Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les abeilles
Author: Pérez, Jean, 1833-1914
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les abeilles" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



BIBLIOTHÈQUE
DES MERVEILLES

PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION

DE M. ÉDOUARD CHARTON

LES ABEILLES

17445--IMPRIMERIE A. LAHURE

9, rue de Fleurus, à Paris.



BIBLIOTHÈQUE DES MERVEILLES

LES
ABEILLES

PAR

J. PÉREZ

Professeur à la Faculté des sciences de Bordeaux


OUVRAGE ILLUSTRÉ DE 119 VIGNETTES

PAR CLÉMENT

PARIS

LIBRAIRIE HACHETTE ET Cie

79, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 79

1889

Droits de propriété et de traduction réservés



AVANT-PROPOS


Ce livre, comme tous ceux de la collection dont il fait partie, est une
œuvre de vulgarisation.

Adonné passionnément à l'étude du petit monde qu'il décrit, l'auteur n'a
pas cru cependant devoir s'astreindre rigoureusement aux seules notions
classiques, et s'interdire toute opinion, toute idée personnelle. Dans
les sciences d'observation, les données nouvelles ne sont pas
nécessairement, comme ailleurs, moins accessibles que les plus
anciennes. Elles ne supposent pas, ainsi qu'il arrive souvent dans
d'autres sciences, la connaissance de tous les faits de même ordre
antérieurement acquis. Aussi, sans laisser en aucune façon d'être
élémentaire, ce livre sur les Abeilles offrira-t-il çà et là quelques
notions en désaccord avec certaines idées reçues, ou qu'on chercherait
vainement dans les traités spéciaux. Elles sont d'ailleurs émises avec
toute la réserve qui convient en pareil cas, sans s'imposer en aucune
manière, sans prétendre forcer la conviction du lecteur. L'auteur
aurait cru manquer de sincérité, en donnant sans restriction, sous
prétexte qu'elles ont généralement cours, des opinions qu'il ne saurait
partager.

Après le souci du vrai, qui ne doit céder à des considérations d'aucune
sorte, la clarté a été sa préoccupation constante. Pour l'obtenir, aucun
sacrifice n'a paru trop cher. L'intérêt, l'importance même des faits
n'ont pas toujours trouvé grâce et fait hésiter sur leur suppression,
quand la complication des détails ou le trop de spécialité des notions
pouvaient entraîner quelque obscurité. On n'ose pas se flatter d'avoir
toujours atteint le but que l'on poursuivait; on espère du moins que le
lecteur voudra bien tenir compte des efforts qui ont été faits pour
cela.



INTRODUCTION


«Qui pourrait ne pas s'intéresser aux Abeilles? Tant d'idées attrayantes
s'associent à leur nom! Il réveille en nous les images de printemps, de
brillant soleil, de plantes fleuries; il nous rappelle les prairies
gaiement émaillées, les haies verdoyantes, les tapis de thym parfumé,
les landes odorantes. Il nous parle en même temps de l'industrie, de la
prévoyance, de l'économie d'un État bien policé, où la subordination est
absolue, point dégradante[1].»

Tel est le début d'un livre sur les Abeilles d'Angleterre. C'est là un
point de vue, ce sont là des impressions de naturaliste, tout au moins
d'homme instruit. Tout autres sont les motifs qui de tout temps ont fixé
l'attention de l'homme sur les Abeilles. Civilisé ou sauvage, ces
merveilleux insectes ont toujours eu le rare, l'unique privilège de
l'attirer également.

Certes, les Fourmis sont tout aussi curieuses, plus étonnantes même par
les multiples formes de leur vie sociale, par l'infinie variété de leur
industrie. Mais l'homme ne les connaît souvent que par leurs
importunités et leurs déprédations. Indifférentes ou nuisibles, jamais
utiles, ou peu s'en faut, les Fourmis n'ont pu éveiller la curiosité et
exciter l'intérêt que chez l'homme d'étude.

L'utilité! C'est là une qualité qui fait les attachements solides et
durables; et l'Abeille possède à un haut degré ce précieux avantage. Le
délicieux aliment qu'elle fabrique excita toujours puissamment la
convoitise de notre espèce, comme celle de beaucoup d'autres. De quels
labeurs, de quels supplices il en fallut d'abord payer la conquête, cela
se voit encore de nos jours dans les régions incultes de l'Afrique et de
l'Amérique.

L'essaim libre, recherché avec passion, exploité aussitôt, n'était
jamais qu'une aubaine fort rare. Surveillé avec un soin jaloux, sa
possession était toujours incertaine. L'idée devait naturellement et
promptement venir de le mettre à portée de soi, près de sa demeure.
L'Abeille agréa sans hésiter le logis offert par la main de l'homme.
L'apiculture était née.

A quelle époque remonte la domestication de l'Abeille? On ne saurait le
dire. Au début de toutes les civilisations, nous la trouvons déjà
familière aux premières populations pastorales ou agricoles dont
l'histoire garde le souvenir. Les plus antiques monuments des traditions
sémitiques et aryennes, les Védas aussi bien que les livres bibliques et
homériques, nous montrent l'Abeille domestiquée et honorée des hommes.
Et le culte dont elle était l'objet n'a longtemps fait que grandir dans
les siècles. Elle a eu l'insigne gloire d'être chantée par d'immortels
poètes. La légende mythologique et la poésie grecque ont redit la gloire
et les vertus de la Mélisse, nourricière du _grand roi des dieux et des
hommes_. Anacréon chante l'Amour piqué par une abeille en cueillant des
roses. Une abeille de l'Hymette vient, au berceau de Platon, se poser
sur les lèvres fleuries de l'harmonieux philosophe. Les Romains, selon
leur tempérament national, ont vanté l'Abeille en gens pratiques:
Virgile en dit les mœurs et l'éducation aux amis de l'agriculture;
Horace la propose aux poètes et à lui-même comme le modèle ardent et
industrieux du travail poétique. L'Antiquité fit de la Mouche à miel le
symbole de la douceur, des travaux rustiques, du génie littéraire. Elle
devint, au moyen âge, dans les armoiries, les devises, l'emblème de
l'activité, de l'ordre, de l'économie. Plus ambitieuse encore, et par là
moins prudente, elle a voulu parer les insignes du pouvoir absolu, moins
apte qu'elle aux travaux de la paix, et plus prompt à dégainer l'arme de
guerre, cet aiguillon fatal à qui blesse et à qui est blessé.

Après l'admiration reconnaissante, l'étude réfléchie. L'étonnante cité
des Abeilles ne pouvait manquer d'attacher une foule d'observateurs.
Aristote, Virgile même l'étaient déjà, et non des plus médiocres. On y
crut d'abord reconnaître l'image fidèle des sociétés humaines, moins les
défauts, toutefois, et les vices qui souvent causent la ruine de ces
dernières. Quand le véritable esprit scientifique eut conduit à une
interprétation plus juste et plus vraie, la ruche n'en resta pas moins
toujours une merveille sans égale.

Aux patients observateurs qui en révélaient les mystères,
s'adjoignirent--quel honneur pour les petites créatures!--de savants
mathématiciens, qui ne dédaignèrent pas de soumettre au critérium de
leurs calculs la perfection de leur architecture. Et les Abeilles se
trouvèrent être ingénieurs habiles et experts ouvriers.

La reconnaissance des hommes à l'égard des Abeilles s'est un peu
amoindrie, par suite de la découverte du Nouveau Monde, et leur astre a
pâli depuis que leur miel a été supplanté par le _miel de roseau_, comme
on appelait jadis le sucre de canne. Mais leur renom séculaire a gagné
d'un côté ce qu'il semblait perdre de l'autre. Depuis que le miel a cédé
au nouveau venu la place importante et exclusive qu'il occupait dans
l'économie domestique, la Science, comme pour compenser la perte des
sympathies de la foule, s'est de plus en plus attachée aux Abeilles.
C'est dans les temps modernes que leur étude a réalisé les plus grands
progrès; c'est de nos jours que date véritablement leur connaissance
positive.

Nous n'en voulons pour preuve que ce simple parallèle. L'antiquité ne
connaissait que la Mouche à miel; le moyen âge et l'époque immédiatement
postérieure n'ajoutaient rien aux notions d'Aristote et de Pline; de nos
jours, la science a enregistré plus de 1000 espèces d'Abeilles sauvages,
vivant dans nos contrées. Et cette énorme population, dont on ne
soupçonnait pas l'existence, remplit, à côté de l'antique _Melissa_, un
rôle important dans la nature. Chacune de ces abeilles a ses habitudes,
ses mœurs, son industrie. Aucune, il est vrai, n'est directement
utile à l'homme. Aucune n'accumule dans de vastes magasins des
provisions qu'il puisse détourner à son profit et mettre au pillage.
Vivant pour la plupart solitaires, travaillant isolément chacune pour
son propre compte, ou plutôt pour sa progéniture, elles n'ont que faire
de vastes établissements; et puis leurs humbles demeures se cachent dans
les profondeurs du sol. C'est en vain qu'elles butinent ardemment dans
nos champs et dans nos jardins; que leur gaie chanson répand dans les
arbustes en fleurs une vague et douce harmonie. Elles n'ont, pour
attirer les regards, ni les amples ailes, ni la brillante parure du
Papillon. Leur taille, leur vêtement les laissent confondues dans la
plèbe sans nom des Mouches. Leur existence éphémère passe ignorée du
vulgaire. Le naturaliste seul les connaît et les aime. Aussi leur
histoire, toute récente, laisse-t-elle encore bien des vides, bien des
lacunes à combler.

Telles qu'on les connaît, cependant, elles méritent l'attention de
l'homme réfléchi. D'abord, rien, en soi, n'est indifférent dans la
nature; tout a sa part d'intérêt, comme sa place dans le monde. De plus,
les Abeilles sauvages nous montrent que celle qui nous est familière
n'est pas une unité sans rapports avec d'autres êtres; qu'elle est un
membre, favorisé, si l'on veut, mais un membre et rien de plus, d'une
grande famille, où la ressemblance est frappante, où les instincts
divers se rattachent les uns aux autres, s'expliquent souvent les uns
par les autres.

Une saisissante unité domine en effet les infinies variations de tous
ces mellifères; on y passe par degrés de l'être le plus accompli, le
plus richement doté par la nature, au moins favorisé, au plus humble. Au
haut de l'échelle, la vie sociale, les cités permanentes, le travail
commun, savamment outillé, harmonieusement combiné; et tout au bas,
l'individu isolé, dénué d'engins, pauvre d'instincts, vivant d'une vie
aussi simple que monotone. Entre ces deux extrêmes, de nombreux
intermédiaires. Si bien que, sauf des termes manquant dans la série, que
l'avenir retrouvera peut-être, on pourrait, de variations en variations,
de perfectionnements en perfectionnements, refaire, par la pensée, le
chemin qu'a pu suivre la nature dans la réalisation successive des
différents types d'Abeilles.

Un autre genre d'intérêt s'attache encore à ces Abeilles sauvages. Pour
être loin d'atteindre la perfection que nous avons l'habitude d'admirer
dans l'Abeille des ruches, leurs travaux ne sont point dépourvus d'art.
Leur industrie, alors même qu'elle est le plus fruste, et négligente du
fini des détails, ne laisse pas de manifester, par ses tâtonnements, par
ses variations même, une certaine dose de discernement, disons-le,
d'intelligence. La constante perfection, chez l'Abeille domestique,
semblerait plutôt ne relever que de l'instinct.

Nous aurons à passer en revue les principaux types d'Abeilles, les plus
intéressants: c'est dire les mieux connus. Les Abeilles exotiques, bien
peu étudiées jusqu'ici, au point de vue biologique, seront presque
absolument et forcément laissées de côté; et parmi celles de nos pays,
quelques-unes auront le même sort. Tant pis pour celles qui n'ont pas
d'histoire. Le lecteur n'aurait que faire d'une simple diagnose
descriptive.

Nous ne pouvons donc--et nous le regrettons plus que personne--donner
ici un tableau complet de la vie des Abeilles, impossible dans l'état
actuel de la science. L'esquisse que nous allons essayer d'en tracer
suffira cependant, nous l'espérons, à montrer que si l'Abeille des
ruches nous est seule directement utile, elle ne l'est point à remplir
dans la nature un rôle considérable, et que l'Abeille sauvage a droit
aussi à une part d'intérêt et même de reconnaissance. Puissions-nous
surtout avoir contribué à faire connaître et aimer davantage cette
Abeille policée, notre devancière en civilisation, que nous n'avons
peut-être pas égalée, à certains égards, dans les relations de notre vie
sociale!



LES ABEILLES



QU'EST-CE QU'UNE ABEILLE?--ORGANISATION GÉNÉRALE ET FONCTIONS.


On n'a longtemps connu sous le nom d'Abeille que l'antique mouche à
miel, l'_Apis_ des Latins, la _Melissa_ des Grecs.

[Illustration: Fig. 1.--Une Abeille.]

Linné étendit le nom à plusieurs hyménoptères vivant tous, comme
l'Abeille domestique, du nectar des fleurs et de leur poussière
fécondante. De plus en plus distendu par la multitude croissante des
espèces qui venaient y prendre place, le genre _Apis_ de Linné ne tarda
pas à se résoudre en un grand nombre de genres et à s'élever au rang de
tribu ou de famille.

On désigne aujourd'hui sous le nom d'ABEILLES, d'APIAIRES, de MELLIFÈRES
ou d'ANTHOPHILES, les hyménoptères dont la larve se nourrit de miel et
de pollen, quels que soient d'ailleurs le genre de vie et les mœurs
de l'adulte.

Ce groupe est un des plus importants de l'ordre des Hyménoptères, car il
ne compte pas moins de 12 à 1500 espèces, en Europe seulement, et il
serait difficile d'évaluer avec quelque précision le nombre de celles
qui habitent les autres parties du monde.

[Illustration: Fig. 2.--Tête d'Abeille.]

Une grande diversité règne, naturellement, dans une famille aussi
nombreuse. Néanmoins l'organisation fondamentale est toujours la même et
se maintient au milieu de l'extrême variabilité des détails. C'est ce
fonds commun à toutes les abeilles que nous jugeons utile de faire
connaître sommairement, avant d'aborder l'étude particulière des genres.

* * *

Le corps d'une Abeille, comme celui de tout insecte, se compose de trois
parties nettement séparées par deux étranglements: la _tête_, le
_thorax_ et l'_abdomen_. Ces trois parties sont rattachées entre elles
par un trait d'union parfois très grêle et très court, flexible et mou,
faisant office à la fois et de ligament et de conduit tubuleux, livrant
passage aux viscères.

La _tête_ (fig. 2), le plus important de ces segments par les fonctions
élevées qui lui sont dévolues, présente en avant et en dessous
l'_ouverture buccale_. Sur les côtés; deux surfaces luisantes, convexes,
se résolvant, à la loupe, en une multitude de petits compartiments
polygonaux, sont les _yeux composés_ ou _en réseau_ (b). Au haut du
_front_ et en son milieu, trois petits points, brillants comme des
perles, ordinairement disposés en triangle, sont les _yeux simples_ ou
les _ocelles_, appelés aussi _stemmates_ (a).

Vers le centre de la face sont insérés deux organes linéaires, coudés,
très mobiles, les _antennes_, rappelant assez bien, par leur forme
générale, un fouet avec son manche (_c_). Elles comprennent une partie
basilaire, simple,--le manche du fouet,--appelée le _scape_, et une
seconde partie, plus longue, formée de plusieurs petits _articles_
placés bout à bout, le _funicule_ ou _flagellum_, représentant la corde
du fouet.

Inutile de définir autrement la _face_, partie antérieure et moyenne de
la tête, les _joues_, situées plus bas et sur les côtés, le _front_, le
_vertex_, l'_occiput_, qui se partagent la partie supérieure de la tête,
sans aucune délimitation bien précise.

Immédiatement au-dessus de la bouche, dont la structure complexe sera
plus loin décrite, se voit une plaque tégumentaire un peu bombée, assez
distinctement limitée sur son pourtour, occupant toute la largeur de la
partie inférieure de la face. C'est le _chaperon_ ou _clypeus_ (i).

* * *

La seconde partie du corps, le _thorax_ ou _corselet_, comprend, comme
chez tous les insectes, trois segments: le _prothorax_, ou segment
antérieur, le _mésothorax_, ou segment moyen, et le _métathorax_, ou
segment postérieur.

Le _prothorax_, ordinairement peu développé dans sa partie dorsale,
souvent semblable à une étroite collerette, porte la première paire de
pattes.

Le _mésothorax_, très apparent en dessus, où il forme la majeure partie
du dos, porte en dessus la deuxième paire de pattes, et, sur les côtés,
la première paire d'ailes.

Le _métathorax_, assez développé d'ordinaire, porte la troisième paire
de pattes et la deuxième paire d'ailes. Il présente, en dessus et dans
la région médiane, deux organes assez importants au point de vue
descriptif, l'_écusson_ et le _postécusson_, dont les formes variables
et la coloration sont fréquemment utilisées pour les distinctions
spécifiques.

* * *

L'_abdomen_ ou _ventre_, dénué d'appendices locomoteurs, est formé de
plusieurs segments placés bout à bout, susceptibles de jouer les uns sur
les autres, de s'invaginer plus ou moins chacun dans celui qui le
précède, ou de s'en retirer, de manière à diminuer ou augmenter la
capacité de l'abdomen, ou, inversement, de se laisser distendre ou
rétracter, suivant la turgescence ou la vacuité des viscères.

* * *

Après l'énumération sommaire qui vient d'être faite des parties du corps
de l'Abeille visibles extérieurement, nous allons rapidement passer en
revue ses différentes fonctions. Nous aurons l'occasion de revenir sur
la plupart des organes déjà signalés, pour en mieux faire connaître la
structure et en indiquer les usages.

ORGANES DE LA DIGESTION.--La bouche d'un insecte quelconque comprend:
une _lèvre supérieure_, une _lèvre inférieure_, et, entre les deux, une
paire de _mandibules_ et une paire de _mâchoires_, se mouvant en un plan
horizontal et non de haut en bas, comme chez les animaux supérieurs. Ces
différentes pièces, au fond toujours les mêmes, subissent des variations
fort remarquables suivant le régime de l'animal, et leurs modifications
fournissent des éléments d'une importance majeure pour la
caractéristique des groupes. Chez l'Abeille, la structure compliquée des
parties de la bouche, leur adaptation à des usages multiples, en font un
appareil d'une rare perfection.

La _lèvre supérieure_ ou _labre_ (fig. 2, _h_), fait immédiatement suite
au chaperon. Mobile sur sa base, articulée au bord inférieur du
chaperon, elle recouvre plus ou moins les autres pièces buccales. Sa
forme varie considérablement suivant les genres.

Les _mandibules_ (_g_), faibles ou robustes, variées à l'infini dans
leurs formes, sont instruments de travail et non de mastication; elles
font office de scie, de ciseaux, de tenailles, de pelle, de bêche, de
truelle, de polissoir, au besoin d'armes pour combattre.

Sous les mandibules, les _mâchoires_--de nom seulement,--s'allongent,
s'effilent en minces lames (_f_), acuminées ou obtuses, souvent
barbelées, propres à lécher, à humer les liquides, fonction dans
laquelle elles viennent en aide à la lèvre inférieure. Sur le côté
externe, dans une sorte de pli ou d'échancrure, s'insère un appendice
linéaire, formé d'un petit nombre d'articles, comme une très petite
antenne, le _palpe maxillaire_.

Bien différente de la large plaque qui mérite véritablement le nom de
lèvre, chez un insecte broyeur, la _lèvre inférieure_, chez une abeille,
est tout un appareil compliqué. Une partie basilaire, épaisse et solide,
constitue la lèvre proprement dite. A une certaine distance de son point
d'attache à la partie inférieure de la tête, elle émet plusieurs organes
distincts: un médian, qui en est le prolongement direct, c'est la
_langue_ (_d_), et deux latéraux, les _palpes labiaux_ (_e_).

Sur les côtés de la langue, se voient deux petites écailles allongées,
qui embrassent sa base rétrécie, et qu'on appelle _paraglosses_. La
langue elle-même, garnie de petits poils nombreux sur sa surface, est
très variable dans sa forme. Tantôt très longue, tantôt très courte,
elle est aiguë chez la majorité des abeilles, courte et élargie,
échancrée au milieu, étalée de part et d'autre en deux lobes arrondis,
chez un petit nombre (fig. 3 et 4).

Les palpes labiaux, courts quand la langue l'est elle-même, conservent
alors aussi la forme normale de leurs articles. Quand la langue
s'allonge, ils s'allongent eux-mêmes; mais l'élongation ne porte que sur
les deux articles basilaires qui en même temps s'aplatissent et
prennent à eux deux l'aspect d'une mâchoire. Les articles terminaux,
conservant leur forme, ou bien s'étendant sur le prolongement des
premiers, ou bien, insérés non loin de l'extrémité acuminée du second
article, se déjettent en dehors comme d'insignifiants appendices.

[Illustration: Fig. 3.--Langue d'Abeille courte et aiguë.]

[Illustration: Fig. 4.--Langue d'Abeille courte et obtuse.]

La longueur de la langue a une plus grande importance que sa forme aiguë
ou obtuse. Nous venons de voir déjà que la conformation des palpes
labiaux est en relation étroite avec la longueur ou la brièveté de la
langue.

D'autres caractères importants correspondent à ces deux types de
conformation de cet organe. D'où la division des abeilles en deux
grandes tribus: les _Abeilles à langue longue_ ou _Apides_ et les
_Abeilles à langue courte_ ou _Andrénides_. Ce dernier groupe se
subdivise d'ailleurs, d'après les deux formes de langue courte que nous
avons signalées, en _Acutilingues_ et _Obtusilingues_, dénominations
qu'il n'est pas nécessaire de définir.

Les Abeilles à langue longue sont les plus parfaites de toutes. Elles
comprennent l'Abeille domestique et celles qui s'en rapprochent le plus.
Les Abeilles à langue obtuse sont de toutes les moins perfectionnées,
celles que, pour cette raison, on a lieu de considérer comme les
représentants actuels des Abeilles primitives.

C'est un organe si important que la langue d'une Abeille, il est si
hautement spécialisé et si caractéristique de cette famille d'insectes,
qu'il ne nous paraît point suffisant d'avoir indiqué sa conformation
générale. Nous jugeons indispensable de donner une idée plus exacte et
plus complète de sa complication et de son admirable adaptation à la
fonction qui lui est dévolue.

[Illustration: Fig. 5.--Extrémité de la langue de l'Abeille domestique.]

Nous n'en décrirons qu'une, qui n'est peut-être ni la plus complexe ni
la plus parfaite, mais du moins la mieux étudiée, celle de l'Abeille
domestique. Elle a fait l'objet de bien des recherches, donné lieu à
bien des controverses, et l'on n'en est point surpris, quand on connaît
sa structure.

Un médiocre grossissement, celui d'une simple loupe, montre la langue de
l'Abeille comme une tige graduellement rétrécie vers le bout (fig. 2),
que termine un petit renflement globuleux, une sorte de bouton (fig. 5).
Des poils raides, modérément serrés, en garnissent toute la surface, non
point irrégulièrement semés, mais naissant tous de lignes circulaires
assez rapprochées, qui, du haut en bas, rayent toute sa surface en
travers.

[Illustration: Fig. 6.--Section de la langue de l'Abeille.

_m_, mâchoires; _p_, paraglosses; _pl_, palpes labiaux.]

Ses faces antérieure et latérales sont régulièrement convexes; la face
postérieure présente tout du long un profond sillon, dont la forme et
les rapports ne sont bien mis en évidence que par une section
transversale de la langue (fig. 6). On voit ainsi que ce sillon
longitudinal donne accès dans un vaste canal, dont toute la surface
intérieure est tapissée d'une fine villosité. Cette même section, en
avant de ce conduit en révèle un autre beaucoup plus fin, comme un
second sillon dans le fond du premier. Ce conduit capillaire est lisse
intérieurement; ses bords seulement sont garnis de poils tournés en sens
inverse d'un côté et de l'autre, de manière à produire une obturation
complète et isoler le petit canal du plus grand.

En haut, les parois du canal capillaire se déjettent à droite et à
gauche, et s'étalent; le conduit s'ouvre ainsi vers la base et
au-dessous de la langue. Un peu avant le bout de l'organe, l'étroit
canal est partagé en deux par une cloison médiane, qui, parvenue à la
base du bouton terminal, s'étale en une sorte de cuiller (fig. 5), où
viennent aboutir les deux branches du conduit.

Nous verrons dans un instant comment fonctionne cet étrange appareil.

* * *

Quelle que soit sa forme, la langue, avec les mâchoires, est logée dans
un vaste sillon longitudinal creusé dans la partie inférieure de la
tête. Mais ce sillon, même pour une langue courte, serait insuffisant à
la loger, s'il était, au repos, étalé dans toute sa longueur. Aussi
est-elle ployée en deux, chez les Andrénides, le pli étant au niveau de
la base de la langue. Les mâchoires prennent part elles-mêmes à cette
plicature, vers le point où s'insèrent leurs palpes, et, appliquées sur
la langue au repos, elles la recouvrent complètement, comme deux valves
protectrices.

Chez les Apides, la longueur de la langue est telle, que le pli dont
nous venons de parler serait insuffisant. Il en existe encore un autre,
celui-ci formant un coude vers le milieu de la partie basilaire de la
lèvre, pli qui jamais ne s'efface entièrement, pour tant que l'organe
s'étende. Ici, comme chez les Abeilles à courte langue, cet organe, au
repos, est recouvert par les mâchoires appliquées; mais il est des
genres où il est tellement développé, qu'il dépasse plus ou moins
l'extrémité de ces opercules.

Le schéma ci-joint exprime clairement les deux dispositions de la
langue au repos, chez une Abeille à langue courte et chez une Apide: _a_
est la base de l'organe ou la lèvre, _b_ est la langue.

[Illustration: Fig. 7.--Schéma de la disposition d'une langue courte et
d'une langue longue.]

* * *

Grâce aux nombreuses villosités qui la couvrent, la langue est un
véritable pinceau, très propre à s'imbiber des liquides dans lesquels
elle est plongée. Associée aux palpes labiaux, aux mâchoires, elle
constitue un appareil admirablement conformé pour humer les liquides.
D'après M. Breithaupt, qui a récemment fait une intéressante étude
anatomique et physiologique de la langue de l'Abeille, c'est le vaste
conduit dont la langue forme le plancher et les mâchoires le plafond,
qui est la principale voie par où le liquide aspiré s'élève jusqu'à la
bouche. Les mouvements de va-et-vient lentement répétés de ces organes
favorisent cette ascension.

L'Abeille peut encore lécher, à la manière d'un chien, en promenant le
dessus et les côtés de la portion terminale de sa langue sur les
surfaces humectées.

Quand il s'agit de recueillir un liquide étalé en couche très mince sur
une surface, ni l'un ni l'autre des moyens précédents n'aurait la
moindre efficacité. C'est alors qu'intervient le rôle du canal
capillaire, qui peut d'ailleurs agir aussi dans les autres
circonstances. L'extrémité de la langue, le petit bouton terminal,
s'applique par sa face antérieure sur la surface humide; l'organe en
cuiller s'emplit de liquide, qui aussitôt monte par capillarité dans
l'intérieur du conduit, et parvient ainsi dans la bouche.

La langue agit donc, dans ce dernier cas, comme une véritable trompe.
C'est encore son seul mode d'action possible, quand il s'agit
d'atteindre un liquide trop éloigné pour qu'elle y puisse plonger à
l'aise. Un apiculteur américain, Cook, en a fait l'expérience en mettant
à la portée de ses abeilles du miel contenu dans des tubes étroits ou à
une certaine distance d'une toile métallique, dont les mailles
laissaient passer la langue des abeilles. Toutes les fois que le miel
était accessible à la cuiller, il était absorbé.

Ce rôle de trompe, qui tour à tour a été attribué et dénié à la langue
de l'Abeille, paraît donc bien établi. Cette trompe, suivant sa
longueur, est capable d'aller chercher un aliment plus ou moins
profondément situé. C'est en pareilles circonstances que la lèvre
inférieure se déploie et s'étend par l'effacement de ses plicatures,
afin de porter l'extrémité de la langue aussi loin qu'il est nécessaire
ou possible.

Sans jamais être aussi bien douées, sous ce rapport, que les
Lépidoptères, certaines abeilles sont en mesure d'atteindre le nectar de
fleurs assez longuement tubulées. Par contre, la plupart des abeilles à
langue courte se voient interdire l'accès de nectaires placés au fond de
corolles trop étroites pour admettre leur corps tout entier; elles
lèchent bien plus qu'elles ne hument, et les Obtusilingues ne peuvent
faire autre chose que lécher.

La conformation des pièces buccales, et plus particulièrement de la
lèvre inférieure, peut donc servir de mesure à la perfection relative
des abeilles.

* * *

A ces organes compliqués, réellement extérieurs, fait suite une cavité
médiocre, le _pharynx_, à proprement parler la cavité buccale. A
l'entrée de cette cavité, un rebord transversal supérieur,
l'_épipharynx_, et un inférieur, l'_hypopharynx_, comme deux lèvres
internes, la séparent des pièces buccales.

Au pharynx fait suite un œsophage grêle (fig. 8, _a_), qui se renfle,
à une certaine distance de la tête, en un sac globuleux et très
extensible, le _jabot_ (_j_).

Dans le fond du jabot est logé le _gésier_, organe conoïde, dont les
parois sont garnies intérieurement de quatre colonnes charnues. La
contraction de ces muscles fait ouvrir, par abaissement, quatre pièces
valvulaires fermant hermétiquement, à l'état de repos, l'ouverture
cruciforme du gésier. Un col assez long prolonge cet organe en arrière;
il ne s'aperçoit pas, dans l'état normal du gésier, invaginé qu'il est
dans le réservoir suivant.

[Illustration: Fig. 8.--Tube digestif de l'Abeille.]

Le _ventricule chylifique_ (_v_), cavité cylindroïde assez vaste, semble
suivre immédiatement le jabot. Mais il suffit d'une certaine traction,
rompant quelques adhérences, pour évaginer le tube capillaire,
continuation du gésier, ce qui montre les véritables rapports des trois
organes. Des sillons annulaires plus ou moins prononcés se dessinent en
travers sur le ventricule, graduellement rétréci vers sa terminaison à
l'_intestin_.

Celui-ci, grêle et filiforme dans sa première portion, est renflé et
turbiné dans la seconde, le _rectum_ (_g_), dont les parois sont munies
de six fortes colonnes charnues longitudinales, et qui aboutit à l'anus.

Le jabot fait office de réservoir à miel, et, dans une certaine mesure,
d'organe d'élaboration de ce produit. Ses parois sont musculeuses. Au
retour des champs, l'abeille contracte son jabot distendu et en dégorge
le contenu dans la cellule.

La valvule du gésier, close en temps ordinaire, s'ouvre quand il est
besoin, pour laisser fluer dans le ventricule la quantité de miel
nécessaire à l'alimentation de l'insecte.

C'est dans le ventricule que s'opère la digestion et en même temps
l'absorption de ses produits. Cet organe cumule les fonctions de
l'estomac et de l'intestin grêle des animaux supérieurs.

[Illustration: Fig. 9.--Glandes salivaires de l'Abeille.]

Comme annexes de l'appareil digestif, il existe deux organes
glandulaires importants: les _glandes salivaires_ et les _vaisseaux de
Malpighi_.

Les glandes salivaires sont très compliquées, et au nombre de trois
paires, au moins chez l'Abeille domestique, une paire thoracique et deux
paires cervicales, qui sécrètent des liquides jouissant, selon toute
vraisemblance, de propriétés distinctes (fig. 9).

Les vaisseaux malpighiens, longs et nombreux tubes à fond aveugle, d'un
blanc jaunâtre, flottants dans la cavité abdominale, vont déboucher tout
autour de l'extrémité inférieure du ventricule chylifique. Ils
remplissent le rôle d'appareil urinaire (fig. 8, _m_).

* * *

La _circulation du sang_, la _respiration_ sont, chez l'Abeille, ce que
l'on sait de ces fonctions chez les Insectes en général. Nous les
supposerons donc connues, nous bornant à ajouter, en ce qui concerne les
organes respiratoires, qu'il existe, chez elle, particulièrement dans
l'abdomen, des trachées vésiculeuses d'un volume énorme, vastes
réservoirs à air (fig. 10), alternativement comprimés et dilatés par des
contractions rythmiques de l'abdomen, et contribuant ainsi à activer la
circulation de l'air dans tout l'appareil, et par suite la fonction
respiratoire elle-même.

[Illustration: Fig. 10.--Appareil respiratoire de l'Abeille.]

[Illustration: Fig. 11. Appareil à venin.]

_Appareil vulnérant._--La très grande majorité des Abeilles sont armées
d'un aiguillon, dont la blessure est souvent douloureuse. Cet aiguillon
est formé de deux stylets (fig. 11), élargis vers la base, aigus à
l'extrémité et souvent barbelés sur les côtés. Entre ces deux pièces,
une fine rainure est destinée à recevoir le venin et à l'inoculer dans
la blessure. Une gaine, le _gorgeret_, formée de deux pièces creuses et
allongées, aiguës aussi, enveloppe l'aiguillon et sert à le diriger au
moment de l'action; l'extrémité de cette gaine pénètre, en même temps
que l'aiguillon, dans la plaie. Le liquide vénéneux vient d'un réservoir
ovoïde où il s'accumule, et dont il est expulsé par pression, au moment
où la piqûre est produite. Ce liquide, très énergique chez certaines
espèces, est le résultat de la sécrétion d'une double glande tubuleuse,
à conduit excréteur simple, s'abouchant à la partie supérieure du
réservoir à venin.

L'appareil vénénifique est spécial aux femelles. Les mâles en sont
toujours dépourvus et sont absolument inoffensifs. Aussi le connaisseur
peut-il impunément, au grand ébahissement des gens du peuple, saisir à
la main les mâles d'abeilles de l'aspect le plus terrifiant, Bourdons ou
Xylocopes.

C'est un préjugé assez répandu, que l'Abeille paye toujours de sa vie le
moment de colère qui l'a portée à se servir de son aiguillon, celui-ci
restant nécessairement dans la plaie. L'Abeille domestique est à peu
près seule à perdre son aiguillon, dont les barbelures sont relativement
très prononcées et l'empêchent parfois, et particulièrement quand elle
s'en est servie contre l'homme, de le retirer des tissus. Mais il n'en
est pas ainsi d'ordinaire, et l'on doit disculper la nature de
l'inconséquence qui consisterait à produire une arme toujours fatale à
l'animal qui l'emploie. Nombre d'Abeilles, Bourdons et Xylocopes
surtout, blessent cruellement sans aucun danger pour elles.

* * *

MEMBRES.--Les organes de locomotion, chez l'Abeille, sont les pattes,
pour la marche, les ailes, pour le vol.

Les pattes (fig. 12), comme chez tous les insectes, sont formées d'une
pièce d'insertion, la _hanche_, _a_, d'un article plus court, le
_trochanter_, _b_, qui unit la hanche au _fémur_, _c_, ou _cuisse_,
après laquelle vient, le _tibia_, _d_, suivi des _tarses_, _e_, au
nombre de cinq. Le premier article des tarses, le plus volumineux, égal
d'ordinaire en longueur aux quatre articles qui le suivent, offre
souvent un développement très marqué, qui en fait une sorte de palette;
le dernier article, plus ou moins conique, est armé au bout de deux
_ongles_ divergents et crochus.

[Illustration: Fig. 12.--Patte d'Abeille.]

Les pattes sont ordinairement garnies de poils plus ou moins abondants.
Aux pattes postérieures, leur forme et leur arrangement particulier
constituent des brosses, des étrilles, des peignes, des houppes, organes
importants de récolte pour le pollen des fleurs, d'extraction des
provisions amassées, de brossage, etc. Rarement simples, les poils des
Mellifères sont le plus souvent rameux, pennés, palmés, et parfois d'une
grande élégance dans leur complication.

[Illustration: Fig. 13.--Étrille ou peigne des antennes.]

Signalons enfin les épines simples ou doubles qui arment l'extrémité des
tibias. L'épine unique dont est muni le tibia de la première paire
mérite une attention particulière (fig. 13, _a_). Elle s'élargit et
s'amincit latéralement en deux sortes de lames, dont le tranchant
regarde le bord supérieur et interne du premier article des tarses, qui
porte une échancrure ou encoche profonde, _b_, à peu près
semi-circulaire. Cet étrange appareil est un objet de toilette.
L'Abeille qui veut nettoyer ses antennes, passe sur chacune d'elles la
patte correspondante, de manière à amener l'antenne dans l'angle formé
par le premier article des tarses et l'épine du tibia, et à la loger
dans l'échancrure; et là, tandis qu'elle glisse de la base au bout du
funicule, entre l'échancrure et la lame, elle est râclée et nettoyée de
tous les grains de poussière qui peuvent la salir.

Les _ailes_, au nombre de quatre, sont insérées sur les côtés du
corselet, au-dessous d'une _écaille_ convexe qui protège leur
articulation et se trouve en rapport avec quelques autres pièces
cornées, auxquelles viennent s'insérer les muscles moteurs de ces lames
membraneuses.

Les ailes, ordinairement transparentes, souvent enfumées, quelquefois
obscurcies par une teinte noire ou bleuâtre, sont parcourues par des
_nervures_ qui les soutiennent et font leur rigidité. Ces nervures
dessinent sur la membrane alaire un réseau, toujours compliqué, dont les
mailles portent le nom de _cellules_.

La distribution des nervures, les cellules qu'elles forment, ont dès
longtemps été employées dans la classification comme caractères
génériques. Nous n'aurons garde d'exposer ici la terminologie
passablement compliquée créée à ce propos. Nous nous contenterons de ce
qu'il y a de plus indispensable à connaître dans la nervation de l'aile
antérieure.

Le bord supérieur ou antérieur de l'aile de la première paire (fig. 14)
est parcouru de _a_ en _b_, par une nervure appelée _radiale_. Un peu en
arrière de celle-ci, et lui étant parallèle, est une seconde nervure
dite _cubitale_. Ces deux nervures sont arrêtées à une tache due à un
épaississement de la matière chitineuse, qu'on appelle le _point épais_
ou _stigma_. Les cellules portant dans la figure des chiffres inclus
constituent la partie dite _caractéristique_ de l'aile, à cause de
l'importance de sa considération dans la caractérisation des genres. 1
est _la cellule radiale_ ou _marginale_; 2, 3, 4 sont, dans cet ordre,
_les cellules_ 1re, 2e, 3e _cubitales_ ou _sous-marginales_.
On donne les noms de 1re et 2e nervures _récurrentes_ aux nervures
_r_ et _r'_, qui aboutissent à l'une ou à l'autre des deux dernières
cellules cubitales, et en des points variables suivant les genres.

Le vol des Insectes a fait l'objet, dans ces dernières années, d'études
importantes de M. Marey. Malgré l'intérêt de ces recherches, nous ne
pouvons nous arrêter ici sur les résultats obtenus par ce savant.

[Illustration: Fig. 14.--Aile.]

Le vulgaire attribue aux vibrations des ailes le bourdonnement des
Insectes. De tout temps les savants ont contredit cette opinion, qui
d'ailleurs n'est fondée sur aucune notion précise. Différents auteurs
ont même fait des expériences d'où il résulterait que le bourdonnement
est surtout produit par les vibrations de l'air frottant contre les
bords des orifices stigmatiques du thorax, sous l'action des muscles
moteurs des ailes.

Bien que ces vibrations de l'air entrant et sortant alternativement par
les orifices des stigmates n'aient jamais été directement démontrées,
certaines expériences semblaient cependant apporter leur appui à cette
manière de voir. Les savantes recherches d'un naturaliste allemand,
Landois, qui avait reconnu et minutieusement décrit un véritable
appareil vocal dans les stigmates, l'avaient même rendue classique. Des
expériences dans le détail desquelles nous ne pouvons entrer ici nous
ont convaincu que les savants ont tort--une fois n'est pas coutume,--et
que la vérité se trouve précisément dans la croyance vulgaire.

Les causes du bourdonnement résident certainement dans les ailes. On a
depuis longtemps reconnu que la section de ces organes, pratiquée plus
ou moins près de leur insertion, influe d'une manière plus ou moins
marquée sur le bourdonnement. Il devient plus maigre et plus aigu; le
timbre est lui-même notablement modifié: il perd le _velouté_ dû au
frottement de l'air sur les bords des ailes, et devient nasillard. Le
timbre perçu dans ces circonstances n'a rien qui ressemble au son que
peut produire le passage de l'air à travers un orifice. Il est tout à
fait en rapport, au contraire, avec les battements répétés du moignon
alaire contre les parties solides qui l'environnent, ou des pièces
cornées qu'il contient, les unes contre les autres.

Le bourdonnement, en somme, est dû à deux causes distinctes: l'une, les
vibrations dont l'articulation de l'aile est le siège, et qui
constituent le vrai bourdonnement, l'autre, le frottement des ailes
contre l'air, effet qui modifie plus ou moins le premier.

Quelles que soient d'ailleurs les causes du bourdonnement, on sait que
sa tonalité est en rapport avec le nombre des vibrations qui
l'accompagnent. Elle s'élève, le son devient d'autant plus aigu, que la
taille est moindre. Chez le Bourdon terrestre, le bourdonnement de la
femelle est plus grave que celui du mâle de l'intervalle de toute une
octave; chez l'ouvrière, il est plus aigu encore que chez le mâle, et,
d'autant plus que l'animal est moindre. D'une espèce à l'autre, on note
parfois des différences marquées pour une même taille. Le chasseur
d'abeilles connaît d'expérience l'acuité particulière du chant que fait
entendre le Bourdon des bois; elle suffit pour faire reconnaître, au
vol, telle variété de ce Bourdon ayant même livrée que certaines autres
espèces. Enfin, dans un même individu, la fatigue, en diminuant le
nombre des vibrations, déprime la tonalité; toute cause d'excitation,
la fureur par exemple, la relève au contraire.

* * *

SYSTÈME NERVEUX.--Le _système nerveux_ des Abeilles (fig. 15) est
conforme au type général de cet appareil chez les Insectes. C'est une
double chaîne de petites masses nerveuses appelées _ganglions_, réunis
entre eux dans le sens longitudinal, par des cordons nerveux appelés
_connectifs_. Les deux ganglions juxtaposés au même niveau sont plus ou
moins confondus en une masse d'apparence unique, émettant en avant et en
arrière deux connectifs, et on la désigne toujours comme un ganglion
simple.

[Illustration: Fig. 15.--Système nerveux de l'Abeille.]

La chaîne nerveuse règne tout le long de la région ventrale de l'animal,
au-dessous du tube digestif. Dans la tête seulement un ganglion, le
premier, se trouve au-dessus de ce tube, c'est le ganglion
_sus-œsophagien_. Les connectifs qui l'unissent au ganglion suivant
(g. _sous-œsophagien_), s'écartent pour passer l'un à droite, l'autre
à gauche de l'œsophage, qu'ils embrassent, constituant de la sorte,
avec le premier ganglion, le _collier œsophagien_.

Le ganglion sus-œsophagien, simple en apparence, se compose
réellement de plusieurs. On y distingue, outre les lobes _cérébraux_
proprements dits, deux énormes _lobes optiques_ fortement saillants sur
les côtés, où ils émettent deux gros _nerfs optiques_; deux lobes
antérieurs, dits _olfactifs_, se rendant aux antennes; au-dessus, deux
lobes dont le volume varie comme le degré d'élévation des facultés
psychiques de l'insecte, les _corps pédonculés_, dont la surface est
marquée de plis plus ou moins compliqués.

Le ganglion sous-œsophagien innerve les parties de la bouche.

Chacun des ganglions de la chaîne abdominale envoie des nerfs aux
régions qui l'avoisinent. Il est à considérer comme un centre distinct
et indépendant, dans une certaine mesure, car il émet des fibres
nerveuses motrices et des fibres sensitives; il perçoit des impressions
sensitives et il est agent de réactions motrices. Mais il subit en même
temps l'influence du ganglion sus-œsophagien, qui intervient comme
régulateur et coordinateur des actions émanées de chacun des autres
ganglions. Le ganglion sus-œsophagien préside aussi aux mouvements
généraux, dont il fait l'ensemble et l'harmonie. Mais d'autre part,
grâce à l'autonomie de chaque ganglion, chacun des segments se comporte,
jusqu'à un certain point, comme un individu distinct, et de là vient la
résistance vitale parfois si remarquable de chacun des tronçons en
lesquels on a décomposé un animal articulé. Physiologiquement, aussi
bien qu'anatomiquement, l'Insecte est donc justement nommé, (_Insectum_,
ἑντομον, animal entrecoupé.)

L'appareil nerveux dont nous venons de parler représente, chez les
Insectes, le système nerveux céphalo-rachidien (cerveau, cervelet,
moelle épinière) des animaux vertébrés. Il existe, chez ces derniers, un
autre appareil nerveux, surajouté au premier, et tenant sous sa
dépendance les organes de la nutrition (tube digestif, appareils
circulatoire et respiratoire, etc.). Un système physiologiquement
analogue se trouve aussi chez les Insectes. Nous nous bornons à signaler
sa présence chez l'Abeille.

* * *

SENS DE LA VUE.--Nous avons vu que les Abeilles possèdent des yeux de
deux sortes: les yeux composés ou à facettes et les yeux simples ou
ocelles.

Les yeux composés sont situés sur les côtés de la tête, dont ils
couvrent une étendue variable, mais toujours assez grande, surtout chez
les mâles, ordinairement mieux doués sous ce rapport que les femelles.

Les ocelles, rarement absents, sont disposés en triangle sur le haut du
front.

Ces deux sortes d'yeux fonctionnent d'une façon absolument différente.
Les ocelles constituent chacun un œil complet. Derrière leur cornée
très lisse, très brillante et très convexe, est un cristallin conique,
produisant sur une rétinule des images renversées. L'ocelle est donc
fonctionnellement comparable à un de nos yeux.

[Illustration: Fig. 16.--Cornéules des yeux de l'Abeille.]

Il en est tout autrement des yeux composés. Ils représentent un très
grand nombre de petits yeux, plusieurs centaines, accolés les uns contre
les autres, dirigés vers tous les points de l'horizon, grâce à la
convexité de la surface formée par leur réunion. Cette disposition
compense leur fixité, et permet à l'animal d'avoir, avec des yeux
immobiles, un champ visuel d'une grande étendue. Chacun de ces yeux
élémentaires, différent en cela de l'ocelle, ne peut former d'images
véritables, car il n'admet dans son intérieur, et suivant son axe, qu'un
très fin pinceau de rayons lumineux émanant d'une portion très
restreinte de l'espace. La résultante de la fonction de tous ces yeux ne
peut donc être qu'une image _en mosaïque_. Cette opinion, émise par J.
Müller, et bien des fois combattue, paraît être définitivement admise
aujourd'hui, à la suite des travaux concordants d'un très grand nombre
de savants.

Après avoir démontré expérimentalement que la perception optique des
mouvements est indépendante de celle des couleurs, Exner conclut que les
yeux composés sont admirablement propres à la perception des
déplacements d'un corps dans le champ de la vision. L'œil composé
reçoit de la lumière d'un objet dans un grand nombre de ses éléments.
C'est donc dans un grand nombre d'éléments que l'impression sera
modifiée, en intensité lumineuse, en coloration, etc., si l'objet vient
à se déplacer, et par suite le mouvement de celui-ci sera vivement
perçu. L'observation montre en effet, qu'on irrite à coup sûr les
abeilles, si l'on se livre à des mouvements brusques devant leur ruche,
tandis qu'on peut, impunément se placer devant son entrée, au point de
gêner les allées et venues des butineuses, sans exciter leur colère.

Mais si l'œil composé est très sensible aux mouvements des objets, il
ne reçoit par contre que des images assez vagues de leur forme et de
leurs contours. La perception est d'autant plus nette, que la surface
des yeux est plus grande et le nombre de leurs facettes plus
considérable.

Il résulte d'expériences de M. Forel que les Insectes voient mieux au
vol qu'au repos, avec leurs yeux composés; qu'ils apprécient assez
nettement, au vol, la direction et la distance des objets, du moins pour
de faibles distances; qu'ils perçoivent beaucoup mieux les couleurs que
les formes. Quant aux ocelles, ils ne fourniraient, d'après M. Forel,
qu'une vue très incomplète, et seraient tout à fait accessoires, chez
les Insectes possédant en outre des yeux composés.

* * *

ODORAT.--C'est un fait incontestable que les Insectes ont, en général,
une très vive perception des odeurs, et ce sens atteint, chez certains,
une délicatesse inouïe. On s'accorde assez, malgré quelques
contradictions d'ailleurs réfutées, à placer le siège de cette faculté
dans les antennes.

Lefebvre[2] a montré qu'une abeille, occupée à absorber un liquide
sucré, ne remarque la présence d'une aiguille imprégnée d'éther, que si
on l'approche de ses antennes, et nullement quand on l'approche de
l'abdomen, même à toucher ses orifices respiratoires.

Perris[3] a fait voir, par de nombreux exemples, que c'est à l'aide des
antennes, que divers Hyménoptères reconnaissent leur proie et même la
découvrent cachée dans la terre ou le bois. Ils montrent en ces
circonstances une merveilleuse sagacité, qui est le fait de leur sens
antennaire.

Les abeilles n'ont nullement besoin d'être guidées par la vue pour
découvrir une substance dont elles sont friandes. Elles savent, par
l'odorat, découvrir du miel caché au fond d'un appartement où elles ne
sauraient le voir de dehors, et jusque dans une cave assez obscure.
C'est par l'odorat, et à l'aide de leurs antennes, dont elles se palpent
réciproquement, que les Abeilles sociales se reconnaissent pour
habitantes d'un même nid ou pour étrangères entre elles.

Perris attribue aussi un rôle, dans l'olfaction à très courte distance,
aux palpes maxillaires et labiaux.

* * *

OUÏE.--Un grand nombre d'auteurs ont placé dans les antennes le siège de
l'audition. On a fait remarquer combien ces organes, composés d'une
série d'articles très mobiles, étaient favorablement conformés pour
répondre aux vibrations que l'air peut leur transmettre. On ne voit pas
bien cependant ce que ces ébranlements mécaniques ont de commun avec des
sensations auditives. On sait d'ailleurs que, chez certains
Orthoptères, l'organe auditif réside dans le tibia des pattes
antérieures, et sir John Lubbock a découvert dans le tibia des Fourmis
un curieux appareil qu'il suppose pouvoir être l'oreille de ces
insectes. Mais, pour ce qui est des antennes, pas un fait encore n'est
venu confirmer l'hypothèse qui leur attribue la perception des sons.

Voici ce que dit Lubbock à ce sujet: «Le résultat de mes expériences sur
l'audition chez les Abeilles m'a considérablement surpris. On croit
généralement que les émotions des abeilles sont exprimées dans une
certaine mesure par les sons qu'elles produisent, ce qui semblerait
indiquer qu'elles ont la faculté d'entendre. Je n'ai en aucune façon
l'intention de nier qu'il en soit ainsi. Toutefois je n'ai jamais vu
aucune d'elles se soucier des bruits que je pouvais produire, même tout
près d'elles. J'expérimentai sur une de mes abeilles avec un violon. Je
fis le plus de bruit que je pus, mais à ma grande surprise elle n'y prit
garde. Je ne la vis même pas retirer ses antennes.... J'essayai sur
plusieurs abeilles l'action d'un sifflet pour chiens, d'un fifre aigu;
mais elles ne parurent nullement s'en apercevoir, pas plus que de
diapasons dont je me servis sans succès. Je fis aussi des essais avec ma
voix, criant près de la tête des abeilles; mais en dépit de tous mes
efforts je ne pus attirer leur attention. Je répétai ces expériences la
nuit, alors que les abeilles reposaient, mais tout le bruit que je pus
faire ne parut pas les déranger le moins du monde[4]».

Déjà Perris n'avait pas été plus heureux, en faisant «bourdonner des
diptères, grincer des corselets de longicornes, etc., à quelque distance
d'individus de même espèce et de sexes différents»; M. Forel pas
davantage, en faisant «grincer les hautes cordes d'un violon à 5 ou 4
centimètres d'abeilles en train de butiner dans les fleurs; en criant,
sifflant à pleins poumons, à quelques centimètres de divers insectes.»
Tant qu'ils ne voyaient pas l'expérimentateur, il n'y faisaient aucune
attention.

Nous pouvons donc conclure avec certitude que les Abeilles, comme la
plupart des Insectes, sont privées de la faculté de percevoir les sons.
Il ne semble même pas qu'il y ait lieu de faire, avec sir J. Lubbock,
cette réserve, que les Insectes pourraient peut-être entendre des sons
qui n'existent point pour nous, car ce n'est là qu'une supposition, née
sans doute de la répugnance à admettre que ces animaux soient dépourvus
d'un sens qui nous semble si important.

* * *

TACT.--Tous les Insectes sont doués d'une sensibilité tactile fort
délicate. Cette faculté est loin d'être répandue uniformément sur tout
le corps; certaines parties même semblent être peu ou point
impressionnables, les ailes par exemple. Les antennes sont à cet égard
douées d'une exquise finesse de perception, que l'on a bien souvent mise
à l'actif de l'audition, qui n'existe pas. Les palpes, les tarses, sont
encore des organes fort sensibles aux attouchements.

La plupart des Insectes, et en particulier les Abeilles, perçoivent avec
une délicatesse extrême les plus faibles ébranlements, soit qu'ils
proviennent de l'air, où qu'ils soient transmis par les corps sur
lesquels leurs pieds reposent. Alors que les bruits les plus intenses
laissent indifférente la population d'une ruche, le plus léger souffle à
l'entrée, le moindre choc sur la paroi éveille une rumeur dans
l'intérieur, et fait sortir un certain nombre d'abeilles irritées,
toutes prêtes à repousser une attaque.

Un organe affecté à plusieurs fonctions remplit d'ordinaire assez mal
chacune d'entre elles. En dépit de la loi de division du travail, la
coexistence de deux sens dans les antennes ne nuit en rien à l'exquise
finesse des sensations tactiles ou olfactives.

L'admirable organe que l'antenne! Et combien de notions il procure à
l'Abeille! Dans l'obscurité de la ruche ou la nuit d'un terrier, ce qui
la guide, c'est l'antenne. Dans les détours, le labyrinthe compliqué des
rayons, ce qui lui fait retrouver, sans le secours des yeux, la cellule,
entre mille, qu'elle a pris pour tâche de remplir, c'est l'antenne.
L'antenne est la main et les doigts qui instruisent de la forme et des
contours des objets. Elle est le compas qui mesure les dimensions d'un
espace, les proportions à donner à la cellule de cire ou d'argile. C'est
par elle encore que l'Abeille recueille l'effluve odorant émané de la
fleur lointaine, ou du dépôt de miel que l'œil ne saurait voir;
qu'elle reconnaît les membres de la famille, et distingue la sœur de
l'étrangère, l'amie de l'ennemie. Est-ce là tout? Qui pourrait le dire?
Il est bien probable que les antennes rendent à l'Insecte encore
d'autres services que nous ignorons, que nous ne pouvons même pas
soupçonner.

* * *

GOUT.--Ce sens existe, à n'en pas douter, chez les Abeilles. Lorsqu'un
de ces hyménoptères est une fois venu se gorger de miel en un endroit où
il a été placé tout exprès, il ne manquera pas d'y revenir. Mais si l'on
a mêlé au miel une substance telle que l'alun ou la quinine, l'insecte
se retire avec dégoût à peine il y a touché.

On a souvent attribué aux palpes la fonction gustative. Mais on peut les
couper sans que cette fonction semble le moins du monde atteinte. C'est
dans la bouche même qu'en est le siège, probablement en certaines
parties des mâchoires et de la langue, et mieux encore dans un organe
nerveux décrit par Wolff dans l'épipharynx, organe particulièrement
développé chez les Abeilles, mais qui existe aussi chez les Fourmis.

* * *

INSTINCT ET INTELLIGENCE.---- De toutes les facultés dont le système
nerveux est le siège, les plus élevées, l'instinct et l'intelligence,
existent à un haut degré chez les Abeilles, comme chez les Fourmis.
Elles font même de ces animaux les plus remarquables des Hyménoptères,
et même de tous les Insectes. Nous trouvons aussi chez eux, mais moins
développés, les sentiments affectifs, apanage exclusif, cela se conçoit,
des espèces sociales. Nous ne dirons rien ici de ces facultés. Ce livre
n'est, à proprement parler, que l'histoire de l'instinct et de
l'intelligence des Abeilles. Leurs faits et gestes en diront
suffisamment là-dessus. Aussi nous abstenons-nous ici de généralités
parfaitement inutiles.

* * *

DES SEXES. DISPARITÉ SEXUELLE.--Chez les Abeilles, comme chez tous les
Insectes, en général, la femelle seule a la mission de pourvoir aux
besoins de la progéniture. A elle seule revient le soin de lui préparer
le vivre et le couvert. Une exception à cette loi se voit chez plusieurs
Abeilles sociales, de même que chez les Fourmis, où la mère de toute la
colonie n'a autre chose à faire que de pondre; les aînés de ses enfants
se chargent pour elle de tous les soins de la maternité.

Bien variés, dans la série des Abeilles, sont les travaux que ces soins
réclament, bien différents aussi les aptitudes, les instruments qu'ils
exigent. Aussi les femelles, à qui ces fonctions incombent, sont-elles
fort diversifiées entre elles, portant chacune les attributs de leur
métier, d'ailleurs robustes, car elles ont souvent à peiner beaucoup.
Les mâles, au contraire, dont le seul rôle est la fécondation, souvent
malingres, comparés à leurs compagnes, diffèrent peu les uns des autres,
et leur uniformité, dans certains groupes, est même extraordinaire. Chez
l'Insecte, du reste, le sexe féminin a d'habitude la prééminence; il est
le sexe fort, le sexe noble, si l'on veut, noble par le travail et par
l'intelligence.

En dehors du très court instant où leur intervention est nécessaire, les
mâles passent leur temps à se rassasier du suc des fleurs, à prendre
leurs ébats, à s'ensoleiller, à dormir. Ils sont si près d'être
inutiles, que parfois l'on s'en passe: la parthénogénèse, ou génération
virginale, n'est pas rare chez les Insectes, et nous la trouverons chez
les Abeilles.

Les sexes, d'après ce que nous venons de dire, se distinguent presque
toujours aisément chez ces insectes. La disparité sexuelle y est le plus
souvent très accentuée, au point même qu'en certains cas, apparier les
deux sexes est une grande difficulté, que l'observation seule peut
résoudre: il faut, ou bien surprendre les couples sur le fait, ou bien
les voir naître d'un même berceau. Mais, en dehors de toute comparaison
d'un sexe à l'autre, rien n'est plus aisé que de reconnaître si l'on a
affaire à un mâle ou à une femelle. Celle-ci n'a jamais que douze
articles aux antennes et six segments à l'abdomen. Le mâle a treize
articles aux antennes et sept segments abdominaux. La femelle enfin est
armée d'un aiguillon, qui manque toujours au mâle.

* * *

DÉVELOPPEMENT.--Le développement des Abeilles présente les mêmes phases
générales que celui des autres insectes: _œuf_, _larve_, _nymphe_,
_adulte_, en un mot les métamorphoses que tout le monde connaît. Nous ne
pouvons ici nous y appesantir; l'étude des différentes sortes d'Abeilles
nous fournira l'occasion de donner quelques renseignements sur ces
divers états, quand il en vaudra la peine. Quant à l'évolution
embryonnaire, malgré les faits d'un haut intérêt qu'elle pourrait
présenter, le grand nombre de notions spéciales qu'elle exigerait pour
être suivie avec fruit nous entraînerait fort loin, et nous n'osons
vraiment pas l'aborder.



CLASSIFICATION DES ABEILLES.


Bien qu'il y ait eu des naturalistes pour le prétendre, la
classification n'est pas, tant s'en faut, le but ultime de la science.
Elle est avant tout un procédé, un moyen d'étude, un élément de
simplification et de clarté. C'est à ce titre, et afin d'éviter des
redites, que nous nous permettons de donner ici, avant d'aborder l'étude
particulière des différentes sortes d'Abeilles, un rudiment de leur
classification.

Nous savons déjà que, d'après la conformation de leur langue, les
Abeilles se divisent en deux grandes tribus, les ABEILLES A LANGUES
LONGUE, qu'on appelle encore APIDES ou ABEILLES NORMALES (Shuckard), et
les ABEILLES A LANGUE COURTE, appelées aussi ANDRÉNIDES, du nom d'un de
leurs genres les plus importants, ou ABEILLES SUBNORMALES (Shuckard).

Chacune de ces divisions se subdivise à son tour, les Apides en
_Sociales_ et _Solitaires_; les Andrénides, qui d'ailleurs sont toutes
solitaires, en _Acutilingues_ et _Obtusilingues_. Enfin, les Solitaires,
d'après les situations de l'appareil collecteur, aux pattes postérieures
ou sous l'abdomen, se partagent en _Podilégides_ et _Gastrilégides_.

Nous nous contenterons de cette ébauche de classification, que le
tableau suivant fixera mieux dans l'esprit.

           { à langue longue   { Sociales.
           {                   {                   { Podilégides.
  Abeilles {   _Apides_        { Solitaires.       { Gastrilégides.
           {
           { à langue courte   }     . . . . .     { Acutilingues.
           {   _Andrénides_    }                   { Obtusilingues.

Entre ces quatre grands groupes se répartissent fort inégalement une
cinquantaine de genres européens et plus de soixante exclusivement
exotiques. Pour les raisons que nous avons fait connaître, nous ne
pourrons guère nous attacher qu'à une trentaine de ces genres, presque
tous européens.

Quant à l'ordre que nous suivrons dans cette revue, il ne sera point
celui que le lecteur eût pu prévoir d'après ce qui a été dit des
rapports hiérarchiques des différentes sortes d'abeilles entre elles.
Nous ne prendrons point l'Abeille à son état le plus inférieur, pour
nous élever par degrés à la plus parfaite. Si naturelle, si
satisfaisante pour l'esprit que cette méthode puisse être, elle
exigerait, pour être menée à bien, tout l'appareil d'une démonstration
rigoureuse, qui ne fait grâce d'aucun détail, ne néglige aucun élément
de conviction. Tel ne saurait être le caractère de ce livre, avant tout
élémentaire et facile.

Nous suivrons précisément l'ordre inverse de celui que nous eussions
préféré. A tout seigneur tout honneur. Au premier rang viendra l'Abeille
la plus anciennement et la plus vulgairement connue, la Mouche à miel,
puis ses congénères les plus immédiats. Les Abeilles solitaires
viendront ensuite, à commencer par celles qui diffèrent le moins des
sociales, et nous terminerons par celles qui s'en éloignent le plus.



APIDES SOCIALES


Une espèce animale est d'ordinaire représentée par deux formes, le mâle
et la femelle. Chez les Insectes sociaux, le type spécifique comporte au
moins trois formes. La femelle s'y dédouble, pour ainsi dire, en deux
autres, qui se partagent les fonctions ailleurs dévolues à la femelle
unique: la production des jeunes d'un côté, leur élevage de l'autre. Il
existe ainsi une femelle ou _reine_, et des _ouvrières_.

Plus le départ entre les deux fonctions est complet, moins elles
empiètent l'une sur l'autre, et plus la société est parfaite. La
division du travail est la loi de perfectionnement de toute société,
humaine ou animale.

Les Abeilles sociales nous offrent, à ce point de vue, trois degrés: le
Bourdon, la Mélipone, l'Abeille des ruches.

Le mâle n'est pour rien dans cette hiérarchie. Il reste, chez les
Abeilles sociales, ce qu'il est partout ailleurs: il féconde la
pondeuse, et c'est tout. Ainsi en est-il aussi chez les Fourmis. Mais
dans les sociétés de Termites (Névroptères), le mâle peut perdre ses
prérogatives ordinaires, pour devenir, lui aussi, un travailleur, un
_soldat_, le défenseur de la communauté. C'est peut-être le seul cas,
dans toute la classe des Insectes, où le mâle renonce à l'éternelle
paresse qui est l'apanage de son sexe.



L'ABEILLE DOMESTIQUE.


Le genre _Apis_, dans lequel Linné confondait tout ce qu'aujourd'hui
nous appelons les Abeilles ou Apiaires, ne renferme plus actuellement
que l'Abeille domestique (_Apis mellifica_) et un petit nombre d'espèces
voisines, habitant toutes l'ancien monde.

De toutes ces abeilles, la seule bien connue est celle de nos ruches,
répandue en nombreuses variétés dans toute l'Europe, le nord de
l'Afrique et une partie de l'Asie.

* * *

Il est de connaissance vulgaire que toute colonie d'abeilles, une ruche,
contient les trois sortes d'individus dont nous avons parlé: des
ouvrières, une reine et des mâles ou faux-bourdons.

_L'ouvrière._--Tout le monde la connaît, tout le monde l'a vue, cette
infatigable mouche, dont l'extérieur, sombre et sévère, n'a rien pour
appeler l'attention, rien, si ce n'est son incessante activité. Toujours
en mouvement, visitant une fleur après l'autre, sans un instant de
répit, jamais on ne la voit posée, à ne rien faire ou à s'ensoleiller,
comme tant d'autres (fig. 17, _a_).

Son corps est à peu près cylindrique, modérément velu, sauf le vertex et
le corselet, qui sont assez densément vêtus, le premier de poils
noirâtres, le second de poils d'un roux brun; l'abdomen est cerclé de
bandes d'un fin duvet plus clair. La tête, aplatie sur le devant, est
triangulaire, vue de face. Trois forts ocelles en triangle se voient au
milieu des poils du vertes. Sur le côté, les yeux composés, à facettes
très petites, condition favorable à une vision nette, sont pubescents à
la loupe, circonstance qui ne nuit en rien à leur fonction, car les
poils sont portés, non sur les cornéules, mais sur leur pourtour. Du
milieu de la face naissent deux antennes assez courtes, géniculées après
le premier article, à lui seul aussi long que la moitié du funicule.
Sous un large chaperon apparaît un labre court, allongé en travers; sous
le labre, des mandibules convexes en dehors, concaves en dedans,
élargies au bout, non denticulées, comme de larges cuillers. Les
mâchoires, la lèvre inférieure si compliquée nous sont connues.

[Illustration: Fig. 17--Abeilles ouvrière, reine, mâle.]

Le thorax n'a rien qui mérite de fixer notre attention, non plus que les
ailes, où nous signalerons seulement une cellule radiale très allongée,
trois cubitales, la seconde en long trapèze irrégulier, la troisième
très étroite, obliquement couchée sur la seconde.

[Illustration: Fig. 18.--Pattes postérieures des trois sortes
d'abeilles.]

Les pattes nous arrêteront plus longtemps. Celles de la première paire
sont assez grêles; le premier article des tarses, aussi long que les
suivants réunis, est garni en dessous de poils courts et serrés, formant
brosse. Aux pattes de la deuxième paire, ce premier article des tarses
est fortement élargi en palette et muni aussi en dessous d'une brosse.
Les pattes (fig. 18 _a_ et _b_) de la troisième paire sont tout à fait
caractéristiques, et témoignent d'une adaptation non moins parfaite que
celle de la lèvre inférieure. Le tibia, très aplati, en forme de long
triangle, a sa face extérieure presque plane, un peu creusée, absolument
lisse et très brillante. Les côtés du tibia sont ciliés de longs poils,
un peu voûtés au-dessus de cette surface unie, parfaitement disposés
pour contribuer à y maintenir la pâtée de pollen. Nous venons de décrire
ce que l'on appelle la _corbeille_. Le premier article des tarses qui
suit, comme celui de la deuxième paire, est en forme de palette; mais
cette palette est plus longue, surtout plus large; la brosse qu'elle
porte est formée de crins plus forts, disposés en travers sur huit ou
neuf rangées; c'est une véritable étrille. L'extrémité inférieure et
interne du tibia est garnie d'une rangée de courtes épines; l'angle
supérieur et externe du premier article des tarses se prolonge en une
sorte de talon ou éperon qui concourt, avec les épines du tibia, à
détacher et saisir sous l'abdomen les plaques de cire.

L'abdomen, tronqué en avant, conique en arrière, est très convexe et
presque cylindrique dans son ensemble.

* * *

_La reine_ (fig. 17 _b_).--La _reine_ ou _femelle_ diffère de
l'ouvrière, à première vue, par sa taille beaucoup plus grande. Sa tête
est un peu plus étroite, son corselet guère plus gros, en sorte que la
différence de grandeur tient surtout à l'abdomen. Cet organe est en
effet un peu plus large, surtout plus long, jusqu'à égaler de deux à
trois fois la longueur de la tête et du corselet réunis. Du reste, le
développement de cet organe varie beaucoup suivant l'état physiologique
de l'abeille. Il est énorme au temps de la plus grande ponte; il est
plus ou moins réduit en d'autres temps, parfois même au point de n'avoir
plus que les dimensions de celui d'une ouvrière. Il se distend par
l'écartement de ses anneaux, ou se resserre, suivant le volume variable
des ovaires.

Les organes buccaux sont sensiblement réduits chez la reine, qui jamais
ne visite les fleurs: la langue est beaucoup plus courte, les mâchoires
également; les mandibules étroites, bidentées. Les pattes (fig. 18 _c_),
assez robustes, sont dénuées de brosses et de corbeilles.

* * *

_Le mâle_ (fig. 17 _c_).--Le _mâle_ ou _faux-bourdon_ est gros et
robuste, sa forme générale cylindrique, sa villosité abondante. Les yeux
composés atteignent un développement énorme dans ce sexe: de la base des
mandibules, ils s'étendent de part et d'autre jusqu'au milieu du vertex,
où ils se rejoignent, séparés par un simple sillon, et ils empiètent
notablement sur la face, réduite au quart à peine de la surface de toute
la tête. Les yeux simples, refoulés vers la face par la grande extension
des yeux à réseau, sont néanmoins volumineux. Les antennes, à scape
fort court, comptent 13 articles au lieu de 12 comme il est de règle
chez toute espèce d'abeilles. Les organes buccaux sont remarquablement
courts. Le thorax est densément revêtu d'une villosité serrée, veloutée.
Les pattes antérieures et moyennes sont grêles; les postérieures (fig.
18 _d_), plus fortes, manquent de tout instrument de travail et sont
convexes extérieurement. L'abdomen est gros, obtus aux deux bouts, aussi
long que la tête et le corselet réunis, formé de 7 segments au lieu de 6
(ouvrière et reine), le dernier presque entièrement caché, au-dessous,
par le sixième.

* * *

LA RUCHE.--Nous connaissons, quant à l'extérieur du moins, les habitants
de la ruche. Un mot de leur demeure.

Un essaim, qu'il soit logé dans le creux d'un vieil arbre, dans un trou
de rocher, ou dans un de ces petits édifices dont l'apiculteur fait les
frais, habite un assemblage de _gâteaux_ ou _rayons_ de cire, pendant
verticalement du plafond de la ruche, parallèles entre eux, séparés par
des intervalles fixes, et comprenant chacun deux rangées de cellules.

Ces cellules, dont l'axe est perpendiculaire au plan du rayon, et par
conséquent horizontal, sont, on le sait, hexagonales. Elles diffèrent
suivant l'insecte qui s'y développe. Celles qui sont destinées aux
ouvrières sont petites: 19 à la file font un décimètre. Celles qui
servent au développement des mâles sont plus grandes: 15 au décimètre.
Tel gâteau ne montre que des cellules d'ouvrières; tel autre n'a que des
cellules de mâles. Souvent le même rayon est en partie fait de cellules
d'ouvrières (fig. 19 _b_), en partie de cellules de mâles (fig. 19 _c_).

Les gâteaux, ou plutôt leurs cellules, ne servent pas seulement de
berceau pour les abeilles. Ils servent aussi de magasins de provisions
pour le miel et pour la pâtée de pollen.

C'est dans les intervalles des rayons que se tient la population de la
ruche, retirée, resserrée dans le cœur de l'édifice, quand le temps
est froid, pour bien conserver la chaleur intérieure, ou partout
répandue sur les rayons, quand la température est chaude, et que les
habitants sont nombreux. Mais c'est là où se trouvent des œufs, des
larves ou des nymphes, du _couvain_ en un mot, que se tiennent de
préférence les abeilles, pressées les unes contre les autres, attentives
aux soins à donner aux jeunes, et entretenant autour d'eux une douce
chaleur nécessaire à leur évolution normale.

[Illustration: Fig. 19.--Cellules ou alvéoles.]

La température intérieure de la ruche, prise dans la chambre à couvain,
peut osciller de 23° à 36°. Au-dessus de ce point, les abeilles cessent
tous travaux, et se tiennent à l'extérieur en grandes masses.

Ce logis est calfeutré avec le plus grand soin; le moindre trou, la plus
étroite fissure, sont hermétiquement bouchés à l'aide d'une matière
résineuse, la _propolis_, que les abeilles se procurent, dit-on, sur les
arbres résineux ou sur les bourgeons des peupliers. Un orifice de forme
quelconque, et de dimensions en général médiocres, est seul laissé sur
une des façades de la ruche, pour l'entrée et la sortie des abeilles.
Des sentinelles veillent sans cesse à cette porte, et leurs antennes ne
manquent jamais de prendre des renseignements sur les arrivants.



PHYSIOLOGIE DE LA RUCHE


LA MÈRE.--Il serait bien long de rappeler tout ce que l'enthousiasme des
premiers observateurs a conçu d'idées erronées sur le compte des
abeilles, relativement à leurs mœurs, à leurs lois sociales, à leur
gouvernement. Et d'abord, on a longtemps cru que le chef de la ruche
était, non point, une reine, mais un roi. Et les despotes couronnés
pouvaient admirer et envier ce monarque de la ruche, fier d'une autorité
incontestée, toujours choyé, toujours honoré; qui n'a même à se
préoccuper de rien, car un monde d'esclaves, jeunes, vieux, mais
également dévoués, se charge de tous soins, de toutes affaires au dedans
et au dehors.

Il faut quelque peu rabattre de ce tableau. Ce roi, d'abord, c'est une
reine;, que dis-je? une reine qui ne gouverne ni ne règne; c'est une
femelle, une pondeuse, la mère de toute la colonie. Et c'est tout. Sa
seule fécondité fait son prestige, et le culte qui l'environne, et les
soins de tous ses enfants, dont une foule toujours se presse autour
d'elle, la flattant amoureusement des antennes, présentant souvent à sa
bouche une goutte de miel, une garde du corps qui suit tous ses pas, et
au besoin saurait vaillamment la défendre.

De la mère et de sa vitalité dépendent la population et l'opulence de la
colonie. Une mère chétive et souffreteuse fait une ruche pauvre et
misérable. Avec une robuste pondeuse, un essaim populeux, des magasins
regorgeant de richesses. Non, ce n'est pas un instinct mal adapté que
celui qui fait la constante sollicitude, les soins empressés des
abeilles pour leur mère commune. Le pur intérêt, la froide raison, ne
calculeraient pas autrement.

Se nourrir et puis pondre, c'est là toute l'affaire, toute la vie de
cette prétendue reine. Et ce n'est pas, nous l'allons voir, une
sinécure. Mais, d'autre part, l'œuf pondu, tout est dit; la pondeuse
n'en a cure. Il sera assidûment visité par les ouvrières, son éclosion
surveillée, et la jeune larve à peine née, aussitôt pourvue d'aliments.
Donner le jour à sa progéniture, c'est assez pour la mère; les ouvrières
ses filles seront les nourrices; à elles tous les soins des enfants au
berceau, l'élevage de leurs sœurs.

Peu de jours après sa naissance, la jeune femelle, si le temps le
permet, sort une première fois de la ruche. C'est ce qu'on appelle la
_promenade nuptiale_, qui se répète un nombre variable de fois, jusqu'à
ce qu'elle ait rencontré un faux-bourdon qui la féconde. Cet acte
s'accomplit dans les airs, et nul homme encore n'en a été témoin. La
femelle fécondée rentre dans la ruche, et n'en sortira plus de sa vie,
si ce n'est lors de la formation d'un essaim.

Tant qu'elle vivra, elle pondra désormais des œufs fertiles, sans
qu'elle ait besoin de convoler à de nouvelles noces. Le liquide séminal
provenant du mâle se trouve contenu dans un petit réservoir globuleux,
d'un millimètre à peine de diamètre. C'est bien peu; et cependant c'est
assez pour subvenir à la fécondation des œufs que l'abeille pourra
pondre pendant toute la durée de son existence. Quelquefois cependant,
sur ses derniers jours, la provision peut s'épuiser, et nous verrons les
conséquences de cet accident.

* * *

Aux âges de barbarie de la science, c'était une opinion générale qu'en
des cas exceptionnels un animal pouvait provenir de son parent sans
fécondation préalable. On attribuait à des causes peu connues, souvent
surnaturelles, l'apparition d'un être dont le mode d'origine n'avait pas
été observé. La science moderne a fait justice des absurdités; mais,
trop absolue, elle avait écarté la génération sans _baptême séminal_ des
théories positives. On sait aujourd'hui, grâce à des observations
nombreuses et irréprochables, qu'un certain nombre d'êtres vivants
viennent au monde n'ayant pour tout parent qu'une mère. _Lucina sine
concubitu._ C'est ce qu'on appelle la _parthénogenèse_, ou la génération
par des femelles vierges. Tel est le cas des Pucerons, comme le
démontra, dans le siècle dernier, le philosophe et naturaliste Bonnet,
de Genève; des Lépidoptères du genre Psyché, ainsi que l'a établi de nos
jours de Siebold; des Hyménoptères de la tribu des Cynipides, auteurs de
ces excroissances souvent bizarres, que portent fréquemment certaines
plantes, particulièrement le chêne, et qu'on nomme des galles.
Bornons-nous à ces exemples; la liste des animaux reconnus
parthénogénésiques serait fort longue. Elle comprend aussi l'Abeille.

Un curé de Silésie, apiculteur zélé, Dzierzon, frappé d'un certain
nombre de faits curieux, que la pratique avait signalés depuis longtemps
aux éleveurs d'abeilles, sans leur en révéler la cause, en chercha
l'explication et la trouva dans la parthénogenèse. Il en formula la
théorie dans les propositions suivantes:

1º Tout œuf de l'Abeille-mère qui reçoit le contact du fluide séminal
devient un œuf de femelle ou d'ouvrière; tout œuf qui n'a pas subi
ce contact est un œuf de mâle.

2º L'Abeille-mère pond à volonté un œuf de mâle ou un œuf de
femelle.

