui alors ne songeait qu'à grossir son
trésor, admit le principe de cette idée ingénieuse, et il m'ordonna de
le mettre en pratique. Nouvelle source de discussion, nouveau besoin de
résistance. Des plaintes sérieuses avaient suivi la réforme des
gardes-côtes: une insurrection aurait marqué le renvoi d'un nombre
quelconque de mineurs. Tous les ouvriers des mines avaient
rancuneusement sur le coeur la farine gâtée dont leur santé s'était
ressentie: je ne pouvais plus me trouver parmi eux sans que quelqu'un
des orateurs titulaires ne me rappelât le temps heureux où je commandais
seul. Je prévins respectueusement l'Empereur: «qu'il m'était
consciencieusement impossible de me charger d'une semblable
suppression.» L'Empereur, sans être courroucé, dit au général Drouot
«que les susceptibilités de ma conscience me poussaient trop facilement
à l'opposition», et il voulut m'entretenir. En me rendant auprès de lui,
je m'étais demandé si les paroles de l'Empereur étaient des paroles de
vérité, et cet examen m'avait porté encore plus à rester dans ma ligne
d'équité. L'Empereur chercha à me prouver que j'avais tort: il me cita
les princes de Piombino qui avaient un nombre de mineurs bien moins
considérable que le nombre que j'employais. Je lui observai que le
revenu actuel des mines triplait le revenu qu'elles donnaient avant les
Français, que l'accroissement de l'exploitation avait nécessairement
rendu indispensable d'augmenter les bras pour exploiter. Ensuite je lui
représentai que le gouvernement des princes de Piombino n'avait rien de
paternel, que ces princes prenaient tout, et j'ajoutai avec le verbe de
la conviction que «lorsque les gouvernants prenaient tout, il ne restait
rien pour les gouvernés». Cela me parut lui faire impression. J'ajoutai
que, du temps des princes de Piombino, la population elboise qui
dépendait d'eux était une population de misère, qui naissait et mourait
dans un état de pauvreté extrême, et qu'il ne pouvait pas convenir à
l'empereur Napoléon que sous lui les Elbois redevinssent ce qu'ils
avaient été sous leurs petits tyrans. L'Empereur laissa machinalement
échapper ces mots: «Moi aussi je suis pauvre.» Alors, entraîné malgré
moi, je l'interrompis et je lui dis avec émotion: «Sire, votre pauvreté
sur la terre d'exil est un des plus beaux rayons de votre auréole de
gloire, car elle témoigne qu'aux jours de la grandeur vous avez plus
pensé au bien-être du peuple qu'à votre propre bien-être. Aussi le
peuple, qui n'est jamais ingrat, à côté du souvenir de votre génie
conservera toujours la mémoire de votre générosité, et cette mémoire est
capable d'agir sur les destinées.» J'avais été entraîné. L'Empereur
m'avait laissé parler, il resta morne et silencieux. Quelques moments
s'écoulèrent. Puis il me dit: «Faites ce que vous jugerez convenable;
l'on m'avait présenté la chose sous un autre aspect.» Et il me congédia.
Il avait été content de moi, puisque le général Drouot vint expressément
à Rio pour m'en donner l'assurance, et qu'il la tenait de la bouche de
l'Empereur.

Mais l'Empereur était en réalité trop grand pour qu'il lui fût possible
de se rapetisser à volonté au niveau des petites choses. Aussi il
n'était pas étonnant de le voir donner à faux lorsqu'il s'occupait des
choses mesquines. Il avait renoncé au licenciement d'une partie des
ouvriers des mines: ce qui ne l'empêcha pas de trouver un moyen d'en
diminuer le nombre. Il me fit demander des mineurs pour d'autres travaux
que ceux des mines. Ces mineurs durent se porter sur tous les points de
l'île. Les travaux des mines perdaient à cela: les autres travaux n'y
gagnaient pas. Rien ne s'en trouvait mieux. J'avais dit à l'Empereur
tout ce que je devais lui dire: l'Empereur avait écouté d'autres
conseils. Aucun reproche ne pouvait m'atteindre.

L'Empereur se mêlait des moindres approvisionnements.

C'était surtout l'achat du blé qui était de la plus haute importance
pour moi. L'Empereur en avait chargé le général Bertrand. Le général
Bertrand aurait plutôt fait un autre pont sur le Danube que les
démarches nécessaires pour la réussite de cette opération. La saison
avançait, l'opération n'était pas même entamée, la disette pouvait être
la suite de ce retard, et cela, parce que l'on avait porté atteinte à
mes attributions.

Je donnai une seconde fois ma démission. Mais cette fois je craignis
l'influence que le général Drouot exerçait sur moi. C'est qu'en effet il
me tenait sous le charme de ses nobles vertus. Ainsi, je m'abstins de
lui communiquer le parti auquel je m'étais décidé. J'adressai ma
démission directement à l'Empereur: je la lui fis remettre par le
chambellan de service. Cette fois, il n'y avait (_sic_) pas à prétexter
qu'elle lui était inconnue.

Cependant, en me séparant de l'Empereur, je lui offrais en même temps de
continuer le service jusqu'à ce que mon successeur pût se passer de
l'expérience que j'avais acquise, et j'ajoutais que je resterais sans
compter au nombre des employés. Ma démission était d'ailleurs pleine de
respect pour l'Empereur.

L'Empereur avait reçu ma démission à deux heures après midi. J'attendais
sa réponse à Porto-Ferrajo, et, ne la voyant pas venir, j'allais
retourner à Rio. Je rencontrai le général Bertrand; il me dit avec une
espèce de volubilité: «Vous êtes heureux de vous en aller, si vous
pouvez vous en aller.» Et il me quitta. Ces paroles isolées me firent
penser que l'Empereur consentait à la cessation de mes services. J'avais
cru devoir m'abstenir d'aller chez le général Drouot.

Le lendemain, à huit heures du matin, le général Drouot était à Rio, et
à la manière dont il m'aborda, je devinai qu'il n'approuvait pas ce que
j'avais fait. Il se plaignit que, lorsque je semblais avoir pris
l'habitude de le consulter en toutes choses, je ne lui eusse rien dit de
la chose la plus importante, et il me blâma. Puis, avec sa logique
serrée, il chercha à justifier l'Empereur de tous les griefs qui
m'avaient plus particulièrement froissé; il ajouta avec une petite
apparence d'humeur: «Je ne vois pas de quel droit vous voudriez que
l'Empereur vous traitât différemment que comme il nous traite!» Puis il
mit les grandes qualités de l'Empereur en regard de ses petits défauts.
Ensuite, avec sa douceur angélique, il s'adressa à mon coeur: «Je crois
que l'Empereur vous a affligé, il n'en a pas eu l'intention; il ne s'en
est pas même douté. Mais vous, par votre départ, si vous partiez, vous
augmenteriez volontairement, bien volontairement, malgré toute la
délicatesse de vos sentiments, le mal que ses ennemis lui ont fait,
parce que, aimé comme vous êtes aimé, connu comme vous êtes connu, ce
départ aurait du retentissement, et les méchants s'en empareraient pour
ajouter à leurs calomnies. D'ailleurs, il n'est pas généreux de vouloir
quitter des fonctions dans lesquelles vous savez bien que l'Empereur ne
peut pas maintenant vous faire remplacer.» Je ne m'attendais pas le
moins du monde à ces deux raisonnements que j'ai réduits à leur plus
simple expression. Tant est-il que je fis ce que le général Drouot
voulut; je retirai ma démission. Je crois que l'Empereur ne m'aurait pas
dominé comme le général Drouot me domina. Les paroles du général
Bertrand m'avaient frappé; je les répétai au général Drouot. Le général
Drouot me dit: «Cela ne m'étonne pas», et, avec une intention marquée,
il me parla d'autre chose.

C'est avec quelque anxiété que je me présentai de nouveau à l'Empereur.
L'Empereur s'en aperçut peut-être. Il me mit tout de suite à mon aise;
ses premières paroles furent pour me demander des nouvelles de ma
famille; il me dit des choses honorables pour ma femme. Il ne fut pas
question d'affaires.

Je suivais la marche publique et privée dont je ne me suis jamais
écarté: celle de la ligne droite. J'obligeais toutes les personnes que
je pouvais obliger: j'avais beaucoup obligé; je ne marchais sur aucunes
brisées; ainsi je ne faisais point de jaloux. Je pouvais croire que
j'étais cher aux Elbois, particulièrement à ceux qui entouraient
l'Empereur. Ainsi les affections ne me faisaient pas défaut. Il n'y
avait sur l'île d'Elbe que le maire de Rio-Montagne qui pût chercher à
me nuire. Ce n'est pas qu'il se déclarât mon ennemi, mais c'était une
mauvaise nature que la reconnaissance humiliait, et que j'avais maintes
fois sauvé de la prison, même depuis qu'il était chambellan de
l'Empereur, j'entends de la prison pour cause de dettes commerciales.
Puis il ambitionnait d'arriver à l'administration des mines.

Je ne pouvais pas douter de l'amitié du général Drouot.

M. Peyrusse me tenait en garde contre mes fredaines de vivacité et de
susceptibilité; il continuait à être excellent[60].

La princesse Pauline était toute bonne pour moi.

Le général Bertrand ne pouvait plus aimer que sa femme et ses enfants.
Mais son essence était celle d'un homme de bien, et homme de bien il
était pour tout et pour tous, toujours disposé à éviter le mal.

Je savais positivement que l'Empereur avait répondu sévèrement à des
demandes et des offres qui lui étaient adressées pour mon remplacement.
Je savais surtout que son coeur si noblement filial avait résisté aux
instances de sa mère en faveur de l'un de ses compatriotes. Je n'étais
pas ingrat: j'aurais donné mon sang pour reconnaître ce que l'Empereur
faisait pour moi, mais je ne pouvais pas lui donner ce que je
considérais comme mon honneur.

Plusieurs mois s'étaient écoulés. Il ne pouvait pas convenir à la
dignité de l'Empereur que ce débat d'argent se prolongeât indéfiniment:
il prit la résolution d'y mettre un terme. Mais il voulut tenter un
autre essai, et il chargea le général Bertrand de remplir auprès de moi
la mission que M. le trésorier Peyrusse avait déjà remplie. Il faut
remarquer que le général Bertrand ne m'avait jamais écrit un mot à
l'égard de cette affaire, il s'était même abstenu de m'en parler: ce qui
pouvait me faire penser qu'il ne m'était pas contraire. Lorsque le
général Bertrand m'en parla pour la première fois, je venais d'être
instruit que l'Empereur lui avait prescrit de «finir par me donner en
son nom un ordre de versement», et j'étais prêt à guerroyer. M. Peyrusse
avait discuté les droits de l'Empereur. Le général Bertrand ne discuta
rien. Je répète religieusement ses paroles. Il me dit: «Eh bien,
êtes-vous décidé à refuser le versement que l'Empereur vous demande?» Et
sur ma réponse affirmative, il se crut dispensé de passer outre. Ce fut
là tout ce qui eut lieu entre le général Bertrand et moi. Cependant,
j'appris que l'Empereur était en colère. D'un autre côté, le trésorier
Peyrusse, dans un élan de loyauté, m'engageait à me tenir sur mes
gardes, et il me prévenait qu'il croyait être certain qu'un orage se
formait. J'attendais. Je n'attendis pas longuement: l'orage éclata.



CHAPITRE VIII

Deuxième visite de Napoléon aux mines de Rio.--Scène violente entre
Napoléon et Pons.--Promenade en montagne.--Le champagne de
l'Empereur.--Armistice.--L'avis de Lacépède.--L'abbé de Pradt, grand
chancelier de la Légion d'honneur.--Pons en Toscane.--M. de
Scitivaux.--Son opinion sur le retour prochain de l'Empereur en
France.--Lettre de Pons à l'Empereur.--Nouvelle conversation.--Pons
conquis par l'Empereur.


Le général Bertrand me donna l'avis officiel que l'Empereur voulait
aller déjeuner aux mines, qu'il y ferait porter son repas, et il me pria
de fournir ce qui pourrait manquer aux gens de la maison impériale. Par
une seconde note, le général Bertrand me prévint qu'avant son déjeuner,
l'Empereur voulait travailler chez moi, et il m'engageait à tout
préparer.

L'Empereur arriva. Il répondit à peine à mes salutations respectueuses.
Il prit place au bout d'une longue table; il me fit mettre au bout
opposé. Le général Bertrand était à sa droite, M. le trésorier Peyrusse
était à sa gauche. Le général Drouot s'était absenté.

Ici commence une scène dont le souvenir me trouble encore. Jusque-là,
l'Empereur n'était pas entré sérieusement dans tous les détails de la
possession des fonds qu'il me demandait. On lui avait dit, ou il s'était
dit que ces fonds lui appartenaient; cela faisait sa loi, et il
prétendait que cela devait faire aussi la mienne. Mais il ne m'avait
expliqué sa prétention que par des paroles péremptoires.

La séance avait quelque chose de solennel. L'Empereur l'ouvrit en
m'adressant ces paroles: «Le général Bertrand vous a transmis, il y a
quelques jours, l'ordre que je vous donnais de verser les fonds que vous
avez entre les mains, et vous avez refusé d'obéir.» Je lui répondis: «Je
n'ai pas reçu cet ordre, mais si je l'avais reçu, je ne l'aurais pas
exécuté, et je dois le dire à Votre Majesté.--Pourquoi cela?» ajouta
l'Empereur. Je lui répondis encore: «Parce que je ne fais jamais rien
contre ma conscience.--Vous n'avez pas besoin ici d'en appeler à votre
conscience, car il n'y a pas de question douteuse. Les propriétés
gouvernementales, directement ou indirectement, que je trouve sur l'île
d'Elbe, sont nécessairement à moi, et je vous demande de faire ce que
tous les détenteurs des deniers publics ont fait, de me verser les fonds
que vous avez en vos mains.--Je n'ai pas à m'occuper de ce que les
autres font. Je parle pour moi. Jusqu'au 11 avril passé, le revenu des
mines appartient à la Légion d'honneur, et je ferai tout ce que je
pourrai pour qu'elle les reçoive. Je ne dois pas obéir à des ordres qui
entraîneraient le sacrifice de mon honneur.--Vous ne pouvez pas penser
que je veux sacrifier votre honneur. J'ai été directeur de parcs
d'artillerie: lorsque je quittais, je rendais compte à ceux qui me
succédaient, et je n'ai pas été déshonoré pour cela.--Vous rendiez
compte à qui de droit. Mais que Votre Majesté veuille bien observer
qu'elle n'est pas ici «qui de droit» pour moi.--Toute cette discussion
me rappelle celles que vous avez eues avec la grande trésorerie de la
Légion d'honneur.--Ce souvenir est heureux pour moi. J'en remercie Votre
Majesté. Alors, je voulais économiser les fonds de la Légion d'honneur:
aujourd'hui, je veux les sauver.--Vous ferez ce que je vous dis de
faire.--Je ne le ferai pas.--Monsieur, je suis toujours Empereur!--Et
moi, Sire, je suis toujours Français!»

L'Empereur s'était levé en me disant qu'il était toujours Empereur.
J'avais imité son exemple en lui répondant que j'étais toujours
Français, et alors il demanda ses chevaux. Ma réponse l'avait
visiblement étonné et frappé.

J'ai réduit à quelques lignes un colloque qui dura une heure et demie.
Cette discussion n'avait pas pu suivre son cours de nature bourrasqueuse
sans des moments de vivacité, presque d'emportement, et je m'afflige
quand je pense que l'Empereur fut peut-être plus modéré que moi.
Toutefois, son raisonnement n'eut pas la profondeur ordinaire. Il était
obligé à se tirer d'embarras en prenant la grosse voix de maître; il
avait pourtant fini par s'apercevoir que cette voix ne servait qu'à
faire élever la mienne.

Le général Bertrand et le trésorier Peyrusse n'avaient pas ouvert la
bouche. Le général Bertrand avait maintes fois haussé les épaules: ce
haussement d'épaules semblait annoncer une désapprobation des paroles de
l'Empereur. M. Peyrusse était triste et pensif.

L'Empereur était redevenu calme comme s'il n'avait éprouvé que de douces
émotions. Il n'en était pas de même de moi. Je pouvais manquer de
raison. J'en manquai deux fois coup sur coup.

On annonça que les chevaux étaient prêts. L'Empereur sortit tout de
suite. Je ne le suivis pas. C'était un tort. Lorsqu'il fut monté à
cheval, ne me voyant pas à sa suite, il me fit appeler par un officier
d'ordonnance, et je ne prêtai pas beaucoup d'attention aux paroles de ce
messager. Le général Drouot vint, il me dit gravement: «L'Empereur vous
attend dans la rue.» Il n'en fallait pas davantage pour me rappeler à
mon devoir. Je volai sur-le-champ au-devant de l'Empereur. Le général
Drouot savait bien comment me prendre. Je fus soulagé de me retrouver
avec lui.

Quel homme était-ce donc que l'Empereur! J'étais convaincu qu'il devait
être irrité. Cependant il me parlait sans aucune espèce d'amertume, il
avait le sourire sur les lèvres. Je fis cette observation au général
Drouot. Le général Drouot me dit: «Il est toujours sans fiel. Sa colère
ne passe pas l'épiderme.» Et il ajouta malicieusement: «Il n'est pas,
comme vous, ému jusqu'au fond des entrailles.»

L'Empereur voulut grimper à pied une partie de la montagne. Il me fit
marcher à côté de lui; il se mit deux fois à mon bras, et il s'appuya
aussi sur un bâton. Cependant il se fatigua vite: il reprit son cheval.
Nous l'imitâmes. Nos chevaux allaient lentement. L'Empereur m'accablait
de toutes sortes de questions. Je répondais comme je pouvais, à tort et
à travers. J'étais encore dans un état de fièvre ardente: je crois qu'il
avait pitié de moi.

Nous arrivâmes sur le plateau de la montagne. Je m'aperçus que je
n'étais pas désigné pour la table de l'Empereur: j'en eus une joie
d'enfant.

On se mit à table. L'Empereur me fit asseoir auprès de lui. Cette bonté
ne passa pas inaperçue: il y eut un mouvement de plaisir manifeste; tous
les yeux de la suite impériale se portèrent affectueusement sur moi.
L'Empereur ne cessa pas un seul moment de m'entourer de la plus douce
bienveillance; il me pressa plusieurs fois de manger, et il me faisait
servir avec exactitude. Il y avait à table une chose réservée pour lui
seul; personne ne touchait à cette réserve. C'était du vin de champagne
rosé, dont à la fin du repas il buvait la moitié d'un petit verre, et
cette réserve venait de ce qu'il n'avait aucune provision de ce vin.
L'Empereur m'en servit en me disant: «Prenez de ma gourmandise.»
Néanmoins, tant et tant de condescendance ne parvenait pas à éteindre le
brasier ardent qui me dévorait. L'amitié me blâmait, je me blâmais
moi-même, et je continuais à ne pas répondre aux prévenances généreuses
du grand homme. L'honneur m'aveuglait.

L'Empereur se leva. On lui servit le café; alors, avec une grâce qui
fait encore tressaillir mon coeur, il m'offrit sa tasse: «Prenez,
calmez-vous, car il n'y a pas de raison pour que vous vous tourmentiez
ainsi outre mesure.» Puis, se tournant vers le général Drouot, il lui
dit en riant: «S'il connaissait nos grandes querelles, ou plutôt mes
querelles, il ne serait pas bouleversé comme il l'est.» Et le général
Drouot ajouta en me regardant: «Vous pouvez croire ce que Sa Majesté
vient de dire.» L'Empereur donna la seconde tasse qu'on lui avait
apportée au directeur des travaux des mines, vieillard extrêmement
respectable qui, interdit, ne sachant de quelle manière remercier, lui
dit, en parlant avec peine: «Vous faites comme notre père qui me le sert
toujours.» Et, en effet, lorsqu'il mangeait chez moi, je me réservais le
plaisir de lui verser moi-même sa tasse et son petit verre.

L'Empereur triomphait sans réserve. Il ne m'avait pas vaincu: je m'étais
vaincu. Que l'on me dise quel est l'homme qui, à la place de l'Empereur,
ne m'aurait pas brisé comme le verre. Sans doute il avait tort de
vouloir prendre ce qui n'était pas à lui, mais il aurait pu s'en emparer
par la force, et, même alors que mes refus pouvaient lui paraître un
outrage, il ne voulut jamais écraser ma faiblesse.

En partant, l'Empereur me dit adieu, et il me tendit la main: c'était la
première fois que cela lui arrivait.

Néanmoins, rien n'avait été décidé. L'Empereur n'avait pas dit qu'il
renonçait à sa demande; je n'avais pas dit que je renonçais à mes refus;
nous persistions. On pouvait comparer cela à un armistice.

Je n'avais rien perdu de mon énergie, mais ma colère était désarmée.
J'aurais désiré que l'Empereur m'évitât de lutter encore. Dans ce
tourment d'esprit, quoique le général Drouot m'eût prié de ne pas le
mêler à ces tracasseries d'argent, j'invoquai la sagesse de ses
conseils. Le général Drouot me répéta que, dans une affaire de
conscience, il ne devait n'influencer ni pour ni contre, et il me fut
impossible d'en tirer davantage. La Providence vint à mon secours.

M. de Lacépède était pour moi à Paris ce que le général Drouot était à
Porto-Ferrajo: je lui confiais mes affaires, je le consultais. Je lui
avais écrit en sa qualité de grand chancelier de la Légion d'honneur.
J'avais aussi écrit au général Dejean, le grand trésorier. Mes dépêches
officielles avaient sans doute péri dans le naufrage universel.

Lorsque la tempête fut un peu apaisée, je reçus une lettre de M. le
comte de Lacépède, mais c'était une lettre particulière, et il
m'apprenait qu'il n'était plus grand chancelier; en effet, l'abbé de
Pradt lui avait succédé. J'avais tout dit à M. de Lacépède; il avait
tout approuvé.

L'abbé de Pradt, grand chancelier de la Légion d'honneur! Rien ne
pouvait mieux constater le renversement absolu du monde moral. C'était
la honte des hontes. Il n'y avait qu'un gouvernement issu de la
coalition des ennemis de la France qui fût capable d'un pareil choix. Ce
fut le premier coup frappé pour démolir l'institution nationale de la
Légion d'honneur, c'est de là que date sa décadence. L'abbé de Pradt se
glorifiait hautement d'avoir livré son pays.... Il m'aurait été
impossible d'établir une correspondance suivie avec un homme de cette
basse espèce. Il m'aurait été plus impossible encore de le reconnaître
pour mon chef. Ma tâche d'administrateur des mines était remplie en ce
qui concernait directement mes rapports officiels avec le grand
chancelier. Et ce n'était plus qu'au grand trésorier à qui je devais
m'adresser pour la disposition de la somme que j'avais eu le bonheur de
recouvrer.

Le représentant légal de M. le grand trésorier était, pour moi, M.
Scitivaux, receveur de l'administration des mines. M. Scitivaux me fit
répondre que l'Empereur, suivant l'apparence, serait bientôt de retour à
Paris, et que, s'il en était autrement, on lui retiendrait, sur les
subsides qu'on devait lui payer, la somme qu'il aurait prise à la Légion
d'honneur. C'était à Florence que je recevais cette réponse. J'avais
demandé à l'Empereur de m'y rendre. L'Empereur m'avait confié une
mission d'importance qui trouvera ailleurs sa place.

M. Scitivaux avait peur de se compromettre en m'écrivant: la poste
n'était pas sûre. Son ami me disait: «Il ne peut pas aller à l'île
d'Elbe braver l'Empereur, et s'il y allait sans le braver, c'est-à-dire
sans emporter l'argent que vous lui remettriez, il deviendrait suspect
aux gens qui maintenant gouvernent la France.» M. Scitivaux était
sincèrement attaché à l'Empereur, il en avait donné des preuves dans les
moments de détresse; mais il ne voulait pas perdre son emploi.

De retour à l'île d'Elbe, je confiai tout au général Drouot, et, comme
moi, le général Drouot fut persuadé que rien ne s'opposait plus à
l'exécution des ordres de l'Empereur. M. Scitivaux avait annoncé sa
prochaine arrivée à Florence. J'attendis plus que le temps indiqué.
J'avais épuisé tous les moyens honorables pour qu'aucun blâme ne pût
m'atteindre. J'en appelais sans crainte à ma conscience. Après tant de
tourments, je touchais au rivage.

Le général Drouot et moi, nous décidâmes de ne parler à l'Empereur que
lorsque je n'attendrais absolument plus rien de M. Scitivaux.

Il s'était écoulé quelques semaines depuis l'orageuse discussion de Rio.
L'Empereur était intrigué du silence que je gardais depuis mon retour.

La méfiance de l'Empereur s'arrêtait bien quelquefois devant la probité,
mais on la retrouvait partout. Je devais subir la loi commune.

Le maire de Rio-Montagne avait ordonné à un de mes employés de
surveiller secrètement si je ne faisais pas des préparatifs de départ.
On sait que ce maire était chambellan: il avait prescrit au nom de
l'Empereur. Je ne crois pas que l'Empereur lui eût donné expressément
une si sotte mission.

Le général Drouot m'avait dit: «L'Empereur ne me parle que très rarement
de votre affaire; moi, je ne lui en parle pas du tout!» Le général
Bertrand s'abstenait autant qu'il lui était possible de s'abstenir.
L'Empereur chargea M. Peyrusse de m'écrire une lettre, dans laquelle il
me faisait demander l'état bien circonstancié des sommes qu'il voulait
s'approprier.

M. Peyrusse n'avait pas su, du moins par moi, ma course à Florence, et
il ignorait aussi la décision que j'avais prise d'effectuer le versement
que l'Empereur me demandait.

J'écrivais à l'Empereur, lorsque je reçus la lettre de M. Peyrusse.
Cette lettre était d'une longueur extrême; elle finissait ainsi: «Votre
délicatesse, votre loyauté, votre attachement à Sa Majesté lui sont trop
connus, pour qu'elle puisse douter que vous ne vous empresserez pas de
ne rien lui laisser désirer sur tous les points dont j'ai reçu ordre de
vous entretenir.» L'Empereur fit effacer le mot _attachement_, il voulut
que M. Peyrusse le remplaçât par le mot _dévouement_.

Je répondis sur-le-champ à l'Empereur. Il put se convaincre que je
n'avais pas besoin de réfléchir «pour ne rien lui laisser «désirer». Il
confia ma lettre à M. Peyrusse. M. Peyrusse m'écrivit
confidentiellement: «Mon cher ami, me disait-il, j'ai fait briller dans
tout leur éclat, l'extrême délicatesse et la probité scrupuleuse que
vous avez mises dans vos derniers comptes. Sa Majesté a été satisfaite.
Elle m'a écrit la lettre ci-jointe que je m'empresse de vous envoyer par
une ordonnance que me fournit le général Drouot, qui a autant de plaisir
que moi à voir la justice qui vous est rendue.... Que Sa Majesté, dans
vos entretiens, ne s'aperçoive pas de nos communications.... Parlez-lui
de votre disette de blé. Il faut enfin qu'il sache qu'on prend pour s'en
procurer les moyens les plus lents, les moins accréditants et les plus
dispendieux.»

La lettre que M. le trésorier Peyrusse me faisait passer avait rapport à
une combinaison administrative, à l'occasion de laquelle l'Empereur
voulait me consulter.

L'Empereur s'était grandement trompé en prenant à cet égard [d'autres
mesures] que celles qui, jusqu'alors, avaient habituellement [été]
prises. Le général Bertrand n'avait rien de ce qu'il fallait pour ces
sortes d'opérations. Il nous aurait innocemment conduits à la famine.

Cette fois, pressé que j'étais, je ne communiquai pas au général Drouot
la réponse que je faisais à l'Empereur, et il comprit que je n'avais pas
pu faire autrement:

     «Sire! J'ai obéi aux ordres que Votre Majesté m'a adressés par son
     trésorier. Mon obéissance n'a été commandée ni par la crainte de
     perdre mon emploi, ni par l'espérance de le conserver: Votre
     Majesté sait que j'y avais renoncé volontairement. En obéissant, je
     n'ai pas même consulté mon dévouement pour Votre Majesté, et rien
     n'a agi sur moi en dehors de l'honneur. Le gouvernement royal de la
     France me blâmera sans doute, mais je suis en règle, et ma
     conscience ne me reproche rien, ce qui est l'essentiel pour moi.

     «L'île était en insurrection. Je dus me retirer à Porto-Ferrajo. Je
     quittai Rio-Marine le 15 mars. Mais avant de partir j'expédiai tout
     le minerai qui était sur la plage, et cette opération doit prouver
     à Votre Majesté que je sais veiller aux intérêts qui me sont
     confiés. Les insurgés n'attendaient que mon départ pour se partager
     la propriété de la Légion d'honneur.

     «Prêt à retourner en France, je dus ne pas faire connaître
     officiellement, même à Votre Majesté, quelle était ma véritable
     situation, parce que j'avais à craindre que Votre Majesté ne fît
     alors ce qu'elle fait aujourd'hui, c'est-à-dire ne me demandât des
     fonds dont j'étais au moins moralement responsable envers la Légion
     d'honneur, et que la Légion d'honneur avait le droit de réclamer.
     Cependant je faisais en même temps tout ce qu'il m'était possible
     de faire pour être autorisé à verser légalement dans les caisses de
     Votre Majesté. Je crois pouvoir maintenant agir de la manière que
     [je] juge la plus convenable, en restant toujours dans la ligne du
     droit et du devoir. Voilà tout le mystère de ma conduite.

     «Oui, Sire,--et je prie Votre Majesté de me pardonner cette
     continuité de franchise qui n'a jamais été et ne sera jamais de la
     ténacité,--je crois encore toujours bien fermement que je ne dois
     des comptes qu'à la Légion d'honneur, que Votre Majesté ne peut pas
     remplacer. Et si, par la force des circonstances, j'agis
     contrairement à cette opinion, c'est que je suis moralement
     convaincu que, par ses reçus, Votre Majesté se met en mon lieu et
     place, et que, si quelqu'un s'avisait de m'attaquer, Votre Majesté
     se hâterait de me défendre, car elle ne voudrait pas que je fusse
     la victime d'une obéissance tant et tant disputée.»

Tout n'était pas fini. L'Empereur était moins tenace dans les grandes
affaires d'État que dans les petites affaires de susceptibilité.

M. Peyrusse me transmettait une lettre que l'Empereur lui écrivait pour
m'en donner connaissance. L'Empereur me blessait ainsi dans ma
délicatesse, car ce qu'il demandait par cette lettre, il pouvait et
devait me le demander directement. Ce qu'il faisait ici avait tout l'air
d'une réminiscence, quant à ma prétention de travailler directement avec
lui. Je voulus tout de suite m'en expliquer avec le général Drouot, puis
avec l'Empereur. L'Empereur me renvoya à un autre moment. Cet autre
moment venu, il me reçut. L'Empereur avait dit dans sa lettre _qu'il
voulait me consulter_. Cette consultation de prétexte se borna à
quelques paroles sur les moyens les plus faciles pour assurer le
recouvrement des créances. Sa manière était calme, même douce, sans
pourtant être expansive, et visiblement quelque chose préoccupait son
esprit. Lorsqu'il m'eut entretenu de ses affaires, je voulus lui parler
des miennes, et je lui en demandai la permission. Il me dit en souriant,
mais d'un sourire qui avait plutôt quelque chose de sérieux que quelque
chose de gai: «Je ne suis pas disposé aujourd'hui à m'occuper de
tracasseries, et nous renverrons la chose à un autre jour.» Certainement
le général Drouot avait parlé. L'Empereur se retira.

J'avais fait à l'Empereur un sacrifice que je considérais comme immense,
et, pour me récompenser, il semblait ne se rappeler que des (_sic_)
discussions qu'il appelait des _tracasseries_. Il y avait là vraiment de
quoi me désorienter. Toutefois, l'Empereur s'était exprimé sans aucune
apparence de mauvaise humeur. J'eus un autre étonnement: lorsque
l'Empereur fut le sur seuil de la porte, il se tourna vers moi pour me
dire d'une voix interrogative: «Vous étiez au siège de Toulon?» et sans
attendre ma réponse, il passa dans le salon.

Cette séance ne me fit pas faire un pas dans la voie du mieux, et
j'étais fort contrit lorsque j'eus quitté le palais impérial.

J'allai droit à ma ressource universelle: le général Drouot avait, dans
sa parole d'honnête homme, un baume qui cicatrisait les plaies de l'âme
lorsqu'il ne les guérissait pas. Mais ici il se borna à me dire: «Dans
la situation de l'Empereur, je respecte tout ce qu'il fait, quelque
chose qu'il fasse.» Je compris la leçon.

J'éprouvais un regret amer: ce n'était pas d'avoir versé les fonds de la
Légion d'honneur, mais de n'avoir pas insisté pour ma démission. Le mot
de _tracasseries_, alors que je m'attendais à des paroles de gratitude,
m'avait frappé au coeur.

Trois ou quatre semaines s'étaient écoulées sans que j'eusse mis le pied
au palais de l'Empereur. Tout le monde s'apercevait que l'orage n'était
pas complètement dissipé. Le général Drouot n'avait rien fait ni rien
dit pour que je misse un terme à cette désertion apparente. Cette
abstention n'était pas naturelle. J'y voyais la preuve qu'il approuvait
ma réserve. Il venait régulièrement me voir; ma maison était son lieu de
repos. Un matin, il me dit: «L'Empereur m'a demandé si vous étiez
malade; cela signifie qu'il fait attention à votre absence, qu'il n'en
est pas content. Je suis bien sûr que si vous n'y allez pas, il vous
fera appeler.» Je répondis au général Drouot que j'attendrais que
l'Empereur m'appelât. Le général Drouot se tut. C'était continuer
l'approbation qu'il donnait à ma conduite. La chose était désormais
ainsi établie: l'Empereur disait au général Drouot ce qu'il ne voulait
pas me dire lui-même. De mon côté, je confiais au général Drouot tout ce
qu'il m'importait de communiquer à l'Empereur.

Ma maison, à Porto-Ferrajo, était adossée aux remparts qui entourent le
port, et, pour l'agrément de ma famille, le général Drouot, en sa
qualité de gouverneur de l'île d'Elbe, avait eu la complaisance de me
faire ouvrir une porte qui donnait sur le chemin de ronde. Je planais
donc sur le port: je pouvais voir tout ce qui s'y passait.

L'Empereur aimait à faire une promenade matinale sur les quais. Un jour
que du haut des remparts je le contemplais dans sa noble simplicité, il
m'aperçut et il me fit signe d'aller le trouver. La promenade fut plus
longue que de coutume; il m'engagea à déjeuner avec lui, et je continuai
à le suivre.

Lorsque le déjeuner fut terminé, l'Empereur me dit: «Je voulais vous
entretenir aujourd'hui, mais le courrier m'ayant apporté d'autres
occupations, je vous renvoie à demain, et il ne sera plus question de
tracasseries.» L'Empereur prononça ces derniers mots en riant. Il n'y
avait pas de doute que le général Drouot avait répété ma plainte.

Je fus exact à l'heure indiquée. L'Empereur était dans son cabinet: il
avait pris son air de séduction; il me reçut parfaitement. Il commença
ainsi:

«Tout est fini maintenant. Toutefois, je veux vous dire ou vous répéter
ma pensée; elle vous sera d'ailleurs un motif de sécurité. Vous avez
méconnu mon droit, vous avez exagéré vos devoirs, et, dans l'exagération
de vos devoirs, vous êtes allé jusqu'à me menacer.»

Ce mot de _menace_ me fit frémir. L'Empereur s'en aperçut. Il continua:

«Ne vous effrayez pas de ce mot: mais dire à M. Peyrusse, même en
plaisantant, que «vous jetteriez les grenadiers par la croisée», c'était
me faire comprendre que je devais me tenir sur mes gardes, et que, si
cela vous était possible, vous opposeriez la force à la force.
Heureusement que j'ai été plus sage et plus modéré que vous. Mon droit
me mettait d'abord en possession de tout ce qui dans l'île d'Elbe était
gouvernemental, sauf à écouter ensuite les réclamations. La Légion
d'honneur est une émanation gouvernementale. Vos devoirs étaient
subordonnés à mon droit. C'était à moi à juger la question de ce que
vous deviez faire. Je crois que vous vous êtes laissé séduire par les
attraits d'une intégrité républicaine. Néanmoins, malgré l'entêtement de
votre résistance, quelquefois dure, votre conduite vous a acquis ma
confiance, et lorsque l'occasion s'en présentera, je vous en donnerai
des preuves.» L'Empereur m'adressa l'extension de toutes ces belles
choses (_sic_) sans respirer une seule fois. Il y avait vraiment de
l'éloquence dans son abandon. Je croyais qu'il y avait aussi des
paradoxes. Je lui demandai la permission de lui faire quelques
observations. L'Empereur me dit: «Ne discutons pas. Ce serait sans
utilité. J'ai voulu vous faire connaître mon opinion et je veux vous
laisser libre de la vôtre. Il ne faut discuter que lorsque les
discussions sont indispensables.»

Alors l'Empereur passa à d'autres raisonnements. La diversité des choses
qu'il embrassait le conduisit à me parler de dangers possibles, et, me
permettant de l'interrompre, je lui dis: «Au moment du danger, Sire, il
n'y aura personne entre Votre Majesté et moi.» L'Empereur eut alors un
de ces regards suprêmes qui surprennent ou intimident toutes les
énergies. Mes paroles ne furent pas perdues pour lui. L'Empereur
continuait; je l'écoutais avec avidité. Il m'entretenait des caractères
qu'il voyait autour de lui; il faisait des comparaisons; j'étais mêlé à
ces comparaisons. Je l'étonnai encore en l'interrompant par ces paroles:
«Je prie Votre Majesté de ne me comparer qu'au général Drouot.»
L'Empereur eut de suite un autre de ces regards indicibles dont je viens
de parler. Mais il avait mal saisi ma pensée, car en la rendant au
général Drouot, il lui avait dit: «Pons se croit au-dessus de tout le
monde, excepté au-dessus de vous», et je ne m'étais certainement pas
exprimé de cette manière. Je n'ai jamais pu comprendre pourquoi
l'Empereur avait ainsi tourné mes paroles. Je n'entendais parler que du
caractère. Je croyais que le caractère du général Drouot était le
caractère dont le mien se rapprochait le plus. Le général Drouot me
prévint que ma franchise pourrait heurter des susceptibilités. Il avait
raison: une susceptibilité apparut aussitôt, je la trouvai souvent sur
mon passage; quelquefois même elle chercha à me le barrer. Mais elle
avait un grand fonds de justice et de bonté. C'était plus qu'il n'en
fallait pour paralyser des impressions déraisonnables.

L'Empereur avait été ce qu'il était toujours dans les tête-à-tête sans
discussion, plein de profondeur et de grâce, car personne au monde
n'avait plus de savoir et plus d'amabilité que lui, lorsqu'il ne voulait
être qu'aimable et savant. Un Anglais qui l'avait écouté avec admiration
me disait: «Le général Kléber avait raison de lui adresser en Égypte ce
bel éloge: «Vous êtes grand comme le monde», et ce n'est qu'ici à l'île
d'Elbe, que j'ai pu justement me pénétrer d'une vérité aussi bien
appliquée.» On apprenait toujours à ses raisonnements, surtout alors
qu'il s'animait en traitant des questions d'État. Je ne l'ai jamais
quitté, après une conversation sérieuse, sans avoir à me dire: «Je sais
telle chose que je ne savais pas.»

Les dernières choses d'extrême bonté que l'Empereur m'avait dites
remplissaient trop mon coeur pour que je cherchasse à revenir sur la
question de mon travail direct avec lui. L'Empereur comprit le motif de
mon silence; il me fit appeler pour travailler. Il me fut permis de
penser qu'il avait confiance en moi.

L'affaire de l'argent était enfin consommée. Je n'avais qu'à m'entendre
avec le trésorier de la couronne pour les versements que je devais
effectuer. Le trésorier m'en fit des reçus circonstanciés: nous voulions
mutuellement être en règle.

Je rentrai en France avec l'empereur Napoléon.

Le grand chancelier de la Légion d'honneur, le vénérable comte de
Lacépède m'avait conservé toute la plénitude de son amitié, et il y
mêlait peut-être même un peu plus de tendresse. Il ne mit aucune réserve
aux éloges qu'il donna à ma conduite, il en parla avec enthousiasme à
l'Empereur. L'Empereur eut la bonté de me le dire. Tous les employés de
la grande chancellerie m'accueillirent avec une extrême affection, et je
me retrouvai dans ma famille officielle.

Après la funeste bataille de Waterloo, je dus forcément abandonner mon
pays. Après un long exil, je revins habiter la capitale. Alors je voulus
rendre compte de ma conduite administrative. M. de Lacépède m'accompagna
chez M. le maréchal Magdonnald (_sic_). Le maréchal me reçut comme une
vieille connaissance. Il ne voulut pas que je rendis (_sic_) un compte
public; il prétendait que ce serait attaquer la mémoire de l'Empereur.
M. de Lacépède était à peu près de cet avis. Ils m'engagèrent à me
taire. Il fut convenu que M. de Lacépède m'écrirait une lettre de
satisfaction bien motivée. En effet, il m'écrivit, et je copie sa
lettre.

     «Je saisirai toujours avec bien de l'empressement les occasions de
     remplir un devoir cher à mon coeur en rendant justice à votre
     habileté dans l'administration, à votre intégrité et aux grands
     services que vous avez rendus à la Légion d'honneur, pendant que
     j'étais chancelier de cette institution. Vous avez particulièrement
     administré d'une manière bien remarquable les fameuses mines de
     l'île d'Elbe qui appartenaient à notre ordre; vous y avez créé un
     grand et bel établissement, construit un grenier d'abondance, de
     grands magasins, des maisons d'habitation destinées aux employés,
     fait le bonheur des ouvriers et de leurs familles qui vous
     regardaient comme leur père, donné à la Légion d'honneur un revenu
     extrêmement supérieur à celui qu'on avait retiré auparavant de ces
     mines, et répandu dans Rio une telle activité que les habitants y
     ont élevé plus de soixante maisons et fait construire trente
     navires marchands.

     «Je me félicite de pouvoir vous assurer de nouveau de la
     reconnaissance que vous avez inspirée à tous les amis de notre
     ordre...»

Lorsqu'il avait été question de diminuer mes appointements, j'avais dit
que, si l'on y touchait, je me retirerais, et si l'on y avait touché,
j'aurais tenu parole. Mais lorsque je n'eus plus rien à craindre des
tempêtes, malgré l'opinion contraire du général Drouot, je demandai à
l'Empereur, je lui demandai avec prière de diminuer mes émoluments comme
il avait diminué ceux des autres employés, et l'Empereur s'y refusa
péremptoirement! Je voulus insister: il m'ordonna _de ne plus lui parler
de cette niaiserie_.



CHAPITRE IX

Promenades de Napoléon dans l'île d'Elbe.--Pétitions singulières.--Un
_confrère_ de l'Empereur.--Opinion sur le colonel Campbell et le général
Koller.--Conversation de Napoléon sur la campagne de France.--Révélation
du maréchal Bubna sur la paix de Dresde.--Rôle ambigu du capitaine de
Moncabrié.--Retour en France des Français de l'île, du général Dalesme
et du colonel Vincent.--Arrivée de la garde.--Arrivée de la princesse
Pauline.--Organisation des résidences impériales.--San-Martino.--Saisie
des meubles du palais de Piombino et du prince Borghèse.--Expédition de
vaisseaux chargés de minerais en Toscane.--Reconnaissance du pavillon
elbois par le Saint-Siège.--Hostilité du prince de Canino.--Visite
détaillée de l'île d'Elbe par Napoléon.--Exploitation des madragues et
salines.--Carrières de marbre.--Établissement d'ateliers de
sculpture.--Les sculpteurs Bartolini et Bargigli.


Il restait à l'Empereur à visiter le front de terre de la place de
Porto-Ferrajo; il fit cette visite avec le colonel Vincent. Ce front est
très difficile à parcourir. L'Empereur était visiblement fatigué.
C'était une journée de tristesse bien apparente. On le pria de rentrer;
il répondit: «qu'il ne fallait jamais reculer devant le premier
embarras». Du haut du balcon, il demanda des renseignements sur les
montagnes qui l'entouraient, et, lorsqu'on l'eut satisfait, il dit d'un
ton pénétré: «Notre île d'Elbe est une bien petite bicoque.»

Au milieu d'un travail qui paraissait absorber tout son esprit,
l'Empereur fut prévenu qu'une frégate anglaise approchait de la rade,
et, dans la persuasion que cette frégate amenait sa soeur bien-aimée la
princesse Pauline, avec une hâte de jeune homme, il se rendit au port où
il prit une embarcation pour aller à la rencontre de la princesse.
L'attente de l'Empereur fut trompée, ce qui l'affligea visiblement. Je
ne puis pas me rendre compte que les ennemis de l'Empereur aient pu
parvenir à faire croire qu'il était absolument dénué de sensibilité.

Ce qui pourrait prouver que le baron Galéazzini n'avait pas tout à fait
tort d'ouvrir une route carrossable de Porto-Ferrajo à Marciana, c'est
que maintenant l'Empereur met un grand intérêt à ce que cette route soit
perfectionnée le plus tôt possible, et que chaque jour il se fait rendre
compte de l'état des travaux. Il est vrai de dire que les circonstances
ne sont pas les mêmes. La route de Longone est unie comme une glace; il
en est de même de celle qui contourne le golfe. L'Empereur fait faire
des études pour continuer jusqu'à Rio le chemin qui va jusqu'à Longone.
Ensuite, il voudra aussi aller en voiture jusqu'à Campo. Maintenant,
bien des choses le gênent. Il est obligé de monter en voiture au milieu
de la place; il ne peut pas sortir de la ville par la porte de terre,
les pétitionnaires le poursuivent, et les malheureux lui présentent des
bouquets pour avoir de l'argent. Il disait: «Je suis forcé de ne rien
donner à ces pauvres gens, car raisonnablement si je leur donne, je ne
pourrai plus sortir sans les avoir sur les épaules, ce qui serait
lourd.» En parlant de pétitions, il faut que j'en cite une qui a son
cachet d'originalité, et qui était l'oeuvre d'un pharmacien français. Ce
pharmacien était marié à Longone; il avait été destitué, il demandait à
être réintégré; sa famille inspirait beaucoup d'intérêt. J'en avais
parlé à l'Empereur. Le pharmacien présenta sa pétition; elle commençait
ainsi: «Sire, il m'est arrivé comme à vous. J'ai été destitué sans le
savoir et sans le vouloir, vous pouvez m'en croire.» L'Empereur ne
voulut pas en entendre davantage: «Puisqu'il en est à deux de jeu avec
moi, il ne faut pas qu'il meure de faim.» Et le pétitionnaire
excentrique fut placé d'une façon plus appropriée à la faiblesse de son
talent. À l'occasion de ce pharmacien, l'Empereur dit: «Il ne convient
pas à l'honneur de la France qu'un Français marié dans l'île jette sa
femme et ses enfants dans la misère. Ce serait un exemple nuisible.»

La promenade à pied sur la grande route qui entourait le golfe de
Porto-Ferrajo était, pour l'ordinaire, le rendez-vous des étrangers qui
n'étaient pas présentés à l'Empereur, des Elbois qui voulaient le voir,
et de toutes les personnes qui avaient besoin de l'entretenir.
L'Empereur s'arrêtait facilement, causait volontiers, et ce n'était que
dans ses moments d'inquiétude qu'il ne se prêtait pas aux désirs des
gens qui l'attendaient. L'Empereur n'aimait pas les individus qui,
suivant son expression, «viennent de suite vous manger dans la main», et
avec ces individus, il prenait un air de supériorité qui avait la
puissance de tout intimider. Il se plaisait avec les personnes qui
parlaient librement des choses qu'elles savaient, et il ne cherchait pas
à les interrompre. Il avait des attentions marquées pour ne pas
augmenter l'état pénible de ceux qui étaient troublés en lui adressant
la parole. Il était extrêmement satisfait lorsqu'il était sûr d'avoir
une supériorité marquée dans une conversation.

Le colonel Campbell, commissaire de la coalition, comme représentant de
l'Angleterre, resta à l'île d'Elbe pour surveiller l'Empereur. Le
général Koller, représentant de l'Autriche, va nous quitter.

Depuis le départ de Fontainebleau, le général Koller a entouré
l'Empereur de respect. Lors des périls sans nombre qui marquèrent le
passage de l'Empereur dans la Provence, le général Koller fut toujours
prêt à lui faire un rempart de son corps, et rien ne manqua aux
sentiments d'indignation que lui inspirèrent les sauvages sanguinaires
de cette contrée. Le général Koller est à côté de l'Empereur toutes les
fois que l'Empereur désire qu'il y soit, et l'Empereur le désire
souvent. On a fait parler le général contre l'Empereur: c'est une
infamie. Le général Koller ne peut pas avoir été à Vienne en sens
inverse de ce qu'il a été à Porto-Ferrajo. On lui prête des invectives
contre l'Empereur, un langage d'opposition à l'Empereur dans une
conversation de soirée. Ce qu'on lui fait dire est précisément le
contraire de ce qu'il a dit. J'ai été témoin oculaire et auriculaire de
cette conversation. Voici ce que j'ai écrit à cet égard, il y a plus de
trente ans. Je me copie fidèlement:

     «Jusqu'à cette soirée, l'Empereur avait paru ne pas aimer qu'on
     l'entretînt de guerre ou de politique, et aussi l'on se gardait
     bien de lui en parler. Le général Koller et le colonel Campbell
     étaient invités à dîner. Le dîner fut triste parce que l'Empereur
     était triste. Les journaux firent cesser l'espèce de monotonie
     silencieuse qui régnait dans le cercle. Ils parlaient d'un
     mouvement des troupes alliées. Cela amena une discussion militaire.
     D'abord l'Empereur laissa dire, puis il jeta quelques paroles,
     ensuite il se mêla à la conversation dont il devint immédiatement
     le centre; il s'anima, et animé, entraîné, il raconta l'immortelle
     campagne de France. L'Empereur précisait toutes les positions, tous
     les mouvements, toutes les affaires, tous les combats, toutes les
     batailles. Il indiquait les jours et les heures. Chaque fois qu'il
     faisait le récit de ces actions, où, avec une poignée d'hommes, il
     avait vaincu des divisions entières, il s'adressait plus
     particulièrement au général Koller: «Parlez, Koller, reprenez-moi,
     si je ne suis pas vrai.» Enfin l'Empereur en vint au moment où
     l'ennemi était sous les murs de la capitale. «Votre armée, dit-il,
     toujours en s'adressant au général Koller, votre armée était
     perdue, si le maréchal Marmont n'avait pas trahi.» Et de suite,
     entrant dans les détails stratégiques, il continua: «Par telle
     manoeuvre, je vous avais séparés de vos parcs, de vos magasins; par
     telle autre manoeuvre, si Marmont était resté fidèle, je paralysais
     vos opérations, j'avais le temps de me rendre à Paris, d'en faire
     barricader les rues, d'y retremper l'esprit public, d'opérer une
     levée en masse, de me faire joindre par tel et tel corps, et alors,
     tout combiné, maître des hauteurs, libre de vous attaquer à
     volonté, je vous livrais bataille dans tel endroit, dans telle
     situation, je vous écrasais et je vous rejetais au delà de la
     Vistule...» L'Empereur prononça ces dernières paroles avec tant
     d'énergie, d'animation, de feu; sa gesticulation était si
     expressive, que le général Koller et le colonel Campbell semblèrent
     un moment se croire transportés sur les bords du fleuve lointain.

     «Tout le monde était ému. Le général Koller ne cachait pas sa
     sensibilité.

     «Après un assez long intervalle de méditation, l'Empereur reprit
     avec plus de calme, mais non pas sans agitation: «Si je n'avais été
     qu'un misérable aventurier plus occupé du soin de conserver ma
     couronne que du besoin de donner des preuves de mon amour pour la
     patrie, malgré les trahisons qui m'avaient fait tant et tant de
     mal, malgré la lassitude des maréchaux qui, depuis nos malheurs,
     rêvaient les délices de Capoue,--ce qui a aussi influé sur nos
     destinées,--il me restait assez de moyens pour faire encore pendant
     deux ans la guerre intérieure, et les ennemis eux-mêmes ne peuvent
     point en disconvenir. Mais j'ai mieux aimé me sacrifier que
     d'ajouter aux infortunes de la France. La France est tout pour moi.
     La postérité, qui seule pourra me juger, me bien juger, dira que
     tout ce que j'ai fait, je l'ai fait pour la gloire du nom français.
     Que le peuple français soit heureux, voilà désormais mon voeu le
     plus cher!» Le général Koller convint que l'Empereur aurait pu
     longuement faire la guerre.

     «De la guerre on passa à la politique. Le colonel Campbell dit que
     ce qui l'avait le plus étonné dans le changement qui s'était opéré,
     c'était le choix des Bourbons pour régner sur la France, et
     l'Empereur lui répondit: «C'est pourtant votre gouvernement qui l'a
     voulu ainsi.» L'Empereur continua à raisonner sur les Bourbons;
     alors il était entièrement calme. «Les Bourbons, dit-il, ne
     convenaient plus à la France où ils n'ont pour eux que quelques
     vieilles perruques sans influence, et qui bientôt, par le ridicule
     de leurs vieilles prétentions, leur feront plus de mal que de bien.
     Mais puisque les intérêts de l'Angleterre exigeaient cette
     résurrection, Louis XVIII aurait dû prendre la France comme on la
     lui donnait, avec les institutions et les habitudes nationales, et
     ne pas chercher à l'affubler de vieux vêtements qui ne vont plus à
     aucune taille. Il a fait autrement. Eh bien, je le lui prédis, dans
     vingt-cinq ans, il ne sera pas plus assis sur le trône que ce qu'il
     l'est maintenant, et si, dans cet intervalle, quelque ouragan
     révolutionnaire tourbillonne autour de lui, il ira retrouver _ses
     amis les ennemis_.»

Le lendemain de cette soirée mémorable, le général Koller me fit visite,
et il me trouva racontant à l'intendant Balbiani tout ce que je viens de
narrer. Nous lui demandâmes son opinion. Le général Koller nous assura
que l'Empereur avait été vrai; il ajouta en riant: «Il m'a fait peur
lorsqu'il a parlé de jeter les armées au delà de la Vistule, et j'en ai
rêvé toute la nuit.»

En 1820, lorsque les proscripteurs me permirent de quitter l'Illyrie
pour aller m'établir en Suisse, je traversai Milan et j'appris au
feld-maréchal Bubna tout ce qui était relatif au général Koller. Le
feld-maréchal Bubna me pria de le lui donner par écrit, parce qu'il
voulait le faire passer au brave général Koller. Cet entretien, qui dura
deux heures, eut une chose qui appartient à l'histoire générale de
l'empereur Napoléon. Le feld-maréchal me dit avec abandon en
m'autorisant à le répéter: «À Dresde, l'empereur Napoléon avait
positivement adhéré à l'_ultimatum_ des puissances coalisées, et je puis
le crier sur les toits, car je fus chargé de porter cette adhésion à
l'empereur d'Autriche. C'est donc nous qui, alors, n'avons pas voulu la
paix.» Une dame anglaise était présente, je crois que c'était lady
Kinair (_sic_).

Le général Koller savait les fâcheuses discussions qui me brouillaient
avec l'Empereur, mais il ne faisait pas comme son collègue, il ne me
donnait pas toujours aveuglément raison. Cet honnête homme nous quitta.
L'Empereur lui dit les choses les plus honorables; les amis de
l'Empereur l'accompagnèrent de leurs voeux. Cependant il n'avait resté
que très peu de temps avec nous; il était Autrichien et représentait la
coalition. Mais sa probité l'avait vieilli dans nos rangs, elle effaçait
à nos yeux ce qu'il était et à qui il était.

L'article 16 du traité de Paris portait: «Il sera fourni une corvette et
les bâtiments nécessaires pour transporter Sa Majesté l'empereur
Napoléon et sa maison, et la corvette appartiendra en toute propriété à
Sa Majesté l'Empereur.»

Le président du gouvernement provisoire de la France, duquel il est
permis de tout penser et de tout croire, n'avait pris aucune mesure de
prévoyance pour la sûreté de l'Empereur depuis son départ de
Fontainebleau jusqu'au moment où il s'embarquerait, et peut-être
espérait-il que, dans le déchaînement des passions méridionales,
l'Empereur trouverait d'autres assassins auxquels il ne pourrait pas
échapper, comme il avait échappé à ceux de la forêt de Fontainebleau.
Mais il n'avait pas oublié de prendre les précautions nécessaires pour
que l'éloignement de l'Empereur n'éprouvât aucune espèce de retard. En
conséquence, la frégate _la Dryade_, commandée par M. de Moncabrié,
capitaine de vaisseau, et le brick _l'Inconstant_, commandé par M. de
Charrier-Moissard, capitaine de frégate, reçurent l'ordre de se rendre à
Saint-Tropez, pour y embarquer l'Empereur et sa suite.

Le colonel anglais Campbell s'était séparé de l'Empereur à Lyon et avait
pris les devants pour aller faire préparer les moyens de transport
nécessaires au cortège impérial. Le colonel Campbell avait envoyé une
frégate anglaise à Fréjus. Les deux bâtiments de guerre français
exécutant leur mandat s'étaient rendus à Saint-Tropez, et leur but fut
manqué. Ce n'était pas là où l'Empereur devait s'embarquer. Néanmoins,
MM. de Moncabrié et de Charrier-Moissard appareillèrent pour Fréjus dans
l'espérance de pouvoir accomplir leur mission; mais à leur arrivée à
Fréjus, ils trouvèrent que la frégate anglaise embarquait les équipages
impériaux.

M. de Moncabrié se rendit auprès de l'Empereur. Rien ne fut changé aux
dispositions qui avaient déjà reçu un commencement d'exécution. La
_Dryade_ et l'_Inconstant_ retournèrent à Toulon.

Il y a eu bien des versions sur cet événement. Voici ce qu'il y a de
plus vrai: l'Empereur ne s'était pas occupé des moyens maritimes de
transport; lorsqu'il sut que ces transports étaient français, il parut
affligé de quitter la patrie sur des bâtiments portant la bannière
blanche; cependant il ne les refusa pas. Mais les commissaires des
puissances alliées, dans un sentiment de convenance, prévinrent la peine
de l'Empereur.

On a publié aussi que l'Empereur avait proposé à M. de Moncabrié et à M.
de Charrier-Moissard de continuer leur voyage à la suite de la frégate
anglaise: c'est une assertion de toute fausseté. M. de Moncabrié, qui
commandait, était fort embarrassé. Il craignait des reproches, et il
consulta le général Bertrand, qui lui-même consulta l'Empereur.
L'Empereur répondit «qu'il ne pouvait jamais convenir au pavillon
français de marcher à la traîne du pavillon anglais», ce qui décida la
question. Je tiens ce fait de M. de Moncabrié lui-même: il me l'a
raconté à l'île d'Elbe; il me l'a répété à Paris.

Environ un mois après, la frégate _la Dryade_ et le brick _l'Inconstant_
mouillèrent à Porto-Ferrajo. La _Dryade_ devait ramener en France les
anciens états-majors, ainsi que les anciens employés supérieurs de
l'île, et l'_Inconstant_ y restait comme propriété de l'Empereur.

Un bâtiment marchand de Rio-Marine avait déjà transporté à Toulon les
différents débris des anciennes garnisons et tous les bagages officiels
dont le gouvernement français avait le droit de réclamer la propriété.

Il y avait sur la rade de Porto-Ferrajo la goélette _la Bacchante_,
commandée par l'enseigne de vaisseau Salvi, parent du maréchal Masséna,
et que l'Empereur avait accueilli avec bonté. Il y avait aussi l'aviso
_la Bacchante_ (_sic_), commandé par l'enseigne de vaisseau Taillade.

Le général Drouot représenta l'Empereur pour la prise de possession du
brick.

L'île d'Elbe n'avait aucun marin capable de commander le bâtiment amiral
du nouveau souverain elbois. L'Empereur en donna le commandement à
l'enseigne Taillade. Ce choix pour ainsi dire forcé (M. Taillade avait
épousé une Elboise et habitait l'île) ne fut pas heureux. L'enseigne
Salvi aurait été nommé,--l'Empereur même le lui offrit en raison de ce
qu'il le croyait parent du maréchal Masséna,--mais il craignit de
déplaire à son parent: Masséna était le prétexte, le culte du soleil
levant était le motif réel. Le maréchal Masséna me le disait dans les
Cent-Jours: il était fâché que son parent se fût servi de son nom pour
faire ce qu'il appelait une maladresse.

Pendant leur séjour à l'île d'Elbe, M. de Moncabrié et M. de
Charrier-Moissard ne laissèrent échapper aucune occasion de faire leur
cour à l'Empereur, et, en jugeant ces messieurs sur l'apparence,
l'Empereur aurait pu les ranger au nombre de ses amis. Toutefois, M. de
Moncabrié était plus empressé que M. de Charrier: il imitait les
courtisans à s'y méprendre. L'Empereur était son héros. Néanmoins, à son
retour en France, il fut un des détracteurs de celui qu'il venait
d'appeler le grand homme, et l'on cita de lui des propos empreints de
mensonge. À l'époque des Cent-Jours, il chercha à se justifier et il ne
put pas y parvenir.

Le général Dalesme était prêt à rentrer dans sa patrie. Il était sûr
d'emporter l'estime de l'Empereur et l'affection des Elbois. Il n'avait
fait de mal à personne, il avait fait du bien à beaucoup de monde.
Lorsqu'il fut prendre congé de l'Empereur, l'Empereur lui dit avec
émotion: «Je m'intéresserai toujours à vous, et si en France l'on ne
vous place pas, je vous placerai auprès de l'impératrice Marie-Louise.»
En me répétant ces paroles, le général Dalesme éprouvait un sentiment de
respect si douloureux que l'on aurait pu penser que c'était lui qui
avait été exilé. Il prononça ces mots qui partirent comme un boulet: «Je
me ferais cent fois tuer pour cet homme.» L'Empereur me fit l'éloge de
mon ami, et m'assura qu'il aurait eu du plaisir à le garder, s'il
n'avait pas eu le général Cambronne.

Le colonel Vincent partit aussi. Il ne paraissait pas content de son
audience de séparation avec l'Empereur. Je lui demandai s'il avait pris
congé de l'Empereur; il me répondit avec humeur: «Il m'a dit adieu comme
s'il me disait bonjour.» Et il ajouta: «Il vous prépare du fil à
retordre.» C'était me dire trop ou pas assez. Il fut beaucoup plus
explicite en me parlant du général Bertrand; il l'aimait encore moins
qu'il n'aimait l'Empereur. Il le regardait comme un embarras pour
l'Empereur. Il ne pardonnait pas au général Bertrand de n'avoir pas
voulu se loger avec l'Empereur. Ce reproche, le colonel Vincent ne le
manifestait que pour le faire servir de point de départ à ses fréquentes
explosions de mauvaise humeur. L'inoffensif trésorier de la couronne ne
trouvait pas non plus grâce devant sa verve satirique: ce fonctionnaire
le fatiguait par son rire continuel. Le colonel Vincent ne riait jamais,
ou presque jamais. Le colonel Vincent n'était pas un méchant homme,
c'était un homme aigri. Il se croyait victime du despotisme impérial; il
criait; il se plaignait; de là de nouveaux motifs pour rejeter ses
justes réclamations.

Au retour de mon exil, en 1823, je retrouvai à Paris le colonel Vincent,
alors plus qu'octogénaire: la tombe de l'Empereur venait à peine de se
fermer. Le colonel Vincent n'était plus le même; il pleurait le grand
homme, et il maudissait les Anglais qui l'avaient assassiné. Je le
félicitai de ce qu'il était enfin général. Il me répondit d'un ton
pénétré: «Ne me félicitez pas: les généraux d'aujourd'hui ne valent pas
les colonels de notre temps: tout a dégénéré.»

Le commandant du génie Flandin et le commandant d'artillerie Benveulot
furent sincèrement regrettés.

On croyait, avec raison, que l'Empereur renverrait le commandant de
Longone dont tout le monde avait à se plaindre. L'Empereur l'envoya
commander à la Pianosa, où il trouva encore moyen de troubler le peu de
personnes avec lesquelles il devait y vivre.

La _Dryade_ et la _Bacchante_ appareillèrent. Mais avant de s'embarquer,
toutes les autorités civiles et militaires se réunirent, et, réunies,
elles demandèrent à faire ensemble leurs derniers adieux à l'Empereur.
L'Empereur les reçut immédiatement. C'était au général Dalesme à les
présenter: il les présenta, quoiqu'il eût bien voulu pouvoir se
dispenser de cette nouvelle épreuve. Il m'engagea à le suivre; je le
suivis avec empressement. L'Empereur avait composé sa figure; il voulut
paraître calme; il le voulut en vain. Vingt témoins oculaires peuvent le
dire comme moi: l'Empereur, oppressé par l'émotion, balbutia sa réponse
comme le général Dalesme avait balbutié son discours, et c'est peut-être
l'unique fois de sa vie qu'il se trouva dans un pareil embarras, car il
parlait avec facilité.

Dès que la frégate et la goélette eurent appareillé, l'Empereur les
suivit longtemps des yeux, et lorsqu'il se retira de l'endroit où il
était allé pour les voir, il les salua de la main. C'est le fourrier du
palais, Baillon, qui me raconta cela et qui, après me l'avoir raconté,
me disait avec une bonhomie parfaite: «Ce pauvre Empereur s'imagine
qu'en souriant il nous empêche de voir ses souffrances.»

L'Empereur demanda sa voiture, puis ses chevaux, puis son embarcation.
Il ne savait pas trop ce qu'il voulait. Cette versatilité de décision et
de commandement expliquait le trouble de son âme. Enfin, il alla courir
dans l'intérieur de l'île. Il rentra pour dîner; son dîner fut triste et
silencieux; il n'y eut pas de soirée. Le lendemain, le général Drouot me
dit: «L'Empereur a été touché des sentiments que le départ d'hier vous a
fait éprouver.» On lui rendait compte de tout.

L'Empereur devait être encore sous l'influence de deux grands
événements: l'arrivée de sa garde et l'arrivée de sa soeur.
L'emménagement de sa garde l'occupait beaucoup. Il veillait lui-même à
ce qu'elle ne manquât de rien. L'arrivée de sa soeur l'avait comblé de
joie. Je n'ai pas besoin de dire que cette soeur était la princesse
Pauline. L'Empereur n'avait vraiment que cette soeur, du moins que cette
soeur sur laquelle il pouvait compter. Les princesses Élisa et Caroline
ne possédaient que des coeurs d'ingratitude et de trahison, la princesse
Caroline surtout. L'Empereur ne pouvait plus rien pour elles, elles
n'éprouvaient plus rien pour l'Empereur.

L'Empereur était allé à la rencontre de la princesse Pauline: il avait
présidé à son débarquement. Ses soins portaient un caractère touchant de
tendresse fraternelle.

Les Porto-Ferrajais, qui se réjouissaient de tout ce qui faisait prendre
au séjour de l'Empereur un caractère de stabilité, accueillirent la
princesse Pauline avec amour. La population entière accourut sur son
passage: la présence de l'Empereur n'intimida personne; tout le monde
voulut voir la soeur bien-aimée du souverain bien-aimé. La princesse fut
plusieurs fois arrêtée par les ondulations des masses. L'Empereur
semblait se plaire à cette curiosité; il dit gaiement à la princesse, et
de manière à être bien entendu: «Ah! madame, vous pensiez que j'étais
dans un pays presque désert et avec des gens à demi sauvages. Eh bien!
regardez, regardez encore! et jugez si l'on peut être mieux entouré que
je ne le suis!».

Sans doute, l'Empereur était d'abord pour beaucoup dans la réception
improvisée que l'on faisait à sa soeur; mais lorsque l'on eut vu la
princesse, toutes les manifestations furent inspirées par elle. Tête,
regard, sourire, corps, démarche, tout dans la princesse Pauline était
perfection, et son caractère était plus parfait encore.

Mais la joie populaire de Porto-Ferrajo fut de courte durée. Le
lendemain, la princesse Pauline se remit en route pour Naples. Son
départ occasionna mille et mille contes plus fantastiques les uns que
les autres.

Mais toutes ces distractions ne faisaient pas que l'Empereur perdît de
vue son logement. C'était là son point capital. Il était du matin au
soir au milieu des ouvriers. Le pavillon des Moulins n'était plus
reconnaissable. Les vieux moulins, les maisons d'embarras, tout ce qui
pouvait gêner était démoli, et du sein de tant de décombres, il sortait,
avec toute l'élégance possible, les deux maisons du génie et de
l'artillerie, qui, réunies ou plutôt métamorphosées, formaient le palais
impérial. Au fur et à mesure que l'on déblayait le terrain, la pioche et
la bêche, d'un sol que tout le monde croyait improductif, faisaient un
parterre magnifique. Le colonel Vincent me disait, un jour que nous
visitions ensemble les travaux: «Si cela continue, il nous fera de
l'Étoile une lune ou un soleil», et cette idée me fit bien rire. Le fort
de l'Étoile domine le pavillon des Moulins.

Tandis que le palais impérial avançait, l'arrivée de l'impératrice
Marie-Louise reculait, et peu à peu il n'en fut plus question.
L'appartement qu'on lui avait préparé reçut une autre destination, et il
devint titulairement l'appartement de la princesse Pauline. Cette
destination ne varia plus.

L'Empereur ne se contenta pas d'un palais principal à Porto-Ferrajo. Il
touchait encore au jour de son arrivée: il n'avait pas eu le temps de
penser au moment de son départ; sa pensée était une pensée de stabilité.
Il ne songeait qu'à se faire un bon lit de repos, à avoir ses aises, ses
jouissances, ses va-et-vient, tout ce qui constitue les douceurs de la
vie princière. Pour cela, il lui fallait un pied-à-terre sur les points
capitaux de l'île, une campagne ou des campagnes qui pussent le mettre à
l'abri des ennuis de la monotonie. Il commença par Longone; il donna le
nom de palais impérial à la maison du commandant de la place.

Jusqu'alors l'on avait dû grimper d'une manière très fatigante pour
aller de Longone-Marine à la place de Longone. L'Empereur voulait faire
en voiture ce trajet escarpé. La route carrossable, grâce à des zig-zac
(_sic_), permit à l'Empereur de faire une entrée triomphale dans cette
forteresse. C'était la première fois que l'on y voyait une voiture.
L'Empereur descendit dans son propre palais. Les maçons, les menuisiers,
les serruriers y étaient encore. L'idée d'être chez lui séduisit
l'Empereur, et il en eut un contentement tant soit peu juvénile; il
aimait beaucoup de pouvoir faire ce qu'on n'avait pas fait avant lui:
j'ai eu maintes fois occasion de constater cela.

