Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Oeuvres par Maximilien Robespierre — Miscellaneous
Author: Robespierre, Maximilien, 1758-1794
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Oeuvres par Maximilien Robespierre — Miscellaneous" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



[Transcriber's notes: Maximilien Robespierre (1758-1794), Dédicace aux
mânes de Jean-Jacques Rousseau

Texte en français moderne par Albert Laponneraye d'après les _Mémoires
authentiques de Maximilien Robespierre_ (anonyme, 1830) qui
reproduisent en fac-simile le manuscrit original]



DEDICACE DE MAXIMILIEN ROBESPIERRE AUX MANES DE JEAN-JACQUES ROUSSEAU.



C'est à vous que je dédie cet écrit, mânes du citoyen de Genève! Que
s'il est appelé à voir le jour, il se place sous l'égide du plus
éloquent et du plus vertueux des hommes. Aujourd'hui plus que jamais
nous avons besoin d'éloquence et de vertu. Homme divin! tu m'as appris
à me connaître; bien jeune, tu m'as fait apprécier la dignité de ma
nature, et réfléchir aux grands principes de l'ordre social. Le vieil
édifice s'est écroulé; le portique d'un édifice nouveau s'est élevé sur
ses décombres et, grâce à toi, j'y ai apporté ma pierre. Reçois donc
mon hommage; tout faible qu'il est, il doit te plaire; je n'ai jamais
encensé les vivants.

Je t'ai vu dans tes derniers jours, et ce souvenir est pour moi la
source d'une joie orgueilleuse; j'ai contemplé tes traits augustes, j'y
ai vu l'empreinte des noirs chagrins auxquels t'avaient condamné les
injustices des hommes. Dès lors j'ai compris toutes les peines d'une
noble vie qui se dévoue au culte de la vérité, elles ne m'ont pas
effrayé. La confiance d'avoir voulu le bien de ses semblables est le
salaire de l'homme vertueux; vient ensuite la reconnaissance des
peuples qui environne sa mémoire des honneurs que lui ont donnés ses
contemporains. Comme toi, je voudrais acheter ces biens an prix d'une
vie laborieuse, au prix même d'un trépas prématuré.

Appelé à jouer un rôle au milieu des plus grands évènements qui aient
jamais agité le monde; assistant à l'agonie du despotisme et au réveil
de la véritable souveraineté, près de voir éclater des orages amoncelés
de toutes parts, et dont nulle intelligence humaine ne peut deviner
tous les résultats, je me dois à moi-même, je devrai bientôt à mes
concitoyens compte de mes pensées et de mes actes. Ton exemple est là,
devant mes yeux. Tes admirables Confessions, cette émanation franche et
hardie de l'âme la plus pure, iront à la postérité moins comme un
modèle d'art, que comme un prodige de vertu. Je veux suivre ta trace
vénérée, dussé-je ne laisser qu'un nom dont les siècles à venir ne
s'informeront pas; heureux si, dans la périlleuse carrière qu'une
révolution inouïe vient d'ouvrir devant nous, je reste constamment
fidèle aux inspirations que j'ai puisées dans tes écrits.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *      *



[Transcriber's notes: Maximilien Robespierre (1758-1794), _Cahier de
doléances des cordonniers mineurs de la ville d'Arras_ (mars 1789)

Mis en français moderne par J.-A. Paris]



Doléances du corps des cordonniers mineurs de la ville d'Arras



1° Les Cordonniers mineurs se plaignent de ce que le métier qui les
fait vivre avec tant de peine est encore exposé aux usurpations de tous
ceux qui veulent l'exercer contre les droits que leur assurent leurs
lettres patentes; de manière que la plupart d'entre eux sont réduits à
la misère la plus profonde; il faudrait ou leur assurer du pain de
quelque manière, ou du moins réprimer les entreprises de ceux qui
viennent envahir le privilège qu'ils ont payé.


2° Une circonstance nouvelle, et qui est peut-être un fléau commun à
toute la France, ajoute encore au malheur de leur condition. Le
haussement considérable dans le prix des cuirs, occasionné par le
traité de commerce conclu avec l'Angleterre, met la plupart d'entre eux
hors d'état d'acheter la marchandise même qui est la matière de leur
travail, c'est-à-dire de vivre. Ceux mêmes qui peuvent encore faire
cette dépense ne sont pas beaucoup  plus heureux, parce qu'ils ne
peuvent porter le prix de leur travail à un taux proportionné à celui
du cuir; parce que l'artisan, pressé par la faim, et qui attend chaque
jour le modique salaire sur lequel il fonde sa subsistance, est
nécessairement forcé à souscrire aux conditions injustes que l'égoïsme
et la dureté des riches lui imposent. Il paraîtra peut-être singulier
que les Cordonniers mineurs soient ceux qui invitent la Nation à
s'occuper du traité de commerce avec l'Angleterre; mais cette
singularité ne peut exister qu'aux yeux des préjugés; car aux yeux de
la raison et de l'humanité, il est évident que l'intérêt d'une
multitude de citoyens pauvres, à qui ce traité fatal peut ôter leur
subsistance, est infiniment plus sacré que celui même des commerçants
les plus célèbres dont il ne fait que diminuer la fortune.


3° Ils observent que, dans cet état de détresse, ils devraient au moins
être exempts des petites exactions qui achèvent de les accabler. Ils
ont donc le droit de se plaindre de ce que MM. les officiers municipaux
ont augmenté depuis peu les rétributions qu'on les oblige de payer à
certaines personnes attachées à ce corps, pour la reddition des comptes
de la communauté; ils se plaignent surtout de la nécessité qui a été
imposée depuis deux ans à leurs mayeurs de rendre au Magistrat les
comptes de la communauté, qui ne doivent être rendus qu'à la communauté
elle-même; ce qui est évidemment contraire aux droits de la liberté et
aux principes de la justice.


4° Ils ont une réclamation plus intéressante encore à former, qui leur
est commune avec toutes les classes de citoyens que la fortune a le
moins favorisés. Ils demandant que les officiers municipaux, qui ne
doivent être que les hommes et les mandataires du peuple, ne se
permettent plus à l'avenir d'attenter arbitrairement à la liberté des
citoyens sous le prétexte de police, pour des raisons frivoles et
souvent injustes, non seulement en les envoyant en prison, mais même en
les menaçant trop légèrement de ce traitement ignominieux. Cet usage
trop commun ne peut qu'avilir le peuple qu'on méprise; au lieu que le
premier devoir de ceux qui le gouvernent est d'élever, autant qu'il est
en eux, son caractère, pour lui inspirer le courage et les vertus qui
sont la source du bonheur social. On n'oserait adresser ces outrages
aux citoyens de la classe la plus aisée: de quel droit les
prodigue-t-on aux citoyens pauvres? Ils sont précisément ceux à qui les
magistrats doivent le plus de protection, d'intérêt et de respect.



(Signé)  Cauderlier, Jean-Baptiste Riez



      *      *      *      *      *      *      *      *      *      *



[Transcriber's notes: Maximilien Robespierre (1758-1794), _Impressions
d'un voyage à Carvin_ (1783)

Transcrit en français moderne par Alphonse Aulard]



(A vingt-cinq ans, Maximilien Robespierre fit un voyage de plusieurs
jours à Carvin. Dans une lettre, il fait, en un style badin, la
relation de cette excursion.)


(Publié par Alphonse Aulard, La Révolution Française, revue d'Histoire
moderne et contemporaine, t.XI, p. 359 et suiv.; par G. H. Lewes dans
The Life of Maximilien Robespierre, with extracts from his unpublished
corrospondance. Philadelphia, Carrey and Hart, 1849.) (le manuscrit
original a appartenu à Noël Charavay.)



LETTRE DE ROBESPIERRE


Monsieur,


Il n'est pas de plaisirs agréables si on ne les partage avec ses amis.
Je vais donc vous faire la peinture de ceux que je goûte depuis
quelques jours.

N'attendez pas une relation de mon voyage; on a si prodigieusement
multiplié ces espèces d'ouvrages depuis plusieurs années que le public
en pourrait être rassasié. Je connais un auteur qui fit un voyage de
cinq lieues et qui le célébra en vers et en prose.

Qu'est-ce cependant que cette entreprise comparée à celle que j'ai
exécutée? Je n'ai pas seulement fait cinq lieues, j'en ai parcouru six,
et six bonnes encore, au point que, suivant l'opinion des habitants de
ce pays elles valent bien sept lieues ordinaires. Cependant je ne vous
dirai pas un mot de mon voyage. J'en suis fâché pour vous, vous y
perdrez, il vous offrirait des aventures infiniment intéressantes:
celles d'Ulysse et de Télémaque ne sont rien auprès.

Il était cinq heures du matin quand nous partîmes; le char qui nous
portait sortait des portes de la ville [Arras. Note d'A. Aulard.]
précisément au même instant où celui du Soleil s'élançait au sein de
l'Océan; il était orné d'un drap d'une blancheur éclatante dont une
partie flottait abandonnée au souffle des zéphyrs; c'est ainsi que nous
passâmes en triomphe devant l'aubette des commis. Vous jugez bien que
je ne manquais pas de tourner mes regards de ce côté, je voulais voir
si les argus de la ferme ne démentiraient pas leur antique réputation
d'honnêteté, moi-même animé d'une noble émulation, j'osais prétendre à
la gloire de les vaincre en politesse, s'il était possible. Je me
penchai sur le bord de la voilure et, ôtant un chapeau neuf qui
couvrait ma tête, je les saluai avec un souris gracieux, je comptais
sur un juste retour. Le croiriez-vous? Ces commis, immobiles comme des
termes à l'entrée de leur cabane, me regardèrent d'un oeil fixe sans me
rendre mon salut. J'ai toujours eu infiniment d'amour-propre; cette
marque de mépris me blessa jusqu'au vif et me donna pour le reste du
jour une humeur insupportable. Cependant nos coursiers nous emportaient
avec une rapidité que l'imagination ne saurait concevoir. Ils
semblaient vouloir le disputer en légèreté aux chevaux du Soleil qui
volaient au-dessus de nos têtes; comme j'avais moi-même fait assaut de
politesse avec les commis de la porte Méaulens, d'un saut ils
franchirent le faubourg Sainte-Catherine, ils en firent un second, et
nous étions sur la place de Lens; nous nous arrêtâmes un moment dans
cette ville. J'en profitai pour considérer les beautés qu'elle offre à
la curiosité des voyageurs. Tandis que le reste de la compagnie
déjeunait, je m'échappai et montai sur la colline où est situé le
calvaire; de là, je promenai mes regards avec un sentiment mêlé
d'attendrissement et d'admiration sur cette vaste plaine où Condé, à
vingt ans, remporta sur les Espagnols cette célèbre victoire qui sauva
la patrie. Mais un objet bien plus intéressant fixa mon attention:
c'était l'Hôtel de Ville. Il n'est remarquable ni par sa grandeur ni
par sa magnificence, mais il n'en avait pas moins de droits à
m'inspirer le plus vif intérêt; cet édifice si modeste, disais-je en le
contemplant, est le sanctuaire où le mayeur T..., en perruque ronde et
la balance de Thémis à la main, pesait naguère avec impartialité, les
droits de ses concitoyens. Ministre de la Justice et favori d'Esculape,
après avoir prononcé une sentence il allait dicter une ordonnance de
médecin. Le criminel et le malade éprouvaient une égale frayeur à son
aspect, et ce grand homme jouissait, en vertu d'un double titre, du
pouvoir le plus étendu qu'un homme ait jamais exercé sur ses
compatriotes.

Dans mon enthousiasme, je n'eus pas de repos que je n'eusse pénétré
dans l'enceinte de l'Hôtel de Ville. Je voulais voir la salle
d'audience, je voulais voir le tribunal où siègent les échevins. Je
fais chercher le portier dans toute la ville, il vient, il ouvre, je me
précipite dans la salle d'audience. Saisi d'un respect religieux je
tombe à genoux dans ce temple auguste et je baise avec transport le
siège qui fut jadis pressé par le fessier du grand T...

C'était ainsi qu'Alexandre se prosternait aux pieds du tombeau
d'Achille et que César allait rendre hommage au monument qui renfermait
les cendres du conquérant de l'Asie.

Nous remontâmes sur notre voiture; à peine m'étais-je arrangé sur ma
botte de paille que Carvin s'offrit à mes yeux; à la vue de cotte terre
heureuse nous poussâmes tous un cri de joie semblable à celui que
jetèrent les Troyens échappés au désastre d'ilion lorsqu'ils aperçurent
les rivages de l'Italie.

Les habitants de ce village nous firent un accueil qui nous dédommagea
bien de l'indifférence des commis de la porte de Méaulens. Des citoyens
de toutes les classes signalaient à l'envi leur empressement pour nous
voir; le savetier arrêtait son outil prêt à percer une semelle, pour
nous contempler à loisir; le perruquier abandonnant une barbe à demi
faite, accourait au devant de nous le rasoir à la main; la ménagère,
pour satisfaire sa curiosité, s'exposait au danger de voir brûler ses
tartes. J'ai vu trois commères interrompre une conversation très animée
pour voler à leur fenêtre; enfin nous goûtâmes pendant le trajet qui
fut, hélas! trop court, la satisfaction flatteuse pour l'amour-propre
de voir un peuple trop nombreux s'occuper de nous. Qu'il est doux de
voyager, disais-je en moi-même! On a bien raison de dire qu'on n'est
jamais prophète dans son pays; aux portes de votre ville on vous
dédaigne; six lieues plus loin, vous devenez un personnage digne de la
curiosité publique.

J'étais occupé de ces sages réflexions, lorsque nous arrivâmes à la
maison qui était le terme de notre voyage. Je n'essaierai pas de vous
peindre les transports de tendresse qui éclatèrent alors dans nos
embrassements: ce spectacle vous aurait arraché des larmes. Je ne
connais dans toute l'histoire qu'une seule scène de ce genre que l'on
puisse comparera celle-là; lorsqu'Enée après la prise de Troyes aborda
en Epire avec sa flotte, il y trouva Hélénus et Andromaque que le
destin avait placés sur le trône de Pyrrhus. On dit que leur entrevue
fut des plus tendres. Je n'en doute pas. Enée qui avait le coeur
excellent, Hélénus qui était le meilleur Troyen du monde et Andromaque,
la sensible épouse d'Hector, versèrent beaucoup de larmes, poussèrent
beaucoup de soupirs dans cette occasion; je veux bien croire que leur
attendrissement ne le cédait point au nôtre; mais après Hélénus, Enée,
Andromaque et nous, il faut tirer l'échelle. Depuis notre arrivée, tous
nos moments ont été remplis par des plaisirs.

Depuis samedi dernier je mange de la tarte en dépit de l'envie. Le
destin a voulu que mon lit fût placé dans une chambre qui est le dépôt
de la pâtisserie: c'était m'exposer à la tentation de manger toute la
nuit; mais j'ai réfléchi qu'il était beau de maîtriser ses passions, et
j'ai dormi au milieu de tous ces objets séduisants. II est vrai que je
me suis dédommagé pendant le jour de cette longue abstinence.


   Je le rends grâce, ô toi, qui d'une main habile,
   Façonnant le premier une pâte docile
   Présentas aux mortels ce mets délicieux.
   Mais ont-ils reconnu ce bienfait précieux?
   De tes divins talents consacrant la mémoire,
   Leur zèle a-t-il dressé des autels à la gloire?
   Cent peuples prodiguant leur encens et leurs voeux
   Ont rempli l'univers de temples et de dieux;
   Ils ont tous oublié ce sublime génie
   Qui pour eux sur la terre apporta l'ambroisie.
   La tarte, en leurs festins, domine avec honneur,
   Mais daignent-ils songer à son premier auteur?


De tous les traits d'ingratitude dont le genre humain s'est rendu
coupable, envers ses bienfaiteurs, voilà celui qui m'a toujours
révolté; c'est aux Artésiens qu'il appartient à l'expier, puisqu'au
jugement de tout l'Europe, ils connaissent le prix de la tarte mieux
que tous les autres peuples du monde. Leur gloire demande qu'ils
fassent bâtir un temple à son inventeur. Je vous dirai même, entre
nous, que j'ai là-dessus un projet que je me propose de présenter aux
états d'Artois. Je compte qu'il sera puissamment appuyé par le corps du
clergé.

Mais c'est peu de manger de la tarte, il faut la manger encore en bonne
compagnie; j'ai eu cet avantage. Je reçus hier le plus grand honneur
auquel je puisse jamais aspirer: j'ai dîné avec trois lieutenants et
avec le fils d'un bailli, toute la magistrature des villages voisins
était réunie à notre table. Au milieu de ce Sénat brillait M. le
lieutenant de Carvin, comme Calypso au milieu de ses nymphes. Ah! si
vous aviez vu avec quelle bonté il conversait avec le reste de la
compagnie comme un simple particulier, avec quelle indulgence il
jugeait le Champagne qu'on lui versait, avec quel air satisfait il
semblait sourire à son image, qui se peignait dans son verre! J'ai vu
tout cela moi... Et cependant voyez combien il est difficile de
contenter le coeur humain. Tous mes voeux ne sont pas encore remplis,
je me prépare à retourner bientôt à Arras, j'espère trouver en vous
voyant un plaisir plus réel que ceux dont je vous ai parlé. Nous nous
reverrons avec la même satisfaction qu'Ulysse et Télémaque après vingt
ans d'absence. Je n'aurai pas de peine à oublier mes baillis et mes
lieutenants. Quelque séduisant que puisse être un lieutenant,
croyez-moi, Madame, il ne peut jamais entrer en parallèle avec vous.

Sa figure, lors même que le Champagne l'a colorée d'un doux incarnat,
n'offre point encore ce charme que la nature seule donne à la vôtre et
la compagnie de tous les baillis de l'univers ne saurait me dédommager
de votre aimable entretien.

Je suis avec la plus sincère amitié. Monsieur, votre très humble et
très obéissant serviteur.


De Robespierre. A Carvin, le 12 juin 1783.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *      *



[Transcriber's notes: Maximilien Robespierre (1758-1794), Eloge de
la Rose.

Transcrit en français moderne]



(Ce discours, écrit pour la réception d'un membre de la société des
Rosati, a été publié par Lucien Peise dans Quelques vers de Maximilien
Robespierre, page 35 et suiv.) (Le manuscrit original est fait d'un
cahier de 14 pages blanches, petit in-4° portant ce filigrane: M. Homo.
Le texte est surchargé de ratures et de corrections.)



ELOGE DE LA ROSE



La Rose croît pour tous les hommes, mais tous les hommes ne sont pas
faits pour sentir ses charmes, le vulgaire y voit une fleur dont les
couleurs plaisent à la vue et dont le parfum flatte agréablement
l'odorat; le fleuriste imbécile ose lui préférer des fleurs dont la
rareté fait le principal mérite; l'amant plus raisonnable, la considère
avec complaisance comme l'image touchante des charmes les plus
intéressants de celle qu'il aime, mais il n'appartient qu'à un très
petit nombre d'êtres privilégiés de l'aimer pour elle-même et de lui
rendre un hommage digne d'elle.

Parmi cette foule d'hommes automates qui, pleins d'une stupide
admiration pour les biens méprisables que l'opinion a créés,
contemplent avec une coupable indifférence les plus magnifiques
ouvrages de la nature, et à qui la vue d'une rose n'a jamais rien
inspiré, l'éternelle providence a fait naître et perpétuer une race
choisie d'hommes sensibles et généreux qui la vengent de leur mépris
par un culte aussi sincère qu'intéressant. La Rose ne s'offre jamais à
leurs yeux sans réveiller en eux mille idées riantes, mille sensations
délicieuses qui ne sont connues que des âmes délicates.

Ce n'est point un plaisir vulgaire qui s'arrête aux yeux et à l'odorat,
c'est une jouissance exquise; c'est je ne sais quel charme inexprimable
qui maîtrise à la fois leurs sens, leur âme et leur imagination. Ils
passent l'hiver à la regretter, et le printemps à en jouir; l'hiver est
pour eux l'absence de la rose: pour eux la rose est elle seule le
printemps. Au retour de cette aimable saison, leur premier soin est
d'aller lui rendre hommage sous l'ombrage naissant d'un bosquet
solitaire. Zéphir même lui adresse des voeux moins sincères et lui
prodigue des caresses moins vives.

L'ascendant de cette heureuse sympathie qui unit ces aimables mortels à
la reine des fleurs, de ce magnétisme puissant qui les enchaîne par une
attraction mutuelle, est sans contredit, un des plus grands mystères de
la nature. Y a-t-il dans cette fleur une divinité cachée? est-ce une
nymphe métamorphosée qui conserve encore sous cette forme nouvelle le
double charme de la pudeur et de la beauté, et dont l'âme cherche à
s'unir à leurs âmes sensibles et pures? Est-ce simplement une
délicatesse d'organisation qui fait qu'ils sentent plus vivement la
sagesse et la bonté du créateur qui brillent dans un de ses plus beaux
ouvrages? C'est ce que nous n'osons décider. Quoi qu'il en soit,
Monsieur, vous pouvez déjà entrevoir dans ce que je viens de dire,
l'origine et la nature de l'institution connue sous le nom de Société
des Rosatis. Déjà ce mot présente à votre esprit des idées bien plus
étendues que celles qu'il rappelle au vulgaire ignorant et étranger à
nos mystères. Eclairé par une lumière nouvelle, vous apercevez
distinctement que quiconque dira que la société des Rosatis a pour base
un amusement frivole ou une agréable fantaisie, donnera par cela seul
une preuve certaine: qu'il est encore assis dans de profondes ténèbres.
S'il est vrai de dire dans un sens: que l'amour de la rose constitue le
véritable Rosati, ce sens équivoque ne peut qu'égarer les profanes; car
pour en saisir toute l'étendue, il faut connaître encore ce que c'est
que l'amour de la rose. Or, Monsieur, si vous réfléchissez sur le
principe de ce sentiment que je viens de vous expliquer, vous verrez
d'abord qu'il part de la même source d'où découlent tous les talents et
toutes les vertus; c'est-à-dire une imagination sensible et riante et
une âme à la fois douce et élevée. Aussi dans le sens vraiment
orthodoxe, l'amour de la rose est précisément la même chose que l'amour
de la vertu: un Rosati est effectivement un bon citoyen, un bon père de
famille; un ami sincère, un amant fidèle. Si une fleur aimable a des
droits sur son coeur, sera-t-il moins tendre pour sa maîtresse, pour
ses amis, pour sa femme, pour ses enfants? Je conviens cependant que le
titre de Rosati suppose encore d'autres qualités qui sont même le seul
rapport sous lequel le vulgaire semble le connaître; je parle des
talents agréables et de l'amabilité, car on se représente communément
un Rosati sous l'idée d'un homme qui joint à l'agrément de faire de
jolis vers, le mérite d'aimer le bon vin. Or, vous concevez. Monsieur,
que tout cela est une suite des vertus fondamentales de la société et
prend sa source dans l'amour de la rose: il n'est pas difficile à celui
qui possède un esprit aimable et un bon coeur de boire de bon vin en
bonne compagnie; il n'est pas plus difficile de faire de bons vers,
cette vérité nous a été démontrée par un événement dont le souvenir
nous est encore cher.

Nous avons vu dans nos assemblées des guerriers savants dont les mains
ne semblaient destinées qu'à tenir le compas d'Uranie et à diriger les
foudres de Mars; des magistrats orateurs accoutumés à régler la balance
de la justice, consentir à essayer quelques airs sur le luth
d'Anacréon; pleins d'une timide défiance, ils osaient à peine toucher
cet instrument nouveau, de peur de n'en tirer que des sons discordants;
les jeunes favoris des muses souriaient en voyant leur modeste
embarras; le luth divin rendit sous leurs doigts des accords qu'Apollon
et les Grâces écoutèrent avec transport. Ils nous enchantèrent sans
nous surprendre; nous trouvions facilement l'explication de ce
phénomène dans l'amour de la rose.

Vos yeux, Monsieur, s'ouvrent de plus en plus et vous commencez à
découvrir sans nuage toute la noblesse et toute retendue de l'ordre des
Rosatis: et déjà vous pouvez le définir vous-mêmes, la société des
hommes de génie et des hommes vertueux, qui ont brillé chez toutes les
nations et dans tous les siècles. Socrate, Anacréon, Epaminondas,
Timoléon, Euripide, Démosthène, Aristide chez les Grecs; parmi les
Romains les deux Scipions, Lucullus, Horace, Virgile, Cicéron et
surtout Titus, Trajan, Antonin, Marc Aurèle, enfin Charlemagne, Charles
V, Saint-Louis, Louis XII, Henri IV, Chaulieu, Catinat, Corneille,
Fénelon, Vauban, Massilion, Condé chez les Français: voilà, Monsieur,
une partie de ceux que nous comptons parmi nos frères.

Mais, Monsieur, je ne dois pas vous induire ici dans une erreur
funeste; je ne puis vous le dissimuler, les grands hommes que je viens
de nommer n'ont pas vu les jours de la lumière et de l'alliance
nouvelle; ils aimaient la Rose de bonne foi; ils adoraient les mêmes
divinités que nous; mais sans temple et sans autel! Les amants de la
Rose épars et isolés n'avaient point encore appris à l'honorer en
commun par un culte extérieur et solennel; car les banquets d'Anacréon,
les soupers d'Horace, d'Auguste et de Mécène; les festins mêmes de
Trajan et des Antonins n'étaient que l'ombre et la figure des grands
mystères que nous avons vu s'accomplir en nous.

Fortuné mortel, prêtez une oreille attentive à ma voix, recueillez mes
paroles avec respect et avec joie; je vais parler de l'époque sacrée où
les amants de la Rose commencèrent à former sous le nom de Rosati un
corps visible, une association régulière unie par le même esprit, par
les mêmes rites et par les mêmes auspices; je vais vous révéler une
partie des merveilles qui préparèrent ce grand événement, car la déesse
qui les a enfantées en notre faveur me défend de lever entièrement le
voile sacré que les couvre et vos yeux trop faibles encore ne
pourraient en soutenir tout l'éclat.

L'amitié avait un jour rassemblé quelques-uns de nous dans un banquet
qui n'avait rien de plus surnaturel que ceux d'Anacréon et de
Marc-Aurèle; et les hymnes qu'ils chantaient en l'honneur des Grâces et
de Bacchus montaient vers le ciel avec le parfum des roses et les
douces émanations du Champagne; lorsque tout à coup on entendit dans
les airs un concert plus ravissant que l'harmonie des corps célestes
plus mélodieux que les champs des Muses et d'Apollon. Une odeur
d'ambroisie se répand au même instant de toutes parts et nous voyons
descendre au milieu de nos bosquets sur un nuage d'or et de pourpre une
déesse brillante de tout l'éclat qui environne une beauté céleste. A ce
seul souvenir, mon esprit se trouble, mes idées se confondent et
j'éprouve encore une fois cette douce ivresse où sa présence alors
plongea tous mes sens. O vous qui que vous soyez, qu'aucune déesse ne
visita jamais, gardez-vous de chercher à vous former une idée de ses
charmes d'après les faibles attraits des beautés mortelles... Oui Vénus
sans doute est moins belle lorsque parée parles mains des Grâces elle
se montre dans l'assemblée des dieux; elle était moins touchante le
jour où parée de sa seule beauté, elle daigna la dévoiler aux yeux du
fils de Priam. Dans l'une de ses mains était une lyre d'or, dans
l'autre une coupe de nectar, à ses pies, une corbeille pleine de Roses.
Ses regards se fixèrent un instant sur nous et ils firent circuler dans
nos veines un feu rapide qui nous aurait consumés si elle ne nous avait
elle-même donné la force de résister à sa violence; elle ouvrit la
bouche, son souffle exhala une odeur plus douce que l'haleine du zéphyr
chargé du parfum des fleurs. Le son de sa voix et les choses qu'elle
nous dit nous jetèrent dans une extase ravissante dont il est
impossible de donner une idée à ceux qui n'ont point reçu une semblable
faveur et nos coeurs abîmés dans la joie étaient près de mourir sous le
poids de la volupté.

Il n'est pas donné à une bouche humaine de rendre les discours de la
déesse; il vous suffira de savoir qu'elle nous manifesta les décrets du
destin qui de tout temps avoient fixé la durée de notre société.

Elle nous révéla comment les dieux jetant un regard de commisération
sur les mortels, avoient résolu d'arrêter les progrès de l'égoïsme qui
semble avoir banni de la terre la gaîté, la franchise, la vertu et le
bonheur, en lui opposant une association fondée sur la concorde et sur
l'amitié. Elle nous annonça qu'ils avoient daigné nous choisir pour
être les pierres angulaires de ce sublime édifice: elle nous enseigna
les dogmes que nous devons croire, les rites que nous devons suivre, la
doctrine que nous devons annoncer; elle nous remit en même temps la
lyre d'or, la corbeille de roses, et la coupe de nectar, après nous
avoir appris l'usage auquel ils étaient destinés dans les cérémonies de
notre nouveau culte, elle déposa aussi dans nos mains un livre où une
main divine avait tracé en caractère de roses les lois qui nous étaient
données et les noms de ceux qui étaient appelés à composer la société
naissante avec l'histoire de leur vie et leur future destinée; elle
nous ordonna de leur annoncer successivement dans les temps marqués les
desseins des dieux à leur égard par les diplômes dont elle prescrivit
la forme. Alors elle disparut en laissant dans les airs de vastes
sillons de lumière.

Lorsque nous eûmes enfin reprit nos sens, nous nous regardâmes
longtemps les uns les autres dans un profond silence: nos premières
paroles furent l'explosion de tous les transports d'amour, d'étonnement
et de joie, excités par la grandeur des prodiges dont nous étions les
objets. Dès ce moment il nous sembla que nous étions devenus d'autres
hommes: ou plutôt nous n'étions plus des hommes, nous planions au
dessus de la terre; l'image de la déesse profondément gravée dans nos
coeurs ne nous permettait plus de concevoir que des sentiments sublimes
et de grandes pensées; elle nous défendait même pour toujours contre
les attraits de toutes les beautés mortelles qui nous avoient enchantés
jusqu'alors; nous n'éprouvions plus qu'un dégoût universel pour tous
les biens passagers de ce monde périssable et le désir de remplir notre
glorieuse vocation était le seul lien qui put encore nous attacher à la
vie.

Aussi notre premier soin fut d'ouvrir le livre sacré qu'elle avait
déposé entre nos mains: quelle fut notre joie quand nous lûmes dans ces
archives immortelles les noms de tous les hommes illustres qui existent
de nos jours chez les différentes nations de l'Europe qui pour devenir
nos frères n'attendaient que l'expédition de nos diplômes, quand nous
vîmes que ceux mêmes des siècles passés y étaient inscrits comme
membres de cette divine société qui embrasse tous les grands hommes
présents, passés et futurs.

Mais ce qui nous intéressait le plus vivement c'était sans doute de
connaître ceux de nos concitoyens qui seraient au nombre des
prédestinés. Votre nom s'offrit à nos yeux et il serait difficile de
vous peindre la sensation agréable que nous causa cette découverte;
nous voulûmes aussitôt lire l'article qui vous concernait, c'est-à-dire
l'histoire de votre vie passée et votre horoscope; la première nous
offrit les motifs qui ont déterminé en votre faveur le choix de la
déesse et nous eûmes lieu d'admirer combien les décrets de la sagesse
divine différent des faibles pensées des hommes.

En effet, Monsieur, quand les hommes seront instruits de votre
admission dans l'ordre des Rosatis, ils croiront que vous devez ce
titre à vos connaissances utiles et agréables, au don d'écrire en prose
et en vers avec noblesse et avec grâce que l'on vous connaît; à tous
ces talents divers qui font douter si vous êtes plus cher à Polymnie, à
Erato ou à Cypris, enfin à toutes les qualités que renferme l'idée d'un
homme aimable. Eh bien, Monsieur, ce mérite-là est précisément le
moindre des titres auxquels vous devez l'adoption de la déesse, car nos
livres sacrés vous apprennent que vous êtes appelé principalement parce
que les dieux ont aperçu en vous un coeur droit et pur, une âme noble
et élevée faite pour connaître l'amitié; parce qu'ils ont prévu que
vous étiez capable d'aimer vos frères autant que vous leur serez cher;
parce que toujours humain, sensible et juste, vous avez su joindre la
reconnaissance et l'estime de vos concitoyens à la confiance et à
l'amitié des magistrats puissants qui ont l'avantage et le mérite
d'apprécier et d'employer vos talents qui exercent sur eux une autorité
salutaire et funeste suivant le caractère et l'âme de ceux à qui elle
est confiée.

Maintenant, Monsieur, vous ne serez pas fâché sans doute de connaître
votre horoscope et vous attendez peut-être avec impatience que je vous
révèle ce que le livre fatal nous a appris sur cet objet intéressant.
Mais, Monsieur, c'est là précisément un de ces secrets sur lesquels les
ordres de la déesse nous imposent un silence religieux; car elle est
d'avis qu'il n'est pas avantageux à l'homme d'étendre ses regards trop
loin dans l'avenir, tout ce que je puis faire, Monsieur, c'est de vous
dire comme homme, que vous devez être exempt de toute inquiétude, car
la sage déesse m'a encore appris en général que l'horoscope d'un homme
est dans ses talents et dans ses vertus.

Livrez-vous donc tout entier à la joie que votre heureuse adoption doit
vous inspirer et rendez grâces aux dieux qui ont daigné vous accorder
une si éclatante faveur; reconnaissez votre dignité, _agnosce, o
rosati, dignitatem tuam;_ et connaissez surtout votre bonheur, et
méritez-le de plus en plus par votre zèle à répondre aux volontés du
ciel et à observer ses commandements, aimez la rose, aimez vos frères,
ces deux préceptes renferment toute la loi.

Mais pour animer votre zèle et répondre à la grâce de votre heureuse
vocation, achevez devons instruire et devons édifier en apprenant
quelles sont les magnifiques promesses qui ont été faites aux vrais
Rosatis; car les dieux ont voulu qu'ils fussent heureux dans ce monde
et dans l'autre. Le premier avantage qui leur est assuré est celui
d'une longue vie; il est très difficile qu'un Rosati meure si toutefois
cela est possible. Je puis vous en citer un exemple intéressant dans la
personne de l'hôte aimable chez qui nous sommes rassemblés dans ce
moment. Le jour où il fut admis pour la première fois à nos sacrés
mystères, il nous chanta des couplets dignes d'Anacréon; mais l'état de
faiblesse et de souffrance où nous le vîmes alors nous faisait craindre
qu'il ne se pressât trop de descendre vers la fatale barque par les
sentiers qu'Anacréon lui avait fraies; mais à peine eut-il passé une
heure auprès de nous lorsqu'il s'écria dans un transport d'allégresse
qu'il sentait déjà la vertu rosatique qui agissait eu lui et qui lui
rendait ses forces et sa gaîté première; et dès ce moment sa santé
raffermie de jour en jour nous a donné la précieuse certitude de le
conserver encore au moins pendant plusieurs siècles.

Mais ce n'est pas tout de vivre longtemps; les Rosatis ont encore
l'avantage de vivre beaucoup; car tous leurs moments sont remplis par
de bonnes actions; enfin, ils vivent agréablement; d'abord une des plus
précieuses prérogatives d'un Rosati, c'est que sa maîtresse ne peut
jamais lui être infidèle; il n'est pas moins sûr de la constance de ses
amis; du moins en trouve-t-il toujours dans ses frères; ce n'est pas
tout, s'il a embrassé l'état du mariage il peut se reposer même sur la
vertu de sa femme; exempt de la loi commune il est sûr d'échapper à
toutes les disgrâces qui semblent menacer le vulgaire des maris, et
jamais aucun obstacle ne dérange sur son front la couronne de fleurs
dont il est orné; enfin la vie d'un Rosati est un printemps continuel
et partout les roses naissent en foule sur ses pas. Telle est notre
destinée dans cette vie: mais lorsque nous serons parvenus au terme que
les arrêts du destin ont marqué à notre séjour sur la terre, alors
vainqueurs de la mort même, nous serons transportés sur un nuage
brillant dans l'Elysée, où nous irons rejoindre nos illustres frères,
Anacréon, Chaulieu, Trajan, Marc-Aurèle, et tous les demi-dieux qui ont
fait la gloire du nom Rosati. C'est là que nous trouverons encore
Sapho, Aspasie, Sévigné, La Suze, La Fayette et toutes les aimables
soeurs dont les charmes changeraient le Tartare même en un lieu de
délices; c'est là que nous passerons des jours fortunés tantôt à leur
chanter des vers charmants inspirés par les Grâces, tantôt à les
enlacer des guirlandes de roses que nous aurons composées avec elles
dans les riants détours d'un bocage enchanté ou dans le doux asile
d'une grotte tapissée d'une éternelle verdure. Que dis-je, la déesse
elle-même viendra souvent se communiquer à nous et sa présence nous
rendra les ravissements ineffables qui pensèrent jadis nous faire
expirer de plaisir, mais dans cet état de gloire et de félicité nos
sens auront acquis une vigueur nouvelle qui nous rendra capables de
soutenir de sa part de plus longs entretiens et un commerce plus intime.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *      *



[Transcriber's notes: Maximilien Robespierre (1758-1794), Poésies
Orthographe et ponctuation d'origine conservées]



- Madrigal dédié à miss Ophelia Mondlen


   Crois-moi, jeune et belle Ophélie,
   Quoi qu'en dise le monde et malgré ton miroir,
   Contente d'être belle et de n'en rien savoir,
   Garde toujours la modestie.
   Sur le pouvoir de tes appas
   Demeure toujours alarmée.
   Tu n'en seras que mieux aimée,
   Si tu crains de ne l'être pas.

[signé M. Drobecq]

(paru sans nom d'auteur dans le _Chansonnier des grâces et Quelques
vers_ (Paris, Royer, 1787); dans _Les Actes des Apôtres_, sous le nom
de Robespierre (1790, ch. V, p. 531); l'autographe de cette poésie fut
acheté 500 francs par un amateur (Bulletin du bibliophile belge, 1856,
p. 225.) d'après Jean Bernard, Quelques poésies de Robespierre. Paris,
1890, in-12, p. 14.)


-  Chanson adressée à Mlle Henriette [nom de famille effacé par une
tache d'encre]

   Veux-tu sçavoir, ô charmante Henriette,
   Pourquoi l'amour est le plus grand des dieux,
   Par quel prodige il étend sa conquête
   Sur les enfers et la terre et les cieux?

   Ne pense pas qu'il doive sa victoire
   Aux traits perçans, que tu vois dans mes mains,
   Que sur son arc, il ait fondé sa gloire
   Et tout l'espoir de tes brillans destins.

   Il te forma, tu lui donnas l'empire.
   Depuis ce jour l'amour victorieux
   Donna des loix à tout ce qui respire
   Et triompha des mortels et des dieux.

   De tous ses dons déploiant la richesse
   De mille attraits il orna ton minois.
   Dans tes beaux yeux il peignit la tendresse
   Et le forma la plus touchante voix.

   Il te donna le sourire des grâces.
   Dans tous tes traits, il marqua la bonté.
   Apprit aux ris à voler sur les traces
   Et sur tes pas il fixa la gaité.

   Il arrangea ta noire chevelure
   Pour relever la blancheur de ton teint,
   A Vénus même enlevant sa ceinture
   Il l'en para de sa divine main.

   D'un dernier trait couronnant son ouvrage
   Il sçut encor embellir tant d'attraits,
   Des deux côtés de ton charmant visage
   Un joli... [effacé avec de l'encre] fut placé tout exprès.

   Alors certain d'un triomphe facile
   Brisons ces traits, éteignons ce flambeau,
   Dit-il, jettons ce carquois inutile
   Je puis compter sur cet appui nouveau,

   A l'Univers, je montrerai tes charmes
   Chère Henriette, il subira ma loi.
   On te verra, ce seront là mes armes
   Et t'adorer sera tout mon emploi.

(Cette poésie fait partie d'un manuscrit comprenant quelques pièces de
vers et un discours, remis par Charlotte Robespierre à Agricol Moureau
et publié par M. Lucien Peise sous le titre _Quelques vers de
Maximilien Robespierre_, Paris, Gougy, 1909. Cette pièce est, d'après
cet auteur qui détient les originaux, écrite sur papier bleuté, au
filigrane: fin 1778 Levayer; une tache d'encre recouvre le nom de
famille d'Henriette et le rend illisible.


- Chanson

   1

   Tu veux, charmant objet,
   Que mon esprit docile
   Tire quelque couplet
   De ma verve stérile
   Fera-t-il bien?
   Je n'en crois rien,
   Mais veut-on que je me défende.
   Quand ta bouche commande
   A mon coeur.

   2

   De ce premier couplet
   Que faut-il que je pense?
   Verra-t-on cet essai
   Avec quelqu'indulgence?
   Il est très bien
   J'en suis certain
   Car toi-même, aimable Henriette
   Dicta cette chansonnette
   A mon coeur.

   3

   Peu m'importe d'ailleurs
   Que ce fruit de ma veine
   Soit goûté des neuf soeurs
   Je me rirai sans peine
   De l'Hélicon
   Et d'Apollon
   Si tes yeux d'un regard prospère
   Voient cet hommage sincère
   De mon coeur.

(publié par M. Lucien Peise sous le titre _Quelques vers de Maximilien
Robespierre_, Paris, Gougy, 1909, p. 19.)


- Vers pour le mariage de Mlle Demoncheaux

   C'en est fait, aimable Emilie,
   Un mot a fixé ton destin:
   Un mortel trop digne d'envie
   T'a soumise au joug de l'Hymen.

   Mais de ce dieu qu'on calomnie
   Ne crains pas l'empire éternel,
   Contre ses loix, quoiqu'on publie.
   L'hymen n'est point un dieu cruel.

   L'homme, ce sultan formidable
   Dont on vante la majesté,
   A la voix d'une épouse aimable
  Dépose toute sa fierté.

   De ton seigneur, charmante amie,
   Je veux bien être le garant,
   L'époux de la douce Emilie
   Sera toujours un tendre amant.

   Le volage enfant de Cythère
   Dont tu fus toujours le soutien
   De peur d'exciter ta colère
   N'osera pas trahir l'hymen.

   Tu peux croire à de tels présages;
   De ta gloire et de ton bonheur
   Je vois trois infaillibles gages:
   Tes yeux, les grâces et ton coeur.

(publié par M. Lucien Peise sous le titre _Quelques vers de Maximilien
Robespierre_, Paris, Gougy, 1909, p. 23.)


- J'ai vu tantôt l'aimable Flore

   J'ai vu tantôt l'aimable Flore,
   Au plus beau des jours du printems
   Donner la main à Terpsychore
   Et la parer de ses présens.
   Aussitôt j'ai vu sur leurs traces
   Aux doux accords du violon,
   La troupe légère des Grâces
   Voler sur le tendre gazon.

   De cette charmante alliance
   Quelle main forma les doux noeuds?
   De la vive gaieté d'Hortense
   Reconnaissez l'ouvrage heureux,
   Son air, sa grâce enchanteresse.
   Son humeur aimable et riante;
   Avec les jeux et la jeunesse
   Près d'elle enchaîne le bonheur.

   Par elle, la saison nouvelle
   Emprunte un nouvel agrément.
   La nature devient plus belle,
   Le printems, paroît plus riant.
   La beauté des présens de Flore,
   Toujours contrainte à s'embellir
   A la déesse qu'elle adore
   Ravit l'hommage du zéphyr.

   Mais en vain, négligeant ces armes
   Elle est souvent rebelle aux lois.
   Elle conserve assez de charmes
   Pour nous vaincre à la fin du mois.
   Au tribunal d'un juge inique
   Notre bon droit fut rejeté
   Mais il peut braver la critique;
   Il est absout par la beauté.

   De tout temps. Messieurs de justice,
   Pour elle, furent indulgens.
   Vénus reçoit leur sacrifice
   Thémis a reçu leurs sermens.
   Pour moi d'être vaincu par elle
   Je me console avec raison
   Vingt fois pour souper avec elle
   Je veux payer le violon.

(publié par M. Lucien Peise sous le titre _Quelques vers de Maximilien
Robespierre_, Paris, Gougy, 1909, p. 27.)


- A une beauté timide Air: _Avec les jeux_.

   Quoi vous poussez la modestie
   Jusques à la timidité!
   Vous avez tort, jeune Sylvie (mot rayé dans le manuscrit: belle)
   Vous avez tort en vérité,
   Grâces et figure jolie
   Esprit, coeur noble et généreux
   Ne donnent-ils pas, je vous prie
   Le droit de lever deux beaux yeux?

   L'humble et charmante violette.
   L'aimable fille du printems,
   Sous le gazon, cache sa tête
   Aux yeux des zéphirs caressans.
   Mais souvent pour chercher sous l'herbe
   Ses attraits doux et séduisans,
   Zéphirs, de la rose superbe,
   Quittent les charmes éclatans.

   De la violette touchante
   Vous avez toute la douceur.
   De la Rose noble et brillante
   Vous offrez le charme vainqueur.
   Vous pourriez être la rivale
   De l'aimable reine des fleurs;
   Vous aimez mieux être l'égale
   De la plus humble de ses soeurs.

(publié par M. Lucien Peise sous le titre _Quelques vers de Maximilien
Robespierre_, Paris, Gougy, 1909, p. 21.)