Ces propositions venaient bouleverser les idées généralement admises sur
la multiplication des êtres. Elles rencontrèrent beaucoup de
contradicteurs et suscitèrent de vifs débats parmi les apiculteurs. La
théorie de Dzierzon finit cependant par triompher de toutes les
résistances. Or, voici de quelle façon merveilleusement simple elle
donnait la clef de certains phénomènes.

Les gâteaux présentent parfois une irrégularité remarquable, qui
coïncide avec un développement exagéré de la population mâle. Les
apiculteurs allemands désignent par une dénomination spéciale ces
gâteaux mal faits; ils les appellent _buckelige Waben_ (gâteaux bossus),
et par suite _buckel Brut_ (couvée bossue), la génération qui en
provient. Quelle est la cause de ces anomalies? Elles résultent, selon
Dzierzon, de ce que la jeune reine, mal conformée pour le vol, n'a pu
quitter la ruche, ni, partant, être fécondée. Il s'ensuit fatalement
qu'elle n'a pu pondre que des œufs de faux-bourdons. Or, ces œufs
n'ont pas été pondus seulement dans les cellules destinées à recevoir
des mâles, mais aussi dans les cellules d'ouvrières, beaucoup plus
petites. Les larves de faux-bourdons sont bientôt à l'étroit dans ces
compartiments qui ne vont pas à leur taille. Les abeilles, qui s'en
aperçoivent, se hâtent de les agrandir, et on les voit, une fois clos,
se soulever en dôme saillant au-dessus du niveau des cellules renfermant
des ouvrières.

Vers la fin de sa vie, la reine, sans cesser d'être féconde, produit une
proportion d'œufs mâles toujours croissante avec l'âge, et finit même
parfois par n'en plus produire de l'autre sexe. C'est qu'une ponte
prolongée a épuisé la provision de substance fécondante renfermée dans
le réservoir séminal. Plus d'œuf fécondé par conséquent; tout œuf
pondu est un œuf de mâle.

On voit parfois des ouvrières pondre quelques œufs, et toujours des
œufs de mâles; le fait est signalé par Aristote lui-même. Il n'a rien
d'extraordinaire, si l'on observe que les ouvrières ne sont que des
femelles, dont les organes génitaux ont subi un arrêt de développement.
L'imperfection de l'appareil reproducteur les rend inaptes à la
fécondation, sinon à la production de quelques œufs, qui seront
inévitablement des œuf de mâles.

Il existe deux variétés, entre autres, deux races d'abeilles: l'une est
celle de nos pays, l'autre est la race italienne, l'Abeille
_ligurienne_, l'Abeille chantée par Virgile, et préférée à la première à
cause de son humeur, dit-on, plus paisible et de la supériorité de ses
produits. Aussi essaye-t-on de la propager hors de son pays. Des
croisements en résultent. Or voici ce qui arrive invariablement, affirme
Dzierzon. Qu'une abeille allemande reçoive un mâle italien, vous
obtiendrez des femelles et des ouvrières mi-parties allemandes et
italiennes et des mâles purs allemands; et réciproquement, une femelle
italienne et un mâle allemand donneront des mâles de pure race italienne
et des femelles et ouvrières dont les caractères seront un mélange de
ceux des deux races. Preuve que le mâle et la femelle concourent
également à la production des femelles, et que le mâle n'entre pour rien
dans la procréation des mâles.

Reste à démontrer la seconde partie de la théorie, savoir: que la reine
pond à volonté des œuf de l'un ou de l'autre sexe. Nous savons que
les cellules de mâles diffèrent de celles d'ouvrières par leurs
dimensions. Or l'Abeille-mère ne s'y méprend jamais, et, sauf les cas de
non-fécondation, chaque sorte de cellule reçoit l'œuf qui lui
convient. Elle pondrait donc, selon son bon plaisir, des mâles ou des
femelles.

Telle est, dans ce qu'elle a d'essentiel, la théorie de la
parthénogenèse de l'Abeille, telle que Dzierzon l'a formulée et que
l'acceptent la presque totalité des apiculteurs et des zoologistes.

Le lecteur nous permettra de lui opposer quelques doutes. Et d'abord,
n'est-elle pas exorbitante, cette faculté concédée à l'Abeille, seule
parmi tous les êtres vivants, non seulement de connaître le sexe de
l'œuf qu'elle va pondre, mais, bien plus, de pouvoir volontairement
en déterminer le sexe? Tout œuf est originairement mâle. Fécondé, il
change de sexe et devient femelle. On dit bien, pour expliquer un fait
si extraordinaire, que la pondeuse peut, à volonté, en comprimant ou non
le réservoir séminal, déverser sur l'œuf qui descend dans l'oviducte
une certaine quantité de matière fécondante, ou bien le laisser passer
sans le gratifier de cette aspersion, si elle veut faire un mâle. Il
faut cependant remarquer qu'on n'a jamais songé à attribuer à aucun
autre animal qu'à l'Abeille le pouvoir d'agir volontairement sur des
phénomènes qui, par leur essence même, semblent absolument soustraits à
l'influence de la volonté. Il ne serait donc pas trop, pour établir chez
elle l'existence d'une aussi étrange faculté, d'une foule d'expériences
concordantes. Or pas un fait expérimental ne l'a jamais prouvée. Cette
faculté reste donc une hypothèse, une explication, et rien de plus.

C'est déjà bien assez de reconnaître à l'Abeille, non point la notion du
sexe de l'œuf qu'elle va pondre, ce qu'on ne saurait raisonnablement
admettre, mais l'instinct de déposer dans chaque sorte de cellule des
œufs du sexe approprié. Sa faculté élective va jusque-là, mais pas
plus loin; encore est-elle en certains cas mise en défaut, et il n'est
pas rare de trouver quelques mâles égarés dans des cellules d'ouvrières,
par le fait d'une pondeuse cependant en bonne santé et normalement
féconde. L'expérience a même montré à M. Drory, que si toutes les
grandes cellules ont été enlevées de la ruche, la mère, le moment venu
de pondre des œufs de mâles, n'hésite nullement à les déposer dans
les cellules d'ouvrières; et, inversement, elle pond des œufs
d'ouvrières dans des cellules de mâles, si l'on n'en a pas laissé
d'autres à sa disposition.

La parthénogenèse n'est point ici en cause. Le fait de la ponte
d'œufs fertiles par une reine non fécondée n'est nullement contesté.
La fécondation n'est point nécessaire, pour que des germes mâles se
développent; mais cela ne veut point dire que la fécondation n'ait sur
ces germes aucune influence. Ils n'en subissent pas moins l'action du
fluide séminal, qui leur transmet, à des degrés divers, la ressemblance
paternelle. Les faux-bourdons peuvent naître sans père; mais, si un père
intervient, il leur imprime plus ou moins fortement le cachet de sa
race.

On peut constater, en effet, contrairement aux assertions de Dzierzon,
que, dans une ruche dont la mère est de race italienne pure, mais a été
fécondée par un mâle du pays, les faux-bourdons qui, théoriquement,
devraient tous être des italiens purs, sont des métis, aussi bien que
les ouvrières. Les mâles tiennent donc de leur père, tout comme leurs
sœurs, et l'Abeille ne fait point exception à la loi commune.

La production des œufs de l'un ou de l'autre sexe paraît être une
nécessité physiologique, étroitement liée à des conditions particulières
de température et d'alimentation, et sans aucun rapport avec la volonté
de l'Abeille. C'est normalement au printemps, et à une époque précise,
que les mâles commencent à se montrer dans les ruches. On sait, d'autre
part, que les colonies parvenues à la fin de l'hiver avec des provisions
abondantes sont celles où les mâles se montrent le plus tôt. Souvent il
suffit de nourrir artificiellement une ruche, au début du printemps,
pour y hâter l'apparition des mâles. La précocité ou le retard des beaux
jours interviennent encore pour hâter ou différer la ponte des mâles. Et
l'on ne voit pas où et comment la volonté de la pondeuse pourrait se
glisser comme facteur dans ce phénomène, si nettement soumis aux
fluctuations des circonstances extérieures. Il est vrai que les
apiculteurs nous diront que la reine, voyant le temps si beau et les
provisions abondantes, se met en devoir de pondre des mâles. Mais quelle
sagacité, quelle pénétration ont donc ces gens si bien renseignés sur
les pensées qui peuvent éclore dans la cervelle d'une abeille?

* * *

Deux jours après la promenade nuptiale, la jeune mère commence sa
ponte. Les œufs ne sont point déposés au hasard çà et là, dans les
cellules vides. Le haut des rayons est laissé, en général, pour les
provisions, miel et pollen. La pondeuse se place vers le milieu du
rayon; là, un premier œuf est déposé dans une cellule, puis dans les
cellules contiguës et ainsi de suite, l'espace garni d'œufs allant
toujours en s'élargissant sans jamais présenter aucun vide, en sorte que
les premiers œufs pondus se trouvent au centre de cet espace, les
plus récemment pondus sur les bords.

Quand la mère a ainsi pourvu d'œufs une certaine étendue du rayon,
elle passe sur l'autre face, et pond de même dans les cellules adossées
aux premières. Puis elle passe aux rayons juxtaposés au premier, à
droite et à gauche, ensuite aux suivants, en s'écartant toujours
symétriquement de part et d'autre du premier, qui occupe ainsi le centre
des rayons porteurs d'œufs ou de couvain. Cette disposition a
l'avantage de réunir dans la partie centrale de la ruche, la plus facile
à maintenir à la température convenable, tout ce qu'il y a d'œufs ou
de larves; c'est là que les ouvrières se trouvent réunies en masses
pressées, réchauffant le couvain de leur propre chaleur.

L'activité de la ponte dépend surtout de l'abondance des récoltes que
font les ouvrières, partant de la richesse de la floraison à un moment
donné. C'est au printemps, après le long repos de l'hiver, qu'a lieu la
plus grande ponte; elle est beaucoup moindre durant tout le reste de la
saison, surtout en automne. Il semble que, plus la maison s'enrichit,
plus la mère est nourrie; or, plus elle mange, plus ses ovaires
grossissent, par le grand nombre d'œufs qui viennent à maturité. Le
développement de ses organes internes se trahit extérieurement par le
volume de son abdomen: il est énorme au printemps, et il semble parfois
que l'Abeille ait peine à le traîner.

Les premières pontes ne donnent que des ouvrières; un peu plus tard, en
avril ou dès la fin de mars, la mère commence à pondre des mâles. Il
n'est guère pondu d'œufs de ce sexe au delà de juin et juillet. Quant
aux œufs qui donnent naissance à des reines, nous ne nous en
occuperons pas pour le moment.

* * *

Comme la grande majorité des Insectes, les abeilles subissent des
métamorphoses, et passent par les trois états connus sous les noms de
_larve_, _nymphe_, _insecte parfait_. C'est un grand avantage, pour des
insectes sociaux, que d'avoir un développement rapide: il y a gain de
temps et de travail, et prompte réparation des déchets que, pour une
cause ou une autre, la population de la ruche peut avoir subis. Peu
d'insectes ont une évolution aussi courte que les abeilles. Et il est
remarquable que chez elles, des trois sortes d'individus, celui qui se
développe le plus vite est celui dont la privation est le plus sensible,
la mère, qui éclôt le seizième jour après la ponte; puis vient
l'ouvrière, dont le développement comprend vingt-deux jours; enfin le
mâle, qui en exige vingt-cinq.

Voici du reste un tableau détaillant la durée des différentes phases de
la métamorphose, qui dispensera de plus amples explications.

    +--------------------+-----------+-----------+-----------+
    |                    |   MÈRE.   | OUVRIÈRE. |   MALE.   |
    |                    +-----------+-----------+-----------+
    |                    |   jours.  |   jours.  |   jours.  |
    | État d'œuf         |     4     |     4     |     4     |
    | État de larve      |     5     |     5     |     6     |
    | Filage du cocon    |     1     |     2     |     3     |
    | Repos              |     2     |     3     |     4     |
    | État de nymphe     |     4     |     8     |     8     |
    |                    +-----------+-----------+-----------+
    |       TOTAL        |    16     |    22     |    25     |
    +--------------------+-----------+-----------+-----------+

Combien d'œufs peut pondre journellement une mère? On n'est pas
exactement renseigné à ce sujet. Certains estiment qu'au printemps, au
temps de la plus grande ponte, le chiffre des œufs pondus en un jour
peut atteindre 4000! D'autres ne croient pas qu'il dépasse 1200.

M. Sourbé[5], acceptant comme moyenne de la ponte le chiffre de 2000
œufs par jour, arrive par un calcul facile, basé sur le tableau qui
précède, aux résultats suivants:

    1er jour: 2000 œufs.

    2e  jour: 2000 + 2000 = 4000 œufs.

    3e  jour: 2000 + 2000 + 2000 = 6000 œufs.

Les œufs du premier jour éclosant le quatrième, il ne pourra jamais y
avoir plus de 6000 œufs dans la ruche.

Par un calcul analogue, on arrive à trouver que, le vingt et unième
jour, date de la première éclosion d'ouvrières, il existera en tout 42
000 cellules remplies d'œufs de larves et de nymphes, chiffre qui ne
sera jamais dépassé par la totalité du _couvain de tout âge_.

Quant au chiffre de la population totale, en tant qu'ouvrières actives,
il varie dans des limites fort étendues, de 10 000 à 50 ou 60 000
individus, parfois davantage. Avec quelle fierté et combien plus de
justesse, la mère de tous ces enfants pourrait s'appliquer la
présomptueuse parole de Louis XIV: _L'État c'est moi!_

Outre qu'elle est soumise à diverses oscillations dans le cours d'une
année, la fécondité de la mère décroît avec l'âge, et nous avons déjà
dit que, vers la fin de sa vie, la mère produit des mâles de plus en
plus nombreux et finit même par ne plus pondre que des mâles. La ruche,
comme on dit, devient alors _bourdonneuse_.

Mais elle peut aussi le devenir dans d'autres circonstances, soit que la
reine, mal conformée, n'ait pu effectuer la promenade nuptiale, soit
que, fait peu connu des apiculteurs, un état pathologique particulier
ait atteint les organes reproducteurs de l'Abeille, tant les ovaires,
dont les germes tendent à l'atrophie, que le contenu du réservoir
séminal, dont les éléments se dissolvent, et qui perd ainsi son pouvoir
fécondant.

Toute ruche bourdonneuse est vouée à une destruction prochaine, les
faux-bourdons ne faisant que consommer sans rien produire, si
l'apiculteur, à temps informé, ne se hâte d'introduire du couvain
extrait d'une autre ruche, avant que toute la population ouvrière ait
disparu de la colonie menacée.

Chose bien remarquable, et qui met en évidence une grave imperfection de
l'instinct. Les abeilles ne sont pas moins attentives et moins
affectueuses à l'égard d'une mère bourdonneuse, que pour une mère
normalement féconde. Elles massacreront sans pitié la femelle douée des
meilleures qualités, qu'on tente d'introduire dans la ruche, pour la
substituer à la mauvaise pondeuse, pour qui elles continuent d'avoir les
attentions les plus délicates. Mieux avisées, elles devraient se hâter
de supprimer la mère inféconde et la remplacer par une nouvelle, alors
qu'il en est temps encore, et qu'il reste dans la ruche un peu de
couvain d'ouvrières. Nous verrons, en effet, comment, d'une larve
d'ouvrière elles savent faire une reine. La ruche donc, en certains cas,
s'anéantit par suite de l'imperfection de l'instinct des abeilles.

* * *

La mère est, en temps ordinaire, d'humeur fort placide, à tel point
qu'on peut la saisir à la main sans craindre d'être piqué, alors qu'une
ouvrière, en pareil cas, userait infailliblement de son aiguillon. Mais
il est des circonstances où la mère, elle aussi, est accessible à la
colère.

Pas plus que les ouvrières elle ne supporte une rivale dans la colonie.
Quand, dans une ruche déjà pourvue d'une reine, une seconde vient à
éclore, l'ancienne essaye de la tuer en la frappant de son aiguillon,
qu'elle ne dégaine en aucune autre circonstance. Le plus souvent les
abeilles l'en empêchent. Mais les deux reines ne cohabitent pas
cependant sous le même toit. La séparation est nécessaire. L'ancienne
mère laisse la place vide à la nouvelle, et part avec une partie de la
population. C'est ce qu'on appelle l'_essaimage_.

S'il en faut croire Huber, les choses ne se passeraient pas toujours
aussi paisiblement, et, au lieu d'une séparation à l'amiable, c'est un
combat qui aurait lieu, un duel à mort, dont le célèbre observateur des
abeilles a décrit les émouvantes péripéties. Nous lui laisserons la
parole.

Après avoir raconté comment, dans une ruche contenant cinq ou six
cellules royales, la première jeune reine éclose se jeta avec fureur sur
la première cellule royale qu'elle rencontra, parvint à l'ouvrir de ses
mandibules, introduisit son abdomen dans l'ouverture, perça la reine
près d'éclore de son aiguillon, et procéda de même à l'égard des autres,
Huber voulut voir ce qui arriverait dans le cas où deux reines
sortiraient en même temps de leurs cellules.

«Le 15 mai, dit-il, deux jeunes reines sortirent de leurs cellules
presque au même moment. Dès qu'elles furent à portée de se voir, elles
s'élancèrent l'une contre l'autre avec l'apparence d'une grande colère,
et se mirent dans une situation telle, que chacune avait ses antennes
prises dans les dents de sa rivale; la tête, le corselet et le ventre de
l'une étaient opposés à la tête, au corselet et au ventre de l'autre;
elles n'avaient qu'à replier l'extrémité postérieure de leurs corps,
elles se seraient percées réciproquement de leur aiguillon, et seraient
mortes toutes deux dans le combat. Mais il semble que la nature n'a pas
voulu que leur duel fit périr les deux combattantes; on dirait qu'elle a
ordonné aux reines qui se trouveraient dans la situation que je viens de
décrire de se fuir à l'instant même avec la plus grande précipitation.
Aussi, dès que les rivales dont je parle sentirent que leurs parties
postérieures allaient se rencontrer, elles se dégagèrent l'une de
l'autre, et chacune s'enfuit de son côté.

...«Quelques minutes après que nos deux reines se furent séparées, leur
crainte cessa, et elles recommencèrent à se chercher; bientôt elles
s'aperçurent, et nous les vîmes courir l'une contre l'autre: elles se
saisirent encore comme la première fois, et se mirent exactement dans
la même position: le résultat en fut le même; dès que leurs ventres
s'approchèrent, elles ne songèrent qu'à se dégager l'une de l'autre, et
elles s'enfuirent. Les ouvrières étaient fort agitées pendant tout ce
temps-là, et leur tumulte paraissait s'accroître, lorsque les deux
adversaires se séparaient; nous les vîmes à deux différentes fois
arrêter les reines dans leur fuite, les saisir par les jambes, et les
retenir prisonnières plus d'une minute. Enfin, dans une troisième
attaque, celle des deux reines qui était la plus acharnée ou la plus
forte, courut sur sa rivale au moment où celle-ci ne la voyait pas
venir; elle la saisit avec ses dents à la naissance de l'aile, puis
monta sur son corps, et amena l'extrémité de son ventre sur les derniers
anneaux de son ennemie, qu'elle parvint facilement à percer de son
aiguillon; elle lâcha alors l'aile qu'elle tenait entre ses dents et
retira son dard; la reine vaincue tomba, se traîna languissamment,
perdit ses forces très vite et expira bientôt. Cette observation
prouvait que les reines vierges se livrent entre elles à des combats
singuliers. Nous voulûmes savoir si les reines fécondes et mères avaient
les unes contre les autres la même animosité.»

Trois cellules royales operculées furent placées dans une ruche dont la
mère était très féconde. Elles furent l'une après l'autre éventrées par
la mère, et les nymphes tuées. Huber introduisit ensuite dans cette même
ruche une autre reine très féconde, qui, victime de la curiosité de
l'observateur, fut, après une courte lutte, poignardée par la «reine
régnante».

L'imagination ne se mêlerait-elle point pour quelque part à ces récits
de l'illustre aveugle? Nous serions porté à le croire, d'autant plus
que, depuis Huber, personne encore, à notre connaissance, n'a été témoin
de ces duels entre les reines.

Toujours est-il que, dans les circonstances ordinaires, la ruche ne
contient qu'une reine, qu'une pondeuse. C'est en vain que, dans une
colonie pourvue de sa mère, on essayerait d'en introduire une seconde.
Elle est rejetée, peu de temps après, à l'état de cadavre, exécutée par
les ouvrières bien plutôt que par la mère. Une fois du moins, j'en ai la
certitude, une reine perdue, s'étant jetée dans une de mes ruches, put à
peine franchir le trou de vol. Assaillie par les sentinelles, elle fut
presque aussitôt ramenée à l'extérieur, et je la vis, sur le tablier,
tiraillée en tous sens par une multitude d'abeilles, frappée enfin de
l'aiguillon par l'une d'elles et rejetée, inanimée, au pied de la ruche.
Pour qu'une reine étrangère soit agréée, il faut que la ruche soit
orpheline; la nouvelle arrivée est alors accueillie avec empressement et
choyée comme la mère commune.

On a cependant signalé des cas de coexistence de deux reines fécondes
dans une même colonie. Le fait est exceptionnel, mais on est obligé de
l'admettre, car il est affirmé par plus d'un observateur digne de foi.
Et d'ailleurs il s'explique. La reine, nous le savons, est toujours
entourée d'une garde qui la défend contre toute agression. Il peut
arriver qu'une jeune reine venant d'éclore soit immédiatement entourée
de jeunes ouvrières qui n'ont pas eu le temps de connaître leur mère.
Elles adoptent la jeune reine, la défendent contre leurs sœurs
aînées, qui voudraient s'en débarrasser; et comme la reine légitime est,
de son côté, protégée de même par les vieilles abeilles contre les
gardiennes de la jeune reine, il s'ensuit que l'une et l'autre se
maintiennent, comme deux compétiteurs à l'empire, à la tête de deux
factions rivales.

* * *

Combien de temps vit une reine? Trois ou quatre ans sont la durée
normale de son existence. On a vu cependant des reines encore vivantes
après cinq étés, soit cinq années de vie active. C'est une longue vie
pour un insecte. Encore un des plus remarquables effets de l'adaptation.
La mort de la mère, en effet, est toujours un grave dommage pour la
colonie. Elle se traduit inévitablement par la cessation de la ponte
durant tout le temps qui s'écoule entre la disparition de la pondeuse et
son remplacement. Et ce temps peut comprendre une vingtaine de jours au
moins, si la ruche ne contient pas déjà des cellules royales avec larves
ou nymphes. On peut juger, par les évaluations qu'on a faites de la
ponte journalière, combien l'interrègne représente d'œufs non pondus,
d'habitants perdus pour la colonie.

* * *

LES MALES.--Les mâles ou faux-bourdons, nous le savons déjà, n'ont
d'autre rôle à remplir que celui de féconder les jeunes reines.
Quoiqu'un seul soit élu pour cette importante fonction, et pour qu'elle
soit assurée, leur nombre est considérable dans la ruche, et dépend de
son importance. Il peut y en avoir de quelques centaines à deux ou trois
milliers. Ils ne travaillent ni n'exercent aucune fonction utile dans la
colonie. Jamais on ne les voit sur les fleurs; ils ne se nourrissent
qu'aux frais de la maison et aux dépens des provisions de miel amassées
dans les rayons. Leur vie est tout entière dans cette phrase de Kirby:
_Mares, ignavum pecus, incuriosi, apricantur diebus serenis, gulæ
dediti_.

Ils ne sortent de la ruche que dans les beaux jours et aux heures les
plus chaudes de la journée, surtout de midi à deux ou trois heures. Leur
vol est très bruyant et suffit à les distinguer des ouvrières. En dehors
des quelques heures où ils prennent leurs ébats dans les airs, ils
passent leur temps à se gorger de miel ou à dormir paresseusement sur
les rayons.

Ils se montrent dès le mois d'avril, avant le temps de l'essaimage et de
l'éclosion des jeunes reines. Sur la fin de juillet, en général, il ne
s'en produit plus. Comme ils consomment beaucoup, que leur présence est
une cause de déchet très sensible, les ouvrières se hâtent de s'en
débarrasser, dès qu'ils ne sont plus utiles, après l'essaimage, ou dès
qu'une cause quelconque appauvrit la colonie. Elles expulsent sans pitié
ces bouches inutiles et les jettent violemment à la porte. On a dit
qu'elles les tuent. Cela n'est pas exact, le mot pris à la lettre, car
elles ne les frappent point de l'aiguillon. Mais, les tirant de leurs
mandibules par les pattes, par les antennes, elles les mettent
simplement dehors, où on les trouve transis, se mouvant péniblement,
montrant par les quelques articles qui leur manquent aux antennes ou aux
pattes, les traces de la violence qui les a arrachés du nid. Ils
périssent ainsi misérablement de faim et de froid. Ah! les hommes ne
sont pas heureux, dans cet État où les femmes gouvernent et ont seules
le privilège de porter l'épée!

* * *

LES OUVRIÈRES. LA CIRE. ÉDIFICATION DES RAYONS.--Lorsqu'un essaim,
échappé d'une ruche, s'établit en quelque endroit pour y fonder une
nouvelle colonie, les ouvrières s'empressent de bâtir des gâteaux. La
matière dont ils sont faits, chacun le sait, est la cire. Cette
substance est le produit d'une sécrétion. Les glandes cirières sont
placées sous l'abdomen. Si l'on soulève le bord écailleux d'un segment,
pour mettre à découvert la base du segment suivant, ou simplement si
l'on exerce sur l'abdomen une traction suffisante pour dégager les
segments les uns des autres, on voit, sur la partie habituellement
recouverte par le segment précédent, à droite et à gauche de la ligne
médiane, une surface en forme de pentagone irrégulier, d'aspect
jaunâtre, de consistance molle. C'est là que la cire est sécrétée, à
l'état de minces lamelles ayant la forme de la surface glandulaire
elle-même (fig. 20).

Les quatre segments intermédiaires sont seuls pourvus de glandes
cirières; elles manquent au premier et au dernier, et font absolument
défaut aux mâles et aux reines.

Quand une abeille veut faire usage de la cire qu'elle a produite, elle
détache les lamelles cireuses de dessous son abdomen, à l'aide de la
pince formée par le crochet ou éperon du premier article des tarses
postérieurs et l'extrémité garnie d'épines du tibia. Au moment où elle
est détachée, la substance cireuse est transparente. Portée à la bouche
de l'Abeille et pétrie par les mandibules avec la salive, elle devient
opaque et acquiert les qualités qu'on lui connaît.

[Illustration: Fig. 20.--Glandes cireuses de l'Abeille.]

Quand les abeilles se disposent à bâtir, elles s'attachent au plafond du
local adopté, et, vers son milieu, elles établissent une petite lame
verticale de cire. Pour poser ce premier fondement du rayon, elles
procèdent de la façon suivante. Une première abeille, la bouche munie
d'un peu de cire, préalablement pétrie avec la salive, refoule les
autres en s'agitant d'une sorte de tremblotement très vif, se fait une
place libre à l'endroit choisi, et là elle dépose la cire qu'elle tient
entre ses mandibules, l'applique et la travaille en une petite lame
saillante. Une autre lui succède et agrandit la lame, puis une
troisième, et ainsi de suite, jusqu'à ce que la lame, accrue par ces
apports répétés, descende d'une longueur de 2 à 5 centimètres. Ce n'est
encore qu'une simple cloison, comme le plan axial du futur rayon, sans
la moindre ébauche de cellules; son épaisseur est d'environ 3 à 4
millimètres.

Bientôt une abeille va creuser, avec ses mandibules, au haut de cette
lame, une cavité arrondie dont elle fixe les déblais sur le pourtour,
vers le haut, et qu'elle façonne en une sorte de margelle. Une autre
vient continuer ce premier travail. Puis on voit deux ouvrières,
opposées l'une à l'autre, chacune sur une des faces de la cloison,
travailler à deux cavités adossées. D'autres abeilles viennent
successivement renforcer ces travailleuses; il y en a bientôt, dix,
vingt, puis enfin un si grand nombre, qu'il devient impossible de rien
voir.

Les cavités, d'abord arrondies, prennent bientôt, au fur et à mesure que
leur fond s'amincit, la forme de pyramides à trois pans, et les rebords,
primitivement circulaires, prennent la forme de six pans inclinés de 60
degrés les uns sur les autres. Les cellules sont déjà reconnaissables;
elles n'ont plus qu'à s'allonger horizontalement, leurs pans à
s'accroître, pour atteindre leur longueur normale et se parfaire.

Pendant que les cellules s'ébauchent dans le haut de la cloison,
celle-ci continue à s'étendre sur tout son pourtour, mais plus
rapidement dans le sens vertical, en sorte que le gâteau en train de
s'accroître présente une forme elliptique, à grand axe vertical. Au fur
et à mesure, les cellules s'allongent avec une telle uniformité, que le
gâteau, toujours aminci sur les bords, augmente régulièrement
d'épaisseur vers sa partie moyenne et basilaire, où sont les cellules
les plus anciennes. Son pourtour est toujours à l'état de cloison, avec
des ébauches de cellules. Il en est autrement quand le gâteau a atteint
tout le développement que les abeilles jugent à propos de lui donner:
son bord inférieur alors s'épaissit, les cellules extrêmes atteignant à
leur tour les dimensions normales.

La première rangée de cellules, celles qui adhèrent à la voûte, n'ont
jamais la forme des vraies cellules; deux pans supérieurs et l'angle de
60° qu'ils forment, y sont remplacés par la surface plane du plafond. En
outre, ces cellules faisant office de support du rayon, sont faites
d'une substance complexe, peut-être d'un mélange de cire et de propolis,
bien plus ferme et plus tenace que la cire pure.

Les cellules adossées sur les deux faces du rayon ne sont pas
directement opposées une à une, ainsi que la forme pyramidale de leur
fond le fait pressentir. Si l'on enfonce, en effet, une épingle dans
chacune des trois faces du fond d'une cellule, on voit, sur l'autre côté
du rayon, que chacune des épingles se trouve être sortie dans une
cellule différente; on reconnaît ainsi que l'axe d'une cellule
correspond à l'arête commune de trois cellules juxtaposées, sur l'autre
côté du rayon.

Les abeilles n'attendent point qu'un gâteau ait atteint ses dimensions
définitives pour en commencer d'autres. Dès que le premier a acquis une
certaine étendue, parfois une longueur de quelques centimètres
seulement, deux autres gâteaux sont construits simultanément, à droite
et à gauche du premier; puis, quelque temps après, deux autres à droite
et à gauche des seconds, et ainsi de suite, jusqu'à ce que le nombre
soit jugé suffisant, nombre qui dépend de la population et de la
fécondité de la mère.

D'après ce qui précède, les rayons descendent verticalement de la voûte
et sont par suite parallèles entre eux. Mais cette régularité est loin
d'être constante. Bien souvent il arrive, on ne sait par quel caprice,
que les abeilles posent la première assise d'un rayon dans une direction
oblique par rapport à celle du rayon voisin; le nouveau rayon sera
vertical comme les autres, mais il ne leur sera plus parallèle; au
contraire, son plan faisant un angle avec celui du voisin, le
rencontrera et se soudera à lui. Cette irrégularité est souvent fort
désagréable pour l'apiculteur, et gênante pour ses observations ou ses
manipulations; mais les abeilles n'en ont cure. Elles font même souvent
pis que cela, en déviant les gâteaux de leur direction verticale et
fixant le bord inférieur ainsi détourné, soit à un autre gâteau, soit à
la paroi de la ruche.

Ces anomalies, qui sont fréquentes, semblent indiquer que la verticalité
des rayons n'est pas une condition recherchée par les abeilles, mais un
résultat fortuit de la manière dont leurs constructions sont édifiées.
Quand les abeilles cirières pendent en plusieurs grappes de la voûte et
construisent simultanément plusieurs gâteaux, ces grappes demeurent le
plus souvent isolées les unes des autres et subissent ainsi, avec le
gâteau qu'elles forment, la direction que leur imprime la pesanteur.
Mais si les abeilles d'une grappe s'accrochent à celles d'une autre ou à
la paroi voisine, la grappe, ainsi déviée de la verticale, tire sur le
gâteau en voie d'accroissement, dont la mollesse est grande et la
rigidité nulle; le gâteau se tord, devient gauche et va se fixer au
premier obstacle voisin.

Nous savons que les abeilles construisent deux sortes de cellules, sans
compter les cellules royales, les petites cellules ou cellules
d'ouvrières et les grandes cellules, ou cellules de faux-bourdons. Les
unes et les autres ont une longueur de 13 millimètres à 13mm,5.
L'épaisseur totale du rayon est de 26 à 27 millimètres. Un intervalle de
9 millimètres environ sépare entre eux les rayons.

* * *

Ces délicates constructions de cire sont une des plus étonnantes
merveilles de l'instinct. On remplirait un volume des pages éloquentes,
souvent jusqu'à l'enthousiasme, que l'admiration du génie architectural
des abeilles a dictées aux apiculteurs, aux savants, aux poètes.

Avec un minimum de matériaux, faire des cellules ayant la plus grande
capacité possible; trouver la forme de ces cellules qui permette
d'utiliser pour le mieux l'espace disponible; faire, en un mot, dans un
espace donné, le plus de cellules possible d'une capacité déterminée,
tel est le difficile problème que les abeilles ont pratiquement résolu.
Le plus habile ouvrier, qui aurait à en chercher la solution, à l'aide
du compas, de la règle et de l'équerre, serait singulièrement
embarrassé. Figures géométriques définies, mesures d'angles précises,
rhombes et trapèzes, prismes et pyramides, la solution exige ces notions
et d'autres encore. Et tout cela n'est qu'un jeu pour des mouches. Bien
plus, leurs procédés n'ont rien de commun avec ceux du géomètre; elles
commencent leur travail et le développent comme jamais praticien ne
songerait à le faire. Il découperait, lui, dans une lame plane, des
losanges, des trapèzes de dimensions et d'angles voulus, et les
raccorderait ensuite. Tout autrement fait l'Abeille. Sous sa mandibule,
son unique instrument de travail, une surface sphérique devient
graduellement pyramidale; un rebord circulaire peu à peu se plie en une
ligne régulièrement brisée, et se transforme en hexagone.

Bien des efforts ont été faits pour essayer de comprendre comment ces
petites créatures arrivent à exécuter un travail aussi parfait. Darwin
seul a réussi à porter quelque lumière dans une question si obscure, et
à démontrer que «ce magnifique ouvrage est le simple résultat d'un petit
nombre d'instincts fort simples[6]».

Nous résumerons la démonstration de l'illustre naturaliste.

Invoquant d'abord «le grand principe des transitions graduelles,» Darwin
constate que l'Abeille se trouve au plus haut degré d'une échelle, dont
le plus bas est occupé par le Bourdon et un degré intermédiaire par la
Mélipone. Le Bourdon travaille sans ordre, surtout sans économie; ses
alvéoles sont ellipsoïdes, simplement rapprochés, souvent irréguliers.
Nous savons que ceux des abeilles sont des prismes hexagonaux contigus,
adaptés à un fond pyramidal, formé de trois faces losangiques. Les
constructions de la _Melipona domestica_, du Mexique, que Huber a
étudiées, tiennent le milieu entre celles des abeilles et celles des
bourdons, et font comprendre comment la nature a pu passer de la plus
grossière de ces formes à la plus parfaite. Les cellules à couvain de la
Mélipone sont cylindriques, assez régulières, et ne servent pas de
réservoirs à miel. Les provisions sont amassées dans de grandes urnes
sphéroïdales, tantôt isolées, tantôt contiguës, formant une
agglomération irrégulière.

Considérons deux urnes dans ce dernier cas. La distance de leurs centres
étant moindre que la somme de leurs rayons, les deux sphères se coupent,
comme on dit en géométrie, suivant un cercle commun à l'une et à
l'autre. Au lieu de laisser les deux sphères empiéter l'une sur l'autre,
les Mélipones élèvent entre elles une cloison plane, qui est précisément
ce cercle d'intersection dont nous venons de parler. Si, au lieu de deux
sphères s'entrecoupant, nous concevons qu'il y en ait trois ou un plus
grand nombre, il existera trois cloisons planes ou davantage. Remarquons
que trois cloisons concourantes auront pour intersection commune une
ligne droite; et telle est l'origine de chacune des arêtes horizontales
du prisme hexagonal de l'Abeille. Enfin, si une sphère repose sur trois
autres, les trois surfaces planes auront la forme d'une pyramide et
représenteront le fond de la cellule de l'Abeille.

«En réfléchissant sur ces faits, ajoute Darwin, je remarquai que si la
Mélipone avait établi ses sphères à une égale distance les unes des
autres, si elle les avait construites d'égale grandeur, et disposées
symétriquement sur deux couches, il en serait résulté une construction
probablement aussi parfaite que le rayon de l'Abeille.

«Nous pouvons donc conclure en toute sécurité que, si les instincts que
la Mélipone possède déjà, et qui ne sont pas très extraordinaires,
étaient susceptibles de légères modifications, cet insecte pourrait
construire des cellules aussi parfaites que celles de l'Abeille. Il
suffit de supposer que la Mélipone puisse faire des cellules tout à fait
sphériques et de grandeur égale; et cela ne serait pas très étonnant,
car elle y arrive presque déjà.

....«Grâce à de semblables modifications d'instincts, qui n'ont en
eux-mêmes rien de plus surprenant que celui qui guide l'Oiseau dans la
construction de son nid, la sélection naturelle a, selon moi, produit
chez l'Abeille d'inimitables facultés architecturales.»

Sans entrer dans plus de détails, ce qui précède nous semble suffire
pour faire saisir le sens de la démonstration de Darwin. Elle ôte à
l'instinct de l'Abeille tout le merveilleux qu'à première vue il semble
avoir; elle le fait rentrer dans la loi commune du développement graduel
des facultés de tout ordre, elle le rend, en un mot, accessible à la
science.

Il n'est pas inutile d'ajouter à ce propos, que la précision
mathématique dont on s'était plu à gratifier les travaux de l'Abeille,
s'évanouit lorsqu'on y regarde de près et qu'on y apporte des mesures
rigoureuses. Ni les cellules d'une même sorte n'ont des dimensions
absolument identiques, ni leurs éléments une régularité irréprochable,
ni les lames qui les forment une épaisseur toujours la même. Mais où
donc, dans la nature, est la perfection géométrique? Le cristal lui-même
ne la réalise point. Réaumur était donc dans l'illusion, quand il
proposait de prendre dans les dimensions des cellules d'abeilles l'unité
qui devait servir de base au système des mesures.

Des défectuosités d'un autre ordre altèrent encore la régularité des
rayons. Quand il s'agit de passer d'une sorte de cellules à une autre,
des cellules d'ouvrières aux cellules de mâles, le raccordement des unes
aux autres étant impossible, la transition se fait par le moyen de
cellules de dimensions intermédiaires, et, çà et là, par des vides, par
des espaces inutilisés, perdus en un mot. Enfin, à certains moments où
le temps presse, où la récolte de miel est surabondante, au lieu de
construire de nouveaux gâteaux, on se contente, si l'espace le permet,
d'allonger démesurément les cellules déjà construites, et, tout en les
allongeant, on les courbe, on les relève du côté de l'orifice, afin
d'empêcher l'écoulement du miel. Ceci n'est plus de la géométrie, cela
est vrai, mais c'est de la physique bien comprise.

* * *

Les rayons servent à une double fin, l'élevage du couvain et
l'emmagasinage des provisions.

Le couvain est la grande préoccupation des abeilles. Il est l'objet de
leurs soins incessants. C'est pour lui que sont entrepris presque tous
les travaux de la ruche; c'est pour lui qu'est faite la majeure partie
de la récolte. Si bien que c'est le signe certain de l'existence d'une
mère féconde dans la ruche, que de voir rentrer des butineuses chargées
de pollen. Dès que cet apport cesse, on peut être sûr qu'il n'y a pas de
larves à nourrir, que la mère ne pond plus, ou qu'elle a cessé de vivre.

Nous avons déjà vu que les abeilles se tiennent en masses pressées à la
hauteur des cellules garnies de couvain, qu'elles entretiennent ainsi
dans une chaleur convenable. Le refroidissement est très préjudiciable
au couvain.

A peine la jeune larve est-elle sortie de l'œuf, qu'elle reçoit de la
nourriture. Son alimentation varie avec l'âge: au début, c'est une
substance fluide, de nature albumineuse, à laquelle se mêle bientôt une
certaine quantité de miel; puis enfin une bouillie faite de pollen et de
miel, que les nourrices vont puiser dans les cellules où ces aliments
sont tenus en réserve.

La larve se tient courbée au fond de la cellule, dont elle remplit
bientôt toute la largeur; elle est alors obligée de se détendre un peu,
à mesure qu'elle grossit, et de s'allonger en spirale. Elle ne se tient
point immobile: la nourriture lui étant servie en avant de la tête, il
lui faut, pour l'atteindre, progresser en tournant autour de l'axe de la
cellule. Depuis son éclosion jusqu'au terme de sa croissance, elle ne
fait qu'un repas ininterrompu, tant les nourrices mettent de ponctualité
à la servir.

Une particularité, qui d'ailleurs lui est commune avec les larves des
autres abeilles, a beaucoup intrigué jadis les naturalistes. Tout le
temps qu'elle mange et se développe, elle ne fait point d'excréments, de
sorte qu'on a longtemps cru que la larve n'avait point d'anus, et que
son intestin se terminait en un fond aveugle. La partie terminale de
l'intestin, extrêmement grêle, avait échappé aux anatomistes, et avait
fait admettre une anomalie qui n'existe pas. C'est quand elle est repue
et qu'elle a atteint toute sa taille, que la larve se débarrasse de tous
les résidus accumulés de sa digestion, et on les retrouve, sous forme de
crottins brunâtres, au fond de la cellule.

[Illustration: Fig. 21.--Larve et nymphes de l'Abeille ouvrière.]

Quand le nourrisson n'a plus besoin de rien, les ouvrières l'enferment
dans sa cellule, en y adaptant un couvercle (_opercule_) sensiblement
plan, fait d'une cire brune, détachée des bords des vieilles cellules.
Ceci arrive le neuvième jour depuis la ponte de l'œuf. La cellule
operculée, le ver se file un cocon dans cette chambre close; puis, après
deux ou trois jours de repos, se transforme en nymphe. Cet état dure
trois jours, au bout desquels la jeune Abeille entame le cocon et le
couvercle de cire; les nourrices l'aident dans ce travail. Elle sort de
son berceau, faible et toute pâle. Les ouvrières l'entourent, la
lèchent, la brossent, la réconfortent de quelques lampées de miel. Elle
a besoin de plusieurs jours, pour que ses poils grisâtres prennent leur
couleur sombre définitive, ses téguments de la consistance, ses muscles
de la vigueur. Elle peut alors se mêler à ses sœurs aînées et prendre
part à leurs travaux.

Que va-t-elle devenir? Cirière ou nourrice? Sentinelle ou butineuse? Ou
bien sera-t-elle à la fois tout cela, suivant les circonstances ou au
gré de son caprice? Dans toute association bien réglée, les attributions
de chacun sont nettement déterminées. Les abeilles n'ont garde de se
soustraire à cette loi conservatrice. Mais c'est l'âge, et l'âge seul,
qui détermine la fonction. La même abeille peut successivement les
remplir toutes. Les jeunes abeilles sont vouées aux travaux intérieurs.
Elles sont les cirières et les nourrices, et cela pendant une période de
dix-sept à dix-neuf jours. Passé ce temps, elles deviennent butineuses.

* * *

Nous avons vu à l'œuvre les cirières et les nourrices. C'est le
moment de parler des butineuses. Avant de décrire leurs travaux, il nous
faut, à leur endroit, examiner une question qui n'est pas sans
importance. Comment l'abeille, une fois sortie de la ruche, sait-elle la
retrouver? Les pourvoyeuses, en effet, ne portent pas leurs promenades à
quelques tires-d'aile seulement du logis; l'expérience a montré qu'elles
peuvent se répandre au loin jusqu'à deux et trois kilomètres et même
davantage. Il n'est donc pas aisé de comprendre comment ces petites
bêtes retrouvent le chemin du retour. On a beaucoup philosophé et même
divagué sur ce sujet. La réalité est la chose du monde la plus simple.

Lorsque, après plusieurs journées assez froides pour empêcher les
abeilles de sortir, survient un beau soleil, on voit, au moment le plus
chaud du jour, un véritable nuage d'abeilles, surtout si la colonie est
populeuse, voleter en tourbillonnant devant la ruche. C'est un spectacle
parfois admirable, et les apiculteurs le désignent sous le nom de
_soleil d'artifice_.

Regardez attentivement les abeilles qui le composent; vous reconnaîtrez
que toutes sont tournées la tête du côté de la ruche, les unes
s'éloignant en décrivant des cercles de plus en plus grands, les autres
revenant en décrivant des cercles ou des zigzags de plus en plus petits.
Or toutes ces abeilles sont des abeilles jeunes, ce qu'il est facile de
reconnaître à la fraîcheur de leur poilure.

Pour être mieux édifié, regardez ce qui se passe à l'entrée de la ruche,
et suivez une jeune abeille dès l'instant où elle se montre à la porte.
Vous la voyez alerte, et cependant hésitante, évidemment joyeuse de la
lumière et de sa vie nouvelle, faire quelques pas de çà, de là, sur le
tablier, puis, toute maladroite, se décider enfin à prendre son essor,
ce qu'elle fait, tantôt en se retournant d'abord vers la porte et
s'envolant à reculons, ou bien en s'élançant à quelques centimètres
seulement, pour se retourner aussitôt; puis enfin, lentement et avec une
attention évidente, elle s'éloigne, toujours à reculons, dans une spire
de plus en plus élargie.

Voyez au contraire cette autre abeille, dont la défroque pelée dit assez
l'expérience acquise, les travaux accomplis, une vieille butineuse
enfin: brusquement elle franchit le seuil, la tête levée, pleine
d'assurance; c'est tout au plus si elle s'arrête un instant à donner un
dernier coup de brosse à ses yeux, à ses antennes, pour s'élancer
aussitôt, en droite ligne, pressée d'arriver tout là-bas, où elle sait
des fleurs riches de pollen et de miel, qu'elle a hâte de recueillir.

Quel est donc le but des jeunes ouvrières qui font le soleil d'artifice?
Il se devine aisément. Sortant pour la première fois de la ruche, elles
se familiarisent avec son aspect, en explorent les abords, et, de plus
en plus loin, le voisinage. Comme on ne tarde pas à perdre de vue
l'Abeille s'élevant dans les airs, on ne peut que supposer que son
exploration continue encore au delà par le même procédé. En décrivant
ses cercles de plus en plus vastes, la tête tournée vers le lieu qu'elle
vient de quitter, l'Abeille se trouve, tout en s'éloignant, dans la
situation du retour. Lorsqu'elle a ainsi fixé dans sa mémoire la
topographie de la région environnant le lieu de sa naissance, elle peut
désormais sortir sans hésiter, sûre de retrouver son chemin, et, devenue
butineuse, s'élancer comme un trait du trou de vol, sans jamais se
retourner en arrière.

C'est donc la mémoire qui ramène l'Abeille à la ruche. Le souvenir qui
la guide s'est fait par le plus sûr et le plus simple des procédés,
puisque le chemin du retour est appris à l'aller dans la situation même
du retour: l'Abeille s'éloigne de la ruche ayant devant elle le tableau
qu'elle aura, devant elle encore, pour revenir.

Aussi qu'arrive-t-il, si on enlève la ruche pendant que les Abeilles
sont aux champs ou qu'on la remplace par une autre? La butineuse, au
retour, désorientée, cherche de tous côtés, dans une évidente
inquiétude. Au bout d'un moment, on la voit repartir, comme pour
s'assurer si elle a bien suivi le bon chemin; mais toujours le même
chemin la ramène au même endroit. Si l'on n'a fait que changer la ruche
de place, pour la poser à une faible distance, la butineuse finit par la
retrouver. Si la ruche a été transportée fort loin, c'en est fait; le
hasard serait bien grand si elle était retrouvée, et les pauvres
Abeilles, après avoir longtemps rôdé autour du lieu où fut leur berceau,
iront, de guerre lasse, demander dans quelque ruche du voisinage une
hospitalité qui leur sera rarement accordée, et mourront misérablement,
poignardées par ses habitants!

Si, à la place de l'ancienne ruche, une autre a été mise, les butineuses
de la première, après des hésitations sans fin, se décident à y
pénétrer. Chargées de provisions, elles sont bien accueillies par les
habitants de la maison, et elles feront désormais partie de la famille.
Les apiculteurs usent fréquemment d'un pareil artifice, pour renforcer
un essaim trop faible: ils lui donnent toutes les butineuses d'une forte
ruche, en l'installant à sa place. L'ancienne ruche, portée ailleurs, se
sera bientôt refait son bataillon de butineuses.

* * *

Sûre de retrouver le chemin de la ruche, grâce à la gymnastique que nous
avons décrite, l'Abeille peut en toute assurance aller aux provisions.
La voilà butineuse. Le pollen et le miel sont les deux objets importants
de ses courses au dehors; mais la propolis, qui sert à boucher les
fissures de la ruche, est encore une denrée fort utile; l'eau enfin est
indispensable, soit pour diluer la pâtée servie aux larves, soit pour
dissoudre le miel granulé, c'est-à-dire le vieux miel dans lequel le
sucre s'est séparé en grumeaux solides. Aussi l'apiculteur a-t-il soin
de ménager, à portée de ses ruches, un abreuvoir où les Abeilles
puissent aller puiser l'eau dont elles ne sauraient se passer. Cette
nécessité était déjà connue de Virgile.

La cueillette du pollen présente des particularités assez curieuses.
Dans les fleurs dont les étamines sont peu élevées au-dessus du
réceptacle, ou dont la corolle est tubuleuse, l'Abeille, pour recueillir
le pollen, se pose sur ou dans la fleur. Elle brosse alors les étamines
de ses pattes antérieures, et recueille ainsi la poussière pollinique.
Mais elle n'est pas emmagasinée telle quelle dans les corbeilles; il
faut qu'elle soit transformée en une pâte cohérente, par son mélange
intime avec une certaine quantité de miel. Il est aisé, en certains cas,
de voir comment se fait cette manipulation.

Si l'on examine attentivement une Abeille butinant dans une fleur peu
profonde, une capucine par exemple, on la voit, tout en introduisant sa
trompe au fond du réceptacle, pour y recueillir le nectar, frotter de
ses pattes antérieures les anthères, afin d'en détacher le pollen; puis,
se soulevant légèrement au-dessus de la fleur, elle agite vivement ses
pattes intermédiaires, pour pétrir le pollen, que la trompe, faiblement
déployée, humecte d'un peu de miel dégorgé, et le coller ensuite aux
corbeilles. Cette opération accomplie, l'Abeille se rabat de nouveau
dans la fleur, pour y continuer sa cueillette, ou, s'il n'y a plus rien
à faire, passe à une autre, qu'elle exploite de la même manière.

Dans une fleur largement ouverte et dont les étamines sont portées sur
de longs filets, le pavot des jardins, par exemple, les choses se
passent un peu autrement. L'Abeille ne se pose point sur la fleur, ce
qui ne lui permettrait pas d'atteindre les anthères trop haut placées;
mais, tout en se soutenant en l'air, à hauteur convenable, elle frôle
de ses pattes antérieures ces organes couverts de pollen, qu'elle
recueille de la sorte. Le pétrissage se fait comme dans le cas
précédent.

On peut remarquer que l'Abeille recueillant du pollen ne visite que des
fleurs de la même espèce. Jamais du pollen de plusieurs couleurs ne se
voit mélangé dans ses corbeilles. Il en est de même dans les cellules où
le pollen est entassé; on ne voit jamais dans une même cellule que du
pollen de même sorte, ce qui semble indiquer qu'une seule Abeille se
charge d'approvisionner une cellule déterminée. Quelle peut être la
raison de cette habitude? on l'ignore absolument.

L'Abeille rentrée dans la ruche les corbeilles chargées de pâtée
pollinique, se débarrasse de son fardeau à l'entrée de la cellule
destinée à le recevoir, aidée dans cette opération par ses sœurs. La
pâtée nouvellement apportée est appliquée et fortement pressée, à l'aide
des mandibules, sur celle que contient déjà la cellule. Après s'être
soigneusement brossée et nettoyée du moindre grain de pollen collé à ses
poils, à ses yeux, à ses antennes, la butineuse court à la porte, et,
pleine d'entrain, s'élance de nouveau vers les champs.

L'Abeille amassant du pollen peut en même temps recueillir du miel.
Nombre de butineuses cependant ne rapportent à la ruche que du miel,
particulièrement dans l'après-midi, où une grande partie du pollen a été
déjà épuisé dans les fleurs. Il en est de même, à plus forte raison,
dans les premières heures de la journée, alors que la déhiscence des
anthères ne s'est pas faite encore. Son jabot rempli de miel, l'Abeille
rentre à la ruche et va le dégorger dans une cellule.

Les cellules entièrement pleines de miel ou de pollen sont operculées,
c'est-à-dire fermées exactement d'un mince couvercle de cire,
immédiatement appliqué sur le contenu. Tandis que les cellules à couvain
sont operculées avec de la cire vieille, l'opercule des cellules à
provisions est fait de cire nouvelle et blanche, sécrétée tout exprès.
Absolument plein de toute la masse de provision qu'il est susceptible de
contenir, le rayon est entièrement operculé du haut en bas, sur ses deux
faces.

Bien que les Abeilles soient peu difficiles, relativement à la qualité
du miel qu'elles récoltent, et qui parfois est détestable, elles savent
néanmoins faire la différence entre le nectar des diverses fleurs. Il en
est qu'elles préfèrent, et pour lequel elles délaissent tous les autres,
quand le choix est possible. Ainsi les Légumineuses, mais surtout les
Labiées, sont les plantes mellifères par excellence. C'est aux Labiées,
qui abondent sur l'Hymette, que le miel si vanté dès l'antiquité, doit
encore aujourd'hui ses qualités exquises. Il est bien digne de remarque
que le goût des Abeilles, à cet égard, soit absolument conforme au
nôtre. Plus difficiles qu'elles toutefois, nous ne pouvons tolérer
l'âcre liqueur qu'elles puisent dans les renoncules, pas plus que le
nectar nauséeux des arbousiers.

* * *

L'activité des Abeilles, surtout des pourvoyeuses, dépend de la
fécondité de la mère. Mais cette fécondité est subordonnée à son tour à
la richesse des provisions. Quand le miel donne bien, que les rentrées
sont abondantes, la mère, mieux nourrie, pond davantage. Si, au
contraire, la source du miel tarit dans les fleurs, la ponte décroît à
proportion. Toutefois, quand le miel est extrêmement abondant, ce qui
arrive lorsque les circonstances favorisent la floraison de certaines
plantes mellifères, telles que les acacias, les trèfles, etc., l'avidité
sans mesure des Abeilles sacrifie le couvain à la récolte, et, pour
faire place à celle-ci, des œufs, des jeunes larves peut-être, sont
supprimés. Tel rayon rempli d'œufs la veille n'en contient plus un
seul le lendemain, et du miel se voit dans toutes les cellules. C'est là
un trait que les admirateurs passionnés des Abeilles ignoraient,
heureusement pour eux, et pour elles.

Aux causes déjà indiquées comme augmentant ou diminuant l'activité des
Abeilles, il faut ajouter la température. Un beau soleil, une bonne
chaleur, surtout après une série de mauvais jours, redoublent leur
vivacité; la prestesse de leurs allures, toute leur manière d'être
témoignent d'un bien-être évident. C'est alors aussi que les travaux
vont vite. Mais ils ne chôment pourtant pas, quand le temps est moins
favorable. Alors que toutes les Abeilles sauvages, sauf le Bourdon, ne
circulent qu'en plein soleil, et disparaissent absolument lorsqu'un
nuage vient en intercepter les rayons, l'Abeille sociale, elle, sait
trop le prix du temps, et ne s'arrête pas pour si peu. Le soleil se
voile, elle ne semble pas s'en apercevoir et continue sa collecte. La
journée est sombre, pluvieuse même, elle sort parfois par ce mauvais
temps: les enfants sont là, affamés, réclamant leur pitance, et il faut
la leur fournir, quelque temps qu'il fasse. De toutes les Abeilles la
première levée, elle est celle dont la journée finit le plus tard.
L'Abeille solitaire dort la grasse matinée; dans les plus chaudes
journées, elle ne sort guère avant les 8 ou 9 heures, fait un peu de
sieste vers le milieu du jour, et ne sort plus, passé 5 heures. La
mouche à miel vole aux champs, en été, dès l'aurore; et le soir, au
crépuscule, vers 8 heures, on voit encore rentrer à la ruche plus d'une
butineuse attardée, au vol lent, incertain, ayant peine à retrouver son
chemin, tant l'obscurité est déjà profonde. La vie sociale crée des
besoins impérieux; il y faut satisfaire à tout prix, ou la maison
déchoit. La prospérité de la famille est en raison de l'activité de
chacun et de tous. Donc, pas de temps à perdre, tous les moments sont
remplis; c'est à peine si on a le loisir de prendre quelques instants de
répit, de sommeil. La cité cependant bruit toujours, l'usine fonctionne
sans cesse ni trêve. Travail de jour, travail de nuit se poursuivent
sans interruption. Une seule chose peut enrayer la machine, c'est le
froid. Quand la température extérieure descend au-dessous de 12° à 14°,
l'Abeille ne sort pas, et le travail languit dans la ruche. Chacune ne
songe qu'à se réchauffer, et toutes se réfugient et se pressent au
centre de l'habitation. Mais, au cœur même de l'hiver, qu'une belle
journée survienne, qu'un beau soleil égaye les champs et les jardins, si
le thermomètre atteint une douzaine de degrés, on profite de l'aubaine
inespérée, on court glaner aux rares fleurs que les frimas ont
épargnées; quelque pâle mercuriale, quelque grêle crucifère ont ouvert
au soleil leurs petites fleurs garnies de pollen; c'est toujours tant de
pris, un peu de fraîche pâtée pour les pauvres larves, s'il y en a, ou
pour celles qui ne tarderont pas à venir. Dans le midi de la France, il
n'est pas d'hiver si continuellement mauvais, que chaque mois, de
novembre à février, ne donne quelques journées assez chaudes pour
permettre la sortie des Abeilles.

A cette vie si occupée, si active, la butineuse s'use vite. Parmi les
Abeilles qui rentrent de la picorée, les corbeilles garnies de pollen ou
le jabot gonflé de miel, les unes ont l'allure dégagée et la livrée
intacte, ce sont des butineuses encore jeunes dans le métier. D'autres,
avant d'aborder le seuil de la ruche, s'annoncent déjà par le
bruissement particulier qui accompagne leur vol, lourd et pénible.
Posées, leur corps tout pelé, leurs ailes fripées disent éloquemment
leur grand âge, leurs longs travaux; ce sont de vieilles butineuses,
près du terme de leur carrière. Bientôt leurs ailes ne peuvent plus les
soutenir; c'est en vain qu'elles essaient de prendre leur essor, elles
retombent lourdement. Désormais incapables de tout travail, sans valeur
pour la société, leurs sœurs plus jeunes jettent brutalement dehors
ces bouches inutiles, sans reconnaissance pour les services rendus, pour
leur vie usée à la peine, oubliant que ce furent là leurs nourrices.
C'est pitié que de voir ces pauvres bannies se traîner misérablement sur
le sol, attendant une mort lente à venir. Et combien finissent ainsi!
Bien peu meurent de leur belle mort sur les rayons. Le respect des
vieillards n'est pas une des vertus des Abeilles. A y bien regarder,
nous ne leur en trouverions guère d'autres, hélas, que celles qui
peuvent profiter à la cité. L'intérêt de cet être impersonnel et égoïste
semble être la loi suprême. Le bien, comme nous l'entendons, ne s'y
rencontre, que s'il se confond avec l'utile.

En été, la vie des Abeilles ne dépasse pas cinq ou six semaines. En
hiver, elle peut être de plusieurs mois. Il ne paraît pas cependant, au
moins dans nos climats, que les Abeilles nées en automne puissent
franchir tout l'hiver et exister encore au printemps. Il m'a semblé que
toutes les Abeilles du début de la saison sont des Abeilles jeunes. Les
butineuses tout au moins ne passent pas l'hiver.

* * *

Outre l'élevage des jeunes et la collecte des provisions, deux fonctions
accessoires sont attribuées aux ouvrières: l'aération de la ruche et la
surveillance à la porte.

Pour ce qui est de la première de ces fonctions, Huber a fait des
expériences desquelles il résulterait que, pour renouveler l'air dans
l'intérieur de la ruche, un plus ou moins grand nombre d'Abeilles se
livrent à une gymnastique fort curieuse. A certains moments, surtout
alors que la rentrée du miel est abondante, on voit, à l'entrée de la
ruche, des Abeilles, la tête tournée vers l'intérieur, le corps penché
en avant, l'abdomen un peu relevé, se tenir immobiles, leurs ailes
seules exécutant des mouvements rapides, comme pour le vol; et ce vol
les emporterait, en effet, si leurs pattes fortement cramponnées ne les
retenaient sur place. Elles aèrent, dit-on, la ruche, en collaboration
avec d'autres Abeilles faisant la même manœuvre à l'intérieur. Il est
certain qu'un courant d'air très sensible est alors produit par
l'Abeille, qui projette ainsi en arrière l'air frappé par ses ailes.

Cependant, si l'on considère le soin que les Abeilles mettent à
calfeutrer leur demeure, la position souvent très mal appropriée des
Abeilles dites ventilateuses à la production d'un effet utile, on peut
se demander si l'aération de la ruche est vraiment une nécessité aussi
impérieuse qu'on l'a dit, et s'il existe réellement des Abeilles
ventilateuses. Il se pourrait, que ces Abeilles qui bruissent à l'entrée
de la ruche, et qui toutes sont des jeunes, loin d'exécuter une
manœuvre d'utilité générale, ne fassent qu'obéir à un besoin purement
personnel, tel que le développement par l'exercice des muscles du vol,
et se préparent de la sorte à remplir le rôle de butineuses. Il n'est
pas inutile de remarquer à ce propos, que les Mélipones et Trigones,
Abeilles sociales d'Amérique, se font des nids auxquels ne donne accès
qu'un couloir étroit et souvent fort long; bien plus, du soir jusqu'au
matin, l'entrée de ce couloir est fermée d'un diaphragme de cire. Que
devient l'aération en pareil cas? Si les Mélipones et les Trigones ont
si peu souci de renouveler l'air dans leur habitation, il est bien
permis de penser que l'Abeille ne s'en préoccupe pas davantage.

La garde de la porte est un fait très positif. Dans toute ruche
suffisamment peuplée, on voit toujours un certain nombre d'Abeilles se
tenir à l'entrée, trottiner de çà et de là, en apparence fort
tranquilles, à moins d'attaque manifeste. Chaque Abeille qui se présente
est flairée, palpée par ces gardiennes, et ne passe qu'après avoir
satisfait à cette inquisition qui, du reste, n'est pas fort longue. Dans
le cas où une agression se produit, où des Abeilles étrangères font une
tentative de pillage, le nombre des sentinelles augmente aussitôt et
toute l'entrée en est obstruée; l'inquiétude ou la colère de ces
Abeilles sont alors manifestes, et malheur à l'intrus qui tomberait au
milieu d'elles, il serait à l'instant massacré.

Les Abeilles qui montent la garde sont aussi des Abeilles jeunes; mais
il faut voir en elles des ouvrières désœuvrées, encore inactives, qui
viennent un instant prendre l'air du dehors, jouir un peu de la lumière,
plutôt que des Abeilles chargées d'une mission définie. Elles se
renouvellent à chaque instant, et leur nombre varie avec la population
de la ruche; plus elle est considérable, plus il y a de promeneuses sur
la porte.

* * *

ESSAIMAGE. ÉLEVAGE DES REINES.--Une des plus importantes fonctions des
ouvrières est l'élevage des mères et la préparation de l'essaimage.

Lorsque, après la grande ponte du printemps, la population est devenue
considérable et se trouve à l'étroit dans la ruche, les Abeilles se
disposent à essaimer et s'occupent d'élever des reines. Les cellules
dans lesquelles les reines se développent sont fort différentes de
celles des mâles et des ouvrières (fig. 19, _a_). Quant à leur situation
d'abord, elles sont construites de préférence, mais non toujours
cependant, au bas des rayons ou sur leur tranche latérale. Beaucoup plus
volumineuses que celles des mâles, elles font librement saillie au delà
du plan des orifices des autres cellules, et le défaut de compression
latérale qui en résulte fait qu'elles ne sont point prismatiques. Leur
forme, du reste, est modifiée continuellement par les Abeilles, tout le
temps que la larve qui s'y trouve se développe. Elles apparaissent au
début sous la forme d'une cupule ou d'une calotte sphéroïdale peu
saillante, dont les bords s'élèvent de plus en plus, puis se rapprochent
insensiblement, tout en s'élevant encore, jusqu'au moment où la larve
cesse de grandir. La cellule alors a la forme d'un dé un peu recourbé,
graduellement rétréci du fond à l'orifice, qui toujours est tourné en
bas. Le neuvième jour, les ouvrières operculent la cellule, non à l'aide
d'un simple diaphragme, mais en la prolongeant et la rétrécissant à
mesure, de manière à la terminer par un dôme subconique, obtusément
arrondi au sommet.

L'économie ordinaire des Abeilles n'est pas de mise pour la construction
des cellules royales; leurs parois sont fort épaisses. Leur surface
extérieure est rendue inégale par une multitude de fossettes,
reproduisant grossièrement la forme du fond des cellules ordinaires,
plus larges et mieux dessinées à la base, plus petites et de plus en
plus confuses vers le bout.

La larve royale est copieusement nourrie de cette gelée limpide que nous
avons vu servir à toutes les larves après leur naissance. Mais, tandis
que, pour les ouvrières et les mâles, cette alimentation est bientôt
remplacée par une autre plus grossière, la larve de reine n'en reçoit
jamais d'autre. Grâce à cette nourriture substantielle, ses organes
reproducteurs, ses ovaires prennent leur développement normal, et,
corrélativement, ses organes externes acquièrent la conformation propre
à la femelle parfaite.

C'est bien la nourriture, et rien que la nourriture, qui fait les
reines. Une larve quelconque, destinée, par sa situation dans une petite
cellule, à devenir une ouvrière, peut, au gré des Abeilles, devenir une
reine. Il suffira, pour que la transformation s'opère, de lui
administrer, au lieu de la vulgaire bouillie, de la gelée royale: les
organes voués à un arrêt de développement fatal suivront leur évolution
naturelle et complète; d'autres, par contre, ne se formeront pas, tels
que les brosses et les corbeilles, et l'ouvrière, en un mot, deviendra
reine. Il n'est pas indispensable que la larve à transformer soit prise
à sa naissance; elle peut avoir déjà grandi et subi quelque temps, trois
jours au plus, le régime de la pâtée.

La nécessité de cette transformation se présente lorsque, en dehors du
temps de l'essaimage, la mère vient à mourir. La colonie serait, en
pareil cas, fatalement vouée à une destruction prochaine, si les
Abeilles n'avaient le pouvoir de tirer de la plèbe des ouvrières
quelques œufs ou larves pour en faire des reines. Autour des élues,
les cellules voisines sont sacrifiées, avec leur contenu. La cellule
respectée est agrandie, transformée en cellule royale, abondamment
approvisionnée de la précieuse gelée, et le miracle s'accomplit.

«Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es.» L'aphorisme de
Brillat-Savarin ne semble-t-il pas avoir été tout exprès fait pour les
Abeilles? Nulle part, tout au moins, il n'est aussi vrai que chez elles.
Cette puissance de l'alimentation, cette influence du régime sur le
développement ou l'atrophie des organes qui comptent parmi les plus
importants, est assurément un des faits les plus étonnants de la
physiologie animale.

Qu'est-ce donc que cette gelée aux effets si merveilleux? On a longtemps
cru que c'était le résultat d'une élaboration particulière faite par les
Abeilles, d'un mélange de pollen et de miel. Mais le microscope n'y
révèle aucune trace de la poussière fécondante des fleurs, ni la chimie
aucun élément qui procède de la mixture susdite. C'est une matière
azotée, de la nature des substances dites albuminoïdes, enfin un produit
de sécrétion. Sans en avoir la certitude, on présume fortement que cette
substance provient des glandes cervicales supérieures, qui ne se voient
bien développées que chez les ouvrières jeunes, chez les nourrices, et
sont au contraire atrophiées chez les butineuses.

* * *

Quand les jeunes reines sont près d'éclore, le moment de l'essaimage est
venu. Plusieurs indices, auxquels l'apiculteur ne se trompe pas, ont
annoncé, quelques jours à l'avance, la prochaine sortie d'un essaim: un
état particulier d'agitation de la ruche, les bruyantes sorties des
mâles aux heures chaudes de la journée, les Abeilles se suspendant en
grappes énormes sous le tablier de la ruche, _faisant la barbe_, selon
l'expression reçue, et produisant un fort bruissement à l'entrée.

Enfin, par une belle journée, dès neuf ou dix heures au plus tôt,
jusqu'à quatre heures au plus tard, on voit tout d'un coup comme un
torrent d'Abeilles s'écouler de la ruche, s'élever en tourbillonnant
dans les airs, avec un bruissement intense. Le spectacle est vraiment
saisissant; mais il est si prompt à se produire, que bien des
apiculteurs n'ont jamais eu la chance de l'observer. Au bout de
quelques minutes, ces milliers d'Abeilles, tourbillonnant toujours, se
concentrent graduellement vers un endroit, ordinairement une branche
d'arbre du voisinage, où on les voit toutes se ramasser, former un amas
globuleux autour de la branche, puis pendre au-dessous comme une forte
grappe. L'essaim est formé.

Avec toutes ces Abeilles, la vieille mère a quitté la ruche, laissant la
place aux jeunes mères près d'éclore. Peu agile, ayant à traîner un
ventre énorme, la reine fugitive n'est généralement portée d'un premier
élan qu'à une faible distance de son ancien domicile. Le nuage que
forment les Abeilles de l'essaim a pour but de ne point laisser égarer
la mère. Où qu'elle se pose, toujours quelques Abeilles l'aperçoivent,
l'entourent et deviennent ainsi le centre de ralliement de l'essaim.

Généralement l'essaim se bornera, pour la journée, à cette première
étape, pour ne partir que le lendemain, et s'établir en un lieu déjà
reconnu par des éclaireurs. Tantôt l'essaim arrive d'une traite à
destination; tantôt il n'y parvient qu'après une ou deux étapes
successives.

Tous les écrivains qui depuis l'antiquité jusqu'à nos jours ont parlé
des Abeilles, n'ont pas manqué de recommander divers moyens pour obliger
les essaims à s'arrêter dans leur essor, et à se poser dans le
voisinage. «Fais retentir l'airain, dit Virgile, et frappe les bruyantes
cymbales.» Moins poétiquement, de nos jours, l'apiculteur ignorant
régale les Abeilles fugitives d'un affreux charivari de casseroles et de
chaudrons. L'Abeille, hélas! y est insensible, et pour cause: elle n'a
point d'oreilles, et n'en fait pas moins sa halte là où il lui convient,
ou plutôt là où la reine s'arrête.

Nous n'entrerons pas ici-dans la description des procédés usités pour
recueillir les essaims et les loger dans une ruche. Ces détails relèvent
trop exclusivement de l'apiculture pratique.

A peine l'essaim est-il logé dans sa nouvelle demeure, que les Abeilles
s'empressent de se mettre au travail. Dès le lendemain de son
installation, on peut constater, au plafond du local, les ébauches de
quelques rayons, et déjà les butineuses courent aux champs. La reine ne
tarde pas à garnir d'œufs les rayons grandissants. La nouvelle
colonie est en pleine activité. On peut se demander d'où les cirières,
dans cette maison vide, tirent les éléments de la cire qu'elles
produisent en si grande quantité. Nous avons négligé de dire que, avant
le départ de l'essaim, toutes les ouvrières se sont gorgées de miel dans
les magasins de l'ancienne ruche; elles partent donc le jabot plein,
ayant des vivres pour quelque temps, de quoi fournir à leur nutrition et
par suite à la sécrétion de la cire.

* * *

Revenons à la souche. Appauvrie par le départ de l'essaim, durant
quelques jours, elle paraît morne et triste. Peu à peu cependant le
nombre des Abeilles y augmente par l'apport des naissances, et, si les
circonstances sont favorables, elle a bientôt repris son aspect et son
animation antérieurs.

Une nouvelle reine, la première sortie de sa cellule, a succédé à
l'ancienne. Si la ruche est prospère et en tel état qu'elle puisse
fournir un second essaim, elle l'accompagnera comme la vieille mère pour
le premier. Si la ruche ne doit pas donner d'autre essaim, les autres
reines sont supprimées les unes après les autres, mais non point toutes
à la fois; quelques-unes sont réservées pour remplacer, s'il y a lieu,
leur aînée, exposée à se perdre, à disparaître d'une façon ou d'une
autre pendant sa promenade nuptiale.

Le second essaim, dit essaim _secondaire_, part, en général, huit ou
neuf jours après l'essaim _primaire_. Il se forme quelquefois un
troisième essaim, bien rarement un quatrième. D'ordinaire ces essaims ne
se posent point dans le voisinage du rucher qui les a fournis, les
jeunes reines qui les accompagnent, plus légères que les vieilles,
étant capables de parcourir de plus grandes distances sans s'arrêter.

* * *

OUVRIÈRES PONDEUSES.--Nous ne pouvons passer sous silence une question
aussi importante théoriquement que débattue parmi les éleveurs
d'Abeilles. Il s'agit de la ponte des ouvrières. Nous savons que les
ouvrières ne sont que des femelles imparfaites, des femelles dont les
ovaires n'ont pas atteint leur entier développement, et qui par suite
demeurent stériles. Exceptionnellement, elles seraient, dit-on, capables
de pondre un certain nombre d'œufs. Seulement, l'imperfection des
organes rendant chez elles toute fécondation impossible, ces œufs,
conformément à la théorie connue, ne donneraient jamais que des mâles.
Quelques-uns ont même été jusqu'à prétendre que la mère ne pondait que
des ouvrières, des femelles, et que la ponte des mâles était
exclusivement le fait des ouvrières. Les ouvrières seules, dans cette
dernière opinion, seraient parthénogénésiques.

Huber ne s'est point borné à affirmer l'existence d'ouvrières pondeuses;
il les aurait saisies sur le fait, aurait pu s'en rendre maître et les
examiner à loisir. Sans nous appesantir sur les difficultés que
présentent de telles constatations, bien qu'elles semblent n'être qu'un
jeu pour l'ingénieux aveugle, nous nous bornerons à remarquer qu'on en
est réduit, encore aujourd'hui, à tabler sur les observations qu'il a
faites.

Quoi qu'il en soit, Huber, qui jamais n'est à court, en fait
d'explications, se rend compte comme il suit de la production des
Abeilles pondeuses. Tout d'abord il imagine que ces Abeilles doivent
naître dans le voisinage des cellules de reines, et cela, parce que l'on
conçoit que les Abeilles, en préparant la gelée royale et la servant aux
larves élues ont pu en laisser _tomber_ quelques parcelles dans les
cellules voisines. De là, pour les Abeilles qui ont recueilli les
miettes tombées de la table royale, la faculté qu'elles partagent avec
la reine. Huber ne remarque point combien est improbable, chez des
insectes dont on admire tant, et à juste titre, la dextérité, cette
chute de la gelée dans les cellules voisines, cette maladresse, disons
le mot, qui seule ferait les ouvrières pondeuses. Et puis, comment les
nourrices pourraient-elles laisser choir des parcelles de gelée en
dehors de la cellule royale, puisqu'il leur faut s'introduire dans cette
cellule pour la dégorger dans le fond?

[Illustration: Fig. 22. 1. Ovaires d'Abeille reine;--2. d'ouvrière dite
pondeuse;--3. d'ouvrière ordinaire.]

Néanmoins tous les traités d'apiculture figurent les ovaires de
l'ouvrière ordinaire et ceux de l'ouvrière pondeuse (fig. 22). Ceux de
la première sont tout à fait atrophiés, ceux de la seconde, plus
développés, renferment quelques œufs. Huber, ayant disséqué une de
ces Abeilles, compta onze œufs, qui lui «parurent prêts à être
pondus». J'ai moi-même disséqué bon nombre d'Abeilles, à ce point de
vue, et j'ai reconnu que, chez les vieilles butineuses, l'ovaire
présente toujours cet état d'atrophie qu'on donne comme caractéristique
des ouvrières ordinaires; chez les jeunes, l'ovaire se trouve en l'état
que l'on figure comme étant propre aux ouvrières pondeuses. J'ai même
reçu de prétendues ouvrières pondeuses, en lesquelles je n'ai reconnu,
tant à leur fraîcheur extérieure qu'à l'état de leurs organes internes,
que des Abeilles venant d'éclore.

L'ovaire de l'ouvrière, depuis son éclosion jusqu'à la fin de sa vie,
subit une régression continue. C'est une loi générale de l'évolution des
animaux, que des organes destinés à ne jamais entrer en fonction, se
développent pendant un certain temps, comme s'ils devaient remplir le
rôle auquel la nature semble les appeler; puis, après avoir atteint un
certain degré, ne le franchissent point, et ne tardent pas à subir une
atrophie progressive.

* * *

DU LANGAGE DES ABEILLES.--Une des facultés les plus étonnantes des
Abeilles et l'un des fondements les plus solides de leur état social,
est la parfaite et constante harmonie qui règne dans leur société. Nulle
tendance particulariste dans la ruche, nulle indépendance individuelle.

La volonté de l'un est la volonté de tous. Il existe véritablement une
volonté sociale, et même, si l'on veut, une conscience sociale. Cette
inaltérable unité de vues et d'actions a été diversement expliquée. On
ne saurait parler aujourd'hui de volonté imposée à la colonie par un
monarque qui n'a de royal que le nom. Existerait-il, d'individu à
individu, une communication, un échange d'idées, à l'aide de signes
particuliers? L'expérience, jusqu'ici, ne semble guère parler en faveur
d'un _langage_ entre les Abeilles. L'hypothèse la plus naturelle, selon
nous, est que la similitude d'impression, chez des êtres semblablement
organisés, doit forcément entraîner la similitude de leurs actes. Toute
Abeille, dans une circonstance donnée, apprécie de la même façon les
faits dont elle est témoin, subit les mêmes impressions et se détermine
en conséquence.

