Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Matkustus Belgiaan
Author: Reuter, Fritz, 1810-1874
Language: Finnish
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Matkustus Belgiaan" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



   Notes de transcription:
   Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
   corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée et n'a pas été
   harmonisée.

   Quelques caractères, en exposant dans l'original, et dont
   l'abrévation n'est pas évidente ou non courante, ont été mis en
   accolade dans cette version électronique. Ainsi, l'abréviation
   {lt} signifie livre tournois. L'abbréviation {c} ou {m} après un
   chiffre romain signifie que le chiffre doit être multiplié
   respectivement par cent et par mille.



   CORRESPONDANCE DIPLOMATIQUE DE

   BERTRAND DE SALIGNAC DE LA MOTHE FÉNÉLON,

   AMBASSADEUR DE FRANCE EN ANGLETERRE
     DE 1568 A 1575,

   PUBLIÉE POUR LA PREMIÈRE FOIS
     sur les manuscrits conservés aux Archives du Royaume.

   TOME PREMIER

   ANNÉES 1568 ET 1569.

   PARIS ET LONDRES.

   1838.



   RECUEIL DES

   DÉPÊCHES, RAPPORTS, INSTRUCTIONS ET MÉMOIRES
     Des Ambassadeurs de France

   EN ANGLETERRE ET EN ÉCOSSE PENDANT LE XVIe SIÈCLE

   Conservés aux Archives du Royaume,
     A la Bibliothèque du Roi, etc., etc.

   ET PUBLIÉS POUR LA PREMIÈRE FOIS
     _Sous la Direction_
     DE M. CHARLES PURTON COOPER.

   PARIS ET LONDRES.

   1838.



   DÉPÊCHES, RAPPORTS, INSTRUCTIONS ET MÉMOIRES

   DES AMBASSADEURS DE FRANCE EN ANGLETERRE ET EN ÉCOSSE
     PENDANT LE XVIe SIÈCLE.

   LA MOTHE FÉNÉLON.

   Paris.--Imprimerie PANCKOUCKE, rue des Poitevins, 14.



   AU TRÈS-NOBLE HENRI RICHARD FOX-VASSAL LORD HOLLAND

   CHANCELIER DE SA MAJESTÉ BRITANNIQUE
     POUR LE DUCHÉ DE LANCASTRE.

   CE VOLUME LUI EST DÉDIÉ

   PAR

   SON TRÈS-DÉVOUÉ ET TRÈS-RECONNAISSANT SERVITEUR

   CHARLES PURTON COOPER.


[Illustration: blason]

BERTRAND DE SALIGNAC

DE LA MOTHE FÉNÉLON,

Chevalier des deux Ordres du Roi, Conseiller d'État de Sa Majesté,
Vicomte de Saint Julien de Lanpont et Baron de Lobert, Gentilhomme
ordinaire de la Chambre, et Capitaine de cinquante hommes d'armes des
Ordonnances, né en 1523, fut le septième des enfants de Hélie de
Salignac, et de Catherine de Ségur Théobon. Il était «de ceux de
Salignac en Périgort, qui est une grande famille bien ancienne et bien
noble de Barons, au pays de Guyenne, lesquels ont toujours porté d'or
à trois bandes de sinople pour escusson de leurs armes[1].» Cette
illustre famille, qui a donné à la France dans le siècle suivant
l'Archevêque de Cambrai, reconnaissait pour chef Athon de Salignac
(Salagnac ou Salaignac) qui vivait vers la fin du Xe siècle; son
origine se perd dans la nuit des temps, mais depuis cette époque on en
suit assez facilement la filiation; Bertrand de Salignac et ses frères
étaient les descendants directs au quatorzième degré d'Athon de
Salignac. Les surnoms de La Mothe (ou La Motte) et de Fénélon
(Félénon, Fénellon ou Fénelon) furent pris par l'une des branches de
la famille dans le cours du XVe siècle[2].

  [1] Mémoire contenant les preuves de noblesse faites par Bertrand
  de Salignac pour être reçu Chevalier de l'Ordre du Saint Esprit
  en 1579. (_Archives du Royaume_, Cartons des Rois, K. 96.)--Les
  auteurs de _Gallia Christiana_ citent un grand nombre d'Évêques
  et d'Archevêques de cette Maison; ils disent en parlant de Boson,
  Archevêque de Bordeaux en 1296. «Ex vetustâ et nobili gente
  Baronum _de Salignaco_ in Petrocoriis oriundus,» et d'Hélie,
  aussi Archevêque de Bordeaux en 1361: «Hic Archiepiscopus
  cognominabatur _de Salignac_, quæ gens in pago Petracoricensi est
  antiquissima et nobilissima.» (_Gal. christ_., t. II, p. 828 et
  837. Parisiis, 1720, in-folio.)

  [2] _14e Ascendant_, =ATHON DE SALAGNAC= (vivait en 997).--13e,
  GEOFROY (1031).--12e, AYMERY I.--11e, _Boson_.--10e, MALVIN
  (1151).--9e; AYMERY II (1163).--8e, AYMERY III (1186).--7e,
  AYMERY IV (1244).--6e, HÉLIE I (1260).--5e, MAINFROY (1314).--4e,
  JEAN I (1324).--3e, RAYMOND (1444).--«Il fut du nombre des
  seigneurs qui, sur la fin du règne de Charles VI, soutinrent le
  parti du Dauphin au delà de la Loire, et il le servit sans solde,
  pendant plusieurs années, avec dix neuf escuyers sous sa
  bannière.»--_2e ascendant_, JEAN II DE SALAGNAC, _qui a fait la
  branche de_ FÉNÉLON,--marié, en 1473, à CATHERINE DE LAUZIÈRE DE
  THÉMINES.--_1er ascendant_, HÉLIE II DE SALAGNAC, leur troisième
  fils,--marié, en 1510, à CATHERINE DE SÉGUR THÉOBON.

  De ce mariage sont issus douze enfants:

  1º Armand;--2º François;--3º Pons;--4º Jean III;--5º Agnet ou
  Odet;--6º Louis;--7º =BERTRAND=;--8º Jean IV;--9º Poncet;--10º
  Catherine;--11º Jeanne;--12º Magdelène.

  L'Archevêque de Cambrai fut l'arrière-petit-neveu de Bertrand de
  Salignac au sixième degré. Il remontait en ligne directe à son
  frère aîné Armand, qui eut pour descendants:--_1er degré_,
  Jean;--2e, François Ier;--3e, Pons;--4e, François II;--5e,
  François III;--6e, _François IV de Salignac de La Mothe Fénélon_,
  Archevêque duc de Cambrai. (_Archives du Royaume_, M. 675.)

«Nourry[3] à la vertu prez feu, de louable mémoire, Monsieur de
Biron[4], de qui il était prochain parant, Bertrand de Salignac de La
Mothe Fénélon a cheminé jeune par luy à servir le Roy Henry second ez
légations de Flandres et de Portugal; et depuis employé souvent ez
guerres qui furent entreprinses pour recouvrer Boulogne et saulver
l'Escosse, et remettre l'Allemaigne et les princes de l'Empire en
liberté, et au siège de Metz, et à la bataille de Ranty, et aux armées
de Champagne et Picardie; et dépêché, après la mort du Roy Henry, pour
la confirmation des traittez en Angleterre, et après depputé par la
Noblesse de son pays de Périgord aux États Généraux d'Orléans, du
règne du Roy François second; et encore depuis, député par toute la
Noblesse de Guyenne aux États qui furent réunis à Saint Germain en
l'an IIe du règne du Roy Charles, et par la Reine sa mère pour grandes
affaires en Guyenne; et plusieurs fois dépêché avec beaucoup de
danger, après les batailles et combats advenus ez troubles de la
religion, devers le Roy Catholique et devers la princesse de Parme et
le duc d'Albe en Flandre; fait Gentilhomme de la Chambre du Roy, avec
charge de recevoir les ambassadeurs et les grands personnages
étrangers qui venoient devers Sa Majesté, et depuis Chevalier de son
Ordre après la bataille de Saint Denis, et envoyé arbitre pour le Roy
pour composer la guerre que les seigneurs et gentilshommes catholiques
de la Basse Navarre[5] avoient émue pour la deffense de leur religion;
et après, ambassadeur résidant l'espace de sept ans près la Royne
d'Angleterre, avec charge, entre les choses de la paix et de
l'entrecours des deux royaumes, de tretter le mariage d'elle avec les
deux frères du Roy l'un après l'aultre, de soutenir la cause de la
Royne d'Escosse et de signer, durant sa légation, _Conseiller du
Conseil Privé du Roy_; et, icelle dignement achevée, après le trépas
du dict Roy Charles, rappellé près du Roy, à présent régnant, n'estant
encores les guerres de la religion assouppies, ès quelles il a été
employé plusieurs fois, et plusieurs fois a été député avec la Royne,
mère du Roy, et avec monsieur le duc de Montpensier et autres princes,
et principaux seigneurs du royaume, pour tretter la pacification; élu
par le Roy un des quinze Gentilshommes de robe courte en la réduction
de son Conseil d'État et un de ses Chevalliers en l'institution de son
présent Ordre du Benoist Saint Esprit, toujours très constant et loyal
gentilhomme à mettre sa personne, sa vie et ses biens pour le service
du Roy et pour la religion catholique, de laquelle il est, et de
n'admettre aucun autre party; parvenu au cinquante septième an de son
âge et au trente troisième de son loyal service vers Sa Majesté et sa
Couronne, sans aucun reproche.»

  [3] Extrait du Mémoire déjà cité contenant les preuves de
  noblesse de Bertrand de Salignac.

  [4] Jean de Gontaut, Baron de Biron, seigneur de Montaut, de
  Montferrand et de Puybeton, Gentilhomme de la Chambre du
  Roi.--«Il fut employé en ambassades et négociations vers l'empereur
  Charles Quint et le roi de Portugal; se trouva aux batailles de
  la Bicoque en 1522 et de Pavie en 1525, où il fut blessé et resta
  prisonnier, servit au siège de Metz et mourut à Bruxelles,
  prisonnier du seigneur de Mansfeld, des blessures qu'il avoit
  reçues à la journée de Saint Quentin, le 10 août 1557.» (MORÉRI,
  _Dictionnaire historique_, t. II, p. 481. Paris, 1759,
  in-folio.)--Gaston de Gontaut, son aïeul, avait épousé, en 1456,
  Catherine de Salignac, fille de Raymond; et, en 1545, Armand de
  Gontaut, son frère, épousa Jeanne de Salignac, petite-fille de
  Raymond, et dernière héritière de la branche aînée de la famille;
  de ce mariage sont sortis les _Gontaut-Salignac_. Par suite de
  l'extinction des enfants mâles, le droit d'aînesse avait passé,
  vers 1542, à la branche de Fénélon.

  [5] En septembre 1568, _V._ MÉZERAY, t. X, p. 499. Paris, 1830,
  in-8º.

Bertrand de Salignac, «officier distingué dans la paix et dans la
guerre[6]», se fit principalement remarquer en 1552 au siège de Metz,
dont il a laissé une relation[7] qui est citée partout avec le plus
grand éloge. En 1554 il accompagnait le Roi Henri dans la guerre des
Pays-Bas, et déjà il avait mérité la haute protection de Catherine de
Médicis, dont il fut toute sa vie l'un des serviteurs les plus
dévoués. Le cardinal de Ferrare avait exigé que Salignac lui rendît
compte des opérations de la campagne. Quatre lettres[8] qui furent
publiées cette année même, avec une dédicace à la Reine, contiennent
l'histoire de cette guerre. Bertrand de Salignac donna de nouvelles
preuves de courage à la bataille de Saint Quentin en 1557, à celle de
Dreux en 1562, et, en 1567, à celle de Saint-Denis, après laquelle,
comme on vient de le voir, il fut nommé Chevalier de l'Ordre de Saint
Michel. Catherine de Médicis, qui avait reconnu en lui toutes les
qualités de l'homme d'état, le désigna au Roi, l'année suivante, pour
être son ambassadeur en Angleterre[9], emploi qu'il a conservé
jusqu'en 1575, c'est à dire au milieu des événements si graves qui ont
signalé la fin du règne de Charles IX et le commencement de celui de
Henri III. Il s'acquitta de cette charge importante avec un talent et
une habileté dont le témoignage se trouve écrit dans chacune des
Dépêches que nous publions aujourd'hui. Le compte que l'ambassadeur a
rendu lui-même du résultat de ses Négociations et des motifs
particuliers qui dûrent l'engager à demander son rappel, nous dispense
d'entrer ici dans de plus grands détails. Nous ne pouvions mieux faire
pour compléter cette Notice, que de publier le résumé préparé par
l'ambassadeur lui-même pour être remis au Roi à son retour
d'Angleterre[10].

  [6] «Bertrandus Salignacus Mota Fenelonius, et bello et pace
  clarus.» (DE THOU, t. IV, lib. LXXXVII, p. 459. Lond., 1733,
  in-folio.)

  [7] _Le Siege de Mets en l'an MDLII._ Paris, Charles Estienne,
  1553, in-8º.--Metz, 1665, in-4º, et collection _Petitot_, 1re
  série, t. XXXII.--Traduit en italien, sous le titre: _Mets difesa
  da Francesco di Lorena, Duca di Ghiza, tradotta dalla lingua
  francese, in Firenze, Franc. Onofri_, 1643, in-4º.

  [8] _Le voyage du Roy au Pays Bas de l'Empereur en l'an MDLIIII,
  brefvement récité par lettres missiues que B. de Salignac,
  gentilhomme françois, escripuoit du camp du Roy à Monseigneur le
  Cardinal de Ferrare._--Paris, Charles Estienne, 1554,
  in-4º.--Rouen par Florent Valentin, 1555, in-8º.--C'est le titre
  exact que nous avons vérifié sur les exemplaires qui se trouvent
  à la Bibliothèque royale et à celle de l'Arsenal.--Le Père
  Lelong, et après lui tous les bibliographes, parlent de cet
  ouvrage sous deux titres différents: _Lettres au Cardinal de
  Ferrare_, etc. Paris, Estienne, 1554, in-4º, et _le Voyage du Roy
  aux Pays Bas_, etc. Paris et Lyon, 1554.--_V._ la _Biblioth.
  historique_, t. II, p. 228. Paris, 1769, in-folio, et le _Dict.
  historique_ de Prosper Marchand, art. SALIGNAC, t. II, p. 182.
  Lahaye, 1758, in-folio.--Ce dernier mentionne les éditions
  publiées à Lyon par Thibault Payen en 1554, in-4º; à Paris par
  Charles Estienne en 1554, in-4º; et à Rouen, par Florent Valentin
  en 1555, in-8º.

  [9] Bertrand de Salignac succédait, en 1568, dans l'ambassade
  d'Angleterre, à Bochetel de La Forêt, et il eut lui-même pour
  successeur, au mois de septembre 1575, Castelnau de La
  Mauvissière.

  [10] _Voir_ à la suite de cette Notice, p. XXV.

Non moins dévoué aux intérêts du Roi et de la Reine Mère qu'à la
religion catholique, Bertrand de Salignac, dans les circonstances
difficiles où il s'est trouvé, ne pouvait démentir le caractère de
toute sa vie; mais il ne devait pas non plus méconnaître les devoirs
de sa charge. La relation connue jusqu'à présent par la correspondance
de Walshingham[11], de l'audience qui a suivi les massacres de la
Saint-Barthélemy, avait besoin des rectifications qui se trouvent dans
les Dépêches que nous mettons au jour. Après une exécution aussi
terrible, l'ambassadeur de France ne pouvait pas se présenter en
suppliant devant la Reine d'Angleterre; il ne pouvait pas lui demander
grâce pour le Roi son Maître, il a su tenir une conduite plus digne.
La CCLXXIVe Dépêche, en date du 14 septembre 1572, dans laquelle il
est rendu compte de cette audience, prouve que Bertrand de Salignac,
ambassadeur de France, ne s'est jamais oublié jusqu'à dire: _Je rougis
d'être Français!_ Il n'a pas non plus adressé à Charles IX la
_vertueuse_ réponse que lui prêtent tous les biographes. Mais nous
croyons que sa gloire ne perdra rien à la manifestation de la vérité;
car il y avait plus de vrai courage dans l'attitude qu'il sut prendre
vis-à-vis du Roi de France et de la Reine d'Angleterre, que dans les
paroles au moins indiscrètes qui lui sont attribuées. A Charles IX il
ne déguisa rien de l'horreur qu'avait dû inspirer en Angleterre une
telle exécution, et il sut forcer Élisabeth à convenir qu'elle avait
pu être nécessaire.

  [11] Voir _The compleat Ambassador_, p. 246. London, 1655, fº;
  l'art. consacré dans la _Biographie universelle_ (Michaud) à
  Bertrand de Salignac au mot _Fénélon_, t. XIV, p. 285. Paris,
  1815, in-8º, et la Notice insérée dans la Collection _Petitot_ en
  tête du _Siège de Metz_, 1re, t. XXXII, p. 241. Paris, 1823,
  in-8º.

Les plaintes de Bertrand de Salignac, qui restait entièrement oublié
de la Cour malgré ses services, furent enfin entendues: il fit partie,
en 1578, de la première promotion des Chevaliers de l'Ordre du
Saint-Esprit. Depuis lors on le retrouve à toutes les époques, soit
dans les négociations, soit dans les armées, faisant toujours preuve
de courage et de fidélité. Déjà en 1580, au milieu des troubles
civils, il avait préservé la ville de Sarlat, dans laquelle il devait
acquérir huit ans plus tard une gloire nouvelle[12]. En 1581, il
accompagnait en Angleterre les trois Princes du sang qui se rendirent
auprès d'Élisabeth pour conclure son mariage avec le duc d'Anjou, et
il apposait sa signature au contrat arrêté le 11 juin[13]. En 1582 il
fut choisi avec Menneville pour se rendre en Écosse afin d'obtenir la
délivrance du Roi Jacques, alors détenu par les conjurés de Ruthven.
Il devait s'efforcer surtout de ménager un traité entre ce Prince et
Marie Stuart, qui consentait à associer son fils à la couronne[14];
mais les prédications violentes des ministres écossais et l'influence
toute-puissante d'Élisabeth lui apprirent bientôt que toute
négociation était inutile, et il ne tarda pas à rentrer en France.

  [12] Ce fait d'armes, qui se rapporte à l'année où le maréchal de
  Biron tenait la campagne en Guyenne (_V._ DAVILA, t. I, lib. VI,
  p. 331. Paris, 1644, in-folio; et son traducteur, t. II, p. 91.
  Amsterdam, 1757, in-4º), a été l'occasion de la lettre suivante
  dans laquelle le Roi adresse à M. de La Mothe Fénélon ses
  félicitations et ses remercîments.

  LETTRE DU ROI.

  --du 1er d'octobre 1580.--

  (_Archives du Royaume_, Cartons des Rois, K. 101.)

  Monsieur de La Mothe, j'ay été bien ayse de sçavoir de voz
  nouvelles et ce qui se passe en voz quartiers par la lettre que
  vous m'avez escripte du VIIIe de ce moys[12-A]. Je suis très certain
  que, en quelque endroict et estat que vous vous trouviez, je y ay
  un très fidelle et soingneux ministre et serviteur, qui veille et
  pourvoit à ce qui est nécessaire pour le bien et advantage de mon
  service; ce dont me rand tesmoignage le bon ordre que vous avez
  donné à la tuition des villes de Sarlat, Gourdon, Domme et vostre
  propre maison, comme il est porté par vostre dicte lettre; et suis
  bien ayse que les habitans de la première ayent demandé vostre
  nepveu de Gaulejac, et que mon cousin, le maréchal de Biron, [le]
  leur ayt accordé pour ayder à vostre autre nepveu à conserver la
  dicte ville soubz mon obéissance; où il avoit jà si bien oppéré
  que noz adversaires n'y avoient peu rien gagner avecques leurs
  machines et engins extraordinaires. Je vous diray, monsieur de La
  Mothe, que s'ilz me servent bien de ce costé là, que le Sr. de La
  Mothe, qui est icy, ne s'en acquicte pas avecques moins de
  fidellité et vertu, dont je vous assure que je suis très contant,
  et semblablement de l'heureux acheminement, que mon dict cousin a
  donné à mes affaires de pardelà avecques les gens de bien qui
  l'assistent.

    [12-A] _Lisez_ du mois dernier.

  Je vous advise que Dieu ne me favorise pas moins partout ailleurs
  où la guerre ce faict. Mon cousin le Duc du Mayne a nestoyé en
  Dauphiné la rivière de l'Ysère, y ayant repris cinq ou six fortz
  de grande importance. Il est a présent devant la Mure, dont
  j'espère qu'il viendra bientost à bout. Les sieurs de Tournon et
  de Sainct Vidal ont repris, en Vivaretz, la ville de Sainct
  Agrone. Le marquis de Canillac a nestoyé le hault pays d'Auvergne;
  et j'ay repris de deçà la ville de la Fère, envoyant maintenant à
  mon dict cousin le maréchal les forces et munitions qui en sont
  demeurées de reste pour lui donner plus de moyen de poursuivre ses
  coups; lesquelz je suis tout résolu de n'intermètre que par effect
  l'on ne m'ayt randu l'obéissance qui m'a esté promise, faisant mon
  dict édict de paciffication.

  J'ay adverty mon dict cousin et le sieur de Bordeille de pourveoir
  à Domme et ay donné moyen à cestuy cy de ce faire, lui ayant
  envoyé commission pour lever dedans sa Séneschaussée la solde de
  sept ou huict cens hommes de pied. Advertissez moy de l'ordre
  qu'il y aura mis, car cette place m'est de telle importance que je
  n'en puis estre trop jaloux, ainsy que je vous prie continuer à
  estre, tant que vous serez pardelà. Je vous envoye aussy trois
  lettres en blanc pour adresser à ceulx que vous jugerez estre plus
  à propoz. Je ne vous répèteray rien par la présente de la
  substance d'icelles, mais je vous assureray bien que je suis tout
  résolu d'aller toute ma vye audevant de ceulx qui se voudront
  recongnoistre, et porter respect et obéissance à mes édictz. Je
  prie Dieu, monsieur de La Mothe, vous maintenir en sa saincte
  garde.--Escript à Fontainebleau, le premier jour d'octobre
  1580.--Henry.--_De Neufville_.

  [_Au dos est écrit_]:

     A Monsieur de La Mothe Fénellon, Chevallier de mon
       Ordre et Conseiller en mon Conseil Privé.

  [13] _Voir_ les pièces relatives à cette négociation, qui ont été
  publiées par Le Laboureur dans ses _Additions aux Mémoires de
  Michel Castelnau_, t. I, p. 674 et 678. Bruxelles, 1731,
  in-folio.

  [14] Ces instructions, traduites en anglais, ont été publiées par
  Robertson, qui les a jointes aux pièces justificatives de son
  _Histoire d'Écosse_ (append. no VIII du vol. II, p. 419. London,
  1781, 8º). Elles sont tirées de _Calderw MS. history_, vol. XXXI,
  p. 208. Campenon les a retraduites d'anglais en français, t. III,
  p. 419. Paris, 1821, in-8º.--Ce fut Bertrand de Salignac qui
  porta la parole devant les États d'Écosse, le 22 janvier 1583.
  Son discours, qui trouvera sa place dans le Recueil des Dépêches
  concernant les ambassades en Écosse, est conservé MS. (_Archives
  du Royaume_, Cartons des Rois, K. 101).--_Voir_, au sujet de
  cette mission, ROBERTSON, t. II, p. 96; SPOTSWOOD, p. 324.
  London, 1677, folio; WILLIAM MAITLAND, t. II, p. 1169. London,
  1757, folio; GILBERT STUART, t. II, p. 178. London, 1784, 8º.

Après un laps de quelques années, lorsque les guerres civiles, à la
fin de 1587, se renouvelèrent avec une fureur toujours plus violente,
Bertrand de Salignac se jeta dans la ville de Sarlat, devant laquelle
le vicomte de Turenne vint mettre le siége. Il soutint bravement
l'assaut et conserva la ville sous l'obéissance du Roi. Catherine de
Médicis et Henri III témoignèrent, dans plusieurs lettres que nous
joignons à cette Notice, toute leur gratitude pour un service aussi
important, qui fut consacré à Sarlat par des cérémonies publiques
dont la tradition s'est conservée jusqu'à nos jours[15]. L'année
suivante, lorsque la ville de Domme fut surprise, Bertrand de
Salignac se renferma dans le château qu'il espérait conserver; mais,
après une attaque de vive force dans laquelle périt un de ses
neveux[16], il dut abandonner la place aux assiégeants[17].

  [15] Le président de Thou, à l'endroit déjà cité, t. IV, lib.
  LXXXVII, p. 459, fait le récit du siége et de l'assaut que
  Bertrand de Salignac eut à soutenir. La délivrance de la ville
  fut célébrée par une fête religieuse qui a laissé des traces
  profondes dans l'histoire du pays. M. de Bausset, dans son
  _Histoire de Fénélon_ (Paris, 1808, in-8º), rappelle qu'à cette
  occasion des actions de grâce furent instituées pour consacrer
  l'anniversaire de la levée du siége.--«La ville de Sarlat,
  dit-il, était dans l'usage, jusqu'à ces derniers temps, de
  célébrer l'anniversaire d'un événement qui l'avait préservée de
  tous les désastres trop communs dans les guerres civiles. On
  faisait toujours entrer dans le sermon qui se prononçait le jour
  de cette fête, l'éloge de la Maison de Fénélon, pour attester
  éternellement la reconnaissance des habitants de la ville de
  Sarlat» (t. Ier, p. 504).--Ces souvenirs ne sont pas entièrement
  effacés, car on était aussi dans l'usage de faire ce jour-là une
  procession publique, qui a lieu encore maintenant.--Du reste, M.
  de Bausset s'est trompé en attribuant cet acte à Jean de
  Salignac, qui fut tué, la même année, à l'attaque de Domme
  (_voyez_ ci-après p. XVII, _note_ 1); il en a seulement partagé
  la gloire avec son oncle Bertrand de Salignac, à qui ce fait
  appartient. Il ne peut y avoir le moindre doute sur ce point,
  car, à l'autorité du président de Thou, nous pouvons ajouter les
  propres lettres qui furent écrites par le Roi et la Reine Mère à
  Bertrand de Salignac pour lui témoigner toute leur reconnaissance
  d'un service aussi important. Elles sont conservées en original
  aux _Archives du Royaume_, Cartons des Rois, K. 101.


  I. LETTRE DE LA REINE MÈRE.

  --du Ve de janvier 1588.--

  Monsieur de La Mothe Fénélon, vous avez faict, avecques voz
  nepveux, ung très notable et agréable service au Roy, monsieur mon
  Fils, et à Vostre party par la deffense de la ville de Sarlat, qui
  a esté préservée par vostre prudence, et par la vertu et valleur
  de voz dicts nepveux, contre les forces de ceulx du party
  contraire, qui auront receu ce coup de baston avecques celluy de
  la deffaicte entière de leur armée estrangère advenue par la
  singullière grâce de Dieu et par la bonne conduite et le bon heur
  du Roy, mon dict sieur et Fils. Je me resjouys grandement du bon
  debvoir que vous avez faict en ceste occasion, tant pour
  l'advantage que en recepvra le service du Roy, mon dict sieur et
  Fils, que pour l'affection particullière que je vous porte et à
  tous les vostres, pour lesquelz je seray tousjours preste à
  m'employer, quand l'occasion de ce faire s'en présentera. Atant je
  prye Dieu, monsieur de La Mothe Fénellon, qu'il vous ayt en sa
  saincte garde.--Escript de Paris, le Ve jour de janvier
  1588.--CATERINE.--_De Neufville_.

  [_Au dos est écrit_]:

  A Monsieur de La Mothe Fénélon, Chevalier des Ordres du Roy,
    monsieur mon Fils, et Conseiller en son Conseil d'Estat.


II. LETTRE DU ROI.

--du XIIe de febvrier 1588.--

Monsieur de La Mothe, vous et voz nepveux, accompaignez de voz bons
parens et amys et de la fidélité des habitans de ma ville de Sarlat,
m'avez faict ung très signalé et utile service de m'avoir si bien et
heureusement deffendu et conservé la dicte ville contre l'effort et la
puissance des perturbateurs du repoz publicq de mon royaulme; en quoy
vous avez acquis une très grande gloire et de moy ung gré éternel et
perdurable, et suis très marry de ce que l'estat présent de mes
affaires ne me permect de le recognoistre à ceste heure envers voz
dictz nepveux et les dictz habitans selon leur mérite et mon desir;
mais j'espère les récompenser à l'advenir de façon qu'ilz serviront
d'exemple aux aultres et auront toute occasion de s'en louer. Quoy
attendant, je vous prié, et eulx aussi, vous contanter de ma bonne
volonté, et continuer à vous emploier pour la conservation de la dicte
ville, et à maintenir en debvoir et obéissance mes subjectz, tant de
la noblesse que aultres, qui vous sont voisins, leur faisant sçavoir
que j'ay dellibéré de m'approcher d'eulx pour les dellivrer des maulx
qu'ilz souffrent, et, en chastiant les meschans, recognoistre et
gratiffier les bons tant qu'il me sera possible, et y commencer, dès
la présente année, pour ne discontinuer ny cesser jamais que je n'aye
mis à bout ung si bon oeuvre; vous priant, et eux pareillement, de
vous tenir prestz pour m'y accompagner et servir, et au reste croire
que j'ay eu à grand plaisir de veoir le sieur de Gaulejac, vostre
nepveu, lequel m'a rendu très bon compte de tout ce qui s'est passé au
siège du dict Sarlat, et s'est en toute chose comporté très sagement.
Je prie Dieu, monsieur de La Mothe, vous avoir en sa saincte et digne
garde.

Escript à Paris le XIIe jour de febvrier 1588.--HENRY.--_De
Neufville_.

[_Au dos est écrit_]:

  A Monsieur de La Mothe Fénélon, Chevalier de mes Ordres et
    Conseiller en mon Conseil d'Estat.


III. LETTRE DE LA REINE MÈRE.

--du XIIIe de febvrier 1588.--

Monsieur de La Mothe Fénélon, le Roy, monsieur mon Fils, est non
seullement très bien informé du bon debvoir que l'évesque de Sarlat et
voz autres nepveux ont faict en la conservation de la dicte ville,
mais il recognoist aussy que le bon succez qui en est arrivé est
deub à vostre soing et prévoyance, qui aviez si bien donné ordre
à toutes choses, auparavant que l'on y eust mis le siège, que cela
a grandement aydé à repousser les ennemys. Or, il vous en sçait
le bon gré que mérite ung si notable et utile service, et vous
asseure que, se présentant occasion de le recognoistre en vostre
endroict et de voz dictz nepveux, vous sentirez par effect le
contentement qu'il en a; en quoy je le conforteray tousjours,
aultant qu'il me sera possible, vous voulant bien dire que le Sr.
de Gaulejac, présent porteur, s'est très bien acquitté de la charge
que vous luy aviez donnée; priant Dieu, monsieur de La Mothe Fénélon,
qu'il vous ayt en sa saincte et digne garde.--Escript à Paris le
XIIIe jour de febvrier 1588.--CATERINE.--_De Neufville_.

[_Au dos est écrit_]:

  A Monsieur de La Mothe Fénélon, Chevalier des Ordres du Roy,
    monsieur mon Fils, et Conseiller en son Conseil d'Estat.

  [16] _Jean_ de Salignac, fils d'Armand. Il s'était distingué au
  siége de La Fère, en Picardie, à la bataille de Coutras et au
  siége de Sarlat. Il fut tué à l'âge de trente ans, le 6 novembre
  1588, à l'attaque de la ville de Domme, après avoir déjà forcé
  deux barricades. Il était venu au secours du château de Domme, où
  son oncle se trouvait assiégé.

  [17] Les deux lettres suivantes du Roi se rapportent à ce dernier
  événement. Elles se trouvent en original aux _Archives du
  Royaume_, Cartons des Rois, K. 101.


  I. LETTRE DU ROI.

  --Du IVe de novembre 1588.--

  Monsieur de La Mothe, j'ay entendu que voiant la surprinse que les
  ennemys ont faicte de la ville de Dome, vous vous estes geté dans
  le chasteau pour le conserver soubz mon obéissance, dont je vous
  sçay le bon gré que mérite le tesmoignage que avez en cela donné
  de vostre dévotion à mon service, et vous veulx bien asseurer que,
  aux occasions de vous gratiffier, vous me trouverez d'autant plus
  favorable à vostre avancement, j'envoye par delà le sieur de
  Gaulegeac avec dépesche fort expresse affin d'y faire donner tout
  le secours qui se pourra, non seulement pour la conservation du
  dict chasteau, mais aussi pour le recouvrement de la ville, s'il
  est possible, comme il y a occasion d'espérer, si les ennemys sont
  promptement serrez et assailliz sans leur donner temps de s'y
  fortiffier et pourveoir de munitions. Je m'asseure que tous mes
  bons serviteurs s'y emploieront si vertueusement qu'ilz
  délivreront le pays de ceste incommodité, et moy du regret que
  j'en porte, priant Dieu, monsieur de La Mothe, vous avoir en sa
  saincte garde.--Escript à Bloys le IIIe jour de novembre
  1588.--HENRY.--_Revol._

  [_Au dos est écrit_]:

  A Monsieur de La Mothe Fénélon, Gentilhomme ordinaire de ma
    Chambre.


II. LETTRE DU ROI.

--du XXVIIe de novembre 1588.--

Monsieur de La Mothe, j'ay receu vostre lettre du XIIe de ce mois,
contenant le discours de ce qui est passé au faict de Domme, dont je
suis très marry que le succez n'ait esté meilleur pour mon service et
le bien du pays; et particulièrement je regrette fort la perte que je
y ay faicte d'un si bon et affectionné serviteur que m'estoit le feu
sieur de La Mothe, vostre nepveu, et quoy que l'effort qui y a esté
faict n'ait apporté le fruit que je desirois, si ne laissè je de vous
sçavoir autant bon gré du devoir que vous y avez rendu de vostre part,
et ay tant d'asseurance de vostre dévotion au bien de mon dict service
que, en toutes occasions qui s'en présenteront, vous y apporterez tous
les bons effects qui peuvent dépendre de vous. Je adviseray à ce qui
se pourra faire sur cest accident de Domme et y donneray tout l'ordre
et remède que l'estat de mes affaires pourra porter; priant Dieu qu'il
vous ait, monsieur de La Mothe, en sa saincte et digne garde.--Escript
à Bloys le XXVIIe jour de novembre 1588.--HENRY.--_Revol._

[_Au dos est écrit_]:

  A Monsieur de La Mothe Fénélon, Chevalier de mes Ordres,
    Conseiller en mon Conseil d'Estat et Cappitaine de cinquante
    hommes d'armes de mes Ordonnances.

Peut-être a-t-il passé ensuite quelques années dans le repos.
Catherine de Médicis, sa protectrice, était morte le 5 janvier 1589;
Henri III périssait lui-même le 2 mai, quatre mois après. Les guerres
de la ligue commençaient et portaient le champ de bataille loin du
Périgord. Il est à présumer que Bertrand de Salignac, déjà avancé en
âge, ne prit pas une part bien active à ces nouveaux événements. Il
est toutefois certain qu'il fut du nombre des catholiques qui se
rallièrent aussitôt à Henri IV, mais on peut douter qu'il se soit mis
en campagne. Nous n'avons pu recueillir aucun document bien précis sur
cette époque de sa vie. Nous voyons seulement par les papiers de la
famille, que, le 29 septembre 1594, il faisait son testament au
château de Fénélon en Périgord[18]. N'ayant pas d'enfant, car il ne
s'est pas marié, il institua pour héritier universel son petit-neveu
François de Salignac, qui fut le trisaïeul de l'archevêque de Cambrai.

  [18] «Testament fait au château de Fénélon en Périgord, le jour
  de la feste de Saint Michel, 29 de septembre 1594, par Haut et
  Puissant Messire Bertrand de Salaignac de La Mothe Fénélon,
  Chevalier des deux Ordres du Roy, Conseiller d'Estat de Sa
  Majesté, Sr Vicomte de Saint Julien de Lanpont et Baron de
  Lobert, par lequel il demande d'être inhumé dans le tombeau de
  ses pères dans la forme des obsèques et funérailles accoutumés
  pour un chrestien de sa qualité en l'église catholique et
  romaine;--charge son héritier de raporter dans l'année de sa mort
  son grand colier de l'Ordre du Saint Esprit au Roy avec le
  respect et révérence qu'il convient, selon le statut de cet
  Ordre;--lègue une coupe d'argent doré à son très honoré et très
  cher nepveu révérend père en Dieu, messire Loys de Salaignac
  Évesque de Sarlat;--trois autres coupes pareilles à
  mesdemoiselles de Gaulejac, et de Fonpiton, veuves de ses très
  chers frères et à madame de La Mothe Fénélon, veuve de son bien
  aimé nepveu;--cinq mil écus à son très cher nepveu messire Armand
  de Salaignac, chevalier, seigneur de Gaulejac;--trois mil trois
  cens trente trois escus un tiers à son très cher nepveu noble
  Pierre de Salaignac Sr. de Fonpiton;--cinquante escus à chacune
  de ses bien aimées nièces, filles de feu messire Armand de
  Salaignac, très honoré frère aîné du testateur, comme de feue
  damoiselle Caterine de Salaignac dame de Lostanges sa très chère
  soeur;--trois mil trois cens trente trois escus un tiers à sa
  bien aimée nièce Caterine de Salaignac femme du Sr. de Clarens,
  en considération de ce qu'elle est chargée d'affaires et
  d'enfans;--mil escus à son très cher nepveu noble Pons de
  Salaignac de Fonpiton.

  «Institue son _héritier universel_ son très cher et bien aimé
  petit nepveu Noble François de Salaignac, fils de feu son très
  aimé nepveu messire Jean de Salaignac, chevalier, Capitaine de
  cinquante hommes d'armes, et petit fils de feu messire Armand de
  Salaignac, chevalier de l'Ordre du Roy, frère aîné du testateur,
  (arrière fils) de feu messire Hélie de Salaignac chevalier, père
  du testateur, et bisayeul du dict héritier universel, avec
  substitution graduelle et à l'infini de masle en masle par ordre
  de primogéniture, et apelle les filles après l'extinction de tous
  les mâles de son nom.

  «Lègue encore deux mil écus à chacune des soeurs de son dict
  héritier universel, nommées Marguerite, Jeanne et Antoinette de
  Salaignac, et nomme pour exécuteurs de son testament son dict
  nepveu Évesque de Sarlat, et Haut et Puissant Messire Pons de
  Thémines et de Cardaillac son très honoré cousin, chevalier,
  Capitaine de cinquante hommes d'armes, Séneschal et Gouverneur de
  Quercy;--ce testament receu par de Cazalès notaire.»--_Preuves de
  noblesse_ faites en 1739 par Gabriel Jacques de Salignac de La
  Mothe Fénélon, p. 30.--_Archives du Royaume_, Cartons des Rois, K.
  101.

Cependant, et malgré son grand âge, il devait encore être appelé à
prendre part aux affaires publiques. Henri IV, digne appréciateur de
son mérite, le choisit en 1598 pour lui confier la plus importante de
toutes les ambassades. Le traité de paix avec Philippe II avait été
signé à Vervins, le 2 mai 1598; Bertrand de Salignac, nommé
ambassadeur de France en Espagne, ne put refuser ce dernier honneur;
il dut céder à l'invitation toute bienveillante du Roi[19]; il se
rendait à Madrid l'année suivante, auprès de Philippe III, lorsqu'il
tomba malade pendant le voyage. Forcé de s'arrêter à Bordeaux, il
mourut dans cette ville le 13 août 1599, étant âgé de soixante-seize
ans.

  [19] Henri IV offrit cette ambassade à Bertrand de Salignac dans
  des termes tellement flatteurs, qu'un refus devenait impossible.
  Les deux lettres suivantes, qui sont conservées en original aux
  _Archives du Royaume_, Cartons des Rois, K. 105, témoignent de la
  profonde estime du Roi pour Bertrand de Salignac.

  I. LETTRE DU ROI.

  --du XIe d'avril 1599.--

  Monsieur de La Mothe Fénélon; je sçay bien que vostre eage et voz
  services méritent repoz et rémunérations plustost que une
  surcharge d'occupations et d'affaires, mesmement hors de vostre
  maison et patrie. Toutesfois voullant faire eslection d'ung
  personnage propre et capable pour me servir d'ambassadeur auprès
  du Roy d'Espagne, après avoir jetté les yeux sur plusieurs, je
  n'en ay point trouvé de plus digne d'ouvrir le pas de ceste
  légation que vous, par ceque toutes les bonnes qualités
  nécessaires, pour ce faire comme il appartient, se rencontrent et
  concourent en vous quasi à l'envy l'une de l'aultre et selon mon
  desir, de sorte que, si elles estoient accompagnées de pareille
  force et santé, j'aurois trouvé mon compte en vous pour remplir
  dignement et à mon gré ceste place qui est de présent des plus
  importantes à mon estat; et au lieu d'envoier sçavoir quelle est
  vostre disposition, je vous envoierois dès à présent mes dépesches
  pour me faire ce service, car vous cognoissant comme je fais, je
  suis très asseuré que vous embrasseriez et effectueriez volontiers
  mon commandement: mais estant incertain de la disposition de
  vostre personne, et par conséquent si je puis recevoir ce service
  là de vous, je vous fais la présente par ce lacquais, que je vous
  envoie exprez, pour en estre esclaircy, vous priant vous résoudre
  d'entreprendre ceste légation, si vostre santé le vous peut
  permectre. Ce ne sera que pour tant de temps que vous voudrez, car
  ce me sera assez que vous enseigniez ce chemin à d'aultres. Je
  pourrois, ce faisant, vous faire tenir où vous estes les dépesches
  et deniers nécessaires, pour de là vous acheminer en Espagne, sans
  avoir la peine de venir icy les prendre, et aurois tel soing de
  vous que vous auriez occasion de vous en louer. En tout cas je
  n'ay voullu adresser ce commandement à ung aultre que à vostre
  reffuz, tant je prise vostre vertu et les moiens que vous avez de
  me servir. Renvoiez moy doncques ce lacquais incontinant avec
  vostre délibération, et je prieray Dieu, monsieur de La Mothe
  Fénélon, qu'il vous ayt en sa saincte garde.--Escrit à
  Fontainebleau le XIe jour d'avril 1599.--HENRY.--_De Neufville._

  [_Au dos est écrit_]:

  A Monsieur de La Mothe Fénélon, Chevalier de mes Ordres,
    Capitaine de cinquante hommes d'armes de mes Ordonnances, et
    Conseiller en mon Conseil d'Estat.


II. LETTRE DU ROI.

--du IIe de may 1599.--

Monsieur de La Mothe Fénélon, je n'attendois pas, de vostre ancienne
et esprouvée affection au bien publicq de mon royaulme et à mon
service et contentement particullier, aultre response à la prière que
je vous ay faicte d'entreprendre la légation d'Espagne que celle que
vous m'avez faicte par vostre lettre du XXIe du mois passé, que j'ay
receue par le lacquais que je vous avois envoié; dont je n'ai voullu
différer daventage à vous faire sçavoir que j'en ay receu très grand
plaisir et contentement, espérant que Dieu vous donnera aultant de
santé et de force que je vous en desire pour accompagner et mettre en
oeuvre vostre bonne volonté et cappacité à me servir en telle et
toutes aultres occasions. Au moien de quoy je vous prie de donner
ordre, à voz affères domestiques, et ceulx de mon Conseil pourveoiront
aux instructions et deniers nécessaires et accoustumez pour vostre
expédition, affin que le tout vous soit envoyé à propos pour pouvoir
partir dans la Sainct Jehan, qui est le temps que vous avez escript au
Sr. de Villeroy, que vous pourrez estre prest à ce faire; priant Dieu,
monsieur de La Mothe Fénélon, qu'il vous tienne en sa saincte et digne
garde.--Escript à St. Germain en Laye le IIe jour de may
1599.--HENRY.--_De Neufville._

[_Au dos est écrit_]:

  A Monsieur de La Mothe Fénélon, Chevalier de mes Ordres,
    Conseiller en mon Conseil d'Estat.


Henri IV prit soin lui-même de faire l'éloge funèbre de Bertrand de
Salignac, dans les instructions remises au comte de La Rochepot, qui
lui fut donné pour successeur.

Il le chargea de dire au Roi d'Espagne[20] «que si la mort n'eust
prévenu et surpris le feu sieur de La Mothe Fénélon, que Sa Majesté
avoit désigné et dépesché pour l'aller trouver, et la servir auprès de
lui en cette charge, lequel trespassa par les chemins, Sa dicte
Majesté luy eust témoigné il y a longtemps combien elle desire luy
correspondre en toutes sortes de devoirs et offices de bon frère et
amy, de quoy ce gentilhomme, qui estoit des plus sages et
expérimentez du royaume, se fust si bien acquitté que Sa dicte Majesté
s'asseure qu'il en fust demeuré content, mais Dieu n'avoit voulu
permettre que le dict sieur de La Mothe Fénélon ait fait ces services
à Leurs Majestez.»

  [20] _Mémoire historique concernant la négociation de la paix
  traitée à Vervins, l'an 1598_, t. II, p. 430. Paris, 1667, in-12.



DISCOURS

DRESSÉ EN JUILLET 1575

POUR LE DIRE AU ROI, RETOURNANT D'ESTRE SON AMBASSADEUR EN
ANGLETERRE[21].

  [21] _Archives du Royaume_, Cartons des Rois, K. 96.


     SIRE,

Je loue Dieu de la grâce qu'il me faict aujourd'huy que je puis baiser
très humblement les mains et voir la face de Vostre Majesté, chose que
j'ay infiniment desirée; et parce qu'en quelle sorte qu'il advienne à
un gentilhomme de recevoir bienfaict de son Roy et de son Maistre, il
l'en doit remercier, je veus rendre très humbles grâces à Vostre
Majesté pour le bien qu'elle m'a faict maintenant de me retirer de
cette tant longue et ennuyeuse absence de six ans et deux mois que
j'ay esté continuèlement en Angleterre; là où je vous promets bien,
Sire, que pour mon particulier je n'y ay faict autre acquest que d'y
estre devenu vieus, maladif et pauvre, et n'y ai rencontré que perte
et dommage. Mais, si pour le bien de voz affaires, il est advenu que
Dieu m'ayt faict la grâce d'y avoir ainsi conduict ma Négociation, que
Vostre Majesté la deigne maintenant approuver et l'avoir agréable, et
qu'il vous reste quelque contantement du service que je vous y ay
faict, je réputerai toutes mes pertes et mes maus et moy mesme très
heureus.

Et vous supplie très humblement, Sire, de considérer que dès l'heure
que j'arrivai par delà jusques à ce que j'en suis parti, j'ay
tousjours rencontré, outre les anciennes querelles des Anglois, trois
fort grandes difficultés en teste, qui se sont tousjours opposées et
se sont rendues formèlement contraires au service de Vostre Majesté.

La première a esté celle de la nouvelle religion et de la guerre de
vos subjects, en quoy du commencement, le cardinal de Chastillon,
Cavaignes, Du Doict, Sainct Simon, Pardailhan, Chastellier Pourtault,
les agens du prince d'Orenge, ceux des princes protestans d'Allemagne,
avec l'ayde des évesques, et plusieurs du Conseil d'Angleterre, et une
tourbe des plus aspres ministres qui fussent en France: et, après eux,
le comte de Montgomery, monsieur le Vidame, M. de Languillier, et
dernièrement M. de Méru, m'y ont donné tant d'affaires que je dois
estre aucunement excusé si je n'ay pu faire réuscir proprement toutes
choses par delà sellon vostre desir et contantement.

La seconde difficulté a esté du faict de la Royne d'Escosse et des
Escossois, qui onques ne fut veue cause en nul estat de la Chrestienté
plus plène de soubçon et de jalousie, ny qui ayt eu tant d'ennemys, ny
où il soit intervenu plus de dangers qu'en celle là; car se trouvant
la Royne d'Angleterre contredicte en la propre qualité de sa personne
d'estre bastarde, et en la qualité de son estat d'estre illégitime
Royne, et là dessus une grosse élévation dans son royaume par les
Catholiques, et une pratique d'y introduire les Espagnols et une
conjuration contre sa propre vie, avec une crainte extrême d'estre
assaillie du costé d'Escosse par les François plus que de nulle autre
part du monde, et le tout imputé à la Royne d'Escoce, l'on ne cessoit,
à toutes les délibérations du Conseil d'Estat et par toutes celles du
général Parlement du royaume, de presser la Royne d'Angleterre de
faire mourir, comment que ce fût, la Royne d'Escosse sa cousine, et se
saisir de son royaume et de la personne de son fils durant sa
minorité, pendant que la France estoit soymesmes bien empeschée; de
sorte qu'il est de merveille et un miracle évident comme il a pleu à
Dieu m'ouvrir les moyens d'y remédier.

La troisième difficulté, encore plus grande que les deux aultres, a
esté la compétance d'Espagne, et les menées, qui ont esté faictes, de
ce costé là, avec deniers contans et avec grands présans et avec
moyens secrets et ouverts par les pensionnaires du Roy d'Espagne et
par les partisans de Bourgogne, qui sont en grand nombre en ceste
cour, pour cuider faire déclarer leur Royne et le royaume contre la
France, afin de donner plus de solagement aus Païs Bas, et pour
traverser l'amitié et l'alliance qui se trettèrent par le feu Roy avec
la Royne d'Angleterre; et, encore dernièrement, pour empescher que le
renouvellement de la ligue ne succédât avec Vostre Majesté, de sorte
qu'à dire vray il n'a pas fallu estre trop paresseus ny endormi; et
grâces à Dieu, lorsque l'ambassadeur d'Espagne et le duc d'Alve, et
mesme tous leurs partisans, se sont le plus efforcés de vous y nuire,
c'est lors que je me suis trouvé le plus audessus de ce que j'y ay
prétendu pour vostre service, et l'ambassadeur d'Espagne a esté enfin
déchassé du pays et déboutté de sa charge, et moi confirmé en la
mienne; et son Maistre et ses affaires ont esté trop pirement traittés
que les vostres; et mesmes, s'il est sorti quelque chose d'Angleterre
à vostre préjudice, je vous supplie, Sire, très humblement de croire
qu'il y en a eu mille fois plus de préparé contre vous qui a esté
interrompu et destourné, et, possible, une partie en est allé au
préjudice du Roy d'Espagne, et que le peu qui s'en est adressé contre
la France a esté ce que, par nul ordre ny moyen, encore que je m'y
sois opposé comme à la mort, il ne m'a esté possible de l'empescher;
et si, me semble que Vostre Majesté en doit tenir la Royne
d'Angleterre aulcunement excusée, car c'est ce qu'elle n'a pu contre
tant de poursuites, de persuasions et de grandes sollicitations,
bonement dénier à sa religion.

A présent, Sire, vous estes avec elle et avec son royaume en une
intelligence, non du tout si bonne ny si parfaite comme je l'ay
quelquefois vue, et mesmement ès sept premiers mois de l'an 1572, car
lors, le feu Roy, vostre frère, eut pu plènement jouir de l'Angleterre
aussi bien que de son propre duché de Bretagne; mais au moins y estes
vous en une condition de bonne paix et d'amitié et de confédération,
de sorte que Vostre Majesté et voz subjects n'avés à espérer que
bien, et ne craindre guière de mal, de ce costé là; car, pour le faict
de la religion, la Royne d'Angleterre et les siens se contanteront
assés qu'ils ne soient poinct inquiettés en la leur, sans trop
s'entremettre de celle de voz subjects, si leur en accordés peu ou
prou, pourveu que ne la leur ostiés du tout et ne les en veuilliés
priver par la force.

Quant à ses prétentions de Callais et aultres ce n'est sur elle que la
conqueste en a esté faicte, ce ne sera aussi elle qui se formalisera
de les reconquérir. Elle est femme nourrie à la paix et repos, n'a
poinct d'enfans, ny de successeur à qui elle ayt d'affection, veut
jouir son estat tant qu'elle vivra sans guerre ny trouble, et ses
conseillers encore plus qu'elle, lesquels, à dire vray, le jouissent
avec non guières moins d'authorité et de crédit et de profit que leur
propre Maistresse, et la guerre leur osteroit tout cela; et ne devés
craindre, selon ce qu'on peut juger, qu'elle permette jamais que la
Royne d'Escosse ayt autre mal entre ses mains que d'estre détenue, et
mesme elle la faict estre assés bien selon sa fortune, et si ay
opinion qu'elle ne pert rien là où elle est, ains y acquiert la
couronne d'Angleterre, et là se confirme contre tous ses compétiteurs,
après la mort de sa cousine, avec trop plus de seuretté et de bons
moyens, que si elle estoit hors du royaume, et qu'elle fût en peine
lors d'y entrer.

Au regard de l'Escosse, pourveu qu'elle n'y voye poinct faire d'entrée
de François ny d'estrangers, elle n'y remuera rien, elle n'y altèrera
point vostre alliance, tout le païs est ès mains des Escossois, elle
n'y possède rien. Il y a un héritier nay et desjà recognu pour Roy.
L'on la sollicite bien de se saisir de la personne de ce jeune Prince
et de s'attribuer la protection de lui et de son royaume, durant sa
minorité, et de le déclarer son successeur après elle; mais ce sont
choses qu'elle craint luy estre de trop grand préjudice et trop
dangereuses, et ne les faira pas tant qu'elle pourra. Mais cela faira
elle, si elle peut, que le dict jeune Prince et les Escossois
protestans entreront en la ligue généralle des aultres princes et
peuples protestans de la Chrestienté pour la deffance de leur
religion. Et quant à s'aliéner elle de vostre amitié pour s'unir à
celle du Roy d'Espagne, elle n'y a pas d'inclination, et aulcuns de
ses principaus conseillers sont assés contraires aus Espagnols, mesmes
les partisans de Bourgogne, qui voyant bien que le Roy d'Espagne n'est
pour vous mouvoir maintenant la guerre, ny pour luy ayder à elle, si
elle la vous voulloit mouvoir, font semblant d'approuver plus que nuls
autres la confédération qu'elle a avec Vostre Majesté, et au moins
n'osent ils conseiller de la rompre, de façon, Sire, que je pense
avoir laissé cette Princesse et les Anglois en une telle disposition
que vous n'aurés la guerre de leur costé que quand vous voudrés, et
n'en recevrés desplaisir ny injure que quand vous commencerés de leur
en faire.

Le moyen de retenir cette nation en vostre intelligence seroit
d'attirer leur traffic en vostre royaume et l'y establir sellon le
traitté de la ligue, car qui aura leur traffic les possèdera
entièrement, parce que leur principal revenu et celluy de l'Estat et
de la Noblesse est fondé ou bien dépend du commerce, mais les
recherches, les impôts extraordinaires, l'incompatibilité des nations,
le peu de foy, et surtout le deffaut de justice qu'ils disent estre en
France, les destourne de voulloir assoyr leur estape par deçà avec ce,
que l'obstacle de la religion, et ce qu'ils ont veu advenir à cause
d'icelle, les retient en quelque peur, bien que, sur la parolle de
Vostre Majesté, s'ils la peuvent cognoistre certaine, et que veuillés
bien tenir la main à l'administration de la justice, ils s'y pourront
à la fin confier; et aussi que veuillés user d'aulcuns honestes
entretiens ordinairement vers cette Princesse, et luy envoyer de
petites gracieusetés et la gratifier quelquefois en des choses qu'elle
vous demandera pour aulcuns de ses subjects, sellon que du costé
d'Espagne l'on luy octroye très libéralement ce qu'elle veut demander;
et envoyés tous les ans quelques présans à aulcuns de ses espéciaus
conseillers, ainsy que le Roy d'Espagne n'y espargne rien de son
costé, et [comme] voz prédécesseurs, Sire, qui ont tousjours faict
courir de l'argent; et quand on pèsera bien les considérations que voz
prédécesseurs ont eu en cela, et celles que Vostre Majesté doit encore
avoir plus qu'eux, soit pour le faict du dedans de vostre royaume, ou
pour les affères qui vous peuvent venir du dehors, ou pour voz
prétentions et entreprinses ailleurs, il ne pourroit estre rien
employé mieus à propos que quelques deniers par delà aussi bien que
aus Suisses ou aus Allemans.

       *       *       *       *       *

Pour mon regard, Sire, je vous supplie très humblement de n'estre
point marri si je vous ay faict instance de me retirer d'Angleterre,
car ce n'a esté pour refouyr, là ny en quelqu'autre part qui soit au
monde, vostre service, estant plus prest que je ne fus onques
d'employer de fort bon coeur ce qui me reste de vie pour très
humblement vous en faire. Mais Vostre Majesté considèrera, s'il lui
plait, qu'après beaucoup de temps et de travail, que j'avois déjà
employé au service des feus Roys, je fus commandé, au mois d'octobre
de l'an 1568, d'aller encore pour deus ans en ceste charge
d'Angleterre, et qu'au retour je serois avancé et récompencé.

J'y allai volontiers, et entrepris d'un grand courage d'y faire
service au feu Roy, vostre frère, et à Vostre Majesté, non sans y
rencontrer beaucoup de contrariettés et d'empeschemens qui ont esté,
grâces à Dieu, combattus et surmontés, et n'a tenu qu'à Voz Majestés
Très Chrestiennes que n'ayés pour la pluspart tousjours emporté ce que
monstriés desirer de delà; et toutes les pratiques et entreprinses qui
s'y sont dressées contre la France et contre l'Escosse, et qui
s'estendoient encore plus avant contre voz affaires, ont esté
tousjours ou interrompues, ou diverties, ou si bien diminuées, que
Voz Majestés n'en ont senti guières de mal, et ne me doit estre mal
séant d'oser dire qu'il a pleu à Dieu de conduire aussi bien, et par
adventure plus heureusement pour le temps, ceste mienne Négociation,
que nulle autre qui se soit faicte en la Chrestienté; et a faict qu'il
en est réusci un soulagement assés opportun en voz affaires, et tel,
possible, que deus millions d'escus ny beaucoup de voz forces n'y
eussent peu fournir; et m'a faict encore la grâce que je m'y suis
tousjours entretenu avec la dignité et bonne estime, et avec aultant
de despance pour honorer vostre service, que si j'eusse esté un des
plus avancés et des plus riches gentilshommes de vostre cour.

Dont je ay espéré, je le confesse, et me semble que non iniquement ny
sans raison, d'en debvoir tirer quelque avancement et récompanse de
Vostre Majesté, au moins si, par nul honeste et honorable travail, et
par diligence, et par une singulière loyauté, et par un bon succès des
choses, il est possible à un gentilhomme de pouvoir bien mériter du
service de son Prince; mais ne voyant rien venir de cela, ains qu'au
contraire je demeurois tousjours oublié et confiné, de temps en temps,
jusques au nombre de sept années en ceste charge, loing de la présance
de Vostre Majesté, et que ce pendant trois de mes frères m'estoient
morts[22], et que tous mes affaires estoient demeurés en arrière; que
des partis les plus honnestes et commodes que j'eusse peu desirer
auprès des miens, lesquels m'avoient attendu deus ans entiers,
estoient perdus; qu'après que l'un de mes frères avoit esté tué en
vous faisant service[23], lequel me tenoit une abbaye qu'un de mes
parans m'avoit laissée, l'on me l'avoit ostée, et m'avoit on osté avec
l'abbaye le moyen de me pouvoir plus entretenir honestement à vostre
service, car je suis au demeurant fort pauvre, puyné de ma maison; et
que cependant je suis devenu vieus, ruyné et maladif, avec ce, que ma
Négociation estoit si achevée qu'il n'y restoit rien plus que faire à
présant, et que si, d'avanture, il y survient quelque chose
d'importance, où il fût besoing de travailler, je me sentois si
consommé de mal et d'ennuy que je n'eusse pu satisfaire à mon debvoir
ny à vostre service, et demeurant au reste de fonds en comble du tout
perdu, il n'est de merveille si j'ay esté pressant de mon congé vers
Vostre Majesté.

  [22] _Armand_, fils aîné d'Hélie de Salignac; _Pons_, le
  troisième des enfants, et _Agnet_ ou _Odet_, le cinquième.

  [23] _Pons_, abbé de Nesle, qui périt en 1574 à Sarlat, étant
  grand archidiacre de son frère François de Salignac, Évêque de
  cette ville.--Le registre généalogique déjà cité contient à ce
  sujet la mention suivante, p. 30.--Armand de Salagnac compta
  parmi ses frères «François de Salagnac, Évesque de Sarlat, depuis
  1567 jusqu'en 1578, qui se démit de cet évesché en faveur de
  Louis de Salagnac son nepveu, après avoir souffert pour la
  religion tous les mauvais traitemens que la fureur des Huguenots
  leur inspiroit, et avoir perdu son frère Pons de Salagnac, son
  grand archidiacre, et abbé de Nesle, lequel fut tué par les
  religionnaires dans la ville de Sarlat en 1574.»--_Jean_, le
  huitième des enfants, avait également péri dans les guerres: il
  fut tué jeune au siége de Perpignan, l'an 1542.

Mais, Sire, voicy ce que devant toutes aultres choses je demande
maintenant à Dieu, c'est qu'il luy plaise faire en sorte que Vostre
Majesté reste contante et bien satisfaicte de mon service, et que pour
marque de vostre contantement il vous plaise me faire quelque bien et
récompance, afin qu'entre les anciens loyaus et fidelles serviteurs de
Vostre Majesté je ne demeure seul oublié et mesprisé, et que, si mon
service vous a esté agréable par le passé, me veuilliés commander de
vous en faire encore tout le reste de ma vie, car, possible, me
trouverai je plus sain ailleurs que je ne faisois à présant en
Angleterre, et je serai prest, après que j'aurai un peu mis ordre à
mes affaires, de dédier tout le restant de mes jours à très humblement
vous en faire.

Il y a traise ans que j'ay esté faict Gentilhomme de la Chambre du feu
Roy, et douse que j'ay esté mis en la pension de douse cens livres par
an, ce qui ne m'a esté despuis augmenté ny diminué, et deux ans qu'il
m'a faict de son Conseil Privé et m'en a envoyé le brevet. A ceste
heure, Sire, je supplie très humblement Vostre Majesté de commander à
monsieur le Chancellier qu'il reçoive mon serment pour estre admis en
vostre Conseil Privé, non par ambition d'en estre, mais pour vous
faire, en y estant, le plus de service qu'il me sera possible, et pour
éviter la honte de n'en estre point, puisque les aultres mes
semblables en sont, ou d'en avoir esté exclu y ayant esté desjà mis;
et qu'il vous plaise, Sire, me faire tant de bien et d'honneur que de
mettre mon nepveu, fils unique de mon frère ayné, en ma place de la
Chambre, et mon autre nepveu, qui est aussi fils d'un aultre mon
frère, escuyer de la grand escuyerie, qui sont tous deus seigneurs de
leurs maisons[24], et desquels je veus vous respondre de ma vie que
vous en serés fort loyalement et fort fidèlement et très agréablement
servi, sellon que je les cognois gentilshommes de bon sçavoir, nourris
à la vertu et à la craincte de Dieu, et que s'ils n'abondent de
beaucoup de grandes perfections, ils sont au moins aussi peu entachés
de vices que gentilshommes que j'aye guières jamais veus.

  [24] _Jean_ de Salignac, seigneur de La Mothe Fénélon, et
  _Armand_ de Salignac, seigneur de Gaulejac.--Ils furent nommés
  tous deux gentilshommes ordinaires de la Chambre; et, par lettres
  du 2 janvier 1582, une partie de la pension que Bertrand de
  Salignac avait sur la caisse de l'Épargne leur fut attribuée.--La
  nomination de Jean de Salignac remonte à l'année du retour de
  l'ambassadeur.--On trouve en effet dans le même registre
  généalogique les mentions suivantes:

  1º. «_Lettres de retenue_ en la charge de gentilhomme ordinaire de
  la chambre du Roy, accordées par Sa Majesté au sieur Jean de
  Salagnac, tant en considération des services rendus par son amé et
  féal le sieur de La Mothe Fénélon, chevalier de son Ordre,
  conseiller en son conseil privé, aux feus Rois et à Sa Majesté en
  plusieurs belles, honorables et importantes charges, et en dernier
  lieu, dans son ambassade d'Angleterre, que de ceux de son dict
  nepveu pendant la même ambassade. Ces lettres données à Paris le
  15 décembre 1575, signées HENRY, et plus bas, _par le Roy_, signé
  _Pinart_ et scellées; avec l'acte de serment fait le même jour par
  le dict sieur de Salagnac entre les mains du duc de Mayenne, Grand
  Chambellan.» (P. 28.)

  2º. «_Brevet du 2 janvier 1582_, le Roy étant à Paris, portant que
  Sa Majesté, à la supplication du sieur de La Mothe Fénélon,
  conseiller en son conseil privé et d'Estat, chevalier de ses
  Ordres, consent que de sa pension de 1333 écus 1/3 sur l'Espargne,
  les sieurs de La Mothe Fénélon le jeune et de Gaulejac, ses
  nepveux, gentilshommes ordinaires de la Chambre de Sa Majesté,
  jouissent chacun de 400 écus par an. Signé HENRY, et plus bas, _De
  Neufville._» (P. 26.)

  _Jean_ de Salignac fut tué à l'attaque de Domme l'an 1588 (_voyez_
  note 1, ci-dessus p. XVII).--Un autre des neveux de Bertrand, qui
  est nommé dans son testament, _Pons_ de Salignac, second fils de
  Louis, seigneur de Fonpiton, fut tué au siége de Montauban en
  1621; il était lieutenant de la compagnie des gendarmes du
  maréchal de Thémines.



OBSERVATIONS

SUR LE MANUSCRIT.


Le manuscrit des Dépêches de Bertrand de Salignac de La Mothe Fénélon,
conservé aux Archives du Royaume (_Section historique_, série K.
Cartons des Rois, nos 95 et 96), forme cinq volumes petit in-folio
d'une écriture cursive, assez régulière, et dont la lecture, malgré de
nombreuses abréviations, présente peu de difficulté. Ce sont les
registres originaux de l'ambassadeur écrits en entier par La Vergne,
l'un de ses secrétaires chargé spécialement de ce travail[25]. Ils
contiennent quatre cent soixante-neuf dépêches; la première datée du
26 novembre 1568, la dernière du 20 septembre 1575.

  [25] C'est ce qui résulte de la XXIe Dépêche, t. I, p. 215.

Ces registres, dont l'authenticité ne saurait être contestée, existent
aux Archives du Royaume depuis l'origine de cet établissement; ils y
ont été remis très-probablement par le bureau du triage des titres
avec d'autres papiers appartenant à la famille Fénélon. Ces papiers se
divisent en deux parties bien distinctes; les uns, exclusivement
relatifs à Bertrand de Salignac de La Mothe Fénélon, se rapportent
principalement à son ambassade en Angleterre; les autres se composent
de titres purement généalogiques, et surtout des preuves faites par
Gabriel Jacques de Salignac de La Mothe Fénélon, marquis de Fénélon,
lorsqu'il fut reçu chevalier et commandeur des ordres du roi en
février 1739[26]. C'est dans ces titres classés aux Archives du
Royaume, (série M, nos 674 et 675) que nous avons puisé les principaux
éléments de la Notice biographique, imprimée en tête de ce volume.

  [26] Il était lieutenant général, et fut tué à la bataille de
  Raucoux, le 11 octobre 1746. Les registres que nous publions
  portent sur leur couverture une mention indiquant qu'il en était
  propriétaire. Il se trouvait en effet par représentation
  l'héritier direct de Bertrand de Salignac, dont il était
  l'arrière-petit-neveu.

Les papiers relatifs à Bertrand de Salignac, ambassadeur en
Angleterre, se composent, outre ses registres d'ambassade, d'un assez
grand nombre de pièces diplomatiques, de plusieurs lettres originales
de Catherine de Médicis, de Charles IX, de Henri III et de Henri IV;
enfin d'une série de copies, sur lesquelles nous allons donner
quelques détails, parce qu'elles nous fourniront une addition
importante aux Dépêches de l'ambassadeur.

L'écriture de ces copies est de la fin du XVIIe siècle; elles
comprennent non-seulement les Dépêches de l'ambassadeur, mais aussi
les lettres qui lui étaient adressées par la Cour. L'ordre dans lequel
ces pièces sont disposées, les chiffres qui les distinguent et de
nombreuses annotations marginales prouvent que cette copie avait été
préparée pour l'impression. Le premier travail du copiste, comme nous
l'avons vérifié sur ceux des originaux que nous avions entre les
mains, était exécuté avec la plus grande exactitude et soigneusement
collationné; mais il était ensuite soumis à la révision d'une autre
personne qui, pour se conformer à l'usage du temps, retravaillait le
texte primitif, et le défigurait en voulant l'abréger et le rajeunir.
Au reste, l'entreprise fut abandonnée. Il semble résulter d'une note
inscrite sur la copie, que l'auteur de cette révision était un abbé de
Fénélon, résidant à Carennac. Or, on sait que François de Fénélon,
archevêque duc de Cambrai, porta d'abord le titre d'abbé de Fénélon et
fut ensuite doyen de Carennac. Ces rapprochements et la ressemblance
qui existe entre l'écriture des notes et celle de l'archevêque de
Cambrai, permettraient de lui attribuer avec quelque vraisemblance ce
projet de publication qu'il aurait conçu dans sa jeunesse. Nous devons
ajouter cependant que l'archevêque avait un frère d'un premier lit qui
portait comme lui le titre d'abbé de Fénélon, et qui a pu résider
aussi à Carennac[27].

  [27] L'un des cahiers de cette copie, qui fut envoyé sous la
  forme d'un paquet cacheté, porte l'adresse suivante: _A Monsieur
  Fallit à Peyrac, pour faire tenir promptement à Monsieur l'abé de
  La Mothe Fénélon à Carennac._--L'abbé de Fénélon, en modifiant la
  copie textuelle, se contentait de passer sur les mots un léger
  trait d'encre qui permet de les lire comme s'il n'y avait aucune
  rature. Il ne manque à ce second manuscrit que quelques cahiers
  que nous espérons retrouver dans les archives de Poitiers. C'est
  là un renseignement que nous devons à l'obligeance de M. de La
  Fontenelle de Vaudoré, conseiller à la Cour royale de Poitiers.

Cette copie nous était tout à fait inutile pour le texte même des
Dépêches, puisque nous avions entre les mains leur transcription
originale et authentique, mais elle nous a fourni plusieurs pièces
importantes omises dans les registres, et surtout nous en avons
extrait les lettres adressées par la Cour à M. de Fénélon, pour réunir
en un volume supplémentaire toutes celles qui sont inédites,
c'est-à-dire, celles qui précèdent le mois de décembre 1572. En effet,
à partir de cette époque, elles ont été publiées par Le Laboureur dans
ses additions aux Mémoires de Castelnau (t. III, p. 265 et suiv.)[28]
d'après un manuscrit de Saint-Germain-des-Prés, conservé aujourd'hui à
la Bibliothèque royale (fonds de Saint-Germain, no 769). Quoique la
copie que nous avons entre les mains rectifie souvent et complète
toujours le texte publié par Le Laboureur, ces corrections ne sont pas
assez importantes pour nous déterminer à nous écarter de la règle que
nous nous sommes imposée, de publier seulement des textes inédits.

  [28] _Nouvelles additions aux Mémoires de Michel de Castelnau,
  contenant plusieurs pièces très-intéressantes, qui servent de
  preuves auxdits Mémoires, tirées d'un MS. de la Bibliotèque de
  l'Abbaye royale de Saint Germain des Prez à Paris, et qui n'ont
  jamais esté imprimées jusques à présent._ Brux., 1731, in-fº.

Ainsi se trouvera complétée une série de documents diplomatiques qui
nous semble destinée à répandre un jour nouveau sur une des phases les
plus intéressantes de l'histoire moderne. Toutefois hâtons-nous de
dire que ces documents n'étaient pas restés jusqu'ici entièrement
inconnus. Au milieu du siècle dernier, le baron de Fénélon,
ambassadeur à la Haie, communiqua les cinq registres des Dépêches de
Bertrand de Salignac à Thomas Carte, qui travaillait alors à son
troisième volume de l'Histoire d'Angleterre[29]. Cet historien les
cite souvent, mais à nos yeux il est bien loin d'en avoir tiré tout le
parti possible; il nous serait même facile de prouver que s'il a
souvent consulté ces documents, il ne les a pas toujours compris[30].
Gaillard, mademoiselle de Kéralio, Robertson et Gilbert Stuart sont
les seuls auteurs qui, d'après Carte, citent les Dépêches de La Mothe
Fénélon; mais aucun d'eux ne les connaissait textuellement, et Carte
lui-même n'a jamais eu entre les mains les lettres de la Cour, qui en
forment le complément nécessaire.

  [29] Carte a averti ses lecteurs de cette communication dans la
  préface jointe à ce volume, qui a paru en 1752. Il s'exprime
  ainsi à cet égard:--«A great part of the transactions, in the
  succeeding reign, relative to Mary queen of Scotland, during her
  captivity, are taken from the dispatches of Mr de La Mothe
  Fénélon, a minister of great virtue, abilities, and integrity,
  who was embassador at this court from A. D. 1568 to A. D. 1576.
  His dispatches in five volumes folio were communicated to me by
  the late Mr de Fénélon, who was for several years embassador at
  the Hague, and are now in the hands of his heir.»--Ce sont ces
  mêmes volumes qui se trouvent aujourd'hui aux Archives du
  Royaume.

  [30] Carte, qui a consacré à peine quatre-vingts pages à
  l'Histoire générale d'Angleterre pendant les sept années qu'a
  duré l'ambassade de La Mothe Fénélon, a dû consulter rapidement
  ces registres, dont l'écriture et la langue déjà vieillies
  offraient pour un étranger de graves difficultés. Il n'est donc
  pas surprenant qu'il ait commis des erreurs. Nous nous bornerons
  à une seule citation qui s'applique à un fait important.

  Carte a dit (t. III, p. 486), et l'on a répété d'après lui, que
  lors du projet de mariage formé entre le duc de Norfolk et Marie
  Stuart, _le contrat de mariage avait été dressé devant
  l'ambassadeur de France et remis en dépôt entre ses mains_.

  Il a tiré cette assertion de la 55e Dépêche, datée du 1er
  septembre 1569, et renfermant une lettre confidentielle dont il a
  voulu traduire une phrase, mais il n'en a pas saisi le véritable
  sens.

  Pour que l'on puisse en juger, voici les deux passages que nous
  mettons en regard:

   CARTE (t. III, p. 486).--«M. de Fénélon laboured so earnestly in
   the matter, that the two parties, queen Mary, by the bishop of
   Ross, and the duke, in person, _declared their mutual consent_ to
   the marriage, on supposition of her restitution to her crown, and
   of his restoring her; _and the contract was entrusted to the
   keeping of the French embassador_.--_Dépêche_ 55, september 1.»

   LA MOTHE FÉNÉLON (55e _Dépêche_, du 1er septembre 1569, t. II, p.
   194).--«Madame, je n'ay plus tost entendu vostre desir sur les
   propoz d'entre la Royne d'Escoce et le duc de Norfolc, que je
   n'aye incontinent miz peine de l'advancer par tous les moyens que
   j'ay peu, et ay si bien conduict l'affaire que luy, en personne,
   et elle, par l'évesque de Roz, _m'ont déclairé y avoir_ (soubz
   l'espérance de la restitution d'elle à sa coronne et promesse de
   luy qu'il l'y restituera) _ung mutuel consentement de mariage
   entre eulx_: DE QUOI LUY S'EST FRANCHEMENT COMMIZ A MOY, et m'a
   dict avoir lettre d'elle pour s'y commettre.»

Carte a donc annoncé qu'il y avait eu _déclaration_ devant
l'ambassadeur d'un mariage conclu et _remise du contrat_ entre ses
mains.

C'est là une double erreur, car il n'y avait qu'un simple projet et la
seule chose qui ait été _confiée_ à l'ambassadeur, c'est l'aveu des
intentions réciproques de Marie Stuart et du duc de Norfolk, _de quoy
luy s'est franchement commiz à moy_.

Cette faute de traduction a trompé Robertson et Gilbert Stuart, qui
n'ont pas hésité à reproduire l'assertion de Carte.

   ROBERTSON (t. I, p. 504).--«A _contract_ to this purpose was
   signed, and entrusted _to the keeping_ of the embassador.
   _Carte_, vol. III, p. 486.»

   GILBERT STUART (t. I, p. 455).--«The _marriage contract_ was
   actually entrusted _to the keeping_ of M. Fénélon the French
   embassador. _Fénélon_, _dépêche_ 55; _ap. Carte_, vol. III, p.
   486.»

Sans insister davantage sur l'importance des documents historiques que
nous publions aujourd'hui, et que nos lecteurs sauront bien apprécier,
nous nous contenterons d'exposer en peu de mots le système
d'impression que nous avons adopté, et que nous suivrons toujours
fidèlement.

Nous nous sommes appliqué à transcrire de la manière la plus exacte le
texte authentique que nous avions sous les yeux, nous faisant une loi
d'observer scrupuleusement jusqu'à l'orthographe des noms propres, et
d'en reproduire toutes les variations. L'avantage de cette méthode est
aujourd'hui reconnu par les critiques les plus compétents, et nous
n'avons pas besoin de la justifier. Lorsqu'un oubli du copiste, un
accident survenu au manuscrit ou une erreur évidente nous ont forcé
d'indiquer quelques rares corrections, nous avons toujours eu soin de
les placer entre crochets. Toutefois nous ne dissimulerons pas qu'une
grave difficulté se présentait dans notre manuscrit. L'ambassadeur,
qui cite continuellement des noms anglais, les écrit non pas
conformément à l'orthographe anglaise, mais conformément à la
prononciation, qui souvent s'en éloigne beaucoup. Nous ne pouvions pas
reconstruire l'orthographe de ces noms, puisque c'était manquer au
principe que nous avons adopté et substituer à l'autorité du texte une
interprétation quelquefois arbitraire, surtout pour les noms peu
connus. Nous ne pouvions pas non plus surcharger notre texte de notes
qu'il aurait fallu répéter toutes les fois que le même nom se serait
représenté. Nous avons donc pensé qu'il valait mieux réunir tous les
éclaircissements dans les tables alphabétiques et raisonnées qui
termineront notre publication.

Cependant, tout en nous astreignant à reproduire avec la plus grande
exactitude le texte du manuscrit, nous n'avons rien négligé pour en
rendre la lecture plus facile; nous avons donc marqué les accents et
les apostrophes, complété ou rectifié la ponctuation: ces
modifications, qui n'altèrent pas le texte, sont les seules que nous
nous soyons permises.



SOUVERAINS

QUI ONT RÉGNÉ EN EUROPE DE 1568 A 1575,

PENDANT L'AMBASSADE

DE LA MOTHE FÉNÉLON.


     ALLEMAGNE              Maximilien II.
     ANGLETERRE             Élisabeth.
     DANEMARK               Frédéric II.
     ÉCOSSE                 Jacques VI.--_Marie Stuart._
     ESPAGNE                Philippe II.
     ÉTATS DE L'ÉGLISE      Pie V.--Depuis le 13 mai 1572,
                              Grégoire XIII.
     FRANCE                 Charles IX.--Depuis le 30 mai 1574,
                              Henri III.
     PORTUGAL               Sébastien.
     RUSSIE                 Iwan Wasilejevitch.
     SUÈDE                  Jean III.
     TURQUIE                Sélim II.--Depuis le 13 déc. 1574,
                              Amurath III.



DÉPÊCHES DE LA MOTHE FÉNÉLON



Ire DÉPESCHE

--du XVIe novembre 1568.--

(_Mise dans le paquet de M. de La Forest._)

  Arrivée de l'ambassadeur en Angleterre.--Son audience de
    réception. Notification de la mort de la reine d'Espagne, fille
    de France.


     AU ROY.

Sire, ayant, le septiesme de ce mois, et non plutôt, trouvé à Calais
le passaige bon pour Angleterre, j'arrivay, le Xe ensuyvant, en ceste
ville de Londres, où je fus receu, de monsieur de La Forest, avec
autant d'honneur que se peut faire à un votre serviteur venant pour la
charge qu'il vous a pleu me commander par deçà. Et ayant, le
lendemain, envoyé demander audiance à ceste Royne, elle la luy accorda
pour le XIIIIe de ce mois à Hantoncourt, où le conte d'Hormond et
milord Havard, fils du milord Chamberlan, furent ordonnez pour venir
au devant de nous, qui nous menèrent, sur les deux heures après mydy,
en la sale de présence, et la dite Dame nous y receut fort
humainement, et nous fit toute la gracieuse et familière démonstracion
que se peut desirer pour honorer voz ministres et serviteurs. Le dit
sieur de La Forest me présenta à elle avec plusieurs graves et
vertueux propos concernans l'accomplissement de sa charge, et
l'élection que Votre Majesté avoit faict de moy pour y succéder, et
adjouxta ce que lui sembla bon de ma recommandacion pour authoriser
davantage ma négociacion, et y rendre ceste princesse bien disposée.
Sur quoy, elle voulut bien monstrer qu'il ne pouvoit estre qu'elle
n'eust quelque regrêt à ce changemant, ayant veu le dit sieur de La
Forest, tant qu'il a esté par deçà, traiter toujours avec grand
dignité et modéracion les choses apartenans à la comune amytié,
intelligence et confédéracion d'entre Voz Majestez, ce que lui donnoit
occasion de desirer qu'il continuât longuement ceste charge; mais
puisqu'il vous avoit pleu, Sire, lui ottroyer maintenant son retour
pour s'aller reposer après avoir bien travaillé, elle estoit très
contante que ce fût moy que Votre Majesté ait ainsi ordonné pour le
venir relever. Et sur ce, je lui présentay voz lettres, et celles de
la Royne, avec les cordiales et très affectueuses recommandacions de
Voz Majestez, et luy fis entendre, par les plus exprès et convenables
propos, qu'il me fut possible, qu'estant votre desir de demeurer en la
foy et aux promesses et trettez que vous aviez avec la dite Dame, vous
m'avez commandé d'establir là dessus tout le fondemant de ma
négociacion, cognoissant qu'il y avoit aussi en elle beaucoup
d'intégrité et de constance pour y persévérer de son cousté, ainsi
qu'elle en avoit faict déjà plusieurs bonnes démonstracions, mêmes
avoit usé d'aucungs bien honnestes déportemans sur les troubles
suscitez, l'année passée, en votre royaume; ce qui vous faisoit
espérer qu'elle continueroit aussi de vous porter faveur et assistance
sur ceux qu'on y avoit naguères renouvelés, et qu'elle adjouxteroit à
la première obligacion ceste segonde, que vous n'estimeriez moings
importante, et pour les quèles deux je la pouvois asseurer que vous,
Sire, en garderiez, dedans votre cueur, la juste recognoissance q'ung
prince, bien né et généreus comme vous estes, en debvra avoir pour
l'effectuer envers elle et envers sa grandeur et estatz, quand il
plairoit à Dieu que l'ocasion s'en présentât: et qu'en cela, elle
avoit monstré qu'elle estoit vrayment Royne, fille de Roy, et seur de
Roy, et de toute royale extraction, selon qu'il avoit esté toujours
cognu despuis que Dieu avoit mis sceptres et couronnes ès mains des
hommes; qu'il y avoit grand différance des bons et légitimes princes,
légitimemant béniz par approbacion de Dieu, aux meschans et iniques
tirans suscitez seulemant pour mal fère; que les bons et légitimes
princes avoient droictemant, et en bonne consciance, toujours procédé
en affaires des autres princes, leurs voisins et aliez, et avoient
procuré le bien et évité le mal, loyaument, les uns des autres, quant
ils l'avoient pu fère, là où les meschans n'avoient jamais faict que
guetter l'occasion de nuyre, et l'avoient exécutée par injustes
guerres, par fraudes et machinacions, lors mesmemant qu'ilz avoient
veu leurs voisins plus ampeschez en leurs affaires et estatz. Mais
c'estoient traitz qu'on avoit incontinant descouvers; car l'affligé
sentoit bien tôt ung nouveau mal, et les gens de bien en tel temps
avoient les yeux ouvers pour remarquer les actions des princes et
potentatz de la terre, et Dieu surtout, qui les regardoit de près,
affin de les juger droictemant, tout ainsi qu'il ne laissoit sans
récompencer les bons par beaucoup de prospéritez et bénédictions,
jusques à establir et perpétuer leurs couronnes, aussi ne laissoit-il
eschaper les meschans sans grandes et évidantes punitions, jusques à
esteindre bien tôt eux et leur mémoire, et renverser et dissiper
leurs estatz: que je réputois à grand heur d'estre envoyé de la part
d'ung grand Roy à une grande Royne, qui fesoient, tous deux,
profession de reconoitre tenir de Dieu ceste souveraine authorité,
ceste puissance et grandes forces que vous aviez, et comme vous les
ayant données pour repoulser hardimant les torts et injures qu'on
voudroit fère à vous et aux vôtres; mais pour n'en fère jamais à
autruy. Aussi certes ceste saison, plus que nulle autre, qui eut esté
depuis mile ans en çà, advertissoit les princes de s'abstenir
d'injures et de violances entre eux, et plus tost de se bien unyr, par
intelligeance et mutuels secours, affin de se maintenir, les uns les
autres, en leurs légitimes estatz contre les licentieuses entreprinses
qu'on voyoit passer de païs en païs, et qui avoient déjà trop pénétré
au cueur et en l'opinion des subjectz; et avions à rendre grâces à
Dieu qu'en ce temps, si dangereux et si suspect à l'authorité des
grandz princes, il n'avoit laissé aucune juste occasion de guerre
entre eulx en toute la chrétienté.

La dite Dame receut de fort bonne part lesdits propos, qui lui furent
la plus part dictz à la suyte des siens; et ses principales responses
furent; qu'èle avoit ung grand plésir et contentemant d'entendre votre
bonne et droicte intantion, et de la Royne votre mère, sur
l'entretènemant de la paix et des bons trettez que Voz Majestez aviez
avecques elle, et avec ses païs et estatz; à quoy vous ne la
trouveriez, de son cousté, jamais deffaillante, ains mectroit peyne de
fortefier et accroître ceste amytié, par tous les bons moyens qu'èle
pourroit, priant monsieur de La Forest de vous tesmoigner au vray
comme elle en avoit usé pendant qu'il a esté par deçà; par où
cognoitriez qu'elle méritoit bien le grand mercys que Votre Majesté
luy en avoit faict dire, et pouviez croire certainemant qu'èle
persévèreroit en ceste délibéracion, si elle n'estoit provoquée du
contraire; en quoy elle creignoit qu'on vous en eût déjà donné quelque
persuasion, et qu'èle estoit de race de lion, qui s'adoulcissoit bien
tost s'il n'estoit rudoyé, mais estant provoqué, il s'irritoit
incontinant. Bien disoit desirer, de bon cueur, que vous fussiez aussi
bien servy de voz subjectz par le devoir de leur obligacion, comme
vous le serez d'elle par le devoir de votre comune amytié; et vous
prioyt de croire qu'elle réputoit votre cause, qui estez Roy, lui
toucher beaucoup à elle, qui estoit Royne: me voulant, au reste,
donner cest advertissemant que je ne faillisse de bien examiner les
bruytz qui courroient, et les advis qu'on me donroit plutôt que de les
croire, affin de ne vous en donner alarme ny vous fère prendre aucune
deffiance d'elle mal à propoz; car encor que le sexe duquel elle
estoit fût estimé léger, je la trouverois toutesfois ung rocher qui ne
se plieroyt à tous vens.

Je la remercyai grandement de ces louables propos, et de sa vertueuse
et constante délibéracion envers vous; que je ne faisois doubte que
quelquefois elle n'eust esté sollicitée de ne perdre les occasions qui
sembloient se présenter propres pour entreprendre, sur les païs de
Votre Majesté, comme elle disoit aussi qu'èle craignoit que vous
eussiez esté sollicité d'entreprendre sur les siens; mais Dieu lui
avoit faict cognoitre que ceux qui luy donnoient telz conseilz
tendoient plus de la fère servyr à leurs passions, à leurs querelles
et vengeances, que non pas à son bien, à sa grandeur ny à sa
réputacion; et qu'èle, de son cousté, comme vous aussy, Sire, du
vôtre, aviez estimé trop meilleur et plus louable de vous conjoindre
de cueur et d'affection à fère ce qui plus pourroit contanter et
satisfère l'ung ez affères et païs de l'autre, que de vous y
traverser; comme aussy c'estoit le vray chemin de la gloire, du
proffit et de l'honneur de Voz Majestez.

Elle répliqua que je la trouverois toujour bien preste et disposée de
vous segonder en toutes les bonnes volontez et actions dont useriez
envers elle, avec tèle amytié et sincérité de vrayement bonne seur;
qu'encor qu'on vous eust rapporté, ainsi qu'èle avoit entendu, qu'il
n'y avoit en elle que bonnes paroles mais mauvais effectz, que
toutefois je ne cognoitrois de sa part rien qui ne fût pour me donner
lieu et facilité par deçà d'employer à bon escient voz commandemans,
et ceste même bonne volonté que je lui avois déclairée.

Le dit Sieur de La Forest et moy monstrâmes avoir contantemant de ses
bonnes paroles et d'autres plusieurs qu'elle nous tint bien
convenables à votre comune amytié, ainsi qu'il vous les représentera,
quant il vous ira bien tôt trouver. Cepandant je regarderay si elle y
rendra conformes ses actions, et baiseray, en cet endroit, très
humblement les mains de Votre Majesté, supliant le Créateur qu'il vous
doint, Sire, en parfaicte santé, très heureuse et très longue vie, et
toute la grandeur et prospérité que vous desire.

     De Londres ce XVIe de novembre 1568.


     A LA ROYNE.

Madame, par ce que, par la lettre du Roy, Votre Majesté verra commant,
et en quèle façon, j'ay esté receu de ceste Royne, ensemble les
principales particularitez de ce qu'èle m'a dict, et que je luy ay
répondu, je ne vous ennuyeray de redite; seulemant, j'adjouxteray,
icy, qu'èle a monstré me fère de tant plus favorable réception qu'èle
a sceu que vous en aviez faicte l'élection, et que vous m'aviez
toujours tenu et me teniez pour très certain et bien fidèle serviteur
de Voz Majestez. Elle tesmoigna ung honnête regrès sur le partemant de
monsieur de La Forest à cause que sa manière de négocier, qui a esté
toujours accompaigniée d'honneur et de prudance, et plaine d'ung
incroiable desir à l'entretènemant de la paix, l'avoit beaucoup
contantée, mais n'a laissé pourtant de m'accepter avec beaucoup de
gracieuseté en ceste charge, espérant que je continueray les mesmes
offices qu'il faisoit pour l'entretènemant de la paix. En quoy, je
mectray peine, Madame, d'observer diligemmant ce qu'il vous a pleu, et
qu'il vous pléray cy après, me commander; et par ce qu'après avoir
baillé les lettres du Roy, et vôtres, et faict voz recommandacions à
la dite Dame, elle me demanda de voz nouvelles, je luy voulus bien
dire que, sçachantz, Voz Majestez, qu'elle auroit agréable d'en
sçavoir, vous m'aviez commandé l'assurer, touchant votre santé, que
grâce à Dieu vous estiez tous deux en fort bon estat et disposition,
et que le Roy, depuis estre relevé de sa dernière maladie, s'estoit si
bien fortifié qu'il ne se sentoit plus de l'avoir heue: et, quant à
voz affères, encor qu'il y en eut aucungs qui vous pressassent, Dieu
vous avoit donné de si bons et assurez moyens d'en sortir que vous
n'en craignez aucun dangereux évènement. Il estoit vray que, ces jours
passez, vous aviez esté visitez d'ung douloureux accidant de la mort
de la royne d'Espaigne, fille et seur de Voz Majestez[31], qui vous
avoit apporté plus de regrêt qu'on ne pourroit exprimer, et dont la
douleur vous en dureroit longtems; et qu'on pouvoit croire que l'habit
de deuil, que le Roy, et Vous, et toute votre cour, aviez prins, et
avec lequel je me présentois encores devant elle, n'estoit pour ung
simple acquit, ains pour tesmoigner à bon escient que nous sentions
vrayemant ce grand deuil qui convenoit à la grand perte que nous, et
toute la chrétienté avions faicte. A quoy ne faisois double que la
dite Dame ne participât, tant pour ce que ceste princesse estoit seur
du Roy, son bon frère, et votre fille, que pour avoir esté femme du
Roy d'Espaigne, en l'endroit duquel elle avoit mis peyne, tant qu'èle
avoit vescu, d'entretenir l'intelligence qu'il avoit avec la dite
Royne d'Angleterre aussi bien que cèle qu'il avoit avec Voz Majestez.

  [31] Élisabeth de France, fille de Henri II et de Catherine de
  Médicis, née le 13 avril 1545, mariée le 26 juin 1559, à Philippe
  II, roi d'Espagne, décédée le 3 octobre 1568.

La dicte Dame me répondit qu'èle se réjouyssait grandemant du bon
portemant et santé de Voz Majestez, et qu'èle avoit beaucoup creint la
dernière maladie du Roy, dont rendoit graces à Dieu qu'il en fût si
bien relevé; que Dieu sçavoit les regrêtz qu'èle avoit aux travaulx de
votre royaume, et qu'èle y voudroit remédier de tout son pouvoir, mais
qu'on n'avoit bien prins sa bonne intantion ny ses bons offices, qui
toutefois ne seroient jamais que bien fort convenables à la bonne
amytié qu'èle porte au bien de vos affères. Et quant à l'inconveniant
de la Royne d'Espaigne, qu'èle la regrétoit de tout son cueur, et en
portoit deuil comme si c'eust esté sa propre seur, et sentoit encores
celuy de Voz Majestez qu'èle sçavoit certainement estre très grand, et
dont elle prioit Dieu vous vouloir récompencer de quelqu'autre bonne
consolacion, et qu'èle n'avoit esté encores advertie de cest accidant
de la part du Roy d'Espaigne, ny de son ambassadeur; car elle en eut
déjà faict célébrer les obsèques, aussy bien qu'on les a célébrées
ailleurs. Sur quoy je vous suplye, Madame, au cas que les ambassadeurs
fussent convyés à ceste manière d'obsèques, me commander s'il vous
plait que j'y assiste; et si l'on n'y convyoit que l'ambassadeur
d'Espaigne, si je dois fère instance de n'y estre point oblyé, attandu
que c'est de la fille et seur de Voz Majestez, et surtout commant je
debvray user en l'endroit du dict ambassadeur d'Espaigne.

Je n'ay encores receu la lettre que voulez escrire de votre main à
ceste Royne, il semble qu'il sera bon que je l'aye bien tôt et croy
qu'èle ne sera sans qu'èle porte quelque fruict au service de Voz
Majestez. Je ne me puys que bien fort louer de la franche et ouverte
bonne volonté, dont monsieur de La Forest meit peyne de m'instruyre et
de me laisser ceste négociacion en si bon estat, que je la puysse bien
continuer à votre contantemant. Je laisseray à luy de rendre compte à
Voz Majestez, tant qu'il sera icy, des choses qu'il a entamées et
qu'il a commancé de négotier, ensemble de toutes autres qui
surviendront jusques à son partemant, lequel il espère qu'il sera dans
cinq ou six jours. Je vous suplie bien humblemant, Madame, que j'aye
souvant de voz dépêches, affin d'estre toujour instruit de ce que
j'auray ordinairement à fère; et je suplieray Dieu, après avoir très
humblement baisé les mains de Votre Majesté, qu'il vous doint, Madame,
en parfaite santé, très longue vie et toute la prospérité que vous
desire.

     De Londres ce XVIe de novembre 1568.



IIe DÉPESCHE

--du XXIIe de novembre 1568.--

(_Envoyée par le lacquay Jehan Pigon jusques à Calais._)

  Armement qui semble destiné à secourir La Rochelle.--Convocation
    d'une assemblée pour les affaires de la reine
    d'Écosse.--Situation de Marie-Stuart.


     AU ROY.

Sire, par la première dépesche, que je vous ay faicte de ce lieu de
Londres, du XVIe de ce mois, et par cèle de monsieur de La Forest du
mesme jour et lieu, Votre Majesté aura vu de quèle gracieuse et
favorable démonstracion il a esté licencié, et moi receu, de ceste
Royne, et comme les responses qu'elle nous a faictes ont esté en
substance de vouloir garder et observer, inviolablemant, la paix et
amytié qu'elle, et ses païs, ont avecques Vous et les vostres, ainsi
que plus au long il vous plaira l'entendre par le dict Sieur de La
Forest, qui s'achemina hier à ses journées, pour vous aller trouver.
Et cepandant affin que Votre Majesté ne soit longtems sans sçavoir
nouvelles de deçà, je vous diray, Sire, en continuant les derniers
advis que ledict sieur de La Forest vous a donnez touchant les quatre
ou cinq navyres que ceste Royne a armés, qu'encores hier ils
n'estaient guères esloignez de la coste de deçà, et semble que ce
retardemant n'a tant esté par faute de vent, car le nord-est a couru,
comme pour quelqu'autre occasion qui, possible, a tenu leur
entreprinse en suspens. Il est vray qu'on a remis autant de vivres
dans lesdicts navyres comme il en a esté gasté durant ce séjour, affin
d'y parfournir l'avitaillement de deux mois entiers qu'ils font estat
que pourra durer leur expédition. Aucungs, de ceux qui sont estimés
entendre assez de leurs entreprinses, disent que cest armemant n'a
esté fait pour aller à la Rochelle, ains pour tenter quelque chose en
Normandie ou en Bretaigne, nomméement à Caen ou à Belisle, affin de
fère diversion de la guerre et vous contraindre, Sire, d'envoyer gens
vers ces endroitz là, pour d'autant soulager l'armée du prince de
Condé. Mais où que ceste occasion, ou bien que quelqu'autre les meuve,
je n'ay advis qu'il se face, pour encores, aucungs plus grandz
préparatif de guerre pardeçà que desdictz quatre ou cinq navyres,
ainsi fournys de six gros canons, de quelque quantité de poudres,
d'ung nombre de corseletz, et de six centz soldatz, comme monsieur de
La Forest vous a mandé, sans qu'on y en ait voulu recepvoir davantage,
bien qu'on a adverty ceux qui s'y sont présentés de se tenir pretz
pour XI autres navyres qu'ilz font bruyt qui suyvront bientôt ceux cy;
mais il ne sera cepandant malaysé de résister à l'effort que pourront
fère ces premiers, pourveu, Sire, que faciez tenir vos costes
adverties. Chatelier Portault a obtenu passeport et congé de ramener
les mesmes navyres et marchandises, qu'il avoit emmenées à Plemmue, en
payant les impostz accoustumez, et se présume qu'il se joindra avec
lesdictz navyres de ceste Royne, et qu'incontinant après, tous feront
voyle.

La dicte Dame convoque demain à Hantoncourt les ducs de Norfoc, et les
contes et principaulx barons de sa court, attandant la générale
assemblée de la noblesse de ce royaume qui a esté mandée en cette
ville de Londres pour la fin de ce mois; et c'est pour résouldre
cepandant, ainsi qu'on dict, les affères de la Royne d'Escoce. Je ne
sçay si l'on y en traitera d'autres, car j'entans que le conseiller
Cavagnies ne cesse guyères ses poursuytes, et la présence de Mr. le
Cardinal de Chatillon, nonobstant la modestie dont l'on dict qu'il use
en cet endroit, est pour donner toujours quelque chaleur à ceux cy d'y
entendre. Vray est qu'ilz ne sentent leurs affères si accommodez, ny
les vôtres si discommodés, qu'ilz puyssent prendre assez de seureté
pour ozer rien faire, craignans que vous en auriez bien tôt la
revanche; et certes l'on void qu'ilz règlent et changent, d'heure à
autres, leurs délibéracions selon qu'ilz entendent que la guerre de
France et celle du Païs Bas va succédant. Les députez, qui estoient
assemblés à Yorc pour le faict de la Royne d'Escoce sont déjà à
Hantoncourt; et le duc de Chatèleraut aussy, où se représentera demain
à ceste Royne ce qui résulte de ceste conférence d'Yorc, et semble que
les choses seront pour estre plutôt prolongées que mises en termes de
prochaine conclusion. Le conte de Mora y est aussy, lequel semble
avoir grand haste de s'en retourner en Escoce pour la souspeçon d'une
entreprinse qu'on l'a adverty que le conte d'Arguil avoit sur
Estrelin, qui est le chateau où se norrit le petit Roy d'Escoce, mais
aucungs pensent que c'est une invention de ceux de l'intelligence
d'Angleterre, qui veulent, par telle occasion, mettre en avant que ce
petit prince soyt conduyt par deçà, pour estre eslevé sous la
protection de cette Royne: mais la meilleure partie des Escoçoys ne
veut consantir qu'on le sorte hors du pays, bien qu'aucungs, comme on
dict, ont d'ailleurs mis en avant qu'il seroit bon de le passer en
France pour estre norry près de Votre Majesté. Le dict conte de Mora,
et ses adhérans, semblent pourchasser qu'on ait à remuer la Royne
d'Escoce en ung lieu qui soyt plus avant dans l'Angleterre que celuy
où elle a esté jusques à présent[32], souz prétexte qu'il y a beaucoup
de catholiques en icelle contrée, qui pourroient, à cause de ceste
princesse, attempter quelque rébellion dans le pays. Mais la dicte
Dame a senty qu'en effet c'est pour la fère venir ès mains d'aucungs,
avec lesquelz ilz ont telle pratique et intelligence qu'elle
n'estimeroit estre de rien mieux que si on la consignoit entre les
leurs propres, dont elle a adverty l'évesque de Ros et le mylord
Heyreies, qui sont icy ses depputez, d'y prendre garde, et qu'ilz
remonstrent à la Royne d'Angleterre que, si tant est que de puissance
absolue elle la veuille plus longuement retenir en ses terres, il luy
plaise aumoings que ce soyt en lieu non suspect, où elle puysse avoir
les honnestes libertez et les moyens de se récréer, qui ne doibvent
estre reffuzées à une telle princesse comme elle est, qui est entrée
en son pays sous l'assurance d'y estre trettée comme sa propre seur. A
quoy, si la Royne d'Angleterre ne veut entendre, elle mande à ses
dictz depputez qu'ils m'ayent à appeller, comme estant icy votre
ambassadeur, et l'ambassadeur du Roy d'Espaigne pour tesmoings de la
violance qu'on fera à sa liberté, affin que, si par mauvais
trettement, ou pour crainte de sa personne, elle venoit cy après à
fère ou dire chose qui préjudiciât à son estat et authorité, il soit
manifeste à Vos Majestez que ce aura esté par force. J'entendz qu'on a
desja mené des provisions au château de Thitbery qui est vers le pays
d'Ouest soubz le gouvernemant du conte de Hontiton qu'on dit estre
bien fort passionné pour la religion nouvèle. Je creins que ce soit
pour y remuer la dicte Dame.

  [32] Le château de Bolton, dans l'Yorkshire.--Marie-Stuart
  s'était réfugiée en Angleterre le 16 mai 1568; débarquée à
  Workington, elle avait été conduite avec honneur à Carlîle, et
  presque aussitôt enfermée à Bolton.

Je mettray peyne, Sire, d'apprandre quelque chose de la susdicte
convocation de demain, pour en donner advis, par mes premières, à
Votre Majesté, à laquèle je baise très humblemant les mains et prie
Dieu qu'il vous doint, Sire, en très parfaicte santé toujour
prospérité et très longue vie.

     De Londres ce XXIIe de novembre 1568.


     A LA ROYNE.

Madame, de ce peu qui est icy survenu de noveau despuis la première
dépesche que je fis à Vos Majestez, après avoir esté favorablement
receu de ceste Royne, monsieur de La Forest en a faict le recueil,
lequel partit hier mattin pour vous aller trouver. Il s'en va bien
fort contant de ce qu'il vous rapporte encore la paix de ce cousté, et
a opinion que ceux-cy pourront bien attempter prou choses au préjudice
d'icelle, mais qu'ilz ne la rompront point du tout, ce qui sera
encores quelque bien qu'ilz ne nous facent tant de mal comme,
possible, ilz nous en veulent. Et d'autant que le dict Sieur de La
Forest s'achemine à ses journées, j'ay advisé, pour ne vous fère trop
longuemant estre sans avoir nouvèles de deçà, d'escripre à Voz
Majestez les particularitez qu'il vous plaira voir en la lettre du
Roy, ausquèles j'adjouxteray seulemant, Madame, que, sur la fin de ma
première audiance, je pryai ceste Royne de m'en donner bien tost une
segonde, pour lui fère entendre aucunes choses que vous m'aviez
commandé luy dire, et lesquèles il estoit besoing qu'èle sceût affin
de ne se laisser tromper sur les affères qui se passoient maintenant
en France, èsquelz Vos Majestez avoient en partie procédé par
l'exemple mesmes de ce qu'èle avoit usé en son royaume, que vous aviez
estimé digne d'estre imyté. A quoy la dicte Dame me respondit qu'èle
voudroit, de bon cueur, qu'il fût ung peu plus d'heure pour ne remètre
ung tel discours à une autre fois, mais puis qu'il estoit desjà nuyt,
et que notre retraicte estoit assez loing, je pourroys revenir, à tel
autre jour qu'il me plairoit, pour le luy achever; que je seroys
tousjours le bien venu. Despuys j'ay envoyé la supplier pour la dicte
audiance, et elle m'a mandé que je l'excusasse pour ces deux prochains
jours seulemant, parce qu'elle avoit promis d'ouyr les députez
d'Escoce et de les dépescher, mais qu'incontinant après elle
envoyeroit vers moy pour m'assigner le jour que je la pourroys aller
trouver. Il semble, Madame, qu'on mène ici les affères de la Royne
d'Escoce avec tant d'artifice que je ne puys espérer qu'on y face
guyères rien à son proffit, et, pour le présent, tous les grandz sont
si occupez à y vaquer, que mesmes l'on pense que les propositions du
conseiller Cavagnies en demeurent en quelque suspens, bien qu'on m'a
présentemant adverty qu'il y a lettres d'Anvers par lesquèles l'on
escript avoir esté, au nom de ceste Royne, forny de l'argent au duc de
Casimyr[33] pour luy ayder à fère la levée qu'il promect, de VII ou
VIII mille Reistres, en faveur du prince de Condé, ce que je ne croy
aiséemant, veu la considération qu'on dict qu'a ceste princesse de ne
vouloir jamais advancer ses deniers en entreprinse mal asseurée. Tant
y a que je n'ai voulu différer de le vous mander, et mettray peine de
le sçavoir plus au vray et d'avoir l'oeil sur tout ce qui concernera
icy le service du Roy et celuy de Votre Majesté, à laquèle baisant, en
cest endroit, très humblement les mains, je prieray Dieu qu'il vous
doint,

Madame, en parfaicte santé très longue vie, et tout le bien et
prospérité que vous desire.

     De Londres ce XXIIe de novembre 1568.

  [33] Jean Casimir, fils du comte Palatin du Rhin.



IIIe DÉPESCHE

--du XXIXe novembre 1568.--

(_Envoyée par Pierre de Chassac dict Bourdillon._)

  Assemblée d'Hamptoncourt.--Conférence d'York évoquée à
    Londres.--Danger de Marie-Stuart, dont on sollicite la mise en
    jugement.--Avis sur ce qu'il y aurait à faire dans son intérêt.


     AU ROY.

Sire, par mes précédentes du XXIIe de ce mois je donnoys advis à Votre
Majesté de l'assemblée des grandz et principaulx de ce Royaume, que
ceste Royne convoquoit, pour le lendemain XXIII, en sa mayson
d'Antoncourt, sur les affères de la Royne d'Escoce, et m'estant
despuys diligemment enquis si l'on y traictoit autres matierres
d'importance, j'ai sceu, Sire, qu'encor qu'il y ait esté proposé
plusieurs choses touchant la guerre et les armes, que ceulx cy voyent
prinses tout à l'entour et bien près d'eulx, et touchant la provision
qu'aucuns remonstroient y debvoir de leur costé estre mise de bonne
heure, affin de ne se trouver surprins, et nonobstant aussy que, le
segond jour de la dicte assemblée, Mr. le Cardinal de Chatillon soyt
allé trouver ceste Royne aux champs, où elle estoit sortie à la
volerye, et qu'ilz ayent conféré ensemble l'espace d'une heure en une
maison où elle descendit, il n'y a heu toutes fois, pour le regard des
choses de la guerre, encores rien ordonné en la dicte assamblée; que
seulement du faict de Me. Huynter pour la charge qu'on luy a donné de
quatre ou cinq navyres, dont Mr. de La Forest et moy vous avons cy
devant escript amplement; auquel Huynter l'on a, à ce que j'entens,
enfin délivré six mille livres esterlin, qui sont environ XX mille
escuz, outre l'artillerie, poudres et autres munitions, qui ont esté
chargées dans lesdictz navyres. Et parce que Chatellier Portault a
esté licentié quasi en mesme temps, et que le cappitaine Sores, et
luy, sont après, à ce qu'on dict, d'équiper en guerre aucungs de ces
navyres marchans qu'ilz ont prins, l'on estime que le dict Huynter et
luy pourront fère voyle ensemble, et aller à mesmes entreprinse; mais
j'espère, Sire, qu'ilz trouveront voz portz et frontières si bien
pourveues qu'ilz n'auront où exécuter la mauvaise intantion qu'ilz
pourroient avoir.

Et quant à la Royne d'Escoce, j'estime, Sire, que Voz Majestez, et
touz les autres princes de la chrétienté, avez quelque intérest que
ses affères n'aillent par là, où aucungs, bien artificieusemant,
s'esforcent de les fère passer; d'autant que l'exemple seroit d'assez
de préjudice pour ceulx qui ont suprême authorité: car ceulx, qui font
parti à la dicte Dame, voyans qu'ilz ne pouvoient espérer jugemant, ni
déclaration, assez criminèle contre elle, par les commissaires
assamblez à Yorc, qui n'estoient depputez que pour entendre simplement
les différands, et moyéner une reconciliation d'entre elle et ses
subjectz, affin de la remectre en son estat, et qu'il leur a semblé
que le duc de Norfoc, qui estoit le principal desdictz depputez, en ne
se montrant assez contraire à la dicte Dame, estoit pour pratiquer,
maintenant qu'il est veufve, de se marier avecques elle, dont en ont
donné quelque soupçon à la Royne d'Angleterre. Ilz ont tant faict que
ceste conférance d'Yorc a esté évoquée icy, pour estre continuée et
parachevée en la présence de la dicte Royne d'Angleterre, souz
prétexte qu'il y alloit trop de temps, trop de peyne, et trop de
fraiz, à tretter ceste matière de si loing. De quoy semble que le dict
duc de Norfoc ne demeure guyères contant, se voyant par là privé de
l'authorité et cognoissance de ceste grand cause, en laquelle il avoit
esté desjà commis, comme présidant en la dicte conférance d'Yorc.
Néanmoings il n'a laissé d'assister, toutz ces jours, à la dicte
assamblée d'Antoncourt en laquèle j'entendz qu'il a esté desjà résolu
de renvoyer ceste matière aux principaulx de ce conseil, et à certains
principaulx juges de ce royaume, pour estre terminée pardevant eulx,
en ceste ville de Londres, au lieu où l'on a acoustumé de tenir la
justice, dans le lougis de Oesmestre. Et suys adverty qu'aucungs
prétendent monstrer que la dicte Dame est, à bon et juste droict,
prisonière de la Royne d'Angleterre, pour avoir entré en son païs,
sans passeport, ny congé, au préjudice des trettés d'entre les deux
royaumes; et qu'estant ainsi venue en sa puyssance, la Royne
d'Angleterre a authorité et jurisdiction sur elle; et qu'elle peult et
doibt cognoistre des cas qu'on luy imposera, comme estant sa
justiciable; et par ainsi, fère raison au comte et comtesse de Lenos
qui, chascung jour, à genoulx, luy requièrent justice de l'excès
qu'ilz prétendent qu'èle a commis en la personne du feu Roy d'Escoce
son mary, qui estoit leur filz; mesmemant que lesdictz de Lenos sont
Anglois, et leur filz estoit né tel, lequel, encores quil fust devenu
prince souverain, et fust monté à semblable dignité royale qu'est la
Royne d'Angleterre, elle, toutesfois, n'a pu perdre son droict de
préhéminance sur luy, par argumant de cellui qui, estant né serf de
condition, ne peult, par aucung moyen, amoindrir celle de son maître.
Et puys que la Royne d'Escoce, et ceulx qui luy font partye, se
retrouvent de présent en esgalle condition d'estre sujectz et
justiciables de la Royne d'Angleterre, ils concluent que ceste
princesse doibt estre jugée par les loix et coustumes que la Royne
d'Angleterre faict observer en son pays, et que, si elle reffuze de
respondre, et subir jugemant au throsne de justice d'Angleterre, et
par devant les juges, qui luy seront commis par authorité royalle
dudict pays, qu'il pourra, lors, estre procédé contre elle par
contumaces, comme désobéyssante et rebelle à justice. Et sont sesdictz
parties entrés en espérance de gaigner ce point, lequel s'ilz
obtiennent, et qu'il leur soyt baillé voye de poursuyvre, icy, la
dicte Dame par justice, disent qu'ilz ont une présente et prompte
preuve, qui porte entière vérifficacion du cas et crime qu'ilz luy
imposent, par lettres escriptes et signées de sa main[34]. Vray est
qu'ilz creignent que ceulx, qui tiennent le party de la dicte Dame,
veuillent maintenir de faulx les dictes lettres, et dire que ceulx
mesmes qui les produysent les ont supposées et contrefaites, et que,
puisque leur malice et subtilité a esté si grande que d'avoir peu
déposséder une Royne légitime de sa couronne, qu'ilz ont bien eu
l'invention aussy de contrefaire sa main, et que l'on pourra aussi
alléguer que, quant bien la dicte Dame auroit attempté quelque chose
en cest endroict, ce qu'èle ne fit oncques, le comte Boudoel l'y
auroit induicte et contrainte par force d'enchantemant et
d'ensorcèlemant, comme il en sçait bien le mestier, n'ayant faict plus
grande proffession, du temps qu'il estoit aux escolles, que de lire et
estudier en la négromancie et magie deffendue. Et parce qu'en la
vérifficacion des dictes lettres gist principalemant l'intention de
ceux qui font partye à la dicte Dame, ilz sont après à cercher par
quel moyen ilz pourront monstrer qu'èles ne sont faulces, ny
controuvées.

