Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les enfants des bois
Author: Reid, Mayne, 1818-1883
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les enfants des bois" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



LES ENFANTS DES BOIS

GRAND IN-8º--2e SÉRIE

PROPRIÉTÉ DE L'ÉDITEUR



LE CAPITAINE MAYNE REID

LES ENFANTS DES BOIS

TRADUCTION DE LA BÉDOLLIÈRE

NOUVELLE ÉDITION REVUE

LIMOGES

ANCIENNE MAISON BARBOU FRÈRES

CHARLES BARBOU, IMPRIMEUR-LIBRAIRE

AVENUE DU CRUCIFIX



LES ENFANTS DES BOIS



CHAPITRE PREMIER

LES BOORS


Hendrik Von Bloom était un _boor_.

Ce mot signifie littéralement un rustre, un paysan vulgaire; pourtant en
donnant à mynheer Von Bloom cette qualification, nous sommes loin de
vouloir lui manquer de respect. Dans la colonie anglaise du cap de
Bonne-Espérance, on appelle _boor_ un fermier. Von Bloom était un
fermier anglais du Cap.

Les boors de cette colonie ont joué un rôle considérable dans l'histoire
moderne. Quoique naturellement pacifiques, ils ont été forcés de prendre
les armes tant contre les Africains que contre les Européens. Dans les
guerres qu'ils ont soutenues avec éclat, ils ont prouvé qu'un peuple
tranquille se bat à l'occasion tout aussi bien que les nations chez
lesquelles l'esprit militaire est soigneusement entretenu.

Les boors du Cap ont été accusés de s'être montrés cruels, surtout dans
les expéditions dirigées contre les indigènes, Hottentots ou Bosjesmans.
Sous un point de vue abstrait, le reproche peut être fondé; mais les
provocations incessantes de ces sauvages ennemis sont des circonstances
atténuantes à la conduite des colons. A la vérité ceux-ci ont réduit les
Hottentots à l'esclavage; mais, vers la même époque, les Anglais
transportaient de la Guinée aux Antilles des cargaisons de noirs, tandis
que les Espagnols et les Portugais soumettaient les hommes rouges
d'Amérique au joug le plus rigoureux.

Observons encore que les traitements barbares infligés à la race
indigène par les boors étaient de la clémence, comparativement aux
atrocités qu'elle avait à souffrir de la part de ses chefs despotiques.

Certes, la misérable situation des Hottentots ne justifie pas les
Hollandais d'en avoir fait des esclaves; mais, eu égard aux
circonstances, il n'est pas de nation maritime qui soit en droit de les
taxer de cruauté. Ils avaient affaire à des sauvages abrutis et pervers
et l'histoire de la colonisation ne pouvait manquer d'être remplie de
tristes épisodes.

Je pourrais aisément, lecteur, défendre la cause des boors de la colonie
du Cap; mais je me contente d'exprimer mon opinion: c'est qu'ils sont
braves, vigoureux, paisibles, industrieux, amis de la vérité et de la
liberté républicaine. C'est, en somme, une noble race d'hommes. Ainsi,
quand j'ai donné à Hendrik Von Bloom, le nom de boor, ai-je voulu
manquer d'égards envers lui? au contraire.

Mynheer Hendrik n'avait pas toujours été boor. Il était au-dessus de ses
collègues, savait manier l'épée, et avait reçu une éducation supérieure
à celle qu'ont ordinairement les simples fermiers du Cap. Il était né
dans les Pays-Bas et était venu au Cap, non comme un pauvre aventurier
qui cherche fortune, mais en qualité d'officier dans un régiment
hollandais.

Il n'avait pas servi longtemps: certaine Gertrude aux joues roses et aux
cheveux blonds, fille d'un boor aisé, s'était amourachée du jeune
lieutenant, qui, à son tour, avait conçu pour elle une vive tendresse.
Ils se marièrent, et le père de Gertrude étant venu à mourir peu de
temps après, ils héritèrent de sa ferme, de ses Hottentots, de ses
moutons à large queue, de ses bœufs à longues cornes. Hendrik ne
pouvait se dispenser de donner sa démission; il la donna et se fit
_vee-boor_, c'est-à-dire fermier domicilié.

Ces évènements eurent lieu plusieurs années avant que l'Angleterre
devînt maîtresse du cap Bonne-Espérance. Quand elle s'en empara,
Hendrik Von Bloom était déjà un homme influent dans la colonie et
porte-drapeau de son district, qui faisait partie du beau comté de Graaf
Beinet. A cette époque la blonde Gertrude n'existait plus; mais elle lui
avait laissé trois fils et une fille.

L'histoire vous dira comment les colons hollandais se soulevèrent contre
la domination anglaise. Le ci-devant lieutenant porte-drapeau fut un des
agents les plus actifs de l'insurrection. Elle fut étouffée; plusieurs
de ceux qui s'étaient mis en évidence furent condamnés à mort et
exécutés. Von Bloom évita par la fuite la vengeance du vainqueur; mais
sa belle propriété du comté de Graaf Beinet fut confisquée et donnée à
un autre.

Plusieurs années plus tard nous le retrouvons dans un district éloigné,
au-delà de la grande rivière Orange. Il mène la vie d'un _trek-boor_,
c'est-à-dire d'un fermier nomade, qui, n'ayant pas de résidence fixe,
conduit ses troupeaux partout où il espère trouver de l'eau et de bons
pâturages.

C'est environ vers cette époque que j'ai connu la famille de Von Bloom.
Je viens de dire tout ce que je savais de ses antécédents; mais je
n'ignore aucun détail de ce qui lui arriva par la suite. C'est son fils
aîné qui m'a fourni des renseignements, que j'ai trouvés intéressants,
instructifs, et auxquels se rattachent mes premières notions de zoologie
africaine.

Je vous les transmets, cher lecteur, dans l'espoir qu'ils pourront aussi
vous instruire et vous intéresser. Gardez-vous bien de les considérer
comme purement imaginaires. J'ai peint d'après nature les animaux qui
figurent dans ce récit, leurs instincts et leurs habitudes. Le jeune Von
Bloom étudiait la nature, et vous pouvez compter sur l'exactitude des
descriptions qu'il m'a fournies.

Dégoûté de la politique, l'ancien porte-drapeau s'était réfugié sur
l'extrême frontière, et même au-delà de la frontière, puisque
l'établissement le plus voisin était éloigné d'une centaine de milles.
Son pauvre enclos ou _kraal_ était situé dans un district limitrophe de
Kalihari, le Sahara de l'Afrique méridionale. Le pays était inhabité à
une très-grande distance aux alentours; car les sauvages qui le
hantaient ne méritaient guère le nom d'habitants plus que les bêtes
fauves qui hurlaient autour d'eux.

Les fermiers du Cap s'occupent principalement d'élever des chevaux, des
bestiaux et des chèvres. Le nôtre n'avait qu'une exploitation peu
étendue; la proscription lui avait enlevé toutes ses ressources, et il
n'avait pas été heureux dans les premiers essais qu'il avait tentés en
qualité d'herbager nomade. La loi d'émancipation promulguée par le
gouvernement britannique s'étendait non-seulement aux nègres des
Antilles, mais encore aux Hottentots; et elle avait eu pour conséquence
la désertion de tous les serviteurs de Von Bloom. Ses bestiaux, privés
de tout soin, étaient morts d'épizooties ou étaient devenus la proie des
animaux sauvages. Ses chevaux avaient été décimés par la morve; les
loups et les hyènes lui enlevaient chaque jour des moutons et des
chèvres; de sorte que le nombre total de ses bestiaux était réduit à une
centaine de têtes. Néanmoins Von Bloom n'était pas malheureux. Il se
consolait de ses peines en regardant avec fierté ses trois fils: Hans,
Hendrik et Jan, et sa fille Trüey ou Gertrude, véritable portrait de sa
mère.

Les deux aînés étaient déjà en état de l'aider dans ses travaux
journaliers, et le plus jeune allait bientôt suivre leur exemple.

Gertrude promettait d'être une excellente ménagère. Si Von Bloom
s'affligeait parfois, si des soupirs involontaires lui échappaient,
c'était quand la vue de sa fille lui rappelait la femme qu'il avait
perdue.

Au reste, il n'était pas homme à se désespérer; les catastrophes dont il
avait été victime ne l'avaient point abattu. Elles stimulaient au
contraire son activité, et il s'appliquait avec une ardeur toujours
nouvelle à rebâtir l'édifice de sa fortune. Pour lui-même, il ne tenait
pas à être riche et se serait contenté de la vie simple qu'il menait,
mais il songeait à l'avenir de sa petite famille. Il ne pouvait
s'accoutumer à l'idée que ses enfants grandiraient sans éducation au
milieu des déserts; il voulait les mettre à même de retourner dans les
villes pour jouer un rôle parmi les hommes civilisés. Mais comment
réaliser ses vœux? Bien que son crime de haute trahison eût été
effacé par une amnistie, et qu'il fût libre de retourner dans la
colonie, il n'y pouvait rentrer pour y mener une existence de
privations, car il lui était impossible de tirer partie de ce qu'il
aurait pu recouvrer de ses anciens biens. Ces réflexions le
tourmentaient parfois, mais son énergie croissait en proportion des
obstacles.

Pendant l'année qui touchait à sa fin, il avait redoublé d'efforts afin
de pourvoir en hiver à la subsistance de ses bestiaux; il avait semé une
grande quantité de maïs et de sarrasin, dont la récolte s'annonçait
favorablement. Son jardin lui promettait une grande abondance de fruits,
de melons et de légumes. Enfin l'asile qu'il avait adopté était une
oasis en miniature. Il en admirait l'aspect florissant, et commençait à
concevoir l'espérance de jours plus prospères.

Hélas! c'était une illusion, il était condamné à supporter une suite de
malheurs qui devaient le ruiner presque complètement et changer de
nouveau sa manière de vivre.

Peut-être avons-nous tort d'employer le mot malheur, puisque les pertes
nouvelles qu'éprouva Von Bloom amenèrent d'heureux résultats. Vous en
jugerez par vous-même, cher lecteur, quand je vous aurai raconté les
aventures du trek-boor et de sa famille.



CHAPITRE II.

LE KRAAL


L'ancien porte-drapeau était assis devant son kraal; fumeur comme tous
les fermiers de l'Afrique méridionale, il tenait entre ses lèvres le
long tuyau d'une pipe en écume de mer. Malgré les traverses de sa vie
passée, ses traits exprimaient la joie. Il contemplait avec complaisance
les grains de maïs qui étaient en lait dans leurs cornets jaunissants;
il prêtait l'oreille au frôlement des feuilles qu'agitait la brise. Mais
ce qui réjouissait surtout le fermier, c'était la vue de ses beaux
enfants.

Hans, l'aîné, d'un caractère ferme et tranquille, travaillait au jardin;
Jan, plus vif et plus alerte, aidait son frère, mais en s'interrompant
souvent dans sa tâche. L'impétueux Hendrik, aux cheveux bouclés, pansait
les chevaux. La jolie Gertrude prodiguait ses soins à un jeune faon
d'antilope à bourse ou antilope-springbok apprivoisé, dont les yeux
rivalisaient avec les siens en innocence et en douceur. C'était avec
raison que Von Bloom se félicitait en portant ses regards des uns aux
autres. Hans et Hendrik étaient en réalité les seuls coadjuteurs de leur
père, qui n'avait qu'un seul domestique mâle, nommé Swartboy.

Pénétrez dans l'écurie et vous verrez Swartboy occupé avec son jeune
maître Hendrik à seller deux chevaux. Vous remarquerez que Swartboy
paraît âgé d'environ trente ans; mais si vous voulez le juger à la
taille, vous ne lui trouverez guère plus de quatre pieds de haut.
Néanmoins il est d'une large carrure et solidement bâti. Il a le teint
jaunâtre, le nez est plat et enfoncé entre des pommettes saillantes, les
lèvres épaisses, les narines larges et le menton imberbe. Il est presque
chauve, car on ne peut donner la qualification de cheveux aux mèches
laineuses éparses sur son crâne. Ses yeux obliques ont une expression
chinoise; il a la tête d'une largeur démesurée et les oreilles à
l'avenant; enfin, tous les caractères qui distinguent les Hottentots du
sud de l'Afrique.

Cependant, quoique appartenant à cette race, Swartboy n'est pas un
Hottentot: c'est un Bosjesman.

La peuplade des Bosjesmans ou Boschimen (hommes des bois) a été ainsi
nommée par les Hollandais. Elle n'élève pas de troupeaux comme les
Hottentots, auxquels elle est inférieure, quoiqu'elle ait avec eux une
origine commune. Les Bosjesmans ne cultivent pas la terre; ils vivent
misérablement de gibier et de fruits sauvages, de racines de graminées,
de vers ou de larves d'insectes. Ils se donnent le nom de Saab. Les
hommes vont entièrement nus; les femmes portent une espèce de tablier en
peau grossièrement découpée.

Comment Swartboy le Bosjesman est-il entré au service de Von Bloom? Vous
allez le savoir.

Les sauvages de l'Afrique méridionale ont la cruelle habitude
d'abandonner dans le désert leurs vieillards, leurs infirmes, et souvent
même les malades et les blessés. Les enfants n'hésitent pas à laisser
leur père sans secours au milieu d'affreuses solitudes, et c'est à peine
si l'on consent à donner aux blessés qui restent en arrière une tasse
d'eau et des vivres pour un jour. Swartboy le Bosjesman avait été
victime de cet usage barbare. Dans une partie de chasse qu'il faisait
avec ses parents, il avait été grièvement mutilé par un lion. Ses
camarades, le croyant perdu, l'avaient abandonné sur la plaine, où il
aurait infailliblement péri sans l'assistance de notre porte-drapeau;
celui-ci le rencontra, le plaça sur une charrette et le transporta dans
son camp.

Quoique la reconnaissance ne soit pas la vertu particulière aux
Bosjesmans, Swartboy n'oublia pas les services de l'homme qui avait
pansé ses blessures. Quand tous les autres serviteurs avaient disparu,
il était resté fidèle à son maître, et depuis cette époque il s'était
rendu constamment utile. C'était, comme nous l'avons dit, le seul
domestique mâle de la maison; mais il avait pour compagne une Hottentote
du nom de Totty, qui lui ressemblait de taille, de couleur et de
proportions.

Dès que Swartboy et le jeune Hendrik eurent achevé de seller leurs
chevaux, ils les montèrent et galopèrent à travers la plaine, suivis de
chiens aux muscles solides et à l'air rébarbatif. Ils se proposaient de
ramener au logis les bœufs et les chevaux, qui paissaient assez loin
du kraal. Ils avaient l'habitude de les faire rentrer tous les soirs à
la même heure: précaution indispensable dans l'Afrique méridionale, où
les animaux domestiques sont exposés à être dévorés pendant la nuit.
Afin de les préserver, on les enferme tous les soirs dans des enclos
entourés de hautes murailles, que l'on nomme kraals. Ce mot, qui
n'appartient pas à la langue du pays, paraît avoir été introduit en
Afrique par les Portugais; il a la même signification que le mot
espagnol corral.

Ces kraals sont pour le fermier des constructions presque aussi
importantes que sa propre habitation, que l'on désigne sous le même nom.
Pendant que Hendrik et Swartboy couraient à la recherche des chevaux et
des bestiaux, Hans, accompagné de son petit frère, rassemblait les
moutons qui broutaient d'un autre côté, plus près de la maison.
Gertrude, après avoir attaché son antilope à un pieu, était rentrée et
préparait le souper avec le concours de Totty.

Resté seul, Von Bloom fumait tranquillement sa pipe, heureux du zèle de
sa famille. Quoique satisfait de tous ses enfants, il faut avouer qu'il
avait une certaine prédilection pour l'impétueux Hendrik qui portait le
même prénom que lui, et qui lui rappelait plus que ses frères les beaux
jours de sa jeunesse. Il était fier de la manière dont le jeune homme
montait à cheval et ses yeux le suivaient dans la plaine. Au moment où
il l'avait vu rejoindre le bétail, son attention fut attirée par une
espèce de brume ou de fumée noirâtre qui s'élevait à l'horizon. Etait-ce
un nuage de poussière? Avait-on mis le feu aux broussailles? Le sable
était-il soulevé par le passage d'un troupeau d'antilopes ou de
gazelles? Voilà ce que se demandait Von Bloom, sans pouvoir arriver à
une solution.

L'étrange phénomène se montrait à l'ouest, et obscurcissait le soleil
couchant. Il subissait des métamorphoses diverses, ressemblant tantôt à
de la poussière, tantôt à la fumée d'un vaste incendie. Von Bloom se
demandait si ce nuage extraordinaire présageait un ouragan ou un
tremblement de terre, et il concevait de justes alarmes.

Tout à coup cette masse noire, qui s'était nuancée de teintes
rougeâtres, enveloppa les bestiaux dans la plaine, et on les vit se
disperser en désordre, sous l'influence d'une terreur panique. Les deux
cavaliers disparurent au milieu des ombres, et Von Bloom, plein
d'anxiété, se leva en poussant un cri.

A ce cri, Gertrude et Totty accoururent ainsi que Hans et Jan qui
venaient de ramener les moutons et les chèvres; tous virent le singulier
phénomène, mais sans pouvoir en donner l'explication.

Cependant les deux cavaliers se détachèrent du nuage et vinrent au grand
galop du côté de la maison. Ils en étaient encore loin lorsqu'on
entendit Swartboy crier d'une voix tonnante.

--Baas Von Bloom, voici les _springaan_!



CHAPITRE III.

LES SAUTERELLES


--Ah! les springaan, dit Von Bloom en employant le mot hollandais qui
désigne les criquets émigrants.

Le mystère était expliqué; le sombre nuage qui s'étendait sur la plaine
n'était ni plus ni moins qu'un vol de sauterelles.

C'était un spectacle que n'avait vu jusqu'alors aucun des assistants, à
l'exception de Swartboy. Il y a dans le sud de l'Afrique diverses
espèces de sauterelles, locustes ou criquets, mais ceux qui voyagent, et
que les naturalistes nomment _grylli devastatorii_, y sont assez rares,
et il n'est pas donné à tout le monde d'être témoin d'une de leurs
grandes émigrations.

Swartboy connaissait bien ces insectes, et s'il avait montré de
l'émotion à leur arrivée, cette émotion n'était pas celle de la peur. Au
contraire la joie contractait sa figure, et ses grosses lèvres
s'agitaient d'une manière grotesque. Il sentait se réveiller les
instincts de sa race sauvage, et les sauterelles étaient pour lui ce
qu'est un banc de crevettes pour un pêcheur, ou une abondante récolte
pour un métayer.

Les chiens aussi remuaient la queue en aboyant, car pour eux, comme pour
le Bosjesman, les sauterelles sont un régal.

Quand on sut que ce n'était que des sauterelles, l'alarme générale se
dissipa. Gertrude et Jan se mirent à rire en battant des mains. Personne
ne chercha à s'effrayer de l'approche d'insectes inoffensifs, et Von
Bloom lui-même revint de son inquiétude première. Le sentiment qui
domina fut celui de la curiosité.

Tout à coup les pensées du fermier prirent une nouvelle direction, ses
yeux se portèrent sur ses champs de maïs et de sarrasin, sur son jardin
si bien garni; il se rappela ce qu'il avait entendu dire des ravages
causés par ces êtres destructeurs, et fit entendre des exclamations de
détresse.

Ses enfants remarquant qu'il pâlissait, s'étaient groupés autour de lui.

--Vous souffrez? qu'avez-vous? lui demandèrent-ils avec empressement.

--Mes chers enfants, tout est perdu: notre récolte, le travail d'une
année, tout cela est anéanti!

--Comment, mon père? qu'entendez-vous par là?

--Les sauterelles vont tout dévorer!

--C'est vrai, dit le grave Hans, qui aimait à s'instruire, et avait lu
plusieurs relations des dévastations commises par les sauterelles.

Toutes les physionomies s'assombrirent, et ce ne fut plus avec curiosité
qu'on regarda le nuage lointain. Von Bloom le redoutait avec raison: si
l'innombrable armée s'abattait sur ses champs, c'en était fait des
fruits et de la verdure!

Tous suivirent avec angoisse le vol des sauterelles; elles étaient
encore à un demi-mille de distance.

Une lueur d'espérance illumina les traits de Von Bloom, il ôta son grand
chapeau de feutre et l'éleva au-dessus de sa tête de toute la longueur
de son bras. Il s'assura ainsi que le vent soufflait du nord. Le
formidable essaim venait du même côté, comme c'est l'ordinaire dans les
parties méridionales de l'Afrique, et il devait passer à l'ouest du
kraal.

--Tu t'es trouvé au milieu des sauterelles, demanda Von Bloom à Hendrik.
D'où venaient-elles sur toi?

--Du nord; et quand Swartboy et moi nous avons tourné bride, nous en
avons été bientôt débarrassés. Elles n'avaient pas l'air de voler après
nous; elles se dirigeaient au sud.

Comme il n'y en avait aucune au bord du kraal, Von Bloom se flatta
qu'elles passeraient sans atteindre les limites de son domaine. Il
savait qu'elles suivaient ordinairement la direction du sud; si le vent
ne changeait pas, il était probable qu'elles ne s'écarteraient point de
leur itinéraire.

Il continua à les observer en silence, et ses espérances augmentèrent
quand il vit que les flancs du nuage ne se rapprochaient pas. Sa figure
s'épanouit; les enfants s'en aperçurent, mais ils ne firent aucune
réflexion.

C'était un étrange spectacle. On n'avait pas seulement devant les yeux
l'essaim brumeux des insectes. Au-dessus d'eux l'air était rempli
d'oiseaux de diverses espèces: l'oricou brun, le plus grand des vautours
d'Afrique, au vol lourd et silencieux, se traînait lentement à côté du
vautour jaune de Kolbé. Le lamvanger planait en étendant ses larges
ailes. On entendait les cris de l'aigle cafre et du bateleur à courte
queue. On comptait dans la foule des faucons, des milans, des corbeaux,
des corneilles et plusieurs espèces d'insectivores; mais la majorité de
la troupe ailée se composait de ces oiseaux mouchetés qui ressemblent à
des hirondelles, et qu'on appelle en hollandais _springaan-vogel_
(oiseau des sauterelles). Ils étaient par milliers, fondaient sans cesse
sur les insectes, et se relevaient en emportant des victimes. Ces
volatiles se nourrissent exclusivement de sauterelles, les suivent dans
toutes leurs migrations, construisent leur nid et élèvent leurs petits
dans les pays qu'elles infestent. On ne les rencontre jamais ailleurs.

Tous contemplaient avec surprise cette nuée vivante. Elle s'étendait
tout le long de l'horizon occidental, et l'arrière-garde des insectes
était plus haut dans le ciel que la tête de la colonne.

--Elles vont faire halte pour la nuit, dit Swartboy en se frottant les
mains, et nous les ramasserons à pleins sacs. Elles ne peuvent voler
quand il n'y a pas de soleil; il fait trop froid; elles sont mortes
jusqu'à demain matin.

En effet, la soleil s'était couché; la fraîcheur de la brise avait
affaibli les ailes des voyageuses, et les forçait à s'arrêter pendant la
nuit sur les arbres et les buissons. Au bout de quelques minutes, le
sombre nuage qui avait caché l'azur des cieux disparut, mais la plaine
avait au loin l'air d'avoir été ravagée par un incendie. Elle était
noircie par une épaisse couche de sauterelles engourdies. Les oiseaux
qui les suivaient, après avoir tourné quelques instants autour d'elles,
se dispersèrent dans les cieux pour se percher ensuite sur les rochers
ou sur les taillis de mimosas. L'air et la terre rentrèrent dans le
silence.

Von Bloom pensa à ses bœufs, qu'on apercevait au loin au milieu de la
plaine couverte de sauterelles.

--Laissez-les se repaître un peu, baas, dit Swartboy.

--De quoi? demanda son maître; ils ne sauraient atteindre l'herbe.

--Ils mangeront les _springaan_, repartit le Bosjesman, ça les
engraissera.

Toutefois il était trop tard pour laisser plus longtemps le bétail dans
la plaine. Les lions allaient bientôt sortir de leur tanière, car le roi
des animaux ne dédaigne pas de remplir son estomac de sauterelles, quand
il a le bonheur d'en trouver. Von Bloom fit seller un troisième cheval,
et partit avec Hendrik et Swartboy pour ramener les bestiaux au kraal.
En arrivant dans la plaine, ils constatèrent que les criquets émigrants
s'y trouvaient en quelques endroits amoncelés sur plusieurs pouces de
hauteur. L'herbe, les feuilles, les branches, étaient invisibles. On ne
distinguait partout que des sauterelles immobiles et inertes. Ce qui
parut étrange à Von Bloom et à Hendrik, ce fut l'avidité avec laquelle
les chevaux et les bœufs, loin d'être alarmés de leur singulière
situation, dévoraient les bandes d'insectes dont ils étaient environnés.

On eut quelque peine à décider les bestiaux à quitter leur repas.
L'aiguillon de Swartboy eût même été impuissant, s'il n'avait été
secondé par la terreur que produisirent les premiers rugissements d'un
lion.

Swartboy s'était muni d'un sac, où il mit un grand nombre de
sauterelles, qu'il ramassa adroitement avec la plus grande précaution.
Il n'avait rien à craindre d'elles, mais il savait par expérience que
leur passage attire un grand nombre de serpents dangereux.



CHAPITRE IV.

CAUSERIE SUR LES CRIQUETS


Ce fut une nuit d'anxiété dans le kraal du porte-drapeau. Si le vent
tournait à l'ouest, il était certain que les sauterelles couvriraient le
lendemain ses domaines et détruiraient ses moissons. Peut-être même en
ce cas toute la végétation serait-elle perdue à cinquante milles à la
ronde. Alors comment nourrir ses bestiaux? Ils périraient d'inanition
avant qu'on eût le temps de les conduire dans un autre pâturage.

De pareils désastres ne sont pas invraisemblables, et plus d'un
cultivateur de la colonie du Cap a perdu ainsi ses troupeaux.

Justement inquiet, Von Bloom sortait par intervalle pour observer le
vent. Une douce brise soufflait toujours du nord. La lune était
brillante, et ses clartés se réfléchissaient sur les corps polis des
sauterelles. Le rugissement du lion se mêlait au cri perçant du chacal
et au ricanement de la hyène. Ces animaux, avec beaucoup d'autres,
prenaient part à un grand festin.

Ne remarquant aucun changement dans le vent, Von Bloom commença à se
rassurer et à s'entretenir tranquillement avec sa famille du phénomène
de la journée. Swartboy tint le dé de la conversation. Il avait été à
même d'observer plusieurs fois les locustes et en avait mangé plusieurs
boisseaux; il était naturel de supposer qu'il les connaissait à
merveille.

Mais d'où venaient-elles? C'était ce dont il n'avait jamais pris la
peine de s'informer. Le savant Hans se chargea d'expliquer leur origine.

--Elles viennent du désert. Les œufs qui les produisent sont déposés
dans les sables, où ils restent jusqu'à la saison des pluies. Quand
l'herbe pousse, les sauterelles éclosent, et après l'avoir consommée,
elles sont forcées d'aller chercher ailleurs une nourriture. Telle est
la cause de leurs migrations.

--J'ai entendu raconter, dit Hendrik, que les fermiers allumaient des
feux autour de leurs champs pour les préserver des locustes; mais quand
même on établirait des haies de feu, je ne vois pas comment on
arrêterait ces insectes qui ont des ailes, et qui passent aisément
par-dessus.

--Cette précaution, répondit Hans, ne peut être utile que contre les
sauterelles dépourvues d'ailes, larves de celles que nous voyons. Ces
larves, qui rampent et qui sautent sur la terre, ont aussi leurs
migrations, souvent plus destructives que celles des insectes parfaits.
Guidées par leur instinct, elles suivent une direction invariable. La
mer et les grands fleuves peuvent seuls les arrêter; elles traversent à
la nage les rivières, gravissent le long des murs et des maisons, et dès
qu'elles ont franchi un obstacle, elles continuent leur route toujours
tout droit. En essayant de passer les grands cours d'eau rapides, elles
se noient en quantité et sont emportées dans la mer. Si leur bande est
peu nombreuse, les fermiers réussissent parfois à les éloigner au moyen
de feux, comme on vous l'a dit, mais si l'émigration est importante,
c'est peine perdue.

--Comment peuvent-elles faire, demanda Hendrik, pour traverser ces feux,
est-ce qu'elles sautent par-dessus?

--Non, répondit Hans, les feux qu'on allume sont de trop grande
dimension pour cela.

--Alors je n'y comprends rien, dit Hendrik.

--Ni moi non plus, dit le petit Jan.

--Ni moi, dit Gertrude.

--Des milliers d'insectes, reprit Hans, se jettent dans les brasiers et
les éteignent.

--Comment, sans se brûler! s'écrièrent tous les auditeurs.

--Il y en a un nombre inimaginable de brûlés. Leurs corps entassés
étouffent les feux; mais les premiers rangs de la grande armée sont
sacrifiés, et les autres passent impunément sur les victimes. Vous voyez
donc que les feux ne peuvent arrêter la marche des locustes quand elles
sont en grand nombre.

»Dans certaines parties de l'Afrique où le sol est cultivé, les
indigènes sont pris d'une terreur panique aussitôt qu'ils voient
apparaître les insectes voyageurs. Ils les redoutent autant qu'un
tremblement de terre ou toute autre grande calamité.

--Nous comprenons sans peine, dit Hendrik, le sentiment qu'ils
éprouvent.

--Les sauterelles volantes, poursuivit Hans, ne suivent pas une
direction aussi constante que leurs larves; elles semblent être guidées
par le vent, qui les emporte souvent dans la mer, où elles sont
englouties. Sur quelque partie de la côte, on a trouvé en quantités
incroyables leurs cadavres rejetés par le flux. Des voyageurs dignes de
foi affirment en avoir vu sur une plage une bande de quatre pieds de
hauteur sur cinquante milles de long. Les émanations de cette masse
énorme répandaient une infection sensible à cent cinquante milles dans
l'intérieur.

--Il fallait tout de même avoir bon nez, s'écria le petit Jan.

Tout le monde rit de cette observation, à l'exception de Von Bloom, qui
avait en ce moment des idées noires. Gertrude s'en aperçut, et lui dit,
pour tâcher de le distraire:

--Papa, la Bible dit que Jean-Baptiste vivait, dans le désert, de miel
et de sauterelles. Etaient-ce les mêmes que celles que nous voyons?

--Je le crois, répondit laconiquement le père.

--Permettez-moi de vous contredire, repartit Hans; mais l'analogie n'est
pas complète. La sauterelle de l'Ecriture est le véritable criquet
émigrant (_gryllus migratorius_); celle de l'Afrique méridionale en est
une variété. Toutes deux appartiennent au genre des orthoptères et à la
famille des sauteurs.

Quelques auteurs ont d'ailleurs nié que saint Jean mangeât des insectes,
et les Abyssiniens prétendent qu'il se nourrissait de graines brunes du
faux acacia, nommé par eux arbre aux sauterelles.

--Et quel est votre avis? demanda Hendrik, qui avait foi dans
l'instruction de son frère.

--Je crois qu'il n'y a pas matière à discussion. Ce n'est qu'en
torturant le sens d'un mot qu'on arrive à supposer qu'il s'agit de
fruits et non d'insectes. Ce sont évidemment ces derniers que mentionne
l'Ecriture. Nous avons des preuves nombreuses que du temps de
Jésus-Christ les sauterelles et le miel sauvage entraient dans
l'alimentation de ceux qui parcouraient le désert; et de nos jours
encore ces deux mets font partie de la nourriture de plusieurs tribus
nomades. Il est donc naturel d'admettre que saint Jean, habitant du
désert, en suivit forcément le régime; c'est ce qui est arrivé à des
voyageurs modernes en traversant les solitudes qui nous environnent.

J'ai lu beaucoup d'ouvrages relatifs aux sauterelles; mais, puisqu'on a
cité la Bible, je dois dire que je ne connais pas de description de ces
insectes aussi vraie et aussi belle que celle du livre saint. Faut-il la
lire, mon père?

--Certainement, répondit le porte-drapeau, satisfait de la tournure que
prenait la conversation.

Gertrude courut à la chambre voisine et en rapporta un énorme volume
relié en peau de canaa et solidifié par deux gros fermoirs de cuivre.
C'était la Bible de famille; et qu'il me soit permis de faire observer à
ce propos qu'on trouve presque chez tous les boors un livre semblable,
car les colons hollandais sont des protestants pleins de ferveur. Leur
zèle est tel, qu'ils n'hésitent pas à faire quatre fois par an un voyage
de cent milles pour assister au _nacht-maal_ ou souper des grandes fêtes
solennelles. Qu'en dites-vous?

Hans ouvrit le volume et chercha le livre du prophète Joel. La facilité
avec laquelle il trouva le passage auquel il avait fait allusion
prouvait que l'étude de l'Ecriture lui était familière.

Il lut ce qui suit:

«La sauterelle a mangé les restes de la chenille, le ver les restes de
la sauterelle, et la nielle les restes du ver.

»Réveillez-vous, hommes enivrés; pleurez et criez, vous tous qui mettez
vos délices à boire du vin, parce qu'il vous sera ôté de la bouche.

»Car un peuple fort et innombrable vient fondre sur ma terre. Ses dents
sont comme les dents d'un lion.

»Il réduira ma vigne en un désert; il arrachera l'écorce de mes
figuiers, il les dépouillera de toutes leurs figues, et leurs branches
demeureront toutes sèches et toutes nues.

»Pleurez comme une jeune femme qui se revêt d'un sac pour pleurer celui
qu'elle avait épousé étant fille.

»Les oblations du blé et du vin sont bannies de la maison du Seigneur;
les prêtres, les ministres du Seigneur pleurent.

»Pourquoi les bêtes se plaignent-elles? pourquoi les bœufs font-ils
retentir leurs mugissements, sinon parce qu'ils ne trouvent rien à
paître et que les troupeaux, même de brebis, périssent comme eux?

»Jour de ténèbres et d'obscurités, jour de nuages et de tempêtes! comme
la lumière du matin se répand en un instant sur les montagnes, ainsi un
peuple nombreux et puissant se répandra tout d'un coup sur toute la
terre.

»Il est précédé d'un feu dévorant, et suivi d'une flamme qui brûle tout.
La campagne qu'il a trouvée comme un Eden n'est, après lui, qu'un désert
affreux, et nul n'échappe à sa violence.

»A les voir marcher, on les prendrait pour des chevaux de combat, et ils
s'élanceront comme des cavaliers.

»Ils sauteront sur le sommet des montagnes avec un bruit semblable à
celui des chariots armés et d'un feu qui brûle de la paille sèche; et
ils s'avanceront comme une puissante armée qui se prépare au combat.

»Les peuples, à leur approche, trembleront d'effroi; on ne verra partout
que des visages ternis et plombés.

»Ils courront comme de vaillants soldats, ils monteront sur les murs
comme des hommes de guerre; ils marcheront serrés dans leurs rangs, sans
que jamais ils quittent leur route.

»Ils ne se presseront point les uns les autres; chacun gardera la place
qui lui a été marquée; ils se glisseront par les moindres ouvertures,
sans avoir besoin de rien abattre.

»Ils pénétreront dans les villes; ils courront sur les remparts; ils
monteront jusqu'au haut des maisons, et ils entreront par les fenêtres
comme un voleur.

»La terre tremblera devant eux, les cieux seront ébranlés, le soleil et
la lune seront obscurcis, et on ne verra plus l'éclat des étoiles.»

L'ignorant Swartboy lui-même fut frappé de la beauté poétique de cette
description; mais, tout en admirant les inspirations de Joel, il voulut
aussi dire son mot sur les sauterelles.

--Le Bosjesman ne craint pas les sauterelles. Il n'a ni jardin, ni
maïs, ni sarrasin, ni rien que les sauterelles puissent manger. Ce sont
elles qui sont mangées par le Bosjesman, et il s'en engraisse. Toutes
les créatures mangent de même les sauterelles; toutes deviennent grasses
pendant la saison des sauterelles. Vivent les sauterelles!

Les observations de Swartboy étaient assez justes. Les criquets
émigrants servent de nourriture à presque tous les animaux connus du sud
de l'Afrique. Non-seulement les carnivores s'en repaissent avec plaisir,
mais encore elles sont la proie des antilopes, des lions, des chacals,
des perdrix, des poules de Guinée, des outardes, et, ce qui est étrange,
du géant des bois africains, du monstrueux éléphant. Tous ces animaux
entreprennent de longs voyages à la suite des insectes voyageurs, dont
les moutons, les chevaux, les chiens, les poules sont également avides.

Chose plus étrange encore! les locustes se mangent entre elles. Qu'une
d'elles soit blessée et fasse obstacle à la marche, les autres se
jettent immédiatement sur la malheureuse et s'en rassasient!

Les peuplades indigènes, Hottentots, Bosjesmans, Damaras, grands et
petits Namaquas, font subir aux sauterelles une préparation culinaire
qui n'est pas exempte de raffinement. Swartboy passa la soirée à faire
cuire celles qu'il avait ramassées. Il mit dans une marmite une très
petite quantité d'eau, et laissa mijoter ses insectes à la vapeur
pendant deux heures consécutives. Il les retira, les mit sécher et les
secoua dans une poêle jusqu'à ce que les pattes et les ailes fussent
détachées des corps. Il ne restait plus qu'à les vanner. Les grosses
lèvres du Bosjesman soufflèrent tant et si bien que les ailes et les
pattes s'envolèrent.

Les sauterelles étaient bonnes à manger. Il ne fallait plus qu'un peu de
sel pour les rendre plus savoureuses. Tous les assistants s'en
régalèrent, et les enfants leur trouvèrent un excellent goût. Beaucoup
de personnes considèrent les locustes ainsi préparées comme préférables
aux crevettes.

Quelquefois, quand elles sont parfaitement sèches, on les broie en y
ajoutant de l'eau, et l'on en fait une espèce de bouillie. Une fois
desséchées, elles se gardent pendant longtemps, et forment souvent la
base de l'alimentation des pauvres indigènes pendant toute une saison.

Un grand nombre de tribus, principalement celles qui ne s'adonnent pas à
l'agriculture, accueillent avec joie l'apparition des sauterelles. Ils
sortent de leurs villages avec des sacs et des bœufs de somme, pour
ramasser la manne que le ciel leur envoie, et ils en récoltent
d'immenses monceaux qu'ils emmagasinent comme du grain.

L'entretien roula sur ces détails jusqu'à l'heure du repos. Le
porte-drapeau retourna observer le vent; puis la porte du kraal fut
fermée et toute la famille s'endormit.



CHAPITRE V.

LE LENDEMAIN


Le porte-drapeau eut un sommeil agité. Il rêva de locustes, de criquets,
de sauterelles, de toute sorte d'insectes aux longues pattes et aux yeux
à fleur de tête.

Il fut heureux de voir le premier rayon de lumière pénétrer par la
petite fenêtre de sa chambre.

Il sauta en bas de son lit, prit à peine le temps de s'habillier; et
sortit à la hâte. Les ténèbres luttaient encore avec les clartés, mais
il n'avait pas besoin de jour pour voir le vent, pour agiter une plume
ou tendre son chapeau.

La réalité était, hélas! trop évidente.

Une forte brise s'était élevée, et soufflait de l'ouest!

Eperdu, Von Bloom courut plus loin pour être plus sûr de son fait. Quand
il fut hors de l'enceinte qui entourait le kraal et le jardin, il
s'arrêta et fit une nouvelle expérience qui malheureusement confirma la
première.

La brise venait directement de l'ouest, et lui amenait les sauterelles.
Il sentait les exhalaisons des odieux insectes.

Le doute n'était plus possible.

Von Bloom, au désespoir, certain de ne pouvoir échapper à la terrible
visitation, rentra chez lui, et donna ordre de serrer avec soin dans les
armoires le linge, les hardes, les vêtements de la maison.

Les sauterelles auraient pu les dévorer, car elles ne sont pas
difficiles. Tous les végétaux leur conviennent; les feuilles amères du
tabac sont autant de leur goût que les tiges succulentes du maïs! elles
mangent la toile, le coton, la flanelle même, tout aussi bien que les
tendres bourgeons des plantes. Les pierres, le fer, le bois dur, sont à
peu près les seuls objets qui échappent à la dent de ces intrépides
gastronomes.

Von Bloom avait entendu parler de leur voracité; Hans en avait lu des
récits; Swartboy la connaissait par expérience. En conséquence, tout ce
qu'elles pouvaient détruire fut serré avec soin.

On déjeuna en silence; l'abattement qui se peignait sur les traits du
chef de la famille se communiquait à tous. Quel changement en quelques
heures! La veille encore, le porte-drapeau et les siens jouissaient d'un
bonheur sans mélange.

Il restait pourtant un faible espoir. S'il pleuvait, si le temps se
refroidissait, les sauterelles n'auraient pas la force de reprendre leur
vol; et avant le retour de la chaleur et de la sécheresse il pouvait y
avoir une saute de vent. Plaise à Dieu que le ciel se couvre de nuages,
que la température s'abaisse, que la pluie tombe par torrents.

Vœux superflus! vaine espérance! le soleil se leva dans toute sa
splendeur africaine, et les rayons qu'il dardait sur l'armée endormie la
rendirent à la vie et à l'activité. Les locustes se mirent à ramper, à
sautiller, et comme si elles eussent obéi à un même signal, elles
montèrent par myriades dans les airs.

La brise les poussait du côté des plants de maïs condamnés.

Cinq minutes après avoir pris leur essor, elles s'abattaient sur le
kraal, et couvraient les champs d'alentour. Leur vol était lent; elles
descendaient doucement, et présentaient aux yeux des spectateurs placés
au-dessus, l'aspect d'une neige noire, tombant à gros flocons. Au bout
de quelques instants, le sol disparut; les tiges de maïs, les plantes,
les buissons, les herbes des pâturages furent bientôt chargés d'épaisses
pelotes d'insectes; et comme le gros de leur armée passait à l'est de la
maison, le disque du soleil fut caché par eux comme par une éclipse!

Ils étaient disposés en échelons. Les bataillons placés à l'arrière
volaient à l'avant-garde; puis s'arrêtaient pour manger. Ils étaient
ensuite guidés par d'autres qui passaient par-dessus leurs têtes. Le
bruit produit par leurs ailes ressemblait à celui d'une roue
hydraulique, ou d'une forte brise à travers les forêts.

Le passage dura deux heures. Pendant ce temps, Von Bloom et sa famille
restèrent presque constamment enfermés, les portes et les fenêtres
fermées, pour éviter cette pluie vivante qui fouette souvent les joues
de manière à causer une sensation douloureuse. En outre, il leur était
désagréable d'écraser sous leurs pieds la masse d'insectes qui jonchait
le sol.

Malgré les précautions qu'ils prirent, quelques-uns des envahisseurs
parvinrent à se glisser dans la maison par les fentes de la porte et des
fenêtres, et dévorèrent avec avidité toutes les substances végétales
qu'ils trouvèrent.

Quand le gros de l'armée eut passé, le soleil reparut, mais il ne
brillait plus sur des champs verts et sur un jardin en fleurs. Autour de
la maison, au nord, au sud, à l'est, à l'ouest, l'oeil s'arrêtait sur
une scène de désolation. On n'apercevait pas un brin d'herbe, pas une
feuille; les arbres eux-mêmes, dépouillés de leur écorce, semblaient
avoir été flétris de la main de Dieu. Le sol n'aurait pas été plus nu ni
plus aride s'il eût été balayé par un incendie. Il n'y avait plus de
jardin, plus de maïs, plus de sarrasin, plus de ferme. Le kraal était au
milieu d'un désert!

Les paroles sont impuissantes à reproduire les émotions qu'éprouva en ce
moment Von Bloom. Quel changement en deux heures! Il pouvait à peine en
croire ses sens. Il doutait de la réalité. Il avait bien prévu que les
locustes mangeraient ses légumes et ses céréales, mais son imagination
n'avait pas conçu l'épouvantable dévastation qu'il avait sous les yeux.
Tout le paysage s'était métamorphosé. Les arbres dont la brise venait
d'agiter le feuillage avaient un aspect plus triste qu'en hiver. Le sol
même semblait avoir changé de forme. Certes, si le fermier, absent
pendant le passage des sauterelles, était revenu sans savoir ce qui
s'était passé, il n'aurait pas reconnu l'emplacement de son habitation.

Avec le flegme particulier à sa race, Von Bloom s'assit et demeura
longtemps sans mouvement et sans voix. Les enfants se groupèrent autour
de lui, le cœur gros et les larmes aux yeux. Ils ne pouvaient
apprécier toute l'étendue de leur malheur, et leur père lui-même ne la
comprit pas tout d'abord. Il ne songea qu'à la destruction de ses belles
récoltes; et si on tient compte de sa situation isolée, cette perte
irréparable suffisait pour l'accabler.

--Tout le fruit de mes travaux est perdu! s'écria-t-il d'une voix
altérée. O fortune, fortune, c'est la seconde fois que tu es cruelle
pour moi!

--Ne vous lamentez pas, mon père, lui dit une douce voix; nous sommes
sains et saufs auprès de vous.

C'était la voix de Gertrude, dont la petite main blanche se posa sur son
épaule.

Il lui sembla qu'un ange lui souriait. Il prit l'enfant entre ses bras
et la pressa avec effusion contre son cœur, et ce cœur se sentit
soulagé.

--Apporte-moi le livre, dit-il à l'un de ses fils.

On apporta la Bible; les fermoirs massifs furent rouverts, et des hymnes
pieux montèrent du milieu du désert.

Après avoir chanté un psaume, tous prièrent à genoux pendant quelques
minutes. Quand Von Bloom se releva et promena les yeux autour de lui, le
désert lui parut embeaumé comme la rose.

Telle est la magique influence de la résignation et de l'humilité sur le
cœur humain.



CHAPITRE VI.

L'ÉMIGRATION


Malgré toute sa confiance dans la protection de l'Etre suprême, Von
Bloom connaissait le proverbe: Aide-toi, le Ciel t'aidera. La religion
ne lui avait pas appris à s'abandonner passivement à la Providence, et
il s'occupa immédiatement de prendre des mesures pour se tirer
d'embarras. Sa position était non-seulement triste, mais encore
périlleuse. La plaine au milieu de laquelle il se trouvait s'étendait à
perte de vue, sans la moindre trace de végétation; mais au-delà de ces
limites, le pays n'était pas sans doute moins dévasté. Il était certain
que l'armée d'insectes dont il était victime pouvait être comptée au
nombre des plus considérables, et il savait que les sauterelles ravagent
parfois une superficie de plusieurs milliers de milles.

Il était impossible de songer à rester au kraal. Les chevaux, les
bœufs, les moutons ne pouvaient vivre sans nourriture; et s'ils
périssaient, où la famille trouverait-elle sa subsistance? Il fallait
quitter le kraal et se mettre sans retard à la recherche d'un pâturage.
Déjà les animaux, retenus à l'étable plus tard que de coutume,
beuglaient, hennissaient ou bêlaient pour demander leur délivrance. Ils
n'allaient pas tarder à avoir faim, et il était difficile de dire
comment on pourrait leur procurer des aliments.

Il n'y avait pas de temps à perdre; les minutes elles-mêmes étaient
précieuses. Von Bloom se demanda s'il monterait un de ses meilleurs
chevaux et partirait seul à la recherche d'un pâturage, ou s'il ferait
atteler sa charrette pour déménager immédiatement. Son hésitation ne fut
pas longue. Comme dans tous les cas il était forcé de quitter tôt ou
tard son domaine, il se décida à partir sans délai, avec sa famille, ses
domestiques, ses dieux lares et ses bestiaux.

--Qu'on attelle la charrette? cria-t-il à Swartboy.

Le Bosjesman, fier de la réputation qu'il avait acquise comme cocher,
s'empressa de prendre son fouet au manche de bambou, à la longue lanière
de cuir, et y mit une nouvelle mèche taillée dans la peau d'une
antilope.

--Oui, baas, je vais atteler, dit-il en faisant claquer son fouet, et
posant le manche contre le mur de la maison, il alla chercher les
bœufs de trait.

La charrette de Van Bloom était une de celles que tous les fermiers du
Cap s'enorgueillissent de posséder; c'était une tente roulante, un
véhicule de première classe que le porte-drapeau avait fait faire au
temps de sa prospérité. Il s'en servait autrefois pour mener sa femme et
ses enfants au _nacht maal_ ou au _wolikheids_. En ses beaux jours, huit
chevaux choisis traînaient rapidement l'énorme voiture. Hélas! des
bœufs devaient les remplacer, car Van Bloom n'avait que cinq chevaux
qu'il avait conservés comme montures. Quant à la charrette, elle était
en aussi bon état que lorsqu'elle excitait l'envie de tous les boors du
comté de Graaf-Reinet. Elle avait des coffres par devant, par derrière
et sur les côtés, des poches intérieures et une couverture blanche comme
la neige.

La caisse avait conservé sa solidité, et les roues étaient un
chef-d'œuvre de charronnage; c'était, en somme, ce qui restait de
meilleur au porte-drapeau, car elle valait à elle seule tout son bétail.

Pendant que Swartboy et Hendrik attachaient douze bœufs au timon avec
des harnais de peau de buffle, le boor, aidé par ses autres enfants,
chargeait sur la voiture les meubles et les ustensiles de ménage, qui
étaient en trop petit nombre pour que ce fût une tâche difficile. Au
bout d'une heure environ, la précieuse charrette eut reçu tous les
bagages; les bœufs furent attelés, les chevaux sellés, et tout fut
prêt pour le voyage.

Mais de quel côté se diriger? Jusqu'à ce moment Von Bloom n'avait pensé
qu'à franchir les frontières de la solitude désolée qui l'environnait.
Il devenait nécessaire de déterminer la direction à prendre. Il
importait d'éviter celle d'où étaient venues les sauterelles et celle
qu'elles avaient suivie en s'éloignant. Des deux côtés on était sûr de
ne pas trouver une poignée d'herbe pour les animaux affamés. En
choisissant une autre route, les voyageurs avaient plus de chance de
rencontrer un pâturage, mais ils n'étaient pas certains d'avoir de
l'eau, dont la privation les exposait à périr avec leurs bestiaux.

Von Bloom eut d'abord l'idée de se rendre aux établissements; mais ils
étaient à l'est du kraal, et la contrée qu'il fallait traverser avait dû
être ravagée par les sauterelles. D'ailleurs, dans cette direction, le
cours d'eau le plus voisin était à une distance de cinquante milles, et
les bestiaux périraient infailliblement avant de l'avoir atteint. Au
nord s'étendait le désert de Kalihari, où l'on ne connaissait point
d'oasis; et puis c'était de là qu'étaient venues les sauterelles, qui
dérivaient au sud au moment où on les avait aperçues pour la première
fois.

Il ne restait plus que l'ouest, pour lequel Von Bloom se décida. A la
vérité les insectes émigrants s'étaient montrés au bout de l'horizon
occidental, mais ils y avaient été amenés par une saute de vent, et elle
avait été trop subite pour leur laisser le temps de faire de grands
ravages.

Von Bloom savait que dans l'ouest, à une distance de quarante milles, se
trouvait un bon pâturage arrosé par une source limpide. Il avait
quelquefois poussé ses excursions jusqu'à cette source, près de laquelle
il aurait été tenté de s'établir, si elle n'eût été trop éloignée du
centre de la colonie, avec laquelle les communications seraient devenues
trop difficiles. Quoique son kraal actuel fût au delà des frontières, il
entretenait encore des relations avec les établissements, et voulait,
autant que possible, ne pas les perdre. Ces considérations de voisinage
étaient peu de chose en présence d'une imminente nécessité; aussi, après
quelques minutes de délibération, le boor donna l'ordre de marcher à
l'ouest.

Le Bosjesman monta sur le siège, fit claquer son fouet puissant et
s'avança dans la plaine. Gertrude et le petit Jan s'assirent à ses
côtés, ayant derrière eux la jolie springbok, qui allongeait la tête et
promenait autour d'elle ses yeux ronds avec une inquiète curiosité. Hans
et Hendrik, à cheval, assistés de leurs chiens, chassaient devant eux
les bœufs et les moutons.

Jetant un dernier regard sur son kraal désolé, Von Bloom lâcha la bride
à son cheval et suivit silencieusement la charrette.



CHAPITRE VII.

DE L'EAU! DE L'EAU!


La petite caravane s'avança tranquillement, mais non sans bruit. On
entendait incessamment retentir la voix de Swartboy et les claquements
de son fouet colossal, qui produisaient au loin l'effet d'une décharge
de mousqueterie. Hendrik criait à tue-tête, et Hans, d'ordinaire si
calme, était dans la nécessité de vociférer pour maintenir le troupeau
dans la bonne voie.

Par intervalles, les deux garçons, mis brusquement en réquisition,
aidaient Swartboy à guider son attelage rétif, qui aurait pu s'écarter
de la route. Hans et Hendrik galopaient en avant, remettaient la tête
des bœufs dans le droit chemin et faisaient jouer sur leurs flancs le
redoutable jambok.

Le jambok, auquel le plus mutin des animaux de trait se soumet, est un
fouet élastique, de près de six pieds de long, qui va en s'amincissant
régulièrement depuis le manche jusqu'à la pointe; il est en peau de
rhinocéros ou d'hippopotame.

Toutes les fois que les bœufs qui traînaient la charrette se
comportaient mal, et que Swartboy ne pouvait les atteindre avec son
_voorslag_ ou fouet de cocher, Hendrik les chatouillait avec son rude et
flexible jambok, et les contraignait à rentrer dans le devoir.

D'ordinaire, dans l'Afrique méridionale, les attelages de bœufs ont
un conducteur; mais ceux du porte-drapeau avaient été habitués à s'en
passer depuis que les domestiques hottentots s'étaient enfuis. Swartboy
avait souvent parcouru plusieurs milles avec son long fouet pour unique
auxiliaire; mais après le passage des criquets émigrants, la terre avait
un aspect si étrange, que les bœufs étaient en proie à une vague
terreur. D'ailleurs les sentiers qu'ils auraient pu suivre n'avaient
plus le moindre jalon. La superficie du sol était la même partout. Von
Bloom, qui possédait à merveille la configuration du pays, pouvait à
peine s'y reconnaître et n'avait pour guide que le soleil.

Hendrik surtout s'occupait de diriger les bœufs, laissant à son jeune
frère Hans le soin de conduire les bestiaux, ce qui était moins
difficile. La peur réunissait les pauvres bêtes qui marchaient ensemble,
sans dévier, n'ayant point d'herbage qui les attirât à droite ou à
gauche.

Von Bloom allait devant pour conduire la caravane. Ni lui ni ses fils
n'avaient fait de changement à leur costume, qui était celui de tous les
jours. Le porte-drapeau avait, comme la plupart des boors du Cap, un
chapeau blanc de feutre à larges bords, un gilet de peau de faon, une
grande veste de drap vert garnie sur les côtés de larges poches, et des
culottes de cuir, qu'on appelle dans le pays _carkers_. Il était chaussé
de _feldt-schoenen_ ou souliers de campagne, en cuir brut. Sur sa selle
était étendu un _kaross_ ou fourrure de léopard; il portait sur l'épaule
un _roer_, lourd fusil de gros calibre d'environ six pieds de long, avec
une platine à la mode antique. C'est l'arme en laquelle le boor met
toute sa confiance. Un Américain des frontières serait disposé à en rire
à première vue; mais, s'il connaissait la colonie du Cap, il changerait
promptement d'opinion. La carabine de petit calibre employée dans les
bois d'Amérique, et dont la balle n'est guère plus grosse qu'un pois,
serait presque inutile contre le gros gibier des contrées que nous
parcourons; mais, quelle que soit la différence des armes, il y a
d'adroits chasseurs dans les _karoos_ d'Afrique, aussi bien que dans les
forêts ou les prairies américaines.

Sous le bras gauche du porte-drapeau se courbait une immense poudrière,
qui ne pouvait provenir que de la tête d'un bœuf africain. C'était
une corne de bœuf des Bechuanas; mais on aurait pu en tirer une
semblable de la plupart des comtés du Cap. Quand elle était pleine, elle
ne comptait pas moins de six livres de poudre!

Von Bloom avait une carnassière de peau de léopard sous le bras droit,
un couteau de chasse à la ceinture, et une grosse pipe d'écume passée
dans le galon de son chapeau.