* * *

Mais il existerait, chez les Abeilles, au dire des apiculteurs, une
sorte de langage qui n'a rien de commun avec celui dont nous venons de
parler; on a même rédigé une _grammaire apicole_. Hâtons-nous de dire
que l'un et l'autre ne sont qu'un produit de l'imagination des éleveurs
d'Abeilles. Excusons-les: on est partial pour ce qu'on aime; l'affection
passionnée qu'ils portent à leurs élèves leur fait découvrir en eux une
foule d'avantages, de facultés, dont la science attend en vain la
preuve. Ainsi en est-il de ce prétendu langage des Abeilles, élevé à la
hauteur d'un dogme par la majorité des apiculteurs, qui prétendent y
puiser une foule de renseignements utiles.

On doit au pasteur Johann Stahala, de Dolein près Olmütz, le premier
traité sur la matière. Prenons au hasard dans cette grammaire de
l'apiculteur:

    _Dziiiiiiiiii-dziiiiiiiiii_

est le son produit par les Abeilles, quand elles ont trop froid, et que
l'on a frappé du doigt contre la paroi de la ruche;

    _Houououououououououou_

est le triste chant de la ruche orpheline;

    _Ouizziir_

informe l'apiculteur que les Abeilles sortent chercher de l'eau;

    _Tchzouou_

qu'elles vont à la récolte du miel;

    _Houhouhouhouhouhou_,

entendu le soir, en été, signifie que la récolte est très bonne;

    _Brrrr-brrrr_,

est le cri de détresse des malheureux faux-bourdons, le jour de leur
massacre;

    _Tu-tu-tu-tu-tu-tu_,

est le chant de la jeune reine, à peine sortie de sa cellule, auquel la
vieille reine répond:

    _Couâ, couâ, couâ, ou cououâ, cououâ, cououâ_,

afin d'informer l'apiculteur qu'un essaim sortira dans deux ou trois
jours.

Nous en passons et des plus drôles.

Les Insectes, on le sait, n'ont pas de voix. Le langage des Abeilles, si
langage il y a, ne saurait être que le résultat des modifications du
bourdonnement qui accompagne le mouvement des ailes. Le son produit par
ces organes varie en hauteur et en intensité avec la vitesse et
l'amplitude de leurs vibrations. En outre, l'intégrité des ailes ou le
déchirement de leurs bords, leur frôlement contre les objets voisins,
sur le corps même des autres Abeilles, apportent dans le bourdonnement
des différences sensibles, qui n'ont rien de significatif, surtout
d'intentionnel. C'est là tout ce qu'il faut penser du prétendu langage
des Abeilles.

* * *

IRRITABILITÉ DES ABEILLES.--L'AIGUILLON.--Si l'Abeille est bien outillée
pour le travail, elle n'est pas moins bien armée pour le combat. Nous
avons décrit l'aiguillon, dont l'ouvrière est prompte à faire usage,
lorsqu'on la saisit à la main, ou qu'elle se croit attaquée dans sa
ruche. En dehors de ces deux circonstances, l'Abeille est le plus
inoffensif, le plus timide des êtres. Loin de sa demeure, elle ne se
jette jamais sur qui l'attaque; elle ne songe qu'à fuir.

Mais ce n'est jamais impunément qu'on va l'exciter chez elle, ou même,
sans intention hostile, qu'on se livre devant la ruche à des mouvements
brusques, qu'elle ne manque jamais de prendre pour une provocation. Une,
dix, cent Abeilles, presque tout l'essaim, peuvent se jeter sur
l'agresseur inconscient ou volontaire, et lui faire payer cher sa
maladresse ou sa témérité. Plus d'une fois un innocent quadrupède,
paissant près d'une ruche, s'est vu assaillir par toute la colonie,
coupable seulement d'avoir agité la queue devant la porte de ces
susceptibles mouches. Souvent un travailleur inexpérimenté, bêchant
devant une ruche, se sent tout à coup criblé de piqûres, et n'échappe
que par une prompte fuite aux attaques de plusieurs milliers d'Abeilles
furieuses.

Nous avons vu que l'œil des Abeilles est organisé pour mieux
percevoir le mouvement des objets que leur forme. L'irritabilité de ces
insectes est en rapport avec cette netteté de perception d'un corps en
mouvement. L'immobilité, devant la ruche, ou tout au moins la lenteur
des mouvements de l'observateur, est une sauvegarde certaine. Il peut
impunément approcher d'aussi près qu'il voudra, poser même la main sur
le tablier, sans qu'aucune Abeille songe à s'en formaliser.
Recommandation importante, ne pas porter la main sur l'Abeille qui se
pose sur vous, serait-ce sur le visage. Si elle n'a point piqué en se
posant, c'est qu'elle n'a aucune intention malveillante: l'Abeille
irritée pique au moment même où elle aborde. Poser la main sur elle,
c'est courir au-devant de la blessure, sans compter que la brusquerie du
mouvement involontaire peut exciter d'autres Abeilles qui en sont
témoins.

L'apiculteur, au courant de ces habitudes, sait éviter les accidents
auxquels le vulgaire est exposé, si bien que les Abeilles semblent pour
lui des animaux familiers, reconnaissant à qui elles ont affaire. Il
n'en est rien; l'Abeille n'a aucune connaissance de la personne qu'elle
voit journellement, et elle la traite comme une étrangère, dès qu'elle
néglige les précautions que la pratique enseigne.

L'égalité d'humeur n'est pas une qualité des Abeilles. Tout apiculteur
sait que le temps orageux les rend nerveuses et irritables au plus haut
point. Ce n'est pas alors le moment de les aborder et de se livrer aux
manipulations ordinaires de l'industrie apicole. Même par le beau temps,
il n'est pas toujours prudent de les travailler aux heures les plus
chaudes de la journée. L'apiculteur néanmoins fait usage de certain
artifice qui les rend tout à fait maniables, c'est l'enfumage. Du
chiffon, du vieux bois ramolli, et telles autres substances dont la
combustion produit d'abondantes fumées, sont mises à brûler dans des
récipients spéciaux. La ruche étant ouverte avec précaution, on projette
la fumée dans son intérieur. Les Abeilles étourdies, effrayées, courent
aux provisions se gorger de miel, comme si elles étaient prêtes à
abandonner la ruche devant une agression irrésistible. En même temps un
bruissement d'intensité croissante se fait entendre. Au bout de quelques
minutes, les Abeilles stupéfiées, ne sachant que devenir, sont devenues
maniables, et l'opérateur peut attaquer les gâteaux, les tourner et
retourner en tous sens, en chasser les Abeilles pour les examiner à
loisir, sans avoir rien à craindre. Si l'opération est un peu longue, si
le bruissement paraît diminuer, une nouvelle projection de fumée sur les
gâteaux calmera les Abeilles près de s'irriter. Avec un peu d'habitude
et de prudence, l'apiculteur peut à son gré manipuler les Abeilles sans
se servir des engins protecteurs, gants et masque, usités dans les
travaux apicoles.

La piqûre de l'Abeille est assez douloureuse; les effets en persistent
pendant trois à quatre jours d'ordinaire. L'inoculation de venin qui
l'accompagne produit un gonflement plus ou moins prononcé et étendu des
parties environnant la petite plaie. Toute la région ainsi distendue est
le siège d'un prurit insupportable et douloureux au toucher. On a
indiqué une foule de remèdes contre ces blessures; pas un n'est
efficace. La seule chose à faire, c'est, après avoir extrait
l'aiguillon, s'il est resté dans la plaie, de comprimer latéralement
celle-ci, pour tâcher d'en expulser une certaine quantité de venin,
avant qu'il ait eu le temps de se répandre au loin dans les tissus, et
puis, attendre patiemment que la douleur et le gonflement
s'évanouissent. Il n'y a de véritable danger dans ces accidents que
lorsque les blessures sont nombreuses.

* * *

ABEILLES PILLARDES.--Si laborieuse que soit l'Abeille, elle ne dédaigne
pas le bien acquis sans peine, et son avidité pour le miel la pousse
souvent à tenter de le dérober à autrui. Voyez cette Abeille qui rôde
d'un vol saccadé autour d'une ruche; voyez-la s'approcher prudemment de
l'entrée, reculer aussitôt devant les manifestations hostiles des
sentinelles, revenir, s'en aller encore, revenir avec ténacité,
essayant de tromper la vigilance des maîtresses du logis. A ces allures
on reconnaît la _pillarde_. Si la porte est un instant mal gardée, elle
se faufile dans la maison, s'y gorge de miel, qu'elle va aussitôt
rapporter chez elle. Souvent elle est surprise en flagrant délit; saisie
par une foule irritée, tiraillée par tous ses membres, elle est traînée
sur le tablier, obligée de dégorger le miel dérobé, qu'une Abeille
reprend trompe à trompe, exécutée enfin sans pitié. Tel est le sort de
toute pillarde dans une forte ruche.

Mais quand les habitants sont peu nombreux, la porte mal gardée est à
tout instant forcée par quelque maraudeuse; plus d'une succombe, mais
leur nombre croissant toujours, l'invasion devient bientôt irrésistible.
Des duels à mort s'engagent sur tous les points, et les Abeilles
envahies finissent par succomber. La ruche alors est saccagée en toute
liberté. Trois ou quatre jours durant, suivant l'importance de ses
magasins, elle ne désemplit pas d'une cohue bruyante, qui la dévalise
avec une folle activité. Le soir le silence revient, toutes les
pillardes sont rentrées chez elles; mais au matin suivant, le tumulte
reprend de plus belle, et cela continue ainsi jusqu'à ce qu'il ne reste
plus que les gâteaux gaspillés, les cellules vidées.

La ruche en détresse est anéantie au profit de la cité déjà florissante,
qui n'en devient que plus prospère. Telle est la loi de la lutte pour
l'existence. La reine de la colonie faible périt sans descendance, celle
de la colonie populeuse fera souche, et sa lignée pourra hériter de ses
qualités supérieures, au grand avantage de l'espèce.

* * *

DES SENTIMENTS AFFECTIFS CHEZ L'ABEILLE.--Nous avons dit l'affection, le
culte dont la mère est entourée, les soins assidus, dévoués, dont le
couvain est l'objet. Ce sont là, au point de vue moral, si l'on nous
permet de parler ainsi, les beaux côtés de l'Abeille. Remarquons
toutefois que ces qualités sont tout au profit de la société. Si la mère
était indifférente aux ouvrières, si les œufs, les larves, les
nymphes étaient parfois négligés, la ruche ne verrait jamais le
bien-être et la prospérité. L'affection dont la mère est l'objet est
même un instinct tellement enraciné, que nous le voyons persister, au
détriment de la communauté, alors que la mère, inféconde ou
bourdonneuse, est une cause de ruine pour la colonie. A cette exception
près, les Abeilles n'ont de qualités qu'à notre point de vue moral et
humain nous pouvons juger bonnes, que celles dont l'association profite,
celles sans lesquelles elle ne pourrait exister.

Il en est de même pour ce que nous pourrions considérer comme leurs
défectuosités morales. Comme leurs qualités, elles sont à l'avantage de
la société, et c'est pour cela qu'elles existent. Faut-il rappeler les
mâles expulsés, dès qu'ils ne sont plus qu'une cause de déchet pour la
ruche? la vieille butineuse, usée au service de l'État, rejetée sans
pitié, dès que les forces l'abandonnent? les œufs sacrifiés à la
nécessité de loger une récolte surabondante? Ce n'est pas tout encore:
tout individu mal venu, qu'une infirmité quelconque rend impropre au
travail, est, dès sa naissance, jeté dehors. Et tous ces expulsés sont
voués à la même mort, la mort lente à venir, par le froid et la faim.

Ces mœurs féroces, cette dureté vraiment spartiate montrent sous leur
véritable jour l'instinct avant tout utilitaire de l'Abeille. Le bien
exclusif de l'État est la loi suprême. Le sentiment ici n'a rien à
faire. Qualités ou défauts, bonté morale ou cruauté, tout cela n'existe
que dans nos appréciations. La nature ne voit que le résultat; pour
elle, tout est bien qui mène au but: la permanence et la prospérité de
l'association.

Dans ce sens, resterait encore un progrès à accomplir, l'instinct des
Abeilles devenu capable de discerner dans la reine, comme il le fait
dans l'ouvrière, l'aptitude ou l'incapacité physiologique, et de
supprimer par suite--pour la raison d'État--la reine mal conformée,
inféconde ou bourdonneuse.

Telle qu'elle est, cependant, la ruche n'en reste pas moins un objet
digne de toute notre admiration, et le phénomène biologique le plus
remarquable qui existe dans le monde des Insectes.



PARASITES ET ENNEMIS DE L'ABEILLE.


«Le seul ennemi réellement redoutable pour les Abeilles, dit un habile
praticien que nous avons déjà cité, c'est le mauvais apiculteur, fléau,
dont l'instruction peut seule débarrasser les Abeilles.» Dans beaucoup
de contrées, en effet, on voit encore le paysan, obstiné dans une
déplorable routine, n'avoir d'autre procédé d'extraction pour le miel et
la cire, que l'étouffement des Abeilles, c'est-à-dire le sacrifice d'un
certain nombre de colonies, qu'il remplace au printemps, s'il le peut,
par de nouveaux essaims. Cette méthode barbare, qui d'ailleurs ne donne
que des produits inférieurs, disparaîtra par la vulgarisation des
procédés rationnels.

* * *

C'est la classe des Insectes, naturellement, qui fournit les principaux
ennemis des Abeilles.

[Illustration: Fig. 23.--Ennemis de l'Abeille: Gallérie, Braula,
Tridactyle.]

Au nombre des plus dangereux est la _fausse teigne_ (fig. 23), dont il
existe deux espèces, la grande ou Gallérie (_Galleria mellonella_ Linn.
ou _cerella_ Fabr.), et la petite (_Achrœa grisella_ Fabr.). Ce sont
deux Lépidoptères nocturnes de la famille des Crambides, le premier,
long d'une quinzaine de millimètres, aux ailes variées de gris et de
brun, le second moitié plus petit, d'un gris cendré uniforme. Ils
s'introduisent dans les ruches pour pondre sur les rayons des œufs
d'où éclosent de petites chenilles fort agiles, qui, dès leur naissance,
se logent dans la cire qu'elles dévorent, et où elles se font des
galeries tapissées de fils de soie et souillées de leurs excréments.
Quand leur nombre est considérable, il constitue un véritable fléau, la
ruine même de la colonie en certains cas. Les gâteaux, criblés de
galeries et soudés les uns aux autres par une multitude de fils de soie
et par les cocons agglomérés, ne forment plus qu'un magma inhabitable
pour les Abeilles. Bien que ces chenilles ne s'attaquent qu'à la cire et
respectent le miel, celui-ci n'en est pas moins perdu, mêlé à toute
sorte d'impuretés qui l'altèrent. Le meilleur moyen de se garantir de la
teigne, c'est d'avoir des ruches bien closes et de fortes colonies. Dans
ces conditions, les Abeilles suffisent à se débarrasser des quelques
chenilles qui ont pu pénétrer chez elles. Il faut éviter aussi de tenir
dans la ruche trop de gâteaux vides, que les Abeilles visitent peu, et
où les Galléries peuvent dès lors s'installer en toute sécurité. La
petite teigne a elle-même un parasite, qui sait la poursuivre et
l'atteindre dans ses galeries. C'est un frêle hyménoptère du genre
_Microgaster_, une sorte de moucheron noirâtre, long de 3 millimètres.
Une petite tarière, dont cet animalcule est armé, lui sert à introduire
dans le corps de la chenille un œuf, d'où sort un petit ver qui se
nourrit de ses viscères et se file ensuite, à côté de son cadavre, un
petit cocon d'un blanc éclatant. Le Microgastre détruit souvent un grand
nombre de chenilles de la teigne. Mais ce qui réduit l'importance de cet
allié inconscient des Abeilles, c'est la considération que les teignes
ne se développent guère en nombre que dans les ruches faibles, dont la
reine est peu féconde ou même bourdonneuse. L'apiculteur, en pareil cas,
sait bien où est le remède, et loin de s'en reposer sur le Microgastre,
il se hâtera de changer la mère et de fortifier la colonie.

* * *

[Illustration: Fig. 24.--Philanthe emportant une Abeille.]

Le Philanthe (_Philanthus apivorus_) (fig. 24) est un redoutable ennemi
des Abeilles. Cet hyménoptère fouisseur, à l'aspect d'une guêpe, à
l'énorme tête armée de longues mandibules en forme de faux, creuse dans
les talus de profondes galeries, où il entasse des Abeilles destinées à
la nourriture de ses larves. Aux mois d'août et de septembre, on peut
voir le Philanthe rôder autour des fleurs visitées par les Abeilles, et,
dès qu'il en aperçoit une, fondre sur elle avec une rapidité
prodigieuse, la saisir et la percer plusieurs fois de son aiguillon,
puis l'emporter, paralysée, dans son terrier. Trois ou quatre Abeilles
sont entassées dans chaque cellule avec un œuf pondu sur l'une
d'elles. Comme chaque femelle approvisionne une vingtaine de cellules,
on peut imaginer ce que détruisent d'Abeilles les centaines et les
milliers de Philanthes, dont les terriers se voient dans un même talus.

* * *

L'Asile (_Asilus crabroniformis_ et autres espèces) saisit souvent les
butineuses, dont il suce le sang de sa trompe aiguë enfoncée dans le cou
de sa victime.

* * *

[Illustration: Fig. 25.--Atropos.]

Un énorme Sphingide, l'_Acherontia Atropos_ (fig. 25) ou _Tête-de-mort_,
s'introduit fréquemment dans les ruches, et, sans souci de l'aiguillon
des Abeilles, dont il est protégé par une forte cuirasse et une épaisse
toison, se glisse jusqu'au grenier à miel, dont il peut absorber des
quantités prodigieuses, jusqu'à six à sept grammes. Un grand émoi règne
dans la ruche où a pénétré cet intrus, qui parfois périt victime de sa
gourmandise, et se gorge au point de ne pouvoir ressortir par l'orifice
qui lui a livré passage. Un apiculteur digne de foi nous a affirmé
avoir trouvé une fois douze de ces papillons dans une seule ruche. Les
Abeilles se mettent souvent à l'abri des visites de l'_Atropos_, en
édifiant à l'entrée de la ruche de petites colonnettes de cire
propolisée, dont les intervalles sont juste suffisants pour les laisser
passer elles-mêmes, mais arrêtent le papillon. L'apiculteur zélé fait
bien de ne pas compter sur ses élèves, et rétrécit lui-même l'entrée à
l'aide de petits clous équidistants, bien supérieurs aux colonnettes de
cire.

* * *

[Illustration: Fig. 26.--Cétoine.]

Un autre amateur de miel, une grosse Cétoine (_Cetonia Cardui_) (fig.
26) s'introduit aussi dans les ruches, en certains pays, et peut, quand
il est en nombre, y occasionner de sérieux dommages. Mieux encore que la
Tête-de-mort, ce coléoptère est mis à l'abri des piqûres par une dure
cuirasse.

* * *

Les traités d'apiculture signalent vaguement les larves de Méloés (fig.
27) comme nuisibles aux Abeilles. On a pu longtemps croire que
l'accusation était mal fondée, car ce que l'on sait des habitudes des
Méloïdes[7] ne permettait guère de croire qu'ils pussent se développer
dans les ruches, et en effet on ne les trouve jamais dans les rayons,
subissant la série compliquée de leurs métamorphoses. Mais on sait
maintenant, depuis les observations d'Assmuss[8], auteur d'un
intéressant mémoire sur les parasites de l'Abeille, que c'est autrement
qu'ils lui sont nuisibles. Les jeunes larves de Méloé sont prises par la
butineuse sur les fleurs; elles se cramponnent à ses poils, courent sur
son corps, s'attachent à ses articulations, y insinuent leur tête et
deviennent la cause d'une excitation d'autant plus vive qu'elle dure
depuis plus longtemps et qu'elle est causée par un plus grand nombre de
ces animalcules. Elle devient souvent intolérable, au point que
l'Abeille énervée, à bout de résistance, périt dans les convulsions.
C'est ce que l'on a appelé la _rage_. Un apiculteur a perdu ainsi, dans
vingt-trois ruches, la moitié des ouvrières et neuf reines. Ces petites
larves, en effet, une fois introduites dans la ruche par les butineuses,
passent d'une Abeille à l'autre, et peuvent ainsi s'attacher à la reine.
On ne saurait indiquer aucun remède contre de pareils désastres. Ils
sont heureusement rares. Comme mesure préventive, d'efficacité bien
douteuse, il est toujours bon de détruire les Méloés adultes que l'on
rencontre, chaque femelle tuée représentant environ 5000 œufs
supprimés.

[Illustration: Fig. 27.--Méloés.--Adultes. Larve primaire ou triongulin
et larve secondaire.]

Nous ne parlerons point, même pour mémoire, de quelques autres insectes
qu'on peut, de loin en loin, trouver dans les ruches et vivant aux
dépens des Abeilles, non plus que de quelques helminthes, qui parfois se
développent dans leurs viscères. C'est à peine si nous devrions aussi
mentionner les araignées, qui ne sont pas plus particulièrement
nuisibles aux Abeilles qu'à tout autre insecte volant. Elles font
cependant de nombreuses captures, quand leurs toiles sont tendues non
loin des ruches, sur le passage des butineuses. L'apiculteur aura
toujours avantage à faire disparaître ces filandières.

* * *

Nous consacrerons quelques lignes, vu son étrangeté, à un parasite, dont
a longtemps ignoré les véritables rapports avec l'Abeille, le _Braula
cœca_, connu des apiculteurs sous le nom de _pou des Abeilles_ (fig.
23, _e_).

C'est un petit Diptère, dépourvu d'ailes, privé d'yeux, de couleur
brune, long de 1mm,5. Cet animalcule se tient sur le corselet ou sur
la tête de l'Abeille, cramponné solidement à ses poils, à l'aide de
quadruples crochets terminant chacune de ses pattes. Il se meut avec une
agilité surprenante sur le corps velu de l'Abeille, et c'est merveille
que de voir la dextérité de ce petit être dénué de vue, la facilité avec
laquelle il déjoue les efforts que l'on fait pour le séparer de son
hôte, sa déconvenue stupide quand on y a réussi, sa promptitude à
regrimper sur son véhicule, dès qu'il a senti le contact du moindre poil
de l'Abeille.

«Ayant pris un jour une Abeille portant un de ces poux, je lui serrai un
peu fortement la tête entre les mors d'une pince, afin de la rendre
immobile et m'emparer aisément du petit parasite. L'un et l'autre,
portés sur ma table de travail, y furent abandonnés quelque temps sous
une cloche de verre.

«Quand je revins à eux, je ne fus pas peu intrigué de voir le petit
parasite dans la plus vive et la plus bizarre agitation. Campé sur le
devant de la tête de l'Abeille, il se démenait avec une incroyable
vivacité et comme en proie à une véritable fureur. Tantôt il se portait
sur le bord libre du chaperon, et, de ses pattes antérieures relevées,
il frappait et grattait, aussi rudement que sa faiblesse le comportait,
la base du labre de l'Abeille; puis il reculait brusquement vers
l'insertion des antennes, pour reprendre aussitôt son impétueuse
agression. J'étais encore tout entier à la surprise du premier instant,
quand je vis subitement toute cette colère calmée, et le petit animal,
appliqué contre le rebord du chaperon, la tête baissée sur la bouche
légèrement frémissante de l'Abeille, y humer une gouttelette liquide.

«Je compris aussitôt. La manœuvre dont j'avais été témoin tout
d'abord était le préliminaire du repas. Quand le pou veut manger, il se
porte vers la bouche de l'Abeille, où l'agitation de ses pattes munies
d'ongles crochus produit une titillation désagréable peut-être, tout au
moins une excitation des organes buccaux, qui se déploient un peu au
dehors et dégorgent une gouttelette de miel, que le pou vient lécher et
absorber aussitôt.» (J. Pérez, _Notes d'apiculture_.)

Pour en finir avec les animaux articulés, citons le Trichodactyle,
acarien qui souvent pullule dans les vieilles ruches, vermine plus
désagréable que vraiment nuisible à ses habitants (fig. 23, _f_).

* * *

Parmi les animaux vertébrés, on a signalé le _crapaud_, le _lézard_,
comme se rendant quelquefois coupables de happer une Abeille. Cela est
bien possible; mais le cas doit être si rare, que nous ne pouvons que
nous montrer très indulgents pour ces débonnaires créatures.

En revanche la _fouine_, le _blaireau_, la _souris_, la _musaraigne_
mériteraient toute notre sévérité si, comme on l'affirme, ces animaux
pénètrent, pendant l'hiver, dans les ruches rustiques, pour dévorer
rayons, miel et Abeilles. De bonnes ruches bien construites défieraient
ces dévastateurs.

Plus d'un oiseau est accusé de capturer au vol les Abeilles, et même, ce
qui est plus audacieux, d'aller, comme la _mésange_, faire tapage à leur
porte, en hiver, pour les attirer sur le seuil et s'en repaître. N'y
a-t-il pas quelque exagération en tout cela? Mais il est un oiseau,
chasseur né des Abeilles et des guêpes, qui fait d'elles une énorme
consommation. C'est le _Guêpier_, ou _Abeillerolle_ (_Merops apiaster_),
bien connu dans les contrées méridionales, détesté des apiculteurs, qui
lui font une guerre opiniâtre, comme celle qu'il fait lui-même à leurs
élèves. Le guêpier a l'habitude de se poser à quelque distance d'une
ruche ou d'un nid de guêpes, et de happer au passage les butineuses qui
rentrent ou qui sortent. Telle est son assiduité et sa persistance, que
de quelques jours il ne quitte son poste d'observation, jusqu'à ce qu'il
ait réduit à rien ou à peu près la légion des butineuses.



EXTENSION GÉOGRAPHIQUE DE L'ABEILLE DOMESTIQUE.--SES PRINCIPALES
RACES.--AUTRES ESPÈCES DU GENRE APIS.


L'_Apis mellifica_ est répandue dans toute l'Europe, dans le nord de
l'Afrique et une partie de l'Asie occidentale. Dans cette vaste étendue
de territoire, les effets du climat ont dû naturellement se faire sentir
sur l'espèce, et y déterminer la formation de plusieurs races plus ou
moins caractérisées.

La plus anciennement connue de ces races est l'_Apis ligustica_, ou
_Abeille italienne_, qui diffère à première vue de l'Abeille ordinaire
par la coloration jaune orangé de ses deux premiers segments abdominaux
et de la base du troisième, et sa villosité moins sombre. C'est une
Abeille de très belle apparence, et c'est là sans doute, plus que ses
qualités, qu'on s'est plu à exagérer, ce qui lui a valu l'engouement
dont elle a été et est encore l'objet de la part des apiculteurs.

On l'a dite plus active, d'humeur plus douce, surtout plus productive.
Une assez longue expérience ne nous a pas montré qu'elle fût plus
maniable que l'Abeille commune; l'une et l'autre se comportent de même
dans les mêmes circonstances. Quant à la supériorité de ses produits en
quantité et en qualité, on trouve des affirmations, et rien de plus.
Jamais expérience comparative précise n'a été produite à cet égard.

Cette supériorité gratuitement admise, quelques apiculteurs ont prétendu
l'expliquer par une capacité plus grande du jabot, chez l'Abeille
italienne, et une langue plus longue. Cette Abeille non seulement
pourrait atteindre le nectar de fleurs plus profondes, mais encore en
transporter à la ruche une masse plus considérable. Mais si l'on cherche
la preuve de ces allégations, on ne la trouve nulle part. Jamais
apiculteur, et pour cause, n'a jaugé les jabots des deux Abeilles; on
n'a même pas, ce qui était facile, mesuré comparativement leurs langues.
Cette dernière mesure, nous l'avons faite, et nous avons trouvé une
longueur de 3mm,65 pour la languette, et une longueur de 5mm,75
pour la lèvre inférieure tout entière, dans les deux races.

Les apiculteurs voudront-ils enfin avouer que ce qui leur plaît dans
l'Abeille italienne c'est surtout sa beauté?

L'_Apis fasciata_, cultivée dès l'antiquité la plus reculée en Égypte,
ressemble beaucoup à l'Abeille italienne, dont elle a les segments
jaunes, avec une villosité plus claire et une taille plus petite.

On a, dans ces derniers temps, essayé d'acclimater dans l'Europe
occidentale diverses races venues de l'Orient, telles que l'Abeille
_syrienne_, l'Abeille _chypriote_, qui, par leurs caractères extérieurs,
tiennent plus ou moins de l'Abeille italienne ou de la noire, et
qu'aucune qualité remarquable ne distingue de l'Abeille commune.
Ajoutons-y l'_A. Cecropia_, de la Grèce, dans laquelle certains veulent
voir la souche de toutes les races domestiques.

La Barbarie possède une Abeille plus voisine de la nôtre que de celle
d'Égypte. Elle est toute noire, plus petite, et sait, dit-on, trouver du
miel en des temps de sécheresse où notre Abeille ne trouve rien à
récolter. Il ne paraît pas qu'elle s'acclimate aisément dans nos
contrées. Elle est l'objet, en Kabylie, de tous les soins des indigènes,
qui en tirent des quantités considérables de miel et de cire.

L'Abeille européenne a été transportée en Amérique, où elle tend à se
modifier diversement, suivant les climats, aussi bien dans ses habitudes
que dans ses caractères extérieurs. Au Brésil, où la flore est
exubérante, elle essaime à outrance et fait peu de provisions. Aussi
est-elle en maint endroit redevenue sauvage, et trouve-t-on fréquemment
ses colonies dans les bois. Au Chili, elle paraît donner, sans aucuns
soins, des ruches garnies de miel toute l'année, et l'heureux apiculteur
n'y a d'autre occupation que la récolte. Aux États-Unis, la culture de
notre Abeille est devenue une industrie florissante, dont les produits,
depuis quelques années, inondent nos contrées. Plus de 20 millions de
miel sont annuellement exportés d'Amérique.

Enfin, l'_Apis mellifica_ est, depuis 1862, installée en Australie, à la
Nouvelle-Zélande. Faite pour exploiter des flores peu riches, ou même
très pauvres, notre Abeille prospère étonnamment dans toutes les
contrées où l'abondance et la variété des fleurs lui fournissent de
riches moissons. Elle y lutte avec avantage contre les Abeilles
indigènes, Mélipones et Trigones. C'est le cas pour l'Australie
particulièrement, où l'Abeille d'Europe est en train d'évincer celle du
pays, dépourvue d'aiguillon. Dans notre colonie de la
Nouvelle-Calédonie, la culture de l'Abeille est peu développée, non que
le climat ne lui soit très favorable, mais le miel qu'elle retire d'une
plante fort répandue, le _Melaleuca viridiflora_, vulgairement appelé
_Niaouli_, est d'un goût trop désagréable pour être recherché. Dans
l'île des Pins, où cet arbre n'existe pas, les missionnaires obtiennent
un miel abondant et exquis.

* * *

Le genre _Apis_ est exclusivement propre à l'ancien continent. Outre
l'_A. mellifica_ et ses nombreuses variétés, dont nous avons énuméré
quelques-unes, ce genre y offre plusieurs espèces, dont le nombre est
destiné à s'augmenter sans doute.

L'Afrique en compte plusieurs. La mieux connue est l'_A. Adansonii_,
semblable d'aspect à l'_A. Ligustica_, mais plus petite, cultivée au
Sénégal dans des ruches que les indigènes suspendent aux branches, pour
les mettre à l'abri des lézards, et qu'ils exploitent par l'étouffement.
La ruche vidée, remise en place, ne tarde pas à être réoccupée par un
essaim.--Citons encore, parmi les Abeilles africaines: les _A. Caffra_
et _scutellata_, de la Cafrerie, l'_A. Nigritarum_, du Congo, qui toutes
rappellent plus ou moins l'Abeille italienne; enfin l'_A. unicolor_,
toute noire, à abdomen glabre, luisant, sans bandes d'aucune sorte.
Cette dernière est cultivée à Madagascar, à Bourbon, à Maurice, aux
Canaries. Elle donne souvent, dans la première de ces îles, un miel
verdâtre, fluide, médiocre de qualité, parfois nuisible, quand elle a
butiné sur les Euphorbes.

La Chine nourrit une jolie Abeille, qui se rencontre aussi dans l'Inde,
l'_A. socialis_, à l'abdomen presque glabre, les trois premiers segments
et la base des suivants jaunâtres, avec d'étroites bandes de poils gris.
L'_A. Indica_, de l'Inde et des îles de la Sonde, qui lui ressemble
beaucoup, n'en est peut-être qu'une petite variété. Ces Abeilles et
quelques autres sont, de la part des Indous, l'objet d'une culture dont
les particularités sont encore mal connues.

L'_Apis floralis_ Fabr. est une jolie petite Abeille, voisine de l'_A.
Indica_, qui a été observée par un voyageur anglais, Charles Horne.
L'ouvrière de cette espèce ne mesure que 7 millimètres, la reine 13 à
14, le mâle, qui seul est entièrement noir, de 11 à 12. Elle niche dans
les jardins et suspend ordinairement aux branches des orangers et des
citronniers de petits gâteaux en forme de disques arrondis. Le miel en
est très apprécié, et jouit, au dire des gens du pays, de propriétés
médicinales.

Une mention particulière est à faire d'une grande et belle Abeille
indienne, l'_A. dorsata_, qui habite aussi les îles de la Sonde. Elle a
le corselet et la tête revêtus en dessus de poils noirs, l'abdomen
jaunâtre, brun seulement vers l'extrémité. Elle est sensiblement plus
grande que notre Abeille domestique. Ch. Horne, qui l'a observée, nous
dit qu'elle est domestiquée dans l'Himalaya, où elle est logée, en
général, dans des ruches faites de tronçons de bois creusés, et placées
dans l'intérieur des habitations. Cette Abeille est très productive en
miel et cire, qui sont l'objet de grandes transactions. A l'état
sauvage, elle est très irritable et très redoutée des habitants du pays.

Comme notre Abeille domestique, l'_A. dorsata_ a parfois beaucoup à
souffrir des ravages occasionnés dans ses rayons par une Gallérie, la
_Mellolella_. Une sorte de guêpier, le _Merops viridis_, la décime. Elle
est encore impuissante à se défendre des graves déprédations d'un oiseau
de proie, la _Buse mellivore_ (_Pernis cristata_), qui s'introduit
violemment dans ses ruches, emporte dans ses serres une grande masse de
gâteaux, et, sans souci des abeilles qui l'entourent et essayent de le
frapper de leurs aiguillons, s'en va sur une branche voisine dévorer
tranquillement son butin.

Citons encore l'_Apis zonata_ Smith, la plus grande des espèces connues,
car l'ouvrière égale la taille de nos reines. Son corps est tout noir,
avec quelques poils roussâtres tout autour du corselet et de belles
bandes d'un blanc de neige à la base des segments. On ne connaît pas les
habitudes de cette Abeille.

Au Japon, l'apiculture est fort en honneur. Les Abeilles y sont logées
dans des ruches faites de planchettes. Pour les garnir, les Japonais
portent dans la campagne, non loin des nids des Abeilles sauvages, des
corbeilles de paille contenant du sucre. Les essaims, alléchés par cet
appât, s'introduisent dans les corbeilles, et sont ensuite transvasés
dans des ruches préparées d'avance.



LES BOURDONS.


Qui ne connaît ces gros hyménoptères velus, au _bourdonnement_ puissant
et grave, qu'on voit, dès les premiers beaux jours, voler un peu
lourdement d'une fleur à une autre? De longs poils sur un corps trapu,
une grosse tête tendue vers le bas, leur font une physionomie tout à
fait caractéristique dans la grande famille des Abeilles (fig. 28).

[Illustration: Fig. 28.--Bourdon terrestre.]

S'ils n'ont rien d'élégant dans leurs formes, ni de gracieux dans leurs
allures, les Bourdons sont néanmoins de beaux insectes. Leur vêtement
est d'ordinaire bandé de jaune, de blanc, de roux, sur un fond noir;
quelques-uns sont d'une couleur fauve ou rousse uniforme. Rien de moins
constant, d'ailleurs, que cette parure; on la voit, dans une même
espèce, se jouer en une multitude de variations, passant les unes aux
autres par d'innombrables nuances. Aussi n'est-il point rare que des
espèces fort différentes arrivent, par le caprice de leurs variations, à
se ressembler tellement par leurs couleurs, qu'un œil exercé peut
seul les distinguer. Tel Bourdon noir, cerclé de jaune et de blanc, est
frère d'un Bourdon jaunâtre avec une bande noire entre les ailes. Un
autre, qu'on croirait du même nid que le dernier, se rattache à un type
tout noir, roux seulement à l'arrière. Toutes ces modifications, dont
les causes d'ailleurs nous échappent, sont par elles-mêmes d'un grand
intérêt, et font d'une collection un peu riche de ces hyménoptères une
des plus belles qu'on puisse réunir.

Les Bourdons sont très proches parents des Abeilles domestiques. Ils
ont, à très peu près, la même organisation et les mêmes habitudes. Les
sociétés qu'ils forment sont faites sur le même patron: une reine ou
mère, des ouvrières et des mâles. Mais ces sociétés sont annuelles et
non permanentes. Et ce n'est pas la seule différence qu'elles
présentent.

Ainsi, chez l'Abeille, la mère est exclusivement occupée de la ponte;
elle ne bâtit ni ne récolte, n'a aucun soin de sa progéniture. Chez le
Bourdon, la reine n'est pas seulement la mère de toute la colonie, elle
est aussi la fondatrice de la cité. C'est elle qui commença
l'édification du nid, qui l'approvisionna au début, éleva les
premiers-nés. Aussi, tandis que l'Abeille reine est dénuée de tout
instrument de travail, de corbeilles et de brosses, de glandes à cire,
la femelle Bourdon possède tous ces organes. Elle ne diffère
extérieurement de l'ouvrière que par la taille.

Il y a même plus. Toutes les Abeilles ouvrières sont semblables entre
elles. Il n'en est point ainsi chez les Bourdons. Comme cela se voit
dans les sociétés de Fourmis, leurs ouvrières varient beaucoup de taille
et de force: les unes sont d'une petitesse extrême, tandis que d'autres
égalent presque la taille de la mère. Elles partagent même avec
celle-ci la faculté de pondre, quoique avec une fécondité moindre; aussi
désigne-t-on souvent les plus grosses des ouvrières sous le nom de
petites reines ou petites femelles.

Ajoutons encore que les sociétés de Bourdons sont peu populeuses, et ne
dépassent pas quelques centaines d'individus. Nous sommes loin des 40 ou
50 000 habitants que peut compter la cité des Abeilles.

Les Bourdons, comme les Abeilles, récoltent du miel et du pollen. La
cueillette, opérée par les mêmes organes, se fait par les mêmes
procédés. Tout aussi actif, mais moins agile peut-être que l'Abeille, le
Bourdon compense cette infériorité par la masse de provisions qu'il peut
porter en une fois. Ses corbeilles peuvent se charger d'énormes pelotes.
Comme l'Abeille, il pétrit le pollen avec du miel à mesure qu'il le
récolte.

* * *

Pour bien connaître ce qu'est une famille de Bourdons, il nous faut
assister à sa naissance, suivre ses accroissements, voir son déclin et
sa ruine.

La femelle de Bourdon, fécondée en automne ou à la fin de l'été, se
réveille avec le printemps de son sommeil hivernal, butine avec ardeur
sur les premières fleurs écloses, et se met à la recherche d'un lieu
convenable pour y installer un nid. C'est généralement en mars, dans nos
climats, que la plupart des espèces commencent à se montrer, ou même dès
la fin de février, dans le midi de la France. Toutes les espèces ne sont
pas également précoces. Le Bourdon des prés (_Bombus pratorum_) est de
tous le plus hâtif. On le voit butiner sur les chatons des saules, bien
des semaines avant l'apparition des Bourdons des bois (_B. sylvarum_),
des champs (_B. agrorum_), des pierres (_B. lapidarius_), etc.

L'emplacement choisi pour le nid est tantôt un trou dans la terre, tel
que le logis abandonné de quelque souris des champs, ou, sur le sol
même, un endroit caché dans un buisson, au milieu de la mousse et des
herbes. En général, une même espèce est fidèle à son genre de nid. Celui
du Bourdon terrestre (_B. terrestris_), par exemple, est souterrain;
celui du Bourdon des bois est aérien. Rien d'absolu, du reste; on cite
même à ce sujet des choix tout à fait fantaisistes. «Ainsi un Bourdon,
d'après le D^r W. Bell, avait pris possession du nid d'un rouge-gorge;
une femelle du _B. agrorum_, selon F. Smith, s'était installée dans
celui d'un roitelet. Schenck trouva un nid de _B. sylvarum_ au haut d'un
pin, dans le gîte abandonné d'un écureuil; M. Schmiedeknecht en a
rencontré un dans celui d'une linotte. Mais le cas le plus
extraordinaire est celui que le D^r E. Hoffer observa à Boyanko, en
Ukraine, dans le grenier d'une maison de paysan. Un vieux vêtement de
fourrure en loques avait été jeté dans un coin. Un jour que la maîtresse
de la maison voulut ramasser la vieille nippe, elle dut s'empresser de
fuir devant la multitude d'habitants armés d'aiguillons qui y avaient
élu domicile.

Quand la femelle a trouvé un local à sa convenance, elle l'approprie,
s'il y a lieu, le déblaye, le nettoie, puis y apporte de la mousse, des
brins de fétus, etc. C'est sur ce fondement que reposera l'édifice,
abrité par le sol même, s'il est souterrain, ou par une toiture faite de
chaume, de mousse et de menus débris, s'il est bâti sur le sol. En tout
cas, un chemin couvert, assez étroit, fait de mousse et dont la longueur
peut atteindre un pied, conduit à la cavité arrondie ou ovalaire qui
sert d'habitation (fig. 29).

On n'a pas assisté à la formation de cette enveloppe générale, faite de
mousse et de brindilles, à l'intérieur de laquelle s'édifieront les
gâteaux. Réaumur a fait connaître le procédé qu'emploient les Bourdons,
sinon pour bâtir une première fois leur maison, du moins pour la refaire
ou en réparer les dégâts. S'il faut en croire notre célèbre naturaliste,
les Bourdons subiraient tous les dommages, sans jamais songer à défendre
leur demeure, ni tourner leur colère contre celui qui vient les
tourmenter. «Ils en ont toujours usé au mieux avec moi, dit-il; il n'y
en a jamais eu un seul qui m'ait piqué, quoique j'aie mis sens dessus
dessous des centaines de nids.

«Dès qu'on cesse de les inquiéter, ajoute Réaumur, ils songent à
recouvrir leur nid, et n'attendent pas même, pour se mettre à l'ouvrage,
que celui qui a fait le désordre se soit éloigné. Si la mousse du dessus
a été jetée assez près du pied du nid..., bientôt ils s'occupent à la
remettre dans sa première place.... La façon dont les Bourdons ont été
instruits à faire parvenir sur leur nid la mousse qu'ils y veulent
placer, est la suivante:

«Considérons-en un seul occupé à ce travail; il est posé à terre sur ses
jambes, à quelque distance du nid, sa tête directement tournée du côté
opposé. Avec ses dents, il prend un petit paquet de brins de mousse; les
jambes de la première paire se présentent bientôt pour aider aux dents à
séparer les brins les uns des autres, à les éparpiller, à les charpir,
pour ainsi dire; elles s'en chargent ensuite pour les faire tomber sous
le corps; là, les deux jambes de la seconde paire viennent s'en emparer,
et les poussent plus près du derrière. Enfin les jambes de la dernière
paire saisissent ces brins de mousse, et les conduisent par delà le
derrière, aussi loin qu'elles les peuvent faire aller.

«Après que la manœuvre que nous venons d'expliquer a été répétée un
grand nombre de fois, il s'est formé un petit tas de mousse derrière le
Bourdon. Un autre Bourdon, ou le même, répète sur ce petit tas une
manœuvre semblable à celle par laquelle il a été formé; par cette
seconde manœuvre, le tas est conduit une fois plus loin. C'est ainsi
que de petits tas de mousse sont poussés jusqu'au nid, et qu'ils sont
montés jusqu'à sa partie la plus élevée.» Les Bourdons ainsi occupés
forment de la sorte une chaîne plus ou moins longue, où ils sont tous la
tête tournée du côté où est la mousse à recueillir, le derrière
tourné du côté du nid. Arrivée au lieu où elle doit être employée, un ou
plusieurs Bourdons la disposent où il est convenable, à l'aide des
mandibules et des pattes antérieures.»

[Illustration: Fig. 29.--Nid de Bourdon des mousses.

Une couche de mousse épaisse d'un à deux pouces forme au nid une
enveloppe chaude et légère, suffisante pour le mettre à l'abri des
pluies ordinaires. Quand elle a subi quelque dérangement, les Bourdons
la réparent comme il vient d'être dit, en prenant les matériaux dans le
voisinage. Jamais ils ne vont en chercher au loin; jamais on ne les voit
venir en volant, chargés du plus léger brin de plante. Ils économisent
de leur mieux la mousse qu'ils ont à portée; et, à la dernière
extrémité, ils se résignent à employer pour leur couvert celle qui forme
le conduit menant du dehors à l'intérieur du nid.

* * *

Les travaux extérieurs achevés, le travail essentiel, la construction du
nid proprement dit commence. Personne, malheureusement, n'en a vu poser
la première pierre, c'est-à-dire la première lamelle de cire, personne
n'a vu former la première cellule. Le D^r E. Hoffer, qui a plus de
quarante fois été témoin de la ponte, ne l'a jamais observée que dans
des cas où la mère était déjà entourée de plusieurs ouvrières. Nous ne
pouvons mieux faire que d'emprunter les détails qui suivent à cet habile
observateur[9].

Quand le moment décisif est venu, la femelle, en grande agitation, court
deçà et delà sur les gâteaux, paraissant chercher un lieu convenable
pour déposer ses œufs. Elle se décide enfin. Elle détache alors, avec
ses pattes postérieures, de ses segments moyens, un peu de cire qu'elle
saisit avec ses mandibules, et dont elle façonne un petit parapet
annulaire, qu'elle exhausse de plus en plus, jusqu'à la hauteur de
quelques millimètres.

Elle abandonne alors la cellule qu'elle vient d'élever et s'en va
prendre, dans une coque vide de son habitant, un peu de pâtée
pollinique, qu'elle manipule longtemps dans sa bouche, la mêle à une
certaine quantité de miel, et l'étend avec soin et longuement sur la
paroi interne de la cellule. Elle retourne encore chercher une seconde
provision de pollen, qu'elle façonne de même, et cela se répète un
certain nombre de fois.

Elle essaye ensuite d'introduire son abdomen dans la cellule, ce qu'elle
fait aisément d'ordinaire. Mais quelquefois le bord en est trop étroit;
elle l'élargit alors en rongeant le bord intérieur. Embrassant ensuite
la cellule entre ses pattes postérieures et y prenant appui, elle
introduit avec effort l'extrémité de son abdomen, fixe son aiguillon
contre la paroi ou le fond de la cellule, réussit ainsi à faire ouvrir
largement l'anus, et un certain nombre d'œufs, trois au moins, dix ou
douze au plus, tombent dans la cellule. Ces œufs sont d'un beau
blanc, et on les voit briller au fond de la cellule. Ils sont allongés,
rétrécis à un bout et assez volumineux, eu égard à la taille de
l'insecte.

La ponte achevée, la femelle retire aussitôt l'abdomen de la cellule, et
se met à tourner vivement tout autour, donnant la chasse aux ouvrières
et aux autres femelles qui se pressent vers l'orifice, et elle travaille
entre-temps à fermer la cellule avec de la cire, que, dans ce but, elle
tenait déjà toute prête pendant qu'elle pondait, et aussi avec de la
cire empruntée au bord même de la cellule. Si les importuns s'avancent
trop, elle n'hésite pas à faire un exemple; elle saisit le plus
audacieux ou le plus proche avec sa bouche et ses pattes, et, après
s'être un instant colletée avec lui, tous deux dégringolent par-dessus
les autres Bourdons et tombent à terre. La femelle laisse là le
coupable, rudement châtié par de cruelles morsures, et remonte
promptement à sa cellule, pour la protéger contre les attaques des
autres. Trop tard le plus souvent, car les plus prompts à profiter de
son absence l'ont déjà crevée et ont dérobé quelques œufs pour les
dévorer.

La correction n'est jamais infligée qu'à coups de dents et de pattes. Le
coupable n'essaye point de se défendre; il tâche seulement de se
soustraire au châtiment par la fuite. Il est pourtant assez rude, et la
pauvre bête n'en sort d'ordinaire que fort maltraitée, parfois même
mortellement atteinte. E. Hoffer a vu une fois une petite femelle, qui
avait jeté un regard de convoitise sur les œufs, sortir si
cruellement mordue de la bourrade que lui donna la reine furieuse,
qu'elle traînait en se sauvant une de ses pattes postérieures, et elle
la perdit par la suite. Elle vécut néanmoins quelques jours, vaquant à
ses travaux ordinaires. Une autre fois, une ouvrière reçut au cou une
telle morsure, qu'elle eut seulement la force de se réfugier dans un
coin, où elle ne tarda pas à mourir.

Quelquefois cependant il arrive que la reine elle-même ne sort pas
indemne du combat. L'observateur vit un jour la femelle, déjà vieille et
assez pelée, il est vrai, lâcher tout d'un coup une petite femelle
qu'elle avait saisie. Paralysée sans doute par un coup d'aiguillon, elle
vécut encore une vingtaine d'heures, inerte, en butte aux mauvais
traitements des petites femelles, qui la mordaient, la tiraillaient sans
cesse par les pattes et par les ailes. «Ces Bourdons si placides et si
débonnaires d'habitude, ajoute Hoffer, m'ont toujours paru féroces et
brutaux pendant la ponte; et si la femelle vient alors à mourir, son
cadavre n'est point ménagé; petites femelles et ouvrières se jettent
dessus, le mordillent aux ailes, aux pattes, aux antennes, et font de
vains efforts pour mettre dehors la gigantesque morte.»

Quand la pondeuse, après de semblables incidents, est heureusement
parvenue à retrouver sa cellule, elle étale encore à plusieurs reprises
sur l'opercule de la cire prise aux bords. Elle va ensuite chercher
d'autre pollen avec du miel, qu'elle colle sur la cellule, retourne en
chercher de nouveau, et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'elle trouve la
provision suffisante. Elle rouvre alors la cellule, y pond encore
quelques œufs, toujours moins cependant que la première fois, et les
choses se passent encore comme on l'a déjà vu, avec les mêmes
tracasseries de la part des ouvrières et des femelles. Suivant l'espèce
et autres circonstances d'époque, de température et d'abondance de
provisions, cette ponte se répète plus ou moins souvent, au point qu'une
cellule peut contenir jusqu'à vingt-quatre œufs, mais rarement
pourtant plus du tiers de ce nombre.

La ponte terminée, la femelle reste là plusieurs heures sur la cellule.
Elle y apporte de la pâtée; elle en ronge et polit les aspérités.
Souvent même elle se pose, le ventre appliqué dessus, comme si elle
couvait.

Les agressions des autres Bourdons deviennent de plus en plus rares, et
cessent enfin tout à fait. Et ces mêmes petites bêtes, qui tout à
l'heure se jetaient avidement sur les œufs frais pondus pour s'en
repaître, deviennent maintenant les gardiennes attentives, les nourrices
dévouées de leurs sœurs; elles les réchauffent et pourvoient avec une
tendre sollicitude à leur alimentation.

* * *

Mais ce retour à de meilleurs sentiments ne peut nous faire oublier la
sauvagerie de l'instinct qui les a un instant emportées. C'est là un des
traits de mœurs les plus étonnants parmi ceux que nous devons aux
observations de Hoffer, et un des plus inexplicables que présente la
biologie des Bourdons. Que la pondeuse défende énergiquement sa
progéniture, le fait est si ordinaire, si banal, qu'il ne peut nous
surprendre. En tant qu'instinct acquis, il est la conséquence naturelle
du cannibalisme momentané des ouvrières. Depuis longtemps la gent
bourdonnière aurait disparu, si la mère indifférente abandonnait ses
œufs à la voracité de ses premiers-nés. Mais pourquoi cet instinct
fratricide, cette folie passagère, qui interrompt un instant et ternit
en quelque sorte l'honnête vie du Bourdon? Nous voyons bien
quelquefois, chez l'Abeille domestique, les ouvrières détruire et sans
doute aussi dévorer des œufs. Mais cela n'arrive qu'à l'époque où le
miel est abondant dans les fleurs, où le souci d'emmagasiner le plus de
provisions possible oblige à sacrifier ces objets d'une si tendre
sollicitude en toute autre circonstance. Les coupables, ici, n'ont pas
une telle excuse. Nous sommes bel et bien en présence d'une gloutonnerie
manifeste. L'œuf qui vient d'être pondu est sans doute un manger
délicat, d'où s'exhale un fumet irrésistible. C'est peut-être là tout ce
qu'il faut voir en la chose, une imperfection de l'instinct social, que
la sélection n'est point parvenue à corriger. Quant à la nécessité d'une
restriction à apporter à la trop grande multiplication dans la colonie,
on ne peut s'y arrêter un instant. Ici, comme chez les Abeilles, comme
ailleurs, une forte population c'est la richesse, c'est la puissance. Et
si la nature voulait en modérer l'accroissement, sans parler des
parasites, elle avait un moyen plus simple, moins féroce: celui de
restreindre la ponte, de diminuer le nombre des œufs dans les ovaires
de la pondeuse.

Ce n'est pas tout. A supposer la diminution des œufs avantageuse, ce
qui pourrait légitimer en quelque sorte l'instinct fratricide des
ouvrières, à quoi bon alors, chez la mère, l'instinct qui la pousse à
défendre sa ponte, instinct dont l'effet est tout l'opposé du premier?
Pourquoi deux instincts, non seulement contraires, mais même
contradictoires? Et si l'on accepte que la voracité des ouvrières exige
un correctif, que l'instinct maternel de la femelle soit dès lors utile
à l'espèce, il faut convenir que son adaptation est bien défectueuse.
Mieux vaudrait que la mère, moins emportée, ne quittât pas un instant la
cellule et n'en vînt pas aux voies de fait avec les agresseurs. Pas un
œuf ne serait perdu, et les malintentionnés en seraient pour leur
convoitise non satisfaite. Comment débrouiller un tel chaos? Nous y
renonçons pour ce qui nous concerne. On s'abuse, croyons-nous, à
vouloir chercher partout et quand même la perfection dans la nature.
Reconnaissons que tout n'est pas pour le mieux dans le monde des
Bourdons, pas plus que dans les autres.

* * *

Quatre ou cinq jours après la ponte, les œufs éclosent. Il en sort de
petites larves jaunâtres, apodes, à tête cornée, brunâtre, qui se
mettent aussitôt à dévorer la pâtée qui les entoure. Au fur et à mesure,
la mère remplace la nourriture consommée, en même temps qu'elle agrandit
la cellule autour des larves, en en rongeant le haut avec ses
mandibules, élargissant de plus en plus le godet qu'elles forment, et
consolidant les parois avec de la cire, jusqu'à ce qu'enfin la cellule
acquiert à peu près les dimensions d'une noix. Les larves ont alors
atteint le terme de leur croissance et sont âgées de quinze jours
environ. Elles se filent une coque de soie dans la cellule de cire, et
s'y enferment. Une cellule contient ainsi trois, huit, dix cocons ou
plus, autant qu'il y avait eu d'œufs pondus, et ces cocons sont
disposés sans ordre les uns à côté des autres. La mère ronge et enlève
la cire autour des cocons et facilite ainsi l'éclosion des jeunes
ouvrières, qui survient au bout de quinze autres jours environ.

L'ouvrière venant d'éclore est de couleur terne et grisâtre; elle est
faible. Peu de jours donnent à son vêtement les couleurs propres à
l'espèce, à ses membres toute leur force. Désormais la mère, si ce sont
là ses premiers-nés, ne sera plus seule à vaquer aux travaux. Autant
d'ouvrières écloses, autant d'aides pleins de zèle. Avec la mère, elles
s'occupent de la construction des cellules et du soin à donner aux
larves. Butinant avec activité, les provisions qu'elles apportent au nid
augmentent rapidement, et la population s'accroît à mesure. En même
temps la famille, plus riche, peut se donner du confort; les cellules
reçoivent une toiture protectrice en cire; des parois latérales, en cire
également, s'y adjoignent quelquefois.

La structure intérieure se complique bientôt par l'adjonction de
cellules nouvelles, l'agrandissement des gâteaux existants et la
formation de nouveaux. Ceux-ci se superposent aux anciens, et le nombre
des étages est en rapport avec celui de la population. Il ne devient
cependant jamais considérable; et surtout l'on n'y voit jamais la
régularité qui distingue les rayons parallèles des Abeilles. Souvent une
assise unique de cellules constitue toute la cité.

Ainsi que nous l'avons vu faire à la femelle, les ouvrières rongent et
enlèvent la cire qui entoure les cocons, et l'emploient à divers usages.
Les cocons abandonnés par les Bourdons éclos reçoivent eux-mêmes une
nouvelle destination. Ils peuvent servir, après réparation convenable,
de réservoirs à miel et à pollen. D'autres réservoirs sont formés aussi
dans les intervalles existant entre les cellules à couvain. Ces
intervalles eux-mêmes, appropriés, peuvent servir au même usage;
d'autres fois, découpés par lanières, ils sont incorporés à l'enveloppe
du nid.

La mère cependant ne reste point inactive, et, loin d'imiter la vie
désœuvrée de la mère des Abeilles, elle continue, comme au temps où
elle était seule, à s'occuper de tous les travaux de l'intérieur,
sortant beaucoup moins du nid. La ponte surtout devient plus active,
pendant quelque temps du moins.

Nous n'avons jusqu'ici parlé que d'ouvrières et de petites femelles,
comme provenant des œufs pondus par la reine. Elle pond également des
œufs de mâles et de grosses femelles, semblables à elle. Seulement,
circonstance fort remarquable, et qui n'a pas manqué de provoquer les
réflexions des observateurs, tandis que les cellules destinées à
recevoir des œufs d'ouvrières sont garnies intérieurement de pollen
et de miel, les cellules où sont pondus les œufs de mâles et de
femelles ne contiennent aucune provision.

«Les Bourdons, dit Huber, ne préparent jamais de pollen dans les
cellules qui doivent servir de berceau aux mâles et aux femelles; les
uns et les autres ne naissent ordinairement qu'au mois d'août et de
septembre; les ouvrières paraissent dès les mois de mai et de juin.
Quelle peut être la raison de la différence des soins que les ouvrières
donnent aux mouches des trois sortes? Ce n'est pas qu'il y ait moins de
pollen sur les fleurs au mois d'août qu'il n'y en a au mois de juin, car
les ouvrières en apportent tous les jours, dans les mois d'août et de
septembre, et d'ailleurs elles ont fait des provisions considérables à
cette époque. Mais voici l'explication que je pourrais donner de cette
négligence apparente. Le nombre des ouvrières est beaucoup plus grand au
mois d'août qu'il ne l'est au mois de mai; à peine trouve-t-on au
printemps quelques ouvrières dans les nids des Bourdons; dans les mois
d'août et de septembre, au contraire, leur nombre est très considérable.
Les vers qui sont nés dans le mois de mai et de juin courraient le
risque de manquer de nourriture, s'ils n'avaient pas de provisions dans
leurs cellules, car le petit nombre des ouvrières ne permettrait
peut-être pas qu'elles aperçussent le moment où ils éclosent, et celui
où ils ont besoin d'aliments; tandis qu'à la fin de l'été leur nombre
peut suffire à surveiller et à nourrir tous les vers. La nature devait
donc pourvoir au défaut du soin des ouvrières dans le temps où elles
sont en plus petit nombre; mais cela était moins nécessaire à la fin de
la saison, quand les soins et les secours étaient plus faciles à
obtenir.»

* * *

La mère pondant, outre les ouvrières, des femelles et des mâles,
suffirait à elle seule, comme la mère des Abeilles, à la perpétuation de
l'espèce. Elle n'est cependant pas la seule pondeuse dans la colonie.

Le lecteur sait déjà que les grosses ouvrières ne diffèrent guère de la
mère, extérieurement, que par la taille. Elles lui ressemblent encore
par la faculté qu'elles ont de pondre des œufs fertiles. Déjà Huber
avait affirmé que les ouvrières pouvaient pondre des œufs de mâles.
Hoffer, par des observations irréprochables, a mis le fait hors de
doute, et a de plus démontré qu'elles pondent aussi des femelles. Un
exemple entre autres:

Le 20 juillet, l'auteur recueille un nid de _Bombus agrorum_. Vu la
distance, l'opération dut être faite en plein jour, de sorte que
plusieurs ouvrières, petites et grandes, échappèrent. Revenu au même
endroit le 12 septembre, il y trouva un nid, que les ouvrières non
capturées y avaient fondé à nouveau, et dans ce nid, un assez gros
gâteau plein de larves et de cocons, une population d'ouvrières, de
mâles nombreux et de quelques femelles. Surpris de la présence de ces
dernières, car aucun auteur jusque-là n'avait signalé de fait semblable,
Hoffer se livra à de nouvelles expériences, qui achevèrent de le
convaincre. L'auteur pense néanmoins qu'à l'état normal de pareils faits
ne se produisent que lorsque la vieille mère est morte prématurément
d'une façon ou d'une autre, et qu'en ce cas-là seulement les individus
survivants deviennent aptes à continuer la mission de la défunte.
Opinion plausible, sans doute, mais digne néanmoins de confirmation. Car
une question importante reste encore indécise, celle de savoir si les
petites femelles, et plus généralement les ouvrières, peuvent être
fécondées, auquel cas de pareils faits n'auraient plus rien de
surprenant.

En définitive, durant le printemps, il ne naît en général que des
ouvrières. Les mâles et les jeunes femelles naissent au fort de l'été ou
sur sa fin. Il y a du reste beaucoup de différences à cet égard, suivant
les espèces. Le Bourdon des prés, en tout des plus précoces, donne des
mâles dès la troisième semaine de mai en Angleterre, selon Smith; un peu
plus tôt dans le midi de la France; les jeunes femelles volent déjà en
juillet. Dans la majorité des espèces, les mâles ne paraissent guère
qu'au mois d'août, et on les voit voler encore fort tard dans la saison.

Ces mâles, tout aussi fainéants que ceux des Abeilles, consomment, sans
produire aucun travail. Très frileux, les jours qui suivent leur
éclosion, on les voit, dit Ed. Hoffer, se réfugier dans les endroits les
plus chauds du nid, et se réchauffer au milieu des groupes d'ouvrières.
Grisâtres au moment de leur sortie du cocon, leur robe devient de jour
en jour plus éclatante, pendant que la nourriture dont ils se
réconfortent sans cesse et l'exercice qu'ils font de leurs ailes en les
agitant, au moment de la plus grande chaleur du jour, les rendent
capables de prendre leur essor. Ils partent alors, et le plus souvent la
famille ne les revoit plus.

Les mâles de toutes les espèces ne se comportent pas absolument de même.
Hoffer nous raconte de la manière suivante les faits et gestes du B.
Rajellus. «Sur la fin de juin, sortirent les premiers mâles, et il y en
eut beaucoup jusqu'à la destruction du nid, en juillet, par le fait
d'une taupe. Quand le soleil avait réchauffé suffisamment le sol, vers
les dix heures et demie, un mâle sortait, puis un autre. Ils s'élevaient
en l'air, volaient quelques instants dans le voisinage, puis venaient se
poser d'ordinaire sur le nid, dont la mousse formait un dôme globuleux,
très apparent au-dessus du gazon, ou bien sur le rempart de branchages
dont j'avais entouré le nid, pour le garantir contre les poules; et là
ils s'ensoleillaient à plaisir. Si j'essayais d'en saisir un, il
s'envolait vivement, mais ne tardait pas à revenir se poser sur le nid.
Quand l'air était tout à fait calme, ils jouaient entre eux en plein
soleil. Ainsi l'un d'eux prenait son élan; un autre brusquement lui
tombait dessus, comme on voit faire parfois les mouches, puis tous deux
s'abattaient. Souvent toute la bande s'envolait et jouait en rond dans
les airs, sans se préoccuper en aucune façon de mes visiteurs,
quelquefois au nombre de 18, qui venaient contempler leurs amusements, à
moins que les spectateurs, trop bruyants ou trop indiscrets, ne les
obligeassent, par leurs éclats de rire ou leur voisinage trop immédiat,
à s'envoler pour ne pas revenir de quelque temps. Et tous les jours de
beau soleil sans vent, les mâles firent de même, sans beaucoup se
soucier de manger, jusqu'à ce qu'enfin ils se dispersèrent l'un après
l'autre sur les fleurs du jardin, où ils me parurent visiter surtout les
_Salvia pratensis_ et _officinalis_, et aussi les trèfles. Mais un jour,
vers midi, un violent coup de vent survint avec menace de pluie; je vis
de nombreux mâles rentrer précipitamment au nid, pêle-mêle avec les
ouvrières. Autant que j'en ai pu juger, ils rentraient toujours au
logis.»

Des habitudes aussi régulières ne paraissent pas être communes parmi les
Bourdons. Il n'est pas rare de rencontrer le matin des mâles de diverses
espèces blottis dans les fleurs, tout transis, couverts de rosée ou
détrempés par la pluie. Quelquefois aussi une ouvrière se rencontre dans
la même situation, surprise sans doute par la nuit ou le mauvais temps
loin du nid.

* * *

Une des particularités les plus étranges de la biologie des Bourdons est
l'existence parmi eux de ce que l'on a appelé le «Trompette» ou le
«Tambour». Ce dernier nom, plus convenable peut-être que le premier, est
employé par Gœdart. Ce vieux naturaliste, dont l'observation, oubliée
ou traitée de fable, remonte à deux cents ans, s'exprime à ce sujet de
la manière suivante.

«Parmi les Bourdons, il en est un qui, semblable au tambour
(_Tympanita_) qui réveille les soldats, ou leur transmet l'ordre de
lever le camp, de se mettre en marche, ou les excite au combat, réveille
ses frères et les pousse au travail. Vers la septième heure du matin, il
monte au faîte du nid, et, le corps à moitié en dehors de l'entrée, il
agite et fait vibrer ses ailes, et produit ainsi un bruit qui, renforcé
par la concavité du nid, n'est pas sans ressemblance avec celui du
tambour. Et cela dure environ un quart d'heure. C'est pour l'avoir
observé, entendu de mes oreilles et vu de mes yeux, que j'en parle.
Plusieurs personnes curieuses des choses de la nature sont maintes fois
venues tout exprès me visiter pour en être témoins, ont vu et entendu
avec moi ce tambour des Bourdons.»

Malgré l'affirmation si positive de Gœdart, il a fallu les récentes
observations de Hoffer, pour que l'on crût enfin que le trompette ou le
tambour des Bourdons n'était pas une fable, comme le pensait Réaumur
lui-même.

Telle était aussi la conviction de Hoffer, à la suite de nombreuses
observations demeurées sans résultat, qu'il avait entreprises dans le
but de s'assurer de l'existence de ce Bourdon musicien. Un jour enfin,
le 8 juillet 1881, vers trois heures et demie du matin, l'heureux
observateur entendit tout à coup un bourdonnement particulier s'élever
d'un superbe nid de _Bombus ruderatus_, qu'il venait de recevoir la
veille. Il s'approcha avec précaution, souleva doucement la planchette
destinée à jeter de l'obscurité sur le nid (cette espèce niche sous
terre), et il fut témoin d'un saisissant spectacle: «Tout en haut de la
calotte de cire se tenait une petite femelle, le corps soulevé, la tête
baissée, agitant ses ailes de toutes ses forces, et faisant entendre un
bourdonnement intense. Quelques Bourdons montraient leur tête par les
trous les plus larges.» Cette musique dura sans interruption jusqu'à
quatre heures et un quart. Déjà quelques ouvrières étaient sorties. Le
trompette tant désiré était enfin trouvé.

Le lendemain, vers trois heures, l'observateur était à son poste.
Longtemps tout demeura silencieux. A trois heures dix-huit minutes,
quelques courts bourdonnements se firent entendre, et Hoffer vit le
trompette de la veille s'élever au haut du nid, et entonner son chant,
qui dura, presque sans interruption, jusqu'à quatre heures et demie. Le
Bourdon s'arrêta alors, manifestement épuisé, et puis, au bout de cinq
minutes, rentra dans le nid. Et cela continua les jours suivants,
jusqu'au 25 juillet, à quatre heures du matin, où le Bourdon mélomane
fut supprimé. Le jour suivant, à quatre heures huit minutes, alors que
déjà quelques Bourdons étaient partis pour la picorée, le remplaçant
était là, exactement à la même place que l'ancien, et il se représenta
de même les jours suivants.

E. Hoffer présume que toutes les espèces de Bourdons ne possèdent pas un
trompette; et il croit d'ailleurs que, chez celles qui peuvent en avoir
un, sa présence n'est pas constante et est subordonnée au chiffre de la
population.

Mais pourquoi, dans un nid populeux, plutôt que dans un autre, est-il
utile qu'un Bourdon se charge d'éveiller ses frères et de les appeler au
travail? L'activité n'est-elle pas plus avantageuse, et l'office du
réveille-matin plus nécessaire, précisément dans une société plus
pauvre? Et puis enfin, dans ces sociétés d'insectes, où chacun, sans
effort, et dans une entière spontanéité, travaille pour la communauté
avec un zèle qu'on dirait excité par le seul intérêt personnel, où
chacun et tous fonctionnent dans le plus parfait unisson, est-il à
croire qu'un individu exerce sur ses pareils une direction ou une action
quelconque, ait seul la faculté de concevoir une obligation et de la
communiquer à tous? Ce serait assurément celui-là, et non la reine, qui
n'a de royal que le nom, qui, avec une autorité réelle, mériterait
véritablement ce titre.

Quant à nous, l'utilité de ce réveilleur des Bourdons nous échappe,
surtout quand nous voyons, dans les observations de Hoffer, des
ouvrières sorties dès quatre heures, alors que la diane ne commence à se
faire entendre que huit minutes plus tard. Pourquoi donc, au lieu de
s'empresser de sortir, la première ouvrière éveillée ne se charge-t-elle
point des fonctions de trompette? Faudrait-il à celle qui les remplit
quelque titre officiel? Serait-ce un Bourdon déterminé, et pas un autre,
à qui seul doit incomber le devoir de réveiller ses frères? Il serait en
tout cas assez mal choisi, ce réveilleur, qui n'est pas le premier levé.

Notez encore que son rappel dure un quart d'heure, vingt minutes, ou
même plus. Est-il donc nécessaire qu'il soit si long, pour être
efficace? Quelles dures oreilles que ces Bourdons! Eh oui, en effet, ils
sont sourds, bien sourds, comme les Abeilles, comme les Fourmis; car on
ne supposera pas, sans doute, que seuls ils entendent, alors que les
Fourmis, les Abeilles, leurs cousines, n'entendent point. Et s'ils
n'entendent pas, à quoi bon alors la sonnerie du trompette?

S'il est impossible de croire que ce bruyant personnage remplisse une
fonction sociale quelconque dans la colonie, il est très naturel
d'admettre qu'il ne s'agite tant que pour son propre compte. Il en est
du trompette, vraisemblablement, comme des abeilles dites ventilateuses;
ce doit être un Bourdon éclos depuis peu, n'ayant point encore fait sa
première sortie, et qui se prépare, par un entraînement préalable, aux
longs voyages qu'il lui faudra bientôt fournir. Il n'est nullement
prouvé que le trompette, ainsi que Hoffer paraît le croire, soit tous
les jours le même. Il serait d'ailleurs facile de s'en assurer, comme
aussi de constater si c'est toujours ou non un bourdon venant d'éclore.
Il est bon de rappeler à ce propos que Hoffer lui-même a vu, ainsi que
nous l'avons rapporté plus haut, les mâles depuis peu sortis du cocon
s'exercer dans le nid en agitant leurs ailes, et développer ainsi les
muscles du vol.

* * *

On sait que les Abeilles, aussi bien que les Fourmis, n'admettent pas
aisément les étrangers dans leur demeure, et que le plus souvent elles
les tuent sans hésiter. Les Bourdons paraissent plus accommodants. Du
moins a-t-on souvent trouvé dans un nid des individus appartenant à une
ou à deux espèces différentes de celle qui l'avait construit. Quant à
l'union artificielle de deux colonies d'espèce différente, si elle
réussit quelquefois, ainsi que Hoffer l'a constaté, les intéressés s'y
refusent le plus souvent d'une manière absolue, sans qu'il soit possible
de se rendre compte de la cause de ces différences de sociabilité.

Il est tout aussi peu facile d'expliquer le désaccord des observations
au sujet de l'humeur des Bourdons. Nous avons vu plus haut Réaumur, qui
dit avoir ouvert des nids par centaines, affirmer que jamais il n'a vu
les habitants songer à défendre leur domicile, ni manifester la moindre
colère contre le perturbateur. Schenck et Schmiedeknecht parlent dans le
même sens. Mais F. Smith, contrairement à l'opinion de ces naturalistes,
affirme que les Bourdons défendent vaillamment leur nid, et qu'on ne les
y attaque pas impunément. E. Hoffer est également convaincu de l'humeur
batailleuse de ces créatures, d'ordinaire si placides. Elle se réveille
vivement, nous le savons déjà, au moment de la ponte. Elle se
manifesterait encore dans d'autres circonstances, où elle ne peut
mériter que l'approbation, dans le cas de légitime défense. Hoffer
soutient que les Bourdons, attaqués dans leur domicile, non seulement le
défendent avec résolution, mais encore font preuve d'une certaine
habileté. Il en cite de nombreux exemples. Tout un peloton de soldats
fut une fois mis en fuite par des Bourdons des pierres. La petite troupe
était au repos; un des soldats s'avisa de fourrer sa baïonnette dans un
trou où il avait vu entrer un Bourdon. Un des habitants sortit aussitôt
et le piqua cruellement au cou. Puis dix, vingt autres se jetèrent sur
les autres soldats et les obligèrent à battre en retraite. L'auteur
lui-même fut plus d'une fois mis en fuite par des Bourdons terrestres ou
des Bourdons des pierres, dont il avait voulu recueillir les nids, ou
pour les avoir seulement examinés de trop près.

Toutes les espèces, selon Hoffer, sont susceptibles d'entrer ainsi en
fureur et de devenir agressives, lorsqu'on les tourmente dans leur nid,
surtout s'il est assez peuplé. Seulement, comme le Bourdon ne peut
piquer commodément que de bas en haut, vu la disposition de son
aiguillon, il lui faut un certain temps pour trouver une situation
favorable à l'usage de son arme, tandis qu'une Abeille ou une Guêpe, au
contraire, piquent à l'instant même où elles atteignent.

* * *

Les jeunes femelles, les futures reines, sortent peu du nid, si bien
qu'on en voit beaucoup moins à la fin de l'été et en automne, que plus
tard, au printemps. N'ayant aucun souci de la communauté au sein de
laquelle elles sont nées, si on les voit quelquefois sur les fleurs,
c'est pour leur propre compte; elles se bornent à humer le nectar, et
l'on ne voit jamais de pollen dans leurs corbeilles, quoique Huber ait
dit le contraire. Elles volent lourdement d'une fleur à une autre, ou se
posent paresseusement sur une branche, pour se réchauffer au soleil des
heures entières, en attendant la visite des mâles vagabonds. C'est vers
le temps de la naissance des femelles que les sociétés de Bourdons
atteignent leur apogée.

A cette époque, la vieille reine vit encore, pelée, il est vrai, les
ailes toutes déchirées sur leur bord. Bien rarement alors elle sort du
nid, et si l'on en rencontre une, sa défroque est tellement usée, qu'il
est parfois difficile de la rapporter à son espèce. Elle meurt enfin.
Dès ce moment, la famille décline de jour en jour. La ponte des
ouvrières et des petites femelles peut bien encore amener quelques
naissances, mais elles sont loin de compenser les décès. La population
décroît rapidement, les mâles se dispersent et ne rentrent plus. Les
ouvrières, tous les jours plus éclaircies, n'en continuent pas moins
activement leur mission, et luttent de leur mieux contre la ruine dont
la maison est menacée. Les mauvaises journées, toujours plus nombreuses,
les fleurs de plus en plus rares, les provisions épuisées et non
renouvelées, la misère enfin, avec le froid, ont raison de leur courage;
elles succombent l'une après l'autre, et avec elles les larves et les
nymphes qui restent. Les jeunes femelles fécondées sont depuis longtemps
parties. Chacune a trouvé pour son compte un abri contre les frimas qui
vont venir, l'une dans un vieux tronc, l'autre dans un trou de muraille
ou dans un épais tapis de mousse.

Le silence et la mort règnent seuls dans la cité, si pleine naguère de
mouvement et de vie. S'il y a quelques vivants, ce sont des parasites,
la vermine, qui trouve encore là, pour la mauvaise saison, un abri qui
lui permettra d'aller recommencer au printemps, en de nouveaux nids, le
cours de ses déprédations.

* * *

Le Bourdon partage les goûts de l'Abeille pour les labiées et les
légumineuses; mais il affectionne encore tout particulièrement les
chardons de toute sorte, dont il fouille assidûment les capitules de sa
longue trompe. Grâce au développement de cet organe, il peut atteindre
le nectar au fond de corolles où ne peut parvenir la langue plus courte
de l'Abeille. Telles sont la pensée et le trèfle rouge. De nombreuses
expériences ont convaincu Darwin que le Bourdon est indispensable pour
la fécondation de ces plantes, et que si le genre Bourdon venait à
disparaître ou devenait très rare en Angleterre, la pensée et le trèfle
rouge deviendraient aussi très rares ou disparaîtraient complètement.

