Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Souvenirs de Roustam, mamelouck de Napoléon Ier - Introduction et notes de Paul Cottin
Author: Roustam, Raza
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Souvenirs de Roustam, mamelouck de Napoléon Ier - Introduction et notes de Paul Cottin" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



SOUVENIRS DE ROUSTAM

Mamelouck de Napoléon Ier


INTRODUCTION ET NOTES DE PAUL COTTIN Bibliothécaire à l'Arsenal.


PRÉFACE de Frédéric Masson de l'Académie Française.

PARIS

LIBRAIRIE PAUL OLLENDORFF



TABLE DES MATIÈRES


PRÉFACE


INTRODUCTION


I

Ma famille.--Mon père nous quitte.--Je reste avec ma mère et mes
sœurs.--Guerre entre l'Arménie et la Perse.--Nous nous réfugions dans
une forteresse.--Dangers courus.--Mort de ma sœur Begzada.--Nous partons
rejoindre notre père.--Séparé des miens, pendant le voyage, je suis
vendu sept fois comme esclave.--Un marchand m'emmène à Constantinople et
me vend à Sala-Bey.--Mon arrivée au Caire.--Sala Bey m'incorpore dans
ses Mameloucks.--Nous partons pour la Mecque.--A notre retour, nous
trouvons l'Égypte occupée par les Français.--Nous gagnons Saint-Jean
d'Acre, où Sala Bey est assassiné par Djezzar-Pacha.--Mon retour au
Caire.--Le général Bonaparte autorise le sheik El Bekri à me prendre à
son service.--Le sérail du cheik.--Je veux épouser sa fille.--Bonaparte
à Saint-Jean d'Acre.--Aboukir.--Scènes violentes avec un
Mamelouck.--Intempérance d'El Bekri.--Le champagne du prince
Eugène.--J'entre au service du général Bonaparte.


II

Départ de Bonaparte pour Alexandrie.--En route, je charge les Arabes, ce
qui me vaut un poignard d'honneur du général en chef.--Embarquement pour
la France.--Mes inquiétudes.--Le général me rassure.--Relâche à
Ajaccio.--Une plaisanterie de mauvais goût.--Débarquement à
Fréjus.--Berthier m'emprunte un sabre, cadeau du général.--Départ de
celui-ci pour Paris.--Ses bagages et sa Maison prennent la route
d'Aix-en-Provence.--Notre convoi pillé par des brigands.--J'écris au
général Bonaparte pour lui rendre compte de l'incident.--J'arrête de ma
main, à Aix, un des bandits.--Ma présentation à Madame
Bonaparte.--Inquiétude de Joséphine pendant la journée du 18
Brumaire.--Murat et sa femme.--Le piqueur Lavigne.--Je fais une grave
chute de cheval.--Bonté que le premier Consul et sa famille me
témoignent en cette circonstance.--Mon portrait peint par Mme Hortense
de Beauharnais.--Le premier Consul s'oppose à mon mariage.--La
Malmaison.--J'apprends de Boutet l'entretien des armes à feu, et de
Lerebours celui des lunettes d'approche.--Bonaparte, empereur des
Français.


III

Le manque d'appointements m'oblige à vendre un châle de
cachemire.--Colère de l'Empereur à cette nouvelle; il me fait donner un
traitement, puis le brevet de porte-arquebuse.--Berthier refuse de me
rendre mon sabre; l'Empereur me donne un des siens.--Il m'invite à
envoyer mon portrait à ma mère, et promet de la faire venir à
Paris.--Mes campagnes.--L'Empereur consent à mon mariage.--Campagne
d'Austerlitz.--Mariage du Vice-Roi d'Italie.--L'Empereur signe à mon
contrat et paye les frais de ma noce.--Son couronnement à Milan.--Je
réclame l'arriéré de ma solde de Mamelouck et obtient mon congé de ce
corps.--Un cadeau de l'Empereur.--Danger par lui couru à
Iéna.--J'apprends à Pultusk que je suis père.--Eylau.--M. de
Tournon.--L'Empereur et le maréchal Ney.--Friedland.--Entrevue de
Tilsitt.--La reine de Prusse et sa coiffure «à la Roustam».--Ma
présentation au tsar Alexandre.--Fêtes de Tilsitt.--Dresde.--Mon retour
à Paris dans la voiture de l'Empereur.--Surprise agréable que ma femme
me ménageait.


IV

Corvisart, et l'Empereur: la canne de Jean-Jacques Rousseau.--Bourrienne
jugé par Napoléon.--Sa tendresse pour le roi de Rome.--Sa dureté pour le
général Guyot.--Napoléon intime.--Je fais pensionner le piqueur
Lavigne.--Le docteur Lanefranque.--Corvisart à Schœnbrunn.--Les
pistolets de l'Empereur.--Son voyage à Venise.--Passage du
Mont-Cenis.--Il décachette les lettres de ma femme: avantage que son
indiscrétion me procure.--Les cygnes de la Malmaison.--Je manque me
noyer dans l'étang de Saint-Cucufa.--Le jeu de l'Empereur.--Napoléon à
Fontainebleau.--Bruits de suicide.--Les diamants de la
couronne.--Pourquoi je n'ai pas été à l'île d'Elbe.--Je pars pour
Dreux.--Anecdotes: naissance du Roi de Rome.--L'empereur et mon
fils.--Mon service de nuit chez l'Empereur.--Bienveillance de Joséphine
à mon égard.--Je lui dois de figurer dans le cortège du
Couronnement.--L'Empereur et son bottier.--Campagne de Russie:
Smorgoni.--Compranoï.--Vilna.--Kovno.--Varsovie.--Posen.--Mon visage
gelé.--Dresde.--Erfurt.--Mayence.--Le factionnaire des Tuileries.--Une
consultation du docteur Corvisart.


V

Ulm.--Nouveau danger couru par l'Empereur.--Mort du colonel
Lacuée.--Construction de ponts sur le Danube.--L'Ile Lobau.--L'Empereur
fait sa toilette en plein air.--Essling.--Mort du maréchal
Lannes.--Douleur de Napoléon.--Ebersdorf.--Mon turban blanc, ayant servi
de point de mire à l'ennemi, manque faire tuer l'Empereur à mes
cotés.--Les cerfs de l'Ile Lobau.--Masséna blessé.--Wagram.--La voiture
de Masséna traversée par un boulet.--Campagne de Russie: de Moscou à
Molodetchno.--Les vivres de l'Empereur pillés par ses soldats.--Mot de
lui à ce sujet.--L'Empereur et le maréchal Berthier.


APPENDICES



PRÉFACE


Il parut, à ma connaissance, durant le dernier siècle, cinq recueils,
pour le moins, portant le titre de _Revue Rétrospective_: la première,
celle de Taschereau, publia, en ses trois séries et ses vingt volumes,
de 1833 à 1838, d'admirables documents, révélateurs surtout des mœurs
passées, touchant plus à la chronique qu'à l'histoire, ouvrant par là
les voies à cette forme nouvelle qui ne sera plus l'histoire académique,
et s'efforcera d'atteindre à la fois plus de vérité et plus de réalité.
La seconde, qui eut aussi Taschereau pour éditeur, portait pour
sous-titre: _Archives secrètes du dernier gouvernement_. Elle parut en
1848 et renferma presque uniquement des papiers volés aux Tuileries.
Elle fut quelque chose d'analogue à la publication des _Papiers de la
Famille Impériale_ qu'organisa, en 1870, le gouvernement de la Défense
nationale. Seulement, entre Taschereau et les publicateurs des papiers
des Tuileries, il y avait cette différence que ceux-ci cherchaient des
armes contre l'Empire et s'efforçaient à découvrir des lettres intimes
qui le déshonorassent, tandis que celui-là mettait au jour aussi bien ce
qui était pour que ce qui était contre le régime de Juillet. Et ainsi
advint-il qu'un certain numéro de ladite _Revue Rétrospective_ éclata
comme une bombe sous le fauteuil du président du club de la Révolution,
le citoyen Blanqui, et que de là sortirent des luttes quasi fratricides
entre les apôtres de la Révolution sociale, dont plusieurs, et non des
moindres, se trouvaient convaincus d'avoir touché de l'argent pour leurs
excellents rapports avec M. le préfet de police.

La troisième _Revue Rétrospective_ fut une personne modeste et qui n'a
point d'histoire. Eut-elle d'ailleurs plus d'un numéro, j'en doute. Elle
parut au moins une fois, sur un papier qui avait l'air de venir de
Hollande, sous une couverture à escargots tout à fait sympathique. Elle
avait pour rédacteur, en chef et peut-être unique, un brave garçon
appelé Abel d'Avrecourt, qui ne manquait point d'esprit, faisait des
vers à la Millaud ou à la Jollivet, et collaborait, je crois, au
_Figaro_. Voici bien des années que je n'ouïs parler de lui et, en ces
temps lointains, il était terriblement goutteux: qu'est-il devenu?

       *       *       *       *       *

La quatrième _Revue Rétrospective_, tout au contraire de la troisième,
eut une longue existence et qui ne fut point tourmentée; lorsqu'elle eut
terminé son vingtième volume, elle cessa sa publication, mais pour
reparaître, après quelques mois, sous couverture saumon, comme _Nouvelle
Revue Rétrospective_, et fournir encore vingt volumes. Sauf un temps
très court où M. Paul Collin, qui l'avait imaginée et créée, s'adjoignit
comme co-rédacteur M. Georges Bertin, elle vécut sous la direction
unique de son fondateur, lequel avait l'art de se faire ouvrir les
armoires les mieux closes et déterrait des documents précieux dans des
demeures bourgeoises où nul ne se fut imaginé qu'on pût en rencontrer.

M. Paul Cottin, qui avait débuté dans les bibliothèques par un stage à
la Nationale et qui, depuis plus de vingt-cinq ans, remplit, avec un
zèle auquel rendent grâce tous les habitués, les fonctions de
bibliothécaire à la bibliothèque de l'Arsenal, a publié, de son chef, un
livre excellent par la documentation, l'esprit et la rédaction: _Toulon
et les Anglais en_ 1793, et l'on aurait quelque peine à énumérer les
curieux ouvrages qu'il a édités, allant des _Mémoires du duc de Croÿ_
(quatre volumes in 8°, en collaboration avec M. le vicomte de Grouchy),
aux _Mémoires du sergent Bourgogne_, et des _Inscriptions_ de Restif de
La Bretonne, à l'ouvrage documentaire le plus neuf et le plus curieux
qu'on ait de longtemps consacré à _Mirabeau_: mais, durant vingt années,
son ressort de travail, son outil de sondage, sa baguette de coudrier,
avait été sa _Revue Rétrospective_. C'était par elle qu'il attirait les
pièces historiques, les mémoires, les souvenirs; parfois les insérant in
extenso, parfois n'en prenant que des extraits et réservant l'ensemble à
une publication spéciale. Combien de trésors y sont encore enfouis dont
nombre d'écrivains, même fort bien armés d'ordinaire, n'ont point
connaissance; pour ne citer que les _Mémoires d'Auger_, les _Lettres de
Villenave_, les _Souvenirs de Delescluze_.