- La rose Remerciements a MM. de la Société des Rosati. Air:
_Résiste-moi, belle Aspasie!..._

   Je vois l'épine avec la rose,
   Dans les bouquets que vous m'offrez (_bis_);
   Et, lorsque vous me célébrez,
   Vos vers découragent ma prose.
   Tout ce qu'on m'a dit de charmant,
   Messieurs, a droit de me confondre:
   La _Rose_ est votre compliment,
   L'_Epine_ est la loi d'y répondre (_bis_).

   Dans cette fête si jolie,
   Règne l'accord le plus parfait (_bis_),
   On ne fait pas mieux un couplet,
   On n'a pas de fleur mieux choisie.
   Moi seul, j'accuse mes destins
   De ne m'y voir pas à ma place;
   Car la _Rose_ est dans nos jardins
   Ce que nos vers sont au Parnasse.

   A vos bontés, lorsque j'y pense,
   Ma foi je n'y vois pas d'excès (_bis_);
   Et le tableau de vos succès
   Affaiblit ma reconnaissance,
   Pour de semblables jardiniers,
   Le sacrifice est peu de chose;
   Quand on est si riche en lauriers,
   On peut bien donner une _Rose_ (_bis_).

(le manuscrit de cette chanson fut retrouvé dans les papiers de ce
dernier, puis confié par Charlotte Robespierre à Laponneraye, pour la
publication des oeuvres complètes de son frère, 1840, tome II, p. 480.)

Note : Cette pièce est attribuée par J. A. Paris et par Victor Barbier
(_Les Rosati_ p. 68) à Beffroy de Reigny; Arthur Dinaux et Jean-Bernard
estiment qu'elle est bien l'oeuvre de Maximilien Robespierre;


- Couplets chantés En donnant le baiser à M. Foacier de Ruzé

   On vous a présenté la rose;
   L'offrande était digne de vous;
   De cette fleur, pour nous éclose,
   La beauté plaît aux yeux de tous.
   De grand coeur vous prîtes ce verre
   Rempli de Champagne joyeux;
   Nul honnête homme sur la terre
   Ne méprise ce don des cieux.

   Avec la même confiance
   Puis-je vous offrir mon présent?
   C'est le sceau de notre alliance,
   C'est un baiser qui vous attend.
   Et c'est moi que la destinée
   Appelle à cet emploi flatteur!
   Et mon étoile fortunée
   Etait d'accord avec mon coeur!

   Mais pour donner une accolade
   Qui, par un baiser précieux,
   Puisse d'un pareil camarade
   Marquer l'avènement heureux,
   Il faut la bouche enchanteresse
   De lune des soeurs de l'Amour,
   Ou de cette jeune déesse
   A qui vous donnâtes le jour.

   Mais d'un mortel qui vous révère
   Et vous chérit bien plus encor
   Si l'hommage pouvait vous plaire,
   Je remplirais mon heureux sort.
   Seulement, par un doux sourire,
   A cet instant, dites-le moi,
   Et sans me le faire redire,
   Soudain j'exécute la loi.

   Non; certaine raison m'arrête,
   Et, pour vous parler plus longtemps,
   Du plaisir que le sort m'apprête
   Je suspendrai les doux instants.
   Car toujours, en vers comme en prose.
   Je suis bavard en vous louant;
   Pourriez-vous me dire la cause
   De ce phénomène étonnant?

   Je vous admire et je vous aime,
   Lorsque, rival de d'Aguesseau,
   Aux yeux d'un Tribunal suprême
   De loin vous montrez le flambeau.
   Je vous aime, lorsque vos larmes
   Coulent pour les maux des humains,
   Et quand de la veuve en alarmes
   Les pleurs sont séchés par vos mains.

   Mais lorsqu'admis à nos mystères,
   Je vous vois, le verre à la main.
   Assis au nombre de mes frères,
   Animer ce charmant festin,
   Quand votre coeur joyeux présage
   Nos jeux et nos aimables soins,
   Je vous aime encore davantage
   Et ne vous admire pas moins.

   O des magistrats le modèle!
   Quand vous signalerez pour nous
   Votre indulgence et votre zèle,
   Vous serez applaudi de tous.
   Vous devez aimer nos mystères;
   Car en quel lieu trouverez-vous
   Des coeurs plus unis, plus sincères.
   Des plaisirs plus vrais et plus doux?

   Des guirlandes qui nous sont chères
   Aimez donc aussi les appas,
   Et, dès cet instant, à vos frères
   Ouvrez votre coeur et vos bras.
   Pardon, Amour, pardon, Glycère,
   Je conviens que, dans ce moment,
   A vos doux baisers je préfère
   Celui d'un magistrat charmant.

(Cette poésie a été reproduite par M. A. J. Paris, dans la _Jeunesse de
Robes- Pierre_, p. 180, par M. Victor Barbier, dans _Les Rosati_, page
5l, par M. Jean- Bernard, dans _Quelques vers de Robespierre_, page 43.)

Note : Cette chanson a été dite par Maximilien Robespierre dans une
fête des Rosati, le 22 juin 1787; la société recevait, ce jour-là, M.
de Foacier de Ruzé, avocat au Conseil d'Artois et l'un des plus
éminents magistrats de la province.


- La coupe vide

   O dieux! Que vois-je, mes amis?
   Un crime trop notoire
   Du nom charmant des Rosatis
   Va donc flétrir la gloire!
   O malheur affreux!
   O scandale honteux!
   J'ose le dire à peine
   Pour vous j'en rougis,
   Pour moi j'en gémis,
   Ma coupe n'est pas pleine

   Eh! vite donc, emplissez-la
   De ce jus salutaire,
   Ou du Dieu qui nous le donna
   Redoutez la colère.
   Oui, dans sa fureur,
   Son thirse vengeur
   S'en va briser mon verre;
   Bacchus, de là-haut,
   A tous buveurs d'eau
   Lance un regard sévère.

   Sa main, sur les fronts nébuleux
   Et sur leur face blême,
   En caractères odieux
   Grava cet anathème,
   Voiez leur maintien,
   Leur triste entretien.
   Leur démarche timide;
   Tout leur air dit bien
   Que comme le mien
   Leur verre est souvent vuide.

   O mes amis, tout buveur d'eau
   Et vous pouvez m'en croire,
   Dans tous les temps ne fut qu'un sot,
   J'en atteste l'histoire,
   Ce sage effronté,
   Cynique vanté,
   Me paraît bien stupide.
   O le beau plaisir
   D'aller se tapir
   Au fond d'un tonneau vuide.

   Encore s'il eût été plein.
   Quel sort digne d'envie,
   Alors dans quel plaisir divin
   Aurait coulé sa vie!
   Il aurait eu droit
   De braver d'un roi
   Tout le faste inutile,
   Au plus beau palais
   Je préférerais
   Un si charmant azile.

   Quand l'escadron audacieux
   Des enfans de la terre
   Jusques dans le séjour des dieux
   Osa perler la guerre.
   Bacchus, rassurant
   Jupiter tremblant,
   Décida la victoire;
   Tous les dieux à jeun
   Tremblaient en commun,
   Lui seul avait su boire.

   Il fallait voir dans ce grand jour
   Le puissant dieu des treilles,
   Tranquille, vidant tour à tour
   Et lançant des bouteilles;
   A coups de flaccons
   Renversant les monts
   Sur les fils de la terre:
   Ces traits, dans la main
   Du buveur divin,
   Remplaçaient le tonnerre.

   Vous dont il reçut le serment
   Pour de si justes causes.
   C'est à son pouvoir bienfaisant
   Que vous devez vos roses;
   C'est lui qui forma
   Leur tendre incarnat.
   L'aventure est notoire
   J'entendis Momus
   Un jour à Vénus
   Rappeler cette histoire.

   La rose était pâle jadis,
   Et moins chère à Zéphire,
   A la vive blancheur des lys
   Elle cédait l'empire.
   Mais, un jour, Bacchus
   Au sein de Vénus,
   Prend la fille de Flore,
   La plongeant soudain
   Dans des flots de vin,
   De pourpre il la colore.

   On prétend qu'au sein de Cypris,
   Deux, trois gouttes coulèrent
   Et que dès lors, parmi les lis,
   Deux roses se formèrent,
   Grâce à ses couleurs,
   La rose des fleurs
   Désormais fut la reine;
   Cypris, dans les cieux,
   Du plus froid des dieux
   Devint la souveraine.

   Amis, de ce discours usé
   Concluons qu'il faut boire.
   Avec le bon ami Ruzé
   Qui n'aimerait à boire?
   A l'ami Carnot
   A l'aimable Col,
   A l'instant, je veux boire;
   A vous, cher Fosseux,
   Au grouppe joyeux
   Je veux encor reboire.

   Si jamais j'oubliais Morcant,
   Que ma langue séchée
   A mon gosier rude et brillant
   Soit toujours attachée.
   Pour fuir ce malheur.
   Trois fois de grand coeur
   Je veux vider mon verre.
   Pour l'avènement
   D'un frère charmant,
   On ne saurait mieux faire.

(Cette pièce a été publiée dans les _Mémoires authentiques [apocryphes]
de Maximilien de Robespierre_, Moreau-Rosier, éditeur, 1830, à la page
293, du tome II, avec un fac-similé de deux strophes, reproduction des
deux premiers couplets de l'autographe donné par Mlle La Roche à
Agricol Moureau.)


- L'homme champêtre

   Heureux l'homme de la nature
   Qui, loin de l'homme faux, loin de l'homme de coeur,
   Cultive un petit champ et peut, à son retour.
   Manger en paix, dans sa cabane obscure,
   Le pain que, sous le poids du jour.
   Son travail généreux a gagné sans murmure!
   Il voit avec plaisir sa femme et ses enfants
   Préparer, de leurs mains diligentes et chères,
   Le mets simple et les vêtements
   Qui lui sont devenus à la fin nécessaires.

   Qu'il est riche! qu'il est heureux
   Celui qui vit dans l'indigence!
   Au ciel adresse-t-il des voeux?
   Ils sont formés par l'espérance.
   Joyeux, les voit-ils exaucés?
   Aussitôt la reconnaissance
   Dit: Je vis, Dieu bon! c'est assez
   Qu'ai-je besoin de l'opulence?

   Son coeur pur ne connaît jamais
   Les craintes, le tourment d'un misérable avare.
   Si d'un travail trop long le dangereux excès
   Le fatigue, l'épuise, eh bien! la nuit répare
   Tous les maux que le jour a faits.
   Il ne voit pas en songe une effrayante image,
   Et du meurtre et du brigandage,
   Il veille en sage, il dort en paix.

   La brillante rosée inonde et couvre encore
   Les fruits, la verdure et les fleurs.
   Du sommeil quittant les douceurs,
   Il se lève, il prévient l'aurore.
   Et, saluant le jour qui vient blanchir les cieux,
   Il reprend ses travaux et ses propos joyeux.

   Il n'est point des remords la renaissante proie.
   Ni le crime, ni la terreur
   Ne troublent un moment son innocente joie.
   Chaque idée est pour lui l'image du bonheur;
   Il vit, sa famille est contente.
   Qu'a-t-il à désirer? Rien. Pendant tout le cours
   Du long jour de sa vie, il vit, travaille, et chante:
   Lui seul peut être heureux, et lui seul l'est toujours.

[signé M. Drobecq]

(Cette poésie a été publiée pour la première fois dans _Le Censeur
universel anglais_ (p. 152) du samedi 12 août 1786; publiée une
première fois par M. Jean-Bernard, dans _La Révolution Française_ Revue
historique, t. IX, 1885, p. 396 sous le litre: "Une poésie de
Maximilien Robespierre" et, à nouveau, à la page 66 de son ouvrage:
_Quelques vers de Robespierre_.) 16

- Loin d'ici la cérémonie

   Loin d'ici la cérémonie
   Avec la morne dignité.
   Que les plaisirs et la folie
   Accourent avec la gaieté.
   Aux jeux de cette fête aimable
   Aucun profane n'est admis;
   Mes yeux autour de cette table
   Ne voient qu'une troupe d'amis

   Vainement un Crésus stupide
   Me donne un superbe festin:
   A sa table l'ennui préside,
   L'ennui plus cruel que la faim.
   Toutefois sa magnificence
   A nos yeux ne déplairoit pas
   Si son importune présence
   Ne gatoit ses meilleurs repas.

   Ici tout conspire à nous plaire,
   L'aimable amitié, le bon vin,
   La liberté, la bonne chère;
   Surtout le maitre du festin.
   Son humeur, sa mine fleurie
   Sçavent inspirer la gaieté
   Mieux que cette liqueur chérie
   Qu'on nous verse à coup répété.

   O mes amis que notre zèle
   Par le doux Champagne excité
   Pour cet ami cher et fidèle
   Eclate en buvant sa santé,
   Qu'une mousse vive et brillante
   Lançant vingt bouchons vers les cieux
   De notre allégresse éclatante
   Soudain aille informer les dieux.

(Pièce publiée par M. Lucien Peise, _Quelques vers de Maximilien
Robespierre_, p. 27.)


- Fragment d'un poème sur le mouchoir

   ......
   Mais pour ce noble emploi je ne veux point vous voir
   Déploier, avec grâce, un superbe mouchoir,
   Des moeurs de l'Orient évitez la mollesse
   Et sçachez de vos doigts emploier la souplesse.
   Dès longtems, je le sçais, un luxe dangereux
   A ce honteux usage asservit nos ayeux:
   Mais jadis les humains instruits par la nature
   Sous un chêne fécond recueillant leur pâture
   Se mouchoient sans mouchoir et vivoient plus heureux.
   Le père des humains dans ses doigts vigoureux
   Pressant bien mieux que nous son nés souple et docile
   Sçavoit le dégager d'une humeur inutile.

   ......
   Le coupable intérêt divise les familles;
   On aime le bon vin, on caresse les filles;
   Des cuisiniers trompeurs les perfides apprêts
   Succédèrent au gland que donnoient les forêts.
   Alors pour déjeuner il fallut des serviettes;
   Mais nul du bien d'autrui ne gardoit ses mains nettes
   Las du cristal des eaux on chercha des miroirs
   Et pour comble d'horreurs on voulut des mouchoirs.
   Cependant j'en conviens, ces sages républiques,
   Illustres par l'éclat de leurs vertus antiques,
   Ces peuples, dont la terre admire les exploits
   De ce désordre affreux garantis par les loix
   Ne subirent jamais ce honteux esclavage.
   Si Rome humiliant son superbe courage
   Eût souffert dans son sein ces nés efféminés.
   Eût-elle vu des Rois à ses piés enchaînés,
   L'histoire en retraçant ses moeurs et sa puissance
   D'un seul mouchoir jamais n'atteste l'existence.
   Scipion, ce héros de l'Afrique fatal
   N'avoit point de mouchoirs, et vainquit Annibal.
   Un mouchoir! Scipion! Quel contraste risible!
   Non jamais d'un romain le courage inflexible
   N'eût permis que son nés libre et majestueux
   Apprit à s'amollir dans un cotton moelleux.
   Si vous pouvez donner un mouchoir à Pompée
   A Cornélie aussi prêtez une poupée,
   Un manchon à Brutus (mot rayé dans le manuscrit : Sylla) des gands à Cicéron,
   Un col à Paul-Emile, un jabot à Caton.
   D'autres tems, d'autres moeurs; un funeste génie
   Parmi nous des mouchoirs a soufflé la manie.
   Moi-même je le sens; c'est en vain que mes vers
   Sur ce honteux abus gourmandent l'univers!
   Je lui demande en vain ces justes sacrifices,
   Le pire de nos maux, c'est de chérir nos vices;
   Que dis-je? nous pouvons à peine concevoir
   Qu'une société peut fleurir sans mouchoir.
   De nos usages vains ambitieux esclaves
   Nous aimons à traîner nos absurdes entraves;
   Nous appelons grossiers, les hommes ingénus
   Qui pouvant dédaigner des secours superflus
   Sçavent à leurs doigts seuls demander un service,
   Qui pour nous d'un mouchoir exige encore l'office,
   Voulez-vous dans le monde être deshonoré!
   Je vais vous en donner un moïen assuré!
   Mouchez-vous par vos doigts en bonne compagnie;
   En vain à la vertu vous joindrez le génie,
   Le faquin le plus vil, l'homme le plus taré
   Chez les honnêtes gens vous sera préféré!

(Cette pièce a été publiée par M. Lucien Peise, dans sa brochure
_Quelques vers de Maximilien Robespierre_, p. 31.) (Le manuscrit entier
de ce poème figura dans une vente d'autographes (avril 1835; catalogue
Laverdet).)


- Le seul tourment du juste

   Le seul tourment du juste, à son heure dernière,
   Et le seul dont alors je serai déchiré,
   C'est devoir, en mourant, la pâle et sombre envie
   Distiller sur mon front l'opprobre et l'infamie,
   De mourir pour le peuple et d'en être abhorré.

(Cette pièce a été reproduite dans les _Mémoires de Charlotte
Robespierre sur ses deux frères_; par M. Jean Bernard dans _Quelques
poésies de Robespierre_, p. 63.)

Note: Charlotte Robespierre, dans ses _Mémoires_, écrit, au sujet de la
composition de cette ultime oeuvre poétique: "Une seule crainte le
tourmentait, c'était que les méchants après l'avoir assassiné, ne
déversassent sur lui la calomnie. Il fit à ce sujet quelques vers dont
je ne me rappelle que les cinq suivants."



      *      *      *      *      *      *      *      *      *      *



[Transcriber's Notes: Maximilien Robespierre (1758-1794), Eloge de
messire Charles-Marguerite-Jean-Baptiste Mercier Dupaty président à
mortier au parlement de Bordeaux (1789)

Transcrit en français moderne]



(Magistrat et homme de lettres, Dupaty (1744-1758) avait dévoilé les
erreurs judiciaires, défendu les veuves accusées, protesté contre les
arrestations arbitraires. Pour honorer le héros qui avait été l'un de
ses membres, l'un de ses enfants, l'Académie de la Rochelle mit son
Eloge au concours. En 1789, parut sans nom d'éditeur un Eloge de
messire Charles-Marguerite-Jean-Baptiste Mercier Dupaly, président à
mortier au Parlement de Bordeaux par M. R. avocat en Parlement.
Certains historiens (Stefane-Pol, Quérard) l'attribuent à Robespierre.
Le manuscrit de l'Académie de La Rochelle a malheureusement disparu.)



ELOGE DE MESSIRE CHARLES-MARGUERITE-JEAN-BAPTISTE MERCIER DUPATY
PRESIDENT A MORTIER AU PARLEMENT DE BORDEAUX



Nous ne sommes plus dans ces temps d'ignorance et de barbarie où la
magistrature, loin de recevoir les honneurs qui lui sont dus, était, au
contraire, dans l'avilissement et dans l'oubli. Les nobles qui ne
voulaient que des esclaves, méprisaient les magistrats. Le peuple
tremblant sous ses tyrans, n'ayant d'autre sentiment que celui de sa
faiblesse, ne pouvait apprécier tout le bien que devaient opérer, pour
son bonheur, ceux qui, par leurs fonctions augustes, sont chargés de
rendre la justice.

Guidés par le flambeau de la philosophie, nous commençons enfin à
croire, d'après les peuples les plus sages et les plus éclairés de
l'antiquité, que la valeur qui défend la patrie, et la vertu qui est un
gage assuré de sa durée et de sa prospérité, ont également droit à nos
éloges: que si le guerrier qui garantit nos remparts des insultes de
l'ennemi, mérite toute notre reconnaissance, le magistral, le citoyen
vertueux qui veille dans la cité à l'exécution des lois, et qui y
entretient l'ordre et l'harmonie, n'en est pas moins digne.

Dans Athènes et dans Rome on voyait à côté des monuments élevés à la
gloire des héros, ceux qui étaient consacrés à rappeler à la nation le
souvenir des législateurs et des philosophes; de ces hommes rares et
privilégiés, de ces amis de l'humanité, qui semblent n'avoir été placés
sur la terre que pour le bonheur de ceux qui l'habitent.

Il m'est donc permis aujourd'hui de célébrer le magistrat dont nous
pleurons la perte, de payer h sa mémoire un tribut de reconnaissance et
d'admiration, et de jeter quelques fleurs sur sa tombe. Si en montrant
le zèle ardent qui l'animait pour la justice, dont il a été longtemps
l'organe, et son amour pour l'humanité, qu'il a défendue avec tant de
force et de constance; si, en rendant un hommage public à ses talents
et à ses vertus, je ne remplis point assez dignement la tâche imposée à
l'orateur, j'aurai du moins l'avantage d'avoir offert un grand exemple
et des leçons utiles.

Je ne crains pas que l'envie se soulève ici contre moi; celui qu'elle a
poursuivi n'est plus; elle doit donc se taire; et c'est maintenant à la
vérité seule qu'il appartient de se faire entendre. Rien dans cet éloge
ne sera désavoué par elle: je me croirais indigne de louer celui qui
s'est tant occupé à la chercher, qui a eu le courage de la dire, si je
pouvais avoir recours à la flatterie et au mensonge.

Lorsqu'on veut parler d'un philosophe et d'un sage, on n'a pas besoin
d'aller fouiller dans les siècles les plus reculés pour savoir quels
ont été ses ancêtres, s'ils ont obtenu des distinctions éclatantes,
s'ils ont ajouté à leurs noms des -titres fastueux. Ces avantages, si
imposants pour le vulgaire, qui flattent tant l'ambition, mais qui ne
supposent pas toujours le mérite, sont peu de chose aux yeux de la
raison et de la sagesse.

CHARLES-MARGUERITE-JEAN-BAPTISTE MERCIER DUPATY, Président à Mortier au
Parlement de Bordeaux, naquit à la Rochelle de parents nobles, et
surtout recommandables par leurs vertus* [* Son aïeul était conseiller
au conseil supérieur du Cap Français, et son père, qui occupait une
charge de trésorier de France, fut reçu en 1744 à l'Académie de la
Rochelle, où il a fourni plusieurs mémoires utiles et remplis de vues
patriotiques. Ils avaient l'un et l'autre ce qui vaut encore mieux que
l'illustration, un mérite héréditaire, des qualités éminentes et de
longs services rendus à la société.]. Son père, qui avait des lumières,
qui connaissait tout le prix d'une bonne éducation, qui savait qu'elle
décide souvent de ce qu'on doit être un jour, cultiva l'enfance d'un
fils qui lui était cher, et qui donnait de grandes espérances. Il ne
vécut pas assez pour jouir du fruit de ses soins; mais il laissa une
épouse dont l'âme sensible et grande était faite pour réparer cette
perte* [* Mlle Carré fut digne, par ses rares vertus, d'être associée à
cette respectable famille; sa piété tendre, mais indulgente, sa
bienfaisance généreuse, mais éclairée, lui méritèrent tous les
suffrages pendant sa vie, et les regrets des gens de bien après sa
mort.].

M. DUPATY avait reçu de la nature ce désir impatient de savoir et de
s'instruire, qui annonce toujours les grands talents. Dans cet âge où
les plaisirs laissent à peine quelques heures à la réflexion, où, sans
songer au temps qui suivra, l'on ne pense qu'à jouir, il faisait une
étude raisonnée de l'histoire qui n'offre aux esprits vulgaires qu'un
simple récit de faits et de raisonnements; mais d'où l'homme de génie
sait faire naître une source abondante de réflexions utiles. Il
méditait les ouvrages immortels de cet écrivain célèbre, dont les
lumières ont tant influé sur celles de son siècle, et qui a si bien
saisi la chaîne par où sont liés les sujets avec les souverains, et les
nations avec les nations. Il admirait les vues sublimes de ces
bienfaiteurs des hommes qui, en donnant au genre humain des lois
pleines de sagesse, lui ont fait le plus grand bien qu'il puisse
recevoir.

C'est ainsi qu'en recueillant des lumières de toutes parts, M. DUPATY
se préparait à devenir lui-même un jour utile à la patrie. Ses talents
et ses vertus lui acquirent bientôt une grande réputation; et quoique
très jeune encore, la justice lui ouvrit son temple pour être son
défenseur et son organe* [* Il est généralement vrai qu'une âme élevée,
qu'un talent décidé se décèlent dès les premiers jours de
l'adolescence. M. Dupaty avait annoncé de bonne heure ce qu'il devait
être; il n'avait que vingt-six ans lorsqu'il fut nommé à la place
d'avocat-général au Parlement de Bordeaux. Son début répondit aux
grandes espérances qu'il avait données. Le premier discours qu'il
prononça fut universellement applaudi, et regardé comme un gage de
cette éloquence profonde et rapide, qui, dans la suite a caractérisé
ses écrits. Dès lors il se dévoue au bien public, il se pénètre des
fonctions augustes dont il est chargé; il y consacre tous les instants
de sa vie; il ne s'occupe plus que de l'élude des lois; il cherche à
les comparer entre elles; à saisir les rapports qu'elles ont ou
qu'elles doivent avoir avec les moeurs: il a le courage d'éclaircir le
chaos de toutes les matières que renferme notre Jurisprudence: il
parcourt avec les yeux d'un philosophe ce champ immense, souvent
stérile, et qui n'offre presque toujours que des dégoûts à l'homme de
génie.

Faire triompher la justice de tous les obstacles dont la méchanceté des
hommes s'efforce de l'envelopper, écarter les nuages que la cupidité et
le vil intérêt cherchent à répandre sur elle, la démêler à travers le
choc des opinions, faire une étude profonde du coeur humain, connaître
les ressorts auxquels les passions peuvent donner du mouvement,
découvrir la vérité, souvent cachée dans le labyrinthe des procédures,
la saisir et la montrer avec ce courage qui ne craint rien, l'embellir
des charmes de l'éloquence pour lui attirer plus de partisans,
confondre l'erreur et le mensonge, qui voudraient se décorer de son nom
et se parer de ses avantages; enfin, suppléer, parla réflexion, aux
progrès tardifs de l'expérience: tels sont les grands objets auxquels
M. DUPATY consacre ses veilles et ses travaux.

Vous qui l'avez entendu; qui êtes venus mêler vos applaudissements à
tous ceux dont retentissait le temple de la justice lorsqu'il y portait
la parole; dites si quelques considérations ont jamais pu lui faire
négliger la défense du faible que le puissant voulait opprimer* [* Le
talent est peu de chose sans le courage qui le rend utile. M. Dupaty
réunissait l'un et l'autre. Entre plusieurs faits qui pourraient être
apportés en preuve, nous ne citerons que celui-ci. Un père de famille
obscur et sans protection, est emprisonné par l'autorité injuste, qui
souvent peut tout ce qu'elle veut dans les provinces. Le malheureux
proteste devant le parlement contre la violence qui lui a été faite; M.
Dupaty, chargé de sa défense, comme avocat-général, fait tomber ses
chaînes par son éloquence. Uniquement occupé des devoirs que lui impose
sa charge, il ne songe pas même qu'il s'expose à la haine d'un favori
courroucé.]; si le pauvre, à qui la cupidité du riche disputait les
malheureux restes de ses dépouilles, n'a point trouvé en lui un soutien
et un vengeur: dites avec quelle fermeté il protégeait la vertu
poursuivie par le vice; de quels traits il peignait ces coups de
l'autorité arbitraire si effrayants pour la liberté et qui, annonçant
le renversement des lois, présage la chute prochaine des empires.

Celui qui aspire à la gloire d'être utile à ses concitoyens, qui fait
un usage si grand et si sublime de ses talents, qui ose dire aux
puissants de la terre, vous avez commis une injustice, et qui s'élève
ainsi au dessus des autres hommes, doit s'attendre, sans doute, à avoir
des ennemis dangereux: il doit croire que la haine et la vengeance se
ligueront avec l'envie pour le perdre. Tel a été de tous les temps la
destinée des grands hommes.

On vit bientôt l'intrigue s'élever contre M. DUPATY, lui faire un crime
aux yeux du souverain, de sa fermeté et de son attachement pour le
maintien de l'ordre public; et la récompense de tant de zèle et de
vertu fut un exil* [* Cet exil fut un triomphe pour M. Dupaty; la
vénération et les regrets de tous les gens de bien l'accompagnèrent
dans sa retraite. Le parlement, qui regardait sa détention comme une
sorte de calamité publique, lit des remontrances pour obtenir son
rappel. M. Dupaty revint de son exil avec la même sérénité qu'il avait
montré en y allant. Un mot peindra ce qui se passait dans sa grande
âme: "Je regarde, dit-il publiquement et dans un discours d'éclat, je
regarde mon rappel, non comme une grâce, mais comme une justice".]. Le
coup qui le frappe n'altère point la tranquillité de son âme; il part
avec cette assurance de l'homme juste qui n'a aucun reproche à se
faire; il a pour lui la patrie, sa gloire et ses vertus. Le sénat qui
se vit privé d'un de ses plus beaux ornements, s'empressa de le
justifier auprès du trône, d'éclairer le souverain sur la surprise
faite à sa religion, et bientôt M. DUPATY fut rendu à ses fonctions.

On n'a point encore oublié avec quels transports de joie il fut
accueilli des citoyens; tous voulurent le voir, tous lui prodiguèrent
cet hommage si doux pour un coeur généreux et sensible et qui console
le magistrat vertueux de l'injustice des hommes. On vit alors l'envie
se cacher en frémissant, et il ne resta à ses ennemis que la honte
d'avoir fait des efforts impuissants pour perdre un grand homme.

La disgrâce que M. DUPATY venait d'essuyer, loin de lui rien ôter de
son zèle, le rendit plus fidèle à ses devoirs et à ses principes; son
âme était trop grande pour être vaincue par les obstacles lorsqu'il
s'agissait du bien public. Du moment où il était devenu le défenseur
des lois, où la balance de la justice avait été remise dans ses mains,
il s'était dit: "Je suis une victime dévouée à la patrie, je dois lui
sacrifier mon repos, ma santé, ma vie même: la crainte ni les menaces
des hommes tic pourront désormais rien sur moi: j'en fais le serment."

O citoyen généreux! il en a coûté, sans doute, à votre bonheur et à
votre tranquillité pour être demeuré fidèle à vos promesses; mais
avez-vous obtenu le suffrage de tous les gens de bien qui vous ont
honoré; les cris de l'admiration ont souvent étouffé pour vous ceux de
l'envie; et la postérité, qui est toujours impartiale, vous rendra
justice: elle vous comptera parmi les grands magistrats.

M. DUPATY joignait à l'activité de son zèle, une santé faible et
délicate; les veilles et les travaux auxquels il s'était livré de bonne
heure, faisaient craindre qu'il n'y succombât bientôt; il se devait à
une épouse* [* M. Dupaty avait épousé Mlle de Freteau, digne
d'appartenir à une famille où la solide piété, la religion éclairée et
la bienfaisance sont héréditaires, qui, de nos jours, vient de donner
un nouveau lustre à la magistrature, et de grands exemples de
patriotisme à la société. J'aimerais a retracer ici les grandes vertus
de Mme Dupaty; mais, sa modestie encore plus grande, m'impose silence,
et d'ailleurs, la renommée l'a déjà associée à son illustre époux.], à
des enfants qui lui étaient chers; il se devait à la patrie qui
comptait sur ses lumières et sur son courage; à l'humanité qui le
regardait comme son plus grand défenseur. Forcé de renoncer à des
fonctions qu'il remplit avec tant de gloire, ce ne sera point pour se
livrer à un repos indigne de lui. S'il ne lui est plus permis d'être
l'organe des lois, il veut partager les travaux de ce corps auguste et
respectable qui en est le dépositaire, et qui est chargé de les faire
exécuter.

LOUIS XVI, à qui l'amour du bien apprend, comme à tous les rois justes,
le grand art de mettre chacun à sa place, le pourvut d'une des charges
les plus distinguées dans l'ordre de la magistrature. Tous les citoyens
applaudirent au choix du monarque, tous se félicitèrent de pouvoir
désormais compter _Aristide_ au nombre de leurs juges.

Je ne dois pourtant pas le dissimuler: il se trouva des magistrats qui
voulurent lui interdire l'entrée du sanctuaire de la justice. Quoi!
l'envie ferait-elle aussi couler son poison dans le coeur de ceux même
dont le premier devoir est de commander à toutes les passions? Des yeux
accoutumés à la lumière, peuvent-ils donc être blessés par son éclat?
M. DUPATY pourrait opposer à l'injure qu'on veut lui faire, ses travaux
passés; son amour pour la justice, les voeux de toute une province: il
n'oppose que la modération de l'homme de bien dont la conscience est
pure; que la fermeté d'un magistrat qui n'a rien à redouter, parce
qu'il n'a aucun reproche à se faire. C'est ainsi qu'il imposa silence à
ceux qui voulaient lui nuire; et ils furent forcés de rendre hommage à
ses vertus.

Dans le rang où M. DUPATY vient d'être élevé, il ne voit que l'étendue
de ses obligations; il rend grâces au ciel de ce qu'il lui est encore
permis d'être utile à la patrie. Il sait que celui qui est chargé de la
fonction honorable, mais terrible, de rendre la justice aux hommes,
doit les peser dans la même balance* [* Après avoir exercé douze ans la
charge d'avocat-général, M. Dupaty fut pourvu d'une charge de président
à mortier au Parlement de Bordeaux. Dans celle place il sentit que les
lois étant une barrière opposée aux entreprises des puissants, il est
du devoir spécial du magistrat de protéger la faiblesse opprimée.
Jamais les sollicitations n'eurent accès auprès de lui. Deux parties
adverses n'étaient à ses yeux que deux citoyens et deux hommes. Il se
fit une loi particulière de soustraire un criminel le plus promptement
possible aux maux inséparables de l'emprisonnement. Lorsqu'il présidait
la tournelle, il faisait toujours appeler les causes à tour de rôle; il
eût cru prévariquer et trahir son ministère, s'il eût fait verser une
larme inutile. Un homme en place lui ayant demandé un jugement de
faveur, il lui répondit, en lui faisant l'exposé de ses principes: "si
vous croyez voire demande juste, ajouta-t-il, ordonnez-moi ce que ma
conscience ne me permet pas de faire de moi-même". On doit dire à
l'éloge de l'homme en place que l'illustre président ne reçut point de
réponse.]; il tourne, il fixe surtout ses regards sur cette classe
malheureuse de citoyens qui n'est comptée pour rien dans la société,
tandis qu'elle lui prodigue ses peines et ses sueurs, que l'opulence
regarde avec dédain, que l'orgueil appelle la lie du peuple, mais à qui
la justice doit une protection, d'autant plus spéciale, qu'elle est son
seul soutien et son unique appui.

Oh! magistrat humain et sensible! les malheureux vous approchaient
toujours avec l'assurance qu'ils seraient favorablement accueillis; ils
trouvaient auprès de vous un accès doux et facile; ils vous quittaient
avec cette pensée consolante que tous les coeurs n'étaient pas encore
fermés à la pitié; le poids de leur infortune devenait alors moins
accablant pour eux.

M. DUPATY avait approfondi en homme de génie, la science des lois;
celles qui nous gouvernent avaient surtout fixé son attention. Il avait
été frappé des vices et du contraste choquant qui règnent dans notre
législation, entre nos moeurs et nos lois. En les rapprochant de celles
des nations voisines, en les comparant surtout avec celles du peuple
célèbre qui a donné au monde le spectacle de toutes les grandes choses,
qui a influé sur la destinée de tous les autres peuples, il avait vu
que celles-ci accordaient à l'accusé la liberté de se défendre, tandis
que parmi nous l'innocence doit être effrayée de cette inquisition
secrète qui ne lui laisse aucune ressource pour sa justification, et
qui ne fait que favoriser les coupables adroits ou puissants.

Nous n'avons pris, en effet, des Romains, que les petitesses, et les
subtilités de leurs lois; et nous n'avons pas su saisir ces grands
principes d'humanité, ces leçons sublimes d'équité et de douceur qui
ont fait survivre l'empire de leur législation à l'anéantissement de
leur puissance. Nous nous sommes fait une triste et cruelle habitude de
regarder comme juste ce qui est autorisé par une loi injuste. Nous
avons même cru que nous nous conformerions mieux à l'esprit du
législateur, en ajoutant à l'atrocité de la loi.

Tandis que tous les bons citoyens gémissent à la vue des atteintes
portées à la liberté civile, que les vrais magistrats désirent et
cherchent un remède à tant de maux, M. DUPATY ne s'en tient point à des
voeux stériles, il ose dénoncera la nation les attentats de notre
législation criminelle* [* Il y a longtemps que l'on se plaint des abus
dont notre code pénal est rempli. Les lois criminelles en France se
sont beaucoup occupées des accusateurs et presque point des accusés;
elles semblent avoir été faites pour un peuple barbare et non pour un
peuple doux et civilisé. M. Dupaty travaillait depuis longtemps à un
ouvrage sur cette matière si importante. On regrettera toujours qu'il
n'ait pas assez vécu pour y mettre la dernière main et en enrichir la
patrie.]. Il ne craint pas de dire hautement la vérité, lorsqu'elle
importe au bonheur public. C'est dans ces écrits sublimes et touchants,
où son âme et son génie respirent encore, où la vie d'un homme est
appréciée ce qu'elle vaut, où tout est consacré au bien de l'humanité,
où l'on retrouve partout le philosophe profond et le magistrat
vertueux, que nous pouvons puiser des lumières et des vérités utiles;
car il ne nous est plus permis de nous endormir sur le sein de tant
d'abus révoltants, aujourd'hui que notre souverain, uniquement occupé
du bonheur de son peuple, nous invite avenir déposer dans son coeur
paternel le sujet de nos plaintes; aujourd'hui qu'il nous consulte dans
une assemblée auguste de la nation et cherche avec nous les moyens les
plus sages et les plus prompts de remédier aux maux qui nous
environnent de toutes parts. C'est donc le moment de mettre sous ses
yeux tous les vices dont nos lois criminelles sont infectées, tous les
pleurs qu'elles ont arrachés à l'innocence, tout le sang qu'elles ont
injustement répandu sur les échafauds.

Il est des hommes qui désirent le bien, qui ont assez de lumières pour
apercevoir le chemin qui y conduit, mais dont l'âme faible et sans
caractère est effrayée par les obstacles que leur présente la
corruption de leur siècle: ils craignent de déplaire; ils n'ont pas
assez de courage pour s'engager dans une route dont les sentiers sont
pénibles et dangereux; ils ne voient que les difficultés sans être
animés de la gloire qu'il y aurait à les vaincre. Leurs coeurs se
sentent émus à la vue des malheureux sur lesquels pèsent l'injustice et
l'oppression; mais ils n'ont point la force d'alléger le fardeau qui
les accable. C'est ainsi que les abus s'enracinent et se multiplient,
que les maux de toute espèce se perpétuent; voilà comment les droits de
l'homme sont abandonnés et anéantis.

Combien M. DUPATY était au dessus de ces craintes qui ne sont faites
que pour les petites âmes! Faut-il combattre les préjugés barbares qui,
en interceptant la lumière, s'opposent aux progrès de la raison;
approcher de nos lois le flambeau de la philosophie; attaquer les
erreurs qui sont la source de presque tous les maux qui affligent le
genre humain; venger l'humanité des outrages qu'elle a reçus; alors son
âme s'élève avec transport, elle semble prendre de nouvelles forces;
aucune considération ne l'arrête; il brave, et les traits de l'envie,
et les injustices de l'amour-propre. Il n'est pas retenu par les
plaintes et les murmures de ces esprits faibles et timides qui
appellent innovation, ce qui n'est que le rétablissement de l'ordre, et
un meilleur état des choses.

Avec quelle fermeté héroïque il entreprend la justification de trois
accusés, dont l'innocence avait été envoyée au supplice! Condamnés par
un tribunal supérieur, à subir la peine réservée aux scélérats; sans
appui, sans défense, parce qu'ils sont pauvres et obscurs, ils vont
bientôt grossir la foule des malheureuses victimes de nos lois
criminelles. Déjà la barre fatale est levée, elle est prête à
frapper... Le protecteur magnanime des opprimés court se jeter aux
pieds du Trône; il implore, il obtient, au nom de la justice et de
l'humanité, que les coups terribles soient suspendus; que le sang des
trois citoyens ne coule point avant qu'un nouveau jour ait versé une
lumière pure et sans tache, sur les preuves du crime dont on les accuse.

Arrêtez, magistrat sensible et généreux: vous allez faire un acte de
courage, vous voulez épargner un crime à la justice; mais peut-être
vous ne voyez pas tous les dangers auxquels vous vous exposez, tous les
chagrins qui vous attendent. On va vous taxer de présomption et de
témérité; on ira même jusqu'à vous accuser d'être l'ennemi de la
magistrature; la calomnie réunira tous ses efforts pour vous perdre.

Mais, malheur à celui qui calcule froidement ce qu'il doit lui en
coûter pour faire le bien! De pareilles considérations ne sont point
faites pour ralentir le zèle de M. DUPATY. Il ne balance point entre
une action vertueuse et des difficultés à vaincre; il n'examine point
ce qu'il a à craindre, il ne voit que le glaive de la justice suspendu
sur des têtes innocentes; il jure de faire tous ses efforts pour
détourner ce glaive funeste, dût-il exposer son repos, sa vie même. Ses
yeux ne sont fixés que sur le sort des malheureux qui lui ont inspiré
un intérêt si vif et si tendre.

Déjà convaincu de leur innocence, il se méfie encore de ses lumières.
Il craint que son coeur ne l'abuse. Il veut les voir et les entendre.
Il descend dans ces demeures souterraines où l'innocent est souvent
confondu avec le coupable. Il les approche, il les rassure, il les
interroge, il consulte leurs regards; il lit dans leur pensée, il sonde
leurs coeurs flétris par l'injustice et les revers: au lieu dos remords
du crime, il n'y trouve que le calme et la sécurité d'une conscience
sans reproche. Son âme s'ouvre alors à toutes les émotions de la
sensibilité: en vain il veut retenir les larmes qui roulent dans ses
yeux. "Mes amis, mes amis! leur dit-il,  que l'espérance ne vous
abandonne point; encore un peu de patience et de courage, et la fin
de vos maux approche".

O digne ami de l'humanité! quel mortel mérita plus que vous nos
respects et nos hommages! Vous vous attendrissez à la vue dos
infortunés; vous répandez des pleurs sur leur triste destinée; vous les
appelez vos amis, tandis que tout le monde les abandonne et les
repousse. Ah! que ces hommes durs qui n'ont jamais senti la pitié,
viennent donc apprendre de vous à respecter le malheur, à ne point
détourner leurs yeux à son approche, à ne pas du moins l'insulter par
l'outrage et le mépris.

On lira toujours avec un nouveau plaisir ces mémoires célèbres où M.
DUPATY répand un si grand jour sur l'innocence des trois malheureux
accusés qu'il défend; où il les justifie avec ce courage qui sied si
bien à la vérité; où il se récrie, avec le noble enthousiasme de la
vertu, contre les barbares maximes de nos criminalistes; où il fait
partager à ses lecteurs toute son indignation, lorsqu'il parcourt la
cruelle liste de tous les innocents qu'elles ont fait condamner;
lorsqu'il fait le récit touchant de tous les maux qu'elles ont causé,
de toutes les injustices qu'elles ont fait commettre.

On crut entendre l'orateur romain, quand M. DUPATY prononça, devant le
sénat d'une grande province, en présence de tout un peuple, ce discours
à jamais célèbre dans l'histoire de l'éloquence. L'impression qu'il fit
sur les auditeurs fut telle, qu'ils ne pouvaient retenir leurs larmes
ni leurs transports; il semblait que chacun eût voulu participer à la
gloire de détacher les fers des infortunés dont la défense était un
véritable dévouement. L'orateur fut souvent obligé de s'interrompre par
le bruit des applaudissements qui se mêlaient aux cris de l'admiration.
Jamais peut-être l'humanité n'obtint un plus beau triomphe; on bénit,
on entoure celui qui vient de sauver la vie à trois citoyens: il est
obligé de se dérober à la foule, pour aller annoncer aux malheureux,
dont il est le libérateur, qu'ils sont rendus à l'honneur et à la vie.
Qui pourrait peindre le moment où il les voit tomber à ses pieds, les
baigner de leurs larmes, et les tenir embrassés sans proférer une
parole?

"Allez, leur dit ce grand homme, hâtez-vous, mes amis, de rejoindre vos
femmes et vos enfants qui souffrent depuis longtemps de votre absence.
Allez ensevelir le reste de votre déplorable vie dans le travail, le
silence et la vertu. Partez, mais en passant par la capitale, ne
manquez pas d'aller dans ma maison; que la vue de votre bonheur console
enfin la vertueuse compagne de ma destinée, et mes jeunes enfants à qui
vos malheurs ont appris la pitié, qui ont arrosé vos fers de leurs
premières larmes compatissantes".

Vous tous à qui la nature a donné une âme sensible, que ne fûtes vous
témoins de la scène touchante qui se passa dans le sein de cette
respectable famille à la vue des infortunés dont le héros magistrat
venait de briser les fers! Vous auriez vu sa digne épouse arroser de
ses pleurs les mains reconnaissantes que lui tendaient ces trois
malheureux; les faire asseoir à sa table, les servir elle-même, et
offrir à ses enfants attendris le spectacle de la vertu qui console le
malheur des outrages de l'injustice.