Le costume, les armes, l'équipement de Hans et de Hendrik étaient à peu
près identiques. Leurs larges culottes étaient faites de peau de mouton
tannée; ils portaient également des vestes de drap vert, des chapeaux
blancs à larges bords, et des _feldt-schoenen_ ou souliers de campagne.

Hans avait un léger fusil de chasse: Hendrik était armé d'un _yager_,
forte carabine, excellente pour le gros gibier. Il en était fier, s'en
servait avec adresse, et enfonçait un clou avec une balle à une centaine
de pas de distance. C'était le tireur par excellence de la compagnie.

Chacun des enfants avait une gibecière remplie de balles et une grosse
poire à poudre en forme de croissant. Les selles de leurs chevaux
étaient ornées de _kaross_; seulement ces fourrures étaient l'une
d'antilope et l'autre de chacal, tandis que le _kaross_ de leur père
était une peau de léopard de premier choix.

Le petit Jan était aussi revêtu d'un chapeau blanc, d'une veste,
d'amples culottes et de _feldt-schoenen_. Malgré sa petite taille,
c'était le portrait exact de son père sous le rapport du costume, un
type de boor en abrégé.

Gertrude avait un corsage piqué et brodé à la mode hollandaise, une jupe
de laine bleue. Ses cheveux blonds étaient cachés sous un chapeau de
paille garni de rubans.

Totty avait la tête nue, et elle était habillée très-simplement d'une
toile grossière de fabrication domestique.

Quant à Swartboy, il n'avait pour vêtement qu'une chemise rayée et de
vieilles culottes de cuir, sans compter le kaross en peau de mouton posé
auprès de lui.

Pendant une marche de vingt milles, les voyageurs ne trouvèrent ni eau
ni fourrage. Le soleil avait un éclat dont ils se seraient passés
volontiers, car la chaleur était aussi forte qu'entre les tropiques. Ils
l'auraient difficilement supportée sans la brise qui souffla toute la
journée. Malheureusement elle leur venait droit dans la figure, et une
épaisse poussière s'élevait du sol qu'avaient remué les sauterelles avec
leurs millions de pieds. Des nuages enveloppaient la petite caravane,
augmentaient les difficultés de la marche, couvraient les vêtements,
emplissaient la bouche ou rougissaient les yeux des infortunés
émigrants.

Ce n'était pas tout: longtemps avant la nuit, ils eurent à souffrir du
manque d'eau. Pressé de quitter le kraal désolé, Von Bloom n'avait pas
songé à mettre dans la charrette une provision d'eau. C'était une
impardonnable négligence dans une contrée comme le sud de l'Afrique, où
les sources sont rares et les ruisseaux souvent taris. Comme il se
repentit quand il sentit les tourments de la soif et entendit les cris
de ses enfants, qui demandaient de l'eau en gémissant!...

Von Bloom ne se plaignait pas: il s'accusait comme d'un crime d'une
irréflexion qui causait tant de souffrances. Du moins s'il eût pu les
calmer! mais il ne connaissait pas de source plus proche que celle dont
nous avons parlé, et il était impossible d'y arriver avant le lendemain.

Les bœufs ont le pas lent: on était parti tard, et il fallait
s'attendre à n'être guère qu'à moitié chemin quand le soleil se
coucherait. Pour trouver de l'eau, on aurait dû marcher toute la nuit;
mais comment le faire avec des animaux exténués et privés d'aliments? Le
malheureux Von Bloom pensait qu'il aurait pu ramasser assez de locustes
pour en nourrir ces bestiaux; mais il était trop tard, et il ne pouvait
que s'adresser de stériles reproches.

La voix et le long fouet du Bosjesman étaient impuissants. L'attelage se
traînait péniblement: les bêtes, depuis la veille, n'avaient mangé que
les sauterelles qui étaient tombées dans leur étable. Von Bloom prit le
parti de faire halte. En l'absence de toute route tracée, il avait
besoin du jour pour ne pas s'égarer, et d'ailleurs il eût été dangereux
de voyager à l'heure où le voleur nocturne de l'Afrique, le lion, sort
de sa tanière.

Ce fut une demi-heure avant le coucher du soleil que Von Bloom résolut
de s'arrêter. Toutefois il poussa un peu plus loin, dans l'espoir de
trouver de l'herbe. Il était à vingt milles de son point de départ, et
le pays portait toujours les traces des ravages des sauterelles. Les
buissons étaient dépouillés de leurs feuilles et de leur écorce; la
plaine avait perdu toute végétation.

Le porte-drapeau eut l'idée qu'il suivait exactement la route par
laquelle les insectes dévastateurs étaient arrivés. C'était sciemment
qu'il se dirigeait vers l'ouest; mais il avait présumé que l'armée des
sauterelles était primitivement partie du nord, et rien ne justifiait
son opinion. Si elle était venue de l'ouest, on risquait de voyager
pendant des jours entiers sans rencontrer une touffe de gazon.

Ces pensées troublèrent le fermier; il examina la plaine avec anxiété.

Swartboy observait de son côté: ses yeux perçants, familiarisés avec le
désert, découvrirent à un mille de distance un peu de verdure et de
feuillage. Il l'annonça par un cri de joie. Le courage de la caravane se
ranima, et les bœufs, comme s'ils eussent compris ce dont il
s'agissait, reprirent une plus vive allure.

Le Bosjesman ne s'était pas trompé; mais le pâturage qu'il avait signalé
ne consistait qu'en quelques maigres tiges éparses sur un terrain
rougeâtre. Il y en avait juste assez pour faire éprouver aux bestiaux le
supplice de Tantale: mais nulle part on ne voyait de quoi fournir une
bouchée à un bœuf. L'aspect de cette végétation était toutefois
rassurant: il prouvait qu'on avait franchi les limites du pays dévasté,
et l'on pouvait concevoir l'espérance d'arriver promptement à un
pâturage plus digne de ce nom.

Cette espérance ne se réalisa pas. La plaine qui s'étendait devant les
voyageurs, comme celle qu'ils venaient de parcourir, était stérile et
sauvage; mais c'était au manque d'eau, et non au passage des
sauterelles, qu'était due son aridité.

Le soleil était déjà au-dessous de l'horizon. On n'avait pas le temps de
chercher un pâturage, et la caravane s'arrêta.

Dans l'endroit où elle fit halte poussaient des arbustes en assez grand
nombre pour fournir les matériaux de deux kraals, l'un pour les bœufs
et les chevaux, l'autre pour les moutons et les chèvres; mais après tant
de fatigues et de tribulations, quel voyageur aurait eu la force de
couper les branches et de les assembler? C'était une besogne assez
pénible que de tuer un mouton pour le souper, de ramasser du bois et
d'allumer du feu. On ne fit point de kraal. Les chevaux furent attachés
autour de la charrette, et les bœufs, les moutons et les chèvres
abandonnés à eux-mêmes. Comme rien ne pouvait les tenter dans les
environs, Von Bloom espéra que, las d'une longue route, ils ne
s'écarteraient pas du campement, dont on entretint le feu toute la
nuit.



CHAPITRE VIII.

CE QUE DEVIENT LE TROUPEAU


Hélas! ils s'en écartèrent!

Au jour naissant, quand les voyageurs se réveillèrent, tout le bétail
avait disparu. Il ne restait que la vache laitière, que Totty avait liée
le soir à un buisson après avoir achevé de la traire. Bœufs, vaches,
moutons et chèvres s'étaient dispersés.

Hendrik, Hans, leur père et Swartboy montèrent à cheval et firent des
perquisitions. On retrouva les moutons et les chèvres dans les taillis
du voisinage; mais il fut constaté que les autres bêtes avaient pris la
fuite.

On suivit leurs traces; elles étaient retournées sur leurs pas, et il
était hors de doute qu'elles s'étaient dirigées vers le kraal abandonné.
Elles étaient parties à une heure peu avancée de la nuit, et avaient
marché rapidement, comme le prouvait la disposition de leurs empreintes.
Probablement elles étaient déjà arrivées à destination.

Triste découverte! Il ne fallait point songer à les rejoindre avec des
chevaux affamés et mourant de soif; et pourtant, sans bœufs de trait,
comment conduire la charrette jusqu'à la source?

La situation était embarrassante; ce fut Hans qui suggéra une solution.

--Si nous attelions les cinq chevaux à la charrette?

--Mais, dit Hendrik, nous laisserions donc nos bestiaux derrière nous?
Si nous ne les rattrapons pas ils vont se perdre.

--Nous les poursuivrons plus tard, répondit Hans. L'essentiel est
d'atteindre la source, où nous ferons reposer nos chevaux. Nous irons
ensuite chercher les bœufs pendant ce temps-là: ils seront tous
rendus au kraal où ils sont sûrs de trouver au moins de l'eau, ce qui
leur permettra de vivre jusqu'à notre arrivée.

Le projet de Hans était seul praticable, et l'on se mit en devoir de
l'exécuter. De vieux harnais, qui faisaient heureusement partie du
contenu de la charrette, en furent tirés et raccommodés tant bien que
mal. Les chevaux furent disposés en arbalète. Swartboy remonta sur son
siège, et, à la satisfaction générale, la lourde voiture marcha comme si
elle eût conservé son premier attelage.

Gertrude et le petit Jan restèrent dans la charrette; mais Von Bloom et
ses deux aînés la suivirent à pied, tant pour ne pas accroître la charge
que pour chasser les troupeaux en avant. Tous souffraient de la soif, et
en auraient souffert davantage sans la précieuse bête qui trottait
derrière la charrette, la vieille Graaf qui avait fourni déjà plusieurs
pintes de lait.

Les chevaux se comportèrent à merveille, quoique leur harnais fût
incomplet; on aurait dit qu'ils devinaient que leur bon maître était
dans l'embarras et qu'ils avaient résolu de l'en tirer. Peut-être aussi
sentaient-ils l'eau qui était devant eux. En effet, au bout de quelques
heures ils arrivèrent auprès d'une source fraîche et cristalline qui
arrosait une jolie vallée couverte d'une verdoyante pelouse.

Chacun but avec avidité. Les animaux furent lâchés dans la prairie; on
alluma du feu pour faire cuire un quartier de mouton, et les voyageurs
dînèrent de bon appétit. Le porte-drapeau, assis sur un des coffres de
la voiture, fuma tranquillement sa grande pipe d'écume. Il aurait oublié
toutes ses peines sans l'absence de ses bestiaux. Il se trouvait au
milieu d'une oasis où ne manquait ni l'herbe, ni le bois, ni l'eau et
qui pouvait aisément sustenter plusieurs centaines de têtes de bétail.
C'était un lieu favorable à l'établissement d'une ferme; mais il était
indispensable de la peupler, et par conséquent de reconquérir les
troupeaux perdus, richesse féconde dont on pouvait espérer le
développement. A l'exception de douze bœufs et deux taureaux de
Bechuana à longues cornes, il se composait de jeunes vaches de races
excellentes, et dont la postérité devait infailliblement se multiplier.
Avant de les retrouver, Von Bloom ne pouvait jouir d'une tranquillité
sans mélange. Il avait pris sa pipe pour se distraire pendant que les
chevaux paissaient; mais aussitôt qu'ils furent reposés il les fit
seller, confia au jeune Hans la garde du camp et partit pour son ancien
kraal avec Hendrik et Swartboy.

Ils chevauchèrent d'un pas rapide, déterminés à marcher toute la nuit; à
l'endroit de la route où commençait le désert, ils mirent pied à terre
et laissèrent leurs montures brouter le maigre gazon. Ils n'avaient pas
oublié de remplir leurs gourdes et avaient emporté quelques tranches de
mouton rôti. Après une heure de halte ils poursuivirent leur route
jusqu'à la place où les bœufs les avaient abandonnés. La nuit était
venue, mais la clarté de la lune leur permit d'apercevoir les ornières
creusées par les roues de la charrette. Par intervalles, Von Bloom
priait Swartboy d'inspecter le terrain. Le Bosjesman descendait de
cheval, se penchait, examinait les pas des bestiaux, et répondait
invariablement qu'ils avaient dû retourner à leur ancienne demeure. Von
Bloom était donc sûr de les y retrouver; mais seraient-ils encore
vivants? C'était douteux. Ils avaient de l'eau en abondance, mais pas de
nourriture; n'était-il pas probable qu'ils avaient succombé à la faim.

Le jour pointait lorsque Von Bloom arriva en vue de sa demeure. Elle
était méconnaissable; l'invasion des sauterelles en avait altéré
l'aspect; mais ce qui achevait de la dénaturer, c'était une rangée
d'objets noirs placés sur le bord du toit et sur les parapets du kraal.

--Qu'est-ce que c'est que cela? demanda Von Bloom dans une sorte de
soliloque, mais assez haut pour être entendu par ses compagnons.

--Ce sont des oiseaux, répondit Swartboy.

--Des vautours! s'écria Von Bloom, que font-ils là? Leur présence
n'annonce rien de bon.

La caravane s'avança, le soleil se levait, les vautours se réveillaient,
battaient des ailes, et s'abattaient sur différents points autour de la
maison.

--Il y a par là quelque charogne, murmura tristement Von Bloom.

C'était malheureusement vrai. Sur le sol gisaient une vingtaine de
carcasses mutilées, restes d'animaux dont les longues cornes recourbées
indiquaient suffisamment l'espèce.

Von Bloom reconnut ses bestiaux. Tous avaient péri, près des clôtures ou
dans la plaine voisine. Mais comment? Ils n'avaient pu mourir de faim si
vite; ils n'avaient pu mourir de soif, car la source bouillonnait près
de la place que couvraient leurs membres épars et mutilés. Les vautours
ne pouvaient les avoir tués...

Quel était donc ce mystère?

Il fut promptement expliqué, et Von Bloom n'eut pas le temps de se poser
des questions. Partout se distinguaient des traces de lions, d'hyènes et
de chacals, qui s'étaient rassemblés en grand nombre autour de la ferme
abandonnée. La rareté du gibier, produite par le passage des sauterelles
et par la dévastation des plantes dont il se nourrissait, avait affamé
les bêtes féroces, qui s'étaient jetées avec fureur sur le bétail.

Mais où étaient-elles?

La lumière du matin, la vue de la maison peut-être, les avait écartées.
Pourtant l'empreinte de leurs pas était fraîche encore. Elles ne
devaient pas s'être éloignées, et comptaient sans doute revenir la nuit
suivante.

Von Bloom éprouvait le désir de se venger des animaux qui avaient
consommé sa ruine; en d'autres circonstances, il les aurait attendus
pour en faire justice; mais dans l'état actuel des choses, c'eût été
aussi imprudent qu'inutile. Les chevaux avaient à peine assez de force
pour franchir, pendant la nuit prochaine, la distance qui les séparait
du camp. Aussi, sans entrer dans la demeure qu'ils avaient délaissée, le
porte-drapeau, Hendrik et le Bosjesman remplirent leurs gourdes à la
source, baignèrent leurs montures fatiguées, et quittèrent tristement le
kraal.



CHAPITRE IX.

LE LION


A peine les voyageurs avaient-ils fait cent pas, qu'ils s'arrêtèrent
brusquement par un mouvement simultané, à l'aspect d'un lion couché sur
la plaine, au milieu de la route même par laquelle ils étaient venus!

Ils se demandèrent comment ils ne l'avaient pas vu auparavant.

Le lion était tapi derrière un buisson dont les branches, entièrement
dépouillées de feuilles, ne cachaient qu'à demi sa robe d'un jaune
éclatant. La vérité était qu'au moment où les trois cavaliers avaient
passé, le lion se repaissait au milieu des cadavres des bestiaux.

Troublé dans son repas, il s'était glissé le long des murs et avait
couru à l'arrière afin d'éviter une rencontre. Un lion raisonne aussi
bien qu'un homme, quoique ce ne soit pas au même degré. En voyant venir
à lui les voyageurs, il avait calculé qu'ils continueraient leur route
et ne reviendraient point sur leurs pas. Un homme ignorant les
événements que nous venons de raconter aurait fait sans doute un
raisonnement analogue. Quiconque a observé les animaux, tels que les
chiens, les daims, les lièvres et même les oiseaux, a dû remarquer que
dans un cas semblable, ils semblent toujours croire que celui qui les
inquiète se portera en avant, et que leur manœuvre est celle du lion.

On a généralement des idées fausses sur le courage de cet animal.
Quelques naturalistes de mauvaise humeur lui ont contesté la seule noble
qualité qui lui avait été longtemps attribuée, et l'ont accusé
ouvertement de couardise. D'autres, au contraire, assurent qu'il ne
craint personne, qu'il ne recule jamais, et le douent en outre de vertus
nombreuses. Les deux opinions s'appuient non pas sur des théories, mais
sur des faits bien constatés. Comment les concilier? toutes deux ne
peuvent être également fondées, et pourtant toutes deux ont un côté
vrai. Il y a des lions lâches et des lions courageux, et si l'espace ne
nous manquait, nous pourrions en fournir des preuves surabondantes. Nous
nous bornerons, mes chers lecteurs, à faire une comparaison. Savez-vous
une espèce dont tous les individus aient évidemment le même caractère?
Pensez aux chiens de votre connaissance; sont-ils semblables? n'en
voyez-vous pas de nobles, de fidèles, de généreux, tandis que d'autres
sont de misérables roquets?

Il en est de même des lions.

Diverses causes influent sur la bravoure et la férocité du lion: son
âge, l'heure du jour, la saison de l'année, l'état de son estomac, mais
surtout le genre de chasseurs que fréquente la région qu'il habite.

Cette dernière assertion n'aura rien d'étrange pour ceux-là qui croient
comme moi à l'intelligence des animaux. Il est naturel que le lion
apprenne vite quels adversaires il a devant lui, et qu'il éprouve plus
ou moins de crainte, selon les circonstances. J'ai remarqué ailleurs que
l'alligator du Mississipi poursuivait autrefois les hommes, mais qu'il
ne les attaque plus désormais. La carabine du chasseur l'a dompté. Il
respecte la vie du blanc, et pourtant dans l'Amérique du Sud les
individus de sa race mangent les Indiens par vingtaines.

Les lions du Cap sont devenus timides dans les districts où ils ont été
harcelés par les boors armés de redoutables carabines. Au delà des
frontières, ils bravent l'homme impunément. La mince flèche du Bosjesman
et la lance du Bechuana ne leur inspirent aucune terreur.

Le lion qui se présentait à nos aventuriers était-il naturellement
brave? voilà ce qu'on ne pouvait encore savoir. Son énorme crinière
noire donnait lieu de croire qu'il était dangereux, car les lions à
crinière jaune passent pour inférieurs en audace et en férocité à ceux
dont les épaules sont couvertes de poils plus foncés. Au reste, cette
distinction n'a jamais été positivement établie. La crinière du lion ne
brunit que lorsqu'il est avancé en âge, et quand il est jeune, il est
exposé à être confondu avec un individu de la variété dont les poils
restent jaunes.

Von Bloom ne chercha pas à éclaircir si l'animal était brave ou bon; il
était évidemment rassasié, incapable de méditer une attaque, et disposé
à vivre en paix avec les voyageurs, pourvu que ceux-ci consentissent à
faire un détour. Mais le porte-drapeau n'en avait nullement l'intention.
Son sang hollandais était échauffé. Il tenait à faire justice d'un des
maraudeurs qui avaient dévoré ses bestiaux, et quand même la bête eût
été la plus terrible de sa race, il n'aurait pas reculé.

Il ordonna à Hendrik et à Swartboy de ne pas bouger, et s'avança
résolument à environ cinquante pas du lion; là il mit pied à terre,
passa son bras dans la bride et planta en terre la longue baguette de
son roer, derrière laquelle il s'agenouilla.

On pensera sans doute qu'il eût mieux fait de rester en selle, afin de
pouvoir fuir après avoir lâché son coup. A la vérité il aurait été plus
en sûreté, mais il aurait perdu ses chances de succès. Il n'est jamais
facile de viser juste à cheval, et cela est impossible lorsque le but
est un lion, car le coursier le mieux dressé ne saurait en ce cas
conserver le sang-froid nécessaire. Von Bloom ne voulait point tirer au
hasard. Il posa le canon de son fusil sur l'extrémité de la baguette et
prit tranquillement son point de mire.

Pendant ce temps, le lion n'avait pas changé de place. Le buisson
s'interposait entre lui et le chasseur, mais il ne pouvait se croire
suffisamment caché. On distinguait à travers les branches épineuses ses
flancs jaunâtres et son museau rouge du sang des bœufs. Les
grognements sourds et les faibles mouvements de sa queue attestaient
qu'il voyait l'ennemi, mais conformément aux habitudes des animaux de
son espèce, il attendait qu'on approchât.

Von Bloom ajusta longtemps, dans la crainte que sa balle ne fût écartée
par quelque branche. Le coup partit, et le lion fit un bond de plusieurs
pieds. Il avait été touché au flanc et se levait furieux en montrant ses
dents formidables. Sa crinière hérissée augmentait sa taille et le
faisait paraître aussi grand qu'un taureau. En quelques secondes il eut
franchi la distance qui le séparait du lieu où s'était posté le
chasseur; mais celui-ci ne l'avait pas attendu. Il avait sauté sur son
cheval pour rejoindre ses compagnons.

Tous trois durent songer à fuir au galop. Hendrik et son père coururent
d'un côté, tandis que Swartboy se dirigea d'un autre. Le lion, qui se
trouvait au centre, s'arrêta indécis, comme s'il se fût demandé lequel
des trois il devait poursuivre. Son aspect était terrible en ce moment.
Il avait la crinière hérissée et battait ses flancs de sa longue queue.
Sa bouche ouverte laissait voir des dents acérées, dont la blancheur
contrastait avec la rougeur du sang qui empourprait ses babines. Il
poussait d'affreux rugissements; mais aucun de ses adversaires ne se
laissa troubler par l'épouvante. Hendrik fit feu de sa carabine, tendis
que Swartboy décochait une flèche qui s'enfonça dans la cuisse de
l'animal. La balle d'Hendrik dut porter également, car le lion, qui
avait montré jusqu'alors une ferme résolution, parut saisi d'une terreur
panique. Il laissa retomber sa queue au niveau de son épine dorsale,
baissa la tête, et s'achemina vers la porte du kraal.



CHAPITRE X.

LE LION PRIS AU PIÈGE


Il était assez singulier que le lion cherchât un pareil asile, mais il
faisait par là preuve de sagacité. Il n'y avait point d'autre abri aux
alentours, et s'il avait entrepris de courir à travers la plaine, les
cavaliers l'auraient atteint facilement. Il savait que la maison était
inhabitée et connaissait la localité pour y avoir rôdé toute la nuit.
Son instinct le guidait à merveille. Les murailles de la maison le
protégeaient contre le feu de ses antagonistes; ils ne pouvaient ni
tirer de loin, ni s'approcher sans danger.

Un incident bizarre signala l'entrée du lion au kraal. D'un côté de la
maison s'ouvrait une grande croisée sans vitres, comme toutes les
fenêtres du pays, mais fermée par d'épais volets de bois. Au moment où
le lion pénétrait dans l'intérieur par la porte entrebaillée, les volets
de la fenêtre tournèrent sur leurs gonds, et laissèrent passage à une
bande de petits animaux qui tenaient du loup et du renard: c'était des
chacals. Comme on s'en assura par la suite, un des bœufs avait été
poursuivi et tué dans la maison. Les lions et les hyènes l'avaient
dédaigné, et les chacals le dépeçaient tranquillement, lorsque leur
terrible roi les dérangea avec si peu de cérémonie. Le voyant irrité,
ils battirent promptement en retraite. Quand ils furent dehors, l'aspect
des cavaliers précipita leur fuite, et ils ne s'arrêtèrent que lorsqu'on
les eût perdus de vue.

Les trois chasseurs ne purent s'empêcher de rire. Mais leurs
dispositions furent bientôt modifiées par un autre incident.

Von Bloom avait amené ses deux beaux chiens pour l'aider à reprendre le
bétail. En arrivant ils s'étaient jetés sur une carcasse à demi rongée,
et avaient achevé de la dépouiller sans s'inquiéter de ce qui se
passait. Ils n'avaient pas aperçu le lion; mais ses rugissements, la
détonation des armes à feu, le vol bruyant des vautours effarouchés les
avertirent de sa présence, et ils abandonnèrent leur repas au moment où,
dans son trouble, il franchissait la porte du kraal.

Sans hésiter, les valeureux chiens suivirent la redoutable bête dans
l'intérieur de la maison. On entendit pendant quelques instants un
mélange confus d'aboiements, de grognements, de rugissements; puis le
bruit sourd d'un corps lancé contre le mur, des hurlements plaintifs, un
craquement d'os brisés, la basse retentissante du principal combattant.
Enfin le plus profond silence s'établit.

La lutte était terminée.

Les chasseurs ne riaient plus; ils avaient écouté avec angoisse les
bruits sinistres du combat, et ils tremblèrent quand ces bruits eurent
cessé.

Ils appelèrent chacun des chiens par son nom, dans l'espoir de le voir
sortir, même blessé; mais ni l'un ni l'autre ne sortirent. Après une
longue et inutile attente, Von Bloom dut se résigner à l'idée que ses
deux derniers chiens étaient morts.

Accablé par ce nouveau malheur, il oublia presque la prudence, et fut
sur le point de se ruer vers la porte pour tirer à bout portant son
odieux ennemi: mais une lueur brillante traversa la cervelle de
Swartboy.

--Baas! baas! enfermons le lion!

Le projet était raisonnable; mais comment l'exécuter? Si l'on parvenait
à tirer la porte ou les volets de la fenêtre, on n'avait plus rien à
craindre du lion; mais il fallait s'approcher de lui, et dans sa rage il
était certain qu'il s'élancerait sur le premier assaillant. En restant
en selle on ne diminuait pas le danger. Les chevaux piétinaient et
s'élançaient toutes les fois qu'un rugissement leur révélait la présence
du lion. Il leur était impossible de conserver assez de sang-froid pour
approcher de la porte ou de la fenêtre. Leurs hennissements, leurs
caracoles, auraient empêché les cavaliers de se pencher pour saisir le
loquet ou les boutons.

Il était clair que la fermeture de la porte ou des fenêtres offrait un
danger sérieux. Tant que les cavaliers étaient en plaine et à quelque
distance du lion, ils le bravaient impunément; mais ils étaient exposés
à devenir ses victimes s'ils pénétraient dans l'enceinte et
s'aventuraient à proximité du logis.

Quoique l'intelligence d'un Bosjesman soit bornée, elle excelle dans une
spécialité. L'instinct qui le guide à la chasse ferait honneur aux
facultés d'un homme de la race caucassienne. C'est l'exercice qui
développe cet instinct particulier chez le Bosjesman, dont l'existence
dépend souvent de sa sagacité. La tête informe que Swartboy portait sur
ses épaules renfermait une cervelle d'assez bonne qualité, et il avait
appris à en faire usage dans le cours d'une vie aventureuse, pendant
laquelle il avait maintes fois lutté contre les dangers et les
privations.

--Baas, dit-il en s'efforçant de modérer l'impatience de son maître,
écartez-vous un peu et laissez-moi le soin de fermer la porte: je m'en
charge.

--De quelle manière? demanda Von Bloom.

--Vous le verrez, vous n'attendrez pas longtemps.

Von Bloom et Hendrik s'arrêtèrent à trois cents pas du kraal, tandis que
le Bosjesman attachait au bout d'une flèche une ficelle qu'il avait
tirée de sa poche. Il s'avança ensuite à trente yards de la maison et
mit pied à terre, non pas en face de l'entrée, mais de côté, afin
d'avoir devant lui la porte de bois, qui était aux trois quarts ouverte.

Il tendit son arc, et lança dans la porte une flèche qui se planta sous
le loquet. Aussitôt après il sauta en selle, mais sans perdre le bout de
la ficelle, dont l'autre extrémité était attachée à la flèche.

Le frémissement du fer acéré dans le bois avait attiré l'attention du
lion. Il exhala sa colère par un grondement prolongé, mais il ne se
montra pas.

Swartboy tira doucement la corde, s'assura qu'elle était solide, et par
une secousse plus forte fit tomber le loquet à sa place. Pour ouvrir la
porte il eût fallu que le lion en brisât les planches épaisses, ou qu'il
eût assez d'instinct pour lever le loquet. Ce n'était pas à craindre,
mais il pouvait encore sortir par la fenêtre.

Swartboy avait l'intention de la fermer; seulement n'ayant qu'un peloton
de ficelle, il était obligé de le détacher préalablement de la flèche,
opération pendant laquelle il courait le risque d'être surpris par son
farouche antagoniste. Sans être lâche, le Bosjesman avait plus d'astuce
que de bravoure, et ne se souciait nullement d'approcher du kraal. Les
rugissements qui en sortaient auraient ébranlé une résolution plus ferme
que la sienne.

Heureusement pour lui, Hendrik imagina un moyen de reprendre possession
de la ficelle, tout en se tenant à distance.

Il cria à Swartboy d'être sur ses gardes, et se dirigea vers un poteau
garni de plusieurs barres transversales qui avaient servi à attacher les
chevaux.

Il descendit de cheval, attacha sa bride à l'une des barres, et posa sur
une autre le canon de sa carabine. Après avoir visé avec soin, il tira
et enleva la flèche qui tenait à la porte. Tous se tenaient prêts à
s'éloigner au galop; mais l'explosion fit grommeler le lion sans qu'il
tentât une sortie.

Swartboy attacha sa ficelle à une nouvelle flèche qu'il lança contre les
volets. Elle y pénétra profondément. Au bout de quelques minutes, les
volets tournèrent sur leurs gonds et furent hermétiquement fermés. Les
trois chasseurs mirent pied à terre en silence, s'avancèrent d'un pas
rapide, et assujettirent la porte et les volets avec de fortes lanières
de cuir brut.

Hurrah! le lion était en cage.



CHAPITRE XI.

LA MORT DU LION


Les trois chasseurs respirèrent plus librement. Mais quel devait être
l'issue de leur entreprise? ils eurent beau regarder à travers les
fentes dans l'intérieur du kraal où régnait une obscurité complète, ils
ne virent pas le lion. Et quand même ils l'auraient vu, ils n'avaient
aucune ouverture pour y passer le bout d'un fusil et faire feu sur lui.
Il n'était pas moins en sûreté que ceux qui l'avaient fait prisonnier.
Tant que la porte restait fermée, il ne pouvait leur faire plus de mal
qu'ils ne pouvaient lui en faire eux-mêmes.

--Laissons-le enfermé, dit Hendrik. Il mangera les restes abandonnés par
les chacals avec les cadavres des deux chiens, et quand ses provisions
seront épuisées, il périra misérablement.

Ce n'est pas prudent, dit Swartboy; il a des griffes et des dents, et
maintenant il va travailler à se délivrer. S'il y parvenait nous serions
perdus.

Von Bloom était rancunier, et bien déterminé à ne pas quitter la place
avant d'avoir tué l'animal. Pendant que ses deux compagnons conféraient,
il cherchait dans sa tête les moyens de l'atteindre. Il eut d'abord
l'idée de tailler dans la porte un trou assez large pour y passer le
bout de son roer. S'il ne réussissait pas à voir le lion par cette
ouverture, il se proposait d'en tailler une seconde dans le volet.
Toutes deux, se faisant face, devaient éclairer l'intérieur, qui ne
formait qu'une seule pièce depuis qu'on en avait enlevé la cloison de
peau de zèbre.

Ce qui lui fit renoncer à ce projet, c'était le temps indispensable pour
l'accomplir. Avant que les deux brèches fussent ouvertes, le prisonnier
pouvait forcer la porte. Il importait d'ailleurs de ne pas séjourner
longtemps loin d'un pâturage, car les chevaux étaient déjà affaiblis par
la faim.

--Mon père, dit Hendrik, si nous mettions le feu à la maison?

--Bonne idée, répondit Von Bloom.

Les yeux se portèrent sur la toiture. Elle se composait de grosses
solives recouvertes de lattes et de chevrons sur lesquels s'étendait un
lit de joncs d'un pied d'épaisseur. Il y avait là de quoi allumer un
grand brasier dont la fumée suffoquerait probablement le lion avant que
la flamme l'atteignît.

Les trois chasseurs amassèrent immédiatement des fagots et les
amoncelèrent contre la porte. On aurait dit que le lion avait deviné
leurs intentions, car il recommença à rugir. Le bruit des bûches qu'on
empilait redoubla son inquiétude. Impatient de quitter un asile qui
menaçait de devenir son tombeau, il courut alternativement de la porte à
la fenêtre en les frappant avec ses énormes pattes.

Les travailleurs poursuivirent leur tâche avec activité. Ils prévirent
le cas où l'animal, furieux, se frayerait un passage à travers les
flammes, et firent avancer leurs chevaux, dans l'intention de se mettre
en route dès qu'ils auraient allumé l'incendie.

Ils avaient entassé devant la porte du bois sec et des broussailles;
Swartboy avait pris son briquet et s'apprêtait à frapper la pierre avec
l'acier, lorsqu'un grattement tout particulier se fit entendre à
l'intérieur. Le lion semblait se débattre avec violence et promener ses
pattes contre le mur; sa voix était sourde et étouffée comme si elle fût
venue de loin.

Les trois chasseurs se regardèrent avec anxiété.

Le grattement continuait; la voix était de moins en moins distincte;
mais tout à coup elle fit entendre un rugissement si perçant qu'ils
tressaillirent d'effroi. Ils ne pouvaient croire qu'il y eût une
muraille entre eux et leur formidable adversaire. Le rugissement fut
répété. Grand Dieu, il ne partait plus de l'intérieur, il grondait
au-dessus de leurs têtes! le lion était-il sur le toit?

Tous trois reculèrent et levèrent les yeux. Le spectacle qu'ils
aperçurent les remplirent de surprise et de terreur. La tête du lion
sortait du tuyau de la cheminée. Ses yeux étincelants et ses dents
blanches formaient un effrayant contraste avec la suie dont il était
souillé. Il s'efforçait de grimper. Déjà il avait un pied en dehors du
couronnement.

Nos aventuriers se seraient enfuis s'ils n'avaient remarqué que l'animal
avait la partie inférieure du corps engagée et retenue par quelque
obstacle. Pourtant ses dents et ses griffes étaient à l'œuvre. Les
pierres et le mortier pleuvaient autour de lui, et il allait bientôt
débarrasser sa large poitrine.

Von Bloom ne lui en laissa pas le temps.

Il arma son roer; Hendrik visa avec sa carabine, et les deux coups
partirent à la fois.

Les yeux du lion se fermèrent. Il agita convulsivement la tête. Ses
pattes tombèrent inertes sur le couronnement; ses mâchoires s'ouvrirent
et le sang ruissela sur sa langue. Au bout de quelques minutes il était
mort. Toutefois, Swartboy, pour sa satisfaction personnelle, décocha une
vingtaine de flèches à la tête de l'animal qui devint semblable à celle
d'un porc-épic.

L'énorme bête était tellement serrée dans le tuyau que, même après sa
mort, elle conserva sa bizarre position. En d'autres circonstances on
l'aurait descendue pour prendre sa peau, mais on n'avait pas le temps de
l'écorcher. Von Bloom et ses compagnons remontèrent à cheval et se
remirent en route sans délai.



CHAPITRE XII.

LA VÉRITÉ SUR LES LIONS


Chemin faisant, la conversation roula sur les lions. Swartboy, né et
élevé dans les bois, pour ainsi dire au milieu de leurs tannières, était
instruit de leurs habitudes beaucoup mieux que Buffon lui-même.

Il serait inutile de décrire l'extérieur du lion. Il n'est aucun de nos
lecteurs qui ne le connaisse pour l'avoir vu vivant dans une collection
zoologique, ou empaillé dans un muséum. On sait que la femelle se
distingue du mâle par ses dimensions et par l'absence de crinière. Il
n'y a pas deux espèces de lions, mais il y a sept variétés reconnues:

Le lion de Barbarie;

Le lion du Sénégal;

Le lion indien;

Le lion persan;

Le lion jaune du Cap;

Le lion noir du Cap;

Le lion sans crinière.

On ne remarque pas entre ces variétés les différences essentielles qui
distinguent celles de la plupart des animaux, et l'on peut constater au
premier coup d'œil qu'elles appartiennent toutes à la même espèce.

Le lion de Perse est un peu plus petit que les autres.

Le lion de Barbarie est d'un brun plus foncé et porte une épaisse
crinière. Celle du lion du Sénégal est comparativement insignifiante. Ce
dernier est d'un jaune clair et brillant.

On prétend que le lion sans crinière se trouve en Asie, mais quelques
naturalistes ont révoqué en doute son existence.

Les deux lions du Cap se distinguent principalement l'un de l'autre par
la couleur de la crinière. Celle de l'un est noire ou d'un brun foncé;
celle de l'autre fauve, comme le reste de son corps.

Les lions de l'Afrique méridionale sont plus grands que les autres, et
la variété noire est la plus féroce et la plus dangereuse.

Les lions habitent tout le continent africain et la partie méridionale
de l'Asie. Ils étaient jadis communs au sud de l'Europe, d'où ils ont
disparu. Il n'y en a pas en Amérique. L'animal appelé lion dans les
colonies espagnoles est le couguar ou puma (_felis concolor_), qui n'a
pas un tiers de la taille du lion, et ne lui ressemble que par sa
couleur fauve. Le puma a quelque analogie avec un lionceau de six mois.

L'Afrique est la terre natale du lion. On l'y rencontre partout, excepté
dans les pays où la population s'est agglomérée.

On a donné au lion le titre de roi des forêts; mais il ne le mérite pas.
A proprement parler, ce n'est pas un animal des bois. Il n'est pas
organisé pour monter sur les arbres, et il trouverait sa nourriture
moins aisément dans une forêt qu'en plaine. La panthère, le léopard, le
jaguar peuvent suivre l'oiseau dans son nid et le singe sur les cimes
les plus élevées. La forêt est leur domicile naturel; mais le lion hante
les grandes plaines où paissent les ruminants, et se cache dans les
taillis dont elles sont bordées. Il se repaît de la chair de divers
animaux, préférant les uns aux autres, suivant le pays où il se trouve.
Il les tue pour lui, bien qu'il lui arrive parfois d'enlever une proie
au loup, au chacal et à la l'hyène. C'est à tort qu'on a supposé que le
chacal était son pourvoyeur. Si cet animal l'accompagne souvent, c'est
pour recueillir ses restes, et on peut dire avec plus de raison que le
lion est le pourvoyeur du chacal.

Le lion ne court pas vite, et la plupart des grands ruminants pourraient
le distancer sans peine; s'il s'en empare, c'est par la ruse, par la
soudaineté de l'attaque et par l'agilité de son bond. Il se glisse près
d'eux à la dérobée, ou se tient en embuscade, et s'élance de l'endroit
où il est tapi. Sa structure anatomique lui permet de franchir en
sautant une intervalle que certains écrivains, témoins oculaires,
évaluent à seize pas. S'il manque sa proie du premier bond, il est rare
qu'il la poursuive. Quelquefois pourtant il fait une seconde et même
une troisième tentative; mais en cas d'insuccès, il s'éloigne sans
inquiéter davantage la victime qu'il comptait immoler.

Les lions vivent isolés; cependant on en trouve jusqu'à dix à la fois
qui chassent de compagnie et se renvoient le gibier. Ils attaquent
presque tous les autres animaux. Le bison, la girafe, l'oryx, l'élan, le
gnou, les jeunes éléphants succombent sous leurs coups. Le rhinocéros
lui-même n'est pas à l'abri de leurs atteintes; mais on s'abuserait en
croyant qu'ils sont toujours vainqueurs, tantôt ils sont terrassés,
tantôt les deux combattants restent sur le champ de bataille.

La chasse au lion n'est pas une profession. Sa dépouille n'a point de
valeur, et comme on ne saurait l'attaquer sans danger, on ne songerait
pas à le détruire s'il ne prenait l'offensive en dévorant les chevaux et
les bœufs des fermiers. Ceux-ci, brûlant de se venger, se mettent en
campagne; et dans certains districts on chasse le lion avec une
infatigable activité; mais dans les contrées où l'on n'élève pas de
bestiaux on le laisse généralement tranquille. Il y a plus, les
Bosjesmans et autres tribus errantes respectent sa vie et ne voient en
lui qu'un pourvoyeur!

Hendrick, qui avait entendu parler de ce fait, demanda à Swartboy s'il
était vrai, et le Bosjesman répondit affirmativement.

--Mes compatriotes, dit-il, ont l'habitude d'épier le lion, de suivre
ses traces jusqu'à ce qu'ils le rencontrent. Quelquefois ils sont guidés
par les vautours. Quand on a découvert son gîte, on attend qu'il ait
fini son repas et qu'il s'éloigne. Alors on s'approche et on s'approprie
ses restes. De cette façon, le Bosjesman s'empare souvent des trois
quarts d'un animal de haute taille qu'il aurait eu de la peine à tuer
lui-même. Sachant que le lion est peu disposé à l'attaquer, il n'en a
pas peur; au contraire, il se félicite de le voir. Il est heureux quand
les lions sont en grand nombre dans une contrée, parce que ce sont des
chasseurs qui lui fournissent régulièrement des vivres.



CHAPITRE XIII.

LES VOYAGEURS ANUITÉS


Nos voyageur auraient longuement disserté sur les lions sans la fâcheuse
condition de leurs chevaux. Les pauvres bêtes n'avaient brouté que
pendant quelques heures depuis le passage des criquets émigrants; elles
souffraient cruellement et il leur restait encore à faire un long trajet
avant d'arriver au camp.

La nuit était sombre quand elles s'arrêtèrent à l'endroit où elles
s'étaient reposées le soir précédent. Il n'y avait ni lune, ni étoiles.
Les gros nuages noirs qui couvraient la voûte du ciel présageaient un
orage; mais la pluie n'était pas encore tombée.

L'intention des voyageurs était de faire halte et de laisser reposer
leurs chevaux. Ils mirent pied à terre; mais, après avoir exploré le
terrain, ils n'y trouvèrent pas trace de gazon!

Ce fait leur parut étrange; ils étaient sûrs d'avoir observé la veille
des touffes d'herbe à la même place, et il n'y en avait plus!

Les chevaux baissèrent leurs naseaux vers la terre, les relevèrent en
ronflant, et parurent désappointés. Ils auraient mangé les moindres
brins d'herbe, car ils arrachaient avec avidité les feuilles des
buissons devant lesquels ils passaient.

Est-ce que les locustes étaient venues de ce côté? Non: les gazons
avaient disparu; mais les taillis de mimosas, qu'elles n'auraient pas
manqué de dévaster, avaient conservé leur feuillage délicat.

Les voyageurs s'étaient-ils trompés de route? C'était impossible. Von
Bloom avait déjà fait quatre fois ce chemin. Quoique l'obscurité
l'empêchât d'en voir la superficie, il remarquait de loin en loin des
buissons qui lui étaient connus, et dont la vue le confirmait dans
l'opinion qu'il était dans la bonne voie.

Surpris au dernier point, il aurait examiné le sol avec attention, s'il
n'avait eu hâte d'arriver à la source. L'eau des gourdes était épuisée
depuis longtemps; hommes et chevaux souffraient encore une fois de la
soif.

D'ailleurs, Von Bloom n'était pas sans inquiétude sur le sort de ses
enfants, dont il était séparé depuis un jour et demi. Plus d'un
changement pouvait être survenu pendant l'intervalle. Pourquoi les avoir
laissés seuls, exposés à des dangers imprévus? Il aurait mieux valu
abandonner le bétail à sa malheureuse destinée.

Telles étaient les tardives réflexions du porte-drapeau. Un
pressentiment lui disait qu'il était arrivé quelque malheur.

Les voyageurs s'avançaient en silence; ce fut Hendrick qui entama de
nouveau la conversation en disant:

--Je suis d'avis que nous nous sommes égarés.

--Rassure-toi, répondit Von Bloom; nous suivons la bonne direction.

--Baas, dit à son tour le Bosjesman, je ne m'y reconnais plus.

--Va toujours, reprit le fermier; nous nous rapprochons de notre camp.

Cependant, un mille plus loin, il avoua qu'il commençait à sentir le
premier trouble de l'incertitude. Au bout d'un autre mille, il déclara
qu'il était perdu.

Ce qu'il y avait de mieux à faire en pareil cas, c'était de s'en
rapporter à la sagacité instinctive des chevaux; mais ils avaient faim,
et quand on les abandonnait à eux-mêmes, ils se ruaient sur les mimosas.
On était obligé de les presser à coups de fouet et d'éperons, de sorte
qu'il était difficile de conserver à leur marche quelque régularité.

Nos voyageurs calculaient qu'ils devaient être près de leur camp; mais
n'en voyant pas briller le feu, ils résolurent de faire halte. Ils
attachèrent leurs chevaux à des buissons, s'enveloppèrent dans leur
kaross et se couchèrent. Hendrick et Swartboy furent bientôt endormis.
Von Bloom était assez fatigué pour les imiter; mais les angoisses de son
cœur paternel l'empêchèrent de fermer les yeux.

Il attendit l'aurore avec impatience, et dès les premières clartés
promena ses regards sur les environs. Ils s'étaient par hasard arrêtés
sur une éminence d'où l'on dominait une grande étendue de pays; mais il
n'eut pas la peine de faire le tour de ce panorama. Du premier coup
d'œil il aperçut la tente blanche de sa charrette.

Le cri de joie qu'il poussa réveilla les dormeurs. Ils se levèrent
aussitôt et partagèrent la satisfaction de Von Bloom; mais peu à peu
elle fit place à la surprise. Etait-ce bien leur charette? Etait-ce bien
la place où il l'avait laissée?

La vallée où ils avaient campé était de forme oblongue, resserrée entre
deux pentes douces, et arrosée par une source qui alimentait un étang.
Ils voyaient l'eau étinceler à la lumière du soleil; il leur semblait
reconnaître les monticules qui bordaient le vallon; mais ils cherchaient
vainement le verdoyant tapis dont ils l'avaient vu couvert. Le sol
qu'ils avaient sous les yeux était nu. Les buissons qui croissaient çà
et là n'avaient point de feuilles et les arbres seuls conservaient un
peu de verdure. Le paysage n'offrait qu'une vague analogie avec celui
qui environnait leur camp.

--Cette charrette doit appartenir à d'autres voyageurs, se dirent
Hendrick et Von Bloom.

--Attendez! s'écria Swartboy en se baissant brusquement.

Le Bosjesman étudia le terrain, sur lequel il appela l'attention de ses
compagnons. Ils y remarquèrent avec stupéfaction les traces de plusieurs
milliers de sabots. La terre avait l'aspect d'un vaste parc à moutons;
si vaste qu'elle était foulée de toutes parts à perte de vue.

--Qu'est-ce que cela signifie? demanda Hendrik.

--Je n'y comprends rien, dit Von Bloom.

--Je vais vous l'expliquer, dit Swartboy. C'est bien notre charrette
dans la même vallée, au bord de la même source, mais seulement il y a eu
un _trek-boken_.

--Un _trek-boken_! s'écrièrent Von Bloom et Hendrik.

--Oui, baas, et il a été très-grand. Voyez plutôt les traces des
antilopes!

Von Bloom se rendit compte alors de la nudité du pays, de l'absence des
feuilles dans les buissons et des milliers d'empreintes dont le sol
était couvert. Un trek-boken avait eu lieu, c'est-à-dire que des
troupeaux d'antilopes springboks avaient traversé la contrée dans une de
leurs émigrations.

Les alarmes de Von Bloom se dissipèrent en partie; cependant il
s'empressa de débrider son cheval et de descendre dans la vallée. En
approchant, il vit autour de la charrette les deux chevaux et la vache
attachés aux roues de la charrette, sous laquelle s'allongeait une masse
informe. Le feu du camp brûlait derrière le véhicule. Le cœur
palpitant, les yeux fixes, les deux voyageurs s'avancèrent
précipitamment, sans que personne vînt à leur rencontre. Leur souffrance
était au comble, lorsque les deux chevaux attachés à la charette
hennirent avec bruit. La masse noire qui était dessous s'agita et se
dressa brusquement: c'était Totty. Les rideaux qui fermaient la tente
s'écartèrent pour livrer passage à trois jeunes têtes. Peu de temps
après le petit Jan et Gertrude sautaient dans les bras de leur père,
tandis que Hans et Hendrik, Swartboy et Totty échangeaient de joyeuses
félicitations.



CHAPITRE XIV.

LE TREK-BOKEN


Ceux qui étaient restés au camp avaient eu leurs aventures. Leur récit
fut de nature à troubler la satisfaction générale, car ils révélèrent un
fâcheux événement. Les moutons et les chèvres avaient été entraînés de
la manière la plus singulière, et on avait peu d'espoir de les revoir
jamais. Voici quel fut le rapport de Hans:

«Le jour de votre départ, il ne se passa rien de particulier. Dans
l'après-midi, je travaillai à couper des faisceaux d'épines pour faire
un kraal; Totty m'aida à les ranger, tandis que Jan et Gertrude
surveillaient le troupeau. Fatigué d'une longue course et trouvant de
l'herbe à discrétion, il ne s'écarta pas de la vallée. Avec le concours
de Totty je parvins à établir le kraal que vous voyez. On y mit les
moutons, les chèvres et la vache, qu'on eut soin de traire. Nous étions
là, et nous dormions tous jusqu'au matin sans nous déranger. Les chacals
et les hyènes vinrent rôder autour de nous, mais il leur fut impossible
de franchir la haie épineuse. Au point du jour nous déjeunâmes avec du
lait et les restes de la veille. Les moutons, les chèvres, la vache et
les deux chevaux furent cachés dans le vallon, sous la surveillance de
Totty. J'enjoignis à Jan et à Gertrude de ne pas s'écarter de la
charrette, et prenant mon fusil, je me mis en devoir d'aller chercher de
quoi dîner. Je ne me souciais pas de tuer encore un mouton.

«Je ne montai point à cheval. Il me semblait avoir aperçu des antilopes
dans la plaine, et il était plus facile de s'en approcher à pied. Quand
je fus sorti de la vallée, j'eus devant les yeux un spectacle qui
m'étonna, je puis vous l'assurer. Du côté de l'est, toute la plaine
disparaissait sous une multitude innombrable d'animaux. A leurs flancs
d'un jaune éclatant, aux poils blancs de leur croupe, je reconnus des
antilopes springboks. Elles étaient dans une vive agitation. Tandis que
les unes broutaient en marchant, d'autres faisaient en l'air des bonds
prodigieux et retombaient sur le dos de leurs camarades. Jamais je
n'avais rien vu de plus bizarre et de plus agréable à la fois. Je
jouissais paisiblement de ce spectacle, car je savais que ces petites
gazelles étaient parfaitement inoffensives. J'allais m'avancer vers
elles, lorsque je les vis se diriger vers moi avec une vitesse
surprenante. Je n'avais donc qu'à les attendre, et je me plaçai en
embuscade derrière un buisson. Un quart d'heure après l'avant-garde
défilait devant moi. Je ne songeai pas d'abord à faire feu, et je restai
caché, épiant les mouvements de ces gracieuses bêtes. J'examinais avec
curiosité leurs formes légères, leurs membres délicats, leurs dos
couleur de cannelle et leurs ventres blancs avec une bande d'un ton
châtain de chaque côté. Les mâles avaient des cornes en forme de lyre.
Quand elles sautaient, je voyais flotter sur leurs croupes une profusion
de longs poils soyeux aussi blancs que la neige.

»Après avoir suffisamment admiré, je songeai à mon dîner, et me
rappelant que la chair des femelles et préférable à celle des mâles,
j'en ajustai une dont la taille et les proportions m'avaient séduit.
Elle tomba; mais à mon grand étonnement, les autres ne s'enfuirent pas.
Quelques-unes reculèrent ou firent des bonds, puis elles se mirent à
brouter sans manifester la moindre émotion.

»Je rechargeai mon arme et j'abattis un mâle, sans que la troupe
s'effrayât davantage. J'allais charger pour la troisième fois, quand je
me trouvai au milieu du troupeau, dont les rangs pressés m'avaient
enveloppé. Jugeant inutile de me cacher plus longtemps derrière le
buisson, je me levai sur les genoux, j'achevai de charger mon arme, et
je fis une nouvelle victime. Loin de s'arrêter, ses camarades lui
passèrent sur le corps par milliers.

»Je me levai et mis de nouveau une balle dans mon fusil.

»Pour la première fois, je me mis à réfléchir à l'étrange conduite des
springboks. Au lieu de s'enfuir à mon aspect, elles faisaient un léger
bond de côté et poursuivaient ensuite leur route; elles paraissaient
obéir à une espèce de fascination. Je me souviens d'avoir entendu dire
que c'était ainsi qu'elles en agissaient dans leurs migrations ou
trek-bokens, et j'en conclus que j'assistais à un trek-boken. J'en
acquis bientôt la certitude, car le troupeau s'épaississait à chaque
instant. La foule rendit bientôt ma situation aussi singulière
qu'embarrassante; je n'avais pas peur des antilopes, qui n'avaient pas
l'air de vouloir employer leurs cornes contre moi et qui cherchaient au
contraire à m'éviter; mais ma présence n'alarmait que les plus proches,
et celles qui venaient à leur suite ne s'écartaient pas de leur route:
de sorte que les premières poussées en avant était obligées, pour ne pas
m'atteindre, de sauter sur le dos de celles qui les précédaient.

»Je ne saurais décrire les sensations étranges que j'éprouvai dans cette
situation inusitée. Elle n'était pas d'ailleurs intolérable. Il se
formait constamment autour de moi un cercle assez grand pour me
permettre de charger et de tirer, et j'aurais pu profiter longtemps de
cet avantage, si je n'avais songé tout à coup à nos moutons.

»Ils vont être entraînés, me dis-je. Je me rappelle qu'on m'a cité des
exemples de faits pareils. L'avant-garde des antilopes est déjà dans la
vallée; il faut que je devance leur principal corps d'armée et que je
fasse rentrer les moutons dans le kraal.

»Je me mis en route immédiatement, mais, à ma grande douleur, je
reconnus que je ne pouvais pas aller vite. Lorsque j'approchais des
antilopes, elles sautaient l'une sur l'autre en désordre, mais sans me
livrer passage. J'étais si près de quelques-unes, qu'il m'eût été facile
de les abattre d'un coup de crosse. Afin de les intimider, je me mis à
crier en brandissant mon fusil à droite et à gauche; je parvins à gagner
ainsi du terrain et je conçus l'espoir de me dégager, en apercevant
devant moi un espace libre dont la limite était indiquée par des groupes
plus compactes d'antilopes. Je n'eus pas le temps de me demander
pourquoi elles laissaient une brèche dans leurs rangs. Préoccupé du
salut de notre troupeau, je ne pensais qu'à m'avancer le plus rapidement
possible.

»Je redoublai d'efforts pour me frayer une route, qui se refermait sans
cesse derrière moi; j'atteignis de la sorte l'espace découvert, et
j'allais le franchir, lorsque je vis au centre un grand lion jaune.

»La solution de continuité que j'avais remarquée dans les rangs m'était
suffisamment expliquée. Si j'en eusse connu la cause, j'aurais pris une
autre direction; mais il n'était plus temps de reculer. Le lion était à
dix pas devant moi et je n'en étais séparé que par deux lignes de
springboks.

»Il est inutile de dire que j'eus peur et que je ne sus d'abord quel
parti prendre. Mon fusil était encore chargé, car l'idée de sauver notre
troupeau m'avait fait oublier ma chasse, mais devais-je tirer sur le
lion? C'eût été une imprudence. Il avait le dos tourné et je n'avais pas
encore attiré son attention. Dans la position que nous occupions
respectivement, je ne pouvais guère que le blesser, et c'eût été
m'exposer à être mis en pièces. Ces réflexions me prirent à peine
quelques secondes. J'avais tourné le dos et j'allais me perdre au milieu
des springboks lorsque, jetant sur le lion un regard de côté, je le vis
s'arrêter brusquement; je m'arrêtai de même, sachant que c'était ce que
j'avais de mieux à faire, et j'éprouvai un grand soulagement en
remarquant qu'il n'avait pas les yeux fixés sur moi. La faim lui était
sans doute revenue, car, après avoir fait quelques pas, il bondit au
milieu d'un groupe et s'abattit sur le dos d'une antilope. Les autres
s'écartèrent, et un nouvel espace libre s'ouvrit autour du terrible
animal.

