Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Conséquences du système de cour établi sous François 1er - Première livraison contenant l'histoire politique des - grands offices de la maison et couronne de France, des - dignités de la cour, et particulièrement des marquis, et - du système nobiliaire depuis François premier
Author: Roederer, P.-L. (Pierre-Louis), 1754-1835
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Conséquences du système de cour établi sous François 1er - Première livraison contenant l'histoire politique des - grands offices de la maison et couronne de France, des - dignités de la cour, et particulièrement des marquis, et - du système nobiliaire depuis François premier" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Note: Les lettres supérieures unusuelles sont marquées par {}.]



DE L'IMPRIMERIE DE LACHEVARDIÈRE,

RUE DU COLOMBIER, N° 30, à PARIS.



CONSÉQUENCES

DU

SYSTÈME DE COUR

ÉTABLI

SOUS FRANÇOIS Ier.

PREMIÈRE LIVRAISON

CONTENANT

L'HISTOIRE POLITIQUE DES GRANDS OFFICES DE LA MAISON ET COURONNE DE
FRANCE; DES DIGNITÉS DE LA COUR, ET PARTICULIÈREMENT DES MARQUIS, ET DU
SYSTÈME NOBILIAIRE DEPUIS FRANÇOIS PREMIER.

Par P.-L. ROEDERER.

PARIS,

HECTOR BOSSANGE, LIBRAIRE,

QUAI VOLTAIRE, N° 11.

LIBRAIRIE DES ÉTRANGERS,

RUE NEUVE-SAINT-AUGUSTIN, N° 50.

AOÛT 1830.



CONSÉQUENCES

DU

SYSTÈME DE COUR

ÉTABLI

SOUS FRANÇOIS Ier



INTRODUCTION.


On répète souvent cette conclusion du jugement porté par Anquetil sur
François Ier: «_Ses défauts n'ont affligé que son siècle, et nous
jouissons des fruits de ses bonnes qualités._»

Anquetil et la plupart de ses lecteurs se sont persuadé que cette
conclusion caractérisait un règne dont la probité interdit l'éloge, et
pour lequel néanmoins la sévérité paraît difficile, ne fût-ce que par le
défaut d'exemples qui y disposent.

On se flatte bonnement de satisfaire la justice, en avouant d'abord que
ce règne a été une calamité pour la partie du seizième siècle à laquelle
il s'étend, et en avançant ensuite qu'il a jeté dans la nation des
semences de bien dont les siècles suivants ont opéré le développement,
et auxquelles nous devons aujourd'hui de douces et nobles jouissances.

Quand j'ai parlé de cette opinion à la fin de mon Mémoire concernant
François Ier, j'ai craint d'en trop dire; je vois, par les observations
qui m'ont été faites, que je n'ai point dit assez, et je reprends la
récapitulation de quelques parties de ce règne.

Quels furent donc les défauts et les bonnes qualités de François Ier,
quelles furent les calamités dont ses défauts affligèrent son siècle, et
quelles sont les jouissances que nous devons à ses bonnes qualités?

«Ce prince, dit Anquetil, était _indiscret jusqu'à l'imprudence, léger,
imprévoyant_. Il fit des femmes de sa cour des objets de scandale. Il
avait l'amour du luxe et des plaisirs: voilà ses défauts. _Les fêtes,
les spectacles, le faste de sa cour lui coûtaient autant que la guerre;_
ses guerres et ses négociations _furent toutes aussi malheureuses les
unes que les autres_: voilà ses fautes. «En revanche, dit toujours
Anquetil, il était _affable, éloquent, loyal_; il aimait les sciences;
il affectionnait et honorait les savants; il avait des moeurs douces et
polies: telles furent ses bonnes qualités. La politesse de sa cour, à
laquelle nous devons la douceur et l'élégance de moeurs qui fixent sur
la France les regards charmés des étrangers; la restauration des
lettres, l'essor qu'elles ont pris, la hauteur où notre littérature
s'est élevée et se soutient depuis près de deux siècles; tels sont,
selon Anquetil, les heureux fruits de ses bonnes qualités, dont nous
jouissons.»

Indiscret, léger, imprévoyant, fastueux, galant, dépensier, que tout
cela ne s'appelle que des _défauts_ dans un roi, j'y consens; que toutes
les disgrâces méritées d'un négociateur décrié et les revers d'un
guerrier présomptueux et malhabile, s'appellent des _fautes_, quand il
s'agit d'un roi, j'y souscris encore, pourvu que cette indulgence ne
passe pas dans la morale publique.

Mais pourquoi Anquetil oublie-t-il dans son résumé la crapule qui
souilla la vie privée de son héros, ses manques de foi, ses habitudes
despotiques, son esprit persécuteur, sa cruauté dans la tyrannie?
Sont-ce là de simples défauts, ne sont-ce pas des vices? Pourquoi
l'auteur oublie-t-il le mépris des lois de l'état, si bien prouvé par la
dégradation des corps politiques et judiciaires; les entreprises sur la
propriété par l'impôt arbitraire, par l'envahissement du trésor public;
l'oppression des consciences par les persécutions religieuses, par des
condamnations capitales arbitrairement prononcées, par des violences
directes personnellement exercées, par la férocité inouïe d'exécutions
ordonnées contre des innocents? Sont-ce là des fautes ou des crimes? La
raison, la justice, la morale, permettent-elles de pallier les vices
sous le nom mitigé de défauts, et d'adoucir l'horreur du crime, par la
simple qualification de fautes?

Des bonnes qualités qu'il plaît à l'auteur d'attribuer à François Ier,
plusieurs lui ont été absolument étrangères, notamment la loyauté et la
franchise: il a même été atteint des vices opposés. Fut-il franc et
loyal quand il éluda le combat singulier que lui-même avait proposé à
Charles-Quint[1]? L'était-il, quand, en présence de seigneurs italiens
avec qui il avait fait un traité, il molesta et humilia le parlement qui
en refusait la vérification, et ensuite encouragea secrètement
l'opposition des magistrats, les priant de prendre sur eux _l'odieux
d'un refus qu'il ne fallait pas_, disait-il, _qu'on lui imputât_?
L'était-il, quand il sacrifia à Léon X les petites puissances de
l'Italie, à qui il devait en grande partie la conquête du Milanais?
L'était-il, quand il faisait assurer aux protestants réunis à Smalcalde
qu'il n'avait jamais fait brûler de protestants d'Allemagne, parmi les
hérétiques dont le supplice avait épouvanté le monde?

    [Note 1: Le duc de Wellington a dans sa possession une cassette
    qui renferme en original l'opinion de tous les grands et illustres
    guerriers de l'Europe entière, consultés par Charles-Quint sur
    celle de François Ier dans cette affaire. Je tiens d'un officier
    général attaché au duc de Wellington, et qui a lu tous ces écrits,
    que le sentiment unanime des personnages consultés s'accorde avec
    l'opinion que j'ai exprimée à ce sujet dans mon Mémoire.]

Au lieu d'avoir affectionné et honoré les savants, il en a été le
persécuteur; au lieu d'avoir favorisé cet essor des esprits qui fait
depuis près de deux siècles la principale gloire de la France, il l'a
retardé, non seulement par la tyrannie qu'il a exercée sur tous les
hommes de son temps qui étaient dignes du nom d'hommes de lettres, mais
aussi par la protection exclusive qu'il a donnée aux écoles infectées de
la scolastique: long et puissant obstacle aux progrès de la raison
humaine, qui n'a cédé que long-temps après, à la _Méthode_ introduite
par le génie de Descartes, heureusement plus puissant que les traditions
de François Ier.

La douceur et la politesse des moeurs datent en France de la régence
d'Anne de Beaujeu, après la mort de Louis XI, et du mariage d'Anne de
Bretagne avec Louis XII. La pureté et la décence des moeurs étaient
jointes alors à leur aménité, et cette union en faisait l'élégance.
François Ier en retrancha la décence et la pureté; il y substitua la
corruption et l'effronterie, et nous a transmis, sous le titre de
douceur de moeurs, le dégagement de toute pudeur, et sous le nom
d'élégance, la galanterie qui s'est approprié tous les vices et a
renversé la morale: vérité affligeante que je tâcherai de mettre en
évidence.

Est-il surprenant, après un résumé aussi peu exact des traits
caractéristiques de François Ier de voir Anquetil conclure, comme il
fait, que _ses défauts n'ont affligé que son siècle_?

Ah! n'eussent-ils affligé que son siècle, si l'on remarque comment et à
quel point ils l'ont affligé, pourra-t-on lui tenir compte de quelques
qualités agréables, mais futiles, qui sont assez mal constatées, et par
lesquelles il a, dit-on, contribué à nos jouissances actuelles, qui
toutefois ne pouvaient nous échapper?

_Que son siècle!_ Quelle légèreté, je dirais volontiers quelle
inhumanité dans cette expression! C'est dans le siècle de François Ier,
durant son règne, à la suite de son règne, que quarante années de
guerres civiles ont affligé la France; qu'on a vu les exécutions de
l'Estrapade, les massacres de Cabrières et de Mérindol, de Vassi,
d'Amboise, de la Saint-Barthélemi; l'assassinat de François de Guise, de
l'amiral de Coligni, de Henri de Guise; l'empoisonnement de François II,
l'assassinat de Henri III, auquel on pourrait ajouter celui de Henri IV
arrivé au commencement du siècle suivant par suite des mêmes causes.
Tous ces évènements, inévitables effets des désordres du clergé
résultant eux-mêmes du concordat; ces évènements, causés par la violence
du parti qui voulait la réforme, et par la résistance du clergé et de la
cour, qui s'y opposaient; toute cette longue chaîne de calamités, dont
le premier anneau est scellé dans la cour de François Ier, ne
s'étend-elle pas assez durement sur la seconde partie du seizième
siècle, pour que cette période ne soit pas regardée comme si courte par
les historiens, ayant paru si longue à la souffrance des peuples!

Mais peut-on croire que les _défauts_ de François Ier n'aient _affligé
que son siècle_, quand on voit s'ouvrir sous son règne, sous ceux de
son fils et de ses petits-fils, tous dirigés par Catherine de Médicis,
sa bru chérie, son élève et son admiratrice, les sources profondes des
plus longues calamités qui puissent dégrader et tourmenter les peuples;
quand on voit l'irruption du pouvoir absolu sur la propriété, sur la
liberté civile et politique, le déchaînement du fanatisme et de la
persécution sur les opinions religieuses, enfin le débordement des vices
d'une cour corrompue sur les moeurs nationales.

Les règnes des quatre derniers Valois furent-ils autre chose que la
continuation du règne de François Ier? ils héritèrent de sa cour, et,
par cette raison, de ses moeurs, de son caractère. Héritiers de sa cour,
de ses moeurs et de son caractère, ils le furent aussi de ses lois, de
ses traditions, de ses exemples. Ses moeurs, son caractère, ses lois,
ses traditions acquirent un développement funeste à mesure que la
difficulté et la gravité toujours croissantes des circonstances
provoquèrent leurs passions et leur pouvoir. Ce qu'ils ont fait dans
leurs positions diverses, c'est ce qu'il eût fait lui-même; leurs actes
sont des effets des mêmes causes agissant dans d'autres circonstances,
des conséquences des mêmes principes appliqués à des cas différents.

L'exil des protestants, leur dispersion dans toute l'Europe sous le
règne de Louis XIV, les dragonnades, le massacre des Cévennes, n'ont-ils
pas été le complément des proscriptions signalées sous François Ier par
les supplices de l'Estrapade, les massacres de Cabrières et de Mérindol:
hautes oeuvres du monarque poli, affable, éloquent et loyal, à qui nous
devons la douceur de nos moeurs et la politesse de nos esprits? Louis
XIV et Louis XV créant des impôts sans le consentement des peuples
exprimé dans une assemblée d'états-généraux; Louis XIV allant au
parlement de Paris, en bottes et le fouet à la main, pour faire
enregistrer en sa présence ses lois spoliatrices; Louis XV faisant
investir de troupes toutes les cours du royaume pour l'enregistrement
des siennes, faisant arracher du sanctuaire de la justice, par ses
satellites, les magistrats qui résistent au pouvoir arbitraire,
n'ont-ils pas été les continuateurs du prince poli, affable, qui osa
menacer les magistrats, chargés de lui porter à Amboise les remontrances
du parlement contre le concordat, de les faire jeter pour six mois _dans
un cul de basse-fosse_, s'ils ne retournaient incessamment à Paris,
nonobstant le débordement de la Loire qui leur en fermait le chemin?

Les lettres de cachet qui, sous Louis XV, menaçaient toutes les têtes,
ne paraissent-elles pas à peu près irréprochables quand on les compare à
ces lettres de _sauvegarde_ que François Ier donnait aux femmes
infidèles contre l'autorité de leurs maris, et qui imposaient à ces
maris la patience du plus indigne outrage?

La longue spoliation du trésor public en vertu de simples ordonnances
signées du roi, sans désignation de l'emploi des fonds; cette spoliation
tournée en habitude sous les règnes de Louis XIV et de Louis XV; le
scandale des profusions gui en étaient le principe et la conséquence, et
enfin l'insuffisance des recettes publiques, reconnue en 1789, pour
subvenir aux chargés accumulées sur l'état par ces profusions; tout cela
ne procède-t-il pas de deux abus introduits par François Ier: la
confusion du trésor public avec le trésor du prince, dont jusque là il
avait été au moins distinct après en avoir été totalement séparé, et la
disposition arbitraire de l'un et de l'autre?

Les commissions arbitrairement nommées sous les règnes de Louis XIII, de
Louis XIV et de Louis XV, soit pour absoudre des coupables que les
tribunaux auraient punis, soit pour condamner des innocents qu'ils
auraient absous, ne procèdent-elles pas de celles qui, durant le règne
de François Ier, jugèrent le surintendant Semblançay, le connétable de
Bourbon, l'amiral Brion, le chancelier Poyet, Montecuccoli[2], et tant
d'autres? Ne sont-elles pas des conséquences du système qui sous ce
règne travestit les tribunaux mêmes en espèces de commissions, en y
introduisant des magistrats auxquels le choix du roi tenait lieu des
élections et des examens si religieusement consacrés par Louis XII, le
père du peuple.

    [Note 2: Dans mon mémoire sur François Ier, où j'ai écrit le nom
    de ce malheureux d'après les historiens, je l'ai nommé
    _Montecucullo_, son véritable nom est _Montecuccoli_.]

La corruption du haut clergé durant les dix-septième et dix-huitième
siècles, la résidence habituelle des cardinaux, des évêques et
archevêques à la cour ou dans la capitale, le délaissement des diocèses
confiés à leurs soins, la licence de leurs moeurs, l'effronterie de leur
luxe favorisé par la pluralité des bénéfices: tous ces scandales, que
nous avons vus portés au dernier excès depuis les derniers Valois
jusqu'en 1789 presque sans interruption, ne procèdent-ils pas et de
l'abolition des élections ecclésiastiques opérée par le concordat de
François Ier avec Léon X, et de la composition de cette cour de France
où Charles-Quint s'étonnait de voir, parmi tant de femmes, tant d'hommes
d'église?

Enfin les moeurs nationales avant la révolution, celles des règnes
précédents, ne sont-elles pas la suite de celles de la cour de François
Ier? Les nôtres même aujourd'hui n'en portent-elles pas encore
l'empreinte? Si, jusqu'à la révolution, nous avons vu l'esprit de
famille devenu étranger à toute la partie riche de la nation, et comme
anéanti pour elle, par l'esprit de galanterie et par l'incontinence
publique; si nous avons vu l'adultère hautement avoué, on peut dire même
en honneur; les pères en doute des droits de leurs enfants à leur
tendresse et à leurs soins, craignant le ridicule attaché aux méprises
entre leurs enfants et les enfants de leurs femmes que l'opinion sans
pudeur distinguait des leurs, se faisant un principe de la dérision de
tous les principes, cherchant, trouvant de solides raisons pour
autoriser la légèreté des sentiments, la vanité des habitudes: à quelles
causes attribuer cette subversion des principes fondamentaux de la
société, si ce n'est à l'exemple de la cour depuis François Ier? Les
vertus privées de Louis XVI ne préservèrent pas la sienne de la licence
que le règne de Louis XV y avait comme fondée; et qui pourrait dire que
les maîtresses de Louis XV ne furent pas autorisées par celles de Louis
XIV, celles de Louis XIV par celles de Henri IV, celles-ci par les
maîtresses des quatre derniers Valois, et ces dernières enfin par celles
de François Ier, au-delà duquel on ne trouve pas, dans l'histoire des
rois de la troisième race, le scandale de maîtresses avouées et placées
au premier rang à la cour[3]? Les Du Barry, les Pompadour, les La
Vallière, les Fontanges, les Montespan, les marquise de Verneuil, les
duchesse de Beaufort, et tant d'autres rivales de nos reines,
n'eurent-elles pas pour patronnes et pour modèles la duchesse d'Étampes,
la comtesse de Châteaubriand et Diane de Poitiers, ces fameuses
maîtresses de François Ier, dont la dernière fut aussi, et sous ses
yeux, la maîtresse de Henri II son fils?

    [Note 3: La Cassinel, maîtresse du dauphin, fils de Charles II,
    Agnès Sorel, maîtresse de Charles VII, n'avaient point de rang à
    la cour: leur désordre était connu, mais n'était pas honoré, et
    par cette raison n'avait point d'influence sur les moeurs
    générales. Isabelle de Bavière, femme de Charles VI, était une
    dévergondée; mais elle était traitée comme telle; le peuple
    l'appelait la _grande gaure_: preuve du mépris attaché de son
    temps à l'incontinence. Remarquez d'ailleurs que ces femmes sont
    de plus d'un siècle antérieures à François Ier, et que durant les
    règnes qui précédèrent immédiatement le sien, je parle des règnes
    de Louis XI, de Charles VIII et Louis XII, on ne vit point de
    _maîtresses_ disputer, même dans la vie domestique, le coeur des
    princes aux épouses légitimes.]

Ce fut à l'exemple des rois que les grands, depuis François Ier, eurent
hautement des maîtresses, des _petites maisons_, et mirent le mépris des
engagements légitimes tellement à la mode, qu'à la fin du règne de Louis
XV, il n'y avait bourgeois un peu aisé qui ne rougît de donner le bras à
sa femme en public, ni si petite bourgeoise un peu agréable qui ne
rougît de se laisser voir sans un amant: dépravation qui ensuite alla au
point de ne pas permettre même d'_aimer sa maîtresse_[4].

    [Note 4: «Il y a déjà long-temps, écrivait en 1778 un Anglais à
    milord C***, qu'il n'était plus permis à Paris qu'aux bourgeois
    d'aimer leurs femmes. Les règles du bel air sont devenues plus
    sévères: _elles ne permettent pas même aujourd'hui d'aimer sa
    maîtresse_.» Lettr. de Le Blanc, t. I, p. 375.]

La révolution a mis fin à plusieurs de ces désordres, et nous aimons à
penser que rien n'en retrace aujourd'hui les plus graves. Cependant il
ne faut pas se flatter que toutes les traditions des moeurs anciennes
soient complètement effacées.

Si la nation manque toujours de cet esprit mâle qui donne la sûreté, la
force, la persévérance nécessaire dans les affaires publiques;
l'activité, la constance, l'économie, la modération, qui seules assurent
les succès des entreprises particulières; si elle manque, même dans les
classes élevées, de cet orgueil qui dédaigne les petites gloires, les
petits honneurs, les petites réussites, les petits plaisirs; si quelque
chose d'efféminé perce toujours dans un Français; enfin si nos moeurs
politiques sont molles et presque lâches, nos moeurs sociales toujours
vaines, nos moeurs domestiques toujours légères et par leur légèreté
souvent cruelles: c'est l'inévitable fruit de cette galanterie qui,
devenue depuis François Ier le caractère national, donne, comme le dit
Montesquieu, du prix à tous les riens, l'ôte aux choses importantes, et
produit l'oisiveté, le luxe et l'intempérance.

Le nom respecté de Henri IV se rencontre parmi ceux des princes qui ont
propagé le scandale des maîtresses déclarées, depuis François Ier. Ne
glissons pas sur un reproche si grave avec la légèreté de quelques fades
historiens, qui ne voient qu'une innocente galanterie dans la conduite
de ce prince. Sa cour n'a-t-elle pas été infectée de l'incontinence des
derniers Valois? la dissolution de ce prince n'a-t-elle pas contribué
plus que son culte à la longue résistance opposée par une partie de la
France à sa légitime autorité? n'a-t-elle pas fortifié les oppositions
de la ligue, accrédité ses prétextes? et enfin la catastrophe qui a
terminé la vie de ce roi malheureux, n'a-t-elle pas été le triste
résultat de la folle et criminelle passion où le jeta sa longue habitude
de plaisirs désordonnés[5]? Et la mort prématurée de Henri IV est-elle
la dernière catastrophe qui puisse être imputée aux traditions de
François Ier? Qui osera affirmer que tous les souvenirs accumulés en
1789 dans l'esprit de la nation ne furent pour rien dans son
indignation, lorsque Louis XVI lui demanda de nouveaux sacrifices pour
couvrir des abus invétérés dont il ne lui avait pas été donné d'arrêter
le cours; et n'est-ce pas à cette indignation que doit être imputé
l'évènement qui a terni et attristé la fin du dix-huitième siècle?

    [Note 5: «La galanterie avait commencé à la cour sous le règne de
    François Ier; elle fut bientôt suivie de la débauche sous Henri II
    (ajoutez la crapule sous Henri III). Une foule de vices avaient
    suivi en France Catherine de Médicis, et quoique la cour de Henri
    IV fût moins corrompue que celle des rois précédents, elle était
    encore remplie de beaucoup de désordres.» (Duclos, Histoire de
    madame de Luz, anecdote du règne de Henri IV.)]

       *       *       *       *       *

En ramenant la proposition d'Anquetil à ses éléments positifs, on peut
la traduire ainsi:

Les défauts de François Ier n'ont produit que le débordement des moeurs
nationales, le mépris des droits et des garanties politiques,
l'envahissement de la fortune publique, l'intolérance et la persécution
en matières religieuses, quatre grands massacres, une guerre intestine
de quarante années, l'assassinat de plusieurs grands personnages, la
mort violente de quatre rois.

En compensation, les bonnes qualités du monarque nous ont donné la
splendeur de la cour de France, la légèreté et l'aménité qui sont les
trompeurs attributs de la galanterie.



OBJET DU MÉMOIRE


Une des causes qui ont empêché les lecteurs irréfléchis de rapporter à
François Ier des catastrophes qui sous les règnes postérieurs ont été
des conséquences du sien, c'est qu'elles n'y sont pas étroitement
enchaînées, c'est qu'elles ne procèdent pas immédiatement les unes des
autres, c'est que leur filiation, pour être évidente, a besoin d'une
indication qu'aucun historien n'a donnée, celle des longs développements
qu'ont reçus après François Ier les traditions et les institutions
morales et politiques de son temps, développements qui en ont été les
conséquences permanentes, et se sont placées entre son déplorable règne
et les évènements qui en ont été les résultats. De ses institutions sont
nées d'autres institutions; de ses traditions, d'autres traditions; de
ses moeurs, d'autres moeurs; et tous ces développements progressifs,
travaillant à la fois avec le temps qui les opérait et avec les
principes originaires, ont précédé, précipité, aggravé les catastrophes,
et sont le lien qui les unissent au règne de François Ier.

Je ne me propose pas d'écrire l'histoire encore intacte des seizième,
dix-septième et dix-huitième siècles; ainsi, je n'entreprends pas de
montrer comment jouèrent ou plutôt travaillèrent dans les évènements
qu'on est convenu de qualifier seuls d'_historiques_, les traditions et
les institutions de François Ier et les développements successifs
qu'elles reçurent elles-mêmes; je ne m'occuperai pas de montrer la
génération des évènements par les causes morales et politiques, celle
des causes morales et politiques par les évènements: cette tâche est
au-dessus de mes forces; elle est réservée à quelqu'un de ces esprits
vigoureux qui se font déjà remarquer et qui n'attendent que la maturité.