Mais il est des fleurs qui cachent leur nectar à des profondeurs telles,
que seuls les Lépidoptères Sphyngides, dont la trompe est démesurément
allongée, peuvent s'en emparer; il serait inaccessible aux Bourdons,
s'ils n'usaient de l'ingénieux procédé que nous connaissons déjà, et qui
consiste à pratiquer, à peu de distance du fond du tube, un trou qui
leur permette d'y introduire leur trompe. Il n'est même pas nécessaire
que le nectar se trouve trop profondément placé, pour que le Bourdon se
décide à user de cet artifice. Il est très fréquent de trouver perforées
des fleurs dont sa trompe peut atteindre le fond. Tel est le trèfle
rouge dont nous venons de parler. Il suffit, pour que la perforation ait
lieu, que les fleurs à corolle tubuleuse soient réunies en très grand
nombre dans un lieu déterminé. C'est le cas d'un champ de trèfle, des
vastes nappes couvertes de bruyères fleuries. On est surpris de voir le
nombre de fleurs perforées que l'on trouve en ces circonstances. Darwin
en cite de curieux exemples. «Je faisais une longue promenade, dit-il,
et de temps en temps je cueillais un rameau d'_Erica tetralix_; quand
j'en eus une poignée, j'examinai toutes les fleurs avec ma loupe. Ce
procédé fut renouvelé fréquemment, et, quoique j'en eusse examiné
plusieurs centaines, je ne réussis pas à trouver une seule corolle qui
n'eût été perforée.... J'ai trouvé des champs entiers de trèfle rouge
dans le même état. Le docteur Ogle a constaté que 90 pour 100 des fleurs
de _Salvia glutinosa_ avaient été perforées. Aux États-Unis, M. Barley
dit qu'il est difficile de trouver un bouton de _Gerardia pedicularia_
non percé, et M. Gentry en dit autant de la Glycine.

L'Abeille domestique elle-même sait employer ce procédé commode de la
perforation, pour atteindre des nectars qui lui seraient autrement
interdits. Il y a mieux. Elle sait aussi profiter des perforations qui
sont l'ouvrage des Bourdons. Tous ces animaux, en opérant ainsi,
n'agissent pas simplement sous l'impulsion de l'aveugle instinct. Ils
font assurément preuve d'intelligence. On n'en peut douter, quand il
s'agit de tirer parti du labeur d'autrui. Et pour celui que l'insecte
exécute lui-même, le raisonnement est manifeste. Nous venons de dire que
le Bourdon est parfaitement capable de s'emparer du nectar du trèfle
rouge. Il troue cependant cette fleur, quand elle est en grand nombre.
Quel en peut être le motif? Il n'y a que l'économie du temps. Il est
avantageux pour le Bourdon et aussi pour l'Abeille de visiter en un
temps donné le plus de fleurs possible. Une fleur trouée exige moins de
temps pour être épuisée de son nectar qu'une fleur non perforée, et
l'Abeille peut plus tôt passer de cette fleur à une autre.

Darwin a fréquemment observé, dans plusieurs espèces de fleurs, que, la
perforation une fois effectuée, Abeilles et Bourdons suçaient à travers
ces perforations et allaient droit à elles, renonçant au procédé
ordinaire, et finissaient même par prendre une telle habitude d'user de
ces trous, que, lorsqu'il n'en existait pas dans une fleur, ils
passaient à une autre, sans essayer d'introduire leur trompe par la
gorge.

Ainsi un premier acte d'intelligence pousse ces insectes à trouer les
corolles tubuleuses, alors même que la longueur du tube n'exige pas
cette perforation; un second effet de leur raison leur apprend qu'il y a
avantage à user de cette perforation, une fois produite par d'autres; un
troisième acte intellectuel leur fait adopter ce mode de visite, et les
fait renoncer au mode ordinaire et normal. «Même chez les animaux haut
placés dans la série, comme les singes, remarque Darwin, nous
éprouverions quelque surprise à apprendre que les individus d'une espèce
ont, dans l'espace de vingt-quatre heures, compris un acte accompli par
une autre espèce, et en aient profité.» Nous sommes bien loin de cet
instinct aveugle, inconscient, immuable, que certains naturalistes
attribuent aux animaux, et plus particulièrement aux Insectes, leur
refusant par suite tout acte relevant de l'intelligence. Nous ne voyons
d'aveugle ici que l'esprit de système, l'homme et non la bête.

Si la perforation des corolles est avantageuse aux Bourdons et aux
Abeilles, on ne peut dire qu'elle le soit aux fleurs elles-mêmes, bien
au contraire. Le trèfle, dont la fécondation est favorisée par les
investigations normales des Bourdons, par l'introduction de la trompe de
ces insectes dans la gorge de la corolle, perd absolument les bénéfices
de cette introduction, quand la corolle est perforée. La fécondation
croisée, d'une fleur à une autre, que toutes les observations démontrent
avantageuse, quand elle n'est pas indispensable à la multiplication de
la plante, devient alors impossible. La plante perd donc autant et plus
que l'hyménoptère ne gagne, car celui-ci n'épargne guère le plus
souvent que son temps et son travail, alors que la fleur y perd en
fécondité amoindrie, ou devient même absolument infertile, si elle est
incapable de se féconder elle-même, et exige impérieusement, pour mûrir
ses graines, le pollen d'une autre fleur. Nouvelle preuve que chaque
espèce tend à se développer suivant son intérêt propre, que tout n'est
pas réglé en ce monde suivant les lois d'une harmonie préétablie et
constante. Heureusement que le progrès est en somme le résultat de
toutes ces tendances en sens divers ou opposés, et l'effet d'adaptations
de plus en plus parfaites, plus dignes vraiment de notre admiration, que
cette immutabilité, cet automatisme, que certains esprits s'évertuent à
trouver partout dans la nature.

* * *

Peu d'hyménoptères ont autant de parasites que les Bourdons.

Parmi les plus remarquables sont les Psithyres, leurs très proches
alliés, à qui nous ferons l'honneur mérité d'un chapitre spécial.

Un de leurs pires ennemis est un petit lépidoptère, une mite, l'_Aphonia
colonella_, dont les chenilles enlacent parfois tout le nid d'un réseau
de soie, à l'intérieur duquel elles dévorent en sûreté cellules et
cocons. Quand leur nombre est suffisant,--et il peut s'élever jusqu'à
plusieurs centaines d'individus,--c'en est fait de la famille des
Bourdons, elle ne tarde pas à être anéantie. Bien des nids finissent de
la sorte.

De grosses et belles mouches, les Volucelles, ennemies aussi des Guêpes,
sont quelquefois bien funestes aux Bourdons, dont elles dévorent les
larves (fig. 30).

Un autre diptère, curieux par ses formes, autant que par ses habitudes,
le _Conops_ (fig. 31), à l'abdomen en massue, vit parmi les viscères
mêmes du Bourdon, y subit toutes ses métamorphoses, et vient ensuite à
l'extérieur, en disjoignant violemment les anneaux de l'abdomen. Douées
d'une grande vitalité, ces mouches résistent fréquemment aux agents qui
tuent leurs hôtes, et plus d'une fois un entomologiste a vu, au fond de
ses boîtes, au printemps, un Conops sorti du corps d'un Bourdon capturé
à la fin de la saison précédente.

[Illustration: Fig. 30.--Volucelle zonée.]

[Illustration: Fig. 31.--Conops.]

Les Fourmis, dont on sait la friandise pour toute chose sucrée,
s'introduisent souvent dans les nids des Bourdons, pour en piller les
provisions.

Les Mutilles (fig. 32), hyménoptères ayant l'aspect de grosses fourmis,
dont le corps rouge et noir est orné de bandes et taches de poils
blanchâtres, vivent souvent aux dépens des Bourdons. Leurs larves
dévorent celles de ces derniers, et leur nombre peut être assez grand,
en certains cas, pour diminuer notablement la population d'un nid, ou
même l'anéantir.

Une sorte d'_Acarus_, le _Gamasus Coleoptratorum_, envahit souvent le
corps des Bourdons. Ce n'est qu'une sorte de commensal, et l'hyménoptère
ne lui sert que de véhicule pour se faire voiturer dans les lieux où il
doit trouver des vivres en abondance. Les jeunes femelles, qui se sont
chargées en automne de ces poux, les conservent tout l'hiver, et les
introduisent dans le nid qu'elles construisent au printemps suivant. Ils
pullulent quelquefois par myriades dans les détritus qui s'accumulent
sur le plancher.

[Illustration: Fig. 32.--Mutilles.]

Plusieurs petits mammifères, tels que le Mulot, la Souris, la Belette,
le Renard, doivent compter parmi les destructeurs des Bourdons. Ils en
ravagent les nids, mangent tout à la fois provisions et habitants. La
Taupe aussi, dit-on, dans l'occasion, se régale des larves et des
nymphes. Nous ne pouvons à ce propos ne pas mentionner l'opinion du
colonel Newman cité par Darwin[10]. Il existerait, d'après cet
observateur, une relation qu'on était loin de soupçonner entre des êtres
aussi différents que les Chats, les Mulots, les Bourdons et certaines
plantes visitées par ces derniers. Le nombre des Bourdons, dans une
région donnée, dépendrait, dans une grande mesure, du nombre des mulots
qui détruisent leurs nids. M. Newman, qui a beaucoup étudié les
habitudes de ces hyménoptères, estime que plus des deux tiers de leurs
nids sont ainsi détruits chaque année en Angleterre. Comme le nombre
des mulots dépend de celui des chats, les nids des Bourdons doivent, par
une conséquence forcée, être plus abondants près des villages et des
petites villes qu'ailleurs. Et M. Newman affirme que c'est bien en effet
ce qui a lieu. «Il est donc parfaitement possible, ajoute Darwin, que la
présence d'un animal félin dans une localité puisse y déterminer
l'abondance de certaines plantes, en raison de l'intervention des Souris
et des Abeilles.»

A la liste des ennemis des Bourdons, Schmiedeknecht ajoute l'homme
lui-même, qui souvent bouleverse, sans s'en douter, avec la faux et le
râteau, les nids dont le couvain est détruit. A quoi je puis ajouter le
fait d'un jeune berger, qui me surprit beaucoup en me disant que les
Bourdons, qu'il me voyait capturer avec mon filet, faisaient du miel
comme les Abeilles. Pressé par mes questions, il me conta qu'il lui
arrivait souvent de suivre leur vol en courant, de découvrir ainsi leur
nid, et de s'emparer de leur miel. Ce gardeur de moutons avait tout seul
trouvé le procédé qui sert à certains sauvages pour découvrir et piller
les nids des Abeilles.

* * *

Les Bourdons sont répandus dans toutes les parties du monde, à
l'exception de l'Australie. Ce sont plus particulièrement des animaux
des régions froides et tempérées; quelques-uns sont même exclusivement
arctiques. Aussi sont-ils de beaucoup plus fréquents dans les montagnes
que dans les plaines. Les Alpes, les Pyrénées, le Caucase sont fort
riches en Bourdons, tant en espèces qu'en individus.



LES PSITHYRES.


Les Psithyres sont les commensaux des Bourdons, leurs parasites, dans le
vrai sens étymologique du mot. Ayant la même livrée, la même forme
générale que leurs hôtes, ils ont des habitudes bien différentes. Autant
le Bourdon est laborieux et actif, autant le Psithyre est lent et
paresseux. Le même aliment les nourrit. Mais tandis que le Bourdon
recueille lui-même ses provisions de bouche, et les emmagasine,
dépensant à cela une somme considérable de travail, le Psithyre, lui, se
nourrit d'aliments qu'il n'a point amassés. Profitant du labeur
d'autrui, il glisse ses œufs, comme le Coucou, au milieu de ceux des
Bourdons, et ses petits naissent, grandissent, nourris et choyés comme
les enfants de la maison. La nature, hélas! nous donne parfois de bien
mauvais exemples!

Les analogies des Psithyres avec les Bourdons leurs hôtes sont tellement
frappantes, qu'on les a longtemps confondus avec ceux-ci; et même,
depuis que leurs mœurs parasitiques, découvertes par Lepelletier de
Saint-Fargeau, sont connues de tous les naturalistes, il s'en est trouvé
pour les maintenir dans le genre _Bombus_. Cependant l'absence
d'ouvrières, le défaut d'organes de récolte chez les femelles,
légitiment suffisamment la distinction des deux genres. Les tibias
postérieurs des femelles de Psithyres sont dénués de corbeilles; ils
sont étroits, convexes extérieurement, et velus, comme ceux des mâles;
le premier article des tarses de la même paire de pattes est grêle,
manque de brosses au côté interne, et du crochet caractéristique au
haut de son bord postérieur.

[Illustration: Fig. 33.--Psithyres.]

[Illustration: Fig. 34.

Jambe de Psithyre. Jambe de Bourdon.]

Quant aux mâles, aucun bon caractère ne permet de les distinguer de ceux
des Bourdons. L'œil exercé du naturaliste les reconnaît par habitude,
comme des espèces familières, plutôt que par des caractères bien
définis. Les mâles de Psithyres sont bel et bien de véritables Bourdons.

* * *

Si différentes que soient, dans leur ensemble, les habitudes des
Bourdons et des Psithyres, elles conservent néanmoins quelques traits
communs. Comme celles des Bourdons, les femelles des Psithyres,
fécondées en automne, hivernent; puis, au printemps, un peu plus tard
que les premières, elles sortent de leurs retraites. D'un vol assez
lourd, on les voit se poser quelquefois sur les fleurs, plus souvent
rôder çà et là, fureter dans les buissons, à la recherche des nids déjà
commencés des Bourdons, pour s'y introduire furtivement et y pondre. A
mesure que l'été approche, on en voit de moins en moins sur les fleurs;
elles deviennent, comme les femelles de Bourdons, de plus en plus
casanières, et ne se nourrissent guère plus qu'aux frais de leurs hôtes.
Ceux-ci, en général, prennent leur parti de la présence de ces intrus.
Avant la fin de l'été, les mâles se montrent, et bientôt aussi les
jeunes femelles, et on voit les uns et les autres sur les fleurs durant
tout l'automne. Les choses se passent ensuite comme chez les Bourdons;
les mâles meurent avant les premiers froids, et les femelles fécondées
cherchent un refuge pour y passer l'hiver.

* * *

La présence des Psithyres n'est pas rare dans les nids de Bourdons. Sur
48 nids de _B. variabilis_ explorés par Ed. Hoffer, 35 seulement se
trouvaient sans parasites. Cette intrusion n'est pas sans causer un
préjudice plus ou moins grave aux légitimes habitants. Hoffer, à qui
nous devons, sur le compte de ces parasites, une foule d'observations
non moins intéressantes que celles qu'il a fait connaître au sujet de
leurs hôtes, a reconnu qu'un nid est toujours plus faible, quand il
contient des Psithyres, que lorsqu'il n'y en a point.

Les Psithyres ne font donc pas que s'ajouter en surcroît à la population
normale; ils ne se bornent pas non plus à se substituer, individu contre
individu, aux Bourdons, car en ce cas la population totale devrait
rester la même. Une aussi importante diminution oblige à croire qu'il y
a suppression effective de larves des bourdons, ou plutôt de leurs
œufs. Et il est permis de supposer que la femelle Psithyre, loin de
se contenter d'introduire ses enfants dans la famille du Bourdon, doit,
d'une façon ou d'une autre, détruire un certain nombre de ceux de son
hôte. Il serait intéressant que l'observation vînt dire ce qui se passe
positivement à cet égard.

Les premiers observateurs, se fondant sur l'analogie, la presque
similitude qui existe entre le vêtement des Psithyres et celui des
Bourdons, ont cru que, grâce à cette trompeuse ressemblance, ces intrus
parvenaient à mettre en défaut la vigilance de ces derniers, et à se
faire passer, selon la propre expression de Lepelletier de
Saint-Fargeau, «pour les enfants de la maison». C'était oublier la
délicatesse extrême des sens de ces insectes, que de borner à la vue les
moyens qu'ils ont de reconnaître les leurs. Dans leurs sombres
retraites, il n'y a pas d'ailleurs à parler de la vue, qui ne leur peut
être d'aucun secours. D'une manière générale, les couleurs d'un Psithyre
sont, de celles qui conviennent à un Bourdon; mais il est absolument
inexact qu'un Psithyre porte nécessairement la livrée de ses hôtes. Si
les _Psithyrus rupestris_ et _vestalis_ ont respectivement à peu près le
costume des _Bombus lapidarius_ et _terrestris_ qu'ils exploitent, le
_Ps. Barbutellus_ ne ressemble guère au _B. pratorum_ qui l'héberge, et
le _Ps. campestris_ est tout à fait différent des _B. agrorum_ et
_variabilis_, ses nourriciers ordinaires.

Les observations de Hoffer nous fournissent des renseignements précieux
sur la nature des rapports qui existent entre Bourdons et Psithyres.
Elles montrent, ce qu'on était loin de supposer jadis, que ces rapports
sont quelque peu tendus, pour ne pas dire davantage.

«Les Bourdons avec lesquels cohabitait déjà un Psithyre, dit cet habile
observateur, semblaient trouver son apparition toute naturelle,
lorsqu'il rentrait au nid; ni la reine, ni les ouvrières ne paraissaient
le moins du monde gênées par sa présence. Pendant le mauvais temps ou
pendant la nuit, tous reposaient côte à côte sur les gâteaux; cependant
le Psithyre se tenait de préférence dans le bas, et le plus souvent en
dessous des gâteaux. C'est là qu'il se réfugiait promptement, quand on
dérangeait le nid, et même sous la mousse, s'il y en avait.»

«Lorsque j'introduisais un parasite dans un nid de Bourdons qui déjà
n'en possédait pas un autre, il s'élevait aussitôt un grand tumulte
parmi les habitants, comme il s'en produit toujours à la rentrée d'un
des leurs; tous se portaient vers lui d'un air hostile, mais sans
essayer de le piquer ou de l'attaquer en aucune façon. Quant à lui, il
se glissait aussi vite que possible sous les gâteaux, et peu à peu toute
la société rentrait dans le calme.»

L'entrée du parasite excite donc la colère des Bourdons, et l'intrus y
échappe en se réfugiant avec promptitude en lieu sûr. Les choses se
passent-elles toujours avec autant de placidité? On en peut juger par
les lignes suivantes.

«Le 14 août 1881, dit Hoffer, j'examinais un nid moyennement volumineux,
de _Bombus silvarum_, et j'y trouvais, avec une vieille femelle, 10
mâles et 29 ouvrières, une vieille femelle morte du _Psithyrus
campestris_. Évidemment cette dernière avait dû se faufiler dans le nid
du _Bombus_, et y avait été tuée, car il n'y avait pas d'autre parasite,
et il n'en naquit aucun dans la suite.»

Hoffer raconte encore qu'un Psithyre, qu'il avait introduit dans un nid
de Bourdon, y fut mal accueilli et se sauva prestement. «Je conclus de
ces faits, ajoute l'auteur, que les Bourdons connaissent parfaitement
les pillards de leurs provisions; mais certaines formes, se sentant
impuissantes vis-à-vis du parasite, dont la taille surpasse la leur de
beaucoup, se résignent à subir sa société.»

* * *

Si l'on considère l'uniformité générale de l'organisation des Bourdons
et des Psithyres, on est obligé d'admettre que les deux genres ne sont
que deux formes d'un même type, et sont unies entre elles par la plus
étroite affinité. Pour les naturalistes qui adhèrent à la doctrine du
transformisme, cette parenté n'est pas purement idéale, elle est réelle.
Le genre parasite ne serait qu'une lignée issue du genre récoltant, et
ayant perdu les organes de récolte par suite de son adaptation à la vie
parasitique.

Nous avons vu plus haut que la rencontre, dans un nid de Bourdon,
d'individus d'une autre espèce que celle à laquelle il appartient, n'est
pas un fait très rare. Ce fait vient à l'appui de l'hypothèse. Ces
habitudes ont dû exister anciennement comme aujourd'hui, de même que
l'on voit, chez l'Abeille domestique, des sujets d'une colonie réussir à
s'installer dans une autre, malgré l'hostilité que soulève d'ordinaire
une pareille intrusion. On conçoit donc qu'une femelle, au réveil du
printemps, en train de rechercher un lieu convenable pour y édifier son
nid, ait rencontré un commencement de colonie déjà fondé par une
femelle plus précoce; que, trouvant ce logis à sa convenance, elle s'y
soit installée, ce que les fréquentes absences de la légitime
propriétaire rendaient d'autant plus facile. Dispensée d'exécuter les
travaux déjà effectués, et même de prendre part à leur agrandissement,
elle aura pu, sans autre souci, vaquer à la ponte. Sa progéniture,
héritant de la paresse maternelle, l'aura également transmise à sa
descendance, toujours plus exagérée dans les générations successives; et
en même temps l'atrophie graduelle aura de plus en plus dégradé et
finalement fait disparaître les instruments de travail restés sans
emploi. Ainsi a pu surgir de la souche des Bourdons, le rameau des
Psithyres.



LES MÉLIPONES.


Les Mélipones et leurs très proches parentes, les Trigones, sont des
Abeilles sociales propres aux régions tropicales. Fort nombreuses en
espèces, on les trouve au Mexique, aux Antilles, surtout au Brésil;
quelques-unes habitent l'Inde, la Chine, les îles de l'océan Indien; une
espèce est même indiquée comme propre à l'Australie.

Ces Abeilles (fig. 36) sont dépourvues d'aiguillon, ce qui, joint à
quelques autres caractères, les distingue notablement des Abeilles
domestiques et des Bourdons: ainsi leurs cellules alaires sont quelque
peu différentes, et le premier article de leurs tarses postérieurs est
autrement conformé, triangulaire au lieu d'être quadrangulaire, et
dépourvu, à son angle supérieur et externe, du crochet caractéristique
dont cet organe est muni chez le Bourdon et l'Abeille; les pattes sont
proportionnellement plus longues, les tibias postérieurs, qui portent
les corbeilles, beaucoup plus dilatés.

[Illustration: Fig. 33.--Mélipone.]

L'Abeille domestique, avec ses nombreuses races, est exclusivement
propre à l'ancien monde. L'Amérique, qui ne possédait point d'Abeilles,
mais qui ne tarda point à en recevoir après la conquête, tirait déjà des
Mélipones et des Trigones les produits que l'_Apis mellifica_ procurait
aux nations civilisées. Les sauvages Guaranis, les Botocudos, les
Chiquitos, longtemps avant l'arrivée des Européens, recherchaient
avidement le miel des Mélipones, et appréciaient surtout leur cire, qui
leur servait pour l'éclairage et plusieurs autres usages.

Quoique les espèces d'Abeilles américaines soient fort nombreuses, elles
sont encore peu connues. Cela tient surtout à ce que les naturalistes
qui les ont recueillies ne l'ont fait que par accident pour ainsi dire,
occupés surtout de recherches d'autre nature. Aussi la biologie de ces
insectes est-elle encore fort incomplète, et l'on ne sera pas surpris
d'apprendre, par exemple, que sur 35 espèces décrites par Lepelletier de
Saint-Fargeau, cet entomologiste n'a connu que trois mâles, dont deux
isolés, et pas une seule femelle; et que F. Smith, sur 15 espèces
ajoutées par lui à cette liste, ne fait connaître qu'un mâle. En sorte
que, jusqu'à ces dernières années, aucune femelle n'avait encore été
observée par un naturaliste.

Un apiculteur distingué, domicilié jadis à Bordeaux, M. Drory, a eu la
bonne fortune d'avoir en sa possession quarante-sept colonies de
Mélipones ou Trigones, appartenant à 11 espèces différentes, dues à
l'obligeance d'un apiculteur bordelais, établi à Bahia (Brésil). Grâce à
cet observateur zélé, plusieurs lacunes de l'histoire de ces Abeilles
ont pu être comblées. Nous ferons de nombreux emprunts aux intéressantes
notices que M. Drory a publiées sur leur compte dans le _Rûcher du
Sud-Ouest_.

* * *

La plupart des Mélipones, mais surtout les Trigones, sont plus petites
que les Abeilles, et leurs proportions beaucoup plus grêles; l'abdomen
surtout est considérablement rétréci chez quelques espèces. Quelques
Trigones atteignent tout au plus 3 ou 4 millimètres. La _Mélipone
scutellaire_ (_M. scutellaris_ Latreille) égale presque la taille de
l'Abeille domestique, mais elle est beaucoup plus belle. Son corselet,
noir avec l'écusson roux, est vêtu de poils roux-dorés; ses segments
abdominaux sont ornés d'une agréable bordure blanche, la face de lignes
blanchâtres.

On connaît aujourd'hui, grâce à M. Drory, la femelle de la _Mélipone
scutellaire_. Elle est très différente de l'ouvrière, que l'on
connaissait depuis longtemps. Il y a même lieu de distinguer les
femelles jeunes ou vierges des femelles fécondées ou reines. Les
femelles vierges sont un peu plus petites que les ouvrières; leur
couleur générale est brune; la tête et le corselet sont plus petits;
l'abdomen est court et dépourvu de bordures blanches; les jambes sont
plus grêles, d'un brun clair; les postérieures dénuées d'organes de
récolte, comme chez la reine-abeille; les tibias convexes, couverts de
poils soyeux; les antennes sont plus longues que chez l'ouvrière; la
face est dépourvue des lignes blanches qui ornent la face de celle-ci.

La femelle fécondée est, selon l'expression de M. Drory, un «véritable
monstre», à côté de celle qui vient d'être décrite. L'énormité de son
abdomen surtout la rend difforme: il est deux fois plus long, et large à
proportion. Les anneaux en sont tellement distendus, que la membrane
intersegmentaire, plus large que les segments cornés, fait que l'abdomen
paraît blanc avec des raies brunes en travers. Un abdomen si pesant rend
naturellement la démarche de la bête fort embarrassée. Quand elle
marche la tête en bas, il traîne disgracieusement, pendant à droite ou à
gauche par l'effet de son poids, et il retombe lourdement, quand elle
passe d'un gâteau à un autre.

Le mâle ressemble tellement à l'ouvrière, qu'il est très facile à
confondre avec elle. Il en a les couleurs, avec des formes un peu plus
grêles; il en diffère d'ailleurs, comme c'est la règle chez toutes les
Abeilles, par un article de plus aux antennes et un segment de plus à
l'abdomen, par l'absence de brosse et de corbeille aux pattes
postérieures; enfin sa face est presque entièrement blanche.

* * *

Dans leur pays, les Mélipones établissent leurs nids dans le creux des
arbres ou des rochers; quelques-unes nichent, comme les Bourdons, dans
le sol. On en voit quelquefois cohabiter avec des termites, et vivre,
dit-on, en bonne intelligence avec ces terribles rongeurs.

Les nids des Mélipones sont très différents de ceux des Abeilles. Les
gâteaux, au lieu d'être disposés verticalement, sont horizontaux. Un
premier rayon est construit sur le plancher de l'habitation, soutenu par
des colonnettes de cire. Ces cellules, pressées les unes contre les
autres, sont hexagonales; celles du pourtour ont leur surface libre ou
extérieure cylindrique, mais toutes ont le fond sphéroïdal. Elles sont
naturellement verticales, puisque le gâteau est horizontal, et leur
orifice est supérieur, leur fond inférieur, c'est-à-dire qu'elles sont
dressées et non pendantes, comme les auteurs l'ont dit maintes fois, se
répétant les uns les autres. Le premier qui en a parlé, Huber, doit
avoir eu entre les mains un nid bouleversé sans doute dans le voyage,
mal interprété en tout cas (fig. 37).

[Illustration: Fig. 37.--Nid de Mélipone scutellaire.]

Les cellules sont sur un seul rang, et non sur deux comme chez les
Abeilles. Donc, moins d'économie de place et de matériaux que chez ces
dernières.

Chez les Abeilles, la ponte a lieu dans des cellules vides, et dès que
la larve est éclose, un premier repas lui est servi et renouvelé au fur
et à mesure de ses besoins. Chez les Mélipones, il en est tout
autrement. Les cellules sont d'abord approvisionnées, l'œuf n'y est
pondu qu'ensuite. Les ouvrières entassent dans la cellule de la pâtée de
pollen jusqu'à atteindre environ les trois cinquièmes de la hauteur, et
par-dessus, une petite quantité d'un aliment plus fluide, transparent,
sans trace de pollen, quelque chose d'analogue à la gelée qui forme le
premier repas de la larve d'Abeille. C'est là toute la ration d'une
larve, ce qu'il lui faudra pour atteindre au terme de son développement.
Cela fait, la reine s'approche de la cellule, s'assure, par une
inspection qui paraît attentive, que tout est bien, puis se retourne,
introduit le bout de son abdomen dans la cellule et pond un œuf.
Pendant cette opération, plusieurs ouvrières sont là, entourant la
reine, et comme si elles sentaient bien toute l'importance de l'acte qui
s'accomplit, ne cessent de palper doucement de leurs antennes l'abdomen
de la pondeuse. Enfin la reine se soulève; l'œuf, qui est assez gros,
se voit dans la cellule; elle se retourne pour le regarder, constater
que tout est bien, puis s'éloigne. Les ouvrières s'approchent aussitôt,
pour se renseigner à leur tour; puis l'une d'elles, avec une promptitude
inouïe, une étonnante dextérité, tournant autour de la cellule, en
façonne le bord avec ses mandibules, de manière à l'infléchir en dessus.
On voit graduellement ce bord se déprimer, puis s'étendre de la
circonférence au centre, l'orifice se rétrécir de plus en plus, enfin
disparaître. Pendant qu'elle évolue ainsi autour de l'axe de la cellule,
l'ouvrière prend appui, du bout de son abdomen, sous le côté interne du
bord qu'elle mordille. C'est donc le corps ployé en deux qu'elle
travaille, posture on ne peut plus incommode, et qui va s'exagérant à
mesure que l'opération avance; on voit son cou, tout blanc, se tendre de
plus en plus, au point qu'il semble, dit M. Drory, qu'il va céder et se
rompre. Mais bientôt, l'orifice devenu très petit, elle dégage son
abdomen, et la fermeture s'achève en quelques coups de mandibules. «En
moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, la cellule est operculée.»

J'ai été moi-même témoin de cet étonnant spectacle, dans un nid de
_Trigona clavipes_, que je devais à l'obligeance de M. Drory, et puis
confirmer de tout point la description qu'il a donnée de la ponte.

«L'insecte est donc forcé de se développer dans un récipient _sans
air_», remarque l'habile apiculteur que je viens de citer. Cela peut
surprendre, par comparaison avec ce qui a lieu chez les Abeilles, dont
la larve grandit dans une cellule ouverte. Mais ce développement en
chambre close est la règle, chez presque tous les Hyménoptères, et il
existe, chez l'Abeille elle-même, pour toute la durée de l'état de
nymphe.

Le ver éclos mange d'abord la gelée liquide, puis il entame la pâtée
compacte. Quand celle-ci est entièrement consommée ou à peu près, il a
acquis toute sa taille. Il se file alors une coque de soie, pour subir
ses métamorphoses, après quoi la jeune Mélipone ronge le haut de la
cellule et se montre à l'état parfait.

Les mêmes cellules, chez les Abeilles, servent successivement au
développement de plusieurs générations d'ouvrières. Elles ne servent
qu'une fois chez les Mélipones. Quand une cellule est devenue vide, les
ouvrières en rongent les parois et n'en laissent subsister que le fond,
qu'elles déblayent et nettoient des restes de pollen et autres résidus,
en sorte que, lorsque tout l'étage est éclos, il n'en reste qu'une mince
plaque, dont la surface, assez inégale, laisse voir les traces des fonds
des cellules.

Mais tandis que le couvain se développait dans ce premier étage, un
second s'élevait au-dessus, reposant sur le premier par des piliers de
soutènement, ingénieusement placés dans les angles des cellules
inférieures, afin de ne pas en obstruer la cavité. L'ensemble formé par
les deux étages est protégé par des lamelles de cire disposées tout
autour, contournées, entortillées les unes dans les autres, de manière à
ne donner accès dans le nid que par des chemins compliqués, des sortes
de labyrinthes. Les étages se superposent ainsi les uns aux autres,
ajoutant leur poids aux assises inférieures, qui fléchissent quelque
peu, jusqu'à ce que le plafond soit atteint. L'ensemble présente alors
l'aspect d'une sorte de cône, car les étages, de forme sensiblement
circulaire, ont un diamètre de plus en plus étroit de la base au sommet.
L'édifice arrêté dans son développement, la colonie cherche une autre
demeure, fournit un ou plusieurs essaims, ou périt.

* * *

Chez les Abeilles, les cellules qui servent au développement des larves
peuvent servir, en d'autres temps, de magasins pour les provisions. Les
Mélipones ont des récipients spéciaux pour cet usage. Ce sont des outres
de cire, en forme de godets, à fond arrondi, dont la dimension varie
suivant l'espèce ou plutôt la taille des Mélipones qui les construisent.
Chez la Mélipone scutellaire, ces amphores sont de la grosseur d'un
œuf de pigeon, pas plus grosses qu'un pois chez l'_Imhati mosquita_.

Ces outres sont attachées, en dehors des gâteaux, sur les parois du nid,
et soudées les unes aux autres. A mesure que le nid s'élève, de nouveaux
réservoirs sont superposés aux anciens; aussi ces derniers ont-ils les
parois plus épaisses que les plus récents. Les uns reçoivent de la pâtée
de pollen, les autres du miel. Tant qu'ils ne sont pas pleins, ils
restent largement ouverts, et rien de plus curieux que de voir les
butineuses venir y dégorger leur provision de miel ou s'y débarrasser de
leur fardeau de pollen. Dès que les réservoirs sont remplis, ils sont
fermés avec soin. Puis, quand la récolte journalière ne suffit plus à
l'entretien, une urne, puis une autre sont mises en perce, et les
habitants viennent y puiser par un petit orifice pratiqué à cet effet
dans la partie supérieure et centrale du couvercle.

* * *

Les Mélipones et Trigones sont beaucoup plus vives, plus pétulantes que
les Abeilles dans tous leurs mouvements. Quoique moins bien armées, et
n'ayant que leur bouche pour attaquer et se défendre, elles sont plus
batailleuses et plus pillardes. Par contre savent-elles se mettre à
l'abri des invasions de leurs ennemis ou de leurs pareils, mieux que ne
le font les Abeilles, dont la porte, largement ouverte, est plus
difficile à défendre contre une attaque de vive force. Leur trou de vol
est très petit et ne peut livrer passage qu'à un seul individu, en sorte
qu'une seule sentinelle en peut garder l'entrée.

Ce n'est pas tout. Ce trou de vol si étroit ne donne pas directement
accès dans le nid. Un long tunnel, un boyau sinueux fait de cire, est le
seul et unique chemin qui mène de la porte d'entrée aux étages à
couvain, et de ceux-ci aux magasins, situés, comme on l'a vu, en dehors
du labyrinthe feuilleté. C'est tout juste si deux ouvrières peuvent
marcher de front dans ce chemin couvert, long parfois de plus de 20
centimètres. Grâce à cette précaution, inconnue des Abeilles, mais dont
on pourrait peut-être voir l'analogue dans le conduit qui mène au nid
des Bourdons, les effluves odorants ne peuvent se répandre au dehors et
éveiller les convoitises des insectes pillards. Autre avantage, la
défense de la maison en devient beaucoup plus facile.

«Le jour et la nuit, une sentinelle est en faction à la porte, et gare à
celui qui approche! Même une Abeille est perdue. La sentinelle donne
l'alarme et se jette la première sur l'ennemi, qui succombe toujours. Le
dard venimeux de l'abeille ne lui sert à rien. La Scutellaire, bien plus
agile qu'elle, lui tranche la tête ou le corselet d'un coup de ses
mandibules, qui sont terribles, ou, si la Mélipone ou la Trigone est de
petite taille, trois ou quatre à la fois se jettent sur l'abeille, la
saisissent aux jambes, aux antennes, aux ailes, qu'elles mordillent avec
fureur, et tous meurent ensemble, agresseur et défenseurs, ces derniers
sans jamais lâcher prise.»

Les petites espèces ferment leur trou de vol la nuit. S'il fait froid,
la porte est construite d'une épaisse couche de cire; si, au contraire,
il fait chaud, elle est mince et ressemble à un tissu transparent, à
travers les mailles duquel les sentinelles passent leurs antennes.

* * *

Huber a constaté l'absence, chez les Mélipones, des _moules à cire_ qui
se trouvent sous les segments ventraux des Abeilles. Mais comme ces
moules manquent aussi aux Bourdons, Huber suppose qu'il doit en être des
Mélipones comme de ces derniers, qui sécrètent de la cire à la façon des
Abeilles. Il n'en est point ainsi. M. Drory a découvert qu'elle est
produite, chez les Mélipones et les Trigones, non point sous les
segments ventraux, mais sous la partie dorsale des segments, d'où elle
se détache sous forme d'une pellicule fine, blanche et transparente,
recouvrant tout le dessus de l'abdomen; les 5 premiers segments prennent
part à cette formation.

Chose bien étrange, les mâles, qui toujours, dans le monde des Abeilles,
se font remarquer par leur paresse, feraient ici exception. M. Drory
aurait reconnu que les mâles des Mélipones et des Trigones sécrètent de
la cire, de la même manière que les ouvrières. Empressons-nous de donner
acte à l'habile apiculteur de cette réhabilitation, dont ce sexe avait
bien besoin.

Fabriquant de la cire, ils peuvent, sans doute, concourir à
l'édification des cellules et des réservoirs à provisions. C'est
l'opinion de M. Drory. Mais il leur refuse la faculté de recueillir le
pollen, que leurs pattes ne sauraient emmagasiner, ni le miel, que leur
langue trop courte ne pourrait aller puiser dans les fleurs.

La cire est absolument incolore, au moment où la Mélipone la prend sur
son dos avec ses pattes postérieures. Travaillée, elle est de couleur
brune, grossière, de consistance plus molle que celle des Abeilles.
Comment s'opère sa transformation? Comme les Abeilles, les Mélipones
pétrissent la cire avec leur bouche; au sortir de cette manipulation,
elle a acquis sa couleur propre. C'est la salive, de toute évidence, qui
s'y mêle et lui communique ses propriétés nouvelles. Cette salive, on le
sait par les morsures parfois cruelles que ces insectes font pour se
défendre, est jaune ou brune, d'une odeur forte et désagréable.

* * *

Les Mélipones font la collecte du pollen de la même manière que les
Abeilles, et en forment, aux pattes de derrière, des pelotes
proportionnellement beaucoup plus grosses. Quant à la propolis, que les
Abeilles ne récoltent qu'au fur et à mesure de leurs besoins, les
Mélipones et Trigones la ramassent en tout temps, et en font des
réserves dans un coin de leur habitation. Très avides de tout ce qui
peut leur être utile, elles pillent avec un empressement qui ressemble à
de la fureur les vieilles ruches inhabitées; elles en grattent la
propolis, et s'en font aux pattes des pelotes qu'elles emportent. M.
Drory a même constaté à ses dépens, qu'elles ne dédaignent pas le vernis
récemment employé. Pendant plus de quinze jours, il vit des Scutellaires
et autres occupées à détacher le vernis dont il avait fait peindre un
grand pavillon.

Dans l'ardeur du pillage, ces violents insectes vont même jusqu'à se
dépouiller entre eux.

«Une fois, raconte M. Drory, j'ai fait beaucoup rire quelques amis, en
les rendant témoins de ce genre de vol entre pillardes. Les Mélipones
étaient occupées à ronger la propolis et à s'en faire d'énormes pelotes
aux pattes de derrière. Les survenantes trouvaient plus simple de ronger
ces pelotes, pour s'en approprier la matière. Et la préoccupation des
premières était telle que, pour un temps au moins, le larcin
réussissait. La volée s'en apercevait cependant quelquefois; elle
défendait son bien, et de là une bataille, qui finissait bientôt par la
fuite précipitée de la voleuse.»

* * *

Les Mélipones essaiment comme les Abeilles, mais l'essaim ne se pose pas
à quelque distance de la ruche; il s'en va toujours au loin. Ici, la
mère féconde, incapable de voler, vu l'énorme développement de son
abdomen, reste probablement dans la souche. M. Drory suppose qu'une des
femelles non fécondées, qu'on voit toujours en plus ou moins grand
nombre dans la colonie, la quitte à un moment donné, et détermine ainsi
la formation de l'essaim.

L'Abeille a le vol hésitant et maladroit; fréquemment elle manque
l'entrée de la ruche, se pose à côté ou tombe à terre. Le vol de la
Mélipone est plus vif, plus élégant, et d'une remarquable précision. La
Mélipone qui rentre au logis arrive rapidement et tout droit à la porte,
et, «à peine l'a-t-on vue, dit M. Drory, qu'elle y a disparu». Avec
autant d'agilité, la sentinelle se retire pour livrer passage à la
butineuse, qui lui passe sur le corps, et elle reparaît aussitôt à son
poste. Quand la population est un peu nombreuse, les entrées et les
sorties sont très fréquentes, et ce va-et-vient de la sentinelle se
répète avec une rapidité et une constance que rien ne lasse. S'il en
fallait croire Huber, la même sentinelle demeurerait en faction toute
une journée; mais cela paraît difficile à croire.

Chez les petites espèces, un petit entonnoir en cire est construit en
dehors du trou de vol. Son utilité s'explique par ce fait que, chez ces
espèces, la population étant très nombreuse, le nombre des butineuses
revenant de la picorée est quelquefois assez grand, pour que leur
rentrée devienne difficile. Elles se posent alors sur le bord de
l'entonnoir, autour duquel des factionnaires d'ailleurs montent une
garde assidue, et chacune, à tour de rôle, se présente à l'entrée.

Moins délicates que les Abeilles, qui ne tolèrent aucune impureté dans
leur ruche, les Mélipones et les Trigones, qui ne sortent que lorsque le
temps est très beau et la température au-dessus de 18° centigrades,
accumulent leurs excréments, tant qu'elles demeurent au logis, dans un
coin de leur habitation. Là aussi elles entassent maints débris et même
les cadavres de leurs sœurs. Le beau temps revenu, des fragments sont
découpés dans le tas et portés dehors.

* * *

«La plupart des Mélipones et des Trigones, dit M. Drory, sont des
animaux inoffensifs. Des onze espèces que j'ai eu l'occasion d'élever,
deux étaient un peu méchantes (_Melipona postica_ et _muscaria_), et une
l'était beaucoup, la _Trigona flageola_, dont le nom local, fort
expressif, et qu'on nous dispensera de traduire, est _caga fogo_. Les
manifestations hostiles des deux premières espèces de Mélipones
consistent à s'insinuer dans les cheveux de l'imprudent qui les approche
de trop près, ainsi que dans la barbe, les cils, les oreilles, en
faisant entendre un bruissement considérable, et répandant une odeur
très pénétrante. Le seul moyen de s'en défaire est de fuir prestement,
et de se peigner avec précaution. Si l'on s'obstinait à rester sur
place, on risquerait d'avoir bientôt toute la colonie dans ses cheveux.

«Mais quant aux _caga fogo_, c'est plus sérieux; leur nom seul dit
comment se manifeste leur colère. Ils se jettent, comme leurs
congénères, dans les cheveux, et aussi sur la figure et sur les mains;
ils rentrent dans les manches, ils s'insinuent sous les vêtements, et
ils mordent sans rémission et sans plus lâcher prise. Ils font un
bruissement épouvantable, et répandent, par leur salive, une odeur
tellement forte et pénétrante, que si vous en avez une douzaine ou deux
dans votre moustache, vous risquez d'avoir des tournoiements de tête et
de ressentir des nausées. Mais ce n'est pas tout. Leur salive est
tellement corrosive, que chaque morsure forme une tache sur la peau, qui
peut persister deux mois et plus. Pendant plus de huit jours, il est
impossible de se peigner, tant les petites pustules causées par les
morsures produisent une douleur atroce. C'est l'équivalent d'une vraie
brûlure. Ces pustules sont remplies d'un liquide aqueux, et tout autour
apparaît une auréole rougeâtre. Les marques de ces plaies persistent
longtemps, plus de deux mois.»

«Mon vénéré ami, M. Brunet, de Bahia, à la bonté duquel je dois toutes
mes colonies, assailli par ces trigones, qu'il allait m'envoyer, a été
tellement torturé par elles, qu'il en a été huit jours malade, alité, en
proie à une fièvre très forte, et le charpentier, son aide, a dû rester
quinze jours sans pouvoir travailler.»

Hôtes d'un climat chaud, les Mélipones et les Trigones ne peuvent
produire par leur propre chaleur la température nécessaire à leur
existence dans nos contrées. Elles ne savent pas lutter contre le
refroidissement, comme les Abeilles, en s'entassant les unes sur les
autres et formant _la grappe_, selon l'expression des apiculteurs. A 18
degrés, elles ne sortent qu'en très petit nombre; à 15 degrés pas du
tout; à 10 degrés elles meurent. Au contraire, plus la température est
élevée, plus elles sont vives, plus elles travaillent, et plus elles
semblent être heureuses, dit M. Drory.

«Il en résulte que ces insectes, si intéressants pour la science, n'ont
aucune valeur matérielle, pour les apiculteurs d'Europe. Les jours de
sortie, en été, sont déjà limités, et la proportion de miel est, par
suite, très minime. Un hivernage artificiel occasionnerait des frais
considérables, pour n'obtenir en définitive, avec beaucoup de peine,
qu'un résultat négatif. Sur 47 colonies de ces abeilles exotiques que
j'ai possédées, je n'ai réussi à en sauver que deux, qui ont traversé, à
Bordeaux, l'hiver de 1873-74, pendant lequel j'ai hiverné 21 colonies à
la fois. Mais au mois d'avril ces colonies étaient si faibles, qu'elles
ne tardèrent pas à périr l'une après l'autre.»

* * *

Dans leur pays natal, si l'élevage en domesticité des Mélipones et des
Trigones est peu rémunérateur, à cause du peu de durée de leurs
colonies, leurs produits sont en général fort appréciés et activement
recherchés. On attribue au miel de quelques-unes d'entre elles une
grande puissance nutritive, et, à Santiago, des malades réputés
incurables se mettent à la suite des chercheurs de nids de Mélipones,
pour se nourrir exclusivement de miel et de maïs grillé. Partis
exténués, émaciés, ils reviennent, dit Page[11], gros, gras et robustes,
de ces expéditions curatives.

On vend couramment dans les marchés de quelques villes de l'Amérique du
Sud, les urnes à miel des Mélipones, que les Indiens vont recueillir
dans les bois.

D'après d'Orbigny, les Indiens de Santa-Cruz connaissent 13 espèces de
ces Abeilles, dont 9 sont dépourvues d'aiguillon et donnent un miel
excellent; 3 dont le miel est dangereux, et une seule armée d'un
aiguillon et, pour cette raison, négligée.

La préférée est une toute petite Trigone, longue de trois à quatre
millimètres, appelée _Omesenama_ par les Indiens, et _Señorita_ par les
Espagnols. Son miel est exquis. Parmi celles dont le miel est dangereux,
d'autant plus que la saveur seule ne le distingue point des autres, on
peut citer l'_Oreceroch_ et l'_Overecepes_, dont le miel occasionne
d'affreuses convulsions, et l'_Omocayoch_, dont le miel exquis jouit de
propriétés enivrantes, et fait perdre pour un temps la raison. Moins
expérimentés que les Indiens, les Espagnols, de crainte d'erreur,
n'osent se fier qu'à la petite _Señorita_.

La cire brute, molle et brunâtre, est loin d'égaler celle de nos
Abeilles. On parvient à l'utiliser cependant. Les sauvages l'emploient
telle quelle à différents usages. Mais on est parvenu, par des procédés
spéciaux, à la purifier et à la blanchir.

* * *

Si l'on compare les Méliponites aux autres Abeilles sociales, au point
de vue de la perfection relative des sociétés qu'elles forment, il est
manifeste qu'elles sont supérieures aux Bourdons et inférieures à
l'Abeille domestique. L'organisation sociale peu compliquée des
Bourdons, leur industrie rudimentaire, tout en les mettant au dernier
rang parmi les Abeilles vivant en communauté, les rapprochent en même
temps des Abeilles solitaires. Leurs sociétés sont annuelles, comme
l'évolution biologique de ces dernières; leurs femelles, isolées,
hivernantes, sont, pour un temps au moins, solitaires. La division du
travail entre les divers individus associés est à son minimum.
Anatomiquement et physiologiquement, les ouvrières bourdons diffèrent à
peine des femelles véritables. Elles pondent comme celles-ci, quoique
moins, et la femelle travaille comme les ouvrières, alors que, chez
l'Abeille et la Mélipone, elle vit dans une royale paresse. De la grosse
femelle à la plus petite ouvrière, tous les degrés existent, à tous
égards, et il est des individus appelés indifféremment, et tout aussi
légitimement, petites femelles ou grandes ouvrières.

Les Mélipones tiennent beaucoup plus des Abeilles que des Bourdons. Leur
organisation est plus semblable, dans ses traits généraux. Remarquons
cependant que, par la conformation des pattes, le Bourdon ressemble plus
que la Mélipone à l'Abeille. La Mélipone, à cet égard, s'est développée
dans une direction un peu différente. Inversement, par
l'approvisionnement des cellules, fait en une fois, le développement des
larves en chambre close, la Mélipone a retenu, sans la moindre
altération, un des traits les plus accentués des habitudes des
solitaires. L'élevage au jour le jour, les soins continués aux larves
pendant la durée de leur développement, sont, au contraire, chez le
Bourdon et l'Abeille, un des côtés les plus remarquables de la vie
sociale.

Chez la Mélipone et l'Abeille, uniformité absolue des ouvrières entre
elles, et distinction tranchée entre celles-ci et la reine, par suite
division du travail portée à son plus haut point. La reine est pondeuse
et rien de plus, inhabile à tout travail, incapable même de se nourrir
toute seule. L'ouvrière, elle, n'a pour lot que le travail; de la
maternité elle a perdu la faculté essentielle, pour n'en conserver que
le labeur: nourrice dévouée, mais point mère. Sous ce double rapport,
l'adaptation est aussi parfaite chez la Mélipone que chez l'Abeille.
Peut-être même la première a-t-elle fait un pas de plus dans ce sens,
car le développement monstrueux de l'abdomen rend la reine Mélipone
incapable de s'élever sur ses ailes.

Mais si nous apprécions l'une et l'autre au point de vue de leur
industrie, la supériorité appartient sans conteste à l'Abeille.
Perfection du plan, fini de l'exécution, économie des matériaux, de
l'espace et du temps, les travaux de l'Abeille ont toutes ces qualités à
un si haut degré, que la séparation des magasins et de la chambre à
couvain, chez la Mélipone, la complication protectrice de l'entrée du
nid, sont loin de les contrebalancer. L'habitation de la Mélipone, plus
savamment conçue dans l'ensemble, est moins soignée dans les détails;
celle de l'Abeille est plus simple dans le plan, plus savante dans
l'exécution. C'est l'excellence dans la simplicité.



APIDES SOLITAIRES



LES XYLOCOPIDES.


Les Xylocopes ouvrent la série des Abeilles solitaires.

[Illustration: Fig. 38.--Xylocope.]

Tout le monde a vu, dès les premiers soleils de mars, une sorte de gros
Bourdon noir voler bruyamment autour des piquets, des charpentes, des
vieux bois de toute sorte. C'est l'Abeille ronge-bois, la Xylocope à
ailes violettes (_Xylocopa violacea_), la plus grosse de nos Abeilles.
Un peu plus tard, on la voit beaucoup sur les fleurs, qu'elle dépouille
activement de leur pollen et de leur miel. Les Légumineuses,
particulièrement la Glycine, les Acanthes, où elle s'enfarine d'une
façon grotesque, sont ses plantes préférées.

Sa grande taille, le bruit qu'elle fait en volant, la font redouter du
vulgaire. C'est pourtant un débonnaire animal, prêt à se sauver au
moindre geste; bien armé, cela est vrai, mais n'usant de son redoutable
aiguillon que dans le cas de légitime défense. C'est de plus un robuste
ouvrier, un infatigable travailleur.

Réaumur a décrit avec une parfaite exactitude les longs et pénibles
travaux de la Xylocope.

«Celle qui rôde au printemps dans un jardin, y cherche un endroit propre
à faire son établissement, c'est-à-dire quelque pièce de bois mort d'une
qualité convenable, qu'elle entreprendra de percer. Jamais ces Mouches
n'attaquent les arbres vivants. Telle se détermine pour un échalas; une
autre choisit une des plus grosses pièces qui servent de soutien au
contre-espaliers. J'en ai vu qui ont donné la préférence à des
contrevents, et d'autres qui ont mieux aimé s'attacher à des pièces de
bois aussi grosses que des poutres, posées à terre contre des murs, où
elles servaient de banc. La qualité du bois et sa position entrent pour
beaucoup dans les raisons qui la décident. Elle n'entreprendra point de
travailler dans une pièce de bois placée dans un endroit où le soleil
donne rarement, ni dans du bois encore vert; elle sait que celui qui non
seulement est sec, mais qui commence à se pourrir, à perdre de sa dureté
naturelle, lui donnera moins de peine.» C'est pour un motif semblable,
qu'on a vu une fois, au Muséum de Paris, une Xylocope s'établir dans un
tube métallique, dont le calibre lui avait paru convenable.

Lorsqu'elle a fait son choix, elle se met à l'ouvrage, qui exige, selon
la remarque de Réaumur, de la force, du courage et de la patience. Elle
commence par creuser un trou à peu près horizontal d'abord, qui
s'infléchit, ensuite brusquement vers le bas, en un conduit vertical ou
légèrement oblique. Cette galerie, large de 15 à 18 millimètres, est
profonde de 20 à 30 centimètres, quelquefois davantage. Si l'épaisseur
du bois le permet, une deuxième galerie, et même une troisième, sont
établies à côté de la première. «C'est là, assurément, un grand ouvrage
pour une Abeille, remarque Réaumur, mais aussi n'est-ce pas celui d'un
jour; elle y est occupée pendant des semaines et même pendant des mois».

[Illustration: Fig. 39.--Nid de Xylocope.]

Pour exécuter ce pénible travail, la Xylocope n'a d'autres instruments
que ses mandibules, solides, il est vrai, et terminées par un tranchant
acéré. Des muscles puissants, dont le volume est indiqué par l'énorme
tête qui les contient, actionnent ces robustes tenailles, qui enlèvent
le bois par parcelles semblables à de la sciure. Quand on se tient, le
soir venu, près d'une pièce de bois où une Xylocope a élu domicile, on
perçoit un sourd grincement, de temps à autre interrompu; c'est
l'infatigable taraudeur, qui n'a pas encore terminé sa journée et songé
à prendre un repos bien gagné.

La galerie suffisamment approfondie, tout n'est point terminé. La
Xylocope entasse dans le fond une provision de pâtée pollinique jusqu'à
une hauteur d'environ deux centimètres et demi. La quantité reconnue
suffisante, un œuf est pondu par-dessus, puis une cloison
horizontale, faite de sciure agglutinée par la salive de l'Abeille,
vient enfermer le tout. Et voilà une première cellule. Une seconde, une
troisième, autant qu'en comporte la longueur de la galerie, sont
approvisionnées et clôturées de même (fig. 39).

* * *

Comment se fait, chez la Xylocope, la cueillette du pollen? Réaumur dit
n'avoir jamais eu occasion de la surprendre dans cette occupation, ni
l'avoir jamais vue rentrer au logis avec des pelotes aux pattes. Mais le
célèbre observateur s'est gravement trompé, en prenant pour un organe
collecteur de pollen, pour une sorte de corbeille, une petite cavité
allongée, à fond lisse, creusée dans le haut de la partie interne du
premier article des tarses postérieurs. L'erreur est d'autant plus
inexplicable, que cette particularité est exclusivement propre au mâle;
et Réaumur n'a cependant pas méconnu ce sexe, puisqu'il en décrit et
figure d'autres organes avec sa fidélité habituelle.

Nous ne trouvons pas, chez les Xylocopes, et nous ne verrons plus
désormais, chez les Abeilles que nous aurons à passer en revue, les
corbeilles que nous avons vues chez les Abeilles sociales. Cet organe si
spécialisé est étroitement lié à la forme sous laquelle le pollen est
transporté dans l'habitation. Toutes les Abeilles sociales mêlent, au
moment de la cueillette, le pollen à du miel et en font une pâtée. De là
la corbeille, c'est-à-dire une surface creusée et polie à la face
externe du tibia. Aucune Abeille solitaire n'ajoute du miel au pollen en
le récoltant. C'est à l'état pulvérulent qu'il est pris, et apporté tel
quel au nid, où se fait le mélange, qui, dans tous les cas, est
nécessaire. Or, cette poussière, sans cohésion, ne pourrait tenir
entassée dans un récipient tel que la corbeille. L'Abeille solitaire la
recueille à l'aide d'une brosse à longs crins, entre lesquels les petits
grains polliniques s'arrêtent d'autant plus facilement que ces crins,
loin d'avoir une surface lisse, sont rugueux, dentelés, ou même rameux.
Bien différente de celle que nous connaissons chez l'Abeille domestique
ou le Bourdon, cette brosse varie beaucoup de forme et de situation,
suivant les diverses espèces de Solitaires. Dans la Xylocope, elle
garnit la face externe du tibia postérieur, et se prolonge sur le
premier article des tarses, qui est fort développé et beaucoup plus long
que le tibia.

* * *

Successivement, et suivant l'ordre dans lequel ils ont été pondus, les
œufs éclosent dans les cellules, c'est-à-dire de bas en haut. En
sorte que, si, à un moment donné, on met à jour les galeries, on voit,
dans les différentes chambres, les vers d'autant plus gros qu'ils sont
logés plus bas. La pâtée, dans chaque chambre, diminue à mesure que le
ver grossit; et quand il n'y en a plus, il a atteint toute sa taille.
Après quelques jours d'un repos quelque peu agité, il se transforme en
nymphe, plus tard en insecte parfait.

C'est au fort de l'été, que les premiers-nés des Xylocopes commencent à
se montrer. Leur mère est morte depuis peu. On voit de vieilles femelles
toutes fripées, des ailes déchiquetées, voler encore dans les premiers
jours du mois d'août.

Qu'advient-il de la génération nouvelle? Réaumur n'en dit rien, et tout
récemment on l'ignorait encore, si bien qu'un entomologiste allemand,
Gerstæcker, admettait deux générations dans l'année, chez les Xylocopes,
celle du printemps, dont nous avons vu les travaux, et celle qui éclôt
en été. Il n'y en a qu'une. On peut d'abord reconnaître, que les
Xylocopes qui volent à la fin de l'été et en automne, sont peu actives,
lentes et paresseuses, tout autant que les jeunes femelles des Bourdons.
Comme elles, on les voit de temps à autre sur les fleurs, pour y puiser
leur propre subsistance, et faire de longues stases au soleil. Comme
elles aussi, elles passent l'hiver dans divers réduits, dans les arbres
creux, dans les galeries que leurs mères ont creusées, dans des trous du
sol. Elles en sortent au printemps, comme transfigurées, douées d'une
activité qui les fait se montrer partout, et paraître plus nombreuses
qu'en automne. Contrairement à ce qui a lieu chez les Bourdons, ici les
mâles hivernent comme les femelles. Mais ils ne vivent que peu de jours,
et les femelles restent seules, pour vivre plusieurs mois encore, et
exécuter les longs travaux que l'on sait.

* * *

[Illustration: Fig. 40.--Cératine.]

Les _Cératines_ (fig. 40) sont de charmantes petites Abeilles, au corps
bleuâtre, parfois bronzé, avec une tache blanche sur la face, dont les
affinités ont été souvent méconnues. Ce sont véritablement, malgré leur
exiguïté, de proches parentes des Xylocopes, dont elles reproduisent les
traits et les mœurs. Leur taille ne dépasse guère quelques
millimètres; l'une d'elles (_C. parvula_), n'en mesure que trois et
demi; les plus grosses, les géantes du genre, atteignent jusqu'à 12
millimètres. Qu'est-ce à côté de la Xylocope, qui dépasse un pouce? Les
Cératines sont des Xylocopes en miniature.

Assez longtemps l'on a cru, sous prétexte que les Cératines ne possèdent
pas d'organes apparents de récolte, qu'elles étaient parasites d'autres
Abeilles. Léon Dufour a démontré qu'elles sont nidifiantes. Mais, plus
faibles que les Xylocopes, ce n'est pas au bois qu'elles s'adressent
pour y creuser des galeries: la moelle de certains végétaux, surtout
celle des ronces sèches, est la seule matière qu'elles travaillent.
Leurs cellules ne diffèrent point, à part le volume, de celles des
Xylocopes. Édifiées au printemps, c'est en été aussi qu'elles donnent la
génération nouvelle. Celle-ci, mâle et femelle, inactive pendant
l'automne, hiverne pour n'entrer en activité qu'au printemps suivant, un
peu plus tard que les Xylocopes.

Les ronces sèches sont encore utilisées par les Cératines pour leur
sommeil hivernal. Durant toute la mauvaise saison, on peut trouver dans
les ronces des Cératines engourdies, quelquefois en grand nombre dans la
même galerie. Elles sont là, par 10, 12 et plus, à la file, la tête
tournée vers le bas, et si l'on brise la ronce qui les contient, on les
voit marcher lentement à reculons du côté de l'orifice supérieur. Il est
à remarquer que, dans ces sortes de dortoirs, on ne trouve jamais de
mélange d'espèces. Certaines, réputées très rares, ne se trouvent en
nombre que dans les ronces, en hiver; c'est à peine si, de loin en loin,
on en rencontre un individu sur les fleurs. Tel est le cas précisément
de la _Ceratina parvula_ déjà mentionnée, qui se trouve à Marseille et
dans quelques autres parties de l'Europe méridionale. Elle mérite encore
à un autre titre d'être signalée, car on n'en connaît encore que la
femelle. Cela tient sans doute à ce que, dans cette espèce, par une
remarquable exception, le mâle meurt avant l'hiver, ainsi qu'il arrive
chez les Bourdons.

Tandis que les Cératines s'associent d'ordinaire pour passer l'hiver en
commun, les Xylocopes ne se rencontrent guère qu'isolées. Toutefois, M.
Marquet m'a dit avoir plus d'une fois trouvé plusieurs individus du _X.
cyanescens_ hivernant, comme les Cératines, à la queue leu-leu, dans une
tige sèche d'Asphodèle, de _Phragmites_ ou autre plante creuse. Le _X.
minuta_, dans les environs de Royan, se rencontre parfois logé de la
même façon dans les tiges mortes de l'Angélique. Une analogie de plus
avec les Cératines.

* * *

Les Xylocopes ont pour parasite un superbe hyménoptère, du groupe des
Scoliens, le _Polochrum repandum_, à corps cerclé de noir et de jaune,
dont la larve dévore celle de l'Abeille et se file ensuite un cocon
brun, que l'on trouve quelquefois dans les cellules de la Xylocope. Cet
insecte, dont le docteur Giraud a fait connaître les habitudes, paraît
être fort rare.

Les Cératines, de leur côté, hébergent un parasite, bien différent, mais
qui n'est pas pour nous tout à fait un inconnu. C'est un Diptère
Conopide, qui se comporte vis-à-vis des Cératines comme son congénère,
l'ennemi des Bourdons. Mais il est, naturellement, de taille très
petite. Il m'est arrivé mainte fois de trouver, mortes dans les ronces,
pendant l'hiver, des Cératines dont les segments abdominaux étaient
fortement distendus. Ces cadavres, conservés jusqu'à la belle saison,
donnaient au printemps le frêle _Physocephala pusilla_.

* * *

Le genre Xylocope, représenté en Europe par une dizaine d'espèces
seulement, en compte près de 150, répandues dans toutes les parties du
globe, l'Australie comprise. Beaucoup de ces espèces exotiques portent
la livrée sombre de notre Ronge-bois indigène; mais la plupart sont
beaucoup plus belles, ornées qu'elles sont de bandes ou de taches
formées de poils dont les couleurs vives, jaune, fauve, roux, ou même
blanc, tranchent sur un fond noir. Quelquefois les deux sexes présentent
une disparité fort remarquable, et telle qu'on ne soupçonnerait jamais
qu'ils forment une seule et même espèce: tel mâle est olivâtre, et sa
femelle est noire avec le dos jaune serin; un autre est entièrement
fauve, et sa femelle toute noire. Quelques espèces atteignent des
proportions colossales, comme le _X. latipes_, qui peut dépasser 35
millimètres.

On ne connaît guère qu'une quarantaine d'espèces de Cératines, ce qui
tient pour une bonne part, sans doute, à leur petitesse, qui les fait
échapper à l'attention des naturalistes voyageurs. Quelques-unes, comme
le _C. hieroglyphica_, sont bariolées de jaune.



LES ANTHOPHORIDES.


Plus encore que les Xylocopides, les Anthophorides diffèrent des
Abeilles sociales. Leurs organes de récolte, comme ceux de l'Abeille
Ronge-bois, consistent en une brosse tibio-tarsienne, mais beaucoup
mieux caractérisée par la longueur des poils qui la forment et qui
épaississent considérablement leurs pattes postérieures. Ajoutons
quelques particularités dans les organes buccaux, dans la nervation des
ailes, nous aurons les principaux caractères distinctifs de la famille.

Plus élégantes de formes, plus coquettes de parure, les Anthophorides
sont de fort jolies Abeilles, mais bien peu connues du public, car leur
taille médiocre ne les signale point à l'attention.

[Illustration: Fig. 41.--Anthophore à masque.]

Leur genre le plus important est celui des Anthophores (_Anthophora_).
Ce nom, qui signifie _Porte-fleurs_, est on ne peut plus mal appliqué,
attendu que les Anthophores ne portent jamais des fleurs autre chose que
le pollen. Nous n'en prendrons point prétexte toutefois, comme il est
banal de le faire, pour nous élever contre les abus de la terminologie
scientifique, ni surtout pour changer cette appellation défectueuse,
comme des esprits chagrins en prennent quelquefois la liberté, ajoutant
ainsi, sans le vouloir, un mal à un autre.

Abondamment répandues dans toutes les parties du globe, nombreuses en
espèces et en individus, les Anthophores habitent de préférence les
contrées chaudes du nouveau et de l'ancien monde. On a déjà remarqué que
ce genre est surtout européen, car près d'un tiers des espèces décrites
appartiennent à la faune circumméditerranéenne, un autre tiers à
l'Europe centrale et septentrionale (Dours). Mais il y a lieu de croire
que ces proportions changeraient sensiblement, si les faunes
extra-européennes étaient mieux connues.

Les espèces de nos climats ont en général, sur un tégument sombre, une
villosité délicate, souvent veloutée, formant une parure sobre, élégante
plutôt que riche, où les nuances plus ou moins vives du roux et du fauve
se marient diversement au blanc éclatant ou au noir profond. Mais
quelques espèces des Indes et de l'Australie se parent de poils
écailleux dont l'éclat rivalise avec celui des plumes des Colibris;
quelquefois l'épiderme lui-même s'illumine de teintes métalliques
cuivrées ou violâtres.

* * *

Les Anthophores commencent à voler dès les premiers beaux jours,
affectionnant particulièrement les Labiées, sur lesquelles,
indistinctement, butinent la plupart des espèces. Mais quelques-unes ont
des préférences. L'_Anthophora quadrimaculata_ ne visite guère que les
_Stachys_; l'_A. furcata_ est vouée à la Mélisse; l'_A. femorata_ est
fidèle à la Vipérine (Borraginée). En Algérie, où les Labiées
printanières sont rares, nous dit le docteur Dours, auteur d'une
monographie du genre, les Anthophores se fixent sur les Asphodèles, qui
couvrent les plaines incultes de leurs nombreuses panicules.

La plupart des espèces d'Anthophores sont printanières; un petit nombre
sont estivales; quelques-unes seulement volent encore en automne.

Ce sont bien les plus vives de toutes les Abeilles. Un auteur anglais,
Shuckard[12], parlant de l'une d'entre elles, qualifie sa vivacité
d'_électrique_. Telle est la vélocité de leur vol, que souvent elle les
dérobe à la vue; un chant particulièrement aigu et caractéristique dit
seul au chasseur d'Hyménoptères que c'est une Anthophore qui passe. Mais
il n'a pas le temps de brandir son filet, la pétulante Abeille, avec sa
gaie chanson, est déjà bien loin. Il faut, pour s'emparer de ces agiles
créatures, ou bien les suivre sur les talus où elles nichent et
cherchent un abri pour la nuit ou contre les intempéries, ou sur les
bouquets de Labiées, où elles butinent avec une élégante dextérité. Se
poser légèrement sur une corolle, s'enlever aussitôt pour passer à une
autre, ce n'est plus la lenteur maladroite du Bourdon ou de l'Abeille.
L'Anthophore visite bien 10 à 12 fleurs quand ces derniers n'en voient
que 2 ou 3.

L'auteur anglais que nous citions tout à l'heure a émis l'idée, au moins
originale, qu'il serait possible de ranger les chants des diverses
espèces d'Abeilles dans une échelle musicale, suivant leur tonalité. Une
charmante petite Anthophore, la _bimaculata_, est, selon lui, la plus
musicale de toutes les Apiaires. «Ce n'est pas, nous dit-il, un
bourdonnement monotone et endormant que le chant de cette Anthophore,
mais une jolie voix de contralto; c'est la vraie Patti des Abeilles. La
rapidité de ses évolutions ajoute à l'intensité de son chant, et sa
vélocité est quelquefois remarquable. Elle s'élance comme un trait de
lumière, et la vitesse de son approche ou de son éloignement module
agréablement ses accents.»

* * *

Presque tous les mâles d'Anthophores diffèrent de leurs femelles par la
couleur jaune ou blanche de la face. Rarement ils partagent avec la
femelle cet attribut presque exclusif de leur sexe. Ils s'en distinguent
mieux par la conformation de leurs pattes. Ces organes, impropres à tout
travail, sont ordinairement plus grêles, en tout cas dénués de brosses.
Certains ont les tarses intermédiaires longuement ciliés, munis de
grandes houppes de poils en éventail au premier et au dernier article.
D'autres ont les fémurs renflés, les tibias armés d'épines, d'apophyses,
de plaques, qui parfois les rendent difformes. Une taille plus petite,
des proportions moins robustes différencient encore les mâles. C'est
d'ailleurs une règle qui souffre bien peu d'exceptions parmi les
Abeilles, et en général parmi les Insectes, que le sexe fort n'est point
le sexe mâle. Il n'est pas pour cela le sexe beau, au contraire. Cela
est certain, tout au moins chez nos Anthophores. Bien souvent la parure
diffère d'un sexe à l'autre, assez même parfois, pour qu'il soit
impossible de les apparier sans autre renseignement. De là le nom de
_dispar_, donné à telle espèce qui n'est pas seule à mériter l'épithète.
En pareil cas, ce n'est jamais le mâle qui est le mieux partagé.

[Illustration: Fig. 42.--Jambe postérieure d'Anthophore (brosse
tibio-tarsienne).]

Une loi bien connue de l'évolution des Insectes veut que les mâles
éclosent avant les femelles. Cette règle s'affirme tout particulièrement
chez les Abeilles solitaires. Depuis longtemps les Apidologues ont
signalé, soit d'une manière générale, soit à propos de quelque espèce
déterminée, cette précocité des mâles. Croirait-on qu'elle ait pu faire
de nos jours l'objet d'une dissertation inaugurale? Le fait s'est
pourtant produit dans une université d'Allemagne. La Haute Faculté de
philosophie d'Iéna conférait, en 1882, le grade de docteur à M. W. H.
Müller, de Lippstadt, pour avoir démontré, par des exemples, que les
mâles, chez les Abeilles, se montrent avant les femelles. Alléché par le
titre savant de ce travail, _La protérandrie des Abeilles_, nous avons
eu la curiosité de savoir ce qui se trouvait dessous, nous attendant
bien à quelque découverte nouvelle de la science allemande. Nous n'avons
trouvé rien de neuf, rien que ne sache le collectionneur d'Hyménoptères
encore novice, qui a filoché quelque peu dans les champs.

Les Anthophores mâles se montrent donc plus tôt que leurs femelles.
Longtemps ils les attendent, visitant les touffes de Labiées odorantes,
courant d'un vol rapide le long des talus ensoleillés où leurs compagnes
sommeillent encore, guettant, pour la happer au passage, la première
fraîche éclose. Et plus d'un a la défroque ternie, les ailes fripées, le
jour de ses noces.

Un mâle a-t-il aperçu une femelle, aussitôt il s'attache à ses pas, la
suit comme son ombre, planant, immobile, à 20 ou 30 centimètres en
arrière, _feminæ assiduus comes_, dit Kirby, _quam, dum nectar florum
sugit, lætus circumvolat_.[13] Quitte-t-elle une fleur pour passer à une
autre, il se déplace avec elle, comme retenu par un fil invisible qui
maintiendrait la distance. Peu à peu cependant il s'approche par petits
élans contenus, et semble vouloir appeler son attention. Puis tout à
coup, emportés l'un et l'autre dans un essor vertigineux, ils
disparaissent dans les airs.

* * *

A l'exception de l'_Anthophora furcata_, qui niche dans le bois, toutes
les Anthophores confient leur progéniture à la terre. Elles construisent
leurs nids dans les talus exposés au levant ou au midi, quelquefois dans
les murailles. La femelle, seule à exécuter ces travaux, commence par
creuser dans l'argile un tuyau cylindrique, horizontal d'abord, puis
infléchi vers le bas. A ce couloir d'entrée, dont les parois sont polies
avec soin, font suite plusieurs chambres, dont le nombre varie suivant
les espèces, et qui toutes ont leur orifice dans la galerie principale.
Leurs parois ne sont pas simplement entaillées dans la terre; un crépi
d'un à deux millimètres, d'une consistance supérieure à celle du sol,
les revêt entièrement; la surface interne de ce stuc, fait d'argile
gâchée avec la salive de l'Anthophore et purgée de tout grain de sable,
est polie avec une rare perfection. Toutes les précautions sont prises
pour ménager la peau sensible des larves, à qui ces cellules serviront
de berceau (fig. 43 et 44).

[Illustration: Fig. 43.--Cellule ou coque en terre de l'Anthophore à
masque.]

[Illustration: Fig. 44.--Cellule d'Anthophore à masque contenant une
larve; au fond se voit un culot de résidu pollinique et en haut le
bouchon de terre, fait de plusieurs couches, qui ferme la cellule.]

Le terrain dans lequel travaille l'Anthophore est souvent difficile à
entamer. Mais elle possède l'art de le ramollir, pour ménager les
efforts de ses mandibules. A cet effet, avant d'attaquer l'argile, elle
l'imbibe d'une goutte de liquide dégorgé, et la terre ainsi détrempée
cède sans grande peine. Ainsi opère du moins l'_A. parietina_, que l'on
surprend souvent puisant le liquide nécessaire à ses travaux au bord des
petits ruisseaux ou des flaques d'eau situés à peu de distance du
terrain qu'elle exploite. Elle est peu difficile, du reste, quant au
liquide qu'elle emploie. A défaut d'eau pure, elle ne dédaigne pas de se
servir d'eau souillée par toute sorte d'immondices. M. Gribodo assure
qu'elle n'hésite pas à absorber jusqu'au purin découlant des fumiers. On
éprouve quelque peine à voir une aussi charmante bête, sans souiller
toutefois le noir velours de sa robe, humer avidement de sa trompe
tendue les liquides les plus infects.

[Illustration: Fig. 45.--Nid de l'Anthrophora parietina.]

[Illustration: Fig. 46.--Section de la galerie et de la cheminée de
l'Anthophora parietina.]

Cette même maçonne a la singulière habitude de se servir d'une partie
des matériaux qu'elle extrait du sol, pour édifier, à l'orifice de la
galerie qu'elle est en train de creuser, une cheminée recourbée vers le
bas, dont la longueur peut atteindre 6 à 7 centimètres (fig. 45 et 46).
Ce tube, assez fragile, est fait de petits grumeaux de terre, soudés
irrégulièrement les uns aux autres, laissant entre eux des intervalles
qui font de l'ensemble un travail à jours assez grossièrement guilloché.
Il est fort curieux de voir l'abeille en train d'allonger sa cheminée.
Quand elle a détaché du fond de la galerie une petite motte de terre
détrempée, elle la prend entre ses mandibules, et, marchant à reculons
jusqu'au bord extérieur de la cheminée, elle la fait passer, d'une paire
de pattes à l'autre, à la place où elle doit être fixée, et là un
mouvement rapide de l'extrémité de l'abdomen, une sorte de frémissement,
l'applique et lui donne la disposition voulue. Aussitôt l'Anthophore
disparaît, retourne au fond de la galerie détacher encore une charge de
terre, qu'elle apporte et colle de même à l'extrémité de son tube. Ainsi
s'accroît ce dernier. Mais il ne faut pas croire, comme on l'a dit
souvent, que toute la terre extraite de la galerie et des cellules soit
employée à la formation de la cheminée. Bien au contraire, c'est la
moindre partie des déblais qui sert à cet usage. Au pied du talus,
exactement au-dessous de l'endroit où travaille l'Anthophore, s'élève en
effet une petite pyramide de terre, dont le volume augmente à mesure
que le travail progresse. On voit d'ailleurs l'ouvrière jeter souvent
dehors la boulette de terre qu'elle vient d'extraire.

Quel est l'usage de la cheminée? On a dit qu'elle pouvait servir à
garantir le nid contre l'invasion des parasites. Mais que peut faire à
cela un allongement de quelques centimètres au vestibule qui donne accès
dans les cellules? Il n'y a qu'à voir les parasites entrer et sortir
librement par cette cheminée qui est censée devoir les écarter, pour
comprendre qu'elle ne constitue pas pour eux le moindre obstacle. Il est
même probable, que la saillie de cet appendice au-dessus de la surface
du talus appelle l'attention des insectes voletant dans le voisinage,
les invite à se poser dessus, et favoriserait plutôt les méfaits des
brigands de toute sorte qui déciment la race de la pauvre _pariétine_.

Convenons que le but véritable de cette construction nous échappe. Le
seul usage qu'on lui connaisse, c'est de conserver à portée de l'abeille
des matériaux de remblai dont elle peut avoir besoin. On la voit en
effet, quand elle est en train de clôturer les cellules, entamer la
cheminée, en enlever un fragment après l'autre, et les emporter dans
l'intérieur de la galerie. Tous les travaux finis, ce qui reste de la
cheminée sera emporté par la première ondée, et il n'en restera plus de
trace.

Mais revenons aux cellules. Elles sont construites, approvisionnées,
puis fermées l'une après l'autre, à peu près comme cela se passe chez la
Xylocope. Le pollen, apporté dans les brosses sans mélange d'aucun
liquide, est mêlé de miel et pétri à l'entrée de la cellule, puis déposé
dans le fond. Nombre d'allées et venues sont nécessaires pour que la
quantité soit suffisante. Un œuf est alors déposé dessus, et
l'Anthophore, reprenant la truelle, se met à maçonner l'entrée. Elle
façonne de la terre pétrie avec de la salive et la dispose sur le bord
de la cellule, en anneaux concentriques de plus en plus petits, jusqu'à
fermeture complète. Une première assise est renforcée par une seconde et
plus, jusqu'à une épaisseur de plusieurs millimètres. Le couvercle
achevé présente extérieurement une surface lisse, un peu concave. La
cellule close, dont la forme varie suivant les espèces, ressemble assez
à un petit dé à coudre un peu élargi vers le bas (fig. 43), légèrement
courbé dans sa longueur, en sorte qu'un côté est un peu plus ventru que
l'autre. C'est le côté inférieur, celui sur lequel, les provisions
consommées, la larve repose couchée sur le dos, la tête fléchie sur la
poitrine et toujours placée vers l'orifice (fig. 44).