»Il était plus près de moi que jamais, et je le voyais distinctement
couché sur sa victime, dont ses longues dents rongeaient le cou et dont
ses griffes déchiraient le corps frémissant. Il avait les yeux fermés
comme s'il eût été endormi, et ne faisait pas le moindre mouvement: sa
queue seule vibrait doucement, pareille à celle d'un chat qui vient de
prendre une souris.

»Je savais que dans cet état le lion se laissait approcher. J'étais à
bonne portée, et il me prit fantaisie de tirer; j'avais le pressentiment
que mon coup serait mortel. La large tête de l'animal était devant mes
yeux. Je l'ajustai. Je fis feu; mais au lieu d'attendre pour juger de
l'effet de ma balle, je m'enfuis dans une direction opposée; je ne
m'arrêtai qu'après avoir mis plusieurs acres d'antilopes entre le lion
et moi, puis je poursuivis ma route vers la charrette. Jan, Gertrude et
Totty étaient en sûreté sous la tente; mais les moutons et les chèvres,
confondus avec les springboks, s'éloignaient avec autant de rapidité que
s'ils eussent appartenu à la même espèce. Je crains bien qu'ils ne
soient tous perdus.»

--Et le lion? demanda Hendrik.

--Il est là-bas, répondit Hans en montrant une masse jaune sur laquelle
planaient déjà les vautours. Je l'ai tué. Vous-même n'auriez pu mieux
faire, mon cher Hendrik.

En disant ces mots, Hans sourit d'une façon qui prouvait qu'il ne
cherchait pas à tirer vanité de son exploit.

Hendrik félicita chaleureusement son frère et exprima le regret de
n'avoir pas été témoin de la prodigieuse émigration des springboks.

On n'avait pas de temps à perdre en conversation. Von Bloom et les siens
étaient dans une situation critique. De tout leur bétail, il ne leur
restait plus qu'une vache; ils avaient des chevaux, mais pas un brin
d'herbe pour les nourrir. Il était inutile de suivre la trace des
springboks dans l'espoir de retrouver les moutons et les chèvres.
D'après Swartboy, les pauvres bêtes pouvaient être entraînées à des
centaines de milles avant d'être à même de se séparer du grand troupeau
et de terminer leur voyage involontaire.

Les chevaux étaient hors d'état de marcher. Les feuilles de mimosa
qu'ils broutaient n'étaient pas une nourriture assez substantielle pour
réparer leurs forces épuisées. Elles ne pouvaient servir qu'à prolonger
momentanément leur vie jusqu'à ce qu'on leur trouvât un pâturage; mais
où le trouver? les sauterelles et les antilopes semblaient avoir
métamorphosé l'Afrique en un désert.

Le porte-drapeau eut bientôt pris une résolution, celle de passer la
nuit dans la vallée et de se mettre le lendemain à la recherche d'une
autre source. Par bonheur, Hans n'avait pas négligé de ramasser deux ou
trois springboks, dont la chair succulente réconforta les trois
voyageurs.

On laissa les chevaux chercher leur subsistance à leur guise.

Dans des circonstances ordinaires, ils auraient dédaigné les feuilles de
mimosa; mais, pressés par la faim, ils levèrent la tête comme des
girafes et dépouillèrent sans façon les branches épineuses.

Quelques naturalistes de l'école de Buffon ont prétendu que les animaux
respectaient leur roi même après sa mort, et que le loup, l'hyène, le
renard, le chacal ne touchaient jamais au cadavre d'un lion. Le
porte-drapeau et sa famille purent se convaincre que cette assertion
était inexacte: les chacals et les hyènes se jetèrent sur les dépouilles
du lion et les firent disparaître en peu de temps. Sa peau même fut
dévorée, et les fortes mâchoires des hyènes broyèrent ses ossements. La
déférence que ces bêtes féroces témoignent au lion finit avec sa vie.
Quand il a succombé, elles le mangent avec autant d'audace que si
c'était le plus vil des animaux.



CHAPITRE XV.

A LA RECHERCHE D'UNE FONTAINE


Von Bloom fut en selle de bonne heure, accompagné de Swartboy. Ils
prirent les chevaux qui étaient restés au camp et qui étaient plus frais
que les autres.

Les deux explorateurs marchèrent à l'ouest, dans l'espoir qu'ils
seraient plus vite hors du territoire ravagé par les antilopes, qui
allaient du nord au sud. A leur vive satisfaction, au bout d'une heure
de marche, ils eurent franchi le sol qu'avait foulé le trek-boken. Ils
ne trouvèrent pas d'eau, mais l'herbe était abondante.

Le porte-drapeau renvoya Swartboy au camp, et le chargea d'amener les
autres chevaux et la vache dans un lieu qu'il lui désigna. Lui-même
poursuivit ses investigations.

Une longue ligne de collines abruptes, qui paraissait se diriger à
l'ouest, s'élevait au-dessus de la plaine. Il s'achemina de ce côté,
dans l'espoir de rencontrer l'eau près de la base de ces hauteurs. A
mesure qu'il s'en approchait, il découvrait des sites de plus en plus
riants. Il traversa des prairies séparées les unes des autres par des
bouquets de mimosas aux feuilles délicates, que dominaient des arbres
d'une taille gigantesque et d'une espèce inconnue. Leurs troncs étaient
grêles, mais chacun d'eux, couronné d'une épaisse cime de feuillage,
semblait à lui seul une petite forêt. Toute la contrée avait l'aspect
d'un parc, et sa beauté contrastait avec la sinistre rudesse des
collines qui montaient verticalement comme des murailles à plusieurs
centaines de pieds. C'était un bonheur de trouver un coin aussi fertile
dans une région désolée, car les collines étaient la limite méridionale
d'un désert fameux, le désert de Kalihari.

En d'autres circonstances, le fermier ruiné aurait été dans l'extase,
mais que lui importaient ces magnifiques pâturages maintenant qu'il
n'avait plus de bestiaux à nourrir? La vue de la riche nature qui
l'entourait contribuait à rendre ses réflexions plus pénibles. Mais il
ne s'abandonna pas au désespoir. Ses embarras présents l'occupaient
assez pour l'empêcher de songer à l'avenir. Son premier soin fut de
choisir un endroit où il pouvait faire reposer les chevaux. Il se mit
ensuite à chercher l'eau avec un redoublement d'activité. Sans eau, cet
admirable site n'avait pas pour lui plus de valeur que le désert, mais
il était impossible qu'il fût privé de cet élément essentiel. Ainsi
pensait avec raison Von Bloom, et à chaque bouquet d'arbres, il
examinait le sol avec une scrupuleuse attention.

--Voilà un bon signe! s'écria-t-il avec joie en voyant s'envoler devant
lui une couvée de perdrix namaquas; elles s'éloignent rarement de l'eau.

Peu d'instants après, il vit courir dans un taillis un troupeau de
belles pintades ou poules de Guinée. C'était encore un indice que l'eau
était proche. Pour comble de bonheur, il aperçut entre les branches d'un
grand arbre le brillant plumage d'un perroquet.

--Je suis certain maintenant, se dit-il, qu'il y a quelque source ou
quelque mare aux environs.

Il s'avança plein d'espoir, et après avoir atteint la cime d'un
monticule, il s'y arrêta pour observer le vol des oiseaux. Il vit
successivement deux compagnies de perdrix prendre la direction de
l'ouest, et s'abattre près d'un arbre énorme qui croissait à cinq cents
pas du bas de la chaîne des collines. Cet arbre était isolé, et ses
dimensions dépassaient de beaucoup celles des autres. Pendant que Von
Bloom le contemplait avec admiration, il vit se percher sur les branches
plusieurs perroquets, qui, après avoir caqueté un moment, descendirent
sur la plaine à peu de distance du tronc.

--Il y a de l'eau de ce côté, pensa Von Bloom; allons-y-voir.

Sans attendre qu'on le pressât, son cheval s'était déjà mis en
mouvement, et à peine eut-il la tête tournée vers l'arbre qu'il trotta
gaiement, en allongeant le cou et en hennissant.

Le cavalier, se fiant à l'instinct de sa monture, lâcha la bride, et au
bout de moins de cinq minutes, tous deux se désaltéraient à la source
limpide qui jaillissait presque au pied du grand arbre.

Le porte-drapeau avait envie de retourner à son camp; mais il réfléchit
qu'il ne perdrait pas de temps si, en laissant son cheval paître et se
refaire, il le mettait en état d'accomplir plus vite le trajet: il
débrida la pauvre bête, lui donna la liberté, et s'étendit à l'ombre du
grand arbre.

C'était un nwana ou figuier sycomore. Le tronc n'avait pas moins de
vingt pieds de diamètre; il était nu jusqu'à trente pieds environ. A
cette hauteur s'étendaient horizontalement des branches nombreuses,
garnies d'un épais feuillage, à travers lequel luisaient des fruits
ovoïdes aussi gros que des cocos. Les perroquets et plusieurs autres
espèces d'oiseaux les becquetaient avec avidité.

Des arbres du même genre étaient épars ça et là dans la plaine, et bien
qu'ils s'élevassent tous au-dessus des taillis environnants, aucun d'eux
n'était aussi remarquable que celui qui croissait près de la source.

En jouissant de ce frais ombrage, Von Bloom ne put s'empêcher de penser
que le site serait merveilleusement propice à la construction d'un
kraal. Les hôtes du nouveau logis n'y auraient rien à craindre ni des
ardents rayons du soleil d'Afrique, ni même de la pluie, qui pouvait à
peine pénétrer à travers ce dais de feuillage. Si le fermier avait
encore eu ses bestiaux, il aurait pris aussitôt la résolution de fixer
son domicile dans cet emplacement. Mais que pouvait-il y faire? C'était
pour lui un désert. Il n'avait aucun moyen d'y établir une industrie
lucrative. A la vérité, le gibier était abondant, et la chasse lui
offrait des ressources; mais la perspective d'une pareille existence
était triste, parce qu'elle n'assurait en rien l'avenir de la famille.
Les enfants devaient-ils grandir pour n'être que de pauvres chasseurs,
presque au niveau des Hottentots nomades?

--Non, se dit-il, je ne bâtirai point de maison dans ces lieux. Il est
bon d'y passer quelques jours pour laisser reposer mes chevaux fatigués.
Ensuite je tenterai un dernier effort et me rapprocherai du centre de la
colonie... Et pourtant qu'y ferai-je après mon retour? A quelque parti
que je m'arrête, mon avenir est sombre et incertain.

Après s'être abandonné pendant une heure à ses réflexions, Von Bloom
remonta à cheval et retourna à son camp. En moins de deux heures, il
rejoignit Swartboy et Hendrik. On attela les chevaux à la charrette, et
le lourd véhicule traversa de nouveau les plaines. Avant le coucher du
soleil, il était abrité sous le gigantesque nwana.



CHAPITRE XVI.

LE TERRIBLE TSETSÉ


Le verdoyant tapis qui s'étendait à l'entour, le feuillage des arbres,
l'eau de la source, les fleurs qui en diapraient les bords, les rochers
noirs qui se dressaient au loin, tout était combiné pour rendre le
paysage agréable aux yeux des voyageurs, et ils exprimèrent bruyamment
leurs émotions pendant qu'on dételait la charrette.

Le site plaisait à tout le monde. Hans en aimait le calme et les beautés
agrestes. Il se promettait d'y rêver en se promenant un livre à la main.
Hendrik avait remarqué les traces d'animaux de la plus grande espèce, et
comptait se livrer au noble plaisir de la chasse. La petite Gertrude
était enchantée de voir tant de belles fleurs: des géraniums écarlates,
des jasmins étoilés, des belladones roses ou blanches. Sur les arbres
eux-mêmes s'épanouissaient des bouquets embaumés. L'arbuste à sucre
(_protea mellifera_) étalait ses grandes corolles en forme de coupe
tachetées de rose, de blanc et de vert. L'arbre d'argent (_leucodendron
argenteum_), dont la brise agitait les feuilles, ressemblait à une
énorme touffe de fleurs soyeuses. Les grappes jaunes des mimosas
remplissaient l'air de leurs parfums pénétrants.

Dans le voisinage de la fontaine étaient des plantes de formes étranges:
des euphorbes d'espèces diverses; le zamia, dont les feuilles
ressemblent à des palmes; le _strelitzia reginæ_; l'aloès arborescent,
aux longs épis d'un rouge de corail. Mais ce qui excita surtout
l'admiration de la petite Gertrude, ce fut le lis d'eau (_nympha
cærulea_), qui est certainement un des plus gracieux spécimens de la
végétation africaine. A peu de distance de la source était un étang, ou
aurait pu même dire un petit lac, et sur sa surface limpide reposaient
les corolles bleu de ciel du lis d'eau. Gertrude, tenant son faon en
laisse, descendit sur la rive pour les regarder. Elle s'imaginait
qu'elle ne se lasserait jamais de regarder tant de belles choses.

--J'espère que nous resterons longtemps ici, dit-elle au petit Jan.

--Je l'espère aussi. Oh! Gertrude, le bel arbre que voilà! En vérité,
les noix sont aussi grosses que ma tête. Comment allons-nous faire pour
en abattre quelques-unes?

Et les enfants tinrent mille propos analogues dans le ravissement où les
plongeait le spectacle de cette riche nature.

La joie de cette jeune famille était tempérée par la tristesse qu'elle
remarquait sur le front de Von Bloom. Il était assis sous le nwana, mais
il avait les yeux baissés et reprenait ses tristes rêveries de la
veille. Le seul parti qu'il eût à prendre était de retourner aux
établissements pour y recommencer sa fortune. Mais comment sortir de sa
misérable position? Il fallait à ses débuts se mettre au service de ses
riches voisins, et c'était dur pour un homme accoutumé à une vie
indépendante.

Il regarda ses cinq chevaux qui paissaient à l'ombre des collines, et
jugea que dans trois ou quatre jours ils auraient recouvré assez de
force pour se mettre en route. C'étaient de bonnes bêtes, capables de
traîner la charrette avec une rapidité suffisante, et il calculait
combien il leur faudrait de temps pour regagner les frontières de la
colonie. Il ne se doutait guère qu'ils avaient été attelés pour la
dernière fois et qu'ils étaient condamnés. C'était pourtant la vérité:
moins d'une semaine après, leurs ossements étaient la proie des hyènes
et des chacals. En ce moment même, où ils broutaient paisiblement
l'herbe touffue, le poison pénétrait leurs veines, et ils recevaient de
mortelles blessures. Hélas! un nouveau malheur attendait Von Bloom. De
temps en temps il remarquait que les chevaux éprouvaient une certaine
inquiétude, qu'ils tressaillaient brusquement, qu'ils agitaient leurs
longues queues et se frottaient la tête contre les buissons.

--C'est quelque mouche qui les importune, pensa-t-il, et il ne s'en
préoccupa point d'avantage.

C'était en effet une mouche qui les importunait; mais si Von Bloom avait
su à quelle espèce appartenait l'insecte, il se serait empressé
d'appeler ses enfants, et d'éloigner ses chevaux de ce lieu fatal; mais
il ne connaissait pas l'œstre d'Afrique, que les indigènes appellent
tsetsé.

Le soleil allait se coucher, lorsque Von Bloom remarqua que l'agitation
des chevaux augmentait, qu'ils frappaient la terre de leurs sabots, et
qu'ils couraient parfois en hennissant avec colère. Leurs allures
étranges le déterminèrent à aller voir de près ce qui les tourmentait.
Il partit avec Hans et Hendrik, et en arrivant ils trouvèrent les
chevaux au milieu d'un essaim considérable de mouches semblables à des
abeilles. Elles étaient toutefois plus petites, d'une couleur brune et
d'une incroyable activité dans leur vol. Elles tournoyaient par milliers
autour de chaque cheval, se posaient sur sa tête, sur son cou, sur ses
flancs, et le perçaient de leurs aiguillons.

--Il est impossible à ces chevaux de paître ici, dit Von Bloom.
Emmenons-les dans la plaine, ils seront débarrassés des mouches qui les
incommodent.

Hendrik ne songeait aussi qu'à plaindre les souffrances passagères des
chevaux, mais Hans était plus inquiet. Il avait lu la description d'un
insecte commun dans l'intérieur de l'Afrique méridionale, et il conçut
des alarmes que partagèrent bientôt ses compagnons.

--Faites venir Swartboy, dit le fermier.

Le Bosjesman était occupé à décharger la charrette, et n'avait fait
aucune attention aux mouvements désordonnés des chevaux; mais dès qu'il
eut vu la troupe ailée tournoyer autour d'eux, ses petits yeux
s'écarquillèrent, ses grosses lèvres tombèrent, et toute sa physionomie
prit une expression de stupeur.

--Qu'y a-t-il? demanda son maître.

--Myne boor, ce sont des tsetsés!

--Qu'est-ce que c'est que des tsetsés?

--Myne Gott! tous vos chevaux sont morts.

Swartboy se mit à expliquer d'un ton lamentable que les mouches qu'ils
voyaient étaient venimeuses; que tous les chevaux mourraient
infailliblement les uns après les autres, suivant le nombre des piqûres
qu'ils avaient reçues, et qu'au bout d'une semaine il n'en resterait
plus un seul.

--Il faut attendre, ajouta-t-il, vous verrez demain.

La triste prédiction se réalisa. Douze heures plus tard les chevaux
étaient enflés; ils avaient les yeux fermés, refusaient de manger, et
erraient d'un pas mal assuré dans la prairie, en exprimant leurs
souffrances par de sourds gémissements.

Von Bloom les saigna et employa divers remèdes; mais inutilement. La
blessure de l'œstre africain est incurable.



CHAPITRE XVII.

LE RHINOCÉROS A LONGUES CORNES


On conçoit l'affliction du porte-drapeau; la fortune lui était
constamment contraire. Depuis plusieurs années ses affaires étaient en
décadence, ses pertes de plus en plus importantes, et il en était arrivé
au comble du dénûment. De tout son bétail, il ne possédait plus que la
vache qui, broutant au milieu de la plaine, avait échappé aux terribles
diptères. A la vérité, il lui restait encore une charrette commode et
spacieuse, une véritable maison roulante; mais qu'était-ce qu'une
charrette sans attelage? Il aurait mieux valu avoir un attelage sans
charrette.

--Que faire? que devenir? Il était à environ deux cents milles de tout
établissement civilisé. Il ne pouvait les franchir qu'à pied, et comment
faire supporter à des enfants une marche aussi longue? S'ils résistaient
à la fatigue, comment échapperaient-ils à la faim, à la soif, à la dent
des bêtes féroces?

--Pourtant, se dit Von Bloom, assis la tête entre ses mains, la seule
chance de salut est de retourner à la colonie. Mes enfants peuvent-ils
passer ici toute leur existence en vivant péniblement de racines et de
gibier? Sont-ils faits pour être des enfants des bois? Miséricorde
divine! que deviendrai-je, que deviendront les miens?

Pauvre Von Bloom! Il avait atteint le dernier degré de sa décadence;
mais ce jour même sa destinée allait changer, et un incident inattendu
devait lui faire entrevoir de nouveau un avenir de richesse et de
prospérité. Il suffit d'une heure non-seulement pour le consoler, mais
encore pour le rendre heureux. Vous êtes impatients de savoir comment
s'opéra cette transformation magique. Vous croyez peut-être qu'une fée
sortit de la fontaine ou descendit des collines pour réjouir le cœur
de l'affligé? Comme vous le verrez, la direction que prirent les idées
du fermier ruiné eut une cause toute naturelle. Nos aventuriers étaient
assis sous le figuier-sycomore, près du feu devant lequel cuisait leur
souper. Ils ne se parlaient pas, car les enfants n'osaient pas troubler
la sombre méditation de leur père. Il rompit le silence pour exhaler ses
plaintes et exprimer les sinistres pensées qui l'assiégeaient. Quand il
eut terminé, il porta vaguement les yeux sur la plaine, et les fixa sur
un animal de taille colossale, qui sortait en ce moment d'un massif.

Von Bloom et ses enfants le prirent d'abord pour un éléphant. Ils
n'étaient pas habitués à voir des éléphants à l'état sauvage, car ces
animaux, qui hantaient jadis la partie la plus méridionale de l'Afrique,
ont depuis longtemps abandonné les districts cultivés, et ne se trouvent
qu'au-delà des frontières de la colonie. Ils savaient pourtant qu'il y
en avait dans ces parages, et avaient déjà remarqué les traces de leur
passage.

Swartboy était expérimenté. Dès qu'il eut aperçu l'animal, il s'écria:

--Un chucuroo, un chucuroo!

--C'est un rhinocéros, n'est-ce pas? dit Von Bloom traduisant le mot
indigène que le Bosjesman venait d'employer.

--Oui, maître, c'est le rhinocéros blanc à longues cornes, que nous
appelons chucuroo kobaoba.

Nos lecteurs croient peut-être qu'il n'existe qu'une seule espèce de
rhinocéros. Nous en connaissons au moins huit espèces distinctes, et je
n'hésite pas à penser que le nombre en augmentera quand on aura exploré
complètement le centre de l'Afrique, l'Asie méridionale et les îles
asiatiques.

Il existe quatre espèces bien connues de rhinocéros au sud de l'Afrique;
une au nord du même continent; et toutes diffèrent du rhinocéros des
Indes, le plus gros des animaux de ce genre. Le rhinocéros de Sumatra,
qui habite exclusivement cette île, constitue une espèce particulière,
ainsi que celui de Java. Voilà donc huit espèces bien caractérisées.

Le rhinocéros des Indes est le plus généralement connu; il a été souvent
représenté dans les recueils zoologiques; on le trouve empaillé dans les
muséums, ou même vivant dans les ménageries. Celui qui fut amené en
France en 1771, installé à Versailles, et transporté plus tard au jardin
des plantes de Paris, vécut jusqu'en 1793. Il avait résisté pendant
vingt-deux ans aux rigueurs du climat européen.

Le rhinocéros des Indes a neuf à dix pieds de longueur, la tête
triangulaire, la gueule médiocrement fendue, les oreilles grandes et
mobiles, les yeux petits, la démarche brusque et pesante. Ce qui le
distingue, ce sont les protubérances dont sa peau est couverte, les
replis profonds qu'elle forme en arrière des épaules et des cuisses. Il
habite l'Inde, Siam et la Cochinchine.

Le rhinocéros d'Abyssinie a, comme le précédent, des plis à la peau,
mais beaucoup moins prononcés. Sa corne nasale est très comprimée.

Le rhinocéros du Java est unicorne. Ses oreilles, peu évasées,
présentent à leur extrémité quelques poils d'un brun roux. Le chanfrein
de sa tête est arqué en creux, sa queue large est comprimée; sa peau
rugueuse, hérissée de poils bruns rares et courts, offre des replis peu
marqués sous le cou, au-dessus des jambes, à la cuisse et en arrière des
épaules.

Le rhinocéros de Sumatra a deux cornes noires, dont une est
rudimentaire. Sa peau est couverte de poils noirâtres, et n'a qu'un seul
pli, qui s'étend entre les deux épaules et s'arrête de chaque côté des
aisselles.

Les naturels du sud de l'Afrique admettent, comme nous l'avons dit,
quatre espèces de chucuroos ou rhinocéros; et certes il faut tenir
compte des observations faites par des chasseurs indigènes plutôt que
des spéculations des naturalistes de cabinet, basées sur un os, sur une
dent, ou sur une peau rembourée de foin. Ce n'est pas grâce à leurs
études que nous possédons la connaissance approfondie de la nature
animale; nous la devons plutôt à ces hardis coureurs de bois qu'ils
affectent de mépriser. Un d'eux par exemple, le major Gordon Cumming, a
plus contribué que toute une académie à éclaircir la zoologie africaine.

Ce Gordon Cumming, qu'on a taxé d'exagération, à tort selon nous, a
écrit sur ses voyages en Afrique un livre sans prétention, mais rempli
de curieux renseignements. Il nous apprend qu'il y a dans le sud de ce
continent quatre espèces de rhinocéros, connus sous les noms de borele,
de keitloa, de muchocho et de kobaoba. Les deux premiers sont noirs, les
deux autres ont la peau blanchâtre. Ceux-là sont beaucoup plus petits
que ceux-ci, dont ils diffèrent principalement par la longueur et la
position de leurs cornes.

Les cornes de tous les rhinocéros sont placées sur une masse osseuse des
narines, et c'est de là que vient le nom de ce genre (_rin_ nez et
_keros_ corne).

Les cornes du borele sont droites, légèrement recourbées en arrière, et
posées l'une devant l'autre. La corne antérieure est la plus longue;
elle dépasse rarement dix-huit pouces, mais elle est souvent brisée ou
réduite par les frottements. La corne postérieure n'est qu'une
protubérance, tandis que chez le keitloa ou rhinocéros noir à deux
cornes, toutes deux sont presque également développées.

Chez le muchocho et le kobaoba, les cornes postérieures existent à
peine, mais les antérieures sont plus longues que dans les autres
espèces. Celle du muchocho atteint fréquemment trois pieds de longueur;
celle du kobaoba, qui fait sur son hideux museau une saillie de quatre
pieds, est une arme formidable.

Les cornes des deux dernières espèces ne se recourbent point en arrière;
et comme les animaux qui les portent marchent habituellement la tête
baissée, ces dards longs et pointus sont placés horizontalement.

Les rhinocéros noirs se distinguent des blancs par la forme et la
longueur du cou, la position des oreilles et quelques détails. Au reste,
leurs habitudes sont semblables.

La nourriture des rhinocéros noirs se compose surtout des feuilles et
des branches d'arbustes épineux, tels que l'_acacia horrida_; les autres
vivent d'herbe. Les noirs sont féroces, ils attaquent sans hésitation
les hommes et les animaux; parfois même, dans leur aveugle emportement,
ils se jettent sur les buissons, les dévastent et les mettent en pièces.

Les rhinocéros blancs sont redoutables lorsqu'on les blesse ou qu'on les
provoque; mais habituellement d'une humeur pacifique, ils laissent
passer auprès d'eux le chasseur sans l'inquiéter. Ils acquièrent un
énorme embonpoint, et la chair du jeune rhinocéros blanc est recherchée
par les indigènes; les variétés noires, au contraire n'engraissent pas,
et leur chair a mauvais goût.

Les cornes des quatre variétés sont solides, d'un beau grain, et
susceptibles d'un poli brillant. On en fabrique des massues, des
baguettes de fusils, des maillets, des compas, des manches de couteaux.
En Abyssinie et dans d'autres parties de l'Afrique septentrionale, où
les épées sont en usage, on en fait les poignées en corne de rhinocéros.
Le cuir sert à faire des courroies et des fouets appelés _jamboks_,
quoique la peau d'hippopotame soit préférable.

Comme nous l'avons dit, la peau du rhinocéros d'Afrique n'a pas les
replis, les plaques, les rugosités qui caractérisent celle de son
congénère d'Asie; cependant elle est loin d'être lisse, et elle est si
épaisse que les balles de plomb ordinaire s'aplatissent quelquefois
dessus, et qu'il faut les endurcir avec de la soudure pour qu'elles
pénètrent.

Le rhinocéros n'est pas amphibie comme l'hippopotame; néanmoins il aime
l'eau, et s'en éloigne rarement; il se plaît à se vautrer dans la boue
comme le sanglier pendant les beaux jours d'été, et sa robe est presque
toujours recouverte d'une épaisse couche de fange. Dans la journée, on
le voit couché ou debout et dans un état de somnolence, à l'ombre d'un
mimosa; c'est la nuit qu'il rôde pour chercher sa pâture.

Les petits yeux étincelants du rhinocéros le servent assez mal, et le
chasseur peut s'en approcher aisément sans être vu, en ayant soin de se
mettre sous le vent, mais s'il est au vent, l'animal dont l'odorat est
des plus fins, le sent venir d'une très-grande distance; si sa vue était
aussi bonne que son flair, il serait dangereux de l'attaquer, car il
court avec assez de rapidité, surtout dans son premier élan, pour
dépasser un cheval au galop.

Les variétés noires sont plus agiles que les blanches; cependant on
évite aisément les rhinocéros en sautant de côté, tandis qu'il vont
aveuglément droit devant eux.

Les rhinocéros noirs ont environ six pieds de haut et treize de long;
les blancs sont beaucoup plus gros. Le kobaoba a sept pieds de hauteur
et quatorze de longueur.

Il n'est pas étonnant qu'un animal de dimensions aussi extraordinaires
soit pris à première vue pour un éléphant. En réalité, le kobaoba, sous
le rapport de la taille, vient immédiatement après l'éléphant, son
museau large de dix-huit pouces, sa longue tête massive, son corps
pesant, donnent l'idée d'une force et d'une grandeur supérieures
peut-être à celles de l'éléphant lui-même; en somme, il a l'air d'une
caricature de l'éléphant. On peut donc s'expliquer l'erreur de nos
voyageurs, qui confondirent le kobaoba avec l'éléphant.

Au reste, cette erreur dura peu, Swartboy la dissipa en affirmant que
l'animal qu'ils avaient sous les yeux était le rhinocéros blanc.



CHAPITRE XVIII.

COMBAT SANGLANT


Lorsque le kobaoba fut aperçu pour la première fois, il sortait, comme
nous l'avons dit, du fourré. Sans s'arrêter, il s'achemina vers l'étang
dont nous avons parlé, et que son étendue pouvait faire passer pour un
petit lac.

Quoique alimentée par la source, cette pièce d'eau en était éloignée de
deux cents mètres, et elle était à peu près à la même distance du grand
figuier-sycomore. Ses bords formaient une circonférence presque
parfaite, elle aurait environ cent mètres de diamètre, de sorte que sa
superficie pouvait être d'un peu plus de deux acres anglais (80 ares
9342). Elle avait des droits incontestables au titre de lac, que les
jeunes gens lui avaient déjà conféré.

En haut de ce lac, c'est-à-dire du côté de la source à laquelle il
empruntait ses eaux, la berge était élevée, et des rochers dominaient le
petit ruisseau qui s'y versait à sa naissance. A l'extrémité opposée, le
rivage était bas, et même en quelques endroits l'eau était presque au
niveau de la plaine. Aussi voyait-on sur les bords qui formaient la
limite occidentale du lac les traces d'animaux qui venaient y boire.
Hendrik le chasseur avait observé les empreintes d'espèces qui lui
étaient connues, et d'autres qu'il voyait pour la première fois.

C'était vers cet abreuvoir que se dirigeait le kobaoba, qui semblait le
connaître de longue date. Près de la rigole par où s'écoulait le
trop-plein du lac était une espèce de baie, au bord sablonneux de
laquelle aboutissait une gorge en miniature, creusée sans doute à la
longue par les animaux. En entrant dans cette anse ceux de la plus
grande taille trouvaient assez d'eau pour boire sans se pencher et sans
faire d'efforts.

Le kobaoba traversa cette gorge et entra dans le lac jusqu'aux genoux.
Après avoir bu à longs traits à plusieurs reprises, en s'interrompant
pour ronfler ou pour respirer avec un bruit de sifflement, il plongea
dans l'eau son large museau, la fit jaillir en flots d'écume, et s'y
vautra comme un porc. La moitié de son énorme masse disparut sous l'eau,
mais il ne lui prit point fantaisie de s'avancer dans le lac pour
prendre un bain plus complet.

La première pensée de Von Bloom et de Hendrik fut d'entourer le
rhinocéros et de le tuer. Ils n'avaient pas de provisions, et Swartboy
avait déjà fait un pompeux éloge de la chair de cette espèce. De son
côté, Hendrik qui avait besoin de renouveler la baguette de son fusil,
avait regardé avec convoitise la longue corne du kobaoba, mais il était
plus facile de désirer sa mort que de le coucher par terre; nos
chasseurs n'avaient pas de chevaux en état d'être montés, et l'attaquer
à pied eût été s'exposer inutilement, car on courait risque d'être percé
de sa longue pique ou écrasé sous ses larges pieds. Si l'on parvenait à
se dérober à sa fureur, on n'était pas plus avancé, car toutes les
espèces de rhinocéros dépassent l'homme à la course.

Comment donc se conduire avec lui?

Le plan le meilleur était évidemment de se placer en embuscade dans un
des fourrés du voisinage, et de tâcher de le tuer de loin. Il suffit
parfois d'une seule balle pour tuer le rhinocéros, mais il est
indispensable qu'elle atteigne le cœur ou quelque partie essentielle.

L'animal prenait ses ébats et s'y livrait avec tant d'abandon, qu'il
était probable qu'il ne remarquerait point les chasseurs, pourvu qu'ils
se missent sous le vent; ils se levèrent pour approcher, mais
l'exécution de leur projet fut retardée par Swartboy qui, dans un accès
subit de gaité, se mit à gambader en murmurant:

--Le klow, le klow!

Un étranger aurait pris le Bosjesman pour un fou; mais Von Bloom savait
que sous le nom de klow les naturels désignent l'éléphant, et il
s'empressa de porter les yeux du côté indiqué. Sur le ciel jaune de
l'occident se dessinait une masse noire qu'un examen attentif fit
reconnaître avec certitude pour un éléphant. Son dos arrondi dominait
les broussailles, et ses larges oreilles pendantes s'agitaient. Il
s'acheminait vers le lac en suivant presque exactement le chemin que le
rhinocéros avait pris.

Bien entendu que cette apparition dérangea le plan des chasseurs: à la
vue de l'éléphant ils ne s'occupèrent plus du kobaoba; ils avaient peu
d'espoir de parvenir à tuer le gigantesque animal, et pourtant l'idée
leur en était venue; ils avaient résolu de tenter l'aventure. Avant
qu'ils eussent rien décidé, l'éléphant touchait au bord du lac;
quoiqu'il marchât lentement, ses larges enjambées le faisaient avancer
avec une rapidité qu'on n'aurait pas soupçonnée, et il était à quelques
pieds de l'eau au moment où ceux qui l'épiaient se disposaient à entrer
en conférence.

Il s'arrêta, tourna sa trompe en divers sens et parut écouter. Aucun
bruit ne pouvait l'inquiéter; le kobaoba lui-même était tranquille.

Après une minute d'arrêt, l'éléphant entra dans la gorge que nous avons
décrite, et les chasseurs purent l'observer à moins de trois cents pas
de distance; son corps remplissait complètement le petit ravin; ses
longues défenses jaunes, qui s'allongeaient à plus de trois pieds de ses
mâchoires, se courbaient gracieusement, la pointe tournée vers le ciel.

--C'est un vieux mâle, dit Swartboy à voix basse.

Malgré la grosseur de l'éléphant, il a le pas aussi silencieux que celui
d'un chat; à la vérité il sort de sa poitrine un grondement pareil à
celui d'un tonnerre lointain. Néanmoins le rhinocéros ne s'aperçut pas
de l'approche d'un ennemi qui venait lui disputer son sommeil; il
continua à se vautrer en paix jusqu'à ce que l'ombre de l'éléphant fut
projetée sur la surface de l'abreuvoir; alors le kobaoba se releva avec
une agilité surprenante dans un être de sa structure, et rejeta l'eau de
ses narines avec un bruit qui tenait à la fois d'un grognement et d'un
sifflement.

L'éléphant fit entendre aussi son salut particulier; c'était un son de
trompette que répéta l'écho des collines.

Les deux animaux étaient surpris de se rencontrer, et pendant quelques
secondes ils se regardèrent avec une sorte de stupéfaction; mais bientôt
ils donnèrent des signes d'irritation; il était évident qu'ils n'avaient
nulle envie de vivre en bonne intelligence.

La situation était en effet embarrassante; l'éléphant ne pouvait entrer
à l'eau si le rhinocéros ne quittait l'abreuvoir; et le rhinocéros ne
pouvait sortir de l'abreuvoir tant que l'éléphant bloquait la gorge avec
son énorme masse. Pourtant le kobaoba aurait pu se jeter à la nage et
débarquer sur un autre point de la rive. Mais de tous les êtres de la
création, le rhinocéros est peut-être le moins accommodant; il est en
même temps le plus intrépide, ne redoute ni hommes ni bêtes, et donne
même la chasse au redoutable lion.

Le kobaoba n'avait donc pas l'intention de céder la place à l'éléphant.
Traverser le lac à la nage ou passer en glissant sous le ventre de son
rival lui eussent semblé une insigne lâcheté.

Restait à savoir comment le point d'honneur serait réglé. L'affaire
était devenue si intéressante que tous les chasseurs demeuraient
immobiles, les yeux fixés sur les deux animaux. L'éléphant était le plus
gros, mais il avait déjà éprouvé la force de son antagoniste; peut-être
même avait-il senti les atteintes de sa longue protubérance qui dominait
le museau du kobaoba. En tous cas, il ne se jeta pas précipitamment sur
son adversaire, comme il l'aurait fait si quelque pauvre antilope avait
osé lui barrer le passage. Toutefois sa patience avait des bornes, sa
dignité était outragée, sa suprématie contestée; il voulait se baigner
et boire, et lui était impossible de supporter plus longtemps
l'insolence du rhinocéros. Poussant un cri dont retentirent de nouveau
les rochers, il appuya ses défenses contre l'épaule de son ennemi, qu'il
souleva et qu'il renversa dans l'eau.

Ce dernier plongea, souffla, disparut un moment, et chargea à son tour.
Les spectateurs le virent viser avec sa corne les côtes de l'éléphant,
qui eut soin de lui présenter la tête.

Le kobaoba fut renversé une seconde fois et revint à la charge avec
fureur; l'eau jaillit autour d'eux en flocons d'écume et les enveloppa
comme d'un nuage. Tout à coup l'éléphant sembla penser que la lutte
ainsi entamée lui était désavantageuse. Il recula dans la gorge et
attendit, la tête tournée vers le lac. Il se figurait peut-être qu'il
était protégé par les escarpements de ce chemin creux. Malheureusement
pour lui ils étaient trop bas et laissaient à découvert ses larges
flancs, ils l'empêchaient seulement de se retourner et contrariaient la
liberté de ses mouvements.

Dans le parti que prit le rhinocéros il y avait sans doute plus
d'instinct que de calcul; cependant les spectateurs ne purent s'empêcher
de croire qu'il avait conçu un plan stratégique. Au moment où l'éléphant
se posta dans la gorge, le kobaoba monta sur la berge; puis il se
retourna brusquement en baissant la tête, tendit horizontalement sa
longue corne et l'enfonça entre les côtes de l'éléphant.

Le cri perçant que celui-ci poussa, les secousses imprimées à sa trompe
et à sa queue prouvèrent qu'il avait reçu une blessure grave. Au lieu de
conserver sa position dans la gorge, il courut au lac et y entra
jusqu'au genou. Il prit de l'eau dans sa trompe et s'en arrosa le corps,
en ayant soin d'en verser en abondance sur la plaie ouverte dans son
flanc; il sortit ensuite pour courir après le rhinocéros, mais celui-ci
ne l'avait pas attendu, il était parvenu à sortir de l'abreuvoir sans
compromettre sa dignité, et s'imaginant sans doute qu'il avait remporté
la victoire, il s'était perdu au milieu des broussailles.



CHAPITRE XIX.

MORT DE L'ÉLÉPHANT


La bataille entre ces deux grands quadrupèdes n'avait pas duré dix
minutes, et elle avait tellement absorbé l'attention des chasseurs
qu'ils avaient renoncé à leur plan d'attaque. Ce ne fut qu'après la
retraite du rhinocéros qu'ils délibérèrent sur les moyens de s'emparer
de l'éléphant, avec le concours de Hans, qui les avait rejoints armé de
son fusil.

Quand il eut cherché son ennemi, l'éléphant rentra dans le lac; il
paraissait en proie à une vive agitation; sa queue était sans cesse en
mouvement, et par intervalles il faisait entendre un gémissement
plaintif bien différent de son cri ordinaire, qui résonne comme un
clairon; il battait l'eau avec son corps, en absorbait des flots avec sa
trompe et les rejetait sur son dos et sur ses épaules, mais ce bain de
pluie ne le rafraîchissait pas.

--Il est en colère, dit Swartboy, et comme nous n'avons pas de chevaux
pour l'éviter, il serait excessivement dangereux de nous laisser voir.

--Cachons-nous derrière le tronc du nwana, dit Von Bloom, je vais me
mettre en observation d'un côté, et Hendrik se placera de l'autre.

Les chasseurs ne tardèrent pas à se lasser de leur embuscade, et, malgré
le danger, ils résolurent d'attaquer l'animal. Ils savaient que s'ils le
laissaient s'éloigner ils seraient forcés de se passer de souper, et ils
avaient compté se régaler d'un morceau de sa trompe.

--Le temps est précieux, dit Von Bloom à ses fils; glissons-nous dans
les brouissailles. Nous ferons feu tous ensemble, et nous nous cacherons
en attendant l'effet de nos coups.

Sans délibérer davantage, Von Bloom, Hans et Hendrik se dirigèrent vers
l'extrémité occidentale du lac; le sol qu'ils parcouraient n'était pas
entièrement couvert; les bouquets d'arbres et les buissons laissaient
entre eux des intervalles qu'il fallait franchir avec la plus grande
circonspection. Von Bloom montrait le chemin et ses deux fils le
suivaient de près. Arrivés dans un massif qui bordait le lac, ils se
traînèrent sur les mains et sur les genoux, écartèrent les feuilles et
virent à vingt pas d'eux le puissant quadrupède. Il plongeait et
s'élevait alternativement en s'arrosant avec sa trompe, et ne semblait
nullement soupçonner la présence des chasseurs. Comme il avait le dos
tourné, Von Bloom ne jugea pas à propos de tirer, car il était
impossible de lui faire une blessure mortelle; il fallait attendre qu'il
présentât le flanc.

Il cessa enfin de battre l'eau avec ses pieds et de l'élever dans sa
trompe. Autour de lui le lac était rougi par le sang qui coulait de sa
blessure; mais on ne le voyait pas, et il était impossible d'en
apprécier la gravité. De la position où se trouvait Von Bloom et ses
fils, ils n'apercevaient que sa large croupe; mais ils attendaient avec
confiance, car ils savaient qu'il serait obligé de se retourner pour
sortir de l'eau.

Pendant quelques minutes, il resta dans la même position; mais ils
remarquèrent qu'il n'agitait plus la queue, qu'il s'affaiblissait, que
son allure était molle et languissante. De temps en temps il tournait sa
trompe vers sa plaie béante; cette blessure l'inquiétait, et ses
souffrances se manifestaient par les sifflements perçants de sa
respiration entrecoupée.

Von Bloom et ses fils commencèrent à s'impatienter. Hendrik sollicita
l'autorisation de gagner un autre point du rivage, d'où il pourrait
envoyer à l'éléphant une balle qui le forcerait à se retourner.

En ce moment même l'éléphant fit un mouvement comme pour sortir du lac.
Sa tête et sa poitrine se montrèrent sur la berge. Les trois fusils
furent pointés, et les trois chasseurs cherchèrent des yeux leurs points
de mire; mais tout à coup l'animal chancela et s'abattit. Sa lourde
masse s'abîma sous l'eau avec un bruit sinistre, et de grosses vagues
roulèrent jusqu'à l'extrémité opposée du lac.

Il était mort!

Les chasseurs désarmèrent leurs fusils, quittèrent leur embuscade et
coururent sur la plage. Ils examinèrent le cadavre, et virent dans son
flanc le trou ouvert par la corne du rhinocéros. La plaie n'avait pas
beaucoup d'étendue, mais l'arme terrible avait pénétré fort avant dans
le corps. Une lésion des entrailles avait causé la mort du plus puissant
des animaux.

Dès qu'on sut que l'éléphant avait succombé, toute la famille se groupa
autour de lui. Gertrude, Jan et Totty, qui étaient restés cachés dans la
charrette, descendirent de leur retraite. Swartboy accourut avec une
hache et un coutelas, tandis que Hans et Hendrik ôtaient leurs vestes
pour l'aider à dépecer cette grosse pièce.

Et que faisait cependant Von Bloom? Vous vous adressez là une question
plus importante que vous ne supposez. C'était le moment d'une grande
crise dans la vie du porte-drapeau.

Il était debout, les bras croisés, sur la rive du lac, au-dessus de la
place où l'éléphant était tombé. Absorbé dans une méditation profonde,
il tenait les yeux fixés sur le gigantesque cadavre. Ce n'était ni la
chair ni le cuir épais qui attiraient son attention. Etait-ce donc la
blessure fatale? Von Bloom se demandait-il comment elle avait donné la
mort à un être aussi solidement construit?

Non: ses pensées suivaient un autre cours.

L'éléphant était tombé de telle sorte, que sa tête, entièrement hors de
l'eau, reposait sur un banc de sable le long duquel s'allongeait sa
trompe. Ses longues défenses jaunes se recourbaient des deux côtés comme
des cimeterres.

On pouvait admirer dans toute leur magnificence ces armes d'ivoire, qui
pendant longues années, pendant des siècles peut-être, avaient servi à
déraciner les arbres de la forêt, avaient mis en fuite dans maint combat
les plus redoutables adversaires.

C'était sur ces précieux trophées que les yeux de Von Bloom étaient
fixés. Il avait les lèvres closes, et sa poitrine se soulevait. Une
foule d'idées lui traversaient l'esprit; mais ce n'étaient pas des idées
pénibles: le nuage de tristesse qui voilait son front s'était dissipé
sans laisser de traces, sa physionomie rayonnait d'espérance et de joie.

--C'est la main du ciel, s'écria-t-il enfin, c'est une fortune, une
fortune!

--Que voulez-vous dire, papa? demanda la petite Gertrude, qui était
auprès de lui.

Enchantés de son air de bonheur, ses autres enfants se groupèrent à ses
côtés et lui demandèrent tous ensemble d'où provenait son agitation.
Swartboy et Totty n'étaient pas moins empressés que les membres de la
famille de connaître sa réponse.

Le bon père ne crut pas devoir leur cacher plus longtemps le secret du
bonheur qu'il entrevoyait dans l'avenir.

--Vous voyez ces belles défenses? dit-il.

--Eh bien?

--En connaissez-vous la valeur?

Ils répondirent négativement; ils savaient seulement qu'on en tirait
l'ivoire avec lequel on fabriquait une multitude d'objets, et qui avait
une grande valeur commerciale.

Jan possédait un couteau à manche d'ivoire, et la petite Gertrude avait
un bel éventail de la même matière, qui avait appartenu à sa mère.

--Eh bien! mes enfants, reprit Von Bloom, si mes calculs sont exacts,
ces défenses valent chacune vingt livres sterling de monnaie anglaise.

--Tant que cela! s'écrièrent les enfants.

--Oui, ajouta Von Bloom; j'estime que chacune d'elles peut peser vingt
livres, et comme la livre d'ivoire se vend actuellement quatre
schellings et six pense, les deux réunies peuvent nous rapporter de
quarante à cinquante livres sterling.

--Avec cette somme, s'écria Hans, on aurait un excellent attelage de
bœufs!

--Six bons chevaux! dit Hendrik.

--Un troupeau de moutons! ajouta le petit Jan.

--Mais à qui pouvons-nous les vendre? reprit Hendrik après un moment de
silence; nous sommes éloignés des établissements coloniaux. Comment y
transporter deux défenses d'éléphant?

--Nous pourrons en transporter, interrompit Von Bloom, non pas deux,
mais vingt, quarante, et peut-être davantage. Vous voyez maintenant que
j'ai sujet de me réjouir.

--Quoi! s'écria Hendrik, vous pensez qu'il nous est possible de
rencontrer encore d'autres éléphants?

--J'en suis certain, car j'ai déjà remarqué les traces d'un grand nombre
de ces animaux. Nous avons nos fusils, et il nous reste par bonheur
d'abondantes munitions; nous sommes bons tireurs: qui nous empêchera de
nous procurer ces précieuses masses d'ivoire?... Nous réussirons, mes
chers amis, j'en ai la certitude. C'est Dieu qui nous envoie cette
richesse au milieu de notre misère, quand nous avons tout perdu.
Rassurez-vous donc, nous ne manquerons de rien, nous pouvons encore être
riches.

Les enfants se souciaient peu de la richesse qui leur était promise;
mais, voyant leur père si heureux, ils accueillirent ses paroles par un
murmure d'approbation. Totty et Swartboy poussèrent en même temps des
cris de joie qui retentirent sur la surface du lac et troublèrent les
oiseaux dans leurs nids de feuillage; il n'y avait pas dans toute
l'Afrique un groupe plus heureux que celui qui campait au bord de cet
étang solitaire.



CHAPITRE XX.

LES CHASSEURS


Le porte-drapeau avait résolu de se faire chasseur d'éléphants: c'était
une profession à la fois émouvante et lucrative. Il n'était pas facile
d'abattre en peu de temps un grand nombre d'animaux de taille aussi
colossale: il fallait des mois entiers pour obtenir une quantité
d'ivoire un peu importante; mais il avait résolu d'y consacrer au besoin
plusieurs années. Il se proposait de mener une vie agreste, de faire de
ses fils des enfants des bois, et il espérait être amplement indemnisé
de sa patience et de ses labeurs.

Le soir, la joie régna autour du feu du camp. L'éléphant avait été
laissé sur la berge, en attendant qu'il pût être dépecé; mais on avait
eu soin d'enlever la trompe et d'en faire cuire une partie pour souper.
Quoique la viande de l'éléphant soit mangeable en entier, sa trompe est
considérée comme le morceau le plus délicat; elle a le goût de la langue
de bœuf, et tous les enfants l'aimaient à l'excès: c'était surtout un
régal pour Swartboy, qui avait eu souvent occasion d'en manger.

En outre, ils avaient abondance de lait; le rendement de la vache était
du double depuis qu'elle était placée dans le meilleur endroit du
pâturage.

Tandis qu'ils savouraient un rôti de trompe d'éléphant, la conversation
roula naturellement sur ces monstrueux pachydermes.

Comme tout le monde connaît l'extérieur de l'éléphant, il serait
superflu d'en faire une description; mais tout le monde ne sait pas
qu'il en existe deux espèces distinctes, l'une en Afrique et l'autre en
Asie. On les avait d'abord confondues, et c'est tout récemment qu'il a
été démontré qu'elles offraient des différences bien caractérisées.

L'éléphant asiatique, plus généralement connu sous le nom d'éléphant des
Indes, est d'une taille plus élevée et de proportions plus colossales;
mais il est possible que son développement soit dû, comme celui de
beaucoup d'autres animaux, à la domesticité.

L'espèce africaine ne vit qu'à l'état sauvage, et quelques-uns des
individus qui lui appartiennent ont atteint les dimensions des plus
grands éléphants sauvages de l'Asie.

Les deux espèces se distinguent surtout l'une de l'autre par les
oreilles et les défenses.

Les oreilles de l'éléphant d'Afrique se rejoignent au-dessus des épaules
et pendent au-dessous de la poitrine. Celles de l'éléphant des Indes
sont au moins d'un tiers moins grandes: le premier a des défenses qui
pèsent quelquefois près de quatre cents livres, tandis que les défenses
du second dépassent rarement le poids de cent livres. Il est toutefois
des exceptions à cette règle, et en moyenne le poids de chacune des
défenses de l'éléphant africain est évalué à deux cents livres. Dans
cette dernière espèce, la femelle est également pourvue de défenses qui
ne diffèrent de celles du mâle que par la longueur. La femelle de
l'éléphant des Indes n'en a point, ou elle en a de si petites, qu'elles
font à peine saillie sur la peau des lèvres.

Les autres différences essentielles entre les deux espèces consistent
dans la forme du front, qui est concave chez l'éléphant des Indes et
convexe chez l'éléphant d'Afrique, dans l'émail des dents, enfin dans
les sabots des pieds de derrière, qui sont au nombre de quatre pour le
premier et de trois pour le second.

Les éléphants d'Asie ne sont pas tous semblables. Ils se divisent en
variétés bien distinctes, dont chacune diffère de l'autre presque autant
que le type de l'espèce diffère de celui de l'éléphant africain.

Une variété connue en Orient sous le nom de mooknah a des défenses
droites, dont la pointe se dirige en bas, tandis que ces singuliers
appendices ont habituellement la pointe en haut.

Les Asiatiques reconnaissent deux grandes castes d'éléphants, le
coomareah et le merghee. Une trompe large, les jambes courtes, un corps
massif et trapu, une puissance musculaire considérable, tels sont les
caractères du coomareah. Le merghee est de plus haute taille; mais sa
trompe est moins grosse, et il est loin d'avoir la vigueur et la
solidité du précédent. Grâce à ses longues jambes, il va plus vite que
le coomareah; mais celui-ci, ayant la trompe plus développée, ce que les
amateurs considèrent comme une beauté, et résistant mieux à la fatigue,
est plus recherché sur les marchés orientaux.

Les éléphants blancs qu'on rencontre parfois sont simplement des
albinos. Néanmoins, en diverses contrées de l'Asie, on les tient en
estime particulière, et l'on en donne des prix exorbitants. Certains
peuples ont même pour eux une vénération superstitieuse.

L'éléphant des Indes habite la plupart des régions orientales et
méridionales de l'Asie, le Bengale, les royaumes d'Aracan, de Siam, de
Pégu, Ceylan, Java, Sumatra, Bornéo, l'archipel de la Sonde et les
Célébes. Il y est, depuis une époque immémoriale, réduit à l'état
domestique, et employé à l'usage de l'homme; mais on le trouve aussi à
l'état sauvage, tant sur le continent que dans les îles, et la chasse à
l'éléphant est un des exercices favoris des Orientaux.

En Afrique, l'éléphant n'existe qu'à l'état sauvage. Aucune des nations
de ce continent peu connu n'a pensé à le dompter et à s'en servir. Il
n'est recherché que pour ses dents et pour sa chair. Quelques écrivains
ont prétendu qu'il était plus féroce que son congénère indien, et qu'il
eût été impossible d'en faire un animal domestique. C'est une erreur. Si
l'éléphant africain n'a pas été dressé, c'est uniquement parce qu'aucune
nation de l'Afrique moderne n'est arrivée à un degré de civilisation
assez avancé pour tirer parti des qualités de ce précieux quadrupède. On
peut l'apprivoiser aussi aisément que son cousin des Indes, et charger
son dos d'une tour ou howdah. L'expérience en a été faite; mais la
meilleure preuve de ce que nous avançons, c'est que la domestication de
l'éléphant d'Afrique avait pris jadis un développement immense; ceux de
l'armée carthaginoise appartenaient à l'espèce africaine.

Cette espèce, qui hante le centre et le midi de l'Afrique, a pour
limites à l'est l'Abyssinie, à l'ouest le Sénégal. Il y a quelques
années, on la trouvait au Cap de Bonne-Espérance; mais l'activité des
chercheurs d'ivoire hollandais, l'usage meurtrier qu'ils ont fait de
leurs grands fusils, l'ont chassée de ces parages, et on ne la voit plus
au sud de la rivière Orange.

Quelques naturalistes, entre autres Cuvier, ont cru que l'éléphant
d'Abyssinie appartenait à l'espèce indienne. C'est une idée maintenant
abandonnée. Ce grand mammifère, qui se distingue par sa tête oblongue,
par son front concave, par ses mâchelières composées de lames
transverses et ondoyantes, fréquente, comme nous l'avons dit, les
régions orientales et méridionales de l'Asie, ainsi que les grandes îles
voisines; mais rien ne donne lieu de croire à sa présence dans aucune
partie de l'Afrique.

Il est à supposer que l'espèce africaine a des variétés qui n'ont pas
été bien étudiées. On dit qu'on en voit dans les montagnes qui dominent
le Niger une variété rouge et très-féroce; mais les éléphants rouges
qu'on a observés ne devaient peut-être leur couleur qu'à la poussière
rouge où ils s'étaient roulés.

Dans les régions tropicales, les éléphants atteignent des proportions
plus colossales que partout ailleurs.

Swartboy parla d'une variété connue par les chasseurs hottentots sous la
dénomination de koes-cops. Elle diffère de toutes les autres en ce
qu'elle est entièrement dépourvue de défenses, qu'elle a le caractère
intraitable. Le koes-cops se jette avec fureur sur les animaux ou les
hommes qu'il rencontre; mais comme il ne fournit pas d'ivoire, et que
par conséquent on n'a point d'intérêt à le tuer, les chasseurs l'évitent
et lui cèdent la place.

Ce fut sur ce sujet que, toute la soirée, roula l'entretien de la
famille réunie autour du feu du camp. Hans fournit de nombreux
renseignements qu'il avait puisés dans les livres: mais ceux que donna
le Bosjesman étaient peut-être plus dignes de foi.