M. DUPATY joignait aux rares qualités qui font le vrai magistrat, un
goût sûr, un espoir prompt à saisir le beau dans tous les genres, et
orné des connaissances qu'il avait puisées dans les grands modèles de
la littérature. Il s'était livré, de très bonne heure, à l'étude des
sciences et des lettres; on l'avait vu, dans l'âge de la dissipation et
des plaisirs, concourir aux progrès des lumières, encourager le talent
par de nobles récompenses, inviter les orateurs à célébrer ce roi,
l'idole des français, que le ciel avait donné à la terre dans les jours
de sa miséricorde* [* M. Dupaty fut reçu à l'Académie des
Belles-Lettres de la Rochelle, à un, âge où à peine le reste des hommes
commence à avoir le sentiment du beau et de l'utile. Son début, comme
homme de lettres, fut un hommage à la vertu. Il proposa pour sujet d'un
prix extraordinaire, l'éloge de Henri IV, dont il voulut faire les
Irais. Il fit frapper une médaille d'or qui représente ce grand roi. Ce
prix fut adjugé au discours de M. Gaillard, orateur distingué, qui a
su faire un choix heureux parmi le nombre de grandes actions qu'il
avait à peindre.].

Les heures de ses délassements étaient consacrées à la lecture des
grands poètes, des historiens et des philosophes qui, en nous
transmettant leurs pensées, ont voulu être utiles, lors même qu'ils ne
seraient plus.

Quoique les fonctions de sa charge lui laissassent très peu de temps,
il en trouvait encore pour assister aux assemblées d'un corps
respectable de savants qui s'était empressé de l'associer à ses
travaux, et dont les vues sont toujours dirigées du côté des
découvertes utiles* [* L'Académie des sciences, belles-lettres et arts
de Bordeaux fut jalouse de s'associer à M. Dupaty. Il y fut reçu le 9
février 1769. En 1770, il proposa pour sujet d'un prix que l'Académie
aurait à distribuer, l'éloge de Michel de Montagne, et il demanda d'en
faire les fonds. C'est ainsi qu'il portait partout la générosité et
l'enthousiasme pour les lettres, et qu'il donnait l'exemple rare de
faire servir la fortune à la gloire des talents et aux progrès des
vertus.].

Passionné pour la vérité qui se cache aux yeux du vulgaire, et ne se
montre même à l'homme de génie qu'après qu'il s'est livré à des
recherches constantes et pénibles, il attendait avec impatience que des
circonstances plus favorables lui permissent de voyager. Ce n'était pas
pour satisfaire une vaine curiosité, mais pour aller recueillir, comme
les _Solon_, les _Descartes_ et les _Montesquieu_, chez les peuples les
plus éclairés, des connaissances utiles à ses concitoyens. Il avait une
âme trop active pour se borner à de simples méditations, toujours trop
lentes pour le génie qui veut comparer et saisir les grands résultats.
Il voulait interroger les nations, étudier, observer leurs
gouvernements et leurs lois, chercher les savants de tous les pays,
puiser, dans leur commerce et leur entretien des lumières que la
réflexion ne donne pas toujours.

Pourquoi faut-il qu'une vie trop courte l'ait empêché d'exécuter ce
projet? Quel fruit nous aurions recueilli de ses voyages! Quels regrets
ne nous laissent point ses lettres sur l'Italie, où il peint avec celle
énergie qui lui est propre, les profondes impressions faites sur son
âme, à la vue de ces lieux autrefois habiles par les maîtres de
l'univers!

Cet ouvrage d'un genre neuf a été beaucoup critiqué; on a même cherché
à le déprécier; et c'est déjà d'un heureux présage. L'envie ne déchire
que ce qu'elle croit pouvoir devenir un droit à la gloire et un titre
aux hommages de la postérité. Il n'y a que les hommes d'un goût solide,
d'un esprit juste, d'une culture raisonnée, qui osent s'élever
au-dessus de l'opinion vulgaire, et trouver les beautés là où elles se
font remarquer.

Quoi qu'on ait dit des lettres sur l'Italie, on se plaît à suivre
l'auteur dans sa marche; on aime à partager avec lui les divers
sentiments qu'il éprouve.

Il soupire à Vaucluse, respire à Nice, admire à Gênes, s'instruit à
Florence, et trouve réunies à Rome toutes les idées, toutes les
sensations qui doivent naître au milieu d'une ville qui fut longtemps
la capitale du monde; qui est encore le centre de l'univers, comme elle
sera toujours le point le plus brillant dans la durée des siècles.
Naples élève sa pensée; le Vésuve l'étonné et l'épouvante; et Poestum,
où Sibaris n'est plus, le remplit d'une tendre mélancolie.

Avec quelle finesse il rapproche les idées faites pour se donner
mutuellement du jour! Avec quel goût il démêle le vrai partout où il
est! Avec quelle vivacité il sait le peindre! Comme son génie se plie
facilement à tous les tons, s'élève, descend, plane, s'égare avec les
objets, et apprécie tout, depuis le sublime jusqu'au gracieux, depuis
le Panthéon jusqu'à un tableau du Correge! Que de philosophie répandue
là où l'on ne s'attendait à trouver que des réflexions de goût! Il se
pénètre du sentiment du beau qu'il retrouve partout, jusque dans les
ruines; mais qui n'est nulle part mieux que dans son imagination grande
et profonde, et surtout dans son âme sublime, digne de pleurer les
_Caton_ et les _Tite_, dont il foule les cendres avec respect.

Qu'on aime à voir le philosophe et le grand homme rendre hommage aux
premiers sentiments de la nature, découvrir les racines par où il tient
à l'espèce humaine, et établir, sur cette base, ses jouissances el son
bonheur! Transporté dans une terre étrangère, s'il voit un mariage
heureux, il songe à l'épouse qu'il aime; s'il rencontre un paysage
riant el paisible, il désire que ses enfants y puissent jouer devant
lui! s'il trouve des peuples qui chérissent l'hospitalité, son coeur se
serre, il se rappelle qu'en se séparant de ses amis, il a laissé la
moitié de lui-même; si ses regards sont frappés de grands exemples et
de grandes leçons, il les recueille pour les siens avant d'en enrichir
sa patrie.

On admire surtout le magistrat, qui ne perd jamais de vue les fonctions
auxquelles il s'est généreusement consacré. Convaincu par une longue
expérience, et plus encore par de profondes réflexions, que c'est des
lois que dépendent le bonheur et la durée des empires, et que naissent
tous les désordres tant reprochés à la méchanceté humaine, il se
remplit des idées de réforme et d'amélioration, que sa bienfaisance et
ses talents ont fait espérer à la France, et annoncé à toute l'Europe.
Il n'entre point dans une ville, il ne traverse point une province, il
ne visite point un gouvernement nouveau, qu'il n'examine les moeurs,
les usages, les opinions du peuple, l'influence des grands, le génie ou
le manège des ministres, les opérations grandes et franches, ou les
petites combinaisons adroites et détournées des pouvoirs souverains: et
l'on ne sait s'il est plus admirable dans cette étendue d'esprit qui
saisit les détails, dans cette finesse qui démêle les nuances les plus
déliées, dans cet instinct indéfinissable, quand on ne sait pas qu'une
âme aimante le donne à un esprit juste; ou dans cette sagesse profonde
qui pèse au poids de la raison, les abus et les ridicules, dans cette
philosophie toujours douce et raisonnable qui souffre les préjugés en
même temps qu'elle les condamne et les censure et dans cette sagacité
longtemps exercée par la méditation qui lui fait démêler les ressorts
cachés, d'où résultent chez le même peuple tant de mouvements
contradictoires en apparence, et qu'on s'étonne de voir ramener à une
cause unique, avec cette simplicité qui caractérise le génie.

Il y a des hommes célèbres, dignes de nos hommages et des regards de la
postérité; mais dont l'éloge est fini lorsqu'on a une fois parlé où des
batailles qu'ils ont gagnées, ou des grands talents qu'ils ont montrés
dans l'administration de la chose publique, ou des services qu'ils ont
rendus à la patrie dans les fonctions de la magistrature.

On ne connaîtrait qu'imparfaitement M. DUPATY, si l'on ignorait les
précieuses qualités de son âme. Bon père, bon époux, ami sûr: les
talents, qui deviennent parfois un présent funeste par le mauvais usage
qu'on en fait, semblaient ne lui avoir été donnés que pour mieux
pratiquer les devoirs de l'homme et les vertus du sage.

Dans un siècle où tant d'antres tourmentés par l'ambition, épient tous
les moments, recherchent toutes les occasions de s'élever, emploient la
plus grande partie de leur temps à briguer des places qui conduisent à
la fortune ou au pouvoir, il montre ce noble désintéressement qui
caractérisait les premiers philosophes; il foule aux pieds les
richesses auxquelles on sacrifie tout depuis qu'un luxe sans bornes a
porté la corruption dans tous les ordres de la société.

Généreux et compatissant, il regarde l'inégalité des fortunes comme une
injustice que l'on doit réparer en secourant l'indigence. Il suffit
d'être malheureux pour avoir un droit à ses bienfaits. Il ne fait point
rougir ceux à qui il les offre. Comment pourraient-ils en être
humiliés? il n'en exige aucune reconnaissance. Il veut surtout qu'ils
restent ignorés.

Vous, qui faites payer si cher les secours que le besoin vous arrache à
force d'importunités; qui vous récriez sans cesse contre la foule des
infortunés qui fatiguent vos yeux; venez apprendre à rougir de votre
insensibilité! Savez-vous pourquoi il y a tant d'indigents? C'est parce
que vous tenez toutes les richesses dans vos mains avides. Pourquoi ce
père, cette mère cl ces enfants sont exposés à toute la rigueur des
saisons, sans toit qui les couvre, souffrant les horreurs de la faim?
C'est parce que vous habitez des maisons somptueuses où votre or
appelle tous les arts pour servir votre mollesse, et occuper votre
oisiveté: c'est parce que votre luxe dévore en un jour la substance
d'un millier d'hommes.

Ce n'est que parmi les sages que l'on trouve les exemples touchants de
la vraie amitié, qui fut toujours la compagne fidèle de la vertu. Ce
sentiment sublime et tendre, qui adoucit tant d'amertume, n'est point
fait pour les méchants. Jamais il n'entra dans les âmes viles et
corrompues. Qui mérita plus que M. DIPATY d'avoir des amis? Les
sacrifices ne lui coûtaient rien, lorsqu'il fallait les servir. Sévère
pour lui-même, il était indulgent pour les autres. Modeste et doux dans
le commerce de la société, on oubliait son génie pour mieux jouir de
son coeur. Il connaissait trop le prix du temps pour aller le perdre
dans un monde frivole qui n'offre le plus souvent que des ridicules, et
où l'esprit est longtemps sans recueillir une pensée* [* Entre
plusieurs torts ridiculement graves que la frivolité cérémonieuse de
nos moeurs reprochait à M. Dupaty, elle ne pouvait surtout lui
pardonner de ne prendre aucune part aux puériles riens qui occupent les
cercles. Il avait la bonne foi de convenir qu'il préférait la naïve
simplicité de ses enfants à l'esprit faux, leurs jeux innocents à l'art
toujours en représentation dans les sociétés et l'intimité de ses amis
vrais aux fades attentions de ces complaisants à qui l'intérêt et la
vanité inspirent des protestations aussi fausses que serviles. Par une
suite du même principe, il ne rendait que très peu de visites. Les
sérieuses occupations de sa charge et les grandes méditations
auxquelles il se livrait, remplissaient presque tout son temps. Il ne
concevait pas d'ailleurs que deux indifférents, dont l'un se soucie
aussi peu de faire des visites que l'autre d'en recevoir, s'obstinent à
s'ennuyer mutuellement avec cette persévérance et cette ponctualité
qu'on peut regarder comme un de nos ridicules.] Il aimait surtout
l'entretien des gens de- lettres et des savants. Il les attirait chez
lui, non par ostentation, ni pour avoir l'air de les protéger; mais
pour profiter de leurs lumières: il était fait pour les entendre et les
juger. Il avait pour eux cette considération et ce respect que méritent
des hommes qui ne veulent pour toute récompense de leurs travaux, que
la gloire d'avoir éclairé leur siècle* [* Il est rare que la carrière
des lettres soit celle qui mène à la fortune. Occupé du monde idéal sur
lequel il promène ses regards sublimes, le génie voit à peine le monde
qui l'admire; et plein de grandes conceptions, il dédaigne les petites
adresses, les intrigues sourdes, les combinaisons méprisables par où la
médiocrité s'élève ou enrichit. Pénétré de la dignité des gens de
lettres, et mettant après la vertu, le talent au-dessus de tout, M.
Dupaty avait fait de sa maison celle de tous les hommes de mérite; il
suffirait de porter ce titre pour y être admis avec bienveillance,
traité avec distinction, et prévenu de toutes les manières que la
générosité peut inventer pour secourir le besoin, sans faire rougir la
délicatesse.].

Si l'on veut se donner le spectacle des vertus antiques, il faut suivre
M. DUPATY dans le sein de sa famille. Il faut le voir entouré de ses
jeunes enfants, contempler avec complaisance sa vertueuse épouse dont
la sollicitude maternelle est sans cesse occupée à écarter loin d'eux
les dangers qui menacent la faiblesse de leur âge, partager avec elle
les soins de leur éducation, afin qu'ils soient dignes de servir un
jour la patrie* [* Il y a longtemps que l'on a demandé si l'éducation
domestique est préférable à l'éducation publique. Quintillien chez les
anciens, et Rollin chez nous, se sont décidés pour la seconde. Malgré
leur autorité qu'il respectait, M. Dupaty, avait adopté l'éducation
particulière. On ne peut nier qu'avec quelques inconvénients pour les
moeurs, faciles à prévenir, l'éducation publique n'ait de grands
avantages du côté de l'émulation, du développement des caractères et de
l'égalité qu'elle met entre les jeunes citoyens de toutes les
conditions. Il faut convenir aussi que l'éducation, privée, par la
difficulté de trouver d'excellents maîtres, et de les conserver quand
on les a, n'a que trop souvent les dangers de l'éducation publique sans
eu réunir les avantages. Mais M. Dupaty, et sa vertueuse épouse,
étaient les premiers instituteurs de leurs enfants; et cela fait
disparaître toutes les difficultés.], sourire à leurs jeux innocents,
applaudir à leurs progrès, les prendre dans ses bras, faire des voeux
au ciel pour lui demander, non qu'ils soient riches et puissants, mais
bienfaisants et justes. C'est ainsi qu'en remplissant les devoirs de
citoyen et de père, il se consolait de l'injustice des hommes et de la
haine des méchants.

Chéri et respecté de sa famille dont il fait le bonheur, honoré par le
suffrage de tous les gens de bien, admiré des étrangers qui veulent le
voir et le connaître, son nom est mis à côté de celui des bienfaiteurs
du genre humain. Les malheureux ne le prononcent qu'avec
attendrissement. Il jouit déjà de cette gloire sur laquelle l'envie ne
peut rien, et à peine il est parvenu au milieu de sa carrière.

L'humanité le regardait comme son soutien et son vengeur. Cet ordre le
plus nombreux de citoyens, sur lequel les états s'appuient, et que l'on
cherche toujours à opprimer, fondait les plus grandes espérances sur
son courage et son amour pour la justice. Déjà il fixait ses regards
sur lui, comme sur le défenseur éclairé de ses droits. La magistrature
espérait jouir longtemps encore de ses lumières et de ses vertus;
lorsqu'il est tout-à-coup atteint d'une maladie qui fait bientôt
craindre pour ses jours. Les forces de ses organes, que de longs
travaux, une sensibilité profonde, une imagination forte et active
avaient épuisées, ne peuvent résister au mal qui le presse de toutes
parts. Déjà les douleurs aiguës qui le tourmentent sans relâche
l'avertissent qu'il touche à sa dernière heure* [* M. Dupaty est mort à
Paris, le 17 septembre 1788, à l'âge de 42 ans.].

Ce moment fatal, si amer pour la plupart des hommes, n'a rien qui
l'effraie. Ferme et tranquille sur le bord du tombeau, il met toute sa
confiance en l'être suprême dont il a honoré l'ouvrage périssable. Il
se pénètre des sentiments sublimes de la religion qui offre tant de
consolations à l'homme vertueux, lorsqu'il est aux prises avec la mort.
Sa vie n'a été qu'une suite continue de bonnes actions. Il a vécu en
sage; il meurt sans regretter le présent qui lui échappe, et sans
craindre l'avenir qui l'attend.

Faut-il que tant de vertus aient sitôt disparu de dessus la terre! que
le bienfaiteur des hommes leur ait été enlevé lorsqu'il aurait pu
encore remplir une longue carrière et leur être utile!

Vous, dont il a défendu l'innocence outragée avec tant de courage et de
travaux, qui peut-être lui avez coûté une portion de sa vie; ah! le
bruit de sa mort a sans doute retenti jusque dans les lieux de votre
retraite! Que n'êtes vous accourus pour assister à sa pompe funèbre,
pour suivre, jusque sur les bords de sa tombe, les tristes dépouilles
de votre généreux libérateur! Votre présence, vos larmes, et vos
gémissements l'eussent bien mieux loué, que les discours et que tous
les efforts de l'éloquence.

O magistrat digne de nos regrets et de nos hommages, vos bienfaits ne
sortiront jamais de ma mémoire! Quel que soit l'intervalle que le
tombeau a mis entre vous et moi, vous serez toujours présent à ma
pensée! En retraçant vos vertus, j'ai moins cherché à ajouter un
nouveau lustre à votre gloire, qu'à satisfaire un besoin de mon coeur;
celui de la reconnaissance. Mon âme était flétrie par le malheur, et
vous y avez fait descendre l'espoir consolant; vous m'avez fait oublier
de longues infortunes, vous avez été pour moi une seconde providence.
Que ne suis-je aux lieux où l'on a déposé vos cendres. J'irais tous les
jours, accompagné de ma douleur, les arroser de mes larmes; je dirais à
la foule des infortunés qui s'empresse autour de votre tombeau: _C'est,
ici que repose l'ami de l'humanité_.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *      *



[Transcriber's notes: Maximilien Robespierre (1758-1794), Eloge de
Gresset.

Texte en français moderne]



(Gresset fut à la fin du XVIIIe siècle un de ces poètes aimables qui
savaient, quand ils le voulaient, faire parler avec grâce la raison et,
comme on le disait alors, décorer des fleurs du badinage et des
piquantes bagatelles les préceptes de la saine philosophie. Le souvenir
de Gresset vivait encore à Arras; il y avait accompagné en effet en
1740 l'intendant de Picardie et d'Artois. L'Académie d'Amiens mettait
chaque année au concours un sujet pour un prix de Lettres ou
d'Eloquence; en 1784 elle proposa l'éloge de Gresset. Maximilien
Robespierre concourut pour le prix, qui ne fut finalement pas décerné.)


(Le manuscrit est conservé par l'Académie d'Amiens. Il comporte 22
folios, il porte le n° 9 et fut reçu le 20 juin 1785. Comme pour le
discours couronné par l'Académie de Metz, Robespierre fit des retouches
avant de le faire imprimer.)



ELOGE DE GRESSET


Discours qui a concouru pour le prix proposé par l'Académie d'Amiens,
en l'année 1785


Par M... Avocat en Parlement


   Hunc lepidique sales lugent, veneresque pudicae,
   Sed mores prohibent, ingeniumque mori.


A LONDRES,


Et se trouve A PARIS.


Chez

ROYEZ, Libraire, quai des Augustins.

Les Marchands de Nouveautés.


M. DCC. LXXXVI.



ELOGE

DE GRESSET



Le véritable éloge d'un grand homme, ce sont ses actions et ses
ouvrages: toute autre louange paraît assez inutile à sa gloire; mais
n'importe: c'est un beau spectacle de voir une nation rendre des
hommages solennels à ceux qui l'ont illustrée, contempler, pour ainsi
dire, avec un juste orgueil, les monuments de sa splendeur et les
titres de sa noblesse, et allumer une utile émulation dans le coeur de
ses concitoyens par les éloges publics qu'elle décerne aux vertus et
aux talents qui l'ont honorée.

Gresset était digne d'un tel hommage; et à qui, Messieurs, convenait-il
aussi bien qu'à vous de le lui rendre? Sa gloire, qui brille avec éclat
aux yeux de toute l'Europe, a pour vous quelque chose de plus touchant:
vous la partagez avec lui. Cet illustre poète est né au milieu de vous,
il a voulu vivre et mourir parmi vous; vous fûtes à la fois ses
compatriotes, ses amis, les compagnons de ses travaux littéraires, les
témoins de sa vie privée, les spectateurs de sa vertu; partout ailleurs
on a admiré ses écrits; vous avez encore connu et chéri sa personne.
C'est l'amitié qui semble aujourd'hui s'unir à la patrie pour honorer
sa mémoire. En proposant son éloge à l'émulation publique, vous
paraissez chercher une consolation à la douleur que vous cause sa perte
dans les nouveaux monuments qu'elle s'empressera d'élever à sa gloire.

Oui, répandons des fleurs à l'envi sur la tombe du plus aimable des
poètes. Quoiqu'aucun lien ne m'ait attaché à lui, mon zèle ne le cédera
point au vôtre. Pour chérir sa mémoire, ne suffit-il pas d'avoir lu ses
écrits, d'avoir entendu parler de ses vertus?

O Gresset, tu fus un grand poète. Tu fis beaucoup plus, tu fus un homme
de bien. En vantant tes ouvrages, je ne serai point obligé de détourner
mes yeux de ta conduite; la religion et la vertu ne s'indigneront pas
contre les éloges donnés à tes talents. Heureux l'écrivain qui, comme
toi, sait toujours les respecter et les suivre, et marquer leur auguste
empreinte dans sa vie comme dans ses ouvrages!

Gresset entra de bonne heure dans cette société célèbre qui avait
instruit sa jeunesse, et qui semblait offrir une retraite si douce aux
hommes épris des charmes de l'étude et des lettres. Ce fut dans son
sein que se forma le Poète des Grâces.

La voix publique lui a déféré ce titre, qui suffirait seul pour lui
assurer le rang le plus distingué dans l'empire des Muses.

Tous les ouvrages qui portent le caractère du génie, semblent donner à
leurs auteurs un droit égal aux hommages de la postérité. Les Muses
partagent leurs présents entre leurs favoris; les couronnes qu'elles
leur décernent sont différentes; il est difficile de décider quelles
sont les plus brillantes. Les Sophocle, les Théocrite, les Tibulle, les
Virgile, les Corneille, les la Fontaine, entrent ensemble au Temple de
l'Immortalité; les roses qui couronnent Anacréon ne sont pas moins
durables que les lauriers qui ceignent le front d'Homère; et si le
grand caractère de ces poètes majestueux qui osèrent chanter les Héros
et les Dieux impose plus de respect à la postérité, elle semble aussi
sourire avec un plus doux sentiment de plaisir à ces poètes aimables,
que les ris et les grâces ont inspirés.

Mais à combien peu de mortels elles accordent cette faveur? En vain un
peuple de rimeurs ose se croire né pour jouer avec elles, ils inondent
le public de leurs productions légères; mais elles meurent en naissant;
ces fleurs délicates qu'ils veulent cueillir se fanent dès qu'ils les
ont touchées; elles ne conservent un éclat immortel qu'entre les mains
de ce petit nombre d'écrivains fortunés que la nature a doués d'un
génie vraiment original.
   Le premier ouvrage qui lit connaître Gresset dans la République des Let
tres le plaça incontestablement dans cette classe privilégiée. Ici,
Messieurs, l'idée du _Ververt_ se présente d'elles-mêmes à vos esprits.
A ce nom, un souris involontaire semble naître, excité par les images
charmantes qu'il réveille dans noire mémoire; et c'est-là, sans doute,
le plus bel éloge d'un ouvrage de ce genre.

Cette production parut, comme un phénomène littéraire. Avant cette
époque, nous possédions plusieurs poèmes héroï-comiques justement
admirés; et, par un contraste assez singulier, c'est aux plus imposants
et aux plus graves d'entre les poètes, que nous devons ces productions
badines. Le chantre d'Achille ne dédaigna pas de célébrer la guerre des
rats et des grenouilles. Pope, ce poète philosophe, trouva dans une
boucle de cheveux la matière d'une nouvelle Iliade. Boileau, le poète
de la raison, emboucha la trompette héroïque pour chanter la discorde
qu'un Lutrin avait allumée dans le sein d'une paisible église.

Tous les siècles réunis n'avaient produit que quatre ou cinq
chefs-d'oeuvre en ce genre, et notre langue n'en possédait qu'un seul,
lorsqu'un jeune poète, inconnu jusqu'alors, sembla les surpasser tous
par un ouvrage encore plus étonnant.

Sa muse osa franchir les grilles des couvents, pour y observer ces
riens importants nés de la frivolité du sexe. Cette matière neuve, mais
aride, prêtait, sans doute, beaucoup moins à l'imagination que celle du
_Lutrin_ et de _la Boucle de Cheveux enlevés_.

Pope et Boileau avaient d'ailleurs étendu les ressources de leurs
sujets: le premier, par l'intervention des _Silphes_, qu'il intéresse à
la destinée des cheveux de _Bélise_; l'autre, par l'introduction des
divinités allégoriques auxquelles il fait prendre parti dans la
querelle du _Lutrin_. Le chantre de Ververt néglige tous ces ressorts;
au lieu d'adopter la marche imposante de l'épopée, dont la dignité,
formant un contraste plaisant avec la petitesse du sujet, offre déjà
par elle-même une source de beautés piquantes et faciles, il célèbre la
gloire de son béros sur un ton plus simple, plus naïf, et par
conséquent plus difficile. Il semble que son génie, rejetant tous
appuis étrangers, cherche à multiplier les obstacles pour les vaincre,
et veuille lutter avec ses seules forces contre toute la sécheresse de
la matière.

Mais, avec cette unique ressource, quel poème ne fait-il point éclore
d'un sujet qui semblait à peine susceptible de fournir quelques
plaisanteries!

Quoique l'imagination n'ait peut-être jamais rien produit de si riant
que les détails de ce poème, il est douteux, si le mérite de
l'invention et de la richesse de la fiction ne sont pas encore
au-dessus. Mais n'allais-je point entreprendre de développer les
beautés du Ververt, comme si le discours pouvait exprimer des grâces
que sa lecture seule peut faire sentir? Quelles paroles pourraient
peindre la fraîcheur et l'éclat du coloris qui caractérise le style de
cet ouvrage, cet heureux accord de la finesse avec la naïveté, de la
plaisanterie la plus délicate avec toutes les richesses de la poésie;
cotte imagination brillante qui, de l'idée la plus stérile et la plus
triviale, sait faire sortir mille détails aussi nobles que gracieux;
qui, à un trait ingénieux, fait succéder sans cesse un trait plus
piquant encore, effacé lui-même par une saillie nouvelle qui achève
d'étonner l'esprit, et de dérider le front le plus sévère? Quel éloge
pourrait valoir cette impression de plaisir et d'admiration qu'il a
laissée à tous ceux qui le connaisse? Et à qui est-il inconnu? Il est
entre les mains de tous les âges et de toutes les conditions: il fait
les délices des hommes lettrés, il procure des heures agréables aux
hommes les moins instruits; ceux qui sont les plus étrangers aux autres
chefs-d'oeuvre de notre littérature sont familiers avec le Ververt. Il
rappelle à tous les esprits des souvenirs riants; il leur retrace
l'idée du plus charmant ouvrage qu'aient produit le goût, l'imagination
et la gaîté. Lisez le Ververt, vous qui aspirez au mérite de badiner et
d'écrire avec grâce; lisez-le, vous qui ne cherchez que l'amusement; et
vous à qui la nature semble avoir refusé la faculté de rire; lisez le
Ververt, et vous connaîtrez une nouvelle source de plaisirs.

Oui, tant que la langue française subsistera, le Ververt trouvera des
admirateurs. Grâce au pouvoir du génie, les aventures d'un perroquet
occuperont encore nos derniers neveux. Une foule de héros est restée
plongée dans un éternel oubli, parce qu'elle n'a point trouvé une plume
digne de célébrer ses exploits; mais toi, heureux Ververt, puisqu'il a
plu à un grand poète de l'immortaliser, ta gloire passera à la
postérité la plus reculée. Dans plusieurs siècles, on parlera encore
avec intérêt de tes prospérités et de tes revers, de tes charmes et de
tes erreurs, des tendres soins que te prodiguèrent les douces
maîtresses dont tu fus l'idole, et des plaisirs que tu leur procuras,
et des larmes que lu leur fis répandre.

Aussi ne devons-nous pas nous étonner si cet ouvrage fit une si
prodigieuse sensation dès sa naissance; les applaudissements qu'il
excitait redoublaient encore lorsqu'on apprenait que ce chef-d'oeuvre
était le coup d'essai d'un homme de vingt-six ans, renfermé dans
l'enceinte d'un collège, et destiné à la vie monastique. Le grand
Rousseau, frappé de l'éclat d'un tel début, annonçait dès lors le jeune
auteur à son siècle comme un des plus beaux génies qui devaient
l'illustrer. C'était, sans doute, un spectacle assez intéressant de
voir un des plus célèbres poètes de nos jours applaudir au triomphe
d'une muse naissante, faite pour partager avec lui l'attention du
public, et confondre, par son exemple, les lâches complots de l'envie,
qui veille toujours pour arrêter le grand homme à l'entrée de sa
carrière.

Mais, tandis que Gresset jouit de la gloire attachée à ses premiers
succès, quel orage s'est tout-à-coup formé sur sa tête? On conspire
contre lui, on l'accuse d'attenter à l'honneur de l'Ordre de la
Visitation, on crie au scandale, à la calomnie... Aimable poète,
reprenez vos pinceaux; peignez-nous des évènements véritables, beaucoup
plus plaisants que toutes les fictions du Ververt. Mais que dis-je? Le
badinage n'est plus de saison, l'intrigue et le crédit ont secondé le
courroux de ses ennemis; les Jésuites sont forcés de faire un
sacrifice, et le jeune poète est condamné à s'ennuyer à la Flèche, pour
expier le plaisir que procuraient au public les ingénieuses saillies du
Ververt.

Mais les Muses le suivirent dans son exil, pour en adoucir la rigueur,
et bientôt parurent _le Carême impromptu_ et _le Lutrin vivant_.

Censeurs austères, mélancoliques, dédaignez, tant qu'il vous plaira, la
petitesse du sujet de ces deux productions; blâmez l'enjouement qui a
imaginé le Lutrin vivant; mais pardonnez-moi si je ne puis rougir des
ris qu'obtient de moi cet ingénieux badinage, et dont vous l'avez, sans
doute, vous-mêmes honoré; souffrez que j'observe avec quel art l'auteur
sait répandre tant de sel et d'agrément sur une matière qui semblait
les exclure, et permettre, pour ainsi dire, à sa muse, de se livrer aux
accès d'une gaieté folle, sans perdre ni la finesse ni la grâce qui la
caractérise.

Quand on quitte le Lutrin vivant et le Carême impromptu pour lire _la
Chartreuse_, on croit contempler un tableau du _Corrège_ après avoir
examiné des peintures de _Calot_. Ce n'est plus seulement ici une
production légère, c'est un ouvrage intéressant, qui n'a de commun avec
les poésies qui portent ce nom que l'aisance et l'agrément. Quelle
gaieté et quelle douceur de sentiment! Quelle heureuse négligence et
quelle étonnante richesse! Quelles vives saillies et quelle
philosophie! Jamais on ne vit la raison badiner avec tant de grâces et
parler un langage si aimable, si propre à s'insinuer dans les coeurs,
sous l'appas de l'enjouement.

Gresset est le premier qui ait présenté un si parfait modèle de ce
genre de beautés, et cette épître charmante mérita d'être placée au
rang des productions originales qui font époque dans noire littérature.
Tel est le privilège du génie: un écrit agréable qui semble échapper à
une plume facile et légère parvient à la célébrité des plus grands
ouvrages; et l'auteur de la Chartreuse, avec ce seul titre, aurait pris
sa place parmi nos plus illustres poètes. Telle était l'idée que s'en
formait le grand Rousseau, lorsqu'il s'écriait en parlant de celle
pièce: _Quel prodige dans un homme de vingt-six ans! Quel désespoir
pour tons nos prétendus beaux esprits modernes!_

Cependant de tels ouvrages annonçaient assez que Gresset n'était point
fait pour rester enseveli dans le cloître où il s'était renfermé. Son
estime pour ses premiers maîtres, son goût pour l'étude, et son
admiration pour les talents qui brillaient parmi eux, l'avaient d'abord
enrôlé sous leur bannière; mais cet état ne convenait guères ni à
l'amour de l'indépendance qui semble caractériser les hommes de génie,
ni à la nature de ses travaux littéraires. Une muse aimable et légère
n'était point faite pour habiter une maison religieuse. Comment
aurait-elle pu librement placer une couronne de myrte sur le front d'un
Cénobite?

Déjà le Ververt même lui avait attiré des disgrâces qui le
déterminèrent à briser la chaîne dont elles lui avaient fait sentir
tout le poids.

Mais, en quittant ceux auxquels il était uni par les liens de la
fraternité, il n'abjura point les sentiments d'amitié qu'il leur avait
voués. Il s'empressa de leur rendre un hommage public qui l'honore
encore plus lui-même que ceux à qui il était adressé; il leur laissa,
dans des vers dignes de son coeur et de ses talents, un gage immortel
de son estime et de ses regrets. C'était ainsi qu'il convenait à
Gresset de quitter les Jésuites; c'est ainsi qu'une congrégation où il
laissait les _Brumoi_, les _Tournemine_, les _Bougeant_, et tant
d'autres, méritait d'être quittée.

Rendu au monde et à la liberté, Gresset voyait la plus riante carrière
s'ouvrir devant lui. Annoncé par sa réputation et par ses ouvrages, il
était attendu dans la société avec impatience, et il pouvait s'y
montrer sans rien redouter de cet empressement curieux avec lequel on
observe les hommes célèbres. On sait que peu de gens de lettres ont su
réunir, aussi bien que lui, au talent d'écrire, le don d'être aimable,
qui n'accompagne pas toujours le génie. On retrouvait dans sa
conversation le plaisir que donne la lecture de ses ouvrages, et ceux
qui l'ont connu avaient peine à décider lequel en lui était le plus sûr
de plaire, ou de l'homme ou de l'auteur. Son amabilité ne tenait pas
seulement à l'enjouement et à la délicatesse de son esprit; elle était
surtout attachée à la simplicité de ses moeurs, à la franchise et à
l'aménité de son caractère, à cette sensibilité d'une âme expansive et
tendre, qui est la source de la vraie politesse et le charme le plus
fort par lequel l'homme puisse attirer son semblable. Aussi, répandu,
recherché dans le plus grand monde, accueilli des grands, qui
s'honoraient de son amitié, chéri de tous ceux qui le connaissaient, il
goûtait, dans un âge où tous les sentiments sont vifs, tous les
agréments qu'un nom célèbre peut donner dans une capitale passionnée
pour les talents; il trouvait dès l'entrée de sa carrière, dans ce
triomphe continuel, des jouissances plus douces et plus réelles, sans
doute, que ce fantôme imposant de l'immortalité, qui couronne les
travaux du grand homme qui n'est plus.

Cependant de nouveaux ouvrages, dignes de la plume qui avait tracé le
Ververt et la Chartreuse, venaient de temps en temps réveiller
l'attention du public en multipliant ses plaisirs. L'imagination
brillante de Gresset éclate avec toute sa pompe dans son Epître à sa
muse. Toute la sensibilité de son âme respire dans son Epître à sa
soeur; la tendre amitié qui dicta cet ouvrage y a laissé une empreinte
que le génie seul n'imitera jamais. Je retrouve la même âme dans
l'inexprimable douceur du pinceau qui traça l'image de la vie pastorale
et des plaisirs de l'âge d'or. Non, cette expression touchante n'a pu
sortir que d'un coeur pur, digne de goûter le calme et le bonheur de
l'innocence qu'il décrit si bien.

Un mérite frappant distingue, ce me semble, les Poésies Fugitives de
Gresset des autres productions du même genre. Les _Anacréon_ et leurs
successeurs ont chanté les plaisirs de Bacchus et les charmes de
l'Amour. Gresset, s'ouvrant une roule nouvelle, sut unir la raison au
badinage et associer les ris à la sagesse. La poésie légère a pris
entre ses mains un plus grand caractère; jusque-là, uniquement bornée
au soin de plaire, elle avait été peu scrupuleuse sur les moyens de
parvenir à son but. Amie de la licence et de la volupté, elle semblait
avoir acquis le privilège d'attaquer, en se jouant, le bon sens cl la
morale, dont la gravité paraissait faite pour détruire toute sa grâce
et toute sa gaité. Gresset sut lui donner une décence et une noblesse
dont on la croyait à peine susceptible, sans lui ôter aucun de ses
agréments naturels. C'est ainsi qu'en l'élevant au-dessus d'elle-même
par le nouvel essor qu'il lui a imprimé, il s'est lui-même placé
au-dessus de tous les poètes qui l'avaient cultivée avec le plus de
succès, par les beautés dont il a su l'enrichir autant que par le
mérite de la difficulté vaincue.

A Dieu ne plaise que je veuille imiter la manie de ces panégyristes
déterminés, qui semblent se faire un devoir d'immoler à la grandeur de
leur héros tous ceux qui se sont signalés par les mêmes talents; j'ose
croire que le goût et l'équité ne démentiront pas le jugement que je
viens de porter.

Aimable _Chapelle_, tendre _Chaulieu_, puissé-je être à jamais privé du
plaisir de lire vos écrits si j'osais entreprendre d'obscurcir votre
gloire! Mais vous avoueriez vous-même qu'au feu qui anime vos riants
tableaux, à la mollesse, à la légèreté de votre pinceau, Gresset a
joint la précision, la correction, l'élégance continue, avec une
élévation et une philosophie que vous ne possédez point au même degré.
Satisfaits de votre destinée, contents de jouer entre _Bacchus_ et
_Glycère_, vous verriez, sans murmurer, les Grâces lui composer une
couronne plus brillante que les vôtres.

Un poète contemporain, semblait offrira Gresset un rival plus
redoutable. Entraîné par une ambition ardente vers toutes les espèces
de gloire, _Voltaire_ avait embrassé toutes les parties de la
littérature; mais, de tous les genres dans lesquels il s'était exercé,
la poésie légère était celui où il avait obtenu le succès le plus
complet et déployé le talent le plus décidé. Vainqueur de tous ceux qui
l'avaient précédé dans la même carrière, il avait acquis une réputation
désespérante pour ceux qui seraient tentés d'y marcher après lui,
lorsque Gresset osa lui disputer le prix. Ce jeune poète, que
l'amusement et l'instinct du génie, plutôt que l'ambition, semblaient
conduire vers la gloire, fut peut-être étonné lui-même de partager avec
son brillant rival l'attention et les suffrages du public.

Il serait hardi, peut-être, de décider entre ces deux poètes, dont les
productions sont distinguées par un caractère différent. Peut-être
trouvera-t-on dans Voltaire plus d'esprit, de variété, de finesse, de
correction; dans Gresset, plus d'harmonie, d'abondance, de naturel: on
y sentira plus cette aimable négligence, cet heureux abandon, qui fait
le premier charme de ce genre de poésie. Les grâces de Voltaire
paraîtront plus brillantes, plus parées, plus vives, plus sémillantes;
celles de Gresset plus simples, plus naïves, plus gaies et plus
touchantes. Le premier amuse, surprend, enchante mon esprit; le second
porte à mon coeur une plus douce volupté; et s'il m'était permis de
peindre par des images sensibles les impressions que produisent sur moi
les ouvrages de ces deux grands Poêles, je dirais que les Pièces
Fugitives de Voltaire me causent un plaisir semblable à celui que fait
naître l'aspect d'un jardin délicieux, embelli parle goût d'un
propriétaire opulent; je comparerais les sensations qu'excitent en moi
celles de Gresset à la douce émotion que donne la vue de ces paysages
enchanteurs où la Nature semble prodiguer tous ses charmes et faire
passer jusqu'à l'âme le sentiment de sa beauté touchante.

Tant de succès encouragèrent Gresset à en obtenir de nouveaux, il osa
entreprendre de s'élever jusqu'à l'ode.

Tout le monde convient qu'il n'a point échoué dans cette tentative,
comme plusieurs poètes, fameux dans d'autres genres; mais peut-être la
réputation de ses odes est-elle au-dessous de leur mérite. La
supériorité du _Méchant_, du Ververt, et de ses Poésies légères, semble
les avoir éclipsées, et s'être emparé de toute l'attention du public,
qu'elles méritaient de partager. Si l'on n'y trouve point la sublimité
et le divin enthousiasme de Rousseau, on ne peut au moins y méconnaître
une chaleur, une noblesse qui soutient dignement l'éclat et la majesté
de l'ode, et surtout une douce sensibilité que l'on chercherait en vain
dans Rousseau lui-même, chez qui la magnificence des images et la
hauteur des idées dominent beaucoup plus que le sentiment. Ce n'est
point assez, sans doute, pour placer Gresset à côté de Rousseau; mais
c'en est trop pour le tirer de la foule de nos poètes lyriques, et pour
compter ses Odes au nombre des ouvrages qui ont honoré ses talents, et
enrichi notre littérature.

Sa célébrité et le voeu public, semblaient l'appellera courir une
nouvelle carrière.

L'éclat attaché parmi nous aux couronnes dramatiques, dirige
presqu'infailliblement vers le théâtre, l'ambition de tout écrivain qui
sent ou qui croit sentir l'impulsion du talent. De là tous ces
chefs-d'oeuvre qui font la gloire de la scène française; et cette foule
encore plus nombreuse d'ouvrages infortunés qui ne s'y montrent
quelques moments que pour subir l'arrêt du public redoutable, qui leur
imprime le sceau d'une éternelle réprobation. De là le concours
tumultueux de ce peuple d'auteurs qui se pressent à l'entrée du Temple
de Thalie ou de Melpomène, attendant avec une ardeur persévérante, que
la porte fatale s'ouvre enfin devant eux.

Gresset ne s'y présenta pas avec cet empressement inquiet. Peut-être
même l'appât de la gloire n'eut-il pas suffi pour l'y conduire, si la
force des circonstances et les pressantes sollicitations de ses amis
n'avaient triomphé pour quelques moments de la rigueur de ses
principes, et de cette douce paresse dont il vante si souvent les
charmes dans ses écrits.

La plus fière et la plus imposante des deux Muses qui règnent sur le
théâtre, obtint son premier hommage. Cette voix légère qui avait fait
entendre des sons si gracieux, osa essayer de faire retentir la Scène
des accents terribles de Melpomène.

L'accueil favorable que le public fit à la tragédie d'_Edouard_, sembla
justifier cette entreprise; mais, quelque succès qu'elle ait obtenu, je
ne ferai point un mérite à Gresset d'en être l'Auteur. Ce n'est pas
qu'elle n'eut pu honorer un talent moins illustre que le sien.
L'invention du sujet, le plus heureux peut-être qui soit au théâtre, le
plus fécond en vertus héroïques et en situations tragiques, le
caractère sublime de Worcestre, celui d'Arondel, non moins grand et
plus original encore; les traits mâles et fiers, les beautés neuves et
hardies qui brillent dans ces deux rôles; si tout cela ne suffit pas
pour faire d'Edouard un chef-d'oeuvre tragique, c'en est assez,
peut-être, pour prouver que le génie de son auteur n'était point
incapable de s'élever à la hauteur de la tragédie, et pour nous faire
regretter que d'autres ouvrages du même genre n'aient point suivi son
premier essai.

Mais il dirigea bientôt après ses travaux vers un autre but.

Nous avons vu de nos jours le domaine du théâtre s'agrandir par la
naissance de ces productions, connues sous le nom de _drames_. Mais je
ne sais quelle manie poussa une foule de critiques à déclamer contre ce
nouveau genre avec une sorte de fanatisme. Ces fougueux censeurs,
persuadés que la Nature ne connaissait que des tragédies et des
comédies, prenaient tout ouvrage dramatique, qui ne portait pas l'un de
ces deux noms, pour un monstre en littérature, qu'il fallait étouffer
dès sa naissance: comme si cette inépuisable variété de tableaux
intéressants que nous présentent l'homme et la société, devait être
nécessairement renfermée dans ces deux cadres; comme si la Nature
n'avait que deux tons, et qu'il n'y eut point de milieu pour nous entre
les saillies de la gaité, et les transports des plus furieuses passions.

Mais les drames et le bon sens ont triomphé de toutes leurs clameurs.
C'est en vain qu'ils ont voulu nous faire honte du plaisir que ces
ouvrages nous procuraient, et nous persuader qu'il n'était permis de
s'attendrir que sur les catastrophes des rois et des héros: tandis
qu'ils faisaient des livres contre les drames, nous courrions au
théâtre les voir représenter, et nous éprouvions que nos larmes peuvent
couler avec douceur pour d'autres malheurs que ceux d'Oreste et
d'Andromaque; nous sentions que plus l'action ressemble aux événements
ordinaires de la vie, plus les personnages sont rapprochés de notre
condition, et plus l'illusion est complète, l'intérêt puissant, et
l'instruction frappante.