C'était particulièrement une campagne convenable que l'Empereur désirait
trouver. Tous les propriétaires offraient les leurs. L'Empereur fixa son
choix sur la campagne de M. Manganaro, située dans la jolie vallée de
Saint-Martin, et qui pouvait facilement être agrandie. M. Manganaro
était certainement l'une des plus belles notabilités de l'île d'Elbe.
Son fils aîné comptait déjà parmi les plus braves officiers de l'armée
française; le plus jeune de ses enfants était cadet dans la marine
impériale de l'île d'Elbe. Un troisième étudiait pour suivre la carrière
du barreau dans laquelle il s'est fait un nom distingué. L'Empereur
pouvait traiter aveuglément avec le père d'une famille si honorable: le
marché ne traîna pas en longueur; on fit estimer, l'Empereur paya le
prix de l'estimation, et tout fut fini. Néanmoins, cette propriété
devint chère par le développement que l'Empereur lui donna, par la
manière dont il la fit orner, et par le chemin qu'il dut faire faire
pour pouvoir y aller avec la somptuosité d'un souverain. Saint-Martin
coûta 180,000 francs à l'Empereur, tout compris: c'était trop.
Saint-Martin reçut un nouveau baptême de nationalité française: les
Français lui donnèrent le nom de Saint-Cloud. Saint-Cloud devint le
joujou rural de l'Empereur: c'était son lieu de retraite et de
méditation.

Saint-Cloud était au centre de l'île d'Elbe. L'Empereur ambitionnait
deux autres demeures de retraite et de méditation dans les deux
extrémités de l'île, à l'est et à l'ouest. À plusieurs reprises il
envoya diverses personnes explorer la partie occidentale pour y trouver
un endroit agréable de belle vue et où il y aurait de l'eau. La
recherche fut longue et minutieuse. Enfin l'on crut avoir trouvé.
L'Empereur se rendit au lieu désigné. Le site lui plut. De suite il y
fit élever une toute petite maisonnette. C'était sur les hauteurs de
Marciana.

Par-dessus tout, c'était au faîte d'une haute montagne, sur les débris
d'un ancien temple de Jupiter que l'Empereur désirait avoir une
habitation. C'était d'une beauté à la fois sauvage et admirable. De là
l'oeil embrassait un horizon immense, la côte depuis le mont Argental
jusqu'au golfe de la Spezzia et les îles qui peuplent la mer
Tyrrhénienne. Napoléon était en extase devant ce grand spectacle de la
nature: son regard de feu le dévorait. Il ne cessait point de dire:
«C'est merveilleux.»

Toutefois Napoléon était effrayé de la dépense. Il répétait souvent: «Je
ne suis pas assez riche pour me permettre l'accomplissement d'une telle
fantaisie.» Il aimait même qu'on lui en montrât les inconvénients. Ce
projet ne fut pas exécuté.

Dans la partie orientale de l'île, l'Empereur devait forcément
construire ou prendre une demeure. La plus belle maison du pays, de la
contrée, un beau jardin, des écuries, des dépendances, vue en plein sur
la mer, mouvement perpétuel sur le rivage, rien ne manquait à l'agrément
de cette habitation, et cette habitation lui appartenait. Mais je
l'avais créée, et l'Empereur prenait prétexte de cela pour ne pas m'en
priver. Cependant, il y avait une autre raison de délicatesse qui
l'arrêtait plus particulièrement encore. L'Empereur avait dit au général
Drouot: «L'hôtel de l'administration des mines me conviendrait beaucoup,
on me conseille de le prendre, mais cela aurait l'air d'une persécution
contre M. Pons, et j'aime mieux me priver.» C'était le maire de Rio qui
lui avait donné ce conseil. Le général Drouot m'engagea beaucoup à ne
pas aller au-devant des désirs de l'Empereur en lui offrant de quitter
ma demeure, ce que j'aurais fait sans ces conseils. D'ailleurs,
l'Empereur pouvait disposer à volonté de mon chez-moi. Je l'avais mis à
ses ordres.

Pour des palais, pour des campagnes, il fallait des meubles; l'Empereur
n'en avait pas du tout. Il se tira vite d'embarras. Le palais impérial
de Piombino était très bien meublé. L'Empereur y envoya prendre des
meubles; on n'osa pas lui en refuser; un fourrier du palais alla et
revint sans coup férir. Le colonel Campbell riait de cette manière un
peu anglaise de se pourvoir, disait-il, «pour compte de qui il
appartiendrait»; le commissaire autrichien crut devoir faire quelques
observations, ce qui ne changea rien aux dispositions prises. Le
fourrier du palais signa un état circonstancié des meubles dont il avait
fait choix: c'était déjà beaucoup. Le prince Borghese, forcé de quitter
Turin, n'ayant pas l'espérance d'y retourner, fit expédier à Rome une
quantité considérable de meubles qui lui appartenaient, et ces meubles,
on les embarqua à Gênes sur un bâtiment ligurien. Le mauvais temps fit
relâcher le bâtiment à Longone; l'on en prévint tout de suite
l'Empereur; il ne se donna pas la peine de choisir ce qu'il y avait de
bon et de meilleur: il prit tout. «Cela ne sort pas de la famille»,
disait-il en riant. Néanmoins il fit estimer tout ce qu'il prenait.

C'est ainsi que l'Empereur eut un garde-meuble richement monté. Aussi,
il nomma un employé pour la surveillance de cette fastueuse réserve.

J'avais expédié des bâtiments de transport pour les côtes romaines.
C'était la première fois que le drapeau elbois allait flotter sur ces
parages. Les administrations sanitaires ne voulurent pas le reconnaître.
Il fallut que ces bâtiments se rendissent à Civita-Vecchia. À
Civita-Vecchia, on les mit en quarantaine. Cependant ils étaient chargés
de minerai de fer pour le prince Lucien Bonaparte. L'Empereur se mit en
colère; il prétendit qu'on voulait l'humilier; il se plaignit au
Saint-Père. Il me donna ordre de réclamer et de protester. Je chargeai
M. Franchetti, de Civita-Vecchia, de mes réclamations et de mes
protestations, et M. Franchetti réclama et protesta. La chose n'eut pas
de suites. Le Saint-Père reconnut le pavillon de l'île d'Elbe: il voulut
même faire indemniser les bâtiments de transport dont on avait retardé
le voyage.

Le prince Lucien Bonaparte était propriétaire de la principauté de
Canino; les hauts fourneaux de fonte lui appartenaient; les bâtiments de
transport étaient chargés pour lui. Les capitaines de ces bâtiments
avaient cru d'abord pouvoir recourir à la protection de ce prince. Ce
prince n'avait pas paru vouloir prendre parti entre l'Empereur et le
Saint-Père. Toutefois, il avait accueilli les capitaines avec une
extrême bienveillance. On les questionna beaucoup sur l'Empereur, mais
ces questions portaient l'empreinte haineuse de mauvais sentiments. La
princesse Lucien surtout n'avait que des paroles blessantes pour
l'Empereur. Les pauvres capitaines étaient profondément blessés des
vilaines choses qu'ils entendaient.

Ma position était toute particulière à l'égard du prince Lucien. Je le
croyais sincèrement républicain: ce qui m'avait attaché à lui de telle
manière que j'avais exposé ma responsabilité pour favoriser son
établissement, car j'avais étendu le crédit officiel que je devais lui
faire. J'étais allé plus loin: son établissement était dans la gêne, et
de mes propres deniers j'avais converti en prêt les frais de transport
qu'il ne pouvait pas payer. En ce moment-là, le prince Lucien Bonaparte
était débiteur de l'administration des mines et mon débiteur. Je lui
envoyais cependant du minerai. La suspension de mes envois lui aurait
porté un grand préjudice, et l'Empereur, instruit de ce qui se passait,
pouvait m'ordonner de les cesser. Mon embarras était grand; j'eus
recours au général Drouot: il fut d'avis qu'il ne fallait encore rien
dire à l'Empereur, afin de lui éviter une inquiétude; mais en même temps
il me conseilla d'envoyer d'autres capitaines pour bien m'assurer de la
vérité. Ces capitaines furent plus indignés encore que ceux qui les
avaient précédés, mais il y eut pour eux une compensation: le prince
Louis voulut les voir, et autour de ce prince tout leur parla avec éloge
de l'Empereur.

Nous décidâmes, le général Drouot et moi, que je devais tout dire à
l'Empereur.

L'Empereur m'écouta avec sa figure d'impassibilité factice. Après un
gros moment de silence, il me dit: «Je savais ce qui se passait chez
Louis, et je me doutais de ce qui se passait chez Lucien, parce que
personne ne m'en parlait. Cela s'épuisera pour en venir à autre chose.
Ainsi va le monde. Et Lucien finira par comprendre qu'il a tort de trop
laisser jaser sa femme.»

Les capitaines marins de Rio étaient très connus à Civita-Vecchia et à
Rome, et depuis que l'Empereur régnait à l'île d'Elbe, tout le monde
dans ces deux villes les abordait pour leur demander des renseignements
sur le grand homme, et il arrivait souvent que de hauts personnages les
faisaient appeler. Les curieux payaient les matelots pour leur faire
déployer le pavillon elbois. L'Empereur aimait à savoir ces petites
choses.

L'Empereur visita l'île d'Elbe de manière à pouvoir parfaitement la
connaître dans tous ses détails. À son retour à Porto-Ferrajo,
l'Empereur disait: «Je sais mon île d'Elbe par coeur»; et c'était vrai. À
Marciana, à Campo, à Poggio, à Saint-Hilaire, à Saint-Pierre, à
Capoliveri, il avait tout examiné et tout apprécié.

Cette course fut vraiment triomphale. Partout on voulut que l'Empereur
fît une entrée solennelle, partout on chanta le _Te Deum_, partout les
autorités représentèrent et présentèrent. Partout le clergé harangua,
partout l'on illumina, et partout, enfin, l'on essaya de surpasser
Porto-Ferrajo.

L'Empereur mit de suite à profit les lumières qu'il avait acquises dans
son voyage. Il autorisa une troisième madrague que M. Seno fit valoir
comme il faisait valoir les deux autres. Tout le monde gagnait à cet
accroissement. M. Seno méritait la bienveillance de l'Empereur. Seul
artisan de sa fortune, devenu riche à la sueur de son front, n'oubliant
jamais les premiers jours de sa vie laborieuse, il occupait sans cesse
les pauvres qui voulaient être utilement occupés, et il secourait ceux
qui après avoir beaucoup travaillé ne pouvaient plus travailler. Sa
philanthropie était permanente. C'était d'ailleurs un bon père et un bon
citoyen. L'Empereur désira que j'entretinse (_sic_) M. Seno sur la pêche
des anchois et sur la pêche du corail, qui autrefois étaient familières
aux Elbois. Je ne pouvais que m'en rapporter à la sagesse de M. Seno.
L'Empereur approuva M. Seno, il lui promit toute sa protection, ainsi
qu'à ceux qui suivraient son exemple. On fit de suite des essais. Des
mesures bien combinées de prudence et de faveur furent prises afin que
les négociants et les pêcheurs, encouragés par des avantages qu'ils
n'avaient jamais eus, se livrassent activement à ces opérations.

J'avais demandé que les carrières de marbre de l'île d'Elbe fissent,
comme les mines de fer, partie de la dotation de la Légion d'honneur: le
grand chancelier avait en vain donné cours à ma demande. L'Empereur vit
les carrières; il dit: «Il faut qu'elles soient exploitées», et elles
furent exploitées.

Mais l'Empereur ne borna pas sa pensée à la vente du marbre brut. Il
demanda au célèbre statuaire de Florence, Bartolini, de lui donner un
bon professeur de sculpture, et Bartolini lui donna le professeur
Bargigli de Carrare. L'Empereur m'avait chargé d'engager Bartolini à
faire le voyage de l'île d'Elbe. Bartolini avait bien envie de répondre
à cette honorable invitation, mais cela ne dépendit pas de lui. Le
professeur Bargigli arriva à Porto-Ferrajo avec des sculpteurs et avec
des marbriers. L'Empereur mit les carrières de marbre à leur
disposition. Des ateliers de sculpture furent de suite ouverts; le
principal de ces ateliers était à Rio-Marine; bientôt une foule d'objets
d'utilité ou d'embellissement sortit de ces laboratoires. Tous les
voyageurs étrangers cherchaient à s'en procurer, surtout les Anglais. Le
professeur Bargigli suivit l'Empereur en France; la bataille de Waterloo
le foudroya; il se trouva à Paris entièrement isolé; sa bonne étoile le
conduisit à Lyon où j'étais préfet; je fus assez heureux pour l'aider à
rentrer dans sa patrie.

L'Angleterre a acquis presque tout ce qui est sorti de ce laboratoire
des beaux-arts. Sa Majesté ne voulait pas qu'on eût recours aux artisans
du continent: «Faisons d'abord comme nous pouvons, disait-elle, puis
nous ferons moins mal, ensuite nous ferons mieux, et enfin nous ferons
bien.» Ce peu de paroles avaient une grande puissance d'encouragement.
Il aurait fallu peu de temps pour rivaliser avec les arts manuels de
Livourne et de Florence.

J'ai parlé des salines. Le regard de l'Empereur avait passé par là, les
salines étaient vivifiées. Le gouvernement français les avait mal
confiées, il y avait eu de l'incurie, l'opinion publique disait de la
déprédation. Le fermier de ces salines, M. Rossetti (de Milan), était un
très honnête homme; il aurait bien dirigé s'il avait dirigé lui-même,
mais M. Rossetti ne quittait pas son pays; et son agent y voyait à sa
manière. Les salines bien régies pouvaient doubler, peut-être même
tripler le prix auquel on les avait affermées, et les Porto-Ferrajais
faisaient des calculs positifs à cet égard. L'Empereur voulut les mettre
en régie. Il me consulta pour réunir cette régie à mon administration.
Je me hâtai de le détourner de ce projet.

Il me dit: «Ce ne serait pour vous qu'une surintendance.» Alors
j'observai à l'Empereur que cette surintendance ferait peser sur moi la
responsabilité de l'intendance, et que cette idée pourrait me rendre
investigateur, peut-être même tracassier. L'Empereur ne me pressa pas
davantage. M. Rossetti, partisan des Français, vint à l'île d'Elbe pour
voir l'Empereur, aussi pour veiller à ses intérêts des salines.
L'Empereur traita avec lui. Les salines augmentèrent de valeur. J'étais
toujours dans la tempête des discussions lorsque l'Empereur eut la bonté
de vouloir m'investir de cette régie. Il n'avait pas plus de fiel qu'un
poulet. Son coeur était toujours désarmé.



CHAPITRE X

L'étiquette impériale.--Visiteurs de l'île d'Elbe.--Une cavalcade
d'Anglais insolents.--Une dame anglaise.--Intrigues du colonel Campbell.
--Tentative de corruption sur Pons.--Arrivée d'officiers français,
corses et polonais.--Bertolosi, Colombani, Lebel, Bellina, Tavelle.--Le
_colonel_ Tavelle, gouverneur de Rio.--Le général Boinod.--Aventure
amusante du général Boinod avec M. Rebuffat de Longone.


L'Empereur éprouvait le besoin d'être chez lui, dans un appartement
arrangé selon ses habitudes, ses goûts, ses convenances, où il pût à
volonté faire le souverain et le bourgeois, et en arrivant à
Porto-Ferrajo on l'avait casé comme il avait été possible de le caser.
Mais le temps s'écoulait: l'Empereur ne travaillait pas comme il aurait
voulu travailler, et pour lui le temps qui n'était pas complètement
rempli par le travail était un temps perdu.

La translation de la maison commune au palais qui devait désormais être
le palais impérial des Tuileries fut une solennité de famille, et
l'Empereur, se conformant à un usage populaire, fit la fête de la
crémaillère. Il eut société au premier repas dans sa nouvelle demeure.

Le palais était loin d'être arrivé au perfectionnement que plus tard il
devait avoir. Les constructions ainsi que les réparations avaient besoin
de sécher, les boiseries d'être peintes, les chambres tapissées.
N'importe, l'Empereur prenait le tout comme il le trouvait, et, malgré
les observations du médecin, il y transporta ses lares. Le colonel
Campbell admirait le contentement de l'Empereur.

La famille du général Bertrand remplaça l'Empereur à la maison commune,
le général Drouot se contenta de ce qu'on put lui donner, et il se
colloqua dans le voisinage du palais impérial.

Presque en même temps, la demeure de Longone était définitivement
habitable, et rien n'empêchait l'Empereur de s'y établir pour des temps
indéterminés.

Aussitôt qu'il fut installé, l'Empereur établit des règles d'étiquette,
et il y eut moins de facilité pour l'approcher. Les demandes d'audience
impériale étaient adressées au général Bertrand ou au général Drouot,
qui prenaient les ordres de l'Empereur. L'Empereur indiquait le jour et
l'heure de la réception. Il ne faisait jamais beaucoup attendre. Cette
règle était sans exception, même pour les personnes du pays qui
n'avaient pas des emplois. Quant au travail régulier de son empire en
miniature, l'Empereur faisait appeler les employés avec lesquels il
voulait travailler, et cela obligeait les employés à être constamment
prêts à rendre compte et à payer de leur personne.

Les présentations étaient faites par celui des deux généraux Bertrand ou
Drouot auquel on s'était adressé pour avoir audience, et il n'y avait
pas d'autre cérémonial. Il était facile de reconnaître la mesure de
considération que l'Empereur avait pour les personnages qu'il recevait.

On ne venait pas à l'île d'Elbe voir l'Empereur sans visiter les mines
de fer, et ainsi, par contre-coup, je recevais tout le monde que
l'Empereur recevait. Il n'y a pas d'exemple que je n'aie pas eu à
Rio-Marine d'assez longs entretiens avec quelqu'un que l'Empereur avait
entretenu à Porto-Ferrajo, et il était tout naturel qu'on s'entretînt
plus librement avec un homme bonhomme qu'avec l'homme suprême que l'on
venait admirer. Les visites aux mines n'étaient pas la seule chose qui
me faisait tenir une place dans la représentation impériale sur notre
rocher. Lorsque l'Empereur voulait fêter les visiteurs, il m'engageait à
leur donner à déjeuner à Rio, et cette délégation, qui n'était pas rare,
devenait quelquefois embarrassante.

L'Empereur expédiait vite les personnes pour lesquelles il n'était qu'un
simple objet de curiosité, surtout lorsque ces personnes portaient un
grand nom. Lorsque les visiteurs étaient pénétrés d'un grand intérêt
pour les infortunes de l'Empereur, l'Empereur s'épanchait sans peine et
prolongeait facilement la conversation; lorsqu'il avait affaire à des
hommes d'État d'une bonne réputation, il provoquait les discussions sur
l'état du monde, et alors il enthousiasmait ses auditeurs. J'ai vu des
hommes d'État distingués, qui, vingt-quatre heures après l'avoir
entendu, avaient encore une fièvre d'admiration. Les visiteurs
appartenant au monde commercial ou industriel, l'Empereur se plaisait
infiniment à les entretenir, et les engageait à le revoir, et il les
traitait avec des égards marqués, surtout quand ils lui parlaient de la
supériorité de la fabrique de Lyon, car Lyon était la cité de son coeur.

L'originalité anglaise se faisait distinguer dans toutes ces visites. La
présence de l'Empereur la contenait, mais hors de la présence de
l'Empereur, elle se laissait aller à des inconvenances répréhensibles.

Une cavalcade de militaires anglais vinrent à Rio pour aller visiter les
mines, et, au lieu de se rendre d'abord chez moi, ils me firent appeler
pour les accompagner. C'était plus que de l'originalité, c'était de la
grossièreté; mais ils étaient tombés en bonnes mains. Je fus indigné
contre les Anglais qui la composaient, et je défendis qu'on les
accompagnât: ils furent piqués, ils s'en retournèrent, non pas sans
avoir menacé de se plaindre. Restait à savoir comment l'Empereur
prendrait cela. Je n'étais pas parvenu à le persuader que j'avais un
caractère facile, et il pouvait croire que dans ce qui venait de se
passer il y avait autant de susceptibilité de ma part que d'impertinence
de la part du général anglais. Je lui écrivis:

     «Sire, plusieurs officiers anglais viennent d'arriver ici pour
     visiter les mines. Celui d'entre eux (qui, dit-on, est un général)
     qui paraissait être le chef de la compagnie, arrêté à deux cents
     pas de ma porte, a eu l'impudence de m'envoyer une personne de sa
     suite pour me faire dire d'aller l'accompagner.

     «Je devais à Votre Majesté, je devais à moi-même de punir cet oubli
     des convenances, et je l'ai puni. J'ai formellement refusé d'aller.
     J'ai défendu qu'aucun employé allât.

     «J'ai pensé que Votre Majesté ne serait pas fâchée de connaître la
     vérité de cette affaire, dans le cas où on lui en parlerait, et je
     me suis hâté de lui dire ce qu'il en était.

     Je suis avec respect...»

L'Empereur fut charmé de ce que j'avais fait. Précisément le colonel
Campbell était auprès de lui lorsqu'il reçut ma lettre, et, après
l'avoir lue, il lui en communiqua le contenu. Puis il lui dit avec
gravité: «Monsieur le colonel, je désire que vous fassiez connaître mon
mécontentement à messieurs vos compatriotes; ils ont manqué d'urbanité,
et M. Pons a bien fait de leur donner une leçon de bienséance.» Le
colonel ne se fit pas répéter les paroles de l'Empereur; il écrivit à
ses compatriotes. En même temps, il m'écrivit:«Je vous prie d'agréer mes
excuses pour la bêtise d'un de mes compatriotes qui hier est allé aux
mines. C'est le colonel Lemoine qui, ayant été à l'île d'Elbe avec le
quartier général anglais, il y a plusieurs années, avait connu le
surintendant et croyait le retrouver. J'espère que vous oublierez ce
malentendu.» Je répondis à cette convenance par une convenance égale.

Tous les Anglais n'étaient pas de la même trempe. Les bien élevés
avaient une politesse distinguée. J'avais remarqué que les Anglais qui
ne voyageaient pas ensemble ne familiarisaient pas entre eux dans les
rencontres fortuites. Le colonel Campbell m'en donna une raison toute
particulière: «Il y a beaucoup d'Anglais de mauvaise compagnie, me
dit-il, qui ne voyagent que pour dépenser et qui dépensent follement.
Nos personnes comme il faut distinguent ces gens-là. Alors ils ne
veulent pas les voir: voilà naturellement la cause du froid glacial
qu'il y a souvent entre différentes sociétés anglaises.»

Ce qu'il y avait d'uniforme dans les Anglais, à quelque classe qu'ils
appartinssent, c'était l'éloge de l'Empereur, et vraiment ils
paraissaient rivaliser d'expressions louangeuses.

Un soir l'Empereur me dit: «Demain matin vous aurez la visite d'une dame
anglaise extrêmement aimable, et qu'il faut faire partir de l'île d'Elbe
satisfaite de tout ce qu'elle y aura vu.» Je reçus cette dame avec
empressement: elle n'était pas seulement aimable, elle avait de plus une
beauté angélique. Je montai à cheval pour l'accompagner aux mines. Elle
ne faisait cette visite que parce que l'Empereur l'avait engagée à la
faire. Elle me répétait souvent: «Faisons vite. Je dois dîner avec le
grand Napoléon, et je ne voudrais pas me faire attendre.» Elle avait
pourtant cinq ou six heures de plus que ce qu'il lui fallait. En prenant
congé d'elle, je lui donnai le conseil en riant de bien barricader son
coeur, et elle me répondit aussi en riant «d'être tranquille, que son
coeur était voûté à l'épreuve de la bombe». Cette dame était à Londres
lorsque les souverains de la Sainte-Alliance allèrent se pavaner dans
cette capitale. Au milieu d'une société de premier ordre, elle dit
hautement en voyant passer ces monarques: «Il faut convenir que ces
têtes ne peuvent pas paraître de belles têtes aux personnes qui, comme
moi, ont pu admirer de près celle de l'empereur Napoléon.» Et j'ai su
que cette sympathie était aussi vive pour le prisonnier de Sainte-Hélène
que ce qu'elle avait été pour le souverain de l'île d'Elbe.

Le colonel Campbell était extrêmement bien pour moi. Nous en étions
venus à nous voir d'une manière qui avait quelque chose de plus que la
froide politesse. Il me recommandait souvent de ses compatriotes,
j'accueillais de mon mieux ses recommandés. Lors de mon déplorable
tintamarre financier avec l'Empereur, il louait ma conduite et il alla
jusqu'à m'offrir ses services, ce que je refusai avec toute l'énergie
dont j'étais capable. Plus tard, il m'engagea à rentrer en France, en me
promettant la protection du gouvernement anglais auprès du gouvernement
français: ce conseil et cette promesse me firent frémir. Ma réponse fut
bien celle que l'honneur national commandait, mais elle n'était pas
telle que je l'aurais faite si je n'avais pas craint de nuire à
l'Empereur. Dans une autre visite, le colonel Campbell s'expliqua plus
explicitement avec ma femme: il la pressa pour qu'elle me décidât à
quitter l'Empereur, toujours en assurant que la protection anglaise ne
me ferait pas défaut auprès du gouvernement français. Ma femme était
Française: sa douceur naturelle disparut pour faire place à son
indignation. J'étais désespéré que le colonel Campbell eût pu penser de
moi que j'étais capable de quitter l'Empereur sous les inspirations de
l'Angleterre. C'était la première fois que j'avais eu un secret pour le
général Drouot. Je voulais avoir mon libre arbitre pour terminer cette
affaire, car j'y voyais ma délicatesse compromise, peut-être même ma
réputation. Mais j'étais arrêté par la pensée de la situation de
l'Empereur. Une affaire avec le commissaire anglais pouvait tomber
pesamment sur l'Empereur. L'anxiété me dévorait; je me jetai dans les
bras du général Drouot. Le général Drouot prenait ordinairement tout
avec douceur; cette fois il prit la chose avec sévérité. Il alla de
suite en rendre compte à l'Empereur; bientôt il vint me prendre pour
l'expliquer moi-même. Je dis à l'Empereur tout ce qui s'était passé.
L'Empereur m'écouta avec attention; ses traits étaient en mouvement;
lorsque j'eus fini, il dit avec une espèce d'indignation: «C'est bien
anglais», et puis se tournant vers moi, il ajouta: «Vous me porteriez un
grand préjudice si vous faisiez de cette affaire une affaire d'honneur,
car je ne saurais plus rien des intentions de l'Angleterre. Campbell n'a
pas l'idée de vous offenser, il fait son métier, voilà tout. Vous me
prouverez votre attachement en continuant à l'écouter sans qu'il se
doute que je suis instruit de ce qui a eu lieu entre vous et lui.»
L'Empereur me pressa encore d'écouter le colonel Campbell sans me
laisser maîtriser par la vivacité. Le général Drouot lui fit observer
que le colonel pouvait bien s'être aussi adressé à d'autres personnes, à
l'intendant Balbiani par exemple. L'Empereur se mit à rire: «Que
voulez-vous, dit-il au général Drouot, que les Anglais fassent de ce
pauvre diable, et quel intérêt ont-ils à ce qu'il parte ou à ce qu'il
reste?» Le lendemain, l'Empereur me fit dîner avec lui, le colonel
Campbell était aussi invité. Je ne compris pas cette politique. Il fut
très aimable pour le colonel Campbell et le fut également beaucoup pour
moi. Je crois que son intention était de resserrer mes relations avec le
commissaire anglais.

Mais le cabinet de Saint-James n'avait pas choisi un sot pour surveiller
l'Empereur. Le colonel Campbell était un maître renard. Les réponses
claires et précises de ma femme, mes visites au palais impérial, en
détruisant ses espérances, l'avaient fait renoncer à ses projets. Il
vint à Rio avec des Anglais, il évita le tête-à-tête et il loua beaucoup
l'Empereur.

Le colonel Campbell était un homme de fort bonne compagnie, il
enveloppait sa surveillance de tant de respect qu'il fallait bien y
regarder pour apercevoir la permanence de son action. Ensuite je l'ai si
bien trompé au moment de notre départ de l'île d'Elbe que ma tromperie
équivaut à une vengeance et que je ne puis plus lui en vouloir.

Nous éprouvions une douce jouissance en voyant des Français s'associer à
notre destinée. Mais l'Empereur ne pouvait pas retenir tout le monde à
son service, surtout les officiers qui demandaient à être employés dans
leur grade. Il en retint seulement quelques-uns qui se contentèrent des
appointements nécessaires aux besoins de leur existence. Le nombre en
fut petit.

Le général de brigade Bertolosi, Corse, avait commandé la place de
Milan, et l'Empereur lui donna le commandement de la place de
Porto-Ferrajo. C'était un digne homme qui ne s'occupait que de son
service.

L'adjudant général Lébel débarqua avec une vieille dame que l'on croyait
son épouse et une demoiselle qui passait pour être sa fille. L'Empereur
était à Longone, il fit appeler le nouveau venu. Le nouveau venu se mit
immédiatement en route pour Longone: il se fit accompagner par ses deux
dames. La demoiselle était vraiment jolie, elle ajoutait à sa beauté en
la faisant adroitement valoir; elle connaissait le monde. Tous les
officiers de la garde impériale témoignaient hautement le désir que
l'Empereur donnât le commandement de Longone à l'adjudant général Lébel.
La chose paraissait pour ainsi dire décidée. Que se passa-t-il à
Longone? Je l'ignore. Ce que je sais, c'est qu'à son retour de Longone,
l'Empereur ne fit aucune attention à l'adjudant général Lébel et qu'on
ne parla plus du commandement. Il plaça la demoiselle auprès de la
princesse Pauline. À Paris, je voulus parler pour lui à l'Empereur.
L'Empereur me dit: «Cet homme ne mérite pas votre estime; et si je le
place, je le placerai dans un lieu sans importance.» Dans l'exil j'eus
la preuve personnelle que l'adjudant général Lébel était un homme de peu
de délicatesse.

Le chef de bataillon Tavelle, vieillard corse, avait longuement servi
sous le gouvernement papal. L'Empereur fit un acte de charité en lui
donnant un emploi pour vivre, car c'était un homme hors de tout service.
L'Empereur lui avait dit: «Colonel, vous irez commander à Rio», et il
alla commander à Rio. Mais de ce que l'Empereur, sans y faire attention
ou par politesse, lui avait dit «colonel», quoiqu'il ne fût que chef de
bataillon, il arriva à Rio avec les épaulettes de colonel, et lorsqu'on
lui demandait pourquoi, il répondait: «Si je ne portais pas ces
épaulettes, je donnerais un démenti à l'Empereur qui m'a traité de
colonel!» Cet excellent vieillard avait eu la faiblesse d'acheter des
épaulettes de colonel, sacrifiant ainsi les quelques écus qu'il avait
encore à un titre fictif, et il était fier de son sacrifice.

Rio n'avait d'autres fortifications que la tour de vigie et cinq
canonniers garde-côtes pour toute garnison. L'Empereur y envoya ensuite
quatre cavaliers pour les besoins de mon administration. Le bon colonel
Tavelle s'exagérait les devoirs de sa place. Rien n'aurait pu le faire
volontairement sortir du territoire de la commune sans une autorisation
expresse de l'Empereur. Le général Drouot, son chef immédiat, ne cessait
pas de lui dire que son gouvernement n'était qu'une fiction, qu'il
pouvait aller où il voudrait, et que l'Empereur serait bien aise de le
voir à Porto-Ferrajo: il prétendait que désormais il ne pouvait saluer
l'Empereur que dans le lieu que l'Empereur lui avait assigné. Ce brave
homme n'avait en tout que quatre-vingts francs par mois. L'Empereur
m'avait dit: «Je sais que vous aurez des égards pour lui.» Je n'avais
pas besoin d'excitation pour tâcher de lui rendre la vie douce; j'avais
pris toutes les précautions de délicatesse afin de lui faire accepter ma
table: jamais il ne voulut y consentir. J'avais même beaucoup de peine à
lui faire quelquefois accepter ma soupe. Somme toute, il avait des
ridicules, mais il était soldat d'honneur.

Nous eûmes aussi un chef d'escadron polonais. Tous les Polonais qui
avaient suivi l'Empereur dépassaient le chef d'escadron en supériorité.
Il s'appelait Bellina. Son épouse était Espagnole: Mme Bellina n'était
pas une beauté extraordinaire, mais sa figure avait un charme
inexprimable, qui séduisait. Je ne crois pas qu'aucune Castillane ait
jamais mieux dansé le fandango: danse enivrante qui se prête si bien au
développement de toutes les grâces. La précieuse Espagnole devint aussi
une des dames de compagnie de la princesse Pauline. Ensuite Mme Bellina
fut jetée sur les rivages de la mer du Sud à Lima, où, honorée et
honorable, elle tenait, il y a quelques années, un grand pensionnat de
demoiselles.

Walter Scott a parlé d'un officier corse qui alla trouver l'Empereur
pour lui offrir ses services, et dont il a mal dit le nom: c'était le
chef de bataillon Colombani. M. Colombani sortait de l'armée italienne.
C'était un brave, mais, en dehors de la bravoure, il avait peu de
qualités sociales. Son orgueil allait jusqu'à la bêtise, ce qui
l'exposait à des querelles qui finissaient souvent par le conduire sur
le terrain. Il dut tirer l'épée contre un des meilleurs officiers de la
garde: le jugement de Dieu fut juste, M. Colombani reçut une blessure.
Il était l'offenseur. Cet officier avait aussi une jolie femme. On
disait que cette dame était Corse, je crois qu'elle était Capraïaise;
elle devint un des plus beaux ornements de la cour impériale. L'Empereur
l'attacha à la princesse Pauline en qualité de dame de compagnie.
Canova, juge suprême en fait de beauté, avait surnommé la princesse
Pauline «la Vénus moderne», et, s'il avait vu les trois dames de
compagnie de cette princesse, il aurait dit que c'étaient les trois
Grâces. Mme Colombani n'était pas seulement jolie, aimable, elle était
aussi exemplaire par la sagesse de la conduite. Elle n'avait pas été
heureuse en amour; dans sa toute première jeunesse, elle avait été
fiancée au brave colonel Eugène, officier corse, d'une grande espérance,
et qui mourut glorieusement au champ d'honneur avant que l'hymen eût
couronné sa tendresse.

Le matin du duel du commandant Colombani, l'Empereur m'avait fait
appeler, et, en arrivant à Porto-Ferrajo, je trouvai le général Drouot
chez moi. Il me pria de ne pas perdre de temps pour aller mettre la paix
entre les combattants. J'oubliai l'Empereur, je courus, l'affaire était
faite. L'Empereur ne me fit point de reproches de mon retard; mais il me
blâma de ce que j'avais consenti à servir de témoin _dans un duel de
crânerie_; il changea de langage, lorsque je lui eux (_sic_) fait
connaître la mission pacifique que j'allais remplir dans cette querelle.

Une arrivée plus importante vint réjouir l'Empereur. C'était l'arrivée
du respectable général Boinod, ancien inspecteur général aux revues, et
l'un des hommes les plus vertueux de l'armée. L'île d'Elbe allait
trouver un autre général Drouot dans le général Boinod. Un homme
d'environ soixante ans débarqua à Porto-Ferrajo. L'Empereur était à
Longone. Le nouveau venu se disposa à y aller; simple et modeste, monté
sur un des misérables chevaux du pays, il se dirigea mesquinement vers
le but de son voyage. En général, la longue habitude d'un grand pouvoir
donne un air de commandement; le général Boinod n'avait rien en lui qui
pût faire soupçonner son passé: c'était pleinement et entièrement
l'apparence d'un bon homme. M. Rebuffat, en commission pour l'Empereur,
retournant de Porto-Ferrajo, ayant la même route à faire que le général
Boinod, l'accosta et l'accabla de questions. M. Boinod ne répondait que
par des monosyllabes, et plus il était réservé, plus M. Rebuffat était
curieux. À Longone, il n'y avait point d'auberge: M. Rebuffat engagea
son compagnon à dîner chez lui. Tandis que le général Boinod se mettait
à table, M. Rebuffat fut rendre compte de sa mission, et raconta à
l'Empereur comme quoi il s'était acheminé avec un bon homme «qui venait
tout exprès pour le voir et qui était peut-être le plus vieux de ses
amis». L'Empereur dînait; il demanda à M. Rebuffat quel était le nom de
ce vieil ami: «Ma foi, Sire, lui répondit M. Rebuffat, c'est Toisot, ou
Poisot ou Noisot, je ne sais. Mais il est facile à reconnaître, car de
ma vie je n'ai vu un homme aussi sourd», et à ce mot, l'Empereur
l'interrompant avec vivacité lui demanda s'il ne voulait pas dire
Boinod. M. Rebuffat ayant assuré que c'était cela, l'Empereur bondit; il
envoya le général Bertrand chercher le général Boinod. Le général
Bertrand, pressé par l'Empereur, alla en courant chez M. Rebuffat, entra
précipitamment, et presque effaré il demanda le général Boinod. Personne
ne se doutait qu'il y avait là un général: on dit au général Bertrand
que dans la salle à manger il y avait bien une personne qui mangeait,
mais que cette personne n'était pas un général, et pour l'en convaincre
on la lui fit voir: le général Bertrand reconnut le général Boinod. Il
l'enleva sans lui donner le temps de se reconnaître, de faire un peu de
toilette, et il le conduisit à l'Empereur. L'Empereur l'attendait sur le
seuil de la porte. Il lui tendit la main avec effusion, le conduisit à
table, le plaça à côté de lui pour lui faire continuer son repas.
L'Empereur répéta plusieurs fois au général Boinod: «Vous me faites bien
plaisir.» Il veilla lui-même à ce que le général Boinod fût bien logé.
Les proches de M. Rebuffat ou ses gens, qui, trompés par la simplicité
du général Boinod, n'avaient pas voulu qu'il pût avoir ce rang
honorable, maintenant étonnés des égards que l'Empereur avait pour lui,
de l'empressement que le général Bertrand avait mis à venir le chercher,
à l'embrasser, en faisaient un maréchal, un prince, un roi, et peut-être
même un empereur. Cinq minutes après, tout Longone faisait des
commentaires sur le grand personnage déguisé qui était venu trouver
l'Empereur. De ce que l'Empereur était allé l'attendre sur le seuil de
la porte, au haut de l'escalier, on tirait la conséquence précise que
c'était une tête couronnée, mais que ce n'était pas une tête impériale,
parce que «pour une tête impériale, l'Empereur aurait attendu à l'entrée
principale de son palais». M. Rebuffat prêtait beaucoup à toutes les
balivernes de cette illusion, parce que dans son trouble il avait cru
entendre que l'Empereur disait au général Boinod «mon frère». Il aurait
illuminé si on ne lui avait pas fait observer que l'illumination
trahirait l'incognito de l'illustre visiteur.... Le lendemain, tout
était éclairci. Le général Boinod remplissait les doubles fonctions de
commissaire ordonnateur et d'inspecteur général aux revues. Il avait
pour adjoint M. Vauthier[61].



CHAPITRE XI

Un provocateur: le chevalier de l'ordre du Lys.--Tentatives
d'assassinat, réelles ou supposées, de l'Empereur.--Le général
Brulart.--Mésaventure d'un magistrat corse.--Rôle prêté à un officier
supérieur.--Un juif de Leipzig.--Attitude du commandant Tavelle.--Les
algarades de Cambronne.--Accueil fait à un vaisseau napolitain; à un
officier.--Stabilité du gouvernement elbois.--Mariages
d'officiers.--Aventure du général Drouot et de Mlle Vantini.--Mariage du
pharmacien Gatti.


Un de ces hommes qui, branches parasites du monde social sans services
publics, sans qualités privées, veulent cependant, comme Érostrate,
faire passer leur nom à la postérité, vint à Porto-Ferrajo: il eut
l'impudence de se promener en portant ostensiblement la décoration du
Lys à la boutonnière de son habit. Venir à l'île d'Elbe pour insulter à
l'infortune de l'Empereur, pour narguer le dévouement des braves de la
garde, était, ce me semble, avoir pris la résolution de poursuivre
jusqu'au bout cette téméraire entreprise et de tenir l'épée à la main
pour en affronter les conséquences. Les citoyens de Porto-Ferrajo
avaient hué le chevalier du Lys: il y avait même eu des menaces,
lorsqu'un officier se présenta au malencontreux personnage, et le pria
poliment d'ôter une décoration «dont l'apparition inattendue affligeait
tout le monde». Mais ce chevalier, rassuré par la politesse de
l'officier, refusa; l'officier, toujours avec une extrême civilité, lui
dit: «Vous ne pouvez avoir mis ce lys que dans l'intention de nous
offenser, et je vous demande raison de cette offense, d'autant plus
outrageante qu'elle est préméditée. Allons, monsieur, choisissez les
armes et finissons-en tout de suite, afin que votre audace n'ait pas
d'autres suites.» Le chevalier balbutia quelques paroles, prétendit
qu'il ne pouvait pas se dégrader lui-même, et, indigné de ce langage, un
témoin lui arracha sa décoration et la foula dans la boue. L'Empereur
fut affligé de cette aventure, il blâma sévèrement l'officier. Je ne
saurais pas dire pourquoi: l'officier avait fait son devoir, le blâme de
l'Empereur était injuste; peut-être n'était-il que politique, car
l'Empereur avait des ménagements à garder. Le colonel Campbell était là.
Le chevalier du Lys reçut l'ordre de quitter l'île d'Elbe.

Porto-Ferrajo était sous la préoccupation de cet événement, lorsqu'un
bruit inattendu bouleversa l'opinion publique. Ce que je vais dire est
d'une importance historique d'autant plus grande que personne ne le
sait, et que, depuis la mort du respectable général Drouot, je suis le
seul qui puisse en parler pertinemment. Je dirai les faits les uns à la
suite des autres, comme s'ils s'étaient passés en même temps, quoiqu'ils
aient eu lieu à diverses époques, et, dans l'unité de ce tout compact,
le lecteur trouvera plus facilement le moyen d'en conserver la mémoire.

L'opinion publique de Porto-Ferrajo, à tort ou à raison, accusait le
général Brulart, ancien chouan, alors gouverneur de la Corse, d'être
chargé de se défaire, à tout prix, de l'empereur Napoléon. Cette opinion
exagérait les moyens d'assassinat que le général Brulart pouvait avoir,
si en effet il avait accepté un semblable mandat. Un événement de la
plus haute gravité ajouta à toutes les croyances qui circulaient à cet
égard.

Il y avait en Corse un assassin redoutable qui se vantait d'avoir commis
plusieurs assassinats et qui débarqua à l'île d'Elbe sans qu'on sût
comment. Cette clandestinité était une double violation de la loi
sanitaire et de la loi de police. Un hasard presque miraculeux le fit
découvrir dans la nuit. Ce misérable fut longuement interrogé; il y eut
preuve morale qu'il venait assassiner. Son poignard ne pouvait être
éguisé (_sic_) que contre l'Empereur. Avant le jour, l'Empereur le fit
embarquer sur la _Caroline_, et il ordonna qu'on le rejetât sur les
rives de la Corse. Il y avait trop de personnes dans le secret pour
qu'il fût possible de taire ce qui s'était passé. J'étais à Rio, je me
rendis à Porto-Ferrajo; je demandai au général Drouot ce qu'il y avait
de vrai dans les bruits qui couraient; il me répondit que probablement
l'Empereur m'en parlerait. Je pouvais alors compter sur la confiance de
l'Empereur. Je le priai de me dire pourquoi il n'avait pas mis le
brigand entre les mains de la justice, et l'Empereur m'adressa ces
paroles: «Mais vous n'avez pas réfléchi que cela ne pouvait pas se
faire: il n'y avait pas de crime commis, ni preuve qu'on devait en
commettre, et alors il aurait fallu acquitter: ce dont Brulart n'aurait
pas manqué de tirer parti.» L'Empereur ne voulut pas aller plus loin.

Il y eut encore autre chose. Parti de Bastia pour aller à Livourne,
l'aide de camp du général Brulart, sans qu'un temps contraire l'obligeât
à relâcher, aborda à Porto-Ferrajo et mit pied à terre. La présence de
cet officier fit hautement murmurer. Le général Drouot en fut prévenu,
et, en sa qualité de gouverneur général de l'île, il appela cet officier
et lui intima l'ordre de partir. L'Empereur disait au colonel Campbell:
«Il faut être bien osé pour se permettre une pareille incartade de
curiosité, et c'est d'ailleurs de fort mauvais goût. Il aurait été
étonné, monsieur l'aide de camp, si je l'avais coffré comme espion, ou
de toute autre manière légale, et c'est cependant à quoi il s'exposait.»
Le colonel Campbell était de l'avis de l'Empereur.

J'ai toujours répugné à croire que le général Brulart avait consenti à
exécuter des projets d'assassinat.

Ce qui m'étonne à l'égard du général Brulart, c'est que ce soit, à ma
connaissance, le seul homme contre lequel l'Empereur ait gardé une
rancune bien conditionnée, et j'en ai la preuve. L'Empereur n'était pas
haineux, surtout il n'était pas vindicatif. Il oubliait tout le mal
qu'on lui avait fait ou qu'on avait voulu lui faire. Lorsqu'il m'envoya
en mission dans le Midi, il me répéta vingt fois de tirer un voile sur
le passé, et cependant il m'ordonna péremptoirement de m'entendre avec
le maréchal Masséna pour faire arrêter le général Brulart.

L'Empereur avait, deux ou trois ans auparavant, destitué un magistrat
civil; cette destitution était au moins rigoureuse. Ce magistrat était
venu à l'île d'Elbe pour se justifier. Lui aussi fut accusé d'être un
chef d'assassins. Un jour je reçus, à Rio, un billet pressant pour me
rendre à Porto-Ferrajo. Je trouvai les dévoués dans un état de panique
inconcevable. Le brave Mallet, commandant de la garde impériale,
m'attendait, et il me dit d'un air effaré: «Vennez (_sic_) de suite au
théâtre, parce que M. _un tel_ veut y assassiner l'Empereur», et ce
monsieur _un tel_ était le magistrat qui avait été destitué. Je ne me le
fis pas répéter, mais avant je passai chez le général Drouot et je ne le
trouvai pas. Je me rendis auprès de l'Empereur: il était occupé.
Cependant l'affiche portait que l'Empereur assisterait à la
représentation. J'avais couru pour arriver avant l'heure du danger. Tout
le monde était armé, j'avais fait comme tout le monde. Je m'enfermai
dans ma loge. J'étais extrêmement lié avec le magistrat que l'on
désignait comme un brigand. Ce pauvre magistrat vint aussi au théâtre:
selon son usage, il se plaça à côté de moi, de moi qui étais armé contre
lui, et tous les yeux se portèrent sur nous. Les regards du commandant
Mallet flamboyaient de colère; ils me disaient: «Ne manquez pas cet
homme dès qu'il fera un mouvement.» J'étais sur un brasier ardent.
L'Empereur ne vint pas, j'en bénis encore le ciel! La présence de
l'Empereur aurait occasionné quelque grande catastrophe. Au sortir du
théâtre, je retournai chez le général Drouot pour savoir quelque chose
de certain; il m'assura qu'il n'y avait rien de vrai dans cette
accusation; l'Empereur fut du même avis. Néanmoins l'Empereur et le
général Drouot ne me parurent pas avoir leur figure accoutumée.

Le magistrat sur qui planait un si affreux soupçon était incapable d'un
crime. La dénonciation était une infamie: on pouvait la considérer comme
une vendetta. Elle avait été faite par un Corse appelé Sandreschi,
armateur de corsaires, adressée à l'ancien secrétaire de l'accusé,
appelé Cazella, et ce secrétaire, qui pourtant connaissait le noble
caractère du magistrat auquel il devait beaucoup de reconnaissance,
avait craint de se compromettre en gardant le secret: il alla le déposer
dans le sein d'un conseiller à la cour impériale, également Corse, M.
Poggi. Il n'était pas permis à M. Poggi de garder le silence, quoiqu'il
fût l'ami intime du magistrat incriminé. C'est ainsi que l'Empereur fut
instruit.

Cette dénonciation avait fait plus qu'effleurer l'esprit de l'Empereur.
Après l'événement du théâtre, il chargea le conseiller Poggi d'engager
le magistrat accusé à quitter l'île d'Elbe pour se soustraire aux bruits
qui couraient, et M. Poggi devait en même temps assurer le magistrat que
«l'Empereur ne l'oublierait pas s'il survenait des jours meilleurs». Le
magistrat justement indigné refusa de partir, et il demanda une audience
à l'Empereur.

L'Empereur le reçut.

J'allais entrer chez l'Empereur lorsque le magistrat en sortit; nous
nous trouvâmes face à face. Il était visible qu'il venait de pleurer:
j'en fus extrêmement ému, je lui dis avec l'expression d'un grand
intérêt: «Qu'avez-vous, mon ami?» Et frémissant, il me répondit: «Je ne
suis plus digne d'être votre ami! Je suis un brigand venu ici pour
assassiner l'Empereur, et vous devez bien être instruit de cela...» Il
était désespéré, j'aurais de suite parlé à l'Empereur s'il ne m'avait
prié de n'en rien faire.

Lorsque nous quittâmes l'île d'Elbe, l'Empereur n'avait pas dit que ce
magistrat ferait partie de sa suite, et je pris sur moi de le faire
monter sur le brick _l'Inconstant_. Sans cela il y serait venu à la
nage. Je prévins le général Drouot que je m'étais permis cette
infraction aux ordres donnés.

Sur le brick, l'Empereur me demanda «si c'était moi qui avais décidé
l'embarquement du magistrat», et sur ma réponse affirmative, il fit un
sourire d'approbation.

Au golfe Jouan, l'Empereur donna quelques étoiles d'honneur, et le
magistrat ne fut point compris dans cette distribution. C'était
confirmer les bruits qui l'avaient accablé, je me permis de le dire à
l'Empereur. L'Empereur me répondit froidement: «Il n'en est pas temps
encore.» Cependant, aux portes de Grasse, il m'ordonna d'acheter un
cheval pour ce magistrat, et comme ce magistrat, fameux piéton, avait
encore plus besoin d'argent que d'un cheval, je lui donnai la somme
nécessaire pour se monter à sa fantaisie. Il ne prit que le plus strict
nécessaire. Remonté sur le trône, l'Empereur comprit que l'épreuve du
magistrat était accomplie: il l'appela à de hautes fonctions, il nomma
le fils de ce magistrat à un emploi supérieur. Ce magistrat m'a prié
instamment de ne point le nommer en parlant de cette triste affaire. Je
lui obéis à regret, car son nom est un beau nom, dont les Corses peuvent
s'honorer.

Durant les Cent-Jours, ce magistrat se montra intègre, dévoué, après les
Cent-Jours, lorsque c'était la mode de crier contre l'Empereur, il n'en
parla qu'avec un sentiment d'amour et de respect. Jamais il ne chercha à
se rapprocher de la Restauration. Son fils, aujourd'hui conseiller à une
cour royale, est un juge exemplaire que la considération publique
entoure. J'ajoute encore que le délateur Sandreschi, armateur en course,
était un homme de peu de valeur morale, et qu'on l'avait maintes fois
soupçonné de prêter la main à la piraterie.

Une autre nouvelle confidentielle d'assassinat transpira aussi, mais
elle fut très peu ébruitée, et l'on n'en aurait pas parlé du tout, si
l'Empereur avait vraiment voulu l'ensevelir dans le plus profond secret.
Cette nouvelle portait qu'il fallait se tenir en garde contre un
officier supérieur qui devait venir à l'île d'Elbe. Elle était donnée
par un général,--de la part du maréchal Soult, disait-on,--et motivée
sur la conduite que cet officier supérieur avait tenue depuis que
l'Empereur avait quitté Fontainebleau. Dire que l'Empereur devait se
tenir en garde contre cet officier supérieur, ce n'était pas dire que
cet officier supérieur devait assassiner l'Empereur, et c'est pourtant
ainsi que l'on expliqua l'avis reçu. L'Empereur contribua à cette
explication en cherchant un peu trop à prouver qu'il était impossible
que cet officier supérieur ne lui fût pas entièrement dévoué, malgré les
sentiments de circonstance qu'il devait afficher. Toutefois la certitude
que l'officier supérieur avait une mission criminelle resta incarnée: on
ne voulut pas s'en départir, et si cet officier supérieur était venu à
Porto-Ferrajo, il aurait certainement été abreuvé d'amertumes. Plusieurs
années après, dans l'exil, la princesse Élisa me parlait de ce fait
comme s'il était avéré, et elle me disait: «Un tel devait aller tuer
l'Empereur.» Lorsque au sortir du château d'If je me rendis auprès de
l'Empereur, il était à l'Élysée-Bourbon, l'officier supérieur était de
service. L'Empereur me dit seulement: «J'espère bien que vous n'avez pas
partagé les crédulités de ces visionnaires, qui ne voient partout que
des fantômes ensanglantés.»

Enfin il fallut nous prémunir contre les tentatives d'un autre assassin;
mais pour celui-ci la chose était officielle. L'Empereur me prévint
«qu'il avait reçu l'avis, de trois endroits différents, par des
personnes sûres, qu'un juif, borgne, vendeur de livres à Leipzig, avait
reçu une somme considérable pour tenter de l'assassiner, et que ce juif,
venant de Naples ou de Civita-Vecchia, devait débarquer à Rio-Marine».
Il m'ordonna de faire arrêter cet homme dès qu'il aurait touché au
rivage, de le mettre au secret le plus rigoureux, et d'apposer le scellé
sur tous ses effets. L'assassin présumé devait être accompagné d'une
bibliothèque de choix, qu'il offrirait à l'Empereur, ce qui lui
donnerait une grande facilité de l'approcher et de le poignarder. Cette
nouvelle était connue à Rio comme dans toute l'île, lorsque des
bâtiments riais mirent à la voile pour les lieux d'où le juif devait
partir, et si la chose était telle qu'on l'avait écrit à l'Empereur, ce
juif, nécessairement sur ses gardes, avait été prévenu à temps de
l'accueil que les Elbois lui préparaient.

Lorsque l'Empereur me donna ses ordres, je croyais que personne n'était
dans le secret, et je priais l'Empereur de ne pas en parler. «Non, me
dit-il, il faut au contraire en parler beaucoup, car je veux me plaindre
et faire savoir aux peuples comme les rois me traitent. Je n'ai été que
trop réservé. Faites-vous aider dans votre surveillance par le vieux
commandant Tavelle.» Je représentai à l'Empereur que le bon commandant
Tavelle ne se croirait plus permis de coucher chez lui, et qu'il ferait
porter son lit sur les bords de la mer, ce qui l'exposerait à tomber
malade. L'Empereur me dit en riant: «La maladie serait bien plus grave
et plus prompte s'il allait s'imaginer que je le crois incapable de
veiller au salut de l'Empire...» Ce que j'avais prévu arriva. Dès que
j'eus averti ce pauvre commandant Tavelle que l'Empereur désirait qu'il
m'aidât à surveiller l'arrivée du juif assassin, il bouleversa tout le
pays. Il ne voulait plus voir de borgnes. Le maire de Rio-Montagne était
borgne: il voulut venir à la Marine; mal lui en arriva. Le commandant
Tavelle lui en voulait déjà beaucoup, parce qu'il le regardait comme le
principal auteur des tracasseries auxquelles j'avais été en butte. Il
l'accosta comme un furieux: «Monsieur, lui dit-il, que venez-vous faire
ici? Ce n'est pas votre poste, et je vous ordonne de vous retirer.» Le
maire, stupéfait, frémissant de rage, observa qu'il était citoyen,
maire, chambellan: «Oui, lui répliqua le commandant, oui, mais vous êtes
marqué comme celui qui vendit Notre-Seigneur, et comme celui qui veut
tuer l'Empereur, et c'est un mauvais signe. Retirez-vous.» Le maire de
Rio-Montagne dut se retirer, malgré qu'il eût appelé le maire de
Rio-Marine à son secours. Je n'étais pas sur les lieux. Lorsque j'y
revins, le commandant Tavelle me raconta «comme quoi il avait traité le
borgne à l'instar d'un juif, ni plus ni moins», et il ne pouvait pas
comprendre que cela me fît de la peine. Le maire de Rio-Montagne se
plaignit à l'Empereur. L'Empereur ne donna aucune suite à la plainte,
qui n'était cependant pas sans gravité. Lorsque l'Empereur m'en parla,
je lui fis observer, ainsi que je l'avais déjà fait, combien le zèle du
brave Tavelle pouvait devenir compromettant. L'Empereur me chargea de
lui dire que le juif ne venait plus à l'île d'Elbe, et que tout devait
par conséquent rentrer dans l'ordre accoutumé. Toutefois il me pressa de
continuer la surveillance. Je me sentis soulagé d'être débarrassé de la
coopération du vieux colonel. Il avait sans cesse le glaive hors du
fourreau; il aurait fini par en faire usage sans trop savoir ni pourquoi
ni comment. Certainement, si le juif avait débarqué, il lui aurait passé
l'épée à travers le corps, et il aurait cru avoir rempli sa tâche.

Je terminerai cette douloureuse série de projets ou de tentatives
d'assassinat par une parole échappée à l'Empereur. Nous étions à Rio,
j'avais suivi l'Empereur dans sa chambre à coucher; je lui parlais de
toutes les trames que ses ennemis ourdissaient: il me dit: «Ce ne sont
pas mes ennemis. Ce sont les ennemis de la France. Vous ne savez pas
tout: vous ne savez presque rien. Ils ont eu des intentions plus
perverses encore...» De suite il parla d'autre chose. C'était bien
évident qu'il ne voulait pas continuer sur le même sujet. Néanmoins,
j'ai ensuite, deux fois, entendu dire à l'Empereur, avec un sentiment de
douleur amère qui pénétrait: «Les plus grands assassins du monde sont
ceux qui veulent faire égorger un ennemi désarmé.»

Un vaisseau de haut bord, portant pavillon napolitain, se présenta sur
la rade de Porto-Ferrajo, s'approcha le plus possible de la place, hissa
la bannière elboise à son grand mât, et il salua de vingt et un coups de
canon, ainsi que de trois hourras de «Vive l'empereur Napoléon!» Il
était impossible de faire une plus grande politesse de salutation.

Sans doute, nous ne pouvions pas, à l'île d'Elbe, être les amis de
Murat. Mais le peuple napolitain ne devait pas être responsable du crime
de son roi. D'ailleurs, il y avait des relations quotidiennes entre
Naples et Porto-Ferrajo. C'était sur une frégate napolitaine que la
princesse Pauline était venue à Porto-Ferrajo.

Bientôt le grand canot du vaisseau napolitain se dirigea vers la maison
sanitaire, monté par l'état-major du vaisseau. Le commandant,--un
contre-amiral,--demanda à descendre à terre pour aller présenter ses
respectueux hommages à l'Empereur. On prévint tout de suite le
gouverneur de la place, le général Cambronne. Le général Cambronne
pouvait, dans deux minutes, avoir l'opinion de l'Empereur; il ne chercha
pas à la connaître; il accourut immédiatement à la maison sanitaire. Le
commandant napolitain renouvela sa demande, et il paraissait s'attendre
à une réponse d'urbanité. Mais, à la vue de l'uniforme napolitain, le
général Cambronne fut atteint d'un accès de folie, et dans son paroxysme
de déraison, après avoir traité les officiers napolitains d'infâmes, de
brigands, de scélérats, il les menaça de les faire fusiller s'ils ne se
retiraient pas; il ordonna à l'officier du poste de faire charger les
armes. Le général Cambronne aurait fait ce qu'il avait dit si le canot
napolitain n'avait pas poussé au large. Dès que le canot fut de retour à
bord du vaisseau, il y eut vraiment un coup de théâtre maritime: le
commandant napolitain s'imaginait que la forteresse allait tirer sur
lui; il fit amener la bannière elboise, orienter ses voiles, et dans un
clin d'oeil il cingla en pleine mer. Tout le monde était dans la plus
grande stupéfaction.

Le général Drouot, instruit de ce qui venait de se passer, en rendit
compte à l'Empereur, et l'Empereur en éprouva un chagrin extrême. Dans
l'idée que le vaisseau napolitain était encore près du rivage,
l'Empereur prescrivit à un officier d'ordonnance de prendre un bateau et
d'aller de sa part prier le commandant napolitain de revenir au
mouillage. L'officier d'ordonnance rentra sans avoir pu exécuter les
ordres qu'il avait reçus.

L'Empereur, visiblement inquiet, me demanda si je pensais que l'on ne
pouvait plus rejoindre le vaisseau napolitain. Je lui offris d'aller
immédiatement à la poursuite de ce vaisseau sur un bâtiment riais.
L'Empereur me sut gré de ma proposition; il m'engagea beaucoup à ne
prendre cette peine qu'autant que je serais certain d'un heureux
résultat. Je me rendis à Rio; je mis en mer. Le vaisseau napolitain
avait cinq heures de marche sur moi. Cependant, je poussai vers le mont
Argental jusqu'au soleil couchant. C'était par acquit de conscience. Je
revins dans la nuit. Le lendemain matin, je me rendis auprès de
l'Empereur. Il fut touchant d'affection; on aurait pu croire que j'avais
fait quelque chose d'important.

«C'est bien grave, me dit l'Empereur, ce que le général Cambronne a
fait, et l'on ne se conduit pas comme cela.» Je le priai d'observer que
le sentiment qui avait entraîné le général Cambronne était respectable
jusque dans son exagération, et l'Empereur ajouta en m'interrompant:
«Oui, lorsque ce sentiment ne change pas de forme, ou que sa nouvelle
forme n'est pas nuisible.» Pendant plusieurs jours, l'Empereur n'eut que
cet événement en tête, et il donna des ordres pour que de semblables
choses ne se reproduisissent plus.

Néanmoins, une chose de même nature se reproduisit. La garde impériale
défilait chaque jour à la parade. C'était un grand spectacle que ce
petit nombre de soldats échappés à tant de batailles, et qui, sillonnés
de blessures, plus grands que la destinée, ne demandaient qu'à reprendre
les armes! Tout était remarquable dans ces hommes granitiques. Aussi,
chaque jour, à midi, il y avait sur la place d'honneur beaucoup de monde
pour les voir manoeuvrer, et les voyageurs, surtout, ne manquaient jamais
de s'y rendre.

Un jour, un étranger qui venait de débarquer, sachant que c'était
l'heure de la parade, accourut pour la voir défiler, et son accoutrement
de voyage comme son air d'émotion le firent bientôt remarquer. Le
général Cambronne, pour lequel tous les hommes qu'il ne connaissait pas
semblaient être des meurtriers chargés de tuer l'Empereur, alla droit au
nouveau venu, et au lieu de le questionner, commença par lui adresser
des paroles dures, et il finit par lui prodiguer des menaces.
L'étranger, effrayé de la rigueur excessive avec laquelle on
l'accueillait, avait perdu la faculté de parler, et plus il était
troublé, plus le général Cambronne le soupçonnait. C'était un Français,
un bon Français, ancien commissaire des guerres, qui avait servi sous
les ordres du général Bertrand, et qui, destitué pour cause de ses
opinions impériales, venait à l'île d'Elbe revoir son général et son
Empereur. On le conduisit chez le général Bertrand. On lui fit des
excuses. Cela ne le guérit point de la peur qu'il avait eue, et il
quitta sur-le-champ Porto-Ferrajo.

L'Empereur avait besoin que tout prît autour de lui un aspect de
stabilité. Quelques-uns des compagnons de l'Empereur cherchèrent à
secouer le joug de l'oisiveté: ils aimèrent. L'amour n'est pas le repos,
particulièrement pour des hommes qui ramenaient tout aux souvenirs du
pas de charge. Aller vite: ils ne comprenaient pas autre chose.
L'Empereur n'entravait pas leurs plaisirs. Mais les compagnons de
l'Empereur étaient jeunes, ardents, susceptibles de se tromper.
L'Empereur y voyait mieux qu'eux. Il voulait que rien ne fît brèche à
l'honneur, que rien ne blessât les convenances. Je cite quelques faits:

Une jeune demoiselle de seize ans, malheureuse dans sa famille, éblouie
par l'éclat et par la renommée de la garde impériale, avait suivi un des
plus braves officiers, et elle était avec lui arrivée à Porto-Ferrajo.
L'Empereur se fit rendre compte de cette circonstance, il témoigna le
désir que l'officier épousât la belle fugitive. L'officier était un
homme d'honneur: le mariage eut lieu.

Un capitaine vivait conjugalement avec une dame; il aurait cependant
voulu que son union fût considérée comme un mariage morganitique
(_sic_), et que, sous cette enveloppe, sa compagne fût admise aux fêtes
de la cour. Il eut la faiblesse d'en faire faire la demande. L'Empereur
fut blessé de cette prétention inconvenante; il refusa d'y faire droit.
Le capitaine lui en garda rancune.

L'Empereur ne voulut pas admettre à ses soirées une dame qui jusqu'alors
avait été reçue dans toutes les sociétés et dont la réputation laissait
beaucoup à désirer.

Un jeune lieutenant demanda à se marier. Les officiers firent des
difficultés pour laisser contracter ce mariage. On pria l'Empereur
d'intervenir; l'Empereur répondit: «C'est ici une affaire de corps. Il
faut que le corps décide. Il faut surtout que rien ne puisse blesser la
demoiselle que le lieutenant voudrait épouser.» Le lieutenant écouta le
conseil de ses camarades. La demoiselle était d'ailleurs une fort
honnête personne, le lieutenant était un homme d'élite.

Avec un beau nom, avec un beau talent, avec la gloire d'être sorti de
l'École polytechnique, avec l'affection de l'Empereur, un capitaine
d'artillerie, officier d'avenir, eut aussi la fièvre d'amour, et il
voulut épouser une des dames de compagnie de la princesse Pauline.
C'était une Française que des circonstances particulières avaient
conduite à l'île d'Elbe. L'Empereur fit entendre des paroles
paternelles; ces paroles devinrent un oracle pour le capitaine
d'artillerie. Il brisa sa chaîne.

Mais un autre mariage allait encore échouer. Celui-ci devait marquer
comme un grand événement. Le philosophe, le savant, le général Drouot,
en vint aux prises avec l'amour, et l'amour vainquit. Le général Drouot
n'était plus un jeune homme; il commençait à grisonner, et son air grave
le faisait encore paraître plus vieux qu'il n'était. Ce n'était pas
aussi un bel homme. Mais il avait un nom si honorable, une gloire si
pure, une vertu si rare, qu'il était impossible qu'une femme ne se
trouvât pas heureuse d'unir sa destinée à cette destinée.

Mlle Henriette était à cet âge de la vie où tout est enchantement.
Jeune, jolie, aimable, elle pouvait se tresser une magnifique couronne
de belles qualités, et son heureux caractère ajoutait encore à ses dons
de la nature. Il était impossible qu'il n'y eût pas un coeur excellent
sous une enveloppe de presque perfection. Que peut la puissance des ans
et de la sagesse en face d'un coeur excellent! Le général Drouot voulait
apprendre l'italien, Mlle Henriette voulait apprendre le français: il
fut convenu qu'il y aurait échange de leçons. On commença par conjuguer
le verbe aimer. L'épopée atteignit de suite à son accomplissement. Mlle
Henriette devint rêveuse: on la crut malade. La mère, inquiète, dans un
élan de douleur maternelle, s'écria, en présence du général Drouot, en
le regardant avec tendresse: «Ma fille meurt pour vous!» Et le général
Drouot, effrayé, alla se jeter aux pieds de Mlle Henriette, et il lui
dit: «Ne mourrez (_sic_) pas!» Le mariage fut aussitôt conclu.

Mlle Henriette était bien certainement le plus beau choix que l'on pût
faire à l'île d'Elbe. Il n'y avait qu'une opinion à cet égard. Le jour
nuptial était fixé, lorsqu'un coup de foudre détruisit jusqu'aux
espérances de bonheur mutuel que les futurs époux avaient conçues. Le
général Drouot était très pieux: il ne cherchait point à le cacher et à
l'afficher; dans son amour filial, sa religion touchait jusqu'à
l'idolâtrie; il commençait toujours la journée par une prière fervente
pour sa mère. Il rendit compte à sa mère de la situation dans laquelle
il se trouvait. Sa mère s'alarma de voir son fils se marier si loin
d'elle, sous un ciel étranger. Elle lui ordonna de rompre tous les
engagements qu'il avait pris à cet égard. Le général Drouot manqua
d'énergie pour désobéir. Ce fut un tort: le général Drouot n'avait pas
seulement le droit, il avait aussi le devoir de représenter à sa mère
qu'il serait injuste de manquer à une promesse solennelle, et, sans
cesser en aucune manière d'être fils respectueux, il devait s'en tenir à
la foi jurée. Je fus moi-même compromis dans ce triste dénouement.
L'Empereur m'avait envoyé sur le continent. Ce fut à mon retour que le
général Drouot prit la résolution définitive de rompre. On crut que mon
amitié avait particulièrement contribué à le décider. Il fallut toute
l'autorité de l'Empereur pour apaiser cet orage occasionné par une
apparence trompeuse. Pendant mon absence, le général Drouot avait
consulté ma femme, qui s'était bornée à lui dire: «Si vous devez vous
marier à l'île d'Elbe, Mlle Henriette est la personne qui vous convient
le mieux.» Cette rupture affligea les Elbois. On a voulu faire croire
que le général Drouot avait supposé la lettre de sa mère. C'est une
infamie: le respectable général Drouot était incapable d'un mensonge.

Mlle Henriette continua à être honorée. Aujourd'hui, femme d'un officier
supérieur, mère d'une charmante famille, entourée de considération,
aimable comme elle l'était aux jours de sa jeunesse, sans aucune espèce
de rancune, dans un rang honorable, elle est heureuse autant qu'il est
possible de l'être. Le général Drouot n'a jamais cessé d'en parler avec
un respect affectueux.

L'Empereur avait suivi toutes les phases de l'étonnante métamorphose du
général Drouot. Il s'amusait sans gêne de la gaucherie amoureuse du
philosophe: il ornait même un peu les choses qu'il en racontait.
Néanmoins, je serais tenté d'assurer qu'il ne fut pas fâché de la
péripétie de ce poème amoureux: car alors ses idées de stabilité elboise
s'affaiblissaient sensiblement.

Le colonel Campbell chercha à donner une couleur politique aux tendres
sentiments du général Drouot. Il était très attentif à tout ce qu'on en
disait. C'était pour lui une affaire d'État. Il affecta de prendre
beaucoup de part au dénouement.