  [34] Ces lettres sont imprimées dans la collection de Jebb.
  Londres 1725, t. 1, p. 333 et suiv.

La dicte Dame m'a escript, du XXe de ce mois, pour fère envers ceste
Royne les offices, dont ses depputez me requerront: en quoy je
m'employeray sellon qu'il vous a pleu me le commander, et mectray
peyne de regarder de prez à tout ce qui concernera icy votre service,
et d'en tenir, le plus souvant que je pourray, Votre Majesté advertye,
à laquelle baysant, en cest endroict, très humblement les mains, je
prieray Dieu qu'il vous doint, etc.

     De Londres ce XXIXe de novembre 1568.


     A LA ROYNE.

Madame, avec les particularitez, que j'escris présentemant au Roy, de
ceste convocation des grandz et principaulx de ce royaulme, qui a esté
faicte ces jours passez à Antoncourt, pour les affères de la Royne
d'Escoce, il sera bon que Votre Majesté sçache le jugemant que
ceulx-cy font des troubles et affères de France; car par là se
descovre assez de leur intantion, et ce qu'ilz peuvent avoir volonté
de fère. Ilz estiment, Madame, que le prince d'Orange prend le chemin
de France, non pour aucunemant se retirer de devant le duc d'Alve, car
ilz disent qu'il n'est ny foible, ni mal pourveu, pour s'en aller;
mais qu'il le faict par l'intelligence de ceulx de la nouvelle
religion, qui ont prins résolution d'establir premièremant leurs
affères en France, comme au plus grand et principal lieu, et, par
après, il leur sera bien aysé de les establir au Pays-Bas; et qu'en
cela ilz s'assurent que tous ceulx de leur opinion concorront, et
d'affection, et de secours, pour leur donner moyen qu'ilz en puissent
venir à bout, et jugent d'ailleurs qu'estans Voz Majestez bien
pourveues de forces, la guerre sera pour durer si longtems dans votre
royaume, qu'ilz auront loysir de considérer et de choisir le party
qu'ilz auront à prendre. Et affin que cepandant les catholiques de
deçà n'ayent à bien espérer de la prospérité, qu'ilz pourroient
entendre de voz affères, et des affaires du duc d'Alve, ilz desguysent
toutes les nouvelles qui en viennent, et mesmes tiennent gens apostez
pour aller publier, par les contrées, que lesdictz de la nouvelle
religion ont l'avantage de la guerre, et que le prince de Condé a
faict une grand dilligence de venir, de Périgort jusques prez de
Chatelleraut, pour présenter la batailhe à Monsieur, qui ne l'a voulue
accepter; ains qu'il a faict rompre ung pont devant luy pour l'éviter,
ce que voyant le dict prince, et qu'il ne le pouvoit contraindre au
combat, s'est acheminé, à grandz journées, vers Bourges, et vers le
Loire, pour surprendre quelque passaige de la rivière, affin de se
joindre au dict prince d'Orange. Et, l'ung des principaulx d'entre
eulx a dict à un de mes gens que lesdictz deux princes iroient
régenter cest yver à Paris, et que le duc d'Alve avoit eu une
estrette[35], pres de Beins où il avoit perdu quatre ou cinq mille
hommes, entre autres, Julian Rovero avec tout son tercero y avoit
esté deffaict, et ung dom Louys Henriques, et cinq ou six autres
Espaignolz de qualité, thuez, desquelz on réservoit les corps pour les
rapporter ensepvelir en Espaigne; et mectent, par telles inventions,
toute la peyne qu'ilz peuvent d'abbatre le cueur des catholiques, et
d'anymer toutjour ceulx du contraire party. Mesmes je crains qu'ilz
s'esforcent par là de mectre quelques espérances dans le cueur de
ceste princesse, dont semble, Madame, estre assez requis qu'il vous
plaise me fère entendre commant vont les choses de delà, et comme il
vous plait qu'elles soient dictes, et représentées icy, affin d'en
satisfère la dicte Dame et ceulx des siens qu'envoyent assez souvant
devers moy pour en sçavoir.

  [35] Escarmouche.

Elle m'a mandé, par ung des clercz de son conseil, que je la pourray
aller trouver demain à Antoncourt, sur les deux heures aprez mydy,
pour l'audiance que je luy avois demandée, où je ne faudray de luy
bien exprimer le discours qu'il vous a pleu me commander luy fère,
affin que doresenavant elle sçache bien juger de l'intantion dont Voz
Majestez avez toujours droictemant procédé en l'endroict de voz
subjectz, pour cuyder obvyer aux troubles; ce que n'ayant pu fère,
vous avez esté contraintz de chercher les moyens d'y remédier et en
avez prins aulcungs de l'exemple de ceulx dont elle a usé en son
royaume. Et luy toucheray ung mot de ces navires de guerre qu'èle a
dépeschez, affin de sonder, s'il m'est possible, à quelle entreprinse
elle les envoye, et n'oblieray ce que la Royne d'Escoce m'a escript,
et dont ces depputez, qui sont icy, m'ont advisé de luy dire, bien
qu'il faut que je vous dye, Madame, qu'il me semble qu'on n'a jusques
icy assez considéréement advisé aux affères de la dicte Dame, ny
assez préveu combien il luy sera dommageable et pernicieux d'avoir
commancé de procéder et d'entrer en cause devant ceulx cy, qui veulent
maintenant si bien acrocher la matière que ce soyt à eulx d'en faire
le jugemant. En quoy ne fault doubter qu'on n'essaye de toucher, s'il
est possible, à la réputation et à l'estat, et, possible, à la vie de
cette princesse; dont j'ay soigneusement adverty ses depputez qu'ilz
ayent à pourvoir que, par récusations ou par autres moyens
déclinatoires, ils rompent maintenant ce coup, espérant que le temps
admènera quelque chose de mieulx, et, possible, portera quelque bon
remède. Je croys que, pour le présent, ce luy seroit quelque secours
qu'on peult envoyer icy un sçavant et éloquant personnaige, qui
sceût déduyre bien vivemant, de parole et par escript, devant
lesdictz commissères, ce qui est requis, pour les garder qu'ilz
n'entrepreignent plus grand cognoissance qu'ilz ne doibvent sur ceste
princesse, et qu'ilz sçachent que le tort qu'on luy pourra fère ne
sera sans estre examiné pardevant Voz Majestez, et pardevant les
autres princes de la chrétienté. Comme il me semble que les argumans
qu'ilz veulent prendre sont assez légers, et bien fort inpertinans,
dont monsieur le cardinal de Lorrayne pourra, à cest effect, fère
ellection de quelque bon advocat de Paris, et l'instruyre amplemant de
ce qu'il estimera convenir au bien, et grandeur, et dignité de la
dicte Royne d'Escoce, sa niepce. De ma part, Madame, je métray peyne
qu'il ne luy deffaille rien de l'office qu'il vous a pleu me commander
fère icy pour son service, et auray toutjour l'oeil à tout ce qui
concernera celuy du Roy, et de Votre Majesté; à laquelle baysant très
humblement les mains, je prieray Dieu qu'il vous doint, Madame, en
parfaite santé très longue vie, et tout le bien et prospérité que vous
desire.

     De Londres ce XXVIIIe de novembre 1568.



IVe DÉPESCHE

--du Ve de décembre 1568.--

(_Envoyée par Jehan Vallet._)

  Nouvelles encore incertaines du combat de Jaseneuil.--Lettres de
    marque délivrées contre les Bretons.--Première entrevue de
    l'Ambassadeur et d'Élisabeth, dans laquelle sont discutées les
    affaires de France.


     AU ROY.

Sire, en ceste segonde audiance, que la Royne d'Angleterre m'a donnée,
je luy ay bien particulièrement récité les mesmes propos, que Voz
Majestez, en me dépeschant de deçà, m'aviez commandé luy dire, et ay
tiré d'elle les bonnes responses que verrez par la lettre, que sur ce
j'escriptz présentemant à la Royne, ayant opinion que ceste princesse
m'a, en aucunes choses, parlé assez ouvertemant pour pouvoir
conjecturer que les présentes occasions, s'il n'en vient de meilleures
et plus approuvées d'elle, ne seront pour luy fère, de son mouvemant,
comancer la guerre, et mesmes qu'elle résistera assez à ceulx qui la
luy conseilleront; bien que je ne foys doubte qu'on ne luy persuade de
fère quelques démonstracions assez expresses en faveur de ceulx de sa
religion, et, possible, de leur prêter quelque secrêt secours, comme
des six canons, pouldres et munitions qu'èle a faict charger ès dictz.
quatre navyres, dont cy devant vous ay escript; car ilz sont partis
de Haruich dès le XXVIe du passé, et sont allez relascher à Derthemmue
en la coste de Cornaille, où ilz doibvent prendre quelques vivres et
parfournir le nombre qui leur deffailloit de mariniers; et se dict
qu'ilz passeront du premier jour à Fallamue, qui est tout à la pointe
de Cornailhe; d'où n'y a qu'ung traject de XXIIII heures jusques à la
Rochelle, et que néanmoings Me. Ouynter a commandemant de temporiser
la délivrance desdictes monitionz tant qu'il luy sera possible, et de
ne la fère sans bonne seurté du payemant.

Or, Sire, ce à quoy ceulx cy aspirent maintenant le plus, et où ilz
dressent principalemant leurs entreprinses, est l'Escoce, comme il
leur semble qu'ilz ont à ceste heure dans la main les moyens de s'en
prévaloir, et sont aprez, tant qu'ilz peuvent, à retirer le petit Roy
d'Escoce en ce pays; bien qu'il me semble que les expédians qu'ilz
cuydoient avoir desjà trouvez pour parvenir à cela, et pour procéder
sur les faictz de la Royne sa mère, se vont enveloupant en plus de
difficultez qu'il n'y en a heu ung moys y a, tant à cause qu'ilz ne
sont bien d'accord, entre eulx, comme ilz y doibvent procéder, que
pour ne trouver ny l'une ny l'autre partye des Escouçoys bien disposés
à leur intantion; de sorte que cecy sera pour prendre encores ung long
trêt, et se sont les dictes difficultez augmantées davantage par une
nouvelle qui est venue, que, Dieu, par les mains de Monsieur, frère de
Votre Majesté, vous avoit donné une grand victoyre[36] sur monsieur le
prince de Condé, laquelle nouvelle, encor qu'on ne la tieigne icy pour
bien certayne, n'a layssé pourtant de pourter quelque faveur et
relasche aulx affères de la Royne d'Escoce, et a beaucoup esmeu ceste
court et tout ce pays, monstrans les catholiques d'en avoir grand
plaisir dans le cueur, et au contraire ceulx de la nouvelle religion
en demeurent fort estonnez, qui amoindrissent tant qu'ilz peuvent la
dicte victoire, publians que ce n'est qu'ung rencontre où n'y a heu
que cinq ou six cens hommes de pied desfaictz d'ung chacun costé. Il
vous pléra, Sire, commander qu'il me soye faict ung mot sur ce bon
succez, affin que cela serve de relever toutjours vos affères par
deçà.

  [36] Combat de Jaseneuil, livré le 17 novembre 1568.

J'entans que certains Anglois, nommez les Michelz de Plemmue, ont
obtenu lettres de marque de ceste Royne sur les Bretons pour revanche
de quelques déprédations, que lesdictz Bretons leur ont faictes,
desquèles ilz remonstrent n'avoir peu avoir justice en France. Il sera
bon, Sire, qu'il soyt donné promptemant advis de leur entreprinse en
la coste de Bretaigne, car ilz dilligentent fort d'équiper en guerre
deux vaisseaulx de L ou LX tonneaulx, qu'ilz veulent mectre du premier
jour hors de la rivière de Londres, et me commander si j'auray à fère
instance qu'on ait à révoquer lesdictes lettres de marque. Dom Johan
de Castilla, cavallier espaignol, est arrivé icy avec L ou LX soldatz,
qui n'a voulu se rembarquer pour aller trouver le duc d'Alva sans
sauf-conduyt de cette Royne, laquelle s'est excusée quelques jours de
le luy bailler, disant qu'il pouvoit passer oultre sans cela, mais
enfin l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, le luy a faict délivrer.
Sur ce je prye Dieu, etc.

     De Londres ce Ve de décembre 1568.


     A LA ROYNE.

Madame, le jour après la datte de mes dernières, qui sont du XXIXe du
passé, j'allay trouver ceste Royne à Antoncourt, laquelle, encore que
fust en quelque indisposition de sa santé, je la trouvay néanmoings
bien disposée de m'ouyr fort volontiers dans sa chambre privée, où,
aprez aulcungs privez propoz, qu'il lui pleut me tenir, de la douleur
qu'elle sentoit à son cousté pour s'y estre heurtée quelques jours
auparavant, en ung coche où elle alloit ung peu trop viste, je luy
récitay bien à loysir le propos que m'aviez commandé luy tenir,
touchant les présens affères de France, quasi aux propres termes que
m'aviez ordonné le luy dire, et dressay principalemant mon discours à
luy fère voir que, non seulemant Voz Majestez avoient mis grand peyne
et dilligence d'obvier aux premiers troubles, et d'éviter aussy les
segondz, mais encores de ne venir jamais, s'il vous eust été possible,
à ces troiziesmes, ayans cerché du commancemant d'accorder le
différand de la religion pour satisfère à aulcungs qui sembloient
estre meues de scrupuls de consciance en ceste cause. Mais n'ayans peu
pour cella empescher que les armes ne fussent prinses, vous leur aviez
dès lors ottroyé, affin qu'ilz les posassent, l'exercice de leur
relligion par toutes les provinces de votre royaulme avec grand soing
que les inimitiez particulières qui pouvoient rester de ceste première
guerre, demeurassent estaintes. Et encores despuys, n'ayans eulx
layssé pour cella d'attempter ce que la dicte Dame avoit entendu de la
journée de Meaulx l'année passée[37], et de recommancer une guerre qui
n'avoit esté de peu de danger pour les personnes et pour l'estat de
Voz Majestez, ny de peu de dommage à votre royaulme, Voz Majestez
néantmoings, pour n'hazarder ung si grand nombre qu'il y avoit de
votre noblesse aulx deux armées, et affin d'espargner le sang de voz
subjectz, avoient de rechef condescendu à leur confirmer, et mesmes
amplifier, le libre exercice de leur relligion, espérant que de là
viendroit quelque repoz à votre royaulme. Mais maintenant que vous
avez trop de preuves que, pour le moindre souspeçon du monde, et à la
plus légère occasion qui leur pouvoit venir, ilz recourront
incontinant aux armes, sans qu'on les en peult aucunemant divertir,
comme j'en pouvois en partye estre tesmoing pour avoir à cest effect
esté dépéché devers la Royne de Navarre et devers Mr. le prince de
Condé; et que par le moyen de leurs consistoires, et de la forme de
procéder de leur relligion, ilz faisoient assemblée d'hommes, d'armes,
de munitions de guerre, levées de deniers, et soublevoient en une
heure, quant ilz vouloient, les provinces, et surprenoient les villes
de votre royaulme, Voz Majestez avoient bien voulu, outre le moyen de
la force, essayer encores d'autres remèdes propres pour interrompre et
empescher leurs entreprinses, et pour ceste cause, aviez faict publier
votre édict, du XXVe de septembre, pourtant interdiction de n'y avoir
autre exercice de religion dans votre royaulme que de la catholique,
de laquelle Voz Majestez faisiez proffession, ayant en cela suivy
l'exemple de la dicte Dame, qui, à son advènemant à la couronne, avoit
seulemant laissé en ses païs le seul exercice de la sienne et mesmes
n'avoit craint d'oster aux catholiques la leur, bien qu'ilz fussent en
plus grand nombre et des plus grands de son royaulme, vous ayant ung
de voz ambassadeurs, qui avoit résidé près de la dicte Dame, lequel je
luy nommay, rapporté que elle mesmes luy avoit dict avoir esté meue et
conseillée de ce fère pour esviter la division de ses subjectz, et
garder que l'ung ny l'autre party peût fère pratiques ny menées contre
son authorité. Ce que le Roy et Vous, Madame, luy aviez bien voulu
fère représenter à part comme ung affère qui touche la grandeur des
personnes de sa qualité, et dont ne pouvoit estre, si elle se
souvenoit d'estre Royne, qu'èle n'en eust quelque ressentimant, et
aulmoings qu'elle ne fust bien ayse que Dieu vous eust donné les bons
moyens, que vous aviez, de demeurer les maitres; que pouviez fère
estat de plus de XXIII mile hommes de cheval, et de plus de deux centz
enseignes de gens de pied, pour vous en servir ès endroicts où vous
aviez besoing de forces dans votre royaulme, avec grand regrêt,
touteffois, que fussiez contrains de venir à ceste preuve, mais
c'estoit pour ne voir qu'en puyssiez essayer de plus gracieuse; car
cognoissiez la portée de votre estat, et aviez le soing de la
conserver comme elle ne debvoit autremant juger du debvoir de Vos
Majestez à aymer, ou estre bien aymez de voz subjectz, que de celuy
dont elle avoit toujour uzé à bien vouloir et estre bien voulu des
siens.

  [37] Le 29 septembre 1567, la cour se trouvant près de Meaux, les
  protestants avaient formé le projet d'enlever le roi et la
  reine-mère, qui se retirèrent en toute hâte à Paris. Ce fut le
  signal d'une nouvelle prise d'armes.

La dicte Dame me respondit qu'elle prenoit pour ung grand tesmoignage
de votre amytié, et de l'estime que vous aviez de la sienne, de luy
avoir faict donner si bon compte de vos présentes et plus importantes
actions, de quoy elle vous mercyoit de tout son cueur, et qu'elle
estimoyt que c'estoit encores des restes de la négociation de Mr. de
Rênes, par lequel elle pensoyt toutesfois vous avoir mandé une si
bonne response sur ce qui n'avoit esté bien entendu du message qu'elle
vous avoit faict fère par son ambassadeur, qu'elle s'assuroit que vous
en seriez demeurés contans, et qu'elle me vouloit franchemant dire
que, dans son cueur, elle justifyoit Voz Majestez sur tout ce que,
pour maintenir votre authorité, et pour avoir l'obéyssance qui vous
est deue, vous avez entreprins en votre royaulme, estimant que vous
portiez à votre estat et à vos subjectz la mesmes affection qu'elle
avoit au sien et aux siens; et qu'elle ne vouloit tant présumer de la
façon, dont elle avoit uzé à gouverner son estat, que vous en eussiez
rien voulu imiter au vôtre; car encor que, du commancemant, estant
meue du seul zèle de l'honneur de Dieu, et de sa consciance, elle eust
estably, sans aulcung contradict, le règlemant de sa religion dedans
son royaulme, souz lequel ses subjectz avoient despuys vescu en grand
repoz, sans rien sentir de ces orages qui s'estoient eslevez tout à
l'entour d'eulx, si ne pouvoit, à son advis, quadrer son exemple à
celui dont Voz Majestez aviez présentemant uzé, car ne luy estoit
jamais advenu de changer ces édictz, ny en la relligion, ny en autre
chose, là où il sembloit que, pour contanter d'autres princes, vous
n'aviez maintenant faict de difficulté d'abatre l'authorité des
vôtres. Puys, bayssant la parolle, continua me dire qu'elle croyoit
certainemant que les feuz roys, voz prédécesseurs et siens, et les
autres princes et potentatz, qui avoient cy devant régy la chrétienté,
avoient cognu, aussy bien que ceulx qui régnoient maintenant, que
l'églize et la religion avoient heu, de leur temps, besoing de
réformacion, mais n'y avoient voulu toucher, prévoyans que, quant cela
viendroit, il admèneroit les troubles que nous voyons, et que, si son
advis eust esté digne d'être receu de Voz Majestez, elle vous eust, du
commancemant, conseillé que, puys que Dieu estoit invoqué en l'une et
en l'autre relligion, que vous n'en eussiez jamais permis que l'une,
mais puysque déjà vous aviez au proffit et instance d'ung grand nombre
de voz subjectz ottroyé les deux, elle avoit opynion que, sellon le
dire des anciens, encor que la loy en fust ung peu dure, que vous la
debviez néanmoings avoir supportée quelque temps, et ne la rompre
ainsi à l'appétit des ungs, sans avoir premièremant pourveu à
l'intéretz des autres, mesmes en temps que les armes estoient desjà
prinses, qui semblent, par là, estre maintenant dressées contre tous
ceulx qui font proffession de mesmes relligion, et qu'elle ne le
disoit toutesfois pour pourter davantage le faict de ceulx cy, car
elle n'avoit obligation à eulx, ny espérance en leurs forces,
s'appuyant seulemant sur la faveur de Dieu et de l'estat qu'èle tenoit
de luy, et sur la bienvueillance que, par bienfaictz et bons
trettemans, elle s'estoit acquise de ses subjectz, ny ne vouloit aussi
par là taxer en rien l'ordre et sage conduicte de voz affères, ayant
respondu à quelques ungs, qui disoient desirer que la France fust
aussi bien governée qu'estoit l'Angleterre, qu'elle tenoit votre
prudance pour trop plus esprouvée que la sienne, et que, si
quelqu'autre prince, quel qu'il soyt, en la chrétienté, non que une
simple femme, comme elle est, heust heu à démesler de telles
difficultez que vous, il s'y fust possible, trouvé plus empesché, et,
possible, fust tombé en plus d'inconvénians qu'il n'en estoit advenu à
Voz Majestez, qui, pour toutes ces sublévations, guerres et doubteux
combatz, n'aviez encores perdu un seul pied de terre; mais qu'elle
m'avoit tout ouvertemant voulu dire son opynion sur ce que je luy
avois proposé, bien qu'estant Royne, comme elle est, elle ne pouvoit
en rien se sentir si conjointe ne si intéressée en la cause des
autres, comme elle faisoit en celle de Vos Majestez, en laquelle vous
pryoit croire qu'elle procèderoit, avec autant de bonne intantion et
de droicteure, comme si elle avoit l'honneur d'estre une segonde mère
du Roy.

Je ne vouluz entrer en reppliques, parce qu'ayant la dicte Dame faict
son parler assez long, j'eusse outrepassé la mesure d'une audiance;
seulemant la pryai de croyre que vous n'aviez prins les armes, ny
faict votre édict, à l'appétit d'autres princes, et moings à
l'instance d'aulcungs particuliers, mais que cela estoit procédé du
seul mouvemant de Voz Majestez, qui ne prétandés autre chose par là,
avec l'honneur de Dieu, que de restablir votre royaulme, et recouvrer
l'obéyssance de voz subjectz, l'assurant, au reste, qu'elle trouveroit
toute correspondance de bonne et ferme amytié en Voz Majestez. Et
affin d'y procéder plus clairemant, je la supplioys qu'elle vous
voulût fère entendre à quelle entreprinse elle dépeschoit ces quatre
ou cinq navyres de guerre qu'elle avoit naguères faict armer.

Elle me respondit qu'elle ne faisoit doubte qu'on ne vous eust faict
plusieurs rapportz là dessus, mais elle vous prioyt de croire que
c'estoit seulemant pour l'occasion des marchandises, que ses subjectz
avoient à porter et rapporter de Flandres, et pour la flotte qu'ilz
avoient envoyée pour les vins à Bourdeaux, qui estimoient le tout
estre en danger à cause des pirates, et Portugais, et de tant de gens
de guerre, qui passent et repassent maintenant en ceste mer, dont
n'avoit peu fère de moings que d'accorder à sesdictz subjectz quatre
de ses navyres pour rendre la navigation assurée, et que ce n'estoit
pour vous porter aulcung dommage.

De faict, Madame, la patante, qui a esté dépeschée à mestre Oynter
visadmiral, pour la charge desdictz navyres, ne porte autre chose que
cella. Bien ay je entendu qu'on luy a baillé une autre commission, à
part, qui est seulemant signée de la main de la dicte Dame, en faveur
de ceulx de la Rochelle.

Pour la fin, je dis à la dicte Dame, que je ne voulois conclurre mon
audiance sans une très expresse recommandacion, que Vos Majestez
m'aviez commandé luy fère, pour la Royne d'Escoce, et pour ses
affères; ny sans la remercyer, de votre part, du secours qu'elle luy
avoit prommis, si bon et si grand qu'elle n'auroit besoing d'en
demander à nul autre prince, pour estre remise en son estat, dont la
pryoys vouloir accomplir, par oeuvre, ce qu'elle luy avoit promis de
parole; affin que ceste princesse eust occasion de louer Dieu de la
confiance et refuge, qu'elle auroit trouvé en la dicte Dame.

A quoy elle me respondit qu'elle délibéroit certaynemant donner tout
le secours, qu'en bonne consciance et sans la maculer, elle pourroit à
la Royne d'Escoce, et qu'elle ne voudroit, pour chose du monde, que
ses paroles en cela vinssent à estre démentyes de ces effectz, et
qu'elle accompliroit les promesses qu'elle luy avoit faictes, dont
estoit après à fère voir le discours de son faict aux plus grandz et
plus notables personnaiges de son royaulme, affin que, s'ilz la
jugeoient estre en bonne cause, il ne luy fust rien espargné, de ce
qui seroit en son moyen et puissance, pour la remètre en son estat.
Aussy s'ils trouvoient qu'il ne fust ainsy, qu'on l'excusât si elle ne
luy donnoit la consolation que son honneur et sa consciance ne luy
pourroient permètre, et qu'elle supplyoit Voz Majestez de n'adjouxter
foy à aulcung rapport qu'on vous fist de cest affère jusques à ce que,
par son ambassadeur ou par quelque autre gentilhomme qu'elle
envoyeroit exprès devers vous, elle le vous feroit entendre, estant la
qualité de la personne et de la cause, dont il estoit question, si
grandes qu'elles ne debvoient passer sans l'advis et approbation des
plus grandz princes de la chrétienté.

Sur ce, en prenant congé de la dicte Dame, je luy dis que les yeux de
toutz les gens de bien du monde estoient tournez sur les déportemans
dont elle useroit au soulagemant des afflictions et adversités de
ceste princesse, que Dieu avoit humiliée souz le reffuge de la bonté
et humanité qu'elle avoit espéré trouver en elle. Et comme, en sortant
de la chambre, je saluois le duc de Norfoc, elle le fit appeller, et
les sieurs commissaires de cest affère, qui estoient venuz ce mattin
de Londres, pour leur remonstrer quelque chose là dessus, lesquelz
elle dépescha, le soyr mesmes, dont despuis ilz ont vacqué deux jours
à leur commission.

J'ai bien voulu, Madame, vous rendre cest ample compte des propoz de
ceste princesse, quasi au mesmes paroles et mesmes ordre qu'elle me
les a dictz, affin que vous cognoissiez que je n'ay failli à voz
commandemantz, et que puyssiez juger par iceulx ce qu'elle peult avoir
en son intantion. Cepandant je prendray garde, tant quil me sera
possible, à ses effectz; et prieray Dieu, etc.

     De Londres ce Ve de décembre 1568.



Ve DÉPESCHE

--du Xe de décembre 1568.--

(_Envoyée par Jean Pigon, dict le Tourne._)

  Victoires remportées en France par Monsieur, frère du roi, et par
    le duc d'Aumale.--Remontrances présentées à Élisabeth au nom de
    la reine d'Écosse.


     AU ROY.

Sire, par voz lettres à monsieur de La Forest mon prédécesseur, du
XXIIIe du passé, lesquèles il a receues en chemin, et me les a
envoyées icy, j'ay heu confirmation de la bonne nouvelle de ces deux
victoires qu'il a pleu à Dieu vous donner, l'une en Guyenne par les
mains de Monsieur, frère de Votre Majesté, et l'autre en Lorrayne, par
les mains de Mr. d'Aumalle, toutes deux bien à propoz pour rellever
voz affères en votre royaume, et pour leur donner repputation envers
les estrangers. Je les ay représentées à ceste Royne en la mesme
vérité de voz lettres, non du tout semblable à plusieurs autres récitz
que je sçay qu'on luy en avoit faict, et luy ay dict qu'estimant Votre
Majesté ceste journée n'apartenir à vous seul ains estre au commung
proffit des autres légitimes princes de la terre, vous en aviez
incontinant voulu fère part à elle, comme à votre principale alliée et
confédérée bonne seur, ayant opynion qu'elle en recepvroit plaisir,
tant pour la bonne affection qu'elle pourtoit à la prospérité de vos
affères, que pour voir qu'il plaisoit à Dieu monstrer, à ceste heure,
ung juste jugemant sur l'équité de votre cause contre aulcungs de voz
subjectz, dont espériez que l'exemple en serviroit aussy à contenir
les siens. A quoy la dicte Dame m'a respondu qu'elle louera toujour
Dieu des bons et heureux succez de voz affères, mesmes en ce qui
reviendra à la conservation de votre grandeur et authorité sur voz
subjetz, qui ne pouvoit estre que cecy ne servyst aulcunemant à
establir et confirmer l'obéyssance des autres princes sur les leurs,
bien que pour son regard elle n'estoit en aulcune peyne ny deffiance
des siens, et qu'elle vous mercyoit grandemant du soing que Votre
Majesté avoit heu de lui en fère entendre le discours, qui ne
l'eussiez peu mander à personne de ce monde qui en receût plus de
plaisir qu'elle faysoit, bien qu'elle ne vouloit laisser de me dire,
qu'encore qu'elle n'eust aucune pratique ny cognoissance en France, si
avoit elle tant ouy parler de la beauté de ce royaulme, et des
illustres races et grand noblesse d'icelluy, qu'elle avoit ung très
grand regrêt d'en entendre ainsi la désolation et les grandz meurtres
que s'i commettoient; et qu'elle heust voulu de bon cueur que Vos
Majestez heussent bien prins la bonne intantion dont elle avoit uzé à
procurer la paix: mais ce seroit quant il plairoit à Dieu, qui en la
fin y feroit venir, comme elle espéroit, beaucoup de bien de tant de
maulx que les hommes y commettoient. Je luy ay reppliqué que Voz
Majestez avoient essayé toutz autres moyens pour cuyder esviter ceulx
cy, mais qu'enfin vous aviez esté contraintz de recourir à ces
extrêmes remèdes, lesquelz espériez que seroient salutaires à vous et
à votre royaulme.

Or, Sire, le seul bruyt qui estoit desjà venu, bien qu'incertain, de
ces victoires, le XXe du passé, avoit engendré je ne sçay quel
changemant aux volontés et délibérations de ceulx cy, qui
commençoient, en aulcunes choses, procéder plus considéréemant ez
affères de la Royne d'Escoce, et aller, en d'autres, plus retenuz
envers le conseiller Cavagnies, qu'ilz n'avoient encores faict. Ce que
sentans, de leur costé, les parties adverses de la dicte Royne
d'Escoce, ils ont uzé d'une extrême sollicitation et dilligence, ces
jours passez, envers leurs commissères, pour fère déterminer aucungs
pointz qui seroient de grand préjudice à la dicte Dame, s'ilz se
résolvoient par l'opynion de ceulx qui ne veulent son bien. Et le dict
Cavaignes ayant mis grand peyne d'amoindrir, tant qu'il a peu, voz
victoires, pour soustenir la réputation des affères de monsieur le
prince de Condé, a vifvemant procuré que certain eschange de séel,
qu'il a offert pour des pouldres et salpêtres se conclûd; mais ny
l'ung ny l'autre n'a encores obtenu sa demande, bien que je ne fays
doubte que bien tost ilz n'y parviènent, parce que ceulx qui ont icy
plus d'authorité portent grandemant leur faict. Et Mr. le cardinal de
Chastillon a esté le IIIe de ce mois à Antoncourt pour tretter de ces
choses de France, et aussy de Flandres, avec ceste Royne, laquelle
estant sortye, ce jour, à la volerye, il l'alla trouver aux champs, et
le principal propos, qu'à ce que j'entends, il luy tinst, fust de la
persuader qu'elle ne voulût se descourager, ny mal espérer de la fin
de ceste guerre, et qu'elle print confiance de l'équité de la cause,
de la valleur et prudance de ceulx qui la conduysent, et des bons
moyens qu'ilz ont de la soustenir. Je croy que tout cella n'esmeuvera
davantage ceste princesse, et qu'elle attandra aulx évènemans et
effectz, que le temps et les armes conduyront.

Mestre Oynter, avec les IIIJ grandz navires de la dicte Dame, estoit
encores, le VIe du présent, à Plemmue. L'on m'a dict que Chatellier
Portault en estoit party le VII, avec VI vaisseaulx équippez en
guerre, et qu'il manda à ceulx qui luy ont presté de l'argent pour les
armer, qu'il les payeroit bien tost des prinses qu'il feroit en ce
voyage. J'entendz qu'il a esté rapporté à ceste Royne qu'aucungs de
ces gentilshommes anglois, qui estoient allez pour leur plaisir
trouver monsieur le prince de Condé, avoient esté prins en quelque
rencontre, et qu'on les avoit faict pendre, de quoy elle estoit si
marrye qu'elle avoit dict qu'elle s'en vengeroit. Je mettray peyne de
sçavoir mieulx la vérité de ce propoz. L'on a faict en ceste court,
parmy les seigneurs, une cueilhète de cent livres esterlin, qui sont
environ trois centz trente trois escus, pour l'entretènemant des
ministres estrangers, qui sont passez de France, et de Flandres, en ce
pays, et les deniers ont esté mis ez meins de trois, nommez Cousin,
Roches et Meynier, pour les distribuer aux autres.

Les depputez de la Royne d'Escoce, ayant veu la presse et instance que
les parties adverses, comme j'ay dict cy dessus, ont faict, toutz ces
jours, pour fère recepvoir les faictz par eulx proposés contre elle,
affin d'estre admis à les vériffier, ont craint qu'ilz fussent en
cella pourtez par aulcungs des commissères plus principaulx, et, à
ceste cause, ont présenté une remonstrance par escript à la Royne
d'Angleterre, pourtant deux chefs, l'ung qu'elle, estant Royne sur
beaucoup de subjectz, ne souffrît que des subjectz levassent ainsi des
calompnies contre leur Royne, mesmes qu'elle avoit prommis à la Royne
d'Escoce de n'escouter jamais ses rebelles que, premièremant elles
deux n'eussent parlé ensemble. En quoy sembloit que la dicte Royne
d'Escoce avoit occasion de se plaindre de ce que si favorablemant elle
les avoit desjà ouys, mesmes que leur dicte maitresse ne leur avoit
baillé aulcung pouvoir de respondre à leurs dictes calompnies, ny
d'entrer en rien de connivant avecques eulx. Et que la dicte Royne
d'Angleterre, pour le debvoir de sa royale grandeur envers celle de la
Royne d'Escoce, qui estoit de semblable qualité et sa proche parante,
voulût fère arrester prisonniers lesdictz adversaires, comme
crimineulx de lèze majesté, pour avoir trop dict, et trop escript, et
trop prononcé de mal contre leur souverayne. L'autre chef de leur
dicte remonstrance portoit, qu'estant question du faict apartenant à
la repputation, et à l'estat de leur Royne et Maitresse, ilz
requerroient que la Royne d'Angleterre luy donnât lieu et moyen de
venir en ceste ville de Londres pour tretter, et comuniquer, en
personne, avecques elle de ses affères, comme avec sa bonne seur, sans
approuver toutesfois que la cognoissance d'elle, ny de ses dictes
affères, apartînt en rien à la dicte Royne d'Angleterre, bien que,
pour plus grand esclarcissemant de son innocence, elle n'auroit que
bien agréable que toute la noblesse d'Angleterre, et les ambassadeurs
de France et d'Espaigne, y fussent présens. A laquelle remonstrance
ayant la dicte Dame, d'elle mesmes, voulu fère quelques responses de
reffuz, et luy ayant l'évesque de Ros vivemant incisté par raison de
droict et de justice, elle enfin luy a dict, qu'ayant esté toutjour
son intantion de procéder en l'endroict de la Royne d'Escoce, sa bonne
seur, comme elle pryoit Dieu de procéder envers elle, elle remettoit à
ceulx de son conseil la dicte remonstrance comme ung affère très
important, avec commandemant que la raison et équité y fussent
entièremant suyvies. Et ainsi, les commissères se sont rassamblés
trois fois despuys huyct jours, et ont envoyé aulx advocatz, et gens
de loi de ceste ville, entre autres au conseiller Cavagnies, des
articles qu'ilz ont tiré de la dicte remonstrance, affin d'en avoir
leur advis; et, par lesdictz articles ilz prétandent inférer que la
dicte Royne d'Escoce demande estre ouye, en personne, devant la Royne
d'Angleterre, n'aprouvant toutesfois sa juridiction, et que ce soyt en
la présence de la noblesse d'Angleterre, et des ambassadeurs de France
et d'Espaigne, en ceste ville de Londres. Sur lesquelz articles
j'entendz que lesdictz advocatz ont escript aucunes raisons de droict
pour attribuer la juridiction de la personne, et de la matière, à la
dicte Royne d'Angleterre, et estiment ceste volontaire offre de la
dicte Royne d'Escoce d'estre ouye si importante qu'ilz sont d'advis
qu'on luy concède tout ce qu'elle requiert, pourveu que ne soyt au
préjudice de la grandeur et authorité de la dicte Royne d'Angleterre,
affin qu'on n'ait que dire de la façon qu'on aura procédé en ceste
affère, tant y a qu'on obtiendra mal aysémant que la dicte Dame
vieigne tretter, icy, en personne, de ses affères. Ses depputez
s'employent à deffendre vertueusemant sa cause, mesmemant l'évesque de
Ros, Milhor Herys et le sieur de Bethon, et heust esté bon, comme j'ay
escript par mes précédantes, que quelque suffizant advocat heust esté
icy pour leur ayder à desduyre encores mieulx ses droictz, affin de
garder que les commissères n'entreprinssent plus avant sur iceulx
qu'il n'est loysible de le fère; mais semble qu'il ne seroit plus à
temps d'en envoyer à ceste heure, ung de Paris, car les parties, des
deux costez, pressent d'avoir l'expédition de ceste conférance dans
VIII jours, mesmes qu'il s'entand que, pendant leur absance par deçà,
la guerre s'est renouvellée en Escoce, ayant le secong filz du duc de
Chatèlerault surprins quelques chateaus et se préparans les contes
d'Arguil et de Hontèle, et le sieur de Seton, qui est despuys
naguyères sorty du chateau de Lislebourg, à quelques nouvelles
entreprinses, à quoy le comte de Mora se haste d'aller remédier, s'il
peust. Il semble qu'on n'ait trouvé, icy, le comte de Mora si facile
qu'il ait voulu condescendre à chose qui peult torner à la diminution
de la couronne d'Escoce, ny au préjudice du petit prince du pays, ny
contre l'alliance qu'ilz ont avecques la couronne de France. Je
prendray garde à ce qui surviendra à ceste affère, et autres, qui
toucheront icy votre service, affin d'en donner ordinairement advis à
Votre Majesté, à laquèle je bayse très humblemant les mains et prye
Dieu, etc.

     De Londres ce Xe de décembre 1568.


Ainsi que je fermois la présente, l'on m'est venu advertir que Me.
Oynter estoit party dès hier mattin de la coste de deçà, et avoit
prins la route de la Guyenne. Je mectray peyne d'en sçavoir le
certain.


     A LA ROYNE.

Madame, par mes précédantes, du Ve du présent, Voz Majestez auront veu
les responses que ceste Royne m'a faictes sur ce que m'avez commandé
luy dire, et comme elle a monstré, en toutz ses propoz, de n'avoir
rien moings en volonté que de vous commancer ouvertemant la guerre,
dont je ne fays doubte que les deux victoires, qu'il a pleu à Dieu
vous donner, l'une par le bonheur et conduicte de Monsieur, filz et
frère de Voz Majestez, et l'autre par celles de monsieur d'Aumalle, ne
la facent encores mieux résouldre de persévérer en la paix, que Dieu
luy a donnée avec Voz Majestez. Elle receut la nouvelle desdictes
victoires par ung des gens de son ambassadeur, qui est en France,
lorsque j'estois encore dans sa chambre; mais elle, ny pas ung de ces
seigneurs, ne m'en firent ung seul mot, tant que je fus à Antoncourt:
bien sembla que le dict ambassadeur luy en heust escript assez à
l'incertain, car aucungs des siens envoyèrent despuys devers moy pour
sçavoir si j'en avois lettre, dont ay esté très ayse d'avoir en main
tenant de quoy pouvoir fère le vray discours du tout à la dicte Dame,
sellon le contenu de voz dernières, laquelle a monstré, et en paroles,
et en contenance, qu'elle en estoit bien fort ayse, et qu'elle ne
pouvoit par ce bon commancemant que bien espérer de l'yssue de vos
affères, donnant beaucoup de louanges à Monsieur, et projettant
beaucoup de grandeur et plusieurs hautes entreprinses de luy à
l'advenir; et j'ay adjouxté à sa valeur aux armes, la perfection des
autres dons et grâces, dont Dieu avoit voulu orner et embellir
l'esprit et la personne de mon dit Sieur, ce qu'elle a escouté fort
volontiers. Et a respondu toutes choses à sa louange, comme je
l'escrips à mon dit Sieur, vous suppliant très humblemant, Madame,
commander que la lettre luy soyt envoyée, en laquelle je luy fays
aussy mention que ceste nouvelle a assez esmeu ceste court, et tout ce
païs, n'ayans peu les bons, qui désirent la prospérité de Voz
Majestez, se garder qu'ilz ne luy en ayent avecques joye donné mille
bénédictions, et au contraire, ceux qui veulent notre ruyne en sont
demeurez bien estonnez, qui célébroient auparavant l'armée de monsieur
le prince de Condé estre si forte, et les cappitaines qui y commandent
si vaillans et expérimantez, que rien ne pourroit durer à eulx, et que
ce ne seroit peu, à leur dire, que d'oser attandre mesmes en lieu bien
avantageux sa venue, non que d'affronter son armée comme Monseigneur a
faict, rompre ses gens de pied et luy oster son lougis. Et à ce que
aulcungs, pour luy amoindrir sa victoire, avoient faict courre ung
bruyt que ce n'estoit qu'ung rencontre, où il estoit mort environ V
cens hommes de pied des leurs et bien IIIe des nôtres, j'ay pryé la
dicte Dame de croyre que non seulemant ce que je luy en avoys dict
estoit très véritable, mais que bien tost elle verroit, soubz votre
bonne conduicte et souz la bonne fortune du Roy et bon heur de mon dit
Sieur, advenir tant d'autres bons succez que ceulx qui les déguysoient
seroient en fin contraintz de les croyre, et nous d'en louer Dieu.

Aucungs personnages de discours, voz serviteurs, qui sont icy,
craignent que certaine entreprinse, qu'ilz ont entendu avoir esté
exécutée par les soldats de Metz sur une ville et chateau du duc de
Deux Pontz, ne soyt prinse à mal de tout l'estat de l'Empire, n'ayant
le duc d'Alva voulu entreprendre de poursuyvre sa première victoire,
qu'il a heue contre le conte Louys de Naussau, un seul pas dans les
terres impériales, et estiment qu'il sera bon de n'attempter rien,
pour encores, de ce costé, et qu'on remette à ung autre temps la
vangeance des tortz que les Allemans nous font, affin de n'attirer
plus de guerre de ne mètre les princes de l'Empire contre Vous, qui
sont toutzjours ligués à la deffence les ungs des autres. Une partye
de l'argent qu'on envoyoit d'Espaigne au duc d'Alva est arrivée, à
saulvemant, en Anvers, et le reste est encores en quelques navires qui
sont à Plemmue, pour la seure conduicte desquelz ceste Royne a mandé à
aulcungs de ses cappitaines de mer qu'ilz ayent à leur fère escorte,
quant ilz seront prêts à partir. Je bayse très humblemant les mains de
Votre Majesté, et prye Dieu, etc.

     De Londres ce Xe de décembre 1568.



VIe DÉPESCHE

--du XVe de décembre 1568.--

(_Envoyée par Robert Vauquelin jusques à Dièpe._)

  Départ d'une expédition maritime.--Conseil dans lequel a été
    agitée la question de la guerre contre la
    France.--_Consultation_ sur six articles prétendus tirés des
    remontrances de la reine d'Écosse.


     AU ROY.

Sire, pour vériffier ce que, par postille, j'ay adjouxté à mes
dernières, du Xe du présent, touchant Me. Oynter visadmiral
d'Angleterre, j'ay, despuis, envoyé sçavoir, au vray, s'il estoit
encores party de la coste de deçà: et m'a esté rapporté, Sire, que,
pour certain, il a faict voile avec les iiij grandz navires de ceste
Royne, et disent aulcungs que c'est vers la Guyenne droict à la
Rochelle, pour consigner au prince de Condé les canons, poudres et
munitions, dont cy devant je vous ay amplemant escript. Autres disent
qu'il est allé relascher derechef vers le cap de Cornaille à Falamue,
d'où n'y a qu'ung traject jusques à la Rochelle. Autres veulent
présumer qu'il est allé à Blaye. Quoy que soit, Chatelier Portault
estoit, de bien peu de temps, party devant luy de Plemmue, avec six
petitz vaisseaulx équippez en guerre, où il y a de quatre à cinq cens,
que François, que Flammens, et peuvent estre, en tout, tant de
mariniers qu'autres, en ceste flotte, environ mille ou XIe hommes;
mais n'y a assez d'Anglois pour mectre en terre, ny mesmes suffizant
nombre pour la garde et conduicte desdictz grandz navires. Je n'ay
encores descouvert davantage de leur entreprinse que ce que je vous en
ai mandé, le XXIXe du passé, tant y a que plusieurs argumans me
confirment de croire que ceste Royne n'entreprandra, pour encores, de
vous fère ouvertemant la guerre; premièremant, pour ce qu'elle a ung
meilleur object où adresser ses entreprises dedans ceste mesmes isle,
trop plus aysé et moings dangereux pour elle que ne seroit cestuy cy,
qui est l'Escoce, où elle et les siens monstrent avoir grand affection
d'y fère, sur la présente occasion de leurs troubles, leurs besoignes.
Puis il semble que le principal chef Onniel[38], lequel a esté
déclairé nasguières successeur de l'autre grand chef Onniel dernier
décédé, apreste à la dicte Dame en quoy entendre en Irlande, ayant
desjà faict amas de gens pour rebeller le païs, de sorte que d'icy
l'on envoye gens à mylor Sidene, gouverneur d'Irlande, pour y
remédier, et le comte d'Ormont s'apreste pour y passer du premier
jour. Il est vrai que ceulx cy ne font grand cas de ceste révolte,
mais le principal argumant où je me fonde est que j'ay entendu,
d'assez bon lieu, qu'après que le conseiller Cavagnies et les
messagers du conte Palatin, du duc de Deux Pontz et du prince
d'Orange, ont esté ensemblemant et séparéemant ouys, et qu'ilz ont heu
pressé ceste Royne, et ceulx de son conseil, de se déclairer en la
cause desditz princes, remonstrans qu'elle et eulx avoient double
intérest de s'y joindre; premièremant pour leur religion qu'ilz
avoient commune, et dont la conscience les obligoit toutz ensemble de
la deffendre, et puis pour chasser les Espaignolz des Païs Bas,
lesquelz, s'ilz y prènent une fois pied, et y establissent leur
domination, ne seront moings molestes à l'Angleterre que au reste de
la basse Germanye, et n'y laisseront les privilèges des Anglois si
entiers comme s'ilz en estoient déhors.

  [38] Les seigneurs de Shane O'Neale, famille très-puissante dans
  le nord.

Il a esté proposé en ce conseil si l'on debvoit ouvertemant commancer
la guerre à la France, ou bien demeurer en la paix qu'on a avec elle;
car, quant aux Païs Bas, ceulx cy trouvent assez d'excuses de n'y
toucher aucunemant. Sur quoy aulcungs ont remonstré qu'à cause des
empeschemans que le prince de Condé, et ceulx qui luy viennent
d'Allemagne, pourront donner à Votre Majesté dans le pays, il ne
pourra estre que vos costes et frontières de mer de deçà ne demeurent
aucunemant despourveues, de sorte qu'il leur sera aysé d'empourter
quelque place, laquelle, possible, leur fera ravoir Callais; et qu'au
moings, on debvoit promptemant armer toutz les grandz navires de la
dicte Dame pour se fère maistres de ceste mer, par où l'on pourrait
pourter faveur à ceulx de la nouvelle relligion, qui menoient la
guerre quasi sur le bord d'icelle, et se revancher au moings des maulx
et prinses que les François leur ont faictes, et qu'il y avoit
plusieurs particuliers qui forniroient deniers, et armeroient à cest
effect des navires à leurs despans. Mais Me. Cecile, encor qu'il
favorise extrêmemant ceulx de la nouvelle relligion, a respondu qu'il
failloit bien pezer une telle entreprinse, et, avant fère à bon
escient l'ouverture de cette guerre, regarder si la cause en seroit
légitime, et si l'on auroit moyen de la maintenir, estant besoing,
avant toutes choses, de bien justifier l'ung, et avoir faict tout à
loysir de bons préparatifs pour l'autre; avec ce, qu'il estoit à
craindre que commanceant, à ceste heure, une guerre bien que utille et
bien fondée contre la France, il ne leur en vînt encores une autre sur
le bras du costé d'Espaigne, et qu'il ne sembloit qu'en France, ny en
Flandres, les choses allassent en façon que la Royne, leur maitresse,
deût estre guyères conviée de s'en mesler, ny d'entrer pour ce regard
plus avant en despence, bien estoit d'advis qu'elle usast par
parolles, et autres moyens, d'aucunes bonnes démonstrations, pour
favoriser ceulx de sa religion, et tenir les autres, qui portent les
armes contraires, en quelque suspens. Laquelle opinion a été suyvie
des contes de Leyster et de Pemtrot; conforme, à mon advis, à
l'intantion de la dite Dame; et ainsi, le dict Cavaignes et les
messagers des princes sont demeurez sans résolution, avec seulement
quelqu'espérance que leurs maitres ne seront abandonnez de ce qui se
pourra faire pour eulx par deçà, que j'estime sera de quelque crédit
de ceste Royne, et de ce que, secrètement, et sans se déclairer, elle
pourra aider leurs entreprinses.

Aussi estoit advenu peu auparavant qu'un sire Jehan Paulard, tenant
propos en une des principales tables de ceste court, du voyage qu'ung
Me. Henry Chambrenant, son parant, fils du visadmiral de Cornaille,
personnage assez estimé de deçà, avec d'autres gentilsomes anglois
avoient faict, pour leur plésir, en ceste guerre de France devers le
prince de Condé, dict qu'il n'avoit voulu laisser passer une si belle
entreprinse, et si digne de gens de leur relligion, comme celle du
prince de Condé, sans y aller acquérir de la repputation aux armes,
pour sçavoir quelque jour fère meilleur service à leur maitresse; et
ung des grands, qui estoit là, voulant couvrir le dit voyage, luy
respondit qu'il ne sçavoit bien la cause pourquoi ces gentilshommes
anglois avoient abordé en France, que ce n'avoit esté que par force de
temps, et ne s'y estoient arrestez que pour refère leurs vaisseaulx,
et pour fère, pendant qu'ils estoient sur le lieu, quelque provision
de bon vin pour eulx et pour leurs amys. Et comme, ce soir mesmes,
eust esté rapporté à ceste Royne qu'aucungs des dicts Anglois avoient
été prins en ung rencontre, et qu'on les avoit incontinent faict
pendre, dont elle avoit dict en colère que ce n'estoit acte de gens de
guerre, ains de borreaulx, et qu'elle s'en vengeroit; deux des
principaulx de son conseil luy respondirent qu'elle debvoit mettre
cela sous le pied, sans en fère semblant, parce que les trettés de
paix permettoient à Votre Majesté d'en user ainsi, et qu'on ne debvoit
penser que vous les feissiez moins rigoureusement tretter que les
subjects naturelz, qui portent les armes pour le prince de Condé,
desquels ne faillioit doubler qu'on n'en feît autant pendre qu'il s'en
pourroit attraper: à quoy elle acquiessa aysément. Qui sont toutz
argumans qui me font juger que ceulx ci n'ont aucung dessain de guerre
ouverte, pour le présent, contre Votre Majesté; et qu'ilz attandront
quelque bonne occasion pour eulx de la vous commancer, ne faisant
doubte, si voz affères alloient fort mal, que la mauvaise affection
que, possible, ils nous portent ne leur en fît bientost trouver
quelcune.

L'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, avec lequel j'ay bonne
intelligence, m'a mandé, ce matin, qu'il s'en alloit trouver ceste
Royne, pour, entre autres choses, luy fère une bien vifve remonstrance
de la part du Roy Catholique, son maitre, qu'elle n'ait à vous
travailler, ny molester, en façon du monde, durant ceste guerre, que
vous avez avec vos subjets; et que desjà, de lui mesmes, avant que son
maitre luy en eust rien mandé, il avoit faict cest office, et, à son
retour, il me fera entendre la response de la dicte Dame; laquelle,
avec tout ce qui sera survenu de nouveau, je vous feray entendre par
mes premières, ensemble ce qui surviendra d'Escoce, ayant quelque
advis, bien que non encores assez certain, que les contes d'Arguil,
d'Haran le jeune, d'Hontele, d'Atel, et mylor de Seton se sont jointz
contre le conte de Mora, lequel est ici, et qu'ils l'ont desjà faict
publier traitre et rebelle, et ont prins ses maysons. Sur ce, etc.

     De Londres ce XVe de décembre 1568.


     A LA ROYNE.

Madame, je ne vous ennuyeray de redite sur les particularitez que
j'escrips présentement en la lettre du Roy, et feray ceste cy de tant
plus briesve qu'il ne s'offre, pour ceste heure, autre chose que cela,
qui soyt digne d'en rendre compte à Vos Majestés, seulement
adjouxteray que les propos, que m'avez faict tenir à ceste Royne,
semblent l'avoir rendue aucunement bien disposée en l'endroit de vos
présente affères, et j'en ay fait part du tout au conte de Leyster,
qui m'a monstré ne porter en son cueur le faict de ceulx qui ne vous
rendent toute obéyssance. Vous pouvez penser, Madame, que ces
messagers des princes, dont je fais mencion en la lettre du Roi, ne
cessent de presser et solliciter vivemant ceste Royne en faveur de
ceulx qui les ont envoyés, et que la présence de Mr. le cardinal de
Chastillon leur est une grand assistance pour impétrer d'elle ce
qu'ils demandent, dont semble estre assez requis qu'il vous plaise me
fère administrer de quoy pouvoir plus souvant demander audiance à la
dite Dame, que je n'ay argumant de moy mesmes de l'ozer fère, ou soyt
pour luy rendre compte de ce qui succède chascung jour en France, ou
de ce qui survient d'ailleurs, ou bien d'autres occasions, affin
qu'avec ces entretènemens, qui certes sont deuz à la paix et amytié
qui est entre Vos Majestez, je la puisse toutjours contenir de ne se
déclairer plus avant qu'elle ne doibt pour l'entreprinse des autres;
car despuys que suys icy je n'ay heu ung seul mot de lettre de Voz
Majestez, ny mesmes aucung adviz si avez receu cinq dépesches, que je
vous ay faictes du XVIe de novembre en çà, en quoy, oultre que les
choses sur lesquelles je vous ay requis de me faire entendre votre
commandement restent imparfaictes, je demeure encore sans adviz, et
comme assez confuz des autres affaires que je debvrois, d'heure en
heure, négocier pour votre service, bien que je ne me rende pour cela
ny moings diligent ni plus paresseux en icelles.

Au surplus, Madame, entendant que ceulx de ce conseil avoient envoyé
devers les advocatz et gens de lettre de ceste ville pour avoir leur
adviz sur le faict de la Royne d'Escoce, j'ay mis peyne de sçavoir en
quoy ils prétendent terminer ses affaires, et ay trouvé, par les
raisons du droict, que les dicts advocatz ont données, qu'ilz se
veulent attribuer beaucoup plus de jurisdiction sur ceste princesse
qu'ilz ne doibvent, comme verrez par les dictes raisons, les quelles
je vous envoye, bien que je pence que ceste procédure demeurera
interrompue à cause de certayne remonstration que les depputez de la
dicte Dame ont faict de nouveau; et aussi, parce que les armes, à ce
que j'entendz, sont desjà si aspremant reprinses en Escoce, que le
comte de Mora n'aura loysir de parachever icy la poursuite.

Il y a icy ung françois, nommé le Sr. de Perlan, qui est des gardes du
Roy de la compaignie de Mr. de Cossé, lequel Mr. le maréchal de
Dampville a envoyé par deçà avec des montures pour le comte de
Leyster, qui vous supplye très humblement le faire excuser de son
service pendant sa demeure par deçà, le retenant le dict comte pour
renvoyer quelques bestes, qu'il attend d'Irlande, audit sieur
Maréchal, et par ce qu'il mect peyne d'estre cependant utile en tout
ce qu'il peult au service de Voz Majestez, je vous supplye le
gratiffier en sa requête, et je prieray, etc.

     De Londres, ce XVe de décembre 1568.


   CONSULTATION.

   DE LA PROPOSITION que les depputez de la Royne d'Escoce ont
   présenté, au nom de leur Maitresse, à la Royne d'Angleterre, et
   la quelle elle a renvoyé aux Seigneurs de son conseil, iceulx
   Seigneurs ont tiré six articles par les quels semble qu'ilz
   prétendent attribuer la jurisdiction du faict à leur Maitresse,
   et ont demandé sur ce l'advis des advocatz et gens de lettre de
   ceste ville.

   LES DICTZ SIX ARTICLES SONT:

   1. Que la Royne d'Escoce demande estre ouye personnellement en sa
   cause;

   2. N'advouant toutesfois qu'autre que Dieu ayt jurisdiction sur
   elle;

   3. Et qu'elle puysse desduyre son faict devant la Royne
   d'Angleterre, sa bonne soeur;

   4. En présence de la noblesse du dict pays d'Angleterre;

   5. A ce assistans les ambassadeurs de France et d'Espaigne;

   6. En ceste ville de Londres.

   L'ADVIS DES ADVOCATZ EST:

   Quant au premier, qu'il est très raysonnable que chascung soit
   ouy en sa cause, nonobstant la constitution du droict canon par
   la quelle le juge, qui a entière et certaine vérification du
   faict, et qui estime que le criminel n'a que dire au contraire,
   le peult condempner absant; et nonobstant aussy l'authorité que
   le pape s'est attribuée de pouvoir juger et dispenser les absans;
   car cella est contre tout droict divin et humain, n'ayant Dieu
   mesmes voulu condempner Adam ny Eve, ni ceulx de Gomorre, absens,
   sans les ouyr, encor que leurs délitz luy fussent par trop cognus
   et manifestes:

   Mais que la protestation, quant au segond, est ridicule, car
   cella n'a jamais lieu sinon quant ung criminel, par peur de
   prison ou d'autre supplice, craint d'estre contrainct de
   respondre devant un juge; mais en ce faict, où le criminel
   demande volontairement estre ouy, il admet et approuve
   taysiblement la jurisdiction de celuy par devant qui il demande
   estre ouy et respondre. Autrement cela serait semblable à une
   comédye sur ung théatre, que, la contestation de la cause ouye,
   jugemant ne s'en peult ensuyvre, et vaudroit autant proposer la
   question de Thiestes et Orestes.

   Le troizième semble fort raysonnable, car ce n'est d'aujourd'huy
   que les Roys se sont assis pour juger, ains anciennemant les Rois
   et Empereurs estoyent les vrays juges ez matières mesmemant qui
   concernoient d'autres Roys, comme est ceste cy, ainsi que
   Dejotarius voulut estre jugé par Cæsar mesme, et non par autre;
   et n'inporte que le sexe semble excuser de tel office la Royne
   d'Angleterre, car estant Royne héréditaire elle a authorité et
   puyssance de Roy, mesmes en la justice, ainsy que Dethbora, Royne
   des Israélites, l'exemple de la quelle suffize sans en admener
   d'autres, mesmes que la Royne d'Angleterre est ornée de sçavoir,
   de piété et de plusieurs autres grands dons de Dieu, par les
   quelz elle régit et modère paysiblement son estat avec admiration
   de tout le monde. Mais s'il est ainsi, diront aulcungs, qu'elle
   ait à juger ceste cause, elle ne peult honestement dényer à la
   Royne d'Escoce sa requeste, qu'elle puysse venir desduyre sont
   faict devant elle; mais à ceulx là peult estre briefvement
   respondu qu'estant la dicte Royne d'Angleterre dame souveraine en
   son païs, ne dépendant de personne, elle peut dényer et accorder
   ce que bon luy semblera, et encores de tant que pour son
   honnesteté et vertu elle a coustume ne rien fère que par advis de
   son conseil affin qu'il soyt approuvé d'un chascung, son dict
   conseil sera d'advis, sellon droict et raison, qu'elle garde en
   cella la coustume de son royaulme, par laquelle, de tout temps,
   l'on a veu observer que le Roy na jamais esté juge ès causes
   criminèles; ains a toutjour constitué juges ayant plaine liberté
   de consciance pour juger sellon icelle: avec ce, que la Royne
   d'Escoce ne demande que la Royne d'Angleterre soyt juge en ceste
   cause, mais seulement spectateur d'icelle, sans authorité d'en
   décider, ce que, encor qu'il soyt ridicule, néanmoings la Royne
   d'Angleterre a juste occasion par là de s'excuser, si bon luy
   semble, d'y assister en personne, et suyvre en ce jugement, comme
   ez autres, l'ancienne façon de son royaulme et de ses
   prédécesseurs, ou bien uzer comme le Roy de France, le quel,
   quant il ordonne des juges en cas de grand importance, en
   matière de crimes, il veult voir la sentence ou arrést avant
   estre prononcé, affin de l'approuver, ou changer, ou dimynuer en
   quelques pointz, sellon qu'il luy semblera, ou qu'il trouvera,
   par l'advis de la cour où il le communiquera, se debvoir faire.

   N'y a raison au quatrième article de requérir que la noblesse du
   païs soit présente, car ny de coustume, ny de loy, les seigneurs
   sont accoustumez d'assister à tel jugemans, et de tant que
   l'affaire sera de longueur grande, il reviendroit à une peyne et
   fascherie inestimable de retenir si long temps ce grand nombre de
   seigneurs de tant de divers et loingtain païs. Bien pourra la
   dicte noblesse, à la requête de la dicte Royne d'Escoce, eslire
   certain nombre d'entre eulx pour assister à ceste cause ez lieux
   deuz et comodes, car d'assister par tout, il seroit absurde de le
   requérir par ce que, de droict, les juges peuvent et doibvent se
   retirer, quelquefois et souvant, à part entre eux, pour aucunes
   particulières occasions.

   Aussi peu de raison a le cinquième article que les ambassadeurs
   assistent à l'affaire, car cela est en vain et superflu, de tant
   qu'en tout jugemant de cause il n'y a que le demandeur, le
   deffendeur, le juge, le greffier et les tesmoings. Or, ne
   sont-ilz ne l'ung ne l'autre, et n'y peuvent estre appellez, pour
   occasion que soyt, que comme un infinité d'autres, c'est
   assavoir, espectateurs de la fable, au quel cas on leur pourra
   permètre s'y trouver en lieu, où publiquemant chacun sera
   souffert.

   Touchant ce que, par le VIe article, elle desire que ce soyt à
   Londres, sa demande n'est inpertinante d'autant que c'est
   l'ancien pallais des Roys et siège de la justice, et d'aller
   ailleurs luy seroit suspect, aussy qu'en ce lieu elle aura
   comodité de gens de sçavoir et de conseil, comme est requis en
   cas de telle inportance, et n'est lieu récusable à nulle des
   parties. Il est vray que le dict lieu est à estre observé en la
   prononciation de la sentence diffinitive, mais n'inporte où
   l'instruction du procès soyt faicte, car la Royne d'Escoce
   pourra, pour ce regard, appeller les gens de sçavoir et de
   conseil de Londres ailleurs, et le bruyt de peste pourra servir
   d'occasion légitime de donner autre lieu pour la procédure, si
   ainsi semble bon.

   PUIS EST ADJOUXTÉ:

   Nous estimons ceste volontaire offre d'estre ouye si importante
   que sommes d'advis qu'on luy concède tout ce qu'elle demande; ne
   contrevenant en rien à la Royne d'Angleterre, et ne préjudiciant
   à Sa Majesté, affin que personne n'ait que dire de la façon de
   procéder qu'on aura tenu en cette affaire.



VIIe DÉPESCHE

--du XXIe de décembre 1568.--

(_Envoyée par Jehan Vallet à Calais._)

  Détails sur l'expédition maritime.--Déclaration d'Élisabeth à
    l'ambassadeur d'Espagne à l'égard de la France.--Affaires
    d'Écosse.


     AU ROY.

Sire, je n'ay receu, jusques au XVIIIe du présent, celles qu'il vous a
pleu me faire du Ve, à cause que le passage a esté empesché, six ou
sept jours durant, par les neiges et broillardz, que nul ne s'est ozé
mettre en mer, et croy que cella aussi aura esté cause que Votre
Majesté n'aura si tost receu les miènes dernières, du XVe de ce mesme
mois, par les quelles je vous donnois certain advis du partemant de
quatre grands navires de ceste Royne soubz Me. Oynter, et de six
autres petitz vaysseaulx équippez en guerre souz Chatellier Portault
et souz le cappitaine Sores; aux quelz j'ay entendu, Sire, s'estre
despuis joint ung pirate anglois, nommé Bos, avec quatre autres petitz
navires de guerre; et que certain pirate, aussi Anglois, nommé
Forbouche, s'apreste pour le suyvre, mais le nombre tant de François,
Flammans que Anglois, qui sont en toute ceste flotte ne monte à plus,
comprins les mariniers, que à mille ou XII{c} hommes, et de ceulx là n'y
a point d'Anglois pour mettre en terre. Les officiers de Plemmue se
sont mis en debvoir, ainsi qu'on m'a dict, de faire bailler pleige au
dict Bos, et en demandent aussi au dict Forbouche, à la requête des
marchands de ce païs, qui monstrent estre fort desplaisans de ces
pilleries, qui se font sur voz subjectz, ayant entendu que leur
flotte, qu'ilz avoient envoyée à Bourdeaulx pour le vin, a esté bien
receue, et qu'elle s'en revient sans empeschement avec la provision
des dicts vins. Dont une autre flotte, d'envyron LXX navires,
entendant cella, est partie en équipage seulement de marchans, souz la
conserve des dicts grandz navyres de ceste Royne, pour aller aussi
charger du vin au dict Bourdeaux; faisant par là démonstration, le
dict Me. Oynter, qu'il est seulemant en mer pour asseurer la
navigation aux subjectz de sa Maitresse. Aussi m'a l'on rapporté,
despuys hier, que le dict Chatellier et les autres pirates vont
séparez de luy, et se tiennent à l'escart, sans esloigner guyères la
coste d'Angleterre, et que les lettres de marque que les Michelz de
Plemmue avoient pourchassées contre aulcungs Bretons, comme j'ay cy
devant escript, ont esté révoquées et arrestées, leur ayant esté
respondu qu'ilz se pourveussent d'eulx mesmes, le mieulx qu'ilz
pourroient, par autres moyens.

L'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, m'a dict qu'ayant faict
vivemant l'office que son Maistre luy avoit commandé d'admonester
ceste Royne de ne vous travailler ny molester aucunement pendant ceste
guerre, que vous avez contre le prince de Condé et aulcungs de voz
subjectz, qu'elle luy avoit respondu estre tout entièremant votre
bonne et grande amye, desirant la prospérité et establissemant de voz
affaires, et qu'elle n'avoit garde de nuyre ny se déclairer contre
vous; mais qu'elle ne pouvoit abbandonner ceulx de Chatillon, qui, dès
long temps, estoient ses amys; et luy vouloit bien dire aussi qu'elle
tenoit ceulx de la maison de Guise pour si déclérés ennemys d'elle et
de son estat, qu'elle ne se pouvoit assurer, voyant qu'ilz avoient
grand authorité tant aux armes que au conseil en France, mesmes qu'il
estoit eschappé à quelcung de votre conseil de dire, qu'après que vous
auriez appaysé et remis les choses de la relligion en votre royaulme,
vous entendriez incontinent faire le mesmes en Angleterre, et qu'elle
aymoit mieulx prévenir qu'estre prévenue. De quoy, Sire, je luy
toucheray ung mot en ma première audiance, qu'elle m'a accordée à
mercredy prochain, et luy remonstreray doulxemant que le debvoir de
votre mutuelle amytié l'oblige de s'adjoindre à voz présentes
intantions, sans mectre en aulcung compte ny l'amytié ny la ayne
qu'elle pourroit avoir à aulcungs de voz subjectz, mesmes que vous
n'avez prétendu ny prétandiez rien de particulier en ceste guerre pour
eulx, ny autre chose quelconque, que de recouvrer l'obéyssance de voz
subjectz, et de mètre votre estat en repos: dont ce qu'elle me
respondra et autres occurrances, je vous donray advis par mes
premières, aydant le Créateur, au quel je supplie, après avoir, etc.

     De Londres ce XXIe de décembre 1568.


Le dict ambassadeur d'Espaigne escript à don Francès cest office,
qu'il a faict pour Votre Magesté envers ceste Royne, et la response de
la dicte Dame, de quoy, Sire, le porriez gratiffier de quelque bonne
parolle de mercyement quant le dict don Francès vous en parlera.


     A LA ROYNE.

Madame, ce que j'ay à dire à Votre Magesté, oultre le contenu en la
lettre du Roy, est que ne faudray d'obéyr à ce que me commandés par la
vôtre, du Ve du présent, de faire instance que je soys semond aux
obsèques qui se feront, icy, pour la Royne, votre fille, de quoy n'y a
encores guières grand commancemant d'aprest. Et, en ce qui concerne
les affaires de la Royne d'Escoce, vous sçavez, Madame, combien j'ay
toujours estimé inporter à la grandeur du Roy, et Vôtre, et à la
réputation de votre couronne, qu'elle ne soit abbandonnée de Voz
Magestez en ceste sienne fortune, dont j'ay mis peyne, despuis que
suys icy, de recouvrer touz les adviz, que j'ay peu, concernant la
dicte Dame, pour les communiquer à ses depputez, et continueray, avec
toute affection et diligence, de m'employer en ses dictes affaires,
comme Voz Magestez me le commandent, et ainsi que ses depputez m'en
advertiront. J'entendz qu'il survient, tous les jours, nouvelles
difficultez en son faict, à cause que les commissaires ne s'accordent
bien de ce que s'i doibt faire, et n'y a encores rien d'ordonné sur ce
que ses dictz depputez ont requis qu'elle viengne tretter en personne
ses dictes affaires avec ceste Royne, comme avecques sa bonne soeur.
Car, encores qu'aulcungs de ses commissaires en soyent d'advis, les
autres y contredisent le plus du monde, et se dict que le comte de
Mora aura, cependant, congé d'aller en Escoce, laissant icy milhor de
Morthon, Ledinthon et quelques autres, pour continuer la vériffication
de ce qu'ilz ont proposé. Les depputez de la dicte Dame ne sont encore
bien résoluz s'ilz doibvent aussi demander leur congé, et rompre,
pour leur regard, ceste conférance. J'entendz que le chateau de
Donbertran a esté tenu quelques jours fort à l'estroit, tant du costé
de la mer que de la terre, par ceulx du party du comte de Mora, de
sorte que, par faulte de vivres, il sera pour se rendre bien tost, si
le comte d'Arguil et les Ameltons, qu'on dict estre desjà en
campaigne, ne le secourrent, dont s'estime qu'il y aura bientost
quelque rencontre par delà sur l'occasion de lever le siège de ce
chateau. Ung personnaige de bonne qualité m'a adverty que ceulx, qui
sont icy de la part du prince de Condé, du comte Palatin, du duc de
Deux Ponts et du prince d'Orange, pourchassent d'estre accomodez, par
le crédit de ceste Royne, de certain payemant de Jocondalles, en
Allemaigne, sur les polices des marchans italiens qui sont en ceste
ville. Je suis après d'en descouvrir la vérité pour vous en donner,
par mes premières, plus grand certitude, et sur ce, etc.

     De Londres ce XXIe de décembre 1568.



VIIIe DÉPESCHE.

--du XXVIIIe décembre 1568.--

(_Par M. Vassal._)

  Saisie par les Anglais du trésor d'Espagne envoyé au duc d'Albe
    dans les Pays-Bas.--Entrevue de la reine et de
    l'ambassadeur.--Déclaration d'Élisabeth, qu'elle ne prendra
    parti dans les guerres civiles de France, que s'il y a ligue
    formée contre sa religion.--_Lettre secrète à la
    reine-mère._--Projets de mariage entre la seconde fille de
    l'empereur et le roi de France, entre le roi de Portugal et
    Madame, soeur de Charles IX.--Projet d'une coalition pour
    renverser sir William Cécil.--Proposition faite par
    l'ambassadeur d'Espagne d'établir un blocus continental contre
    le commerce d'Angleterre, afin de forcer ce royaume à revenir à
    la religion catholique.--_Mémoire_ remis au sieur Vassal envoyé
    exprès en France pour faire connaître au roi et à la reine le
    véritable état des affaires.--_Déclaration_ faite au nom de la
    reine d'Écosse, qu'elle demande à être personnellement
    entendue.--_Réponse_ d'Élisabeth, contenant les motifs de son
    refus.


     AU ROY.

Sire, entendant la saysie qu'on a faicte, ces jours passez, aux portz
de deçà, de cinq navyres biscayns, qui portoient bon nombre de réales
d'Espaigne, en Envers, et le désembarquement des réales, nonobstant
qu'on heût desjà délivré passeport, à l'ambassadeur d'Espaigne, pour
les fère passer en Flandres, et voyant d'ailleurs les grandes
sollicitations que faisoient à ceste Royne ceulx, qui sont icy pour
les quatre princes, que je vous ay plusieurs fois nommez, et qu'elle
assambloit souvant son conseil pour leur respondre, creignant qu'en
fin ilz la pressassent de se joindre à l'entreprinse de leurs Maitres,
ou de faire quelque démonstration en leur faveur, qui fust
préjudiciable au bien de voz affaires, je l'allay visiter, mercredy
dernier, sur l'occasion de luy compter de la retraite du prince
d'Orange ce que m'en avez mandé par les vôtres, du cinquième du
présent. Et après luy avoir fait voir le bon succez que Dieu vous
avoit donné contre le dict prince, et comme, à ceste heure, vous
délibériez marcher droict à l'autre, et reprendre votre chemin vers
votre camp, y menant le renfort que vous aviez préparé contre cestuy
cy, avec espérance que Dieu vous feroit avoir bien tost la raison de
ceulx qui, sans rayson, s'estoient eslevez en votre royaulme, je la
suppliay qu'elle ne voulût participer à une si mauvaise entreprinse,
et si contraire à l'authorité des Roys, comme estoient celles qu'ilz
poursuyvoient, luy remonstrant assez rondemant, sans excéder toutes
foys la forme des gracieulx et privez propos, qu'il luy plaisoit me
tenir, que, si elle condescendoit à leur bailler quelque apparant
secours, ny mesmes leur prester aulcung support, que, oultre la
contrevention qu'elle feroit aulx trettez de paix, elle seroit en
danger d'estre par tous les roys chrestiens estimée une Royne alliée
de ceulx qu'ilz repputent désobéissans à leur Roy, et vous feroit,
Sire, qui estes son amy, devenir, possible, son ennemy. Dont
m'assurant qu'elle voudroit esviter l'ung et l'autre, je la supplioys,
de rechef, de ne prendre aucunemant le party de ceulx cy, et
qu'encores feroit elle mieulx, si elle vouloit prendre le vôtre, qui
estiés son allié et confédéré, contre ceulx qui n'eurent oncques ny
alliance ny confédération avecques elle, ny n'en pouvoient avoir, de
pays à pays, car ilz n'avoient point de pays, ny de personne à
personne, car sa grandeur estoit assez différante de leur qualité, là
où elle avoit desjà l'ung avecques vous; et adjouxtay qu'elle y
pouvoit encores avoir l'autre avecques ce, qu'elle commanceroit par
là une loy, avec ung tel allié comme vous luy estes, qui pourroit, ung
jour, tourner plus à son dommage qu'au vôtre, si jamais les troubles
advenoient en son royaulme.

Elle me respondit que, pour le regard du prince d'Orange, Dieu l'avoit
justement puny, car il n'avoit aucung raisonnable tiltre, de son chef,
d'entrer, à main armée, en France, n'estant point François; et puys
qu'il s'en estoit retourné en Allemaigne, que jamais n'i peult il pour
semblable occasion revenir, me demandant assez curieusement si aviez
dressé nouvelle armée contre luy, ou si avez esté contraint de faire
approcher celle de Monsieur, frère de Votre Magesté, et que cependant
le prince de Condé en eust esté d'autant soulagé; aussi par quelles
forces vous avez faict combatre le dict prince d'Orange, qu'il en eust
esté contraint d'ainsi s'en aller; à quoy luy ayant satisfaict, comme
je le pouvois entendre, elle continua me dire que, quant à prendre le
party de leur entreprinse, qu'elle n'avoit rien en si grand horreur,
en ce monde, que de voir ung corps s'esmouvoir contre sa teste; et
qu'elle n'avoit garde de s'adjoindre à ung tel monstre, me pryant de
vous escripre, et à la Royne, que vous la trouveriez ferme en la bonne
amytié et confédération qu'elle avoit avecques Voz Magestez, et
qu'elle ne se déclaireroit, ny ne se montreroit contraire à rien
qu'elle cognût torner au préjudice de voz intantions. Bien vous
vouloit advertir que là où elle entendroit se faire quelque partye
contre la relligion de la quelle elle est, qu'elle estoit déjà
déclairée pour la deffence d'icelle, et de prévenir, par toutz les
moyens que Dieu luy avoit donnez, le danger, qu'elle et ses subjectz
en pourroient encourir.

Je luy reppliquay qu'on luy pourroit, possible, persuader là dessus
beaucoup de choses, pour le regard de la France, sur l'inpression
qu'elle avoit desjà d'aulcungs particuliers, ainsi que l'ambassadeur
d'Espaigne me l'avoit dict, l'ayant ainsi comprins en la dernière
audience, qu'elle luy avoit donnée, où elle luy avoit faict mencion de
messieurs de Guyse comme de ses ennemys, et de ceulx de Chatillon
comme de ses amys: sur quoy je luy voulois bien dire qu'elle ne
debvoit considérer les ungs ny les autres, que comme voz subjectz, et
que là où il estoit question de l'entretènemant des trettés d'entre
Voz Magestez, elle ne debvoit mettre en aulcung compte, ny leur
amytié, ny leur ayne, et se fier tant en votre amytiez, que vous
garderiez toutjour que nul de voz subjectz ne l'offenceroit; et quant
il le feroit, et qu'elle vous en fist demander justice, que vous
seriez toujour prest de la luy rendre, et que, si ces seigneurs
avoient quelque querelle entre eulx, vous seul, Sire, en debviez
demeurer l'arbitre, estant leur Maitre et leur Roy, sans qu'ilz
recourussent à nul autre prince, ny que nul autre prince les deût
recepvoir, et que vous ne prétendiez, par ceste guerre, rien de
particulier pour les ungs, ny rien contre les autres, ny autre chose
quelconque que de recouvrer l'obéyssance de voz subjectz, et remètre
votre royaulme en repos.

A cella la dicte Dame me respondit qu'elle n'avoit nommé ny ceulx de
Guyse, ny ceulx de Chatillon, à l'ambassadeur d'Espaigne, mais que,
possible, il l'avoit ainsi comprins de son dire, et me récita au long
les propos qu'ilz avoient heu ensemble: puis, continua me dire qu'elle
ne craignoit les ungs ny n'espéroit aulx autres, bien qu'elle sçavoit
les différentes volontez qu'ilz avoient envers elle, et puys que Votre
Magesté ne cherchoit par ceste guerre que de ravoir l'obéyssance de
voz subjectz, elle prioyt Dieu de vous donner tout bon et heureulx
succez en votre entreprinse, estimant qu'elle feroit contre sa
conscience de vous y nuyre, et que Dieu la pourroit justement punyr
par là où elle auroit offencé.

Or, Sire, le docteur Junyus, qui estoit icy pour le comte Palatin, et
les messaigers du duc de Deux Pontz et du prince d'Orange, s'en sont
retournez, et je présume qu'ilz ont rapporté une semblable résolution
que j'ay heue à ceste audiance; c'est que ceste Royne ne se déclarera
ouvertemant contre Votre Magesté, ny contre le Roi d'Espaigne, mais
que s'il se faict ligue contre sa relligion, elle entrera volontiers à
la deffence d'icelle. Tant y a que ce n'a esté peu, à eulx et au
conseiller Cavaignes, d'avoir peu persuader à la dite Dame d'ozer
mettre la main sur ces réales d'Espaigne, car la somme, à ce que
j'entendz, est de plus de 450,000 ducatz, et l'ambassadeur d'Espaigne
s'en va demain, pour ceste occasion, à Antoncourt; remettant, Sire, à
ce gentilhomme, présent pourteur, vous faire entendre toutes autres
particularitez concernans icy votre service, et je prieray Dieu, etc.

     De Londres ce XXVIIIe de décembre 1568.


J'ay esté en peyne de sçavoir de quoy ceulx cy avoient esté fachés
despuis cinq jours, et cuydois qu'ilz heussent heu nouvelles de
quelque autre deffaicte de ceulx de leur relligion en France, mais
j'ay sceu, ce mattin, que c'estoit pour ung navyre qui, sur le crédit
de ceste Royne, avoit esté naguyères chargé d'ung grand nombre de
pouldres et de corseletz, en Anvers, pour le conduyre, comme on m'a
dict, à la Rochelle, et qu'il est venu fondre en certains sables, qui
sont à trois lieues de Douvres, d'où l'on n'a peu rien retirer que
quelque tonneau de corseletz, et toutes les poudres ont esté gastées
et perdues.


     A LA ROYNE.

Madame, il vous plaira voir, par les lettres du Roy, aucunes bonnes
responces, que ceste Royne m'a faictes en ma dernière audiance,
n'ayant point cognu qu'elle, ny ceulx de son conseil ayent, pour ceste
heure, l'intention contraire à ce qu'elle m'a dict, bien est vray
qu'elle est toujours en souspeçon que ceste guerre soyt entreprinse
contre sa religion, et qu'il y ait ligue faicte pour cella, dont dict
ouvertemant qu'elle est preste de se déclarer, aussitôt qu'elle en
aura cognoissance. J'ay mis peyne de l'assurer du contraire, et me
semble qu'elle a assez bien prins mes remonstrances. Au reste, je luy
ay dict que Voz Magestez luy sçaviez un grand gré, du regrêt qu'elle
monstroit avoir à la mort de la Royne votre fille, et de ce qu'elle
luy vouloit faire célébrer ses honneurs où me commandiez d'assister,
de tant qu'elle avoit esté soeur de l'ung et fille de l'autre; dont la
prioys que, quant les dicts honneurs se feroient, je ne fusse oblyé.
Elle m'a respondu que toute la chrétienneté avoit occasion de pleurer
ceste princesse, ayant, par une dame angloyse de la comtesse de Feria,
qui est naguyères venue d'Espaigne, ouy avec larmes réciter tant de
bien de ses grandes vertuz, qu'elle croyoit fermement qu'elle estoit
ung très clair ange au ciel, ainsi qu'elle avoit vescu une très
saincte Royne en la terre, et me prioyt fort expressément vous
escripre qu'il y avoit plus d'ung mois qu'elle avoit comandé l'ordre
des dicts obsèques, mais que l'ambassadeur d'Espaigne luy avoit
seulement monstré une lettre de secrétaire soubz signée à la vérité
_Yo el Rey_, où l'on luy faisoit ung article de la mort de la dicte
Dame, et qu'il heût à la luy notiffier; sur quoy elle avoit dict au
dict ambassadeur que la coustume estoit de faire entendre ung tel
accidant par lettre expresse, ou mesmes par gentilhomme exprès. Luy
ayant le dict ambassadeur respondu qu'il estimoit que le duc d'Alve
heût desjà la dicte lettre en ses mains, elle luy reppliqua en riant
que, possible, le Roy d'Espaigne ne luy avoit voulu escripre, ou bien
le duc avoit retenu la lettre, estimant qu'il n'estoit bien décent
que, si tost après la mort de la Royne sa femme, le dict Roy
d'Espaigne envoyât lettres à une fille à marier comme elle estoit,
mais qu'elle attandroit encores quelques jours, et, quant les dicts
obsèques se feroient, j'en serois adverty. Je la remerciay, et
adjouxtay seulement, que le dict Roy Catholique estoit encores assez
jeune pour uzer une quatrième femme.

Puis, pour la fin de mon audiance, je luy recommanday, de la part de
Voz Magestez, la personne et les affaires de la Royne d'Escoce avec
quelque mercyement de la peyne qu'elle avoyt prins d'y faire vacquer
toutz ces jours son conseil, et y vacquer elle mesme, adjouxtant
davantaige, ainsi que l'évesque de Ros m'avoit pryé de faire, que Voz
Magestez la supplyés de luy donner bien tost le secours qu'elle luy
avoit promis, pour la remettre en son estat, et que, quant vous
verriez que celuy là luy deffaudroit, qu'encores parmy les grandz
affaires où vous estes, Voz Magestez s'efforceront de luy en bailler.
Elle m'a respondu qu'elle avoit advisé de faire entendre à la dicte
Dame tout ce qui avoit esté faict en ses affaires jusques icy, et ce
que les seigneurs d'Escoce avoient proposé contre elle, et attandre là
dessus sa responce pour faire, puys après, tout ce qu'elle pourroit
en bonne consciance au bien et proffit de la dicte Dame, et qu'il n'y
avoit personne, souz le ciel, qui heust tant de soing de la personne,
de l'estat et de la réputation d'elle, qu'elle avoit, estant de son
sang et sa niepce, et qu'elle avoit de bon cueur oblyé toutes les
querelles, qui avoient esté entre elles, n'ayant garde de s'en venger
maintenant qu'elle estoit venue à recours en son royaulme, et feroit
plus pour elle que si elle estoit ailleurs, et donroit ordre qu'elle
n'auroit besoing d'autre secours que du sien, et que toute la
procédure seroit communiquée à Voz Magestez, et autres princes
chrétiens, et espéroit qu'elle seroit approuvée de toutz. Je vous
envoye ce que j'ay pu recouvrer de la dicte procédure, et entendrés,
s'il vous plait, plus amplement de ce faict et autres particularitez
de deçà par ce gentilhomme, présent pourteur, qu'à cest effect
j'envoye exprès devers Votre Majesté, à la quelle, etc.

     De Londres ce XXVIIIe de décembre 1568.


LETTRE SECRÈTE.

Madame, encor que ceste lettre soyt ung peu longue et mal escripte, je
vous suplye néanmoins la lire entièrement, et à part, estimant qu'il
suffira que Votre Magesté voye ce qui y est contenu, et que, sur ce
que je demande avoir advis, vous seule me le donniez. L'ambassadeur
d'Espaigne, qui est icy, m'a dict avoir eu lettres de Vienne, de Mr.
de Chantonay, d'assez vieille datte, par les quelles il luy mande que
l'Empereur avoit gracieusement licencié le Sr. de Montmoryn, avec
démonstration d'avoir bien prins, et receu à bien grand honneur, ce
que le Roy luy avoit faict entendre de son bon desir envers sa fille
aisnée, pour l'avoir en mariage, et de vouloir à cest effect luy
envoyer ses ambassadeurs pour la demande. A quoy toutes fois il
n'avoit faict entière responce, ains avoit remis au Roy Catholique, et
à son frère l'archiduc Carlos, qui l'alloit trouver, de la fère, et de
résouldre en Espaigne ceste affaire, quant ilz seroient ensemble. Et
adjouxtoit le dict Sr. Chantonnay que le dict Sr. Empereur n'estimoit
rien moings que d'avoir donné ses deux filz aisnés, et encores plus
expressément sa fille aisnée, au dict Roy Catholique, pour en ordonner
à son plaisir, et qu'il tenoit comme assuré que ses dicts deux filz
espouseront les deux infantes d'Espaigne, dont ceste grande succession
seroit pour leur advenir quelque fois; et disoit aussi que le mariage
de l'archiduc Carlos avecques la princesse de Portugal se feroit pour
demeurer toutz deux gouverneurs en Espaigne, pendant que le Roy
Catholique viendroit en Flandres establir ses affères, et effectuer
les autres mariages, et qu'il estoit le plus à propos du monde que le
Roy espousât la segonde[39] de l'Empereur, estant les âges bien
convenables, affin que l'alliance et bonne intelligence de ces trois
grands princes se continuât au bien de la chrétienneté, voulant, à mon
advis, inférer que l'aisnée estoit desdyée ailleurs. J'ay répondu que
je ne sçavois quelle charge avoit eu le Sr. de Monmorin devers
l'Empereur, mais que si le Roy avoit demandé la fille aisnée en
mariage, l'on pouvoit penser que ce n'avoit esté, sans qu'il y heût
quelque affection, et qu'il estoit bien mal aysé de la luy faire
changer.

  [39] Anne, fille aînée de l'empereur Maximilien II, était alors
  promise à don Carlos: elle a épousé Philippe II. Élisabeth, sa
  seconde fille, née en 1554, fut en effet mariée à Charles IX le
  26 novembre 1570.

Environ cinq ou six jours après, l'ambassadeur de Portugal me vint
visiter, et, entre ses autres propos, il me dit que le Roy don
Philippe, et la Royne de Portugal sa tante, avoient trouvé moyen de
faire escripre un brief au cardinal de Portugal, par le quel le pape
luy mandoit qu'il eût à se déporter de l'administration du royaume de
Portugal, et laysser ces choses séculières aux séculiers pour
s'astreindre et vacquer à celles de son évesché, et aux charges
spirituelles du royaume, ce qu'il avoit faict pour l'esloigner du Roy,
son petit nepveu, qui l'aymoit et honoroit grandement, affin de
disposer, puys après, de luy et de son estat à leur volonté, et
principalement pour le marier à leur poste, s'estant le cardinal
toujours opposé au party que la grand mère, la mère et le dict Roy
Catholique luy avoient pourchassé de la segonde de l'Empereur, pour
entendre à celluy de Madame[40], et avoit tiré l'affection de tous les
subjectz à son opinion, et que, pendant que le cardinal estoit encores
à se résouldre s'il se debvoit retirer ou non, parce que les estatz du
païs estoient sur le point d'envoyer suplier le pape de luy permètre
la dicte administration jusques à ce que le Roy, son nepveu, soyt en
âge de l'exercer par luy mesmes, me remonstroit le dict ambassadeur
que, si Votre Magesté vouloit effectuer ce party de son Maitre pour
Madame, comme il en avoit desjà parlé, qu'il estoit temps que le
propos s'en remît sus, et qu'il fust poursuyvy ung peu chaudemant;
car, si l'occasion présente de l'authorité et bonne affection du
cardinal se passoit, et que ce prince revînt ez mains de la grand
mère, il estoit danger de ne s'effectuer jamais, et que sur ce je
vous voulusse faire promptement une dépesche. Je luy répondis, après
le mercyement de sa bonne voulonté, que Votre Magesté avoit toujour
beaucoup estimé le party du Roy son Maitre, mais qu'il sçavoit bien
que l'advantaige estoit deu aux dames de n'aller point requérir, ains
qu'on vînt devers elles pour estre requises, par ainsi failloit que
cecy commençât de leur costé. Il me reppliqua qu'ilz avoient déjà
parlé, et, s'ilz estoient assurez de votre volonté, qu'il avoit
opynion qu'on continueroit, et que si je luy en pouvois faire entendre
quelque mot avant son retour, il en solliciteroit sur le lieu si
vivement les affères que bien tost vous en orriez des nouvelles, et
que, pour ceste occasion, il laisseroit aller ceste première flotte de
navyres, où il avoit délibéré s'embarquer, pour temporiser la responce
de ce négoce, jusques à la my janvier que les navyres vénitiens
partiroient. Je luy promis que je vous en escriprois, mais, s'il n'en
avoit sitôt responce comme il desiroit, qu'il vous excusât sur voz
autres présans et plus urgens empeschemans, à quoy il ne se peut tenir
qu'il n'adjouxtât que, sur une telle matière et en telle conjonction
comme se retrouvoit à présent le Roy, son Maitre, et son royaulme,
l'on ne debvoit uzer de délay. Car le temps pouvoit si bien enpourter
l'occasion qu'elle ne reviendroit, possible, jamais plus.

  [40] Marguerite, fille de Henri II, qui fut mariée au roi de
  Navarre, depuis Henri IV. Lorsque Sébastien, alors roi de
  Portugal, fut tué dans son expédition d'Afrique le 4 août 1578,
  il était âgé de vingt-quatre ans, et n'était pas encore marié. Le
  cardinal Henri, son oncle, lui succéda.

Despuys, est venu le susdict ambassadeur d'Espaigne traitter avecques
moy de ce qui pouvoit concerner, icy, le service commung de noz
maitres, et m'a mis en avant deux choses, les quelles il estime bien
importantes, et quasi nécessaires à la chrétienneté: l'une est que, ne
cognoissant, à ce qu'il dict, aucung plus grand hérétique, en ce
monde, ny plus adversaire de la relligion catholique qu'est Me.
Cecile, qu'il est besoing que, de mon costé, au nom de Voz Magestez
Très Chrétiennes, comme aussi, luy du sien, au nom du Roy Catholique,
travaillions de luy faire perdre ce lieu, ceste faveur et crédit,
qu'il a auprès de la Royne, sa métresse. A quoy j'ay répondu que je
seray toujour prest de servir à la cause de la religion catholique, en
tout ce qu'il me sera possible, et que failloit regarder par où l'on
commanceroit ceste besoigne; car la dicte Dame avoit uniquement commis
tous ses affères au dit Cecile, et que difficilement ung prince
vouloit changer d'ung tel privé ministre, quant il s'en trouvoit bien.
Il m'a répliqué que déjà il avoit comancé d'y donner une bonne main,
ayant procuré qu'une partie de ses affaires s'expédie par autre
secrétaire que par luy, et que je n'obliasse de frapper mon coup,
quant j'en verray la comodité.

La segonde particularité est, que, si Voz Magestez Très Chrestiennes
et Catholique vous accordés de remonstrer vivemant à ceste Royne une
conjoincte résolution d'interdire à ses subjectz tout traficque et
commerce en France, Flandres et Espaigne, s'ilz ne reviennent à la
religion catholique et à l'obéyssance de l'église romayne, la dicte
Dame sera contrainte d'y réduire elle et son royaume, d'autant que
toutz les deniers de son estat sont prins sur les entrées, et yssues
des marchandises de ce royaume, et le principal revenu des seigneurs
et gentilshommes est en choses qui se transportent dehors, et celle du
peuple en manifactures et trafficqs, quoy cessant, sera impossible à
ses subjectz de se maintenir, dont estant les catholiques encores en
plus grand nombre dans le pays que les autres, ilz contraindront, par
la force de cette nécessité, tout le royaume de retourner à la
religion catholique, et que déjà il en avoit escript bien chaudement
au Roy Catholique, son Maitre, du quel il espéroit avoir responce du
premier jour, et ne seroit, à son advis, sans qu'il vous fît quelque
instance de me commander d'intervenir, et me joindre avecques luy, son
ambassadeur, pour en faire conjoinctement la déclaration requise à
ceste Royne, m'adjouxtant que, mesmes, il faudra que je parle le
premier, d'environ huict jours, devant luy, affin qu'il soyt veu
traitter ung peu moins rudement que moy ceste princesse, à cause de la
plus estroicte alliance que son Maistre a avecques elle; mais qu'il
viendra après confirmer de telle sorte la besoigne qu'elle sera
contrainte d'obéyr. Je luy ay répondu que je l'escriprois à Voz
Magestez affin d'avoir sur ce votre commandement, et que d'autres
personnes de bon entendement m'en avoient déjà parlé, comme à la
vérité, Madame, aucungs Italiens m'ont faict une si expresse
démonstration là dessus qu'il semble n'estre sans apparant fondement.

Votre Magesté considèrera ces quatre choses, dont les deux premières
qui concernent les mariages, du Roy et de Madame, vous atouchent de si
prez que je desire que la conclusion vous en demeure toujours en la
main, sans permettre que nul autre prince s'en empare tant qu'il le
puysse manyer à sa discrétion; car pouvez penser que nul, si non vous,
la mesnagera, sans y considérer son proffit, et sans y observer ses
heures, et ses momentz, pour s'en authoriser, luy et ses affères, au
monde, sans se soucyer beaucoup comant les vôtres, et ceulx du Roy, et
de Messeigneurs voz enfans, aillent; et, possible, en vous attendant
d'effectuer ung party, vous perdrés les deux, dont sera bon d'en avoir
si certaynes et pressantes ares qu'on ne vous y puisse plus uzer de
desfaictes et remises.

Touchant à Me. Cecile, l'on dict, à la vérité, qu'il est fort passioné
pour la nouvelle religion, et qu'il seroit bon qu'ung plus modéré tînt
ce lieu prez de sa Maitresse; mais je ne voy pas qu'il soyt aisé de
l'en oster, avec ce, qu'on m'a dict, qu'il dissuade la guerre de
France à sa Maitresse, et est bien fort uny avec le comte de Leyster,
qui faict profession de vous estre tout serviteur.

Quant à deffendre aux Anglois le traficque en France, il semble qu'il
sera bon que le Roy Catholique face ceste ouverture de le leur
interdire, premièrement, en Flandres et en Espaigne, parce qu'ilz ont
là leur plus grand commerce, et, si l'on void que cella serve à
remettre la religion catholique en ce royaulme, Voz Magestez en
feroient, incontinent après, faire leur déclaration; car, de commancer
en votre nom, cela pourroit divertir tout le traficque, que ceulx cy
ont en votre royaulme, pour le transporter ailleurs, qui est, à ce que
j'entendz, de plus de deux millions d'or de proffit, touz les ans, et
si, n'auriez, possible, rien advancé pour la relligion catholique.
Encores sera il bon de regarder si conjointement vous en debvez faire
la dicte déclaration avec le Roy Catholique; car il y a si estroicte
alliance de ceste princesse avecques lui, et entre leurs pays, qu'ilz
s'accorderont toujours ayséemant, et le Roy demeureroit, possible,
seul intéressé. Mais Votre Magesté me commandera son intention sur le
tout, et je métray peyne de la suyvre si exactement qu'elle cognoistra
que je n'ay rien en la mienne qu'ung parfaict desir de trez humblement
vous obéyr.

Ce gentilhomme, présent pourteur, est certain et fidelle et si secrêt
que luy pouvez commettre tout ce qu'il vous plaira, mesmes ce que
j'auray à dire à l'ambassadeur de Portugal, qui me presse de
respondre. Sur ce je prye Dieu, etc.

     De Londres ce XXVIIIe de décembre 1568.


Despuis la présente escripte, le susdict ambassadeur de Portugal m'est
venu retrouver, avec une lettre qu'il a fraichement receue de
Lisbonne, du XIIIIe du passé, en la quelle il m'a faict voir ung
article qui contient que le Roy, son Maitre, s'en alloit à Almerin,
affin d'y attandre et recepvoir le comte de Feria, que le Roy
Catholique y envoyoit pour remètre en bon mesnage le dict Roy de
Portugal et la Royne sa grand mère, qui se pourtoient comme mal
contans, l'ung envers l'autre, à cause du mariage du Roy, qu'elle a
tousjour procuré le faire en la maison d'Hongrie, là où il le veut,
avec l'approbation du cardinal son oncle, et de tout son peuple, de la
mayson de France; et que les estatz de Portugal seroient bien tôt
convoquées pour le marier à la voix et contantement des subjectz: dont
l'ambassadeur m'a, de rechef, bien expressément enchargé d'envoyer
incontinent vers Votre Magesté pour avoir, dans le XVe de janvyer,
qu'il faict estat de partir, ung mot de votre intantion sur le dict
mariage.


MÉMOIRE BAILLÉ AU DICT Sr. DE VASSAL.

Pléra à Leurs Magestez entendre du costé d'Angleterre;

Que le Sr. de La Mothe a mis toute la peyne et dilligence qu'il a peu
de sçavoir si ceste Royne se déclareroit pour le prince de Condé, ou
qu'est ce qu'elle feroit en sa faveur, mais il n'a peu, encores,
descouvrir qu'elle, ny ceulx de son conseil, ayent intantion de se
déclarer, pour ceste heure, ouvertement contre le Roy; car elle fait
semblant, en toutes ses parolles et démonstrations, de vouloir
fermemant persévérer en la paix qu'elle a avecques Sa Magesté;

Que le comte de Lestre, s'estant tenu pour fort honoré de ce que le
Roy et la Royne luy ont envoyé de leurs lettres, a assuré au dit Sr.
de La Mothe que sa Maitresse estoit fort bien disposée à
l'entretènement de la dicte paix, et qu'il mettroit toute la peyne
qu'il pourrait de l'y continuer, comme, à la vérité, luy, et ceulx qui
gouvernent, ne la veulent mettre en guerre, et, d'elle mesmes, elle
est bien fort timide, et refuyt toute occasion d'ennuy et de despence;

Mestre Cecile a dict au Sr. de La Mothe, que le Roy ne debvoit trouver
mauvais si la Royne, sa Maitresse, recepvoit ceulx qui fuyoient
d'ailleurs persecutés pour la mesme relligion, dont elle, et tout son
royaume, faisoit profession, et, qu'au reste, elle ne feroit rien de
quoy le Roy peult estre offencé;

Aulcungs des plus grands de ce royaume ont dict qu'ilz avoient pensé
qu'en ceste générale convocation de la noblesse du pays, l'on leur
proposeroit quelque chose de la guerre de France; mais il ne leur en a
esté faict aucune mencion, et semble que le desir qu'ilz ont du repos,
et le peu de moyens d'entreprendre la guerre, les fera persévérer en
la paix, dont ne s'y faict autre préparatif, que ce qui a esté mandé à
Leurs Majestés;

Tant y a qu'estans, les trois principaulx qui manyent les affaires de
ce royaume, de la nouvelle relligion, il se void clairemant qu'ilz
persuadent la dicte Dame de porter toute la faveur et support que,
sans se déclairer, elle peult à l'entreprise du dict prince;

Ensemble qu'ilz ayent tant faict, avec l'ayde du cardinal de
Chatillon, que le conseiller Cavagnies, et le docteur Junyus, et les
députés du duc de Deux Ponts, et du prince d'Orange, ayent enfin
obtenu une secrète déclaration de la dicte Dame, qu'elle sera en ligue
avec Leurs Majestés pour la commune deffence de la dicte relligion,
tant en France, Flandres, que ailleurs, et n'est sans apparence
qu'elle y soit aussi pour la deffence de la Basse Germanie de
l'oppression qu'ilz disent que les Espaignolz y font.

Il s'entend, néanmoins, qu'elle n'interviendra point plus apertemant
qu'elle est à ceste heure, en la dicte ligue, sinon qu'il se
descouvrît ligue contraire, patante et déclairée, des princes
catholiques, contre leur dicte relligion, auquel cas, l'on employera
lors, ouvertement, son nom en ceste cy.

Et cepandant ont obtenu, pour ne laysser succomber lesdictz princes,
et affin qu'ilz puyssent maintenir ceste guerre, laquelle ilz disent
estre contre leur relligion, quoy qu'on luy veuille donner autre
tiltre, que la dicte Dame leur prestera la faveur et support de son
pays et de ses ports, sans violer toutesfois la paix de France et
d'Espaigne.

Ainsi, ont déjà procuré que, par son visadmiral Me. Oynter, elle ayt
envoyé au prince de Condé les six canons, dont le Roy est adverty, et
ung nombre de poudres, pics, pailes et autres munitions de guerre, en
baillant touteffois caution de rendre lesdictz canons et de payer le
demeurant;

Et qu'elle l'ait aussi, soubz mesmes caution de remboursemant,
accomodé de sept mille livres esterlin, montant envyron XXV mille
escuz, qu'elle avoit mandé mètre ez mains de Me. Grassan, son facteur,
pour aulcungs siens secrètes affères, laquelle some l'on estime avoir
esté là employée.

Ont aussi obtenu qu'on achèveroit de payer les XXXII ou XXXIII mille
livres esterlin, revenantes à cent dix mille escuz, que les églizes
d'Angleterre avoient cy devant ottroyé, par congé de la dicte Dame,
pour faire gens en Allemaigne en faveur de ceux de la nouvelle
relligion, dont il restoit à lever envyron ung tiers, et que les
prinses, et pilleries, que lesdictz de la nouvelle relligion feront
sur mer, abordant par deçà ne seront en effect empeschées, affin
d'employer ce qui en proviendra à l'entretènemant de ceste guerre,
bien qu'en apparance, l'on baillera provision de justice au contraire.

Ainsi, qu'ilz ont permis à Chatellier Portault d'uzer à son plaisir
des prinses qu'il avoit faictes. Et fraischemant, à ung pirate
anglois, nommé Aman, et à des François qui estoient avecques luy, a
esté permis le semblable d'ung grand navyre de Marseille, chargé de
beaucoup de riches marchandises, apartenant aux sujets du Roy
Catholique, qu'ilz ont prins, en venant d'Anvers, et mené à Anthonne:
la dicte Dame, à la requête du dict Sr. de La Mothe et de
l'ambassadeur d'Espaigne, avoit escript aux officiers de la justice,
qui l'avoient desjà arresté, de le faire rendre à ceulx à qui il
apartenoit, mais secrètement il a esté mandé de laisser aller le
pirate, avec le navyre et marchandises, pour l'aller débiter ailleurs.

Ils ont aussi procuré de faire faire la saysie de cinq navyres
biscayns, qui pourtoient d'Espaigne en Flandres environ cinq cent
cinquante mille ducats de réales, et ont regrêt qu'autres trois
navyres, qui estoient venuz de mesme compaignie, et avoient aussi
abordé pardeçà n'ont esté arrestés, qui pourtoient autre somme
d'envyron trois cent mille ducats de réales, et sont après à vériffier
que lesdicts deniers viennent par voye de marchands, affin que la
dicte Dame les puysse prendre pour ses affaires, en payant l'intérest.

Il y a quelque secret advis qu'on a mandé aus ports et hâvres de deçà
d'arrester tous les navyres et marchandises des Bretons et Normands,
qui y aborderont, jusques à la valleur et concurrance de certaines
prinses, qu'aucungs Anglois et Irlandois se pleignent leur avoir esté
faictes par ceulx de Croisy et autres François, et dont ils n'ont peu
avoir justice en France.

Et avoient aussy esté arrestez de deçà plusieurs navires françois,
plus de six sempmaines a, qui n'avoient que le seul lestaige, et
alloient cercher affret, dont ceulx, qui estoient conduicts par gens
de la nouvelle relligion, ont esté touts relachés, mais ceulx des
catholiques sont encores en arrest.

Est à craindre que lesdicts Anglois procèderont encores plus
insolentemant sur mer, tant contre les subjects du Roy que contre
ceulx du Roy d'Espaigne, après que leurs deux flottes de Bourdeaux
seront de retour, qui sont de LX ou LXX navyres chascune, dont est à
considérer s'il sera bon d'arrester lesdictes flottes par delà jusques
à ce qu'on aura prins plus grande seurté d'iceulx Anglois, ou qu'on
aura faict parler plus clairement leur Royne, sans touttefois leur
porter aulcuns dommaiges, ny pillier rien du leur.

Il semble qu'on a esté, icy, assez en suspens de l'armée du duc
d'Alve, tant qu'il l'a tenue en estat, despuis le partement du prince
d'Orange, et se sont réjouys qu'il l'ayt départye, dont semble que, si
le dict duc tenoit quelque forme de camp, ou qu'il fît semblant de le
vouloir dresser, que cella contiendroit assez ceulx cy de ne se
déclairer si avant qu'ilz font.

Il est certain que la dicte Dame et ceulx de son conseil sentent
quelque mouvemant dans l'affection d'une partie des subjectz de ce
royaume pour le faict de la religion, et que les catholiques, dont y a
grand nombre, mesmes de la noblesse, aspirent au recouvrement de la
religion catholique, et semble que l'ambition poussera en avant
l'entreprinse de tant que les principaux seigneurs, qui sont
catholiques, supportent fort difficilement que tout le gouvernement
soyt ez mains d'aucungs, qui sont assez nouveaulx et de petite
qualité, et toutz de la nouvelle relligion.

Et cecy se descouvre bien fort en la cause de la Royne d'Escoce, que
les catholiques portent et favorisent tout ouvertement, autant qu'il
leur est possible, et les autres monstrent estre ses contraires, dont
en fin son faict va tumber en la division de la relligion.

Et de tant qu'on ouyoit les ungs et les autres en parler assez hault
et bien fort librement en ceste ville, il a esté escript au maire
d'advertir ceulx qui tiennent les principales tables, où se faict la
plus grande assamblée de gens de qualité en ceste ville, qu'ilz
n'ayent à y recepvoir aulcungs de qui ilz ne veuillent respondre,
qu'ilz les représenteront pour estre examinés sur les propos qu'ilz
tiendront de la Royne et de ceulx de son conseil, soit d'Escoce, ou de
la religion, ou autres matières d'importance.

Et, à ce Noël, l'on est allé par les maisons semondre les gens d'aller
au service et presches, qui se faisoient en leurs églizes, ce qui
n'estoit acoustumé de faire.

L'on verra l'estat où sont à present les affaires de la Royne d'Escoce
par la remonstrance que ses depputez ont présenté à ceste Royne, et
par la response qu'elle leur a faicte; dont l'un et l'autre sont
envoyés par la présente dépesche.

Le faict de la dicte Dame iroit plus mal sans le support du duc de
Norfoc et du comte d'Arondel, qui, oultre ce qu'ilz ont remonstré
vifvement les droicts de ceste princesse en ceste conférance, ilz ont
encores représenté à la Royne, leur Maitresse, qu'en laissant opprimer
ceste princesse à ses subjects, elle préparait contre elle ung mauvais
exemple aux siens.

La garde de la personne de la dicte Dame a esté reffusée au comte de
Hontinton, comme suspect à elle, et a esté commise au comte de
Cheirosbery, grand seigneur vers le nord et bon catholique, et à qui
aussy le chateau de Thitbery, où l'on a ordonné de la remuer,
apartient en propre.

Tous les Escouçois, qui sont ici, ont esté arrestez, mesmes le duc de
Chatelleraut et le comte de Mora, jusques à ce qu'on aura notiffié à
la dicte Royne d'Escoce toute la procédure qui a esté faicte jusques
icy, et qu'on aura heu sa responce, de quoy le comte de Mora monstre
n'estre contant.

L'évesque de Ross estime qu'il feroit grand bien à la dicte Dame que
Leurs Majestez escripvissent à ceste Royne quelques bonnes lettres de
recommandation et de mercyemant pour la peyne qu'elle a prins de
vacquer et faire vacquer son conseil à l'expédition des affaires de la
dicte Dame, la pryant d'y mettre bientôt une bonne fin, de peur qu'il
ne surviengne quelque inconvéniant à la personne et à l'estat de ceste
princesse, se voyant si long temps détenue où elle est, et si long
temps absante de son royaulme, et que, quant le secours que la dicte
Royne d'Angleterre luy a promis lui deffaudroit, que Leurs Majestez
s'esforceront, parmy leurs grandes affères, de luy bailler le leur.


  PROPOSITION DE L'ÉVESQUE DE ROSS, et autres depputez de la Royne
    d'Escoce, baillée, par escript, en langaige escouçois, à la
    Royne d'Angleterre, et traduicte, comme l'on a peu, en
    françois.