C'est, ce me semble, dans la classe des drames que l'on doit ranger
_Sydnei_; mais quelque nom qu'on lui donne, cette pièce sera toujours
un des plus beaux titres de la gloire de Gresset. Ce n'était point
l'ouvrage d'un talent médiocre, d'oser le premier développer sur la
scène française la situation d'un homme fatigué de la vie, occupé des
tristes apprêts d'une mort volontaire; de traiter avec succès un sujet
si lugubre, si étranger à nos moeurs et à notre théâtre. C'est
cependant dans le seul développement de ce caractère, que Gresset a
trouvé la matière d'un de nos meilleurs drames. On a admiré l'art avec
lequel il a su le faire ressortir par le contraste de la mélancolie du
principal personnage avec la gaîté qui brille dans le rôle du valet: on
a été frappé de la force et de l'élégance qui distingue le style de cet
ouvrage; ce qui me paraît sur tout digne des plus grands éloges, c'est
l'intrigue, intéressante malgré son extrême simplicité, et malgré la
philosophie qui domine dans toute la pièce. Il est vrai que cette
philosophie naît du fond même du sujet; qu'elle est liée à l'action, et
qu'elle parle au coeur le langage du sentiment, en même temps qu'elle
présente à l'esprit les plus justes et les plus nobles idées. Il n'est
peut-être point de pièce en ce genre qui offre un si heureux accord du
mérite théâtral avec la solidité des plus graves raisonnements. On
croirait quelquefois lire un Dialogue de Platon, si l'intérêt du roman,
croissant toujours de scène en scène jusqu'au dénouement le plus
satisfaisant et le plus naturel, ne mettait _Sydnei_ au rang des
ouvrages dramatiques les plus estimables.

Cependant, le dirai-je? le mérite même de cette pièce, simple, belle,
touchante, mais peu éclatante à la représentation, jointe à la nature
du sujet, qui a trop peu de rapport avec l'humeur de notre nation, fera
peut-être qu'elle sera beaucoup lue et jouée rarement, différente en
cela de plusieurs drames célèbres que l'on voit souvent, et qu'on se
garde bien de lire. Tandis que la foule se portera aux représentations
de ces romans absurdes, où le faste des déclamations philosophiques,
les explosions d'une chaleur factice, et le fracas des coups de théâtre
redoublés, tiennent lieu des vraies et solides beautés qu'elle ne sait
guère apprécier; les hommes de goût pourront se renfermer avec
_Sydnei_, et le relire dans le silence du cabinet, avec un plaisir
toujours nouveau.

C'était la destinée de Gresset de cueillir, comme en passant, toutes
les palmes que présente le théâtre.

La comédie semblait attendre depuis longtemps un successeur aux grands
écrivains qui l'avaient illustrée. La gaîté et la délicatesse du génie
français, favorable à ce genre de productions, enfanta de tout temps de
jolies pièces dignes d'amuser le loisir d'une nation spirituelle et
polie: mais ces comédies à caractères, ces magnifiques tableaux, où les
travers de l'esprit humain, et les moeurs de la société, sont dessinés
à grands traits, et peints avec autant de finesse que de profondeur,
ils furent toujours rares, même parmi nous. Qui a remplacé _Molière?_
L'auteur du Joueur et celui du Glorieux, s'étaient placés assez près de
lui; mais à cette époque brillante, n'ont succédé que des temps de
stérilité. Nos plus illustres poètes ont échoué dans cette carrière.
Rousseau n'y fit que des chutes humiliantes. _Voltaire_, si léger, si
gai, si ingénieux, si agréable même dans les sujets les plus graves;
Voltaire, si habile à manier la plaisanterie, à saisir et à peindre le
ridicule, semble déployer partout le talent comique, excepté dans ses
comédies. Cette contrariété (pour le dire en passant) présente une
espèce de phénomène digne de fixer l'attention d'un observateur
éclairé, et qui lui fournirait, peut-être, le plus sûr moyen de
déterminer la trempe du génie de ce célèbre écrivain.

Quoi qu'il en soit, par tant de malheureuses tentatives, Voltaire
prouva que la comédie exige de grandes ressources qui lui manquaient
absolument; et par un seul ouvrage, Gresset fit voir qu'il les
réunissait toutes dans un degré éminent. Retenu, pour ainsi dire malgré
lui, dans la carrière dramatique; entraîné par l'amitié vers une gloire
qu'il semblait fuir, il consentit à composer une comédie, et la scène
française compta un chef-d'oeuvre de plus.

Cette pièce excita au même degré l'admiration et l'envie. Une foule de
gens de lettres dont elle mit l'amour-propre au désespoir, écrivit,
intrigua, cabala contre elle, et le public l'applaudit avec transport.
Les critiques et les cabales ont disparu, et la pièce durera aussi
longtemps que la langue française.

Je ne m'amuserai point ici à en relever les beautés; je ne répéterai
point tout ce que les gens de goût ont tant de fois observé sur la
finesse et l'énergie avec lesquelles les caractères sont tracés et
approfondis; sur l'aisance, le naturel et la vivacité du dialogue; sur
la conduite de l'action, que certains censeurs ont trouvée un peu
faible et languissante, parce qu'elle était simple, et qui n'en mérite
que plus d'éloge, puisqu'elle réunit cette qualité précieuse à
l'intérêt soutenu et gradué avec le plus grand art, jusqu'au
dénouement. Je n'ajouterai point que cette pièce l'emporte, peut-être,
sur nos plus belles comédies par la vigueur, l'éclat, la facilité et
les grâces du style; qu'il n'en est aucune dont on retienne, et dont on
cite plus de vers; qui fournisse un plus grand nombre de ces traits
frappants, de ces pensées à la fois délicates et profondes; de ces
expressions neuves et originales que la raison publique érige en
proverbes: nommer _le Méchant_, c'est dire plus que tout cela, et le
plus inutile de tous les soins serait, à mon avis, de louer une
production qui est déjà parvenue à la réputation de ces ouvrages
immortels, que l'admiration de plusieurs siècles a consacrés.

Le Méchant mit le sceau à la gloire de Gresset; il le plaçait au rang
des grands maîtres de l'art Dramatique, et semblait le destiner à faire
renaître les jours les plus brillants de la scène comique. Bientôt
l'Académie Françoise confirma le choix du public, en l'admettant au
nombre de ses membres; celle de _Berlin_ crut s'honorer elle-même en
l'adoptant: ses qualités aimables, jointes à sa célébrité, réunissaient
pour lui tout ce que le commerce du monde a de flatteur, à tout ce que
la gloire a d'éclatant; il était parvenu à cet âge où l'ambition domine
avec plus d'empire, et où le génie, ayant acquis toute sa force, sans
avoir encore rien perdu de son ardeur et de son éclat, semble devoir
enfanter ses plus heureuses productions, quand s'arrêtant tout-à-coup
au milieu de sa carrière, il quitta le théâtre où ses talents avaient
triomphés tant de fois, pour aller chercher le repos dans le sein de sa
patrie. Que dis-je! On le vit dans la suite abjurer solennellement
l'art dramatique, et condamner lui-même dans un écrit public, les
succès qu'il avait obtenus dans ce genre.

Comment traiter cet endroit de l'histoire de Gresset? J'écris peut-être
dans un temps où il n'est permis de parler de cette démarche, que pour
lui faire le procès. Je crois entendre les sarcasmes qu'une foule de
gens de lettres lui a prodigués; je vois le plus célèbre d'entre eux
lui lancer des traits plus absurdes encore qu'injurieux; je vois
l'auteur de _Chariot_, _du Droit du Seigneur_, _de la Princesse de
Navarre_, oser contestera celui du _Méchant_, le mérite d'avoir fait
une comédie, et tourner en ridicule une résolution dont s'applaudissait
en secret son inquiet orgueil, alarmé par des talents qui brillaient
avec trop d'éclat.

Ce n'est point avec de pareils yeux que j'examinerai la conduite de
Gresset. Quel parti prendrai-je donc ici? Celui qui convient à un homme
qui aime la vertu encore plus que les lettres, et pour qui toutes les
productions du génie ne vaillent pas une belle action. Je ne prétends
point décider entre les philosophes qui ont combattu les spectacles, et
ceux qui les ont loués; je veux bien ne point examiner si Gresset eut
raison, lorsqu'il composa d'excellents ouvrages dramatiques, ou
lorsqu'il se repentit de les avoir faits. L'ami des Lettres peut
regretter les productions dont il aurait pu enrichir encore la
littérature; le citoyen qui gémit de voir la scène trop souvent occupée
par des pièces qui la changent en une école publique de mauvaises
moeurs, peut voir avec peine qu'elle ait été sitôt privée d'un génie
qui, dans tous ses ouvrages, aurait laissé l'empreinte d'un coeur
honnête et pur: mais qui osera faire un crime à l'homme de bien, des
sacrifices qu'il croit devoir à la délicatesse de sa conscience, et lui
marquer les bornes qu'il doit donner à son amour pour la vertu?

Que les principes de Gresset aient été trop sévères, ou non, peu
m'importe: ils étaient les siens, et il eut le courage de les suivre;
il crut voir d'un côté sa gloire, et de l'autre son devoir; et comme il
était beaucoup moins philosophe que ses ennemis, la gloire fut immolée
au devoir. Esprits fiers et sublimes qui foulez aux pieds ce que vous
appeliez les préjugés avec tant de hauteur, le sentiment généreux qui
produisit un tel sacrifice, vous paraît donc digne de votre mépris et
de vos censures? Eh bien! je me dévoue moi-même à vos épigrammes, je
déclare que ce qu'il y a de grand et d'héroïque, rachète amplement à
mes yeux le tort de n'avoir pas eu une aussi haute idée que vous des
études dont vous êtes épris; je le préfère à tous les ouvrages qui ont
illustré Gresset, à tous ceux qui auraient pu l'illustrer encore; et la
gloire d'être le premier des poètes comiques, ne balance point à mes
yeux le mérite de savoir dédaigner ce titre.

Au reste, le parti que prit Gresset de se dérober au tourbillon, et de
cultiver les Muses avec moins d'empressement, n'étonnera point ceux qui
auront une juste idée de son caractère.

Qu'un homme qui joint à de grands talents une âme petite et vaine, sans
cesse affamé de louanges et de célébrité, passe sa vie entière à
s'enivrer de cette douce fumée; cela est dans l'ordre. Que peut-il
faire de mieux? S'il n'était plus auteur, il ne serait plus rien; il se
survivrait à lui-même, s'il cessait de rimer et d'écrire avant sa mort;
mais une âme noble et sensible est au-dessus de la gloire que lui ont
acquise ses succès littéraires. Ces brillants trophées qui sont pour
l'homme vulgaire l'unique but de ses vieux et de ses travaux, ne sont
pour elle que de simples amusements; elle est faite, pour goûter des
biens plus doux et plus précieux, elle sait aspirer à une destinée plus
grande et plus digne d'elle; celle de vivre en homme avec Dieu et la
nature; celle de jouir de sa raison dans le sein de l'amitié, de la
paix et de la vertu.

Le coeur droit et sain de Gresset avait conservé ces puissantes
affections de la nature, effacées chez la plupart des hommes par le
goût des biens factices qu'ont créés l'opinion et la vanité. Tel fut le
mobile de sa conduite, qui dût paraître extraordinaire, précisément
parce qu'elle était raisonnable et trop étrangère aux principes qui
déterminent les actions du vulgaire.

L'amour de la patrie avait fixé son séjour dans le lieu de sa
naissance; les liens qu'il y forma le lui rendirent encore plus cher.
Son âme sensible lui avait fait connaître le besoin de se choisir une
compagne digne de lui; il la trouva dans une de ces familles
honorables, où le mérite et la probité sont héréditaires, et coula des
jours heureux dans une tendre union, que l'inclination et l'estime
avaient formée: car s'il est sur la terre un sort digne d'envie, c'est
sans doute celui de l'homme de bien, qui a l'inestimable avantage de
pouvoir rentrer avec délices au fond de son coeur, joint encore le
charme de l'épancher dans une âme noble et pure comme la sienne, à
laquelle il se sent lié par une chaîne aussi douce qu'indissoluble.

Si le reste de sa carrière m'offre pou de productions littéraires, je
m'en console facilement; elle me présente des objets plus intéressants:
le bonheur et la vertu. L'éloge de beaucoup d'écrivains finit avec la
liste de leurs ouvrages; ceux de Gresset sont la moindre partie du sien.

Pourquoi cette réflexion ne peut-elle pas s'appliquer à tous ceux qui
ont brillé par de grands talents? Le génie et la vertu ne sont ils pas
destinés à s'unir par une alliance immortelle? L'une et l'autre
n'ont-ils pas une source commune dans l'élévation, dans la fierté, dans
la sensibilité de lame? Par quelle fatalité avons nous donc vu si
souvent le génie déclarer la guerre à la vertu? Ecrivains plus célèbres
encore par vos écarts que par vos talents, vous étiez nés pour adoucir
les maux de vos semblables; pour jeter quelques fleurs sur le passage
de la vie humaine, et vous êtes venus en empoisonner le cours. Vous
vous êtes l'ait un jeu cruel de déchaîner sur nous toutes les passions
terribles qui font nos misères et nos crimes? Que nous avons payé cher
vos chefs-d'oeuvre tant vantés! Ils nous ont coûté nos moeurs, notre
repos, notre bonheur, et celui de toute notre postérité, à laquelle ils
transmettront d'âge en âge la licence et la corruption du nôtre!

Mais au milieu de ces funestes désordres, c'était un grand spectacle de
voir l'un des plus beaux génies, dont le siècle s'honore, venger la
Religion et la Vertu par son courage à suivre leurs augustes lois, et
les défendre, pour ainsi dire, par l'ascendant de son exemple contre
les attaques de tant de plumes audacieuses.

Heureux poète! vous pouviez goûter les doux fruits de votre gloire!
Vous pouviez vous dire à vous-même: Jamais la basse flatterie, ni
l'odieuse satyre ne profanèrent ma plume; mon nom n'alarme point la
pudeur, et ne fait point frémir l'innocence. Le père ne veille point
pour écarter mes ouvrages des mains de ses enfants. On ne voit point
l'époux craindre qu'ils ne portent un funeste poison dans le coeur de
sa jeune épouse. Dans tous les âges, ils rendront un témoignage
honorable du caractère de leur auteur; et formant le goût des citoyens,
sans corrompre leurs moeurs, ils leur présenteront souvent sous
l'attrait d'un plaisir honnête, les utiles leçons de la sagesse et de
la vérité".

Mais plus encore que vos ouvrages, votre vie rendra votre nom
respectable et cher à la postérité. L'image de votre âme gravée dans le
coeur de vos compatriotes qui se montrent aujourd'hui si jaloux
d'honorer votre mémoire, fera encore aimer la vertu chez les
générations futures, lorsqu'animés d'un sentiment patriotique, ils
citeront les productions de votre génie, comme des monuments glorieux à
leur pays; ils ajouteront: "Son coeur était encore au-dessus de ses
talents;" il fut quelque chose de plus qu'un écrivain célèbre; il fut
juste, modeste, sensible, bienfaisant, ami sincère, tendre époux,
excellent citoyen".

Parmi ces sublimes philosophes, qui censurent si amèrement la conduite
de Gresset, en est-il beaucoup dont la postérité pourra faire un
semblable éloge? Voilà une gloire qu'ils n'ont pas même songé à lui
disputer. Bornant toute leur ambition au mérite de bien écrire, ils ont
fait de vains efforts pour rabaisser ses talents; ils ont osé
entreprendre de l'avilir par ses vertus mêmes, et c'est par elles qu'il
s'est élevé au-dessus de tous ses rivaux. Quelques-uns d'eux sont
parvenus à la célébrité; lui seul a su mériter l'estime et la
vénération publique. Tandis que leur absurde jalousie s'exhalait en
clameurs impuissantes, tranquille, inaccessible à leurs faibles traits,
il ne fut pas même tenté de les écraser par la supériorité de ses
talents. Eh! comment leur malignité aurait-elle troublé son repos? Lui
ôtait-elle quelque chose de sa vertu? Touchait-elle aux véritables
fondements de sa gloire et de son bonheur.

Je me livre. Messieurs, au plaisir de m'étendre sur ce sujet; mais vous
seul peut-être pourriez le bien remplir. Qui peut connaître aussi bien
que vous des vertus qui ont brillé sous vos yeux, et dont vous avez
joui vous-mêmes dans le commerce de l'illustre citoyen que vous
regrettez? Combien de faits intéressants ne pourriez-vous pas nous
apprendre, qui sont perdus pour le public, et qui échappent
nécessairement à une plume étrangère?

Mais comment s'occuper des vertus de Gresset, sans penser à ce
respectable prélat, dont il fut le disciple et l'ami? LAMOTHE ET
GRESSET, que vos noms soient toujours unis, comme vos âmes le furent
autrefois. Qu'ils volent ensemble à la postérité pour l'honneur et pour
l'instruction de l'humanité. Que Gresset soit à jamais le modèle des
gens de lettres, et Lamothe l'exemple des prélats! Lamothe! Grâce à vos
vertus, nous avons cru voir un de ces saints évêques qui, jadis,
illustrèrent le berceau du Christianisme, revivre au milieu de nous
pour consoler la Religion éplorée, et affermir la piété chancelante.
Dévoué tout entier au bonheur du troupeau qui vous était confié, vous
mettiez votre félicité à vivre auprès de lui, et votre gloire à faire
son bonheur; l'éclat et les richesses attachées à votre dignité, ne
furent entre vos mains que les instruments de votre bienfaisance et de
votre charité. Illustre prélat, recevez l'hommage de toutes les âmes
honnêtes et sensibles; la vertu chez vous n'eut rien de la rudesse que
lui prête quelquefois une humeur dure et sauvage; sévère envers
vous-même, vous fûtes indulgent pour les autres. Votre zèle était pur;
votre coeur était doux, votre esprit aimable et éclairé; votre vie fut
le modèle des peuples soumis à votre autorité, et votre mort fut
honorée de leurs larmes. Qu'il était difficile de les consoler de votre
perte! Vous leur laissâtes du moins un puissant motif pour adoucir
leurs regrets dans le zèle et dans la piété d'un prélat dès longtemps
associé par vous-même à vos nobles travaux; c'était la destinée de
l'Eglise d'Amiens d'être gouvernée successivement par des évêques faits
pour donner à un siècle corrompu le spectacle des vertus qui brillèrent
dans des temps plus heureux.

J'ai trop cédé peut-être au sentiment qui vient d'entraîner ma plume;
mais non, Messieurs, un hommage rendu à l'illustre ami de Gresset,
n'est point étranger à son éloge; et j'oserai toujours compter sur
votre indulgence pour un écart qui aurait sa source dans un juste
sentiment d'admiration pour les objets de votre amour et de vos regrets.

Quoiqu'un homme qui trouvait en lui-même la paix et le bonheur, dût
être peu tourmenté par le désir de la célébrité, le goût des lettres ne
laissa jamais les talents de Gresset absolument oisifs.

Un événement intéressant avait réveillé sa muse. Ce prince étonnant qui
avait fixé l'attention de l'Europe, lorsqu'il n'était encore que
l'héritier de la couronne de Prusse, venait de monter sur un trône
fondé par la politique de son père, et qu'il devait lui-même affermir
et illustrer par des prodiges de courage et de génie. L'enthousiasme de
Gresset s'alluma pour un tel héros. Il reprit la lyre pour annoncer ses
hautes destinées sur un ton digne de la gloire du poète et de celle du
monarque.

Ce prince pour qui nul des grands talents qui brillaient en Europe
n'était étranger, sut apprécier à la fois et ses éloges et son génie.
Plusieurs rois avant lui avaient honoré les savants par des largesses.
_Frédéric_ sut donner à Gresset une preuve d'estime plus flatteuse et
plus décisive; il composa lui-même une ode à sa louange, et lui accorda
l'honneur d'être célébré à la face de l'Europe par un grand roi et par
un héros. C'est ainsi que l'on vit, pour la première fois, peut-être,
la poésie, dont la plus ordinaire fonction paraît être de flatter les
princes, employée par un souverain à honorer le mérite d'un
particulier. Pour produire ce phénomène, il fallait à la fois un
monarque, qui au talent de vaincre et de régner, sût joindre encore le
talent d'écrire, avec un noble enthousiasme pour les lettres, et un
homme de lettres digne de justifier un si éclatant hommage de la part
d'un tel monarque.

Parlerai-je, Messieurs, des charmantes productions dont Gresset n'a pas
fait présent au public; mais dont vous fûtes les confidents? Qui n'a
point désiré, par exemple, de lire l'Ouvroir? Celle pièce qui a fait
une si vive sensation sur tous ceux qui en ont entendu la lecture,
est-elle absolument perdue pour les lettres? Un ouvrage qui promettait
une si douce jouissance à tous les gens de goût, ne leur causera-t-il
que des regrets? Quelle main jalouse d'ajouter une nouvelle fleur à la
couronne de Gresset, remplira enfin le voeu du public par ces dons
précieux, auxquels il semble avoir tant de droits.

Je ne crois pas devoir passer sons silence des productions d'une autre
espèce, qui me paraissent très intéressantes sous certains rapports;
mais que d'autres pourraient bien ne pas voir du même oeil que moi.

La capitale voyait de temps on temps Gresset reparaître au milieu de
l'Académie Française, dont il était membre. Chargé de porter la parole
en qualité de Directeur à la tête de cette Compagnie, on sait quel
langage il parla quelquefois et avec quelles dispositions il fut écouté.

Cette vigoureuse indignation que le vice inspira toujours aux âmes
droites, était encore fortifiée dans celle de Gresset par l'habitude de
cultiver la vertu au sein de la retraite, loin de cette ville immense
dont les moeurs accoutument nécessairement nos yeux au spectacle de
tous les excès, et ce sentiment profond se marqua quelquefois dans les
discours dont je parle.

Ce fut sans doute pour le public une scène assez nouvelle de voir le
Directeur de l'Académie Française, chargé de répondre à un discours de
réception qui contenait le plus magnifique éloge de ce siècle, ne pas
appuyer le sentiment de l'orateur; ne pas enrichir sur son
enthousiasme; mais trouver que ce siècle n'est pas le meilleur des
siècles possibles; croire, en dépit de toutes les lumières dont il se
vante, que le plus fortuné de tous les âges n'est pas celui où un
débordement de désolantes doctrines a renversé toutes les digues des
passions irritées par les énormes besoins du luxe, et s'élever au nom
de la raison et de la vérité, contre la corruption du goût et la
dépravation des moeurs auxquelles il trouvait une origine commune.

Personne n'ignore que ce discours trouva beaucoup de censeurs, et
personne n'en doit être surpris. La vérité des reproches qu'il fait à
nos moeurs, eut peut-être été moins évidentes, s'il eût obtenu une
approbation générale. On prétendit que le procédé de l'auteur était
contraire à la bienséance; je ne vois aucun fondement à cette opinion,
à moins qu'on ne dise qu'il est indécent de plaider la cause de la
vertu dans un siècle où elle est devenue ridicule: car on ne voulait
pas dire sans doute que le chef de l'Académie Française eût blessé la
bienséance, pour avoir réclamé au milieu d'elle contre la corruption de
la langue et du goût, ou pour avoir vengé les moeurs devant une
Compagnie faite pour répandre les lumières, et, par conséquent les
bonnes moeurs et les bons principes.

Au reste, Gresset n'était pas seulement destiné à faire la gloire de
son pays, il devait encore en être le bienfaiteur. On sait combien son
zèle contribua à l'établissement de l'Académie d'Amiens. Ainsi,
Messieurs, les services que vous avez rendus, et que vous rendrez
encore aux lettres et à votre patrie, sont autant de titres qui lui
donnent des droits à la reconnaissance de ses concitoyens. Il dut
goûter avec une vive satisfaction les fruits de cette heureuse
entreprise, lorsqu'il vit vos lumières et votre zèle si puissamment
secondés par les dépositaires de l'autorité dans votre province; vous
n'oublierez jamais le nom de ce magistrat qui semble regarder le soin
de contribuer aux succès et à la gloire de l'Académie, comme un des
plus nobles devoirs de son administration. Ce n'est point assez pour
lui d'encourager les Sciences, et de les exciter par ses bienfaits à
des découvertes importantes au bien public; vous l'avez encore vu au
milieu de vous, célébrer leurs merveilles avec noblesse et avec grâce;
et joindre à la gloire de protéger les Lettres, celle de les cultiver
lui-même avec succès.

Je rends sans scrupule cet hommage à votre Mécène, quelque répugnance
qu'un écrivain honnête doive éprouver à louer un homme en place; il est
toujours permis au citoyen de célébrer les protecteurs des Arts utiles
à l'humanité.

Je ne quitterai point cette matière, sans rappeler un trait, qui me
paraît également honorable à l'Académie et à Gresset. Cette Compagnie
voulant lui donner un témoignage éclatant de son estime pour ses
talents et de sa reconnaissance pour les obligations qu'elle avait à
son zèle, le nomma Président perpétuel de l'Académie.

Gresset se montra digne de cette distinction en la refusant; et sa
conduite prouva sa justice et son estime pour la Compagnie dont il
était membre, autant que sa modestie. Il pensa que la dictature ne
convenait pas à la constitution d'une république littéraire, et il se
serait fait un scrupule d'accepter un litre de prééminence sur ceux
dont il s'honorait d'être l'égal.

Au défaut de cette prérogative, il lui restait ses talents et sa
gloire. Les distinctions et les récompenses semblaient le chercher dans
sa retraite, à proportion du peu d'empressement qu'il montrait pour
elles; aux marques d'estime dont le roi de Prusse l'avait comblé, notre
auguste monarque daigna joindre les preuves les plus frappantes de sa
bienveillance et de sa faveur.

Ce fut sans doute, un jour de triomphe pour les Lettres, que celui où
M. d'Agui [d'Agai], Intendant de Picardie, dans une assemblée publique
de l'Académie d'Amiens, fit solennellement la lecture des lettres de
noblesse dont LOUIS XVI venait d'honorer Gresset.

Cette grâce, l'une des premières que ce monarque ait accordées, n'était
pas un des traits les moins dignes de signaler le commencement d'un
règne sur lequel la nation fondait de si douces espérances. Quel
heureux présage pour les peuples, de voir le jeune prince qui allait
faire leur destin, du haut du trône où il venait de monter, jeter, pour
ainsi dire, les yeux autour de lui pour chercher les hommes illustres
qui faisaient l'ornement de son empire, et distinguer dans la foule un
citoyen modeste et paisible pour couronner à la fois dans sa personne,
et les talents et les vertus. Il est beau, ce me semble, de voir le
souverain annoncer lui-même dans le préambule des Lettres dont je
parle, que Gresset doit à ce double litre celle éclatante faveur, et
déclarer par là, comme à la lace de sa nation, que le génie ne peut
prétendre à son estime, qu'à condition qu'il respectera lui-même la
religion et les moeurs.

On sait que le roi ajouta bientôt à celle grâce un bienfait non moins
flatteur, en accordant à Gresset le Cordon de son Ordre, et le titre
d'Historiographe de celui de S. Lazare; et j'ose croire que ces
distinctions fur ent pins honorables aux Lettres en général, et au
monarque qui les donna, qu'au poète célèbre qui les reçut.

Elles n'ajoutaient rien à la véritable gloire de Gresset. Sans lettres
de noblesse, le génie est toujours noble; il est illustre sans aucun
signe extérieur d'illustration. Son nom et ses ouvrages: voilà ses
litres de noblesse; c'est par eux qu'il est grand chez toutes les
nations, et dans tous les siècles, tandis que ceux qui ne le furent
que par des dignités, sont à jamais replongés dans le néant. Toutes
les prérogatives qu'il a partagées avec eux, disparaissent aux yeux
de la postérité, qui ne s'informe pas de ce qu'un grand homme a été,
mais de ce qu'il a fait.

Mais cette équitable postérité n'en consacre pas moins la mémoire des
rois, qui, mettant les avantages que les Lettres procurent à l'Etat au
rang des services qui donnent droit à ses récompenses, savent
encourager les talents, et relever à la fois l'éclat de la noblesse
même, en l'associant au génie, et en la faisant le prix de ses sublimes
travaux.

Gresset ne jouit pas longtemps de ces honneurs. Une mort prompte
l'enleva à la littérature et à la patrie. Je n'arrêterai pas mes
regards sur sa tombe, comme s'il y avait été enseveli tout entier.
Celui qui fut à la fois homme de bien et homme de génie, n'est-il pas
doublement immortel?

Mais un trait glorieux à ses compatriotes n'échappera pas à mon
attention. Je n'oublierai pas la vivacité des regrets que sa perte
excita pour honorer sa mémoire. On vit l'Académie en corps et les
magistrats municipaux, accompagner solennellement sa pompe funèbre, et
la douleur publique rendre au mérite d'un particulier des hommages que
l'on n'accorde parmi nous qu'à la puissance et à la grandeur. Qui
pourra voir d'un oeil indifférent ce noble enthousiasme d'un peuple
sensible, qui semble expier par une telle conduite toutes ces honteuses
persécutions que l'envie a tant de fois suscitées au génie?

Que dis-je, Messieurs, le sujet que je traite n'est-il pas lui-même un
monument de ce sentiment généreux qui vous anime? Puis-je avoir été
assez heureux pour le seconder? Mais le ton que j'ai adopté dans cet
éloge, semble exiger de moi quelques réflexions.

J'ai loué Gresset d'une manière très décidée, non pour remplir le rôle
d'un panégyriste, mais pour suivre ma propre conviction. Je méprise une
plume complaisante qui peut prostituer à la médiocrité l'hommage qui
n'est dû qu'au mérite éclatant; et je hais presqu'autant la méthode de
ces écrivains qui prennent avec leurs héros la morgue d'un juge, et la
ferté d'un censeur, relèvent minutieusement les plus faibles taches,
parlent froidement des plus grandes beautés, et changent l'éloge d'un
grand homme en une sèche et sévère critique.

J'ai fait un mérite à Gresset des choses mêmes qui lui ont attiré les
sarcasmes d'un grand nombre de gens de lettres; j'ai osé insister sur
sa vertu, sur son respect pour les moeurs; sur son amour pour la
religion; je me suis donc exposé au ridicule aux yeux d'une foule de
beaux esprits; mais en même temps, je me suis assuré deux suffrages
faits pour me dédommager de cet inconvénient; celui de ma conscience et
le vôtre.

Quant au mérite littéraire, je n'ai pas balancé à placer Gresset au
rang des plus beaux génies qui aient illustré notre littérature. Je
n'ai pas compté ses ouvrages; j'ai cru qu'il fallait les peser. J'ai
été frappé de voir un poète débutant, dès l'âge le plus tendre dans la
carrière des Lettres, par une production qui étonne les plus grands
maîtres, parcourant ensuite rapidement tant de genres différents, et
laissant presqu'autant d'ouvrages immortels que de coups d'essai. Ses
succès dans la comédie, dans le drame, dans l'épître, dans l'ode même,
un poème héroï-comique regardé comme le modèle de ce genre; la palme de
la poésie légère remportée sur tant de poètes charmants, tout cela
m'annonçait une prodigieuse variété de talents à laquelle on n'a,
peut-être, pas fait assez d'attention; mais qui eût étonné le Public,
si, au lieu de s'arrêter tout-à-coup au milieu de sa course brillante
dans la vigueur de l'âge et du génie, il eût cédé à l'ambition
d'étendre sa renommé par de nouveaux ouvrages.

Aussi, quelque réputation qu'il ait obtenue durant sa vie, le temps ne
fera, sans doute, que l'étendre encore. Sa retraite, le soin qu'il
sembla prendre de se faire oublier, l'écrit qu'il publia contre le
théâtre; ses principes de religion si éloignés des idées de plusieurs
écrivains qui donnaient le ton à la littérature, et qui s'armèrent à
l'envi de ce prétexte, pour lui imprimer du ridicule; tout cela a
obscurci l'éclat de sa gloire aux yeux de ses contemporains; mais la
postérité, qui juge sans préjugés et sans passions, le lui rendra tout
entier, et le vengera de l'injustice de ses rivaux, en le plaçant à son
véritable rang.

Pour moi, je n'ai fait qu'annoncer son jugement et suivre celui du
Public équitable et éclairé. Puissé-je avoir rendu à la mémoire de
Gresset un hommage digne de lui. L'éloge d'un homme illustre est un
monument élevé à la gloire de sa patrie, et la couronne que vous devez
décerner m'a paru faite, Messieurs, pour exciter l'ambition d'une âme
noble; parce que je l'ai moins regardée comme la récompense du talent,
que comme le prix glorieux d'un acte patriotique. Ce sentiment a
échauffé mon zèle, qu'un simple laurier littéraire eut laissé froid et
languissant. Et si un sort flatteur attendait cet ouvrage, j'aurais
lieu, sans doute, d'être content de moi-même: car je devrais ce succès
au désir de remplir les nobles vues de la compagnie savante à laquelle
il est offert, et à l'ambition d'obtenir l'estime de vos concitoyens
auxquels je le consacre.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *      *



[Transcriber's note: Maximilien Robespierre (1758-1794), _Les notes
de Robespierre contre les Dantonistes_ (c. mars 1793)]



Observations: Le manuscrit a appartenu à Victorien Sardou. Il se
compose de vingt-cinq pages. Il a été publié en fac-simile par
l'éditeur France en 1841. Un manuscrit de quatre pages de la collection
Morrison vol. 5 p. 282 permet de le compléter en partie. Albert Mathiez
a estimé dans son _Robespierre terroriste_ (1921) qu'il s'agissait de
notes écrites par Robespierre après avoir lu un premier état du
discours de Saint-Just. Les commentaires en notes sont d'Albert
Mathiez.  Orthographe de l'original conservée.  Seules les douze
premières notes de Robespierre sont numérotées.



1. Depuis plusieurs années.

2. _Deleatur_.

3. A rectifier.

4. A retrancher.

5. A examiner.

6. Faux.

7. A expliquer.

8. A expliquer.

9. Leurs périls.

10. Danton se montra bien (1). L'ambassade de Fabre auprès de Dumouriez
(2). Son frère loué dans les lettres de Dumouriez (3).

11. Le voyage de Chaumette dans la Nièvre, où commença l'intrigue
religieuse, où la société de Moulins, par une adresse insolente,
censure le décret de la Convention sur la liberté des cultes, et vante
les principes de Hébert et de Chaumette (4). Fabre donna aussi dans
l'intrigue religieuse (5); il provoqua une mention honorable des
premiers actes qui furent faits à ce sujet (6), et s'élevoit contre ce
système en parlant aux patriotes (7).

12. Tous se rendoient coupables de tous ces crimes à la fois (8).

Le plan de Fabre et de ses complices étoit de s'emparer du pouvoir et
d'opprimer la liberté par l'aristocratie pour donner un tyran à la
France (9).

Il y avoit une faction que Fabre connaissoit parfaitement: c'étoit
celle de Hébert, Proli, Ronsin. Cette faction étoit le point d'appui
que Fabre vouloit donner à la sienne; comme elle arboroit l'étendard du
patriotisme le plus exalté, en l'attaquant (10), il espéroit décréditer
le patriotisme, arrêter les mesures révolutionnaires et pousser la
Convention en sens contraire, jusqu'au modérantisme et à
l'aristocratie. Comme les chefs de cette faction se mêloient aux
patriotes ardents, en les frappant, il se proposoit d'abattre du même
coup les patriotes, surtout ceux qui auroient été soupçonnés d'avoir eu
quelques relations avec eux (11), surtout ceux qui avoient des
fonctions publiques importantes au succès de la Révolution (12).

Cependant, Fabre ne dénonça pas la conspiration avec énergie, il
attaqua assez légèrement quelques individus, sans démasquer la faction;
il ne les attaqua pas le premier, et ne leur porta pas les coups les
plus forts (13); il aima mieux mettre en avant quelques hommes qu'il
faisoit mouvoir (14).

C'est qu'un conspirateur ne peut mettre au jour (15) le fond d'une
conspiration, sans se dénoncer lui-même. Sa réputation étoit si hideuse
et ses crimes si connus (16) qu'il se seroit exposé à des répliques
trop foudroyantes de la part de ses adversaires, s'il les avoit
combattus sans ménagement, et s'il s'étoit interdit les moyens de
rallier leurs partisans à sa propre faction. On seroit tenté de croire
qu'il n'étoit pas si mal avec eux qu'il vouloit le paraître; car il les
attaqua de manière à relever leur crédit (17).

Il n'articula contre eux que des faits vagues et minutieux, lorsqu'il
pouvoit leur reprocher des crimes. Ils jouissaient d'une réputation de
patriotisme et il les fit admettre brusquement en arrestation par on
décret faiblement motivé, et qui sembloit dicté par la passion et
décrédité par la renommée de ceux qui l'avoient provoqué (18). Les
détenus sembloient être des patriotes ardents, opprimés par des
intrigans qui arboraient les couleurs du modérantisme. Pouvoit-on mieux
servir des conspirateurs, à la veille de consommer leurs attentats? On
avoit promis des faits contre eux (19). Le Comité de Sûreté générale
les attendit en vain pendant près de deux mois. Quand (20) il fit son
rapport, Fabre avoit paru se désister de sa dénonciation: Danton les
justifia, en se réservant le droit de (21) témoigner la même indulgence
pour leurs adversaires, c'est-à-dire pour Chabot et ses complices et
particulièrement pour Fabre, son ami (22).

Ce n'étoit pas, en effet, aux conspirateurs que Fabre en youloit
directement: c'étoit aux vrais patriotes et au Comité de Salut public,
dont il vouloit s'emparer (23) avec ses adhérents.

Ils (24) ne cessoient de calomnier Pache et Hanriot; ils intriguaient
(25), ils déclamoient surtout contre le Comité de Salut public. Les
écrits de Desmoulins, ceux de Philippeaux étoient dirigés vers ce but;
dès le mois de... (26), on croyoit avoir préparé sa destruction; on
proposa et on en fit décréter le renouvellement. Les noms des chefs de
la faction composoient la liste des membres qui devoient le remplacer.
La Convention révoqua son décret; on continua de l'entraver, de le
calomnier. On l'accusait d'avance de tous les événements malheureux
qu'on espéroit. Tous les ennemis de la liberté avoient répandu le bruit
qu'il vouloit livrer Toulon et abandonner les départements au-delà de
la Duranoe (27); et la calomnie circuloit partout au sein de la
Convention. La victoire de Toulon, celle de la Vendée et du Rhin le
défendirent seules; mais la faction continua d'ourdir dans l'ombre son
système d'intrigues, de diffamations et de dissolution. Cet acharnement
à dissoudre le gouvernement au milieu de ses succès, cet empressement à
s'emparer de l'autorité avoit pour but le triomphe de l'aristocratie et
la résurrection de la tyrannie. C'est au temps où on livroit ces
attaques au Comité qu'on repandoit ces écrits liberticides où on
demandoit l'absolution des contre-révolutionnaires, où l'on prêchoit la
doctrine du feuillantisme le plus perfide. Fabre présidoit à ce système
de contre-révolution: il inspiroit (28) Desmoulins; le titre même de
cette brochure (29) étoit destiné à concilier l'opinion publique aux
chefs de cette coterie qui cachoient leurs projets sous le nom de
_Vieux Cordeliers_, de vétérans de la Révolution. Danton, en qualité de
président de ce _Vieux Cardelier_, a corrigé les épreuves de ses
numéros; il y a fait des changements, de son aveu. On reconnoît son
influence et sa main dans ceux de Philippeaux, et même de Bourdon. Les
dîners, les conciliabules, où ils présidoient, étoient destinés à
propager ces principes (30), et à préparer le triomphe de l'intrigue.
C'est dans le même temps qu'on accueilloit à la barre les veuves des
conspirateurs lyonnais (31), qu'on fesoit décréter des pensions pour
celles des contre-révolutionnaires immolés par le glaive de la justice
(32), que l'on arrachoit des conspirateurs à la peine de leurs crimes
par des décrets surpris (33), que l'on cherchoit à rallier à soi les
riches et l'aristocratie. Que pouvoient faire de plus des conspirateurs
dans les circonstances? Ceux qui firent de telles tentatives à cette
époque auroient agi et parlé ouvertement comme La Fayette dans des
circonstances plus favorables au développement de leur système.

Camille Desmoulins (34), par la mobilité de son imagination et par sa
vanité, était propre à devenir le séide de Fabre et de Danton. Ce fut
par cette route qu'ils le poussèrent jusqu'au crime; mais ils ne se
l'étoient attaché que par les dehors du patriotisme dont ils se
couvraient. Demoulins montra de la franchise et du républicanisme en
censurant (35) avec véhémence dans ses feuilles Mirabeau, La Fayette,
Barnave et Lameth, au temps de leur puissance et de leur réputation,
après les avoir loués de bonne foi (36).

Danton (37) et Fabre vécurent avec Lafayette, avec les Lameth (38); il
eut à Mirabeau une obligation bien remarquable: celui-ci lui fit
rembourser sa charge d'avocat au conseil; on assure même que le prix
lui en a été payé deux fois. Le fait du remboursement est facile à
prouver (39).

Les amis de Mirabeau se vantoient hautement d'avoir fermé la bouche à
Danton; et tant qu'a vécu ce personnage, Danton resta muet (40).

Je me rappelle une anecdote à laquelle j'attachai dans le temps trop
peu d'importance: Dans les premiers mois de la Résolution, me trouvant
à dîner avec Danton, Danton me reprocha de gâter la bonne cause, en
m'écartant de la ligne où marchoient Barnave et les Lameth, qui alors
commençoient à dévier des principes populaires (41).

A l'époque où parurent les numéros (42) du _Vieux Cordelier_, le père
de Desmoulins (43) lui témoignait sa satisfaction et l'embrassait avec
tendresse. Fabre, présent à cette scène, se mit à pleurer, et
Desmoulins, étonné, ne douta plus que Fabre ne fut un excellent coeur
et par conséquent un patriote (44).

Danton tâchait d'imiter le talent de Fabre, mais sans succès, comme le
prouvent les efforts impuissants et ridicules qu'il fit pour pleurer,
d'abord à la tribune des Jacobins, ensuite chez moi (45).

Il y a un trait de Danton qui prouve une âme ingrate et noire: il avoit
hautement préconisé les dernières productions de Desmoulins: il avoit
osé, aux Jacobins, réclamer en leur faveur la liberté de la presse,
lorsque je proposai pour elles les honneurs de la brûlure (46). Dans la
dernière visite dont je parle, il me parla de Desmoulins avec mépris:
il attribua ses écarts à un vice privé et honteux, mais absolument
étranger (47) à la Révolution (48). Laignelot était témoin (49). La
contenance de Laignelot m'a paru équivoque: il a gardé à obstinément le
silence (50). Cet homme (51) a pour principe de briser lui-même les
instruments dont il s'est servi. Ils sont décrédités. Il n'a jamais
défendu un seul patriote, jamais attaqué un seul conspirateur, mais il
a fait le panégyrique de Fabre à l'assemblée électorale dernière (52);
il a prétendu que les liaisons de Fabre avec les aristocrates et ses
longues éclipses sur l'horizon révolutionnaire étaient un espionnage
concerté entre eux pour connaître les secrets (53) de l'aristocratie.

Pendant son court ministère, il a fait présent à Fabre, qu'il avait
choisi pour son secrétaire du sceau et pour son secrétaire intime, de
sommes considérables puisées dans le Trésor public. Il a lui-même
avancé 10 000 francs (54). Je l'ai entendu avouer les escroqueries et
les vols de Fabre tels que des souliers appartenant à l'armée, dont il
avoit chez lui magasin (55).

Il ne donna point asile à Adrien Duport, comme il est dit dans le
rapport (56), mais Adrien Duport qui, le 10 août, concertoit avec la
Cour le massacre du peuple, ayant été arrêté et détenu assez longtemps
dans les prisons de Melun, fut mis en liberté par ordre du ministre de
la justice Danton (57). Charles Lameth, prisonnier au Havre, fut aussi
élargi, je ne sais comment (58). Danton rejeta hautement toutes les
propositions que je lui fis d'écraser la conspiration et d'empêcher
Brissot de renouer ses trames, sous le prétexte qu'il ne fallait
s'occuper que de la guerre (59).

Au mois de septembre, il envoya Fabre en ambassade auprès de Dumouriez
(60). Il prétendit que l'objet de sa mission étoit de réconcilier
Dumouriez et Kellermann qu'il supposoit brouillés. Or, Dumouriez et
Kellermann n'écrivoient jamais à la Convention nationale sans parler de
leur intime amitié (61).

Dumouriez, lorsqu'il parut à la barre, appela Kellermann son intime ami
(62), et le résultat de cette union fut le salut du roi de Prusse et de
son armée (63). Et (64) quel conciliateur que Fabre pour deux généraux
orgueilleux qui prétendoient (65) faire les destinées de la France!

C'est en vain que, dès lors, on se plaignoit à Danton et à Fabre de la
faction girondine: ils soutenoient qu'il n'y avoit point là de faction
et que tout étoit le résultat de la vanité et des animosités
personnelles (66). Dans le même temps, chez Petion, où j'eus une
explication sur les projets de Brissot (67), Fabre et Danton se
réunirent à Petion pour attester l'innocence de leurs vues.

Quand je montrois à Danton le système de calomnie de Roland et des
brissotins, développé dans tous les papiers publics, Danton me
répondoit: "Que m'importe! L'opinion publique est une putain, la
postérité une sottise!" (68).

Le mot de vertu faisoit rire Danton; il n'y avoit pas de vertu plus
solide, disait-il plaisamment, que celle qu'il déployoit toutes les
nuits (69) avec sa femme. Comment un homme, à qui toute idée de morale
étoit étrangère, pouvoit-il être le défenseur de la liberté?