Enfin, il y eut un mariage de consommé: celui de M. Gatti, pharmacien en
chef de l'Empereur, avec Mlle Bianchina Ninci, appartenant à l'une des
familles les plus distinguées du commerce de Porto-Ferrajo. M. Gatti
avait un bon emploi; il portait un habit brodé; il avait l'honneur
insigne d'être un des compagnons du grand homme, et il était bon enfant.
Tout cela réuni n'en faisait pas pourtant un homme distingué, mais tout
cela réuni en faisait un bon parti, surtout dans un pays où les fortunes
étaient généralement médiocres. M. Gatti comprit sa position; il chercha
à en profiter. Parmi les demoiselles que l'on considérait comme les
perles de la cité, Mlle Bianchina tenait un rang distingué, et elle
devint l'objet des hommages de M. Gatti. Mlle Bianchina était trop jeune
pour pouvoir réfléchir, elle ne voyait dans le mariage qu'un jour de
fête et de parure. Elle laissa faire ses parents. M. Gatti fut heureux:
l'Empereur signa le contrat de mariage!



DEUXIÈME PARTIE

ANECDOTES DE L'ÎLE D'ELBE



CHAPITRE PREMIER: NAPOLÉON SOUVERAIN DE L'ÎLE D'ELBE

     I.--La première époque du règne de Napoléon.--Voyage de Pons en
     Toscane.--Le grand-duc Ferdinand III.--Fossombroni.--L'église
     Saint-Napoléon.--Les subsides et Talleyrand.

     II.--L'Empereur homme public et homme privé.--Les ambitions
     successives de Napoléon.--Le tribun Curée et les républicains du
     Palais-Royal.--Religion de l'Empereur.--Son savoir, sa bonhomie,
     son goût des commérages.

     III.--Isolement de l'Empereur.--Service intérieur: les soirées.--Le
     service.--Marchand.--Saint-Denis.--Affaire de Gilles avec le
     capitaine Cornuel.

     IV.--La Porte de Terre.--Une Aspasie française.--L'escorte de
     l'Empereur.--Les secrets de l'Empereur.--La formation des nouvelles
     à l'île d'Elbe.--Les dictées de l'Empereur.

     V.--Napoléon souverain.--Les impositions.--Capoliveri et Rio.



I

LA PREMIÈRE ÉPOQUE DU RÈGNE DE NAPOLÉON.


Le séjour de l'Empereur à l'île d'Elbe a eu quatre époques bien
marquées, et je les caractérise. L'époque de la stabilité, l'époque du
doute, l'époque des projets, l'époque de l'exécution: les deux premières
époques sont celles qui se prolongèrent le plus.

L'Empereur arriva à l'île d'Elbe dégoûté des grandeurs et désirant la
tranquillité. Sans doute dans un homme tel que l'Empereur, ce dégoût et
ce désir pouvaient n'être pas durables, mais alors ils étaient réels.
Ses constructions, ses achats, ses traités ne pouvaient être inspirés
que par un esprit d'avenir de jouissance durable, et l'intention d'une
jouissance éphémère n'aurait pu se comprendre que par un état de
déraison complète. L'Empereur n'était pas homme à épuiser son trésor
pour s'entourer d'un luxe de circonstance.

Les journaux français étaient pour ainsi dire supprimés: l'on ne savait
que par correspondance ce qui se passait en France. Je crois même qu'il
y avait des lettres supprimées: l'un des deux chefs de la police
supérieure, d'une nature très légère, était souvent dans les bureaux de
la poste, et le directeur de la poste, honnête homme, mais sans énergie,
n'aurait peut-être pas osé empêcher un détournement ou une violation.
Dans les premiers temps de l'arrivée de l'Empereur, j'eus des lettres
décachetées, et je dus m'en plaindre. L'Empereur était avare de
nouvelles; il semblait prêter peu d'attention à celles qu'on croyait
devoir lui donner, et sa curiosité, naturellement grande, ne paraissait
pas facile à exciter. Il détournait les conversations qui attaquaient
les Bourbons. Il trouvait même des paroles pour atténuer les crimes
politiques des grands personnages de l'Empire contre lesquels son
indignation aurait dû de jour en jour devenir plus palpitante. Il avait
pour Marmont un langage de mépris ou de pitié. La correspondance était
presque sans activité.

Dans sa vie d'intérieur, au milieu de ces conversations qui, même pour
les hommes les plus réservés, ne mettent jamais en garde contre la
vivacité d'une parole plus ou moins expressive, l'Empereur parlait de
choses qu'il aurait «plus tard», et ce «plus tard» signifiait dans
quelques années. À son début d'installation, il disait: «Je ferai élever
mon fils avec une dizaine d'autres enfants, afin qu'il puisse un peu
profiter du bienfait de l'instruction publique», et deux ou trois fois
il s'informa des familles auxquelles il pourrait s'adresser pour
l'accomplissement de ce désir.

Je fis un voyage en Toscane. Ce voyage n'avait que le caractère
semi-officiel, car il était à la fois pour mon administration et pour
mes propres affaires, même plus pour mes propres affaires que pour mon
administration. Je pris les ordres de l'Empereur. Je n'étais pas alors
dans sa confidence; le général Drouot m'avait dit: «Je crois que
l'Empereur vous donnera une commission particulière.» Cependant
l'Empereur s'était borné à me charger de voir si, à Livourne ou à
Florence, il n'y aurait pas un bon fournisseur pour l'île d'Elbe, et
particulièrement pour les troupes. Il m'avait aussi chargé de m'informer
si l'on trouverait à Pise les professeurs nécessaires pour organiser un
collège à Porto-Ferrajo, et à quelles conditions. L'Empereur n'avait pas
même paru mettre une grande importance à l'accomplissement de ces
commissions. Je n'y voyais que le rapport qu'elles avaient avec un long
séjour à l'île d'Elbe. Le général Drouot me paraissait très étonné de ce
que l'Empereur s'était borné là. L'Empereur avait seulement ajouté ces
quelques mots: «Il faut partir sans tambour ni trompette, car sans cela
il semblerait que je vous envoie en mission.» J'allais me mettre en
route lorsqu'il me fit appeler. Il me parla ainsi: «On m'avait assuré
que votre voyage était un départ définitif de l'île d'Elbe. Le général
Drouot me garantit le contraire, et je crois le général Drouot...
(J'abrège le colloque.) Verrez-vous le grand-duc?--Si Votre Majesté me
l'ordonne.--Voyez-le, c'est un brave homme. Il sera bien aise des
renseignements que vous lui donnerez sur ma vie elboise. Faites une
visite aux ministres. Observez bien leur allure, surtout celle de
Fossombroni. Dans une heure vous aurez bâclé tout cela, car à Florence
l'on reçoit vite.--N'importe le temps, je prendrai tout celui qu'il me
faudra.--Porterez-vous notre cocarde?--Votre Majesté ne doit pas en
douter.--Alors vous ferez plus que le commandant de la marine qui, à
Gênes, n'a pas osé la mettre. Visitez les magasins pour connaître si les
marchandises anglaises y abondent. Étudiez pour savoir ce qu'il y a de
vrai dans ce que l'on raconte de l'influence britannique.» Il me dit
encore: «Il y a à Florence plusieurs artistes d'une haute distinction,
seules sommités sociales que la tempête politique n'ait pas pu
atteindre, et je serais bien aise que vous trouvassiez l'occasion de
vous entretenir avec eux.»

À Livourne, je fus accueilli comme si les Français régnaient encore dans
la Toscane, et les maisons Veuve Chemin, Dupui, Valser me traitèrent
avec une bonté indicible, surtout la première. Il y avait d'ailleurs peu
de Livournais marquants qui ne me connussent. Tout le monde fut bien
pour moi, mais tout le monde me disait aussi que trois mois auparavant
on n'aurait pas osé m'accoster. La cocarde elboise fit sensation, même
au quartier vénitien, où les Français avaient eu immensément à souffrir
lors de l'évacuation de la place.

À Florence, un personnage de la cour vint avec une politesse exquise
m'adresser une prière de me rendre au palais Pitti, et à peine me
donna-t-on le temps de mettre un habit. Le grand-duc Ferdinand III me
reçut de suite; le meilleur de tous les bourgeois ne m'aurait pas reçu
avec plus de simplicité. Il me demanda avec un véritable empressement
«des nouvelles détaillées de son bien-aimé neveu». Dès que je l'eus
assuré que lors même qu'il n'aurait pas eu la bonté de me faire appeler,
j'aurais demandé à lui présenter mes hommages parce que l'Empereur me
l'avait ordonné, il me regarda fixement et me dit: «_Pater noster!_»
_Pater noster!_ qu'est-ce que cela signifiait? Je n'en savais rien. Le
grand-duc n'insista pas. Ce prince avait, comme l'Empereur, l'habitude
de questionner, il me fit des questions à l'infini, mais ces questions
n'étaient que des questions superficielles. Il évitait de me parler des
choses qui auraient demandé un raisonnement sérieux. Mais cette réserve
ne s'appliquait visiblement qu'à ce qui regardait l'Empereur. Quant à ce
qui regardait ses propres affaires, à lui grand-duc, il m'en parla comme
à un vieil ami, je n'étais que le dépositaire de ses paroles; ses
paroles devaient être transmises à «son cher neveu», à «son bon neveu»,
à «son bien-aimé neveu», car Ferdinand III ne désignait pas autrement
l'Empereur. Ainsi il me raconta qu'il avait eu toutes les peines du
monde pour arrêter la violence des réactionnaires qui voulaient détruire
de fond en comble le code Napoléon; qu'on lui avait dénoncé un
personnage de sa cour, parce qu'il se servait d'une tabatière que
l'Empereur lui avait donnée et qui était enrichie de son portrait; que
lui, grand-duc, pour punir les dénonciateurs, il avait pendant toute une
soirée pris du tabac dans cette tabatière, en félicitant maintes fois
celui qui était possesseur d'un présent fait par le plus grand des
souverains. Le grand-duc Ferdinand III était amoureux de l'empereur
Napoléon.

Je pris congé du grand-duc: j'étais profondément reconnaissant de cet
accueil. Au sortir du palais Pitti, à quarante pas de la porte, presque
sous les croisées, un marchand forain vendait des chansons contre
l'Empereur; j'entrai dans un café, j'écrivis directement au grand-duc
pour me plaindre. Dix minutes après le chansonnier était chassé, et le
même jour ces insultes en plein vent étaient défendues.

La haute police de Florence n'avait pas imité la politesse du grand-duc;
elle m'avait prescrit de me rendre de suite dans ses bureaux, elle me
demanda ce que je venais faire dans la capitale du grand-duché; je lui
répondis que j'avais confié mon secret au grand-duc, et que j'allais le
confier aussi au ministre Fossombroni: la police s'excusa de sa
curiosité.

Le ministre Fossombroni, alors le plus grand homme de la Toscane, homme
éminent partout (ce qui ne l'a pas empêché de mourir dans la disgrâce de
son prince), Fossombroni, dont les travaux, à défaut de monument
national, consacreront l'immortalité, Fossombroni me serra la main avec
effusion. Sa parole était profondément respectueuse pour l'Empereur;
tout ce qu'il disait semblait étudié pour glorifier le génie de
«l'illustre banni». Il était très mécontent de tout ce que les
réactionnaires faisaient; il me répéta deux fois: «Le monde social est
passé sans transition de l'époque des géants à l'époque des pygmées:
c'est dégoûtant!» Il me chargea de prier l'Empereur «de bien se tenir
sur ses gardes». Il ajouta: «C'est à vous autres à veiller sur lui, car
on veut le tuer.» Il ne se soucia pas que je visse ses collègues. Je me
laissai diriger par lui.

La Toscane avait alors trois célèbres artistes: Benvenuti, dont le
pinceau s'est illustré à la coupole de la chapelle des Médicis;
Santarelli, qui égala les plus grands lapidaires de l'antiquité, et
Morghen, le premier graveur du siècle. Je connaissais ces trois
illustres personnages, j'eus du bonheur à passer quelques moments avec
eux. Je passai aussi quelques moments agréables avec Bartolini, génie
supérieur en sculpture; il avait le projet de faire le voyage de l'île
d'Elbe, mais cela ne dépendit pas de lui, il ne le fit pas, et plus tard
il m'en témoigna ses regrets.

À Pise, pépinière des hommes appartenant par état à l'instruction
publique, il n'y eut pas cependant, lors de mon passage, d'individus
convenables aux intentions de l'Empereur.

Mais à Pise, André Vacca, mon ami, chirurgien qui porta l'art de guérir
à son perfectionnement, me donna l'hospitalité, et, avec son coeur
brûlant, il se mit «corps et âme», selon sa propre expression, aux
ordres de l'Empereur.

De retour à Livourne pour m'embarquer, je visitai les magasins et
j'étudiai l'opinion livournaise. Les magasins étaient encombrés de
marchandises anglaises, surtout de draps, mais l'écoulement par la vente
n'était pas rapide. L'opinion des Livournais avait plusieurs nuances: le
haut commerce craignait la rivalité britannique, car déjà les Anglais
créaient des maisons de concurrence; le commerce intermédiaire trouvait
que les consommateurs revenaient des folies qu'ils avaient faites pour
se parer d'étoffes nouvelles; le peuple mercenaire travaillait, il
gagnait et il célébrait ceux qui le faisaient gagner.

Je rendis compte à l'Empereur. Il écouta avec attendrissement tout ce
que je lui racontais du grand-duc Ferdinand III. Il me dit: «Ce sont des
éloges qui partent du coeur et qui arrivent au coeur; le temps et le lieu
attestent leur sincérité. Mon oncle a toujours été un honnête homme; il
conserve le souvenir de ce que je voulais faire pour lui.» C'était la
première fois que l'Empereur disait «mon oncle» en parlant du grand-duc.
Je lui fis connaître l'amoncellement que l'on trouvait à Livourne pour
les vêtements militaires ou de marine.

L'Empereur n'interpréta pas bien mes paroles; il crut que je voulais lui
conseiller d'acheter de ces draps pour le besoin de ses troupes, et il
s'écria presque avec indignation: «J'aimerais mieux les voir couvertes
de haillons, que de recourir aux Anglais pour habiller les braves gens
qui les composent!» Néanmoins, je ne crois pas que les draps qu'il fit
acheter à Gênes fussent des draps français, et, certainement, ce
n'étaient pas aussi des draps liguriens.

L'Empereur s'amusa beaucoup de mon embarras par et pour le «_Pater
noster_», et il me promit de m'expliquer cela plus tard; ce qui me
prouva que ce «_Pater noster_» avait quelque chose de mystérieux. Il me
fit répéter mot à mot toutes les paroles du ministre Fossombroni. Il se
rappella (_sic_) avec intérêt d'André Vacca.

Pendant que j'étais sur le continent, l'Empereur avait fait une course à
Rio, et l'agent comptable, qui en mon absence avait l'intérim de
l'administration, s'était empressé de lui communiquer le plan d'une
église qui devait être dédiée à saint Napoléon, et dont, avant nos
malheurs nationaux, j'avais déjà fait creuser les fondements. L'Empereur
s'étonna beaucoup de ce que je ne lui avais pas dit un seul mot à cet
égard; il me demanda la raison de mon silence; il ajouta: «J'adopte
votre plan. Maintenant j'ai trop de besogne sur les bras: nous
commencerons aux premiers jours de l'année prochaine. Dans moins de deux
ans tout sera fini.» Je répète cela pour justifier l'opinion qu'en
arrivant à l'île d'Elbe, l'Empereur ne croyait pas en partir dans dix
mois, et qu'il n'en serait pas parti si on ne s'était pas fait un jeu de
la violation de son traité avec les trois grandes puissances de la
coalition.

L'Empereur fit également demander en son nom par le grand maréchal le
payement du trimestre échu des subsides annuels stipulés par ce même
traité, et Talleyrand, à qui l'on s'était adressé en sa qualité de
ministre des affaires étrangères, eut l'impudence de ne pas répondre.



II

L'EMPEREUR HOMME PUBLIC ET HOMME PRIVÉ.


Je me suis maintes fois entretenu du caractère de l'Empereur, mais ce
que j'en ai dit se trouvait lié à des circonstances dont je devais
rendre compte, et les traits caractéristiques ainsi épars n'ont pas pu
se graver dans la mémoire de mes lecteurs. Le moment est venu de leur
expliquer l'Empereur comme je me le suis expliqué à moi-même. Qu'on
n'oublie pas que c'est un républicain qui parle!

Napoléon Bonaparte était Corse: l'orgueil le domina, jusqu'à ce que la
noblesse innée de ses sentiments lui eût fait comprendre que l'orgueil
n'était qu'une faiblesse puérile. Alors il remplaça l'orgueil par
l'ambition; ainsi, dès son bas âge, son orgueil le poussait parmi les
enfants qui étaient plus avancés que lui, et plus tard, à l'école de
Brienne, son ambition le portait à prendre place avec les élèves les
plus distingués. Cela l'obligeait à travailler.

L'ambition suivit Napoléon Bonaparte dans les camps; elle contribua
glorieusement à en faire un général. Cette ambition était alors toute
patriotique.

Le général Napoléon Bonaparte débuta dans le commandement des armées
comme les vieux généraux en chef finissent. Son ambition le pressait de
prendre place au premier rang; il arriva vite à la toute première place
du premier rang. Son ambition était devenue une ambition de patriotisme
et de gloire.

En Égypte, le poison du pouvoir le subjugua, et son ambition de
patriotisme et de gloire fut aussi une ambition de puissance.

Le titre de consul était certainement un titre honorable, c'était une
participation à la souveraineté. Un général pouvait s'en contenter:
l'ambition intervint. Le général Bonaparte voulut être premier consul.
Mais ici l'ambition du général Bonaparte faillit: elle ne lui inspira
pas le désir d'être à la fois le premier consul et le premier citoyen de
la République.

Le général Bonaparte avait tiré le glaive contre une fraction du peuple
que la Convention nationale voulait frapper, il l'avait tiré contre les
représentants du peuple qui étaient sous la protection de la loi. La
première magistrature de la république, honorablement exercée, aurait
peut-être effacé ces deux souvenirs, mais la triple ambition du général
Bonaparte n'était pas encore satisfaite, et le premier consul ceignit la
couronne impériale. Jour néfaste pour la France et pour lui!

Et qu'on ne pense pas que, monté sur le premier trône du monde,
l'Empereur se trouva enfin satisfait. Son ambition patriotique, à
laquelle il ne fit jamais défaut, même dans ses moments d'erreur, lui
fit rêver que l'Europe n'était pas plus grande que ce qu'il fallait pour
fixer les limites de l'empire français; les souverains de l'Europe
prouvaient qu'ils anéantiraient la nation française, s'ils n'étaient pas
anéantis par elle. Il fallait les briser ou en être brisé.

Une quatrième ambition naquit de la possibilité d'arriver à
l'accomplissement des trois autres ambitions. L'Empereur ambitionna
d'être, de sa personne, le premier de tous les empereurs européens; il
l'était par le fait, il voulut aussi l'être par le droit. Ce qui fit
surgir une cinquième ambition, l'ambition de famille. Elle ne fit jamais
du bien à l'Empire, elle fit souvent du mal à l'Empereur.

L'Empereur était au faîte des grandeurs humaines, mais il n'était pas au
faîte de la véritable grandeur: celle qui naît de l'amour du peuple! Il
s'était séparé du peuple.

Tout est peuple dans l'état social: hors du peuple, point de salut.
L'Empereur en fit la cruelle épreuve. Il serait injuste de dire que
l'Empereur n'aimait pas le peuple, il l'aimait beaucoup, il faisait tout
pour lui; seulement, il ne faisait rien par lui. C'était là son erreur,
car toute sa suprématie ne lui donnait pas le droit d'agir sans le
peuple. Le peuple ne supporte pas l'humiliation, il se sépara de
l'Empereur. Toutefois, le peuple chérissait l'Empereur sincèrement; il
se serait dévoué pour lui. Mais son bien au-dessus de tous les biens
était l'exercice permanent de ses droits naturels et imprescriptibles.

Les renégats du peuple accoururent auprès de l'Empereur: ils s'étaient
dits hommes libres, ils s'honorèrent de devenir esclaves. C'était cette
fraction qui s'était constituée le peuple du Directoire, qu'on appelait
le peuple doré: écume thermidorienne, la base corrompue et corruptrice
de toutes les factions liberticides.

Le premier Consul parlait du grand peuple, l'Empereur ne parla que de la
grande nation. On ne fit pas attention à ce changement; cependant, il
était significatif.

Le berceau de l'Empire se trouva au milieu des fanges directoriales,
purgées par le Consulat de leur écume la plus dégoûtante.

Il fallait donner à l'Empire naissant les formes apparentes des vieilles
monarchies. L'Empereur avait par nécessité adopté les hommes de la
Révolution, mais, malgré les hochets et les titres, ils ne pouvaient pas
lui constituer une cour: il appela à son aide les hommes de la
contre-révolution.

Il eut à ses côtés la Révolution et la contre-révolution, amalgame
incohérent qui ne fit jamais fusion et eut pour résultat de détériorer
les hommes de la Révolution et les hommes de la contre-révolution.
Fouché de Nantes représentait les uns, Talleyrand-Périgord représentait
les autres: ils faillirent également à leurs principes primitifs.

Une sphère semblable ne pouvait pas être l'unique sphère de l'Empereur.
Il se créa un monde d'hommes éminemment supérieurs qu'il alla chercher
parmi les révolutionnaires comme parmi les contre-révolutionnaires, et
qu'il plaça dans les fonctions gouvernementales de l'État: ce fut son
monde spécial.

L'Empereur était patriote, il était entièrement dévoué à l'honneur et à
la gloire de la patrie. «La France avant tout» fut le sentiment de sa
vie entière. Un sentiment pareil, excitant sans cesse son génie,
conduisit facilement l'Empereur à lire dans l'âme de ce peuple factice,
et il en connut bientôt tous les replis. Connaissance fatale qui lui fit
juger l'homme par les hommes qui l'entouraient! Dès lors, il ne crut
plus à la vertu, à la probité, au désintéressement; il ne vit l'espèce
humaine qu'à travers le prisme trompeur des cours. De là, son
incrédulité pour la pureté des existences le plus noblement remplies; de
là, un abandon inouï dans la confiance qu'il accordait à des hommes
qu'il ne lui était guère possible d'estimer. Il ne pouvait pas se
figurer d'être trahi ou trompé par ceux qu'un calcul d'intérêt devait
porter à le bien servir. Il menaçait toujours, il ne punissait jamais,
il ne savait pas punir. Il se plaisait à prodiguer les récompenses.
Encore un trait: quelque fût son dédain pour les hommes, il fouilla sans
cesse dans toutes les classes de la société pour y trouver des hommes
honorables et honorés.

L'Empereur fut un grand homme, mais il lui manqua d'être un grand
citoyen. Il se laissa éblouir par les fausses grandeurs. Lui aussi
voulait un trône. Pourquoi les hommes l'ont-ils laissé faire? Pourquoi
tant d'ambitions et tant de vénalités lui crièrent-elles: «Soyez
empereur!...» La veille de sa malheureuse élévation à l'Empire, nous
étions quelques républicains réunis au Palais-Royal, et nous murmurions
contre l'ambition patente du premier Consul. Curée, le conventionnel,
était avec nous: il disait que si le premier Consul aspirait à la
couronne, s'il voulait la prendre, il fallait le mettre hors la loi, et
le lendemain, malgré ce qu'il avait dit la veille,--à cause de ce qu'il
avait dit,--il demanda que le Tribunat émît le voeu que Napoléon
Bonaparte fût proclamé empereur des Français! Et la France entraînée par
ses meneurs, restes impurs de la corruption directoriale, répondit à la
motion de Curée par...(_sic_).

Curée n'était cependant ni un malhonnête homme, ni un homme corrompu,
mais il avait parlé: on lui inspira des craintes et l'on exploita sa
faiblesse. L'Empire insulta à la chute républicaine en s'appelant
dérisoirement empire républicain, et les républicains restés fidèles à
la foi jurée devinrent des parias politiques.

Tel était l'Empereur comme homme public: je vais maintenant l'esquisser
comme homme privé.

L'enfance et l'adolescence de l'Empereur furent plus remarquables par la
précocité de la raison que par le développement du génie. Son caractère
était studieux: on le considérait comme un jeune homme instruit.
Toutefois, son premier avancement militaire ne fut pas rapide; il resta
sept ou huit ans sans pouvoir atteindre au grade de capitaine, ce qui
était rare alors. Tous ses camarades le regardaient comme un bon
camarade: il devait l'être, car il n'en oublia jamais aucun.

L'Empereur était essentiellement religieux, je crois même qu'il était un
peu superstitieux. Si l'Empereur avait eu une vie calme, une situation
ordinaire, il aurait été dévot: il avait des saints de prédilection; les
cérémonies du culte lui plaisaient lorsque leur splendeur n'avait pas un
air mondain, il n'avait oublié aucune des prières que sa mère lui
faisait réciter. La princesse Pauline disait: «L'Empereur sait bien
mieux prier que moi.» J'avais un aumônier pour l'administration que je
dirigeais; cet aumônier serait mort de peur, si on l'avait fait coucher
dans la sacristie: l'Empereur trouva qu'il n'y avait là rien
d'extraordinaire; il pensait qu'il était permis de se troubler dans une
église non éclairée, surtout au milieu de la nuit. Il ne souffrait pas
des paroles qui outrageaient la religion. Mais il ne voulait pas que des
prêtres fussent autre chose que des prêtres, qu'ils quittassent la paix
du sanctuaire pour porter le trouble dans la société.

Madame Mère m'assurait que l'Empereur avait toujours eu un coeur d'or:
«Lorsqu'il était petit enfant, me disait-elle, il était constamment prêt
à partager avec les autres petits enfants, alors même qu'on ne
partageait pas avec lui, et, quelquefois, je devais le gronder.» Cette
générosité des premiers jours de sa vie ne se démentit jamais, et ses
plus grands ennemis l'ont reconnu. Il resta toujours fidèle à ses
liaisons de jeunesse: il combla de bienfaits tous ceux avec lesquels il
avait eu alors quelques rapports d'intimité. La France ne sait que trop
combien il fut bon parent. Il aima constamment Joséphine, mais il
n'oublia point une dame qu'il avait connue en Égypte, et qui l'avait
suivi en France. Son blâme était sévère pour l'homme qui affichait une
maîtresse; il l'était aussi pour la femme dont la parole n'était pas
réservée.

Dans la vie privée, il se laissait moins aller aux mots blessants que
dans la vie publique; il se servait même de la vie privée pour réparer
les torts de la vie publique. Il ne lui était pas cependant facile de
faire le bonhomme: son habitude de pouvoir absolu ne prêtait pas au
laisser aller. Toutefois, il y avait des circonstances où le bonhomme
était seul. Par exemple, on ne voyait que le bonhomme dans les petites
invitations, lorsqu'il pouvait se considérer comme étant tête à tête, et
alors rien n'indiquait l'Empereur, parce qu'il s'effaçait entièrement.
J'ai quatre fois joui de cette distinction honorable, une fois pour
manger des huîtres, repas pendant la durée duquel l'Empereur fut d'une
gaieté indicible. C'était son moment le plus gai.

Le savoir de l'Empereur était si vaste, si général, que l'Empereur
pouvait mêler sa parole à toutes les questions du ressort de l'esprit
humain; il aimait mieux discuter sur des choses dans le débat desquelles
il pouvait apprendre que sur des choses dans le débat desquelles il
pouvait instruire, et il ne s'en cachait pas. Dans ses raisonnements
ordinaires, il se mettait à la portée de tout le monde et il
n'intimidait personne. Son opinion était péremptoire quant aux questions
politiques. «En morale, disait-il, il ne faut ni des _si_, ni des
_mais_. La morale doit être toute de pureté, ou je ne la comprends pas.»
Je l'ai entendu adresser ces paroles à une dame qui était à cet égard
loin de penser comme lui.

Les chirurgiens affectent pour l'ordinaire une dureté qui souvent n'est
que factice; j'ai vu Samson, le meilleur de tous les hommes, l'une des
plus hautes sommités chirurgicales, vouloir paraître dur en ayant les
larmes aux yeux. L'Empereur était un peu de cette trempe: il cherchait à
cacher sa sensibilité, alors même que sa sensibilité l'étouffait. Il ne
pouvait pas nommer son fils sans se troubler, il ne pouvait pas parler
d'un événement malheureux sans que sa parole fût péniblement altérée, et
son coeur était faible autant que son âme était forte. On lui aurait fait
faire beaucoup de choses en le prenant par la sensibilité.

Au milieu de ses grandes qualités, l'Empereur avait une manie des petits
esprits qui excite encore mon étonnement: l'Empereur aimait trop à
connaître le détail vulgaire des vies du foyer, la teneur des bavardages
dans les coteries, ce que disait celui-ci, ce que faisait celui-là, et
il ne se montrait pas toujours sans susceptibilité pour les niaiseries.

Ma grande étude a été de suivre l'Empereur pas à pas. Je ne l'ai pas un
seul moment perdu de vue pendant toutes ses explorations de l'île
d'Elbe, de la Pianosa et de Palmajola. Là où je n'étais pas avec lui,
j'allais de suite après lui, ou je me faisais immédiatement rendre
compte par ceux qui sans erreur pouvaient à peu près m'instruire. Il y
avait entre les quelques personnes qui entouraient plus particulièrement
l'Empereur une espèce d'engagement de se dire mutuellement ce qu'elles
savaient,--et elles se le disaient, à moins que le devoir du secret
imposé ne les obligeât à garder le silence,--de manière que, pour tout
ce qui n'avait pas besoin d'être couvert d'un voile, ces quelques
personnes connaissaient ensemble ce que l'Empereur faisait, ce qu'il
disait et presque ce qu'il pensait. Mais un homme tel que l'Empereur ne
pouvait pas laisser deviner les graves sujets de méditation qui devaient
changer ou désarmer sa destinée: alors son âme était impénétrable, son
coeur sans vibrations, ses traits sans mobilité, son regard sans feu et
ses gestes sans énergie. Tout dans sa nature était soumis à la force de
sa volonté. Au moral comme au physique, il ne paraissait que ce qu'il
voulait paraître. On ne savait rien de lui, surtout lorsqu'on croyait en
savoir quelque chose. Mais lui n'ignorait aucune des pensées dont il
était l'objet, car ces pensées, il les faisait naître, et il leur
imprimait la direction dont il pouvait tirer le parti le plus
avantageux.



III

ISOLEMENT DE L'EMPEREUR.--SERVICE D'INTÉRIEUR.


Grâce aux meubles de la grande-duchesse Élisa et du prince Borghèse,
l'Empereur avait embelli son palais; chaque jour il l'embellissait
encore. Mais il n'achetait pas du moins des choses d'agrément: il se
bornait à choisir dans l'abondance dont le hasard l'avait rendu
possesseur. Toutefois, il était seul au milieu de ses lambris; il était
décidé qu'on ne laisserait pas venir l'Impératrice, l'arrivée de Madame
Mère se faisait attendre, et la princesse Pauline ne devait retourner
qu'assez tard. On a mal connu l'Empereur: l'Empereur avait besoin
d'affection, il ne s'habituait pas à son isolement, il ne se résignait
pas à l'absence de son fils, peut-être à celle de sa femme. L'impatience
qui le dévorait pendant qu'il attendait la garde impériale venait le
dévorer encore. L'Empereur souffrait; des amis éprouvés l'entouraient,
mais ils ne pouvaient pas lui dispenser les consolations qu'il aurait
puisées dans l'amour maternel et dans la tendresse fraternelle,--je
n'ose pas me permettre de dire dans le dévouement conjugal: sa fatale
compagne n'avait jamais été dévouée, elle n'avait point compris la
grandeur de sa destinée; elle avait traversé des jours de gloire sans
s'occuper d'autre chose que des pierreries précieuses dont la gloire se
plaisait à la surcharger: c'était une pagode couronnée. Elle ne sut pas
même se faire oublier! Les fastes des déceptions humaines apprendront à
la postérité la plus reculée la baraterie honteuse qu'elle fit du nom
auguste qu'elle portait. Mais il y avait un fils: cela seul explique les
soupirs et les voeux de l'Empereur. Les amis éprouvés n'étaient auprès de
l'Empereur que lorsque l'Empereur les appelait. Les rapprochements de la
journée étaient fugitifs, lorsqu'ils n'étaient pas purement des
rapprochements de travail. Ses soirées avaient seules la prérogative de
dispenser les douceurs de l'intimité, mais l'heure du couvre-feu en
abrégeait la durée. Tous les autres moments étaient durs, même
lorsqu'ils étaient pleins d'activité.

Les soirées de l'Empereur étaient d'une simplicité toute bourgeoise.
Elles se passaient en causeries pour l'Empereur. Il y avait une table à
jeu pour les invités; on y jouait très petit jeu. Mais ces soirées
presque patriarcales avaient chacune un événement remarquable, le plus
remarquable de tous ceux qui ont pu faire connaître le caractère de
l'Empereur.

L'Empereur avait des défauts, des préjugés, des caprices. Parmi ses
défauts, l'Empereur en avait un dont le malencontreux caractère, d'une
reproduction fréquente, était toujours blessant et qui, sans nul doute,
fut la cause des haines inexorablement acharnées à sa perte: l'Empereur
n'était pas colère, même quand il était indigné, mais dans un premier
mouvement de vivacité il avait des paroles qui blessaient cruellement,
et qui ne cessaient plus d'être saignantes (_sic_). L'Empereur ignorait
souvent qu'il avait blessé, et lorsqu'il était convaincu d'une blessure
faite par lui, il cherchait immédiatement à la guérir. Il n'y
réussissait pas toujours. Toutefois, la plénitude de sa bonne intention
était patente. C'était plus particulièrement dans les soirées que cette
bonne intention se manifestait. Les soirées n'étaient pas régulières;
l'on n'y participait généralement que par invitation, sauf quelques
exceptions privilégiées. Lorsque l'Empereur avait eu quelque discussion,
qu'il s'était laissé aller à une impétuosité de mots offensants,
l'offensé ne manquait jamais d'être appelé à la soirée, et il y était le
plus fêté. L'Empereur se retirait ordinairement à neuf heures; lorsque
neuf heures sonnaient, il s'approchait du piano, et avec l'index il
battait sur les touches les notes suivantes: _ut ut sol sol la la sol fa
fa mi mi ré ré ut_. Et lorsque ce concert impérial était terminé,
l'Empereur s'approchait de la personne avec laquelle il avait querellé
et lui posait amicalement la main sur l'épaule, il lui disait
affectueusement: «Eh bien! nous avons fait comme les amoureux, nous nous
sommes fâchés! Mais les amoureux se raccommodent, et, raccommodés, ils
s'en aiment davantage. Adieu, bonne nuit, sans rancune!» Et l'Empereur
se retirait avec un contentement si expressif que tout le monde en était
touché. L'Empereur ne prenait aucun masque, il se montrait tel quel. Il
ne pouvait pas aller se coucher dans un état de brouillerie; la
brouillerie lui pesait comme un cauchemar.

Malgré la simplicité des soirées, le service intérieur du palais était
largement établi, et il pouvait suffire aux nécessités d'une grande
réception. Lorsqu'il arriva à l'île d'Elbe, l'Empereur avait avec lui
deux de ses plus anciens valets de chambre, MM. Huber et Pelard, braves
gens, capables, et surtout fidèles; il avait aussi M. Colin, homme
honorable, intelligent et dévoué: ces messieurs retournèrent à Paris,
après avoir installé l'Empereur à Porto-Ferrajo. M. Marchand arriva pour
être employé en qualité de premier valet de chambre. Alors
l'organisation définitive du service intérieur se composa de la manière
suivante:

MM. Marchand, premier valet de chambre.
    Gilles, second.
    Saint-Denis, premier chasseur.
    Noverraz, second.

Le service des appartements se fit par quatre huissiers: deux Français
et deux Elbois; les Français se nommaient Dorville et Santini. Puis il y
avait deux chefs des valets de pied: Archambault, Mathias.

M. Marchand, dont les paroles sacramentales du testament de l'Empereur
ont si honorablement fait connaître le nom, préludait alors à cette vie
de fidélité dévouée. M. Marchand avait reçu une bonne éducation; il en
avait bien profité, et beaucoup de fanfarons de naissance auraient pu
lui demander des leçons d'urbanité. L'Empereur savait bien ce qu'il
faisait lorsqu'il lui accorda une grande confiance. M. Marchand fit
partie de la commission qui alla chercher les cendres de l'Empereur à
Sainte-Hélène: personne n'était plus digne que lui de remplir cette
tâche pieuse.

M. Saint-Denis était aussi un homme de fidélité et de dévouement.
L'Empereur pouvait entièrement compter sur lui. Il y avait dix ans qu'il
était au service impérial: il y était entré sous les auspices du duc de
Vicence, ce qui était une garantie de probité. M. Saint-Denis avait
suivi l'Empereur dans les guerres. Un grand souvenir m'attache à M.
Saint-Denis: c'est lui qui m'apporta la lettre confidentielle dans
laquelle l'Empereur me faisait pour la première fois pénétrer le secret
de son départ. Il fut à Sainte-Hélène l'un des témoins quotidiens des
crimes permanents par lesquels le gouvernement anglais abrégea la vie de
l'Empereur. Il a voué un culte de respect à la mémoire de celui qui,
dans l'expression de sa dernière volonté, lui donna une preuve
impérissable de son estime.

Il y eut une occasion de froissement entre l'un des braves les plus
distingués de la garde impériale et le second valet de chambre de
l'Empereur, M. Gilles. Ce n'est pas sans intérêt pour la connaissance du
caractère social qui dominait à l'île d'Elbe. Des officiers de la garde
étaient au café; ils avaient M. Gilles en leur compagnie. M. Gilles ne
jouissait peut-être pas de l'affection qui entourait M. Marchand: il
était jeune, étourdi et, je crois, un peu bruyant. Le capitaine Cornuel
entra dans le café; les officiers l'invitèrent, il n'accepta pas. On
crut qu'il n'acceptait pas pour éviter de se trouver publiquement en
société avec M. Gilles, ce qui était vrai, et le capitaine Cornuel ne
chercha pas du tout à le taire. Cela amena une explication. M. Gilles
prétendait que l'Empereur lui avait donné le rang de capitaine; le
capitaine Cornuel lui disait: «N'importe le rang fictif que l'Empereur
vous donne, mais vous me servez lorsque j'ai l'honneur d'être admis à la
table impériale, et, sans vouloir vous blesser, je me dois de garder ce
souvenir.»

Ce jour-là je me trouvais au café avec le trésorier de la couronne.
L'Empereur me demanda ce que j'en pensais. Je lui répondis qu'il me
semblait que la susceptibilité du capitaine Cornuel était celle d'un
homme honorable. Il ne me dit plus rien, mais M. Gilles s'abstint dès
lors de la fréquentation des lieux publics. Il y avait en effet quelque
inconvénient à ce que les personnes du service impérial intérieur se
trouvassent souvent au milieu des réunions qui avaient leur franc
parler.



IV

LA PORTE DE TERRE.--LE SECRET.


L'Empereur, lorsqu'il habitait l'hôtel de ville, était peiné de s'offrir
en spectacle chaque fois qu'il voulait monter en voiture pour aller à la
promenade, ce qui arrivait quotidiennement: cet inconvénient l'entraîna
à habiter le palais impérial tandis que les ouvriers en étaient encore
en possession.

Des mesures militaires avaient mis la Porte de Terre dans un état tel
qu'une voiture était dans l'impossibilité de sortir de la place.
L'Empereur, logé dans sa nouvelle demeure impériale, avait de suite
chargé le maire de Porto-Ferrajo de faire rendre cette porte à la libre
circulation, et le maire avait assuré l'Empereur qu'on allait mettre la
main à l'oeuvre. L'Empereur tenait à l'exécution prompte de cette mesure,
par suite de laquelle il pourrait sortir de la ville sans être
embarrassé par les curieux et par les solliciteurs. Mais il fallait des
bras pour mettre la main à l'oeuvre, et les bras étaient tous occupés aux
travaux multipliés dont l'Empereur lui-même pressait l'accomplissement.
L'Empereur ne savait pas attendre. Trois jours s'écoulèrent sans qu'il y
eût rien de commencé: il n'y tint plus. Le troisième jour, il m'ordonna
verbalement d'envoyer le lendemain à la Porte de Terre, où ils devaient
se trouver avant le lever du soleil, six ouvriers mineurs pourvus de
leurs masses et de leurs fleurets de fer. Désireux de savoir à quoi l'on
allait employer mes ouvriers, je m'acheminai vers le rendez-vous que je
leur avais donné, et en route je me trouvai face à face avec l'Empereur.
Il était seul, j'en fus étonné; il me dit en riant: «Soyez tranquille,
je ne suis pas en bonne aventure. Venez avec moi.» Je le suivis à la
Porte de Terre, où bientôt un fort détachement de la garde nous joignit.
Ces braves venaient en pionniers pour aplanir la route; ils semblaient
joyeux d'avoir quelque chose à faire sous les yeux de l'Empereur.
L'Empereur dirigea les soldats et les mineurs. Enfin la main était
vraiment mise à l'oeuvre; l'ouvrage fut assez avancé dans la matinée pour
que l'Empereur pût sortir désormais de la place par cette porte. Les
grognards exerçaient leur mémoire en même temps qu'ils fatiguaient leurs
bras: ils racontaient la guerre; on croyait entendre le récit fabuleux
des contes orientaux. L'Empereur s'amusa beaucoup de leur jaserie
anecdotique; il m'assura que personne n'avait autant d'imagination
qu'eux pour les sornettes.

Le détachement de la garde avait été bruyant dans sa marche: tout le
monde s'était mis à la croisée. Une espèce d'Aspasie française s'y était
mise comme tout le monde; elle y resta pour attendre le retour de
l'Empereur. Lorsque l'Empereur revint, l'Aspasie lui fit des grimaces
doucereuses, et l'Empereur, presque fâché, peut-être humilié, me dit:
«Il paraît que cette femme s'imagine que je suis un conscrit.» La police
ordonna à la dame d'être plus circonspecte à l'avenir, ce qui touchait
de près à une menace d'expulsion. L'Empereur avait pris la chose au
sérieux.

La promenade continuait à être d'une nécessité absolue pour l'Empereur.
Tous les jours il allait au château de Saint-Martin, ou autour du golfe
de Porto-Ferrajo, ou à Longone ou à Marciana. Rio-Marine était réservé
pour les promenades à cheval. Personne ne savait ordinairement de quel
côté l'Empereur porterait ses pas. Cependant les Anglais ne cessaient
point de se trouver sur son passage; ils semblaient être instruits de ce
dont les alentours de l'Empereur n'avaient aucune connaissance. On en
fit l'observation; sans avoir précisément des craintes sur l'assiduité
britannique, que l'on ne pouvait certes pas considérer comme un effet de
tendresse, l'état-major de la garde pria l'Empereur de permettre qu'un
officier l'accompagnât: l'Empereur y consentit de suite. À dater de ce
jour, le capitaine de service au palais impérial monta dans la voiture
impériale, et l'on crut que l'Empereur était plus en sûreté. Le brave
qui accompagnait l'Empereur devenait la gazette officielle du jour; ses
récits faisaient foi, et bien des nouvelles qui circulaient en Europe
partaient de cette source.

L'Empereur paraissait quelquefois laisser échapper des paroles qu'il
avait pourtant l'intention de rendre publiques, même populaires.
Lorsqu'il voulait que son langage fît beaucoup d'impression, il le
répétait de diverses manières, sous différentes formes, et il finissait
par demander si dans le public on parlait de ce qu'il venait de dire.
Puis il ajoutait: «Le public est un renard, je suis certain qu'il ne
laissera pas passer cela inaperçu; soyez attentif, vous me répéterez son
opinion.» Alors l'on interrogeait le public, et l'Empereur finissait par
savoir ce qu'il voulait.

L'Empereur avait une autre habitude embarrassante. Lorsque, sortant du
cercle des affaires ordinaires, il confiait quelque chose qui avait une
apparence sérieuse, il prescrivait le secret, et je ne crois pas qu'à
l'île d'Elbe il l'ait jamais prescrit en vain. Puis la chose, d'abord
sérieuse, finissait par n'être plus sérieuse, et alors l'Empereur en
parlait. Jusque-là c'était bien. Mais ensuite l'Empereur venait vous
dire: «Eh bien, vous avez divulgué ma confidence!» et cela affligeait
lorsqu'on ne savait pas que c'était une petite manie d'amusement
impérial. Toutefois, l'Empereur ne vous laissait pas longtemps dans
l'embarras: il riait bientôt de sa malice; surtout il ne s'offensait pas
de ce qu'on lui répondait vertement qu'il se trompait. On pouvait aller
jusqu'à lui prouver qu'il était lui-même le divulgateur; le trésorier
Peyrusse,--qui parlait toujours d'une manière joviale, sans cependant
parler d'une manière déplacée,--lui dit une fois: «Non, Sire, ce n'est
pas moi, et je ne suis pas assez haut placé pour punir le coupable.»
L'Empereur comprit parfaitement M. Peyrusse.

Cette exigence de secret était parfaitement raisonnée de la part de
l'Empereur; elle servait ses projets. Ses confidences étaient faites aux
personnes qui pouvaient le seconder; les personnes initiées à ses vues
agissaient sans que rien les embarrassât ou cherchât à les embarrasser,
et tout était fait lorsqu'on s'apercevait de ce que l'Empereur avait
voulu faire. La situation de l'Empereur ne lui permettait pas de jouer
constamment _jeu sur table_. Il ne faudrait pas croire pourtant que
l'Empereur était facile à livrer son secret; l'Empereur ne disait que ce
qu'il fallait dire. Le nombre de ses confidents était extrêmement
restreint; il n'avait pas un confident absolu. Sans doute en étant sans
cesse auprès de l'Empereur témoin ou collaborateur, l'on pouvait bien
deviner ou préjuger les intentions qui le maîtrisaient, et les
conséquences que l'on tirait de ce que l'on croyait à peu près savoir
mettaient sur les traces mêmes de ce qu'il pouvait y avoir d'occulte
dans sa conduite apparente. Même dans la plus grande intimité de la vie
privée, nous nous tenions rigoureusement sur nos gardes, pour ne pas
nous écarter de la circonspection imposée ou recommandée. À l'île
d'Elbe, les secrets de l'Empereur furent saints et sacrés pour ceux
qu'il en honora. Jamais le général Drouot ne chercha à savoir ce que
l'Empereur m'avait dit, jamais je n'eus la pensée de le lui confier,
cependant le général Drouot était l'homme de ma vénération. La tempête
sociale nous a dispersés sans qu'il nous ait été possible de nous
confier ce que chacun de nous savait. Je n'ai pu m'épancher qu'avec le
général Drouot. J'avais obtenu de quitter l'Autriche: j'étais en Suisse,
le général Drouot vint m'y trouver; le général Desaix et le général
Chastel étaient avec lui: il était impossible de voir une réunion plus
parfaite que celle de ces trois officiers généraux. Il n'y avait plus de
secrets à garder: le malheur nous autorisait à parler. Le général Drouot
n'en revenait pas de ce que je savais, encore plus de ce que je ne
m'étais jamais laissé pénétrer. Je n'étais peut-être pas le seul dans
cette position exceptionnelle.

L'Empereur avait une autre habitude. Alors qu'il prouvait le plus son
estime, il témoignait le moins son affection, surtout en public. Le
premier mouvement de l'Empereur le décelait: c'était le mouvement du
coeur. Après, il posait: il subordonnait son regard, sa parole, son
geste, tout, au besoin d'envelopper ce qu'il croyait ne pas devoir faire
connaître. Bien lui en valait d'agir ainsi: ses chambellans, tous de
l'île d'Elbe, étaient les yeux et les oreilles des Elbois, et les Elbois
leur imposaient pour ainsi dire la communication de ce qu'ils pouvaient
parvenir à savoir, par un sentiment d'intérêt qui avait quelque chose de
filial. De là, des commentaires sur la parole la plus simple, des
jugements sur l'action la plus ingénue, des opinions sur le regard le
plus indifférent. Ensuite nous étions tous connus à Porto-Ferrajo: on
savait quel était l'homme de tête, quel était l'homme de coeur, quel
était l'homme de courage, quel était l'homme de dévouement, et lorsqu'on
voyait l'Empereur serrer la main de l'un de ces hommes, on croyait avoir
lu dans son âme. Cela avait son danger; c'est contre ce danger que
l'Empereur cherchait à se mettre en garde. Je l'ai vu, à l'aspect
inattendu de personnages devant lesquels il ne voulait pas se laisser
pénétrer, passer tout à coup d'une conversation riante et affectueuse à
une conversation sombre et décolorée, et ne plus laisser échapper un mot
que l'on eût envie de retenir.

L'Empereur avait fait suivre son argenterie de campagne: c'était plus
qu'il ne lui en fallait pour sa vie impériale de l'île d'Elbe. Les plus
petits besoins de sa souveraineté passée étaient cent fois plus
importants que les plus grands besoins de la souveraineté présente. Il
était convaincu à cet égard.

Mais l'Empereur se plaignait souvent de la pauvreté de sa bibliothèque.
Cependant il avait reçu avec ses bagages deux fourgons chargés de
livres, et depuis son arrivée à Porto-Ferrajo il avait acheté plusieurs
ouvrages. Un jour qu'il m'entretenait de sa pénurie à cet égard, je lui
dis qu'il me semblait que cinq cents volumes bien choisis pouvaient
remplir la vie: «La vie de méditation, oui, me répondit l'Empereur en
m'interrompant; mais la vie de travail, non, car pour faire de bons
livres, il faut étudier beaucoup de livres, et encore, malgré les
grandes études, les bons livres sont rares.» Néanmoins, l'Empereur n'a
pas écrit de livres à l'île d'Elbe.

L'Empereur avait perdu l'habitude d'écrire lui-même: il n'était plus
propre qu'à dicter, mais il dictait avec une facilité étonnante.
L'expression lui venait toujours à propos, et jamais il ne courait après
un mot. Seulement il dictait trop vite: la première fois que j'écrivis
sous sa dictée, je suais sang et eau pour le suivre, et je ne pouvais
pas y parvenir. Le général Bertrand écrivait comme moi, mais il en
prenait tout à son aise, et pourtant il ne faisait pas attendre: c'est
qu'il n'écrivait que le sens de la dictée. Il eut pitié de ma fatigue,
il m'engagea à faire comme lui. Il m'assura que c'était là sa manière,
que l'Empereur avait fini par en prendre son parti. Je débutais dans la
carrière. Le général Bertrand en avait déjà parcouru un grand espace. Je
ne pouvais pas me permettre ce qu'il se permettait. Je continuai donc à
labourer péniblement. Plus tard, lorsqu'il prenait envie à l'Empereur de
mettre matériellement ma plume à contribution, ce qui lui arrivait
quelquefois, je le prévenais dès qu'il me devançait trop rapidement, et
aussitôt il ralentissait sa marche, à moins pourtant qu'il ne fût
préoccupé: alors il allait sans s'arrêter, sans écouter, et il était
arrivé qu'on n'était encore qu'à moitié route. Mais jamais il ne faisait
une plainte ou un reproche pour le retard: il attendait patiemment la
fin de la besogne. Il prenait indistinctement pour cette opération
mécanique ou le général Bertrand, ou le général Drouot, ou le trésorier
Peyrusse ou moi, et le premier rencontré était le premier pris. Le
général Bertrand n'aimait pas cette corvée, il l'esquivait autant que
possible. Le trésorier Peyrusse faisait comme le général Bertrand: il
supprimait autant de paroles qu'il pouvait. Du reste, l'Empereur ne
donnait jamais des ordres pour ce travail, et c'était toujours sous la
forme d'un service à lui rendre qu'il vous engageait à mettre la main à
l'oeuvre. D'abord il demandait si l'on avait quelque chose à faire:
lorsque la réponse était affirmative, il gardait le silence, et lorsque
la réponse était négative, il vous tendait un siège ou vous indiquait la
place que vous deviez prendre. Je ne l'ai jamais vu de mauvaise humeur,
lorsqu'on lui donnait une bonne raison pour ne pas faire ce qu'il
désirait.



V

CAPOLIVERI ET RIO.


C'est au milieu de cette situation d'ordre, de paix, de prospérité, de
jouissance à l'intérieur, de considération à l'extérieur que l'île
d'Elbe eut une commotion de trouble qui demanda l'appel de la force et
dont l'Empereur eut visiblement le coeur navré, quoiqu'il fît des efforts
pour paraître y attacher peu d'importance.

La population elboise imagina d'abord que la souveraineté de l'Empereur
dispenserait l'île d'Elbe de toute imposition. On eut le tort de la
laisser se bercer de cette idée trompeuse. L'époque du payement des
impositions arriva, le percepteur dut poursuivre ceux qui ne payaient
pas. À Capoliveri personne ne payait: le peuple de Capoliveri est la lie
du peuple elbois. Lorsque le percepteur des impositions s'y rendit, la
populace l'assaillit par un charivari, puis par des menaces, et il dut
fuir. Le maire intervint avec énergie, mais la canaille ne respecte
rien; la voix du maire fut méconnue; j'ai dit que c'était le meilleur
maire de l'île d'Elbe, je le répète. Il n'y eut que deux ou trois
propriétaires qui payèrent. On fit semblant de croire que l'Empereur
ignorait ce qui se passait; on supposa que l'intendant agissait pour son
propre compte; on savait le contraire; ce n'étaient que des prétextes
pour ne pas payer. Des gendarmes furent envoyés à Capoliveri pour être
mis en garnison chez les contribuables retardataires. Alors un autre
soulèvement eut lieu: la populace déclara qu'elle ne voulait rien payer,
elle se décida à chasser la gendarmerie. Le maire lui-même fut menacé
dans l'exercice de ses fonctions. La gendarmerie était faible, et elle
dut se retirer à Longone. Le maire ne la quitta que lorsqu'elle n'eut
plus rien à craindre des forcenés de Capoliveri. Un officier
d'ordonnance et le secrétaire de l'intendance furent envoyés comme
commissaires de l'Empereur, pour sommer les Capoliverais «de payer le
total de leurs impositions dans les vingt-quatre heures, et pour qu'ils
eussent à faire connaître les auteurs des deux soulèvements». Le maire
réunit le conseil municipal: le conseil municipal déclara aux
commissaires qu'on ne pouvait ni payer ni indiquer personne. Les
commissaires impériaux n'étaient pas les hommes qu'il aurait fallu
choisir. L'un ne jouissait pas de l'estime publique, l'autre était sans
expérience. L'Empereur envoya une colonne mobile composée de deux cents
chasseurs corses, de vingt lanciers polonais et de quinze gendarmes. La
colonne était commandée par le colonel Germanovski. Il avait ordre de
tenir garnison chez les habitants de Capoliveri jusqu'à ce que les
impositions fussent entièrement payées: elles le furent le même jour. On
arrêta quelques perturbateurs. Peu de temps après, l'Empereur leur fit
grâce.

Une autre commune qui se refusait aussi à payer les contributions,
c'était la commune de Rio-Montagne. Rio-Montagne n'avait jamais pris
part aux révoltes elboises; les mains de ses habitants étaient pures de
sang français. Avant l'arrivée de l'Empereur, entraînés par leur maire,
ils avaient illicitement pris possession des mines, mais ils n'avaient
commis aucun désordre, et le plus coupable d'entre eux, le maire, était
chambellan de l'Empereur. Des mesures de rigueur prises contre
Rio-Montagne auraient certainement eu plus de retentissement que celles
qui avaient été exercées contre Capoliveri, du moins l'Empereur le
croyait ainsi. L'Empereur ne comptait pas sur son chambellan; il
m'appela. Il me dit: «Vous pouvez peut-être m'éviter d'avoir recours à
une colonne mobile, ce qui n'est pas du tout agréable, et pour cela il
faut que vous fassiez une espèce de proclamation aux Riais puisqu'ils
sont tous sous vos ordres.» Il ajouta: «Écrivez, je vous ferai parler
votre langage.» L'Empereur me dicta:

     «Messieurs les employés et ouvriers des mines!

     «Sa Majesté l'empereur Napoléon, notre auguste souverain, désire
     que les contributions soient exactement acquittées, et les justes
     désirs de Sa Majesté doivent être des lois pour tout ce que l'île
     d'Elbe a d'hommes honnêtes et sensés. Je vous ai déjà prévenus à
     cet égard; je vous donne un nouvel avis qui sera le dernier. Ceux
     qui refuseront de payer leurs contributions seront irrévocablement
     renvoyés des mines, et ils peuvent compter là-dessus: tel est mon
     devoir, je le remplirai.

     «J'ai pour vous toute l'affection d'un bon père, j'ai pour
     l'Empereur tout le dévouement d'un bon fils. Soyez ce que vous
     devez être, mon dévouement et mon affection contribueront à votre
     bonheur.»

Le souvenir de la farine gâtée vibrait encore. Les perturbations
apportées dans mon administration avaient altéré mon influence, et je
répugnais à faire encore de la rigueur, parce que je n'aimais pas à la
faire en vain. Je le dis franchement à l'Empereur: il me répondit que je
me trompais, «que les Riais me craignaient plus qu'ils ne le
craignaient». Deux mois auparavant il m'avait dit: «Les Riais vous
aiment plus qu'ils ne m'aiment.»

Cette séance fut couronnée d'une manière vraiment digne de l'Empereur.
L'Empereur me dit: «Écoutez, la population riaise est infiniment
supérieure à la population capoliveraise; car les Riais aiment autant à
travailler que les Capoliverais aiment à ne rien faire. Si la population
ouvrière de Rio montre de la bonne intention pour le payement des
contributions, prêtez-lui en anticipation sur le prix de son travail, et
ensuite, quant au remboursement, arrivera que pourra. L'essentiel est de
ne pas les habituer à se croire dispensés de venir au secours de
l'État.» La population riaise paya ses impositions; il n'y eut pas plus
d'une vingtaine de travailleurs imposés qui eurent besoin de mon
secours.



CHAPITRE II: LA FAMILLE, L'ENTOURAGE ET LES VISITEURS DE NAPOLÉON.

     I.--Madame Mère.--Les Corses.--Arrivée de la mère de
     l'Empereur.--Son installation.--Le jeu de l'Empereur.--Ambition des
     Corses.--Favoritisme de Madame.--Monopole demandé pour les Corses.

     II.--Marciana.--Mme Walewska.

     III.--Mme Bertrand: sa vie retirée.--Séjour à l'Elbe du frère du
     général Bertrand, son voyage à Rome.--Portrait de Marie-Louise et
     du roi de Rome apportés à Napoléon.

     IV.--Les dames: La comtesse de Rohan-Mignac.--Mme Dargy.--Mme
     Giroux.--Mme Filippi.--M. Guizot.



I

MADAME MÈRE.


Madame Mère dont l'Empereur s'entretenait sans cesse, qu'il attendait
avec une impatience indicible, n'avait sans doute pas eu la faculté de
lui donner quotidiennement des renseignements sur la route qu'elle
suivait, et l'Empereur allait envoyer à sa rencontre, lorsqu'une frégate
anglaise arriva à Porto-Ferrajo et y amena cette princesse. Qu'on
s'imagine une ardeur de jeunesse se retrouvant en présence d'un objet
adoré après une cruelle séparation, et l'on aura une idée de l'ineffable
félicité que cette heureuse nouvelle fit éprouver à l'Empereur. Lui
d'ordinaire si calme, lui qui ne faisait point passer les émotions de
son coeur aux traits de sa figure, lui, l'Empereur, ne taisait, ne
cachait plus rien. Il donnait des ordres et des contre-ordres, il disait
des _oui_ et des _non_.

Il se rendit à bord de la frégate anglaise: deux fois il essuya les
larmes qu'il mêlait à celles de sa mère.

Madame Mère débarqua. Tout le monde était profondément ému de l'amour
filial que l'Empereur faisait éclater. C'était l'ange gardien qui
veillait sur l'être de sa prédilection, le respect de la vénération, le
dévouement, tout était à son plus haut période, et par les soins qu'il
donnait à sa mère, l'on aurait pu dire que l'Empereur craignait de ne
pouvoir la conduire jusqu'au foyer. Il écartait ou faisait tout écarter
pour que rien ne gênât les pas de sa mère. Les Anglais avaient peine à
en croire leurs yeux: leurs exclamations étaient incessantes. Ils
semblaient se demander si c'était vraiment l'homme que le gouvernement
de leur pays leur peignait avec un caractère de dureté indomptable.

Qu'ils sont odieusement coupables, ceux qui ont cherché à persuader que
l'Empereur n'avait aucune sensibilité! À l'île d'Elbe, l'Empereur pleura
devant l'image de son fils et il pleura aussi en apprenant la mort de
l'impératrice Joséphine. À Essling il avait pleuré son fidèle ami le
maréchal Lannes; il pleura le maréchal Berthier dont il avait pourtant à
se plaindre. Et la perte du plus grand trône du monde ne lui avait pas
arraché une seule larme!

La municipalité attendait sur le rivage; le peuple attendait avec ses
magistrats. L'Empereur leur présenta sa mère. Il n'y eut point de
discours: ce n'était pas une réception officielle, c'était un hommage
improvisé. Au milieu de ce cortège universel, Madame Mère fut
triomphalement conduite au palais impérial.

Toutefois le palais impérial ne fut pour Madame Mère qu'un lieu de repos
momentané. L'Empereur lui avait fait préparer un logement spécial pour
elle seule. Ainsi Madame Mère logea en son particulier. Elle monta sa
maison comme il lui plut de la monter; elle lui donna une teinte plus
italienne que française,--je ne dirais pas trop quand je dirais tout
italienne. Sa dame d'honneur, sa demoiselle lectrice, sa domesticité
étaient italiennes; sa cuisine était faite à l'italienne. Elle
n'invitait pas à sa table, du moins ses invitations étaient rares et
tout à fait exceptionnelles. Sa vie était d'ailleurs d'une grande
simplicité: le dimanche elle dînait régulièrement avec l'Empereur, elle
passait beaucoup de soirées avec lui. Les soirées étaient courtes; le
jeu de whist en remplissait presque la durée; la conversation suivie y
avait peu de part. Madame Mère voulait que le jeu fût intéressé: elle
aimait à gagner; l'Empereur se plaisait à la faire perdre. Il trichait:
Madame Mère se plaignait des tricheries. L'Empereur lui disait: «Madame,
vous êtes riche, vous pouvez perdre, et moi qui suis pauvre, je dois
gagner.» C'était la même plainte et la même excuse chaque fois que le
jeu recommençait.

Madame Mère sortait très peu. L'Empereur tenait beaucoup à ce que sa
mère participât aux honneurs dont il était lui-même l'objet. Chaque
dimanche, en sortant du lever impérial, nous allions chez Madame Mère,
et c'était un autre lever. On lui rendait aussi toutes les visites
officielles que l'on devait rendre à l'Empereur. Elle recevait
majestueusement. C'était vraiment la mère du roi des rois: on aurait cru
qu'elle planait encore sur les trônes de ses enfants, tant la dignité
d'une haute représentation lui était naturelle. J'ai vu des personnages
plus intimidés devant elle que devant l'Empereur.

L'arrivée de Madame Mère à l'île d'Elbe aurait pu nuire aux Elbois si
l'Empereur s'était laissé aller aux idées de cette princesse, ou s'il en
avait tant soit peu partagé les erreurs, et la lutte à cet égard ne fut
pas sans importance. Madame Mère était Corse dans toute l'étendue du
mot. Son affection pour la France n'avait pas le moins du monde altéré
son amour du clocher. Son accent, ses habitudes, ses souvenirs, tout
rappelait ou continuait les premiers temps de sa vie, et plus d'une fois
l'on aurait pu se demander si elle avait jamais quitté Ajaccio. Elle
aurait voulu que l'Empereur ne fût entouré que par des Corses, tout au
moins pour les places lucratives. Cependant la Corse était la fraction
de la France qui avait le moins donné son appui à l'élévation successive
de l'Empereur. Aujourd'hui même un nom qui, du temps de l'Empire,
n'avait pas pu gravir au-dessus des noms vulgaires, malgré la
bienveillance impériale, domine en Corse la mémoire de l'Empereur, et il
y foule les réputations impériales. Demandez à la Corse ce qu'elle a
fait pour le duc de Padoue, l'un de ses citoyens les plus purs de
l'époque!

Beaucoup de notabilités corses vinrent à Porto-Ferrajo: Madame Mère les
prit sous sa protection. Elle voulut leur faire donner l'administration
des mines, ainsi que le monopole de l'exploitation du minerai de fer
destiné pour la Ligurie; il fut même question de leur livrer les salines
et les madragues. On alla plus loin: on eut la folie de vouloir
organiser une compagnie de gardes du corps qui tous seraient pris parmi
des officiers corses, comme si la garde impériale avait démérité de la
confiance de l'Empereur. La sagesse de l'Empereur arrêta de suite cette
frénésie d'accaparement. Il s'indigna de ce qu'on osait lui proposer une
chose dont l'exécution blessait les nobles susceptibilités de braves qui
s'étaient expatriés pour s'associer à son infortune. Il défendit de lui
adresser désormais des demandes semblables.

Le monopole de l'exportation du minerai de fer pour les côtes de la
Ligurie fut l'objet d'une longue discussion, et par suite de mes
fonctions, je fus obligé d'en soutenir le poids.

Une compagnie génoise avait demandé ce monopole. La création d'un
monopole est un principe de destruction pour le commerce ou pour
l'industrie qu'elle frappe. L'Empereur comprenait parfaitement cela en
théorie, mais moins bien dans la pratique, et il hésitait. Le besoin
d'assurer ses revenus, qui dominait sa pensée, l'emporta sur tous les
raisonnements. J'avais dit consciencieusement mon opinion: je dus
m'arrêter devant la loi de la nécessité. L'Empereur me chargea de
traiter de ses intérêts avec la Compagnie génoise. Tout était presque
fini, lorsqu'une compagnie corse demanda à entrer en concurrence. Ici la
concurrence n'était avantageuse que pour l'Empereur; son résultat
définitif devait nécessairement être de faire augmenter le prix du
minerai de fer livré à la consommation. Cette affaire fut encore un
sujet de tracasserie pour moi. Madame Mère me recommanda la Compagnie
corse; sa recommandation ne tendait qu'à m'empêcher de faire autre chose
que ce qu'elle m'indiquait. Elle me dit, comme un argument irrésistible,
«que les personnes qui composaient la Compagnie corse étaient toutes
plus ou moins affiliées à la parenté impériale». Je répondis à Madame
Mère que «mon devoir était par-dessus tout de considérer les intérêts de
l'Empereur, et que je serais fidèle à mon devoir». Ma réponse ne plut
pas. Madame Mère crut que je n'étais pas porté de bonne volonté pour
elle; peut-être même pensa-t-elle que je cherchais à me venger de ce
qu'elle avait demandé ma place pour un de ses protégés; on m'obsédait:
je fus prier l'Empereur de me débarrasser de cette négociation; il me
dit: «Vous êtes fatigué, et vous avez raison de l'être, mais je vais
mettre un terme à cela. Je chargerai le général Bertrand d'en finir; il
suivra vos errements.» Deux jours après, l'Empereur m'apprit que la
Compagnie corse offrait davantage que la Compagnie génoise. Il ajouta
avec un accent de confiance qui ne me permettait aucun ménagement pour
la vérité: «Faites-moi connaître toute votre opinion.» Je la lui fis
connaître sans réserve: «Sire, lui dis-je, c'est pour assurer vos
revenus que vous voulez établir un monopole, et, en mon âme et
conscience, je doute que vos revenus soient assurés par la Compagnie
corse. Les personnes qui composent cette compagnie sont sans doute des
personnes fort respectables, mais elles sont entourées par des
intrigants, et ces intrigants leur ont fait croire que le monopole
serait pour elles une vache à lait, ce qui est une grande erreur: le
monopole, mal dirigé, les ruinera. Le moment du payement viendra: alors
cette compagnie, appuyée de ses parentés ou par ses parentés, fera comme
la grande-duchesse qui n'a pas payé, comme le prince de Canino qui ne
paye pas, et comme la presque totalité des propriétaires des fourneaux
corses, dont je ne suis pas parvenu à faire solder les comptes.»
L'Empereur m'avait écouté avec attention. Lorsque j'eus fini, il se leva
en riant, et il ne m'adressa que ces seules paroles: «Voilà ce qu'on
peut appeler du franc parler.» La Compagnie corse n'eut pas le monopole.

Je m'attendais à la mauvaise humeur de Madame Mère. Le dimanche d'après,
au lever, elle me témoigna le plus touchant intérêt pour ma femme, pour
mes enfants, et elle joignit à ce témoignage beaucoup de paroles
bienveillantes pour moi. Désormais, elle m'honora de toute sa bonté.
L'Empereur vit cela avec plaisir.

Le contrat du monopole était signé. L'Empereur me dit sans préambule:
«Vous avez refusé un pot-de-vin.» Et il me regarda fixement. J'aurais pu
lui répondre que j'en avais refusé deux, mais, interdit par cette
question à brûle-pourpoint, je me tus. Il me sembla que mon silence ne
déplaisait pas à l'Empereur. Au lieu de presser ma réponse, sans doute
parce qu'il crut que je répugnais à la faire, il chercha à m'en
dispenser, et il ajouta: «Il y a des pots-de-vin de toutes les natures,
et quel que soit leur caractère, quel que soit le nom qu'on leur donne,
ils attestent l'existence d'un corrupteur et d'un corrompu. Je n'ai
jamais eu foi à la loyauté des pots-de-vin. Vous avez bien fait de ne
pas accepter.»



II

MARCIANA. MADAME WALEWSKA.


Le soleil était aussi brûlant que sous le tropique, ses rayons enflammés
semblaient empêcher les vents alizés de rafraîchir les montagnes
granitiques et ferrugineuses de l'île d'Elbe. Cette chaleur excessive
fatiguait l'Empereur. Son palais impérial de Porto-Ferrajo était
vraiment en feu, Longone n'offrait aucune espèce d'abri, Rio n'avait
qu'une promenade nocturne sur les bords de la mer. Saint-Martin ne
possédait que quelques arbres presque sans ombrage. Toutefois, des voix
amies conseillaient à l'Empereur de ne pas s'isoler sous les
châtaigniers touffus de Marciana; ma voix était l'une de ces voix. Ce
n'est pas que je craignisse quelque trahison: Marciana n'avait alors
aucun intérêt à trahir. Mais il pouvait être facile d'y trouver un
assassin, et les ennemis de l'Empereur cherchaient des assassins. Je
représentai à l'Empereur que ses jours avaient déjà été menacés, qu'il
serait imprudent de les exposer encore, et je ne fus pas le seul de cet
avis. L'Empereur écouta, remercia, et il s'achemina vers son ermitage
pittoresque: «De l'ombre et de l'eau, disait-il en riant, c'est le
bonheur, et je vais chercher le bonheur». Alors on le pria de prendre
une bonne garde, il ne voulut pas être gardé: «Que ferait, disait-il
encore, un détachement pour veiller à ma sûreté? Ces soldats ne
pourraient pas, arme au bras, me suivre à la promenade, et alors même
que cela serait quotidiennement possible, aucune escorte n'empêcherait
un coup de fusil tiré de derrière une haie.» Il y avait du vrai dans ce
raisonnement.