Von Bloom et ses fils devaient bientôt acquérir une connaissance
pratique des mœurs des proboscidiens, qui allaient devenir pour eux
les êtres les plus intéressants de la création.



CHAPITRE XXI.

DISSECTION DE L'ÉLÉPHANT


Le lendemain fut un jour de rude travail, mais tout le monde s'y livra
avec joie. Il s'agissait de tirer parti des dépouilles du monstrueux
pachyderme.

Quoique inférieur au bœuf, au mouton ou au porc, l'éléphant n'est pas
à dédaigner sous le rapport comestible. Il n'y a point de raison pour
que sa chair soit mauvaise, car il se nourrit de substances saines,
exclusivement végétales, telles que les feuilles et les jeunes pousses
des arbres, ou plusieurs espèces de racines bulbeuses qu'il arrache avec
sa trompe et ses défenses. Toutefois la qualité de la nourriture n'est
pas en général le critérium de la bonté de la viande. Le porc, qui se
repaît d'immondices et se vautre dans la fange, nous fournit une
prodigieuse diversité de mets savoureux; tandis que le tapir de
l'Amérique du Sud, animal de la famille des pachydermes, qui vit
uniquement de racines succulentes, a la chair d'un goût amer et
détestable.

Von Bloom et sa famille n'auraient pas volontiers fait un usage habituel
de viande d'éléphant. S'ils avaient été certains de se procurer de
l'antilope, l'énorme cadavre aurait pu être abandonné aux hyènes; mais,
faute de mieux, ils s'occupèrent de dépecer la victime du rhinocéros.
Leur premier soin fut de couper les défenses, opération qui leur prit
deux heures, et qui leur aurait pris le double de temps sans
l'expérience de Swartboy qui manœuvrait la hache avec une grande
dextérité.

Quand on eut extrait l'ivoire, on commença le dépècement. Il était assez
difficile de tirer parti de la moitié du corps qui était sous l'eau,
mais Von Bloom n'avait pas besoin d'y toucher, la partie supérieure
suffisait pour lui procurer d'amples provisions, et il se mit à la
dépouiller avec le concours de ses enfants et de Swartboy. Ils
enlevèrent la peau par larges feuilles; puis ils coupèrent en morceaux
l'épiderme mou et flexible, que les indigènes emploient à fabriquer des
outres et des seaux.

On le jetta comme inutile, car la charrette renfermait une assez grande
quantité de vases propres à mettre de l'eau. Quand la chair fut à
découvert, on la sépara des côtes en larges tranches. Les côtes
elles-mêmes furent enlevées une à une avec la hache. Elles n'étaient
intrinsèquement d'aucune valeur, mais il importait de les retirer pour
avoir la graisse amoncelée autour des intestins, cette graisse devant
être d'une grande ressource en cuisine pour des aventuriers auxquels le
beurre manquait.

L'extraction de la graisse ne se fit pas sans quelques difficultés, dont
Swartboy triompha courageusement. Il grimpa dans l'intérieur de
l'immense carcasse, tailla et creusa avec activité, et fit passer
successivement à ses compagnons des morceaux qu'ils emportèrent à
quelque distance. Le triage en fut effectué, la graisse fut serrée avec
soin dans un morceau de la seconde peau, et l'opération fut ainsi
terminée. Les quatre pieds, qui, avec la trompe, constituent la partie
plus délicate, avaient été coupés à l'articulation du fanon. Il fallait
maintenant recourir à des procédés de conservation. Les voyageurs
avaient du sel, mais en trop petite quantité pour songer à l'utiliser.
Heureusement Swartboy et Von Bloom lui-même connaissaient les procédés
qu'on emploie dans les contrées où le sel est rare, et qui consistent
simplement à couper la viande en minces lanières et à l'exposer au
soleil quand elle est desséchée; de la sorte, elle peut se garder
pendant des mois entiers. Si le temps est couvert, un feu lent peut
remplacer les rayons du soleil. Des pieux (fourchus) furent plantés de
distance en distance, d'autres placés horizontalement, et les lanières
qu'on avait découpées y furent suspendues en innombrables festons. Avant
la nuit, les environs du camp offraient l'aspect d'une blanchisserie;
seulement les objets étendus, au lieu d'être blancs, avaient une belle
teinte d'un rose clair.

L'œuvre n'était pas encore achevée, il restait à conserver les pieds,
qui exigent un traitement différent. Swartboy, qui en connaissait seul
le secret, creusa un trou de deux pieds de profondeur, et d'un diamètre
un peu plus grand. Avec la terre qu'il en avait tirée, il forma tout
autour une espèce de banquette. Par ses ordres les enfants amassèrent du
bois et des branches sèches, et en bâtirent sur le trou un bûcher
pyramidal auquel ils mirent le feu; il creusa ensuite trois autres trous
exactement semblables, qu'on recouvrit également de combustibles, et
bientôt quatre foyers incandescents s'allumèrent sur le sol. Obligé
d'attendre qu'ils fussent consumés, Swartboy lutta résolûment contre le
sommeil.

Lorsqu'il ne resta plus du premier bûcher que des cendres rouges, le
Bosjesman les enleva soigneusement avec une pelle, et ce travail, si
simple en apparence, lui coûta plus d'une heure. L'excessive chaleur
qu'il avait à supporter le forçait par intervalles à s'interrompre. Von
Bloom et ses fils le relayèrent, et tous les quatre furent bientôt
couverts de sueur, comme s'ils fussent sortis d'un four. Quand le
premier trou fut entièrement débarrassé de charbon, Swartboy et Von
Bloom y déposèrent un des pieds, et le recouvrirent avec le sable qui
avait été enlevé primitivement et qui était aussi chaud que du plomb
fondu. On ramassa dessus des charbons, et un nouveau feu fut allumé. Les
trois autres pieds furent traités de même. Pour qu'ils fussent cuits
suffisamment et en état d'être conservés, il fallait les laisser dans le
four jusqu'à la complète extinction des bûchers. Swartboy devait ensuite
ôter les cendres, retirer les pieds avec une broche de bois, les
nettoyer, les parer, et ils étaient dès lors bons à manger, si on ne
préférait les mettre en réserve.

Comme les feux ne pouvaient guère s'éteindre avant l'aurore, nos
voyageurs, harassés de leurs travaux extraordinaires, achevèrent leur
souper de trompe bouillie, et allèrent se coucher sous l'ombre tutélaire
du nwana.



CHAPITRE XXII.

LES HYÈNES.


La fatigue aurait dû procurer aux travailleurs un doux sommeil; mais il
ne leur fut pas permis de le goûter. A peine avaient-ils les yeux
fermés, que des bruits étranges les arrachèrent à cet état de rêverie
qui précède l'assoupissement. Il leur sembla entendre des éclats de rire
qu'on aurait pu attribuer à des voix humaines. Ils ressemblaient
parfaitement aux ricanements aigus d'un nègre en délire. On aurait dit
que les hôtes de quelque Bedlam de nègres avaient brisé les portes de
leur prison, et se répandaient dans la campagne. Les sons devenaient de
plus en plus perçants; il était évident que ceux par lesquels ils
étaient poussés se rapprochaient du camp. C'étaient des cris confus, si
variés que le plus habile ventriloque aurait vainement essayé de les
reproduire. Les voix hurlaient, grommelaient, soupiraient, grognaient,
sifflaient, caquetaient, aboyaient. Tantôt elles lançaient une note
brève et aiguë, tantôt elles traînaient longuement un gémissement
plaintif. Par intervalles régnait un profond silence; puis le sauvage
concert recommençait, et le signal en était donné par ce ricanement
humain qui surpassait en horreur tous les autres sons.

Vous supposez que ce chœur épouvantable dut jeter l'alarme dans le
camp. Il n'en fut rien. Personne n'eut peur, pas même Gertrude, pas même
le petit Jean. S'ils n'avaient pas été familiarisés avec ces étranges
clameurs, ils auraient éprouvé l'effet qu'elles devaient naturellement
produire; mais Von Bloom et sa famille avaient trop longtemps vécu dans
les déserts africains pour ne pas savoir à quoi s'en tenir. Dans les
hurlements, dans les jacassements, dans les glapissements, ils avaient
reconnu les cris du chacal.

Le rire, c'était celui de l'hyène.

Au lieu d'être effrayés et de sauter à bas de leurs lits, nos
aventuriers écoutèrent tranquillement. Von Bloom et les enfants
couchaient dans la charrette; Swartboy et Totty étaient étendus sur le
sol auprès des feux, dont la lumière les garantissait de l'approche de
toutes bêtes fauves.

Cependant, en cette circonstance, les hyènes et les chacals semblaient
être aussi nombreux que hardis. Quelques minutes après avoir annoncé
leur présence, ils faisaient un tintamarre qui eût été désagréable,
quand même on n'aurait pas su à quels animaux l'attribuer.

Enfin, ils se rapprochèrent tellement, qu'il était impossible de
regarder de n'importe quel côté sans voir briller à la lueur des feux
des yeux rouges ou verdâtres. On pouvait remarquer encore les dents
blanches des hyènes, qui ouvraient leurs gueules hideuses pour pousser
leur rauque éclat de rire.

Avec un pareil spectacle devant les yeux, avec un pareil vacarme dans
les oreilles, il n'était guère facile de dormir, malgré l'excès de la
fatigue. Non-seulement on ne pouvait songer au sommeil, mais encore
tous, sans en excepter le porte-drapeau, commencèrent à s'inquiéter.
Jamais ils n'avaient vu de bandes aussi considérables; il n'y avait pas
autour du camp moins d'une cinquantaine de chacals et de deux douzaines
d'hyènes tachetées. Von Bloom savait que dans les circonstances
ordinaires ces derniers animaux n'étaient pas dangereux. Cependant ils
attaquaient parfois l'homme, ce que lui rappelèrent ensemble Swartboy,
instruit par l'expérience, et Hans, éclairé par ses lectures.

Les hyènes étaient si voraces qu'il devenait nécessaire de faire contre
elles une démonstration. Von Bloom, Hans et Hendrik, armés de leurs
fusils, sortirent de la charrette, tandis que Swartboy saisissait son
arc et ses flèches. Tous les quatre se tinrent derrière le tronc du
figuier-sycomore, du côté opposé à celui où les feux étaient allumés.
C'était une position bien choisie; ils s'y trouvaient cachés et
pouvaient observer sans être vus tout ce qui se présentait à la lueur
des brasiers.

Ils étaient à peine installés quand ils s'aperçurent qu'ils avaient
commis une impardonnable négligence. Pour la première fois ils
devinèrent que la chair de l'éléphant attirait seule un si grand nombre
d'hyènes, et qu'ils avaient eu le tort de la pendre trop bas. En effet,
tandis qu'ils surveillaient les festons rougeâtres, une bête au poil
hérissé se dressa sur ses pattes de derrière, enleva un morceau choisi
et disparut dans les ténèbres. On entendit les pas de ses compagnes qui
s'élançaient pour prendre leur part du butin, et bientôt toute la bande
aux yeux étincelants et aux dents blanches se tint prête à un assaut
général.

Aucun des chasseurs n'avait fait feu; leur poudre et leur plomb étaient
trop précieux pour être inutilement gaspillés, et l'agilité que les
hyènes mettaient dans leurs mouvements rendait presque impossible de les
viser. Animées par leur succès, elles s'avançaient en bon ordre et
seraient indubitablement parvenues à emporter presque toute la provision
de biltongue; c'est ainsi qu'on désigne la viande d'éléphant conservée
par la dessication.

--Nos fusils ne nous servent à rien, dit Von Bloom, mettons-les de côté
et occupons-nous de serrer le biltongue; autrement, si nous voulons le
défendre, nous sommes dans la nécessité de veiller jusqu'à demain.

--Mais comment, demanda Hendrik, le placer hors de la portée des hyènes?

--Nous pourrions, répondit le fermier, l'empiler dans la charrette;
malheureusement notre chambre à coucher se trouverait rétrécie, il
vaudrait mieux tâcher d'exhausser nos traverses; mais dans l'obscurité
il est difficile de couper d'autres pieux.

--J'ai une proposition à faire, dit Hans: il faut lier ensemble
quelques-unes de nos perches, et nous établirons sur les fourches
supérieures nos traverses horizontales. La viande ainsi suspendue sera à
l'abri des hyènes et des chacals.

Le projet de Hans fut adopté à l'unanimité. En réunissant plusieurs
perches, on donna à l'échafaudage une douzaine de pieds de haut; les
traverses ayant été posées, Von Bloom les garnit de biltongue en montant
sur un des coffres de la charrette.

Lorsque cette opération fut terminée, le trio des chasseurs reprit son
poste à l'ombre du nwana, avec l'intention d'épier la conduite des
maraudeurs.

Ils n'eurent longtemps à attendre. Au bout de cinq minutes, la bande
revint à la charge en hurlant, en ricanant et en glapissant comme par
le passé; seulement ces différents cris n'exprimèrent cette fois que le
désappointement et la fureur.

Hyènes et chacals virent du premier coup d'œil que les appétissantes
guirlandes n'étaient plus à leur portée; toutefois ils ne voulurent pas
déserter la place sans s'être assurés bien positivement du fait; les
plus gros et les plus courageux des deux espèces se placèrent sous
l'échafaudage et s'efforcèrent d'atteindre le biltongue. Après des bonds
réitérés mais infructueux, ils se découragèrent et ils allaient
s'éloigner tranquillement, à l'exemple du renard de la fable, lorsque
Von Bloom, furieux d'être si désagréablement dérangé à cette heure
indue, résolut de se venger des persécuteurs. Il donna le signal, et
trois coups de fusils partirent à la fois. Cette décharge inattendue
dispersa l'ennemi, qui laissa sur le sol trois cadavres. Deux hyènes
avaient mordu la poussière, et la flèche empoisonnée de Swartboy avait
pénétré dans les flancs d'un chacal.

Les chasseurs chargèrent leurs fusils et reprirent leur poste; mais
après une demie-heure d'attente, ils crurent pouvoir se retirer. Une
heureuse diversion s'était opérée, les hyènes et les chacals avaient
découvert les restes de l'éléphant et s'étaient jetés dessus.

Pendant toute la nuit, on les entendit se quereller, gronder, rire et
japper autour de leur proie, qu'ils allaient chercher en plongeant dans
les eaux du lac.

Von Bloom et ses enfants ne s'amusèrent pas à écouter ce bruit; dès
qu'ils furent certains que les bêtes féroces ne reviendraient plus au
camp, ils rentrèrent dans leur lit et goûtèrent le doux sommeil qui suit
une journée de travail.



CHAPITRE XXIII.

L'OUREBI


Le lendemain matin, les hyènes et les chacals avaient disparu sans
laisser la moindre parcelle de la chair de l'éléphant.

L'énorme squelette était entièrement dépouillé, les rudes langues de
hyènes en avaient même poli les os. Chose plus étonnante encore, deux
chevaux, qui achevaient dans la prairie leur triste existence, avaient
été abattus pendant la nuit et disséqués aussi nettement que l'éléphant.
C'était une preuve que les animaux voraces abondaient autour du camp, et
leur présence était de bon augure, car ils ne se montrent que dans les
localités giboyeuses.

En examinant les bords du lac, on constata que des bêtes de diverses
espèces y étaient venues boire.

On reconnut le sabot rond et solide du couagga et de son congénère le
dauw, puis l'empreinte nettement dessinée de l'antilope gemsbock et la
trace plus large de l'élan. Au milieu de toutes les marques éparses sur
le rivage, Von Bloom ne manqua pas d'observer celles du lion; on ne
l'avait pas entendu rugir; mais il était certain qu'il hantait la
contrée, à la piste des couaggas, des gemsbock et des élans, qui sont sa
proie favorite.

La famille travailla peu ce jour-là. La préparation du biltongue et la
surveillance que les maraudeurs avaient exigée avaient épuisé les forces
de Von Bloom et de ses compagnons. Ils étaient disposés à l'oisiveté.
Cependant Swartboy nettoya les pieds d'éléphant après les avoir tirés du
four, et disposa le biltongue de manière à en accélérer la dessication.
Von Bloom emmena loin du camp les trois chevaux qui restaient et qui
n'avaient pas deux jours à vivre. Il mit fin à leurs souffrance et fit
acte de charité en leur envoyant à chacun une balle à travers le
cœur.

De tous les bestiaux du porte-drapeau, il ne restait plus que la vache,
de laquelle on appréciait les services, et qui était l'objet de soins
particuliers. Sans le lait qu'elle fournissait en abondance,
l'alimentation de la famille aurait été d'une nature assez sauvage. Tous
les jours on conduisait la précieuse bête dans le meilleur pâturage, et
le soir elle rentrait dans un kraal d'épines qu'on avait construit pour
elle à peu de distance du nwana. Ces épines, dont les racines étaient
placées à l'intérieur, formaient avec leurs cimes touffues des chevaux
de frise qu'aucun animal n'était tenté de franchir. Une haie pareille
est impénétrable même pour le lion, à moins qu'il n'ait été provoqué et
qu'il ne se connaisse plus.

Pour permettre à la vache d'entrer et de sortir, on avait ménagé une
ouverture dont la porte était un grand buisson.

Après la vache, le seul animal domestique du camp était le faon de
springbok, le favori de Gertrude; mais le jour même, il eut un compagnon
non moins gracieux que lui et de proportions encore plus délicates.
C'était le faon d'un ourebi, une des antilopes élégantes dont on trouve
tant de variétés dans les plaines et dans les bois de l'Afrique
méridionale.

Cette jolie bête fut un cadeau de Hendrik, qui apporta en même temps
pour dîner de la venaison que tout le monde, à l'exception de Swartboy,
préféra au rôti d'éléphant.

Il était sorti vers midi, croyant avoir vu un animal rôder près du camp.
Après avoir fait un demi-mille dans les broussailles, sur la lisière de
la prairie, il aperçut deux individus d'une espèce qui lui était
inconnue, mais qui, à en juger par leur conformation, devaient être des
antilopes ou des daims. Comme Hans lui avait dit qu'il n'y avait pas de
daims dans le sud de l'Afrique, il en conclut qu'il avait sous les yeux
deux antilopes. Une seule portait des cornes; c'étaient par conséquent
un mâle et une femelle. Le premier n'avait pas deux pieds de hauteur. Sa
robe était d'un fauve pâle; ses yeux étaient surmontés de sourcils
blancs; il avait le ventre blanc et de longs poils de la même couleur
sous la gorge. Des touffes de poils jaunâtres pendaient au-dessus de ses
genoux. Ses cornes n'étaient pas recourbées en forme de lyre comme celle
de l'antilope springbok, mais elles s'élevaient presque verticalement à
la hauteur de quatre pousses. Elles étaient noires, rondes et
légèrement annelées. La femelle, qui n'avait pas de cornes, était
beaucoup plus petite que son compagnon.

Après avoir fait toutes ces observations, Hendrik en conclut
judicieusement que ces antilopes étaient des ourebis.

Il tâcha de les rapprocher avec assez de précaution pour ne pas donner
l'alarme à ces bêtes craintives; mais il ne pouvait sans imprudence
dépasser un buisson de jong dora derrière lequel il se tint caché, et
qui était encore à deux cents yards des ourebis.

De temps en temps le mâle dressait son cou gracieux, poussait un léger
bêlement et jetait autour de lui des regards soupçonneux; Hendrik jugea
par ces symptômes qu'il approcherait difficilement des ourebis à portée
de sa petite carabine.

Il avait eu soin de se placer sous leur vent; mais, au bout de quelque
temps, il aperçut avec douleur qu'elles broutaient au vent, à la manière
des springboks et de quelques autres espèces. Par conséquent elles
marchaient régulièrement, les naseaux tournés vers le côté d'où
soufflait le vent et mettaient à chaque pas un plus grand intervalle
entre eux et lui.

Il fallait donc renoncer à la chasse ou faire un long circuit pour
barrer le passage aux ourebis. L'exécution de cette dernière manœuvre
était lente, pénible et d'un résultat douteux: Hendrik aurait beau
multiplier les marches et les contre-marches, glisser de buisson en
buisson, se tapir dans les herbes, il était probable que les ourebis le
sentiraient avant qu'il fût à bonne portée; car c'est précisément afin
de pouvoir être avertis par le flair de la présence d'un ennemi qu'elles
broutent toujours contre le vent.

La plaine était vaste; les abris étaient lointains et clairsemés: aussi
Hendrik, découragé, abandonna-t-il le projet d'attaquer les ourebis par
devant.

Il était sur le point de regagner le camp, lorsqu'il lui vint à l'idée
d'employer la ruse. Il savait que, chez plusieurs espèces d'antilopes,
la curiosité est plus forte que la crainte. Il avait souvent, par divers
stratagèmes, attiré près de lui des springboks. Pourquoi les ourebis
n'obéiraient-elles pas aux mêmes impulsions?

--Tentons l'aventure! se dit-il. Au pis aller, j'en serai quitte pour
battre en retraite, ce que je serais obligé de faire dès à présent, si
je ne courais une dernière chance.

Sans perdre un instant, il chercha dans sa poche un grand mouchoir rouge
qui lui avait plus d'une fois servi en pareille occasion.
Malheureusement il ne trouva rien.

Il fouilla dans les deux poches de sa veste et de ses larges culottes,
puis dans son gilet; mais, hélas! le mouchoir rouge avait été oublié
dans la charrette!

Comment le remplacer? En ôtant sa veste et en l'élevant en l'air? Elle
n'était pas d'une couleur assez vive.

Fallait-il mettre son chapeau au bout de son fusil? La réussite de cet
expédient était plus probable; cependant il avait le désavantage de trop
rappeler la forme humaine que redoutaient les animaux en général et les
ourebis en particulier.

Enfin Hendrik eut une heureuse idée.

Il avait entendu dire que la curiosité des antilopes était excitée
non-seulement par les couleurs voyantes, mais encore par les formes
bizarres, par les mouvements singuliers. Il se souvint d'un stratagème
que les chasseurs avaient souvent employé avec succès et dont
l'exécution était facile.

Il s'agissait de se tenir sur les mains, la tête en bas. C'était un
exercice gymnastique que le jeune homme avait maintes fois pratiqué pour
son amusement, et dans lequel il avait acquis l'habileté d'un acrobate.

Sans plus tarder, il déposa sa carabine à terre, et, se tenant sur la
tête et sur les mains, il se mit à remuer les pieds en l'air, en les
frappant l'un contre l'autre et en les croisant de la manière la plus
fantastique.

Il avait le visage tourné du côté des ourebis; mais il ne pouvait les
voir, car l'herbe avait un pied de haut. Cependant, par intervalles, il
laissait retomber ses pieds et regardait entre ses jambes pour juger de
l'effet de sa ruse.

Elle réussit. Le mâle, en apercevant l'objet inconnu, fit entendre un
sifflement aigu, et partit avec la vitesse d'un oiseau, car l'ourebi est
une des plus agiles antilopes d'Afrique. La femelle suivit, mais plus
lentement, et se trouva bientôt en arrière.

Le mâle se ravisa tout à coup. Comme s'il eût eu honte de son peu de
galanterie, il fit volte-face, et alla au-devant de sa compagne.

Quel pouvait être l'objet inconnu? C'était ce que le mâle semblait se
demander. Ce n'était ni un lion, ni un léopard, ni une hyène, ni un
chacal, ni un renard, ni un loup, ni un chien sauvage, ni aucun de ses
ennemis bien connus. Ce n'était pas non plus un Bosjesman, puisqu'il
paraissait avoir deux têtes. Qu'était-ce donc?

L'objet était resté en place, il n'avait pas l'air de vouloir poursuivre
une proie; peut-être n'était-il pas dangereux.

Ainsi raisonna le mâle. Sa curiosité dominant sa crainte, il voulut,
avant de s'éloigner, voir de plus près la chose mystérieuse qui attirait
son attention. Peu importait ce qu'elle pouvait être; à la distance qui
l'en séparait, elle était hors d'état de lui nuire; et si elle courait
après lui, il comptait la laisser bien loin en arrière, puisque sa
vélocité dépassait celle de tous les bipèdes ou quadrupèdes africains.

Il s'approcha donc de plus en plus, en allant en zigzag à travers la
plaine, jusqu'à ce qu'il fut arrivé à moins de cent pas de l'étrange
objet qui l'avait d'abord effarouché. Sa compagne semblait animée du
même sentiment de curiosité, et ses grands yeux étincelaient d'un vif
éclat. De temps en temps, l'un et l'autre s'arrêtaient comme pour tenir
conseil, et se demander s'ils savaient à quoi s'en tenir sur le
caractère de l'animal étranger. Il était évident que leur perplexité se
prolongeait, car l'étonnement se peignait dans leurs regards et dans
leurs allures.

Enfin l'étrange objet se perdit un moment sous l'herbe, et quand il
reparut il avait subi une métamorphose, il en partait des reflets
brillants qui fascinèrent tellement l'ourebi mâle, qu'il resta immobile
et les yeux fixes.

Fatale fascination! ce fut son dernier regard. Un éclair jaillit; une
balle traversa le cœur du pauvre animal, et il ne vit plus les
brillants reflets.

La femelle accourut auprès de lui, et sans deviner la cause de sa mort
subite, elle vit bien qu'il était mort. Son sang rouge s'échappait de sa
blessure; ses yeux étaient vitreux; il était muet et sans mouvement.

Elle se disposait à fuir; mais pouvait-elle se séparer immédiatement de
la dépouille inanimée de son compagnon; elle lui devait quelques pleurs;
elle avait des devoirs de veuve à remplir; mais elle n'en eut pas le
temps. L'amorce pétilla de nouveau; le tube brillant lança son jet de
flamme, et la femelle tomba sur le corps du mâle.

Le jeune chasseur se releva, et ne voyant point d'autre gibier dans la
plaine, il ne reprit pas le temps de recharger son fusil, comme il en
avait l'habitude. Il courut ramasser ses deux victimes, mais qu'elle fut
sa surprise de trouver auprès d'elles une troisième antilope encore
vivante. C'était un faon qui n'était guère plus gros qu'un lapin, et que
l'herbe avait jusqu'alors caché. Il poussait de faibles bêlements en
bondissant autour du corps inanimé de sa mère.

Tout chasseur qu'il était, Hendrik ne put se défendre d'une certaine
émotion en contemplant ce tableau. Mais il songea que ce n'était pas en
pure perte pour satisfaire un caprice qu'il avait tué ces antilopes. Sa
conscience ne lui reprochait rien.

Le petit faon était une trouvaille pour Jan, qui avait souvent désiré en
posséder un, afin de n'avoir rien à envier à sa sœur; on pouvait
nourrir l'orphelin avec le lait de la vache, et Hendrik se promit de le
faire élever avec soin. Il s'en empara sans difficulté, car la jeune
ourebi refusait de quitter la place où sa mère était tombée.

Hendrik lia ensemble le mâle et la femelle, attacha une forte corde
autour des cornes de l'ourebi mâle, et les traîna tous deux derrière
lui, la tête la première et dans le sens du poil, ce qui rendait la
traction plus facile. Il n'eut pas de peine à les tirer sur la pelouse,
tout en portant le faon dans ses bras.

La satisfaction fut générale lorsqu'on vit arriver ce renfort de
venaison. Jan fut particulièrement enthousiasmé du jeune faon, et
n'envia plus à Gertrude la possession de sa jolie gazelle.



CHAPITRE XXIV.

LES AVENTURES DU PETIT JAN


Il aurait mieux valu que Jan n'eût jamais vu la petite ourebi, car la
nuit même l'innocente créature causa dans le camp une panique terrible.

L'ordre du coucher avait été le même que la nuit précédente.

Von Bloom et les quatre enfants s'étaient installés dans la charrette.

Totty était étendue dessous, entre les roues.

Le Bosjesman avait allumé à peu de distance un grand feu, près duquel il
s'était endormi, enveloppé dans son kaross de peau de mouton.

La famille n'avait pas été importunée par les hyènes, ce qui se
concevait aisément. Les trois chevaux qu'on avait tués dans la journée
absorbaient l'attention de ces désagréables visiteuses, dont on
entendait les rires affreux du côté où gisaient les cadavres. Ayant
largement à souper, elles n'avaient aucun prétexte pour s'aventurer dans
le voisinage du camp, où elles avaient été mal accueillies la veille.

Ce fut ainsi que raisonna Von Bloom avant de s'endormir; mais il se
trompait. Quoique les hyènes eussent dévoré les chevaux, c'était une
erreur de croire que leur appétit insatiable serait assouvi. Longtemps
avant le jour, si Von Bloom avait été réveillé, il aurait entendu près
du camp le rire frénétique des hyènes, dont les yeux verts scintillaient
aux clartés mourantes du feu de Swartboy.

Dans un moment d'insomnie, il avait bien entendu les bêtes féroces; mais
sachant que le biltongue était hors d'atteinte, et s'imaginant qu'elles
ne pouvaient nuire à personne, il ne daigna pas s'occuper de leurs
bruyantes démonstrations.

Cependant il fut réveillé en sursaut par le cri perçant d'un animal aux
abois; et ce cri fut suivi d'un autre brusquement étouffé.

Von Bloom reconnut le bêlement plaintif de l'ourebi.

--Ce sont les hyènes qui la tuent, pensa-t-il.

Tous les membres de la famille, éveillés en même temps, eurent la même
idée; mais ils n'eurent pas le temps de l'exprimer. Un nouveau bruit les
fit tressaillir, et ils se levèrent avec autant de précipitation que si
une bombe eût éclaté sous la charrette: du côté d'où était parti le
bêlement de l'antilope, la voix du petit Jan se fit entendre.

Grand Dieu! qu'arrivait-il?

A une clameur brusque et perçante succéda le tumulte confus d'une lutte;
puis Jan appela au secours à grands cris, et les sons de sa voix furent
de plus en plus affaiblis par la distance.

Jan était enlevé!

Cette pensée frappa Von Bloom, Hans et Hendrik, et les remplit de
consternation. Ils avaient à peine les yeux ouverts, et, ne jouissant
pas encore de toute la lucidité de leur esprit, ils ne savaient à quoi
se résoudre.

Les cris réitérés de Jan leur rendirent toute leur énergie. Sans même
prendre leurs fusils, ils sautèrent à bas de la charrette et coururent
au secours de leur frère.

Totty était levée et versait des larmes, mais elle ignorait ce qui
s'était passé.

Ils ne s'arrêtèrent pas à l'interroger, leur attention fut attirée par
les vociférations de Swartboy, et ils virent courir dans les ténèbres un
tison ardent qui était sans doute porté par ce fidèle serviteur.

Ils suivirent comme un fanal la torche embrasée. La voix du Bosjesman
tonnait dans le lointain; mais, hélas! les cris du petit Jan
retentissaient plus loin encore.

Sans chercher à comprendre ce dont il s'agissait, ils hâtèrent le pas,
en proie à de sinistres appréhensions.

Tout à coup le tison descendit rapidement, remonta, redescendit, se
releva de nouveau, et les clameurs de Swartboy redoublèrent.

Evidemment il administrait à quelque animal une terrible correction.

Mais on n'entendait plus la voix de Jan; était-il mort?

Son père et ses frères s'avancèrent, et bientôt un étrange spectacle
s'offrit à leurs yeux. Jan gisait au pied d'un buisson, aux racines
duquel il se cramponnait. Autour de son poing droit était enroulé le
bout d'une longue lanière, et à l'autre bout était attaché la jeune
ourebi, horriblement mutilée. Swartboy était près de lui, tenant son
tison, qui flamboyait avec un nouvel éclat depuis qu'il s'en était servi
pour étriller une hyène affamée.

L'hyène s'était évadée sans demander son reste, mais personne ne songea
à la poursuivre; on ne s'occupait que du petit Jan.

L'enfant fut relevé; tous les yeux l'examinèrent avec empressement, et
un cri de joie partit de toutes les poitrines quand on s'aperçut qu'il
n'était pas blessé. Les épines l'avaient égratigné, la corde qu'il
tenait avait laissé sur son poing un sillon bleuâtre; il était un peu
troublé, mais il reprit promptement ses sens et donna l'assurance qu'il
n'éprouvait aucune douleur; il expliqua ensuite les détails de sa
mystérieuse aventure.

Il s'était couché dans la charrette avec ses frères, mais il ne s'était
pas endormi comme eux; il était préoccupé de sa chère ourebi, qui, faute
de place, avait été reléguée sous la charrette.

Jan se mit en tête de la contempler encore avant de s'endormir. Sans
dire un mot à personne, il descendit, détacha doucement l'ourebi, qu'on
avait liée à l'une des roues, et la conduisit auprès du feu pour la
mieux voir.

Après l'avoir admirée pendant quelque temps, Jan pensa que Swartboy ne
serait pas fâché de partager ses impressions, et il secoua le Bosjesman
sans cérémonie. Celui-ci n'était nullement disposé à se réveiller pour
regarder un animal de l'espèce duquel il avait mangé des centaines; mais
il aimait son jeune maître et ne se formalisa pas d'un caprice qui le
privait du sommeil.

Tous deux se mirent à causer des grâces de l'ourebi; mais ce genre de
conversation finit par devenir monotone, et Swartboy proposa de dormir.
Jan y consentit, à condition qu'il coucherait auprès du feu.

--J'irai, dit-il, chercher ma couverture dans la charrette, et vous
n'aurez pas besoin de partager avec moi votre kaross.

--Y songez-vous? répondit Swartboy; quelle fantaisie! Si votre père se
lève et ne vous trouve pas à côté de lui, que dira-t-il?

--Il n'aura pas de reproches à me faire, j'ai eu froid dans la
charrette, et il est tout naturel que je me rapproche du feu. Je vous en
prie, laissez-moi coucher auprès de vous.

Le petit lutin employa tant d'artifices que Swartboy, qui ne pouvait
rien lui refuser, finit par se rendre. Il n'y avait pour lui aucun
inconvénient à coucher en plein air, car le temps n'était pas à la
pluie.

Jan remonta sans bruit dans la charrette, y prit sa couverture et vint
se coucher à côté de Swartboy. De peur de perdre l'ourebi, il lui
attacha au cou une lanière dont il s'assujettit fortement l'autre
extrémité autour du poignet.

Pendant quelque temps encore, il demeura en contemplation devant sa bête
favorite; mais enfin le sommeil le gagna, et l'image de l'ourebi devint
confuse devant ses yeux.

A partir de cet instant, Jan ne pouvait se rendre exactement compte de
ce qui lui était arrivé.--J'ai été éveillé, dit-il en terminant son
récit, par une brusque secousse et par les bêlements de mon ourebi; et
au moment où j'ouvrais les yeux, je me suis senti violemment traîné sur
le sol; j'ai cru d'abord que Swartboy me jouait quelque mauvaises farce,
mais à la lueur du foyer, j'ai vu un gros animal noir qui emportait
l'ourebi et nous entraînait tous les deux. Jugez si je me suis mis à
crier.

J'ai tâché de me retenir à l'herbe, à la terre, aux branches d'arbre;
mais il m'a été impossible de rien saisir. Enfin, passant auprès d'épais
buissons, j'ai pu m'accrocher aux racines, et je m'y suis tenu de toute
ma force.

Pourtant l'animal noir me tirait toujours, je n'aurais pu résister
longtemps sans le brave Swartboy, qui est arrivé avec son tison et qui a
rossé d'importance la méchante bête. Elle n'a pas demandé son reste,
allez!

Quand il acheva ses explications, Jan s'était complètement remis; mais
la pauvre ourebi, cruellement mutilée, n'avait pas plus de prix qu'un
rat mort.



CHAPITRE XXV.

DIGRESSION SUR LES HYÈNES


Les hyènes ne sont que des loups d'une espèce particulière. Elles leur
ressemblent par les mœurs et l'aspect général; mais elles ont la tête
plus massive, le museau plus large, le cou plus court et la robe plus
velue et plus hérissée; un de leur traits caractéristiques est
l'inégalité des membres inférieurs: les jambes de derrière étant plus
faibles et plus courtes que celle de devant, la croupe est beaucoup plus
basse que les épaules, et la ligne du dos, au lieu d'être horizontale
comme chez la plupart des animaux, s'abaisse obliquement vers la queue.

Dans les temps fabuleux de la zoologie, le cou épais et lourd de l'hyène
avait fait croire qu'elle n'avait pas de vertèbres cervicales. Ses
fortes mâchoires lui permettent de broyer des os dont les autres bêtes
de proie ne sauraient tirer aucun parti: elle brise les plus gros; et,
après en avoir extrait la moëlle, elle les réduit en pâte et les avale.
La nature ne laisse rien perdre, et c'est dans les contrées où abondent
ces grands os que l'hyène se rencontre.

Les hyènes sont les loups de l'Afrique, c'est-à-dire qu'elles
représentent sur ce continent une espèce qui n'y existe pas. Le
maraudeur des Pyrénées ou son frère jumeau d'Amérique n'auraient point
sans elle d'analogue en Afrique, car le chacal est de trop petite taille
pour être considéré comme un loup.

De tous les loups, l'hyène est le plus laid, le plus repoussant. Ce
serait l'animal le plus hideux de la création sans les babouins, avec
lesquels elles ont d'ailleurs quelques rapports de physionomie et
d'habitudes.

Pendant longtemps on n'a connu qu'une seule espèce d'hyène, l'hyène
vulgaire ou rayée sur laquelle on a débité une foule de fables
absurdes. Aucun animal, pas même le vampire, pas même le dragon, n'a
joué un rôle si important dans le monde surnaturel. D'après les récits
fantastiques du moyen âge, l'hyène exerçait sur ses victimes la
fascination du regard; les attirait et les dévorait. Elle changeait de
sexe chaque année; on prétendait même qu'elle avait le pouvoir de se
métamorphoser en jeune homme pour séduire les jeunes filles et les
entraîner au fond des bois; elle imitait admirablement la voix humaine.
Rôdant autour des maisons, elle prêtait l'oreille, et quand elle avait
entendu prononcer le nom d'un membre de la famille, elle le répétait en
poussant des cris de détresse. Celui qu'elle avait appelé sortait
imprudemment et devenait sa victime.

Ces histoires bizarres étaient crues comme article de foi; mais ce qui
peut sembler étrange, c'est qu'elles ne sont pas totalement dépourvues
de fondement, et il y a en effet dans le regard de l'hyène une puissance
particulière qui emporte l'idée de fascination, quoique à ma
connaissance personne ne s'y soit jamais laissé prendre. On a pu
également se figurer que l'hyène imitait la voix humaine, par la simple
raison que cette voix ressemble à la sienne. Je ne prétends pas dire que
le cri de l'hyène soit exactement celui d'un homme, mais il présente
avec certains cris particuliers une identité remarquable. Je connais
plusieurs individus qui ont positivement des voix d'hyène, et
l'imitation la plus exacte du rire humain est le cri de l'hyène
tachetée.

Malgré l'horreur qu'il inspire, on ne peut l'entendre sans être égayé
par cette singulière parodie, dont les sons métalliques et saccadés
rappellent la voix des nègres; j'ai déjà comparé ce rire à celui d'un
nègre en état de folie.

L'hyène rayée, quoique la mieux connue, est selon moi la moins
intéressante de son genre. Elle est plus répandue que ses congénères; on
la trouve dans presque toute l'Afrique, dans les parties méridionales de
l'Asie, et même dans le Caucase et l'Altaï. C'est la seule espèce qui
existe en Asie; toutes les autres sont originaires de l'Afrique, qui est
la véritable patrie de l'hyène.

Les naturalistes n'admettent que trois espèces d'hyènes; mais je suis
convaincu qu'il y en a cinq ou six autres non moins distinctes, sans y
comprendre le protales ou petite hyène fossoyeuse, et le chien sauvage
du Cap, dont nous aurons à nous occuper dans le cours de notre récit.

L'hyène rayée est ordinairement d'une couleur gris-cendré, avec de
légères teintes jaunâtres et des stries irrégulières d'un brun foncé.
Ces raies sont rangées obliquement le long du corps et suivent la
direction des côtes; elles ne sont pas marquées avec la même netteté
chez tous les individus.

Le poil de l'hyène est rude, épais, et forme sur le cou, les épaules et
le dos, une crinière lorsque l'animal est irrité.

L'hyène commune est loin d'être brave; c'est en réalité la plus faible
et la moins féroce de son genre. Elle est vorace, mais elle vit
uniquement de charogne et n'ose pas attaquer des êtres vivants d'une
taille deux fois moindres que la sienne. Elle se jette avec avidité sur
les plus petits quadrupèdes, mais un enfant de douze ans peut aisément
la mettre en fuite.

La seconde espèce, désignée sous le nom d'hyène de Bruce, est celle dont
le célèbre voyageur fut si souvent importuné pendant qu'il parcourait
l'Abyssinie. Presque tous les naturalistes l'ont confondue avec l'hyène
vulgaire, à laquelle elle ne ressemble que par les stries, encore
sont-elles différemment disposées et d'une couleur différente. L'hyène
de Bruce, deux fois plus grande que le type de l'espèce, la surpasse en
force, en courage et en férocité. Elle attaque sans hésitation tous les
animaux et l'homme lui-même. Elle entre la nuit dans les villages pour
enlever les bestiaux et les enfants. Ces faits, qui paraissent
invraisemblables, sont constatés par les témoignages les plus
authentiques.

L'hyène de Bruce a la réputation d'entrer dans les cimetières et de
déterrer les cadavres pour s'en repaître. Quelques naturalistes ont nié
le fait; mais pourquoi? On sait que dans presque toutes les parties de
l'Afrique les morts ne reçoivent point de sépulture, et qu'ils sont
déposés dans les champs, où les hyènes viennent les dévorer; on sait
aussi que l'hyène creuse la terre. Est-il invraisemblable qu'elle
découvre les cadavres, qui sont sa nourriture naturelle? C'est
l'habitude du loup, du chacal, du coyotte et même du chien. Je les ai
vus tous ensemble à l'œuvre sur le champ de bataille. Pourquoi ne
serait-ce pas celle de l'hyène?

Une troisième espèce, très-distincte des précédentes, est l'hyène
tachetée (_hyena crocuta_). On l'appelle parfois aussi l'hyène rieuse, à
cause de la particularité dont nous avons eu occasion de parler.

Cette espèce est plus grande que l'hyène vulgaire, dont elle diffère peu
par la couleur; seulement, au lieu d'être rayés, ses flancs sont
couverts de taches. Elle a les mœurs de l'espèce Abyssinienne; mais
elle est cantonnée dans la partie la plus méridionale de l'Afrique, où
les colons hollandais la nomment tigre-loup, tandis que l'hyène vulgaire
est connue sous la simple dénomination de loup.

Une quatrième espèce, l'hyène velue (_hyena villosa_), a pour signe
caractéristique de grands poils droits qui tombent le long de ses
flancs. Elle est de la grosseur d'un chien du mont Saint-Bernard, et
n'est pas sans analogie avec le blaireau. La couleur de sa robe est un
brun foncé en dessus et un gris sale en dessous.

Il est impossible de la confondre avec ses congénères, et cependant de
savants naturalistes, entre autres de Blainville, l'ont décrite comme
appartenant à la même espèce que l'hyène vulgaire. Les plus ignorants
fermiers de l'Afrique méridionale ne s'y trompent pas.

Le nom de loup des sables qu'ils donnent à cette quatrième espèce
indique ses habitudes, car elle fréquente les bords de la mer et ne se
trouve jamais dans les localités où abondent les hyènes communes.

On a eu tort d'appeler cette espèce hyène brune, car elle n'est
nullement caractérisée par sa couleur. Ce nom convient mieux à celle qui
habite le grand désert, et dont les poils plus courts sont d'un brun
uniforme. Sans doute, lorsque le centre de l'Afrique aura été
complètement exploré, plusieurs espèces nouvelles seront ajoutées à
cette liste déjà nombreuse.

Les mœurs des hyènes se rapprochent de celles des grands loups. Elles
vivent dans des grottes ou dans des crevasses de rochers. Quelques-unes
s'emparent des terriers que d'autres animaux ont creusés, et qu'elles
élargissent avec leurs griffes. Elles n'ont pas les pattes assez
rétractiles pour monter sur les arbres; c'est dans leurs mâchoires et
leurs dents que consiste leur principale force.

Les hyènes sont des animaux solitaires; il est vrai qu'on les voit par
bandes autour des carcasses, mais si elles sont attirées par une proie
commune, elles se dispersent pour en emporter les lambeaux. D'une
voracité excessive, elles mangent jusqu'aux morceaux de cuir et aux
vieux souliers. Malgré leur lâcheté elles montrent de l'audace envers
les pauvres indigènes, qui ne les chassent pas en vue de les exterminer.
Elles entrent dans les misérables kraals et emportent souvent les
enfants. Il est certain que plusieurs centaines d'enfants ont été tués
par les hyènes dans l'Afrique méridionale.

Vous vous demandez sans doute pourquoi on ne leur déclare pas la guerre?
pourquoi on tolère leurs déprédations? Vous supposez que la vie humaine
est regardée comme moins précieuse en Afrique qu'en Angleterre. Il n'en
est rien. Si les sauvages n'assurent pas à leur famille une protection
suffisante, les hommes civilisés ne sont guère moins coupables, et, au
nombre de leurs lois, il en est plus d'une qui font de nombreuses
victimes. Bien plus, l'existence humaine est parfois inutilement
exposée. Une fête de la cour, une revue, la réception d'un empereur,
entraînent presque toujours des accidents funestes.



CHAPITRE XXVI.

UNE MAISON DANS LES ARBRES


Von Bloom réfléchit que les hyènes allaient être pour lui un grand
fléau; elles menaçaient ses provisions, ses effets, et même ses enfants,
car, en emmenant les aînés dans ses expéditions, il était obligé de
laisser au camp les plus jeunes. D'autres animaux, plus redoutables
encore, venaient boire dans le lac, et la nuit même on avait entendu sur
ses bords le rugissement des lions. Il importait de mettre Gertrude et
Jan à l'abri de leurs atteintes.

Il fallait donc bâtir une maison; mais cette construction demandait du
temps, les pierres étaient à un mille de distance et ne pouvaient être
apportées qu'à la main. D'ailleurs à quoi bon se donner tant de peine
pour un édifice provisoire; Von Bloom n'avait pas l'intention de se
fixer dans ce lieu, où les éléphants viendraient sans doute à manquer
bientôt.

On pouvait construire une maison de bois, mais, à l'exception des
figuiers-sycomores qui étaient plantés de distance en distance avec une
sorte de symétrie, on ne trouvait que des mimosas, des euphorbes, des
strélitzias, des aloès aborescents, des zamies aux souches épaisses.
Toutes ces plantes embellissaient le paysage, mais ne pouvaient fournir
aucun bois de charpente. Quand aux nwanas, ils étaient tellement gros,
qu'il eût été aussi difficile d'en abattre un seul que de bâtir une
maison, et l'on aurait eu besoin d'une scierie mécanique pour les
découper en planches.

Une enceinte de broussailles, une frêle muraille de perches et de lattes
n'auraient pas suffisamment garanti la sécurité des habitants; un
rhinocéros, un éléphant furieux, en auraient en quelques instants
effectué la démolition.

En outre, s'il fallait en croire Swartboy, qui était originaire d'un
pays voisin, quelques peuplades antropophages hantaient les environs:
comment se défendre de leurs attaques dans une maison mal close et peu
solide?

Von Bloom était embarrassé. Il ne pouvait commencer ses chasses avant
d'avoir réglé la question de son domicile. Il importait de disposer un
emplacement où les enfants seraient en sûreté pendant son absence.

Tandis qu'il y réfléchissait, il jeta par hasard les yeux sur le nwana,
et son attention se fixa sur ses énormes branches, qui éveillèrent dans
son esprit d'étranges souvenirs. Il se rappela avoir entendu dire que
dans certaines parties de l'Afrique, et sans doute à peu de distance de
celle où il était, les indigènes vivaient dans les arbres.

En effet, une tribu tout entière, composée de cinquante individus,
s'établit parfois sur un seul arbre, où elle brave les bêtes féroces et
les sauvages. Les huttes sont posées sur des plates-formes que
soutiennent les grosses branches horizontales; l'on y monte au moyen
d'échelles qui sont retirées pendant la nuit.

Von Bloom connaissait ces détails, qui sont de la plus complète
exactitude.

--Ne puis-je, se dit-il, à l'exemple des Hottentots, construire un asile
dans la gigantesque nwana? J'y trouverais toute la sécurité désirable,
toute ma famille y dormirait en paix, et quand j'irais à la chasse, je
laisserais mes enfants avec la certitude de les revoir sains et saufs au
retour. L'idée est excellente, mais est-elle praticable?... Voyons! il
ne faut que des planches pour établir une plate-forme, le reste sera
facile; le feuillage, à la rigueur, me servirait de toit... Mais où
trouver des planches? Hélas! il n'y en a point dans les environs.

En cherchant autour de lui, Von Bloom jeta les yeux sur sa charrette.

--Voilà des planches! s'écria-t-il dans un premier transport de joie.
Mais quoi! briser cette belle voiture, me priver de la seule ressource
que j'aie pour retourner un jour à Graaf Reinet!... Non, non! jamais!
Imaginons un autre expédient... Mais j'y pense; je n'ai pas besoin de
briser ma charrette; elle peut se démonter et se remonter à volonté...
Je puis l'utiliser sans en ôter un seul clou... Le fond de la caisse
sera ma plate-forme... Hurrah!

Enthousiasmé de son projet, le porte-drapeau s'empressa de le
communiquer à ses enfants. Tous y adhérèrent avec empressement, et comme
ils avaient la journée devant eux, ils se mirent à l'œuvre
immédiatement.

Ils coupèrent d'abord dans le taillis du bois, dont ils fabriquèrent,
non sans peine, un grossière échelle de trente pieds de hauteur. Elle
atteignait aux premières branches du nwana, d'où ils pouvaient organiser
un escalier pour arriver à toutes les autres.

Von Bloom monta, examina avec soin les branches nombreuses qui partaient
horizontalement du tronc, et en choisit deux des plus fortes, situées à
la même hauteur et s'écartant insensiblement l'une de l'autre.

Dix minutes suffirent pour démonter la charrette; puis tous les
travailleurs réunirent leurs forces pour monter le fond de la caisse. A
l'une de ses extrémités furent attachées de grosses courroies, qu'on fit
passer par-dessus une branche plus élevée que celle sur laquelle devait
reposer le plancher. Swartboy grimpa sur l'arbre pour diriger l'énorme
pièce de bois, et toute la famille se suspendit aux courroies pour la
haler. Le petit Jan lui-même tira de son mieux, mais toute sa puissance
musculaire ne pouvait guère être évaluée à plus d'une livre commerciale.

Le fond de la charrette fut hissé et placé d'aplomb sur les branches
horizontales destinées à le supporter. De bruyantes acclamations
retentirent en bas, et Swartboy y répondit du haut du nwana.

Le plus difficile était fait. Les parois de la charrette furent enlevées
pièce à pièce et remises à leur place. On élagua quelques branches afin
de remonter la capote du véhicule; et quand le soleil se coucha, la
maison aérienne était logeable.

On y coucha le soir même, ou plutôt, comme le dit Hans en plaisentant,
on y percha.

Mais la famille ne regardait pas sa nouvelle habitation comme terminée.
On y travailla le lendemain. Au moyen de longues perches, on établit
devant la charrette une large terrasse. Les perches furent liées
ensemble avec des baguettes de saule pleureur (_salix Babylonica_),
arbre originaire de ces contrées, et qui croissait en abondance sur les
bords du lac. La terrasse reçut un épais enduit de glaise prise au même
endroit, et cimentée avec cette terre glutineuse dont sont composées les
fourmilières.

Grâce à ces arrangements, on pouvait allumer du feu et faire la cuisine
dans le nwana.

Quand le principal corps de logis fut achevé, Swartboy construisit une
plate-forme pour lui et une seconde pour Totty, dans une autre partie de
l'immense figuier-sycomore. Au-dessus de chacune d'elles, pour préserver
leurs habitants de la pluie et de la rosée, fut placé un pavillon de la
grandeur d'un parapluie ordinaire. Ces deux pavillons avaient un aspect
bizarre, dont on se rendait compte aisément quand on savait que
c'étaient les oreilles de l'éléphant.



CHAPITRE XXVII.

LA BATAILLE DES OUTARDES


Rien ne pouvait plus empêcher le porte-drapeau de poursuivre le but de
sa vie nouvelle, la chasse aux éléphants. Il résolut de commencer sans
retard. Il sentait qu'il serait en proie à une terrible incertitude tant
qu'il n'aurait pas abattu plusieurs de ces gigantesques animaux.
Etait-il sûr maintenant d'en pouvoir tuer un seul, et s'il n'y
réussissait pas, à quoi servaient ses calculs anticipés? Que devenaient
ses espérances de fortune? Un échec pouvait le rejeter dans une
condition pire que celle qu'il avait supportée, car il aurait perdu
non-seulement son temps, mais encore son énergie. Le succès excite les
facultés, ranime le courage, inspire à l'homme une juste confiance en
soi-même; la défaite le rend timide et le pousse au désespoir. Sous le
rapport psychologique, il est dangereux d'échouer dans une entreprise
quelconque, et c'est pourquoi, avant d'exécuter aucun projet, il importe
d'être bien certain qu'il est praticable.

Celui de Von Bloom l'était-il? Il l'ignorait encore; mais c'était son
unique ressource. Aucun autre moyen d'existence ne s'offrait à lui
présentement; il fallait de toute nécessité essayer de celui-ci. Il
avait foi dans ses calculs, il avait l'espoir qu'ils ne seraient pas
trompés; mais la chose restait à l'état de théorie. Il était donc
naturel qu'il eût hâte de débuter et de courir la chance.

Il sortit donc à la pointe du jour, accompagné de Hendrik et de
Swartboy. Il n'avait pu se décider à laisser ses enfants sous la seule
protection de Totty, qui était elle-même presque un enfant. Hans était
chargé de veiller sur eux et de garder le camp.

Les chasseurs suivirent d'abord le ruisseau qui sortait du lac, parce
que c'était de ce côté que les arbres étaient en plus grand nombre; et
ils savaient que les éléphants hantaient plus volontiers les contrées
basses que les plaines découvertes.

Le cours d'eau était bordé d'une large ceinture de ces taillis qu'on
désigne sous le nom de jungles. Plus loin se montraient ça et là des
bouquets d'arbres, des massifs de verdure, au delà desquels commençaient
les prairies, presque dépourvues d'arbres, mais couvertes d'un riche
tapis de gazon. A ces prairies succédait le Karoo, désert aride, qui
s'étendait à l'orient et à l'occident jusqu'aux limites de l'horizon. La
lisière septentrionale était formée, comme nous l'avons dit, par une
chaîne de collines escarpées, derrière lesquelles il n'y avait que des
solitudes desséchées. Au sud, on apercevait des bois qui, sans mériter
le nom de forêts, étaient cependant assez vastes pour servir de retraite
aux éléphants.

Les arbres étaient principalement des mimosas de diverses espèces, dont
les feuilles, les racines et les jeunes pousses sont la nourriture
favorite des grands ruminants. On remarquait aussi quelques mokalas aux
cimes en parasol; mais c'était les nwanas dont les feuillages massifs,
dominant tout le paysage, qui lui donnaient un caractère particulier.

Le lit du ruisseau allait en s'élargissant, mais en revanche la quantité
d'eau courante diminuait, et à un mille du camp elle disparaissait
complètement. On ne trouvait plus ça et là que des mares stagnantes.
Toutefois, le lit continuait à augmenter de largeur, et il était évident
qu'après les grandes pluies il devait contenir assez d'eau pour former
une rivière importante.

Les deux rives étaient couvertes de buissons si épais que le canal
desséché était la seule voie praticable. Chemin faisant, les chasseurs
firent lever diverses espèces de petit gibier, auquel Hendrik aurait
volontiers envoyé un coup de fusil, mais son père s'y opposa.

--Tu pourrais, lui dit-il, effrayer le gros gibier que nous cherchons et
que nous rencontrerons sans doute d'un moment à l'autre. Il vaut mieux
attendre; en retournant au camp, je t'aiderai à tuer une antilope qui
fera notre souper. Provisoirement ne songeons qu'au but de notre
expédition, et tâchons de nous procurer une paire de défenses.