Je me borne donc à établir dans ce Mémoire deux propositions: la
première, que de l'existence de la cour de François Ier datent les
moeurs dont la France était infectée avant la révolution; la seconde,
que de l'organisation de cette cour et de ces moeurs date un nouveau
système de gouvernement dont la France n'a été délivrée que par cette
même révolution, et dont une grande partie de l'Europe est encore
travaillée: je parle du système de gouverner l'état par la cour,
c'est-à-dire les intérêts publics selon les intérêts de cour, par les
gens de cour et leurs affiliés, par les moeurs de cour, par l'esprit de
cour, par l'expansion de ces moeurs et de cet esprit jusque dans les
dernières classes de la nation.

J'ai cru reconnaître, dans l'organisation de la cour de François Ier,
non seulement une institution politique bien caractérisée, mais aussi le
principe de plusieurs autres institutions qui ont eu lieu à la suite et
dont l'ensemble eût été assez fort pour assurer le pouvoir absolu, s'il
n'était de la nature de ce pouvoir ou de s'abandonner à des favoris qui
le trahissent, ou d'irriter la servitude par ses excès, et de la
provoquer à sa délivrance.

Je voudrais montrer la formation et la puissance de cette machine, ainsi
que l'influence qu'elle a exercée sur le sort de la nation française. Y
réussirai-je? Je ne sais; mais j'espère du moins faire remarquer que
l'histoire politique de la cour de France n'est pas moins liée à celle
du gouvernement de l'état qu'à celle des moeurs, et que la cour de
François Ier fait époque dans l'histoire politique de la France comme
dans son histoire morale.

Je me sens obligé, par la nouveauté de mes observations, de les appuyer
sur des preuves solides: pour cet effet, il est nécessaire que je
commence par tracer le système de _cour_ et de _maison_ qui existait en
France lorsque François Ier est monté sur le trône. J'invite le lecteur
à ne pas confondre trois choses qui se tiennent mais sont très
distinctes: la cour, la maison du roi, la maison et couronne de France.



CE QU'ÉTAIT LA COUR DE FRANCE

AVANT FRANÇOIS Ier.

PREMIÈRE RACE.


Ce que nous appelons les premiers rois de la première race n'étaient que
les chefs d'une armée, les ducs (_duces_, _ductores_) des premiers
Francs qui sont entrés dans la Gaule. C'étaient des guerriers d'élite,
chargés de commander une expédition d'émigrants, une invasion de
territoire étranger: _duces ex virtute_. À quoi eussent servi des rois
dans une pareille entreprise, des rois de race noble, semblables à ceux
qui ont été remarqués par Tacite en Germanie, _reges nobilitate sumpti_?
Il n'y a rien à régir, rien à gouverner dans des camps d'aventuriers. Il
n'y a pas lieu à la royauté, là où l'on ne trouve ni à quoi l'occuper,
ni sur quoi l'asseoir, ni surtout avec quoi la payer. On ne conçoit sous
nos premiers Francs d'autre autorité que le commandement militaire et
une certaine police d'armée.

Mais à mesure que les Francs s'avancèrent dans les contrées situées
en-deçà du Rhin, il y eut du butin, du bétail, des terres à partager,
des droits à régler, des différents à décider. Alors il fallut une
autorité civile, une magistrature, qui eût la force commune à sa
disposition pour faire prévaloir les règles sur les oppositions et sur
les résistances particulières. Le duc s'en trouva naturellement investi,
car à mesure que les Francs s'établissaient et que l'armée se
colonisait, l'autorité du duc, comme chef d'entreprise guerrière, avait
plus de repos; quand les Francs s'arrêtaient, le commandement militaire
n'avait rien à faire; le duc pouvait donc exercer le pouvoir civil, et
il l'exerça. Ayant essayé le gouvernement à la suite du commandement, il
revint, suivant les circonstances, au commandement à la suite du
gouvernement. Après les avoir exercés successivement et alternativement,
il les exerça concurremment: tantôt plus roi que duc, tantôt plus duc
que roi, mais toujours l'un et l'autre, et l'un par l'autre.

L'intérêt commun et la nature des choses ayant donné au gouvernement la
suprématie sur le commandement, aux fonctions du roi l'autorité sur
celle du duc, l'expérience fit remarquer que la royauté était une
fonction permanente, et le commandement ducal une fonction accidentelle,
qui devait perdre de son action et de son importance par ses succès
mêmes, par ses victoires et les conquêtes qui en étaient le fruit. Les
souvenirs de la Germanie rappelèrent que la royauté était à vie, qu'elle
se donnait à des hommes d'un sang privilégié, qu'elle était presque
héréditaire. Bientôt le duc-roi ou le roi-duc préféra celui de ses
titres qui était attaché à la fonction permanente, prédominante, et qui,
bien qu'élective, formait un patrimoine de famille, parce que
l'élection n'avait à choisir qu'entre des nobles, et n'exigeait pas,
comme le commandement militaire, un mérite personnel; _reges ex
nobilitate, duces ex virtute_. Il était naturel de préférer le titre de
roi qui n'excluait pas le titre de duc, parce que la noblesse n'excluait
pas la valeur, au titre de duc qui ne donnait pas la nobilité royale à
ceux qui ne l'avaient pas reçue avec la vie.

Dès lors se forma autour du roi une espèce de cour; elle était composée
des guerriers les plus énergiques et les plus sages de ceux dont le
conseil et le concours étaient nécessaires pour étendre la conquête ou
la gouverner. Ne cherchez point là de propriétaires, de seigneurs, de
grands, introduits par des généalogistes; n'y cherchez point de
courtisans, d'hommes exercés à l'art de plaire, d'adorateurs: ce sont
des égaux, des compagnons affectionnés, et dévoués à un même intérêt.
Ils combattent, ils jugent, ils ordonnent avec le roi; ils voyagent, ils
se promènent avec lui; ils chassent avec lui le boeuf sauvage; enfin ils
dînent à sa table. Voilà la cour d'un duc-roi des Francs avant Clovis.

_Dîner avec le roi_ était l'acte qui constituait un grand de la cour,
comme depuis _monter dans les carrosses_. _Conviva regis_ était le titre
de sa grandeur. La loi salique, cette expression si naïve des moeurs des
Francs, ce monument si curieux, si instructif, si négligemment étudié,
et qui dément tant de fables imprimées concernant l'histoire des
commencements de la première race, reconnaît dans le _convive du roi_ un
grand de la nation, et lui attribue des prérogatives éminentes[6]. À
l'époque de la troisième rédaction de la loi salique, le titre de
_conviva regis_ s'étendit aux simples commensaux de sa maison.

    [Note 6: Si romanus homo _conviva regis_ occisus fuerit, solidis
    CCC componatur (art. 6, tit. X, l. IV). Cette amende était le
    double de celle qui punissait le meurtre d'un simple particulier
    romain.]

Les rois, parce qu'ils avaient des amis qui formaient autour d'eux une
cour libre et volontaire, avaient besoin d'une maison, c'est-à-dire
d'officiers domestiques qui pourvussent à la table, au logement; ils en
avaient besoin aussi pour que les soins de leur propre personne ne les
détournassent pas des soins qu'ils donnaient à l'intérêt commun. Mais un
petit nombre d'officiers suffisait à leurs besoins: un maréchal des
logis, un maître-d'hôtel, un chambrier, un veneur, voilà tout ce qu'il
fallait. De quels hommes se composait cette maison du prince? d'une
partie de ses compagnons même, d'officiers que l'intérêt commun et
quelque prédilection de sa part fixaient près de sa personne, et qui
ajoutaient volontiers à leur service militaire un service domestique et
civil. La _maison_ était une petite portion de la noble _cour_ de ces
guerriers libres et fiers avec qui seuls le monarque pouvait se plaire,
dont les hommages pouvaient seuls le flatter. C'était une poignée
d'hommes de la nation appliqués au service de sa personne, c'étaient des
intermédiaires placés entre celui qui portait la couronne et ceux qui
l'avaient donnée, et institués afin de rendre à ceux-ci l'accès du
prince facile et sa maison agréable. Il n'y avait de maison que parce
qu'il y avait une cour, et pour le service de cette cour d'autant plus
digne d'égards qu'elle n'était pas composée de courtisans. Ce n'était
pas comme depuis où, pour former une cour, l'on a fait des maisons, et
où, pour avoir des courtisans, on a fait de magnifiques valets.

De _maison militaire_, il ne pouvait en être question. La garde du roi,
c'était l'armée même.

Nous avons vu de nos jours une cour et une maison ainsi formées dans
leur principe. C'est avec des hommes et non avec des courtisans que
commencent les dynasties; c'est avec des courtisans et des valets
qu'elles tombent et s'anéantissent.

Après que Clovis se fut établi dans les Gaules, la cour et la maison du
roi prirent un autre caractère.

La royauté, qui d'abord n'avait été qu'une place secondaire, ou un
accessoire du commandement unitaire, devint une magistrature de suprême
importance et bientôt d'éminente dignité. Alors on parla des droits de
la _couronne_ et de ses devoirs; alors il fallut des officiers de la
_couronne_, des officiers à qui le roi déléguât l'exercice de
l'autorité: il lui en fallait pour l'exercer dans les provinces
éloignées de lui, et pour l'exercer près de lui dans les détails
au-dessous de lui.

Les officiers de la _maison_ devinrent officiers de la _maison et
couronne_, et on en ajouta d'autres pour le gouvernement des contrées
éloignées de la cour.

Le chambrier du roi (_cubicularius_), officier qu'il ne faut pas
confondre avec le chambellan (_camerarius_), devint le chef des
finances, en continuant son service de chambrier.

Le chef des écuries devint le comte de l'étable avec juridiction sur ses
subordonnés; de plus, il suppléait, pour le commandement des armées, le
maire du palais, dont il va être question.

Le chef de la maison du roi devint comte du palais avec juridiction sur
les personnes du palais.

On donna des comtes aux villes du royaume; c'étaient des magistrats qui
jugeaient les contestations en temps de paix, et commandaient les
habitants en temps de guerre.

On donna des ducs aux provinces pour recevoir les appels des jugements
des comtes, et commander en guerre les hommes des villes et des
campagnes.

On fit un grand référendaire pour rapporter au roi les affaires
générales et mettre le sceau à ses volontés.

Enfin on donna un duc aux ducs, et un chef à tous les officiers de la
maison du roi, sous le titre de _maire du palais_[7]. Ce duc avait,
outre le suprême, commandement des armées, la surintendance des
domaines royaux[8] sur lesquels se prenait la récompense des services
militaires; il était chargé de la distribution des fiefs et bénéfices;
enfin il ordonnait tout ce qui regardait la sûreté du palais.

    [Note 7: Du Tillet.]

    [Note 8: Esprit des Lois, liv. XXXI.]

       *       *       *       *       *

Qui déjà ne voit ici la _cour_ du roi changer de face et de nature,
d'abord par l'établissement des fortunes particulières, par
l'indépendance des nouveaux propriétaires qui se sont formés; en second
lieu par la formation d'officiers de la _couronne_, dont les membres se
partagent l'autorité, et dont chacun reconnaît l'autorité supérieure
d'un maire du palais placé entre le prince et eux? Qui ne voit les
officiers de la couronne dédaigner la fonction d'officiers de la maison,
les hommes d'état négliger le service de la domesticité? Qui déjà ne
prévoit le prochain délaissement du trône par ceux qui devaient en être
les soutiens? Ajoutez ce que nous apprennent Favin et Du Tillet, d'après
les monuments, que tous les officiers de la couronne, sous la première
race, avaient à ce titre rang, séance et voix aux assemblées
nationales[9]; ajoutez encore que les officiers, au moins le maire du
palais, duc des ducs, étaient électifs[10]; ajoutez aussi que les
grands offices, qui d'abord n'avaient été donnés que pour un an, furent
donnés pour la vie vers la fin de la première race[11]. Enfin dites
clairement des offices de cour cette vérité, qui, l'on ne sait pourquoi,
n'a pas été articulée par Montesquieu, qu'ils finirent par être donnés
_en fief_, _à vie_, comme les offices de ducs et de comtes dans les
provinces, avec des sujets, avec juridiction sur ces sujets[12],
quelques uns même avec des terres.

    [Note 9: Les états, dit Favin, ne se pouvaient tenir sans eux.
    (Des officiers de la couronne de France, pag. 7.)]

    [Note 10: Il est très présumable que tous les officiers de la
    couronne étaient électifs, _ex virtute_, sous la première race. On
    voit dans Du Tillet qu'ils l'étaient sous la troisième jusqu'à
    François Ier.]

    [Note 11: Esprit des Lois, liv. III, chap. VI et VII.]

    [Note 12: Voyez la _note_ qui suit ce chapitre.]

Les officiers de la maison devenus officiers de la couronne étaient
réellement des officiers de la nation, non pour faire partie de la cour
du roi, ni pour former une cour au roi, mais pour servir, près du trône,
de garanties contre le roi et contre sa cour.

Le résultat de ce système, qui était national, fut d'élever le duc des
ducs, le duc électif, à la place du roi héréditaire, et de changer la
dynastie. Ce n'était point une révolution, c'était au contraire une
conséquence du système établi par la nation, et de l'inclination
naturelle qui la portait constamment à reconnaître pour chef son duc
plutôt que son roi ou régisseur. Cette inclination devint une volonté,
dès que l'indolence des rois eut laissé à d'autres le commandement des
armées.



NOTE.


Tous les offices de cour et autres furent dans l'origine donnés pour un
an; mais dès l'origine aussi se fit sentir la force de la possession, sa
tendance à l'_appropriation_, je veux dire à sa conversion, à sa
transformation en droit de propriété incommutable. La possession tire sa
force de l'habitude qui souffre impatiemment la contrariété et y
résiste. L'habitude de posséder un grand pouvoir ou une grande fortune
embrasse une foule d'autres habitudes qui constituent l'existence. Les
hommes, qui ont vécu quelque temps dans le pouvoir ou la richesse, ne
peuvent être subitement privés des douceurs que ces avantages mêlent à
tous les détails de leur vie, sans éprouver un sentiment pénible. Les
enfants élevés dans les jouissances des pères ne sont pas moins
malheureux, si sa mort vient à les leur ravir toutes à la fois. De là
est venue la prescription dans le droit; de là est venue la perpétuité
de fait et l'hérédité des emplois. «D'abord, dit Montesquieu[13], les
comtes n'étaient envoyés dans leurs districts que pour un an. Bientôt
ils achetèrent la continuation de leurs offices; on en trouve un exemple
dès le règne des petits-enfants de Clovis. Un certain Peonius était
comte dans la ville d'Auxerre; il envoya son fils Mummolus porter de
l'argent à Gontran pour être continué dans son emploi. Le fils donna
l'argent pour lui-même, et obtint la place du père. Les rois avaient
déjà commencé à corrompre leurs propres grâces.»

    [Note 13: Esprit des Lois, liv. XXXI, chap. 1.]

La même chose arriva pour la possession des bénéfices territoriaux ou
_fiefs_. «On en continua la possession pour de l'argent[14]....
Lorsqu'une révocation ou une réversion avait lieu, on se plaignait de ce
qu'on était privé, par caprice ou par de mauvaises voies, de choses que
souvent on avait acquises de même[15]. Les cruautés inouïes qui furent
exercées par l'armée sur Brunehaud n'eurent d'autre motif que les
atteintes portées aux possessions des leudes et grands officiers, et son
consentement à ce que Protaire, son favori ou son ministre, réunît au
fisc et au domaine les bénéfices et les offices qui devaient y rentrer.
«Les seigneurs, dit Montesquieu, se crurent perdus, et ils la
perdirent.»

    [Note 14: Esprit des Lois, liv. XXXI, chap. I.]

    [Note 15: _Ibidem._]

Warnachaire, maire du palais de Bourgogne, qui avait conjuré avec
Clotaire contre Brunehaud, exigea pour récompense que ce prince lui fît
le serment de le laisser dans sa place _toute sa vie_. Quelque temps
après le supplice de Brunehaud, ce prince confirma par une constitution
tous les _dons_ faits ou confirmés par les rois ses prédécesseurs, et
ordonna que tout ce qui avait été ôté à ses leudes ou fidèles leur fut
rendu[16].

    [Note 16: _Ibidem._]

Le maire du palais avait le commandement de l'armée; s'il ne l'avait pas
eu de droit, il l'aurait tenu implicitement de la nature même de ses
fonctions de surintendant du palais, de préposé au gouvernement
économique des maisons royales. Bornés d'abord au gouvernement
économique des domaines, les maires du palais parvinrent à faire la
distribution des fiefs: alors l'armée fut à eux: eux seuls pouvant
donner ou faire espérer, eux seuls pouvant rassembler les guerriers et
les tenir sous les armes, chose alors plus difficile que de les
commander.

Les maires du palais, aidés de l'exemple de Warnachaire, étant parvenus
à l'inamovibilité durant leur vie, n'eurent garde de rétablir
l'amovibilité des autres charges et offices. Vers la fin de la première
race les grands offices furent donnés pour la vie, et cet usage se
confirma de plus en plus[17]. Il est manifeste que ce qui arriva pour
les fiefs corporels et pour les offices de la couronne exercés dans les
provinces et pour l'office de maire du palais, arriva de même pour tous
les offices du palais qui étaient aussi donnés en fiefs incorporels.

    [Note 17: Esprit des Lois, liv. III, chap. VI et VII.]


ÉTAT DE LA COUR DE FRANCE SOUS LA DEUXIÈME RACE.

La cour changea une seconde fois sous Charlemagne, fils et héritier de
Pépin.

Pépin avait hérité de son père et de son aïeul le duché ou royaume
d'Austrasie, où ils avaient souverainement régné, _sous le titre de
ducs_, depuis quatre-vingts ans ou environ. Il avait aussi hérité de ses
pères la qualité de _maire du palais_ du royaume de Neustrie, et s'était
mis ou plutôt avait été mis à la place du roi, non seulement par les
grands de la Neustrie même, d'accord avec ceux d'Austrasie, mais en
outre, et c'est une circonstance bien importante, à la sollicitation des
grands de la capitale de l'Italie, et du souverain pontife de la
chrétienté, pressés du besoin d'assurer la religion menacée par le
schisme de Constantinople, de soustraire l'Italie à la domination et
aux persécutions de l'empereur d'Orient, et de contenir l'ambition des
Lombards, ce qui ne pouvait se faire qu'en unissant l'Italie au système
politique de l'Occident, et en la comprenant dans la société européenne
sous l'influence française[18].

    [Note 18: Que ces écrivains sont peu éclairés qui travaillent de
    toutes leurs facultés pour montrer, dans l'élévation de Pépin au
    trône de France, le résultat criminel des manoeuvres d'un
    ambitieux et d'un usurpateur! Le sort de la religion chrétienne,
    le sort de la France, celui de l'Italie, celui de l'Europe
    entière, et non l'ambition d'un homme, furent les grands intérêts
    qui déterminèrent les peuples de l'Austrasie, de la Neustrie, de
    la capitale de l'Italie et du monde chrétien, à déclarer de leur
    propre autorité _roi de France_, le prince qui, sous le titre de
    duc, tenait de ses pères la souveraineté de la partie la plus
    étendue, la plus peuplée et la plus guerrière des Gaules.]

Charlemagne, en devenant roi et directeur des Français (_rex et rector
Francorum_), ce fut le titre sous lequel il régna jusqu'à ce qu'il eût
pris la couronne impériale[19], se dispensa et fut dispensé de recevoir
un maire du palais; il se sentait et on le reconnaissait capable de
remplir lui-même l'office de duc des ducs, qui était, pour ainsi dire,
l'élément de son autorité. Du reste sa maison continua quelque temps sur
le pied où il l'avait trouvée. Devenu empereur, il se laissa aller à
l'exemple des empereurs romains qu'il remplaçait dans l'Occident, à
celui des empereurs d'Orient qu'il fallait représenter aux yeux des
Romains, et à l'influence de la cour de Rome qui en tout avait besoin de
l'opposer à l'empereur d'Orient.

    [Note 19: Capitulaires, de Baluze.]

La maison de Charlemagne empereur s'appela le _sacré palais_. On vit
paraître une espèce de constitution pour ce sacré palais (_ordo sacre
palatii_). Les anciens offices de la couronne et maison furent conservés
avec leurs attributs féodaux, tels que l'inamovibilité pendant la vie du
titulaire et la juridiction sur les ouvriers des professions
correspondantes à leurs fonctions, juridiction qui de ces ouvriers
faisait de véritables sujets. Mais d'abord ils se trouvèrent mêlés avec
des officiers nouveaux que l'empereur créa simples officiers de sa
_maison_, qu'il nommait et révoquait à volonté. On confondit les grands
officiers de la maison seulement, avec ceux de la maison et couronne. En
second lieu ceux-ci se trouvèrent subordonnés à un de ces officiers
nouveaux de la maison, dont l'autorité impériale avait beaucoup à
espérer et rien à craindre. Enfin ils étaient aussi ramenés, par
l'ascendant des nouvelles pompes de la cour, et plus encore par celui du
monarque, à la condition d'officiers de la _maison_, qu'ils avaient
méprisée sous la première race, en devenant _officiers de la maison et
couronne_.

Voici la liste des grands officiers de la _maison_, et des grands
officiers de la _maison_ et _couronne_ de Charlemagne, comme Adalhar,
abbé de Corbie, la consigna par l'ordre du monarque dans le livre
intitulé _Ordo sacri palatii_:

  Apocrisiarius,            Apocrisiaire, chef de la maison
                              ecclésiastique.
  Cancellarius summus,      Grand chancelier.
  Camerarius,               Grand chambrier.
  Comes palatii,            Comte du palais.
  Senescalcus,              Sénéchal.
  Buticularius,             Boutillier, grand échanson.
  Comes stabuli,            Comte de l'étable.
  Mansionarius,             Maréchal des logis.
  Venatores principales,    Veneurs principaux.
  Falconarius,              Grand fauconnier.

On compta donc au moins dix grands officiers dans le sacré palais, au
lieu de cinq qu'avait réunis la cour des rois de la première race.

L'apocrisiaire (_apocrisiarius_) était ce principal officier de la
maison auquel le roi subordonna et les nouveaux officiers de la maison,
et tous les officiers de la maison et couronne.

Les rois de la première race depuis Clovis avaient eu un oratoire ou
chapelle dans le palais: les desservants s'appelaient _chapelains_, et
l'un d'eux au-dessus des autres _archichapelain_. Ce fut
l'archichapelain que Charlemagne fit _premier officier du sacré palais_,
sous le titre d'apocrisiaire, et en ajoutant à ses fonctions anciennes
celles que le titre d'apocrisiaire indique, c'est-à-dire de répondre à
toutes les questions qui pouvaient lui être faites pour la direction des
consciences. L'apocrisiaire servait de conseil à tous les officiers du
palais; tous étaient obligés de le consulter dans les cas douteux. Il
avait la connaissance de toutes les affaires bénéficiales du royaume, et
juridiction sur le clergé, à la charge de référer au roi dans les
grandes occasions. Il était d'ailleurs un intermédiaire utile entre le
souverain pontife qui venait de consacrer la nouvelle dynastie en
France, qui la reconnaissait comme souveraine en Italie, et en avait
besoin contre les prétentions légitimes de l'empereur d'Orient. Enfin
c'était aussi un chef national donné à une religion qui commençait à
unir étroitement les Francs et les Gaulois, et à former des uns et des
autres ce corps de nation appelé depuis la nation française. Cet
officier ecclésiastique, qui primait dans la maison du roi, en
soumettait tous les officiers à une autorité purement spirituelle, sans
avoir, comme un maire, chef de l'armée, la faculté de faire servir leur
soumission à son ambition et à la ruine du trône.

Le grand chancelier (_cancellarius summus_) était chargé de certifier la
signature des grands officiers de la maison et couronne au bas des actes
royaux, et d'écrire le nom de chaque signataire, parce que leur seing
n'était d'ordinaire qu'un chiffre, quelquefois un trait informe. Le
chancelier écrivait à côté: signature d'un tel[20], et ensuite le nom en
toutes lettres. Il était le chef des notaires et secrétaires du roi.
C'était une partie du service de la couronne, une fonction publique et
non domestique.

    [Note 20: Favin: Des officiers de la couronne de France, liv. II,
    chap. IV, pag. 103 et 104.]