Une autre maxime de Danton étoit qu'il falloit se servir des fripons.
Aussi étoit-il entouré des intrigans les plus impurs (70). Il
professoit pour le vice une tolérance qui devoit lui donner autant de
partisans qu'il y a d'hommes corrompus dans le monde (71). C'étoit (72)
sans doute le secret de sa politique qu'il (73) révéla lui-même par un
mot remarquable: "Ce qui rend notre cause foible, disoit-il à un vrai
patriote, dont il feignoit de partager les sentimens (74), c'est que la
sévérité de nos principes effarouche beaucoup de monde."

Il ne faut pas oublier les thés de Robert, où d'Orléans faisoit
lui-même le punch, où Fabre, Danton et Wimpffen assistoient (75).
C'était là qu'on cherchoit à attirer le plus grand nombre de députés de
la Montagne qu'il étoit possible, pour les séduire ou pour les
compromettre.

Dans le temps de l'assemblée électorale, je m'opposai de toutes mes
forces à la nomination de d'Orléans, je voulus en vain inspirer (76)
mon opinion à Danton; il me répondit que la nomination d'un prince du
sang rendroit la Convention nationale plus imposante (77) aux yeux des
rois (78) de l'Europe, surtout s'il étoit nommé le dernier de la
députation. Je répliquai qu'elle seroit donc bien plus imposante encore
s'il n'étoit nommé que le dernier suppléant; je ne persuadai point; la
doctrine de Fabre d'Eglantine étoit la même que celle du maître ou du
disciple, je ne sais trop lequel (79).

Chabot vota pour d'Orléans (80). Je lui témoignais tout bas ma surprise
et ma douleur; il s'écria bien haut que son opinion étoit libre.

On a pu remarquer la consternation de Fabre d'Eglantine et de beaucoup
d'autres, lorsque je fis sérieusement la motion de chasser les
Bourbons, que les meneurs du côté droit avoient jetée en avant, avec
tant d'artifice, et le concert des chefs brissotins et des intrigans de
la Montagne pour la rejeter à cette époque. Cette contradiction est
facile à expliquer: la motion venue (81) du côté droit popularisoit
d'Orléans et échouait contre la résistance de la Montagne abusée par ce
jeu perfide; faite par un montagnard, elle démasquait d'Orléans et le
perdoit si le côté droit ne s'y étoit lui-même opposé. L'époque où je
fis cette motion étoit voisine de celle où la conjuration de d'Orléans
et de Dumouriez devoit éclater et éclata en effet (82). Ce fut alors
que les brissotins continuèrent (83) de tromper la Convention et de
rompre l'indignation publique en mettant sous la garde d'un gendarme
d'Orléans et Silleri, qui riaient eux-mêmes de cette comédie qui leur
donna le prétexte de parler à la tribune le langage de Brutus (84).
C'est alors que Danton et Fabre, loin de dénoncer cette façon
criminelle, se prêtèrent à toutes les vues de ses chefs (85). Joignez à
cela le développement des trahisons de la Belgique.

Analysez (86) toute la conduite politique de Danton: vous verrez que la
réputation de civisme qu'on lui a faite était l'ouvrage de l'intrigue
et qu'il n'y a pas une mesure liberticide qu'il n'ait adoptée.

On le voit, dans les premiers jours de la Révolution, montrer à la Cour
un front menaçant et parler avec véhémence dans le club des Cordeliers;
mais bientôt il se lie avec les Lameth et transige avec eux: il se
laisse séduire par Mirabeau et se montre aux yeux des observateurs
l'ennemi des principes sévères. On n'entend plus parler de Danton
jusqu'à l'époque des massacres du Champ-de-Mars: il avoit beaucoup
appuyé aux Jacobins la motion de La Clos, qui fut le le prétexte de ce
désastre et à laquelle je m'opposai. Il fut nommé le rédacteur (87) de
la pétition avec Brissot. Deux mille patriotes sans armes furent
assassinés par les satellites de La Fayette. D'autres furent jetés dans
les fers. Danton se retira à Arcis-sur-Aube, son pays, où il resta
plusieurs mois, et il y vécut tranquille. On a remarqué comme un indice
de la complicité de Brissot que depuis la journée du Champ-de-Mars, il
avoit continué de se promener paisiblement dans Paris; mais la
tranquillité dont Danton jouissoit à Arcis-sur-Aube étoit-elle moins
étonnante? Etoit-il plus difficile (88) de l'atteindre là qu'à Paris,
s'il eût été alors pour les tyrans un objet de haine ou de terreur?

Les patriotes se souvinrent longtemps de ce lâche abandon de la cause
publique; on remarqua ensuite que, dans toutes les crises, il prenait
le parti de la retraite (89).

Tant que dura l'Assemblée législative, il se tut. Il demeura neutre
dans la lutte pénible des jacobins contre Brissot et contre la faction
girondine. Il appuya d'abord leur opinion sur la déclaration de guerre.
Ensuite, pressé par le reproche des patriotes, dont il ne vouloit pas
perdre la confiance usurpée, il eut l'air de dire un mot pour ma
défense (90) et annonça qu'il observoit attentivement les deux partis
et se renferma dans le silence. C'est dans ce temps-là que, me voyant
seul, en butte aux calomnies et aux persécutions de cette faction
toute-puissante, il dit à ses amis: "Puisqu'il veut se perdre, qu'il se
perde; nous ne devons point partager son sort." Legendre lui-même me
rapporta ce propos qu'il avoit entendu (91).

Tandis que la Cour conspiroit contre le peuple et les patriotes contre
la Cour, dans les longues agitations qui préparèrent la journée du 10
août, Danton étoit à Arcis-sur-Aube; les patriotes désespéroient de le
revoir. Cependant, pressé par leurs reproches, il fut contraint de se
montrer et arriva la veille du 10 août; mais, dans cette nuit fatale,
il vouloit se coucher, si ceux qui Tentouroient ne l'avoient forcé de
se rendre à sa section où le bataillon (92) de Marseille étoit
rassemblé. Il y parla avec énergie: l'insurrection étoit déjà décidée
et inévitable. Pendant ce temps-là, Fabre parlementoit avec la Cour.
Danton et lui ont prétendu qu'il n'étoit là (93) que pour tromper la
Cour (94).

J'ai tracé quelques faits de son court ministère. Quelle (95) a été sa
conduite durant la Convention? Marat fut accusé par les chefs de la
faction du côté droit. Il commença par déclarer qu'il n'aimoit point
Marat et par protester qu'il étoit isolé et qu'il se séparoit de ceux
de ses collègues que la calomnie poursuivoit; et il fit son propre
éloge ou sa propre apologie (96).

Robespierre fut accusé; il ne dit pas un seul mot si ce n'est pour
s'isoler de lui (97).

La Montagne fut outragée chaque jour; il garda le silence. Il fut
attaqué lui-même, il pardonna, il se montra sans cesse aux
conspirateurs comme un conciliateur tolérant; il se fit (98) un mérite
publiquement de n'avoir jamais dénoncé ni Brissot, ni Guadet, ni
Gensonné, ni aucun ennemi de la liberté! (99). Il leur tendait sans
cesse la palme de l'olivier et le gage d'une alliance contre les
républicains sévères. La seule fois qu'il parla (100) avec énergie, ce
fut la Montagne qui l'y força et il ne parla que de lui-même (101).
Lorsque (102) Ducos lui reprocha de n'avoir pas rendu ses compte; il
menaça le côté droit de la foudre populaire, comme d'un instrument dont
il pouvoit disposer. Il termina son discours (103) par des propositions
de paix. Pendant le cours des orageux débats de la liberté et de la
tyrannie, les patriotes de la Montagne s'indignoient de son absence ou
de son silence; ses amis et lui en cherchoient l'excuse dans sa
paresse, dans son embonpoint, dans son tempérament. Il savoit bien
sortir de son engourdissement lorsqu'il s'agissoit de défendre
Dumouriez et les généraux ses complices (104); de faire l'éloge de
Beurnonville, que les intrigues de Fabre avaient porté au ministère
(105).

Lorsque quelque trahison nouvelle dans l'armée donnoit aux patriotes le
prétexte de provoquer quelques mesures rigoureuses contre les
conspirateurs du dedans et contre les traîtres de la Convention, il
avoit soin de les faire oublier ou de les altérer, en tournant sans
cesse l'attention de l'Assemblée vers de nouvelles levées d'hommes
(106).

Il ne vouloit pas la mort du tyran (107); il vouloit qu'on se contentât
de le bannir, comme Dumouriez qui étoit venu à Paris avec Westermann,
le messager de Dumouriez auprès de Gensonné et tous les généraux, ses
complices, pour égorger les patriotes et sauver Louis XVI. La force de
l'opinion publique détermina la sienne et il vota contre son premier
avis, ainsi que Lacroix, conspirateur décrié, avec lequel il ne put
s'unir dans la Belgique que par le crime. Ce qui le prouve encore plus,
c'est le bizarre motif qu'il donna de cette union: ce motif étoit la
conversion de Lacroix, qu'il prétendoit avoir déterminé à voter la mort
du tyran (108). Comment aurait-il fait les fonctions de missionnaire
auprès d'un pécheur aussi endurci pour l'attirer à une doctrine qu'il
réprouvoit lui-même (109)?

Il a vu avec horreur (110) la révolution du 31 mai; il a cherché à la
faire avorter ou à la tourner contre la liberté, en demandant (111) la
tête du général Hanriot, sous prétexte qu'il avoit gêné la liberté des
membres de la Convention par une consigne nécessaire pour parvenir au
but de l'insurrection qui étoit l'arrestation des conspirateurs (112).

Ensuite, pendant l'indigne procession qui eut lieu dans les Tuileries,
Hérault, Lacroix et lui voulurent faire arrêter Hanriot, et lui firent
ensuite un crime du mouvement qu'il fit pour se soustraire à un acte
d'oppression qui devoit assurer le triomphe de la tyrannie. C'est ici
que Danton déploya toute sa perfidie (113). N'ayant pu (114) consommer
ce crime, il regarda Hanriot en riant et lui dit: "N'aie pas peur, va
toujours ton train!", voulant lui faire entendre qu'il avoit eu l'air
de le blâmer par bienséance et par politique, mais qu'au fond il étoit
de son avis. Un moment après, il aborda le général à la buvette et lui
présenta un verre d'un air caressant, en lui disant: "Trinquons, et
point de rancune!" Cependant, le lendemain, irrité sans doute du
dénouement heureux de l'insurrection, il osa la calomnier de la manière
la plus atroce à la tribune et dit, entre autres choses, qu'on (115)
avoit voulu l'assassiner, lui et quelques-uns de ses collègues. Hérault
et Lacroix ne cessèrent de propager la même calomnie contre le général
que l'on vouloit immoler (116).

J'ai entendu Lacroix et Danton dire: "II faudra que Brissot passe une
heure sur les planches à cause de son faux passeport."

Lacroix disoit: "Si vous les faites mourir, la législature prochaine
vous traitera de même (117)."

Danton fit tous ses efforts pour sauver Brissot et ses complices. Il
s'opposa à leur punition: il vouloit qu'on envoyât des ôtages à
Bordeaux (118). Il envoya un ambassadeur à Wimpfen dans le Calvados
(119).

Danton et Lacroix vouloient dissoudre la Convention nationale et
établir la Constitution (120).

Danton m'a dit un jour: "Il est fâcheux que l'on ne puisse pas proposer
de céder nos colonies aux Américains; ce seroit un moyen de faire
alliance avec eux." Danton et Lacroix ont depuis fait passer un décret
dont le résultat vraisemblable étoit la perte de nos colonies (121).

Leurs vues furent de tout temps semblables à celles des Brissotins. Le
8 mars, on vouloit exciter une fausse insurrection pour donner à
Dumouriez le prétexte qu'il cherchoit de marcher sur Paris, non avec le
rôle défavorable de rebelle et de royaliste, mais avec l'air d'un
vengeur de la Convention (122). Desfieux en donna le signal aux
Jacobins: un attroupement se porta au club des Cordeliers, de là à la
Commune. Fabre s'agitoit beaucoup dans le même temps, pour exciter ce
mouvement dont les Brissotins tirèrent un si grand avantage. On m'a
assuré que Danton avoit été chez Pache, qu'il avoit proposé d'insurger,
en disant que, s'il falloit de l'argent, il avoit (123) la main dans la
caisse de la Belgique (124).

Danton vouloit une amnistie pour tous les coupables; il s'en est
expliqué ouvertement (125); il vouloit donc la contre-révolution. Il
vouloit la dissolution de lia Convention, ensuite la destruction du
gouvernement: il vouloit donc la contre-révolution (126).

Fabre, dans ses notes, indiquait comme une preuve de la conspiration de
Hébert les dénonciations contre Dillon et Castellane (127), et
Desmoulins, inspiré par Fabre, vantait Dillon (128).

Westermann est le héros de la faction; elle l'a mis au-dessus des lois,
en faisant décréter qu'il ne pouvoit être arrêté (129). Westermann a
été appelé par eux à Paris dans le moment de la conspiration.
Westermann est un imposteur, un traître, un complice, un reste impur de
la faction de Dumouriez. Quels rapprochements!

(Ici s'arrête la partie des Notes de Robespierre que le libraire France
a publiées. Le manuscrit qui a été publié dans le catalogue
d'autographes de la collection Morrison, t. V, p. 282-283 forme la
suite naturelle des notes précédentes.)

Le 8 mars, Danton vouloit faire partir Paris (130), en laissant
Dumourier à la tête de l'armée, moïen sûr de livrer Paris à la faction
de Dumourier, sans arrêter les ennemis avec lesquels il s'entendoit et
surtout sans étouffer la trahison; mesure qui fut accueillie facilement
des Brissotins.

Le même jour, Danton, à la mairie, proposa une insurrection, moïen sûr
de fournir à Dumourier le prétexte qu'il cherchoit de marcher contre
Paris comme le défenseur de la Convention contre ce qu'il 'appeloit des
anarchistes et des brigands (131).

Cette espèce d'insurrection eut lieu en effet le 10 mars telle qu'elle
convenoit à la faction de Dumourier. Ce fut Desfieux (132) qui en donna
le signal aux jacobins, qu'il s'efforça de précipiter dans une démarche
inconsidérée. Un attroupement préparé entra dans cette société, se
porta aux Cordeliers, de là au Conseil de la Commune pour demander
qu'elle se mît à la tête de l'insurrection. Le maire et les membres du
Conseil s'y opposèrent avec fermeté. Ce jour-là même, on vit Fabre
s'agiter, courir de tout côté pour exciter ce mouvement, un député lui
demandant dans les corridors de la Convention quelle étoit la situation
de Paris, Fabre lui répartit: "Le mouvement est arrêté, il a été aussi
loin qu'il le falloit (133)." En effet, le but de la faction de
Dumourier étoit rempli. On lui avoit fourni le prétexte qu'il cherchoit
de motiver sa rébellion par les mouvements de Paris, et il en fit la
base des manifestes séditieux qu'il publia peu de temps après contre la
Montagne et des adresses insolentes qu'il envoioit à la Convention
(134).

Ainsi Desfieux étoit d'accord parfaitement avec la faction girondine, à
laquelle il feignoit de faire une guerre terrible à la tribune des
jacobins. C'est ce même Défieux qui, tout en déclamant contre Brissot,
reçut de Lebrun, ami et complice de Brissot, une somme de 3 000 livres
pour envoier des courriers chargés de répandre dans le Midi des
adresses véhémentes où les députés girondins étoient maltraités, mais
dont le stile étoit fait pour justifier les calomnies et la révolte
projettée des fédéralistes; qui fit arrêter ces courriers précisément à
Bordeaux d'où elles furent envoyées à la Convention nationale pour
servir de texte aux déclamations criminelles des Gensonné et des
Vergniaux contre Paris, contre la Montagne et contre les jacobins
(135). Ce fut ce même Défieux qui, après avoir si lontems fait retentir
les tribunes populaires des crimes de la faction girondine, déposa en
leur faveur au tribunal révolutionnaire (136). Fabre, dans cette
journée du 8 mars, agissoit comme Défieux, et cependant il se déclaroit
l'ennemi de Défieux. Il se déclaroit l'ennemi de la Gironde, il a
dénoncé Défieux et les girondins; il a dénoncé Proli (137); des mandats
d'arrêt étoient lancés contre Proli, et il déjeûnoit et dînoit avec
Proli (138); et, afin qu'on ne put en induire aucune conséquence contre
lui, il prenoit la précaution d'en venir faire sa déclaration au Comité
de Sûreté générale, comme il fit sa déclaration au même Comité des 100
000 livres que Chabot avoit reçues pour lui, lorsqu'il eut appris
l'arrestation de Chabot (139).

C'est ainsi que se dévoile le jeu perfide des factieux qui semblent se
combattre lorsqu'ils sont d'accord pour enfermer les patriotes de bonne
foi entre deux armées. La faction de Dumourier et de d'Orléans étoit
destinée à fournir l'exemple le plus frappant de cette politique
artificieuse.

Fabre a dit que la France devoit être démembrée en quatre portions
(140). C'étoit encore le système girondin. Il était d'accord avec les
girondins, il l'étoit encore avec Hébert sur les résultats: la
dissolution de la Convention, la ruine du gouvernement républicain,
l'impunité des traîtres, la perte des patriotes, la ruine de la
liberté; toutes les factions tendant nécessairement à ce dernier but
doivent s'accorder en effet dans les résultats, et soit que leurs chfs
agissent [en] intelligence, soit qu'ils soient divisés, ils doivent
tomber également sous le glaive de la loi, qui ne doit voir que les
effets et la patrie.

Proli autrichien, bâtard du prince de Kaunitz, principal agent de la
faction (141) de l'étranger.

Hérault entièrement lié avec Proli (142).

Hérault tenant des conciliabules de conspirateurs; ami de Hébert et
autres.

Hérault entouré (143) de tous les scélérats de l'Europe, dont il a
placé un grand nombre (144) avec Lamourette, comme il est convenu au
Comité de Salut public; avec un chanoine de Troies, prêtre réfractaire
guillotiné dernièrement, auquel il écrit sur le ton de la familiarité,
en persiflant indirectement la Révolution, lui promettant ses bons
offices et lui offrant la perspective d'une place dans l'éducation
publique. Cette lettre est entre nos mains (145).

Hérault, espion des cours étrangères au Comité de Salut public, dont il
transmet les opérations à Vienne par le canal de Proli et une lettre
écrite à de Forgues par un de nos envoyés (146).

L'un des coquins dont Hérault s'étoit entouré, poursuivi comme émigré
et comme conspirateur, ayant été arrêté dans l'appartement d'Hérault
par le comité de la section Le Peletier (147), le Comité de Salut
public ayant approuvé cette arrestation, Hérault fit les démarches les
plus vives et voulut abuser de son caractère de député, pour forcer le
Comité à le relâcher; n'ayant pu l'obtenir, il fut trouver
clandestinement l'homme au violon et fut surpris en conférence avec lui.

Simond étoit avec lui et partagea ce délit. Simond est le compagnon,
l'ami, le complice de Hérault, ce qui a déterminé le Comité à le mettre
en état d'arrestation (148)



Notes explicatives d'Albert Mathiez:


(1) Ici Robespierre rectifie un jugement défavorable de Saint-Just sur
Danton. Cet exemple prouve avec quel scrupule il respectait la vérité
et donne à ses accusations un poids singulier.

(2) "Tu envoyas Fabre en ambassade près de Dumouriez, sous prétexte,
disois-tu, de le réconcilier avec Kellermann." (Rapport de Saint-Just,
p. 13.) Fabre arriva le 29 septembre 1792 au camp de Kellermann, il le
flatta, lui promit le bâton de maréchal afin de ramener à consentir aux
plans de Dumouriez. (A. Chuquet, _Dumouriez_, p. 131.)

(3) "Dumouriez louoit Fabre-Fond, frère de Fabre d'Eglantine; peut-on
douter de votre concert criminel pour renverser la République?"
(Saint-Just, p. 13.)

(4) "Une société populaire, livrée à Chaumette, osa censurer votre
décret sur les cultes et loua, dans une adresse, l'opinion d'Hébert et
de Chaumette." (Saint-Just, p. 8.) L'adresse du club de Moulins est
publiée dans les _Archives parlementaires_, t. LXXXI, p. 433 (séance du
24 frimaire).

(5) "Fabre soutint ici ces opinions artificieuses." (Saint-Just, p. 8.)

(6) Sur le rôle de Fabre et des indulgents dans le mouvement de
déchristianisation, voir mon livre _La Révolution et l'Eglise_, p. 76
et sq. Le 17 brumaire, jour de l'abdication de Gobel, Fabre fit
décréter que le procès-verbal de la séance et les discours des prêtres
abdicataires seraient distribués à tous les départements.

(7) Saint-Just a laissé tomber cette observation sur l'hypocrisie de
Fabre.

(8) "Vous êtes tous complices du même attentat." (Rapport de
Saint-Just, p. 19.)

(9) Comparer le rapport de Saint-Just: "Fabre d'Eglantine fut à la tête
de ce parti; il n'y fut point seul, il fut le cardinal de Retz
d'aujourd'hui...", etc. (p. 7).

(10) Fabre dénonça secrètement Hérault de Séchelles, Chabot et les
Hébertistes, et notamment Proli, dans une réunion de membres des
Comités de Salut public et de Sûreté générale, qui eut lieu vers le 10
octobre. Voir notre étude "Fabre d'Eglantine inventeur de la
conspiration de l'étranger", dans les _Annales révolutionnaires_,
mai-juin 1916.

(11) Allusion à Billaud-Varenne et à Collot d'Herbois, protecteurs des
Hébertistes. Fabre les avait écartés de la réunion des Comités où il
fit ses soi-disant révélations contre Desfieux, Proli, Chabot, Hérault
de Séchelles, etc.

(12) Allusion à Bouchotte, ministre de la Guerre, dont les bureaux
étaient peuplés d'Hébertistes. Bouchotte fut attaqué à plusieurs
reprises par les amis de Fabre, notamment par Bourdon de l'Oise et
Philippeaux.

(13) Mot barré: décisifs (note de France).

(14) Alors que Fabre se bornait à des dénonciations secrètes au sein
des Comités, il faisait agir Dufourny qui attaquait Desfieux et Proli
aux Jacobins, et les faisait même arrêter le 12 octobre. Quand Chabot
dénonça à son tour ses anciens amis hébertistes pour se sauver, ce fut
Robespierre qui dénonça le 1er frimaire, aux Jacobins, l'avant-garde
hébertiste. Outre Dufourny, les hommes que Fabre lance en avant sont,
dans l'esprit de Robespierre, Guffroy, rédacteur du journal _Le
Rougyff_, Bourdon de l'Oise qui attaque 'Bouchotte, le 9 frimaire, à la
Convention, Camille Desmoulins qui fait paraître _Le Vieux Cordelier_,
le 15 frimaire, Philippeaux qui attaque Ronsin et Rossignol dans de
nombreux pamphlets.

(15) Mot barré: dénoncer (France).

(16) Voir nos articles _Une candidature de Fabre d'Eglantine_, _Fabre
d'Eglantine fournisseur aux armées_, _Fabre d'Eglantine et les femmes_,
etc. (_Annales révolutionnaires_, 1911, t. IV, et 1914, t. VII).

(16 bis) Ici, dans le manuscrit de Robespierre, un mot barré: notoires
(France).

(17) Mots barrés: il les fit décréter d'arrestation (France).

(18) Le 27 frimaire, Fabre d'Eglantine avait dénoncé Maillard, Vincent
et Ronsin, qui furent décrétés d'arrestation.

(19) Mots barrés: les conspirateurs (France).

(20) Mots barrés: ne trouvant rien contre eux, Fabre parut (France).

(21) Mots barrés: ne soutint pas (France).

(22) Le 14 pluviôse, 2 février 1794, Voulland, au nom du Comité de
Sûreté générale, proposa de remettre en liberté Ronsin et Vincent.
Danton, tout en appuyant la mise en liberté qui fut votée, affectait de
prendre la défense de Fabre d'Eglantine, leur dénonciateur. Il faut
comparer les notes de Robespierre avec le rapport qu'il écrivit sur la
conspiration de Fabre d'Eglantine, et qui figure dans les pièces
annexes du rapport de Courtois. On doit remarquer que ce passage des
notes n'a pas été utilisé par Saint-Just dans son rapport définitif.

(23) Mots barrés: c'étoit Pache, c'étoit Hanriot qu'ils inculpoient,
c'étoit Bouchotte, c'étoit le principe (France).

(24) Mot barré: déclarèrent (France).

(25) Mots barrés: où ils vouloient s'introduire (France).

(26) Le 22 frimaire, Barère ayant annoncé à la Convention que les
pouvoirs du Comité de Salut public étaient expirés, Bourdon de l'Oise
insista pour qu'on procédât à son renouvellement. Il fut appuyé par
Merlin de Thionville, et la Convention décréta qu'un scrutin aurait
lieu le lendemain pour ce renouvellement. Mais le lendemain, 23
frimaire, le montagnard Jay de Sainte-Foy fit décider la continuation
des pouvoirs du Comité sortant. Il n'y eut pas de scrutin.

(27) On trouve l'écho de ce bruit dans les correspondances de l'époque.
(Lettre de Barras et Fréron du 30 frimaire dans le _Moniteur_, t XIX,
p. 64.)

(28) Mots barrés: a corrigé (France).

(29) _Le Vieux Cordelier_.

(30) Mots barrés: cette doct... (France).

(31) Le 30 frimaire, la Convention fut littéralement assiégée par une
foule de femmes qui réclamaient la liberté de leurs parents détenus.
Peu après, à la même séance, une députation de Lyonnais protesta contre
les barbares exécutions ordonnées à Lyon par Fouché et Collot
d'Herbois. Aucune trace de tout ce passage des notes de Robespierre
dans le rapport de Saint-Just, à l'exception de la phrase suivante:
"Que diroi-je de l'aveu fait par Danton qu'il avoit dirigé les derniers
écrits de Desmoulins et de Philippeaux?" (p. 18)

(32) Le 25 brumaire, les deux filles du girondin Lauze-Deperret avaient
sollicité un secours de la Convention pour retourner dans leur pays.
Sur la proposition de Merlin de Thionville et de Philippeaux, la
Convention avait voté le principe de ce secours et chargé son Comité
des secours publics de lui faire un rapport sur les pensions
alimentaires à accorder aux femmes et aux enfants des condamnés. Un
secours fut accordé à la veuve et aux enfants de Gorsas, sur la
proposition de Briez, le 13 pluviôse.

(33) Robespierre fait sans doute allusion aux affaires Gaudon et
Chaudot. Le marchand de vin Gaudon, condamné à mort pour accaparement,
avait été l'objet d'un sursis le 2 nivôse, sa condamnation avait été
ensuite annulée le 7 nivôse. Danton et son ami Bourdon de l'Oise
avaient contribué à le faire remettre en liberté. Le notaire Chaudot,
compromis dans l'affaire de Baune-Winter (prêt de 100 000 livres
sterling aux trois fils du roi d'Angleterre), avait été condamné à
mort, le 25 pluviôse, pour avoir entretenu des intelligences avec les
ennemis de la France. A la demande de Clauzel et de Vadier, la
Convention avait ordonné, le 26 pluviôse, qu'il serait sursis à son
exécution. Mais le sursis fut levé, le 29 pluviôse, sur le rapport
d'Oudot, au nom des Comités de législation et de Sûreté générale.
Chaudot, qui avait été le notaire de d'Espagnac, fut guillotiné. Le 29
pluviôse encore, le dantoniste Gufîroy avait pris sa défense.


(34) France fait remarquer en note que Robespierre écrit toujours
Demoulins, de même qu'il écrit Dumourier, Défieux, Henriot, Simon.

(35) Mot barré: louant (France).

(36) On voit que Robespierre, qui avait déjà essayé, aux Jacobins,
d'atténuer les torts de Camille, le représente ici encore comme un
égaré de bonne foi. Saint-Just le jugera plus sévèrement: "Camille
Desmoulins, qui fut d'abord dupe et finit par être complice, fut, comme
Philippeaux, un instrument de Fabre et de Danton... Comme Camille
Desmoulins manquoit de caractère, on se servit de son orgueil. Il
attaqua en rhéteur le gouvernement révolutionnaire dans toutes ses
conséquences; il parla effrontément en faveur des ennemis de la
Révolution, proposa pour eux, un comité de clémence, se montra très
inclément pour le parti populaire, attaqua, comme Hébert et Vincent,
les représentans du peuple dans les armées; comme Hébert, Vincent et
Buzot lui-même, il les traita de proconsuls. Il avoit été le défenseur
de l'infâme Dillon, avec la même audace que montra Dillon lui-même
lorsqu'à Maubeuge il ordonna à son armée de marcher sur Paris et de
prêter serment de fidélité au roi. Il combattit la loi contre les
Anglais, etc." (p. 19).

(37) Mots raturés: mais il fut (France).

(38) Les relations étroites de Danton avec les Lameth ne sont pas
douteuses. Voir notre étude: Danton dans les mémoires de Théodore
Lameth (_Annales révolutionnaires_ de janvier 1913).

(39) Ici une phrase raturée par Robespierre: "C'est par la protection
de Mirabeau que Danton fut nommé administrateur du département de
Paris, en 1790, dans le temps où l'Assemblée électorale était
décidément royaliste." (France). Cette phrase n'en figure pas moins
textuellement dans le discours de Saint-Just: "Ce fut par la protection
de Mirabeau que tu fus nommé administrateur du département de Paris
dans le temps où l'Assemblée électorale étoit décidément royaliste."
(Rapport, p. 10). L'accusation de Robespierre, concernant le
remboursement de la charge de Danton, se retrouve dans diverses sources
contemporaines, notamment dans les mémoires de Lafayette, t. III, p.
84, note. Robinet a publié la quittance du remboursement fait à Danton,
mais ce document officiel ne prouve pas que Danton n'eût pas touché
irrégulièrement d'autres sommes. Le directeur de la liquidation
Dufresne de Saint-Léon, ami de Talleyrand et de Talon, fut fortement
soupçonné d'avoir une comptabilité secrète. Compromis dans la
découverte de l'armoire de fer et traduit au tribunal criminel de
Paris, il fut acquitté à un moment où l'influence de Danton au
gouvernement et à Paris était encore puissante.

(40) France fait remarquer en note que cet alinéa et le suivant ont été
bâtonnés d'un trait de plume. Il croit que Saint-Just est l'auteur de
ce trait de plume. Il me paraît plutôt que c'est Robespierre lui-même,
car Saint-Just a maintenu la phrase dans son rapport: "Tous les amis de
Mirabeau se vantoient hautement qu'ils t'avoient fermé la bouche. Aussi
tant qu'a vécu ce personnage affreux, tu es resté presque muet" (p. 10).


(41) Ce passage a été reproduit par Saint-Just: "Dans ce temps-là tu
reprochais à un personnage rigide, dans un repas, qu'il compromettait
la bonne cause, en s'écartant du chemin où marchoient Barnave et
Lameth, qui abandonnoient le parti populaire" (p. zo). C'est en mai
1791, sur l'affaire des colonies, que Robespierre rompit définitivement
avec les Lameth et Barnave. Mais leur évolution à droite datait déjà de
quelques mois.

(42) Mots barrés: les derniers numéros (France).

(43) Mots barrés: qui avait fort improuvé la... assez entachée
d'aristocratie (France).

(44) Saint-Just a recueilli cette anecdote en l'enjolivant dans son
rapport: "On racontoit comme une preuve de la bonhomie de Fabre, que
celui-ci se trouvant chez Desmoulins au moment où il lisoit à quelqu'un
l'écrit dans lequel il demandoit un comité de clémence pour
l'aristocratie, et appeloit la Convention la Cour de Tibère, Fabre se
mit à pleurer. Le crocodile pleure aussi." (p. 19).

(45) Je n'ai pas retrouvé ce passage dans le rapport de Saint-Just.

(46) Voir la séance des Jacobins du 18 nivôse an II.

(47) Mots barrés: aux crimes des conspirateurs (France).

(48) "Faux ami, tu disois, il y a deux jours, du mal de Desmoulins,
instrument que tu as perdu et tu lui prêtois des vices honteux."
(Rapport de Saint-Just, p. 17.)

(49) Cette dernière entrevue de Danton avec Robespierre doit être
distincte de celle que Daubigny a racontée dans ses _Principaux
événements_, p. 49, car Daubigny ne nomme pas Laignelot parmi les
convives du repas chez Humbert. Il doit s'agir de l'entretien rapporté
dans les Mémoires de Barras.

(50) Les pressentiments de Robespierre étaient justifiés. Laignelot,
qui était un ami de Daubigny (_Principaux événements_, p. 98), se
rangera parmi les thermidoriens.

(51) Mots barrés: n'a jamais (France). Cet homme désigne Danton.

(52) A l'Assemblée électorale du département de Paris qui nomma les
députés à la Convention.

(53) Mot barré: projets (France).

(54) Mots barrés: Fabre s'était fait fournisseur de l'armée, il avait
(France). "Tu enrichis Fabre pendant ton ministère." (Rapport de
Saint-Just, p. 12).

(55) Voir notre article: Fabre d'Eglantine, fournisseur aux armées,
dans les Annales révolutionnaires, 1911, t. IV, p. 532-534.


(56) n ne peut s'agir ici que du premier rapport de Saint-Just fait
devant les Comités et que Robespierre a sous les yeux quand il écrit
ses notes.

(57) "Tu donnas des ordres pour sauver Duport; il s'échappa au milieu
d'une émeute concertée à Melun par tes émissaires pour fouiller une
voiture d'armes." (Saint-Just, p. 12). Adrien Duport fut détenu dix
jours dans les prisons de Melun. Un jugement du tribunal de cette
ville, rendu sur l'initiative de Danton, le remit en liberté le 17
septembre 1792. Voir les lettres de Danton publiées par
Mortimer-Ternaux, _Histoire de la Terreur_, t. III, p. 354 et 557.
Robespierre présente les faits d'une façon plus exacte que Saint-Just.

(58) Sur le rôle de Danton dans l'élargissement des deux chefs
feuillants Charles Lameth et Adrien Duport, voir les extraits des
mémoires de Théodore Lameth, que nous avons publiés dans les _Annales
révolutionnaires_, 1913, t. VI, p. 9-13 et 17-27. Avec son cynisme
ordinaire, Danton prétendra devant le tribunal révolutionnaire qu'il
avait donné "les ordres les plus précis pour arrêter Duport".

(59) Voir la conversation que Robespierre eut avec Petion et Danton à
la Commune, le 4 septembre, dans la brochure de Petion intitulée:
_Discours sur l'accusation intentée à Robespierre_, Bûchez et Roux, t.
XXI, p. 107-108.

(60) Ce passage n'est que le développement d'une note plus sommaire de
Robespierre, que nous avons publiée en tête, p. 84.

(61) Exact. Voir la lettre de Kellermann, en date du 21 septembre 1792,
où il fait un vif éloge de Dumouriez. _Archives parlementaires_, t.
LII, p. 100.

(62) Voir le discours de Dumouriez à la barre de la Convention le 12
octobre 1792. _Archives parlementaires_, t. LII, p. 472.

(63) "Les traîtres n'étoient que trop unis pour notre malheur: dans
toutes leurs lettres à la Convention, dans leurs discours à la barre,
ils se traitoient d'amis et tu étois le leur. Le résultat de
l'ambassade de Fabre fut le salut de l'armée prussienne, à des
conditions secrètes que ta conduite expliqua depuis." (Saint-Just, p.
13.)

(64) Mot barré: or (France).

(65) Mots barrés: qui se croient (France).

(66) "Le parti de Brissot accusa Marat; tu te déclaras son ennemi; tu
t'isolas de la Montagne dans les dangers qu'elle courait. Tu te fis
publiquement un mérite de n'avoir jamais dénoncé Gensonné, Guadet et
Brissot, tu leur tendois sans cesse l'olivier, gage de ton alliance
avec eux contre le peuple et les républicains sévères. La Gironde te
fit une guerre feinte..." (Saint-Just, p. 12.)

(67) Le 4 septembre à la mairie.

(68) "Méchant homme, tu as comparé l'opinion publique à une femme de
mauvaise vie; tu as dit que l'honneur étoit ridicule, que la gloire et
la postérité étoient une sottise." (Saint-Just, p. 17.)

(69) Mots barrés: tous les soirs (France).

(70) Exact. On n'a que l'embarras de les nommer: Westermann, Fabre
d'Eglantine, Villain dit d'Aubigny, Latouche-Chephtel,
Lalligant-Morillon, Osselin, etc.

(71) "Tu disois que des maximes sévères feroient trop d'ennemis à la
République." (Saint-Just, p. 14.)

(72) Mots barrés: il me disoit un jour (France).

(73) Mot barré: me (France).

(74) Mots barrés: en feignant de partager nos principes (France).

(75) "Tu te trouvois dans des conciliabules avec Wimpfen et d'Orléans."
(Saint-Just, p. 14.) Saint-Just a supprimé le nom de Robert.

(76) Mot barré: persuader (France).

(77) Mot barré: impuissante (France).

(78) Mots barrés: de l'Univ... (France).

(79) Chabot dans sa réponse à Lanjuinais (séance de la Convention du 16
décembre 1792) et Camille Desmoulins (dans son _Histoire des Brissotins_)
ont reconnu que Robespierre combattit la candidature de Philippe-Egalité
à la Convention.

(80) Saint-Just a inséré tout ce passage dans son rapport: "Ce fut toi
qui fis nommer Fabre et d'Orléans à l'assemblée électorale où tu vantas
le premier comme un homme très adroit et où tu dis du second que,
prince du sang, sa présence au milieu des représentants du peuple leur
donneroit plus d'importance aux yeux de l'Europe. Chabot vota en faveur
de Fabre et d'Orléans" (p. 12).

(81) Mot barré: présentée (France).

(82) C'est le 27 mars 1793, au moment où les premiers bruits de la
trahison de Dumouriez arrivaient à Paris, que Robespierre proposa à la
Convention de décréter que tous les parents de Capet seraient tenus de
sortir sous huit jours du territoire français.

(83) Mot barré: cherchèrent (France).

(84) C'est dans la séance du 4 avril 1793 que Philippe-Egalité et
Sillery furent décrétés d'arrestation à vue, sous la garde d'un
gendarme. Sillery demanda lui-même que les scellés fussent apposés sur
ses papiers. "Quand il s'agira de punir les traîtres, dit-il, si mon
gendre est coupable, je suis ici devant l'image de Brutus; je fais le
jugement qu'il porta contre son fils." (_Archives parlementaires_,
t. LXI, p. 301).

(85) "Fabre et toi fûtes les apologistes de d'Orléans, que vous vous
efforçâtes de faire passer pour un homme simple et très malheureux;
vous répétâtes souvent ce propos. Vous étiez sur la Montagne le point
de contact et de répercussion de la conjuration de Dumouriez, Brissot
"t d'Orléans." (Saint-Just, p. 16.)

(86) Mot barré: maintenant (France).

(87) Mots barrés: il avoit été le rédacteur (France).

(88) Mots barrés: si on ne suppose pas un concordat tacite entre lui
et La Fayette (France). Tout cet alinéa a passé presque textuellement
dans le rapport de Saint-Just (p. 10 et 11). Sur le rôle de Danton dans
l'affaire du Champ-de-Mars, voir mon livre sur _Le Club des Cordeliers
pendant la crise de Varennes_ et l'article de M. G. Rouanet: Danton
en juillet 1791, dans les _Annales révolutionnaires_, 1910, t. III,
p. 514-521.

(89) "Que dirai-je de ton lâche et constant abandon de la cause
publique au milieu des crises, où tu prenois toujours le parti de la
retraite?" (Saint-Just, p. 11.)

(90) Mots barrés: contre les persécutions (France).

(91) Voir notre article: Danton sous la Législative, dans les _Annales
révolutionnaires_, t. V. 1912, p. 301-324, et notre livre _Danton et la
Paix_.

(92) Mots barrés: une portion (France).

(93) Mots barrés: que son intention étoit de (France).

(94) Sur les intrigues de Danton et de ses amis avec la Cour, à la
veille du 10 août, voir notre article: Westermann et la Cour à la
veille du 10 août (_Annales révolutionnaires_, 1917, t. IX, p. 398 et
sq.) et l'extrait des Essais historiques de Beaulieu sur les rapports
de Fabre d'Eglantine avec le ministre de la Marine Dubouchage (_Annales
révolutionnaires_, 1914, t. VII, p. 565). Tout ce passage des notes de
Robespierre a passé dans le rapport de Saint-Just (p. 11 et 12). Le
mémorial de Lucile Desmoulins confirme l'exactitude des notes de
Robespierre sur l'attitude de Danton dans la nuit du 9 au 10 août.

(95) Mot barré: comment (France).

(96) "Tu nous avois dit: je n'aime point Marat." (Saint-Just, p. 15.)
C'est à la séance du 25 septembre 1792 que Danton répondit aux attaques
girondines en désavouant Marat. "Il existe, il est vrai, dans la
députation de Paris, un homme dont les opinions sont pour le parti
républicain ce qu'étoient celles de Royou pour le parti aristocratique:
c'est Marat. Assez et trop longtemps on m'a accusé d'être l'auteur des
écrits de cet homme. J'invoque le témoignage du citoyen qui vous
préside [Petion]..., etc."

(97) Quand Louvet attaqua Robespierre, le 29 octobre 1792, Danton garda
en effet le silence sur ses accusations. Dans cette même séance, il se
désolidarisa une fois de plus d'avec Marat et il ajouta: "Je le
déclare hautement, parce qu'il est temps de le dire, tous ceux qui
parlent de la faction Robespierre sont à mas yeux ou des hommes prévenus
ou de mauvais citoyens."

(98) Mots barrés: il se vanta même (France).

(99) Voir notamment le discours de Danton, en date du 21 janvier 1793:
"Je vous interpelle, citoyens, vous qui m'avez vu dans le ministère, de
dire si je n'ai pas porté l'union partout. Je vous adjure, vous Petion,
vous Brissot, je vous adjure tous, car enfin, je veux me faire
connaître; je vous adjure tous, car enfin je veux être connu, etc."
Celui du 27 mars 1793: "Etouffons nos divisions; je ne demande pas de
baisers partiels, les antipathies particulières sont indestructibles,
mais il y va de notre salut..."

(100) Mots barrés: se défendit (France).

(101) Allusion à la séance du 1er avril 1793. Accusé par Lasource de
complicité avec Dumouriez, Danton se taisait quand l'extrême gauche se
leva tout entière et l'invita à monter à la tribune pour se disculper.

(102) Mots barrés: il commençait par un éclat de tonnerre et finissait
par des propositions de paix. Il montrait la colère du p... (France).

(103) Mots barrés: parla comme un orateur du côté droit (France). Voir
les séances de la Convention des 27 et 30 mars 1793.

(104) Danton défendit adroitement le général Stengel contre Carra, à la
séance du 10 mars 1793; quand ce général et son collègue Lanoue furent
interrogés à la barre, le 28 mars, Danton intervint encore en leur
faveur.

(105) Danton fit l'éloge de Beurnonville à la séance du 11 mars 1793.
Tout l'essentiel de ce passage est passé dans le rapport de Saint-Just:
"Dans les débats orageux, on s'indignoit de ton absence et de ton
silence; toi, tu parfois de la campagne, des délices de la solitude et
de ta paresse; mais tu savois sortir de ton engourdissement pour
défendre Dumouriez, Westermann, sa créature vantée et les généraux ses
complices" (p. 13).

(106) Danton demande de nouvelles levées d'hommes le 10 mars, le 27
mars, le 31 mars 1793. Saint-Just a repris, en l'aggravant,
l'accusation de Robespierre: "Tu savois amortir le courroux des
patriotes; tu faisois envisager nos malheurs comme résultant de la
foiblesse de nos armées, et tu détournois l'attention de la perfidie
des généraux pour t'occuper des nouvelles levées d'hommes" (p. 13).
Saint-Just a même soupçonné que Danton poussait à ces levées dans une
intention scélérate: "A ton retour de la Belgique, tu provoquas la
levée en masse des patriotes de Paris pour marcher aux frontières. Si
cela fût alors arrivé, qui auroit résisté à l'aristocratie qui avoit
tenté plusieurs soulèvements? Brissot ne désiroit point autre chose, et
les patriotes mis en campagne n'auroient-ils pas été sacrifiés? Ainsi
se trouvoit accompli le voeu de tous les tyrans du monde pour la
destruction de Paris et de la liberté" (p. 14).

(107) Voir l'article de M. G. Rouanet: Danton et la mort de Louis XVI
(_Annales révolutionnaires_, 1916, t. VIII, p. 1-33); et nos articles:
Danton, Talon, Pitt et la mort de Louis XVI (_Ibid_., p. 367-376),
Danton, Dannon, Pitt et M. J. Holland-Rose (_Ibid_., t. IX, p. 103 sq.)
et notre livre _Danton et la Paix_.

(108) C'est dans son discours du 1er avril 1793 que Danton fit l'éloge
de Delacroix: "Oui, sans doute, j'aime Delacroix; on l'inculpe parce
qu'il a eu le bon esprit de ne pas partager, je le dis franchement,
je le tiens de lui, parce qu'il n'a pas voulu partager les vues et
les projets de ceux qui ont cherché à sauver le tyran..., parce que
Delacroix s'est écarté, du fédéralisme et du système perfide de l'appel
au peuple..., etc." (Discours de Danton, édition Fribourg, p. 352-353).