       *       *       *       *       *

M. Paul Cottin n'était pas pour rien l'élève, l'ami, l'exécuteur
testamentaire de l'excellent et curieux Lorédan Larchey, l'aimable
éditeur de la _Revue Anecdotique_ et de la _Petite Revue_, le découvreur
de Coignet et de Fricasse, le compilateur du _Dictionnaire de l'Argot_,
le bibliophile sagace qui, en de petits, tout petits volumes, s'amusait
à imprimer, à quelques exemplaires, de petits papiers manuscrits qui
l'avaient fait rire et qu'il prétendait communiquer à des amis lecteurs.
M. Larchey était d'abord un collecteur d'histoires, de bons mots et de
réparties. Il en formait ce qu'on eût appelé jadis des sottisiers; mais
à ces sottisiers il s'attachait de façon à y consacrer sa vie: il est
assez douteux qu'il y eût introduit le plus révélateur des documents, si
ce document n'avait point concerné ce qu'il appelait l'histoire des
mœurs, et son tact, pour discerner les alluvions qu'avait apportées sur
les faits le besoin qu'éprouve un homme de se raconter, n'était point
infaillible; je ne dirai même pas qu'il n'eût point préféré l'alluvion,
si elle avait paru pittoresque.

Cela--n'est-ce pas?--est le grand danger en la matière que M. Paul
Cottin allait explorer. Il se renfermait dans les deux derniers siècles
et même ne prenait-il guère le dix-huitième qu'en la seconde moitié. À
tout ce qui était lettres, journaux, pièces de procès, enquêtes de
commissaires, nulle crainte de se tromper, ni d'être trompé. Cela était
ce que c'était. À une date fixée, tel ou tel avait exprimé tel
sentiment, subi telle algarade, éprouvé telle contrainte, obtenu tel
arrêt. Mais, pour les mémoires et les souvenirs, comment distinguer les
lacunes ou les erreurs qui proviennent d'une mauvaise mémoire, d'une
volontaire ou involontaire déformation des faits?

Il m'est apparu--et à quiconque a lu beaucoup de mémoires, il
apparaîtra--que, sauf un nombre de cas infiniment rares, le mémorialiste
écrit sous l'influence d'un délire: délire des grandeurs, délire des
persécutions, délire génésique; le plus souvent délire des grandeurs,
auquel se mêle et se subordonne le délire des persécutions, et que
saupoudre à des passages le délire génésique. Le plus beau cas, dans les
livres récemment publiés, est celui du général Thiébault, qui réunit et
fait fleurir les trois délires sous un même bonnet; mais Marbot en est
aussi un joyeux exemple et les récentes investigations sur sa véracité
qu'a publiées M. Chuquet dans les _Feuillets d'histoire_; les
contradictions où il est tombé avec quiconque, ayant servi avec lui, a
témoigné des événements; les démentis qu'il a subis, en particulier sur
le rôle des Suisses à la Grande Armée; l'ignorance volontaire où cet
homme qui parle si volontiers de lui-même, laisse le lecteur de
l'épisode le plus intéressant de sa vie--sa proscription de 1815--tout à
la fois le montre construisant un Marbot qu'il fera passer tel quel à la
postérité. Mais, s'il y a chez lui une part de travail conscient, on ne
saurait douter qu'il n'y ait une large mesure d'impulsivité; et que,
dans ses récits, les deux délires essentiels ne forment des facteurs
qu'il est impossible de négliger.

       *       *       *       *       *

Dans les mémoires qu'a publiés M. Paul Cottin, la plupart ressortiraient
à cette loi, car, très rarement, sont-ils assez objectifs pour ne la
point subir: dès qu'un homme parle de lui-même et se raconte, c'est pour
s'exalter (mégalomanie) ou pour expliquer les causes qui l'ont empêché
d'arriver aux postes dont il était digne et pour revendiquer telle ou
telle action, telle ou telle invention dont il fut frustré
(persécution). Même les hommes qu'on estimerait le plus raisonnables, le
moins susceptibles d'emballement inconsidéré, lorsqu'il s'agit de leurs
propres mérites, de leur défense ou de leur apologie, sortent des rails
et ne se possèdent plus. Il ne conviendrait donc d'ajouter foi aux
mémoires qu'en tant que témoignages désintéressés, où la personnalité du
narrateur paraît le moins possible et où il n'a à chercher aucun
avantage devant la postérité. Mais qui donc ne s'efforce à se guinder, à
se rendre intéressant et pourquoi, sans ce mobile, écrirait-on? Même
lorsqu'on est soi-disant à écrire pour soi seul et pour ses enfants, ne
cherche-t-on pas à prendre une attitude et à se donner une contenance?
Il faut donc, à mon goût, demander aux mémorialistes plutôt l'atmosphère
où les événements se produisent que leur précision; des traits de
caractère qu'ils ont jetés çà et là sans prétention et parce que leur
imagination en avait été frappée; des mœurs, des formes de costume, des
indications d'habitudes. Même se faut-il méfier des questions, des
réponses, des paroles, à moins qu'elles ne jaillissent des
circonstances, qu'elles ne soient rapportées, semblablement ou à peu
près, par quelque autre témoin, à moins qu'on n'en trouve l'écho en des
lettres ou en des journaux. Sous ces réserves, il y a vraisemblance
qu'on puisse avoir chance de ne pas être entièrement trompé; mais il y
aura toujours trop de développements et trop de sauce autour d'un
poisson qui peut être médiocre.

       *       *       *       *       *

À l'époque de la Restauration, il s'était constitué pour exploiter
l'Épopée, un certain nombre d'usines qui n'étaient point sans
communication les unes avec les autres, et où l'on fabriquait des
mémoires. De ces usines, les unes, comme l'usine La Mothe-Langon,
travaillaient de génie ou de sottise. Elle n'avait besoin, pour imaginer
les mémoires de _Napoléon_, de _Louis XVIII_, d'_Une Femme de qualité_,
de la _Comtesse d'Adhémar_, la _Duchesse de Berry_, la _Comtesse du
Barry_, _Sophie Arnould_, _Mlle Duthé_, la _Vicomtesse de
Fars-Fausse-Landry_, et combien, combien d'autres!--que des potins
courants ou courus depuis vingt ans, des journaux parus à Londres ou à
Hambourg et d'un certain jeu d'anecdotes qu'on retrouvait identiques
dans la plupart des livres de cette marque. Ainsi, lorsqu'on voit
arriver les historiettes sur l'évasion du Dauphin, les plaintes sur ce
jeune infortuné auquel Napoléon et Louis XVIII s'obstinent également à
ne pas restituer le trône de ses pères, on peut être assuré, quels que
soient l'éditeur, le pseudonyme de l'auteur et le lieu d'impression,
qu'on touche au La Mothe-Langon.

Courchamp ne débite qu'une sorte de gâteaux où il faut tâcher de ne pas
se laisser prendre, mais qui au moins ont quelque agrément.

Puis viennent ceux qui s'adonnent particulièrement au Consulat et à
l'Empire, les fabricants des _Mémoires de Constant_, de _Bourrienne_, de
la _Contemporaine_, de _Blangini_, de _Mlle Avrillon_, de _Talleyrand_,
etc. On cite parmi eux MM. J.-B. de Roquefort, Méliot frères, Luchet,
les deux Nisard, Villemarest, Lesourd, Malitourne, Amédée Pichot, Ch.
Nodier, mais le metteur en œuvres principal est Villemarest, et il est
chef d'équipe. Dans son équipe, il a des écrivains très distingués qui
ont vu beaucoup de choses, qui ont travaillé sur des pièces qui leur
avaient été remises, sur des récits authentiques auxquels ils ont ajouté
une sauce trop abondante parfois, trop claire, et qui fait douter de la
véridicité des récits, alors que, si l'on parvenait à se procurer le
canevas sur lequel le teinturier a brodé, elle serait entière et
décisive. Retrouvera-t-on jamais le texte original rédigé par Constant
et par Mlle Avrillon? J'en doute et cela me peine. Mais tout le moins,
M. Paul Cottin a retrouvé, il a imprimé dans sa _Revue rétrospective_,
il va publier en volume le manuscrit de Roustam; les papiers couverts
d'une écriture difficilement déchiffrable, aussi bien à cause de
l'irrégularité des caractères que des folies de l'orthographe, les
papiers sur qui, à la sollicitation, sans doute, d'un des usiniers dont
j'ai parlé, Roustam écrivit les faits qui l'avaient frappé. On ne lui
demandait point de déployer du style ni de la littérature, en quoi l'on
avait raison, mais on lui demandait de dire platement ce qu'il avait vu,
ce qu'il avait entendu, ce qu'il avait retenu, étant au service de
Napoléon.

       *       *       *       *       *

Ce mamelouck, brute ignare, qui avait plus qu'homme au monde
physiquement approché l'Empereur depuis 1798 jusqu'en 1814, cet être le
moins capable de reconnaissance et de dévouement, ce laquais, en qui la
bassesse du métier s'agrémentait d'une pointe de cruauté orientale,
savait voir, presque autant qu'il savait compter. Il trace, des choses
qu'il a regardées, un tableau qui, pour sommaire qu'il est, n'en retient
pas moins les traits essentiels et même lorsque, par son apologie--ce
qu'il ne fait qu'une fois, lors de sa trahison à Fontainebleau en
1814,--il est amené à mentir, il fournit des détails qui ont un intérêt.
Certes, il cèle son voyage à Rambouillet en sortant de Fontainebleau, et
l'interrogatoire que lui fit subir, ainsi qu'au valet de chambre
Constant, Mme de Brignole, en vue d'écarter Marie-Louise de son époux en
obtenant des racontars sur de prétendues infidélités de l'Empereur;
certes, il se trompe sur les dates lorsqu'il place l'interrogatoire
qu'il subit de la part d'envoyés du comte d'Artois au sujet des diamants
de la Couronne remis par M. de La Bouillerie à Napoléon; mais cela
éclaire la mission du prétendu colonel marquis de Lagrange et cet
épisode du gouvernement des Vivres-Viande, ce gouvernement de fortune
qui inaugura si noblement la Restauration!

À mesure que j'ai davantage approfondi les détails, j'ai constaté que
Roustam ne s'écartait guère de la vérité et j'ai apprécié mieux ses
mémoires, dont je suis heureux de saluer la publication en volume.

Quant à l'homme, voici quelques lignes de ce que j'écrivais sur lui en
1894, dans mon livre: _Napoléon chez lui_, et j'ai peu de chose à y
ajouter.