Le chambrier (_camerarius_) n'était pas seulement un officier
d'ostentation impériale, comme le croit Favin, qui, pour en justifier
l'établissement, emploie l'argument banal de la nécessité où sont les
rois d'imposer aux peuples par la représentation. «Le grand roy Salomon,
dit-il, ne se monstroit jamais en public qu'_avec sa belle robe blanche
comme la neige, monté sur un charriot très riche et très bien tiré_; sa
garde et sa suite superbement vestue d'escarlatte tyrienne, et _jusqu'à
leurs cheveux et perruque laquelle estait poudrée de papillotes[21] et
limaille d'or_, ce dit Josephe au liv. VIII, chap. II; _de sorte que
leurs testes resplendissoient merveilleusement aux rayons du soleil_.»
L'auréole, dont tant de publicistes ont exalté la nécessité pour faire
respecter les rois, ne ressemble pas mal à la poudre d'or qui faisait
reluire les perruques de la garde de Salomon. Le système qui place les
titres des rois au respect des peuples, non dans leur tête, mais autour,
n'a pas, comme on voit, le mérite de la nouveauté. Mais revenons. Le
chambrier, disais-je, n'était pas seulement un officier de parade; il
était du conseil du roi; il assistait et prenait part à la délibération
des actes royaux; il avait séance aux assemblées de la nation; il était
électif.

    [Note 21: Paillettes.]

L'office de comte du palais (_comes palatii_) fut réduit par Charlemagne
à rendre la justice dans le palais, en matière civile, comme
l'apocrisiaire en matière ecclésiastique. Ce prince attribua au sénéchal
le commandement des officiers de la bouche, qui, sous la première race,
regardait le comte du palais. Le comte du palais, continuant à rendre la
justice souverainement sur l'appel des ducs et des comtes[22], demeura
donc essentiellement officier de la couronne, homme de l'état.

    [Note 22: Favin, page 130.]

Le sénéchal (_seneschalcus_) fut créé par Charlemagne, qui était homme
d'ordre, qualité nécessaire à un prince. Le nom de sénéchal est formé de
deux mots allemands qui signifient homme ou maître de la famille. Son
office fut de gouverner le service de la table: _præpositus regiæ
mensæ_, dit Éginhard en parlant du sénéchal; _dapifer_, disent un grand
nombre d'ordonnances. Il avait donc à diriger le plus dispendieux et le
plus abusif des services de la cour. Sous la première race, le camérier
seul était chargé de surveiller la comptabilité des recettes et des
dépenses. Les dépenses de la bouche cessèrent de le regarder quand le
sénéchal fut établi.

C'est ce sénéchal, cet homme de la famille, cet économe modestement et
sagement institué par Charlemagne pour tenir l'ordre dans les
principales dépenses de sa maison, qui fut depuis nommé fastueusement
_grand maître_ de la maison et couronne, et ensuite _grand maître de
France_, comme si la cour était toute la France. On sait comment sous ce
titre on a vu l'économe de la maison royale disputer de faste avec le
monarque, coûter aussi cher à son maître ou à l'état que les abus qu'il
était chargé de prévenir ou de réformer, et qu'il ne prévenait ni ne
réformait.

Au reste le sénéchal me paraît n'avoir eu aucun caractère d'officier de
la _couronne_. C'est le premier de ceux qui, sous la troisième race,
peut être qualifié de grand officier de la maison.

L'échanson ou boutillier (_buticularius_) est le second du même
genre[23].

    [Note 23: Ce titre ne se trouve pas dans l'état de la France de
    1739, et on le revoit dans l'Almanach de Versailles de 1784. En
    1739 l'échansonnerie était le premier des _sept offices_ dépendant
    du grand maître de France, c'est-à-dire de la maison du roi,
    laquelle, pour la cour, est la France.]

Le comte de l'étable (_comes stabuli_), par la suppression du maire du
palais dont il était le lieutenant à la guerre, devint le septième des
grands officiers de la maison de Charlemagne. Mais ce monarque lui donna
des expéditions militaires à commander en chef, et prépara le changement
qui fit ensuite du comte de l'étable le constable (_constabularius_) et
plus tard le connétable de France.

Le grand maréchal des logis (_mansionarius_) était, sous la première
race, un officier subordonné au comte du palais. Il devint un grand
officier sous Charlemagne. Sa charge était de marquer l'emplacement du
champ de Mars où se traitaient les affaires de l'état, d'assigner leur
logement ou quartier à ceux qui se rendaient aux états, de commander les
maréchaux subalternes qui traçaient les camps à la guerre et marquaient
les logis des évêques qui se rendaient à la cour. Cette place était une
charge de la couronne.

Quant aux veneurs et fauconniers (_venatores et falconarii_), ils
étaient préposés uniquement aux chasses du prince. C'étaient des
officiers de sa maison, non de la couronne, qui jusque là n'avait point
reconnu d'offices parfaitement inutiles à l'état.

       *       *       *       *       *

Il résulte de ces notions, que Charlemagne, soit qu'il fût guidé par
l'instinct du pouvoir, soit qu'il crût de sa politique de prendre aux
yeux de l'Italie l'attitude d'un empereur d'Orient ou d'un ancien
empereur romain, soit enfin qu'il y inclinât par un peu de vanité,
faiblesse de conquérant, réunit autour de lui un grand nombre
d'officiers; mais, éclairé par l'origine de sa propre grandeur, il leur
donna un chef en quelque sorte spirituel, étranger aux armes et
révocable à sa volonté. Par ce moyen et par l'autorité de son caractère
et de son talent, il rendit aux offices de la couronne une couleur de
domesticité qu'ils avaient perdue à la fin de la première race; il mêla
aux officiers chargés d'acquitter envers la nation les devoirs de la
couronne, et qui appartenaient à la royauté plutôt qu'au roi, plusieurs
officiers de la maison qui servaient uniquement à la personne, nullement
à l'état; il fit de tous une espèce de corps, par la combinaison de
leurs services dans le sacré palais, et par leurs relations respectives.
Il fit enfin du service domestique le principal de leurs fonctions, et
du service public l'accessoire: ce qui était justement l'inverse du
système des rois ses prédécesseurs.

Je le répète, il était de la nature de Charlemagne de faire fléchir sous
son ascendant ceux, qui l'approchaient. Cependant c'était toujours
l'_élection_ qui désignait au prince les grands officiers de la
couronne; ils recevaient toujours leurs offices en fiefs par
l'investiture, à la suite d'une prestation de foi et hommage; ils
devenaient seigneurs de leur office comme on était seigneur d'une terre;
ils étaient toujours grands vassaux de l'état; ils avaient des sujets
dans tous les hommes de la profession correspondante au service dont ils
étaient chargés dans la maison du roi; ils donnaient des statuts aux
diverses professions; ils accordaient la faculté de les exercer et
vendaient les permissions à leur profit; ils retiraient de l'exercice de
ces professions des rétributions annuelles, et des amendes pour les
contraventions aux statuts; ils avaient justice ou juridiction sur les
concessionnaires de permissions; ils avaient leurs officiers, leur
maire, pour exercer cette justice. Comme grands vassaux, ils étaient de
la cour des pairs du roi, jugeaient avec les pairs, n'étaient jugés que
par les pairs; ils avaient entrée dans les assemblées nationales; en un
mot, ils jouissaient de tous les attributs caractéristiques d'un grand
fief.

Charlemagne n'avait pas beaucoup à faire pour mettre les grands
officiers de la couronne dans l'impuissance de nuire à un homme tel que
lui; mais il n'éleva point au-dessus de leurs entreprises les princes
d'un mérite inférieur qui devaient lui succéder, soit que la nation ne
s'y prêtât point, soit qu'il s'en souciât peu, étant trop sage pour
vouloir une maison soumise aveuglément aux caprices de son chef, à
l'effet de gouverner une nation qui ne l'était pas.

Tout le monde sait ce que devint l'autorité royale sous les successeurs
de Charlemagne. Charles-le-Chauve en acheva la ruine en donnant _à
perpétuité_ les fiefs réels et les fiefs incorporels, c'est-à-dire les
bénéfices territoriaux et les _grands offices_ de la maison et couronne.
Alors commença réellement le gouvernement féodal; alors en effet le
pouvoir royal, aliéné par parties, était plus qu'abdiqué: il était
aboli, aboli par la royauté elle-même. Elle s'était dépouillée de la
délégation du pouvoir souverain pour la partager entre les grands
offices de la couronne. Cette fois tout périt, la monarchie et le
monarque. Une ombre du pouvoir souverain, sous le nom indéfini de
_suzeraineté_, errait au-dessus d'une multitude de souverains de fait,
entre qui la délégation générale s'était divisée, également incapable
de se faire sentir, de se faire entendre, même de se faire regarder.

Encore une fois, je ne sais ce qui peut avoir empêché Montesquieu de
dire nettement que les grands offices de la maison et couronne du roi
furent donnés en _fief à vie_ sous la première race, en fief héréditaire
sous la seconde, et que ces fiefs incorporels, qui cernaient étroitement
l'autorité du roi et sa personne, furent le complément et le véhicule
des causes qui amenèrent le gouvernement féodal[24].

    [Note 24: Il y a une vérité bien prouvée par les monuments qui
    nous restent du gouvernement féodal, c'est l'érection en fief des
    offices de la couronne et maison du roi. Ces fiefs _incorporels_
    avaient tous les caractères du fief territorial. D'abord ils
    donnaient des _sujets_ comme celui-ci: ces sujets étaient tous les
    hommes du palais et même de la France dont la profession répondait
    au service dont les officiers étaient chargés dans le palais.
    Ensuite ces fiefs donnaient à l'officier, comme seigneur,
    juridiction sur ces mêmes sujets, par conséquent une _justice_; ce
    qui était un attribut inséparable des _seigneuries_ dans ces temps
    où la justice ne pouvait être séparée de la force, parce qu'elle
    se bornait à arbitrer des compositions entre les coupables et les
    parties lésées, et ensuite à défendre les coupables qui avaient
    offert de s'acquitter, et à les protéger contre les vengeances des
    offensés. En troisième lieu, les offices inféodés donnaient entrée
    aux assemblées nationales avec les seigneurs proprement dits ou
    vassaux de la couronne. En quatrième lieu, ils constituaient le
    grand officier membre de la cour des pairs, lui donnaient le droit
    de juger avec eux et de n'être jugé que par eux: autre
    circonstance caractéristique de la qualité de grands vassaux ou
    vassaux immédiats de la couronne. On voit d'ailleurs dans les
    procès-verbaux de Du Tillet, une foule d'actes, à la vérité du
    treizième siècle, mais tous supposant un usage antérieur, qui
    prouvent l'inféodation des offices de la maison et couronne: ce
    sont des prestations de _foi et hommage_ pour l'investiture de ces
    mêmes offices, et Du Tillet qualifie, sans hésiter, de fiefs, les
    offices de la couronne.

    Voici comment il s'exprime: «Les rois de France anciennement
    avoient baillé ou enduré auctorités, droicts et prééminences à
    leurs officiers domestiques sur les mestiers dont ils se servoient
    ou qui en approchoient: aux ESCHANSONS, sur les _taverniers_ et
    _marchands de vin_; aux PANETIERS, sur les _boulangers_; aux
    MARESCHAUX de l'escurie, sur les autres _mareschaux_; aux
    BARBIERS, sur les _barbiers_; au grand CHAMBRIER, sur les
    _merciers_, _frippiers_, _cordonniers_, _pelletiers_, _fourreurs_,
    _boursiers_ et autres semblables, parce qu'il avoit la charge des
    habillements du roi, partie desquels se prenoit chez les dicts
    métiers.» (Page 412.) Sa juridiction, en 1474, est sur dix-sept
    métiers de Paris qui n'étoient qu'en le temps passé. Il vend le
    métier de _savetier_ et _basanier_ (page 413); _selliers_,
    _lormiers_, _bourselliers_, _gantiers_. (Page 414.)

    Cette justice attribuée aux offices fut le signe de l'inféodation
    de ces offices. «Tous officiers, dit Du Tillet, doivent _foi et
    serment_. L'HOMMAGE en aucuns a été ajouté pour la _juridiction_
    qu'ils ont annexée à l'office, _laquelle ils tiennent comme fief à
    vie..._ Les officiers qui exercent la juridiction _au nom du roi_
    doivent seulement serment à lui ou autre auquel il est adressé
    pour l'institution; ceux qui l'ont à eux propre, à cause de leurs
    offices, la doivent reconnoistre par l'hommage outre le serment de
    l'exercice de l'office.» (_ibid._, page 394.)

    Il est donc positif que le connétable, les maréchaux, à raison de
    leur juridiction sur les gens de guerre, le grand maître de
    France, le grand queux de France, le grand bouteiller ou grand
    échanson, le grand panetier[24A], le grand chambrier, à raison de
    leur juridiction sur leurs subordonnés et sur différents métiers,
    tenaient leur office en fief, et en rendaient foi et hommage au
    roi. Le connétable recevait en fief l'_épée du roi_. «Les lettres
    d'Artus de Bretagne (le duc de Richemont) expriment (dit Du
    Tillet, page 390) la grandeur du dict office, narrant qu'il est
    chef principal après le roi, pour toutes ses guerres, et que,
    selon l'usage ancien, _par manière_ de possession lui est commise
    la garde de l'espée du roi dont il lui doit hommage lige.»

    [Note 24A: Du Tillet cite un fait qui annoncerait que le grand
    panetier fuit exception. Il prêta serment au parlement, mais Du
    Tillet croit que ce fut par erreur.]]

La formation au gouvernement féodal a même besoin de l'inféodation des
offices de la couronne et maison pour être bien expliquée. Montesquieu,
dans son admirable histoire de ce gouvernement, a lumineusement démontré
que c'est l'aliénation à perpétuité des offices de comtes et de ducs
faite par Charles-le-Chauve, ainsi que des terres attachées à ces
offices, qui, en créant des seigneuries, a préparé l'indépendance des
ducs et des comtes pour le gouvernement de leurs duchés et comtés. Mais
cette préparation était insuffisante pour déterminer l'érection du
gouvernement féodal; il manque un anneau à la chaîne des pouvoirs dont
Montesquieu reconnaît l'aliénation et le soulèvement. Cet anneau est le
pouvoir du maire ou mayer du palais, qui s'était rétabli sous
Charles-le-Simple; c'est le pouvoir du duc de France, du duc des ducs,
du chef des grands officiers de la maison et couronne. L'an 992, Robert,
frère d'Eudes, comte de Paris[25], père de Hugues-le-Grand, aïeul de
Hugues Capet, qualifié de duc de France par les historiens, était mayer
du palais: son fils Hugues-le-Grand le fut après lui, et après lui
Hugues Capet.

    [Note 25: «Le comte de Paris avoit la justice, police et finance,
    et commandoit les armées; il avoit sous lui un vicomte. Lorsque
    Hugues Capet fut parvenu à la royauté, il réunit à la couronne le
    comté de Paris qu'il possédoit à titre d'inféodation que
    Hugues-le-Grand avoit reçue de Charles-le-Simple.» (Le président
    Hénault, t. I, ann. 992.)

    OBSERVATION. Ce n'était pas comme comte, mais comme duc des ducs
    ou duc de France, que Hugues Capet avait le commandement des
    armées: comme comte de Paris il n'aurait eu que le commandement de
    la seule armée de Paris. Sur quoi il faut remarquer que, comme
    comte de Paris, il n'avait de supérieur que lui-même; qu'il
    relevait immédiatement de la couronne. Il n'y avait point de duché
    de Paris, parceque, le comté de Paris appartenant au duc des ducs,
    l'inféodation du comté de Paris à un duc aurait constitué le chef
    de tous les ducs de France inférieur au duc de Paris. C'est donc
    comme maire ou mayer de France que Hugues Capet a été promu à la
    royauté, soit que cette qualité et le pouvoir qui y était attaché
    aient conduit tout naturellement à la royauté, soit qu'on ait
    regardé la dignité de maire comme la suprême propriété du fief de
    Paris.]

Du Tillet s'exprime ainsi sur ce sujet: «Sous le dict Pepin roy et sa
postérité, demoura l'office (de mayer) rabaissé jusques au roy
Charles-le-Simple, que Robert, frere d'Eudes, régent du royaume, puis
roy, fut meyer, et de lui fut transféré comme héréditaire à son fils
Hugues-le-Grand, pere de Hugues Capet, _qui par ceste eschelle monta à
la couronne_; depuis deffit sagement la dicte eschelle, et oncques puis
n'y eut meyer[26].»

    [Note 26: Recueil des rois de France, chapitre des maires du
    palais, ducs, comtes, officiers, page 388.]

Ce n'est pas seulement comme propriétaire du plus grand fief du royaume
que Hugues Capet se fit roi, ainsi que le croit Montesquieu: son père
Hugues, maire du palais, avait refusé de l'être; et Robert, son aïeul,
autre mayer, avait été élu et couronné roi en 992. C'est donc la qualité
de maire du palais, c'est le _fief de la mairie du palais_, aidé de tous
les fiefs des officiers de seconde ligne dans le palais, qui a fait
passer la couronne sur la tête de Hugues Capet, chef de la troisième
race. Il me semble évident que, si ce mayer et les grands officiers de
la maison et couronne étaient restés fidèles au roi, et avaient employé
les nombreux justiciables de leur fief, c'est-à-dire les hommes exerçant
art ou métier, tous bourgeois aisés, et par cette raison amis d'un
gouvernement régulier, les ducs et comtes auraient difficilement pu
s'écarter de la soumission due au roi. Du moins ils n'auraient pas eu un
point de ralliement au centre du pouvoir, ils n'y auraient point trouvé
de complice, point de fauteur, point de chef, point d'appui ni de
protection. Au contraire, de là seraient tombées sur eux les prévoyances
d'un pouvoir jaloux, les sévérités d'un pouvoir menacé, les vengeances
d'un pouvoir offensé; de là auraient fondu sur la révolte toutes les
forces d'un pouvoir sans division, sans distraction, avec tous les
avantages de l'unité monarchique contre une ligue anarchique. L'histoire
a semblé vouloir perdre cette importante vérité que _l'autorité royale a
péri par la cour_, a été sacrifiée par les officiers de la _couronne et
maison_ du roi. On a souvent dit figurément: La cour a perdu le roi; la
cour a ruiné le trône. Cette fois elle l'a précisément et réellement
renversé. Et pourquoi ne pas le dire? A-t-on peur d'empêcher que cela ne
recommence?

J'ai établi mon opinion sur ce sujet dans une discussion qui sera jointe
à ce mémoire, et qui forme elle-même un mémoire de quelque étendue.


ÉTAT DE LA COUR DE FRANCE DURANT LA TROISIÈME RACE JUSQU'À FRANÇOIS Ier.

Peu après la renaissance d'une nouvelle royauté sous une troisième race
de rois, que les grands vassaux, s'ils n'eussent pas été eux-mêmes des
usurpateurs, auraient eu seuls le droit d'appeler usurpatrice, car elle
n'usurpa que sur le gouvernement féodal, les grands officiers de la
maison et couronne se trouvèrent réduits à cinq: le grand chancelier, le
sénéchal, le grand échanson, le grand chambrier, et le comte de
l'étable.

Le grand maréchal des logis, le grand veneur et le grand fauconnier
étaient de simples officiers de la maison. On ne voit point reparaître
de grand officier ecclésiastique; l'apocrisiaire de Charlemagne avait
disparu. Les rois n'avaient plus le même intérêt que ce prince à ménager
la cour de Rome, et de grandes raisons invitaient à se défier de sa
politique. Le chef de la chapelle du roi ne compta plus, dans cette
première période de la troisième race, entre les grands officiers de la
maison de France. Hugues Capet, simple _suzerain_ de la plus grande
partie du royaume, n'était _souverain_ que du plus grand des fiefs qui
le composaient. La magnificence et l'_ordre du sacré palais_ de
Charlemagne, puissant empereur d'Occident, auraient été fort
disproportionnés avec l'existence d'un si petit souverain.

Il se borna donc à cinq officiers, comme les rois de la première
dynastie; et ces officiers reprirent, à quelque chose près, leur
caractère primitif. Ils furent officiers de la couronne plutôt que de la
maison, serviteurs de l'état plus que du prince[27]. Ils ne
recommencèrent pas l'envahissement du pouvoir royal, mais ils en
partagèrent l'exercice avec le roi; ils n'en reçurent pas la délégation,
mais ils coopérèrent à son action; ils n'eurent plus les moyens de
l'usurper, mais ils le limitèrent.

    [Note 27: Favin ne les appelle qu'officiers de la couronne.]

«Tous ces grands officiers, dit Favin[28], étaient élus par le conseil
du roi, qui les agréait et confirmait leur élection, ainsi qu'il se
pratiquait en celles des conseillers au parlement au nombre desquels
ils étaient, et avaient séance et voix délibérative, même au jugement
des pairs.»

    [Note 28: Page 270, Traité des premiers offices de la couronne de
    France.]

Une ordonnance de Philippe Ier, qui n'est point comprise dans le recueil
du Louvre, mais qui est mentionnée dans celui de Du Tillet[29], et
transcrite par le président Hénault, sous les années 1103, 1104 et 1105,
nous apprend que le roi Philippe, pour _autoriser ses chartes et
lettres_, les fit _souscrire et témoigner_ à ses grands officiers,
échanson, chambrier, grand maître, et connétable de France.

    [Note 29: Concernant les rois de France, leur couronne et maison,
    page 389.]

Il ne faut pas s'en rapporter à Favin ni même à Philippe Ier sur le
motif qu'ils supposent à la signature des _chartes et lettres royaux_.
Les rois n'avouent pas volontiers les institutions qui gênent leur
autorité. L'ordonnance de Philippe Ier présente, comme de simples
_certificateurs de ses actes_, des officiers qui en étaient les
coopérateurs nécessaires. Pour être convaincu de leur coopération, il
suffit de remarquer que le grand chancelier certifiait leur signature
comme celle du roi, en écrivant le nom et la qualité de chacun
au-dessous de la simple croix ou du monogramme quelconque à quoi se
bornait leur signature. Comment voir des certificateurs ou de simples
témoins des actes royaux, dans de grands personnages qui, faute de
savoir écrire leur nom, ont eux-mêmes besoin d'un certificateur de leur
seing grossier et informe? Leur coopération aux lois était si
nécessaire, que quand l'un d'eux était absent ou qu'un office était
vacant, l'acte faisait mention de l'absence ou de la vacance[30].
L'ordonnance de Louis VIII faite en 1223, concernant les juifs, _du
consentement, et par la volonté des Archevêques, Évêques, Comtes, Barons
et Chevaliers du royaume_, est souscrite de l'échanson (Robert de
Courtenai), du connétable (Mathieu de Montmorency) et du sénéchal
(Enguerrand de Coucy), qui faisaient partie de cette assemblée dont la
loi exprime le consentement et la volonté, _volontatem et consensum_.
Peut-on douter d'après cela que les grands offices dont il s'agit ne
fussent une magistrature nationale placée à côté du monarque? Et
pourquoi s'étonnerait-on de cette assistance des grands officiers élus
par le conseil du roi? N'était-il pas naturel qu'ils en fussent membres?
Pourquoi n'auraient-ils pas été du conseil, étant du parlement, y
prenant rang, séance, et ayant voix délibérative, même au jugement des
pairs[31]? Pourquoi n'auraient-ils pas été les plus intimes conseillers
du roi, réunissant, en vertu de leur titre de grands officiers de la
couronne, avec toutes les dignités qu'on vient de voir, le droit
d'assister aux assemblées nationales? _Point d'états-généraux_, dit
Favin, _ne pouvaient se tenir sans eux_. Ils y opinaient, et y
occupaient même une place distinguée.

    [Note 30: Les lettres données par Louis VIII, en 1224, pour
    l'abolition de diverses coutumes dans la ville de Bourges,
    portent: «Astantibus in palatio nostro, quorum nomina supposita
    sunt et signa. _Dapifero nullo_. Signum Roberti, _buticularii_.
    Signum Bartholomæi, _camerarii_. Signum _constabularii_. Data per
    manum Garini, Silvanectensis episcopi,» (c'était le chancelier).]

    [Note 31: Favin, page 270.]