(109) Saint-Just a accentué dans son rapport ce passage de Robespierre:
"Tu t'associas dans tes crimes Lacroix, conspirateur depuis longtemps
décrié, avec l'âme impure duquel on ne peut être uni que par le noeud
qui associe des conjurés. Lacroix fut de tout temps plus que suspect:
hypocrite et perfide, il n'a jamais parlé de bonne foi dans cette
enceinte; il eut l'audace de louer Mirabeau; il eut celle de proposer
le renouvellement de la Convention; il tint la même conduite que toi
avec Dumouriez; votre agitation étoit la même pour cacher les mêmes
forfaits. Lacroix a témoigné souvent sa haine pour les jacobins" (p.
13).

(109 bis) France fait remarquer que les huit alinéas précédents sont
bâtonnés sur le manuscrit.

(110) Mot barré: douleur (France).

(111) Mots barrés: voulant faire arrêter (France).

(112) Le dimanche 2 juin 1793, au moment où la Convention s'aperçut
qu'elle était cernée par la garde nationale parisienne, Danton
s'indigna, demanda une enquête du Comité de Salut public et s'écria:
"Je me charge, en son nom, de remonter à la source de cet ordre [donné
par Hanriot]. Vous pouvez comptez sur son zèle à vous présenter les
moyens de venger vigoureusement la majesté nationale, outragée en ce
moment."

(113) Mots barrés: bassesse et le lâche syst... (France).

(114) Mots barrés: après avoir fait cet ouvrage, il aborde Hanriot à la
buvette et... (France).

(115) Mots barrés: que lui et quelques-uns de ses collègues (France).

(116) "Tu vis avec horreur la révolution du 31 mai. Hérault, Lacroix et
toi demandâtes la tête d'Hanriot, qui avoit servi la liberté, et vous
lui fîtes un crime du mouvement qu'il avoit fait pour échapper à un
acte d'oppression de votre part. Ici, Danton, tu déployas ton
hypocrisie: n'ayant pu consommer ton projet, tu dissimulas ta fureur;
tu regardas Hanriot en riant, et tu lui dis: _N'aie pas peur, vas
toujours ton train_, voulant lui faire entendre que tu avois eu l'air
de blâmer par bienséance, mais qu'au fond tu étois de son avis. Un
moment après tu l'abordas à la buvette et lui présentas un verre d'un
air caressant, en lui disant: _Point de rancune_. Cependant, le
lendemain tu le calomnias de la manière la plus atroce, et tu lui
reprochas d'avoir voulu t'assassiner. Hérault et Lacroix t'appuyèrent."
(Saint-Just, p. 16.)

(117) Dans le rapport de Saint-Just, ces traits précis ont disparu sous
cette affirmation vague: "Ne t'es-tu pas opposé à la punition des
députés de la Gironde?" (p. 16).

(118) C'est à la séance du 7 juin 1793 que Danton fit cette proposition.

(119) "Mais n'as-tu pas envoyé depuis un ambassadeur à Petion et à
Wimpfen dans le Calvados?" (Saint-Just, p. 16). Voir à ce sujet notre
étude: Danton et Louis Comte, dans les _Annales révolutionnaires_,
1912, t. V, p. 641-660.

(120) A la séance du 11 août 1793, Delacroix déclara que la mission de
la Convention était terminée et qu'on devait prendre les mesures
nécessaires pour mettre en vigueur la Constitution nouvelle proclamée
la veille dans la grande Fédération anniversaire du 10 août Saint-Just
a retenu ce grief (p. 20).

(121) Le 6 pluviôse, Delacroix fit voter par acclamation la suppression
de l'esclavage dans les colonies françaises. Danton appuya Delacroix.
On voit que Robespierre désapprouvait cette politique qu'il avait déjà
blâmée comme imprudente quand Brissot en était le protagoniste.
Saint-Just a laissé tomber cette observation de Robespierre.

(122) Mot barré: Constitution (France).

(123) Mots barrés: il mettroit (France).

(124) Saint-Just a développé tout ce passage: "Tu provoquas une
insurrection dans Paris; elle étoit concertée avec Dumouriez; tu
annonças même que s'il falloit de l'argent pour la faire, tu avois la
main dans les caisses de la Belgique. Dumouriez vouloit une révolte
dans Paris pour avoir un prétexte de marcher contre cette ville de la
liberté, sous un titre moins défavorable que celui de rebelle et de
royaliste. Toi qui restois à Arcis-sur-Aube avant le 9 août, opposant
ta paresse à l'insurrection nécessaire, tu avois retrouvé ta chaleur au
mois de mars pour servir Dumouriez et lui fournir un prétexte honorable
de marcher sur Paris. Desfieux, reconnu royaliste et du parti de
l'étranger, donna le signal de cette fausse insurrection. Le 10 mars,
un attroupement se porta aux Cordeliers, de là à la Commune..."
(Saint-Just, p. 14-15.)

(125) Le bruit courut en effet qu'une amnistie générale serait votée
pour la fédération du 10 août, et Hébert consacra à la combattre
plusieurs numéros du _Père Duchesne_. A la séance du 2 août, comme une
députation de Nantais demandait l'indulgence en faveur du général
Beysser et du député Coustard, compromis dans la révolte fédéraliste,
Danton profita de l'occasion pour insinuer l'idée de l'amnistie: "La
Convention, dit-il, sait que les hommes égarés se réuniront toujours à
la masse, mais elle a cru différer à la conversion de ceux qui veulent
fédéraliser le peuple... Elle désire que, le 10 août, vous resserriez
le noeud de la fraternité." Saint-Just a relevé à la charge de Danton
cette proposition indirecte d'amnistie (p. 15). Sur cette amnistie,
voir notre livre _Danton et la Paix_.

(126) France nous apprend que les trois alinéas précédents sont biffés
d'un trait sur le manuscrit.

(127) On lit en effet dans le "précis et relevé des matériaux sur la
conspiration dénoncée par Chabot et Bazire", que nous avons publié sous
le titre: Un rapport dantoniste sur la conspiration de l'étranger, sous
la rubrique faits, la phrase suivante: "les dénonciations contre
Dillon, Castellane, etc." (_Annales révolutionnaires_, 1916, t. VIII,
p. 255). Il ne me semble donc pas douteux que c'est à ce document que
se réfère Robespierre, et il est ainsi prouvé, comme je l'avais supposé
dès le premier moment, que ce rapport anonyme est bien l'oeuvre de
Fabre d'Eglantine.

(128) Desmoulins essaya de prendre la défense du royaliste Dillon,
d'abord à la tribune de la Convention, le n juillet 1793, puis dans un
pamphlet qu'il intitula _Lettre au général Dillon en prison aux
Madelonnettes_. Voir, sur l'affaire Dillon, la fin de notre article:
Les divisions de la Montagne, la chute de Danton (_Annales
révolutionnaires_, 1913, t. VI, p. 228 sq.).

(129) Saint-Just, dans son rapport, est très bref sur Westermann. Il se
borne à le qualifier sommairement de complice de Dumouriez. Il est
certain que l'aventurier alsacien échappa à toutes les poursuites aussi
longtemps que les dantonistes furent influents. En avril 1793, il sort
blanchi de l'enquête ordonnée contre lui pour sa conduite à Lille au
moment de la trahison de Dumouriez (Voir notre article: Westermann et
la Cour à la veille du 10 août). En juillet 1793, enquêté de nouveau
pour son rôle dans la défaite de Châtillon-en-Vendée, il est de nouveau
blanchi par Julien de Toulouse, malgré les adjurations de Marat, qui
attaque à ce sujet Danton, etc. Quand Fouquier-Tinville décerna un
mandat d'arrêt contre Westermann, comme compromis dans le procès de
Fabre et de ses complices, Couthon dut faire ratifier l'arrestation par
la Convention elle-même, parce que, dit-il, le 13 germinal, "il existe
un décret qui porte que le général ne pourra être mis en état
d'arrestation sans qu'au préalable la Convention en ait été instruite".
Il s'agit du décret du 18 nivôse an II rendu sur la motion de Lecointre.

(130) Danton fit voter, le 8 mars 1793, la nomination des commissaires
de la Convention, qui se rendirent, le soir même, dans les sections de
Paris pour enrôler les citoyens.

(131) On a vu plus haut que Saint-Just a adopté la version de
Robespierre.

(132) Sur ce personnage, consulter mon livre _La Révolution et les
Etrangers_, p. 104 et sq. Saint-Just a reproduit presque textuellement
dans son rapport ces phrases de Robespierre (p. 15).

(133 et 134) Ces phrases ont passé presque littéralement dans le
rapport de Saint-Just (p. 15). On trouvera les manifestes de Dumouriez:
au tome LXI des Archives parlementaires.

(135) Le 10 avril 1793, les autorités girondines de Bordeaux saisirent,
sur un courrier extraordinaire que le jacobin Desfieux envoyait à
Toulouse, une série de correspondances très compromettantes, parmi
lesquelles une lettre de Desfieux à son ami Grignon, qui ne laissaient
aucun doute sur les projets d'insurrection du parti montagnard.
Boyer-Fonfrède donna lecture de ces pièces à la Convention le 18 avril
(_Archives parlementaires_, t. LXII). Desfieux avait obtenu du ministre
des Affaires étrangères Lebrun, qui déjà l'avait envoyé en mission
auprès de Dumouriez, une subvention de 4 000 livres pour payer les
frais du courrier extraordinaire envoyé dans le Midi. Il dut en
convenir lors de son procès au tribunal révolutionnaire. Les jacobins
clairvoyants s'étonnèrent que Lebrun, dont les sympathies girondines
étaient notoires, ait accordé une telle subvention à Desfieux qui ne
cessait de dénoncer les girondins à la tribune du club et qui avait été
un des principaux organisateurs du mouvement du 10 mars. Ils
soupçonnèrent que Desfieux était de mèche avec les girondins et que
l'arrestation du courrier envoyé à Bordeaux et à Toulouse était un coup
monté. (Voir la déposition de Dufourny au procès d'Hébert). Ces
soupçons prenaient une grande vraisemblance de l'attitude équivoque de
Desfieux, qu'une pièce de l'armoire de fer (pièce 201) montrait comme
un agent de la Cour en mars 1791, et dont le rôle dans la trahison de
Dumouriez paraissait très louche. Desfieux avait d'ailleurs une fort
mauvaise réputation. Il était intéressé avec Chabot au tripot de la
Sainte-Amaranthe au Palais-Royal, et il fut accusé, lors de son procès,
de percevoir dans ce tripot le dixième du produit du jeu, de part à
demi avec Chabot. Quand celui-ci fut arrêté, un des premiers soins de
Robespierre fut de faire mettre Desfieux sous les verroux. Comparez
avec le texte de Robespierre le rapport de Saint-Just (p. 15):
"Desfieux fit arrêter ses propres courriers à Bordeaux, ce qui donna
lieu à Gensonné de dénoncer la Montagne et à Guadet de déclamer contre
Paris."

(136) "Desfieux déposa depuis en faveur de Brissot au tribunal
révolutionnaire" (Saint-Just, p. 15). Desfieux déposa, le 8 brumaire,
au procès des girondins. Le texte de sa déposition, telle qu'elle est
transcrite au Moniteur, est hostile à Brissot. Mais il est possible que
les passages favorables à celui-ci aient été supprimés. Un dialogue
s'engagea entre Desfieux et Brissot au cours de la déposition du
premier. Brissot contesta certains faits et Desfieux ne lui répondit
pas.

(137) Voir mon étude: Fabre d'Eglantine inventeur de la Conspiration de
l'Etranger, dans les Annales révolutionnaires, 19x6, t. VIII, p.
311-335.

(138) L'agent de change Boucher déposa, le 4 frimaire, devant
l'administration de police de la commune de Paris, que Proli déjeunait
assez souvent chez lui avec Fabre d'Eglantine, Richer-Sérizy,
Bentabole, etc. (Archives nationales, W 76).

(139) La déclaration de Fabre d'Eglantine, faite le 28 brumaire au
Comité de Sûreté générale, ligure dans le recueil intitulé _Pièces
trouvées dans les papiers de Robespierre, imprimées en exécution du
décret du 3 vendémiaire an III_, p. 81-84. Voir mon livra sur
_L'affaire de la Compagnie des Indes_.

(140) "Fabre professoit alors [pendant le ministère de Danton]
hautement le fédéralisme et disoit qu'on diviseroit la France en quatre
parties" (Saint-Just, p. 12). Je n'ai pas retrouvé le document où Fabre
aurait exprimé l'opinion qui lui est reprochée par Robespierre et par
Saint-Just.

(141) Mot barré: chef (France). Robespierre est revenu sur Proli dans
son rapport sur la conspiration de l'étranger, publié dans les pièces
trouvées chez lui en l'an III.

(142) Voir notre étude: Hérault de Séchelles était-il dantoniste? dans
notre livre _La Conspiration de l'Etranger_.

(143) Mots barrés: il a été en relations avec tous les conspirateurs
(France).

(144) Mots barrés: espions des cours (France).

(145) Au tribunal révolutionnaire, Hérault reconnut qu'il avait
correspondu, en 1792, avec un prêtre réfractaire; mais il prétendit
qu'il lui avait donné de bons conseils: "Je lui conseillois de se
conformer aux lois et de ne point se plaindre de l'espèce d'anarchie
dans laquelle nous vivions..." (_Bulletin du tribunal_, 4e partie, n°
23.)

(146) Il s'agit d'une lettre de Henin, notre chargé d'affaires à
Constantinople, qui transmit au Comité de Salut public, le 11 novembre
1793, une communication écrite qu'il avait reçue de l'ambassadeur
d'Espagne à Venise Las Cazas, contenant des révélations sur les séances
du Comité de Salut public. Voir à ce sujet mon article: L'histoire
secrète du Comité de Salut public, dans la _Revue des questions
historiques_ de janvier 1914. Barère déclare dans ses mémoires (t. II,
p. 159-165) que Hérault avait fait porter chez lui une grande quantité
de papiers diplomatiques qu'il aurait confiés à Proli, son ami.
Comparez avec le texte de Robespierre le rapport de Saint-Just, p. 20:
"Alors Hérault, qui s'étoit placé à la tête des affaires diplomatiques,
mit tout en usage pour éventer les projets du gouvernement. Par lui les
délibérations les plus secrètes du Comité sur les affaires étrangères
étoient communiquées aux gouvernements ennemis."

(147) Pons de Boutier de Catus fut arrêté, le 25 ventôse an II, dans la
maison de Hérault, par le Comité de surveillance de la section Le
Peletier (Arch. nat. F7 4635). Hérault et Simond allèrent le réclamer.
Déjà Hérault était allé réclamer Proli à la même section, quand elle
l'avait mis en arrestation le 12 octobre 1793. Voir les lettres de
l'administrateur de police Blandier, en date de ce jour (Arch. nat. F7
4574 83).

(147) Simond avait accompagné Hérault de Séchelles dans sa mission du
Mont-Blanc. Il était lié, comme Hérault lui-même, avec le parti
hébertiste. Du Mont-Blanc, il avait ramené une des soeurs de
Bellegarde, dont l'autre, femme d'un colonel au service de la
Sardaigne, était la maîtresse d'Hérault.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *      *



[Transcriber's notes: Maximilien Robespierre (1758-1794), _Discours
couronné par la Société royale des arts et sciences de Metz, sur les
questions suivantes, proposées pour sujet du prix de l'année 1784:
1° Quelle est l'origine de l'opinion qui étend, sur tous les individus
d'une même famille, une partie de la honte attachée aux peines
infamantes que subit un coupable? 2° Cette opinion est-elle plus
nuisible qu'utile? 3° Dans le cas où l'on se déciderait pour
l'affirmative, quels seraient les moyens de parer aux inconvénients
qui en résultent?_

Texte du discours imprimé

Transcrit en français moderne]



DISCOURS

COURONNE

PAR LA SOCIETE ROYALE

DES ARTS ET DES SCIENCES DE METZ,



_Sur les Questions suivantes, proposées pour sujet du Prix de l'année
1784_.

1°. Quelle est l'origine de l'opinion, qui étend sur tous les individus
d'une même famille, une partie de la honte attachée aux peines
infâmantes que subit un coupable?

2°. Cette opinion est-elle plus nuisible qu'utile?

3°. Dans le cas où l'on se déciderait pour l'affirmative, quels
seraient les moyens de parer aux inconvénients qui en résultent?


_Par M. DE ROBESPIERRE, Avoc. en Parlement_.



Quod genus hoc Hominum? Quaeve hunc tam barbara morem

Permittit Patria?

VIRG. AEn.



A AMSTERDAM,

_ET se trouve A PARIS_,

Chez J. G. MERIGOT, jeune, Libraire, quai des Augustins.


M. DCC. LXXXV.



DISCOURS

COURONNE

PAR LA SOCIETE ROYALE

DES ARTS ET DES SCIENCES DE METZ,


Sur les Questions suivantes, proposées pour sujet du Prix de l'année
1784.

1°. _Quelle est l'origine de l'opinion, qui étend sur tous les
individus d'une même famille, une partie de la honte attachée aux
peines infâmantes que subit un coupable?_

2°. _Cette opinion est-elle plus nuisible qu'utile?_

3°. _Dans le cas où l'on se déciderait pour l'affirmative, quels
seraient les moyens de parer aux inconvénients qui en résultent?_



Messieurs,

C'est un sublime spectacle de voir les compagnies savantes, sans cesse
occupées d'objets utiles à l'intérêt public, inviter le génie, par
l'appât des plus flatteuses récompenses, à frapper sur les préjugés qui
troublent le bonheur de la société.

Cette opinion impérieuse, qui voue à l'infamie les parents des
malheureux qui ont encouru l'animadversion des lois, semblait avoir
échappé jusqu'ici à leur attention. Vous avez eu la gloire, Messieurs,
de diriger les premiers vers cet objet intéressant les travaux de ceux
qui aspirent aux couronnes académiques. Un sujet si grand a éveillé
l'attention du public; il a allumé parmi les gens de lettres une noble
émulation. Heureux ceux qui ont reçu de la nature le génie nécessaire
pour le traiter d'une manière qui réponde à son importance, et qui soit
digne de la Société célèbre qui l'a proposé! Je suis loin de trouver en
moi ces grandes ressources; mais je n'en ai pas moins osé vous
présenter mon tribut: c'est le désir d'être utile; c'est l'amour de
l'humanité qui vous l'offre; il ne saurait être tout à fait indigne de
vous.

PREMIERE PARTIE.

La première des trois questions que j'ai à discuter pourra paraître, au
premier coup d'oeil, offrir des difficultés insurmontables.

Comment découvrir l'origine d'une opinion qui remonte aux siècles les
plus reculés? Comment démêler les rapports imperceptibles par lesquels
un préjugé peut tenir à mille circonstances inconnues, à mille causes
impénétrables? S'engager dans une pareille discussion, n'est-ce pas
d'ailleurs s'exposer à rendre raison de ce qui n'est peut-être que
l'ouvrage du hasard? N'est-ce pas vouloir chercher des règles au
caprice et des motifs à la bizarrerie?

Telles sont les idées qui se présentèrent d'abord à mon esprit; mais
j'ai réfléchi qu'en proposant cette question, vous aviez jugé par là
même qu'elle n'était pas impossible à résoudre: votre autorité m'a
séduit, et j'ai osé entreprendre cette tâche.

II m'a semblé d'abord qu'une observation très simple me découvrait les
premières traces du préjugé dont je parle.

Quoique les bonnes et les mauvaises actions soient personnelles, j'ai
cru remarquer que les hommes étaient partout naturellement enclins à
étendre, en quelque sorte, le mérite ou les fautes d'un individu à ceux
qui lui sont unis par des liens étroits. Il semble que les sentiments
d'amour et d'admiration que la vertu nous inspire se répandent jusqu'à
un certain point sur tout ce qui tient à elle; tandis que le mépris et
l'indignation qui suivent le vice rejaillissent en partie sur ceux qui
ont quelques rapports avec lui.

Tous les jours, on dit de cet homme, qu'il est l'honneur de sa famille;
et de cet autre, qu'il en est la honte. On applique même cette idée à
des liaisons plus générales, et par conséquent plus faibles; on
intéresse quelquefois, pour ainsi dire, à la conduite d'un particulier
la gloire d'une nation. Que dis-je? celle de l'humanité entière.
N'appelle-t-on pas un Trajan, un Antonin, l'honneur de l'espèce
humaine? Ne dit-on pas d'un Néron, d'un Caligula qu'il en est
l'opprobre?

Ces manières de s'exprimer sont de toutes les langues, de tous les
temps et de tous les pays; elles annoncent un sentiment commun à tous
les peuples; et c'est dans cette disposition naturelle, que je trouve
le premier germe de l'opinion dont je cherche l'origine. Modifiée chez
les différents peuples par des circonstances différentes elle a acquis
plus ou moins d'empire; ici elle est restée dans les bornes que lui
prescrivaient la nature et la raison; là, elle a prévalu sur les
principes de la justice et de l'humanité; elle a enfanté ce préjugé
terrible, qui flétrit une famille entière pour le crime d'un seul, et
ravit l'honneur à l'innocence même.

Vouloir expliquer en détail toutes les raisons particulières qui
auraient pu influer sur ses progrès, ce serait un projet aussi immense
que chimérique; je me bornerai dans cette recherche à l'examen des
causes générales.

La plus puissante de toutes me parait être la nature du gouvernement.

Dans les Etats despotiques, la loi n'est autre chose que la volonté du
Prince; les peines et les récompenses semblent être plutôt les signes
de sa colère ou de sa bienveillance que les suites du crime ou de la
vertu. Lorsqu'il punit, sa justice même ressemble toujours à la
violence et à l'oppression.

Ce n'est point la loi, inexorable, incorruptible; mais sage, juste,
équitable, qui procède au jugement des accusés avec l'appareil de ces
formes salutaires qui attestent son respect pour l'honneur et pour la
vie des hommes, qui ne dévoue un citoyen au supplice que lorsqu'elle y
est forcée par l'évidence des preuves, mais qui par cette raison même
imprime à celui qu'elle condamne une flétrissure ineffaçable.

C'est un pouvoir irrésistible, qui frappe sans discernement et sans
règle; c'est la foudre qui tombe, brise, écrase tout ce qu'elle
rencontre; dans un pareil gouvernement, la honte attachée au supplice
est trop faible pour rejaillir jusque sur la famille de celui qui l'a
subi.

D'ailleurs ce préjugé suppose des idées d'honneur poussées jusqu'au
raffinement. Mais qu'est-ce que l'honneur dans les Etats despotiques?
On sait qu'il est tellement inconnu dans ces contrées, que dans
quelques-unes, en Perse par exemple, la langue n'a pas même de mot pour
exprimer cette idée. Eh! comment des âmes dégradées par l'esclavage
pourraient-elles outrer la délicatesse en ce genre? Au reste, ces
raisonnements sont assez justifiés par l'expérience, puisque non
seulement en Perse, mais en Turquie, à la Chine, au Japon et chez les
autres peuples soumis au despotisme, on ne trouve aucune trace de
l'opinion dont il s'agit ici.

Ce n'est pas non plus dans les véritables républiques qu'elle exercera
sa tyrannie.

Là l'état d'un citoyen est un objet trop important, pour être abandonné
à la discrétion d'autrui. Chaque particulier ayant part au
gouvernement, étant membre de la souveraineté, il ne peut être
dépouillé de cette auguste prérogative par la faute d'un autre; et,
tant qu'il la conserve, l'intérêt et la dignité de l'Etat ne souffrent
pas qu'il soit flétri si légèrement par les préjugés. La liberté
républicaine se révolterait contre ce despotisme de l'opinion; loin de
permettre à l'honneur de sacrifier à ses fantaisies les droits des
citoyens, elle l'oblige de les soumettre à la force des lois et à
l'influence des moeurs qui les protègent.

D'ailleurs chez des peuples où la carrière de la gloire et des dignités
est toujours ouverte aux talents, la facilité de faire oublier des
crimes qui nous sont étrangers, par des actions éclatantes qui nous
sont propres, ne laisse point lieu au genre de flétrissure dont je
parle; l'habitude de voir des hommes illustres dans les parents d'un
coupable suffirait seule pour anéantir ce préjugé.

On pourrait ajouter une autre raison, qui tient au principe fondamental
de l'espèce de gouvernement dont je parle. Le ressort essentiel des
républiques est la vertu, comme l'a prouvé l'auteur de l'Esprit des
Lois, c'est-à-dire la vertu politique, qui n'est autre chose que
l'amour des lois et de la patrie; leur constitution même exige que tous
les intérêts particuliers, toutes les liaisons personnelles, cèdent
sans cesse au bien général. Chaque citoyen faisant partie de la
souveraineté, comme je l'ai déjà dit, il est obligé à ce titre de
veiller à la sûreté de la patrie, dont les droits sont remis entre ses
mains: il ne doit pas épargner même le coupable le plus cher, quand le
salut de la république demande sa punition. Mais comment pourrait-il
observer ce pénible devoir, si le déshonneur devait être le prix de sa
fidélité à le remplir? Soumettez Brutus à cette terrible épreuve,
croyez-vous qu'il aura le triste courage de cimenter la liberté romaine
par le sang de deux fils criminels? Non: une grande âme peut immoler à
l'Etat la fortune, la vie, la nature même, mais jamais l'honneur.

Ici j'ai encore l'avantage de voir que mon système n'est point démenti
par les faits. Un coup d'oeil jeté sur l'histoire des anciennes
républiques suffit pour me convaincre que le préjugé dont je parle en
était banni.

A Rome, par exemple, le décemvir _Appius Claudius_, convaincu d'avoir
opprimé la liberté publique, souillé du sang innocent de Virginie,
meurt dans la prison d'où il allait sortir pour subir la peine due à
tant de forfaits. La famille de _Claudius_ fut-elle déshonorée? Non:
immédiatement après sa mort, je vois _Caïus Claudius_ son oncle briller
encore aux premiers rangs des citoyens, soutenir avec hauteur les
prérogatives du Sénat, s'élever contre les entreprises des Tribuns avec
cette fierté héréditaire que ses ancêtres avoient toujours déployée
dans les affaires publiques. Ce qui me paraît surtout caractériser
l'esprit de la nation relativement à l'objet dont il est ici question,
c'est que dans les discours que les historiens de la république prêtent
à _Claudius_ dans ces occasions, ce Romain ne craint pas de rappeler au
peuple le souvenir de ces mêmes décemvirs dont son neveu avait été le
chef. Il y a plus; je vois le fils même de cet _Appius_ gouverner, en
qualité de tribun militaire, la république dont son père avait été
l'oppresseur et la victime.

La punition des autres décemvirs ne ferma pas non plus le chemin des
honneurs à leurs familles. A peine le peuple a-t-il condamné
_Duillius_, qu'il choisit pour tribun un citoyen de son sang et de son
nom. Les jugements qui flétrirent _Fabius Vibulanus_, _Marcus
Cervilius_ et _M. Cornelius_ ne précèdent que de quelques années
l'élévation de leurs proches au tribunal militaire et au consulat.

_M. Manlius_ accusé d'avoir conspiré contre la république est condamné
à être précipité du haut de la roche Tarpéienne: quatorze ou quinze ans
après son supplice, les Romains défèrent à _Publius Manlius_, l'un de
ses descendants, avec le titre de dictateur, la puissance la plus
absolue à laquelle un citoyen puisse aspirer.

Je ne finirais pas si je voulais épuiser tous les exemples de ce genre
que l'histoire me présente. Je me contenterai de rappeler encore ici
celui d'une nation voisine dont les moeurs sont une nouvelle preuve de
mon système: tout le monde sait que l'Angleterre, qui, malgré le nom de
monarchie, n'en est pas moins une véritable république, a secoué le
joug de l'opinion qui fait l'objet de nos recherches.

Quels sont donc les lieux où elle domine? Ce sont les monarchies: c'est
là que secondée par la nature du gouvernement, soutenue par les moeurs,
nourrie par l'esprit général, elle semble établir son empire sur une
base inébranlable.

L'honneur, comme on l'a souvent remarqué, l'honneur est l'âme du
gouvernement monarchique; non pas cet honneur philosophique, qui n'est
autre chose que le sentiment exquis qu'une âme noble et pure a de sa
propre dignité, qui a la raison pour base et se confond avec le devoir,
qui existerait même loin des regards des hommes sans autre témoin que
le Ciel et sans autre juge que la conscience; mais cet honneur
politique dont la nature est d'aspirer aux préférences et aux
distinctions, qui fait que l'on ne se contente pas d'être estimable,
mais que l'on veut surtout être estimé, plus jaloux de mettre dans sa
conduite de la grandeur que de la justice, de l'éclat et de la dignité
que [de] la raison; cet honneur qui tient plus à la vanité qu'à la
vertu, mais qui, dans l'ordre politique, supplée à la vertu même,
puisque, par le plus simple de tous les ressorts, il force les citoyens
à marcher vers le bien public lorsqu'ils ne pensent aller qu'au but de
leurs passions particulières; cet honneur enfin souvent aussi bizarre
dans ses lois que grand dans ses effets; qui produit tant de sentiments
sublimes et tant d'absurdes préjugés, tant de traits héroïques et tant
d'actions extravagantes; qui se pique ordinairement de respecter les
lois, et quelquefois aussi se fait un devoir de les enfreindre; qui
prescrit impérieusement l'obéissance aux volontés du Prince; et
cependant permet de refuser ses services, à quiconque se croit blessé
par une injuste préférence; qui ordonne en même temps de traiter avec
générosité les ennemis de la patrie, et de laver un affront dans le
sang du citoyen.

Ne cherchons point ailleurs que dans ce sentiment, tel que nous venons
de le peindre, la source du préjugé dont il est ici question. Si l'on
considère la nature de cet honneur, fertile en caprices, toujours porté
à une excessive délicatesse, appréciant les choses par leur éclat
plutôt que par leur valeur intrinsèque, les hommes par des accessoires,
par des titres qui leur sont étrangers, plutôt que par leurs qualités
personnelles, on concevra facilement comment il a pu livrer au mépris
ceux qui tiennent à un scélérat flétri par la société.

Il pouvait établir ce préjugé d'autant plus aisément, qu'il était
encore favorisé par d'autres circonstances relatives à la nature du
gouvernement dont je parle. L'Etat monarchique exige nécessairement des
prééminences, des distinctions de rangs; surtout un corps de noblesse,
regardé comme essentiel à sa constitution, suivant ce principe, que
_Bacon_ a développé avant _Montesquieu_: sans nobles point de monarque;
sans monarque, point de nobles. Dans ce gouvernement, l'opinion
publique attache nécessairement un prix infini à l'avantage de la
naissance; mais cette habitude même de faire dépendre l'estime que l'on
accorde à un citoyen de l'ancienneté de son origine, de l'illustration
de sa famille, de la grandeur de ses alliances, a déjà des rapports
assez sensibles avec le préjugé dont il est question. La même tournure
d'esprit qui fait que l'on respecte un homme parce qu'il est né d'un
père noble, qu'on le dédaigne parce qu'il sort de parents obscurs,
conduit naturellement à le mépriser lorsqu'il a reçu le jour d'un homme
flétri, ou qu'il l'a donné à un scélérat.

Combien d'autres circonstances particulières ont pu augmenter
l'influence de ces causes générales dans les monarchies modernes, et
surtout en France!

Les anciennes lois françaises ne punissaient les crimes des nobles que
par la perte de leurs privilèges; les peines afflictives étaient
réservées pour le roturier ou vilain; dans la suite le clergé fut aussi
affranchi par ses prérogatives de cette dernière espèce de punitions.

Quel obstacle pouvait trouver alors le préjugé qui déshonorait les
familles de ceux qui étaient condamnés au supplice? il ne s'attachait
qu'à cette partie de la nation, avilie pendant tant de siècles par la
plus dure et la plus honteuse servitude.

S'il eût attaqué les deux corps qui dominaient dans l'Etat, s'il eût
mis en danger l'honneur des seuls citoyens dont les droits parussent
alors dignes d'être respectés, il est probable qu'il aurait été bientôt
anéanti

Nous avons d'autant plus de raison de le croire, qu'il n'a jamais pu
étendre son empire jusqu'aux grandes maisons du royaume. Aujourd'hui
que les nobles ont été soumis aux punitions corporelles, la famille
d'un illustre coupable échappe encore au déshonneur. Tandis que le
gibet flétrit pour jamais les parents du roturier, le fer qui abat la
tête d'un Grand n'imprime aucune tache à sa postérité.

Mais par la raison contraire, cette opinion cruelle s'est établie sans
peine dans des temps de barbarie où elle frappait à loisir sur un
peuple esclave, si méprisable aux yeux de ce clergé puissant et de
cette superbe noblesse qui l'opprimaient.

Je ne dirai plus qu'un mot sur ce sujet, pour observer que ce même
préjugé pouvait être encore fortifié par une coutume bizarre, qui régna
longtemps chez la plupart des nations de l'Europe: je parle du combat
judiciaire.

Lorsque cette absurde institution décidait de toutes les affaires
civiles et criminelles, les parents de l'accusé étaient souvent obligés
de devenir eux-mêmes parties dans le procès d'où dépendait son sort.
Lorsque sa faiblesse, ses infirmités, son sexe surtout ne lui
permettaient pas de prouver son innocence l'épée à la main, ses proches
embrassaient sa querelle et combattaient à sa place. Le procès devenait
donc en quelque sorte pour eux une affaire personnelle, la punition de
l'accusé était la suite de leur défaite; et dès lors il était moins
étonnant qu'ils en partageassent la honte, surtout chez des peuples qui
ne connaissaient d'autre mérite que les qualités guerrières.

SECONDE PARTIE.

Après avoir cherché l'origine du préjugé qui fait l'objet de nos
réflexions, j'ai à discuter une seconde question peut-être plus
intéressante encore: ce préjugé est-il plus nuisible qu'utile?

J'avoue que je n'ai jamais pu concevoir comment les sentiments
pouvaient être partagés sur un point que la raison et l'humanité
décident si clairement. Aussi quand j'ai vu une société savante aussi
distinguée proposer cette question, je n'ai jamais cru que son
intention fût d'offrir un problème à résoudre; mais seulement une
erreur funeste à combattre, un usage barbare à détruire, une des plaies
de la société à guérir.

D'abord, qu'une opinion, dont l'effet est de faire porter à l'innocence
ce que la peine du crime a de plus accablant, soit injuste, c'est une
vérité, ce me semble, qui n'a pas besoin de preuve: mais ce point
résolu, la question est décidée; si elle est injuste, elle n'est donc
pas utile? De toutes les maximes de la morale, la plus profonde, la
plus sublime peut-être, et en même temps la plus certaine, est celle
qui dit: que rien n'est utile, que ce qui est honnête.

Les lois de l'Etre suprême n'ont pas besoin d'autre sanction que des
suites naturelles qu'il a lui-même attachées à la fidélité qui les
respecte ou à l'audace qui les enfreint: la vertu produit le bonheur,
comme le soleil produit la lumière; tandis que le malheur sort du
crime, comme l'insecte impur naît du sein de la corruption.

Le jour est arrivé où _César_ saisit enfin le prix de ses travaux, de
ses victoires et de ses forfaits; il triomphe, il règne, il est assis
fur le trône de l'univers. César est-il heureux? Non. Il échapperait en
vain au fer de ses ennemis qui vont l'immoler à la liberté; la peine
qui le poursuit ne l'atteindrait pas moins sûrement: il ne vivrait que
pour apprendre tous les jours par de terribles leçons, que ce qui n'est
point honnête ne saurait être juste.

Cette maxime vraie en morale ne l'est pas moins en politique: les
hommes isolés et les hommes réunis en corps de nations sont également
soumis à celte loi. La prospérité des Etats repose nécessairement sur
la base immuable de l'ordre, de la justice et de la sagesse: toute loi
injuste, toute institution cruelle qui offense le droit naturel,
contrarie ouvertement leur but, qui est la conservation des droits de
l'homme, le bonheur et la tranquillité des citoyens.

Si les politiques paraissent avoir souvent méconnu ces principes, c'est
qu'en général les politiques ont beaucoup de mépris pour la morale;
c'est que la force, la témérité, l'ignorance et l'ambition ont trop
souvent gouverné la terre.

Au reste, si j'avais eu à démontrer la vérité de la maxime que j'ai
exposée par un exemple frappant, j'aurais choisi précisément celui que
me fournit le préjugé dont il est ici question.

Mais ici j'entends des voix s'élever en sa faveur; je crois rencontrer
dès le premier pas un sophisme accrédité, qui lui a donné un assez
grand nombre de partisans. Il est, dit-on, salutaire à la société; il
prévient une infinité de crimes; il force les parents à veiller sur la
conduite des parents; il rend les familles garantes des membres qui les
composent.

Des citoyens garants des crimes d'un autre citoyen! Eh! c'est
précisément ce monstre de l'ordre social que j'attaque. C'est par des
lois sages, c'est par le maintien des moeurs, plus puissantes que les
lois, qu'il faut arrêter le crime; et non par des usages atroces,
toujours plus funestes à la société que les délits mêmes qu'ils
pourraient prévenir.

A la Chine on a imaginé un moyen frappant d'établir cette espèce de
garantie dont on nous vante les avantages. Là, les lois condamnent à
mort les pères dont les enfants ont commis un crime capital. Que
n'adoptons-nous cette loi? Cette idée nous fait frémir... et nous
l'avons réalisée. Ne nous prévalons pas de la circonstance que nous
n'avons pas été jusqu'à ôter la vie aux parents du coupable: nous avons
fait plus, même dans nos propres principes, puisque nous rougirions de
mettre la vie même en concurrence avec l'honneur.

Mais, après tout, ce préjugé nous donne t-il en effet le dédommagement
qu'on nous promet? Comment diminue-t-il le nombre des crimes? Est-ce de
la part de ceux qui sont capables de les commettre? Je n'ai pas l'idée
d'un homme assez scélérat pour fouler aux pieds les lois les plus
sacrées, et cependant assez sensible, assez généreux, assez délicat,
pour craindre d'imprimer à sa famille le déshonneur qu'il ne redoute
pas pour lui-même.

Le préjugé produira-t-il plus d'effet de la part des parents? Rendra
t-il le père plus attentif à l'éducation de ses enfants? Quand son
esprit pourrait se fixer sur les horribles images qu'il lui
présenterait, quand la tendresse paternelle, toujours si prompte à se
flatter, pourrait penser sérieusement qu'elle caresse peut-être des
monstres capables de mériter un jour toute la sévérité des lois, cet
affreux mobile serait au moins superflu; car il n'est pas un seul père
qui ne se propose quelque chose de plus que d'empêcher que ses enfants
n'expirent un jour sur un échafaud.

Peut-être m'objectera-t-on que ce motif peut engager les parents à
réclamer le secours de l'autorité contre des enfants pervers qui les
menacent d'un déshonneur prochain.

Mais, outre que la dernière classe des citoyens n'a pas les ressources
nécessaires pour se procurer ce remède violent, quand un père se
détermine-il à en faire usage? Lorsque le mal est devenu incurable;
lorsque la corruption de son fils est parvenue à sa dernière période;
lorsque des écarts multipliés qu'il connaît souvent le dernier, et qui
ont déjà mérité l'animadversion de la justice, le force à des démarches
humiliantes, qui laissent toujours une tache sur l'objet de sa
tendresse.

Et souvent, à peine l'aura-t-il privé de la liberté dont il abuse, que
séduit par l'espoir d'un changement dont lui seul peut se flatter, il
obtiendra la révocation de l'ordre fatal qu'il aura sollicité; le
coupable, dont les inclinations funestes auront été fortifiées encore
par la compagnie des hommes vicieux, que la même punition aura
rassemblés dans sa prison, ou par la solitude, non moins dangereuse
pour les âmes perverses que le commerce des méchants, rentrera dans le
sein de la société, où il rapportera de funestes dispositions à tous
les crimes qui peuvent la troubler.

Voilà donc les avantages que nous procure ce préjugé; c'était bien la
peine d'être injustes et barbares.

Mais d'ailleurs pour avoir au moins un prétexte de rendre le père
responsable à ce point des actions de ses enfants, il faudrait au moins
lui laisser tous les moyens nécessaires pour les diriger.

Les _Chinois_ sont en cela plus conséquents que nous: leurs lois leur
donnent un pouvoir sans bornes sur leur famille; elles punissent,
dit-on, de n'en avoir pas usé. Mais nous qui avons presque entièrement
soustrait à l'autorité paternelle la personne et les biens des enfants,
nous qui fixons à un âge si peu avancé le terme de leur indépendance,
comment imputerions-nous aux pères tant de fautes qu'ils ne peuvent
empêcher? Ah! si nous voulons exercer envers eux cette rigueur,
rendons-leur du moins toutes leurs prérogatives; rétablissons ce
tribunal domestique que les anciens peuples regardaient avec raison
comme la sauvegarde des moeurs... ou plutôt cette institution nous
prouverait bientôt que pour mettre un frein au crime, il n'est pas
nécessaire d'opprimer l'innocence et d'outrager l'humanité.

Mais enfin, quand nous pourrions pallier par ce frivole prétexte notre
injustice envers des pères, comment la justifierons-nous à l'égard des
autres parents du coupable? Quelle autorité le frère a-t-il pour
corriger le frère? Quelle puissance le fils exerce-t-il sur son père?
Et la tendre, la timide, la vertueuse épouse, est-elle criminelle pour
n'avoir pas réprimé les excès du maître auquel la loi l'a soumise? De
quel droit portons-nous le désespoir dans son coeur abattu? De quel
droit la forçons-nous à cacher, comme un douloureux témoignage de sa
honte, les pleurs mêmes que lui arrache l'excès de son infortune?

J'ai cherché vainement de quelle apparence d'utilité on pouvait colorer
l'injustice du préjugé que je combats; mais je suis moins embarrassé à
découvrir les maux innombrables qu'il traîne après lui.

Pour bien les apprécier, il faudrait pouvoir suspendre un moment
l'impression de l'habitude qui nous l'a rendu trop familier, et le
considérer en quelque sorte dans un point de vue plus éloigné.

Je suppose donc qu'un habitant de quelque contrée lointaine, où nos
usages sont inconnus, après avoir voyagé parmi nous, retourne vers ses
compatriotes et leur tienne ce discours:

"J'ai vu des pays où règne une coutume singulière: toutes les fois
qu'un criminel est condamné au supplice, il faut que plusieurs autres
citoyens soient déshonorés. Ce n'est pas qu'on leur reproche aucune
faute; ils peuvent être justes, bienfaisants, généreux; ils peuvent
posséder mille talents et mille vertus; mais ils n'en sont pas moins
des gens infâmes.

"Avec l'innocence, ils ont encore les droits les plus touchants à la
commisération de leurs concitoyens. C'est, par exemple, une famille
désolée, à qui l'on arrache son chef et son appui, pour le traîner à
l'échafaud: on juge qu'elle serait trop heureuse si elle n'avait que ce
malheur à pleurer; on la dévoue elle-même à un opprobre éternel.

"Les infortunés! avec toute la sensibilité d'une âme honnête, ils sont
réduits à porter tout le poids de cette peine horrible, que le scélérat
peut seul soutenir. Ils n'osent plus lever les yeux, de peur de lire le
mépris sur le visage de tous ceux qui les environnent; tous les états
les dédaignent; tous les corps les repoussent; toutes les familles
craignent de se souiller par leur alliance; la société entière les
abandonne et les laisse dans une solitude affreuse; la bienfaisance
même qui les soulage se défend à peine du sentiment superbe et cruel
qui les outrage; l'amitié... j'oubliais que l'amitié ne peut plus
exister pour eux. Enfin leur situation est si terrible qu'elle fait
pitié à ceux mêmes qui en sont les auteurs; on les plaint du mépris que
l'on se sent pour eux, et on continue de les flétrir; on plonge le
couteau dans le coeur de ces victimes innocentes, mais ce n'est pas
sans être un peu ému de leurs cris."

A cet étonnant mais fidèle récit, que diraient les peuples dont je
parle? Ne croiraient-ils pas d'abord qu'un tel préjugé ne peut régner
que dans quelque contrée sauvage? On aurait beau ajouter que les
peuples qui l'ont adopté sont, d'ailleurs, justes, humains, éclairés;
qu'ils ont des moeurs polies, des lois sages, des institutions
sublimes; qu'ils savent mieux qu'aucun autre connaître les principes du
bonheur social et respecter les droits de l'humanité; qu'ils ont porté
les arts et les sciences à un degré de perfection inconnu au reste de
l'univers. Ils ne voudraient jamais croire à ces inconcevables
contradictions; ignorant tous les avantages qui nous dédommagent de ces
restes de l'ancienne barbarie, ils nous regarderaient peut-être comme
les plus malheureux des hommes; ils s'applaudiraient de ne pas vivre
dans des pays où l'innocence n'est point en sûreté, où les citoyens
sont sans cesse exposés au danger affreux de perdre le plus précieux de
tous les biens par des événements qui leur sont étrangers.

Tel est le premier inconvénient attaché à cet absurde préjugé; il est
fait pour nous effrayer. Nous regardons tout ce qui porte atteinte à la
stabilité de nos propriétés comme un coup funeste qui ébranle les
fondements du bonheur public; quelle idée nous formerons-nous donc d'un
préjugé qui soumet aux caprices du hasard l'honneur même, sans lequel
tous les autres biens sont sans prix et la vie n'est qu'un supplice?