L'_Anth. personata_, la plus grande des espèces françaises, ne fait
jamais plus de cinq cellules au bout de son couloir. D'autres espèces en
construisent un bien plus grand nombre, en les empilant à la file.
L'_Anth. dispar_ en fait 10 ou 11. Certaines espèces peuvent aller
jusqu'à 20. Mais ces chiffres ne doivent pas être pris comme donnant la
mesure de la ponte entière. On a lieu de croire, en effet, que la même
femelle peut creuser plus d'une galerie. Cela est surtout probable quand
il s'agit de l'_A. personata_.

Cette dernière, son travail terminé, laisse sa galerie toute grande
ouverte, après en avoir uni la paroi et effacé toute trace des cellules.
De gros trous, de la largeur du doigt, font reconnaître, dans les talus,
les colonies de cette Anthophore. L'_A. parietina_, au contraire, bouche
avec soin sa galerie, au niveau même de la surface du talus, si bien
que, la cheminée détruite, plus rien ne révèle à l'extérieur la présence
de ses nids.

* * *

Lorsqu'un terrain a toutes les qualités qui plaisent aux Anthophores, ni
trop dur, ni trop friable, plutôt argileux que sableux, surtout bien
exposé aux rayons du soleil, on les voit quelquefois par centaines et
par milliers l'exploiter à la fois. Point d'accord toutefois; nulle aide
fraternelle; chacun pour soi. C'est merveille de voir cet essaim
bourdonnant, inoffensif d'ailleurs, ces Abeilles qui vont et viennent,
sans jamais se heurter, ni se gêner l'une l'autre, chacune active à sa
besogne et n'ayant souci du voisin. Parmi ces trous, qui tous se
ressemblent, chaque maçonne reconnaît le sien et s'y jette sans hésiter.

Quelquefois cependant, de loin en loin, les choses ne se passent pas
aussi bien. Si laborieux que l'on soit, on aime ses aises; et si l'on
peut ménager sa peine, on le fait volontiers. Les Anthophores, comme
tant d'autres nidifiants, réemploient les cellules vides de l'année
précédente: un nettoyage, d'insignifiantes réparations suffisent à les
remettre à neuf. De là à s'emparer, si possible, d'un nid déjà commencé,
il n'y a pas loin, et le coup est tenté quelquefois. Rarement il
réussit, car la propriétaire, rentrant chez elle, ne se fait pas faute
de livrer à la voleuse une rude bataille, et force reste au droit.

* * *

Les Anthophores n'ont qu'une génération dans l'année. Nées d'œufs
pondus au printemps, elles ne quitteront leurs cellules qu'au printemps
de l'année suivante. La larve sortie de l'œuf met cependant peu de
jours à consommer la pâtée que sa mère a préparée pour elle. Mais,
tandis que celle de la Xylocope ne tarde pas à se transformer, la larve
d'Anthophore passe de longs mois dans le repos, profondément assoupie
dans sa cellule. Sa transformation en nymphe se fait sans que,
préalablement, elle se soit filé une coque de soie. L'épaisse paroi de
la cellule la protège assez contre les intempéries, sa surface
exactement polie ne peut froisser sa peau délicate.

Les Anthophores les plus précoces dans leur apparition, telles que les
_A. personata_ et _pilipes_, sont déjà complètement transformées dans
leurs cellules, en automne, et elles passent l'hiver dans cet état.
L'_A. parietina_, qui ne commence à voler qu'en avril, demeure durant
tout l'hiver à l'état de larve, pour subir rapidement toutes ses
transformations quelques jours auparavant. Dans tous les cas,
l'Anthophore, au moment de venir à la lumière, détruit de ses mandibules
l'épais bouchon qui sépare sa cellule de la galerie, et, devenue libre,
se pose quelque temps au soleil pour se réconforter à sa bienfaisante
chaleur, et finalement prend son essor.

* * *

Bien nombreux sont les parasites des Anthophores.

[Illustration: Fig. 47.--Mélecte.]

[Illustration: Fig. 48.--Cœlioxys rufescens.]

Des Abeilles inhabiles dans l'art de bâtir et de récolter le pollen et
le miel, les Mélectes (fig. 47) au vêtement de deuil, taches blanches
sur fond noir, les Cœlioxys (fig. 48) à l'abdomen conique, se
rencontrent fréquemment dans leurs cellules. Ils y dévorent, en tant que
larves, les provisions qui ne leur étaient point destinées, et se
substituent, individu pour individu, au lieu et place des enfants de
l'Anthophore.

* * *

[Illustration: Fig. 49.--Anthrax sinuata.]

De gracieux et frêles Diptères, les Anthrax (fig. 49), vivent aussi aux
dépens de ces Abeilles, mais d'une tout autre façon. Ce n'est point la
pâtée qui fait l'objet de leurs convoitises, mais bien la chair et le
sang de la larve elle-même. Comment un si débile animal parvient-il à
introduire ses larves dans la cellule de l'Anthophore? Ç'a été longtemps
un mystère. Nous aurons à raconter plus loin, d'après M. H. Fabre,
l'incomparable observateur des insectes, comment l'Anthrax vient à ses
fins. Disons seulement que, fort tardives dans leur évolution, capables
de résister à un long jeune, ses larves ne commencent parfois à dévorer
celle de l'Anthophore que peu de temps avant sa transformation. La
plupart ont terminé leur œuvre avant l'hiver; mais quelques-unes ne
s'attaquent à leur hôte qu'au printemps, si bien que celui-ci a eu le
temps quelquefois de se transformer en nymphe; il m'est arrivé même une
fois de trouver une larve d'Anthrax suçant le cadavre d'une Anthophore
près de dépouiller son voile de nymphe, déjà douée de sa coloration
normale et pourvue de ses poils.

Ce peu de précocité de l'Anthrax, et aussi son indifférence quant à
l'espèce de chair qu'il dévore, fait qu'il s'attaque aux parasites de
l'Anthophore, à la Mélecte, au Cœlioxys, aussi bien qu'à l'Abeille
elle-même. Mais quand il dévore la larve de l'un ou de l'autre de ces
parasites, celle-ci a déjà dévoré celle de l'Abeille récoltante.

Le parasitisme de l'Anthrax pèse ainsi à la fois et sur l'Anthophore et
sur ses ennemis. Si la génération actuelle de la première ne bénéficie
point de la suppression des parasites contemporains, sa race, en
définitive, en profite, les parasites supprimés ne se reproduisant
point. L'Anthrax apporte évidemment une restriction au développement de
ces derniers. Mais son action sur la multiplication de l'Anthophore est
bien complexe et fort difficile à déterminer. Plus il y a de cellules
envahies par la Mélecte et le Cœlioxys, plus il y aura de parasites
atteints par l'Anthrax, et plus ces parasites diminueront. Moins il y a
de parasites, plus grand sera le nombre absolu d'Anthophores dévorées
par l'Anthrax. Y a-t-il, somme toute, pondération exacte? Qui pourrait
le dire?

* * *

Un petit hyménoptère Chalcidien, au corps bronzé, au dos gibbeux, à
l'abdomen armé d'une tarière assez longue, le _Monodontomerus æneus_
(fig. 50) est encore un parasite des Anthophores et de plusieurs autres
Mellifères. Ce chétif insecte, long de 3 à 4 millimètres, est pour
elles un ennemi redoutable. A l'aide de sa tarière, il troue la coque de
terre de l'Anthophore et projette dans l'intérieur plusieurs œufs,
vingt, trente et plus. Autant de petites larves suceront bientôt celle
de l'Anthophore, dont il ne restera plus, au bout de quelques jours,
qu'une peau flasque et vide. Plus tard, le printemps venu, tous les
Chalcidiens transformés s'échapperont du nid par un petit trou semblable
à celui que ferait une forte épingle.

[Illustration: Fig. 50.--Monodontomerus.]

* * *

[Illustration: Fig. 51.--Melittobia femelle.]

Un Chalcidien encore, la _Melittobia_ (fig. 51), un imperceptible
moucheron, à peine plus long qu'un millimètre, s'attaque également à
l'Anthophore, mais par un procédé bien différent. A voir cette misérable
créature, si lente dans ses mouvements, si faible, si insignifiante,
jamais l'idée ne pourrait venir qu'elle aussi peut avoir raison d'une
bête cent et cent fois plus lourde qu'elle. Elle y parvient cependant;
mais quels travaux avant de réussir! Il faut que ce petit corps fluet,
aussi mince qu'un fil, traverse de part en part l'épaisse muraille
derrière laquelle sommeille paisiblement la larve convoitée. Pour se
faire un chemin, il n'a que ses mandibules, et quelles mandibules dans
un si petit corps! Avec du temps cependant, bien du temps, il vient, à
bout de sa pénible tâche. Voilà la _Melittobia_ sur la larve
d'Anthophore; elle se promène, satisfaite, sur la gigantesque masse, la
palpant de ses antennes, s'arrêtant de temps à autre pour pondre dessus
des œufs invisibles, que la loupe seule révèle.

[Illustration: Fig. 52.--Melittobia mâle.]

Quelques jours après, on aperçoit sur l'Anthophore des petits vers par
douzaines. Ce sont des larves de _Melittobia_, et de jour en jour
l'Anthophore devient flasque et se ratatine. Les petits vers repus se
métamorphosent... en nymphes. Quelques-unes de celles-ci commencent à
peine à se colorer, qu'on voit surgir une grotesque petite créature, à
la démarche saccadée, aux mouvements bizarres. On la loupe: c'est un
vrai monstre (fig. 52). Une grosse tête, armée d'antennes coudées, d'une
forme extraordinaire, des ailes réduites à de courts appendices,
impropres au vol. Pour ajouter à l'étrangeté, ce petit être est aveugle.
On s'en aperçoit bien à sa démarche incertaine, à ses antennes palpant
dans le vide, comme le bâton de l'aveugle; la loupe d'ailleurs ne montre
que des vestiges d'organes visuels sur son crâne. Rien en un mot qui
ressemble à la pondeuse, d'où viennent toutes ces nymphes qui vont
bientôt éclore.

Serait-ce quelque autre parasite? Nullement. C'est le mâle de la
_Melittobia_. Né avant les femelles, il attend que celles-ci dépouillent
leurs langes de nymphe, et, en attendant, impatient, il tourmente, de
ses étranges antennes, les plus colorées, les plus mûres d'entre elles.
Entre temps surgit un être semblable, puis un troisième, cinq ou six en
tout. Peu de sympathie entre ces frères. Quand l'un rencontre l'autre,
une passe d'armes est de rigueur. Grotesques en tout, jusque dans leur
colère, on les voit fièrement campés sur leurs jambes, la tête haute,
les antennes battant dans le vide, s'agiter de mouvements désordonnés,
essayer de se saisir, rouler enfin l'un sur l'autre dans une
inextricable mêlée de pattes et d'antennes; puis ils se séparent tout
d'un coup, calmés, et recommencent leur paisible tournée. L'un d'eux,
tous deux parfois, se retirent plus ou moins éclopés de la bataille.

Enfin les femelles éclosent. On en compte une centaine, plus ou moins,
vingt à trente environ, un harem pour chaque mâle. Les femelles
fécondées ne font pas long séjour dans le nid. Comme leur mère y est
entrée, elles en sortent, en perforant la muraille, non point isolément
et chacune pour son compte; un seul passage suffit. Mais dure et longue
est la besogne. Celle qui la première s'est mise à entamer la maçonnerie
se trouve bientôt à bout de forces; mais plusieurs sœurs sont là,
toutes prêtes à lui succéder, et ainsi, l'une après l'autre, passent au
premier rang et approfondissent le trou de mine. Après de longues
heures, l'étroit couloir est enfin percé d'outre en outre, et toute la
nichée s'envole en quelques instants. Quand toutes sont parties, si l'on
cherche au milieu des dépouilles des nymphes, on retrouvera les cadavres
des mâles.

Audouin, et Newport après lui, ont observé la _Melittobia_. Le dernier
surtout l'a bien fait connaître et exactement décrit le mâle. Cet être
bizarre ne mérite pas notre attention seulement par sa conformation et
ses habitudes, mais encore par le caractère tout particulier de la
disparité sexuelle qu'il présente. D'ordinaire, chez les Insectes, quand
la dissemblance s'affirme hautement entre les deux sexes, c'est le mâle
qui a l'avantage. Il est ailé, quand la femelle est aptère, comme cela
se voit chez les Mutilles, parasites des Bourdons, chez les Lampyres,
que tout le monde connaît; il a des yeux développés, alors que la
femelle les a réduits ou nuls. L'adaptation, ici, a produit un résultat
inverse. La femelle _Melittobia_ a des ailes et des yeux; le mâle est
aveugle, et ses ailes sont des moignons impropres au vol.

A la série déjà longue des ennemis des Anthophores, il nous faut ajouter
encore deux Coléoptères de la famille des Vésicants, les Méloés et les
Sitaris. Nous ne pouvons que résumer ici l'étonnante histoire des
métamorphoses de ce dernier, qu'ont illustrée les admirables recherches
de M. Fabre.

[Illustration: Fig. 53.--Sitaris humeralis.

1, adulte;--2, larve primaire ou triongulin;--3, larve secondaire;--4,
pseudonymphe; 5, larve tertiaire;--6, nymphe.]

Le _Sitaris humeralis_ (fig. 53) pond dans les galeries des Anthophores,
après que celles-ci ont approvisionné les cellules. Ses œufs éclosent
quelque temps après. Les jeunes larves, longues d'un millimètre, sont
fort agiles, munies de longues pattes que terminent trois crochets, d'où
le nom de _triongulins_, donné à ces animalcules; leur tête porte de
longues antennes, et le bout de leur abdomen deux soies recourbées.
Groupées en un monceau, immobiles, elles passent sans nourriture les
longs mois de l'automne et de l'hiver, jusqu'au réveil des Anthophores.
Les mâles de celles-ci, sortant les premiers, se chargent au passage de
ces animalcules, qui vont s'accrocher aux poils du corselet, attendant
l'occasion de passer sur le corps de l'Anthophore femelle, puis de
celle-ci sur l'œuf, au moment où il est pondu sur la provision de
miel. L'œuf entamé par des mandibules aiguës est dévoré. Ce repas
terminé, la larve change de peau et apparaît toute différente de ce
qu'elle était jusque-là. A la place de la petite larve élancée et agile,
se voit maintenant, reposant sur le miel, un ver court et ventru, muni
de courtes pattes et d'antennes imperceptibles. Il dévore la pâtée qui
devait nourrir l'Anthophore, puis se ratatine en une sorte de barillet
ellipsoïde, inerte, et passe ainsi tout l'hiver. On dirait une pupe de
Diptère. Il en diffère en ce que, de cette fausse pupe ou nymphe, ne
sortira pas immédiatement l'insecte parfait, le Sitaris. En effet, si
l'on ouvre, au printemps l'enveloppe ambrée de cette sorte d'outre, on
reconnaît avec étonnement une nouvelle larve assez semblable à la
seconde. «Après une transfiguration des plus singulières, l'animal est
revenu en arrière.» De cette troisième forme provient une nymphe
ordinaire, d'où sortira le Sitaris, qui, vers le milieu du mois d'août,
perce le couvercle de la cellule de l'Anthophore, s'engage dans le
couloir et devient libre sur le talus.

Nous n'avons pu donner ici tout au plus qu'une esquisse de la vie des
Sitaris. C'est dans les _Souvenirs entomologiques_ de M. Fabre qu'il
faut lire leur véritable histoire. Nous ne savons pas, dans la
littérature scientifique contemporaine, de pages plus attachantes.

Cette évolution compliquée du Sitaris, trois formes larvaires au lieu
d'une, plus une pseudonymphe, ajoutées aux trois termes classiques de la
métamorphose, a reçu de M. Fabre le nom d'_hypermétamorphose_. Nous
trouverions encore le même tableau dans la vie évolutive des Méloés.
Nous ne nous y arrêterons pas, d'autant plus que leur histoire laisse
quelques points à éclaircir encore.

* * *

Tous ces parasites, tant d'ennemis divers, vivant les uns des
provisions, les autres de la chair même des Anthophores, doivent, on le
conçoit bien, exercer une influence sensible sur leur multiplication.
Pour en donner une idée, je ne puis mieux faire que de donner ici la
statistique que m'a fourni l'examen du contenu de 150 cellules
d'_Anthophora parietina_ recueillies en janvier.

_Produit de 150 cellules d'_ANTHOPHORA PARIETINA.

  Anthophores mâles éclos        31}
       --     femelles écloses   25} 56 éclosions. }
       --     mâles morts         3}                } 78 anthophores.
       --     femelles mortes     1}                }
       --     nymphes mortes      1}  22 morts.     }
       --     larves mortes      17}

  Mélectes                               13        }
  Cœlioxys éclos                  7}               }
       --     morts               3}    16         }
       --     nymphes mortes      2}               }
       --     larves mortes       4}               } 51 parasites.
  Anthrax dans Anthophore         8}     16        }
    --    dans Cœlioxys           8}               }
  Sitaris                                 1        }
  Monodontomerus (cellules)               4        }

  Coques avec pollen                     17        } 21 coques improductives.
    --   vides, mais closes               4        }
                                       ----
                         Total          150

     _N. B._--Les nombres représentent exclusivement des cellules et non
     des individus. Ainsi, pour les _Monodontomerus_, par exemple, le
     nombre 4 indique 4 cellules occupées par ces parasites et non point
     4 individus de leur espèce. On a vu que chaque cellule envahie par
     eux contient un grand nombre d'individus.

On voit par ce tableau que, 51 cellules sur 150, soit le tiers, sont
occupées par des parasites, 78 seulement par des Anthophores. Encore de
ce dernier nombre faut-il déduire 22 mortes, ce qui réduit le nombre
d'Anthophores venues à bien à 56, c'est-à-dire à peu près au tiers
encore du nombre total des cellules, et au chiffre atteint par les
parasites. En sorte que ceux-ci ont détruit environ la moitié des
Anthophores.

On reconnaît encore que l'Anthrax, qui vit indifféremment de
l'Anthophore et du Cœlioxys, détruit autant de l'un que de l'autre.

Le _Monodontomerus_, moins impartial, s'attaque plus volontiers à
l'Anthophore. Les quatre cellules qu'il occupe dans le tableau n'avaient
contenu que la larve de l'Abeille. Mais on le trouve quelquefois dans un
cocon de Cœlioxys, ou sur le cadavre d'une Mélecte. Il n'épargne pas,
à l'occasion, l'Anthrax lui-même. Il m'est même arrivé de trouver, dans
une cellule d'_A. parietina_, un cocon de _Cœlioxys rufescens_
contenant une nymphe d'Anthrax dévorée par des _Monodontomerus_.

* * *

Ces parasites superposés, tout en rendant bien difficile l'appréciation
du rôle dévolu à chacun d'eux, ne montrent pas sous un jour bien
réjouissant la vie de ces pauvres bestioles. Quel spectacle attristant
que ces massacres accumulés, tous ces assassinats perpétrés dans la
profondeur et le silence des talus! Était-il donc indispensable que
l'équilibre des espèces s'obtînt par des procédés si féroces? L'harmonie
n'était-elle possible qu'à ce prix?

Et cependant le soleil égaie de ses rayons les pentes argileuses; et
l'Anthophore, insouciante du péril qui menace sa progéniture, poursuit
avec ardeur son travail. A voir son activité, son zèle infatigable, elle
se plaît, sans doute, à ce labeur dont les deux tiers seront en pure
perte. Evidemment elle est heureuse. L'activité, la joie, sont bien le
lot de tout ce petit monde affairé qui bourdonne le long du talus. Mais
ne creusons pas dessous, nos yeux verraient un spectacle affligeant pour
notre sensibilité, troublant pour notre intelligence.

Tout à côté des Anthophores se placent les _Eucères_ et les
_Macrocères_, dont l'organisation et les mœurs sont à peu près les
mêmes. Leurs femelles en diffèrent à peine et exécutent des travaux
analogues. Les mâles sont remarquables par leurs grandes antennes, dont
la longueur égale parfois celle du corps, et a valu aux deux genres les
noms que Latreille leur a donnés. (Fig. 58 et 59.)

[Illustration: Fig. 54.--Eucère longicorne mâle.]

[Illustration: Fig. 55.--Eucère longicorne femelle.]



LES GASTRILÉGIDES.


Nous passons à une famille d'Abeilles bien différentes de celles qui
nous ont occupés jusqu'ici, qui toutes récoltaient le pollen à l'aide de
leurs pattes postérieures. Il n'existe plus de brosse tibiale, mais une
brosse ventrale. D'où le nom de _Gastrilégides_.

Tête volumineuse, ordinairement armée de mandibules robustes; une grande
lèvre supérieure, plus ou moins quadrangulaire, infléchie, embrassée
par les mandibules et recouvrant la base des mâchoires, à l'état de
repos; pattes courtes et fortes; abdomen plus ou moins aplati, jamais
concave au-dessous; aiguillon toujours dardé de bas en haut; seulement
deux cellules cubitales aux ailes antérieures; lèvre inférieure longue,
susceptible par conséquent de pénétrer dans des fleurs assez profondes.
Ce dernier caractère est le seul qui les rapproche quelque peu des
Abeilles déjà étudiées.

[Illustration: Fig. 56.--Ventre de Gastrilégide.]

Mais l'organe le plus caractéristique est la brosse ventrale (fig. 56).
Tous les segments de l'abdomen, sauf le premier, portent sur leur face
inférieure, toujours aplatie, ou du moins très peu convexe, de longs
poils raides, un peu inclinés en arrière, presque dressés quand les
segments se distendent, tous à peu près de même longueur. C'est presque
notre brosse à habits.

A l'aide de cet instrument, l'abdomen de l'Abeille, frottant sur les
étamines chargées de pollen, recueille cette poussière, qui s'y attache
avec la plus grande facilité. Les pattes interviennent souvent aussi
dans cette opération, celles des deux dernières paires grattant le
pollen avec les tarses, dont le premier article, élargi en palette et
garni de cils à sa face interne, sert à l'appliquer contre la brosse.
C'est le cas, lorsqu'il s'agit pour l'Abeille de recueillir le pollen
d'une Labiée ou d'une Légumineuse. Mais il en est autrement quand elle
butine sur un capitule de Composée. La brosse alors agit seule, ou du
moins le concours des pattes est beaucoup moins nécessaire. Il suffit,
pour s'en convaincre, de voir la trépidation rapide dont l'abdomen est
agité, pendant que la butineuse le promène sur les étamines. Pour
faciliter l'action de la brosse, l'abdomen est un peu relevé, de manière
à distendre les segments ventraux, étaler la brosse et en redresser tous
les crins.

A considérer l'étendue de la brosse, l'énorme quantité de pollen dont
elle peut se charger, on comprend que cet appareil est supérieur, au
point de vue du travail produit, à la brosse tibiale des Anthophores,
aux corbeilles des Apides.

De même que les Abeilles munies de brosses tibiales, les Gastrilégides
recueillent et apportent dans leurs nids le pollen à l'état de nature.
Le pollen enlevé de leur brosse a toujours en effet l'aspect pulvérulent
et n'a aucune saveur sucrée. C'est seulement dans le nid qu'il est mêlé
à du miel et transformé en pâtée.

La famille des Gastrilégides est fort riche en espèces répandues dans
toutes les parties du globe. En tant qu'organisation, c'est le groupe le
plus naturel peut-être et le plus homogène parmi les Abeilles. Mais
leurs habitudes offrent des particularités assez différentes, qui ont
servi de base, plus que la conformation des organes, à l'établissement
d'un certain nombre de divisions génériques, dont nous passerons les
plus importantes en revue.



LES OSMIES.


Les différents genres de Gastrilégides se distinguent par des caractères
de peu d'importance. Nous nous contenterons, pour les Osmies, du plus
sensible à première vue, celui qui donne à ces abeilles leur physionomie
propre dans la famille, la convexité du dos de l'abdomen.

Une vestiture abondante ou nulle, longue ou rare, formant ici des
bandes, là des taches, ou bien un revêtement uniforme; un épiderme
sombre ou paré des plus brillants reflets métalliques, diversifient
beaucoup leur aspect extérieur. Les mâles, munis d'antennes plus ou
moins longues, d'appendices divers, de crocs, d'épines, de dents, qui
arment le bout de l'abdomen, sont encore plus dissemblables entre eux.
Ajoutons que leur face, jamais colorée, est pourvue d'ordinaire d'une
barbe développée.

Différentes surtout sont les habitudes de ces Abeilles. Raconter la vie
d'un Bourdon, c'est faire l'histoire de tous les Bourdons. La biologie
d'une Anthophore est à peu près celle de toutes les autres. Il en est
tout autrement chez les Osmies. On ne pourrait décrire les faits et
gestes d'une espèce et la donner pour type de ses congénères. Autant
d'espèces, presque autant de modes d'existence.

Toutes cependant sont des maçonnes. Mais quel caprice dans le style des
constructions, le choix des matériaux et de l'emplacement! Bien des
espèces restent à observer, beaucoup de découvertes par conséquent
restent à faire. On en jugera par les exemples qui suivent.

Un grand nombre d'Osmies, très accommodantes, adoptent, pour y bâtir
leurs cellules, un trou quelconque dans la terre, le bois, les
murailles, pourvu qu'il ne soit ni trop étroit, ni trop large. Qu'il y
ait la largeur d'une cellule, cela suffit; s'il en faut mettre deux ou
trois côte à côte, on s'en contente encore. Il va de soi que, pour des
architectes aussi peu difficiles, de vieux nids qu'un rien remet à neuf,
sont une précieuse trouvaille. C'est même ce qu'on préfère. Que de fois
la galerie ou les cellules des Anthophores, ou de n'importe quel
nidifiant, sont mises à profit pour les constructions de l'Osmie! J'ai
vu, dans une vieille ruche à cadres vide, toutes les rainures des parois
remplies de cellules de l'_Osmia rufa_; il y en avait plus de deux cents
dans l'étroit intervalle laissé entre le plancher et une planchette
superposée à une autre et la dépassant d'un côté de quelques
centimètres; le trou de vol lui-même en était obstrué. On a vu mainte
fois la même Osmie s'installer sans façon dans une serrure dont la clef
était retirée, et la remplir de ses constructions. M. Schmiedeknecht l'a
vue bâtir une vingtaine de cellules entre le rideau et le châssis d'une
fenêtre. Trouve-t-elle un roseau coupé, assez large pour recevoir une
cellule, elle n'hésite pas à s'y loger et à le bourrer d'une longue file
de coques. De là à s'installer dans des tubes de verre d'un diamètre
convenable, il n'y a pas loin, et l'ingénieux entomologiste de Vaucluse,
M. Fabre, s'est heureusement servi de cet artifice pour attirer les
Osmies dans son cabinet de travail, tout à fait à portée pour ses
études. S'il le faut, si aucun trou convenable ne se rencontre dans le
voisinage, l'Osmie rousse se décide, à contre-cœur, à entamer
l'argile ou le vieux bois, à tarauder une branche morte. Mais combien
elle aime mieux quelque vieux nid à réparer! Car elle aussi connaît la
loi du moindre effort et sait la mettre en pratique.

N'oubliez pas que, suivant les cas, pour utiliser au mieux la place,
elle sait, ou bien ranger ses cellules à la file, leur donner même une
forme cylindrique exacte, quand il s'agit d'un tube un peu juste, ou
bien les entasser sans ordre déterminé, quand le local est spacieux.
Cette absence totale d'exclusivisme, cette flexibilité du génie
architectural de la maçonne, n'est rien moins que conforme à la théorie
de l'instinct immuable et aveugle. Pour sortir si aisément de ses
habitudes, ou mieux, pour n'en avoir pas et se plier sans effort aux
mille conditions que le hasard peut offrir, il faut bien avoir quelque
atome d'intellect.

Il y a mieux. Gerstæcker a montré, dans une jolie petite Osmie au corps
d'un bleu sombre (_O. cyanea_), à la brosse ventrale noire, un exemple
plus frappant de cette adaptation facile, qu'on est bien tenté de dire
raisonnée. Dans les environs de Berlin, cette Osmie a l'habitude de
nicher dans les parois d'argile, les trous des poteaux ou des vieux
arbres. Je l'ai moi-même trouvée dans de pareilles conditions, et aussi
dans le vieux nid retapé d'une guêpe solitaire, l'_Eumenes unguiculus_.
Aux environs de Freienwald, Gerstæcker trouva cette Osmie nichant dans
des trous, sur le revers d'une chaussée, où fleurissait en nombre la
Sauge des prés, sur laquelle elle butine toujours. Elle avait trouvé
commode de s'installer là, tout à portée de la fleur aimée. Et
cependant, à deux cents pas seulement, était une ferme dont les murs,
faits d'argile, lui offraient toutes les conditions que d'ordinaire elle
recherche. Une multitude d'Abeilles récoltantes et parasites, de Guêpes,
de Fouisseurs y avaient élu domicile, mais pas une de ces Osmies.

Comme bien d'autres, les _O. bicolor_ et _aurulenta_ nichent d'ordinaire
dans les talus, et elles y forment quelquefois, selon F. Smith, de
grandes colonies. Leur instinct naturel est donc de creuser péniblement
l'argile dure, ce qu'elles font avec une infatigable persévérance. Mais
elles se dispensent de ce labeur et renoncent à ces habitudes invétérées
de leur espèce, si elles trouvent à leur portée des coquilles vides
d'escargots. L'_O. rufa_, dont nous connaissons l'extrême indifférence
en fait de domicile, fait souvent de même. Pour que l'Osmie prenne
possession d'une coquille, deux conditions essentielles sont requises:
c'est qu'elle repose au milieu du gazon et des herbes, et que son
orifice soit tourné en bas. Le nombre des cellules qu'elle y construit
varie suivant la longueur et le diamètre de la coquille: il y en a
ordinairement quatre, quelquefois cinq ou six, mais beaucoup plus quand
il s'agit d'une grande coquille, comme celle de l'_Helix pomatia_. Les
cellules approvisionnées et closes, le tout est protégé avec soin par
une muraille faite de brins de bois, de paille et choses semblables,
cimentées entre elles, fermant l'entrée de la coquille.

Et admirez l'habileté et l'art architectural de la petite abeille. Si
elle s'est logée dans la demeure de l'_Helix aspersa_, qui est plus
grande que celles des _H. hortensis_ ou _nemoralis_, la spire est trop
large pour une seule cellule. La maçonne n'est pas pour cela dans
l'embarras: elle bâtit deux cellules côte à côte. Plus bas, la spire est
plus large encore; eh bien, elle y construira deux cellules couchées
en travers contre les deux précédentes. «Et voilà, ajoute Smith, le
petit animal que l'on calomnie follement en prétendant que c'est une
pure machine!»

[Illustration: Fig. 57.--Nid d'Osmie dans une ronce.]

Quelques Osmies, telles que les _O. leucomelana_ et _tridentata_,
s'établissent dans les ronces sèches, dont elles creusent la moelle pour
y loger leurs cellules, qu'elles superposent et séparent au moyen de
diaphragmes faits de terre agglutinée par une substance adhésive, ou de
feuilles mâchées et cimentées (fig. 57).

L'_O. gallarum_ niche également dans les ronces, mais elle se creuse
encore des galeries dans certaines galles du chêne; dans ce cas, au lieu
de placer les cellules en série longitudinale, elle leur donne un
arrangement en rapport avec la forme de ce nouveau local.

L'_O. Papaveris_ a une curieuse habitude, qui lui avait valu jadis le
nom générique d'_Anthocopa_. D'après Schmiedeknecht, qui a maintes fois
observé sa nidification, elle aime à creuser une galerie sur le côté des
sentiers battus, dans les champs de blé. Cette galerie est verticale, et
l'abeille en tapisse les parois avec des pétales de coquelicot, qu'elle
a coupés et qu'elle applique en plusieurs couches. La riche garniture
dépassant l'orifice en dehors, trahit par sa couleur rouge le nid de
l'Osmie. Une seule cellule est construite et approvisionnée au fond de
la galerie. Le travail terminé, les pétales sont rabattus en dedans,
comme les bords d'un cornet que l'on ferme, et le trou est comblé avec
de la terre ou du sable.

L'_Osmie crochue_ (_O. adunca_), comme plusieurs de ses congénères, aime
à s'approprier, moyennant quelques réparations, les nids d'autres
abeilles maçonnes. Mais elle a aussi son industrie personnelle, qu'elle
met en œuvre dans les fentes des pierres ou des murailles, où elle
entasse, non sans art, ses cellules de terre.--Ainsi fait à peu près
l'_Osmie émarginée_ (_O. emarginata_), qui bâtit dans les larges
intervalles que les pierres laissent entre elles, et qui, avec le temps,
se remplissent de terre apportée par les vents. Le mortier qu'elle
emploie est une matière d'origine végétale gâchée avec de la terre, ce
qui donne à la construction une couleur d'un vert sombre. Morawitz l'a
vue édifier son nid sur des pierres mêmes.

Ce qui n'est qu'accident chez cette Osmie, est l'ordinaire chez
d'autres. Ainsi l'_O. Loti_ adosse ses nids en terre cimentée mêlée de
grains de sable contre les petites anfractuosités des blocs de granit,
habitude qui lui avait valu, de la part de Gerstæcker, le nom d'_O.
cæmentaria_. Cet instinct, exceptionnel dans le genre, est au contraire
le propre de celui des Chalicodomes, qui nous occuperont plus loin.

Bien curieuse, enfin, est la construction de l'_O. fuciformis_, faite
aussi de terre et de grains de sable, mais attachée aux chaumes et
cachée sous des touffes de gazon.

* * *

Cette diversité sans égale que nous montre la nidification des Osmies,
n'est pas la notion qu'il importe le plus d'en retenir. A y regarder de
près, on reconnaît qu'au fond, sous cette variation toute superficielle,
un procédé général assez uniforme se dégage. L'Osmie, tout comme
l'Anthophore, fait des cellules avec de la terre ou de la terre mêlée de
sable, quelquefois avec de la terre diversement combinée avec des
matières végétales broyées, et ces cellules, le plus souvent, s'empilent
régulièrement dans une galerie creusée dans la terre. C'est le cas le
plus fréquent, le type de construction dont presque toutes les espèces
sont susceptibles de s'écarter, mais auquel elles reviennent toujours,
comme au plan normal, à la donnée naturelle à l'espèce. C'était déjà le
procédé de l'Anthophore, avec plus de fini dans l'exécution des
cellules.

Si la galerie est creusée dans le bois, dans la moelle, dans un milieu
qui, par lui-même, soit une protection contre les agents extérieurs, les
frais d'une véritable cellule sont épargnés, et l'Abeille se contente de
séparer les logettes successives, dont les parois sont celles du tube
lui-même, par un diaphragme de terre ou de ciment végétal.

Cet esprit d'initiative, disons-le, cette intelligence indéniable, qui
ne supprime pas l'instinct, mais se superpose à lui, permet à l'Osmie,
pour économiser le temps et la peine, d'adapter ses cellules, non pas
seulement à un conduit étroit, mais à des cavités de toute forme. C'est
un trou dans le sol ou dans le bois, c'est le nid d'un autre hyménoptère
ou la maison d'un mollusque. Le procédé nouveau arrive même à se
substituer à l'ancien, à l'instinct primitif succède un autre instinct.
Un peu plus, et l'_O. aurulenta_ cesserait tout à fait de nicher dans la
terre, pour ne plus se loger que dans les coquilles, dont elle tire si
bien parti, comme a fait l'_O. emarginata_, qui ne bâtit plus que dans
les fentes ou les jointures des pierres, et mieux encore l'_O. Loti_,
qui sait construire à l'air libre et se contente d'une simple
anfractuosité dans la pierre.

L'habileté de l'Osmie à tirer parti des locaux les plus divers, son
aptitude à se conformer à la loi du moindre effort, voilà tout le secret
de son indifférence quant au choix de l'emplacement qu'elle adopte.
C'est là le trait le plus marquant de ses mœurs, c'est là sa
physionomie particulière.

* * *

La nourriture que les Osmies préparent pour leurs larves ne contient
qu'une très faible proportion de liquide, si même elle en contient. «Les
vivres consistent surtout en farine jaune. Au centre du monceau, un peu
de miel est dégorgé, qui convertit la poussière pollinique en une pâte
ferme et rougeâtre. Sur cette pâte, l'œuf est déposé, non couché,
mais debout, l'extrémité antérieure libre, l'extrémité postérieure
engagée légèrement et fixée dans la masse plastique. L'éclosion venue,
le ver, maintenu en place par sa base, n'aura qu'à fléchir un peu le col
pour trouver sous la bouche la pâte imbibée de miel. Devenu fort, il se
dégagera de son point d'appui et consommera la farine environnante.»

«Lorsque les provisions sont homogènes, ces délicates précautions sont
inutiles. Les vivres des Anthophores consistent en un miel coulant, le
même dans toute sa masse. L'œuf est alors couché de son long à la
surface, sans aucune disposition particulière, ce qui expose le
nouveau-né à cueillir ses premières bouchées au hasard. A cela nul
inconvénient, la nourriture étant partout de qualité identique.» (Fabre,
_Souvenirs entomologiques_, 3e série.)

[Illustration: Fig. 57^{_bis_}.--Cocon d'Osmie cornue.]

La larve met peu de jours à consommer ses vivres. Le repas fini, elle
prend quelque temps de repos, puis se file une coque parcheminée,
résistante et de couleur brune, chez les grosses Osmies, mince et plus
ou moins transparente chez quelques petites espèces. Les Osmies dont les
cellules sont peu ou point pressées entre elles, comme les _O. cornuta_
et _rufa_, font des cocons ovoïdes, surmontés d'une petite pointe
conique, dont le sommet est perforé d'un petit trou (fig. 57^{_bis_}).
C'est la forme la plus ordinaire, on peut même dire la forme typique du
cocon des Gastrilégides, car elle se reproduit fidèlement dans tous
leurs genres. Quand les cellules sont habituellement disposées en série
dans un conduit cylindrique, la compression fait disparaître ce
prolongement du pôle supérieur du cocon, qui devient cylindrique et se
termine aux deux bouts par deux calottes plus ou moins surbaissées.

* * *

Lorsqu'une Osmie exploite les constructions d'autrui, s'établit dans un
trou peu profond ou dans la coquille d'une Hélice de taille médiocre,
elle n'édifie dans ces cavités qu'un nombre restreint de cellules, qui
ne peuvent donner la mesure de sa ponte. On n'a ainsi que des pontes
partielles. Quand l'Osmie se fait une galerie à elle, nous savons que
c'est en général un long tube, où peuvent s'étager un nombre
considérable de cellules. On a beaucoup de raisons de croire, en pareil
cas, que ces cellules représentent une ponte totale, ou peu s'en faut.

Or, les mâles éclosent les premiers. Les mâles étaient donc logés dans
les cellules supérieures, sans quoi ils auraient dû, pour arriver au
jour, bouleverser ces dernières, et il est facile de s'assurer qu'ils ne
l'ont point fait. Les éclosions n'ont donc point lieu par ordre de
primogéniture. On peut constater, en effet, en ouvrant un nid achevé
depuis peu de temps, ou auquel la femelle travaille encore, que la
cellule du fond, la première bâtie, contiendra, par exemple, une larve
d'une certaine grosseur, la cellule suivante une larve plus petite, la
troisième cellule une larve plus petite encore ou même un œuf. Les
cellules les plus anciennes contiennent les larves les plus avancées,
les premiers-nés de la famille. Et c'est précisément dans l'ordre
inverse que se font les sorties.

La conclusion est donc que les premiers œufs pondus sont des œufs
de femelle, les derniers pondus des œufs de mâles.

Il y a plus. On peut toujours reconnaître, au seul volume d'un cocon ou
d'une cellule, d'une espèce donnée, quel cocon, quelle cellule renferme
un mâle; quel cocon, quelle cellule contient une femelle. Les femelles
occupent les cocons et les cellules les plus volumineux, les mâles sont
dans les cocons et les cellules les plus petits. La femelle commence
donc par bâtir et approvisionner des cellules destinées à recevoir des
œufs de femelles; elle bâtit et approvisionne en second lieu des
cellules qui recevront des œufs de mâles.

Allons plus loin encore. Dans les cellules de femelles, la pâtée de
pollen est plus considérable que dans les cellules de mâles. Il faut
donc que, dès le temps où la femelle construit la cellule, elle lui
donne le volume approprié au sexe de l'œuf qui y sera pondu et qui se
trouve encore dans son ovaire; que par avance aussi elle dépose dans la
cellule la quantité de nourriture qui convient à ce sexe.

Le sexe de l'œuf est donc prévu par la pondeuse, dès avant sa ponte!
A moins de supposer que c'est précisément la quantité de nourriture qui
détermine le sexe; que l'œuf, au moment de sa ponte, est de sexe
indifférent, qu'il est neutre, et qu'un repas copieux fait une femelle,
qu'une ration amoindrie fait un mâle.

La question, heureusement, est facile à résoudre par l'expérience. M.
Fabre a fait nicher des Osmies dans des roseaux de diamètre convenable;
puis, ouvrant ces roseaux en temps opportun, il a interverti les
rations, servi aux larves qui devaient donner des femelles une ration de
mâle, et inversement. Qu'est-il arrivé? Que rien n'a été changé au
résultat essentiel; que tout est resté en l'état, comme si
l'expérimentateur eût laissé à chacun sa ration naturelle. Les mâles
sont restés mâles, les femelles sont restées femelles. Les larves nées
dans de petites cellules ont mangé à leur appétit et ont laissé des
restes; les femelles se sont contentées de la portion congrue qui leur
était faite; les plus mal partagées sont mortes. A la vérité, les mâles
étaient bien venus, de belle prestance, nous dit M. Fabre; le supplément
de provende leur avait quelque peu profité. Par contre, les femelles
étaient chétives, plus petites même que certains mâles. Leur larve
affamée, anémiée, n'avait pu tirer de son corps qu'une dose de soie
insuffisante et n'avait filé qu'un cocon mince et peu consistant.

La quantité de nourriture ne détermine donc point le sexe. L'œuf est
déjà mâle ou femelle au moment où il est pondu. Pas de place au doute
sur ce point. C'est le langage même des faits.

La femelle, conclut M. Fabre, connaît donc le sexe de l'œuf, au
moment de la ponte, avant même, puisque ce sexe est déjà prévu dès le
temps où elle bâtit, où elle approvisionne la cellule destinée à le
recevoir.

Une si grave conclusion méritait que M. Fabre essayât de la contrôler
par d'autres données expérimentales. Il n'a pas manqué de le faire.
Diverses espèces, mais surtout les Osmies _cornue_ et _tricorne_, lui en
ont fourni la confirmation la plus éclatante.

Dans une première série de faits, l'habile observateur nous montre
comment l'Osmie approprie à son usage les nids de diverses autres
maçonnes, et particulièrement ceux de l'Anthophore à masque (_A.
personata_).

«J'ai examiné, dit-il, une quarantaine de ces cellules (de l'Anthophore)
utilisées par l'une et l'autre des deux Osmies. La très grande majorité
est divisée en deux étages au moyen d'une cloison transversale. L'étage
inférieur comprend la majeure partie de la chambre et un peu du goulot
qui la surmonte. La demeure à double appartement est clôturée, dans le
vestibule, par un informe et volumineux amas de boue desséchée. Quel
artiste maladroit que l'Osmie en comparaison de l'Anthophore! Son
travail, cloison et tampon, jure avec l'œuvre exquise de
l'Anthophore, comme une pelote d'ordure sur un marbre poli.

«Les deux appartements obtenus de la sorte sont d'une capacité très
inégale, qui frappe aussitôt l'observateur.... La capacité mesurée de
l'un est triple environ de celle de l'autre. Les cocons inclus
présentent la même disparate: celui d'en bas est gros, celui d'en haut
est petit. Enfin celui d'en bas appartient à une Osmie femelle, et celui
d'en haut à une Osmie mâle.

«Plus rarement, la longueur du goulot permet une disposition nouvelle,
et la cavité est partagée en trois étages. Celui d'en bas, toujours le
plus spacieux, contient une femelle; les deux d'en haut, de plus en plus
réduits, contiennent des mâles.

«Tenons-nous-en au premier cas, le plus fréquent de tous. L'Osmie est en
présence de l'une de ces cavités en forme de poire. C'est la trouvaille
qu'il faut utiliser du mieux possible: pareil lot est rare et n'échoit
qu'aux mieux favorisées du sort. Y loger deux femelles à la fois est
impossible, l'espace est insuffisant. Y loger deux mâles, ce serait trop
accorder à un sexe n'ayant droit qu'aux moindres égards. Et puis faut-il
que les deux sexes soient également partagés en nombre. L'Osmie se
décide pour une femelle, dont le partage sera la meilleure chambre,
celle d'en bas, la plus ample, la mieux défendue, la mieux polie; et
pour un mâle, dont le partage sera l'étage d'en haut, la mansarde
étroite, inégale, raboteuse dans la partie qui empiète sur le goulot.
Cette décision, les faits l'attestent, nombreux, irréfutables. Les deux
Osmies disposent donc du sexe de l'œuf qui va être pondu, puisque les
voici maintenant qui fractionnent la ponte par groupes binaires, femelle
et mâle, ainsi que l'exigent les conditions du logement.

«Encore un fait et j'ai fini. Mes appareils en roseaux installés contre
les murs du jardin m'ont fourni un nid remarquable d'Osmie cornue. Ce
nid est établi dans un bout de roseau de 11 millimètres de diamètre
intérieur. Il comprend treize cellules, et n'occupe que la moitié du
canal, bien qu'il y ait à l'orifice le tampon obturateur. La ponte
semble donc ici complète.

«Or, voici de quelle façon singulière est disposée cette ponte. D'abord,
à une distance convenable du fond ou nœud du roseau, est une cloison
transversale, perpendiculaire à l'axe du tube. Ainsi est déterminée une
loge d'ampleur inusitée, où se trouve logée une femelle. L'Osmie paraît
alors se raviser sur le diamètre excessif du canal. C'est trop grand
pour une série sur un seul rang. Elle élève donc une cloison
perpendiculaire à la cloison transversale qu'elle vient de construire,
et divise ainsi le second étage en deux chambres, l'une plus grande, où
est logée une femelle, et une plus petite, où est logé un mâle. Puis
sont maçonnées une deuxième cloison transversale et une deuxième cloison
longitudinale perpendiculaire à la précédente. De là résultent encore
deux chambres inégales peuplées pareillement, la grande d'une femelle,
la petite d'un mâle.

«A partir de ce troisième étage, l'Osmie abandonne l'exactitude
géométrique, l'architecte semble se perdre un peu dans son devis. Les
cloisons transversales deviennent de plus en plus obliques, et le
travail se fait irrégulier, mais toujours avec mélange de grandes
chambres pour les femelles et de petites chambres pour les mâles. Ainsi
sont casés trois femelles et deux mâles, avec alternance des sexes.

«A la base de la onzième cellule, la cloison se trouve de nouveau à peu
près perpendiculaire à l'axe. Ici se renouvelle ce qui s'est fait au
fond. Il n'y a pas de cloison longitudinale, et l'ample cellule,
embrassant le diamètre entier du canal, reçoit une femelle. L'édifice se
termine par deux cloisons transversales et une cloison longitudinale,
qui déterminent, au même niveau, les chambres 12 et 13, où sont établis
des mâles.

«Rien de plus curieux que ce mélange des deux sexes, lorsqu'on sait avec
quelle précision l'Osmie les sépare dans une série linéaire, alors que
le petit diamètre du canal exige que les cellules se superposent une à
une. Ici l'apiaire exploite un canal dont le diamètre est
disproportionné avec le travail habituel; il construit un édifice
compliqué, difficile, qui n'aurait peut-être pas la solidité nécessaire
avec des voûtes de trop longue portée. L'Osmie soutient donc ces voûtes
par des cloisons longitudinales, et les chambres inégales qui résultent
de l'interposition de ces cloisons reçoivent, suivant leur capacité, ici
des femelles et là des mâles.»

L'Osmie connaît donc à l'avance le sexe de l'œuf qu'elle pondra plus
tard. Bien plus que cela, le sexe de l'œuf est facultatif pour la
mère, qui, volontairement le détermine, suivant l'espace dont elle
dispose, «espace fréquemment fortuit et non modifiable», établissant ici
un mâle, là une femelle.

«Il n'y a donc pas à hésiter, conclut M. Fabre, si étrange que soit
l'affirmation: l'œuf, tel qu'il descend de son tube ovarique, n'a pas
de sexe déterminé. C'est peut-être pendant les quelques heures de son
développement si rapide à la base de sa gaîne ovarienne, c'est peut-être
dans son trajet à travers l'oviducte, qu'il reçoit, au gré de la mère,
l'empreinte finale d'où résultera, conformément aux conditions du
berceau, ou bien une femelle, ou bien un mâle.»

Quoi qu'il en soit de cette hypothèse relative au lieu et au temps où la
détermination du sexe s'opère, elle doit, si elle n'est point une
illusion de l'expérimentateur, avoir une conséquence dont la
vérification lui servira de contrôle.

Voici cette question nouvelle. Admettons que, dans les conditions
normales, une Osmie eût donné naissance en tout à vingt œufs par
exemple, et que cette ponte naturelle eût contenu, pour simplifier les
choses, 10 mâles et 10 femelles. Qu'arrivera-t-il dans des conditions
différentes créées par l'expérimentateur? La proportion des sexes se
maintiendra-t-elle quand même, ou bien verrons-nous naître, 12, 14, 16
mâles, contre 8, 6, 4 femelles? Y aura-t-il, en un mot, permutation de
sexes?

Eh bien, oui, si extraordinaire que cela puisse paraître, c'est ce qui
arrive. Nous ne pouvons entrer dans tout le détail expérimental imaginé
par M. Fabre pour la solution de ce problème, le plus délicat de tous
ceux qu'il a abordés. Obligé de faire un choix, nous dirons seulement
qu'il a réussi à amener l'Osmie tricorne à lui donner des pontes
intégrales, mais fragmentées en pontes partielles, chacune contenue dans
la coquille d'une hélice de dimension et de formes rationnellement
choisies. La coquille adoptée était celle de l'_Helix cœspitum_, qui,
configurée en petite Ammonite renflée, s'évase par degrés peu rapides et
possède jusqu'à l'embouchure, dans sa partie utilisable, un diamètre à
peine supérieur à celui qu'exige un cocon mâle d'Osmie... D'après ces
conditions, la demeure ne peut guère convenir qu'à des mâles rangés en
file.

Voici les relevés statistiques fournis par quelques pontes, prises parmi
celles qui ont donné les résultats les plus concluants:

«Du 6 mai, début de ses travaux, au 25 mai, limite de sa ponte, une
Osmie a successivement occupé sept hélices. Sa famille se compose de 14
cocons, nombre très voisin de la moyenne; et sur ces 14 cocons, 12
appartiennent à des mâles et 2 seulement à des femelles.

«Une autre, du 9 mai au 27 mai, a peuplé six hélices d'une famille de
13, dont 10 mâles et 3 femelles. Ces dernières ont pour rang, dans la
série totale, les numéros, 3, 4 et 5.

«Une troisième a peuplé onze hélices, labeur énorme. Cette laborieuse
s'est trouvée aussi des plus fécondes. Elle m'a fourni une famille de
26, la plus nombreuse que j'aie jamais obtenue de la part d'une Osmie.
Eh bien, en cette lignée exceptionnelle se trouvaient 25 mâles, et 1
femelle, une seule, occupant le rang 17.»

M. Fabre n'a pu obtenir la permutation inverse, c'est-à-dire des pontes
de femelles avec peu ou point de mâles. Mais il la regarde comme
possible, bien qu'il n'ait pu imaginer le moyen de la réaliser.

Peut-être aurions-nous quelques réserves à faire sur quelques-unes des
conclusions que l'auteur tire des expériences que nous avons rapportées.
Désirant ne point nous départir de notre rôle d'historien, ni aborder
des discussions qui seraient déplacées dans un ouvrage de la nature de
celui-ci, nous nous en abstiendrons. Nous nous empressons toutefois de
reconnaître que des résultats aussi remarquables sont dignes de toute
l'attention des physiologistes.



LES ANTHIDIES


Les Anthidies (_Anthidium_) sont de fort jolies abeilles à brosse
ventrale, reconnaissables au bariolage jaune, rarement blanchâtre, dont
leur tégument noir est orné, et qui dessine sur leur abdomen des bandes
souvent interrompues ou des taches de formes variées. Dans quelques
espèces méridionales, le jaune passe au rougeâtre ou à l'orangé, et le
fond noir lui-même tantôt tourne graduellement au roux, tantôt disparaît
peu à peu devant l'envahissement du jaune. Quelquefois, au contraire, le
dessin jaune se réduit au point de disparaître totalement; c'est le cas
de l'_Anthidium montanum_, espèce montagnarde, habitant les Pyrénées et
les Alpes.

Par une exception remarquable, les mâles d'_Anthidium_ sont d'ordinaire
plus grands et plus robustes que leurs femelles. C'était une nécessité,
chez des insectes dont les noces sont la suite d'un rapt véritable, où
le mâle, d'un brusque élan, saisit violemment la femelle qu'il a aperçue
butinant en paix sur les Labiées, l'emporte, et disparaît avec elle dans
les airs. Aussi le ravisseur est-il armé en conséquence. Ses pattes,
douées d'une force de contraction étonnante, sont frangées de cils très
propres à retenir le corps qu'elles embrassent; les derniers segments de
l'abdomen sont munis d'épines, de crochets redoutables d'aspect,
inoffensifs d'ailleurs, et concourant au même but.

L'espèce la plus répandue, la plus anciennement décrite et la mieux
connue, d'Anthidie à manchettes (_A. manicatum_) (fig. 58 et 59), fait
ses nids d'une façon très originale. Avant tout, une galerie lui est
nécessaire: elle utilise pour cela un trou dans la terre, qu'elle
approfondit ou approprie, les conduits creusés dans le bois par les
larves de coléoptères xylophages; elle ne dédaigne pas les longues
galeries des Xylocopes. Jusque-là, rien que nous ne connaissions déjà.
Mais nous n'avons encore vu que des taraudeurs et des maçons.
L'_Anthidie_ est matelassier. Il tapisse ses alvéoles d'un duvet
cotonneux, récolté sur les feuilles et les tiges de certaines labiées,
le _Ballota fœtida_, diverses espèces de _Stachys_, et beaucoup
d'autres sans doute.

[Illustration: Fig. 58.--Anthidie à manchettes femelle.]

[Illustration: Fig. 59.--Anthidie à manchettes mâle.]

Il est curieux de voir l'Anthidie opérer sa cueillette de coton. Il suit
une branche ou la tige du haut en bas et en racle le duvet avec une
dextérité merveilleuse. Quand le ballot qu'il a amassé est assez gros,
presque autant que le tondeur lui-même, il l'emporte en le serrant sous
sa tête et sa poitrine avec les pattes antérieures. Dans cet épais et
chaud matelas est enveloppée la pâtée de pollen qui nourrira la larve.
Beaucoup d'espèces ont des habitudes semblables. Une d'entre elles, fort
mignonne, l'_Anthidium lituratum_, se loge, comme quelques Osmies, dans
le canal médullaire des ronces desséchées et y entasse en file ses
cellules de coton.

* * *

On a longtemps cru, et Lepeletier l'affirme, que tous les _Anthidium_
pratiquaient la même industrie. M. Lucas a fait connaître, dans
l'_Exploration scientifique de l'Algérie_, des habitudes tout autres
chez une belle espèce à dessins rougeâtres, l'_A. sticticum_, qui est
commun en Algérie et dans le Midi méditerranéen de la France. C'est
dans les coquilles de diverses espèces d'hélices qu'il établit ses
cellules. Le nombre de celles-ci varie de une à trois, chacune contenue
dans un des tours de la spire, et toujours adossée à la rampe interne.
Les cocons étant trop petits, surtout le plus bas placé, pour remplir la
largeur de l'espace où ils sont logés, le vide est rempli d'une
maçonnerie faite de petits cailloux et de terre. Pour achever de remplir
la coquille jusqu'à la bouche, une quantité de petits cailloux mêlés de
terre y sont entassés, formant une masse incohérente, sans matière
d'aucune sorte qui unisse ces matériaux. La bouche enfin est
hermétiquement close au moyen d'une muraille tout à fait lisse à
l'extérieur, faite d'une terre jaunâtre, parfois de fiente de chameau,
et dans laquelle sont engagés des fragments de coquille au nombre de
huit à dix, de forme à peu près carrée. Quand il y a trois cocons dans
la même hélice, les deux sexes peuvent s'y trouver réunis, mais le plus
souvent les cocons sont de même sexe (fig. 60 et 61).

[Illustration: Fig. 60 et 61.--Cocon d'anthidie tacheté dans une
coquille d'hélice.]

L'_A. sticticum_ n'est pas le seul qui aime à se loger dans les
coquilles. Les _A. septemdentatum_ et _bellicosum_, observés par M.
Fabre, partagent les mêmes goûts. Parmi les diverses espèces d'hélices
adoptées par ces deux Anthidies, celle de l'_Helix aspersa_ est le plus
fréquemment habitée. Invariablement, le deuxième tour de la spire est le
seul occupé; les tours plus élevés, trop étroits, ne le sont jamais, non
plus que le premier, qui est trop large, difficulté qui n'eût pas arrêté
une Osmie. Mais tandis que l'_A. sticticum_ ferme l'embouchure de la
coquille tout au ras, nos deux Anthidies établissent leur cloison
transversale plus haut, vers le commencement du premier tour, en sorte
que rien à l'extérieur n'indique si la coquille est ou non habitée. Il
faut, pour le savoir, la casser.

«La cloison est formée de menus graviers que cimente un mastic de
résine, recueillie en larmes récentes sur l'oxycèdre et le pin d'Alep.
Par delà s'étend une épaisse barricade de débris de toute nature:
graviers, parcelles de terre, aiguilles de genévrier, chatons de
conifères, petites coquilles, déjections sèches d'escargot. Suivent une
cloison de résine pure, un volumineux cocon dans une chambre spacieuse,
une seconde cloison de résine pure, et enfin un cocon moindre dans une
chambre rétrécie.» C'est donc, au fond, la même architecture que celle
de l'_A. sticticum_, la cloison seule est déplacée.

M. Fabre a trouvé le plus souvent deux cocons dans chaque hélice, et
dans la moitié des cas les deux sexes étaient présents à la fois; et
alors, toujours le mâle se trouvait dans le cocon le plus bas situé, la
femelle dans le cocon de dessus. Les deux sexes sont donc pondus suivant
la règle ordinaire, la femelle d'abord, le mâle ensuite. Seulement ici,
le cocon le plus gros est celui du mâle, tandis qu'ailleurs c'est le
plus petit? Nous avons déjà dit que, chez les Anthidies, le mâle est
plus grand que la femelle. De ce que la plus grande cellule est logée
dans une partie plus spacieuse de la spire que la petite cellule, nous
ne sommes donc nullement obligés d'en conclure, avec M. Fabre, que
«l'inégalitité des deux loges est la conséquence forcée de la
configuration de la coquille», que, «par la seule disposition générale
du réduit, sont déterminées en avant une ample chambre et en arrière
une autre chambre de bien moindre capacité.»

Certains Anthidies utilisent donc, comme le font beaucoup d'Osmies, les
coquilles des hélices, et c'est là un nouveau témoignage de l'étroite
affinité des deux genres. Remarquons toutefois que le plan des
constructions intérieures n'est pas le même. L'épaisse palissade de
pierrailles, qui comble le vide entre la cellule inférieure et la
cloison, n'est pas connue de l'Osmie. En revanche nous ne voyons pas,
chez l'Anthidie, autant d'habileté à tirer le meilleur parti de
l'espace. Il suit un plan uniforme, dont il ne s'écarte jamais. L'Osmie
sait en varier les détails, suivant les conditions. L'instinct de
l'Anthidie est mieux fixé, plus parfait peut-être dans ses résultats; il
s'y mêle moins d'intelligence.

* * *

Quand M. Fabre, dans une communication amicale, me fit part de ses
observations sur les _Anthidies_ habitants des hélices et pétrisseurs de
résine, une espèce m'était déjà connue travaillant une substance de
cette nature. C'est le tout petit _A. strigatum_, qui s'installe dans un
logement aussi coquet que fragile. Il a jeté son dévolu sur les capsules
desséchées et entr'ouvertes à leur sommet des Lychnides (_Lychnis
dioica_). Il y installe ordinairement deux cellules, quelquefois une,
rarement trois. Le placenta central, durci et débarrassé de ses graines,
lui sert de point d'appui pour ses constructions. Les cellules, au lieu
d'être faites de coton ou de terre, sont formées d'une substance
résineuse, mêlée de quelques fibres ou poils végétaux de provenance
inconnue. Quand le cocon est filé, il est très immédiatement entouré de
cette résine comme d'un épais enduit de couleur brunâtre.

M. Fabre m'a signalé encore un autre _Anthidium_, comme faisant des
cellules résineuses ou plutôt cireuses, dans des nids construits sous
des pierres ou dans la terre. C'est le _laterale_.

Quelle que soit leur profession, bourreliers ou résiniers, les Anthidies
n'ont d'autres outils que les mandibules et les pattes. Il était curieux
de rechercher si, dans chacune des deux corporations, les instruments de
travail ne présentaient pas quelque particularité de structure en
rapport avec leur usage spécial. L'examen attentif des pattes
antérieures n'a rien montré de particulier. Mais l'étude des mandibules
a donné ce résultat qui n'est pas fait pour surprendre:

Toutes les espèces, connues comme tapissant leur nid de bourre végétale,
ont une conformation des mandibules qui leur est propre; tous ceux que
l'on sait travailler la résine en ont une autre.

Il ne s'agit ici, bien entendu, que des femelles. Les mâles, qui ne font
rien, quelle que soit la spécialité de leur femelle, ont les mandibules
étroites et munies de trois dents.

Les femelles travaillant le coton ont le bord des mandibules découpé en
cinq ou six denticules, qui en font un instrument admirablement conformé
pour racler et enlever les poils de l'épiderme des végétaux. C'est une
sorte de peigne ou de carde (fig. 62).

[Illustration: Fig. 62.--Mandibule d'Anthidium cardeur.]

[Illustration: Fig. 63.--Mandibule d'Anthidium résinier.]

Les femelles manipulant la résine n'ont point le bord de la mandibule
denticulé, mais simplement sinué; l'extrémité seule, précédée d'une
échancrure assez marquée, chez quelques espèces, forme une dent
véritable; mais cette dent est obtuse, peu saillante. La mandibule n'est
en somme qu'une sorte de cuiller, parfaitement propre à détacher et
façonner en boulette une matière visqueuse (fig. 63).

Les deux types de mandibule sont si nettement accusés, qu'il est
possible de déterminer, sans les avoir vus à l'œuvre, à laquelle des
deux catégories,--résiniers ou cotonniers--appartiennent les Anthidies
dont la nidification n'a pas été observée.

L'évolution des Anthidies est de tout point conforme à celle des Osmies.
Le cocon que la larve se file est de même forme, un peu plus large
seulement à proportion, plus lisse, plus coriace, et surmonté aussi d'un
petit appendice conique. Le cocon terminé adhère assez à l'enveloppe
cotonneuse, qui semble n'en former qu'une couche externe plus grossière.
La larve y passe, immobile et somnolente, la fin de l'automne et
l'hiver, pour ne se transformer en nymphe qu'au printemps. L'éclosion a
lieu quelques jours après.

* * *

Les Anthidies sont des abeilles estivales. Les plus précoces ne
commencent à se montrer qu'au mois de juin; les plus tardifs volent
encore en septembre. Ils recherchent surtout le miel fortement parfumé
des Labiées, mais ne dédaignent point les Borraginées et les
Légumineuses. Parmi ces dernières, le _Lotus corniculatus_ est une des
plus visitées. Quelques autres plantes attirent aussi certaines espèces.
L'_A. contractum_ fréquente assidûment le réséda. Sur les plages
sablonneuses, l'_A. laterale_ butine avec activité sur les têtes
bleuâtres de l'_Eryngium maritimum_, qu'il délaisse, s'il trouve dans
les dunes voisines, une Centaurée qu'il préfère.

Le vol de ces abeilles, au moins chez le mâle, est puissant et rapide.
Il s'accompagne d'un bourdonnement dont le timbre et l'intensité
rappellent le chant des Anthophores.

* * *

L'espèce la plus répandue dans nos contrées, l'Anthidie à manchettes,
est aussi celle qui a la plus grande extension, car elle s'observe dans
toute l'Europe, de l'Angleterre et de la Norvège à la Méditerranée, et
au delà, dans l'Afrique septentrionale. Les espèces résinières
paraissent cantonnées dans les localités où se trouvent des Conifères.

On connaît plus d'une centaine d'espèces d'_Anthidium_, répandues dans
l'ancien et le nouveau monde. Aucune n'est indiquée comme vivant en
Australie. A en juger par la conformation des mandibules, on est
autorisé à penser que les espèces exotiques ont, en général, des
habitudes analogues à celles des Anthidies européens, c'est-à-dire
qu'elles doivent, comme ces dernières, être vouées au travail du coton
ou de la cire.--D'après F. Smith, un Anthidie de Port-Natal attache ses
nids aux branches des arbustes et des plantes basses, et fait des
cellules entourées d'une enveloppe laineuse, et séparées les unes des
autres.



LES MÉGACHILES.


Les Gastrilégides de ce nom, qui signifie _grande lèvre_, n'ont pas la
lèvre supérieure sensiblement plus grande que les autres; tous, nous le
savons déjà, ont cet organe particulièrement développé. Quoi qu'il en
soit, le genre _Mégachile_ a souvent été pris pour type de la famille et
lui a prêté son nom. Beaucoup d'auteurs disent _Mégachilides_ au lieu de
_Gastrilégides_.

C'est la forme de l'abdomen, déprimé en dessus, plus ou moins rétréci en
arrière, qui donne aux Mégachiles leur physionomie propre. Cet organe a
beaucoup de tendance à se relever en haut, et souvent l'insecte meurt
l'abdomen si fortement redressé, que son axe fait un angle presque droit
avec celui de la partie antérieure du corps. Un autre caractère, aussi
général que facile à saisir, consiste en ce que la deuxième cellule
cubitale des ailes antérieures reçoit dans sa base l'insertion des deux
nervures récurrentes. Nous nous contenterons de ces signes distinctifs,
sans recourir à ceux que l'on a tirés de la conformation des organes
buccaux.

Les mâles des Mégachiles diffèrent moins de leurs femelles, par l'aspect
général, que ceux des Osmies ne diffèrent des leurs. Néanmoins une foule
de particularités leur appartiennent en propre. Outre la taille plus
petite et plus élancée, ils ont d'ordinaire les pattes robustes, les
fémurs renflés, surtout aux pattes postérieures; les tarses et souvent
aussi les tibias de la première paire sont dilatés, aplatis, difformes
parfois et frangés de longs cils; dans tout un groupe d'espèces, les
hanches antérieures sont armées d'une longue épine; très fréquemment les
mandibules portent extérieurement, près de la base, un fort appendice;
l'extrémité de l'abdomen, toujours obtuse, présente un rebord infléchi
en dessous, souvent développé en une sorte de crête transversale, tantôt
entière, tantôt échancrée, ou diversement déchiquetée ou denticulée. Si
l'usage précis de toutes ces particularités organiques n'est pas
toujours facile à déterminer, du moins les entomologistes s'en
servent-ils avec avantage pour la distinction des espèces.

* * *

Nous avons vu un des types d'habitation des Osmies devenir le style
propre des _Anthidium_. Nous trouverons encore dans cette architecture
polymorphe l'idée mère de celle des Mégachiles. Le lecteur n'a peut-être
pas oublié cette Osmie (_O. papaveris_) qui tapisse ses galeries de
pétales de coquelicot. Les Mégachiles pratiquent une industrie toute
semblable; mais, moins délicates, c'est dans les feuilles de plantes
diverses que d'ordinaire elles découpent les pièces qu'elles appliquent
sur la paroi de leur demeure.

Les travaux de la Mégachile sont depuis longtemps connus. Ray les avait
déjà observés et figurés. Depuis, Réaumur les a décrits avec une
remarquable exactitude (t. VI, 4e mémoire).

[Illustration: Fig. 64.--Mégachile centunculaire et son nid.]

Ces abeilles, nous dit-il, «ne s'en tiennent pas à creuser des trous
dans la terre; dans ces trous elles construisent des nids à leurs
petits, avec des morceaux de feuilles arrangés si artistement, qu'il est
peu d'ouvrages aussi propres à nous donner une idée du génie accordé aux
insectes. Aussi avions-nous principalement ces abeilles en vue, lorsque
nous en avons annoncé qui, quoique solitaires, le disputent en industrie
aux mouches à miel (fig. 64 et 65).»

«Ces abeilles cachent sous terre, tantôt dans un champ, tantôt dans un
jardin, des nids si dignes d'être vus. Chacun d'eux est un rouleau, un
tuyau cylindrique de la longueur des étuis où nous mettons nos
cure-dents, et quelquefois aussi gros. Un grand nombre de morceaux de
feuilles, de figure arrondie et un peu ovale, qui ont été courbés et
ajustés les uns sur les autres, forment l'extérieur de cette espèce
d'étui. Si on détache ses premières enveloppes, on voit qu'il est
composé de divers étuis plus courts, quelquefois de six à sept, faits
aussi de morceaux de feuilles. Chacun de ceux-ci ressemble assez à un dé
à coudre, dont l'ouverture n'aurait point de rebord; leur arrangement
est aussi tel que celui que les marchands donnent aux dés. Le bout du
second dé de feuilles entre et se loge dans l'ouverture du premier, et
ainsi des autres. Cette suite de petits étuis forme l'étui total; chacun
des petits est un logement préparé à un ver.»

Ces dés sont donc des cellules, «et doivent être des vases propres à
contenir la pâtée qui fournit la nourriture au ver; c'est-à-dire des
vases si clos, que le miel coulant dont la pâtée est imbibée ne puisse
pas s'échapper. Les morceaux de feuilles dont ils sont composés ne sont
pourtant qu'appliqués les uns sur les autres; ils ne sont nullement
collés les uns aux autres. C'est donc l'exactitude avec laquelle ces
morceaux sont ajustés qui rend les petits vases capables de contenir une
liqueur.»

Quant à la forme de ces pièces, Réaumur la compare à une moitié
d'ellipse coupée suivant le petit axe, l'un des quarts de la
circonférence de l'ellipse étant formé par le bord découpé de la pièce,
l'autre quart par le bord de la feuille même, dont on voit les
dentelures. Ces pièces sont appliquées contre la paroi de la galerie en
chevauchant l'une sur l'autre, de manière que chacune couvre l'un des
bords de l'autre; et comme chacune d'elles est plus longue qu'une
cellule, le bout inférieur en est plié et adossé au fond. Ainsi est
formé un petit vase cylindrique, dont le fond et les côtés sont formés
de trois morceaux de feuilles.

Un dé tout semblable est formé et immédiatement appliqué à l'intérieur
du premier, puis un troisième dans le second. Ainsi, chaque cellule est
formée de neuf morceaux de feuilles, peut-être plus en certains cas. Les
pièces qui la composent ne sont point collées les unes aux autres;
«elles ne sont retenues que par le ressort qu'elles ont acquis en se
séchant, qui tend à leur conserver la figure qu'on leur a fait prendre,
et leur position. D'ailleurs le pli qui ramène leur bout en dessous
contribue encore à les arrêter.»

La cellule achevée est remplie d'un miel rougeâtre, mêlé d'un peu de
pollen, formant un tout assez fluide, puis un œuf y est pondu. La
pâtée n'atteint pas tout à fait le bord de la cellule; il s'en faut d'un
millimètre environ. Reste à fermer la cellule. A cet effet, un couvercle
y est adapté, avec des morceaux de feuilles, non plus ellipsoïdes, mais
circulaires, d'un diamètre tel qu'ils s'adaptent parfaitement à
l'intérieur du bord un peu évasé de la cellule, et sont retenus par ses
parois. Trois disques de feuilles, quelquefois quatre, forment ce
couvercle. Aucune substance adhésive ne colle ces disques les uns aux
autres; ils n'adhèrent, comme les morceaux des parois, que par leur
exacte application.

Le faible creux qui reste au-dessus de cet opercule sert de fond à une
seconde cellule qui s'y emboîte, et ainsi de suite jusqu'à 4, 5, 6 ou 7
cellules.

[Illustration: Fig. 65.--Feuilles de rosier découpées par la Mégachile.]

Comment l'abeille s'y prend-elle pour découper ces morceaux de
feuilles? Réaumur l'a parfaitement observé et décrit, et chacun peut
s'en rendre compte aisément, après avoir constaté, dans un jardin, qu'un
rosier, par exemple, a sur les bords de ses feuilles des découpures, les
unes de forme elliptique, les autres de forme circulaire. Si la saison
n'est pas trop avancée,--c'est surtout en juillet et août que
travaillent les Mégachiles,--on n'aura pas longtemps à attendre pour
voir venir une de ces abeilles qui, après avoir un instant voleté autour
du rosier, se pose sur une de ses feuilles, puis, avec une vitesse et
une habileté qui surprennent, y découpe un morceau et l'emporte. Tout
cela est si vite fait, qu'à la première fois l'on n'a pu rien
reconnaître.

[Illustration: Fig. 66.

Mégachile découpant une rondelle dans une feuille.]

Mais prenons nos précautions pour mieux voir et ne pas effaroucher
l'abeille. Nous n'aurons pas longtemps à attendre. La voilà de retour au
bout de quelques minutes. Après ses tours ordinaires, quelquefois sans
hésiter un instant, elle se pose sur ou sous une feuille, près du bord,
qu'elle embrasse de ses pattes, et, dès l'instant même où elle se pose,
ses mandibules commencent leur office, entament le bord de la feuille,
la tranchent par petits coups rapides, suivant une courbe elliptique,
qui part du bord et y revient. Le morceau détaché, retenu entre les
pattes, est emporté, légèrement ployé dans le sens de la longueur, car
il est plus large que les pattes ne sont longues (fig. 66).

On reste confondu de tant de célérité, jointe à tant d'exactitude. Nous
aurions peine à trancher, avec des ciseaux, aussi vite et suivant une
courbe aussi régulière. Et la bestiole le fait sans hésitation aucune,
comme si la justesse du résultat n'exigeait pas d'elle la moindre
attention. On est bien plus surpris encore, en la voyant découper, avec
la même aisance, non plus une ellipse, mais une rondelle circulaire.
Combien plus difficile cependant serait pour nous cette seconde
opération! Il s'agit en effet, en tranchant, de décrire une
circonférence de cercle, sans se préoccuper de la longueur du rayon, ni
de la position du centre, en se tenant toujours sur cette circonférence.
Quel exercice et quel temps ne nous faudrait-il pas, pour parvenir à un
résultat approchant seulement de la perfection que, sans effort, réalise
une petite abeille!

L'admiration s'accroît, si l'on réfléchit que cette suite d'actes si
parfaits en eux-mêmes, réalise, dans son ensemble, une perfection tout
aussi grande. Il ne suffit pas que chaque lambeau de feuille soit
conforme à un patron déterminé; le nombre de ces lambeaux n'est pas
quelconque. Il en faut trois pour chaque revêtement particulier, en tout
neuf, ou bien douze. Après, ces douze pièces semblables entre elles,
nouvelle série, régulière elle aussi, composée de pièces semblables
entre elles toujours, mais différentes des précédentes. Et c'est trois
qu'il en faut, ou bien quatre, ni deux, ni cinq. Comment la petite
cervelle de notre insecte fixe-t-elle tous ces détails et ne se
brouille-t-elle point à cette numération compliquée? Comment sait-elle
qu'une série est terminée, qu'il lui faut passer à une nouvelle? que
voilà trois dés emboîtés, douze ellipses découpées et mises en place;
que c'est le temps maintenant de passer au couvercle, de découper et
poser des cercles? On convient, avec Réaumur, que ces abeilles
solitaires sont tout aussi étonnantes dans leur spécialité que les
mouches à miel, depuis si longtemps célébrées. Ce qui leur manque, c'est
d'être connues, car elles sont tout aussi dignes de l'être. Il est vrai
qu'elles ne sont pour nous d'aucun profit.

Quelle part, en tout ceci, revient à l'intelligence, et quelle part au
pur instinct? Impossible serait une réponse précise à pareille question.
Mais que tout ne se réduise pas à l'automatisme et à l'inconscience,
qu'une certaine intelligence se révèle dans les actes de ces petites
créatures, le célèbre historien des insectes n'hésite pas à le croire,
et qui mieux est, il en donne la preuve.

«Ceux qui refusent toute connaissance aux animaux, dit Réaumur, tournent
contre les animaux mêmes la trop constante régularité avec laquelle ils
exécutent des ouvrages industrieux; mais ils fournissent presque tous,
au moins de quoi affaiblir cette objection. Ils ont leurs maladresses et
leurs méprises; nos abeilles, pour soutenir leur honneur, ont à en
produire. J'ai dit que celle qui arrive auprès d'un rosier en fait le
tour, et souvent plusieurs fois, comme pour examiner la feuille où, par
préférence, elle doit prendre une pièce; quelquefois il lui arrive de
mal juger de la bonne qualité de celle qu'elle a choisie, ou de ne pas
suivre assez exactement le trait de la coupe. J'ai vu plus d'une fois
une Coupeuse qui, après avoir entaillé une feuille, tantôt plus, tantôt
moins avant, abandonnait l'ouvrage commencé, et partait pour aller
attaquer dans l'instant une autre feuille, dont elle emportait une
pièce, telle qu'elle n'avait pu la trouver dans la première feuille, ou
qu'elle avait réussi à mieux couper.»