«Roustam le Mameluck est célèbre. L'Empereur l'avait reçu en Égypte du
sheik El-Bekri, l'avait ramené en France, lui avait fait apprendre à
Versailles, chez Boutet, à charger les armes et le menait partout... À
toutes les parades, dans tous les cortèges, on le voyait, vêtu
d'étonnants costumes, couvert de broderies, coiffé de toques en velours
bleu ou cramoisi, brodé d'or, et surmontées d'une aigrette, galopant sur
un cheval au harnachement oriental et faisant sonner son sabre. Pour le
Sacre, ses deux costumes, qu'Isabey avait dessinés, avaient coûté 9.000
francs. Roustam était payé, comme mamelouck, 2.000 francs; avait de plus
2.400 francs comme aide porte-arquebuse et les gratifications doublaient
au moins ses gages. Après chaque campagne, 3.000 francs; au jour de
l'An, 3.000, 4.000, 6.000 francs; en l'an XIII, 500 livres de rente; à
Fontainebleau, en 1814, outre un bureau de loterie, 50.000 francs
d'argent. Lorsqu'il se maria, en 1806, à la fille de Bouville, valet de
chambre de l'Impératrice, ce fut Napoléon qui paya son dîner de noces,
1.341 francs.» Tout cela, et tout l'or des poches vidées, tout l'or des
gains au jeu jeté à son appétit, n'empêcha point, en 1814, le mamelouck
de suivre dans la désertion son camarade Constant... J'ai raconté
comment, en 1815, il avait demandé à rentrer dans la chambre de
l'Empereur et comment l'Empereur avait répondu à Marchand qui lui
présentait la supplique: «C'est un lâche; jette-la au feu et ne m'en
parle jamais.»

Il était surtout inconscient: de sa domesticité, il avait tiré tout
l'argent qu'il avait pu; il en tirait encore en allant s'exhiber en
Angleterre sous sa défroque de mamelouck; il en eût tiré en vendant ses
souvenirs, mais la spéculation ne réussit point et c'est bonheur; car
les usiniers n'ont point passé par là et le récit de Roustam a conservé
ainsi toute sa saveur, son intérêt et sa curiosité.

FRÉDÉRIC MASSON.



INTRODUCTION


Au début du XIIIe siècle, douze mille esclaves ou Mameloucks[1] furent
achetés en Circassie par le sultan d'Égypte pour en former sa garde.
Acquisition qui allait coûter cher à son successeur, car vingt ans plus
tard (1250), indignés du traité conclu avec le roi de France par leur
nouveau sultan, les Mameloucks l'assassinèrent et lui substituèrent un
de leurs chefs.

Ils gouvernèrent la contrée jusqu'en 1517, année où Sélim Ier, sultan
ottoman, les attaqua, les défit, et réunit l'Égypte à son empire.

Vingt-quatre de leurs Beys n'en restèrent pas moins à la tête des
provinces: ils étaient chargés de contenir les Arabes, de percevoir les
impôts, de diriger la police.

Au XVIIIe siècle, les Mameloucks sont au nombre de 8 à 9000. Ils
continuent à se recruter parmi les esclaves circassiens, et forment une
redoutable cavalerie, dont Bonaparte n'aura raison que grâce à
l'habileté de sa tactique et au courage de ses soldats.

«Dans tout l'Orient, dit le _Mémorial de Sainte-Hélène_, les Mameloucks
étaient des objets de vénération et de terreur. C'était une milice
regardée, jusqu'à nous, comme invincible».--«Deux Mameloucks tenaient
tête à trois Français, parce qu'ils étaient mieux armés, mieux montés,
mieux exercés; ils avaient deux paires de pistolets, un tromblon, une
carabine, un casque avec visière, une cotte de mailles, plusieurs
chevaux et plusieurs hommes de pied pour les servir. Mais cent cavaliers
français ne craignaient pas cent Mameloucks. Trois cents étaient
vainqueurs d'un pareil nombre. Mille en battaient quinze cents, tant est
grande l'influence de la tactique, de l'ordre et des évolutions! Murat,
Leclerc, Lasalle se présentaient aux Mameloucks sur plusieurs lignes.
Lorsque ceux-ci étaient sur le point de déborder la première, la seconde
se portait à son secours par la droite et par la gauche. Les Mameloucks
s'arrêtaient alors et convergeaient pour tourner les ailes de cette
double ligne; c'était le moment qu'on saisissait pour les charger: ils
étaient toujours rompus[2].»

C'est ainsi qu'aux batailles de Namangeh, de Chebreis et des Pyramides,
Bonaparte écrasa les cavaliers des beys Ibrahim et Mourad, qui se
partageaient le pouvoir.

Après le siège de Saint-Jean d'Acre, beaucoup d'indigènes qui avaient
secondé les Français, redoutant la vengeance de Djezzar-pacha, défenseur
de la ville, les suivirent dans leur retraite en Égypte, et
sollicitèrent un emploi dans leurs rangs. Le général Bonaparte en forma
deux compagnies qui furent recrutées parmi les meilleurs cavaliers.
Organisées par décret du 1er messidor, an VIII (20 juin 1800), elles
prirent le nom de _Compagnies de Janissaires à cheval_. Elles se
composaient de Mameloucks, de Syriens et de Coptes.

L'une d'elles avait été offerte au général en chef par le sheik de
Chefa-Omar, lieu voisin de Saint-Jean d'Acre, qui l'avait levée presque
entièrement à ses frais. Ce généreux ami de la France, cet ennemi du
féroce Djezzar-Pacha s'appelait Jacob Habaïby[3].

En récompense, d'un dévouement dont la perte de tous ses biens, qui
étaient considérables, avait été la suite, il fut nommé capitaine, dès
le 14 octobre 1799, et devint successivement chef d'escadrons, puis chef
de brigade, quelques mois après. En 1802, il quitte le service, et
rejoint à Melun sa famille, qui fait partie des réfugiés. En même temps,
il reçoit une pension de retraite de 4.000 francs qui, en 1808,
s'augmente d'une dotation de 1.000 francs. Il devient légionnaire en
mars 1814, se voit élevé, par la Restauration, au grade de colonel,
affecté, le 5 juin 1815, au commandement de la place de Melun, enfin
créé chevalier de Saint-Louis en 1821.

       *       *       *       *       *

Les Janissaires étaient sous les ordres d'officiers indigènes. Bonaparte
avait choisi ceux-ci parmi les plus dévoués à sa cause, parmi les plus
instruits et les plus aptes, en raison de leur connaissance des langues
du pays, à lui servir d'interprètes. Les ministres de Louis-Philippe
s'en souvinrent quand, au début de la guerre d'Algérie, en 1830, ils
mirent trois d'entre eux, Jacob Habaïby, Soliman Salamé et Jean Renno à
la disposition du maréchal Clauzel, qui demandait des interprètes
possédant l'arabe et le turc.

À l'époque du rapatriement de l'armée d'Égypte, les Janissaires avaient
sollicité l'autorisation de passer la mer avec elle, et même d'emmener
leurs familles, pour lesquelles ils craignaient les représailles de
leurs compatriotes. Leur demande fut agréée par Bonaparte: se souvenant
de Toulon en 1793, il était peu soucieux d'imiter la conduite des
Anglais et des Espagnols qui, lors de l'évacuation de cette ville, et
malgré leurs promesses, avaient abandonné les trois quarts de la
population à la vengeance des Conventionnels[4]. En touchant la terre
française, ces «réfugiés» furent dirigés sur Marseille. Ils y restèrent
jusqu'en mars 1802, époque où on les dirigea sur Melun, avec l'escadron
des Mameloucks dont il va être parlé ci-après. Ils furent ramenés à
Marseille en avril 1806[5].

Bonaparte n'oubliait point les hommes qui lui avaient donné des preuves
de fidélité, à quelque nation qu'ils appartinssent: devenu Premier
Consul, et voulant s'entourer d'une Garde, il arrêta, à cet effet, le 13
octobre 1801, la formation d'un escadron de 240 Mameloucks et l'envoi à
Marseille, où ceux-ci se trouvaient encore, du chef de brigade Rapp,
afin de pourvoir à son organisation et d'en prendre le commandement.

Trois mois après, le 7 janvier 1802, nouvel arrêté ramenant ce nombre à
150: «Il leur sera donné, y lisait-on, le même uniforme que portent les
Mameloucks, et, pour marque de récompense de leur fidélité, ils
porteront le cahouck et le turban verts.»

La ville de Melun, nous l'avons dit, leur avait été assignée pour
garnison. Les magasins de la République reçurent l'ordre de leur fournir
un armement complet, c'est-à-dire une carabine, un tromblon, deux paires
de pistolets, un sabre «à la Mamelouck», un poignard, une masse d'armes,
une poire à poudre.

C'est à cette époque--exactement le 23 mars 1802, que, tout en
conservant ses fonctions près de Bonaparte, Roustam fut admis dans le
corps des Mameloucks de la Garde[6].

Le 15 avril 1802, fut fixée la composition des cadres de l'escadron et
sa solde, à laquelle les réfugiés devaient prendre part, sous condition
que leurs enfants entreraient au service dès l'âge de seize ans.

Tous les officiers[7], à l'exception du chef de brigade commandant, et
des officiers de l'état-major, étaient choisis parmi les indigènes.

Quelques mois plus tard, de nouvelles décisions[8] réduisirent
l'escadron à une compagnie de 125 hommes, officiers compris, la
placèrent sous la haute direction du colonel des Chasseurs de la Garde
et l'attachèrent à ce régiment qu'elle allait suivre, désormais, dans
toutes ses campagnes.

Le commandant de la compagnie des Mameloucks était alors Delaitre,
remplaçant Dupas qui, lui-même, avait succédé à Rapp.

Les Mameloucks réformés pour cause de vieillesse, de maladies, etc.,
furent assimilés aux réfugiés et envoyés avec eux à Marseille. Mesure
qui augmenta le nombre de ceux-ci dans des proportions considérables: en
1811, le chiffre des réfugiés s'élevait à 458 personnes.

D'autre part, les décès creusaient de nombreux vides dans les rangs:
pour les combler, on y admit des Européens. Toutefois, c'est seulement
vers 1809 que des noms européens--français ou autres--commencent à
figurer sur la liste des Mameloucks.

En 1813, nouvelle transformation de la compagnie en escadron, et
nouvelle augmentation de l'effectif, qui est porté à 250 hommes. De
plus, fidèle à sa coutume d'honorer les anciens services, Napoléon
arrête que les vétérans seront désignés _premiers Mameloucks_ et
continueront à jouir de leur solde, tandis que les nouveaux, ou _seconds
Mameloucks_, ne toucheront que la solde de la cavalerie de ligne, avec
le supplément accordé aux troupes de Paris.