Nous répétons tous les jours cette maxime équitable, qu'il vaut mieux
épargner mille coupables que de sacrifier un seul innocent: et nous ne
punissons pas un coupable, sans perdre plusieurs innocents!

La punition d'un scélérat, disons-nous, n'est qu'un exemple pour
d'autres scélérats; mais le supplice d'un homme de bien est l'effroi de
la société entière; et tous les jours nous donnons à la société ce
spectacle horrible, qui doit porter la terreur dans l'âme de chacun de
nous, puisque rien ne nous garantit que nous n'en serons jamais les
déplorables objets et qu'oppresseurs aujourd'hui, nous pouvons demain
être opprimés à notre tour.

Et quel tort pense-t-on que cause à l'Etat la flétrissure imprimée à
tant de citoyens!

Les législateurs éclairés se sont toujours montrés avares du sang même
le plus vil, lorsqu'ils ont pu le conserver à la patrie; ils n'ont pas
voulu lui ôter les moindres avantages qu'elle pouvait tirer de la
punition des criminels, qu'ils n'ont pas cru devoir condamner à la
mort. De là les peines qui attachent aux travaux publics les auteurs de
certains délits. Nos lois mêmes ont adopté ces principes; et nos
préjugés les blessent ouvertement en rendant inutiles à l'Etat tous les
citoyens irréprochables qui tiennent à un coupable.

Si, au lieu de leur imputer les fautes de leur parent, on leur faisait
un mérite de ne pas lui ressembler, la condamnation de ce dernier
serait pour eux un aiguillon puissant qui les forcerait à la faire
oublier par leurs qualités personnelles; mais nos préjugés privent à
jamais la société des services qu'ils pouvaient lui rendre. En leur
ôtant l'honneur, ils les anéantissent, ils les frappent d'une espèce de
mort civile non moins funeste que celle que la loi donne aux coupables
qu'elle condamne.

Plût au Ciel encore qu'ils ne fussent qu'inutiles et qu'ils ne
devinssent jamais dangereux!

L'opprobre avilit les âmes; celui que l'on condamne au mépris est forcé
à devenir méprisable. De quel sentiment noble, de quelle action
généreuse sera capable celui qui ne peut plus prétendre à l'estime de
ses semblables? Privé sans retour des avantages attachés à la vertu, il
faudra qu'il cherche un dédommagement dans les jouissances du vice.

Si la honte lui a laissé quelque ressort, craignons-le encore
davantage. Craignons son énergie même qui va se tourner en haine et en
désespoir... Je ne pense pas sens frémir aux mouvements terribles qui
doivent agiter une âme forte dans cette inconcevable situation: je
crois voir une de ces familles que le préjugé a précipitées à ce
dernier degré des misères humaines.

C'étaient des hommes pleins de talents et d'honneur: enflammés par une
noble ambition, encouragés par l'estime publique, ils marchaient à
grands pas vers la gloire et vers la fortune... Tout a changé: un
moment de délire a égaré quelqu'un de leurs proches, et les lois l'ont
puni. Accablés de ce coup horrible, ils sont demeurés longtemps
ensevelis dans un stupide abattement. Enfin il" ont levé les yeux en
tremblant vers leurs concitoyens; leur faible voix n'a osé se faire
entendre; mais un regard où la crainte se peignait avec la douleur a
imploré pour eux la protection de ceux qui les environnaient... mais le
terrible préjugé leur a défendu d'écouter la pitié; tous ont détourné
les yeux, et les ont voués pour jamais à l'abandon, à la misère, à
l'infamie... Que faites-vous, citoyens insensés? Comment osez-vous
ravir à ces infortunés l'honneur et l'espérance, si vous ne pouvez leur
arracher en même temps ce courage et cette ardente sensibilité que leur
donna la nature? Que feront-ils désormais de ces âmes fières et actives
dont ils portent tout le poids? Vous ne voulez plus qu'ils les exercent
pour la gloire, pour la vertu, pour la patrie; à quoi les
emploieront-ils donc? Au crime et à la vengeance. Tous les biens qui
peuvent flatter le coeur de l'homme et occuper son activité, se sons
tout-à-coup éclipsés pour eux; l'amitié, l'amour, la bienfaisance,
toutes ces affections douces qui consolent et qui élèvent l'âme, leur
sont désormais interdites; s'ils jettent les yeux autour d'eux, ils ne
voient plus que des oppresseurs; s'ils rentrent au-dedans d'eux- mêmes,
ils n'y trouvent que le sentiment amer de l'injustice atroce dont ils
sont les victimes; leur âme sans cesse irritée par cet excès de
barbarie, ne peut plus enfanter que des idées sinistres et des projets
cruels... Ah! que dans cet état affreux, un nouveau _Catilina_ ne
vienne point les inviter à conspirer avec lui pour la ruine d'une
odieuse patrie! je crains bien qu'il ne les trouve trop disposés à
surpasser ses fureurs. Dans une telle situation, les mêmes qualités qui
devaient être une source de grandes actions, doivent nécessairement les
conduire aux grands crimes. Pour combler tant d'horreurs, il ne
manquerait plus que de les voir un jour, ces malheureux, expirer
eux-mêmes sous le glaive de la justice. O citoyens! vous la verrez tôt
ou tard cette sanglante catastrophe; après avoir puni en eux des crimes
dont ils n'étaient point coupables, vous punirez ceux auxquels vous les
aurez vous-mêmes forcés; vous les condamnerez à mourir sur ce même
échafaud, encore teint du sang de ce parent coupable, dont leurs vertus
auraient pu surpasser les forfaits. Que dis-je; vous y volerez
peut-être en foule pour satisfaire une curiosité barbare; et qu'y
verrez-vous? Un spectacle fait pour vous instruire sans doute, le
triomphe de votre injustice et de votre folie, l'exemple le plus
terrible des horreurs que traîne après lui le plus atroce de tous les
préjugés.

Si nous considérons toute retendue des maux dont je viens de parler,
nous nous estimerons heureux toutes les fois que les parents des
coupables prendront le parti auquel ils ont assez souvent recours, de
fuir loin d'une injuste patrie, pour aller cacher leur honte dans des
contrées étrangères; et qu'ils ne feront point d'autre mal à l'Etat que
de porter aux nations rivales leur industrie, leurs talents, leurs
fortunes, avec la haine de la patrie qui les a persécutés.

Plus j'avance, et plus je découvre de nouvelles raisons de détester le
préjugé que j'attaque. Je le vois partout élever un signal de discorde
entre les citoyens; c'est par lui qu'une barrière insurmontable s'élève
tout à coup entre deux familles prêtes à s'unir par une étroite alliance;
c'est par lui que le dédain, le mépris, le deuil, le désespoir, succède
à l'estime, à l'amour, à la joie, à l'ivresse du bonheur; c'est lui qui,
arrachant l'un à l'autre des amants dont l'hymen allait combler les
voeux, ordonne à l'un de trahir sa foi, et condamne l'autre à
l'impuissance de remplir jamais un des devoirs les plus sacrés du
citoyen. C'est ce même préjugé qui allume tant de querelles funestes.
Ceux qu'il flétrit sont sans cesse exposés à des affronts, qu'ils ne
souffrent pas toujours patiemment. La cause de leurs malheurs est un
des textes d'injures les plus familiers à la haine, à l'insolence, à
la brutalité, au faux honneur. De là les discussions, les rixes et
surtout les duels. C'est ainsi que ce préjugé fournit un aliment
inépuisable à cette autre frénésie, non moins funeste ni moins barbare
que lui, et avec laquelle il est sans doute bien digne de s'allier.

Il produit encore un autre inconvénient, peut-être moins sensible, mais
non moins réel.

J'ai vu des enfants pervers s'apercevoir qu'ils tenaient dans leurs
mains la destinée de leurs parents, se prévaloir de cet odieux avantage
pour leur arracher d'injustes complaisances, les forcer à se relâcher
d'une sévérité nécessaire par la crainte de les pousser à des excès qui
auraient déshonoré leur famille; et faire ainsi du préjugé dont je
parle l'instrument de leurs passions et la sauvegarde de leur licence.
Je ne doute pas que ces exemples soient beaucoup plus communs qu'on ne
pense; ils ne demandent qu'un oeil attentif pour être aperçus.

Mais il est, Messieurs, un point de vue plus important, et digne de
fixer toute votre attention, sous lequel on peut considérer ce préjugé.

Dans toute société bien constituée, il est des tribunaux établis par
tes lois pour juger les crimes suivant des formes invariables, faites
pour servir de sauvegarde à l'innocence et de rempart à la liberté
civile, mais ces principes sacrés sur lesquels portent les premiers
fondements du bonheur public, le préjugé permet-il de les suivre avec
rigueur?

Un de ses premiers effets est de forcer les familles à solliciter sans
cesse des ordres supérieurs contre les particuliers, dont les
inclinations perverses ou les passions ardentes semblent leur annoncer
un funeste avenir. C'est en vain que l'intérêt général semble réclamer
contre leurs démarches; le voeu public invoque lui-même ce secours en
faveur des citoyens honnêtes que menace cette opinion fatale. Car après
tout nos moeurs en général ne sont point cruelles; le préjugé nous
révolte en nous subjuguant; nous ne voyons pas sans épouvante les
suites affreuses qu'il traîne après lui; l'intervention de l'autorité
se présente à nous comme le seul moyen de les prévenir, et nous le
saisissons avec empressement.

Nous connaissons les inconvénients qu'il entraîne; nous savons que les
alarmes d'une famille peuvent être pour des parents malintentionnés un
prétexte aux vengeances domestiques, un instrument d'injustice et
d'oppression; nous sentons que la jalousie d'un frère ambitieux, la
haine dune marâtre cruelle, les intrigues d'une perfide épouse, peuvent
faire quelquefois tout le crime du malheureux contre qui l'on conspire
au pied du trône: et nous ne pourrons nous défendre d'un sentiment
d'effroi, si nous songeons qu'alors ces citoyens en butte à des
accusations clandestines, ayant pour juges leurs adversaires mêmes,
sont privés de tous les secours que les formes ordinaires de la justice
présentent à l'innocence pour confondre la calomnie.

Mais ces inconvénients et tant d'autres nous paraissent encore
préférables à tous les malheurs qui suivent le plus odieux des
préjugés. Contre un mal si redouté, il n'est point de remède si violent
que nous ne puissions employer sans effroi.

Cependant que faut-il penser d'un fléau qui a pu nous familiariser avec
une pareille ressource, et qui seul perpétue encore parmi nous un usage
si pernicieux en lui-même.

Oui, sans lui les _Lettres de cachet_ seraient ignorées parmi nous, et
nous venions bientôt ce mot effacé de notre langue. La tranquillité
publique et la puissance royale établies désormais fur des fondements
inébranlables, ne nous permettent pas même de prévoir aucun de ces
événements funestes, qui peuvent forcer le gouvernement à employer ces
ressorts extraordinaires et violents. L'auguste bonté de nos
souverains, qui se fait une loi d'en restreindre l'usage avec tant de
sévérité, s'empresserait de l'abolir entièrement; mais aussi longtemps
que nous conserverons l'habitude d'envelopper l'innocence dans la
proscription du crime, il nous faudra des Lettres de cachet, et nous ne
cesserons de les invoquer contre notre propre folie.

Que sera-ce lorsque les familles n'auront pu recourir à ces précautions
funestes, et que le crime d'un particulier aura éveillé l'attention de
la police? C'est alors que l'on verra tous ceux qui tiennent au
coupable par quelque lien, se liguer pour l'arracher à la peine qui le
menace. Tour ce que peut le crédit, la faveur, les richesses, l'amitié,
la bienfaisance, le zèle, le courage, le désespoir, toutes les passions
humaines exaltées par le plus puissant de tous les intérêts, tout est
prodigué pour imposer silence à la loi; à chaque délit qu'elle veut
réprimer, elle voit se former contre elle une nouvelle conspiration,
plus ou moins redoutable, suivant le degré de crédit et de
considération dont jouit la famille du criminel. Eh! qui pourrait faire
un crime à ces infortunés de réunir toutes leurs forces pour échapper à
un tel désastre? La commisération publique se range elle-même de leur
parti. Quels étranges contrastes! L'intérêt de la société demande la
punition du coupable; et la société elle-même est en quelque sorte
contrainte à faire des voeux pour son salut. Une foule de citoyens
irréprochables est placée entre les magistrats et l'accusé; pour
frapper celui-ci, il faut qu'ils plongent dans le coeur des autres le
glaive dont ils sont armés pour punir le crime. Que je plains un juge
réduit à cette situation cruelle, où il ne peut déployer la sévérité de
son ministère, sans immoler à la fois la vertu, l'innocence, les
talents, la beauté! La loi, toujours inexorable, lui crie: Armez votre
âme d'un triple airain; frappez sans faiblesse et sans pitié. Mais
l'humanité, la nature, l'équité même, lui demandent grâce pour une
famille que sa bienfaisance, ses moeurs, ses services, ont rendue
respectable et chère à toute la contrée qu'elle habite; à leur voix
touchante se mêlent les gémissements de tout un peuple, qui partage
l'horreur de sa situation; au deuil, à la consternation qui glace tous
les coeurs, vous diriez que tous les citoyens font la famille de
l'accusé; le spectacle de la douleur publique redouble et justifie la
sensibilité des magistrats. Ah! ce n'est point contre le vice qu'il
faut ici se tenir en garde, c'est contre leurs propres vertus qu'ils
ont à se défendre...

Je veux croire cependant que dans des combats si dangereux,
l'inflexible sévérité triomphera toujours; je veux croire que tant de
penchants impérieux ne mettront jamais le plus faible poids dans la
balance de la justice; je veux croire qu'un juge ne se laissera jamais
égarer par quelqu'une de ces illusions, qui séduisent si facilement
l'homme même le plus vertueux; mais enfin malheur au peuple dont les
préjugés semblent imprimer à la sagesse même des lois un caractère
d'injustice et de férocité, et qui pour compter sur leur exécution a
besoin que ses magistrats soient toujours capables de s'élever à
l'héroïsme d'une vertu presque barbare.

Mais c'est surtout auprès du souverain que l'on fera les plus grands
efforts, pour sauver les coupables: le pouvoir de faire grâce réside en
ses mains. Il est vrai que le dépôt de la félicité d'un peuple dont il
est chargé, élève son âme au-dessus des mouvements d'une sensibilité
vulgaire, et lui inspire une sainte réserve dans la dispensation de
cette sorte de bienfaits. Mais ici tant de circonstances impérieuses se
réuniront souvent en faveur des familles! tant d'objets touchants
s'offriront à l'humanité du Prince! tant de raisons séduisantes seront
présentées même à sa sagesse... comment la clémence pourrait-elle
demeurer toujours inexorable quand la justice elle-même tremble de
punir? On lui arrachera la grâce du coupable; mais, dans le moment même
où son coeur combattu la laissera échapper, il sera forcé de gémir sur
la bizarrerie d'un peuple frivole, dont les préjugés font violence à la
juste sévérité des lois, et ébranlent les principes salutaires qui font
la base de l'ordre public.

TROISIEME PARTIE.

Ce que je viens de dire, Messieurs, me paraît suffisant, pour mettre
tous les esprits à portée de décider si le préjugé dont il est question
est plus nuisible qu'utile à la société.

J'ai fait voir que ses prétendus avantages sont chimériques et nuls,
son injustice extrême et ses inconvénients affreux.

C'est dire assez que nous devons réunir toutes nos forces pour le
détruire: mais la manière dont vous avez posé la question qui me reste
à discuter m'a paru mériter une attention particulière.

Quels sont, demandez-vous, les moyens de détruire le préjugé, ou de
parer aux inconvénients qui en résultent, si l'on jugeait qu'il fût
nécessaire de le conserver en partie?

Cet énoncé nous invitait à examiner si le préjugé, restreint dans
certaines bornes, ne pouvait pas produire quelques bons effets, et s'il
ne serait pas encore plus utile de le modérer que de l'anéantir
entièrement. Cette marche convenait qans doute à la sagesse d'une
Compagnie savante, qui, cherchant à éclaircir une question importante
au bien public, se proposait d'engager les Gens de Lettres à examiner
un si grand sujet sous toutes les faces, et à le discuter avec toute
l'exactitude et toute la profondeur qu'il demande.

Pour moi, l'idée que je me suis formée de l'abus dont je parle, ne me
permet pas d'admettre ici aucun tempérament, et mes principes me
conduisent directement à la destruction totale du préjugé.

Je sais qu'il est chez tous les hommes, comme je l'ai observé dans la
première partie de ce discours, un sentiment équitable et naturel qui
fait dépendre jusqu'à un certain point la considération attachée à une
famille, du mérite ou des vices de chacun de ses membres. Cette manière
de penser, commune à toutes les nations, est bonne, raisonnable, utile
à la société; mais, encore un coup, ce n'est point là le préjugé dont
il est ici question. Ce discours n'a pour objet que cette opinion
meurtrière, particulière à certains peuples, qui, couvrant d'un
opprobre éternel les parents d'un coupable que les lois ont puni, les
rendent à jamais des objets de mépris et d'horreur pour le reste de la
société: voilà l'abus qu'il faut anéantir.

En le frappant, ne craignons pas de détruire en même temps cette
opinion primitive et modérée qui distribue avec équité le blâme et la
honte aux familles des coupables. Elle survivra toujours à la ruine de
notre préjugé: c'est à elle que tous nos efforts nous ramèneront
naturellement, sans qu'il soit besoin de nous en occuper; il ne serait
pas même en notre pouvoir de l'étouffer, elle tient à la nature même
des choses. Jamais dans aucune société les grandes actions ou les
crimes d'un particulier ne seront absolument indifférents à la gloire
de fa famille. Mais si cette vaine terreur nous engageait à user de
ménagements envers le préjugé, nous ne ferions contre lui que
d'impuissantes tentatives; si nous craignons de passer le but, nous le
manquons. Les précautions que nous prendrions pour conserver une partie
du préjugé, ne feraient que l'affermir davantage.

Quoi! lorsque nous avons besoin de faire les plus grands efforts pour
déraciner une opinion terrible, fortifiée par le temps, cimentée par
l'habitude, entretenue par les causes les plus puissantes, la crainte
d'obtenir un succès trop complet est-elle donc le soin qui nous doive
inquiéter? Non, ne songeons point à modérer l'usage de nos forces quand
nous ne saurions les déployer toutes avec trop de courage. Bannissons
tous ces vains scrupules, dégageons-nous de toutes ces entraves, et
marchons d'un pas ferme à la ruine du préjugé.

Mais ici une réflexion m'arrête. Ne nous flattons-nous point d'une
vaine espérance ì Est-il vraiment quelque moyen de guérir les hommes
d'un mal si invétéré? L'abus que nous attaquons n'est-il pas destiné à
triompher éternellement de tous les efforts de la raison? Ainsi parle
le vulgaire; maïs l'homme qui pense rejette ce funeste présage.

Les préjugés invincibles ne font faits que pour les temps d'ignorance,
où l'homme, courbé sous le joug de l'habitude, regarde toutes les
coutumes anciennes comme sacrées, parce qu'il n'a ni la faculté de les
apprécier, ni même l'idée de les examiner; mais dans un siècle éclairé,
où tout est pesé, jugé, discuté; où la voix de la raison et de
l'humanité retentit avec tant de force; où devenus plus sensibles et
plus délicats en raison du progrès de nos connaissances, nous nous
appliquons sans cesse à diminuer nos misères et à augmenter nos
jouissances, un usage atroce ne peut longtemps retarder sa ruine, s'il
n'est protégé par les passions des hommes, ou par le crédit d'un trop
grand nombre de citoyens intéressés à le perpétuer. Or, le préjugé dont
nous parlons n'est utile a personne; il est redoutable à tous; la
société entière demande qu'il périsse.

Oui, Messieurs, le seul progrès des lumières suffirait peut-être pour
amener tôt ou tard cette heureuse révolution; mais nous ne devons pas
employer avec moins de zèle tous les moyens nécessaires pour
l'accélérer. Ne vous semble-t-il pas voir toutes les familles que le
préjugé fatal peut frapper encore dans l'avenir, élever vers nous une
voix touchante, pour nous inviter à précipiter, s'il est possible,
l'époque de sa destruction? Heureux l'homme d'Etat qui pourra se dire à
lui-même: J'ai trouvé au milieu de ma nation un monstre, qui avait
désolé tous les siècles précédents; il menaçait de ses fureurs les
générations futures, mais je Tai anéanti avant qu'il ait pu parvenir
jusqu'à elles. Heureux aussi et non moins grand peut-être l'Homme de
Lettres, qui saurait montrer à l'Homme d'Etat les traits dont il doit
frapper ce monstre, et obtenir la plus douce récompense qui puisse
couronner les travaux du génie, l'avantage de contribuer au bonheur de
ses concitoyens.

La nature du préjugé dont il est question nous indique celle des moyens
que nous devons employer contre lui.

Ce n'est point par des lois directes qu'il faut le combattre, ce n'est
point par l'autorité qu'il faut l'attaquer; l'autorité n'a point de
prise sur l'opinion: loin de détruire celle qui nous occupe, elle ne
ferait peut-être que la fortifier. Cette opinion a sa source dans
l'honneur, comme je l'ai prouvé; et l'honneur, loin de céder à la
force, se fait un devoir de la braver. Essentiellement libre et
indépendant, il n'obéit qu'a ses propres lois, il ne connaît d'autre
maître ni d'antre juge que lui-même.

Nous n'avons pas besoin non plus de bouleverser tout le système de
notre législation, pour chercher le remède d'un mal particulier dans
une révolution souvent dangereuse; des moyens plus simples et en même
temps plus sûrs vont bientôt s'offrir à nous.

Tout ce que l'on pourrait désirer, c'est qu'on s'efforçât de mieux
éclairer l'opinion publique sur l'esprit de quelques-unes de nos
institutions, que nous nous obstinons à regarder comme favorables au
préjugé: telle est surtout l'opinion attachée à la confiscation. Quel
en est donc l'objet? Est-ce le coupable qu'on veut punir? Non, la
confiscation n'est pas la peine destinée à expier le crime, elle n'en
est que la conséquence; et d'ailleurs quand le fisc s'empare des biens
d'un criminel, ils ont pour l'ordinaire cessé de lui appartenir, parce
que la juste sévérité des lois lui a ôté la vie; c'est donc sur sa
famille que tombe cette peine; c'est à ses héritiers qu'elle enlève le
patrimoine que l'ordre naturel des successions leur déférait; et,
tandis qu'ils auraient besoin de toute la considération que le vulgaire
attache à l'opulence, pour se défendre contre le mépris public qui les
environne, nous ajoutons encore à leur avilissement par la misère... la
misère et l'infamie! Ah! c'est trop de maux à la fois: craignons-nous
donc qu'il ne reste à ces malheureux quelques moyens d'échapper au
désespoir et au crime où tout semble les entraîner! La raison,
l'intérêt public, la douceur de nos moeurs, tout nous invite donc à
proscrire cet usage, que l'on peut regarder comme le plus puissant
protecteur du préjugé.

Mais il en est encore un autre, qui doit avoir sur le préjugé que nous
combattons une influence très réelle, quoique plus éloignée, c'est la
honte attachée à la bâtardise.

Je voudrais que l'opinion publique n'imprimât plus aucune tache aux
bâtards; qu'on ne parût point punir en eux les désordres de leurs pères
en les excluant des bénéfices ecclésiastiques. Pourquoi se persuader
que les vices de ceux qui leur ont donné le jour leur ont été transmis
avec leur sang? Je ne proposerais pas cependant de leur accorder les
droits de famille, et de les appeler avec les enfants légitimes à la
succession de leurs parents: non, pour l'intérêt des moeurs, pour la
dignité du lien conjugal, ne souffrons pas que les fruits d'une union
illicite viennent partager avec les enfants de la loi les honneurs et
la patrimoine des familles auxquelles ils sont étrangers à ses yeux;
laissons aux coeurs des citoyens qu'égare l'ivresse des passions la
douleur salutaire de ne pouvoir prodiguer librement toutes les preuves
de leur tendresse aux gages d'un amour que la vertu n'approuve pas; ne
leur permettons pas de goûter toutes les douceurs attachées au titre de
père s'ils n'ont plié leur tête sous le joug sacré du mariage. La seule
chose où l'on cherche en vain les principes de la justice et de la
raison, la seule qui favorise le principe du préjugé dont il est
question, c'est cette espèce de flétrissure que nous semblons attacher
à la personne des bâtards, en les déclarant incapables de posséder des
bénéfices. Cet usage inconnu aux premiers âges de l'Eglise, né dans le
onzième siècle, c'est-à-dire au milieu des plus épaisses ténèbres de
l'ignorance, ne va pas même au but qu'il semble se proposer, puisque
l'indignité qu'on suppose dans les bâtards est toujours levée par des
dispenses qui ne se refusent jamais et qui ne sont que de pure
formalité. Si le bien public et l'intérêt de l'Eglise exigent qu'ils
soient exclus des bénéfices, ces dispenses sont injustes et nulles;
dans le cas contraire, elles sont absurdes et inutiles, ou plutôt elles
servent à faire penser que l'on peut raisonnablement imputer aux hommes
des fautes commises dans un temps où ils n'étaient point encore; c'est
cet abus trop analogue à notre préjugé qu'il faut proscrire, aussi bien
que tous ceux de nos autres usages qui peuvent retracer les mêmes idées
et le même esprit.

Mais il est temps de porter un plus grand coup au préjugé, en réformant
une autre institution plus déraisonnable encore.

Quel étrange spectacle se présente ici à mes yeux! deux citoyens ont
offensé la loi: l'un, pressé par le besoin autant que par la cupidité,
a osé porter des mains avides sur les trésors de son voisin opulent;
l'autre a trahi l'Etat, en livrant aux ennemis la florissante armée
qu'il devait conduire à la victoire. La loi s'apprête à  punir ces deux
coupables; on déploie pour le premier l'appareil d'un supplice aussi
cruel qu'ignominieux; mais l'autre, on le regarde encore d'un oeil de
faveur et de prédilection, l'indulgence éclate jusque dans les coups
qu'on lui porte; on a réservé pour lui une espèce de punition
particulière; on attache à l'instrument même de son supplice une idée
de grandeur et de prééminence, qui le distingue encore en ce moment de
la foule des citoyens, et semble imposer au mépris public qui devait
l'écraser. Le premier transmettra sa honte au dernier rejeton de sa
race malheureuse; mais la honte n'oserait approcher de la famille du
second; et ses glorieux descendants citeront un jour avec orgueil la
catastrophe même qui termina sa vie, comme un titre éclatant de leur
noblesse et de leur illustration.

Quel est donc le motif d'une telle partialité! le Noble et le Roturier,
condamnés à  servir de victime à  la vindicte publique, sont deux
coupables, tous deux déchus du rang qu'ils occupaient dans l'Etat, tous
deux dépouillés de la qualité de citoyen; une seule différence reste
entre eux, c'est que le premier est plus criminel parce qu'il avait
violé des lois qui avaient accumulé sur sa tête toutes les distinctions
et tous les avantages de la société. Pourquoi donc le traiter avec tant
d'honneur au sein même de l'infamie? O toi, qui vas expier à  la face
du public les attentats dont tu t'es souillé, viens-tu donc jusque sur
l'échafaud humilier, par le faste d'une orgueilleuse prérogative, les
citoyens vertueux auxquels les lois vont t'immoler! viens-tu leur dire:
je fuis si grand et vous êtes si viles, que mes crimes mêmes sont plus
nobles que ceux des gens de votre espèce, et que ni mes forfaits, ni
mon supplice, ne peuvent encore m'abaisser jusqu'à vous?

Vous venez de voir, Messieurs, dans cet usage une injustice, une
atteinte portée à la vigueur des lois, une insulte à  l'humanité; mais
ce qui me touche ici particulièrement, c'est l'appui qu'il prête au
préjugé qui nous occupe.

Cette différence de peines qui semble dire aux Roturiers, qu'ils ne
sont pas dignes de mourir de la même manière que les Nobles, ajoute
nécessairement à  celle des premiers un nouveau caractère d'ignominie;
tandis que les punitions des grands paraissent en quelque sorte
honorables, parce qu'elles font réservées pour les grands, celles du
peuple deviennent plus avilissantes, parce qu'elles ne font faites que
pour le peuple. C'est ainsi que le déshonneur s'est attaché aux
familles plébéiennes, parce que les instruments destinés au supplice de
leurs membres étaient en même temps les tristes monuments de leur
humiliation et du mépris que la loi même semblait témoigner pour elles.
Et voilà peut-être le ressort à  plus puissant du préjugé; car ce n'est
ni la raison ni la vérité, mais l'éclat des distinctions extérieures
qui détermine l'estime de la multitude. Voyez comme partout elle
considère la vertu moins que les talents, les talents moins que la
grandeur et l'opulence; voyez comme le peuple se méprise toujours
lui-même, à proportion du mépris qu'on a pour lui; c'est par ce
principe que le préjugé trouve, dans l'usage dont je viens de parler,
de puissantes ressources pour opprimer cette partie de la  nation, qui
reste en butte à  ses injustices, et pour faire retomber sur elle tout
le déshonneur dont l'autre s'affranchit.

Que devons-nous faire pour remédier à  de tels inconvénients? Si
j'entreprends de l'indiquer, ce n'est pas que je veuille porter une
main profane sur l'édifice sacré de nos lois; je sais qu'il
n'appartient qu'aux chefs de la législation de peser dans leur sagesse
les avantages ou les inconvénients des lois; et que le ministère de
l'écrivain philosophe se borne à  diriger l'opinion publique. C'est
donc à  elle seule que je m'adresse quand je désire de voir étendu à
toutes les classes de la société le genre de peines jusque ici réservé
pour les grands. Je préfère ce parti à  celui d'étendre aux grands les
châtiments affectés aux autres citoyens, non seulement parce qu'il est
plus doux, plus humain et plus équitable, mais aussi parce qu'il nous
fournirait encore un moyen plus directe d'affaiblir le préjugé.

Tout ce que nous venons de dire fait voir que la honte de ce préjugé
n'est pas seulement attachée au supplice, mais à  la forme même du
supplice; et comme l'imagination des peuples est accoutumée de prêter à
celle que je propose de rendre générale une sorte d'éclat, et d'en
séparer l'idée du déshonneur des familles, la transporter à  la
bourgeoisie me paraît être un moyen naturel de donner le change au
préjugé, et de tourner contre lui les choses mêmes qui ont favorisé ses
progrès. Le mal dont nous parlons étant l'ouvrage du caprice et de
l'imagination, ce serait peut-être un grand art que de lui opposer un
remède puisé dans ces mêmes principes; car ce n'est pas toujours sur la
gravité des mesures que l'on prend pour déraciner un abus, qu'il faut
fonder le succès d'une pareille entreprise, mais sur leurs rapports
avec la disposition des esprits qui l'a fait naître et qui le perpétue.

Tous les moyens que je viens d'indiquer, ne peuvent manquer, ce me
semble, d'affaiblir au moins le préjugé; mais il en est un puissant,
irrésistible, qui suffirait seul pour l'anéantir: et ce moyen quel
est-il? Interrogeons là-dessus tout homme de bon sens et il nous
l'indiquera, tant il est simple, naturel et infaillible. Qui ne connaît
pas cet ascendant invincible attaché à  l'exemple des souverains? O
rois! je vais parler de la plus précieuse de vos prérogatives, et de la
plus noble partie de votre puissance. Ce n'est pas lorsqu'elle force un
peuple entier à  plier sous vos lois qu'elle me frappe davantage: le
pouvoir des lois est bornée; elles peuvent bien commander quelques
actions extérieures; mais sous leur empire même, nos esprits, nos
pensées, nos passions restent libres, et ce sont elles qui forment nos
moeurs, dont la puissance balance et renverse quelquefois celle des
lois mêmes. Mais cette partie de notre indépendance qui échappe à votre
autorité, vous la ressaisissez par là force de vos exemples.

Partout la splendeur des titres et des dignités attire le respect et
l'admiration des hommes; de là ce penchant impérieux qui les porte à
copier les manières et les idées de ceux que leur rang élevé au-dessus
du vulgaire. Considérez surtout le caractère des peuples soumis au
gouvernement monarchique, ne semble-t-il pas que cet esprit d'imitation
soit le ressort universel qui les fait mouvoir? Voyez comme les
Provinces imitent la Ville, comme la Ville imite la Cour; comme la
manière de vivre des grands devient la règle des peuples, fixe ce qu'on
appelle le bon ton, espèce de mérite auquel chacun prétend, et qui est
en quelque sorte la mesure de la considération qu'il obtient dans le
commerce du monde. Que dis-je? telle est l'influence de leur conduite
qu'elle efface souvent aux yeux du vulgaire les principes les plus
sacrés, et forme presque son unique morale. N'est-il pas des vertus
viles et bourgeoises, parce qu'ils les abandonnent au peuple, des
ridicules qu'ils mettent en vogue, des vices qu'ils ennoblissent en les
adoptant? Ils pourraient ramener un peuple entier à la vertu, si la
vertu d'un peuple n'était point une chimère dans les vastes empires où
le luxe irrite sans cesse toutes les passions.

Si tel est le pouvoir de l'exemple des grands, que sera-ce de celui des
souverains? Supposons qu'il y ait dans le monde un peuple à la fois
sensible, généreux et frivole, que la mode entraîne, que l'éclat et la
grandeur passionnent, qu'un penchant naturel à aimer ses maîtres,
encore plus que la vanité, dispose à recevoir toutes les impressions
qu'ils voudront lui donner, quelles ressources n'auront-ils pas pour
diriger ses moeurs, ses idées, ses opinions?

Oui, pour triompher du préjugé barbare que je combats; la raison et
l'humanité n'attendent plus que leur secours; et j'ose croire qu'il
nous en coûtera peu pour le leur sacrifier. En effet, quand j'examine
plus attentivement cette opinion bizarre, je ne vois pas à quoi elle
tient désormais parmi nous: du moins me paraît-il certain qu'elle ne
porte point sur un mépris réel de ceux qui en sont les victimes.
Quiconque est capable de quelque réflexion en sent aisément toute
l'absurdité; il trouve en lui assez de philosophie pour s'en détacher,
mais il craint le blâme d'autrui s'il osait la braver ouvertement; on
est enchaîné par les préjugés que l'on suppose dans les autres plutôt
que par les siens; il s'agit donc moins de changer nos principes que de
nous autoriser à les observer par des exemples imposants: que le
souverain nous les donne, et nous nous empresserons de les suivre.

II est peu nécessaire sans doute d'entrer dans le détail des moyens que
sa bienfaisance pourrait choisir pour exécuter un projet si digne
d'elle; ils se présentent d'eux-mêmes à tout esprit juste.

Par exemple, il ne souffrirait pas qu'on fermât désormais aux parents
d'un coupable la route des honneurs et de la fortune; il ne
dédaignerait pas lui-même de les décorer des marques de sa faveur
lorsqu'ils en seraient dignes par leurs qualités personnelles. II est
peu de familles qui ne puissent se glorifier d'un homme de mérite;
souvent celle où les lois auront trouvé un coupable, offrira plusieurs
citoyens distingués par des talents et par des vertus; la sagesse du
souverain ne laissera point échapper une si belle occasion d'annoncer
au public par des exemples éclatants combien il dédaigne ce vil préjugé
qui ose outrager l'innocence, et de le flétrir pour ainsi dire de son
mépris à la face de toute la nation.

Un jeune homme qui tenait à une famille honnête vient de périr fur
l'échafaud; tous les esprits sont encore pleins de l'impression de
terreur qu'a produite l'image de son supplice; on plaint une famille
entière digne d'un meilleur sort; on plaint surtout un père vénérable
par ses moeurs, et par des services rendus à la patrie. Stérile pitié
qui ne sauverait pas de l'infamie!.... mais tout a coup une étonnante
nouvelle s'est répandue... Ce citoyen a reçu de la part du Roi une
lettre honorable; le monarque daigne l'assurer qu'une faute étrangère
n'efface pointa ses yeux les vertus et les services de ses fidèles
sujets, il le nomme à un poste considérable dans sa province, il ajoute
à ce bienfait la marque brillante d'une distinction flatteuse...
Croit-on que cet homme-là serait vil aux yeux de ses compatriotes?
Cependant des faits semblables se renouvellent: la renommée les publie
partout, avec des circonstances propres à frapper l'imagination des
peuples, et à leur montrer sous les traits ses plus touchants la
sagesse de la bonté du Roi. II n'est pas nécessaire d'ajouter que ses
intentions, manifestées par ses actions et par ses discours, sont
devenues pour ses courtisans une loi; que les grands, que les hommes en
place, seconderont, de tout leur pouvoir l'exécution de ses vues
bienfaisantes. Voilà donc les dispensateurs des grâces, les modelés du
goût et des moeurs publiques, les arbitres du bon ton, les législateurs
de la société, ligués contre une opinion qui a sa source dans le faux
honneur; la vanité même se joint à la justice et à la raison pour la
repousser. Nous la verrons donc bientôt reléguée dans la classe de ces
préjugés grossiers, qui ne font faits que pour le peuple, et que les
honnêtes gens rougiraient d'adopter.

Applaudissons-nous, Messieurs, de voir son sort dépendre d'un pareil
événement; non, ce ne sera point en vain que vous aurez conçu le noble
espoir d'en affranchir l'humanité. Cette idée intéressante, sur
laquelle vous avez su fixer l'attention du public, parviendra tôt ou
tard jusqu'au trône; elle ne sera pas vainement présentée au jeune et
sage monarque qui le remplit: nous en avons pour garant cette sainte
passion du bonheur des peuples qui forme son auguste caractère. Celui
qui, bannissant de notre code criminel l'usage barbare de la question,
voulut épargner aux accusés des cruautés inutiles qui déshonoraient la
justice, est digne d'arracher l'innocence à l'infamie qui ne doit
poursuivre que le crime. Dompter ce préjugé terrible serait du moins un
nouveau genre de triomphe, dont il donnerait le premier exemple aux
souverains, et dont la gloire ne serait point effacée par l'éclat des
grands événements qui ont illustré son règne.

Enfin cette ressource si puissante n'est pas la dernière qui nous
reste; j'en vois une autre qui paraît faite pour la seconder, et qui
seule produirait encore les plus grands effets: et cette ressource,
Messieurs, c'est vous-mêmes qui nous l'avez présentée.

En invitant les Gens de Lettres à frapper sur l'opinion funeste dont
nous parlons, vous avez donné au public un gage certain de sa ruine, la
raison et l'éloquence: voilà des armes que l'on peut désormais employer
avec confiance contre les préjugés. Oui, plus je réfléchis, et plus je
fuis porté à croire que celui dont il est question ne conserve encore
aujourd'hui des restes de son ancien empire que parce qu'il n'a point
encore été approfondi; parce que l'esprit philosophique ne s'est point
encore porté particulièrement sur cet objet. On croit peut-être assez
généralement qu'il est injuste et pernicieux; mais le croire ce n'est
point le sentir: pour imprimer aux esprits ce sentiment profond, pour
leur donner ces fortes secousses, nécessaires pour les arracher à un
préjugé qui s'appuie encore sur la force d'une ancienne habitude, il
faudrait ramener souvent leur attention sur lé tableau des injustices
et des malheurs qu'il entraîne.

C'est à vous de rendre ce service à l'humanité, illustres écrivains, à
qui des talents supérieurs imposent le noble devoir d'éclairer vos
semblables; c'est à vous qu'il est donné de commander à l'opinion; et
quand votre pouvoir fût-il plus étendu que dans ce siècle avide des
jouissances de l'esprit, où vos ouvrages, devenus l'occupation et les
délices d'une foule innombrable de citoyens, vous donnent une si
prodigieuse influence sur les moeurs et sur les idées dés peuples?
Combien de coutumes barbares, combien de préjugés aussi funestes que
respectés n'avez-vous pas détruits, malgré les profondes racines qui
semblaient devoir ôter l'espoir de les ébranler? Hélas! le génie fait
faire triompher l'erreur même, lorsqu'il s'abaisse à la protéger; que
ne pourrez-vous donc pas quand vous montrerez la vérité aux hommes, non
pas la vérité austère gourmandant les passions, imposant des devoirs,
demandant des sacrifices; mais la vérité douce, touchante, réclamant
les droits les plus chers de l'humanité, secondant le voeu de toutes
les âmes sensibles, et trouvant tous les coeurs disposés à la recevoir?
Quelle résistance éprouverez-vous quand vous attaquerez avec toutes les
forces de la raison et du génie un préjugé odieux, déjà beaucoup
affaibli par le progrès des lumières, et dont on s'étonnera d'avoir été
l'esclave, dès que vous l'aurez peint avec les couleurs qui lui
conviennent?

Grâces immortelles soient donc rendues à la Compagnie savante, qui la
première a donné l'exemple de tourner vers cet objet l'émulation des
Gens de Lettres. Cette idée, aussi belle qu'elle est neuve, lui assure
à jamais des droits à la reconnaissance de la société. J'ai tâché,
Messieurs, autant qu'il était en moi, de seconder votre zèle pour le
bien de l'humanité; puisse un grand nombre de ceux qui ont couru avec
moi la même carrière, avoir attaqué avec des armes plus victorieuses
l'abus funeste contre lequel nous nous sommes ligués! Si je n'obtiens
pas la couronne à laquelle j'ai osé aspirer, je trouerai du moins au
fond de mon coeur un prix plus flatteur encore, qu'aucun rival ne
saurait m'enlever.



_FIN_.



Texte du manuscrit



Note : le manuscrit est conservé par l'Académie de Metz; réédité en
1839 dans les Mémoires de l'Académie de Metz, t. XX, p. 389 et suiv.



Transcrit en français moderne



DISCOURS

ADRESSE

A MESSIEURS DE  LA SOCIETE ROYALE LITTERAIRE DE METZ



SUR LES QUESTIONS SUIVANTES PROPOSEES POUR SUJET D'UN PRIX QU'ELLE DOIT
DECERNER AU MOIS D'AOUT 1784:



Quelle est l'origine de l'opinion qui étend sur tous les individus
d'une même famille, une partie de la honte attachée aux peines
infâmantes que subit un coupable? Cette opinion est-elle plus nuisible
qu'utile? Dans le cas où l'on se déciderait pour l'affirmative, quels
seraient les moyens de parer aux inconvénients, qui en résultent?

Quod genus hoc hominum; quaeve hunc tam barbara morem

Permittit patria?

VIRG. AENEID.



Messieurs,

C'est un sublime spectacle de voir les compagnies savantes, sans cesse
occupées d'objets utiles à l'intérêt public, inviter le génie, par
l'appât des plus flatteuses récompenses, à combattre les abus qui
troublent le bonheur de la société.

Ce préjugé impérieux, qui voue à l'infamie les parents des malheureux,
qui ont encouru l'animadversion des lois semblait avoir échappé
jusqu'ici à leur attention; vous avez eu la gloire, Messieurs, de
diriger les premiers vers cet objet intéressant les travaux de ceux qui
aspirent aux couronnes académiques. Un sujet si grand a éveillé
l'attention du public; il a allumé parmi les gens de lettres une noble
émulation; heureux ceux qui ont reçu de la nature les talents
nécessaires pour le traiter d'une manière (1) qui réponde à son
importance, et digne de la société célèbre qui l'a proposé! je suis
loin de trouver en moi ces grandes ressources; mais je n'en ai pas
moins osé vous présenter mon tribut: c'est le désir d'être utile; c'est
l'amour de l'humanité qui vous l'offre; il ne saurait être tout à fait
indigne de vous.

La première des trois questions que je dois examiner pourrait paraître,
au premier coup d'oeil, offrir des difficultés insurmontables. Comment
découvrir l'origine d'une opinion qui remonte aux siècles les plus
reculés? Comment démêler les rapports imperceptibles par lesquels un
préjugé peut tenir à mille circonstances inconnues, à mille causes
impénétrables? S'engager dans une pareille discussion, n'est-ce pas
d'ailleurs s'exposer à rendre raison de ce qui n'est peut être que
l'ouvrage du hasard? n'est-ce pas vouloir en quelque sorte chercher des
règles au caprice, et des motifs à la bizarrerie? Telles sont les idées
qui se présentèrent d'abord à mon esprit: mais j'ai réfléchi, qu'en
proposant cette question, vous aviez (2) jugé par là même qu'elle
n'était pas impossible à résoudre: votre autorité m'a séduit, et j'ai
osé entreprendre cette tâche.

(3) II m'a semblé d'abord qu'une observation très simple me découvrait
les premières traces du préjugé dont il est ici question.

Quoique les bonnes et les mauvaises actions soient personnelles, j'ai
cru remarquer que les hommes étaient partout naturellement enclins à
étendre, en quelque sorte, le mérite ou les fautes d'un individu à ceux
qui lui sont unis par des liens étroits: il semble que les sentiments
d'amour et d'admiration que la vertu nous inspire se répandent jusqu'à
un certain point sur tout ce qui tient à elle; tandis que l'indignation
et le mépris qui suivent le vice rejaillissent en partie sur ceux qui
ont (4) des rapports avec lui. Tous les jours, on dit de cet homme,
qu'il est l'honneur de sa famille; et de cet autre, qu'il en est la
honte. On applique même cette idée à des liaisons plus générales, et
par conséquent plus faibles; on intéresse quelquefois, pour ainsi dire,
à la conduite d'un particulier la gloire d'une nation; que dis-je?
celle de l'humanité entière; (5) n'appelle-t-on pas un Trajan, un
Antonin, l'honneur de l'espèce humaine? Ne dit-on pas d'un Néron, d'un
Caligula qu'il en est l'opprobre?