Ces offices étaient donnés en fief. Les inventaires de Du Tillet
contiennent nombre de preuves de cette vérité. Ces fiefs étaient, les
uns à vie, les autres héréditaires, tous inamovibles et par conséquent
indépendants.

Comme les grands vassaux prirent le nom de leur fief territorial vers la
fin de la seconde race, de même on vit les officiers qui avaient reçu
leur office à titre de fief prendre le nom de leur office. La charte
raimonde de 1228, entre Louis IX et Raimond-le-Jeune, dernier comte de
Toulouse, est signée de Robert, _bouteiller_; de Berthelon, _chambrier_;
et de Mathieu, le _connétable_. Or Robert le bouteiller était le comte
de Dreux, prince du sang, et Mathieu le connétable était Mathieu de
Montmorenci[32].

    [Note 32: Ce fait et beaucoup d'autres prouvent que La Roque est
    dans l'erreur lorsqu'il assure dans son Traité de la Noblesse,
    chap. XIX, que les rois rendirent héréditaires les grands
    officiers de la couronne en les attachant à des fiefs territoriaux
    transmissibles aux héritiers. _Ils en firent des fiefs_, et ne les
    attachèrent point à des fiefs territoriaux. Il y a mieux: on voit
    dans Du Tillet qu'ils attachèrent des terres à quelques uns de ces
    fiefs incorporels, et que ces terres en étaient les dépendances.]

Il est bon d'observer qu'au commencement de la troisième race, tous les
grands vassaux se créèrent des maisons semblables à celle du roi,
parceque tout seigneur dominant était obligé, comme le roi, à donner des
pairs pour juges à ses vassaux. Le sire de Joinville était
_grand-sénéchal héréditaire_ du comte de Champagne, et le comte de
Champagne était grand sénéchal du roi de France; et les offices de l'un
et de l'autre leur étaient inféodés[33]. Les grands officiers étaient
manifestement imposés au pouvoir.

    [Note 33: La Roque, dans son Traité de la Noblesse, cite le sire
    de Joinville comme sénéchal du roi de France et comme faisant
    partie de la cour de France. C'est une erreur. On voit dans les
    mémoires de Joinville, qu'il refusa de prêter serment à Louis IX,
    parcequ'il était sénéchal du comte de Champagne, et par là son
    vassal lige.]

Les fonctions et prérogatives politiques et judiciaires dont nous venons
de parler n'empêchaient pas les fonctions domestiques propres à chaque
office.

Le sénéchal, qui représentait le comte du palais de la première race,
qui, sous Charlemagne, était l'économe de la maison, et s'appelait aussi
_præpositus regiæ mensæ_, et quelquefois _dapifer_, retint ce dernier
nom au commencement de la troisième. Dapifer signifie littéralement
_celui qui apporte à manger, qui le met sur la table_: c'était en effet
une des fonctions de son office, mais ce n'était pas la seule; le
dapifer était de fait, comme sous Charlemagne, _préposé à la table du
roi_, et il était chargé de régler tout ce qui regardait le service de
la bouche, excepté les boissons, qui étaient sous l'autorité de
l'échanson, _Buticularius_. Une prérogative de l'échanson était de
présider la chambre des comptes. L'échanson avait été créé par
Charlemagne; il n'en était pas question sous la première race; il
continua sous la troisième. Sous Philippe Ier, le dapifer fut nommé
majordome de la maison royale, _major domûs regiæ_; maître du royaume,
_major regni_; sa charge était la première de la couronne. Sous le règne
de Philippe-Auguste, il fut qualifié de souverain maître du palais[34].
Louis XI le nomma grand-maître de France, soit par contraction de
grand-maître du palais ou de la maison du roi de France, soit par
opposition au titre de grand-maître de la maison d'un grand vassal de la
couronne; peut-être aussi parcequ'il espérait faire illusion sur
l'abaissement des places par l'élévation des titres. Le titre de
grand-maître de France est resté à l'office de maître de la maison du
roi. Dès le commencement de la troisième race, ses fonctions domestiques
consistaient à régler tout ce qui regardait la table du roi; il avait la
garde des clefs du palais; il y maintenait la propreté, l'ordre et la
police; et pour y remplir ces diverses fonctions, il avait autorité sur
les hommes qui en formaient la garde. Il commandait seul à tous les
officiers du service de bouche; de plus, il avait juridiction sur
plusieurs métiers qui avaient rapport au service de la bouche, tels que
les bouchers et les charcutiers. Cette juridiction constituait
essentiellement son fief, et l'obligeait _à la foi et à l'hommage_
envers le roi, ce qui était la condition des fiefs; pour les offices non
inféodés, les officiers se bornaient à _prêter serment_ de fidélité,
sans _hommage_.

    [Note 34: Voyez les Ordonnances du Louvre, tom. XV, pag. 317; note
    sur les lettres de Louis XI, signées par les grands officiers en
    faveur des descendants d'Eudes Lemaire, dit Challo Saint-Mas, pour
    un pèlerinage en terre sainte.]

Après que Louis IX eut ôté aux cinq grands officiers de la maison et
couronne le droit de délibérer sur les actes royaux, comme nous le
verrons dans un moment, le grand-_échanson_ et le _pannetier_ furent mis
sous l'autorité du _souverain maître du palais_; ils furent dépouillés
de la juridiction qu'ils avaient, l'un sur les marchands de vin, l'autre
sur les boulangers; le grand échanson perdit de plus la prérogative de
présider la chambre des comptes; et néanmoins l'un et l'autre
continuèrent à posséder leur office en fief et sous la condition de foi
et hommage.

       *       *       *       *       *

Sous Philippe de Valois le comte de l'étable, qualifié alors de
connétable, étant devenu le premier officier militaire de la couronne et
chef de l'armée, l'autorité supérieure sur l'écurie du roi passa au
premier écuyer, qui alors prit le titre de grand-écuyer. Ainsi le
connétable et les maréchaux de France ses subordonnés immédiats,
cessèrent d'être officiers de la maison, pour être uniquement officiers
de la couronne; et un nouvel officier s'éleva dans la maison, mais sans
inféodation et sans juridiction; ce fut le grand-écuyer. En 1440, Louis
XI qualifia le grand-écuyer, de grand-écuyer, _de France_.

       *       *       *       *       *

Le grand-chambrier, nommé _cubicularius_ sous la première race,
_camerarius_ sous Charlemagne, avait pour fonction domestique, au
commencement de la troisième race, de régler tout ce qui regardait
l'habillement de la personne du roi; et pour la facilité ou la sûreté de
ce service, il avait juridiction sur les merciers, frippiers,
cordonniers, pelletiers, fourreurs, boursiers et autres semblables[35].
Sa juridiction en 1474 s'étendait à dix-sept métiers de Paris. Il
vendait les métiers de savetier, de basanier, de sellier, de lormier,
boursellier, gantier. Le grand-chambrier avait de plus le droit ou
plutôt le devoir de surveiller les recettes et dépenses de la maison du
roi et celles de l'État. Il avait juridiction sur les comptables,
excepté ceux du service de la bouche.

    [Note 35: Du Tillet pag. 412, 413, 414.]

       *       *       *       *       *

À la fin du règne de Louis IX, le pouvoir politique des grands
officiers de la couronne fut réduit à ce qu'il était du temps de
Charlemagne. Ils cessèrent de signer les actes de l'autorité royale et
d'y concourir. C'est le privilége de la vertu, du talent, de la
vaillance surtout, de rendre les peuples moins soigneux des garanties
politiques qu'ils se sont données contre l'oppression. Mais les
négliger, n'est pas y renoncer. D'ailleurs Louis IX, non plus que
Charlemagne, n'avait la prétention de gouverner arbitrairement une
nation généreuse. Les grands officiers conservèrent du moins leur
indépendance, leur rang au parlement et aux assemblées nationales, leur
juridiction sur les corps de métier dont l'industrie répondait à leur
service; enfin ils demeurèrent près du trône, non plus comme censeurs,
mais comme observateurs et témoins des actes qui en émanaient.

       *       *       *       *       *

Les grands officiers dont nous avons parlé subsistaient encore à
l'avènement de François Ier, mais avec plusieurs autres, tels qu'un
grand-aumônier du roi, un grand-chambellan, un grand-écuyer de France,
un grand-veneur de France, un grand-fauconnier de France.

       *       *       *       *       *

Louis XI, en donnant à tous les grands officiers de sa maison civile le
titre de grands officiers de France, avait confondu les anciens grands
officiers de la maison et couronne avec les simples officiers de sa
maison.

Nous venons de voir quel était l'état de la maison, voyons quel était
celui de la cour.

Elle se composait essentiellement des grands officiers et de la famille
du prince. Du reste, peu d'affluence des grands. Les seigneurs
territoriaux n'y venaient que deux fois l'année aux cours plénières, à
Noël et à Pâques. Leurs femmes n'y venaient jamais et n'y avaient point
de rang.

Les grands officiers étaient fort éloignés de la souplesse, de
l'obséquieux, de la servilité des courtisans modernes. C'étaient de
grands vassaux gardant avec soin leur rang et leur caractère, se croyant
assez soumis et assez liants pour le monarque, s'ils n'étaient exigeants
et pointilleux; ne s'estimant pas inférieurs aux grands seigneurs
territoriaux, qui affectaient de vivre en princes dans leurs châteaux,
de ne venir à la cour que rarement, et de n'y figurer que de mauvaise
grâce[36]. Le palais du prince était le château des fiefs qui
constituaient les grands officiers; les grands officiers s'y
regardaient, comme chez eux et s'y conduisaient en conséquence. Ils
n'étaient pas nombreux. Les princes et princesses du sang, même de la
famille royale, avaient un petit nombre d'officiers.

    [Note 36: Legendre, _Moeurs des Français_.]

La maison du prince, celles des princesses même, n'admettaient point de
femmes dans leur composition. Aucune femme n'avait de rang à la cour.
Anne de Bretagne fut la première qui s'entoura de filles d'honneur
qu'elle faisait élever sous ses yeux, à son exemple, dans la sagesse, la
réserve, la modestie, convenables à leur sexe.

Le roi n'avait point de maison militaire. Des gardes en petit nombre:
cent Écossais depuis Charles VII, cent _gentilshommes au bec de corbin_
ou _de faucon_ à dater de Louis XI, cent gentilshommes extraordinaires
créés par Charles VIII, composaient toute la garde du roi. Toutes les
places et dignités du clergé étaient électives; les places de la
magistrature, électives; les troupes régulières étaient peu nombreuses,
et le nombre des officiers à la nomination du roi, très borné. Enfin le
trésor public n'était point indéfiniment à la disposition du roi[37]:
c'était la chambre des comptes qui ordonnançait la distribution des
fonds pour les dépenses publiques. Le roi était borné au revenu de son
domaine et des droits domaniaux.

    [Note 37: Voyez chapitre V du Mémoire pour servir à une nouvelle
    histoire de François Ier, et les notes d'après Cangé.]

En deux mots, avant François Ier les rois avaient une famille, une
garde, des domestiques, de grands officiers de la couronne indépendants,
puissants même, et point de cour habituelle et permanente, si ce n'est
leur maison. La réunion des grands, qu'on appelle la cour, était un
évènement passager que signalaient de froides ostentations, de petites
rivalités entre des personnes qu'aucune liaison n'intéressait, et qui
ne devaient se revoir que rarement. Il n'existait ni esprit de cour, ni
moeurs de cour, ni nation de cour, ni patronage de cour, ni clientelle
de cour, ni domination de cour.



CHANGEMENTS

OPÉRÉS À LA COUR DE FRANCE

SOUS FRANÇOIS Ier.

APERÇU GÉNÉRAL.


François Ier donna une nouvelle organisation à la maison royale et
établit un ordre nouveau entre les courtisans. Les changements de la
maison et ceux de la cour agirent sans cesse les uns sur les autres:
l'attrait et l'ordre de la maison augmentaient le concours des
courtisans; l'affluence et l'importance des courtisans amenaient un
nouvel accroissement de splendeur et un nouvel ordre dans la maison.

D'abord le roi s'appliqua à faire disparaître les restes des
prérogatives attachées aux grands offices de la maison et _couronne_: il
écarta de ces offices toute idée de service public; il n'y souffrit que
l'esprit de domesticité. Mais, à l'exemple de Louis XI, il releva le
titre des premiers officiers de sa maison par la qualification de grands
officiers de France. Il ajouta des officiers nouveaux à tous les
services anciens; il doubla, il tripla le nombre de ceux qui en étaient
chargés. Il créa des services nouveaux. Il augmenta la maison militaire.
Il fit entrer dans les offices des nobles de divers rangs et de
diverses origines. Les officiers de la maison qui étaient égaux en
honneurs, et dont les uns ne différaient des autres qu'en ce que les
premiers entraient en fonctions quand ils étaient présents, et les
autres seulement en cas d'absence et comme suppléants des premiers,
furent subordonnés les uns aux autres: ces officiers furent placés
suivant les extractions. Le commandement devint graduel et descendit
d'office en office, depuis le roi jusqu'aux valets de chambre, aux
valets de garde-robe, aux écuyers servants et plus bas encore.
L'obéissance devint générale, la soumission inévitable, là où régnaient
la liberté et l'égalité. Les offices furent divisés en quatre classes:
une distinction s'établit entre le service d'honneur et le service
seulement noble, entre le service noble et le service anoblissant, entre
ce service anoblissant et le service roturier.

Le principal changement qu'éprouva la _maison_ fut le mélange des sexes
dans la domesticité d'honneur. Le roi fit entrer dans la maison de la
reine des filles et des dames d'honneur en nombre quadruple de celles
qu'avait admises près d'elle Anne de Bretagne, femme de Louis XII; il
établit des maisons à peu près semblables pour les princesses de sa
famille; dans toutes il multiplia excessivement les officiers: ces
maisons étaient des annexes de la sienne; il agréait ou rejetait les
personnes qui devaient les composer.

Ces innovations changèrent tout à la cour. L'affluence des grands y fut
prodigieuse. Les princes de l'église, les prélats y vinrent en foule: on
y vit jusqu'à vingt-un cardinaux en même temps; les archevêques, les
évêques n'en sortaient pas; on ne vit jamais tant de prêtres parmi tant
de femmes. Les gradations de rang et la subordination que la
multiplicité des officiers de la maison avait fait établir entre eux,
amenèrent à marquer aussi des rangs entre les courtisans sans offices, à
multiplier les titres et les honneurs qui servaient à les distinguer.
L'étiquette qui réglait les services de la maison régla aussi les droits
et les devoirs des courtisans volontaires. La cour tout entière fut
séparée de la nation par des conditions de naissance, comme l'était la
maison; d'où il arriva que plus tard la roture, la nouvelle noblesse, la
noblesse procédant d'une autre origine que les armes, furent exclues de
toute communication qui présentât la moindre apparence de relation de
société avec les personnes de la famille royale. Le roi, les princes se
les interdirent à eux-mêmes, et ne se permirent que des communications à
peu près furtives et clandestines avec les personnes de classes
inférieures qui leur étaient les plus agréables.

Quelques détails confirmeront l'aspect général sous lequel on vient de
voir la maison et la cour de François Ier.



PREMIER DÉVELOPPEMENT.

CHANGEMENTS OPÉRÉS DANS LA MAISON DU ROI SOUS FRANÇOIS Ier.--ÉLIMINATION
DES GRANDS OFFICES AUXQUELS ÉTAIENT ATTACHÉES QUELQUES FONCTIONS
D'UTILITÉ PUBLIQUE.


Deux offices avaient encore retenu quelques fonctions de la couronne,
ceux du grand-chambrier et du connétable: François Ier les fait
disparaître de sa maison.

Le grand-chambrier (_cubicularius_, différent, comme je l'ai dit, du
grand-chambellan, _camerarius_), après avoir été deux cents ans un des
signataires et des conseillers nécessaires des actes royaux, avait
conservé jusqu'à François Ier rang et séance à la chambre des pairs,
ainsi qu'aux états-généraux. Ces deux prérogatives se réduisaient à rien
sous un prince qui ne convoquait point de cour des pairs pour juger les
personnes qu'il voulait perdre, qui ne voulait pas entendre parler
d'états-généraux pour autoriser les impôts. Mais il restait encore au
grand-chambrier un droit important, c'était de surveiller les recettes
et les dépenses de la maison du roi et celles de l'État; il avait, de
plus, juridiction sur un grand nombre de professions, et il possédait
encore son office à titre de fief. Le droit de surveillance sur les
recettes et dépenses du roi était au moins importun pour un prince
prodigue; il suffisait que ce droit pût être exercé avec intégrité par
un officier inamovible, pour que le roi voulût s'en affranchir. Il y
réussit par un moyen fort simple; il donna la charge au duc d'Orléans
son fils. C'était abolir ce qu'elle pouvait avoir d'utile pour la
nation. Après l'avoir dépouillée de toute utilité, il lui était aisé de
la supprimer: son fils mourut, et il la supprima.

L'office de connétable eut à peu près le même sort. On voit dans Du
Tillet que, postérieurement au règne de Philippe-le-Long (il ne dit pas
à quelle époque), cet office avait été démembré; qu'on en avait détaché
sa fonction primitive, qui était le soin de l'écurie du roi, pour la
donner à un _grand-écuyer_, et qu'on avait constitué le connétable chef
de l'armée. À l'avènement de François Ier le connétable n'était donc
plus officier de la maison; il était grand officier de la couronne. Les
maréchaux avaient comme le connétable changé de condition; au lieu de
rester officiers des écuries du roi, ils étaient devenus assesseurs du
connétable pour le jugement des gens de guerre, et devinrent plus tard
juges du _point d'honneur_. Après le jugement ou plutôt la proscription
du connétable de Bourbon, le roi fut dix ans sans nommer à la place de
connétable: il y nomma ensuite Anne de Montmorenci; mais il devint
jaloux de ses succès, et se mettant lui-même à la tête d'une armée, il
rendit le commandement de celle qui était confiée à la valeur et à la
sagesse d'Anne, illusoire et périlleux, par la contrariété qu'il opposa
à toutes ses opérations et à tous ses desseins.



DEUXIÈME DÉVELOPPEMENT.

COMPOSITION DE LA MAISON DU ROI. ANCIENS OFFICES CONSERVÉS.


François Ier fut plus favorable aux officiers de son service qu'à ceux
du service public. Le plus considérable, quand il monta sur le trône,
était celui qui depuis Louis XI s'appelait le _grand-maître de France_.
La fonction du grand-maître de France était alors de garder les clefs du
palais, d'y maintenir la propreté et la police, d'y commander une petite
troupe pour la sûreté et le bon ordre, de régler le service de la table
du roi et de celle de ses commensaux, sans oublier la sienne. Ajoutons
qu'il avait juridiction sur plusieurs métiers, tels que les bouchers et
les charcutiers. Sa charge lui était inféodée, et il rendait foi et
hommage au roi pour en recevoir l'investiture; François Ier changea,
sans y prendre garde, l'existence de ce grand officier; et par le luxe
et le nombre immodéré des tables de sa maison et par l'accroissement de
sa garde militaire, il en fit un personnage dangereux au moins pour des
rois fainéants. Il ne fallait pas moins, dit Brantôme, que six tables à
la cour, sous François Ier, et si bien montées que rien n'y manquât; six
tables, _servies même dans les forêts et dans les villages_, quand le
roi voyageait ou allait à la chasse, _comme si c'eût été à Paris_.
Quelle troupe de subordonnés suppose un pareil luxe! et quelle
clientelle donne au grand-maître cette multitude de commensaux de divers
rangs! Sous ses ordres étaient le _maître-queux_ qui remplaçait le
_grand-queux_ ou _grand-cuisinier_, dont l'office avait été précédemment
supprimé; le _grand-bouteiller_ ou _eschanson_, et le _grand-panetier_.
Leurs offices, précédemment dépouillés de leur juridiction, l'un sur les
marchands de vin, l'autre sur les boulangers, et d'autres prérogatives
politiques, telles que la présidence de la chambre des comptes, qui
appartenait au grand eschanson, était néanmoins toujours possédés en
fief, sujets à la prestation de foi et hommage, et possédés par des
personnes de haut rang. Ajoutez les _valets_ ou _escuyers tranchants_,
les escuyers de cuisine, appelés depuis gentilshommes servants ou
collectivement le _serdeau_, les potagers, les hâteurs, les sauciers,
les pâtissiers, les rôtisseurs, etc. C'était une légion. Mais ce qui
accrut la puissance du grand-maître à un point formidable, ce fut
l'augmentation de la garde royale, qui se trouvait dans le palais sous
ses ordres et sous sa clef. En gagnant cette troupe il pouvait se rendre
maître de la personne du roi, et en faire son prisonnier. Anne de
Montmorenci, et François et Henri de Guise ont possédé successivement la
place de grand-maître de France, et ont prouvé par leur empire sur des
rois, très faibles à la vérité, combien, dans le service de cette
charge, on était plus près du commandement que de l'obéissance.

La place de premier chambellan, dénuée de tout caractère d'office
public, hérita des fonctions domestiques du grand-chambrier supprimé.

       *       *       *       *       *

La place de grand-écuyer de France[38], élevée fort haut par Louis XI,
fut maintenue dans son autorité sur les écuries du roi, distraite depuis
long-temps de la charge de connétable.

    [Note 38: Le grand-écuyer en 1399 grand-maître de l'écurie, sous
    Charles VIII, _grand-écuyer_ (Tanneguy Du Châtel fut ainsi
    qualifié), _grand-écuyer de France_ sous Louis XI (Alain Guyon
    ainsi qualifié en 1440).]

       *       *       *       *       *

Les offices de grand-veneur de France et de grand fauconnier de France,
dont le titre paraît dater du règne de Charles VI[39], furent aussi
maintenus dans leurs prérogatives: ils étaient possédés en fief. Le roi
donna l'office de grand-fauconnier à René de Cossé, de qui il passa à
Timoléon de Cossé, qui le possédait, dit Du Tillet, en 1616[40]; d'où
l'on pourrait conclure que ce fief était héréditaire. Il donna l'office
de grand-veneur à Claude de Lorraine, duc de Guise, père de François,
tué par Poltrot, et aïeul de Henri, assassiné par Henri III: c'est de ce
Claude de Lorraine et du cardinal, le grand ami de François Ier, que
date le pouvoir de cette famille des Guises qui devait être si funeste à
la France. La destinée de François Ier était de réunir dans sa cour les
principes de tous les maux que la France devait éprouver long-temps
après lui.

    [Note 39: Du Tillet, page 240.]

    [Note 40: Du Tillet, page 240.]



TROISIÈME DÉVELOPPEMENT.

AUGMENTATION D'OFFICIERS ET D'OFFICES.


Les officiers institués par ses prédécesseurs ne lui suffisaient pas: à
son avènement à la couronne, dit Du Tillet, il institua les
gentilshommes de la chambre _en nombre effréné_, et les chambellans peu
nombreux qu'il avait trouvés, furent convertis en gentilshommes de la
chambre. En 1545, il créa la charge de premier gentilhomme de la
chambre, avec les attributions dont les officiers ainsi nommés jouissent
encore; il lui donna pour cortége _ce nombre effréné de gentilshommes
ordinaires de la chambre_.

Sous le règne de François Ier on vit une multitude de pages, pages de la
chambre, pages de la grande écurie, pages de la vènerie. Ce sont ces
pages que Henri II, fils de François Ier, montrait avec tant de
complaisance à l'écuyer de l'empereur, _comme un haras qu'il estimoit
autant que ses haras de chevaux_[41]. Outre ses pages, François Ier
avait _des enfants d'honneur: ce qui était plus_, dit Hénault, _que page
de la chambre_[42].

    [Note 41: Brantôme sur Henri II.]

    [Note 42: Règne de Henri II, 1547.]

Nous avons vu que jusqu'à Louis XI les rois n'avaient eu de garde qu'en
guerre, et que Charles VII, son père, n'avait pour sa garde personnelle
que vingt-cinq archers. Louis XI, craintif et redoutable, avait établi
une maison militaire de quatre cents hommes, dont deux cents faisaient
_la petite garde de son corps_: Charles VIII, son successeur y avait
ajouté une garde de deux cents arbalétriers à cheval, mais Louis XII les
avait réformés. François Ier conserva la maison militaire de Louis XI,
rétablit les deux cents arbalétriers de Charles VIII, et sa vanité
enchérit ainsi sur la juste défiance de Louis XI contre des grands dont
il ne cessait d'exciter la haine.