Dans tout ce qui précède, nous avons supposé le nid comme n'étant
composé que des cellules, des dés superposés dont la construction a été
décrite. Réellement il n'en est point ainsi, et le travail est plus
complexe. Avant la formation de ces dés empilés, un revêtement, fait
aussi de feuilles découpées, est appliqué sur toute la longueur de la
galerie qui contiendra les cellules. Les morceaux de feuilles employés à
cet usage sont de forme elliptique, et plus grands que ceux qui forment
les parois des cellules. Réaumur s'est assuré par l'observation que ce
revêtement est fait tout d'abord dans son ensemble, avant qu'aucune
cellule soit commencée, et non successivement, au fur et à mesure de
l'édification des cellules. En moins d'une demi-heure, il vit faire à
une coupeuse plus de douze voyages et revenir toujours chargée d'un
morceau de feuille qui n'était jamais circulaire. Comme le nid se
trouvait sous une pierre superposée à une autre, et horizontalement
couché entre les deux, il n'y eut qu'à enlever la pierre supérieure au
moment où l'abeille venait de sortir.

«Dès que la pierre eut été enlevée, dit l'observateur, les pièces que
j'avais vu porter furent mises à découvert; elles formaient une espèce
de tuyau, mais qui se défigura lorsqu'il cessa d'être gêné. Les morceaux
de feuilles dont il était composé, et qui ne venaient que d'être pliés,
n'avaient pas eu le temps de se dessécher; ils conservaient encore un
ressort qui tendait à les redresser. Aussi, quand je voulus toucher au
rouleau, l'édifice s'écroula en partie; mais je vis au moins qu'il n'y
en avait encore que l'extérieur de fait, et que c'est par l'extérieur,
par l'enveloppe, que la Coupeuse commence son nid. J'ôtai de ce nid les
morceaux qui étaient tombés, et ayant tout rajusté de mon mieux, je
reposai la pierre dans sa première place. Je n'avais pas eu le temps de
la recouvrir de terre, ce qui n'était pas bien essentiel, que la mouche
arrive.... Mais à peine fut-elle parvenue dans l'intérieur du nid,
qu'elle en sortit, tout étonnée sans doute du bouleversement qu'elle y
avait trouvé. Bientôt néanmoins elle prit le parti d'y revenir, et se
détermina à réparer le désordre que j'avais fait. Malgré mes attentions,
de la terre s'était éboulée et était tombée dans le nid; ses premiers
soins furent d'en retirer cette terre; je la vis qui la repoussait en
dehors avec ses jambes postérieures, et ce fut un travail qu'elle
continua depuis six heures du soir jusqu'à huit heures, que je cessai de
l'observer.»

Deux jours après, le travail repris était déjà fort avancé, si bien que
les deux tiers de la longueur du conduit étaient remplis par des
cellules.

Ne laissons point passer, sans en faire ressortir la valeur, une donnée
importante, fournie par la citation qui précède. L'Abeille ne sait pas
seulement construire, elle sait aussi réparer. Or une réparation
appropriée au dégât montre encore mieux que le travail ordinaire, si
admirable soit-il, qu'elle est plus qu'une machine inconsciente et
aveugle. Son intellect va jusqu'à apprécier le désordre et y porter
remède. L'instinct ici n'est point de mise.

La Coupeuse des feuilles du rosier dont nous venons de décrire les
travaux est la Mégachile centunculaire (_M. centuncularis_), une des
espèces les plus communes. Plusieurs autres espèces emploient les mêmes
feuilles. Le _M. maritima_ se sert tantôt des feuilles du poirier,
tantôt de celles du marronnier. Réaumur a probablement observé cette
espèce, car il parle d'une Coupeuse qu'il a vue porter les feuilles de
cet arbre. Une autre (_M. circumcincta_), aux feuilles du rosier joint
celles du _Rhamnus frangula_. Une jolie petite Mégachile, tout aussi
répandue que la Centunculaire, la M. argentée, qui doit son nom aux
poils argentés de sa brosse ventrale, tapisse ses nids des pétales
jaunes du _Lotus corniculatus_. F. Smith affirme que la Coupeuse du
rosier observée par Réaumur, taille parfois ses rondelles dans les
pétales d'un Géranium écarlate.

* * *

Beaucoup d'espèces exotiques ont des habitudes analogues et sont aussi
des coupeuses de feuilles. Telle est la Mégachile fasciculée (_M.
fasciculata_) de l'Inde, qui ne s'astreint point à ranger ses cellules
en série simple, mais entasse souvent, côte à côte nombre de séries
partielles, quand l'espace adopté le lui permet. Un naturaliste anglais,
Ch. Horne, rapporte avoir vu un nid de cette Mégachile, composé de sept
séries, remplissant la gorge d'un petit vase décoratif, dans un
jardin[14].

Réaumur n'a vu ses Coupeuses travailler que dans le sol, et il est
disposé à croire à une erreur de la part de Ray, qui affirme avoir
observé une de ces Abeilles dans une galerie creusée dans le bois. Le
fait est pourtant vrai, ainsi que Lepeletier de Saint-Fargeau l'a
observé, pour la Mégachile maritime. D'autres sont dans le même cas, et,
selon les circonstances, travaillent la terre ou le bois.

Quelques Mégachiles exotiques ont d'autres habitudes. La Mégachile
laineuse (_M. lanata_), espèce fort commune dans l'Inde, épargne sa
peine en tirant parti des bambous coupés dont le diamètre intérieur lui
paraît convenable, et elle y empile de longues rangées de cellules.
Mais, loin de les faire, comme ses congénères, avec des feuilles, elle
les bâtit avec de la terre mêlée de sable, le tout agglutiné avec de la
salive. Fort accommodante d'ailleurs, cette Mégachile s'empare, pour y
bâtir, de toutes les cavités, de tous les espaces, quelle qu'en soit la
forme, pourvu qu'ils ne soient ni trop grands ni trop petits pour
recevoir ses cylindres terreux. Ch. Horne donne la liste des différentes
situations où il a rencontré ses nids. Elle est assez longue et assez
curieuse pour mériter d'être reproduite:

1º dans des plis de papier; 2º dans le dos d'un livre laissé ouvert; 3º
dans l'anse d'une tasse à thé; 4º dans la serrure d'une porte; 5º dans
le canon d'un fusil; 6º sous un éventail posé sur une table; 7º dans la
rainure de la charnière d'une fenêtre, où, à trois reprises, le travail
de l'insecte fut détruit pendant son absence; 8º dans une bague à
cachet, dont la pierre était tombée; 9º dans les plis d'un grand
éventail, ou _punka_, qui était mis en mouvement 10 à 12 heures sur 24.

On conçoit qu'un insecte si disposé à s'emparer de toutes les ouvertures
étroites, soit souvent désagréable, et que Ch. Horne le déclare _very
annoying_. Il est d'ailleurs peu farouche: on le voit sans cesse aller
et venir, avec un bourdonnement bruyant, et quand il est occupé à pétrir
son argile, il ne cesse point de se faire entendre, ce qui révèle son
voisinage, bien qu'il soit souvent difficile de découvrir l'endroit
précis où il travaille.

Une autre Mégachile indienne, le _M. disjuncta_, qui est noire avec une
large ceinture blanche au milieu du corps, fait aussi des nids en terre
dans les bambous étroits. Ch. Horne en a trouvé une fois jusqu'à cinq
rangées, côte à côte, dans une même cavité.

Notre Mégachile centunculaire, que l'on a tant de fois observée, et qui
d'habitude creuse ses galeries dans le sol ou le bois, se loge
exceptionnellement dans le canal médullaire des ronces sèches, rappelant
ainsi l'industrie des Mégachiles indiennes dont nous venons de parler.

Quels que soient les matériaux employés par les Mégachiles, feuilles de
plantes ou mortier argileux, elles établissent presque toujours leurs
cellules dans des cavités ou des tubes étroits, ayant juste les
dimensions qu'il faut pour les contenir; elles les disposent en tout cas
les unes à la suite des autres, en séries linéaires. Toujours pressés,
et jamais lâchement juxtaposés, comme cela se voit chez la plupart des
Osmies, ces logements sont constamment de forme cylindrique. Le cocon
est naturellement de même forme, et se termine aux deux bouts par des
surfaces convexes plus ou moins surbaissées, ainsi que cela se voit chez
les Osmies rubicoles; jamais le pôle supérieur ne présente l'appendice
conique si marqué chez les _Osmia_ ordinaires et les _Anthidium_.

* * *

Les Mégachiles sont de tous les genres d'Apiaires le plus riche
peut-être en espèces. On en connaît environ trois cents, répandues dans
toutes les parties du monde, mais surtout dans les contrées
septentrionales et tropicales. Une espèce serait, d'après F. Smith,
particulièrement remarquable par sa vaste extension, s'il est vrai
qu'elle se trouve, non seulement dans toute l'Europe et dans le Nord de
l'Afrique, mais encore dans l'Amérique du Nord, jusqu'au Canada et la
baie d'Hudson. Cette espèce n'est autre que la vulgaire Coupeuse du
rosier.



LES CHALICODOMES.


Les Chalicodomes diffèrent bien peu des Mégachiles, si peu, que
plusieurs d'entre eux ont été primitivement rangés parmi ces dernières.
Un pinceau de poils vers le bout des mandibules, qui sont
_quadrisinuées_, au lieu d'être _quadridentées_; l'abdomen plus convexe;
la cellule radiale appendiculée, voilà tout ce que l'on a trouvé pour
caractériser ces Abeilles. C'est que Lepeletier de Saint-Fargeau,
l'auteur du genre, fut conduit à l'établir par la considération de leur
mode de nidification, sauf à s'accommoder ensuite de caractères tels
quels, pour appuyer cette distinction sur des données anatomiques.

Cette nidification des Chalicodomes, jugée si importante par l'auteur
que nous venons de citer, n'est cependant pas leur propriété exclusive.
Nous l'avons déjà trouvée, dans ce qu'elle a d'essentiel, chez une
certaine Osmie, celle du _Lotus_, qui colle dans les anfractuosités des
pierres des cellules faites d'un mélange de terre et de petits cailloux.
Le nom de _Chalicodoma_ veut précisément exprimer ce genre de
construction: il veut dire _maison, demeure_ faite de _petits cailloux_.

Les Chalicodomes sont donc encore des Abeilles maçonnes. C'est même sous
ce nom, qu'une de leurs espèces, peu rare aux environs de Paris, est
désignée par Réaumur, qui l'a étudiée avec non moins de soin que la
Coupeuse du rosier.

L'_Abeille maçonne_ de Réaumur porte aujourd'hui le nom scientifique de
_Chalicodoma muraria_, _Chalicodome des murailles_, nom qui lui vient de
l'emplacement qu'elle choisit pour y bâtir ses nids. C'est en effet sur
les murs de nos habitations qu'elle les construit d'ordinaire. Une
exposition méridionale ou orientale lui est indispensable. Il lui faut
de plus une base solide pour fondement. Le mortier ou le crépi ne
sauraient lui convenir; ils pourraient se détacher et tomber avec le nid
assis dessus. C'est la pierre qu'il lui faut, fruste ou façonnée, et
s'il y a quelque dépression, elle s'y arrête de préférence. Souvent elle
construit dans les feuillures des fenêtres, et ses nids s'y allongent
dans le sens vertical; tantôt elle les couche horizontalement dans le
creux d'une moulure. Quand elle est fort commune dans une localité, et
qu'elle n'y est point dérangée, on la voit parfois revêtir les vieilles
murailles d'une couche épaisse de nids superposés, formant une sorte de
crépissage continu, à partir d'une certaine hauteur au-dessus du sol. En
pleins champs et loin des habitations, les rochers, les grosses pierres
reçoivent ses constructions. En Vaucluse, M. Fabre ne les a guère
observées que dans cette dernière condition.

[Illustration: Fig. 67.--Chalicodome femelle.]

[Illustration: Fig. 68.--Chalicodome mâle.]

Les deux sexes de l'Abeille maçonne (fig. 67 et 68) sont très différents
l'un de l'autre, à tel point que, même en les voyant sortir d'un même
nid, on pourrait croire avoir affaire à deux espèces distinctes. La
femelle est d'un beau noir velouté, avec les ailes violet sombre. Le
mâle est d'un blond ferrugineux, avec les derniers segments noirs et les
ailes transparentes.

* * *

Le Chalicodome des murailles commence ses travaux en avril. Ses
matériaux sont un mélange de terre argileuse et de sable pétri avec la
salive, qui transforme ce mortier, une fois desséché, en un dur ciment
sur lequel la pluie est impuissante, et que l'acier d'un couteau
n'entame pas sans s'ébrécher. Quand l'abeille a fait choix d'un
emplacement, elle «y arrive avec une pelote de mortier entre les
mandibules, et la dispose en un bourrelet circulaire sur la surface de
la pierre. Les pattes antérieures et les mandibules surtout, premiers
outils du maçon, mettent en œuvre la matière, que maintient plastique
l'humeur salivaire peu à peu dégorgée. Pour consolider le pisé, des
graviers anguleux sont enchâssés un à un, mais seulement à l'extérieur,
dans la masse encore molle. A cette première assise en succèdent
d'autres, jusqu'à ce que la cellule ait la hauteur voulue, de 2 à 3
centimètres.» (Fabre, _Souvenirs entomologiques_).

Réaumur a bien remarqué que l'intérieur de la cellule est l'objet d'une
attention particulière de la part de la maçonne. Tous les grains de
sable en sont éliminés avec soin, et portés dans la partie extérieure de
la muraille. On voit l'abeille y entrer fréquemment pour en égaliser la
surface, qui ne reçoit pas toutefois le poli qui distingue les cellules
de l'Anthophore.

La cellule a son axe le plus souvent vertical, ce qui lui donne un peu
l'aspect d'une petite tourelle. D'autres fois elle est plus ou moins
inclinée, jamais tant cependant que le contenu, assez fluide, qu'elle
est destinée à recevoir, puisse s'écouler par l'orifice. Repose-t-elle
sur une surface horizontale, son pourtour est entier; sur une surface
verticale, elle y est adossée, et ressemble à un dé à coudre coupé dans
sa longueur; le support complète alors le contour.

«La cellule terminée, l'abeille s'occupe aussitôt de
l'approvisionnement. Les fleurs du voisinage lui fournissent liqueur
sucrée et pollen. Elle arrive, le jabot gonflé de miel, et le ventre
jauni en-dessous de poussière pollinique. Elle plonge dans la cellule la
tête la première, et pendant quelques instants on la voit se livrer à
des haut-le-corps, signe du dégorgement de la purée mielleuse. Le jabot
vide, elle sort de la cellule, pour y rentrer à l'instant même, mais
cette fois à reculons. Maintenant, avec les deux pattes de derrière,
l'abeille se brosse la face inférieure du ventre et en fait tomber la
charge de pollen. Nouvelle sortie et nouvelle rentrée, la tête la
première. Il s'agit de brasser la matière avec la cuiller des
mandibules, et de faire du tout un mélange homogène. Ce travail de
mixtion ne se répète pas à chaque voyage: il n'a lieu que de loin en
loin, quand les matériaux sont amassés en quantité notable.» (Fabre.)

L'approvisionnement s'arrête quand la cellule est à moitié pleine. Un
œuf est alors pondu à la surface de la bouillie pollinique, et il est
procédé à la fermeture de la cellule. Un couvercle de mortier sans
graviers est fait dans le haut; il est formé de dépôts annulaires allant
de la circonférence au centre. La cellule, suivant Réaumur, est
construite en une journée; son approvisionnement réclame une journée
encore. Cette durée peut s'allonger quand le mauvais temps, ou
simplement un ciel nuageux, viennent interrompre les travaux.

Une première cellule terminée, une autre s'élève, adossée à celle-ci,
puis une troisième, et ainsi de suite jusqu'à une dizaine environ, plus
ou moins. Elles sont édifiées l'une après l'autre; jamais une nouvelle
n'est commencée avant la fermeture de la précédente. Les six à dix
cellules qu'un nid peut contenir représentent-elles toute la ponte?
C'est ce qu'on n'a pu décider. Il est possible qu'une seule femelle ne
se borne pas à construire un nid, et qu'un premier fait, elle aille
ailleurs en commencer un second, ainsi que cela arrive fréquemment chez
l'Osmie.

Les cellules, telles que nous venons de les laisser, ne constituent pas
le nid achevé et parfait. Un travail important reste encore à accomplir.
La paroi de la cellule est mince, peu résistante au choc, peu efficace
pour tenir la larve à l'abri des intempéries. Les cellules adossées
laissent entre elles des sillons, des enfoncements; il faut les combler.
Un dépôt de mortier grossièrement fait, mais solide, vient remplir ces
dépressions et égaliser la surface. Ce n'est point assez. Un revêtement
épais, uniforme, recouvre le tout, donnant à l'ensemble une forme
arrondie, celle d'une demi-sphère ou d'un demi-ellipsoïde plus ou moins
allongé. Sous cette muraille, épaisse d'un centimètre et plus, la larve
ou l'insecte transformé pourra braver les brûlants soleils de juillet,
les gelées de l'hiver, les ondées des jours d'orage.

[Illustration: Fig. 69.--Nid de Chalicodoma muraria.]

Le nid achevé, rien ne décèle à l'extérieur son précieux contenu. On
dirait une grosse éclaboussure lancée par une roue de voiture ou une
boule de terre jetée violemment contre la muraille et qui s'y serait
desséchée (Fig. 69).

Comme l'Anthophore, comme l'Osmie, le Chalicodome sait ménager, quand il
le peut, son temps et sa peine, en s'appropriant un vieux nid, que de
légères réparations suffisent à remettre à neuf. C'est même par là
qu'il commence, et il ne se décide à bâtir que s'il ne trouve pas à se
procurer un logement à peu de frais. Sur ce sujet, laissons la parole à
M. Fabre. Tout récit serait pâle à côté du sien.

[Illustration: Fig. 70.--Nid de Chalicodome à l'intérieur.]

«D'un même dôme il sort plusieurs habitants, frères et sœurs, mâles
roux et femelles noires, tous lignée de la même abeille. Les mâles, qui
mènent vie insouciante, ignorent tout travail, et ne reviennent aux
maisons de pisé que pour faire un instant la cour aux dames, ne se
soucient de la masure abandonnée. Ce qu'il leur faut, c'est le nectar
dans l'amphore des fleurs, et non le mortier à gâcher entre les
mandibules. Restent les jeunes mères, seules chargées de l'avenir de la
famille. A qui d'entre elles reviendra l'immeuble, l'héritage du vieux
nid? Comme sœurs, elles y ont un droit égal: ainsi le déciderait
notre justice, depuis qu'elle s'est affranchie de l'antique droit
d'aînesse. Mais les Chalicodomes en sont toujours à la base première de
la société: le droit du premier occupant.

«Lors donc que l'heure de la ponte approche, l'abeille s'empare du
premier nid libre à sa convenance, s'y établit, et malheur désormais à
qui voudrait, voisine ou sœur, lui en disputer la possession! Des
poursuites acharnées, de chaudes bourrades auraient bientôt mis en fuite
la nouvelle arrivée. Des diverses cellules qui bâillent, comme autant de
puits, sur la rondeur du dôme, une seule pour le moment est nécessaire;
mais l'abeille calcule très bien que les autres auront plus tard leur
utilité pour le restant des œufs; et c'est avec une vigilance jalouse
qu'elle les surveille toutes pour en chasser qui viendrait les visiter.
Aussi n'ai-je pas souvenir d'avoir vu deux maçonnes travailler à la fois
sur le même galet.

«L'ouvrage est maintenant très simple. L'hyménoptère examine l'intérieur
de la vieille cellule, pour reconnaître les points qui demandent
réparation. Il arrache les lambeaux de cocon tapissant la paroi, extrait
les débris terreux provenant de la voûte qu'a percée l'habitant pour
sortir, crépit de mortier les endroits délabrés, restaure un peu
l'orifice, et tout se borne là. Suivent l'approvisionnement, la ponte et
la clôture de la chambre. Quand toutes les cellules, l'une après
l'autre, sont ainsi garnies, le couvert général, le dôme de mortier,
reçoit quelques réparations, s'il est besoin, et c'est fini.»

M. Fabre a observé les travaux de deux autres espèces de Chalicodomes,
que l'on ne rencontre point dans le nord de notre pays. Ce sont les
_Chalicodoma Pyrenaica_ et _rufescens_, deux espèces où les deux sexes
ne présentent point la disparité tranchée qui s'observe chez la maçonne
de Réaumur. L'une et l'autre portent à peu près le même costume, d'un
roux mêlé de gris ou de brun noirâtre. Mais, si leur extérieur est à peu
près le même, leur nidification est bien différente, surtout quant au
choix de l'emplacement.

Le Chalicodome des Pyrénées s'installe de préférence à la face
inférieure des tuiles faisant saillie au bord des toitures. Il est peu
de maisons, dans la campagne, qui n'abritent les nids de cette maçonne,
et quelquefois elle y établit des colonies populeuses, entassant d'une
année à l'autre les nouveaux nids sur ceux des générations antérieures,
et finissant ainsi par couvrir d'énormes surfaces. «J'ai vu tel de ces
nids, dit M. Fabre, qui, sous les tuiles d'un hangar, occupait une
superficie de 5 ou 6 mètres carrés. En plein travail, c'était un monde
étourdissant par le nombre et le bruissement des travailleurs.» De là le
nom de Chalicodome _des hangars_, dont M. Fabre se sert pour désigner
cette espèce.

Le Chalicodome roussâtre a de tout autres habitudes. Il suspend sa
demeure à une branche. «Un arbuste des haies, quel qu'il soit, aubépine,
grenadier, paliure, lui fournit le support, habituellement à hauteur
d'homme. Le chêne-vert et l'orme lui donnent une élévation plus grande.
Dans le fourré buissonneux, il fait donc choix d'un rameau de la
grosseur d'une paille; et sur cette étroite base il construit son
édifice avec le même mortier que le Chalicodome des hangars met en
œuvre. Terminé, le nid est une boule de terre, traversée latéralement
par le rameau. La grosseur en est celle d'un abricot, si l'ouvrage est
d'un seul, et celle du poing, si plusieurs insectes y ont collaboré;
mais ce cas est rare.»

Le Chalicodome des murailles aime à puiser ses matériaux dans un terrain
à moitié meuble; une allée sableuse lui convient tout à fait. Ses deux
congénères préfèrent un sol battu, «une route fréquentée, dont
l'empierrement de galets calcaires est devenu surface unie semblable à
une dalle continue. C'est toujours au chemin, voisin de l'emplacement
qu'il a choisi, qu'il va récolter de quoi bâtir, sans se laisser
distraire du travail par le continuel passage des gens et des bestiaux.
Il faut voir l'active abeille à l'œuvre, quand le chemin resplendit
de blancheur sous les rayons d'un soleil ardent. Entre la ferme voisine,
chantier où l'on construit, et la route, chantier où le mortier se
prépare, bruit le grave murmure des arrivants et des partants qui se
succèdent, se croisent sans interruption. L'air semble traversé par de
continuels traits de fumée, tant l'essor des travailleurs est direct et
rapide. Les partants s'en vont avec une pelote de mortier de la grosseur
d'un grain de plomb à lièvre; les arrivants aussitôt s'installent aux
endroits les plus durs, les plus secs. Tout le corps en vibration, ils
grattent du bout des mandibules, ils ratissent avec les tarses
antérieurs, pour extraire des atomes de terre et des granules de sable,
qui, roulés entre les dents, s'imbibent de salive et se prennent en une
masse. L'ardeur au travail est, telle, que l'ouvrier se laisse écraser
sous les pieds des passants plutôt que d'abandonner son ouvrage.»

Tandis que le Chalicodome roussâtre est presque toujours solitaire,
celui des hangars aime le voisinage de ses pareils, et c'est par
milliers quelquefois qu'on le voit établi sous un même abri. Mais ce
n'est point là une société véritable, où chacun, en travaillant pour
soi, concourt au bien de tous. C'est un simple concours d'individus que
les mêmes goûts, les mêmes aptitudes rassemblent au même endroit, où la
maxime du chacun pour soi se pratique dans toute sa rigueur, «enfin une
cohue de travailleurs rappelant l'essaim d'une ruche uniquement par le
nombre et l'ardeur». De telles réunions sont donc la simple conséquence
du grand nombre d'individus habitant la même localité. Si bien que le
Chalicodome des murailles qui, en Vaucluse, passe pour solitaire aux
yeux de M. Fabre, forme quelquefois, ainsi que nous l'avons observé
nous-même, des cités populeuses dans les localités où il abonde. Et si
le Chalicodome roussâtre ne se voit jamais en réunions nombreuses, cela
tient moins sans doute à une humeur plus farouche qu'au peu de fréquence
de cette espèce.

On connaît, peu ou point la nidification des autres Chalicodomes. Une
très jolie espèce, à corselet d'un roux vif, avec l'abdomen noir et les
pattes rouges, le Chalicodome de Sicile (_Ch. sicula_)[15], paraît se
contenter d'une base bien fragile pour ses nids. J'ai reçu de Sicile
quelques cellules bâties par cette abeille, dans le style du Chalicodome
des murailles, et non encore revêtues du couvert général qui devait les
englober, fixées sur un fragment d'écorce. Cette espèce sans doute
s'établit dans le creux des arbres ou sous les écorces soulevées.

Commencés en avril, les travaux des Chalicodomes sont terminés avant la
fin de juin. Les vers nés dans les cellules ont achevé de consommer
leurs provisions dans le courant de l'été. Ils se filent alors une coque
de soie mince, presque transparente, faiblement adhérente aux parois de
la cellule. L'épaisse et dure couche de mortier protège suffisamment ces
faibles créatures, et dispense d'une coque plus solide. En automne, les
vers sont déjà transformés et passent l'hiver à l'état parfait,
engourdis, les poils humides collés au tégument. Les Chalicodomes se
réveillent en avril, percent la dure calotte de ciment avec leurs
mandibules, en s'aidant d'un peu de liquide dégorgé pour la ramollir, et
viennent à la lumière pour recommencer les travaux de ceux qui les ont
précédés. Un certain nombre périssent dans les cellules, trop faibles
pour percer les murs de leur berceau, dépourvus sans doute de la
gouttelette de liqueur qui seule leur permet de venir à bout de ce
travail.

«Quelquefois, dit Réaumur, l'ouvrage que la mouche nouvellement née a à
faire paraîtrait devoir être double de l'ouvrage ordinaire; elle
semblerait avoir à percer, outre sa propre cellule, celle d'une autre
mouche; car quelquefois un nid se trouve composé de deux couches de
cellules mises les unes sur les autres. La bonne opinion que j'ai de
l'intelligence des mères maçonnes ne me permet pas de penser qu'elles
fassent des fautes aussi lourdes que celle-ci le paraît. Je suis disposé
à croire que, quoique les cellules soient posées les unes sur les
autres, chaque mouche naissante peut sortir par un des bouts de la
sienne sans passer par le logement de sa voisine.»

La perspicacité du célèbre naturaliste s'est trouvée ici en défaut, il
n'y a pas à en douter. Il arrive fréquemment qu'une abeille est obligée
de passer, pour sortir du nid, par le logement d'une voisine de l'étage
supérieur. Mais elle n'a pas pour cela double travail à faire, bien au
contraire. Sa sœur d'en haut sort toujours avant elle; elle n'a donc
qu'à percer la mince cloison qui la sépare du berceau de celle-ci, pour
trouver un chemin tout fait vers l'extérieur. Celle qui l'a devancée a
dû faire le sien à travers toute l'épaisseur du dôme. Il arrive
toujours, en pareil cas, que les habitants du premier étage sont des
mâles, alors que ceux du rez-de-chaussée sont des femelles. Les deux
sexes ainsi font naturellement leur sortie suivant la règle, les mâles
d'abord, les femelles ensuite.

* * *

Si dignes d'intérêt par leur biologie, les Chalicodomes ont encore
d'autres droits à notre attention. Ils ont été, de la part de M. Fabre,
l'objet de recherches importantes au point de vue de la théorie de
l'instinct. Nous ne croyons pouvoir nous dispenser d'en dire quelques
mots, tout en exprimant le regret bien sincère de ne pouvoir souscrire
aux conclusions de l'ingénieux observateur.

_La sortie du nid._--Variant une expérience, jugée mal faite, de
Réaumur, M. Fabre recueille des nids de Chalicodome des murailles, revêt
les uns très immédiatement d'une enveloppe de papier gris, et couvre les
autres, à distance, d'un cône de ce même papier, collé sur leur
pourtour. Le temps de l'éclosion venu, les Chalicodomes des premiers
nids percent leurs cellules, et en outre l'enveloppe de papier, et
deviennent libres au dehors; les autres, au contraire, laissant intact
le cornet de papier, meurent devant cette faible barrière.

«Le Chalicodome, conclut M. Fabre, est donc capable, pour sortir de sa
cellule, d'exécuter un travail supérieur à celui qu'il doit
naturellement fournir. Si l'on ajoute à la paroi de mortier qu'il doit
percer pour éclore un supplément d'épaisseur, il n'est point arrêté par
ce surcroît de besogne. Mais si, une fois son travail achevé, l'animal
sorti de sa cellule trouve devant lui un nouvel obstacle, il est devenu
inhabile, non impuissant,--l'expérience le montre,--à fournir cet
excédent de travail, qui n'eût été qu'un jeu pour lui, s'il se fût
trouvé surajouté, sans interposition d'arrêt, au travail normal de la
perforation. Il a suffi que la paroi nouvelle soit placée à distance,
pour être laissée intacte. Le travail normal de la libération accompli,
l'insecte libre hors de sa cellule, l'instinct n'a plus rien à faire, et
il ne fera rien. Le stupide insecte meurt derrière une barrière qui,
semble-t-il, ne devrait pas l'arrêter au delà de quelques secondes.

«Ce fait me semble riche de conséquences, ajoute, avec une sorte
d'enthousiasme, l'expérimentateur. Comment! voilà de robustes insectes
pour qui forer le tuf est un jeu... et ces vigoureux démolisseurs se
laissent sottement périr dans la prison d'un cornet qu'ils éventreraient
en un seul coup de mandibules? Le motif de leur stupide inaction ne
saurait être que celui-ci,» c'est que, «pour la percer, il faudrait
renouveler l'acte qui vient d'être accompli, cet acte auquel l'insecte
ne doit se livrer qu'une fois en sa vie; il faudrait enfin doubler ce
qui de sa nature est un, et l'animal ne le peut, uniquement parce qu'il
n'en a pas le vouloir. L'abeille maçonne périt faute de la moindre lueur
d'intelligence. Et dans ce singulier intellect, il est de mode
aujourd'hui de voir un rudiment de la raison humaine!»

Quelle conséquence importante de faits qu'on eût pu juger insignifiants!
Il n'est pas, il est vrai, de vérité sans valeur. Mais au moins faut-il
s'être assuré que c'est bien une vérité que l'on tient, sans quoi
s'évanouissent, avec nos illusions, les déductions les plus logiques.

M. Fabre n'a-t-il jamais vu lui échapper un hyménoptère inclus par lui
dans un cornet? N'est-il jamais rentré de ses chasses ayant perdu
quelque capture évadée de sa prison de papier? Incontestablement, le
Chalicodome incarcéré dans un cornet est capable, plus capable que
beaucoup d'autres, de perforer un tel obstacle. Rien de plus aisé
d'ailleurs que d'en acquérir la preuve. Et se peut-il que la
circonstance particulière d'être tout frais éclos le rende incapable de
triompher d'une difficulté qui pour lui n'en est pas une en d'autres
temps? Autant croire que l'insecte se laisse mourir au pied d'une
muraille qu'il peut très bien trouer, tout exprès pour fournir un nouvel
appoint à une certaine théorie de l'instinct.

Sans vouloir examiner ici les causes de l'insuccès et de la mort de
l'abeille dans l'expérience de M. Fabre, je me bornerai à montrer, en en
modifiant les conditions, qu'elle avait été mal conçue.

Sur un nid de Chalicodome, j'ai, comme lui, adapté, non un dôme de
papier, mais un petit chapeau d'argile fait d'un simple tube ou d'une
cheminée ayant sensiblement le diamètre intérieur d'une cellule. L'un
des bouts fut fermé d'un tampon d'argile; l'autre, garni d'un épais
rebord de même matière, qui servit à fixer l'appareil encore humide
au-dessus d'une cellule. Le jour de l'éclosion venu, le fond du chapeau
fut percé d'un trou bien rond; l'insecte était sorti, après avoir percé
le couvercle de sa cellule, et, à une distance de 12 ou 15 millimètres,
le fond artificiel d'argile.

L'abeille avait donc fait double besogne, foré pour ainsi dire deux
cellules au lieu d'une, et cela malgré l'interposition d'un intervalle
notable. Qu'il ne soit donc plus question de travail une fois accompli
et non renouvelable, de l'impossibilité de «doubler ce que la nature a
fait un». Tout cela est dans l'esprit de l'observateur et n'est que là!
Restituons à l'Insecte, avec une équitable appréciation de ses facultés,
la faible, mais exacte part de raison que la nature lui a départie.

* * *

_Le retour au nid._--Encore une question à laquelle M. Fabre a prêté une
grande attention, qui l'occupe dans son premier volume, et à laquelle il
revient plus longuement dans ses _Nouveaux souvenirs_.

L'abeille maçonne transportée à de grandes distances, à plusieurs
kilomètres de son nid, y retourne, bien qu'on lui ait fait faire son
premier voyage enfermée dans une boîte ou un cornet, sans avoir pu, par
conséquent, se rendre compte du trajet qu'elle a suivi à l'aller. Quel
sens la guide dans son retour? «Ce n'est certes pas la mémoire, conclut
l'auteur, après une première série d'expériences, mais une faculté
spéciale, qu'il faut se borner à constater par ses étonnants effets,
sans prétendre l'expliquer, tant elle est en dehors de notre propre
psychologie.»

A la suggestion de Charles Darwin, que ces recherches intéressaient
vivement, M. Fabre fit de nouvelles expériences. Ne serait-ce point un
_sens de la direction_, qui conduirait l'abeille dans son voyage de
retour? Pour l'éprouver, au lieu d'aller par la droite ligne à l'endroit
où il se propose de rendre la liberté aux prisonniers qu'il emporte,
toujours maintenus dans l'obscurité d'une boîte, l'expérimentateur, ou
bien tourne sur lui-même dans un sens, puis dans un autre, ou bien
change de direction brusquement et à plusieurs reprises. Mais ni
rotations, ni détours, ni reculs ne parviennent à dérouter les
abeilles, qui toujours retournent au logis; «et le problème reste aussi
ténébreux que jamais».

Serait-ce le courant magnétique terrestre, qui guiderait les voyageurs
dans leur retour? Autre hypothèse imaginée aussi par l'illustre
naturaliste anglais, et qui inspira des expériences demeurées sans
résultat. Restait donc encore et toujours le mystère, qui, on le conçoit
du reste, n'est pas pour déplaire à un chercheur imbu des idées
théoriques de M. Fabre.

Rien pourtant n'est moins mystérieux que les causes de ce retour au nid.
Et M. Fabre n'eût vraisemblablement pas fait ses curieuses expériences
sur ce sujet,--ce qui serait grand dommage,--s'il eût connu certains
faits, très familiers aux éleveurs d'abeilles.

Que le lecteur veuille bien se rapporter à ce que nous avons dit de la
première sortie des jeunes abeilles, qui ne s'éloignent de la ruche qu'à
reculons, décrivant des cercles de plus en plus grands, étudiant en un
mot et fixant dans leur souvenir le chemin du retour. L'Abeille
domestique n'est point seule à user de ce procédé pour ne point s'égarer
en rentrant au logis. Le Bourdon a les mêmes habitudes. Une abeille
solitaire, l'_Anthophora æstivalis_, m'a montré les mêmes faits.
L'occasion m'a manqué pour faire les mêmes observations sur le
Chalicodome. Mais qui pourrait douter un instant que cette abeille se
conduisît autrement que les autres? Et d'ailleurs, que l'observation
soit faite ou non sur les Chalicodomes, les données acquises chez
d'autres espèces n'en restent pas moins avec toute leur valeur, et font
prévoir le résultat que cette observation pourrait fournir. Il ne
saurait y avoir une psychologie pour le Bourdon, l'Abeille domestique,
l'Anthophore, une autre pour le Chalicodome.

M. Fabre ne se contredit-il pas lui-même dans ce chapitre si intéressant
consacré aux Osmies qu'il élevait dans son cabinet? Nous y lisons ce qui
suit:

«De jour en jour plus nombreuses, les femelles inspectent les lieux;
elles bourdonnent devant les galeries de verre et les demeures de
roseau; elles y pénètrent, y séjournent, en sortent, y rentrent, puis
s'envolent, d'un essor brusque, dans le jardin. Elles reviennent,
maintenant l'une, maintenant l'autre. Elles font une halte au dehors, au
soleil, sur les volets appliqués contre le mur; elles planent dans la
baie de la fenêtre, s'avancent, vont aux roseaux et leur donnent un coup
d'œil, pour repartir encore et revenir bientôt après. _Ainsi se fait
l'apprentissage du domicile, ainsi se fixe le souvenir du lieu natal._
Le village de notre enfance est toujours bien chéri, ineffaçable de la
mémoire. Avec sa vie d'un mois, l'Osmie acquiert en une paire de jours
la _tenace souvenance de son hameau_.»

Quand il écrivait ces lignes dans son troisième volume, l'auteur avait
évidemment oublié ce qu'il avait dit, dans les deux premiers, de ce sens
inconnu et d'autant plus mystérieux qu'il manque à notre organisation.
Rien de mystérieux dans les faits que nous avons rappelés, rien qui
oblige à recourir à une hypothèse aussi peu justifiable.

* * *

Les Gastrilégides sont exposés aux attaques d'une multitude de
parasites, dont les uns ne recherchent que leurs provisions, et dont les
autres en veulent à leur chair même.

Parmi les premiers sont les Cœlioxys, abeilles parasites que nous
avons déjà rencontrées dans les nids des Anthophores, mais qui semblent
plus particulièrement attachées aux Mégachiles. Plusieurs espèces se
développent en effet dans les nids de ces dernières, tandis qu'on n'en a
pas encore signalé, que nous sachions, chez les autres Gastrilégides.

Un autre genre d'abeilles parasites, les Stélis, paraissent de même
être les locataires attitrés des Osmies et de quelques genres voisins,
que nous n'avons pas cru nécessaire de faire connaître. Une espèce de
Stélis cependant, le _St. nasuta_, se rencontre fréquemment dans les
nids de l'Abeille maçonne de Réaumur. Un petit _Anthidium_, le
_strigatum_, dont nous avons eu occasion de parler, est souvent l'hôte
d'une petite Stélide, à physionomie tout anthidienne, le _St. signata_,
longtemps pris pour un Anthidium véritable. Les _Dioxys_, proches
parents des _Cœlioxys_, envahissent souvent les nids des
Chalicodomes, au moins ceux des _Pyrenaica_ et _rufescens_. Un seul
Dioxys se développe dans une cellule de la maçonne, et il arrive
quelquefois que la moitié et plus des cellules d'un nid sont occupées
par cet intrus. C'est toujours le _Dioxys cincta_, que l'on trouve
vivant aux dépens de ces deux Chalicodomes; bien rarement il s'introduit
dans les nids du _Ch. muraria_.

[Illustration: Fig. 71.--Stelis nasuta.]

* * *

Parmi les ennemis qui s'attaquent à la personne même des abeilles, mais
qui ne les détruisent pas plus sûrement que les précédents, citons au
premier rang le petit mais terrible _Monodontomerus_. Ce Myrmidon, que
nous avons déjà appris à connaître chez les Anthophores, n'est pas un
ennemi moins redoutable pour les divers genres de Gastrilégides. Il
professe une indifférence absolue quant au choix de ses victimes. Osmie,
Mégachile, Anthidie, Chalicodome, tout lui est bon; et s'il ne fait pas
plus de victimes, si même ces Abeilles et beaucoup d'autres ne sont pas
déjà détruites par ce moucheron d'apparence si méprisable, cela tient
uniquement à l'accès pour lui difficile d'une partie notable de leurs
cellules. Un exemple convaincra de la puissance de destruction de ce
Chalcidien, quand les circonstances lui sont favorables. J'ai eu
occasion de parler de nids de l'_Osmie rousse_, remplissant toutes les
rainures, toutes les petites cavités d'une ruche abandonnée. Plusieurs
centaines de cellules étaient là, dont un petit nombre seulement datant
de l'année précédente; une partie de celles-ci montraient les traces non
équivoques de l'Osmie qui les avait habitées; les autres avaient toutes
été envahies par le _Monodontomerus_, et pour les dernières formées,
celles de l'année, pas une n'était indemne; toutes, sans exception,
contenaient le Chalcidien à divers états, ou l'avaient contenu. Ainsi,
la première année, un certain nombre de cellules avaient pu échapper au
parasite; quelques femelles du petit Chalcidien, ayant découvert le
village des Osmies, y avaient logé leur progéniture; et celle-ci avait
été assez nombreuse, la seconde année, pour que pas une Osmie n'échappât
à leurs atteintes. Les cellules, en cette circonstance, s'étaient
trouvées toutes accessibles, et toutes les Osmies avaient péri. Dans les
galeries creusées dans la terre ou le bois, il n'en va pas ainsi;
beaucoup de cellules échappent, par leur situation reculée, à la tarière
du parasite; dans le nid aérien d'une abeille maçonne, si des cellules
sont plus ou moins superficielles, et dès lors exposées, il en est un
grand nombre que leur éloignement de la surface met à l'abri de
l'ennemi. Mais on voit assez l'influence considérable qu'un si petit
être peut exercer sur la multiplication d'une foule d'espèces.

* * *

Il est un autre genre de Chalcidien, dont la taille est plus
respectable, le vêtement de plus joyeux aspect que la cuirasse d'un
bronze obscur du _Monodontomerus_. C'est celui des _Leucospis_, au corps
noir bariolé de jaune, à la tarière relevée sur le dos et logée dans un
sillon de l'abdomen, aux cuisses postérieures étrangement renflées et
denticulées (fig. 72).

Le _Leucospis gigas_ est carnivore comme le _Monodontomerus_; mais
tandis que ce dernier, vu sa petitesse, peut se trouver au nombre d'une
quinzaine et plus de commensaux dans une même cellule, le _Leucospis_ y
est toujours isolé; la larve tout entière de l'abeille est nécessaire à
son parfait développement.

[Illustration: Fig. 72--Leucospis gigas.]

C'est à la fin de juin ou dans les premiers jours de juillet que les
Leucospis perforent le nid où ils sont nés, pour devenir libres à
l'extérieur. C'est vers ce temps précisément que les larves des maçonnes
ont achevé leur pâtée et reposent dans la fine coque de soie, attendant
le moment de leur transformation en nymphes. Période critique pour tant
de larves, que celle qui précède la nymphose! Elles sont alors juste à
point pour servir de pâture aux nombreux dévorants dont la race est
greffée sur la leur. La femelle Leucospis ne tarde pas à se mettre en
quête, sur les dômes du Chalicodome des murailles, sur les vastes nappes
de ciment du Chalicodome des hangars, de cellules en état de recevoir
les germes de sa progéniture.

Suivons l'observateur dont la sagacité n'a d'égale que sa patience,
suivons M. Fabre, explorant, en plein soleil de juillet, les nids des
maçonnes, à la recherche des Leucospis effectuant leur ponte. Il est
trois heures de l'après-midi, c'est le fort de la chaleur, le moment
favorable.

«L'insecte explore les nids, lentement, gauchement. Du bout des
antennes, fléchies à angle droit après le premier article, il palpe la
surface. Puis, immobile et la tête penchée, il semble méditer et
débattre en lui-même l'opportunité du lieu. Est-ce bien ici, est-ce
ailleurs, que gît la larve convoitée? Au dehors, rien, absolument rien
ne l'indique. C'est une nappe pierreuse, bosselée, mais très uniforme
d'aspect, car les cellules ont disparu sous une épaisse couche de crépi,
travail d'intérêt général où l'essaim dépense ses derniers jours....»

«Où sont en défaut mes moyens optiques et mon discernement raisonné,
l'insecte ne se trompe pas, guidé qu'il est par les bâtonnets des
antennes. Son choix est fait? Le voici qui dégaine sa longue mécanique;
la sonde est dirigée normalement à la surface et occupe à peu près le
milieu entre les deux pattes intermédiaires... Immobile, hautement
guindé sur ses jambes pour développer son appareil, l'insecte n'a que de
très légères oscillations pour tout signe de son laborieux travail. Je
vois des sondeurs qui, dans un quart d'heure, ont fini d'opérer. J'en
vois d'autres qui, pour une seule opération, dépensent jusqu'à trois
heures.

«Malgré la résistance du milieu à traverser, l'insecte persévère,
certain de réussir; et il réussit en effet, sans que je puisse encore
m'expliquer son succès.» Ni fissure perceptible par où le faible crin
pourrait s'insinuer; ni gouttelette liquide imbibant et amollissant le
dur ciment au passage de ce foret d'apparence si débile.

Si, le temps de la ponte passée, «les sondeurs disparus», on procède à
l'examen des nids, on trouve invariablement une cellule exactement
placée sous les points, marqués d'un signe particulier, où un Leucospis
a établi sa tarière. Jamais d'erreur de sa part; toujours fidèlement
servi par ses antennes exploratrices, sa sonde a toujours pénétré en
plein dans une cellule, pas une fois à côté.

Mais nous voici en présence d'une déception. On s'attend à ce que la
cellule violée par le Leucospis contienne infailliblement une larve de
Chalicodome. Autrement pourquoi, avec tant d'efforts, lui inoculer un
œuf? Eh bien, l'instinct, si souvent infaillible, se trouve ici en
défaut. Des cellules percées, un grand nombre sans doute montrent la
larve de l'abeille, mais d'autres ne montrent que des résidus divers,
inutiles à un mangeur de chair fraîche, «miel liquide et resté sans
emploi, l'œuf ayant péri; provisions gâtées, tantôt moisies, tantôt
devenues culot goudronneux; larve morte, durcie en un cylindre brun;
insecte parfait desséché, à qui les forces ont manqué pour la
libération; décombres poudreux, provenant de la lucarne de sortie qu'a
bouchée plus tard la couche générale de crépi. Les effluves odorants qui
peuvent se dégager de ces résidus ont certainement des caractères très
divers. L'aigre, le faisandé, le moisi, le goudronneux, ne sauraient
être confondus par un odorat un peu subtil.»

Que percevaient donc les antennes du _Leucospis_ en inspectant, la
surface du nid? Pas une odeur, assurément, et voici déjà une conséquence
physiologique importante, car l'olfaction est une des facultés le plus
généralement attribuées aux antennes de l'Insecte. C'est donc
l'existence d'un simple vide que ces organes ont révélé? Mystère!
Toujours est-il que, conséquence non moins grave que la précédente,
l'instinct a failli, et la pondeuse a inséré un œuf là où il n'avait
que faire et où l'attend une perte inévitable. Fait bien digne des
réflexions de ceux qui, comme M. Fabre, professent la doctrine de
l'infaillibilité de l'instinct.

Autre imperfection, à laquelle l'observateur était tout aussi loin de
s'attendre. La même cellule peut recevoir à diverses reprises, à
plusieurs jours d'intervalle, la sonde des Leucospis. M. Fabre a vu
revenir, en des points déjà visités par un autre, et par lui marqués du
signe indicateur, un, deux et même quatre insectes nouveaux, tous
répétant leur longue manœuvre, tous pondant dans la même cellule. Car
ils ne manquent jamais de pondre au bout de leur travail, et l'on peut
trouver plusieurs œufs, jusqu'à cinq,--et peut-être n'est-ce pas
l'extrême limite,--dans une même cellule.

Si la cellule atteinte contient autre chose qu'une larve d'abeille,
l'œuf ou les œufs pondus le sont en pure perte. Mais
qu'advient-il, si deux ou plusieurs œufs arrivent dans la même
enceinte? Un fait certain, c'est qu'en aucun cas on ne trouve plus tard
jamais plus d'une larve de Leucospis dans une cellule. Le problème est
longtemps resté insoluble pour M. Fabre. Après bien des recherches,
après quatre années d'études, la solution fut enfin trouvée.

Il fallait, chose hérissée de difficultés de toute sorte, observer la
larve de Leucospis dès la sortie de l'œuf, voir ce qui se passe dans
une cellule à larve parasite unique et dans une cellule à plusieurs
larves.

[Illustration: Fig. 73.--Larve secondaire de Leucospis gigas.]

La larve déjà développée du Leucospis (fig. 73) est un gros ver dodu,
blanchâtre, courbé en arc, avec segments fortement distendus et
luisants, munie d'une tête infléchie, au bas de laquelle se voient trois
gros mamelons charnus, avec deux petits traits noirâtres, que le
microscope dit être deux minuscules mandibules. A l'aide de ces
imperceptibles crochets, la larve troue la peau de sa victime, en aspire
le contenu, sans dévorer ni mâcher, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus
qu'une pellicule entièrement vidée. La larve repue repose alors dans la
coque de soie qu'a filée celle à qui elle s'est substituée.

[Illustration: Fig. 74.--Larve primaire de Leucospis gigas.]

C'est en vain qu'on s'attendrait à trouver dans les cellules de
l'abeille, au temps où les œufs de Leucospis éclosent, rien qui
ressemble au ver grassouillet dont nous venons de parler. L'animalcule
qui sort de l'œuf est un vermisseau nettement segmenté, transparent
(fig. 74), presque hyalin, qui mesure de un millimètre à un millimètre
et demi de longueur, et un quart de millimètre dans sa plus grande
largeur. Sa tête, bien détachée, est relativement volumineuse: on a
peine à y distinguer deux rudiments d'antennes, deux petites
mandibules. Son corps, faiblement arqué, repose sur deux rangées de
cirrhes hyalins, qui empêchent sa peau ambrée de poser à plat; quelques
autres poils plus faibles se voient sur la partie dorsale des segments.
Le dernier de tous, très petit, sert d'organe très actif de progression,
par l'appui qu'il prend sur les surfaces, où une humeur visqueuse fait
qu'il adhère. Il marche ainsi par des impulsions successives, un peu à
la manière des chenilles arpenteuses.

Ce petit être est assez agile, et d'humeur aventureuse. On le voit, sans
nul souci d'abord de s'attabler sur la gigantesque victuaille qui lui
est destinée, se livrer sur le corps de celle-ci à des explorations de
longue durée. A un moment donné, on le perd de vue; c'est en vain que la
loupe cherche à le découvrir sur le corps de sa future victime. En ce
moment il rôde, inquiet, agité, sur la paroi du tube de verre où
l'observateur l'a emprisonné avec la larve de Chalicodome. Mais,
patience, le voici bientôt revenu sur la larve; il y prend quelques
instants de repos, pour recommencer ses pérégrinations. Et cela dure
ainsi assez longtemps, plusieurs jours.

Quel est le but de ces promenades, de ces investigations autour de la
larve et sur les parois de la cellule? Pourquoi le vermicule ne
s'attaque-t-il pas sans tarder au flanc de l'abeille? Il n'y a pas de
doute; bien que l'observateur ne l'ait pas constaté _de visu_, ses
longues pérégrinations, ses allées et venues ont pour objet la recherche
des compétiteurs qui pourraient se trouver comme lui dans la cellule.
Plusieurs œufs ont pu y être pondus, et un seul doit venir à bien; un
seul doit profiter de la larve d'Abeille; la partager entre frères
serait en fin de compte la famine et la mort pour tous. Aussi le
premier-né se met en quête des œufs encore à éclore, et que son rôle
est de détruire. On les voit bientôt flétris, desséchés; quelques-uns,
éventrés, laissent couler au dehors leur contenu. M. Fabre n'a pas été
témoin de l'exécution, mais l'auteur ne peut être que le premier ver
éclos. «Le seul intéressé à la destruction des œufs, c'est lui; le
seul qui puisse disposer de leur sort, c'est lui encore.» _Is fecit cui
prodest[16]._

«Par ce brigandage, l'animalcule se trouve enfin unique maître des
victuailles; il quitte alors son costume d'exterminateur, son casque de
corne, son armure de piquants, et devient l'animal à peau lisse, la
larve secondaire qui, paisiblement, tarit l'outre de graisse, but final
de si noirs forfaits.» Ainsi se trouvent en fin de compte corrigées les
imperfections de l'instinct, et l'ordre de nouveau rétabli. Mais à quel
prix! Pour un individu qui vient à bien et sort, triomphant de tous les
périls qui menacent son existence, combien de déshérités, les uns
victimes de la faim, les autres assassinés dans l'œuf! Mais
qu'importe? Ainsi s'achète, presque toujours, ce qu'on appelle
l'équilibre, l'harmonie dans la nature. De combien de méfaits,
d'atrocités,--le mot n'est pas de nous,--ce résultat, que nous admirons
volontiers, est-il la conséquence?

* * *

[Illustration: Fig. 75.--Anthrax sinuata.]

[Illustration: Fig. 76.--Larve secondaire d'Anthrax.]

Les Anthophores nous ont déjà fait connaître les _Anthrax_. Ces
charmants et délicats Diptères (fig. 75) se rencontrent fréquemment dans
les nids des Gastrilégides, à l'état de larve ou de nymphe. Nous allons
trouver chez eux une duplicité larvaire de même nature que celle que
nous venons de voir chez les Leucospis. C'est encore à M. Fabre que nous
devons la meilleure part de leur histoire.

La larve de l'Anthrax n'est pas sans ressembler beaucoup à celle du
Leucospis. C'est aussi un ver nu et lisse, sans yeux, sans pattes, d'un
blanc mat, gras et replet, ordinairement voûté, peu propre au mouvement.
Sa tête est petite, molle comme le reste du corps, enchâssée dans une
sorte de bourrelet formé par le premier segment. Pas la moindre trace
d'appendices dans cette tête, pas d'organes buccaux sensibles (fig. 76).

Un fait des plus étranges, c'est l'extrême facilité avec laquelle cette
larve quitte et reprend celle de l'Abeille dont elle se nourrit. Le plus
léger attouchement la fait retirer; puis, la tranquillité revenue, elle
applique de nouveau sa bouche sur la peau de sa victime, pour la quitter
encore et la reprendre, au gré de l'expérimentateur, et sans jamais
revenir au point abandonné. Et cependant la peau ne laisse voir aucune
blessure, elle paraît intacte à la loupe. Cette seule expérience montre
que la bouche de l'Anthrax n'est point armée de crocs propres à déchirer
la proie. Et l'examen microscopique montre, en effet, que ce n'est
qu'une petite tache ronde, «un petit cratère conique», au fond duquel
débouche l'œsophage. C'est donc une sorte de ventouse, qui tour à
tour adhère et se détache avec la plus grande facilité, à l'aide de
laquelle l'Anthrax ne mange pas, mais «hume» sa nourriture. «Son attaque
est un baiser, mais quel baiser perfide!»

Une douzaine ou une quinzaine de jours suffisent à l'Anthrax pour vider
complètement une larve de Chalicodome, qui se trouve réduite à un
corpuscule chiffonné, gros comme une tête d'épingle. M. Fabre «ramollit
dans l'eau cette maigre relique», puis l'insuffle à l'aide d'un verre
effilé, et voit avec surprise la peau se gonfler, se distendre et
reprendre la forme de la larve vivante, sans laisser apercevoir la
moindre fuite. «Elle est donc intacte, conclut-il; elle est exempte de
toute perforation, qui se décèlerait à l'instant sous l'eau par une
fuite gazeuse. Ainsi, sous la ventouse de l'Anthrax, l'outre huileuse
s'est tarie par simple transpiration à travers sa membrane; la
substance de la larve s'est transvasée dans le corps du nourrisson par
une sorte d'endosmose, ou plutôt par l'effet de la pression
atmosphérique, qui fait affluer et suinter les fluides nourriciers dans
la bouche cratériforme de l'Anthrax.»

Comment un ver si faiblement armé peut-il venir à bout de la robuste
larve de la maçonne, comment le faible a-t-il si aisément raison du
fort, la cause en est bien simple. Si l'attaque se fût produite quelque
temps auparavant, alors que la larve de Chalicodome n'avait pas encore
filé sa coque de soie, et finissait ses dernières bouchées, nul doute
que le frêle vermisseau n'eût été en grave danger d'extermination sous
les énergiques mouvements de l'Abeille. Mais la pâtée absorbée, le cocon
achevé, la larve, inerte et somnolente, est incapable de se mouvoir, de
réagir contre les excitations extérieures. Elle ne sortira de sa torpeur
qu'à l'instant de la mue, du passage à l'état de nymphe. La voilà donc
livrée sans défense aux atteintes de tout ce qui est friand de sa chair.
C'est le moment propice pour tous les parasites carnivores; c'est celui
que toujours ils choisissent pour s'attaquer à leurs victimes. Si
faible, si mal armé qu'il soit, le petit ver de l'Anthrax n'a donc rien
à redouter de l'abeille.

[Illustration: Fig. 77.--Nymphe d'Anthrax.]

Son repas terminé, l'Anthrax demeure longtemps dans ce repos qui fut si
fatal à sa victime. En cet état, il passe la fin de la belle saison et
tout l'hiver, pour ne se transformer qu'en mai. Sa peau de larve
dépouillée, apparaît une nymphe dont l'aspect formidable contraste
étonnamment avec la physionomie inoffensive de la larve (fig. 77). Son
corps est courbé en forme d'hameçon, ses téguments cornés, solides, se
hérissent de rangées de soies, d'épines, sur les segments de l'abdomen;
la tête est armée de crocs énormes, recourbés, autant de socs de
charrue, à l'aide desquels, le moment venu, la paroi de ciment est
percée, et, les épines abdominales servant d'arcs-boutants admirablement
disposés pour remplir cet office, cette nymphe bizarre traverse tous les
obstacles et arrive à la lumière. Dès qu'elle sent que sa partie
antérieure est devenue libre, elle s'arrête; l'air a bientôt desséché sa
peau, qui se fend le long du dos, et de cette machine à tarauder qui
effrayerait, si ses proportions se rapprochaient de la nôtre, se dégage
le plus frêle, le plus délicat des insectes.

Pour sortir du nid de la maçonne, l'Anthrax, avant d'entamer la dure
paroi de mortier, perfore d'abord le cocon que celle-là s'était filé.
C'est peu de chose pour un ouvrier si bien outillé. Dans les cellules
des Osmies, où les Anthrax de diverses espèces s'introduisent
fréquemment, si la coque de terre n'offre pas grande difficulté à
percer, le cocon qui la précède est solide, et coriace; l'Anthrax le
troue cependant sans trop de peine.

Maintenant se présente un problème dont on a longtemps attendu la
solution, qu'il était encore réservé à M. Fabre de découvrir. Comment un
insecte si débile, que le moindre attouchement dépouille de ses poils,
qu'on n'ose saisir dans le filet qu'avec des précautions infinies, de
peur de voir sa molle toison rester aux doigts, ses pattes même se
détacher; comment l'Anthrax parvient-il à loger sa progéniture dans les
profondes galeries de l'Anthophore, les cellules de l'Osmie, les dures
maçonneries des Chalicodomes? Ses pattes sont de minces filets qu'un
rien fait tomber; sa bouche est une soie, un suçoir délié, propre
seulement à humer le suc des fleurs; aucun instrument pour percer la
terre ou le mortier. L'insecte irait-il, comme tant d'autres, déposer
furtivement son œuf dans les cellules encore ouvertes? On a peine à
le croire, rien qu'à voir sa parure si caduque, ses ailes largement
étalées; tout cela n'indique pas un animal fait pour se glisser le long
des galeries et pénétrer dans les cellules. L'Anthrax ne va certainement
pas pondre dans les nids. D'ailleurs, on a beau le suivre sur les talus,
sur les murailles devant lesquelles il plane d'un vol lent et doux, où
souvent il se pose et s'ensoleille, jamais on ne le voit essayer d'y
pénétrer.

Disons-nous cependant, avec M. Fabre, que tous ces diptères que l'on
voit explorant le talus, ne sont pas là pour de vains exercices.
Armons-nous donc de patience et suivons tous leurs mouvements. «De temps
à autre, on voit l'Anthrax brusquement se rapprocher de la paroi et
abaisser l'abdomen comme pour toucher la terre du bout de l'oviducte.
Cette manœuvre a la soudaineté d'un clin d'œil. Cela fait,
l'insecte prend pied autre part et se repose. Puis il recommence son mol
essor, ses longues investigations et ses chocs soudains du bout du
ventre contre la nappe de terre.»

L'observateur avait beau se précipiter aussitôt, armé de la loupe, dans
l'espoir de découvrir l'œuf qui avait dû être pondu, peine inutile.
Malgré ses vaines tentatives, il reste néanmoins convaincu qu'un œuf
est pondu à chaque choc de l'abdomen. «Aucune précaution de la part de
la mère pour mettre le germe à couvert. L'œuf, cette chose si
délicate, est brutalement déposé en plein soleil, entre des grains de
sable, dans quelque ride de l'argile calcinée. Cette sommaire
installation suffit, pourvu qu'il y ait à proximité la larve convoitée.
C'est désormais au jeune vermisseau à se tirer d'affaire à ses risques
et périls.»

Renonçant à ses investigations inutiles sur la surface des talus, M.
Fabre se met alors à visiter le contenu des cellules. C'est par
centaines qu'il les ouvre, qu'il éventre leurs cocons, à la recherche du
ver nouvellement issu de l'œuf de l'Anthrax. Enfin sa persévérance
est couronnée de succès.

«Le 25 juillet,--la date de l'événement mérite d'être citée,--nous
dit-il, je vis, ou plutôt je crus voir, quelque chose remuer sur la
larve du Chalicodome. Est-ce une illusion de mes désirs? Est-ce un bout
de duvet diaphane que mon haleine vient d'agiter? Ce n'était pas une
illusion, ce n'est pas un bout de duvet, mais bel et bien un vermisseau!
Ah! quel moment! Et puis quelles perplexités! Cela n'a rien de commun
avec la larve de l'Anthrax.... Je compte peu sur la valeur de ma
trouvaille, tant son aspect me déroute. N'importe: transvasons dans un
petit tube de verre la larve de Chalicodome et l'être problématique qui
s'agite à sa surface. Si c'était lui? qui sait?»

C'était bien lui, en effet, car ce vermicule et plusieurs autres
semblables, péniblement recueillis en une quinzaine de jours de
recherches, soigneusement conservés, chacun dans un tube de verre avec
une larve de Chalicodome, se transformèrent au bout de quelques jours en
la larve déjà connue, et se mirent à appliquer leur ventouse sur la
larve de l'abeille.

[Illustration: Fig. 78.--Larve primaire de l'Anthrax.]

La larve primaire de l'Anthrax (fig. 78) est un vermisseau d'un
millimètre environ de longueur, presque aussi délié qu'un cheveu, nous
dit M. Fabre. Comme la première forme du Leucospis, il est agile et
actif. Il se promène avec prestesse sur la larve de Chalicodome, à la
manière d'une arpenteuse, ses deux extrémités lui servant de points
d'appui. Deux longues soies à son extrémité postérieure, six soies
insérées à la place des pattes facilitent sa progression. Sa tête
petite, légèrement cornée, est hérissée en avant de cils courts et
raides.

Pendant quinze jours environ le petit ver demeure en cet état, ne
prenant aucune nourriture. Quelle est la raison de cette longue
abstinence? doit-il, comme la larve primaire de l'Anthrax, conquérir son
droit à l'existence sur des frères qui peuvent comme lui s'être
introduits dans la cellule? Cette longue attente, cette capacité de
résistance à un jeûne prolongé sont-elles une nécessité, un avantage
pour un animalcule né hors de la cellule, et obligé, pour s'y
introduire, de la rechercher d'abord, puis d'en traverser péniblement
les parois? On ne saurait le dire. Toujours est-il qu'un long intervalle
sépare l'éclosion de l'œuf de la transformation de la larve qui en
sort.

Mais comment s'opère la pénétration dans le nid? Autre problème dont la
solution est à trouver. M. Fabre présume que le frêle vermicule, grâce
précisément à sa ténuité, peut, non sans longueur de temps et sans
pénibles efforts, profiter de quelque partie plus faible du couvert du
nid, et s'insinuer jusqu'aux cellules. Il pense que cette pénétration
explique le long retard de la première mue et le rend nécessaire. Elle
peut même ne s'accomplir qu'au bout de mois entiers, car l'évolution des
Anthrax présente parfois de singuliers retards. Les uns ont déjà absorbé
toute la substance du Chalicodome avant la fin de l'été, alors que
d'autres se voient, beaucoup plus tard, suçant une nymphe, ou même un
insecte parfait. Ces derniers, chétifs, mal nourris, extraient avec
peine les sucs d'un animal se prêtant peu à leur mode d'alimentation.
Combien de temps ces retardataires durent-ils errer sur le nid avant de
réussir à s'y introduire?

Une quinzaine suffit à l'Anthrax pour transvaser en lui, à travers sa
ventouse orale, le contenu de la larve de Chalicodome ou d'Osmie. Après
un délai très variable suivant la saison, il devient la nymphe
puissamment outillée que l'on sait.

L'Anthrax, comme le Leucospis, comme les Méloïdes, tout éloignés qu'ils
sont dans les cadres zoologiques, présentent dans leur évolution une
remarquable analogie, l'existence d'une larve primaire. Bien différentes
sont les nécessités d'adaptation qui ont commandé l'intercalation de
cette forme supplémentaire. Mais elles sont identiques, sous le double
point de vue de l'activité et du temps qu'elles réclament.



LES ABEILLES PARASITES.


«En août et septembre, engageons-nous dans quelque ravin à pentes nues
et violemment ensoleillées. S'il se présente un talus cuit par les
chaleurs de l'été, un recoin tranquille à température d'étuve, faisons
halte; il y a là riche moisson à cueillir. Ce petit Sénégal est la
patrie d'une foule d'hyménoptères, les uns mettant en silos, pour
provision de bouche de la famille, ici des charançons, des criquets, des
araignées; là des mouches de toutes sortes, des abeilles, des mantes,
des chenilles; les autres amassant du miel, qui dans des outres en
baudruche, des pots en terre glaise; qui dans des sacs en cotonnade, des
urnes en rondelles de feuilles.

«A la gent laborieuse, qui pacifiquement maçonne, ourdit, tisse,
mastique, récolte, chasse et met en magasin, se mêle la gent parasite
qui rôde, affairée, d'un domicile à l'autre, fait le guet aux portes et
surveille l'occasion favorable d'établir sa famille aux dépens d'autrui.

«Navrante lutte, en vérité, que celle qui régit le monde de l'insecte et
quelque peu aussi le nôtre! A peine un travailleur a-t-il, s'exténuant,
amassé pour les siens, que les improductifs accourent lui disputer son
bien. Pour un qui amasse, ils sont parfois cinq, six et davantage
acharnés à sa ruine. Il n'est pas rare que le dénouement soit pire que
larcin, et ne devienne atroce. La famille du travailleur, objet de tant
de soins, pour laquelle logis a été construit et provisions amassées,
succombe, dévorée par des intrus, lorsqu'est acquis le tendre
embonpoint du jeune âge. Recluse dans une cellule fermée de partout,
défendue par sa coque de soie, la larve, ses vivres consommés, est
saisie d'une profonde somnolence, pendant laquelle s'opère le
remaniement organique nécessaire à la future transformation. Pour cette
éclosion nouvelle, qui d'un ver doit faire une abeille, pour cette
refonte générale dont la délicatesse exige repos absolu, toutes les
précautions de sécurité ont été prises.

«Ces précautions seront déjouées. Dans la forteresse inaccessible,
l'ennemi saura pénétrer, chacun ayant sa tactique de guerre machinée
avec un art effrayant. Voici qu'à côté de la larve engourdie un œuf
est introduit au moyen d'une sonde; ou bien, si pareil instrument fait
défaut, un vermisseau de rien, un atome vivant, rampe, glisse,
s'insinue, et parvient jusqu'à la dormeuse, qui ne se réveillera plus,
devenue succulent lardon pour son féroce visiteur. De la loge et du
cocon de sa victime l'intrus fera sa loge à lui, son cocon à lui; et
l'an prochain, au lieu du maître de céans, il sortira de dessous terre
le bandit usurpateur de l'habitation et consommateur de l'habitant[17].»

Nous le savons déjà par de nombreux exemples, nos Abeilles sont bien
souvent victimes de ces brigandages, et payent un large tribut à
l'équilibre des espèces, à la dure loi du parasitisme.

Coléoptères, Mouches, Papillons, Guêpes fouisseuses, Chalcidiens,
Ichneumons, etc., affamés de toute figure et de tout costume, petits et
grands, armés d'engins ou de ruses, l'un s'en prend à l'œuf de
l'Abeille, celui-ci à la larve, cet autre à l'adulte, celui-là aux
provisions. Dans ce ramassis de malfaiteurs de toute provenance, il se
trouve, il faut l'avouer, des membres de la famille: certains sont des
Abeilles, de véritables Abeilles. Point mangeurs de chair, cela est
vrai, et seulement de miel, mais ils n'en valent guère mieux, car, pour
s'approprier le repas d'autrui, il faut d'abord prendre des précautions
contre lui: on le tue; on a ainsi toute tranquillité, pour se régaler
aux frais du mort.

Il existe donc, parmi les Hyménoptères dont les larves vivent de pollen
et de miel, deux catégories bien distinctes. Les uns, et c'est le plus
grand nombre, récoltent dans les fleurs les aliments destinés à leur
progéniture: ce sont les _Récoltants_ ou _Nidifiants_. Les autres, au
contraire, n'édifient rien, ne récoltent point; mais, profitant des
travaux des précédents, pondent dans les cellules qu'ils ont construites
et approvisionnées, et leurs jeunes se nourrissent de provisions qui
n'étaient point amassées pour eux: ce sont les _Parasites_.

Le lecteur connaît déjà, dans le Psithyre, une Abeille parasite. Il en
est beaucoup d'autres, et leur variété est grande. Beaucoup de
naturalistes cependant, attribuant une valeur dominante à la
considération des mœurs, ont cru devoir constituer une famille unique
de toutes les Apiaires parasites, et réunir sous une même appellation
des types fort différents les uns des autres, n'ayant d'autre trait
commun que la similitude de leur vie parasitique.

Ces animaux ne forment point, dans la série des Apiaires, un type
autonome, une création spéciale et indépendante, et sans rapports aucun
avec les récoltants. Ils se rattachent au contraire à ceux-ci et de très
près. Nous l'avons vu pour les Psithyres, qui sont de véritables
Bourdons transformés, des Bourdons privés d'organes de récolte.

Ce point de contact n'est point le seul entre les deux séries
d'Abeilles. Il en existe au moins deux autres, tous deux au niveau de la
famille des Gastrilégides, mais en des points différents. De même que
nous avons mis les Psithyres à la suite des Abeilles sociales, dont ils
relèvent par l'ensemble de leur organisation, de même nous rangeons les
Parasites qui vont nous occuper, immédiatement après les Gastrilégides
auxquels ils ressortissent.

C'est au genre _Anthidium_ d'une part, au genre _Megachile_ de l'autre
que ces Parasites sont reliés par une affinité manifeste. De la sorte
l'ensemble des Parasites, les Psithyres compris, ne présentent pas moins
de trois types distincts, et l'on n'a pas à insister sur le défaut grave
d'une classification qui réunissait sous une même rubrique des formes
aussi dissemblables.



LES STÉLIDES.


[Illustration: Fig. 79.--Stelis nasuta.]

Ces parasites ne comprennent qu'un genre unique, peu riche en espèces,
le genre _Stelis_. Ce ne sont, au point de vue zoologique, que de
véritables _Anthidium_, moins la brosse ventrale, si bien que telle de
leurs espèces est longtemps restée mêlée à celles du genre nidifiant,
tant sa conformation, son aspect, ses dessins blanchâtres sur fond noir,
reproduisent avec fidélité le type anthidien. C'est le _Stelis nasuta_
(fig. 79), parasite des Abeilles maçonnes, qui pour Latreille fut
d'abord l'_Anthidium nasutum_, malgré l'absence de brosse. L'_Anthidium
parvulum_ du même auteur et de Lepeletier séjourna plus longtemps encore
dans le genre nidifiant, avant de devenir le _Stelis signata_ de
Morawitz. Plus encore que la première, cette charmante petite Stélide,
avec ses bariolages jaunes, singeait l'Anthidie. Elle est parasite de
l'_Anthidium strigatum_. Tout récemment, une grande espèce de _Stelis_,
encore plus anthidienne, le _St. Frey-Gessneri_, a été décrite par M.
Friese. Ici, la ressemblance est vraiment prodigieuse, et l'on
n'obtiendrait pas mieux, véritablement, en rasant au scalpel la palette
ventrale du premier _Anthidium_ venu.

Les autres espèces de Stélis sont, il est vrai, plus différentes des
_Anthidium_. Mais un corps plus fluet, souvent très petit, l'absence de
tout dessin de couleur claire, l'apparence, en un mot, voilà le plus
clair des différences. Pour ce qui est de la nervation alaire, de la
structure de la bouche, tout ce qui fait, en un mot, les caractères
génériques, tout est semblable, tout est d'un Anthidie, à part la brosse
absente. Il serait de toute impossibilité, si l'on négligeait cet organe
important, de tracer une ligne de démarcation entre le genre _Anthidium_
et le genre _Stelis_.

De telles analogies sont bien étonnantes et absolument inexplicables en
dehors de l'hypothèse transformiste. Elles sont toutes naturelles selon
cette doctrine. De même que les Psithyres sont des Bourdons modifiés,
les Stélis sont des _Anthidium_ déviés, ayant perdu leur brosse ventrale
par suite du défaut d'usage. Rejeter l'explication et se contenter
d'enregistrer les faits est assurément peu philosophique. Or,
l'hypothèse antidarwinienne ne peut ici faire autre chose. Pourquoi les
Stélis, pourquoi les Psithyres ont-ils absolument l'organisation de
leurs hôtes, à cette seule différence près, que le parasite est dénué
d'instruments de travail? Ne pourraient-ils donc être parasites au même
titre, tout en ne ressemblant en rien au travailleur qui les héberge? A
ces questions, le partisan de l'immutabilité des espèces demeure
forcément bouche close. Or, entre la théorie qui explique et celle qui
n'explique pas, il n'y a point à hésiter. Il n'en saurait être ici
autrement que dans les autres sciences. Quelle raison a fait substituer,
en physique, la théorie des ondulations lumineuses à la théorie
newtonienne de l'émission, quelle raison, si ce n'est que celle-là
fournissait l'explication de faits inexplicables dans la seconde? «Mais
je n'ai point à expliquer, je constate», dira tel finaliste qui, par
ailleurs, hélas! ne laisse pas de se départir étrangement de cette
prudence qu'il préconise, et de se donner libre carrière au grand
avantage des idées qu'il professe. Et si nous ne faisions
qu'enregistrer, cataloguer, sans jamais théoriser, existerait-il donc
une science?

Les Stélis sont, d'une manière générale, parasites des Gastrilégides.
Leurs hôtes de prédilection sont les Osmies; mais nous avons déjà vu que
quelques-unes vivent aux dépens des _Anthidium_, et l'une des plus
belles espèces du genre, le _St. nasuta_, vit chez le _Chalicodoma
muraria_. Ce dernier fait est depuis longtemps connu. Chaque cellule de
l'Abeille maçonne envahie par le parasite peut contenir de deux à six ou
sept cocons de Stélis: cinq est le nombre le plus fréquent. Quand il n'y
en a qu'un petit nombre, ils sont beaucoup plus gros. La larve passe
l'hiver et ne se transforme en nymphe que dans les derniers jours de mai
ou les premiers jours de juin. La taille des différents individus est
naturellement très variable, suivant le nombre des convives qui se sont
partagé le repas de l'Abeille maçonne. Toutes les autres Stélis de nos
pays vivent isolément dans une cellule de leur hôte.

En dehors du parasitisme de ces insectes, on ne sait rien de leurs
habitudes.



LES NOMADINES.


Le second groupe des Parasites peut se subdiviser en deux tribus, les
_Cœlioxydes_ et les _Nomadines_ proprement dites.

[Illustration: Fig. 80.--Cœlioxys rufescens.]

[Illustration: Fig. 81.--Dioxys cincta.]

Les CŒLIOXYDES comprennent deux genres, _Cœlioxys_ et _Dioxys_.
Le premier, assez riche en espèces, se fait remarquer par la forme
conique de l'abdomen des femelles (fig. 80). Le corps, ordinairement
noir, est orné de taches et de bandes formées de poils courts ou
d'écailles blanchâtres, d'un effet souvent agréable. A part la forme
extérieure, les Cœlioxys ont tous les caractères des Mégachiles, non
compris la palette ventrale, bien entendu, soit dans les organes
importants, soit dans certains détails minimes de leur structure,
jusqu'aux dessins de la villosité, qui n'est qu'un emprunt fait à
certaines espèces de Mégachiles, jusqu'à telle imperceptible fossette,
ou telle insignifiante particularité tégumentaire, témoignage
irrécusable d'une étroite affinité.

Les _Dioxys_ (fig. 81), fort semblables aux _Cœlioxys_, s'en écartent
par leurs formes moins insolites, l'oblitération de la maculature, la
couleur rougeâtre de certaines parties du corps, le développement
parfois très notable de la villosité sur le dos.

* * *

Viennent ensuite les NOMADINES vraies.

[Illustration: Fig 82.--Crocisa ramosa.]

[Illustration: Fig. 83.--Mélecte.]

Et d'abord les _Crocises_ (fig. 82) et les _Mélectes_ (fig. 83), aux
formes lourdes et massives, mais élégamment vêtues de deuil, ornements
d'un blanc de neige sur fond noir; les premières, faciles à reconnaître
à leur dos voûté, à leur villosité courte et rare, aux taches multiples
et gracieusement disposées de leur corselet, que prolonge en arrière un
grand écusson en plaque trapéziforme; les secondes, plus robustes, à
corselet abondamment couvert de longs poils et armé de deux épines.

Nous nous éloignons des _Cœlioxys_. Le thème de l'ornementation est
bien le même, mais augmenté chez les Crocises, plus confus et comme noyé
dans l'épaisse toison dorsale, chez les Mélectes. Pour ce qui est des
caractères génériques, nous trouvons, avec des souvenirs encore
sensibles de l'organisation mégachilienne, des différences marquées dans
les pièces buccales et dans la nervation alaire (trois cellules
cubitales au lieu de deux).

Cette même tendance s'accuse encore plus dans les autres genres de
Nomadines.

Celui des _Épéoles_ (fig. 84), de tous le plus gracieux, nous montre,
avec le type d'ornementation des Crocises, un peu modifié, un tégument
rarement d'un noir uniforme, plus souvent varié de rougeâtre en
proportions diverses, tandis que le blanc éclatant des taches tire
souvent au fauve.

[Illustration: Fig. 84.--Épéole.]

[Illustration: Fig. 85.--Nomade.]