  Plaise à Votre Majesté combien qu'en notre réplique, faicte à
  Yorc, contre la fainte et controuvée responce du comte de Mora et
  ses adhérans, ayans esgard à la charité et à la clémance de
  laquelle la Royne, notre Maitresse, se délibéroit d'uzer envers
  eulx, nonobstant leur déloyauté et forfaicts, pensant en cela
  faire plaisir à Votre Majesté, les voulant à votre instance réunir
  au corps et reppublique de laquelle notre Maitresse et souverayne
  est chef, duquel s'estans par leurs trop diligentes, et subtiles,
  et fauces inventions séparez, ilz ne méritoient estre ouys ni
  receus; nous répliquasmes, froidemant et doulcement, mais
  véritablement, sans railler ou les provoquer à injure quelconque,
  comme maintenant ils alléguent injustement et sans occasion. Après
  cela il a pleu à Votre Majesté, pour vous mieulx satisfaire à vous
  mesmes, et à celle fin que les causes de notre souveraine fussent
  mieulx entendues, de révoquer la dicte conférance, icy, devant
  vous et tels de votre conseil privé qu'il a pleu à Votre Majesté
  depputer pour ce faict; en présence de qui nous avons exibé une
  protestation par laquelle avons protesté qu'on n'eust à toucher la
  couronne, estat, personne ny honneur de la Royne, notre Maitresse,
  et que n'entendions nullement procéder judicialement: laquelle
  protestation a esté par eulx admise et trouvée raysonable. Mais
  l'usurpation est si proffondément enracinée dedans le cueur du
  dict conte de Mora et des siens, et leur malice est tant endurcye
  et si grande, que, contre le debvoir naturellement deu à leur
  souverayne, par la libéralité de qui ilz ont esté toutz advancez
  et faictz grandz, et aussy contre leur protestation et la vraye
  intention de ceulx qui ont procuré ceste conférance, ilz ont
  faucement advancé contre l'honneur de la noble personne de la
  dicte Royne, leur souveraine, pensant péner le droict et dignité
  de son estat et couronne, tendant jusques à la ruyne de son corps,
  par quoy eulx ayant perversement de leur part violé, rompu ceste
  conférance, et que la Royne notre Maitresse ne pourroit jamais cy
  après uzer de clémance envers eulx, comme aussy leurs indignitez
  le requièrent, nous, pour notre part, en considération desdictes
  causes, avons juste occasion de rompre et dissoudre la dicte
  conférance. Et considéré leurs injures et façon de procéder, qui
  est intollérable, semant cy devant secrètement leurs fauces
  inventions et faulx scandalle contre l'honneur de notre
  Souverayne, et à présent publiquement et désespérémant, ne pouvant
  autrement trouver moyen de couvrir leurs exécrables trahisons et
  malheureux actes, nous ne pouvons tant oblyer le debvoir que
  devons, premièrement, à Dieu, et, après, à notre dicte Souveraine,
  que de laysser si légèrement passer leurs pernicieulx, détestables
  faictz avecques silance. Mais d'autant que ceste cause touche de
  si près à l'honneur et estat de la Royne, notre Maitresse, joint
  que nous avons exprès commandemant de Sa Majesté que, en cas qu'il
  soit proposé, icy, autre chose que ce qui a esté exposé à Yorc,
  qui touche à sa couronne, estat, personne et honneur, de demander
  que ce soyt votre plaisir que, d'autant que le dict comte de Mora
  et les autres rebelles ont déjà obtenu présence de Votre Majesté
  et ont esté admis devant voz commissaires pour calompnier son
  honneur, que le mesme soyt accordé à Sa Majesté. Par quoy
  humblemant, et affectionnéement, desirons qu'il soyt permis à
  notre dicte Souveraine de venir, icy, en propre personne, pour, en
  votre présence, devant toute votre noblesse, et aussy en présence
  de toutz les ambassadeurs, résidans icy en votre royaulme,
  déclairer son innocence, et aussi pour faire entendre à Votre
  Majesté les faulxes inventions et calompnies de ses rebelles, pour
  la deffence de son honneur; à celle fin que Votre Majesté, et tous
  autres princes, et bons subjects, ausquelz la cognoissance de
  ceste conférance pourroit parvenir, soient mieulx satisfaitz. Et
  nous ne dobtons que, par l'advis de votre plus honorable et plus
  sage conseil, Votre Majesté ne nous accorde notre demande, veu que
  toute équité et raison requiert qu'il soit plus tôt permis à Sa
  Majesté (estant, comme en effect elle est, princesse libre, et
  qu'elle est venue en cestuy votre royaume sur la confiance que Sa
  Majesté a heu qu'elle, qui est votre bonne seur et plus proche
  cousine du monde), de venir en présence de Votre Majesté pour
  déclarer son innocence, que d'avoir permis à sesdicts rebelles de
  faucemant calompnier son honneur en son absance. Nous desirons
  aussi, au surplus, que, puisque des rebelles ont entreprins de
  faucement et témérayremant accuser Sa Majesté contre le droict de
  Dieu et nature, elle estant leur Souveraine et Maitresse, que, par
  authorité de Votre Majesté, ilz soient arrestez icy pour respondre
  aux crimes qui leur seront mis sus, et qu'il plaise à Votre
  Majesté nous donner response, affin que, selon que notre devoir le
  commande, et que l'exprès commandement de Sa Majesté le requiert,
  nous luy donnons advertissement de ce que nous sera respondu.


   CE QUE L'ÉVESQUE DE ROS A COMPRINS, de la response de la Royne
     d'Angleterre, sur sa protestation baillée en langaige escouçois,
     et traduict en françois, comme l'on a peu.

     A Hantoncourt, le XVIe de décembre 1568.

  Le sommaire de la response faicte par la Majesté de la Royne
  d'Angleterre à l'évesque de Ros, lord Boyd, lord Heris et l'abbé
  de Kylindin, en la présence de Mr. le garde du grand scel, le duc
  de Norfoc, le marquis de Norhampton, le comte de Suesex, Bethford
  et Lestre, le Sr. Clinton admiral, et le lord Havard chamberlan,
  Sr. Guillaume Cecile chevalier, premier secrétaire, Sr. Raff
  Sadelle chevalier, chancelier de la duché de Lenclastre, et Sr.
  Vualter Videlmar chevalier, chancelier de l'eschiquier, a esté que
  la requeste, par nous présentée à Sa Majesté, tendoit à deux
  points:

  Le premier, qu'il fust permis à la Royne, notre Maitresse, venir,
  en personne, en présence de la Majesté de la Royne pour, là,
  pouvoir respondre à toutes et telles choses qui pourroient être
  objectées à l'encontre d'elle;

  Le segond, que, s'il ne luy estoit permis ce faire, qu'il ne fust
  point permis d'entrer en plus grande conférance sur ce faict.

  La Majesté de la Royne fit, adonc et délors, response qu'elle
  pensoit plus convenable de réprouver les subjectz de la Royne pour
  leurs téméraires et audacieuses accusations faictes allencontre de
  leur Royne souverayne, chose qui ne conciste qu'en termes
  généraulx, que de faire venir la dicte Royne par deçà pour
  respondre en personne. Ce faict, la Majesté de la Royne commanda
  aux commissaires appeler par devers eulx le comte de Mora et sa
  compagnie, et les reprendre, bien et aigrement, de leurs
  audacieuses procédures, comme estans déloyaus et contraires au
  debvoir de bons et loyaux subjects, et que cella ne debvoit
  demeurer inpugny. Sur quoy, le dict comte et ses compaignons
  estans ainsi accusez a faict responce que, luy, ny aucung de sa
  compagnie, n'ont jamais rien procuré contre l'honneur de leur
  Royne, mais que bien eulx estans notoiremant chargés par leurs
  adversaires de si grands et énormes crimes, ilz n'ont peu et ne
  pouvoient moings fère, sans estre condempnés et trouvés coupables
  injustement, suivant la protestation par eulx cy-devant faicte et
  exibée pour la descharge de leurs personnes, et estre purgés des
  crimes à eulx inposés, ayans esté contraints contre leur voulonté
  pour leur juste deffense que de faire ce qu'ilz ont faict. Et pour
  approbation du faict, ilz ont produict ausdicts commissaires de Sa
  Majesté des choses grandes, et de grande apparance, et conformes
  aulx présomptions et argumant du commung bruyt et rapport desdicts
  crimes inposés à ladicte Royne. Desquelles choses la Majesté de la
  Royne, en ayant esté advertie par ses commissaires, les a en
  grande admiration à son très grand regrêt, ne pensant jamais ouyr
  telles choses, et en si grand nombre allencontre d'elle. Et
  partant doncques, considérant qu'ilz estoient venuz pour avoir
  plus oultre responce, Sa Majesté a dict qu'ilz auroient une
  response résolutive en ceste sorte, que Sa Majesté estoit contante
  que le discours de la matière fust débatue pardevant elle, si elle
  vouloit accorder y faire directe responce, parceque Sa Majesté
  pensoit que ce fust le plus honeste et seur moyen, et desiroit
  aussi que cela peût estre suffisant pour sa descharge. Et, pour ce
  faire, dict-elle, je vous proposeray trois moyens: le premier, est
  qu'elle envoyât pour elle quelque féal et suffisant personnage, ou
  plus, estans de ce authorisez, avec sa response: l'autre, qu'elle
  baillât sa dicte responce à quelques nobles personnaiges, tels
  qu'il luy plaira, si ainsy luy plait, pour luy envoyer: et le
  dernier, qu'elle ordonne et authorise soit les derniers
  commissaires, ou autres, pour respondre devant les commissaires de
  Sa Majesté. Mais que de venir en sa présance, considérant que,
  quant elle arriva en ce royaume, Sa Majesté ne le peût avoir lors
  pour agréable, pour son honneur, elle estant adonc diffamée
  seulemant par le commung bruyt, tant icy que en la plus grande
  partie de la chrétienté; beaucoup moings peult elle penser estre
  honorable de venir maintenant en sa présance, considérant le grand
  nombre de matières et présumptions de naguiéres produictes
  allencontre d'elle, voir et telles qu'il fait mal à Sa Majesté y
  penser. Et pour ce, Sa Majesté les requiert vouloir accepter sa
  présente responce, et luy en faire le récit, en la luy envoyant,
  estimant estre vrayment toujour nécessaire pour elle de faire
  responce; car autrement quiconques luy donneroit autre conseil que
  de faire responce, ayant tant de moyens pour ce faire, seulemant
  parce qu'il ne luy est point permis venir en présence de Sa
  Majesté, encores qu'ilz aparussent estre ses bons serviteurs,
  seuremant il serait plutôt à juger, pour quelques respectz, de la
  trahir. Et sur cela, Sa Majesté les a requis, comme ses
  serviteurs, à ce qu'elle a dict, car cella ne pourroit estre
  jamais prins en ce monde pour excuse raysonnable, si elle est
  innocente, comme Sa Majesté la desire estre trouvée, de s'offrir
  estre estimée coulpable de telz horribles crimes, seulemant par
  faulte de ne pouvoir venir en sa présance, et ne se purger
  autremant devant le monde, par autre manière de raison; et si, ne
  pourroit penser commant la Royne pourroit plus promptement
  procurer sa condempnation, que de refuser à faire responces. Et
  ainsi, avec plusieurs et semblables paroles par elle prononcées à
  loysir, et dont il ne leur peult du tout souvenir, il aparoissoit
  que le grand desir de la Royne (d'Angleterre), estoit que la Royne
  (d'Écosse) se peût descharger et acquitter par le moyen de quelque
  responce raysonnable. Et est la fin.



IXe DÉPESCHE

--du IIe de janvier 1569.--

(_Envoyée par Olyvier Champernon jusques à Calais._)

  Nouveaux succès remportés sur les protestants.--Nouvelles
    d'Allemagne.--Menaces de représailles pour les prises faites
    par les Bretons.--Cartels proposés relativement au meurtre du
    roi d'Écosse.


     AU ROY.

Sire, incontinant après que le gentilhomme, que je vous dépeschay,
avec les miennes du XXVIIIe du passé, fust party, je receus celles
qu'il avoit pleu à Votre Majesté m'escripre du XVe au paravant, et
encores despuys, celles du XVIe, toutes deux bien à propos pour
rabatre le bruyt, qu'on semoit icy, que, despuis le premier rencontre
du XVIIe de novembre, le prince de Condé avoit regaigné plusieurs bons
avantages sur les nostres; mesmes que, le lendemain, son infanterie
avoit heu du meilleur contre les bandes de Mr. de Brissac, et despuys,
il avoit pillé le bagaige de Monsieur, frère de Votre Majesté, près de
Lusignan, et emporté une ville quasi à sa veue, et que le prince
d'Orange s'en alloit à Paris, dont aulcungs des siens avoient desjà
couru jusques à Chateau-Thierry, sans avoir voulu accepter l'offre,
que Votre Majesté luy avoit envoyé faire, de luy donner trois centz
mille livres pour renvoyer ses gens, et cent mille escuz pour luy, et
de le remettre en la bonne grâce du Roy Catholique votre frère, et en
ses biens, et mayson, pourveu qu'il y voulût vivre comme son bon et
fidelle subject. Dont je n'ay failly, Sire, de faire incontinant
entendre à ceste Royne la vérité du bon succez de vos affaires du
costé de votre armée, que mène mon dict Seigneur, et comme le dict
prince de Condé ne faisoit plus que s'en aller devant luy pour se
retirer à la Rochelle, despuis que les forces de Languedoc estoient
arrivées; et l'arrivée aussy de vos six mille reystres devers Mr.
d'Aumalle, et des quatre mille Souisses nouvellement levez, et autres
gaillardes forces, qu'aviez toutes prestes pour haster la contenance
que faisoit le dict prince d'Orange de sortir de votre royaume; avec
les autres avantaiges que Dieu vous avoit donné en ceste guerre, ainsi
qu'il vous plaisoit me les mander.

A quoy la dicte Dame a respondu qu'elle oyoit, de fort bon cueur, ces
bonnes nouvelles, qui monstroient le bon acheminemant de vos affaires,
et qu'elle desiroit que vos bonnes fortunes allassent toujours en
augmantant, à la gloire de Dieu. Ayant faict part des mesmes nouvelles
à aulcungs seigneurs que je sçay n'estre marris de votre prospérité,
ilz ont monstré estre bien ayses que j'eusse de quoy convaincre
beaucoup de mansonges, qu'on publioit icy ordinairement des choses de
France. Tant y a que l'ung d'eux m'a mandé que l'on tenoit pour
certain que le prince d'Orange avoit faict monstre et payé ses gens
pour trois mois, et qu'il délibéroit temporiser là où il estoit,
jusques au printemps, pour attandre la venue des autres Allemans qui
se préparoient de descendre en France, et qu'il n'y avoit plus que
deux mois d'yver jusque là, qui seroient tantost coulés. L'on m'a dict
aussi qu'il y avoit lettres d'Allemaigne et de Flandres à ceste Royne,
par lesquelles l'on luy mandoit que le duc de Vuelgan faisoit grand
dilligence de lever les reystres et lansquenetz, qu'il vouloit mener
au secours du prince de Condé, et que la monstre s'en debvoit bientost
fère en Alsatie; mais ne se mandoit le jour, ny le lieu, sinon que
d'Alsatie il prendroit le chemin de la Franche-Comté pour entrer en
France.

Le nepveu de Trokmorton est revenu, ces jours passez, avec ung pacquet
de Mr. Norreys, et semble qu'il ait esté devers le prince d'Orange;
car l'homme du dict prince, qui estoit icy auparavant, lequel s'estoit
acheminé, ou aulmoings n'avoit esté veu, douze jours y a, en ceste
cour, y est revenu avecques luy, et j'entends qu'il pourchasse d'avoir
de nouveau crédit de XL mille livres esterlin, qui sont 150,000 escuz,
en payant l'intérest. Je ne sçay qu'il obtiendra, car il a esté
besoing à ceste Royne de tirer extraordinairement, despuis huict
jours, dix mille livres esterlin, qui sont XXXIII{m} V{c} escuz, de son
espargne pour envoyer en Irlande, afin de pourvoir à ce commancement
d'esmotion du chef Onniel, où l'on dict que le frère du comte d'Ormont
est meslé, affin que cella ne passe plus avant. Et quant à ce que je
vous avoys cy devant escript, qu'on cerchoit un moyen de faire fournir
certaine quantité de joccondalles en Allemaigne, par lettres de banque
des marchans italiens qui sont en ceste ville, l'on m'a adverty que
c'est le dernier payement de l'ottroy des églizes d'Angleterre, dont
je vous ay naguières faict mention, duquel restoit à lever le tiers,
de cent dix mille escuz, et l'on veult faire fournir le dict restant
ez mains du docteur du Mont, agent pour ceste Royne en Allemaigne, qui
se tient ordinairement à Francfort, ou à Ausbourg.

Je vous ay mandé, touchant les lettres de marque que les Michelz de
Plemmue avoient pourchassées, qu'elles ont esté révoquées et
arrestées, et, à la vérité, il ne se trouve, au registre de
l'audmirauté de ceste ville, qu'elles ayent passé outre. Mais en lieu
de ce, j'ay advertissement qu'on a donné une secrète commission
d'arrester toutz les navires françois, qui aborderont ez portz et
hâvres de deçà, jusques à la valleur et concurrance de certaines
prinses, qu'aucungs Anglois et Irlandois se plaignent que ceulx de
Croisy et autres Bretons leur ont faictes, dont ilz n'ont peu avoir
justice en France; de quoy je remets au premier jour d'en fère quelque
bonne instance à ceste Royne, ainsy que Vos Majestez me le
commanderont.

L'Evesque de Ros avoit eu congé d'aller vers la Royne d'Escosse, sa
Maitresse, pour luy notiffier tout ce que jusques icy s'estoit passé
en ses affaires; mais, ainsy qu'il prenoit la poste en ceste ville, il
a esté contremandé s'en retourner à Antoncourt, où, à ce que
j'entends, l'on est entré en nouvelles propositions et en nouveaulx
trettés, qui semblent incliner au bien de la dicte Dame. Et j'espère
que ce que j'ai dict et remonstré icy, de la part de Vos Majestez,
pour elle, lui servira grandemant; dont je remets vous donner plus
ample notice de cella, et de toutes autres choses de deçà, par mes
premières; pryant Dieu, etc.

     De Londres ce IIe de janvier 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, ce qui s'offre, icy, digne de vous estre escript, depuis le
partemant du Sr. de Vassal, que je vous ay dépesché, du XXVIIIe du
passé, Votre Majesté, s'il luy plait, le verra en la lettre du Roy,
vous suppliant très humblement, Madame, m'excuser si je ne vous
expéciffie davantaige beaucoup de ces choses que je vous mande; car,
encor que je sente et voye qu'il en est pourchassé icy la plus grande
part, et des bien importantes, avec beaucoup de menées, et avec grand
instance, autant, possible, à ceste heure, qu'en nul autre lieu de
l'Europe, par ceulx de la nouvelle relligion, naturelz et estrangers,
qui y sont, il n'est pas possible, touteffois, que j'en puisse avoir
si claire notice qu'il ne me faille, le plus souvant, y advenir par
conjectures et présomptions, comme je supplye très humblement Votre
Majesté conjecturer aussi, et fère jugemant, par ce que je vous ay
déjà escript du présent depportement de ceulx-ci, quel il sera à
l'advenir. Et je fay diligence de vous mander, d'heure à autre, toutes
occurrances, et ne laisseray cepandant rien passer, puis qu'ainsy vous
plait, à cette Princesse, qui ayt apparance d'estre contre votre
service, bien que je luy auray toutjours le respect, et useray, en son
endroict, de la douceur que m'avez commandé, affin de ne la provoquer
à quelque plus ouverte déclaration, ou bien à vous fère une plus dure
responce que, possible, vos présentes affaires ne permettroient de
vous en ressentir si tost, comme la grandeur et réputation de Voz
Majestez le requerroient.

Le faict de la Royne d'Escoce semble prendre autre acheminement que
ses adversaires ne cuydoient, lesquelz commancent, à ceste heure,
d'envoyer cartels de combats parce qu'on les charge de trahison, de
rebellion, et encores du mesmes meurtre du feu roy d'Escoce, dont ilz
accusoient leur Royne. L'évesque de Ros a esté contremandé à
Antoncourt pour cest effect, lequel m'a mandé qu'il m'advertira de
tout ce que luy sera proposé, affin d'en avoir mon advis; dont je
remetz, Madame, vous mander, par mes premières, ce qu'en cella, et en
autres choses, sera succédé; et je prieray Dieu, etc.

     De Londres ce IIe de janvier 1569.



Xe DÉPESCHE

--du VIe de janvier 1569.--

(_Envoyée par Jehan Vallet._)

  Négociation relative à la saisie faite sur les Espagnols.--Grand
    nombre de pirates qui se mettent en mer.--Crainte d'une
    entreprise sur Calais.--Accusation portée par Marie Stuart
    contre ceux qui se sont déclarés ses dénonciateurs.--Retour à
    Londres d'une partie de la flotte de Bordeaux.


     AU ROY.

Sire, vous ayant faict une bien ample dépesche par le Sr. de Vassal,
que je vous ay envoyé sur la fin de l'autre mois, et encores une autre
despuys, du IIe du présent, j'ai seulement à vous dire maintenant,
Sire, que la Royne d'Angleterre a donné de bonnes paroles à
l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, touchant les cinq navires
byscayns et l'argent d'Espaigne qu'elle a arresté par deçà, de quoy
les principaulx marchans de ceste ville en ont avecques luy très
instamment sollicité la délivrance, de peur qu'on ne se preigne à
leurs biens et marchandises, qu'ilz ont en Envers et à Séville. Mais
l'on présume que la dicte Dame ira, entretenant ce faict tant qu'elle
pourra, affin de retarder d'autant les affaires du duc d'Alve et des
catholiques aux Pays Bas, ou bien à la fin, s'il se vériffie que ces
deniers viennent par voye de marchands, qu'elle les prendra à
l'intérest, et allèguera qu'elle a droict, comme ung chacung autre
prince, en son pays, de s'en pouvoir justemant ayder à son besoing,
aulmoings se vouldra elle asseurer, et asseurer ses affaires, du costé
du Roy Catholique, premier que de s'en dessaysir; dont, par sa
prochaine responce, qu'elle a promis fère, dans trois ou quatre jours,
au dict Sr. ambassadeur, l'on pourra plus clèrement juger de ses
aultres desseings et intentions. Cependant je vous veulx bien
advertir, Sire, comme la mer de deçà se va, de jour en jour,
remplissant de pyrates, m'ayant esté dict qu'il y en a sept ou huict
de nouveau, toutz prestz à partir avec chacun un petit navyre de
guerre, et que mesmes il y a ung des dicts pirates, nommé Forbouche,
duquel j'ay faict mention en aulcunes de mes précédantes, qui est
party despuys trois jours avec le congé de la dicte Dame, laquelle a
parlé longuement à luy, et semble qu'elle luy ayt donné commission
d'aller trouver le visamyral Me. Ouynter, lequel on m'a dict estre
arrivé le XIIIe du passé, avec les quatre grands navyres de la dicte
Dame, à la Rochelle, mais n'en ay certitude. Et encore, Sire, que,
pour le petit appareil que lesdicts pirates portent dans leurs
vaysseaulx, l'on ne doibve craindre qu'ilz soyent pour assaillir une
place, ny pour mectre gens en terre, ou entreprendre quelque grand
effect, toutesfois estant desjà beaucoup ensemble, tous de la nouvelle
religion, tant Françoys, Flamans que Angloys, à la dévotion de ceste
Royne, et à la dévotion aussi, comme l'on pense, du prince de Condé,
il ne leur seroit mal aysé d'emporter, par intelligence ou par
surprinse, quelque place avec la faveur desdicts quatre grandz navyres
de la dicte Dame, lesquelz portent artillerye, pouldres et monitions
de guerre, pour la fornir incontinent; dont sera bon, Sire, advertir
vos frontières, et villes maritimes, se tenir sur leurs gardes, et les
pourveoir de bons et bien asseurez gouverneurs, avec quelque renfort
de gens de guerre. Quoy que soit, les dictz pirates délibèrent, le
printemps et l'esté prochain, se randre maistres de ceste mer, et fère
la guerre aux catholiques françoys et hespaignolz qui y navigueront.

Je ne veoy, à la vérité, que ceulx cy facent encores nulz aprestz pour
aucune entreprinse que l'on puisse juger estre d'importance, tant y a
que je ne veulx différer vous mander, comme l'on m'a fort expressément
adverty qu'ilz en ont une sur Callais; de quoy je mectray peyne d'en
descouvrir plus avant les particularitez, affin de les vous mander par
mes premières: et cependant Votre Majesté pourra renforcer la garnyson
du dict Callais et y fère prendre garde, comme aussi j'en ay faict
advertir, en passant, monsieur de Gourdan. Car encores, Sire, que
ceste princesse se soit mal trouvée de l'entreprinse de l'Hâvre de
Grâce[41], si peult elle, par les solliciteurs qu'elle a icy, tant
sciens que estrangiers, de la nouvelle religion, estre de rechef bien
aysément persuadée de faire une seconde entreprinse pour ravoir le
dict Callais, veu l'affection qu'elle y a, et le desir de ses
subjectz, qui vouldroient bien se prévaloir en cella de la présente
occasion de nos troubles, estimans que le Roi d'Espaigne ne leur
pourroit estre contraire en la dicte entreprinse, ayant ceste place
esté perdue à son occasion; et aussi que la dicte Dame cuyderoit
attaicher si bien les promesses et trettez qu'elle feroit maintenant
avec ceulx de la religion, pour y avoir des princes d'Allemaigne
meslés, qu'il ne luy en pourrait mal succéder, comme feit l'autre
foys, et qu'au moins elle recouvrerait tousjours les frays de la
guerre, si elle pouvoit occuper quelque place.

  [41] Par le traité de Hamptoncourt, du 20 septembre 1562, les
  protestants avaient livré le Havre de Grâce aux Anglais; mais,
  après la pacification d'Amboise (19 mars 1563), ils se réunirent
  aux catholiques pour faire le siége de cette place, qui capitula
  le 28 juillet. Le comte de Warwick rendit la ville, le 31, au
  maréchal de Brissac.

L'évesque de Ros m'a escript d'Anthoncourt, que ceste Royne l'a faict
interroger devant elle, et devant ceulx de son conseil, s'il vouloit
accuser les adversaires du mesmes crime, qu'ilz imposoient à la Royne
d'Escosse, sa Maitresse. A quoy il a respondu qu'il avoit lettres et
commandement de la dicte Dame, qu'en deffendant son innocence, il
déclairast ardiment devant la dicte Royne d'Angleterre, et devant la
noblesse de son pays, qu'elle estoit faulcement accusée par ceulx qui
estoient les principaulx autheurs, inventeurs, et aulcuns d'eulx les
propres exécuteurs du mesme crime qu'ilz luy imposoient, et qu'il ne
lui seroit mal aysé de le prouver, par bons et évidants arguments,
dans un terme et délay compectant, s'il luy estoit permis de pouvoir
venir en personne devers la dicte Royne d'Angleterre: et qu'il avoit
prononcé cella hault et ferme devant l'assamblée, dont despuys l'on
avoit travaillé de mectre quelque accord entre les parties, et en
avoient esté proposés aucuns moyens, par interposées personnes, dont
le dict évesque commançoit espérer mieulx de l'yssue des affaires de
sa Maistresse, qu'il n'avoit faict jusques icy. Et sur ce, après
avoir, etc.

     De Londres ce VIe de janvier 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, il me reste à présent bien fort peu que vous escripre oultre
le contenu en la lettre du Roy, parce que la Royne d'Angleterre et
ceulx de son conseil n'ont guières entendu, durant ces festes, en
matières d'affaires, s'estans la plus part des seigneurs retirez ou en
leurs maisons, ou bien en ceste ville, pour les passer. Seulement,
j'adjouxteray, Madame, qu'il semble qu'on soit icy en grand suspens
pour ceste saysie des deniers d'Espaigne, ne saichantz commant le duc
d'Alve le prendra, tant y a qu'on a layssé de despescher, depuys deux
jours, quatre grandes navyres de ceste ville, chargez de draps, en
Envers, ayans les marchans premièrement vollu sçavoir de ceulx de ce
conseil s'ilz les pouvoient seurement envoyer. Au surplus, Madame, il
est revenu quatorze navyres de la flotte, que ceulx-cy avoient envoyé
pour le vin à Bourdeaulx, et les maistres d'iceulx rapportent qu'on
leur a faict tout bon trettement par dellà, si n'est qu'on leur a
demandé double coustume, l'une au dict Bourdeaulx pour le Roy,
laquelle ilz ont payée, et l'autre à Blaye pour le prince de Condé, où
ils ont laissé gaige pour icelle, et que au dict Blaye l'on avoit rasé
toutes les maisons hors du fort, et qu'on y fortiffioit la place,
n'ayant au reste trouvé aucun empeschement à leur retour, ny n'ont
sceu novelles de tous ces navyres, qui sont partys sur la fin du moys
passé, sinon qu'ilz ont entendu que Me Ouynter avoit traversé vers la
Rochelle, et que Chatellier Pourtault se tenoit toutjour sur la coste
de deçà, près de Plemmue, et sur ce, je prieray Dieu, etc.

     De Londres ce VIe de janvier 1569.



XIe DÉPESCHE

--du Xe de Janvier 1569.--

(_Envoyée par Mr. de La Croix._)

  Irritation causée à Londres par l'ordre que le duc d'Albe a donné
    de saisir et arrêter dans les Pays-Bas les biens, marchandises
    et personnes des Anglais.--_Mémoire_ contenant le détail de
    tout ce qui est relatif à cet événement important.--Armements
    faits en Angleterre.--Ligue formée par le comte de Murray,
    régent d'Écosse, avec Élisabeth.--Cartel envoyé par lord
    Lindsay à lord Herries, au sujet du meurtre du roi
    d'Écosse.--Marie Stuart mise sous la garde du comte de
    Shrewsbury.--_Mémoire secret_ pour la
    reine-mère.--_Proclamation_ d'Élisabeth portant interdiction de
    commerce avec l'Espagne.--Justification de sa conduite à
    l'égard de Philippe II.--Énumération de ses griefs contre
    l'ambassadeur d'Espagne et le duc d'Albe.--Ordre de saisir et
    arrêter en Angleterre les biens, marchandises et personnes des
    Espagnols.


     AU ROY.

Sire, encor qu'il n'y ayt guières que je vous ay amplement escript ce
qui se offroit de deçà, je ne veulx pourtant différer de vous fère
encores maintenant, sur l'occasion de ce qui s'est naguières passé, en
Envers, touchant les Anglois, qui se rescent grandement jusques icy,
un bien peu de mots par le Sr. de La Croix, présent pourteur, qui
vous va représenter l'esmotion et altération, où, despuys trois jours,
s'en retrouve tout ce royaume; auquel me remectant et de cella, et de
toutes les aultres choses de ce lieu, sans vous en faire, pour le
présent, et à cause aussi de sa suffizance, plus long discours, et
vous suppliant seulement le croyre et luy donner lieu qu'il puysse de
ma part très humblement bayser les mains de Votre Majesté, je
supplieray, au reste, le Créateur qu'il vous doinct, etc.

     De Londres ce Xe de janvier 1569.


Despuys ce peu de mots escriptz, qui m'ont demeuré trois jours entre
mains pour la difficulté du passeport, j'ay receu en une mesmes heure
deux dépesches de Votre Majesté, du XXVIIe du passé et du premier
d'estuycy, ausquelles je feray responce par mes premières.


     A LA ROYNE.

Madame, entendans ceulx de ce royaulme les déportements dont le duc
d'Alve a uzé, puis peu de jours, en l'endroict de leurs merchants et
marchandises en Envers, ilz ont commancé de faire aussi quelque
démonstration de ressentiment sur les marchantz et marchandises des
Pays Bas, qui sont par deçà, non sans qu'on y voye une assez notable
altération et changement digne de vous estre représenté par
personnaige exprès, avec d'aultres particularitez qui ne seroient si
bonnes escriptes que dictes; lesquelles je vous supplie entendre par
le Sr. de La Croix, présent pourteur: auquel me remectant, et vous
suppliant luy donner entièrement foy et bonne audience, je supplierai
le Créateur, après avoir, etc.

     De Londres ce Xe de janvier 1569.


MÉMOIRE BAILLÉ AU DICT SIEUR DE LA CROIX.

Le seigneur de La Croix yra trouver Leurs Majestez, et leur
représentera l'altération et changement advenu, despuys quatre jours,
en ce royaume à cause de la saysie que le duc d'Alve a faicte de tous
les biens, navyres et marchandises des Angloys, en Flandres, et qu'il
a faict arrester les marchants et mectre deux cens Hespaignolz de
garde à l'entour de leur mayson, où ilz logent en Envers, sans
permectre que nul y entre ny sorte.

Et ce, pour aultant que la Royne d'Angleterre, peu auparavant, avoit
aussi faict arrester en ses portz cinq navyres biscayns chargés de
laynes, qui pourtoient environ 450,000 ducatz de réalles d'Espagne en
Envers, après toutesfoys qu'elle avoit desjà délivré passeport, pour
les dictz navyres et leur charge, à l'ambassadeur d'Espaigne, qui est
icy, collorant, du commancement, la dicte saysye sur la craincte des
pirates, affin que le Roy Catholique, son bon frère, ne receût
dommaige d'une telle somme en Angleterre; mais despuis elle a dict
avoir entendu que les dictes réalles estoient à des marchants, et
qu'elle avoit droict, comme ung chacun aultre prince en son pays, de
s'en pouvoir ayder à son besoing, en payant l'intérest: et a l'on
entendu aussi qu'elle se vouloit prévaloir de quelque lettre
d'obligation, qui s'est trouvée, d'une bonne somme d'angellotz que le
feu Roy Henry VIIIe son père, presta au feu empereur Charle Ve, père
du dict Roy Catholique, à la guerre de Landrecy[42].

  [42] En 1543.

Et, parce que la dicte Dame a esté, comme l'on dict, principallement
sollicitée par ceulx de la novelle religion de saysir les dictes
réalles contre l'opinion des catholiques, et au grand regrect des plus
notables marchans de Londres, qui luy ont remonstré et prédict ce qui
en est depuis succédé, il se cognoit clèrement qu'il y a de
l'altération beaucoup et de la contradiction entre les ungs et les
aultres, disantz les aucuns que c'est le fruict de la venue du
cardinal de Chatillon par deçà, et aucuns aultres des principaulx se
tiennent à part, et font les mallades, pour ne se trouver aux conseilz
et dellibérations qui se font là dessus, parce qu'ilz n'en ont jamais
aprouvé les commencemens.

L'on a desjà arresté ung pacquet de l'ambassadeur d'Espaigne, où y
avoit une lettre du Sr. de La Mothe au Sr. de Malras, et ont envoyé de
tous costés serrer les passaiges et saysir les navyres, biens et
personnes des subjects du Roy d'Espaigne, et ont faict clorre et
sceller les boutiques et contouers de tous les Flamans et
Bourguinhons, qui sont en ceste ville de Londres; et l'on a
contremandé en grande dilligence quatre navyres qui estoient ces jours
passés partis de ceste ville pour Envers, chargés de grand quantité de
draps; et en toutes sortes ilz font semblant de se tenir fort offancés
de cest acte du duc d'Alve, remémorantz davantaige ung escorne qui fut
naguières fait en Espaigne à ung leur ambassadeur[43]. Tant y a que la
dicte Dame délibère envoyer personnaige exprès devers le Roy
Catholique, pour tretter cest affère avecques luy, et cependant
n'attempter aucun exploict de guerre contre ses pays et subjectz,
comme son intention en est mieulx déclarée par la proclamation sur ce
faicte; dont semble que Leurs Majestez Très Chrétiennes ne se doibvent
haster de fère aucune rigoreuse démonstration envers cette princesse:
car ne fault doubter qu'elle ne se remecte bientost en bons termes de
paix avecques le Roy d'Espaigne, et cependant se pourra faire quelque
bon office en cella de la part de Leurs Majestez Très Chrétiennes, par
leurs ambassadeurs, qui sont en Espaigne et en Angleterre, digne de
leur grandeur de s'entremettre de réconcilier tels princes leurs
allyés.

  [43] Dans les premiers mois de 1568, Philippe II avait relégué
  Mann, ambassadeur d'Angleterre, dans un village nommé Bannias,
  près de Madrid, sur le motif qu'il aurait parlé du pape avec peu
  de respect.

Et cependant, sera le bon plaisir de Leurs Majestez mander au dict Sr.
de La Mothe comme il aura à se comporter envers ceste Royne, et les
sciens, sur cest évennement, et aussi envers l'ambassadeur d'Espaigne,
et s'il fera meilleure et plus expresse démonstration d'intelligence
que jamais avecques luy; de quoy ne fault doubter que ceux cy n'en
preigent grand jalouzie, ou bien s'il suyvra l'ordre, que le dict
ambassadeur a incontinent envoyé prendre avecques le dict Sr. de La
Mothe, que à quiconques luy viendra de sa part avec contre enseigne du
nom de _Jésus_, qu'il luy donne foy comme il feroit au dict
ambassadeur mesmes, et qu'au reste il luy veuille ayder à la conduicte
de ses lettres soubz la couverte des pacquetz qu'il envoyera en
France, affin qu'ilz puissent passer jusques à Callais et delà à
Bruges et à Bruxelles.

Il se dict que despuys deux moys l'on a toutjour tenu, icy, ung nombre
d'hommes toutz pretz, à qui l'on bailloit un gros le jour à chacun, et
que maintenant l'on leur a faict nouveau commandement de s'aprester
pour aller, du premier jour, aux navyres; dont semble qu'il se verra
bien tost comme quelque armement et appareil de mer par deçà, si le
faict des dictes saysies ne se modère. Mais le dict Sr. de La Mothe
aura, à toute heure, l'oeil sur ce que s'entreprendra affin d'en
advertir Leurs Majestez.

Et, pour ce qu'on dict que Me. Ouynter est arrivé à la Rochelle le
XIIIIe de décembre, et qu'il pourra avoir aydé le prince de Condé de
l'argent, artillerie, pouldres et monitions de guerre, qu'il pourtoit
dans les quatre grandz navyre de ceste Royne, Leurs Majestez
commanderont au dict Sr. de La Mothe quel office il aura à fère envers
la dicte Dame, et quel langaige il luy tiendra, pour en monstrer
quelque rescentiment, après toutesfoys qu'on aura mieulx sceu la
vérité du voyage du dict Me. Ouynter, et s'il rapportera de dellà
quelques ostages, comme on le dict icy.

Et aussi, ce qu'il aura à dire à la dicte Dame de plusieurs
particuliers de ce royaume, qui se mectent en mer avec des vaysseaulx
équippés en guerre, qui ne peult estre qu'elle ne le saiche; et de ce,
aussi, qu'elle souffre en ses portz Chatellier Pourtault, lequel l'on
intitulle visamyral du prince de Condé, et ses complices, qui ne font,
les ungs et les autres, que toutz exploitz de pirates.

Au surplus, ce que le dict Sr. de La Mothe a peu entendre de
particullier touchant l'entreprinse, qu'on luy a dict que ceulx cy
avoient sur Callais, est que l'ambassadeur d'Angleterre, résidant en
France, a escript qu'il avoit eu communicquation avec certain
personnaige de delà, qui offroit de fère prendre Callais dans quatorze
jours, toutes les foys que la Royne d'Angleterre le vouldroit
entreprendre, et qu'il se constitueroit prisonnier ez mains de la
dicte Dame jusques après l'exécution; ce que ayant esté mis en
délibération icy, l'on a arresté qu'on feroit venir l'homme, et
semble que le susdict ambassadeur luy ayt desjà advancé quelque
argent. Despuys, l'ung des principaulx personnaiges de ce conseil a
dict à certains gentilhommes, qui estoient en conversation un jour
avecques luy, qu'il y avoit une belle entreprinse toute preste pour ce
prochain printemps, et qu'on verroit qui auroit le cueur en bon lieu;
et au mesmes propos fut entendu qu'on disoit que Callais estoit mal
pourveu de gens, et qu'il n'y avoit ordinairement guères plus de trois
cens hommes de guerre dedans. D'ailleurs, l'on a adverty le dict Sr.
de La Mothe que ces princes d'Allemaigne, qui sont en armes, offrent à
ceste Royne, affin de la fère plus voluntiers entrer en leur ligue, et
luy fère fornir deniers, qu'ilz s'employèrent à la dicte entreprinse
de Callays jusques à expéciffier que, quant le duc de Deux Pontz et le
prince d'Orange seront joinctz, qu'ilz viendront le long de la
Picardye et du pays d'Artoys pour assiéger le dict Callais, et pour
exécuter, aussi, une semblable entreprinse qu'avoit commancé feu Mr.
de Termes au Pays Bas, avec la faveur que leur fera ceste Royne par
mer.

L'on actend icy, dans cinq ou six jours, le docteur Junyus, revenant
de trouver le comte Pallatin, son maistre, vers lequel il est
naguières allé partant d'icy, et s'estime qu'il aura esté devers le
duc de Deux Ponts et devers le prince d'Orange, dont sera bon
d'advertir Messieurs de Gordan et de Caillac que, si, d'avanture, il
vient prendre le passaige à Callais où à Bouloigne, ilz le facent
arrester jusques à ce que Leurs Majestez l'auront examiné sur
l'occasion de son dict voyage.

Aussi s'entend qu'un personnaige anglois, nommé Colnerel, doibt bien
tost passer en France avec lettres de ceste Royne adressantes au
prince de Condé, et qu'il yra à Bourdeaux soubz couleur du traffic
qu'il y mène ordinairement, estant marchant, et n'a pas plus grandes
capacitez que d'estre fort passionné pour la nouvelle religion, et
qu'il parle fort bien françoys, dont sera bon aussi de l'arrester.

Et, de tant que difficillement l'on peult avoir icy nouvelles du dict
prince de Condé, sinon par la voye de la mer, qui est incertaine,
semble q'un jeune homme françoys, qu'on dict avoir esté tailleur de
feu madame de Laval, ayt entreprins d'aller et venir par terre jusques
au camp du dict Sr. prince, dont fauldra prendre garde à Dieppe ou à
Callais s'il y passera.

L'on veoyt ceulx de la nouvelle religion, qui sont icy, sercher toutes
inventions pour estendre ceste guerre, et monstrent ne leur deffaillir
moyens de la pouvoir encores maintenir, mais ne se faisoit semblant,
avant ceste altération de saysies, qu'il y eust guières de desseing
sur les Pays Bas, ains que tout l'effect yroit sur la France, dont les
bons serviteurs du Roy, qui sont icy, estiment qu'il sera toutjour bon
de haster la fin de ceste guerre par tous les moyens qu'on pourra,
parce que la longueur n'y admènera que multiplication de difficultez
et diverses ouvertures de nouvelles entreprinses sur le royaume, avec
grand débauchement et ruyne d'icelluy.

Le comte de Mora, et ceulx de son party, ont, à ce qu'on dict, vollu
former une ligue avec ceste Royne pour la garde et deffance du petit
prince d'Escosse durant son bas eage, et pour la conservation du pays
à son obéyssance contre tous les princes et autres quelconques qui
s'en vouldroient mesler au contraire. Ce qu'ayant été mis en
délibération par plusieurs assemblées de ce conseil, il semble avoir
esté arresté qu'on n'entrera en aucune nouveaulté, par escript,
touchant l'Escosse, de peur de préjudicier aux trettez d'entre les
deux royaumes, et aussi que, si l'on faisoit sonner ce mot de _ligue_,
seroit à craindre que les autres princes chrétiens vouldroient sçavoir
à quoy elle tendroit; néantmoins qu'en tout ce que le dict comte de
Mora aura besoing pour la garde du dict prince, et du dict pays à son
obéyssance, la dicte Dame sera preste de l'en ayder et secourir, et ne
permectra que nul aultre s'en entremecte que eulx deux; et luy, de son
costé, promect de demeurer, et en paix, et en guerre, bien uny contre
tous aultres, pour cest effect, avec la dicte Dame, laquelle semble
monstrer au monde, sans le dire, qu'elle tient pour son successeur
présomptif le dict petit prince, affin d'en comtanter les Angloys et
Escossoys, et le tirer, si elle peult, en Angleterre, mais n'a garde
de le déclairer tel.

Ayant les depputez de la Royne d'Escosse, en deschargeant leur
Maitresse, dit ouvertement, en plusieurs lieux, que ses accusateurs se
trouveroient à la fin chargés du mesme murtre du feu Roy d'Escosse,
qu'ilz luy imposoient, le comte de Mora et les sciens semblent en
avoir esté estonnez, et Millord Lendsay, qui est des principaulx de sa
suite, envoya, il y a cinq ou six jours, ung cartel de démantye à
millord Herriz, au cas qu'il le volust charger du dict murtre: à quoy
le dict Herriz a respondu qu'il n'en chargeoit particullièrement le
dict Lendsay, mais qu'il y avoit aucuns, du party qu'il suyvoit, qui
en estoient coulpables, et, quant il seroit temps, l'on les cotheroit
et nommeroit, et s'il vouloit lors entreprendre la deffence de ceulx
là, le dict Herriz seroit prest de le combattre.

Despuys, estant l'évesque de Ros publicquement interrogé s'il vouloit
accuser les adversaires de la Royne d'Escosse du mesme crime qu'ilz
luy imposent, il a respondu en la façon que j'ay mandé par mes
précédentes; du VIe du présent, dont maintenant l'on est après à
mectre accord entre les parties, et desjà certains moyens en ont esté
mis en avant par interposées personnes, dont le dict Sieur évesque
commance espérer bien de l'yssue de cest affaire.

Il est vray que luy et les aultres depputez de la dicte Dame ne
veulent entendre à nul party que premièrement la procédure, et toute
la production, et allégation des adversaires, n'ayt esté monstrée à
leur Maistresse. A quoy s'accorde l'intention de la dicte Dame, ainsi
que porte une lettre qu'elle a escripte au dict Sr. de La Mothe, du
IIe de ce moys, la coppie de laquelle le dict Sr. de La Croix
monstrera à Leurs Majestez, et à monsieur le Cardinal de Lorraine, et
leur fera entendre tout l'estat des affères de la dicte Dame, affin
qu'il leur playse mander quelque bon adviz et conseil là dessus au
dict Sr. de La Mothe; car il crainct que ceste ouverture d'accord soit
seulement ung entretennement pour prolonger la matière, bien qu'il
semble que le temps commance se faire icy meilleur pour la dicte Dame.

La garde de la dicte Royne d'Escosse a esté commise au comte de
Cherosbery, à qui l'on en a baillé la commission par escript, portant
de ne luy laisser trop de liberté, ce qu'il n'a vollu du commancement
accepter; mais enfin il s'est condescendu de la prandre par l'adviz
d'aucuns grandz de ce royaume, qui luy ont, par mesme moyen, conseillé
de tretter la dicte Dame avec l'honneur, respect et gracieuseté, qu'il
convient à une telle princesse, nonobstant sa contraire commission: et
ainsi semble que bien tost elle sera conduicte au chateau de Tytbery,
où l'on a faict ses provisions, et avoit le dict Sr. de La Mothe
entendu que le dict comte de Cherosbery estoit catholique, mais c'est
son feu père qui y a persévéré jusques à sa fin, là où despuis sa mort
cestuy cy s'est miz de la nouvelle religion, et, au demeurant, il est
fort modeste seigneur.


AULTRE MÉMOIRE AU DICT Sr. DE LA CROIX POUR DIRE A PART A LA ROYNE;

Qu'il semble que la Royne d'Angleterre et ceulx de son conseil soient
bien fort aygriz contre le duc d'Alve, et qu'ilz veuillent fère grand
rescentiment contre luy, et contre l'ambassadeur d'Espaigne qui est
icy, estimans qu'il a représanté les responces de la dicte Dame
autrement qu'elle ne les a faictes, et qu'il a précippité ceste saysie
faicte en Flandres.

Dont dellibèrent envoyer exprès quelque personnaige de qualité en
Espaigne, pour tretter cest affère avecques le Roy Catholique, et ne
faict le Sr. de La Mothe aucun doubte qu'ilz ne demeurent d'accord,
tant pour leur ancienne confédération, que pour contanter les
subjectz, d'ung costé et d'aultre, et qu'il y a aussi plusieurs
notables personnaiges et principaulx d'Angleterre qui n'ont jamais
aprouvé ceste dettention des deniers d'Espaigne, mais le jeu pourra
durer encores quelques moys.

Et vouldroient les dictz Angloys, par le moyen des dictz deniers,
avant s'en dessaysir, s'asseurer d'aucuns doubtes qu'ilz ont que, à la
sollicitation du pape, il y ayt entreprinse, accordée entre le Roy et
le Roy d'Espaigne, contre ce royaume d'Angleterre, affin de le réduyre
à l'obéyssance de l'esglise romaine, en quoy, oultre quelques adviz
qu'ilz disent en avoir, ilz fondent ung grand argument sur cest octroy
que le pape a nouvellement fait au Roy de cent mille escuz contantz,
et de la permission d'en pouvoir alliéner cinquante mille de rante du
temporel de l'esglize de France, et pareillement de ce qu'il a octroyé
la croysade au roy d'Espaigne, laquelle il luy avoit long temps
reffuzée.

Or, pendant qu'ilz sont en mauvais mesnage avec le Roy Catholique,
semble qu'ilz entendront fort voluntiers à tous partiz pour bien
asseurer le Roy de leur costé, s'il playt à Sa Majesté les asseurer du
scien, soit par ouverte déclaration de persévérer aulx trettez de paix
qu'il a avecques l'Angleterre, ou bien par secrecte promesse de ne
prendre aucunnement les armes contre eulx en ceste guerre, ou bien de
maintenir la neutralité entre les deux, ou bien encores, à cause de
l'alliance qu'il a avec le Roy Catholique, de dissimuler aucunes
choses, sans aucunement se déclarer.

Est à espérer qu'on obtiendra à ceste heure bien ayséement d'eulx
qu'ilz ne convertiront de ceste année, directement ny indirectement,
contre la France rien de tout cest appareil de guerre qu'ilz vont
fère, et de ce pourront bailler quelque personnaige de qualité pour
hotaige, qui se tiendra, soubz aultre occasion, avec monsieur Norryz
en France jusques à la fin de la dicte guerre.

Et, si les choses devenoient à tel point qu'il fallût recourir à
quelque terme de paciffication, s'estime que la Royne d'Angleterre
pourroit procurer, et le feroit voluntiers, qu'elle se feist à
l'advantaige du Roy et de la Royne, car vouldroit en toutes choses que
l'auctorité demeurât à Leurs Majestez, affin que ses subjectz
catholicques ne prinssent exemple de contradire à la scienne; et, si
espéroit avoir tant de crédit envers le prince de Condé, et les
princes d'Allemaigne, et l'Admiral, qu'ilz condescendroient à la plus
part de ce qu'elle vouldroit, sur quoy se pourroit, à toutes
avantures, tretter avec les dictz princes d'Allemaigne, par le moyen
de la dicte Dame, que l'armée du dict prince d'Orange et les autres
forces qu'ilz préparent encores s'abstinsent d'entrer en France, puis
qu'ilz s'aydent de ses deniers et du crédict qu'elle leur faict.

Et toutjour sera il meilleur que cest appareil et effort d'Allemaigne
aille plus tost sur notre voysin, qui n'a, à ce qu'on dict, faulte de
rien, que sur nous, qui sommes en nécessité de beaucoup de choses,
sans toutesfois l'abandonner, et considérer qu'ayant le Roy l'armée du
prince de Condé au milieu de son royaulme, celle du prince d'Orange
sur ung des bordz, et celle du duc de Deux Pontz preste à y entrer,
qu'il sera au moins fort bon de n'attirer encores sur luy une aultre
nouvelle guerre de ce costé d'Angleterre;

Et que Leurs Majestez se souviennent que, aulx premiers troubles,
lorsque ceste Royne occupa le Hâvre de Grâce, le Roy d'Espaigne ne
voulut autrement prendre notre party contre elle, que de fère aulcuns
gracieulx offices de réconcilliation, ce que le Roy pourra aussi fère
maintenant.

Que la Royne commande, à part, au Sr. de La Mothe ce qu'elle veult
qu'il trette et négocie là dessus avec ceste Royne, car il le fera
tout entièremant sellon son intention, et en telle sorte qu'il n'en
aparoistra rien au monde qu'aultant qu'elle voudra.

Semble que, pour le desir que la Royne d'Angleterre a de conserver, à
ceste heure, l'amytié du Roy et de la Royne Très Chrestiens, qu'elle
fera beaucoup, pour leur recommendation, en l'endroict des affères de
la Royne d'Escosse.

Elle a faict grand démonstration, en ceste saysie généralle des biens
et personnes des subjectz du Roy d'Espaigne, qu'elle ne vouloit
aucunemant toucher aulx Françoys, et a baillé lettres à aucuns
officiers de ses portz et hâvres d'en délivrer certains qui estoient
arrestez.

Dire à la dicte Dame, que le cappitaine Franchot monstre se porter,
icy, comme serviteur du Roy, et mect peyne d'estre utille en tout ce
qu'il peult au service de Leurs Majestez, ayant, à ce qu'il dict,
aucuns moyens d'entendre assés les entreprinses que ceulx cy
vouldroient fère contre la France, et qu'encor qu'il soit de la
novelle religion, il procurera néantmoins toutjour le bien et la
grandeur du Roy, et la conservation de son estat et authorité, dont
supplie Leurs Majestez luy continuer sa pencion par les mains du dict
Sr. de La Mothe, affin qu'ilz ne monstrent avoir oublyé son long et
fidelle service, estant mesmement par deçà avec congé et licence de
Leurs Majestez.


  PROCLAMATION FAICTE EN ANGLETERRE pour admonester toutes
    personnes de s'abstenir de traffiquer ez contrées et pays du
    Roy d'Espaigne, avec autres advertissemens pour respondre à un
    arrest général faict, ez Pays Bas, par le duc d'Alve, comme
    s'ensuyt:

     PAR LA ROYNE.

  La Majesté de la Royne ayant de naguières entendu que, par un
  soubdain commandement du duc d'Alve, comme gouverneur des Pays
  Bas, appartenant à la Majesté du Roy d'Espaigne, son bon frère,
  tous et ungs chacuns ses marchans et aultres, ses subgectz,
  demourans dedans la ville d'Envers, ont esté arrestez et mis en la
  garde de certaines compaignies de soldatz, et leurs biens et
  marchandises saysies, envyron le XXIXe du moys dernier, de
  décembre, et despuys lequel temps semblable arrest a esté faict
  général par tous lesdictz Pays Bas; chose qui est bien estrange,
  et qui n'avoit jamais cy devant esté accoustumé entre la couronne
  d'Angleterre et la maison de Bourgoigne, que auparavant il y eust
  quelque manière de conférance, et intelligence eue, des intentions
  et voluntés des princes, mesmes d'une part et d'autre.

  Sur quoy Sa Majesté a pensé qu'il étoit bon de donner
  advertissement à tous ses subjectz, qui ont accoustumé de
  traffiquer en aucuns des pays du dict Roy, à ce qu'ilz ayent à
  leurs en abstenir jusques à ce qu'on cognoisse plus oultre de la
  volunté du dict Roy, et comme il advouhera cecy, à ce que Sa
  Majesté en estant advertye le puisse notiffier à tous ses dictz
  subjectz. Et cependant Sa Majesté veult et commande à toute
  manière de ses officiers de villes, bourgs, citez, portz et toutes
  autres places à prendre terre dedans aucunes de ses dominations,
  qu'ilz facent que toutes et chacunes les personnes, natifz de
  quelque lieu soubz l'obéyssance du dict Roy d'Espaigne, ou vivans
  en ses pays, faisans profession d'obéyssance au dict Roy, ensemble
  leurs biens, marchandises, navyres et vaysseaulx, soient arrestez
  et estouppez, à ce qu'ilz puissent estre en seureté et
  responsables, tant pour l'indempnité de ses subjectz maintenant
  debtenuz sans aucune juste cause, que pour autres conséquences
  nécessaires; et que, aussi, en toutes les villes, hâvres et lieux
  habitables, où aucuns marchans, natifz ou faisans profession de
  l'obéyssance du dict Roy, qui seroient suspectés de latiter ou
  destourner leurs biens, par quelque manière de couleur, fraude ou
  marché, pour n'estre saysis et arrestez; là, les principaulx
  officiers desdictes villes et places, avec l'assistance d'autres
  justiciers de la paix, procèderont à faire inquisitions de ce, par
  tous bons moyens, et commectront en garde tant les parties, de
  quelque nation qu'ilz soient, qui auront esté prinz ou auront aydé
  à faire telles couleurs frauldeuleuzes, si ce n'est qu'ilz ayent
  confessé au précédant, que aussi tous autres qui auront coulouré
  iceulx, et les biens seront aussi miz en seure garde.--Et encores,
  parce que Sa Majesté n'a autre intention, en cecy, sinon que de
  mectre les subjectz du dict Roy, et leurs biens, en seureté, par
  cest arrest, pour la préservation de ses bons et propres subjectz,
  et leurs biens, et, pour estre respondans à telles autres
  désordonnées actions, qui pourroient ensuyvre, au moyen de si
  hastifs et estranges attentatz, elle veult et encharge à ung
  chacun de ses officiers, ministres et subjectz, qu'ilz n'ayent à
  uzer de violence pour blesser les personnes et subgectz du dict
  Roy au moyen de cest arrest, si ce n'estoit qu'ilz feissent
  quelque manifeste et voluntaire résistance, qui les provocast à ce
  fère; ny aussi que nulle despouille, dégast ou dommaige soit faict
  à leurs biens et marchandises, sinon les fère mectre en bonne et
  seure garde.

  Et, si aucuns desdicts subjectz du dict Roy se vouloient dire
  exemptz de cest arrest pour estre naturalizés, Sa Majesté, à la
  vérité, n'ayant aultre intention que de les préserver de ce,
  toutesfois pour le temps qu'elle ne cognoist comme, en semblable,
  ses subjectz, estans naturalizés ez pays du dict Roy, sont ou
  seront ordonnés, il luy playt que les dictes personnes, estans
  vrayement naturalizés, ne seront tenuz que de bailler cautions
  suffizantes de se représanter, toutes foys et quantes, avec leurs
  biens; et s'ilz ne le veulent fère, adonc ilz seront baillés en
  garde à quelques aultres marchans angloys, prenant bonne et vraye
  inventaire de leurs biens, jusques à ce qu'elle aye cognoissance
  comme ses subgects sont ou seront traittez de l'autre part.--Et
  considérant aussi Sa Majesté deuhement advertye que grand nombre
  de gens de mestier, et autre peuple, sont, despuis le commancement
  des derniers troubles des Pays Bas, venuz en ce royaume pour
  évicter les dicts troubles, tant pour le respect de leurs
  consciences, que pour les dangiers, qui communément adviennent
  desdicts civilz troubles, sa volunté et playsir est que, en toutes
  places où telz seront trouvés estans de honneste et paysible
  conversation, excepté s'ilz estoient participans de ayder à
  coulourer les biens des autres marchans, ilz ne seront molestés ny
  en leurs personnes, ny biens, aultrement si ce n'estoit que les
  officiers des lieux veissent qu'il fût nécessaire de ce fère, et
  là, ilz bailleront obligations, l'un pour l'autre, de se
  représanter, et souffriront inventaire estre faicte de leurs
  biens.

  Davantaige, Sa Majesté oyant par rapport que l'arrest de ses
  subgectz, du costé de delà la mer, auroit esté faict soubz
  prétexte qu'on auroit arresté ung navyre, et trois ou quatre
  petites barques, de naguières arrivez dedans certains portz de son
  royaulme, dedans lesquelz estoit certain argent monoyé, elle a
  trouvé bon de notiffier briefvement les circonstances de ce
  prétexte; par quoy on verra manifestement que cella a esté
  recueilly sans juste cause, et que les promoteurs et deviseurs de
  cella, quelz qu'ilz soient, y ont procédé sans ordre et bon
  adviz.--Sa Majesté fut premièrement advertye, par ses officiers de
  certains portz de son royaulme des pays du Ouest, que trois ou
  quatre petites barques, appellées _zabras_, estoient venus
  d'Espaigne en certains portz là, ayans dedans elles une quantité
  d'argent apartenant à plusieurs marchans d'Italye et des Pays Bas,
  et que plusieurs navyres de France, équippés en guerre, estoient
  sur ses costes prétendans de surprendre les dictz navyres
  d'Espaigne et leur trésor, s'ilz se remectoient en la mer, chose
  qui estoit aussi à craindre qu'ilz vollussent entrer dedans les
  portz et les prandre par force: sur quoy Sa Majesté envoya
  estroict commandement, par lettres spéciales, à tous les portz de
  ces parties là du Ouest, que les marchans et propriétaires des
  vaysseaulx eussent cognoissance de ce, et que eulx, et tous autres
  subgects du Roy d'Espaigne, fussent assistez et deffanduz à
  l'encontre des attentatz des Françoys par tous moyens possibles.

  Après cella faict, l'ambassadeur d'Espaigne feyt pareille requeste
  d'avoir une nouvelle ordre pour la maintenance et assistance
  desdictz vaysseaulx et trésor à l'encontre des dicts Françoys, ce
  qui luy auroit aussi esté octroyé; et, pour cest effect, furent
  délivrez à ces messagiers certaines lettres patentes. Et, peu
  après cella, luy requérant à la Majesté de la Royne d'entendre son
  playsir, sçavoir, si elle vouloit estre contante que les
  propriétaires et conducteurs dudit trésor peussent estre convoyés,
  ou par mer, ou par terre, à Douvres, prétendant l'argent
  appartenir au Roy son Maître, Sa Majesté luy accorda que lequel il
  vouldroit choisir des deux pour le plus seur moyen luy seroit
  incontinent adressé; sur quoy, il remercya Sa Majesté, disant
  qu'il targeroit jusques à ce qu'il eust envoyé ez Pays Bas pour
  avoir parolle du duc d'Alve par lequel des deux chemins il le
  vouloit avoir transporté.--Cependant Sa Majesté fut informée que
  les Françoys estoient entrez, de nuict, secrectement, dedans l'ung
  de ses hâvres au Ouest, où estoit le dict trézor, ayant attempté
  de le surprendre. Mais ilz furent seulement repoulcés avec telles
  forces que les officiers de Sa Majesté avoient apresté pour cella,
  chose qui est notoire en tous les lieux, où lesdicts navyres ont
  esté assailliz, et qui a esté aussi bien rapporté au dict
  ambassadeur.

  Sur quoy, vû combien cella estoit doubteux, et avec cella
  chargeable de foys à aultre, de le préserver estant dehors ou
  dedans les hâvres, il fut pencé meilleur, pour l'honneur de ce
  royaulme, que le trésor fût mis à terre, et là seurement préservé
  à la veue et présence de ceulx qui estoient chargés d'icelluy,
  sans toucher ou tirer aucune portion d'icelluy; et estant
  certainement cogneu appartenir aulx marchans, il fut aussi advizé,
  après la deue préservation d'icelluy des dangiers de la mer, non
  point par une motion irraysonnable ny au contraire de l'honnorable
  usaige des princes en leurs dominations, de tretter avec les
  propriétaires, à leur bon contantement et non autrement, de
  l'emprunter, ou portion d'icelluy, sur pareille bonne asseurance
  et conditions, comme Sa Majesté a souventeffoys emprumptè à autres
  marchans, subgectz du dict Roy, en ces propres Pays Bas, et comme
  aultres princes ont faict de naguières, en semblable
  cas.--Semblable chose a esté faicte envers un navyre, estant près
  Southampton, chargé de laines, et dedans laquelle y avoit un
  trézor, et en dangier apparant des Françoys rouant sur ces costes,
  lesquelz avoient faict de grandes offres aulx officiers des lieux
  seulement pour retirer leurs deffances; et pour cest effect Sa
  Majesté envoya au cappitaine de l'isle d'Ouyc pour leur secours,
  et à ce que cella fût aussi préservé des Françoys, et apporté à
  terre; que, si cella n'eust esté faict, les Françoys l'eussent
  prins dedans XXIIII heures après; lequel aussi estoit cogneu
  appartenir aux marchans, et ainsi a esté notoirement prouvé.

  Et, avant que le dict cappitaine eust pris la charge de le veoir
  préserver, il est cogneu quelles sommes d'argent luy furent
  offertes de laisser seulement le navyre dedans lequel estoit la
  laine, après que le trésor en fut dehors, demeurant indeffansable:
  ce que le dict cappitaine ne vollust souffrir, ains feyt armer, à
  grandz costages, certains soldatz par mer, lesquelz, encores
  présentement, continuent la garde du dict navyre.--Et, durant ce
  temps, pendant que l'on donnoit ordre à cella, l'ambassadeur
  d'Espaigne vint à Sa Majesté, envyron le XXIXe de décembre,
  apportant avec luy une briefve lettre du duc d'Alve seulement de
  créance, et sur cella requist que les vaysseaulx et argent
  arrestez aulx portz fussent miz en liberté comme appartenant au
  Roy son Maistre; auquel Sa Majesté feyt responce que si l'argent
  appartenoit au Roy, elle luy avoit monstré en son faict ung bon
  playsir de l'avoir sauvé des Françoys, luy monstrant en cella
  quelque particularité de la dilligence de ses officiers: mais elle
  estoit informée qu'il appartenoit aulx marchans, et en cella,
  dedans quatre ou cinq jours, elle en entendroit davantaige, et
  l'asseura, sur son honneur, que rien ne seroit faict en cella au
  mescontentement du Roy, son bon frère, comme aussi il le
  cognoistroit, dedans quatre ou cinq jours, à son prochain retour,
  et ainsi il se partit ne faisant aparoir estre mal contant de sa
  responce, et s'en contantoit.--Et Sa Majesté, cependant, ayant,
  sellon son expectation, responce du pays du Ouest, dont elle
  prétendoit satisfère le dict ambassadeur à sa venue, ce que elle
  actendoit suyvant son appoinctement, non seulement pour la
  délivrance des dicts navyres et trésor, pour telle portion qu'il
  apparoistroit appartenir au dict Roy, ains aussi d'accomplir sa
  première offre de donner conduicte pour icelluy par terre ou par
  mer.

  La première intelligence qui auroit esté apportée à Sa Majesté
  (sans le retour du dict ambassadeur), fut que tous ses subjectz,
  biens, marchandises et navyres, estoient arrestez, prins et gardés
  en Envers, comme prisonniers, ce mesme propre XXIXe jour, que
  l'ambassadeur estoit avec Sa Majesté; ainsi comme cella chet hors
  de tout entendement des hommes, que Sa Majesté, quelque chose
  qu'elle eust satisfaict l'ambassadeur, ce XXIXe jour, tous ses
  subjectz et leurs biens furent toutesfoys arrestez ainsi qu'ilz
  estoient à Envers ce jour là.--Sur cella Sa Majesté laysse, à
  ceste heure, au jugement de tout le monde à considérer non
  seulement si telle prétence estoit suffizante de fère si
  soubdainement ung si violent et si général arrest avec force, en
  telle manière, et, à ceste foys, comme il a esté faict, mais aussi
  en celluy auquel seroit trouvé faulte, quoy qu'il puisse advenir
  de cecy, Sa Majesté n'ayant jamais eu volunté de mescontanter le
  Roy d'Espaigne, ny de posséder aucune chose appartenant à ses
  subjectz, aultrement que de leur bonne volunté, sur juste,
  raysonnable et usitées conditions. Et, de tout ce que dessus Sa
  Majesté a pencé estre conveinent le notiffier à toutes personnes
  pour tesmoignage de sa cincérité, et pour la maintenance de ses
  actions, quelques qu'ilz seront, ausquelles elle est par ces
  moyens provocquée.

  At Hamptoncourt, le VIe de janvier, le XIe an du règne de Sa
  Majesté, et, en l'an mil cinq cens soixante neuf.

     _Dieu saulve la Royne._


  Imprimé à Londres, au Simitière St Pol, par Richard Jougge et
  Jehan Cannont, imprimeur de la Majesté de la Royne, avec le
  privilège de Sa Royalle Magesté.



XIIe DÉPESCHE

--du XVIIe de janvier 1569.--

(_Envoyée par Jehan Pigon dict Letourne._)

  Arrestation de l'ambassadeur d'Espagne et des capitaines des
    navires espagnols.--Commun desir de négocier.--Avantage qu'il y
    aurait pour le roi de proposer sa médiation.--Retour du
    vice-amiral Winter.--Refus fait à l'ambassadeur de France de
    lui accorder des passe-ports.--Funeste influence de tous ces
    évènements sur les affaires de la reine d'Écosse.--_Réponse_ de
    l'ambassadeur d'Espagne à la proclamation de la reine
    d'Angleterre.


     AU ROY.

Sire, j'estime qu'après que le Sr. de La Croix, lequel je vous ay
naguières dépesché, vous aura faict entendre la disposition en quoy
m'a semblé que la Royne d'Angleterre se mect pour monstrer quelque
rescentiment de la saysie, que le duc d'Alve a faicte des biens et
personnes de ses subjectz au Pays Bas, que Votre Majesté desirera
encores sçavoir à quoy, de jour en jour, s'achemineront ses
entreprinses; dont je me rendray diligent de vous escripre par le
menu, et suivant les adviz que j'en pourray avoir, qui ne seront,
possible, toutjour bien conformes les ungs aulx aultres, pour
l'irrésolution et incertitude de ceux qui font icy les délibérations,
lesquelz sont assez coustumiers de les rétracter, et advient souvent
que ce qu'on en pense avoir bien aprins le matin, se trouve, le soir,
tout changé. Mesmement en ce faict qu'une partie des seigneurs, et du
peuple de ce royaulme, réclament à voix haulte l'ancienne aliance de
la mayson de Bourgogne, et que ceulx qui plus révocquent à injure
cest acte du duc d'Alve, et qui plus animent ceste princesse contre
luy, craignent qu'il leur soit quelque foys reproché d'avoir trop
légièrement précipité leur Maistresse en ceste périlleuse entreprinse,
et que les maulx, qui proviendront de l'ouverture de la guerre contre
ung si puissant prince, et de la ropture de son alliance, ne leur soit
redemandé avec le péril de leurs testes. Tant y a que, despuys avoir
saysi les biens et personnes des subjectz du Roy d'Espaigne, et
arresté prisonnier son ambassadeur en son logis soubz la garde de
trois gentilz hommes, et faicte la proclamation que je vous ay
envoyée, la dicte Dame a faict ouvrir les coffres et quaysses des
réales d'Espaigne qu'elle a faict arrester en ses portz, où s'est
trouvé, à ce que j'entendz, ung peu plus d'ung million d'argent; et
faict on compte que les aultres biens arrestez par deçà sur les
subjectz du Roy Catholique excèdent au double, et au triple, ceulx des
Angloys qui sont arrestez en Flandres.

Les cappitaines des navyres, qui portoient le dict argent, ont esté
aussi faictz prisonniers et menez en ceste ville, dont de tout ce
dessus le dict ambassadeur d'Espaigne a faict une despesche au duc
d'Alve, en laquelle semble qu'il rejecte tout le mal sur la passion et
animosité du Sr. Cecille, s'attendant bien qu'elle sera intercepté,
comme elle a desjà esté; mais n'aura que playsir qu'elle soit ouverte
et leue en la présence de la Royne d'Angleterre et de ceulx de son
conseil, espérant que ceulx qu'il sçayt n'estre mal affectionnez au
Roy, son Maitre, et estre bien fort contraires au dict Cecile, y
trouveront assés de quoy grandement le taxer, et leur a, d'abondant,
administré matière pour le pouvoir encores mieulx fère par ung
escript, qu'il leur a secrètement envoyé, qui contient la descharge du
duc d'Alve et de luy, tout au contraire de ce qui est porté contre
eulx par la susdicte proclamation, du VIe de ce mois, ainsi que Votre
Majesté le verra par la dicte responce, que j'ai mise dans ce pacquet.
Et m'a esté dict qu'aulcuns des principaux seigneurs de ce conseil se
sont, jeudy dernier, assemblés à Nonchis, chez le conte d'Arondel, sur
ceste matière, où le dict Cecille n'a point esté appelé.

Je n'ay encores peu sçavoir, à la vérité, quel personnaige ceste Royne
envoyera devers le Roy d'Espaigne; car semble qu'on luy ayt proposé
des difficultez, touchant ceux qu'elle avoit advizé d'eslire pour ce
voyage, luy remonstrant que si elle envoye quelcun de ceulx qui ne
peuvent rien comporter de la religion catholique, qu'il luy sera faict
pareil escorne qu'on a faict à son dernier ambassadeur, et, si c'est
un personnaige qui tienne encores du catholique, qu'elle le doibt
avoir en cecy pour fort suspect. D'ailleurs, l'on m'a dict qu'elle y
avoit desjà dépesché secrètement ung gentilhomme, par la voye de la
mer, l'ayant envoyé embarquer au cap de Cornoailhe, ce que n'a grand
aparence. Mais Votre Majesté pourra faire prendre garde, par Mr. de
Forquevaulx, de dellà, s'il y en arrivera quelcun, et quelle responce
le Roy Catholique fera en cecy, selon laquelle l'on pourra mieux juger
du progrez de ceste guerre; car ceulx cy ont desjà faict entendre au
sus dict ambassadeur que, s'il vouloit mander sa détention, et les
autres choses de deçà, au duc d'Alve, et bailler son passeport pour
celluy qui luy apportera la lettre, qu'ilz la luy envoyeront
incontinant, avec semblable passeport pour tel gentilhomme que le dict
duc vouldra renvoyer devers luy. Et au Sr. Roberto Ridolphi,
gentilhomme florentin, personnaige de bonne qualité, qui s'est offert
d'aller, comme de luy mesmes, tretter de réconciliation et de quelque
modération en cest affère avec le dict duc, ilz le luy ont bien fort
gratiffié, et sont encores à dellibérer s'ilz luy concèderont d'y
aller, ou non, ne tennant toutesfois qu'à ce qu'ilz ne veulent estre
veuz rien defférer au dict duc; mais si le dict duc envoyoit devers
eulx, je ne fays doubte que son messaige ne fût bien voluntiers
accepté. Par ainsi, ilz demeurent seulement sur la réputation à qui
envoyera le premier, en quoy semble, Sire, que quelque honneste et
gracieux office, de la part de Voz Majestez Très Chrestiennes,
interviendroit, à ceste heure, bien à propos entre ces princes, voz
alliés, pour les réconcilier; car, oultre que ce seroit oeuvre digne
de votre grandeur, et par où vous obligeries l'ung et l'autre, je
considère que, si les Anglois ont une foys faict leur appareil de
guerre, comme ilz sont après à armer quinze grands navyres et grand
nombre d'autres vaysseaulx, et lever gens de guerre, et que, puys
après, ils demeurent d'accord avec les Payz Bas, qu'il sera aysé de
les pousser et persuader de convertir leur dict appareil au secours de
ces princes, qui mènent la guerre en France, là où, s'ilz sont
destournez de commancer la despence pour une telle guerre, il est à
espérer qu'ilz ne s'y mectront guières avant pour une aultre.

J'avois délibéré de veoir demain ceste princesse sur le contenu de vos
dernières dépesches, et sur le faict de la Royne d'Escosse, lequel
semble n'aller si bien maintenant, comme despuis quelques jours nous
l'avions espéré, mais l'audience m'a esté différée jusques à mercredy
prochain, en laquelle je toucheray à la dicte Dame ung mot des choses
dessus dictes, affin de descouvrir ce que je pourray de son intention
pour le vous mander par mes prochaines, aydant le Créateur, auquel je
supplie, après avoir en cet endroict baisé très humblement les mains
de Votre Majesté, qu'il vous doinct, Sire, en parfaite santé, très
heureuse et très longue vie et toute la grandeur et prospérité que
vous desire.

     De Londres ce XVIIe de janvier 1569.


Despuis la présente escripte, on m'a adverty que Me Ouynter est revenu
avec les navyres de ceste Royne, dont je mectray peine d'entendre
l'exploict qu'il aura faict en son voyage, et cependant, parce qu'on
pourroit icy simuler une chose pour en exécuter une autre, et qu'on ne
peult bien préveoir où s'adressent les entreprinses de mer, qui toutes
foys sont fort soubdaines, je supplie très humblement Votre Majesté
fère advertir, de bonne heure, toutes voz viles et places, de sur la
mer, de cest aprest de deçà, affin qu'elles se tiennent sur leurs
gardes.


     A LA ROYNE.

Madame, affin que le Roy et Vous ne demeuriés sans avoir ordinairement
adviz commant les choses passeront de deçà, mesmement à ceste heure,
que ceulx cy se préparent d'avoir la guerre contre le duc d'Alve, je
mectray peyne de vous escripre souvant, et d'envoyer toutjour quelcun
des miens bien instruict devers Vos Majestez. Il est vray que l'on
faict icy assés de difficulté de me bailler des passeports, me tennant
pour fort suspect, à cause de l'alliance et estroicte confédération
que le Roy d'Espaigne a avecques Vos dictes Majestez, de quoy ceste
Royne est plus jalouse que de nulle autre chose de ce monde. Mais
affin qu'ilz ne m'osent doresenavant desnyer les dictz passeportz,
quant je leur en demanderay, non plus que Voz Majestez n'en font
jamais reffuz à leur ambassadeur de dellà, il vous plairra, Madame, en
fère dire ung mot au dict ambassadeur. Et semble aussi qu'il seroit
bon que ceulx qui vouldroient aller d'icy en France, et de France icy,
prinsent passeport de votre ambassadeur, ou aultrement, qu'il fût
mandé aulx passaiges de les arrester et visiter; et par ce moyen
j'aurois la commodité de vous escripre souvant, et vous advertir de
beaucoup d'allées et venues, qui, aultrement, me demeureront
incogneues.

Le faict de la Royne d'Escosse est toujour sur le bureau, et millord
Jemmes en presse extrêmement la détermination, sentant que les
Amiltons ont deja miz quelques forces ensemble, et que le chateau de
Donbertran a esté avitaillé. Je crains certes d'avoir faict trop
véritable jugement de l'yssue, que ceulx cy donront aulx affères de la
dicte Dame, car j'entendz qu'ilz y procèdent avec beaucoup de défaveur
d'elle et de sa cause. Je ne cesse de la secourir, de la part de Voz
Majestez, envers ceste Royne et envers les seigneurs de son conseil,
par tous les bons et dilligens offices que je puys, et encores, à
ceste prochaine audience, j'en feray une bien vifve recharge, dont par
mes premières je vous manderay ce que, en cella et autres choses, elle
m'aura respondu, et prieray, en cest endroict, le Créateur, après
avoir très humblement baisé les mains de Votre Majesté qu'il vous
doinct, Madame, en parfaite santé, très longue vie et toute la
prospérité que vous desire.

     De Londres ce XVIIe de janvier 1569.


  RESPONSE DE L'AMBASSADEUR D'ESPAIGNE à la proclamacion faicte en
    Angleterre, le VIe de janvier 1569[44].

  [44] «Die sexto januarii _Programma_ Londini editum est, de bonis
  Anglorum ab Albano detentis, in quo pleraque jam dicta
  explicantur, et culpa in De-Spesium conjicitur. Ille _Antigramma_
  opponit in quo innuit, Programma illud non à Reginâ emissum, sed
  Reginæ nomine à nonnullis, qui Hispano iniquiores, et Belgis
  rebellibus æquiores. Pristinam Reginæ ergà Hispanos benevolentiam
  collaudat, eamdem immeritò abalienatam deplorat, non majorem
  fidem sibi legato, et Albani litteris adhibitam stomachatur,
  pecuniam illam detineri demiratur, cùm magis interesset Reginæ,
  ut ipse dixit, pecuniam Hispano contrà rebelles suppeditare, quàm
  detrahere. Denique eam, quasi prima injuriam intulerit, taxat,
  Albanique factum et se excusat.» (Camden, Année 1569, in ppio.)

  Don Gueran d'Espes cavallero de la orden de Calatrava, del consejo
  de Su Magestad y su embaxador açerca de la Serenissima Reyna de
  Ingalaterra, a todos los que la presente veiren salud y amor.

  Por quanto por parte de la Serenissima Reyna de Ingalaterra y en
  nombre suyo se ha publicado una proclamaçion imprimida a los VI de
  enero en la ciudad de Londres, queriendo dar alguna culpa a la
  Excelencia del Illustrissimo Duque d'Alva de haver hecho la
  general detençion de los bienes y personas de los Inglezes que
  fueron hallados en los Payses Baxos, porque parezca claro quan sin
  culpa esta dicho Illustrissimo Duque y assi mismo la verdad de
  todo el trato como passa, os hazemo saber que, a los XXIII de
  noviembre del año passado, nos fue dado aviso como en la parte del
  weste avian aportado algunas naves y zabras que venian d'España
  con el dinero que Su Magestad Catholica embiava a Flandes para la
  paga de su exerçito y que llegavan y estavan con algun peligro por
  causa de los cossarios françeses y inglezes que juntos por alli
  robavan todas las naves assi de Françeses como d'Españoles,
  Flamencos y otros subditos y vassallos de Su Magestad.

  Y assi nos determinamos de pedir audiençia d'esta Serenissima
  Reyna, la qual nos fue dada a los 29 del dicho mes de noviembre,
  en la qual le supplicamos que, conforme a la confederaçion y
  amistad, qu'entre el Rey nuestro Señor y Su Magestad avia,
  mandasse deffender en sus puertos dichos nuestros navios y dar
  passaporte, si fuesse menester, para traer el dinero por tierra
  hasta Dobla o algunas naves de las de Su Magestad armadas a
  nuestra cuesta para conduzir este dinero a salviamento en Anvers.
  Loqual todo conçedio Su Magestad muy benignamente y nos lo hizimos
  saber al dicho Illustrissimo Duque, el qual se hallava en Cambrezy
  acabando de hechar de aquellos estados los rebeldes de Su Magestad
  Catholica, para que Su Excelencia escogiesse el partido que mejór
  le pareçiesse. Y entretanto que tardava a venir su respuesta,
  recreciendose que Kerkem y Cortene piratas inglezes, que pocos
  dias antes avian armado en compañia de otros françeses, avian
  tomado tres ulcas flamencas y una nave española muy ricas y
  traidas al puerto de Plemua y otros de aquella costa, y dividida,
  y vendida a su voluntad la preda y robo, y assi mismo que en los
  puertos de aquellas partes los cossarios y otras personas de la
  tierra probavan a invadir dichos navios y defensores dellos, sin
  que se pusiesse en ello general y conveniente remedio.

  Viendo que los cossarios paseavan publicamente por la isla, y
  tenian favor en corte y sacavan libranças y mandamientos para la
  seguridad de algunas depredaçiones que avian hecho, dimos razon
  dello al muy illustre Roberto conde de Leçester y al magnifico ser
  Guillelmo Cecil principal secretario d'esta Serenissima Reyna,
  personas importantes en su consejo, la qual fue a los XII de
  deciembre, monstrandoles los grandes inconvenientes que de sufrir
  semejantes piratas se podrian seguir, y como era contra la paz
  publica, amistad y confederaçion de la Casa d'Ingalaterra y de
  Borgoña; y embiamos a pedir audiençia a esta Serenissima Reyna que
  nos fue conçedida para los XIIII siguientes.

  Este mismo dia de los XII; Su Magestad firmo el passaporte para
  hacer traer todo este dinero por mar o por tierra con toda
  seguridad conviniente, y assi, tambien en la audiençia de los
  XIIII refirmo su palabra y seguridad real, dió nuevas cartas y mas
  encaresçidas que las primeras a todos sus ministros en aquellas
  partes y otras para Guilielmo Wynter, capitan de muchas naves
  suyas, que se pensava entonçes se hallaria en aquellas partes del
  weste, y assi nos despachamos a Pedro de Madariaga y Pedro
  Martinez habitantes d'esta çiudad de Londres, los quales, al XVIII
  del mes passado, llegaron a Antona y en el otro dia, de mañana,
  presentaron y registraron su passaporte y advertido Lope de la
  Sierra, capitan de una nave qu'estava en aquel puerto con
  cinquenta y nueve caxas de moneda, passaron adelante camino de
  Plemmua para hazer lo mismo alli y en Fabique y hablar con el
  capitan Winter.

  El mismo dia qu'ellos partieron de Antona, llegó alli Horsy
  capitan de la isla de Wicht y otros embiados por la Serenissima
  Reyna de Ingalaterra y con muchos barcos y gente en ellos,
  entraron en la nave del dicho Lope de la Sierra, y sin respeto del
  passaporte y securidad sobredicha, contra voluntad del dicho Lope
  de la Sierra, sacaron todas las caxas de la moneda en tierra y las
  encomendaron a los que les parescieron, sin permittir al dicho
  Lope de la Sierra ni ninguno de los suyos que assistiessen a la
  guarda de las dichas caxas. De lo qual el dicho Lope de la Sierra
  nos dio luego aviso, y assi, a los XXI del passado, nos
  despachamos correo advertiendo de tan grande novedad al
  Illustrissimo Duque d'Alva. Ya en este tiempo eramos bien
  çertificados de muchas personas de gran authoridad en esta isla
  como la Serenissima Reyna determinava de tomarse este dinero con
  achaque de dezir que era de particulares personas, aunque fuessen
  vassallos de Su Magestad Catholica.

  Todavia, el mismo dia de XXI, escrivimos a la dicha Serenissima
  Reyna, quexandonos d'este aggravio y supplicandola nos teniesse su
  palabra y passaporte paraque este dinero fuesse a Anvers como
  estava conçertado. En la misma carta tambien nos quexamos a Su
  Magestad que siendo en el dicho puerto de Antona mandada detener
  por justicia ordinaria una nave robada de los piratas, cargada de
  mercadurias de vassallos de la Magestad Catholica por cartas y
  mandamientos suyos fuesse librada y vuelta en poder de los
  piratas. Su Magestad Serenissima no nos mando responder por
  escritto y algunos de sus ministros dixeron de palabra que Su
  Magestad guardava aquel dinero para el Rey nuestro Señor y que
  despues de dado el passaporte avia sabido otras cosas y a mis
  criados que pidieron audiençia no les quizieron aquel dia dar
  respuesta resoluta ni certificar si en las zabras de Plemua y
  Fabique avian innovado otro tanto loqual despues ha parescido ser
  assi y que avian en aquel tiempo quitado tambien las velas y
  xarçia de los dichos navios, poniendo en cada nao guarda de
  Inglezes y quitando a los maestros todas las escrituras de cartas,
  y conosçimientos, y el otro dia despues que fue a los XXIII envie
  a insistir a pedir audiençia la qual nos fue prorogada hasta los
  XXIX del dicho mes, en la qual, con todo acatamiento, nos quexamos
  a la dicha Serenissima Reyna de la dicha novedad cometida en
  Antona, suplicandola la mandasse remediar conforme a sus
  ofreçimientos, a la razon y justiçia, confederaçion y amistad que
  con el Rey nuestro Señor tenia.

  A todo lo qual Su Magestad, con muy suaves palabras, respondio
  que el sacar en tierra los dichos dineros avia sido para mejor
  guardar los para serviçio del Rey su buen hermano, encareçiendo
  mucho la determinaçion y atrevimiento de los cossarios.

  Lo qual todo le açeptemos por parte del Rey nuestro Señor y se lo
  agradeçimos infinitamente ofreçiendole que Su Magestad ternia
  perpetua memoria dello y passamos adelante a suplicarla que diese
  las naves prometidas para la guarda d'este dinero y conduzir le
  hasta Anvers como antes, con tanto amor, avia conçedido.

  A lo qual Su Magestad se muestró luego renitente, significando que
  dos Ginoveses le havian hecho entender qu'este dinero no era de Su
  Magestad Catholica, sino de algunos mercaderes y que assi ella le
  queria retener para su uso, pagando alguna cosa por el interesse a
  sus dueños.

  A lo qual nos le replicamos instantemente, assi por la autoridad
  de nuestro cargo y la obligaçion que Su Magestad tiene por el de
  creer nos, como en virtud de una carta de creençia del
  Illustrissimo Duque d'Alva, la qual entonçes le dimos en sus
  manos, que aquel dinero era de Su Magestad Catholica y venia para
  serviçio de su campo, traydo d'España para la sola paga de su
  gente. En lo qual Su Magestad estuvo muy dura y muy differente de
  lo que en las otras audiençias la haviamos hallado con gran
  maravilla nuestra de que una Reyna tan exçellente, por
  induzimiento de persona alguna, en tal tiempo en que ella auria de
  socorrer, con su proprio dinero, las cosas del Rey nuestro Señor
  en Flandes, le quisiesse detener o tomar sin tener respetto a la
  amistad que deve a un tan grande prinçipe. Y assi quedamos sin
  otra resoluçion alguna d'esta audiençia, sino que dentro de III o
  IIII dias nos haria informar como aquellos dineros eran de
  mercaderes; en lo qual hasta oy no ha hecho nada quedamos d'esta
  respuesta muy mal satishechos y despachamos un secretario nuestro
  a dar razon dello al Illustrissimo Duque d'Alva, mal contentos
  tambien de los consejos que en estos dias se tenian continuos con
  los agentes de los rebeldes del Rey, nuestro Señor, en perjuyzio,
  segun pareçe, de la amistad antigua.

  El Duque entretanto con el primero aviso nuestro de la detençion
  de la moneda y relaçion de algunos soldados de la nave del dicho
  Lope de la Sierra que alla fueron, viendo un aggravio tan
  manifesto, y que a todos los d'esta isla, assi catholicos como de
  la nueva relligion, pareçe mal y creiendo qu'esta detençion no
  partia de la mente d'esta Serenissima Reyna, sino de algunas otras
  personas que no tienen aquel zelo que conviene, passó a mandar a
  detener los bienes y personas de los Inglezes, como a camino
  qu'esta Serenissima Reyna avia antes hallado, sin provocar la
  persona alguna a ello por el Rey nuestro Señor, atendido que por
  parte de Su Magestad Catholica y de sus governantes y subditos se
  le ha guardado siempre buena vezindad y amistad y esta Serenissima
  y Nobilissimo Reyno han recibido de la mano de la Magestad
  Catholica todo favor y amparo, por lo qual siendo tan claro y
  notorio lo hazemos saber a todo el mundo para que conste
  eternamente de la verdad y buenos progressos assi del
  Illustrissimo Duque d'Alva como nuestros, observando enteramente
  el respetto y fe devida a los amigos y ampararando con neçessarios
  presidios y fuerças los subditos del Rey nuestro Señor defendiendo
  su authoridad y grandeza por los medios que para ello el tiempo
  muestrara ser convenientes.



XIIIe DÉPESCHE

--du XXe de janvier 1569.--

(_Envoyée par Jehan Vallet jusques à Calais._)

  Première entrevue de l'ambassadeur et d'Élisabeth après la saisie
    des Pays-Bas.--Protestation de la reine qu'elle veut maintenir
    la paix.--Ses plaintes contre l'ambassadeur d'Espagne.--Elle
    justifie son arrestation, contre laquelle réclame l'ambassadeur
    de France.--Elle se plaint d'un acte d'hostilité exercé sur les
    côtes de Bretagne contre la flotte anglaise.--L'ambassadeur
    demande des explications sur un ordre qui aurait été donné par
    la reine d'arrêter quelques navires français.--Exécution en
    France de plusieurs Anglais, pris les armes à la main.--Marie
    Stuart fait demander communication des pièces que l'on prétend
    lui opposer.--_Relation_ envoyée par les protestants de leurs
    opérations militaires.--_Lettre_ écrite de la Rochelle sur le
    même sujet.


     AU ROY.

Sire, ayant esté, ces jours passés, devers la Royne d'Angleterre à
Antoncourt, encor que je l'aye trouvée comme en deuilh pour la mort
de madame de Quaynelles, sa cousine, qu'elle aymoit sur toutes les
femmes du monde, elle n'a layssé pourtant de me recepvoir avec
beaucoup de faveur et de gracieuseté, et, après m'avoir dict quelque
peu de motz du regrect qu'elle avoit à la perte d'une si bonne
parente, et que son habit de dueil, qu'elle avoit prins, n'exprimoit
que bien peu de la grandeur du mal qu'elle en sentoit, elle m'a
demandé incontinent de voz novelles: à quoy je luy ay respondu que
j'estois venu expressément pour luy conter celles que Voz Majestez
m'avoient escriptes, du XXVIIe du passé, et du premier de cestuy cy,
n'en ayant point de plus fraisches, et que, par voz deux lettres, me
commandiés luy donner bon compte de voz évènemans et du succez de vos
affères, comme chose que vous estimés estre deuhe à l'entretennement
de la bonne paix et sincère amytié, que vous aviez avecques elle; qui
aussi aviez heu grand playsir d'entendre, par aucunes de mes lettres,
qu'elle se fût resjouye de les sçavoir bonnes, et eust monstré desirer
le bien et advantaige de voz affères; dont me commandiez l'asseurer de
votre bonne correspondance en cella, et que, de tout ce qu'entendrés à
jamais de sa prospérité et de ses bonnes fortunes, vous en auriez
pareil playsir que des vostres prospres. Puis suyviz à luy dire les
particularitez que me mandiés de l'exploict de votre armée, que
conduict Monsieur, frère de Votre Majesté, contre le prince de Condé,
et de celle que conduict monsieur d'Aumalle contre le prince d'Orange,
avec quelque discours du retardement, que l'aspreté de l'yver, et la
difficulté des passaiges, et l'avantaige des lieux avoit donné à mon
dict Sieur de ne pouvoir sitost exécuter son entreprinse, et aussi du
temporisement du dict prince de Condé pour espérance de se joindre à
l'armée du prince d'Orange, ce que n'avoit si peu de difficulté qu'il
ne semblât estre impossible, desduysant les bons advantaiges que Dieu
vous avoit donnés en ceste guerre.

A quoy elle m'a respondu qu'elle ne vouloit faillir de vous rendre ung
bien grand mercys pour le compte en quoy vous monstriez la tenir, et
encores ung autre grand mercys, dont il vous playsoit satisfère en
cest endroict bien fort à son affection, qui desiroit en ce temps
sçavoir souvent de voz nouvelles, priant toutesfoys Dieu qu'elle en
peust ouyr bien tost de meilleures que celles qu'on luy avoit dictes
despuys deux jours, lesquelles luy faisoient regrecter que Voz
Majestez eussent mesprisé son conseil, encor que ne fût que d'une
femme, sur ce qu'elle vous avoit prié pour la paix de votre royaume.
Et s'eslargit ung peu avec parolles aigres contre les autheurs et
semeurs de guerres, disant que les princes les debvoient poursuyvre de
mort, comme ennemys conjurés contre eulx et pernicieux à leurs estatz.
A quoy je ne luy voluz incister sinon en tant qu'il sembloit qu'elle
volust charger sur aucuns catholicques, et je miz peyne de rejecter
cella sur ceulx de l'autre party, qui vouloient tenir trop ferme, et
trop s'opposer au vouloir et intention des princes; dont luy diz
qu'elle sçavoit bien à quoy s'en tenir, et qu'elle pouvoit mieulx
juger que nul aultre si les catholicques de son royaulme n'estoient
pas bien patiens et bien obéyssantz.

Elle poursuyvit encores quelques parolles de cette matière, et puys
vint à dire qu'il ne tenoit à l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy,
qu'il n'y eust desjà guerre allumée entre les pays de son maistre et
les sciens, et qu'elle avoit esté trompée en ce personnaige, quelle
avoit estimé bien honneste et bien modéré, et n'eust jamais pencé
que, pendant qu'elle estoit à tretter doulcement avecques luy de la
conduicte de ces réalles d'Espaigne, et de les mectre à seureté, les
ayant desjà sauvées de la main des pirates, il eust, par ses lettres
dont elle avoit la coppie, faict arrester les biens et personnes des
Angloix en Envers, mandant de dellà le contraire des bonnes parolles
qui avoient esté tenues entre eulx; et avoit encore escript d'elle en
aultre sorte qu'il ne debvoit, l'ayant nommée _Oriane_ en aulcunes de
ses lettres, de quoy elle n'estoit moins offencée que du demeurant: et
que, s'il eust esté son subject, elle l'eust desjà faict poursuyvre
par la rigueur de justice, et que le duc d'Alve, aussi, avoit esté
trop soubdain à le croire, duquel ne se pouvoit dire qu'il n'eust
procédé, et arrogamment, et légièrement en ce faict; arrogamment, de
n'avoir daigné luy escripre q'une petite lettre que la dicte Dame
compara à ung _valentin_[45], où il n'y avoit que cinq ou six motz
portans créance sur le dict ambassadeur; et légièrement, de ce que,
sans occasion, il avoit exécuté ung acte trop universel, non seulement
de saysie, mais comme d'hostillité sur ses subjectz; et que le dict
duc n'estoit si grand, ny elle si petite, ny l'affère si peu
important, qu'il ne peust bien avoir prins la peyne de luy en escripre
au long, et d'avoir envoyé sçavoir commant les choses alloient de
deçà, avant attempter ainsi cest outrage contre elle, et les sciens de
dellà; mais qu'elle espéroit tant de la bonté et vertu du Roy
Catholique, et de la vraye amytié, qui est de si long temps confirmée
entre eulx et leurs estatz, qu'il n'advouhera ny ce que le duc d'Alve
a faict, ny ce que l'ambassadeur luy a escript.

  [45] Ce terme, que les Anglais emploient dans le style familier,
  se rapporte exactement à notre mot _poulet_, billet de
  galanterie.

A quoy j'ay respondu que je la supplioys de considérer qu'il importoit
grandement au duc d'Alve que ses deniers ne luy fussent ny empeschés,
ni retardés, estant en ung pays où plusieurs choses luy estoient
suspectes, et où il avoit une armée en estat, composée de diverses
nations assés accoustumées de faire mutination ou de deffaillir, quant
argent deffailloit. Mais je m'asseurois que se ressouvenantz, devant
six sepmaines, le Roy d'Espaigne et elle, de l'ancienne alliance qui a
esté toutjour entre ce royaume et la maison de Bourgoigne, qu'ilz
demeureront de bon accord, et que, quant mesmes il y auroit quelque
occasion d'aigreur entre eulx, que leurs pays et subjectz ne
permectroient qu'ilz passassent à nulz exploictz de guerre l'un contre
l'aultre. Et j'adjouxtay, qu'estant, à ceste heure, le Roy Catholique
veufve et pour sercher party, qu'il ne vouldroit, pour chose du monde,
offencer une telle princesse à marier comme elle estoit, ny elle
pareillement luy, tant qu'il seroit en ce pourchaz.

Elle respondit, en ryant, qu'elle s'asseuroit bien fort de l'amytié du
Roy d'Espaigne, et que comme, de sa part, elle seroit bien marrye de
luy commancer la guerre, qu'aussi pensoit elle qu'il ne la luy
mouveroit jamais sur ung si mauvais fondement comme cestuy cy, que le
duc d'Alve et son ambassadeur luy vouloient fère prendre; et qu'elle
avoit envoyé le vray discours de tout au Sr. Norrys, son ambassadeur,
pour le bailler au Sr. don Francès d'Alava, affin de le fère tenir au
Roy d'Espaigne, son Maistre; et qu'elle ne délibéroit point, pour la
longueur du chemin, envoyer autrement devers luy, me priant escripre à
Voz Majestez Très Chrestiennes vouloir croire le compte très
véritable de ces choses, tel que son dict ambassadeur Norrys vous
l'aura dict, et qu'elle vous prye ne vouloir, par aulcune de voz
actions, ny démonstrations, justiffier ceste entreprinse du duc
d'Alve, comme contraire au respect qu'on doibt avoir à n'altérer ny
enfraindre les bonnes et sincères amytiés des princes.

A quoy luy ayant dict que son ambassadeur n'auroit pas failly de fère
si bien cest office que ce que j'en dirois maintenant n'y pourroit
rien adjouxter, elle me fit une bien expresse recharge que je ne le
volusse oblyer par mes premières. Puis, je suiviz à luy dire que, si
le duc d'Alve estoit son prisonnier, j'attendrois que quelque autre
duc commançât de parler pour luy, mais que je la supplioys ne trouver
mauvais si, pour l'ambassadeur d'Espaigne, par ce que telles
personnes, pour rayson de la charge, m'estoient recommandés, je luy
disois que, despuys que Dieu avoit estably les puyssances au monde,
les ambassadeurs avoient esté toutjour respectez, et leurs personnes
demeurez intactes, mesmes l'on avoit, au millieu des plus aspres
guerres, toutjour heu esgard de ne toucher à eulx, ny tretter leurs
personnes que bien fort honnorablement, et qu'elle avoit accepté
cestuy cy pour ambassadeur d'ung grand Roy sur les lettres de sa
légation; par ainsy, qu'elle vollust avoir esgard à luy, non qu'il
m'eust pryé, ny faict prier d'en parler, mais qu'ainsy le requéroit le
pareil office que nous avions tous deux, en ung mesme temps, devers
elle, et qu'il luy pleust me permectre de le visiter au moins une fois
la sepmaine, en présence des gentilshommes qui l'avoient en garde.

Elle m'a respondu que, veu les termes en quoy il s'estoit efforcé de
la mettre avec le Roy son Maistre, il n'estoit pas rayson qu'il veît
les appareilz qu'elle feroit pour se deffendre, si l'on la vouloit
assaillir; par ainsi, qu'on l'avoit seulement resserré en son logis
soubz la garde de trois gentilshommes, à qui elle avoit commandé de se
depporter honnestement envers luy, et que d'autres foys l'on avoit, à
moindre occasion, plus mal tretté son ambassadeur Trocmarthon[46] en
France: au reste, qu'elle me pryoit de ne le visiter encores de
quelques jours, non qu'elle se deffiât de moy, mais affin qu'elle ne
fût veue approuver ny justiffier rien de ce qu'il avoit si mal faict,
en luy permectant la visite d'ung qui tenoit, icy, pour Votre Majesté,
ce lieu que je tiens.

  [46] Pendant le siége du Havre (juillet 1563), Thomas Smith fut
  envoyé comme ambassadeur résident, et Nicolas Trokmorton le
  suivit bientôt avec le titre d'ambassadeur extraordinaire; mais
  étant arrivés en France après la prise de la ville, ils furent
  arrêtés tous deux par Michel de Castelnau, sur un ordre du roi.
  Trokmorton fut conduit prisonnier au château de
  Saint-Germain-en-Laie. On se borna à donner des gardes à Smith,
  qui fit bientôt des ouvertures de paix. Le traité de Troie, signé
  par les deux ambassadeurs (11 et 12 avril 1564), déclara par un
  article exprès que Trokmorton serait, à partir de ce jour,
  délivré des gardes qui lui avaient été laissés; mais il
  s'engageait, sur sa parole, à ne pas sortir de France sans la
  permission du roi, tant que les deux actes, des 11 et 12 avril,
  n'auraient pas été expressément ratifiés par la reine
  d'Angleterre.

Après ce propos, voyant que je luy voulois parler de son visadmiral
Me. Ouynter, elle s'advança de me dire qu'elle s'esbaïssoit fort
comme, passans naguières ses navyres, soubz la conduicte du dict Me.
Ouynter, prèz du Conquest en Bretaigne, on luy avoit, en temps de
bonne paix, faict une si aspre démonstration de guerre de luy avoir
tiré cent soixante coups de canon; mais que, grâce à Dieu, nul n'avoit
esté thué ny blessé; seulement, l'on l'avoit contrainct de se mectre
en deffance, et il avoit repoussé ceulx qui l'assailloient.

Je luy respondiz que ce m'estoit ung propoz tout nouveau duquel je
n'avois ci devant rien entendu; par ainsi, que je ne pouvois sçavoir
qui avoit esté l'assaillant ny l'assailly, mais que je la voulois bien
supplier me dire quelle satisfaction je pourrois donner à Voz Majestez
du voyage que le dict Me. Ouynter avoit faict à la Rochelle, et de ce
qu'on disoit, tout publicquement, qu'il avoit secouru le prince de
Condé de pouldres, d'artillerye, de munitions de guerre, et encores
mesmes d'argent, là où, sur la parolle de la dicte Dame, j'avois
naguières escript à Voz Majestez qu'elle n'avoit envoyé le dict Me.
Ouynter, ny ses navyres, sur mer que pour asseurer la navigation de
ses subjectz; et qu'est ce aussi que je vous respondrois sur ce que
les prinses, qui se faisoient en mer sur voz subjectz, et les preneurs
d'icelles, se retiroient ez portz d'Angleterre et sortoient des mesmes
portz, quant ilz alloient exécuter leurs entreprinses; et que j'avoys
aussi entendu qu'elle avoit faict dépescher une commission, vers son
pays d'Ouest, pour arrester tous navyres françoys qui y aborderoient
jusques à la valleur et concurrence de certaines prinses qu'aulcuns
Anglois et Yrlandois se plaignoient leur avoir esté faictes par des
Bretons, des quelles ilz disoient n'avoir peu avoir justice en France;
ce que n'estoit sellon l'ordre prescript par les trettez, et dont la
rayson vouloit qu'on révocquât la dicte commission, si elle avoit esté
dépeschée, pour recourir aulx termes accoustumez de justice.

A ces choses la dicte Dame m'a respondu que, touchant Me Ouynter, elle
l'estimoit trop saige et advisé pour avoir faict rien de semblable à
ce que je luy disois, et que, à la vérité, elle estoit non seulement
par le debvoir, mais aussi par pacte exprès obligée à ses subjectz, à
cause de quelque subcide, d'asseurer, avec ses navyres de guerre,
leurs voyages et navigations, dont n'avoit peu fère de moins que de
leur bailler en ce temps ce cappitaine, avec quatre de ses navyres,
pour asseurer leur flotte, qui estoit d'environ deux cens vaysseaulx,
dépeschés pour le vin; laquelle flotte, voyant ne pouvoir charger à
Bourdeaux à cause des difficultez qu'on avoit faict auparavant à
aulcuns d'icelle, ilz avoient esté contrainctz, pour ne demeurer sans
vin, d'aller charger à la Rochelle et en la rivière de Charante, où
ceulx de ce quartier là s'estoient donnés quelque allarme de les veoir
venir; mais en fin, il leur avoit esté permiz de marchander des vins,
et le dict Me. Ouynter avoit prins des vivres au dict lieu de la
Rochelle les plus chers qu'il eust onques achapté; mais qu'au reste,
elle, de sa part, n'avoit donné ny envoyé aucun secours, petit ny
grand, au dict prince de Condé, et vous pryoit que ceulx, qui vous le
diroient autrement, fussent chastiez, s'ilz ne le pouvoient vériffier,
et s'ilz le vériffioient, qu'il luy en fût à elle faict un grand
reproche, et que mesmes elle avoit reffuzé de donner congé à plus de
trois cens gentilzhommes angloix, qui vouloient aller voluntairement
trouver le dict prince: et, touchant les prinses de mer, que, estant
ses portz libres, ung chacun y estoit bien receu à tiltre de bonne
foy, et les pirates ne pourtoient merque pour estre recognuz, mais,
quant il se feroit quelque prinse sur voz subjectz, et qu'ilz la
suyvroient, et en demanderoient justice par deçà, qu'elle la leur
feroit administrer sans difficulté: au regard de la commission
d'arrester les navyres françoys, qu'elle ne se souvenoit bien de
l'avoir donnée, touteffoys, qu'à faulte d'administrer justice en
France à ses subjectz, elle leur vouloit bien remédier par deçà le
mieulx qu'elle pourroit.

Il y eut plusieurs autres choses dictes, d'ung costé et d'autre, et
mesmes sur ce congé qu'elle disoit avoir reffuzé aulx gentilshommes
anglois, où je luy fiz entendre les bonnes parolles que Votre Majesté
me mandoit touchant le rapport qu'on luy avoit faict qu'ilz avoient
esté prins et exécutez. Mais, en tout, elle a monstré vous vouloir
satisfère, et demeurer en bonne paix et amytié avec Voz Majestez.

Et pour aultant que les affères de la Royne d'Escosse estoient lors
sur le bureau, je luy diz que j'avois charge de la supplier qu'elle
volût fère avoir à la dicte Royne d'Escosse, sa bonne soeur, la
communication de tout ce qu'aucuns ses subjectz, et ses contraires,
avoient dict et produict contre elle, affin que, pour son innocence et
justiffication, elle leur peust respondre au mesme lieu où ilz
l'avoient defférée, et qu'elle ne volust permectre que l'honneur, la
personne et l'estat de cette princesse, que Dieu avoit envoyée à
recours à elle, fussent opprimez entre ses mains, et que Voz Majestez
la pryoient, bien affectueusement, de vouloir si bien pourveoir à son
faict qu'elle n'eust besoing d'aucun aultre secours que du scien pour
estre bien tost remise en son dict estat et grandeur, comme la Royne
d'Escosse vous avoit faict entendre qu'elle le luy avoit promiz, et
comme vous espériez que, pour la compassion de sa présente nécessité,
et pour l'obligation du prochain parentaige qui estoit entre elles,
elle l'accompliroit; et que, quant vous verriez son dict secours luy
deffaillir, je luy voulois bien dire, encores ceste foys, que vous
vous efforceriez, nonobstant voz présents affères, de luy bailler le
vostre, et que Voz Majestez estimoient qu'il seroit bon, pendant
qu'elle avoit icy en ses pays les principalles personnes intéressées
au dict affère, qu'elle ne permît qu'ilz s'en retournassent, sans
qu'elle les eust accomodés; car autrement ce ne seroit qu'un
recommancement de troubles et de guerre dans l'Escosse, aussi tost
qu'ilz y arriveroient; et, au reste, qu'il luy pleust faire trouver le
garçon[47] qui avoit donné moyen à la dicte Dame de sortir hors de
prison, lequel on avoit enlevé, estant icy à la suyte de sa court,
n'ayant le bon acte de fidelle subject, qu'il avoit faict pour sa
Royne Souveraine, mérité qu'il receût que faveur et bon trettement de
tous les princes de la terre.

  [47] William Douglas, qui avait fait évader Marie Stuart du
  château de Lochleven, le 2 mai 1568.

Ce propos fut ententivement escouté de la dicte Dame, et sembla que de
quelque partie d'icelluy elle s'esmeut, et, parce que sa responce fut
en forme d'ung discours des choses qui s'estoient en cella passées
devant elle, lesquelles seroient trop longues à mectre icy, je vous
diray en substance, Sire, qu'elle me promit que le lendemain elle
accorderoit aulx depputez de la dicte Dame la dicte communicquation,
bien me vouloit advertir qu'elle craignoit que telle chose seroit
dommageable à la dicte Royne d'Escosse, si elle n'y pouvoit si bien
respondre que l'on cogneust que ce n'estoit par manière d'acquit, ains
une vraye et légitime descharge du crime qu'on luy imposoit, et
qu'elle avoit expressément évocqué la conférance de ce faict devant
elle, pour tirer les escriptz et le dire de ses parties, affin de fère
secrectement entendre le tout à la dicte Dame, et qu'elle s'y peust
préparer de quelque honneste satisfaction: mais maintenant que, à la
réquisition des depputez des parties, les choses avoient esté publiées
en présence de 33 personnaiges de son conseil, il sembloit estre
meilleur qu'elle dict ne se vouloir tant abaysser de respondre aux
parolles et invantions de ses mauvais subjectz, que de demander la
communicquation de leur dire: au reste, qu'elle vouldroit la pouvoir,
avec son propre sang, laver et justiffier de ce faict, et qu'elle
seroit toutjour preste de fère, sans offencer sa conscience, tout ce
qu'elle pourroit pour la dicte Dame, ny ne seroit besoing q'un aultre
s'en meslât; et que volontiers elle eust retenu encores ces seigneurs
d'Escosse, mais, voyant que les choses alloient en longueur, elle ne
leur avoit peu honnestement desnyer leur retour; et, quant au garçon,
qu'elle avoit faict telle démonstration d'estre marrye d'un tel acte,
qu'en fin il avoit esté trouvé et rendu.

Voylà, Sire, ce qui a esté principalement tretté en ceste audience, de
laquelle je vous ay bien vollu représanter les mesmes parolles de la
dicte Dame, affin que tiriez d'icelles ce qu'elles peuvent monstrer de
son intention. Elle ne me volut dire les novelles qu'elle avoit de
France, me priant l'excuser si, de tant qu'elle ne les tenoit pour
certaines et qu'elles n'estoient bonnes, elle ne les permectoit
publier, mais que bien tost, elle ou moy, en aurions la certitude, et
puis les pourrions faire sçavoir l'ung à l'aultre. Or, Sire, je sceuz,
avant partir d'Anthoncourt, que ce sont celles que verrez dans ces
discours qui sont venuz de la Rochelle que j'ay despuys miz peine de
recouvrer; priant Dieu, etc.