L'Empereur partit donc pour Marciana il ne prit que la suite
indispensable. Mais à côté de l'ermitage, il fit dresser sa tente de
campagne qu'il n'oubliait pas, même dans ses courses ordinaires, et,
comme les rois de l'antiquité, c'est sous la tente qu'il éleva son trône
voyageur. Madame Mère se rendit auprès de son fils. Elle habita
l'ermitage.

Porto-Ferrajo n'était plus le même; il semblait morne. Cependant il ne
lui manquait qu'un homme, mais cet homme était l'Empereur! Longone et
Rio avaient aussi quelque chose de plaintif. On aurait dit que
l'Empereur était parti. Même, le colonel Campbell trouvait l'absence
longue; les courses de vigilance le fatiguaient, d'autant plus que
l'Empereur le recevait peu. Une quinzaine de jours s'écoulèrent dans
cette espèce de délaissement.

On n'était pas pourtant sans nouvelles de l'Empereur. Le service
régulier de l'État, et les besoins du service intérieur de la maison
impériale, ainsi que de la maison de Madame Mère, établissaient un
va-et-vient permanent de Porto-Ferrajo à Marciana, et l'on savait tout
ce que l'Empereur faisait.

Tout à coup, la population matinale s'écria: L'Impératrice et le Roi de
Rome sont arrivés, et aussitôt la population entière fut debout. On
m'envoya un exprès pour m'instruire de ce grand événement, j'accourus à
Porto-Ferrajo. Les officiers de la garde avaient la tête à l'envers; ils
voulaient que l'Impératrice et le Roi de Rome restassent à l'île d'Elbe.
Le commandant Malet me priait de rédiger une adresse raisonnée pour
signifier cela à l'Empereur. Les Porto-Ferrajais voulurent en faire
autant; l'intendant me demanda s'il devait consentir à cette démarche.
Le général Drouot évitait de se montrer en public.

Le vrai était que Mme la comtesse Walewska et son fils avaient débarqué
à Marciana, que Mme la comtesse Walewska avait à peu près l'âge de
l'Impératrice, autant de noblesse que l'Impératrice, que l'enfant avait
aussi à peu près l'âge du Roi de Rome, qu'il était mis comme le Roi de
Rome. L'erreur était facile; elle fut complète. Mme la comtesse Walewska
se plut à la laisser exister, même elle la sanctionna, car elle faisait
répéter à son fils les paroles que la renommée attribuait au Roi de
Rome. C'est le rapport des marins dans le bâtiment desquels Mme la
comtesse Walewska était venue à l'île d'Elbe avec son fils.

Aussitôt que Mme la comtesse Walewska fut arrivée à la tente de
l'Empereur, l'Empereur ne reçut plus personne, pas même Madame Mère, et
l'on peut dire qu'il se mit en grande quarantaine. Son isolement fut
complet.

Le général Drouot avait instruit l'Empereur de l'impression produite par
l'arrivée de Mme la comtesse Walewska, qu'on supposait être
l'Impératrice, de la tendance de la garde impériale pour empêcher la
prétendue Marie-Louise de quitter désormais l'île d'Elbe. L'Empereur ne
pouvait pas se plaindre; cependant, il écrivit une lettre dans laquelle
il essayait de faire la mauvaise humeur. On ne le crut pas, on crut
seulement que la dame qui était allée lui faire visite n'était pas celle
que l'on aurait voulu garder.

Mme la comtesse Walewska et son fils restèrent environ cinquante heures
auprès de l'Empereur.

Une espèce d'ouragan du sud-ouest bouleversait le ciel et la terre. On
craignait pour les bâtiments qui se trouvaient affalés sur la côte de
Toscane. Néanmoins, ce fut en ce moment que Mme la comtesse Walewska
quitta l'Empereur pour retourner sur le continent. Une barque attendait
Mme la comtesse à Longone. Toutefois, à peine avait-elle quitté
Marciana, que l'Empereur, justement effrayé de la fureur toujours
croissante du vent, fit monter à cheval l'officier d'ordonnance Pérez,
et lui ordonna d'aller l'empêcher de partir sous quelque prétexte que ce
pût être. Mais ce Pérez, tout officier d'ordonnance que l'Empereur
l'avait fait, était le sot des sots: sans coeur, sans âme, et incapable
de s'inquiéter du danger qui menaçait Mme la comtesse Walewska, il ne
songea qu'à s'abriter lui-même. Mme la comtesse Walewska était en pleine
mer lorsque ce franc malotru arriva à Longone.

Les autorités et les marins de Longone avaient fait tout ce qu'il leur
était possible de faire pour que Mme la comtesse Walewska ne mît pas à
la voile. Mais, résolue, elle repoussa tous les conseils et elle
affronta la destinée.

L'Empereur eut des heures d'angoisse. Il lui fut impossible d'attendre
le retour de son officier d'ordonnance. Il se rendit de sa personne au
lieu où Mme la comtesse Walewska devait s'embarquer. Il était trop tard.
Ses alarmes durèrent jusqu'au moment où Mme la comtesse Walewska lui eut
appris elle-même que le péril était passé.



III

LA FAMILLE BERTRAND. LES PORTRAITS.


La comtesse Bertrand était arrivée à l'île d'Elbe sans que le public
elbois s'en fût presque aperçu, on ne s'aperçut guère plus du séjour
qu'elle fit à Porto-Ferrajo. La raison en est toute simple: Mme la
comtesse Bertrand était venue rejoindre son mari avec la résolution
prise de vivre dans l'isolement le plus complet, de se consacrer
exclusivement aux soins maternels, et de retourner en France avec sa
famille aussitôt que cela serait possible. Ce plan devait exclure toutes
les relations qu'il aurait été facile à la comtesse Bertrand de
contracter; elle ne se prêta point à cette combinaison. Le seul agrément
dont elle voulait jouir sans réserve était la présence de son mari, de
ses enfants. Ses enfants étaient constamment auprès d'elle; son mari ne
la quittait presque pas. La comtesse Bertrand ne voyait même que très
rarement Madame Mère et la princesse Pauline. Madame Mère se plaignait
de cela; la princesse Pauline ne le trouvait pas mauvais: elle faisait
plus de visites à Mme la comtesse Bertrand qu'elle n'en recevait.
L'opinion était établie que l'Empereur exigeait les prévenances de la
princesse Pauline pour Mme la comtesse Bertrand. Ma femme était exceptée
de la règle commune par laquelle Mme la comtesse Bertrand avait voulu se
faire une vie privée tout à fait à part. Pourtant, elle ne fermait pas
sa porte; elle recevait les personnes qui allaient lui faire visite,
mais elle ne leur rendait pas leurs visites. On se lassa de lui
prodiguer des égards sans réciprocité; on la laissa tranquillement chez
elle. Un malheur rendit son isolement encore plus absolu: son plus jeune
enfant mourut. La douleur maternelle de la comtesse Bertrand atteignit
au comble. Sa solitude devenait une nécessité absolue. La comtesse
Bertrand était à peu près inconnue des Elbois lorsqu'elle quitta l'île.
Ce que je viens de dire ne l'empêchait pas d'admettre chez elle les
Anglais que la curiosité attirait à Porto-Ferrajo. Son cercle était un
cercle anglais. D'origine anglaise, peut-être élevée à l'anglaise, la
comtesse Bertrand avait des tendances britanniques, et, comme elle ne
croyait pas mal faire, elle le disait à qui voulait l'entendre. Elle
disait aussi, sans gêne aucune, que pour rien au monde elle ne resterait
à l'île d'Elbe plus d'un an. Le général Bertrand était l'écho de sa
noble compagne, si tant est que sa noble compagne n'était pas le sien.
La comtesse Bertrand était femme parfaite, mère plus parfaite encore.

L'arrivée de la comtesse Bertrand ne fut une diversion pour personne.
Elle diminua même les distractions de l'Empereur, car elle fut cause que
le général Bertrand se concentra dans sa demeure. L'Empereur ne le
voyait presque plus que lorsqu'il le faisait demander; mais les
occasions ne pouvaient pas manquer. L'Empereur ne paraissait pas aimer
aller à la promenade sans avoir son grand maréchal à côté de lui, car le
général Bertrand était toujours grand maréchal dans la plénitude du mot.
L'Empereur prenait quelquefois dans sa voiture le fils du général
Bertrand, jeune enfant de six ou sept ans, plein de vivacité, d'énergie,
et qui se fâchait lorsqu'on lui faisait quitter son petit sabre de bois,
ce à quoi nous nous amusions pour le courroucer. L'Empereur était plein
d'attention pour la comtesse Bertrand; il se rendait fréquemment auprès
d'elle, et pour peu qu'elle fût indisposée, il en faisait exactement
demander des nouvelles plusieurs fois par jour.

Plus tard, tous les journaux de l'Europe, sans en excepter ceux de la
Toscane, qui pour ainsi dire s'imprimaient sous nos yeux, donnèrent la
nouvelle que le général Bertrand était allé à Rome, et un personnage
publia qu'il l'avait rencontré au palais Quirinal. Autant vaut-il que je
fasse connaître la cause de cette erreur universelle.

Le général Bertrand avait un frère inspecteur général des eaux et
forêts, et ce frère vint le trouver à l'île d'Elbe: il y fut reçu avec
jubilation. L'Empereur l'accueillit comme un des fidèles. Chacun de nous
chercha à rendre son séjour agréable; je me plus à lui faire les
honneurs des mines, il me parut charmé des moments qu'il passa à
Rio-Marine. L'Empereur le surchargea de questions; le nouveau venu,
peut-être averti par son frère, avait fait une ample provision de
renseignements. C'était alors la pâture la plus substantielle pour l'âme
affligée de l'Empereur. L'inspecteur général visita l'empire elbois, fut
partout bien reçu, ensuite il nous quitta pour aller visiter la capitale
du monde chrétien. Un inspecteur général français, du nom de Bertrand,
venant de l'île d'Elbe, y retournant! Il n'en fallait pas davantage pour
faire croire que le grand maréchal de l'Empereur était à Rome, et on le
crut.

Le retour à l'île d'Elbe du frère du général Bertrand donna lieu, dès le
premier jour, à une scène de profond attendrissement de la part de
l'Empereur. M. l'inspecteur général apportait des gravures qu'il avait
achetées à Rome. L'Empereur voulut voir ces gravures; on s'empressa de
les lui envoyer à la campagne de Saint-Martin. L'Empereur examina ce
recueil avec une attention extrême: il en disait le bien, il en disait
le mal selon son jugement. Il semblait avoir étudié l'art du graveur.
Tout à coup il s'arrêta, devint rouge, et, avec un frissonnement marqué,
il s'écria: «Voilà Marie-Louise!» Ce cri d'émotion extrême nous avait
tous jetés dans une espèce de stupeur; nous portions sur l'Empereur un
regard d'anxiété: il s'en aperçut et il chercha à se remettre; alors il
décomposa la figure de l'Impératrice et il en apprécia chaque trait. Il
prit la gravure suivante, c'était celle du Roi de Rome. Ici tout me
manque pour faire comprendre l'expression paternelle que l'Empereur mit
à ces mots: «Mon fils!» Ce tableau déchirant est toujours présent à ma
pensée. La tendresse, l'amertume, le bonheur, la misère, l'espérance, le
découragement, le passé, le présent, l'avenir, tout s'était caractérisé
dans l'accent presque surnaturel avec lequel l'Empereur avait dit: «Mon
fils!» Ce n'était pas un cri, non, l'Empereur ne cria pas, nous
l'entendîmes à peine. J'ignore ce que c'était, je n'ai jamais pu me
l'expliquer. L'Empereur, se couvrant le visage avec la gravure, répéta:
«Mon fils!» et un long silence succéda à cette répétition. On n'osait
pas même respirer. L'Empereur s'enferma dans son cabinet, il y resta une
demi-heure et il était tout défait lorsqu'il en sortit. Il monta en
voiture sans rien dire à personne. On avait eu tort de surprendre sa
sensibilité: il resta plusieurs jours sous l'influence de cette
surprise.



IV

LES DAMES.


Les visiteurs n'étonnaient plus, l'on en voyait de tous les sexes, de
tous les rangs, de tous les âges. Il y eut une époque où l'on craignit
le trop d'encombrement. L'autorité voulut prendre des précautions de
sûreté que l'Empereur n'approuva pas. On continua à laisser aller et
venir librement. Une dame française débarqua à Porto-Ferrajo, suivie de
son fils, enfant d'environ douze ans; cette dame venait de Malte. Elle
demanda immédiatement un appartement meublé, elle fit débarquer son
bagage, qui consistait en un landau et trois malles. La population de
Porto-Ferrajo, ancienne et nouvelle, fut aussitôt sens dessus dessous
pour savoir ce que c'était que la voyageuse qui venait en équipage
visiter l'Empereur; on alla à la maison sanitaire, afin de satisfaire à
l'opinion générale. Qu'on s'imagine le caquetage de la place publique!
La dame qui nous arrivait était une dame de Rohan, prenant le titre de
comtesse, et ajoutait le nom de Mignac au nom de Rohan.

J'ai dit la voyageuse: je n'ai pas dit la jeune, ni la jolie voyageuse.
Mme la comtesse de Rohan-Mignac avouait la quarantaine; elle avait un
embonpoint remarquable, plus remarquable que sa figure, et le nom
qu'elle portait faisait penser qu'elle aurait dû être mise avec plus de
goût dans la parure recherchée dont elle faisait parade. Ce n'était pas
madame Angot en habit de fête; c'était Mme l'Épicière en costume de
duchesse. Elle faisait beaucoup d'embarras.

Dès que Mme la comtesse de Rohan-Mignac fut installée dans l'appartement
meublé qu'elle avait loué, elle étala fastueusement son argenterie de
voyage sur un meuble de la chambre qui lui servait de salon, la fit
regarder à tout le monde, et elle commença ainsi à montrer le bout de
l'oreille. Elle loua des chevaux pour sa voiture, prit une femme pour la
servir, et un cocher pour la conduire. Tout cela ne faisait pas une
maison montée, ni même un appartement complet. Mais le nom de Rohan
couvrait cette mesquinerie fastueuse, jetait de la poudre aux yeux,
selon une expression vulgaire, et Mme la comtesse reçut beaucoup de
visites. Tous les officiers de la garde allèrent avec empressement lui
présenter leurs hommages. Le général Bertrand et le général Drouot ne
dédaignèrent pas de se rendre chez elle: c'est dire que presque tout le
monde officiel s'y rendit. Je crus pourtant devoir m'abstenir; c'était
une idée comme une autre, Mme la comtesse de Rohan-Mignac ne me
paraissait pas de bon aloi.

Mme la comtesse se fit présenter à l'Empereur, à Madame Mère et à la
princesse Pauline: elle fut reçue. Puis elle fit visite à Mme la
comtesse Bertrand, ensuite à ma femme: Mme la comtesse Bertrand et ma
femme mirent des cartes chez elle.

L'Empereur paraissait s'amuser des entourages de Mme la comtesse, dont
la demeure était vite devenue le rendez-vous des oisivetés civiles et
militaires. Un jour l'Empereur me demanda, presque en goguenardant, «si
je n'avais pas fait ma cour à la fameuse comtesse», et lui ayant répondu
que je ne l'avais vue que de loin, il ajouta: «Vous avez eu raison, car
tout fait croire qu'il n'y a là que du _gnic_ et du _gnac_. Cependant,
si elle va aux mines, vous lui en ferez les honneurs et vous l'inviterez
à déjeuner.» Le déjeuner était toujours le commencement ou la fin de
l'histoire, lorsque l'Empereur me disait d'accueillir quelqu'un à Rio,
car il ne me donnait jamais des ordres à cet égard, et quelquefois même
il semblait me le demander comme un service, en s'inquiétant toujours
des embarras que cela causait à mon épouse.

Quoiqu'il en soit de Mme la comtesse de Rohan avec le _gnic_ et le
_gnac_, comme disait l'Empereur, il n'en est pas moins vrai qu'elle fut
invitée à la grande fête que l'Empereur donna pour le second retour tant
désiré de la princesse Pauline, et que, de préférence à beaucoup de
dames notables du pays, elle eut l'honneur, inconnue qu'elle était,
d'être désignée pour la table impériale. La table impériale se trouvait
placée dans un petit salon qui tenait au grand salon où était la grande
table de tous les invités, et, de sa place, les portes ouvertes,
l'Empereur assis aurait pu voir tout le monde. Mais l'Empereur ne
s'assit pas: il se promena sans cesse autour des tables suivi de sa
cour, et son fauteuil, mis entre ceux de Madame Mère et de la princesse
Pauline, resta constamment vide.

Au moment où l'on avait servi, l'Empereur fit sa tournée générale pour
s'assurer par lui-même si les dames étaient à leur aise, et, en rentrant
au petit salon de la table impériale, il trouva que Mme la comtesse de
Rohan-Mignac, par une inconvenance inconcevable, avait, malgré la
présence de Madame Mère et de la princesse Pauline, fait asseoir son
fils à côté d'elle. Tout le monde était étonné: on se regardait
réciproquement pour se demander comment l'Empereur prendrait la
hardiesse de ce sans-façon. Madame Mère et la princesse Pauline étaient
vraiment interdites. L'Empereur parut: tous les yeux se portèrent sur
lui avec une curiosité inquiète; il s'arrêta sur le seuil de la porte,
fronça les sourcils, demanda ce qu'était ce garçon, et ordonna
froidement qu'on le conduisît ailleurs. Je regardai attentivement Mme la
comtesse de Rohan-Mignac: l'ordre de l'Empereur ne lui fit aucune
impression, elle laissa faire sans même tourner la tête.

Le dîner fut suivi d'une soirée dansante. À cette soirée dansante, on
s'aperçut que la sobriété n'était pas la vertu invulnérable de Mme la
comtesse, et il devint impossible de ne pas reconnaître que, par mégarde
sans doute, son pied avait glissé jusque dans la vigne du Seigneur, où
il avait visiblement laissé des traces.

Alors le charme fut détruit, le nom de Rohan n'eut pas le pouvoir de
faire jeter un voile épais sur le double événement du dîner et de la
soirée. L'Empereur ne reçut plus la comtesse: le charme était détruit!
La comtesse de Rohan-Mignac comprit que son règne était passé. Elle
s'occupa rapidement de ses préparatifs de départ; je répète ses paroles
d'adieu aux quelques officiers qui l'accompagnèrent: «J'aime mieux
l'Angleterre que la France: en Angleterre, les femmes à l'âge de
quarante ans sont considérées comme étant encore jeunes, et en France à
l'âge de trente ans elles passent pour être vieilles.»

On voulut pourtant savoir ce qu'était véritablement cette comtesse de
Rohan-Mignac; il paraît même que l'Empereur désira savoir à quoi s'en
tenir positivement sur son compte. Quelques jours après le départ de la
dame, on fit circuler la nouvelle suivante: «La comtesse de Rohan-Mignac
n'usurpe pas le titre qu'elle porte; mais sa naissance n'est pas à la
hauteur du nom qu'elle a acquis. Elle louait des appartements garnis
près de la place des Victoires. L'ouragan révolutionnaire menaçait la
tête de M. le comte de Rohan-Mignac. Il se cacha dans ces appartements
garnis: son hôtesse se dévoua à son service, elle le sauva de plusieurs
périls imminents. Ils émigrèrent ensemble. Dans l'émigration, le comte
épousa sa bienfaitrice.»

Presque en même temps arriva une autre dame qui avait aussi avec elle un
jeune enfant, dont elle se disait la tante, et qui, de son propre aveu,
ne venait à l'île d'Elbe que pour admirer de plus près le héros des
héros. Mme Dargy ne paraissait avoir guère plus de vingt-cinq ans. Elle
parlait fort bien, sa locution (_sic_) était facile, et, quoique les
apparences fussent contre elle, elle n'avait pas du tout à l'extérieur
l'air d'une coureuse de bonnes aventures. Son enthousiasme pour
l'Empereur paraissait vrai. Sa figure était agréable. D'ailleurs, point
de titres, point de prétentions, point de clinquant, et la tournure
plébéienne, ce qui est souvent une fort jolie tournure. Compatriote du
général Drouot, Mme Dargy crut pouvoir compter sur lui, et, sans y être
autorisée, elle se présenta sous ses auspices, ce qui n'était pas bien.
La pauvre femme paya sa petite hardiesse: le général Drouot ne la
reconnut pas, ou ne voulut pas la reconnaître. Elle se présenta au
général Bertrand, elle n'en fut pas mieux accueillie. Alors elle eut
recours au supérieur des supérieurs, à l'homme de sa pensée. Cette fois,
elle ne fut pas déçue: l'Empereur la reçut avec bonté, il s'intéressa à
elle et il lui donna un modeste emploi à la campagne de Saint-Martin.
Cet emploi fit un peu jaser. Mais la pâture manqua à la jaserie; elle
tomba bientôt d'inanition. Les adorateurs de Mme Dargy eurent hâte de
protester contre une pensée qui pouvait égarer l'opinion. Lorsque nous
quittâmes l'île d'Elbe, Mme Dargy resta à la campagne de Saint-Martin,
et j'ignore de quelle manière elle rentra dans sa patrie. Tout ce que,
par la suite, j'ai appris d'elle, c'est qu'elle a écrit des mémoires sur
l'île d'Elbe, et que, dans ces mémoires, elle tonne contre le général
Drouot ainsi que contre le général Bertrand, petite vengeance
rancunière, qui, très certainement, ne donnera pas plus de mérite à son
ouvrage. Il m'est d'ailleurs difficile de comprendre comment Mme Dargy a
pu écrire des mémoires sur l'île d'Elbe qu'elle n'a pas été à même
d'étudier; elle ne peut avoir conservé que le souvenir confus des
ouï-dire qui devaient mille fois se répéter et se défigurer dans son
petit cercle. On m'a cependant assuré que ces mémoires ont été rédigés
par Mme Dufresnoi: je m'incline profondément devant le nom de Mme
Dufresnoi, comme devant toutes les gloires nationales; mais Mme
Dufresnoi n'était obligée qu'à bien écrire ce qu'elle écrivait. Ces
mémoires ont d'ailleurs maintenant une vilaine tache: leur possesseur
actuel a bassement cherché à se les faire acheter par les personnes
respectables qui y sont calomniées.

Une troisième dame française arriva à Porto-Ferrajo pour voir
l'Empereur. Je ne connais rien de plus intéressant que le sentiment de
vénération que cette dame avait pour celui qu'elle appelait la gloire de
la France. Ce n'était pas de l'exaltation, de l'aveuglement: c'était de
la raison, du jugement, de l'expérience, de la conviction, du
patriotisme. Mme Giroux était de Versailles: elle touchait à la
vieillesse, si elle n'y avait pas déjà atteint. Sa figure était une
belle figure de soixante ans, surtout bien expressive. On aimait à
l'entendre, on aimait encore plus à la lire. Sans doute cette tête
devait être un peu volcanisée, car dans un âge avancé, lorsqu'on n'a pas
une fortune assez considérable pour pourvoir aux besoins d'un long
voyage, qu'on ne peut pas aller et venir vite, même pour une cause très
honorable on ne quitte pas son foyer, sa famille, son existence, et l'on
ne va pas sous un ciel lointain se mettre à la merci des événements.
Quoi qu'il en soit, Mme Giroux, ne pouvant pas supporter le bannissement
de l'empereur des Français, se bannit elle-même, quitta la France et
prit la route de l'île d'Elbe. L'Empereur fut touché de ce dévouement,
il assura momentanément des moyens d'existence à Mme Giroux. Mais le 26
février arriva, et nous partîmes: Mme Giroux ne put pas nous suivre; le
général Bertrand avait oublié de prendre des mesures pour que la pension
de Mme Giroux n'éprouvât aucun retard; cet oubli mit Mme Giroux dans un
état pénible, et cela aurait pu aller loin si l'épouse de l'un des
compagnons de l'Empereur ne s'était pas empressée de remplir un devoir
de nationalité.

Une quatrième dame apparut. C'était une dame lucquoise, mariée à
Livourne. Dans ses beaux jours, Mme Filippi avait, à l'armée d'Italie,
surtout à la retraite de Gênes, fait la pluie et le beau temps, et dans
le corps d'armée dont je faisais partie, son nom était devenu un nom
célèbre. C'est qu'alors elle était jolie comme un ange: c'est qu'il
était vraiment intéressant de voir une jeune femme, vouée à la liberté
de son pays, quitter ses pénates, son foyer, toutes les aisances de la
vie, et fuyant la bannière autrichienne, rangée sous le drapeau
français, habillée en homme, marchant forcément à pied, affronter toutes
les misères de la retraite. Mme Filippi était sans doute venue à
Porto-Ferrajo avec les souvenirs de sa beauté, mais les souvenirs de la
beauté ne sont pas la beauté. On voyait facilement que Mme Filippi
n'avait pas toujours été dans le voisinage de la quarantaine, et
personne ne refusait de croire à son passé. Toutefois, cela ne la
contenta pas: elle nous quitta. L'Empereur l'avait reçue avec une grande
bienveillance.

Il y avait à Piombino un Français appelé Louis Guizot, depuis longues
années éloigné de sa patrie, et dont le langage même écrit n'était plus
qu'un baragouin de sa langue oubliée, mêlée avec la langue italienne non
apprise. Ce brave homme cherchait à gagner sa vie le plus honorablement
possible, surtout dans les petites entreprises. Il vint à Porto-Ferrajo,
il avait avec lui ses deux filles, grandes et charmantes demoiselles. M.
Louis Guizot me visita dès son arrivée. L'Empereur se faisait rendre un
compte exact de ce qu'étaient les Français qui venaient à l'île d'Elbe
avec l'intention apparente d'y fixer leur résidence. On le sait,
l'Empereur avait une mémoire immense: je crois qu'il n'existait pas en
France un seul nom public qui lui fût inconnu; le nom de Guizot le
frappa. Il me demanda si ce M. Guizot était un émigré. Je lui répondis
que l'on m'avait assuré qu'il avait fui la tempête révolutionnaire. Il
continua: «Savez-vous s'il est parent de ce Guizot qui est attaché à
l'abbé de Montesquiou?» Alors, je dus dire à l'Empereur que je ne
connaissais M. Guizot que comme je connaissais les Français habitants du
Piombinais pour lesquels j'étais assez habituellement un point d'appui,
mais que je pouvais lui communiquer ou lui faire communiquer une lettre
écrite par M. Guizot lui-même, et dans laquelle il donnait des
renseignements sur sa famille. L'Empereur désira de lire cette lettre.
Le lendemain, je la lui remis. Je vais copier M. Guizot:

     «Je profite des offres obligeantes que vous avez eu la bonté de me
     faire à l'égard du désir que j'ai de recevoir des nouvelles de mon
     frère Joseph Guizot. Il y a du même nom un architecte du roi qui,
     le 19 mai dernier, fut chargé de rétablir le monument de Henri IV,
     et, par voie indirecte, j'ai appris qu'il a fait et exécuté le
     projet de la colonne de la place Vendôme. Il était ci-devant
     ingénieur des ponts et chaussées dans le département de la Loire,
     résidant à Visigneux, et il était d'Aix, département du Rhône
     (_sic_).

     «Le _Journal des Débats_, du mois de juin dernier, annonce que M.
     Guizot, professeur d'histoire, membre de l'Académie, était nommé
     secrétaire du ministère de l'Intérieur, et je crois que c'est le
     fils aîné de mon frère. Il y a dix-huit ans que mon frère l'avait
     envoyé à Paris pour son éducation. De notre nom positif de famille,
     il n'a que mon frère et moi, une famille dans la Bourgogne et les
     parents de notre département. Mon frère et moi, nous avons beaucoup
     voyagé en France et à l'étranger. Par des circonstances fâcheuses,
     je suis depuis dix-sept ans privé de la correspondance d'un si
     digne frère, quoique nous fussions les deux plus intimes de la
     famille. J'espère, Monsieur, que par votre canal, j'aurai des
     nouvelles d'un frère qui m'est si cher, et dont je ne pourrai
     jamais oublier les grandes qualités, car sa conduite a toujours été
     celle d'un homme estimable.»

Après la lecture de cette lettre, l'Empereur me dit: «J'avais d'abord
cru que c'était un agent politique qu'on nous envoyait, mais j'étais
dans l'erreur, et le pauvre diable ne paraît venir ici que pour y
trouver quelque ressource. Je voudrais faire quelque chose pour lui,
quoique ce ne soit pas un nom des nôtres. Voyons, il ne faut pas qu'on
dise que nous sommes rancuneux.» Je lui observai qu'il pouvait le nommer
à un emploi de surveillance que je lui indiquai: l'emploi était donné
depuis quelques jours. Alors l'Empereur me chargea de voir si le
commandant du génie n'avait pas encore à donner quelques travaux
d'entreprise. M. Guizot resta environ quatre mois à Porto-Ferrajo; je
crois qu'il nous quitta pour aller à Marseille.



CHAPITRE III: LES FÊTES ET LES DISTRACTIONS IMPÉRIALES.--LA PRINCESSE
PAULINE.

     I.--Les fêtes.--Fête patronale de San Cristino.--Banquet de la
     garde nationale et de la garde impériale.--Bals au palais.--La
     Saint-Napoléon.--Fête du roi Georges d'Angleterre.

     II.--Arrivée de Pauline Borghèse.--Son rôle à l'île d'Elbe.--Bal au
     théâtre.--Suite des fêtes données par l'Empereur.--Mots de Napoléon
     sur la Marseillaise.--Maladie imaginaire de Pauline.--Anecdotes sur
     elle.--Carnaval-mascarade de la garde.

     III.--Théâtre.--Création d'une salle de spectacle.--Association de
     propriétaires.



I

LES FÊTES.


La municipalité de Porto-Ferrajo avait bien l'intention de fêter
publiquement l'arrivée de l'Empereur; mais la caisse municipale n'était
pas riche, et l'on touchait à la fête de saint Cristino, le patron
titulaire du pays. Les Porto-Ferrajais n'auraient pas voulu pour rien au
monde supprimer l'hommage annuel qu'ils rendent à leur protecteur
céleste. Mais deux dépenses l'une sur l'autre, sans compter celle que
l'arrivée de l'Empereur avait déjà occasionnée, c'était beaucoup: on se
décida à fêter l'Empereur le jour qu'on fêterait saint Cristino. On fit
deux parts pour cette double fête, la part de la religion et la part du
plaisir. Le matin l'on chanta une messe solennelle, le soir l'on donna
un bal splendide. L'invitation du matin ne faisait mention que de saint
Cristino, l'invitation du soir portait la prière «d'assister au bal pour
solenniser l'arrivée de Sa Majesté l'Empereur, l'auguste souverain». Il
n'y avait pas à se tromper.

L'Empereur alla, dans toute la splendeur de sa situation, assister à la
messe solennelle: voitures, chambellans, officiers d'ordonnance, troupes
sous les armes, rien ne manqua à son cortège du matin et le soir. Pour
aller au bal, il y eut de plus les flambeaux. Quelques personnes
trouvèrent que, dans ce faste presque prétentieux, il y avait quelque
chose de colifichet, et j'avoue que j'étais un peu de cette opinion.
Quelques jours après, je reçus une leçon dans une conversation fortuite
et je tâchai d'en profiter: l'Empereur, parlant au général Bertrand des
nécessités de circonstance qui soumettaient les hommes comme les choses,
lui disait: «Par exemple, croyez-vous que, l'autre jour, je n'aurais pas
payé pour pouvoir aller à pied à l'église, seulement avec vous ou avec
le général Drouot? Et cependant, je me suis fait suivre par une sorte de
fracas ridicule: c'est que, dans un pays où le peuple n'a pas le
sentiment de la puissance suprême, si, au jour de ses prédilections
séculaires, je n'étais pas apparu à ses yeux dans l'éclat qu'il suppose
aux souverains, il n'aurait peut-être plus cru à ma souveraineté, et,
dans mon intérêt bien entendu, il fallait éviter cela, comme il faudra
que je l'évite encore chaque fois que l'occasion s'en présentera.»

L'Empereur fut très dévot à la messe; il fut très gai au bal.

La garde nationale ajouta sa fête à la double fête; la garde nationale
qui avait accueilli la garde impériale avec une fraternité de l'âge
d'or, saisit cette circonstance pour lui offrir un banquet, et ce
banquet fut la consécration de tous les sentiments nobles et généreux.
Citoyens et soldats, soldats et citoyens s'identifièrent d'affection, et
jamais réunion d'amitié n'eut un caractère plus virginal. Tout le pays y
prit part; l'Empereur en éprouva une joie extrême. On porta sa santé
avec délire. On porta aussi la santé «des braves morts au champ
d'honneur», ce qui amena une illarité (_sic_) telle qu'on resta plus
d'un quart d'heure sans pouvoir continuer à porter les santés convenues.
Mais, en reprenant le cours des santés à porter, le convive qui s'était
trompé reprit; gravement: «À la mémoire des braves morts au champ
d'honneur!» et l'assemblée, debout, lui répondit par des acclamations
brûlantes de patriotisme.

La garde impériale riposta banquet pour banquet: ce n'était pas une
nouvelle fête, c'était la suite de la première fête. Toutes les âmes
continuèrent à s'entendre, à s'aimer, à se le dire, et les épanchements
furent sans réserve. L'Empereur y reçut de nouveaux témoignages d'amour.

On chanta des couplets de circonstance qui finissaient par ce refrain:

     Jurons, jurons ensemble
     Honneur, fidélité!

et, d'enthousiasme, tout le monde jura honneur, fidélité. Les tables du
banquet étaient dressées sur la terrasse de la Porte de mer; des
croisées de ma maison dominaient cette terrasse. J'avais chez moi six
canons de bronze du calibre d'une grosse carabine, et qui jusque-là
n'avaient servi que d'ornement militaire. Ils n'équivalaient pas même à
de petits mortiers. Ma femme, associée de coeur et d'âme à tous les
témoignages de nationalité, eut l'heureuse idée de faire à mon insu
dresser ces canons en batterie à l'une des croisées, et lorsque le
général Cambronne porta la santé de l'Empereur, l'artillerie en
miniature mêla son bruit aux cris de joie. Cette surprise, bien
appropriée à la fête des preux, la couronna joyeusement, et un vivat
général de gratitude salua Mme Pons. Tous les officiers de la garde me
témoignaient beaucoup d'affection: il était donc naturel que je portasse
un toast; je le portai ainsi: «À la liberté! Puisse-t-elle devenir au
monde moral ce que le soleil est à l'univers physique!» Ce n'étaient pas
les habitudes impériales. L'Empire comprenait mieux l'égalité que la
liberté: on pourrait même dire que l'Empire ne comprenait que l'égalité.
Toutefois, mon toast fut accueilli avec un sentiment d'approbation
extrême. La plupart des braves vinrent me presser la main. C'est que le
mot de liberté fait vibrer tous les coeurs nobles et généreux.

L'Empereur s'était affligé de ce que la princesse Pauline n'avait pas pu
assister à la fête de saint Cristino; il s'affligeait encore de ce
qu'elle n'assisterait pas à la fête de saint Napoléon, il le disait
souvent. Il eut même un moment la pensée de faire retarder cette
nouvelle manifestation. Mais il comprit la difficulté d'arrêter le
mouvement populaire, il laissa faire.

Porto-Ferrajo se lançait dans une voie immense d'affection. Mais c'était
pourtant une voie de perdition pour les finances générales de la commune
et pour les finances particulières de ses notabilités. Les rentrées de
la commune ne couvraient pas, à beaucoup près, les dépenses qu'elle
s'imposait. Il fallait donc indubitablement qu'elle recourût aux
emprunts publics, onéreux dans tous les pays du monde, plus
particulièrement dans les pays pauvres. Il n'y avait pas six familles à
Porto-Ferrajo dont la fortune fût au niveau des sommes que coûtait le
luxe inusité de leurs femmes. Sans doute, l'Empereur, en occupant des
milliers de bras, faisait couler l'or à grands flots, mais il le faisait
couler par le travail, et la généralité des personnes de faste ne
travaillait pas. Les marchands gagnaient parce qu'ils vendaient haut la
main toutes leurs marchandises, bonnes et mauvaises. Les rentiers
perdaient parce que le renchérissement de toutes les choses nécessaires
à la vie matérielle devenait chaque jour moins en rapport avec
l'immobilité de leurs revenus: ils ne pouvaient pas faire faire pour
cent francs ce que, avant l'arrivée de l'Empereur, ils faisaient faire
pour cinquante francs, tandis que la valeur de leurs rentrées n'avait
pas augmenté d'un centime. N'importe, l'on était notabilité; et pour ne
pas déchoir par la mise, on s'exposait à déchoir par la bourse. On avait
une belle robe pour la fête du pays; on n'aurait pas osé la porter une
seconde fois au bal de la fête impériale, et l'on cherchait à s'en
procurer une plus belle; ajoutez quelques apparitions aux cercles de la
Cour: tout cela conduisait à une catastrophe. L'usure de Porto-Ferrajo
aurait fini par dévorer le patrimoine de la bourgeoisie rentière, comme
l'usure de Florence dévore les domaines de la vieille noblesse.

Quoi qu'il en soit, l'on se prépara à célébrer dignement la fête de
l'Empereur, et la municipalité n'épargna aucune des somptuosités qui
pouvaient être à sa portée. On construisit une grande salle en bois sur
la place d'Armes, on éleva un arc de triomphe pour un beau feu
d'artifice, et l'on organisa une course de chevaux: c'était immense pour
la localité.

Enfin le 15 août arriva. Les salves d'artillerie commencèrent les joies
de la journée. Le lever de l'Empereur eut vraiment quelque chose
d'extraordinaire; toutes les magistratures populaires de l'île s'y
trouvaient, et jamais aux Tuileries l'Empereur ne fut si bien entouré:
il semblait le comprendre, ses paroles d'émotion se succédaient, on
voyait que sa manière était supérieure à celle du souverain agréant des
hommages: c'est que c'était celle de l'homme recevant des sentiments.
Tout le monde emporta de nobles souvenirs de ce lever. On alla aussi
complimenter Madame Mère: Madame Mère joignit ses voeux aux voeux
universels.

Les cérémonies religieuses eurent cet éclat presque mondain qui sert
plus à éblouir les yeux qu'à satisfaire le coeur, et dont l'Italie fait
un si grand abus que son culte du catholicisme romain ne semble pas le
même que celui que l'on exerce en France. L'Empereur se rendit en grand
apparat à la messe. La garde nationale et la garde impériale étaient
sous les armes formant la haie, et je ne crois pas que la fête eut rien
de plus magnifique. La sortie de la messe offrit un spectacle curieux:
toutes les toilettes du jour, se disputant un regard de l'Empereur,
forcèrent les rangs militaires, prirent leur place, et la perturbation
de joyeuseté fut telle qu'on ne songea pas même à battre aux champs.

Il en fut à peu près de même à la course des chevaux: les dames prirent
d'assaut toutes les places sur lesquelles l'oeil de l'Empereur pouvait
planer. Ce divertissement n'était pas ordinaire à Porto-Ferrajo, parce
qu'il fallait y faire venir les chevaux du continent. Aussi il fit un
grand plaisir, même à l'Empereur.

Un vent impétueux dérangea le feu d'artifice. J'ai dit que le feu
d'artifice représentait un arc de triomphe; sur le fronton de cet arc de
triomphe on lisait: «À l'Empereur.» Le vent éteignit tous les lampions
de la première lettre, de la quatrième, de la neuvième et enfin de la
dixième, de telle sorte que les lettres restantes formaient ce mot, «le
père»; et ce qu'il y a de plus étonnant, c'est que «le père» fut la
dernière clarté qui cessa de briller. Le peuple fit attention à cela;
l'Empereur fut peuple à cet égard.

L'illumination fut générale dans toute l'étendue du mot; chacun disputa
de goût et d'éclat, il y avait de fort belles illuminations. La mienne
remporta le prix: je le dis avec plaisir. J'avais huit croisées de
façade. Je fis faire des lettres en bois aussi grandes que les croisées:
une ancre d'espérance, aussi en bois, qui avait vingt pieds de long,
rompait à angle droit le centre de la ligne horizontale des lettres, et
chaque lettre avait au-dessous d'elle une étoile qui l'égalait en
largeur; les huit lettres étaient dominées par une seule lettre, un _A_;
ces huit lettres formaient le nom de Napoléon. J'avais fait garnir cette
charpente de lampions tricolores aussi resserrés que possible. Dès qu'on
l'eut éclairée, le public accourut devant ma maison, et il m'honora de
ses applaudissements répétés. On prévint l'Empereur: l'Empereur se
rendit chez le capitaine du port qui restait en face de chez moi, et il
regarda longuement. Le colonel Campbell prétendait que mon allégorie
était trop explicite. Je ne savais pourtant rien des projets de
l'Empereur; je ne crois pas même qu'à cette époque l'Empereur eût des
projets. Le peuple veilla toute la nuit.

Tandis que le peuple veillait dans les rues, la haute société veillait
au bal, et le soleil dispensait sa lumière lorsque les danseurs se
séparèrent. L'Empereur alla voir danser, Madame Mère aussi; tous deux
partagèrent la joie commune. La comtesse Bertrand ne parut pas: un
malheur de famille la retenait chez elle. Il y eut un acte de juste
sévérité exercé contre une femme française; cette femme avait une
mauvaise conduite; un de ses adorateurs lui avait procuré un billet;
elle s'était rendue au bal la première. On la pria de se retirer;
appuyée qu'elle se croyait par des protecteurs, elle refusa, et alors,
usant d'autorité, on la fit sortir; les protecteurs ne la protégèrent
pas.

Entre la fête de saint Cristino et celle de saint Napoléon, il y avait
eu, en rade, une fête anglaise qui surprit les Elbois. Le 4 juin, vers
midi, je reçus l'invitation suivante: «Le capitaine Towers, de la
frégate de Sa Majesté Britannique, prie Monsieur et Madame Pons de lui
faire l'honneur d'assister à une fête impromptue donnée à l'occasion de
la naissance de S. M. le roi Georges, ce jour à cinq heures et demie.»
Cette invitation me fut apportée par un officier anglais, qui, de la
part de son commandant, me pria de vouloir bien lui dire s'il n'y avait
personne d'oublié sur une longue liste qu'il me présenta, et que la
municipalité lui avait donnée. Il ne pouvait guère y avoir des oublis,
car c'était vraiment la levée en masse des personnes présentables. J'y
ajoutai pourtant un nom. Cet officier, sa liste à la main, guidé par un
valet de ville, alla de porte en porte, et, verbalement, pria tout le
monde d'assister à la fête impromptue. Cet officier parlait bien le
français, moins bien l'italien; il avait d'ailleurs des manières
distinguées.

J'avoue que ma première impression fut de trouver cette fête blessante.
Il me semblait que c'était de mauvais goût que de fêter le souverain
vainqueur en présence du souverain vaincu. Je croyais que la rade de
Livourne aurait mieux convenu à cette ovation. Je fus consulter le
général Drouot. L'Empereur ne lui avait rien fait dire, et il était
aussi embarrassé que moi; il courut chez l'Empereur. L'Empereur
regardait la fête anglaise comme une fête de famille, il désirait que
j'acceptasse l'invitation, même que j'allasse à bord de la frégate «avec
ma femme et mes enfants qu'il aurait du plaisir à voir».

Je fus donc avec ma femme et mes enfants à bord de la frégate anglaise.
Les Anglais nous accueillirent avec une politesse extrême.

Tous les canons avaient été mis dans la cale. L'entrepont formait une
vaste salle à manger. La table tenait toute la longueur que la frégate
avait pu permettre de lui donner. Sur le pont, avec des voiles et des
drapeaux, l'on était parvenu à constituer un beau salon dansant, dans
lequel le capitaine Towers avait fait élever un trône pour l'Empereur.
La frégate était complètement pavoisée: le pavillon elbois tenait la
première place.

L'Empereur arriva: tout l'état-major alla le recevoir à l'échelle. On ne
pouvait pas le saluer avec l'artillerie, parce qu'il n'y avait plus de
canons montés, mais l'équipage, rangé sur les vergues, lui adressa trois
hourras bien nourris, et l'Empereur, le regardant, ôta son chapeau. Il
passa ensuite sur le gaillard d'arrière: là, tout le monde se rangea en
cercle, et l'Empereur, comme s'il était chez lui, la main gauche dans
son gousset, selon son usage, répéta à l'avenant les questions
insignifiantes qu'il faisait presque toujours en pareille circonstance.
Il ne cherchait pas à fatiguer son esprit par des à-propos
particulièrement applicables à chacune des personnes qu'il interrogeait:
ce n'était pas son moment d'éclat. Lorsque le cercle fut rompu,
l'Empereur demanda un interprète, et il alla parler à des matelots,
surtout à un contremaître qu'il avait entretenu plusieurs fois pendant
sa traversée de Fréjus à l'île d'Elbe. Il semblait que tout l'équipage
était avide de le revoir: la figure de ces braves gens exprimait le
contraire de la perversité de leur gouvernement. Le capitaine Towers
était dans une admiration sincère pour l'Empereur: il le suivait sans
cesse d'un regard plein de respect et d'intérêt, il avait une de ces
figures ouvertes qui inspirent de la confiance.

J'en étais encore à ma grande brouillerie avec l'Empereur. Je ne
l'approchai pas. Il vint à moi, il me demanda ma femme et mes enfants,
je me hâtai de les lui présenter. Il loua beaucoup ma femme de la
manière remarquable dont elle remplissait ses devoirs maternels, qu'il
appela de _saints devoirs_. Il avait déjà dit au général Drouot «que ma
femme était un noble modèle des bonnes mères». Il s'amusa beaucoup à
faire jaser ma fille aînée, qui, toute petitote (_sic_), ne pouvant en
aucune manière comprendre la grandeur du personnage qui s'occupait
d'elle, lui disait des choses enfantines que l'Empereur trouvait
aimables, parce qu'elles étaient ingénues et qu'elles lui prêtaient à
rire: cet amusement dura assez pour que tout le monde en fît la
remarque. Ma fille cadette n'était pas encore en état de bien répondre.
J'étais fort aise de la distinction impériale dont ma fille aînée
jouissait, parce qu'elle me prouvait que l'Empereur, qui semblait m'en
vouloir, n'en voulait pas du moins aux êtres que je rapprochais le plus
de mon coeur. J'eus aussi mon moment de faveur, suite naturelle de celle
dont ma famille venait d'être honorée. L'Empereur me fit signe d'aller à
lui: «Vous ne vouliez pas venir ici?--Je ne croyais pas devoir y
venir.--Pourquoi?--Parce qu'il ne me semblait pas séant que l'on
affectât de fêter sous vos yeux le prince qui a le plus contribué à vos
malheurs.--C'est un devoir pour les Anglais de célébrer cette fête
partout où leur service les appelle.--Le service de ceux-ci les appelle
au moins autant à Livourne qu'à Porto-Ferrajo, puisqu'ils sont les trois
quarts du temps à Livourne, où ils étaient hier encore.--C'est
vrai.--Ensuite ils viennent nous dire que c'est un impromptu; oui, un
impromptu prémédité! du drap noir cousu avec du fil blanc!--Comme tout
ce que font les Anglais. Le capitaine Towers n'est pour rien dans cette
combinaison, c'est une idée du colonel Campbell. Le colonel Campbell est
l'âme damnée de son gouvernement, son mandat est de me nuire. Il cherche
à me nuire, il m'a plusieurs fois ennuyé. Ne vous engage-t-il plus à
rentrer en France?--Non, Sire, et bien lui en vaut, car la patience a un
terme.--Gardez-vous bien de la perdre! C'est dans mon intérêt que vous
devez la garder. On ne manquerait pas de me susciter une affaire
générale en vengeance d'une affaire particulière. Le gouvernement
anglais ne cherche qu'à me perdre: il ne me pardonnera jamais d'avoir
été le Français le plus acharné à briser sa suprématie. Ce n'était pas
la haine qui me faisait agir, c'était le devoir, c'était l'amour de la
patrie. Aussi tous les Anglais de bonne foi m'honorent. Si j'allais en
Angleterre, le gouvernement anglais aurait peur de mon influence, et il
me ferait partir.»

J'aurais payé beaucoup pour pouvoir prolonger cet entretien, mais
l'Empereur s'aperçut qu'il retardait le repas. Il me dit: «Je commence à
être un embarras, et il est temps que je m'en aille.» Dès qu'il fut levé
pour partir, le capitaine Towers vint lui faire une demande à voix
basse, et l'Empereur lui répondit hautement: «Madame Pons!»

Les mêmes hourras accompagnèrent l'Empereur à son départ: il répondit
par le même salut.

Lorsqu'on dut se mettre à table, le capitaine Towers, chef visible de
cette fête, alla prendre Mme Pons, lui donna le bras et la fit placer à
sa droite; il lui fit aussi les honneurs du bal. Cette préférence était
certainement due à l'indication de l'Empereur. Le repas fut somptueux;
il y avait une immensité de plats; toutefois, il y avait peu dans chaque
plat. Ainsi, un poulet rôti faisait deux plats.

Le bal suivit le repas, il couronna la fête.

Ma fille aînée en était encore aux jours de la première enfance, mais
les leçons de père et mère étaient incessantes, et ce tout petit enfant
en profitait. De retour à la maison, sa mère lui demanda si elle était
contente d'avoir vu l'Empereur: «Oui, répondit-elle, mais je crois, que
je l'ai trop salué, et j'en suis fâchée!» Cette réponse était de
quelques années plus vieille que ma fille. Lorsque je fus dans les
bonnes grâces de l'Empereur, je lui racontai cette petite anecdote, et
il me dit gaiement: «Ah! monsieur le républicain, il y a votre couleur
dans ces paroles naissantes!» Je ne m'en défendis point.

Cette fête eut cependant un revers de médaille, fort indifférent sans
doute pour la société britannique: deux officiers anglais, entrés dans
la vigne du Seigneur, voulurent cependant danser quand même, et, par
leurs inconvenances de déraison, sans pourtant avoir l'intention
d'offenser, ils contraignirent plusieurs dames à se retirer,
particulièrement la femme de l'intendant, quoiqu'elle aimât beaucoup la
danse. Il est incompréhensible qu'un peuple qui a presque atteint au
plus haut degré de la civilisation ne puisse pas se guérir à tout jamais
de cette maladie dégradante. Un officier supérieur a, dans une grande
réunion à la cour de Florence, pour ainsi dire en présence du souverain,
de la souveraine, fait ce qu'un soldat abruti n'oserait pas à la caserne
faire en présence de ses camarades, et les compatriotes de cet officier
supérieur ne l'ont puni qu'en riant de son oubli! La philosophie
philanthropique qui, en Angleterre, est si riche de bonnes institutions,
ne pourrait-elle pas ajouter à sa gloire en inventant un moyen assuré
d'éteindre cette odiosité (_sic_), ou au moins de l'empêcher de se
montrer en spectacle dans tous les pays du monde?



II

PAULINE BORGHÈSE.--LE CARNAVAL.


La princesse Pauline était un complément d'intimité indispensable pour
l'Empereur: elle avait toutes les qualités d'un ange consolateur. La
présence du Roi de Rome était la seule qui aurait été plus précieuse que
celle de la princesse Pauline. Sans doute Madame Mère, que l'Empereur
aimait si tendrement, lui procurait de douces jouissances, mais Madame
Mère n'était pas toujours là, et d'ailleurs ses habitudes de vieillesse
ne pouvaient pas marcher ensemble avec les habitudes viriles de
l'Empereur. C'était même à cause de cela que Madame Mère avait voulu
avoir sa maison à part. La princesse Pauline, au contraire, ne
considérait en rien pour rien les habitudes de l'Empereur; et si
l'Empereur avait eu l'habitude de la battre, résignée à supporter les
coups, elle aurait dit: «Il me fait mal, mais laissons-le faire, puisque
cela lui est agréable!» Je répète ses propres expressions dans un moment
où elle expliquait son dévouement fraternel. Elle était douce,
affectueuse, bienveillante, et sa gaieté donnait de l'animation à tout
ce qui l'entourait. On pouvait la considérer comme le trésor le plus
précieux du palais impérial, l'Empereur à part, cela s'entend.

L'Empereur alla au-devant de la princesse Pauline: tout Porto-Ferrajo
était sur les pas de l'Empereur. La première fois la princesse Pauline
n'avait fait que paraître et disparaître; maintenant elle venait pour ne
plus s'en aller. C'était l'Empereur qui l'avait dit: chacun le répétait,
et cela doublait le plaisir de cette heureuse arrivée.

Tous les soins de tendresse que l'Empereur avait eus pour sa mère, il
les eut pour sa soeur, et le peuple, dans sa justice distributive, disait
que l'on ne pouvait pas être ni meilleur fils ni meilleur frère. Un
vivat universel accueillit la princesse Pauline; ce vivat la suivit au
palais impérial, où Madame Mère l'attendait. Rien n'est comparable au
bonheur de semblables réceptions; aucune manifestation officielle ne
peut avoir une telle puissance. Les coeurs ne vibrent pas par ordre.

Porto-Ferrajo illumina. Personne ne le lui avait dit. Cette spontanéité
fit plaisir à l'Empereur: elle toucha la princesse.

L'Empereur mit la princesse Pauline en possession de l'appartement qu'il
avait lui-même fait préparer pour l'impératrice.

L'intérieur du palais impérial se ressentit de la présence de la
princesse Pauline. Il y avait quelques soirées dansantes: elles étaient
agréables, parce que l'étiquette n'y mettait pas le _veto_ glacial des
grandes soirées. On avait organisé deux ou trois comédies pour les jouer
dans une pièce qu'on avait transformée en théâtre du palais. La jeunesse
la plus gaie fournissait de droit les acteurs les plus facétieux. Ces
messieurs n'étaient pas parfaits, mais ils étaient agréables, ils
faisaient rire, et il n'en fallait pas davantage. L'Empereur ne se
préoccupait pas trop de ces amusements; il en laissait la direction
suprême à sa soeur, pour laquelle c'était une grande affaire.

Toutefois, avant de se démettre de la surintendance des plaisirs,
l'Empereur avait voulu diriger lui-même la célébration d'une fête qu'il
donnait à l'occasion du retour de cette soeur chérie. L'Empereur
présidait à tout; rien n'échappait à son regard; il avait à la fois la
galanterie d'un chevalier et la noblesse d'un souverain. Je me trompe:
il avait toute la tendresse d'un père au milieu de ses enfants, toute
l'affection d'un ami entouré de ses amis. Lorsqu'il entra dans la salle
de danse, il s'attendait peut-être que l'orchestre jouerait: _Où peut-on
être mieux qu'au sein de sa famille?_ et au lieu de cet air d'amour, on
joua: _Allons, enfants de la patrie..._ L'Empereur s'arrêta, il écouta;
il se tourna vers moi et il me dit: «On croirait que c'est vous qui
dirigez la musique.» L'Empereur riait, mais en riant il disait à peu
près la vérité, car c'était moi qui avais fait jouer la _Marseillaise_.
Le chef d'orchestre, Gaudiano, qui me connaissait plus que les alentours
de l'Empereur, était venu me consulter pour savoir par où il devait
commencer, et je lui avais répondu: «Par le commencement: _Amour sacré
de la patrie..._!» Gaudiano était un patriote, il m'avait cru sur
parole. L'Empereur dit deux fois que «la _Marseillaise_ avait été le
plus grand général de la République». Il dit une fois que «les miracles
de la _Marseillaise_ étaient une chose inouïe». L'Empereur prit place
sur un fauteuil auquel on avait voulu, je crois, donner la forme d'un
trône. L'étiquette voulait qu'on ne passât pas devant l'Empereur sans le
saluer: la princesse Pauline suivait ponctuellement cette étiquette. La
femme de l'intendant voulut être encore plus ponctuelle: elle passa et
repassa tant de fois devant l'Empereur, toujours en le saluant
profondément, que l'Empereur finit par faire des signes d'impatience. La
société s'autorisa de ces signes d'impatience pour rire tout à son aise.
L'Empereur s'en aperçut; il se leva, fit le tour de la salle, et
lorsqu'il fut à la femme de l'intendant, il l'entretint avec beaucoup de
bienveillance; les rires cessèrent. Le bal se prolongea avant dans la
nuit; il était tard lorsque l'Empereur se retira.

L'Empereur reprit les habitudes de son cercle quotidien, qu'il laissait
cependant embellir, chaque fois que cela lui plaisait, à sa soeur, et il
n'était pas rare que sa soeur se plût à cet embellissement.

À côté du cercle de l'Empereur, il y avait quelquefois le cercle de la
princesse Pauline, et ce n'était pas le moins agréable. Chez elle, la
princesse Pauline avait ses franches coudées, et elle en profitait pour
multiplier les plaisirs. C'était son empire, et l'Empereur trouvait
toujours quelque prétexte pour aller la visiter. Ces visites faisaient
le bonheur de la princesse Pauline: elle le disait avec une naïveté
charmante.

La princesse Pauline était celle des soeurs de l'Empereur qui avait le
moins de talents, mais ses soeurs étaient bien moins remarquables pour le
coeur. Les deux soeurs aînées de la princesse Pauline n'auraient pas donné
un centime pour servir l'Empereur, et la princesse Pauline aurait
sacrifié sa vie seulement pour lui éviter des chagrins. L'Empereur ne
fut pas heureux dans ces (_sic_) deux soeurs, mais il le fut dans ses
trois belles-soeurs, la femme du roi Joseph, la femme du roi Louis, la
femme du roi Jérôme, et dans la femme de son fils adoptif, le prince
Eugène. La reine d'Espagne, Marie-Julie, fut digne dans la prospérité
comme dans l'adversité, et, sur le trône ou dans l'exil, sa vie fut un
enchaînement honorable de bonté et de bienfaisance; la reine de
Hollande, Hortense, qui se montra supérieure à toutes les vicissitudes
humaines et dont le nom dans l'infortune est devenu un nom national,
Hortense, qui fit de ses enfants des princes citoyens, et qui sur la
terre d'exil passa à l'éternité en faisant des voeux pour la France; la
reine de Westphalie, Frédérique-Catherine, dont l'autorité paternelle
força la main, et dont ensuite on voulut forcer les sentiments
d'honneur: née sur les marches du trône, alors qu'elle fut descendue du
trône elle refusa de reconnaître à la puissance souveraine le droit de
briser le lien conjugal, et, libre alors de sa volonté, elle resta
fidèle au serment qu'elle n'aurait pas fait, si, à l'époque où elle le
fit, elle avait été maîtresse de ne pas le faire; la princesse
Auguste-Amélie de Bavière, femme du prince Eugène, belle d'âme, parfaite
de coeur, et qu'une couronne n'aurait pas grandie, car elle était au
moins au niveau de toutes les couronnes.

Une espèce de monomanie dominait l'excellent naturel de la princesse
Pauline: elle voulait toujours être ou paraître malade. Le seul défaut
qu'elle trouvât à son frère était celui de la contrarier à cet égard,
et, en effet, l'Empereur se plaisait souvent à lui dire que ses maladies
étaient des rêves. La princesse Pauline avait une mauvaise santé, mais
elle s'était habituée à exagérer ses incommodités passagères. Le 1er
janvier, j'allai lui souhaiter la bonne année, que je lui souhaitai de
bon coeur, car je l'aimais sincèrement. Après le compliment, elle me
demanda «comment je trouvais son teint». Je répondis: «Comme le matin je
trouvais celui des roses.» Cela lui donna un peu de bouderie, elle
imaginait que c'était mal à moi de la contrarier ce jour-là, puis elle
se mit à rire de sa susceptibilité. Une autre fois, je la trouvai allant
à la promenade en chaise à porteurs; je m'approchai pour lui présenter
mon hommage. Elle me dit: «Vous voyez bien que je suis souffrante,
puisque l'Empereur m'a engagée à prendre le grand air.» Pour prendre le
grand air, la bonne princesse n'avait qu'à se mettre à l'une de ses
croisées, car son appartement était exposé à tous les airs, et c'est
peut-être ce que l'Empereur avait voulu lui faire entendre. Mais le
désir de se rendre intéressante n'allait pas jusqu'à la faire renoncer à
la danse qui lui nuisait ou qui pouvait lui nuire, et, eût-elle été plus
malade encore, elle aurait dansé sans cesse si l'Empereur n'y avait mis
bon ordre. Le capitaine Loubers était son danseur officiel. La princesse
Pauline n'aurait pas joui de son plaisir particulier si elle n'avait été
assurée qu'il était entouré d'un plaisir général: c'était une pâte
humaine de perfection. Je cite un seul trait de son caractère: elle
s'habillait pour paraître au cercle dansant de l'Empereur; sa femme de
chambre, jeune demoiselle corse, la mécontenta dans son service, et,
impatientée, elle lui donna un soufflet. Arrivée au bal, elle était
inquiète; ses yeux se portaient avec anxiété vers une porte où les
premiers serviteurs de l'Empereur avaient la permission de se placer
pour voir les divertissements. La princesse faisait partie d'une
contredanse, mais son regard était toujours fixé sur la porte. Tout à
coup, quittant la contredanse, elle courut à la porte et elle y embrassa
vivement une jeune personne à laquelle elle dit hautement avec émotion:
«Pardonne-moi, cela ne m'arrivera plus.» C'était la femme de chambre.

Aucune famille porto-ferrajaise ne donnait des soirées: c'était presque
impossible en présence des soirées de l'Empereur. La princesse Pauline
me pressait de recevoir; mais j'étais trop petitement logé à
Porto-Ferrajo, et je recevais à Rio-Marine: l'élite des braves y venait,
je tâchais de lui rendre mon hospitalité agréable. La vérité est qu'elle
s'en contentait; car c'était toujours à qui rirait le plus. La princesse
Pauline voulait s'associer à cette gaieté de bon aloi; elle me le disait
souvent, mais l'Empereur ne voulait pas que, dans la mauvaise saison,
elle s'exposât à franchir les monts, et l'Empereur commandait.

Lorsque le carnaval fut arrivé, la princesse Pauline usa de toute son
influence pour que le théâtre donnât plus de vie aux divertissements
nocturnes, et le théâtre répondit aux intentions de cette princesse avec
d'autant plus d'empressement qu'on était persuadé que la princesse ne
cherchait qu'à distraire l'Empereur: ce qui était vrai.

Depuis quelque temps, l'Empereur était plus rêveur que de coutume, sans
cependant être sombre. La princesse Pauline s'inquiétait; le général
Drouot m'en avait parlé plusieurs fois. L'Empereur se prêtait de la
meilleure grâce du monde à tout ce que sa soeur faisait pour lui être
agréable; d'ailleurs, il n'aimait l'isolement que pour travailler sans
distraction. Pendant la durée du carnaval, il alla plus fréquemment aux
représentations théâtrales, et il assista même à un bal masqué. Ce bal
eut cela de remarquable, outre la présence de l'Empereur, que la
princesse Pauline y alla travestie en Napolitaine, mise avec un goût
exquis, une grâce enchanteresse, et paraissant encore plus jolie que
jamais. Son triomphe fut complet. Tout le monde était sincèrement
émerveillé. L'Empereur lui-même comptait parmi les admirateurs.

Le carnaval parcourut sa carrière. La garde impériale, qui l'avait aimé
pendant sa vie, se chargea de faire les honneurs de son convoi funèbre,
et elle s'en acquitta à merveille; beaucoup de jeunes gens du pays
s'associèrent à ce deuil facétieux. Le pauvre carnaval fut donc
solennellement enterré. Le commandant Mallet conduisait le cortège;
habillé en Sultan, monté sur le cheval blanc de l'Empereur, richement
couvert des cachemires de la princesse Pauline, il était fier comme
Artaban, et il y avait vraiment de quoi l'être. À côté de lui, était le
capitaine des lanciers polonais, Schultz, qui représentait Don
Quichotte, et qui le représentait à s'y méprendre. C'était naturel: le
capitaine Schultz avait cinq pieds neuf pouces, il était mince, et son
cheval était l'haridelle (_sic_) la plus haridelle de l'île d'Elbe; le
costume répondait parfaitement au cavalier et au coursier; c'était en
tout point le héros de Michel Cervantès. Il y avait beaucoup d'autres
beaux costumes. Et cette cérémonie avait lieu quelques jours avant notre
départ!



III

LE THÉÂTRE.


L'Empereur comprit bientôt qu'il fallait des amusements à ses braves:
les amusements nocturnes lui parurent les plus essentiels. Il décida que
l'on ferait de suite un théâtre. On chercha un local; l'autorité
administrative indiqua l'église de Saint-François. L'Empereur hésita un
moment, il craignait la réprobation des consciences religieuses
timorées. Les magistrats municipaux le rassurèrent: depuis longtemps
cette église servait de magasin militaire; elle avait déjà été employée
pour les besoins de la cité. Le clergé lui-même ne fit entendre aucune
plainte; personne donc ne cria au sacrilège, loin de là. Une députation
des premières notabilités alla remercier l'Empereur de ce qu'il dotait
Porto-Ferrajo d'un édifice qui lui était absolument nécessaire; mais
l'édifice seul ne suffisait pas. La transformation en salle de spectacle
devait être dispendieuse, les accessoires pour monter la scène pouvaient
aussi s'élever à une somme importante, et la bourse de l'Empereur
n'était plus intarissable. D'ailleurs, l'Empereur donnait sa part en
donnant un bâtiment que l'on considérait comme sa propriété, quoique à
vrai dire cela fût un peu douteux, à moins que l'État ne comptât pour
rien dans la souveraineté de l'île d'Elbe. L'Empereur décida que les
loges du théâtre à construire seraient par anticipation vendues aux prix
que fixerait plus tard l'assemblée des acheteurs réunis en société, et
dans un clin d'oeil la vente fut consommée: il n'y eut pas de loges pour
tous ceux qui en voulurent. On avait cru que le premier rang devait être
destiné aux plus hauts fonctionnaires et aux grandes familles: cet
arrangement d'amour-propre éprouva quelque obstacle dès son
accomplissement. Il y eut des jaloux, par conséquent des critiques, ce
qui de part et d'autre avait quelque chose de ridicule. Nous étions tous
de la même hauteur et de la même grandeur: l'Empereur nous nivelait.

Ainsi le théâtre de Saint-François eut une foule de propriétaires, ce
qui arrive souvent en Italie. Les propriétaires s'organisèrent; ils
donnèrent à leur organisation le titre d'_Accademia dei fortunati_,
Académie des fortunés. L'Académie décida que l'inscription suivante
serait mise sur le frontispice du bâtiment: «_A noi la sorte._»
L'Empereur alla au-devant de tout ce qui pouvait être agréable aux
académiciens; il se prêta à toutes leurs fantaisies, qui d'ailleurs
n'avaient pour but que de lui plaire.

Chaque sociétaire fit sa propre affaire de l'affaire commune; tous se
donnèrent une tâche à remplir. Aussi architectes, maçons, mécaniciens,
décorateurs, peintres, menuisiers, serruriers, tout marcha de front, les
arts et les métiers, et dans moins de trois mois le théâtre fut livré au
public. On aurait cru que l'Empereur en avait l'entreprise, tant il
surveillait l'exécution.

Ce monument pouvait et devait être considéré comme un petit
chef-d'oeuvre.

Le peintre, artiste piémontais, se surpassa sur la toile d'avant-scène,
et son oeuvre méritait d'être conservée. Elle représentait Apollon banni
du ciel gardant les troupeaux chez Admète, et heureux, instruisant les
bergers. L'auteur de cette allégorie fit aussi un beau portrait de
l'Empereur en pied. Ce portrait a disparu, je ne sais pourquoi, car
publiquement le gouvernement toscan ne l'avait pas proscrit, et personne
parmi les gens de bien ne pouvait avoir intérêt à le faire disparaître.
C'était un portrait remarquable.

L'inauguration du théâtre eut beaucoup de similitude avec les fêtes de
famille. L'Empereur y prit part plutôt en père qu'en souverain.

Les comédiens étaient arrivés à point nommé. Leur troupe ne tenait pas
un premier rang, peut-être même un second, mais elle faisait passer les
veillées en compagnie, et cela comptait pour beaucoup dans une vie
d'ostracisme.

Nous en étions encore à la lune de miel, je veux dire aux jours où
l'Empereur n'avait pas décidé ce qu'il ferait; ses opérations semblaient
être empreintes de stabilité.



CHAPITRE IV: LES PROMENADES ET EXCURSIONS DE NAPOLÉON.

     I.--Le cap Stella.--Chasse réservée de l'Empereur.--Amusements de
     l'Empereur.--Prétendue décadence de l'Empereur.--Les jeux
     innocents, les commérages.--La pêche au cap Stella.--Une farce de
     Napoléon au général Bertrand.--Une bouillabaisse.

     II.--Deux journées à Rio.--Promenade au Monte Giove.--La
     pêche.--Chargement des bâtiments.--Horreur de Napoléon pour les
     vêtements noirs.--L'ermite de Monte Serrato.--Les caroubiers de M.
     Rebuffat.



I

LA CHASSE ET LA PÊCHE.


Avant de terminer la série des projets qui fourmillaient dans l'esprit
de l'Empereur, je dois consacrer quelques mots au cap Stella et dire à
quel emploi il devait servir. Le cap Stella part de la côte méridionale
de l'île d'Elbe, il s'avance environ une demi-lieue en mer, et dans la
ligne du sud-ouest un peu sud. C'est ce cap, du côté de l'ouest, et le
cap Calamita, du côté de l'est, qui forment l'anse de l'Aconna. Le cap
Stella était originairement une île: ce sont les circonstances
accidentelles des ensablements qui l'ont uni ou réuni au continent
elbois; c'est du moins l'opinion reçue. Il ne fallait que creuser dans
le sable pour rendre au cap Stella son isolement primitif. L'Empereur
destina ce cap à un lieu de chasse réservée; dès lors, il ordonna que
l'on séparât le cap Stella de l'île d'Elbe. On mit la main à l'oeuvre.
Certainement le but de l'Empereur était facile à atteindre quant à
l'isolement, mais il n'en était pas de même quant au gibier qu'avant
tout il fallait avoir pour chasser. L'Empereur ne croyait pas à
l'impossible: il ordonna une espèce de levée en masse de lièvres et de
lapins. Puis il eut recours aux maremmes toscans et à la Corse. Il fit
même fouiller l'île de Cerboli qu'une vieille tradition couvre de
lapins, quoiqu'il n'y en ait pas un seul: j'en ai fait l'expérience plus
d'une fois.

Le rivage de l'Aconna est propre aux parties improvisées d'amusement
intime. Pendant les séjours fréquents que l'Empereur faisait à Longone
dans ses vues d'intérêt comme dans ses vues d'agrément, il allait assez
souvent du côté de l'Aconna, et quelquefois il poussait sa course
jusqu'à Campo, ce qui pour lui n'était ni long ni pénible. Dans ces
excursions rapides, l'Empereur aimait à être accompagné, et il était
ordinairement d'une gaieté franche, communicative, et, presque joyeux,
il se mêlait à tout ce qui semblait plaire à sa suite. Lorsque la visite
à l'Aconna ne devait être qu'une promenade lente, paisible, jaseuse, des
dames allaient avec l'Empereur, et sur les bords de la mer l'Empereur
s'amusait avec elles aux jeux qu'on appelle innocents, sans que pourtant
l'on en ait jamais bien constaté l'innocence.