Les événements de 1814 entraînèrent la suppression de ce corps d'élite.
Un certain nombre de Mameloucks, parmi lesquels on a le regret de ne
point compter Roustam, suivirent l'Empereur à l'île d'Elbe. C'étaient,
pour ne citer que les orientaux: Séraphin Bagdoune, lieutenant de Jeune
Garde depuis 1813; Pietro Rudjéri, maréchal des logis qui, dès le retour
en France fut promu lieutenant de Chasseurs; Masserie Mikael et Nicole
Papaouglou[9]. Ils formèrent, avec les autres cavaliers qui avaient
accompagné leur souverain, l'_Escadron Napoléon_.

Celui-ci, dans sa réorganisation de la Garde, en 1815, ne rétablit point
les Mameloucks; il décida, au contraire, qu'aucun étranger n'y serait
admis[10]. Leurs officiers n'en furent pas moins versés dans les
régiments de cavalerie de la Garde. Quant à la seconde Restauration,
elle continua à les employer dans leurs grades et accorda même de
l'avancement et des croix de Saint-Louis à ceux qui ne s'étaient pas
prononcés trop ouvertement en faveur de l'«Usurpateur.»

       *       *       *       *       *

Depuis l'An VIII, époque de leur création, jusqu'à la fin de l'Empire,
les officiers placés à la tête des Mameloucks, n'ont cessé de se
signaler par leur valeur; le capitaine Chahin comptait douze campagnes
et trente-sept blessures. Il avait pris une pièce de canon, sauvé la vie
du général Rapp et celle d'un chef d'escadrons à Austerlitz. Le colonel
Jacob Habaïby, qui se connaissait en courage, ayant eu lui-même le corps
traversé d'une balle en Égypte, lui donna sa fille en mariage.

Abdallah Dasbonne avait fait vingt campagnes et reçu cinq blessures.
Sans lui, le général Kirmann eût trouvé la mort, à Altenbourg.

Jean Renno avait, à son actif, 17 campagnes et plusieurs actions
d'éclat, ayant fait cent prisonniers, après une charge, en Espagne, pris
un canon à Courtray, en 1814, et capturé ou mis hors de combat, avec
quelques hommes, un peloton de cavaliers prussiens.

Les états de services de Soliman Salamé, d'Élias Massad, de Daoud
Habaïby, frère de Jacob, en un mot de la plupart des officiers
mameloucks ne le cèdent guère à ceux dont nous venons de parler. Les
sous-officiers, les soldats se montrent dignes de leurs chefs: le
maréchal des logis Arménie Ouannis, le mamelouck Michel Hongrois[11],
sont couverts de blessures, et décorés de la Légion d'honneur, ainsi que
le maréchal des logis Arménie Tunis, les mameloucks Chamé Ayoub,
Masserie Achmet, Mouskou Soliman, Joarie Drisse.

Avec Roustam, Napoléon avait ramené d'Égypte et attaché à sa Maison un
mamelouck nommé Ali dont il fut bientôt contraint de se défaire à cause
de son mauvais caractère. Il le remplaça par Étienne Saint-Denis qui,
bien que né à Versailles, fut, à son tour, appelé Ali. Plus fidèle que
son collègue géorgien, il suivit son maître non seulement à l'île
d'Elbe, mais encore à Sainte-Hélène, où l'illustre prisonnier
l'inscrivit au nombre de ses légataires.

L'Empereur ne fut pas le seul à prendre des Mameloucks à son service: le
prince Eugène, le maréchal Bessières qui, tous deux, avaient fait la
campagne d'Égypte, s'étaient attaché, le premier Mirza, le second,
Pétrous[12].

Beaucoup de ces Orientaux ignoraient--ou feignaient d'ignorer--leurs
vrais noms. Dans ce cas, on les désignait, sur les contrôles militaires,
par celui de leur pays d'origine, en y ajoutant un prénom. Quelques
nègres du Darfour ou d'Abyssinie, se trouvaient parmi eux. Les
déserteurs n'étaient point nombreux. Ceux qu'on portait comme tels sur
les états régimentaires rejoignaient souvent leur corps au bout d'une
année ou deux. Égarés ou prisonniers à l'étranger, ils rentraient dès
qu'ils étaient libres de le faire. Une mention fréquente, sur le
registre matricule, est celle-ci: «En arrière, sans nouvelles.» Elle se
multiplie en 1812. Pouvait-il en être autrement, et ces hommes, nés sous
des climats chauds, n'ont-ils pas eu, s'il est possible, plus à souffrir
que leurs camarades du Nord, des rigueurs de la retraite de Moscou?

       *       *       *       *       *

«L'uniforme des Mameloucks, dit M. Fiévée[13], était un riche costume
turc qui variait, pour les différentes tenues, selon le goût et le
caprice de leur commandant. Ils portaient ordinairement le turban bleu à
calotte rouge, surmonté d'un croissant en cuivre jaune; la veste,
couleur bleu de ciel, taillée à la mode orientale avec olives, galons et
passementeries noirs; le gilet était rouge sans passementerie, et la
ceinture à nœuds en laine verte et rouge; le pantalon rouge, extrêmement
large, dit _à la mamelouck_, et les bottines jaunes.

«Ils étaient armés d'un sabre à la turque, d'une espingole qu'ils
portaient comme la carabine, de deux pistolets et d'un poignard à manche
d'ivoire passés dans la ceinture. Ils avaient, en outre, une petite
giberne ornée d'un aigle en cuivre jaune suspendue à un baudrier de cuir
noir verni.

«Toutes les garnitures d'armes et celles du harnachement du cheval,
ainsi que les éperons, étaient en cuivre jaune; la selle à haut pommeau
et à dossier; les étriers à la turque.

«L'été, les Mameloucks portaient le pantalon blanc en toile et le turban
de mousseline blanche.

«L'étendard, de forme turque, se terminait par une queue de cheval
noire, surmontée d'une boule de cuivre doré.»

C'est dans les rangs de cette brillante troupe que comptait Roustam.

Né vers 1780, à Tiflis, capitale de la Géorgie, Roustam Raza était âgé
de sept ans, quand, faisant route avec sa mère et ses sœurs, pour
retrouver son père établi négociant en Arménie, il fut pris par les
Tartares, et sept fois vendu comme esclave. Son dernier maître le
conduit à Constantinople, puis au Caire, où il entre, comme Mamelouck,
au service de Sala Bey. Emmené par celui-ci, avec cinq cents de ses
camarades, en pèlerinage à La Mecque, il trouve, à son retour en Égypte,
le Caire occupé par les Français.

Sala Bey dirige alors ses hommes sur Saint-Jean d'Acre, dans le dessein
de renforcer les troupes de Djezzar-pacha, défenseur de la ville. Mais,
irrité d'apprendre que Sala n'a point livré un dernier combat aux
Français, Djezzar l'empoisonne. À cette nouvelle, Roustam se hâte de
regagner le Caire, où il entre au service d'un sheik dévoué au général
Bonaparte, El Bekri, puis à celui du général lui-même, qui l'emmène en
France, et ne se sépare plus de lui, désormais. Roustam couche, en
effet, la nuit, dans une chambre voisine de la sienne, et le suit dans
toutes ses campagnes.

Aussitôt débarqué à Fréjus, Bonaparte prend le chemin de Paris. Il
laisse Roustam voyager à petites journées avec ses bagages et ses gens.
À quelques lieues d'Aix, le convoi est attaqué par des brigands que,
dans une lettre dont la naïveté paraît avoir fait la joie de Napoléon et
de Joséphine, notre Mamelouck désigne à son maître sous le nom d'«Arabes
français».

Toute la famille impériale lui donne bientôt des témoignages d'amitié
non équivoques: le Premier Consul et son épouse lui prodiguent leurs
soins après un grave accident de cheval dont il a été victime;
«Mademoiselle Hortense», la future reine de Hollande, fait son portrait
pendant sa convalescence, et lui chante de jolies romances pour
l'empêcher de s'endormir pendant les poses.

Par une juste réciprocité, Roustam ne marchande pas son dévouement à ses
protecteurs; même il se montre si désintéressé qu'il faut trois années à
Bonaparte pour s'apercevoir--non sans colère contre le chef de ses
finances--que son Mamelouck n'a pas encore touché d'appointements! Il
les fixe, aussitôt, à 1200 livres, et le nomme, à quelque temps de là,
son porte-arquebuse (il était déjà chargé de l'entretien de ses armes),
avec 2400 livres de pension. Enfin, il le fait inscrire pour une rente
perpétuelle de 500 livres.

Ces mesures de justice inspirent à Roustam le désir d'en obtenir
d'autres: indigné, non sans raison, de voir l'officier payeur du corps
des Mameloucks, dont il continue à faire partie, lui retenir, depuis
trois ans, la solde à laquelle il a droit, il l'oblige à rendre ses
comptes, puis il demande et obtient son congé (1806).

Après la campagne d'Austerlitz, il épouse la fille de Douville, premier
valet de chambre de Joséphine. Et non seulement l'Empereur autorise
cette union, mais il signe au contrat et paye les frais de la noce.

Roustam accompagne l'Empereur en Prusse et en Pologne. À Iéna, une
méprise des avant-postes français, dont ils essuient ensemble le feu,
manque leur être fatale. Même aventure dans l'île Lobau, où la partie
blanche du turban de Roustam attire sur l'Empereur, et sur lui-même, le
feu de l'ennemi. À Eylau, il ne doit la vie qu'à un aide de camp de
Murat qui l'empêche de s'endormir dans la neige. Il assiste à la
bataille de Friedland et passe à Tilsitt, avec la Garde, la revue du
tsar Alexandre. Il a le visage gelé, pendant la retraite de Russie, et
rentre en France dans la voiture de l'Empereur.

Les _Souvenirs_ de Roustam sont fertiles en anecdotes sur les grands
soldats de l'Empire, tels que Lannes, Masséna, Berthier, Murat, le duc
de Vicence, le maréchal Duroc, etc.

La vie intime de l'Empereur aux Tuileries et à la Malmaison est par lui
peinte au vif, et la naïveté même de son pinceau donne de la vie et de
la couleur à ses esquisses: il montre Napoléon soucieux de l'intérêt de
ses serviteurs, au milieu des plus graves préoccupations; leur faisant
rendre justice quand ils sont victimes de l'iniquité, les faisant
soigner et les visitant lui-même, quand ils sont malades. L'Empereur
pense à tout: il veut que Roustam envoie à sa mère son portrait en
miniature par Isabey. Il va plus loin: il promet 10.000 livres de
récompense et le remboursement de ses frais de voyage à un voyageur
arménien qui offre d'amener cette femme en France--projet qui,
d'ailleurs, ne se réalisa point.

C'est dans cette bonté d'âme, autant que dans le prestige de son génie,
qu'il faut chercher l'explication des dévouements dont le grand homme
fut l'objet, jusqu'à sa mort, de la part de ses plus humbles serviteurs.

Signalons, parmi les passages relatifs aux mœurs et au caractère de
Napoléon, des anecdotes sur la naissance du Roi de Rome, et sur l'amour
de son père pour les enfants. Il aime à plaisanter avec le fils de
Roustam, dont il avait salué la naissance, après la bataille d'Eylau, en
disant à celui-ci: «C'est bien, j'ai un Mamelouck de plus, il te
remplacera!»