     De Londres ce XXe de janvier 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, de ces propos et responces de la Royne d'Angleterre, qui sont
contenuz en la lettre que j'escriptz présantement au Roy, Vostre
Majesté pourra aucunement juger quelle est son intention sur les
matières que j'ay tretté avecques elle en ceste audience; et encor
que, quant à celles qui peuvent concerner Vos Majestez Très
Chrétiennes, son parler n'ayt esté que bien accompaigné de
démonstration de paix et d'amytié, si n'ozè je dire, Madame, qu'il s'y
faille du tout reposer, car il est raysonnable d'avoir aucunement
suspect l'aprest de guerre qui se faict icy; et mesmes ne sera que bon
qu'on s'en donne ung peu d'allarme pour seulement faire tenir voz
villes et places, de sur la mer, si préparées et pourveues qu'il ne
puisse venir à ceulx cy ny le vouloir, ny le pouvoir d'y rien
entreprendre. Je ne veulx pourtant, Madame, vous mectre en doubte de
la volonté de ceste Royne; car, certes, je ne la cognois pour encores
que bonne; et sy, ay toutjour desiré, tant que ses parolles n'ont rien
monstré plus que ses dicts aprestz, que vous n'en heussiés aucune
souspeçon ny deffiance. Mais à ceste heure que iceulx aprestz sont
aultres, bien que ses parolles demeurent toutjour unes, et que ce
qu'elle entreprend icy concourt avec le temps et la cause des
entreprinses de dellà, et qu'il est aysé, à ceste heure, de luy donner
des inpressions, n'y ayant faulte de gens, icy, pour les luy
persuader, et pour luy fère changer, en une heure, ses dellibérations,
je ne puys dire sinon qu'il sera toutjour saigement faict de se
pourveoir du costé qu'on veoyt préparer les armes; et je mectray peyne
de vous advertyr soigneusement, et souvant, de ce qui se pourra, de
jour en jour, descouvrir plus avant de son entreprinse, mesmement s'il
se monstre rien qui touche le service de Voz Majestez.

Il semble bien que la dicte Dame m'ayt vollu faire cognoistre que cecy
s'adressoit contre le duc d'Alve, monstrant estre fort irritée contre
luy, l'appellant arrogant, et que sa superbe estoit assez cogneue,
mesmes de son Maistre, et que, possible, il avoit remué en cecy une
besoigne, qui l'abaysseroit aultant qu'il pensoit estre hault élevé.
Mais, au reste, elle a parlé avec grand respect, et en fort bonne
reste, elle a parlé avec grand respect, et en fortsorte, du Roy
Catholique, et a monstré qu'elle avoit toute seurté et confiance de
son amytié. Je luy ay demandé s'il ne seroit loysible d'envoyer mes
gens et pacquetz devers Voz Majestez, sans saufconduict ny passeport,
et si les portz et hâvres de ses pays seroient ouvertz et de seur
accez à vos subjectz, pour y trafficquer, et aller, et venir
librement, comme auparavant. A quoy m'a respondu qu'elle me pryoit de
prendre passeportz pour mes gens et despesches, affin d'aller plus
seurement, et qu'elle m'en feroit bailler à toutes les heures que je
vouldrois: au reste, qu'elle entendoit que les Françoys eussent toute
liberté et seur accez en son royaulme; mais ne failloit prendre à mal
si, sur le commancement de ceste noveaulté de Flandres, elle avoit,
pour quelques jours, faict estoupper ses passaiges affin de pourveoir
à ses affères, ayant commandé de les ovryr maintenant pour France. Qui
est ce que, pour le présent, j'ay à dire à Vostre Majesté, à laquelle
baysant très humblement les mains, je prieray Dieu, etc.

     De Londres ce XXe de janvier 1569.


DISCOURS ENVOYÉ DE LA ROCHELLE

Ayant la bonté et providence de Dieu, avec une assistance manifeste et
soing paternel, retiré, comme chacun a sceu, Mr. le prince de Condé et
Mr. l'Admiral du péril et extrême dangier presque inévitable de leurs
vyes, auquel ilz estoient à Noyers et Tanlay, les a guidés et
conduictz jusques à la Rochelle, d'ung boult du royaulme à l'aultre,
sans aucun mal ni dangier, ensemble leurs femmes et enfans, et jusques
aulx breceaux et norrices, avec fort petit train, et à grandes
journées, et par guays difficiles et dangereux, et par chemins et
villaiges esgarés, incommodes et peu logeables. Puis après, continuant
sa bonté et faveur à l'endroict de Mr. Dandellot qui estoit en
Bretaigne, luy a assisté tellement que, encores qu'il fût poursuyvy
par les Srs. de Montpensier et de Martigues, accompaignés de grandes
forces de gens de pied et de cheval, pour l'empescher de s'aller
joindre au dict Sr. Prince, il ne layssa néantmoins de passer, contre
toute espérance, avec ses trouppes la rivière de Loyre, à leur veue,
par un guay qui n'avoit jamais esté remarqué ny visité par les
habitans mesmes du pays.

Ceste mesme faveur de Dieu s'est veue aussi au passaige de la Royne de
Navarre et de Mr. le Prince, son filz, qui ont traversé tout le pays
de Gascoigne, passé la Garonne et Dordoigne, et aultres rivières, gayz
et destroictz périlleux, quoy qu'ilz eussent sur les bras les Srs. de
Monluc, Tarride, d'Escars et Losse, avec grandz forces, sans avoir
néantmoins peu estre empeschez.

Le mesme aussi s'est veu au passaige de Mr. d'Assier qui a cheminé
avec ses trouppes par tout le pays de Dauphiné, de Languedoc et de
Gascoigne, pour venir trouver les dicts sieurs Princes, au veu et sceu
du Sr. de Joyeuse qui avoit charge expresse de l'empescher.

En sorte que, malgré les ennemys des dicts sieurs Princes, ilz ont
receuilliz et amassés, de tous les coings de ce royaulme, jusques au
nombre de 25 mille harquebouziers et 5 à 6 mille chevaulx, quelque bon
ordre que les dicts ennemys eussent donné à tous leurs portz, pontz,
destroictz et passaiges, et qu'ilz eussent leur armée toute preste, il
y avoit quatre moys; de laquelle ilz n'ont encores, grâces à Dieu, peu
endommaiger les dicts sieurs Princes ny empescher seulement qu'ilz
n'ayent prins les villes de St Messant, Nyort, Fontenay, Coignac,
Xainctes, St Jean d'Angely, Angoulesme, Pons, Bourg, Taillebourg et
Tallemont; aucunes par composition, autres par force, encores que
cella se soit faict à leur veue, sinon que les dicts sieurs Princes,
estans au siège devant la ville de Pons, eurent advertissement que le
dict Sr. d'Assier estoit arrivé avec ses trouppes à Aubeterre, et que
les ennemys avoient surprins le cappitaine Mouvans et le cappitaine
Pierregourdes à leurs logis, et qu'ilz les avoient deffaictz et
quelque nombre de leurs soldatz. Ce qui fut cause que les dicts sieurs
Princes, craignans quelque plus grand désastre, [se portèrent] avec
leurs armées, vers le dict lieu d'Aubeterre, en intention de combattre
leurs ennemys s'ilz se présentoient; lesquelz deslogèrent incontinent
qu'ilz eurent novelles de la venue des dicts sieurs Princes. Et, par
ce qu'on entendoit qu'ilz prenoient le chemin de Poictiers, il fut
résolu de les devancer, s'il estoit possible, aulx plus grandes
journées qu'on pourroit, et sercher tous moyens de les faire venir au
combat; en quoy on usa de telle dilligence que, le IIIe jour, on
s'aprocha si près d'eulx que, là où l'avantgarde des ditcs sieurs
Princes logeoit, les ennemys en estoient deslogés peu auparavant, et y
trouvoit on assés souvant de leur pain de munition et de leurs
bagaiges; de sorte que, se voyants suyviz de si près, ilz furent
contraintz de faire leur retraicte à Chastellerault et ez environs, où
ilz se retranchèrent avec leur artillerye, et y trouvarent Monsieur,
frère du Roy, avec novelles forces.

Et d'aultant qu'il fut rapporté par les gentilshommes, qui avoient
esté envoyés pour les recognoistre de prez, que les advenues estoient
si facheuzes et difficiles que ce eust esté mal à propoz, et sans
rayson, de les assaillir dedans ung camp qu'ilz avoient fortiffié de
trenchées, et bien pourveu et muny d'artillerye, qui battoit tellement
les dictes advenues qu'il eust esté inpossible de se mectre en
batailhe, sans estre par trop offencés, il fut résolu de se présenter
seulement à la vue de leur armée pour veoir s'ilz vouloient sortir de
leur fort; ce que fut faict par le dict sieur Admyral, avec son
avantgarde, laquelle il tint en bataille, ung jour, entier, sur ung
hault; duquel on descouvroit la dicte ville de Chastellerault, sans
que les dicts ennemys fissent aucune contenance de vouloir paroistre.
Pour ceste cause, on advisa, pour les attirer hors de leur dict fort,
et en lieu où les dicts Princes les peussent combattre, de faire
acheminer l'armée vers Myrebaloys, qui est un pays fort bon et fertil,
dont les dicts ennemys tyroient la plus grande commodité de vivres, et
où les dicts sieurs Princes pourroient plus aysément fère vivre leur
armée, en incommodant celle de leur ennemy. En tirant vers lequel
pays, advint que les ennemis prindrent ung mesme rendés vous et mesme
logis que l'armée des dicts sieurs Princes, et que monsieur l'Admyral,
s'aprochant avec Mr. Dandellot, son frère, de leurs logis,
accompaignés de quatre à cinq cens chevaulx au plus, descouvrirent les
ennemys, qui avoient toute la cavallerye de leur avantgarde jusques au
nombre de deux mille chevaulx; de façon que le dit sieur Admiral manda
incontinent, de toutes partz, pour fère marcher vers luy toutes les
trouppes tant de la bataille que de l'avantgarde, temporisant
tousjours jusques à ce que les dicts sieurs Princes commancèrent à
paroistre, avec leurs batailles et autres trouppes de l'avantgarde,
qui donna quelque effroy aulx ennemys. Et lors, on commança à fère
aprocher des dicts ennemys quelque nombre d'arquebouziers, et fut
tiré, d'une part et d'aultre; mais pour ce que c'estoit sur l'entrée
de la nuict, et que l'obscurité commançoyt desjà d'estre fort grande,
la partie fut différée et remise au lendemain matin, que les dicts
sieurs Princes, avec toute leur armée, commancèrent à marcher, dez
l'aube du jour, droict au lieu où ilz avoient layssé les ennemys le
seoir; et, s'apercevant, les dicts sieurs Princes, qu'ilz en estoient
partiz, on feyt advancer quelques cornettes sur la piste de leurs
dicts ennemys pour les suyvre et veoyr la roulte qu'ilz avoient
prinse, et pour essayer encores de les trouver pour les combattre; ce
que fut faict jusques à un villaige, nommé Sansay, où les Srs. de
Guise, Martigues, Brissac, Thavanes, Sansac et plusieurs aultres
avoient couché; qui ne furent pas des derniers à se retirer, et le
plus tost qu'ilz peurent, layssant leurs bagaiges, qui ne valloit pas
moins de deux cens mil escuz, et huict ou neuf vingtz chevaulx
d'artillerye et quelques pouldres à canon.

De quoy estans advertys les dicts sieurs Princes, et que toute
l'avantgarde des dicts ennemys s'en alloit en désordre et confuzion,
et que Monsaleys, entre autres, avoit été miz en routte, et la plus
part de sa compaignie thués et prisonniers, dont on a heu les
cornettes et enseignes, commencèrent à marcher, le plus tost qu'ilz
peurent, pour les accousuyvre; ce qu'ilz ne peurent fère plustost que
à un villaige, nommé _Jasseneuil_, où les ennemys feirent leur
retraicte, et dans lequel Monsieur, frère du Roy, s'estoit encores
retranché et fortiffié avec l'artillerye, où les dicts sieurs Princes
feirent attacquer une escarmouche, la plus gailharde qu'ayt esté
faicte de mémoire d'homme, qui ne dura pas moins de quatre à cinq
grandes heures; en laquelle il fut tiré, d'ung costé ou d'aultre, plus
de quatre-vingtz mil coups d'arquebouzades, et trois cent trente sept
coups d'artillerye de leur part seulement, d'aultant que celle des
dicts sieurs Princes n'avoit esté ramenée du siège de Pons. Et se
trouve, par la confession mesmes des ennemys, qu'ilz perdirent, à
ceste escarmouche, cinq ou six cens soldatz et quinze ou sèze
cappitaines, et, du costé du dict sieur Prince, il s'en trouve deux
cens ou thués, ou blessés, tant y a qu'il fut escript à la Royne, par
aucuns de ses confidans, qui sont au camp des ennemys, que jamais filz
de France n'avoit esté en si grand dangier que Monsieur, frère du Roy,
avoit esté durant trois jours et trois nuictz. Et, de faict, il est
bien certain qu'à la dicte escarmouche l'infanterye des dicts sieurs
Princes gaigna les trenchées, par deux ou trois foys, et qu'elle donna
jusques à l'artillerye, et qu'il en y eust de thués jusques sur leurs
pièces; mesmement qu'il y eust beaucoup de soldatz qui entrèrent
jusques dans les maysons, où estoient les fortz des ennemys, dont ils
rapportèrent des armes, et y beurent et mangèrent; ce que leur vint
bien à propoz pour ce qu'il y avoit trois jours qu'ilz avoient faulte
de vivres, et estoient néanmoins si patiens que l'envye et desir,
qu'ilz avoient de combattre, leur faisoit oblyer la nécessité qu'ilz
souffroient.

Ceste escarmouche estant cessée par le moyen de la nuict, les dicts
sieurs Princes ordonnèrent, le lendemain au poinct du jour, qu'on
retourneroit encores se présenter au dict lieu de Jasseneuil pour
tenter encores si on pouvoit contraindre l'ennemy de combattre, ce que
fut faict, sans que les ennemys pareussent que envyron de cent à six
vingtz chevaulx, et si près de leur fort qu'il estoit inpossible de
rien attacquer. Despuys, l'on eust novelles qu'ilz s'estoient retirez
à Luzinan, et de là à Poictiers, ce qui feyt que les dicts sieurs
Princes vindrent loger leur armée au pays de Myrebaloys, où ils
trouvèrent grand quantité de pain de munition que l'ennemy avoit fait
faire; et ayant eu adviz qu'il s'estoit venu loger à Auzances, qui est
une lieue près de Poictiers, ilz dressèrent une entreprinse, qui a
tellement réussy, que le dict sieur Admyral, avec mille chevaulx
seulement, et deux mil harquebouziers, força les dicts ennemys dans le
dict villaige d'Auzance, les contraignant d'abandonner un pont qui y
estoit, et mectant toute l'armée à banderoutte, qui se retira à
Poictiers en grand désordre et confuzion, et avec une perte de
beaucoup de leurs gens et leurs dicts bagaiges.

Et, combien que les choses soyent passées de ceste façon, il y a
toutesfoys une inpudence aux dicts ennemys, qui font courir des
bruictz du tout contrères à la vérité, et jusques à fère des dépesches
à la Court, par lesquelles ilz ozent bien mander qu'ilz font teste aus
dicts sieurs Princes, quant, à tous propos, [ceux-cy] les mectent en
fuyte, et qu'ils recherchent tous moyens de les tirer au combat,
duquel les dicts sieurs Princes, voyant leurs dicts ennemys estre
entièrement dégoustez à cause des mauvais succez, que les précédantes
rencontres leur ont apporté, pour leur fère venir l'envye de
combattre, et où ilz ne le vouldroient, coupper chemin aux inpostures
et déguysemens, dont ilz ont accoustumé d'uzer, ont, ces derniers
jours, attacqué et prins, à la veue des dicts ennemys et de leur dict
camp, une ville et chateau, appartenant à ung des principaulx chefs de
leur armée; bien que la dicte ville fût garnye d'hommes, d'artillerye
et de toute autre espèce de munition, comme celluy à qui elle
appartenoit en a heu bon loysir et moyens: la prinse de laquelle
portera tesmoignage, de soy mesmes si clair et évident, du peu d'envye
qu'ilz ont de combattre, qu'il ne sera plus en leur puyssance de
déguiser les affères, comme ils ont faict cy devant.

Despuys, voyant les dicts sieurs Princes que, pour prinse de la dicte
ville et chateau, ny pour occasion qu'on eust presentée aulx ennemys,
il n'y avoit eu moyen de les fère venir au combat, et qu'il se tenoit
tousjours dellà la rivierre du Clain, où ilz avoient esté réduictz à
la route d'Auzance, ayant, oultre cella, une bonne rivière au devant
d'eulx, et faict enfoncer tous les batteaux pour empescher qu'on ne
peust faire quelque entreprinse contre eulx, faisant courir le bruict
qu'ilz actendoient les forces que admenoit le Sr. de Joyeuse, qu'ilz
disoient estre de six mille harquebouziers et de quinze cens chevaulx,
avec lesquelz ils espéroient combattre l'armée des dicts sieurs
Princes: cella fut cause que, pour leur donner tousjours novelle
occasion de repasser la dicte rivière, et leur augmenter la volunté de
combattre, les dicts sieurs Princes prindrent résolution de forcer
encores, à leur veue, la ville de Saumur, qui est un passaige de la
rivière de Loyre; de quoy les ennemys ne fauldroient d'entrer en
jalouzie, et de se mectre en tout devoir d'empescher que les dicts
sieurs Princes s'en saysissent; lesquelz pour ceste cause y feirent
acheminer leur dicte armée, faysant loger leur infanterye dans l'ung
des faulx bourgs; mais, comme la batterie estoit toute preste, on eust
adviz que les dicts ennemys avoient repassé la rivière du Clain,
faisant contenance de venir secourir Saumur, avec les forces du dict
Sr. de Joyeuse, qui estoient arrivées deux ou trois jours auparavant;
ce qui feyt que les dicts sieurs Princes levèrent incontinent le siège
du dict Saumur, faisant rebrousser chemin à leur armée, droict à leurs
ennemys, bien fort ayses d'entendre qu'il n'y avoit plus de rivière
entre eulx et leurs dicts ennemys; lesquelz ils rencontrèrent devant
la ville de Lodun, qu'ilz avoient desjà sommé de se rendre, pretz à se
loger dans les faulx bourgs, où leurs logis estoient ordonnez; dont
monsieur l'Admiral les deslogea, de sorte qu'ilz se retirèrent et
campèrent aulx lieux et villaiges circonvoysins du dict Lodun.

Le lendemain, les deux armées s'affrontarent, estans leurs centinelles
à cent pas l'une de l'autre, et feirent jouer l'artillerye d'une part
et d'autre, se passant ainsy tout le jour, avecques quelques
escarmouches légières seulement, combien que les ennemys fussent
campés en lieux advantaigeux, comme font ordinairement ceulx qui les
premiers choisissent la place, et qui pensoient aprocher l'armée des
dicts sieurs Princes sans estre endommaigés; ce que les dicts sieurs
Princes n'eussent peu fère. Toutes foys, s'ilz faisoient deux pas,
l'armée des dicts sieurs Princes en faisoit quatre pour les joindre.

Deux jours après, les deux armées se retrouvarent encores aulx mesmes
lieux, comme aussi feirent elles, le jour encores ensuyvant, sans que
les dicts sieurs Princes les peussent attirer hors leur advantaige; de
quoy on s'esmerveille bien fort, veu les bruictz qu'ilz faisoient
courir qu'ilz se sentoient tellement renforcés des trouppes du dict
Sr. de Joyeuse, qu'ilz estoient résoluz de ne départir, qu'ilz
n'eussent combattu l'armée des dicts sieurs Princes; comme aussi,
disoient ils qu'ils en avoient commandement exprès; ou qu'ilz ne les
eussent, à tout le moins, contraincts de desloger; pour ce que de là
deppendoit l'honneur de l'une et de l'aultre armée. Et, toutes foys,
ceste volunté si fervente se réfroydit, comme il est aysé à juger par
la retraicte qu'ilz firent soubdain une lieue loin de la place, qu'ilz
avoient auparavant prinse, en mectant un ruysseau entre eulx et
l'armée des dicts sieurs Princes; lesquelz non contantz de l'avantaige
qu'ilz avoient gaigné sur nos dicts ennemys, pour les avoir faictz
débusquer du lieu qu'ilz disoient avoir choysy pour combattre, les
allarent attaquer à leur second logis, et ores qu'il fût advantaigeux
pour leurs dicts ennemys, lesquelz avoient un ruysseau qui rendoit les
aproches à eulx malaysées, si est ce que, à coups de canon et par le
moyen des escarmouches qu'on leur donnoit à toute heure, on les
contraignist, de rechef, d'abandonner icelluy second logis, et se
retirer, mesmes Monsieur, frère du Roy, devers Chinon, et passer la
rivierre de Vienne, layssant et abandonnant les mallades et beaucoup
de leurs bagaiges et munitions. Quoy voyant, les dicts sieurs Princes
ordonnèrent quelques trouppes de cavallerye et infanterye pour les
suyvre, qui donnèrent sur un des logis des ennemys, où il y avoit sept
enseignes, dont il en y eust quatre, qui furent mises en routte, et
trois deffaictes entièrement, et leurs enseignes bruslées dans une
mayson où partie des dicts soldats s'estoient retirez. Et despuys, les
dicts sieurs Princes, voyans tous moyens de combattre leur estre
tolluz et ostez, pour avoir une grande et forte rivière entre eulx,
s'avysarent de fère cheminer leur armée vers Thouars et Montrubelay,
tant pour l'eslargir et luy donner moyen, comme dict est, des vivres,
dont elle a eu grande faulte, pendant cinq ou six jours, que pour
costoyer tousjours les ennemys.

Voilà l'heureux succez qu'il a pleu à Dieu donner, jusques à ceste
heure, aulx affères des dicts sieurs Princes, et le loyer et la
récompence que ont receu les ennemys de leur prégidye[48] et
desloyauté, laquelle est plus que suffizamment vériffiée par le
contenu d'une bulle papalle, qui a esté poursuyvye par noz adversaires
dez le mois de juing et juillet derniers, et expédiée à Rome dez le
premier jour d'aoust ensuyvant; dont le dict pourchas convaincra
tousjours évidemment de n'avoir eu jamais autre intention que de
rompre et enfraindre la foy et seureté publicque, qui avoit esté
promise et jurée, et encores plus la renunciation de l'éedict, qui
s'en est ensuyvye bien tost après, que ce rapport[49] en substance à
la dicte bulle, par lequel ilz révocquent tous les éedictz qui ont
esté cy devant faitz en France, comme ayans esté faictz en assemblées
les plus solempnelles qui ayent jamais esté faictes en ce royaume,
mesmement l'éedict de janvier, où tous les princes et seigneurs du
conseil, de l'une et l'aultre religion, et les plus grandz et notables
personnaiges de toutes les courtz souveraines de ce royaulme,
assistèrent, ayant, oultre cella, son fondement sur la réquisition
des estatz. Et, affin de mectre hors de toute peyne ceulx de la
religion de prouver qu'ilz n'ont jamais tendu que aboutir et anéantir
la dicte religion, ilz déclairent, en termes exprès, par le mesmes
éedict, que leur volunté et intention a tousjour esté telles, quelques
mandemens, lettres patentes et déclarations qui ayent esté expédiées
au contraire, et quelques grandes asseurances et parolles, que Sa
Majesté ayt donné, tant à ses subjectz que aulx hommes estrangiers[50].

  [48] Perfidie.

  [49] Qui se rapporte.

  [50] La fin de cette relation se trouve annexée à la XVe Dépêche
  (p. 172).


COPPIE D'UNE LETTRE ENVOYÉE DE LA ROCHELLE, QUI SEMBLE S'ADRESSER AU
CONSEILLER CAVAIGNES.

Puis votre despart, nous n'avons faict que courir et assiéger villes
et chasteaulx, et tout ce qu'avons entreprins est venu à souhait. Dieu
grâces, encores pensons nous mieulx fère avec voz canons envoyés, avec
les quelz nous aurons douze pièces grosses de batterie. Nostre camp
est de 30 mille hommes, piétons, où il y a vingt cinq mille
harquebouziers, et de sept à huict mille chevaulx, sans la trouppe de
Montauban qui doibt venir. Par force ont esté prins St Jehan d'Angely,
Nyort, Fontenay, Angolesme, Pons, Chaviny près Poictiers, Partenay,
Champiny, Tallemont, Thouars, Loduin, Montrobelay près Sameur, Blaye,
Aubeterre, Barbezieulx, Taillebourg, Xainctes, Mesle et plusieurs
aultres villes comme Coignac, Chasteauneuf et autres par surprinse;
brief, despuys la Garonne jusques à Loyre du costé de Sameur.

Quant aulx batailles et escarmouches, nous nous sommes aprochez de
noz ennemys, par deux ou trois foys; en quelque place de bataille
qu'ilz eussent à leur advantaige sceu choysir, ilz ont esté si bien
bourrés qu'ilz n'ozent plus aprocher, nous sentant de loing comme le
renard les cordes du piège. Au rencontre du Panpre, qui fut, il y a
cinq sepmaines ou envyron, ils perdirent sept à huict cens hommes et
près de deux cens mille escuz de bagaige, ou envyron, et se saulvèrent
par les moyens des rivières qu'ilz ont accoustumées, partie dans
Poictiers, les aultres à Luzinhan. Monsieur le prince de Condé a heu
le chappeau de Strocy, monsieur l'Admyral la robbe de Brissac, Mr. le
comte de Montgommery a les estrières et esperons de Mr. de Guyse; ung
lacquay de monsieur l'Admyral a eu, pour sa part du butin, trente six
pièces de vaisselle d'argent, appartenant au dict Sr. de Guyse: en
somme, il n'y a homme qui ne soit enrichy.

Messieurs les Princes, pensant les faire venir au combat,
attacquèrent, à leur veue et présence, la ville et chasteau de
Champigny, appartenant au duc de Montpensier, [et] le chasteau de
Chavinhy qui est au plus favory qu'ilz ayent en leur camp; mais ces
bonnes gens ayment mieulx saulver leurs vies par bien fouyr que
deffendre leurs villes ni chasteaulx, ny se présenter au combat, car
ilz disent qu'il y faict dangereux. Suyvant la résolution qu'ilz
feirent courir lors en leur camp, et qui a esté despuys bien suyvy,
pour aymer mieulx hazarder leurs biens et leurs villes, pensant avoir
quelque revenche, estant le dict sieur Prince près Sameur pour
l'assiéger, ilz sommèrent la ville de Lodun, commançant d'en aprocher
d'envyron ung quart de lieue avec leur artillerye pour y mectre le
siège; de quoy advertys, les dicts sieurs Princes rebrosèrent chemin,
et s'en vont droict à eulx, les contraignant lever le siège et
recourir à leur remède accoustumé de passer la rivière, et vindrent
sur les pontz de Schebin. Vray est qu'avant d'y venir deux centz de
leurs gens y furent thués, et là, la nuict proche, y eust sept
enseignes deffaictes.

Encores devant hyer la compaignie de Mr. Dyvoye surprint, aulx faulx
bourgs du dict Schebin, et meict en pièces 60 ou 80 Suysses, les
prévostz et archers de Monsieur, frère du Roy, qui estoit dans la
dicte ville, et de là l'eaue eust l'allarme bien chault. Ce jourduy,
l'on a receu novelles par deux gentishommes, qui sont arrivez de la
part de Mr. le prince d'Orange et duc de Deux Ponts, qui ont layssé le
dict sieur Prince à 27 lieues de Paris, avec 10 ou 12 mille reistres
et quatre mille chevaulx françoys, et 16 à 17 mille hommes de pied,
qui prend le chemin droict à Paris, duquel Mr. de Genliz mène l'avant
garde. Le dict sieur de Deux Pontz marche, despuys le 10 de ce moys,
pour s'aller joindre avec Mr. le prince d'Orange.

Il arriva hyer novelles, tant en nostre camp que à celluy des ennemys,
que Mr. d'Aumalle a perdu 4 mille hommes, ayant esté contrainct par le
dict prince d'Orange qui aprochoit au duc de Deux Pontz pour s'i
joindre, se retirer de vistesse, avec deux mille hommes qui luy
restent, dans la ville de Reins. L'on tient pour certain que Mr. de
Guyse s'en va en poste trouver le Roy. L'on dict aussi que la plus
part de leur camp s'en va devant Paris pour s'opposer aulx princes
estrangiers; je croys que nous les suyvrons bien tost.



XIVe DÉPESCHE

--du XXIVe de janvier 1569.--

(_Envoyée par homme exprès jusques à Calais._)

  Arrivée du sieur d'Assoleville, envoyé par le duc d'Albe pour
    négocier.--Saisie faite à Rouen de tous les biens et
    marchandises appartenant aux Anglais.--Explication demandée à
    ce sujet par la reine d'Angleterre.--Dispositions des seigneurs
    anglais protestants à faire déclarer la guerre.--Départ du
    comte de Murray pour l'Écosse.


     AU ROY.

Sire, il est arrivé, tout à une heure, deux diverses novelles à ceste
Royne, l'une de paix du costé qu'elle actendoit la guerre, et l'aultre
la guerre du costé qu'elle espéroit la paix; car a sceu que le Sr.
d'Assoleville estoit desjà arrivé à Douvres, de la part du duc d'Alva,
pour venir tretter avecques elle de remectre en bons termes les choses
qui commançoient mal passer entre eulx; et, au contraire, l'on luy a
mandé de Roan qu'on y avoit faict un général arrest des biens et
marchandises de ses subjectz; de quoy ayant le Sr. Cecille conféré
avecques moy, et luy ayant dict que je ne pançoys point que ce fût de
vostre commandement, nous avons arresté que j'en escriprois
promptement à Vostre Majesté, affin qu'il vous pleût en fère entendre
vostre intention à l'ambassadeur de la dicte Dame par dellà; duquel,
attandant la responce, l'on ne mouveroit ny ne seroit rien attempté,
icy, contre les Françoys; dont vous playra, Sire, fère résouldre là
dessus le dict ambassadeur, et, si tant est que veuillés remectre les
choses à la première liberté pour continuer la bonne paix d'entre ces
deux royaulmes sera bon qu'il luy soit remonstré comme telle chose
n'est advenu à Roan que par ce que les officiers de la dicte ville
sont advertys de plusieurs saysies, arrestz, pilleryes, support de
pirates, deschargement de prinses, et larrecins, et autres
depportemens biens durs, que les Angloys usent maintenant contre les
Normans et Brethons, voz subjectz; ce qu'ilz ont estimé ne devoir
estre aucunement souffert, et qu'il est besoing que la Royne, sa
Maistresse, y pourvoye.

Ceulx cy continuent tousjours les préparatifs de guerre, mais semble
que non si grandz, comme ilz monstroient du commancement. J'espère
que, par mes premières, je vous pourray à peu près mander l'estat au
vray de leur dict appareil. Et par ce que la responce de la Royne
d'Angleterre, qu'avez veu en mes précédantes, touchant le voyage de
ces navyres à la Rochelle, ne m'avoit satisfaict, saichant
certainement que Me. Ouynter y avoit deschargé des pouldres, de
l'artillerye, des munitions de guerre, et baillé de l'argent, j'ay
bien vollu dire à aucuns principaulx de ce conseil, que je voyois bien
que les bonnes parolles de paix de leur Maistresse ne produysoient que
de bien mauvais effectz de guerre contre Vostre Majesté, et qu'on ne
sçauroit prendre ce que Me. Ouynter avoit faict que pour une manifeste
infraction des trettés; dont seriés contrainct, à la fin, de fère
venir au clair ceste guerre qu'elle vous menoit à couvert. A quoy ilz
m'ont respondu, par grande expression et sèrement, que la Royne, leur
Maistresse, n'avoit secouru ny assisté d'aucune chose, qui fût au
monde, le prince de Condé en ceste guerre; mais ne vouloient nyer q'un
grand nombre de seigneurs, gentishommes, et gens de bonne qualité de
ce royaulme, n'eussent faict, et ne fussent encore prestz de fère tout
ce qu'ilz pouvoient pour maintenir la cause de leur religion ez mains
de ceulx qui la deffendoient avecques les armes en France; estant
mesmement notoire que ceste guerre n'estoit commancée que pour
l'oprimer, comme de ce faysoit foy la bulle expédiée en juillet, où le
Pape narre qu'il l'a concédée, à la réquisition de Vostre Majesté,
pour exterminer les huguenotz; et que vostre éedict de septembre
dernier monstroit aussi que vostre intention, et celle de la Royne,
n'avoit jamais esté d'observer l'éedict de paciffication. Par où
disoient que le dict prince de Condé et l'Admiral demeuroient
entièrement justiffiez envers Dieu et les hommes de ceste reprinse
d'armes, comme juste et légitime, et du tout exempte de rébellion; et
qu'ilz méritoient d'estre secouruz, mesmes de ceulx de ce royaulme qui
sont de leur mesmes religion, lesquelz voyent bien qu'il ne leur fault
aller négligemment en la sollicitation et maintien de ceste cause,
pendant qu'elle est sur le bureau des armes par dellà; car, si elle y
estoit une foys vaincue, tout l'orage retumberoit après sur eulx.

Je n'ay vollu entrer avec eulx en contestation de ces choses, si n'est
de les asseurer que vous ne cherchiez que de ravoyr l'obéyssance de
voz subjectz, et conserver vostre auctorité, et que Voz Majestez
n'avoient, en façon du monde, donné commancement à ceste guerre. Il
est vray que eulx mesmes, et toutes personnes de bon jugement,
cognoissoient assés que, par nécessité et à regrect, vous aviez permiz
deux religions dans vostre royaulme; ce que voyant despuys n'y aporter
le repos que vous espériez, ains estre une vraye semence de guerre et
de division parmi voz subjectz, qui faisoient par là des monopolles,
assemblées d'hommes, d'armes, de chevaulx, cuillette de deniers, et
infinyes résistances à vostre justice et commandement, vous vous
estiez résolu de ne souffrir plus q'une religion, les priant de ne
poulser pour cella leur Maistresse à nulz exploitz de guerre,
ouvertement, ny soubz main, contre vous, qui ne luy en aviez donné
aucune occasion, et qui estiez de trop bonne race pour estre picqué
sans le sentir: car ilz ne la pourroient, puis après, si bien excuser
qu'on ne luy inputât tousjours tous les exploictz de guerre, que ses
navyres et ses subjectz feroient.

Ilz m'ont recconfirmé, de rechef, avec beaucoup d'asseurance, que leur
dicte Maistresse n'avoit donné, ny n'estoit en volonté de donner aucun
secours au prince de Condé; ains favorisoit de grande affection le
party de Vostre Majesté, et s'esbaïssoient commant vous aviez rejecté
sa bonne affection, quant elle s'estoit offerte de s'employer pour la
paix de vostre royaulme: car avoit tel crédit envers ceulx de sa
religion que, quant ne vous heussiez vollu abaisser de tretter rien
avecques voz subjectz, il vous eust néantmoins esté bien aysé de les
conduyre, par le moyen d'elle, à ce que vous eussiez voullu; et que,
pour leur regard, ilz ne pouvoient tant géhenner leurs consciences
qu'ilz peussent laysser de desirer et procurer l'avantaige du prince
de Condé en la cause de la religion; mais, qu'au demeurant, ilz
estoient pretz d'ayder et tenir la main en tout ce qu'ilz pourroient,
de eulx mesmes et envers leur Maistresse, que vous demeurissiez
Maistre, Roy et Seigneur sur le dict prince de Condé, et sur tous
ceulx que Dieu avoit soubzmiz à vostre puyssance et authorité.

Je n'ay pu tirer aultre chose de plus particulier d'eulx, mais j'ay
sceu d'ailleurs que, véritablement, le dict Me. Ouynter a délivré à
ceulx de la Rochelle six canons, avec leur rouage et équipaige, vingt
cinq lestz de pouldre, qui sont trois cent barrilz, et quatre mille
bouletz, et sept mille livres esterlin, qui sont vingt trois mille
escuz, et a prins, pour les deniers et pour la valleur des autres
choses, quelque obligation d'en avoir cy après le rembourcement par
deçà. Il semble que le dict Me. Ouynter, voyant du commencement
n'avoir autre lettre de commission que pour asseurer la navigation des
subjectz de ce royaulme, feyt grand difficulté d'aller accomplir ceste
aultre commission, s'il n'en avoit mandat par escript de la dicte
Dame, ce qu'elle refuzoit assés de bailler; mais en fin elle fut tant
persuadée qu'elle luy en bailla ung mot, à part, signé de sa main et
escript de celle du susdict Cecille. La Royne de Navarre fut veoir ses
navyres, et luy dict que, si elle eust peu souffrir la mer, qu'elle
fût venue veoir la Royne d'Angleterre. J'entends que ceulx du dict
party avoient une foys dépesché le vydame de Chartres pour venir
renouveller et conclurre aulcunes leurs cappitulations par deçà; mais
son voyage s'est différé, et ont envoyé cependant un secrétaire de
l'Amyral, qui se nomme Le Queulx, lequel le cardinal de Chatillon a
admené devers ceste Royne pour luy donner compte des choses de dellà.


Chiffre.--[J'ay adviz que, pour le faict de ces guerres, il y a
beaucoup de contradiction dans ce conseil, ne voulant aucuns des
principaulx seigneurs qui en sont, et mesmement les catholiques, que
ceste Royne provocque en rien Vostre Majesté, ny le Roy Catholique: à
quoy semble qu'elle, de sa volunté, incline grandement, là où ceulx de
la nouvelle religion, estimans que c'est à ceste heure le poinct de la
fère déclairer, lui donnent beaucoup d'impressions, tantost de peur,
tantost de grandes espérances; et est à craindre que pour révocquer le
prince d'Orange à la guerre de Flandres, ilz l'induysent en fin de
fère quelque trop expresse démonstration en faveur du dict prince de
Condé, affin de vous fère condescendre à quelque paix, ou bien pour
vous contraindre de divertyr aucunes de voz forces vers ce costé, pour
donner tant plus de moyen aulx autres de mieulx entreprendre un
hazardeux et dernier combat par dellà; car semble que les princes
d'Allemaigne ne veulent permectre que le dict prince d'Orange laysse
l'entreprinse de France, tant que le prince de Condé sera en dangier.
J'entends qu'on est après, icy, à despescher Quillegrey devers les
dicts princes d'Allemaigne, et devers le Roy de Dennemarcq et villes
imperialles, qui sont de ceste intelligence, pour avoir leur
résolution du faict de ces guerres de France et de Flandres; et
cependant, ilz font grand dilligence de praticquer deniers de tous
costés. Mesmes j'entendz que de la blanque, qu'on a tirée ces jours
passés en ceste ville, ceste Royne retirera pour elle plus de cent
mille livres esterlin, qui sont 33,000 escuz; de quoy le monde murmure
assés pour la diminution qu'ilz trouvent aulx bénéfices qu'ilz
espéroient de leurs billetz.]


Mais il a esté faict certaine publication là dessus qui leur en rend
quelque rayson. Je mectray peyne de ne laysser passer rien
d'inportance, dont n'en ayés promptement adviz, et prendray garde à ce
qui réuscira de la légation du dict Sr. d'Assoleville.

Le comte de Mora a heu congé de s'en retourner en Escosse, et est
desjà party, et le duc de Chatellerault est, à ceste heure, à
pourchasser le sien. Je vous manderay, par mes premières, en quoy
sont demeurés les affères de la Royne d'Escosse, priant Dieu, etc.

     De Londres ce XXIIIIe de janvier 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, ayant la Royne d'Angleterre heu adviz de quelque détention et
saysye faicte à Roan sur les biens et navyres de ses subjectz, elle
m'a faict demander par le Sr. Cecille si Voz Majestez avoient commandé
de le fère, et qu'elle n'avoit espéré que toute continuation d'amytié
avec vous et persévérance de bonne paix entre voz payz et subjectz. A
quoy j'ay respondu que je n'avois heu charge, quant je vins icy, que
d'y avouer paix et amytié, et qu'encores par voz lettres, du premier
de ce moys, vous m'en refraichissiez le commandement; mais ne sçavois
si elle, ou les sciens, avoient provocqué Voz Majestez, et voz
subjectz, de fère aultre démonstration, et que je n'avois rien entendu
de la dicte saysye, ny ne pençoys que vous l'eussiez commandé; mais
qu'il estoit à croyre que ceulx de Roan, entendans les passaiges de ce
royaulme estre fermés, et en ignorans l'occasion, avoient advisé de
pourveoir, par ce moyen, à l'indempnité des leurs qui s'y trouvoient
enfermés, desquelz ilz ne pouvoient avoir novelles, et que, à ceste
heure, saichans l'ouverture des dicts passaiges, j'espérois qu'ilz
lèveroient aussi la dicte saysye et arrest. Si, avons arresté, Madame,
que j'en escriprois incontinent à Voz Majestez, et cella est cause que
j'ay hasté ceste dépesche, en laquelle je n'ay à vous dire, oultre le
contenu en la lettre du Roy, sinon que j'ay entendu qu'encor que ceulx
cy soyent très ayses de la venue du Sr. d'Assoleville, qu'ilz veulent
néantmoins mettre en délibération si ceste Royne le doibt recepvoir
comme ambassadeur, n'estant envoyé de la part d'ung prince souverain,
ou si elle le renvoyera sans l'ouyr, pour ne tretter rien avecques le
duc d'Alve, et actandre qu'il vienne lettre, ou homme, dépesché du Roy
Catholique, qui ayt expresse charge et mandement de parler de ces
affères. Quoy que soit, je croy qu'on luy usera de quelques
cérémonies, et qu'on l'observera comme envoyé par celluy à qui l'on
veult bien monstrer qu'on se prépare de luy fère la guerre. Je ne
laysseray pourtant de l'envoyer visiter et saluer, et mesmes de le
convyer à mon logis, à cause de l'aliance de Voz Majestez avecques le
Roy, son Maistre; bien que je crains qu'on ne me permectra d'acomplir
les dicts offices. Je mectray toutesfoys toute la peyne que je pourray
d'entendre quelque chose de sa légation, et de toutes aultres
occurrences, pour vous en donner les plus certains et les plus promptz
adviz qu'il me sera possible: priant Dieu, etc.

     De Londres ce XXIIIIe de janvier 1569.


Je vous supplie très humblement commander que mes gens, que j'ay par
dellà, me soyent renvoyés, et que nous faciez consoler d'aulcunes de
voz bonnes novelles, car il en court icy qui ne sont à l'advantaige
des affères de Voz Majestez.



XVe DÉPESCHE

--du XXXe de janvier 1569.--

(_Envoyée par La Vergne jusques à la Court._)

  Arrestation du sieur d'Assoleville.--Grands préparatifs de
    guerre.--Secours d'hommes et d'argent donnés par Élisabeth au
    comte de Murray, en Écosse.--Déclaration de la reine que si,
    dans les quinze jours, elle n'est pas satisfaite au sujet de la
    saisie de Rouen, elle usera elle-même de représailles à l'égard
    des Français.--_Mémoire_ renfermant les explications données
    par le vice-amiral Winter sur son voyage à la
    Rochelle.--_Mémoire secret_ pour la reine-mère.--_Fin de la
    relation_ envoyée de la Rochelle.--_Réclamation_ des marchands
    anglais contre la saisie de Rouen.--_Proclamation de la reine_,
    portant défense de vendre dans les ports d'Angleterre les
    prises faites sur les Français.


     AU ROY.

Sire, il ne fault doubter que la Royne d'Angleterre n'ayt ung grand
playsir de veoir que le duc d'Alve a maintenant envoyé devers elle, et
qu'elle ayt gaigné l'avantaige de le fère parler le premier sur le
faict de ces saysies, ce qui est bien fort advenu sellon son desir et
expectation. Néantmoins, pour monstrer qu'elle se préparoit à la
guerre, comme la luy ayant déjà le dict duc commancé par cest exploict
exécuté en Anvers sur les Anglois, elle a envoyé arrester le sieur
d'Assoleville, son ambassadeur, à Rochestre, et le détenir là deux
jours; où, par ce que c'est le principal arsenal de ce royaulme, il a
peu veoir et entendre quel grand nombre d'ouvriers elle a ordonné pour
besoigner en dilligence à ses grandz navyres de guerre. Despuis, il a
esté, soubz la garde de quelques ungs, conduict en ceste ville et
resserré incontinent en ung logis, et ses gens separés de luy, sans
qu'il parle à personne, ny mesmes n'a esté permiz à ung des miens de
le veoir ny de le saluer de ma part; tant y a que luy, prévoyant ceste
rigueur, avoit pourveu, de bonne heure, d'escripre deux lettres, l'une
à l'ambassadeur d'Espaigne résidant icy, dont l'adresse estoit à moy,
qui a esté rendue, et l'autre à la dicte Royne pour sçavoir le temps,
le lieu et l'ordre de l'audience, qu'elle luy vouldroit donner;
laquelle lettre le Sr. Cecille a prinse des mains d'ung de ses gens,
qui actandoit en la salle de présence, à Antoncourt, l'occasion de la
présenter, et luy a assés rudement deffandu de ne se trouver plus en
tel lieu, et qu'on manderoit à son Maistre ce qu'il auroit à fère,
sans qu'il envoyast le sçavoir; et de tant que le dict d'Assoleville a
tenu ferme de ne vouloir rien dire de sa commission, qu'il n'ayt
premièrement conféré avec le dict ambassadeur, et mesmes sans qu'il
soit présent lors qu'il parlera à la dicte Dame, comme il en a faict
la déclaration au Sr. Drury maréchal de Baruich, qui avec deux
aldremans l'estoient allé quérir, de la part des seigneurs de ce
conseil, pour le mener en ung lieu où ils estoient assemblez pour
l'ouyr, lesquelz cependant y avoient faict venir l'ambassadeur
résidant icy, qui semblablement n'a rien volu dire sans l'autre. Ilz
sont maintenant à dellibérer comme ilz en useront.

Par ainsi cest affère prend quelque longueur, et cependant aucuns de
ces Anglois, qui estoient dettenuz en Anvers, ayans baillé pleiges par
dellà, sont arrivez icy, ensemble le corrier ordinaire d'Angleterre et
celluy des marchans, qui ont apporté deux pleynes malles de paquetz,
qui ont demeuré deux jours ez mains du dict Sr. Cecille; mais ce
jourduy il les a faictz distribuer, et a l'on entendu, par ceulx qui
sont venuz, que le duc manyoit les choses plus doulcement qu'ilz ne
cuydoient, dont j'espère que, la sepmaine prochaine, les dicts deux
ambassadeurs seront ouys conjoinctement par la dicte Dame. Cependant
elle faict continuer l'armement qu'elle a commancé, lequel, sellon que
j'ay adviz, est de quatre de ses plus grandz navyres, oultre les
quatre qui sont desjà sur mer, et de deux grandes naves venitiennes,
qui se sont trouvées dans ceste rivière de Londres prestes à partir;
lesquelles, par ce qu'elles sont bien artilliées et en tout aultre bon
équipage de guerre, elle les a mandées arrester pour s'en servir, et
ung aultre bien bon navyre de Me. Ouynter; de sorte qu'il y aura unze
grandz navyres, du premier jour, hors ceste rivière, soubz la
conduicte du Sr. Christophe Haulstoc, contrerolleur de la marine. Et
m'a l'on dict que, oultre ce qu'il y a desjà de particuliers avec
leurs navyres sur mer, il a esté escript à plus de soixante aultres
d'armer promptement leurs vaysseaulx pour s'y mectre. Il est vray que
je n'entendz point qu'on fasse aucune levée de soldatz, et seulement
l'on a mandé venir du nort mille marinyers pour la conduicte des dicts
grandz navyres, dont la commission de l'avitaillement ne porte que
pour ung mois, dedans lequel la dicte Dame mande qu'elle espère avoir
accomodé ce faict de Flandres, et que cependant ilz ayent à se tenir
sur l'emboucheure de ceste rivière et ez environs de ses portz. Mesmes
j'entends que, secrètement, elle a mandé retirer ung nombre de ses
ouvriers, qui travailloient au reste de ses navyres, tant elle espère
que ceste guerre sera plus tost paciffiée, qu'il ne s'y sera tiré ung
seul coup.

Il est vray qu'on m'a adverty, que vers Barruich et sur les confins
d'Escosse, a esté commandé fère une levée de huict cens lances à
cheval et de deux mille harquebuziers à pied, pour secourir le comte
de Mora, s'il en a besoing, ce que je croy qu'il aura; car se dict
qu'on s'est desjà battu en Escosse, mais le particullier encores ne se
sçait, et que le comte d'Arguil et les Ameltons sont fortz en
campaigne et résoluz d'empescher que le dict comte ne rentre dans le
pays; dont semble, à la vérité, qu'il trouvera de la résistance, et,
possible, quelque encontre, sellon l'opinion d'aucuns, qu'il n'a
poinct préveu. Il est party, à ce que j'entends, bien contant et
satisfaict de ceste court, ayant heu quasi une déclaration d'avoir
bien procédé en tout ce qu'il a faict pour la poursuyte de la mort du
feu Roy d'Escosse contre le conte Baudouel, et ce qu'il a entreprins
du gouvernement du pays sous l'auctorité du petit prince, dont semble
que ceste noveaulté de Flandres luy ayt beaucoup aydé en cella. Car
estimant la Royne d'Angleterre ne se pouvoyr jamais asseurer de la
Royne d'Escosse, elle a conclud avec cestuy cy, par lequel elle pense
avoir suffizamment pourveu à tout ce qui luy pourroit survenir de ce
costé d'Escosse; et j'entendz que, soubz le tretté de la tutelle et
garde du dict petit prince, ilz se sont mutuellement promiz tout
secours ez autres choses, et qu'il a eu quelques deniers contantz, et
promesse d'aultre somme jusques à XV mille livres esterlin en tout,
qui sont XLVII mille Ve escuz.

La dicte dame a octroyé aussi au duc de Chastellerault son congé, sans
toutesfoys qu'il puisse passer devers la Royne sa Mestresse, mais elle
l'a refuzé à l'évesque de Ros et au millord Herriz, leur disant que la
dicte Royne d'Escosse avoit escript une lettre à aucuns seigneurs
escoussoys, laquelle luy est venue entre les mains, par où elle la
taxe d'estre partialle pour ses adversaires, et qu'ilz trettent
avecques elle de mectre les Anglois dedans l'Escoce, et de luy
délivrer le petit prince et aucunes places dans le pays, dont les
semond de prendre incontinent les armes pour s'y opposer; laquelle
invention elle n'estimoit procéder de la dicte Royne d'Escosse, sa
bonne sœur, ains de eulx, ses depputez, qui auroient à luy rendre
compte de ceste calompnie, premier qu'ilz s'en allassent; et quant à
la communiquation des choses qui avoient esté dictes et produictes
contre la dicte Royne d'Escosse, qu'elle la leur feroit avoir, ainsi
que en la dernière audience elle me l'avoit accordé, pourveu que la
dicte Royne, leur Mestresse, promît d'y respondre si pertinéemant, que
le monde ne peust plus dobter de son innocence et justiffication,
autrement qu'elle s'abstînt de luy demander jamais plus secours pour
estre remise en son estat, ne le luy pouvant, après cecy, bailler sans
grever sa conscience et son honneur.

Ce que surviendra en cest affère et autres, de jour en jour, je
mectray peyne, Sire, que vous en soyez dilligeament adverty, ayant eu
grand consolation d'entendre, par le retour d'ung des miens et par voz
lettres du XVe du présent, le bon portement et santé de Voz Majestez,
et le bon succez de vos affères, tout au contraire de plusieurs faulx
bruictz qu'on faisoit courir icy, et qui me sera ung bon argument d'en
entretenir ceste princesse, laquelle se délibère venir bien tost en
ceste ville. Cependant je supplie Vostre Majesté de donner
satisfaction à son ambassadeur de dellà sur ces saysies de Roan,
lesquelles, s'il vous plaict mander lever, et ordonner toute indemnité
pour les Anglois en France, l'on me promect, fort expressément, faire
le semblable icy pour les Françoys, comme desjà ilz ont donné
plusieurs provisions de justice à ceulx que je leur ay requis. Sur ce,
etc.

     De Londres ce XXXe de janvier 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, oultre le contenu en la lettre du Roy, il vous playra entendre
de mon secrétaire, présent pourteur, comme les seigneurs de ce conseil
m'ont envoyé prier par le Sr. Anton, principal clerc de leur bureau,
et deux notables marchandz de ceste ville, de vouloir promptement
dépescher ung des miens devers Voz Majestez, pour vous advertir
qu'estant la Royne, leur Mestresse, fort pressée par ses marchantz de
pourveoir à la saysie qui a esté faicte de leurs biens et marchandises
à Roan, elle les a priez d'avoir pacience pour quinze jours, affin
qu'elle puisse sçavoir là dessus votre intention, tant par son
ambassadeur qui est de dellà, que par moy, de qui elle leur a dict
avoir heu toutjour si bonnes parolles de paix qu'elle ne faisoit
doubte que Voz Majestez ne remédyssiés dans les dicts quinze jours, à
la dicte saysye; ou, qu'à deffault de ce, elle leur promectoit, pour
leur indempnité, fère pareille saysye par deçà sur les biens que s'y
trouveront appartenir aulx Françoys. Dont, Madame, est a considérer
que, sellon la résolution que vous donrés à ceste affère, ilz
résouldront les leurs, qu'ilz ont avecques le duc d'Alve; car, si la
dicte saysie de Roan passe en avant, ne fault doubter que, pour ne se
trouver en deux guerres tout à la foys, ilz tretteront incontinent de
paix avec les Flamans, en dangier de se déclairer ouvertement contre
nous. Mais, si vous levez la dicte saysie, semble qu'ilz se tiendront
ferme contre l'aultre party, et qu'ilz convertiront là tout leur
présent armement, m'ayans offert iceulx seigneurs de ce conseil telles
provisions de justice que je vouldrois contre les pirates et une
généralle déclaration de ceste Royne, de n'en retirer ung seul dans
ses portz, ny permectre de débiter leurs prinses qu'ilz feront sur voz
subjectz par deçà, affin d'entretenir ung bien asseuré et libre
commerce, et toute bonne paix avecques la France.

Sur quoy il vous plaira, Madame, me renvoyer promptement ung des
miens, bien instruict de ce qu'il vous plairra que je leur responde,
affin que je ne faille de suyvre en cella, comme en toutes aultres
choses, l'intention de Vostre Majesté, à laquelle je bayse très
humblement les mains, et prie Dieu qu'il vous doinct, etc.

     De Londres ce XXXe de janvier 1569.


MÉMOIRE BAILLÉ A LA VERGNE.

De faire entendre à Leurs Majestez comme Me. Ouynter, voulant
justiffier la Royne, sa Mestresse, et soy mesmes, de ce voyage qu'il a
faict à la Rochelle, a envoyé saluer le dict Sr. de La Mothe par un
marchant de Londres, bon catholique, et luy dire comme, pour les
difficultez qu'on avoit faict à Bourdeaulx de recevoir et fornir leur
première flotte, il avoit esté contrainct de conduyre ceste seconde
vers la Rochelle, et en la Charante, affin de ne s'en retourner sans
vin, où il n'avoit assisté qu'à son regrect le prince de Condé, et non
sans qu'aulcuns luy eussent reproché par deçà qu'il estoit trop
papiste;

Tant y a, qu'estant là, et entendant que Chatellier Pourtault et ses
complices avoient commission de courir la mer, et piller ce qu'ilz
pourroient, en raportant le tiers du butin au prince de Condé, et le
cinquième à l'Amyral, il leur avoit remonstré que la Royne, sa
Mestresse, n'estoit pour endurer, et encores moins pour tenir la main,
à une telle violence, qui ne s'exerceoit que contre les pouvres
marchans, et qu'elle mectroit peyne d'en nettoyer la mer;

Comme me pryoit de croire que, tant qu'il avoit esté en ce voyage, il
avoit deffandu les Françoys catholiques, et tous aultres navigans, de
l'oppression des dicts pirates, et mesmes ayant surprins ung Anglois
sur ung pillage qu'il faisoit en une navyre brethon, qui venoit
d'Espaigne chargé de quelques provisions, il l'avoit faict pendre;

Et que, passant au Conquet, encor que ceulx du lieu l'eussent cannoné,
et luy eussent thué cinq des sciens, et blessé d'aultres, il ne leur
avoit toutesfoys jamais vollu tirer ung seul coup, affin de ne
contrevenir au commandement, que la dicte Dame luy avoit faict, de
maintenir, en tout ce qu'il pourroit, la paix qu'elle avoit avecques
la France.

Lesquelz propos susdicts le dict Sr. de La Mothe a gratiffiés au dict
Me. Ouynter, luy mandant qu'ilz estoient conformes à ce que la Royne,
sa Mestresse, luy en avoit dict, mais qu'il sçavoit bien que le Roy
imputeroit tousjours à la dicte Dame ce que ses navyres et ses
subjectz feroient contre luy.

Il semble que la saysie, faicte à Roan sur les Anglois, les fera aller
plus retenuz contre nous, se voyant mesmement estre entrez en mauvais
mesnaige avec les Pays Bas; mais ilz sont maintenant à se résouldre
d'ung party ou d'aultre, et monstrent qu'ilz seroient très ayses de
demeurer en paix avecques nous pour se rescentir contre les aultres,
aultrement est à craindre qu'ilz accorderont avecques les aultres pour
se déclairer contre nous.


Chiffre.--[Il s'entend toutes foys qu'aulcuns principaulx seigneurs de
ce royaulme résistent, tant qu'ilz peuvent, qu'on ne provocque ny
Leurs Majestez Très Chrétiennes, ny le Roy Catholique, et sont fort
indignés contre ceulx qui semblent s'authoriser trop arrogamment
contre l'observance et le respect qu'on doibt avoir à l'amytié de si
grandz princes; et se tiennent loing des conseilz et dellibérations
que ceux cy font; et les layssent tout exprès déborder davantaige à
leur playsir, affin qu'allant les choses de mal en pis, ilz ayent tant
meilleur argument de leur fère bien tost une bien vifve charge pour
les désarçonner;

Car s'estime que, si Leurs Majestez Très Chrétiennes et Catholique
vont de telle intelligence en cecy, qu'ilz serrent de tous costez
leurs pays à ceulx de ce royaulme, sans permectre qu'eulx ny leurs
marchans y ayent aucun accez, ilz se trouveront, en peu de temps, si
despourveuz de toutes choses, et leurs trafficz tant retardés, qui est
le seul soubstien du pays, qu'ilz s'eslèveront incontinent contre
ceulx qui auront esté cause de ce mal; et ne sera, sellon l'opinion
d'aucuns, que cella n'admène quelque révolution aulx choses de l'estat
et de la religion. Il est vray qu'il y a grande apparance que le Roy
d'Espaigne procurera d'avoir la paix avecques eulx et il vauldra
mieulx la conserver pour nous.]


Or ceulx cy, voulans pourveoir à cella, préparent desjà de dresser
leur traffic et estape à Endem, et tretter, avec les villes maritimes
du Stertan, de la descharge et débittement de leurs marchandises,
ayans en cella favorable le Roy de Dannemarc.

Lequel Roy de Dannemarc, et le Roy de Suède, avec les dictes villes
maritimes, et les princes protestans, et villes impérialles
d'Allemaigne, les Suysses, les Françoys et Flamans huguenotz, et
autres de la confusion[51] d'Auguste et de Genève, sont, à ce qu'on
dict, ligués avec ceste Royne pour maintenir ces princes qui sont en
armes pour la deffance de leur religion.

  [51] Confession d'Augsbourg et de Genève.--Le MS. porte
  _confusion_, terme que les catholiques employaient pour tourner
  en dérision les cultes dissidents.

Quillegrey, soubz colleur d'un voyage devers l'Empereur, est prest à
partir pour aller devers les dicts princes et villes, affin de
conclurre leur capitulation, et rapporter la résolution du tout à
ceste princesse, et cependant ilz font entre eulx grand dilligence de
practiquer deniers et monitions de guerre de tous costez.

Il est à espérer qu'on obtiendra maintenant prou choses de ceste Royne
pour tenir Leurs Majestez aucunement asseurées et sollagées de son
costé, au moins tant qu'elle sera broillée avec les Pays Bas, dont
Leurs Majestez manderont au dict Sr. de La Mothe comme il leur plaira
qu'il en use; car il entend que ceulx cy ont desjà envoyé lettres et
commissions bien favorables, par leurs portz et hâvres, pour tenir le
commerce libre et bien asseuré aulx Françoys.


Chiffre.--[Bien que le dict Sr. de La Mothe a esté, encores de rechef,
adverty par des Anglois mesmes, catholiques, que tout ce jeu et
armement d'icy s'estoit principallement commancé pour Callais, et que
ceulx cy se ventoient d'avoir quelque intelligence dedans]--et que la
place estoit fort peu garnye de gens de guerre: de quoy le dict La
Vergne advertira Leurs Majestez, et qu'il semble estre requis, voyant
ce pays en armes, qu'on la fornisse de quelque plus grand nombre de
gens de guerre qu'il n'y a, et prendre garde à la dicte intelligence;
ce qu'il dira aussi, en passant, au cappitaine Gordan.

S'entend q'un navyre a esté naguyères chargé en Anvers de corseletz,
morrions et d'arquebuses, lequel a abordé à la Rye, et s'en va à la
Rochelle; il se pourrait bien donner ordre que ceulx de la Rochelle ne
tirassent telle commodité du dict Anvers;

Et que le conseiller Cavaignes a faict par deçà une aultre provision
de pouldres, pour envoyer au dict lieu de la Rochelle, et qu'il est
après à les fère embarquer.

Les dicts de la Rochelle ont envoyé, comme on dict, un navyre chargé
de vin à ceste Royne, et la Royne de Navarre a donné à Me. Ouynter une
chaine de quatre cens escuz, et ceulx de la ville six cens escuz en
or.

Il y a deux soldatz gascons, qui se sont desrobés du dict lieu de la
Rochelle, et sont venuz sur les navyres du dict Me. Ouynter, qui
veulent aller trouver Leurs Majestez, se disans estre catholiques.
L'on pourra par eulx entendre aulcunes choses du faict du prince de
Condé et du dict lieu de la Rochelle.

L'on a faict imprimer icy, en langaige anglois, la lettre escripte au
susdict Cavaignes, dont la coppie fut envoyée par la dernière
dépesche, de quoy s'estant plainct le dict Sr. de La Mothe comme de
chose qui désavantageoit les affères du Roy l'on luy a promiz de
chastier l'imprimeur.

L'on a faict veoir, par interposées personnes, au dict Sr. de La Mothe
l'aultre discours venu de la Rochelle, dont la coppie a esté aussi
envoyée en la dernière dépesche; mais y ont adjousté ce qui est
contenu en ung mémoire miz dans ce pacquet.

L'on monstre, despuis peu de jours, plus de rigueur qu'on ne souloit,
à la Royne d'Escosse, et c'est pour la presser de renoncer à sa
couronne, et l'a on menassée, si elle faict difficulté, d'aller là où
l'on a ordonné de la remuer, comme à la vérité il luy griefve bien
fort, qu'on l'enlèvera, elle et une aultre seule femme avecques elle,
dans leur lict, pour les y pourter par force dans une lityère bien
fermée à clef; de quoy elle a mandé au dict Sr. de La Mothe d'en fère
instance, comme il fera la première foys qu'il verra ceste Royne. Et
disent les depputés de la dicte Royne d'Escosse, qu'encor qu'on ne
doibve espérer nul bien de ce costé pour elle, si sera elle pirement
trettée, si l'on sent qu'il y doibve avoir ropture entre ces deux
royaulmes. Ceulx cy ont quelque doubte qu'ilz ne la puissent remuer
sans qu'il y ayt quelque ellévation au quartier où elle est
maintenant.


AULTRE MÉMOIRE A PART AU DICT LA VERGNE.

Représentera à Leurs Majestez la disposition en quoy ceulx cy se
mectent pour soubstenir la guerre, qu'ilz disent que le duc d'Alve
leur a commancée, et la rigueur qu'ilz ont tenu à son ambassadeur Mr.
d'Assoleville, et comme despuys cella ilz font plus de démonstration
de vouloir garder la paix avecques nous qu'ilz ne souloient, et qu'ilz
sont promptz à nous bailler toutes provisions de justice qu'on leur
demande pour les Françoys;

Que la saysie de Roan les a aussi renduz plus modérés en nostre
endroict, et semblent qu'ilz favoriseront dorsenavant moins
ouvertement le prince de Condé, s'il plait à Leurs Majestez les
asseurer de la continuation de la paix et lever la dicte saysye.
Aultrement il semble qu'ilz accorderont avec les Pays Bas, en dangier
de se déclairer contre nous et d'employer leur présant armement en la
faveur du prince de Condé.

Le cappitaine Franchot monstre porter grande affection au service du
Roy, et, encor qu'il soit de la novelle religion, semble qu'il ne
vouldroit que ceulx cy fissent aucune entreprinse sur le royaulme de
France; et parce qu'il trafique avec le comte de Belfort, Milme,
Trocmarton et autres de ce conseil, il pense avoir moyen de servir à
Leurs Majestez à quelque bonne occasion, et dict avoir comprins, par
le dire de ces seigneurs, que ceste Royne a toute auctorité envers ces
princes d'Allemaigne qui sont en armes, et envers tous ceulx de la
ligue de la religion novelle, et qu'elle divertiroit volontiers la
guerre de France sur les Pays Bas, et garderoit que les dicts princes
d'Allemaigne ne fissent plus aucun effort contre Leurs Majestez,
pourveu qu'elle se peult bien assurer du costé du Roy;

Bien dict qu'ayant esté rapporté à ceste princesse comme le prince de
Condé procuroit que, se faisant quelque paciffication en France, l'on
joignist toutes les forces qui y sont maintenant pour aller chasser
les Espaignolz de Flandres et remectre le pays à l'obéyssance de la
couronne de France, qu'elle n'estoit bien contante de cella, car
seroit contraincte de s'opposer à une telle entreprinse qui luy serait
trop domageable, et qu'il ne failloit penser qu'elle embrassât les
affaires du dict prince, ayant une telle dellibération, bien qu'elle
désire veoir les Hespaignols hors du pays;

Et que le dict Franchot a très instamment requis le dict Sr. de La
Mothe de le recorder à Leurs Majestez pour estre secouru de sa
pencion, et qu'il semble qu'elle sera à présent bien employée.

Procurera que Leurs Majestez envoyent, du premier jour, leur
déclaration, et qu'ilz mandent leur intention sur la requeste que les
marchans de Londres ont présenté aulx seigneurs de ce conseil,
laquelle ilz ont envoyée communicquer au dict Sr. de La Mothe.

Et fera veoir à Leurs dictes Majestez la provision que ceste Royne a
envoyé, par tous ses portz et hâvres, pour l'indempnité des Françoys,
et qu'il leur playse en envoyer une semblable à leurs portz de dellà
pour l'indempnité des Angloys;

Que, despuys les lettres escriptes, le dit Sr. de La Mothe a entendu
qu'on a remué la Royne d'Escosse en ung chasteau du comte de
Cherosbery, quarante mille plus avant dans le pays, assez
rigoureusement, dont, par la prochaine dépesche, le dict Sr. de La
Mothe en mandera les particularitez qu'il en aura entendu, ensemble de
ce qui se passe en Escosse, où l'on est bien avant aulx armes.

Advertira que, en cas de ropture, l'on veuille prendre garde à Mr.
Norris, ambassadeur pour ceste Royne par dellà, qu'il ne s'en aille;
car luy seroit aysé de se conduyre, en deux ou trois jours, par deçà
la mer.

Dira a Leurs Majestez que le discours venu de la Rochelle fut, la
première foys, secrètement baillé au dict Sr. de La Mothe par ung
catholique, qui ne contenoit que comme il a esté desjà envoyé par les
précédantes; mais despuys, on le luy a faict expressément
communicquer, avec l'addition qu'il envoye maintenant, à l'occasion de
quoy le tient pour suspect.


ADDITION AU DISCOURS ENVOYÉ DE LA ROCHELLE CY DESSUS ESCRIPT.

S'entend que le camp de Monseigneur, frère du Roy, despuys s'estre
retiré, se diminue et deffaict peu à peu, de sorte qu'on a adviz, de
plusieurs endroictz, qu'ilz sont en termes de repasser la rivière de
Loyre, pour mectre partie de leur armée dedans toutes les villes
assizes sur la dicte rivière, et la border de gens de guerre à
l'endroict de toutz les pontz, portz, passaiges et villaiges, et
l'autre partie de fère marcher au camp que le Roy veult dresser pour
fère teste à Mr. le prince d'Orange et au duc de Deux Pontz. Ce que a
faict maintenant résouldre les dicts sieurs Princes, et aussi tost
qu'ilz auront recuilly les dix mille hommes de pied et douze cents
chevaulx, que les quatre viscontes de Borniquel, de Paulin, de
Montclar et de Caumont leur admennent de renfort, et qui sont sur le
poinct d'arriver en leur camp, de marcher incontinent pour aller
assiéger et forcer une des dictes villes, qui sont sur la dicte
rivière, pour, le plus tost que fère se pourra, joindre tant le dict
Sr. prince d'Orange que le duc de Deux Pontz, desquelles ilz ont eu
novelles par gentishommes dépeschés de leur part, qu'ilz ne seront pas
moins de vingt cinq à trente mille chevaulx et soixante mille hommes
de pied, lors qu'ilz seront joinct ensemble.

Cependant les dicts sieurs Princes ont trente cinq enseignes de gens
de pied et douze guydons, qu'ilz ont gaigné sur les ennemys, oultre
les sept enseignes des compaignyes qui furent deffaictes au partir de
devant Lodun, que furent bruslées dedans les logis pour avoir les
soldatz qui estoient dedans; d'autre part les dicts quatre viscontes
n'ont perdu le temps où ilz estoient, ayant priz et miz à feu et à
sang la ville de Gaillac, en laquelle plusieurs cruaultés avoient esté
commises avec grande animosité contre ceulx de la religion. Comme
aussi la basse ville de Carcassonne a esté prinse par eulx, et douze
et quinze aultres villes. Monsieur de Gramont, au pays de Basque, a
aussi deffaict le Sr. de Luxe qui avoit levé quatre mille hommes
contre ceulx de la religion, et a gaigné sur luy quelques pièces
d'artillerye qu'il avoit.

Quelques jours au paravant, le cardinal de Lorraine voyant que, de son
costé, les affères n'avoient le succez qu'il avoit espéré et
desseigné, fut cause que la Royne dépescha le sieur Portal pour faire
quelque ouverture de paix avec les dicts sieurs Princes; auquel a esté
faict responce pareille de celle du maistre des requestes Malassize,
que avoit aussi esté envoyé à ceste mesme fin de la part de la dicte
Dame; qui est telle que, pendant que le cardinal de Lorraine et ses
adhérans tyranniseront sur la France, et mesmes sur le conseil du Roy,
duquel ilz ont chassé et esloigné monsieur le Chancellier et les
principaulx officiers de la coronne, on n'acceptera aulcunes lettres
ny mandemens faictz soubz le nom de Sa Majesté, sinon comme venans de
la forge et invention du dict cardinal; et qu'on avoit tramé tant de
perfidies ez trettez de paix précédans, que ceulx de la religion ont
esté réduictz à ceste extrémité de croire qu'il n'y a aucune sûreté
pour eulx, que par le moyen des armes.

Despuys, la compaignye de Mr. Divoy surprint, le pénultiesme de
décembre, aulx faulx bourgs de Chinon, 80 Suysses, et le prévost, et
les archiers de Monsieur, frère du Roy, lequel estoit dellà l'eaue,
prenant l'alarme, deslogea de vistesse.


  COPIE DE REQUESTE présentée aulx Seigneurs du conseil
    d'Angleterre, qu'ilz ont communiquée au Sr. de La Mothe.

  Aux illustres et nobles Seigneurs, présidant et aultres, du
    conseil privé de la Majesté de la Royne d'Angleterre.

  Remonstrent très humblement à Vos Seigneuries illustres, Jehan
  Olyve, viconte de la cité de Londres, Guillaume Hobson, Robert
  Foyar, Jehan Hardings, Thomas Starkie, Richard Patrik, Richard
  Sumthe, Jehan Millar, Jehan Tynbie, Robert Sadler, Hunyfroy
  Brovne, Jehan Allot, Hugues Offley, Olivier Ficher, Jehan
  Marsshal, Guilhaume Haufort, Robert Cambelle, Jehan Dent, Henry
  Vuayt et Thomas Persons, marchans anglois, trafficans à Roan en
  Normandie, tant en leurs noms que pour tous aultres marchans
  angloys intéressés,

  Que, nonobstant la bonne paix entre les princes d'Angleterre et de
  France, laquelle Nostre Seigneur veuille maintenir et préserver à
  sa gloire, au XIIIe jour du mois de décembre devant passé, les
  magistrats du dict Roan ont deffendu aulx facteurs et serviteurs
  des dicts supplians, et à aultres marchantz anglois, la libre
  traficque au dict Roan; lesquels magistrats, ne leur contantant ce
  que dessus, usant de plus grande rigueur, ont despuys, assavoir le
  XIIIe de ce présent moys de janvier, sollicité et obtenu lettres
  du Roy Très Chrétien, en vertu desquelles ilz ont arresté tous les
  biens, marchandises et debtes des dicts supplians, et de tous
  aultres Anglois, au dict Roan, à leur très grand dommaige et
  totalle ruyne, si sur ce n'est pourveu.

  Pour ce, est-il que les dicts supplient très humblement qu'il
  playse à Voz Seigneuries illustres, comme leurs protecteurs, de
  conférer, les dicts rudesses et désordres estant de mauvaise
  conséquence, avec le Sieur ambassadeur du dict Roy Très Chrétien,
  pour le présent en Angleterre, affin qu'il soit ordonné que les
  dicts supplians, leurs facteurs et autres marchandz angloys,
  puissent aussi librement trafficquer au dict Roan et royaulme de
  France, comme il est permiz aux Françoys en ce royaulme
  d'Angleterre, et que leurs marchandises et biens arrestez soyent
  librement relaxés.

  Ce faisant, ferés bien et obligerés les dicts supplians de prier
  Nostre Seigneur pour la prospérité de ce royaulme et de Voz
  Seigneuries.


  ORDONNANCE DE LA ROYNE D'ANGLETERRE, envoyée aulx portz et hâvres
    de son royaulme, que a envoyé communiquer au dict Sr. de La
    Mothe.

  Ayant esté faict remonstrance à la Majesté de la Royne par
  l'ambassadeur, icy résidant pour le Roy de France, son bon frère,
  comme plusieurs Françoys, ses subjectz, ayant esté violentement
  prins, avec leurs navyres et biens, par gens de guerre sur mer,
  ont esté despuys naguières amenez en aucuns portz de ce royaulme,
  où a esté souffert à ceulx qui les avoient prins de fère départ et
  vante des dicts biens et marchandises à leur playsir et volonté;
  et, pour aultant que Sa Majesté n'entend point qu'il soyt faict ny
  usé de telz déportemens par ses subjectz, au préjudice et nuysance
  de la bonne amytié, qui est entre le dict Roy de France, son dict
  bon frère, et elle, le playsir et commandement de Sa Majesté est
  que doresenavant ne soit permiz ni souffert à aucune personne,
  quel qu'il soit, d'exposer en vante, ny mectre en terre, en aucun
  port, dedans ce royaulme, aucuns biens ny marchandises, qui ayent
  esté ainsi prinses sur mer, d'aucuns des subjectz du Roy de
  France; et, s'il y en a aucuns ainsi admenés, ou miz en terre,
  qu'ilz soyent miz en seureté et sauvegarde, de tout pillage et
  dégast, jusques à ce que ceulx à qui ilz appartiendront ayent
  commodité de les recouvrer par ordre de justice. Par quoy vous n'y
  ferez faulte sur peyne d'en respondre à vos périlz de tout ce qui
  sera faict au contraire.

     A Londres, le XXIXe jour de janvier 1569.

  Et plus bas est écript:

  A tous majeurs, cherives, baillifs, connestables, coustumiers,
  enregistreurs, contrerolleurs, chercheurs et aultres officiers et
  ministres, et tous aultres subjectz de la Majesté de la Royne, à
  qui il apartiendra, et à ung chacun d'iceulx.

     Soubz signé, BACON, CUST, T. NORFOLC, R. LEYCESTER,
     E. CLINTON, W. CECILLE, R. SADLER, VUAL. MILMAY.



XVIe DÉPESCHE

--du VIe de février 1569.--

(_Envoyée par Olivyer jusques à Calais._)

  Refus du sieur d'Assoleville de déclarer sa mission devant le
    conseil.--Explications que donne Élisabeth dans une lettre au
    roi d'Espagne.--Secours fournis secrètement par elle aux
    protestants de France.--_Désastre_ éprouvé par sir John Hawkins
    dans le golfe du Mexique.


     AU ROY.

Sire, par la dépesche, que mon secrétaire vous a apportée, du
pénultiesme du passé, Vostre Majesté aura veu en quel estat estoient
les choses de deçà; et despuys, ceste Royne et ceulx de son conseil
ont continué de fère au Sr. d'Assoleville la mesmes difficulté, que je
vous ay desjà mandée, de ne le laisser conférer avec l'ambassadeur
d'Espaigne, résidant icy, et lui, de son costé, encor que ceulx du
dict conseil l'ayent faict venir en leur assemblée, a persévéré de ne
vouloir rien dire de sa commission, sans avoir premièrement parlé au
dict ambassadeur. Par ainsi, ilz sont encores à se résouldre comme ilz
en useront.

Cependant la dicte Dame a faict conduyre, avec escorte, jusques en
ceste ville de Londres, l'argent dont est question, et semble que ce
n'est que pour plus seurement le garder, et qu'elle a intention de le
rendre, se contantant de l'avoir retardé quelque temps au dict duc.
Car j'entendz qu'elle a escript, du dernier du passé, une lettre en
latin, au Roy d'Espaigne, par laquelle, après luy avoir récité le bon
ordre qu'elle a miz de saulver ses deniers des mains des pirates et
de les mectre hors de dangier, elle luy mande qu'elle les faict
conduyre en ceste ville de Londres pour plus seuremant les luy garder,
espérant qu'il prendra de bonne part, et mesmes qu'il lui gratiffiera
ceste scienne dilligence et bonne affection, et adjouxte plusieurs
aultres bonnes parolles d'amytié, accommodées au désir qu'elle a de
demeurer en la bonne paix et ancienne alliance d'entre eulx et leurs
estatz, et de la confirmer, et estraindre davantaige par tous les
meilleurs offices de bonne soeur qu'elle pourra; et qu'elle impute ce
que le duc d'Alve et son ambassadeur ont faict au mauvais conseil que
ceulx qui vouldroient veoir la ropture de leur bonne paix et amytié
leur ont donné, le priant de persévérer de son costé en icelle, comme
du scien elle l'asseure de la rendre inviolable. Et a adressé la dicte
lettre à son ambassadeur en France, pour la bailler à don Francès
d'Alava, affin de la fère tenir le plus tost qu'il pourra au Roy, son
Maistre, n'ayant, à ce qu'elle dict, voye plus seure que celle là ny
par mer, ny par terre, pour la luy envoyer, à cause des troubles de
France.

Et semble qu'en confiance de ce, la dicte Dame faict cesser le reste
de son armement de mer, si n'est pour parfornir les huict navyres
dont, en mes précédantes, j'ay faict mention, qui ne sont encores hors
de ceste rivière, mais n'attendent que le bon vent. Et ne veois, Sire,
que, pour vostre regard, la dicte Dame fasse aucune démonstration de
se vouloir déclairer ouvertement contre Votre Majesté, bien qu'il soit
desjà allé d'icy beaucoup de deniers et d'autres moyens de secours en
Allemaigne et en France, en faveur de ceulx de sa religion; ayant
adviz que, par l'enregistrement, qui a esté faict, comme est de
coustume, au commancement de ceste année, des mises de l'année passée,
il s'y trouve trois articles: l'ung de soixante mille et l'autre de
trente mille livres esterlin envoyés en Allemaigne, et le troysiesme
de vingt mille livres esterlin portées à la Rochelle, qui est, en
tout, trois cent soixante trois mille escuz, en ce comprins le subcide
et subjention des esglizes et des particulliers de ce royaulme et le
proffict de la blanque, lesquelles deux parties sont entrées en
l'espargne de la dicte Dame, laquelle, par ce moyen, se trouve n'avoir
guières advancé du scien, mesmes semble qu'elle y gaignera; car on m'a
dict y avoir obligation de rembourcement sinon expéciallement en son
nom, c'est toutesfoys à son proffict. Et par ainsi l'on s'ayde de son
crédit et moyen, et la conduict on, soubz l'aparance de ce guein, à
donner tout le support que, sans se déclairer, elle peult à ceulx de
sa dicte religion.

Comme à ceste heure aussi, l'on l'a persuadée de laysser aller assés
bon nombre de particulliers de son royaulme avec chacun ung navyre sur
mer, soubz l'adveu et faveur du prince de Condé, et sont desjà plus de
cinquante ensemble, luy faisant acroyre qu'elle sera quicte en les
désadvouhant. A quoy je luy incisteray vifvement en ma première
audience; bien qu'on mect peyne de m'asseurer que ce n'est aucunement
contre Vostre Majesté, ni contre voz subjectz, comme, à la vérité,
l'on leur faict despuys quelques jours meilleur trettement aux portz
et hâvres de deçà, et leur administre l'on meilleure justice qu'on ne
souloit. Tant y a qu'on doibt avoir pour suspect le nombre de tous ces
navyres anglois et quelques aultres d'escoussois, qui sont toutz
joinctz à Chatellier Pourtault, et font ensemble quasi une juste armée
de mer, dont est à desirer qu'il s'en puisse prendre quelcun pour
mectre en peyne ceste princesse ou de le désadvouher, ou de le
laysser exécuter.

Haquens, principal homme de mer de deçà, qui estoit allé, l'année
passée, aux Indes avec sept navyres et douze cens hommes, dont y en
avoit quatre cens des meilleurs de ce royaulme, est revenu, ces jours
passés, avec ung seul vaysseau, dans lequel il a saulvé quelque
richesse et trente hommes seulement, ayant perdu le surplus à Mexico
par une fortune non guières dissemblable à celle de Lodonyères et
Jehan Ribault[52] à la Floride; de quoy les principaulx de ce
royaulme, qui avoient contribué à l'entreprinse de son voyage, restent
assés offancés contre les Espaignolz, non sans désir de s'en venger.

  [52] Jean de Ribault et Réné de Laudonnière, tous deux
  protestants, avaient formé un établissement français à la
  Floride, avec l'autorisation et le secours de Charles IX. En
  1565, Ribault arriva dans la colonie pour remplacer Laudonnière,
  qui en était gouverneur. Le 4 septembre, don Pedro Menezez se
  présente à la tête d'une flotte espagnole, et, quoique l'on fût
  en pleine paix, il attaque quatre vaisseaux français. Ribault se
  met aussitôt en mer pour aller à la recherche de Menezez, mais
  ses navires sont détruits par la tempête. Les naufragés furent
  accueillis par les Espagnols avec de vives assurances d'amitié.
  Ribault accepta pour lui et les siens la protection qui lui était
  offerte; mais Valmont, le commandant espagnol, ne les eut pas
  plus tôt en son pouvoir qu'il les fit tous pendre, au nombre de
  six cents, non comme Français, _mais comme hérétiques_.
  Laudonnière, qui avait été obligé d'abandonner le fort français
  aux Espagnols, s'était enfui dans l'intérieur du pays: il parvint
  à rentrer en France.--Trois années plus tard, vengeance fut tirée
  de cette exécution. Dominique de Gourgues parut à l'improviste
  avec quelques vaisseaux sur les côtes de la Floride, au mois de
  mai 1568; il attaque les forts espagnols, s'en empare, et fait
  mettre tous les prisonniers à mort, _non comme Espagnols, mais
  comme assassins_.

La Royne d'Escoce a esté en fin conduicte, contre son gré, plus avant
au dedans de ce royaulme; et parce que le chasteau de Tytbery n'estoit
encores en assés bon estat pour la loger, y estantz les massons et
ouvriers besoignans en dilligence, elle a esté menée en une mayson du
comte de Cherosbery, qui s'appelle Cheffel, où la comtesse s'est
trouvée pour la recepvoir. Je ne fauldray de remonstrer à la Royne
d'Angleterre le tort que font à sa réputation ceulx qui la conseillent
de contraindre et forcer en rien la volonté d'une telle souveraine, et
royalle personne, et sa proche parente, comme est ceste princesse. Le
comte de Mora s'est arresté aulx confins de ce royaulme, entendant que
ceulx de l'aultre party estoient en campaigne envyron douze mille
hommes; et se dict qu'ilz ont reprins quelques chasteaulx. Je verray
dimanche prochain la Royne d'Angleterre sur l'occasion de vostre
dernière dépesche, du XXe du passé, et incontinent après je vous
donray compte de ce qu'elle m'aura dict et respondu, et prieray Dieu,
etc.

     De Londres ce VIe de février 1569.


J'entans que Guillegrey part demain, et que sa principale adresse est
au comte Palatin, mais il feinct d'aller vers l'Empereur, et peult
estre qu'il porte des lettres qui ont la superscription au dict
seigneur Empereur, lesquelles je ne sçay s'il luy présentera, ny s'il
y a rien d'escript dedans, et qu'il les porte seulement pour
saufconduit.


     A LA ROYNE.

Madame, ayant avec grand plésir et contantement receu la dépesche de
Voz Majestez, du XXe du passé, où j'ay veu l'effect qu'a produict
vostre heureux acheminement en ce voyage d'avoir ainsi chassé
soubdainement, et miz du tout hors de vostre royaulme le prince
d'Orange, avec la délibération qu'avez prinse de tenir le passaige si
bien fermé, que luy ny aultre n'y puisse rentrer, et de ce qu'avez
envoyé renforcer Monsieur, frère et filz de Voz Majestez, contre le
prince de Condé.

J'en yray, dimenche prochain, entretenir la Royne d'Angleterre,
laquelle, j'espère, se confirmera par là en l'opinion qu'elle a bien
toutjour eue de ne se déclairer ouvertement pour le party d'iceulx
princes; et, possible, se retiendra encores d'une partie du support
qu'en secret elle leur faisoit. Dont par mes premières je vous donray
adviz de ce qu'elle m'aura respondu et de toutes aultres choses qui
seront cependant survenues, n'ayant, pour le présent, rien que
adjouxter à ce que Vostre Majesté verra en la lettre du Roy, si n'est
de vous supplier très humblement, Madame, que d'aultant que mon dict
seigneur vostre filz me taxe en une lettre qu'il m'a escripte, du
dernier de décembre, que je ne l'ay adverty du secours des gens de
guerre que ceste Royne a envoyé avec cinquante ou soixante navyres à
la Rochelle, et qu'il a plustost adviz des choses de deçà de tous
aultres endroictz que du mien, qu'il vous playse que je luy fasse
quelque foys un duplicata de mes dépesches, comme je luy en envoye
présantement ung, que je vous supplie commander luy fère tenir. Et
sans ce que je pançoys qu'on lui envoyât, toutes les sepmaines, ung
recueil des principalles choses qui sont escriptes à Voz Majestez,
comme certes il seroit bien raysonnable de le fère, je n'eusse tant
différé de luy escripre; mais je n'y fauldray plus dorsenavant, aydant
le Créateur, auquel je prie, etc.

     De Londres ce VIe de février 1569.


CE QUI EST ADVENEU A HAQUENS, ANGLOIS, EN SON VOYAGE DES INDES.

Ayant Haquens navigué, aulcuns moys, assez heureusement vers les
Indes, et ayant amassé quelques richesses, il arriva à la veue de
Mexico[53], avec cinq bons navyres et deux petitz vaysseaulx, environ
le XXe du moys d'aoust dernier, 1568, aux mesmes temps qu'on y
attendoit le Visce Roy d'Espaigne; et cuydant ceulx de la ville que ce
fût le dict Vice Roy, ilz sortirent en grand nombre avec allégresse au
devant de luy, et entre aultres le recepveur du lieu, avec ung esquif,
ne feyt difficulté, voyant les croix rouges, d'aprocher le principal
navyre où estoit le dict Haquens, et entra dedans. Mais cognoissant
qu'ils estoient estrangiers, il se trouva estonné; toutesfoys, ne feyt
semblant qu'il fût de rien déceu, et monstra le meilleur visaige et
semblant qu'il peust au dict Haquens: lequel, s'estant toutjour
cependant aproché du port et entré dedans, remonstra gracieusement au
dict recepveur que la bonne paix et ancienne alliance, qui estoit
entre l'Angleterre et l'Espaigne, avoit esté cause dont il s'estoit
franchement et librement adressé au dict lieu pour rafréchir ses
navyres d'auculnes choses qui luy estoient nécessaires, en les bien
payant et non autrement. Laquelle venue et occasion le dict recepveur
monstra trouver fort raisonnable et l'avoir fort agréable, luy
promectant de le fère pourveoir de tout ce qu'il auroit besoing.

  [53] Il s'agit du port de la Vera-Cruz et de l'île de
  Saint-Jean-d'Ulloa.

Et ainsi, le dict Haquens fut amyablement receu et bien tretté au dict
lieu, où il accommoda ses navyres, en façon qu'il tenoit le port, le
quartier de la ville qui est sur icelluy et une isle qui commande au
dict port, à sa dévotion; et ses gens descendirent en la dicte isle
pour rabiller leurs vaysseaulx, et s'y logèrent et y demeurèrent bien
paysiblement jusques à ce que le dict Visce Roy arriva, avec une armée
beaucoup plus grande que celle des Anglois; lequel ayant, du
commancement, faict tout bon accueil et monstré beaucoup de faveur au
susdict Haquens, parce qu'il le voyoit mestre de l'isle et du port, et
que le dict port avoit l'entrée si étroite qu'il la pouvoit deffendre
contre une bien grande armée, il meyt cependant ordre de praticquer
ceulx de la ville contre luy et luy dresser une telle entreprinse que,
le XXIIIIe du dict moys d'aoust, sur la mynuict, que le dict Haquens
et ses gens reposoient, ilz se sentirent soubdainement charger d'une
bapterie de sèze pièces d'artillerye et d'une infinité de migres[54]
de sorte qu'ilz furent plus tost deffaictz et rompuz qu'ilz ne fussent
advertys ny souspeçonnassent qu'on les volût assaillyr, de sorte que
le dict Haquens, voyant n'y avoir aultre remède, s'esforça de sortir
du port dans ung des dicts vaisseaulx, appellé _le Mignon_, avec
quelque partie de son butin, et environ quarante de ses hommes, avec
lesquelz, après avoir veu brusler et deffère tout le reste, il s'en
est revenu en Angleterre.

  [54] Grenades.



XVIIe DÉPESCHE

--du Xe de febvrier 1569.--

(_Envoyée jusques à Calais par Jehan de Verliny._)

  Nouvelle entrevue de l'ambassadeur et d'Élisabeth.--Plaintes de
    la reine au sujet de l'affaire du Conquet et de la saisie de
    Rouen.--Plaintes de l'ambassadeur au sujet des armements faits
    en Angleterre pour la Rochelle.--Protestation d'Élisabeth,
    qu'elle désavoue toutes les expéditions qui partent de ses
    ports.--Remontrance de l'ambassadeur sur ce que la reine
    d'Écosse a été conduite dans le château de Tutbury.--Colère
    d'Élisabeth, qui s'emporte en reproches et en accusations
    contre Marie Stuart.


     AU ROY.

Sire, entendant qu'on avoit parlé en assés mauvaise façon de vostre
voyage de Lorrayne à la Royne d'Angleterre, comme si l'on vous eust
admené à un manifeste dangier de vostre personne et estat, je luy ay
bien vollu dire, ceste dernière foys que j'ay parlé à elle, qu'ayant
Voz Majestez Trez Chrétiennes eu grand plésir et contantement des bons
et sages propos qu'elle m'avoit toutjour tenu sur voz présens affères,
et de la démonstration dont elle avoit usé de desirer la conservation
de vostre grandeur, vous aviez prins si bon augure de ceste sienne
royalle affection, conforme à celle qui vous estoit démonstrée de tous
les aultres principaulx et plus grandz princes chrétiens, que
postposant toute craincte de mal, vous aviez allègrement marché, en
propre personne, droit à l'exécution de vostre entreprinse, avec grand
confiance en Dieu et en l'équité de vostre cause que vouses chrétiens,
que postposant toute craincte de mal, vous aviez allègrement marché,
en propre personne, droit à l'exécution de vostre entreprinse, avec
grand confiance en Dieu et en l'équité de vostre cause que vous en
viendriez bien tost et bien heureusement à boult; et que desjà l'on
avoit commancé de cognoistre l'effect de vostre acheminement, qui
avoit soubdain chassé et miz du tout hors de vostre royaulme le prince
d'Orange, et aussitost saysy les passaiges de la Mozelle, avec
résolution d'aller si bien serrer les aultres passaiges d'Allemaigne
qu'il ne fût plus au pouvoir du dict prince ni d'aultre de rentrer
ainsi ayséement en vostre royaulme, comme ilz avoient cy devant faict;
et que vous aviez en mesme temps envoyé deux mille V{c} reytres de
renfort à Monsieur, frère de Vostre Majesté. Et continuay à luy
raconter ce qu'il vous playsoit m'escripre du XXe du passé, et que,
grâces à Dieu, voz affères estoient en meilleur estat que, possible,
ceulx qui n'en vouloient la prospérité ne le luy donnoient entendre;
et qu'il ne faisoit si beau pour ceulx qui vous menoient la guerre en
vostre royaulme qu'elle, ny aultre, peussent estre convyés de se
joindre à leur party.

La dicte Dame, après m'avoir curieusement enquis de la retrette du
dict prince d'Orange, et du chemin qu'il tenoit, et s'il estoit aysé
d'empescher que luy et le duc de Deux Pontz ne peussent revenir, s'ilz
le vouloient fère, et que je luy heuz satisfaict à tout cella sellon
qu'il vous plaisoit me le mander, elle me pria que, par mes premières,
je fisse ses reccommendations à Voz Majestez Très Chrétiennes, et
qu'elle vous remercyoit grandement de la communication que luy faiziés
de vos prospérités, desquelles elle estoit aussi ayse, comme Dieu luy
est tesmoing, et le monde sçayt, qu'elle avoit esté très marrye de
vous veoir renchoir aulx adversitez et troubles de vostre royaulme; et
qu'elle prioit Dieu de conduyre si bien voz entreprinses qu'il en fît
réussir l'yssue à son honneur, et à sa gloire, et à la conservation de
vostre grandeur et couronne. Puis adjouxta qu'elle ne sçavoit commant
prendre ce que l'on avoit faict au Conquet contre son visamyral et
contre ses navyres de les avoir ainsi, en temps de bonne paix,
canonnés là où de son costé, pour ne contrevenir au commandement
qu'elle luy avoit faict de n'attempter rien contre ses amys, et
mesmement de ne violler, en façon du monde, la paix qu'elle avoit
avecques la France, il avoit enduré d'estre octragé sans en prendre la
revenche qu'il eust peu bien tost avoir; et qu'elle avoit aussi
entendu la saysie faicte à Roan sur les biens de ses subjectz, dont ne
sçavoit si Voz Majestez vouloient user de mesme que le duc d'Alve
envers elle, bien qu'il n'y eust rien de semblable, car ne vouloit
fère comparaison d'aulcune chose de luy à Vostre Majesté; qui
toutesfois n'estoit sans qu'il se repentît desjà bien fort de ce qu'il
avoit attempté contre elle; et que, du costé de Voz Majestez, elle
n'avoit espéré que continuation d'amytié, et entretennement de bonne
paix entre voz pays et subjectz.

Je luy répondis que, pour le regard de son visamyral, il estoit
raysonnable qu'elle satisfît premièrement à ce que Monsieur, frère de
Vostre Majesté, m'avoit escript du premier de janvier, c'est qu'ayant
esté bien ayse d'avoir sceu des bonnes novelles d'elle et de son bon
portement et santé, il s'estoit, au reste, bien fort esmerveillé comme
elle avoit envoyé, avec quarante ou cinquante navyres, ung renfort de
gens de guerre, d'artillerye et d'amonition à la Rochelle, et que, luy
ayant toutjour esté bien affectionné parant et bon serviteur, il avoit
plus tost espéré que sa faveur et secours seroient en son ayde, que de
les voir ainsi employez contre luy; de quoy aussi il me taxoit
grandement de ne luy en avoir donné adviz, dont la pryois me dire ce
que je luy en avois à respondre.

Elle me dict qu'il ne se trouveroit point qu'elle eust esté ainsi
contraire à mon dict seigneur, comme l'on luy avoit rapporté, et
qu'elle espéroit que la cognoissance de la vérité luy auroit despuys
satisfaict pour elle et pour moy.

Je luy advouay que ouy, quant aulx gens de guerre, mais que je
desirerois que ce peust estre si pleynement du reste qu'il n'eust
aucune occasion de s'en plaindre. Et au regard de la saysie de Roan,
je luy diz qu'elle pouvoit bien panser que si Vostre Majesté l'avoit
ordonné, que ce n'avoit esté qu'à l'instance de voz subjectz déprédez
sur mer, qui avoient veu admener et vendre leurs biens par deçà, et
que de telle satisfaction qu'elle useroit de son costé envers vos
dicts subjectz, j'espérois que vous useriés de mesmes envers les
siens; mais que je me plaignois de plusieurs de ses dits subjectz, qui
se mectoient encores chacun jour en mer avec navyres équipés en
guerre, soubz l'adveu et faveur du prince de Condé, pour endommager
les Françoys, et que cella admèneroit beaucoup d'altération en la paix
de ces deux royaulmes.

Elle me respondit qu'elle n'avoit donné congé de ce fère à nul de ses
subjectz, et qu'elle détestoit infinyement ces larrecyns et pilleryes,
dont me prioyt de tretter de cella avec les seigneurs de son conseil,
et que je leur cotasse les noms que j'avois entendu de telz pirates
affin de les fère punir, et qu'ilz m'avoient aussi à parler de
quelques déprédations que les Bretons avoient faictes sur des Anglois
et Irlandoys.

Pour la fin, je luy diz q'un des gentishommes de la Royne d'Escoce
m'avoit adverty de la rigueur qu'on avoit usé à sa Mestresse à la
tirer de là où elle estoit pour l'admener en ung aultre lieu, sans luy
avoir vollu permectre qu'elle en peust escripre ung mot à la dicte
Dame, ny à ses depputez qui estoient en sa court, de quoy elle
s'estoit donné quelque peur; et que ceulx qui la conseilloient de fère
force à la volonté d'une telle personne royalle, et souveraine, et sa
parante, faisoient tort à sa réputation, et que je la supplioys de luy
fère si bon trettement là où elle l'avoit faicte conduyre, qu'elle
eust occasion de s'en louer, et moy d'en escripre à Voz Majestez.

Elle me respondit, ung peu en collère, qu'elle n'avoit point faict
force ny violence à la Royne d'Escoce, et qu'elle l'avoit faicte venir
en ung lieu pour estre mieulx trettée que là où elle estoit au
paravant, où toutes monitions de vivres avoient deffailly, et aussi,
par ce qu'ayant esté surprinse une lettre que la dicte Dame escripvoit
en Escoce, elle a veu qu'elle mandoit à aucuns seigneurs du pays de
prendre les armes pour fère une course jusques là où elle estoit, et
la taxoit au reste d'avoir tretté avec le comte de Mora de le fère
déclairer légitime, et de plusieurs aultres choses toutes faulces et
controuvées; mais que j'asseurasse Voz Majestez que la dicte Royne
d'Escoce n'estoit pour recevoir que tout bon trettement entre ses
mains, et qu'encor qu'elle n'eust à rendre compte à personne du monde
de ses actions, néantmoins qu'elle vouloit si bien justiffier toutes
celles dont elle uzeroit envers la dicte Royne d'Escoce, que tous les
aultres princes cognoistroient qu'elle y auroit procédé de telle
droicture qu'elle n'en changeroit sa palle colleur pour chose qu'on
luy en peust reprocher, et Dieu volût que la dicte Royne d'Escoce
n'eust occasion de rougir de ce qu'on verroit d'elle.

Je luy respondiz que le bon ordre qu'elle mectroit à manifester au
monde la malicieuse ambition des adversaires de la dicte Dame, et
d'excuser, et couvrir ce qu'il y pourroit avoir de deffault d'elle,
comme le devoir de Royne à Royne, et de parante à parante l'y
obligeoient, la rendroit innocente et deschargée de tout ce qu'on luy
imposoit.

Sur quoy la dicte Dame, pour monstrer que la dicte Royne d'Escoce
n'avoit qu'à se louer des bons tours qu'elle luy faisoit, suyvit assés
long temps son propoz, puis retourna à ceulx de la susdite saysie de
Roan; mais il suffira, Sire, que vous entendiez, pour le présent, les
dessus dictes, qui vous feront assés cognoistre la volonté de la dicte
Dame sur l'observation de la paix, et comme elle n'advouhe rien de ce
qui est attempté au contraire. Sur ce, etc.

     De Londres ce Xe de février 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, j'espère que, par le contenu en la lettre du Roy, Vostre
Majesté sera satisfaicte des choses que j'avois particulièrement à
respondre sur voz deux dernières dépesches, du XVe et du XXe du passé;
de sorte qu'il n'y aura lieu que je fasse ceste cy longue, si n'est
pour vous dire, Madame, que je cognois bien qu'il sert beaucoup envers
ceste Royne de luy fère toutjour entendre le bon succez et évènement
de voz affères, affin que, par quelque contraire apparance des
adversitez de vostre royaulme, elle ne soit convyée d'y entreprendre
plus appertement qu'elle n'a faict jusques icy; et semble qu'elle se
contantera seulement d'appuyer et fortiffier en secret ceulx de sa
religion, en sorte qu'on ne le luy puisse imputer à ropture de paix.

Je vous ay mandé, par mes précédantes, que j'avois pour suspecte ceste
armée et assemblée de pirates, qui est avec Chatellier Pourtault. Et
despuys, l'on m'a adverty que quelcun de sa trouppe a dict qu'ilz
portoient des pouldres et monitions de guerre en Normandye, comme
s'ilz avoient entreprinse ou quelque intelligence dans aucunes places
du dict pays. A quoy j'estime que Vostre Majesté a donné si bon ordre,
et là, et en toute la frontière de la mer, despuys le temps qu'on a
commancé d'armer de ce costé, que j'espère qu'il n'en adviendra aulcun
inconvéniant. Et sera mal aysé que je vous puisse dorsenavant donner
plus exprès adviz des faictz des dicts pirates, par ce que rien n'en
procèdera d'icy, n'y ne s'en fera icy aprest ny ordonnance.

Il vous plairra me mander vostre intention sur ceste nouveaulté
d'entre les Pays Bas et l'Angleterre, et aussi sur ceste saysie de
Roan, de laquelle saysie ceulx ci sont en grand suspens comme vous y
vouldrez procéder. Sur ce, etc.

     De Londres, ce Xe de février 1569.



XVIIIe DÉPESCHE

--du XVe de février 1569.--

(_Envoyée par Nicolas Estoo, chevaulcheur._)

  Assurances de paix données par le conseil de la reine.--Nouvelles
    réclamations contre la saisie de Rouen et l'arrestation de
    plusieurs Anglais à Bordeaux.--Le sieur d'Assoleville est
    autorisé à communiquer avec l'ambassadeur d'Espagne.--Marie
    Stuart au château de Tutbury.--Troubles en Irlande.--Mesures
    prises par le conseil à l'égard du comte d'Oxford et de milord
    Southampton.--_Proclamation_ de la reine ordonnant aux Anglais
    de se tenir prêts à prendre les armes.


     AU ROY.

Sire, ayant conféré avec les seigneurs de ce conseil sur les
particularités que la Royne d'Angleterre m'avoit, en ma dernière
audience, renvoyé à eulx, ilz m'ont en général confirmé les mesmes
propoz de leur Mestresse de vouloir persévérer en la bonne paix
qu'elle a avec Vostre Magesté, et qu'il ne fault que vous teniez
suspect l'armement qu'elle faict, ny celluy d'aulcuns particuliers,
ses subjectz, qui se fera par son commandement; car voyant ses voysins
en armes, et ne voulant laysser les siens désarmés, elle considère
davantaige que ses affères avec les Pays Bas demeurent en tel suspens
qu'elle a grand occasion de se pourveoir; mais qu'il ne fault craindre
que vous viegne mal ny dommaige d'aulcune entreprinse, qui procède de
son costé. Il est vray qu'elle ne peult, à ce qu'ilz disent, remédier
en ce temps à ung grand nombre de pirates qui courent la mer, desquelz
ne veulent nyer qu'il n'y en ayt aucuns Anglois; mais la plus part
sont Françoys, Escossoys, Flamans et saulvaiges Irlandoys, dont
estiment toucher aussi bien à Vostre Magesté d'en purger la mer, comme
à elle, et que j'avois desjà veu l'ordonnance qu'elle, pour son
regard, avoit faict fère contre eulx, en faveur de vos subjectz.

Et, touchant la saisye de Roan, et détention d'aulcuns Anglois à
Bourdeaux, qu'elle ne vous avoit donné aulcune occasion de ce faire,
ayant toutjours esté prompte de faire avoir rayson à ceulx de voz
subjectz, qui avoient eu recours à elle et à sa justice; dont prenoit
pour ung grand attemptat ce que l'on avoit ainsi exécuté contre ses
subjectz, et qu'elle actandoit vostre déclaration, là dessus, dans les
quinze jours qui avoient esté arrestez entre nous, lesquelz seroient
tantost passés, pour, puis après, y pourveoir de son costé.

Et, quant à la révocation que je demandois de l'ordonnance, qui avoit
esté faicte, d'arester les navyres bretons qui aborderoient de deçà,
que cella avoit esté une procédure de justice pour aulcuns Anglois et
Irlandoys qui faisoient apparoir que les dicts Bretons les avoient
pillés, et n'en avoient peu avoir raison en France; se prouvant
manifestement que le juge participoit au butin et pillage. Par ainsi
me prioyent fère en sorte qu'on pourveust en France à l'indempnité des
Anglois, et qu'on pourvoirroyt très bien icy à l'indempnité des
Françoys.

Je leur remonstray que, despuis le dernier tretté de paix, vous
n'aviez, directement ny indirectememt, usé que de tous bons
déportemens de paix et d'amytié envers la Royne leur Mestresse, ce qui
n'avoit esté de mesmes observé d'elle envers vous, ayant assisté et
donné support et faveur en plusieurs sortes à ceulx qui vous menoient
la guerre dans vostre royaulme, et tenu la main à infinyes pilleries
qui s'estoient faictes en mer sur voz subjectz, d'où ne failloit
dobter que ce commancement d'altération n'en fût procédé; mais que
elle et eulx depposassent, de bonne foy, toutes ces simultés, et ilz
pourroient estre certains de joyr d'une aussi entière et asseurée paix
avecques vous et avecques vostre royaulme, comme ilz le sçavoient
desirer.

A cella le comte de Lestre, me tirant à part avec beaucoup de bonne
affection, m'a dict que, si je considérois de près leurs actions, je
cognoistrois que nous mesmes les avions contrainctz d'avoir praticque
à la Rochelle pour recouvrer des vins, à cause du mauvais trettement
qu'on leur avoit faict à Bourdeaulx, et qu'ilz s'estoient premièrement
adressés à ceulx qui tenoient votre party, dont leur avoit esté bien
grief d'en estre rebouttez, et veoir que ceulx du party contraire les
eussent receuz avec faveur, ce qui avoit beaucoup touché au coeur de
la dicte Dame, laquelle, pour ceste occasion, et pour le peu de compte
qu'on avoit tenu du bon office qu'elle s'estoit esorcée de fère pour
empescher le renouvellement des troubles de vostre royaulme, avoit
cogneu que vous ne vouliez prandre aulcune fiance d'elle. Néantmoins
elle n'avoit layssé de persévérer en la foy et promesse des trettez
qu'elle avoit avecques Vostre Magesté, et de résister à ceulx qui
l'avoient assés pressée et la pressoient encores de se déclairer
ouvertement pour sa religion; dont me prioyt, de tant que quelque
petit mal que vous peust advenir maintenant de costé que ce fût, ne
vous seroit que bien grand et, possible, trop dangereux que je ne la
volusse tant contraindre et gehenner qu'elle fût forcée d'advouher et
déclairer vous en vouloir fère; ains que comme il supplioyt Voz
Magestez Très Chrétiennes d'estre bien asseurées de la bonne affection
de la dicte Dame, que je vous disposasse aussi de l'avoir de mesmes
bonne et bien droicte envers elle: et m'a dict cella en telle façon
qu'il m'a semblé qu'il en exprimoit aultant que la dicte Royne et luy
mesmes en avoient dans le cueur, dont semble, Sire, que sur la
déclaration que Vostre Magesté fera touchant la dicte saysye de Roan,
et touchant la détention des Anglois à Bourdeaulx, ceulx ci se
résouldront ou de paix, ou de guerre.

Cependant, il se faict tous préparatifz de guerre en ce royaulme, tant
à équiper navyres, ordonner monstres, fère provision d'armes et de
chevaulx, que de dresser toute aultre forme de milice, ainsi que en
verrés le commancement par une ordonnance que la dicte Dame a faict
publier ces jours passés, dont vous envoye la coppie; et surtout elle
est après à praticquer deniers. Mais j'espère que ce sera à la fin
plus pour démonstration que pour effect, tant y a que je prendray
garde à ce qui surviendra de jour en jour pour en advertir Voz
Magestez.

La rigueur est encores continuée à l'ambassadeur d'Espaigne, résidant
icy, et au Sr. d'Assoleville, naguières venu de par le duc d'Alve, de
les tenir resserrés avecques garde, chacun séparément, en son logis.
Vray est que les seigneurs de ce conseil firent venir, vendredy
dernier, le dict d'Assoleville devers eulx pour entendre sa
commission, lequel persévéra de ne la vouloir dire sans avoir conféré
avec le susdict ambassadeur; dont il fut conduict, le lendemain, par
Me. Grassan au logis du dict ambassadeur, où ilz furent deux ou trois
heures ensemble, et après, séparés et resserrés comme auparavant. Et
semble, de tant que le dict d'Assoleville a dict que sa charge ne
procédoit du Roi Catholique, ains seulement du duc d'Alve, et qu'il
faict à ceste heure novelle difficulté de ne la vouloir dire qu'à la
dicte Royne, qu'il s'en retournera sans la notiffier; m'ayant la
dicte Dame en ceste dernière audience, touché ce propos qu'elle avoit
faict tout ce qu'elle avoit peu et deu, pour sa dignité, de commectre
les principaulx seigneurs de son conseil à ouyr le dict d'Assoleville,
et qu'elle ne tenoit le duc d'Alve pour tant son amy qu'elle eust
occasion de recepvoir plus expéciallement son message: tant y a qu'il
a esté permiz aus dicts ambassadeurs de dépescher despuis ung corrier
devers le dict duc.

La Royne d'Escoce a esté conduicte à Titbery où, sellon l'instance que
j'ay faicte à ceste Royne, j'espère qu'elle ne recepvra pire
trettement qu'elle a faict à Boolton, ayant, despuis ma dernière
audience, octroyé congé à l'évesque de Roz, à millor Herriz et à ses
aultres depputez, qui estoient icy, de l'aller veoir avec permission
qu'elle puisse retenir telz d'entre eulx, ou d'aultres de ses
serviteurs et conseillers, près d'elle qu'il luy plairra, en luy
mandant les noms, et que les aultres s'en puissent aller, si bon leur
semble, en Escoce; et s'estime que le comte de Cherosbery, qui a la
charge d'elle, luy portera tout l'honneur et respect, et luy usera de
toute la gracieuseté et doulceur qu'il pourra, et qu'elle sera en
toute seureté de sa personne entre ses mains. A l'arrivée du duc de
Chastellerault et du comte de Mora en Escoce, se cognoistra quel
acheminement prandront les affères du dict pays.

J'entendz qu'en Irlande, le chef Onniel a exploicté quelque
entreprinse dedans la pallissade ez terres de ceste Royne, et qu'il a
prins quelques fortz et demeure maistre de la campaigne. L'on y
dépesche d'icy, du premier jour, le comte d'Ormont avec quelque
renfort de gens et d'argent.

Ceste dernière retrette du prince d'Orange en Allemaigne, laquelle
j'ay publiée icy jouxte le contenu de voz dernières du XXVIIe du
passé, que le Sr. de La Croix m'a rendues, a faict venir du changement
aulx volontés et dellibérations de ceste Royne, et de ceulx de son
conseil, et cella est advenu quasi en mesme temps que le Sr. Du Doict
est arrivé icy de la Rochelle, avec plusieurs lettres et mémoires,
desquelles je mectray peyne de descouvrir quelque chose, affin de vous
en donner adviz par mes prochaines. Cependant je prieray Dieu, etc.

     De Londres ce XVe de février 1569.


Il est survenu novelles en ceste cour, que certaine pratique, que
ceulx de la novelle religion menoient pour surprandre Dieppe et le
Hâvre de Grâce, a esté descouverte, et que plusieurs ont esté faictz
prisonniers, dont ceulx ci font semblant de n'avoir en rien participé
à cella.


     A LA ROYNE.