Les _Ammobates_, les _Philérèmes_ s'éloignent encore davantage du type
originel: la maculature s'efface, la villosité disparaît, le corps
devient de plus en plus glabre; il l'est tout à fait, ou peu s'en faut,
chez les jolies _Nomades_ (fig. 85) où, comme par compensation, un autre
genre de parure remplace celui de la villosité: le tégument dénudé se
colore de jaune vif, de rougeâtre, teintes qui, mélangées au noir
fondamental en proportions diverses, produit les combinaisons les plus
variées, si bien qu'il faut être averti, pour savoir qu'on a sous les
yeux des abeilles, car on dirait de véritables guêpes.

Nous sommes loin, bien loin maintenant des Cœlioxys, et plus encore
des Mégachiles. Leur souvenir s'efface presque totalement, et, sans les
intermédiaires, sans les degrés que nous avons suivis un à un, jamais
l'idée n'eût pu venir que la charmante Nomade, au corps mince et fluet,
bariolé de jaune et de rouge, parfois tout jaune ou bien tout rouge,
puisse avoir quelque parenté, même lointaine, avec les robustes Abeilles
à grande lèvre.

Nous ne mentionnerons même point une foule de genres, soit européens,
soit exotiques, la plupart pauvres en espèces, que comprend encore le
groupe des Nomadines. Nous y trouverions, diversifié à l'infini, le type
de ces Abeilles, et leur étude particulière ne nous apprendrait rien de
neuf.

Cette instabilité de caractères que nous offrent les Nomadines est en
rapport avec l'adaptation de leurs espèces à une multitude de conditions
différentes. Les genres les plus divers, parmi les collecteurs de
pollen, sont leurs hôtes.

Outre les Mégachiles, qui sont leurs victimes habituelles, les
Cœlioxys supplantent aussi parfois les Anthophores; tel le _C.
rufescens_, qui se rencontre fréquemment dans les cellules de l'_Anth.
parietina_ et de quelques autres Anthophores.

Les Mélectes, les plus grosses des Nomadines, sont affectées aux
Anthophores. On est peu ou point renseigné sur le compte des Crocises.

Les Dioxys sont les parasites attitrés des Chalicodomes.

Les Épéoles se développent chez les Collétès (V. ce genre).

Enfin les Nomades vivent surtout aux dépens des Andrènes. Aussi ne
faut-il pas s'étonner si leurs espèces sont nombreuses et varient à
l'infini, pour la taille, pour les formes et pour la coloration. Contre
200 Andrènes environ, que l'on compte en Europe, il existe près de 100
Nomades. Il est vrai que quelques-unes sont à défalquer, comme parasites
des _Eucera_, des _Panurgus_, des _Halictus_.

On sait peu comment les différentes Abeilles Parasites, dont nous venons
d'énumérer les genres, se comportent dans les nids des espèces
récoltantes, comment elles s'y prennent pour pondre dans les cellules et
substituer leur œuf à celui de l'Abeille travailleuse. Tout ce qu'on
en peut dire, pour l'avoir constaté, c'est que fréquemment elles
s'introduisent dans ces nids. D'un vol lent et tout à fait silencieux,
on les voit explorer les talus, et, en général, les endroits qui
conviennent aux hôtes que chacune d'elles recherche, entrer dans les
trous qui vont à leur taille, en sortir presque aussitôt, si le local ne
fait point leur affaire, passer à un autre et procéder de même jusqu'à
ce qu'elles trouvent le logis de l'abeille familière à leur espèce, où
elles séjournent plus longtemps. On suppose, mais on n'a pas vu que, si
elles arrivent au bon moment, alors qu'une cellule est approvisionnée et
non close, elles y pondent un œuf. Mais que de choses à connaître,
que d'inconnues à trouver! L'œuf de l'Abeille nidifiante est-il déjà
pondu au moment où l'Abeille parasite dépose le sien? Cette dernière
commence-t-elle par détruire l'œuf de la première? ou bien, comme le
Coucou, la larve étrangère supprime-t-elle d'une façon ou d'une autre
l'enfant de la maison? Bien habile sera l'observateur qui résoudra tous
ces problèmes.

A l'hypothèse qui vient d'être indiquée et qu'en général on accepte, F.
Smith en préfère une autre. Il imagine que l'Abeille parasite, après
avoir pondu son œuf sur la provision qu'elle a trouvée toute faite,
clôt elle-même la cellule, et que l'Abeille nidifiante, à son retour,
trouvant sa besogne faite, se met à la confection d'une nouvelle
cellule. De la sorte, il n'y aurait point substitution de l'enfant de
l'étrangère à celui de la maîtresse du logis; le crime deviendrait
simple délit, vol au lieu d'assassinat. Il en résulterait un double
travail imposé à la travailleuse et ce serait tout. Le parasitisme, au
sens classique du mot, deviendrait un simple commensalisme.
Malheureusement les preuves font défaut à une hypothèse qui relèverait
singulièrement les Parasites,--c'était là peut-être, au fond, ce que
voulait Smith, homme excellent autant qu'ami passionné des Abeilles.
Mais on ne peut trouver bien significatif, comme preuve de travail, le
fait que les Nomadines ont quelquefois les pattes postérieures salies de
terre. On n'ajoute rien, en disant que leur tête aussi en est parfois
souillée, car toute abeille peut se trouver dans ce cas, alors que de
longues pluies ont détrempé le sol, et que l'argile adhère aisément sur
le corps de ces insectes, dans leurs allées et venues le long des
galeries.

On a dit depuis longtemps, et l'on voit répéter encore dans maint livre
sérieux, qu'afin de mieux assurer l'existence des parasites et faciliter
leurs déprédations, la nature s'est plu à les déguiser sous la livrée
des hôtes dont ils ont pour mission de restreindre le trop grand
développement. Et l'on aime à citer l'exemple des Psithyres, dont chaque
espèce porterait les couleurs du Bourdon aux frais duquel elle vit. On
va même parfois jusqu'à étendre la règle à tous les parasites, à la
poser comme une loi du parasitisme. Un tel principe, trop facilement
accepté, n'a pu venir que d'observations superficielles, sinon d'idées
purement théoriques. Sans doute, d'une manière générale, les Psithyres
ont le vêtement des Bourdons, ce qui ne peut surprendre, quand on sait
que ce sont des Bourdons modifiés. On en peut dire autant de quelques
_Stelis_, qui ont l'ornementation des _Anthidium_. Sortir de ces vagues
données, c'est tomber dans l'erreur. Car, si le _Psithyrus vestalis_,
par exemple, ressemble _assez_ au _Bombus terrestris_, son hôtel
habituel, le _Ps. campestris_, varié de noir et de jaunâtre, ne
ressemble nullement au _B. agrorum_, entièrement fauve, qui l'héberge,
pas plus que le _Ps. Barbutellus_ (jaune et blanc jaunâtre sur fond
noir) ne mime le _B. pratorum_ (annelé de jaune vif et de roux). Le
_Stelis signata_ est aussi bariolé de jaune que l'_Anthidium strigatum_;
mais qu'a de commun le _Stelis nasuta_, à pattes rougeâtres, à abdomen
piqueté de blanc, avec le _Chalicodoma muraria_, sept ou huit fois plus
volumineux, et tout noir ou noir et roux, suivant le sexe? Et que dire
du _Dioxys cincta_, noir, à abdomen cerclé de rouge, qui vit chez les
_Chalicodoma pyrenaica_ et _rufescens_, tout fauves l'un et l'autre? des
_Mélectes_ en demi-deuil, logées chez les Anthophores, ou grises ou
fauves? Bien plus différents encore sont les _Epeolus_ tricolores, des
_Colletes_ cerclés de gris ou de fauve. Enfin est-il rien qui ressemble
moins aux sombres Andrènes que les gentilles Nomades à la parure de
guêpe?

Non, si quelque artifice vient en aide aux Abeilles parasites pour les
aider à tromper leurs victimes, ce n'est pas le déguisement, à coup sûr.
C'est d'ailleurs si peu de chose que la vue, pour ces habiles
travailleurs, dont la plus ingénieuse industrie s'exerce à l'abri de la
lumière, dans les profondeurs du sol; qui savent si bien, sans le
secours de ce sens, trouver ce qui leur est bon, éviter ce qui leur est
nuisible. Et dans les espèces très variables, comme les Bourdons, ce
n'est point la couleur, assurément, qui avertit deux frères, l'un
jaunâtre, l'autre tout noir, qu'ils sont de même famille.

Mais, a-t-on dit, en dehors du moment où l'un est supplanté par l'autre
ou dévoré par lui, hôte et parasite vivent dans les meilleurs termes.
«L'incurie de l'envahi, nous dit M. Fabre, n'a d'égale que l'audace de
l'envahisseur. N'ai-je pas vu l'Anthophore, à l'entrée de sa demeure, se
ranger un peu de côté et faire place libre pour laisser pénétrer la
Mélecte, qui va, dans les cellules garnies de miel, substituer sa
famille à celle de la malheureuse! On eût dit deux amies qui se
rencontrent sur le seuil de la porte, l'une entrant, l'autre sortant.»
(_Souvenirs entomologiques_, 3e série.)

Il n'en va pas toujours ainsi, paraît-il; nous lisons dans Shuckard les
lignes suivantes: «L'Anthophore manifeste une grande répugnance
vis-à-vis de la Mélecte, et quand elle la surprend dans ses tentatives
d'invasion, elle se jette sur l'intrus et lui livre des combats
furieux. J'ai vu les deux combattants rouler dans la poussière; mais la
Mélecte échappa aisément, grâce au fardeau que l'Abeille portait à sa
demeure» (_British Bees_, p. 240.) Lepeletier dit absolument la même
chose pour les mêmes Abeilles. Rappelons encore, à ce sujet, ce que
Hoffer raconte des rapports, passablement tendus, entre Bourdons et
Psithyres. L'envahi ne demeure pas toujours impassible et inerte devant
l'envahisseur, et celui-ci n'a pas toujours toute liberté pour perpétrer
ses méfaits.

Cependant M. Fabre a été témoin de la scène qu'il décrit; et d'autres
observateurs en ont vu de semblables. A voir le Nidifiant reculer,
s'effacer devant le Parasite, se retirer promptement de la galerie où il
l'a rencontré, et le laisser partir en paix, il semble que, saisi de
crainte ou d'horreur, il n'ait souci que d'éviter son contact. Il ne
peut cependant céder à la crainte, car il est mieux armé que l'intrus,
et jamais celui-ci ne l'attaque. On peut se demander si, en pareille
occurrence, le Nidifiant ne serait pas mis en fuite par quelque odeur
désagréable pour lui, répandue par le Parasite, odeur qui pourrait, à
certains moments, ne pas s'exhaler ou se trouver épuisée. Il serait
possible de concilier ainsi des observations paraissant contradictoires,
d'expliquer à la fois et les unes et les autres. Ce qu'il y a
d'incontestable, c'est que divers parasites répandent de très fortes
odeurs. Tout hyménoptériste pratique sait que les Nomades, par exemple,
exhalent une odeur assez âcre, rappelant celle du Céleri; les
Cœlioxys, quand on les capture, répandent une odeur fétide, ayant
quelque analogie avec celle des champignons desséchés. Il y aurait lieu
du reste de poursuivre les observations sur ce sujet, car, si l'on
considère l'importance qu'ont les odeurs dans la biologie des insectes,
et particulièrement des Abeilles, il est très naturel de penser qu'elles
peuvent avoir, dans les rapports entre Nidifiants et Parasites, le rôle
qui vient d'être indiqué.



ANDRÉNIDES



ACUTILINGUES


Les Andrénides à langue aiguë (fig. 86) comprennent une vingtaine de
genres, en tenant compte des Abeilles exotiques, dont le genre de vie
est à peu près ignoré. Nous nous bornerons au petit nombre de genres
européens dont la biologie est le mieux connue.

[Illustration: Fig. 86.--Langue d'abeille courte et aiguë.]



LES ANDRÈNES


De tous les genres d'Apiaires, celui des _Andrena_ est le plus important
par le nombre des espèces qu'il renferme, près de deux cents pour
l'Europe seule.

Bien différentes de la plupart des Abeilles précédentes, dont les formes
sont robustes et trapues, les Andrènes ont un corps élancé, un abdomen
déprimé (fig. 87 et 88). De plus, leurs allures sont placides; leur vol,
doux et silencieux, ne possède ni la puissance, ni le chant, qui sont
l'apanage des Abeilles normales. Ces attributs, qui affirment si haut la
supériorité de ces dernières, nous ne les trouverons plus dans aucune
des Abeilles que nous aurons à étudier.

Parmi les caractères génériques des Andrènes, nous ne retiendrons que
les plus essentiels: trois cellules cubitales; une langue lancéolée de
longueur moyenne; chez les femelles, un appareil collecteur développé,
sur lequel nous reviendrons; au côté interne des yeux, un sillon large
et peu profond, revêtu d'un très court et très fin duvet, velouté,
chatoyant sous certaines incidences de la lumière, et que l'on appelle
le _sillon orbitaire_, la _strie frontale_; au bord du cinquième segment
abdominal, une frange épaisse et fournie de longs poils couchés, la
_frange anale_.

[Illustration: Fig. 87.--Andrena Trimmerana, femelle.]

L'appareil collecteur mérite de fixer l'attention. Outre une brosse
tibiale et tarsienne, peu différente de ce que nous avons vu chez les
Anthophorides, de longs poils recourbés garnissent le dessous des fémurs
et des hanches, ainsi que les côtés et l'arrière du métathorax. Ces
poils, développés surtout aux hanches, constituent la _houppe coxale_
(fig. 95 _a_).

[Illustration: Fig. 88.--Andrena Trimmerana, mâle.]

Quant aux mâles, ils se font en général remarquer par la gracilité de
leurs formes, la grosseur parfois exagérée de leur tête. Ces
disproportions rappellent assez ces caricatures d'un goût douteux, où
l'on voit une tête énorme sur un corps mince et fluet. Aussi comprend-on
Shuckard, traitant d'_extravagante_ cette conformation, dont le mâle de
l'_A. ferox_ (fig. 89), fournit un des exemples les plus curieux. A ces
têtes extraordinaires correspondent encore des mandibules étroites et de
longueur démesurée. Souvent, enfin, une face jaune ou blanchâtre
distingue le mâle de sa femelle. Rarement il présente comme elle un
sillon intra-orbitaire, et toujours rudimentaire quand il existe. Jamais
il ne possède de frange anale.

[Illustration: Fig. 89.--Andrena ferox, mâle.]

Dans un genre aussi riche en espèces, les variations sont naturellement
considérables. Il n'en est pas de plus polymorphe. Pour la taille,
quelques Andrènes atteignent près de 20 millimètres; les plus petites ne
dépassent pas le quart de cette longueur. En fait de villosité,
certaines n'ont rien à envier aux Bourdons, et il en est de presque
glabres. Tantôt les poils sont à peu près uniformément répandus sur le
corps; tantôt ils ne couvrent que le thorax, et laissent l'abdomen à peu
près nu; enfin ils forment ou non des franges au bord des segments.
Longue ou courte, dressée ou inclinée, terne ou bien soyeuse, ou encore
veloutée, quelquefois écailleuse, la villosité est de couleur
ordinairement fauve, en des tons divers; mais elle peut aussi être
blanche ou noire, parfois argentée ou dorée. Le tégument, diversement
sculpté, est noir d'ordinaire, mais il passe souvent au jaunâtre ou au
rougeâtre; parfois il resplendit de teintes métalliques, vert-bleuâtres
ou bronzées.

Très diversifiées entre elles, les femelles se distinguent
spécifiquement avec une suffisante facilité. Il n'en est pas ainsi des
mâles. Autant ils diffèrent de leurs femelles, autant ils se ressemblent
entre eux. Leur uniformité, dans certains types, est parfois
désespérante, et la différenciation spécifique, entre des mâles dont les
femelles ne peuvent être confondues, présente souvent les plus grandes
difficultés.

Les Andrènes sont, en grande majorité, des Abeilles printanières. Une
multitude d'espèces font leur apparition dès les premiers jours du
printemps, dans le courant de mars, pour les contrées du nord; dans la
seconde quinzaine de février, pour le sud-ouest de la France; plus tôt
encore dans le midi méditerranéen. La plus précoce de toutes est l'_A.
Clarkella_, que l'on voit déjà voler, aux environs de Paris, en
Angleterre, avant même que la neige ait entièrement disparu.

* * *

Dès les premiers beaux jours, dès qu'éclatent les premiers chatons des
saules, un essaim bourdonnant enveloppe ces arbustes d'un doux et gai
bruissement. Dans le nombre, domine toujours l'active mouche à miel,
l'Abeille domestique. Mais çà et là on reconnaît une Andrène à sa preste
allure, à sa forme élancée. Un mois durant, l'amateur d'hyménoptères
peut promener son filet sur les branches jaunissantes et parfumées, il
amènera mainte Andrène, qu'il ne trouverait guère ailleurs. Mais les
chatons se flétrissent et tombent un à un, les butineuses diminuent,
bientôt il n'y en a plus. Les haies d'épine blanche, de cognassier ont
fleuri à leur tour, et les Andrènes y émigrent. Voici avril, les arbres
fruitiers se couvrent de fleur blanches ou roses; elles attirent les
Andrènes, qui semblent devenir rares, répandues qu'elles sont sur de
plus grands espaces. Après les arbres fruitiers, elles se dispersent.
Confinées d'abord, faute de choix possible, à quelques branches
fleuries, elles se disséminent plus tard, selon leurs goûts, et se
confinent chacune à la plante préférée. Quand le saule était seul,
toutes vivaient du saule; il est telle espèce dont le mâle ne connaît
que le saule; la femelle, plus tard venue, ne connaît que l'aubépine, le
prunellier ou l'euphorbe.

Beaucoup d'Andrènes répandent, quand on les saisit, une agréable odeur
de miel, mêlée du parfum des fleurs. Quelques-unes seulement dégagent
une odeur désagréable, fétide, particulièrement celles qui visitent de
préférence les Crucifères.

On peut toujours sans crainte prendre à la main même les plus grosses
espèces; leur aiguillon, beaucoup trop faible, ne parvient point à
percer la peau.

Avril, mai et juin sont les mois les plus riches en Andrènes. Un certain
nombre d'espèces sont estivales; très peu sont exclusivement automnales.
La plupart n'ont qu'une génération dans l'année, quelques-unes en
fournissent deux, peut-être même davantage.

* * *

Les Andrènes sont bien loin de compter parmi les Abeilles les plus
industrieuses. Leur économie ne présente rien de particulièrement
intéressant et qui les distingue de celles que nous aurons à étudier
après elles. On sait, et c'est là tout, qu'elles creusent, dans un sol
plan ou incliné, une galerie quelquefois longue d'un pied, vers le fond
de laquelle s'ouvrent latéralement des conduits assez courts, dans
lesquels sont édifiées les cellules dont l'ensemble présente à peu près
la forme d'une grappe. Ces petits réceptacles, intérieurement polis,
sont remplis du mélange ordinaire de pollen et de miel, au-dessus duquel
un œuf est déposé, puis la cellule est fermée d'un tampon de terre.

L'Andrène exécute ses travaux avec une grande activité, bien nécessaire
surtout aux espèces printanières, fréquemment exposées à voir leurs
opérations entravées par les intempéries. Son appareil de récolte,
exceptionnellement développé, lui permet de faire en peu de temps grande
besogne, et de tirer parti des moindres répits que laissent les
mauvaises journées. Elle charrie en effet d'énormes charges de pollen,
et peu de voyages lui suffisent pour remplir une cellule.

On connaît peu le temps que met la larve pour terminer son repas et
subir ses transformations. Elle ne se file point de coque. La nymphe est
enveloppée d'une fine pellicule, dont la nature et l'origine sont
ignorées, et qui entoure de très près ses membres délicats.

* * *

Les Andrènes sont exposées aux attaques de divers parasites. Les Nomades
vont pondre dans les nids approvisionnés, qu'elles visitent sans exciter
la colère, ni même éveiller la défiance de leurs hôtes. On dresserait
une liste assez longue des espèces de Nomades et des Andrènes auxquelles
leur existence est attachée. Certaines Nomades paraissent vouées à une
seule et même espèce d'Andrènes; d'autres, moins exclusives, peuvent
vivre aux dépens de plusieurs.

Une délicate mouche, le _Bombylius_, un proche parent de l'_Anthrax_,
que le lecteur connaît, parvient à s'introduire dans les terriers des
Andrènes, et se repaît de leurs larves.

De nombreuses espèces de Coléoptères vésicants, s'il en faut juger par
les triongulins de formes variées que l'on trouve sur le corps d'une
foule d'Andrènes, se faufilent encore chez ces Abeilles. Leur histoire,
que personne encore n'a pu étudier, nous réserve sans doute bien des
surprises.

* * *

Mais les plus intéressants des parasites des Andrènes sont sans
contredit les _Stylops_. Ce sont des insectes bizarres, dont la place
dans les cadres zoologiques est assez mal assurée, et pour lesquels on a
fait l'ordre, peut-être provisoire, des _Strepsiptères_.

[Illustration: Fig. 90.--Stylops mâle.]

[Illustration: Fig. 91.--Stylops femelle.]

[Illustration: Fig. 92.--Larve de Stylops, grimpant sur un poil
d'abeille.]

Les mâles de Stylops (fig. 90) sont pourvus de grandes ailes plissées en
éventail; leur tête est ornée ou plutôt chargée d'antennes
extraordinaires, et munie de gros yeux saillants, sphéroïdaux,
remarquables par le petit nombre et la grosseur de leurs facettes. Les
femelles, aptères, ne quittent jamais le corps de l'Andrène (fig. 91) où
elles se sont développées, et conservent l'aspect larviforme, comme les
femelles des Lampyres, moins bien partagées encore que ces dernières,
car elles sont inertes et apodes. De leurs œufs, qui ne sont point
pondus, éclosent des animalcules qui sortent du corps de leur mère pour
s'aller répandre sur celui de l'Andrène (fig. 92). Extrêmement agiles et
admirablement conformés pour se cramponner aux poils de l'Hyménoptère,
comme les triongulins, mais bien différents de ces derniers, ils se font
transporter, on ne sait trop comment, dans les nids nouvellement
construits, et parviennent jusqu'aux larves. Moins dangereux que le
Méloïde, le jeune Strepsiptère ne cause point la mort de l'Andrène. Il
pénètre seulement dans le corps de la larve, et, après une mue qui le
dépouille de ses longues pattes et de tous ses appendices, il devient un
ver mou, qui se nourrit des sucs et du tissu adipeux de sa victime,
subit avec elle ses métamorphoses, et se voit, quand l'Andrène vient au
jour, à l'état de nymphe dans l'abdomen de celle-ci, sa tête seule
faisant saillie entre deux segments (fig. 93), le reste de son corps
caché dans la cavité abdominale. A cet état, le parasite ressemble assez
à une sorte de flacon à goulot (fig. 91). De ces nymphes, les unes se
vident, et il n'en reste que le fourreau béant: ce sont celles des
mâles. Les femelles demeurent en place et ne quittent jamais, nous
l'avons dit, le corps de leur hôte.

Telle est, en peu de mots, l'histoire des Stylops, ou du moins ce que
l'on sait de leur histoire.

Mais ces êtres bizarres ne sont pas curieux seulement par leur propre
évolution. L'influence que leur présence exerce sur l'Andrène qui les
porte mérite, encore plus qu'eux-mêmes, de fixer notre attention. Nous
ferons donc connaître les principaux effets de la _stylopisation_.

On est souvent embarrassé pour déterminer l'espèce à laquelle appartient
une Andrène stylopifère. Il n'est pas de collection un peu nombreuse de
Mellifères de ce genre, qui n'en contienne quelques individus restés
sans détermination, que l'on est même disposé à considérer comme
représentant des espèces nouvelles. Il y a plus: on connaît depuis
longtemps ce fait bien surprenant, que tous les exemplaires connus de
certaines espèces d'Andrènes sont invariablement porteurs d'un ou
plusieurs Stylops.

Ces singularités, longtemps regardées comme inexplicables, s'expliquent
aisément aujourd'hui, ou plutôt n'existent point, à vrai dire. Toutes
les espèces d'Andrènes paraissent sujettes aux attaques des Stylops;
aucune n'en est nécessairement et toujours victime. Mais tels sont les
changements que le parasitisme apporte dans la conformation et l'aspect
extérieurs des individus envahis, que les caractères spécifiques en sont
profondément altérés. L'espèce, dès lors, peut être méconnue, et c'est
ainsi que l'on a pu décrire comme des espèces particulières les
individus stylopisés, altérés, d'espèces anciennement connues, souvent
même très vulgaires.

En quoi donc consistent ces modifications que la présence du Stylops
imprime aux organes de l'Andrène?

L'Andrène stylopisée (fig. 93) se distingue, en général, d'un individu
sain de son espèce (fig. 87) par un aspect tout particulier. L'abdomen
est sensiblement raccourci et renflé, plus ou moins globuleux. Les
téguments en sont plus minces, par suite moins consistants, au point de
se plisser souvent après la mort. La tête de l'Andrène stylopisée est
ordinairement plus petite que celle de l'Andrène normale. La villosité
de l'abdomen devient plus abondante, surtout aux derniers segments, et
sa coloration s'altère profondément. Les poils, allongés d'une façon
étrange, deviennent soyeux, veloutés; leur teinte s'éclaircit, du noir
ou du brun tire au fauve ou au fauve doré.

[Illustration: Fig. 93.--Andrena Trimmerana femelle, stylopisée.]

Il n'est point étonnant que de tels changements aient pu tromper maint
observateur, et fait prendre pour des espèces légitimes de pures
variétés pathologiques d'espèces connues.

Si importantes que soient ces modifications, il en est de plus
frappantes encore. Tout autant que les précédentes, elles altèrent le
type spécifique; mais elles sont en outre particulièrement remarquables
en ce qu'elles atteignent les attributs extérieurs de la sexualité.

Ainsi la stylopisation a pour effet d'amoindrir ou d'annihiler, chez le
mâle, l'étendue de la couleur jaune de la face, assez ordinaire à ce
sexe, et de la faire apparaître, au contraire, chez la femelle, qui en
est dépourvue (fig. 94 _c_). L'appareil collecteur de pollen
s'amoindrit, le tibia devient grêle, les poils y diminuent en
développement et en nombre; enfin la brosse tibiale disparaît, et les
houppes coxale et métathoracique perdent de leur longueur, de leur
courbure, et accusent la même tendance. Inversement, le mâle stylopisé
montre, rarement toutefois, un certain développement de la brosse, tout
au moins un épaississement marqué du tibia. Enfin le sillon orbitaire,
la frange anale tendent à s'effacer dans la femelle, à se manifester
plus ou moins chez le mâle.

[Illustration: Fig. 94.--Têtes d'Andrènes: _a_, femelle normale; _b_,
mâle normal; _c_, femelle stylopisée.]

Il est à remarquer que ces changements ne sont point de simples
atténuations des attributs propres au sexe de l'individu qui les subit,
ce sont des inversions. L'Andrène stylopisée n'est pas seulement une
femelle ou un mâle amoindris: c'est une femelle qui emprunte les
attributs du mâle; c'est un mâle qui revêt les caractères de la femelle.

[Illustration: Fig. 95.--Pattes d'Andrènes: _a_, femelle normale; _b_,
mâle normal; _c_, femelle stylopisée.]

La nature des anomalies qui viennent d'être énumérées devait faire
naître le soupçon qu'elles sont la conséquence d'anomalies intérieures
plus graves, portant sur les organes de la reproduction. Et c'est en
effet ce qui a lieu. Le Stylops logé dans l'abdomen d'une Andrène ne se
nourrit point directement de ces organes, il ne les dévore point, comme
on eût pu le croire. Mais, outre l'atrophie dont il est cause, par un
simple effet de compression, il absorbe, il détourne à son profit les
sucs nourriciers dont ces organes avaient besoin pour atteindre à leur
parfait développement, et amener leurs produits à maturité. Les ovaires
d'une femelle d'Andrène stylopisée sont arrêtés dans leur développement
et ne contiennent jamais d'œuf mûr. C'est tout au plus si ses œufs
les plus gros ont le volume des plus avancés qui se voient dans une
Andrène à l'état de nymphe.

L'Andrène stylopisée est donc forcément une Andrène stérile. Aussi ne la
voit-on pas creuser de galeries, ni butiner sur les fleurs, autrement
que pour y puiser sa propre nourriture. Incapable de procréer, elle n'a
aucun des instincts de la maternité. Elle ne sait ni fouir le sol, ni
fabriquer des cellules, ni les approvisionner. Les brosses d'une Andrène
stylopisée sont toujours nettes, jamais chargées de pollen[18].

Ce ne saurait donc être la femelle porteuse d'un Stylops, qui introduit
les parasites dans les nouvelles cellules, ainsi que Newport le croyait.
Ce sont évidemment des femelles saines, qui importent les larves
primaires de Stylops dans leurs nids. Comment ces petits êtres sont-ils
parvenus sur ces femelles? C'est là un secret qu'ils gardent encore, et
qu'il serait intéressant de leur ravir.



LES HALICTES.


Les Halictes (fig. 96 et 97) ont quelque chose de l'aspect extérieur des
Andrènes. Il n'est cependant pas besoin d'un examen soutenu pour les en
distinguer. Le 5e segment, toujours dépourvu de la frange propre aux
Andrènes femelles, présente, dans ce même sexe, chez les Halictes, une
conformation tout à fait caractéristique. C'est une incision
longitudinale et médiane, qui marque le bord postérieur de ce segment
(fig. 96, _a_). La tête, souvent renflée en arrière, est toujours plus
ou moins rétrécie et proéminente dans sa partie inférieure, et manque
absolument de sillon orbitaire. Comparé à celui des Andrènes, l'appareil
collecteur est notablement réduit: les fémurs sont garnis de longs
poils, mais la houppe coxale est absente, ainsi que la frange
métathoracique. La nervation alaire, la structure des organes buccaux
sont à peu près les mêmes.

[Illustration: Fig. 96.--Halictus sexcinctus, femelle. _a_, fente
préanale.]

[Illustration: Fig. 97.--Halictus sexcinctus, mâle.]

Les mâles de _Halictus_ (fig. 97) ont une physionomie propre qui ne
permet de les confondre avec ceux d'aucun autre genre d'Abeilles, du
moins dans nos contrées. Leurs formes sont élancées, parfois très
grêles; leurs antennes filiformes assez longues; la tête singulièrement
rétrécie dans sa portion inférieure; l'abdomen, souvent plus long que
la tête et le thorax réunis, est fréquemment, très étroit et
cylindrique.

Ce genre est moins riche en espèces que celui des Andrènes. Il n'en
offre pas moins des variations tout aussi grandes dans ses divers
représentants, et elles sont de même nature. Les couleurs métalliques y
sont plus fréquentes, et d'une remarquable richesse dans certaines
espèces exotiques; bon nombre des nôtres sont bronzées. Les couleurs
jaunâtre ou rougeâtre se montrent aussi quelquefois sur le tégument. La
villosité, jamais extraordinairement développée, peut, en certains cas
rares, masquer entièrement le tégument, mais sans jamais voiler les
formes: quelques espèces sont en effet vêtues de poils courts, appliqués
et très serrés, formant comme une couche uniforme de moisissure (_H.
mucoreus_, _vestitus_, etc.) Les segments portent souvent des bandes,
marginales ou basilaires, continues ou interrompues.

* * *

Le nom de _Halictus_ vient du mot grec _halizô_, qui signifie
rassembler. Latreille, en le créant, faisait allusion à l'habitude
qu'ont ces abeilles de se réunir souvent en grand nombre en un même
lieu, pour y établir leurs nids. Elles travaillent en terrain horizontal
ou incliné; le sol battu, les chemins fréquentés paraissent être
préférés par la plupart de leurs espèces. Walckenaer, il y a plus de
soixante-dix ans, a donné sur leurs travaux et leurs habitudes des
détails intéressants.

On reconnaît d'ordinaire la présence de terriers de Halictes à de petits
monticules hauts de 2 à 3 centimètres, larges d'autant, qui les
surmontent, et au sommet desquels se voit un trou qui donne accès dans
une galerie. Durant le jour, on peut voir les femelles, d'un vol assez
lent, entrer dans leurs galeries et en sortir. Elles arrivent chargées
de pollen, et repartent débarrassées de leur fardeau et exactement
brossées. A certaines heures de la journée, quand le soleil est vers le
milieu de sa course et que ses rayons sont les plus chauds, les abeilles
font leur sieste au fond du terrier. Mais, sentinelles vigilantes, on
les voit, au moindre piétinement du sol, venir montrer leur face ronde à
la porte, et disparaître précipitamment, si elles jugent la curiosité
dangereuse.

Si l'on visite le village dans la matinée, avant que le soleil ait donné
sur les petites taupinières, on les trouve recouvertes de terre
nouvellement apportée, encore humide. Si l'on est assez matinal, on
pourra même assister au travail, et voir de temps à autre une mineuse,
avec une grande activité, refouler à reculons, de ses pattes
postérieures, la terre qu'elle vient de détacher du fond.

C'est donc pendant la nuit que le forage s'exécute, et la laborieuse
petite bête réserve ainsi les heures où le soleil est sur l'horizon pour
faire sa cueillette dans les champs et approvisionner les cellules. De
la sorte, pas de temps perdu. Le matin seulement, un court repos, pour
se refaire des fatigues de la nuit, avant d'aller aux champs.

Il faut les observer surtout dans les chaudes soirées d'été, pour être
témoin de toute l'activité qu'elles déploient. «Vous les verrez alors,
dit Walckenaer, s'agiter avec vivacité au-dessus de leurs habitations
futures, et vous apparaître en si grand nombre, qu'à la clarté douteuse
de la lune, elles semblent un nuage flottant sur la surface du sol.
Examinez-les avec attention, et, si la lumière des nuits vous manque,
voici le moyen d'y suppléer. Vous entourez deux ou trois bougies d'un
papier peu transparent; vous avez soin de les placer, avant l'entière
chute du jour, sur le lieu de vos observations; vos abeilles,
accoutumées à cette lumière, n'en continueront pas moins leurs travaux
lorsque la nuit sera venue. Vous les trouverez alors tellement
empressées à l'ouvrage, que vous pouvez les observer de très près sans
les troubler. Que dis-je? vous passez au milieu de ce groupe, qui couvre
en planant le milieu d'une grande allée; il se sépare un instant pour
éviter vos pieds destructeurs, mais les abeilles qui le composent, plus
promptes à se rallier que les soldats d'une phalange macédonienne, dès
que vous êtes sorti de l'espace qu'elles remplissent, reprennent chacune
leur poste, et travaillent avec un nouvel empressement. Vous pouvez
passer et repasser plusieurs fois au milieu d'elles, sans parvenir à les
décourager et à les effrayer.

«Le travail de nos abeilles se prolonge très avant dans la nuit; on les
voit encore toutes occupées à une heure du matin; mais, vers les cinq ou
six heures, on n'en voit plus qu'un petit nombre, et la plus grande
partie est alors renfermée dans les trous. Ce n'est guère que vers les
huit ou neuf heures, quand la chaleur commence à se faire sentir,
qu'elles se dispersent sur les fleurs.»

* * *

Que se passe-t-il au fond de ces trous, et quelle est la structure de
ces galeries? Pour s'en rendre compte, l'auteur que nous venons de citer
enleva du sol exploité par ses abeilles, à l'aide de tranchées, de gros
blocs de terre. Il n'y avait ensuite qu'à entamer méthodiquement ce bloc
avec un instrument tranchant, soit par le bas, soit par les flancs, pour
mettre au jour, dans tous leurs détails, les habitations des Halictes.

Elles consistent d'abord en un conduit principal, vertical ou un peu
oblique, qui, à la profondeur de cinq pouces environ, pour l'espèce
observée par Walckenaer (_H. vulpinus_), émet sept ou huit conduits
secondaires, peu écartés les uns des autres, et dont le fond se trouve à
peu près à huit pouces de distance de la surface du sol.

La galerie principale, très étroite à l'entrée, et juste suffisante pour
livrer passage à l'abeille chargée de pollen, s'élargit bientôt et
acquiert un diamètre 4 ou 5 fois plus considérable que celui de
l'entrée. Elle est intérieurement polie avec un très grand soin, et
revêtue d'un enduit blanchâtre. L'orifice supérieur, la porte d'entrée,
continuée, ainsi qu'on l'a vu, au-dessus de la surface du sol, à
travers le monticule de terre provenant des déblais, est fréquemment
obturée par les pieds des passants, mais toujours dégagée et rétablie
avec une persévérance que rien ne lasse.

Chaque cellule est approvisionnée d'une boule de pâtée pollinique, sur
laquelle un œuf est pondu, puis la cellule est bouchée avec un tampon
de terre. Quatre ou cinq semaines après, la larve sortie de cet œuf a
achevé ses provisions, et se transforme en nymphe sans se filer de
coque. Quelques jours plus tard, le jeune Halicte a subi sa dernière
transformation, percé sa coque, traversé la galerie, et il prend son
essor dans les airs.

Le _H. quadristrigatus_, une autre espèce observée par Walckenaer, et la
plus grande du genre dans nos contrées, présente quelques différences
dans son architecture. La galerie d'accès, fort large d'entrée, est
oblique et doublement sinueuse. Les cellules sont toutes agglomérées
dans une cavité sphéroïdale d'environ trois pouces de diamètre, reliées
les unes aux autres, et rattachées à la paroi de la cavité par des
traverses irrégulières, dont l'ensemble forme un lacis inextricable. Ces
cellules, comme toujours, s'ouvrent isolément dans la galerie
principale.

L'économie intérieure des Halictes est donc en somme à peu près celle
des Andrènes. Mais leur biologie est bien différente, et a donné lieu à
plus d'une interprétation.

On pensait, jusqu'en ces derniers temps, que les Halictes n'ont qu'une
seule génération dans l'année, une génération née en été, dont les mâles
meurent avant l'hiver, et dont les femelles, fécondées en automne,
passent la mauvaise saison enfouies dans le sol, pour reparaître au
printemps, creuser leurs galeries, approvisionner leurs cellules, et
pondre la génération nouvelle destinée à éclore en été.

D'après une publication récente de M. Fabre, les Halictes auraient deux
générations par an; la première, estivale, se montrant en juillet, et
provenant de la ponte effectuée en mai par les femelles ayant hiverné;
la seconde, automnale, dérivant des femelles nées en juillet. La
première génération, d'après M. Fabre, serait exclusivement composée de
femelles, et par suite la seconde, qui comprend les deux sexes, ne
résulterait de la première que par voie de parthénogénèse. Ce savant n'a
vu aucun mâle parmi les femelles de juillet, chez deux espèces qu'il a
eu toute facilité d'observer, jour par jour, dit-il, les _Halictus
scabiosæ_ et _cylindricus_. Pour être plus exact, sur 250 Halictes de la
seconde espèce, exhumés de leurs galeries, les uns déjà transformés, les
autres à l'état de nymphe ou de larve, il se trouva, les éclosions
terminées, 249 femelles et un mâle unique, un seul. «Et encore était-il
si petit, si faible, dit l'auteur, qu'il périt sans parvenir à
dépouiller en entier les langes de nymphe. Une population féminine de
249 Halictes suppose d'autres mâles que ce débile avorton. Ce mâle
unique est certainement accidentel.... Je l'élimine donc comme accident
sans valeur, et je conclus que, chez l'Halicte cylindrique, la
génération de juillet ne se compose que de femelles[19].»

Malgré toutes les apparences, cette conclusion est absolument fausse. En
effet, sur les 50 à 60 espèces de Halictes vivant dans nos contrées, les
deux tiers au moins m'ont fourni des mâles, pris en juillet, à l'époque
où, suivant M. Fabre, il n'existerait que des femelles; et de ce nombre
sont précisément les deux Halictes observés par lui. Dans plusieurs
espèces même, quelques mâles se rencontrent déjà sur la fin de juin. Si
l'apparition des mâles est si précoce, il n'y a évidemment point à
admettre, chez les Halictes, une génération virginale, hypothèse
reposant uniquement sur le fait inexact de l'absence de mâles en
juillet.

Comment expliquer cependant l'erreur de M. Fabre? Peut-être est-il venu
trop tard, quand il a procédé à l'exhumation des cellules. Pratiquée
quelques jours plus tôt, elle eût infailliblement donné de tout autres
résultats, et l'unique avorton jugé exceptionnel et non avenu se fût
trouvé accompagné de frères nombreux. Il est d'ailleurs un fait qui
constitue un témoignage irrécusable, c'est que l'autopsie de ces
femelles prétendues parthénogénésiques atteste leur fécondation.

Il nous faut donc revenir, au sujet de la multiplication de ces
Abeilles, aux anciennes notions, quelque peu modifiées cependant. Une
génération automnale donne des femelles qui, fécondées, passent l'hiver
comme le font les Bourdons, pour n'exécuter leurs travaux et ne pondre
leurs œufs qu'au printemps. La génération qui en résulte, et se
montre en juin et juillet, fournit une deuxième génération, celle
d'automne. L'une et l'autre sont composées de mâles et de femelles.

M. Fabre aura contribué à établir que la génération estivale,--à tort
regardée par lui comme exclusivement femelle,--en fournit dans l'année
même une seconde, alors que l'on admettait que cette génération estivale
était celle dont les femelles hivernent. Ceci s'écarte des idées
généralement reçues concernant les Halictes. Mais c'est le seul moyen de
rendre compte, et des observations de M. Fabre et des faits suivants. Ce
n'est point seulement au printemps que l'on voit les femelles de
Halictes butiner sur les fleurs et amasser du pollen, partant
approvisionner des cellules. Dès le mois de juillet, on en voit,
jusqu'en septembre, et pour certaines espèces, jusqu'en octobre. Cette
continuité de trois et quatre mois dans les travaux de ces Mellifères,
une seule génération n'y saurait suffire.

Il faut donc que, dès juillet, plusieurs générations se succèdent,
jusqu'à la dernière d'automne. Ces générations doivent même chevaucher
les unes sur les autres, sans intervalle qui les sépare, les premiers
nés de celle qui suit devançant les derniers de celle qui précède, et
cela, tant que le beau temps permet le développement des jeunes. Quand
viennent les premiers froids d'octobre, les travaux s'arrêtent, et les
jeunes femelles déjà fécondées sont forcées d'attendre le printemps pour
commencer leurs travaux.

Quant aux mâles, il résulte de ce qu'on vient de lire qu'il n'en existe
point au printemps. Les premiers qui apparaissent, fils de mères ayant
hiverné, ne commencent à se montrer qu'en juin. Rares à cette époque,
déjà nombreux en juillet, ils deviennent extrêmement abondants en
automne, dans certaines espèces. Ils passent leur temps à butiner
négligemment sur les fleurs, mais, plus assidûment, à inspecter, d'un
vol oscillant et un peu brusque, qui les fait aisément reconnaître, les
plantes fleuries visitées par leurs femelles, surtout les talus
ensoleillés, où ils guettent leur première sortie.

Sur le déclin du jour, longtemps avant que le soleil soit près de
l'horizon, vers les quatre ou cinq heures, ils cessent leurs poursuites
et songent à la retraite. Ils se réfugient alors dans une vieille
galerie, dans un trou quelconque du talus; mais, comme s'il leur en
coûtait de dire un dernier adieu au soleil, ils sortent et rentrent plus
d'une fois avant de se décider à rester; un peu plus tard enfin, on les
trouve, nombreux parfois dans le même réduit, tous de la même espèce,
dormant fraternellement côte à côte, oublieux de leur rivalité du jour.
D'autres fois, comme s'ils s'étaient donné le mot, ils se perchent dans
l'inflorescence d'une plante aimée, alors qu'on n'en voit pas un seul
sur la plante d'à côté, pourtant de même espèce, et ils passent ainsi la
nuit, exposés au refroidissement, à la rosée, à la pluie.

Le réveil des femelles, à la fin de la mauvaise saison, ne se fait point
simultanément pour toutes les espèces. Certains Halictes, et parmi eux
les plus communs, sont tout aussi précoces que les premières Andrènes,
et se rencontrent avec elles sur les chatons des saules. L'apparition
des autres s'échelonne le long des mois de mars et d'avril. Un des plus
tardifs à se montrer est le _H. quadristrigatus_, dont nous avons déjà
parlé.

* * *

Il serait difficile de dire quelles sont les plantes préférées des
Halictes, tant est considérable le nombre de celles qu'ils visitent. On
peut cependant remarquer que les Chicoracées et les Carduacées en
attirent un grand nombre. Mais ils ne dédaignent point les Labiées, les
Verbénacées, les Ombellifères.

Ils répandent souvent une odeur suave, comme les Andrènes. Leur vol est
tout aussi calme et doux que le leur. Mais il ne faut les saisir à la
main qu'avec précaution; leur aiguillon, plus robuste que celui de ces
Abeilles, occasionne des piqûres fort douloureuses, au moment où elles
sont produites, mais dont l'effet n'est point durable.

* * *

Les Halictes sont victimes de nombreux parasites.

Comme les Andrènes, on les voit, mais plus rarement, porteurs de
Strepsiptères, appartenant au genre _Halictophagus_, mais dont
l'évolution n'a point été étudiée. Plus souvent on trouve, au milieu des
poils de leur thorax, des triongulins particuliers, qu'on ne connaît pas
davantage.

[Illustration: Fig. 98.--Cerceris ornata.]

On sait mieux qu'ils deviennent fréquemment la proie d'un fouisseur du
genre _Cerceris_ (fig. 98), le _C. ornata_, dont les faits et gestes
étaient déjà connus de Walckenaer, et que bien des naturalistes ont
observé depuis. Le Cercéris est un habile chasseur de Halictes, et il en
fait une énorme consommation, pour l'approvisionnement de ses nids. Peu
exclusif, le ravisseur s'accommode des proies les plus variées, grandes
ou petites, mâles ou femelles, pourvu que ce soient des Halictes. C'est
tantôt sur les fleurs où les abeilles butinent, tantôt sur les talus où
sont leurs nids, que le Cercéris se livre à la chasse du gibier que
réclament ses larves. Planant tranquillement au-dessus d'une colonie
populeuse, ou explorant d'un vol circulaire les sommités fleuries que
visitent les Halictes, malheur à celui qu'il voit posé sur le sol ou
dans une fleur! Il fond sur lui comme un trait, le saisit entre ses
pattes robustes et l'emporte, pour aller se poser à quelque distance,
sur une feuille ou bien à terre. Là, tenant la pauvre abeille le cou
serré entre les énormes tenailles de ses mandibules, il lui glisse son
abdomen sous la tête, et, lentement, à plusieurs reprises, il darde son
aiguillon entre la tête et le thorax de sa victime; puis, longuement
encore, il répète la même opération à la jointure du thorax et de
l'abdomen. Le Halicte, désormais paralysé et inerte, mais non tué, est
porté dans la galerie déjà creusée, au fond d'une cellule déjà prête,
destiné, avec deux ou trois autres ayant subi le même sort, à devenir la
pâture d'une larve, enfant de son bourreau. A voir la multitude de
Cercéris ornés qui hantent en été et en automne les _Eryngium_, les
_Daucus_, les Menthes, on plaint les malheureux Halictes, car on
comprend l'effroyable consommation à laquelle il leur faut suffire, et
dont ils font tous les frais.

Et pourtant ce n'est pas assez de ces terribles ennemis. Ils en ont
d'autres, moins féroces sans doute, moins cruels, mais tout aussi
destructeurs peut-être, ce sont, les Sphécodes, qui nous occuperont
bientôt.

* * *

Moins riche en espèces, au moins d'un bon tiers, que le genre _Andrena_,
le genre _Halictus_ a une bien plus grande extension, car il est
répandu, non seulement dans l'ancien et le nouveau monde, mais aussi en
Australie, dans la Nouvelle-Zélande, où il n'existe point d'Andrènes.
Les Halictes sont donc véritablement cosmopolites.

En Amérique, où les représentants de ce genre sont probablement aussi
nombreux qu'en Europe, il semble s'être en outre subdivisé en plusieurs
autres: ce sont les _Augochlora_, les _Megalopta_, les _Agapostemon_,
tous exclusivement propres au nouveau monde, ne différant des _Halictus_
que par des caractères insignifiants, et tous remarquables par les
splendides couleurs métalliques dont ils sont parés.



LES SPHÉCODES.


Ce nom signifie _semblable à une guêpe_. Il n'y faut point attacher
d'importance, car il serait bien difficile de dire à quelle sorte de
Guêpes peuvent bien ressembler des insectes noirs, avec l'abdomen rouge
au moins en partie. Vraies abeilles, il n'en faut pas douter (fig. 99 et
100). Ce sont même de très proches parents des Halictes. Ils en ont la
physionomie générale, si bien que lorsqu'on a affaire à un Halicte à
abdomen rougeâtre, comme il en existe quelques-uns, il n'y a pas qu'un
débutant qui puisse être embarrassé pour savoir si c'est vraiment un
Halicte, ou bien si ce ne serait pas plutôt un Sphécode.
L'hyménoptériste exercé lui-même aura besoin de recourir à la loupe,
pour constater si le cinquième segment présente ou non l'incision
caractéristique des Halictes, et dont il n'y a pas trace chez les
Sphécodes. Pas de trace est trop dire, car ce que la loupe ne montre
pas, le microscope le révèle: il existe chez les Sphécodes un rudiment
bien près d'être effacé, mais cependant bien réel, de l'incision
pré-anale, perdu sous les poils qui frangent le cinquième segment. Autre
caractère distinctif,--celui-ci très important, et nous y
reviendrons,--les pattes postérieures sont, chez les Sphécodes,
absolument dépourvues de poils collecteurs. Tout le reste est des
Halictes, tout, jusqu'à des détails insignifiants de la nervation
alaire, de la structure de la bouche. C'est à peine s'il faut signaler
une sculpture ordinairement fort grossière du thorax, qui est
ordinairement presque tout à fait glabre. Les mâles ne sont pas moins
halictiformes que les femelles; leurs antennes linéaires, allongées,
sont, par les proportions relatives et la forme de leurs articles, de
vraies antennes de Halictes: leur corps est un peu moins élancé, leur
chaperon point taché de jaune, c'est là tout ce qui les distingue.

[Illustration: Fig. 99.--Sphecodes gibbus, femelle.]

[Illustration: Fig. 100.--Sphecodes gibbus, mâle.]

Enfin, dans la plupart des espèces, comme chez les Halictes, les
femelles, fécondées en automne, passent l'hiver profondément terrées
dans les talus, où, le printemps suivant, on les voit voler et fureter
dans les trous.

* * *

On a rarement méconnu les affinités des Sphécodes; mais leur genre de
vie a fait l'objet de bien des discussions. Encore aujourd'hui, les
apidologues sont loin d'être d'accord à leur endroit. Comme pour les
Prosopis, à côté desquels on les a souvent rangés,--bien mal à propos,
il faut le dire--on est à savoir si les Sphécodes sont nidifiants ou
parasites.

Lepeletier de Saint-Fargeau, se fondant sur l'absence d'organe
pollinigère, voyait en eux des parasites. C'était aussi le cas des
Prosopis, dont le non-parasitisme a été démontré depuis. Mais pour les
_Sphécodes_, la preuve n'a jamais été faite; personne encore n'a vu et
décrit leurs nids, n'a recueilli leurs cellules, n'a été témoin de leur
éclosion. On possède, il est vrai, les observations de F. Smith, de
Sichel; mais elles sont loin d'être concluantes. Ainsi l'auteur anglais
aurait constaté seulement, dans un même talus habité par des Halictes et
des Sphécodes, que ceux-ci n'entraient jamais dans les galeries des
premiers. Quant à Sichel, tout comme Lepeletier, qu'il veut réfuter, il
est manifeste qu'il est _a priori_ convaincu, mais en sens inverse. De
ce que le non-parasitisme des Prosopis et des Cératines est démontré,
malgré l'absence d'appareil collecteur, il induit le non-parasitisme des
Sphécodes. Il va même jusqu'à leur attribuer la faculté de recueillir le
pollen avec la tête. Les Sphécodes, comme les Prosopis, comme toute
espèce d'insecte à face plus ou moins velue, peuvent, en se vautrant
dans les fleurs, se charger de pollen, non seulement par la tête, mais
par n'importe quelle partie du corps, et les mâles, qui ne récoltent
pas, aussi bien que les femelles. Cela n'a nulle signification comme
preuve de récolte.

On a le droit, semble-t-il, d'être plus exigeant que les auteurs que
nous venons de citer, et d'attendre, pour avoir la certitude que les
Sphécodes approvisionnent eux-mêmes leurs cellules, que leur
nidification ait été observée.

On ne peut cependant s'empêcher de remarquer, que les allures de ces
animaux ne parlent guère en faveur d'habitudes laborieuses. Durant toute
la belle saison, on peut voir les Sphécodes planer sur les talus et les
chemins battus, s'introduire dans quelque galerie de Halicte, en
ressortir bientôt pour se mettre à la recherche d'une autre, à la
manière d'une Nomade. Tout autres sont les façons d'une abeille
nidifiante. Elle n'a que faire de visiter plusieurs galeries; elle n'en
fréquente qu'une, toujours la même, la sienne propre, où elle entre sans
hésiter, chargée de pollen, d'où elle sort prestement, allégée de son
fardeau, pour revenir, au bout de quelque temps, avec une provision
nouvelle. Une fiévreuse activité,--on dirait même la notion de la valeur
du temps et le souci de n'en point perdre--distingue toujours l'abeille
laborieuse de l'abeille parasite, lente et cauteleuse dans ses
mouvements. Ces différences d'allures ont, comme indice des mœurs
réelles, une importance qui ne saurait échapper au naturaliste quelque
peu familiarisé avec les habitudes des Hyménoptères.

Les Sphécodes paraissent donc unis aux Halictes par des rapports
absolument semblables à ceux qui lient les Psithyres aux Bourdons. Les
Sphécodes sont véritablement les Psithyres des Halictes. Attachés
biologiquement à eux, ils les accompagnent dans tout leur domaine
géographique: on a trouvé des Sphécodes jusqu'en Australie.



LES DASYPODES.


Les Abeilles du genre _Dasypoda_ (pieds velus) sont remarquables, entre
toutes celles de nos contrées, par l'extraordinaire développement de
leur brosse tibio-tarsienne.

[Illustration: Fig. 101.--Dasypode femelle.]

[Illustration: Fig. 102.--Dasypode mâle.]

Outre ce caractère, qui constitue le trait le plus frappant de leur
physionomie, elles se distinguent par leur abdomen fortement déprimé,
obtus au bout, presque nu, garni seulement sur le bord des segments de
larges franges souvent interrompues, sauf au moins la dernière, qui
toujours est entière et très fournie. Le mâle, dont le corps est plus
velu, a l'abdomen atténué en arrière, orné de franges continues à tous
les segments. Les antennes, plus longues chez le mâle, sont toujours
arquées dans les deux sexes. Leur vestiture est généralement fauve;
quelques-unes sont presque entièrement habillées de noir. Leurs espèces,
peu nombreuses,--une douzaine pour toute l'Europe,--sont estivales ou
automnales. Les Composées, particulièrement les Chicoracées, sont leurs
plantes de prédilection; une espèce (_plumipes_) visite exclusivement
les Scabieuses.

La plus commune d'entre elles, «la _Dasypoda hirtipes_, faisait déjà au
siècle dernier, avant même d'être baptisée, l'étonnement de Conrad
Sprengel, par les énormes charges de pollen qu'elle charrie. On
comprendra donc que, continuateur reconnaissant de Sprengel, je me sois
laissé aller aussi mainte fois à considérer cette jolie Abeille[20].»
Ainsi s'exprime Hermann Müller, le continuateur distingué, non seulement
de Sprengel, mais aussi de Darwin, dans l'étude des rapports des Fleurs
et des Insectes. Nous lui devons, sur la _Dasypode à pieds velus_ (fig.
101 et 102), un fort intéressant mémoire, auquel nous emprunterons les
faits contenus dans ce chapitre.

* * *

La Dasypode creuse des terriers dans les sols argilo-sableux. Quand un
terrain paraît lui convenir,--et elle ne dédaigne pas les endroits
battus par les pieds des passants,--on la voit l'entamer de ses
mandibules et de ses pattes antérieures, puis abandonner le travail
commencé, pour le renouveler à deux ou trois reprises, avant de se
décider définitivement à le poursuivre. Quand le trou est assez
approfondi pour que son corps puisse s'y cacher entièrement, on voit que
les longs poils jaunes de ses pattes postérieures ne lui servent pas
uniquement pour le transport du pollen. Elle les emploie aussi pour
refouler la terre qu'elle a détachée du fond de sa galerie jusqu'à
l'orifice, et pour la rejeter au loin.

[Illustration: Fig. 103.--Dasypode travaillant à sa galerie.]

Dans cette opération, la Dasypode remonte à reculons dans son trou, les
jambes postérieures ployées sous le corps, et appliquées contre
l'abdomen, dont la face inférieure, avec les poils des pattes, refoulent
le sable vers l'entrée. L'abeille, toujours marchant à reculons, sort du
trou, et l'on constate qu'elle ne se meut ainsi qu'avec ses pattes
intermédiaires. Elle les tient fort écartées de part et d'autre, et les
fait mouvoir alternativement à intervalles égaux. En même temps, les
pattes antérieures balayent le sable refoulé, en le lançant par-dessous
le corps entre les pattes intermédiaires, et cela d'un mouvement si
rapide, qu'on a peine à reconnaître qu'elles exécutent leur va-et-vient
environ quatre fois en une seconde. Quant aux pattes postérieures,
suivant un autre rythme, beaucoup plus lent, elles sont alternativement
ramenées en arrière, de manière à s'allonger droit sous le ventre, puis
écartées (figure 103), toujours également tendues, jusqu'à faire un
angle droit avec l'axe du corps; dans ce dernier temps, elles rejettent
à droite et à gauche, avec les longs poils de leurs brosses, le sable
que les jambes antérieures ont balayé en arrière, la seconde précédente.
Ce double mouvement des pattes postérieures dure ainsi environ une
seconde. De cette façon s'établit, depuis l'entrée de la galerie
jusqu'à la distance à laquelle l'abeille s'avance à reculons, un large
sillon, au milieu duquel règne une crête étroite, correspondant à la
position des pattes ramenées sous le ventre; et, à droite et à gauche,
se voient les traces de ces mêmes pattes déjetées, au point où s'arrête
leur coup de balai. Tous ces mouvements s'exécutent sans aucune
interruption, si ce n'est un arrêt très court des jambes de devant, au
moment où les postérieures ramenées vont s'écarter de nouveau.

Ainsi, chaque paire de pattes, suivant un rythme particulier, et
remplissant un rôle distinct, concourt à un même but, l'expulsion du
sable loin de l'orifice. Ce travail exécuté, l'abeille retourne aussitôt
au fond de son terrier; on la voit réapparaître bientôt, avec une
nouvelle charge de sable, et la même suite d'opérations se répète. Dans
une circonstance où la traînée de sable s'étendait à 7 centimètres loin
du trou, H. Müller compta qu'il fallait à l'abeille une demi-minute à
peine pour entrer dans la galerie, creuser, balayer et rentrer de
nouveau. Quand l'abeille juge la traînée de sable assez étendue, elle
économise le temps et la peine en en commençant une autre. Finalement
elle ferme sa galerie, après l'avoir approvisionnée comme il va être
dit, et un petit monticule de sable nouvellement extrait en surmonte
l'entrée.

Le temps que l'abeille séjourne dans sa galerie pour l'approfondir
dépend naturellement de la longueur qu'elle lui a déjà donnée. Tantôt
elle n'y reste que quelques secondes; d'autres fois une minute et demie,
et jusqu'à deux minutes. Un quart de minute lui suffit d'ordinaire pour
balayer le sable rejeté jusqu'au bout de la traînée. Elle n'en atteint
pas toujours l'extrémité; si la charge est plus faible, elle se contente
de quelques coups de balai et rentre aussitôt.

Les galeries atteignent, ordinairement une profondeur de 4--6
décimètres; mais elles peuvent ne pas dépasser 2 ou 3. D'abord un peu
obliques, elles plongent bientôt à peu près verticalement, sans trop de
régularité cependant, et en s'infléchissant d'un côté ou de l'autre.
Exceptionnellement, on les voit s'écarter beaucoup de la ligne droite,
parfois même décrire une sorte de spirale.

Le fond de la galerie se dévie toujours à angle droit et constitue une
cellule. D'autres cellules sont creusées à des hauteurs d'environ deux
centimètres les unes des autres, et diversement orientées. Leur nombre
varie d'une galerie à une autre. H. Müller en a compté 6, d'autres fois
plus, pour un même conduit. Ces cellules sont arrondies et closes de
toutes parts. Chacune contient une masse de pollen avec une larve ou un
œuf.

Quand la Dasypode a approvisionné la première cellule, celle du fond, et
y a pondu son œuf, elle la bouche avec la terre provenant des déblais
de la seconde cellule qu'elle creuse au-dessus. Et ainsi de suite. De
cette façon elle n'a point à creuser tout exprès, pour se procurer les
matériaux nécessaires à la clôture. Mais, d'autre part, comme chaque
cellule représente un certain espace vide, occupé par la pâtée
pollinique et la larve, il reste un excédent de déblais, qui sert à
combler le canal principal. L'abeille n'a de la sorte rien à rejeter en
dehors de la galerie, tant qu'elle construit les cellules.

Il est à remarquer que la Dasypode ne prend aucun soin de polir ni de
vernisser la paroi intérieure des cellules, comme tant d'autres Abeilles
le pratiquent. La loupe n'y montre que le sable empreint de pollen mêlé
de miel.

Toutes les cellules terminées, la galerie est bourrée de terre jusqu'à
l'orifice, que rien ne fait plus reconnaître au dehors, si ce n'est la
couleur différente du tampon qui le bouche.

* * *

Les Dasypodes, comme nombre d'autres Abeilles solitaires, peuvent, quand
leur nombre et une exposition favorable s'y prêtent, former des colonies
plus ou moins populeuses. Circonstance on ne peut plus propice à
l'observation, et qui n'a point fait défaut à H. Müller. Aussi la
biologie de la Dasypode peut-elle compter aujourd'hui parmi les mieux
connues, à côté de l'histoire des Abeilles Ronge-bois ou des Coupeuses
de feuilles de Réaumur.

Nous avons assisté au travail normal et régulier du forage des galeries
et de la construction des cellules. Divers accidents peuvent en déranger
le cours, et y apporter un trouble plus ou moins sérieux. Tels sont les
piétinements des passants, qui bouchent les terriers, les grandes pluies
d'orage, qui les engorgent de terre délayée.

Que l'abeille soit surprise par ces contretemps, alors qu'elle est en
train de forer ou d'approvisionner les cellules, elle ne tarde pas à
remettre les choses en état. Les galeries sont débouchées, le sable ou
la terre humide rejetés à l'extérieur. Si l'accident est survenu un peu
tard dans la journée, au point qu'il n'y ait plus à sortir pour aller
aux provisions, le déblai est simplement accumulé en petit tas au-dessus
de l'orifice, qui reste fermé. Si le soleil doit encore rester plusieurs
heures sur l'horizon, les galeries sont rouvertes, et un trou est percé
à cet effet sur le côté du petit monticule de terre rejetée.

Les dérangements peuvent se répéter plusieurs fois de suite; le dégât
est toujours réparé de même par la patiente abeille. Seulement le
monticule de terre rejetée hors de la galerie devient chaque fois plus
petit, parce que chaque fois moins de terre est repoussée à l'intérieur.
Alors aussi l'orifice, qui jadis s'ouvrait sur le côté du petit tas de
terre, s'ouvre juste au sommet. C'était par économie de peine qu'il
était d'abord pratiqué sur le côté.

Pourquoi ces monticules, qui n'existaient pas au début? La raison en est
bien simple. Si la Dasypode, creusant le canal principal, s'évertuait à
refouler, sans plus, tous les déblais hors du trou, un énorme cône de
déblais s'entasserait au-dessus, avec menace perpétuelle d'éboulements
et obstruction fréquente de la galerie. De là vient la nécessité de
déblayer la porte d'entrée, et d'étendre les déjections au loin.
Pareille nécessité n'existe plus, quand il n'y a qu'à jeter dehors
quelques pelletées.

La Dasypode ne creuse pas toujours ses nids en terrain horizontal, ce
qui rend indispensable la manœuvre curieuse, mais pénible, de
l'expulsion des déblais à distance. Elle peut nicher aussi dans un sol à
surface inclinée. La pente naturelle suffit alors à empêcher la terre
extraite de stationner sur l'orifice, et l'abeille est dispensée du
supplément de travail que nous avons décrit.

Mais revenons aux galeries obstruées. Leur dégagement n'est qu'un jeu,
si l'abeille est à l'intérieur au moment de l'accident, et c'est
généralement ce qui a lieu, quand il s'agit de la pluie, l'abeille se
hâtant toujours de rentrer à temps chez elle. Mais il en va bien
autrement quand elle est dehors, et qu'un pied malencontreux a fermé
l'entrée du logis. La pauvre Dasypode cherche deçà et delà, creuse ici,
puis un peu plus loin; on la voit conduire ses déblais jusqu'à 12
centimètres, l'instant d'après à 2 ou 3 seulement; puis elle plante
encore là sa besogne commencée, pour la reprendre ailleurs, et
l'abandonner de nouveau. Elle semble avoir perdu la tête, dit Müller.
Déroutée par un événement que l'instinct ne prévoit point, incapable de
retrouver l'endroit précis où est cachée sa galerie, et même de la
chercher, elle qui peut seulement la reconnaître en la voyant, elle n'a
qu'une chose à faire, oublier, et agir comme si la galerie n'avait
jamais existé. Et c'est ce qu'elle fait. Elle s'envole et ne reparaît
plus.

Müller en a vu une autre, en semblable déconfiture, souillée de terre,
chercher avec effort à pénétrer dans la galerie trop étroite d'une autre
espèce d'insecte, puis y renoncer, aller s'introduire dans le trou d'une
autre Dasypode; en ressortir après ne s'être pas trouvée chez elle, sans
doute; voler quelque temps de côté et d'autre, enfin se perdre au milieu
de ses pareilles.

Cette dernière Dasypode, remarque Müller, était vraisemblablement en
train d'approvisionner, avant l'accident, tandis que la première en
était encore à creuser sa galerie.

Autre expérience. Une Dasypode chargée de pollen rentre dans sa galerie.
L'observateur y introduit un jonc, et en creusant vers le fond, perd la
trace du conduit. Il met à jour cependant, d'abord du sable mêlé de
pollen, puis une boule de pâtée, et aussi l'abeille elle-même, déjà
débarrassée d'une partie de sa charge. Elle se met à voler au-dessus de
sa demeure bouleversée, se pose un instant auprès, puis s'en va voleter
à plusieurs mètres, revient encore, recommence ses vaines recherches;
enfin, après avoir mis le nez à l'entrée de plusieurs galeries,
s'introduit dans l'une d'elles.

Pourquoi ne s'est-elle pas décidée à s'en faire une autre? En train
d'approvisionner, quand elle a été privée de son domicile, c'est
approvisionner qu'il lui faut, et non creuser la terre. Et elle se
faufile dans une galerie étrangère, où elle trouve tout disposé pour
qu'elle puisse continuer le travail interrompu.

Une certaine dose de raison eût dû la porter à recommencer son travail
devenu inutile, à se refaire une galerie. L'instinct ne permet pas ce
retour en arrière, à une période antérieure à celle où l'interruption
s'est produite. L'abeille se résout plutôt à violer la propriété
d'autrui, à s'emparer d'un terrier où elle retrouve ce qu'elle a perdu,
des cellules à bâtir et approvisionner.

Toutefois, rien d'absolu. Si elle n'eût point trouvé ce qu'il lui
fallait, lassée à la fin par d'inutiles recherches, elle se serait
résignée à recommencer ses travaux, à creuser une nouvelle galerie. H.
Müller en a vu la preuve, au moins indirecte, lorsque, après avoir
bouleversé des centaines de galeries dans une colonie, il en trouva le
surlendemain, au même endroit, des centaines de nouvelles, qui ne se
fussent point établies, s'il avait laissé les choses en l'état.

L'irrésistible instinct peut donc être vaincu, dans le cas de force
majeure, et céder la place à l'intelligence.

Les violations de domicile de la part de Dasypodes privées de leurs
galeries, comme celle dont il vient d'être parlé, ont souvent pour
conséquence des drames analogues à ceux que nous connaissons déjà chez
les Chalicodomes. H. Müller a été témoin d'un duel fort vif entre une
Dasypode rentrant au logis et une étrangère qui avait tenté de s'en
emparer pendant son absence. Après un combat long et acharné, où tantôt
l'une, tantôt l'autre avait eu le dessus, l'observateur vit,--comme à
l'ordinaire parmi les Abeilles,--la force rester du côté du droit, et la
légitime propriétaire mettre la voleuse en fuite.

* * *

Aussitôt le conduit principal terminé et la première cellule creusée, la
Dasypode s'élance d'un vol impétueux à la picorée, et s'y livre avec
cette vivacité qui fit l'étonnement de Sprengel:

«Par une belle journée, dit-il, vers midi, je vis, sur une fleur
d'_Hypochœris radicata_, une abeille qui portait à ses pattes
postérieures des pelotes de pollen d'une telle grosseur, qu'elles
causèrent mon étonnement. Elles n'étaient pas beaucoup moindres que le
corps de l'insecte tout entier, et elles lui donnaient l'aspect d'une
bête de somme lourdement chargée. Elle n'en volait pas moins avec une
grande vélocité, et non contente de la provision qu'elle avait amassée,
elle allait d'un capitule à un autre pour l'augmenter encore.»

C'est, en effet, un curieux spectacle, que celui de cette abeille se
jetant sur une fleur de Chicoracée, s'y vautrant au milieu des jaunes
fleurons, et s'y démenant de tous ses membres avec une pétulance sans
égale. Dans ces fleurs riches en poussière fécondante, elle a bientôt
fait de charger les longs poils de ses brosses de quantités énormes de
pollen. Un vent même violent ne la détourne point de son travail; mais
le froid, la pluie, un temps couvert, ou même la trop forte chaleur la
retiennent chez elle.

Quand elle est rentrée avec sa charge de pollen, qui pèse de 39 à 43
milligrammes, soit environ la moitié du poids de l'abeille elle-même,
elle s'en débarrasse dans la cellule, opération qui se fait à l'aide des
brosses tarsiennes des pattes moyennes, et exige une minute environ. Un
brin de toilette pour brosser le pollen qui salit la toison, et la voilà
repartie. Elle fait ainsi de cinq à six voyages avant de mêler du miel
au pollen qu'elle entasse dans la cellule. Le mélange fait, la pâte
pétrie a la forme d'une boulette qu'elle entoure de sable humide, sans
doute pour la mettre à l'abri des pillards, puis elle repart encore.

De retour de cette expédition, qui est la dernière, elle nettoie la
boule de pâtée des grains de sable qui la protègent, et y ajoute une
nouvelle couche de pollen et de miel. Ce travail fait, la boule se
trouve munie sur un côté de trois petites saillies obtuses, faites aussi
de pâtée, une sorte de trépied sur lequel elle repose dans la cellule,
libre par ailleurs de tout contact avec la paroi (fig. 104, _d_). Elle
mesure alors 7 à 8 millimètres de largeur. L'abeille pond dessus un
œuf, qui adhère à la pâtée, ferme la cellule avec de la terre, comble
entièrement le court goulot qui mène au canal principal, et tout est dit
pour la première cellule.

[Illustration: Fig. 104.--Larves de Dasypodes et leur pâture.]

Elle passe à une autre qu'elle façonne, approvisionne, et clôt enfin
comme il vient d'être dit, et ainsi des autres.

L'œuf (fig. 104, _a_), d'un blanc laiteux, long de 5 à 6 millimètres,
large des trois quarts d'un millimètre, un peu courbé, est immédiatement
appliqué, par toute sa face concave, à la boule de pâtée. Au bout de
quelques jours, il en éclôt un ver (fig. 104, _b_) fort glouton, qui
s'attable aussitôt, et dévore, en glissant de droite et de gauche, la
couche superficielle de la boule de pâtée, si bien qu'au bout d'un jour
il a au moins doublé de volume. Rampant toujours sur la boule et
rongeant seulement sa surface, il atteint à un moment les trois pieds
qui la soutiennent, et les mange. Il est assez gros alors pour ne plus
être écrasé sous le poids de la masse globuleuse de pâtée qu'il tient
embrassée par sa face ventrale, et c'est elle qui tourne maintenant dans
la concavité de son ventre, toujours mangée par le dessus, en sorte que,
jusqu'au dernier moment, elle conserve sa forme ronde (fig. 104, _e_).
L'évaporation étant nulle dans la cellule close et humide, et le ver ne
rendant rien, selon la règle des larves d'Hyménoptères, le poids total
du ver et de la nourriture qui reste est à peu près constant, et le ver
lui-même, le repas terminé, a sensiblement le poids de la sphère au
début. Il pèse alors 100 à 140 fois autant que l'œuf d'où il est
sorti, soit environ 0gr,26--0gr,35.

La larve repue et parvenue au terme de sa croissance se montre quelque
temps agitée, inquiète. Au bout de quelques jours, elle se débarrasse du
résidu de la digestion de son long et unique repas. Elle perd alors,
avec la couleur rougeâtre qu'elle devait au pollen contenu dans ses
voies digestives, plus du quart de son poids. Raidie, immobile, peu
excitable, elle attend, couchée sur le dos et fortement voûtée, sans
filer de coque de soie, l'été de l'année prochaine.

Quand approche le temps de la transformation, la larve perd de son
apathique somnolence. Bientôt elle mue et se transforme en une nymphe
très irritable, que le moindre attouchement met en agitation. Cet état
dure six semaines en moyenne. La jeune Dasypode fraîche éclose passe
encore plusieurs jours dans la cellule, avant de fouir le sol pour venir
à la lumière.

La Dasypode a un ennemi, un ennemi héréditaire, _Erbfeind_, dit H.
Müller, une petite mouche du genre _Miltogramma_.

Nous sommes en juillet; le temps est beau; il est huit ou neuf heures du
matin. Une grande activité règne dans la cité des Dasypodes, d'où
s'élève un bourdonnement confus, peu intense. Les femelles vont et
viennent; les unes rentrent, lourdement chargées de pollen; les autres
s'élancent vivement de leurs trous, pour se rendre aux champs. Un petit
nombre seulement sont encore occupées à creuser leur galerie. On ne voit
plus que quelques mâles voleter deçà et delà.

Près de l'entrée d'un certain nombre de terriers, on remarque une
mouche, de la taille à peu près de celle des maisons. Que font donc là
ces étrangères? Nous allons bientôt le savoir. Voici une Dasypode qui
rentre avec sa charge; elle s'engloutit dans sa galerie. A peine entrée,
une mouche est là, tout auprès de l'orifice où l'abeille a disparu; la
tête tournée vers l'entrée, immobile, elle attend. Au bout d'une minute
un quart à peu près, l'abeille a déposé son fardeau et s'élance de
nouveau au dehors. C'est le moment qu'attendait la mouche; prompte comme
l'éclair, elle se jette dans la galerie.

Une fois l'attention éveillée par cette manœuvre plus que suspecte,
on verra souvent, si l'on y prend garde, une Dasypode, qui rentre les
brosses pleines, suivie par une Miltogramme. A peine l'abeille entrée
dans son trou, la mouche se pose auprès et attend sa sortie. Quand
l'orifice est sur le côté du petit cône d'éjections, elle se tient juste
au-dessus; s'il est au sommet du cône, elle se tient à quelque distance,
jamais bien loin, sur une herbe, sur une feuille, la tête toujours
tournée vers l'entrée.

L'abeille parfois s'aperçoit de cette mouche qui la suit, et,
d'instinct, devine l'ennemi de sa race. Inquiète, elle ruse alors, et
essaye de lui donner le change. Au lieu de se précipiter dans son trou,
elle s'en éloigne, va se poser à quelque distance, puis se lève pour
s'aller poser ailleurs. Mais l'inévitable et tenace moucheron ne la
quitte ni de l'œil, ni de l'aile, et toujours la suit, à la même
distance, comme retenu par un fil invisible, se posant si elle se pose,
se levant quand elle se lève. De guerre lasse, l'abeille enfin se décide
à rentrer, et la mouche se poste en faction à sa porte.

Au moment de ressortir, la Dasypode, qui se souvient, ne se presse point
de prendre son élan. Il semble que, défiante, elle éprouve le besoin de
scruter du regard les environs; rassurée enfin, elle s'envole. La mouche
aussitôt se jette dans la galerie qu'elle vient de quitter.

Qu'y va-t-elle faire?

L'observation effective n'a pu le constater. Mais la certitude n'en
existe pas moins. Dans la cellule approvisionnée et prête à être close,
la Miltogramme pond un œuf. parfois deux ou même trois. L'inspection
des cellules le révèle. A côté d'une larve morte de Dasypode se voient
souvent une, deux ou trois larves de mouche, ou autant de pupes en
tonnelet, dont la grosseur correspond à celle de la Miltogramme. Et bien
que la difficulté d'élever ces pupes n'ait pas permis à H. Müller de les
mener à bien et d'en obtenir l'éclosion, nous ne douterons pas plus que
lui que ce ne soit là la progéniture des Miltogrammes, nourrie aux
dépens de celle des Dasypodes.



LES PANURGUES.


Un corps noir et luisant (fig. 105 et 106), presque nu, une taille
petite ou médiocre, une tête énorme, une brosse volumineuse, donnent aux
Abeilles de ce genre une physionomie toute particulière. Le
développement de l'appareil collecteur, qui ne le cède en rien, toutes
proportions gardées, à celui des Dasypodes, fait pourtant soupçonner
quelque affinité avec ces vaillantes Abeilles. Elle est en effet bien
réelle; mais l'abondante poilure dont celles-ci sont recouvertes, et qui
manque presque totalement aux Panurgues, masque, extérieurement, une
ressemblance parfaite. Qu'on supprime ce trompe-l'œil; qu'on épile,
avec la lame d'un canif, le corselet et l'abdomen d'une femelle de
Dasypode; on aura sous les yeux ni plus ni moins qu'un Panurgue de belle
prestance. La nervation des ailes est la même; la brosse est toute
pareille; les pièces buccales, seules, offrent une différence marquée,
mais uniquement par leur longueur. On ne saurait, sous ce prétexte,
méconnaître une uniformité de type manifeste, et séparer, comme on l'a
fait quelquefois, les Panurgues des Dasypodes, pour les réunir aux
Anthophorides.

[Illustration: Fig. 105--Panurgus dentipes, femelle.]

[Illustration: Fig. 106.--Panurgus dentipes, mâle.]