Curieuses sont les conversations de l'Empereur avec le docteur
Corvisart, qu'il ne cesse de traiter plaisamment de «charlatan». Elles
confirment ce qu'on savait de son scepticisme en fait de médecine,
scepticisme qu'en dépit de sa profession, Corvisart n'était, paraît-il,
guère éloigné de partager.

Un jour, à la Malmaison, Roustam entend son maître lui demander une
carabine pour tirer, des fenêtres du château, sur les cygnes de la pièce
d'eau: indignation de Joséphine qui veut faire respecter ses beaux
oiseaux et proteste avec véhémence; embarras de Roustam qui ne sait
auquel entendre, et vive hilarité de l'Empereur, enchanté de sa
confusion. L'illustre conquérant a toujours conservé, dans son
caractère, un fonds d'espièglerie.

Jusqu'aux adieux de Fontainebleau, la conduite de notre Mamelouck envers
son souverain ne laisse rien à désirer. L'amitié dont celui-ci ne cesse
de l'honorer suffit à en fournir la preuve. Mais, à cette époque,
Roustam ne justifie que trop le _Donec eris felix..._ du poète. Quand
vient le départ pour l'île d'Elbe, il ne suit point son bienfaiteur! Et
les explications qu'il donne de son abstention ne servent qu'à le
confondre: le bruit répandu dans Fontainebleau d'une tentative de
suicide de l'Empereur, d'une part; l'impossibilité de trouver des
chevaux pour essayer de le rejoindre à Fréjus, de l'autre, sont des
prétextes qui ne sauraient tromper personne.

La vérité est qu'à l'instar de plus d'un ancien serviteur de Napoléon,
Roustam a soif de repos, soif de la vie de famille: c'est là, et là
seulement qu'il faut chercher les raisons de sa défaillance.

La Restauration allait-elle, du moins, lui procurer le calme et la
tranquillité rêvés? Non, et Roustam s'en aperçut bientôt: en proie à la
surveillance de la police que sa qualité d'attaché à la Maison du
souverain déchu rendait méfiante, il jugea prudent de quitter Paris, et
de se réfugier à Dreux, d'où il ne revint que quatre mois après.

Tout à coup, l'Empereur reparaît en France: ses compagnons de gloire se
lèvent à sa voix, ses légions se reforment, et c'est en triomphe qu'il
rentre à Paris. Roustam, dans l'espoir que l'Empereur ne lui tiendra pas
rigueur de sa faiblesse, lui fait présenter par Marchand une demande
d'emploi. Elle est mal reçue: «C'est un lâche! est-il répondu au fidèle
valet de chambre. Jette cela au feu et ne m'en reparle jamais![14]»

Et Roustam comprend qu'il n'a plus qu'à se faire oublier!

Un jour, cependant, après la seconde Restauration, la police du Roi, qui
ne le perd point de vue, constate, avec émotion, que, par deux fois, il
vient de traverser la Manche! L'alerte est de courte durée. On ne tarde
point, en effet, à apprendre que le but des voyages de Roustam, est de
se produire, en costume de Mamelouck, dans les spectacles de
Londres[15]! Triste métier, assurément, mais il fallait vivre, et les
pensions de l'Empereur ne lui en fournissaient plus les moyens!
Convenons, toutefois, qu'il eût pu et dû en trouver d'autres.

En 1825, il habite, à Dourdan, ville natale de sa femme, une maison
spacieuse où il a pour voisin le père de Francisque Sarcey, qui dirige
un pensionnat[16]. Son existence s'y écoule entre sa femme, qui a obtenu
une recette des Postes, son beau-père et sa belle-mère. Son fils Achille
s'est fixé à Paris, où il a trouvé une place au _Journal officiel_. Sa
fille a épousé un huissier de la capitale, M. B... Et c'est à Dourdan
que l'ancien Mamelouck meurt le 7 décembre 1845, à l'âge de
soixante-quatre ans[17].

Le manuscrit de ses _Souvenirs_ nous a été communiqué par un peintre
distingué, ami des études historiques, M. Pierre Beaufeu, pour être
imprimé dans notre _Revue rétrospective_, où il a vu le jour pour la
première fois en 1888. M. Beaufeu le tenait des héritiers de M. B...,
gendre de Roustam, qui lui en avaient fait hommage, ainsi que du
portrait de ce dernier. Nous ne saurions assez le remercier de
l'affectueux empressement avec lequel il a mis l'un et l'autre à notre
disposition.

Le portrait, attribué à Gros, est un tableau à l'huile, et fait,
aujourd'hui, partie des collections du musée de l'Armée, auquel il été
donné par M. Beaufeu. Nous l'avons reproduit en tête de ces pages. Il
représente Roustam dans son costume d'apparat, et fixe, sans
contestation possible, puisqu'il émane de sa famille, ses traits, qui se
retrouvent, d'ailleurs, dans plusieurs tableaux célèbres, par exemple
dans le _Napoléon à Ratisbonne_ de Gautherot et dans le _Napoléon Ier à
Vienne_, de Girodet, dont nous donnons plus loin des fac-similés. Ces
deux toiles sont à Versailles.

Quant au texte des _Souvenirs_, nous le réimprimons sans en supprimer,
sans y ajouter un mot. Nous nous contentons de rétablir l'orthographe.
Cependant celle de Roustam est trop curieuse pour que nous en privions
le lecteur: il en trouvera un spécimen en tête de nos appendices, dans
lesquels ont aussi pris place, outre son acte de décès conservé à la
mairie de Dourdan, des pièces intéressantes tant pour l'histoire
particulière des Mameloucks, que pour l'histoire générale de ces temps
héroïques[18].

PAUL COTTIN.



SOUVENIRS DE ROUSTAM

MAMELOUCK DE NAPOLEON Ier[19]



I

Ma famille.--Mon père nous quitte; je reste avec ma mère et mes
sœurs.--Guerre entre l'Arménie et la Perse.--Nous nous réfugions dans
une forteresse.--Dangers courus.--Mort de ma sœur Begzada.--Nous partons
rejoindre notre père.--Séparé des miens pendant le voyage, je suis vendu
sept fois comme esclave.--Un marchand m'emmène à Constantinople et me
vend à Sala-Bey.--Mon arrivée au Caire.--Sala-Bey m'incorpore dans ses
Mameloucks.--Nous partons pour la Mecque.--À notre retour, nous trouvons
l'Égypte occupée par les Français.--Nous gagnons Saint-Jean d'Acre, où
Sala-Bey est assassiné par Djezzar-Pacha.--Mon retour au Caire.--Le
général Bonaparte autorise le Sheik El Bekri à me prendre à son
service.--Bonaparte à Saint-Jean d'Acre.--Aboukir.--Scènes violentes
avec un Mamelouck.--Intempérance d'El Bekri.--Le champagne du prince
Eugène.--J'entre au service du général Bonaparte.


Il est né à Tiflis, capitale de la Géorgie, fils du sieur Roustam Honan,
négociant, né le ... (_sic_).

Deux ans après, son négoce a été transporté à Aperkan, une assez forte
ville en Arménie, pays natal de son père.

Onze années après, il a été promener dans un des biens de son père, avec
plusieurs de ses camarades, qui ont été attaqués par plusieurs Tartares,
pour emmener avec eux dans leurs pays, et sûrement pour les vendre.
Plusieurs de ses camarades ont été pris par de ces brigands, et lui
s'est échappé de leurs mains. Roustam a été perdu, dans cette
journée-là, six heures dans les bois, sans pouvoir trouver la route pour
aller rejoindre sa mère[20], qu'il aimait bien tendrement.

Au même moment, il a rencontré un bûcheron dans les bois, qui a bien
voulu le conduire auprès de sa mère, qui était dans une inquiétude
mortelle, et il ne manqua pas, le bûcheron, de recevoir une bonne
récompense de la part de sa mère.

Le nombre de famille du sieur Roustam Honan est de deux filles et de
quatre garçons. Roustam était le cadet. Son père a fait un voyage avec
ses deux fils, pour son commerce, à Gandja, province de
Malek-Majeloun[21]. Quelques mois après, l'empereur des Persans a
déclaré la guerre contre Ibrahim-Khan, qui a été gouverneur de la
province d'Arménie[22].

Voilà la cause que Roustam a perdu toute sa famille.

Depuis ce temps-là, pour les affaires d'intérêt, mon père voulait
s'éloigner de Gandja, et emmener avec lui mes deux frères Avack et
Seïran et moi, mais j'étais trop attaché à ma mère pour m'éloigner
d'elle.

Quelques jours après, il acheta une voiture pour son voyage. Le même
jour, nous étions à dîner, il nous a questionnés si nous sommes contents
de faire ce voyage. Mes frères disaient que oui, moi je lui dis que non.
Il m'a beaucoup questionné pourquoi je ne veux pas le suivre. Je lui
dis: «Quand j'étais petit, maman m'a bien soigné; elle m'a rendu
toujours bien heureux. Comme je commence, à présent, à être grand, je
désire de me tourner auprès d'elle[23], pour la consoler et la rendre
heureuse, si je peux.»

Il a été fort mécontent que je voulais le quitter. Enfin, il n'a pas pu
rien gagner sur moi, pour m'emmener avec lui. Il fut obligé de partir
avec mes deux frères, et il me laissa tout seul dans la ville de Gandja,
sans parents et sans fortune.

La ville de Gandja est une très bonne ville, et bien riche. C'est là où
l'on fait le plus grand commerce de soie et de cachemire de Perse.

Trois mois après, Ibrahim-Khan a déclaré la guerre contre Malek-Majeloun
où je me trouvais, dans la forteresse de Gandja. Les peuples de la ville
sont obligés de rentrer dans la forteresse. Je reste jusqu'au dernier
moment sans pouvoir sortir dans la forteresse. On rentrait bien, mais on
ne laissait sortir personne. Un jour où les mulets de Malek-Majeloun
sortaient pour chercher les provisions, je me suis fourré dans les
jambes des mulets et je me suis sorti de force, de cette manière-là,
sans aucun danger.

Quand j'ai été hors la porte, je rencontrai deux personnes de mon pays,
et même ville. Je leur demandai si je pourrais trouver une occasion pour
m'en tourner près de ma mère. Il me dit: «Oui, je connais plusieurs
personnes qui vont partir à deux heures du matin pour Aperkan», où
j'avais laissé ma pauvre mère et mes deux sœurs, Marianne et Begzada.

Ces deux bons messieurs me montrèrent la maison où sont les voyageurs.
Je m'y suis rendu sur-le-champ; ils m'ont très bien accueilli. Enfin,
tout était convenu de partir à deux heures du matin. En attendant la
nuit, j'ai été dans un jardin, à côté de la ville, pour chercher
quelques légumes pour ma nourriture, car je n'avais rien à manger depuis
quelques jours. J'ai aperçu, au lointain, un troupeau de moutons. J'ai
été à la rencontre, pour demander un peu de lait ou de fromage. Enfin,
je me suis approché du berger. Il me dit: «Que veux-tu?--Ce que je
voudrais? Un peu de lait ou de fromage, car voilà plusieurs jours que je
n'ai rien mangé!»