QUATRIÈME DÉVELOPPEMENT.

SERVICE DES FEMMES AJOUTÉ À CELUI DES HOMMES DANS LA MAISON ROYALE.


Le plus grand, le plus notable changement de ceux qui furent introduits
dans la maison du roi, celui qui entraîna le plus de conséquences, fut
la composition de la maison de la reine, de celle de la duchesse
d'Angoulême, mère du roi, de celle de Marguerite de Valois sa soeur, et
des autres princesses de la maison royale, maisons qui furent annexées à
celle du roi. Anne de Bretagne avait introduit un service de _femmes_ et
de _filles d'honneur_ dans sa maison; la duchesse d'Angoulême, à son
exemple, avait aussi établi un service de femmes près d'elle. Dès avant
l'avènement de François au trône, cette complaisante mère avait eu soin
de s'entourer d'une multitude de filles jeunes et belles; mais,
différente d'Anne de Bretagne, qui élevait son jeune cortége à la vertu,
la duchesse d'Angoulême dressait ses élèves à tous les vices propres à
séduire et captiver son fils. On peut se faire une idée de leur esprit
et de leurs moeurs, par le recueil des contes de la reine de Navarre,
intitulé l'_Heptameron_; on y voit quel était le sujet habituel de leurs
entretiens. Pour connaître à fond les moeurs de ces femmes, il suffit de
savoir que les maîtresses du roi étaient au premier rang dans la maison
de la reine: Françoise de Chateaubriant, la première d'entre elles,
était dame d'honneur de sa première femme, madame Claude de France,
fille de Louis XII[43]. La duchesse d'Étampes était dame de sa seconde
femme, Éléonore d'Autriche, soeur de Charles-Quint: elle donna à _laver_
à ce prince quand il passa en France; honneur qui lui était fort envié
par Diane de Poitiers, maîtresse de Henri, fils du roi, après avoir été
la sienne.

    [Note 43: Manuscrits de la Bibliothèque du roi.]

François Ier quadrupla près de la reine le nombre des femmes que le
service d'Anne de Bretagne avait réunies près d'elle: il en remplit les
maisons des princesses; il augmenta le nombre des officiers qui en
faisaient partie; il étendit à leurs offices les priviléges réservés à
ceux de sa maison proprement dite[44]. Les maisons des princesses
devinrent la société intime du roi; et l'esprit qui le gouvernait
n'émanait pas moins de ces maisons que de celle de la reine.

    [Note 44: Septembre 1522. Déclaration de François Ier, que les
    officiers domestiques de madame sa mère jouissent de semblables
    priviléges que les siens.--Mêmes priviléges octroyés à ceux de la
    reine de Navarre, sa soeur, 1525 et 5 décembre 1541.--Mars 1542.
    Déclaration que les officiers domestiques et commensaux soient
    exempts de toutes contributions, emprunts, impositions.--1543.
    Même déclaration en faveur des officiers de la reine.]

Les femmes ajoutées au service d'honneur de la reine et des princesses
de la maison royale donnèrent un immense accroissement à la cour; elles
y portèrent un intérêt nouveau, qui se compliqua avec l'intérêt ancien;
elles donnèrent aux courtisans un autre mouvement, une autre direction;
elles exaltèrent, concentrèrent l'esprit de courtisan: ce fut un élément
nouveau qui fit travailler et fermenter tous les autres. Le roi devint
le noble sujet des dames; et dès lors il fallut que la cour, comme le
roi lui-même, prît un autre aspect et un autre caractère. Nous
reviendrons, et longuement peut-être, sur cet aperçu.

L'établissement des femmes à la cour rappelle ici un grand officier que
nous avons indiqué dans la nomenclature de ceux qui ont composé la
maison de François Ier; c'est le grand-aumônier du roi, Antoine Sanguin;
il était oncle de la duchesse d'Étampes, sa maîtresse. Le roi le fit
_grand-aumônier de France_[45], au lieu de grand-aumônier du roi; il le
fit cardinal de Meudon, et sembla vouloir couvrir de l'autorité d'un
prince de l'église, l'incontinence et l'adultère, seuls principes
auxquels le prélat devait son élévation aux dignités.

    [Note 45: «Le grand-aumônier, dit Dumont (Cérémonial diplomatique,
    t. I, p. 436), n'a pris le titre de _grand-aumônier de France_ que
    sous François Ier, en vertu des lettres du 7 août 1543. Auparavant
    il n'avait d'autre titre que celui d'_aumônier du roi_.»

    Dumont est inexact sur ce dernier point. Geoffroy de Pompadour a
    été qualifié, en 1486, de _grand-aumônier du roi_, et non
    simplement d'_aumônier du roi_. Ainsi le changement opéré par
    François Ier a consisté à qualifier de _grand-aumônier de France_
    le même ecclésiastique qui n'avait que le titre de _grand-aumônier
    de la maison_. Voici ce que dit sur ce sujet Anselme, dans
    l'Histoire générale de la maison de France (tome VIII, page 223):
    «Geoffroy de Pompadour est le premier qui a été qualifié _grand
    aumônier du roi_, en 1486, sous le règne de Charles VIII. Ses
    successeurs en cette charge ont continué à prendre la même
    qualité, jusqu'à Antoine Sanguin, dit le cardinal de Meudon, qui
    en fut pourvu par le roi François Ier, en 1543, sous le titre de
    _grand aumônier de France_: ce qui a été suivi par tous ceux qui
    en ont été revêtus après lui.»

    Il est certain, au reste, que, sous le titre de grand-aumônier de
    France, on n'a jamais vu ni pu voir un grand officier de la
    couronne. La scandaleuse affaire du cardinal de Rohan,
    _grand-aumônier de France_, au sujet d'un collier de la reine
    Marie-Antoinette, donna lieu à examiner (en 1787) si, en qualité
    de _grand-aumônier_, le cardinal de Rohan avait le droit d'être
    jugé, comme les grands officiers de la _couronne_, au parlement,
    chambres et _pairs assemblés_. Il fut jugé comme grand officier de
    la maison seulement, dans les chambres assemblées. (Voyez l'État
    de la France. 1736, tome I, page 63.)]



CINQUIÈME DÉVELOPPEMENT.

CHANGEMENTS DANS L'ORGANISATION DE LA MAISON.


Nous venons de voir, 1° les éliminations d'anciens offices faites par
François Ier; 2° les anciens offices qui entrèrent dans la composition
de sa maison; 3° les nouveaux offices qu'il y ajouta; 4° les nouvelles
maisons qu'il annexa à la sienne, et les nouveaux éléments qu'il fit
entrer dans la composition de ces maisons. Voyons maintenant quelques
détails d'organisation.

Nous avons indiqué un changement qui mérite d'être observé avec
attention, parcequ'il eut de grandes conséquences; le voici. D'abord
sous le règne de François Ier s'établirent des différences de
considération très marquées entre les services dont les grands s'étaient
jusque là également honorés; ces services étaient tous indépendants les
uns des autres; les seconds dans chaque service étant suppléants des
premiers, et non leur subordonnés. Mais sous François Ier des
infériorités d'extraction s'adaptèrent aux infériorités de places; alors
les services se distinguèrent en supérieurs et en inférieurs, et bientôt
en chefs et en subordonnés. En second lieu, entre les services jusque là
attribués aux gentilshommes exclusivement, une partie fut déclarée
incompatible avec la noblesse et délaissée à la roture, ce qui marqua
dans la maison du roi une distinction entre le service d'honneur et le
service ordinaire.

Louis XII avait laissé en mourant une maison peu nombreuse, mais
honorablement composée. Le premier état qui fut formé des officiers de
François Ier lui-même, présente des noms aussi illustres pour les
moindres offices que pour les plus grands. Du Tillet nous apprend que
«le comte de La Rochefoucauld estoit simple panetier; son frère, sieur
de Barbesieux, les sieurs de Gyé, Clermont de Dauphiné, de La Palice, de
Pyennes, et le vicomte de Lavedan, eschansons; les sieurs de
Clermont-Lodève et de Montpezat, vallets tranchans; les sieurs de
Bazillac, de Panjalz et de Granzay, mareschaux-des-logis, et autres,
d'ancienne et riche noblesse, se tenoient advancez et honorez de servir
à petits gages.» Peut-être tous les officiers n'étaient pas des
seigneurs aussi considérables. De tout temps, dit encore Du Tillet, il
s'est trouvé parmi ces officiers de grand nom et de grande fortune,
quelque _gentilhomme peu riche_, placé par la bienveillance du prince,
soit pour récompense de quelque service, soit à l'occasion de quelque
circonstance heureuse, soit à la suite d'une éducation commune dont le
souvenir était resté agréable au prince. _Mais ces faveurs ne rebutoient
les riches et de plus grande étoffe_, parcequ'elles étaient rares et
bien placées; elles prouvaient qu'un gentilhomme, aidé de considération
personnelle, n'était point au-dessous d'un office de la cour, comme la
composition générale prouvait qu'aucun seigneur ne se croyait
au-dessus, _et qu'il n'y a aucun petit lieu au service des rois et
roynes_.

Sous François Ier ce système changea. Du Tillet, qui écrivait du temps
de Charles IX, et usait de ménagements, en a cependant indiqué les
causes. Les profusions de François Ier attiraient les hommes _avides de
mauvais gain_, au lieu de ceux _qui avoient à coeur le devoir et
l'honneur du service_. Les favoris du prince profitèrent de la
multiplicité des offices pour introduire au service de la cour leurs
créatures et leurs propres serviteurs. Bientôt la confusion du grand
nombre et le mélange des personnes inspirèrent aux seigneurs du dégoût
pour des emplois que le prince avait avilis.

Quand les seigneurs ne tinrent plus à honneur égal tout service du roi,
il fallut distribuer les offices suivant la gradation des personnes, et
dès lors ils se classèrent en plus honorables et moins honorables, les
officiers se divisèrent en grands officiers chefs de service, et simples
officiers subordonnés aux premiers; au lieu d'être seulement distingués
en officiers et grands officiers qui, suppléants les uns des autres et
non subordonnés, se tenaient pour égaux en honneurs.

En distinguant ainsi entre les plus honorables et de moins honorables,
on avisa que l'office de _valet de chambre_, jusque là rempli par un
gentilhomme, ne devait pas être compris entre les honorables, ni les
valets de chambre dans les _honneurs_. Cependant le valet de chambre du
roi, homme de confiance particulière, ne descendait alors, non plus
qu'aujourd'hui, à aucun service bas ou répugnant. Par exemple, il ne
faisait pas la barbe; les barbiers du roi étaient des serviteurs à part
_qui estoient couchés dans l'état_ de la maison[46]. (Qu'on me passe ces
détails; je touche ici à un point d'histoire auquel on ne tardera pas à
trouver de l'importance). D'ailleurs le mot de _valet_ n'avait point le
même sens qu'aujourd'hui; le titre de valet ou varlet n'avait été donné
jusque vers le règne de François Ier qu'à de jeunes hommes de condition
noble. Valet vient de varlet, varlet de virlet; virlet est un diminutif
de vir. Long-temps on a dit indifféremment valet ou varlet, valeton ou
varleton. Que varlet soit ou non une altération de virlet, et un
diminutif de _vir_, toujours est-il certain que le mot de _varlet_ ou
_virlet_, dans nos anciens romans, se disait d'un jeune homme, varleton
d'un plus jeune encore; mais tous de condition noble, même des enfants
de prince et de fils de roi. En effet, les jeunes hommes sont, dans
l'intérieur des familles, les serviteurs naturels des vieux. Aussi
voit-on les _virlets_ ou _varlets_ appliqués à divers services de la
maison: le varlet qui avait soin des armes, qui portait l'écu en
campagne, c'était le valet _scutifer_ on l'escuyer; le varlet _dapifer_,
c'était le valet tranchant; le _varlet_, sans autre titre, était à
toutes mains, écuyer en campagne, tranchant dans le château. Du Tillet
dit que le mot de _valet_ signifiait _écuyer_; ces mots ne sont pas
absolument synonymes comme il l'a cru. Le valet n'était pas toujours
écuyer, mais l'écuyer était valet: valet était le terme générique,
écuyer était spécial. Mais Du Tillet dit avec raison: «_Ce titre estoit
honorable et ne convenoit à roturier_[47]. Guy de Lusignan, sire
d'Archiac, se dit vallet en 1292. Par autre titre de juin 1269, Gérard
Chabot, sire de Roix, et Sebranz Chabot, se dient vallets. Par autre de
1246, Guillaume Mangot, sieur de Surgières, se dit vallet; encore sont
nommés _vallets tranchans_ pour escuyers tranchans.» Nous avons vu les
Clermont-Lodève, les Montpezat, _valets tranchants_ dans le premier état
de la maison de François Ier. Les valets de nos cartes à jouer portent
tous des noms illustres du temps de Charles VI.

    [Note 46: Du Tillet.]

    [Note 47: Recueil des rois de France, page 418.]

Pourquoi donc sous le règne de François Ier le titre de valet de chambre
du roi devint-il insupportable à la noblesse? Le prétexte qu'elle donna
fut que ce titre était avili par sa prostitution aux _valets de la
garde-robe_ ou vestiaire du roi, dont le service se bornait au soin du
linge et des habits du prince et ne les approchait jamais de sa
personne. Le motif véritable était l'intérêt de cette multitude
_effrénée_ de gentilshommes de la chambre que le roi avait créés à son
avènement, et qui avaient besoin de se partager quelques attributions
de l'office de valet de chambre. La faveur que la vanité du roi
accordait aux créatures de sa vanité, le détermina à condescendre à leur
répugnance pour la place de valet de chambre, et cette place fut
éliminée du service d'honneur, ce qui marqua la distinction de ce
service et du service ordinaire, distinction qui était fort ancienne au
fond, mais qui n'avait pas encore pris son nom, et n'avait pas encore
été précisément déterminée.

L'élimination de la place de valet de chambre donna lieu à quelque
embarras et à de nouvelles décisions. La noblesse, déchargée d'une place
que son titre lui faisait regarder comme indigne d'un gentilhomme, ne
voulut pourtant pas qu'on pût en conclure qu'elle avait jugé le service
de la personne du roi indigne de ses empressements. Les officiers du
service d'honneur demandèrent donc la faculté de prendre le service du
valet de chambre quand ils le jugeraient à propos; les gentilshommes de
la chambre obtinrent la faveur de passer la chemise au roi quand ils
seraient présents à son habillement. Cette préférence était une
véritable dégradation de la place de valet de chambre; on la sauva en
décidant que le grand-chambellan aurait la même préférence sur le
gentilhomme de la chambre, le prince du sang sur le grand-chambellan, le
prince de la famille royale sur le prince du sang, l'héritier présomptif
de la couronne sur tout le monde. Le service d'honneur se composa donc,
et du service d'ostentation qui lui était propre, et de la partie du
service habituel qu'il pouvait avoir occasion de rendre.

D'un autre côté, le roi, ne pouvant plus faire qu'un service dépouillé
de ses anciens honneurs fût compris dans le service d'honneur, et
qu'ayant été répudié par les nobles il continuât d'être réputé noble, et
ne voulant pourtant pas que le service de sa personne cessât d'être un
honneur et cessât d'être un service noble, trouva l'expédient de le
faire _anoblissant_; et comme la noblesse avait estimé que le mot de
_valet_ était tombé au-dessous de celui d'_écuyer_, le roi cumula ce
titre d'_écuyer_ sur celui de valet de chambre, fit le valet de chambre
non seulement _noble_, mais _écuyer_, et ordonna qu'il ferait son
service _l'épée au côté_: cette décoration, ce titre, marquèrent plus
précisément le genre de service jusqu'où pouvait descendre le valet de
chambre du roi, et où commençait un service d'un ordre inférieur.

Ce qui se fit pour le valet de chambre eut lieu pour les huissiers de la
chambre, pour les valets de la garde-robe, pour les porte-manteaux, pour
les officiers de la bouche et du gobelet, des levrettes de la chambre,
des faucons et éperviers du cabinet, lesquels tenaient des places
intermédiaires entre le service d'honneur qui touchait à la personne du
roi et le service purement matériel.

Dans ce nouvel arrangement le service du roi se trouva composé de quatre
ordres de personnes: le _service d'honneur_, le _service noble_, le
_service anoblissant_, le _service roturier_[48].

    [Note 48: Il n'est pas exact de dire que toute espèce de service
    près du roi ou de la reine fût, comme l'a dit madame Campan, un
    _service d'honneur_, entrât dans le service d'honneur, ou que le
    service d'honneur s'étendît à tous les détails du service
    nécessaire du roi ou de la reine. Cette proposition n'a besoin que
    d'être énoncée pour être hors de doute. Il est triste que madame
    Campan ait voulu prouver que la vanité de cour tenait à honneur
    les services les plus bas, et qu'elle en ait donné pour exemple le
    service que la dame d'honneur fait près de la reine malade et
    alitée. Quand la reine prenait médecine, dit-elle, c'était la dame
    d'honneur qui devait retirer le bassin du lit. Madame Campan
    oubliait que rien ne peut être bas dans les services rendus aux
    malades. Au fait, le service d'honneur, qui peut s'étendre à tout
    ce qui marque du respect et du zèle pour le prince, n'a jamais
    compris ce qui est bas et répugnant. Le service d'honneur passe la
    chemise au roi et ne lui met pas les bottes; il donne à laver les
    mains et ne fait point la barbe; il donne un mouchoir blanc et ne
    relève point le linge sale; il présente un verre d'eau et ne donne
    point à laver la bouche, etc. Mais il ne suffit pas que le service
    n'ait rien d'avilissant pour constituer le service d'honneur; il
    faut de plus que l'importance des personnes qui le remplissent en
    fasse un honneur pour la personne du roi. Ce mot de service
    d'honneur désigne un service rendu en honneur de la majesté
    royale, pour honorer la personne du roi, par des personnes qui
    elles-mêmes reçoivent les honneurs de cour.

    Madame Campan aurait pu se récrier ici, et demander comment
    concevoir que le service d'un sujet honore le roi; qu'un sujet,
    quel qu'il soit, se croie en droit de dire qu'il fait au roi
    l'_honneur_ de le servir? Sans doute on ne peut pas dire qu'un
    sujet fait au roi l'honneur de le servir, mais on peut dire qu'il
    lui porte honneur en le servant.

    Corneille a dit:

       Je sais ce que l'on doit de respect et d'honneur
       Aux vertus, au courage, et surtout au malheur.

    On peut dire dans le même sens: Je sais ce que l'on doit de
    respect et d'honneur à la majesté royale.

    Du Tillet s'exprime ainsi au sujet du service des grands officiers
    de la maison du roi: «Encore que les rois eussent les grands
    officiers de leur maison pour leur service ordinaire, quelquefois,
    _pour honorer la solennité de leur sacre et couronnement_, ils
    faisoient servir lesdits offices, lesdits jours, par autres de
    plus haute étoffe et éminence.» Et Du Tillet cite les princes du
    sang. Voilà bien le service du roi, honorant le roi, lui rendant
    honneur, lui portant honneur, ajoutant aux honneurs de la
    solennité qui en réunit le plus de tout son règne. D'un autre côté
    on conçoit très bien comment un service qui honore le roi, qui
    ajoute aux honneurs dus au roi, est en même temps un service
    honorable pour celui qui le rend; et pourquoi l'on dit à la cour,
    qu'un grand cède à un plus grand les honneurs du service: c'est
    qu'il est honorable de faire ce qu'il n'appartient pas à tout le
    monde de faire. Il n'appartient pas à tout le monde d'ajouter par
    son service à la grandeur et à la majesté royale. C'est donc une
    expression très juste d'appeler _honneur du service_ l'exercice de
    quelque partie du service d'honneur. De sorte que le mot de
    service d'honneur exprime un service qui honore celui qui le
    reçoit et celui qui le rend, au lieu que les _honneurs du service_
    ne désignent que les honneurs dont jouit celui qui le fait: dans
    cette locution, le _service d'honneur_, l'honneur est pour le roi;
    dans cette autre, _les honneurs_ du service, l'honneur est pour
    l'officier qui le fait.]



SIXIÈME DÉVELOPPEMENT.

ORGANISATION DE LA COUR PROPREMENT DITE, SOUS FRANÇOIS Ier.


Nous savons ce qu'était la _maison du roi_ sous François Ier, et ce
qu'elle devint sous ses successeurs. Nous avons remarqué que la _maison
du roi_ n'était pas la _cour_, mais seulement une partie, ou, si l'on
veut, le fond de cette _cour_. La _maison d'honneur_ se compose des
officiers du service d'_honneur_, c'est la _domesticité_ élevée; la
_cour_ se compose, et de cette domesticité, de ce service, de ces
officiers, et de plus, des grands admis dans des relations de société
avec le prince, et qu'on appelle courtisans. On écrivait autrefois
_court_ et non cour; c'est de là qu'est venu _courtisan_. _Court_ est-il
venu de _cortex_, cortége, comme le croit Roquefort; ou de _cohors_,
comme le croit Saumaise, qui fait venir _cohors_ de _coorti_, élevés
ensemble; ou de _curtis_, cour, enceinte des édifices et bâtiments
dépendant d'un manoir, _atrium rusticum_, comme le croit Ducange? Peu
importe l'étymologie: dans toutes se retrouve une même idée; c'est que
la cour est l'assemblage des personnes qui entourent ou ont la
permission d'entourer le roi dans son palais. Or est-il que ces
personnes ne se réduisent pas aux officiers de la maison. Voyons donc ce
que devint la _cour_ quand la maison fut formée.

Cette maison, comme nous l'avons vu, réunissait plusieurs maisons, et
plusieurs de ces maisons un nombreux service de femmes et de filles
d'honneur. Ces femmes firent donc partie de la cour, et dès lors les
femmes des officiers, celles des courtisans sans offices y eurent accès.
Dès que les femmes purent y être admises, il fut difficile aux seigneurs
du caractère le plus grave ou le plus farouche d'en rester éloignés. Une
fête annoncée à la cour, exaltait l'imagination de toutes les jeunes
femmes; la vivacité, l'importunité de leurs sollicitations, se
joignaient aux invitations du monarque pour déterminer la gravité ou
vaincre les répugnances du chef de la famille. Mais le grand nombre des
seigneurs n'avait pas besoin de sollicitations. Le concours des femmes
s'augmentant sans cesse par l'attrait de la cour, l'attrait de la cour
s'accrut par le concours des femmes; leur présence, ajoutée à tout ce
que la magnificence royale donnait d'éclat, et à ce que la munificence
royale montrait d'utile, y fit affluer tous ceux qui pouvaient espérer
d'y être admis. Ils voyaient là des jouissances et des avantages qu'ils
ne pouvaient trouver ni chez eux ni chez leurs égaux; la réunion de tous
les plaisirs qui captivent l'imagination, avec tous les intérêts qui
occupent les esprits sérieux; réunion qui explique pourquoi la cour qui
ne rend pas toujours contents ceux qui la fréquentent, les empêche de
l'être ailleurs[49]. Le haut clergé se pressa à l'entrée de cette cour;
les cardinaux, les archevêques, les évêques y étaient en foule.

    [Note 49: La Bruyère.]

Une cour si nombreuse demandait, comme la maison, un arrangement:
l'ordre en tout vaut mieux que la confusion. Mais pour éviter la
confusion dans une cour, il n'est pas nécessaire d'y mettre tout à
l'étroit, d'y tout assujétir avec rigidité, de marquer à chacun sa
place, à chaque action, son commencement et sa fin, à chaque mouvement
sa direction: un tel ordre est celui d'un cloître. Dans une cour l'ordre
s'indique de lui-même; chacun en prend bien vite le sentiment, quand le
prince l'éprouve et s'y conforme; mais quand le prince se sent disposé à
l'oublier, ou n'en a qu'un faible discernement, il veut des barrières
entre lui et les observateurs par qui il craint d'être vu de trop près,
ou les compagnons qu'il se donne dans ses désordres, et dont il craint
les familiarités: ces barrières sont posées par le _cérémonial_ et
l'_étiquette_.