Rien n'empêchait Swartboy de se servir de son arc, arme silencieuse, qui
ne pouvait causer la moindre alerte. Il avait été emmené tant pour
porter la hache et autres ustensiles que pour prendre part à la chasse.
Il n'avait oublié ni son arc ni son carquois, et il était sans cesse
occupé à chercher des yeux quelque animal, pour lui décocher une de ses
armes empoisonnées.

Il trouva enfin un but digne de son attention. En traversant la plaine
pour éviter les sinuosités du ruisseau, les chasseurs entrèrent dans une
clairière au milieu de laquelle se tenait un énorme oiseau.

--Une autruche! s'écria Hendrik.

--Non, dit Swartboy, c'est un paon.

--Il a raison, dit Von Bloom.

Cette désignation était nécessairement inexacte, car il n'existe pas de
paons en Afrique; et il ne se trouvent à l'état sauvage que dans l'Asie
méridionale et dans les îles de l'archipel Indien. Cependant le volatile
avait quelque analogie avec un paon, par sa queue longue et massive, par
ses ailes tachetées et ocellées, enfin par les plumes marbrées de son
dos. A la vérité, il n'avait point les brillantes couleurs du plus fier
des oiseaux, mais il était aussi majestueux et beaucoup plus grand. Sa
taille et son attitude expliquaient la méprise d'Hendrik.

C'était un oiseau très-différent du paon et de l'autruche, l'outarde
kori ou grande outarde de l'Afrique méridionale, que les colons
hollandais ont qualifiée de paon à cause de son plumage ocellé.

Swartboy et Von Bloom savaient que le kori était un manger délicieux,
mais ils savaient aussi que cet oiseau craintif se laissait
difficilement approcher; comment donc le Bosjesman pouvait-il
l'atteindre avec ses flèches?

L'outarde était à plus de deux cents pas, et si elle avait aperçu ses
ennemis, elle aurait doublé la distance en courant, car les oiseaux de
cette famille, sans avoir recours à leurs ailes, comptent sur leurs
longues jambes pour échapper aux dangers qui les menacent. Ils sont plus
agiles que l'autruche même, et quand on les chasse avec des chiens, on
ne les force qu'après une longue poursuite.

L'outarde n'avait pas encore vu les chasseurs. Ils l'avaient remarquée
au moment où ils sortaient d'un taillis, et s'étaient arrêtés aussitôt.

De quelle manière Swartboy pouvait-il s'en approcher? le sol était aussi
dégarni qu'une prairie nouvellement fauchée, et la clairière n'avait
qu'une largeur médiocre. Swartboy était même surpris d'y voir un kori,
car ces oiseaux ne fréquentent ordinairement que les vastes plaines,
pour être à même d'apercevoir de loin leurs ennemis.

L'outarde conservait sa position au centre de la clairière, et ne
montrait aucune velléité de se déranger. Tout autre qu'un Bosjesman
aurait renoncé à la chasser, mais Swartboy ne désespéra pas. Après avoir
recommandé à ses compagnons de se tenir tranquilles, il s'avança sur la
lisière de la jungle, et prit position derrière un buisson touffu. Il se
mit ensuite à imiter, avec une parfaite exactitude, le cri que pousse le
kori quand il provoque un adversaire au combat.

De même que le tétras, l'outarde est polygame, et dans certaines saisons
de l'année elle est d'une jalousie terrible et d'une humeur belliqueuse.
Swartboy savait que les koris étaient dans la saison des combats, et en
parodiant leurs cris de défi, il espérait attirer à portée de sa flèche
celui qu'il avait sous les yeux.

Dès que le kori entendit l'appel, il se dressa de toute sa hauteur,
étendit sa queue immense, et laissa pendre ses ailes, dont les plumes
mères traînèrent sur le sol; puis il répondit à la provocation. Ce qui
étonna Swartboy, ce fut d'entendre simultanément deux cris semblables.

Ce n'était pas une illusion; avant que le Bosjesman eût le temps de
réitérer son stratagème, un second appel retentit d'un autre côté.

Swartboy ouvrit de grands yeux à l'aspect d'un second kori qui semblait
être tombé des nues, mais qui, plus vraisemblablement, était sorti du
couvert des buissons; en tous cas, avant que le chasseur l'eût remarqué,
l'animal était près du centre de la clairière.

Les deux oiseaux se virent, et l'on put juger à leurs mouvements qu'une
lutte entre eux était imminente.

Après avoir passé quelque temps à se pavaner, à faire la roue, à
prendre les attitudes les plus menaçantes, à pousser les cris les plus
insultants, les deux koris arrivèrent à un état d'exaltation suffisant
pour commencer le combat. Ils s'abordèrent avec vaillance, en se servant
de trois espèces d'armes; tantôt ils se frappaient respectivement de
leurs ailes; tantôt ils se piquaient avec leurs becs, ou, quand ils en
trouvaient l'occasion, se donnaient des coups de pieds que la longueur
et la force musculaire de leurs jambes rendaient dangereux.

Swartboy savait que, lorsqu'ils seraient au fort de l'action, il
pourrait approcher sans être remarqué, et il attendit patiemment le
moment propice.

Au bout de quelques minutes, il reconnut qu'il n'aurait pas besoin de se
déranger, puisque les oiseaux se dirigeaient de son côté.

Il tendit son arc, posa une flèche sur la corde, et observa les
combattants.

En moins de cinq minutes, ils étaient à trente yards de son embuscade.
Le sifflement de sa flèche aurait pu être entendu par une des outardes
si elle avait écouté. L'autre n'aurait rien entendu, car avant que le
son parvînt jusqu'à elle un trait empoisonné lui traversait les
oreilles.

Elle tomba morte, et l'autre kori, s'imaginant d'abord qu'il avait
remporté la victoire, se promena fièrement autour du cadavre; mais il
parut changer d'avis en voyant le trait planté dans la tête de la
victime; certes, ce n'était pas lui qui avait fait cela!

Peut-être, s'il avait eu le temps de la réflexion, aurait-il pris la
fuite; mais avant qu'il eût éclairci ses idées, une autre flèche
l'étendit sur le gazon!

Swartboy vint alors prendre possession de sa proie: les deux jeunes
mâles qu'il avait tués promettaient d'être excellents à la broche. Il
les suspendit à une branche élevée, pour les mettre à l'abri de la
voracité des hyènes et des chacals; puis les chasseurs rentrèrent dans
le lit du ruisseau.



CHAPITRE XXVIII.

SUR LA PISTE DE L'ÉLÉPHANT


Après avoir fait une centaine de pas, ils traversèrent une des mares
dont nous avons parlé. Elle était assez grande, et la vase de ses bords
portait les empreintes de nombreux animaux.

En remarquant de loin ces empreintes, Swartboy prit les devants. Tout à
coup ses yeux s'élargirent, ses lèvres frémirent, et il se tourna vers
ses compagnons pour crier:

--_Mein baas! mein baas_ (mon maître)! il est venu ici un klow, un
éléphant de la grande espèce!

Il était impossible de confondre les traces de l'éléphant avec celles de
tout autre animal. Elles avaient une longueur de vingt-quatre pouces et
une largeur presque égale. Profondément imprimées dans la boue, elles
formaient des trous assez grands pour y planter un poteau. Les chasseurs
contemplèrent ces traces avec d'autant plus de plaisir qu'elles étaient
fraîches, et que la vase remuée n'était pas encore recouverte d'une
croûte. Elles devaient avoir été faites dans la nuit, et annonçaient la
présence d'un vieil éléphant de très-haute taille.

Il s'agissait seulement de savoir si ses défenses n'avaient pas été
brisées par accident; car dans ce cas elles ne repoussent jamais. Elles
tombent lorsque l'éléphant est jeune et qu'elles ne sont pas plus
grosses que des pattes de homard, mais celles qui les remplacent durent
toute la vie, et si elle se rompent, elles ne reparaissent jamais.
Quoique leur perte soit un grand malheur pour l'éléphant, il devrait,
s'il était bien avisé, les briser contre le premier arbre venu; ce
serait probablement un moyen de prolonger son existence, car les
chasseurs ne daigneraient plus employer leurs munitions à le tuer.

Après avoir tenu conseil, Von Bloom et Hendrik, précédés de Swartboy,
suivirent la piste, qui passait à travers la jungle.

Ordinairement l'éléphant laisse des marques de son passage en broutant
les arbres qu'il rencontre. Dans la circonstance actuelle, il n'avait
pas mangé; mais le Bosjesman, qui avait l'agilité d'un lévrier, n'en
suivit pas moins la trace, laissant derrière lui ses compagnons
essoufflés.

Ils traversèrent plusieurs clairières et en trouvèrent une au milieu de
laquelle s'élevait une énorme fourmilière. L'éléphant devait s'y être
arrêté, et même s'y être couché.

Von Bloom avait toujours entendu dire que les éléphants dormaient
debout, mais Swartboy était mieux informé.

--Il est vrai, dit-il, qu'ils se tiennent quelquefois debout durant leur
sommeil, mais surtout dans les contrées où ils ne sont pas tourmentés;
que celui-ci se soit couché, c'est bon signe, nous voyons par là que
jusqu'à présent les klows sont restés paisibles possesseurs du pays. Il
est par conséquent facile de les approcher et de les tuer; et s'ils
déguerpissent plus tard, ce sera seulement quand nous en aurons abattu
un bon nombre.

Cette dernière considération était de la plus haute importance. Lorsque
les éléphants ont appris à leurs dépens ce que signifie la détonation du
fusil, il suffit souvent d'une seule chasse pour les décider à
s'éloigner. Non-seulement les individus qu'on a poursuivis se dérobent
aux coups des chasseurs, mais encore tous les autres partent comme s'ils
eussent été avertis par leurs camarades, et bientôt il n'en reste plus
un seul dans la contrée. Ces émigrations sont le plus grand obstacle que
rencontre le chasseur d'éléphants, qu'elles obligent à des déplacements
perpétuels.

Au contraire, lorsque les éléphants sont restés longtemps tranquilles,
un coup de fusil ne les épouvante pas, et pour quitter la place, il faut
qu'ils soient chassés avec persévérance.

Swartboy fut donc enchanté de voir que le vieil éléphant s'était couché,
et tira de ce fait une foule de conclusions.

Il était certain que l'éléphant s'était couché. A la place ou son dos
avait porté, le cône élevé par les fourmis s'était affaissé; les formes
de son corps étaient dessinées dans la poussière, et l'une de ses
défenses avait laissé dans l'herbe une profonde rainure. Le judicieux
Bosjesman décida, après examen, que ces défenses devaient être d'une
dimension considérable.

Swartboy donna à ses compagnons de curieux détails sur le plus grand des
quadrupèdes.

--L'éléphant, dit-il, ne se couche jamais sans avoir pour point d'appui
de ses épaules un rocher, un arbre ou une fourmilière; autrement, il
serait exposé à rouler sur le dos; quand il est renversé, les pieds en
l'air, il a beaucoup de peine à se relever, et se trouve presque aussi
embarrassé qu'une tortue. Parfois il dort debout, appuyé contre le tronc
d'un arbre dont il s'était d'abord approché pour chercher de l'ombre. Il
affectionne certains arbres auxquels il revient régulièrement pour faire
un somme pendant la grande chaleur du jour. C'est le moment où il
repose; car, au lieu de dormir la nuit, il l'emploie à se repaître et à
chercher un abreuvoir. Dans les pays où il n'est pas inquiété, il mange
aussi le jour, et je crois pouvoir attribuer son activité nocturne à la
crainte que lui inspire l'homme, son ennemi le plus acharné et le plus
vigilant.

Pendant que Swartboy communiquait ces renseignements, on continuait à
suivre les traces de l'éléphant, qui avaient changé de nature à partir
de la fourmilière. Le sommeil lui avait rendu l'appétit, les buissons
épineux avaient été saccagés par sa trompe flexible; des branches
avaient été arrachées, dépouillées entièrement de leurs feuilles, et les
parties ligneuses qu'il avait abandonnées étaient éparses ça et là sur
le sol; il avait déraciné des arbres, dont quelques-uns étaient de
grande dimension.

L'éléphant en agit ainsi lorsque le feuillage ne se trouve pas à portée
de sa trompe; il n'hésite pas à abattre l'arbre trop élevé, afin de le
dépouiller à loisir. Comme il est friand de diverses espèces de racines
savoureuses, il lui arrive parfois, pour les atteindre, de creuser la
terre avec ses défenses, surtout quand elle a été détrempée par les
pluies. Après avoir soulevé le pied de l'arbre avec son puissant levier,
il le saisit à l'aide de sa trompe et se nourrit des racines. Il
recherche principalement les plus grosses espèces de mimosas; mais il
est capricieux, et après avoir emporté un arbre pendant l'espace de
plusieurs yards, il le rejette souvent sans y toucher. Le passage d'une
troupe d'éléphants suffit pour ravager une forêt.

L'éléphant n'a besoin que de sa trompe pour arracher les arbustes, mais
il lui faut faire usage de ses défenses quand l'arbre est d'une
certaine grosseur. Il les glisse sous les racines, remue le sol,
ordinairement sablonneux, et envoie en l'air par une brusque secousse
les racines, le tronc et les branches.

Sur la route que parcouraient les chasseurs, ils trouvaient à chaque pas
des preuves étonnantes de la force de l'éléphant, et ne pouvaient se
défendre d'un sentiment de terreur. Si dans ses moments de repos, le
gigantesque animal commettait tant de dévastations, de quoi n'était-il
pas capable pour peu qu'on l'irritât?

Quoique plus expérimenté que le fermier et son fils, et même à cause de
son expérience particulière, le Bosjesman n'était pas sans inquiétude.
Il avait lieu de croire que l'animal qu'ils poursuivaient était ce que
les chasseurs indiens appellent un rôdeur.

Dans les circonstances ordinaires, on peut passer au milieu d'un
troupeau d'éléphants aussi impunément qu'au milieu d'un troupeau de
bœufs; ils ne deviennent dangereux que lorsqu'ils sont attaqués ou
blessés. Le rôdeur est une exception à la règle générale; il est
habituellement vicieux et se rue sans la moindre provocation sur les
hommes ou les animaux qu'il rencontre; il semble se complaire dans la
destruction, et malheur à tout être vivant qui se trouve sur son passage
et n'est pas assez agile pour lui échapper! Le rôdeur ne s'associe
jamais aux autres animaux de son espèce, il erre solitaire dans les
bois; on croirait que c'est un exilé, banni pour son mauvais caractère
ou pour ses méfaits, et dont la proscription même a aigri les
inclinations perverses.

Il est à craindre, dit Swartboy, que nous ayons affaire à un rôdeur. Les
éléphants vont par bandes de vingt, trente et même cinquante; ils sont
toujours au moins deux: cela m'est suspect. Les dégâts qu'il a commis,
les larges empreintes qu'il a laissées, semblent indiquer qu'il
appartient à la dangereuse famille des rôdeurs, dont nous avons déjà vu
un échantillon. Celui que le rhinocéros à tué en était un; autrement il
se serait retiré pour éviter le combat.

Ces explications augmentèrent les alarmes des chasseurs; cependant aucun
d'eux ne songea à reculer.

Les empreintes étaient de plus en plus fraîches, les racines des arbres
renversés portaient la marque des dents de l'éléphant, et elles étaient
encore humides de son abondante salive. Les branches brisées des mimosas
exhalaient encore leurs parfums, qui n'avaient pas eu le temps de se
dissiper; tout annonçait que l'animal était proche.

Précédés par le Bosjesman, Von Bloom et son fils faisaient le tour d'un
massif, lorsque leur guide s'arrêta brusquement. Ses yeux roulèrent dans
leurs orbites, ses lèvres s'agitèrent, mais l'émotion lui coupa la
parole; il ne fit entendre que des sifflements inarticulés. Il était
inutile qu'il s'expliquât d'avantage; ses compagnons devinèrent qu'il
avait vu l'éléphant, et se cachant en silence derrière des broussailles,
ils regardèrent à leur tour l'imposant quadrupède.



CHAPITRE XXIX.

LE RODEUR


L'éléphant se tenait au milieu d'un massif de mokhalas. Ces arbres, que
les botanistes désignent sous le nom d'acacias de la girafe, ont des
tiges élancées, surmontées d'un épais feuillage qui affecte la forme
d'un parasol. La girafe, avec son long cou et ses lèvres préhensiles,
atteint sans difficulté leurs feuilles pinnées, d'un vert tendre, qui
sont son aliment favori.

L'éléphant, dont la trompe ne peut jamais s'élever à la même hauteur,
serait souvent dans la situation du renard de la fable s'il n'avait un
moyen de mettre à sa portée la nourriture qu'il désire. Il brise
l'arbre, à moins que le tronc soit d'une dimension exceptionnelle.

Lorsque les yeux de nos chasseurs s'arrêtèrent sur l'éléphant, il venait
de casser près de la racine un mokhala, dont il dévorait les feuilles
avec avidité.

--Prenez garde! murmura précipitamment Swartboy lorsqu'il eut recouvré
sa présence d'esprit, prenez garde, baas! n'approchez pas; c'est un
vieux klow, je vous promets qu'il est méchant comme un diable.

Von Bloom et Hendrik regardèrent l'animal et ne lui trouvèrent rien qui
le distinguât des autres de son espèce; mais le Bosjesman avait des yeux
exercés, et il était incapable de se tromper. Il possédait cette science
physiognomonique qui nous fait distinguer un homme vertueux d'un
scélérat, sur des indices qu'on saisit sans pouvoir les définir.

Von Bloom et Hendrik trouvèrent en effet que l'éléphant avait mauvaise
mine, et suivirent les conseils de Swartboy; ils restèrent immobiles
dans les broussailles, en se demandant s'ils devaient attaquer un aussi
formidable animal. La vue de ses longues défenses était trop séduisante
pour que Von Bloom renonçât à faire au moins une tentative. Avant de le
laisser fuir, il voulait lui envoyer quelques balles.

Il chercha dans sa tête un plan d'attaque, mais il n'avait pas le temps
de le mûrir. L'éléphant se montrait inquiet; il pouvait s'éloigner d'un
moment à l'autre, et se perdre au milieu des fourrés. Von Bloom prit le
parti de s'avancer le plus près possible et de lâcher son coup de fusil.
Il se disait qu'une seule balle au front tuait un éléphant, et pourvu
qu'il choisit une bonne position, il se croyait assez bon tireur pour
toucher droit au but.

Malheureusement la conviction de Von Bloom était basée sur une erreur
accréditée par les théoriciens qui ont chassé l'éléphant dans leur
cabinet. En consultant d'autres hommes d'étude, les anatomistes, ces
messieurs pourraient s'assurer que l'éléphant peut recevoir impunément
une balle dans la tête, grâce à la position de sa cervelle et à la
conformation de son crâne.

Préoccupé d'une fausse idée, Von Bloom commit une grave erreur. Au lieu
de chercher à prendre l'animal de flanc, ce qui aurait été facile, il
fit un détour à travers les broussailles pour venir le frapper au milieu
du front.

Hendrik et Swartboy restèrent à leur place.

A peine Von Bloom était-il installé, qu'il vit la monstrueuse bête
s'avancer d'un pas majestueux. En une douzaine d'enjambées, elle allait
atteindre le chasseur embusqué. Elle ne proférait aucun cri; mais on
entendait le gargouillement de l'eau qui ondulait dans son vaste
estomac.

Von Bloom avait pris position derrière le tronc d'un gros arbre.

L'éléphant ne l'avait pas vu, et aurait peut-être passé sans le
remarquer, si le chasseur l'avait permis.

Von Bloom en eut un moment l'idée. Quoique ce fut un homme de cœur,
la vue du géant des forêts le faisait frissonner malgré lui; mais à
l'aspect des brillantes masses d'ivoire qui le menaçaient, il se rappela
pourquoi il s'était exposé. Il songea à la nécessité de refaire sa
fortune et d'assurer l'avenir de ses enfants.

Il posa résolûment son long roer sur un nœud de l'arbre et prit son
point de mire. La détonation retentit; des nuages de fumée
enveloppèrent le chasseur. Il entendit la voix stridente et cuivrée de
l'éléphant, le bouillonnement de l'eau dans ses entrailles, le
craquement des branches; et quand la fumée se dissipa, il reconnut avec
douleur que l'animal était encore sur ses pieds et n'avait nullement
souffert.

La balle avait atteint son but; mais au lieu de pénétrer dans le crâne,
elle s'était aplatie sur l'os frontal, et n'avait eu d'autre effet que
d'exciter au plus haut degré la fureur de l'éléphant. Quoiqu'il ignorât
la cause du chatouillement importun qu'il avait ressenti, il frappait
les arbres avec ses défenses, arrachait les branches et les lançait en
l'air. S'il avait aperçu Von Bloom, il l'aurait infailliblement mis en
pièces; mais le chasseur eut la présence d'esprit de rester immobile
derrière le gros arbre.

Swartboy ne montra pas tant de prudence. Il était sorti avec Hendrik du
massif de mokhalas, avait traversé la clairière et se dirigeait du côté
de Von Bloom. Quand il vit que l'éléphant n'était pas blessé, il perdit
courage, quitta Hendrik et se sauva dans le taillis en poussant des cris
de détresse.

Ces cris attirèrent l'attention de l'éléphant, qui, prenant la direction
d'où ils partaient, rentra dans la clairière que traversait le fugitif.
Au moment où l'animal passait devant Hendrik, celui-ci lui envoya une
balle qui l'atteignit à l'épaule et le rendit plus furieux que jamais.

Sans s'arrêter, l'éléphant se rua sur les pas de Swartboy, auquel, dans
son ignorance, il attribuait peut-être la blessure qu'il avait reçue.

Le Bosjesman était à peine sorti des massifs de mokhalas, et n'avait pas
plus de dix pas d'avance. Il se proposait de regagner le bois et de
monter sur un arbre; mais, hélas! il était trop tard! il entendait les
pas lourds, le mugissement de son ennemi courroucé, dont il croyait
sentir l'ardente haleine. Il était encore loin du bois, et n'avait
aucune chance d'arriver jusqu'à l'arbre sur lequel il voulait grimper.
Ne sachant quel parti prendre, il s'arrêta et fit volte-face. C'était
par désespoir et non par bravade qu'il affrontait son adversaire. Il
savait qu'il serait certainement dépassé à la course, et comptait éviter
la terrible attaque par quelque manœuvre adroite.

Le Bosjesman était au milieu de la clairière, et l'éléphant marchait
droit à lui.

Swartboy n'avait point d'armes; il avait jeté pour courir plus vite, son
arc, son carquois et sa hache, qui lui auraient été d'ailleurs inutiles.
Il ne portait son kaross, ou manteau de peau de mouton, qu'il avait
gardé avec intention.

L'éléphant approcha, la trompe étendue. Swartboy lui lança son kaross de
manière à le faire retomber sur le long et flexible cylindre; puis il
sauta lestement de côté, et prit la fuite dans une direction opposée à
celle que suivait l'éléphant.

Malheureusement la trompe balaya le sol avec le kaross, qu'elle avait
saisi, et qui rencontrant les jambes de Swartboy, le renversa à plat
ventre sur le gazon.

L'agile Swartboy se releva aussitôt et voulut courir; mais l'éléphant
n'avait pas été dupe du stratagème du kaross, et après avoir jeté ce
vêtement inutile, il se précipita brusquement sur Swartboy. Les
demi-cercles d'ivoire passèrent par derrière entre les jambes du
Bosjesman, et le lancèrent à plusieurs pieds en l'air.

Du bord de la clairière, Von Bloom et Hendrik furent témoins de sa
périlleuse ascension; mais, à leur grand étonnement, ils ne le virent
pas redescendre.

Etait-il tombé sur les défenses de l'éléphant? Y était-il retenu par la
trompe? Non: le Bosjesman n'était ni sur la tête ni sur le dos de
l'animal qui, non moins étonné que les chasseurs de la disparition de sa
victime, la cherchait de tous côtés.

Où Swartboy était-il allé?

En ce moment l'éléphant rugit avec fureur, entoura de sa trompe un
mokhala et le secoua violemment.

Von Bloom et Hendrik levèrent les yeux vers la cime, s'attendant à y
trouver Swartboy. En effet, il était juché sur les branches, au milieu
desquelles il avait été lancé. Il comprenait que sa position était
précaire, et la terreur se peignait sur sa physionomie; mais il n'eut
pas le temps d'exprimer ses alarmes. L'arbre craqua, se brisa et tomba
en entraînant le pauvre Bosjesman.

Par hasard, le mokhala tomba du côté de l'éléphant, dont Swartboy dans
sa chute effleura la croupe. Les branches avaient amorti le choc; il
n'était pas blessé, mais il se voyait complètement à la merci de son
adversaire.

Il était perdu!

Une idée s'offrit à lui. Avec l'instinct du désespoir, il sauta sur une
des jambes de derrière de l'éléphant et l'étreignit avec énergie; il mit
en même temps ses pieds nus sur les rebords des sabots du pachyderme, et
ce point d'appui lui permit de s'installer solidement.

Dans l'impossibilité de le faire déguerpir ou de l'atteindre avec sa
trompe, surpris et épouvanté de ce nouveau genre d'attaque, l'éléphant
poussa un cri terrible et s'enfuit à travers les jungles, la queue et la
trompe en l'air.

Swartboy resta à son poste jusqu'à ce qu'il fût au milieu des taillis,
et saisissant une occasion favorable, il se glissa doucement à terre.
Dès qu'il eut touché le sol il se releva et courut de toute sa force
dans une direction opposée.

Il n'avait pas besoin de s'essouffler. Non moins effrayé que lui, le
prosboscidien poursuivit sa marche en faisant un large abattis d'arbres
et de branches; il ne s'arrêta qu'après avoir mis plusieurs milles entre
lui et le théâtre de cette fâcheuse aventure.

Von Bloom et Hendrik avaient rechargé leurs fusils et avançaient au
secours de Swartboy; mais il le rencontrèrent qui venait au devant
d'eux, heureux et fier de sa miraculeuse délivrance.

Les chasseurs échauffés proposèrent de suivre la piste.

--A quoi bon? dit Swartboy, qui avait assez du vieux rôdeur. Sans
chevaux et sans chiens nous n'avons pas la moindre chance de le
rejoindre. Le mieux est d'y renoncer sans barguigner.

Von Bloom le comprit et regretta plus vivement la perte de ses chevaux.
Il est facile à un homme à cheval d'atteindre l'éléphant, et à des
chiens de le réduire aux abois, mais il ne lui est pas moins facile
d'échapper à un chasseur à pied, et une fois qu'il a pris la fuite, ce
serait peine perdue que de le poursuivre.

L'heure était trop avancée pour chercher d'autres éléphants. Les
chasseurs désappointés abandonnèrent la chasse et s'acheminèrent
tristement vers le camp.



CHAPITRE XXX.

LES GNOUS


«Un malheur, dit le proverbe, n'arrive jamais seul.»

En approchant du camp, les chasseurs purent s'apercevoir que tout
n'était pas en règle, Totty, Gertrude et Jan étaient en haut de
l'échelle, et leurs regards inquiets n'annonçaient rien de bon.

Ou était Hans?

Dès que les chasseurs furent en vue, Jan et Gertrude descendirent les
échelons et vinrent confirmer les tristes conjectures qu'on avait
formées.

Hans était absent depuis plusieurs heures.

--Où est-il allé? demanda Von Bloom.

--Nous ne savons pas, répondit Jan; nous craignons qu'il ne lui soit
arrivé quelque malheur.

--Mais dans quelles circonstances a-t-il quitté le camp?

--Un grand nombre de bêtes de forme étranges sont venues boire dans le
lac. Vite Hans a pris son fusil et s'est mis à les poursuivre; il nous a
recommandé de nous tenir dans l'arbre, de ne pas bouger avant son
retour, en disant qu'il allait revenir de suite. Il s'est en allé au bas
du lac; mais les buissons nous l'ont bientôt caché, et nous ne l'avons
plus revu!

--Y a-t-il longtemps?

--Oh! très-longtemps, dit Gertrude. Il est parti presque aussitôt que
vous. Ne le voyant pas revenir, nous nous sommes d'abord inquiétés, puis
nous avons pensé qu'il vous avait rencontrés, qu'il vous aidait à
chasser, et que c'était pour cela qu'il ne rentrait pas.

--Avez-vous entendu un coup de fusil?

--Non; les étranges bêtes avaient disparu avant que Hans eût eu le temps
de se préparer. Nous supposons qu'avant de pouvoir les rattraper il a
dû faire un bon bout de chemin, et voilà pourquoi nous n'avons rien
entendu.

--Quelles étaient les bêtes dont vous parlez?

--De gros animaux d'un jaune brun, reprit la petite fille. Ils avaient
des crinières hérissées; de longues touffes de poils pendaient de leur
poitrail entre leurs jambes de devant.

--Ils étaient gros comme des poneys, ajouta Jan; ils gambadaient et
caracolaient comme des poneys, auxquels ils ressemblaient beaucoup.

--Ils avaient plutôt l'air de lions, interrompit Gertrude.

--De lions! s'écrièrent Von Bloom et Hendrik, avec l'accent de la
terreur.

--Oui, reprit Gertrude, il m'ont fait l'effet d'être de l'espèce des
lions.

--Et à moi aussi, dit Totty.

--Combien étaient-ils?

--Au moins une cinquantaine. Nous n'avons pu les compter, car ils
étaient sans cesse en mouvement, galopaient d'un lieu à l'autre et se
donnaient des coups de cornes.

--Ah! ils avaient des cornes! s'écria Von Bloom, que cette affirmation
rassurait.

--Certainement, répondirent à la fois Totty et les deux enfants.

--C'étaient, dit Jan, des cornes pointues qui descendaient en partant du
front et remontaient ensuite tout droit. Ces animaux avaient aussi des
crinières; leur cou se courbait comme celui d'un cheval; leur nez était
garni d'une touffe de poils semblable à une brosse. Ils avaient les
membres arrondis comme des poneys et de longues queues blanches qui
balayaient la terre comme celle des poneys. Je vous le répète, sans
leurs cornes, sans les longs poils dont leur nez et leur poitrine
étaient garnis, je les aurais pris pour des poneys. Ils galopaient comme
les poneys qui jouent dans les prairies; ils couraient en baissant la
tête, secouaient leurs crinières, hennissaient, ronflaient, absolument
comme des poneys. Parfois encore ils beuglaient comme des taureaux! et
j'avoue que, par la tête, ils ressemblaient à des taureaux! j'ai
remarqué aussi qu'ils avaient le sabot fendu comme celui des bœufs.
Oh! je les ai bien vus, pendant que Hans chargeait son fusil! Ils
étaient au bord de l'eau; mais quand il approcha, ils décampèrent tous
à la file. Celui qui les guidait et celui qui fermait la marche étaient
de la plus forte taille.

--C'étaient des gnous! s'écria Swartboy.

--Oui, dit Von Bloom; la description que fait Jan ne peut s'appliquer
qu'à eux.

En effet, Jan avait exactement esquissé les particularités
caractéristiques du gnou (_catoblepas gnus_), le plus singulier
peut-être de tous les ruminants; il a le museau du bœuf, l'encolure
du cheval, le cou massif et courbé, la queue blanchâtre et terminée par
un flocon de poils. L'enfant avait parfaitement saisi ces traits
distinctifs. Gertrude elle-même n'avait pas commis une erreur
impardonnable, car les vieux gnous, avec leur robe fauve et leur
crinière flottante, ont avec le lion des points d'analogie frappante
quand on les aperçoit de loin, et les plus fins chasseurs s'y trompent
quelquefois.

Cependant les observations de Jan étaient plus conformes à la vérité que
celles de Gertrude. S'il avait été plus près, il aurait remarqué en
outre que les gnous avaient l'air farouche, des cornes pareilles à
celles du bison d'Afrique, les jambes effilées du cerf et la croupe
ronde du poney. Il aurait vu encore que les mâles étaient plus gros et
d'un jaune plus foncé que les femelles, que les petits étaient de
couleur claire et blanchâtre comme du lait.

Les gnous qui étaient venus boire au lac faisaient partie de ceux que
les colons hollandais appellent _wildebeest_ (bœufs sauvages), et les
Hottentots gnous. Ce dernier nom leur vient de ce qu'ils poussent
parfois un gémissement sourd, exactement représenté par le mot
gnou-o-ou.

Ils errent en bandes nombreuses dans les solitudes de l'Afrique
australe; il sont inoffensifs, à moins qu'ils ne soient blessés; car
alors, surtout quand ils sont vieux, ils frappent le chasseur avec les
cornes et les sabots.

Les gnous courent avec une rare vitesse, mais l'aspect d'un ennemi ne
les fait pas fuir au loin; ils se tiennent en observation à quelque
distance, caracolent, décrivent des cercles autour du chasseur, le
menacent en baissant la tête vers le sol, et soulèvent avec leurs pieds
des tourbillons de poussière. Le cri qu'ils font entendre tient à la
fois du beuglement du taureau et du rugissement du lion.

Pendant que le troupeau est au pâturage, les vieux gnous font sentinelle
et le gardent en avant et en arrière; s'ils se met en marche, c'est
presque toujours sur une seule ligne, comme Jan l'avait observé.

Les vieux gnous se tiennent à l'arrière, entre le troupeau et le
chasseur, en se frappant réciproquement de leurs cornes, comme s'ils se
livraient un combat sérieux; mais aussitôt que l'ennemi vient à portée,
ils font trêve et partent au galop en décrivant les zigzags les plus
capricieux.

Il existe une seconde espèce du même genre dans le sud de l'Afrique, et
plus au nord une troisième dont les mœurs sont peu connues. Toutes
deux sont de plus haute taille que le gnou vulgaire, qui atteint
rarement plus de quatre pieds de hauteur, tandis que ses congénères en
ont près de cinq. Les trois espèces sont distinctes, et ne se réunissent
jamais, quoiqu'on les rencontre souvent en compagnie d'autres animaux.
Elles sont particulières au continent de l'Afrique.

Le gnou moucheté (_catoblepas gorgon_) est connu des chasseurs et des
colons du Sud sous le nom de bœuf sauvage bleu. Sa robe azurée est
rehaussée sur les flancs par des stries d'une autre nuance; ses
habitudes sont les mêmes que celles du gnou commun; mais il est plus
lourd et sa forme est encore plus singulière.

Le _catoblepas taurina_, qui constitue la troisième espèce, est appelé
kokoou par les indigènes. Il se rapproche du gnou moucheté par les
mœurs et la configuration. Au reste on le connaît à peine, car il
habite les parties de l'Afrique centrale qui ont été le moins explorées.

Ces trois espèces, qui diffèrent si complètement de tous les animaux
connus, ont droit à former un genre séparé. Jusqu'à présent les
naturalistes les ont placées parmi les antilopes léiocères, c'est-à-dire
à cornes entièrement lisses, mais sans aucune raison plausible. Les
gnous ont moins d'affinités avec l'antilope qu'avec le bœuf; c'est ce
qu'ont bien compris les chasseurs et les cultivateurs des frontières,
qui les ont qualifiés de bœufs sauvages.

La chair du gnou est recherchée, surtout quand il est jeune. Le cuir
sert à fabriquer des harnais et des lanières; sa longue queue soyeuse
est un objet de commerce. On voit autour des fermes du Cap de grands
morceaux de cornes de gnous et de springboks, restes d'animaux tués à la
chasse.

La chasse au gnou est l'exercice favori des jeunes colons. On cerne
quelquefois dans les vallées des bandes considérables de ces animaux,
que l'on décime à volonté. Parfois aussi on les attire en leur montrant
un mouchoir rouge ou une pièce de drap écarlate, sur lesquels ils se
jettent avec fureur, car ils ont pour ces couleurs une grande aversion.
On les réduit facilement à l'état de domesticité; mais on ne les admet
pas volontiers dans les fermes, à cause d'une maladie de peau qui les
emporte chaque année par milliers, et qu'ils pourraient communiquer au
bétail. On suppose sans peine que Von Bloom et ses compagnons ne
s'amusèrent pas à disserter sur le gnou. Leur unique préoccupation était
l'absence prolongée de Hans. Ils se disposaient à se mettre à sa
recherche, quand il arriva courbé sous le poids d'un lourd fardeau.

Un cri de joie salua sa venue.



CHAPITRE XXXI.

LA FOURMILIÈRE


Hans fut assailli d'une volée de questions:

--Ou êtes-vous allé? qui vous a retenu? qu'est-ce qui vous est arrivé?
n'êtes-vous pas blessé?

--Je me porte à merveille, répliqua-t-il, et je vous raconterai mes
aventures quand Swartboy aura écorché ce cochon de terre, que Totty fera
cuire pour notre souper. En ce moment je suis trop affamé pour avoir le
courage de parler.

En disant ces mots, Hans se débarrassa d'un animal qu'il portait sur les
épaules, et qui était de la grosseur d'un mouton. Cet animal étrange,
que Hans nommait improprement cochon de terre, était couvert de longues
soies d'un gris teinté de rouge. Il avait une longue queue qui allait en
s'amincissant comme une carotte, un museau de glabre d'environ un pied
de long, la bouche très-petite, des oreilles droites et pointues comme
une paire de cornes; un corps plat, des jambes courtes et musculeuses;
ses griffes étaient démesurées, surtout aux pattes de devant, où, au
lieu de s'étendre, elles se repliaient comme des poings fermés ou comme
les mains d'un singe.

--Mon cher enfant, dit Von Bloom, nous t'accordons du repos, d'autant
plus que notre appétit n'est pas moins vif que le tien. Mais nous
pouvons réserver pour demain ton cochon de terre; nous avons ici une
couple d'outardes qui seront plus faciles à accommoder.

--Soit, repartit Hans; avec la faim qui me dévore, je ne tiens pas à
manger une chose plutôt qu'une autre, et je me régalerais même d'une
tranche de vieux couagga si j'en avais. J'espère pourtant que Swartboy,
s'il n'est pas trop las, voudra bien écorcher mon gibier. Prenez bien
garde de l'abîmer, brave Swartboy; c'est un animal qu'on ne trouve pas
tous les jours.

--Laissez-moi faire, mynheer Hans; je m'entends à écorcher un goup.

Le singulier animal que Hans appelait cochon de terre (aardvark), et que
le Bosjesman connaissait sous le nom de goup, n'était ni plus ni moins
que l'oryctérope ou mangeur de fourmis d'Afrique (_orycteropus
capensis_).

Quoique les colons le désignent sous la qualification de cochon de
terre, l'oryctérope du Cap n'a rien de commun avec l'espèce porcine. La
forme de son museau, ses longues soies, l'habitude qu'il a de fouiller
la terre, lui ont valu cette fausse dénomination. De tous les animaux
qui creusent les terriers, c'est assurément le plus expéditif; il
surpasse même le blaireau, et un jardinier armé d'une bonne bêche ne
parviendrait pas à faire un trou en aussi peu de temps que lui. Sa
taille, ses mœurs et sa conformation sont à peu près celles de son
cousin de l'Amérique du Sud, le tamanoir (_myrmecophaga gubata_), que
l'on considère comme le type des fourmiliers ou mangeur de fourmis. Mais
l'oryctérope du Cap perce les murailles épaisses d'une fourmilière, et
dévore les termès avec autant de facilité que le myrmécophage de la
vallée des Amazones. Il a, comme le tamanoir, la queue et le museau
longs, la bouche petite et la langue extensible. Cependant, les
naturalistes, qui se sont occupés du tamanoir, ont presque entièrement
négligé l'oryctérope.

Le premier figure avec honneur dans les muséums et les ménageries,
tandis que personne ne se dispute la possession du second. D'où vient
cette inégalité? Sans doute de ce que le cochon de terre est d'une
colonie hollandaise que l'on a récemment calomniée. Je prétends faire
cesser l'injustice dont le cochon de terre a été trop longtemps victime,
et je soutiens qu'il n'a pas moins de droit que le tamanoir à être
regardé comme le type des myrmécophages. Il faut voir comme il détruit
des fourmilières, dont quelques-unes ont vingt pieds de haut; comme il
allonge sa langue visqueuse pour la rentrer couverte de fourmis
blanches. De même que le tamanoir, il engraisse et fournit une chair
aussi salubre que délicate, quoiqu'elle sente légèrement l'acide
formique. Ses jambons, convenablement préparés, sont supérieurs à ceux
d'Espagne ou de Westphalie. Je vous conseille d'en essayer.

Swartboy, qui appréciait les qualités comestibles de cet étrange gibier,
se mit à le dépecer avec empressement. Quoique commun dans l'Afrique
australe, et même abondant dans certains districts, l'oryctérope est
rare sur le marché. Il suffit pour le tuer de lui appliquer un coup sur
le museau; mais il est difficile de le surprendre. Il est timide et
prudent; ce n'est guère que la nuit qu'il sort de son terrier, et il
fait si peu de bruit en marchant, il s'avance avec tant de précaution,
qu'il est presque impossible de l'approcher. Il a les yeux d'une
petitesse extrême, et sa vue n'est pas meilleure que celle de la plupart
des animaux nocturnes; mais son odorat est d'une prodigieuse finesse, et
ses longues oreilles saisissent les plus légers bruits.

Le cochon de terre n'est pas le seul myrmécophage de l'Afrique australe.
Il a pour concurrent un quadrupède tout différent, le moris ou pangolin.
Ce dernier est sans poils; mais son corps est couvert d'écailles
imbriquées qu'il redresse à volonté. Il ressemble plutôt à un grand
lézard ou à un petit crocodile qu'à un mammifère; mais ses habitudes
sont exactement celles de l'oryctérope. Il se terre, ouvre pendant la
nuit les fourmilières, darde sa langue au milieu des insectes et les
dévore avidement.

Lorsqu'il est surpris loin de sa retraite souterraine, il se roule en
boule comme le hérisson et quelques espèces de tatous de l'Amérique
méridionale, auxquels il ressemble par sa cotte de mailles squammeuse.

Il y a plusieurs espèces de pangolins qui ne sont pas africaines: les
unes se trouvent dans l'Asie méridionale, les autres dans les îles
indiennes. Celle du sud de l'Afrique est connue des naturalistes sous le
nom de pangolin à longue queue ou pangolin de Temminck.

Pendant que Swartboy, armé de son couteau, découpait avec soin
l'oryctérope, Totty avait fait rôtir à la hâte une outarde. Il lui
manquait peut-être un tour de broche; mais nos voyageurs étaient trop
affamés pour être difficiles, et ils trouvèrent le dîner excellent.

Quand ils furent rassasiés, Hans commença l'histoire de sa journée.



CHAPITRE XXXII.

DÉSAGRÉMENT D'ÊTRE POURSUIVI PAR UN GNOU


«Il n'y avait pas une heure que vous étiez partis, quand un troupeau de
gnous s'approcha du lac. Ils étaient venus sur une seule file; mais ils
l'avaient rompue pour s'ébattre dans l'eau avant que j'eusse la moindre
velléité de les inquiéter.

»Je savais qu'ils étaient dignes d'un coup de fusil; pourtant leurs
gambades me divertissaient tellement, que je les laissai boire en paix.
Ce fut au moment où ils allaient se retirer que je songeai qu'il était
bon de varier notre régime de biltongue. Remarquant dans la bande
beaucoup de ces jeunes gnous, dont j'avais entendu vanter la chair, je
résolus de m'en procurer un.

»Je montai à l'échelle pour aller prendre mon fusil. Quelle imprévoyance
j'avais commise en ne le chargeant pas au moment de votre départ! Mais
pouvais-je m'attendre à une pareille invasion?

»Les gnous sortaient de l'eau; je chargeai mon arme en toute hâte, et
dès que j'eus mis la bourre, je descendis. Avant d'être au bas de
l'échelle, je m'aperçus que j'avais oublié ma poire à poudre et ma
carnassière; mais j'étais trop pressé pour remonter. Les gnous se
mettaient en marche; je craignais d'arriver trop tard, et d'ailleurs mon
intention n'était que d'en tuer un.

»Je courus vers eux en cherchant à me tenir caché dans les buissons;
mais je reconnus bientôt que je n'avais pas besoin de tant de
précautions. Loin d'être peureux comme ceux qui rôdaient autour de notre
ancien kraal, ils avaient l'air de me narguer. Ils s'approchaient de moi
à la distance de cent verges, sans que ma présence les gênât dans leurs
évolutions. Plusieurs fois deux vieux gnous, qui semblaient former
l'arrière-garde, s'avancèrent à la portée de fusil; mais je les
dédaignais, sachant que leur chair était coriace. Je voulais atteindre
un des jeunes veaux dont les cornes n'avaient pas encore commencé à se
recourber.

»Quoique le troupeau ne se montrât point farouche, je ne pouvais
parvenir à m'en approcher suffisamment. Les guides placés à la tête
l'entraînaient hors de ma portée, et les protecteurs de l'arrière-garde
le poussaient en avant à mesure que je gagnais du terrain.

»Il y avait plus d'une demi-heure que je me livrais à cette poursuite
inutile, et l'animation de la chasse m'avait fait complètement oublier
combien il était imprudent de m'éloigner ainsi du camp. J'avais toujours
l'espoir de réussir et de rentrer avec une riche proie. Je persévérai
donc, et j'arrivai dans un lieu dépourvu d'arbres, où se dressaient
comme de grandes tentes de fourmilières placées à distance égale les
unes des autres. Quelques-unes n'avaient pas moins de douze pieds de
haut. Au lieu d'affecter, comme celles des fourmis communes, la forme
hémisphérique d'un dôme, elles étaient coniques et flanquées de cônes
plus petits qui s'élevaient à leurs pieds comme des tourelles. C'étaient
les habitations de l'espèce de grosses fourmis blanches que les
entomologistes appellent termès belliqueux (_termes bellicosus_).

»D'autres monticules, à la forme cylindrique, au sommet arrondi,
ressemblaient à des paquets de linge surmontés chacun d'une cuvette
renversée. Ils servaient de domicile à l'espèce dite _termes mordax_,
quoiqu'une autre espèce (_termes atrox_) se bâtisse des nids presque
identiques.

»Je ne m'arrêtai pas à examiner ces curieux édifices. Je n'en parle que
pour vous faire comprendre ce qui va suivre.

»La plaine était couverte d'éminences coniques et cylindriques. En
m'abritant derrière une d'elles, je crus pouvoir arriver sans
difficultés à portée de fusil des gnous.

»Je fis un détour pour prendre les devants, et me glissai derrière une
fourmilière conique près de laquelle paissait le gros du troupeau. Quel
fut mon désappointement, lorsqu'on regardant entre les tourelles je vis
les femelles et les petits emmenés loin de moi!

»Les deux vieux gnous restaient seuls de mon côté.

»Ma bile s'échauffait; je commençai à croire que les patriarches du
troupeau avaient positivement l'intention de se moquer de moi. Leurs
manœuvres étaient des plus inexplicables: tantôt ils gambadaient à
travers la plaine, comme pour me braver, tantôt leurs têtes
s'entrechoquaient comme s'ils eussent voulu se livrer bataille. Je dois
vous avouer qu'avec leurs fronts hérissés de poils noirs, leurs cornes
pointues, leurs yeux rouges et étincelants, c'étaient des voisins assez
désagréables, et que même, en la supposant stimulée, leur animosité
m'inquiétait.

»Ils se mettaient à genoux et se penchaient en avant jusqu'à ce que
leurs têtes se rencontrassent: ils se relevaient ensuite, et chacun
d'eux faisait un bond comme pour se rejeter sur son camarade et le
fouler aux pieds. S'étant manqués réciproquement, ils étaient entraînés
par l'impétuosité de leur course, revenaient sur leurs pas, et
retombaient à genoux pour se livrer bataille.

»Ils m'exaspérèrent au point que je résolus d'en finir.--Ah! coquins, me
dis-je, vous ne voulez pas me permettre de tuer vos camarades, eh bien,
je vais me venger sur vous! Tremblez, vous payerez cher votre témérité
et votre insolence.

»Au moment où j'allais les ajuster, les deux gnous se préparèrent à un
nouveau combat. Jusqu'alors leurs luttes ne m'avaient semblé qu'un jeu;
mais cette fois ils étaient réellement animés l'un contre l'autre: les
armures de leurs fronts se choquaient avec fracas, leurs beuglements
avaient quelque chose de sinistre, la fureur se peignait dans leurs
yeux.

»Un d'eux fut abattu à plusieurs reprises. Chaque fois qu'il essayait de
se relever, son antagoniste se précipitait sur lui et le renversait de
nouveau. Les voyant sérieusement aux prises, je n'hésitai pas à marcher
vers les combattants. Aucun d'eux ne remarqua mon approche: le vaincu ne
songeait qu'à se garantir des coups terribles qui pleuvaient sur lui, le
vainqueur ne s'occupait que de compléter son triomphe.

»Quand je fus à trente pas, j'ajustai; je choisis le gnou qui avait le
dessus, tant pour le punir d'avoir manqué de générosité en frappant un
antagoniste à terre que parce qu'il me prêtait le flanc.

»Je tirai.

»La fumée me cacha les deux gnous; quand elle se dissipa, je vis le
vaincu toujours agenouillé; mais, à ma grande surprise, celui que
j'avais visé était debout, aussi solide qu'auparavant. Je devais
pourtant l'avoir touché; j'avais entendu sa chair grasse frissonner sous
la balle; mais je ne l'avais nullement estropié.

»Où l'avais-je blessé?

»Je n'eus pas le temps d'y réfléchir; car redressant sa queue et
baissant son front velu, il accourut au galop sur moi. Le désir de la
vengeance se peignait dans ses regards; ses rugissements étaient
épouvantables. Je vous assure que je fus moins épouvanté l'autre jour
quand je rencontrai le lion.

»Je ne sus que faire pendant quelque secondes. D'abord je m'étais mis
sur la défensive, et j'avais involontairement pris mon fusil par le
canon pour m'en servir comme d'une massue; mais il était facile de voir
que mes faibles coups n'arrêteraient pas la course furieuse d'un animal
aussi fort, et qu'il me renverserait infailliblement. Comment me
soustraire à son ressentiment? En tournant les yeux autour de moi,
j'aperçus par bonheur la fourmilière que je venais de quitter. En
montant dessus, j'étais hors d'atteinte; mais aurais-je le temps d'y
arriver?

»Je m'enfuis comme un renard dépisté. Vous, Hendrik vous me dépassez à
la course dans les circonstances ordinaires; mais je doute que vous
eussiez pu gravir plus vite que moi cette fourmilière.

»Il n'était pas trop tôt. Au moment où, en m'appuyant sur les tourelles,
j'escaladais le cône principal, la fumée qui sortait des naseaux du gnou
montait jusqu'à moi.

»Heureusement j'étais en sûreté, et ses cornes acérées ne pouvaient
m'atteindre.



CHAPITRE XXXIII.

LE SIÈGE


»Sans la fourmilière j'aurais été perdu. Le gnou auquel j'avais affaire
était un des plus gros et des plus féroces de son espèce. Il devait être
d'un âge avancé, comme l'indiquaient les teintes foncées de sa robe, et
ses cornes noires et massives à la base, qui se rejoignaient presque aux
extrémités. Ma lutte n'eût pas été longue avec lui; mais je ne le
redoutais pas, et du haut de mon observatoire j'épiais tranquillement
ses manœuvres.

»Il fit tous ses efforts pour me débusquer. Il livra plus de douze
assauts au monticule, établit des logements dans les tourelles les plus
basses, mais sans pouvoir atteindre un poste à la conquête duquel
j'avais employé toutes mes facultés physiques.

»Parfois, dans son désespoir, il venait si près de moi que j'aurais pu
toucher ses cornes avec le bout de mon canon. Jamais je n'avais vu
d'animal si furieux. Ma balle lui avait fracassé la mâchoire, et la
douleur lui donnait le vertige; mais comme je m'en aperçus plus tard, ce
n'était pas la seule cause de ses emportements.

»Après avoir vainement essayé de gravir le cône, il changea de tactique
et se mit à le miner comme pour l'abattre. A plusieurs reprises, il
recula, revint à la charge, et comme il employait toute sa force, je
crus un moment qu'il parviendrait à renverser l'édifice qu'il battait en
brèche. Quelques tourelles tombèrent sous ses coups; l'argile durcie du
monticule principal fut ouverte par ses cornes, dont ils se servait
comme de pioches retournées. Et il exposa à mes regards les chambres et
les galeries que les insectes avaient creusées.

»Néanmoins je ne tremblais pas; j'avais le conviction qu'il ne tarderait
pas à épuiser sa rage, et qu'après son départ je pourrais descendre
sans danger; mais après avoir attendu longtemps, je fus étonné de voir
que, loin de se calmer, il devenait de plus en plus furieux.

»La place où j'étais assis était chaude comme un four, pas un souffle
n'agitait l'atmosphère, et les rayons ardents du soleil étaient
réfléchis par l'argile blanche de la fourmilière. Des ruisseaux de sueur
me découlaient du front, et j'étais à chaque instant obligé de prendre
mon mouchoir pour les essuyer. Toutes les fois que je le déployais, la
colère du gnou redoublait. Il se ruait contre la muraille escarpée en
poussant d'affreux rugissements.

»Je me demandai d'abord pourquoi je le provoquais en m'essuyant la
figure. C'était un mystère dont je cherchais vainement l'explication;
mais enfin je m'aperçus que mon mouchoir était d'une brillante couleur
écarlate, et je me souvins d'avoir entendu dire que le rouge excitait au
plus haut degré la fureur des animaux de cette espèce. Je me hâtai de
serrer mon mouchoir dans l'espérance d'apaiser ce redoutable adversaire;
mais il était trop irrité pour revenir facilement à son état de
tranquillité habituelle. Il réitéra ses assauts avec des cris de plus en
plus farouches, entremêlés de gémissements que lui arrachait la
souffrance causée par sa blessure. Il savait que j'étais l'auteur de ses
maux, et paraissait déterminé à ne pas quitter la place sans s'être
vengé. Il employait ses sabots et ses cornes à démolir le monticule.

»Je commençais à être las de ma situation, sans craindre que le gnou
m'atteignît. J'étais troublé par l'idée des malheurs qui pouvaient
arriver, pendant mon absence, à mon frère et ma sœur. Je fus distrait
de ces préoccupations par un nouveau danger, aussi terrible que celui
que me faisait courir le gnou furieux. Il avait détruit les ouvrages
avancés de la fourmilière, et mis à découvert les passages qui
communiquaient des tourelles au centre du dôme. Les termès, qui se
tiennent ordinairement sous terre, chassés tout à coup de leurs
logements, avaient grimpé par milliers sur l'éminence. Les yeux fixés
sur ceux du gnou, je n'avais pas fait attention à leur marche, lorsque
je sentis leur bande formidable monter le long de mes jambes. Dans le
premier moment de ma surprise je faillis me précipiter sur les cornes du
bœuf sauvage.

»Cette armée d'insectes semblait animée d'un même esprit; elle avait
l'intention de m'attaquer, et mettait dans ses mouvements stratégiques
une régularité merveilleuse. Elle se composait des soldats, qui se
distinguent, comme vous savez, des travailleurs par la grosseur de leur
tête et la longueur de leurs mandibules. Je fus glacé d'horreur en
pensant aux cruelles morsures que ces soldats pouvaient me faire, et
j'éprouvai une terreur dont n'approche pas celle que j'avais ressentie à
l'aspect du lion. Ma première impression fut que j'allais être dévoré.
Il me revint en mémoire que des hommes avaient été assaillis pendant
leur sommeil et tués par les fourmis blanches, et je me persuadai que
j'éprouverais un sort semblable si je ne m'échappais au plus tôt.



CHAPITRE XXXIV.

L'ORYCTÉROPE


»Que faire? comment éviter mes ennemis? Si je sautais en bas, j'étais
sûr d'être mis en pièces par le gnou; si je restais en place, les hideux
insectes ne manqueraient pas de me dévorer. Déjà je sentais leurs dents
redoutables à travers mes bas de laine épais; mes habits ne pouvaient me
protéger. J'étais monté sur le sommet du cône, et je m'y tenais avec
peine. Les morsures des insectes me faisaient sautiller comme un
acrobate. Ils s'avançaient en colonne serrée sur mes souliers, mais ce
n'était encore qu'une avant-garde. D'autres sortaient par myriades de
leurs galeries, et se préparaient à m'accabler sous leur nombre. Pour
échapper à un horrible genre de mort, ma seule chance était d'affronter
le gnou. Le hasard pouvait me servir; en me défendant avec mon fusil,
j'avais l'espoir de tenir l'animal en respect jusqu'à ce que je
trouvasse moyen de gravir une autre fourmilière.