Madame, par la conférance que j'ay eue avec les seigneurs de ce
conseil, et mesmement avec monsieur le comte de Lestre, à part, j'ay
cogneu que la Royne d'Angleterre desire que Voz Majestez Très
Chrétiennes luy sachiés gré de ce que, aulx troubles de l'année
passée, elle délayssa la deffanse et maintien de sa religion pour vous
rendre un bon debvoir d'amye et de bonne seur, ayant réprouvé en
toutes sortes l'entreprinse de Meaulx; et qu'encores à présent vous
mettiez en compte sa bonne volonté de ce que, nonosbtant la ligue et
conjuration qu'elle croyt estre faicte contre tous ceulx de sa
religion, elle ne se laysse pourtant conduyre à nulle manifeste
déclaration contre vous; et qu'au reste vous ne faciez semblant de
veoir si, estant meue de quelque conscience, elle permect que ceulx,
qui sont persécutez pour sa mesme religion, ayent leur reffuge en son
royaulme, et si elle n'empesche que ses subjectz ne mectent du leur au
soubstien de la cause; et mesmes qu'ilz employent aulcunement le nom
et le crédict d'elle.

En quoy j'ay bien cogneu, Madame, qu'elle se trouvoit quelque foys
fort surprinse, et entroit en collère, quant je monstrois révoquer à
infraction de paix le support et faveur que le prince de Condé tiroit
de ce royaulme; et encor qu'elle n'en advouhât rien, elle ne layssoit
pourtant de signiffier, par aucunes parolles, que l'infraction estoit
premièrement commancée contre elle par la ferme persuasion, qu'elle se
donne, de la dicte ligue, et que, bien qu'elle ne l'estimât estre
principallement dressée contre elle, ny contre ses pays, que, toutes
foys, l'on l'avoit faicte si généralle qu'elle s'y tenoit comme
comprinse au préjudice des précédans trettez; et que, venant à
prévalloir ailleurs, elle ne faisoit dobte qu'on n'entreprint de
l'exécuter, après, en son endroict. Et c'est le principal poinct où
j'ay toutjour incisté à la dicte Dame, de luy fère veoir que ceste
matière n'estoit aulcunement de religion, ains toute pure de l'estat,
saichant qu'elle demeuroit en l'endroict mesmes de ceulx de son
conseil, et envers tous aultres, toutjour ferme et bien fort résolue
pour l'auctorité des Roys; de sorte que, qui eust peu séparer l'aultre
cause, elle n'eust esté que très bien disposée pour ceste cy, et m'a
semblé quelque foys qu'elle s'y layssoit induyre, mais ceulx de
l'aultre party luy représantent tant d'argumens de plusieurs choses,
faictes au contraire, qu'elle ne sçayt à quoy s'en tenir.

J'entendz, toutes foys, que, ces jours passés, au comte de Oxfort,
jeune seigneur, bien estimé en ceste court, qui desiroit veoir de la
guerre, et inportunoit la dicte Dame de luy donner congé d'aller
trouver le prince de Condé, après plusieurs reffuz, elle luy a
respondu qu'elle ne vouloit q'un tel personnaige des siens se trouvât
avec ung qui estoit contre son Roy. Dont luy, despuys, devisant avec
d'aultres seigneurs de bonne volonté, leur a dict qu'il desireroit que
la Royne, sa Mestresse, luy donnast congé d'aller servir le Roy, et
qu'il combatroit volontiers contre les rebelles, qui luy faisoient la
guerre; de quoy estant taxé, il a esté mené devant les seigneurs du
conseil, devant lesquelz il s'est monstré si résolu en son opinion,
qu'ilz ont estimé que cella venoit d'aulcune pratique des Catholiques,
dont luy ont vollu user de quelque rigueur; mais, après leur avoir
dict franchement ce que la Royne luy avoit respondu, ilz sont demeurez
toutz estonnez, et ne luy ont rien plus répliqué.

Et, despuys, ceux du dict conseil ayant aussi faict appeller devant
eulx ung aultre jeune seigneur, qui se nomme le millor de Somthampton,
sur ce qu'il avoit faict les obsèques d'un sien précepteur avec
torches et aultres cérémonies de l'esglize romaine, voyans qu'il leur
respondoit fort vifvement, ont estimé, veu sa jeunesse, que la menée
estoit faicte par aulcuns, qui sentoient leur partie bien forte;
mesmement que cestuy cy est gendre de millor Montegu, qui est tout
catholique, dont luy ont commandé seulement l'arrest, et envoyé deux
des siens à la Tour.

Il vous plairra, Madame, nous mander, promptement, vostre intention
sur la saysye de Roan et détention des Anglois à Bourdeaulx; car les
merchans pressent si fort ceste Royne, et ceulx de son conseil, d'y
pourveoir, qu'ilz sont contrainctz de fère bien tost là dessus quelque
démonstration, dont, s'il vous plaict qu'on continue en la paix et au
commerce accoustumé, et qu'au reste il soit faict restablissement et
justice administrée d'ung costé et d'aultre, j'espère que ceulx cy y
entendront fort volontiers. Sur ce, je bayse très humblement les
mains, etc.

     De Londres ce XVe de février 1569.


PROCLAMATION FAICTE EN ANGLETERRE PAR LA ROYNE.

   La Majesté de la Royne, pour aulcunes graves et nécessaires
   considérations tendantes, premièrement à l'honneur de Dieu tout
   puissant, et puis à la seureté d'elle mesme et de l'estat de ses
   très aymés subjectz de quelque degré qu'ilz soient, par très
   bonne dellibération et adviz de son conseil, affin d'establir ses
   royaulmes, dominions et seigneuries, en quelque bonnes forces,
   tant pour la police civille que militaire, et pour avancer
   principallement les choses nécessaires au dict estat millitaire,
   donne cognoissance à toute manière de ses dicts subjectz, que,
   par des personnes de bonne fidellité, qu'elle commectra en toutes
   les parties de ce royaulme, seront faictes inquisitions sur
   l'observance des loix establyes pour l'entretien des chevaulx, et
   pour les avoir prestz et forniz en chevaulx de service, et
   guilledins, ensemble de toute manière d'armes, et bastons,
   entendant, Sa dicte Majesté, après les dictes inquisitions, que
   monstres seront faictes affin que, par icelles, et par fréquens
   exercisses, les faultes et erreurs qui s'y trouveront soyent
   corrigées et supléées.

   Et, de tant que Sa Majesté considère que l'intermission du temps
   aura admené beaucoup de deffault en la forniture que, par les
   loix, sur grandes peynes, estoit en ce requise, n'estant
   toutesfoys en disposition d'user de rigueur envers ses subjectz,
   pour le regard des dictes peynes, mais d'avoir seulement tout son
   peuple en forces, comme le temps maintenant le requiert, elle
   enjoinct, et commande, à toute manière de personnes, de quelque
   estat qu'ilz soient, que, jouxte les loix et statutz accoustumés,
   ou tel aultre expécial commandement, qui sera trouvé bon de fère,
   ilz ayent à se pourveoir et fornir de chevaulx, guilledins,
   d'armes, et bastons capables à se servir d'iceulx, et d'avoir
   cecy faict et tout prest dans le premier jour d'apvril prochain
   vennant, sur telles peynes qui se trouveront ez lois, et ez
   aultres expécialles commissions, en toutes les parties de ce
   royaulme.

   En quoy Sa Majesté, actendu son advertissement favorable,
   n'entend cy après espargner aulcune manière de paynes qui se
   trouveront deuhes, du passé, et par ainsi, pendant ce temps, Sa
   Majesté a pencé estre bon de le notiffier par ceste proclamation,
   ne doublant que d'aultres choses, que Sa Majesté entend, de bref,
   cy après proposer à tous ses dictz subjectz, affin d'avoir
   davantaige des forces pour eulx, ne soient bien allouées et
   exécutées comme tendans principallement à leur proffict, et à
   l'honneur et seureté de ce royaulme, contre toutes fortunes.

   Donné à Hamtoncourt le IIIe jour de febvrier 1568, et en l'an XIe
   du règne de Sa Majesté.



XIXe DÉPESCHE

--du XXe de febvrier 1569.--

(_Envoyée par Anthoyne Teiller jusques à Calais._)

  Continuation des préparatifs de guerre.--Condamnation d'un livre
    publié à Londres sur la religion.--Graves divisions entre les
    principaux seigneurs d'Angleterre.--_Lettre de Marie Stuart à
    Élisabeth_, dans laquelle elle déclare qu'elle ne consentira
    jamais à abandonner ses droits à la couronne d'Écosse.


     AU ROY.

Sire, despuis mes dernières, qui sont du XVe du présent, j'ay envoyé
home exprès, au long de la coste et aulx hâvres de deçà, pour veoir ce
qui s'y faict de préparatifz, et m'a esté rapporté que plusieurs
particuliers arment encores des vaisseaulx pour s'aller joindre à
ceulx qui sont desjà en mer, qui peuvent estre de trente cinq à
quarante navyres desjà sortiz, et que les meilleurs hommes de mer
d'Angleterre vont estre de la partie; mais je n'ay poinct entendu que
pas ung de tous ceulx là ayent commission de lever gens de guerre,
fors seulement ung, qui se nomme le capitaine Jonnes, qui a esté mandé
d'en prendre jusques à trois centz, qui est argument qu'ilz en veulent
mettre quelque petit nombre, en quelque lieu, en terre.

J'entendz qu'on est icy sur le poinct de dépescher deux flottes,
l'une, de quinze navyres chargés de draps, pour envoyer à Hembourc et
essayer si leur traffic succèdera mieulx en la dicte ville, qui est
libre et de bonne descharge, qu'ilz n'espèrent de le pouvoir
dorsenavant conduyre en Anvers soubz la domination des Espaignolz; et
l'autre flotte, de vingt cinq ou trente vaisseaulx, pour aller quérir
du sel en Broage, ne s'attandans d'en avoir pour ceste année des Pays
Bas, où ilz avoient accoustumé se fornir pour la plus part de sel
blanc. Et semble, sellon quelque description de grains que j'entendz
avoir esté faicte vers le pays du Ouest, qu'on portera au dict Broage
quelque quantité de froment, lequel est icy à bon marché, pour
eschanger avec le dict sel, et, possible, avecques du vin. L'on m'a
aussi rapporté que, vers le dict pays du Ouest, se faisoit ung magazin
de quatre ou cinq mille paires de bottes, et de neuf ou dix mille
paires de solliers, et de quelques salpêtres, que je souspeçonne estre
pour envoyer à la Rochelle.

Le Sr. Holstoc est prest de sortir au premier bon vent de ceste
rivière, avec sept ou huict grandz navyres de guerre, dont il yra, en
personne, avec deux seulement, conduyre la dicte flotte de Broage, et
les aultres feront escorte à la flotte de Hambourc, et l'une et
l'aultre seront favorizées de ces aultres particuliers, qui sont desjà
en mer. Ce sera comme une grand armée de veoir tant de vaysseaulx
ensemble, mais je n'ay adviz qu'il y ayt autre appareil de guerre que
celluy que je vous ay desjà mandé.

Quillegrey et les homes du comte Pallatin, du prince d'Orange et du
duc de Deux Pontz, et deux Italliens de ceste court, qui sont assés
praticqz des choses de Germanye, et huict serviteurs avec eulx
s'embarquèrent, lundy dernier, en une ourque de Hambourc, pour
accomplir leur voyage d'Allemagne; mais je croy quo, pour leur
seureté, ilz attendront de sortir de ceste rivière avec la flotte qui
prend la mesmes routte de Hambourc.

Ce que j'ay publié icy de la retrette du prince d'Orange en
Allemaigne, et de la ropture de son armée, a tiré ceste Royne, et
ceulx de son conseil, en divers pensemens, dont j'entendz qu'ilz vont
despuys plus réfroydiz et retenuz sur les propositions du conseiller
Cavaignes et du Sr. Du Doict, et j'ay commancé descouvrir que le dict
Du Doict est venu principallement pour deux poinctz; l'ung, pour la
ligue, affin d'y fère entrer et soubzsigner ceste princesse; et
l'aultre, pour avoir de l'argent, ce que je travailheray de vériffier
davantaige: et mectray peyne, pour vostre service, de l'empescher en
l'ung et l'aultre, si je puys, et de luy randre aulmoins ses demandes
les plus difficiles et retardées qu'il me sera possible.

Il n'a esté rien touché, despuys mes précédantes, aulx choses des Pays
Bas, sinon d'avoir envoyé inventorier et mectre soubz la main de
justice tous les biens des subjectz du Roy d'Espaigne, qui ont esté
arrestez en ce royaulme. Mais estant cejourduy revenu le courrier, que
les ambassadeurs avoient dépesché devers le duc d'Alve, je croy que
bien tost l'on procèdera à les ouyr et à résouldre toutes choses de ce
costé. Ceulx cy couvrent et excusent les faictz de leurs pirates, et
les aultres armemens de ceste Royne et des particulliers de ce
royaulme, soubz l'incertitude et doubte de la guerre avec les dicts
Pays Bas et avec l'Espaigne, tant y a qu'ilz me promectent que, aussi
tost qu'on aura bonne responce de Vostre Majesté sur la saysye de
Roan, qu'ilz pourvoirront si bien au faict de la mer que voz subjectz
n'en sentiront aulcun dommaige et qu'ilz pourront plus seurement, et
librement, trafiquer et naviguer, qu'ilz ne firent jamais.

Au regard de la Royne d'Escosse et de ses affères, la dicte Dame m'a
escript, du XIIIe de ce moys, et m'a faict communicquer une lettre
qu'elle a escript de mesmes datte à ceste Royne, par la coppie de
laquelle Vostre Majesté entendra mieulx la disposition d'elle et la
vertueuse résolution qu'elle prend de son faict, que ne feriez par ung
récit à part; dont n'adjouxteray rien plus, icy, que une prière à
Dieu, etc.

     De Londres ce XXe de février 1569.


L'on me vient d'advertir que, du bon vent de hier après midy, au
retour de la marée, les susdicts quatre grandz navyres de ceste Royne
sont sortiz de ceste rivière et sont sur le Pas de Callays.


     A LA ROYNE.

Madame, depuis huict jours en çà, que la Royne d'Angleterre est venue
en ceste ville de Londres, l'on a commancé d'y terminer les jours de
sa justice, ainsi qu'il est de coustume de le fère toutz les ans en
ceste sayson, et entre les causes qu'on y a expédiées il y en a eu
aulcunes du faict de la religion touchant certain petit livre, que
l'université de Louvain avoit envoyé par deçà en langaige du pays,
confutant aulcunes opinions des ministres, lequel livre ayant esté
bien receu et accepté d'aulcuns gentishommes, ilz ont despuis publié
le contenu, dont il en a esté prévenu huict d'entre eulx pardevant la
dicte justice, qui ont soubstenu constamment l'opinion du dict livre,
et cuydoit on qu'il s'en deust veoir quelque exemplaire punition, car
la matière estoit bien affectée; mais ilz ont esté seulement
condampnés en amandes pécuniaires, en suspention d'estatz et à tenir
l'arrest jusques à satisfaction. A quoy mesmes les grandz du conseil
n'ont vollu assister, lesquelz, pour n'intervenir à la dicte cause, ny
à celle des deniers d'Espaigne, ny à la proposition du Sr. Du Doict
pour ceulx de la Rochelle, ny encores à aulcuns faictz de la Royne
d'Escoce, ilz ont, dix jours durant, faict les mallades en leurs
logis, layssans conduyre au secrétaire Cecille toutes ces choses à son
playsir; mays n'ont layssé de monstrer et fère entendre au peuple
qu'ilz n'en aprouvoient rien, dont ne fault doubter que ce ne soit
comme une desjà formée division dans ce royaulme, et les signes en ont
esté aparans au faict des dicts huict gentishommes qui, se sentans
bien fermement supportez des catholiques, ont monstré qu'ilz ne
craignoient guières l'apparante auctorité des aultres. Et le mesmes
s'est veu à l'arrivée des réalles d'Espaigne en ceste ville, où
aulcuns ont monstre qu'ilz avoient grand pleysir de veoir serrer le
trésor espaignol dans la Tour de Londres, et d'aultres avec regrect
ont dict que c'estoit quatre vingtz et quinze brandons, car aultant y
avoit il de charges d'argent, qui allumeroient bien tost la guerre
dans ceste isle.

Il y en a beaucoup aussi qui détestent les pratiques, que ceulx cy
mènent avec ceulx de la Rochelle, et les entreprinses de ces pirates,
ce qu'ilz font de tant plus ardiment qu'ilz voyent que ceste Royne, et
ceulx de son conseil, n'en advouent rien, et cella rend aulcunement
difficiles les choses au cardinal de Chatillon et à Cavaignes, qui
sont contrainctz de les conduyre en leur nom; et n'est sans qu'ilz y
sentent du réfroydissement, et souvant, de la contradiction. Mais
encores est l'on plus bandé sur le faict de la Royne d'Escoce, car n'y
a matière plus vifve dans le cueur des grandz, ny plus affectée de
presque tous ceulx de ce royaulme, que celle de la restitution ou de
la ruyne de ceste princesse. Dont la division de la religion donne
grand force à tous ces partys, mais l'ambition sera celle qui en
esmouvera le débat; de quoy, Madame, je mectray peyne de vous mander,
d'heure à aultre, ce qui s'en manifestera, estant assés que
compreignés maintenant, par ce peu que je vous en mande, et par le
contenu de la lettre du Roy, ce que, en général, je vous puys dire de
la présente disposition des choses de deçà.

Il est venu quelque adviz en ceste court qu'ayant le Roy d'Espaigne
mandé au duc d'Alve de luy envoyer ung nombre de soldatz pour s'en
ayder en la guerre que les Mores luy ont esmeue vers Grenade, que le
duc luy a dépesché, par mer, ung de ses filz avec sept centz hommes
d'élitte seulement, luy mandant qu'encor qu'il actande bien tost le
recommancement de la guerre, où il aura besoin de toutes ses gens,
qu'il luy envoye néantmoins son filz, et l'expose à ung manifeste
danger avec aultant d'hommes de guerre, comme il le peust à présent
secourir, ce que ceulx ci estiment estre vray; mais je ne veoy qu'il y
ayt fondement de le croyre, et, en cest endroict, je supplieray le
Créateur qu'il vous doinct, etc.

     De Londres ce XXe de febvrier 1569.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE A LA ROYNE D'ANGLETERRE.

Madame ma bonne seur, j'ay entendu, par l'évesque de Rosse et mylor
d'Héris, la bonne affection dont avez procédé avec eulx en toutes mes
affères, chose non moins confortable qu'espéré de vostre bon naturel;
espéciallement, ayant sceu par eulx que c'estoit vostre bon playsir
que je fusse trettée avec les honnorables respectz et gracieulx
entretennement, que j'ay receuz, despuis que j'arrivay à Bolon, de
maister Knolis et mylor Scrop, desquelz je ne puis moins fère que vous
tesmoigner la dilligence et grande affection d'accomplir voz
commandemens, et l'occasion que j'ay de me louer de leurs honestes
desportemens vers moy jusques à mon transportement, la façon duquel je
ne puys séeller m'avoir semblé dure; de quoy, ne désirant vous enuyer,
je me tairay pour vous dire qu'il vous pleût au dict Boulon m'accorder
non seulement ung certain nombre de serviteurs desquelz, à vostre
playsir, je me contante pour présentement me servir, mais aussi
quelques aultres qui pourroient, avec passeport du gardien et
commission de ceulx qu'avez miz en charge avec moy, aller et venir
d'Escoce vers moy ou en Escoce ou vers vous, quant j'auray quelque
chose à vous remonstrer. Lesquelles licences par vous de nouveau
permises à mes dicts commissionnaires en ma faveur, j'ay faict
entendre à Mr. le conte de Cherosbery et maister Knolis, qui disent
n'avoir telle commission de vous, ains m'ont reffuzé de vous envoyer
aulcun jusques à ce que je leur ay monstré vostre lettre, faisant
mention de quelque résolution requise sur les pointz proposés par mes
commissaires; ausquelz ilz ont commandé de despartir sans délay,
sellon leurs passeportz, avec déclaration qu'ilz n'auront nul accez
dorsenavant à moy sans vostre exprès commandement.

Sur quoy j'ay prié maister Knolis vous fère remonstrance et des
austres petites nécessitez, ensemble avec la déclaration de ma bonne
volonté vers vous, avec lequel j'ay envoyé ce pourteur pour me
rapporter vostre bon playsir, quant aurez veu et entendu les choses
requizes par moy au mémoire adressé à Mr. le comte de Lecester et
maister Cecile, vous suppliant que par luy vostre bon playsir soit,
sur tous ces poinctz entenduz de moy, commander à Mr. le comte de
Cherusbery ce qu'il vous plairra qu'il en fasse. Et, pour ce que
maister Knolis m'a promiz de vous fère veoir mon mémoire et requeste
adressée à voz dicts deux conseillers, je ne vous inportuneray par la
présente de mes particularitez, me rapportant au mémoire et rapport de
maister Knolis.

Quant à ce qu'il vous plaict toucher, en vostre lettre, que trouvés
estrange que mes commissaires ne sont condescenduz sur les
spéciallitez, après avoir entendu leurs raysons, j'ay advizé avec eulx
que celluy qui retourneroit en Escoce proposera aulx aultres de mon
conseil et noblesse donner commission suffizante pour, sans scrupulle,
conférer les spéciallitez que nous penserons vous estre plus
agréables, et à mon honneur et préservation de mon estat, en quoy
eulx ny moy ne pouvons entrer sans leur consentement de nouveau pour
les choses advenues despuys, qui mectent doubte en la force de mes
actions, estant dettenue comme ilz pourroient alléguer; et asseurés
vous que je desireroys bien sçavoir vostre bon playsir pour me y
advancer.

Bien vous suppliè je d'une chose qui est de ne permectre plus qu'il
soit miz en avant de si deshonestes et désavantaigeuses ouvertures
pour moy que celles à quoy l'évesque de Rosse a esté conseillé prester
l'oreille; car, comme j'ay prié le dict maister Knolis vous
tesmoigner, j'ay faict voeu à Dieu solemnel de jamais ne me démettre
de la place où Dieu m'a appellée, tant que pourray sentir mes forces
battantes pour ce fays, comme, je le remercye, je les sens augmenter
avecques l'envie de m'en acquitter mieulx que jamais, et avecques plus
de suffizance par le temps et expérience acquise, vous suppliant, en
toute aultre chose que ne inportera mon honneur et estat, estimer
qu'après Dieu je desire singulièrement vous playre, et si j'osois vous
ramentevoir combien je suis aprochée de vous et preste de m'aller
offrir à plus particullières conditions que je ne puys, en l'estat où
je suis, je diroys que c'est tout mon desir.

Cependant, avec l'adviz de mon conseil, je mettray peyne, en ayant
responce de vous, fère les offices à moy possibles pour obtenir vostre
faveur, laquel je proteste volontairement ne mettre jamais en hazard
de perdre, si je la puys acquérir. Quant à toutes aultres choses qui
me touchent, je m'en remectray au mémoire, pour ne vous inportuner,
seulement vous diray je que, quant aulx responces que désirés, je
seray preste, quant il vous plairra m'admettre en vostre présence, de
vous en résouldre et fère paroistre la faulceté de leurs calumnies et
mon innocence, laquelle Dieu manifestera, comme mon espoir est en luy.
Cependant auquel je prie vous donner, Madame, en longue santé, bonne
et heureuse vie.

     De Tutebery ce Xe de febvrier 1569.


Je viens d'entendre, Madame, que mon cousin le duc de Chatellerault,
nonobstant vostre passeport, est arresté à York. Je m'asseure qu'il
n'a commis nulle offence, qui me fera vous supplier de concidérer sa
nécessité et le long temps qu'il a demeuré, oultre son passeport, à
vostre commandement, et commander qu'il luy soit permiz passer oultre.
Il vous plairra excuser si j'escriptz si mal, car le logis non
habitable et froid me cause quelque rhume et dolleur de teste.



XXe DÉPESCHE

--du XXVe de febvrier 1569.--

(_Envoyée jusques à Calais par Jehan Vallet._)

  Charles IX refuse de s'établir médiateur entre l'Angleterre et
    l'Espagne.--Négociations de l'ambassadeur d'Espagne pour
    obtenir la restitution du trésor saisi par Élisabeth.--Prises
    faites par les Anglais.--_Liste des capitaines_ de réputation
    qui se disposent à se mettre en mer.


     AU ROY.

Sire, bien peu d'heures après ma dépesche, du XXIe du présent, je
receuz celle qu'il avoit pleu à Vostre Majesté me fère, de Joynville,
le IXe auparavant, toute en chiffre, en laquelle j'ay comprins vostre
desir sur les affères d'entre ce pays et les Pays Bas, lequel je
mectray peyne d'accomplir, ainsi que je le verray bien à propos, et
comme j'avois desjà commancé de le fère, n'ayant esté mon intention
que fissiez office de médiateur en cella, sinon pour vous obliger
l'ung party et l'aultre en ung faict duquel, aussi bien, ilz
demeureront d'accord; et affin aussi qu'estant la matière une foys
venue en voz mains vous la menissiez, ou au tard, ou au long, ainsi
que le bien de vos affères le requerroit, et eussiés cependant ung
gaige pour vous fère requérir et observer des deux costés. En quoy,
possible, se fut trouvé moyen de fère passer plus avant les choses,
que je crains qu'elles ne feront.

Tant y a que j'yray, du premier jour, veoir ceste Royne, et mettray
peyne de descouvrir si son intention en cella est conforme à la
démonstration qu'elle et ceulx de son conseil en font; car les deniers
d'Espaigne sont toutjours resserrés en la Tour, ausquels toutesfoys
l'on ne touche point, et le Sr. d'Assoleville, encor que despuys le
retour du corrier qu'il avait envoyé au duc d'Alve ayt eu permission
de communiquer de rechef avec l'ambassadeur d'Espaigne, ilz ne sont
toutesfoys, l'ung ny l'aultre, en termes d'estre encores ouys de ceste
Royne. Vray est que le dict d'Assoleville a esté devers le mylor
Quiper, garde des sceaulx, et le secrétaire Cecille a esté devers luy,
mais il ne leur a exposé sa charge, sinon en général, c'est qu'il
estoit venu procurer la délivrance des deniers, comme, à la vérité, il
semble que luy et le dict ambassadeur d'Espaigne ne prétendent que de
les avoyr et de dissimuler toutes aultres injures, mesmes, si ceulx cy
sçavoient tenir bon, je croy qu'il se contanteroit de la seule
asseurance des dicts deniers plus tost que de venir à nulle ropture.

La responce que le susdict ambassadeur d'Espaigne avoit faicte à la
proclamation de ceste Royne, dont vous envoyay naguières la coppie, a
esté traduicte par quelcun en langaige de ce pays, qui l'a publié avec
des additions telles, que ceste Royne et tous ceulx de ce conseil en
sont fort escandalizés et en ont faict enquérir, dont plusieurs
notables personnaiges en ont esté envoyés en pryson, ce qui monstre
qu'il y a une bien aspre division, bien que encores lattante, dans ce
royaulme.

Cavaignes et Du Doict font grand dilligence, et la font fère aussi par
leur faulteurs, de trouver deniers par deçà, et offrent grand
asseurances; mais j'espère, Sire, qu'ilz en recouvreront si peu, ou
poinct du tout, qu'ilz n'auront dorsenavant, par les supportz d'icy,
guières moyen de se maintenir contre Vostre Majesté.

Aulcuns des principaulx seigneurs de ce conseil entendant qu'on
soubspeçonnoit les Anglois d'avoir eu intelligence en ces menées, qui
ont esté découvertes en Normandie, et en quelques aultres de Callays,
m'ont envoyé dire qu'ilz me prioyent de croire que cella n'estoit ny
ne pouvoit estre aulcunement procédé de l'intention de la Royne, comme
pour leur regard ilz seroient prestz de se purger, quant il sera
besoing, qu'il n'en avoit esté rien pratiqué de deçà, sinon que le
secrétaire Cecille l'eust faict tout seul, de quoy seroit à luy d'en
rendre compte, mais, ny en une façon ny aultre, je n'ay peu descouvrir
que les Anglois y ayent esté meslez.

Au reste, Sire, de tout cest armement que ceste Royne a faict
préparer, il n'en est encores rien sorty hors de ceste rivière que
quatre grandz navyres. Vray est que les deux naves veniciennes sont
sur l'emboucheure d'icelle et ung nombre d'aultres particulliers sont
à Plemmue, qui ont encores freschement prins neuf ou dix ourques de
Flandres, retornans de la Rochelle, chargés de vins: mais ilz ne
trouvent guyères plus que prendre en mer, et entre les dicts
vaysseaulx particulliers il y en a qui pourroient estre de quelque
effect, estans à des cappitaines de mer qui sont en réputation par
deçà, desquelz j'ay miz peine de sçavoir les noms, et incisteray à
ceste Royne de les fère révocquer, ou, si elle s'en excuse sur le
doubte de la guerre qu'elle crainct avoir avec les Pays Bas, que
aulmoings elle leur règle tellement leurs entreprinses que voz payz et
subjectz n'en puissent estre aulcunement endommaigés; ce que j'espère
obtenir, pourveu, Sire, qu'il vous playse fère accommoder le faict de
la saysye de Roan.

L'on a commancé de fère les monstres généralles et ordinaires en ung
quartier de ce royaulme, et se continuera de mesmes partout, mais je
n'entendz qu'il y ayt rien d'extraordinaire pour encores. Je
procureray, en ma première audience d'inpétrer de ceste Royne les
choses que la Royne d'Escoce luy a envoyé requérir par ses lettres et
mémoires, du XIIIe du présent, ainsi que, en mes précédantes, je vous
en ay faict quelque mention, et, prieray, au reste, le Créateur, etc.

     De Londres ce XXVe de février 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, ayant receu, le XXIe de ce moys, les lettres qu'il a pleu à
Voz Majestez m'escripre de Joynville, le VIIe et IXe auparavant, j'ay
trouvé en celle du Roy une bonne instruction de ce que j'ay à dire et
fère ès choses d'entre ce pays et les Pays Bas. A quoy je mectray
peine de satisfère jouxte voz intentions, lesquelles je vous puys
asseurer, Madame, que, pour les mesmes considérations que m'escripvés,
et aultres que le Sr. de La Croix à son retour m'avoit dictes, j'avois
desjà miz peyne de les accomplir, dont, possible, s'en cognoistra
quelque effect au monde. Au moins n'aura t il tenu à moy de le
procurer, mais il se fut encores, ce me semble, mieulx conduict, si,
en vous faisantz médiateurs entre les parties, l'affère eust esté
remiz en voz mains, ainsi que j'en mande ung mot par la lettre du Roy;
et ay veu, au reste, en la lettre de Vostre Majesté, la prudente et
vertueuse responce qu'avez faict à l'ambassadeur d'Angleterre,
laquelle est tant conforme à tout ce que j'ay négocié jusques icy, et
si convenable à ce qui estoit requis de fère expressément entendre à
ceste Royne, que j'espère que les affères et service de Voz Majestez
par deçà s'en porteront beaulcoup mieulx. Et, affin d'en imprimer
mieulx le tout à la mémoire de la dicte Dame, je le luy rafreschiray
demain en aulcuns propoz que j'ay à luy tenir jouxte le contenu de
vostre dicte lettre, dont vous feray après entendre ce qu'elle m'aura
respondu. Et, pour la fin, je vous diray, Madame, que, sellon aulcunes
praticques que j'entendz se mener en ceste court, je seray bien trompé
si bien tost l'on ne veoyt advenir une notable noveaulté, et,
possible, quelque mutation d'aulcunes choses en ce royaulme, priant
Dieu, etc.

     De Londres ce XXVe de février 1569.


NOMS D'AULCUNS CAPPITAINES DE MER ANGLOIX qui ont particullièrement
armé des vaisseaulx.

     Le cappitaine Michel de Cornaille en a armés six,
     Le cappitaine Jonnes--deux,
     Le cappitaine Forbouches--trois,
     Le cappitaine Morice--deux,
     Le cappitaine Achellay--deux,
     Le cappitaine Boos--deux,
     Le cappitaine Kelle--deux,
     Le cappitaine Robunb--ung,
     Le cappitaine Marye Churqe--deux,
     Le cappitaine Pierre Adrian--ung,
     Le cappitaine Thomas Mores, Irlandoys,--ung,
     Le cappitaine Amand--ung,
     Le cappitaine Wjons--ung,
     Le cappitaine Wurte--ung,
     Le cappitaine Chambre--ung,
     Le cappitaine Richarson--ung.

Au nom de sire Artus Chambrenant, visamyral de Cornaille, en a esté
armé deux;

     SOMME XXXI vaysseaulx, oultre plusieurs
     aultres, dont on n'a peu sçavoir le nom,

Et quatre grandz navyres de la Royne d'Angleterre, et les deux grandz
naves veniciennes.

Les aultres quatre, que Me. Ouynter avoit ramené de la Rochelle, sont
encores dans la rivière qui ne sont prestz de sortir.

Il s'apreste encores vingt navyres marchans pour aller en Broage
quérir du sel, qui seront conduictz par deux des dicts grandz de la
dicte Royne, et du contrerolleur de la marine, en personne.



XXIe DÉPESCHE

--du Ier jour de mars 1569.--

(_Envoyée par La Vernhe._)

  Le secrétaire La Vergne, accusé auprès de la reine-mère d'être en
    correspondance avec les protestants de la Rochelle, se rend en
    France pour se justifier.


     A LA ROYNE.

Madame, attandant de vous dépescher ung aultre des miens aussi tost
que la Royne d'Angleterre m'aura respondu aulx choses, que je luy ay
dictes et déclairées de l'intention de Voz Majestez, sellon le contenu
de voz trois dernières dépesches, j'ay bien vollu cependant, pour le
regard du postille qui est en celle du Roy, du XIIIIe du passé, vous
dire très confidemment, Madame, que jamais gentilhomme ne se porta
plus fidellement, ny avec plus de droicture et d'intégrité en vostre
service, en toutes les choses que m'avez commandées quelles qu'elles
ayent esté, ny qui ayt miz plus de peyne, en tout ce qu'il m'a esté
possible, que les miens fissent de mesmes que j'ay toutjour faict;
dont si l'on vous a rapporté, ou donné adviz, qu'un de mes secrétaires
révelle toutes choses à voz rebelles, je ne vous puys dire aultre
chose, Madame, sinon qu'encor que ce soit sans aulcune mienne coulpe,
que néantmoins je serois dollant à mort qu'il fût aulcunement vray.
Et affin que par le mesmes qui est accusé, qui est le pourteur de la
présente, lequel a seul tenu mon registre, et seul escript toutes mes
dépesches, Vostre Majesté en soit esclarcye, il s'en va consigner
entre voz mains, affin que vous en fassiez l'examen et vériffication
telle qu'il vous plairra.

J'espère, que, demain ou après demain, ceste Royne me fera sa responce
ou bien renvoyera le filz de Mr. Norrys pour la vous fère fère par son
ambassadeur de dellà, et croy qu'elle sera assez bonne, encor que son
conseil soit après à la digérer, et qu'on luy représente de grandz
maulx à venir sur elle et sur son royaulme de la fin de ceste guerre,
si les catholiques demeurent supérieurs. Mais j'ay miz peyne de luy en
diminuer la peur, dont, par mes prochaines, Vostre Majesté entendra le
tout, à laquelle baysant, en cest endroict, très humblement les mains,
je prieray le Créateur qu'il vous doinct, etc.

     De Londres ce Ier de mars 1569.



XXIIe DÉPESCHE

--du VIIIe de mars 1569.--

(_Envoyée par le Sr. de Sabran._)

  Sommation faite au nom du roi de France, par l'ambassadeur, à la
    reine d'Angleterre, de se prononcer, dans le délai de quinze
    jours, pour la paix ou pour la guerre avec la France.--Réponse
    d'Élisabeth que, malgré le desir qu'elle a de maintenir la
    paix, elle doit en référer à son conseil.--Hésitation du
    conseil, qui se trouve à la fois menacé de la guerre avec la
    France et avec l'Espagne.--Après sept jours, déclaration est
    faite à l'ambassadeur, que l'Angleterre demeurera en paix avec
    la France.--_Mémoire au roi_ sur les affaires de France,
    d'Espagne et d'Écosse.--_Mémoire secret_ renfermant des détails
    particuliers sur la coalition des seigneurs d'Angleterre pour
    renverser sir William Cecil.--_Remontrances_ présentées par
    l'ambassadeur au conseil, énumérant les actes d'hostilité que
    le roi de France a dû prendre pour une déclaration de
    guerre.--_Plainte_ des marchands français établis en Angleterre
    contre diverses exactions.--_Déclaration_ de paix et d'amitié
    faite par le conseil en réponse aux remontrances.


     AU ROY.

Sire, m'ayant Vostre Magesté, par ses lettres du VIIIe, XIIe et
XIIIIe du passé, baillé de quoy pouvoir largement tretter de paix ou
de guerre avecques ceste Royne, je luy ay, par les mesmes termes de
voz lettres, faict entendre que vous estiez très desireux de demeurer
en l'ung et bien fort disposé de vous préparer à l'aultre, avec
commémoration des bons déportemens, dont aviez uzé envers elle pour la
continuation de ce qui estoit le meilleur, et de ne luy avoir onques
donné occasion de venir au pire; ce qui a esté poursuyvy avec des
propos qui seroient longs à mettre icy, mais si urgens, sellon vos
dictes lettres, que, joinct ce que Voz Magestez en avoient desjà dict
à son ambassadeur, elle s'est trouvée en grande perplexité de m'y
respondre.

Vray est que pour ne luy donner occasion, si je la pressoys ou
conveinquoys par trop, de venir à parolles plus dures et de moindre
satisfaction que je n'en voulois ouyr pour Vostre Magesté, j'ay
toutjour rejecté sur aultre que sur elle la coulpe du tout, luy
gratiffiant aulcuns bons offices dont elle avoit usé envers vous; qui
aussi, pour l'amour d'elle, aviez supporté des choses qu'elle sçavoit
bien qui vous estoient dommaigeables, et qui en fin vous alloient
estre si griefves que vous aviez esté contrainct de luy fère ceste
déclaration que je luy faisois: c'est qu'estant vostre volonté tout
entièrement de demeurer en la bonne paix, amytié et confédération, que
vous aviez avecques elle, et avec ses pays et subjectz, vous vouliez
estre résolu et esclaircy, dans quinze jours, si elle vouloit
persévérer de son costé, ou aultrement, que vous regarderiez de
pourvoir à vos affères sellon les moyens qu'il a pleu à Dieu vous en
donner, par ainsy qu'il ne tenoit plus qu'à elle qu'elle ne jouyst et
fît joyr ses subjectz d'une bien ferme et très proffitable paix
avecques ung grand Roy et ung grand royaume, tel comme vous et le
vostre.

La dicte Dame, ayant paciemment, et avec attention, escoutté toutz mes
propoz, a miz peyne d'en admener plusieurs, pour elle, de sa bonne
volonté et droicte intention en l'entretennement de la paix, de la
commémoration de ses bons offices envers Voz Magestez Très
Chrétiennes, de la justiffication de ses actions, et plusieurs
aultres, qui tendoient toutz à vous vouloir contanter, dont la
substance estoit de vous remercyer de la bonne responce que Voz
Magestez avoient faicte à son ambassadeur sur le récit des tortz et
mauvais trettement que ses subjectz ont receu du duc d'Alve, de
laquelle elle demeuroit satisfaicte; ensemble de ce qu'aviez, commandé
lever la saysye de Roan, offrant, de son costé, fère fère rayson à voz
subjectz, et qu'elle n'avoit jamais que bien fort détesté les
exploictz des pirates, et avoit souvant commandé de les punir; dont
respondroit tousjours pour ceulx de ses subjectz qu'elle avoit envoyé
sur mer, car ne les avoit layssé sortir sans caution; mais que des
aultres elle ne pouvoit fère aultre chose, sinon d'employer sa force
et sa justice, en faveur de voz subjectz et des siens, en tous les
endroicts qu'elle en seroit requise, ce qu'elle offroit très
volontiers de fère; et qu'au reste Voz Magestez ne debvoient
aulcunement croyre, ce qu'on s'esforçoyt de vous persuader, qu'elle
eust envoyé secours à ceulx de la Rochelle, ny eu intelligence aulx
entreprises de Dièpe et du Hâvre; car elle n'avoit si peu de prudence
qu'elle vollût acquérir l'inimytié de Voz Magestez pour avoir l'amytié
d'ung de voz subjectz, ny luy ayder à mener sa guerre pour perdre la
paix qu'elle avoit avecques vous, et s'il s'en estoit vanté que ce
avoit esté pour authoriser davantaige ses affères; dont estoit preste
de luy escripre qu'il déclarast quel secours elle luy avoit baillé,
affin de le conveincre de ce qu'il en pourroit avoir cy devant publié;
et que, quant elle vous eust vollu nuyre, que vous eussiez autrement
que par six cannons, et ung peu de pouldre, senty les moyens qu'elle
avoit de le fère tant en force d'hommes, d'armes, de vaysseaulx,
d'artillerye que d'argent, dont elle disoit en avoir bonne somme, et
que les belles occasions ne luy avoient poinct manqué; mais qu'elle
s'estoit proposée, contre toutes persuasions qu'on luy pouvoit donner
du contraire, de garder très constamment vostre amytié; de quoy, si
ne luy vouliez sçavoir gré, elle ozeroit dire que vous vous rendriez
indigne qu'elle vous en deust tant porter comme de bon cueur et
d'affection elle faisoit. Et quant à la faveur trop grande que je luy
disois que ceulx de l'aultre party recepvoient prez d'elle, que, à la
vérité, elle avoit humainement receu et admiz quelquefoys à parler à
elle le cardinal de Chatillon, qui estoit venu en son royaulme pour
saulver sa personne, lequel luy sembloit estre homme de bien et bon,
qui luy avoit toujours parlé honnorablement et avec grand humilité et
respect de Vostre Magesté et de la Royne, vostre mère; car aultrement
ne l'eust souffert ung jour en son pays, et que, sellon son parler, il
ne tenoit à luy que toutes les choses n'allassent bien; et q'un aultre
gentilhomme aussi estoit naguières venu de la Rochelle, qui disoit
avoir à tretter aulcunes choses avecques elle, mais qu'elle ne l'avoit
encores veu, ny ouy, ny n'estoit preste d'entendre à rien qu'il luy
sceût proposer à vostre préjudice, et que d'avoir esté capitulé par
eulx de luy mettre en ses mains une de voz places de Normandye ou
Picardye, que cella pouvoit bien estre en leur intention, mais qu'elle
n'en avoit jamais ouy parler.

Et continua en plusieurs aultres propoz, desquelz, comme je luy
gratiffiay grandement, de la part de Voz Majestez, ceulx qui
revenoient à vostre satisfaction et contantement et à l'entretennement
de la paix, aussi ne volluz je laysser passer sans quelque réplique
les aultres, où elle vouloit que vous ne vissiez ny sentissiez rien du
support qu'avoient receu ceulx de la Rochelle; car, si ce n'avoit esté
d'elle, au moins il estoit sorty de son royaulme, et sinon tant qu'on
leur en eust bien peu bailler, au moins, possible, autant comme ilz
en avoient demandé; et que, si la guerre ne vous avoit esté
ouvertement commancée du costé de son royaulme, qu'on avoit néantmoins
passé à telles démonstrations que vous aviez esté contrainct de
demander là dessus la déclaration de sa volonté, dont la pryois
qu'elle me résolût de ce que j'avois à vous en mander.

A quoy m'a respondu qu'elle venoit de recepvoir, depuys deux heures,
des lettres de son ambassadeur, lesquelles n'avoit encores ouvertes,
et que, possible, après les avoir veues, elle auroit de quoy mieulx
satisfère à ceste et aultres particularitez que je luy avois
proposées, desquelles je luy pourrois cependant bailler ung mémoire,
et que, ayant sur le tout prins adviz de son conseil, elle m'y
respondroit.

Et par ce que, Sire, parmy ses discours elle m'avoit dict ne fère
doubte que le duc d'Alve ne vous persuadât de fère quelque
démonstration en sa faveur, pour les choses qu'il avoit mal commancées
contre elle, et que je voyois qu'elle estoit sur le poinct de se
résouldre ou du dict affère ou du faict de France, je luy volluz bien
dire qu'à la vérité il ne pouvoit estre que Voz Magestez Très
Chrétiennes n'eussiez esté très marriz de veoir naistre différend
entre deux telz princes, voz alliez et confédérez, comme le Roy
Catholique et elle, et entre deux estatz si voysins, comme estoient
les leurs du vostre; mais que le duc d'Alve s'estimoit si suffizant,
et estimoit son Maistre si puissant et si saige, qu'il n'avoit garde
de vous demander ny conseil, ny secours, pour sortir de ceste affère;
et considèreroit aussi que comme son dict Maître ne vouldroit rompre
une de ses bonnes alliances pour vous, qu'il luy seroit mal honeste de
vous requérir de rompre les vostres pour luy; et ainsy je me licentiay
de la dicte Dame.

Mais estant, le jour mesme, adverty que aulcuns voulans aigrir la
matière estoient après pour luy imprimer qu'elle ne se debvoit
aulcunement soubzmettre à ceste déclaration de paix ou de guerre, à
quoy vous la sommiez, et que c'estoient ses ennemys qui vous
incitoient de luy fère, sans occasion, ceste bravade, je me hastay de
luy envoyer, bien peu d'heures après, mon mémoire, avec ung sommaire
récit, au premier article d'icelluy, de toutes les occasions qui vous
avoient meu de ce fère. Lequel mémoire, après l'avoir leu, elle le fit
translater en anglois pour l'envoyer à ceulx de son conseil; et au
boult de sept jours, après avoir respondu au Sr. d'Assoleville ce que
Vostre Majesté verra en mon mémoire, elle m'a envoyé par le Sr.
Sommer, clerc de son conseil, ceste sienne responce en anglois, que je
vous envoye traduicte en françois; en laquelle, encor que, parmy
beaulcoup de paroles obscures, j'y aye trouvé aulcunes choses qui vous
pourroient contanter, j'ay néantmoins vollu avoir d'elle mesmes sa
responce.

Et ainsy estant, hyer au soir, retourné devers la dicte Dame, après
plusieurs propoz j'ay eu ceste déclaration d'elle que pour le desir de
conserver l'amytié qu'elle a contractée, dez son avènement à sa
couronne, avecques le feu Roy vostre père, et continuée avecques Vous
et avec la Royne, vostre mère, elle est résolue de demeurer
entièrement aux trettez et capitulations de la bonne paix, qui est
entre Voz Majestez et voz pays et subjectz, tout ainsy que vous dictes
y vouloir persévérer de vostre costé, et que de ce elle vous en a, en
trois occasions, rendu trois si bons tesmoignages que jamais Roy
d'Angleterre n'en a rendu de semblables à nul de voz prédécesseurs. Et
puys m'a pryé de fère ses recommendations à Voz Majestez, et qu'elle
desiroit vous pouvoir fère aultant de bien comme elle vous en
vouloit, qui ne pouvoit tant oblyer sa qualité qu'elle ne se sentît
bien affectionnée à la cause de ses semblables, et qu'elle vous feroit
encores entendre sa responce par son ambassadeur; laquelle sera bon,
Sire, que Vostre Majesté montre avoir bien agréable et que la
gratiffiez par toutes bonnes parolles envers la dicte Dame, vous
suppliant au surplus donner foy à ce que ce gentilhomme, présent
pourteur, nommé le Sr. de Sabran, vous dira, lequel j'ay dépesché
exprès pour aller rendre bon et fidelle compte de toutes choses d'icy
à Vostre Majesté, à laquelle, etc.

     De Londres ce VIIIe de mars 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, par la présente dépesche Vostre Majesté verra l'ordre que j'ay
tenu pour remonstrer à ceste Royne les mauvais déportemens dont elle
et ses subjectz avoient uzé contre Voz Majestez, et les vostres, ainsi
que par voz dernières me commandiez de le fère, en quoy y a eu assés à
craindre qu'elle ne me donnast d'aussi mauvaises responces que ses
effectz avoient esté mauvais; car a esté extrêmement pressée de se
déclairer ouvertement pour la deffense de sa religion, estimans ceulx
qui la possèdent que cella fortiffieroit et donroit grand faveur à
leur cause, et considéroient aussi, qu'estant la guerre déclairée tant
contre la France que l'Espaigne, ilz demeureroient plus asseurez
qu'ilz ne sont du dedans de ce royaulme contre l'entreprinse des
catholiques naturelz du pays, qui, par ce moyen, ne pourroient, sans
lèze majesté, pratiquer ny estre pratiqués des aultres catholiques
estrangiers.

Et, d'ailleurs, ma remonstrance estoit venue en temps qu'on trettoit
des affères des Pays Bas, et que la plus part de ceulx de ce conseil
opinoient toutes aultres choses leur estre plus expédientes que de
rompre, en façon du monde, l'ancienne alliance de Bourgoigne, laquelle
leur avoit esté toutjour très proffitable; là où ilz n'avoient jamais
eu que perte et dommaige de la France: et aulcuns s'esforçoient
d'imprimer à ceste Royne qu'il n'y avoit lieu qu'elle se soubzmît à
vous fère ceste déclaration de paix ou de guerre, à quoy vous la
vouliez contraindre, et que c'estoient ses ennemys qui vous
induysoient de la braver de ceste façon. Dont estant ceste affère
tretté en ce conseil en mesme temps que celluy de Flandres, non sans
beaulcoup de contention, ny sans qu'il ayt fallu veiller et bien
travailler de nostre costé, en fin, estant demeuré celluy de Flandres
au mesmes suspens qu'il estoit, le vostre a eu, grâces à Dieu, telle
yssue que, gardant l'avantaige du Roy et vostre, et faisant cesser,
aultant que j'ay peu, toutes mauvaises entreprinses et mauvais
exploitz des deux costez, la paix vous est conservée, pour ceste foys,
avec ceste Royne et son royaulme, ainsy que Vostre Majesté le verra en
la lettre du Roy et en la responce que la dicte Dame et ceulx de son
conseil m'ont faict bailler par escript. En quoy, Madame, j'ay miz
peyne de fère réuscyr le tout à ce que j'ai cogneu estre du service de
Voz Majestez et de vostre intention, que, j'espère, trouverés estre
bien accomplys.

Il est vray que de tant que toutes choses, pour la malice du temps,
ont à estre maintenant suspectes, je ne vous veulx prier de vous
asseurer tant, du costé de ceulx cy, que vous ne pourvoyés, Madame,
qu'ilz ayent toutjours moins de moyen que de volonté de vous nuyre; et
je les observeray de bien prez, pour vous pouvoir mander, heure pour
heure, leurs mouvemens et entreprinses, vous priant, au reste, donner
foy à ce que ce gentilhomme, présent pourteur, nommé le Sr. de Sabran,
vous dira, lequel j'ay dépesché exprès pour vous aller rendre bon et
fidelle compte de toutes choses d'icy, auquel me remectant, je prieray
le Créateur, etc.

     De Londres ce VIIIe de mars 1569.


La Royne d'Angleterre m'a prié vous escripre particullièrement que la
seule bonne affection qu'elle porte à Voz Majestez et à la
conservation de vostre grandeur, l'ont meue de vous fère ceste
déclaration de paix et d'amytié, et non qu'elle vous pense estre tant
hors d'affères que vous luy puissiez maintenant commencer la guerre;
car ou elle n'a aulcune cognoissance des entreprinses du monde, ou
elle vous peult asseurer qu'il s'apreste encores de bien fort grandes
forces pour ceulx de sa religion, et qu'elle est bien marrye qu'il en
doibve rien tumber sur Voz Majestez ny sur vostre royaulme.


MÉMOIRE BAILLÉ AU SIEUR DE SABRAN,

_Pour dire à Leurs Majestez, oultre le contenu des lettres_,

Que l'on n'augmente en rien l'armement et appareil de guerre, que le
Sr. de La Mothe leur a mandé qui s'aprestoit par deçà, si n'est de
continuer, encores pour ung mois, l'avytaillement des grandz navyres
de ceste Royne, et que les monstres, généralles et ordinaires, qui ont
commancé d'estre faictes en aulcuns endroictz de ce royaulme, se
continueront partout avec, possible, plus de rigueur, en l'observance
des ordonnances de la guerre, qu'on n'avoit accoustumé d'y tenir,
mesmement pour avoir des haquebuttes et entretenir des grandz
chevaulx;

Que l'insolence des pirates a commancé d'estre aulcunement restrainte
despuys qu'il a représanté à la dicte Dame les propos que Leurs
Majestez Très Chrestiennes avoient tenu là dessus à son ambassadeur.
Et, mesmes, à certains particulliers, qui estoient icy, attandans
d'avoir commission pour aller armer leurs vaysseaulx, on la leur a
maintenant reffuzée, ny n'est plus permiz aus dictz pirates de débiter
ny vendre par deçà les prinses qu'ilz font sur les Françoys, et semble
qu'on révoquera ceulx qui ont malversé sur mer ou qui ne sont
cautionnés.

L'on a envoyé arrester ung grand nombre de vaysseaulx par toutz les
portz de deçà, comme pour aller à quelque grand entreprinse, de quoy
le dict Sr. de La Mothe a eu grand souspeçon et a esté en peyne de
descouvrir ce qu'on prétandoit de fère, qui a trouvé qu'on vouloit
dresser une flotte d'envyron cent navyres marchantz pour envoyer en
Broage quérir du sel, sollicitant cella le conseiller Cavaignes; mais
il n'y en yra, pour ceste foys, que trente, conduictz par deux de
ceulx de la Royne, ayant, à ce qu'on dict, esté faict par ceulx cy
quelque contract là dessus, avec le maire et habitans de la Rochelle,
de se payer et rembourcer, en sel et aussi en vin, des deniers et de
l'artillerye, pouldres et aultres rafreschissemens, qui leur ont esté
apportez d'icy; ainsy que, par une de ses précédantes, le dict Sr. de
La Mothe a desjà donné adviz du dict contract, bien qu'ilz le
coulorent aultrement. Et semble que ceulx cy entreprendront de
conduyre quelque traffic du dict sel vers les régions et endroictz qui
avoient accoustumé s'en fornir au dict Broage, qui meintenant, à cause
des troubles, n'y ozent aller; ce qui pourra revenir à quelque somme
d'argent, mais non guières grande, car pour peu d'escuz l'on charge
grand nombre de sel; sur quoy le dict Sr. de La Mothe a remonstré à la
dicte Dame ce qui est contenu au IIIIe des articles qu'il luy a
présentez.

Ceulx ci entendans que le duc d'Alve a faict certaine ordonnance pour
empescher le commerce qu'ilz vont dresser en Hembourc, en ont publié
un aultre par où ilz deffandent à toutz naturelz et estrangiers de ne
charger aulcune marchandise en son royaulme, sinon pour la transporter
là où yra la flotte des marchantz anglois prévilliégés qu'ilz apellent
_avanturers_.

Dont craignant que la générallité de la dicte ordonnance préjudiciât à
la liberté du traffic d'entre la France et l'Angleterre, le dict Sr.
de La Mothe a remonstré ce qui est contenu au Ve de ses dicts
articles.

Tout ce royaulme est en suspens de la guerre, craignant l'avoir tout à
la foys avec la France et l'Espaigne, ou séparément avec l'une ou
l'aultre, et craignent beaulcoup plus de l'avoir à la France, car ne
font doubte qu'ilz ne s'accommodent toutjours ayséement avec le Roy
Catholique; et si estiment que, à présent, le dict Roy Catholique
n'est pour leur pouvoir tant nuyre comme feroit le Roy. Vray est que
pour l'opinion que le peuple a qu'on ayt provoqué l'ung et l'aultre
sans occasion, il se manifeste beaucoup de division et de
contradiction parmy eulx, et mesmes ceulx de ce conseil reffuzent de
se trouver aulx dellibérations qui se font là dessus.

Tant y a, qu'en ce qui concerne la France, encor qu'il y en ayt assez,
icy, qui confessent qu'on a uzé de mauvais déportements et non
excusable contre le Roy, en faveur de ceulx de la Rochelle, toutz,
néantmoins, d'ung accord, protestent, avecques grand sèrement, de
n'avoir jamais rien entendu de la pratique que ceulx de la novèle
religion menoient pour prendre Dièpe et le Hâvre, mesmes les plus
grandz et plus auctorisés ont dict au dict Sr. de La Mothe, qu'ilz
veulent estre estimez meschantz et infâmes, au cas qu'il se trouve que
les Anglois y ayent esté aulcunement meslez.

Toutesfoys, il sera bon, durant le temps que ceulx cy seront en armes,
d'avoir l'oeil au guet de leur costé, et, parce qu'il s'entend qu'en
ung de leurs portz, du quartier d'Ouest, se font, par mandement de
ceulx de la novelle religion, deux barques longues, couppées en
travers, comme pour les porter dans des navyres, qui se peuvent
rejoindre incontinent, suffizantes à mettre deux centz soldatz en
terre, lesquelles monstrent estre pour aulcune entreprinse, en quelque
lieu, sur la mer, et qu'on a entendu qu'en certain lieu s'est parlé de
Cherbourc, comme d'une place non gardée, et toutesfoys aysée à
fortiffier, sera bon d'advertir là, et ailheurs, le long de la mer,
d'y prendre garde.

Le Sr. Du Doict n'a encores rien exposé en ce conseil, ny n'a esté ouy
de ceste Royne, dont est malaysé de sçavoir à quoy tend sa
négociation, bien que, sellon la conjecture qui se peult prendre de
certain pouvoir qui a esté veu en quelque lieu despuys son arrivée,
lequel est en quatre fuilletz de parchemin, les trois et demy escriptz
et le reste blanc, attaichez d'ung ruban noir, où pend en queue le
sceau de la Royne de Navarre en cire rouge, et soubzsigné de trente ou
quarante noms des principaulx de leur party, commençant _Jehanne_,
etc., _Henry_, etc., et consécutivement au nom d'eulx, et de Loys de
Bourbon, duc d'Anguien, de l'amyral Andellot, La Rochefoucault et
aultres, faisant narrature des choses advenues despuys six ou sept
ans, desquelles infèrent y avoir ligue des potentatz catholiques
contre les potentatz protestans, conclue au concille de Trente, et
despuys confirmée aulx voyages de Bayonne et de Picardye, ainsy que
plus à plain le démonstre la cession que la Royne d'Escoce a faicte du
droict qu'elle a à la couronne d'Angleterre[55], et encores plus
expressément les faulces paix, la ropture de l'édict de paciffication,
l'impétration de la bulle de Juilhet, et aultres pratiques contre
ceulx de la religion, choses qui doibvent esmouvoir les princes,
potentatz et aultres, de leur party, de faire ligue contraire; et
dont, pour y pourveoir, ilz ont estimé bon d'envoyer devers les dicts
princes protestans et principallement devers la Majesté de la Royne
d'Angleterre, pour luy fère entendre ce que dessus par Mr. le cardinal
de Chatillon, avec puissance de tretter et capituler pour cest effect
avecques elle, et d'obliger, pour l'entretennement des promesses qu'il
luy fera ez noms que dessus, oultre leur foy et parolle, toutz leur
royaume, duchez, comtez et baronnyes, terres et seigneuries. Il semble
que la charge du dict Du Doict soit de fère entrer ceste Royne en la
dicte ligue. Et s'est aussi descouvert d'ailleurs qu'il prétend
d'avoir, par emprunt, les deniers que la dicte Dame a arrestez du Roy
Catholique, offrant conjoinctement, au nom des princes d'Allemaigne et
de ceulx qui l'ont envoyé, de rembourcer le dict Roy Catholique et le
contanter, tant du principal que des intérestz raysonnables, et de
relever indempne la dicte Dame de tout dommaige que, pour rayson de
ce, elle pourroit soffrir. Ausquelles deux prétentions du dict Du
Doict, le dict Sr. de La Mothe a miz et mettra encores tout l'obstacle
qu'il luy sera possible pour les luy rendre difficiles et différées,
et encores, s'il peult, reffuzées.

  [55] Le concile de Trente, ouvert le 13 décembre 1545, contre
  Luther et les autres hérétiques, s'était prolongé sous les trois
  papes, Paul III, Jules III et Pie IV, pendant vingt-un ans; il
  fut terminé, après vingt-cinq sessions, dans la séance du 4
  décembre 1563. Tous les parlements du royaume se refusèrent à
  l'admettre; cependant les protestants soutenaient qu'on voulait
  leur en faire l'application en France, où leur extermination
  était résolue. Le voyage, entrepris par le roi et la reine-mère
  en 1564 et 1565, n'avait pas, disait-on, d'autre objet. Charles
  IX et Catherine de Médicis avaient alors parcouru tout le royaume
  en commençant par la Lorraine et la Bourgogne. Après avoir passé
  l'hiver en Languedoc, ils s'étaient rendus à Bayonne, où ils se
  trouvèrent réunis, le 10 juin, avec Élisabeth, reine d'Espagne,
  et le duc d'Albe. On a dit que ce fut dans cette conférence, et
  surtout par l'instigation du duc d'Albe, que fut arrêtée la
  résolution du massacre des protestants, qui s'exécuta sept ans
  après, le 24 août 1572, jour de la _Saint-Barthélemy_. Quoi qu'il
  en soit, il n'est pas douteux que des mesures violentes n'aient
  été alors proposées contre eux et les nouvelles conférences
  tenues, peu de temps après, sur les frontières de Picardie, alors
  que le duc d'Albe avait déjà commencé une guerre de religion,
  vinrent encore ajouter à leurs inquiétudes.--A l'égard de la
  cession prétendue faite par la reine d'Écosse au duc d'Anjou de
  ses droits au trône d'Angleterre, ce point d'histoire n'a jamais
  été bien éclairci: la suite de cette correspondance nous
  permettra de faire connaître toute la vérité sur un fait aussi
  important. _Voyez_ la XXXVIIIe Dépêche.

L'ambassadeur d'Espaigne, résidant icy, et le Sr. d'Assoleville ne
pouvans inpétrer audience de ceste Royne, ont enfin proposé à aulcuns
de son conseil que, ayant la dicte Dame, avant toutes choses, faict
dellivrance des deniers arrestez, le duc d'Alve sera, puys après,
tout prest d'entendre à ce qui sera veu bon de tretter pour
l'entretennement de l'ancienne alliance et confédération d'entre ces
deux estatz, et de le fère entièrement accomplir par le Roy son
Maistre. A quoy semble qu'on leur ayt respondu de mesmes: c'est que,
après que le Roy, leur Maistre, aura renouvellé et confirmé, par
sèrement solemnel, les anciens trettez et confédérations d'entre ceste
couronne et la maison de Bourgoigne, lesquelles le dict duc s'est
esforcé d'enfraindre, que la dicte Dame entendra aulx moyens qui
seront cogneuz raisonnables pour la restitution des dicts deniers. Et
despuys, ayant le dict d'Assoleville mandé à la dicte Dame qu'il avoit
à luy dire des choses qui inportoient grandement à elle et à son
estat, lesquelles il ne pouvoit encores communiquer à ceulx de son
conseil, dont elle auroit playsir et proffict de les sçavoir, elle luy
a faict respondre que rien ne pouvoit concerner ni elle ny son dict
estat qui ne concernât ceulx de son conseil et ses subjectz, lesquelz
elle aymoit mieulx que soy mesmes; et par ainsy qu'il ne fît
difficulté de leur dire ce qu'il vouldroit dire à elle mesmes.
Lesquelles responces les dictz ambassadeurs n'ont encores faict
entendre au dict Sr. de La Mothe, bien qu'ilz se soient aydez de luy
pour les mander au dict duc, à qui icelluy d'Assoleville a escript de
le vouloir révoquer, cognoissant que sa demeure par deçà ne faisoit
que donner cueur et ampirer davantaige ceulx cy, qui vouloient garder
la réputation, et estre priez. Et ainsy le dict d'Assoleville prépare
son retour, lequel, ayant desjà son passeport, monstre se vouloir
acheminer dans deux jours. Ne sçay si le dict duc luy mandera de
demeurer pour entrer en une novelle négociation et mettre quelque
aultre party en avant. Tant y a qu'il est desjà licentié pour s'en
retourner, sans avoir parlé à ceste Royne, et sans avoir rien exécuté
de sa charge; dont la dicte Dame attandra que ce soit le Roy
Catholique mesmes qui envoye devers elle, et advouhe cognoistre que ce
qu'elle a faict en cest endroict n'a esté que pour luy conserver ses
deniers, et qu'il la prie de les lui rendre avec continuation de la
paix et bonne alliance qui est entre eulx, et elle y satisfera
entièrement; bien que ceulx de la novelle religion espèrent pouvoir
empescher que des dicts deniers, et aultres riches prinses qui ont
esté faictes sur les subjectz du Roy d'Espaigne, mesmes d'une, tout
freschement, de dix ourques chargez de cuyrs et de cochenille, qui
vallent plus de deux centz mille escuz, et où s'est trouvé plus de six
vingtz mille escuz en espèces et cinq ou six caysses de perles et
aultres richesses, rien n'en soit rendu qu'on ne voye ung accord et
paix généralle pour leur religion, dont ne tient à ceulx cy que le duc
d'Alve ne soit bien piqué de plusieurs prinses qu'ilz font, encores
toutz les jours, sur les Espaignolz et Flamans, s'il s'en vouloit
aulcunement rescentir.

Mylord Housdon, gouverneur de Varvic, a escript que l'Escoce s'apreste
d'estre toute en armes dans le XXe de ce moys, et que le comte de Mora
espère d'estre le premier en campaigne pour contraindre les Ameltons
et Hontelletz, et ceulx du comte d'Arguil et aultres, de recognoistre
le petit prince pour leur Roy, et les aultres au contraire pour le
contraindre, luy et ses adhérans, de recognoistre la Royne, et que le
dict comte de Mora luy a envoyé demander deux cens harquebuziers
seulement, lesquelz il ne luy a encores accordez, attandant le
commandement de ceste Royne. Et semble que le dict comte trouvera une
grande et ferme résistance dans le pays, et qu'on fera icy meintennant
plus de difficulté de luy envoyer du secours qu'il n'y en eust de le
luy promettre quant il partit; bien qu'il y a assés icy qui
sollicitent vifvement pour luy, et qui procurent qu'un personnaige de
ceste court, nommé Milmor, soit bien tost dépesché pour aller, de la
part de ceste Royne, devers luy, en Escoce.

Sur le faict des prinses ceulx cy remonstrent que les Anglois et
Irlandoys n'ont jamais peu avoir justice en Bretaigne de celles que
les Bretons ont faictes sur eulx, parce que les officiers participent
au butin, et qu'il s'y commect de grandes violences, injures, et toute
espèce d'iniquité et d'injustice, en l'endroict de ceulx qui les vont
poursuyvre et solliciter au dict pays, tellement qu'ilz ne s'y veulent
plus adresser, et que, par la mesme rayson que la Royne d'Angleterre
est requise de pourvoir de deçà à l'indempnité des Françoys, la mesme
doibt mouvoir le Roy de pourvoir de dellà, et mesmement en Bretaigne,
à l'indempnité des Anglois.

Le dict Sr. de la Mothe vient d'estre adverty que Le Queux, secrétaire
de monsieur l'Amyral, lequel a demeuré quelque temps par deçà, a esté
dépesché ce matin pour s'en retourner devers son maistre à la
Rochelle.


AULTRE MÉMOIRE A PART AU Sr. DE SABRAN.

Que estans aulcuns des plus grandz et principaulx seigneurs
d'Angleterre marrys de la forme du gouvernement du royaulme, conduict
par le seul secrétaire Cécille, lequel s'est emparé de l'auctorité
d'ordonner toutes choses à son seul adviz, et voyantz qu'il
s'esforceoit meintennant de fère entrer la Royne sa Mestresse, sans
besoing, en la guerre de ces troubles, qui sont aujourd'huy dans la
chrestienté, et la mettre desjà en quelques fraiz, provoquant sans
occasion le Roy et le Roy Catholique pour favoriser ceulx qui leur
mènent la guerre en leurs pays; dont s'en sont ensuyvyes ces
démonstrations de saysies faictes à Roan et au Pays Bas, au grand
mescontantement de tout ce royaume, ilz ont estimé qu'il se présentoit
occasion de pouvoir, par vifves remonstrances des choses apartenant à
la dignité et grandeur de ceste Royne, et au bien et honneur de sa
coronne, désarçonner le dict Cecille, et recovrer pour eulx
l'auctorité et manyement de l'estat.

A quoy encor que plusieurs eussent prétandu de longtems, toutesfoys
pour ne s'entendre, et pour ne s'ozer descouvrir l'ung à l'aultre,
nul, jusques à ceste heure, ne l'avoit entreprins, et attandoient les
plus nobles et ceulx qui ont meilleure part au Royaulme que le peuple,
cognoissant leur intention, fût celluy qui, par la multiplication des
désordres et nécessitez qui adviendroient de ces choses, commançât de
crier, et ainsy est advenu meintennant que sur les dictes saysies, et,
pour redresser le traffic de ce royaulme en quelque aultre lieu qu'en
Envers, les merchans et bourgeois de ceste ville sont venuz fère
plusieurs remonstrances à ceste Royne; et aulcuns, aussi, bien
notables personnaiges, et de respect, ont esté prévenuz pour la
religion, aultres ont esté emprysonnés pour le faict de l'ambassadeur
d'Espaigne, aultres ont murmuré de la fraulde de la blanque, et le
maire et officiers de ceste ville ont esté naguières taxés par le dict
Cecille, en présence de la dicte Dame, de ne fère leur debvoir à
chastier ceulx qui parlent irrévéremment et détractent d'elle, et des
seigneurs de son conseil.

Dont voyant la dicte Dame qu'il estoit besoing de pourvoir promptement
à ces choses, lesquelles concernoient la tranquillité de son royaulme,
et qu'il failloit aussi se résouldre de la paix ou de la guerre
avecques le Roy, et pareillement avecques le Roy Catholique, et que
le faict de la Royne d'Escoce et des Escoçoys estoit bien pressé,
pareillement celluy d'Irlande, et que d'ailleurs le cardinal de
Chatillon sollicitoit que le Sr. Du Doict fût ouy et respondu en ses
demandes, elle a faict convoquer les seigneurs de son conseil pour
résouldre toutes ces matières, sentant icelluy Cecille, à la froideur
et contennance d'iceulx seigneurs, qu'il ne les pourroit ordonner
seul. Mais ilz ont faict les mallades en leurs logis, et n'a esté
possible à la dicte Dame de les assembler aulcunement, despuys qu'elle
est en ceste ville. Et de tant que le comte de Lestre a esté tiré à ce
party, il s'est aussi servy, d'un petit rhume qu'il avoit, pour excuse
de ne se pouvoir trouver aulx heures convenables du dict conseil. De
quoy le mècredy des cendres, estant tout exprès venu ung peu avant
soupper en la chambre de la dicte Dame, lors que le dict Cecille y
estoit, et s'y estant trouvé à poste le duc de Norfolc, principal de
toutz, il fust bien ayse que la dicte Dame, en présence du dict
Cecille, luy commencea à tenir propos de ses affères et se douloir de
ce que tous ces seigneurs ne se vouloient trouver au conseil pour
résouldre ce que en debvoit estre faict; lequel, après avoir, avec
grande humilité et respect, supplié, très humblement, la dicte Dame de
l'excuser, si, pour le debvoir et infinye obligation qu'il avoit à son
service, il luy disoit, en chevalier de bien et d'honneur, que la
meilleure et principalle part de ses subjectz voyoient les choses
estre si mal conduictes, et tant contre leur desir, qu'il craignoit,
ou que son estat eust à courir quelque dangier, ou que le dict Cecille
eust à leur rendre compte, sur sa teste, des choses qui avoient passé
jusques aujourduy. Duquel propos estant le dict Cecille fort troublé
et la dicte Dame esmeue, elle entra en grand collère contre le dict
comte dont le duc, qui estoit loing, adressant sa parolle assés hault
au marquis de Norampthon, qui n'estoit encores de ce party,--«Voyés,
dict il, mylor, comme le comte de Lestre, quant il a suyvy et aprové
les opinions du secrétaire, il a esté favorisé et bien venu de la
Royne, et maintennant qu'il luy veult remonstrer vertueusement ses
bonnes raisons contre celles de l'autre, elle lui faict ung très
mauvais visaige et le veult envoyer à la Tour: non, non, il n'y yra
pas tout seul.»--A quoy le dict de Norampthon respondit,--«Je loue
Dieu que vous, qui estes le principal subject de ce royaulme, voulez
enfin monstrer votre vertu, laquelle je suis prest de suyvre et ayder
de tout ce qu'il me sera possible, car aussi suis je icy pour me
plaindre.»

Et ainsy, la pluspart des grandz se sont faictz entendre, et se sont
uniz, dont, sur la proposition de ces importantes matières dessus
dictes, ilz ont requis que le dict Cecille eust à monstrer au vray en
quel estat elles estoient, et comme il les avoit conduictes despuys
huict ans en çà; car ne vouloient plus opiner sur fondement de
mensonges, comme jusques icy le dict Cecille leur avoit déguisé les
choses qu'il avoit proposées au conseil. Et semble que le dict Cecille
ayt despuys cerché de racointer ces seigneurs, mesmement le comte de
Lestre, luy remonstrant qu'il ne se debvoit aulcunement joindre aulx
autres, mesmement en ce qu'ils demandoient rendre compte des choses
passées despuys huict ans, car il s'y trouveroit aultant meslé que
luy. A quoy il a respondu que ce seroit luy seul qui auroit à rendre
compte des faultes de toutz deux, car il n'avoit rien fait que par le
conseil et induction du dict Cecille, qui pourtant debvoit regarder à
ses affères, car il avoit desjà pourveu aulx siens. Dont le dict
Cecille a despuys pancé qu'il luy serviroit beaulcoup de fère examiner
ce qui s'est passé au faict de la Royne d'Escoce, car ayant ceste
Royne et les siens, en général, beaucoup de desseings sur elle et sur
son royaulme, qui semblent utilles à l'Angleterre, il espère que ces
seigneurs se trouveront aulcunement copables d'avoir, contre
l'intention de la dicte Dame, porté le faict et affères de la dicte
Royne d'Escoce; dont est à craindre que la pouvre princesse n'en soit
de quelque chose, pour aulcuns jours, plus mal et plus estroictement
tenue, ayant esté mandé de resserrer aussi l'évesque de Rosse. Et si,
a esté, ces jours passez, ung aultre Escoçoys miz à la Tour, ce que
ces seigneurs craignent aulcunement, mais ilz se sentent si appuyez
qu'ilz disent qu'ilz se sçauront bien descharger de cella.


  ARTICLES PRÉSANTEZ A LA ROYNE D'ANGLETERRE PAR LE Sr. DE LA MOTHE,
    ambassadeur du Roy, en forme de remonstrance.

Le Roy a mandé à son dict ambassadeur que, ayant Sa Majesté devant les
yeulx le voyage de Me. Oynter, qui soubz couleur d'accompaigner ceulx
qui alloient charger vin et aultres choses, librement, en son pays,
avoit conduict ung rafreschissement de pouldres, d'artillerye,
d'argent et aultres munitions à la Rochelle, pour secourir ceulx qui
luy mènent la guerre en son royaulme,--ainsy que eulx mesmes l'ont
despuys faict entendre à Monsieur, frère de Sa Majesté,--et s'en sont
vantez,--et entendant la faveur que les leurs ont prez de la Majesté
de la Royne d'Angleterre,--lesquelz il estoit adverty que, pour
l'induyre à estre de leur party, luy offroient de demeurer ses
ostages ou luy en bailler d'aultres, jusques à ce qu'ilz eussent miz
entre ses mains une de ses places de Normandie ou Picardie.--A quoy a
entendu que le Sr. Norriss, ambassadeur de la dicte Dame, résidant en
France, tenoit la main,--et qu'ilz se servoient de la couverture de
ses paquetz pour s'entrecommuniquer leurs practiques.

Considéré aussi que, sur le point que la conspiration de prandre le
Hâvre de Grâce et Dieppe, laquelle a esté descouverte, se debvoit
exécuter, ung nombre de vaysseaulx anglois, équipez en guerre, avoient
apparu sur la coste de Normandie comme pour favoriser la dicte
entreprinse;--et que les dicts vaysseaulx avoient, devant et despuys,
exécuté plusieurs pilleries et violences sur ses subjectz et
transporté leurs biens par deçà;--davantaige, que sur la souspeçon
que, oultre les choses dessus dictes, il pouvoit prendre de l'armement
et appareil de guerre qu'il entendoit se fère en ce royaulme, sans
avoir la guerre déclairée contre nul prince, le dict Sr. de Norryss
luy allégoit seulement qu'on le faisoit pour l'occasion des troubles
de France et d'Escoce, là où, pour estre la Royne d'Escoce dans
l'Angleterre, l'on ne debvoit rien craindre de son costé, et moins
encores du sien à cause de la bonne paix qu'il a avecques ce royaulme;
laquelle il n'avoit jamais pensé d'enfraindre, pour estre d'ailleurs
assez occuppé à la division de ses subjectz, seule cause des armes où
l'on estoit meintennant en son royaulme;

Sa dicte Majesté, pour ne demeurer en suspens de ces choses,
n'estimant que la dicte Dame veuille attampter sur luy par armes sans
le deffier, comme il n'est descent à nul prince de le fère, avoit, dez
le XIIIe de ce moys, dict au dict Sr. Norryss, et ainsy l'a escript,
du XIIIIe à son dict ambassadeur de deçà, que, après avoir, l'ung par
lettres, et l'aultre de parolle, déclairé de sa part à la Majesté de
la dicte Dame qu'il veult exactement persévérer en la bonne paix,
confédération et amytié, qu'il a avecques elle et ses pays et
subjectz, ainsy qu'il l'a seinctement juré et promiz, sans aulcunement
l'enfraindre, que elle, de son cousté, le veuille, dans quinze jours,
résouldre là dessus de son intention; dedans lequel temps, s'il n'en
est esclarcy, qu'il regardera de pourvoir à ses affères sellon les
moyens qu'il avoit pleu à Dieu luy en donner: dont desire le dict
ambassadeur que la Majesté de la dicte Dame luy fasse entendre quelle
responce il aura à fère en cella au Roy, son Seigneur, pour luy donner
contantement et satisfaction.

Et, touchant la saysie faicte à Roan sur les biens des Anglois, Sa
Majesté Très Chrestienne a escript, du XIIe de ce mois, au dict
ambassadeur ces propres motz:--«Puisque vous me rendez ung si bon
tesmoignage de la sincère intention de la Royne d'Angleterre, ma bonne
soeur, à l'entretennement et observance de la paix, et que toutes
choses ont esté remises en liberté par dellà pour le regard de mes
subjectz, j'ay donné charge à mon cousin le maréchal de Cossé, qui
s'en va mon lieutenant général en Normandie et Picardye, qu'il fasse
relascher et mettre en liberté tout ce qui a esté saysy au dict Roan,
et aultres endroictz, sur les Anglois, y ayant consenty très
volontiers sur la première instance que m'en ayez faicte, ne me
pouvant ayséement persuader que la dicte Dame vollût entrer en
querelle avecques moy, de qui elle n'a jamais receu que toutz bons
offices; comme je vous prie la bien asseurer que je seray toutjour
prest d'y persévérer, si elle continue en la volonté qu'elle vous a
déclairé le vouloir fère de mesmes envers moy; et, affin de fère
cesser toutes pleinctes, vous la prierez qu'elle veuille fère fère
raison et restitution à mes dicts subjectz, et je luy promectz, et
l'asseure que je feray de mesmes en l'endroict des siens.»

Quant à plusieurs particulliers, qui courent la mer de deçà avec leurs
vaysseaulx équipez en guerre, dont aulcuns se sont randuz pirates, Sa
Majesté Très Chrestienne escript aussi au dict ambassadeur ce qui s'en
suyt:--«Vous le debvez remonstrer à la Royne d'Angleterre, ma bonne
seur, affin de les fère révoquer et leur deffandre telle manière de
fère, laquelle ne peult compatir avec la bonne paix, amytié et
intelligence, qui est entre nous, laquelle ayant observée sincèrement
de mon cousté, comme je l'entendz fère pour l'advenir, je me promectz
que la dicte Dame vouldra aussi, de sa part, oster toutes occasions
qui y pourroient apporter altération, ne se pouvant ceste manière de
fère aultrement baptizer que me commancer la guerre, sans la
déclairer.»--Dont requiert le dict ambassadeur qu'il playse à la dicte
Dame révoquer les dicts particuliers ses subjectz, ou bien régler de
telle façon leurs entreprinses que les pays et subjectz du Roy n'en
puissent recepvoir aulcun dommaige.

Le dict ambassadeur a entendu qu'il se prépare, de rechef, une flotte
de navyres marchandz pour aller vers la Rochelle, dont remonstre que,
si la Majesté de la Royne d'Angleterre ou ses subjectz ont besoing
d'aulcunes choses desquelles le Roy, son Seigneur, les puisse
accommoder en aultre endroict de son royaulme, sans aller contracter
ez lieux d'où, à présent, il pourroit avoir jalouzie ou soubspeçon,
qu'il offre d'en escripre promptement à Sa Majesté et d'en avoir bien
tost sa responce.

Entend aussi qu'il a esté deffandu de ne charger marchandises en ce
royaulme pour les transporter ailleurs que là où yra la flotte des
Anglois prévilliégez, qu'ilz appellent _Avanturers_; dont remonstre
que la dicte ordonnance, estant ainsy généralle, pourroit préjudicier
aulx articles des trettez faictz sur la pleyne liberté du traffic
d'entre le royaulme de France et cestuy cy. Si, requiert qu'il ne soit
faict aulcune restrinction ny noveaulté en cella; ains que le commerce
se continue, d'icy en France, tant par les Anglois, Italliens que
toutz aultres marchandz, en la façon qu'il a esté cy devant
accoustumé.

Requiert aussi qu'il soit pourveu sur une remonstrance qui luy a esté
baillée par aulcuns subjectz du Roy, touchant le traffic et commerce
des vins, laquelle est cy attaichée.

Et qu'il playse à la dicte Dame ottroyer à la Royne d'Escoce aulcunes
choses qu'elle luy a naguières envoyé requérir, luy donnant toutjours
occasion de se louer des bons et honnorables déportemens, dont elle
usera en son endroict.


   REMONSTRANCE FAICTE AU DICT Sr. DE LA MOTHE.

     _Par aulcuns subjectz du Roy._

   A monsieur l'ambassadeur de France.

   Par la coustume généralle de ce pays, toutz merchandz françoys,
   qui y font leur traffic et commerce de vins, sont tenus et
   contrainctz payer à la Majesté de la Royne, ou ses officiers,
   cinq solz sterlins; assavoir, trois solz pour le droict de
   coustume, et les deux aultres pour le boteillerage de chacun
   tonneau.

   Et combien que telz droictz diminuent grandement les proffictz
   que les marchandz debvroient rapporter de leur marchandise,
   néantmoins aulcuns gentishommes des lieux de Beaumares et
   Lerpour, en Galles, mesmes ung nommé Richard Boucler, se sont
   efforcez, et, de faict, ont contrainctz plusieurs des dicts
   marchands à leur bailler et fornir deux tonneaux de vin pour
   chacun navyre qui y descend; et, entre aultres, Pierre du Perrey,
   marchand de Bourdeaulx, y ayant faict conduyre, despuys deux ou
   trois ans, deux navyres, a esté contrainct, oultre les dictz
   droictz de coustume et boteillerage, fornir quatre tonneaulx de
   vin, dont il s'est cy devant plainct à monsieur le grand
   thrézorier, lequel, en ayant communiqué à Mr. de Trocmarthon, en
   la présence du dict Boucler, luy auroit promiz de luy en fère
   justice et les luy fère rendre, ce que toutes foys n'a esté
   faict.

   Et d'aultant que c'est un faict qui conciste principallement en
   la conservation des privillièges, franchises et libertez des
   subjectz du Roy de France, desquelz vous estes icy estably comme
   protecteur et deffanceur, le dict du Perrey vous supplie
   humblement, Monsieur, luy en fère justice, non seulement pour son
   faict particullier, mais aussi pour le faict général, qui est de
   la descharge entière, pour l'advenir, des dicts deux tonneaulx,
   pour chacun navyre, ainsi prins par les dicts gentishommes, ou
   des dicts droictz de boteillerage payez aulx officiers de Sa
   dicte Majesté, affin qu'ilz ne soyent contrainctz payer d'ung sac
   deux mouldures contre tout droict et équité.

   Et vous ferez une faveur singulière et grand soulaigement à toute
   nostre nation françoyse, qui tiendra ce bien faict de vous, et
   priera Dieu perpétuellement vous conserver et accroistre en tout
   honneur et prospérité.


  COPPIE DU MESSAIGE qui a esté declairé par la Majesté de la Royne
    et son conseil, par parolle de bouche, à l'ambassadeur du Roy
    de France, par Jehan Somer, clerc du signet de Sa Majesté, le
    IIIe jour de mars 1568 (suivant le compte d'Angleterre), pour
    respondre à certains articles délivrez par luy au dict conseil.

La Majesté de la Royne, conférant avec son conseil sur certaine
escripture, délivrée par vous, contenant certaines matières, à quoy
vous requériez d'avoir responce, les a trouvées estre en grand partie
les mesmes choses, lesquelles, à vostre dernier langaige, vous
communiquastes avec Sa Majesté, et de ce entendîtes, comme la
briefveté du temps souffroit, l'intention de Sa Majesté; et,
néantmoins, considérant meintennant que vous avez exibé le mesme par
escript, et requis particulière responce à chacun des motz dedans
contenuz, Sa Majesté, pour vostre ample satisfaction, après avoir sur
ce conféré avec son conseil, a commandé à son dict conseil vous
envoyer responce aus dicts poinctz, comme s'en suyt:

Premier, comme ainsy soit que le voyage de Me. Oynter a esté
interprété et présenté aulx yeulx du Roy de France, la vérité est que
la cause de son aller à la mer estoit pour la saufconduicte de la
flotte angloyse qui alloit à Bourdeaulx; laquelle est notoirement
cogneue à toutz les principaulx marchandz de ceste ville de Londres,
qui avoient advanturé, aulx dernières vendanges, de fère apporter des
vins de Bourdeaulx: lesquelz firent leur longue poursuyte à Winsor, en
octobre dernier, à Sa Majesté et à son conseil, pour le mesme effect;
et, par grande inportunité, obtindrent icelluy, et comme ainsy soit
qu'il debvroit avoir conduict la dicte flotte à Bourdeaulx pour y
estre chargée et en retourner, il est aussi notoire, que aulcuns
subjectz de Sa Majesté, comme ilz estoient en Bourdeaulx devant la
venue du dict Oynter, estoient si mal trettez, et quelques ungs d'eulx
miz en prison et leurs dictz biens saysis, que la flotte angloyse,
oyant cella, avoient esté contrainctz de ressortir à la Rochelle pour
leur charge, à leur grand perte et désavantaige. Et, le dict Me.
Oynter estant forcé prendre port, et se trouvant mal tretté en aultres
places, entra dedans la Rochelle avecques eulx; auquel lieu, comme il
dict, les gouverneurs de la dicte ville trettèrent tellement avecques
luy de leur vendre ou prester quelques pièces d'artillerye, desquelles
il se pouvoit passer, et quelque pouldre, que enfin, considérant luy
mesmes et toute la flotte des marchands estre en leur pouvoir, il
trouva nécessaire pour luy de condescendre en partie à leurs demandes,
combien que ce fût contre sa volonté; car il s'apercevoit
manifestement que aultrement la flotte angloyse n'eust esté chargée
là, ny luy mesmes ou eulx s'en fussent paysiblement despartys sans
user de force, dont il craignoit, à bonne cause, l'évènement; et par
ce, il le trouvoit meilleur d'accorder à leurs demandes et d'obtenir
quelque chose pour la valleur des choses qu'ilz requéroient de luy. Et
ainsy, où il est dict qu'il délivroit de l'argent, il dict et jure
qu'il n'y layssa pas un denier, sinon que pour ses despences
nécessaires, mais plustost apporte avec luy, du dict lieu, en argent,
ou en valleur, suffizant pour fère récompence de tout de qu'il avoit
là layssé; et ainsy véritablement est il chargé de fère pour le
proffict de Sa Majesté pour les choses faillantes, accordantes à la
valleur. Si l'ambassadeur veult ouyr combien de foys le dict Me.
Oynter (nonobstant son mauvais trettement par les subjectz du Roy de
France) a faict playsir et aydé plusieurs subjectz du Roy contre ceulx
de la religion, il peult alors aussi estre manifeste aulx yeulx du Roy
combien ceste suggession de son voyage est esloignée de la vérité.

Secondement, où c'est qu'il est dict que ostaiges sont offertz par
quelques ungs des subjectz du Roy, icy, pour délivrer quelques fortz à
Sa Majesté en Normandie, ou Picardye, d'aultant que, à la vérité,
telle chose n'a esté offerte, Sa Majesté directement nye cest surmyse
estre véritable; et encores si aulcunes telles offres avoient esté
faictes, Sa Majesté, ne les allouant ou recepvant, ne pense que ce
fût rompre la bonne amytié, combien qu'elle ne les eust déclarées. Et,
en ce que son ambassadeur en France est chargé d'y avoir tenu la main,
Sa Majesté n'en cognoist rien, mais pense q'une telle fable, et les
semblables, comme d'avoir faict tenir le paquet des subjectz du Roy de
France par le moyen de son dict ambassadeur, sont de jalouzie
inventées pour ce que le dict ambassadeur, par advanture, plainement
déclaire, en plusieurs places, ce que ne luy sembloit pas bon des
cruaultés usées contre ceulx de la religion; lequel (peult estre) en
son langaige en faict quelque pityé pour ce que sa conscience aulx
causes de la religion est cogneue à toutes personnes avec qui il est
accoincté. Et davantaige a juste cause se plaindre de plusieurs
deffaveurs à luy monstrées par ceulx, qui sont les ennemys jurés de
ceulx de la religion, comme particullièrement ung jeune homme anglois,
nommé Rogers, estant docte et le servant, fut, despuys peu de temps,
mallicieusement prins en Paris et avoit esté miz en prison, et
[auroit], par advanture, perdu sa vye comme, communément, il est
rapporté que peu eschappent d'estre noyés, ou aultrement murtriz,
estant prins en telle sorte comme il fut; mais, par cas d'advanture,
il a esté aydé et recouvert hors de leurs mains par les instantes
prières de Mr. de Mauvissière, qui mérite louange et grâces. Le
semblable fut dernièrement faict par ceulx de Paris meintennant, en
l'absence de l'ambassadeur, prenant ung mèdecin, que se tenoit prez de
madame, femme du dict ambassadeur, estant mallade. Cest homme est
constitué prisonnier seulement pour fère despict à l'ambassadeur; de
quoy, si la profession de l'amytié du Roy estoit cogneue, comme il est
rapporté, il s'en ensuyvra réparation.

Tiercement, pour le souspeçon d'une matière mentionnée pour prendre le
Hâvre et Dieppe, et de navyres angloys apparoissant dessus la coste de
Normandie, tout cella est si loing de la cognoissance de Sa Majesté,
ou d'aulcuns de son conseil, que, jusques à ce que l'ambassadeur de
France l'eust envoyé dire à la court, on n'en avoit poinct ouy parler,
et ainsy, conséquemment, le rapport entièrement faulx.

Quartement, comme il soit qu'on aye conçu sousbpeçon d'une
préparation, pour les guerres, de Sa Majesté, et plusieurs raisons
alléguées, qu'elle n'auroit besoing de ce fère, espérant qu'elle ne
veuille attempter aulcune chose par armes, sans premièrement en donner
deffiance;

Il est vray que Sa Majesté a desjà commancé à donner advertissement à
ses subjectz de se mettre toutz en aprest, comme par une publicque
proclamation, imprimée et publiée en febvrier dernier, peult apparoir
à toutes personnes, et, quelques argumentz qu'on fasse qu'elle n'a
besoing de ce fère, Sa Majesté toutesfoys entend d'y procéder pour
causes sufficientes et bien cogneues à elle mesmes et à son estat; et
elle ne peult penser comme telz comme ceulx qui sont autour du Roy,
ses principaulx conseillers, quoy qu'ilz trouvent mauvais de ces
préparations, encores en leurs consciences ilz ne sont ignorans que Sa
Majesté faict en cecy sagement pour respectz qui n'ont pas besoing
d'estre expéciffiez; et encores certainement elle n'a intention ni
disposition fère guerre contre aulcune personne, mais, comme elle sera
provoquée, pour deffance de son estat employer son pouvoir: et pour
ce, de mencionner l'affère de deffiance estre faicte par elle à aulcun
prince est superflu, combien que, du temps du père du Roy de France,
ceste honnorable règle ne fut bien observée envers le Roy
Edouard[56].

  [56] Élisabeth fait ici allusion à ce qui s'était passé en 1548
  et 1549. Le duc de Sommerset, régent du royaume pendant la
  minorité d'Édouard VI, avait résolu de marier ce prince avec
  Marie Stuart; il avait eu recours aux armes pour vaincre les
  résistances des Écossais, qui ne voulaient pas que leur reine
  épousât le roi d'Angleterre. Léon de Strozzy, qui était en Ecosse
  comme volontaire, étant parvenu à arrêter les Anglais dans leur
  conquête, Henri II envoya aussitôt aux Écossais un secours de six
  mille hommes commandés par d'Essé, qui, après avoir repris aux
  Anglais les places dont ils s'étaient déjà emparés, fit conduire
  la jeune reine à la cour de France, où elle fut élevée jusqu'à
  son mariage avec le Dauphin, depuis François II.--Au mois d'août
  1549, pendant que les Anglais étaient occupés en Écosse, Henri II
  envahit lui-même, sans déclaration préalable de guerre, la
  Picardie et le Boulonnais, qui se trouvaient alors, pour la plus
  grande partie, sous la domination de l'Angleterre.

Et où le Roy de France, ne voulant estre en suspens de ces choses, a,
par parolle de sa bouche, déclairé à l'ambassadeur de Sa Majesté, le
XIIIe de febvrier, et, par escript, à son ambassadeur, le XIIIIe,
qu'il veult continuer en bonne paix et amytié, sans la rompre en
aulcune manière, et desiroit avoir la résolution de Sa Majesté là
dessus, dedans quinze jours, auquel temps, si elle n'estoit déclairée,
il pourvoirroit à ce qu'il auroit à fère, dont le dict ambassadeur de
France a requis responce, laquelle Sa Majesté ne vouloit reffuser de
fère, comme peult apparoir par les parolles de Sa Majesté au dict
ambassadeur, quand il les luy remonstra; mais en ce que ce messaige
est comme péremptoirement requérir responce dedans quinze jours, où
elle n'a donné occasion de concevoir aulcun doubte, ains qu'elle a
aultant constante intantion de garder l'amytié avec le Roy, comme il
a, ou peult avoir, de la garder envers elle, Sa Majesté est marrye
fère aulcune sinistre interprétation d'une telle péremptoire requeste
par limitation de jours, imputant icelle à quelque deffaillance
d'escripture, considérant le lieu où le Roy estoit si esloigné, comme
en Lorraine, au temps que le Roy tint ces propos au dict ambassadeur,
de sorte qu'il estoit manifestement inpossible d'envoyer responce
d'icy dedans ce temps; ou bien qu'il falloit qu'il vînt de quelque
mauvaise intention de ceulx qui gouvernent les affères du Roy: de
quoy, si Sa Majesté estoit certaine, elle pourroit leur fère une plus
dobteuse responce, mais, pour ceste heure, elle choysit plustost
respondre sincèrement et playnement, comme celle qui adresse sa
responce seulement au Roy, son frère, pour demeurer en bonne paix et
amytié avecques luy, comme il dict vouloir persévérer en la sienne.

Sur le faict de la saysye de Roan, quoy qu'il est dict que le Roy, par
ses lettres du XIIe du mois passé, ayt donné ordre pour la relascher,
Sa Majesté se loue des escriptz du Roy, mais elle se mescontante de la
paresse et mespriz de ses officiers, car elle est continuellement
troublée des plainctes de ses subjectz pour la continuation des dictes
saysies.

Touchant la requeste du Roy, qu'aulcuns particulliers, estantz sur la
mer avec navyres de guerre, soyent révoqués et arrestez, Sa Majesté a
desjà eu esgard en cella par les meilleurs moyens ordinaires qui se
peuvent adviser, qui est que nulle personne ne sera soufferte apporter
aulcune chose en aulcun de ses portz pour y estre miz en vante, qui
sera prins par aulcun, soubz colleur de guerre; dont elle a donné
particullière charge à toutz les portz de son royaulme. Et outre
cella, Sa Majesté veult que le dict Roy de France soit asseuré que, ny
elle, ny aulcun de son conseil, ministres ou officiers, n'ont
authorisé ou licencié aulcunes personnes de s'armer en mer, aultres
que ses propres vaysseaulx, pour la deffance de ses pouvres marchands,
lesquelz, s'ilz ne peuvent recepvoir, cy après, meilleur trettement
par les subjectz du Roy de France, il fault que Sa Majesté les
deffande avec plus grand pouvoir de ses propres gens de guerre. Mais,
de l'aultre costé, il se trouve de ses subjectz qui ont esté despuys
[peu] de temps desrobez, de leurs navyres et marchandises de grand
valleur, par aulcuns des subjectz du Roy, advouans l'avoir faict par
commission du Roy; et comme il soit vray [que] les hommes spoliez
monstrent plusieurs testimonials, faictz par certains notaires et
aultres officiers de crédict demeurans en divers portz du Roy,
desquelz Sa Majesté ne doubte que le Roy ne se peuve souvenir des
expécialles complainctes, que l'ambassadeur de Sa Majesté luy a
faictes (au dernier a esté pour certains marchandz irlandoys et
aultres) dont réparation n'estant faicte, tout le reste des subjectz
de Sa Majesté, lesquelz sont beaucoup, qui ont esté despouillez par
ceulx qui font ouverte profession l'avoir faict par commission du Roy,
reffuzent entièrement d'aller en France sercher restitution comme en
estantz hors d'espérance, n'ayans aussi le moyen, en ce temps des
guerres civilles, de fère telles difficiles poursuyttes ez lieux plus
loingtains de France, où c'est que le Roy est meintennant, prétendans,
pour les aultres légitimes respectz, ayantz veu les dictz
tesmoignages, faictz en France par les publicqz ministres du Roy, de
leurs despouilles et par ordre de justice, [qu']ilz doibvent avoir
quelque récompense icy, par l'ordre de Sa Majesté, de la valleur de
leurs pertes, par arrest ou saysye, ou, à tout le moins, par
séquestration de quelques aultres des subjectz du Roy estantz par
deçà. De quoy Sa Majesté desire instemmant qu'on aye quelque bon
esgard, avecques dilligence que son ambassadeur peult avoir authorité
d'ouyr, et considérer de ces choses et en fère quelque bonne fin; car
aultrement Sa Majesté ne sçayt comme estoupper les aureilles aulx
piteuses plainctes de ses subjectz pour telles grandes et manifestes
injures, spéciallement se trouvant tant de difficultez à poursuyvre
par justice et d'impossibilitez à obtenir.

Quant à ne trouver pas bon le commerce de certains de noz marchandz à
la Rochelle pour y sercher des commoditez, lesquelles l'ambassadeur
dict se pouvoir trouver en aultres lieux par l'ordre du Roy, et fait
offre d'en escripre au Roy, et procurer une dilligente responce. Il
est à considérer que c'est le train des marchandz de trafficquer aulx
lieux où ilz peuvent espérer d'estre bien trettez, et de se garder du
contraire. Et ayans esté, despuys peu de temps, mal trettez à
Bourdeaulx et aultres portz, ilz ont, comme il se dict, faict certains
marchez pour les commoditez de France estantz à la Rochelle,
lesquelles ilz espèrent leur estre bien délivrées, si bien qu'ilz ne
peuvent changer ceste roulte, sans estre premièrement asseurez de ce
qui est dict en l'escript de l'ambassadeur, qu'ilz puyssent estre
forniz, par l'ordre du Roy, des dictes commoditez ès aultres portz de
son royaulme, dont les marchandz de Sa Majesté seroient fort
contemptz; et en leur bailhant les dictes commoditez à semblable priz,
en aultres places commodes, ils consigneront à ceulx, que le Roy
vouldra ordonner à la Rochelle, tout l'intérest des besoignes ou
commoditez qu'ilz y ont desjà ascheptées pour semblable valleur; car
le recours des marchandz angloys à la Rochelle n'est pas pour le lieu,
mais pour les commoditez qui y sont, et le bon trettement, lequel ilz
espèrent d'y trouver.

Le dernier poinct, concernant ung doubte consceu que Sa Majesté aye
deffandu la transportation d'aulcunes marchandises en aulcuns aultres
endroictz que là où les Angloys yront, Sa Majesté n'entend pas bien
comme ce doubte est consceu, mais respond que les subjectz du Roy de
France ne seront empeschez à transporter aulcunes marchandises hors de
ce royaulme, comme ilz ont accoustumé de fère, entendant par cecy,
que, considérant la mutuelle surcéance faicte entre le pays du Roy
d'Espaigne et d'elle, en quoy les subjectz du Roy ne se sont jamais
entremeslez, ilz ne debvront meintennant frauduleusement fère aulcune
innovation de traffic pour servir au Pays Bas, au préjudice de l'estat
du royaulme de Sa Majesté: en quoy s'ilz attemptoient aulcune chose,
il ne peult estre que frauduleusement entendu par eulx, dont le reffuz
est si raysonnable et allouable que Sa Majesté espère que le Roy, ny
aulcuns des siens, ne le trouveront mauvais sans pleine déclaration de
leur intention à cercher l'offance de Sa Majesté.



XXIIIe DÉPESCHE

--du XIIIe de mars 1569.--

(_Envoyée par Olyvier Champernon jusques à Calais._)

  Plaintes de l'ambassadeur à la reine d'Angleterre contre la
    conduite que tient le sieur Norrys, son ambassadeur en
    France.--Prises nouvelles faites par les Anglais sur les
    Espagnols.--Départ du sieur d'Assoleville, sans qu'il ait pu
    remplir sa mission.--Nouvelles saisies faites en France sur les
    Anglais à Calais, Rouen et Dieppe.--Proposition d'arrangement
    entre la France et l'Angleterre, à raison des prises
    respectivement faites.--_Mémoire pour la reine-mère_, dans
    lequel est dévoilé, sous le sceau du plus grand secret, la
    conspiration formée en Angleterre pour enlever à sir William
    Cécil la direction des affaires, et pour rétablir la religion
    catholique dans le royaume.


     AU ROY.

Sire, despuys vous avoir dépesché le Sr. de Sabran, le VIIIe de ce
moys, avec la déclaration et responce de ceste Royne sur la sommation
que m'aviez commandé luy fère, et avec instruction des aultres choses
de deçà, j'ay reçeu les vostres, du XXIIe du passé, ensemble la coppie
de celle qu'on escripvoit de Paris à l'ambassadeur d'Angleterre, et ay
esté incontinent devers ceste Royne pour luy remonstrer que les
mauvais offices de son ambassadeur vous donnoient quelque argument de
doubter de l'intention d'elle en l'entretennement de la payx, et de
l'estimer luy trompeur, et moy manteur, de toutes ces bonnes parolles
que nous vous avons dictes et escriptes de la part de la dicte Dame,
et que le contenu de la dicte lettre vous donnoit juste occasion de
penser que son dict ambassadeur pratiquoit avec ceulx qui vous mènent
la guerre en vostre royaulme, et qu'il sollicitoit les Allemans de la
vous venir fère pour les secourir, et qu'il conduysoit leurs
intelligences et lettres, luy faisant là dessus lecture de la dicte
coppie avec expression de desplaysir et offance que vous en sentiez.

De quoy se trouvant la dicte Dame aulcunement esmeue, m'a dict assés
en collère qu'elle voyt bien qu'il ne se passe jour qu'on ne luy fasse
quelque mauvais trêt envers Voz Majestez pour gaster vostre mutuelle
amytié, et ceulx qui en sont autheurs la veulent en fin contraindre de
venir à ce qu'elle a miz grand peyne d'évitter, puys s'est teue. Dont
j'ay continué luy dire qu'elle ne debvoit prendre en mauvaise part si
Voz Majestez procédoient ainsy, d'ung cueur ouvert et avec ceste
franchise, en son endroict, affin de ne garder les offances dans
l'estommac, qui n'y feroient que nourrir ung plus aspre desir de vous
en venger; et qu'elle considère que vous ne la requériez, en cecy, que
de commander à son ambassadeur de s'abstenir des choses qui sont
contre le debvoir de la charge qu'elle luy a donnée prez de Voz
Majestez.

Sur quoy, m'ayant prié de veoir encores la dicte coppie, et, après
l'avoir curieusement leue, m'a respondu que cecy pouvoit estre une
invention semblable à l'imposture de Dièpe et du Hâvre, de laquelle,
si je n'avois rien entendu, elle me vouloit dire comment le tout avoit
passé, et m'a faict ung long récit comme les clefs de ces deux villes
avoient esté formées en cyre, que les mesmes qui avoient induict ceulx
de la novelle religion de les contrefère, les avoient despuys accuzés,
et avoient excité ceste tragédie sur eulx; et que, d'avanture, il
avoit comparu lors ung seul petit vaysseau de pécheur anglois sur la
coste de dellà, dont aulcuns vous avoient vollu persuader que c'estoit
elle qui avoit mené ceste praticque, qui se trouvoient maintennant
conveincuz par la vérité; mais, pour le regard de son ambassadeur,
qu'il importoit trop à l'honneur et réputation d'elle qu'en lieu
d'estre officieulx, et bon ministre de paix et d'amytié, comme tout le
monde sçayt qu'à telle intention elle le tient prez de Voz Majestez,
on le vyst s'entremettre d'oeuvres ennemyes contre vous; car ce seroit
une espèce de trayson qu'elle ne luy pardonneroit jamais, et aymeroit
mieulx l'avoir veu mort que de l'avoir jamais faict son ambassadeur;
mais qu'elle l'estimoit si homme de bien, de si bon lieu, et si
prudent, et desireulx de la paix, qu'elle ne se pouvoit persuader ung
si grand mal ny une si grande erreur de luy, et qu'elle luy escriproit
de recorder les commandemens qu'à son partement elle luy avoit faict,
et de les observer si exactement que vous n'eussiez jamais plus à vous
plaindre de luy; ains qu'il mît peyne de vous rendre sa négociation et
son service si agréables, que vous eussiez occasion de vous en louer.
D'une chose vous pryoit avec grand affection, c'est de ne vouloir en
cecy user de mesmes, comme despuys ung an en ça, l'on a fait en
Espaigne en l'endroict d'un sien ambassadeur[57], lequel ayant esté
calompnié n'a peu jamais obtenir audience du Roy Catholique pour se
justiffier, ains a été renvoyé sans l'ouyr; de quoy elle s'estoit
tenue plus offancée que de chose qui luy soit advenue despuys qu'elle
est Royne, et s'en sont despuys ensuyviz assez de maulx: mais que
votre bon playsir soit de donner lieu à cestuy cy de vous pouvoir
monstrer son innocence, et que Votre Majesté considère que c'est ung
tiers qui a escript la dicte lettre, duquel la mauvaise affection ne
doibt nuyre à la sincérité de celle de son dict ambassadeur. Puys
m'ayant tiré en d'autres propos touchant les choses d'Allemaigne, et
comme il n'a jamais esté qu'elle et ses prédécesseurs n'ayent eu
amytiés et intelligences avec les princes de l'empire, dont ne doibt
estre veu nouveau si elle les continue, et si elle s'en veult
prévaloir pour la seureté de ses affaires, comme font bien les autres
princes; mais que vous soyés tout asseuré qu'elle n'y meut auculne
pratique, qui soit contre vous ny contre votre couronne. Et m'ayant,
au reste, racompté le bon ordre qu'elle a miz contre les pirates, et à
pourvoir que voz subjectz n'en reçoipvent plus dommaige, le propos
s'est finy avec grand doulceur et contentement.

  [57] Mann, son ambassadeur à Madrid en 1568. _Voyez_ la note p.
  97.

Et bien q'un des principaulx de son conseil ayt naguières dict qu'elle
n'est pour laysser deffinir la cause de sa religion par la force des
armes, sans y joindre et oposer les siennes, je ne cognois toutesfois,
ny à ses paroles, ny à ses démonstrations, ny à son appareil, qu'elle
soit pour commancer encores ouvertement la guerre; bien que je
prendray garde à toutz les mouvemens et aprestz, de deçà pour vous en
donner, heure pour heure, les plus certains adviz que je pourray, et
pareillement à monsieur le mareschal de Cossé, qui est desjà à Roan.

L'ambassadeur d'Espaigne, qui est toutjour resserré en son logis, me
faict entendre, par ung mot de chiffre, comme il a eu relation
touchant les ourques qui venoient d'Espaigne, qu'il en a esté prins
trèze à la foys, et que les quatre plus riches ont esté menées à la
Rochelle, qui vallent plus de 450,000 ducatz, et, ce qui est le piz,
qu'il y a dedans beaulcoup d'argent en espèces pour s'en pouvoir
promptement ayder, outre les autres riches marchandises; et que les
Angloys ont trouvé bon que les pirates françoys en ayent admené ceste
partie de la prinse, affin d'estre excusés de la restitution: et me
mande aussi que ceste Royne attend response du Roy Catholique s'il luy
veult laysser ses deniers pour quelque temps à l'intérest, et que je
vous sollicite d'escripre promptement en Espaigne d'y donner
empeschement, veu le mal et dommaige qui vous en pourroit advenir, et
qu'il vous playse mander à Mr. de Forquevaulx de faire quelque mencion
au dict Roy Catholique des bons offices que le dict ambassadeur faict
icy pour le commun service de Voz Majestez, priant à tant le Créateur,
etc.

     De Londres ce XIIIe de mars 1569.


Le Sr. d'Assoleville, s'estant quelques jours détenu à Douvres pour
attandre novelles du duc d'Alve et pour ne s'ozer mettre en mer à
cause des pirates, qui estoient au Pas de Callais, est enfin repassé
de dellà soubz la conduicte de trois vaysseaulx de guerre, que ceste
Royne luy a baillez. Je ne sçay comment le dict duc prendra maintenant
la malle satisfaction qu'on a donné icy à luy et à son ambassadeur.


     A LA ROYNE.

Madame, je n'ay failly de faire bien entendre à la Royne d'Angleterre
le desplaysir que Voz Majestez ont receu de veoir que son ambassadeur
fût meslé en des pratiques si contraires et préjudiciables à voz
intentions, comme sont celles de la lettre qu'on luy a escripte de
Paris, et luy en ay fait la remonstrance de tant plus vifve que j'ay
bien vollu luy faire cognoistre, par là, que vous ne seriez sans
prendre bien à cueur les autres plus mauvais déportemens et mauvaises
entreprinses qu'elle et ses subjectz vouldront faire, soit
secrètement, ou ouvertement, contre vous. Sur quoy, encor que, du
commancement, elle ayt faict la courroucée, elle, enfin, a monstré
qu'elle ne vouloit que Voz Magestez demeurassent sans entière
satisfaction de son ambassadeur, et à cest effect, elle luy escript,
dont vous plairra commander que la lettre luy soit rendue, et Votre
Magesté verra, s'il luy playt, ce que j'en mande en celle du Roy.

Et de tant que ung [nommé] Corten, Anglois, ayant freschement prins
deux vaysseaulx françoys en la rade de Callais, chargez de vins,
apartennans à des marchans de Paris, a donné occasion que au dict
Callais, et à Roan, et à Dièpe, l'on a encores faict ung nouveau
arrest sur les biens et personnes des Anglois, la dicte Dame et ceulx
de son conseil ont monstré d'en estre bien fort marrys, et ont mandé à
mylor Coban de prendre le dict Corten et faire incontinent randre la
dicte prinse qu'il a faicte, et m'ont faict dire qu'ilz envoyeront
devers moy aulcuns du dict conseil pour adviser quelque expédiant pour
accommoder le faict de ces prinses tant pour leurs subjectz, qui ont
esté déprédez, que pour les nôtres, affin de continuer la bonne paix
et le commerce accoustumé entre ces deux royaulmes; et cependant ont
expédié une novelle ordonnance aulx capitaines et gardiens de leurs
portz contre les pirates, laquelle je ne sçay si sera bien exécutée,
et me la doibt on bailler en françoys affin de procurer qu'il en soit
faicte une semblable du costé de France.

J'ay faict part à la dicte Dame des bonnes novelles que m'avez mandées
du XXIIe du passé, tant du costé de Monseigneur que de Monsieur
d'Aumale, les quelles elle a faict semblant de n'avoir que bien
agréables; mais qu'elle me vouloit toutjour prédire qu'il apparoistra
bien tost de plus grandes forces qu'on n'a encores veu pour le
soubstien de sa religion, et qu'elle prioyt Dieu que rien n'en vînt à
vostre dommaige. Et en cest endroict, je prieray Dieu qu'il vous
doinct, etc.

     De Londres ce XIIIe de mars 1569.


Ceste Royne faict dépescher ung homme exprès devers son ambassadeur
qui luy apportera les lettres qu'elle luy escript.