Les habitudes, le genre de vie sont analogues. Et tout d'abord, comme
leurs cousines les Dasypodes, les Panurgues sont presque exclusivement
voués aux Chicoracées. Ils butinent dans leurs capitules avec une égale
vélocité, et s'y font, comme elles, d'énormes charges de pollen. Cette
activité, qui a inspiré le nom du genre (du grec _panourgos_, actif,
industrieux), n'est, bien entendu, le fait que des femelles. Quant aux
mâles, une fois rassasiés de pollen et de nectar, ils se blottissent au
milieu des étamines, et passent là de longues heures au soleil, dans
une paresseuse somnolence, tout saupoudrés de leur jaune poussière.

Comme les Dasypodes encore, les Panurgues travaillent dans la terre
battue, et suivant les mêmes principes. Ils creusent de longues galeries
descendantes, vers le fond desquelles s'ouvrent, en diverses directions
rayonnantes, plusieurs cellules. Rarement aussi on les voit s'isoler
pour exécuter leurs travaux; mais former au contraire des colonies plus
ou moins populeuses sur une étendue bornée. Il paraît même, d'après une
observation de Lepeletier de Saint-Fargeau, que ces colonies ne sont pas
toujours une simple réunion d'individus isolés, et tout à fait
indépendants, malgré leur rapprochement. «J'ai vu, dit cet auteur, une
espèce de _Panurgus_, qui travaillaient à leur nid manifestement en
commun. Dans un sentier de jardin bien battu, un trou vertical d'environ
deux lignes de diamètre et d'à peu près cinq pouces de profondeur, était
entouré par huit à dix _Panurgus_ femelles chargées de pollen. Restant
quelque temps à les observer, j'en vis sortir une femelle qui n'avait
plus de charge, et qui s'envola bientôt. Elle sortie, une autre seule
entra, se débarrassa de son fardeau, sortit et s'envola. Plusieurs se
succédèrent ainsi et sortirent, puis s'envolèrent pour aller à une autre
récolte. Pendant ce temps, il en arrivait d'autres, chargées, qui
s'arrêtaient sur le bord du trou et attendaient leur tour pour entrer.»
Des circonstances particulières empêchèrent l'auteur de continuer son
observation; mais il y a lieu de croire, avec lui, que chacune des
femelles qu'il avait vues entrer dans le même trou, y creusait
isolément, et pour son propre compte, un certain nombre de cellules,
qu'elle approvisionnait et clôturait, après y avoir pondu un œuf.

Ainsi, pour ce qui est du travail des cellules, chacune se comporte
comme si elle était seule; mais toutes utilisent la galerie d'accès;
toutes, en ceci, profitent du travail d'une seule, et s'épargnent ainsi
le temps et la peine d'établir chacune une galerie particulière. Il y
aurait intérêt à s'assurer si ce travail préliminaire lui-même ne
s'exécuterait pas en commun, et si plusieurs femelles ne se relayeraient
pas pour y prendre part à tour de rôle.

Quoi qu'il en soit à cet égard, ce rudiment d'association, si modeste
soit-il, dénote, chez ces petites abeilles, une supériorité morale
sensible sur la plupart des Mellifères sauvages, dont l'humeur
batailleuse ne tolère pas le moindre empiètement du voisin, chez qui
l'égoïsme le plus entier est l'unique loi régissant leurs rapports
mutuels, et l'isolement complet, le bien suprême.



LES CILISSES.


[Illustration: Fig. 107.--Cilissa femelle.]

[Illustration: Fig. 108.--Cilissa mâle.]

Ces Abeilles (fig. 107 et 108), dont les classificateurs n'ont su assez
longtemps que faire, sont reconnues aujourd'hui pour être de proches
parentes des Dasypodes. L'air de famille, peu sensible extérieurement
chez les femelles, est frappant chez les mâles. N'était le trait
générique d'une cellule cubitale de plus, les mâles de _Cilissa_
seraient inévitablement pris pour des mâles de Dasypodes. Les organes
buccaux ont la même structure; la langue seulement est un peu plus
épaissie vers le bout. Mais l'appareil collecteur est sensiblement
réduit. Nous n'avons plus ici les poils démesurément longs de la brosse
des Dasypodes ou des Panurgues, mais des poils courts, raides,
exactement peignés, la brosse enfin de la plupart des Abeilles
solitaires.

Quant au genre de vie, il ne présente rien de bien remarquable, ce qui
tient sans doute à ce qu'il n'a pas encore été étudié de près. Tout ce
que j'en puis dire, c'est que le hasard m'a mis en possession d'une
cellule ou plutôt d'un cocon de Cilisse, en forme de dé à coudre,
contenant un mâle mal venu. Ce cocon était fait d'une très mince
pellicule incolore, comme une pelure d'oignon, finement chagrinée,
laissant transparaître un épais enduit brunâtre, résidu de pâtée
pollinique, preuve que cette pellicule était l'œuvre, non de la
larve, mais de la mère, qui en avait tapissé la cellule de terre, avant
d'y entasser les provisions. Nous trouverons ailleurs des enveloppes
semblables.

Trois espèces de Cilisses vivent en France. L'une d'elles (_Cilissa
chrysura_) visite exclusivement les Campanules; une autre (_C.
leporina_), diverses Légumineuses et particulièrement le Trèfle rampant;
la troisième (_C. melanura_) ajoute à ces dernières plantes la
Salicaire.



OBTUSILINGUES.


Ces abeilles ne sont représentées en Europe que par les deux genres
_Colletes_ et _Prosopis_.



LES COLLÉTÈS.


[Illustration: Fig. 109.--Langue d'abeille, courte et obtuse.]

[Illustration: Fig. 110.--Colletes succinctus, femelle.]

[Illustration: Fig. 111.--Colletes succinctus, mâle.]

Au caractère tiré de la forme de la langue (fig. 109), les hyménoptères
de ce genre ajoutent trois cellules cubitales, un appareil collecteur
non restreint au tibia et au tarse, mais étendu aussi au fémur et au
trochanter, que garnit une épaisse houppe de poils recourbés, comme il
en existe chez les Andrènes, mais plus fournie que chez celles-ci. Le
thorax est abondamment couvert d'une villosité dressée; l'abdomen, très
convexe, est toujours orné de franges marginales régulières de poils
couchés, fauves ou blanchâtres, suivant les espèces. Enfin l'abdomen est
acuminé à l'extrémité, qui n'est point garnie d'une frange anale (fig.
110 et 111).

Les mœurs des Collétès sont depuis longtemps connues. Réaumur avait
déjà étudié une de leurs espèces, le _C. succinctus_, décrit ses organes
buccaux et fait connaître sa nidification.

Les Collétès établissent en général leurs galeries dans les talus
sableux. Tandis que la plupart des Abeilles choisissent, pour
l'édification de leurs demeures, une exposition méridionale ou
orientale, et semblent ainsi rechercher pour leur progéniture le soleil
et sa bienfaisante chaleur, les Collétès, tout au contraire, adoptent
souvent une exposition septentrionale. Les espèces varient du reste à
cet égard, certaines préférant le nord, d'autres le midi. Au _C.
succinctus_, c'est le nord qu'il faut. Ainsi l'avait observé Réaumur, et
son observation a été confirmée.

L'économie intérieure de leurs nids est à peu près celle des abeilles
précédentes. Au fond d'une galerie plus ou moins longue, des cellules
latérales isolées, ou plusieurs à la file, dans un même conduit. Mais
nos abeilles se distinguent, dans la confection de ces cellules (fig.
112), par une industrie que nous n'avons fait que mentionner à propos
des Cilisses. La paroi de terre n'est pas simplement polie; elle est
soigneusement tapissée d'une délicate pellicule, incolore, transparente,
ayant l'aspect de la baudruche, mais incomparablement plus fine, bien
qu'elle soit composée de plusieurs feuillets, trois ou quatre au moins,
et si unie, si lustrée, qu'elle défie le plus merveilleux satin. Telle
est la ténuité d'un lambeau de cette membrane, que Réaumur la compare à
ces traînées argentées que la limace laisse sur son chemin. Brûlée,
cette substance répand la même odeur que la soie. Mais elle n'en a point
la structure: nulle trame, nulle fibre ne s'y peut reconnaître. Comment
est fabriquée cette membrane? Personne ne l'a vu, mais on suppose--que
faire de plus?--que c'est le produit d'une sécrétion étendue par
l'insecte, à l'état fluide, sur la paroi de la cellule, et qui se
concrète à l'air comme le fait la soie. Et l'on ajoute que la courte
langue bilobée de l'abeille est sans doute la spatule destinée à étendre
ce vernis.

La cellule, remplie d'une pâtée semi-liquide, reçoit un œuf, qui est
pondu, non sur le miel, comme M. Fabre l'a vu chez les Anthophores, mais
un peu au-dessus, sur la paroi, selon M. Valéry Mayet. La cellule est
bouchée ensuite à l'aide de plusieurs doubles de la substance qui
tapisse la paroi. La pâtée se trouve ainsi enfermée dans une sorte de
vessie membraneuse, close de toute part. Cette enveloppe, non seulement
est imperméable au miel, mais elle constitue, selon M. Mayet, une
fermeture si hermétique, qu'elle éclate avec un certain bruit, quand on
la comprime suffisamment entre les doigts.

[Illustration: Fig. 112.--Galerie de Colletes succinctus.]

La cellule close, qui a la forme ordinaire d'un dé à coudre, ou bien
reste isolée au fond du petit canal, ou bien plusieurs sont empilées à
la file.

La pâtée mielleuse que les Collétès amassent dans leurs cellules «a au
début, dit M. Mayet, un parfum délicieux, analogue à celui du miel le
plus parfumé; mais au bout de huit jours à peine il a commencé à aigrir.
Quand l'œuf de l'abeille éclôt, la jeune larve n'a plus à sa
disposition qu'une pâtée aigrelette, rappelant le goût de la cire et de
l'acide acétique. Cette larve, du reste, s'accommode fort bien de cette
nourriture.» Elle paraît n'absorber tout d'abord que la partie la plus
fluide du mélange, qui s'épaissit graduellement et finit par ne plus
être qu'une pâte assez ferme, dont la partie centrale seule est dévorée,
le reste, soigneusement respecté, demeurant, comme un épais enduit, tout
autour de la paroi. Comme le rat de la fable, ce ver se creuse ainsi une
chambrette dans la substance même qui le nourrit. A ce résidu concrété
et bruni adhère la pellicule, qui se détache de la paroi de terre.

Alors que la plupart des Abeilles épuisent en quelques jours leurs
provisions, les larves de Collétès paraissent mettre un temps fort long
pour atteindre leur entier développement. D'après M. Mayet, la larve du
_succinctus_, éclose dans les premiers jours d'octobre, n'a épuisé sa
pâtée et atteint sa taille définitive qu'aux derniers jours d'avril. Sa
transformation n'a lieu qu'au mois d'août.

Il doit exister du reste de grandes variations à cet égard, suivant les
espèces, dont les unes sont automnales, comme le _succinctus_, la
plupart estivales, et une absolument printanière, le _C. cunicularius_.
Les fleurs qu'elles fréquentent sont par là même assez variées. Mais la
conformation spéciale de leur langue, adaptée à une autre fonction, nous
l'avons vu, en même temps qu'à la récolte du miel, leur interdit l'accès
des corolles tubuleuses étroites, dont ces abeilles ne sauraient
atteindre le nectar. Elles visitent assidûment les _Eryngium_,
_Senecio_, _Achillæa_, _Anthémis_, le réséda, le lierre etc., toutes
fleurs dont les nectaires sont facilement accessibles et n'exigent pas
une trompe allongée.

* * *

M. Mayet, dont nous venons de citer plusieurs fois les observations, n'a
pas seulement beaucoup enrichi l'histoire propre des Collétès d'une
multitude de faits intéressants; il a de plus ajouté des données
importantes à l'histoire de leurs parasites; il a surtout étendu d'une
manière remarquable nos connaissances sur l'évolution des Méloïdes, pour
lesquels nous devions déjà tant à Newport et à M. Fabre, dont les
observations sont connues du lecteur (voy. _Anthophores_). Nous ferons,
dans les pages qui suivent, beaucoup d'emprunts à M. Mayet.

Les demeures des Collétès sont fréquentées par de nombreux parasites.
Nous ne citerons que pour mémoire les _Forficules_, que F. Smith a
souvent trouvées dans leurs galeries, où elles avaient mis les
provisions, et peut-être les habitants, au pillage; les _Miltogrammes_,
que nous rencontrons encore ici, mais dont les méfaits n'ont pas été
suffisamment constatés. On sait depuis longtemps que des abeilles
parasites, les élégants _Epeolus_, sont leurs ennemis attitrés. A cette
liste il faut ajouter un Méloïde, un _Sitaris_, étudié par M. V.
Mayet[21].

Nous sommes assez peu renseignés sur les faits et gestes des _Epeolus_,
bien que depuis longtemps on sache qu'une de leurs espèces, la plus
répandue, l'_Ep. variegatus_, se développe dans les nids de divers
Collétès. On les voit souvent voleter sur les mêmes talus, visiter les
mêmes fleurs que leurs hôtes; on les surprend souvent entrant dans leurs
galeries; on les a plus d'une fois obtenus de leurs cellules. Mais on
n'en savait pas davantage.

Nous devons à M. V. Mayet la connaissance des états de larve et de
nymphe de l'_Ep. tristis_, une jolie espèce au corps noir, orné de
dessins blancs, qui n'avait encore été observée qu'en Russie, et qui est
parasite du _Colletes succinctus_. M. Mayet n'a pu nous dire comment
l'abeille parasite parvient à s'introduire chez l'abeille récoltante.
«Toujours est-il, dit l'observateur, que l'_Epeolus_ paraît faire bon
ménage avec cette dernière...» Bien souvent les deux ennemis se
rencontrent à l'entrée d'une galerie; mais aucune lutte ne s'engage;
bien plus, le _Colletes_ cède toujours le pas à l'_Epeolus_. Si
l'abeille voit entrer le parasite dans son corridor, elle attend
patiemment qu'il ressorte; l'instinct ne lui dit pas qu'elle a devant
elle un destructeur de sa race. Admirable loi de la nature, qui veut que
rien n'entrave la grande loi de l'équilibre des espèces! Fabre a, du
reste, fait des observations analogues sur la _Melecta armata_, parasite
des Anthophores.» Nous avons déjà noté des faits de cet ordre, et tâché
d'en donner une explication.

La larve de l'_Epeolus tristis_ a achevé les provisions destinées à la
larve du _Colletes_ dans le mois de mars. Elle se transforme en nymphe
dans le mois d'août, et en insecte parfait quatorze jours après.

* * *

Arrivons au plus intéressant des parasites du Collétès, au _Sitaris
Colletis_.

Le lecteur connaît déjà les faits concernant les métamorphoses
compliquées des Méloïdes. Nous n'avons pas à y revenir: le _Sitaris_ de
M. Mayet ne présente à cet égard rien qui le distingue sensiblement de
celui de M. Fabre. Mais ses habitudes présentent quelques différences,
que M. Mayet nous fait connaître, en y ajoutant des nouveautés d'un haut
intérêt, qui viennent heureusement compléter les observations de ses
prédécesseurs, auxquels il ne s'est pas montré inférieur soit en
sagacité, soit en exactitude.

Les triongulins du _Sitaris humeralis_, d'après M. Fabre, éclos en
septembre, passent l'hiver dans les galeries des Anthophores, et ne
pénètrent dans les cellules qu'au printemps. Ceux du _Sitaris Colletis_,
éclos dans la seconde quinzaine de septembre, «se mettent en campagne du
20 septembre au 6 octobre. Les galeries sont envahies de leur armée
microscopique, de sorte que les abeilles, qui n'ont commencé leurs
travaux d'excavation que vers le 18 septembre, se trouvent dès les
premiers jours attaquées par eux.

«Elles sont assaillies surtout la nuit, quand, les travaux du jour
terminés, elles viennent s'abriter dans la première galerie qui s'offre
à elles. Aucun instinct ne les guide pour éviter ces destructeurs
acharnés de leur race.» En un instant la pauvre abeille est envahie par
tous les triongulins qui se trouvent autour d'elle. Des pattes ils
grimpent sur le dos, et vont se cramponner à un poil du thorax, dans le
voisinage des ailes. L'abeille a beau se débattre, peigner rudement sa
toison de ses brosses tarsiennes; opiniâtre et tenace, le pou n'en a
cure. Les triongulins sont-ils très nombreux, une centaine par exemple,
l'expérience a montré à M. Mayet que l'abeille couverte de cette vermine
est paralysée dans tous ses mouvements et meurt, au bout de quelques
heures, «de fureur et d'efforts impuissants, sans doute, car son
épiderme coriace est à l'abri de toute morsure». Ceci nous rappelle les
abeilles mourant de la rage, par suite de leur invasion par les
triongulins des Méloés. Mais il n'en va pas ainsi d'habitude: les
triongulins, dispersés comme on l'a vu, sont rarement en nombre dans une
même galerie.

Une fois établi sur le véhicule vivant, le triongulin, témoin impassible
des allées et venues de l'abeille, du creusement de la galerie, de la
préparation et de l'approvisionnement de la cellule, attend patiemment
l'heure critique, le moment de la ponte. Il quitte alors le dos de
l'abeille, seul ou accompagné de deux ou trois rivaux, ou plus, s'il en
existe, et, à l'instant où l'œuf du Collétès est collé à la paroi, il
saute dessus ou sur la paroi même.

«Voici donc notre ennemi introduit dans la place. Il a pris enfin
possession de l'œuf qu'il a mission de détruire. Il s'y cramponne
solidement au moyen des crochets robustes dont ses pieds sont armés, et
surtout au moyen d'un appareil spécial, dont le 8e segment abdominal
est pourvu, qui distille sans cesse une matière visqueuse analogue à la
soie.

«De larve carnassière, le triongulin va devenir larve mellivore.» Le
lecteur sait comment. Mais ici se place une observation fort
intéressante, dont il n'existe aucune trace dans les mémoires de M.
Fabre.

«Sur les six cents cellules environ que j'ai emportées et observées dans
mon cabinet, poursuit M. Mayet, j'en ai trouvé trente ou quarante qui
n'étaient habitées ni par des _Colletes_, ni par des _Sitaris_. J'ai
ouvert toutes ces cellules. Dans toutes j'ai trouvé la provision de miel
intacte, et à la surface de ce miel, ou immergés dans cette substance,
de deux à cinq triongulins morts.

«Sans doute, me suis-je dit, ou l'œuf a été insuffisant pour nourrir
plusieurs convives, ou une lutte acharnée, fatale à tous les
combattants, s'est livrée sur cette arène d'un nouveau genre. Mais ce
n'était là qu'une hypothèse. Il me restait à la confirmer par
l'observation.

«Désireux d'approfondir ce point intéressant, j'ai attendu le mois de
septembre avec impatience. Je me suis appliqué à observer un grand
nombre d'abeilles en train d'approvisionner leurs cellules. Avec un
petit carré de papier blanc fixé dans le talus au moyen d'une épingle,
je marquais le matin les galeries où j'avais vu entrer les abeilles
chargées de pollen, et si le soir l'approvisionnement était terminé, je
m'emparais de la cellule, sinon, je remettais au lendemain.

«J'ai transporté ainsi dans mon cabinet quarante de ces cellules, toutes
closes du jour ou de la veille...»

«Huit renfermaient chacune un triongulin occupé, soit à essayer
d'entamer la peau de l'œuf, soit, y ayant réussi, à s'abreuver du
liquide albumineux qu'il contient. Quatre enfin renfermaient plusieurs
triongulins, qui, dans une agitation extrême, se livraient soit sur
l'œuf, soit contre les parois de la cellule, à une lutte acharnée,
qui parfois durait vingt-quatre heures.

«J'avais en ce moment-là quatre ou cinq pontes de _Sitaris_ écloses dans
des tubes, c'est-à-dire plus de deux mille triongulins qui ne
demandaient que le combat. J'en mis un ou deux dans chacune des cellules
qui n'en renfermaient qu'un seul, et j'eus ainsi une douzaine de champs
de bataille à observer. La lumière ne paraît nullement gêner les
combattants. Tantôt ils se précipitent l'un contre l'autre, les
mandibules ouvertes; tantôt ils se poursuivent sur les parois de leur
étroit domaine, au risque de tomber dans le miel. Chacun des champions
cherche à saisir son ennemi entre les plaques écailleuses qui recouvrent
les anneaux. C'est la plus rigoureuse application de la lutte pour la
vie, de Darwin. Quand le plus vigoureux ou le plus habile a réussi à
introduire ses crocs dans le défaut de la cuirasse, il soulève son
adversaire à la force des mandibules, et le met ainsi dans l'impuissance
la plus complète. Le cou tendu, fortement cramponné au moyen des
crochets de ses tarses et de l'appareil fixateur dont j'ai parlé plus
haut, le vainqueur reste ainsi immobile des heures entières, abaissant
seulement de temps en temps son ennemi pour le mieux saisir et le mieux
transpercer. Quand le vaincu, épuisé par ses blessures, est jugé hors de
combat, il est précipité dans le miel, où, bientôt englué, il achève de
mourir.

«Pendant ce temps-là, il arrive souvent qu'un troisième larron profite
de la bataille pour s'emparer de l'œuf et y plonger la tête. Quand le
vainqueur vient prendre possession du prix de sa victoire, il trouve
ainsi la place occupée. Alors c'est une nouvelle lutte qui commence;
mais elle ne ressemble en rien à la première: la ruse seule est
employée. Le triongulin occupé à sucer l'œuf ne se dérange jamais; il
est passif sous les coups de son ennemi; se faisant le plus petit
possible, il resserre tant qu'il peut les anneaux de son abdomen; mais,
en général, s'il n'est pas vaincu le premier jour, il l'est le second.
Son appareil digestif, gonflé par les sucs nourrissants qu'il absorbe,
ne tarde pas à détendre les anneaux de l'abdomen, et alors l'ennemi, qui
veille, a bientôt fait de le blesser à mort. Il est à son tour précipité
dans le miel.

«Débarrassé de tout concurrent, notre triongulin peut enfin arriver à
cette nourriture tant désirée. Il a bientôt trouvé l'ouverture pratiquée
à l'œuf par sa dernière victime, et il y plonge la tête avec ardeur.
Mais il n'est pas au bout de ses peines. L'œuf de l'abeille est juste
suffisant pour un triongulin. Au bout de quatre à cinq jours, notre
affamé est, la tête en bas, au niveau du miel, sur la dépouille fanée de
l'œuf, qui, détendue, s'est affaissée le long des parois de la
cellule. Il lui manque toute la nourriture que son dernier ennemi a
absorbée avant de mourir; et, incapable de subir la première mue, il
meurt à son tour, reste suspendu à la peau de l'œuf, ou va augmenter,
dans le liquide sucré, le nombre des noyés.

«Ce qui s'est passé là, sous mes yeux, dans mon cabinet, se passe
évidemment dans les cellules enfoncées dans les parois des talus; et
c'est ce qui explique le nombre relativement considérable de cellules
pleines de miel et qui ne renferment que des triongulins englués et la
dépouille flétrie de l'œuf du _Colletes_.»

Quelquefois cependant le triongulin victorieux parvient à la première
mue. Mais s'il franchit sans y succomber cette phase critique, tôt ou
tard il meurt avant d'arriver à l'état parfait; ou, s'il y parvient (une
fois sur cent peut-être, dit M. Mayet), son évolution est
considérablement retardée, et prend deux années au lieu d'une.

L'étonnante histoire que celle de ces _Sitaris_! Est-elle le propre du
seul parasite des _Colletes_? Il est probable que non. Bien que les
observations de M. Fabre n'aient fait soupçonner rien de semblable, il y
a tout lieu de croire que les cellules des Anthophores doivent être le
théâtre de scènes analogues. Il est constant, en effet, que chez ces
abeilles, comme chez celles dont il vient d'être question, un certain
nombre de cellules contiennent des provisions que nul insecte ne
dévore. On se l'expliquait, ou par une négligence (peu probable!) de la
mère, qui aurait clos la cellule sans y pondre, ou par la mort de
l'œuf lui-même. Nous savons maintenant qu'une autre explication est
possible, et il y aurait intérêt à la vérifier.

Ces luttes acharnées, ces duels successifs, où la victoire ne sauve
pas--ou bien rarement--le vainqueur lui-même, méritent bien de fixer
notre attention. Que l'Abeille travaille en pure perte pour sa
progéniture, cela importe peu, au fond, quand un parasite profite de son
labeur, et s'approprie le repas qu'elle avait préparé pour ses enfants.
Mais que dire, quand le festin servi n'est mangé par personne? Un
finalisme outré trouvera-t-il encore ici à se satisfaire et à soutenir
que tout est réglé pour le mieux? A quoi bon alors cette pâtée livrée à
la moisissure? Le cas est préjudiciable à la lignée de l'Abeille; il
l'est autant, et plus, à celle du parasite. La fin serait-elle peut-être
la restriction de l'une et de l'autre? Mais le bon sens, timidement,
pourrait objecter qu'il était alors plus simple, plus humain--si le mot
est permis--de réduire d'autant la fécondité des deux races.



LES PROSOPIS.


Les Prosopis sont des abeilles de taille en général fort petite,
remarquables, au premier aspect, par la nudité de leur tégument, dont le
fond, le plus souvent noir, quelquefois partiellement rougeâtre, est
presque toujours orné de taches ou de traits blancs ou jaunâtres. Les
espèces méridionales sont souvent très richement et très gaiement
bariolées. Le nom de _Prosopis_ (du grec _prosopis_, masque) vient même
des taches colorées qui ornent la face des femelles, et qui,
confluentes chez les mâles, la cachent pour ainsi dire sous un masque
blanc ou jaunâtre (fig. 113).

Le corps, avec les formes des Collétès, est plus élancé. La langue est à
peu près ce qu'elle est dans ce genre, courte, obtuse et bilobée. Mais
l'aile supérieure n'a plus que deux cellules cubitales au lieu de trois.

[Illustration: Fig. 113.--Prosopis signata.]

Les Prosopis sont les moins pubescentes des Abeilles. On constate
néanmoins, dans quelques-unes de leurs espèces, des rudiments, bien
légers, bien fugaces, il est vrai, des bandes marginales de l'abdomen,
si développées chez tous les Collétès, leurs parents très proches.

A ce défaut de villosité se rattache l'absence de tout organe
collecteur. Il n'existe de brosse d'aucune sorte. Ce trait particulier
et caractéristique de l'organisation des Prosopis a amené bien des
incertitudes, donné lieu à bien des controverses sur leur véritable
genre de vie. Lepeletier, et d'autres après lui, en ont conclu au
parasitisme de ces abeilles. D'autres, et c'est l'opinion aujourd'hui
établie, les regardent comme nidifiantes.

Un fait met hors de doute le non-parasitisme des Prosopis, c'est la
nature de leurs cellules, qui, semblables à celles des Collétès,
présentent cette délicate enveloppe que nous connaissons. Et l'on ne
peut pas dire, comme le pensait sans doute Lepeletier, que ces cellules
appartenaient à des Collétès, que des Prosopis auraient supplantés.
Elles sont trop petites de beaucoup, surtout trop étroites, pour les
premiers, et tout à fait à la taille des seconds. Elles sont donc leur
bien propre, qu'ils n'ont dérobé à personne. Et l'on n'a pas à s'étonner
que la langue des Prosopis soit faite comme la langue des Collétès.

Mais toute difficulté n'est pas supprimée pour cela. Reste à savoir
encore comment, sans organe de récolte, les Prosopis peuvent récolter.
On les voit parfois le corps souillé de quelques grains de pollen
collés à leurs téguments. On a dit que c'était de la sorte que les
Prosopis amassaient le pollen, qu'ils brossaient ensuite dans leurs
cellules. Bien maigre récolte, il faut en convenir, et qui demanderait
bien du temps, bien des allées et venues, pour un pauvre résultat. Non,
ce n'est pas ainsi que les Prosopis amassent la nourriture de leurs
larves. Comme ils avalent le miel, ils avalent le pollen. Il est facile
de s'en rendre témoin. Il n'y a qu'à observer les faits et gestes d'une
de ces abeilles sur une des fleurs qu'elles fréquentent. On la voit, de
ses pattes antérieures, brosser rudement les étamines, pour en détacher
le pollen, que leur bouche engloutit ensuite avec avidité. Cette
poussière ingurgitée se retrouve d'ailleurs, abondante, dans le jabot,
en suspension dans le liquide sucré que contient cet organe. Il est vrai
que toutes les Abeilles, à quelque genre qu'elles appartiennent, et les
mâles eux-mêmes, absorbent aussi du pollen, pour s'en nourrir. Mais
aucune ne le fait avec autant d'avidité, de gloutonnerie, que la femelle
de Prosopis.

C'est donc dans le jabot de ces mignonnes abeilles que se fait le
mélange des deux éléments qui composent la bouillie destinée aux larves.
Cette bouillie est très fluide, plus encore que celle des Collétès, et
nécessite encore davantage l'imperméable vessie qui l'englobe.

Les Prosopis nous représentent, en définitive, les plus simples, les
moins diversifiées des Abeilles. Leur adaptation au rôle d'insecte
récoltant est nulle, en ce sens qu'elle n'a donné naissance à aucun
organe spécial. Aussi Hermann Müller, appliquant ici le principe de
Darwin, considère-t-il les Prosopis comme les représentants actuels des
Abeilles primitives, de la souche d'où seraient issues, par des
modifications en sens divers, toutes les Abeilles du monde actuel.

* * *

Les Prosopis affectionnent particulièrement les fleurs des _Résédas_,
soit cultivés, soit sauvages. Mais on les voit souvent aussi butiner
sur les Ombellifères, et quelques espèces, le _Pr. bifasciata_ entre
autres, le plus grand de nos contrées, a un goût marqué pour les fleurs
d'oignon.

Shuckard a noté que la plupart de ces abeilles laissent exhaler, quand
on les saisit entre les doigts, une forte odeur de citron. L'observation
n'est point complète, et il existe à cet égard une grande variation
suivant les espèces.

Certaines, en effet, répandent, comme Shuckard le dit, une odeur de
citron, ou plutôt des feuilles d'une Verbénacée fort répandue dans les
jardins, le _Lippia citriodora_. De ce nombre sont les _Prosopis
clypearis_, _bifasciata_, _dilatata_, etc.

D'autres ont une odeur plus douce, celle du _Pelargonium odoratissimum_
(_Pr. variegata_, _signata_, etc.).

Il en est, au contraire, qui exhalent une odeur infecte de Punaise des
bois (_Pr. lineolata_, _angustata_).

Ce qu'il y a de curieux, c'est que ces odeurs si différentes se trouvent
diversement combinées dans certaines espèces, qui répandent une odeur
tenant à la fois de la verveine et du _Pelargonium_ (_Pr. communis_), ou
de l'une de ces deux plantes et de la punaise, ce qui produit
sensiblement le parfum, point désagréable, d'un certain autre hémiptère,
le _Syromastes marginatus_. Le _Pr. brevicornis_ est dans ce dernier
cas.

Enfin, suivant des circonstances difficiles à apprécier, ces odeurs
indécises s'affirment plus ou moins dans un sens ou dans un autre chez
différents individus de la même espèce. Le _Pr. confusa_ est à cet égard
des plus inconstants: on ne sait trop dire parfois s'il sent plus le
_Pelargonium_ que la punaise, ou celle-ci que la verveine.

* * *

Doués de pattes peu robustes et de faibles mandibules, les Prosopis ne
sont pas outillés pour fouir le sol. Toutes les espèces dont la
nidification a été observée pratiquent, dans la moelle des ronces
sèches, des galeries, où elles établissent un nombre variable de
cellules, ressemblant beaucoup, nous l'avons dit, à celles des
Collétès. Ces cellules sont ordinairement empilées bout à bout, séparées
par un petit tampon fait de fragments de moelle. Quelquefois, ainsi que
Giraud l'a observé, on les voit disposées comme chez les Collétès,
c'est-à-dire des diverticules s'ouvrant obliquement dans la galerie
principale, qui se trouve ainsi ramifiée. Le même auteur a trouvé des
nids du _Pr. confusa_, ordinairement logé dans la ronce, dans de
vieilles galles d'un _Cynips_ du chêne (_C. Kollari_).

Un petit Chalcidien, l'_Eurytoma rubicola_, la plaie de plus d'un des
nombreux habitants de la ronce, est souvent parasite des Prosopis, dont
il dévore la larve repue, pour s'évader plus tard, non point par le haut
de la cellule, mais par un trou qu'il pratique dans la paroi, et qu'il
continue au delà, à travers la moelle et le bois de la ronce. Enfin, on
a plus d'une fois rencontré des Prosopis porteurs de Stylopiens, ces
étranges parasites que nous avons appris à connaître à propos des
Andrènes.

* * *

Le genre Prosopis a des représentants dans toutes les parties du globe.
On en trouve des espèces dans le nouveau comme dans l'ancien monde, en
Australie, en Océanie. Cette universelle extension est une preuve
évidente de la grande ancienneté de ce type, et confirme d'une manière
éclatante l'opinion, énoncée plus haut, de H. Müller.



FLEURS ET ABEILLES.


Lorsque Linné eut fait connaître les merveilles de la fécondation des
Plantes, les naturalistes s'appliquèrent à étudier les conditions de cet
acte essentiel de la vie végétale. On crut d'abord, et cette opinion
régna longtemps, que dans les fleurs complètes, c'est-à-dire munies à la
fois d'étamines et de pistils, toutes sortes de précautions organiques
étaient prises pour assurer le contact du pollen et du stigmate, en un
mot, que l'_autofécondation_, comme on dit aujourd'hui, était une règle
sans exception.

A la fin du siècle dernier, Sprengel, dans un ouvrage ayant pour titre
_Révélation du Mystère de la nature touchant la structure et la
reproduction des fleurs_, introduisit un point de vue tout nouveau dans
la théorie de la fécondation végétale. Le titre naïvement ambitieux de
ce livre dit assez l'importance attachée par l'auteur aux faits qu'il
apportait. Sprengel reconnaît d'abord que tout est disposé dans les
fleurs pour donner un accès facile aux insectes qui viennent les visiter
et recueillir leur nectar. La sécrétion du liquide sucré n'a pas d'autre
but que d'attirer les insectes, appelés encore par la coloration des
pétales, et dirigés par la coloration propre de la gorge, ou par les
stries de la corolle, vers le lieu où résident les nectaires.

Toutes ces attentions de la nature en faveur des Insectes ne sont pas
moins avantageuses aux Plantes. Sprengel constate en effet que, dans la
majorité des fleurs, la fécondation est impossible sans l'intervention
des Insectes. Le fait est indubitable, tout au moins dans les cas de
_dichogamie_, c'est-à-dire dans les fleurs où les étamines et les
pistils n'arrivent pas simultanément à maturité. Il est alors de toute
nécessité que le pistil reçoive le pollen d'une autre fleur. Les
Insectes sont le véhicule le plus ordinaire du pollen étranger, et sont
ainsi les agents indispensables de la fécondation. Sprengel alla même
jusqu'à reconnaître cette loi, que Ch. Darwin devait mettre en lumière
éclatante, savoir que «la nature semble répugner à ce qu'une fleur
complète se féconde au moyen de son propre pollen»; que la fécondation
_croisée_ est le but vers lequel la nature tend de tous ses efforts.

Divers observateurs, après Sprengel, constatèrent les effets avantageux
de la fécondation croisée sur le nombre des graines qu'une fleur peut
donner, sur la vitalité et la persistance des races végétales.

La plupart de ces travaux étaient tombés dans l'oubli, ou peu s'en faut,
lorsque l'apparition du livre célèbre de Darwin sur l'_Origine des
espèces_ vint leur donner la considération qu'ils méritaient. Darwin, en
effet, y formulait la proposition suivante, de tout point conforme aux
vues de Sprengel: «C'est une loi générale de la nature, quelque
ignorants d'ailleurs que nous soyons sur le pourquoi d'une telle loi,
que nul être organisé ne peut se féconder lui-même pendant un nombre
indéfini de générations, mais qu'un croisement avec un autre individu
est indispensable de temps à autre, quoique parfois à de très longs
intervalles.»

Quelques années après, Darwin donnait une consécration définitive à la
théorie nouvelle, en décrivant, avec une pénétration incomparable, les
phénomènes d'adaptation réciproque des Insectes et des Plantes. Ses
observations se trouvent consignées dans ses deux ouvrages sur la
_Fécondation des Orchidées par les Insectes_ et sur les _Effets de la
fécondation croisée et de la fécondation directe dans le règne végétal_:
Darwin y démontre que la fécondation croisée est la règle; que, dans les
cas rares d'autofécondation, on reconnaît encore des dispositions
propres à faciliter le transport du pollen d'une fleur à une autre. Les
Plantes se trouvent ainsi sous la dépendance des Insectes, agents de ce
transport, si bien que nombre d'entre elles disparaîtraient du globe, si
les Insectes cessaient d'exister ou de les visiter.

Ce que Sprengel n'avait guère fait qu'entrevoir, l'horreur de la nature
pour les perpétuelles autofécondations, Darwin l'établit par des preuves
aussi multipliées qu'irrécusables. Des expériences variées de cent
façons lui montrent avec une constance étonnante que, dans la lutte pour
l'existence, les plantes soumises à la fécondation croisée l'emportent
sur les individus de même espèce astreints à l'autofécondation.
Fécondité augmentée, vitalité accrue, tels sont les avantages du
croisement. Et ces effets bienfaisants sont l'œuvre des Insectes.

* * *

Une conséquence des rapports étroits qui unissent les Plantes et les
Insectes, est leur adaptation réciproque. Les résultats en sont
merveilleux, et laissent bien loin toutes les perfections vraies ou
supposées devant lesquelles aimaient à s'extasier les contemplateurs
finalistes des beautés de la nature. C'est dans la découverte de ces
faits d'adaptation qu'éclate dans toute sa supériorité le génie
pénétrant de l'illustre naturaliste anglais.

L'impression que produisirent ses découvertes fut énorme, et de tous
côtés les naturalistes se jetèrent à l'envi dans le vaste champ qu'il
venait d'ouvrir aux recherches. La moisson fut abondante, et le fonds
est encore loin d'être épuisé. Parmi les savants qui, depuis Darwin, ont
contribué à enrichir de faits nouveaux de la théorie florale, il faut
citer surtout Delpino, Hildebrandt, Hermann Müller, Dodel-Port; la liste
entière ne compterait pas moins d'une soixantaine de noms.

Tous les ordres d'Insectes interviennent à des degrés divers dans la
fécondation des plantes. Mais le rôle prédominant appartient aux
Hyménoptères, et parmi eux les Abeilles occupent incontestablement le
premier rang.

L'existence des Abeilles, plus que celle d'aucun autre groupe
d'Insectes, est étroitement liée à celle des fleurs. Seules, dès leur
sortie de l'œuf, elles consomment du pollen et du miel, alors que les
autres insectes ne recherchent les fleurs que pour leur alimentation
personnelle, à l'état adulte. Encore n'y puisent-ils guère que le miel,
et négligent-ils souvent le pollen. Les Abeilles recueillent avidement
l'un et l'autre; et les mieux douées d'entre elles, les Sociales, en
accumulent d'énormes réserves. Ne vivant que des fleurs, elles sont
mieux adaptées aux fleurs, et cette adaptation atteint même chez elles
une incomparable perfection. Si elles le cèdent, pour la longueur de la
trompe, aux Lépidoptères, ce qui leur interdit l'accès d'un certain
nombre de fleurs tubuleuses, ce sont elles qui, après eux, sont encore
le mieux douées à cet égard; et le nombre de fleurs que les Abeilles
sont seules à pouvoir visiter, et dont seules par suite elles assurent
la fécondation, est incalculable.

Quant à l'appareil collecteur de pollen, il est la propriété exclusive
des Abeilles. Il constitue, dans les diverses formes qu'il affecte, la
plus parfaite adaptation possible au but qu'il est destiné à remplir.

[Illustration: Fig. 114.--Brosse ventrale de Gastrilégide.]

Chez les Gastrilégides, la brosse ventrale (fig. 114), par l'étendue de
sa surface, la quantité, par suite, considérable de pollen qu'elle peut
transporter, est supérieure à la brosse tibiale ou fémoro-tibiale des
autres Anthophiles. Elle est aussi mieux adaptée peut-être à la récolte
du pollen sur de larges surfaces. Aussi les Gastrilégides
affectionnent-ils plus particulièrement les fleurs ouvertes; ils sont
les visiteurs assidus, et pour ainsi dire attitrés, des capitules des
Synanthérées. Sur ces larges champs d'étamines portées à une hauteur
uniforme, leur ventre velu n'a qu'à se promener, avec ses trépidations
rapides, pour se charger en peu de temps d'une grande masse de poussière
fécondante. Ces Abeilles ne sont point pour cela inhabiles à recueillir
le pollen des autres fleurs. Mais ce sont les Abeilles à brosses
tibiales, qui excellent dans l'exploitation de ces dernières, sans
dédaigner néanmoins les fleurs ouvertes ou composées. En somme, moins
spécialisées dans un sens, les Podilégides et Mérilégides sont plus
aptes à tirer parti des fleurs les plus variées, et l'on peut même dire
que, chez elles, la perfection de l'appareil collecteur est
proportionnée au degré d'industrie des diverses espèces. Le premier rang
appartient encore ici aux Abeilles Sociales, et parmi elles aux espèces
du genre _Apis_.

[Illustration: Fig. 115.--Patte d'Andrène.]

[Illustration: Fig. 116.--Brosse tibiale d'Anthophore.]

[Illustration: Fig. 117.--Brosse et corbeille de l'Abeille domestique.]

On peut préciser davantage encore et établir une échelle de gradation
entre les divers types d'Abeilles, au point de vue de l'appareil
collecteur. Cette série, on doit s'y attendre, n'est point continue, et
le perfectionnement n'y suit point une ligne régulièrement ascendante.

Tout au bas de l'échelle, se placent sans contredit les espèces dénuées
de tout appareil collecteur, les Prosopis, dont le corps plus ou moins
glabre ne présente de brosses d'aucune sorte. Ces espèces, qu'on a pu,
par suite de cette absence, considérer quelquefois comme non
récoltantes, n'en récoltent pas moins cependant. Seulement, c'est leur
estomac qui remplace brosses et corbeilles; elles ingurgitent le pollen,
qu'elles dégorgent ensuite, avec le miel, dans leurs cellules.

Tout à côté des Prosopis, nous trouvons les Collétès, dont le corps est
velu, les pattes postérieures garnies de poils abondants et fort longs,
quelquefois même extrêmement développés aux trochanters et aux fémurs.
L'appareil collecteur est ici constitué; c'est une véritable brosse
tibio-fémorale, plus fémorale que tibiale, avec adjonction d'une brosse
métathoracique, car les poils du métathorax, longs et recourbés, se
chargent de pollen en même temps que les pattes postérieures.

La même forme absolument existe chez d'autres Abeilles à langue courte,
les Halictes et les Andrènes, qui possèdent, comme les Collétès, des
poils collecteurs au métathorax et aux pattes postérieures; mais, tandis
que la houppe coxale s'amoindrit chez les Halictes, elle se développe et
se perfectionne chez les Andrènes, où elle devient longue et touffue
(fig. 115).

Déjà chez les Cilisses, alliées des Collétès, les poils collecteurs
abandonnent le thorax, les hanches et les fémurs, et se localisent sur
les tibias et le premier article des tarses; la brosse tibiale est
faite, et se maintiendra dans toute la série restante des Apiaires. Il
ne faut pas oublier cependant que les Dasypodes, plus voisines des
Cilisses que des Collétès, ont conservé de ces derniers les poils
collecteurs des fémurs, mais non des hanches et du thorax; de plus,
particularité qui leur est propre, les poils de la brosse du tibia et du
tarse acquièrent une longueur exceptionnelle.

Les Anthophorides, Podilégides de Lepeletier de Saint-Fargeau,
présentent, dans sa forme typique, la brosse tibio-tarsienne ou plus
simplement tibiale, car celle du tarse tend à s'effacer chez ces
Abeilles (fig. 116). Supérieures à tant d'égards aux Abeilles à courte
langue, elles leur cèdent peut-être le pas au point de vue de l'appareil
collecteur, si l'on considère, non point la perfection de sa structure,
mais son étendue. Les poils du tibia, chez l'Anthophore, sont longs et
raides, et constituent une brosse parfaite; mais, si lourdement chargée
qu'elle soit, cette brosse porte relativement moins de pollen que
l'ensemble des poils collecteurs chez le Collétès ou l'Andrène.

Si ce dernier type d'appareil collecteur n'est pas de tous le plus
parfait, eu égard à la somme de travail produit, il a l'avantage de
fournir la transition à celui qui réalise l'adaptation la plus parfaite.
La brosse tibiale de l'Anthophore mène à la corbeille de l'Abeille
sociale (fig. 117). Cette brosse perd tous ses poils et se creuse; les
deux bords de la surface dénudée restent garnis d'une rangée de longs
cils. Une pâte faite de pollen et de miel pétris n'eût pu s'intercaler
entre les poils d'une brosse. Cette pâte adhère très bien au fond lisse
de la corbeille. Il y a sans doute quelque avantage à ce que cette
mixture soit faite au moment même de la récolte, puisqu'elle s'opère en
tout cas, et à l'entrée de la cellule, chez l'Abeille solitaire.
Probablement l'économie du temps est-elle la raison principale. Le
premier article des tarses perd aussi ses longs poils; il devient
impropre à se charger de pollen; il n'est plus qu'un instrument de
raclage, de nettoyage, par sa face interne: il devient même, chez
l'Abeille domestique, une véritable étrille, à rangées régulières de
courtes épines. L'appareil collecteur a atteint son plus haut degré de
perfection, et l'hyménoptère récoltant le dernier terme de son
adaptation.

On voit ainsi, à mesure qu'on s'éloigne des Abeilles inférieures,
l'étendue de la brosse se réduire, les poils collecteurs quitter
successivement le métathorax, les hanches, les fémurs. Ils diminuent
aussi d'autre part sur la face externe du premier article des tarses. En
sorte que le perfectionnement de l'Abeille est le résultat d'une
tendance manifeste à la localisation des poils collecteurs dans la
région moyenne des pattes postérieures, dans le tibia.

Ces gradations permettent de se faire une idée de ce que purent être les
premières Abeilles, qui commencèrent à renoncer au procédé primitif et
imparfait de récolte conservé par les Prosopis jusqu'à l'époque
actuelle, l'ingurgitation. Les formes les plus velues, parmi des espèces
à peu près glabres, comme les Prosopis de nos jours, rentraient au nid
plus ou moins saupoudrées de poussière pollinique. Après avoir dégorgé
la bouillie de pollen et de miel amassée dans son jabot, l'Abeille
faisait, comme aujourd'hui, sa toilette au fond du nid, brossait le
pollen qui la couvrait et l'embarrassait, à l'entrée de la cellule, et
la pâtée s'augmentait d'autant.

Il y eut donc avantage, pour l'espèce, à charger sa toison de pollen. De
là naquit l'instinct de le recueillir à l'aide des poils, et non plus
seulement par la bouche. Amassé d'abord par n'importe quelle partie du
corps, mais surtout par les parties inférieures, les pattes d'une part,
la face inférieure de l'abdomen de l'autre, s'adaptèrent, dans deux
séries différentes d'Abeilles, à cette fonction nouvelle. Ainsi prirent
naissance les Podilégides, dans le sens le moins restreint du mot, et
les Gastrilégides.

Dans la première de ces lignées de Récoltants, les pattes postérieures,
laissant à d'autres usages les pattes des deux premières paires,
restèrent seules chargées, d'abord avec les régions du corps les plus
voisines, de la cueillette du pollen. L'appareil collecteur formé, des
réductions successives n'avaient qu'à le localiser de plus en plus,
jusqu'à la brosse tibiale des Anthophores, jusqu'à la corbeille des
Abeilles sociales.

Pendant que l'organe à cueillir le pollen se formait et se
perfectionnait, simultanément la lèvre inférieure s'adaptait à l'usage
de puiser le nectar au fond des fleurs. Extrêmement courte chez les
Abeilles primitives, tout au plus propre à lécher des nectaires
facilement accessibles, comme chez les Prosopis et les Collétès, elle
s'allongeait graduellement, devenait trompe, et apte à atteindre le
liquide sucré dans des fleurs de plus en plus profondes. Les
Gastrilégides, au point de vue de cette faculté, ne sont point
inférieures aux Abeilles solitaires ordinaires, et ne cèdent le pas
qu'aux sociales. Chez ces dernières, la trompe acquiert le maximum de
longueur, de même que la corbeille est l'instrument le plus parfait pour
emmagasiner le pollen.

* * *

Arrivons aux fleurs maintenant, et passons en revue les étonnants
résultats que l'adaptation a produits en elles, tant pour rendre leur
visite profitable aux Insectes, que pour procurer aux fleurs mêmes les
avantages du croisement.

Nous commencerons par les Orchidées, dont l'organisation, merveilleuse
entre toutes, est si bien adaptée aux services que ces plantes reçoivent
des Insectes, et particulièrement des Abeilles, que toute fécondation
est impossible chez elles sans le secours de ces animaux.

C'est à l'incomparable génie d'observation de Darwin que l'on doit la
révélation du mystère de leur fécondation. Dans son immortel ouvrage sur
la _Fécondation des Orchidées_, le célèbre naturaliste étudie avec un
soin minutieux l'organisation florale des principaux types indigènes et
exotiques de la famille, et décrit avec une étonnante sagacité les
curieuses dispositions organiques, effets de l'adaptation, qui assurent
à ces plantes les bénéfices de la fécondation croisée.

Nous nous contenterons de choisir un de ces types pris parmi les plus
communs dans nos contrées, l'_Orchis mascula_.

Dans cette plante, comme dans la très grande majorité des Orchidées, les
étamines sont réduites à une seule, et cette unique étamine à son
anthère. Celle-ci, considérablement développée, a ses deux loges
pollinigères ouvertes, à maturité, par une fente longitudinale. Dans
chacune de ces loges se trouve un pollen, non point pulvérulent, comme
dans les fleurs ordinaires, mais à gros grains en forme de coin, pris en
un seul corps en forme de massue, qu'on appelle une _pollinie_ (fig.
118, 5).

[Illustration: Fig. 118.--Orchis mascula.

1, Fleur vue de profil; 2, vue de face (sépales et pétales enlevés, sauf
le labelle); 3, rostellum et pollinies vues de face; 4, id. sectionnés;
5, pollinie; _l_, labelle; _st_, stigmate; _ros_, rostellum; _ant_,
anthère; _po_, pollinie; _n_, nectaire; _m_, caudicule; _r_, rétinacle.]

Chaque pollinie repose, par sa base rétrécie ou _caudicule_, _m_, sur un
petit corps visqueux, le _rétinacle_, _r_, lequel est logé dans une
sorte de sac appelé _rostellum_, _ros_. Ce dernier organe est revêtu
d'une membrane, que le plus léger contact fait éclater suivant une ligne
transversale sinueuse; la partie inférieure de la membrane s'abaisse
alors comme une lèvre, et les deux rétinacles sont mis à découvert.

Le rostellum fait saillie dans la gorge de la corolle, au-dessus de
l'ouverture du tube nectarifère, et au-dessus en même temps de deux
saillies, situées du même côté que lui, à la partie supérieure de ce
tube. Ces deux saillies sont les stigmates.

Les pollinies ne peuvent pas sortir spontanément de leurs loges. A
supposer qu'elles le pussent, jamais elles ne pourraient rencontrer les
saillies stigmatiques; elles tomberaient ou hors de la fleur sur le
labelle, ou dans le tube nectarifère.

[Illustration: Fig. 119.--Pollinies d'orchidée fixées sur un crayon.]

De là la nécessité de l'intervention des Insectes, dont Ch. Darwin a
admirablement analysé le mécanisme par ses expériences.

Si l'on introduit dans le tube de la corolle un bout de crayon taillé
(fig. 119), afin de simuler un insecte qui vient y puiser le nectar, il
est impossible que cet objet ne vienne pas buter contre la saillie du
rostellum. La membrane qui l'enveloppe se rompt aussitôt, la lèvre
inférieure s'abaisse, les rétinacles sont mis à nu, et l'un d'eux au
moins, sinon l'un et l'autre, se colle au crayon qui le touche; le
crayon, alors retiré, emporte la pollinie.

L'air a bientôt desséché la matière visqueuse du rétinacle, et la
pollinie adhère solidement au support. Si, dès qu'elle vient d'être
saisie, on présente de même le crayon à une autre fleur, la petite
massue dressée viendrait heurter le rostellum, et rien de nouveau ne se
produirait, à moins que le fait déjà observé ne se renouvelât; mais la
pollinie en question ne pourrait atteindre le stigmate.

Mais si l'on attend quelques instants, on ne tarde pas à voir la
pollinie s'infléchir sur sa base, par un effet de dessiccation de la
partie inférieure du caudicule, jusqu'à faire un angle à peu près droit
avec sa position première, de manière à se coucher suivant la pointe du
crayon. Il faut de trente à cinquante secondes pour que ce mouvement
soit effectué.

Si, en l'état, on introduit le crayon dans une autre fleur, la pollinie
abaissée ne heurtera plus le rostellum, passera dessous, et ira
naturellement buter contre les stigmates; les grains de pollen se
détachent alors, et la fécondation se produit.

Si, au lieu du crayon, nous concevons qu'une abeille cherche à
introduire sa tête dans la gorge de la corolle, pour allonger sa trompe
vers le nectaire, le front, les yeux ou telle autre partie de la face de
l'insecte toucheront le rostellum, et l'abeille se retirera, le nectar
bu, chargée d'une ou deux pollinies. La première fleur qu'elle ira
l'instant d'après visiter, ou la seconde, pourra recevoir les grains de
pollen et subir la fécondation croisée.

Il faut noter, dans ce mécanisme ingénieusement compliqué, que le degré
d'inclinaison de la pollinie sur sa base est mathématiquement calculé
pour que la partie renflée de la massue vienne exactement à la hauteur
du stigmate. De plus, cette inflexion se fait et ne peut se faire que
d'un côté, pour être efficace; si la pollinie, au lieu de se pencher en
avant, tombait à droite, ou à gauche, ou en arrière, elle ne toucherait
point le stigmate. Et pour qu'elle ait lieu dans le sens voulu, il faut
que la partie rétrécie du caudicule ait la propriété de se raccourcir
par la dessiccation seulement d'un côté. C'est donc en vertu de sa
structure particulière que le caudicule s'incline, et non, comme on
pourrait le croire, par l'effet de la pesanteur. Si l'on répète
l'expérience de Darwin, on verra toujours la pollinie se coucher vers la
pointe du crayon.

Remarquons enfin la précaution prise pour que la substance adhésive du
rétinacle, si prompte à se dessécher à l'air, reste humide jusqu'au
moment opportun. Une membrane l'enveloppe dans le rostellum et oppose à
l'air extérieur un obstacle infranchissable; et cet obstacle tombe comme
par enchantement et découvre le rétinacle, à l'instant précis où cela
est nécessaire.

[Illustration: Fig. 120.--Tête d'Anthophore, portant des pollinies
d'orchidée.]

On rencontre souvent, dans les prairies où fleurissent des Orchidées,
des Abeilles, des Papillons, dont la tête porte des pollinies ravies à
ces plantes. C'est ordinairement aux yeux qu'elles adhèrent, quelquefois
en assez grand nombre pour défigurer l'insecte et, sans doute, gêner
sensiblement sa vision (fig. 120).

L'examen d'autres Orchidées nous montrerait des exemples d'une
adaptation aussi parfaite que celle de l'_Orchis mâle_, avec d'infinies
variétés dans les détails. Nous nous bornerons à signaler quelques
curieux procédés propres à certains genres de la famille, pour fixer les
pollinies à la tête des insectes.

Chez les _Listera_, le pollen, au lieu d'être pris en masse comme dans
les _Orchis_, est pulvérulent. Il ne pourrait adhérer à l'insecte si, au
moment où il heurte le rostellum, cet organe ne dardait sur lui, en
s'ouvrant, une gouttelette de liquide, qui permet au pollen d'adhérer à
la tête du visiteur.

Chez les _Catasetum_, de la tribu des Vandées, du voisinage des
stigmates s'élève, à droite et à gauche, une longue antenne recourbée,
que l'insecte doit nécessairement toucher. Le caudicule de la pollinie,
qui est élastique, est recourbé et maintenu dans cette position, avec
une tension assez énergique, par une mince membrane. Au moindre
frôlement d'une antenne, ce ressort se détend, et la pollinie est lancée
violemment contre la tête de l'insecte, à laquelle il adhère. Telle est
la force de projection, en certains cas, que la pollinie est portée à
près d'un mètre. Elle est d'ailleurs toujours projetée le rétinacle en
avant, de façon qu'elle ne peut jamais manquer le but.

* * *

La famille des Asclépiadées nous offre certaines formes dont
l'adaptation aux Insectes n'est pas moins merveilleuse que celle des
Orchidées.

[Illustration: Fig. 121.--Asclepias cornuti.

1, Fleur vue d'en haut (sépales et pétales enlevés); 2, id. vue de côté,
les cornets enlevés.--_p_, cornets; _p_', base des cornets enlevés;
_po_, pollinies; _r_, rétinale; _st_, fentes stigmatiques.]

Hildebrandt et H. Müller ont parfaitement étudié la fécondation de
l'_Asclepias cornuti_. Les ovaires, dans cette plante, sont surmontés
d'une sorte de colonne charnue, représentant les anthères des étamines
et les stigmates. Ceux-ci présentent la forme de cinq fentes
longitudinales, modérément béantes. Les anthères alternent avec eux et
contiennent, dans chacune de leurs deux loges, une pollinie, dont le
caudicule se porte sur le côté, à la rencontre, au-dessus d'une fente
stigmatique, de la pollinie de l'anthère voisine; deux pollinies
concourent ainsi à un petit corps glandulaire, auquel elles se soudent,
et qui leur constitue un rétinacle commun (fig. 121).

Quand une abeille ou tout autre insecte vient butiner sur une de ces
fleurs, le nectar étant contenu dans des appendices en forme de cornet,
portés par les étamines tout autour de la colonne charnue, il faut que
l'insecte se pose nécessairement sur le haut de la colonne. Dans ses
mouvements pour passer d'un cornet à un autre, il ne peut manquer de
poser quelque patte, sinon plusieurs, sur les rétinacles, qui se fixent
inévitablement à ses tarses.

[Illustration: Fig. 122.--Patte de Bourdon portant des pollinies
d'Asclepias.]

Les doubles pollinies, quand elles viennent de se détacher de leurs
loges, sont très écartées l'une de l'autre; elles ne peuvent, en cet
état, s'engager dans les fentes stigmatiques, trop étroites pour les
recevoir, en sorte que la fleur qui vient de livrer ses pollinies ne
pourrait être fécondée par son propre pollen. Mais, au bout de quelque
temps, les caudicules se contractent, et les deux pollinies se
rapprochent, presque à se toucher. Le temps qu'il faut pour que ce
mouvement s'effectue est très court, et sensiblement égal au temps qu'il
faut à l'insecte pour passer d'une fleur à une autre. Quand il y arrive,
les pollinies sont donc en état de pénétrer dans les chambres
stigmatiques, et la fécondation se produit. Le croisement est donc ici
tout aussi sûrement atteint que chez les Orchidées.

* * *

Les Sauges, de la famille des Labiées, sont parfaitement adaptées aussi
à la fécondation croisée par l'intermédiaire des Insectes.

Elles diffèrent des Labiées normales en ce qu'elles n'ont que deux
étamines au lieu de quatre. De plus, ces étamines ont une conformation
bien singulière. Les deux loges de l'anthère, au lieu d'être adossées
l'une à l'autre, sont portées à une grande distance, à chaque bout d'un
long balancier très arqué, articulé vers son tiers inférieur au sommet
du filet. Des deux anthères, la plus bas située est la plus petite, et
contient peu ou point de pollen. L'autre, la plus grande et la plus
élevée, en contient beaucoup (fig. 124).

[Illustration: Fig. 123.--Sauge.

1, Section de la fleur; 2, abeille dans la fleur, frappée par les
anthères; 3, fleur plus avancée, stigmate accru, _a_, étamine; _a_',
étamine avortée; _st_, stigmate.]

Quand une Abeille ou un Bourdon vient se poser sur la lèvre inférieure,
qui semble s'étaler tout exprès pour recevoir le visiteur, celui-ci, en
s'avançant vers l'intérieur de la corolle, ne peut manquer de donner de
la tête contre les petites anthères. Le balancier bascule aussitôt, les
grandes anthères viennent frapper les flancs de l'animal, et l'aspergent
de pollen (fig. 123, ^{2}).

[Illustration: Fig. 124.--Étamines de sauge.

1, avant; 2, après l'abaissement.]

La fleur qui vient de livrer ainsi son pollen n'est pas actuellement
fécondable. Les étamines sont mûres avant le stigmate, cas très fréquent
dans le règne végétal, et la fleur est dite alors _protérandre_. Le
stigmate, au moment où le pollen est mûr, est tout au haut du capuchon
formé par la lèvre supérieure de la corolle, au sommet d'un long style.
L'insecte que les étamines saupoudrent de pollen ne peut donc toucher le
stigmate. Mais à mesure que les étamines vieillissent et se dépouillent
de leur pollen, le style s'allonge en se recourbant en bas et en avant,
et quand les étamines sont flétries, le stigmate, avec ses deux branches
étalées, est arrivé à la place même où les grandes anthères venaient
précédemment frapper l'insecte. Le Bourdon, déjà garni de pollen pour
avoir fréquenté des fleurs plus jeunes, ne pourra manquer, en entrant
dans celle-ci, d'en déposer quelques grains sur son stigmate. Et encore
ici la fécondation croisée est seule possible.

* * *

L'exemple le plus étonnant peut-être de parfaite adaptation d'une fleur
à la fécondation croisée par l'intermédiaire des Insectes, nous est
donné par une Scrofularinée, le _Pedicularis sylvatica_. H. Müller a
fait une étude complète de cette fleur, et découvert la raison d'être
des moindres détails de sa structure ingénieusement compliquée (fig.
125).

La lèvre supérieure de la corolle, en forme d'étroit capuchon, enferme
le style et les étamines. Le premier, recourbé à son sommet, laisse
saillir le stigmate au dehors. Les anthères, étroitement appliquées, ont
leurs ouvertures en regard, se fermant l'une l'autre, de manière à
empêcher leur pollen de tomber. Impossibilité absolue, par conséquent,
d'autofécondation.

L'entrée de la corolle est fort étrange. Le haut laisse échapper le
style au dehors du capuchon. Vient ensuite une fente, assez large dans
sa portion supérieure, pour laisser passer la tête d'un Bourdon,
rétrécie au-dessous et garnie de denticules sur ses deux bords, qui se
contournent vers l'extérieur. Il faut ajouter encore, que la paroi
opposée de la corolle porte deux enfoncements ou sillons longitudinaux,
dont le fond fait saillie dans l'intérieur de la fleur.

[Illustration: Fig. 125--Pedicularis sylvatica.

1, Fleur vue de dos; 2, vue de face; 3, étamines et pistil; _ant_,
anthères; _st_, stigmate; _f_, capuchon de la corolle renfermant les
anthères; _d_, lèvre supérieure denticulée; _h_, enfoncement du dos de
la corolle, faisant saillie en avant.]

Voyons maintenant les conséquences et le but de cette complexe et
bizarre structure. Un Bourdon se pose sur la plate-forme de la lèvre
inférieure, et, pour atteindre le nectar, qui se trouve à la base de
l'ovaire, tout au fond du tube de la corolle, il insinue sa tête dans le
haut de la fente de la corolle, où elle s'engage sans peine, tandis que
l'insecte allonge sa trompe vers le nectaire. Il donne ainsi de la tête
contre les saillies internes de la corolle, les écarte l'une de l'autre,
distend par suite les bords de la fente, au-dessous de lui. Or, ces
bords sont munis, non loin du stigmate, de deux sortes de dents, dont
l'usage est de retenir les étamines dans l'intérieur du capuchon. Les
étamines pressent, par un effet de ressort, contre cet obstacle. Dès
qu'il cède, comme un déclenchement s'opère, les étamines se projettent
brusquement au dehors, et s'abattent sur le dos du Bourdon.

Si les étamines frappaient l'insecte en conservant leur disposition
relative, pas un grain de pollen n'en sortirait, puisque leurs orifices
se bouchent réciproquement. Mais un artifice aussi simple qu'ingénieux
vient à bout de la difficulté. La lèvre inférieure de la corolle, au
lieu d'être symétrique et horizontale, est irrégulière et oblique, au
point qu'un côté est plus haut que l'autre de quelques millimètres. Le
Bourdon posé dessus ne peut avoir lui-même qu'une position inclinée. Il
en résulte que sa tête ne heurte que l'une après l'autre les saillies de
la corolle. C'est donc successivement aussi que se produit le
déclenchement des étamines, et, l'une, puis l'autre, viennent frapper
l'insecte, leur orifice libre, et l'asperger de poussière fécondante.

Quand le Bourdon passe ensuite à une autre fleur, il la féconde
inévitablement, car, détail omis à dessein, ce qu'il rencontre tout
d'abord en poussant sa tête à l'entrée de la corolle, c'est le stigmate
qui le frôle, juste à l'endroit où il va, l'instant d'après, être
atteint par le choc des étamines, l'endroit précisément où l'ont déjà
touché les étamines de la fleur qu'il vient de quitter.

* * *

Les exemples qui précèdent disent assez quelle est l'intimité des
rapports unissant les Fleurs aux Insectes et plus particulièrement aux
Abeilles; ils montrent à quel degré de perfection peut atteindre leur
adaptation réciproque. Pour avoir été choisis, les faits que nous avons
cités ne doivent pas être tenus pour exceptionnels. C'est par milliers
que d'autres, tout aussi probants, moins saisissants peut-être dans les
détails, enrichissent les livres des Darwin, Hildebrandt, H. Müller,
Delpino et bien d'autres. Tous proclament avec non moins d'éloquence la
généralité de la grande loi de fécondation croisée, l'intervention
impérieusement exigée des Insectes pour la produire.

Telles sont, sans exception, toutes les plantes _diclines_, c'est-à-dire
à sexes séparés, chez lesquelles, au lieu de fleurs complètes, pourvues
à la fois d'étamines et de pistils, n'existent que des fleurs staminées
d'une part, des fleurs pistillées de l'autre. Que les fleurs de même
ordre soient portées par le même pied (plantes monoïques), ou par des
individus différents (plantes dioïques), en aucun cas il n'y a
possibilité d'autofécondation. Sans doute les courants d'air, les vents,
peuvent transporter à distance le pollen des fleurs mâles sur les fleurs
femelles. Certaines plantes ne sont guère fécondées autrement (plantes
_anémophiles_). Mais le plus souvent la fécondation est subordonnée,
chez les plantes diclines, à l'action des Insectes; elles sont
_entomophiles_.

Les plantes que Sprengel a appelées _dichogames_, celles dans lesquelles
les étamines et les pistils ne sont pas mûrs en même temps, réclament
encore l'intervention des Insectes. Qu'il s'agisse de fleurs
protérandres, dont nous avons déjà vu quelques exemples, ou qu'il
s'agisse de fleurs protérogynes, dans les deux cas l'autofécondation est
impraticable, et la fécondation par les Insectes seule possible. Aux
Hyménoptères, et parmi ceux-ci aux Mellifères, appartient le rôle
prépondérant dans le transport du pollen chez ces plantes.

Il est encore un autre type de disposition florale tout aussi favorable
que les précédents à la fécondation croisée, et tout aussi exigeante,
quant au secours qu'elle exige des Insectes. C'est l'_hétérostylie_,
dont les Primevères fournissent un exemple devenu classique, depuis les
études de Darwin. Elle consiste en ce que, dans la même espèce,
certaines fleurs sont pourvues de longs styles et d'étamines courtes,
d'autres fleurs ont au contraire des styles courts et des étamines
longues (fig. 126).

[Illustration: Fig. 126.--Primevères.]

Cette disposition, connue de Sprengel, attendait de Darwin sa véritable
et seule explication. Elle a pour but de favoriser la fécondation
croisée, dont les agents, chez les Primevères, sont surtout les
Bourdons. Quand un de ces insectes visite une de ces fleurs à long
style, sa trompe, au contact des étamines, se charge de pollen,
précisément à la hauteur qui viendra au contact du stigmate, quand il
visitera une fleur à style court. Par contre, s'il allait sur une fleur
à long style, ce pollen ne pourrait être déposé sur son sommet. Lorsque
l'insecte visite une fleur à style court, le pollen s'attache à la
trompe plus près de la tête, et à une hauteur correspondante à celle du
stigmate d'une fleur à long style (fig. 127).

Les deux dispositions ne sont donc pas seulement inverses; les
dimensions des étamines sont de plus calculées de telle façon, que les
Insectes ne puissent communiquer le pollen de l'une des formes qu'à la
forme opposée, qu'ils n'opèrent en un mot que la fécondation croisée.

Darwin ne s'est pas d'ailleurs contenté de la détermination de ces
rapports. Par des expériences nombreuses et précises, il s'est assuré
que l'échange du pollen entre les deux formes est favorable aux fleurs;
qu'elles donnent un plus grand nombre de graines quand il a lieu, que
lorsque le pollen et le pistil d'une même forme agissent l'un sur
l'autre, auquel cas elles produisent beaucoup moins, sans rester
toutefois infécondes, ainsi que cela s'observe ailleurs.

[Illustration: Fig. 127.--Schéma des unions légitimes (sens horizontal)
et illégitimes (sens vertical) chez les Primevères.]

La Salicaire (_Lythrum salicaria_) nous offre un exemple plus curieux
encore que la Primevère, car il existe chez elle trois formes au lieu de
deux, trois longueurs de styles et trois longueurs d'étamines; étamines
et styles des trois sortes combinés de telle façon dans trois formes de
fleurs, qu'il existe les trois systèmes suivants (fig. 127):

Fleurs à pistil long, à étamines moyennes et petites.

Fleurs à pistil moyen, à étamines longues et petites.

Fleurs à pistil court, à étamines longues et moyennes.

Le lecteur peut concevoir, après ce qui a été dit de la Primevère, que,
dans chaque forme de fleur, le pistil ne pourra être fécondé que par le
pollen d'étamines de même longueur, et par conséquent venant d'une fleur
de l'une des deux autres formes. Ainsi que Darwin l'a observé, les
étamines de longueur différente n'abandonnent leur pollen que sur des
parties différentes du corps de l'Insecte qui les visite. «Quand les
Abeilles sucent les fleurs, dit Darwin, les anthères des plus longues
étamines pourvues de grains polliniques verdâtres sont portées contre
l'abdomen et contre les côtés internes des pattes postérieures, et il en
arrive de même au stigmate de la forme à long style. Les anthères des
étamines moyennes et le stigmate de la forme à style moyen sont frottés
contre la surface inférieure du thorax et entre la paire de pattes
antérieures. Enfin, les anthères des plus courtes étamines et le
stigmate de la forme à style court sont frottés contre la trompe et le
menton.»

[Illustration: Fig. 128.--Salicaire. _a_, étamines longues; _a'_,
étamines moyennes; _a''_, étamines courtes; _st_, stigmate.]

Après des faits aussi frappants, et qui tous parlent dans le même sens,
est-il besoin d'insister sur une foule de données accessoires?
Hésitera-t-on, par exemple, à admettre que la grandeur et la coloration
des fleurs, qui augmentent leur visibilité, les odeurs, tantôt suaves,
tantôt désagréables pour nous, qu'elles répandent et qui révèlent au
loin leur présence, aient pour but unique d'attirer les Insectes qui les
fécondent? Le rôle de protection pour les organes reproducteurs qu'on a
voulu attribuer aux enveloppes florales, serait autrement bien rempli
par des feuilles résistantes et vertes comme les autres, plutôt que par
ces pétales au tissu délicat, aux brillantes couleurs. A peine la
fécondation opérée, pourquoi, ce prétendu appareil protecteur, le
voit-on se flétrir et tomber? Son rôle de protection du pistil est-il
donc tout à coup devenu inutile? Non, mais son rôle véritable est
terminé; le rôle d'_enseigne_, la _fonction vexillaire_,--expression de
Delpino,--a fait son temps.

* * *

En échange des services rendus par les Insectes, les Fleurs sécrètent
pour eux, rien que pour eux, le nectar, car ce liquide n'est d'aucune
utilité pour les Fleurs elles-mêmes. C'est là le plus puissant moyen
d'attraction que les Plantes possèdent, et l'effet en est démontré par
toutes les observations, par les expériences sans nombre de Ch. Darwin
et des savants qui l'ont suivi.

Tout semblable est le rôle du pollen, qui n'est pas moins utile que le
nectar aux Insectes, et surtout aux Abeilles. Aussi la poussière
fécondante est-elle produite en quantité beaucoup plus considérable
qu'il n'est nécessaire à la fécondation des Plantes. Une plus grande
part en est donc par avance destinée aux Abeilles.

* * *

Concluons, enfin, qu'une admirable harmonie existe entre le monde des
Fleurs et le monde des Abeilles. C'est bien justement que ces utiles
Insectes ont reçu le nom d'Anthophiles. Les Abeilles ne vivent que par
les Fleurs. Aucun insecte n'a, autant qu'elles, son existence
étroitement liée à celle des Fleurs. Le Papillon lui-même n'en vit qu'un
court instant; il est mangeur de feuilles à son premier âge. L'Abeille
vit des Fleurs à tout âge. Différentes comme elles le sont, ces deux
sortes de créatures, par l'intimité de leurs relations mutuelles, font
une des plus étonnantes merveilles de la nature animée. La structure des
Abeilles est admirablement adaptée à tirer le meilleur parti possible
des Fleurs. Les Fleurs, d'autre part, présentent une richesse inouïe
d'inventions pour les attirer, et elles ne payent pas trop cher leur
libéralité, grâce aux avantages qu'elle leur procure. «Cent mille
espèces de Plantes, dit Dodel-Port, disparaîtraient rapidement de la
surface du globe, si elles cessaient tout à coup de produire des fleurs
colorées et nectarifères.» Toutes les espèces d'Abeilles disparaîtraient
sans exception, si les Fleurs cessaient d'exister, ou si elles cessaient
de produire du nectar et du pollen.



TABLE DES MATIÈRES


AVANT-PROPOS                                                           V

INTRODUCTION                                                         VII

Qu'est-ce qu'une Abeille? Organisation générale et fonctions           1

Classification des Abeilles                                           29


APIDES SOCIALES                                                       31

L'Abeille domestique                                                  32

Physiologie de la ruche                                               38

Parasites et ennemis de l'Abeille                                     87

Extension géographique de l'Abeille domestique.--Ses principales
  races.--Autres espèces du genre _Apis_                              95

Les Bourdons                                                         100

Les Psithyres                                                        130

Les Mélipones                                                        137


APIDES SOLITAIRES                                                    155

Les Xylocopides                                                      155

Les Anthophorides                                                    163

Les Gastrilégides                                                    183
    Les Osmies                                                       185
    Les Anthidies                                                    202
    Les Mégachiles                                                   209
    Les Chalicodomes                                                 222

Les Abeilles parasites                                               253
    Les Stélides                                                     256
    Les Nomadines                                                    258


ANDRÉNIDES                                                           266

ACUTILINGUES                                                         266

Les Andrènes                                                         266

Les Halictes                                                         277
    Les Sphécodes                                                    287

Les Dasypodes                                                        290

Les Panurgues                                                        302
    Les Cilisses                                                     305

OBTUSILINGUES                                                        307

Les Collétès                                                         307

Les Prosopis                                                         307

FLEURS ET ABEILLES                                                   322

17413.--Paris, imprimerie A. Lahure, 9, rue de Fleurus.


NOTES:

[1] Shuckard, _British Bees_.

[2] A. Lefebvre, _Note, sur le sentiment olfactif des antennes. Ann. de
la Soc. Entomologique de France_, 1838.

[3] Perris, _Mémoire sur le siège de l'odorat dans les Articulés. Actes
de la Soc. Linnéenne de Bordeaux_, 1850.

[4] John Lubbock, _Fourmis_, _Abeilles et Guêpes_, tome II, p. 49.

[5] Sourbé, _Traité théorique et pratique d'apiculture mobiliste_.

[6] _Origine des espèces_, édition française définitive, p. 296.

[7] Voir plus loin les métamorphoses des _Sitaris_, parasites des
Anthophores.

[8] Assmuss, _Die Parasiten der Honigbiene_.

[9] Eduard Hoffer, _Biologische Beobachtungen an Hummeln und
Schmarotzerhummeln_.

[10] _Origine des espèces_, 2e édition française, p. 77.

[11] Page. _La Plata, the Argent. Confeder. and Paraguay_, London, 1859.

[12] Shuckard, _British Bees_.

[13] Compagnon assidu de la femelle autour de laquelle, tandis qu'elle
suce le nectar des fleurs, il vole joyeusement (traduction "Distributed
Proofreaders" du texte latin)

[14] Ch. Horne, _Notes on the habits of some Hymenopterous Insects from
the Nord-West Provinces of India_.

[15] Le Chalicodome de Sicile, propre aux îles méditerranéennes et à
l'Algérie, ne se trouve point en France. C'est, par erreur que M. Fabre,
dans le 1er volume de ses _Souvenirs entomologiques_, désigne sous ce
nom les _Ch. pyrenaica_ et _rufescens_, qu'il confond en une seule
espèce, erreur corrigée dans les _Nouveaux souvenirs_.

[16] proverbe latin: (mot à mot) _L'a fait qui en profite_ c'est-à-dire,
de façon plus explicite: _celui-là a commis un crime, à qui le crime est
utile_ (_traduction du PG_)

[17] Fabre, _Souvenirs_, 3e série.

[18] J. Pérez. _Sur les effets du parasitisme des Stylops sur les
Apiaires du genre Andrena_, dans _Actes de la Soc. Linn. de Bordeaux_,
t. XL.

[19] J. H. Fabre. _Études sur la parthénogénèse des Halictes_, dans les
_Annales des sc. nat._ 9e série, t. IX.

[20] H. Müller. _Ein Beitrag zur Lebensgeschichte der Dasypoda
hirtipes_.

[21] V. Mayet. _Mém. sur les mœurs et les métamorphoses d'une
nouvelle espèce de la famille des Vésicants_, _le_ Sitaris Colletis.
(_Ann. Soc. entomologique de France_, 1875.)





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les abeilles" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home