»J'allais sauter, lorsque je fus frappé d'une idée qui aurait dû me
venir plus tôt. Les termès n'avaient points d'ailes; ils montaient le
cône à pas lents; qui m'empêchait de les écarter avec ma veste?

»Je mis de côté mon fusil inutile, et ôtant précipitamment ma veste, je
m'en servis comme d'un balai. En quelques secondes, et sans le moindre
effort, j'avais fait tomber du bout du dôme des milliers de soldats. A
la vérité, il en restait encore quelques-uns sous mon pantalon, mais ils
n'étaient pas en force, et leurs morsures ne pouvaient me causer qu'une
douleur passagère.

»Perché sur le sommet du monticule, j'écartais les bandes de termès à
mesure qu'elles se présentaient. Leur attaque ne m'inquiétait plus;
mais, d'un autre côté, ma position ne s'était pas améliorée, car le
gnou maintenait le blocus avec une étrange persévérance.

»Toutefois, pensant qu'il finirait par se lasser, je prenais mon mal en
patience; mais des terreurs nouvelles vinrent m'assaillir. Pendant que
je piétinais sur le sommet du cône, l'argile pétrie s'enfonça tout à
coup sous mes pieds. Je disparus peu à peu sans pouvoir m'arrêter, et
j'écrasai sans doute la grande reine dans sa chambre, car je restai
enseveli jusqu'au cou. Quoique effrayé et surpris de cette descente
soudaine, j'aurais recouvré promptement ma présence d'esprit sans un
incident inattendu. Le fond sur lequel mes pieds reposèrent était
mobile! il me souleva, glissa rapidement, et manqua pour me laisser
enfoncer encore davantage.

»Avais-je atteint le grand essaim des fourmis blanches? je ne le
supposais pas d'après la sensation que j'avais éprouvée. J'avais touché
un corps gras et solide, qui avait supporté tout mon poids avant de se
dérober sous moi.

»Je fus saisi d'un effroi presque superstitieux, et ne restai pas cinq
secondes dans la fourmilière. Je retirai les pieds avec tant de
précipitation, que quand même ils auraient reposé sur une fournaise
ardente, ils auraient à peine eu le temps d'être brûlés. Je me replaçai
sur la cime du cône ouvert et démantelé; mais pouvais-je m'y maintenir?
Je sondai du regard la sombre cavité, et j'en vis sortir d'innombrables
bataillons de termès. Ma veste ne suffisait plus pour les chasser.

»Je regardai le gnou avec lequel j'allais avoir à lutter. Immobile à
quatre pas de la base de la fourmilière, il la contemplait d'un œil
inquiet. Ses allures étaient complètement changées, et quelque chose
semblait aussi l'avoir épouvanté. En effet, au bout d'un instant, il fit
entendre un cri perçant, s'éloigna, et alla se remettre en observation à
une plus grande distance.

»Etait-ce la rupture du toit et ma chute imprévue qui l'avaient effrayé?
Je le crus d'abord; mais je remarquai qu'il fixait les yeux sur la base
du monticule, où, pour ma part, je ne voyais rien d'alarmant.

»Pendant que je cherchais à m'expliquer sa conduite, le gnou poussa un
nouveau cri, releva la queue et partit au galop.

»Enchanté d'être débarrassé de sa compagnie, je ne m'occupai pas plus
longtemps des causes de sa fuite. Il était parti, c'était l'essentiel.
Je ramassai mon fusil et me disposai à descendre de la position élevée
dont j'étais fatigué.

»A moitié chemin, je jetai par hasard les yeux sur la base de la
fourmilière, et j'aperçus l'objet qui avait terrifié le vieux gnou. D'un
trou pratiqué dans le mur d'argile sortait un long museau cylindrique,
sans poil, surmonté d'une paire de longues oreilles droites comme les
cornes d'une gazelle. L'animal auquel appartenait ce museau et ces
oreilles avait un aspect repoussant, dont j'aurais été troublé moi-même
si je n'avais reconnu la plus inoffensive de toutes les créatures,
l'oryctérope. Sa présence m'expliqua pourquoi le gnou avait battu en
retraite, et pourquoi les fourmis étaient si pressées de sortir de leur
nid.

»Sans faire le moindre bruit, je pris mon fusil par le canon, me
penchai, et j'assénai un coup de crosse sur le museau saillant. C'était
me montrer bien peu reconnaissant du service que cette pauvre bête
m'avait rendu en effrayant le gnou; mais je cédais à mes instincts de
chasseur, et elle tomba morte dans le boyau que ses griffes avaient
creusé.

»Je n'étais pas au bout de mes aventures, qui semblaient ne devoir
jamais finir. J'avais chargé l'oryctérope sur mes épaules, et je me
dirigeais vers notre demeure lorsqu'à mon grand étonnement je vis que le
gnou vaincu était toujours à la même place, la tête contre terre et à
demi couché sur la plaine. Cette situation extraordinaire attira mon
attention, et je m'imaginai que s'il ne s'était pas enfui c'était parce
que son antagoniste l'avait grièvement blessé.

»J'eus d'abord l'idée de le laisser tranquille, car il pouvait avoir
conservé assez de force pour me combattre avec avantage, et mon fusil
vide n'était qu'une faible défense. J'hésitais à m'approcher; mais, la
curiosité l'emportant, je m'avançai avec précaution.

»Il n'avait reçu aucune blessure, et pourtant il était aussi
complètement estropié que s'il eût eu les genoux fracassés. Dans sa
lutte avec l'autre gnou, une de ses jambes de devant avait passé, je ne
sais trop comment, par-dessus ses cornes. Elle y était restée, et non
seulement il ne pouvait en faire usage, mais encore il avait la tête
clouée au sol.

»Mon premier mouvement fut de le tirer d'embarras: toutefois, je me
ravisai en songeant à la fable du laboureur et du serpent gelé. J'eus
ensuite l'idée de le tuer; mais n'ayant pas de balle, je ne me souciai
pas de l'assommer à coups de crosse.

»D'ailleurs, j'aurais été obligé de le laisser mort sur la place, où les
chacals n'auraient pas manqué de le dévorer. Il était probable qu'ils le
respecteraient tant qu'il serait vivant, et je pris le parti de ne pas
le déranger, dans l'espoir que nous le retrouverions vivant le
lendemain.»

Ce fut ainsi que Hans termina le récit de ses aventures.



CHAPITRE XXXV.

LA CHAMBRE A COUCHER DE L'ÉLÉPHANT


Le porte-drapeau était loin d'être satisfait de sa journée. Malgré le
vif intérêt avec lequel il avait écouté l'histoire de Hans, il était
préoccupé quand il réfléchissait à ses propres aventures. Sa première
tentative de chasse avait échoué; ne pouvait-il pas en être toujours
ainsi? L'éléphant avait échappé avec la plus grande facilité. Quoiqu'il
eût été atteint dans deux parties du corps où les blessures auraient dû
être mortelles, les balles n'avaient servi qu'à le rendre plus
dangereux. Sa peau n'avait pas été plus entamée que si on l'eût tiré
avec des pois bouillis. A la vérité, il n'avait reçu que deux coups de
fusil. Or, deux coups bien dirigés suffisent pour abattre un éléphant
femelle et quelquefois un mâle, mais il en faut quelquefois une
vingtaine pour faire mordre la poussière à un vieil éléphant, et nos
chasseurs pouvaient-ils s'attendre à en trouver un d'assez bonne
composition et disposé à essuyer leur feu jusqu'à ce que mort s'en
suivît?

D'ordinaire l'éléphant sur lequel on a tiré fait plusieurs milles sans
s'arrêter, et des cavaliers sont seuls en état de le poursuivre. Plus
que jamais Von Bloom déplorait la perte de ses pauvres chevaux.

Hans le consola en lui prouvant, par différents exemples dont il se
souvenait, que l'éléphant ne prenait pas toujours la fuite lorsqu'on
l'attaquait. En effet, celui qu'ils avaient rencontré, après avoir reçu
leur coup, n'avait manifesté aucune intention de battre en retraite.
Sans le bizarre stratagème de Swartboy, il aurait conservé sa position
et donné le temps à ses adversaires de le frapper peut-être
mortellement.

--Tentons une nouvelle épreuve, dit Von Bloom, et nous réussirons
peut-être. Si nous ne sommes pas plus heureux, nous chercherons des
ressources dans d'autres entreprises.

En conséquence, le lendemain, avant le lever du soleil, les chasseurs se
remirent en campagne; ils avaient pris une précaution à laquelle ils
n'avaient pas songé la veille. Se rappelant qu'une balle de plomb
pénètre difficilement dans le cuir du grand pachyderme, ils fondirent de
nouvelles balles. Ils possédaient de vieille vaisselle qui avait orné la
table du porte-drapeau de Graaf-Reinet au jour de sa prospérité.
C'étaient des chandeliers, des cloches, des éteignoirs, des huiliers et
divers autres objets de métal hollandais. Ils en condamnèrent
quelques-uns à l'alambic de la poêle, les amalgamèrent avec du plomb, et
se procurèrent ainsi des balles assez dures pour entamer la peau du
rhinocéros lui-même.

Comme la veille, ils se dirigèrent vers les bois, et avant d'avoir fait
un mille, ils découvrirent des traces récentes d'éléphant. Elles
passaient au plus épais d'une jungle épineuse, impénétrable pour tout
être créé, à l'exception de l'éléphant, du rhinocéros ou de l'homme armé
d'une hache.

Une famille entière devait y avoir passé, composée d'un mâle, d'une ou
deux femelles et de plusieurs petits de différents âges; ils avaient
marché en ligne, suivant l'habitude des éléphants, et avaient frayé au
milieu des broussailles un chemin large de plusieurs pieds. Le mâle, qui
marchait en tête, avait, d'après ce que disait Swartboy, brisé tous les
obstacles avec sa trompe et ses défenses. En effet, d'énormes branches
étaient abattues ou écartées violemment comme par la main de l'homme.

Les routes de ce genre aboutissent d'ordinaire à l'eau. Elles en
facilitent les abords et racourcissent la distance: preuve saisissante
du rare instinct ou de la sagacité des éléphants, qui conçoivent et
exécutent des plans dignes d'un habile ingénieur.

Les chasseurs s'attendaient donc à trouver prochainement un cours d'eau;
cependant les empreintes pouvaient également y conduire ou s'en
éloigner.

Au bout d'un quart de mille ils arrivèrent à une nouvelle route qui
croisait celle qu'ils suivaient. Comme celle-ci, elle avait été faite
par une famille d'éléphants, et les traces étaient aussi fraîches. Après
s'être demandé un moment laquelle ils devaient prendre, ils résolurent
de continuer à marcher en droite ligne.

A leur grand désappointement, ils débouchèrent dans un endroit moins
couvert où les éléphants s'étaient dispersés, et suivant tour à tour les
traces des mâles, des femelles et des petits, ils s'égarèrent et
perdirent la piste.

Tout à coup Swartboy courut vers un grand acacia, en invitant ses
compagnons à le suivre. Avait-il vu un éléphant? Hendrik et Von Bloom se
l'imaginèrent, enlevèrent à la hâte les fourreaux de leurs fusils, et
rejoignirent le Bosjesman.

Il était seul au pied de l'acacia, et montrait du doigt la terre battue
autour de l'arbre. On aurait dit que plusieurs chevaux y avaient été
attachés pendant longtemps, qu'ils avaient foulé l'herbe et usé l'écorce
en se frottant contre le tronc.

--Qu'est-ce que cela signifie? demandèrent à la fois Hendrik et Von
Bloom.

--C'est la chambre à coucher de l'éléphant, répondit Swartboy.

Toute autre explication était inutile. Les chasseurs se rappelèrent que
les éléphants avaient l'habitude de s'appuyer contre les arbres pour
dormir. L'acacia était un de ces arbres; ils en acquéraient la preuve;
mais à quoi pouvait-elle leur servir?

--Le vieux klow reviendra, dit Swartboy.

--Vous croyez?

--Oui, baas! les empreintes sont fraîches; le grand éléphant dormait ici
la nuit dernière.

--Eh bien! faut-il l'attendre, et tirer dessus quand il reparaîtra?

--Non, baas; vous n'avez pas besoin d'user vos balles. Nous allons faire
son lit, et vous verrez comme il se couchera.

En disant ces mots, le Bosjesman ricana et fit une grimace expressive.

--Que voulez-vous dire? demanda Von Bloom.

--Laissez faire le vieux Swartboy, et je vous promets que l'éléphant est
à nous! Je sais un moyen de le prendre sans employer vos fusils.

Le Bosjesman communiqua son plan, auquel son maître, craignant de voir
se renouveler l'échec de la veille, adhéra avec empressement. On avait
par bonheur tous les instruments nécessaires pour l'exécution: une hache
bien affilée, une forte courroie et des couteaux.

On se mit à l'œuvre sans perdre de temps.



CHAPITRE XXXVI.

ON FAIT LE LIT DE L'ÉLÉPHANT


Si l'éléphant revenait, ce devait être pendant les heures les plus
chaudes de la journée. Les chasseurs n'avaient donc guère plus de
soixante minutes pour faire son lit, suivant la facétieuse expression du
Bosjesman. Ils commencèrent leurs opérations avec ardeur sous la
direction supérieure de Swartboy, aux instructions duquel ils se
conformèrent aveuglément.

Il leur fut d'abord ordonné de couper trois pieux de bois dur, chacun
d'environ trois pieds de long, gros comme un bras d'homme, et pointu par
un bout.

Le bois de fer (_olea undulata_) croissait en abondance aux alentours.
On en coupa trois morceaux de dimensions convenables, qui furent
équarris avec la hache et taillés en pointe avec les couteaux.

Cependant, à côté de l'arbre contre lequel l'éléphant avait coutume de
s'appuyer, et à environ trois pieds du sol, Swartboy avait enlevé
l'écorce. Il fit ensuite une entaille si profonde que l'acacia,
abandonné à lui-même, serait infailliblement tombé; mais Swartboy
l'avait consolidé en attachant aux branches supérieures une courroie qui
se rattachait aux rameaux d'un arbre voisin.

Ces mesures étaient prises du côté opposé à l'entaille, la courroie
seule retenait l'arbre, et il suffisait, pour le renverser, de lui
imprimer la moindre secousse dans l'autre sens.

Swartboy replaça le morceau d'écorce qu'il avait enlevé et fit
disparaître les copeaux avec un soin minutieux. A moins d'un examen
très-attentif, il était impossible de deviner que l'acacia eût été
jamais entamé par la hache.

Il restait à planter les pieux que Von Bloom et Hendrik avaient
préparés. Swartboy se chargea de cette opération, qu'il accomplit avec
une prestesse merveilleuse en moins de dix minutes; il avait creusé
trois trous dont la profondeur dépassait un pied, et qui n'avaient pas
en diamètre un demi-pouce de plus que les pieux.

Vous êtes curieux sans doute de savoir comment il s'y prit. Vous auriez
creusé à la bêche un trou qui aurait été nécessairement aussi large que
la bêche même; mais Swartboy n'avait point de bêche, et, s'il en avait
eu une, il ne s'en serait pas servi, puisqu'elle eût fait des fosses
beaucoup trop grandes pour répondre à ses vues.

Le Bosjesman employa un bâton pointu avec lequel il remua d'abord la
terre dans un espace déterminé. Il déblaya le trou, y remit son bâton,
enleva de nouveau la terre, et continua de la sorte jusqu'à ce que la
profondeur lui parût suffisante. Les trois trous furent disposés en
triangle au pied de l'acacia, mais du côté opposé à celui que l'éléphant
devait choisir pour se reposer.

Swartboy plaça dans chaque trou un pieu, la pointe en l'air et le
consolida au moyen de terre pétrie et de cailloux. Pour cacher la
couleur blanche du bois fraîchement coupé, il enduisit les pieux de
terre.

Ces préparatifs terminés, les chasseurs se retirèrent, mais ils ne
s'éloignèrent pas. Ils montèrent sur un arbre touffu, et se logèrent au
milieu du feuillage. Le porte-drapeau arma son long roer, Hendrick
apprêta sa carabine; et tous deux se disposèrent à faire feu dans le cas
où le piège ingénieusement tendu par Swartboy ne réussirait pas.

Il était midi, la chaleur était intense et aurait incommodé les
chasseurs s'ils n'eussent été protégés par un épais ombrage. Swartboy
tira de favorables augures des circonstances atmosphériques. Il était
vraisemblable que l'éléphant, accablé par la chaleur, viendrait chercher
le frais dans son gîte favori.

Il ne pouvait tarder à venir. Au bout de vingt minutes, on entendit un
bruit étrange; c'était celui qui venait de son estomac. L'instant
d'après, il sortit de la jungle d'un pas indolent. Loin de soupçonner
aucun danger, il se plaça lui-même près du tronc de l'acacia, dans la
position que Swartboy avait prédit qu'il prendrait. Il avait la tête
tournée, mais pas assez pour empêcher les chasseurs d'admirer ses
magnifiques défenses, longues d'au moins six pieds; pendant qu'ils
contemplaient ce superbe trophée, l'animal leva sa trompe, et versa au
milieu des feuilles un torrent d'eau, qui retomba sur son corps en
globules étincelants.

Swartboy prétendit qu'il tirait cette eau de son estomac. Les
naturalistes peuvent contester l'exactitude de l'observation; cependant
ces jets de pluie furent réitérés, et à chacun d'eux, la quantité d'eau
était toujours aussi considérable. Evidemment, sa trompe n'aurait pu
seule contenir cette masse liquide.

Les chasseurs, qui souffraient de la chaleur et de la soif, comprirent
sans peine le plaisir que ce bain de pluie causait à l'éléphant. Les
gouttes cristallines qui retombaient sur son dos, en coulant du haut de
l'acacia, lui faisaient oublier la fatigue et pousser des grognements de
satisfaction.

Ce bain était le prélude de son sommeil. Sa tête s'inclina; ses oreilles
cessèrent de battre et sa trompe demeura immobile, enroulée autour de
ses défenses.

Les chasseurs l'observaient avec un intérêt facile à concevoir.

Tout à coup son corps se penche; il touche l'arbre, qui se fend avec
fracas, et l'énorme masse noire tombe sur le côté. Un cri terrible, qui
fait frémir jusqu'aux feuilles, retentit dans les bois, puis au
craquement des branches se mêlent des gémissements confus. Ce sont ceux
du gigantesque animal renversé. Les chasseurs restent immobiles à leur
place sans faire usage de leurs armes. L'éléphant empalé a reçu le coup
de la mort. Son agonie est de courte durée; on entend siffler dans sa
trompe la respiration saccadée qui précède le dernier moment, et à ce
bruit sinistre succède un bruit plus sinistre encore.

Les chasseurs descendent de l'arbre et s'approchent de l'éléphant. Il
est mort! les terribles chevaux de frise ont rempli leur destination.

Il fallut une heure entière pour enlever les défenses; mais nos
chasseurs ne reculèrent pas devant ce travail, et furent même enchantés
d'avoir à porter au camp un fardeau sous lequel ils pliaient.

Hendrik se chargea des fusils et des ustensiles.

Von Bloom et Swartboy s'emparèrent chacun d'une défense.

Le cadavre de l'éléphant fut abandonné, et les vainqueurs reprirent
triomphalement la route de leur demeure.



CHAPITRE XXXVII.

LES ANES SAUVAGES DE L'AFRIQUE


Malgré le succès de cette chasse, l'esprit de Von Bloom n'était pas en
repos; à la vérité, l'ivoire était conquis, mais de quelle manière! Le
succès avait dépendu en grande partie du hasard et n'était pas un gage
de succès futurs. Il pouvait se passer des mois entiers avant qu'on
retrouvât une autre chambre à coucher d'éléphant.

Telles étaient les réflexions du porte-drapeau le soir de son heureuse
expédition; mais elles étaient moins agréables encore deux semaines
après.

Il avait redoublé d'efforts; il avait chassé pendant douze jours
consécutifs, et n'avait ajouté à son trésor qu'une seule paire de
défenses! C'étaient celles d'une femelle; elles n'avaient pas deux pieds
de long, et leur valeur était médiocre.

Pourtant presque chaque jour on avait rencontré des éléphants sur
lesquels on avait pu tirer; mais ce n'était pas une consolation. Il
était démontré que la fuite leur était facile, et qu'on avait peu de
chances de les prendre tant qu'on les poursuivrait à pied.

Les chasseurs à pied peuvent approcher de l'éléphant, lui envoyer une
balle; mais quand il se met à trotter à travers la jungle, il devient
inutile de le suivre; il fait plusieurs lieues sans s'arrêter, et si les
chasseurs parviennent à le rejoindre de manière à lui envoyer un second
coup de fusil, ce n'est que pour le voir ensuite disparaître dans les
fourrés, où l'on finit par perdre ses traces.

A cheval, le chasseur distance sans peine l'éléphant. Une particularité
du grand pachyderme, c'est que, dès qu'il s'aperçoit que son ennemi,
quel qu'il soit, est capable de l'atteindre, il dédaigne de faire un pas
de plus. Le chasseur le tire alors à loisir.

Un autre avantage du chasseur monté est de pouvoir éviter les attaques
de l'éléphant furieux.

Il n'est pas étonnant que Von Bloom soupirât après la possession d'un
cheval, d'un noble compagnon qui eût assuré le succès de ses chasses.
Ses regrets étaient d'autant plus vifs, qu'après avoir exploré la
contrée, il l'avait trouvée remplie d'éléphants. Il en avait vu par
centaines à la fois, tous peu disposés à s'effrayer d'un coup de feu.
Peut-être n'avaient-ils jamais entendu la détonation d'un fusil avant
que le long roer du porte-drapeau leur cinglât les oreilles.

Avec un cheval, Von Bloom était sûr d'en pouvoir tuer plusieurs et de
recueillir de l'ivoire pour une somme importante.

Sans cheval, toutes ses espérances avortaient.

En songeant à cette alternative, il retombait dans ses idées noires. Il
voyait ses fils condamnés à vivre en enfants des bois, sans livres, sans
éducation, sans société, et sa jolie Gertrude vouée à la vie sauvage
ainsi qu'au célibat. Que n'aurait-il pas donné pour avoir un couple de
chevaux!

Le porte-drapeau était assis dans le grand nwana, sur la plate-forme qui
dominait le lac. De ce point on apercevait la verdoyante prairie qui
s'étendait à l'est du rivage et au-delà de laquelle commençaient les
bois.

En ce moment, un troupeau traversait la plaine et s'avançait vers
l'abreuvoir. Les animaux qui le composaient avaient l'encolure et la
taille de petits chevaux; ils marchaient en ligne, d'un pas assuré,
comme une caravane sous la direction d'un chef prudent. Quelle
différence entre leurs allures et les mouvements fantasques des gnous!

Ils avaient toutefois quelque analogie avec ces derniers; ils tenaient
aussi du cheval, de l'âne et du zèbre. Au cou, aux joues, aux épaules,
ils portaient des bandes exactement pareilles à celles du zèbre, mais
moins distinctes, et qui ne se reproduisaient ni sur le corps, ni sur
les jambes. Ils rappelaient l'âne par la couleur générale de leur robe;
mais la tête, le cou, la partie supérieure du corps étaient d'une nuance
plus foncée, et légèrement teintée de brun rouge.

C'étaient, en réalité, des animaux de l'espèce du zèbre, des couaggas.

Les naturalistes modernes ont divisé le genre des solipèdes en deux
espèces, l'âne et le cheval. Les caractères de la première sont une
longue crinière flottante, une queue lisse, des callosités verruqueuses
aux jambes. Les animaux dont l'âne est le type ont la crinière courte et
droite, la queue grêle et garnie de poils à l'extrémité seulement; leurs
jambes de derrière sont dépourvues de callosités, mais ils en ont, comme
le cheval, aux jambes de devant.

L'espèce chevaline a de nombreuses variétés. Les races arabe, anglaise,
normande, limousine, corse, mecklembourgeoise, danoise, espagnole,
présentent entre elles des différences sensibles: mais toutes ont les
mêmes caractères distinctifs, depuis le grand cheval de brasseur de
Londres jusqu'au poney de Shetland.

Les variétés de l'âne sont presque aussi nombreuses, mais elles sont
généralement moins connues.

L'âne vulgaire (_asinus vulgaris_) se modifie suivant les contrées, et
dans quelques-unes il est aussi élégant et aussi estimé que le cheval.
Des races d'Arcadie, de Mirebalais, d'Espagne, d'Egypte, de Malte,
jouissent d'une réputation méritée. On suppose qu'elles doivent toutes
leur origine à l'âne sauvage (_asinus onager_), que l'on désigne encore
sous les noms d'onagre et de koulan. L'onagre, qui habite l'Asie et le
nord-est de l'Afrique, a la taille plus élevée, les oreilles moins
longues, le pelage d'un gris quelquefois jaunâtre. Sa peau dure et
élastique sert à faire des cribles, des tambours, et le cuir est connu
en Orient sous la dénomination de sagri, et en Europe sous celle de
chagrin.

L'hémione ou dzigguetai (_asinus hemionus_) habite le centre et le midi
de l'Asie. Sa couleur est isabelle, mais sa crinière est noire, ainsi
qu'une ligne qui s'étend le long de la colonne vertébrale.

Dans le Ladak se trouve l'âne kiang: en Perse, le khur (_asinus homar_);
dans la Tartarie chinoise, le yo-to-tze (_asinus equulus_). Toutes ces
espèces asiatiques vivent à l'état sauvage, et se distinguent par les
formes, par la couleur et même par les habitudes. Quelques-unes sont
plus agiles à la course que les meilleurs chevaux.

Ne pouvant, dans ce livre, donner de chaque espèce une minutieuse
description, nous nous bornons à des observations qui rentrent dans
notre cadre sur les ânes sauvages d'Afrique, dont il existe six ou sept
espèces.

En première ligne nous placerons l'onagre, qui, comme nous l'avons dit,
s'étend de l'Asie aux parties contiguës de l'autre continent.

Le koomrah, qu'on a classé parmi les chevaux, mais qui se rapproche
davantage de l'âne, hante les forêts de l'Afrique septentrionale, où il
vit solitaire, contrairement aux habitudes de la plupart de ses
congénères.

Le zèbre (_equus zebra_) est peut-être le plus beau de tous les
quadrupèdes. Il a le pelage symétriquement rayé de bandes brunes
transversales disposées sur un fond jaunâtre. Sa hauteur est d'environ
quatre pieds au garrot, sa longueur de six ou sept pieds depuis le
museau jusqu'à l'origine de la queue. Il est défiant, indomptable, et
assez vigoureux pour lutter sans trop de désavantage même contre les
grands carnassiers.

Le dauw ou onagre, qu'on nomme aussi zèbre de Burchell, a la taille de
l'âne vulgaire, mais il en diffère par la grâce et le fini de ses
formes. Sa crinière est striée de bandes brunes et blanches, et une
ligne noire bordée de blanc suit entièrement sa colonne vertébrale. Il
n'est rayé ni sur les jambes ni sur la queue. Sa robe n'est pas d'une
nuance aussi pure que celle du zèbre, et les bandes n'en sont pas si
nettement marquées.

Le dauw du Congo (_equus hippotigris_) doit être le cheval-tigre des
Romains. Ce qui nous donne lieu de le croire, c'est qu'il habite le nord
de l'Afrique, tandis que les autres espèces appartiennent exclusivement
à la partie méridionale.

Le nom du couagga (_equus couagga_) est une onomatopée tirée de son
hennissement, qui tient un peu de l'aboiement du chien.

Les espèces asines de l'Afrique australe diffèrent entre elles par leurs
penchants et leurs mœurs. Le zèbre, qui se tient dans les montagnes,
est farouche et sauvage. Le dauw hante les plaines désertes, mais il est
aussi intraitable que le précédent. Le couagga, qui vit également dans
les plaines, est d'un naturel timide et docile; on peut le dresser avec
autant de facilité qu'un cheval. Si les fermiers du Cap le laissent en
paix, c'est qu'ils ont des chevaux en abondance; mais Von Bloom se
trouvait dans une position exceptionnelle, et il pensa sérieusement à
dompter des couaggas.



CHAPITRE XXXVIII.

LE COUAGGA ET L'HYÈNE


Jusqu'à ce jour, le porte-drapeau avait à peine daigné faire attention
aux couaggas. Il en avait vu souvent un troupeau, peut-être le même,
venir boire au lac. Il aurait pu en tuer plusieurs; mais à quoi bon?
Leur chair jaune et huileuse n'est mangeable que pour les naturels
affamés; leur cuir, que l'on emploie parfois à faire des sacs, est de
peu de valeur. Par ces motifs, nos aventuriers avaient laissé en paix
les couaggas, ne se souciant pas d'user leur poudre à détruire d'aussi
inoffensives créatures. Tous les soirs régulièrement ils s'étaient
rendus au lac et s'étaient retirés après avoir bu, sans exciter la
moindre attention.

La position était bien changée, et le nouveau projet qui occupait
l'esprit de Von Bloom donnait tout à coup aux couaggas autant
d'importance qu'aux éléphants. Il admirait les bandes dont leurs têtes
étaient ornées, leurs jambes fines, leurs formes rebondies. Ces animaux
dédaignés, que le fermier tue seulement pour la nourriture de ses
Hottentots, devenaient précieux à ses yeux. Ne pouvait-il pas les
soumettre à la selle et au harnais, et s'en servir comme de chevaux pour
la chasse à l'éléphant? ce n'était nullement impraticable, et
l'espérance se ranima dans le cœur du porte-drapeau.

Rayonnant de joie, il communiqua ses idées à sa famille, et tous
s'étonnèrent de ne pas y avoir songé plus tôt.

Mais comment prendre les couaggas? Von Bloom, Hans, Hendrik et Swartboy
ouvrirent une conférence pour en délibérer.

On ne pouvait rien faire le jour même, et le troupeau s'éloigna sans
être inquiété. Les chasseurs savaient qu'il reviendrait le lendemain, et
l'attendaient à son retour.

Hendrik conseilla de se servir des armes à feu. En frappant le couagga
à la partie supérieure du cou, près du garrot, on le blesse sans le
tuer. Il se rétablit promptement et s'apprivoise de même; mais en
général il reste dans un état d'abattement dont il ne se relève pas.

Hans trouva cette pratique trop cruelle.

--Nous serions exposés à tuer plusieurs couaggas avant d'en atteindre un
seul au bon endroit. Nous avons encore d'abondantes munitions; pourtant
il importe de les ménager. Ne vaudrait-il pas mieux tendre des pièges?
J'ai entendu dire qu'on prend aux lacets des animaux aussi gros que les
couaggas.

--Ce plan ne me sourit guère, objecta Hendrik; il y a de graves
inconvénients. En admettant que nous nous emparions du chef du troupeau,
ses camarades, qui le verront pris, s'enfuiront à la hâte et ne
reviendront plus au lac. Dans ce cas, à quoi nous serviront nos pièges?
Il nous faudra longtemps pour retrouver un autre abreuvoir de couaggas,
tandis que nous pouvons toujours les chasser dans les plaines.

--Je ne sais à quoi m'arrêter, dit à son tour Von Bloom, et je m'en
rapporte à la vieille expérience de Swartboy, qui garde le silence et
qui doit avoir quelque bon tour dans son sac.

--Il faut creuser une fosse, dit Swartboy, et je m'en charge; c'est par
ce moyen que mes compatriotes prennent les gros animaux.

--Ce plan, reprit Von Bloom, me semble plus plausible que le précédent.

--Il n'est pas meilleur, dit Hendrik, et par les mêmes raisons. Le
premier de la bande peut tomber dans la trappe, mais les autres n'auront
pas la sottise de l'y suivre, et ils s'en iront pour ne plus reparaître.
Si nous opérions pendant la nuit, plusieurs couaggas pourraient donner
tête baissés dans le piège, sans que le reste du troupeau en fût alarmé,
mais vous savez que ces animaux viennent toujours boire en plein jour.

Ces objections étaient sérieuses, et les membres de la conférence les
discutèrent longuement. Chacun recueillit ses souvenirs, en cherchant à
régler le point d'attaque sur les habitudes connues des couaggas.

Von Bloom avait remarqué qu'ils entraient invariablement dans l'eau par
la gorge où s'était livré le combat du rhinocéros et de l'éléphant.
Après avoir bu, ils suivaient à gué le rivage et sortaient par une autre
brèche de la berge. La régularité purement accidentelle qu'ils mettaient
dans leurs mouvements était due sans doute à la configuration du
terrain.

L'exactitude de cette observation ayant été admise par tous, Von Bloom
proposa de la mettre à profit.

--Sans doute, dit-il, Hendrik a raison. Une fosse creusée sur le sentier
par lequel les couaggas arrivent au lac ne servirait qu'à prendre leur
chef, et tous les autres s'esquiveraient au galop. Mais plaçons notre
piège sur la route qu'ils prennent pour sortir de l'eau, et nous
obtiendrons un résultat tout différent. Je suppose qu'elle soit creusée
et d'une largeur convenable; les couaggas ont fini de boire et s'en
vont: en ce moment nous paraissons du côté de la gorge, nous jetons
l'alarme dans le troupeau, qui se précipite en avant, et notre fosse est
remplie.

Des applaudissements accueillirent ce projet, et la motion de Swartboy
avec cet amendement fut adoptée à l'unanimité. Il ne restait plus qu'à
creuser la fosse, à la couvrir convenablement et à en attendre l'effet.

Pendant qu'on méditait leur capture, les couaggas étaient restés en vue
et prenaient leurs ébats dans la plaine. Ce spectacle faisait éprouver
le supplice de Tantale à Hendrik, qui aurait eu envie de montrer son
adresse en mettant son procédé à exécution. Pourtant le jeune chasseur
réfléchit qu'il serait imprudent de tirer sur ces animaux, jusqu'alors
sans défiance, et il se contint, de peur de les empêcher de revenir à
l'abreuvoir. Il se contenta de les surveiller de loin, avec un intérêt
qu'ils ne lui avaient jamais fait éprouver.

Quoique près du grand figuier-sycomore, les couaggas ne se doutaient pas
de la présence de leurs ennemis cachés au milieu des branches. Ils ne
songeaient pas à lever les yeux, et rien au pied de l'arbre n'était de
nature à les alarmer. Les roues de la charrette avaient été depuis
longtemps mises à couvert sous les buissons, pour qu'elles ne fussent
pas endommagées par l'ardeur du soleil. Il n'y avait sur le sol aucune
trace propre à indiquer l'existence d'un camp, et on aurait pu passer
sous l'arbre sans remarquer l'habitation aérienne des chasseurs. Le
porte-drapeau avait pris les plus minutieuses précautions pour la
dissimuler, car, n'ayant pas encore poussé loin ses explorations, il
ignorait si la contrée ne renfermait pas des ennemis plus dangereux que
les hyènes et les lions eux-mêmes.

Tandis que l'on observait les couaggas, un d'eux se distingua par une
manœuvre singulière. Il broutait paisiblement, lorsqu'il s'approcha
d'un buisson qui croissait isolément dans la plaine. Tout à coup les
chasseurs le virent faire un bond en avant, et du milieu des
broussailles sortit aussitôt une hyène rayée. Au lieu de faire face à
son adversaire, elle poussa un hurlement d'alarme, et s'enfuit de toute
la vitesse de ses jambes. De la part d'un animal aussi fort et aussi
féroce, cette conduite remplit les chasseurs d'étonnement et
d'indignation.

L'hyène se dirigeait vers un massif d'arbres, mais elle n'eut pas le
temps d'y arriver. Le couagga la serrait de près, en poussant ce cri de
couaag, auquel il doit son nom. Les sabots de ses pieds de devant
tombèrent sur le dos de l'hyène; en même temps il saisit entre ses dents
le cou de la bête carnassière, et le serra comme dans un étau.

Les spectateurs s'attendaient à voir l'hyène se débarrasser de cette
étreinte, mais ils se trompaient. Ce fut en vain qu'elle se débattit. Le
couagga la secouait avec ses fortes mâchoires et la foulait avec ses
sabots. Bientôt elle cessa de crier, et son cadavre mutilé fut abandonné
sur la plaine. On serait tenté de croire que cet incident fit sentir à
nos chasseurs la nécessité d'être prudent avec le couagga. Un animal
doué par la nature de dents aussi formidable ne paraissait nullement
disposé à supporter le mors et la bride. Mais il est bon de savoir que
le couagga a pour l'hyène une singulière antipathie. Il entre en fureur
à la vue d'un seul de ces animaux, ce qui ne l'empêche pas de se
conduire tout différemment à l'égard de l'homme. Au reste, dans cette
circonstance, le solipède l'emporte sur le carnassier, sur lequel il
exerce une sorte de domination. Quelques fermiers des frontières du Cap
ont tiré parti de ces faits, et pour éloigner les hyènes de leurs
troupeaux, ils y joignent un certain nombre de couaggas, qui remplissent
le rôle de gardiens et de protecteurs.



CHAPITRE XXXIX.

LE PIÈGE


Malgré la curiosité que lui inspiraient les couaggas, Von Bloom se leva
avec tant de brusquerie qu'il attira sur lui l'attention de ses
compagnons. Il venait d'être frappé d'une idée subite; c'était qu'il
fallait travailler immédiatement à creuser la fosse.

Le soleil allait se coucher dans une demi-heure, et l'on pouvait
supposer qu'il était inutile de se presser; mais le porte drapeau se
chargea de prouver à ses coadjuteurs qu'il y avait péril en la demeure.

--Si nous ne commençons dès à présent, dit-il, et si nous ne travaillons
une partie de la nuit, nous n'arriverons jamais à temps. Ce n'est pas
une petite affaire que d'ouvrir une fosse assez grande pour contenir à
la fois une demi-douzaine de couaggas. Il faut enlever la terre à mesure
que nous la retirerons, couper des perches et des branches, et les
disposer de manière à couvrir le trou. Tout cela doit être fait avant le
retour du troupeau, sous peine d'échouer dans notre entreprise. S'il
reparaît avant que nous ayons enlevé jusqu'aux moindres traces de notre
travail, il s'éloignera sans entrer dans l'eau, et ne nous rendra
peut-être plus de visites.

Hans, Hendrik et Swartboy reconnurent la justesse de ces considérations,
et tous descendirent du nwana pour se mettre à l'ouvrage. Ils avaient
deux bonnes bêches, une pelle, une pioche et deux paniers pour
transporter les déblais. Il eût été difficile d'achever l'opération en
temps utile, s'il avait fallu charroyer la terre au loin, mais par
bonheur le lit du ruisseau était voisin, et on pouvait l'y jeter sans
dérangement.

Après avoir tracé les contours de la fosse, Von Bloom et Hendrik prirent
chacun une bêche; le sol était assez meuble pour qu'on pût se dispenser
d'avoir recours à la pioche.

Swartboy, armé de la pelle, remplit les paniers aussi vite que Hans et
Totty pouvaient les vider. Gertrude et le petit Jan avaient un troisième
panier, et ils allégèrent efficacement la tâche.

Le travail se poursuivit avec activité jusqu'à minuit, à la clarté de la
lune, et quand il fut interrompu, le fermier et Hendrik étaient enterrés
jusqu'au cou. Ils étaient désormais sûrs d'achever la fosse le
lendemain. Ils quittèrent leurs outils, et après avoir accompli leurs
ablutions dans l'eau pure du lac, ils allèrent se livrer au repos.

Dès la pointe du jour ils se remirent à l'œuvre avec une activité
d'abeilles. Au moment du déjeuner, Von Bloom, en se dressant sur la
pointe des pieds pouvait à peine arriver au niveau du sol, et la tête
laineuse de Swartboy était presque à deux pieds au-dessous.

Après le déjeuner, les travailleurs recommencèrent à creuser et à
déblayer jusqu'à ce que le trou leur parût d'une profondeur suffisante.
Il était impossible à un couagga de s'en tirer, et une antilope
springbok aurait pu tout au plus en sortir en sautant.

On étendit sur la fosse des perches et des broussailles, qu'on recouvrit
ensuite d'herbes et de roseaux, ainsi que les alentours. Le plus
judicieux animal eût été trompé, tant la trappe avait été habilement
dissimulée, et un renard même y serait tombé avant de l'avoir
découverte.

Il ne restait plus qu'à dîner en attendant l'arrivée des couaggas. Le
repas fut gai, malgré l'excessive fatigue qu'avaient supportée les
travailleurs. La perspective d'une belle capture les mettait tous en
belle humeur, et chacun formait des conjectures sur le succès.

--Nous prendrons au moins trois couaggas, dit Von Bloom.

--Nous en prendrons le double, s'écria Swartboy.

--Je ne vois pas, dit le petit Jan, pourquoi la fosse ne serait pas
remplie.

--Elle le sera, ajouta Hendrik; nous pousserons les couaggas dedans, et
je ne vois pas comment ils nous échapperaient.

En effet, le succès paraissait infaillible. La fosse était assez large
pour empêcher les animaux de sauter par-dessus, et elle occupait toute
la largeur du sentier; de sorte qu'ils ne pouvaient l'éviter, et que la
disposition du terrain les y conduisait fatalement.

A la vérité, s'ils étaient abandonnés à eux-mêmes et libres de marcher
à la file, suivant leur habitude, on pouvait ne prendre que le chef du
troupeau. Il était certain qu'en le voyant tomber, ses compagnons
feraient volte-face; mais les chasseurs comptaient, dans un moment
donné, répandre la terreur au milieu du troupeau, et forcer les couaggas
à se précipiter dans la fosse.

Ils n'avaient besoin que de quatre montures, mais ils n'eussent pas été
fâchés d'avoir du choix.

On avait dîné plus tard qu'à l'ordinaire, et l'heure approchait où le
troupeau venait se désaltérer dans le lac. On laissa libre la route par
laquelle il arrivait. Hans, Hendrik et Swartboy se placèrent en
embuscade aux environs, à quelque distance les uns des autres. Dans les
positions qu'ils occupaient, il leur suffisait de sortir des taillis où
ils étaient cachés pour pousser le troupeau du côté de la fosse. Afin de
régulariser leurs mouvements, Von Bloom resta dans l'arbre sur la
plate-forme. Il devait les avertir de l'approche des couaggas, et donner
le signal de l'action en tirant un coup de fusil à poudre. Hans et
Hendrik avaient l'ordre de tirer à leur tour en se montrant, et de
produire ainsi la panique désirée.

Ce plan était admirablement conçu.

Aussitôt que le troupeau apparut dans la plaine, Von Bloom dit à voix
basse:

--Voici les couaggas!

Les innocentes bêtes défilèrent dans la gorge, s'éparpillèrent dans
l'eau, et commencèrent leur mouvement de retraite par le sentier que
traversait la trappe.

Le chef grimpa sur la berge; mais il s'arrêta en hennissant quand il vit
les roseaux et l'herbe fraîche qui jonchaient le sol.

Il avait envie de rebrousser chemin.

En ce moment retentit la bruyante détonation du roer. Deux autres
explosions y répondirent à droite et à gauche, comme des échos
affaiblis, tandis que sur un autre point Swartboy faisait entendre des
cris formidables. En jetant un regard en arrière, les couaggas se
crurent entourés d'ennemis; mais une route leur était ouverte: c'était
celle qu'ils avaient coutume de prendre, et le troupeau s'y engagea. On
entendit le craquement des perches, le piétinement des sabots, le bruit
sourd des corps qui tombaient et le hennissement des victimes effarées.
Quelques couaggas sautèrent, comme pour franchir la fosse; d'autres se
dressèrent sur leurs pieds de derrière, et tournèrent sur eux-mêmes pour
entrer dans le lac; d'autres encore s'échappèrent à travers les
broussailles; mais le gros du troupeau revint sur ses pas, se remit à
l'eau, et s'enfuit par la gorge. Au bout de quelques minutes tous
avaient disparu. Les enfants croyaient qu'aucun n'avait été pris; mais,
de la position qu'il occupait dans le nwana, Von Bloom apercevait des
têtes qui s'allongeaient en dehors de la fosse. On n'y trouva pas moins
de huit couaggas, deux fois plus qu'il n'en fallait pour monter tous les
chasseurs.

Au bout de moins de deux semaines, quatre couaggas avaient été rompus à
la selle et obéissaient aussi bien que des chevaux. Ils avaient eu beau
ruer, caracoler, jeter leur cavaliers par terre; le Bosjesman et Hendrik
étaient d'habiles écuyers, qui triomphèrent promptement de leur
résistance.

La première fois que ces animaux furent employés à la chasse de
l'éléphant, ils rendirent précisément le service qu'on attendait d'eux.
Comme de coutume, l'éléphant prit sa course après avoir essuyé un
premier coup de feu; mais les chasseurs, montés sur leurs couaggas, ne
le perdirent pas de vue. Dès qu'il s'aperçut que ses jambes étaient
inutiles, il fut aux abois et dédaigna de fuir les chasseurs. Ils purent
réitérer leurs décharges, et un coup mortel finit par étendre sur le sol
son corps gigantesque.

--Mon étoile reparaît! s'écria Von Bloom enthousiasmé. Mes espérances ne
seront plus déçues. Je serai riche! En quelques années, je referai ma
fortune; je serai à même d'élever une pyramide d'ivoire.



CHAPITRE XL.

L'ÉLAN


Hendrik était le meilleur chasseur de toute la famille. C'était lui qui
fournissait habituellement le garde-manger. Les jours où l'on ne
chassait pas l'éléphant, il s'en allait seul à la poursuite des
antilopes, dont la chair était la principale nourriture des habitants du
nwana. Grâce à son adresse, la table était toujours abondamment pourvue.

L'Afrique est la patrie des antilopes; on en compte, dans le monde
entier, pas moins de soixante-dix espèces différentes; plus de cinquante
sont africaines, et trente au moins appartiennent au sud de l'Afrique,
c'est-à-dire à cette partie du continent comprise entre le cap de
Bonne-Espérance et le tropique du Capricorne.

Il faudrait un volume pour faire une monographie des antilopes; aussi
dois-je me contenter de dire que la plupart se trouvent en Afrique;
qu'il en existe plusieurs espèces en Asie, et une seule en Amérique, le
prong-horn; en Europe il y en a deux, dont une, le chamois des Alpes,
pourrait être mise au rang des chèvres.

Je remarquerai en outre que les soixante-dix espèces d'animaux groupés
dans le genre antilope diffèrent considérablement les unes des autres
par la forme, la couleur, le pelage et les habitudes. Rien de plus
arbitraire que la classification qui les réunit. Les unes, comme le
chamois, se rapprochent des chèvres; d'autres ressemblent aux daims, aux
bœufs ou aux bisons; et quelques espèces possèdent tous les
caractères du mouton sauvage.

Toutefois, en général, les antilopes tiennent plutôt des daims que de
tous autres animaux, et plusieurs espèces sont vulgairement connues sous
la dénomination de daims. Il en est qui ont moins d'analogie avec leurs
congénères qu'avec certaines espèces de daims. Seulement ces derniers
ont des cornes osseuses qu'ils perdent annuellement, tandis que les
antilopes conservent les leurs, qui sont de corne véritable et
persistante.

Les antilopes ont des mœurs qui varient à l'infini, suivant les
espèces. Elles habitent tantôt les vastes plaines, tantôt les forêts
profondes. Elles errent tantôt sur le bord des rivières, tantôt sur les
rochers escarpés ou dans les ravins desséchés des montagnes. Les unes
brouttent l'herbe, les autres se nourrissent des feuilles et des pousses
tendres des arbres. En somme, les antilopes ont des prédilections si
diverses qu'on en trouve partout, quels que soient le climat, la
végétation, les sites du pays. Le désert même a ses antilopes, qui
préfèrent ses plaines arides aux vallées les plus verdoyantes et les
plus fertiles.

L'élan ou caana (_antilope oreas_) est le plus grand de ce genre,
puisque sa taille égale celle d'un fort cheval. Il est lourd et a le pas
médiocrement rapide; un chasseur monté l'atteint sans efforts. Les
proportions générales de l'élan ont quelque rapport avec celles du
bœuf, mais ses cornes sont droites; elles partent en ligne verticale
du sommet de la tête, et divergent légèrement l'une de l'autre; elles
ont deux pieds de longueur, et même plus chez les femelles, et sont
entourées d'un anneau qui monte en spirale jusqu'à la pointe.

Les yeux de l'élan caana, comme ceux de la plupart des antilopes, sont
grands, humides et doux. Malgré sa force et ses dimensions, il est du
naturel le plus inoffensif, et ne se résigne à combattre que lorsqu'on
l'y force absolument. Sa couleur est un brun-foncé teinté de roux, ou,
chez certains individus, un gris-cendré mélangé d'ocre-jaune.

L'élan est une des antilopes qui paraissent pouvoir se passer d'eau. On
le trouve dans les plaines désertes, loin de toute rivière et l'on
dirait même qu'il affectionne les solitudes desséchées, à cause de la
sécurité qu'il y trouve. Cependant il habite aussi les régions fertiles
et boisées; il vit en troupes nombreuses, mais les deux sexes paissent
séparément, par groupes de dix à cent individus.

La chair de l'élan est excessivement estimée; elle ne le cède en
délicatesse ni à celle de l'antilope, ni à celle des animaux de race
bovine; elle a le goût du bœuf tendre avec un arrière-goût de
venaison. On fait sécher les muscles des cuisses qui, préparés de la
sorte, prennent la qualification de langues de cuisse, et sont regardés
comme le morceau le plus savoureux.

Bien entendu que les chasseurs poursuivent l'élan avec activité. Comme
il est toujours très-gras et qu'il ne court pas vite, on arrive aisément
à le tuer, à l'écorcher et à le dépecer. C'est une chasse qui offre peu
d'attraits; seulement on ne trouve pas souvent l'occasion de la faire.

La facilité avec laquelle on prend ces antilopes si recherchées en a
diminué le nombre, et ce n'est que dans les districts éloignés qu'en en
rencontre encore des troupeaux.

Depuis l'arrivée de la famille Von Bloom au cap, on avait remarqué des
traces d'élans sans en voir un seul. Hendrik, pour plusieurs raisons,
désirait tuer un de ces animaux. La première, c'était qu'il n'en avait
jamais tiré; la seconde, qu'il appréciait les qualités de la viande qui
couvre en abondance les côtes du caana.

Ce fut donc avec une vive satisfaction qu'un matin Hendrik apprit qu'on
avait vu un troupeau d'élans sur le plateau que bordaient les rochers
voisins. Swartboy, qui avait fait une excursion sur les collines,
apporta au camp cette heureuse nouvelle. Sans perdre de temps le jeune
homme monta sur son couagga, et partit armé de sa bonne carabine.

A peu de distance du camp s'ouvrait dans les hauteurs un ravin qui
conduisait au plateau. C'était la route que prenaient les zèbres, les
couaggas, et autres habitants des plaines arides, quand ils descendaient
au lac.

Hendrik gravit l'escarpement, et, lorsqu'il parvint à la cime, il
aperçut immédiatement, à un mille de distance environ, un troupeau
composé de sept élans mâles.

La végétation du plateau n'aurait pu abriter même un renard; elle ne
consistait que dans quelques aloès épars, quelques euphorbes et quelques
touffes de gazon brûlées par le soleil.

Hendrik reconnut aussitôt qu'il lui était impossible de se rapprocher
assez des élans pour les tirer.

Quoique n'ayant jamais chassé cette espèce d'antilope, il en connaissait
les habitudes: il savait qu'elle courait mal, qu'un vieux cheval pouvait
la distancer, et qu'à plus forte raison elle serait vaincue par son
couagga, le plus agile des quatre qui avaient été domptés.

Il s'agissait, en conséquence, de lancer des élans dans de bonnes
conditions. Il fallait éviter de les alarmer de trop loin et de leur
laisser trop d'avance. En chasseur prudent, Hendrik fit un long détour
de manière à mettre le troupeau entre lui et les rochers. Pour n'être
pas aperçu, il eut soin de se courber sur sa selle, si bien que sa
poitrine touchait presque le garrot de sa monture. Il supposait, avec
quelque vraisemblance, que les élans ignorant à quelle espèce d'animal
ils avaient affaire, regarderaient longtemps le couagga monté avec plus
de curiosité que d'inquiétude.

Les élans se laissèrent approcher à la distance de cinq cents pas avant
de prendre leur lourd et indolent galop. Alors Hendrik se releva, donna
de l'éperon à son couagga et se mit à la poursuite du troupeau.

Comme il l'avait prévu, les élans s'enfuirent vers les rochers, non dans
la direction de la passe, mais du côté où les collines étaient à pic.
Parvenus au bord du précipice, ils furent forcés de retourner en
arrière, et suivirent une route qui traversait celle qu'ils avaient
prise d'abord. Cette marche donnait l'avantage à Hendrik, qui dirigea
diagonalement son couagga.

Il avait l'intention d'isoler un des élans et de laisser les autres
galopper tant qu'ils voudraient.

Il ne tarda pas à réaliser son projet. Le plus gros du troupeau s'écarta
de ses compagnons, comme s'il eût pensé qu'il avait plus de chance de
salut en les abandonnant; mais il avait compté sans Hendrik, qui fut une
seconde après à ses trousses.

Le chasseur et sa proie parcoururent rapidement un mille à travers la
plaine. Peu à peu la robe de l'élan passa du brun roux au bleu plombé;
la salive tomba de ses lèvres en abondance, l'écume inonda sa large
poitrine, et des larmes roulèrent dans ses yeux globuleux.

Il était aux abois.

Au bout de quelques minutes, le couagga avait rejoint l'énorme antilope,
qui, renonçant à courir, s'arrêtait dans son désespoir pour faire face à
l'ennemi.

Hendrik avait la main à sa carabine. Vous pensez sans doute qu'il
l'épaula, fit feu et abattit l'élan; vous vous trompez. Hendrik était un
vrai chasseur, économe de ses ressources. Il n'avait pas besoin de tuer
le caana sur place, il savait que sa proie était en son pouvoir, et
qu'il la chasserait devant lui comme un domestique. S'il avait pris le
parti d'envoyer une balle à l'élan, il aurait fallu chercher du renfort
au camp pour le dépecer et en emporter les morceaux, au risque de le
retrouver à moitié dévoré par les hyènes.

Au lieu de tirer, il força l'élan à se retourner, et le poussa devant
lui dans la direction de la passe.



CHAPITRE XLI.

LE COUAGGA EMPORTÉ


A bout de ses forces, l'animal était incapable de résistance. De temps
en temps il essayait de revenir sur ses pas; mais à l'aspect menaçant du
chasseur, il reprenait passivement la route du camp.

Hendrik s'applaudissait de son succès. Il jouissait d'avance de la
surprise qu'il allait causer en paraissant avec l'élan. Celui-ci était
déjà entré dans la gorge où Hendrik et son couagga se disposaient à le
suivre.

En ce moment un grand bruit de pas se fit entendre au pied des hauteurs.

Hendrik éperonna sa monture, afin d'atteindre le bord du précipice et de
regarder d'où venait ce bruit. Avant qu'il eût eu le temps d'arriver, il
vit avec étonnement l'élan regagner le plateau en galopant avec une
nouvelle ardeur; évidemment le fugitif avait été effrayé, et il aimait
mieux faire face à son ancien adversaire que d'en affronter un nouveau.

Hendrik ne fit pas grande attention à l'élan, qu'il pouvait toujours
forcer à loisir. Il tenait d'abord à savoir pourquoi l'antilope avait
rétrogradé: il hâta donc le pas sans hésitation.

Le piétinement des sabots qui retentissait dans la passe lui prouvait
qu'il n'avait affaire qu'à des ruminants, et qu'il n'était pas exposé à
rencontrer un lion.

Dès qu'il fut à l'entrée de la passe, il jeta les yeux au-dessous de
lui, et reconnut un troupeau de couaggas qui revenait de l'abreuvoir. Il
en fut contrarié, car ces animaux pouvaient le gêner dans la poursuite
de l'élan, et dans son premier accès de dépit, il fut tenté de faire feu
dessus; mais c'eût été gaspiller ses munitions en pure perte. Il préféra
se remettre à la poursuite de la bête qu'il avait forcé, et dont la peur
avait ranimé l'énergie.