MÉMOIRE POUR COMMUNIQUER A LA ROYNE,

_Prenant promesse d'elle que n'en parlera à personne du monde._

Le Sr. _Roberto Ridolfy, Florentin_[58], ayant receu charge et
commandement, de la propre personne du pape, de tretter de la
restitution et restablissement de la religion catholique en Angleterre
avec les seigneurs catholiques du pays, il s'est principallement
adressé au _comte d'Arondel_ et à _milhord de Lomeley_, ausquelz
auparavant il avoit eu affaire pour quelques sommes qu'il leur avoit
prestées, ce qui luy a donné grand moyen de pouvoir, sans soubspeçon,
négocier meintennant avec eulx, lesquelz il a trouvé fort disposés à
son désir, mais non assés hardiz pour y ozer rien entreprendre, si le
_duc de Norfolc_ ne se mettoit de la partie, lequel a esté très
difficille à gaigner; mais enfin s'estant layssé persuader, il prend,
à ceste heure, plus à cueur la matière que ne faisoient les aultres
deux; et, pour la bonne part qu'il a en ce royaume, les comtes Derby,
_de Cherosbery_, _de Pembrot_, _de Northomberland_, et aultres
plusieurs, qui ne sont encores confirmez en la novelle religion, ont
monstré, aussitost qu'il s'est layssé entendre, qu'ilz seroient prestz
de le suyvre. Mais, pour ne donner desplaysir à leur Royne, la quelle
ilz honnorent et révèrent grandement, et, pour n'admener l'affaire
aulx armes et au sang, ilz ont estimé que, devant manifester rien de
ce qu'ilz prétandoient pour la religion catholique, il estoit besoing
de retirer des mains du _secrétaire Cecille_, et de ceulx de son
party, qui sont toutz passionez pour la novelle religion, le maniement
de l'estat, qu'ilz ont occuppé despuys l'advènement de ceste Royne à
la couronne, affin que, l'ayant eulx en leurs mains, ilz puyssent, par
après, de leur seule authorité et sans contradict, bien conduyre le
faict de la dicte religion catholique.

  [58] Tous les noms mis en _italique_ avaient été laissés en blanc
  par le secrétaire; ils ont été remplis ensuite, sur le registre,
  de la propre main de l'ambassadeur.

A quoy les poulsant l'ambition et la recordation aussi de quelques
offances que le dict _Cecille_ leur a faictes, ilz ont espéré que,
pour la différence de ce qu'ilz sont des plus nobles et des plus
puyssans du pays et bien aymés du peuple, au regard des autres, qui
sont presque toutz gens noveaulx mal appuyés, et qu'ilz ont à faire à
_une princesse_ laquelle, encore qu'ilz veuillent mener doulcement, la
sentent néantmoins timide et en crainte d'estre abandonnée, qu'ilz
conduyront, sans grand peyne, au poinct qu'ilz desirent leur
entreprinse; pour laquelle facilliter davantaige ont advizé qu'il
failloit, en ce qui estoit du manyement de l'estat, gaigner le _comte
de Lestre_, sans luy déclarer, pour encores, rien de l'aultre cause,
et de monstrer toutz ensemble, par certaine froideur et reculement de
n'entrer au conseil, qu'ilz n'aprouvent rien de ce qui s'y détermine,
ce qu'ilz ont exécuté bien à propos. Et, s'estans au reste préparez de
plusieurs grandes remonstrances à la dicte Dame touchant sa grandeur
et réputation, et l'honneur de sa couronne, et, pour se descharger de
tant d'affaires, de dangiers et de despences, que le dict _Cecille_ et
les siens luy ont, sans besoing, attiré sur les bras, à quoy ont
disposé le peuple de crier avecques eulx, et espèrent aussi que les
princes voysins leur assisteront.

Ilz ont faict commancer le jeu au dict _comte de Lestre_, ainsi qu'il
est contenu en l'aultre mémoire, et s'asseurent que, dans peu de
jours, ilz seront parvenuz là où ilz prétendent, et que, puys après,
ilz pourvoyrront à la religion et à la paix du dedans et du dehors de
ce royaume.

Laquelle menée ayant esté descouverte par _le seigneur de La Mothe_,
il s'est bien vollu ayder, en tout ce qu'il a peu, d'une telle
occasion pour le service du Roy, et luy a si bien succédé que, joinct
la dilligence qu'il a mise de contenir _ceste Royne_ en la foy et
observance des trettez, il a empesché que ceulx de la Rochelle n'ont
obtenu autre secours d'icy que celluy, qui estoit desjà accordé et
dépesché par elle et les siens avant qu'il arrivât, et qu'ilz n'en
auront désormais guières plus; et qu'il a évitté la déclaration de
guerre qui estoit résolue ou contre la France, ou contre les Pays Bas,
ou contre toutz deux, et l'a aulcunement rejectée sur les dictz Pays
Bas, y ayant trouvé _la dicte Dame_ assez disposée.

Et aussi ces seigneurs ont estimé pouvoir mieulx conduyre leur faict,
s'ilz n'empeschoient que le dict _Cecille_ n'exaspérât davantaige les
choses des Pays Bas, affin que le duc d'Alve eust occasion de
continuer la saysie et autres rigueurs sur les Anglois; mesmes avoient
desiré le semblable du costé de France, et s'estoient resjouys de ce
qui en avoit esté commancé à Roan. Mais il a esté besoing de ne passer
plus oultre, car ceste Royne eust incontinent accordé avec les dicts
Pays Bas pour se déclarer contre nous, et eust employé, et employeroit
encores, son armement, qu'elle a tout prest, en faveur de ceulx de la
Rochelle. Néantmoins il sera bon que Mr. le mareschal de Cossé ne se
haste de lever la dicte saysie de Roan, sinon ainsy qu'il entendra par
le Sr. de La Mothe que les choses se conduyront de deçà.

Il est vray que iceulx seigneurs et le susdict _Ridolfy_ ont toutjour
procuré qu'il y eust bonne intelligence entre les deux ambassadeurs de
France et d'Espaigne, affin que, par la jalouzie et compectance de la
grandeur de leurs Maistres, l'ung ne traversât l'ayde que l'autre
donroit à ceste entreprinse; en quoy le dict Sr. de La Mothe s'est
gouverné de façon que les ungs et les autres demeurent contentz de
luy, et si, a faict servir ceste occasion au bien des affaires de la
Royne d'Escoce, laquelle certes eust esté fort mal trettée sans le
support _du dict duc_.

Et au reste, il a dict au dict _Ridolfy_ qu'il avoit charge de la
Royne, sa Mestresse, de servir, en tout ce qu'il pourroit, par deçà,
au restablissement de la religion catholique; lequel, pour ceste
occasion, a trouvé bon que là dicte Dame entendît tout ce démené, la
conjurant toutes foys, au nom de Dieu, de ne le reveller à personne du
monde, car se souvient que, pour n'avoir quelque foys ung principal
personnage de France, peu tenir secrète certaine entreprinse qui se
faisoit sur _la Toscane_ pour le feu Roy Henry, il avoit esté cause
dont le duc de Florance avoit faict exécuter six gentishommes, et il
seroit en pareil dangier de deçà[59]. Mais que bien tost luy mesmes,
_allant à Rome_, passeroit devers la dicte Dame avec, possible,
lettres et commission de ces seigneurs, et lui rendroit compte du
tout, et prandroit argument de tretter entre le pape et elle ce qui
seroit requis pour ceste affaire, desirant cependant que Sa Magesté
donne charge au dict Sr. de La Mothe de pouvoir, de la part du Roy et
sienne, conforter l'intention et volonté des dicts seigneurs, et qu'il
les secourra quand il sera besoing. Et espère le dict _seigneur
Ridolphy_, qu'au retour de _Rome_, il portera _ung brief du pape_ pour
_ceste Royne_, lequel ces seigneurs, estantz lors en l'authorité, luy
présenteront ardiment, et par cest ordre commanceront de besoigner au
restablissement de la religion catholique.

  [59] Ce fait, qui se trouve ainsi fixé entre les années 1547 à
  1559 (règne de Henri II), se rapporte probablement à l'expédition
  tentée sur la Toscane, pendant la guerre de Sienne, en 1554, par
  Pierre Strozzi, avec le secours de la France. Cosme 1er de
  Médicis, duc de Florence en 1537, duc de Sienne en 1555 et
  grand-duc de Toscane en 1569, gouvernait alors. Son règne, qui
  s'est prolongé jusqu'en 1574, a été signalé par une suite non
  interrompue de proscriptions et de supplices.



XXIVe DÉPESCHE

--du XVIe de mars 1569--

(_Envoyée par homme exprès, Jehan de Lisle, jusques à Calais._)

  Plaintes de l'ambassadeur contre les déprédations commises en mer
    par les Anglais.--Mesures prises en Angleterre pour les
    réprimer.--Élisabeth demande que les mêmes mesures soient
    prises en France pour protéger le commerce
    d'Angleterre.--_Ordonnance de la reine_ contre les pirates.


     AU ROY.

Sire, hier, assez tard, la Royne d'Angleterre m'envoya dire, par le
Juge de son amyraulté et par le sieur Somer, clerc de son conseil,
que, continuant au bon propos qu'elle m'avoit dict de vouloir demeurer
en paix et bonne amytié avec Voz Magestez Très Chrestiennes, et, pour
oster toute occasion d'altération d'entre vous, desirant pourvoir, de
sa part, aux désordres de la mer, affin que ses subjectz n'exploictent
rien hostillement contre les vôtres, elle avoit advisé d'envoyer en
dilligence notiffier, par toutz ses portz et hâvres, une ordonnance
que, par adviz des seigneurs de son conseil, elle avoit sur ce faicte,
de laquelle elle m'envoyoit la coppie, affin que je procurasse qu'il
fût faict le semblable du costé de France: et qu'au reste, que tout
ainsy que je luy estois bon tesmoing que des provisions de justice,
que je luy avois requise pour vos subjectz, despuys que j'estois par
deçà, il ne m'en avoit esté reffuzé pas une, que je vous suppliasse,
de sa part, faire de mesmes avoir raison à ceulx de ses subjectz qui
la vous requerroient pour les déprédations que les vôtres leur
avoient faictes; dont avoit commandé m'en bailler ung mémoire, le quel
ilz m'ont délivré, en latin, avec la coppie de la sus dicte ordonnance
en françois, que j'ay tout miz dans ce paquet[60], et ay prié les
dicts Juge, et Somer, de bien asseurer la Royne, leur Mestresse, qu'en
tout ce qu'elle usera bien envers Voz Magestez et voz subjectz, que
vous luy correspondrez et y ferez correspondre les vôtres.

  [60] Le mémoire contenant les plaintes des Anglais n'a pas été
  transcrit sur le registre de l'ambassadeur, qui renferme
  seulement la copie de l'ordonnance.

J'ay desjà envoyé la coppie de la dicte ordonnance à Mr. le maréchal
de Cossé à Roan, avec adviz des choses de deçà, sellon lesquelles il
pourra procéder en ce que luy avez ordonné pour le faict des Anglois.

Ceulx de la nouvelle religion, qui sont icy, ont esté fort esmeuz
d'entendre l'exécution qui a esté faicte au dict Roan, et ont sur
cella tenu plusieurs conseils et dellibérations en leurs consistoires.
J'espère vous escripre plus amplement toutes novelles dans quatre ou
cinq jours: dont, après avoir, en cest endroit, très humblement baysé
les mains de Votre Magesté, je supplieray le Créateur qu'il vous
doinct, etc.

     De Londres ce XVIe de mars 1569.


Je viens, tout à ceste heure, d'estre adverty qu'on faict secrètement
une description d'homes pour envoyer sur mer; je mettray peine de
descouvrir plus avant et l'occasion, et l'entreprinse.


     A LA ROYNE.

Madame, il y a seulement trois jours que j'ay faict une dépesche à Voz
Magestez des occurrences survenues après le partement du Sr. de
Sabran, et m'ayant despuys la Royne d'Angleterre envoyé la coppie
d'une ordonnance qu'elle a faicte touchans les pirates, avec ung
récit, à part, de certaines déprédations que les Françoys ont
exécutées sur ses subjectz, je vous ay bien vollu incontinent envoyer
le tout, affin que Votre Magesté commande de mettre ung semblable
ordre sur la mer, et faire de mesmes administrer justice aulx subjectz
de la dicte Dame, comme elle monstrera vouloir rendre aulx vôtres.
Elle et ceulx de son conseil m'ont fort protesté qu'ilz veulent aller
de bon pied en notre endroict, et, que tout ainsy qu'ilz ont commancé
de le faire, que nous monstrions de nostre costé que nous voulons
aussi marcher de mesmes envers eulx; dont vous plairra, Madame,
commander à Mr. de Morvillier et à Mr de Limoges de conférer avec
l'ambassadeur de la dicte Dame sur le faict des dictes pleinctes et de
la dicte ordonnance, comme elle faict icy démonstration de satisfaire
à Vos Magestez. Et, espérant vous mander bien tost toutes autres
novelles, je n'adjouxteray icy qu'une prière à Dieu, etc.

     De Londres ce XVIe de mars 1569.


Ceste Royne escript à son ambassadeur, et croy que c'est affin qu'il
viègne se justiffier envers Voz Magestez touchant la lettre, qu'on luy
envoyoit de Paris, qui a esté surprinse.


  ORDRE A ESTRE MONSTRÉ ET DÉCLARÉ à tous visamyraulx et à toutz
    les principaulx officiers, ez portz et passaiges de la Royne
    d'Angleterre, pour les causes ensuyvantes:

  Comme il soit que Sa Majesté ayt entendu que plusieurs de ses
  subjectz auroient, despuys naguières, sans congé armé quelques
  vaisseaulx comme en guerre, et se seroient avec iceulx miz sur la
  mer, accompaignez de bon nombre de mariniers et autres ses
  subjectz, dont Sa Majesté s'en pourra servir, quant l'occasion se
  présentera pour le service publique d'elle et de son royaume, et
  que aussi eulx estantz en mer prétendans servir l'une partie ou
  l'autre en ces guerres civilles en France, dont Sa Majesté a
  tousjours desiré la paciffication, sont par plusieurs plainctes
  chargez d'avoir perpétrez plusieurs désordres sur la mer, tendans
  à la nature de piracies, ce que Sa Magesté ne peult soffrir sans y
  pourvoir par réformation ou punition.

  A ceste cause, Sa Magesté veult et commande, comme nous vous
  enjoingnons, au nom de Sa Magesté, si comme vouldrez en respondre
  que, comme par cy devant il vous ayt esté commandé que nulle
  personne, soubz colleur d'aulcune prinse faicte sur la mer, seroit
  permise d'entrer en aulcuns de ses portz avec icelle pour y en
  faire vente, ains seroit arrestée, et les biens ainsy prins miz à
  sauvetté. Ainsy meintennant vous pourvoyerez et donrez ordre
  estroict que doresenavant il ne soit permiz à aulcune personne
  d'aller en mer avec aulcun navyre ou vaysseau, autre que pour la
  transportation des merchandises, en manière deuhe et accoustumée,
  et quiconque vouldra en autre sorte équipper aulcun navyre ou
  vaysseau, vous lui en ferés deffance, et, avant qu'il sorte hors
  d'aulcun des portz de Sa Magesté, luy restraindrez et reffuserez
  la sortye jusques à ce qu'il vous apparoistra qu'il soit ainsi
  advoué et permiz par Sa Magesté, ou en son nom, par nous de son
  conseil privé, ou bien par moy l'Admiral d'Angleterre.

  Et quant aulcune personne, qui sont ainsy desjà allé en mer, sans
  expresse licence de Sa Magesté, ou bien advoué par nous de son
  conseil, n'estant en ouvert et accoustumé train de marchandise,
  arrivera en aulcuns des portz ou lieux de Sa Magesté, où arrest
  s'en puisse faire, pour y estre évittailhez, ou pour faire vant
  des biens prins: Nous voulons que fassiez arrester les parties,
  vaysseaulx, et biens, et iceulx mettre en saulvetté à estre
  responsables sur l'information à nous sur ce faicte comme le cas
  requerra, voulans et commendans, au nom de Sa Magesté, que ce que
  dessus soit estroictement gardé et observé, sur la peyne que le
  mespriz en méritera.

  Et encores que rien ne soit, par cecy, commandé que ce que toutz
  officiers et ministres sont desjà tenuz d'observer, et faire
  garder, et obéyr, si est ce, que pour en faire plus manifeste
  déclaration, que Sa Magesté entent d'user de toutz bons moyens
  d'obvier et prévenir à ceste facon de désordre, et pour évitter
  toutes excuses des officiers, qui pourroient prétendre faulte
  d'advertissement, avons bien vollu despescher ce pourteur, l'ung
  des messagiers de Sa Magesté, avec noz présentes lettres ouvertes
  à estre monstrées à tous visamyraulx et officiers des portz, leur
  commandant d'en considérer le contenu, et, sellon qu'ilz verront
  nécessaire, d'en prendre double et extraict, et sur ce permettre
  au dict messagier de se transporter au long des costes de la mer
  avec la présente, comme il luy est ordonné et enjoinct, sans
  aulcun retardement non nécessaire, affin que des présentes il soit
  faicte plus prompte exécution.

     Faict à Wesmestre, le XIe jour de mars 1568 (suyvant le
     nombre d'Angleterre).

     Signé T. NORFOLC, PEMBROK, R. LEYCESTER, C. CLINTON,
       F. KNOLLIS, W. CECILLE, R. SADELLER, WA. MILDMAY.



XXVe DÉPESCHE

--du XXIe de mars 1569.--

(_Envoyée par Jehan Pigon jusques à Calais._)

  Instances des protestants de France, auprès d'Élisabeth, pour
    obtenir un secours d'argent, à titre d'emprunt.--Revues
    générales faites en Angleterre.--Départ de la flotte destinée
    pour la Rochelle.


     AU ROY.

Sire, j'ay à faire entendre à Votre Majesté, despuys mes précédantes,
lesquelles sont du XVIe de ce mois, que le cardinal de Chatillon, le
conseiller Cavaignes et le Sr. Du Doict mènent de bien fort
dilligentes et estroictes praticques avec aulcuns de leur religion,
d'auprez de ceste Royne, pour faire promptement fornir des deniers en
Allemaigne, et proposent des moyens facilles et secretz pour en faire
faire l'avance par d'autres que par elle, ou bien de la faire
promptement rembourcer, de sorte qu'il est très difficille de les
empescher; et croy que, en France mesmes, ou en Flandres, ou en
Hespaigne, ils seroient pour trouver des deniers en ceste façon,
joinct que, pour estre ce royaume en telz termes qu'il est avecques le
duc d'Alve et avec les Pays Bas, l'on a de quoy colorer toute
forniture de deniers et autres pratiques qui se mènent d'icy en
Allemaigne, estant sans doubte qu'ilz vouldroient attirer la guerre
sur le dict duc d'Alve et sur les Espaignolz, pour les getter hors du
dict pays, s'il leur estoit possible, et s'ilz ne craignoient plus que
Votre Majesté s'y oppose qu'ilz ne pensent que le Roy Catholique ne
soit meintennant pour les en pouvoir engarder. Tant y a que je leur
mettray aus dicts deniers toutz les obstacles que je pourray, et, si
la matière en est ouvertement proposée à la dicte Dame ou en son
conseil, j'espère qu'ilz n'obtiendront tout ce qu'ilz demandent.

J'avoys grande craincte, la sepmaine passée, ayant le dict Sr.
Cardinal et les siens esté conduictz par aulcuns seigneurs de ce
conseil à la Tour, où ilz les festoyarent, que ce fût pour leur
consigner quelque somme. Mais après leur avoir monstré l'artillerye,
les pouldres et les armes, l'on ne leur a pas faict seulement voir les
quaysses de l'argent d'Espaigne, non que de le leur avoir délivré, et
semble que ceulx mesmes, qui leur sont mieulx affectionnés, trouvent
assez de difficulté à la seureté du rembourcement.

Les monstres des pencionnaires et gens de cheval de ceste Royne sont
mandez au premier jour d'apvril, et les autres généralles et
ordinaires de tout le royaume au XVe du dict moys, et [est] commandé
aulx ungs et aulx autres d'estre toutz préparez au mandement que la
dicte Dame leur fera faire le dict XVe, et ont ceulx de la nouvelle
religion essayé de luy persuader qu'elle deust faire de nouveaulx
capitaines et de nouvelles levées extraordinaires; mais les
principaulx de ce conseil ont rompu ce coup. Vray est que le jeune
comte d'Oxfort s'est monstré plusieurs jours tout prest, avec ung
nombre de jeunes gentishommes anglois, pour aller trouver le prince de
Condé ou quelque prince d'Allemaigne, affin de veoir de la guerre,
mais il n'en a peu obtenir la permission de la dicte Dame. Bien a
semblé qu'aulcuns luy conseilloient d'y aller voluntaire, et qu'ilz
luy respondoient que pour cella il n'incourroit l'indignation de la
dicte Dame; mais en fin elle le luy a deffandu expressément et luy a
baillé lettres pour passer en Irlande. Je ne sçay si quelque contraire
vent le poulsera, de son gré, à la Rochelle.

Les flottes dont vous ay, cy devant, faict mencion, que ceulx cy
préparoient pour aller en Hembourg et au dict lieu de la Rochelle,
encor qu'on lès ayt mandé retarder toutes deux pour quelques jours,
celle néantmoins de la Rochelle commence meintennant à sortir de ceste
rivière et en plus grand nombre de vaysseaulx que ne portoit mon
premier adviz, et toutz à demy équipez en guerre, comme est la
coustume des Anglois; et est on à délibérer si ce sera Me. Oynter
visamyral, ou Me. Olstoc contrerolleur de la marine, qui conduyra la
dicte flotté de la Rochelle, et si ce sera avec plus grand nombre de
grandz vaysseaulx de ceste Royne qu'il n'avoit esté proposé du
commancement, que l'on n'en avoit ordonné que deux. En quoy, encore
que je ne descouvre qu'il y ayt aulcune déterminée entreprinse cachée
là dessoubz, si n'est d'apporter des commoditez et rafréchissemens de
grains, de chers sallées, et grand nombre de bottes, de soliers, de
suyf, et, possible, de quelques salpètres, à ceulx de la Rochelle, et
de se payer en sel et vin tant du premier rafreschissement qu'on leur
porta en décembre que de cestuy cy, si crains je qu'il y ait quelque
aultre entreprinse; de tant qu'on m'a dict qu'en toutz les vaysseaulx
qui s'aprestent d'aller en mer, l'on y redouble les hommes, oultre le
nombre et équipage accoustumé, et que j'ay adviz que ceulx de la
nouvelle religion, Françoys, qui sont icy, ayans long temps retenu
deux navyres, en faulx affret, toutz prestz dans ceste rivière,
pressent meintennant de les faire partir, et que la description
d'hommes dont, en mes précédantes, je vous ay, par postille, faict
mention, se poursuyt au nom du prince d'Orange et du prince de Condé,
la plus part de Flamans, sans leur dire aultre chose sinon qu'on leur
baillera de bons capitaines pour les conduyre, lesquelz ilz auront
bien agréables et les mèneront en lieu où ilz seront bien receuz, et
qu'ilz auront six deniers de ceste monnoye, qui est ung réal, par
jour, leur baillant pour ceste heure à chacun douze deniers d'avance
seulement, s'acheminans en dilligence vers la Rie et Plemmue et autres
portz du costé de France, et qu'on a faict faire ung nombre de mandilz
vertz, comme de livrée pour soldatz.

Il sera bon, Syre, d'advertir tout le long de vostre coste de mer
qu'on preigne garde non seulement à ce que les dictz deux navyres de
faulx affret pourroient entreprendre, mais aussi au passaige de la
dicte flotte des Anglois, ainsy que je l'ay desjà mandé à monsieur le
mareschal de Cossé, sans toutes foys qu'on face aulcune démonstration
d'hostillité aus dicts Anglois, s'ilz n'en donnent occasion, et si
Vostre Majesté ne se veult attirer encores une novelle guerre toute
déclairée de leur costé, à quoy ilz ne sont que trop promptz. Mais ilz
sont plus irritez meintennant et prestz de la commencer au duc d'Alve
que à nous, si nous ne les provoquons, et se pourra faire qu'ilz
layssent dorsenavant la route de la Rochelle et de Broage si de ces
choses nécessaires, qu'ilz y vont quérir, il vous playt les en faire
fornir en aultres endroictz de votre royaume, ainsy que ceste Royne
m'a aulcunement déclaré par sa responce, que je vous ay envoyée le
VIIIe de ce moys, qu'elle en estoit contante; et se trouvera, icy, des
marchantz qui en dresseront le commerce, pourveu qu'après que vous me
l'aurez commandé je le puysse bien résouldre avecques elle, et qu'il
vous playse, puys après, leur y tenir la main de dellà.

Ce qui se descouvre le plus de l'intention de ceulx cy, touchant leur
présent appareil de mer, est qu'ilz prétandent à trois entreprinses:
l'une d'aller, comme je vous ay desjà dict, à la Rochelle, et que ce
soit avec tant de seureté qu'il ne leur puysse venir aulcun
inconveniant, ny à l'aller, ny au retour, et je crains qu'ilz y
mettent en terre les dicts Flamans. L'aultre est de conduyre la flotte
de leurs draps en Hembourg, laquelle sera riche de quatre à cinq cens
mille escuz vaillant, et la passer à la veue de Olande et Zélande,
avec le meilleur équipage et avec la plus grande bravade qu'il leur
sera possible de faire au duc d'Alve, lequel ilz entendent qu'il arme
bon nombre de ourques et roberges pour essayer de les empescher. Et la
troisiesme est, qu'ayant Haquens entreprins se revancher du mal que
les Espaignolz luy ont faict à Mexico, délibère d'aller attendre, en
l'isle de los Assores, la venue de la flotte des Indes d'Espaigne, à
ce prochain juillet, avec un bon équipage de mer, et cependant
surprendre, s'il peult, celle des Indes de Portugal qui a accoustumé
d'arriver en may; qui seroient deux grand eschecz et où se trouveroit
de quoy faire, puis après, de plus grandes entreprinses.

Hier au soir, le comte de Lestre m'envoya ung sien gentilhomme pour me
faire, avec beaucoup d'affection, entendre certains tortz et oltrages
qu'on a faict à Paris à ung des gens de l'ambassadeur de ceste Royne,
luy ostant, avec grand violence, les pacquetz d'elle et le menassant
de le faire pendre, et que, encor qu'il soit très asseuré que cella
n'est procédé ny de votre volonté, ny de votre commandement, ains de
la menée de ceulx qui vouldroient voir desjà la guerre entre ces deux
royaumes, à quoy la dicte Royne, sa Mestresse, vouldroit bien obvier,
si elle pouvoit, et luy en destorner et le commancement et le mal par
toutz les moyens qu'il luy seroit possible, si me vouloit il prédire
que la dicte Dame n'en pourroit dissimuler l'offance, qu'elle en
sentoit trop plus griefve dans le cueur que de nul autre oltrage qu'on
luy eust sceu faire, si Votre Majesté ne commandoit expressément de
faire cesser telles violences en l'endroict des gens de son dict
ambassadeur et de ceulx de madame de Norrys, sa femme, et se ne feziez
faire justice de celles qu'on avoit desjà commises à cestuy cy et à
quelques autres qu'il m'a allégué, et à voller ainsy ses pacquetz,
lesquelz elle desiroit sur tout qui fussent randuz; et que cella en
fin pourroit tant toucher à moy, qu'il m'en avoit bien vollu advertir,
comme m'estant le meilleur amy de ceste court. A quoy, après le
mercyement de l'adviz et de sa bonne démonstration envers moy, j'ay
respondu que je n'avois rien entendu de ce faict, et que Voz Majestez
avoient accoustumé de bien honnorer et porter toute faveur aulx
ambassadeurs de la dicte Dame et à toutz ceulx qui venoient de sa
part, dont estoit à croyre, ou que celluy qui avoit esté oltragé
n'avoit esté cogneu pour homme du dict sieur ambassadeur, ou qu'il
avoit, en ce temps si suspect, donné occasion de ce faire. Mais que je
vous l'escriprois et m'asseurois que Votre Majesté y remédieroit; que,
pour mon regard, j'espérois qu'ilz ne pourroient prendre aulcune
raisonnable occasion d'exécuter le semblable sur moy, ny sur les
miens, car je craignois plus votre indignation que la leur, si
j'excédois en rien le debvoir de ma charge, et si je ne la rendois,
jouxte votre commandement, et pour votre service, la plus agréable que
je pourrois à la dicte Dame.

J'ay sceu, Sire, que ceulx de la nouvelle religion, qui sont icy, se
sont beaulcoup resjouys d'entendre qu'on eust mal tretté l'homme du
dict ambassadeur, et qu'on luy eust osté les pacquetz de la dicte
Dame; car ilz ne desirent rien tant que de la veoir provoquer à vous
déclarer la guerre; mais j'espère que Dieu y pourvoyra, auquel je
prie, etc.

     De Londres ce XXIe de mars 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, il vous plairra voir en la lettre du Roy ce qui se offre
meintennant icy digne de vous estre mandé, à quoy je adjouxteray
davantaige que, oultre la pleincte, que le comte de Lestre m'a envoyé
faire de la rigueur qu'on a tenu à Paris à un des gens de leur
ambassadeur, et du peu de respect qu'on a porté aulx pacquetz de ceste
Royne, qui luy ont esté ostez, le secrétaire Cecille m'a mandé dire,
de la part de la dicte Dame, qu'on a freschement adjouxté à ceste
offance encores une autre très grande contre elle à Dièpe, y ayant
aresté prisonnier ung de ses subjectz, agent de Me. Grassan son
facteur, qui avoit trouvé moyen de se saulver de Flandres pour venir
devers elle, avec lettres d'aulcuns ses serviteurs et avec relation
des choses de dellà, qui concernoient grandement son service, et luy a
l'on reproché qu'il estoit traistre et qu'on le renvoyeroit, piedz et
poings liez, au duc d'Alve; de quoy me prioyt croire que la dicte Dame
en estoit trop plus marrye qu'il ne me le pouvoit bien exprimer, et
qu'elle disoit que ce n'estoit sellon les bonnes responces que Votre
Majesté avoit faictes à son ambassadeur, quant il vous avoit donné
compte des tortz et maulvais trettemens que le duc d'Alve avoit faict
à ses dicts subjectz en Envers, et qu'elle voyoit bien qu'on
entreprenoit en France de pourter le faict du dict duc contre elle, et
que mesmes l'on avoit constitué prisonniers en son nom aulcuns Anglois
à Bouloigne, qui estoient là eschappez de ses mains; dont elle avoit
grande occasion de regarder de prez à ses affaires, et que, sans
doubte, elle essayeroit toutz les moyens et remèdes qu'elle pourroit
pour les bien asseurer.

A quoy j'ay respondu que la dicte Dame ne se debvoit aulcunement
esmouvoir pour ces petitz accidens, qui estoient advenuz, sans votre
sceu et contre votre volonté, par le seul désordre des temps, et que
là, où il faudra faire preuve de votre intention en ses affaires,
qu'elle l'y trouvera bonne et droicte, jouxte la déclaration de paix
et d'amytié que Voz Majestez luy ont faicte: et ay miz toute la peyne
que j'ay peu de luy diminuer l'impression qu'elle pouvoit prendre du
contraire, vous suppliant, Madame, faire encores quelque bonne
démonstration à son ambassadeur pour m'ayder à la luy oster du tout;
car ayant icy plusieurs choses prez d'elle qui me sont toutes
contraires, soit de sa religion, ou de l'ancienne inclination de ce
royaume contre la France, ou de la récente mémoire de Calais, ou des
traverses qu'elle crainct advenir de votre costé ez choses d'Escoce ou
ez propres de son royaume, quant ceulx de la novelle religion seront
veincuz, ou bien encores l'occasion qui luy semble se présenter fort
bonne meintennant de la division et adversité de votre royaume pour y
pouvoir entreprendre quelque chose, et sur tout la vifve sollicitation
de ceulx qui ont auctorité et crédict prez d'elle, tant siens que
estrangiers, qui la vouldroient desjà voir aulx meins et toute
déclairée contre vous, à peyne la puys je retenir en l'observance de
la paix; et bien que jusques icy j'aye eu certains moyens qui m'ont
faict prendre quelque asseurance d'elle, et qui m'en asseurent encores
assez aujourduy, je voy néantmoins les choses tant prestes à recepvoir
changement, que je vous supplie très humblement, Madame, obvier à ce
qui le pourroit causer, comme j'espère que Votre Majesté, par sa
prudence et modération, le fera en donnant quelque satisfaction à la
dicte Dame: m'estant, au reste, bien fort resjouy d'entendre, par
aulcunes de voz précédantes, qu'ayez miz bon ordre à la frontière de
ce costé, voyant ceux cy en armes, et qu'ayez pourveu qu'ilz n'ayent
moyen de descendre, ny rien entreprendre, qu'à leur dommaige et
confuzion, et sera bon, Madame, que rafreschissiez là dessus voz
commandemens aulx gouverneurs et capitaines qui en ont la charge, tant
en Normandie, Picardye que Guyenne, le long de la mer, et que ce soit
du premier jour, affin qu'ilz y soient encores plus vigilans à ceste
heure que l'armement et appareil de ceulx cy sort dehors, et que leurs
entreprinses se vont descouvrir. Car ne fault doubter que ceulx de la
nouvelle religion, qui sont icy, n'en ayent secrètement tramé quelques
unes tout cest yver, et qu'ilz ne s'esforcent de se prévaloir du
malcontantement et deffiance, où semble que ceste Royne soit entrée
pour les deux occasions que j'escriptz à Voz Majestez. A quoy je
remédieray de ma part, aultant qu'il me sera possible, avec l'ayde de
Dieu, lequel je prie, etc.

     De Londres ce XXIe de mars 1569.



XXVIe DÉPESCHE

--du XXVe de mars 1569.--

(_Envoyée par homme exprès jusques à Calais._)

  Remontrances de l'ambassadeur, tant au sujet du voyage de la
    Rochelle, pour lequel se font de grands préparatifs, que des
    levées de Flamands qui ont lieu à Londres pour la même
    destination.--Protestation d'Élisabeth qu'elle veut conserver
    la neutralité et maintenir la paix.--Mesures prises pour
    arrêter les enrôlemens.--_Lettres_ de Marie Stuart à Élisabeth
    et à l'ambassadeur.


     AU ROY.

Sire, affin de vériffier les adviz que, par mes précédantes, du XXIe
du présent, j'ay donné à Voz Majestez touchant ceste flotte qui va à
la Rochelle, j'ay envoyé recognoistre l'embarquement d'icelle par
homme exprès, lequel m'a rapporté que les choses y sont toutes telles
que je les vous ay desjà mandées. Dont, pensant que une partie en
peust bien venir du malcontantement que ceste Royne a prins des deux
occasions dont en mes dictes précédantes je vous ay faicte mencion, je
la suis allé trouver pour luy en donner quelque satisfaction, et,
encore que du commancement elle ne m'ayt du tout receu avec le bon
visage accoustumé, ains ayt incontinent commancé de se plaindre et me
dire que, par la deffiance que vous monstriez avoir d'elle, il se
cognoissoit assez qu'il n'y avoit lieu qu'elle se deubt grandement
confier en votre amytié; à quoy j'ay opposé plusieurs démonstrations
et bons tesmoignages de votre trop plus certaine amytié envers elle
que ces deux petites occasions, les quelles n'estant aulcunement
procédées de vous ne luy debvoient rien faire extimer du contraire; et
ayant rejecté, le mieulx que j'ay peu, tout le mal sur le seul
désordre du temps, après l'avoir par aulcunes bonnes parolles assez
bien remise, je luy ay remonstré bien vifvement qu'estant ma charge de
regarder que prez d'elle n'advienne chose qui puisse gaster ceste
votre mutuelle et commune amytié, je luy voulois bien dire que Voz
Majestez Très Chrestiennes ne pourroient prendre que bien fort à mal
ce que j'entendois du voyage de ses subjectz à la Rochelle, qui y
alloient en grand nombre de vaysseaulx équipez en guerre, où ilz
redoubloient les hommes, oultre le nombre accoustumé, et y
transportoient beaulcoup de grains, de chers sallées, de bottes, de
souliers, de pouldres, et tant d'aultres rafreschissemens qu'il
sembloit qu'ilz y allassent plus pour remédier aulx nécessitez de
ceulx qui vous mènent la guerre en votre royaume, que pour pourvoir à
celles de ce pays; et surtout que je me plaignois de ce qu'on faisoit
une description et levée de Flamans pour les embarquer et les aller
mettre en terre de dellà, dont la supplioys de juger, en bonne
conscience, si je n'avois assez de quoy, en tout cella, luy protester
de l'infraction des trettez.

A quoy elle m'a respondu assés soubdain que, touchant aller en
équipaige de guerre à la Rochelle, le temps ne portoit qu'on le deubt
faire autrement, mais que la teste d'ung chacun de la flotte
respondroit de tout ce qu'ilz entreprendroient hostillement, sur voz
pays et subjectz, contre l'expresse deffance qu'elle leur en avoit
faicte. En quoy, Sire, j'ay bien sceu qu'elle a ainsy permiz d'armer
ces vaysseaulx marchantz affin d'espargner l'armement d'autres deux
de ses grandz navyres, que Me Oynter, lequel en fin a esté ordonné
pour conduyre la dicte flotte de la Rochelle, luy demandoit, oultre
les deux qui sont desjà toutz prestz.

Et, quant au reste, m'a respondu que ce qu'on transportoit de dellà
estoit pour accomplir certains marchez qui estoient faictz, despuys
longtemps, entre les marchantz, de quoy elle ne se mesloit
aulcunement; et s'il se faisoit nulle levée de Flamans c'estoit sans
son sceu, mais qu'au moins elle garderoit bien que ses subjectz ne
vous yroient pas faire la guerre.

J'ay répliqué qu'entendant partir tant de rafreschissemens
d'Angleterre pour les apporter à ceulx de la Rochelle, et s'embarquer
des Flamans pour les aller secourir, desquelz la levée ne se pouvoit
faire en son royaume sans crime de lèze magesté, sinon avec son sceu
et permission, il estoit possible que Voz Majestez Très Chrestiennes
ne l'inputassent tout à elle seule sans luy en pouvoir admettre
aulcune excuse; dont la suplioys d'y bien penser, et luy ay poursuivy
cella en telle façon que ne s'en pouvant bien desmeller elle a appellé
aulcuns seigneurs de son conseil, qui estoient dans la chambre, aus
quelz ayant, quasi mot à mot, récité tout ce que je luy avois dict et
monstré ne trouver aulcunement bon, qu'on chargeât toutes ces
provisions pour la Rochelle, oultre l'avytaillement ordinaire des
navyres, ny qu'on fist ceste levée de Flamans, qui estoit encores
moins excusable, de quoy eulx aussi ont faict semblant ne sçavoir
rien, sinon le secrétaire Cecille qui a dict que trois Angloys avoient
esté miz en prison pour avoir vollu accepter quelque soulde, elle leur
a commandé bien expressément de donner ordre qu'il ne soit rien permiz
ny souffert en ceste flotte, dont Votre Majesté ayt occasion d'estre
mal contant; et, haulssant la parolle, a dict que quiconque la mettra
en guerre, ou la conseillera de l'avoir avecques Votre Majesté qu'elle
le réputera pour traistre.

Et m'estant là dessus, avec bonnes parolles et toutes bonnes
démonstrations, licencié d'elle, elle m'a encores rappellé de la porte
pour me dire qu'elle me prioyt de descouvrir mieulx ce qui estoit de
la dicte levée de Flamans, et au nom de qui elle se faisoit, car ne
vouloit que ceulx, qui estoient venuz à son reffuge pour saulver leurs
vyes, prinssent ainsy les armes pour attirer la guerre en son royaume,
et qu'elle pensoit que l'homme du prince d'Orange luy faisoit si
mauvais tour, dont y vouloit remédier; et qu'elle juroit Dieu, le
Créateur, qu'elle n'avoit rien entendu de cella jusques à ce que je le
luy avois dict, et qu'elle ne vous vouloit aulcunement provoquer, bien
pensoit envoyer, du premier jour, quelque personnaige, exprès devers
Voz Majestez, pour vous faire entendre aulcune sienne intention.

Ainsy, Sire, je ne puys que bien juger, pour encores, de la volonté de
ceste princesse en la continuation de la paix; mais je n'ay pourtant
layssé de donner adviz de tout cest armement à Mr. le maréchal de
Cossé afin d'obvier à toutes surprinses. Et semble que le faict des
pirates se va fort modérant et se règle, de jour en jour, pour la
seureté de voz subjectz, dont fauldra aussi qu'on commance de procéder
en France, mesmement à Roan, à quelque bonne démonstration envers les
Angloys.

L'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, demeure toutjour resserré, et
les affaires de Flandres en suspens, bien qu'il semble qu'on n'attend
sinon que le Roy Catholique envoye personnaige exprès pour tretter, de
sa part, avecques ceste princesse de toutz ces différantz, et elle
luy satisfera.

Il n'y a encores novelles s'il a esté rien exploicté en Escoce, tant y
a qu'on y est bien avant aulx armes, et bien tost l'on y dépeschera
d'icy celluy que je vous ay desjà mandé, nommé Me. Milmor. Je vous
envoye la coppie d'aulcunes lettres, que la Royne d'Escosse a
naguières escriptes à ceste Royne et à moy, par où vous pourrez
entendre amplement de ses novelles. Et sur ce, etc.

     De Londres ce XXVe de mars 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, j'ay esté en grand doubte comme je debvois uzer envers ceste
Royne touchant ceste flotte de ses subjectz qui va à la Rochelle,
craignant que si j'en venois avec elle en termes rigoureux, elle en
fût, possible, provoquée de me faire quelque déclaration plus ouverte
que la grandeur et réputation du Roy, et Vôtre, ne pourroit puis après
suporter ni dissimuler que ne luy en protestissiez la guerre, ce que
j'estime ne convenir bien au présent proffict de voz affaires; aussi,
si je ne luy en parloys, que je luy layssasse trop négligemment passer
les choses de votre service en dangier qu'elle les tînt, puis après,
trop à mespriz ou les fyct doresenavant venir à de pires conséquences,
dont en ay usé, ainsy que Votre Majesté verra en la lettre du Roy. En
quoy, grâce à Dieu, il m'a beaulcoup mieulx succédé que je ne pensoys,
et comme j'ay miz peyne de luy dire beaulcoup de choses de
contantement sur ce qu'elle se plaignoit, aussi m'en a elle dict
plusieurs autres pour contanter Voz Majestez, et ne reste que de les
exécuter et donner charge, d'ung costé et d'aultre, aulx capitaines
et gouverneurs des places, le long de la mer, en la frontière des deux
royaumes, qu'ilz usent de toutz bons déportemens, et fassent cesser
les mauvais. Dont vous plairra, Madame, en faire rafreschir le
commandement à Mr. le mareschal de Cossé, et comme l'on a depputté,
icy, quatre des seigneurs de ce conseil commissaires pour pourvoir
aulx pleinctes de voz subjectz sur toutes ces prinses de mer, qu'il en
soit aussi ordonné d'autres en Normandie et Picardye, et en Bretaigne,
pour pourvoir aux pleinctes des Anglois; et que, en la première
audience que Voz Majestez donront à l'ambassadeur d'Angleterre, il
vous playse luy gratiffier l'affection et bonne volonté que la Royne,
sa Mestresse, monstre avoir à l'entretènement de la paix, et l'exorter
aussi qu'elle veuille restraindre et modérer les affections et les
actions d'aulcuns des siens, qui les usent trop apertement contre Voz
Majestez en faveur de ceulx qui vous mènent la guerre en votre
royaume.

La dicte Dame m'a touché confuzément aulcuns propos, par lesquelz j'ay
comprins qu'elle vouloit envoyer ung personnage exprès devers vous
pour s'esclairer de quelques doubtes, et m'a l'on dict qu'elle avoit
déjà parlé du Sr. de Trocmarton pour y aller. Je mettray peyne
d'entendre plus avant l'occasion du dict voyage et de vous envoyer,
devant, ung des miens pour vous en donner adviz, et pour vous rendre
compte de toutes choses de deçà, Dieu aydant; au quel je prie, etc.

     De Londres ce XXVe de mars 1569.


Je vous supplie faire donner adviz à Monseigneur, votre filz, du
contenu en ceste dépesche affin que celle que je luy ay faicte du
XXIe du présent, qui est assez diverse de ceste cy, ne soit cause de
luy faire rien changer de ses dellibérations.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE A LA ROYNE D'ANGLETERRE.

--du XIIIIe de mars 1569.--

Madame ma bonne soeur, l'honneur et naturelle amytié que je vous porte
faisant son office me faict craindre et fouyr de vous inportuner, ou
sembler me deffier aulcunement de votre bon naturel par mes plainctes,
qui vous ont esté quelque foys désagréables, et, d'autre part, ma
conscience et naturelle pityé de sang espandu de mes obéyssantz
subjectz me meust vous remonstrer ce en quoy je me sens obligée. Par
quoy je vous prieray, premièrement, de considérer le juste soing que
je doibz avoir de mon peuple, qui doibt précéder toutz humains ou
particuliers respectz; secondement, le temps que constamment j'ay
passé en pacience soubz l'espoir de votre faveur, et, sans le prendre
de moy comme offence ou reproche, lire mes doléances, et sur icelles
me mander votre résolution, pour laquelle entendre j'envoye Borthuic,
présent pourteur, devers vous, avec le double de quelques poinctz
contenuz en une proclamation faicte par mes rebelles, où ilz font
mencion d'une sentence par vous donnée sur les choses disputées et par
eulx faulcement alléguées dernièrement en votre présence et de votre
conseil; lesquelz poinctz je vous supplie considérer pour m'en faire
entendre votre volonté par ce pourteur, ne pouvant la nécessité de la
cause si importante souffrir plus long délay, sans entendre votre
résolution tant en cella qu'en ce qui suyt, pour remédier aulx
partiaulx déportemens de voz ministres des frontières, lesquelz ont,
à Carlisle, prins mes serviteurs, osté et ouvert leurs lettres et puys
envoyées en court, bien loin de ce qui m'a esté promiz et escript, qui
n'entendiez que j'eusse moins de liberté que par cy devant, mais trop
plus esloigné du racueil faict à mes rebelles, avec lesquelz je ne
pensay jamais estre esgalle. Car ilz ont esté bien receuz en votre
présence, avec liberté d'aller et venir, et continuellement envoyer
supportz d'argent, et, comme ilz disent, ainsi qu'il vous plairra voir
par ceste autre lettre, asseurez de support d'hommes à leur besoing.
Par ainsy, ilz sont meintenuz pour m'avoir vollu faulcement accuser et
tacher d'infamye, et moy, qui me suis venue jetter entre voz braz,
comme de ma plus asseurée amye, reffuzant le support de ceulx
lesquelz, offancés de ce, je seray contraincte, à mon regrêt, de
rechercher, si sellon mon espérance et desir n'y remédiez par prompt
secours, ay esté esloignée de mon pays, retenue, vostre présence
requise pour ma justiffication dényée, et enfin toutz moyens coupez et
retrenchez d'ouyr des miens ou leur faire entendre ma volonté.

Je ne pense avoir mérité telz trettemens pour m'estre fyée en vous, et
vous avoir compleu, deffendant à mes subjectz rien n'entreprendre
quant ainsy me l'avez conseillé, et ne recherchant à vostre requeste
et promise amytié aultre que vous, non seulement desirant vous
complaire, mais obéyr, comme fille à sa mère. Et, de fresche mémoire,
au retour des traystres, sans l'advertissement de l'évesque de Rosse
et de maister Knollis, qui me persuadèrent que ne pouviez trouver bon
que mon party commenceast, je les eusse bien salués à l'entrée des
frontières, sans leur donner si bonne commodité de lever soldatz pour
ruyner mon povre peuple. Bref, j'ay, jusques icy, deppendu de vous
seule, et desire faire encores, s'il vous playt accepter ma bonne
volunté, la récompensant par vostre amyable confort et prompt secours,
pour obvier à la tirannye de ces rebelles subjectz. Pour la craincte
desquelz[61] contre mes fidelles subjectz, et contre mon honneur et
estat, je seray contraincte vous requérir secours, ou d'en chercher où
Dieu me conseillera; sellon vostre responce, que je veulx espérer
bonne, je me desporteray.

  [61] C'est-à-dire de ce qu'ils peuvent entreprendre contre mes
  fidèles sujets.

J'ay aussi chargé ce pourteur de sçavoir vostre résolution sur ce que
l'évesque de Rosse et lord Boyd auront à faire, ne l'ayant encores peu
sçavoir, ny aultres certaines particullaritez, desquelles je vous
supplie le croyre, et ne prendre en mauvaise part si, en chose si
inportante, je vous presse plus que peult estre (veu que je suys entre
voz mains) il ne vous semble à propos; mais je ne puys plus longuement
différer ny supporter partial trettement, sans ruyne de mon estat et
offence de ma conscience: car, comme naturellement je vous suys
addonnée, vostre peu amyable trettement m'en pourroit retirer, ce que,
je vous supplie, ne me contraignez faire, me layssant une opinion
aultre que je n'ay jusques icy vollu confirmer d'une parente si
proche, et de qui je desire tant la bonne grâce, à laquelle présentant
mes affectionnées recommendations, je prieray Dieu vous donner, Madame
ma bonne soeur, en santé, longue et heureuse vie.

     De Tutebery ce XIIIIe de mars 1569.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE AU Sr. DE LA MOTHE FÉNÉLON.

--du XVe de mars 1569.--

Monsieur de La Mothe, je renvoye Borthuik, présent pourteur, devers la
Royne d'Angleterre, madame ma bonne soeur, pour les occasions qu'il
vous dira et que vous verrez par le double de mes lettres, ce qui me
gardera faire la présente plus longue que pour vous prier continuer
les bons offices, que vous faictes pour moy à l'endroict d'icelle,
ainsy que vous cognoistrez les choses le requérir. Au reste, je ne
veulx oblyer vous dire que, au change des mauvaises nouvelles qui,
dernièrement, ung peu devant le retour de ce dict pourteur, m'avoient
esté dictes de France, j'ay rendu les bonnes que m'avez escriptes par
luy, du XXIIIe de l'aultre moys, à ceulx qui avoient eu lettres de la
cour d'Angleterre bien diverses et esloignées du bon succez que,
grâces à Dieu, se peult espérer des affaires du Roy, monsieur mon bon
frère.

Il ne fault, monsieur de La Mothe, que je vous dye le contentement
que, pour plusieurs respectz, je reçoy, quant je puys entendre ce qui
se passe par dellà, de quoy je suis tousjours en doubte jusques à ce
que je reçoy quelques lettres de vous, car, encores que je n'adjouxte
foy à toutz les bruictz et allarmes que l'on me donne, si ne sçauroys
je me garder cependant d'en estre en peyne.

Je suis estroictement gardée, comme vous dira ce dict pourteur, et
sont arrestez ou visitez toutz messagiers que l'on estime avoir
lettres pour moy ou de moy. Toutesfoys, si j'avoys chiffre avec vous,
je ne lairroy d'en mettre quelques unes à l'adventure et vous
escripre, sellon les occasions, comme de vostre part j'estime que
vous feriez. J'escriptz à l'archevesque de Glasco, mon ambassadeur,
auquel je vous prie faire tenir le pacquet que ce dict pourteur vous
baillera par la première commodité, et atant, monsieur de La Mothe, je
prie Dieu qu'il vous donne ce que desirez.

     Escript à Tutbery le XVe de mars 1569.
       Vostre bien bonne amye,
         MARIE R.



XXVIIe DÉPESCHE

--du XXIXe de mars 1569.--

(_Envoyée par Olivyer jusques à Calais._)

  Effet produit à Londres par la première nouvelle de la victoire
    de Jarnac et de la mort du prince de Condé.


     AU ROY.

Sire, à peyne estoit hors des faulx bourgs de ceste ville celluy par
lequel je vous dépeschay les miennes, du XXe du présent, que je receuz
celles de Votre Majesté, du VIIe auparavant, par ung des clercz de ce
conseil, que le secrétaire Cecile m'envoya, avec des excuses d'avoir
arresté à Canturbery celluy qui me les aportoit, parce qu'il s'estoit,
à ce qu'il me manda, randu suspect, et qu'on luy avoit trouvé
plusieurs lettres vennantz de Flandres, mais qu'il m'envoyoit le
pacquet de Votre Majesté entier et bien conservé; auquel pacquet,
Sire, j'espère que mes deux précédantes despesches vous auront
amplement respondu et satisfaict.

Et, estant, le mesme jour, arrivée la bonne nouvelle de la grande et
notable victoire qu'il a pleu à Dieu vous donner en Guyenne[62], soubz
le bon heur et conduicte de Monsieur, frère de Votre Majesté, je ne
vous sçaurois bien exprimer la mutation et changement qu'elle a
apporté aulx dellibéracions et entreprinses, et aulx contennances
mesmes de tous les principaulx de ceste court, qui ont monstré, les
ungs d'en estre extrêmement faschez, et les autres ont prins cueur
d'en ozer ouvertement fère resjouyssance: et a esté incontinent, là
dessus, assemblé le conseil, où, entre autres choses, ceulx, qui
estoient marrys du bon succez, ont vollu persuader que c'estoit une
invention que j'avois faicte à poste, pour retarder le partement de la
flotte qui alloit à la Rochelle, dont les bien affectionnés ont envoyé
secrètement devers moy pour en sçavoir le certain. Ausquelz j'ai faict
part de ce que monsieur le maréchal de Cossé m'en avoit mandé et de la
coppie d'une dépesche que monsieur le duc, frère de Votre Majesté, lui
en avoit faicte sur le rapport de monsieur de Losse.

  [62] Remportée à Jarnac, sur la Charente, le 13 mars 1569.

Et, estant, le mesme jour, milor Chamberlan venu prendre son disner en
mon logis, il m'a faict, par ses discours, encores mieulx apercevoir
de la perplexité où, pour ceste occasion, ceulx cy se trouvoient,
m'ayant dict qu'il pensoit que eulx toutz, du conseil de ceste Royne,
la conseilleroient d'armer promptement six autres de ses plus grandz
navyres de guerre pour les mettre, du premier jour, en mer, outre les
quatre premiers, et les quatre de ceste heure, et les deux grandz
navires de Venise, qu'elle y a desjà, et ce, à cause de ceste
nouvelle; et qu'ilz ont aussi entendu que monsieur le maréchal de
Cossé arme quelque nombre de vaysseaulx dans la rivière de Roan, et le
duc d'Alve ung grand nombre de ourques en Zélande, ce que j'ay miz
peine de luy dissuader. Et ne sçay encores ce qu'ilz en détermineront,
bien que je pense qu'il y aura assés à fère à démouvoir la dicte Dame
du bon propos, où je la layssay en ma dernière audience, qu'elle me
promist de demeurer ferme en la continuation de la paix.

En quoy j'ay sceu despuys, qu'après que je fuz party, elle résolut,
avec l'opinion de deux contre celle de toutz les autres, d'envoyer
deux personnaiges en France sur le faict de la restitution des prinses
d'ung costé et d'aultre, ainsy que je l'en avois requise, affin
d'entretenir la paix et le commerce d'entre les deux royaulmes,
nonobstant qu'ilz luy remonstrèrent n'avoir jamais esté envoyé des
depputez d'icy en France, ains toutjour de France par deçà, et qu'il
inportoit grandement à la dignité de sa couronne de ne perdre cest
advantaige, et faisoient quelque fondement sur le poinct de l'honneur,
espérans qu'elle se tiendroit aussi ferme sur sa réputation en cest
endroict, comme elle l'avoit faict ez choses de Flandres. Mais j'ay
sceu qu'il fut ainsy lors résolu, touchant les dictes choses de
Flandres, qu'elle attandroit la responce du Roy Catholique sur la
bonne lettre qu'elle luy avoit escripte, en latin, par la voye de dom
Francès d'Alava, et, ou fût qu'il respondît gracieusement et en
parolles de paix et d'amytié, ou bien qu'il fît le courroucé et mal
contant, elle commanceroit, incontinent après, d'entendre aulx moyens
de réconcilliation avecques luy, le plus tost qu'elle pourroit.
Ausquelles deux dellibéracions je croy que la novelle de votre
victoire la fera encores mieulx résouldre.

Il est vray qu'on m'a adverty que ceulx d'auprès d'elle, de la novelle
religion, qui la voyent ainsi destournée et dissuadée de la guerre,
pratiquent de luy fère fère instance par la congrégation de ceulx de
la religion de ce royaulme, et la fère conjurer, au nom de Dieu,
qu'elle ne veuille habandonner la deffance de sa dicte religion; et en
cella leurs évesques, ministres et concistoires se monstrent fort
promptz, qui, pour ceste occasion, ont demandé avoir la relation des
choses de France affin de délibérer et juger si le prince de Condé a
justement prins les armes, ou non. Je ne sçay si, par ce moyen, elle
pourra estre induicte de fère quelque plus ouverte déclaration qu'elle
n'a encores faicte en leur faveur. Monsieur le cardinal de Chatillon,
entendant la novelle de la dicte victoire, s'en est retourné aulx
champs, attristé et affligé, ainsy qu'on m'a dict, outre mesure; et a
layssé Cavaignes et Du Doict en ceste ville pour continuer leurs
sollicitations, ausquelles je prendray garde, du plus prez qu'il me
sera possible.

J'ay mandé la dicte bonne novelle à la Royne d'Escoce, dont ne fault
doubter qu'elle ne recoipve grande consolation. Je viens d'estre
adverty que les Escouçoys, ayant leurs forces, des deux costez, en
campaigne, ainsy qu'ilz estoient prestz de combattre, ilz se sont
accordez et ont renvoyé les trouppes. Je mettray peyne de sçavoir la
forme de leur accord. Cella ay je sceu qu'il n'y a esté faict aulcune
mencion de la Royne d'Angleterre, ny rien capitulé de bien pour leur
propre Royne. Sur ce, etc.

     De Londres ce XXIXe de mars 1569.


Je viens d'estre adverty que ceste Royne, entendant la dicte victoire,
a tenu ung propos, comme si elle estoit contraincte d'entrer en
guerre. Je ne sçay encores si cella s'entend contre nous ou contre les
Pays Bas; tant y a, qu'ayant elle, après ma dernière audience, envoyé
arrester, pour quelques jours, la flotte de la Rochelle et pourvoir
qu'il n'y eust rien dont peussiez estre offancé, qu'èle a, de noveau,
mandé qu'on différât le partement d'icelle, bien qu'il se peut que
c'est seulement pour veoir s'il viendra nulle confirmation de la dicte
novelle; car j'ay différé de m'en aller conjoyr avecques elle jusques
à ce que j'en auray lettre de Votre Majesté, et je croy que, bien tost
après, elle la fera partir, mesmement s'il vient quelcun, du dict
lieu, de ceulx qui peuvent estre restez de la bataille.


     A LA ROYNE.

Madame, je n'ay sceu l'indisposition de Votre Majesté jusques au XXVe
de ce moys, au matin, que la dépesche du Roy, du VIIe auparavant,
m'est arrivée, où s'estant trouvé le deffault de voz lettres, j'ay eu
si grande appréhention de votre mal et de l'inconveniant qui en
pouvoit advenir à tout le royaulme, au plus important de noz affères,
que, joinct ce que j'en sentois en particullier pour l'infinye
obligacion que j'ay à Votre Majesté, je n'ay peu, du commencement,
bien pleynement gouster la bonne novelle qui, peu d'heures après, m'a
esté apportée de l'heureuse victoire que Dieu a donnée au Roy, soubz
le bon heur et conduicte de Monsieur, filz et frère de Voz Majestez,
jusques auquel mesme jour, sur le tard, j'ay esté asseuré de votre
convalescence, dont j'ay remercyé Dieu, de tout mon cueur, de l'ung et
l'autre bien, et l'ay supplié qu'en confirmant votre bonne santé, il
veuille fère si pleynement joyr et bien uzer le Roy, et Vous, et mon
dict Sieur, de ceste victoire que vous en puissiez establir ung bien
asseuré repoz en votre royaulme, et fère vivre voz subjectz en toute
tranquillité, soubz la grandeur et authorité de Voz Majestez. Et,
parce qu'en la lettre du Roy je donne compte de ce qui occourt
meintenant icy, je ne ennuyeray votre novelle santé de plus longue
lettre. Ains, je supplieray, en cest endroict, le Créateur, etc.

     De Londres ce XXIXe de mars 1569.



XXVIIIe DÉPESCHE

--du VIe d'apvril 1569.--

(_Envoyée par Jehan Pigon jusques à Calais._)

  Doutes répandus sur la victoire de Jarnac.--Déclaration du comte
    de Leicester que la reine serait plus portée à déclarer la
    guerre contre l'Espagne que contre la France; qu'elle ne veut
    pas secourir des sujets rebelles à leur roi, et qu'elle fera
    ses efforts pour chasser les Espagnols des
    Pays-Bas.--Changement de conduite d'Élisabeth à l'égard de
    Marie Stuart.--Combat entre les navires de guerre d'Élisabeth
    et une flotte marchande espagnole, sur laquelle ont été faites
    des prises importantes.--Nouvelle que le roi d'Espagne a
    approuvé la conduite du duc d'Albe, et qu'il a ordonné, dans
    tous ses états, une saisie générale sur les
    Anglais.--_Convention de Glascow_ entre le comte de Murray et
    le duc de Chatellerault, qui consent à reconnaître le jeune
    roi.


     AU ROY.

Sire, il est arrivé, despuys trois jours, à Mr. le cardinal de
Chastillon, ung gentilhomme, party le Xe du passé de la Rochelle,
nommé le seigneur de Voysin, lequel s'esforce de persuader à ceulx cy
tout le contraire de ce que je leur ay desjà dict du bon succez de
voz affères en Guyenne, et qu'il n'est vraysemblable que, le XIIIe du
passé, il y ait eu bataille, ayant lors Monsieur, frère de Votre
Majesté, séparé, à ce qu'il dict, ses forces pour en envoyer une
partie avec Mr. de Montpensier au devant des Viscontes, qui
entreprenoient de se venir joindre à l'armée de Mr. le prince de
Condé, et que s'il y a eu combat, s'est sans doubte que Monseigneur
n'en aura eu du meilleur, veu les gaillardes forces qui estoient de
l'autre part; dont ceulx de ce conseil, ne pouvans, pour ceste
incertitude, se bien résouldre d'aulcunes leurs dellibéracions, m'ont
faict dilligemment, et par plusieurs foys, enquérir sur quelz argumens
je me fondois pour croire que la novelle de ceste victoire fût
véritable. A quoy je leur ay toutjour satisfaict par le contenu de la
lettre que Monseigneur le Duc, sur Duc, sur le récit de monsieur de
Losse en avoit escript à mle récit de monsieur de Losse en avoit
escript à monsieur le mareschal de Cossé, qui m'en avoit envoyé la
coppie.

Et, estantz, le mesme jour, messieurs le comte de Lestre, l'Admyral
d'Angleterre et autres seigneurs de ceste cour, venuz prendre leur
disner en mon logiz, j'ay bien voulu, en parlant de ce bon évènement
avec le dict sieur Comte, qui est arrivé une heure et demye devant les
autres, m'esclarcyr aussi, avecques luy, d'ung doubte que j'avois que
ceste Royne, par l'importunité de ceulx de la novelle religion, se
vollust déclarer à la guerre, m'en ayant esté donné ung si apparant
adviz que j'ay eu occasion de le craindre, joinct qu'on avoit veu,
toutz ces jours, le conseiller Cavaignes et le Sr. Du Doict presser,
par fréquentes sollicitations, plus que de coustume, ceulx du dict
conseil; et que eulx, à leur instance, s'estoient desjà assemblez
plusieurs foys, sans que ceulx qui tiennent pour la paix s'y fussent
trouvez, demeurans retirez et toutz mal contantz en leurs logis; avec
ce, que la flotte, qui estoit de long temps préparée pour aller à la
Rochelle, ayant esté quelques jours retardée dans ceste rivière,
commançoyt à valler pour se mettre en mer. Et j'avois aussi sur le
cueur les propoz dont, au postille des précédantes, que je vous ay
escriptes du XXIXe du passé, j'ay faict mention que ceste Royne avoit
tenuz, lesquelz j'ay mieulx aprins despuys; c'est qu'elle a dict ne
doubter aulcunement si ne se trouvoit ainsy bien saysye, comme elle
est, de ses prinses que l'on n'essayât de l'offencer et d'entreprendre
en plusieurs sortes sur elle et sur ses subjectz, et qu'elle se voyoit
contraincte à la guerre comme nécessaire à conserver son estat et sa
religion, dont vouloit qu'on préparât ung plus grand armement de mer
que celluy qu'elle a desjà, et qu'on pourveust dilligemment à toutes
autres choses par terre.

Sur lesquelles particularitez j'ay, par autres propos assez esloignez
de ceulx là, tiré du dict comte de Lestre ce qui s'ensuyt: en premier
lieu, qu'encor qu'il face bien mal à la Royne, sa Mestresse, de veoir
mal tretter et meurtir ceulx de sa religion en France, que néantmoins
estant Royne, comme elle est, sur beaulcoup de subjectz, elle ne
s'armera contre vous pour la querelle, que vous, estant Roy, combattés
contre les vôtres, et qu'il me pouvoit asseurer, en foy de chevalier
d'honneur, qu'elle ne vous commencera la guerre, si elle n'y est bien
fort provoquée; secondement, qu'encor qu'elle preigne grand confiance
de l'amytié du Roy Catholique, si se tient elle si offencée du duc
d'Alve et l'estime si cruel, si superbe, et les Espaignolz si
intollérables, qu'il n'est rien qu'elle ne face pour chasser et luy,
et eulx, hors des Pays Bas; et qu'elle cognoist que leur voysinage
luy est fort dommageable, et qu'il est aussi peu proffitable à la
France, de tant mesmement qu'après ces guerres et troubles présens,
lesquelz elle dict que ce sont eulx qui les ont suscitez et qui les
entretiennent, ilz ne fauldront d'en tramer bien tost d'autres pour
toutjour travailler les pays de deçà et les réduyre en aussy misérable
estat, s'ilz peuvent, comme ilz ont faict l'Itallie et le royaulme de
Naples, et qu'elle y remédiera, s'il luy est possible; et pour le
troisième, qu'entendant la dicte Dame l'accord des Escouçoys, et comme
ceulx en qui la Royne d'Escoce avoit le plus de fiance, et qui,
possible, sont cause de la mesme fortune où elle est meintenant, se
sont trouvez ses plus contraires, qu'elle commance la justiffier en
son cueur de plusieurs choses du passé, et en tient pour coulpables
ses meschantz subjectz, délibérant favoriser et porter dorsenavant son
faict en ce qu'elle pourra.

Je luy ay, de votre part, Sire, grandement gratiffié ses premier et
dernier propos, luy admenant beaulcoup de raisons du grand honneur et
proffict que ce sera à la Royne, sa Mestresse, si elle en uze ainsi
qu'il a dict; et, sur le propos du millieu, j'ay monstré ne doubter
aulcunement qu'il n'y ayt continuation de paix entre le Roy Catholique
et la dicte Dame, et ay conformé mes responces à l'amytié que vous
avez avecques les deux. Sur quoy, Sire, je suis bien informé que la
dicte Dame, encor que plusieurs la persuadent à la guerre et qu'elle
veuille obtempérer, autant qu'il est possible, à ceulx de son conseil,
si donne elle ordre qu'il y en ayt toutjours quelques ungs d'eulx qui
luy conseillent la paix et l'espargne; et elle trouve moyen de fère
authoriser et approuver leurs oppinions, de sorte que si le Roy
d'Espaigne envoye quelque personnaige de qualité devers elle, je ne
fays doubte que tout leur différant, quoy que dye le dict comte de
Lestre, ne soit bien tost accommodé, sinon que la restitution de tant
de prinses qu'ilz ont faictes y donnast empeschement, laquelle, à la
vérité, sera assés difficile à fère, mesmes q'une partie en est allée
à la Rochelle, et semble que quelques particulliers, grandz, de deçà,
en ayent butiné une autre partie, et l'on vend le reste chacun jour à
vil prix.

Aussi, le mesme jour, comme nous sortions de table l'on vint dire aus
dictz sieurs Comte et Amyral, que quatre des grandz navyres de ceste
Royne avoient, le jour précédant, au Pas de Callais, combattu quatorze
ourques, qui venoient d'Espaigne et de Portugal, bien riches de
deniers, d'espiceries et d'aultres bonnes marchandises, lesquelles,
encor que se fussent longuement deffendues, avoient enfin esté suyvyes
et vaincues prez de Domquerque, et en avoit on admené huict dans ceste
rivière, dont soubdain ilz allèrent trouver la dicte Dame pour
consulter de ceste novelle prinse. Et ainsy, encor qu'ilz veuillent
évitter la guerre avecques le Roy d'Espaigne, je ne sçay quel astre
les poulse de fère, chacun jour, quelque pas pour s'y mettre
davantaige; car ce dernier faict ne se peult excuser sur les pirates,
estantz les propres navyres de la dicte Dame qui l'ont exécuté.
Néantmoins ilz espèrent que le Roy d'Espaigne, dissimulant tout cella,
envoyera devers eulx, ou qu'en fin ilz envoyeront devers luy et que la
réconcilliation se trettera. Ilz sont meintennant à rabiller les
quatre navyres, qui ont combattu les ourques, lesquelz ont esté assés
endommaigez par la résistance de quelques hommes de guerre espaignolz,
qui estoient sur icelles, qui ont tiré souvant de quelques pièces
qu'ilz avoient, et ont thué plusieurs des leurs. Et, après qu'ilz
seront prestz, j'entendz que mestre Ouynter partira, avec toutz les
quatre, pour conduyre la flotte de la Rochelle, ayant en fin ceulx cy
résolu qu'elle yra quérir le sel et vin du payement des provisions
dont ilz rafreschirent ceulx du dict lieu, en décembre dernier, et
autres qu'ilz ont meintennant préparez pour leu rapporter; ce que les
marchantz, qui en ont faict l'advance, sollicitent bien fort, affin de
se pouvoir rembourcer avant que la dicte ville soit réduicte à plus
grande extrémité, et aussi que ceulx de la novelle religion estiment
que cella pourra conforter et relever, de quelque chose, ceulx de leur
party, après la perte qu'ilz ont faicte. J'entendz que le dict Sr. de
Voysin a charge de passer oultre devers les princes et villes
protestantes d'Allemaigne, mais semble qu'il temporisera, icy, jusques
à ce qu'on ayt eu plus grand certitude des choses de dellà.

Ceste Royne a favorablement respondu et escript, de sa main, à la
Royne d'Escoce sur aulcunes petites particullaritez qu'elle luy avoit
envoyé demander, et le susdict comte de Lestre ayant faict traduyre en
françoys la capitulacion des Escouçois me l'a envoyée en la forme que
verrez: priant Dieu, etc.

     De Londres ce VIe d'apvril 1569.


Je viens d'estre adverty que ceulx cy renforcent de douze vaisseaulx
la flotte pour la Rochelle, oultre qu'on estime que les pirates s'y
joindront, quant elle sera en mer, et que l'on a encores aujourd'huy
secrètement distribué de l'argent à ceste levée de Flamans, dont je
vous ay cy devant escript, laquelle j'entendz estre de XIIIIe hommes
enrollés, ce qui me faict doubter de quelque entreprinse, ainsy que je
l'ay mandé à Mr. le maréchal de Cossé, bien que je suis très asseuré
qu'il n'y a rien par ordonnance de ceste Royne, ny de son conseil, et
de tant que j'avois, cy devant, ouy parler de Blaye, et que le propos
en a esté renouvellé, despuys deux jours, en quelque lieu, sera bon
qu'on preigne garde vers cest endroict.


     A LA ROYNE.

Madame, ce que j'escriptz en la lettre du Roy est le principal de ce
que j'ay à fère entendre à Voz Majestez du présent estat des choses de
deçà; à quoy je adjouxteray seulement que ceulx ci, cognoissant avoir,
en plusieurs sortes, passé trop oultre pour ceulx de la Rochelle, et
avoir, contre l'observance de la paix, mal tretté voz subjectz en mer;
craignant bien fort avoir provoqué Voz Majestez d'en vouloir avoir la
revenche, dont, encores que ceste Royne n'advouhe rien de ce qui a mal
passé, et qu'elle monstre encores ne se mesler aulcunement du présent
voyage qu'on va fère à la Rochelle, si n'est de prester seulement ses
quatre navyres pour asseurer la navigation de ses merchantz, ainsi
qu'elle y est obligée, sans qu'elle y envoie ny pouldres, ny
artillerye, ny hommes de guerre, ni argent, ainsi qu'elle dict, et
comme ung des principaulx de son conseil m'en a asseuré, si luy
persuade l'on de procéder de telle façon sur la restitution des biens
des Françoys, qu'en les entretennant de quelques formalitez de
justice, et monstrant les vouloir toutjour favoriser, elle diffère
néantmoins de leur octroyer la playne délivrance de leurs dictz biens
jusques à ce que la main levée de Roan sera faicte, ou qu'elle se voye
asseurée de la confirmation de voz communs trettez. En quoy l'on m'a
adverty qu'elle desire bien fort que Voz Majestez envoyent devers
elle; mais semble qu'il n'y ayt lieu, ou qu'aulmoins il n'en soyt
encores temps. Et je ne fauldray, à la première foys que je l'yray
trouver, de prendre un autre règlement sur la restitution des dictes
prinses, qui soit plus brief que celluy, qu'elle avoit desjà baillé,
des quatre commissaires de son conseil.

Elle s'attand aussi que le Roy d'Espaigne envoyera icy quelque
principal personnaige, ainsy qu'il semble que le Sr d'Assoleville luy
en a faict dire quelque chose avant son partement, mais en cella il y
auroit plus de rayson, parce que le duc d'Alve a commencé d'exploicter
assez universellement contre elle et ses subjectz, en Anvers, premier
qu'elle ayt procédé à l'arrestation des deniers d'Espaigne, là où Voz
Majestez n'ont rien attempté contre elle; ains ont incontinent
commandé la main levée que les officiers de Roan avoient faicte, en
faisant, de leur part, raison à voz subjectz. Et si, s'entend que le
Roy d'Espaigne en fin s'est résolu de se rescentir des prinses et
viollences qu'ilz ont exécutées sur ses subjectz, ayant desjà faict
procéder en Espaigne à la saysye et arrestation des biens et personnes
des Anglois, et deffandu ne transporter rien, ny mener aulcun traffic
de ses pays en Angleterre, aprouvant ce que le duc d'Alve et son
ambassadeur, résidant icy, ont faict; de quoy le dict ambassadeur est
grandement resjouy, qui m'a mandé que le Roy, son Mestre, n'envoyera,
ny permetra que le dict duc envoye plus, devers la dicte Dame. En
quoy, si la dicte résolution tient, je croy qu'elle envoyera bien tost
devers luy, ainsy qu'il s'entend desjà qu'elle se prépare de le fère,
bien que, pour maintenir la réputation, l'on faict icy courir ung
bruict que le duc de Feria est desjà en chemin pour venir. Néantmoins
si ces choses demeurent guières en ce suspens, elles pourroient, par
continuation de ses prinses de mer, aller tant de mal en pis qu'en
fin il en sortiroit une guerre. J'entendz qu'on apreste dix des grandz
navyres de la dicte Dame pour conduyre la flotte de Hembourg, laquelle
sera riche de plus de cinq cens mille escuz de draps, ayantz entendu
que le duc d'Alve tient quarante cinq vaisseaulx, bien équipez en
guerre et toutz prestz, en Zélande, pour les empescher, mais ilz
monstrent ne le craindre guières. Sur ce, etc.

     De Londres ce VIe d'apvril 1569.


J'avois cloz ce pacquet quant le seigneur de Montafie est arrivé,
lequel n'a trouvé le passaige à propos. J'espère que ceste Royne
l'orra demain.


CONVENTION DE GLASCOW.

--du XIIIe de mars 1569.--


  L'EFFECT DU POURPARLER qui a esté tenu à Glasco, le XIIIe de mars
    1569, entre le Régent d'Escoce et ses amys d'une part, et le
    comte de Cassellis, le sieur de Herrys et l'abbé de Kilwelming,
    au nom de monsieur le duc de Chastellerault, et autres ses
    adhérans de la noblesse, d'autre part.

  Il est requis par Monsieur le Régent que le Duc et ses adhérans
  recognoistront le Roy et son authorité, et qu'ilz sont ses
  subjectz, et conséquement de luy prester service, obédience et
  fidellité à l'advenir comme à leur Seigneur Souverain.

  Il est requis aussi, du costé de Mr. le Duc, que, ayant recognu le
  Roy, ainsy qu'il est expéciffié cy dessus, que toutz et ung chacun
  de la noblesse seront restituez et remiz en leurs places de
  conseillers, ainsy que leurs prédécesseurs ont esté durant le
  temps des autres Roys; mesmes ceulx qui sont nez héréditairement
  du conseil, et que Mr. le Régent, portant l'authorité du Roy,
  jurera solempnellement, de là en avant, de se porter
  indifféremment et sainement, tant envers eulx comme aussi envers
  toutz autres de la noblesse, en toutes leurs honnestes et justes
  demandes, sans aulcune partiallité ou ressouvenance de leurs
  déportemens, durant le temps de la controverse.

  Item, que toutz ceulx qui ont faict faulte puis naguières, faisant
  service à la Royne, ou reffuzé leur obédiance au Roy, promettent,
  à l'advenir, de se porter envers luy comme ses loyaulx subjectz,
  avec toute humilité et obédiance, et seront remiz en leurs terres,
  offices et possessions, nonobstant quelconque confiscation, qui a
  esté ordonnée contre eulx, pourveu toutjour que toutz ceulx seront
  exemptz, qui ont esté consentans à la mort du Roy.

  Item, que Monsieur le Régent, ensemble touz ceulx de la noblesse,
  consentiront à toutz les articles qui se trouveront proffitables
  pour l'honneur, commodité et advancement de la Royne, mère du Roy,
  n'estant préjudiciables au Roi et à sa souveraineté, dont deppend
  la seureté de toute icelle noblesse et de toutz ses subjetz, en ce
  comprins aussi la seureté d'iceulx.

  Et, pour ce que Monsieur le Régent, de son costé, est aussi bien
  contempt de signer et jurer les conditions et accordz cy dessus,
  comme aussi de pourvoir à l'observation et entretènemant d'icelles
  par ceulx de l'autre party, il veult bien q'une assemblée et
  convention se face, parce que le temps ne permect poinct
  présentement de penser aulx affères de la Royne, mère du Roy; et
  est accordé que, le Xe d'apvril prochainement vennant,
  s'assembleront et conviendront ensemble en la ville d'Edemborgh,
  en paysible manière, ces personnes cy après nommez, Monsieur le
  Régent, Mr. le duc de Chatellerault, les comtes de Humteley,
  Arguile, Mourton, Athole et Glencarme, et le Sr. de Harriz, et en
  cas que aulcuns de ceulx cy seront absens, pour occasion de
  malladie ou autre affère urgent, q'ung autre de la noblesse sera
  esleu en sa place, et là, comme bons amys, tretteront ensemble et
  regarderont de conclurre, sur les articles et pointz qui
  concernent la Royne; et ce qu'ilz verront, ou la plus grand part
  d'iceulx, estre nécessaire de fère pour son honneur, sans
  préjudicier le Roy et son authorité, toute la noblesse y
  consentiront; et affin que la noblesse ayt seur accez pour ce
  fère, Mr. le Régent promect, sur son honneur, qu'ilz viendront et
  retourneront, quand bon leur semblera, sans dangier ou
  empeschement.

  Cependant, il est accordé que le Duc de Chatellerault et autres,
  ses adhérans, ne se mesleront point d'exécuter aulcun office de
  lieuctenant ou autre authorité, soubz prétexte que la Royne Mère
  leur aura donné commission de ce fère, ny empescheront les
  officiers d'armes de fère leurs offices par tout le royaulme au
  nom du Roy et de Monsieur le Régent, sellon que l'occasion se
  présentera, promettant le dict sieur Régent de ne procéder en
  aulcune sorte, par lettres ou charges, à l'encontre du dict Duc et
  ses adhérans, dont ilz seroient préjudiciez ou touchez en leurs
  personnes, terres ou biens, mais seulement entend par cest article
  que nul empeschement se fera, de leur costé, contre l'auctorité du
  Roy.

  Or, pour ce que les forces doibvent estre présentement dissipées
  et renvoyées, affin que les subjectz du Roy n'en pâtissent, il est
  très raysonnable que l'on baille asseurance à Monsieur le Régent
  que les articles cy dessus expéciffiez seront tenuz, comme il
  entend de fère de son costé. Il veult que Mr. le duc, le comte de
  Cassellis et le Sr. de Harrys, lui envoyent hotages pour demeurer
  auprès de luy jusques à tant que les dictz articles seront
  accompliz, c'est-à-dire, l'ung des filz de mon dict sieur le Duc,
  le comte de Cassellis ou son frère, et le dict sieur de Herriz ou
  son fils aisné.



XXIXe DÉPESCHE

--du XIIe d'avril 1569.--

(_Envoyée par Mr. de Montafie, escuyer d'escuyerie du Roy._)

  Audience donnée par Élisabeth au sieur de Montafie, envoyé de
    France auprès d'elle après la bataille de Jarnac, pour lui
    faire connaître tous les détails du combat et toute
    l'importance de la victoire.


     AU ROY.

Sire, ayant le Sr. de Montafie tardé huict jours à Dièpe pour attandre
passaige, ceulx de la novelle religion, qui sont icy, ont cependant
calompnié, en plusieurs sortes, les bonnes novelles de votre victoyre,
et ont dict que, puys qu'il n'en venoit confirmation de nulle part,
que je les avois controuvées pour arrester la flotte de la Rochelle
et donner réputation à voz affères, et pour servir aussi aulx affères
de la Royne d'Escoce et à l'affection des catholiques de ce royaulme,
me mandant là dessus, par ung des miens, des parolles qui ne m'ont
aulcunement pleu. Et encores, estant desjà le dict sieur de Montafie
arrivé, ilz ont essayé de préocuper l'opinion de ceste Royne à luy
persuader qu'elle ne deust donner foy à ce qu'il luy en diroit.

Néantmoins estans, le mercredy de la sepmaine saincte, allez trouver
la dicte Dame, elle a fort bien et fort favorablement receu les
lettres de Voz Majestez, ensemble celluy qui les apportoit, et luy
ayant avec attention donné bien paysible audience sur tout le discours
que, de fort bonne façon, il luy en a faict, sans rien obmettre de ce
qui pouvoit bien exprimer la vérité, elle a monstré ne doubter plus du
succez de la bataille ny que la victoire ne vous en fust entièrement
demeurée. Et a respondu qu'elle ne pouvoit, à la vérité, se bien
resjouyr de la mort d'ung, votre parant, qui estoit si prochain de
votre sang comme feu Mr. le prince de Condé, sinon qu'il eust eu
quelque mauvaise intention contre les personnes de Voz Majestez Très
Chrestiennes ou contre votre estat, auquel cas, s'il luy en estoit
onques tumbé la moindre sintille du monde dans le cueur, elle vouloit
louer et remercyer Dieu, de bon cueur, du jugement qu'il en avoit
faict; mais qu'elle feroit grandement contre sa propre conscience si
elle l'en soubspeçonnoit en rien, car a toutjour très fermement creu,
qu'ainsy qu'il avoit l'honneur de vous appartenir, qu'aussi vous
estoit il très bon et très fidèle subject et serviteur, et qu'elle ne
pouvoit qu'estre bien fort marrye de la continuation des troubles de
votre royaulme, de tant que, où que inclinât en fin la victoire, ce
seroit toutjour la diminution de voz meilleures forces et la ruyne de
votre noblesse, réputant très coupable envers Dieu, et fort
malheureux, pour l'estat de votre couronne et pour toute la
chrestienté, ceulx qui en avoient esté les autheurs et qui estoient
cause de les fère tant durer; mais qu'elle se resjouyssoit, comme
votre propre seur, et comme propre fille de la Royne, du bon
acheminement de voz affères, esquelz elle desiroit semblable
prospérité que aulx siens propres; et prioit Dieu que vous ne puyssiez
prendre jamais conseil sur iceulx de personnes qui ne portent aultant
de bonne affection à votre bien et à la conservation de voz personnes,
et estat, et authorité, comme elle faisoit; qu'elle pouvoit en cella
jurer son Dieu que vous [vous] en trouveriez bien.

Puys, s'est enquize curieusement si Monsieur, en personne, avoit faict
la charge; si le dict prince estoit mort au combat, ou bien si l'on
l'avoit thué, après l'avoir prins, estant seulement blessé au bras; si
ce fut pour secourir monsieur l'Amyral qu'il vint ainsy sercher sa
male fortune; que le dict Sr. Amyral l'avait meilleure en ces troubles
que ez autres guerres, car jamais auparavant elle n'avoit ouy dire que
ez rencontres, ou combatz, où il s'estoit trouvé, qu'il n'eust esté
blessé ou prins, mais croyoit, s'il eust esté prisonnier ceste foys,
que ce eust esté la dernière, car on ne l'eust espargné; si le comte
de Montgommery estoit mort; qu'elle avoit bien prédict ce qui estoit
advenu à Chatellier Pourtault; estimoit Estuard bon soldat, et qu'il
estoit dommaige qu'il n'eust suivy le bon party; qui commandoit
meintennant en l'armée du dict feu prince? et qu'il sembloit que, pour
la perte de luy, elle ne fût guières affoiblye, y restans plusieurs
bons capitaines pour commander; où estoit lors la Royne de Navarre, et
son filz?

Et ayant la dicte Dame de mesmes bien paysiblement escouté ce que le
dict Sr. de Montafie luy a racompté du duc de Deux Pontz; où il
estoit; quel chemin il prenoit; comme, entendant la mort du dict
prince de Condé, il s'estoit arresté; comme Votre Majesté luy avoit
envoyé ung hérault pour luy deffandre d'entrer à mein armée dans votre
royaulme; les bonnes forces qu'aviez envoyées en Bourgoigne, soubz Mr.
d'Aumale et Mr. de Nemours, pour l'en empescher, s'il le vouloit
entreprendre; elle luy a faict répéter, par deux foys, le nombre des
dictes forces, tant de pied que de cheval, puis a adjouxté que ce
seroit à tort s'il y entroit, car n'avoit aulcune juste querelle de ce
fère, ny n'avoit ouy dire que vous l'eussiez onques offancé; et a
demandé si le duc de Cazimir estoit avecques luy.

A toutes lesquelles particularitez, une à une, le dict Sr. de Montafie
a respondu de si bonne et prudente façon, et sellon qu'il convenoit à
votre service, qu'encor que les mal affectionnez fussent allez au
devant pour diminuer la réputation de voz affères et la grandeur de la
victoire, si a la dicte Dame, et ceulx de son conseil, toutjour
despuis tenu pour très certain et véritable le récit qu'il en a faict.
Mesmes que, bien tost après, par aulcunes lettres de Flandres, l'on
leur a tant augmenté le compte, qu'en fin ilz nous ont estimez toutz
deux fort modestes de ce que nous en avions dict, dont laisseray au
dict Sr. de Montafie de vous rendre compte des autres propoz de la
dicte Dame et du desplaysir qu'elle dict qu'elle aura, si dorsenavant
vous vous deffiez de sa bonne volonté, parce que je me plaignois à
elle du voyage de ses navyres à la Rochelle; aussi d'une plaincte
qu'elle nous a faicte pour son ambassadeur, me menassant de me
tretter de mesmes qu'on le trettera de dellà; du destroussement de ses
pacquetz; de l'excuse qu'elle luy a faicte pour ne le laysser passer
devers la Royne d'Escoce, et plusieurs particularitez qu'il a
comprinses de deçà, et autres, que je luy ay communiquées, lesquelles
toutes je remectz à sa bonne suffizance, n'adjouxtant, icy, pour le
surplus, qu'une prière à Dieu, etc.

     De Londres ce XIIe d'apvril 1569.


Le Sr. de Gamaches m'a envoyé prier que je veuille accompaigner de ce
mot sa très humble suplication qu'il faict à Votre Majesté, par le
dict Sr. de Montafie, qu'il vous playse le remettre en votre bonne
grâce et en la possession de ses biens, suyvant la dellibération qu'il
dict avoir de demeurer à jamais votre très obéyssant et très fidèle
subject et serviteur, et que je vous donne tesmoignage de ses
déportemens par deçà. En quoy, ne l'ayant hanté ny observé, pour
sçavoir comme il y a vescu, je puis au moins dire que je ne sçay qu'il
y ayt rien pratiqué contre votre service.


     A LA ROYNE.

Madame, ayant le Sr. de Montafie fort bien et fort sagement exécuté sa
charge, à laquelle je luy ay assisté, ainsy que me commandiez, il vous
fera entendre les responces de la Royne d'Angleterre, lesquelles,
encor qu'elle les ayt mesurées comme pour ne monstrer se resjouyr de
la mort de monsieur le prince de Condé, ny condempner l'intention de
son entreprinse, si les a elle accompaignez de plusieurs parolles qui
signiffient beaulcoup d'affection et de conjoyssance sur le bon
succez et prospérité de voz affères, et sur le desir qu'elle dict
avoir qu'ilz aillent tousjours bien. Ce qui monstre qu'elle ne se
repent poinct de la déclaration de paix qu'elle vous a naguières
faicte, à laquelle semble qu'elle persévèrera, m'ayant donné entendre,
par aulcuns siens propoz, qu'ayant laissé passer plusieurs belles et
grandes occasions de vous fère la guerre en voz grandes adversitez,
qu'elle n'est si mal advisée de la vous commencer, à ceste heure, sur
l'acheminement de voz victoires et prospéritez; ains que de telle
conscience qu'elle a procédé à ne vous accroistre votre mal, de la
mesmes procèdera elle meintennant à ne vous empescher que n'en sortiez
du tout.

Il est vray que ceulx de sa religion sont, à ceste heure, si pressans
et si dilligens à procurer envers elle, et envers ceulx de son
conseil, quelque remède et secours, que je crains qu'il y aura bien à
fère d'empescher qu'ilz n'en obtiennent quelcun soubz mains, mesmes
qu'il est dangier que la nécessité et le désespoir les face
condescendre à luy offrir de plus grandz partiz qu'ilz n'ont encores
faict. A quoy j'opposeray toutz les obstacles que je pourray, et
mettray peyne de descouvrir dilligemment ce qui en sera, affin de vous
en donner les plus promptz et les plus asseurez adviz qu'il me sera
possible. Et me remectant de toutes autres choses, pour le présent, à
la lettre que j'escriptz au Roy et à la suffizance du dict Sr. de
Montafie, je n'adjouxteray, icy, qu'une prière à Dieu, etc.

     De Londres, ce XIIe d'apvril 1569.



XXXe DÉPESCHE

--du XVIIe d'avril 1569.--

(_Envoyée par Olivier jusques à Calais._)

  Fausse nouvelle d'un échec éprouvé en France par les troupes du
    roi.--Pleine confirmation de la victoire de Jarnac.--Plaintes
    de l'ambassadeur à la reine d'Angleterre contre les levées de
    Flamands qui se font en son royaume, les secours de tout genre
    qu'on y prépare pour la Rochelle, et les prises faites en mer
    sur les Français.--Protestation de la reine qu'elle ne veut
    porter aucune atteinte à la paix, que les enrôlemens sont pour
    l'Allemagne, qu'elle n'autorise aucun secours, et que les
    prises sont faites par des corsaires.--Réclamation de
    l'ambassadeur en faveur de la reine d'Écosse.--Remise du
    message du duc d'Anjou, qui a écrit lui-même à la reine
    d'Angleterre, le lendemain de la bataille, pour lui rendre
    compte de sa victoire.--Plaintes de l'ambassadeur Norrys, qui
    demande son rappel de France.


     AU ROY.

Sire, estant le Sr. de Montafie party, le XIIe de ce mois, pour s'en
retourner devers Votre Majesté, l'on a aussi tost faict, icy,
artifficieusement courir ung bruict que le prince de Condé n'estoit
poinct mort, et qu'ung autre, à qui il avoit baillé sa cazacque, comme
se faict assés souvant par les chefz d'armée, ung jour de bataille,
avoit esté prins pour luy, et thué de sans froid, publians y avoir
hommes dignes de foy en ceste ville qui avoient veu des passeportz
signez de sa main, en datte subséquente du jour de la bataille, et de
ce y a eu gageures de plus de douze ou quinze mil escuz, en la court
ou à la ville; et adjouxtoit on qu'encor que Monsieur, frère de Votre
Majesté, eust gaigné la journée, du XIIIe du mois, il en avoit perdu
despuys une autre, le XVIe, que monsieur l'Amyral l'avoit surprins,
et deffaict entièrement les Suisses, miz en routte le reste de l'armée
et retenu luy prisonnier: ce qui a cuydé admener du changement aulx
choses de deçà, comme elles y sont plus muables que guières en lieu du
monde, procurans, ceulx de la novelle religion, avec grand instance,
de fère partir la flotte de la Rochelle, la fère accroistre d'ung plus
grand nombre de vaisseaulx, les bien équiper en guerre, et embarquer
des Flamans pour les mettre en terre de dellà.

Mais il est venu, tout à propos, que j'ay eu à présenter à ceste Royne
des lettres de mon dict Sieur, lesquelles, encores que fussent du
XIIIIe du dict mois, il s'en est, dans le mesmes pacquet, trouvé une
autre que monsieur de Fizes m'escripvoit, du XVIIe, en laquelle il ne
changeoit rien des premières novelles; ce qui a, assés soubdain,
estainct le faulx bruict, mesmes que j'ay donné à la dicte Dame tant
d'enseignes de ce qui estoit le vray, qu'elle n'en doubte plus, et luy
ai adjouxté que ce n'estoit une surprinse, ains une si pleine
victoire, gaignée comme en assignacion de bataille, que ceulx de
l'aultre party n'estoient pour comparoistre jamais plus en campaigne,
ayant Monsieur desjà marché pour aller forcer les places, où ce qui
estoit de remanant s'estoit saulvé; et que je la pryois de considérer
que Votre Majesté n'avoit acquiz cest avantaige sans beaulcoup de
difficultez, ny sans hazard de votre estat, ny sans une extrême
despence, ny sans la ruyne de beaulcoup de pays, ny encores sans
effuzion de beaulcoup de sang, dont vous costant si cher, vous le
vouldrez approfficter et en accommoder voz affères; ce qui me faisoit
la suplier, de rechef, touchant ce voyage de la Rochelle, de donner
ordre que rien n'y allât par où vous peussiez entrer en opinion
qu'elle se vollust opozer à votre victoire, ou arrester la prospérité
de voz affères; et que je luy disois cella parce que j'estois bien
adverty qu'encor, despuys huict jours, la levée des Flamans s'estoit
continuée et leur avoit esté de nouveau baillé argent, estant eschappé
à aulcuns d'eulx de dire qu'ilz pensoient aller à la Rochelle.

A quoy la dicte Dame m'a respondu que, despuys l'aultre foys que je
luy en avois parlé, elle avoit faict dilligemment enquérir de la dicte
levée, et qu'il avoit esté prins six Flamans à Douvres qui avoient
confessé que, n'ayantz moyen de vivre par deçà, ilz s'estoient
enrollez, envyron deux centz, pour passer en Allemaigne, et que
l'homme du prince d'Orange leur avoit baillé à chacun ung peu
d'argent, mais qu'elle m'asseuroit que ce n'estoit rien contre Votre
Majesté.

Je luy ay seulement répliqué que je sçavois que l'enrollement estoit
de plus de deux mille, et que de cella n'en seroit jamais rien inputé
à l'home du prince d'Orange, à qui, sans lèze magesté, n'estoit
loysible lever gens en ce royaulme, sinon avec le congé de la dicte
Dame; et que vous ne vous pleindriez que d'elle de tout ce qui
sortiroit d'icy à votre préjudice. Puis, sur la restitution des biens
de voz subjectz, qui ont esté prins en mer, je luy ay dict que je ne
sçavois que luy requérir davantaige pour en avoir raison, ny pour fère
cesser ce qui se commétoit encores toutz les jours de violent en mer,
de quoy je demeurois diffamé et calompnié, envers Votre Majesté et
envers les gouverneurs de voz frontières, de ce que j'annonçoys
toutjour la paix du costé de ce royaulme, jouxte l'asseurance qu'elle
m'en donnoit, et l'on n'en voyoit sortir qu'une continuelle guerre;
dont me reprochoient, ou que j'estoys mal advisé de me fier en ses
parolles, ou qu'elle estoit mal obéye; et que j'estoys prest de
renvoyer les povres marchantz françoys qui me sollicitoient, icy,
toutz les jours, pour sercher leurs remèdes ailleurs, et mander de
dellà de ne laysser plus sortir nulz navyres marchantz de noz portz et
rivières, jusques à tant que, par force, Votre Majesté eust remédié
aulx volleries et otrages que les corsaires anglois vont fère jusques
dans voz portz.

Sur quoy la dicte Dame m'a juré qu'elle et ceulx de son conseil
avoient faict tout ce qu'ilz avoient peu pour révoquer et apréhender
les pirates, et qu'encores freschement elle avoit envoyé novelles
ordonnances et provisions contre eulx par toutz ses portz, dont estoit
très marrye de n'y pouvoir mieulx remédier, car ilz pilloient, à ceste
heure, aussi bien ses subjectz que les vôtres; et quant à la
restitution des prinses, qu'elle me prométoit, en parolle de Royne, de
fère rendre tout ce qui apparoistroit appartenir aulx Françoys, aussi
tost que je la pourrois asseurer que l'on auroit délivré les biens des
Anglois en France.

Je luy ay dict que, comme elle estoit Royne, je m'asseurois qu'elle
vous estimoit estre Roy Souverain, et si ne vous vouloit déférer en
cest endroict, qu'aumoins devoit elle offrir condicions esgalles à
fère la dicte restitution, d'ung costé et d'autre, tout à la foys. Sur
quoy, elle, appellant son amyral et le secrétaire Cecille, leur a
commandé, de bonne sorte, qu'ilz ayent à adjuger aulx Françoys toutz
les biens qu'ilz monstreroient leur apartenir, sans toutesfoys les
pouvoir encores transporter hors d'Angleterre, sinon qu'ilz fussent
telz qu'ilz se dépérissent, ou ne fussent de bonne vante par deçà,
auquel cas vouloit qu'ilz fussent délivrez, soubz caution, et qu'il
soit baillé commission aulx autres pour aller recognoistre, le long de
la coste, toutes leurs prinses et icelles vériffier, et qu'au mesme
jour que Mr. le maréchal de Cossé mandera vouloir fère la délivrance
aulx Angloix, elle veult qu'elle soit faicte aulx Françoys.

Après, je me suis plainct bien fort de ce qu'après plusieurs remises
et changemens de promesses, elle enfin a denyé la visitation que Voz
Majestez Très Chrestiennes envoyés fère à la Royne d'Escoce, votre
parante et principalle alliée, par le dict Sr. de Montafie, monstrant
en cella que ceste princesse est comme prisonnière, dont dorsenavant
ne failloit tretter que de sa rençon; et qu'en lieu de bien espérer de
la confiance que la dicte Dame avoit miz en elle, l'on publioit
partout que, licentiant dernièrement le duc de Chatellerault, elle luy
avoit dict, touchant les actions du comte de Mora, qu'elles demeurent
aprouvées et justiffiées, et que si luy, arrivant en Escoce, ne
recognoissoit à Roy le petit prince, qu'il n'espérât jamais avoir
support d'elle, ains qu'elle luy nuyroit en tout ce qu'elle pourroit;
ce qui a esté cause dont le bon homme s'est despuys condescendu à fère
ce qu'il ne vouloit, ny debvoit, contre sa Mestresse.

A quoy la dicte Dame m'a respondu que, quoy qu'on m'eust donné
entendre, elle ne vous avoit dényé la visitation de la Royne d'Escoce
(sur quoy, Sire, vous en entendrez le discours par le Sr. de
Montafie); et que, si je voulois, elle bailleroit encores le passeport
au gentilhomme pour l'aller trouver, et, au reste, que, tant s'en
falloit qu'elle eust faict nul mauvais office contre la Royne
d'Escoce, que c'estoit elle seule qui avoit porté son faict, et que
tout le mal procédoit de ses mauvais subjectz, estant preste de
s'employer pour elle de toute affection de bonne et naturelle parante,
et qu'elle mesmes luy avoit escript lettre de grand contantement.

Despuis, elle a faict fère quelque meilleure démonstration à Bortic,
escuyer de la dicte Dame, qui est icy, sollicitant sez affères, et
j'entendz aussi, Sire, qu'on a encores de nouveau différé, pour
quelques jours, le partement de la flotte de la Rochelle, et que la
dicte levée de Flamans commance à se desbander, bien que, d'ailleurs,
j'ay adviz qu'ils arment et mettent en bon équipage toutz les
vaisseaulx de la dicte flotte et plusieurs aultres dans ceste rivière,
oultre sept aultres des grandz navyres de ceste Royne qu'on arme en
grand dilligence, mais il semble que ce soit pour aller en Hembourg,
où mesme plusieurs gentilshommes délibèrent de fère le voyage, car
s'espère qu'on y combatra, passant vers Olande et Zélande, où le duc
d'Alve a commandé d'armer bon nombre de vaysseaulx pour les empescher.
Ceulx cy espèrent que le Roy de Danemarc et les Ostrelins feront armer
pour les venir recueillir, et y a grande apparance, veu la
proclamation que le duc d'Alve a faicte pour exclurre tout commerce
des subjectz du Roy Catholique avec les Anglois, que les matières
s'aigriront entre eulx; mais je vous donray plus grand notice de tout
cecy par le Sr de La Croix, que je dépescheray bien tost devers Votre
Majesté, à laquelle, etc.

     De Londres ce XVIIe d'apvril 1569.


Rouvray et Valfenyère, qui estoient, naguières, passez d'Allemaigne
par deçà, partent aujourdhuy pour s'aller embarquer à Douvres avecques
le Sr. Du Doict pour aller à la Rochelle, et j'entendz que le Sr. de
Gamaches s'en va aussi pour jouyr du bien que vous luy faictes de le
remettre en votre bonne grâce et en sa mayson.


     A LA ROYNE.

Madame, il ne pouvoit advenir rien mieulx à propos pour rabattre les
faulx bruictz qu'on semoit, icy, sur le succez des choses de Guyenne,
que la dépesche que Monseigneur votre filz m'a faicte, du XIIIIe du
passé, en laquelle ayant trouvé une sienne lettre pour ceste Royne
avec ung discours de la façon et yssue du combat, signé de sa
main, je le luy ay présenté avec ses bien humbles et cordialles
reccommendations, et l'ay prye d'accepter la bonne volonté dont ce
généreulx et vaillant prince, et le mieulx nay qui soit aujourduy,
sans estre luy mesmes Roy, en nulle maison royalle de l'Europpe, avoit
uzé à luy fère part, premier qu'à nul prince de la chrestienté, après
Voz Majestez, de l'heur de sa victoire, s'asseurant que, pour la
singulière affection qu'elle portoit au Roy, et à Vous, et au bien de
voz affères, et pour l'amour d'elle mesmes, elle s'en resjouyroit et
loueroit Dieu de ce sien jugement pour l'authorité des princes sur
leurs subjectz, estant elle, mesmement, du bon et légitime rang des
souverains, et espéroit aussy qu'elle seroit bien ayse que
l'accomplissement d'une si royalle entreprinse fût escheu à luy, qui
estoit son bien humble et bien affectionné parant, et qui avoit
toutjour desiré l'aymer, l'honnorer et la servir, avec plusieurs
autres propoz qui servoient à la mettre hors de tout doubte que les
choses ne fussent bien vrayes.

La dicte Dame a de bon cueur accepté les lettres et recommendations,
et tout le propoz de mon dict seigneur, et, ouvrant elle mesmes les
lettres, a regardé incontinent le signe et la dathe, puys les a leues
entièrement et m'a dict qu'elle avoit grand obligacion à Monsieur
d'avoir eu souvenance d'elle, en tel lieu et en tel temps, comme
celluy qu'il avoit prins la peyne de luy escripre; de quoy elle le
remercyoit de tout son cueur, et, qu'encor que, pour quelque
considération et pour aulcun compte, elle eust bien vollu qu'il fût
alé autrement, et qu'il eust plus tost succédé ung accord q'ung
combat, néantmoins, pour ne pouvoir desirer que tout bien à la cause
des Roys, elle se resjouyt et se resjouyra toutjour de la prospérité
et advantaige de Voz Majestez, et de la réputation, grandeur et bonne
estime de mon dict seigneur; et qu'elle verra et croyra mieulx le
discours du combat, puisque luy mesmes, qui en avoit eu la victoire,
le luy avoit envoyé, et qu'elle me bailleroit sa responce pour la luy
fère tenir. Dont vous asseure, Madame, que j'ay eu si bonnes responces
de ceste princesse sur tout ce que je lui ay, ceste foys, proposé, que
je ne puys conjecturer que bien de ses présentes intentions envers Voz
Très Chrestiennes Majestez, bien que je vous supplie ne fère desgarnir
rien, de ce costé, tant qu'on y sera en armes.

La dicte Dame m'a pryé de vous reccomander bien fort son ambassadeur,
et qu'il vous playse garder qu'on ne luy donne occasion de demander,
ainsy instantement comme il faict, son congé pour beaulcoup
d'indignitez qu'il dict estre faictes à luy et aulx siens, toutz les
jours, et qu'il vous playse aussi escripre au gouverneur de Calais de
délivrer ung sien subject, nommé Robins, de Douvres, lequel, ayant
porté le secrétaire de l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, dans
ung sien navyre à Donquerque, il le fit arrester, luy et son navyre,
au dict lieu, d'où s'estant saulvé à Callais, elle desire bien fort
luy estre randu, et desire aussi qu'il soit faict justice à certain
marchant anglois, nommé Baquer, à qui l'on détient quelques biens en
Bretaigne, nonobstant que Voz Majestez luy ayent baillé plusieurs
provisions pour les avoir. Et, me remectant de toutes autres choses à
la lettre que j'escriptz au Roy pour n'uzer icy de redictes, je
supplieray le Créateur, etc.

     De Londres ce XVIIe d'apvril 1569.



XXXIe DÉPESCHE

--du XXe d'avril 1569.--

(_Envoyée par Mr. de La Croix._)

  Nouvelles importantes qui nécessitent le départ du sieur de La
    Croix.--_Mémoire général_ sur les affaires de France, d'Espagne,
    d'Irlande et d'Écosse.--Efforts des seigneurs anglais protestants
    pour faire déclarer la guerre.--Motifs donnés dans le conseil
    d'Angleterre pour la guerre ou la paix avec la France.--La reine
    se prononce pour le maintien de la paix.--Réclamation des églises
    protestantes contre cette détermination.--État des négociations
    avec l'Espagne.--Continuation des prises faites sur mer.--Complot
    formé par les Espagnols, d'intelligence avec des catholiques
    d'Angleterre, pour opérer un débarquement dans l'île.--Préparatifs
    de départ d'une grande flotte armée pour Hambourg.--Continuation
    des préparatifs de départ de la flotte pour la Rochelle.--Troubles
    en Irlande, où les catholiques sont en armes.--Troubles en Écosse,
    où se tient la conférence de l'Ilebourg.--_Mémoire particulier et
    secret_ sur les affaires d'Angleterre.--Les protestants et les
    catholiques sont prêts à en venir aux mains.--Remontrances des
    seigneurs catholiques pour le maintien de la paix avec la France
    et avec l'Espagne.--Leur retraite du conseil.--Projet qu'ils ont
    formé de s'emparer du pouvoir.--Ils déclarent avoir l'appui du duc
    d'Albe et de l'Espagne, ainsi que l'approbation du pape, et
    demandent l'appui de la France.--Conditions du traité qu'ils
    proposent.--Nécessité de se concerter avec l'Espagne pour en
    régler l'exécution.--Avis de l'ambassadeur sur la conduite qui lui
    paraît devoir être suivie au sujet de ces propositions.


     AU ROY.

Sire, y ayant, à ceste heure, plusieurs choses icy qui se monstrent de
toute aultre façon qu'elle n'estoient auparavant les nouvelles de
votre victoire, et dont semble que ce royaulme soit beaulcoup agité et
que la Royne d'Angleterre et les seigneurs de son conseil soient assés
incertains de ce qu'ilz y doibvent fère, changeans, à tout coup, de
dellibéracions, j'ay estimé qu'il estoit bon de vous envoyer le Sr. de
La Croix, pour vous aller représanter, de bouche, une partie de ce que
j'en voy et entendz icy, sur le lieu, qui ne se peult bonnement
escripre, affin que, le comprenant tel qu'il est, Votre Majesté le
puisse mieulx aproprier à son service, et me commander comme j'auray à
m'y conduyre.

Il m'a semblé, par les derniers propos que j'ay eu avec ceste Royne,
qu'elle n'est tant pour la justice de ceulx qui vous mènent la guerre
en votre royaulme qu'elle ne les accuse de beaulcoup d'injustice; car,
ayans discouru ensemble assés ongtems, et quelque foys avec contraire
opinion l'ung à l'autre, du jugement qu'il a pleu à Dieu d'en fère par
les armes, elle en fin m'a dict que, comme elle eust bien vollu que
vous, Sire, et la Royne, eussiez esté escrupuleux à ne vous laysser
persuader de fère ny souffrir que voz subjectz fussent persécutez en
serchant de jouyr de ce que leur aviez permiz pour leur religion,
qu'aussi eulx, de leur part, eussent, comme il est raison, faict moins
de conscience d'aller à la messe et aulx cérémonies de l'esglize
romaine qu'ilz n'en ont vollu fère de s'eslever contre leur Roy et de
thuer leurs prochains, me priant de fère bien entendre à Voz Majestez
Très Chrestiennes qu'elle ne peult, en façon du monde, vouloir que
tout bien à la cause des Roys, et que, partant, elle se resjouyt de
votre prospérité, et la desire comme la sienne propre; ce qui monstre,
Sire, qu'encor qu'elle escoutte assés volontiers ceulx de la novelle
religion, qu'elle ne leur souffre toutesfoys de mettre en avant nulz
partyz qui soient contre l'authorité des princes souverains, et
qu'elle ne se laysse, du tout, tant posséder à eulx qu'elle ne se
réserve à estre possédée aussi aulcunement par les catholiques. Et
ayant bien instruict et bailhé amples mémoires de toutes aultres
choses de deçà au dict Sieur de La Croix, auquel je vous supplie
donner foy, je prieray, pour le surplus, bien dévottement le Créateur,
etc.

     De Londres ce XXe d'avril 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, ce que j'ay à vous dire de l'occasion du présent voyage du Sr.
de La Croix et des novelles de deçà, Votre Majesté l'entendra si
amplement de luy et de ce que j'en touche en la lettre du Roy, et
d'aulcunes aultres choses que je luy ay commises, à part, pour vous,
que j'en feray la présente tant plus briefve. Seulement j'adjouxteray
que je ne vous sçaurois assés exprimer combien ceste Royne m'a prié de
vous recommander son ambassadeur, auquel je vous suplie très
humblement tenir quelque bon propos de contantement, la première foys
qu'il viendra à l'audience, affin qu'il n'escripve plus par deçà qu'on
le veuille révoquer; et commandés, s'il vous playt, Madame, que mon
pacquet pour Monseigneur votre filz, dans lequel y a une lettre que la
Royne d'Angleterre lui escript, luy soit promptement envoyé, où je luy
rendz compte comme elle a eu ses lettres et ses reccommendacions, et
les propoz que je luy ay tenuz de sa part, très agréables, et luy
mande ses responces: priant atant le Créateur, etc.

     De Londres ce XXe d'avril 1569.