Il m'a beaucoup examiné, en me demandant le nom de mon pays et celui de
mes parents. Je lui dis mon nom et celui de mon père. Après, il m'a pris
dans ses bras, m'a embrassé de bon cœur en me disant: «Je suis votre
oncle! Voilà quinze années que j'ai quitté le pays[24].»

Je me trouvais, dans ce moment-là, bien heureux d'avoir trouvé un
protecteur. Enfin je lui demandai quelques provisions pour mon voyage
que je devais faire à deux heures du matin. Il m'a donné deux gros pains
et une quantité de rôti. J'ai mis tout ça dans un sac pour rejoindre la
maison où étaient mes compagnons de voyage.

Mon oncle m'a demandé si je voulais rester avec lui jusqu'à ce que je
sois plus grand, et que j'irais rejoindre ma mère. Je lui dis: «Non, je
vous remercie. J'ai quitté mon père et mes frères pour rejoindre ma
mère. Vous voyez bien que je ne puis rester avec vous. Je suis sûr, ma
mère est bien inquiète de moi, en particulier, car j'étais son enfant
gâté, beaucoup plus que les autres.» Il a bien vu que je voulais pas
rester avec lui. Il m'embrassa. Je lui fais mes adieux, et je me suis
rendu sur-le-champ au rendez-vous des voyageurs, le cœur content, en
espérant voir ma mère, quelques jours après.

Enfin, nous sommes partis à l'heure désignée. Au point du jour, nous
étions sur la grande montagne de Gandja. Nous voyions, au pied de la
montagne, toute l'armée d'Ibrahim-Khan[25] qui marchait sur Gandja.
Après les marches de dix jours à pied, nous sommes arrivés à Aperkan,
notre ville, où j'avais laissé ma mère et mes deux sœurs, mais je ne
trouvai personne à la maison.

J'éprouvais encore bien du chagrin, mais j'ai trouvé, dans la ville, un
paysan qui restait encore, car tout était rasé et les maisons étaient
entièrement dévastées. Le paysan me dit: «Votre mère et vos deux sœurs
sont parties depuis deux mois pour le fort de Choucha.»

Le jour était presque passé. Je me suis décidé de coucher dans notre
maison, qui était toute dévastée par l'armée[26]. Même je ne pus pas me
procurer un peu de paille pour me coucher là-dedans. Le lendemain, je
suis parti de bon matin. J'ai laissé mes compagnons de voyage dans la
ville, dans leur pauvre maison, qui ne valait plus rien, comme toutes
les autres.

Entre notre ville et Choucha, il y a une petite rivière que j'avais
passée plusieurs fois à gué, sans aucun danger, mais, ce jour-là, il
était tombé beaucoup d'eau. Je me suis présenté tout seul à la rivière.
Elle m'a paru un peu grosse, mais j'avais un grand désir de voir ma mère
et mes sœurs, qui me donnait le courage de passer hardiment ce petit
fleuve.

Au moment, je suis entré dans l'eau. Le courant m'a enlevé et m'a frappé
contre une grosse pierre que j'ai tenue ferme, pendant une heure, sans
perdre ma connaissance. Je vois arriver un voyageur avec son cheval, qui
a eu la bonté de me sauver la vie et de me passer sur l'autre rive. Je
me trouvais encore une fois heureux.

J'arrive à six heures du soir à Choucha, au quartier des Arméniens, où
j'ai trouvé plusieurs personnes de connaissance de ma mère, qui m'ont
bien reçu en me disant: «Votre mère disait à tout le monde: mon fils ne
m'abandonnera jamais! Tôt ou tard, il viendra me trouver. Je connais son
bon cœur et son attachement pour moi!» Enfin, on me conduit chez maman.
Au moment où elle m'aperçoit, elle se trouve mal pendant une heure, sans
pouvoir me parler un mot.

Sa connaissance a commencé. Elle m'aperçoit, elle me serre contre son
cœur, en versant des larmes avec mes sœurs, en m'accablant de caresses.
Maman me dit: «Oui, j'étais bien sûre que tu ne me quitterais jamais,
quoique tu étais jeune et bien éloigné d'ici, et dans le pouvoir de ton
père, qui m'a abandonnée, peut-être pour toujours.»

Me voilà tout à fait installé, avec ma mère, dans le fort de Choucha. Je
commençais à être fort et grand. Je voulais entrer en maison pour gagner
quelque chose, pour soulager l'existence de ma mère et de mes sœurs,
mais ma pauvre et tendre mère n'a jamais voulu, en me disant: «Je
vendrais plutôt tous mes effets pour te donner l'existence. Je ne veux
pas te voir dans la servitude[27].»

Enfin, j'ai resté à la maison en recevant les caresses les plus tendres,
le matin jusqu'au soir.

Un mois après, la paix était faite, tout était bien tranquille, j'ai
voulu quitter le fort de Choucha pour aller à Aperkan, notre ville. Ma
mère a consenti. De mon avis, j'ai fait venir une voiture, nous avons
chargé tous nos effets, et nous sommes partis le matin et arrivés, le
soir, à six. Notre maison était tout à fait abîmée, comme j'ai vu, en
revenant de Gandja. Nous avons fait arranger la maison comme nous avons
pu.

Quelques jours après, ma jeune sœur Begzada tombe malheureusement bien
malade, car nous avons malheur de la perdre en huit jours de temps, qui
nous a donné beaucoup de chagrin. Elle était une des plus jolies filles
de la Géorgie.

Nous étions privés de nouvelles de mon père depuis une année. Cela
faisait bien du chagrin à ma mère, privée de son mari et ses deux fils
aussi longtemps.

Maman a reçu, quelque temps après, une lettre de mon père par un
négociant de Kasaque[28]. Ma pauvre mère était la plus heureuse des
femmes d'avoir reçu des nouvelles de son mari et ses enfants. Il disait
dans sa lettre, qu'il était établi un gros magasin à Kasaque, et nous
pourrons aller rejoindre. Ma mère a voulu absolument aller rejoindre son
mari et ses enfants. Je lui dis: «Maman, si tu veux me croire, tu ferais
pas ce long voyage. Si mon père avait de bonnes attentions de te rendre
heureuse, il t'aurait pas quittée aussi longtemps sans te donner de ses
nouvelles. Je crois même, si nous faisons ce voyage, ce serait notre
dernier malheur, car les routes sont pas sûres pour les voyageurs, même
les Tartares ont arrêté plusieurs fois les voyageurs. Cela me donne
beaucoup d'inquiétude.» Maman n'a pas voulu m'écouter, en me disant: «Je
ne fais pas ce voyage pour ton père, si tu veux, mais c'est pour mes
enfants qui sont avec lui depuis si longtemps.»

Enfin j'étais obligé de céder et aller avec elle et ma sœur. Notre route
était par Gandja. Comme je connaissais la route, nous avons vendu une
grande partie de nos effets et j'ai conduit ma mère et ma sœur jusqu'à
Gandja.

Après deux jours de marche, ma mère était bien fatiguée du voyage; j'ai
amené maman et ma sœur sur la grande place du marché de la ville.

Comme je connaissais très bien la ville, j'ai reçu de l'argent de ma
mère pour aller acheter quelque chose pour notre dîner, et elle
attendait toujours mon retour, mais c'est à ce moment-là que j'ai eu le
malheur de perdre ma mère et ma sœur pour toujours, car j'avais un
mauvais pressentiment quand nous sommes partis de notre malheureuse
ville que nous aimions bien et où nous étions tranquilles. En revenant
du marché pour rejoindre ma mère qui m'attendait pendant une heure, j'ai
rencontré un monsieur qui m'a accosté en me disant: «Vous voilà,
Roustam! Je vous cherche depuis une heure. Votre mère est chez moi qui
vous attend.» Malheureusement ce n'était pas vrai. Enfin j'ai été avec
cet homme sans le connaître. Quand nous sommes arrivés chez lui, je n'ai
pas vu ma mère. Je commençai à pleurer comme un malheureux que j'étais.
Il me dit, le maître de la maison: «Ne craignez rien, votre mère est
sortie avec votre sœur. Je vas les chercher.»

Dans cet intervalle, j'étais assis au milieu de la cour, à l'ombre des
arbres[29], en attendant ma mère, qui faisait toujours mon vrai bonheur.
Il était entré, à la maison, un jeune homme[30] pour dire quelque chose
à deux dames qui étaient assises à côté de moi. Il m'a beaucoup regardé,
en me disant si je parle Arménien? Je lui dis que oui, même j'étais
Arménien. Il me dit en même langage: «Tâchez de vous sauver d'ici, parce
que on vous a amené ici pour vous vendre et vous perdre pour toujours.
Vous verrez peut-être plus votre mère et sœur.» J'ai cru d'avoir reçu un
coup de marteau sur ma pauvre tête. Voilà donc l'homme parti. Je restai
avec ces deux mauvaises femmes. Je ne savais pas comment me sauver de
cette maison-là. Il arrivait, un instant après, une femme du voisinage.
Celles-ci commençaient à disputer, dans leur langage que je comprenais
très-bien et je parlais comme eux. Je saisis cet heureux moment-là. J'ai
pris la clef de la garde-robe; on a cru que j'avais vraiment besoin. À
côté de la garde-robe, était une porte qui donnait sur une petite cour,
mais la cour était coupée par un ruisseau de deux pieds de profondeur.
Enfin, au moment que j'étais à côté de la porte de la petite cour, je
suis rentré et j'ai fermé la porte sur moi et j'ai traversé le petit
ruisseau, et je me trouvais hors de danger et échappé des mains de ces
brigands-là.

Je me suis rendu, sur-le-champ, à l'endroit que j'avais laissé ma mère
et ma sœur, mais, malheureusement, j'ai rien trouvé. J'ai demandé à tout
le monde qui passait à côté de moi. Personne faisait attention de mon
malheureux sort[31].

Cependant, en traversant sur un pont, j'ai rencontré un ancien ami de
mon père que j'ai connu très-bien aussi. Je lui contai toutes nos peines
en chemin faisant. Il me dit: «Ne craignez rien, je trouverai votre mère
et je ferai punir l'homme qui vous a arrêté!» Il m'amène chez lui et me
fait bien dîner et m'amène avec lui au marché que j'avais perdu ma mère.
Il me montra tout le monde qui passait et il me disait tout bas:
«C'est-il lui?». Je lui disais: «Non! ce n'est pas lui, ce n'est pas
lui! Si vous voulez, je vous conduirai chez lui. Ce n'est pas loin
d'ici.» Il me dit: «Non, ce n'est pas nécessaire, je saurai bien le
trouver.» Il me mène ensuite dans une grande maison. Il me dit: «Reste
ici, je vais chercher votre mère.» Je demandais pas mieux, mais le
brigand venait pas. Je pleurai le matin jusqu'au soir. Le lendemain, la
maîtresse de la maison me dit: «Ce monsieur qui vous a amené ne viendra
plus, il ne faut pas compter sur lui.» Je lui dis: «Eh bien! je vais
aller chez lui. Je sais sa demeure.» Elle a fait fermer la grande porte
pour m'empêcher de sortir.