Deux soins occupèrent François Ier dans l'ordonnance de sa cour: le
premier de séparer le roi des grands; le second, de séparer les grands
qui feraient partie de sa cour, de tout ce qui n'en serait pas.

Louis XI s'était le premier, entre les rois de France, attribué à
lui-même _la majesté_; François Ier fut le premier qui en obtint la
reconnaissance de la part des princes étrangers. Il avait donné le titre
de majesté à Charles-Quint, dans le traité de Cambrai, sans le
recevoir; il l'obtint de ce prince dans le traité de Crespy. Au camp du
drap-d'Or, son digne ami Henri VIII et lui se donnèrent mutuellement la
majesté; et l'un et l'autre l'ont conservée depuis[50].

    [Note 50: Histoire de François Ier, par Gaillard, t. VII, p. 229.]

Des relations diplomatiques, la majesté passa fort aisément dans les
relations intérieures des sujets avec le monarque. Pasquier remarque que
l'usage en était général sous Henri II, en 1559, douze ans après le
règne de François Ier. Il s'en indignait avec son ami Pibrac, à qui il
adressa sur ce sujet un sonnet dans lequel on lit ces vers:

  On ne parle à la cour que de sa majesté;
  Elle va, elle vient; elle est, elle a été.
  N'est-ce faire tomber la couronne en quenouille?

«C'est, dit-il dans sa lettre, faire passer le nom du roi du masculin au
féminin... Nos ancêtres n'en usèrent ainsi, et m'asseure qu'ils n'en
respectoient avecq' moins de dévotion leurs rois que nous[51].»

    [Note 51: Recherches de la France, livre VII, pages 283 et 284.]

Mais revenons à François Ier. Bientôt il fut interdit par l'étiquette de
parler en phrases directes à sa majesté; il fallut prendre la troisième
personne: on ne put pas même dire votre majesté; on dit sa majesté. On
prit la forme oblique qui dispense celui à qui l'on parle de faire une
réponse, qui fait mieux encore, qui annonce qu'on ne se flatte pas même
d'être écouté.

Il fut interdit aux femmes de rien présenter au roi, ou de rien recevoir
de sa main sans la baiser[52]. C'étaient les femmes qui, au grand
couvert, donnaient au roi la serviette mouillée[53]. Les femmes étaient
assises par terre dans la chambre de la reine[54]. Ces sujétions
orientales et d'autres étaient imposées par l'étiquette.

    [Note 52: Brantôme.]

    [Note 53: _Idem._]

    [Note 54: _Idem._]

Les personnes royales étant ainsi séparées de celles qui étaient ou
pouvaient être admises près de leurs majestés, il fallut séparer
celles-ci de celles qui ne devaient pas l'être.

Avant le règne de François Ier, les preuves de noblesse pour entrer dans
la _maison du roi_, consistaient en de simples traditions, qui étaient
constatées par enquête, et souvent par la commune renommée. Point de
généalogies, point de généalogistes; les premiers qu'on connaisse se
voient après le règne de François Ier, vers la fin du seizième siècle.
De plus, les preuves n'étaient point exigées à compter d'une époque
précise; elles devaient être d'une certaine ancienneté et à peu près
pareilles, mais non d'une même année et d'un même jour: il suffisait
pour les arrivants, que l'opinion les rangeât sur la même ligne que les
officiers en place. On demandait de cent à cent trente, à cent quarante
ans de noblesse notoire: c'était l'équivalent d'une succession de
quatre à cinq générations; c'était le temps suffisant pour que
l'aspirant ne fût pas exposé à s'entendre réclamé comme cousin, comme
neveu, par quelque malheureux plébéien. C'est cette noblesse séculaire
qui est le fonds des preuves exigées pour des institutions nobiliaires
de nouvelle création, et qui paraît l'avoir toujours été. La possession
séculaire de la noblesse équivaut aux titres, et a souvent suffi pour en
créer.

La noblesse d'armes était alors la seule admise; il fallait qu'elle fût
sans mélange, et il fallait qu'on n'en vît pas le commencement, à
quelque époque qu'on en montrât l'existence: mais c'étaient les
traditions de cour qui le voulaient ainsi, et aucune règle n'était
écrite sur ce sujet; aucun officier spécial n'était chargé de maintenir
la sévérité des traditions, aucun registre public ne tenait note des
preuves produites par les aspirants ou prétendants. Il n'existait point,
il n'a jamais existé en France de matricule de la noblesse.

Tout ce système de preuves concernait l'admission dans la maison du roi;
il était encore plus vague et moins sévère en ce qui regardait
l'admission à la cour. Du règne de François Ier datent le positif et la
précision établis à la cour en cette matière; l'arbitraire en fut banni,
l'incertain fut éclairci: François Ier y régla tout. Il voulut que les
preuves à faire pour être admis à la cour remontassent à l'année 1400;
c'était à cent quinze ans avant le commencement de son règne. Il eut
l'attention de n'exiger cette preuve que dans la ligne masculine:
dispenser les courtisans de lui présenter des femmes nobles, c'était les
inviter à en prendre de riches et de belles; soin digne d'un prince
voluptueux et prodigue.

Les généalogies commencèrent à être en usage; un généalogiste royal fut
institué. La présentation des femmes fut établie; l'admission des hommes
fut marquée par la permission de monter dans les carrosses du roi. Des
titres furent exigés sur chacun des degrés nécessaires pour atteindre à
1400. Il fut ordonné au généalogiste de rejeter les actes qui
indiqueraient un anoblissement par charge de robe ou autre, ou par
titres[55].

    [Note 55: Il m'a été impossible de me procurer les ordonnances de
    François Ier sur ce sujet; mais j'en présume la date, 1° parceque
    les écrivains versés dans la science héraldique, notamment Robinet
    (Bibliothèque de l'homme d'État), trouvent _vers la fin du
    seizième siècle_ les premières généalogies connues; or François
    Ier est mort au milieu du seizième siècle; 2° parceque dans les
    règnes subséquents, particulièrement sous celui de Charles IX, on
    voit des instructions de Catherine de Médicis sur les honneurs de
    cour établis de son temps; il régna peu d'années après François
    Ier, son père. 3° On trouve ces règles rappelées dans une
    ordonnance de Louis XV, du 17 avril 1760, fondée _sur l'exemple de
    ses prédécesseurs_.]

Alors finirent pour jamais les aimables familiarités que les reines et
princesses se permettaient souvent, dans la vie privée, avec des femmes
de notables bourgeois, avant que le règne des jeunes femmes et filles
de qualité fût établi à la cour. «Nos moeurs sont bien changées depuis
deux cents ans» disait en 1670 Argonne, sous le nom de Philippe de
Marville. Il rappelle que nos rois allaient manger à la ville et à la
campagne, avec leurs sujets; il cite Louis XI qui, en 1462, alla dîner
chez M{e} Guillaume de Corbie, conseiller au parlement; en 1477, à
Ablon-sur-Seine, chez son ami un élu de Paris; une autre année chez
Denis Hesselin, autre élu de Paris, son compère. Argonne raconte ensuite
«que le jeudi 7 septembre 1467, la reine, accompagnée de madame de
Bourbon et mademoiselle Bonne de Savoie, soeur de la reine et sa
compagnie, soupèrent dans l'hôtel de M{e} Jean Dausset, premier
président au parlement, et que de beaux bains étaient préparés (le bain
en ce temps-là faisait partie des fêtes); que la reine se sentant mal
disposée ne se baigna point; mais que madame de Bourbon et mademoiselle
de Savoie se baignèrent dans l'un des bains, et madame de Montglat avec
_Perrette de Châlons_ dans l'autre.» Perrette de Châlons était une belle
bourgeoise qui se trouvait à toutes les fêtes, et qu'on retrouve dans un
autre récit d'Argonne, relatif à un dîner donné au roi par Armenonville,
trésorier des finances; dîner où se trouvait avec mademoiselle
d'Armenonville, la duchesse de Longueil, «_et pour bourgeoises_, dit le
narrateur, Estiennette de Paris, Perrette de Châlons et Jeanne
Baillette, ce qui nous apprend que les bourgeoises de ce temps-là
faisoient comparaison avec les plus grandes dames... Les reines de ces
temps-là, aussi bien que les rois, se familiarisoient fort aisément.»
Henri IV a repris de ces habitudes anciennes; mais, dit Argonne, il a
fermé la porte aux familiarités des vieux siècles[56].

    [Note 56: Mélanges d'histoire et de littérature de Vigneul
    Marville, tom. III, page 334 et suiv.]

Après avoir marqué des distances entre la royauté et la cour, entre la
cour et la ville, entre la noblesse de cour et la noblesse inférieure,
il fallait en marquer entre les courtisans eux-mêmes. L'égalité eût été
une déchéance pour quelques grands de première ligne. D'ailleurs les
gradations sont utiles au pouvoir; elles excitent dans les inférieurs
l'ambition de s'élever; elles font jouer sur le grand nombre la crainte
de l'oubli et l'espérance de l'avancement; elles entretiennent dans
toutes les âmes l'émulation de plaire qui va toujours au-delà de la
soumission: au lieu que l'égalité, qui blesse les plus grands, suffit à
la vanité de tous les autres, et laisse en repos et leur ambition et le
désir de se faire remarquer par leurs empressements.

La gradation des rangs se trouvait établie dans l'État par la féodalité.
François Ier la perfectionna à sa manière; il multiplia les degrés et
les rapprocha: son instinct lui faisait sentir combien la multiplicité
et le rapprochement des degrés étaient propres à entretenir et échauffer
l'esprit des courtisans.

La féodalité, qu'il ne faut pas confondre, comme nous l'avons dit, avec
le gouvernement féodal, avait établi, sous la première race, des barons
ou seigneurs de différents degrés. Le roi avait fait de plusieurs de ces
barons des ducs et des comtes pour gouverner les provinces. Ceux de ces
ducs ou comtes qui gouvernaient des provinces frontières de l'étranger,
étaient chargés de faire respecter les limites, bornes ou _marques_, qui
les séparaient du territoire limitrophe: en conséquence ils joignaient à
leur qualité le titre de _marquis_, ou gardes des _marques_ établies sur
les frontières. Il y eut aussi des marquis qui n'étaient ni ducs ni
comtes, mais leurs subordonnés.

Sous la deuxième race, les ducs et comtes s'érigèrent en souverains; ce
fut alors que la féodalité devint le _gouvernement féodal_. Sous ce
régime nouveau, le titre et la fonction de _marquis_ disparurent. Les
ducs, les comtes, s'étant faits souverains, leurs États étaient
frontières les uns des autres: il n'y avait plus lieu à la conservation
des frontières du royaume du côté de l'étranger, puisqu'ils étaient
eux-mêmes étrangers à l'égard du territoire qui restait au roi de
France. Aussi durant tout le gouvernement féodal, à compter de
Charles-le-Simple, on ne voit pas de marquis en France; ce titre n'y fut
porté par personne pendant plus de cinq siècles.

Sous la troisième race, les grands fiefs furent successivement réunis à
la couronne; mais les titres de duc et de comte, sous lesquels ils
avaient été possédés, furent conservés: leur souveraineté fut convertie
en _duché-pairie_. Ainsi quand François Ier monta sur le trône, la
France reconnaissait des ducs et pairs, des comtes et pairs; elle
reconnaissait aussi des ducs, des comtes, quelques princes et des barons
que lui avait transmis le gouvernement féodal, avec des duchés, des
comtés, des principautés et des baronnies: il n'y avait été ajouté que
le duché de Longueville, créé par Louis XII, et deux marquisats, celui
de Trans, créé aussi par Louis XII, et celui de Nesle, créé
postérieurement.

François Ier créa durant son règne six duchés: le duché-pairie du
Vendômois, le 14 mars 1514; le duché de Guise, au mois de janvier 1527;
celui d'Étampes, pour la Pisseleu, sa maîtresse, en 1536; le
duché-pairie de Nevers, en janvier 1538, et dans la même année le
duché-pairie de Montpensier; celui d'Aumale, en 1547. Cette année est
celle de la mort de François Ier. Ce fut cinq ans après, en 1552, que la
baronnie de Montmorenci fut érigée en duché-pairie. L'exemple de
François Ier a été suivi par ses successeurs. Le cardinal Mazarin se
faisait un jeu, durant la minorité de Louis XIV, de multiplier les ducs;
les mémoires de La Farre rapportent qu'il disait: J'en ferai tant qu'il
sera ridicule de l'être et de ne l'être pas. Louis XIV lui-même, vers
1664, fit quatorze ducs et pairs, et quelques années après, quatre
autres encore.

Nous voyons déjà, sous le règne de François Ier, deux dignités de grade
différent sous le titre de duc: le duc et pair, et le duc possédant un
duché sans la pairie; ajoutons en un troisième, c'est celui des ducs à
brevet, c'est-à-dire des ducs sans duchés. L'expédient des brevets fut
porté loin sous ce règne; il s'étendit à toutes les qualités: on fit des
comtes à brevet, des princes à brevet, des barons à brevet, des
chevaliers, des écuyers à brevet. Cet abus entra en France avec les
marquis d'Italie dont nous parlerons dans un moment.

Les comtes venaient après les ducs entre les dignités féodales[57].

    [Note 57: La Roque, des Dignités féodales et politiques, chap. 83,
    page 297.]

Après les comtes venaient les princes. «Les dignités de prince de
Chabanais, de Marillac, de Talmon, et autres, dit La Roque, sont
mouvantes, de comtés; aussi l'on tient que ces principautés, entre les
dignités féodales, étaient inférieures aux comtés[58].»

    [Note 58: La Roque, des Dignités féodales et politiques, chap, 83,
    page 297. Cet ordre a été interrompu sous Henri IV, par l'érection
    du comté d'Épinai en principauté.]

Les brevets ont multiplié les comtes et les princes, comme ils ont
multiplié les ducs.

Il faut remarquer que la gradation féodale établie par la mouvance des
principautés à l'égard des comtés, fut intervertie par le système qui
marqua les rangs entre les dignités de prince et de comte à brevet. Les
princes à brevet furent créés non par analogie avec les princes à fiefs,
mais par analogie avec des princes de famille souveraine; de sorte que
le titre de prince fut donné comme supérieur non seulement à celui de
comte, mais même à celui de duc et de duc et pair, quoique aucune
réalité n'accompagnât cet avantage de rang.

Ces brevets de prince se sont donnés à des princes nés de maisons
souveraines, comme les princes lorrains, comme ceux de Luxembourg et de
Foix; ou à des grands «qui ont toujours _côtoyé la souveraineté par
mariage et alliances de filles de rois_, tels que ceux de la maison de
Rohan; ou à d'autres personnages de noms illustres _dont les femmes
pouvaient porter hermine mouchetée_, comme celles de La Trimouille, de
Laval, de Rieux, de Bretagne; ou à enfin d'autres qui se sont mis en ce
rang, par de grands états, rangs et faveurs qu'ils ont reçus des
rois[59].»

    [Note 59: Voir le Cérémonial manuscrit de Théodose et Denis
    Godefroy, tome III, page 191. Ce manuscrit est à la Bibliothèque
    de l'Institut.]

C'est ici le lieu de parler des marquis. J'ai dit qu'il n'en existait
que deux avant le règne de François Ier, le marquis de Trans et le
marquis de Nesle. Catherine de Médicis vint en France en 1533, et fut
mariée à Henri, fils puîné du roi, qui depuis fut Henri II. Alors
arrivèrent à sa suite des marquis d'Italie; ils furent accueillis et
favorisés du roi comme tout ce qui appartenait à Catherine, sa bru
bien-aimée[60]. Catherine, devenue reine, ensuite régente, les combla
de faveurs: plusieurs se fixèrent en France; ils prirent à la cour le
rang qu'ils avaient en Italie, après les ducs, avant les comtes.

    [Note 60: Brantôme.]

L'introduction des marquis et leur distinction à la cour blessa des
droits bien établis, et mit en mouvement tous les amours-propres. Les
comtes qui avaient dans leur mouvance des princes, ces princes, les
barons, se voyaient tous reculés d'un rang; les comtes à pairie voyaient
entre les ducs et pairs et eux, un rang intermédiaire, au moins dans
l'opinion: cette intolérable innovation fit que chacun à la cour voulut
monter d'un degré, et beaucoup les franchir tous de plein saut. On
demanda en foule l'érection des marquisats en duchés, des comtés en
marquisats, des baronnies en comtés; on sollicitait pour de simples
seigneuries l'érection en marquisats et en duchés. L'importunité devint
si grande, que peu après le règne de François Ier, Charles IX, son
petit-fils, fut obligé de la modérer et d'en prévenir les conséquences.
Pour cet effet un édit, de juillet 1566, ordonna que les terres érigées
sous un nouveau titre, seraient réversibles à la couronne, au défaut
d'héritiers mâles. Les premiers états de Blois demandèrent, sous Henri
III, la confirmation de l'édit de Charles IX, et en 1579 ce prince le
confirma par l'article 279 de la loi donnée sur les cahiers des états.

Sous le règne du même Henri III, un arrêt du conseil privé, du 15 mars
1578, et une déclaration du 17 août 1579[61], défendent de faire aucune
érection de seigneuries en nouvelles dignités, que les impétrants ne
soient de qualité requise, et que l'érection ne soit conforme aux
coutumes.

    [Note 61: Ces arrêts sont cités par La Roque, Traité de la
    noblesse.]

La châtellenie, suivant l'arrêt du 15 mars 1579, devait avoir
d'ancienneté, haute, moyenne et basse justice, marché, foire, église,
etc., et être tenue à un seul hommage du roi;

La baronnie devait être composée de trois châtellenies;

Le comté, de deux baronnies et trois châtellenies, ou d'une baronnie et
six châtellenies;

Le marquisat, de trois baronnies et trois châtellenies, ou deux
baronnies et six châtellenies.

Ces règlements, s'ils furent exécutés, tombèrent bientôt en désuétude.
Mais ce qui fit des titres de marquis une calamité nationale, ce fut
qu'une multitude d'aventuriers italiens, sous prétexte qu'ils n'avaient
pas de terres en France, ayant obtenu des brevets de marquis, une foule
de Français, sans naissance et sans seigneuries, en sollicitèrent, en
achetèrent, en obtinrent. Ces exemples redoublèrent l'empressement et
les facilités pour toutes les dignités à brevet. La contagion des
marquis à brevet remplit la France de princes sans principauté, de ducs
sans duchés, de comtes sans comté, de chevaliers sans la moindre
impression de chevalerie, et d'écuyers sans rapport avec aucun
chevalier.

Ces brevets s'accordaient d'autant plus facilement qu'ils étaient sans
autre conséquence que de charger la société du poids de vanités
ridicules, et d'en infecter la jeunesse. Point d'exemption d'impôt,
point d'honneurs particuliers, point d'entrée à la cour, point d'accès
dans les corps privilégiés qui exigeaient des preuves; pas même le droit
de se produire devant les tribunaux: jamais un marquis à brevet, un
comte, un chevalier à brevet n'eût osé prendre son titre à l'audience
d'un parlement. Il fallait des titres autorisés par quelque loi, ou qui
en eussent la forme, pour faire passer de l'état de simple citoyen à
celui de noble, et de noble à celui de noble qualifié. Un brevet n'avait
pas plus d'autorité qu'une lettre close, et ne suffisait pas pour
conférer une dignité légale.

Les brevets sans conséquence amenèrent un dernier abus qui comblait la
mesure, ce furent les qualifications sans brevet; et comme les brevets
de marquis étaient les premiers et les plus nombreux, et que l'exemple
des aventuriers italiens enhardissait les aventuriers français, le titre
de marquis fut celui que l'usurpation multiplia davantage. Les basses
vanités faisaient ce raisonnement: Puisque de simples brevets ne
confèrent pas de titre légal, qu'est-il besoin de tels brevets pour
porter ces titres? quelle raison a-t-on de se refuser ces titres sans
avoir de brevet?

Pour confirmer ce qui vient d'être dit sur la nouveauté des marquis en
France, nous citerons l'autorité de deux livres consacrés à l'histoire
nobiliaire de France, La Roque et Moréri. Voici ce que dit La Roque dans
son Traité de la noblesse, publié en 1678[62]: «Le titre de marquis est
commun en Italie... Ce même titre est aussi ancien en Allemagne; _mais
il est moderne_ en France;» et il cite l'érection de la baronnie de
Trans, en Provence, comme la plus ancienne qu'il connaisse. J'ai déjà
dit qu'elle avait été créée par Louis XII: la position de Trans, à
l'extrémité de la Provence, avait aisément persuadé à Louis XII que
cette seigneurie avait été marquisat sous la première race. Moréri
s'exprime ainsi à l'article d'Antoine Villeneuve, _marquis de Trans_:
«La baronnie de Trans est érigée en marquisat en 1605; _c'est la
première terre en France décorée de ce titre avec enregistrement au
parlement_[63].» Avant de rencontrer ces autorités, j'avais observé que
notre histoire, depuis la naissance du gouvernement féodal jusqu'à
François Ier, ne présentait pas un seul nom propre accompagné du titre
de marquis; et cette observation paraît être concluante. J'avais
remarqué aussi que la pairie a été attachée à plusieurs comtés, tels que
ceux de Mortain, d'Eu, d'Évreux, et qu'on ne peut citer de
marquisat-pairie; qu'on n'a point vu de marquis entre les
grands-officiers de la couronne; que les princes du sang et de la
famille royale ont souvent porté le titre de comte, et jamais celui de
marquis. Je ne m'en suis pas tenu là; j'ai extrait de la liste des
chevaliers des ordres du roi (de Saint-Michel et du Saint-Esprit) le nom
de tous les marquis à qui ils ont été conférés depuis la création de
l'ordre du Saint-Esprit, par Henri III, en 1578, jusqu'en 1680,
c'est-à-dire pendant cent ans: il s'en est trouvé soixante-cinq;
c'étaient sans doute des plus illustres. J'ai cherché ensuite dans le
dictionnaire de Moréri la généalogie de tous ces noms, et je n'en ai pas
trouvé un seul auquel le titre de marquis fût attaché avant la fin du
règne de François Ier, et dont la terre, soit comté, baronnie ou simple
seigneurie, ait été qualifiée de marquisat avant la même époque.

    [Note 62: Chapitre 83, page 297.]

    [Note 63: Tome X, pages 314 et 632.]

En ce qui regarde la déconsidération du titre de marquis, on connaît la
lettre de la marquise de Sévigné à son cousin, le comte de
Bussy-Rabutin, qui l'avait priée de ne plus l'appeler _comte_, et lui
disait qu'il était las de l'être. Elle l'assure qu'elle n'a encore vu
personne qui se crût déshonoré de ce titre; mais elle avoue qu'il n'en
est pas de même du titre de marquis. «Le titre de comte, dit-elle, n'a
point été profané comme celui de marquis; quand un homme veut usurper un
titre, ce n'est point celui de comte, c'est celui de marquis, qui est
tellement gâté, qu'en vérité je pardonne à ceux qui l'ont abandonné;
mais pour comte, etc.» Profané, usurpé, gâté, abandonné, voilà le
témoignage que rend madame de Sévigné du titre de marquis; elle écrivait
en 1675.

C'était dans le même temps que Molière égayait Louis XIV et Paris aux
dépens des marquis: les rires qu'il excitait prouvent qu'il exprimait le
sentiment général; car on ne fait pas rire le public malgré lui. Le
plaisir que le roi prenait à ses comédies prouve que le roi pensait des
marquis comme le public; l'_Impromptu de Versailles_ ne permet pas d'en
douter. Cette pièce fut composée pour être jouée devant le roi, qui
avait donné quelques jours seulement à l'auteur pour lui faire une pièce
nouvelle. L'auteur met en scène les comédiens de sa troupe, sa femme,
qui en faisait partie, et lui-même; et c'est leur embarras pour se
mettre dans trois jours en état de représenter devant le roi une comédie
nouvelle, qui est le sujet de l'_Impromptu de Versailles_. Dans la
première scène, Molière s'adresse à Lagrange, un de ses camarades, et
lui dit: Vous, prenez bien garde à bien représenter avec moi votre rôle
de _marquis_. Madame Molière, sa femme, qui avait ses raisons pour
prendre le parti de ce qu'elle croyait être des hommes de qualité,
l'interrompt en s'écriant: «Toujours des marquis!--Oui, répond-il,
toujours des marquis. Que diable voulez-vous qu'on prenne pour un
caractère agréable de théâtre? Le marquis aujourd'hui est le plaisant de
la comédie; et comme dans toutes les comédies anciennes on voit toujours
un valet bouffon qui fait rire les auditeurs, de même dans toutes nos
pièces de maintenant, il faut toujours un marquis ridicule qui
divertisse la compagnie.»