Qu'on ne pense pas que je sois étonné de ce que l'Empereur se prêtait à
de simples divertissements vulgaires! L'Empereur était un homme, et
homme, quoique privilégié du ciel, quoiqu'il eût une nature supérieure,
les décrets éternels ne pouvaient pas l'avoir affranchi de toutes les
faiblesses. Ainsi l'Empereur aimait la distraction des plaisirs;
seulement, il les aimait à la manière des grands hommes, comme un
adoucissement nécessaire aux tourments de la vie: ses plaisirs tenaient
leur place dans son emploi du temps. J'aurais peut-être même
historiquement eu tort de ne pas en parler, puisque d'autres en avaient
parlé avant moi, surtout lorsque nous étions encore à l'île d'Elbe, et
qu'ils en avaient parlé mensongèrement, avec l'intention marquée de
nuire à l'Empereur. Le capitaine de vaisseau Moncabrié avait écrit à
Paris que «l'Empereur tombait dans l'enfance», parce qu'il s'amusait à
«des jeux d'enfant». Et le colonel Campbell écrivait à Londres que «la
décrépitude de l'Empereur faisait des progrès rapides». Ensuite Paris et
Londres inondaient l'Europe de ces niaiseries.

L'Empereur recevait les dames en général, mais il les recevait sur leur
demande ou lorsqu'il les avait invitées. Seulement il invitait plus
souvent, presque chaque jour, à Porto-Ferrajo l'épouse et la fille d'un
chambellan, et à Longone l'épouse et la fille du vice-consul de Naples.
La fréquence de ces invitations avait donné à ces dames l'apparence des
franches coudées. La dame de Porto-Ferrajo, ni par son âge, ni par sa
figure, ni par son esprit, ni par la position ostensible de son coeur, ne
pouvait attacher l'Empereur, et la demoiselle, jeune personne charmante,
avait sa main promise. La mère et la fille de Longone ne possédaient
absolument rien de ce qui pouvait sérieusement fixer l'attention d'un
homme tel que l'Empereur, et lorsqu'on avait dit d'elles: «Ce sont de
bonnes gens», l'on ne trouvait plus rien à dire.

Quel était donc le motif de l'entraînement de l'Empereur pour la dame de
Porto-Ferrajo et pour la dame de Longone? D'abord l'Empereur n'aurait
pas trouvé dans l'île d'Elbe deux autres dames qui, sans souci de leur
famille, eussent autant de temps à lui consacrer. De plus, l'Empereur,
sans être retenu par l'immensité de son génie, aimait les caquetages à
l'égal des vieilles commères, et ces deux dames, sans même s'en douter,
lui apprenaient tous les contes bleus du pays.

Or, les deux dames et les deux demoiselles de Porto-Ferrajo et de
Longone étaient les seules dames que l'Empereur admettait à ses
récréations de campagne et avec lesquelles il s'amusait aux jeux
innocents. Ainsi il est constaté par des témoins oculaires et
auriculaires que l'Empereur avait fait deux parties de palet avec ces
dames, et qu'il avait tellement cessé d'être lui-même que ces dames
l'avaient facilement gagné. Ce n'est pas la seule preuve de dégénération
(_sic_) morale que l'Empereur donnait au monde moral; en voici une autre
qui a bien plus de gravité: je suis sûr que le colonel Campbell la
considéra comme le complément des preuves que l'Empereur donnait de la
faiblesse de son esprit. Le bon M. Seno, excellent homme s'il en fut
jamais, pria l'Empereur d'assister à la levée de la madrague ainsi qu'à
d'autres pêches que l'on ferait en même temps que la pêche du thon, et
l'Empereur accepta, à la condition qu'après la pêche ou les pêches, M.
Seno lui ferait manger sur le rivage un _bouille baïsse_ (_sic_) de
pêcheur. L'invitation fut nombreuse, la pêche brillante et le bouille
baïsse excellent. On mangea, on but, on rit, et puis on se livra à des
divertissements, à des divertissements semblables à ceux du commun des
hommes. Et, chose étrange, inouïe, incroyable, l'on vit l'Empereur, lui,
de sa propre personne, être joyeux de cette gaieté presque populaire!
Qu'on vienne dire ensuite que les Moncabrié, que les Campbell, ainsi que
vingt autres observateurs de la même force, avaient tort de penser ou de
vouloir faire penser que la raison de l'Empereur s'en allait! Il y a
d'autres preuves de conviction contre la débilitation intellectuelle de
l'Empereur: ainsi, au retour de la pêche, en débarquant sur la plage,
l'Empereur trouva un amoncellement de beaux poissons parmi lesquels il y
avait beaucoup de fretin qui sautillait, et il prit une poignée de ces
petits poissons. Les gens sensibles et spirituels comme les Moncabrié et
les Campbell pensaient que l'Empereur allait rendre ces pauvres petits
poissons à leur élément naturel: pas du tout! l'Empereur n'eut pas le
moins du monde ce sentiment d'humanité, et, le coeur endurci, au lieu de
jeter ces petits poissons à la mer, il les mit dextrement dans la poche
du général Bertrand. Puis, faisant semblant d'avoir perdu son mouchoir,
il demanda au général Bertrand s'il n'en aurait pas un à lui prêter, et
le général Bertrand ayant mis avec empressement la main à la poche, la
retira avec plus d'empressement encore, car ses doigts avaient été
piqués: de quoi l'Empereur se permit de rire tout à son aise, comme si
pareille chose n'était pas une chose abominable! Après le repas,
l'Empereur voulut alimenter les divertissements en proposant le jeu de
la bague, et comme on manquait du cordon indispensable pour ce jeu, il
décida qu'on prendrait les rubans qui étaient à la coiffure des dames.
Les dames consentirent; elles parurent même très satisfaites.

Il n'y avait personne à l'île d'Elbe, absolument personne, dans les
hommes comme dans les femmes, qui n'ambitionnât une attention
bienveillante de la part de l'Empereur.

Ce qui se passait à Longone avait moins de retentissement dans l'île
d'Elbe que ce qui se passait à Porto-Ferrajo. Ainsi l'on avait peu parlé
des parties de palet faites presque clandestinement. Les surveillants
salariés des faits et gestes de l'Empereur y ajoutèrent ensuite ce
qu'ils voulurent pour se faire des droits à une augmentation de salaire.
La partie de la madrague fut racontée avec plus de vérité. On aurait pu
faire un recueil de toutes les paroles de l'Empereur. Pendant huit jours
on ne s'entretint pas d'autre chose; pas un seul individu qui ne crût
avoir été l'objet principal des attentions de l'Empereur. Quelques jours
après, j'avais une réunion porto-ferrajaise chez moi, et la conversation
générale ne roula que sur ce qui s'y était passé: l'un avait vu que
l'Empereur avait fait ceci, l'autre que l'Empereur avait cela, un tel
avait été interrogé, un tel consulté; chaque dame avait eu son aparté,
il avait demandé le ruban à celle-ci, il l'avait pris à celle-là; il
s'était promené avec la première, avec la deuxième, avec la troisième;
et enfin si l'on avait additionné le chiffre du temps qu'il avait passé
avec toutes les personnes de l'invitation, il en serait certainement
résulté que cette matinée avait au moins duré trois mois. L'Empereur me
parla de cette réunion: je lui racontai ce qui s'y était passé, et
quoique le général Drouot lui en eût déjà rendu compte, il n'en voulut
pas moins connaître les plus petites circonstances. Il s'amusa beaucoup
de ce qu'on lui faisait faire et de ce qu'on lui faisait dire.

Chose remarquable: l'Empereur, qui apprenait avec indifférence, du moins
ostensiblement, tout ce que la réaction antisociale vociférait contre
ses injustices, contre ses tyrannies, éprouvait une sensation
douloureuse en lisant dans les journaux ce qu'on disait de son
affaissement moral, et il ne cachait pas sa peine.



II

DEUX JOURNÉES DE RIO.--MONTE GIOVE.


Le général Bertrand était le gouverneur-né du palais impérial de
Porto-Ferrajo: son titre de grand maréchal lui donnait également la
haute main sur le palais impérial de Longone, et cependant l'Empereur
avait nommé quelqu'un de confiance au gouvernement de ce dernier palais:
cela ressemblait à quelque chose, mais en réalité ce n'était rien,
absolument rien. Tous les ordres étaient l'oeuvre du général Bertrand,
lorsque l'Empereur n'avait pas lui-même pris directement l'initiative,
ce qui arrivait presque toujours. On ne connaissait pas d'autres palais
impériaux à l'île d'Elbe, ni rien qui fût destiné à une demeure
impériale: néanmoins, tout à coup il surgit de terre un palais impérial.
Personne ne s'en doutait, moi encore moins que personne, et ce fut
l'Empereur qui me l'apprit. Le général Drouot m'avait averti que
l'Empereur voulait me parler; il avait ajouté avec satisfaction: «Nous
irons vous voir.» Je trouvai l'Empereur dans une apparence de
contentement manifeste. Il me demanda de suite si le grand maréchal
m'avait prévenu que j'étais nommé gouverneur du palais impérial de Rio.
Et comme il me fit cette demande d'un air presque riant, je crus que
c'était une plaisanterie, et je lui répondis sur le même ton:
«C'est-à-dire gouverneur de ma maison.» Ma réponse ne fit pas
précisément de peine à l'Empereur, puisqu'il la prit par son bon côté,
mais il cessa de sourire, et il ajouta: «Vous resterez là jusqu'à ce que
je vous aie fait préparer un autre logement dans lequel vous serez
beaucoup mieux. Lorsque j'aurai un chez-moi, que je ne vous dérangerai
plus, j'irai souvent à Rio.» Alors je compris que la chose était
sérieuse, que ma réponse était presque une balourdise, et je fis
observer à l'Empereur que je ne savais rien: «Je m'en suis douté»,
répliqua l'Empereur, et alors il continua à me parler d'un ton de bonne
humeur, ce qui me fit plaisir, car j'étais au regret d'avoir laissé
échapper des paroles irréfléchies. L'Empereur poursuivit: «Mais en
attendant que je puisse être chez moi, il faut que vous me receviez
encore chez vous, et demain j'irai vous demander l'hospitalité: je
coucherai à Rio.»--Coucher à Rio! C'était m'annoncer qu'il n'y viendrait
pas seul. Vouloir y aller le lendemain, c'était ne pas me donner le
temps nécessaire pour une réception convenable. Je priai l'Empereur de
retarder son voyage d'un jour. Il me répondit: «C'est comme si vous me
demandiez de vous mettre à même de faire beaucoup plus de dépense que je
n'ai l'intention de vous en occasionner, et je veux éviter cela. Je me
rendrai demain à Rio. Nous irons visiter la forteresse de Monte Giove.»
Il n'y avait pas à répliquer.

Cette seconde hospitalité devait, comme la première, fourmiller de
particularités plus ou moins importantes, et elle pourrait facilement
fournir des matériaux pour un chapitre étendu. Alors j'étais dans les
bonnes grâces de l'Empereur; j'avais déjà part à ses confidences.

Depuis le repas que je lui avais donné à son arrivée, l'Empereur n'était
venu à Rio-Marine que pour s'y reposer ou pour s'y rafraîchir en
passant. Les marins riais désiraient de le voir séjourner au milieu
d'eux. L'Empereur dut être satisfait du plaisir que sa présence faisait
éprouver.

Monte Giove, qui donne son nom à la seule forêt que l'île d'Elbe
possède, est couronné à son faîte par un plateau assez spacieux, au
centre duquel on trouve les vestiges d'un monument que les indigènes
considèrent comme les débris d'un ancien temple de Jupiter, et qui sont
les restes d'une tour de défense que les Riais avaient élevée pour se
garantir des irruptions barbaresques du moyen âge. Il est impossible
d'avoir une vue plus admirable que celle qu'on a du plateau qui couronne
le Monte Giove. L'oeil peut promener son regard depuis le mont Argental
jusqu'au golfe de la Spezia, distinguant tous les objets qui
l'intéressent, et en suivant la crête des Apennins jusqu'à la hauteur de
Gênes. On compte facilement les navires qui sont sur la rade de
Livourne, plus facilement encore la quantité prodigieuse de barques de
pêche qui ressemblent parfaitement à des papillons effleurant la surface
des flots. On croit toucher à toutes les îles qui peuplent la mer
Tyrrhénienne. Ce qu'on éprouve sur ce plateau, c'est de la
contemplation, c'est une ferveur religieuse. Je ne l'ai jamais visité
sans me dire qu'un athée y serait mal à son aise, car tout y révèle la
divinité.

L'Empereur donna le signal du départ pour le plateau de Monte Giove.
Nous suivîmes la route parallèle à la côte. L'Empereur, qui de la mer
avait examiné les batteries, voulut les connaître du côté de terre, et
il alla les visiter. Il alla visiter aussi les filons du minerai de fer
et les antiques usines de fonte; il fut complètement de mon avis; il me
dit: «Vous me reconduirez ici.» La route était pittoresque et assez
facile jusqu'au pied de Monte Giove. Mais arrivés au pied de Monte
Giove, nous ne trouvâmes que des sentiers étroits, scabreux, et, en
approchant du sommet, il fallut mettre pied à terre. L'Empereur grimpa
comme toute sa suite en s'appuyant sur un bâton qui dès lors devint son
bâton, et enfin, un peu fatigué, il atteignit au terme de sa course.
Chaque bel arbre qu'il avait vu lui avait fait pousser un cri de joie,
et il avait vu beaucoup de beaux arbres. De manière qu'en arrivant au
lieu de halte forcée, on pouvait croire que ses cris de joie étaient
épuisés et que son contentement deviendrait silencieux. Nous nous
trompions! Dès qu'il eut posé le pied sur le plateau, qu'il plana sur le
vaste horizon qui de toutes parts se développait devant lui, ses
exclamations nous étonnèrent, et, pendant une demi-heure, elles nous
obligèrent à remarquer des beautés qui auraient peut-être échappé à
notre attention. Ce premier mouvement passé, l'Empereur alla s'asseoir
sur un amoncellement de pierres provenant de la démolition de la tour de
Giove, et en s'asseyant, il dit: «Même les monuments périssent!» Cette
pensée l'amena à philosopher sur le néant des grandeurs humaines, et il
termina sa péroraison par ces paroles remarquables: «Bien fou celui qui
se croit à l'abri des coups du sort.»

Lorsqu'il fut reposé, l'Empereur examina avec une grande attention s'il
existait quelque chose dans les restes du monument détruit qui pût avoir
quelques rapports avec un ancien temple, et il se convainquit que ce
n'était qu'une tour de sûreté pour se garantir des pirates. Après cet
examen, l'Empereur se livra à l'inspection du plateau, et, l'inspection
terminée, son imagination ardente, impétueuse, sans bornes, lui fit
tracer le plan d'une campagne solitaire, unique, merveilleuse: là, le
bâtiment principal; là, les dépendances; là, un jardin; là, une citerne;
là, un bouquet d'arbres, puis un sentier couvert qui irait jusqu'aux
bords de la mer, puis un peu de chasse, puis deux ou trois petites
fermes, puis des vaches, puis un troupeau, puis... il alla reprendre son
siège sur les ruines du prétendu temple de Giove, et là, il revint à des
idées philosophiques: «Voyez, nous dit-il, quelle est la faiblesse de
notre nature! Je suis plus pauvre que Job, et pourtant je fais
travailler mon esprit pour dépenser de l'argent.» Ensuite il fit des
calculs. Les calculs ne lui sourirent pas. Il se leva en murmurant ces
mots: «Je ne suis pas assez riche!» et enfin, après un combat entre sa
pauvreté et son agrément, sa pauvreté ayant vaincu, il parla de
retourner à Rio. Mais il répéta maintes fois: «Pourtant ce serait une
retraite d'une beauté idéale.» Alors ce n'était qu'un rocher presque nu:
il aurait fallu bien du temps pour lui redonner une nature végétale.

L'exploration du plateau amena une scène qui passa presque inaperçue.
L'Empereur était très mécontent de la conduite de la grande-duchesse de
Toscane: tout le monde savait cela. L'oeil fixé sur le Piombinais,
l'Empereur demanda à quelqu'un de sa suite, homme du pays, ce que
faisait la grande-duchesse à Piombino, et cet homme, croyant faire la
cour à l'Empereur, lui répondit crûment «qu'elle faisait l'amour».
L'Empereur cessa de lui parler, il ne le regarda plus. Tourné de mon
côté, il me dit: «Je l'ai arrêté sur-le-champ pour l'empêcher d'aller
trop loin», et il ajouta: «Quelle est votre opinion?» Je répondis que,
envoyé à l'île d'Elbe pour administrer, je m'étais borné à administrer.
L'Empereur continua: «Cependant vous devez connaître les changements qui
se sont opérés dans la principauté de Piombino?» Je répondis à
l'Empereur: «Ceci est autre chose; je n'ai pas à me taire. Le
gouvernement de la grande-duchesse a fait beaucoup de bien au peuple
piombinais.» L'Empereur me témoigna son contentement par un signe de
bonté, mais se tournant de suite vers la personne qui lui avait adressé
la première parole, il lui dit avec l'accent du blâme: «Je suis sûr que
vous ne savez rien de cela», et il marcha.

Nous retournâmes à Rio-Marine par le chemin de Rio-Montagne. L'Empereur
alla à l'ermitage de sainte Catherine qu'il connaissait déjà. Il alla
aussi examiner un terrain où l'on assure qu'il y a des carrières de
marbre; il ne fut pas bien convaincu; néanmoins il ordonna quelques
travaux d'examen.

J'avais évacué le palais impérial. Je m'étais retiré dans ce qu'on
appelait l'hôtel des employés, que j'avais fait bâtir et que l'Empereur
me destinait. L'Empereur fit une visite à ma femme; il lui renouvela la
promesse de la loger mieux qu'elle ne l'était dans le soi-disant palais
qu'elle venait de quitter. Et, comme de juste, il fit lui-même le plan
d'un appartement complet. Chose singulière: ce plan tout de la main de
l'Empereur, laissé par lui à ma disposition, devenu ma propriété, a été
détourné de mon cabinet, et dernièrement à Florence l'on a voulu me le
vendre. Mais on le mettait à un prix trop haut pour moi.

Un beau jardin qui était mon ouvrage attenait au nouveau palais
impérial, et dans ce beau jardin, devenu aussi propriété impériale, mais
dont je conservais la jouissance, il y avait un joli petit réduit où
j'avais l'habitude d'aller étudier. À cette époque j'écrivais un ouvrage
qui m'obligeait à méditer _Télémaque_, et cet ouvrage était dans le
réduit de mes méditations. Sans doute entraîné par la situation de
l'Empereur, par la multiplicité des travaux qui se faisaient sur l'île
d'Elbe, j'avais marqué, au crayon noir, les passages suivants, et le
livre était resté ouvert à cet endroit:

     «Le roi ne doit rien avoir au-dessus des autres, excepté ce qui est
     nécessaire ou pour le soulager dans ses pénibles fonctions, ou pour
     imprimer aux peuples le respect de celui qui doit soutenir les
     lois. D'ailleurs, le roi doit être plus sobre, plus ennemi de la
     mollesse, plus exempt de faste et de hauteur qu'aucun autre, etc.

     «Minos n'a voulu que ses enfants régnassent après lui qu'à
     condition qu'ils régneraient d'après ses maximes: il aimait encore
     plus son peuple que sa famille.

     «Je fus réduit à me réjouir de posséder avec un petit nombre de
     soldats et de compagnons qui avaient bien voulu me suivre dans mes
     malheurs, cette terre sauvage et d'en faire ma patrie, ne pouvant
     plus jamais espérer de revoir jamais cette île fortunée où les
     dieux m'avaient fait naître pour y régner, etc. Ainsi tomberont
     tous les rois qui se livreront à leurs désirs et aux conseils des
     flatteurs.»

L'Empereur était entré dans son appartement. Il faisait chaud,
extrêmement chaud, et l'on pensait qu'il s'était renfermé pour avoir de
la fraîcheur en se mettant plus à l'aise. Sa suite s'était un peu
dispersée; chacun était allé çà et là chercher de l'ombre. Je me
promenais depuis quelque temps avec un chambellan, bon enfant, mais
mauvaise tête et surtout mauvaise langue. Nous discutions assez vivement
sur la vie politique et religieuse de Pie VII; le chambellan se servait
d'expressions offensantes pour ce Saint Père. Je n'étais pas de son
avis; je le blâmais, et nous en étions presque à des paroles de
vivacité. Tout à coup, l'Empereur, que l'on croyait mollement étendu sur
un lit de repos, sortit de mon réduit, vint à nous d'un air courroucé
et, apostrophant le chambellan avec sévérité, lui dit: «Des opinions
comme les vôtres, monsieur, exprimées par des personnes qui
m'approchaient, ont induit l'Europe en erreur, et ont fini par faire
croire que j'avais maltraité Notre Saint Père. Je vous sais mauvais gré
de ce que je viens d'entendre. Veuillez bien ne pas récidiver.» Cela
dit, sans attendre une réponse ou une excuse, l'Empereur tourna le dos
au chambellan et il se retira. Le pauvre chambellan était terrifié, se
croyant perdu. Un instant après, l'Empereur n'y pensait plus.

Resté seul, j'entrai dans mon petit réduit chéri, je feuilletai le
_Télémaque_, et à mon tour je fus saisi d'étonnement. J'avais laissé le
livre ouvert, je le retrouvais fermé et avec une oreille à différentes
pages que l'on avait sans doute voulu m'indiquer. Ce ne pouvait être que
le fait de l'Empereur. Je me hâtai de regarder. L'Empereur avait
accompagné à coups de plume les coups de crayon par lesquels j'avais
signalé les passages que j'ai cités avec une scrupuleuse fidélité.
Quelle pouvait être l'intention de l'Empereur? Pourquoi ne m'avait-il
pas de suite interrogé sur la précaution que j'avais prise de marquer
certains passages? Mon anxiété ne fut pas de longue durée. En sortant du
petit réduit, je vis l'Empereur sur une terrasse: il me regardait en
riant, et il m'appela; j'accourus, je répète son colloque:

     «Vous commentez donc le poème de Fénelon, car je crois que c'est
     ainsi qu'il faut appeler son immortel _Télémaque_?

     --Je l'explique comme je le comprends. Mes explications sont
     écrites pour que mes enfants puissent en profiter dès qu'ils seront
     à même de les comprendre.

     --Vos coups de crayon me prouvent que vous faites des allusions à
     ma personne?

     --Ils vous prouvent mal; mes allusions s'adressent toutes à votre
     gouvernement.

     --En quel sens?

     --Pour l'intérieur, en plus d'un sens, par la raison que tous mes
     sentiments sont fondés sur le principe éternel de la souveraineté
     nationale.

     --Et pour l'extérieur?

     --Tout à votre avantage: vous étiez l'enfant de la révolution;
     malgré vous, vous représentiez la révolution, et, en vous
     détruisant, on croyait détruire la révolution comme on croyait
     l'anéantir en anéantissant la république. Voilà la base
     fondamentale de toutes les guerres que la France a eu à soutenir.

     --Ne vous laissez pas trop aller à un entraînement patriotique.
     Examinez bien les causes, quels qu'en soient les effets: c'est le
     seul moyen d'être juste.

     --C'est à quoi je m'applique.

     --Fénelon fabriquait des rois divins. Mais les rois sont des
     hommes, un assemblage de défauts et de qualités, de vices et de
     vertus. Les plus grands rois sont ceux qui sont les moins
     imparfaits. Cette opinion doit vous aller?

     --Elle m'enchante.

     --Tant mieux!» Et l'Empereur, vraiment satisfait, changeant la
     conversation, me loua d'avoir «rembarré le chambellan».

Il me serait difficile de rendre avec exacte précision tout le plaisir
que ce colloque me fit éprouver, et, après un long enchaînement de
vicissitudes, j'en conserve encore l'impression d'un souvenir joyeux.
C'est que depuis bien du temps je désirais avec ardeur pouvoir
franchement manifester à l'Empereur la plénitude de mes sentiments
patriotiques: de là, mon contentement de la circonstance qui semblait
être venue tout exprès au-devant de moi. J'avais bien dit à l'Empereur
que j'étais l'ami du peuple, l'apôtre de la liberté, mais en passant, et
l'Empereur n'avait pas paru m'entendre. L'Empereur n'avait pas froncé
les sourcils en m'écoutant.

Il était temps de dîner. Nous attendions que l'Empereur donnât le signal
d'aller à table, mais il ne se pressait pas, quoiqu'il eût deux fois
regardé sa montre, et j'étais étonné, j'étais surtout étonné que ma
femme ne fût pas invitée. L'Empereur perdit patience, il s'approcha de
moi, et il me dit sans élever la voix: «Mme Pons se fait bien attendre.»
Je fus forcé de lui répondre que ma femme n'avait pas été invitée.
L'Empereur fut très surpris et très fâché de cet oubli; il avait chargé
le général Bertrand de l'invitation, et même de demander à Mme Pons s'il
n'y aurait pas une autre dame à inviter, afin qu'elle ne se trouvât pas
seule avec des hommes. Le général Bertrand ne connaissait pas les
habitudes matinales de ma femme; avant le départ de Monte Giove, il
avait cru qu'il était trop à bonne heure (_sic_) pour aller chez elle,
et ensuite le voyage avait effacé cela de son souvenir. L'Empereur
l'envoya de suite chercher Mme Pons; le général courut pour la prendre,
et à peine lui donna-t-il le temps de mettre ses gants. Ma femme était
en grande toilette, mais en deuil, et c'est dans l'habillement de deuil
qu'elle se présenta à l'Empereur. L'Empereur avait une antipathie
profonde pour les habillements noirs: ma femme ne savait pas cela, le
général Bertrand ne la prévint pas. L'Empereur, en voyant le deuil,
devint sombre, et il ne se dérida pas un moment pendant le temps qu'il
resta à table. Ce n'était pas de la mauvaise humeur: c'était une pensée
douloureuse qui l'oppressait. Toutefois, il fut parfait pour ma femme.
Le général Drouot m'assura que l'Empereur avait dû se faire un grand
effort pour rester une heure à côté d'une dame en deuil. Il n'avait
permis qu'à Mme Duroc de paraître ainsi à la cour. Le général Drouot
n'avait jamais pu connaître ni présumer la cause de cette antipathie.

Cette petite faiblesse d'un grand homme ne se bornait pas seulement à ne
pas aimer que les femmes se présentassent à lui habillées de noir: il
n'aimait pas non plus qu'elles s'y présentassent habillées de blanc. La
reine Caroline de Naples envoya à la princesse Pauline du velours noir,
soi-disant des fabriques napolitaines, et la princesse Pauline eut une
envie démesurée de s'en faire faire une robe. Toutefois, elle craignait
la désapprobation de son frère; elle hésitait, mais le démon tentateur
l'emporta: la robe fut faite. Cependant la princesse prit ses
précautions pour que l'Empereur ne se fâchât pas. La robe fut ornée à
l'espagnole avec des bouffants en soie rose et avec d'autres ornements
de la même couleur. Ainsi pimpante, jolie comme un ange, la princesse
arriva à l'heure du dîner, et en la voyant, l'Empereur, inexorable dans
sa répulsion pour le noir, lui dit: «Quoi, madame, vous venez dîner en
domino!» La pauvre princesse s'arrêta, balbutia, et, tout interdite,
alla mettre une autre robe. Une autre fois, la princesse Pauline avait
fait venir de Paris une robe blanche, richement brodée; l'Empereur lui
dit: «Ah madame! vous voilà habillée à la victime!» Ce qui obligea la
princesse à rentrer chez elle pour se vêtir d'une autre manière. Cette
fois il y avait un double mécontentement de la part de l'Empereur, la
princesse Pauline en convenait. Il n'y avait pas de dames elboises qui
eussent une parure en diamants, et par un principe de délicatesse bien
entendue l'Empereur avait désiré que la princesse s'abstînt d'en porter.
Cependant au péché d'avoir mis la robe blanche la princesse avait ajouté
la faute de se parer d'une riche épingle en diamant, et l'Empereur y
avait fait attention. La couleur favorite de l'Empereur était la couleur
rose.

Revenons au dîner: en se levant de table, l'Empereur prit congé de ma
femme et il se retira dans son appartement. Nous restâmes libres, pas
pour bien longtemps cependant. Je crois que l'Empereur n'avait cherché
qu'à se soustraire à la vue de l'habillement noir. Une heure après il
nous fit appeler, et nous le suivîmes à la promenade; je le priai de me
permettre de le diriger, je le conduisis sur les bords de la mer. Un de
mes employés avait préparé une pêche de nuit au feu, et j'étais certain
que ce serait une curiosité agréable pour l'Empereur. On fait brûler des
bois résineux dans une machine en cercles de fer que l'on fixe au bout
d'une perche; le poisson vient à la lumière; alors on l'entoure avec des
filets, on resserre doucement les filets, et, lorsque les filets sont
resserrés, que le poisson est ramassé dans un petit espace, qu'il est
facile de l'atteindre, on le prend à coups de trident. La nuit était
arrivée; son voile transparent lui donnait l'air d'un crépuscule, et le
firmament étalait ses cent peuples d'étoiles; les vagues s'éteignaient
sans murmure en touchant au rivage. L'Empereur s'embarqua. La pêche au
feu l'amusa beaucoup, et il y passa une heure de divertissement. Sa
tristesse avait entièrement disparu.

En débarquant, l'Empereur dit: «Cette campagne qui embaume, ce ciel
d'azur qui enchante, engagent à la promenade, et il faut nous promener.»
Nous le suivîmes, la promenade fut longue; nous rentrâmes tard.
Cependant elle m'avait paru courte et rapide. Elle a une première place
dans les plus beaux souvenirs de ma vie. Pendant sa durée, je fus
presque toujours tête à tête avec l'Empereur, et, je l'avoue, j'en étais
plus fier que je ne l'aurais été aux Tuileries. Nous étions dans le
silence des merveilles de la nature; tout portait aux épanchements.
L'Empereur me dit: «Voyons, pourquoi aviez-vous écrit contre moi?» Si le
respect ne m'avait pas retenu, j'aurais embrassé l'Empereur pour le
plaisir qu'il me faisait en prenant l'initiative d'une explication que
j'avais le désir ardent d'avoir, et ma réponse fut rapide. J'allai droit
au but:

«L'armée d'Italie était toujours républicaine; votre système de
gouvernement la froissait beaucoup. J'étais l'un des crieurs
républicains contre le système politique que vous aviez adopté. Un
conventionnel, mon ami, honnête homme, bon citoyen, avait, quoique
extrêmement instruit, fait d'assez mauvais couplets contre votre
nationalité, contre votre patriotisme, et le général en chef qui m'était
très attaché m'avait engagé à corriger cet amusement satirique, qui ne
devait d'ailleurs avoir aucune publicité. Le pamphlet poétique fut
dérobé dans le cabinet du général en chef, par un homme qui croyait
obtenir par sa déloyauté un avancement qu'il n'avait pas su mériter par
ses services. On ne connut pas l'écriture des couplets, mais on connut
la mienne qui était dans les interlignes, et je fus mandé à Paris. Votre
représentant osa me demander une dénonciation contre l'écrivain qui vous
avait attaqué. Cette infamie détruisit ma carrière. Je restai homme
d'honneur.»

L'Empereur s'était arrêté pour m'écouter. Lorsque j'eus fini, il me dit:

«Je vous crois, et vous venez de soulever un voile.»

Puis, après un moment de réflexion, il ajouta: «J'ai cependant fait
beaucoup de bien à ce conventionnel!» et il se tut encore.

Je ne voulais pas laisser l'Empereur sous la triste impression d'avoir
obligé un ingrat. Je l'assurai que le conventionnel, auquel il avait en
effet rendu un grand service, mais bien des années après, avait été
extrêmement reconnaissant, et qu'il était mort en bénissant son nom, ce
qui me parut le toucher. L'Empereur reprit la parole pour me demander
«si, en dehors de ma vie militaire, il n'y avait pas eu quelque autre
manifestation antigouvernementale». Je lui avouai que j'étais l'officier
qui, la nuit du jugement de Moreau, s'était hautement prononcé en faveur
de ce général, et cela ne l'étonna pas. Il me restait une confidence à
lui faire, mais la chose me paraissait scabreuse. Néanmoins je m'y
décidai:

«Il était naturel, lui dis-je, qu'à cette époque je fusse exaspéré
contre le gouvernement, car je suis Cettois, et le gouvernement avait
fait décimer mes concitoyens.»

Ce mot de «décimer» alla droit à l'âme de l'Empereur. Décimer!
répéta-t-il avec émotion, et, après une minute de silence, il me dit,
comme s'il s'agissait d'un événement bien récent:

«Vous voulez parler de la malheureuse affaire de collision entre les
soldats et les ouvriers, sous le consulat? Je ne l'ai jamais oubliée:
jamais aussi Fouché ne m'a bien satisfait à cet égard. La guerre entre
Français est une guerre de désolation: je n'aurais rien valu pour elle.
Racontez-moi: je saurai enfin la vérité.»

J'ajoutai: «La vérité, toute la vérité, rien que la vérité.»

Je commençais mon récit lorsque le général Bertrand, s'approchant de
l'Empereur, lui fit observer que, s'il n'avait pas l'intention de nous
faire coucher à la belle étoile, il était temps de rentrer, et
l'Empereur, d'accord avec le général Bertrand, continua en s'adressant à
moi: «En effet, nous nous sommes oubliés. Il faut que nous allions
reposer. Votre récit ne sera pas perdu: je vous le demanderai.»

Nous rentrions, un violon frappa l'oreille de l'Empereur, l'Empereur me
demanda ce que c'était. Je lui répondis que c'était un bal pour fêter le
mariage d'un marin: «Allons voir danser les marins», dit tout de suite
l'Empereur, et il tourna ses pas vers le lieu de la danse. Ébahi, je lui
observai qu'à une heure aussi avancée, les marins devaient avoir la tête
échauffée par le plaisir et le vin, et qu'il pourrait bien se faire
qu'il s'exposât à un manque de respect: «Bah! me répondit l'Empereur,
ces braves gens m'offriront un verre d'aleatico, voilà tout!» Et il
continuait à marcher: je le priai encore, le général Bertrand le pria
aussi; chacun fit sa prière (_sic_). Alors l'Empereur, s'arrêtant, nous
dit gravement: «C'est en petit comme en grand! Puisque tout le monde est
contre moi, il faut bien que je cède!» Et il alla se coucher.

Nous étions tous debout le lendemain de très bonne heure. Lorsque je fus
présenter mes respects à l'Empereur, il me demanda si je n'avais plus
rien à lui faire voir. Je lui répondis qu'il y avait une pêche matinale
préparée, et des bâtiments du pays prêts à charger du minerai. La pêche
était au filet qu'on appelle la «seyne»; on pêcha trois fois, toujours
abondamment. L'Empereur avait passé un bon moment; mais la manière de
charger le minerai l'intéressa davantage, il témoigna un grand
étonnement. Ce jour-là, le chargement était difficile parce que la mer
était houleuse, et que les bâtiments que l'on chargeait remuaient
beaucoup. Mais les ouvriers chargeurs, stimulés par la présence de
l'Empereur, se jouant du balancement de la planche sur laquelle ils
devaient passer en portant plusieurs quintaux de minerai sur l'épaule
droite, couraient plus vite que jamais, et en courant ils tournaient la
tête pour s'assurer que l'Empereur les regardait. L'Empereur m'ordonna
de leur accorder une gratification.

Il me restait à faire voir à l'Empereur un figuier remarquable et dont
on lui avait parlé. Ce figuier de haute structure a, de son tronc
principal, laissé autour de lui tomber ses branchages à terre, et ces
branchages enfoncés dans la terre sont allés se reproduire à une
certaine distance, former d'autres grands arbres qui, à leur tour, ont
encore laissé tomber leurs rameaux, lesquels rameaux, soumis à
l'impulsion de leurs prédécesseurs, se sont aussi enterrés pour
continuer la reproduction, qui en effet continue; de manière qu'il y a
là plusieurs générations de figuiers qui ont chacun un beau salon à
offrir aux voyageurs qui vont leur demander de l'ombrage, et l'Empereur
en profita. Je m'emparai de cette circonstance pour lui montrer un
abricotier qui, l'année auparavant, avait produit soixante quintaux
d'abricots. Je lui fis également visiter les orangeries du pays, assez
importantes pour qu'on dût penser sérieusement à les propager. Mais je
tenais surtout à le conduire à un arbre vraiment extraordinaire; c'était
un pêcher. Ce pêcher appartenait à un de mes employés; chaque année, le
jour de la Noël, cet employé offrait à ma femme douze pêches cueillies
sur ce pêcher quelques minutes auparavant, et il n'en avait pas une
seule qui ne fût du poids de douze onces. Je dis cela à l'Empereur;
l'Empereur se mit à rire; il m'assura que mon employé m'en contait; je
lui protestai que j'avais vu les pêches de mes propres yeux, l'Empereur
n'était pas convaincu. C'est même dans ce sentiment d'incrédulité qu'il
me suivit au pêcher mystérieux. Il l'examina, il l'examina encore, et,
n'y trouvant rien qui pût fixer son attention, il se retira en disant:
«Nous verrons.» Ce «nous verrons» était un avis, du moins je le regardai
comme tel.

La fête de Noël arriva, les pêches l'accompagnèrent. Mon employé porta
ses douze pêches à ma femme. Ma femme me chargea de les présenter à la
princesse Pauline. La princesse Pauline les fit servir à la table de
l'Empereur; j'avais l'honneur d'être à table. L'Empereur crut tout à
coup que c'était un de ces fruits de fabrique italienne dont le
perfectionnement peut tromper l'oeil le plus exercé: il manifesta son
étonnement pour cette exacte imitation de la nature; la princesse
Pauline jouissait de l'erreur de l'Empereur. L'Empereur s'en aperçut; il
se rappela le pêcher de Rio-Marine; il me regarda, et il prit une pêche.
La pêche n'était pas l'oeuvre de l'homme, c'était un enfant de la terre.
L'Empereur l'admira, la mangea, et convint que j'avais eu raison.

J'ai promis de parler encore de ce commandant Gottmann qui, après avoir
désolé les habitants de Longone, porta la perturbation sur la Pianosa,
et que l'Empereur avait destitué. L'Empereur allait partir, il était
déjà à cheval, lorsque le commandant Gottmann se présenta à lui pour
réclamer contre la destitution dont il avait été frappé, et qu'il s'y
présenta avec le ton d'un énergumène qui voulait ameuter le public.
L'Empereur l'engagea avec dignité à s'adresser au général Drouot, que
cela regardait, et il l'assura que justice lui serait rendue s'il y
avait eu erreur dans la mesure prise à son égard. Le commandant
Gottmann, trompé par le calme de l'Empereur, crut qu'il l'avait
intimidé, et il parla plus fort. Ce fut une scène scandaleuse, à tel
point que le général Bertrand dut menacer le commandant Gottmann de le
faire arrêter s'il continuait ses inconvenantes criailleries. L'Empereur
resta impassible, mais, lorsque tout le monde fut prêt à le suivre, il
piqua son cheval, se mit en route au grand trot et laissa le commandant
Gottmann au milieu de la rue. Le commandant Gottmann s'épuisa en paroles
de véhémence, accusa le ciel, s'en prit à la terre, et, resté seul, il
quitta le champ de ses tristes prouesses.

L'Empereur m'avait engagé à aller avec lui à Monte Serrato, où il se
rendait, et je l'accompagnais. Je montais le cheval de ma femme, joli
petit corse, magnifique de beauté, infatigable de marche, et qui
plaisait beaucoup à l'Empereur. Le général Bertrand avait une grande
monture: l'Empereur croyait que le général Bertrand pouvait aller plus
vite que moi, le général Bertrand le croyait aussi. Nous courrûmes
(_sic_); je dépassai le général Bertrand avec une facilité étonnante.
L'Empereur louait tellement mon petit cheval que je me crus obligé de le
lui offrir; il me répondit qu'il se ferait un cas de conscience d'en
priver Mme Pons.

Pendant que l'Empereur était à Rio-Marine, une ancienne religieuse,
habitante de Rio-Montagne, avait demandé plusieurs fois à lui parler, et
comme elle ne jouissait pas d'une bonne réputation, outre qu'elle avait
quitté le voile, on ne l'avait pas présentée. Nous la trouvâmes sur la
route de Longone: évidemment elle attendait l'Empereur. Elle portait un
costume qui était presque le costume obligé du cloître dont elle s'était
volontairement séparée, c'est-à-dire la robe noire, le fichu blanc, le
béguin, la croix. L'Empereur la vit de loin; surpris, il me demanda
pourquoi une personne de couvent se trouvait ainsi seule sur un chemin à
peu près désert et exposée aux outrages de quiconque voudrait
l'insulter. Je lui répondis que je ne croyais pas me tromper en
l'assurant que c'était une contribution qui allait l'atteindre, et de
suite il mit la main à la poche. Je lui répétai l'opinion du pays, et
alors il dit en riant: «Il est inutile de donner à une Magdelaine qui
n'est ni pénitente ni repentante.» La prétendue religieuse s'était mise
à genoux, le chapelet à la main, et, ferme au poste, elle attendait que
l'Empereur l'avoisinât pour opérer une manoeuvre d'éclat. En effet, dès
que l'Empereur fut près d'elle, elle se leva comme une folle, comme une
furieuse, et elle se jeta dans les jambes du cheval de manière à se
faire fouler si le cheval avait pris peur. L'Empereur eut des craintes;
il recula et il demanda à cette femme ce qu'elle voulait. Elle répondit
seulement: «L'aumône.» L'Empereur lui fit l'aumône quoiqu'il n'eût pas
l'intention de la lui faire; puis il dit au général Bertrand: «L'opinion
publique vient de me faire économiser quelques centaines de francs que
j'aurais indubitablement donnés à cette femme.»

À partir de la plaine de Rio, le chemin de Longone, toujours montagneux,
presque toujours à mi-côte, domine sur des vallons dont la plupart sont
bien cultivés. Dans l'un de de ces vallons, sur un penchant faisant face
au septentrion, l'Empereur aperçut avec un vif intérêt des plantations
de châtaigniers; il demanda le nom du propriétaire. Il voulut s'arrêter
en face de la plage de l'Ortanno pour savoir ce que je pensais, quant à
l'embarquement des marbres provenant des carrières qu'il faisait
exploiter sur ce point. Il avait fait faire des études pour pouvoir
ouvrir une bonne route de Longone à Rio, car celle que nous parcourions
n'était guère qu'un chemin vicinal sans nivellement.

En approchant du Monte Serrato, nous marchâmes quelques minutes sur un
sol d'amiante, et je le fis observer à l'Empereur. L'Empereur voulait
des faits. J'appelai un vigneron qui, après quelques coups de pioche,
arracha un gros morceau d'amiante d'un blanc un peu jaunâtre, et il alla
joyeux le présenter à l'Empereur, ce qui lui valut la récompense d'un
napoléon. C'était ce que l'Empereur avait l'habitude de donner dans de
pareilles circonstances; il ne portait pas d'argent blanc sur lui. Le
vigneron assura l'Empereur que ce filon d'amiante serpentait dans toute
la contrée. L'Empereur le questionna pour savoir si les productions du
sol d'amiante valaient mieux ou valaient moins que celles qui venaient
sur un fonds tout de terre végétale. Le vigneron parut assez embarrassé;
il réfléchit, porta ses regards autour de lui, sembla interroger les
propriétés qu'il voyait, et ensuite il dit à l'Empereur: «Le vin blanc
du sol d'amiante, qui du reste n'est pas considérable, vaut mieux, mais
la terre végétale l'emporte pour le vin rouge.» Il lui indiqua plusieurs
vignes d'une qualité supérieure. L'Empereur lui demanda si ces vignes ne
lui appartenaient pas: c'était à peu près cela.

Nous arrivâmes à Monte Serrato ou plutôt à l'ermitage qui porte ce nom,
et que l'on peut considérer comme l'une des plus intéressantes
curiosités de l'île d'Elbe.

L'ermitage est assis sur le plateau d'une des hauteurs montagneuses, au
milieu de l'agglomération qui forme le Monte Serrato. Il y a là un mont
principal couvert d'un schiste qu'on peut tout bonnement appeler
«pourri». Il n'a que quelques arbustes sauvages qui naissent et qui
meurent sans jamais être d'aucune utilité pour les besoins matériels de
la société. En se cramponnant à ces arbustes sauvages, on peut, quoique
difficilement, grimper jusqu'à la crête de cette montagne, d'où l'on
retrouve une vue aussi admirable que des hauteurs de Volterrajo. Mais
pour descendre, ce n'est pas seulement difficile, c'est si dangereux
qu'on peut rouler du haut en bas sans rien trouver qui arrête sur la
pente: j'ai appris cela à mes dépens.

Cependant l'ermitage de Monte Serrato, quoique ainsi entouré, n'a rien
d'effrayant, même de lugubre, et le regard est de suite absorbé par une
foule de détails importants. Là tout n'est pas inculte, et les ermites
titulaires qui depuis des siècles s'y sont succédé, ont trouvé le moyen
d'y ramasser un peu de terre, d'y planter quelques arbres, quelques
vignes, et de faire un enclos pour la culture des herbages. Puis une
chèvre, deux brebis, et un bon petit bidet que l'on garde «parce qu'il y
a de quoi l'entretenir». L'on y est à l'abri des amertumes de la vie,
les jours s'y écoulent presque en dormant. L'église est simple et
pauvre, mais elle est bien tenue toujours; le dimanche un prêtre va y
dire la messe; il y a une fête annuelle. La cellule de l'ermite,
maisonnette assez commode, est située sur une terrasse spacieuse
entièrement couverte de treillages, et qui dans la belle saison forme un
salon extrêmement agréable. La charpente de ce salon est toute en tiges
d'aloès.

L'ermite de Monte Serrato vit autant avec les habitants de la terre
qu'avec les habitants du ciel, car l'on va à l'ermitage encore plus pour
se divertir que pour prier. Jadis les marins avaient une grande
confiance dans la vierge de Monte Serrato: ils lui consacraient beaucoup
de messes, ce qui faisait de l'ermitage de Monte Serrato une
chapelainerie (_sic_) fort importante. Les temps sont changés; les
messes sont rares. L'ermite me disait: «Cela durera jusqu'à ce que la
Vierge nous ait fait quelque bon miracle!»

Pour arriver à l'ermitage, en quittant la route de Longone on prend un
sentier très étroit, bordé par des cyprès d'une grande hauteur, dominant
un ravin de haut en bas couvert d'aloès et de figuiers d'Inde (_cactus
opuntia_), et au fond duquel coule un ruisseau qui va se perdre dans la
mer à la «fontaine de Barberousse». Ce sentier parfois obscur, toujours
très onduleux, fait arriver sur la terrasse devant la cellule. C'est
surtout en débouchant du sentier que l'on est surpris de l'ensemble
vraiment pittoresque de ce lieu, et qu'on est presque forcé de se livrer
à un moment de contemplation. Ces montagnes sans vie semblent faire
encore partie du chaos, où rien en principe n'avait imprimé les traces
de l'homme, dont l'homme s'est pourtant emparé pour y reposer sa tête,
peut-être même pour se séparer des hommes. Et par-dessus, un ciel pur
qui enivre l'imagination de l'immensité de ses richesses!... Ensuite la
nuit, la lune, les étoiles, chaque chose projetant sa lumière ou son
obscurité, ajoutant aux horreurs ou aux beautés, idéalisant le regard...
et la rosée du matin qui semble couvrir la terre de perles orientales,
et la fraîcheur de la soirée que des milliers de plantes odoriférantes
parfument, et un air vivifiant qui se lie amoureusement à la brise de la
mer... Je veux parler de l'enchantement que j'ai vingt fois éprouvé en
entrant dans cette enceinte de solitude et de méditation, sans que j'aie
jamais bien pu analyser toutes les causes de mes différentes émotions,
et, je l'avoue, je sens que maintenant je ne suis pas plus avancé. Ce ne
sont pas là les saintes baumes de la Provence, ni la grotte de saint
François d'Assise en Italie. Le caractère m'en paraît moins religieux.
Néanmoins, tout y élève la pensée vers la divinité; on y prie
d'instinct.

Qu'on ne pense pas que l'Empereur avec toute sa puissance morale pût à
volonté se soustraire à une impression de surprise. Sans doute
l'Empereur commandait à sa figure, mais il obéissait à son coeur, et il
lui était impossible de taire les vibrations de son âme. Il s'arrêta sur
le seuil de l'enceinte: dans une fixité absolue, considérant avec
attention tout ce qui l'entourait, il resta dix minutes sans parler: et
enfin il rompit son silence par ces paroles: «C'est beau, mais ce doit
être bien plus imposant que ce n'est beau durant ces tempêtes
équinoxiales qui sont sillonnées par les éclairs, labourées par le
tonnerre, et qui menacent d'engloutir la terre.» Puis il alla s'asseoir,
toujours en raisonnant sur les choses qui lui paraissaient les plus
remarquables. De sa place il pouvait voir la mer, et cette vue lui fit
beaucoup de plaisir; il se plaignit de ce qu'on n'avait pas apporté sa
lunette d'approche, ce qui l'empêchait d'observer la manoeuvre de
quelques bâtiments qui étaient à la voile.

L'Empereur demanda à l'ermite si la foudre ne faisait pas des ravages
sur le Monte Serrato ou autour du Monte Serrato. L'ermite lui répondit
qu'elle tombait fréquemment, mais qu'elle n'avait jamais atteint
l'ermitage. L'Empereur lui fit observer que la montagne de l'ermitage
était garantie parce que les montagnes qui l'entouraient étaient plus
hautes et plus aiguës. L'ermite dit à l'Empereur: «Il vaut mieux encore
que le peuple croie à la protection de la Vierge.»--«Ce que je
n'empêcherai pas forcément», répliqua l'Empereur, et il ajouta en
parlant italien, assez mauvais italien: «Pourtant, monsieur l'ermite,
notre religion est assez riche de vérités pour pouvoir se passer
d'assertions qui ne sont pas positivement vraies.» L'ermite lui demanda
la permission de le conduire à l'église: elle était illuminée;
l'Empereur s'agenouilla un moment. Il donna à l'ermite, je ne vis pas ce
qu'il lui donnait. Mais immédiatement l'ermite s'entoura de quelques
personnes qui par hasard se trouvaient là, et avec elles il fit des
prières; je crois que ces prières étaient pour l'Empereur.

Par une heureuse précaution, l'Empereur avait fait venir une collation
de Longone: nous la dévorâmes, nous avions tous bon appétit. L'Empereur
se plut beaucoup à nous voir manger «comme des conscrits qui venaient de
faire une corvée». Ce fut là son expression de contentement. L'Empereur
était gai comme tout le monde; ces moments furent vraiment des moments
heureux. Il y eut pourtant un temps de profond silence: l'Empereur
dormit pendant un quart d'heure sur sa chaise.

Au moment du départ, l'Empereur me demanda si je connaissais le
caroubier qui était à la campagne de Saint-Joseph appartenant à M.
Rebuffat, et si ce caroubier méritait la réputation de beauté qu'on lui
faisait. Je répondis à l'Empereur qu'il y avait deux caroubiers, le mâle
et la femelle; que le caroubier mâle, sans être aussi considérable que
celui de la reine Jeanne en Sicile, était cependant fort important,
puisqu'on pouvait dresser sous son ombrage une table de soixante
couverts, ce qui était arrivé à l'occasion du repas nuptial de Mlle
Rebuffat auquel j'avais assisté: «Allons visiter l'arbre de noces», dit
l'Empereur. Nous allâmes; l'Empereur se promena sous les deux
caroubiers; il nous assura qu'il payerait beaucoup pour avoir deux
arbres semblables à son château de Saint-Martin Saint-Cloud.

Il fallait retourner au logis. Je pris congé de l'Empereur: «Je suis
bien content de ma journée d'hier et de ma journée d'aujourd'hui.»
Telles furent les dernières paroles de son adieu; il allait coucher à
Longone.



CHAPITRE V: LES TRAVAUX DE L'ÎLE D'ELBE

     I.--Les palais impériaux.--La maison de Pons à Rio.--Réception de
     lord Bentinck.

     II.--Visite de l'Île par l'Empereur.--La
     Pianosa.--Palmajola.--L'approvisionnement de l'Île.--Propagation de
     la pomme de terre.--Industries locales.

     III.--Port de Rio.--Projet de Pons.--Napoléon ingénieur.--Napoléon
     mis en selle.

     IV.--Les projets de M. Bourri.--Les hauts fourneaux de Rio.

     V.--Les plantations.--Les lazarets.--Oliviers et mûriers.--La forêt
     de Giove.--Un plan de Napoléon pour le reboisement des montagnes de
     France.--La guerre sanitaire de Livourne et Porto-Ferrajo.

     VI.--Résumé des travaux.--Défense de l'Île.



I

LA MAISON DE PONS.


Quant à la manière de me loger, l'Empereur avait plutôt sollicité
qu'ordonné. Je pouvais donc faire ce que je croirais le plus convenable
pour le rôle de représentant impérial qu'à mon corps défendant je devais
jouer à Rio-Marine. Mon intention est seulement de faire comprendre que
le fardeau était quelquefois un peu lourd, qu'il le devenait davantage
du moment où je n'étais plus logé d'une manière digne des hôtes de
l'Empereur qui m'arrivaient sous ses auspices.

L'Empereur m'autorisait à prolonger ma demeure dans le palais impérial,
mais les maçons allaient s'emparer des appartements, et je ne pouvais
pas faire dormir ma famille au milieu des décombres. Je dis dans le pays
que je cherchais à me loger: j'eus immédiatement tout le pays pour
logement. Deux des propriétaires les plus aisés se hâtèrent de me céder
leurs maisons qui étaient contiguës, et je les fis communiquer. Le
directeur des travaux des mines vint à la tête de cent ouvriers pour
transporter mes meubles; la chose fut faite comme par enchantement, et,
sans le moindre embarras, je me trouvai tout à fait installé.

J'étais à peine installé chez moi que l'Empereur aurait pu désirer que
je fusse encore chez lui. L'Empereur reçut la visite de lord Bentinck et
de (_nom en blanc_), et les traita somptueusement. Mais le contre-coup
tombait sur moi, pauvre chétif, qui étais aussi à peu près déchu, du
moins d'habitation. L'avis qu'on me donna de la visite de ces deux
personnages, extrêmement polis selon l'usage, semblait pourtant
m'enjoindre de les recevoir avec distinction: le grand maréchal
accompagnerait les hôtes de l'Empereur. C'était presque de l'étiquette;
je me le tins pour dit.

En effet, le grand maréchal à la tête du cortège britannique arriva à
Rio-Marine, et, par habitude, il alla descendre au palais impérial, où
il ne trouva que des travailleurs, ce qui fit rire les Anglais, sans
pourtant amuser leur conducteur. La société vint me trouver; je la reçus
de mon mieux. La veille, j'avais aussi une autre compagnie anglaise
assez nombreuse. Le grand maréchal croyait que j'aurais dû tenir bon
dans le palais impérial; je n'étais pas de son avis; il me semblait, au
contraire, que j'avais bien fait. La journée ne fut pas sans plaisir: la
simplicité de la maison ne changea rien à la bonté des mets, à la
qualité des vins, et les illustres (_sic_) de la Grande-Bretagne
mangèrent et burent comme si de rien n'était. Ils furent d'ailleurs très
aimables; je fis pourtant une petite malice à lord Bentinck: je lui
parlai contre ceux qui avaient corrompu la grande-duchesse Élisa, et il
y était pour sa part. Il me dit «que la grande-duchesse Élisa n'avait
pas besoin d'être corrompue», ce qui était un peu vrai.

De retour à Porto-Ferrajo, le général Bertrand rendit compte à
l'Empereur, et il lui fit connaître l'état de ma demeure. Sur quoi
l'Empereur, sans même attendre de m'avoir parlé, m'envoya l'autorisation
de reprendre possession du palais impérial, et je dus lui faire observer
que la chose n'était plus faisable. Je me hâtai néanmoins d'aller le
remercier de sa bonté; il me dit dès que je l'abordai: «Retournez au
palais impérial aussitôt que cela vous sera possible; casez-vous y
encore, et alors vous continuerez à me recevoir.» Il ajouta: «Le jardin
n'a pas cessé d'être à Mme Pons», ce qui décida Mme Pons à y retourner.
On ne pouvait pas être meilleur que ce que l'Empereur était pour moi
dans cette circonstance, mais il oubliait qu'il avait fait disparaître
toutes les petites pièces pour n'en avoir que de grandes. Je conservai
ma maison bourgeoise, et désormais tous les recommandés de l'Empereur
durent descendre dans une demeure passablement plébéienne, ce qui ne
veut pas dire que l'hospitalité y fut moins cordiale ou moins généreuse.
Ce qu'il y eut d'étonnant à l'égard de ce palais impérial, qui partout
ailleurs n'aurait été regardé que comme une petite bicoque, c'est qu'au
milieu des préoccupations inséparables de son départ de l'île d'Elbe,
l'Empereur lui donna un dernier regard, voulut qu'il fût définitivement
mis à la disposition de Mme Pons. L'exécution de cette volonté, même
après le départ de l'Empereur, n'éprouva aucune espèce d'obstacle. Ma
femme resta dans le palais impérial tant que la bannière impériale put y
rester arborée.



II

APPROVISIONNEMENTS ET INDUSTRIES DE L'ÎLE.


Dès que l'Empereur eut fixé le logement qu'il destinait à son séjour
habituel, il visita les petites cités de son petit empire: Rio, Longone,
Marciana, Campo, Capoliveri, et, selon son usage, partout et toujours il
examina ce qu'il y avait à examiner. Sa Majesté visita également l'île
de la Pianosa, le rocher de Palmajola, deux dépendances de l'île d'Elbe,
et, quoique le traité de Paris n'en fît pas mention, Sa Majesté en prit
possession.

Le colonel anglais Campbell appelait cela faire des conquêtes, ce qui ne
l'amusait pas, quoiqu'il ne se permît aucune observation en présence de
l'Empereur.

C'est à l'île de la Pianosa que fut exilé et mourut Agrippa le Posthume.
Cette île, jadis assez peuplée, aujourd'hui inhabitée, est propre à la
culture; elle a quatre lieues de tour, la distance de l'île d'Elbe est
d'environ six lieues. L'Empereur chargea le capitaine du génie Larabit
de la fortifier, et cet officier justifia pleinement la confiance de Sa
Majesté. M. Larabit était alors fort jeune: il avait commencé la guerre
à la campagne de Saxe, ses premiers pas militaires lui avaient mérité
des éloges. C'est lui-même qui avait demandé à l'Empereur la permission
de le suivre; cependant, il ne put arriver à l'île d'Elbe que quinze
jours après Sa Majesté; son arrivée fit plaisir à tous les compagnons du
grand homme. L'Empereur disait de lui: «C'est une vieille tête sur un
jeune corps.» Maintenant M. Larabit est un de nos députés les plus
consciencieux.

Palmajola est un rocher à quatre milles de l'île d'Elbe, sur le faîte
duquel il y a une tour avec deux canons, et qui en temps de guerre sert
à observer ce qui se passe dans le canal de Piombino.

Année commune, l'île d'Elbe ne récoltait de blé que pour son besoin de
deux mois, et il est facile de penser que ce dénuement de la denrée de
première nécessité absorbait la pensée de l'Empereur.

L'Empereur fit un traité avec un négociant génois. Sa Majesté lui
concéda une grande étendue de terrain à la Pianosa: le négociant génois
s'engagea à établir une colonie lucquoise sur cette île, à faire
cultiver la terre qui lui était concédée, et à fournir aux Elbois à un
prix avantageux une quantité de grain égale à leur consommation
ordinaire de cinq mois. Ce traité, dont l'administration générale des
mines fut chargée de discuter et de soutenir les clauses et conditions
arrêtées par l'Empereur, ne laissait rien aux chances du hasard; Sa
Majesté avait tout prévu, et les stipulations pour la vente ou
l'acquisition d'une grande province n'auraient certainement été ni plus
ni mieux étudiées.

Ainsi les Elbois se trouvaient assurés de leurs approvisionnements en
blé pour l'espace de sept mois.

Restaient cinq mois à la nécessité desquels il fallait parer.

L'Empereur acheta dans l'île d'Elbe même une vaste plaine appelée
l'Aconna, dont le sol couvert des débris d'une antique forêt était
totalement abandonné, et Sa Majesté appela de suite des Lucquois pour
mettre cette propriété en culture. L'Aconna pouvait, année commune,
fournir en céréales un approvisionnement de deux à trois mois.

C'était au moins neuf mois de tranquillité acquise; disons mieux, il n'y
avait plus à craindre, parce que la quantité des vins que l'île d'Elbe
récoltait en sus de la consommation de ses habitants lui permettait de
faire annuellement des échanges qui, terme moyen, lui procuraient une
quantité de graminées pour la nourriture de trois mois.

Cela ne suffisait pas à l'Empereur: il disait que lorsque «le pain était
cher, tout était cher», et il voulait qu'on le mangeât bon marché. Aussi
il s'occupa des champs jusqu'au moment où il crut que l'amélioration de
la culture était telle qu'elle pourrait désormais doubler le produit
auquel on était habitué.

Les pommes de terre étaient presque inusitées dans les ménages elbois.
L'Empereur en prêchait la bonté et l'usage; il engageait les
cultivateurs à leur consacrer une partie du sol qu'ils faisaient
fructifier. Sa Majesté se plaisait à donner le nom de _parmentières_ aux
pommes de terre; elle disait que Parmentier avait rendu un service
immense à l'humanité.

Sa Majesté ne s'occupait pas seulement du blé et des parmentières. Une
vieille erreur faisait croire aux Elbois que le châtaignier et l'olivier
ne prospéraient point sur le sol de l'île; il y avait pourtant beaucoup
de preuves du contraire. L'Empereur envoya en Corse pour y acheter une
grande quantité de boutures de châtaigniers et d'oliviers, et, dès leur
arrivée à Porto-Ferrajo, il les distribua aux propriétaires ruraux. Les
châtaigniers furent placés sur les revers des montagnes au septentrion,
et les oliviers partout où le soleil donnait en plein. Sa Majesté envoya
aussi en Toscane pour faire l'acquisition de pépinières de mûriers: elle
pensait que la propagation de cet arbre pouvait être une source de
prospérité pour les Elbois.

Les marais salants du golfe de Porto-Ferrajo appartenaient à l'État,
mais ils avaient été mal administrés, mal soignés, et l'Empereur, après
les avoir fait mettre en bon ordre, les afferma avantageusement à un
Milanais fort capable de les bien exploiter.

Les madragues de l'île d'Elbe sont renommées. Le fermier, Génois
d'origine, avait fait une grande fortune dans cette entreprise, et il
méritait son riche succès, car il faisait beaucoup de bien. L'Empereur
désira que cet honorable industriel donnât plus d'extension à la pêche
du thon, et le fermier créa une autre madrague. Cette extension donnée à
la pêche du thon augmentait un peu, bien peu, les revenus de l'Empereur:
mais ce n'est pas ce que Sa Majesté avait en vue, et son but principal
était d'occuper fructueusement des bras. D'ailleurs, la pêche du thon
favorisait beaucoup la vie animale des Elbois.

Dans des temps peu reculés, les Elbois se livraient à la pêche du corail
et des anchois, et l'on trouvait encore des personnes qui pouvaient
donner de bons renseignements à cet égard: l'Empereur les consulta. Sa
Majesté prit ensuite les dispositions les plus capables de faire
renaître et fleurir cette branche de commerce et d'industrie.



III

PORT DE RIO.


L'Empereur porta sa pensée sur Rio-Marine; il m'écrivit directement pour
savoir «s'il ne serait pas possible de parer aux dangers de la rade
riaise en faisant faire un port par une compagnie qui ensuite
prélèverait un droit sur tous les bâtiments qui viendraient y mouiller».
(J'appelle lettres directes de l'Empereur celles que l'Empereur dictait
à son secrétaire intime et dans lesquelles le secrétaire intime parlait
au nom de l'Empereur.)

Il n'y avait pas à Rio-Marine, ni de loin ni de près, possibilité de
trouver un seul actionnaire, et à Rio-Montagne encore moins:
Rio-Montagne est sans fortune, celui qui a quelques écus d'économie les
emploie de suite à l'achat d'une pièce de terre. Les Riais de Rio-Marine
n'ont jamais un denier de disponible; tout ce qu'ils gagnent est employé
à faire construire des bâtiments de cabotage, ce qui les met souvent
dans la nécessité de recourir à des emprunts onéreux. Je représentai
cela à l'Empereur, je lui rappelai ce qui s'était déjà passé à l'égard
de ce port. L'Empereur me répéta tout ce que le grand chancelier de la
Légion d'honneur lui avait dit à cet égard. Voici:

Le vent du nord-est est le vent traversier de la rade de Rio-Marine. Dès
que ce vent souffle un peu fort, les bâtiments en rade sont obligés de
lever l'ancre et d'aller se réfugier à Longone, ce qui leur occasionne
une perte d'argent et une perte de temps. Quelquefois même cette
nécessité d'abri donne des soucis. Il y a bien, à un mille au sud de la
rade, une calanque appelée Porticcioli qui peut recevoir trois bâtiments
et dont on profite dans les cas d'urgence, seulement dans la belle
saison. Cette calanque n'offre d'ailleurs des garanties de sûreté que
lorsqu'on s'y est orienté pendant un temps calme. Encore, il n'est pas
très rare que le vent traversier empêche de charger et d'expédier du
minerai. Cet empêchement dure souvent plusieurs jours, quelquefois une
semaine, un mois (_sic_). Il n'en faut guère plus pour occasionner la
ruine d'un établissement de hauts fourneaux de fonte qui n'a pas eu la
précaution de faire ses approvisionnements pour toute la saison des
travaux.

En 1812, convaincu que je pouvais par les seules ressources de
l'administration des mines, sans une bien grande augmentation de dépense
pour la Légion d'honneur, construire un port à Rio-Marine, j'en fis la
proposition raisonnée au grand chancelier, et le génie militaire fut
consulté au lieu et place du génie des ponts et chaussées qu'on n'avait
pas sous la main. Le génie militaire trouva que le ruisseau-torrent qui
alimente la fontaine ainsi que les moulins de Rio-Montagne, se perdant
dans la mer précisément à l'endroit où le port aurait dû être construit,
occasionnerait, par l'entraînement de la pente rapide, des frais
incessants de recreusement, et, fondé sur cet inconvénient, il ne fut
pas de mon avis. L'inconvénient n'existait pas le moins du monde,
puisque le cours du ruisseau pouvait facilement être détourné. Plus tard
le génie militaire fut de mon avis, mais alors il n'était plus temps.

L'Empereur voulut aller sur les lieux. Son regard fut un regard de
conviction; il indiqua comment le ruisseau-torrent devait être détourné,
et il montra du doigt le point où il devait aller se perdre. Il demanda
de suite une embarcation, ainsi que tout ce qui était nécessaire au
sondage de l'emplacement désigné. Il sonda lui-même, il se mouilla
beaucoup, quoique le temps fût assez froid, et son travail fini, comme
si de rien n'était, il retourna à Longone d'où il était venu. Je crois
que l'Empereur avait un peu exagéré le nombre de bâtiments que le port
aurait pu contenir, d'après le tracé visuel qu'il en avait fait
lui-même. Combler par une jetée l'espace de mer qu'il y a entre la tour
et l'îlot de la rade, faire une seconde jetée qui, appuyée sur le même
îlot, s'avancerait vers la viguerie dans une longueur convenable, et
remplacer le pont de bois par un môle en pierre trois fois plus étendu;
les jetées faites des pontons auraient creusé l'enceinte du port pour
égaliser le fond, particulièrement à l'ancienne embouchure du
ruisseau-torrent, qu'avant tout l'on aurait détourné: tel était le plan
de l'Empereur. Il le dessina sur place, complètement, en précisant,
proportionnellement à l'oeil, la viguerie, la plage riaise, le pont de
bois, le ruisseau, la tour et l'îlot qu'on appelle _scoglietto_. Il
marqua même l'emplacement que devrait avoir la maison sanitaire.

Les capitaines de la marine marchande que j'avais de suite fait appeler
pour qu'ils préparassent immédiatement l'embarcation que l'Empereur
désirait, montèrent, comme matelots, la meilleure de leurs chaloupes et
allèrent embarquer l'Empereur, qui fut touché de leur attention. Les
capitaines croyaient que l'Empereur les laisserait se charger du soin du
sondage, mais il leur évita cette peine.

Ce n'était pas une chose sans intérêt que de voir le grand Napoléon, une
longue perche ou une corde plombée dans les mains, se faisant conduire
successivement dans toutes les directions et travaillant autant qu'un
mercenaire. Je fis une bonne observation morale: l'embarcation était
petite; elle balançait beaucoup, l'Empereur n'était pas toujours ferme
sur ses jambes, et quelquefois il chancelait. Ordinairement, les marins
rient de ces sortes de choses. Mais les capitaines de la marine
marchande ne riaient pas; loin de là; ils éprouvaient un frémissement
d'émotion chaque fois que l'Empereur ne paraissait pas se tenir
solidement, et les deux plus forts d'entre eux s'étaient, sans rien
dire, placés à ses côtés pour veiller à sa sûreté.

J'avais fait préparer un rafraîchissement pour l'Empereur. Lorsqu'il
débarqua de la chaloupe, je le lui offris, mais il me répondit qu'il
était trop mouillé pour s'arrêter chez moi; et pendant que je donnais
des ordres pour qu'on lui apportât quelque chose sur le rivage, un des
capitaines qui venaient de lui servir de matelots, le capitaine François
Giannoni, lui dit en italien: «Majesté, j'ai du vin _aleatico_ qui
ressuscite les morts, et je vous prie de le goûter.» L'Empereur ne se
fit pas prier davantage; il prit un doigt d'aleatico, trempa un biscuit
et monta à cheval.

En montant à cheval il se passa une scène qui avait son côté burlesque,
mais dont l'Empereur sourcilla, et ce n'était pas sans raison. Il y
avait à Rio-Montagne un sergent-major, Édouard Castelli, frère de
l'excellent capitaine Castelli, qui avait une force vraiment herculéenne
et dont l'esprit n'était pas transcendant. L'Empereur avait déjà le pied
gauche à l'étrier, il prenait son élan pour se mettre en selle, lorsque
Édouard Castelli, trouvant sans doute que l'Empereur ne montait pas
assez vite, le prit par derrière, l'enleva et le jeta presque sur le
cheval. L'Empereur résista en vain; il dut subir la loi de la force. Dès
qu'il fut à cheval, il regarda sérieusement Édouard Castelli et lui dit:
«Que cela ne vous arrive plus!» Ce pauvre gros garçon d'Edouard Castelli
était tout ébahi qu'on le blâmât au lieu de l'admirer. Cette étourderie
lui valut pourtant les épaulettes de sous-lieutenant, qu'il eut quelques
jours après.