Me voilà donc dans un état inconsolable. Pour me consoler, elle me dit:
«Je n'ai pas d'enfant, mon intention est de vous adopter pour mon fils.»
Je pleurais toujours sans consentir à sa proposition. Le barbare qui
m'avait amené dans cette maison m'avait vendu pour la deuxième fois. La
première fois était manquée parce que je me suis sauvé, comme je viens
de le marquer. Il me paraît que ma mère a su que j'étais dans cette
grande maison, car elle est venue plusieurs fois avec ma sœur à la porte
pour me demander[32]; mais on a toujours refusé de la recevoir, en
disant: «Il n'est pas d'enfants à la maison.» Elle retourne toujours en
versant des larmes comme un torrent.

Comme je n'ai plus de moyens de sortir de cette maison-là, j'ai été
obligé de consentir d'être le fils adoptif à la maîtresse de la maison,
en croyant être plus libre pour sauver plus facilement et de me
retourner tout à fait dans mon pays natal. Peut-être j'aurais pu trouver
ma mère par les négociants qui voyagent un pays à l'autre. Je dis à la
maîtresse: «Je veux bien être votre fils adoptif, en condition que vous
trouverez ma mère. Nous irons, nous deux, chercher dans la ville.» Elle
me dit: «Oui, ne craignez rien, je m'en charge.»

Enfin voilà la cérémonie qui commence: comme usage de pays, elle me
passe dans une chemise, elle m'embrasse en me disant: «Vous voilà mon
fils, je ferai votre bonheur!»

Avec tout ça, je n'avais pas confiance en elle. Je disais moi-même: «Me
voilà encore vendu pour la troisième fois!» Je me suis pas trompé dans
ma pensée.

J'ai resté à peu près deux mois chez elle[33].

Elle m'avait fait donner des jolis habits, bon lit et très-bien nourri,
mais je me méfiais toujours de toutes ses bonnes attentions. Je demandai
plusieurs fois pour sortir jusqu'au bout de la porte. Elle me disait:
«Non, non. Demain nous sortirons ensemble.» C'était toujours la même
chose. Enfin je n'ai jamais pu m'échapper. Dans tout cet intervalle-là,
venaient des visites dans la journée pour ma mère adoptive. Elle ne me
faisait voir à personne, quand elle entendait frapper la porte. Elle me
cachait dans les petites chambres, quelquefois elle se cachait avec moi.
Je lui disais: «Mais pourquoi nous nous cachons, nous sommes pas
malfaiteurs?» Elle me disait: «Mais non, ce n'est pas pour ça, je ne
veux pas recevoir beaucoup de monde, je veux rester avec mon fils. Elle
m'a fait voir seulement un tailleur, qui m'a fait faire des habits.
Quelques jours après, le mari de la bourgeoise me dit: «Nous ferons un
voyage, dans quelques jours, sur le côté de la mer Kaspienne, et
viendrez avec moi.» Je lui dis: «Oui», en pensant que je pourrais me
sauver en chemin faisant. Malheureusement, je n'ai pas pu réussir mon
désir.

       *       *       *       *       *

Un jour, bien bonne heure, à minuit, le domestique monte dans ma
chambre. Il me dit qu'il faut que je m'habille, parce que nous allons
partir pour Kaspienne. Une demi-heure après, je descends dans la chambre
de ma mère adoptive. Je lui fais mes adieux. Elle me disait: «Ne
craignez rien, vous viendrez, dans quinze jours, avec mon mari.»

Je comptais bien me sauver, en sortant de la maison, de ne pas aller
plus loin. On ouvrit une petite porte qui donne dans une cour. Première
chose que j'aperçois c'était trente chevaux de selle tout sellés,
bridés. On ouvrit une autre porte d'une espèce de manège qui avait
dedans soixante petits enfants tous bien habillés. À ce coup d'œil, je
me disais en moi-même: «Me voilà encore vendu pour la quatrième fois!»
Enfin on nous a fait monter deux sur chaque cheval. Nous voilà donc
partis pour notre destination, escortés par quelques hommes armés.

Deux jours après, nous avons rencontré une grande quantité de Tartares
qui nous ont arrêtés, pour nous prendre.

Tous les hommes armés se sont battus pendant une demi-heure, et on nous
a capitulés en condition que tous les Arméniens seront au pouvoir des
Tartares, et les Géorgiens resteront à mon vilain et brigand père
adoptif, qui n'était pas trop content d'avoir perdu quinze de ses
meilleurs petits enfants, et j'ai resté avec lui aussi, comme géorgien.

Trois jours après, nous sommes arrivés dans une grande ville tout-à-fait
au pied du mont Caucase[34]. J'ai resté quelque temps; tous les autres
ont été vendus en peu de temps.

Depuis quelques jours, j'ai perdu de vue mon cochon qui m'avait amené
dans cette ville. Il me paraît qu'il m'avait encore vendu pour la
cinquième fois.

J'étais chez un brave homme qui me traitait bien. Même j'étais
très-libre, je me promenais tous les jours tout seul. J'avais grande
envie de me sauver, mais je ne pouvais pas, parce que j'avais le grand
fleuve de Kour à passer. Je n'avais pas d'argent pour m'aider à me
sauver et passer le fleuve. J'ai resté donc là trois mois dans l'hiver,
toujours pleurant d'être séparé de ma tendre mère qui faisait mon
bonheur.

Je savais bien que je ne resterais pas longtemps où j'étais. L'homme à
qui j'appartenais était un grand marchand de soie, qui faisait
quelquefois des voyages en Crimée. Il me fait donner, un jour, des
bottes fourrées, une pelisse bien chaude, pour que je voyage avec lui.

Nous avons traversé la fameuse montagne de Caucase, avec grand'peine. Il
faisait un froid extraordinaire. Le bourgeois avait porté deux
couvertures avec lui, qui nous ont bien servi. Ce n'était pas pour nous
couvrir, c'était pour couvrir la grande quantité de neige, pour marcher
sur la couverture. Quand nous marchions sur une, on mettait l'autre
devant nous, pour que nous nous perdions pas dans la neige et pour avoir
plus de facilité de grimper sur les montagnes.

Après les mauvais passages, nous avons encore marché deux jours pour
arriver dans la capitale du mont Caucase, qui s'appelle Lesghistan[35].

Le prince qui gouverne cette province s'appelle Héraclius: le pays,
quoique très-montagneux, est un bon pays. On fait des grands commerces
de soie et de cachemire, comme à Gandja.

Les moutons du pays sont très-bons aussi et bien gros: un seul pèse
quatre-vingts livres, même plus; il a aussi de beaux chevaux. Les
Tartares tirent tous leurs beaux chevaux dans ce pays-là, même les Turcs
d'Anapa.

Le marchand avec lequel j'étais voulait aller en Tartarie le plus tôt
possible, mais il m'est arrivé une maladie, il était obligé de retarder
son voyage jusqu'à ce que je sois rétabli, mais ça durait près de deux
mois. C'est une maladie qui m'a fait bien souffrir. Une seule fois que
je suis allé me promener dans les montagnes, à mon retour à la maison,
j'avais bien froid, je me suis approché auprès du feu que j'avais croisé
mes jambes et, assis par terre comme tout le monde, il se trouvait un
grand chaudron sur le feu, de l'eau étant bien chaude. Quelqu'un remue
le feu: voilà donc le chaudron renversé sur mes deux jambes!

J'ai souffert comme un malheureux, mes jambes sont venues grosses comme
un tonneau. Deux mois après, j'étais tout-à-fait guéri de cet
accident[36].

Enfin nous sommes partis pour Alexandria, la ville de Tartarie, et,
trois jours après, nous sommes arrivés dans cette ville. Quelques jours
après notre arrivée, j'ai demandé au marchand que j'appartenais, la
permission pour aller promener, et j'ai eu la permission.

Au moment que je quittais la porte, j'ai rencontré une petite demoiselle
de mon âge, treize ans, native de mon pays et même ville. Elle était
prise par les Tartares, deux mois avant moi.

Enfin je m'empressai de lui donner des nouvelles de ses parents. Elle me
dit: «Votre sœur Marie est ici; si vous voulez, je vous conduirai chez
son maître.» Je demandais pas mieux d'y aller partager toutes mes peines
avec elle. Enfin elle me conduit jusqu'à sa porte. Je rentre à la maison
pour demander ma sœur. Elle m'aperçoit. Elle saute à mon cou. Elle avait
du courage plus que moi, car je pleurais si fort que je ne pouvais pas
lui parler ni demander des nouvelles de ma pauvre mère que j'avais
laissée à Gandja.

Elle me consola du mieux qu'elle put, en me disant que maman était
esclave chez un Arménien qui était établi dans la ville, comme un grand
négociant, et il a acheté maman et lui a donné sa liberté en lui disant
qu'elle pourra aller dans son pays si elle veut. Maman, étant seule, n'a
pas pu entreprendre le voyage, et elle vivait dans cette maison comme un
ami jusqu'à ce que les communications soient libres pour qu'elle
retourne dans son pays.

J'étais bien heureux d'apprendre que ma mère n'était pas loin de moi,
car, de Alexandria à Kizliar[37], n'avait que vingt lieues. J'ai demandé
au marchand que j'appartenais la permission d'aller voir ma mère: il n'a
jamais voulu.

Après ça, j'ai fait plusieurs démarches auprès des négociants de mon
pays pour qu'ils m'achètent et me gardent jusqu'à ce que nous écrivions
à mon père pour qu'il vienne nous chercher, mais, malheureusement,
personne a voulu nous rendre ce service-là, en me disant: «On veut vous
vendre trop cher, sans cela je vous achèterais[38].»