Cela fut dit devant le roi et la cour.

La satisfaction que le roi témoigna à la représentation de l'_Impromptu_
prouve que Molière, non seulement exprimait l'opinion du prince et même
de sa cour, mais exprimait aussi celle du public; car Louis XIV était
trop ami des bienséances pour rire publiquement de personnages qui
n'auraient fait rire que lui. Pourquoi le public en riait-il? pourquoi
le roi en riait-il avec le public? Les motifs du roi étaient dans la
chose même. Les marquis étaient modernes, et la nouveauté est un
ridicule en fait de noblesse; ils étaient la création des Italiens et
des Italiennes qui ont gouverné la France depuis Catherine de Médicis,
bru de François Ier, jusqu'au cardinal Mazarin; et Louis XIV avait du
dégoût pour tout ce qui venait de cette source. Le petit nombre de
seigneurs qui avait préféré un titre étranger à des titres inhérents,
comme ceux de comte et de baron, à l'antique monarchie, soit pour faire
leur cour aux Italiennes ou aux Italiens par qui la France était
gouvernée, soit pour gagner un rang sur leurs pairs, devaient lui
paraître, ainsi qu'à la noblesse de la cour, fort ridicules, surtout
depuis qu'ils s'étaient trouvés mêlés avec les parvenus et les
aventuriers qui s'étaient fait revêtir ou s'étaient revêtus du même
titre qu'eux.

Les motifs communs au monarque, à la cour et au public, étaient ce
mélange d'hommes de toute condition, qui, sous le titre de marquis,
inondaient la société, fatiguaient les gens sensés de leurs prétentions,
infectaient la jeunesse de leurs moeurs, de leurs manières, de leur
langage, tournaient la tête aux femmes, en un mot, ajoutaient leur
maligne influence aux causes déjà trop actives de la corruption
générale[64].

    [Note 64: Voyez ci-après une note en réponse à une opinion de M.
    Aimé Martin concernant les motifs de Molière et de Louis XIV à
    l'égard des marquis. C'est des marquis que date en France la
    vermine des petits-maîtres. «On n'a rien vu de semblable en
    France, dit Vigneul-Marville, t. I, p. 314, que depuis François
    Ier. Henri III donna beaucoup de crédit aux petits-maîtres, et ce
    sont eux que l'on appelait les mignons de cette cour, qui était
    très corrompue.»]



PREMIÈRE NOTE,

qui se rapporte à la page 98.

LISTE DES MARQUIS QUI FURENT CRÉÉS CHEVALIERS DU SAINT-ESPRIT PENDANT
CENT ANNÉES, À COMPTER DE LA CRÉATION DE L'ORDRE.


LE 31 DÉCEMBRE 1578.

Honorat de Savoie, maréchal et amiral de France, _marquis de Villars_.
Son père, René de Savoie, était _comte de Villars_.

Jacques, sire d'Humières et de Mouchi, _marquis d'Ancre_. Le _marquisat
d'Ancre_ fut créé pour son fils Charles.

Christophe-Juvénal des Ursins, gouverneur de Paris, _marquis de
Trainel_. Fils du _baron de Trainel_. Trainel n'avait été qualifié que
de baronnie dans les titres de tous ses ancêtres.


LE 31 DÉCEMBRE 1583.

Jean de Vivonne, sénéchal de Saintonge, _marquis de Pisani_, hérita la
_seigneurie de Pisani_ de son père Arthus de Vivonne, qui l'avait reçue
en don de Hélie de Torette, _seigneur de Pisani_.


LE 31 DÉCEMBRE 1585.

François Chabot, _marquis de Mirebeau_. Tenait ce bien de sa mère, qui
se qualifiait _dame de Mirebeau_, et non marquise.

Gilles de Souvré, maréchal de France, _marquis de Courtenveaux_. Son
père, Antoine, prenait le titre de _seigneur de Courtenveaux_.

François d'Escoubleau, seigneur de Jouy, depuis _marquis d'Allaye_.
Titre créé pour lui.


LE 7 JANVIER 1595.

Antoine de Brichanteau, _marquis de Nangis_. Les Brichanteau furent
qualifiés _seigneurs de Nangis_ jusqu'à Henri III.

Jean de Beaumanoir, _marquis de Lavardin_. Avant 1586 les Beaumanoir
n'étaient qualifiés que de _seigneurs de Lavardin_.

François de la Magdelein, _marquis de Ragni_. Ce nom ne se trouve pas
dans _Moréri_.

Charles de Choiseul, _marquis de Praslin_. Son père, mort en 1569, ne
prenait que le titre de _seigneur de Praslin_.


LE 7 JANVIER 1597.

Urbin de Laval, seigneur de Bois-Dauphin, maréchal de France, _marquis
de Sablé_. On ne voit pas dans _Moréri_ d'où lui vient _Sablé_.

Jacques Chabot, comte de Charni, etc., _marquis de Mirabeau_. L'aïeule
de Jacques Chabot, Françoise de Longin, se qualifie simplement _dame de
Mirabeau_, en 1526. François Chabot, son fils, prit le premier le titre
de _marquis_.

Louis de l'Hospital, _marquis de Vitri_, fils de François l'Hospital,
_seigneur de Vitri_, en 1540.

Pons de Lauzières, Thémines, Cardaillac, marquis de Thémines, fils de
Jean, seigneur de Thémines, en 1576.

Antoine d'Aumont de Châteauroux, _marquis de Nolai_, fils de Jean IV,
_seigneur de Nolai_, en 1562.


LE 3 JANVIER 1599.

René de Rieux, seigneur de Sourdéac, _marquis d'Oixant_, fils de René,
possesseur de l'_Île d'Ouessant_, érigée en _marquisat_ en 1599.

Brandelis de Champagne, _marquis de Vilaine_. (Ne s'est pas trouvé dans
_Moréri_.)

Jacques de l'Hospital, _marquis de Choisi_, fils de Jean de l'Hospital,
qui prenait le titre de _comte de Choisi_, en 1547.

François-Juvénal des Ursins, _marquis de Trainel_. (Voyez l'article
_Christophe_, ci-dessus page 97.)


EN 1618.

René du Bec, _marquis de Vardes_, fils de Pierre du Bec, _seigneur de
Vardes_.

Henri, vicomte de Bourdeilles, _marquis d'Archiac_. (Ne s'est pas trouvé
dans _Moréri_.)

Jean-Baptiste d'Ornano, _marquis de Montlor_, tenait cette terre de sa
femme, Marie de Raymond, née _comtesse de Montlor_, morte en 1626.

Henri de Beaufremont, _marquis de Sennecey_, fils de Claude de
Beaufremont, _baron de Sennecey_, mort en 1596.

Charles d'Augennes, _marquis de Rambouillet_. (Ne s'est pas trouvé dans
_Moréri_.)

Louis de Crevant, _vicomte de Brigueil_, _marquis d'Humières_. Sa femme
était fille de Jacques, _sire d'Humières_. Il tenait d'elle ce
marquisat.

Léonor de la Magdeleine, _marquis de Ragni_. (Ne s'est pas trouvé dans
_Moréri_.)

Melchior, Mitte de Miolans, _marquis de Saint-Chaumont_, fils de Jacques
Mitte, _seigneur de Saint-Chaumont_.

Nicolas de Brichanteau, _marquis de Nangis_. Son aïeul Nicolas,
_seigneur de Nangis_, mourut en 1562.

Nicolas de l'Hospital, _marquis_, puis duc _de Vitri_, petit-fils de
François de l'Hospital, _seigneur de Vitri_, qui vivait sous le règne de
François Ier.

Jean de Souvré, _marquis de Courtenveaux_. (Voyez l'article _Gilles_, à
la page précédente.)

Louis de la Marck, _marquis de Mauni_. On voit _Mauni_ qualifié de
baronnie en 1538.

Charles, _marquis_, puis duc de _la Vieuville_. Ce fut en faveur de son
père Robert que la terre de _Sy_ fut érigée en _marquisat_ sous le nom
de _La Vieuville_, vers 1580 ou 1600.

Louis d'Aloigny, _marquis de Rochefort_, est le premier de sa famille
qui ait pris le titre de _marquis_ de Rochefort; avant lui ce n'étaient
que les _seigneurs_.

Alexandre de Rohan, _marquis de Marigni_. On ne trouve pas ce titre de
_Marigni_ dans ceux de ses prédécesseurs.

Antoine-Hercule de Budos, _marquis de Portes_. (Ne s'est pas trouvé dans
_Moréri_.)


EN 1625.

Antoine Coiffier, dit Ruzé, _marquis d'Effiat_, petit-fils de Gilbert
Coiffier, _seigneur d'Effiat_, etc., trésorier en 1538.


LE 14 MAI 1633.

François-Annibal d'Estrées, _marquis de Coeuvres_, petit-fils de Jean
d'Estrées, _seigneur de Coeuvres_, etc. Mort en 1567.

Henri de Saint-Nectaire, _marquis de La Ferté-Nabert_. Son père François
était _seigneur et comte de La Ferté-Nabert_. Mort en 1588.

René aux Épaules, dit de Laval, maréchal de camp, _marquis de Nesle_.
C'est le troisième fils de René II qui, ayant épousé la fille de
Bertrand-André de Mouchi, _marquis de Montcarvel_, et de _Marguerite aux
Épaules_, dite de Laval, _marquise de Nesle_, prit le nom de _marquis de
Nesle_ en 1648.

Guillaume Simiane, _marquis de Gordes_. Un Charles-Jean-Baptiste de
Simiane, mort en 1677, était petit-fils de Bertrand de Simiane,
_seigneur de Gordes_.

François de Nagu, _marquis de Varennes_. (Ne s'est pas trouvé dans
_Moréri_.)

Urbain de Maillé, _marquis de Brézé_, fils de Charles de Maillé,
_seigneur de Brézé_, marié en 1597.

Charles de Livron, _marquis de Bourbonne_. (Ne s'est pas trouvé dans
_Moréri_.)

Louis, vicomte, puis duc d'Arpajon, _marquis de Sévérac_, fils de Jean
IV, _baron de Sévérac_.

François de Wignerot, _marquis de Pont-Courlai_, fils de René Wignerot,
_seigneur du Pont de Courlai_.

Charles de La Porte, _marquis_, puis duc _de La Meilleraye_, fils de
Charles de La Porte, qui acquit _la terre_ de _La Meilleraye_.

Gabriel de Rochechouart, _marquis de Mortemart_, petit-fils de René de
Rochechouart, _baron de Mortemart_, mort en 1587.

Hector de Gelas et de Voisins, _marquis de Laberon et d'Ambres_. (Ne
s'est pas trouvé dans _Moréri_.)

Henri de Beaudeau, comte de Peralen, _marquis de Lamothe-Sainte-Éraye_.
(Ne s'est pas trouvé dans _Moréri_.)

Jean de Mouchi, _marquis de Montcarvel_, né _seigneur de Montcarvel_,
etc.

Roger Duplessis, seigneur de Liancourt, _marquis de Guercheville_. Dans
l'article qui le concerne, le nom de _Guercheville_ ne s'est pas trouvé.

Charles de Saint-Simon, seigneur Duplessis, depuis _marquis de
Saint-Simon,_ fils puîné de Titus, _seigneur de Saint-Simon_, mort en
1609.


EN 1642.

Antoine de Villeneuve, _marquis de Trans_. _La baronnie de Trans_ fut
érigée en _marquisat_ l'an 1505. C'est la première terre en France
décorée de ce titre avec enregistrement au parlement. (_Moréri_, t. X,
p. 314 et 632.)


EN 1661.

Jacques d'Estampes, maréchal de France, _marquis de La Ferté-Imbault_.
Son père, Claude d'Estampes, ne prenait point ce titre de _La
Ferté-Imbault_.

François-René du Bec, _marquis de Vardes_. Son bisaïeul, Pierre du Bec,
était _seigneur de Vardes_, vers 1580.

Charles-Maximilien de Belle-Forière, _marquis de Soyecourt_, descendait
sans doute de Maximilien de Belle-Forière, _seigneur de Soyecourt_.

François-Paul de Clermont, _marquis de Monglat_. Son père, Hardouin de
Clermont, avait épousé, en 1598, une fille de Robert, _baron de
Montglat_.

François de Simiane, _marquis de Gordes_. (Voyez l'article _Guillaume_,
ci-dessus, en 1633.)

Jacques-François, _marquis de Hautefort_. (Ne s'est pas trouvé dans
_Moréri_.)

François d'Espinay, _marquis de Saint-Luc_. Son père, Timoléon
d'Espinay, ne prend pas ce titre de _Saint-Luc_.

Antoine de Brouilli, _marquis de Piennes_. (Ne s'est point trouvé dans
_Moréri_.)

Jean, _marquis de Pompadour_, fils de Léonard-Philibert, _vicomte de
Pompadour_, chevalier des ordres en 1633.

Henri de Baylens, _marquis de Poyanne_. (Ne s'est point trouvé dans
Moréri.)

Jacques Esthuer, comte de La Vauguyon, _marquis de Saint-Mégrin_, fils
de Louis de Esthuer de Caussade, _comte de Saint-Mégrin_.

Jean du Bouchet, _marquis de Sourches_. La _baronnie de Sourches_ fut
érigée en sa faveur en _marquisat_ l'an 1652.

Nicolas-Joachim Ronault, _marquis de Gamaches_, fils de Nicolas Ronault,
en faveur de qui la _terre de Gamaches_ fut érigée en _marquisat_ en
1620.

René-Gaspard de La Croix, _marquis de Castries_, fils de Jean de La
Croix, _comte de Castries_, mort en 1632.



DEUXIÈME NOTE,

qui se rapporte à la page 101.


Tous les commentateurs, dit M. Aimé Martin, se sont étonnés de la
hardiesse de Molière. Sa remarque s'applique à cette phrase de l'auteur,
dans la scène 1re de l'_Impromptu de Versailles_: «Comme dans les
comédies anciennes on voit toujours un valet bouffon qui fait rire les
auditeurs, de même dans toutes nos pièces de maintenant _il faut
toujours un marquis ridicule qui divertisse la compagnie_.» «Aucun,
continue M. Aimé Martin, n'a deviné le but de ces attaques. En effet
Louis XIV, laissant tourner _la noblesse en ridicule_, offre un
spectacle singulier, et qui semble en contradiction avec la fierté de
son caractère; mais la contradiction n'est qu'apparente, _et nous
retrouvons ici la grande idée politique_ qui inspira toutes les actions
de son règne. Témoin des troubles de la Fronde, _victime des excès des
grands_, il sentit de bonne heure la nécessité de les _soumettre_, et il
le fit. Cependant l'ancien souvenir de leur puissance vivait encore
parmi le peuple; et peut-être, _comme sous la régence de Médicis, ils
auraient trouvé des secours dans les provinces contre le roi lui-même_.
Louis XIV voulut leur ôter cette dernière ressource, et Molière servit
ses projets en égayant le peuple aux dépens de ceux mêmes que
jusqu'alors il avait craints et honorés. On sait que plusieurs fois
Louis désigna à Molière les caractères _qui pouvaient le plus frapper la
multitude_. C'est ainsi que les grands perdirent peu à peu leur
influence, c'est-à-dire qu'ils partagèrent les plaisirs de la cour, et
cessèrent de la menacer. Sans doute cette politique _fut poussée trop
loin_; car le roi diminuait sa puissance en affaiblissant trop celle de
la noblesse. Mais ce n'est point ici le lieu d'examiner cette grave
question; il me suffit d'avoir essayé d'expliquer les raisons qui
portèrent Louis à protéger les attaques que Molière renouvela,
_toujours_ avec succès, dans _le Misanthrope_, _le Bourgeois
gentilhomme_, _Georges Dandin_, etc.»

Je crains bien que M. Aimé Martin n'ait voulu expliquer par un système
tout entier d'imagination, une assertion tout-à-fait imaginaire
elle-même. Je suis obligé d'attaquer et le système et la supposition sur
laquelle il se fonde, parcequ'il en résulterait que Louis XIV, au lieu
de faire servir à son despotisme l'organisation de sa maison et de sa
cour, comme je le crois, aurait interrompu le système établi par
François Ier, qui voulut faire servir l'organisation de la cour au
gouvernement de la nation.

C'est d'abord une supposition dénuée de tout fondement, et de plus
démentie par la scène même à laquelle s'applique la note du
commentateur, que Molière ait tourné la noblesse en ridicule, et par
conséquent que le roi l'_ait laissé faire_, et qu'il ait protégé les
attaques sans cesse renouvelées contre elle par le poète. Il n'a attaqué
que les marquis; les marquis seuls ont été pour lui des objets de
dérision et de mépris habituels, et les marquis n'étaient pas toute la
noblesse, et tous n'étaient pas même nobles. Molière n'a pas écrit une
ligne qui tournât en dérision ni la noblesse en général, ni les gens de
qualité, ni les ducs, ni les comtes, ni les barons, ni les
gentilshommes. S'il a attaqué quelques vices particuliers des gens de
cour, ç'a été comme ceux des autres classes de la société, au lieu qu'il
a vilipendé les marquis en général, comme marquis, comme affublés de
ridicules inhérents à la qualité de marquis. À ses yeux, la vanité et
l'impertinence sont des exceptions dans les autres classes; ce sont les
attributs inséparables de tous les marquis; c'est leur caractère propre
et distinctif, et le poète n'y fait pas d'exception. Comment donc M.
Aimé Martin a-t-il pu considérer comme une attaque contre la noblesse en
général une phrase où l'auteur parle uniquement des _marquis_? Comment
n'a-t-il pas remarqué que Molière lui-même, dans la même scène, quelques
lignes plus bas, fait sentir qu'il ne faut pas les confondre avec les
gens de qualité, dont ils diffèrent essentiellement? Il dit à Brécourt,
qui joue le rôle d'_un homme de qualité_ (voyez les _personnages_):
«_Pour vous, vous faites un homme de cour_, comme dans la _Critique de
l'École des femmes_ (il y jouait _Dorante_), c'est-à-dire que vous devez
prendre un air posé, un ton de voix naturel, et gesticuler le moins
qu'il vous sera possible.» Et quand Brécourt se représente (sc. III), il
lui reproche de prendre le ton d'un marquis: «Ne vous ai-je pas dit,
observe-t-il, que vous faites un rôle où l'on doit parler
naturellement?» Notez que le rôle de Dorante, que jouait Brécourt dans
_la Critique de l'École des femmes_, est un rôle de bon ton, de bon
goût, de bon sens. Ce n'était donc pas des hommes de qualité ou de la
noblesse en général que parlait Molière quand il disait: «Le marquis
aujourd'hui est le plaisant de la comédie, comme le _valet bouffon_ dans
les comédies anciennes.»

Le _Bourgeois gentilhomme_ est la seule des pièces de Molière où l'on
voie un comte jouant un rôle méprisable et s'abaissant à une espèce
d'escroquerie; mais le poète ne l'a mis sur la scène que pour faire
ressortir la sottise du bourgeois qui veut fréquenter les gens, de
qualité, et en second lieu l'action de ce comte est dans le genre de
celles qui, à la honte des moeurs du temps, n'étaient pas déshonorantes,
et appartenait à ce qu'on a depuis appelé des _roueries_: M. Aimé Martin
observe lui-même que c'était là la vie du comte de Grammont, qui était
fort recherché à la cour de Louis XIV et fort aimé de ce prince. Malgré
l'exemple du comte de Grammont, il n'y avait pas à la cour un chef de
grande et illustre famille qui eût voulu que ses enfants lui
ressemblassent, et pas un individu, quelque corrompu qu'il fut, qui eût
osé se plaindre du poète qui montrait des habitudes aussi condamnables
sous un aspect odieux. Molière n'affrontait donc point la cour ni la
noblesse par ce rôle, il en servait la partie saine et la plus
nombreuse.

M. Aimé Martin cite _le Misanthrope_ comme une des pièces où la noblesse
est montrée sous un jour odieux; en effet Molière y a mis en scène deux
personnages faisant métier de séduction, de corruption, de subornation.
Mais d'abord, dans les moeurs du temps de Louis XIV, ces habitudes
n'étaient rien moins que déshonorantes; en second lieu, ces deux
personnages sont qualifiés de _marquis_. M. Aimé Martin pense que l'un
d'eux représentait le _comte_ de Guiche: cela est probable; mais quand
cela serait évident, qu'en conclure, si ce n'est que Molière a attaqué
un vice répandu à la cour, mais qui n'y était pourtant pas général,
parcequ'il n'est ni de tous les âges, ni de tous les caractères, ni de
toutes les positions; un vice dont le grand nombre des gens de cour
eux-mêmes auraient été bien aises de la voir purger? En l'attaquant dans
un individu, il n'a donc pas voulu offenser toutes les personnes du même
rang; et il serait toujours remarquable qu'il eût épargné au comte sa
censure, pour la faire peser sur un marquis. Au reste, le but de la
pièce est manifestement de donner une leçon à la vanité des bourgeois
qui ont la prétention de vivre habituellement avec des grands.

Quand Molière prend ses modèles dans le tiers-état, personne ne l'accuse
d'avoir eu l'intention d'avilir le tiers-état: pourquoi aurait-il eu
davantage celle d'avilir la noblesse quand il a peint quelque vice de
gens de cour auxquels aucun chef des plus grandes familles n'aurait été
bien aise que ses enfants ressemblassent, et dont ils étaient les
premiers à se féliciter que le théâtre fît justice? Enfin s'il était
vrai que Molière eût fait le rôle de son _marquis Clitandre_ pour
représenter le comte de Guiche, parcequ'il était l'amant de sa femme,
que Célimène fût sa femme même, et enfin que dans le rôle d'Alceste il
eût voulu exhaler ses propres chagrins, comment chercher dans la
politique de Louis XIV, et dans des vues politiques quelconques, le
principe de cette belle composition? Et toujours il faudrait remarquer
l'attention de charger de ses griefs un _marquis_, au lieu d'un homme
autrement qualifié, et de renvoyer, comme à leur source, tous les vices
à tous les marquis.

M. Aimé Martin cite mal à propos _Georges Dandin_ comme une des pièces
où la noblesse est maltraitée. Cette pièce ne livre au ridicule que
l'excessive et extravagante vanité d'un gentilhomme de campagne, dont
l'_aïeul_, _Bertrand de Sottenville_, _fut si considéré dans son temps
que d'avoir permission de vendre tout son bien pour le voyage
d'outre-mer_, et la sottise du bourgeois qui épouse sa fille.

Dans Pourceaugnac, l'auteur a voulu faire ressortir la vanité du noble
de petite ville, privé de toute éducation, qui rougit d'être pris pour
un légiste, ne veut pas s'être abaissé jusqu'à faire _son droit_, et
assure que quelques mots de chicane, qui lui sont échappés très à
propos, _sont des mots qui lui viennent sans qu'il les sache_, et
_présume qu'il les a retenus en lisant des romans_.

Dans l'_Avare_, Molière attaque la vanité de ces _larrons de noblesse_,
de ces imposteurs qui _tirent avantage de leur obscurité, et s'habillent
insolemment du premier nom illustre qu'ils s'avisent de prendre_.

Dans l'_École des femmes_, il livre au ridicule un bourgeois qui se
_débaptise_, quitte le nom d'Arnolphe pour celui de _monsieur de La
Souche_, et d'un vieux tronc pourri de sa métairie veut faire dans le
monde un nom de seigneurie; ou un certain gros Pierre,

  Qui n'ayant pour tout bien qu'un seul quartier de terre,
  Y fit tout à l'entour faire un fossé bourbeux,
  Et de monsieur de l'Isle en prit le nom pompeux.