IV

L'INGÉNIEUR BOURRI.


Parmi les personnes qui venaient pour le voir, l'Empereur distingua M.
Bourri, homme d'une haute capacité industrielle, le premier entrepreneur
français des mines de fer de Rio. M. Bourri, je crois, Lyonnais de
naissance, était l'ancien directeur de la fonderie militaire de Valence,
et, au moment de son arrivée à Porto-Ferrajo, il dirigeait les hauts
fourneaux du prince Lucien, avec lequel il paraissait associé. M.
Bourri, toujours plein de grands projets, ne reculait devant aucune
entreprise; il aurait pris l'Europe à ferme, si quelqu'un avait eu le
droit de la lui affermer. Instruit, expérimenté, insinuant, sa
conversation intéressait; et l'Empereur la mit à contribution. J'étais
lié avec lui. Je pouvais croire que j'entrais pour une part dans son
voyage à l'île d'Elbe; mais je n'étais pas à Porto-Ferrajo lorsqu'il y
arriva, et il avait déjà eu une audience de l'Empereur alors qu'il vint
me trouver à Rio. Il y venait pour me parler de l'Empereur, et les yeux
brillants de joie, les bras étendus, sans cependant songer à
m'embrasser, il m'aborda avec un élan d'enthousiasme: «Je n'ai pas eu
besoin de vous attendre; il m'a fait appeler, il m'a reçu de suite. Il
m'a parlé de tout, de la fonderie de Valence, des fourneaux de la
Romagne, des mines de Rio, du charbon de terre, des transports, des
usines... Quel homme! Il faut savoir ce qu'il a été, autrement on ne
s'en douterait pas, tant il est pénétré des affaires auxquelles on le
croyait le plus étranger. Lucien se vante d'en savoir autant que lui;
c'est ridicule. Il dit qu'il l'a fait empereur, c'est plus ridicule
encore. L'Empereur a été empereur par la force des choses autant que par
la force de son génie... Triste homme que ce Lucien: il fait le
républicain à Paris et le despote à Rome. L'Empereur a un grand projet
en tête, il vient demain; il faut que nous lui préparions un rapport.
N'allez pas vous opposer à ses désirs, parce que vous me feriez tort...
J'ai parlé artillerie avec le général Drouot: il est modeste comme une
jeune fille bien élevée. J'ai vu deux de mes canons: j'en ai été bien
aise. Il me semble que l'Empereur a été content de moi... Je suis
vraiment jaloux de la gloire de ses fidèles...»

«L'Empereur vient demain pour un grand projet», m'avait dit M. Bourri,
et je lui demandai quel était ce projet, «L'Empereur, me répondit-il,
voudrait, par une digue très forte, arrêter le cours du ruisseau qui va
se perdre dans la mer, en ramasser les eaux ainsi que celles des pluies
d'hiver, et, au printemps prochain, se servir de ce grand réservoir pour
faire marcher un haut fourneau de fonte, que l'on s'empresserait de
construire...» Cette idée n'était pas une idée nouvelle; je l'avais eue
avant l'Empereur, M. Bourri avant moi. Mais personne ne s'était hasardé
à soutenir radicalement ce projet, parce que, quoique sous l'Empire,
époque à laquelle l'on ne reculait pas devant les dépenses publiques, la
création complète d'un tel établissement devait absorber des sommes
considérables, et qu'il était presque démontré que l'emploi de ces
sommes n'obtiendrait pas un résultat analogue à leur importance. Puis
venait le manque total de bois et de charbon de terre. Il y avait une
autre considération qu'il ne fallait pas perdre de vue: c'était la
concurrence que cette usine établirait avec toutes les usines semblables
du continent. Avant 1815 il y avait un moyen de parer à ce grave
inconvénient: c'était de ne fondre que de la gueuse et de ne l'employer
exclusivement qu'au lestage de notre marine militaire, tandis
qu'aujourd'hui nous ne pourrions vendre la fonte que dans les lieux où
les hauts fourneaux trouvent depuis des siècles des débouchés pour la
leur. M. Bourri cherchait à combattre ces raisons, devant lesquelles
pourtant il avait précédemment reculé. Ce n'était pas même les seules
qu'on pouvait mettre dans la balance. Nous raisonnâmes, nous calculâmes,
et tous nos calculs et tous nos raisonnements nous ramenèrent au point
de départ, c'est-à-dire que cette usine serait trop coûteuse pour son
rapport probable, sans compter le mal qu'elle pourrait occasionner.

L'Empereur m'avait bien parlé de ce projet, mais vaguement: j'avais cru
à une de ces idées fugitives qui sillonnaient sans cesse son génie.

Le lendemain, l'Empereur ne vint pas à Rio; nous l'attendîmes en vain.
Le soir il me fit appeler à Porto-Ferrajo; je m'y rendis avec M. Bourri.
Il pouvait se faire que M. Bourri n'eût pas bien compris l'Empereur; du
moins l'Empereur ne me parut pas aussi pénétré que M. Bourri des
avantages qu'il y aurait à d'aussi grandes constructions. Il me fit
expliquer mes doutes et il me dit: «Nous irons ensemble vérifier cela
sur les lieux»; ensuite il ajouta en riant: «Je me tenais en défense
contre vous; car je ne supposais pas que vous reculeriez devant l'emploi
du mortier.» L'Empereur faisait allusion à ce que j'avais beaucoup fait
bâtir à Rio. Il me parla avec avantage de M. Bourri; il trouva seulement
qu'il y avait trop de choses dans sa tête, que ces choses étaient
pêle-mêle, et qu'elles s'étouffaient réciproquement. M. Bourri convenait
que l'Empereur l'avait jugé comme s'il l'avait connu toute sa vie.
L'Empereur le reçut encore; il le convainquit, et M. Bourri ne compta
plus sur l'usine. Toutefois, l'Empereur n'avait pas pris un parti
définitif; quelque temps après, il alla examiner les lieux, son examen
fut approfondi. Il fit une foule de calculs; il voulut savoir d'où l'on
tirerait les bois ou les charbons, quel serait leur prix de revient,
quelles chances il y avait à courir pendant la guerre, quels écoulements
pendant la paix. Enfin, après une grosse matinée de travail, il clôtura
son opération par ces paroles: «L'avantage pour nous serait douteux,
tandis que le désavantage pour les autres serait certain, et le plus
sage est de s'abstenir. Il ne faut pas, d'ailleurs, que les
gouvernements tentent même de faire perdre ceux qu'ils ont le devoir de
faire gagner. Je suis encore gouvernement.» L'Empereur appuya sur ces
derniers mots, qu'il prononça d'ailleurs avec dignité[62]. Lorsque je
racontai à M. Bourri l'emploi de cette matinée, il resta un moment
pensif, puis il s'écria avec amertume: «Et cet homme est tombé du trône
de France au trône de l'île d'Elbe!»

M. Bourri avait apporté à l'Empereur une maisonnette en bois qui se
montait et se démontait avec une facilité étonnante, et que l'on pouvait
par conséquent changer de place à volonté. Cette maisonnette avait
plusieurs pièces; il fallait deux heures pour la monter et une heure
pour la démonter. La première pensée de l'Empereur fut de la destiner au
plateau de Monte Giove, mais cette pensée ne fit que passer, et, se
reprenant, il dit de suite: «Bah! avec cette maison, sur le Monte Giove,
privé de voisinage, je serais seul logé, et cela ne doit pas être. Je
m'en servirai à l'Aconna.» Néanmoins, la maisonnette ne servit jamais.
J'ignore même ce qu'elle est devenue.



V

LES PLANTATIONS.--LES LAZARETS.


L'on dirait qu'un génie infernal a toujours éloigné de l'île d'Elbe les
institutions locales nécessaires pour bien instruire les Elbois et pour
les faire concourir aux progrès incessants du monde moral. Que peut une
peuplade qui, pauvre par la nature du sol qu'elle habite, n'a que des
écoles primaires, et qui, afin de trouver des écoles secondaires, doit
vendre jusqu'aux derniers lambeaux de ses vêtements pour aller les
chercher sur le continent?

Le climat de l'île est un climat béni du ciel, la glace et la neige y
sont presque inconnues. Néanmoins, les paysans elbois, en général,
s'imaginent que leur terrain n'est pas propre à l'olivier; ils en
repoussent la culture. C'est en vain que les hommes les plus instruits
ont cherché à les détromper: ils n'ont pas voulu sortir de leur vieille
ornière. Depuis vingt-cinq années, plusieurs propriétaires expérimentés
ont fait des plantations qui toutes ont réussi; ce fait matériel n'a pas
pourtant pleinement suffi pour convaincre la masse des campagnards. Il y
a toujours des objections, particulièrement celle que l'olivier reste
trop longtemps pour produire. On dirait que le paysan entêté ne veut
songer qu'à lui, que dans son égoïsme il ne porte pas ses regards sur sa
progéniture. L'île d'Elbe n'a pas la centième partie des oliviers
qu'elle pourrait avoir. Les figuiers encombrent les vignes: cependant le
figuier dévore une grande partie de la substance nécessaire à la vigne
qui l'entoure: la vigne souffre aussi de l'ombrage du figuier. Le
vigneron le sait, il le dit, mais il ne remplace pas le figuier par
l'olivier.

Toutefois les Elbois n'osèrent pas méconnaître les conseils paternels de
l'Empereur. Il offrit de faire venir à ses frais du continent tous les
quantités ainsi que toutes les qualités de pieds d'olivier qu'on lui
demanderait, et il alla au-devant de tous les propriétaires qui avaient
besoin de recourir à l'accomplissement de cette offre généreuse.
L'Empereur manifestait un grand contentement lorsqu'on lui annonçait
quelque plantation. Il pressait les retardataires, il visitait leurs
domaines, et ses paroles de persuasion finissaient par vaincre les plus
obstinés.

Le mûrier manquait totalement à l'île d'Elbe. Cela étonna et affligea
l'Empereur: convaincu que le mûrier pouvait devenir une production
avantageuse pour les Elbois, il se décida immédiatement à se procurer
des pépinières.

Aussitôt que possible les mûriers ornèrent les routes, ainsi que les
lieux publics où il pouvait être convenable d'en planter, et les
propriétaires en admirent dans leurs propriétés.

L'île d'Elbe manquait aussi presque généralement, surtout dans sa partie
orientale, de l'arbre populaire qui ne redoute pas le froid, le
châtaignier, et l'Empereur songea à remplir ce vide de la culture
elboise. Il n'y avait pas d'objections possibles contre le châtaignier,
puisque c'était l'arbre qui faisait la principale propriété rurale du
territoire de Marciana. L'Empereur eut recours à la Corse pour
l'acquisition d'une grande quantité de plants de châtaigniers.

«Des oliviers et des mûriers dans les vallées qui sont pour ainsi dire
des foyers de chaleur naturelle, ainsi que sur les montagnes
secondaires, du côté qui donne en plein midi, ou au bas des hautes
montagnes où le soleil jette son feu; et la réussite de ces deux arbres
sera assurée. Puis les châtaigniers sur les revers des montagnes qui
font face au nord.»

C'est de cette manière que l'Empereur donnait des leçons d'agriculture
aux paysans, avec lesquels il aimait beaucoup à s'entretenir. Ce n'est
pas que l'Empereur se bornât à leur parler de ces trois qualités
d'arbres; il leur parlait aussi horticulture, choux, raves, oignons, et
l'on aurait pu croire qu'il était l'homme des champs. J'ai toujours
pensé que lorsqu'il allait faire ses promenades agricoles, il venait
d'étudier la _Maison rustique_, ou tout autre ouvrage de cette nature,
et que c'étaient les lumières de la théorie qu'il dispensait de suite à
la pratique. J'ai entendu l'Empereur enseigner à mon jardinier comment
il devait s'y prendre pour avoir constamment des bons radis et de la
bonne salade. Quand et comment l'Empereur pouvait-il avoir appris cela?

Je dus faire un voyage en Toscane. L'Empereur m'ordonna d'aller à
Lucques pour y traiter avec les propriétaires de pépinières d'olivier et
de mûrier. Il m'ordonna aussi de chercher des familles qui voudraient
s'établir à l'Aconna, où il avait lui-même fait le tracé d'un village
qui devait y être construit. Lorsque je fus prendre congé de lui en
m'entretenant de ce qu'il avait l'intention d'exécuter, il me dit:
«L'île d'Elbe a en elle-même tout ce qu'il faut pour le bien-être
matériel de ses habitants, et sans qu'ils s'en aperçoivent, j'espère que
je conduirai les Elbois au bonheur possible.»

La forêt de Giove, la seule forêt de l'île, avait été maltraitée et
presque détruite. L'Empereur alla la visiter: il fut indigné de la
négligence de l'autorité compétente. Il réunit l'administration de cette
forêt à l'administration des mines. Il me prescrivit de faire
rigoureusement exécuter les lois sur les eaux et forêts. Mais la vue de
cette forêt reporta sa pensée sur les antiques forêts dont les montagnes
de l'île étaient couvertes, et, en regardant toutes ces montagnes
actuellement d'une nudité presque absolue, il éprouva le besoin de les
rendre à leur splendeur primitive, c'est-à-dire de les envelopper de
chênes; il parla de faire pour l'île d'Elbe ce qu'il voulait faire pour
l'île de la Pianosa, une semence générale de glands de la forêt Noire,
semence qui aurait lieu en même temps qu'une semence de graines
d'acacia. L'Empereur disait: «Le chêne vient doucement; l'acacia, au
contraire, vient vite; et le chêne est à peine enfant que l'acacia
arrive à la vieillesse. L'acacia est donc nécessaire pour abriter et
sauvegarder le chêne, jusqu'à ce que le chêne n'ait plus besoin d'être
abrité et sauvegardé.»

J'ai vu entre les mains de M. le comte de Lacépède, alors grand
chancelier de la Légion d'honneur, une note qu'il gardait comme une
relique précieuse et qui était intitulée: _Du repeuplement forestier des
montagnes de la France_. Cette note était l'oeuvre de l'Empereur; elle ne
contenait presque que des chiffres. L'Empereur avait calculé le temps
qu'il faudrait pour l'accomplissement de cette opération: c'était
quatre-vingt-deux années. Son intention était que cette richesse immense
constituât un jour la dotation de la Légion d'honneur et des récompenses
nationales. M. le comte de Lacépède ne peut pas avoir perdu ce morceau
de papier, il y tenait trop. Mais il est à craindre qu'après lui l'on
n'ait pas connu la valeur de ce document.

L'Empereur eut la pensée immense de faire de l'île d'Elbe l'entrepôt du
commerce universel. Une île sous un heureux ciel; deux rades sûres et
magnifiques qui pouvaient chacune recevoir et abriter des escadres; le
port de Porto-Ferrajo déjà fait, le port de Longone demandant peu à
faire; une forteresse de premier ordre, une autre forteresse importante;
des côtes bien gardées, ou pouvant facilement l'être; de bons
emplacements pour deux lazarets, un pour la grande quarantaine, l'autre
pour la quarantaine ordinaire: c'était vraiment au grand complet. Le
génie de l'Empereur était plus complet encore; mais il n'en était
pourtant pas encore venu à la transmutation des métaux, et il n'avait
pas la faculté de transformer les mines en mines d'or. Il fallait des
montagnes d'or pour exécuter ce projet extraordinaire. Ainsi le génie de
l'Empereur, malgré toute sa puissance, devait nécessairement s'arrêter
devant le besoin d'or.

Sous l'Empire, la grande-duchesse de Toscane m'avait demandé mon opinion
écrite sur l'administration sanitaire des lazarets de Livourne, et plus
tard M. le baron Capelle, préfet du département de la Méditerranée, fut
chargé de rédiger des règlements à cet égard. L'Empereur m'avait deux
fois parlé de cela. Alors il m'en parla encore, et il me communiqua son
intention: ainsi son plan était de placer le lazaret de la grande
quarantaine au fond de la rade de Longone, le lazaret ordinaire au fond
de la rade de Porto-Ferrajo. Je lui fis observer que la communication
nécessaire, indispensable entre ces deux lazarets, serait très
difficile, même très dangereuse par un chemin commun à tout le monde, et
il me répondit: «Je ferai creuser un canal qui réunira tout
l'établissement.» Je lui fis observer encore que des travaux aussi
considérables l'obligeraient à des dépenses énormes, et il me répondit:
«Il faut bien espérer que ces messieurs me rendront le trésor qu'ils
m'ont pris.» Enfin je lui rappelai que le Directoire exécutif avait eu
pour les îles d'Hyères une pensée à peu près égale à la sienne, et il me
dit en riant: «Est-ce que le Directoire avait des pensées?»

Sans renoncer au grandiose de sa première idée, l'Empereur en réduisit
cependant les proportions, et pour le moment il se borna à un lazaret et
à un port de quarantaine à Porto-Ferrajo, ce qui paraissait néanmoins
être encore bien au-dessus de ce que sa situation du moment lui
permettait de faire. Mais l'Empereur n'attachait d'importance à l'argent
que de son utilité pour les créations sociales; son système n'était pas
d'enfouir les trésors, encore moins de les jeter hors de l'État.

Le commandant du génie Raoul fut chargé de lever le plan du lazaret et
du port de quarantaine qui, tout en attenant au lazaret, devait être
construit à l'endroit appelé les Fosses, où par ordre mouillaient les
bâtiments qui n'étaient pas admis à la libre pratique. L'Empereur
veillait attentivement à ce que le travail de l'ingénieur donnât dans le
plan un lazaret spacieux, bien distribué, réunissant l'agréable à
l'utile. Lorsque des occupations particulières l'empêchaient d'aller sur
le lieu des opérations, le commandant du génie lui en rendait
régulièrement compte, et il les modifiait selon ses vues.

Alors l'Empereur organisa une administration sanitaire absolument
indépendante de l'administration sanitaire de Livourne. De suite la
guerre des pouvoirs sanitaires fut déclarée entre Livourne et
Porto-Ferrajo; on combattit à coups de quarantaines. C'était ridicule;
de part et d'autre, l'on ne s'était jamais mieux porté; ce qui,
réhabilitant mutuellement les patentes de santé, rendit à ces
laissez-passer le caractère de libre communication que la discorde leur
avait fait perdre. La paix fut signée entre les deux puissances
sanitaires. Porto-Ferrajo et Livourne cessèrent tout à coup d'avoir la
contagion. Ils ne se considérèrent plus tour à tour comme des
pestiférés. Mais cette paix était une paix plâtrée, à double entente,
une de ces paix que l'Angleterre fait lorsqu'elle ne peut plus continuer
la guerre.

L'administration sanitaire de Livourne a la vieille habitude d'opprimer
l'administration sanitaire de Porto-Ferrajo. Fière d'une indépendance
sans contrôle, elle se renferme orgueilleusement dans son _alter ego_
(_sic_), et, presque insouciante du bien public, ne faisant que ce qu'il
lui plaît de faire, elle laisse crier ceux qui crient. Mais je ne crois
pas qu'aucune administration puisse faire preuve de plus d'ignorance
qu'elle. C'est certainement la plus mauvaise de la Toscane, où toutes
les administrations devront être régénérées le jour où le ciel rendra ce
beau pays à sa dignité originelle.

Je crois que je fus la seule personne que l'Empereur employa, dans cette
circonstance, pour la discussion comme pour la correspondance de cette
affaire, et je ne le vis qu'une seule fois consulter M. Bigeschi père,
duquel, me dit-il, il n'avait pu tirer aucune espèce de renseignement.



VI

RÉSUMÉ DES TRAVAUX.


Le tableau de prospérité que l'île d'Elbe, après tant de détresses,
offrait depuis l'arrivée de l'Empereur à Porto-Ferrajo, avait quelque
chose de quasi miraculeux; et cet ensemble de travaux en vigueur ou de
projets dont on préparait l'exécution, en grandissant la dignité
humaine, démontrait et consacrait la puissance suprême du génie.

Une demeure impériale sur chacun des points cardinaux de l'île, à
Porto-Ferrajo, à Longone, à Rio-Marine, à Marciana. Demeures à faire ou
à refaire.

Un château rural au centre: Saint-Martin. Amélioration complète du
bâtiment. Remaniement général de la propriété.

Réforme et perfectionnement des casernes, des hôpitaux, des magasins, et
reprise des travaux de fortification à Porto-Ferrajo.

De nouvelles dispositions pour le casernement de Longone.

Réparations importantes à la grande citerne publique.

Travaux d'essai pour parvenir à trouver une source d'eau douce.

Le Fort Anglais ajoutant à sa supériorité.

La dernière main mise au fort de Montebello.

Les greniers d'approvisionnement et de réserve mieux appropriés à leur
destination.

Premières opérations pour un lazaret.

Bâtiments d'habitation pour les personnes en quarantaine.

Changements de construction pour de vastes écuries.

Ouvertures, redressements et études de chemins.

Tentatives d'une haute importance en agriculture.

Exploitation de carrières de marbre.

Ouverture d'ateliers de sculpture.

Restauration de la forêt de Giove.

Études pour un port à Rio-Marine.

Des logements militaires et une forte batterie à la Pianosa.

Le logement de Palmajola rendu plus commode; la batterie plus utile.

Toutes les améliorations abordées et étudiées.

Après l'utile, l'agréable, en rendant l'agréable utile: l'embellissement
des promenades publiques par des arbres de production lucrative.

L'érection d'un théâtre public.

Si tout cela, marchant de front, malgré la privation presque absolue de
ressources, n'était pas dans sa réunion considéré, du moins d'une
manière relative, comme un travail gigantesque, je briserais ma plume,
et, découragé, je ne me hasarderais plus à dire la vérité aux hommes.

C'était dans l'infortune que l'Empereur devait atteindre au plus haut
degré de sa grandeur. Il fut plus grand au fort de l'Étoile qu'au palais
des Tuileries; il fut plus grand à l'île de Sainte-Hélène qu'à l'île
d'Elbe. Je le dis avec ma conscience: l'histoire ne m'a pas fait
connaître un plus grand homme que Napoléon mourant.

Toutes les opérations partaient de l'Empereur. L'Empereur ne mettait
aucun intermédiaire entre lui et les personnes qu'il chargeait d'opérer,
de telle sorte qu'il était seul pour satisfaire aux réclamations ou aux
besoins de ceux qui, par son ordre direct, avaient la main à l'oeuvre. On
manquait de quelque chose, on le demandait à l'Empereur; et, dans son
premier mouvement d'autorité suprême, l'Empereur disait: «Adressez-vous
à un tel.» Or, ce «tel» était constamment l'administrateur général des
mines, et cela ne l'amusait pas toujours.

Cette manière expéditive n'était pas du désordre pour l'Empereur, mais
elle renouvelait la tour de Babel pour moi, et elle absorbait mes
approvisionnements. Celui-là me demandait des hommes, celui-ci me
demandait des outils; l'un voulait des bois de charpente, l'autre
voulait des chariots; le militaire avait besoin d'un corps de garde,
l'artiste, d'un lieu pour travailler; le génie et l'artillerie
sollicitaient sans cesse. On parlait au nom de l'Empereur, j'écoutais.
Ensuite, je me plaignais: l'Empereur n'était pas blessé de mes plaintes;
au contraire, il m'assurait que cela n'arriverait plus; néanmoins, un
moment après, cela arrivait encore. Il est vrai que l'établissement des
mines était le seul dans l'île qui eût des ressources importantes.

L'Empereur n'était propre qu'au commandement; sa parole était presque
toujours un ordre. Il ne concevait pas qu'on pût avoir la pensée de ne
pas lui obéir. Aussi il commandait sans distinction de rang ou de grade,
le grand comme le petit et le vieux comme le jeune. Au premier qui dans
les affaires courantes lui tombait sous la main, il disait: «Faites», et
c'était sans conséquence. Bien fou celui qui en aurait tiré vanité ou
qui aurait cru à une humiliation; rien de tout cela. L'Empereur ne se
servait des hommes que pour faire marcher les choses; c'est dans ce but
unique que sa prépotence planait sur tous. Sa volonté s'arrêtait devant
la dignité: un refus digne mettait une barrière à son pouvoir absolu; il
ne s'offensait pas d'une résistance honorable. C'est à la suite d'une
longue résistance à ses ordres que l'Empereur m'honora de sa bonté, de
sa confiance, et qu'il me confia le secret de sa nouvelle destinée. Un
jour viendra où des centaines de faits de cette nature passeront des
mémoires particulières (_sic_) dans l'histoire générale de cette vie
immense.

Tous les travaux entrepris ou projetés concouraient à la solution du
plan gigantesque que Napoléon avait formé en faveur de la prospérité
elboise, et ce plan se serait accompli si la destinée de l'Empereur
avait été de passer le reste de sa vie à l'île d'Elbe. Ici, plus que
jamais, nous devrons nous borner à citer les faits.

L'île d'Elbe est parfaitement placée pour un commerce universel
d'entrepôt et d'échange. Les rades de Porto-Ferrajo et de Porto-Longone
sont excellentes, même pour les vaisseaux de haut bord, et elles sont
gardées par de bonnes forteresses, celle de Porto-Ferrajo surtout.
Porto-Ferrajo a d'ailleurs un port marchand dans lequel les navires de
commerce sont en toute sûreté.

Comme forteresse, Porto-Ferrajo est plus fort que Mahon, presque aussi
fort que Gibraltar, et bien approvisionné et bien défendu, il faudrait
du temps pour le réduire. Mais Porto-Ferrajo, mis en état de profiter
pleinement de tous les avantages dont la nature l'a favorisé, attirerait
facilement à lui le commerce de Livourne, et alors Livourne, l'unique
port de la Toscane continentale, où les bâtiments sont mal abrités, où
le lazaret est loin d'offrir tous les avantages désirables, Livourne
serait bientôt écrasée. Aussi les souverains de la Toscane n'ont jamais
voulu que Porto-Ferrajo fût autre chose qu'un lieu de _presidio_ et
d'exil.

L'empereur Napoléon, quant à Porto-Ferrajo, avait un intérêt tout opposé
à l'intérêt des princes de l'Étrurie, et il n'était pas dans ses
principes de négliger un moyen de gloire et de grandeur. Sa Majesté crut
donc qu'elle pouvait et qu'elle devait faire de l'île d'Elbe un lieu
cosmopolitain, un point de contact pour toutes les nations, et elle
s'occupa de ce projet qui se serait réalisé si l'Empereur était resté à
l'île d'Elbe.

L'empereur Napoléon était encore plus grand administrateur que grand
capitaine. Il aimait assez à raconter ce qu'il avait fait en
administration aux différentes époques de sa carrière dans l'artillerie;
son premier temps occupait sa mémoire: «Quand j'étais lieutenant...
quand j'étais capitaine.» Ces mots-là lui étaient familiers.



CHAPITRE VI: LES CONQUÊTES DE NAPOLÉON.

     I.--Palmajola.--L'artillerie de M. de Noailles.

     II.--La Pianosa.--Plan de colonisation.--Affection de l'Empereur
     pour les Génois.--L'approvisionnement de l'île.--Riposte de M.
     Traditi.

     III.--Un bâtiment barbaresque.--Le «Dieu de la terre».--Un renégat
     du Gard.



I

PALMAJOLA.


L'Empereur partit de Porto-Ferrajo pour aller visiter la petite île de
Palmajola. Il y donna des ordres pour un meilleur placement de la
batterie, ainsi que pour le logement de la garnison. Il prit des
dispositions pour faciliter davantage les communications. Cette
excursion le mit à même, en longeant la côte orientale de l'île d'Elbe,
en découvrant pleinement le canal de Piombino, de juger plus
particulièrement de la position des batteries riveraines et de l'esprit
militaire qui avait présidé à leur direction. De retour dans son
cabinet, des travaux de perfectionnement furent de suite ordonnés;
c'était toujours le résultat de ses inspections. «Il semblait que l'on
s'amusât à arranger ou à déranger les choses pour qu'il eût à dire»,
selon le colonel Vincent.

Rien n'indiquait encore que l'Empereur eût à craindre des hostilités.
Mais l'exemple du passé lui servait de leçon pour le présent et pour
l'avenir, et convaincu que les ennemis de la France ne le laisseraient
tranquille que lorsqu'ils seraient hors d'état de troubler sa
tranquillité, malgré le calme social ou la stupeur politique, il se
gardait bien de s'étendre mollement sur un lit d'édredon en laissant au
hasard la garde de sa personne. Quelque chose qu'il fît, il y avait
toujours la part de vigilance pour ce qu'il devait faire: il
n'approchait pas d'un armement quelconque sans examiner s'il était en
bon état, ce qui obligeait tous les pouvoirs militaires à ne jamais
s'écarter de la ligne qui leur était tracée par le devoir. Sans doute
cette surveillance de surprise qui manifestait inopinément son action le
matin ou le soir, le jour ou la nuit, était éminemment antipathique à la
paresse, mais les gens d'honneur n'y voyaient qu'un aliment à leur zèle.
Les artilleurs surtout aimaient que l'Empereur les visitât, et leur
commandant Cornuel le priait quelquefois «d'être moins rare».

L'Empereur était la démonstration palpitante du mouvement perpétuel. Il
connaissait les magasins et l'arsenal militaires mieux que sa chambre à
coucher; les casernes lui étaient familières comme ses palais; il savait
tout le parti qu'on pouvait en tirer, et, s'il y avait quelque
changement à faire, c'était lui qui l'indiquait.

À sa première visite à l'arsenal militaire, l'Empereur trouva plusieurs
canons aux anciennes armes royales de France, et il les examina avec
beaucoup d'attention. Il disserta sur les causes probables qui faisaient
trouver cette artillerie à Porto-Ferrajo. Il crut qu'elle avait
appartenu au corps d'armée que le général de Noailles commandait lors de
la belle défense de la place de Longone. L'Empereur, qui avait déjà fait
à Longone l'éloge de cette défense, ajouta ici: «Cette garnison aurait
mérité un canon d'honneur», et un moment après, il dit, comme s'il
reportait sa pensée aux jours des grandes récompenses: «Une arme
d'honneur est la plus belle des récompenses.» L'Empereur oubliait qu'il
avait lui-même amoindri la grandeur de ces récompenses en instituant les
récompenses nobiliaires. Fatalité des fatalités, qui amena la
dégénération de presque tous les généraux passés de la République à
l'Empire! «Il fallait vivre avec les vieilles puissances de l'Europe»;
c'est là le grand argument que font valoir ceux qui veulent justifier la
résurrection injustifiable des titres contre lesquels la France avait
fait sa révolution régénératrice. C'était avec les peuples de l'Europe
qu'il fallait vivre! Ils ne nous demandaient ni des castes ni des races.
Qu'ont fait pour nous les vieilles puissances de l'Europe lorsque nous
sommes descendus jusqu'à elles, et que, comme elles, nous avons eu des
castes et des races? Elles ont bafoué nos castes et nos races: ni plus
ou moins. Alors même que nous traînions ces vieilles puissances de
l'Europe à la suite de nos chars de victoire, elles riaient de nos
parodies de distinction, et elles affectaient de ne se rappeler que les
anciens noms de ceux auxquels l'on avait nouvellement donné des noms
distingués. Les vieilles puissances de l'Europe nous ont encore plus
trompés sous l'Empire que sous la République.

L'Empereur détruisit ou paralysa la révolution en rappelant des hommes
et en instituant des choses que la révolution avait voulu anéantir,
qu'elle croyait avoir anéantis. C'était faire rétrograder l'humanité.
Sans doute une révolution est féconde en malheurs, mais les
contre-révolutions ont de plus encore qu'elles sont fécondes en crimes
de toute espèce, et nous n'en avons que trop de preuves. Aveugle de
confiance, l'Empereur, en voulant vivre avec les vieilles puissances de
l'Europe, les avait garanties de la tempête qui menaçait leurs trônes
d'une destruction totale, et à Erfurth il était l'objet de leur
adoration. Plus tard, le maréchal Marmont, traître à la patrie, en
passant honteusement à elles leur livra l'Empereur, le sauveur de leurs
trônes, et par elles l'Empereur fut impitoyablement détrôné. Plus tard,
elles soudoyèrent le gouvernement anglais pour faire mourir l'Empereur
de la mort des martyrs.



II

LA PIANOSA.


Durant les deux jours que l'Empereur passa à la Pianosa, il ne prit pas
un seul moment de repos et du matin au soir. Avec le lieutenant Larabit,
il explora l'île dans tous les sens, en long et en large, sur ses bords,
dans son centre, dans ses grottes et partout. Il examina avec la plus
minutieuse attention la nature du sol, le parti que l'on pouvait en
tirer, et lorsqu'il quitta la Pianosa, elle lui était parfaitement
connue. Il était naturel que le général Drouot ne quittât pas un moment
l'Empereur. Le capitaine Pisani, propriétaire campais, avait, comme tous
ses concitoyens, profité maintes fois de la Pianosa, et il put donner
beaucoup de renseignements à l'Empereur. L'Empereur ne se contenta pas
d'être renseigné par le capitaine Pisani; il voulut aussi l'être par la
presque totalité des soldats de la compagnie campaise. Les habitants de
Campo sont tous agriculteurs; tous considéraient la Pianosa comme leur
champ communal, et je crois bien à cet égard, d'après les changements
qui se sont opérés depuis l'Empereur, qu'ils en sont revenus à leur
antique habitude. Je fus aussi questionné, car les Anglais m'avaient
conduit prisonnier sur cette île; mais mes renseignements ne pouvaient
guère être utiles à l'Empereur: je n'avais eu ni le temps ni la liberté
de bien voir la Pianosa; seulement, j'avais été témoin que les Anglais
en levaient le plan sur une grande échelle: c'est tout ce que je pus
apprendre à l'Empereur. L'Empereur me dit: «Nous en ferons autant», mais
il n'eut plus le loisir nécessaire pour l'accomplissement de cette
promesse; il ne retourna pas à la Pianosa; aucun ingénieur n'y remplaça
le lieutenant Larabit; néanmoins, l'Empereur n'oublia pas cette île;
tant s'en faut, nous allons en avoir la preuve. C'est à Porto-Ferrajo
que l'Empereur m'adressa des questions sur la Pianosa.

J'ai parlé de la Pianosa dans ses rapports avec la défense militaire de
l'île d'Elbe; j'ai dit que j'en parlerais encore en dehors de cette
importance (_sic_), lorsque je saurais la pensée qu'elle ferait germer
dans l'esprit de l'Empereur, et me voilà arrivé à l'accomplissement de
ma promesse.

L'Empereur fit deux voyages à la Pianosa.

Son premier voyage à la Pianosa, quoiqu'un voyage d'exploration, eut
pour but apparent le simulacre d'une prise de possession, ou plutôt il
lui donna l'apparence d'une partie de plaisir, car il se fit accompagner
par une société assez nombreuse dans laquelle on distinguait trois
dames, deux de Porto-Ferrajo et une de Longone. La caravane arriva
heureusement à sa destination; mais au moment où elle était dans toute
la joie des fêtes de campagne, l'Empereur reçut des dépêches, prit de
suite congé d'elle, et se fit débarquer à Campo pour retourner
immédiatement à Porto-Ferrajo; la société revint à Longone, d'où elle
était partie. Cette séparation fit causer.

L'Empereur, débarqué fort tard à Campo, avait dû, en retournant à
Porto-Ferrajo, forcé qu'il était de marcher dans les ténèbres, se faire
précéder par des guides et par des éclaireurs mercenaires; mais la
personne chargée du payement des dépenses impériales de route avait
oublié d'acquitter le salaire dû aux paysans qui s'étaient fatigués
pendant plusieurs heures nocturnes, la lanterne à la main, qui devaient
se fatiguer encore pour aller chez eux, et cet oubli causa un peu de
rumeur, ce qui déplut extrêmement à l'Empereur. Quelque rapide qu'eût
été cette course, elle avait cependant suffi pour que l'Empereur jetât
un regard d'expérience sur la Pianosa, et pour que ce regard
d'expérience devînt le principe vivificateur de la petite île.
L'Empereur était satisfait de son excursion pittoresque; les projets
fourmillaient dans sa tête. Le colonel Campbell n'était pas du tout
content de ce qu'il appelait la «conquête de la Pianosa» que
l'Angleterre voulait conquérir, et qu'elle aurait certainement conquise
si l'Empereur avait prolongé son séjour à l'île d'Elbe. Je puis
librement parler ainsi, parce que, lorsque l'Empereur ordonna l'armement
de la Pianosa, qu'il y envoya de quoi l'armer, le colonel Campbell dit à
un Longonais, vieux partisan de l'Angleterre: «C'est pour nous que
l'empereur Napoléon travaille», et ce partisan se crut dispensé de
garder le secret sur un propos dont on ne lui avait fait aucune espèce
de mystère. Le colonel Campbell avait également assuré qu'il ferait des
représentations sérieuses à l'Empereur, mais il ne lui parla jamais de
la Pianosa, et il n'y avait qu'une vaine jactance dans les paroles qui
lui étaient échappées à cet égard.

La Pianosa est située entre l'île d'Elbe et l'île de Monte Cristo, à
vingt milles de l'île d'Elbe. Elle a environ dix milles de
circonférence; le fond de son sol est de pierre calcaire, dont les trois
quarts de la surface sont recouverts d'une bonne terre végétale qui a
généralement trois pieds de profondeur; quelques rochers granitiques se
montrent çà et là; il n'y a pas à se tromper. Chaque fois que l'île a pu
être occupée, ses habitants se sont livrés exclusivement aux travaux
d'agriculture, et leurs principales cultures ont été celles des
céréales, de l'olivier et de la vigne; l'île est parsemée d'oliviers
sauvages qui ne demandent qu'à être greffés pour être producteurs. Il y
a aussi une grande quantité de ceps de vigne vieux comme le temps. L'eau
n'y est pas d'une grande abondance, mais, malgré la privation de
montagnes, il y a à l'endroit appelé _la Botta_ une source d'eau
excellente qui ne tarit jamais, et l'on trouve encore d'autres bonnes
sources sur les bords de la mer. Les foins y sont de la première
qualité. Sur le quart du sol dont la surface n'est pas couverte de terre
végétale, des troncs d'une grande dimension indiquent l'ancienne
existence d'arbres de haute futaie, précieux pour les bois de
construction, et il n'y a pas encore de longues années que ces arbres
ont été totalement détruits. Tout prouve que le pin y vient facilement.

C'est sur ces preuves acquises que l'Empereur fonda son plan de
régénération pour l'île de la Pianosa. Faire venir des glands de la
forêt Noire, faire une semence de ces glands en les protégeant par une
plantation d'arbres d'acacia que l'on détruirait lorsque leur protection
ne serait plus nécessaire.

Des pins sur le terrain propre à leur nature.

Le mûrier partout où l'on pourrait en planter. Obligation à tous les
propriétaires de s'en servir pour marquer les bornes de leurs
propriétés.

Un greffage général de tous les oliviers sauvages. Une plantation
indéfinie d'oliviers.

Des arbres fruitiers le plus possible, particulièrement de fruits à
pépins et de fruits rouges.

La vigne là où le sol ne serait pas convenable pour le blé.

La prééminence aux champs.

La création d'une race de chevaux.

Un établissement public pour l'éducation des animaux domestiques.

Défense absolue d'introduire des bêtes dangereuses.

Point ou peu de chèvres.

Ne pas dépasser le nombre de moutons et de brebis que l'île pourrait
facilement entretenir.

Tel était le plan de l'Empereur. Je ne crois pas avoir rien oublié, car
je l'écrivis dès que l'Empereur eut la bonté de me le faire connaître.

L'Empereur ne pouvait pas faire toutes ces grandes choses par lui-même:
sa bourse n'avait pas la profondeur de son génie, il s'en fallait de
beaucoup. D'ailleurs, il lui manquait une chose plus essentielle que
l'argent; c'étaient des bras nationaux.

Arrêté dans l'exécution de ses vastes idées, l'Empereur chercha à faire
tout ce qui pourrait le rapprocher du bien qu'il voulait opérer, et il
marcha droit dans la ligne des bonnes intentions. Il chercha à diviser
l'île en quatre ou six fermes, à avoir quatre ou six fermiers, et à leur
accorder tout le temps et tous les avantages qu'il était possible de
leur accorder. Cette tentative ne lui réussit pas; on lui fit des
propositions qui ne pouvaient pas être admissibles. Il essaya encore: ce
fut la même chose, des exigences qui mettaient tout d'un côté et rien de
l'autre. Cela devenait d'autant plus inquiétant pour l'Empereur qu'il
s'était mis en tête d'assurer la provision annuelle de blé dont les
Elbois avaient besoin. C'était son idée fixe.

Une partie de l'île avait une destination sacrée; elle devait être
l'apanage des citoyens qui rendraient des services à la patrie, dotation
égale pour les Elbois à ce qu'était pour les Français celle de la Légion
d'honneur, avant que la Légion d'honneur servît à des primes
d'encouragement pour la servilité; changement dégradant que le
gouvernement de la Restauration avait commencé, auquel le gouvernement
actuel tient à coeur de mettre la dernière main. Mais, pour que la
dotation patriotique fût un bien réel, il fallait que l'île de la
Pianosa devînt entièrement fertile, régulièrement peuplée, et que la
munificence nationale n'obligeât pas les vertus patriotiques à aller
vivre et mourir dans un désert.

Une circonstance particulière vint en aide à l'Empereur. L'Empereur
avait toujours eu une grande propension pour les Génois; c'étaient ses
Lyonnais de l'Italie. Un Génois, négociant à Gênes, ayant une fabrique
de draps, avec lequel le gouvernement impérial de France avait eu des
rapports d'intérêt relativement à ses entreprises, vint à l'île d'Elbe
et demanda à être présenté à l'Empereur; l'Empereur le reçut. Parler à
un Génois, c'est parler marine ou commerce, et l'Empereur n'aurait pas
laissé échapper l'occasion [de causer] sur ces deux rameaux de la
science gouvernementale.

Le négociant génois trouva le moyen de plaire à l'Empereur; il lui
inspira de la confiance; l'Empereur l'appela et le rappela maintes fois.
Les conversations ne roulèrent que sur les moyens de faire prospérer
l'île d'Elbe: la mise en culture de la Pianosa était un de ces moyens;
il fut donc question de la culture de la Pianosa. L'Empereur vanta outre
mesure son précieux diamant; _il fit du prospectus_, disait plus tard le
négociant génois. Quoi qu'il en soit, les conversations prirent le
caractère de discussions d'État, et alors elles arrivèrent à un traité
par lequel l'Empereur concédait deux mille journaux de terre labourable
au négociant génois, à la condition expresse:

1° Que le concessionnaire ferait venir à l'île de la Pianosa cent
familles étrangères à l'île d'Elbe, qui s'y établiraient en permanence
et en se consacrant au travail.

2° Que le blé que le concessionnaire récolterait sur l'île de la Pianosa
ne pourrait, dans aucun cas, en temps de paix comme en temps de guerre,
être hors de l'île d'Elbe, à moins que, sur l'avis délibéré des
municipalités, l'autorité supérieure de l'île d'Elbe n'eût publiquement
déclaré que les Elbois n'en avaient pas besoin.

3° Que le prix du blé serait chaque année à une époque déterminée fixé
par le gouvernement, d'après les mercuriales de la Toscane et de la
Romagne.

4° Que le concessionnaire devrait toujours avoir à l'île de la Pianosa
les troupeaux et les bestiaux que son exploitation comporterait, et que
la vente provenant des bêtes des troupeaux serait soumise aux mêmes
formalités que la vente du blé.

Venaient ensuite les stipulations pour la plantation des arbres. Le
gouvernement devrait fournir les glands de la forêt Noire: il devrait
aussi fournir les arbres de pépinière qui lui seraient demandés. Le
concessionnaire devait d'ailleurs suivre le plus possible les intentions
que nous venons tout à l'heure d'entendre manifester par l'Empereur. Le
traité de concession finissait par les engagements de garantie
réciproque; le concessionnaire avait une année pour accomplir son
établissement.

Je reviens à l'idée fixe de l'Empereur qui voulait assurer la provision
annuelle du blé pour les Elbois.

C'était cent fois constaté par les Campais. La semence du blé à la
Pianosa rapportait, année commune, de sept à huit pour un, et l'on
comptait là-dessus; mais à l'île d'Elbe, elle ne rapporte que de six à
sept, et encore!...

La concession de la Pianosa, alors que les travaux du concessionnaire
auraient été en pleine activité, aurait pu rapporter de cinq à six mille
sacs de blé, et cette quantité pouvait être augmentée par la culture des
terrains destinés aux récompenses nationales. Nous comptons cinq mois.
L'île d'Elbe ne récoltait du blé que pour ses besoins de deux mois, on
disait un peu plus; nous ne devions cependant pas compter davantage.
Cela faisait sept mois. Restait à se pourvoir pour cinq mois.

La récolte principale de l'île d'Elbe est celle du vin: le vin est la
seule exportation elboise. L'Empereur ordonna qu'il fût fait un relevé
exact des vins exportés chaque année pendant dix années; je crois que ce
relevé ne fut qu'approximatif. Toutefois, il en résulta que l'Empereur
crut que l'exportation du vin pouvait fournir à l'importation de trois
mille sacs de blé.

Ainsi l'Empereur comptait déjà sur un approvisionnement probable de dix
mois de blé. Il fallait chercher comment pourvoir à deux mois pour le
complément de l'année.

Il y a dans la partie méridionale de l'île d'Elbe une plaine spacieuse,
appelée la plaine de l'Aconna, et qui est devenue marécageuse, parce
que, n'étant pas cultivée, on n'a donné aucun soin à l'écoulement des
eaux pluviales. Cette plaine s'étend en suivant la côte du cap Stella
jusqu'à la limite territoriale de la commune de Longone, et elle donne
son nom à une anse qui peut au besoin abriter des petits bâtiments, et
par conséquent faciliter une descente militaire dans l'île. L'Empereur
alla visiter cette plaine; il se fit accompagner par des personnes
expérimentées, et après un mûr examen il fut reconnu que la plaine de
l'Aconna pouvait de nouveau être rendue à l'agriculture, car personne ne
mettait en doute que dans des temps reculés l'Aconna n'eût déjà été
cultivée. L'Empereur fit l'acquisition de cette plaine. Il envoya dans
la principauté de Lucques chercher des bras pour la mettre en rapport.
On commença par préluder au desséchement des marais.

L'Empereur consulta les cultivateurs. On l'assura que l'Aconna pourrait
produire trois mille sacs de blé par an. Tous les hommes, les grands
hommes comme les hommes ordinaires, croient facilement à tout ce qui
sourit à leur propre pensée, et l'Empereur aimait à se persuader que
l'Aconna compléterait l'approvisionnement annuel auquel il désirait tant
et tant pouvoir parvenir.

Dans tous les temps, sous tous les gouvernements, l'administration des
mines avait elle-même approvisionné la population de Rio-Montagne ainsi
que celle de Rio-Marine, et plus d'une fois elle était venue au secours
de la population générale. Mais l'Empereur avait mis des entraves à
cette vieille coutume.

Saint-Martin devait aussi entrer en ligne de compte pour fournir sa
quote-part à l'approvisionnement de l'île. L'Empereur s'aveuglait sur
Saint-Martin comme tous les propriétaires s'aveuglent sur leurs
propriétés. Il voulait en faire un lieu d'agriculture modèle,
c'est-à-dire qu'il voulait lui faire rapporter beaucoup plus que les
autres propriétés ne rapportaient.

Cette illusion amena une anecdote dont je parle parce qu'elle est encore
dans toutes les bouches elboises. M. Traditi, chambellan de l'Empereur,
était sans contredit un des meilleurs agriculteurs de l'île d'Elbe, et
un jour l'Empereur, la tête pleine de l'approvisionnement annuel,
l'engagea à l'accompagner à Saint-Martin. À Saint-Martin, il lui parlait
des changements agricoles qu'il voulait faire subir à sa campagne, et il
lui en parlait comme si ces changements avaient déjà opéré le bien qu'il
en attendait. M. Traditi savait mieux que l'Empereur ce qu'était
Saint-Martin, mais, laissant l'Empereur se complaire dans d'innocentes
exagérations, il gardait le silence, et l'Empereur, croyant que ce
silence était une approbation, allait toujours en avant. Le territoire
de Saint-Martin était tout au plus propre à ensemencer cent sacs de blé:
cependant l'Empereur, entraîné par son illusion, peut-être trompé par
quelqu'un qui avait cherché à le flatter, dit à M. Traditi: «Au moyen de
telle opération, j'ensemencerai cinq cents sacs de blé.» Et alors M.
Traditi, ne pouvant plus se contenir, s'écria en italien: «_O questa,
si, che è grossa!_» Ce qui signifiait dans son esprit: «C'est celle-là,
de baliverne, qui est grosse!»

L'Empereur fut un moment suffoqué; mais, comprenant bien que M. Traditi,
homme respectable, n'avait pas voulu volontairement le blesser, il se
remit vite, prit la chose en riant, et consola M. Traditi qui, vraiment
foudroyé, ne trouvait plus une parole pour s'excuser. Cet excellent M.
Traditi ne s'est jamais pardonné ce qu'il appelait «sa maudite
inconvenance».

Ainsi l'Empereur croyait être parvenu à une marche régulière pour que
les Elbois ne fussent plus chaque année dans des transes cruelles pour
leur pain quotidien, et cette presque certitude d'un grand bien jetait
quelques fleurs sur le chemin raboteux qu'il parcourait alors. Je crois
que je suis la personne à laquelle il parla le plus de «cette
satisfaction de son coeur», ce sont ses propres paroles. C'est que
l'Empereur comprenait combien j'étais heureux du bonheur du peuple.

L'Empereur ne s'était pas caché que la guerre pourrait altérer l'ordre
de choses qu'il voulait établir; mais il disait que durant la guerre,
l'île d'Elbe, par sa position particulière, pourrait tirer un grand
parti de ce droit de course, piraterie de fait que les puissances
maritimes avaient le tort honteux de ne pas supprimer, et dont les
gouvernements, pour n'en être pas dupes ou victimes, devaient, même en
la blâmant, tâcher de profiter, tant que son abolition ne serait pas un
fait généralement accompli.



III

BÂTIMENTS BARBARESQUES.


Depuis le renversement de l'empire français, les pirates des côtes
d'Afrique parcouraient de nouveau la mer et effrayaient les marines
marchandes des puissances riveraines de la Méditerranée. Les marins
elbois n'étaient pas sans souci à cet égard, et l'Empereur partageait
leur anxiété. On se rappelle que le brick _l'Inconstant_ avait pris sous
sa sauvegarde un convoi napolitain chassé par un chebec barbaresque, et
qu'il l'avait préservé, du moins en partie, d'une prise presque
certaine. Sur cela les marins avaient forgé des contes imaginaires.
Aucun d'eux ne pouvait avoir vu le _reis_, capitaine du bâtiment turc
qui avait donné la chasse au convoi napolitain; n'importe, on le faisait
parler, on lui prêtait les paroles les plus extravagantes. Ces propos,
en passant de bouche en bouche, prenaient un air de vraisemblance, et
ceux qui en étaient les inventeurs avaient fini par y croire.
D'ailleurs, le bruit du danger des Barbaresques faisait que la marine
marchande demandait une augmentation de nolis, et l'appât de ce surplus
de gain entrait pour beaucoup dans la crainte que l'on témoignait.
L'Empereur me demanda, avec l'accent de la simple curiosité, de quelle
manière je me comporterais avec la marine riaise; je lui répondis qu'en
mon âme et conscience il ne me paraissait pas nécessaire d'accroître le
fret de paix, d'abord parce qu'il n'y avait encore aucun fait positif,
et ensuite parce que c'était aux propriétaires des hauts fourneaux de
fonte à traiter pour le transport du minerai. L'Empereur fut très
satisfait de ma réponse; il avait eu la pensée que mon affection pour
les Riais me ferait saisir cette circonstance pour les faire gagner. Je
lui fis observer «qu'il me connaissait mal», mais il m'interrompit net
en me disant: «Cela pourrait bien être», et il parla d'autre chose. Il
devenait urgent de faire cesser des bruits qui avaient au moins
l'inconvénient d'intimider les voyageurs que la curiosité attirait à
l'île d'Elbe. L'Empereur ne voulait en aucune manière avoir recours à
l'autorité britannique des Bourbons; il lui répugnait également de
demander protection aux puissances signataires du traité de Paris. Il
s'adressa lui-même à tous les pouvoirs barbaresques de la Méditerranée;
il leur fit connaître son pavillon, et il attendait les décisions
mahométanes, lorsqu'un événement tout à fait imprévu vint assurer l'île
d'Elbe qu'elle n'avait rien à craindre des Turcs.

Un chebec barbaresque s'était montré dans le canal de la Corse; puis il
avait poussé des bordées en dehors de la Pianosa, et tout à coup, après
avoir parlé à un navire français, il alla mouiller sur la rade de
Longone, le plus près de terre possible, ce qui le mettait dans la
dépendance absolue de la place. Le reis, capitaine, n'attendit pas que
l'intendance sanitaire le fît appeler; il s'y rendit de suite, et sans
attendre qu'on l'interpellât, il demanda «si le Dieu de la terre était
encore là». L'intendant sanitaire lui répondit qu'en effet l'Empereur
était encore là, mais, ne songeant qu'à sa propre affaire, voulut lui
adresser les questions sanitaires d'usage. Le reis le pria avant tout de
lui faire vendre une bannière elboise, et pendant qu'on lui cherchait
cette bannière, il fit le rapport qu'on lui avait demandé. Dès qu'on lui
eut remis le pavillon elbois, qu'il paya sans marchander, il poussa au
large, alla à son bord, fit hisser le drapeau acheté au bout de la
grande antenne, et il le salua de trois salves de toute son artillerie,
en ajoutant à cette salutation trois des _hourras_ en usage dans notre
marine militaire; aucun bâtiment européen n'aurait pu avoir une
politesse plus exquise. Le reis retourna à l'intendance sanitaire; son
costume était visiblement un costume de parade, et avec un langage de
respect il s'informa s'il ne lui serait pas possible «de courber la tête
devant le grand Dieu terrestre». On lui répondit que comme il était, lui
reis, en grande quarantaine, il ne pourrait pas approcher de l'Empereur,
parce que les soins pour la conservation des jours précieux de Sa
Majesté s'y opposaient, mais qu'il pourrait le voir sur le rivage
lorsqu'il sortirait pour aller à la promenade, et il s'inclina
profondément.

Il fut de suite rendu à l'Empereur un compte exact de ce qui se passait,
et l'Empereur fut charmé des merveilles mahométanes (_sic_) dont il
était l'objet. Il ordonna qu'on répondît au salut par un autre salut de
cinq coups de canon. Le bâtiment barbaresque n'était pas un bâtiment
militaire, c'était un armement particulier de la Régence de Tunis.

Le reis avait deux renégats pour interprètes, un Français et un Italien,
et l'Empereur m'ordonna d'aller les interroger: j'y fus. Mais le reis
voulut être de la conférence. Je restai une heure avec ces trois
personnages. Le Français était du département du Gard, l'Italien était
de Venise. Le Français me dit qu'il avait été fait prisonnier, puis
esclave, et qu'en définitive il avait mieux aimé renoncer à sa religion
qu'aux jouissances de la liberté; cet homme avait tout l'air d'un
flibustier. L'Italien était plus réservé. Le reis ne me parla que par
des questions; jamais il ne me donna la faculté de l'interroger. Il
ignorait à peu près les causes et les effets des malheurs de la France.
À chaque instant il me demandait «pourquoi les Français s'étaient
séparés de leur Dieu». Je lui répondais du mieux qu'il m'était possible;
toutefois mes réponses ne le contentaient pas, et il en revenait
toujours à ses pourquoi. Une seule de ses pensées me parut remarquable;
je l'engageais à ne pas avoir une mauvaise opinion de la nation
française; je l'assurais que le peuple français aimait toujours
l'Empereur, et il me fit dire par l'interprète italien: «Ce ne sont pas
les petits qui trahissent, ce sont les grands.» Au moment de me séparer
de lui, je lui demandai «s'il continuerait à être de nos amis», et en
joignant parallèlement les deux doigts index, il m'adressa vivement ces
mots qui résonnèrent ainsi à mon oreille: «_Schim, schim_.»

L'Empereur s'était arrangé pour passer sur le port pendant que je serais
encore avec le reis; il passa; sa suite avait une tenue de fête. Dès que
l'Empereur parut, je le montrai au reis, et, sans exagération aucune, le
reis se prosterna en croisant ses bras sur la poitrine. L'Empereur
s'arrêta sur le rivage, se fit indiquer le reis, et il le salua
plusieurs fois de la main. Lorsqu'il ne fut plus en vue, je demandai au
reis ce qu'il en pensait, et le reis, rayonnant, me répondit directement
comme si je devais le comprendre. L'interprète italien le traduisit
ainsi: «Ses yeux reflètent comme du cristal.» Le reis demanda ensuite à
l'interprète s'il m'avait bien expliqué ce qu'il avait voulu me dire.

Avant la fin de ce jour, l'Empereur fit envoyer au reis des
approvisionnements considérables pour lui, ainsi que pour son équipage,
et il lui fit souhaiter un bon voyage. Le reis m'avait retenu; enfin je
le quittai, et il me cria plusieurs fois: «_Addio, moussiou!_» Je ne
voulus pas être moins aimable que lui; je m'arrêtai, et je lui répondis
par les deux seuls mots grecs que je savais «_Calismère, calispère!_»
(Bonjour, bonsoir!) Et ensuite l'intendant sanitaire m'apprit que mon
langage helléniste avait beaucoup amusé le marin musulman. L'Empereur
aurait voulu que j'eusse insisté «pour arracher des paroles» à mon
interlocuteur. Il fut frappé de ces mots: «Ce ne sont pas les petits qui
trahissent, ce sont les grands», et le _Schim, schim_, lui fit plaisir.
Puis, assuré qu'il ne serait pas troublé par la piraterie africaine, il
me dit d'un air de contentement: «Voilà une épine de moins dans le pied,
et pour nous c'est quelque chose.» Ces paroles échappées à une
conversation d'épanchement me prouvèrent que l'Empereur n'avait pas été
sans souci à l'égard des Barbaresques, et de bien bon coeur je partageai
sa satisfaction.

Lorsque l'Empereur se présenta sur le rivage, le renégat français, qui
jusque-là n'avait pas du tout paru embarrassé, qui même avait peut-être
affecté d'être sans gêne, devint blême en voyant le cortège impérial, et
dans un sentiment indicible d'orgueil national, il m'adressa ces paroles
en patois: «Il n'y a rien au monde comme les militaires français!» Et à
dater de ce moment, sombre, rêveur, toujours pâle, il ne prit plus la
parole. C'était un double remords qui s'était emparé de cet homme: la
vue de Français et de chrétiens avait malgré lui pénétré dans sa
conscience. On ne renonce pas impunément à sa patrie et à son Dieu.

Cet événement presque inconnu aujourd'hui eut cependant alors un grand
retentissement pour l'Empereur et pour les Elbois, puisqu'il les
débarrassa des craintes de guerre avec les puissances barbaresques.

Aussitôt que l'on sut à Gênes, à Livourne, à Civita-Vecchia, à Naples,
qu'un bâtiment barbaresque était allé à l'île d'Elbe, qu'il avait salué,
qu'on l'avait salué, et que l'Empereur lui avait envoyé des
approvisionnements, les marines marchandes de la Méditerranée
s'empressèrent de demander le pavillon elbois, et ces demandes
multipliées ne laissèrent pas que d'embarrasser l'Empereur. Le premier
mouvement de l'Empereur fut d'accorder sa bannière à tous ceux qui la
lui demanderaient; il souriait à l'idée que cette bannière flotterait
ainsi sur toute la Méditerranée, peut-être même sur tout l'Océan.

Une autre chose le séduisait dans l'intérêt des Elbois: c'était de faire
pour l'île d'Elbe ce que la France avait fait pour Port-Vendres, obliger
les propriétaires des bâtiments qui prendraient la bannière elboise à
établir un domicile sur l'île, à y acheter une propriété, à confier les
expéditions maritimes à un capitaine de la marine elboise, et à faire
armer et désarmer leurs bâtiments à Porto-Ferrajo ou à Longone. Sans
doute ce système aurait pu avoir de bons résultats pour l'île d'Elbe,
mais il était presque impossible que les puissances barbaresques s'y
prêtassent volontairement, et si elles l'avaient considéré comme une
tromperie, chose probable, elles auraient compris la bannière elboise
dans la proscription qu'elles faisaient planer sur toutes les bannières
de la chrétienté, ce qui aurait été un principe de mort pour la marine
elboise. L'Empereur décida qu'il ne s'exposerait pas à sacrifier les
Elbois pour favoriser les étrangers: c'était de toute justice. Lorsque
la France pour peupler Port-Vendres avait prêté le pavillon français aux
Génois, la France avait des armées navales pour faire respecter ce
pavillon, et l'île d'Elbe n'avait rien pour se faire craindre.

La marine marchande génoise avait un noble représentant auprès de
l'Empereur, l'honorable Laurent Chighizola, ancien capitaine, qui avait
à la sueur de son front acquis une fortune importante, et dont la parole
d'expérience et de vérité se faisait écouter. Ce digne Ligurien était
allé trouver l'Empereur à la Pianosa. L'Empereur l'avait reçu avec
bonté; il l'avait entretenu avec plaisir, et, ne pouvant pas lui
accorder le pavillon de l'île d'Elbe, il l'avait destiné à en être le
consul. Je connaissais beaucoup cet excellent homme depuis le temps déjà
reculé où je commandais la marine militaire à Gênes; j'avais été heureux
de pouvoir l'accueillir affectueusement. Aux jours de malheur, lorsque
la proscription me poursuivait avec acharnement, le fils Chighizola,
devenu un grand armateur, paya la dette morale de son père, et il me
tendit une main amie. C'est ainsi que les braves gens se retrouvent.



CHAPITRE VII: L'ARMÉE DE NAPOLÉON.

     I. La garde impériale.--Sa formation.--Voyage de Fontainebleau à
     Livourne.--Réception de la garde.--Les officiers de la garde.--Le
     lieutenant Noisot.

     II.--Le lieutenant Larabit.--Sa querelle avec le commandant
     Gottmann.

     III.--Le bataillon corse.--Son mauvais esprit.--Les désertions.

     IV.--La compagnie d'artillerie.--Le capitaine Cornuel.--Le
     capitaine Raoul.--Un brave de Sambre-et-Meuse.

     V.--L'hôpital.--Réunion de l'hôpital civil à l'hôpital militaire.

     VI.--Marine militaire.--L'_Inconstant_.--Le commandant
     Taillade.--Voyages de l'_Inconstant_.--Chautard.--Sarri.



I

LA GARDE IMPÉRIALE.


Le traité entre les puissances alliées et l'empereur Napoléon, signé à
Paris le 11 avril, portait, article 17: «L'empereur Napoléon pourra
prendre avec lui et retenir, comme sa garde, quatre cents hommes,
officiers, sous-officiers et soldats volontaires.»

En conséquence, le général Friant, colonel général des grenadiers de la
garde impériale, homme dont le nom est un éloge, fut chargé d'organiser
cette garde d'honneur, et le choix ne pouvait pas être plus parfait. Le
général Petit et le général Pelet assistèrent le général Friant dans
l'accomplissement de sa noble mission; c'étaient aussi deux généraux
distingués.

Cette nouvelle garde de quatre cents hommes aurait compté toute l'armée
dans ses rangs si l'on avait appelé toute l'armée, et les trois généraux
qui la constituaient eurent bien de la peine pour ne pas dépasser le
nombre de braves qu'il leur était permis d'y admettre. Jamais soldats
citoyens n'eurent à remplir une plus belle tâche; c'était la fidélité se
dévouant au malheur. La patrie savait bien qu'elle ne perdait pas ses
enfants de prédilection; on pourrait presque dire qu'elle s'exilait avec
eux. Le général Cambronne eut l'honneur d'être désigné pour prendre le
commandement de ce corps d'élite.

La garde impériale de l'île d'Elbe quitta Fontainebleau avant le départ
de l'Empereur. Elle se rendit à Briare, rendez-vous que l'Empereur lui
avait donné pour la passer en revue; elle attendit plusieurs jours.
L'Empereur enfin arriva: tout était préparé pour cette revue; elle eut
lieu immédiatement. Après la revue, l'Empereur, s'adressant à sa
nouvelle garde, lui dit à haute voix: «Adieu, mes enfants, au revoir!»
Et ce fut une autre scène touchante.

La garde continua sa marche. Partout elle fut entourée d'un respect
universel. Cependant, quelques misères, entièrement fortuites, eurent
lieu en dehors de cette universalité; j'ai peut-être tort d'en
renouveler le souvenir, parce que cela leur donne une espèce
d'importance qu'elles n'ont pas, mais les nobles débris de ce corps
extraordinaire désirent que j'en parle. Donc, le bataillon de l'île
d'Elbe, précédé de la vieille réputation de la garde impériale, marchait
triomphalement, même au milieu des détachements des armées ennemies, et
faisait encore briller les couleurs tricolores. Or, un soir, à Saulieu,
il y eut un vieux major autrichien qui, pour le logement, voulut qu'on
préférât ses soldats aux soldats français, et qui notifia sa volonté
d'une manière insultante. Aussitôt, le général Cambronne, dont le
caractère avait l'inflammabilité du salpêtre, lui dit: «C'est comme ça
que tu t'y prends? Eh bien! mets tes soldats d'un côté; moi, je mettrai
les miens de l'autre, et nous verrons à qui les logements resteront.» Le
vieux major autrichien n'insista pas dans sa prétention. Nos soldats
furent logés de préférence.... L'adjudant-major Laborde précédait la
colonne pour préparer le logement, les vivres et les moyens de
transport; il avait pour escorte un brigadier et quatre lanciers
polonais-français; il était accompagné par un officier hongrois. À la
mairie de Lyon, le chef de poste de la garde bourgeoise, «homme à mine
patibulaire», écuma de rage en voyant la cocarde tricolore, et ordonna
au capitaine Laborde de l'enlever. Le capitaine Laborde lui répondit en
courant sur lui le sabre levé; l'officier hongrois fit comme le
capitaine Laborde. Le chef du poste prit la fuite, le poste ne fit pas
un seul mouvement pour le soutenir. Le général autrichien qui commandait
la place loua la conduite du capitaine Laborde, et le maire fit comme le
général. On craignait de laisser pénétrer le bataillon elbois dans Lyon;
il traversa seulement pour se rendre au faubourg de la Guillotière.
Pendant le passage de ces braves, vingt mille Autrichiens restèrent sous
les armes avec une artillerie considérable, mèche allumée; et ils
bivouaquèrent comme s'ils étaient en présence d'une armée ennemie. On
empêcha la colonne elboise de circuler dans Lyon; mais le peuple
lyonnais, accouru en masse au faubourg de la Guillotière, témoigna
toutes ses plus profondes sympathies à cette phalange immortelle. Il
l'accompagna de ses voeux ardents et de ses regrets amers. Un officier
étranger ayant voulu frapper un militaire qui, hors des rangs, criait:
«Vive la garde impériale!» un Lyonnais lui arracha l'épée, la brisa et
lui dit: «Voilà mon adresse. Je t'attendrai chez moi pour te rendre les
morceaux.» En traversant la place de Bellecour pour se rendre à la
Guillotière, quelques voix parties d'un groupe franco-allemand qui était
devant un café crièrent: «À bas la cocarde tricolore!» Le colonel
Mallet, qui commandait la colonne, fit de suite faire halte, et allant
seul au groupe, il dit: «Je demande raison à ceux qui ont eu la lâcheté
de crier: À bas la cocarde tricolore!» Personne ne répondit; le groupe
rentra dans le café. Il y avait plusieurs officiers autrichiens.

Enfin, après avoir traversé les Alpes, la colonne arriva à Savone, où
elle s'embarqua. Savone avait une garnison anglo-sicilienne; le régiment
anglo-sicilien était le ramassis de tout ce que l'on avait trouvé de
plus abject dans les égouts des gens sans aveu. Il y eut querelle entre
nos grenadiers et les soldats de cette horde dont les Italiens gardent
une mémoire de mépris. Le général qui commandait à Savone donna un
banquet à tous les officiers du bataillon elbois, et, à ce banquet, on
but à la santé de l'empereur Napoléon, ainsi qu'à celle de la garde
impériale.

Il fallait quelque temps pour préparer l'embarquement. Le général
Cambronne expédia le capitaine Laborde à l'île d'Elbe afin d'instruire
l'Empereur de l'approche de ses braves, et le capitaine Laborde débarqua
à Rio, où j'eus le plaisir de lui donner l'hospitalité.

L'Empereur reçut le capitaine Laborde avec un tressaillement de joie. Le
capitaine Laborde suait sang et eau pour répondre à la multiplicité des
questions que l'Empereur lui adressait; il ne pouvait pas y suffire, et
il fut bien soulagé lorsque l'Empereur le congédia.

La garde n'arriva que huit jours après le capitaine Laborde. Ces huit
jours furent huit jours d'une tourmente indicible pour l'Empereur; ses
idées en étaient devenues noires; toutes ses paroles aboutissaient à
exprimer le désir ardent qu'il éprouvait de revoir ses braves. Enfin ses
voeux furent accomplis: la garde le rejoignit! C'était vers la fin de
mai.

Dès qu'on signala les bâtiments de transport, l'Empereur bondit
d'allégresse, et il était depuis longtemps au débarcadère quand ses
enfants de l'armée y abordèrent. L'Empereur tendit la main au général
Cambronne. «Cambronne, lui dit-il, j'ai passé de bien mauvais moments en
vous attendant, mais enfin nous sommes réunis, et tout est oublié.»
Cambronne était transporté au septième ciel. Mais il faudrait que ma
plume eût une tout autre puissance que celle qu'elle a pour exprimer
avec vérité les sentiments que la garde manifesta à l'aspect de
l'Empereur. Hommes au coeur brûlant, à l'âme généreuse, au caractère
noble, vous qui comprenez bien l'honneur, la patrie, la gloire, le
dévouement, faites-vous une idée de tout ce qu'il y eut de beau en ce
moment, et ensuite imaginez que je vous l'ai dit! Vous verrez de vieux
soldats qui, avec une figure rébarbarative (_sic_), versent de douces
larmes, comme la jeune fille qui retrouve le père chéri au-devant duquel
elle courait. Vous verrez ces traits auxquels les intempéries de toutes
les saisons, dans tous les climats, ont donné une apparence qui ne
semble vraiment pas appartenir à notre nature, s'extasier de ce qu'ils
étaient restés gravés dans la mémoire de l'Empereur, et en rendre grâce
au ciel comme d'un bienfait divin. Vous verrez ces troupiers, ces
grognards se répétant mutuellement avec enthousiasme un mot que
l'Empereur leur a dit, un signe qu'il leur a fait, et par ce mot ou par
ce signe, se croyant payés de leurs longues fatigues. Vous verrez enfin,
dans un tout petit coin du globe, le beau côté du monde social, et vous
ne désespérerez plus de l'espèce humaine.