Les couaggas sortirent un à un du défilé, au nombre d'environ cinquante.
A l'aspect du cavalier, chacun tressaillit d'effroi et fit un écart,
jusqu'à ce que le troupeau s'étendit en longue ligne sur le plateau; en
des circonstances ordinaires, Hendrik n'y aurait pas fait attention.
Maintes fois le couagga perçant de ces animaux avait retenti à ses
oreilles; mais il ne put s'empêcher de remarquer que quatre d'entre eux
avaient la queue coupée. Il reconnut ceux qui avaient été relâchés après
être tombés dans la fosse, et auxquels Swartboy, par des raisons
particulières, avait fait subir cette mutilation. C'était le troupeau
qui venait habituellement au lac, et qui n'avait pas reparu depuis le
jour où il avait été si mal accueilli.

On conçoit qu'Hendrik regardait les couaggas avec une certaine
curiosité. L'effroi qu'il leur inspirait, la tournure comique de ceux
qui avait la queue coupée, le disposèrent à l'hilarité, et il se mit à
rire en se mettant à la poursuite du caana.

Le couaggas prirent le même chemin.

--Je n'aurai jamais, se dit Hendrik, une meilleure occasion de décider
un point jusqu'à présent contesté: Un couagga monté peut-il rivaliser de
vitesse avec un couagga libre? voilà la question. Je suis curieux de
voir si le mien luttera sans désavantage contre ses anciens compagnons.

L'élan tenait la tête; les couaggas couraient après lui, et Hendrik
venait à l'arrière-garde. Il n'avait pas besoin de jouer de l'éperon;
son noble coursier semblait comprendre qu'il s'agissait de soutenir sa
réputation, et il gagnait du terrain à chaque instant.

Le pesant caana fut promptement dépassé. Il s'arrêta, mais les couaggas
continuèrent la course, suivis par celui de Hendrik. Au bout de cinq
minutes ils avaient laissé l'élan à un mille en arrière, et ils ne
s'arrêtaient pas.

Quelle était l'intention de Hendrik? Voulait-il renoncer à sa proie?
Etait-il jaloux de la supériorité de sa monture? Avait-il résolu qu'elle
remporterait le prix de cette course étrange? C'est ce qu'aurait pu
penser quiconque en eût été témoin; mais les apparences étaient
trompeuses, et la conduite du chasseur avait des motifs tout différents.

En voyant l'élan s'arrêter, il avait cherché à s'arrêter aussi, et
avait tiré fortement la bride; mais son couagga, au lieu d'obéir, avait
couché les oreilles et galopé avec une nouvelle ardeur.

Hendrik essaya de le détourner, et tira sur la rêne droite, mais avec
tant de force que l'anneau rouillé se brisa. Le mors glissa entre les
mâchoires de l'animal, la secousse fit tomber la têtière, et le couagga
se trouva complètement débridé! Il était libre d'aller où bon lui
semblerait, et naturellement il désirait aller rejoindre ses anciens
camarades, qu'il avait reconnus, comme l'attestaient ses hennissements.

D'abord Hendrik regarda la rupture de son mors comme un accident sans
importance; c'était un des meilleurs cavaliers du Cap, et il n'avait pas
besoin de bride pour conserver son assiette.

--Le couagga, pensa-t-il, ne tardera pas à s'arrêter; j'aurai le temps
de réparer le mors et de rajuster la bride. Cependant il commença à
s'inquiéter en voyant sa monture aller du même train et le troupeau
courir devant lui sans manifester la moindre intention de s'arrêter.
C'était la terreur qui poussait les couaggas en avant. Leur camarade les
avait reconnus, mais ils n'avaient pas reconnu leur camarade. Avec son
accroutrement bizarre et l'homme qu'il portait sur le dos, il leur
faisait l'effet d'un monstre terrible, altéré de sang et prêt à les
dévorer; aussi tous montraient-ils une agilité jusqu'alors sans exemple:
si bien que le couagga dompté, malgré son vif désir de s'en approcher et
de leur expliquer sa métamorphose, avait cessé de gagner du terrain. Il
redoublait pourtant d'efforts, car il était fatigué à l'excès de la
civilisation et de la chasse aux éléphants. Il aspirait sans doute à
reprendre la vie sauvage; il semblait penser qu'une fois qu'il se
trouverait au milieu des compagnons de sa jeunesse, ils se grouperaient
autour de lui et l'aideraient à se débarrasser de l'importun bipède qui
se cramponnait à son épine dorsale. Il était si près d'eux, que leurs
ruades lui envoyaient à la tête de la poussière et des cailloux; toutes
les fois qu'il pouvait prendre haleine, il faisait entendre son couagga
d'un ton suppliant, mais il n'était pas écouté.

Cependant que faisait Hendrik? Rien. Il ne pouvait arrêter l'essor
impétueux de son coursier, il ne pouvait essayer de mettre pied à terre
sans être lancé sur des rochers. Tout ce dont il était capable, c'était
de se tenir en selle.

Que pensait-il? D'abord il n'avait pas vu le danger. Quand il eut achevé
son troisième mille, il commença à s'alarmer sérieusement; et au bout du
cinquième, il fut convaincu qu'il était embarqué dans une périlleuse
aventure.

Les milles se succédèrent; et les couaggas galopaient toujours: le
troupeau était excité par la crainte de perdre sa liberté, et l'animal
dompté par le désir de reconquérir la sienne.

Hendrik était en proie à de véritables angoisses. Où allait-il être
entraîné? Peut-être au milieu du désert, où il périrait de faim et de
soif! Déjà il était loin de la lisière de rochers, et il lui était
impossible d'en déterminer la direction; en supposant qu'il vînt à
s'arrêter, était-il sûr de retrouver son chemin?

L'épouvante s'empara de lui.

Que devait-il faire? sauter à bas de son couagga, au risque de se rompre
le cou.

Dans tous les cas, il avait déjà perdu le caana; il avait la triste
certitude de perdre sa monture et sa selle. Quel sacrifice faisait-il en
les abandonnant? Sa vie était en danger, pour peu que sa situation se
prolongeât. Les couaggas pouvaient faire vingt milles, cinquante milles
sans s'arrêter; ils étaient infatigables; leur ardeur ne se ralentissait
point.

--Allons, se dit-il, sautons! tâchons seulement de choisir un bon
endroit, afin de me faire le moins de mal possible.

Tout à coup un moyen de salut s'offrit a lui; il se rappela qu'en
montant ce même couagga, il s'était servi avec avantage d'une
œillère, c'est-à-dire d'un morceau de cuir attaché sur les yeux de la
bête. L'effet en avait été si complet, que de rétive qu'elle était, elle
était devenue docile instantanément.

Hendrik n'avait pas d'œillère. Quel objet pouvait lui en tenir lieu?
Son mouchoir? Il n'était pas assez épais. Sa veste? Bon! voilà ce qu'il
lui fallait.

Sa carabine le gênait, il la laissa doucement tomber, en se promettant
de revenir la chercher.

En un clin d'œil, Hendrik se dépouilla de sa veste; mais comment la
disposer pour aveugler le couagga? il craignait de la laisser tomber.

Prompt dans ses résolutions, l'adroit jeune homme passa une manche de
chaque côté de la gorge de sa monture et les noua toutes deux ensemble.
La veste reposait ainsi sur la crinière de l'animal. Le collet était
près du garrot, et les pans portaient sur la partie la plus étroite du
cou.

Hendrik se pencha en avant autant qu'il le put, et il étendit la veste
sur le cou du couagga. Lorsqu'il eut fait passer les pans par-dessus les
oreilles, il les laissa retomber sur les yeux.

Ce ne fut pas sans peine que le cavalier, courbé comme il l'était,
parvint à conserver son assiette; car, dès que le couagga eut les yeux
couverts du morceau de drap, il s'arrêta aussi brusquement que s'il eût
été mortellement blessé. Toutefois il ne tomba pas, mais il demeura
immobile, les membres frémissants de terreur. Il avait cessé de galoper.

Hendrik sauta à terre; il ne craignait plus que le couagga, aveuglé et
vaincu, fît la moindre tentative pour s'échapper. Au bout de quelques
minutes, il avait remplacé l'anneau rompu par une forte courroie, remis
le mors entre les dents de l'animal, bandé solidement la têtière, et il
remontait en selle, sa veste sur le dos.

Le couagga comprit que toute résistance était inutile. Ses anciens
compagnons avaient disparu à l'horizon, et avec eux s'en allaient ses
rêves de délivrance. Soumis désormais à son sort et stimulé par
l'éperon, il retourna tristement sur ses pas.

Hendrik ignorait la route qu'il lui fallait prendre. Il suivit d'abord
la trace des couaggas jusqu'à l'endroit où il avait laissé tomber sa
carabine. Le soleil était trop bas pour lui servir de guide, et aucun
des rares buissons du désert n'avait assez d'importance pour jalonner le
chemin. Le voyageur égaré fut obligé de continuer à se diriger d'après
les empreintes du troupeau; il ne retrouva plus son caana, mais il s'en
consola quand il se vit avant la nuit dans la passe qui menait à sa
demeure. Bientôt après il était assis sur la plate-forme du nwana et
régalait un auditoire attentif du récit de ses aventures.



CHAPITRE XLII.

LE PIÈGE A DÉTENTE


Quelques jours plus tard, Von Bloom eut à souffrir de l'importunité des
bêtes de proie, qu'attiraient les restes des antilopes et les parfums de
la cuisine. Les hyènes et les chacals rôdaient sans cesse aux environs,
et, rassemblés la nuit sous le grand arbre, ils faisaient entendre
pendant des heures entières leur horrible tintamarre. A la vérité,
personne ne les redoutait, puisqu'ils ne pouvaient atteindre les
enfants, paisiblement endormis dans leur domicile aérien; mais leur
présence n'en avait pas moins d'inconvénients. La viande, le cuir, les
lanières, qu'on avait le malheur de laisser en bas, étaient
infailliblement dévorés; des quartiers de venaison disparaissaient, et
la selle de Swartboy avait été mise hors de service. Enfin, les hyènes
étaient devenues un fléau si intolérable, qu'il était nécessaire de
trouver un moyen de les détruire.

Elles n'étaient pas faciles à tirer. Prudentes pendant le jour, elles se
cachaient dans les grottes du coteau ou dans les trous creusés par
l'oryctérope. La nuit, elles avaient l'audace de pénétrer jusqu'au
centre du camp, mais l'obscurité empêchait de les ajuster, et les
chasseurs, qui connaissaient le prix de la poudre et du plomb, ne
risquaient un coup de fusil que lorsque leur patience était à bout.

On essaya plusieurs genres de pièges, mais sans succès. Les hyènes qui
tombaient dans les fosses parvenaient à s'en échapper en sautant, et si
elles étaient prises dans des nœuds coulants, elles s'en délivraient
en coupant la corde avec leurs dents aiguës.

Enfin le porte-drapeau eut recours à un procédé très en usage parmi les
boors de l'Afrique australe: le piège à détente. Ce mécanisme consiste
invariablement dans un fusil dont la détente est mise en mouvement par
une corde; mais il y a différentes manières de l'établir. En général, on
attache l'appât à la corde: en voulant s'en emparer, l'animal tend
cette corde et fait partir le coup. Malheureusement il n'arrive pas
toujours qu'il soit placé en face du canon, et tantôt il n'est que
légèrement blessé, tantôt il n'est pas même atteint.

Le piège à détente adopté dans le sud de l'Afrique est mieux combiné, et
ses résultats sont plus certains. Il est rare que l'animal assez
imprudent pour tirer la détente ne soit pas tué sur place, ou tellement
maltraité qu'il va mourir à quelques pas plus loin.

Ce fut ce dernier mode que choisit Von Bloom.

Il avait remarqué près du camp trois jeunes arbres placés sur la même
ligne, à environ trois pieds de distance les uns des autres.

Ces trois jeunes arbres faisaient son affaire. S'il ne les eût pas
découverts, il aurait été obligé de planter solidement en terre trois
pieux qui auraient également bien rempli ses intentions.

On coupa ensuite des broussailles épineuses, et l'on en construisit un
kraal à la manière ordinaire, c'est-à-dire la cime des buissons tournée
en dehors. La grandeur de l'enceinte étant sans importance, on ne se
donna pas la peine d'y enfermer un vaste espace de terrain.

L'entrée fut placée entre deux des trois arbres, dont le troisième fut
laissé en dehors. Tout animal qui voulait pénétrer dans l'enclos devait
nécessairement prendre cette voie.

Il s'agissait de régler la position du fusil.

La crosse fut attachée solidement à l'arbre qu'on avait laissé en dehors
de l'enceinte, et le canon assujetti contre celui des deux autres arbres
qui en était le plus voisin.

Dans cette situation, la bouche du canon se trouvait vis-à-vis de
l'arbre qui se dressait du côté opposé comme l'autre jambage de la
porte.

L'appareil était à la hauteur voulue pour frapper au cœur l'hyène qui
se présenterait à l'ouverture.

Il restait à arranger la corde.

Un morceau de bois de plusieurs pouces de longueur fut fixé
transversalement dans la partie mince de la crosse, bien entendu
derrière la détente; on eut soin toutefois de lui laisser assez de jeu
pour qu'il pût servir de levier, comme on le désirait.

Une corde, nouée à l'une des extrémités de ce bâton, se reliait à la
détente.

De l'autre extrémité partait une seconde corde qui passait par les
capucines de la baguette, barrait l'entrée, et s'attachait à l'arbre
d'en face.

La corde suivait la direction horizontale du canon; elle était tendue
presque roide. Pour peu qu'on pressât dessus, elle devait agir sur le
levier, tirer ainsi la détente, et provoquer l'explosion.

On chargea le roer, on l'arma: puis l'on mit l'appât, ce qui n'était pas
difficile. Pour attirer les bêtes de proie, il suffisait de déposer dans
l'enclos une charogne ou un morceau de viande. Swartboy jeta dans le
kraal les entrailles d'une antilope fraîchement tuée, et toute la
famille alla tranquillement se coucher.

A peine avaient-ils fermé les yeux qu'ils entendirent la bruyante
détonation du roer, suivie d'un cri étouffé.

Le piège avait produit son effet.

Les quatre chasseurs allumèrent une torche et coururent à l'entrée du
kraal, où ils trouvèrent le cadavre d'une énorme hyène tachetée. Elle
n'avait pas fait un pas après avoir reçu le coup fatal; son agonie
n'avait pas même été accompagnée de mouvements convulsifs, tant la mort
avait été instantanée; en appuyant sa poitrine contre la corde, l'animal
avait fait partir la détente, la balle avait pénétré dans ses flancs, et
lui avait traversé le cœur.

Après avoir rechargé le roer, les chasseurs remontèrent dans leur
chambre à coucher. On serait tenté de croire qu'ils enlevèrent l'hyène,
dont le suicide pouvait être un avertissement pour ses camarades; mais
Swartboy se contenta de l'introduire dans le kraal pour la joindre aux
autres appâts. Eclairé sur le caractère des hyènes, il savait que loin
d'être épouvantées par le cadavre d'un être de leur espèce, elles le
dévorent aussi avidement que les restes d'une antilope.

Avant le jour, le grand fusil réveilla de nouveau les chasseurs. Cette
fois ils ne daignèrent pas se déranger; mais, dès que le soleil se leva,
ils visitèrent le piège, et y trouvèrent une seconde hyène, dont la
poitrine avait imprudemment pressé la fatale corde.

Toutes les nuits, il continuèrent à faire la guerre aux hyènes,
transportant successivement leur kraal d'un lieu à un autre, et
plantant des piquets quand ils ne trouvaient pas d'arbres convenablement
disposés. Les bêtes féroces finirent par être exterminées, ou du moins
elles devinrent si rares et si craintives, que leur présence aux
environs du camp cessa d'être gênante.

Vers le même temps parurent d'autres visiteurs plus redoutables, et dont
il importait davantage de se débarrasser. C'était une famille de lions.

On avait déjà reconnu ses traces dans le voisinage; mais elle avait
longtemps hésité à s'approcher du camp. Au moment où l'on était délivré
des hyènes, les lions les remplaçaient, et ils faisaient chaque soir
retentir la plaine des plus terribles rugissements. Toutefois ils ne
répandaient pas autant d'épouvante qu'on aurait pu le supposer. Les
habitants du nwana savaient que, dans cet arbre, ils étaient à l'abri
des lions. S'ils avaient eu affaire à des léopards, qui sont des
grimpeurs de première force, ils auraient été moins rassurés; mais il
n'y avait pas de léopards dans le pays.

C'était, toutefois, très-désagréable de ne pouvoir descendre dans
l'arbre après la chute du jour, et d'être régulièrement bloqué depuis le
coucher du soleil jusqu'à son lever. En outre, les lions pouvaient
trouver moyen de pénétrer dans les kraals où étaient enfermés la vache
et les couaggas, dont la perte eût été une calamité. On tenait surtout à
conserver la vieille Graaf, précieuse amie, qu'il eût été impossible de
remplacer.

A ces causes, il fut résolu d'essayer contre les lions le genre de piège
qui avait si parfaitement réussi contre les hyènes.

Dans l'un ou dans l'autre cas, la construction fut identique; seulement
on plaça le fusil plus haut, afin de le mettre au niveau du cœur du
lion. L'appât, au lieu d'être une charogne, était une antilope
fraîchement tuée.

L'attente des chasseurs ne fut pas déçue. La première nuit, le vieux
lion pressa la corde fatale, et mordit la poussière. Le lendemain, la
lionne eût le même sort, et quelques jours après, un jeune mâle adulte
succomba. Il ne s'en présenta point d'autres à l'entrée du kraal; mais,
une semaine plus tard, Hendrik tua près du camp un lionceau qui était
sans doute le dernier de la famille, car on fut délivré des lions pour
longtemps.



CHAPITRE XLIII.

LES TISSERINS


Quand les bêtes féroces eurent été exterminées ou chassées du camp, il
fut permis aux enfants de se promener, sous la surveillance de Totty,
tandis que les quatre chasseurs allaient à la poursuite de l'éléphant.

Jan et Gertrude avaient pour instructions de ne point s'écarter du
nwana, et d'y monter dès qu'ils apercevraient un animal dangereux. Avant
la destruction des hyènes et des lions, ils avaient l'habitude de rester
perchés sur l'arbre pendant l'absence des chasseurs. C'était un pénible
emprisonnement; aussi leur joie fut grande lorsque, sans crainte de
danger, ils purent prendre leurs ébats dans la prairie et le long du
lac.

Un jour que les chasseurs étaient en campagne, Gertrude s'était
aventurée seule au bord de l'eau. Elle n'avait pour compagne que son
antilope springbok, qui la suivait partout dans ses excursions. Cette
jolie bête avait acquis de nouvelles grâces en se développant; ses
grands yeux ronds avaient une expression douce et tendre, qui rivalisait
avec celle des yeux de sa petite maîtresse.

Jan, assis au pied du nwana, s'occupait de mettre un barreau à une cage.
Totty faisait paître la vieille Graaf.

Après avoir fait boire sa gazelle favorite et cueilli un bouquet de lis
bleus, Gertrude poursuivit tranquillement sa promenade.

Dans la partie du rivage la plus éloignée du nwana se trouvait une
presqu'île en miniature, qu'on aurait pu d'un coup de bêche convertir en
îlot. Elle n'avait pas une perche carrée de superficie, et l'isthme qui
la réunissait à la terre n'avait pas trois pieds de large. Cette
presqu'île n'avait été d'abord qu'une grève; mais elle avait fini par se
couvrir de verdure, et sur sa pointe avait poussé un saule pleureur dont
les branches, garnies de longues feuilles argentées, touchaient à la
surface de l'eau. Cette espèce d'arbre s'appelle aussi saule de
Babylone, parce que c'était à ses rameaux que les Juifs en captivité
suspendaient leurs harpes. Il ombrage les rivières de l'Afrique australe
aussi bien que ceux de l'Assyrie. Souvent, au milieu de l'aride désert,
le voyageur altéré l'aperçoit au loin; il hâte le pas, sûr de trouver de
l'eau, et s'il est chrétien, il ne manque pas de se souvenir du poétique
passage de l'Ecriture où il est question du saule de Babylone.

Celui qui croissait au bout de la petite péninsule offrait une
particularité remarquable. A chaque branche pendaient des objets de la
forme la plus fantastique: à la partie supérieure ils s'arrondissaient
en boule, puis ils s'allongeaient en un cylindre de moindre diamètre, au
bas duquel était une ouverture. On aurait pu les comparer à ces matras
de verre qu'on trouve dans le laboratoire des chimistes.

Ces objets, dont chacun avait douze ou quinze pouces de long, étaient
d'une couleur verdâtre, qui rivalisait avec celle des feuilles du saule
pleureur.

En étaient-ce les fruits?

Non, le saule pleureur ne porte pas de fruits de cette taille.

C'étaient des nids d'oiseaux.

Oui, c'étaient les nids d'une colonie de passereaux du genre _ploceus_,
mieux connus sous la dénomination de tisserins.

Les tisserins doivent le nom qu'ils portent à l'art dont ils font preuve
dans la construction de leurs nids. Ils ne les bâtissent pas, mais ils
les tissent de la manière la plus ingénieuse avec des joncs, de la
paille, des feuilles, de la laine ou des brins d'herbe.

N'allez pas supposer qu'il n'y ait qu'une seule classe de tisserins. Il
en existe en Afrique un grand nombre d'espèces, dont il serait superflu
de vous donner la nomenclature. Chacune d'elles donne à son nid une
forme particulière, en employant des matériaux différents.
Quelques-unes, telles que le tisserin à tête de loriot (_ploceus
icterocephalus_), tressent des tiges de plantes herbacées, dont ils
laissent le gros bout en dehors, ce qui donne au nid l'aspect d'un
hérisson suspendu. Les oiseaux d'une autre espèce analogue bâtissent de
semblables demeures avec de minces baguettes. Le tisserin républicain
(_loxia socia_) se réunit en associations, qui construisent et habitent
en commun des nids à plusieurs compartiments. L'entrée de ces nids est
ménagée dans la surface inférieure. Placés à la cime d'un arbre, ils
ressemblent à une meule de foin ou à un faisceau de chaumes.

Les tisserins sont ordinairement granivores; mais quelques-uns sont
insectivores, et une espèce, le tisserin à bec rouge (_textor
erythrorhynchus_) est un parasite des bisons. C'est une erreur
d'admettre, sur la foi de certains ouvrages d'ornithologie, qu'ils
n'habitent que l'Afrique et l'ancien monde. Il y a en Amérique diverses
espèces de caciques et de loriots qui tissent des nids sur les arbres de
l'Orénoque ou des Amazones. Cependant le véritable type du genre
_ploceus_ est le tisserin d'Afrique, et c'était une variété de ce genre,
le tisserin suspendu (_ploceus pensilis_), dont les habitations se
balançaient aux branches du saule pleureur.

Il y avait en tout trente nids qui semblaient faire partie de l'arbre.
L'herbe au Bosjesman, avec laquelle ils étaient tissés, n'avait pas
encore perdu sa verdure, et on aurait pu les prendre pour de grands
fruits en forme de poires. De là vient sans doute que d'anciens
voyageurs ont prétendu que certains arbres d'Afrique portaient des
fruits qui renfermaient des oiseaux vivants ou leurs œufs.

La vue des tisserins et de leurs nids n'était pas nouvelle pour
Gertrude. Elle avait lié connaissance avec la colonie emplumée qui
s'était établie depuis quelque temps sur le saule pleureur. Souvent elle
ramassait des graines pour les porter aux oiseaux, qui, devenus
familiers, se perchaient sur ses blanches épaules ou folâtraient dans
les boucles de sa blonde chevelure.

Elle s'amusait à écouter leur gazouillement, à suivre leurs amoureux
ébats sur les bords du lac, à les voir jouer entre les branches ou se
glisser dans les longs tunnels verticaux qui conduisaient à leurs nids.

En cheminant gaiement le long du lac, elle pensait à son antilope, aux
lis bleus, et ne s'occupait nullement des oiseaux, lorsqu'ils attirèrent
son attention par des mouvements inusités. Tout à coup, sans cause
apparente, ils se mirent à voltiger autour de l'arbre avec les symptômes
de la plus vive inquiétude.



CHAPITRE XLIV.

LE SERPENT CRACHEUR


--Qui peut troubler ainsi mes jolis oiseaux? se demanda Gertrude. Je
n'aperçois pas de faucon. Est-ce qu'ils se battent? Je me charge de
rétablir la paix.

Elle hâta le pas et s'avança sur la péninsule. Le saule pleureur était
le seul arbre qui ornât cette langue de terre. Gertrude s'en approcha,
et chercha dans les branches ce qui pouvait causer l'alarme des
tisserins. Dès qu'elle parut, plusieurs d'entre eux volèrent sur ses
bras et sur ses épaules, mais non comme ils avaient coutume de le faire
quand ils venaient lui demander à manger. Ils semblaient vouloir se
placer sous sa protection.

Ils devaient être effrayés par un ennemi; et pourtant il n'y avait aux
alentours aucun oiseau de proie. Pourquoi donc leur épouvante
semblait-elle augmenter à chaque instant?

Enfin Gertrude aperçut un énorme serpent qui entourait de ses replis une
branche horizontale, et dont les écailles étincelaient au soleil. Il
venait de visiter les nids, et, après avoir tourné en spirale autour de
la branche, il descendait la tête en bas le long du tronc de l'arbre.

Gertrude eut à peine le temps de se retirer avant que la tête et le cou
du reptile se trouvassent en face du lieu qu'elle quittait. Si elle y
était restée, elle eût été inévitablement mordue, car ce serpent ouvrit
ses mâchoires et darda sa langue fourchue avec un horrible sifflement.
Il était évidemment furieux, tant parce qu'il n'avait pu s'introduire
dans leurs nids parce qu'il avait été frappé à coups de bec par les
oiseaux. Il balançait la tête d'un air menaçant, et ses yeux lançaient
des éclairs.

Instinctivement Gertrude se plaça sur un des bords de la presqu'île,
aussi loin du reptile que l'eau pouvait le lui permettre. Elle supposa
qu'il prendrait la direction de l'isthme, et craignait de se trouver sur
son passage. Ce pouvait être un serpent inoffensif; néanmoins sa
longueur et ses allures n'avaient rien de rassurant. Gertrude ne pouvait
le contempler sans trembler de tous ses membres, et elle eût tremblé
bien davantage si elle l'avait mieux connu. C'était le naja noir ou
serpent cracheur, le cobra africain, plus dangereux que la couleuvre
capelle des Indes, parce qu'il a plus de vivacité dans ses mouvements.

Le serpent, malgré son irritation, ne se détourna point pour attaquer la
petite fille. Il descendit de l'arbre et s'avança rapidement vers
l'isthme, comme pour se retirer dans les buissons qui croissaient à
quelque distance sur le continent.

Gertrude commençait à se rassurer en voyant le naja s'allonger sur
l'herbe: mais soudain, arrivé à l'isthme, il s'arrêta et se roula comme
un cable. Au-dessus des replis de son corps se dressaient sa tête
hideuse et son cou, dont les écailles distendues avaient cette forme de
capuchon qui caractérise le cobra. Etonnée d'abord du changement de
tactique, Gertrude en découvrit bientôt la cause: c'était l'approche de
son antilope qui avait interrompu la retraite du serpent. Au premier cri
d'alarme que sa maîtresse avait poussé, la jolie bête avait quitté son
pâturage, et elle arrivait en bondissant. Sa queue blanche était droite,
et ses grands yeux bruns avaient une expression de curiosité.

Gertrude trembla pour sa favorite. Encore un bond, et ses pieds allaient
toucher le serpent; mais l'antilope l'avait aperçu; et par un élan
prodigieux elle avait sauté par-dessus.

Une fois échappée au danger, la bonne bête accourut vers sa maîtresse et
sembla l'interroger du regard.

Mais les cris de Gertrude avaient attiré un autre défenseur. Le petit
Jan descendait à pas précipités la pente qui menait au lac, et se
préparait à passer l'isthme, où le naja était roulé.



CHAPITRE XLV.

LE SECRÉTAIRE


Gertrude frémit d'effroi: le danger de son frère était imminent.
Ignorant ce qui se passait, il s'avançait en toute hâte et allait
s'aventurer dans l'étroit sentier que barrait le venimeux reptile. Il
lui était impossible de sauter de côté comme l'antilope, car Gertrude
avait remarqué que la tête du cobra s'était dressée à plusieurs pieds de
hauteur.

Jan était perdu, et sa sœur, à laquelle la terreur était la parole,
ne pouvait que pousser des sons inarticulés en agitant les bras avec
égarement.

Ses démonstrations, loin d'arrêter le petit Jan, lui inspiraient une
nouvelle ardeur. Il rattachait les cris de Gertrude à son premier cri
d'alarme, et en concluait que le danger n'avait pas cessé pour elle.
C'était sans doute, pensait-il, un serpent qui l'avait attaquée; mais
comme il ne pouvait la défendre de loin, il redoublait de vitesse. Il
fixait sur elle des yeux inquiets, de sorte qu'il n'avait aucune chance
de voir le serpent avant d'avoir marché dessus.

--Mon frère, mon frère, le serpent, le serpent! s'écria Gertrude avec
effort.

Jan ne comprit pas le sens de ces mots. Il avait prévu qu'un serpent
attaquait sa sœur; et quoiqu'il ne le vît pas, il supposait que le
reptile devait être près d'elle.

Il courut avec plus de vitesse que jamais. Encore quelques pas, et le
naja, qui allongeait le cou pour le recevoir, allait le percer de ses
crochets venimeux!

Gertrude s'avança avec un cri de désespoir. Elle s'exposait pour sauver
son frère; elle espérait attirer le cobra de son côté.

Jan et Gertrude étaient tous deux à la même distance du reptile: tous
deux peut-être auraient été ses victimes; mais leur sauveur était
proche. Une ombre épaisse passa devant leurs yeux; de larges ailes
battirent l'air autour d'eux, et un gros oiseau qui semblait vouloir
s'abattre sur l'isthme, se releva verticalement par un brusque effort.

Gertrude jeta les yeux sur le sol, et n'y voyant plus le naja, elle
sauta au cou de son frère en criant:--Nous sommes sauvés, nous sommes
sauvés!

Jan avait les idées un peu confuses. Il n'avait vu de serpent ni à terre
ni au bec de l'oiseau, qui l'avait adroitement saisi pour l'emporter.

--Comment, nous sommes sauvés? dit-il.

--Oui, nous n'avons plus rien à craindre.

--Mais le serpent, où est le serpent?

Et en adressant cette question, Jan examinait Gertrude de la tête aux
pieds, comme s'il se fût attendu à voir un reptile enlacé autour de
quelque partie de son corps.

--Le serpent! est-ce que vous ne l'avez pas vu? Il était ici à nos
pieds; mais, regardez, le voilà là-bas! le secrétaire est en train de
donné une leçon au coquin qui a voulu prendre mes jolis tisserins.
Courage, mon bon oiseau! bats-le bien.

--Je comprends, dit Jan, c'est mon secrétaire qui nous a sauvés.
Comptez-sur lui, Gertrude, il fera sentir ses griffes au cobra. Voyez
comme il le traite! Encore un coup comme celui-là, et il ne restera pas
beaucoup de vie au serpent.

En poussant de semblables exclamations, les deux enfants suivirent avec
intérêt la bataille du reptile et de l'oiseau.

Cet oiseau est unique dans son genre. Il ressembla à une grue, et comme
les échassiers, il est monté sur de longues jambes, mais qui sont
entièrement couvertes de plumes. Par la tête et le bec il se rapproche
de l'aigle ou du vautour. Ses ailes, d'une envergure considérable, sont
armées d'éperons: sa queue est d'une longueur démesurée, et les deux
pennes sont plus longues que les autres plumes. Il a le cou et tout le
manteau d'un gris bleuâtre, la gorge et la poitrine blanches, et des
teintes roussâtres sur les ailes. Il est surtout remarquable par sa
huppe, composée de plumes noires, qui se dressent sur son occiput et
descendent derrière de cou presque jusqu'aux épaules. Cet ornement
particulier a été comparé à la plume que les anciens bureaucrates
tenaient derrière l'oreille, avant l'invention des plumes d'acier.

C'est ce qui a fait donner à cet oiseau le nom de secrétaire. On
l'appelle aussi mangeur de serpent, _gypogéronas_ ou vautour-grue,
faucon-serpentaire (_falco serpentarius_), enfin messager, à cause de la
roideur solennelle avec laquelle il marche dans la plaine.

De toutes ces qualifications, celle de mangeur de serpents est la plus
convenable. A la vérité, le guago de l'Amérique du Sud et plusieurs
faucons et milans tuent et mangent des serpents; mais le secrétaire est
le seul qui leur fasse une guerre continuelle et s'en repaisse presque
exclusivement. Il se nourrit aussi de lézards, de tortues et même de
sauterelles; mais les serpents sont la base de son alimentation, et pour
s'en procurer, il risque sa vie dans plus d'une terrible rencontre.

On trouve le serpentaire dans le sud de l'Afrique, dans la Gambie et aux
îles Philippines. Celui qui habite cette dernière contrée semble
constituer une variété. Les plumes de sa huppe sont disposées autrement
que dans l'espèce africaine; les plus longues plumes de sa queue ne sont
pas celles du milieu, mais celles qui la bordent, ce qui lui donne
l'aspect d'une queue d'hirondelle. On remarque aussi quelque légère
différence entre le serpentaire de l'Afrique australe et celui de la
Gambie.

Quoiqu'il en soit, le serpentaire forme une tribu distincte. Les
naturalistes ont cherché à le classer parmi les faucons, les aigles, les
vautours, les gallinacés, ou les échassiers; mais n'y pouvant réussir,
ils en ont fait un genre à part.

Dans le sud de l'Afrique il hante les grandes plaines, les karoos
arides, qu'il parcourt pour chercher sa proie. Il vit solitaire ou par
couple et fait son nid dans les arbres épineux, ce qui en rend l'abord
difficile. Ce nid, qui a environ trois pieds de diamètre, est
ordinairement doublé de plumes et de duvet sur lesquels l'oiseau dépose
deux ou trois œufs à chaque couvée.

Les serpentaires sont d'excellents coureurs et se servent plus
fréquemment de leurs pieds que de leurs ailes; ils sont défiants et
pleins de prudence; toutefois il n'est pas rare d'en voir dans les
fermes du Cap, où on les élève, parce qu'ils détruisent les serpents et
les lézards. On les a introduits et naturalisés dans les Antilles
françaises pour y faire la guerre au dangereux serpent jaune
(_trigonocephalus lanceolatus_), fléau des plantations de ces îles.

L'oiseau qui avait sauvé la vie de Jan et de Gertrude était un
serpentaire apprivoisé. Les chasseurs l'avaient trouvé blessé, peut-être
par un gros serpent, et l'avaient apporté comme un animal curieux. Il se
rétablit en peu de temps, mais il n'oublia pas les soins dont il avait
été l'objet. Après avoir recouvré l'usage de ses ailes, il ne songea pas
à quitter ses protecteurs, et quoiqu'il fît de fréquentes excursions
dans les plaines voisines, il revenait percher sur le grand nwana. Jan
l'avait pris en amitié et l'avait traité avec une bienveillance dont il
venait d'être récompensé.

L'oiseau avait pris le reptile par le cou, ce qu'il n'aurait pas fait
aussi facilement, si l'attention du naja n'avait été détournée par les
enfants. Après l'avoir saisi, il s'envola à une hauteur de plusieurs
yards, ouvrit la bec et laissa tomber le serpent pour l'étourdir. Afin
de rendre la chute plus dangereuse, il l'aurait volontiers enlevé plus
haut, mais le naja l'en empêcha en essayant de l'enlacer dans ses plis.

Au moment où le reptile touchait la terre, et avant qu'il eût eu le
temps de se mettre en garde, le serpentaire fondit sur lui et le frappa
près du coup avec la patte. Cependant le naja ne fut que légèrement
blessé, se roula et se tint sur la défensive. Ses yeux étincelaient de
rage; sa gueule s'était élargie et laissait voir ses terribles crochets.
C'était un adversaire formidable et dont il fallait s'approcher avec les
plus grandes précautions.

Le serpentaire hésita un moment; puis, se faisant un bouclier avec une
de ses ailes, il s'avança obliquement. Lorsqu'il fut assez près, il
tourna sur ses jambes comme sur un pivot, et donna un coup de son autre
aile sur la tête du cobra. Celui-ci cessa d'allonger le cou, et
profitant de son état de faiblesse, l'oiseau l'enleva une seconde fois.
Comme il n'avait plus à craindre d'être enlacé par son antagoniste, il
monta plus haut dans l'air et le laissa tomber de nouveau.

En arrivant à terre, le naja y resta étendu dans toute sa longueur.
Toutefois il n'était pas mort, et il se serait mis en cercle pour se
défendre, si le serpentaire ne l'avait frappé à plusieurs reprises avec
ses larges pieds cornés. Il saisit enfin le moment où la tête du reptile
posait à plat sur le sol, et lui donna un coup de bec si violent, que le
crâne se fendit en deux. C'en était fait du redoutable animal, dont le
corps inerte et mou resta étendu sur l'herbe.

Jan et Gertrude battirent des mains et poussèrent de bruyantes
exclamations de joie. Sans daigner y prendre garde, le triomphateur
s'approcha de l'ennemi qu'il avait tué, et se mit tranquillement à
dîner.



CHAPITRE XLVI.

TOTTY ET LES CHACMAS


Von Bloom et sa famille étaient depuis plusieurs mois sans pain, mais
divers fruits ou racines leur en tenaient lieu. Ils avaient d'abord les
amandes de l'arachide souterraine (_arachis hypogea_) qui croît dans
toute l'Afrique méridionale et constitue la base de la nourriture des
indigènes. Ils avaient aussi les bulbes de plusieurs espèces d'ixias et
de mysembryanthèmes, entre autres la figue hottentote (_mesembryanthemum
edule_); le pain de Cafre, moëlle d'une espèce de zamie; la châtaigne de
Cafre, fruit du _brabeium stellatum_; les énormes racines du pied
d'éléphant (_testudinaria elephantipes_); des oignons et de l'ail
sauvages, enfin l'_aponegeton distachys_, belle plante aquatique dont
les tiges peuvent se manger en guise d'asperges.

Ces substances végétales se trouvaient dans les environs. Swartboy qui,
dans ses premières années, avait souvent été forcé de vivre pendant des
mois entiers de racines, excellait à les découvrir et à les déterrer. La
famille Von Bloom n'en manquait jamais; mais elles ne remplaçaient pour
elle l'aliment qui passe principalement pour le soutien de la vie,
quoiqu'il n'ait guère de droits à cette qualification en Afrique, où
tant d'hommes se nourrissent exclusivement de la chair des animaux.

Heureusement les privations de nos aventuriers étaient sur le point de
cesser; ils allaient avoir du pain. En déménageant le vieux kraal, ils
en avaient emporté un sac de maïs, reste de la provision de l'année
précédente. Il ne contenait pas un boisseau de grain; mais c'était assez
pour ensemencer un champ qui pouvait produire plusieurs boisseaux s'il
était cultivé convenablement.

Peu de jours après l'installation de la famille dans le nwana, on avait
choisi, non loin de cet arbre, un terrain fertile, qu'on avait retourné
à la bêche, faute de charrue, et l'on avait piqué les grains en les
espaçant convenablement.

On avait sarclé et houé avec soin l'enclos. Un monticule de terre meuble
avait été élevé autour de chaque plante pour en nourrir les racines et
les protéger contre l'ardeur du soleil. On arrosait même de temps en
temps la plantation.

Ces attentions, développant la richesse d'un sol vierge, avaient produit
de magnifiques résultats. Les tiges n'avaient pas moins de douze pieds
de haut, et les épis un pied de long. Ils étaient presque mûrs, et le
porte-drapeau comptait commencer la moisson dans huit ou dix jours.
Toute la famille se promettait de se régaler de pain de maïs, de
bouillie de maïs au lait, et de divers autres mêts que préparerait
Totty.

Un incident imprévu faillit les priver non-seulement de leur récolte,
mais encore de leur estimable ménagère.

Totty était sur la plate-forme, dans le grand nwana, et s'occupait de
soins domestiques, lorsque son attention fut attirée par des bruits
singuliers, qui partaient d'en bas. Elle écarta les branches et eut
devant les yeux un étrange spectacle. Une bande de deux cents animaux
descendait des hauteurs. Ils avaient la taille et l'extérieur de grands
chiens mal conformés; leur corps était couvert de poils d'un brun
verdâtre; ils avaient la face et les oreilles noires et nues. Ils
redressaient leurs longues queues, ou les agitaient en sens divers, de
la façon la plus bizarre.

Totty ne fut nullement alarmée, car elle reconnut des babouins. Ils
appartenaient à l'espèce du babouin à tête de porc ou chacma
(_cynocephalus porcarius_), qu'on trouve dans presque toute l'Afrique
méridionale, où il habite les cavernes et les crevasses des montagnes.

De toute la tribu des singes babouins, les cynocéphales sont les plus
repoussants; on éprouve un dégoût involontaire à l'aspect du hideux
mandrille, de l'hamadryas, ou même du chacma.

Les babouins sont particuliers à l'Afrique et se divisent en six espèces
bien distinctes; le babouin commun de l'Afrique septentrionale, le
papion des côtes du sud et de l'ouest; l'hamadryas ou tartarin
d'Abyssinie; le mandrille et le drille de Guinée; enfin le chacma du cap
de Bonne-Espérance.

Les habitudes de ces animaux sont aussi répugnantes que leurs mœurs.
Ils sont toutefois susceptibles d'éducation, mais ce sont de dangereux
animaux domestiques, qui, à la moindre provocation, mordent la main qui
les nourrit. Ils sont disposés à faire usage de leurs longues dents
canines, de leurs robustes mâchoires et de leurs muscles puissants. Ils
ne redoutent aucun chien et luttent même avec avantage contre l'hyène et
le léopard. Cependant, n'étant point carnivores, ils mettent leur ennemi
en pièces sans le manger. Ils se nourrissent de fruit, et de racines
bulbeuses, qu'ils savent déterrer avec leurs ongles aigus. Quoiqu'ils
n'attaquent point l'homme, ce sont de redoutables adversaires lorsqu'ils
sont chassés et réduits aux abois.

Les colons de l'Afrique australe racontent maintes histoires curieuses
sur les chacmas. On prétend qu'ils dévalisent parfois le voyageur, lui
enlèvent ses provisions, et les dévorent en se moquant de lui. On dit
encore qu'ils portent quelquefois un bâton pour se soutenir dans leur
marche, se défendre ou creuser la terre. Quand un jeune chacma est
parvenu à trouver une racine succulente, elle lui est souvent ravie par
un autre plus vieux et plus fort; mais si le jeune chacma l'a déjà
avalée, son aîné lui met la tête en bas et le force à rendre gorge. Ces
récits, qui circulent dans le pays des boors, ne sont pas tous dénués de
fondements, car il est certain que les babouins ont une rare sagacité.

Du haut de son observatoire, Totty aurait pu s'en convaincre, si elle
avait été disposée à faire des réflexions philosophiques sur l'instinct
plus ou moins développé des bêtes. Mais ce n'était pas dans son
caractère. Elle trouvait seulement plaisir à considérer les manœuvres
des babouins, et elle appela Jan et Gertrude pour leur faire partager
son divertissement.

Le reste de la famille était à la chasse.

Jan et Gertrude s'empressèrent de monter à l'échelle, et tous les trois
suivirent avec curiosité les mouvements des singuliers quadrumanes.

La troupe marchait en bon ordre et d'après un plan qui semblait avoir
été préalablement ordonné. Sur les ailes couraient des éclaireurs; à la
tête de la colonne s'avançaient gravement des chefs respectables par
leur âge, et d'une taille plus élevée que celle de leurs compagnons. Il
y avait des appels et des signaux convenus, prononcés avec des
modifications de ton et d'accent qui auraient pu faire croire à une
conversation régulière. Les femelles et les plus jeunes occupaient le
centre pour être mieux à l'abri du danger. Les mères portaient leurs
enfants sur le dos ou sur les épaules. Par intervalles, une d'elles
s'arrêtait pour allaiter son nourrisson, pour lui lisser en même temps
les poils; puis elle galopait afin de rejoindre ses compagnes. On voyait
des mères battre leurs petits indociles. Quelquefois deux jeunes
femelles se querellaient par jalousie ou par d'autres motifs, et leurs
discussions amenaient de terribles criailleries, jusqu'à ce que la voix
menaçante d'un des chefs leur imposât silence.

Les babouins traversèrent la plaine en criant, en jappant et en aboyant,
comme des singes seuls peuvent le faire.

Où allaient-ils? on le sut bientôt. Jan, Gertrude et Totty les virent
avec douleur prendre la route du champ de maïs.

Au bout de quelques minutes, le gros de la troupe était caché entre les
grandes tiges des plantes, qu'ils dépouillaient de leurs grains
précieux. Au dehors, des sentinelles échangeaient sans cesse des signaux
avec les maraudeurs. Depuis le champ jusqu'aux collines étaient
échelonnés des babouins, placés à égale distance les uns des autres. La
troupe, en traversant la plaine, les avait laissés en arrière avec
intention.

En effet, lorsque le principal corps d'armée eut disparu dans le champ,
les longs épis enveloppés de leurs cosses, commencèrent à pleuvoir du
côté de cette ligne, comme s'ils eussent été lancés par des mains
humaines.

Le babouin le plus rapproché du champ ramassait les épis, les passait à
son voisin, qui les transmettait au troisième, et ainsi de suite. Grâce
à l'organisation de cette chaîne, chaque tête de maïs, peu de temps
après avoir été enlevée à sa tige, était déposée dans la caverne qui
servait de magasin général aux babouins.

Si l'opération avait continué, Von Bloom n'aurait eu qu'une triste
récolte. Les babouins jugeaient que le blé était suffisamment mûr, et
ils n'auraient pas tardé à engranger tous les épis.

Totty comprit l'étendue de la perte à laquelle son maître était exposé,
et sans calculer le danger, elle descendit à la hâte, n'ayant pour arme
qu'un manche à balai.

Quand elle arriva au champ de maïs, les sentinelles grimacèrent,
jappèrent, et montrèrent leurs longues dents canines; mais, pour prix de
leur vigilance, ils ne reçurent que des coups vigoureusement appliqués.
Leurs cris plaintifs attirèrent leurs camarades; et en quelques
instants, la pauvre Hottentote se trouva au milieu d'un cercle de
chacmas irrités. Pour les empêcher de sauter sur elle, il lui fallait
faire un moulinet continuel avec son balai. Cependant, cette arme
légère, quoique maniée habilement, n'aurait pas longtemps protégé
l'héroïne, qui eût été mise en pièces, sans le retour subit des
chasseurs. Ils accoururent au galop, et une volée de mousqueterie
dispersa les hideux chacmas, qui regagnèrent en hurlant leur caverne.

Après cette aventure, le porte-drapeau veilla sur son maïs jusqu'à la
moisson. Elle se fit une semaine plus tard, et fut déposée en lieu de
sûreté, hors de la portée des oiseaux, des reptiles, des quadrupèdes et
des quadrumanes.



CHAPITRE XLVII.

LES CHIENS


Depuis qu'on avait dompté les couaggas, la chasse se continuait avec
succès. Chaque semaine on ajoutait une paire de défenses, quelquefois
même deux ou trois paires à la collection, qui formait au pied du nwana,
une petite pyramide d'ivoire.

Néanmoins, Von Bloom n'était pas encore satisfait; il pensait qu'il
aurait obtenu des résultats plus décisifs s'il avait eu des chiens. Les
couaggas lui permettaient souvent d'atteindre l'éléphant, mais souvent
aussi, ils le laissaient échapper. Ce malheur n'est pas à craindre avec
les chiens. A la vérité, ces animaux ne peuvent triompher de l'énorme
quadrupède, ils ne sont pas même en état de le blesser; mais ils le
suivent partout et le contraignent à s'arrêter par leurs aboiements.

Un autre service que rendent les chiens, c'est de détourner l'attention
de l'éléphant, qui, comme nous l'avons fait remarquer, est formidable
quand il entre en fureur. Importuné par les mouvements brusques et les
vociférations des limiers, il les prend pour des agresseurs sérieux, et
fond sur eux avec rage. Le chasseur n'a donc pas à affronter une
rencontre mortelle, et trouve l'occasion de lâcher un coup de fusil.

Pendant les dernières chasses, nos amis avaient couru les plus grands
dangers. Leurs couaggas n'avaient ni la vivacité d'allure, ni la
docilité des chevaux. D'un moment à l'autre, un écart de ces montures
pouvait causer un malheur. C'était ce qu'appréhendait Von Bloom, et il
aurait volontiers acheté des chiens à raison d'une défense par tête,
eussent-ils été les plus misérables roquets. La qualité est de peu
d'importance en ce cas: il suffit que l'animal puisse suivre la piste de
l'éléphant et le harceler de ses aboiements.

Von Bloom songea à dresser des hyènes à la chasse, et cette idée
n'avait rien de fantasque. L'hyène est souvent domptée dans ce but, et
s'acquitte de sa tâche mieux que beaucoup d'espèces de chiens.

Un jour Von Bloom réfléchissait sur ce sujet. Il était assis sur une
petite plate-forme qu'il avait fait construire à l'extrême cime du
nwana, et d'où la vue s'étendait sur toute la campagne. C'était le lieu
de prédilection, la tabagie du porte-drapeau; c'était là qu'il venait
tous les soirs fumer tranquillement sa grande pipe d'écume de mer.

Pendant qu'il s'abandonnait à sa distraction favorite, il aperçût dans
la plaine des antilopes d'une espèce particulière. Elles avaient le dos
et les flancs de couleur de terre de Sienne; le ventre blanc; une
bordure noire à la partie extérieure des jambes, et sur la face des
raies noires aussi régulièrement tracées que par le pinceau d'un
artiste. Leurs têtes, longues et roides, étaient surmontées de cornes
noueuses recourbées en forme de faucilles.

Ces animaux étaient loin d'être gracieux. Leur train de derrière
s'abaissait comme celui de la girafe, mais à un moindre degré; leurs
épaules avaient une élévation démesurée; leurs membres étaient osseux et
anguleux; chacun d'eux avaient environ neuf pieds de long et cinq pieds
de haut depuis les pieds de devant jusqu'à l'épaule. Ils appartenaient à
l'espèce de l'antilope caama (_acronotus caama_), connue par les colons
hollendais du Cap sous le nom de hartebeest.

Lorsque Von Bloom les remarqua, les caamas broutaient paisiblement; mais
quelques minutes après elles se mirent à courir en désordre à travers la
prairie. Elles avaient été surprisées par une meute de chiens.

Von Bloom vit en effet à leur poursuite quelques-uns de ces animaux, que
les colons du Cap appellent chiens sauvages (_wildehonden_), et que les
naturalistes désignent improprement sous la qualification de chiens
chasseurs ou d'hyènes chasseresses (_hyena venatica_).

Ces deux noms sont également absurdes; car l'animal dont il s'agit n'a
aucune analogie avec l'hyène, et le titre de chien chasseur peut être
mérité indistinctement par tous les animaux de la race canine. Je
propose donc d'adopter le nom de chien sauvage, adopté par les boors.

C'est calomnier le chien sauvage que de le comparer à l'hyène, dont il
n'a ni le poil rude, ni les formes disgracieuses, ni les habitudes
repoussantes. Il ressemble plutôt au braque ou au chien courant
ordinaire. Sa robe est couleur de tan, diaprée de large taches de noir
et de gris. Il a, comme le braque, de longues oreilles; mais elles sont
droites au lieu d'être pendantes, ainsi qu'on le remarque dans toutes
les espèces sauvages du genre _canis_.

Ses habitudes complètent la ressemblance. Le chien sauvage, pour
chercher le gibier, s'organise en meutes nombreuses et il montre autant
d'adresse et de sagacité que s'il était guidé par des piqueurs armés de
fouet et le cor en bandoulière.

Von Bloom eut la bonne fortune d'être témoin d'une chasse à courre des
plus remarquables. Les chiens sauvages étaient tombés à l'improviste sur
le troupeau de caamas, et leur premier élan en avait isolé une. C'était
ce qu'ils désiraient, et toute la meute se mit à ses trousses au lieu de
suivre le troupeau.

La caama, malgré sa structure étrange, est une des antilopes les plus
agiles, et ne se laisse prendre qu'après une longue chasse.

Elle échapperait même au danger, s'il lui suffisait de lutter de vitesse
avec les chiens; mais ceux-ci possèdent des qualités qui lui manquent et
qui leur assurent l'avantage. L'antilope caama ne court pas toujours en
ligne droite; elle s'écarte d'un côté ou de l'autre, suivant la
conformation du terrain. Les chiens sauvages profitent de cette marche
irrégulière, et ont recours à une manœuvre qui indique certainement
de la réflection.

Von Bloom en eut la preuve. Sa position élevée le mettait à même
d'embrasser tout le terrain et de suivre les mouvements des deux partis.

En partant, le caama courait en droite ligne et les chiens marchaient
sur ses traces. Au bout de quelques instants, toutefois, un d'eux
devança ses compagnons. Avait-il de meilleures jambes? non; mais tandis
que les autres se ménageaient, il était chargé de presser l'antilope.
L'ayant atteinte par un effort désespéré, il la fit légèrement dévier de
sa course primitive.

En observant ce changement de direction, la meute prit la diagonale, et
elle évita ainsi le détour qu'avaient fait le caama et son adversaire.

Celui-ci, dès que l'antilope se fut détournée, rentra dans les rangs et
fut relégué à l'arrière-garde. Sa tache était accomplie. Un autre lui
succéda, avec la mission de continuer ce qu'il avait si bien commencé.

L'antilope dévia de nouveau, et de nouveau la meute courut obliquement
pour la couper.

Quand le second chien fut fatigué, un troisième lui succéda. La même
manœuvre fut réitérée à plusieurs reprises, jusqu'à ce que l'antilope
fut réduite aux abois. Alors, comme s'ils eussent compris qu'elle était
en leur pouvoir, les chiens renoncèrent à leur stratégies pour se
précipiter simultanément sur ses traces.

L'antilope caama fit un dernier effort pour s'enfuir; mais, voyant que
l'agilité lui était inutile, elle se retourna brusquement et se mit sur
la défensive. L'écume découlait de ses lèvres, et ses yeux rouges
étincelaient comme des charbons ardents.

Une seconde après les chiens étaient autour d'elle.--Quelle magnifique
meute! s'écria Von Bloom. Oh! si j'en avais une semblable! Mais pourquoi
n'en aurais-je pas? Ces braques sauvages sont susceptibles d'être
apprivoisés, exercés à la chasse, surtout à celle de l'éléphant. J'en ai
eu de nombreux exemples; seulement il faut que les chiens soient pris
jeunes, et comment s'en procurer? Tant qu'il ne sont pas en état de bien
courir, leurs mères les retiennent dans leurs tanières au milieu de
rochers inaccessibles. Par quel moyen les atteindre?

Les réflections de Von Bloom furent interrompues par l'étonnement que
lui causa la singulière conduite des chiens sauvages. Il avait supposé
naturellement qu'ils se jetteraient sur la bête aux abois, et la
dépèceraient en un clin d'œil; et pourtant la meute s'était arrêtée,
comme pour laisser à l'antilope le temps de reprendre des forces;
quelques chiens même étaient couchés; les autres avaient la gueule
ouverte et la langue pendante; mais ils ne paraissaient avoir nulle
envie d'achever leur victime.

Le porte-drapeau était à même de bien observer la situation. L'antilope
était rapprochée de lui et environnée des chiens. Non-seulement ils la
laissèrent tranquille, mais, après avoir fait quelques bonds autour
d'elle, ils abandonnèrent la position. Avaient-ils peur de ses vilaines
cornes? voulaient-ils se reposer avant la curée? Le chasseur, que leur
attitude surprenait, et qui ne savait à quoi s'en tenir, fixa sur eux
des regards avides.

Au bout de quelque temps l'antilope eut repris haleine, et, profitant de
l'éloignement de la meute, elle se dirigea vers une éminence dont le
versant était une position favorable pour se défendre. Aussitôt qu'elle
fut lancée, les chiens la poursuivirent, et au bout de cinq cents pas
ils l'avaient derechef réduite aux abois. Ils la laissèrent seule, et
elle essaya encore de fuir. Les chiens se remirent à sa poursuite, mais
en la poussant dans une direction nouvelle, du côté des rochers qui
formaient la lisière du désert.