Dans M. Jourdain, il berne le bourgeois qui veut être gentilhomme,
marier sa fille à un marquis, et si on le fâche, à un duc.

Dans _les Précieuses_, il fait servir le marquis de Mascarille et le
vicomte de Jodelet à punir la vanité des bourgeoises qui ne veulent
faire société qu'avec des gens de qualité. Il n'y a dans tout cela que
des leçons pour la roture vaniteuse et rien contre la noblesse.

Si Molière n'a point attaqué la noblesse, il ne faut pas chercher à
expliquer d'où il a tiré l'audace de l'attaquer; on n'a aucune raison de
supposer l'autorisation, ni les ordres de Louis XIV, ni de chercher les
motifs de cette autorisation chimérique. Et quand il serait certain que
ce prince a autorisé l'attaque de la noblesse, ce ne pourrait être par
les raisons que M. Aimé Martin a malheureusement rencontrées. Jamais
Louis XIV n'a été _victime des excès des grands_; jamais il n'a eu la
plus faible raison de les craindre; il les a toujours vus très soumis.
Le cardinal de Richelieu ne lui avait rien laissé à faire pour les
dompter; les usages et les traditions de la cour de François Ier lui
avaient apporté tout ce qui était nécessaire pour les corrompre. La
Fronde ne lui a montré que les ennemis du cardinal Mazarin. Du moment
qu'il a pris en main le pouvoir, il l'a exercé sans opposition; il a été
le plus absolu de nos rois dès qu'il a voulu régner. Il a eu la cour la
plus splendide, la plus respectueuse; il a été prodigue pour les grands
et pour ses maîtresses; il a été le maître le mieux obéi, le potentat le
plus flatté, le plus courtisé. La grande pensée de Louis XIV n'a jamais
été de dégrader sa noblesse dans l'opinion, mais de l'employer utilement
pour sa gloire au dehors, et de la faire servir au dedans à l'éclat de
sa cour et à l'ascendant de sa puissance. En un mot, lui seul a
recueilli les fruits de ce système d'opprimer l'État par la cour, et lui
a donné tout son développement. Quant aux marquis, il suffit de demander
si Louis XIV et Molière étaient moins clairvoyants que madame de Sévigné
dans l'opinion publique? l'un avait-il besoin d'une si grande pensée
politique, et l'autre d'une si haute et si puissante protection pour
mépriser ce que conspuait toute la France?

Je termine cette note par deux observations: la première c'est que
Scarron, en 1653, avant les grands éclats de Molière contre les marquis,
les a drapés dans une comédie dédiée à Louis XIV. Il fait dire à Don
Japhet:

  La multiplicité des marquis m'importune;
  Depuis que dans l'État on s'est remarquisé,
  On trouve à chaque pas un marquis supposé.

Ma seconde observation c'est que, sous le règne de Louis XIV, Regnard a
été le continuateur de Molière relativement aux marquis. Le _marquis_ du
Joueur, ce malotru qui se donne pour homme de qualité, et qui est fils
d'un huissier du Maine et cousin d'une revendeuse à la toilette, et
d'après qui l'expression de _saute marquis_ est devenue proverbiale,
prouve que trente ans après Molière les marquis étaient, comme de son
temps, consacrés à l'amusement public, dévoués à la risée des honnêtes
gens.



EXTENSION DU NOUVEAU SYSTÈME DE MAISON

ET DE COUR

ÉTABLI SOUS FRANÇOIS Ier;

LES NOBLES MULTIPLIÉS, ET AFFILIÉS À LA COUR COMME

DOMESTICITÉ ET COMME SERVICE DE CHEVALERIE.


La gradation des offices de la maison, leur distribution suivant la
noblesse des extractions, et la gradation des titres à la cour,
produisirent des effets importants: le premier fut de créer des
patronages graduels en faveur de toutes les classes de nobles et de
leur donner pour clientelle les classes respectivement inférieures, ce
qui commença le système d'influences et d'ascendants dont nous aurons
à parler à la suite; le second fut d'exciter les ambitions et les
vanités dans la noblesse de tous les degrés. Comme il y avait dans la
maison des places à différentes élévations, chaque noble en vit
quelqu'une à sa portée, et tous crurent pouvoir aspirer à devenir
partie du service d'honneur ou du service noble. Mais l'ambition des
charges d'honneur à la cour ne put pas être une maladie générale, ce
qui le fut réellement ce fut celle du service anoblissant ou de
lettres de noblesse qui commencèrent alors à porter l'empreinte de
brevets pour un service de cour.

Le changement qu'éprouva la charge de valet de chambre, qui d'office
noble devint service roturier, mais anoblissant, l'anoblissement d'un
grand nombre d'autres offices dans le service de la chambre, dans celui
de la garde-robe, dans celui de la table, firent gagner jusque dans le
tiers-état l'ambition d'entrer dans la maison du roi. Les riches
bourgeois portèrent leurs regards sur la porte qui leur était ouverte à
l'entrée de cette maison du roi, où tant de splendeur était jointe à
tant de volupté, où l'imagination et les sens s'enivraient de tant de
délices. Quel ravissement de voir dans cette maison, qui rassemblait la
plus haute noblesse de France, une source d'anoblissement! quel charme
de sentir qu'on pouvait, en se dégageant de la classe des petits, se
trouver au milieu de ce qui existait de plus grand! L'anoblissement dans
cette maison du roi semblait être une émanation directe de la cour la
plus magnifique, et le gage d'une sorte d'affiliation. Quel appât pour
la vanité du tiers-état! Mais je ne parle point encore ici de l'effet
moral et politique de cette innovation; je veux seulement remarquer
l'extension qu'elle reçut aussitôt qu'elle eut lieu, mais plus encore
sous les règnes suivants.

Nous avons dit que le roi en anoblissant son valet de chambre lui avait
donné le titre d'_écuyer_: cette formule d'anoblissement n'avait jamais
été usitée; c'était un principe que le titre d'écuyer, comme celui de
chevalier, s'acquéraient par la seule voie de l'investiture. Les lettres
d'anoblissement jusqu'à François Ier avaient dit: Nous vous anoblissons
et vous rendons habile à recevoir le titre d'écuyer. Mais la noblesse
ayant rebuté le titre de _valet_, parcequ'il avait été donné à des
officiers bourgeois, et que par là il avait cessé d'être synonyme de
celui d'écuyer, le roi ne voulut pas que la déchéance de son _valet de
chambre_ fût une dégradation; ce fut par cette raison qu'en lui donnant
le titre de valet de chambre il lui donna celui d'écuyer, et régla qu'il
ferait son service l'épée au côté. Il voulut établir que si les deux
titres avaient cessé d'être identiques, ils étaient néanmoins restés
très compatibles.

On voit qu'alors François Ier se considérait comme centre et principe de
cet ordre primitivement religieux, indépendant par essence, qui se
conservait et se reproduisait par lui-même, auquel le roi n'avait le
droit d'ajouter un chevalier qu'en sa qualité de chevalier lui-même
quand il l'était, et sous les conditions établies pour l'admission dans
l'ordre des chevaliers. Il imagina de faire de l'ensemble des nobles
existant en France une congrégation de chevalerie, des anoblissements,
une affiliation à cette congrégation, et de sa domesticité subalterne ou
service du corps, un principe d'anoblissement, un service, non pas
précisément de chevalerie, mais du grade d'écuyer dont il fallait être
investi pour parvenir à la chevalerie.

Quand le roi eut dit pour anoblir ses valets de chambre, ses huissiers
de la chambre, ses valets de garde-robe et autres: Nous vous faisons
écuyers; cette formule passa dans toutes les lettres d'anoblissement: on
l'employa dans les lettres données aux vétérans dans les charges
anoblissantes. Alors les lettres de noblesse eurent un attrait nouveau.
Modelées sur celles d'officiers de la maison du roi, elles semblaient
mettre sur la voie de la cour, donner à l'anobli un air d'officier de
cour, l'affilier au service de la cour. Le titre étant emprunté du
système dont le roi était le centre, ces lettres liaient à la fois non
seulement comme engagement de service, mais comme soumission religieuse
à l'ordre de la chevalerie. Dans le fond de son âme un bourgeois devenu
écuyer se sentait rapproché d'un homme de la cour par la double
apparence de domesticité et d'affiliation religieuse; il voyait les
portes de la cour entr'ouvertes, au moins à sa curiosité; il croyait s'y
entendre appeler, d'un peu loin à la vérité, mais assez distinctement
pour être remarqué des gens qui l'environnaient, et l'obliger à se
séparer du commun état. Aussi composait-il son ton, son langage, sa
contenance, de manière que tout répondît à sa glorieuse vocation; il se
croyait même obligé d'être en tout temps et en tout lieu le champion du
pouvoir, de prendre en toute occasion fait et cause pour le
gouvernement; il avait le pressentiment du privilége exclusif des
emplois publics d'une certaine importance. Il semblait déjà voir le
moment où tous les écuyers se réuniraient sous une commune bannière,
avec la plus ancienne noblesse, contre le commun état, et auraient le
bonheur de s'entendre dire que sous cette bannière _il n'y a ni premier
ni dernier_[65].

    [Note 65: C'est ce qui est arrivé à Coblentz durant l'émigration.
    Quand un Français déserteur de la France se présentait à M. le
    comte d'Artois, il lui demandait: Êtes-vous _gentilhomme?_ Les
    hobereaux répondaient modestement: Monseigneur, je suis _noble_.
    Le prince répondait obligeamment: Monsieur, dans la noblesse il
    n'y a ni premier ni dernier. L'arrivant qui n'avait pas le bonheur
    d'être écuyer, à la question du prince, Êtes-vous gentilhomme?
    répondait: Non, monseigneur. Le prince disait alors: Vous êtes
    digne de l'être.]

L'affluence des gens du commun état, pour obtenir des lettres de
noblesse, était donc devenue très considérable. Jusqu'au règne de
François Ier il n'avait été fait que très peu d'anoblissements par
lettres du prince, elles avaient été données pour de bonnes raisons ou
du moins sous des prétextes honorables: depuis l'anoblissement de tout
le service du troisième ordre de la maison du roi, on voit commencer la
multiplicité des lettres de noblesse dont la France a été affligée
pendant deux siècles; abus poussé jusqu'au dernier scandale pendant les
règnes des fils et petits-fils de François Ier, où ces lettres devinrent
hautement l'objet d'un trafic. Depuis son règne on rencontre à chaque
pas dans nos recueils de législation _des édits portant création de
lettres d'anoblissement_, moyennant une finance taxée par la loi.
Charles IX, en 1566 et en 1568, Henri III, en 1576 et 1577, firent des
créations de ce genre. La dernière fut malheureuse: les appâts offerts à
la vanité furent rebutés par la vanité même; la cour semblait se jouer
d'elle; sa prodigalité paraissait dérisoire; elle humiliait des gens
curieux de s'anoblir, par sa manière d'anoblir; elle désanoblissait la
noblesse même. La création de _mille lettres de noblesse_ à vendre, ne
trouva pas de curieux pour les acheter. Ce qu'on voulait acquérir, en
acquérant la noblesse, c'était une distinction; et l'état en mettant les
lettres d'anoblissement en vente n'offrait plus qu'une marchandise dont
l'achat ne pouvait distinguer personne que par le ridicule. Dans
l'impuissance de rien tirer de la noblesse mise en vente, on la mit en
impôt. On frappa des lettres de noblesse au balancier monétaire, et on
les distribua comme une monnaie de poids et de bon aloi. Des gens de
finance avaient avancé au gouvernement le montant de mille lettres; ne
pouvant les vendre, il fallut rembourser l'avance; pour la rembourser il
fallut _imposer_ les lettres sur des particuliers qu'on jugea en état de
les payer. On en fit un rôle; on y comprit un marchand de boeufs du pays
d'Auge, nommé _Grain d'Orge_, un rustre qui aimait son métier, qui n'en
avait jamais fait et n'en voulait pas faire d'autre, également incapable
du désoeuvrement et des occupations d'un gentilhomme. Il refuse les
lettres qu'on lui apporte. On insiste; il résiste obstinément. On lui
fait des sommations dont il se moque; mais enfin on décerne contrainte,
on saisit ses meubles: alors il fallut bien se résoudre, et Grain d'Orge
fit souche de gentilhomme. La Roque, qui rapporte ce fait dans son
Traité de la Noblesse, dit avoir vu les contraintes dans les mains de
son petit-fils, sieur du Rocher.

Cet échec fit sentir la nécessité de s'arrêter pour quelque temps;
cependant on a revu bientôt et à plusieurs reprises mettre sur la
_place_, comme effets de commerce, des lettres de noblesse tout
expédiées, auxquelles il ne manquait que le nom de l'acheteur pour
lequel un blanc était réservé entre l'éloge tout imprimé de ses services
et le jugement que l'équité royale en avait porté. Ces lettres avaient
lieu à l'occasion d'un _avènement à la couronne_, d'une _joyeuse
entrée_, d'un _sacre_, d'un _baptême_, d'un _mariage_, d'une _victoire_
ou de quelque autre évènement heureux.

Pendant qu'on créait ainsi des lettres d'anoblissement pour les vendre,
on multipliait d'un autre côté les charges anoblissantes et on les
vendait aussi.

Sur quinze mille familles nobles que l'on comptait en France en 1789,
treize mille proviennent de ces anoblissements par lettres
arbitrairement données ou achetées, ou par charges inutiles ou onéreuses
à l'état; entre les deux mille autres familles, treize ou quatorze cents
descendent d'hommes qui ont vieilli honorablement au service militaire,
dans les hautes magistratures, ou que leur notabilité personnelle,
acquise par d'utiles occupations, ont fait élire à des fonctions
municipales: les six ou sept cents autres sont de noblesse de date
antérieure et plus ou moins ancienne. Ainsi ce qu'on appelait la
noblesse française à l'époque de l'émigration, le grand nombre de ces
nobles qui se sont crus obligés à former sans en être requis une armée
contre la nation, et se sont fait un honneur d'attirer sur les princes
et sur le roi des défiances contre lesquelles ils espéraient se rendre
nécessaires, c'étaient presque en totalité ces familles d'écuyers, nées
à la suite de l'institution des écuyers valets de chambre et des écuyers
valets de garde-robe de François Ier.

Cette observation est confirmée par une autorité qui semble
incontestable c'est celle de Chérin. Voici comment il s'exprimait en
1788: «Une vérité que je puis avancer sans craindre de me tromper, c'est
que de cette multitude innombrable de personnes qui composent l'ordre
des privilégiés, _à peine un vingtième_[66] peut-il prétendre
véritablement à la noblesse immémoriale et d'ancienne race[67].»

    [Note 66: La proportion serait bien plus faible aujourd'hui et
    depuis la restauration; il suffit d'avoir été et de s'être dit
    attaché à la cause royale pour se dire noble et pour prendre des
    titres.]

    [Note 67: Chérin, généalogiste des ordres du roi. Discours sur la
    noblesse, en tête de l'abrégé chronologique des lois concernant le
    fait de noblesse. Cet ouvrage a été publié en 1788.]

Il faut se rappeler ici que François Ier, ne pouvant rétablir la
chevalerie guerrière qu'il rendait ridicule par le romanesque qu'il y
mêlait, appela à la chevalerie les légistes, les théologiens, les
pédants versés dans l'hébreu et le grec. Nous avons vu qu'en passant par
Toulouse il accorda aux docteurs régents de l'université le privilége de
_promouvoir à l'ordre de chevalerie_ ceux qui auraient accompli un temps
d'études requis. Ce qu'il fit à Toulouse il le fit sans doute à Paris, à
Montpellier; on a vu que Sainte-Palaye compte cet abus entre ceux qui
firent tomber la chevalerie dans un tel mépris qu'aucun homme de guerre
ne voulait la recevoir. Il ne résulta pas moins de cette profusion
d'accolades qui déshonora et fit tomber la chevalerie, qu'elle donna à
la France une multitude infinie de nobles, et qu'une partie assez
nombreuse d'une noblesse, qui aujourd'hui est réputée _ancienne_, tire
de là son importance.

C'étaient ces nobles, c'étaient aussi ceux qui se faisaient chevaliers
eux-mêmes en portant les armes pour ou contre leur prince et leur
patrie, tels que les ligueurs armés contre Henri IV[68], qui faisaient
dire au comte d'Entragues, en 1789, que la noblesse héréditaire était le
fléau le plus funeste dont le ciel eût affligé les sociétés humaines.

    [Note 68: Préambule de l'édit de 1600 concernant les tailles.]



AUTRE EXTENSION DU NOUVEAU SYSTÈME DE

MAISON ET DE COUR

ÉTABLI SOUS FRANÇOIS Ier.


La noblesse en France n'a jamais formé un corps et n'a jamais été qu'un
ordre de personnes isolées qui n'avaient rien d'un corps organisé; ni
registres d'inscription, ni assemblées communes, ni délibérations, ni
chefs, ni secrétaires, ni syndics, ni agens, ni archives; c'était un
mélange informe d'homme d'origine fort disparate. Il y avait plus de
distance entre l'origine d'un grand nombre d'anoblis des dernières
classes et les nobles de race, qu'entre ces nobles et les hautes classes
de la bourgeoisie, dont les familles depuis des siècles vivaient
noblement[69]. Et combien d'autres disparates! Henri IV se plaignait
dans l'édit des tailles de la multitude de gens qui s'étaient introduits
dans l'ordre de la noblesse en portant les armes contre lui; cent autres
moyens ont constitué des familles nobles. Mais ici bornons-nous à
observer que la noblesse n'était qu'un mélange d'hommes distincts des
non-nobles, par des priviléges en matière d'impôts, de service militaire
et de prestations personnelles ou corvées.

    [Note 69: Depuis long-temps les Français n'étaient plus distingués
    dans les solennités législatives ni dans les lois en _nobles_ et
    _roturiers_. Le mot de _roturiers_ désignait les cultivateurs qui
    _rompaient_ la terre, de _rumpere_; _roture_ de _ruptura_. Les
    lois et ordonnances disaient les _nobles_ et les _non-nobles_.
    Sous le règne de François Ier, il existait une distinction bien
    reconnue entre différentes classes du tiers-état. Guillaume Budée,
    secrétaire du roi[69A], protégé de François Ier, Tiraqueau,
    conseiller au parlement de Paris, dans son Traité _de
    Nobilitate_[69B] en 1553; Chassenaux ou Chassanée, premier
    président au parlement d'Aix, _in Consuetudines Burgundiæ_[69C],
    en 1540, ont marqué précisément les différences alors établies
    dans le tiers-état. «Les uns étaient _honorables_, les autres
    _vulgaires_, et les derniers réputés _vils et abjects_.

    «Les _honorables_ étaient ceux dont les vacations s'élevaient
    au-dessus du commun. L. legitimas, ff. de _legit tutor_. Et
    ceux-là parvenaient aux premières charges des villes et
    possédaient souvent des dignités personnelles ou réelles.

    «Les _vulgaires_ exerçaient une profession moins relevée, mais
    sans bassesse; et ceux-là se pourraient rapporter, dit Budée, aux
    six corps principaux des métiers de Paris.

    «Les _vils_ et les _abjects_ étaient les artisans occupés à des
    ouvrages grossiers ou répugnans.[69D].»

    [Note 69A: In leg siunorum. §. 1. ff. ad. legem Juliam de
    adulteriis.]

    [Note 69B: Ch. 2.]

    [Note 69C: Rub. 4. §. 3. num. 55.]

    [Note 69D: Voyez La Roque, Traité de la Noblesse, p. 232.]]

Le règne de François Ier a amené une importante modification dans
l'existence de la noblesse.

Depuis le règne de François Ier cet assemblage de parties disparates,
sans devenir un corps régulièrement organisé, devint un tout plus
compact par la multiplicité des anoblissemens, et prit, si on peut le
dire, une existence plus homogène par l'analogie que le titre d'écuyer
donna aux anoblis avec la domesticité royale, par l'affiliation que ce
titre établit entre eux et la cour, centre et foyer de chevalerie;
enfin, par la séparation mieux prononcée des nobles d'avec les gens du
commun état, au moyen de priviléges plus considérables attribués aux
premiers. François Ier ayant fait de tous les emplois de sa cour le
patrimoine de la noblesse ou un titre pour l'acquérir, ses successeurs
se trouvèrent sur la voie d'étendre ce patrimoine à tous les emplois
honorables de l'État, de l'armée et à toutes les dignités de l'église.
Sans devenir un corps, la noblesse eut seule la prérogative de composer
tous les grands corps de l'État. Elle n'eut aucune fonction, mais elle
acquit un droit exclusif à l'exercice de toutes celles qui avaient de
l'importance et de la dignité. On vit d'abord des nobles arriver aux
places éminentes, dans l'église, dans la robe, dans l'armée, sans autre
mérite que leur nom, et obtenir des préférences sur le mérite et les
services les plus signalés. Plus tard la haute magistrature, la haute
administration, le conseil, les parlemens, les cours des aides, furent
peuplés en grande partie de nobles. Enfin, vers la fin du siècle passé,
une ordonnance royale, sans égard pour la mémoire des Chevert, des
Catinat, des Fabert, des Vauban, prescrivit que, pour entrer dans
l'armée au grade de sous-lieutenant, l'aspirant ferait preuve désormais
de quatre générations de noblesse. Ce fut là le signal d'une exclusion
générale des places honorables prononcée contre le tiers-état. Plusieurs
cours de justice exigèrent des acquéreurs d'offices qui se
présenteraient pour entrer dans leur sein, quatre degrés de noblesse,
croyant ne pas pouvoir admettre dans la magistrature d'une cour
souveraine des personnes réputées au-dessous d'une sous-lieutenance
d'infanterie. De misérables fainéans, endormis dans les stalles d'une
cathédrale ou d'une collégiale de province, se réveillant au bruit des
acclamations nobiliaires, firent aussi ériger leurs communautés en
chapitres nobles de quatre degrés. Le vertige était général.

Alors la noblesse, sans être un corps, se trouva composer tous les
corps; elle était un ensemble d'hommes puissans; elle n'avait pas ses
assemblées propres, mais elle était en assemblée permanente dans celles
des corps qu'elle composait. C'était une nation privilégiée, dans la
nation dépouillée.

En 1789 le pouvoir royal, étonné de l'irritation et de la force de
l'esprit national à l'occasion des impôts et des actes arbitraires
auxquels les refus parlementaires exposaient les magistrats énergiques,
espéra qu'il pourrait lui opposer avec succès cette gent nobiliaire, qui
depuis deux siècles s'était si considérablement grossie, et en former un
corps compact de quarante mille individus solidaires envers la royauté:
on convoqua des états-généraux; on convoqua dans les assemblées
baillagères tous les nobles, propriétaires ou non; les lettres de
convocation qualifièrent de gentilhomme tout individu qui serait né
noble; on mit alors en principe que la noblesse ne reconnaissait ni
premier ni dernier.

On n'a pas oublié comment, en 1789, la France prit et l'outrage de
l'exclusif pour les emplois publics, et la convocation qui appelait le
noble, indépendamment de toute propriété, à former une chambre des
états. Ce fut contre ces privilégiés qu'éclata la révolution et que
furent prononcées les premières abolitions; ce fut contre eux que
l'emportement et la fureur populaires se signalèrent et que commença
cette irruption de vengeance qui, dans son aveuglement, confondit avec
la foule des nobles, des grands dignes de leur nom, dont le civisme
s'était déclaré pour une réforme désirée par la nation[70].

    [Note 70: À leur tête la reconnaissance nationale doit placer le
    duc de La Rochefoucauld.]

Quand l'insurrection eut déployé la force nationale sur l'ordre de la
noblesse, les membres émigrèrent. Chez l'étranger, ils contractèrent
réellement un esprit de corps dans le malheur commun, par la soif d'une
vengeance commune. C'est avec cet esprit qu'ils sont rentrés en France,
où il ne s'est plus trouvé de privilége, et d'élévation des hommes du
commun état leur a imposé. Les conséquences ultérieures ne sont pas de
mon sujet.


FIN DE LA PREMIÈRE LIVRAISON.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Conséquences du système de cour établi sous François 1er - Première livraison contenant l'histoire politique des - grands offices de la maison et couronne de France, des - dignités de la cour, et particulièrement des marquis, et - du système nobiliaire depuis François premier" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home