Une autre scène eut généralement un caractère extrêmement touchant. Le
général Dalesme, à la tête du peu de soldats qui devaient rentrer en
France, était venu à la rencontre de la garde impériale qui arrivait
pour se réunir à l'ex-empereur des Français, et lorsque la garde
impériale, en colonne serrée, entra dans Porto-Ferrajo, le petit corps,
commandé par le général Dalesme en personne, rangé en bataille sur le
quai du port, lui rendit les honneurs militaires.

La garde impériale alla droit à la place d'Armes; l'Empereur la suivait.
Dès qu'elle fut sur la place d'Armes, l'Empereur ordonna au général
Cambronne de faire former le carré, et, se plaçant au centre, il dit à
haute voix, avec une émotion remarquable: «Officiers et soldats! je vous
attendais avec impatience et je me félicite de votre arrivée. Je vous
rends grâces de vous être associés à mon sort. Je trouve en vous la
noble représentation de la Grande Armée. Nous ferons ensemble des voeux
pour notre chère France, la mère patrie, et nous serons heureux de son
bonheur. Vivez en bonne harmonie avec les Elbois: ce sont aussi des
coeurs français!»

L'Empereur ne fut pas le seul qui accueillit la garde impériale avec une
grande démonstration de tendresse: tous les Elbois s'associèrent à son
affection, les Porto-Ferrajais plus particulièrement. On aurait pu
penser que c'était un bataillon de famille qui venait d'arriver. On le
logea au fort de l'Étoile à côté de l'Empereur, et à la caserne de
Saint-François dans l'intérieur de la cité.

Dans sa sollicitude paternelle, l'Empereur voulut que la garde d'honneur
reposât, et lorsqu'il la crut bien reposée, il en passa une revue
générale. Cela fait, il l'organisa de la manière la plus appropriée au
service dont elle devait être chargée: l'Empereur ne savait rien faire
légèrement. Cette garde se composait d'artillerie, de cavalerie,
d'infanterie et de marine. Tous ces vieux braves appartenaient à la
garde impériale: l'infanterie forma un bataillon de six compagnies; la
cavalerie était toute polonaise, elle forma un escadron; les marins
formèrent une compagnie. L'Empereur décida que ces trois corps
porteraient son nom: bataillon Napoléon, escadron Napoléon, compagnie
Napoléon.

Je crois faire une chose honorable en disant à la France quels sont les
braves qui la représentèrent auprès de l'empereur Napoléon pendant son
exil à l'île d'Elbe:

ÉTAT-MAJOR:

     Anselme Mallet, chef de bataillon.
     Laborde, capitaine adjudant-major.
     Victor Mélissent, lieutenant en premier, sous-adjudant-major.
     Joseph-Félicien Arnaud, lieutenant en premier.
     Apollinaire Emery, chirurgien de deuxième classe.
     Louis Ebérard, sous-aide-major.
     Carré, sergent-tambour.
     Antoine Gaudiano, chef de musique.
     Laurent Fresco, sous-chef de musique, première clarinette.
     Joseph Parconini, clarinette.
     Joseph Donizetti, première flûte.
     Joseph Cicero, premier cor.
     André Brascelli, deuxième clarinette.
     Louis Deferrari, deuxième clarinette.
     Dominique Giuli, chasseur.

_Première compagnie._

     Lamouret, capitaine.
     Thibault, lieutenant en premier.
     Lerat, lieutenant en second.
     Joachim, sergent-major; Bertrand Chanais, Mathieu Lapra, Jacques
     Gavin, Charles Bretet, sergents; Antoine Cicero, fourrier.

_Deuxième compagnie._

     Michel Combe, capitaine.
     Joseph Duguenot, lieutenant en premier.
     André Bigot, lieutenant en second.
     Louis Perrier, sergent-major; Jean Perrier, Pierre Fouque, Jean
     Riverain, Jean Martin, sergents; Jacques Chanat, fourrier.

_Troisième compagnie._

     Charles Dequeux, capitaine.
     Jean-Pierre-Édouard Paris, lieutenant en premier.
     Jean-François Jeanmaire, lieutenant en second.
     Étienne-François Puyroux, sergent-major.
     Antoine Délaye, Antoine Blanc, Jean-Louis Crollet, Joseph Brunon,
     sergents; Baptiste Leromain, fourrier.

_Quatrième compagnie._

     Jules Loubers, capitaine.
     Pierre Seré Lanaure, lieutenant en second.
     François Franconnin, _idem_.
     Antoine Escribe, sergent-major; Berthel Thomas, Charles Lefebvre,
     Charles Grenoulliot, François Pierson, sergents.

_Cinquième compagnie._

     Louis-Marie-Charles-Philippe Hurault de Sorbée, capitaine.
     Louis Chaumont, lieutenant en second.
     Charles-Claude Noisot, _idem_.
     Edme Tassin, sergent-major; Pierre Auge, Laurent Blamont, François
     Belais, Pierre Vendremish, sergents; Narcisse Tassin, fourrier.

_Sixième compagnie._

     Jean-B. Mompez, capitaine.
     Barthélémy Bacheville, lieutenant en second.
     Mallet, _idem_.
     Georges Souffio, sergent-major; François Talon, François Matthieu,
     Nizier Lacour, François Scaglia, sergents; Michel Huguenin,
     fourrier.

_Compagnie de marins._

     Jacques Benigni, sergent-major.
     Victor Cordeviole, sergent.
     François Juliany, caporal.
     Joseph Rubiani, Antoine-Joseph Lotta, _idem_.
     Marins de première classe: Jean Vilchy, Mathieu Dolphy, Vincent
     Jeard, Louis Chansonnet, Tranquille Coquet, Jean Debos, Levasseur,
     Jérôme Legrandy, Augustin Voicogne, Simon Coste.
     Marins de seconde classe: Jean Lambert, Grosard, Vido Samianti,
     Vincenti, Jean-Antoine Leroux, Louis Jansonnetti.

_Escadron chevau-légers lanciers._

     Jean Schultz, capitaine.
     Balinski, _idem_.
     Guitonski, lieutenant en premier.
     Skoirresuski, lieutenant en second.
     Radon Séraphin, Joseph Zielenluenoicz, _idem_.
     Piotronky, _idem_.
     Raffaezynski, Alexandre Piotronsky, maréchaux des logis chefs.
     Maréchaux des logis: Marthe Bielicki, Joseph Zaremba, Louis
     Trzebiatonski, François Fierzeiecoski, Jean Fuszezenski, Stanislas
     Borocoski, Nicolas Schultz; Jean Nuchmewiez, fourrier; Joseph
     Policaski, _idem_.

Si cela avait dépendu de moi, j'aurais fait la biographie de tous les
braves qui avaient suivi l'Empereur à l'île d'Elbe; mais pendant mon
long exil la famille elboise s'est totalement dispersée, et, faute de
matériaux positifs, je ne puis parler que des officiers dont il m'a été
possible d'étudier le caractère. Lorsque je fais l'histoire du père, que
je cherche à ne rien oublier de ce qui était lui, de ce qui tenait à
lui, je ne dois pas omettre de dire ce que je sais de ses enfants.

Le général Cambronne commandait la compagnie dans laquelle La Tour
d'Auvergne trouva une mort glorieuse. Il était d'une bravoure à toute
épreuve. Sa carrière militaire est illustrée par beaucoup de traits de
dévouement, mais la violence de son caractère était quelquefois
effrayante. De retour de l'île d'Elbe, l'Empereur le nomma lieutenant
général, et il refusa. À la funeste journée de Waterloo, il fut
grièvement blessé, et les Anglais, qui l'avaient ramassé sur le champ de
bataille, le conduisirent prisonnier en Angleterre. On lui a prêté ces
belles paroles qu'il n'avait pas dites, qu'il n'avait jamais été en
position de dire: «La garde meurt, elle ne se rend pas», et pour rendre
hommage à la vérité il les désavoua. De mauvais conseils lui firent
prendre du service sous la Restauration.

Le commandant Mallet, chef de bataillon de la garde, avait peu
d'instruction, mais c'était une belle nature de soldat, de bon soldat
franc, loyal, dévoué, pouvant honorablement remplir sa tâche et la
remplissant à la complète satisfaction de l'Empereur, ainsi qu'à celle
des braves qui étaient immédiatement sous ses ordres.

Le capitaine Laborde, adjudant-major, avait reçu une bonne éducation, en
avait profité, et, malgré son exaltation méridionale, tout en lui
témoignait d'un bon coeur ainsi que d'une belle âme. Il était brave comme
l'épée de Bayard.

Le lieutenant en premier Mélissent, sous-adjudant-major, ne fit que
paraître et disparaître, et lorsqu'il s'en alla, ses camarades se
demandèrent pourquoi il était venu. Son départ prématuré fit que
personne ne le regretta; c'était cependant un bon officier.

L'officier payeur, Félicien Arnaud, était à la fois un excellent soldat
et un bon comptable, et tous les braves l'entouraient d'estime.

D'un talent distingué, homme de science et homme d'épée, généreux,
dévoué, religieusement soigneux pour les blessés, le chirurgien Emery,
chirurgien en chef de la garde, était une des belles illustrations de ce
corps éminemment illustre, et Grenoble, qui a donné tant de grands
hommes à la patrie, peut le compter parmi ses enfants d'une noble
distinction. Nous le retrouverons à notre débarquement en France.

Voilà pour l'état-major.

Le capitaine Lamouret, doyen des capitaines de la garde, renfermé
strictement dans le cercle de ses devoirs militaires, cherchait peu à
aller au delà, et l'estime l'entourait.

Le lieutenant en premier Thibaut avait la réputation d'un bon officier,
et avec les braves de la garde, il était impossible que ce fût une
réputation usurpée.

Je ne connaissais pas le lieutenant en second Lerat. Toutefois, je
savais qu'il était considéré.

La seconde compagnie avait pour son chef le capitaine Combe, qui s'était
fait honorablement remarquer le jour de l'infâme trahison de Marmont, et
qui est mort glorieusement au siège de Constantine. Le capitaine Combe
avait beaucoup d'esprit naturel; il était instruit, les beaux-arts
occupaient ses loisirs, il dessinait assez bien. Il avait une force
musculaire remarquable. Son père, colonel, l'avait élevé très durement,
et il s'était de bonne heure habitué à cette dureté; on pourrait même
dire qu'il se l'était appropriée, ce qui quelquefois le rendait gênant
pour ses camarades. Son courage était à toutes les épreuves; mais il
était au moins aussi ambitieux que brave, et, s'il avait vécu, il aurait
donné de la tablature au pouvoir.

Je n'ai pas connu le lieutenant en premier du capitaine Combe, M. Joseph
Duguenot. Le capitaine Combe en parlait avantageusement.

Le lieutenant en second Bigot faisait honneur à son habit. Je l'avais
quitté avec la réputation du bon soldat, je l'ai retrouvé avec les
sentiments d'un bon citoyen, ce à quoi MM. les Impériaux ne m'ont pas
habitué.

La troisième compagnie n'avait pas son capitaine titulaire. Elle était
provisoirement commandée par le lieutenant en premier Charles Dequeux,
officier capable qui la commandait bien et qui méritait de la commander
définitivement. Un autre lieutenant en premier, Jean-Pierre-Édouard
Paris, avait une noble conduite et jouissait d'une belle réputation.

M. Jean-François Jeanmaire, sous-lieutenant dans cette compagnie, tenait
une belle place dans le rang des bons officiers, et, jeune encore, il
était considéré comme un excellent militaire. Ce brave est maintenant
messager d'État à la Chambre des députés.

Le capitaine Jules Loubert affectait les allures de ce qu'on appelle une
personne bien née: ce qui n'est pas toujours la preuve d'une haute
naissance. Cependant le capitaine Loubert était «fils de famille», comme
on disait jadis. Ses prétentions aristocratiques le rendaient
impopulaire; il n'était pas aimé. L'Empereur le chargea d'aller à Gênes
acheter des draps. Puis il le choisit pour être le danseur de la
princesse Pauline, ce qui était un bon choix, car le capitaine Loubert
dansait parfaitement. On le considérait comme le Vestris de la garde,
qui avait cependant d'autres fort bons danseurs. Bien manier les jambes
n'empêche pas de bien manier l'épée, le capitaine Loubert était un bon
officier. La garde nationale de Paris lui donna une grande marque
d'estime: elle le nomma colonel d'une de ses légions.

Le lieutenant en second Seré-Lanaure comptait au nombre des braves. Le
lieutenant en second Franconnin se faisait remarquer par une politesse
exquise; il était aussi bien placé dans un salon que dans un camp. À
travers la douceur de son caractère, ses yeux brillaient de courage, et
comme soldat son rang était au premier rang des braves.

Une grande nomenclature de prénoms a quelque chose de la prétention
d'une grande série de titres. Ce n'est pas le capitaine
Louis-Marie-Charles-Philippe Hurault de Sorbée qui me fera changer
d'avis à cet égard. Ce capitaine arriva à l'île d'Elbe avec la garde; il
était officier distingué. Mais il avait laissé son épouse auprès de
Marie-Louise; l'Empereur lui donna une mission qui le rendit à sa
compagne conjugale. Le capitaine Hurault de Sorbée est maintenant
maréchal de camp; il était déjà colonel sous la Restauration.

Le lieutenant en second Chaumet dirigea cette compagnie lorsque le
capitaine Hurault de Sorbée en quitta le commandement, et il la dirigea
très bien.

Cette compagnie avait aussi le lieutenant en second Claude Charles
Noisot. La nature du lieutenant Noisot était l'une de ces belles natures
qui se font aimer à tort et à travers. Jeune, léger, étourdi, impétueux,
aimant, dévoué, brave, plein d'honneur, il avait tous les légers défauts
ainsi que toutes les belles qualités du jeune chevalier français.
C'était un de ces bons soldats qui savent aussi être bons citoyens. Le
lieutenant Noisot a conservé dans toute sa pureté sa religion d'amour
pour la mémoire de l'Empereur, et, à ses frais, il vient dans sa
propriété de faire élever une statue en bronze au héros de la France:
hommage pieux qui n'est même venu à la pensée d'aucun des maréchaux de
l'Empire! Je paye un tribut de reconnaissance nationale au lieutenant
Noisot. Que ma parole amie aille lui faire comprendre combien j'ai été
profondément ému du bel exemple qu'il a donné[63]!

Le capitaine Mompez était un officier capable. Ce n'était pas l'officier
sur l'amour duquel l'Empereur pouvait le plus compter; il se préparait à
rentrer en France lorsque l'Empereur quitta l'île d'Elbe[64].

Un lieutenant en second, Barthélémy Bacheville, était aussi attaché à la
6e compagnie, commandée par le capitaine Mompez. Il avait toutes les
qualités d'un soldat, et lorsque le gouvernement de la Restauration eut
crié haro sur tous les hommes de coeur, le lieutenant Bacheville dut
s'expatrier.

Le lieutenant en second Mallet n'avait pas à beaucoup près les belles
qualités du commandant Mallet. C'était un officier ordinaire.

Les officiers polonais qui n'avaient pas quitté l'Empereur se
comportèrent à l'île d'Elbe comme des officiers modèles, et le colonel
Germanovski y apparut avec une haute supériorité; les capitaines Schultz
et Balinski étaient aussi des hommes dignes. L'Empereur honorait tous
ces enfants adoptifs de la France; il aimait à s'entretenir avec eux, et
il était toujours satisfait de leur entretien. Malheur à la France,
alors qu'elle est gouvernée de manière à ne pouvoir pas se dévouer à sa
soeur la Pologne! Le gouvernement de la France qui abandonne la Pologne
est un gouvernement de malédiction pour les Français. Ce n'est pas ici
de l'exaltation, c'est de l'honneur. L'abandon de la Pologne est un
crime de lèse-humanité. Ce crime sera puni le jour même où la nation
française reprendra l'exercice de sa puissance suprême.



II

LE LIEUTENANT LARABIT.


J'ai, autant qu'il était en moi, cherché à faire connaître à la France
les braves de la garde impériale qui avaient suivi l'Empereur à l'île
d'Elbe, et cette tâche, toute de conscience et de coeur, a dans son
ensemble été douce pour moi; mais je n'ai parlé que des officiers qui
étaient avec leurs corps. Il me reste à parler d'un officier isolé; mes
lecteurs me sauront gré de mon attention.

La garde, qui devait suivre l'Empereur dans son exil, allait partir pour
sa noble destination, et le génie militaire était la seule arme qui n'y
eût point de représentant, car le général Bertrand n'appartenait plus à
ce corps. Le chef de bataillon Cournault, l'un des officiers du génie
qui connaissaient le mieux l'île d'Elbe, et que sous ce rapport l'on
avait désigné à l'Empereur, refusa d'y suivre le héros qui avait été
longtemps l'homme de son idolâtrie.

Il faut bien l'avouer, une erreur anticivique de l'Empereur avait
enfanté beaucoup d'aristocratie dans l'armée. Le génie militaire se
faisait surtout remarquer à cet égard.

Accompagner l'empereur Napoléon que le peuple français avait légalement
élevé sur le pavois impérial, l'accompagner en s'associant à
l'ostracisme dont les ennemis de la France l'avaient frappé, était
éminemment un acte de nationalité, et une tache indélébile allait à tout
jamais être l'accusatrice du génie militaire qui n'avait pas éprouvé le
besoin de lui donner des compagnons d'infortune.

Un officier du génie se présenta; il offrit ses services, ils furent
acceptés. C'était une jeune gloire plus pure que les vieilles gloires.
Cet officier était le lieutenant Larabit. Le lieutenant Larabit sauva le
génie militaire du reproche patriotique d'une ingratitude de corps. Il
n'avait alors que vingt et un ans.

Le jeune Larabit avait quitté l'École d'application de Metz en 1813; il
avait fait la campagne de Leipsick, et, après la campagne, il avait été
attaché à l'état-major de la grande armée. Il avait fait aussi la
campagne de France; après la bataille de Montereau, il avait été attaché
à l'état-major de la garde impériale; c'étaient déjà des jours pleins.

Tout ce qu'il est possible d'amour et d'admiration, le jeune Larabit
l'avait dès sa plus tendre enfance éprouvé pour l'empereur Napoléon, et
les trahisons dont il était le témoin soulevaient d'indignation son âme
vierge; son dévouement était tout naturel.

Il y a des devoirs de famille que l'homme de bien ne franchit jamais; le
jeune Larabit demanda à remplir les siens. Il alla sous le toit paternel
embrasser ses proches. Le grand maréchal Bertrand lui remit une feuille
de route spéciale qui l'autorisait à aller seul; cela explique pourquoi
il ne partit pas de Fontainebleau avec la garde impériale. L'Empereur
lui avait fait compter l'argent qu'on présumait pouvoir lui être
nécessaire pour son voyage.

La feuille de route délivrée par le grand maréchal devait être visée par
les commissaires des rois coalisés, et ce visa, en France, donné par des
étrangers, servait de sauf-conduit à un Français!... Tout cela pour
aboutir à des Bourbons! Les peuples ont de tristes moments de démence.

Ainsi le jeune Larabit dut se présenter aux commissaires de la
coalition; il s'y présenta en frémissant. Le général prussien et le
général autrichien l'accueillirent très froidement. Le général russe
Schouvaloff, aide de camp de l'empereur Alexandre, fut au contraire on
ne peut plus bienveillant, et le traita avec une cordialité exquise; ils
s'entretinrent plus d'une heure tête à tête; le général Schouvaloff dit
au jeune Larabit les paroles suivantes, paroles remarquables pour un
Russe, et que je répète pour qu'elles ne soient pas perdues:

«L'empereur Napoléon a été étonnant de génie et d'audace pendant toute
cette campagne. Il ne s'est oublié que dans sa marche sur Saint-Dizier,
Vassy et Doulevant.» On sait que cette marche fut le résultat des
malheureux renseignements que le maréchal Macdonald avait donnés à
l'Empereur.

Par un effet de son service militaire, le jeune lieutenant Larabit
s'était accidentellement trouvé auprès de l'Empereur lorsque le maréchal
Macdonald lui rendait compte du mouvement de l'ennemi, et il put en
parler au général russe qui n'en revenait pas d'étonnement.

Le lieutenant Larabit dit adieu à ses pénates. Il traversa la France, le
Piémont, la Toscane, et il alla s'embarquer à Livourne pour
Porto-Ferrajo. Pendant ce long voyage, le lieutenant Larabit ne quitta
jamais ni son uniforme ni la cocarde tricolore, et partout il trouva
dans les Italiens des regards affectueux.

Le 1er juin, le jeune lieutenant abordait à l'île, et l'Empereur fut la
première personne qu'il reconnut sur le rivage. L'Empereur faisait sa
promenade matinale.

Aussitôt qu'il eut débarqué, le lieutenant Larabit se rendit chez le
grand maréchal, et le grand maréchal le présenta immédiatement à
l'Empereur.

L'Empereur le reçut avec une bienveillance marquée; il ne s'attendait
presque plus à le voir arriver.

Selon son usage, il l'accabla de questions précipitées sur son retard,
sur son voyage, sur ce qu'on disait en France, en Italie, et il finit
par lui dire: «Allez vous reposer, mais ne laissez pas finir la journée
sans avoir reconnu et étudié les fortifications de la place.»

Le lieutenant Larabit avait reçu neuf cents francs pour les frais
présumés de son voyage; il n'en avait dépensé que six cents, et il versa
dans la caisse impériale les trois cents francs qui lui restaient.

De Bologne à Florence, trois Italiens qui voyageaient à petites journées
avec le lieutenant Larabit et qui avaient pu, dans plusieurs
conversations importantes, apprécier la noblesse de son caractère, le
chargèrent d'assurer à l'Empereur qu'ils pouvaient le rendre à l'Italie,
et que cela ne dépendait que de lui. L'un d'eux dit au lieutenant
Larabit: «Voilà mon nom. L'Empereur le connaît. Écrivez-moi à Naples.»
Le lieutenant Larabit informa le grand maréchal, le grand maréchal
rendit compte à l'Empereur. L'Empereur répondit «qu'il voulait rester à
l'île d'Elbe; surtout qu'il ne voulait pas d'intrigues politiques».

Mais l'Empereur avait nommé le capitaine Raoul au commandement du génie
militaire de l'île d'Elbe, quoique cet officier appartînt à
l'artillerie. Cela aurait pu blesser le lieutenant Larabit, il n'en fut
rien. Le lieutenant Larabit comprit qu'il manquait d'expérience pour une
foule de marchés que la multiplicité des constructions militaires
nécessitait; il ne réclama pas.

L'Empereur fit appeler le lieutenant Larabit; il lui dit: «Je veux
occuper militairement la Pianosa; rendez-vous sur cette île; vous y
construirez une caserne et un poste retranché pour cent hommes avec huit
pièces de canon; allez d'abord à Longone pour vous embarquer, je vous y
joindrai et je vous donnerai des instructions.» En effet, l'Empereur fut
à Longone presque aussitôt que le lieutenant Larabit; il voulait
présider et il présida à l'embarquement pour la Pianosa. Il donna au
lieutenant Larabit quatre canons de huit, quatre canons de quatre, un
détachement de grenadiers de la garde, un détachement de canonniers et
cent hommes du bataillon franc, commandés par le capitaine Pisani.

Avant de passer outre, je dois saisir l'occasion qui se présente pour
acquitter une dette française envers le capitaine Pisani, et je la
saisis avec jubilation. Le capitaine Pisani, un des meilleurs officiers
du bataillon franc comme l'un des meilleurs citoyens de l'île d'Elbe,
rendit beaucoup de services aux Français durant les sanglantes révoltes
auxquelles son pays, Campo, prit une si cruelle part, et je remplis un
devoir cher à mon coeur en lui adressant au nom de la France des
expressions de reconnaissance affectueuse.

Quoique le jeune lieutenant Larabit eût un commandement spécial en
dehors de l'île d'Elbe, il n'en était pas moins sous les ordres du
commandant Raoul, et cela devait être.

L'Empereur indiqua au lieutenant Larabit l'endroit où il devait
construire la caserne ainsi que le retranchement; puis il lui fit voir
sur un plan le rocher élevé qui domine le petit port de la Pianosa:
«C'est là qu'il faut établir votre artillerie, lui dit-il; n'oubliez pas
les habitudes de la guerre; mettez toutes vos pièces en batterie dans
les vingt-quatre heures, et tirez sur tout ce qui voudrait aborder
malgré vous.» Ce furent là les seules instructions que l'Empereur donna
au lieutenant Larabit; il lui promit d'aller bientôt le voir. C'est
ainsi que le lieutenant Larabit partit de Longone pour se rendre à sa
nouvelle destination.

La Pianosa n'était pas absolument déserte; le pays de Campo y avait des
pâtres pour garder quelques bestiaux. Il y avait aussi des gens pour
soigner les chevaux des Polonais de la garde. Mais l'arrivée de cent
cinquante hommes de guerre équivalait à l'arrivée de deux mille hommes
de paix; la Pianosa fut de suite aussi mouvante qu'une île bien peuplée.
Il n'y avait rien de rien pour l'établissement de la colonie militaire
qui en prenait possession; aussi les premiers jours qui suivirent le
débarquement furent des jours de brouhaha, et, sans qu'il y eût volonté
de désobéissance, il n'y avait pas possibilité de commandement, chacun
cherchait à se caser le moins mal possible dans des grottes, dans des
réduits, dans des ruines, et partout où l'on pouvait trouver un abri. On
avait bien apporté des tentes, mais on n'en avait pas apporté assez, et
pour le logement, le droit d'être logé était un droit commun; de là des
réclamations; enfin, tout le monde se colloqua. Le capitaine Pisani
connaissait parfaitement l'île; aussi son expérience contribua beaucoup
au contentement général.

Le lieutenant Larabit avait de suite mis la main à l'oeuvre pour exécuter
promptement les ordres de l'Empereur; tout le monde travaillait, quoique
l'on eût fait venir des ouvriers du continent.

J'ai dit les malheurs dont le commandant de la place Gottmann avait été
une des principales causes à Longone; cet officier avait cent fois
mérité qu'on le renvoyât de l'île d'Elbe; son expulsion aurait été un
gage de paix donné aux Elbois. Néanmoins l'Empereur le garda à son
service; il fit plus, il lui donna le commandement de la Pianosa. Cet
homme, qui n'avait de militaire que l'habit, sans éducation, sans
convenances, sans dignité, fit à la Pianosa ce qu'il avait fait à
Longone: il mit tout sens dessus dessous, et deux jours après son
apparition au milieu de la colonie, la perturbation était complète;
c'était un fléau. L'ordre de l'Empereur prescrivait impérativement au
lieutenant Larabit de construire immédiatement une caserne, et le
lieutenant Larabit construisait immédiatement une caserne, car, sans se
compromettre gravement, il ne pouvait pas construire autre chose; mais
le commandant Gottmann voulait que le lieutenant Larabit cessât de
construire la caserne pour lui construire une maison à lui Gottmann, et
il prétendait avoir le droit de révoquer dans l'île les ordres émanés de
l'Empereur. Le lieutenant Larabit était jeune, sa figure était encore
plus jeune que son âge, et, confiant dans cette jeunesse, le commandant
Gottmann s'était imaginé qu'il n'avait qu'à commander pour être obéi. Il
s'était trompé, grandement trompé: le lieutenant Larabit avait l'énergie
que le devoir inspire et que l'honneur commande; il ne craignait pas
d'entrer en lutte contre un chef qui voulait le soumettre à un abus de
pouvoir. Le commandant Gottmann ne parvint pas à le faire fléchir; il
n'obtint rien de ce qu'il voulait en obtenir; de là des discussions
incessantes. Heureusement que les deux positions empêchaient
mutuellement d'en venir à la raison de l'épée.

C'est dans cet état de choses que l'Empereur arriva à la Pianosa, ainsi
qu'il en avait fait la promesse au lieutenant Larabit. Il y était arrivé
monté sur le brick _l'Inconstant_, il y était resté à peu près deux
jours. L'Empereur avait avec lui le général Drouot, le fourrier du
palais Baillon, et le premier officier d'ordonnance Roule. Il fut
satisfait de l'état des travaux, il manifesta hautement sa satisfaction.
Vinrent ensuite les plaintes; l'Empereur écouta les plaignants; il était
naturel que la justice penchât en faveur de celui qui n'avait pas voulu
s'écarter de la ligne légale. L'Empereur blâma le commandant Gottmann.
Cependant la parole de l'Empereur ne termina pas la question. Le premier
officier d'ordonnance, Roule, prit fait et cause pour le commandant
Gottmann: qui se ressemble s'assemble, dit un vieux proverbe. Il y eut
une vive altercation entre le lieutenant Larabit et l'officier
d'ordonnance Roule; la présence de l'Empereur empêcha un duel;
l'Empereur dit positivement au lieutenant Larabit: «Je vous défends de
vous battre.» La preuve convaincante que l'Empereur approuvait la
conduite du lieutenant Larabit, c'est que peu de temps après son retour
à Porto-Ferrajo, il destitua le commandant Gottmann, et plus tard je
parlerai d'une scène qui eut lieu à la suite de cette destitution.



III

BATAILLON CORSE.


Sans doute, à Porto-Ferrajo, la sécurité de l'Empereur pouvait
raisonnablement être parfaite; mais quoiqu'il parût ne rien savoir des
révoltes qui avant son arrivée avaient tant de fois ensanglanté le sol
elbois, il était impossible qu'on ne lui en eût pas rendu compte, et
alors, malgré que les circonstances eussent changé, que les anciens
révoltés n'eussent maintenant rien à prétendre, la prudence voulait
qu'il prît ses précautions contre la versatilité infiniment trop prouvée
des populations effrénées de la partie occidentale du pays. Aussi, dès
qu'il eut accompli la prise de possession de sa souveraineté, il fit
venir auprès de lui trois cents hommes du bataillon franc, et personne
ne fut étonné de cette mesure de prudence. La pensée de cette milice
bourgeoise est qu'elle ne doit servir qu'à la garde des côtes, que tout
autre service est un service extraordinaire, alors même qu'on l'élève au
niveau de la troupe de ligne. Cette pensée n'est pas tout à fait
erronée: l'institution du bataillon franc ne lui attribue qu'un service
insulaire spécial. Mais cette spécialité doit être subordonnée aux
circonstances qui par la force des choses obligent le bataillon franc à
la coopération de tous les services. Ainsi lorsqu'il est le seul corps
armé dans l'île, il faut qu'il soit partout à tout et que, bon gré, mal
gré, il tienne garnison dans les places. C'est ce qui avait eu lieu à
l'époque dont je viens de parler.

La garde impériale arriva. C'était beaucoup pour l'Empereur: c'était
loin d'être assez pour occuper militairement Porto-Ferrajo et Longone.
C'eût été peut-être s'exposer à des récriminations que d'ordonner au
bataillon franc de s'associer rigoureusement à la tâche que la garde
impériale devait remplir.

Mais les concitoyens de l'Empereur étaient là, debout, en observation.
Ils considéraient l'île d'Elbe comme une succursale, comme un bien
communal de la Corse: le vicaire général, le commandant de
Porto-Ferrajo, le chef de la police secrète, le commandant de la police
secrète, le commandant de la gendarmerie, le directeur de la poste, le
capitaine de port, le lieutenant de l'_Inconstant_, étaient Corses, et,
par l'intermédiaire de Madame Mère, toutes les avenues du pouvoir
étaient corses. Cependant les Corses n'étaient pas satisfaits: il leur
fallait davantage: on proposa de créer un bataillon corse. Le général
Drouot n'était pas de cet avis, mais l'Empereur blâma l'opinion du
général Drouot, et le bataillon corse fut créé.

Toutefois il ne suffisait pas de vouloir un bataillon pour que le
bataillon existât. Il fallait des soldats, des sous-officiers, des
officiers, et l'Empereur décida: 1° que les Corses militaires qui
recruteraient quarante hommes seraient capitaines; 2° que ceux qui
recruteraient trente hommes seraient lieutenants; 3° que ceux qui
recruteraient vingt hommes seraient sous-lieutenants, et 4° que ceux qui
recruteraient dix hommes seraient sergents-majors. Le recrutement eut
lieu immédiatement; aucun officier ne présenta son entier contingent;
néanmoins, les _chasseurs Napoléon_ furent organisés en bataillon. De
suite, l'on arma et l'on équipa les présents.

Jamais les cadres de ce bataillon ne dépassèrent le tiers de leur nombre
nécessaire.

L'Empereur prit alors le parti d'utiliser ce bataillon autant qu'il
était possible de l'utiliser. Il le destina à recevoir les braves qui
venaient partager son ostracisme.

Malheureusement le bataillon corse eut pour commandant le plus mauvais
officier de la Corse, mauvais par son incapacité autant que par la
bassesse de sa conduite. Le corps dut en venir à le dénoncer comme
concussionnaire. Tout le mérite de cet homme était de porter le nom de
l'une des familles notables de la Corse.

Un tel corps n'était pas fait à la subordination: il fallait souvent
avoir recours aux peines disciplinaires; c'était désagréable pour
l'Empereur; il le disait.

Les officiers corses recruteurs en engageant pour le service de
l'Empereur ne parlaient que de choses magnifiques, et ceux qui
s'engageaient en partant pour l'île d'Elbe croyaient partir pour la
Terre promise. Un d'entre eux disait avec une espèce de dépit: «On nous
avait fait croire qu'ici les cailles tombaient toutes rôties, mais ce
n'est pas cela, et il nous faut décompter.» Ce bataillon n'aurait pas
fait de vieux os à l'île d'Elbe. Il se serait dissous par la désertion.

Plusieurs soldats corses avaient déserté avec armes et bagages, et pris
au moment où ils cherchaient à se procurer une barque pour retourner en
Corse, ils furent conduits dans les prisons de Porto-Ferrajo; un conseil
de guerre les condamna à la peine de mort. Le bataillon corse fut ému de
cette condamnation, il demanda la grâce des condamnés, l'Empereur la lui
accorda. Cette grâce n'empêcha pas d'autres désertions; elle y excita:
une de ces désertions, plus considérable que les autres, obligea
l'Empereur à ordonner qu'un fort détachement se portât sur les lieux où
l'on présumait que ces déserteurs devaient s'embarquer, et le
détachement se mit en route. La nuit arrivée, l'officier se dirigea vers
l'ermitage de la Vierge des Grâces, et il demanda à parler à l'ermite.
L'ermite, craignant que ce ne fût (_sic_) les déserteurs, refusa
d'ouvrir; l'officier qui commandait le détachement conclut que les
déserteurs étaient renfermés dans l'ermitage; dans cette pensée, il se
disposa à faire enfoncer la porte, et l'ermite effrayé se hâta de faire
sonner la cloche de la chapelle. Or cette cloche était le tocsin
nocturne de la contrée, et, dès qu'ils l'eurent entendue, les paysans
accoururent à l'ermitage. Le détachement fut bientôt cerné de toutes
parts; au lieu d'attaquer, il dut songer à se défendre, et peu s'en
fallut que cette petite conflagration ne devînt très sanglante. Les
paysans s'étaient d'autant plus facilement armés que dans la journée
quelques-uns d'entre eux avaient été rançonnés par les déserteurs, et,
avant la nuit, ils s'étaient réunis pour prendre des précautions de
garantie mutuelle.

Ce fut encore un événement fâcheux pour l'Empereur. Lorsqu'on lui en fit
le rapport, il dit avec un sentiment d'amertume: «Il vaudrait encore
mieux une désertion générale que toutes ces désertions particulières;
car alors je saurais à quoi m'en tenir, et du moins je n'aurais plus à
blâmer la conduite de ceux qui se considèrent presque comme mes
proches[65].»

Nous touchions à l'époque de notre départ; sans cela le bataillon corse
aurait été réorganisé; je le répète, il y avait à Porto-Ferrajo des
militaires distingués, éprouvés, et sur lesquels l'Empereur pouvait
compter. Le bataillon avait aussi des officiers très honorables qui
auraient été des officiers distingués si l'Empereur leur avait donné un
chef de haute capacité.


IV

COMPAGNIE D'ARTILLERIE.


Il m'a été impossible de me procurer le contrôle nominatif des
canonniers qui composaient la compagnie d'artillerie de la garde
impériale elboise. Le général Drouot ne l'avait plus, aucun des
officiers ne l'avait conservé, cela m'afflige, car j'aurais voulu que la
France pût connaître tous ces braves.

C'est à Fontainebleau que cette compagnie fut créée. Son berceau était
un noble édifice de gloire et de dévouement. Aucun corps militaire ne
méritait plus qu'elle d'être associé aux nouvelles destinées du héros
qui se sacrifiait pour la patrie.

On avait demandé des canonniers de bonne volonté: aussitôt le nombre
fut plus qu'au grand complet. On fit aussi un appel aux officiers
d'artillerie: il en fallait quatre; dix se présentèrent. Un choix devint
indispensable. Le général Drouot fut chargé de le faire. Il était beau
d'accompagner l'Empereur, il était beau aussi d'être choisi par le
général Drouot.

Les quatre élus furent:

     MM. Cornuel, capitaine commandant;
     Raoul, capitaine en second;
     Blanc de Lacombe, lieutenant en premier;
     Demons, lieutenant en second.

Le capitaine commandant Cornuel était un officier accompli. Son passé et
son présent semblaient être les précurseurs d'un grand avenir. Sa vie
toute neuve avait déjà des faits qui la mettaient au niveau des vieilles
vies. On citait de lui beaucoup de belles choses. Ses camarades
l'aimaient, tout le monde l'estimait. L'Empereur l'entourait de
considération. Le général Drouot avait dit aux officiers choisis: «Votre
courage et votre fidélité seront plus d'une fois mis à l'épreuve.»
C'était ce qu'il fallait au capitaine Cornuel. Il bravait les épreuves
parce que son âme était au-dessus des épreuves. À Porto-Ferrajo,
l'Empereur lui accorda, ainsi qu'au capitaine Raoul, une distinction
dont aucun capitaine de la garde ne fut honoré, l'entrée libre au palais
impérial, et il le nomma directeur d'artillerie, commandant de son arme
dans l'île. Le capitaine Cornuel ne profitait pas beaucoup de ses
grandes et de ses petites entrées auprès de l'Empereur: il aimait mieux
consacrer ses heures de loisir à la princesse Pauline. Au moment où nous
quittâmes l'île d'Elbe, le capitaine Cornuel était très souffrant; mais
dès que le signal du départ fut donné, son énergie prit la place de sa
santé, et il suivit pour la seconde fois l'Empereur; ses forces
physiques se soutinrent tant qu'il crut à des périls; mais lorsque
l'Empereur fut entré à Paris, qu'il n'y eut plus de dangers à craindre,
le mal du capitaine Cornuel empira, et bientôt l'heure dernière de cet
excellent officier se fit entendre. Il venait d'être nommé
lieutenant-colonel et directeur d'artillerie. Puisse la ville de
Saint-Malo avoir honoré cette belle mémoire!

Le capitaine en second Raoul était fils du général Raoul, débris de
cette armée de Sambre et Meuse qui a fourni des généraux à toutes nos
armées et dont (_sic_) on semble ne presque plus se rappeler. Le vieux
général Raoul n'aimait pas l'Empereur par la seule raison que l'Empereur
n'avait pas été général de Sambre et Meuse; il était courroucé de ce que
son fils était allé à l'île d'Elbe. Néanmoins, au retour de l'île
d'Elbe, ses sentiments paternels l'emportèrent sur tous les autres
sentiments, et il se rendit à Paris. Le capitaine Raoul profita avec
empressement de cette circonstance. Il présenta son père à l'Empereur;
l'Empereur séduisit le général Raoul, et le général Raoul, séduit, tout
fier d'être le père de son fils, pardonna à l'Empereur de n'avoir pas
été général de Sambre et Meuse et devint l'un de ses partisans les plus
outrés. Le général Raoul avait élevé son fils dans toutes les rigueurs
militaires: le capitaine Raoul avait été soldat dès sa plus tendre
enfance, il fut presque grognard en arrivant au camp. Des rapports
honorables avaient signalé sa bravoure; son épée avait déjà de la
valeur; on comptait sur elle. Effet incompréhensible des miracles de la
guerre de France! Excepté parmi les hautes sommités de l'armée, gorgées
de richesses et de grandeurs, personne ne comptait le nombre des
ennemis, et les conscrits, après le baptême de feu, pouvaient de droit
porter la moustache, car ils étaient capables de la défendre; il n'y
avait plus de conscrits. Le capitaine Raoul appartenait à cette
pépinière polytechnicienne qui entoure nos drapeaux des meilleurs
officiers qu'il y ait au monde. Le caractère connu du capitaine Raoul
lui mérita une mission de confiance avant que la garde impériale quittât
Fontainebleau: il fut envoyé à Orléans pour prendre en consignation le
trésor de la liste civile de l'Empereur et les équipages de
l'Impératrice. Il devait ensuite remettre le tout sous l'escorte de la
garde impériale. À Orléans, il se trouva que d'autres dispositions
avaient été prises. Lorsque le capitaine Raoul arriva à Porto-Ferrajo,
l'Empereur le nomma directeur du génie militaire de l'île d'Elbe, et en
même temps il le chargea du service des travaux publics, moins les
travaux de la campagne de Saint-Martin qui étaient spécialement confiés
au lieutenant Larabit. Ses jours de l'île d'Elbe furent pleins; il peut
les compter parmi ses beaux jours. L'Empereur l'entourait de confiance,
il l'admettait dans son intimité. Proscrit par la Restauration, il fut
d'abord au _Champ d'asyle_, et ensuite il commanda la division des
vétérans à l'armée républicaine de Guatemala, qu'il quitta pour rentrer
dans sa patrie lorsque la révolution de 1830 l'eut débarrassée des
oppresseurs que l'étranger lui avait imposés. Le capitaine Raoul, de
l'île d'Elbe, est aujourd'hui un de nos généraux distingués. Nous le
retrouverons dans la marche immortelle du golfe Jouan à Paris.

Le lieutenant en premier Blanc de Lacombe s'était offert de bonne
volonté pour partir; on comptait et l'on devait compter sur son départ.
Cependant il ne partit pas: sa mère le détourna de l'engagement qu'il
avait pris, quoique ce fût un engagement d'honneur. La Restauration
récompensa le respect filial qui avait sacrifié la parole donnée. Du
moins cet officier eut la pudeur de ne pas reprendre l'uniforme impérial
pendant les Cent-Jours. On le considérait comme un bon militaire, comme
un homme de bien; il est même à peu près certain qu'il n'aurait pas fait
défaut à son nouveau poste si l'on n'avait pas trouvé à le remplacer.
Mais il fut remplacé par un autre lieutenant en premier qui l'égalait en
bravoure et le surpassait en talent: le lieutenant en premier Lanoue
était digne de ses deux chefs Cornuel et Raoul. Brave comme la meilleure
épée des braves, riche de savoir, d'esprit, d'amabilité, après avoir été
martyrisé par les Bourbons, il a noblement rempli sa carrière, et il est
mort honoré et honorable avec le grade de colonel. Je lui conserve un
souvenir de sincère affection.

Le lieutenant en second Démons était un excellent officier pratique. Il
fut nommé capitaine, fit tranquillement son service, et, après avoir
reçu sa retraite, il s'éteignit dans la place de premier huissier de la
Chambre des pairs.

La compagnie d'artillerie de la garde impériale elboise était partie de
Fontainebleau avec quatre canons de huit, mais la longueur de la route,
la difficulté du passage des Alpes et souvent le manque de moyens pour
la traîner, décidèrent le général Cambronne à s'en séparer, et il les
déposa dans une de nos forteresses.



V

L'HÔPITAL.


Le général Drouot qui présidait à toutes les prises de possession
présida aussi à celle de l'hôpital militaire, et il l'inspecta dans
toutes ses parties; l'Empereur l'examina également avec une attention
scrupuleuse. De cette inspection et de cet examen il résulta une
nouvelle organisation.

L'Empereur nomma:

     MM. Squarci, médecin;
     Émeri, chirurgien;
     Gatti, pharmacien;
     Vivier, directeur comptable;
     Soumaire, garde-magasin et commis aux entrées.

Tous les employés subordonnés furent désignés à la suite de ces
nominations.

L'Empereur nomma également au conseil d'administration. Le général
Cambronne, M. Lacour, commissaire des guerres, M. (_nom en blanc_),
capitaine d'infanterie de la garde, M. Lanoue, lieutenant d'artillerie
de la garde, et M. le docteur Foureau de Beauregard en furent les
membres titulaires; le général Cambronne était le président du conseil;
le docteur Foureau de Beauregard était l'inspecteur de l'hôpital; le
chirurgien du bataillon franc et celui du bataillon corse furent
adjoints au chirurgien Émeri.

Le conseil d'administration se réunissait deux fois par mois, plus
souvent lorsque le bien du service l'exigeait. Il se faisait sévèrement
rendre un compte exact de tout ce qui se passait à l'hôpital; les
employés craignaient, ils marchaient droit. Jamais les malades ne furent
mieux soignés. L'Empereur les visitait souvent.

On se plaignait généralement de l'hôpital civil: l'Empereur ordonna
qu'il lui fût fait un rapport sur la tenue de cet hôpital. Il crut qu'il
pouvait adoucir le sort des malades, il les fit transférer à l'hôpital
militaire: la translation eut lieu avec les précautions les plus
délicates; les femmes eurent un local absolument séparé de celui des
hommes. L'hospice civil fut supprimé.

La police reçut l'ordre d'exercer la surveillance la plus rigide sur les
maladies honteuses. Cette rigidité était d'autant plus nécessaire que
Livourne était pour Porto-Ferrajo une sentine constamment dangereuse à
cet égard.



VI

MARINE MILITAIRE.


L'Empereur songea à organiser sa marine militaire. Il n'avait pas
pourtant beaucoup de confiance en elle, et il s'en serait passé s'il lui
avait été possible de s'en passer, mais des bâtiments de guerre lui
étaient indispensables.

Le brick _l'Inconstant_ était un très bon navire, très bien gréé et très
bien armé; il portait en batterie dix-huit caronades de dix-huit. Il
fallait chercher des hommes pour former son équipage. Rio ainsi que
Marciana, les deux pays maritimes de l'île, n'en fournirent point, et
l'on dut aller recruter à Capraja ou à Gênes. On eut peine à se procurer
le nombre de matelots nécessaires même pour un faible armement.
L'_Inconstant_ n'eut jamais un équipage au complet: c'était un triste
équipage.

L'enseigne de vaisseau Taillade, que l'Empereur avait fait lieutenant de
vaisseau en lui donnant le commandement de l'_Inconstant_, navire amiral
de la marine impériale de l'île d'Elbe, ressemblait assez à l'équipage
du bâtiment qu'il montait: il n'y avait pas en lui l'étoffe d'un bon
marin. Il parlait bien science navale lorsqu'il était à terre ou
lorsqu'il naviguait vent arrière, bonnettes haut et bas, et les flots à
peine agités. Mais lorsqu'il y avait tempête, le commandant Taillade
abandonnait le commandement à ses subordonnés, et allait dans sa cabine
attendre le retour du beau temps. Le commandant Taillade était loin de
ressembler à un loup de mer. Ajoutons un vice que ses camarades lui
reprochaient sans cesse: le commandant Taillade ne songeait qu'à lui;
dans l'excès d'un égoïsme de tous les temps et de toutes les
circonstances, il ne comprenait bien que le moi. L'Empereur ne fut
jamais content du service de cet officier, mais il fallait avoir dix
torts pour que l'Empereur se décidât à en punir un seul, et il garda le
commandant Taillade jusqu'au bout.

L'Empereur avait accueilli avec empressement un aspirant de première
classe qui, parti de Toulon où il avait refusé de donner son adhésion au
gouvernement de la Restauration, venait lui offrir son épée et le nomma
enseigne. Puis il le plaça en second à bord de l'_Inconstant_. On
l'appelait Sarri: il était Corse; l'aspirant Sarri, devenu enseigne
second sur le brick amiral, était un élève de l'École militaire de
Saint-Cyr, et il comptait déjà près de six années de service maritime.
Toutefois, il n'avait pas encore atteint à sa vingt-quatrième année
d'âge. On le considérait comme un jeune homme capable.

Il y avait encore deux autres officiers sur l'_Inconstant_: l'enseigne
auxiliaire Morandi, marin pratique fort recommandable; l'enseigne
auxiliaire Forcioli, dont on disait du bien.

L'_Inconstant_ se trouva organisé autant que les circonstances avaient
permis de l'organiser. Chose remarquable dans la destinée du brick
_l'Inconstant_, il avait été construit à Livourne et avec les matériaux
qu'un entrepreneur de bois de construction avait par testament donnés à
l'Empereur, de telle sorte que l'Empereur était doublement propriétaire
de son vaisseau amiral.

L'Empereur acheta un chebec marchand, appelé _l'Étoile_, qu'il fit à peu
près armer en guerre et dont il donna le commandement à l'enseigne
auxiliaire Richon, homme de coeur et de dévouement. L'enseigne Richon
n'avait pas servi dans la marine militaire, ce n'était pas un officier
de théorie, mais il était parfait pour l'accomplissement des devoirs qui
lui étaient imposés, et l'Empereur pouvait compter sur lui.

Le second de l'enseigne Richon, l'officier Rouverro, était un marin de
confiance, et il remplissait bien sa petite tâche.

Puis venait l'espéronade _la Caroline_, qui avant l'arrivée de
l'Empereur servait de courrier pour les communications avec la Toscane
par Livourne, et à laquelle l'Empereur fit continuer le va et le vient
selon l'usage adopté.

Un excellent patron de Porto-Ferrajo, Gallanti, commandait la
_Caroline_, et le jeune Gallanti son fils lui servait de second:
c'étaient de bien braves gens. Telle était l'armée navale de l'île
d'Elbe.

Le brick _l'Inconstant_ était chargé de missions importantes. Le chebec
_l'Étoile_ ne servait qu'aux besoins matériels. Ainsi ce sont les seuls
voyages de l'_Inconstant_ qu'il importe de lier à la vie de l'Empereur.
Je vais donc les suivre l'un après l'autre sans désemparer.

Le brick _l'Inconstant_ partit pour Gênes: c'était au mois de juillet.
Il avait à bord le capitaine Hurault de Sorbée. Il avait aussi un valet
de chambre de l'Empereur. M. Cipriani et ces deux personnes débarquèrent
dès l'arrivée du brick à sa destination. Le capitaine Hurault de Sorbée
allait remplir une mission auprès de l'impératrice Marie-Louise; le
valet de chambre allait en courrier à Vienne. C'était du moins le mandat
ostensible.

À Gênes, le peuple en général accueillit parfaitement l'équipage de
l'_Inconstant_, et M. de Palavicini en particulier se montra empressé de
soins pour l'état-major.

L'_Inconstant_ embarqua des moutons, des vaches, des arbres, des
habillements, et il semblait que le commandant Taillade n'avait plus
rien à faire, cependant il ne se disposait pas à partir: ce n'était pas
sans raison. Des Milanais arrivèrent à Gênes: ils prirent passage sur
l'_Inconstant_. L'_Inconstant_ appareilla de suite: une fois en mer, ces
passagers avouèrent, sans se contraindre le moins du monde, qu'ils
étaient envoyés par les patriotes italiens pour faire des propositions à
l'Empereur, et ils ne demandèrent pas qu'on leur gardât le secret.
Néanmoins, une fois débarqués, ils ne se montrèrent nulle part, et
l'Empereur les reçut deux fois en audience particulière. Il ne serait
pas impossible que ces messagers italiens ou se disant tels ne fussent
les mêmes personnages qui parlèrent à l'Empereur le jour de son entrée
solennelle à Porto-Ferrajo, et qui partirent immédiatement après l'avoir
entretenu.

Dès le retour du brick _l'Inconstant_, le bruit se répandit que, pendant
son séjour à Gênes, le commandant Taillade n'avait jamais osé porter la
cocarde elboise, et l'Empereur s'assura que le fait était vrai, ce qui
ne l'amusa pas. C'était d'autant plus mal de la part du commandant
Taillade que ses officiers lui avaient donné l'exemple de
l'accomplissement de ce devoir.

L'_Inconstant_ remit à la voile pour Civita-Vecchia. C'était en août.
J'ai dit que le peuple de cette ville avait été bien pour les bâtiments
de Rio, même alors que l'autorité locale avait refusé de reconnaître la
nouvelle bannière de l'île d'Elbe. Il en fut autrement à l'égard du
brick de l'Empereur: on insulta l'équipage, on chercha à faire émeuter
la plus vile populace, et le gouverneur détourna la tête jusqu'à ce que
sa responsabilité fût mise en cause par une protestation accusatrice. Ce
gouverneur s'appelait Pacca. On ne pouvait guère donner suite à cette
protestation, car le commandant Taillade avait comme le gouverneur
laissé maltraiter ses matelots, et enveloppé dans sa redingote, le
chapeau rond sur la tête, il ne s'était préoccupé que de pouvoir
tranquillement retourner à bord. La course à Civita-Vecchia n'avait
d'autre but que de faire parvenir avec sûreté des dépêches adressées à
une personne de confiance. Le brick retourna vite à Porto-Ferrajo.

Quelques jours après son arrivée, l'_Inconstant_ remit à la voile pour
Gênes, porteur d'une autre correspondance et ayant à son bord une dame
polonaise. Le séjour à Gênes ne fut pas long: le capitaine Loubert, qui,
depuis quelque temps, était dans cette ville pour y faire confectionner
des habillements militaires, prit passage sur le brick et revint à l'île
d'Elbe. En entrant à Gênes, un vaisseau anglais qui stationnait à
l'embouchure du port demanda à visiter l'_Inconstant_, et sur la réponse
que, portant le drapeau impérial de l'île d'Elbe, bâtiment de guerre, le
brick ne subirait l'humiliation d'une visite que lorsqu'il y serait
contraint par la force, le commandant britannique ne poussa pas plus
loin la déraison de son exigence. Néanmoins, lorsque le capitaine
Taillade appareilla pour partir, le commandant anglais lui envoya un
officier, et le commandant Taillade, après avoir reçu cet officier, le
fit descendre dans sa chambre, et là ils restèrent ensemble plus d'une
demi-heure: personne ne put savoir ce qui s'était passé entre eux. La
traversée de retour fut marquée par un grand coup de vent du nord. Le
commandant Taillade justifia l'opinion que l'on avait sur son compte: il
resta couché pendant toute la durée du mauvais temps. Le capitaine
Loubert disait en riant qu'il se croyait plus marin que lui. Il est vrai
qu'il y a eu des marins qui ont navigué toute leur vie sans pouvoir
parvenir à vaincre le mal de mer. Mais ces marins, lorsqu'ils étaient
bons marins, supportaient leur mal sur le tillac, et ils n'allaient pas
s'allonger dans leur couchette pour vider leur estomac.

L'_Inconstant_ alla à Longone, où l'Empereur s'embarqua pour la Pianosa:
le voyage dura deux jours, le vent souffla vigoureusement. Le brick dut
attendre l'Empereur en louvoyant à l'abri du cap Calamita. On rentra à
Porto-Ferrajo.

L'_Inconstant_ dut retourner à Civita-Vecchia; de là, aller à Naples. Il
avait à bord, recommandée par l'Empereur au commandant Taillade, Mme
Blachier, fille du comte Fachinelli de Mantoue, et femme du commissaire
des guerres; Mme Blachier était dame d'honneur de Madame Mère; Madame
Mère l'envoyait au-devant de la princesse Pauline qui devait revenir à
l'île d'Elbe montée sur l'_Inconstant_. Mme Blachier jouissait d'une
belle réputation justement méritée: le commandant Taillade crut pouvoir
impunément manquer de respect à la dame que l'Empereur avait confiée à
sa délicatesse; Mme Blachier l'arrêta dès sa première hardiesse; elle en
appela à l'état-major, et l'état-major veilla sur elle. Le commandant
Taillade dut forcément se contraindre.

L'_Inconstant_ resta peu à Civita-Vecchia: il n'avait qu'à remettre des
dépêches. La correspondance avec Rome était active et paraissait
importante. De Civita-Vecchia, le brick fit voile vers Naples. Il alla
mouiller sur la rade de Baïes: il y resta vingt jours. Après, il reçut
l'ordre d'aller à Portici embarquer la princesse Pauline, et le
commandant Taillade obéit à cet ordre. Toutefois, il n'eut pas besoin de
mouiller devant Portici; la princesse Pauline vint à sa rencontre, il la
reçut en pleine mer. De Civita-Vecchia à Baïes, un convoi napolitain,
poursuivi par un corsaire barbaresque, s'abrita sous la bannière
elboise, et cela valut au commandant Taillade une croix du roi Murat. Le
séjour prolongé de l'_Inconstant_ sur la rade de Baïes, au lieu de le
faire séjourner avec plus de sécurité et avec plus d'agrément dans le
port de Naples, suivi de l'embarquement de la princesse Pauline en
pleine mer, semblait cacher quelque mystère: on cherchait à éviter les
regards du public. Le retour à l'île d'Elbe fut heureux. Nous étions en
fin octobre.

On ébruita la conduite plus qu'inconvenante du commandant Taillade
envers Mme Blachier: on crut qu'il y aurait punition. Mais l'Empereur
était censé ne pas savoir ce qui s'était passé à cet égard. Le général
Drouot se chargea d'infliger le blâme que le commandant Taillade avait
mérité.

Dans le courant de décembre, le mois déjà avancé, l'_Inconstant_
retourna à Civita-Vecchia pour y prendre M. Ramolini, parent de
l'Empereur, et il en repartit le 4 janvier. Dans la nuit du 5 au 6, par
le travers de l'île de Gianutti, l'_Inconstant_ essuya un coup de vent
épouvantable, dut mettre à la cape sous la voile de misère, et avec une
mer qui déferlait de toutes parts, au milieu de périls imminents, il
atteignit le golfe de Saint-Florent et mouilla à l'endroit qu'on appelle
la Calcina. Trois heures après que le brick était au mouillage, le
colonel Perrin, ancien émigré, aide de camp du général Brulart,
accompagné du commandant de la place de Saint-Florent, M. Albertini,
vint de Bastia pour savoir au nom de son général quel était le motif de
la venue de l'_Inconstant_ en Corse. La demande était oiseuse, car le
mauvais temps durait encore, et d'ailleurs le délabrement du navire
parlait à tous les yeux intelligents. Le commandant Taillade accueillit
l'aide de camp et le commandant de place; il les engagea à descendre
dans la chambre du navire. Le commandant de la place de Saint-Florent
était resté Français impérial, même en servant les Bourbons: il profita
du mouvement de politesse pour faire un signe significatif qui
recommandait une grande réserve avec le colonel Perrin. Il resta sur le
tillac avec l'enseigne Sarri, son compatriote, et, débarrassé de la
présence de son compagnon, il parla librement: l'aide de camp et le
commandant Taillade restèrent assez longtemps tête à tête. Les deux
visiteurs retournèrent à terre. Le commandant Taillade et son second,
l'enseigne Sarri, les suivirent de près pour leur rendre la visite
qu'ils en avaient reçue, et ils allèrent d'abord à l'aide de camp
colonel. La conversation du colonel Perrin avec le commandant Taillade
dura environ trois heures; l'un et l'autre étaient Français, du moins de
naissance, et pourtant sans aucun égard pour les personnes qui les
entouraient, ils ne parlèrent absolument que la langue anglaise. Le vent
entra dans le golfe, et son impétuosité causa beaucoup de dégâts:
l'_Inconstant_ eut une embarcation chavirée. Cet incident fit que le
colonel Perrin retint à dîner le commandant Taillade et l'enseigne
Sarri; après le dîner, le colonel Perrin monta à cheval pour aller
rendre compte, et le commandant Taillade, ainsi que son second,
retournèrent à bord.

Le lendemain matin, de très bonne heure, la frégate française (_nom en
blanc_), commandée par le capitaine de vaisseau Duranteau, vint mouiller
bord à bord de l'_Inconstant_, et une heure après, le capitaine de
frégate (_nom en blanc_), officier de la garde, second du capitaine de
vaisseau Duranteau, se rendit à bord du brick, et il y fut reçu comme un
officier de distinction. L'enseigne Sarri alla ensuite à la frégate; le
capitaine de vaisseau Duranteau l'accueillit avec beaucoup de
bienveillance. Néanmoins, le voisinage de la frégate n'était pas une
chose rassurante: tout l'équipage du brick fut consigné: personne ne
descendit plus à terre; on travailla à réparer le mal fait par la
bourrasque. Mais n'oublions pas plus longtemps M. Ramolini: M.
Ramolini, malgré le changement radical de gouvernement, malgré sa
parenté impériale, était encore directeur des droits réunis à Ajaccio,
et il désirait conserver son emploi. Il désirait aussi voir son auguste
parent, le souverain de l'île d'Elbe. Or, pour faire marcher ses
affections avec ses intérêts, il se décida à partir sans en avertir
personne, espérant que, puisqu'il ne disait rien à personne, personne ne
saurait rien. Il ajouta à cette précaution, afin de dérouter les
curieux, d'aller à Porto-Ferrajo en passant par Livourne, Florence, Rome
et Civita-Vecchia. L'adresse ne put rien contre les décrets éternels: le
brave homme était revenu presque à son point de départ; sa peur était
extrême, il croyait toujours qu'on allait le découvrir et le pendre. Son
coeur fut un peu soulagé lorsque le commandant Taillade défendit toute
communication avec la terre. On mit près d'une semaine pour se réparer
entièrement: cette semaine parut à M. Ramolini avoir la durée d'un
siècle. Le commandant de la place, M. Albertini, pria le commandant
Taillade de prendre sur le brick un cheval dont il faisait hommage à
l'Empereur, et le pauvre cheval, victime d'une nouvelle tempête, périt
avant d'être parvenu à sa destination. Le général Brulart avait plus
d'aides de camp qu'il n'avait gagné de batailles, et pendant le séjour
de l'_Inconstant_ au golfe de Saint-Florent, l'on remit à l'enseigne
Sarri, qui, comme Corse, inspirait plus de confiance que le commandant
Taillade, une note dans laquelle on prévenait l'Empereur que l'un des
aides de camp du général Brulart avait dit bien des fois dans un cercle
légitimiste qu'il voulait tuer Bonaparte, et cet avis n'était pas sans
fondement, puisque l'Empereur l'avait déjà reçu par une autre voie de
grande confiance. Cet aide de camp était sans doute le même qui avait eu
l'effronterie de se montrer à Porto-Ferrajo: peut-être appelle-t-il cela
du courage! Cet officier, en allant à l'île d'Elbe, rendait un hommage
solennel au noble caractère des compagnons de l'Empereur, et cet hommage
était mérité. Le commandant Taillade ne laissa pas à Saint-Florent la
réputation d'être dévoué à l'Empereur, car, en se séparant du colonel
Perrin, il parlait beaucoup de la proposition qu'on lui faisait de
rentrer en France, où il serait confirmé dans le grade de lieutenant de
vaisseau, et il semblait n'être arrêté que par la crainte qu'on lui
manquât de parole.

On mit à la voile par un temps favorable. L'_Inconstant_ n'était
vraiment pas heureux dans ses traversées: à peine eut-il repris la
pleine mer, que le vent passa au sud-ouest grand frais et qu'il fallut
diminuer de voiles. Le commandant Taillade se dirigea sur Porto-Ferrajo.
Il faisait nuit, mais le phare du port brillait: cependant l'on avoisina
tellement la côte que l'on dût forcément passer entre l'île et un rocher
appelé _Scoglietto_, détroit très dangereux, et dont, même de jour, les
plus petits bâtiments du pays ne profitent qu'à la dernière extrémité.
Il paraît qu'on ne s'était pas rappelé cet écueil, de telle sorte que le
brick aurait pu facilement aller s'y briser. Échappé à ce risque, au
lieu de ranger le plus possible à tribord pour aller prendre le bon
mouillage, le commandant Taillade poussa à pleine voile dans la rade, et
lorsqu'il s'aperçut qu'il était sous le vent du meilleur poste, il
voulut essayer de faire une bordée afin de regagner ce qu'il avait
perdu; malheureusement, le brick refusa de virer de bord. Alors force
fut de mouiller les deux ancres; ces deux ancres auraient dû être
pennelées; on ne prit pas cette précaution essentielle; il devint
impossible d'avoir recours à l'ancre d'espérance. Le vent était entré
furieux, le brick passa la nuit sur les ancres; on cala les mâts; on
descendit les vergues: tout cela n'empêcha pas les ancres de déraper. On
tira le canon de détresse; à la pointe du jour, le danger était
imminent. Les vagues jetaient le brick sur les rochers de Bagnajo où
tout le monde aurait pu périr, et, dans cette situation horrible,
saisissant le moyen qui seul semblait offrir une planche de salut, on
coupa les câbles pour aller échouer sur le rivage de la baie voisine. Le
brick échoua. Personne ne périt. La mort du cheval fut la seule qui
marqua cette catastrophe. M. Ramolini ne mourut pas, mais il se crut
tout près de sa dernière heure, et lorsqu'il eut le pied sur le rivage,
sa première pensée fut de se mettre à genoux pour remercier Dieu de
l'avoir sauvé.

Le naufrage de l'_Inconstant_ devint la triste nouvelle de l'île d'Elbe.
Le commandant Taillade n'était pas aimé: on critiqua tout ce qu'il avait
fait comme ce qu'il n'avait pas fait. Le blâme fut universel, il y eut
exagération. Un navire étranger avait mouillé peu après le brick
_l'Inconstant_, mais il avait mouillé au bon mouillage, et il ne lui
était rien arrivé de sinistre, fait duquel on tirait des conséquences
contre le commandant Taillade. On lui reprochait de n'être pas descendu
le dernier à terre, d'y être descendu avec sa cassette à la main. S'il
avait été aimé, on n'aurait songé qu'à le plaindre, et tout le monde se
serait fait un devoir de le consoler.

Au premier coup de canon de détresse, l'Empereur sauta de son lit, et,
cinq minutes après, il était à cheval. Il mit bien peu de temps pour
franchir l'espace qui le séparait de la baie de Bagnajo. Un triste
spectacle s'offrit à ses regards: le brick _l'Inconstant_ n'ayant que le
grand mât, le mât de misaine, le mât de beaupré, tous trois confusément
couverts des manoeuvres courantes de la mâture générale, gisait sur le
rivage et était abattu du côté de terre. Le foc, qui avait heureusement
servi à la dernière manoeuvre, semblait insulter aux vents et les
flagellait de ses lambeaux; les vagues se brisaient avec fureur sur les
flancs du navire naufragé. L'_Inconstant_ était menacé d'être bientôt
réduit en pièces: l'équipage, presque nu malgré la rigueur de la saison,
se livrait avec zèle à l'oeuvre du sauvetage et ne songeait même pas à se
plaindre.

L'Empereur me fit appeler: j'étais en route pour me rendre auprès de
lui. Je le trouvai profondément ému, il me dit seulement: «Venez vous
pénétrer de ce triste tableau.» Un temps infini s'écoula sans qu'il
m'adressât encore la parole. Enfin, il me demanda si l'on avait eu soin
des matelots. Il me demanda aussi si l'on avait fait l'appel pour
s'assurer que personne n'avait péri. L'Empereur évitait avec intention
d'entretenir le commandant Taillade, mais lorsqu'il lui parlait, c'était
sans amertume. Le commandant Taillade ne paraissait pas même ressentir
une légère douleur d'épiderme moral; l'enseigne Sarri était attristé.

Durant la matinée, on pouvait craindre que la continuation du mauvais
temps n'empêchât de remettre l'_Inconstant_ à flot, mais le vent se
calma, la mer fit comme le vent. On remarqua que l'Empereur avait quitté
silencieusement le lieu du désastre. Dès que cela fut possible, on
releva le brick, on le remorqua dans le port, l'on s'occupa avec
empressement de le réparer. Vingt jours après, il était de nouveau à
même de remettre en mer.

La loi maritime de tous les pays qui ont une marine militaire prescrit
la mise en jugement de tous les commandants de bâtiments de guerre qui
font naufrage, et cette loi, sauvegarde des intérêts de l'État comme de
l'honneur des officiers, est ordinairement exécutée avec ponctualité. À
l'île d'Elbe, il n'y avait aucun moyen de constituer un conseil de
guerre composé d'officiers de marine, et cette impossibilité empêcha
l'Empereur de faire juger le commandant Taillade. À défaut, l'Empereur
ordonna une enquête sur le naufrage du brick l'_Inconstant_, et le
général Drouot en fut chargé. À la suite de cette enquête, l'Empereur
ôta le commandement du brick à M. Taillade, et il le conserva cependant
lieutenant de vaisseau en activité de service. Personne ne trouva qu'il
y avait de la rigueur dans cette décision impériale. Des officiers de
l'_Inconstant_ assurèrent même qu'elle n'était pas assez sévère; ils
prétendaient que le commandant Taillade n'était monté sur le pont qu'à
la dernière des extrémités.

Il y avait alors environ un mois qu'un officier de marine venu de Toulon
était arrivé à l'île d'Elbe pour offrir ses services à l'Empereur, et
que l'Empereur lui avait donné de l'emploi. Cet officier se nommait
Chautard, il se disait lieutenant de vaisseau ou capitaine de frégate,
et l'Empereur ne lui demanda pas la preuve officielle du titre qu'il
prenait. Ce M. Chautard était un ancien pilote de la marine royale; il
avait émigré avec la masse des Toulonnais en 1793; plusieurs années
après, le général Brune, ensuite le général Joubert, lui confièrent le
commandement de la division navale attachée spécialement à l'armée
d'Italie, et il dut faire sa résidence à Peschiera sur le lac de Guarda
pour être personnellement à la tête de l'importante flottille qu'il y
avait sur ce lac; il se fit destituer. Je fus chargé de le remplacer. M.
Chautard avait une réputation de savoir, mais il paraît que l'émigration
l'avait extrêmement usé, et s'il pouvait être vrai que, dans un temps
déjà reculé, il eût eu réellement du talent, il n'en avait presque pas
gardé le souvenir. M. Chautard n'avait alors rien qui l'élevât au-dessus
d'un homme ordinaire. C'est cependant lui que l'Empereur nomma en
remplacement de M. Taillade. L'un ne valait pas plus que l'autre; aucun
des deux ne pouvait convenir et ne convenait à l'Empereur; l'Empereur
les subissait. Toutefois, il est vrai de dire que, malgré sa suffisance
vaniteuse, le lieutenant Taillade représentait mieux que le commandant
Chautard, et que, dans un cercle étranger à la marine, il aurait par la
parole vingt fois écrasé son successeur au commandement du brick. Le
commandant Chautard avait les qualités de camarade que le lieutenant
Taillade n'avait pas.