Ces expressions sont de toutes les langues, de tous les temps et de
tous les pays; elles annoncent un sentiment commun à tous les peuples;
et c'est dans cette disposition naturelle, que je trouve le premier
germe de l'opinion dont je cherche l'origine.

Modifiée chez les différents peuples par des circonstances différentes
elle a acquis plus ou moins d'empire: ici elle est restée dans les
bornes que lui prescrivaient la nature et la raison; là elle a prévalu
sur les principes de la justice et de l'humanité, elle a enfanté le
préjugé terrible, qui flétrit une famille entière pour le crime d'un
seul et ravit l'honneur à l'innocence même.

Vouloir expliquer en détail toutes les raisons particulières qui
auraient pu influer sur les progrès de cette opinion, ce serait un
projet aussi immense que chimérique; je me bornerai dans cette
recherche à l'examen des causes générales.

La plus puissante de toutes me parait être la nature du gouvernement.

Dans les états despotiques, la loi n'est autre chose que la volonté du
prince; les peines et les récompenses semblent être plutôt les signes
de sa colère ou de sa bienveillance que les suites du crime ou de la
vertu. Lorsqu'il punit, sa justice même ressemble toujours à la
violence et à l'oppression.

Ce n'est point la loi, incorruptible, inexorable; mais sage, juste,
équitable, qui procède au jugement des accusés avec l'appareil de ces
formes salutaires, qui attestent son respect pour l'honneur et pour la
vie des hommes; qui ne dévoue un citoyen au supplice, que lorsqu'elle y
est forcée par l'évidence des preuves, et qui par cette raison même
imprime à celui qu'elle condamne une flétrissure ineffaçable: c'est un
pouvoir irrésistible, qui frappe sans discernement et sans règle; c'est
la foudre, qui tombe, brise, écrase tout ce qu'elle rencontre: dans un
tel gouvernement, la honte attachée au supplice est trop faible pour
rejaillir jusque sur la famille de celui qui l'a subi.

D'ailleurs ce préjugé suppose des idées d'honneur poussées jusqu'au
raffinement; mais qu'est-ce que l'honneur dans les états despotiques?
on sait qu'il est tellement inconnu dans ces contrées, que dans
quelques-unes, en Perse, par exemple, la langue n'a pas même de mot
pour exprimer cette idée; et comment des âmes dégradées par l'esclavage
pourraient-elles outrer la délicatesse en ce genre?

Au reste ces raisonnements sont assez justifiés par l'expérience;
puisque, non seulement en Perse, mais à la Chine, en Turquie, au Japon
et chez les autres peuples soumis au despotisme, on ne trouve aucune
trace de l'opinion dont je cherche l'origine.

Ce n'est pas non plus dans les véritables républiques qu'elle exercera
sa tyrannie; là l'état d'un citoyen est un objet trop important, pour
qu'il puisse être en quelque sorte abandonné à la discrétion d'autrui:
(6) chaque particulier ayant part au gouvernement, étant membre de la
souveraineté, il ne peut être dépouillé de cette auguste prérogative
par la faute d'un autre, et, tant qu'il la conserve, l'intérêt et la
dignité de l'Etat ne souffrent pas qu'il soit flétri si légèrement par
les préjugés: la liberté républicaine se révolterait contre ce
despotisme de l'opinion; loin de permettre à l'honneur de sacrifier à
ses fantaisies les droits des citoyens, elle l'oblige de les soumettre,
à la force des lois et à l'influence des moeurs qui les protègent.

D'ailleurs chez des peuples, où la carrière de la gloire et des
dignités est toujours ouverte aux talents, la facilité de faire oublier
des crimes qui nous sont étrangers par des actions éclatantes, qui nous
sont propres, ne laisse point lieu au genre de flétrissure dont il est
parlé ici: l'habitude de voir des hommes illustres dans les parents
d'un coupable suffirait seule pour anéantir ce préjugé.

On pourrait ajouter une autre raison qui tient au principe fondamental
de l'espèce de gouvernement dont je parle. Le ressort essentiel des
républiques, est la vertu, comme l'a prouvé l'auteur de l'Esprit des
Lois, c'est-à-dire la vertu politique, qui n'est autre chose que
l'amour des lois et de la patrie: leur constitution même exige que tous
les intérêts particuliers, toutes les liaisons personnelles cèdent sans
cesse au bien général. Chaque citoyen faisant partie de la
souveraineté, comme je l'ai déjà dit, il est obligé à ce titre de
veiller à la sûreté de la patrie dont les droits sont remis entre ses
mains; il ne doit pas épargner même le coupable le plus cher, quand le
salut de la république demande sa punition; mais comment pourrait-il
observer ce pénible devoir, si le déshonneur pouvait être le prix de sa
fidélité à le remplir? Ne serait-il pas au contraire forcé à trahir
lui-même les lois, en cherchant à leur arracher leur victime? Soumettez
Brutus à cette terrible épreuve; croyez-vous qu'il aura le triste
courage de cimenter la liberté romaine par le sang de deux fils
criminels? non. Une grande âme peut immoler à l'Etat la fortune, la
vie, la nature même; mais jamais l'honneur.

Ici j'ai encore l'avantage de voir que mon système n'est point démenti
par les faits. Un coup d'oeil jeté sur l'histoire des anciennes
républiques suffit pour me convaincre que le préjugé dont je parle en
était banni.

A Rome, par exemple, le décemvir Appius Claudius convaincu d'avoir
opprimé la liberté publique, souillé du sang innocent de Virginie,
meurt dans les fers sur le point de subir la peine due à tant de
forfaits. La famille de Claudius fut-elle déshonorée? non.
Immédiatement après sa mort, je vois Caius Claudius son oncle briller
encore au premier rang des citoyens, soutenir avec hauteur les
prérogatives du sénat, s'élever contre les entreprises des tribuns avec
cette fierté héréditaire que ses ancêtres avoient toujours déployée
dans les affaires publiques. Ce qui me paraît surtout caractériser
l'esprit de la nation relativement à l'objet dont il est ici question,
c'est que dans les discours que les historiens de la république prêtent
à Claudius dans ces occasions, ce Romain ne craint pas de rappeler au
peuple le souvenir de ces mêmes décemvirs dont son neveu avait été le
chef.

Il y a plus; je vois le fils même de cet Appius gouverner après son
père, en qualité de tribun militaire, la république dont ce dernier
avait été l'oppresseur et la victime.

La punition des autres décemvirs ne ferma pas non plus le chemin des
honneurs à leurs familles. A peine le peuple a-t-il condamné Duillius,
qu'il choisit pour tribun un citoyen de son sang et de son nom. Les
jugemenst qui flétrirent Fabius Vibulanus, M. Cervilius et M. Cornelius
ne précèdent que de quelques années l'élévation de leurs descendants ou
de leurs proches au tribunal militaire et au consulat.

M. Manlius accusé d'avoir conspiré contre la république est condamné à
être précipité du haut de la roche Tarpéienne: 14 ou 15 ans après son
supplice, (7) les Romains défèrent à Publius Manlius, l'un de ses
descendants, avec le titre de dictateur, la puissance la plus absolue à
laquelle un citoyen pût aspirer.

Je ne finirais pas si je voulais épuiser tous les exemples de ce genre
que l'histoire me présente; je me contenterai de rappeler encore ici
celui d'une nation voisine dont les moeurs sont une nouvelle preuve de
mon système. Tout le monde sait que l'Angleterre, qui malgré le nom de
monarchie, n'en est pas moins par sa constitution une véritable
république, a secoué le joug de l'opinion (8) qui fait l'objet de nos
recherches.

Quels sont donc les lieux où elle domine? ce sont les monarchies. C'est
là que secondée par la nature du gouvernement, soutenue par les moeurs,
nourrie par l'esprit général, elle semble établir son empire sur une
base inébranlable.

L'honneur, (9) comme l'a prouvé le grand homme que j'ai déjà cité,
l'honneur est l'âme du gouvernement monarchique: non pas cet honneur
philosophique, qui n'est autre chose que le sentiment exquis qu'une âme
noble et pure a de sa propre dignité; qui a la raison pour base et se
confond avec le devoir; qui existerait, même loin des regards des
hommes, sans autre témoin que le ciel et sans autre juge que la
conscience: mais cet honneur politique dont la nature est d'aspirer aux
préférences et aux distinctions; qui fait que l'on ne se contente pas
d'être estimable; mais que l'on veut surtout être estimé, plus jaloux
(10) de mettre dans sa conduite de la grandeur que de la justice, de
l'éclat et de la dignité que de la raison; cet honneur qui tient au
moins autant à la vanité qu'à la vertu: mais qui, dans l'ordre
politique, supplée à la vertu même; puisque, par le plus simple de tous
les ressorts, il force les citoyens à marcher vers le bien public;
lorsqu'ils ne pensent aller qu'au but de leurs passions particulières;
cet honneur enfin souvent aussi bizarre dans ses lois que grand dans
ses effets; qui produit tant de sentiments sublimes et tant d'absurdes
préjugés, tant de traits héroïques et tant d'actions déraisonnables;
qui se pique ordinairement de respecter les lois, et qui quelquefois
aussi se fait un devoir de les enfreindre; qui prescrit impérieusement
l'obéissance aux volontés du prince; et cependant permet de lui refuser
ses services, à quiconque se croit blessé par une injuste préférence;
qui ordonne en même temps de traiter avec générosité les ennemis de la
patrie, et de laver un affront dans le sang du citoyen.

Ne cherchons point ailleurs que dans ce sentiment, tel que nous venons
de le peindre la source du préjugé dont nous parlons.

Si l'on considère la nature de cet honneur, fertile en caprices,
toujours porté à une excessive délicatesse, appréciant les choses par
leur éclat plutôt que par leur valeur intrinsèque, les hommes par des
accessoires, par des titres qui leur sont étrangers autant que par
leurs qualités personnelles, on concevra facilement, comment il a pu
livrer au mépris ceux qui tiennent à un scélérat flétri par la société.

Il pouvait établir ce préjugé d'autant plus aisément, qu'il était
encore favorisé par d'autres circonstances relatives à la nature du
gouvernement dont je parle.

L'Etat monarchique exige nécessairement des prééminences, des
distinctions de rangs, surtout un corps de noblesse, regardé comme
essentiel à sa constitution, suivant ce principe que Bacon a développé
le premier: sans nobles point de monarque; sans monarque, point de
nobles. Dans ce gouvernement l'opinion publique attache avec raison un
prix infini à l'avantage de la naissance: mais cette habitude (11) même
de faire dépendre l'estime que l'on accorde à un citoyen de
l'ancienneté de son origine, de l'illustration de sa famille, de la
grandeur de ses alliances a déjà des rapports assez sensibles avec le
préjugé dont je parle. La même tournure d'esprit qui fait que l'on
respecte un homme, parce qu'il est né d'un père noble; qu'on le
dédaigne parce qu'il sort de parents obscurs conduit naturellement à le
mépriser, lorsqu'il a reçu le jour d'un homme flétri, ou qu'il l'a
donné à un scélérat.

Combien d'autres circonstances particulières ont pu augmenter
l'influence de ces causes générales dans les monarchies modernes et
particulièrement en France.

Les anciennes lois françaises ne punissaient les crimes des nobles que
par la perte de leurs privilèges: les peines (12) corporelles étaient
réservées pour le roturier ou vilain. Dans la suite le clergé fut aussi
affranchi par ses prérogatives de cette dernière espèce de punition:
quel obstacle pouvait trouver alors le préjugé qui déshonorait les
familles de ceux qui étaient condamnés au supplice? il ne s'attachait
qu'à cette partie de la nation, avilie pendant tant de siècles par la
plus dure et la plus honteuse servitude.

S'il eût attaqué les deux corps qui dominaient dans l'Etat, s'il eût
mis en danger l'honneur des seuls citoyens dont les droits parussent
alors dignes d'être respectés, il est probable qu'il aurait été bientôt
anéanti

Nous avons d'autant plus de raison de le croire, qu'il n'a jamais pu
étendre son empire jusqu'aux grandes maisons du royaume: aujourd'hui
que les nobles sont soumis aux peines corporelles, la famille d'un
illustre coupable échappe encore au déshonneur; tandis que le gibet
flétrit pour jamais les parents du roturier, le fer qui abat la tête
d'un grand n'imprime aucune tache à sa postérité.

Mais par une raison contraire cette opinion cruelle s'est établie sans
peine, dans des siècles de barbarie où elle frappait à loisir sur un
peuple esclave, si méprisable aux yeux de ce clergé puissant et de
cette superbe noblesse qui l'opprimaient.

Je ne dirai plus qu'un mot sur ce sujet, pour observer que ce même
préjugé pouvait être encore fortifié par une coutume bizarre, qui régna
longtemps chez plusieurs nations de l'Europe. Je parle du combat
judiciaire. Lorsque cette absurde institution décidait de toutes les
affaires civiles et criminelles, les parents de l'accusé étaient
quelquefois obligés de devenir eux-mêmes parties dans le procès d'où
dépendait son sort: lorsque sa faiblesse, ses infirmités, son sexe
surtout ne lui permettait pas de prouver son innocence l'épée à la
main, ses proches embrassaient sa querelle et combattaient à sa place:
le procès devenait donc en quelque sorte pour eux une affaire
personnelle; la punition de l'accusé était la suite de leur défaite, et
dès lors il était moins étonnant qu'ils en partageassent la honte,
surtout chez des peuples qui ne connaissaient d'autre mérite que les
qualités guerrières.

Après avoir cherché l'origine du préjugé qui fait l'objet de nos
réflexions, j'ai à discuter une seconde question peut-être plus
intéressante encore.

Ce préjugé est-il plus utile que (13) nuisible? (14)

J'avoue que je n'ai jamais pu concevoir comment les sentiments
pouvaient être partagés sur un point que le bon sens et l'humanité
décident si clairement: aussi quand j'ai vu une des compagnies
littéraires les plus distinguées du royaume proposer cette question je
n'ai jamais pensé que son intention fût d'offrir un problème à
résoudre; mais seulement une erreur funeste à combattre, un usage
barbare à détruire, une des plaies de la société à guérir.

Qu'une opinion dont l'effet est de faire porter à l'innocence ce que la
peine du crime a de plus accablant soit injuste, c'est une vérité, ce
me semble, qui n'a pas besoin de preuve: mais ce point résolu, la
question est décidée; si elle est injuste, elle n'est donc pas utile.

De toutes les maximes de la morale, la plus profonde, la plus sublime
peut-être, et en même temps la plus certaine est celle qui dit: que
rien n'est utile, que ce qui est honnête.

Les lois de l'être suprême n'ont pas besoin d'autre sanction, que des
suites naturelles qu'il a lui-même attachées à l'audace qui les
enfreint ou à la fidélité qui les respecte. La vertu produit le
bonheur, comme le soleil produit la lumière, tandis que le malheur sort
du crime, comme l'insecte impur naît du sein de la corruption.

Rien n'est utile que ce qui est honnête; cette maxime vraie en morale
ne l'est pas moins en politique: les hommes isolés et les hommes réunis
en corps de nations sont également soumis à celte loi: la prospérité
des (15) sociétés politiques repose nécessairement sur la base immuable
de l'ordre, de la justice et de la sagesse: toute loi injuste, toute
institution cruelle qui offense le droit naturel, contrarie directement
leur but, qui est la conservation des droits de l'homme, le bonheur et
la tranquillité des citoyens.

Si les politiques paraissent avoir souvent méconnu ce principe, c'est
qu'en général les politiques ont beaucoup de mépris pour la morale,
c'est que la force, la témérité, l'ignorance et l'ambition ont trop
souvent gouverné la terre.

Au reste si j'avais eu à démontrer la vérité de la maxime que je viens
(16) d'exposer, par un exemple frappant, j'aurais choisi précisément
celui que me fournit le préjugé dont il est ici question.

Mais ici j'entends des voix s'élever en sa faveur; je crois rencontrer
dès le premier pas un sophisme accrédité, qui lui a donné un assez
grand nombre de partisans.

Il est, dit-on, salutaire au genre humain; il prévient une infinité de
crimes; il force les parents à veiller sur la conduite des parents; il
rend les familles garantes des membres qui les composent.

Des citoyens garants des crimes d'un autre citoyen! condamnés à
l'infamie qu'un autre a méritée!... Eh! c'est précisément ce monstre de
l'ordre social que j'attaque. C'est par des lois sages, c'est par le
maintien des moeurs plus puissantes que les lois, qu'il peut arrêter le
crime; et non par des usages atroces toujours plus contraires au bien
de la société que les délits mêmes qu'ils pourraient prévenir.

A la Chine on a imaginé un moyen assez (17) frappant d'établir cette
espèce de garantie dont on nous vante les avantages. Là, les lois
condamnent à mort les pères dont les enfants ont commis un crime
capital; que n'adoptons-nous cette loi? Cette idée nous fait frémir!...
et nous l'avons réalisée. Ne nous prévalons pas de la circonstance que
nous n'avons pas été jusqu'à ôter la vie aux parents des coupables:
nous avons fait plus, même dans nos propres principes, puisque nous
rougirions de mettre la vie même en concurrence avec l'honneur.

Mais après tout ce préjugé nous donne-t-il en effet le dédommagement
qu'on nous promet? Comment diminue-t-il le nombre des crimes? Est-ce de
la part de ceux qui sont capables de les commettre? Je n'ai pas l'idée
d'un homme assez scélérat pour fouler aux pieds les lois les plus
sacrées, et cependant assez sensible, assez généreux, assez délicat
pour craindre d'imprimer à sa famille le déshonneur qu'il ne redoute
pas pour lui-même. Le préjugé produira-t-il plus d'effet de la part des
parents? Rendra-t-il les pères plus attentifs à l'éducation de leurs
enfants?

Quand leur esprit pourrait se fixer sur les horribles images qu'il lui
présenterait; quand la tendresse paternelle, si prompte à se flatter
pourrait penser sérieusement qu'elle caresse peut-être des monstres
capables de mériter un jour toute la rigueur des lois, cet étrange
mobile serait au moins superflu; car il n'est pas un seul père dont les
soins ne se proposent quelque chose de plus que d'empêcher que ses
enfants n'expirent un jour sur un échafaud.

On m'objectera peut-être que ce motif peut au moins engager les parents
à réclamer le secours de l'autorité contre les enfants pervers qui les
menacent d'un déshonneur prochain.

Mais, outre que la dernière classe des citoyens n'a pas les ressources
nécessaires pour se procurer ce remède violent, quand les pères se
déterminent-ils à en faire usage? lorsque le mal est devenu incurable;
lorsque la corruption de celui qui les réduit à l'employer est parvenue
à son dernier période; lorsque les écarts multipliés qu'ils connaissent
souvent les derniers, et qui ont déjà mérité l'animadversion de la
justice les forcent à une démarche cruelle, qui laisse toujours une
tache sur l'objet de leur tendresse.

Souvent même, à peine l'auront-ils privé de la liberté dont il abuse,
que séduits par l'espoir d'un changement (18) dont eux seuls peuvent se
flatter, ils obtiendront la révocation de l'ordre fatal qu'ils avoient
sollicité. Le coupable déjà corrompu avant sa détention, aigri
peut-être encore par le châtiment rentrera dans le sein de la société
où il (19) rapportera des dispositions funestes à tous les crimes qui
peuvent la troubler.

Voilà donc les avantages que nous procure le préjugé dont je parle:
c'était bien la peine d'être injustes et barbares!

Mais d'ailleurs pour avoir au moins un prétexte de rendre le père
responsable à ce point des actions de ses enfants, il faudrait lui
laisser tous les moyens nécessaires pour les diriger.

Les Chinois sont en cela plus conséquents que nous: leurs lois leur
donnent un pouvoir sans bornes sur leurs familles; elles punissent,
dit-on, de n'en avoir pas usé, mais nous qui avons presque entièrement
soustrait à l'autorité paternelle la personne et les biens des enfants,
nous qui fixons à un âge si peu avancé le terme de leur indépendance,
comment imputerions-nous aux pères tant de fautes qu'ils ne peuvent
empêcher?

Avant d'exercer contre eux cette odieuse rigueur rendons-leur du moins
tous les droits qui leur appartiennent; rétablissons ce tribunal
domestique que les anciens peuples regardaient avec raison comme la
sauvegarde des moeurs; ou plutôt cette sage institution nous prouverait
bientôt que pour diminuer le nombre des coupables, il n'est pas
nécessaire d'accabler (19) l'innocence (20) et d'outrager l'humanité.

Mais quand nous pourrions couvrir de quelque motif spécieux notre
injustice à l'égard des pères, comment pourrions-nous l'excuser envers
les autres parents des coupables? Quelle autorité le frère a-t-il pour
corriger le frère? Quelle puissance le fils exerce-t-il sur son père?
Et la tendre, la timide, la vertueuse épouse, est-elle criminelle pour
n'avoir pas réprimé les excès du maître, auquel la loi l'a soumise? De
quel droit portons-nous le désespoir dans son coeur abattu? De quel
droit la forçons-nous à cacher, comme un douloureux témoignage de sa
honte, les pleurs même que lui arrache l'excès de son infortune?

J'ai cherché vainement de quelle apparence d'utilité, on pouvait
colorer l'injustice du préjugé que je combats; mais je suis moins
embarrassé à découvrir les maux innombrables qu'il traîne après lui.

Pour bien les apprécier, il faudrait pouvoir suspendre un moment
l'impression de l'habitude qui nous l'a rendu trop familier, et le
considérer en quelque sorte dans un point de vue plus éloigné.

Je suppose donc qu'un habitant de quelque contrée lointaine, où nos
usages sont inconnus, après avoir voyagé parmi nous, retourne vers ses
compatriotes et leur tienne ce discours:

J'ai vu des pays où règne une coutume singulière; toutes les fois qu'un
criminel est condamné au supplice, il faut que plusieurs autres
citoyens soient déshonorés: ce n'est pas qu'on leur reproche aucune
faute; ils peuvent être justes, bienfaisants, généreux; ils peuvent
posséder mille talents et mille vertus; mais ils n'en sont pas moins
des gens infâmes: avec l'innocence, ils ont encore les droits les plus
touchants à la commisération de leurs concitoyens; c'est, par exemple,
une famille désolée, à qui l'on arrache son chef et son appui, pour le
traîner à l'échafaud: mais on juge qu'elle serait trop heureuse, si
elle n'avait que ce malheur à pleurer; on la dévoue elle-même à un
opprobre éternel. (21) Les infortunés, avec toute la sensibilité d'une
âme honnête, sont réduits à porter tout le poids de cette peine
horrible, que le scélérat peut seul soutenir. Ils n'osent plus lever
les yeux, de peur de lire le mépris sur le visage de tous ceux qui les
environnent; tous les états les dédaignent; tous les corps les
repoussent; toutes les familles craignent de se souiller par leur
alliance; la société entière les abandonne et les laisse dans une
solitude affreuse; la bienfaisance même qui les soulage se défend à
peine du sentiment superbe et cruel qui les outrage; l'amitié...
j'oubliais que l'amitié ne peut plus exister pour eux. Enfin leur
situation est si terrible qu'elle fait pitié à ceux même qui en sont
les auteurs; on les plaint... du mépris que l'on se sent pour eux; et
on continue de les flétrir; on plonge le couteau dans le coeur de ces
victimes innocentes; mais ce n'est pas sans être un peu ému de leurs
cris.

A cet étonnant, mais fidèle récit, que diraient les peuples dont je
parle; ne croiraient-ils pas d'abord qu'un tel préjugé ne peut régner
que dans quelque contrée sauvage? on aurait beau ajouter que les
peuples qui l'ont adopté sont d'ailleurs, justes, humains, éclairés;
qu'ils ont des moeurs polies, des lois sages, des institutions
sublimes; qu'ils savent mieux qu'aucun autre respecter les droits de
l'humanité et connaître les principes du bonheur social; qu'ils ont
porté les arts et les sciences à un degré de perfection inconnu au
reste de l'univers: ils ne voudraient jamais croire à des
contradictions si inconcevables; ignorant tous les avantages qui nous
dédommagent de ces restes de l'ancienne barbarie, ils nous
regarderaient peut-être comme les plus malheureux des hommes; ils
s'applaudiraient de ne pas vivre dans des pays où l'innocence n'est
point en sûreté; où les citoyens sont sans cesse exposés aux dangers
affreux de perdre le plus précieux de tous les biens par des événements
qui leur sont étrangers.

Tel est le premier inconvénient attaché à cet absurde préjugé; il est
fait pour nous effrayer. Nous regardons tout ce qui porte atteinte à la
stabilité de nos propriétés, comme un coup funeste qui ébranle les
fondements de la félicité publique; quelle idée nous formerons-nous
donc d'un préjugé qui soumet aux caprices du hasard l'honneur même,
sans lequel tous les autres biens sont sans prix et la vie (22) n'est
qu'un supplice?

Nous répétons tous les jours cette maxime équitable, qu'il vaut mieux
épargner cent coupables que de sacrifier un seul innocent: et nous ne
punissons pas un coupable, sans perdre plusieurs innocents! la punition
d'un scélérat, disons-nous, n'est qu'un exemple pour d'autres
scélérats; mais le supplice d'un homme de bien est l'effroi de la
société entière: et tous les jours nous donnons à la société ce
spectacle horrible, qui doit porter la terreur dans l'âme de chacun de
nous, puisque rien ne nous garantit que nous n'en serons jamais les
déplorables objets et qu'oppresseurs aujourd'hui, nous pouvons demain
être opprimés à notre tour.

Et quel tort pense-t-on que cause à l'Etat la flétrissure imprimée à
tant de citoyens!

Les législateurs éclairés se sont toujours montrés avares du sang même
le (23) plus vil, lorsqu'ils ont pu le conserver à la patrie; ils n'ont
pas voulu lui ôter les moindres avantages qu'elle pouvait tirer de la
punition (24) des criminels qui auraient violé ses lois. De là les
peines qui vouent aux travaux publics les auteurs de certains délits:
nos lois même ont adopté ces sages principes: et nos préjugés les
blessent ouvertement en rendant inutiles à l'Etat les citoyens
irréprochables qui ont le malheur de tenir à un coupable.

Si, au lieu de leur imputer les fautes de leurs proches, on leur
faisait un mérite de ne pas leur ressembler, la (25) condamnation de
ces derniers serait pour eux un aiguillon puissant qui les forcerait à
la faire oublier par leurs qualités personnelles; mais le préjugé prive
à jamais la société des services qu'ils pouvaient lui rendre. En leur
ôtant l'honneur, il les anéantit; il les frappe d'une espèce de mort
civile non moins funeste que celle que la loi donne au criminel qu'elle
condamne.

Plût au Ciel encore qu'ils ne fussent qu'inutiles et qu'ils ne
devinssent pas dangereux!

L'opprobre avilit les âmes; celui que l'on condamne au mépris est forcé
à devenir méprisable. De quel sentiment noble, de quelle action
généreuse sera capable celui qui ne peut plus prétendre à l'estime de
ses semblables; privé sans retour des avantages attachés à la vertu, il
faudra qu'il cherche un dédommagement dans les jouissances du vice.

Si la honte lui a laissé quelque (26) ressort, craignons-le encore
davantage: son énergie se tournera en haine et en désespoir; son âme se
soulèvera contre l'injustice atroce dont il est la victime; il
deviendra l'ennemi secret de la société qui l'opprime: heureux s'il ne
finit pas par mériter la peine qu'il a d'abord injustement subie et si
les lois ne punissent pas un jour en lui des crimes auxquels la
barbarie de ses concitoyens l'aura conduit!

Il est vrai que souvent ces infortunés prennent le parti de fuir leur
pays et d'aller cacher leur honte dans des contrées lointaines: mais
comptons-nous pour rien la perte de tant de citoyens que nous forçons à
porter aux nations étrangères leurs fortunes, leur industrie, leurs
talents et la haine de la patrie qui les a persécutés.

Ce préjugé fatal semble fait pour être le signal de la discorde: c'est
par lui qu'une barrière insurmontable s'élève tout à coup entre des
familles prêtes à s'unir par une étroite alliance; c'est par lui que le
dédain, le mépris, le deuil, le désespoir succède à l'estime, à
l'amour, à la joie, à l'ivresse du bonheur; c'est lui qui arrachant
l'un à l'autre des amants dont l'hymen allait combler les voeux ordonne
à l'un de trahir sa foi, et condamne l'autre à l'impuissance de remplir
jamais un des devoirs les plus sacrés du citoyen.

C'est ce même préjugé qui allume tant de querelles funestes; le mépris
auquel il dévoue ses victime les expose sans cesse à des affronts
qu'elles ne souffrent pas toujours avec patience; la cause de leur
déshonneur est un des textes d'injures les plus familiers à la haine, à
l'insolence, à la brutalité, au faux honneur: de là les dissensions,
les rixes, et surtout les duels; c'est ainsi que ce préjugé fournit un
aliment à cette frénésie, et (27) devient un des appuis d'une autre
mode (28) presqu'aussi funeste et aussi barbare que lui, et qu'il est
sans doute bien digne de protéger.

Il produit encore un autre inconvénient, moins sensible peut-être, mais
non moins réel: il affaiblit le nerf de l'autorité paternelle.

J'ai vu des enfants pervers s'apercevoir qu'ils tenaient dans leurs
mains la destinée de leurs parents; se prévaloir de cet odieux avantage
(29), pour leur arracher d'injustes complaisances; forcer la faiblesse
de leurs pères à capituler, pour ainsi dire, avec eux, à oublier une
sévérité nécessaire, par la crainte de les pousser à des excès qui
pouvaient déshonorer leur famille; et faire ainsi du préjugé dont nous
parlons l'instrument de leurs passions et la sauvegarde de leur (30)
licence. Ces exemples ne sont que trop communs; ils ne demandent qu'un
oeil attentif, pour être aperçus.

Ce n'est pas tout. Pour achever de peindre le préjugé que je combats,
il me reste à prouver que s'il est le fléau de l'innocence, il n'est
pas moins le protecteur du crime.

Attacher au sort d'un scélérat celui de plusieurs honnêtes gens,
qu'est-ce autre chose que fournir au premier mille moyens d'échapper à
la punition qu'il a méritée?

Tandis que le bon ordre demande son supplice, la commisération publique
sollicite sa grâce en faveur des innocents dont il doit entraîner la
perte. Chaque procès criminel qui menace l'honneur d'une famille
honnête fait naître, pour ainsi dire, une nouvelle conspiration contre
les lois; les parents effrayés déploient tout leur crédit et toutes
leurs ressources pour leur dérober la victime qu'elles doivent frapper;
leurs (31) efforts, secondés par la voix de l'humanité l'emportent
souvent sur l'intérêt public: qui pourrait compter tous ceux qui ont
été enhardis au crime par le motif impérieux qui devai(32)t forcer une
famille puissante à leur assurer l'impunité? Qui pourrait compter tous
les criminels dont le pardon a été arraché à la clémence des princes
par les cris des infortunés qui devaient partager leur honte?

C'est ainsi que nos préjugés insensés énervent la vigueur des lois;
c'est ainsi qu'à force d'être cruels, nous nous ôtons presque le droit
d'être justes.

Eh! celui dont nous parlons n'eût-il d'autre inconvénient que
d'accoutumer les familles à solliciter des ordres supérieurs contre la
liberté des particuliers, il n'en serait pas moins encore un des plus
terribles fléaux de la société: si quelques fois de justes craintes les
forcent à recourir à cette dangereuse ressource; combien de fois ce
prétexte n'est-il qu'un moyen de surprendre la religion des souverains?
Combien de fois ne (33) sert-il pas d'instrument aux vengeances
domestiques? Combien de fois la haine ou la cupidité d'un père injuste,
d'une marâtre cruelle, d'un frère jaloux, d'une perfide épouse ne
sont-ils pas le seul crime des malheureux sur qui l'on cherche à
appesantir le bras de l'autorité!...

Je crois en avoir assez dit pour mettre tous les esprits à portée de
juger si le préjugé dont je parle est plus nuisible qu'utile.

Mais que sert de le dénoncer à l'indignation publique? N'est-t-il pas
destiné à triompher de tous les efforts de la raison? Peut-on espérer
de guérir jamais les hommes de ce mal invétéré?

Ainsi raisonne le vulgaire; mais l'homme fait pour penser rejette ce
funeste présage.

Les préjugés invincibles ne sont faits que pour les temps d'ignorance,
où l'homme courbé sous le joug de l'habitude regarde toutes les
coutumes anciennes comme sacrées, parce qu'il n'a ni la faculté de les
apprécier, ni même l'idée de les examiner: mais dans un siècle éclairé,
où tout est pesé, jugé, discuté; où la voix de la raison et de
l'humanité retentit avec tant de force; où devenus plus sensibles et
plus délicats en raison du progrès de nos connaissances, nous nous
appliquons sans cesse à diminuer le nombre de nos maux et à augmenter
nos jouissances, un usage atroce ne peut longtemps retarder sa ruine,
que lorsqu'il est protégé par les passions des hommes, ou par le crédit
d'un trop grand nombre de citoyens intéressés à le perpétuer: mais le
préjugé dont je parle n'est utile à personne; il est redoutable à tous;
la société entière demande qu'il périsse.

N'en doutons pas. Le progrès des lumières, qui au moment où nous
sommes, l'a déjà beaucoup affaibli suffirait seul pour amener cet
heureux événement; mais (34) l'intérêt de l'humanité m'invite,
Messieurs, à remplir vos vues bienfaisantes en cherchant les moyens de
l'accélérer.

Ce n'est point par des lois expresses qu'il faut combattre (35) l'abus
dont il est question; ce n'est point par l'autorité qu'il faut
l'attaquer: elle n'a point de prise sur l'opinion. De pareils moyens
loin de détruire le préjugé dont nous parlons ne feraient peut-être que
le fortifier. Il a sa source dans l'honneur, comme je l'ai prouvé; et
l'honneur loin de céder à la force se fait un devoir de la braver:
essentiellement libre et indépendant il n'obéit qu'a ses propres lois;
il ne reconnaît d'autre juge et d'autre maître que lui-même.

Au reste nous n'avons pas besoin de changer tout le système de notre
législation; de chercher le remède d'un mal particulier dans une
révolution générale, souvent dangereuse: des moyens plus simples, plus
faciles, et peut-être plus sûrs semblent s'offrir à nous.

Cependant, si je pouvais penser que l'opinion dont je parle fût
réellement propre à diminuer le nombre des crimes; si c'était vraiment
ce motif, qui nous eût déterminés à l'adopter et qui nous y retînt
attachés, je chercherais à la remplacer par quelque institution qui pût
nous procurer les mêmes avantages: je proposerais par exemple,
d'étendre les bornes du pouvoir paternel; et de donner aux parents
toute l'autorité nécessaire pour récompenser ou pour punir les vertus
ou les désordres de leurs enfants: mais comme l'intérêt des moeurs
n'est ici qu'un vain prétexte par lequel la prévention cherche
quelquefois à pallier notre injustice, je regarde le rétablissement de
la puissance paternelle, à la vérité, comme le frein le plus puissant
de la corruption, mais non comme un moyen d'anéantir l'abus dont il
s'agit ici.

Mais je voudrais que l'on abrogeât certaines lois qui paraissent tendre
immédiatement à l'entretenir: il serait à souhaiter par exemple que les
biens d'un homme condamné au supplice cessassent d'être soumis à la
confiscation: cette peine tombe moins sur le coupable que sur ses
héritiers; elle semble être par elle-même une espèce de flétrissure
pour sa famille: dans le temps où elle aurait besoin de toute la
considération que le vulgaire attache à la richesse, pour affaiblir le
mépris auquel elle est exposée, la confiscation ajoute encore à son
avilissement par la misère où elle la réduit.

Je voudrais aussi que la loi n'imprimât plus aucune espèce de tache aux
bâtards; qu'elle ne parût point punir en eux les faiblesses de leurs
pères en les écartant des dignités civiles et même du ministère
ecclésiastique; je voudrais que l'on effaçât cette maxime du droit
canonique, que les inclinations perverses de ceux qui leur ont donné le
jour sont censées leur avoir été transmises avec le sang; qu'enfin l'on
abolît tous les usages qui peuvent familiariser les citoyens avec
l'idée qu'on peut quelquefois raisonnablement rendre un homme
responsable d'une faute qu'il n'a point commise.

Mais le caractère même du préjugé dont il est question semble nous
indiquer un autre moyen (36) également simple, mais (37) encore plus
efficace pour l'affaiblir.

Nous voyons qu'il n'attache pas (38) la honte seulement au supplice,
mais à la forme même du supplice; la roue, le gibet, comme je l'ai déjà
observé, déshonore la famille de ceux qui périssent par ce genre de
peine, mais le fer qui tranche une tête coupable n'avilit point les
parents du criminel; peu s'en faut même qu'il ne devienne un titre de
noblesse pour sa postérité.

Serait-il impossible de profiter de cette disposition des esprits;
d'étendre à toutes les classes de citoyens cette dernière forme de
punir les crimes?

Effaçons une distinction injurieuse qui semble ajouter à l'humiliation
de ceux qui restent en but au préjugé et faire retomber sur eux tout le
déshonneur dont les autres s'affranchissent: à la place d'une peine,
qui, à la honte inséparable du supplice, joint encore un caractère
d'infamie qui lui est propre, établissons une autre espèce de peine à
laquelle l'imagination est accoutumée d'attacher une sorte d'éclat, et
dont elle sépare l'idée du déshonneur des familles; peut-être ce
changement indifférent en lui-même en amènera-t-il un très avantageux
dans nos idées sur cet objet; peut-être reconnaîtrons-nous par une
heureuse expérience, que dans ce qui tient à l'opinion surtout, les
remèdes les plus simples sont souvent les plus salutaires.

Mais j'en vois un autre infiniment plus puissant, qui seul suffirait
pour extirper le mal et dont le succès me parait absolument infaillible.

Les souverains le tiennent dans leurs mains; pour anéantir ce préjugé
fatal(39), qui semble avoir poussé de si profondes racines, ils n'ont
pas besoin d'épuiser leurs trésors, ni de déployer toute leur
puissance; il leur suffira de l'attaquer.

Que leur justice et leur humanité viennent au secours des malheureux
qui sont unis par le sang aux coupables condamnés; qu'ils ne souffrent
pas que la route de la fortune et des honneurs leur soit fermée; qu'ils
ne dédaignent pas de les décorer des marques de leur faveur, lorsqu'ils
les auront méritées par leurs services; ou plutôt qu'ils saisissent
avec empressement toute occasion de les récompenser; que, toutes choses
égales, ils leur accordent même sur leurs concurrents une préférence
qui n'a rien d'injuste; que des places, des distinctions, des titres
d'honneur, qu'un regard favorable, un mot flatteur annonce souvent au
public que le monarque oublie les fautes de leurs proches pour ne voir
que leur mérite personnel, qu'il méprise ce vil préjugé qui ose
dégrader la vertu même; bientôt sa conduite sera la loi de tous ses
sujets.

Qui pourra demeurer l'esclave de cette absurde opinion, lorsqu'il verra
le prince se faire une gloire de la braver et un devoir de la détruire?

Qui méprisera des hommes irréprochables, honorés de son estime et de sa
bienveillance, dans des pays où la faveur est l'idole de tous les
sujets, où ceux qui l'obtiennent sont pour les autres des objets
d'admiration et d'envie; où le suffrage et les récompenses du (40)
souverain sont regardés comme le comble de la gloire et le terme de
l'ambition? J'ai fait voir que l'honneur est le principe du préjugé
dont je parle; et ceux sur qui l'honneur a le plus d'empire sont ceux
qui attachent le plus de prix à l'éclat des distinctions et au bonheur
de fixer l'attention du prince; quand (41) il opposera son exemple au
préjugé, il (42) sera donc sûr de le combattre avec des armes
invincibles.

Ah! plût an Ciel que ce faible ouvrage pût parvenir jusqu'au jeune
monarque qui nous gouverne! une idée utile à l'humanité ne lui serait
pas vainement présentée. Celui qui proscrivant un usage barbare
consacré par une jurisprudence ancienne a épargné aux accusés des
cruautés inutiles, est digne d'arracher des citoyens innocents à
l'ignominie qui doit être réservée pour le crime. Dompter un préjugé
atroce qui traîne tant de maux après lui, serait un triomphe d'un
nouveau genre dont il ne partagerait la gloire avec aucun souverain, et
dont (43) l'éclat ne serait point effacé aux yeux de la postérité par
les grands événements qui ont illustré son règne.

Ce n'est pas tout. Cette ressource si précieuse n'est pas la seule qui
nous reste, pour nous délivrer de ce fléau. Il en est une autre non
moins infaillible; et c'est vous-mêmes, Messieurs, qui l'avez
découverte. En invitant les gens de lettres à frapper sur l'opinion
fatale qui fait l'objet de celle discussion vous avez donné à la
société un gage assuré de sa ruine.

Fixer l'attention du public sur un usage également absurde et barbare
est un des moyens les plus certains de le détruire. La raison et
l'éloquence: voilà les armes avec lesquelles il faut attaquer les
préjugés: leur succès n'est point douteux dans un siècle tel que le
nôtre.

Plus je réfléchis et plus je suis convaincu que celui dont je parle ne
subsiste encore aujourd'hui que parce qu'il n'a pas encore été
approfondi; parce que l'esprit philosophique ne s'est pas encore porté
particulièrement sur cet objet; parce que le défaut de réflexion à cet
égard a même laissé dans un grand nombre d'esprits l'idée fausse et
absurde qu'il procure de précieux avantages à la société: mais si nos
habiles écrivains avaient depuis longtemps accoutumé le public à
envisager tout ce qu'il a de ridicule, d'injuste, d'atroce et de
funeste; croit-on qu'il aurait conservé tout son empire?

(44) Hâtez-vous de l'anéantir, ô vous sublimes génies, à qui la nature
semble avoir (45) confié le noble emploi d'éclairer vos semblables;
c'est à vous qu'il (46) est donné de commander à l'opinion. Et quand
votre empire fût-il aussi étendu, que dans ce siècle avide des
jouissances de l'esprit, où vos ouvrages devenus l'occupation et les
délices d'une foule innombrable de citoyens vous donnent une si
prodigieuse influence sur les moeurs et sur les idées des peuples?
Combien de coutumes funestes? Combien de préjugés barbares n'avez-vous
pas détruits, malgré les profondes racines qui semblaient devoir ôter
l'espoir de les ébranler? Hélas! le génie sait faire triompher l'erreur
même, lorsqu'il s'abaisse à la protéger: que ne pourrez-vous donc pas,
quand vous montrerez la vérité aux hommes; non pas la vérité austère,
effarouchant les passions, imposant des devoirs, demandant des
sacrifices: mais la vérité douce, touchante, réclamant les droits les
plus chers de l'humanité, secondant le voeu de toutes les âmes
sensibles et trouvant tous les coeurs disposés à la recevoir? Quelle
résistance éprouverez-vous, quand vous attaquerez avec toutes les
forces du génie un préjugé odieux, dont on s'étonnera d'avoir été
l'esclave, (47) dès que vous l'aurez peint avec les couleurs qui lui
conviennent?

Grâces immortelles soient donc rendues à la société célèbre, qui la
première a donné l'exemple de diriger vers ce but les efforts et
l'émulation des hommes de lettres! cette idée aussi belle qu'elle est
neuve honore également le coeur et l'esprit de ceux qui la composent:
elle lui (48) assure (49) à la fois la reconnaissance et l'admiration
du public.

J'ai tâché, autant qu'il était en moi, de seconder son zèle pour le
bien de l'humanité! puisse un grand nombre de ceux qui ont couru avec
moi la même carrière avoir combattu avec des armes plus victorieuses
l'abus funeste contre lequel nous nous sommes ligués! Si je n'obtiens
pas la couronne à laquelle j'ai osé aspirer, mes travaux ne demeureront
pas tout à fait sans récompense; je trouverai au fond de mon coeur un
autre prix assez flatteur, qu'aucun rival ne saurait m'enlever.

Quod genus hoc hominum; quaevet hunc tant barbara morem

Permittit patria?

VIRG. AENID.

De Robespierre, avocat en parlement demeurant à Arras.



Mots raturés dans le manuscrit original:



(1) dig

(2) au moins

(3) Quoique les bonnes et les mauvaises actions soient personnelles;
j'ai cr

(4) q

(5) ne dit-on

(6) les particuliers ayant

(7) Publius Manlius l'un de ses descendants

(8) dont

(9) s

(10) encore

(11) d

(12) af

(13) f

(14) à la

(15) Etats

(16) d'étab

(17) e

(18) impossi

(19) les

(20) ;

(21) Les malheu

(22) même

(23) s

(24) même

(25) p

(26) s

(27) qu'il est

(28) non mo

(29) s

(30) s

(31) cris, appuyés

(32) en

(33) f

(34) le bien

(35) le préjugé

(36) no

(37) peut-être

(38) seulement

(39) e

(40) m

(41) cela

(42) est

(43) l'h

(44) C'est à

(45) donné

(46) app

(47) quand

(48) r

(49) la reco



      *      *      *      *      *      *      *      *      *      *





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Oeuvres par Maximilien Robespierre — Miscellaneous" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home