DIRA LE SEIGNEUR DE LA CROIX A LEURS MAJESTEZ,

_Oultre le contenu de la dépesche:_

Que, despuys ung mois, il y a eu grand différant entre ceulx du
conseil de la Royne d'Angleterre sur ce que les ungs incitoient la
dicte Dame de fère la guerre, ou bien contre la France affin de
recouvrer les droictz de Calais et se saysir cependant de quelque
place en Normandie ou Picardie, ou bien de l'avoir contre les Pays Bas
pour se ressentir de l'injure que le duc d'Alve luy a faicte et pour
chasser les Espaignolz du Pays Bas, ou au moins pour tirer une
honnorable confirmation des anciens trettez;

Et qu'il ne se présenteroit jamais occasion plus à propos à la dicte
Dame pour mener les deux Roys à quelque raison, ny pour pouvoir plus
honnorablement, et avec plus d'advantaige, capituler avec eulx que
meintennant, ny pour mieulx asseurer elle et son estat de leur costé;

Et pourvoirroit, par mesme moyen, aulx affères de sa religion, à tout
le moins elle feroit qu'encor que ceulx, qui soubstiennent la guerre
meintennant pour la deffance d'icelle, vinssent à succomber, qu'elle
se trouveroit hors du dangier et du mal, qui autrement pourroit tumber
sur elle et sur son royaulme;

Et qu'aussi bien avoit elle desjà passé si avant en ces voyages de la
Rochelle, en ces prinses de mer et en retenant les deniers d'Espaigne,
qu'elle pouvoit estre toute asseurée, si elle attandoit que les deux
Roys eussent accommodé leurs affères, que sans doubte ilz
convertiroient leurs forces et leurs entreprinses contre elle:

Les aultres, au contrère, qu'elle se debvoit entretenir en la paix
qu'elle avoit avec les deux Roys, et laysser passer ces troubles et
orages qu'on voyoit succitez de toutes partz, sans y mesler ny elle ny
son estat, estant sans doubte, si elle s'y mesloit aulcunement,
qu'elle attireroit la guerre en son pays;

Qu'elle debvoit grandement prizer la paix et amytié qui luy estoit
offerte de ces deux grandz Roys, lesquelz se monstroient, de plus en
plus, si puissants qu'ilz s'en rendoient formidables au monde;

Qu'elle cognoissoit bien qu'elle et son royaulme n'estoient pour
fournir aulx fraiz d'une guerre ny pour fère d'assés grandes
entreprinses pour se prévaloir ou pouvoir rien aprofiter sur eulx;

Et ne debvoit craindre aulcunement la guerre de leur costé, si elle ne
les provoquoit, et, qu'en ce mesmes qu'ilz avoient esté desjà
provoquez, qu'ilz prendroient pour grande satisfaction les bonnes
raisons qu'on leur offriroit avec la paix et l'amytié de la dicte
Dame, estantz cogneuz magnanimes princes, qui se payeroient et ne se
contanteroient que trop des honestes devoirs et gracieulx offices
d'elle;

Qu'elle debvoit grandement considérer l'alliance et estroicte amytié,
qui est meintennant entre les deux Roys, qui seroient pour se unir
ayséement et se liguer contre elle, si elle leur en donnoit occasion;
par ainsy, qu'elle debvoit éviter d'avoir la guerre à l'ung ny à
l'aultre et encores plus de l'avoir aulx deux.

Sur quoy, après plusieurs démenées, la dicte Dame tint là dessus ung
bien estroict conseil, lequel ne print entière détermination, car,
ayant, elle, ouy les raysons dessus dictes, dict d'ung costé qu'elle
se tenoit très asseurée que jamais les deux Roys ne s'accorderoient à
son préjudice, estant l'Angleterre de trop grand jalouzie aux affères
de l'ung et de l'aultre;

Et, d'aultre part, elle adhéra à l'opinion de ceulx qui luy
conseilloient la paix, redoublant, par deux foys, ceste parolle: _«Je
ne veulx poinct la guerre: Je ne veulx poinct la guerre:»_ ce qui
conforta grandement ceulx de la dicte opinion de tenir encores plus
ferme pour la dicte paix.

Mais luy remonstrans qu'elle debvoit donques commancer de mener
quelques secrectz et honestes moyens de réconciliation avec les deux
Roys, pendant qu'ilz estoient encores occupez, affin de s'asseurer
tant mieulx de la paix de leur costé;

Elle respondit qu'il importoit trop à l'honneur de sa couronne que
ceste pratique fût entamée par elle ou qu'elle commanceât de parler la
première; car sembleroit qu'elle fît amande des choses passées, mesmes
que pour le regard de leurs Majestés Très Chrestiennes, elle leur
avoit desjà faict une déclaration de paix et d'amitié, laquelle se
pourroit continuer par l'office des ambassadeurs et puis venir à plus
expresse déclaration; et, quant au Roy Catholique, elle s'asseuroit
qu'il envoyeroit quelcun de sa part devers elle, ainsy que le Sr.
d'Assoleville, avant partir d'icy, le luy avoit promiz.

Par ainsi, estantz les choses demeurées en ce suspens et sans
conclusion, ceulx qui desiroient la guerre ont heu moyen de pratiquer
que les esglizes et concistoires de la novelle religion de ce royaulme
ayent requiz et conjuré, au nom de Dieu, la dicte Dame de n'abandonner
la cause de sa religion, s'efforceans de monstrer que le prince de
Condé avoit justement prins les armes pour la deffance d'icelle, et
qu'il y avoit ligue des princes catholiques, lesquelz ne fauldroient
de torner leurs entreprinses sur elle et son royaulme, si, de bonne
heure, elle n'empeschoit qu'ilz ne demeurassent supérieurs.

Mais ilz n'ont peu obtenir qu'elle se déclarât ouvertement pour le
dict prince de Condé, s'y opposans ceulx qui conseillent la paix et
aussi aulcuns des aultres qui sont bien affectionnez au Roy; et,
d'elle mesmes, n'y a volleu entendre, layssant seulement à ceulx de la
novelle religion de deçà de pouvoir rafreschir, d'aulcuns vivres et
choses nécessaires, ceulx de la Rochelle, selon aulcuns marchez qu'ilz
ont faict avec eulx, selon lesquelz ilz ont fort pressé le partement
de la flotte, de laquelle j'ay cy devant escript, affin d'aller quérir
le vin et le sel du payement de la somme qu'on leur a desjà fornye en
deniers ou en rafreschissemens, pour laquelle le cardinal de Chatillon
est icy obligé; et ont faict aussi grande dilligence de trouver
nouvelles sommes pour leur envoyer, et pour envoyer aussi en
Allemaigne, sur le crédict de ceste Royne, ou sur celluy des
marchantz; mais cella leur a esté empesché, comme aussi leur a esté
empeschée ceste levée de Flamans, qu'ilz pensoient fère secrètement
embarquer dans la dicte flotte, et la mettre en terre à la Rochelle;
et a esté, d'abondant, commandé à leurs pirates de ne toucher
aulcunement aulx Françoys.

Mesmes, pour plus seurement establir l'amytié avec leurs Majestez Très
Chrestiennes, elle avoit accordé à ceulx de son conseil, de l'une et
de l'aultre opinion, qu'elle envoyeroit ung personnaige de bonne
qualité en France pour tretter de sa part avec leurs Majestez, qui
yroit, soubz prétexte de leur aller encores requérir la paix pour
ceulx de sa religion dans leur royaulme, mais, affin qu'elle ne fût
aussi mal ouye que la première foys, qu'elle feroit solliciter par
Quillegrey, qui est en Allemaigne, les princes protestans d'y envoyer
aussi de leur part. Et à cest effect elle avoit desjà commandé à
Piqgrin se tenir prest pour y aller et se trouver sur les lieux, quant
les autres arriveroient, affin de se présenter, et fère, toutz à la
foys, une mesmes instance à leurs Majestez. Mais il luy a esté mandé
d'Allemaigne que les dictz princes protestans se préparoient à la
force, et non aulx prières, ny remonstrances; et l'ambassadeur Norrys
luy a aussi escript qu'il n'estoit encores temps de parler de cella.
Par ainsy ce voyage est demeuré.

Et, pour le regard du Roy Catholique, ceulx qui sont pour la paix
avoient persuadé la dicte Dame de trouver bon que le Sr. Ridolphy
allât, par prétexte de ses propres affères, en Flandres, et qu'il
atachât, comme de luy mesmes, une praticque de réconciliation avecques
le duc d'Alve; mais ceulx de l'aultre opinion, la cognoissant assés
offancée contre le dict duc d'Alve, ont ayséement interrompu cella,
luy donnans espérance que le Roy Catholique envoyera devers elle,
ainsy que le Sr d'Assoleville l'en a asseurée; mesmes ont faict courir
le bruict que le duc de Feria, ou son frère, estoit desjà embarqué
pour venir, et a l'on envoyé vers le cap d'ouest comme pour le
recepvoir: mais cependant ont continué fère prinses et plusieurs
violences sur les subjectz du Roy Catholique, mesmes naguières quatre
des propres navyres de ceste Royne ont combattu, au Paz de Calais,
quatorze ourques qui venoient d'Espaigne, bien riches, dont en ont
admené huict dans ceste rivière; et, la veille de Pasques, en fut
prins deux aultres vers Plemmue, et des trèze, qui avoient esté
prinses auparavant, en fut, le mesme jour, envoyé trois à la
Rochelle, qui valent beaulcoup. Ce que voyant ceulx qui conseillent la
paix, et qui sont bien affectionnez au Roy Catholique, qu'on
continuoit d'exaspérer ainsy les matières, se sont retirez.

Cependant ceulx, qui conduysent le party contrère, ont taché de
descouvrir certaine entreprinse, qu'ilz prétendent qu'aulcuns Anglois
ont menée avec le dict duc d'Alve, de luy donner moyen de mettre en
terre de deçà ung nombre d'Espaignolz vers Norfolc, et luy pratiquer
douze ou quinze mile catholiques dans le pays, en quoy il debvoit
advancer 150,000 ducatz, dont plusieurs ont esté constituez
prisonniers, et a esté mandé de relever toutz les fortz despuys
Arondel, qui est viz à viz du Hâvre de Grâce, jusques à Germue, qui
est au droict de Zélande, et mètre partout garnyson, artillerye et
monitions de guerre, pour la seureté du pays, et est l'on après à
sercher ung nommé Prestal, conducteur de l'entreprinse. Cependant l'on
a miz à la Tour ung nommé Ferre, qui a esté secrétère de sir Thomas
Chalangier, lorsqu'il estoit ambassadeur en Espaigne[63], et sire
Jehan Sognoy, et les a l'on dilligentment examinez.

  [63] En 1561.

Et estant la dicte Dame aigrie davantaige de cecy et de plusieurs
rapportz, qu'on luy a faictz de l'ambassadeur d'Espaigne, qui est
toutjour resserré en son logiz, et de ce, aussi, qu'elle a entendu la
proclamation, novellement publiée en Flandres, pour exclurre tout
commerce des pays du Roy Catholique avec l'Angleterre, et armer
navyres pour courre sus et prendre ce qu'on pourra sur les Anglois,
l'on luy a ayséement persuadé que, de son costé, elle debvoit aussi, à
bon escient, armer.

Dont, sur l'occasion d'une riche flotte de draps, d'envyron cinq ou
six centz mille escuz, qui doibt partir bien tost de ceste ville de
Londres pour aller à Hembourg, la dicte Dame, pour la conduyre plus
seurement, a commandé armer dilligentment sept de ses meilleurs
navyres de guerre, et bien équiper tout le reste de la dicte flotte,
qui sera, en tout, de XXII grandz vaysseaulx, oultre les petitz, qui
yront en compaignie, et a faict venir deux mille cinq centz des
meilleurs mariniers d'Angleterre pour mettre dessus, où plusieurs
gentishommes dellibèrent s'enbarquer; et, avec cest équipaige, veult
qu'on la passe à la veue de Holande et Zélande, bien que, par la
relation de Rouvray et Valfenière, qui sont naguières venuz
d'Allemaigne et passés par Flandres, elle a entendu que le dict duc a
quarante cinq navyres prestz et bien armez pour les empescher; dont
elle faict dilligenter davantaige le partement des siens affin de
prévenir l'appareil que le dict duc pourroit fère plus grand, et
espèrent que ceulx de Hembourg, et le Roy de Dannemarc, dresseront
aussi armée pour les venir recuillir.

J'entendz que, n'ayant ceulx de la novelle religion peu recouvrer
deniers en ceste ville, sollicitent que Me. Grassan, facteur de la
dicte Dame, passe avec la dicte flotte en Hembourg pour en fère
trouver de dellà; et le Sr. de Voysin, de Normandie, qui avoit esté
dépesché par ceulx de la Rochelle, auparavant la bataille, pour venir
devers ceste Royne et puis passer en Allemaigne, print hyer son
passeport pour continuer son voyage, luy et douze gentishommes et
huict serviteurs, et croy que l'homme du duc de Deux Pontz, lequel se
licentia au soir de ceste Royne, yra avecques eulx, mais semble qu'ilz
partiront premier que la dicte flotte d'Hembourg, et qu'ilz yront
prendre terre à Hemdem.

Le Sr. Du Doict et les susdicts Rouvray et Valfenière s'embarquèrent,
il y a deux jours, à Douvres pour aller à la Rochelle, et j'estime
qu'encor que la flotte, qu'on a de long tems préparée pour aller au
dict lieu, soit retardée, qu'elle accomplira en fin le voyage, mais je
ne sçay qu'il y aille ny pouldres, ny artillerye, ny armes, ny gens de
guerre, au moins en tel nombre ou quantité qu'on en doibve fère cas,
et ainsy me l'a promiz fort expressément ceste Royne, et ceulx de son
conseil; bien que, pour la mutation que je crains toutjour aulx
dellibérations d'elle, veu ceulx qui luy sont auprès, je ne puys
m'arrester trop à cella, et desire que leurs Majestez me mandent si
j'offriray de fère fornir à la dicte Dame la provision des choses, que
les Anglois vont quérir au dict lieu de la Rochelle, en aultre
endroict de son royaulme, affin de leur fère dorsenavant laysser ceste
routte.

Il semble que les choses d'Irlande ne sont pour estre si tost
composées qu'on pensoit, ayant les saulvaiges encores forces ensemble
pour tenir la campaigne, lesquelz s'opiniastrent d'avoir, comment que
ce soit, la messe; et le mesme desir se cognoist en plusieurs
quartiers de ce royaulme, vers le Nort et Galles, et mesmes en ceste
ville, où j'entendz qu'à ces Pasques, en douze ou quinze endroictz,
certaines bonnes compaignies ont ouy secrectement la messe et communié
à la forme de la religion catholique.

A quoy les a renduz plus ardiz la novelle de la victoire de
Monseigneur, frère du Roy, de laquelle les protestans ont eu quelque
craincte que les catholiques n'en esmeussent une soublévation, dont,
pour cest effect, ont envoyé veoir ce qui se faisoit par les maisons
de la ville, soubz ombre de visiter si l'on y avoit la provision
d'armes qui est requise par l'ordonnance du pays.

Du costé d'Escoce, ne se sçait encores à quoy s'est terminé la
conférance de l'Islebourg, du Xe d'avril: seulement a esté escript, de
Warwic, que les seigneurs s'y estoient trouvez et que envyron trois
centz chevaulx escouçoys avoient couru jusques bien prez du dict
Warwic, d'où l'on estoit entré en soubspeçon de quelqu'entreprinse sur
la place, ou bien qu'ilz venoient enlever la Royne d'Escoce; mais n'y
a aparance ny de l'ung ny de l'autre: plus tost fault croire que les
dictz Escouçoys sont encores en armes et qu'ilz courent ainsy le pays,
ou que l'on estoit venu là contre les bandolliers.

Mesmes qu'il semble que les comtes d'Arguil et d'Athole n'ont consenty
à l'accord dernièrement faict entre le duc de Chatellerault et le
comte de Mora, entendans que le dict duc avoit esté intimidé par la
Royne d'Angleterre, quant il partit naguières de ce pays, qui luy
avoit dict qu'elle aprouvoit les actions du susdict comte de Mora et
de ses associez, et que si luy, estant en Escoce, ne recognoissoit à
Roy le petit prince, qu'il n'espérât jamais avoir support d'elle, ains
qu'elle luy nuyroit en tout ce qu'elle pourroit. Dont craignant la
ruyne de luy, et de ses enfans, et, estant aussi pratiqué par vaines
promesses, avoit condescendu à ce qu'il ne vouloit ny debvoit contre
sa Mestresse, dont les aultres ne s'y estoient voulluz soubscripre.


REMONSTRERA A PART A LEURS MAJESTEZ QUE:

Les affères d'Angleterre sont en tel estat que, hors ce qui appartient
à l'authorité royalle, tout le reste du manyement est sur le poinct ou
d'estre retenu par ceulx de la novelle religion, qui, despuis le
commancement de ce règne, l'ont occupé, ou bien d'estre prochainement
prins et emporté d'authorité par les catholiques.

Chacun des partiz, sentant la prétention de l'aultre, s'est desjà muny
de forces, et y a secrette description d'hommes des deux costés.

Les protestans procèdent plus à descouvert parce qu'ilz uzent de
l'authorité de la Royne et ordonnent, au nom d'elle, des aprestz de
guerre et armement du pays pour s'en servir à leur besoing, et font
cependant grand dilligence de surprendre les catholiques et d'enquérir
contre eulx pour les fère déclarer désobéyssans et mettre la mein sur
quelcun des principaulx, s'il est possible.

Eulx, au contraire, estantz des plus nobles et des plus puissantz du
royaume, se maintiennent en grand réputation envers ceste Royne et en
si bonne opinion du peuple qu'on ne leur oze toucher, ny rien
demander.

Et de tant que plusieurs choses sont meintennant bien venues pour le
desseing des dictz catholiques, sçavoir, la victoire que Monsieur,
frère du Roy, a gaignée; l'ordonnance que le duc d'Alve a faicte
d'exclusion de commerce d'entre les pays du Roy Catholique et
l'Angleterre, et la licence qu'il a donné d'armer en Olande et Zélande
contre les Anglois, aussi la nécessité où les dictz Anglois commencent
se trouver pour la cherté et augmentacion de prix des marchandises
estrangières et grand diminution et faulte de vante des leurs, de
quoy ils s'en prennent à ceulx qui gouvernent;

Iceulx seigneurs catholiques ont estimé qu'il estoit heure de
proposer, en ce conseil, les moyens qui leur semblent bons et
honnestes pour pourvoir aulx désordres que la malle conduicte de ceulx
de la novelle religion a produictz; ce qu'ilz ont faict vertueusement
et ont miz en avant la réconciliation des princes voysins.

En quoy n'ayantz esté ouys, ilz n'ont layssé pourtant de fère, pour
leur acquit, plusieurs remonstrances, à part, à la dicte Dame, et puis
se sont retirés, sans comparoistre plus en court ny au conseil, avec
grand aprobation du peuple et estonnement des autres.

Et sentent bien, pour les inconvenians où ceste Royne va tumber, et
desquelz ilz donront bon ordre que sans eulx elle ne s'en puisse
relever, que bien tost ilz seront rapellez avec tant d'authorité
qu'ilz s'asseurent de s'emparer, sans difficulté, du gouvernement et
manyement des affères et y admettre ou exclurre ceulx qu'il leur
plairra.

Et de tant qu'ilz monstrent mener leur entreprinse avec fondement
d'honneur et de droicture pour le bien de ceste couronne, et qu'ilz
ont l'intelligence du pape, à qui ilz donnent espérance de la
réduction de ce royaulme à la religion catholique, et ont celle du duc
d'Alve, auquel ilz promettent la restitution des prinses et deniers
arrestez, et la continuation de la paix, je leur ay promiz de fère
entendre à Leurs Majestez Très Chrestiennes le desir qu'ilz ont
d'avoir aussi la leur, et l'asseurance qu'ilz me donnent de fère
accorder à Leurs dictes Majestez toutes les honnestes demandes
qu'avecques raison ilz feront à ceste Royne, sans que leurs dictes
Majestez s'en mettent en fraiz d'ung escu pour cella.

Requièrent seulement qu'il leur playse fère quatre choses, qui ne leur
costeront rien; la première, qu'ilz remonstrent vifvement à
l'ambassadeur de ceste Royne ce qui a mal passé contre eulx et leurs
subjectz, du costé d'Angleterre, despuis le commancement de ces
troubles: la seconde, que, comme le duc d'Alve propose de demander
milions pour centaines de tout ce qui a esté prins, et mesmes
l'Irlande pour réparation des injures, qu'ilz facent aussi plusieurs
grandes demandes tant pour leur réparation que pour le faict de la
Royne d'Escoce: la troisiesme, qu'ilz facent publier une semblable
ordonnance qu'a faict le dict duc d'exclusion de tout traffic d'entre
la France et l'Angleterre: et la quatriesme, qu'ilz facent aprocher
sur la coste de Normandie et Picardie les gens du pape et Italiens,
qui sont venuz en France, affin de donner cueur aulx catholiques de
deçà et intimider d'aultant les protestans.

Sur lesquelles choses, de tant que ces seigneurs catholiques, despuis
que suis icy, ont toutjours monstré estre bien affectionnés aulx
affères du Roy, et m'ont assés aydé à rabattre les délibéracions des
protestans sur la guerre de France, et ont fort porté le faict de la
Royne d'Escoce, je n'ay peu fère que je ne leur aye donné quelque
espérance de la bonne intention de Leurs Majestez; bien les ay priez
de considérer les grandz et importantz affères qu'ilz ont meintennant
sur les bras, qui, possible, les gardera de ne pouvoir accomplir tout
ce qu'ilz demandent, mais que j'espère qu'ilz leur satisferont en si
bonne sorte qu'ilz en seroient contantz.

Ce que j'ay faict, affin que, quant ceulx cy se seront emparés de
l'authorité, comme il y a grand apparence qu'ilz la recouvrent
bientost, ilz soient de tant mieulx disposés envers Leurs Majestez
Très Chrestiennes et leurs affères, et envers la Royne d'Escoce; dont
ne fault doubter qu'on ne s'en prévaille en beaulcoup de choses;

Sans que j'aye, pour cella, cessé de retenir toutjour les autres en la
mesme disposition, où je les ay miz, de ne laysser venir ceste Royne à
nulle déclaration ny commencement de guerre contre le Roy, et où elle
sera contreincte de prendre les armes, pour les occasions qu'ilz m'ont
souvant alléguées, lesquelles j'ay desjà mandées, ce ne soit
aulcunement contre luy, pourvoyant, par ce moyen, que quel des deux
partiz qui viegne à prévaloir, les affères du Roy n'en aillent plus
mal.

Et parce q'ung gentilhomme prudent et bien advisé, qui ayde, au nom du
pape, de conduyre icy ceste entreprinse, en me discourant du succez
d'icelle, m'a remonstré que si Leurs Majestez Très Chrestienne et
Catholique estoient pour venir à tant soit peu de soubspeçon ou
deffiance, qui peust engendrer le moindre différant du monde entre
eulx sur les choses d'Angleterre, il vauldroit mieulx que tout cecy
cessât, et qu'on layssât l'Angleterre comme elle est, car le mal
surpasseroit le bien, il estoit d'adviz que Leurs Majestez eussent là
dessus l'intelligence du duc d'Alve, et que je l'eusse aussi avec
l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, et qu'il fût concerté jusques à
quelz termes pourroit aller l'entreprinse du Roy en cecy, et pareille
celle du Roy Catholique, sans qu'il fût loysible à nul des deux
princes de l'oultrepasser.

Sur quoy, parce que je ne puis bien descouvrir de quelle intention
procède le dict duc, ny si c'est de luy que vient ceste menée, qui,
pour estre en suspens avecques les Anglois et quasi contreinct, pour
sa réputation et pour le recouvrement des prinses et réparation des
injures, leur commancer la guerre, y vouldroit, possible, mesler Leurs
Majestez, pour d'aultant se soulager, et, possible pour se descharger
du tout, sentant ceulx cy assés enclins à la paix et commerce des Pays
Bas, et laysser en fin tumber tout l'orage sur la France,

Je supplie très humblement Leurs Majestez considérer de près la
matière, et me commander comme il leur playt que je m'y conduyse et ce
que j'auray à respondre, de leur part, à iceulx seigneurs catholiques
et au gentilhomme, qui est icy pour le pape, lequel leur en fera aussi
fère instance par monseigneur le nonce de dellà.

Et encor que je craigne beaulcoup de dire là dessus mon opinion, de
peur qu'on m'en estime présomptueux, Leurs dictes Majestez néantmoins
prendront, s'il leur playt, de bonne part, comme de leur très fidelle
subject, que je les supplie très humblement de s'y conduire avec telle
modération que, conservantz l'amytié et bienveuillance du Pape et du
Roy Catholique, ilz ne se despartent de la paix qu'ilz ont avecques
ceste Royne et son royaulme, ains en monstrant ne vouloir nuyre
aulcunement à la dicte Dame, mais plus tost fère pour elle, ilz se
monstrent aussi aydans à l'entreprinse, aproprians par ce moyen, tant
qu'ilz pourront, l'occasion au bien de leur service avec équité et
droicture et avec réputation de leur grandeur, sans entrer en aulcune
despence:

C'est qu'ilz remonstrent de bonne sorte à l'ambassadeur de ceste Dame
comme ilz sont requis d'aulcunes choses qui concernent sa Mestresse,
desquelles ilz n'ont aulcun aparant argument de s'en pouvoir excuser,
premièrement, que le pape, entendant l'opression des évesques
catholiques d'Angleterre et comme c'est ung païs où les plus
adversaires de l'esglize romaine font leur retrette, et où ilz
dressent leurs principalles entreprinses, et luy, ayant aussi prins
compassion de la Royne d'Escoce, les a priez de trouver bon que les
forces qu'il envoye en France soyent conduictes ès frontières, qui
regardent l'Angleterre, pour fère réuscir ce qu'il espère en cella de
l'effect de ses intentions:

Secondement que le Roy Catholique leur ayant faict entendre la
détention de ses deniers en Angleterre, et la prinse des biens de ses
subjectz par les Anglois, _et comme il délibère s'en rescentir_, les a
pareillement priez que, pour l'étroicte alliance et fraternité qu'il a
avecques eulx, ilz ne luy veuillent estre que favorables en sa juste
querelle:

Tiercement que les gouverneurs de Normandie, Picardie et Bretaigne, et
les habitans des dictes provinces le long de la coste, leur ont très
instantment requis de pourvoir aulx désordres, qui se commètent en
mer, et aulx tortz et violences que les Anglois leur font, et de fère,
en leur faveur et pour leur protection, quelque démonstration de
rescentiment contre ceulx qui ne cessent de les tormenter toutz les
jours:

Adjouxtant que, de tant que la Royne d'Angleterre mesmes et luy son
ambassadeur cognoissent assés qu'ilz ne peuvent, avec leur honneur,
dényer au pape ce qu'il leur requiert pour les catholiques, mesmement
pour la Royne d'Escoce, ny au Roy d'Espaigne sa modeste demande sur le
recouvrement de ses deniers, et encores moins à leurs subjectz ce
qu'ilz requièrent pour leur protection, qu'ilz prient la dicte Dame
d'y pourvoir si bien d'elle mesmes que les choses n'en aillent plus
avant.

Et pourront, au mesme propos, toucher au dict ambassadeur, ou fère
toucher par moy à la dicte Dame, qu'ilz n'entendent se despartir par
là aulcunement de son amytié, et que, mesmes, ne pouvans, en nulle de
ces choses, estre honnestement pour elle, au moins ont ilz monstré et
monstreront qu'ilz ne veulent qu'on passe si avant qu'on viegne fère
descente ny conqueste en Angleterre, et qu'elle se doibt contanter
d'eulx s'ilz font en cella aultant qu'ilz peuvent pour elle.

Après, si bon leur semble, ilz feront acheminer les dictz Italiens en
la dicte frontière, et pourront, sans exclurre le traffic par
proclamation, le fère cesser, quelques mois, par prétexte des
coursaires et volleurs, lesquelz aussi rendent la navigation très
dangereuse pour les marchantz, et cependant procurer icy doulcement
tout ce qu'on pourra pour la Royne d'Escoce.

N'obmettant, pour leur grandeur et réputation, de fère demander au duc
d'Alve qu'est ce qu'il prétend fère contre ceste Royne et son pays, et
la façon comme ilz entendent que l'entreprinse soit limitée; en quoy
pourront remonstrer que les feuz Roys n'ont jamais vollu permettre
qu'on fist conqueste dans ce royaulme, cognoissans que cella importoit
à la seureté du leur, et que, comme le feu Empereur fut bien en accord
avec le feu Roy, Françoys premier[64], qu'il peult fère la guerre au
Roy Henry huictiesme d'Angleterre pour le recouvrement de Bouloigne,
sans toucher néantmoins ny descendre aulcunement en son royaulme, que,
de mesmes, ilz trouvent bon que le duc d'Alve face tout ce qu'il
pourra pour le recouvrement de ses deniers et des prinses, sans qu'il
face aussi descente ny entreprinse dans le dict royaulme.

  [64] Cet accord se réfère à l'une des clauses du traité de Crépy,
  conclu, le 18 septembre 1544, entre Charles Quint et François
  Ier, quatre jours après que Henri VIII se fût rendu maître de
  Boulogne.



XXXIIe DÉPESCHE

--du XXIIIe d'avril 1569.--

(_Envoyée par Jehan Pigon jusques à Calais._)

  Départ de la flotte pour la Rochelle, en simple équipage
    marchand.--Les affaires d'Écosse demeurent en suspens jusqu'à
    la conclusion de la conférence de l'Islebourg.--Détails sur la
    flotte de Hambourg.--Craintes que doit inspirer cette
    expédition.--Nouvelles démarches faites auprès de l'ambassadeur
    d'Espagne.--Justification de l'ambassadeur de France contre les
    reproches du maréchal de Cossé, qui se plaint de l'incertitude
    de ses avis touchant la paix ou la guerre.--_Proclamation du
    comte de Murray_, dans laquelle il annonce qu'Élisabeth a
    approuvé toute sa conduite, et que Marie Stuart a été déclarée,
    par le conseil d'Angleterre, complice du meurtre de son
    époux.--_Lettres d'Élisabeth et de Marie Stuart_, au sujet de
    cette proclamation.


     AU ROY.

Sire, n'y ayant que trois jours que je vous en ay faict une dépesche
par le Sr. de La Croix, qui est party d'icy le XXe de ce mois, la
présente sera pour donner adviz à Votre Majesté comme la flotte, qui
va à la Rochelle, sort aujourduy de ceste rivière en nombre de
quarante cinq vaisseaulx et quatre des petitz navyres de guerre de
ceste Royne pour les conduyre, oultre ceulx qui se joindront à eulx
en mer, affin qu'il vous playse en fère promptement donner adviz à
Monsieur, frère de Votre Majesté, et qu'il ne preigne aulcune alarme
de l'arivée de toutz ces navyres anglois au dict lieu, ny n'interrompe
pour cella l'exécucion de ses entreprinses; car ayant faict
dilligemment observer la dicte flotte, despuis qu'elle a eu mandement
de partir, je puis asseurer qu'on n'y a embarqué hommes de guerre, ny
armes, ny monitions, en nombre ny en quantité qui soit pour en fère
cas; et y a seulement, en chacun des quatre navyres de guerre, ung
homme de qualité de la maison de ceste Royne pour y commander et les
monitions qu'on y a miz, oultre l'apareil ordinaire, ne sont que
d'envyron cinq cens escuz de pouldre, q'ung marchant, nommé Jehan
Barde, lequel j'estime estre de Bourdeaux, a achaptez de ses deniers,
et envyron deux cens paires de pistollés, estant tout le reste en
équipage de marchans à demy armez, sellon la coustume des Anglois.

Et ayant encores envoyé à Douvres, à la Rie et Porsemue et jusques au
cap de Cornoaille, veoir s'il y avoit autres gens de guerre, ou
monitions, qu'on préparât d'y embarquer secrètement, l'on me vient,
tout à ceste heure, de raporter des lieux plus prochains, et dans
trois jours je l'entendray des plus loingtains, qu'il n'y a esté veu
que les Srs. Du Doict, Rouvray, Valfenière et envyron dix autres
gentilhommes françois, desjà prestz à fère voille dans ung légier
vaysseau pour aller devant; et croy que c'est pour fère sonner la
prochaine arrivée de ceste armée, affin de relever d'aultant par là
leurs affères, s'ilz peuvent. Ayant miz peyne, Sire, aultant qu'il m'a
esté possible, d'interrompre du tout le dict voyage, mais ne l'ayant
peu pour le besoing qu'on a icy de sel, et pour la grande instance
qu'ont faict ceulx de la novelle religion et les marchantz, qui ont
contracté avec eulx touchant les deniers et rafreschissemens desjà
advancez à ceulx du dict lieu, de dépescher la dicte flotte avant que
plus grand inconveniant leur advînt, j'ay procuré au moins qu'il n'y
allast rien qui vous peult offancer, à tout le moins guières nuyre, et
m'oposeray vifvement que ceste routte ne se continue plus, puis qu'il
vous plait me commander d'offrir à la Royne d'Angleterre
l'accommodement des choses nécessaires, que les siens y vont quérir,
en aultre endroict de votre royaulme; et, dez demain, je luy en
tiendray le propos, ensemble des autres particularitez contenues en
voz deux dernières dépesches, du IIIe et XIe du présent, lesquelles
j'ay toutes deux receues seulement ce matin, ayant esté le vent si
contraire qu'il n'y a eu, dix jours durant, passaige pour venir de
France.

Il ne se sçayt encores si, en Escoce, le pourparler de l'Islebourg a
prins résolution ou non, dont ceste Royne temporise de respondre à la
Royne d'Escoce, et retient icy son escuyer d'escuyerie Bortic jusques
à ce qu'il en viègne des novelles; et affin d'informer cependant Votre
Majesté de ce qui se passe icy sur les affères de la Royne d'Escoce,
je vous envoye ce qu'elle m'a naguières escript, avec la coppie de sa
dernière lettre à ceste Royne et la coppie de celle que naguières elle
avoit receu de la dicte Dame, faisantz ceulx cy démonstracion de
vouloir dorsenavant procéder de bonne façon à son restablissement, et
entretiennent son homme de grandes promesses; mais il est très certain
que sa fortune dépend entièrement de l'heur de celle de Votre Majesté.

Du costé des Pays Bas, Me. Oynter a desjà commission de mettre en
mer, du premier jour, la flotte pour Hembourg, laquelle ilz arment et
mètent en bon équipage, avec sept des grandz navyres de guerre de
ceste Royne, et deux mille cinq cens bons maryniers, et quelque nombre
de noblesse qui semble aller allègrement à ce voyage. L'ambassadeur
d'Espaigne est toutjour resserré en son logiz, avec lequel ceulx de ce
conseil ont, despuys deux jours, essayé d'atacher quelque praticque de
réconciliation par Me. Oynter et Me. Anthon, clerc de leur compaignie,
qu'ilz ont envoyé devers luy pour respondre gracieusement à certaine
remonstrance, que naguières il leur a envoyée, en latin, de laquelle
j'ay miz la coppie dans ce paquet, s'essayans d'excuser les choses mal
passées; mais il m'a faict entendre qu'il leur avoit si brafvement
respondu qu'ilz estoient demeurez confuz. Je métray peyne, de jour en
jour, vous donner notice de toutes ces nouveaultez, ainsy qu'elles
surviendront: et prieray Dieu, etc.

     De Londres ce XXIIIe d'avril 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, il m'a semblé devoir promptement fère ceste dépesche à Voz
Majestez pour les occasions, que verrez en la lettre que j'escriptz au
Roy, affin que faciez incontinent advertir monseigneur votre fils de
ce qui part d'icy pour la Rochelle, sans qu'il s'esmeuve du bruict que
ceulx du dict lieu pourront fère courir que les choses sont plus
grandes que, à la vérité, elles ne sont; car, possible, ilz en
vouldront remettre en réputation leurs affères, mais il n'y va autre
chose que ce que je mande en la dicte lettre du Roy, si ce n'est,
possible, qu'il y eust quelque secret aprest vers le cap de
Cornoaille, que je n'ay encores descouvert, mais j'ay, pour cest
effect, envoyé sur le lieu, et, par mes premières, je vous donray
adviz de tout ce qu'on y aura veu. Cependant, Madame, je crains que
Mr. le mareschal de Cossé ayt trouvé mauvais que je ne luy aye annoncé
si clairement la paix ou la guerre, de ce costé, qu'il se peult
résouldre à l'ung ou à l'autre, m'ayant mandé qu'il croyoit que je ne
pouvois bonnement sçavoir les desseings d'icy, qui sont telz qu'il les
pensoit, et que la façon dont je luy escripvois vouloit aultant à
dire: ne faictes point de despence, car je le vous ay mandé; et là où
il en fauldroit fère, je vous ay bien adverty que vous teniez sur voz
gardes; et que ce seroit quelque chose, pourveu que lettres que je
vous escripvois feussent semblables.

Sur quoy, Madame, je vous supplie très humblement considérer combien
je ferois mal, et contre ma conscience, et contre votre service, de
vous mander, ny à mon dict seigneur le mareschal, une déclaration de
guerre, du costé de ceste Royne et des siens, là où elle, et eulx,
vous déclairent entièrement la paix; et je serois, d'ailleurs, bien
téméraire et trop présomptueulx en voz affères, si je vous persuadois
de vous fier que bien à poinct à leurs parolles, pendant qu'ilz sont
en armes et qu'ilz ont deux cens vaysseaulx en mer, et pendant que Mr.
le cardinal de Chatillon, le conseiller Cavaignes, le Sr. Du Doict et
le Sr. de Voysin, sont icy pour ceulx de la Rochelle, et qu'il y a
trois autres personnaiges pour le comte Palatin, pour le duc de Deux
Pontz et pour le prince d'Orange, lesquelz, encor que j'obtienne de
bonnes déclarations de paix, et que je leur interrompe souvant, et le
plus que je puis, leurs entreprinses, ne quictent pourtant la partie;
ains persévèrent, par continuelles sollicitations envers ceste Royne,
avec le support des principaulx qui la manyent, affin de la fère
déclarer, joinct les inconstantes délibéracions de ceulx de ce
conseil, et leur naturelle inclination, et leur desir de recouvrer
Calais, qui est cause que, à la vérité, j'ay escript souvant à mon
dict Sr. le mareschal de se pourvoir, non comme attendant une guerre
déclairée de ce costé, mais pour se garder d'une surprinse, et en
cella semble qu'il sera bon, Madame, de ne tirer tant les forces qu'il
a pour les mètre ailleurs, que ne luy en layssiez toutjour assés pour
contenir le pays de s'eslever et ceulx cy d'y ozer rien entreprendre.
Et quant à fère venir plus au clair, par quelque démonstration de
notre costé contre eulx, le mal qu'ilz nous font à couvert, je luy ay
aussi escript qu'il me sembloit n'estre bien à propoz de le fère, ny
d'attempter rien hostillement contre ceste Royne, sentant que ceulx,
qui l'incitoient à la guerre, voyans que nous la disposions de ne s'y
mesler aulcunement, procurent de nous provoquer à la luy commancer, ce
que voz présens affères ne monstrent requérir. Et, quant à la
restitucion des prinses, j'ay pryé mon dict Sr. le mareschal de
commancer à la fère aulx Anglois, à la mesme mesure que ceulx cy y
procédoient à la fère aulx Françoys, sans se haster à la pleyne
délivrance, jusques à ce qu'on la feroit en mesme temps par deçà. Et
de tout ce dessus je luy ay encores, par le Sr. de La Croix, donné bon
compte, dont vous plairra, Madame, me commander s'il vous playt que
j'en uze autrement, et je y obéyray sans contradiction, après
toutesfois vous l'avoir remonstré; et prieray toutjour Dieu, etc.

     De Londres ce XXIIIe d'avril 1569.


PROCLAMATION DU COMTE DE MURRAY.

  CERTAINES PAROLES contenues en une proclamation faicte en Escoce
    par le commandement du Comte de Mora, Régent, au nom du petit
    Roy.

Sathan et ses ministres ne voulans obéyr à la volonté de Dieu ne à ses
ordonnances, mais tachans toutjour à se rébeller contre icelle ont
trouvé nouveau moyen de donner conseil et persuader la Royne, notre
Mère, de passer au royaulme d'Angleterre, et là, se plaindre, à la
Majesté de la Royne d'Angleterre, de notre Régent et autres de notre
noblesse, les accusant de crime de trayson, sur ce qu'ilz ont faict
pour l'establissement de notre couronne royalle, et sur la détention
de la personne de la Royne, notre Mère, dedans Lothlvin;

Et prétendans esmouvoir le cueur de la dicte Royne d'Angleterre, et
autres princes estrangiers, à trouver mauvais notre couronnement et le
bon et saint gouvernement de notre dict Régent, et, à ceste cause,
introduire des estrangiers dedans notre royaulme pour le mettre en
grand trouble, notre dict Régent, avecques la noblesse, a esté
contrainct, pour la garde de notre dict royaulme et repoz d'icelluy,
passer en Angleterre, et là, par devant la Majesté de la dicte Royne
d'Angleterre, se purger et justiffier du crime qui leur avoit esté
faulcement imputé;

Et ainsy que la nature de la vérité est de se fère toutjour
cognoistre, d'aultant que Dieu mect en fin toutes choses en évidance,
après longues et dilligentes preuves qu'ilz ont faictes devant la
dicte Royne d'Angleterre, et ses commissaires, et devant la plus part
de sa noblesse, il a esté trouvé, prononcé et déclairé que notre
susdict Régent, et noblesse, ont très justement et honnorablement
procédé en notre susdict couronnement, et en tout ce qu'ilz ont faict
pour la revenche et punissement de notre oncle et du murtre de notre
très cher père, et de tout ce qui en deppend, et qu'ilz n'ont faict
rien qui ne soit honneste et juste à ung vray subject, y estantz
obligez pour apaiser l'yre de Dieu et pour le bien public de leur pays
natif;

Et partant je les absoulx de l'acusation, et tel est nostre playsir,
sans révoquer l'authorité de notre Régent, affin que les yeulx des
perplex ne soient poinct rempliz de mensonges et que la vérité soit
déclairée par nous et les seigneurs de notre conseil privé, aussi bien
devant Dieu que devant le monde:

C'est assavoir qu'il est véritable que le Régent et la susdicte
noblesse, pour leur deffance, pour notre couronnement, en ce qui toche
leurs honneurs et vies, ont esté contrainctz, avec solemnelle
protestation, de manifester et déclairer la vérité que la Royne, notre
Mère, a esté participante du murtre et qu'elle a advancé et faict
dons, incontinent après, à notre oncle le comte Baudouel, connu le
vray autheur du faict commiz, luy donnant terres et offices, joignant
sa personne en mariage avec le susdict traistre tirant, comme il a
esté suffizamment vériffié par devant la Royne d'Angleterre et sa
noblesse, par les lettres escriptes de la propre main de la dicte
Royne et notoirement prouvées.


LETTRE DE LA ROYNE D'ANGLETERRE A LA ROYNE D'ESCOCE.

--du dernier de mars 1569.--

Madame, ayant sceu voz dolléances, et entendant le grand ennuy qui
vous tient pour quelques motz contenuz ès proclamations, faictes de la
part de voz subjectz, qui signiffient que je deusse donner sentence
contre vous, je m'esbay fort comment vous en eussiez quelque
fascherie, en les pensant véritables; car, si ainsy est qu'ils
l'escrivent (comme je ne sçay), peult il entrer en votre pancée que
j'eusse eu si peu d'estime de mon honneur, ou tant oblieroys je ma
naturelle affection vers vous, que je vous condempnasse premier que
d'ouyr la responce, et garderoy je si peu d'ordre que je deusse
conclurre premier que de commancer? Il vous souvient qu'après que je
vous fiz déclaration en quelle mode voz subjectz vous accusoient, je
vous escripviz que j'attandoy voz déclarations et l'ordre qu'en cest
endroict prendriez, et, despuis ce temps, j'en ay quicté la cause et
ne m'en suis jamais meslée despuis, sinon que je fiz que milor de
Murray et les autres s'obligèrent, devant moy et mon conseil, de ne
laysser fascher votre party jusques à ce que j'ouysse quel ordre vous
y prendriez pour conduyre ceste cause à quelque bonne fin.

Et à ceste heure, Madame, en entendant la résolution que vous avez,
qui trop, ce croy je, diffère, ung accidant fort estrange est advenu,
et si n'en estiez cognoissante, je le tiendroys à trop grand
merveille; c'est que hier Jehan Wod me fit une longue déclaration
comment le duc et autres seigneurs se sont soubzmiz à votre filz,
comme à leur Roy, et par une harangue faicte par milord Herriz devant
tout ce conseil, aprouvoient ce qui a passé de votre enprisonnement
avoir esté sagement considéré: et lesquelles pour estre trop longues,
et pensant que ces motz vous ennuyeroient trop, je les laysseray à la
plume. Mais en conclusion ilz se sont accordez à quelques articles,
que je vous envoye, commant ilz me sont mandés, comme celle, à qui
s'il eust pleu de se confier de faict à la moictié de ce qu'en motz
m'aviez promiz, peust estre que, à la fin, eust esté aussi bon que
ceste cy, et à ce que ne vous laysseray ignorante, ny de mes actions
en votre endroict, ny du traictement que les autres vous font, j'ay
pensé le mieulx de vous mander ce que j'en cognois et de par qui j'en
suis advertye. Cest à vous d'en juger, comme à qui il touche le plus
près, et combien que je croy de pouvoir prévalloir avec eulx,
nonobstant je leur fay sçavoir que ne m'en mesleray comme de chose de
qui rien n'entend, et, ayant receu l'intelligence d'une partie, je
n'en jugeray, mais me tiens en suspens jusques à ce que plus oultre
entendray de vous. Et ayant deschargé l'office de bonne parante, et me
cognoissant avoir toutjour marché de bon pied du commancement jusques
à ceste heure, je mercye Dieu de ne m'avoir laissé choper, tant
seulement beaulcoup moins tumber en quelque inconvéniant contre vous,
et, de claire conscience, je l'appelle à tesmoing, qui m'en sera juge,
d'y estre acheminée ouvertement et sans feintise; et pourtant je vous
supplie croire que quelque chose, que ouyrés au rebours, que créature
vivante ne les prouvera onques.

Quant aulx autres choses contenues en voz lettres, votre serviteur les
vous pourra respondre, et par milord Cherusbery vous l'entendrez plus
amplement, à qui il vous plairra donner créance, comme à celluy que
j'espère fère comme l'ay commandé, et, avec ceste opinion, je ne vous
retiendray plus longuement, mais ne cesseray à prier le Créateur de
vous tenir toutjour en sa saincte garde, avec mes très cordialles
recommendacions, etc.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE A LA ROYNE D'ANGLETERRE.

--du vendredi Saint [15 avril 1569.]--

Madame, d'aultant que les faulces alégations de mes rebelles en votre
court, mentionnées en leurs proclamations, m'ont donné de
mescontantement, bien que je n'y adjouxtasse aulcune foy, comme à
ceulx que j'ay trop esprouvez, d'aultant plus m'a aporté de playsir
votre amyable déclaration au contraire, par votre honneste et
favorable lettre, à laquelle je n'ay vollu différer respondre plus
longuement, tant je desire vous fère paroistre ma naturelle
inclination de sercher votre bonne grâce sur toutes choses, aussi
souhaytant d'entendre votre favorable résolution en toutes mes
affères, desquelz il vous a pleu me donner adviz; de quoy
affectionnément je vous remercye, et, pour vous informer à la vérité
de mon jugement là dessus, je ne sçauroys; car je vous promectz ma
foy, que je n'ay ouy ung seul mot d'Escoce despuis mon arrivée icy,
que ce que je vous envoyay de la proclamation de mylor Herriz, lequel
je ne croy s'estre tant oblyé qu'il appert par les articles que le
comte de Cherusbery m'a monstrez par votre commandement. Toutesfoys
leur ayant esté mandé, je desire bien sçavoir la vérité et en fère
telle diligence que la chose mérite, si le messagier n'est empesché,
ce que je crains, encores que Mr. de Cherusbery m'a asseuré de son
passaige; la première certitude que j'en auray, je vous promectz aussi
tost vous en donner adviz par l'évesque de Rosse ou aultre mien
fidelle. Cependant je vous puis dire que, si les choses sont ainsy
passées, le désespoir qu'ilz ont de me voir retenue et toutz moyens
ostez d'entendre de moy en aura esté cause; ce que je vous suplie
considérer, bien que vous ne l'ayez commandé, si est ce que voz
ministres sur les frontières l'ont exécuté à dommaige; en
considération de quoy et de la bonne volonté que j'ay de me dédyer, en
tant que mon estat et mon honneur le permétront, à votre dévotion, je
vous prie vouloir prendre une bonne résolution sur ce que, par ce
pourteur, dernièrement je vous escrivy touchant ma longue et instante
requeste, quoy que se face en Escoce, de me remectre en mon estat par
votre support et faveur, qu'après Dieu seulement, je soye obligée à
vous par sang naturel, amytié et bénéfice, et m'atandant que serez
incliné à cella, moy, ou qui il vous plairra des miens, serons prestz
de vous aller satisfère. Autrement, sellon ma dernière lettre, qu'il
vous playse n'inputer à faulte de bon naturel si, ne pouvant estre
secourue de ma plus proche, je accepte ung plus loingtain et moins
agréable secours; et de cecy je vous suplie me fère responce par ce
porteur, ce que le temps et occasion requièrent que j'en soys résolue,
et ayant desjà par votre amyable lettre confirmé une certaine
espérance d'obtenir ceste mienne affectionnée première requeste, je ne
vous en feray plus longue instance, sinon de vous remercyer de voz
favorables responces en toutes autres choses. Et après vous avoir
priée de donner crédict au porteur de ce qu'il vous requerra de ma
part, je vous présenteray mes bien affectionnées recommendacions à
votre bonne grace, priant Dieu qu'il vous doinct, etc.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE AU Sr. DE LA MOTHE FÉNÉLON.

Chiffre.--[Monsieur de La Mothe, despuis la nouvelle de ceste victoire
la Royne d'Angleterre a changé de stille de m'escripre, comme vous
verrez par le double de sa lettre, et pour me fère croyre que ceste
mutation ne vient de là, l'on me veult persuader qu'elle et son
conseil tiennent ceste nouvelle pour faulce et controuvée, et, au
contraire, que le Roy a du pire, et que c'est la cause qu'il faict
tenir les passaiges fermez, ne voulant que l'on saiche la deffaicte et
perte qu'il a receue, avec d'autres mauvaises apparances, à quoy
j'adjouxte aultant de foy que je doibz fère aulx belles parolles que
l'on me donne, après que j'ay sceu que la Royne d'Angleterre dict au
duc de Chatellerault, à son partement d'auprès d'elle, qu'elle
aprouvoit toutes les actions du comte de Mora et ses associez, et que
le dict duc, estant en Escoce, s'il ne recognoissoit le Roy, il ne
s'atendît jamais d'avoir aydé, support ou faveur par son moyen, ains
qu'elle luy nuyroit en tout ce qu'il luy seroit possible; de quoy le
bon homme estoit à demy hors de sens. Et si, d'avanture, il s'est,
despuis, condescendu contre son devoir, ayant esté pratiqué et gaigné,
ou par quelque vayne espérance, comme cy devant il a esté, ou par
craincte de veoir luy et ses enfans ruynez, je vous laysse juger d'où
en procède la cause; car, avec l'authorité que je luy ay baillée, il a
plus des trois quartz de mon royaulme et les plus grandz avec luy, et
est suffizant pour en chasser le comte de Mora et toutz ses adhérans
et complices. Ce que, monsieur de La Mothe, je n'ay vollu vous celler,
affin que vous cognoissiez comment je suis esté traictée par
l'intelligence de mes traistres avec la Royne d'Angleterre, et le
besoing que j'ay de l'ayde et faveur de mes amys.]


PROTESTATION DE L'AMBASSADEUR D'ESPAGNE

  PRO PARTE CATHOLICI REGIS ORATORIS ad Dominos Consiliarios
    secretioris Serenissimæ Angliæ Reginæ consilii responsio.

  Inter foederatos reges, ac populos, vicinosque quoscunque honesto
  commercio utentes ad controversiarum discutionem, cùm gravamina
  aut rapinæ factæ pretenduntur, solent permitti retentiones
  bonorum, ut ex illis pacificatio querelarum, re cognità,
  subsequatur. Eo tamen ordine, ut nullus extrà proprios fines
  aliena capere attentet (quod bellicum est) neque retenta diripiat,
  diripive permittat, neque distrahi, minorique pretio, quam quod
  æquum est, vendi consentiat, personarum habito utrinque honesto
  respectu.

  Sicque, cùm retentiones bonorum jussu regum aut presidum
  conceduntur, quæ antè illorum publicata edicta, aut preter eorum
  tenorem detinentur, aut aliundè rapiuntur, raptave inferuntur,
  inprimis, nullâ tergiversatione admissâ, restituenda censentur. Et
  quia adsurdum prorsùs est locorum ac hominum exactam designationem
  petere, neque sinere miserabilibus nautis domum legati patere,
  generalem solummodo eorum hic mentionem faciemus.

  In hiis sunt Hispanicæ naves, in Hispaniam tendere volentes, quæ
  multò antè edicta jàm vela explicantes, in portu Hiermuthensi à
  viceadmirallio Arcturo Sambertuono absquè causâ sunt detentæ,
  navesque omnes quibus, XV decembris, gubernacula adempta per
  ministros regios fuerunt: sunt autem illæ, quæ pecuniam ad militum
  stipendium in Belgicam Illustrissimo Albæ Duci deferebant.

  Prima retentio pecuniæ regiæ Sudantone, die XVIIII decembris;
  facta fuit, sequens verò in occiduis partibus, decimo deindè die,
  quæ ultima executio per prefatum Arturum, Killigreum, Jacobum
  Murum et alios ministros regios, adeò insolenter est perpetrata,
  ut omnia quæ unusquisque voluit, asportarit, effractis arcis
  omnibus, direptis pecuniis atque fortunis nautarum, quos etiam in
  pelagus precipitarunt, indignè de Majestate Catholici Regis
  blaterantes, atque ut sanarent Hispanorum animos, quatriduum illos
  inediâ afflixerunt, querentesque ac lamentantes ipse idem
  viceadmirallius in carcerem conjici jussit, extractosque tandem
  nudos, absquè viatico, procùl abegit; quæ quidem omnia, à regio
  consilio silentio prætereuntur.

  Omnes prefatæ retentiones pecuniarum regiarum, inconsulto tanti
  Regis oratore, qui frequens apud Serenissimam Reginam aderat, sunt
  commissæ: imò etiam, eodem penè die, quo illi securitas litteræque
  regiæ datæ sunt ad prefectos portuum, aliæ his contrariæ secretò
  sunt emissæ, sic ut unâ manu securitas, alterâ raptus
  designaretur.

  Itaquè qui querelam de Illustrissimi Albæ Ducis edictis
  detentioneque in Inferiori Germanià factà pretendunt, suâ ipsius
  causâ id fingere videntur ut nobilitati ac populo, vel levem
  saltem, excusationem obtrudant, cùm Dux omninò nullum aliud quod
  sequeretur iter haberet. Istorumque forsàn ingenio factum videri
  posset, quòd inauditus Assonville, indignè habitus, indignè sit
  etiàm dimissus.

  De furiosâ verò prefati oratoris detentione, quæ forsàn neque à
  Turcis, neque à Scythis foret commissa, famulorumque ejus
  ablegatione et torturà intentatà, litteris regiis interceptis,
  sublato sacrosancto legationis jure, cùm ad prefatum potentissimum
  principem res spectet, nihil nunc orator exponit, sed illa suo
  loco relinquit: hoc tantùm admonens, ne de mandatis ac officiis ab
  eo prestandis, aliqua cura aliquis ex prefatis dominis tangatur,
  neque in alieno negocio sit curiosus.

  Quæ post prefati legati detentionem sint subsecuta, non esset
  facile recensere, qualiter, navibus atque holcadibus captivatis,
  bona earum à ministris Serenissimæ Reginæ, predicto Arturo,
  Guilielmo Ackins, Killigreo, Gaspare Said et innumeris aliis, sint
  asportata et ab illis et à Gallis, in portubus, cum omnium
  gratulatione, direpta et vendita, ità ut tertia pars mercium antè
  comissariorum adventum sit intercepta ut valorem septingentorum
  millium ducatorum exæquare possit. Fuit etiam inter predones
  predictus Bordele qui, si legationem suam, Serenissimam Reginam
  alloquendo, non implevit, alteram tamen partem, ut predâ onustus
  ad Condensem principem rediret, non omisit.

  Holcades autem ditissimæ XIII, quæ ex Hispanià veniebant, cùm
  circà Plimuthensem portum subsisterent, navis nova barqua dicta,
  quæ Serenissimæ Reginæ certè fuit, si alicui illam condixerit non
  multum in hac parte refert, cum Majestatis enim ejus regio vexillo
  expanso ac prefati viceadmiralii filio atque domestico Butselo
  ducibus, obviam illis progressa, blandis verbis nomine Suæ
  Majestatis illis securitatem promittens, eas in portum duxit,
  jactisque ancoris, et illas et nautas captivavit, pretiosiori omni
  merce direptâ.

  Neque hic destitit, nam ex ammonitione Jacobi Muri qui ex aulâ
  regiâ citato cursu illùc pervenit, statim prefatus viceadmiralii
  locum tenens quinque ex ditioribus holcadibus selegit, rectòque
  Rochellam perrexit, ut ex alienis bonis Condei, tùm viventis, et
  Galliæ admiralii exercitum aleret. Estimantur autem prefatæ
  quinque holcades ad valorem centum quinquaginta millia ducatorum,
  reliquæ autem omnes quæ Plimuthi, Hiermuthi ac in totâ occiduâ
  regione tenentur, ad valorem duorum millionum, æquâ estimatione,
  referri possunt, citrà illam quam Guilielmus Winter, natu major,
  in suo à Rochella reditu intercepit; preterque undecim navigia,
  vino onusta, navesque Neoportunenses, et alias, de quorum
  captivitate legatus Catholici Regis nondùm plenè est edoctus.

  Quæ verò junior Guilielmus Winter, captis octo holcadibus è
  Lusitaniâ redeuntibus, sale, aromatibus signatoque argento
  oneratis, commisit, apertè declaratio bellica est. Quantùm verò ad
  demissionem veli districtumque maris, ridicula omninò narratio
  est. Classis certè regia codem modo piraticam exercet, quo Cortene
  et Kerkem et Galli, ipsius et illorum socii.

  Videturque regium consilium ista parvi pendere, cùm neque ad
  probatorias informationes sinat spoliatos, ad demonstranda damna,
  ad prefatum oratorem accedere, omnesque aut illi obnoxios, aut à
  quibus ista comprehendi possint, carceri includat, aliquo
  peregrino pretextu, Baptistamque Sanvictorem à commissione
  subtrahat ne depredationes factas penitùs ediscat, atque inter
  illos qui in curiâ istiusmodi rebus moderandis sunt destinati,
  illustrem admirallium nominaverit, cujus familiaribus et locum
  tenentibus similis ruina proficiscitur.

  Non absimilis injuria, à Johanne Ackins Catholici Regis amicitiæ
  est inflicta, qui regiâ classe aliquorumque (ut dicitur)
  consiliariorum ope atque hortatu, quartùm jàm ad Regis
  potentissimi occidentales ditiones (quæ Indiarum nomine
  appellantur) expeditionem suscepit contrà foedera ac regias leges,
  naves obvias diripiens, oppida expilans et incendens, homines, tàm
  indigenes quàm Hispanos (in quibus est nobilis Johannes Mendossa
  nunc in Hibernià asservatus) captivans; quem quidem Ackins oportet
  tandem punire, aurumque omne atque argentum, cum unionibus atque
  hominibus restituere, deque aliis etiàm depredationibus, à piratis
  Anglis et Gallis ex Angliæ portubus exeuntibus factis, integrè
  omninò satisfacere et mare liberum reddere; protestante in his
  omnibus prefato oratore, prout ei licet et decet, in superioribus
  etiàm protestationibus persistente.

  Nam non dubitat quin, si Serenissima Regina Dominique Consiliarii
  pacem pretenderent, ab his injuriis abstinentes, agressionibus
  istis bellicis direpta, navesque eâ formâ, cum mercibus
  ac hominibus captas, restitui integrè facerent, invasores acerrimè
  puniendo, omnia pretereà antè et preter ordinem regiæ
  proclamationis retenta, statim, prout æquum est, redderent. Quæ
  quidem non consentit predictus orator, ut detentionis vel quovis
  alio quesito colore detineantur, diversa enim omninò causa subest.

     Oblata nobili Georgio Speake VI aprilis 1569.



XXXIIIe DÉPESCHE

--du dernier jour d'avril 1569.--

_(Envoyée par le seigneur Négrier, clerc de Mr. de l'Aubespine._)

  Relâche de la flotte de la Rochelle à Douvres et à Rye.--Vains
    efforts de l'ambassadeur pour empêcher la continuation du
    voyage.--Départ de la flotte pour Hambourg.--_Mémoire_ présenté
    à Élisabeth par l'ambassadeur.--Nouveaux griefs de la France
    contre l'Angleterre.--Plaintes contre les pirates, le défaut de
    restitution des prises et le voyage de la Rochelle.--Menace est
    faite de fermer les ports de France aux Anglais, s'il n'est
    immédiatement pourvu à la répression de la piraterie.--_Avis
    donné par l'ambassadeur d'Angleterre_ sur la bataille de Jarnac
    et sur les événements militaires qui ont suivi.--_Proclamation
    d'Élisabeth_ contre les pirates.


     AU ROY.

Sire, parmy les adviz de ma dernière dépesche, du XXIIIe du présent,
je vous ay mandé le partement de la flotte de la Rochelle, de laquelle
sachant le relaschement à Douvres et la Rie par contraire vent, j'ay
essayé, encores une foys, si j'en pourrois interrompre du tout le
voyage, l'ayant faict proposer de telle sorte à ceste Royne, par
aulcuns des siens, comme de eulx mesmes, sur fort bons et recepvables
fondemens, qu'elle en a, une autre fois, remis la matière en conseil,
et j'estois sur le poinct d'avoir là dessus quelque bonne responce,
quant ung marchant de ceste ville, nommé Colverel, est arrivé de la
Rochelle, qui a remonstré plusieurs grandz proffictz, si l'on
accomplissoit le marché qu'il avoit faict avec ceulx du dict lieu, et
ung grand dangier de perdre les deniers, que les marchantz avoient
avancé, si l'on n'aloit promptement quérir le vin et le sel, qui
estoit là tout prest; dont a esté mandé à la dicte flotte de fère
voille, au premier bon vent; et, nonobstant cella, je n'ay layssé
d'aller, despuis trois jours, trouver la dicte Dame, à laquelle j'ay,
en premier lieu, faict entendre la bonne correspondance de Votre
Majesté sur sa déclaration, qu'elle a faicte, de constantement
persévérer en la paix. De quoy, Sire, elle a monstré recepvoir à grand
plésir et contantement tout ce que, jouxte les propres termes de votre
lettre du dernier de mars, je luy ay dict là dessus, et m'a semblé que
je l'avois, par là, si bien disposée ez autres choses de votre
service, que j'ay bien ozé, à la suyte du mesmes propos, luy
remonstrer bien vifvement, et néantmoins avec l'accoustumé respect de
ne l'offancer, que, par la persuasion d'aulcuns, qui tendoient plus à
leur intérest qu'à l'honneur ny grandeur de sa couronne, elle se
layssoit conduyre à certaines contreventions des trettez qui seroient
en fin pour luy fère perdre le plus grand et le plus proffitable amy
qu'elle pourroit jamais recouvrer en toute la terre, luy
particularisant, là dessus, les mauvais et intollérables déportemens
de ses subjectz contre vous et les vôtres, la priant instantement les
fère cesser et surtout de leur fère quicter ceste routte de la
Rochelle.

A quoy m'ayant faict une responce bénigne et de beaulcoup de
contantement, et que ce que je luy avois dict de votre correspondance
envers elle estoit conforme à ce que son ambassadeur luy en avoit
escript, me pria, pour le surplus, de conférer mes aultres demandes
avec les seigneurs de son conseil, pour y fère une bonne résolution.
Lesquelz seigneurs m'ayant, mardy dernier, convyé à diner chez Mr. le
comte de Lestre, ilz ont clairement, et de fort bonne sorte, tretté
avecques moy de toutes les susdictes particularitez, me priant leur
bailler, par escript, ung sommaire des propoz que j'avois tenuz à la
dicte Dame et des choses que je luy avois requises, avec grandz
promesses de m'y satisfère si bien que j'en demeurerois contant. Ce
que j'ay faict en la forme que Votre Majesté verra, et, dans deux
jours, j'espère en avoir leur responce; vous ayant cependant, Sire,
vollu fère la présente, pour vous tenir toutjour adverty de ce qui se
passe icy, et comme j'ay parolle et promesse, avecques serment, de
ceste princesse et de ceulx de son conseil, qu'en toute ceste flotte
de la Rochelle il ne va hommes de guerre, armes, artillerie, pouldres
ny monitions, d'où Votre Majesté puisse estre en rien offancée, ny
ceulx du dict lieu secouruz, et que leur ayant, pour le dict sel et
vin, desjà esté avancé l'argent, lequel est desjà despandu, c'est
aultant de leurs vivres quon leur va meintennant enlever.

La flotte pour Hembourg, qui est d'envyron XXVIII vaysseaulx, toutz
bien équipez et chargez de draps et de laynes, à la valleur, comme on
dict, de sept cens mille escuz, est desjà avalée contre bas ceste
rivière avec sept des grandz navyres de guerre de ceste Royne, les
mieulx pourveuz et armez qu'il est possible, et Me Oynter pour les
conduyre. Il semble qu'il se mène quelque pratique pour fère, au dict
Hembourg, mettre ez mains de Quillegrey une somme de deniers par le
mandement des marchantz de ceste ville qui en seront rembourcez par
deçà, et que mesmes l'on y apporte ung nombre d'angellotz en espèces:
je mettray peyne de sçavoir mieulx ce qui en est. J'entendz que le
vydame de Chartres et une dame, qu'on dict estre sa femme, se sont
embarquez à la Rochelle pour venir par deçà, mesmes est bruict qu'il a
desjà prins port vers le cap de Cornoaille: je prendray garde à ce
qu'il trettera en ceste court.

Il ne se sçayt encores quelle yssue a prins ceste assemblée des
seigneurs d'Escoce, et se présume que soubz cest accord, qu'ont faict
les seigneurs avec le comte de Mora, il y a quelque chose de caché,
estant malaysé que Lord Herriz, lequel a toutjour opiniastrément tenu
le party de la Royne d'Escoce, se soit meintennant condescendu de
capituler ainsy au désavantaige d'elle, sinon pour servir au temps, et
que bien tost il se descouvrira quelque noveaulté en ce faict.

Et ayant, despuis deux jours, receu celles de Votre Majesté, du XVIIe
du présent, avec le mémoire et lettre, dont en icelles faictes
mention, qui me feront assés icy jour et lumyère ez choses de votre
service, j'ay advisé vous renvoyer incontinent celluy mesmes, qui me
l'a apporté, qui a veu à la voille la dicte flotte de la Rochelle,
affin que mandiez promptement à Monsieur, frère de Votre Majesté, de
n'en prendre aulcune allarme, et de ne laysser, pour la venue de toutz
ces navyres anglois, si d'avanture ilz arrivent de dellà, la poursuyte
de ses entreprinses; et, je prieray Dieu, etc.


     De Londres ce XXXe d'avril 1569.


Les seigneurs de ce conseil m'ont envoyé prier d'escripre à Votre
Majesté, qu'il vous playse mander à Mr. de Monluc de mettre en liberté
ung Thomas Pen, ung Jehan Day et aultres merchantz anglois, qu'on a
arrestez prisonniers à Bourdeaulx.


     A LA ROYNE.

Madame, de tant que j'ay estimé votre guérison estre ung des plus
grandz biens, qui pouvoit advenir au Roy et à son royaulme, et à nous
toutz, voz très humbles serviteurs, je n'ay vollu faillir d'en fère
une conjoyssance de la part de Voz Majestez à la Royne d'Angleterre,
avec voz recommendacions et aultres propoz convenables à la
communication, que vous luy feziés d'une nouvelle, que vous croyés
qu'elle auroit playsir d'entendre. A quoy la dicte Dame, monstrant
n'avoir encores veu de moy aulcun plus agréable office que cestuy cy,
m'a dict qu'elle desiroit, comme pour soy mesmes, votre bonne santé et
longue vie, et qu'elle n'avoit entendu que vous eussiez esté mallade
que bien peu, car n'eust failly d'envoyer expressément ung des siens
pour vous visiter, mais qu'elle remercyoit Dieu de votre bon
portement, et prenoit la communication, que vous luy feziés, de chose
apartenant ainsy à la personne de Votre Majesté, pour ung expécial
signe de votre amytié envers elle, dont vous en remercyoit de tout son
cueur. Et ayant discouru d'aultres matières, jouxte aulcuns adviz
qu'elle avoit de son ambassadeur (desquelz j'ay miz peyne d'en
recouvrer ung extraict en anglois, que j'ay faict traduyre en françoys
et l'ay adjouxté à la présente), notre propos se conclud en toutz bons
termes de paix et continuation d'amytié avec Voz Majestez, voz pays et
subjectz, comme j'espère vous en fère veoir, en brief, de plus
expresses déclarations, si elle et ceulx de son conseil ne me faillent
de promesse, remettant à la suffizance de ce pourteur de vous donner
compte des autres choses, qu'il a veues et aprinses de deçà. Et je
prieray Dieu, etc.


     De Londres, ce XXXe d'avril 1569.


PROPOS TENU PAR L'AMBASSADEUR DE FRANCE A LA ROYNE D'ANGLETERRE.

--le XXVe d'apvril 1569.--

Madame, ayant le Roy, Mon Seigneur, veu par votre déclaration en
escript, du IIIe mars dernier, laquelle je l'ay asseuré m'avoir esté
bien expressément confirmée de votre parolle, comme vous voulés
constammant persévérer en la bonne paix, qui est entre Voz deux
Majestez, voz pays et subjectz, me commande vous donner aussi pareille
asseurance de trouver parfaicte correspondance en luy, en tout ce qui
sera à jamais de l'entretènemant et vraye observance de voz communs
trettez;

Et qu'il s'est persuadé que tout ce qui est mal venu, ceste année, du
costé d'Angleterre, contre luy et ses subjectz, n'est aulcunement
procédé de Votre Majesté, ains d'aulcuns qui ne vouloient qu'il eust
bonne yssue de ses présens affères;

Que, pourtant, il ne s'est vollu mouvoir à aulcun rescentiment que,
premier, il n'ayt requis la déclaration de votre volonté, estimant ne
vous pouvoir donner meilleur indice de la franchise, de laquelle il
procède envers vous, sans aulcune réservation de vengeance dans le
cueur, que de vous déclarer ouvertement les contreventions de la paix
à la mesure que voz subjectz et ministres les font naitre;

Et, puisque vous luy déclairez n'avoir eu aulcune part au voyage,
faveur et suport, que votre visadmyral a faict et porté à ceulx de la
Rochelle, ny nulle intelligence avec ceulx qui vouloient surprendre
le Hâvre de Grâce et Dièpe[65], ce qu'il veult, sans aulcune
difficulté, croire qu'il est ainsy, et qu'il a veu votre ordonnance,
du XIe mars, contre les pirates, et la promesse, que vous y faictes,
que, nonobstant la mutuelle surcéance d'entre voz pays et ceulx du Roy
Catholique, vous tiendrez la main que les Françoys ne seront molestez
ny leurs traficz interrompuz, qui sont choses, qu'il a prinses pour
vray tesmoignage de votre droicte intention envers luy;

Sa dicte Majesté Très Chrestienne, pour vous rendre ung pareil et
prompt tesmoignage de la droicture de la sienne envers vous, a mandé
incontinent publier, tout le long de la coste de dellà, ung sien
mandement pour asseurer la mer et la liberté du traffic à toutz voz
subjectz, et leur rendre et restituer ce qui leur a esté prins et
arresté, et m'a envoyé une coppie du dict mandement, pour le vous
monstrer et le monstrer aulx seigneurs de votre conseil;

Et pensoit Sa Majesté que votre susdicte ordonnance, tant contre les
pirates que sur la liberté du commerce, indempnité et restitution des
biens des Françoys, fût publiée, exécutée et obéye; et que, vous ayant
faict entendre son regrect touchant le premier commerce de voz
subjectz avec ceulx de la Rochelle, au préjudice de luy, qui est alyé
et confédéré par sèrement et trettez avecque vous, vous ne permétriez
qu'ilz y retournassent plus:

Dont ne sçay, Madame, quelle satisfaction donner meintennant à Sa
dicte Majesté Très Chrestienne de ce que les pirates continuent
d'exécuter, pis que jamais, leurs violences sur ses subjectz;

De ce que ses dictz subjectz, nonobstant voz bons et sainctz jugemens,
lesquelz je vous ay ouy moy mesmes très dignement prononcer, sur le
recouvrement de leurs biens, ne sont aulcunement satisfaictz;

De ce qu'on a, naguières, par ordonnance mesmes, comme on dict, de
votre conseil, envoyé à ceulx de la Rochelle deux riches ourques, des
trèze qui estoient arrestées à Plemmue;

De ce qu'on va, encores, fère ung noveau voyage avec une grand flotte,
conduicte par voz propres navyres de guerre, au dict lieu de la
Rochelle;

De ce qu'ayant, jouxte votre parolle, miz peyne de disposer le Roy,
Mon Seigneur, à fère et uzer tout ainsy, envers vous et voz subjectz,
comme il faisoit en temps de ferme et asseurée paix, ses lieutenantz
et gouverneurs des frontières me calompnient de n'estre bien advisé en
ma charge, de luy annoncer la paix, du costé d'où ilz n'ont
ordinairement que la guerre.

  [65] Entreprises pour lesquelles Cateville et Ligneboeuf, ainsi
  que plusieurs autres, furent, peu après, condamnés à mort et
  exécutés.

Dont vous supplie bien humblement, Madame, que pour fère cesser toutz
ces désordres et mauvais déportemens, lesquelz vous voyez qu'en fin
pourront mouvoir et provoquer le Roy, Mon Seigneur, à ung juste
rescentiment, d'où se pourra allumer ung feu que ceulx, qui en sont
cause, ne pourront bonnement estaindre, ny vous acquérir, en tout le
reste du monde, ung si grand et proffitable amy, comme ilz s'esforcent
de vous fère perdre;

Qu'il vous playse, en premier lieu, fère publier ung mandement, le
long de la coste d'Angleterre, qui soyt conforme à celluy que le Roy a
mandé publier en celle de son royaulme, dont j'ay miz la coppie ez
mains de votre secrétère Cecille, révoquant par ce moyen ceulx de voz
subjectz qui, en aultre équipage, que ne porte le dict mandement, et,
sans les submissions accoustumées, se sont miz en mer, avec désadveu
de ceulx qui n'y vouldront obéyr, et qui continueront de corrompre et
troubler le commerce d'entre ces deux royaulmes, affin de les chastier
comme pillardz et larrons, ainsy que monsieur le mareschal de Cossé a
ordonnance du Roy de se tenir prest pour en purger la mer, aussi tost
que je luy auray faict entendre votre responce, vous voulant bien
advertir que Sa Majesté Très Chrestienne ne permétra qu'aulcun navyre
marchant sorte plus de ses portz, hâvres ny rivières, que cella ne
soit faict:

Secondement, que, pour la restitution des prinses vous soyés contante
de depputer ung ou deux personnaiges, de bonne qualité, anglois, pour
aller en France, et il en sera depputé aultant de françoys pour venir
en Angleterre, affin d'estre présens et adjoinctz sur les lieux aulx
commissaires de la dicte restitution, pour tenir la main qu'elle soit
droictement faicte:

Tiercement, que, pour oster le souspeçon et jalouzie que le Roy prend,
et qu'il ne peult fère qu'il ne prègne, de la contratation de voz
subjectz avec ceulx qui luy mènent la guerre en son royaulme, il vous
playse, ores et pour l'advenir, leur fère quicter ceste routte de la
Rochelle et de Broage, ayant charge, de la part de Sa Majesté Très
Chrestienne, expressément vous offrir l'accommodement de toutes choses
nécessaires, qu'ilz y vont quérir, et leur fère donner toute seurté,
faveur et bon traictement, en les endroictz, qu'ilz vouldront choysir
de son royaulme, qui présentement luy obéyssent.


  ADVIZ DONNÉ PAR MR. NORRYS, ambassadeur pour la Royne
    d'Angleterre, prins de ses lettres, envoyées de Metz le XVIIIe
    d'avril.

Il n'est mort, au rencontre où le prince de Condé fut thué, le XIIIe
de mars, que quatre cens personnes, tant ungs que autres; et, la plus
part d'iceulx estoient de l'armée du duc d'Anjou; et n'y eust, pour
l'heure, poinct de combat entre les gens de pied.

Le XIIIIe jour, au matin, l'Admyral fit mettre son armée en bataille,
demandant à combattre, ce qui luy fut reffuzé, mais après, en
escarmouchant, il print le bagaige de ses ennemys.

Le XVe, le Prince de Navarre fut miz en la place et charge du Prince
de Condé, au grand contantement de toute l'armée.

Le XVIe Martigues et Brissac estantz advertys que Montgommery estoit
party pour s'aller joindre aulx quatre viscontes[66], le suyvirent
toute une nuict, et l'assaillirent en ung village où l'escarmouche fut
bien chaulde, mais peu y furent thués, seulement le comte de Morète,
qui estoit venu avec Brissac, y demeura.

  [66] Les vicomtes de Monclar, de Bourniquel, de Paulin et de
  Gourdon.

Le duc de Lorrayne a escript au duc de Deux Pontz, son cousin, qu'il
le prioit de n'entrer poinct aulx pays du Roy de France, et qu'on luy
donroit cent mille escuz et ses fraiz payez, pour fère retirer son
armée, lequel a respondu qu'il estoit venu, avec le consentement de
l'empire, pour le secours de ceulx qui estoient affligés en France
pour la religion, et qu'il y vouloit enployer son pouvoir, son
honneur et sa vie. On luy fit sçavoir que le prince de Condé avoit
esté thué, à quoy il respondit qu'il en estoit bien fort marry, mais
que sa venue n'estoit poinct pour le prince, mais pour la cause. Il a
douze mille chevaulx et est sur le passaige de la rivière de Sône prez
Disjon en Bourgoigne.

L'avantgarde du dict duc de Deux Pontz a baillé une extraicte[67] au
duc d'Aumalle, et luy a prins son artillerye et beaulcoup de
prisonniers.

  [67] Escarmouche, engagement partiel.

Le cardinal de Lorrayne a promiz au Roy qu'il fera en sorte que le duc
de Deux Pontz viendra à composition pour donner quelque fin à la cause
et se retirer.

L'Empereur estant requis par le Sr. de La Forest, envoyé devers luy de
la part du Roy de France, de commander et empescher que les Alemans ne
s'eslevassent contre luy, a respondu qu'il ne pouvoit le fère, et que
les princes de l'empire luy avoient donné entendre que, despuis peu de
jours, le duc d'Aumalle avoit gasté le pays sur les frontières de
l'empire, qui les avoit occasionnez d'en vouloir avoir leur revanche,
et souhaitoit qu'on y pourveust par le moyen de quelque bon accord
entre le Roy et ses subjectz.

La diette des princes d'Allemaigne commence le XXVe d'avril à
Francfort.

Le duc de Saxe a faict publier que toutz ses subjectz se retirassent
du service des Roys de France et d'Espaigne, sur peyne de confiscation
de biens, à cause de quoy plusieurs s'en retournent journellement.


  PUBLICATION FAICTE DE PAR LA ROYNE D'ANGLETERRE, pour réprimer
    toutz piratages et déprédation sur la mer; traduicte d'anglois.

     PAR LA ROYNE.

  D'aultant Que la Majesté de la Royne Est Informée, Par certaines
  plainctes, tant par ses propres subjectz que aultres, qu'il y a
  plusieurs personnes, sur la mer estroicte, de diverses nations, et
  aulcuns, natifz ez dominions de Sa Majesté, ayans navyres armés en
  forme de guerre, lesquelz, en partie, se sont miz manifestement à
  la mer comme marchandz, et après, par moyens sinistres, ilz ont
  changé leur train, et se sont armez à la guerre; aulcuns aultres
  se sont secrectement transportez hors des lieux obscurs,
  prétendans, en ces temps tumultueulx, que l'on voyt tant, en
  l'orient, entre le roi de Dennemarc et Suède et leurs adhérans,
  comme, en l'occidant, ez dominions de France (déplorables à
  considérer), de servir sur la mer, ou de l'une ou de l'aultre
  part, et, en effect, à la fin se sont déclinez de tout licite
  service de guerre à vivre comme pirates, desrobant et pillant
  toutz honnestes marchandz, de quelconque nation, lesquelz ilz
  peuvent subduyre, sans différance.

  Pour ce remédier, nonobstant que Sa Majesté naguières ayt donné
  certains ordres exprès, par toutz ses portz, que nulle manière de
  personnes (aultres que merchandz cogneuz) seroient permiz de
  vendre, ou distribuer, aulcunes sortes de denrées, ou
  marchandises, en aulcuns portz de Sa Majesté, ne que aulcun, en
  son royaulme, servyroit de vivres ou secourroit aultrement aulcune
  manière de personnes, aulcunement suspect de pirataige; et, pour
  le présent, sur ces nouvelles plainctes, Sa Majesté trouvant que
  sur ce n'est ensuyvy tel ample remède qu'on espéroit;

  Pour ce, Sa Majesté a trouvé expédiant de ordonner et publier, par
  son éedict, aulcun ultérieur effectuel remède; et, pour ce, elle
  charge et commande expressément à toutz ses subjectz de désister
  d'ayder ou recepvoir aulcun pirate ou aulcune personne, n'ayant
  suffizante authorité de Sa Majesté, ou n'estant merchand cogneu
  par trafficque, achapt, vante, ou change, ou par forniture de
  vivres à eulx ou à aulcuns de leur compaignye, moyennant quoy
  iceulx ou aulcuns d'eulx seront plus suffizans pour retourner à
  la mer, à commettre aulcun pirataige ou désordre, sur peyne, en ce
  faisant, d'estre puniz incontinent, comme debvroient estre les
  principaulx offanceurs et pirates.

  En oultre, quiconque armera ou préparera, doresenavant, aulcun
  navyre à la mer, (réservé telz qui, par l'auctorité de Sa Majesté,
  sont spéciallement ordonnez à garder la mer, comme Sa Majesté a,
  pour le présent, occasion de ce fère, pour aulcuns aultres
  respectz, ou telz qui auront expresse licence et permission de Sa
  Majesté), iceulx advertiront l'officier des portz de toute leur
  équipage, lequel le visitera et serchera deuhement, affin qu'il
  arreste telles personnes, qui seront ainsy manifestement forniz à
  la guerre et non pour merchandise ou pescherye, et, s'il y a
  aultre manière de souspicion que icelluy, nonobstant qu'il
  prétendra de trafficquer pour merchandise ou pescherye, peult
  avoir aulcune intention (par ses provisions et équipages), aultre
  que de user le train de merchandise ou pescherye que, en tel cas
  de suspicion, les officiers des ports l'arresteront, et ne le
  laysseront passer en aulcune manière sur la mer, sans suffizantes
  obligations et soubz préallable suffizante caution de ne user
  aulcune chose que licite train de merchandise et pescherye, et, si
  les officiers permettent aulcune personne de sortir à la mer,
  aultrement que dessus est declairé, ilz en respondront, [non] tant
  seulement pour quelconques piratages que aulcune telle personne
  viendroit à fère, après, à la mer; mais demeureront en pryson
  jusques à ce que les offanceurs puissent estre prins, en cas
  qu'ils soyent vivantz.

  Et générallement Sa Majesté déclaire et dénonce que toutz les
  pirates et pilleurs, sur la mer, sont hors de sa protection, et
  licite d'estre prins, puniz et opprimez par aulcune personne, par
  rigueur.

  DONNÉ au Pallays de Sa Majesté à Westmester, le XXVIIe jour
  d'avril, en l'unzième année du très noble règne de Sa Majesté.

     Et plus bas:

       DIEU GARDE LA ROYNE.



XXXIVe DÉPESCHE

--du VIe de may 1569.--

(_Envoyée par le Sr. Francesco Thiathe._)

  Instructions du conseil d'Angleterre pour la flotte de la
    Rochelle.--Entrée du duc de Deux-Ponts en France.--Arrivée en
    Angleterre des envoyés de la reine de Navarre.--Nouvelles de la
    flotte de Hambourg.--Mission de l'évêque de Ross auprès
    d'Élisabeth, pour lui demander, au nom de Marie-Stuart, un
    secours de troupes, ou, à défaut, l'autorisation de passer en
    France.--Résultat de l'assemblée de
    l'Islebourg.--Emprisonnement du duc de Chatellerault et de
    milord Herries en Écosse.


     AU ROY.

Sire, despuis mes précédantes, qui sont du dernier du passé, j'ay sceu
que les seigneurs de ce conseil ont escript une lettre à sir Jehan
Basin, conducteur de la flotte de la Rochelle, contenant trois chefz:
le premyer, qu'il ayt à laysser aller et mettre incontinent en liberté
deux navyres bretons, qu'il a arrestez, et, qu'en cella il n'a rien
faict sellon sa charge, luy enjoignant de n'uzer, en tout son voyage,
d'aulcune démonstration que de paix et amytié à toutz les subjectz de
Votre Majesté, qu'il trouvera en mer: le second, que, nonobstant le
retour de Colverel par deçà, pour l'occasion duquel il mandoit vouloir
relascher à Porsemue jusques à ce qu'il eust de leurs nouvelles, il ne
laysse de poursuyvre sa routte, à la plus grand dilligence qu'il
pourra, et qu'il trouvera le commis du dict Colverel sur le lieu, qui
luy fera délivrer le sel et vin qu'il y va quérir; et le troiziesme,
qu'il n'est besoing qu'il attande les deux navyres de guerre, qu'on
avoit mandé luy estre baillez par le visadmyral du Ouest, oultre les
deux qu'il meyne de ceulx de ceste Royne, parce qu'il pourra, sans
iceulx, continuer seurement son voyage, veu la bonne paix d'entre la
France et l'Angleterre; qui sont choses qui conviennent assés à ce que
les dictz seigneurs m'avoient promiz, mais, nonobstant cella, je sentz
bien que les nouvelles qu'ilz ont du passaige du duc de Deux Pontz,
par deçà la rivière de Sône, esmeut diversement leur affection et
volonté sur les affères de votre royaulme, les agitant davantaige
ceulx qui sont freschement arrivez de la Rochelle, lesquelz, à ce que
j'entendz, sont principallement venuz pour se condouloir avecques
ceste Royne, de la part de la Royne de Navarre et de monsieur le
Prince, son filz, et de ceulx de ce party, sur la mort de monsieur le
prince de Condé, et luy racompter la façon et yssue du combat, auquel
il a esté thué, et comme le dict sieur Prince de Navarre, estant
subrogé en la place de son oncle, offre continuer les trettez et
conventions qu'il avoit commancez avecques la dicte Dame; et
l'asseurent, au reste, que leur armée est plus forte qu'elle n'estoit
auparavant la bataille, et que le cappitaine Piles, avec quatre mil
homes, tant de pied que de cheval, s'y est joinct et monsieur
Dandellot prest de recuillir les viscontes, lesquelz admènent une
autre grosse trouppe.

Par lesquelz propos, et autres, que je n'ay encores sceuz, ilz
s'esforcent d'encorager ceste princesse à prendre leur party et à bien
espérer de l'yssue de leur entreprinse; dont pourra estre qu'ilz
impètreront quelque chose d'elle, mais je métray peyne de les
empescher, pour le service de Votre Majesté, aultant qu'il me sera
possible, et de vous tenir dilligemment adverty de tout ce que je
pourray descouvrir de leurs actions. Je croy que quel semblant que
leur face la dicte Dame, elle n'a opinion que leurs affères soient en
bon estat; car je sçay que le susdict Colverel luy a rapporté qu'ilz
n'avoient plus d'armée en campaigne, et qu'ilz n'estoient pour y en
mettre, ayant seulement XII mille hommes, tant de pied que de cheval,
du reste de la bataille; et a rapporté aussi à la dicte Dame, ainsy
qu'elle mesmes me l'a dict, que la Royne de Navarre avoit vollu vendre
tout le sel et vin, qui luy avoit esté consigné pour les Anglois,
affin d'envoyer l'argent en Allemaigne; mais qu'il avoit remonstré que
cella luy estoit desjà vandu et ses deniers advancez; dont Mr.
l'Admyral avoit prié la dicte Dame de ne point contrevenir au marché
et promesse qui avoient esté faictz en cella.

La flotte, que ceulx cy ont dépesché pour Hembourg, relasche encores,
par vent contraire, à l'emboucheure de ceste rivière, mais elle fera
voille au premier bon temps, et semble que le party, dont, cy devant,
j'ay faict mention, de cent dix mille escuz de la vante des draps et
laynes de ceste flotte, qui doibvent estre miz ez mains du Sr. de
Quillegrey, à Hembourg, est conclud; dont l'on me donne entendre que
c'est pour fère fondz à lever gens pour ceste Royne, en ce qu'elle en
pourra avoir besoing contre le duc d'Alve, mais je crains qu'il aille
à soubstenir et fère durer la guerre en votre royaulme. Tant y a que
ce n'est argent contant, car le drap est encores icy, et il fault
trouver ung achapteur de dellà. Vray est qu'on m'a dict qu'il y va ung
nombre d'angellotz, en espèces, pour estre consignez au dict
Quillegrey. Je croy que le duc d'Alve pourra ayséement traverser ces
marchez s'il s'y veult bien employer.

L'évesque de Rosse estant naguières arrivé, de la part de la Royne
d'Escoce, a esté bien receu de ceste Royne et des seigneurs de son
conseil, et a proposé à la dicte Dame que, veu l'estat des affères de
sa Mestresse, elle luy veuille promptement bailler son, tant de foys
promis et tant espéré, secours pour estre remise en son estat, ou bien
luy permettre d'en aller procurer ailleurs. Sur quoy elle ne luy a
encores respondu, seulement luy a dict, en passant, que luy mesmes
n'estimeroit raysonnable qu'elle la layssât passer en France pour
aller trouver ceulx qui l'avoient, à ce qu'elle dict, autreffoys
conseillée de luy quereller sa couronne, et il a répliqué qu'il
failloit donques qu'elle s'y employât si bien qu'il ne fût besoing de
recourir à nul autre prince. L'on est après à y dellibérer.

L'assemblée de l'Islebourg, à ce que j'entendz, a eu telle yssue:
qu'ayant la Royne d'Escoce, jouxte l'adviz que je luy donnay
d'escripre incontinent à ceulx de son party qui s'y debvoient trouver,
envoyé bien à propos ses lettres, elles y arrivèrent, le propre jour
de l'assignation, et eurent tant d'efficasse qu'estant la tenue remise
au lendemain pour la révérence du jour de Pasques, le duc de
Chatellerault fut meu de si grand repentance qu'il ne cessa, toute la
nuict, de pleurer, et mylord Herriz tumba mallade, et, tant ces deux
que les autres principaulx du party de la dicte Dame ne vollurent, le
lendemain, rien accorder ny mesmes entrer en l'assemblée; dont le
comte de Mora, frustré de son espérance, recourut aulx menasses et en
fin les fist constituer prisonniers et mettre dans le château; mais il
n'a peu encores tirer autre chose du dict duc, sinon qu'il conduyra sa
teste jusques au poteau plus tost qu'il recognoisse autre pour son
souverain que la Royne, sa Mestresse. Et j'entendz que les comtes
d'Arguil, de Hunthely et d'Atil sont si fortz, vers le Nort, qu'ilz y
font entièrement obéyr la dicte Royne; ilz craignent toutesfoys bien
fort que le chateau de Donbertan soit contrainct de se rendre, par
faulte de vivres, qui est leur principalle espérance, dont désirent
qu'il y puisse aller quelque rafreschissement, de France, dans la fin
de ce moys; et croy que c'est, à ceste heure, le plus important et le
plus hasté ez affères de la dicte Dame. Sur ce, etc.

     De Londres ce VIe de may 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, je n'ay rien, à présent, qui soit pour estre commiz à une
ordinaire dépesche, que ce que Votre Majesté verra en la lettre du
Roy; oultre laquelle je ne vous diray, Madame, sinon que la Royne
d'Angleterre est, à présent, bien fort agitée pour les divers succez
des choses de France, à cause du passaige du duc de Deux Pontz par
deçà la Sône et pour la venue de ces nouveaulx messagiers de la
Rochelle, lesquelz, tout ainsy que pour mon regard je la sollicite de
se porter droictement en la cause que vous pourchassez pour le
recouvrement de l'obéyssance de voz subjectz, qui est bien fort
convenable à sa qualité de Royne, eulx, et les depputez des princes
d'Allemaigne, la sollicitent de ne laysser deffinir la cause de sa
religion par les armes, sans y opposer les siennes, et s'esforcent,
par plusieurs aparans argumens, l'attirer à leur intention, avec
l'assistance de ceulx d'auprès d'elle qui les favorisent; et je la
retiens, d'autre part, par le moyen du respect qu'elle porte à Voz
Majestez, avec le support d'aulcuns autres des siens, qui m'aydent à
luy fère bien recepvoir mes remonstrances. Tant y a qu'il se cognoist
assés qu'en fin le Roy et Vous, Madame, n'avés à espérer de ce costé,
ny, comme je croy, de celluy de voz aultres plus estroictz aliez,
qu'aultant que la bonne conduicte et prospérité de voz propres affères
les retiendra en votre amytié et intelligence; car, certes, ilz
tendent toutz à advantaiger leurs propres affères, mesmes il semble
qu'ilz serchent d'en fère l'establissement sur les évènementz de votre
royaulme, comme sur ung estat qui ne peult, tant que ces malheureux
troubles et divisions dureront, estre que tout ouvert et exposé à
l'injure de tout le monde.

La dicte Dame, par aulcuns siens propos, lesquelz seroient longs à
mettre icy, monstre avoir adviz, de plusieurs endroictz, que, si ce
mal ne s'achève bien tost ou ne se divertit ailheurs, qu'il est pour
vous attirer toutes les aultres guerres de la chrestienté en votre
royaulme, et semble bien qu'elle vous en vouldroit veoir deschargez.
Je métray le plus de peyne que je pourray de garder qu'il ne vous
viègne guières de mal de ce costé, ou poinct du tout, s'il est
possible, et au moins de vous tenir toutjour bien advertye des
desseings et pratiques, que je descouvriray qu'on mènera pour vous en
fère, et sur ce je suplieray le Créateur, etc.

     De Londres ce VIe de may 1569.



XXXVe DÉPESCHE

--du XIIe de may 1569.--

(_Envoyée par La Vergne._)

  La reine d'Écosse sollicite avec instance la protection de
    Charles IX.--Délibérations du conseil d'Angleterre sur les
    remontrances des ambassadeurs de France et d'Espagne, sur les
    demandes de l'évêque de Ross et les sollicitations des envoyés
    de la Rochelle.--Relâche de la flotte de Hambourg à
    Harwich.--Des images de saints et des ornements d'église
    appartenant à un Espagnol, sont brûlés en place
    publique.--_Lettre de Marie Stuart à l'ambassadeur._--Elle
    réclame un prompt secours pour le château de Dumbarton, et
    envoie un avis qui lui est donné par le comte de
    Hunteley.--_Lettres de Marie Stuart à Élisabeth_, au sujet de
    la mission qu'elle a confiée à l'évêque de Ross.--_Mémoire_
    dans lequel l'ambassadeur signale la division toujours
    croissante entre les membres du conseil d'Angleterre, les
    démarches faites auprès de l'ambassadeur d'Espagne pour
    prévenir la guerre et la nécessité de secourir la citadelle de
    Dumbarton.


     AU ROY.

Sire, ayant présentement receu des lettres de la Royne d'Escoce, avec
aulcuns adviz de ses affères, qu'elle me prie vous fère incontinent
sçavoir, j'ay bien vollu tout aussi tost dépescher ce mien secrétaire
pour vous apporter la coppie de ses mesmes lettres et mémoires, et ne
les retenir, attendu la prompte provision qu'elle y requiert,
qu'aultant que j'ay miz à fère ceste petite dépesche, laquelle vous
venant si soubdain après l'aultre mienne, du VIe du présent, sans que
j'aye encores receu la responce que j'atandz des seigneurs de ce
conseil sur la plus part des choses que, à présent j'ay à démesler
avec eulx pour votre service, je vous diray seulement, Sire, que la
division et compétance, qui se manifeste meintennant, et laquelle
commance à produire, entre ces seigneurs, les effectz que, par
plusieurs de mes précédantes, je vous ay mandé, est cause dont ilz me
uzent de longueur; et je les attandz paciemment, cognoissant qu'encor
que cella ne soit pour torner du tout à bien, il semble au moins qu'il
destornera quelque mal; et j'entretiens cependant les deux partiz en
l'affection de la paix envers Votre Majesté, lesquelz la confirmeront
par après, comme j'espère, plus clairement, quant les choses auront
prins leur ply.

Ilz furent, hier, en grand contention touchant la responce qu'ilz
avoient à fère à ma remonstrance, conforme au propos que j'ay
dernièrement tenu à ceste Royne, et à une autre de l'ambassadeur
d'Espaigne, et aussi à celle de l'évesque de Rosse pour la Royne
d'Escoce, et croy que celle du Sr. du Puench de Pardaillan pour ceulx
de la Rochelle fut pareillement mise en dellibération, sur lesquelles,
tant les ungs que les aultres, au sortir du conseil, monstrèrent
qu'ilz n'en estoient demeurez ny bien contantz, ny bien d'accord.
Aussi tost que j'auray notice de ce qui fut débattu entre eulx, j'en
donray adviz à Votre Majesté.

Ceste Royne changea, hier, de logis et s'en alla à Grenuich pour
quelque souspeçon de malladie qu'il y a en ceste ville, qui n'est
causée, comme je croy, que par la siccité du temps, y ayant plus de
six sepmaines qu'il n'y a pleu; elle y séjournera jusques à la St
Jehan.

La flotte pour Hembourg, nonobstant le vent contraire, s'est
conduicte, par marées, jusques à Haruich, et se tient là parée pour se
mettre à la voille, au premier bon temps. Elle est en si bon équipage
de toutes choses nécessaires, mesmes de gens de combat, en nombre de
plus de deux mile cinq cens, que, nonobstant les adviz qu'ilz ont des
aprestz du duc d'Alve pour les empescher, ilz dellibèrent poursuyvre
leur routte; et je croy, à la vérité, qu'on les laira passer.

Aulcuns vaysseaulx françoys, partiz d'icy avec la flotte de la
Rochelle, ès quelz se sont enbarquez le Sr. Du Doict, Rouvray et
Valfenière, et envyron soixante Françoys avec leurs morrions et
haquebutes, doibvent encores prendre à Plemmue vingt hommes, entenduz
en mines et contre-mines, et quelques charpentiers, massons,
bolangiers, cordonniers, mareschaulx et autres artizans, mais non en
grand nombre, que le conseiller Cavaignes a eu secrecte commission de
fère lever, au pays d'Ouest, pour fère passer à la Rochelle, ce qui
monstre, Sire, qu'on y crainct le siège. Et ceulx cy cependant
tiennent en suspens leurs entreprinses pour attandre le succez que
prendront celles de Votre Majesté. Ilz ont mandé fère une description
d'hommes, par tout le royaulme, de l'eage de sèze jusques à soixante
ans, et se pourvoir d'armes; et, pour une souspeçon qu'ilz ont eu de
quelque entreprinse sur les isles de Gergé et Grènezé, ilz ont mandé
retirer, dans les chasteaulx des dictes isles, la grosse artillerye
qui estoit despartye ez portz et hâvres d'icelles, et iceulx garnir de
pièces de fer.

Hier, ung nombre d'images et ornemens d'esglize d'ung certain merchant
espaignol, nommé Anthoine de Goaras, familier et domestique de
l'ambassadeur d'Espaigne, furent bruslez, la moictié devant sa maison,
et l'aultre moictié en la grand rue de Chipsy, criant le peuple que
c'estoient les dieux d'Espaigne qu'on brusloit; et ung principal
serviteur du dict ambassadeur fut miz en prison, l'accusant ung
Anglois qu'il avoit dict, voyant brusler les dictes images, qu'il
verroit bien tost brusler de mesmes ceste ville, mais cella ne s'est
peu vériffier; dont il a esté, despuis, relaxé. Sur ce, etc.

     De Londres ce XIIe de may 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, pour satisfère à la Royne d'Escoce sur les lettres, qu'elle
m'a escriptes du XXVIIIe du passé, ès quelles elle monstre avoir grand
besoing d'une non trop grande, ny trop mal aysée, mais bien prompte
assistance et faveur de Voz Majestez, pour obvyer à la totalle ruyne
de ses affères, j'ay bien vollu vous en fère, tout incontinent, ceste
dépesche et la vous envoyer par ce mien secrétaire, à qui j'ay aussi
donné charge, Madame, de se présenter devant Votre Majesté sur ce que,
cy devant, l'on vous a raporté de luy, affin que luy commandiez ce
qu'il vous plairra, et de vous fère entendre aulcunes choses de
l'estat des affères de deçà, comme l'on y commance de jouer le jeu,
dont, cy devant, vous ay donné adviz, qui ne fault doubter que ne
produyse d'heure en heure plusieurs nouveaultez, lesquelles je ne
fauldray vous mander ainsy qu'elles adviendront, vous suppliant
cependant, Madame, vouloir commander deux choses: l'une, de donner
nouvel adviz à Monseigneur votre filz, comme il n'est rien alé d'icy à
la Rochelle que ce que, par mes précédantes, et meintennant par celles
du Roy, je vous ay mandé, qui est si peu, que ceulx du dict lieu n'en
pourront guières advancer leurs entreprinses, ny guières retarder
celles de mon dict seigneur; et l'aultre, qu'il vous playse me fère
donner quelqu'adviz de l'estat de voz affères, et comme il vous playt
que je les représente; car, certes, cella est de grand moment et
importance en ce lieu, pour y rabattre les faulx bruictz, qu'on y sème
ordinairement au désavantaige du bon succez de voz entreprinses; et je
prieray Dieu, etc.

     De Londres ce XIIe de may 1569.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE AU Sr. DE LA MOTHE FÉNÉLON.

--de Wynkfeild, le XVIIIe d'avril 1569.--

Monsieur de La Mothe, par lettres, que j'ay receu d'Escoce despuis le
partement de l'évesque de Rosse, j'ay entendu comme les choses y sont
passées, c'est que le duc de Chatellerault, et les aultres qui
estoient encores en mon obéyssance, se trouvans destituez de tout
secours et pressez par mes rebelles, qui avoient eu loysir de se
préparer devant qu'il luy fût permiz partir de ce pays, davantaige qui
estoient fortiffiez d'argent de ce costé pour lever et entretenir
soldatz, et, en oultre, assistez ouvertement de gens de pied et de
cheval angloix par milor Husdon gouverneur de Warvich, ilz ont esté
contrainctz se renger à ce que la Royne d'Angleterre dict au duc de
Chatellerault à son partement, que, s'il ne recognoissoit l'authorité
de mon filz, ainsy que je vous ay escript ces jour passez, il ne
s'atendît d'avoir support ou faveur d'elle, mais au contraire qu'elle
luy nuyroit où elle pourroit. Soubz ceste condition, le dict duc et
lord Herys ont fyé leurs personnes au comte de Mora, lequel les ayant
en sa puyssance, les a faictz mettre prisonniers au chateau
d'Edembourg, où ilz sont meintennant, pour les forcer, ainsy qu'ilz
disent, de consentir à quelques articles qu'il leur propose, oultre
leur dicte soubzmission. Ilz se plaignent, me suppliant employer mes
amys, avec protestation que ce qu'ilz ont faict estoit pour se
réserver à me pouvoir encores fère service, et pour n'estre du tout
ruynez, voyant la Royne d'Angleterre bandée avec mes rebelles; et que,
si pour saulver leurs vies et sortir de prison, ilz se condescendent,
d'avanture, à autre chose, ilz me supplient estimer (quelque seureté
que preignent mes dictz rebelles) que ceste ne durra plus long tems
qu'ilz pourront avoir secours; ce que je vous prie fère entendre au
Roy, monsieur mon beau frère, et à la Royne, madame ma bonne mère,
ensemble la négociation que vous entendrez de l'évesque de Rosse. Je
leur escriptz présentement et me remectz sur vous, m'asseurant que
ferez, en cecy comme en aultres choses, office de bon amy.

J'espère que Dieu permettra qu'en brief le dict seigneur aura rengé
toutz ses rebelles, et qu'estans ses affères réduictes, il aura pityé
des miennes, et y mettra la main; mais cependant le chateau de
Donbertan, qui estoit ce qui m'estoit obéyssant de mon royaulme, et
l'espérance du recouvrement d'icelluy, est en telle nécessité de
munitions de grosse artillerye et de vivres, que, s'il n'est secouru,
entre cy et le commancement de juing, milor Flamy, qui l'a en garde,
sera contrainct le rendre et s'en aler avec les aultres, ainsy qu'il
m'a mandé pour dernier adviz, n'ayant moyen tenir plus longuement. Je
vous prie, monsieur de La Mothe, le remonstrer affin qu'il y soit
pourveu, s'il est possible. L'évesque de Rosse vous informera plus
particullièrement de toutes choses, qui sera cause que je ne feray
ceste plus longue que pour prier Dieu vous donner, monsieur de La
Mothe, ce que plus desirés, etc.


ADVIZ DE LA ROYNE D'ESCOCE.

Je viens, tout présentement, de recepvoir l'adviz, cy cloz, du comte
de Huntely, lequel j'ay faict translater, de mot à mot, affin que vous
le voyez. Je croy qu'il fera ce qu'il dict; car, oultre l'obligation
envers moy de sa vye et de ses biens, que je luy ay donnez, il a
capitalle hayne avec le comte de Mora, qui a faict morir son père et
son frère, et a vollu en fère aultant de luy, et exterminer sa maison.
Le comte de Huntely tient encores, en mon nom, tout le pays du Nort en
obéyssance, et a dompté toutz ceulx qui tenoient pour mes rebelles. Il
est bien loing du secours que la Royne d'Angleterre pourra fère à mes
dictz rebelles, et, avec peu de ayde, aura moyen de les venir trouver,
ou, pour le moins, de leur oster beaulcoup de pays et se saysir de
plusieurs lieux d'importance; et, si du costé de Dunbertan, il y a
concurrance, tout le pays du Ouest ne fauldra s'eslever en ma faveur,
quelque, appointement ou promesse qu'il y ayt du duc de Chatellerault
avec le comte de Mora et ses conplices; car, nul des deux ne peult
longuement consister, si l'aultre n'est du tout ruyné et destruict. Je
vous prie, monsieur de La Mothe, donner adviz de cecy au Roy, et le
supplier de rechef vouloir donner quelque secours à mon pouvre
royaulme affligé, et, si ses affères ne me remettent encores l'entier
support, qu'il luy playse ne laysser perdre Donbertan à faulte de
munitions et quelque peu d'argent. Et sur ce etc.

     Escript, le dernier d'avril, à Winkfilde.


LETTRE DU COMTE DE HUNTELEY A LA ROYNE D'ESCOSSE.

J'ay, cy devant, escript à Votre Majesté, par la voye de milor Heriz,
le tour que le duc de Chatellerault et ceulx du costé de dellà m'ont
faict, accordant avec le comte de Mora, dont je n'avois rien sceu
jusques à ce qu'ilz m'ont appoincté ung jour à Édinbourg, lequel j'ay
reffuzé; et, pour ce, je supplie Votre Majesté se haster de me fère
enpuis tendre son intention; car estant si loing des aultres je ne
m'asseurer, sinon de mylord Cranfurd et mylord Ogilby, qui n'ont rien
avec eulx. Par quoy, si je puis évitter ma totalle ruyne, je ne feray
rien jusques à ce que j'aye adviz de Votre Majesté, autrement je la
supplie ne prendre en mauvaise part quelque chose que je face, et
estre asseurée que, tant que je vivray, elle me trouvera fidelle à son
service, et qu'il vauldra mieulx que je sois asseuré que de périr avec
les traistres, si ce n'est le playsir de Votre Majesté. Ilz vous ont
malheureusement trompée, et avant que le dommaige en tumbe sur moy, à
quoy je n'auray poinct d'esgard pourveu que je puysse servir à Votre
Majesté, laquelle je supplie très humblement haster secours de
estrangiers, ou le retour de Votre Majesté, s'il est possible. En
quelque sorte que ce soit, s'il vient armée de France, faictes qu'elle
descende au Nort; car cecy est le plus seur et je hazarderay tout pour
votre service. Quelque chose que cependant se soit passée, le duc de
Chatellerault n'a pas faict honnestement à l'endroict de Votre
Majesté, ny de moy, et, pour ce, je la supplie très humblement vouloir
haster l'ayde de France et Espaigne, et je prendray la chose sur moy:
deux mille ou quinze cens hommes suffiront, avec quelques munitions.
Et, quoy que je face, je supplie Votre Majesté estre asseurée que
toute l'Europe cognoistra que ma vie, et tout ce que j'ay, sont à
votre commandement. Le pourteur est seur, avec lequel je supplie Votre
Majesté me mander ce qu'il luy playrra que je face.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE A LA ROYNE D'ANGLETERRE.

--de Winkfild, le XXIIIIe d'avril 1569.--

Madame ma bonne seur, voyant que le terme est passé, de huict ou dix
jours, que j'atandois le retour de Sandy Bog, l'ung de mes serviteurs,
qu'incontinent après la réception de voz favorables lettres, apportées
par Borthuic, je dépeschay, je n'ay vollu différer vous envoyer notre
conseiller, l'évesque de Rosse, présent pourteur, pour vous supplier
que je ne soys plus remise sur ce que mes rebelles feront, ny pour
aultre occasion dilayée; car je crains que desjà ma longue demeure, et
rudesse de voz frontières, et estroicte garde où je suis, ayent par
tropt esbranlé la constance d'aulcuns mes obéyssans subjectz, pour se
veoir privez de ma présence et intelligence de mon intention et
volonté, combien que je ne me puisse persuader qu'ilz facent ung si
faulx et si lasche tour que celluy, qu'il vous a pleu m'advertir avoir
entendu de mes rebelles. Comme que ce soyt, je n'ay affère qu'à vous,
j'implore de tant plus tôt votre support et ayde que ma demeure, et
paciente attante de votre bon playsir, m'a causé ce dommaige. Je
m'asseure qu'au besoing vous me ferés paroistre votre naturelle
amytié, de quoy je vous suplie, considérant le commung proverbe que:
_bis dat, qui tempestivè dat._

Je vous ay serché, avant toutz autres princes; je desire,
pareillement, qu'avant toute autre, m'obligiez à vous, comme plus au
long j'ay donné charge au dict évesque vous fère sur ce instante
requeste et déclaracion de la sincère et naifve affection que j'ay de
vous devenir obligée par favorable et briefve expédition, comme de
sang et naturel je la suys, vous supliant le croire de tout ce qu'il
vous dira, de ma part, comme feriez moy mesmes, et luy donner prompte
résolution, pour ce que l'estat de mes affères, comme bien le pouvez
considérer, et le long temps que je suis icy retenue à regrect, et la
sayson propre à fère voyage le requièrent, affin que du tout je
m'attande à votre support, ou me résolve, avecques votre bonne grâce,
d'en aller sercher aillieurs. Sur quoy, pour ne fère tort à la
suffizance de Mr. de Rosse, je prieray Dieu, après vous avoir présenté
mes très humbles recommendacions qu'il vous doinct, etc.


AULTRE LETTRE DE LA DICTE ROYNE D'ESCOCE.

--du XXVe d'avril, à Winkfild.--

Madame ma bonne seur, aussi tost que j'ay receu voz lettres par
Borthuic, je dépeschay ung mien serviteur, nommé Alexandre Bok, en
Escoce, lequel j'ay attandu jusques au XXe jour, au bout duquel terme;
n'en ayant aulcune nouvelle, et estant informée que mylor Husdon a
assisté et fortiffié mes rebelles, en personne, accompaigné des bandes
de Baruich, à l'exécution de l'usurpée administration de Mora et ses
complices, et que ung serviteur du duc de Chatellerault, qui jà avoit
eu sa commission, fut renvoyé arrester, après l'advertissement de
Mora, et ses lettres prinses, qui, je croy, estoient pour moy,
toutesfoys je n'en puys rien sçavoir, qui me faict croyre que je suys
en dangier n'avoir nulles nouvelles d'Escoce, s'il ne vous playt y
mettre autre ordre. Par quoy je n'ay vollu plus longuement différer la
dépesche de mon conseiller l'évesque de Rosse, présent pourteur, pour
vous supplier que, sans plus vous attandre aulx bons ou mauvais
déportemens de mes subjectz, vous me donniez résolue responce, [et
que] suyvant ma longue et instante requeste, vous me remettiez en mon
estat ou bien me permettiez aller sercher ailleurs secours des autres
princes, mes amys et alliez; car il y a près d'ung an que j'attandz
votre résolution, durant lequel temps mes rebelles se sont fortiffiez
de beaulcoup. Par quoy plus longuement, ne puys je, de mon gré,
recepvoir aulcun délay, sans me résouldre à quelque party, comme plus
au long l'évesque de Rosse vous fera entendre de ma part; auquel vous
suppliant de donner crédict comme à moy mesmes, je vous présenteray
mes affectionnées recommendacions à votre bonne grace; priant Dieu
qu'il vous doinct, etc.


AULTRE LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE.