Le lieutenant de vaisseau Taillade n'était pas au bout de son rôle. Il
était hardi de langage jusqu'à l'effronterie; rien ne pouvait lui faire
baisser les yeux. Son malheureux naufrage n'avait apporté aucune
modification à son malheureux caractère; il était plus osé que jamais.
Sans doute la perte de son commandement devait lui être pénible; mais il
brisa toutes les barrières de la prudence, et dans une fièvre
d'amour-propre blessé il s'appliqua à vomir des milliers d'infamies
contre l'Empereur. Ses calomnies allèrent si loin, furent si éhontées,
si publiques, qu'il y eut plusieurs rapports adressés à l'Empereur: un
de ces rapports conseillait à l'Empereur de renvoyer M. Taillade de
l'île. L'Empereur répondit: «Cet officier est marié dans l'île; le
renvoyer, ce serait renvoyer sa femme, et la mesure produirait un très
mauvais effet; il vaut encore mieux lui laisser épuiser le fiel de sa
destitution.» Néanmoins, le général Drouot fut chargé de lui recommander
d'être plus circonspect à l'avenir. Mais M. Taillade ne tint aucun
compte de cette recommandation, et il continua à vociférer. Cela en vint
au point que le plus indulgent de tous les hommes, le général Drouot,
dans une indignation profonde, alla une seconde fois trouver M.
Taillade, et lui déclara sévèrement que ce serait lui, lui général
Drouot, qui, en sa qualité de gouverneur général de l'île, le renverrait
sur le continent, s'il continuait à se dégrader. M. Taillade comprit
qu'il devait changer de conduite, du moins publiquement. L'Empereur ne
voulait sans doute pas porter la perturbation dans la famille adoptive
de M. Taillade, mais, il faut le dire, ce n'était pas la seule chose qui
l'empêchait d'infliger une punition parfaitement méritée. Il craignait
les bruits que M. Taillade pourrait répandre en France, et il avait
raison. Nous touchions au départ de l'île d'Elbe.

L'Empereur ne se hasarda plus à donner des missions maritimes. Il avait
bientôt apprécié le commandant Chautard; il voyait que le commandement
de l'_Inconstant_ n'était pas en bonnes mains. L'enseigne de vaisseau
Sarri lui aurait mieux convenu; mais cet officier était encore fort
jeune, et sa jeunesse ne permettait pas qu'on lui confiât des missions
auxquelles mille circonstances imprévues pouvaient donner une importance
grave et compliquée.

J'ai dit le bien que je pensais de l'enseigne Richon. L'enseigne Richon
pouvait avoir des prétentions au commandement du brick _l'Inconstant_.
L'Empereur eut même un moment l'intention de le lui confier, et une sage
réflexion l'arrêta. L'enseigne de vaisseau Richon avait passé sa vie
dans la marine marchande; l'habitude militaire lui manquait: elle était
absolument indispensable pour le commandement d'un bâtiment de guerre
dont l'équipage, appartenant à plusieurs nations, avait sans cesse
besoin d'être contenu par une discipline sévère. M. Richon était
beaucoup mieux à sa place dans le commandement du chebec _l'Étoile_,
d'armement mixte, et aussi il n'y eut jamais aucun reproche contre lui.
Il avait trouvé l'heureux secret de se faire généralement aimer.



CHAPITRE VIII: L'IDÉE DU RETOUR EN FRANCE.

     I.--Les trois lettres.--Lettre de Masséna.--Lettre de
     Cambon.--Pourquoi Cambon ne fut pas ministre de l'Empire.--Une
     lettre anonyme de la direction de la police.

     II.--Une lettre de Verdun.--L'opinion populaire.--Le plan de
     campagne d'un caporal marseillais.

     III.--Départ de l'île d'Elbe.--Projet de transport de Napoléon à
     Sainte-Hélène.--Inexécution du traité de Paris.--Projets ou
     tentatives d'assassinat.--Formation d'une flottille
     expéditionnaire.--Provocations.--Circulation de la flotte marchande
     elboise.--Lucien Bonaparte.--Visite de Mme Walewska.--Fleury de
     Chaboulon.--Les jardins de la garde.--Le jour du départ.--Le
     gouverneur général de l'île d'Elbe.--L'embarquement.



I

LES TROIS LETTRES.


J'avais reçu trois lettres qui, sans être d'une haute importance,
avaient chacune un caractère remarquable et fort piquant pour la
position dans laquelle je me trouvais. Le général Drouot était chez moi
lorsqu'on me remit mon courrier. Je n'avais rien de mystérieux dans ma
conduite; je lus devant le général Drouot.

La première de ces lettres était une réponse affectueuse du maréchal
Masséna. Elle ne contenait qu'une chose qui pût prêter à des
commentaires; le maréchal Masséna me disait: «Vous êtes heureux de
pouvoir vivre tranquille.»

La seconde était une lettre de patriotisme et d'amitié écrite par
Cambon, le républicain le plus pur de la _Convention nationale_.

La troisième était anonyme. Encore brouillé avec l'Empereur, j'avais
écrit au général Dalesme pour lui confier mes sujets de plainte, et ma
lettre était déjà vieille. Je n'en attendais plus de réponse, cependant
j'en reçus une; elle était timbrée de Paris et faite par un employé de
la police générale. J'avais parlé allégoriquement à mon ami, je lui
avais dit «que le berger ne ménageait pas les vieux moutons, et que les
vieux moutons finiraient par quitter le troupeau». Ma fiction n'était
pas bien difficile à deviner. M. l'employé de la police me donnait des
leçons: c'était un impérial de bon aloi; il m'engageait dans mon propre
intérêt à ne plus me plaindre du héros, et surtout à ne plus confier mes
plaintes à la poste. La mercuriale partait du cabinet même du préfet de
police; ce qui prouvait que l'Empereur avait encore des partisans zélés
dans cet antre de Cacus.

Le général Drouot avait parlé de mon courrier à l'Empereur. L'Empereur
me demanda si je voulais le lui communiquer, et je fus de suite le lui
chercher.

L'Empereur allait donc savoir comme quoi je l'avais accusé, mais il y
aurait eu de la lâcheté à me désavouer; et avec la lettre de la police,
je pris copie de la mienne au général Dalesme. Je trouvai le général
Drouot qui venait m'engager à ne pas mettre de côté la lettre anonyme,
et je fus bien aise d'avoir prévenu son conseil.

J'arrivai chez l'Empereur, mon courrier à la main, et l'Empereur prit
d'abord la lettre du maréchal Masséna. Cette lettre avait été
décachetée: je le fis observer à l'Empereur, cela ne l'étonna pas; je
crus et je crois encore qu'il l'avait lue avant moi. Toutefois, il
l'examina avec beaucoup d'attention; après l'avoir bien examinée, il me
la rendit en me disant: «Le prince d'Essling n'est pas content, en voilà
la preuve», et il m'indiqua du doigt le point d'admiration qui
couronnait ces paroles: «Vous êtes heureux de pouvoir vivre tranquille!»
J'avoue que je n'avais pas eu la pénétration de l'Empereur. L'Empereur
me parla beaucoup du maréchal Masséna: aucun mot ne lui échappa à
l'égard de leur brouillerie. J'ai retenu ces paroles qu'il prononça
d'effusion: «Rien n'est plus martial que sa figure dans un moment de
danger.»

La lettre de Cambon me parut frapper l'Empereur. Il la parcourut d'abord
avec rapidité, puis il la lut en la méditant. Cambon s'épanchait dans le
sein de l'amitié: il parlait avec son âme de feu. Ses opinions
politiques étaient diamétralement opposées au système impérial.
Toutefois, il n'insultait pas à la grande chute de l'Empereur, loin de
là: «Il professait beaucoup de respect pour cette immense infortune.» Ce
sont ses paroles. Mais après le sentiment venait le pays: Cambon me
disait que «l'Empereur ne serait pas tombé s'il avait eu autant d'amour
pour la liberté qu'il en avait eu pour la patrie...; que l'Empereur
s'était fait une fausse patrie, une patrie de grandeur monarchique au
lieu de se faire une patrie de grandeur plébéienne; que maintenant il
devait bien se repentir d'avoir échangé son faisceau pour un sceptre,
qu'il était bien plus grand comme consul que comme empereur». Mais dans
cette noble expansion rien ne portait l'empreinte de l'amertume; Cambon
me disait: «Je ne suis pas fâché que tu sois auprès de lui, parce que je
suis sûr que tu seras toujours toi.» Ensuite, il tombait sur les
Bourbons: «Nous les avions expulsés de notre pays de France; maintenant
ils s'expulsent eux-mêmes du coeur des Français. Ce sont des esclaves de
l'Angleterre, ils n'ont de vie que par et pour l'Angleterre. Cela ne
peut pas durer.»

Je ne cite de cette lettre, type épuré de civisme, que les choses qui
peuvent le plus exciter l'attention de mes lecteurs. En ce qui le
concernait, l'Empereur se borna à m'observer que «Cambon pouvait avoir
raison de son point de vue particulier, mais non pas du point de vue
général, et que, d'ailleurs, celui qui tenait la queue de la poêle était
toujours le plus embarrassé». Je dis à l'Empereur qu'il me semblait, au
contraire, que Cambon ne parlait qu'en principe: il me laissa dire sans
me répondre. Lorsqu'il en fut aux Bourbons, l'Empereur trouva que Cambon
était plein de pénétration, que c'était un homme d'expérience qui avait
mis la main à la pâte et dont les paroles devaient être prises en grande
considération. Le _Cela ne peut pas durer_ lui parut une prophétie. Il
trouva que je devais être fier d'avoir un tel ami.

Puis l'Empereur me dit à propos de Cambon: «Avant d'appeler Gaudin au
ministère des finances, je l'avais consulté et je lui avais confié mes
idées financières. Je fus fort étonné lorsque Gaudin m'assura que Cambon
était l'homme qui convenait le plus à mes projets. Je croyais à la
loyauté de Gaudin; je le chargeai d'écrire à Cambon. Il écrivit, Cambon
lui répondit: «_Ton patron ne veut qu'un commis, je ne puis pas lui
convenir_.» Ce qui n'était pas fort poli.» L'Empereur fut ébahi lorsque
je lui appris que c'était Cambacérès et non pas Gaudin qui avait écrit à
Cambon, que Cambon lui avait répondu: «Les finances de l'État marchent
forcément selon les principes du chef de l'État, les principes du chef
de l'État ne sont pas les miens. Nous ne serions pas plus d'accord en
finances qu'en politique. Merci donc de ton souvenir et de ta bonne
opinion.» D'ailleurs, Cambacérès n'avait pas offert positivement le
ministère. Il paraît qu'on n'avait pas tout dit au premier consul.
Cambon aimait beaucoup Gaudin, il aurait peut-être suivi les conseils
que Gaudin lui aurait donnés; c'étaient deux hommes faits pour s'estimer
réciproquement: Cambon avait été la pureté des finances de la
République, Gaudin fut la pureté des finances de l'Empire. Tous deux ont
bien mérité de la nation française.

Venait la réponse de la police: je priai l'Empereur de lire d'abord ma
lettre que je lui remis; il me sut gré de cela et il me rendit la lettre
qui n'était qu'une copie sans même l'avoir regardée. Il ne me dit pas un
seul mot de mes plaintes. Il pensa comme moi que cette réponse sortait
du cabinet du préfet de police. Il prononça ces mots avec une espèce
d'énergie de conviction: «J'ai des partisans partout où il y a des gens
de bien. Car j'ai toujours été leur protecteur.»

Je puis me tromper,--mais si je me trompe, je ne me trompe guère,--et
d'ailleurs mon opinion toute personnelle ne peut en aucune manière faire
le moindre mal à qui que ce puisse être: c'est du _Cela ne peut pas
durer_ de Cambon, que s'échappe la première pensée du départ de l'île
d'Elbe.



II

L'OPINION PUBLIQUE.


Après ces lettres graves il en arriva une autre adressée à un grenadier
de la garde, et qui, malgré son langage un peu burlesque, disait
cependant des choses d'une haute gravité. Cette lettre portait le timbre
de Verdun. C'était une mère qui répondait à son fils. Je copie
littéralement:

«Je t'aimons ben plus, depuis que je te savons auprès de not' fidèle
empereur. C'est comme ça que les honnêtes gens font. Je te croyons bien
qu'on vient des quatre coins du monde pour le voir, car ici l'on est
venu des quatre coins de la ville pour lire ta lettre, et qu'un chacun
disiont que t'es un homme d'honneur. Les Bourbons ne sont pas au bout et
nous n'aimons pas ces messieurs. Le Marmont a été tué en duel par un des
nôtres, et la France l'a divorcé. Je n'avons rien à t'apprendre, sinon
que je prions Dieu et que je faisons prier ta soeur pour l'Empereur et
Roi.»

Cette lettre fut lue et relue dans les casernes et hors des casernes:
elle eut les honneurs de la renommée. L'Empereur voulut la connaître; il
la fit demander. Lorsqu'on la lui présenta, il était dans son parterre,
et plusieurs personnes l'entouraient. Le brave capitaine Raoul lut à
haute voix, l'Empereur le fit répéter, tout le monde riait. L'Empereur
était le seul qui ne riait pas. Lorsque la seconde lecture fut terminée,
l'Empereur prit la parole et dit: «Cette lettre n'est pas risible,
quoiqu'elle ne soit pas écrite en style d'accadémie (sic), et elle m'en
apprend plus que les journaux.»

Puis l'Empereur fit appeler le grognard, il le reçut avec affection, et,
en lui donnant quelques napoléons, il lui adressa ces paroles: «Tu diras
à ta mère que je la remercie de ses bons sentiments pour moi.»

Je ne crois pas que l'Empereur ait jamais appelé un soldat sans lui
donner quelque chose; il avait souvent la main à la poche, et sa poche
était toujours en mesure de parer à l'imprévu. Néanmoins il n'en
appelait pas souvent, sans doute pour ne pas les habituer à compter trop
facilement sur sa bourse; il voulait que le soldat pût être fier du
motif qui l'avait fait appeler. Ordinairement ce que l'Empereur donnait
à l'un devenait à table le partage de tous.

Presque immédiatement après le grognard de la lettre de Verdun,
l'Empereur put se procurer quelques nouveaux moments de jouissance en
parlant à un autre grognard.

J'ai dit que sur la porte de mer il y avait une grande terrasse qui
avait servi à la garde impériale pour donner son banquet. J'ai dit aussi
que, pour l'agrément de ma famille, le général Drouot, du consentement
de l'Empereur, m'avait permis d'ouvrir une porte qui donnait sur le
chemin de ronde, et que je pouvais ainsi faire à volonté le tour des
remparts. Nous faisions ordinairement notre promenade de la soirée sur
la terrasse de la porte de mer. Il y avait à cette porte un poste de la
garde sur lequel nous planions et dont nous pouvions entendre toutes les
conversations: je ne m'en faisais pas faute. Rien n'était plus
divertissant que les récits de ces braves; ils faisaient une géographie
à leur convenance, mais ils s'égaraient beaucoup moins lorsqu'ils
parlaient stratégie. Plus d'une fois ils disaient d'excellentes choses;
ils jugeaient parfaitement les généraux. Leurs biographies auraient été
de fort bons matériaux pour l'histoire militaire de l'Empire. Tous
voulaient que l'action principale des affaires auxquelles ils avaient
pris part se fût passée sur le point où ils se trouvaient. Dès qu'il y
avait controverse, un brouhaha assourdissant commençait, et de ces
débats de corps de garde s'échappaient des étincelles de vérité que l'on
aurait peut-être cherchées en vain dans les discussions des régions
sociales les plus élevées. C'était plus particulièrement un caporal
marseillais qui pérorait; lorsqu'il était de garde, je me passais du
théâtre et je n'y perdais pas. Un jour il parla du retour en France:
c'était la première fois que j'entendais manifester une opinion à cet
égard. Je fus fort étonné: j'écoutai avec une grande attention. Il y
avait vingt projets en délibération, mais il n'y en avait aucun pour
traverser la Provence. La Provence était un pays de répulsion pour la
garde, même de la part des Provençaux qui en faisaient partie. C'est que
le souvenir des dangers qui avaient menacé l'Empereur faisait encore
palpiter tous les coeurs. Le caporal marseillais tenait le haut bout, il
avait une réponse prête pour chaque objection. Enfin, il l'emporta.
Voici son plan:

«L'Empereur fait courir le bruit qu'il veut reprendre l'Égypte. Ceux qui
sont aux Tuileries sont contents de notre éloignement; ils en rient:
c'est bon. On donne le signal du départ; nous mettons à la voile: c'est
bon. L'Empereur ne s'est pas endormi; tout est préparé pour nous
recevoir, pour nous seconder: c'est bon. Nous nous ravitaillons à Malte,
nous y prenons des galères si nous en avons besoin: c'est bon. Nous
débarquons sur les bords du Danube, un peu plus haut ou un peu plus bas:
c'est bon. Constantinople est dans le secret, il ferme les yeux, on
dirait qu'il ne voit pas, qu'il ne sait rien: c'est bon. Alors nous
marchons en avant, drapeau déployé, en colonne serrée: c'est bon. Les
Grecs viennent nous joindre, les Moldaves et les Serviens aussi: c'est
bon. Nous prenons Belgrade s'il le faut, nous nous y reposons: c'est
bon. Les Hongrois nous attendaient pour s'insurger contre les
Autrichiens; ils se sont insurgés, ils marchent sous nos drapeaux, car
les Hongrois et les Autrichiens, c'est comme l'eau et le feu: c'est bon.
Notre armée a grossi, nous remontons le Danube: c'est bon. Mais ce n'est
pas tout. Une armée polonaise s'est mise en route de Varsovie, pour
venir à notre rencontre; cette armée est la soeur de notre armée, vous
savez, et au signal, nous nous trouvons ensemble sous les murs de
Vienne: c'est bon. Vienne est cernée: elle met le pouce, et voilà
qu'elle est encore à nous: c'est bon. De la capitale de l'Autriche à
notre capitale nous connaissons la route et nous la faisons les yeux
bandés: c'est bon. Nous voilà de retour à Paris, ceux des Tuileries ont
filé, et les Parisiens crient: «Vive l'Empereur!» C'est bon!»

Je pris tant de plaisir à entendre ce caporal que je l'aurais écouté
toute la nuit. J'écrivis de suite le résumé de ce qu'il avait dit, et le
lendemain bon matin, je portai ce résumé à l'Empereur.

L'Empereur le lut avec avidité. Lorsqu'il eut fini de le lire, il
s'écria: «C'est bon!» et, m'adressant la parole, il me remercia de cette
communication et il me dit: «Il n'y a vraiment que des soldats français
capables d'une telle imagination.» Il ajouta: «Je devine l'auteur de ce
plan. C'est un Provençal qu'on appelle _le lettré_. Je l'enverrai
chercher.» Je parlai à l'Empereur de mes jouissances de la Porte de
terre. Il me fit longuement répéter tout ce que j'avais retenu: cela ne
m'étonna pas. Ce langage libre de camarade à camarade l'initiait à la
pensée de ses braves, et il savait à quoi s'en tenir sur leur compte. Il
fit venir le caporal marseillais. Ce Carnot improvisé faisait tinter
l'intérieur de son gousset en sortant de chez l'Empereur. Le général
Drouot m'assura que cette petite anecdote avait extrêmement amusé
l'Empereur. Quelques jours après, l'Empereur, en dînant, parla beaucoup
de ce plan, et il n'en oublia pas un seul mot.



III

DÉPART DE L'ÎLE D'ELBE.


L'île d'Elbe jouissait de sa félicité présente, des espérances d'une
plus grande félicité future: tout lui souriait, et elle touchait au
veuvage de son bonheur.

Le fatal congrès de Vienne, tandis qu'il faisait la traite des peuples,
avait à l'instigation de l'Angleterre et des agents des Bourbons agité
la question d'envoyer l'empereur Napoléon à Sainte-Hélène, et l'Empereur
n'avait pas tardé à être instruit de cette infamie.

La nouvelle avait transpiré: les Elbois en étaient bouleversés, on
aurait dit qu'ils voulaient de suite marcher à l'ennemi. L'Empereur
paraissait calme, mais ce calme était silencieux, et cela seul prouvait
qu'il n'était qu'apparent.

Enlever l'Empereur de l'île d'Elbe n'était pas une entreprise sans
danger, et la Sainte-Alliance aurait eu peine à y parvenir par la force.
La garde impériale était dévouée, le peuple elbois ne le lui cédait
point: ils formaient un rempart presque indestructible.

L'administrateur général des mines s'était rendu auprès de l'Empereur,
et, avec une profonde émotion, il lui avait demandé si ce qu'on disait
des grandes puissances avait quelque fondement. Sa Majesté lui avait
répondu en l'interrompant: «Elles ne le feront pas. Sainte-Hélène est
trop près des Indes.» Ensuite, prenant cet air des champs de bataille
qui tant de fois avait imposé des lois à la victoire, il avait ajouté:
«Et d'ailleurs, nous pouvons ici nous défendre pendant deux ans.»

À dater de cette époque, la conduite de l'Empereur prit une autre
direction, et en l'observant il était permis de penser que Sa Majesté ne
se croyait plus liée par le traité de Paris qui le reconnaissait
souverain de l'île d'Elbe. Sa Majesté avait raison: en effet, la
Restauration n'exécutait du traité de Paris que les clauses et
conditions qui lui étaient avantageuses, et elle repoussait celles qui
avaient été stipulées en faveur de l'empereur Napoléon.

Ainsi la Restauration refusait de payer les subsides auxquels ce traité
donnait un droit incontestable. Dès lors, l'empereur Napoléon ne pouvait
pas se maintenir dans l'état social que le traité de Paris avait voulu
lui constituer. L'engagement des subsides détruit, tous les engagements
étaient détruits, et dans cette position insoutenable il fallait
nécessairement en revenir au droit du plus fort.

Mais il y avait encore autre chose: la vie de l'Empereur était ou
semblait être sans cesse menacée. C'était en vain que Sa Majesté
affectait de ne pas croire aux tentatives d'assassinat; son incrédulité
ne faisait pas des incrédules.

L'Empereur n'était pas seulement tracassé dans la possession souveraine
de l'île d'Elbe, mais il l'était encore dans ses proches dont on
séquestrait les propriétés, dans ses amis dont on faisait des parias, et
dans ses affections les plus chères dont on punissait les sympathies.

L'Empereur était surtout affligé de ce que la Restauration se prêtait
complaisamment à ce que la France fût traitée comme une colonie
anglaise, russe, autrichienne, prussienne, et dans sa douleur il
répétait: «Il n'y a plus de sang français dans les Bourbons.» Sa Majesté
répétait également: «On me reproche d'avoir abandonné la patrie. On a
peut-être raison.»

Dans cet ensemble de choses graves, il y avait plus de motifs qu'il n'en
était nécessaire pour en appeler à la décision suprême de la nation
française, et c'est à quoi l'Empereur se décida.

L'Empereur ne rompait pas de ban en quittant l'île d'Elbe: il était
souverain, et rien ne limitait les droits de sa souveraineté; il pouvait
faire la paix et la guerre; il pouvait surtout prendre les armes contre
ceux qui tentaient de détruire son existence, et, assassinats à part,
c'était détruire son existence que de refuser l'exécution du traité de
Paris.

En fait, comme en droit, par la non-exécution du traité de Paris, le roi
de France rétablissait l'empereur des Français, et en le rétablissant il
se mettait en état d'hostilité contre lui.

C'était le roi Louis XVIII qui déclarait la guerre à l'empereur
Napoléon. D'un côté était le pouvoir national, de l'autre les
baïonnettes étrangères.

L'empereur Napoléon, convaincu que l'on ne lui payerait pas les subsides
qui étaient une des conditions expresses de son abdication, convaincu
qu'il y avait le projet de le faire assassiner, convaincu qu'à défaut
d'assassinat les grandes puissances poussées par les Anglais et par les
Bourbons voulaient aggraver son sort, et par-dessus tout convaincu que
la France était antipathique à la prétendue Restauration, décida cette
marche immortelle qui, dans quelques jours, le fit passer du trône
elbois au trône français.

       *       *       *       *       *

Dès que Sa Majesté fut décidée à cette vaste entreprise, elle se fit un
plan de conduite, et, tout en ne paraissant occupée que de se consolider
à l'île d'Elbe, elle préparait ce qui était nécessaire pour faire voile
vers la terre sacrée.

L'Empereur accordait sa confiance à l'administrateur général des mines;
le moment était venu où Sa Majesté devait lui en donner une grande
preuve. Ce fonctionnaire avait été marin: l'Empereur lui adressa
directement et confidentiellement une lettre dans laquelle il le
chargeait de lui faire un rapport «sur les moyens d'organiser une
flottille expéditionnaire». L'administrateur général pouvait être étonné
de ce que Sa Majesté s'adressait plutôt à lui pour cet objet tout
spécial qu'aux officiers de marine qui l'entouraient, et néanmoins il
fit le rapport.

Une «flottille expéditionnaire»! c'était dire: «Je veux partir!»
L'administrateur général des mines le comprit ainsi, et, entraîné par
cette pensée, il mit dans son rapport cette phrase hasardée: «Et si le
ciel enfin plus juste conduisait Votre Majesté à de nouvelles destinées,
sans doute nous débarquerions sur un rivage ami»; phrase que l'Empereur
laissa passer sans faire aucune observation, quoiqu'elle lui fût la
preuve caractérisée que l'administrateur général des mines avait pénétré
le secret du départ. Seulement Sa Majesté lui recommanda un silence
absolu.

Ce premier projet de flottille expéditionnaire resta sans exécution.

On n'avait pas fait cesser les travaux: toutefois, on ne faisait que des
travaux lents, surtout peu coûteux, et qui par leur fracas pouvaient
occuper les regards inexpérimentés de la multitude. Les étrangers
devaient surtout y être trompés.

Ensuite l'Empereur faisait résonner à toutes les oreilles le mot
«économie», et il prêchait d'exemple. Il avait réduit sa table, la table
de la cour, et tout ce qui n'était pas absolument indispensable à son
système de représentation auquel il tenait ou semblait tenir.

Jusque-là les journaux français n'étaient pas répandus dans l'île, l'on
y connaissait tard les nouvelles publiques; mais alors les journaux
circulèrent, on sut régulièrement ce qui se passait sur le continent.
L'Empereur parlait sans gêne de la situation de la France, des fautes
que faisait la Restauration, de l'abaissement auquel on réduisait la
nation française. Il s'indignait surtout de ce que Louis XVIII avait
reconnu tenir sa couronne d'un prince anglais. Sa Majesté Impériale
connaissait bien le caractère personnel de tous les princes de la
branche aînée des Bourbons, l'esprit sans coeur de Louis XVIII, le coeur
sans esprit du comte d'Artois, la bonhomie inoffensive du duc
d'Angoulême et les emportements soldatesques du duc de Berry. Elle
connaissait aussi la branche cadette...

Toutes les prédictions de l'Empereur se sont accomplies.

L'empereur Napoléon ne parlait des Bourbons que d'une manière digne.
Jamais une parole déplacée n'échappait à son langage le plus animé.
Pourtant il connaissait tous les propos désordonnés que l'on se
permettait aux Tuileries.

Un sot se présenta à Porto-Ferrajo, et ce sot portait à sa boutonnière
un _lys_ qu'il paraissait afficher avec une ostentation insultante.
L'inconvenance provocatrice était au moins grossière. Ce chevalier du
lys fut bientôt appelé au champ d'honneur: il paraîtrait que sa bravoure
n'était pas égale à son étourderie,--on le disait du moins. L'Empereur
interposa son autorité pour qu'on ne tirât pas l'épée. Sa Majesté blâma
les susceptibilités qui s'étaient trop facilement irritées. Cependant,
le malencontreux porteur du lys dut partir.

L'Empereur dit à l'occasion de ce petit événement: «La France de la
Restauration est à la France de l'Empire ce que le Lys est à la croix de
la Légion d'honneur.» Et cette comparaison fit une grande impression.
Alors la croix de la Légion d'honneur était encore vierge de ces
distributions honteuses et multipliées qui l'ont ensuite jetée sur des
poitrines où elle n'aurait jamais dû se trouver.

Les correspondances particulières occupaient aussi l'esprit de
l'Empereur: il témoignait le désir qu'on lui communiquât ce qu'il y
avait de relatif aux affaires du temps. Quelquefois il y trouvait des
paroles de blâme; alors il discutait pour se défendre. Mais la
correspondance générale lui garantissait les sympathies et les voeux de
la France pour son retour. Les lettres aux grognards faisaient souvent
rire beaucoup de monde, et c'étaient ces lettres dont Sa Majesté se
plaisait à commenter le langage.

Les bâtiments de transport attachés aux mines de Rio étaient aussi un
grand moyen de relation intime avec le continent italien, et par
l'intermédiaire de l'administrateur général, l'Empereur en profitait.
Les mines elboises fournissaient le minerai à toutes les usines qui
fabriquent le fer dans les États napolitains, dans la Romagne, dans la
Toscane, dans la Ligurie, et des bâtiments riais étaient sans cesse à
Naples, à Civita-Vecchia, à Livourne, à Gênes, ainsi que dans les ports
intermédiaires entre ces villes maritimes.

Le pavillon elbois était un objet d'extrême curiosité pour tous les
peuples. Partout l'on accourait pour le voir, pour parler à des gens qui
avaient pu approcher l'Empereur. Les capitaines de navires avaient ordre
de tout observer.

Lucien Bonaparte était propriétaire de grands fourneaux. Les capitaines
riais rendaient compte que c'était chez lui où l'on trouvait les ennemis
les plus implacables de l'empereur Napoléon. Lucien Bonaparte!...
républicain démocrate en France, prince despote à Canino, et qui, tour à
tour législateur, ministre, ambassadeur, poète, historien, ne put
jamais, malgré l'influence de son nom, s'élever en rien au-dessus des
médiocrités de son époque.

L'empereur Napoléon serait mort sur le trône s'il n'avait pas eu des
frères et des soeurs... Cependant, nous faisons une honorable exception
en faveur de la princesse Pauline. Le dévouement de cette princesse fut
toujours exemplaire. Nous en disons autant de Madame Mère; elle se
montra digne de son auguste fils.

La princesse Pauline avait opéré un rapprochement entre l'empereur
Napoléon et le roi Murat. Il paraîtrait que de ce rapprochement était
résulté un traité d'alliance offensive et défensive d'après lequel l'île
d'Elbe était cédée aux Deux-Siciles. Nous avons été possesseur d'une
lettre du roi de Naples écrite de sa main, dans laquelle ce prince
rapportait les clauses et conditions de cette cession.

Les agents allaient et venaient de Porto-Ferrajo à Naples. L'Empereur
jetait un voile sur les négociations: le voile était transparent.

L'administrateur général des mines avait été deux fois envoyé en
Toscane. Ensuite l'Empereur lui avait dit de se «préparer à faire le
voyage de Vienne».

Le brick _l'Inconstant_ et l'aviso _l'Étoile_ étaient presque toujours à
la voile.

N'oublions pas que l'Empereur avait précédemment chargé l'administrateur
général des mines de lui faire un rapport sur l'organisation d'une
flottille expéditionnaire, que ce projet n'avait pas eu de suites. Mais
tout ce que l'Empereur faisait depuis lors se rattachait plus ou moins à
la pensée qui avait voulu préparer les bâtiments légers pour exécuter ce
qu'on appela vulgairement un coup de main.

L'administrateur général des mines était prêt à partir dès qu'il lui
serait ordonné de se rendre en Autriche, quand l'Empereur, se confiant
entièrement à lui, lui dit qu'il était question d'un tout autre voyage,
et, sans réticence, il lui demanda s'il ne serait pas possible d'avoir
constamment en disponibilité quatre bâtiments riais dont on pourrait se
servir à tout moment. L'administrateur général répondit que «oui». Après
avoir beaucoup étudié, beaucoup médité, rien n'a pu nous donner le
moindre indice que, pour les préparatifs matériels de son retour en
France, l'Empereur se fût adressé à toute autre personne qu'à
l'administrateur général des mines: distinction honorable dont il est
permis de se glorifier à tout jamais!

Et tandis que les instructions données par l'Empereur étaient
religieusement exécutées, que Sa Majesté touchait au grand événement qui
devait étonner le monde, une visite extraordinaire vint pendant quelques
moments jeter la confusion dans Porto-Ferrajo.

L'Empereur était depuis deux jours à Marciana. Sa Majesté avait pris peu
de suite.

Un bâtiment arriva à Porto-Ferrajo après le soleil couché, et, contre
l'usage, il fut admis à libre pratique. Ce bâtiment avait à bord une
dame polonaise, mère d'un enfant de l'Empereur, et cette dame débarqua
aussitôt. La dame polonaise portait dans ses bras un enfant charmant, et
cet enfant, costumé comme le roi de Rome, répétait facilement les
paroles que déjà l'opinion avait attribuées au roi de Rome. Bientôt,
pour la garde impériale comme pour les habitants de l'île d'Elbe, la
mère et l'enfant furent l'impératrice Marie-Louise et le roi de Rome.
Personne ne doutait de cela, pas même les personnes qui avaient vécu aux
Tuileries.

Le nouvel hôte voulut sur-le-champ se rendre auprès de l'Empereur, il
partit de suite. Cette dame avait facilement deviné l'erreur dont elle
était l'objet; elle ne se prêtait pas directement à la nourrir, elle ne
faisait rien pour la détruire. Ainsi, elle ne disait pas qu'elle était
l'Impératrice, mais, après avoir dit «le fils de l'Empereur», elle
ajoutait «mon fils», et il n'en fallait pas davantage pour faire croire
que l'Empereur avait retrouvé sa compagne. La chose était d'autant plus
probable que maintes et maintes fois l'on avait annoncé l'arrivée
prochaine de Marie-Louise.

La dame polonaise resta trente-six heures avec l'Empereur: pendant ce
temps l'Empereur ne voulut recevoir personne, et l'isolement fut absolu.
Mais après trente-six heures la dame alla s'embarquer à Longone pour
retourner sur le continent, et elle partit par un coup de vent tel que
les marins craignaient avec raison qu'il n'y eût danger imminent pour
elle. Elle ne voulut écouter aucune représentation: l'Empereur envoya un
officier d'ordonnance pour faire retarder le départ de l'intrépide
voyageuse; elle était en pleine mer. On fut dans l'anxiété jusqu'à ce
que l'on eut appris son arrivée à bon port.

La beauté de la dame polonaise était allée droit au coeur du colonel
Campbell: l'envoyé anglais soupirait et faisait assidûment parler ses
soupirs. Ce fait n'est pas aussi futile qu'on pourrait d'abord le
penser: il eut beaucoup d'influence sur le relâchement de la
surveillance britannique. Nous croyons que l'Empereur lui avait donné
une place dans sa combinaison.

À peu près à la même époque, plus tard cependant, l'Empereur eut
également la visite de M. Fleury de Chaboulon, qui dans le temps avait
été attaché au secrétariat impérial et que Sa Majesté revit avec
intérêt. On a cru que M. Fleury de Chaboulon avait décidé le départ de
l'île d'Elbe: on s'est trompé, beaucoup trompé. Cet ancien employé
impérial était parti de Paris au commencement de novembre, il arrivait à
Porto-Ferrajo vers la fin de février: c'était près de quatre mois qu'il
avait mis en route. Quatre mois, dans un temps de fièvre politique,
quand chaque jour les hommes et les choses recevaient de nouvelles
impulsions, équivalaient à quatre siècles, et lorsqu'il aborda
l'Empereur, M. Fleury de Chaboulon ne pouvait lui apprendre que des
vieilleries, il ne savait rien de ce qui se passait alors en France.
L'Empereur était bien mieux instruit que lui. M. Fleury de Chaboulon a
écrit longuement à cet égard: ce n'est ici ni le temps ni le lieu de
commenter un ouvrage que l'Empereur a blâmé. Peut-être que M. Fleury de
Chaboulon ne fut pas le maître de dire toute la vérité; il l'aurait dite
plus tard, nous en sommes convaincu. Mais nous devons assurer que
lorsque M. Fleury de Chaboulon arriva à Porto-Ferrajo, l'expédition
était prête, et que ce n'est pas lui qui fit hâter la mise en mer.

L'Empereur fit partir M. Fleury de Chaboulon pour Naples: un bâtiment
riais fut mis à sa disposition.

Le même jour, Sa Majesté envoyait M. J... en France. M. J... était
Corse, mais infiniment moins que ne le sont ordinairement ses
compatriotes; il n'arriva à Paris qu'après l'Empereur, et il était
permis de penser que son retard avait été volontaire.

L'heure du départ allait sonner... Et l'Empereur venait d'assigner un
terrain inculte à chaque compagnie de la garde pour que la compagnie le
cultivât, l'embellît et lui donnât son nom! Et les grognards
rivalisaient de zèle, de goût, allant partout quêter des arbres et des
fleurs qu'on se plaisait à leur prodiguer, faisaient des merveilles que
Le Nôtre n'aurait pas désavouées! Et les Elbois qui se pâmaient d'aise
en voyant les miracles des soldats agriculteurs! Et la princesse Pauline
qui allait encourager et récompenser les braves! Les terrains étaient
contigus; leur ensemble devait former un parterre impérial.

Les bâtiments riais destinés à faire partie de l'expédition étaient à
Longone où ils chargeaient des munitions et des approvisionnements de
guerre, et l'administrateur général des mines avait reçu l'ordre de les
faire rentrer à Porto-Ferrajo. Mais au moment où ces bâtiments sortaient
du port, la frégate anglaise, sur laquelle était le colonel Campbell,
débouchait à l'est du canal de Piombino, ayant le cap sur le mont
Argental, et l'Empereur instruit de ce contretemps prescrivait à
l'administrateur général des mines de faire retourner les bâtiments
riais à Longone, ce qui n'était plus possible sans s'exposer aux
soupçons de l'Argus britannique. L'administrateur prit un autre parti:
il écrivit au colonel Campbell «pour l'inviter à un grand dîner qu'il
devait donner la semaine suivante». Une embarcation fut dépêchée pour
porter l'invitation confiée à un employé intelligent; le colonel demanda
où allaient les bâtiments qui étaient à la voile. L'administrateur avait
prévu cette demande: l'employé répondit que ces bâtiments allaient
charger du minerai pour la Romagne. Plus ne fut dit, la frégate anglaise
continua sa route, les bâtiments riais suivirent la leur.

La frégate anglaise ne pouvait pas empêcher le départ si elle venait
mouiller sur la rade de Porto-Ferrajo (car alors on l'aurait
certainement faite prisonnière), mais elle pouvait attendre en pleine
mer, et, dans ce cas, malgré que tout le monde fût bien décidé à se
sacrifier, l'expédition n'était pas de force à surmonter un pareil
obstacle. De toutes les manières possibles, c'eût été une perturbation
effroyable, et le sang aurait coulé en abondance.

Le 25 février, l'ordre fut donné de réunir par compagnie les effets de
campement, et, cet ordre ayant été mal compris, les effets de campement
furent portés à la caserne. Cette disposition ne troubla pas la qui
étude des esprits qui comptaient sur un long repos. Les soldats
croyaient que l'Empereur voulait seulement les arracher à l'oisiveté,
les faire «trotter» dans l'île; on le croyait comme eux. Cependant l'on
était désireux de savoir ce qui allait se passer.

Mais qui dira la journée qui va suivre? Quelle plume assez éloquente en
reproduira les émotions? Ah! nous, témoin de ce qui s'est passé; nous,
honoré de la confiance de l'Empereur, initié dans ses projets; nous, qui
sur les lieux avons éprouvé tous les sentiments qu'un si grand événement
inspirait, après vingt années, nous osons à peine prendre le crayon pour
en esquisser le souvenir! Et nous sommes peut-être le seul qui puisse en
parler avec certitude.

C'était un dimanche, le 26 février. Le soleil s'était levé pur;
l'horizon était étendu, le ciel était sans nuage; la brise,
prématurément printanière, portait dans la cité le parfum suave des
plantes odoriférantes dont le sol de l'île d'Elbe abonde: tout annonçait
un beau jour. On avait quitté le foyer avant l'heure ordinaire, on se
rapprochait plus facilement, on s'affectionnait davantage. C'était ce
certain je ne sais quoi qu'il est impossible de définir.

Toutes les personnes qui avaient le droit d'assister au lever de
l'Empereur s'y étaient rendues, et il y en avait même de celles que rien
n'autorisait à s'y trouver. L'étiquette subissait aussi l'influence du
moment.

L'Empereur parut: on aurait cru qu'on le voyait pour la première fois.
Sa Majesté avait beaucoup veillé; ses traits se ressentaient de la
fatigue. Son air était grave, mais calme, et sa parole, émue, allait à
l'âme. D'abord, l'Empereur, suivant son usage dans ces sortes de
cérémonies, commença par des questions oiseuses, et tout à coup, se
laissant aller à l'émotion qui le maîtrisait, il annonça son départ. Ce
n'était pas la foudre qui venait de tomber; mais on avait cru
l'entendre, et la stupeur était profonde. L'Empereur rentra dans son
cabinet; l'assemblée se sépara; aussitôt le cri général fut: «L'Empereur
s'en va!» Mais où allait-il, cet Empereur? C'est ce que Sa Majesté avait
laissé couvert d'un voile mystérieux. Et chacun de faire son plan:
l'extravagance avait un air de raison, la raison ressemblait à de
l'extravagance. Une armée de 673 hommes marchant à la rencontre de
toutes les armées de l'Europe! Toutefois, l'opinion n'était pas
inquiète. La garde impériale faisait éclater sa joie. Une foule d'Elbois
se décidaient à suivre l'homme du destin.

Porto-Ferrajo offrait alors un coup d'oeil dont l'imagination la plus
ardente ne pourrait pas même se faire une idée.

L'Empereur nomma un gouverneur général de l'île d'Elbe. L'élu était
Porto-Ferrajais, étranger à l'art militaire, et peu au niveau de la
tâche qui lui était imposée. Précédemment il n'avait pas pu parvenir à
se faire confirmer dans la sous-préfecture de l'île qu'il avait
administrée par intérim. Mais c'était le plus influent des Elbois, et il
commandait la garde nationale. C'est ce qui avait déterminé la décision
de Sa Majesté.

Sa Majesté nomma aussi une junte gouvernementale pour l'île de Corse.
Cette junte dut partir en même temps que l'expédition impériale. Les
membres qui la composaient étaient tous Corses.

Les adieux commencèrent. Tous les compagnons de l'Empereur allèrent
prendre congé de Madame Mère et de la princesse Pauline. Madame Mère
était parfaite de noble résignation.

Les plus rudes moustaches ne pouvaient point retenir leurs larmes en
entendant les touchantes recommandations que la princesse Pauline leur
adressait en faveur de son auguste frère. Il n'y a qu'une soeur bien
aimante et bien-aimée qui puisse parler ainsi: nous aurons à citer une
foule de paroles remarquables.

Le mouvement était général.

L'embarquement des troupes, des armes, des chevaux, des munitions, des
approvisionnements, tout se faisait en même temps avec rapidité, et
l'obéissance prévenait le commandement. Mais à mesure que les heures
avançaient, Porto-Ferrajo prenait une teinte douloureuse, et c'est
facile à concevoir. L'Empereur allait partir, les jeunes gens des
meilleures familles s'embarquaient avec lui.... Les pères, les mères,
les parent, les amis! Il y avait une part pour chacun dans la séparation
qui allait s'opérer. Toutes les émotions du coeur et tous les sentiments
de l'âme étaient en présence; on lisait sur toutes les figures, dans
tous les yeux; le stoïcisme était impossible, les natures les plus
froides se laissaient aller à une sensibilité d'imitation. On ne
pleurait pas; on ne riait pas.... Ce n'était ni de la peine ni du
plaisir, ni de la joie ni de la douleur, ni de la crainte ni de
l'espérance; c'était cette disposition inexplicable de l'esprit qui fait
aller au-devant de toutes les impressions, qui donne un empire absolu à
chaque impression.

Les rues étaient encombrées. Chaque voyageur partant qui fendait la
foule pour se rendre à son poste était moralement brisé par les
embrassements, par les adieux, et ces scènes étaient incessantes.

C'est en cet état de choses que l'empereur Napoléon quitta la demeure
impériale pour se rendre à bord du brick _l'Inconstant_.

Il était sept heures du soir: toutes les maisons étaient éclairées; on
ne se doutait pas qu'il faisait nuit. L'Empereur monta en calèche
découverte; le grand maréchal était à côté de lui. Sa Majesté se dirigea
vers le port où le canot impérial des marins de la garde l'attendait. À
l'approche de l'Empereur, tout le monde se découvrit, et comme si l'on
s'était entendu à cet égard, la population resta un moment silencieuse.
Il semblait qu'elle venait d'être frappée de stupéfaction. Mais bientôt
une voix fit entendre le mot d'«adieu», et toutes les voix répétèrent:
«Adieu»; mais une mère pleura et toutes les mères pleurèrent; et le
charme qui avait enchaîné la parole fut rompu, et tout le monde parla à
Napoléon. «Sire, mon fils vous accompagne.--Sire, les Elbois sont vos
enfants.--Ne nous oubliez pas.--Ici, tout le monde vous aime.--Sire,
nous serons toujours prêts à verser notre sang pour vous.--Sire, que le
ciel vous accompagne!» Alors l'Empereur était peuple; il comprenait le
peuple, et son langage faisait vibrer son coeur. Personne n'était plus
touché que lui.

La voiture atteignit lentement à l'embarcadère. Les autorités y étaient
réunies depuis longtemps; le maire de Porto-Ferrajo voulut haranguer
l'Empereur; les sanglots l'empêchèrent de prononcer un seul mot; alors
les sanglots furent universels. Sa Majesté était troublée; cependant
elle dit: «Bons Elbois, adieu! je vous confie ma mère et ma soeur...
Adieu, mes amis, vous êtes les braves de la Toscane!» Et faisant un
effort sur elle-même, elle se jeta presque machinalement dans le canot.

Toutes les embarcations du pays suivirent jusqu'au brick. Le brick
appareilla immédiatement; la flottille était déjà sous voile. C'est
ainsi que finit le règne impérial de l'île d'Elbe.

Le pinceau historique de M. Baume vient de reproduire d'une manière fort
remarquable la scène imposante du départ de l'île d'Elbe, et nous en
félicitons bien sincèrement cet artiste.

_Un compagnon d'infortune de l'empereur Napoléon._

FIN.



NOTES

[1: Aujourd'hui conservés à la bibliothèque de Carcassonne, où ils
forment la meilleure part du fonds Peyrusse. Voir le _Catalogue général
des manuscrits des bibliothèques des départements_, tome XIII,
_Carcassonne_, par Léon CADIER. Un volume in-8°, Paris, Plon.]

[2: Voir _Correspondance de Napoléon Ier_, t. XXVII, et ma publication
signalée plus haut.]

[3: Marcellin PELLET, _Napoléon à l'Île d'Elbe_, un vol. in-12. Paris,
Charpentier, 1889.]

[4: Les _Souvenirs de Foresi_ ont été publiés par son petit-fils. J'ai
publié les notes de Rebuffat (adressées à Pons) sur _Porto-Longone
durante il primo imperio_ dans l'_Archivio storico italiano_ (série IV,
tome XVI, 1895).]

[5: Henry HOUSSAYE, _1815_, p. 193. Pons, dans son _Mémoire aux
puissances alliées_, parle du «landau impérial».]

[6: En 1809.]

[7: «Pons à Barras.»]

[8: «De la bataille et de la capitulation de Paris, extrait d'un _Essai
historique sur le règne de l'empereur Napoléon_, suivi de la 2e édition
du Congrès de Châtillon», par PONS. Paris, Delaforest, 1828.]

[9: Sur M. Cornet Peyrusse on trouvera des renseignements utiles dans un
rapport sur la Bibliothèque municipale de Carcassonne, dû au
bibliothécaire M. Izard et publié dans les _Mémoires de la Société des
sciences et arts_ de cette ville.]

[10: On peut supposer qu'il le sut par les Cormenin, alliés à la famille
de G. Peyrusse.]

[11: La lettre d'envoi est conservée avec les autres papiers de Pons.]

[12: Aujourd'hui dans la collection d'autographes de la même
bibliothèque.]

[13: C'est par une singulière erreur qu'ils ont été classés dans le
fonds Mahul, où Cadier les a laissés.]

[14: J'en ai publié quelques fragments, les moins dénués d'intérêt, dans
diverses revues italiennes.]

[15: Dans la collection de la _Société d'histoire contemporaine_.]

[16: Voir ci-dessous, chapitre XI.]

[17: Voici la version sacrifiée par Pons: «L'Empereur avait l'air
riant:--Vous commentez _Télémaque_?--Non, Sire, mais je l'explique, et
mes explications sont écrites.--Faites-vous allusion à ma
personne?--J'en fais à votre gouvernement.--En quel sens?--Pour
l'intérieur, en plus d'un sens. Et pour l'extérieur?--Tout à l'avantage
de Votre Majesté.--Il vous faut bien étudier les causes et les
effets.--C'est à quoi je m'applique.--Fénelon fabriquait des rois
divins, mais les rois sont des hommes, et ne sont que des hommes, un
assemblage de défauts et de qualités, de vices et de vertus. Les plus
grands rois sont ceux qui sont les moins imparfaits; ils n'échappent
point à la loi commune. Ces principes doivent vous aller?--Oui, Sire,
ils m'enchantent.--Tant mieux.» Et l'Empereur, visiblement satisfait,
rentra dans son appartement.]

[18: Voir ci-dessous, deuxième partie, chapitre premier, sous-chapitre
V.]

[19: «Dès qu'il y eut mis pied à terre, le temps devint orageux, si
orageux que le brick ne put plus s'approcher de l'embarcadère et qu'il
dut rester toute la nuit à la cape entre l'île de la Pianosa et l'île
d'Elbe. Heureusement que l'Empereur avait eu la précaution de faire
suivre sa tente de campagne et qu'il put, avec toute sa suite, s'abriter
du vent qui était violent et de la pluie qui tombait en abondance.
Toutefois il était mécontent; son mécontentement le rendait même un peu
injuste: il murmurait contre la marine au lieu de murmurer contre la
bourrasque. Le lendemain, l'on profita d'un moment de calme; le brick
s'approcha de la Pianosa, la chaloupe, montée par l'enseigne Sarri,
aborda le rivage dans un lieu favorable, et elle ramena l'Empereur à
bord de l'_Inconstant_.»]

[20: «L'île d'Elbe au début du dix-neuvième siècle», dans le _Bulletin
de la Société languedocienne de géographie_, 1896 et 1897; et «L'île
d'Elbe pendant la Révolution et l'Empire», dans la _Miscellanea
Napoleonica_, t. III, 1897.]

[21: Outre l'introduction, Pons a donné aussi dans un des fragments
supprimés une sorte de plan général de son ouvrage, qui montre bien son
dessein, et qu'il me paraît, à ce titre, utile de donner ici; le morceau
est, du reste, fort court: «L'histoire générale de l'île d'Elbe n'entre
pas et ne peut pas entrer dans le cadre spécial de mon ouvrage. Aussi je
n'écrirai pas l'histoire générale de l'île d'Elbe; ce qui ne doit pas
m'empêcher de faire connaître l'île d'Elbe.

«Voici donc le plan que je me suis tracé:

«Je dirai d'abord l'île d'Elbe telle qu'elle était à l'arrivée de
l'empereur Napoléon. Je chercherai à expliquer avec vérité les hommes et
les choses du moment. J'ai longtemps habité l'île d'Elbe; je puis en
parler avec connaissance de cause. J'écrirai avec ma mémoire et avec mes
notes. Ma mémoire embrassera les généralités de l'île; elle ne me fera
pas défaut, parce que je la débarrasserai de toutes les incertitudes et
que je ne lui demanderai que ce qu'elle pourra facilement me garantir.
Mes notes sont l'enregistrement abrégé des faits que je puis certifier,
elles ne sont susceptibles d'aucune variation, et je n'ai qu'à leur
donner une étendue égale à leur importance. Cette partie de mon ouvrage
contiendra un travail circonstancié sur les mines de fer qui sont ce que
l'île d'Elbe a de plus important.

«Cela fait, je remonterai vers les siècles de l'antiquité; je me
placerai au début connu de l'histoire politique de ce rocher célèbre, je
franchirai rapidement les époques reculées, je sauterai presque à pieds
joints le chaos du moyen âge, et, sans m'appesantir sur les temps plus
modernes, j'arriverai au moment où, par suite de la Révolution
française, l'île d'Elbe s'est trouvée en contact direct avec la France.

«Alors, sûr d'intéresser mon pays, de lui donner des renseignements
utiles, je suivrai pas à pas tous les événements qui ont eu lieu dans
l'île d'Elbe, jusqu'au grand événement elbois qui résulte du
débarquement de l'empereur Napoléon à Porto-Ferrajo.

«Là, avec toute la gravité de l'histoire, j'avancerai lentement, je
méditerai, je discuterai, et, la main sur la conscience, je dirai tout
ce qui sera venu à ma connaissance.

«J'ai le désir prononcé de bien faire, mais la bonne volonté ne suffit
pas toujours pour remplir avec distinction une belle tache, alors même
qu'on se l'est volontairement imposée, et je ne promets que ce qui est
(_sic_) en mon pouvoir de tenir.

«Je ne prends pas non plus l'engagement radical d'écrire positivement
l'histoire de l'empereur Napoléon à l'île d'Elbe, car il peut y avoir
des choses que je n'aie pas connues, et je ne veux pas m'exposer au
reproche mérité d'avoir laissé des lacunes. Ce sont des faits
remarquables que je raconte, que je transmets à l'histoire universelle
du monde social, et dont je lui lègue la propriété. D'ailleurs, un style
purement historique m'exposerait à des embarras dans le récit des
événements auxquels j'ai pris part; et comme j'ai pris part à presque
tous les événements, ces embarras deviendraient incessants, peut-être
même insurmontables.

«Un mémoire historique écarte tous les inconvénients. C'est donc à un
mémoire historique que je vais consacrer mes veilles. L'empereur
Napoléon n'y perdra aucun des hommages de vérité que l'histoire aurait
pu lui rendre. Je commence.»]

[22: Quelques titres et l'arrangement matériel de ces petits cahiers de
notes sont dus à M. Cornet-Peyrusse.]

[23: J'en ai publié quelques-uns il y a plusieurs années dans la _Revue
rétrospective_ de M. Cottin.]

[24: Il doit y avoir là un rapprochement forcé; il est probable que ce
n'est qu'après 1815 que Drouot a pu corriger quelques pages des écrits
de Pons.]

[25: Les fragments ci-dessous, par exemple, donneront une idée de ces
invectives dont j'ai coupé la plus grande partie: «Sans doute l'Empereur
faisait unanimement planer sa prépotence sur tous ceux qui
l'entouraient, mais cela ne dit pas que cette prépotence brisait les
caractères qu'elle ne parvenait pas à faire plier sous sa volonté, et, à
cet égard, je dois à l'honneur de me citer comme preuve du contraire. Si
j'avais lutté avec un des personnages du gouvernement anglais de la
Restauration, ou avec un des personnages du gouvernement prostitué qui
représente la monarchie de 1830, comme j'ai lutté avec l'Empereur,
j'aurais été lié et garrotté, puisque, pour avoir fait de justes
représentations la loi à la main, j'ai perdu ma carrière.» Ailleurs, à
propos du général Boinod qui vint retrouver Napoléon à l'île, il dit:
«Boinod, que la révolution de 1830 ou ceux qui l'ont accaparée ont mis
hors de service en lui rognant encore quelques écus de retraite... La
révolution de 1830 a, d'ailleurs, fait plusieurs choses semblables.»]

[26: Voir _Revue rétrospective, Documents sur le séjour de Napoléon Ier
à l'île d'Elbe_.]

[27: Qu'entendait-il par trois gros volumes? Son manuscrit est sur
feuilles séparées; leur masse pouvait à ses yeux représenter la valeur
de trois volumes. Et il y a aussi à Carcassonne une copie en quatre gros
registres de son manuscrit, mais je la crois postérieure à Pons, et elle
est incomplète; il est possible cependant qu'elle ait été faite sous ses
yeux, par une de ses filles peut-être, et que ce soit d'elle que Pons
parle ici.]

[28: Il raconte avec attendrissement, dans son _Voyage en Italie_,
comment il retrouva à Sienne, en 1841, Mlle Enrichetta Vantini, devenue
Mme Patriachi et mère de famille. Il est étonnant qu'il n'ait jamais eu
occasion de parler de ce fils aîné du chambellan de l'Empereur, qui fut
enlevé enfant par les Barbaresques et qui devint par la suite le général
Yusuf.]

[29: Voir ci-dessous, deuxième partie, chapitre premier, sous-chapitre
III.]

[30: Une fois même, soixante-douze heures dans son cabinet, à la
préfecture de Lyon, pendant les Cent-Jours.]

[31: Sur les divers voyages de l'_Inconstant_, Pons avait eu des notes
de l'enseigne Sarri.]

[32: _Biographie des hommes du jour_, par Germain Sarrut et B.
Saint-Edme, Paris, Henri Krabbe, 1836; extrait avec le titre «Pons de
l'Hérault», Paris, imprimerie de Béthune et Plon, 1837; «troisième
édition, continuant jusqu'à ce jour la seconde édition de 1836»,
imprimerie d'Ad. Blondeau, 1848, in-4° de 106 p.]

[33: La famille de Pons de l'Hérault a aujourd'hui pour chef son
petit-neveu, M. Masson, employé de la Compagnie P.-L.-M., à Cette.
Citons, entre autres souvenirs conservés par lui, un médaillon en cire
envoyé à son frère aîné par Pons pendant qu'il combattait à l'armée
d'Italie. Ce curieux portrait n'a jamais été reproduit.]

[34: Voir ce qu'il en dit ci-dessous, page 221.]

[35: Il critique assez vivement celle-ci dans son _Mémoire aux
puissances alliées_.]

[36: Voici ce qu'il dit, dans un fragment inédit, de ses trois
devanciers:

     «Il y a cependant un _Voyage à l'île d'Elbe_, par Arsenne Thiébaut,
     publié à Paris en 1808, et ce voyage peut être bon à consulter.
     Mais M. Arsenne Thiébaut a écrit vite, bien vite, et quoiqu'il
     n'ait passé que trois jours dans l'île, il tranche sur tout, et son
     langage n'est pas toujours vrai.

     «Lambardi, de Porto-Ferrajo, publia, en 1791, un mémoire sur l'île
     d'Elbe, et les Elbois ont considéré cet ouvrage comme une sornette.
     Il y a eu quelques autres sornettes.

     «Ninci, qui, comme Lambardi, est de Porto-Ferrajo, a écrit, en
     1815, une _Histoire de l'île d'Elbe_, et il l'a dédiée «à Sa
     Majesté sacrée l'empereur Napoléon le Grand». Ninci a peut-être été
     plus hardi dans sa dédicace que savant dans son travail. Cette
     histoire est d'ailleurs d'une diffusion telle qu'on a souvent peine
     à comprendre ce que l'auteur a voulu dire. Ninci a autant puisé
     dans la fable que dans la vérité, dans l'inconnu que dans le connu,
     et ses opinions ne font pas toujours preuve d'un génie
     transcendant. Lui-même en convient. Il me l'a dit avec une bonhomie
     charmante. Toutefois, l'ensemble de son travail est un véritable
     service rendu à l'île d'Elbe. Un jour l'empereur Napoléon me
     demanda «si je croyais que Ninci était capable d'écrire une
     histoire», et je dus lui répondre, ce qui était vrai, que je ne
     savais même pas qu'il fût écrivain. J'appris à l'Empereur que Ninci
     avait été moine. Alors, l'Empereur ajouta à la demande qu'il
     m'avait adressée: «Moine! cela nous vaudra une chronique.»
     J'ignorais complètement que Ninci fût auteur. Il peut se faire que
     j'aie recours à lui, c'est-à-dire que j'aie besoin de son ouvrage,
     et j'y puiserai sans scrupule, si j'y trouve des choses
     essentielles qui aient échappé à mes recherches.»
]

[37: Publié dans la _Revue rétrospective_.]

[38: Inédite.]

[39: Il semble d'ailleurs, à son insistance même, qu'il n'a pas obtenu
satisfaction sur ce point. Peyrusse n'avait pas d'ailleurs, à proprement
parler, de journal. Pons demandait probablement les livres de
comptabilité du trésorier. Mais Peyrusse lui donna d'autres
renseignements.]

[40: Les uns et les autres n'ont été publiés que tout récemment dans la
_Revue hebdomadaire_ et dans la _Revue bleue_.]

[41: M. Marcellin Pellet l'a déjà dit. M. Capelletti a bien voulu s'en
assurer de nouveau pour moi.]

[42: Mon ami M. Casanova, archiviste à l'_Archivio di Stato_, de
Florence, y a cependant fait pour moi quelques recherches dont le
résultat, quant à ce contrôle, a été négatif. À Trieste, mon confrère et
ami M. Madelin s'est également assuré que les archives de la police ne
conservent aucune trace de Pons.]

[43: Cette, Archives municipales. Il ne reste que quelques volumes épars
et fragmentaires de ces registres. M. Mouret, archiviste à Cette, a bien
voulu m'en extraire de précieux renseignements.]

[44: Il y a des différences dans les noms propres. Pons appelle
Rohan-Mignac la même dame que Mariotti appelle Renard de Polignac; il
écrit Borri ou Bourri le nom que Mariotti écrit Baury, et Roule celui de
l'officier casseur et tapageur Ruhl. La liste des officiers de la garde
ne paraît pas exempte d'erreurs et de répétitions. Les noms des gens du
service intérieur sont aussi défigurés.]

[45: On ne trouvera ici qu'une allusion à ce fait, qui est raconté tout
au long dans l'_Ile d'Elbe pendant la Révolution et l'Empire_.]

[46: Quoique ami du colonel Vincent, Pons s'exprime sur lui avec la plus
âpre sévérité: «L'Empereur eut le malheur de trouver à Porto-Ferrajo un
homme que la nature avait fait l'ennemi des hommes, et dont chaque
parole était une sorte d'anathème contre l'espèce humaine. C'était le
colonel qui, depuis plusieurs années, commandait le génie militaire en
Toscane et que les événements de la guerre avait forcé de se réfugier
sur l'île où son commandement s'étendait. L'Empereur le connaissait
bien. Sa Majesté avait plusieurs fois refusé de lui donner de
l'avancement. D'ailleurs, la police ne lui avait pas laissé ignorer que
cet officier était son antagoniste décidé. Tout devait donc le lui
rendre suspect.

À propos du départ du colonel, il dit encore: «Le colonel du génie
partit également. Ses adieux furent marqués par une foule de traits
satiriques contre l'Empereur; il blâmait la trop grande dépense de Sa
Majesté; ensuite, il feignait de craindre la circulation d'une monnaie
de mauvais aloi.»]

[47: Il refusa toujours de porter le titre de comte de Rio que Napoléon
lui avait donné à Paris en 1815 avant de l'envoyer administrer ses chers
Lyonnais].

[48: Le dernier historien de Cambronne, M. Brunschwig, ne les a pas tous
connus].

[49: Pons en trace dans le fragment suivant un assez long tableau:
«L'organisation générale, civile et militaire était accomplie, et tous
les Impériaux Elbois devaient s'y soumettre. Mais l'Empereur se moquait
des règles qu'il avait établies, des hiérarchies qu'il avait fixées, et
il ne prêchait pas d'exemple. Tous les moyens de donner des ordres lui
étaient également bons. Il dictait à la première personne de ses
alentours qui lui tombait sous la main. N'importe que cette personne fût
ou ne fût pas au courant de ce dont il était question, qu'elle eût ou
qu'elle n'eût pas autorité sur ceux à qui elle écrivait. Néanmoins tout
allait. D'ailleurs, lorsque la chose en valait la peine, les ordres se
succédaient, les instructions les suivaient, et il n'y avait jamais
sujet de désobéir pour cause d'ignorance. Ce n'étaient que les
susceptibilités qui, parfois, se trouvaient blessées.»]

[50: Pons a fait deux fois le tableau des relations de Napoléon avec ces
princesses. On n'a pas à attendre de lui de confidences sur la vie
privée de Pauline Borghèse; il ne croyait pas, du reste, au mauvais état
de santé de la princesse.]

[51: Mais il fait ici une restriction notable: «Napoléon ne demandait
jamais deux fois la même chose, lorsque, après une première demande, on
s'était mis à même d'obéir sans pourtant pouvoir exécuter. Mais alors
qu'on lui répondait de suite que ce qu'il voulait n'était pas faisable,
il s'irritait comme si on l'avait accusé de manquer de raison ou de
jugement, et cette irritation s'exhalait quelquefois par un mot
d'impatience et de mécontentement.» _(Fragment inédit.)_]

[52: Pons fait retomber sur le colonel Vincent une partie de ces choix
malheureux: «Sa Majesté, dit-il, le prit pour son principal conseil; ce
qui le conduisit à quelques choix qui auraient pu être plus dignes...
Toutefois, ces quelques choix peu convenables n'appartenaient qu'aux
fonctions d'apparat, au servage plus ou moins brodé des affaires privées
du palais, et ce n'était que par l'intrigue qu'ils pouvaient influer sur
les actes du gouvernement. L'Empereur savait que l'étoffe de la
domesticité couvre mal un fonctionnaire public.»]

[53: Henri HOUSSAYE, _1815_, p. 144 et suivantes.]

[54: «L'idée d'avoir l'Impératrice avec lui à l'île d'Elbe n'était sans
doute pas pour l'Empereur une idée de stabilité indéfinie, et il serait
ridicule de le penser aveuglément. Mais cette idée de stabilité, sinon
indéfinie, du moins prolongée, dans les combinaisons de l'Empereur, aura
encore une plus grande probabilité, si l'Empereur traîne à sa suite une
quantité d'équipages somptueux qui ne pourraient être qu'un embarras
fastidieux et une dépense exagérée pour un établissement précaire.» Ces
lignes se trouvent dans un chapitre sur les écuries impériales à l'île
d'Elbe que j'ai jugé inutile de reproduire, Pons s'étant borné à y
transcrire les mémoires du sellier Vincent que j'ai publiés dans la
_Revue rétrospective_.]

[55: «Je m'empare de tout ce qui peut tendre à prouver moralement que
les méfaits de la Sainte-Alliance ont fait partir l'Empereur de l'île
d'Elbe bien plus tôt qu'il ne voulait en partir, si tant est qu'il
voulût d'abord en partir.» (_Même chapitre_.)]

[56: Rien ne confirme la fameuse invention des fromages évidés dans
l'intérieur desquels auraient circulé, de Marseille à Porto-Ferrajo, des
lettres de Masséna à Pons ou autres. Je n'ai trouvé la preuve de cette
imagination saugrenue nulle part, pas même dans l'enquête de police
dirigée contre Masséna en 1816 par Decazes et le commissaire Caire,
lesquels pourtant ont accueilli nombre d'inepties passionnées.]

[57: Il faut cependant observer qu'il dit le dimanche 6 février, et que
le 6 février de l'année 1815 n'était pas un dimanche, mais un lundi. Y
a-t-il erreur sur le jour ou sur le quantième? Cette date, dimanche 6
février, ne peut-elle pas être fausse tout entière? N'a-t-elle pas été
suggérée à Pons par la date vraie du _dimanche 26 février_? Et alors
comment conclure, et que croire?]

[58: Comme nous l'avons déjà dit, Sa Majesté avait déjà décidé que le
drapeau serait blanc, traversé diagonalement d'une bande rouge qui le
diviserait en deux triangles égaux, et que cette bande rouge serait
parsemée de trois abeilles en or. Napoléon hésita pour adopter les trois
abeilles jaunes: il les voulait bleues. Mais après avoir réfléchi, il
dit: «Avec les abeilles bleues, nous aurions le drapeau tricolore, ce
qui pourrait bien nous occasionner des désagréments.» Et les abeilles
jaunes l'emportèrent.]

[59: Plusieurs de ces embarcations étaient remplies de musiciens qui
jouaient des airs analogues à la circonstance. On remarquait aussi
quelques improvisateurs qui chantaient _Apollon exilé du ciel et réfugié
en Thessalie_.]

[60: Comme le prouve entre autres choses la lettre que je transcris ici.
J'avais dû faire deux rapports financiers à l'Empereur. J'avais prié M.
Peyrusse de les remettre. Il m'écrivit immédiatement:

     «Mon cher Pons, vous avez toujours l'air en colère; votre premier
     rapport est trop sec, et le second est d'un style acerbe. On a déjà
     observé qu'il y avait trop de raideur dans votre caractère. Votre
     diction s'en ressent. Voilà, mon ami, ma manière de voir, et je
     vous la témoigne, parce que je voudrais que vous plussiez en tout
     point, etc.»
]

[61: M. Vauthier, employé à Florence dans l'administration militaire,
sous les ordres de l'ordonnateur Mazade, se rendit à l'île d'Elbe en
quittant la Toscane, et l'Empereur le plaça auprès de l'ordonnateur
Boinod. Ce M. Vauthier fut ensuite nommé adjoint aux commissaires des
guerres.]

[62: Il y avait quelque chose tout à la fois d'admirable et
d'incompréhensible dans les discussions que l'Empereur soulevait; il
allait jusqu'aux entrailles des questions les plus opposées et
auxquelles on le croyait le plus étranger: il les tournait et les
retournait; il les prenait sous toutes les formes et de toutes les
façons; il ne les quittait que lorsque tous les raisonnements étaient
épuisés. L'Empereur souffrait très bien la controverse, il soutenait son
opinion, il cherchait à la faire prévaloir; mais il s'arrêtait dès qu'on
l'avait convaincu. Un léger mouvement des épaules était l'indice le plus
ordinaire de son mécontentement. Après ce mouvement on pouvait tout
dire. Le mécontentement de l'Empereur dans les discussions d'affaires,
quand on parlait de bonne foi, n'avait pas d'autre durée que celle d'un
instant.]

[63: Le jour du départ de l'île d'Elbe, M. Noisot était commissaire pour
le bal qui devait avoir lieu chez l'Empereur le jour même du départ. M.
Franconnin était aussi l'un des commissaires.]

[64: Le capitaine Mompez voulait quitter l'île et avait déjà pris congé
de ses camarades, par la raison que l'Empereur n'avait pas voulu
admettre au cercle de la Cour une dame avec laquelle cet officier
vivait. La réflexion fit que ledit officier changea de dispositions.]

[65: Ces paroles de l'Empereur lui étaient dictées par les prétentions
d'un grand nombre des officiers ou des personnages corses qui se
faisaient présenter à lui et qui, presque tous, croyaient ou
prétendaient avoir des affinités de famille avec Sa Majesté. Ce qui
faisait souvent dire à Napoléon: «Il n'en serait pas de même si je
n'étais qu'un simple et pauvre vétéran.»]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Souvenirs et anecdotes de l'île d'Elbe" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home