La chasse passa près du figuier-sycomore, et toute la famille put jouir
à l'aise du spectacle. L'antilope courait plus vite que jamais, et les
chiens ne semblaient pas gagner de terrain sur elle. Il était permis de
présumer qu'elle finirait par se soustraire à ses infatigables
persécuteurs.

Les yeux de Von Bloom et de ses enfants suivirent la chasse jusqu'à ce
que les chiens eussent disparu. Le corps luisant de l'antilope se
détachait alors comme une tache jaune sur le front brun des rochers;
mais tout-à-coup la tache jaune disparut aussi: point de doute,
l'antilope était abattue.

Un étrange soupçon passa dans l'esprit de Von Bloom; il ordonna de
seller les couaggas, et s'achemina avec Hans et Hendrik, vers la place
où la caama avait été aperçue pour la dernière fois.

Ils s'approchèrent avec circonspection, et, cachés derrière un massif
d'arbustes, ils purent observer ce qui se passait.

L'antilope-caama, étendue à douze yards du pied des hauteurs, était déjà
à moitié dévorée, non par les chiens qui l'avaient chassée, mais par
leurs petits de différents âges. Ces derniers entouraient le cadavre et
s'en disputaient en grognant les lambeaux. Quelques-uns des chiens qui
avaient pris part à la poursuite pantelaient allongés sur le sol; mais
la plupart avaient disparu, sans doute dans les grottes nombreuses qui
s'ouvraient le long des rochers.

Il était donc positif que les chiens sauvages avaient conduit l'antilope
jusqu'à l'endroit où elle devait servir de nourriture à leurs petits, et
qu'ils s'étaient abstenus de la tuer pour s'épargner la peine de la
traîner. Ces animaux ne possèdent pas, comme ceux de l'espèce féline, la
faculté de transporter une lourde masse à une distance un peu
considérable. Leur prodigieux instinct leur avait suggéré l'idée de
mener leur proie à la place même où sa chair devait être consommée.
C'était une pratique à laquelle ils avaient l'habitude de recourir,
comme l'attestaient les os et les cornes de plusieurs antilopes
amoncelés dans ce charnier.

Les trois chasseurs s'élancèrent sur les petits; mais leur tentative
échoua. Ces jeunes chiens, aussi rusés que leurs parents, abandonnèrent
leur repas à l'aspect des étrangers, et s'enfoncèrent dans leurs
cavernes.

Toutefois ils n'eurent pas assez d'intelligence pour échapper aux pièges
qu'on leur tendit chaque jour pendant la semaine suivante. Au bout de ce
temps, on en avait pris plus d'une douzaine, qu'on installa dans une
niche construite exprès pour eux à l'ombre du nwana.

En moins de six mois, plusieurs de ces jeunes élèves avaient été dressés
à la chasse de l'éléphant, et ils s'acquittaient de leur tâche avec le
courage et l'habileté qu'on aurait pu attendre de chiens de la race la
plus pure.



CHAPITRE XLVIII.

CONCLUSION


Pendant plusieurs années Von Bloom mena la vie de chasseur d'éléphants.
Pendant plusieurs années il logea dans le grand nwana, et n'eut pour
société que ses enfants et ses domestiques. Ce ne fut peut-être pas le
temps le moins heureux de leur existence, car ils jouirent du plus
précieux des biens terrestres, la santé.

Il n'avait pas laissé ses enfants grandir sans instruction, en
véritables enfants des bois. Il leur avait fait étudier dans le livre de
la nature bien des choses qu'ils n'auraient pas apprises au collège. Il
leur avait, en outre, inculqué des principes d'honneur et de moralité
sans lesquels la meilleure éducation est incomplète. Ils étaient élevés
à aimer Dieu et à s'aimer les uns les autres; ils avaient des habitudes
de travail, savaient se suffire à eux-mêmes, et possédaient assez de
connaissances pour accomplir, en rentrant dans la vie civilisée, tous
les devoirs qu'elle imposait. En somme, ces années d'exil passées dans
le désert n'avaient pas été perdues et devaient laisser de doux
souvenirs.

Toutefois l'homme est né pour la société, et le cœur humain, quand il
n'est pas vicieux, aspire à communiquer avec le cœur humain.

L'intelligence surtout, si elle est développée par l'éducation, se
complaît dans les relations sociales et souffre d'en être privée.

Aussi le porte-drapeau désirait-il revoir le pittoresque district de
Graaf-Reinet, et s'établir de nouveau au milieu des amis de ses jeunes
années. Son existence de chasseur avait fini par avoir pour lui une
sorte d'attrait; mais il était désormais inutile qu'il la prolongeât.

Les éléphants avaient complètement abandonné les environs du camp à
vingt milles à la ronde. Ils savaient combien le roer était redoutable;
ils avaient appris à craindre l'homme, et les chasseurs passaient
souvent des semaines entières sans rencontrer un seul éléphant. Cette
disposition ne préoccupait point Von Bloom, dont les idées avaient pris
un autre cours. Son unique désir était de retourner à Graaf-Reinet, et
rien ne l'empêchait de le réaliser. La proscription qui l'avait frappé
était levée depuis longtemps par l'amnistie générale que le gouvernement
britannique avait accordée. Ses biens ne lui avaient pas été rendus,
mais la perte qui lui était sensible quelques années auparavant lui
était devenue indifférente. Il s'était créé une propriété nouvelle,
représentée par la pyramide d'ivoire qui s'élevait à l'ombre du grand
nwana. Il suffisait de la transporter au marché pour s'assurer une
magnifique fortune.

Von Bloom trouva moyen d'effectuer le transport. On creusa près de la
passe des hauteurs une vaste fosse où tombèrent plusieurs couaggas. Ces
animaux sauvages furent dressés, non sans peine, à souffrir le harnais
et à traîner une voiture. Les roues, qui étaient heureusement intactes,
tenaient lieu de break. La caisse de la charrette fut ensuite descendue,
et renouvela connaissance avec les roues, ses anciennes compagnes; la
couverture de toile étendit sur le tout son ombre protectrice. On empila
dans l'intérieur les croissants blancs et jaunes. Les couaggas furent
attelés; Swartboy remonta sur le siège, fit claquer son fouet, et les
roues, ointes avec de la graisse d'éléphant, tournèrent rapidement.

Quelle fut la surprise des bonnes gens de Graaf-Reinet quand un beau
matin ils virent arriver sur la grande place une charrette traînée par
douze couaggas, et suivie de quatre cavaliers montés sur des animaux de
même espèce! Quel fut leur étonnement quand ils remarquèrent que le
véhicule était rempli de défenses d'éléphant, sauf un coin, occupé par
une jolie fille aux joues roses, aux cheveux blonds! Quelle fut leur
joie en apprenant que le père de la jolie fille, le propriétaire de
l'ivoire, n'était autre que leur ancien ami, leur respectable
compatriote, le porte-drapeau Von Bloom!

Le chasseur d'éléphants trouva sur la grande place de Graaf-Reinet un
accueil cordial, et, ce qui avait son importance, des débouchés
immédiats.

Par un heureux hasard, l'ivoire était en hausse en ce moment. Il entrait
dans la composition de certains bijoux dont j'ai oublié le nom, et qui
étaient à la mode en Europe. Von Bloom trouva donc à échanger sa
provision contre de l'argent comptant, à un prix presque double de celui
qu'il s'attendait à recevoir.

Il avait recueilli une quantité d'ivoire trop considérable pour la
transporter en un seul voyage. Il retourna au nwana, près duquel il
avait caché le reste des défenses, et les ramena à Graaf-Reinet, où
elles étaient vendues d'avance.

Von Bloom était redevenu riche. La fortune qu'il avait réalisée en
espèces sonnantes lui permit de racheter son ancien domaine, et d'y
mettre les meilleures races de chevaux, de bœufs et de moutons. Ses
affaires prospérèrent; il obtint la confiance du gouvernement, qui,
après l'avoir réintégré d'abord dans ses fonctions de porte-drapeau, le
promut à la dignité de landdrost ou magistrat en chef du district.

Hans poursuivit au collège du Cap le cours de ses études. L'impétueux
Hendrik embrassa la profession qui lui convenait le mieux et obtint une
lieutenance dans les carabiniers à cheval de la colonie.

Le petit Jean fut mis à l'école, et la belle Gertrude, en attendant
qu'elle fût en âge de s'établir, fit avec grâce les honneurs de la
maison paternelle.

Comme par le passé, Totty gouverna la cuisine; Swartboy, devenu un homme
important, fit claquer son fouet plus que jamais et soumit à son jambok
les bœufs à longues cornes du riche landdrost.

Plus tard, mes chers lecteurs, si nous faisons une nouvelle tournée dans
le pays des boors, nous y retrouverons encore le digne Von Bloom, le
Bosjesman et les enfants des bois.

FIN DES ENFANTS DES BOIS.

       *       *       *       *       *



NOTICE

SUR

LE CAP DE BONNE-ESPÉRANCE

PAR LE TRADUCTEUR



I

PRÉAMBULE


_Les Enfants des bois_ se rattachent à la série d'ouvrages dont le
_Robinson suisse_ est le type, et qui ont pour but d'encadrer dans un
récit romanesque des notions de géographie et d'histoire naturelle. Il
est bon de faire remarquer toutefois en quoi le capitaine Mayne Reid a
une supériorité incontestable sur ses devanciers. Ceux-ci empruntent
leurs matériaux à des livrets de zoologie, de botanique ou de
cosmographie: c'est Buffon, c'est Daubenton, Cuvier, Lacépède, Jussieu
ou Malte-Brun qu'ils accommodent à leur guise. Leur travail se réduit à
combiner ingénieusement des observations antérieures, auxquelles ils
donnent une forme nouvelle sans y rien ajouter. Le capitaine Mayne Reid,
au contraire, peint d'après nature; il décrit ce qu'il a vu. Quand il
met en action des animaux, c'est qu'il les a étudiés, non pas dans les
livres ou dans les collections zoologiques, mais au milieu de vastes
forêts, dans les solitudes dont ils ont encore la possession presque
exclusive. Notre auteur, loin de copier les écrivains antérieurs,
rectifie leurs inexactitudes, et révèle des particularités assez
curieuses pour pouvoir être consulté avec avantagé, même par les
savants.

Il serait donc superflu de parler après le capitaine Mayne Reid des
productions du règne animal et du règne végétal dans l'Afrique du Sud;
mais il nous a semblé qu'il n'était pas sans intérêt de compléter sa
narration par quelques détails sur le théâtre de la scène et sur
l'histoire des pays où vivent ses héros.



II

Limites de la colonie du Cap.--A-t-elle été connue des
anciens?--Expédition de Barthélémy Diaz.--Voyage de Vasco de Gama.--Joâo
de Infante.--Les Hottentots.--Les Portugais renoncent à coloniser le
Cap.


La colonie du cap de Bonne-Espérance, située à la pointe méridionale de
l'Afrique, s'étend entre les 29° 50" et 35° de latitude nord, et les 15°
et 26° de latitude est. Elle est bordée au nord par la Hottentotie
indépendante, au sud par l'océan méridionale, à l'est par la Cafreria, à
l'ouest par l'océan Atlantique.

Cette contrée, à laquelle le développement du commerce a donné tant
d'importance depuis le seizième siècle, était-elle connue des anciens?
Il résulterait de quelques fragments de Possidonius et de Cornelius
Nepos que la circumnavigation de l'Afrique avait été accomplie par les
Tyriens, par le Carthaginois Hannon et par Eudoxe de Cyzique; toutefois
leurs expéditions, si elles réussirent, ne furent pas accomplies dans
des conditions assez favorables pour qu'ils trouvassent des imitateurs.
Quelques érudits surent peut-être qu'il était possible de doubler la
pointe de l'Afrique australe; mais le succès d'une pareille entreprise
était purement accidentel. Une découverte n'est réelle que lorsqu'elle
accroît efficacement le domaine et la puissance de l'homme. Des
Asiatiques, voguant au hasard ou poussés par les vents, ont pu traverser
la mer Pacifique et venir peupler quelques parties du continent
américain; mais ils n'avaient aucun moyen de regagner leur patrie, et si
quelques-uns parvinrent à en retrouver la route, ils perdirent celle des
régions inconnues dont le hasard leur avait révélé l'existence. C'est
donc à tort qu'on dispute à Cristophe-Colomb le mérite et l'honneur
d'avoir frayé le chemin du nouveau monde.

C'est à tort aussi qu'on dispute aux navigateurs portugais du quinzième
siècle le mérite et l'honneur d'avoir doublé les premiers la pointe
méridionale de l'Afrique. En admettant avec quelques auteurs que, sous
le règne du Pharaon Nekoh, les Phéniciens aient fait le tour de
l'Afrique, il est certain qu'ils ne le recommencèrent pas. Le Perse
Sataspes, criminel auquel Xerxès avait accordé la vie, à la condition
qu'il renouvellerait cet exploit, recula devant les obstacles, et,
plutôt que de les affronter, revint avec résignation subir le supplice
du pal. Il n'y a point de découverte tant que le pays nouveau n'est pas
mis en communication régulière avec le pays ancien.

Le grand cap africain ne fut reconnu d'une manière utile et pratique
qu'en 1486. Au mois d'août de cette année, Jean II, roi de Portugal, fit
fréter deux navires de cinquante tonneaux chacun et un aviso, pour
explorer la côte d'Afrique. Le commandement de l'expédition fut confié
à Barthélémy Diaz, qui, battu par des vents furieux, doubla le Cap sans
s'en douter et poursuivit sa route jusqu'aux îles de la Croix, situées
dans la baie de Lagoa. A son retour, au milieu d'une effroyable tempête,
il détermina la position de la baie et des montagnes du Cap. Il avait
été tellement frappé des dangers qui l'avaient accablé à la hauteur de
l'extrémité sud de l'Afrique, qu'il proposa de la nommer cap des
Tempêtes, _cabo Tormentoso_ ou _cabo de Todos Tormentos_; mais, persuadé
qu'en la doublant on avait fait un pas décisif sur le chemin des Indes,
on voulut la désigner sous le nom de cap de Bonne-Espérance, _cabo de
Bouna-Esperanza_.

Emmanuel, successeur de Jean II, mit trois vaisseaux et cent soixante
hommes d'équipage à la disposition de Vasco de Gama, qui, en 1497,
doubla le Cap pour se rendre aux Indes; mais ni lui ni Diaz ne
descendirent sur le sol africain. Ce fut un autre navigateur portugais
qui aborda le premier au Cap, en 1498. Il s'appelait Joâo de Infante, et
nous ne savons pourquoi d'anciennes relations lui ont donné le nom de
rio del Elephanter, qui est celui d'une rivière. D'après les
renseignements qu'il recueillit, l'occupation de la côte africaine fut
décidée à Lisbonne, mais elle ne se réalisa pas. Les hommes chargés de
fonder l'établissement furent effrayés de l'aspect farouche et des
mœurs barbares des aborigènes. C'étaient les Gaiquas, que les
Hollandais nommèrent plus tard Hottentots, en les entendant chanter une
chanson dont le refrain était _Hottentottum brokana_. Ils se divisaient
en tribus, dont les principales, suivant les vieilles cartes, étaient
les Garinhaiquas, les Sussaquas, les Nessaquas, les Obiquas, les
Sonquas, les Khirigriquas, les Houteniquas, les Attaquas, etc.

Ces sauvages avaient le teint basané, les pommettes saillantes, le nez
fortement épaté, les narines d'une largeur énorme, la chevelure
laineuse. Ils ne savaient point cultiver la terre, mais ils élevaient
des troupeaux et chassaient les animaux, qu'ils tuaient avec des
flèches empoisonnées, et dont ils enlevaient la partie blessée avant de
les manger. Leurs huttes, de forme ovale, étaient faites avec des pieux
recourbés qu'ils couvraient de nattes ou de peaux. Il leur était
impossible de s'y tenir debout, et ils y vivaient accroupis ou couchés.
Ils reconnaissaient un être suprême, qu'ils appelaient Gounga Tekquoa
(le dieu de tous les dieux), et auquel ils offraient des bestiaux en
sacrifice. Ils regardaient la lune comme un Gounga inférieur et
admettaient une divinité malfaisante, Kham-ouna, le génie du mal. Ils
croyaient que les premiers parents, ayant offensé le grand Dieu, étaient
punis dans leur postérité. Ils croyaient aussi, selon Kolben, que ces
premiers parents s'appelaient Noh et Hingnoh; qu'ils étaient rentrés en
Afrique par une petite lucarne, et avaient enseigné à leurs enfants
l'art d'élever les bestiaux: traditions qui ont une vague mais frappante
concordance avec celles de la Bible.

Chaque tribu se subdivisait en kraals, en villages, dont les principaux
fonctionnaires étaient le konquer ou chef militaire, le juge, le médecin
ou sorcier et le prêtre.

La saleté des Hottentots, leur langage rauque et inarticulé, leurs
physionomies stupides, leurs longues zagaies, les firent prendre par les
Portugais pour des anthropophages. Après avoir abattu sur le continent
quelques pièces de gibier, les colons envoyés par le roi Emmanuel se
retirèrent dans une île de la baie, et se rembarquèrent dès que le temps
fut favorable.

Une douloureuse catastrophe acheva de faire abandonner au Portugal ses
projets de colonisation. François d'Almeyda, vice-roi des Indes, relâcha
au Cap en 1509; des matelots qu'il envoya à terre pour se procurer des
vivres au moyen d'échanges furent repoussés; il voulut les venger et fut
tué avec soixante-quinze des siens. Deux ans plus tard, un détachement
portugais descendit sur la même plage avec une pièce de canon chargée à
mitraille, et décima les indigènes qui étaient accourus en foule à la
rencontre des étrangers.



III

Voyage des Anglais et des Hollandais au Cap de
Bonne-Espérance.--Fondation de la colonie.--Hostilités avec les
Indigènes.


A la fin du seizième siècle et au commencement du dix-septième, les
Anglais et les Hollandais commencèrent à faire escale au cap de
Bonne-Espérance. Le capitaine Raymond y relâcha en 1591; le chevalier de
Lancastre en 1601; Henri Middleton en 1604 et 1610; Davis et Michelburn
en 1605. Les auteurs anglais assurent même que deux officiers de leur
nation, Humphrey Fitz-Hubert et Andrew Schillinge, prirent possession de
la contrée, le 3 juillet 1620, au nom du roi Jacques 1e.

Les bâtiments de la compagnie hollandaise des Indes orientales,
constituée vers l'an 1600, explorèrent le Cap à plusieurs reprises.
L'amiral Georges Spielberg, parti de Veer en Zélande avec trois
vaisseaux, le 5 mai 1601, mouilla, au mois d'octobre de la même année,
dans la baie du Cap, et la nomma baie de la Table, à cause de la haute
montagne qui la domine, et dont le sommet est un vaste plateau
horizontal. Un autre voyage fut entrepris en 1604; on essaya de lier des
relations avec les Hottentots mais ils inspirèrent aux Hollandais comme
aux Portugais une insurmontable répugnance. Comment s'entendre avec des
êtres qui, suivant la relation qui nous a été laissée de ce voyage,
«gloussaient comme des coqs d'Inde?» Les habitants du Cap, dit Van
Rechteren, qui les visita en 1629, mènent une vie si déréglée qu'elle
approche de celle des bêtes. Tout ce qu'ils mangent est cru: chair,
poisson, entrailles, peaux, ils dévorent tout dès que les bêtes sont
mortes. Ils vont nus, hommes et femmes n'ayant qu'un petit morceau de
peau, pas plus large que la main, pour se couvrir. Il ne paraît pas
qu'il y ait parmi eux aucune loi, ni police, ni religion.»

Ce ne fut qu'en 1648 que Jean-Antoine Van Riebeck, chirurgien d'une
flotille hollandaise, conçut l'idée de fonder au Cap une colonie. Il
avait remarqué que les indigènes, malgré leur physionomie hideuse et
leur civilisation rudimentaire, avaient des mœurs beaucoup plus
douces qu'on ne le supposait. Il présenta une requête à la compagnie
hollandaise des Indes, qui mit à sa disposition trois navires, tandis
que les Etats généraux lui conférèrent le titre de gouverneur général.

En arrivant au Cap, Van Riebeck s'aboucha avec les sauvages qu'on
réputait si terribles, leur distribua des marchandises dont la valeur
totale s'élevait à quinze mille florins, et en obtint la concession du
territoire compris entre la baie de Saldanna et la baie de Nissel, avec
la facilité de s'étendre fort avant dans l'intérieur du pays.

Van Riebeck n'occupa d'abord que les environs de la baie de la Table, au
fond de laquelle fut assise la ville nouvelle, avec un fort pentagonal
pour la protéger. Quoique les colons fussent encore en petit nombre, il
créa une administration complète, composée d'un grand conseil, d'un
collége de justice, d'un tribunal secondaire, d'une cour des mariages,
d'une chambre des orphelins et d'un conseil ecclésiastique.

Une concession de soixante acres de terre fut offerte à quiconque
voudrait s'établir dans la colonie, avec droit de propriété et de
succession, à la condition que, dans l'espace de trois ans, il se
mettrait en état non-seulement de subsister sans secours, mais encore de
contribuer à l'entretien de la garnison. La compagnie n'exigea d'abord
des cultivateurs aucune redevance; elle leur fournit même à crédit des
bestiaux, des semences, des instruments aratoires. Elle leur donna des
femmes qui furent recrutées dans les communautés d'orphelines et autres
maisons de charité. Enfin, on accorda aux nouveaux habitants la liberté
de disposer de leurs terres au bout de trois ans, s'ils étaient tentés
de revenir en Europe.

Ces avantages séduisirent un grand nombre d'aventuriers, auxquels il ne
fut pas, toutefois, permis d'en jouir en paix. Les indigènes
s'inquiétèrent de l'invasion des Européens, et commencèrent à la
combattre. Les Hottentots, que les Hollandais appelaient _Kaapmans_
(hommes du Cap), vivaient en bonne intelligence avec les colons, mais
les Bosjesmans (hommes des bois ou des taillis), repoussant toute
alliance avec l'étranger, rôdaient sur les frontières, surprenaient les
habitations et y portaient le meurtre et l'incendie. Ils avaient soin de
choisir pour leurs expéditions les temps de pluie et de brouillard, tant
parce qu'ils dissimulaient mieux leur marche, que parce qu'ils avaient
remarqué que les armes à feu étaient moins redoutables. Leurs
déprédations redoublèrent en 1659, sous la direction de deux chefs,
Garahinga et Homoa. Ce dernier, que les Hollandais nommaient Doman,
avait passé cinq ou six ans à Batavia, et depuis son retour au Cap avait
longtemps vécu dans la ville, mais il avait disparu tout à coup, et on
le revit à la tête d'une bande nombreuse de ses compatriotes, auxquels
il enseigna le maniement des armes à feu.

La guerre avait éclaté au commencement de mai. Dans le courant d'août,
une chaude escarmouche s'engagea entre des cavaliers hollandais et des
Hottentots, dont l'un, nommé Epkamma, eut la jambe fracassée et la gorge
percée d'une balle. On le transporta mourant au fort, et on lui demanda
quels motifs avait sa nation pour attaquer les Hollandais.

--Pourquoi, répondit-il, avez-vous semé et planté nos terres? Pourquoi
les employez-vous à nourrir vos troupeaux, et nous ôtez-vous ainsi
notre propre nourriture? Si nos tribus vous font la guerre, c'est pour
tirer vengeance des injures qu'elles ont reçues. Pouvons-nous souffrir
qu'il nous soit interdit d'approcher des pâturages que nous avons si
longtemps possédés? Pouvons-nous souffrir que, sans se croire obligés à
la moindre reconnaissance envers nous, des usurpateurs se partagent nos
domaines? Si vous aviez été traités de la sorte, que feriez-vous?

Epkamma ne succomba qu'au bout de six jours à ses blessures. Voyant les
Hollandais animés de dispositions pacifiques, il leur conseilla de
s'adresser à Gogasoa, konquer auquel obéissaient les Garinhaiquas.
L'avis parut bon à suivre; mais une première démarche fut inutile, et
jusqu'à la fin de l'année les habitations furent saccagées, les fermiers
massacrés, les bestiaux enlevés presque à la vue du fort.

Cependant un revirement subit s'opéra dans les dispositions des
Hottentots. Au mois de février 1660, un chef de kraal, nommé Khery,
accompagné de Kamsemoga, qui avait vécu quelque temps parmi les
Européens, vint au Cap avec une suite nombreuse. Il demanda que les
relations fussent rétablies entre les tribus et les colons, et pria le
gouverneur d'accepter treize bœufs et vaches comme gage d'amitié. Il
fut convenu que les Hollandais restreindraient leurs défrichements au
terrain que l'on pouvait parcourir en trois heures à partir du fort. Peu
de jours après, Gogasoa, konquer des Garinhaiquas, fut amené par Khery,
et confirma le traité, qui fut fidèlement observé pendant plusieurs
années.



IV

Fondation des districts de Stellenboschen et Drakenstein.--Protestants
français établis au Cap.--District de Waweren.--Opinion de Georges Anson
sur la colonie.


En 1679, Simon Van der Stell, dixième successeur de Van Riebeck, sans
chercher à empiéter sur le territoire des Hottentots, entreprit le
défrichement d'une contrée boisée, qui forma le district de
Stellenboschen. Van der Stell entretint de bonnes relations avec les
indigènes; mais il essaya vainement de faire pénétrer chez eux les
lumières de la civilisation occidentale. Il avait recueilli un jeune
Hottentot, qu'il fit élever dans la religion chrétienne, et auquel il
donna des maîtres de toute espèce. L'enfant apprit plusieurs langues, et
dès son adolescence, il put être utilement employé par un agent de la
Compagnie dans un des comptoirs de l'Inde. Cet agent étant mort, le
jeune commis revint au Cap, et aussitôt après son arrivée reprit le
chemin du kraal de ses pères. Dès qu'il y fut, ses instincts se
réveillèrent; il jeta son costume d'emprunt pour endosser le kaross de
peau de mouton. Il retourna au fort, et remettant ses anciens habits à
Van der Stell:--Monsieur, lui dit-il, je renonce pour toujours au genre
de vie que vous m'aviez fait embrasser; ma résolution est de suivre
jusqu'à la mort la religion et les usages de mes ancêtres; je garderai
en mémoire de vous le collier et l'épée que vous m'avez donnés: mais
trouvez bon que j'abandonne tout le reste.

Sans attendre la réponse du gouverneur, il s'enfuit, et on ne le revit
plus.

Simon Van der Stell avait été desservi auprès de la Compagnie
hollandaise des Indes et des Etats généraux de Hollande. Il fut maintenu
dans son poste, grâce aux démarches du baron Van Rheeden, seigneur de
Drakenstein, dans la Gueldre. En reconnaissance, Van der Stell donna le
nom de Drakenstein à un nouveau district qui fut peuplé par des
ouvriers, la plupart allemands, au service de la Compagnie. Des terres y
furent distribuées, en 1675, à des protestants français réfugiés, qui y
introduisirent avec succès la culture de la vigne.

D'après la relation du capitaine anglais Cowley, qui relâcha au Cap en
juin 1686, la ville du Cap (Kaapstad) n'avait qu'une centaine de
maisons, auxquelles on avait donné peu d'élévation, afin de les
soustraire à la fureur des ouragans.

François Leguat, protestant, chassé de France par la révocation de
l'édit de Nantes, visita le Cap en 1691. La capitale de la colonie était
alors un bourg d'environ trois cents maisons, bâties en pierres et
tenues avec une propreté hollandaise. Les rues étaient tirées au
cordeau. Le gouverneur logeait, avec cinq cents hommes de garnison, dans
un fort pentagonal construit à droite de la baie. Le jardin de la
Compagnie, entretenu avec soin, avait des allées d'orangers et de
citronniers. On y avait acclimaté différentes espèces d'arbres fruitiers
d'Europe, tels que les poiriers, les pommiers, la vigne, le coignassier,
le pêcher, l'abricotier.

François Leguat ne négligea pas de rendre visite à ses coreligionnaires
expatriés. «A dix lieues du Cap, dans les terres, il y a, dit-il, une
colonie qu'on appelle Draguestein. Elle est d'environ trois mille
personnes, tant Hollandais que Français, protestants réfugiés. Lorsque
nos pauvres frères du Cap eurent formé le dessein de s'aller établir
dans ce pays, on les gratifia en Hollande d'une somme considérable, pour
les mettre en état de faire le voyage; on les transporta sans qu'il leur
en coûtât rien; et quand ils furent arrivés, on leur donna autant de
terre qu'ils en voulaient. On leur fournit aussi des instruments
d'agriculture, des vivres et des étoffes; tout cela sans tribut annuel
et sans intérêts: mais à condition de rembourser quand ils en auraient
acquis les moyens. On fit aussi une collecte considérable pour eux à
Batavia, et cette somme leur a été distribuée à proportion de leurs
nécessités.

»Nos réfugiés font travailler les Hottentots à la moisson, à la vendange
et à tout ce qu'ils veulent, pour un peu de tabac et du pain. Comme ils
ont permission de chasser, la nourriture ne leur coûte presque rien. Il
n'y a que le bois qui est un peu rare, mais cela ne tire pas à grande
conséquence, parce que le climat étant chaud, il ne faut du feu que pour
la cuisine. Chacun peut bien penser que n'y ayant point de commencements
sans quelques difficultés, ces bonnes gens ont eu de la peine d'abord;
mais ils ont été très-charitablement secourus; et enfin Dieu a si bien
béni leur labeur, qu'ils sont généralement tous à leur aise. Il y en a
même qui sont devenus riches.

»Un de ces réfugiés, nommé Taillefer, né à Château-Thierry, fort honnête
homme et homme d'esprit, a un jardin qui peut assurément passer pour
beau. Rien n'y manque, et tout est d'un ordre, d'une symétrie et d'une
propreté charmante. Il a aussi une basse-cour bien remplie, et une
grande quantité de bœufs, de moutons et de chevaux, qui, à la manière
du pays, paissent toute l'année dehors, et y trouvent abondamment leur
nourriture, sans qu'il faille faire provision de foin, ce qui est
extrêmement commode. Ce galant homme reçoit parfaitement bien ceux qui
vont le voir, et il les régale à merveille. Son vin est le meilleur du
pays, et approche de nos petits vins de Champagne.

»A mettre tout ensemble, il est certain que le Cap est un charmant
refuge pour les pauvres protestants français. Ils y goûtent paisiblement
leur bonheur, et vivent dans une heureuse société avec les Hollandais,
qui sont, comme on sait, d'un humeur franche et bienveillante.»

En 1701, sous l'administration de Guillaume Van der Stell, fut créé un
quatrième district, qui prit le nom de la famille Waweren, d'Amsterdam,
à laquelle le gouverneur était allié. Ces districts, isolés d'abord par
la difficulté des communications, se rapprochèrent par degrés les uns
des autres. Les cultures s'étendirent; les grands établissements ruraux
se multiplièrent; le commerce se développa. La colonie jouissait d'une
grande prospérité lorsque l'amiral anglais Georges Anson, pendant son
voyage autour du monde, mouilla dans la baie de la Table, le 11 mars
1744. «Les Hollandais, dit-il, n'ont pas dégénéré de l'industrie
naturelle à leur nation, et ils ont rempli le pays qu'ils ont défriché
de productions de plusieurs espèces, qui y réussissent pour la plupart
mieux qu'en aucun lieu du monde, soit pour la bonté du terrain, soit à
cause de l'égalité des saisons. Les vivres excellents qu'on y trouve et
les eaux admirables, rendent cet endroit le meilleur lieu de relâche qui
soit connu pour les équipages fatigués par des voyages de longs cours.
Le chef d'escadre y resta jusqu'au commencement d'avril, et fut charmé
des agréments et des avantages de ce pays, de la pureté de l'air et de
la beauté du paysage; tout cela animé, pour ainsi dire, par une colonie
nombreuse et policée.»

Chaque district était administré par un landdrost (intendant de la
terre), avec l'assistance de hemraaden ou conseillers. Chaque canton
avait pour chef un _veld-cornet_, titre que nous avons traduit par
porte-drapeau, faute de meilleur équivalent. Ce magistrat civil et
militaire remplissait des fonctions municipales, et commandait la milice
bourgeoise quand elle était appelée à marcher contre les Bosjesmans.

Le district de Zwellendam fut établi en 1770; et celui de Graaf-Reinet
formé en 1786, par le gouverneur de Van der Graaf.



V

Colonie du Cap depuis 1789.--Occupation du Cap par les Anglais.--Etat
actuel.--Villes principales.--Détails topographiques.


A l'époque de la révolution française, la colonie du Cap était assez
puissante pour songer à s'affranchir de la métropole. Elle travaillait à
se constituer en république indépendante, lorsqu'en 1795, une flotte
anglaise parut dans la baie False. Un détachement du 78e régiment et un
corps de marins débarquèrent sous les ordres du général Craig,
s'emparèrent de plusieurs points fortifiés, et s'y maintinrent jusqu'à
l'arrivée d'un corps d'armée considérable, amené par sir Alured-Clarke.
Les colons capitulèrent, et les Anglais occupèrent sans coup férir
Kaapstad, qui devint Cape-Town. Pour se concilier les vaincus, ils
s'attachèrent à leur assurer les bienfaits d'une bonne administration;
et quand, en vertu du traité d'Amiens, la colonie fut rendue aux
descendants de ceux qui l'avaient fondée, le trésor public avait un
excédant de recettes d'environ trois cent mille rycksdales.

Des forces navales, commandées par sir David Baird et sir Howe Popham,
reconquirent Cape-Town en 1804.

En 1806, le vaisseau le _Marengo_ et la frégate la _Belle-Poule_, sous
les ordres du contre-amiral Lincis, croisèrent vainement dans les
parages du Cap en cherchant l'occasion d'en chasser les Anglais.
L'occasion ne se présenta pas, et, sacrifiant le plus faible au plus
fort, les puissances signataires des traités de 1815 n'hésitèrent pas à
dépouiller la Hollande au profit de la Grande-Bretagne. Les _boors_ ou
cultivateurs hollandais opposèrent une héroïque, mais stérile résistance
à la domination qu'on leur infligeait.

La colonie du Cap comprend actuellement environ 14,800 lieues carrées
géographiques. Elle se compose des districts du Cap, de Graaf-Reinet,
d'Albany, de Sommerset, de Woicester, de Zwellendam, de George, de
Beaufort, de Stellenbosh, de Clanwilliam, et d'Uitenhagen. La population
est évaluée à plus de deux cent mille âmes, dont cent mille blancs,
soixante mille noirs ou mulâtres affranchis, trente mille Hottentots et
dix mille Malais.

Cape-Town, capitale de la colonie, compte environ cinquante mille
habitants. Toutes les principales puissances de l'Europe y ont des
consuls, et la ville est dotée de toutes les institutions des grandes
cités européennes. On y a créé, en 1829, un collège où l'on enseigne le
latin, le grec, l'anglais, l'allemand, le français, les mathématiques,
l'astronomie, le dessin, etc. Cape-Town possède encore plusieurs églises
protestantes, une cathédrale catholique, un temple de francs-maçons
hollandais, une riche bibliothèque, un observatoire, un jardin
botanique. La société littéraire et scientifique de l'Afrique
méridionale a fondé à Cape-Town un muséum d'histoire naturelle
qu'enrichissent sans cesse d'infatigables travaux. Le mouvement
intellectuel de la colonie est attesté par de nombreuses associations
bibliques, médicales, agricoles, philanthropiques, et par la publication
de plusieurs journaux politiques, scientifiques ou littéraires.

Une bourse, une chambre de commerce, la banque du cap de
Bonne-Espérance, la banque de l'Afrique méridionale, les banques
coloniales de l'Union, de l'Epargne, témoignent de l'activité
commerciale de ce riche pays. Des laines brutes, de l'ivoire, des plumes
d'autruche, des cuirs, des peaux de léopard et de lion, du guano, de
l'aloès, des vins blancs, dit madères du Cap, sont ses principaux objets
d'exportation.

La ville est régulière, bien bâtie et éclairée au gaz. La baie du Cap
(_Table-bay_), fermée d'un côté par une chaîne de montagnes et de
l'autre par une langue de terre, semble devoir être un asile sûr; mais
d'impétueuses rafales y harcellent les vaisseaux et les poussent parfois
à la côte. En définitive, le roi Jean II a imposé au Cap une
qualification moins convenable que celle que Barthélémy Diaz avait
adoptée.

Les autres villes remarquables de la colonie sont Graham's-Town,
chef-lieu du district d'Albany; Constance, dont les vins sont célèbres;
Simon's-Town, sur la baie False, station navale commandée par un
commodore, et où les navires trouvent pendant l'hiver un abri contre les
vents du nord-ouest.

Le chef-lieu du district de Graaf-Reinet est situé à cinq cents milles
(640 kilomètres) du Cap, sur les bords de la Rivière Sondag. Barrow,
secrétaire particulier de lord Macartney, gouverneur du Cap en 1797, a
laissé la plus triste description de cette localité, où il se rendit
pour réinstaller le landdrost, que les boors avaient chassé. «Ce n'est,
dit-il, qu'un assemblage de huttes de terre isolées, rangées en deux
files, et laissant entre elles une espèce de rue. A l'un des bouts est
la maison du landdrost, dont l'architecture n'a rien de brillant. Les
cabanes qu'on avait construites pour y placer les bureaux de
l'administration tombent en ruines, ou sont tout à fait écroulées. La
prison est également construite en terre et couverte en chaume; mais cet
édifice est si peu convenable à l'usage auquel on le destine, qu'un
déserteur anglais qu'on y avait enfermé s'échappa pendant la nuit en
passant au travers du toit.

Les hôtes qui habitent ces masures ont des visiteurs fort incommodes: ce
sont d'une part des termès ou fourmis blanches, qui minent le plancher
d'argile et dévorent tout ce qu'elles rencontrent, excepté le bois; et
d'un autre côté des chauves-souris, qui, cachées pendant le jour,
envahissent pendant la nuit les habitations. Il n'est pas possible d'y
conserver de la lumière.

»Le village de Graaf-Reinet n'est guère habité que par des ouvriers ou
par des employés subalternes du landdrost. Son aspect est plus misérable
que celui de la dernière bicoque de France ou d'Angleterre. On ne peut
s'y procurer qu'avec une difficulté extrême les choses les plus
nécessaires à la vie. Les habitants n'ont ni vin ni bière; ils sont
réduits à boire de l'eau. Ce n'est pas la terre qui manque, mais
l'industrie pour la cultiver.»

Les progrès considérables accomplis depuis 1797 jusqu'en 1856 ont
complètement transformé Graaf-Reinet. C'est maintenant une jolie ville,
dont les maisons ne manquent pas d'élégance, et dont les environs sont
couverts de riches établissements agricoles.

Graaf-Reinet, comme tous les autres districts, est en rapport journalier
avec Cape-Town. Les journaux et les correspondances circulent rapidement
dans toute la colonie. La poste est desservie par les boors établis près
des grandes routes, à l'aide de leurs domestiques hottentots, et
moyennant une indemnité proportionnelle à la distance parcourue.

Les routes de la colonie sont bien entretenues, et il faut qu'elles le
soient pour résister au passage de grands véhicules comme celui où
voyage et loge la famille Von Bloom. La description qu'en fait Mayne
Reid n'a rien d'ailleurs d'exagéré; en voici une qui la corrobore en
tout point. «C'est un spectacle curieux, dit M. Jacques Arago, que de
voir un Cafre ou un Hottentot, serviteur d'un colon, et conduisant un de
ces immenses chariots chargés de provisions, de meubles et même de
petites pièces de canon, de la ville à une maison de campagne, ou d'une
petite plantation au grand marché de la ville. Dix-huit buffles, attelés
deux par deux, conduisent la lourde machine roulante; un coureur les
précède; ils vont au galop; mais ce qu'il faut admirer surtout, c'est la
merveilleuse adresse du conducteur, du cocher principal, assis en avant
du chariot, armé d'un fouet dont le manche n'a pas plus de deux pieds,
et la lanière pas moins de soixante. Il stimule les quadrupèdes, et
atteint, dès qu'un frissonnement de ceux-ci l'indique, la mouche qui les
harcèle. Au premier ou au second coup, l'insecte importun est écrasé sur
la bête. L'automédon africain qui manquerait trois fois sa victime
serait déclaré indigne de conduire ces immenses voitures, dont nos
omnibus ne donnent qu'une imparfaite idée.»

Le sol de la colonie du Cap est très-accidenté; elle est coupée par
plusieurs chaînes de montagnes élevées qui s'étendent de l'est à
l'ouest, à l'exception d'une seule qui se dirige au nord, en suivant la
côte occidentale.

La première grande chaîne de l'est à l'ouest est bordée d'une plaine
longue de dix à trente milles, dentelée par plusieurs baies et arrosée
d'un grand nombre de ruisseaux. La terre en est riche, et le climat égal
et doux à cause de la proximité de l'Océan.

La deuxième chaîne est celle des Zwaarte-Bergen ou montagnes noires,
plus élevée et plus âpre que la chaîne précédente, dont elle est séparée
par un espace de dix à vingt milles. Cet espace contient certaines
parties fertiles et bien arrosées; mais elle offre en général des
collines stériles et des plaines argileuses que les colons appellent
_karoos_.

La troisième chaîne est celle des Snieuwveld's-Bergen (monts des champs
de neige). Entre ces montagnes et la deuxième chaîne est le grand Karoo
ou désert, haute terrasse large de quatre-vingts milles et longue
d'environ trois cents milles de l'est à l'ouest. Elle est élevée de
mille pieds au-dessus du niveau de la mer.

La surface du grand Karoo présente des aspects très-divers. Dans
beaucoup d'endroits, c'est une argile de couleur brune; dans d'autres,
un lit de sable traversé de veines de quartz et d'une sorte de pierre
ferrugineuse; ailleurs, c'est un sable lourd, où l'on trouve çà et là de
la marne noirâtre.

Auprès du lit de la rivière Buffalo, tout le pays est parsemé de petits
fragments d'ardoise pourpre, détachés d'une longue couche de bancs
parallèles. Parmi ces fragments, on trouve des pierres noires qui ont
toute l'apparence de laves volcaniques ou de scories de fournaise; la
plaine est hérissée de monticules, tantôt coniques, tantôt tronqués au
sommet; et quoiqu'ils semblent d'abord avoir été jetés là par des
éruptions volcaniques, en examinant avec attention les couches
alternatives de sable et de terre régulièrement disposées, on reconnaît
le produit des eaux. Quelques marais sablonneux du Karoo sont couverts
de roseaux et abondent en sources fortement salées.

Le long de la côte occidentale, le pays s'échelonne en terrasses
successives, le Roggeveld se rattache à la chaîne des Sniewveld's-Bergen.
La chaîne de Roggeveld commence presque au 30e degré de latitude sud, et
s'étend pendant l'espace de deux degrés et demi; ensuite elle s'abaisse
vers l'est, puis vers le nord-est, jusqu'à ce qu'elle atteigne la baie
de Lagoa. C'est ce qui forme la limite septentrionale du grand Karoo.

A l'extrémité la plus méridionale du Roggeveld se rencontrent les
hauteurs suivantes:

La montagne de la Table (_Table-Mountain_), à 3,582 pieds, séparée de la
baie par la plaine où la ville du Cap est bâtie.

Le pic du Diable (_Devil's-Peak_), à 3,315 pieds.

La tête du Lion (_Lion's-Head_), à 2,760 pieds.

La croupe du Lion (_Lion's-Rump_), à 1,143 pieds.

Neuyzenberg, à environ 2,000 pieds.

Le pic d'Elsey (_Elsey-Peak_), à 1,200 pieds.

La montagne de Simon ou des Signaux (_Simon's-Berg_ ou _Signal-Hill_), à
2,500 pieds.

Le Paulus-Berg, à 1,200 pieds.

Constantia, à 3,200 pieds.

Le pic du Cap, à 1,000 pieds.

Hanglip-Cap, à 1,800 pieds.

L'Afrique méridionale est évidemment d'origine diluvienne. La formation
de la péninsule est suffisamment indiquée par la structure de la
montagne de la Table, qui est formée de plusieurs couches superposées
comme des tables immenses, sans aucune veine intermédiaire. La plaine
environnante est un schiste bleu, disposé en lignes parallèles du
nord-ouest au sud-est, coupées par des masses de roches dures, mais
également schisteuses.



VI

Gouvernement et administration du Cap.--Etat moral des Hottentots et des
Cafres.


La belle colonie du Cap est l'objet de la constante sollicitude du
gouvernement britannique; il y est représenté par un gouverneur, qui
reçoit un traitement annuel de 6,000 livres sterling (150,000 fr.).
Auprès de lui sont deux conseils.

Le conseil législatif, dont les membres nommés par la métropole
deviennent inamovibles au bout de deux ans;

Le conseil exécutif, où siégent le commandant militaire, le grand juge,
le trésorier général et le secrétaire du gouvernement.

Le grand juge, avec deux accesseurs, constitue la cour suprême. Les
tribunaux de première instance se composent des hemraaden, et sont
présidés par le landdrost dans chaque district. L'exécution des
sentences est confiée à un haut shérif, qui a un vice-shérif dans chaque
chef-lieu.

Les commissaires des cantons ont conservé le titre de _vel-cornet_ ou
_field-cornets_.

Le gouvernement britannique n'a pas seulement souci des intérêts de ses
sujets d'origine européenne; il a fait de louables efforts pour
améliorer la condition des Hottentots, que les Hollandais avaient
réduits à l'esclavage en les soumettant à un système de contrats forcés.
La race indigène est sortie insensiblement de son état d'abjection, et a
montré des dispositions qu'on ne lui avait pas supposées. Une commission
spéciale a été chargée, en 1837, d'examiner les mesures propres à
garantir aux aborigènes des possessions anglaises et aux tribus
voisines, une justice impartiale et la protection de leurs droits, ainsi
que pour répandre parmi eux la civilisation et leur inculquer les
principes de la religion chrétienne. Le rapport de cette commission rend
compte d'expériences qui venaient d'être tentées avec succès. «Des
Hottentots, dit-il, furent invités à s'établir entre les deux bras de la
rivière Kat. Ils devaient s'y trouver dans le voisinage des Cafres,
alors vivement irrités contre la colonie. Plusieurs familles ne
tardèrent pas à se rendre sur le lieu indiqué; il en était très-peu qui
possédassent quelque chose; le plus grand nombre étaient pauvres, comme
on devait s'y attendre; mais c'étaient des hommes d'un caractère ferme.

»Bientôt on s'aperçut qu'il était impossible de restreindre le nombre de
ces nouveaux colons. Des Hottentots arrivaient de tous côtés; beaucoup
étaient assez mal famés; il y en avait même qui jusque-là n'avaient
cessé de mener une existence vagabonde, et qui demandèrent à être mis à
l'épreuve. Les exclure était difficile; d'autre part, il semblait cruel
de refuser à un homme l'occasion d'améliorer son sort, par la seule
raison qu'il se montrerait indigne de la faveur qu'on lui accorderait.

»Sur ces entrefaites, les Cafres menacèrent les nouveaux établissements;
il devenait nécessaire d'en armer les habitants, à moins de les laisser
exposés à être massacrés. La ruine de l'entreprise tentée paraissait
imminente. Les Cafres et leurs zagaies étaient moins dangereux
peut-être pour la colonie qu'une agglomération d'hommes armés de fusils
et presque sans vivres. On présageait que ces derniers tourneraient
aussi bien contre nous que contre les Cafres les armes que nous aurions
mises dans leurs mains, et que le pays serait arrosé de sang.

»Sage ou non, une résolution fut prise; on confia aux Hottentots des
armes et des munitions. Ils se montrèrent dignes de cette confiance. Au
lieu de manger et de dormir jusqu'à ce que leurs provisions fussent
épuisées, et de se laisser surprendre par les Cafres, ils se mirent au
travail, tout en prenant des mesures pour repousser au besoin une
attaque. Ils creusèrent des canaux dans des terrains tellement
accidentés, et avec des outils si imparfaits, qu'on n'aurait pas cru
qu'il fût possible d'y parvenir. Sans autre secours que les plus
misérables instruments, ils cultivèrent des champs sur une étendue qui
causa la surprise de tous ceux qui les visitèrent. Les travailleurs qui
n'avaient pas de vivres se nourrissaient de racines, ou se louaient à
leurs compatriotes plus fortunés. Ces derniers eux-mêmes furent obligés
d'économiser pour soutenir leurs familles, jusqu'à ce que, quelques mois
après, ils eussent récolté en abondance des citrouilles, du maïs, des
pois, des haricots, etc. Loin de montrer de l'apathie et de
l'indifférence pour la propriété, à présent qu'ils en ont une à
défendre, ils sont devenus aussi désireux de la conserver et de
l'étendre que les autres colons. Ils témoignent un grand désir de voir
se propager des écoles au milieu d'eux; celles qui existent sont déjà
dans un état florissant. Tel est leur amour pour l'instruction, que si
quelqu'un se trouve savoir seulement épeler, et qu'il n'y ait dans les
environs aucun moyen d'en apprendre davantage, il s'empresse de
communiquer sa science aux autres.

»Le dimanche, ils font un chemin considérable pour assister au service
divin, et leur guides spirituels parlent avec ravissement des succès qui
ont payé leurs soins. Nulle part les sociétés de tempérance n'ont
réussi aussi bien qu'au milieu de ce peuple, autrefois plongé dans
l'ivrognerie. Ils ont eux-mêmes demandé au gouvernement de faire
inscrire dans les actes de concession la prohibition des cantines ou
débits d'eau-de-vie. Chaque fois que les Cafres les ont attaqués, ils
ont été repoussés; et maintenant les deux nations vivent dans la
meilleure intelligence.

»Les Hottentots de la rivière Kat n'ont coûté au gouvernement que
l'entretien de leur ministre et des mesures de maïs et d'avoine qu'ils
ont reçues pour ensemencer, les fusils qu'on leur a prêtés, et quelques
munitions qui leur ont été données pour leur défense et celle du pays en
général. Ils payent toutes les taxes comme le reste de la population. On
leur doit d'avoir rendu la rivière Kat la partie la plus sûre de la
frontière.»

Interrogé par les commissaires spéciaux du gouvernement britannique, le
docteur Philip rendit ce témoignage à des Bosjesmans qui s'étaient
installés dans une concession en 1832: «Ils ne possédaient absolument
rien; au moyen d'une hachette, qu'ils empruntèrent, ils confectionnèrent
une charrue en bois, sans un seul clou de fer, et s'en servirent pour
cultiver leurs terres. La première récolte leur produisit assez pour
s'entretenir pendant l'hiver, et un léger excédant, qu'ils vendirent. La
seconde année, ils cultivèrent une grande étendue de terrain; ils
avaient alors une excellente charrue, faite par eux-mêmes et garnie d'un
soc en fer; ils s'étaient aussi construit un chariot.»

Questionné sur différents points par les membres de la commission, le
docteur Philip répond:

D. A l'époque de votre résidence, les écoles étaient-elles suivies par
un grand nombre d'enfants?

R. En 1834 il y en avait sept cents.

D. Sur quelle population?

R. Sur quatre mille individus.

D. C'est donc en raison d'un sur sept?

R. Oui; et, relativement à la population, c'est une proportion aussi
forte que dans aucun autre pays de l'Europe.

D. Avez-vous interrogé les enfants instruits dans les écoles?

R. Je les ai interrogés en 1834. Sir John Wide, chef de la justice, se
trouvant à la rivière Kat, je leur fis passer un examen public, à la
suite duquel il me dit que dans toute la colonie aucune école ne lui
avait procuré autant de satisfaction que celle du Hottentot.

D. Pensez-vous que dans ces écoles l'éducation soit conduite aussi loin,
et que les enfants y répondent aussi bien que dans nos écoles
d'Angleterre?

R. Je ne pense pas que des enfants placés dans une position égale
auraient pu soutenir plus convenablement un examen.

D. Quels étaient les sujets d'instruction?

R. La lecture de l'anglais, le hollandais étant la langue du pays. Ils
lisaient parfaitement l'anglais et connaissaient bien la géographie,
ainsi que l'histoire générale. Ils écrivaient passablement et
comprenaient l'arithmétique. Le mode général d'éducation m'a paru ne
pouvoir être meilleur.

D. La population adulte se montrait-elle assidue au service divin?

R. Je n'ai jamais su qu'aucun individu en état d'y assister s'en fût
abstenu.

D. Les chapelles étaient-elles aussi remplies, et la conduite était-elle
aussi décente que dans notre pays?

R. Selon moi, et d'après le témoignage des gens les plus respectables,
aucune congrégation religieuse du monde ne pouvait offrir le tableau de
plus de recueillement, d'attention et de sentiments religieux?

D. Les congrégations religieuses sont-elles entièrement composées
d'indigènes?

R. Oui. On voit rarement les yeux d'un seul individu se détourner du
prédicateur. Il y a entre eux une force de sympathie qui fait que la
respiration semble suspendue tant qu'une phrase n'est pas achevée. Ce
qu'ils ont entendu devient l'objet de leurs prières après le service, et
de leurs entretiens pendant la semaine.

D. Êtes-vous d'avis que l'établissement de la rivière Kat et les progrès
des habitants dans la civilisation puissent tendre à élever une défense
contre les incursions des tribus sauvages?

R. Je le crois.

D. Quel était à ce sujet l'opinion du gouvernement?

R. Je pense que c'était l'opinion générale.

Des essais de civilisation ont été également tentés sur les Cafres,
terribles voisins dont les incursions désolent la colonie; on leur a
envoyé des missionnaires; on a opéré quelques conversions, mais
l'influence de quelques chefs devenus chrétiens n'a pas empêché cette
belliqueuse nation de franchir les frontières par bandes nombreuses,
cependant qu'au lieu de massacrer, comme par le passé, tous ceux qu'ils
attaquaient, sans distinction d'âge ni de sexe, il leur arrive parfois
de rendre des femmes et des enfants tombés entre leurs mains.



TABLE DES MATIÈRES

                                                                 Pages.

Chapitre I.--Les boors                                                5

--II.--Le kraal                                                      10

--III.--Les sauterelles                                              14

--IV.--Causerie sur les criquets                                     18

--V.--Le lendemain                                                   25

--VI.--L'émigration                                                  29

--VII.--De l'eau! de l'eau!                                          32

--VIII.--Ce que devient le troupeau                                  37

--IX.--Le lion                                                       41

--X.--Le lion pris au piège                                          45

--XI.--La mort du lion                                               49

--XII.--La vérité sur les lions                                      52

--XIII.--Les voyageurs anuités                                       55

--XIV.--Le trek-boken                                                59

--XV.--A la recherche d'une fontaine                                 65

--XVI.--Le terrible tsetsé                                           68

--XVII.--Le rhinocéros à longues cornes                              72

--XVIII.--Combat sanglant                                            78

--XIX.--Mort de l'éléphant                                           83

--XX.--Les chasseurs                                                 88

--XXI.--Dissection de l'éléphant                                     92

--XXII.--Les hyènes                                                  95

--XXIII.--L'ourebi                                                   99

--XXIV.--Les aventures du petit Jan                                 105

--XXV.--Digression sur les hyènes                                   109

--XXVI.--Une maison dans les arbres                                 114

--XXVII.--La bataille des outardes                                  118

--XXVIII.--Sur la piste de l'éléphant                               123

--XXIX.--Le rodeur                                                  128

--XXX.--Les gnous                                                   133

--XXXI.--La fourmilière                                             138

--XXXII.--Désagrément d'être poursuivi par un gnou                  141

--XXXIII.--Le siège                                                 145

--XXXIV.--L'oryctérope                                              148

--XXXV.--La chambre à coucher de l'éléphant                         152

--XXXVI.--On fait le lit de l'éléphant                              155

--XXXVII.--Les ânes sauvages de l'Afrique                           158

--XXXVIII.--Le couagga et l'hyène                                   162

--XXXIX.--Le piège                                                  166

--XL.--L'élan                                                       170

--XLI.--Le couagga emporté                                          175

--LXII.--Le piège à détente                                         180

--XLIII.--Les tisserins                                             184

--XLIV.--Le serpent cracheur                                        187

--XLV.--Le secrétaire                                               189

--LXIV.--Totty et les chacmas                                       194

--XLVII.--Les chiens                                                199

--XLVIII.--Conclusion                                               205

Notice sur le cap de Bonne-Espérance                                209


Limoges.--Imprimerie Charles Barbou, avenue du Crucifix.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les enfants des bois" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home