--du XXVIIIe d'avril, à Winkfild.--

Madame ma bonne seur, ayant, despuys le partement de Sandy Bok, receu
lettres de quelques ungs de mes obéyssans subjectz par ung mien
gentilhomme, et entre aultres du duc de Chatellerault, se plaignans
d'estre retenuz prisonniers et menassez, s'ilz ne s'accordent à tout
ce qu'il plairra à Mora et ses complices, il m'a semblé vous en
debvoir advertir pour ce que leurs ennemys disoient qu'ilz avoient jà
tout librement consenty à leurs usurpations, et aussi me souvenant
qu'en votre dernière lettre me mandiez qu'aviez miz ordre que Mora ne
procèderoit point par armes; encores j'ay bien vollu vous asseurer
qu'il n'en a rien gardé, et puys qu'il tient ainsy mes subjectz, et
des principaulx, les voulans forcer d'advouher et aprouver leurs
perverses actions contre moy, il n'est plus temps de différer. Par
quoy, je vous supplye, sans m'amuser davantaige, me donner briefve
responce, par l'évesque de Rosse, ou que me voulez remettre
présentement, sellon ma requeste, en mon pays, ou que du tout me
reffuziez; car de moyen, entre ces deux, ou délay, ne se peut il plus
longuement recepvoir.

[L'estat] de mes affères me contrainct à vous parler ainsy librement
et de vous presser, de rechef, de m'en donner briefve résolution; car
quelque aultre responce, ou délay, que je reçoipve de vous, excepté
l'accord de ma tant inportune requeste, je ne la sçaurois prendre qu'à
reffuz, qui seroit cause qu'à mon regrect j'accepterois aulcun autre
ayde, qu'il plairroit à Dieu m'envoyer. Je n'ay vollu faillir vous
fère cest advertissement pleynement, affin que ne peussiez m'en
sçavoir mauvais gré, ou prendre à offence ce qui pourra s'en ensuyvre,
vous asseurant que je ne feray jamais chose pour vous offancer ou
desplaire, si aultrement je puys sauver mon estat et délivrer mes
opressez subjectz de l'opression des rebelles. Je vous supplie,
Madame, lyez moy à vous par amytié et bons offices, et non plus par
estroicte garde de celle qui ne desire que, obtenant le fruict de mon
labeur, icy, vous rendre toute l'amytié et debvoir, que seur peult
fère à son aymée et chère seur, comme j'ay instruict mon conseiller,
l'évesque de Rosse, pour vous fère entendre, plus au long, de ma
part, sur lequel me remettant, je finiray, priant Dieu vous donner,
etc.


MÉMOIRE AU DICT LA VERGNE POUR DIRE A LEURS MAJESTEZ:

Que ce que je leur ay mandé, de la secrète division et parcialité de
ce royaulme, commance se mettre en évidence entre ceulx du conseil,
s'estans les principaulx ouvertement opposez à l'authorité et
manyement du secrétaire Cecill, de sorte que le tout va estre remiz à
eulx, sans qu'il oze rien plus expédier de luy mesmes, encor que ne
soit de grand importance;

Que l'on commance fère chemyn à l'ambassadeur d'Espaigne pour
accommoder les différans des prinses, et le dict Cecill, mesmes, luy a
mandé qu'il s'y employera plus dilligemment que nul aultre;

Que ce que la Royne d'Escoce requiert, touchant son château de
Donbertan, pour fère venir quelque rafreschissement de France, affin
que, par faulte de vivres, il ne soit contrainct de se rendre, a
besoing de prompte provision, et semble qu'il est expédiant et
nécessaire de la fère; mais, quant au reste, semble qu'il sera bon de
temporiser, jusques à ce que la Royne d'Angleterre aura accordé ou
reffuzé le secours.



XXXVIe DÉPESCHE

--du XVIe de may 1569.--

(Envoyée par homme exprès, nommé Lamberty, jusques à Calais.)

  Sollicitations pressantes faites au nom de la reine de Navarre et
    du prince, son fils, auprès d'Élisabeth.--Opinion du duc de
    Norfolc sur les projets de la reine.--Promesse d'un secours
    d'argent pour l'armée du duc de Deux-Ponts.--Nouvelles avances
    faites à l'ambassadeur d'Espagne.--L'évêque de Ross est entendu
    devant le conseil.--Maladie grave de Marie Stuart.--Mesures
    rigoureuses prises en Angleterre contre les pirates.--Bruit
    général répandu à Londres d'un échec essuyé en France par les
    troupes du roi.--Le comte d'Ormond et milady Chic, dame
    d'honneur d'Élisabeth, sont forcés de s'éloigner de la
    cour.--_Lettre de Marie Stuart_ à
    l'ambassadeur.--_Remontrances_ de l'ambassadeur à Élisabeth,
    pour demander la répression de la piraterie, la restitution des
    prises et la communication du contrat fait par les marchands
    anglais avec les habitans de la Rochelle.--_Réponse de la
    reine_ aux remontrances.


     AU ROY.

Sire, vous ayant, par ung des miens, le XIe du présent, escript assés
au long ce qui s'offroit, lors, à ma cognoissance, inportant icy
vostre service, je continueray de dire meintennant à Vostre Majesté
comme, entendant les dilligentes et continuelles pratiques que le Sr.
du Puench de Pardaillan a, toutz ces jours, secrètement menées avec
les principaulx de ceste court, estant souvant en des longz et bien
estroictz conseilz avec eulx, j'ay envoyé prier ceulx, que je sçay
estre bien affectionnez à la prospérité de voz affères, de ne luy
laysser rien inpétrer de ceste Royne qui soit à vostre préjudice; à
quoy m'ayans promiz s'opposer fermement, j'ay despuys sceu, par le duc
de Norfolc, que le dict Sr. du Puench a faict beaulcoup d'honnestes
messages, de la part de la Royne de Navarre et de monsieur le prince
son filz, à la Royne d'Angleterre, confirmant de leur part ce que feu
monsieur le prince de Condé a, de son vivant, tretté avecques elle;
avec quelque condoléance de sa mort, racomptant la façon et yssue du
combat, où il a esté thué, bien fort à son advantaige, et que,
nonobstant la perte de luy, ilz demeurent encores aussi fortz et aussi
bien conduictz qu'auparavant; de tant qu'il leur reste les mesmes
capitaynes et conducteurs, et que le capitayne Piles, avec quatre
mille hommes, s'est, despuis, joinct à leur armée, et les vycomtes
prestz de s'y joindre, avec d'aultres bonnes forces; mais que pour
toutes ses persuasions il n'a rien inpetré de nouveau de la dicte
Royne d'Angleterre ny de ceulx de son conseil, et si, d'avanture, il a
obtenu quelque chose, c'est si secrètement qu'il n'en a rien sceu, qui
pourtant ne peult estre aulcun secours en masse, dont l'on doibve fère
cas, ny que j'en doibve estre aulcunement en peyne; et m'a adjouxté le
dict sieur duc qu'il semble que le jeu dure trop en France, et que la
Royne, sa Mestresse, et tout ce royaulme désirent infinyement d'y
veoir une bonne paix et ung accord en la religion, et qu'il n'est pas
possible de garder ceulx, qui sont icy, de la mesmes religion de ceulx
de la Rochelle, de leur donner toutjour quelque assistance.

Despuys, icelluy Sr. du Puench a prins son congé et je suys après à
fère guetter quel chemyn il prendra; car quelcun m'a dict qu'il semble
vouloir passer en Allemaigne pour aller fère le mesmes office devers
les princes protestans, ce que je ne puys croyre, de tant que le Sr.
de Voysin y est naguières allé. Mr. le vydame de Chartres ne s'est
encores présenté en ceste cour, ny n'est encores arrivé en ceste
ville, et semble qu'il ne sera guières bien venu de ceste Royne pour
la recordation, qu'elle a, du premier voyage qu'il fyt icy, aulx
premiers troubles, et, aussi, qu'elle a opinion qu'il faict ce second,
meintennant, pour habandonner la cause de ceulx avec qui il a toutjour
esté, et qu'elle a entendu qu'il s'est maryé contre l'opinion de la
Royne de Navarre et au regrect des principaulx de leur trouppe.

L'on faict icy cependant grand dilligence, parmy ceulx de la novelle
religion, de dresser ung party pour fère fornyr deux cens mille talars
en Allemaigne pour l'armée du duc de Deux Pontz; et semble que desjà
il y ayt certaine asseurance d'en pouvoir fère avancer la moictié par
les mains du Sr. de Quillegrey, qui est en Hembourg (qui ne se peult
fère que le crédict de ceste Royne, ou du corps en général de ce
royaulme, n'y soit enployé), et que l'aultre moictié se fornyra, à ce
prochain mois de juing, aussi tost que la flotte des draps de Londres
sera arrivée par dellà. En quoy, Sire, ceulx cy ont de quoy collorer
et excuser si bien leur faict, qu'il est mal aysé que je les en puisse
convaincre, encores semble il qu'il fault accepter le désadveu et
excuse qu'ilz en font, pour quelque bien, en ce qu'ilz n'ozent
manifestement vous offancer. Je feray encores dilligence de descouvrir
mieulx ce qui en est; tant y a qu'il fault fère estat que les quarante
mille livres esterlin, revenans à cent trente trois mille escuz, qui
doibvent estre mises ez mains du dict Sr. de Quillegray, de la vante
des draps de ceste flotte, est aultant d'argent contant pour ceulx de
la nouvelle religion en Allemaigne. La dicte flotte, qui va en
Hembourg, n'a eu encores que demy jour de bon vent; par ainsy, elle
n'est hors des costes d'Angleterre.

Ceulx de ce conseil ont mandé à l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy,
que s'il veult depputer commissaires, de sa part, sur le faict des
prinses, qu'ilz en depputeront aussi, de la leur, pour y procéder en
si bonne façon que le Roy, son Maistre, en demeurera contant, qui est
signe qu'ilz veulent bien fort entrer en pratique avecques luy. A quoy
il leur a faict des responces qui ne les ont contantez, dont les
choses demeurent toutjours en suspens. Et sur certaine remonstrance,
que je leur ay baillée par escript, conforme aulx derniers propoz que
j'ay tenuz à ceste Royne, ilz m'ont respondu assez conformément à la
bonne paix d'entre Voz Majestez, voz pays et subjectz, mais non tant
sellon les légitimes entretennemens d'icelle, ny sellon la réparation
de vos dictz subjectz, comme je demandoys, ainsy que Votre Majesté le
verra; mais les principaulx m'ont promiz de fère réformer la dicte
responce.

Les affères de la Royne d'Escoce ont été proposées au dict conseil, et
Mr. l'évesque de Roz a esté deux foys ouy, dont, sur aulcunes
difficultez, l'on a envoyé devers la dicte Dame. J'espère, par le
premier, vous donner bon compte de tout ce qui y a esté dict.
J'entendz qu'elle est tumbée ung peu mallade, néantmoins elle m'a
naguières escript, et affin que soyés mieulx asseuré de ses nouvelles,
je vous envoye la coppie de sa lettre, et prie Dieu, etc.

     De Londres ce XVIe de may 1569.


L'on me vient d'advertir qu'encores ce matin les seigneurs de ce
conseil ont dépesché nouvelles commissions contre les pirates, et
dellibèrent, en toutes sortes, d'en purger la mer, et d'en fère pendre
aultant qu'il s'en pourra attrapper.


     A LA ROYNE.

Madame, oultre le contenu en la lettre du Roy, j'ay bien peu que vous
mander en ceste cy, si n'est de certaines nouvelles qu'on va semant en
ceste court, et par Londres, qu'il y a eu quelque rencontre en
Xainctonge, où aulcunes troupes du camp de Monseigneur, filz de Vostre
Majesté, ont esté deffaictes, et Messieurs de Thavanes, de Martigues,
de Brissac, d'Estrocy, de La Chastre et aultres plusieurs, demeurez
prins et blessez; et que le duc de Deux Pontz a deffaict, aussi,
quelque trouppe, que menoit le baron des Adrectz, et contrainct Mr.
d'Aumalle se retirer, deux grandz journées, dans le pays, et mettre
une rivière devant luy: de quoy je suys en peyne, bien que pour venir
la dicte nouvelle de costé suspect, ceste Royne ny les seigneurs de ce
conseil n'y adjouxtent grand foy. Et j'espère en Nostre Seigneur que
l'événement n'aura esté tel; mais quoy qu'ayt succédé, je vous supplie
très humblement, Madame, qu'il vous playse m'en fère donner adviz,
affin de le représenter icy à la vérité, et en la façon qu'il fault,
pour garder la réputation de voz affères, affin de n'en laysser
aprofiter ceulx du contraire party.

Il se dict que, vers le cap d'Ouest, a freschement désembarqué une
troupe de gentishommes et damoyselles, vennantz de la Rochelle, et
que, parmy, y a ung des principaulx chefs de leur armée. Je métray
peyne de sçavoir que c'est, pour vous en donner plus grand notice par
mes premières; priant Dieu, etc.

     De Londres ce XVIe de may 1569.


Je viens d'estre adverty que le comte d'Ormont a esté, ce matin, banny
de court, et que Mylaris Chic s'en est banye elle mesmes, pour avoir,
eux deux, esté surprins ensemble en lieu secret et trop suspect. La
dicte Mylaris Chic est une des dames d'honneur de ceste Royne.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE AU Sr. DE LA MOTHE FÉNÉLON.

--Wymkfild, le VIIe de mai 1569.--

Monsieur de La Mothe, j'ay esté bien ayse de veoir, par les lettres du
Roy, Monsieur mon bon frère, les bonnes nouvelles de la victoire,
qu'il a pleu à Dieu luy donner; mais je suys en peyne de n'en avoir
point eu de la Royne, Madame ma bonne mère, et que l'on faict encores
courre le bruict que les ennemys sont les plus fortz; et, pour ce, je
vous prie, Monsieur de La Mothe, m'escripre amplement et librement la
vérité de toutes choses. Si je puys obtenir congé pour ung des miens,
je ne fauldray l'envoyer par dellà pour me resjouir avec le dict
seigneur de l'heureux succez de ses affères; sinon je vous adresseray
mes lettres à la première commodité; et sur ce, je prie Dieu vous
donner, Monsieur de La Mothe, ce que plus vous desirez, etc.


Chiffre--[Je vous prye ne laysser cependant passer l'occasion de
remonstrer au Roy la nécessité du prompt secours pour Donbertan, et
l'importance de la place, et vous asseurer que, quelque chose, que je
trette pour sortir d'où je suys, je ne diminueray jamais de la volonté
et affection envers ceulx que je doibz; et me semble, Monsieur de La
Mothe, que c'est la sayson que, si vous parlez un peu brusquement à la
Royne d'Angleterre, j'en auray meilleur marché.]


REMONSTRANCE FAICTE PAR LE Sr. DE LA MOTHE FÉNÉLON A LA ROYNE
D'ANGLETERRE.

1.--Que, pour remédier aulx désordres, qui se commettent en mer au
préjudice de la bonne paix d'entre voz deux Majestez, voz pays et
subjectz, il soit vostre bon playsir fère proclamer en vostre
royaulme, ainsy que le Roy, Mon Seigneur, a mandé proclamer au sien,
que nul de voz dictz subjectz ayt à armer vaysseaulx pour les mettre
en mer, si Vostre Majesté, pour occasion de guerre ou pour la garde de
ses places, expressément ne le permet et commande.

2.--Et, si aulcuns y veulent mettre navyres pour aller à leur traffic
avec plus grand équipage de guerre, qu'il n'est accoustumé à commun
train de merchandise ou de pescherie, il soit mandé de ne les laysser
sortir, sans bailler suffizante caution devant voz officiers qu'ilz
n'attempteront rien au préjudice de la paix, n'y n'empescheront ou
retarderont aulcunement le libre commerce qu'en temps d'icelle est
accoustumé.

3.--Et que ceulx, qui sont desjà en mer, soyent révoquez par cry
public, et déclairez désadvouhez et hors vostre protection, si, du
dernier jour de may prochain en là, ilz continuent d'y estre en
aultre façon que cy dessus n'est dict, pour estre puniz et chastiez
comme brigans et volleurs.

4.--Et, affin de mieulx observer ceste vostre ordonnance, mander à voz
officiers des lieux que, quant quelques vaysseaulx partiront, ils
facent inventoire de tout ce que dans iceulx sera trouvé, avec
obligation qu'à leur retour ils reprendront port au lieu mesmes d'où
ilz seront départiz, et représenteront leur dict inventoire, avec
certiffication du lieu où ilz auront chargé et aschapté leurs
merchandises, et aultres choses, qui se trouveront de plus en leurs
dictz vaysseaulx.

Et, à deffault de ne monstrer telle certiffication, soit mandé saysir
le tout, soubz la main de Vostre Majesté, pour estre, ce qui ne se
trouvera de bonne prise, baillé en garde à quelques bons personnaiges
resséans et solvables, affin de le restituer à qui il apartiendra.

5.--Et de tant qu'aulcuns de voz subjectz, et aultres, estrangiers,
qui se sont retirez en voz portz, ont, despuys cinq ou six moys,
ouvertement et sans punition aulcune, usé de toute licence en mer à
prendre et arrester les biens, personnes et navyres des Françoys,
dont, et des voyages de la Rochelle et aultres semblables déportemens,
aulcuns ont estimé qu'il y avoit guerre entre ces deux royaulmes,

Affin d'en oster l'opinion, et obvyer au mal qui s'en pourroit
ensuyvre, il vous playse, suivant les communs trettez et la mutuelle
déclaration, que Voz Majestez ont naguières faicte, l'une à l'aultre,
sur l'entretennement de la paix, et veu l'ordonnance que le Roy, Mon
Seigneur, de son costé a mandé publier pour asseurer la mer et le
commerce aulx Angloix en son royaulme,

Mander aussi qu'il soit usé de pareille correspondance aux Françoys,
pour leur rendre la mer et le commerce libres et asseurez de deçà, et
que ce qui leur a esté prins et transporté, ou aultrement arresté en
ce royaulme, Vostre Majesté veuille déclairer, qu'après sommaire
vériffication faicte comme il leur appartient, l'adjudication et
dellivrance leur en sera faicte, et que ceulx, qui s'en trouveront
saysiz ou coupables, seront contrainctz par la voye de justice [de les
rendre] ou d'en payer la juste valleur.

6.--Et, de tant qu'aulcuns de ceulx, qui se sont retirez en voz portz,
au sortir d'iceulx, courent ordinairement la mer jusques dans ceulx du
Roy; dont naguières ilz ont miz en alarme la coste de Normandie, et se
sont esforcez d'allumer la guerre entre ces deux royaulmes, il vous
playse leur deffandre toute retrette en vos dictz portz, et ordonner,
attandu les violances qu'ilz ont commises, et qu'ilz ne cessent de
commettre toutz les jours sur les bons subjectz du Roy, qu'ilz seront
prins et apréhendez, quelle part où ilz seront trouvez en ce royaulme,
pour estre puniz comme infracteurs de paix, perturbateurs du repoz
public, et volleurs manifestes.

7.--Que, pour la restitution des prinses, Vostre Majesté, jouxte sa
promesse et celle des seigneurs de son conseil, soit contante de
depputer deux personnaiges, de bonne qualité, Angloix, l'ung de
lettres, et l'aultre merchand, pour aller en France, et il en sera
depputé aultant, de Françoys, pour venir, en mesme temps, en
Angleterre, affin d'estre présens et adjoinctz sur les lieux aulx
commissaires de la dicte restitution, pour tenir la main que, d'ung
costé et d'aultre, elle soit droictement faicte.

8.--Et, pour oster le souspeçon et jalouzie que le Roy prend, et qu'il
ne peult fère qu'il ne preigne, de la contractation de voz subjectz
avec ceulx de la Rochelle, encores que je ne sçay comme il prendra ce
voyage qu'on y va fère à présent, il vous playse, à tout le moins,
fère en sorte que ceste roulte et ce traffic ayent dorsenavant à
cesser;

Et me déclairer s'il vous playt accepter l'offre, que le Roy m'a
commandé expressément de vous fère, c'est qu'il accomodera vostre
royaulme, et voz subjectz, de toutes ces choses nécessaires qu'ilz
vont quérir à la Rochelle, en telz aultres endroictz de son royaulme,
qui présentement luy obéyssent, qu'il vous plairra choysir, et de leur
y fère donner toute faveur, seuretté et bon trettement.

9.--Et, affin qu'il voye sur quel fondement ces premier et second
voyages au dict lieu ont esté entreprins, au préjudice de ce qu'il
vous avoit faict requérir et remonstrer au contraire, il vous playse
luy fère communication du contract et marché, que Vostre Majesté
allègue avoir esté faict là dessus, affin qu'il en puysse demeurer
aucunement satisfaict.


RESPONCE FAICTE PAR LA ROYNE D'ANGLETERRE à la susdite remonstrance,
suivant les articles cothez.

_Au premier._--Il y est pourveu par la proclamation du XXVIIe d'avril
dernier.

2.--Il y est aussi pourveu en la mesmes proclamation.

3.--Il y est aussi pourveu par certains ordres, envoyés du conseil, à
toute portz, en mars dernier, de quoy l'ambassadeur a eu coppie.

4.--Cella ne peult estre par ordre exécuté, comme l'article requiert,
car les navyres, qui sortent d'ung port, ne retournent pas toutjours
en icelluy, mais en aultres.

5.--Il n'y a poinct de besoing, là, de déclaration par parolles, car,
par manifestes oeuvres, il est déclairé que toutz Françoys sont
souffertz hanter en Angleterre, combien que les Anglois sont
journellement arrestez en France; à quoy il n'est remédié par
oeuvres.--Asseurément, il ne peult estre longuement observé, de la
part d'Angleterre, comme il est meintennant.

6.--Dessus complaincte justice est et sera faicte.

7.--Cestuy cy sera faict, si aulcun peult estre persuadé de pouvoir
librement passer en France.

8.--Il est libre, par les trettez, aulx merchands d'Angleterre de
ressortir en quelques portz que ce soit de France, et fault
naturellement que les merchandz trafficquent où ilz trouvent meilleur
traictement; à ceste cause, s'ilz peuvent estre mieulx trettez en
aultres places qu'à la Rochelle, asseurément ilz y veulent, d'eulx
mesmes, ressortir combien qu'ilz fussent commandez aller à la
Rochelle.

9.--Le marché est entre certains marchandz de Londres avec aulcuns de
la Rochelle, pour leur délivrer quelque quantité de sel et telles
semblables choses, nécessaires pour l'usaige d'Angleterre, à certains
priz, lequel ilz ne veulent estre manifesté, de peur que leurs marchez
ne puyssent, par d'aultres marchandz, estre damnisez, car communément
ung marchand cherche à préjudicier à l'aultre pour son gain
particullier, et, pour ce, ont ilz accoustumé de garder leurs marchez
secrètement, tant pour leurs prix que pour la quantité.



XXXVIIe DÉPESCHE

--du XXIIIe jour de may 1569.--

(_Envoyée jusques à la Court par le Sr. de Vassal._)

  L'ambassadeur se plaint de ne recevoir aucunes nouvelles de
    France.--Succès de ses négociations auprès d'Élisabeth pour
    empêcher l'envoi d'un secours sérieux à la Rochelle.--Crainte
    conçue en Angleterre d'une entreprise de la part des Espagnols
    vers Norfolc, et de la part de la France en
    Écosse.--Continuation des démarches faites auprès de
    l'ambassadeur d'Espagne.--Détails de l'accident subit arrivé à
    Marie Stuart, que l'on a crue morte.--_Mémoire général_ sur la
    situation des affaires de France, d'Espagne et
    d'Écosse.--Protection accordée aux protestants de France par
    Élisabeth, qui n'est retenue que par la crainte de la
    guerre.--Le conseil est toujours dans la même indécision au
    sujet de la paix ou de la guerre avec l'Espagne.--Vives
    instances faites auprès de l'ambassadeur pour connaître quelle
    serait la conduite de la France dans le cas où cette guerre
    serait déclarée.--Conduite habile de sir William Cécil pour
    détourner l'orage qui gronde autour de lui.--Le duc de Norfolc
    accuse devant le conseil Marie Stuart d'avoir fait cession au
    duc d'Anjou de ses droits à la couronne d'Angleterre.--Le
    conseil décide qu'il ne s'occupera point des demandes de la
    reine d'Écosse tant qu'elle ne se sera pas justifiée de cette
    accusation.--_Mémoire du cardinal de Chatillon_ à la reine
    d'Angleterre sur la situation des protestants en France.


     AU ROY.

Sire, il est passé ung mois tout entier, despuys le XVIIe d'estuy cy,
que je n'ay aulcune lettre ny nouvelles de Voz Majestez, et de tant
qu'il semble que cella commance fère quelque faulte icy à vostre
service, pour beaucoup de nouvelles qu'on y publye au désadvantaige de
voz affères, ausquelles je n'ay de quoy respondre, je dépesche exprès
ce gentilhomme pour en aller sçavoir sur le lieu; et vous diray
cependant, Sire, que j'ay tant de foys expressément remonstré à la
Royne d'Angleterre le proffict et seurté, qui luy venoit de la paix et
amytié qu'elle a avecques Vostre Majesté, voz pays et subjectz, et le
mal où elle alloit tumber, si elle permettoit plus d'abuzer ainsy,
soubz main, de son authorité et des moyens de son royaulme contre
vous, qui estiez de trop bon lieu pour ne sentir le mal qu'on vous
feroit, qu'enfin elle a, en vostre faveur, escluz toutz pirates de se
pouvoir dorsenavant aulcunement prévaloir de nul support, retrette ny
descharge, ez portz de son royaulme, ayant révoqué ceulx de ses
subjectz qui s'estoient miz à suyvre ce train, et chassé du tout les
aultres, leurs familles et enfans, de sorte qu'il n'en comparoit
guières plus en ceste mer estroicte, ainsy que les gouverneurs mesmes
des principalles villes de vostre frontière m'en ont asseuré; et n'est
sans que ceulx, qui sont icy pour ceulx de la Rochelle, ne s'y soyent
merveilleusement opposez, pour les bons butins qu'ilz en raportoient à
l'entretennement de leur guerre, et pour l'empeschement qu'ilz
donnoient aulx catholiques de vostre royaulme, et des aultres pays
voysins. Et a faict encores la dicte Dame, avec l'assistance d'aulcuns
principaulx personnaiges que je y ay employez, que le Sr. du Puench de
Pardaillan, qui luy a, parmy les honnestes messages de la Royne de
Navarre, demandé secours d'hommes et d'argent, a esté renvoyé avec
grand acceptation des messages, mais entier reffuz des forces et
d'argent; de sorte que, si les choses ne changent bien fort, ilz ne
peuvent fère estat d'icy que de ce que aulcuns particulliers de leur
religion les pourront, de leurs propres moyens et substance, secourir.
A quoy il est très difficile de remédier, et ceulx là sont, à la
vérité, de tel crédit qu'ilz les peuvent, et icy, et en Allemaigne,
assés accommoder de deniers, avec ce, que je croy sans aulcun doubte,
quoy qu'on me veuille asseurer du contraire, que la dicte Dame mesmes
leur permettra user de son crédit, pourveu qu'il n'y aille rien du
sien, ou qu'elle soit bien asseurée du rembourcement, et que ce ne
soit directement contre les trettez.

Elle est tumbée en grand souspeçon de deux entreprinses, qu'on l'a
asseurée se dresser et se debvoir bien prochainement exécuter contre
elle et contre son estat, l'une, du costé de France, et l'aultre, du
costé de Flandres; dont m'ayant faict sonder si, avec aulcuns
principaulx de ce royaulme, j'estois de la menée de l'une ny de
l'aultre, j'ay donné telle rayson de moy, à celluy qui m'en a parlé,
que je m'asseure qu'elle en demeure satisfaicte; mais cella a esté
cause dont j'ay faict plus grand dilligence de pénétrer en ces deux
faictz, et n'ay encores si grand notice de celluy de Flandres que je
vous oze asseurer de ce qui en est; bien m'a l'on dict que certain
personnaige, fort principal des Pays Bas, en a freschement donné
l'adviz par ung petit escript, non plus grand que la main, où il
asseure que la pratique est bien fort advancée, et que, ayant esté
desjà offert par le duc d'Alve aulx seigneurs angloix, qui la mènent;
mille Hespaignolz naturelz de certain tercero, et deux mille Vualons,
avec cent cinquante mille escuz contantz, ilz demandent pour mieulx
engaiger le dict duc à l'entreprinse deux mille Hespaignolz du tercero
qu'ilz nomment, et ung capitaine désigné, et quatre mille Vuallons,
avec cent mille escuz de plus; et de se préparer, du premier jour, à
les mettre en terre de deçà vers Norfolc. Ce qui se rapporte
aulcunement à certain adviz que, six sepmaines a, je vous ay donné.

Et pour le regard de celluy de France, j'ay sceu de certain qu'on
donne entendre à ceste Royne qu'en France l'on en veult bien fort à
elle, mais que, durant ceste guerre, l'on ne peult ny le veult on
déclairer; mais, la guerre finye, s'il succède mal aulx protestans, ou
qu'ilz soyent contrainctz à quelque paix mal advantaigeuze pour eulx,
qu'il est desjà tout résolu de visiter l'Angleterre, avec la plus
mortelle guerre et les plus déterminées entreprinses que jamais Roy de
France y ayt faictes; et que, cependant, ung certain capitaine, qu'ilz
nomment Saint Martin, lequel ilz disent estre à Monsieur le cardinal
de Lorraine, est desjà arrivé a Paris, ensemble ung aultre gentilhomme
avecques luy, ayantz toutz deux cartelz de mon dict sieur le cardinal,
en motz couvertz, pour lever des deniers et aller incontinent en
Bretaigne armer navyres et lever gens pour descendre en Angleterre, en
faveur de la Royne d'Escoce, en ung port où ilz sont attanduz, et où
ung Anglois et ung Escouçoys, qui ne sont nommez, les doibvent
conduyre, qui est une invention, laquelle se descouvre d'elle mesmes
estre trop affectée, pour fère embarquer ceste princesse à l'aultre
party. A quoy je sçay desjà que respondre, si la dicte Dame m'en
vient, tant soit peu, à toucher, et seray bien ayse que Vostre Majesté
me donne encores, par ces premières, de quoy pouvoir plus clairement
convaincre ceste persuasion.

Au reste ceulx cy disent que mon dict sieur le cardinal a naguières
retiré ung des gens de leur ambassadeur, luy ayant auparavant donné
trois cens escuz pour quelque communication, qu'il luy fit, de
certains messages et paquetz des princes d'Allemaigne, qu'il portoit
à la Royne d'Angleterre, de quoy la dicte Dame est bien offencée.

Les choses de deçà monstrent néantmoins continuer toutjour à la paix
avec Vostre Majesté, ne voyant qu'il se face aulcun nouvel aprest pour
me fère doubter du contraire, que celluy qui est desjà en mer. Il est
vray qu'on mande souvant à dresser l'ordre des forces de ce royaulme;
mais il se cognoist assés que c'est plus pour se deffendre, et pour
obvier aulx esmotions qu'on y crainct, que pour fère quelque
entreprinse hors du pays.

L'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, a esté, despuys trois jours, de
rechef recerché de depputer commissaires sur le faict de ses prinses
et saysyes, essayans ceulx de ce conseil d'atacher par ce moyen
quelque pratique d'accord avecques luy; mais il a respondu qu'il n'y
avoit lieu de nommer commissaires avant que ce qui a esté prins, comme
en guerre, par les propres navyres de la Royne d'Angleterre, fût
rendu; mais, cella faict, affin que toute forme d'hostillité soit hors
de cause, qu'il se pourra après depputer commissaires sur le reste des
prinses et des arrestz faictz par auctorité de justice, et qu'il sçayt
bien que, de tout ce qui a esté saysy en Flandres, s'il en deffault
une seule pièce de drap, le duc d'Alve la satisfera, et qu'ainsy
convient il rendre, par deçà, tout ce qui a esté prins et arresté sur
les subjectz du Roy, son Maistre. Il ne m'est permiz de veoir encores
le dict sieur ambassadeur, mais nous pratiquons ensemble par messages,
et je sentz bien qu'il incline fort à ung accord et est fort ayse d'y
veoir peu à peu achemyner ceulx cy, et sans ce, qu'aulcuns des grandz
l'asseurent que, tant qu'il tiendra plus ferme de son costé, tant
plus ceulx cy plyeront de venir à son poinct, il fût desjà bien avant
en tretté avecques eulx.

J'ay si bien instruict ce dict porteur des nouvelles de la Royne
d'Escoce et de tout le reste de l'estat, que je cognoys à présent des
affères de deçà, que, donnant foy, comme je vous suplie de fère, à ce
qu'il vous dira, je n'ay, pour le surplus, qu'à prier dévottement le
Créateur, etc.

     De Londres ce XXIIIe de may 1569.


     A LA ROYNE.

Madame, l'on faict courir icy beaulcoup de nouvelles en deffaveur des
affères de Voz Majestez, et s'esforce l'on, par là, de remettre en
termes les secrettes entreprinses contraires à la paix, que j'ay miz
beaulcoup de peyne d'interrompre; dont ceulx, qui m'y ont tenu la
main, m'envoyent souvant enquérir de ce qui en est, et, pour ne leur
en sçavoir donner compte, ilz pensent que je les veulx taire ou
dissimuler, parce que je ne les sçay bonnes; ce qui les faict estre
plus froidz et timides sur mes remonstrances, et donne lieu aulx
aultres de m'y procurer une longueur, ou bien ung changement, en ce
qu'ilz peuvent, qui est cause que je suplie très humblement Vostre
Majesté de me fère avoir plus souvant de voz nouvelles, affin que le
retardement d'icelles ne face dommaige à vostre service, auquel
dommaige j'espère bien d'y pouvoir aulcunement remédyer; mais
beaulcoup mieulx, si je y suys aydé par lettres et adviz de Voz
Majestez, avecques lesquelles, quant bien il vous debvra venir quelque
mal de ce costé, si ne peult estre destorné du tout, elles m'ayderont
au moins d'en rabattre une partie, et de vous pouvoir advertyr du
reste si à propos qu'il y pourra estre tout à temps remédyé.

J'ay, oultre les lettres de Voz Majestez, baillé ung mémoire au Sr. de
Vassal, présent pourteur, pour le vous monstrer, lequel j'ay faict
tout exprès bien fort ample, affin qu'après l'avoir veu, comme je
suplie Vostre Majesté d'en prendre la peyne, parce qu'il contient tout
ce que je sçay estre icy à présent en termes, il vous playse l'envoyer
à monseigneur vostre filz, qui desire estre informé, par le menu, de
toutes ces choses, auquel, parce que je ne luy ay rien escript, cinq
sepmaines a, il vous plairra commander luy en fère une prompte
dépesche; et n'adjouxteray, pour le surplus, à la présente, sinon que
Mr. le cardinal de Chatillon a faict venir quatre centz pièces de vin,
blanc et clairet, de la Rochelle, desquelles il a, ces jours passés,
distribués à la Royne d'Angleterre et à toutz ceulx de ce conseil les
douze vingtz, et a réservé les huict vingtz pour sa provision, ce qui
faict juger à plusieurs qu'il ne sent les choses en France en termes
pour y pouvoir retorner de long temps; et a emprumpté envyron deux
mille escuz d'ung marchant de ceste ville, à qui trois principaulx
seigneurs de ceste court en ont respondu.

Il se parle que madame la princesse de Condé passera bien tost de
deçà, ce qui se sçaura mieulx au retour de la flotte de la Rochelle.
Ceux du dict lieu de la Rochelle, qui sont descenduz au cap de
Cornoaille, ainsy que je l'ay mandé par mes précédantes, ne sont, à ce
qu'on m'a dict, guyères gens de qualité. Tout ce qui surviendra
d'heure à heure, je mettray peyne d'en advertir Vostre Majesté, à
laquelle baysant, en cest endroict, très humblement les mains, je
prieray Dieu qu'il vous doinct, etc.

     De Londres ce XXIIIe de may 1569.


Despuys ce dessus, la Royne d'Escoce, escripvant à ceste Royne sur la
particularité que verrez en mon mémoire, consernant monseigneur vostre
filz, a donné charge au porteur de me venir dire comme, le Xe de ce
moys, ayant sur les huict heures du matin prins des pillules, soubdain
luy estoit venu ung tremblement et vomyssement, et estoit tumbée
plusieurs foys en convulsion, et luy avoit duré jusques à une heure
après midy, mais qu'elle estoit, grâces à Dieu, assés bien revenue, et
espéroit qu'elle se porterait mieulx. Ceste Royne luy a envoyé des
médecins, et semble qu'elle se laysse conduyre à la vouloir remettre
en son estat. J'espère pouvoir, au nom de Voz Majestez, assés ayder à
l'accommodement des affères de la dicte Dame, sans incommoder les
vostres. Elle a grand faulte d'argent pour ses menues nécessitez.


  MÉMOIRE AU SR. DE VASSAL DE CE QU'IL DIRA, OULTRE LE CONTENU DE
    LA DÉPESCHE, de ma part, à Leurs Majestez:

Que, suyvant le discours de Mr. le cardinal de Chatillon, qui a esté
trouvé sur monsieur le prince de Condé, le jour de sa deffaicte, ceste
Royne a, du commencement, donné plusieurs bonnes espérances de secours
et de faveur à ceulx de la Rochelle, et mesmes de se déclairer pour
leur party, quant il en seroit temps;

Non en aulcune déterminée entreprinse, que je sache, contre le Roy,
mais en la généralle cause de la deffance de la nouvelle religion,
pour laquelle ceulx du dict lieu, par leurs continuelz messages, et
aussi les princes d'Allemaigne, par leurs depputez, l'ont très
instantemant sollicitée qu'elle en vollût avec eulx entreprendre la
deffance;

Et luy en ont représanté l'exécution bien facille, soit en France, ou
en Flandres, mesmement en France, de tant qu'on en est desjà aulx
mains, et que pour en venir à bout disent ne rester que la déclaration
de sa volonté et aulcuns siens moyens, qui ne luy seront aulcunement
mal aysés.

Et se sont esforcez luy persuader qu'elle le debvoit et le pouvoit
légitimement fère, sans aulcune infraction des trettez de paix,
qu'elle a avec les princes catholiques, de tant que ce sont eulx
premiers, à ce qu'ilz disent, qui ont conjuré et entreprins
d'exterminer ceulx de la religion dont elle est, et que la deffance
est très légitime à ung chacun;

Et que, quant bien il luy fauldra ouvertement venir à quelque
déclaration contre le Roy et contre le Roy d'Espaigne, ce ne luy sera
qu'advantaige, à tout le moings, d'avoir la guerre à l'ung d'eulx,
pour des raysons qu'ilz luy allèguent, pleynes à la vérité de passion,
neantmoins telles que ceste princesse, bien que de soy incline à la
paix, s'est layssée conduyre, dès l'entrée de ces troubles, à leur
octroyer tout le secours et assistance que, soubz main et sans se
déclairer, elle a peu, avec une secrette permission et tollérance, en
son royaulme, de toutes choses qui s'y feroient en faveur et proffict
de ceulx de sa religion, ainsy que despuys l'on en a veu l'exécution
en plusieurs sortes sur les subjectz de Leurs deux Très Chrestienne et
Catholique Majestez.

Mais affin qu'elle ne passât oultre à se déclairer ouvertement contre
le Roy, il y a esté pourveu de bonne heure par des moyens qui ont eu
assés bon effect, lesquelz, estantz aussi essayez pour le Roy
d'Espaigne, ne luy ont encores réuscy si clairement qu'il desiroit.

Dont, puys peu de jours, ceulx, qui portent icy son faict et qui
conseillent la paix, lesquelz sont de tant d'authorité que, sans eulx,
rien de bien important ne se peult résouldre en ce royaulme, en ont,
de rechef, faict mettre la matière en dellibération par prétexte de
tretter d'une remonstrance que j'avoys faicte à ceste Royne, pour fère
cesser les désordres qui se commettent en mer; et j'entendz, qu'après
ung peu de contencion entre ceulx des deux partiz, il a esté, de
rechef, pour le regard de la France, unanimement résolu, par les ungs
et par les aultres, avec aprobation de ceste Royne, que la paix et
commerce se continueront, demeurant encores les choses de Flandres en
quelque suspens.

Et m'ayant le comte de Lestre naguyères prié à diner avec le duc de
Norfolc, le marquis de Norempton, le comte de Betfort, milor
Chamberlan, l'Amyral d'Angleterre et le secrétaire Cecille, qui sont
les principaulx de ce conseil, des deux opinions, ainsy que, entre
aultres choses, très instantment je les requérois de repurger leur mer
et leurs portz de pirates, ilz m'ont remonstré, qu'estans en suspens
avec le Roy d'Espaigne, ilz avoient besoing d'entretenir et supporter
leurs capitaines de mer, et de ne fère, qu'en remédiant aulx désordres
pour contanter le Roy, ilz vinsent à diminuer pourtant leurs forces,
me sondans, ceulx de l'ung party, là dessus, si je voulois donner
parolle que le Roy ne prendroit la cause du Roy d'Espaigne ny ne se
déclaireroit contre la Royne, leur Mestresse, et que tant mieulx elle
donroit ordre à ce que je desiroys.

Sur quoy, voyant l'aguet de l'aultre party sur ce que je dirois là
dessus, j'ay respondu n'y avoir lieu de me demander, à présent, une
telle déclaration; car je n'avois aussi aulcune charge de la leur
fère: ains seulement d'asseurer la Royne, leur Mestresse, et eulx, qui
sont de son conseil, qu'ilz trouveront une très ferme et constante
correspondance de paix en l'endroict du Roy, Mon Seigneur, s'ilz ne le
provoquent de la rompre; et quant à l'amytié et l'alliance, d'entre
Leurs Majestez Très Chrestienne et Catholique, qu'elle est notoire à
tout le monde, mais ce n'est au préjudice de l'Angleterre, ny n'est
matière qui concerne ce que nous avions présentement à tretter.

Dont m'ayantz toutz, d'une voix, promiz ung si bon remède que j'en
demeureroys contant, ilz ont, despuys, faict publier certaine
ordonnance, dez la fin d'avril, sur le reiglement de la mer, en
laquelle ilz n'ont ozé néantmoins fère expécialle mencion de la
France, pour ne monstrer d'exclurre, du tout, les pays et subjectz du
Roy Catholique, comme n'estans encores en manifeste ropture avecques
luy; et me semblant que ceste grande générallité, en faveur de toutz
navigans, ne satisferoit assés aulx choses particullières que je
requéroys pour le Roy et ses dictz subjectz, je leur ay baillé une
remonstrance par chefz et articles.

A laquelle ilz m'ont faict les responces qu'on a veu au marge de
chacun chef, lesquelles sont assés sellon la paix, mais non, du tout,
convenables aulx légitimes entretennemens d'icelle, ny sellon la
réparation des tortz et violences qu'il est besoing de fère aulx
subjectz du Roy, de quoy sont cause les accordz précédans et les
promises tollérances, et aussi, que les prinses ont esté aulcunement
despartyes entre ceulx qui ont authorité; mais j'essayeray d'avoir
mieulx, s'il est possible, et d'obtenir, par le menu, ce que, par
déclaration généralle, l'on a faict difficulté de me bailler.

Or, nonobstant la susdicte résolution de paix avecques le Roy, ceste
princesse ne laysse d'entretenir toutjour en bonne espérance monsieur
le cardinal de Chatillon et ceulx de ce party, qui est cause que,
souvant, il vient nouveaulx messagiers, de la Rochelle, ainsy que
naguyères le Sr. du Puench de Pardaillan et Saint Symon ont passé
dessà, en la compaignye de Mr. le vydame de Chartres, et ont confirmé,
de la part de monsieur le prince de Navarre, les mesmes intelligences,
commencées avec feu monsieur le prince de Condé, pour la commune
deffance de leur religion; et, par telz accez, avec l'assistance des
depputez des dictz princes d'Allemaigne, ilz s'esforcent d'encourager
la dicte Dame à leur entreprinse.

En quoy, encor qu'ilz voyent, quant se vient au poinct de se déclairer
ou fornyr deniers, qu'elle leur use de tant de deffaictes et remises,
qu'ilz n'ont occasion, si les choses ne changent bien fort, d'espérer
d'elle ce grand secours qu'ilz se promettent, ilz ne quictent pourtant
la partie;

Et obtiennent toutjour ce qu'ilz peuvent par le moyen de ceulx qui
sont les plus affectionnez à la matière, ainsy que, naguyères, ilz ont
tant faict que ce second voyage de la Rochelle a esté accomply,
nonobstant les empeschemens que je me suys efforcé d'y mettre; et
mesmes, voyantz qu'il m'avoit esté donné parolle, avecques sèrement,
par la dicte Dame et les principaulx de son royaulme, qu'il n'yroit en
la flotte gens de guerre, ny armes, artillerye, ny monition aulcune,
d'où le Roy peult estre offancé, ilz ont néantmoings, en quelques
vaysseaulx françoys, qui sont allés de compaignye, faict embarquer le
Sr. Du Doict, Rouvray et Valfenyères et environ soixante Françoys
avecques leurs morrions et haquebutes, ensemble XX hommes, entenduz en
mynes et contremynes, et quelques charpentiers, massons, boulangiers,
cordonniers, mareschaulx et aultres artizans, mais non en grand
nombre, que le conseiller Cavaignes a eu secrette commission de fère
lever au pays d'Ouest.

Et y a dangier qu'ilz se prévallent aussi du nom de la dicte Dame à
trouver des deniers en Allemaigne, mesmement s'ilz peuvent fère qu'il
n'y coure rien du sien, sinon son seul crédit, car, estant la flotte
pour Hembourg desjà en mer, toute parée pour le premier bon vent qu'il
fera, en nombre de XXVIII vaysseaulx, bien équipez, oultre sept des
grandz navyres de guerre de ceste Royne, les mieulx pourveuz et armez
qu'il est possible, avec deux mille cinq cens hommes de combat, et Me.
Oynter pour les conduyre, l'on y porte, à ce premier coup, si bon
nombre de draps et laynes, qu'on les estime à sept cens mille escuz,
qui sera un commancement de grand crédit pour la dicte Dame et pour le
corps de son royaulme par dellà.

Et le Sr. de Quillegrey a escript du dict Hembourg que le lieu y est
beau, bien cappable et assés commode pour recepvoir et débitter les
dictes marchandises, encor que la navigation soit longue, et, en
quelque sayson de l'an, incommode à cause des glaces, et que les
merchans ne pourront avoir si souvant nouvelles de leur traffic, comme
ilz faisoient d'Envers; mois qu'au reste il a trouvé le pays bien
disposé envers ceste Royne, et qu'elle y pourra lever beaulcoup de
gens de guerre, de pied et de cheval, pour son service, quant il luy
plairra, vray est qu'ilz veulent estre bien payez.

Enfin, les merchans de ceste ville, qui avoient toutjours persisté de
vouloir employer les deniers de leurs draps et de leurs laynes au dict
Hembourg, en aultres merchandises, pour les transporter par deçà, ont
accordé de recepvoir, icy, quarante mille livres esterlin, qui sont
cent trente trois mille escuz, et mettre de dellà, ez mains du dict
Quillegrey, pareille somme, oultre qu'on dict qu'on y a porté un
nombre d'angellotz en espèces, ainsy que je l'ay ci devant mandé.

En quoy, encor qu'on me donne entendre que c'est pour fère fondz au
dict lieu, affin de s'en servyr, au besoing, ez affères que la dicte
Dame pourra avoir contre le duc d'Alve, si crains je que ces deniers,
ou partie d'iceulx, aillent à fère quelque nouvelle levée ou payement
d'Allemans pour fère durer la guerre de France; car ceulx de la
nouvelle religion ont, de long temps, miz en avant qu'on pourroit, sur
le crédit de la dicte Dame et sans aulcunement la nommer, fère tenir,
par la voye mesmes d'Envers ou de Franquefort, de l'argent au duc de
Deux Pontz, comme estant proprement sien, ou à luy envoyé, et se
rembourcer, puys après, icy, de ces prinses de mer, et, en tout
évènement, il faut fère estat que ce sera aultant d'argent contant en
Allemaigne pour ceulx de la nouvelle religion.

Ceulx de ce conseil, qui tendent à la paix, ont, puys peu de jours,
faict office si exprès envers la dicte Dame pour la retirer de toutes
ses pratiques, qui se mènent au préjudice des trettez qu'elle a avec
les princes ses voysins, que si les propres conseillers du Roy, du
Roy Catholique et de la Royne d'Escoce eussent esté présens, l'on m'a
asseuré qu'ilz n'y eussent peu rien fère de mieulx en ce, mesmement,
qui peult concerner, pour leur regard, l'honneur de la couronne de
ceste princesse, la foy de ses promesses, son sèrement, la mauvaise
estime qu'elle s'acquiert de favoriser une cause tant contraire à
l'authorité des princes, et si adversaire à sa propre qualité, et qui
luy attirera la guerre sur les braz; sans rien obmettre de la
nécessité de ses finances, ny de celle de ses subjectz, qui, par
faulte de commerce, commancent de murmurer, et se préparer à quelque
rebellion, l'estreignant si fort, par ces propoz, qu'on m'a dict que,
hors de mettre, par forme de parler, la main sur elle, ilz n'eussent
peu se monstrer plus fermes ny entiers en ce qu'ilz luy ont remonstré.

Ce qu'ilz ont faict de tant plus hardyment que toutz les grandz et
plus nobles du royaulme y ont concouru, incoulpans certain
particullier, d'auprès d'elle, de toutz les désordres passez, et ont
limité contre luy si bien toutz les faictz dont ilz le veulent
charger, pour ne toucher à nul des aultres du conseil, qu'ilz
entreprennent toutz d'ung accord de le déboutter.

Mais luy, qui, seul, jusques à ceste heure, a conduict les affères au
gré de sa Mestresse, et avec grand soing de la contanter, met peyne de
se meintenir, et, encor qu'il se soit desjà retiré de n'expédier plus
toutes choses, comme il fezoit, de luy mesmes, sans ordonnance du
conseil, il ne laysse aller toutesfoys la principalle détermination
des affères à nul des aultres.

Et c'est luy mesmes qui a faict, pour le regard du Roy, que, pour ne
contrevenir par sa Mestresse aulx premières promesses faictes à ceulx
de la Rochelle et aulx princes protestans d'Allemaigne, l'on m'ayt usé
de quelque ambiguyté aulx responces, dont dessus est faicte mencion.

Et, pour le regard du Roy Catholique, que estans les remonstrances de
son ambassadeur présantées à ce conseil, ès quelles il est le plus
chargé, il a trouvé moyen de fère atacher aulcuns du dict conseil à
icelluy sieur ambassadeur sur une forme de parler, dont il a usé en
son escript, qu'il leur a monstré n'estre assés honnorable pour leur
qualité, sur laquelle luy ayant faict fère certaine responce avec
d'aultres bien légières sur le principal de la matière; le dict sieur
ambassadeur, l'ayant veue, y a pour toute réplique adjouxté ces motz
de sa main: _Esta no es respuesta para l'ambaxador del Rey d'Españia_,
laquelle ayant semblé à ceste Royne et à eulx tenir ung peu
d'arrogance, sont demeurez sans entrer plus avant avecques luy.

Et pour le regard de la Royne d'Escoce, de tant que ceste Royne
commance d'avoir suspecte sa demeure en son royaulme, et crainct la
faveur et support, qu'en plusieurs sortes, elle s'acquiert des
principaulx de la noblesse et du peuple du pays, icelluy particullier
semble la persuader meintennant qu'elle la doibt renvoyer et remettre
en son pays.

Néantmoins, pour donner colleur aulx choses qu'il a menées jusques icy
de son affère, il a faict contencieusement débattre, dans le dict
conseil, ce que la dicte Royne d'Escoce y a naguières proposé,
tendant--«à requérir le secours promiz pour estre remise en son estat,
ou bien luy estre permiz qu'elle en puisse aller pourchasser ailleurs,
et que, de tant que la Royne d'Angleterre l'a toutjours asseurée
qu'elle le luy bailleroit, toutes les foys qu'avec son honneur et sa
seureté elle le pourroit fère, qu'elle a envoyé l'évesque de Ross, son
conseiller, avec ample pouvoir pour tretter de toutes choses
apartenans à l'honneur et à la seureté de la dicte Dame et à la
couronne d'Angleterre en cest endroict, au proffict, toutesfoys,
d'elle et de ses enfans légitimes procréés de son corps.»

Sur laquelle remonstrance estant le dict sieur évesque appellé au dict
conseil, après qu'icelluy particullier a eu, devant l'assistance,
débattu avecques luy aulcunes difficultez, il a trouvé moyen de fère
porter la parolle par le duc de Norfolc, qui est le premier du dict
conseil, en ceste sorte: --c'est qu'ayant demandé à l'assemblée congé
de parler, il a dict au dict évesque que, pour estre la matière de
telle importance qu'elle touche le droict et le tiltre de ce royaulme,
toutz estoient obligez, sur le péril de leurs vies et de leur honneur,
de n'y procéder, ny légièrement, ny témérèrement, ny en termes
couverts et déguysez; par ainsy, qu'ilz le vouloient bien clairement
advertir comme il ne leur sembloit que la Royne d'Escoce, sa
Mestresse, fût en estat pour debvoir estre secourue de la Royne, leur
Mestresse, ny pour pouvoir contracter de rien avecques elle, de tant
qu'il estoit notoire qu'elle avoit cédé le droict et tiltre qu'elle
pouvoit avoir à la couronne d'Angleterre à monsieur d'Anjou, dont le
pape en avoit faict la confirmation; et que, mesmes, aulcuns du
conseil de France avoient miz en avant le mariage de luy avec la dicte
Royne, leur Mestresse, pour mieulx establir le royaulme à leurs
descendans; et que, sans avoir plus grand certitude de ce que la dicte
Royne d'Escoce pourroit avoir faict en cella au proffit de monsieur
d'Anjou, ou de monsieur de Guyse, ou de quelque aultre, qu'ilz ne
voyent qu'on doibve entrer en aulcun tretté avecques elle[68].

  [68] Voir l'addition faite à la XXXVIIIe Dépesche, à la fin de ce
  volume, où sont réunies toutes les pièces relatives à ce point
  historique.

A quoy le dict sieur évesque de Ross a respondu que, sur ce mesmes
propos, la Royne, sa Mestresse, luy avoit, par lettre et de parolle,
respondu qu'elle n'avoit jamais pensé à rien de semblable, et que
c'estoit une invention forgée, d'ung très mauvais instrument, pour
rendre la Royne d'Angleterre offancée contre elle, et que la vérité
estoit toute au contraire, dont desiroit, de bon cueur, qu'on l'ouyst
encores parler là dessus; mais pendant qu'on envoyeroit devers elle
pour avoir ceste déclaration le dict évesque les prioyt trouver bon
que la Royne, leur Mestresse, escripvît en Escoce une bonne lettre,
pour fère cesser toutz attemptatz et entreprinses de guerre jusques à
ce qu'on aura pourveu à cella.

Et ainsy, la détermination de toutz ces affères a esté mise en
suspens, et pour la prolonger davantaige j'entendz qu'icelluy
particullier s'esforce d'imprimer à sa dicte Mestresse que toutz les
principaulx princes d'Allemaigne ont juré la conqueste des Pays Bas et
d'en chasser les Espaignolz, chose qui n'est peu desirée d'elle, ny
mal agréable à ses subjectz, et dict qu'il n'est sans apparance que le
Roy, mesmes, soit de l'intelligence; par ainsy, qu'elle ne doibt en
rien haster ses affères mais seulement se pourvoir.

Et cependant, il ne laysse d'essayer beaucoup de moyens pour se
réconcilier avec les ungs et avec les aultres, et mesmes avec
l'ambassadeur d'Espaigne, luy mandant qu'il s'employera, plus
dilligemment que nul aultre, à l'acomodement de ces saysyes, et en
toutz les affères qui concernent, icy, le service du Roy, son Mestre,
et cerche de trouver des prinses sur ceulx qu'il sent luy estre
irréconciliables.

Or, dellibèrent ces seigneurs, encores une foys, à ce qu'on m'a dict,
sur ces mesmes matières d'importance fère une aultre recharge à la
dicte Dame pour l'induyre à prendre aultres adviz que ceulx du dict
particullier, mesmement, pour les affères de Flandres. A quoy, si elle
ne veult entendre, ou qu'elle se monstre aussi opinyastre à suyvre ses
conseilz, comme elle a faict jusques icy, toutz, d'ung accord, sont
résoluz de s'en aller hors de la court et laysser la dicte Dame seule
avec luy, et semer, en l'opinyon du peuple, qu'ilz s'absentent ainsy,
pour ne consentir aulx désordres et mauvais gouvernement de ce
royaulme, s'asseurans que bien tost la dicte Dame se trouvera
habandonnée de ses subjectz, ou bien qu'il surviendra telle chose en
son estat, qu'elle sera contraincte de recourir à eulx, et que bien
tost ilz viendront à bout de ce qu'ilz prétendent.


  MÉMOIRE DE MR. LE CARDINAL DE CHATILLON, envoyé de Chin, où il
    est à présent, à la Royne d'Angleterre et aux seigneurs de sa
    court, à Grenuich, le XXVIe de may 1569.

Despuys le XXVe avril il y a eu ung grand rencontre en Xainctonge.

Le comte de Brissac, le Sr. Estrossy, le comte d'Alez, le vycomte de
Pompadour et le Sr. de La Châtre l'ayné y ont esté thuez, et Mr. de
Tavanes et plusieurs aultres grandz seigneurs prins et blessez.

Le duc de Deux Pontz est à Vezellay l'Abbaye et Mr. le cardinal de
Lorraine, etc.

Monsieur d'Aumalle ne l'a encores combattu, bien que le Roy et la
Royne le luy ayent commandé, disant qu'il attand le marquiz de Baden.

Cependant l'on faict tout ce que l'on peult pour praticquer le dict
duc, tant par promesses que aultrement, et est l'on, à présent, à
trouver deniers pour fère fère monstre à ses gens, cuydant par ce
moyen l'atirer.

Le baron des Adretz, qui avoit esté envoyé pour luy empescher le
passaige, a esté deffaict.

Les Provençaulx et Daulphinoys se sont saysys de Eysselles pour
empescher le passaige aux Italliens.

Le Roy est en chemin pour venir à St Maur des Fossez, où monsieur le
mareschal de Montmorency et monsieur le Chancellier sont mandez, et
dict on que c'est touchant quelque division survenue à la court, où
Mr. le cardinal de Lorraine, etc.

Monsieur le Chancellier tient le lict et s'excuse d'y aller, l'on ne
sçay encores que fera le dict sieur Mareschal.

Ung gentilhomme de Mr. Dandellot, vennant d'Allemaigne, a esté prins
et thué, de sans froid, son paquet luy ayant esté premièrement osté.

Les lettres qu'il portoit estoient, la plus part, en chiffres, signés
par le prince d'Orange et par le Sr. de Mouy, et aultres, contennans,
en somme, que la cause de leur longueur et retardement est faulte
d'argent.

       *       *       *       *       *

(Celluy qui portoit le dict mémoire à heu charge de parler sur les
deux articles qui font mencion de monsieur le cardinal de Lorraine,
mais je n'ay encores peu sçavoir que c'est; car il n'en a rien dict
qu'à la Royne d'Angleterre et à bien peu des aultres.)



XXXVIIIe DÉPESCHE

--du XXVIIIe de may 1569.--

(_Envoyée jusques à Calais par Olivyer Camberno._)

  Départ de l'envoyé du duc de Deux-Ponts, qui est présumé se
    rendre en France.--Son signalement est donné pour faciliter son
    arrestation.--Préparatifs de défense faits en Angleterre contre
    les entreprises qui pourraient être tentées, soit par les
    Pays-Bas, soit par la France.--Emprunt fait par
    Élisabeth.--Arrestation d'un courrier envoyé de France à
    l'ambassadeur, et enlèvement des dépêches dont il était
    porteur.--_Lettres de Marie Stuart_ à Élisabeth et à l'évêque
    de Ross.--Déclaration de la reine d'Écosse au sujet de la
    cession qu'elle est accusée d'avoir faite au duc d'Anjou.


     AU ROY.

Sire, ce qui me faict haster ceste dépesche, n'y ayant que cinq jours
que je vous ay amplement escript les choses de deçà par le Sr. de
Vassal, est que, ce matin, ung, qu'on dict estre ambassadeur du duc de
Deux Pontz, a prins congé de la Royne d'Angleterre pour aller trouver
son maitre; et j'entendz qu'il va par France; mais ne sçay par quel
endroict. Tant y a que sa dépesche et celle du secrétaire de Mr.
Norriz, naguières envoyé par deçà, se font en mesmes temps, comme
s'ilz debvoient aller de compaignye; et, hyer, on me vint demander ung
passeport pour ung Jehan Bonhomme, soy disant serviteur du dict Sr.
de Norriz, lequel j'accorday fort volontiers, parce que ung des grandz
de ceste court me l'envoya requérir, conforme à ung aultre passeport
qu'il me fit monstrer de Monseigneur le Duc, donné à Paris le
troiziesme de ce moys, et soubz signé du gouverneur de Dièpe, du IXe
ensuyvant, où le dict Bonhomme et le dict secrétaire sont ensemblement
nommez: et, aujourdhuy, le dict secrétaire est venu, à l'accoustumé,
prendre le sien à part pour s'en retourner, ce qui m'a faict
souspeçonner que le dict ambassadeur du duc de Deux Pontz se pourroit
bien advanturer de passer à Paris avec mon passeport, soubz le tiltre
de Bonhomme. A quoy Vostre Majesté pourra fère prendre garde, mais,
pour enseigne de luy, affin qu'on ne preigne ung pour aultre,--il est
homme de moyenne taille, assez replet, la barbe espaisse, non de tout
noyre, le teint bon et vermeille, habillé à l'alemande, ung manteau
noir à bizette d'argent et ung groz chappeau de soye vellu.--Peult
estre qu'il s'embarquera pour la Rochelle, sellon qu'il l'a donné
entendre en quelque sien propos; néantmoins, j'ay donné le semblable
adviz aulx gouverneurs de Callays et de Dièpe, pour fère prendre garde
aulx passaiges.

L'on continue de redresser et relever les fortz, et de fortiffier les
places de toute la coste de deçà, despuys Germue jusques au cap de
Cornoaille, qui est tout l'endroict de ce royaulme qui faict front à
la coste de France et de Flandres; et dilligente l'on, mesmement, la
réparation de Porsemue. J'estime que c'est pour le souspeçon des deux
entreprinses que je vous ay dernièrement mandées. Au surplus, Sire, ce
qui me faict, icy, meintennant plus de peyne est de veoir l'extrême
dilligence qu'on mect de trouver toutjour deniers ayant aulcuns
persuadé à ceste Royne de lever promptement, par lettres de son privé
scel adressantes aulx particulliers bien aysés de son royaulme, ung
emprunct de cent mille livres esterlin, qui est trois cens trente
trois mille escuz, et d'enjoindre bien estroictement aulx merchans de
ceste ville de ne faillyr à l'accomplissement du party de XL mille
livres esterlin, qu'ilz ont promiz mettre ez mains du Sr. de
Quillegrey en Hembourg, pour en estre rembourcez de deçà; ce que je
crains, comme je vous ay desjà mandé, Sire, estre faict au proffict et
intention de ceulx de la nouvelle religion, nonobstant qu'on me
veuille asseurer du contraire: mais je suys après à procurer, s'il est
possible, que l'ordre du susdict emprunct de cent mille livres, soit
interrompu, et icelluy, des XL mille {lt} d'Hembourg, révoqué, non
sans espérance d'y pouvoir, en l'un et l'aultre, fère venir de
l'empeschement, ou au moins du retardement.

L'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, est souvant recerché d'entrer
en composition sur le faict de ces prinses et saysies, mais il a pour
si suspect le secrétaire Cecille, qui est celluy qui luy en faict
principallement parler, que, pour attandre que l'ouverture en viègne
d'aultre main, la matière s'en prolonge toutjour davantaige; mais j'ay
quelque adviz que, par le moyen d'un Itallien, nommé Berty, secrétaire
d'Estat en Flandres, et du Sr. Guydo Cavalcanty, qui est icy, il se
dresse une secrecte et mutuelle pratique, des deux costez, pour
accorder ces différandz: ce que je ne voys, toutesfoys, qu'il puysse
réussyr encores de long temps, si le Roy d'Espaigne n'y veult laysser
courir assés de sa réputation, et beaulcoup des biens de ses subjectz.

Il a faict si bon vent, despuys six jours, pour la flotte d'Hembourg,
que j'estime qu'elle est desjà arrivée de dellà, sans qu'il soit
nouvelles qu'elle ayt rencontré l'empeschement que ceulx cy
craignoient du duc d'Alve, passant près de Zélande, et le mesmes vent
aura servy aussi pour le retour de celle de la Rochelle, dont j'estime
que, dans deux ou trois jours, nous en sçaurons des nouvelles.

La Royne d'Escoce a esté extrêmement mallade, et me fut mandé, hyer, à
vespres, qu'elle estoit trespassée, mais, sur les unze heures de
nuict, j'ay eu contraire adviz qu'elle se porte mieulx, et qu'elle est
en bonne voye de guéryson; ce qui m'a esté encores confirmé, ce matin,
de lieu bien asseuré. J'espère recouvrer la coppie d'une lettre
qu'elle a escripte, durant son grand mal, à ceste Royne, touchant la
cession du droict et tiltre de ce royaulme, qu'on luy objecte qu'elle
a faicte à Monsieur, frère de Vostre Majesté, dont, par ma première
dépesche, je la vous envoyeray; et prieray atant le Créateur, etc.

     De Londres ce XXVIIIe de may 1569.


Despuys la présente escripte, je suys adverty que le secrétaire de Mr.
Norriz est desjà party par la poste, et que le dict ambassadeur du duc
de Deux Pontz s'en va, avec chevaulx de louage, prendre congé de Mr.
le cardinal de Chatillon, qui est à Chin, et qu'il reviendra encores
en ceste ville, d'où ne partira qu'après demain; par ainsy, ilz
n'yront de compaignye. Au reste, le postillon de Callays vient
d'arriver, à qui l'on a osté, à Canturbery, vostre paquet qu'il me
portoit, et ne sera sans que j'en demande rayson, et que je me pleigne
bien fort, si l'on ne me la faict. J'ay despuis recouvert la copie de
la lettre de la Royne d'Escoce, que je vous envoye.


     A LA ROYNE.

Madame, j'ay receu, despuys quarante jours, une seule lettre du Roy,
du VIIe du passé, et icelle assés briefve, parce qu'on me la cuydoit
envoyer par homme exprès, instruict de toutes choses, ainsy que je
l'ay comprins de la lettre mesmes; ce qui est cause, Madame, estant
ainsy long temps sans sçavoir de voz nouvelles, que je suys contrainct
de négocier souvant à tastons avecques ceulx cy, qui n'ont les yeulx
cloz ny ne les tiennent, en rien, plus ouvertz que sur voz présens
affères, affin de régler les leurs et toutes leurs entreprinses par
les évènemens d'iceulx; et aulcuns principaulx personnaiges, qui vous
sont icy bien affectionnez, ne peuvent, ny ozent, en l'incertitude de
tant de nouvelles qui courent, mettre en effect les bons offices
qu'ilz desireroient uzer en faveur de vostre service, parce qu'ilz
veulent avoir fondement de vérité ez choses qu'ilz feront et diront en
cella. Dont vous plairra, Madame, trouver bon que j'aye plus souvent
de voz nouvelles, tant pour leur en despartir, que pour pouvoir mieulx
servir à voz intentions par deçà, lesquelles Vostre Majesté sçayt
combien j'ay en très grande affection de les bien exécuter et
accomplir.

Je ne vous feray redictes du contenu en la lettre que j'escriptz au
Roy, seulement suplieray Vostre Majesté de me fère respondre aulx
principaulx chefs des choses que, par le Sr. de La Croix et par mon
secrétaire, et despuys par le Sr. de Vassal, je vous ay mandées, et
croyre que ceulx cy sont si agitez de divers desirs et desseings, sur
la présente entreprinse du duc de Deux Pontz, qu'il y a assez de peyne
à les contenir et à rompre les parties qui se mectent toutz les jours
en avant parmy eulx; et croy que le semblable se faict ez aultres
estatz et pays voysins: mais Dieu, par sa bonté, conservera Voz
Majestez et vostre royaulme, et je le suplie, après avoir très
humblement baysé les mains de Vostre Majesté qu'il vous doinct, etc.

     De Londres ce XXVIIIe de may 1569.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE A M. L'ÉVESQUE DE ROSSE.

--de Wynkfeild, le Xe de may 1569.--

Monsieur de Rosse, ayant la commodité de vous envoyer la présente,
j'ay bien vollu vous donner adviz de ma disposition, craignant qu'en
soyez en peyne, après avoir peult estre entendu l'estat où j'estois ce
matin, quasi semblable à celluy où m'avez veue à Jedowart[69]. J'avois
sur les huict heures prins des pillules, et, soubdain, m'est venu un
tremblement et vomissement, et suys tumbée plusieurs foys en
convulsion, ce qui m'a duré jusques à une heure après midy; mais,
grâces à Dieu, je me sens assés bien revenue en moy, et espère que je
me porteray mieulx. Si aulcuns de mes amys en ont, d'avanture, ouy
quelque chose, vous pouvez les en mettre hors de peyne: et atant je
prie Dieu vous avoir, monsieur de Rosse, en sa saincte garde.

  [69] Jedburg, petite ville d'Écosse dans le comté de Roxburg, sur
  la Jed. En 1566, Marie Stuart se trouvant dans cette ville, fut
  saisie subitement d'une maladie tellement violente que l'on avait
  désespéré de la sauver.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE A LA ROYNE D'ANGLETERRE.

--du XVe de may 1569.--

Madame, ayant entendu, par l'évesque de Rosse, mon conseiller, que
quelques objections estoient faictes pour empescher la prompte
démonstration de vostre bonne volonté vers moy, allégant que j'avois
faictz quelques contractz avecques monsieur d'Anjou, le frère du Roy,
monsieur mon frère, qui vous pouvoit préjudicier, je me suys bien
vollue esforcer, n'ayant encores recouvert ma santé, par ces mal
escriptes lettres vous asseurer sur ma conscience, honneur et crédict,
que jamais n'ay faict nul contract avecques luy, ny aultre, d'aulcune
chose, ny n'entray jamais en ceste opinion de fère chose à vostre
préjudice, despuys que suys en aage de discrétion, ny tant mal
advantaigeuse pour ce royaulme et à moy, que de fère aulcun contract,
ny transmission; de quoy je vous donray telle preuve, asseurance ou
seureté, qu'il vous plairra deviser, comme l'évesque de Rosse vous
dira plus au long, vous supliant le croyre et m'excuser, car je suys
en assés foible disposition pour vous escripre comme j'en ay subject
et volunté, seulement me suys je esforcée vous rendre ce tesmoignage
de ma main, auquel j'appelle Dieu en tesmoing: et prie Dieu qu'il vous
ayt en sa saincte garde.

     Ce dimenche matin XVe de may 1569.



ADDITION A LA XXXVIIIe DÉPÊCHE.

PIÈCES RELATIVES A LA CESSION FAITE PAR MARIE STUART

_de ses droits à la couronne d'Angleterre._


Parmi les accusations portées par la reine d'Angleterre contre la
reine d'Écosse, la plus grave, sous le rapport politique, était le
reproche qu'on lui adressait d'avoir cédé à un prince étranger ses
droits à la couronne d'Angleterre. Marie Stuart, héritière présomptive
du trône, comme plus proche parente d'Élisabeth, prétendait même que
la couronne lui appartenait à l'exclusion de sa cousine. Déjà elle
avait constaté ses prétentions, en prenant les armoiries d'Angleterre,
après la mort de la reine Marie; il était donc à craindre qu'elle ne
transférât ses droits à un prince assez puissant pour les faire valoir
par la force des armes. Tous les historiens parlent de la cession qui
aurait été faite au duc d'Anjou: le président de Thou rappelle le
bruit répandu qu'elle avait eu lieu en faveur de Philippe II (t. II,
lib. XLIV, p. 675. Lond. 1733, in-fº), et la suite de cette
correspondance montre que l'Espagne, en promettant son secours à Marie
Stuart, la demandait pour don Juan (_voyez_ 2e vol., p. 423). Tout ce
qui est relatif à ce point important d'histoire est encore fort
obscur; les pièces que nous réunissons ici, et qui sont toutes, sauf
une seule, entièrement inédites, peuvent servir à jeter quelque jour
sur un fait si intéressant. Il en résulte que la cession existait
réellement et qu'elle avait été faite, non pas au profit du duc
d'Anjou, mais de Henri II et de ses successeurs. Les motifs politiques
qui ont pu engager Charles IX, le duc d'Anjou, Catherine de Médicis et
Marie Stuart elle-même à en nier l'existence, s'expliquent
naturellement par la position dans laquelle se trouvait la reine
d'Écosse prisonnière de la reine d'Angleterre.

Ces pièces, qui sont toutes extraites des Archives du Royaume, se
composent des titres suivants:

  1º. Un acte de donation faite par Marie Stuart au profit de Henri
    II, le 4 avril 1558, vingt jours avant son mariage avec le
    Dauphin, du royaume d'Écosse et _de tous ses droits au trône
    d'Angleterre_, si elle venait à mourir sans enfants;

  2º. Un autre acte du même jour, également au profit de Henri II,
    mais contenant seulement engagement du royaume d'Écosse et
    abandon de tous les revenus de ce royaume jusqu'à l'entier
    remboursement des sommes dues à la France, qui étaient évaluées
    par approximation à un million d'or;

  3º. Un dernier acte souscrit le même jour par Marie Stuart et
    contenant une renonciation formelle à toute déclaration qu'elle
    pourrait être forcée de faire, sur la demande des États
    d'Écosse, au préjudice des dispositions consenties par elle en
    faveur de la France;

  4º. La déclaration faite par Charles IX, sur la demande
    d'Élisabeth, le 10 juillet 1569, constatant que Marie Stuart
    n'avait point fait au duc d'Anjou cession de ses droits au trône
    d'Angleterre;

  5º. Même déclaration souscrite par le duc d'Anjou, le 17 juillet
    1569.--Semblable déclaration a été faite par Catherine de
    Médicis, par le Cardinal de Lorraine et l'évêque de Glascow,
    mais ces derniers actes ne se sont pas retrouvés dans les
    papiers de l'ambassadeur.


Les divers historiens qui ont fait allusion à ces pièces ne les ont
pas eues sous les yeux. Keith est le seul qui annonce avoir vu dans la
bibliothèque des avocats d'Édimbourg les trois premiers de ces actes,
mais il ne mentionne même pas la clause la plus importante, relative à
la cession des droits au trône d'Angleterre, ce qui autoriserait à
croire que cette clause avait été supprimée dans la copie dont il
parle. Tous les autres historiens ont parlé de ces trois actes d'après
Keith. Carte est le seul qui paraisse avoir eu une connaissance plus
précise de ce fait; mais il ne cite aucune autorité, et se borne à une
simple énonciation dont il ne tire même aucune conséquence. Camden,
Rapin Thoiras, Robertson, mademoiselle de Kéralio, se contentent de
rappeler le reproche adressé à Marie Stuart d'avoir cédé ses droits au
duc d'Anjou, mais aucun d'eux ne parle de la cession faite à Henri
II[70].

  [70] _Voyez_ KEITH, p. 73. Edimb. 1734, fº;--CAMDEN, p. 159. Lond.
  1615, in-4º;--JEBB, t. II, p. 260. Lond. 1725, in-fº;--RAPIN
  THOIRAS, t. VI, p. 272. Lahaye 1733, in-4º;--CARTE, t. III, p.
  349. Lond. 1752, fº;--WILLIAM MAITLAND, t. II, p. 901. Lond. 1757,
  fº;--ROBERTSON, t. I, p. 157. Lond. 1781, 8º;--GILBERT STUART, t.
  I, p. 453. Lond. 1784, 8º;--Mademoiselle de KÉRALIO, t. III, p.
  415. Par. 1787, in-8º;--SISMONDI, t. XVIII, p. 71. Par. 1834,
  in-8º.


I.

DONATION FAITE PAR MARIE STUART AU ROI HENRI II.

--du IVe d'avril 1557-[1558].--

(_Archives du royaume, Trésor des Chartes_, J. 679, no. 59.)

TRÈS HAULTE ET TRÈS EXCELLENTE PRINCESSE, MARIE, ROYNE D'ESCOSSE,
présente en personne,

Considérant la singullière et parfaicte affection que les Roys de
France ont tousjours eu en la protection et manutention du royaume
d'Escosse contre les Angloys, anciens et invétérez ennemys d'elle et
de ses prédécesseurs; et encores plus le bon traictement qu'elle a eu
et receu de la bonté de très hault, très puissant et très excellent
prince Henry, par la grâce de Dieu, Roy de France, à présent régnant,
qui, durant sa pupillarité et bas aage, a maintenu, comme encores
faict, son estat à ses fraiz et impenses.

Pour ces causes et aultres à ce la mouvans, et par ce que tel est son
plaisir et volunté;

A dict et déclairé que, advenant le cas qu'elle décedde sans hoirs
procréez de son corps (que Dieu ne veuille), elle a donné et donne par
ces présentes, par pure et libre donation, faicte pour cause de mort,
au Roy de France qui est ou sera, le royaulme d'Escosse selon qui se
consiste et comporte, oultre tous et telz droictz qui lui _peuvent ou
pourront, ores et pour l'advenir, compecter et appartenir au royaulme
d'Angleterre_, et aultres terres et seigneuryes, qui par ce titre lui
sont escheuz ou pourront escheoir et advenir; ensemble tous et chacuns
les droictz, tant en pensions que aultrement, qui, à cause de ce,
peuvent et pourront, ores et pour l'advenir, compecter à icelle Dame
envers et contre toutes personnes, mesmes envers et à l'endroict du
Roy de France et ses successeurs Roys, sur les terres de son royaulme,
en quelque sorte que ce soit, dont les Roys ou Roynes d'Angleterre
leur pourroient faire demande, débat ou querelle, desquelz icelle
Dame, ou cas susdict, a fait à iceulx Roys de France don, quictance,
cession et transport par ces présentes.

Ce que a esté stipulé et accepté pour le Roy, et ses successeurs Roys,
par Monseigneur le Cardinal de Sens, garde des sceaulx de France à ce
présent, et par nous notaires et secrétaires de la Couronne de France
soubssignez, stipulé et accepté au prouffict d'icelle Couronne de
France par ces présentes receues et expédiées par nous à la requeste
d'icelle Dame; laquelle, pour plus grande approbation d'icelles, les a
vollu signer de sa propre main, ce jourdhuy IIIIe jour d'avril l'an
mil cinq cens cinquente sept, avant Pasques, à Fontainebleau.

     MARIE.

     CLAUSSE. BOURDIN.


II.

AUTRE DONATION FAITE PAR MARIE STUART AU ROI HENRI II.

--du IVe d'avril 1557-[1558].--

(_Archives du royaume, Trésor des Chartes_, J. 679, no. 60.)

TRÈS HAULTE ET TRÈS EXCELLENTE PRINCESSE, MARIE, ROYNE D'ESCOSSE,
présente en personne, a dict et recogneu estre deuement informée des
grans fraiz et impenses cy davant employées, tant par le feu Roy
Françoys (que Dieu absolve) que par le Roy, à présent régnant, et du
grant nombre de finances que chascun jour, ores et à l'advenir, le Roy
a esté et est en volunté d'employer à la protection, tuition et
deffence du royaume d'Escosse, et pour maintenir l'estat d'icelluy
contre les Angloys, anciens ennemyz d'elle et [de] ses progéniteurs,
de façon que, sans les dictz fraiz et impenses jà faictes et à faire,
icelluy royaume d'Escosse eust esté et seroit en évident péril de
totalle ruyne, tellement que la conservation en est entièrement deue
aux Roys de France, dont estoit impossible à icelle Dame faire
récompense comme elle disoit.

Pour ces causes et aultres, ayant prins le conseil de ses meilleurs et
plus singulliers amys, mesmement de Monseigneur le révérendissime et
illustrissime Cardinal de Lorraine et de Monseigneur le duc de Guyse
ses oncles, et aussi parce que ainsi lui a pleu et plaist;

Icelle Dame a dict et déclairé qu'elle veult et ordonne que, advenant
son trespas sans hoirs de son corps, le Roy de France, qui est ou
sera, ayt et joysse du royaulme d'Escosse, fruictz, revenus et
émolumens d'icelluy, et en retienne la plaine possession jusques au
payement et parfaict remboursement d'ung million d'or, ou de telle
aultre somme qui se trouvera deue pour entière satisfaction et
récompence d'iceulx fraiz et impenses, loyallement et par effect
employées à la manutention, deffence et protection de l'estat
d'icelluy royaulme, et ce, sans précompte ou déduction des fruictz sur
les sommes susdictes ou aultres, qui ainsi se trouveront estre deues.

Et pour cet effect, advenant la condition que dessus, dès à présent
comme dès lors, et dès lors comme dès à présent, icelle Dame a ceddé
et dellaissé, cedde et dellaisse par ces présentes au Roy et ses
successeurs, Roys de France, la possession vuyde et vacue du royaulme
d'Escosse, pour en joyr par eulx comme dessus, sans ce que aulcun
empeschement leur puisse en ce estre faict ou donné par personne
quelconque; ce qui a esté accepté, [pour] le Roy et ses successeurs
Roys de France, par Monseigneur le Cardinal de Sens, garde des sceaulx
de France, à ce présent, et par nous soubzsignez, notaires et
secrétaires de la Couronne de France, stipulé et accepté pour icelle
Couronne par ces présentes receues et expédiées par nous à la requeste
d'icelle Dame, laquelle, pour plus grande approbation du contenu en
icelles, les a voulu signer de sa propre main.

Ce jourdhuy IIIIe jour d'avril l'an mil cinq cens cinquente sept,
avant Pasques, à Fontainebleau.

     MARIE.

     CLAUSSE. BOURDIN.


III.

PROTESTATION DE MARIE STUART

_Contre toute renonciation aux actes qui précèdent._

--du 4 avril 1557-[1558].--

(Léonard, _Recueil des traités de Paix, etc._, t. II, p. 510. Paris
1693.)

  ACTE SECRET[71], par lequel Marie, reine d'Écosse, annexe et unit
    son royaume à la couronne de France, au cas qu'elle vienne à
    décéder sans enfants.--Fait à Fontainebleau, le quatrième avril
    1557 avant Pâques. Communiqué en original par messieurs
    Godefroy.

  [71] Cet acte, dont l'original a été depuis longues années
  soustrait du Trésor des Chartes, se trouvait joint aux deux
  précédents du même jour, dont il est inséparable. Communiqué à
  Léonard par MM. Godefroy, il a été inséré à sa date dans le
  Recueil des traités, et reproduit dans la collection de Du Mont
  (_Corps diplomatique_, t. V, part. I, p. 21). Il en est fait
  mention en ces termes dans l'Inventaire du Trésor des Chartes de
  Dupuis (t. VIII, fº 401 Vo, no. 58):--«Protestation par Marie,
  reine d'Écosse et son mary le Dauphin, qu'elle entend que la
  disposition par elle faite [au profit du roi de France] ayt lieu
  et sortisse effect, par laquelle elle avoit ordonné, si elle
  décédoit [sans hoirs] de son corps, que le royaume d'Escosse fût
  uny à la couronne de France, quelque consentement qu'elle ayt
  donné aux articles envoyés par les estats du dict royaume
  d'Escosse et à ce que le dict royaume fût affecté, en deffaut des
  dicts hoirs à aulcuns seigneurs du pays.--A Fontainebleau, l'an
  1557, le 4 avril.»

MARIE, REINE D'ESCOSSE, considérant l'ancienne ligue, alliance,
parfaite et perpétuelle union, d'entre les Rois et Roiaumes de France
et d'Escosse, et qui inviolablement a été gardée, entretenue; et
observée jusques à présent; aussi le gracieux et honorable traitement,
dont elle a été favorisée, par la grandeur et excellence du Très
Chrétien Roi de France, pour de plus en plus confirmer, établir, et du
tout asseûrer l'affectionnée dévotion de ces deux roiaumes, sur toutes
choses auroit et a desiré de lier, joindre, annexer et unir le
roiaume d'Écosse à la Couronne de France; et pour cet effet, en cas
qu'elle décèderoit sans hoirs de son corps, auroit fait certaines
dispositions au profit des Rois de France, lesquelles elle veut sortir
leur plein et entier effet.

Toutefois est de nouvel avertie par la communication qu'elle a eue des
articles et instructions des députez du païs d'Écosse, que, sous la
faveur et secrète pratique de certaines personnes, l'on veut affecter
son roiaume, en défaut d'hoirs de son corps, à aucuns seigneurs du
païs, ôtant par ce moien à elle, vraie Reine, toute faculté et liberté
d'en pouvoir aulcunement disposer, à son très grand regrêt et
préjudice.

A quoi, pour le présent, elle n'a moien de contredire apertement, pour
plusieurs grandes et justes occasions de crainte, dont elle est
retenue; même reconnaissant qu'elle est hors de son roiaume, éloignée
de la vue de ses sujets, non asseurée des places fortes de son païs:
et que si telles choses étoient ouvertement par elle débatues, se
pouroient émouvoir grands troubles et combustions tournans à la ruine
de son roiaume; vû mêmement le tems présent de l'ouverture de la
guerre, qui est au roiaume d'Angleterre, païs ennemi du roiaume de
France, et du sien.

Pour ces causes, a protesté et proteste, que, quelque accord ou
consentement qu'elle ait fait ou fasse aux articles et instructions
envoiez par les États de son roiaume, signamment en ce qui concerne la
succession de son roiaume, au cas qu'elle décède sans hoirs de son
corps; elle veut et entend, que les dispositions par elle faites en
icelui cas, pour et au profit des Rois de France, demeurent entières,
et sortent leur plein et entier effet, nonobstant les accords et
consentemens qu'elle fait ou fera ci après, si aucuns elle en fait sur
iceux articles et instructions, ou aultrement, comme chose qui sera
faite directement contre son gré, vouloir, et intention, dont elle a
demandé acte à Monsieur le Garde des sceaux, qui lui a été octroié,
présens les soussignez notaires et secrétaires de la Couronne de
France.

Et ont été pareilles déclarations et protestations faites par Monsieur
le Daufin, et par lui pareillement requis acte d'icelles, ce qui lui a
été octroié par Monsieur le Garde des sceaux, présens les soussignez
notaires et secrétaires de la Couronne de France.

Pour plus grande aprobation de quoi, Mon dict Sieur le Daufin, et
icelle Dame Reine, ont voulu signer ces présentes de leur propre main,
ce jourdui 4 jour d'avril, l'an 1557 avant Pâques, a Fontainebleau,

     MARIE. FRANÇOIS.

     CLAUSSE. BOURDIN.


IV.

  DÉCLARATION DU ROY DE FRANCE sur la donation du tiltre de la
    couronne d'Angleterre allégué estre faicte par la Royne
    d'Escosse à monsieur le duc d'Anjou.

--du Xe de juillet 1569.--

(_Archives du royaume, Cartons des Rois, K. 96._)

CHARLES, par la grâce de Dieu, Roy de France, à tous ceux qui ces
présentes lettres verront salut:

La Royne d'Escosse, nostre très chère et très amée belle seur et
cousine, nous a faict entendre que voullant traicter avec la Royne
d'Angleterre, aussi nostre très chère et très amée bonne seur et
cousine, des différendz qui sont de long temps entre elles, pour le
tiltre de la Couronne d'Angleterre, il luy a esté allégué par icelle,
nostre dicte bonne seur la Royne d'Angleterre, et les gens de son
conseil, avoir entendu par divers advis que nostre dicte belle seur la
Royne d'Escosse avoit ceddé, assigné et donné tout le droict et tiltre
qu'elle a ou peult prétendre à la couronne d'Angleterre à nostre très
cher et très amé frère le duc d'Anjou et de Bourbonnoys, nostre
lieutenant général, représentant nostre personne par tous noz royaume
et pays de nostre obéyssance, et que telle cession et donation a esté
aprouvée et confirmée de l'autorité de Nostre Sainct Père le Pape; et
que davantage nostre dict frère, comme cessionnaire de la dicte Royne
d'Escosse, voulant poursuivre par armes le droict qui pour telle
raison luy pourroit appartenir, avoit délibéré de faire incursion en
Angleterre soubz ce prétexte et couleur. A l'occasion desquelz
advertissemens, nostre dicte bonne seur avoit différé de convenir et
accorder les susdictz différendz avecque icelle nostre dicte belle
seur la Royne d'Escosse, comme prétendant [que] par tel moyen il n'est
plus en son pouvoir d'en contracter avec asseurance, si premièrement
il n'appert de nostre déclaration de la vérité de ce faict, et
semblablement de celle de la Royne, nostre très honorée dame et mère,
et de nostre dict très cher et très amé frère.

Pour ce est il que Nous estans de ce bien et deuement informez,
déclarons et affirmons, par foy et parolle de Roy, que la dicte
cession et donation de droict et tiltre, que peult prétendre nostre
dicte belle seur la Royne d'Escosse à la couronne d'Angleterre, n'a
jamais esté faicte par elle, ny aultre ayant pouvoir ou commission
d'elle, en faveur de nostre dict frère, et qu'elle n'a non plus esté
approuvée par Nostre Sainct Père le Pape, ny eu jamais nostre dict
frère aucune volonté et intention d'entreprendre invasion à l'encontre
de nostre dicte bonne seur la Royne d'Angleterre ou son royaume, à
l'occasion de telle cession ou donation, ains sont choses qui ne
furent jamais proposées, et tous telz rapportz faulx, calomnieux et
malicieusement controuvez par personnes, qui sont jaloux et envyeux de
la conservation de la mutuelle amytié et bonne intelligence qui est
entre nostre dicte bonne seur la Royne d'Angleterre et Nous;

Et tout ce que dessus certiffions et asseurons estre véritable sur noz
honneur et conscience.

En tesmoing de ce nous avons signé les présentes de nostre main et à
icelles faict mectre nostre séel.

A Orléans le dixième de juillet mil Ve soixante neuf et de nostre
règne le neufiesme.

     Ainsi signé CHARLES.

     Et séellé de cire jaulne.

Et sur le dos,

     Par le Roy, BRULLART.


V.

  DÉCLARATION DE MONSIEUR LE DUC D'ANJOU sur la donation du tiltre
    de la couronne d'Angleterre allégué luy estre faicte par la
    Royne d'Escosse.

--du XVIIe de juillet 1569.--

(_Archives du Royaume_, Cartons des Rois, K 96.)

HENRY, fils et frère du Roy, duc d'Anjou et de Bourbonnoys, Comte de
Forestz et premier Pair de France, Lieutenant Général du Roy,
représentant sa personne par tous ses pays, terres et seigneuries de
son obéyssance; à tous ceux qui ces présentes lettres verront salut:

La Royne d'Escoce, nostre très chère et très amée seur, nous a faict
entendre que voullant traicter avecque la Royne d'Angleterre, nostre
cousine, des différendz qui sont de long temps entre elles pour le
tiltre de la couronne d'Angleterre, il luy a esté mis en avant et
allégué, par la dicte Royne d'Angleterre et les gens de son Conseil,
avoir entendu par plusieurs et divers adviz que nostre dicte belle
seur la Royne d'Escosse nous avoit donné tout le droict et tiltre
qu'elle a et peult prétendre à la couronne d'Angleterre, et que telle
cession et donation a esté approuvée et confirmée par l'authorité de
Nostre Sainct Père le Pape, et que davantage Nous, comme cessionnaire
de la dicte Royne d'Escosse, voulant poursuivre par armes le droict
qui pour telle raison nous pourroit appartenir, aurions délibéré faire
incursion en Angleterre soubz ce prétexte et couleur. A l'occasion
desquelz advertissements la dicte Royne d'Angleterre auroit différé de
convenir et accorder les susdictz différendz avec icelle nostre dicte
belle seur la Royne d'Escosse, prétendant par telle moyen n'estre plus
en son pouvoir contracter avecq asseurance, si premièrement il
n'appert de nostre déclaration contenant la vérité du faict, et
semblablement de celle du Roy, nostre très honoré Seigneur et Frère,
et de la Royne nostre très honorée Dame et Mère.

Pour ce, est il que Nous estant de ce bien et deuement informez,
déclarons et affirmons, en foy et parolle de Prince, que la dicte
cession et donation de droict et tiltre, que peult prétendre nostre
dicte belle seur la Royne d'Escosse à la couronne d'Angleterre, ne
nous a jamais esté faicte par elle, ny aultre ayant pouvoir ou
commission d'elle, non seullement pensée, ne qu'elle n'a non plus esté
approuvée par Nostre dict Sainct Père le Pape, et que jamais n'avons
eu aulcune volonté ny intention d'entreprendre aucune guerre ny
invasion à l'encontre de la dicte Royne d'Angleterre, ou son royaume,
à l'occasion de telle cession et donation; et telz adviz qui luy ont
esté donnez et rapportz faictz ne peuvent estre que faulx et
malicieusement controuvez de personnes, qui sont jaloux et envyeux de
la conservation de la mutuelle amitié et bonne intelligence qui est
entre le Roy, Nostre dict Seigneur et Frère, et la dicte Royne
d'Angleterre.

Nous, à ces causes, certiffions et asseurons à tous qu'il appartiendra
tout ce que dessus estre véritable sur notre honneur et conscience.

En tesmoing de quoy, nous avons signé les présentes de nostre main et
à icelles faict mettre le séel de noz armes.

Donné au camp de Ambazac, le dix septiesme jour de juillet l'an mil
cinq cens soixante neuf.

     Ainsi signé HENRY.

     Et séellé de cire rouge.

Et sur le dos,

     Par Monseigneur duc, filz et frère du Roy,

     SARRES.


     FIN DU PREMIER VOLUME.



     TABLE

     DES MATIÈRES DU PREMIER VOLUME.


     ANNÉE 1568.

                                                                 Pages


     NOTICE biographique.              j

     COMPTE RENDU AU ROI par La Mothe Fénélon
       à son retour d'Angleterre.                                XXIII

     OBSERVATIONS sur le manuscrit.                             XXXVII


     _1re Dépêche._--16 novembre.--

     AU ROI.                                                         1

     Audience de réception.                                        _Ib._

     A LA REINE.                                                     6

     Mort de la reine d'Espagne.                                     7


     _2e Dépêche._--22 novembre.--

     AU ROI.                                                        10

     Départ de M. De La Forêt.                                     _Ib._

     Armement pour la Rochelle.                                    _Ib._

     Convocation à Hamptoncourt.                                    11

     A LA REINE.                                                    14

     Affaires d'Écosse, nouvelles d'Allemagne.                     _Ib._


     _3e Dépêche._--29 novembre.--

     AU ROI.                                                        16

     Préparatifs de guerre.                                         17

     Projets du duc de Norfolk.                                    _Ib._

     La Conférence d'York transférée à Londres.                     18

     Élisabeth prétend juridiction sur Marie Stuart.                19

     Lettres que l'on veut produire.                               _Ib._

     Suspectes de faux.                                            _Ib._

     A LA REINE.                                                    20

     Desseins des Protestants anglais contre la France.            _Ib._

     Danger de la reine d'Écosse.                                   22

     Nécessité de lui envoyer de Paris un bon avocat.               23


     _4e Dépêche._--5 décembre.--

     AU ROI.                                                        24

     Secours pour la Rochelle.                                     _Ib._

     Désaccord sur les affaires de la reine d'Écosse.               25

     Combat de Jaseneuil.                                          _Ib._

     Lettres de marque contre les Bretons.                          26

     A LA REINE.                                                    27

     Audience de l'ambassadeur.                                    _Ib._

     Détails sur les troubles de France.                           _Ib._

     Affaires d'Écosse.                                             33


     _5e Dépêche._--10 décembre.--

     AU ROI.                                                        35

     Succès remportés en France.                                   _Ib._

     Audience.                                                     _Ib._

     Négociations des députés de la Rochelle.                       37

     Remontrance de Marie Stuart.                                   38

     A LA REINE.                                                    41

     Effet produit par les succès de France.                       _Ib._

     Arrivée à Plymouth du trésor d'Espagne.                        43


     _6e Dépêche._--15 décembre.--

     AU ROI.                                                        44

     Départ de la flotte de Me. Winter.                            _Ib._

     Projet d'Élisabeth sur l'Écosse.                               45

     Apparence de troubles en Irlande.                             _Ib._

     Proposition de guerre contre la France.                        46

     Elle est discutée dans le conseil d'Angleterre.               _Ib._

     Opinion de sir William Cecil.                                 _Ib._

     La guerre ne sera pas déclarée ouvertement.                    47

     A LA REINE.                                                    49

     Bonne disposition d'Élisabeth pour la France.                 _Ib._

     Entreprise contre la reine d'Écosse.                           50

     _Consultation_ sur ses remontrances.                           51


     _7e Dépêche._--21 décembre.--

     AU ROI.                                                        54

     Expédition maritime.                                          _Ib._

     Déclaration d'Élisabeth touchant la France.                    55

     A LA REINE.                                                    57

     Affaires d'Écosse.                                            _Ib._


     _8e Dépêche._--28 décembre.--

     AU ROi.                                                        59

     Saisie du trésor d'Espagne.                                   _Ib._

     Audience.                                                      60

     Assurance de paix.                                            _Ib._

     A LA REINE.                                                    64

     Nouveaux détails d'audience.                                   65

     _Lettre secrète_ à la reine.                                   66

     Projets de mariage.                                            67

     Coalition contre Cecil.                                        69

     Proposition d'un blocus continental.                           70

     _Mémoire général._                                             73

     _Déclaration_ de Marie Stuart pour être entendue.              80

     _Réponse_ d'Élisabeth.                                         82


ANNÉE 1569.--PREMIÈRE PARTIE.


     _9e Dépêche._--2 janvier.--

     AU ROI                                                         84

     Succès de France.                                             _Ib._

     Nouvelles d'Allemagne.                                         86

     Menaces contre les Bretons.                                    87

     A LA REINE.                                                    88

     Cartels relatifs aux affaires d'Écosse.                        89


     _10e Dépêche._--6 janvier.--

     AU ROI.                                                       _Ib._

     Négociation pour le trésor d'Espagne.                         _Ib._

     Pirates en mer.                                                90

     Crainte pour Calais.                                           91

     Accusation contre les dénonciateurs de Marie Stuart.           92

     A LA REINE.                                                    93

     Retour de la flotte venant de Bordeaux.                       _Ib._


     _11e Dépêche._--10 janvier.--

     AU ROI.                                                        94

     Saisie générale sur les Anglais dans les Pays-Bas.            _Ib._

     A LA REINE.                                                    95

     Représailles des Anglais.                                     _Ib._

     _Mémoire général._                                             96

     Détails sur cette saisie.                                     _Ib._

     Armements en Angleterre.                                       98

     Ligue proposée par le comte de Murray.                        101

     Cartel de lord Lindsay à lord
     Herries.                                                      102

     Marie Stuart remise au comte de Shrewsbury.                   103

     _Mémoire secret_ pour la reine.                               104

     _Proclamat. d'Élisabeth_ (6 janvier).--Interdiction
     de commerce avec l'Espagne.--Saisie générale sur les
     Espagnols en Angleterre.                                      107


     _12e Dépêche._--17 janvier.--

     AU ROI.                                                       113

     Arrestation de l'ambassadeur d'Espagne.                       114

     Négociations.                                                 116

     Retour de Me. Winter.                                         117

     A LA REINE.                                                  _Ib._

     Crainte de guerre.--Affaires d'Écosse.                        118

     _Réponse_ de l'ambassadeur d'Espagne à la proclamation du
     6 janvier.                                                    119


     _13e Dépêche._--20 janvier.--

     AU ROI.                                                       123

     Audience.                                                     124

     A LA REINE.                                                   135

     Crainte de guerre malgré les assurances de paix données
     par Élisabeth.                                               _Ib._

     _Discours_ envoyé de la Rochelle.                             137

     Opérations militaires des protestants.                       _Ib._

     _Lettre_ venant de la Rochelle.                               147


     _14e Dépêche._--24 janvier.--

     AU ROI.                                                       150

     Le sieur d'Assoleville envoyé par le duc d'Albe.             _Ib._

     Saisie faite à Rouen sur les Anglais.                        _Ib._

     Secours fournis à la Rochelle.                                153

     Discussions dans le conseil.                                  154

     Départ du comte de Murray.                                    155

     A LA REINE.                                                   156

     Demande d'explications sur la saisie de Rouen.               _Ib._


     _15e Dépêche._--30 janvier.--

     AU ROI.                                                       158

     Le sieur d'Assoleville arrêté.                               _Ib._

     Préparatifs de guerre.                                        160

     Secours fournis au comte de Murray.                           161

     A LA REINE.                                                   163

     Négociation sur la saisie de Rouen.                          _Ib._

     _Mémoire._--Explications données par Me. Winter sur son
     voyage à la Rochelle.                                         164

     _Mémoire secret._                                             169

     _Fin du discours_ envoyé de la Rochelle.                      172

     _Réclamation_ des marchands anglais contre la saisie de
     Rouen.                                                        174

     _Ordonnance d'Élisabeth_ (29 janvier).--Défense de vendre
     les prises faites sur les Français.                           175


     _16e Dépêche._--6 février.--

     AU ROI.                                                       176

     Négociations avec l'Espagne.                                 _Ib._

     Secours secrets pour la Rochelle.                             178

     A LA REINE.                                                   180

     Retraite du prince d'Orange.                                 _Ib._

     _Désastre_ éprouvé par sir John Hawkins à la Vera-Cruz.       182

     Sa flotte détruite par les Espagnols.                         183


     _17e Dépêche._--10 février.--

     AU ROI.                                                       184

     Audience.                                                    _Ib._

     A LA REINE.                                                   189

     Crainte d'une entreprise sur la Normandie                     190


     _18e Dépêche._--15 février.--

     AU ROI.                                                       191

     Assurances de paix.                                          _Ib._

     Négociations sur les prises.                                  192

     Affaires des Pays-Bas.                                        194

     Marie Stuart conduite à Tutbury.                              195

     Troubles en Irlande.                                         _Ib._

     A LA REINE.                                                   196

     Favorable disposition d'Élisabeth.                           _Ib._

     _Proclamation d'Élisabeth_ (3 février),--ordonnant des
     apprêts de guerre.                                            199


     _19e Dépêche._--20 février.--

     AU ROI.                                                       200

     Grands préparatifs de guerre.                                _Ib._

     A LA REINE.                                                   203

     Condamnation d'un livre sur la religion.                      204

     Divisions en Angleterre.                                     _Ib._

     _Lettre de Marie Stuart_ à Élisabeth (10 février).            206


     _20e Dépêche._--25 février.--

     AU ROI.                                                       209

     Charles IX refuse sa médiation pour les affaires des
     Pays-Bas.                                                     210

     Négociations de l'Espagne.                                    211

     Prises faites par les Anglais.                                212

     A LA REINE.                                                  _Ib._

     Affaires d'Espagne.                                           213

     _Liste des capitaines_ de réputation qui se mettent en mer.   214


     _21e Dépêche._--1er mars.--

     A LA REINE.                                                   215

     Départ du secrétaire La Vergne pour se justifier en France.  _Ib._


     _22e Dépêche._--8 mars.--

     AU ROI.                                                       217

     Sommation faite à Élisabeth de déclarer si elle veut la
     paix ou la guerre.                                           _Ib._

     Audience.                                                    _Ib._

     A LA REINE.                                                   223

     Hésitation du conseil.                                       _Ib._

     _Mémoire général._                                            225

     _Mémoire secret._                                             233

     Coalition contre sir William Cecil.                          _Ib._

     _Remontrances de l'ambassadeur._                              237

     _Plainte_ des négociants français.                            241

     _Déclaration du conseil_ (3 mars), que la paix sera
     maintenue.                                                    243


     _23e Dépêche._--13 mars.--

     AU ROI.                                                       252

     Plaintes contre le sieur Norrys, ambassadeur en France.      _Ib._

     Audience.                                                     253

     Prises sur les Espagnols.                                     255

     Départ du sieur d'Assoleville.                                256

     Il n'a pu remplir sa mission.                                _Ib._

     A LA REINE.                                                  _Ib._

     Saisie sur les Anglais à Calais, Rouen et Dieppe.             257

     Proposition de traité pour les prises.                       _Ib._

     _Mémoire secret._                                             258

     Conspiration pour le renversement de Cecil et le
      rétablissement de la religion catholique en Angleterre.     _Ib._


     _24e Dépêche._--16 mars.--

     AU ROI.                                                       263

     Mesures prises contre les pirates.                           _Ib._

     A LA REINE.                                                   265

     Qu'il soit usé de même en France.                            _Ib._

     _Ordonnance d'Élisabeth_ contre les pirates (10 mars).        266


     _25e Dépêche._--21 mars.--

     AU ROI.                                                       268

     Négociations des protestants de France.                      _Ib._

     Apprêts de guerre.                                            269

     Départ d'une flotte pour la Rochelle.                         270

     Plaintes du sieur Norrys.                                     272

     A LA REINE.                                                   274

     Prière qu'il soit donné satisfaction au sieur Norrys.        _Ib._


     _26e Dépêche._--25 mars.--

     AU ROI.                                                       277

     Audience.                                                    _Ib._

     A LA REINE.                                                   281

     Assurances d'amitié données par Élisabeth.                   _Ib._

     _Lettre de Marie Stuart_ à Élisabeth (14 mars).               283

     _Lettre de Marie Stuart_ à l'ambassadeur (15 mars).           286


     _27e Dépêche._--29 mars.--

     AU ROI.                                                       287

     Victoire de Jarnac (13 mars).                                 288

     A LA REINE.                                                   291

     Condoléance sur sa maladie.                                  _Ib._


     _28e Dépêche._--6 avril.--

     AU ROI.                                                       292

     Conversation avec le comte de Leicester.                      293

     Combat naval entre les Anglais et les Espagnols.              296

     A LA REINE.                                                   298

     Saisie générale faite dans toute l'Espagne sur les Anglais.   299

     _Convent. de Glascow_ (13 mars).--Accord entre le duc de
     Chatellerault et le comte de Murray.                          300


     _29e Dépêche._--12 avril.--

     AU ROI.                                                       302

     Audience du sieur de Montafie, envoyé de France après la
     bataille de Jarnac.                                          _Ib._

     A LA REINE.                                                   306

     Nouvelles assurances de paix données par Élisabeth.          _Ib._


     _30e Dépêche._--17 avril.--

     AU ROI.                                                       308

     Faux bruits semés à Londres.                                 _Ib._

     Audience.                                                     309

     A LA REINE.                                                   314

     Nouveaux détails d'audience.                                 _Ib._


     _31e Dépêche._--20 avril.--

     AU ROI.                                                       317

     Désir d'Élisabeth de voir une pacification en France.         318

     A LA REINE.                                                   319

     Recommandation pour le sieur Norrys.                         _Ib._

     _Mémoire général._                                            320

     _Mémoire secret._                                             329

     Traité proposé par les seigneurs catholiques d'Angleterre.    330

     Avis de l'ambassadeur.                                        333


     _32e Dépêche._--23 avril.--

     AU ROI.                                                       336

     Sortie de la flotte pour la Rochelle.                        _Ib._

     Affaires d'Écosse et des Pays-Bas.                            338

     A la Reine.                                                   339

     Assurance que la flotte ne porte pas de secours aux
     protestants.                                                 _Ib._

     Justification contre les reproches faits par M. de Cossé.     340

     _Proclamation du comte de Murray._--Approbation
     d'Élisabeth.--Marie Stuart déclarée complice du meurtre
     de Darnley.                                                   342

     _Lettre d'Élisabeth_ à Marie Stuart (31 mars).                344

     _Lettre de Marie Stuart_ à Élisabeth (15 avril).              346

     _Lettre de Marie Stuart_ à l'ambassadeur.                     348

     _Protestation_ de l'ambassadeur d'Espagne contre la conduite
     tenue à son égard.                                            349


     _33e Dépêche._--20 avril.--

     AU ROI.                                                       353

     Relâche de la flotte de la Rochelle.                         _Ib._

     Continuation du voyage malgré l'opposition de
     l'ambassadeur.                                               _Ib._

     Audience.                                                     354

     Conférence avec les seigneurs du conseil.                     355

     Déport de la flotte pour Hambourg.                           _Ib._

     A LA REINE.                                                   357

     Condoléance d'Élisabeth sur la maladie de la
     reine.--Détails d'audience.                                  _Ib._

     _Remontrances de l'ambassadeur_ à Élisabeth (25 avril).       358

     _Avis_ donné par M. Norrys sur les guerres de France.         362

     _Proclamation d'Élisabeth_ contre les pirates (27 avril).     364


     _34e Dépêche._--6 mai.--

     AU ROI.                                                       366

     Instructions pour la flotte de la Rochelle.                  _Ib._

     Entrée du duc de Deux-Ponts en France.                        367

     Arrivée des députés de la Rochelle.                          _Ib._

     Nouvelles de la flotte de Hambourg.                           368

     Mission de l'évêque de Ross.                                  369

     Résultat de l'assemblée de l'Islebourg.                      _Ib._

     Le duc de Chatellerault et lord Herries emprisonnés.         _Ib._

     A LA REINE.                                                   370

     Incertitude sur la continuation de la paix.                  _Ib._


     _35e Dépêche._--12 mai.--

     AU ROI.                                                       372

     Vives sollicitations de Marie Stuart.                        _Ib._

     Délibérations du conseil.                                     373

     Objets du culte catholique brûlés publiquement.               374

     A LA REINE.                                                   375

     Recommandation pour Marie Stuart.                            _Ib._

     Attente d'événements importants.                             _Ib._

     _Lettre de Marie Stuart_ à l'ambassadeur (18 avril).          376

     _Autre_ (30 avril).                                           378

     _Lettre du comte de Hunteley_ à
     Marie Stuart.                                                 379

     _Lettre de Marie Stuart_ à Élisabeth (24 avril).              380

     _Autre_ (25 avril).                                           381

     _Autre_ (28 avril).                                           382

     _Mémoire._                                                    384

     Division entre les seigneurs d'Angleterre.--Négociations
     pour les affaires d'Espagne.--Nécessité de secourir le
     château de Dumbarton.                                        _Ib._


     _36e Dépêche._--16 mai.--

     AU ROI.                                                       385

     Négociations des députés de la Rochelle.                     _Ib._

     Secours pour le duc de Deux-Ponts.                            387

     Négociations avec les Pays-Bas.                               388

     A LA REINE.                                                   389

     Bruits semés à Londres.                                      _Ib._

     _Lettre de Marie Stuart_ à l'ambassadeur (7 mai).             390

     _Remontrances_ de l'ambassadeur sur le commerce.              391

     _Réponse_ aux remontrances.                                   394


     _37e Dépêche._--23 mai.--

     AU ROI.                                                       396

     Répression de la piraterie.                                   397

     Crainte à Londres d'entreprises de la part des Français et
     des Espagnols.                                                398

     Négociations pour les Pays-Bas.                               400

     A LA REINE.                                                   401

     Défaut de nouvelles de France.                               _Ib._

     Maladie de Marie Stuart.                                      403

     _Mémoire général_ sur les affaires de France, d'Espagne
     et d'Écosse.                                                 _Ib._

     Marie Stuart accusée d'avoir fait cession à un prince
     français de ses droits sur l'Angleterre.                      412

     _Mémoire du cardinal de Chatillon_ à Élisabeth
     (26 mai).--État des protestants en France.                    414


     _38e Dépêche._--28 mai.--

     AU ROI.                                                       416

     Départ de l'envoyé du duc de Deux-Ponts.                     _Ib._

     Préparatifs de défense.                                       417

     Emprunt fait par Élisabeth.                                   418

     Négociations pour les Pays-Bas.                              _Ib._

     A LA REINE.                                                   420

     Nouvelles plaintes contre le défaut de nouvelles de
     France.                                                      _Ib._

     _Lettre de Marie Stuart_ à l'évêque de Ross (10 mai),
     sur la maladie violente dont elle a été attaquée.             421

     _Lettre de Marie Stuart_ à Élisabeth
     (15 mai).--Protestation qu'elle n'a fait aucune cession
     de ses droits.                                                422


     _Addition à la 38e Dépêche._

     PIÈCES relatives à la cession faite par Marie Stuart
     de ses droits à la couronne d'Angleterre.                     423

     _Donation_ faite par Marie Stuart au profit de Henri II
     et ses successeurs, du royaume d'Écosse et de ses droits
     au trône d'Angleterre (4 avril 1558.)                         425

     _Autre donation_ des revenus du royaume d'Écosse,
     seulement jusqu'à parfait remboursement des sommes dues
     à la France (4 avril 1558.)                                   427

     _Renonciation_ à tous actes qui pourraient emporter
     révocations des dispositions qui précèdent (4 avril 1558.)    429

     _Déclaration_ du roi Charles IX (10 juillet 1569),
     qu'aucune cession n'a eu lieu.                                431

     _Déclaration_ du duc d'Anjou (17 juillet 1569),
     attestant le même fait.                                       433


FIN DE LA TABLE DU PREMIER VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Matkustus Belgiaan" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home