J'étais désolé de ne pas pouvoir embrasser ma pauvre mère encore pour la
dernière fois, car je suis parti pour Constantinople, quelques jours
après, à Kizliar, avec un marchand de petits enfants, venant de
Constantinople, qui m'a acheté, pour la sixième fois depuis que j'ai
quitté mon pays. J'ai bien prié mon nouveau marchand pour qu'il achète
ma sœur pour amener avec moi à Constantinople, pour que nous contions
nos peines l'un à l'autre. Il n'a pas voulu non plus. Enfin j'étais
tout-à-fait désolé. Je pleurais le matin jusqu'au soir. Ma pauvre sœur,
elle m'a caressé bien tendrement en me disant: «Donne-moi un peu de tes
cheveux. Je les ferai remettre à notre bonne mère» (pour lui bien
assurer que j'étais vivant). J'ai été bien caressé pendant quinze jours.
Elle prend les ciseaux et coupe une grande quantité de mes cheveux, en
versant des torrents de larmes sur ma tête, en disant: «Mon cher
Roustam, dans tout pays où tu iras, il faut pas négliger de m'écrire; tu
vois bien que nous n'avons plus d'autre consolation que de te chérir et
penser nuit et jour à toi. Si papa vient dans ce pays ici, nous
l'enverrons à Constantinople, pour te chercher.» Et elle a pris
l'adresse du marchand que j'appartenais, demeurant à Constantinople,
pour donner à mon père. Même, elle m'a promis de m'écrire, mais, depuis
cette époque-là, je n'ai reçu aucune lettre de mes parents, ni leurs
nouvelles.

       *       *       *       *       *

Je ne savais pas l'époque de notre départ de Kizliar. Ma pauvre sœur ne
savait pas non plus, mais nous sommes partis, quelques jours après, dans
la mer, pour Anapa. C'est le premier port de mer et frontière de la
Turquie.

Après trois jours de marche, en passant par la frontière de Turquie et
Mingrélie, nous sommes arrivés sur une grande montagne, à une demi-lieue
de la ville d'Anapa.

Quand j'ai aperçu, pour la première fois, la mer Noire, je pleurai
beaucoup en disant: «Je vais traverser cette grande mer, je vais être
privé, pour toujours, de ma malheureuse famille et de ma patrie!»

Je voyais les vaisseaux marchands en rade, qui nous attendaient. Enfin
nous sommes arrivés, le soir, dans la ville. Le lendemain, nous sommes
embarqués pour Constantinople. Après deux jours de traversée, je suis
arrivé au passage des Dardanelles. Après, on nous a fait attendre
quelques jours[39] à l'entrée des Dardanelles. Après, on nous a fait
aller à Constantinople.

J'étais logé à côté de Sainte-Sophie. C'est la plus grande et plus riche
des cathédrales de l'univers.

Cette cathédrale a été bâtie par les Arméniens, mais les Turcs s'en sont
emparés.

J'ai resté à Constantinople six mois. Il était arrivé, de l'Égypte, à
Constantinople, un marchand appartenant à Sala-Bey, pour m'acheter.
C'est la dernière fois et la septième fois que j'étais vendu, depuis mon
malheur.

Quelques jours après, on m'a embarqué sur un vaisseau de marchand, au
passage Dardanelles, et nous sommes partis pour Alexandrie, premier port
de mer d'Égypte.

Après huit jours de traversée, nous sommes arrivés à Alexandrie. On nous
a laissés dans la ville pendant deux jours, pour nous reposer. Après ça,
on nous a embarqués sur des petits bateaux, que l'on appelle caïques,
pour aller d'Alexandrie au Grand Caire, où était Sala-Bey.

Nous avons passé par le passage bien dangereux où le Nil rentre dans la
mer Noire (_sic_), où les deux fleuves se cognent l'un contre l'autre:
les grosses vagues sautent aussi haut que les maisons. Enfin, nous
sommes passés sans danger.

Rien de joli comme le voyage d'Alexandrie au Grand Caire. On trouve,
tout au long du Nil, les cannes à sucre plantées, les dattiers, les
grenadiers.

Nous sommes arrivés, le même jour, à Rachide[40], à la moitié de chemin
du Caire.

Le lendemain, on nous a envoyé des bons chevaux de selle arabes, pour
nous amener au Grand Caire.

Nous étions douze jeunes gens, destinés pour Sala-Bey, et nous sommes
montés tous à cheval et arrivés le soir à Boulak, à une demi-lieue du
Caire, et nous avons dîné là, et on nous a fait chercher à onze heures
du soir pour nous faire rentrer dans la ville[41]. Le lendemain, on nous
présentait au Bey, qui nous a bien reçus. Il m'a beaucoup questionné en
langue géorgique, que je parlais peu, parce que j'avais quitté mon pays
trop jeune. Il me demanda dans quel pays je suis né, si je suis de
Tiflis en Géorgie. Je lui dis que oui. Je lui dis le nom de mon père,
qu'il connaissait très-bien, parce que lui-même est géorgien. Il a
beaucoup voyagé en Arménie.

       *       *       *       *       *

On préfère, pour être bons Mameloucks, les Géorgiens et les Mingréliens,
je ne sais pas pourquoi, car les Arméniens sont encore plus braves que
les autres nations. Dans cette époque-là, j'avais quinze ans.

Après ça, le Bey il me dit: «Allez vous reposer. On vous fera des
habits, et je vous ferai donner un bon cheval, et j'aurai soin de vous
comme de mes compatriotes, et je donnerai de vos nouvelles à vos
parents.» Je ne sais pas si c'est vrai, car je ne reçus aucune nouvelle
depuis que je suis quitté ma sœur à Kizliar en Tartarie. Je quitte le
Bey pour aller dans ma chambre que l'on m'avait désignée. En traversant
dans un grand corridor que j'ai rencontré beaucoup de Mameloucks vieux
et jeunes, j'ai reconnu un jeune homme de quinze ans, de mon âge. Il
était né dans la ville où j'étais, il était mon camarade, mais il était
perdu deux ans avant moi.

Je voyais, tous les jours, sa mère et son père pleurer après lui.
Exprès, je me suis approché de lui, je demande s'il me connaît. Il me
dit non. Je lui dis: «Mais tu t'appelles Mangasar, tu es né à Aperkan!
Comment! tu me connais pas? J'étais ton camarade, je m'appelle Roustam!»
Il me dit: «Ma foi oui!» Il me sauta au cou. Nous renouvelons notre
amitié, et je lui donne des nouvelles de son père et sa mère.

J'étais très-heureux d'avoir trouvé un camarade. Nous racontions nos
peines l'un et l'autre, pour nous distraire un peu.

Six jours après mon arrivée, il vient dans ma chambre un barbier avec un
Cachef (colonel) de Sala-Bey, pour me baptiser, comme à la mode du pays.
C'était pour me faire la circoncision. Il m'en expliquait la cause en me
disant: «C'est par ordre de Sala-Bey,» et, pour être bon Mamelouck, il
faut que je sois circoncis.

Voilà le barbier qui commence la cérémonie malgré moi.

Dix jours après, j'étais tout à fait rétabli. Quelques jours après, j'ai
reçu le cheval que l'on m'a promis à mon arrivée au Grand Caire.

Pendant deux mois, j'ai fait aucun service que d'apprendre à monter à
cheval et à apprendre à lancer la lance. Après les deux mois, j'ai
voyagé avec les corps des Mameloucks, dans la province d'Égypte.

Après ce dernier voyage, j'ai resté au Grand Caire pendant deux années
sans faire aucun voyage.

Toute l'Égypte était gouvernée par vingt-quatre Beys: le Mourad-Bey
était le premier et Ibrahim le second. Les vingt-quatre Beys faisaient,
chacun à leur tour, un voyage à la Mecque, pour l'usage de la religion.

Le tour de Sala-Bey est venu. J'ai fait le voyage de la Mecque avec lui.
J'ai vu aussi le tombeau de Mahomet[42].

À notre retour de la Mecque, nous sommes arrivés jusqu'à trente lieues
du Caire.

Sala-Bey apprit que les Français sont entrés au Grand Caire. Mourad-Bey
a donné une grande bataille à Guiza[43], même l'avait malheureusement
perdue.

Une grande partie des Mameloucks était noyée, dont mille en traversant à
la nage avec leurs chevaux.

Après ça, Sala-Bey a décidé à retourner auprès de Djezzar-Pacha, à
Saint-Jean d'Acre, parce qu'il n'avait pas assez de forces pour donner
une bataille[44].

Djezzar-Pacha avait trouvé fort mauvais de n'avoir pas donné une affaire
contre les Français, avant de quitter le pays.

Quand nous sommes arrivés dans la ville, le Sala-Bey a rendu une visite
à Djezzar-Pacha, aussitôt son entrée en ville.

Le Sala-Bey étant dans le salon avec Djezzar-Pacha, on avait ordonné
pour faire prendre du café. On a fait mettre, dans le café, du poison,
et on présente à notre malheureux Bey. Il prend son café: une demi-heure
après, il était mort. Nous étions tous désolés de cette perte. Le
Djezzar-Pacha voulait tous nous garder avec lui, mais personne a voulu
rester. Il y a eu beaucoup qui se sont sauvés pour aller dans leur pays,
et d'autres pour la Mecque, et moi j'ai pris mon domestique avec moi. Je
suis parti pour le Grand Caire, parce que j'avais beaucoup de
connaissances dans la ville, alors je ne craignais rien. Après avoir
quitté la ville de Saint-Jean d'Acre, j'ai quitté mon habit de Mamelouck
et j'ai pris un de mon domestique. Enfin, j'étais habillé comme lui.
J'ai été obligé de vendre mon cheval et mes armes, et j'ai donné une
somme d'argent à mon domestique pour qu'il dise rien à personne, quand
nous serons arrivés au Grand Caire. Il m'a donné sa parole qu'il me
servira toujours, et personne ne saura rien, et je suis bien tranquille.
Enfin, nous avons pris chacun un âne et nous avons voyagé jusqu'au Grand
Caire.

Comme ça, nous sommes rentrés dans la ville très-facilement, parce que
nous étions costumés en paysans.

Je voyais tous les jours, dans la ville, beaucoup de troupes françaises
et beaux et vieux grenadiers, à grandes moustaches, qui faisaient la
garnison de la ville, et les dragons occupent Boulak, à une lieue de la
ville.

J'ai resté à peu près un mois dans la ville, sans occuper aucune maison.
J'avais peur qu'on me fasse connaître et qu'on me mette en prison comme
prisonnier. Je mangeais et je me couchais dans la rue, avec mon
domestique qui ne me quittait jamais.

À force de dépenser, j'avais guère de l'argent. J'ai appris que le sheik
El Bekri[45] avait une grande place dans le civil, c'est-à-dire pour la
religion.

J'ai beaucoup connu ce grand personnage-là, dans la maison de Sala-Bey.
Je me suis présenté chez lui pour lui demander un emploi, mais son
portier ou domestique me refusait toujours la porte, en me disant: «Le
sheik El Bekri n'est pas visible, même on ne donne pas les audiences aux
paysans.» Enfin, je me suis forcé de leur dire mon nom et à qui
j'appartenais autrefois.

Après ces démarches, le sheik m'a fait dire qu'il me recevra demain. Je
me suis rendu chez lui, le jour désigné. Il m'a très bien reçu, en me
disant: «Je vous garderai bien à mon service et vous monterez à cheval
avec moi, mais il faut la permission du général Bonaparte, général en
chef.» Dans ce moment-là, j'avais bien peur qu'il me fasse prendre par
les Français, parce que je connaissais pas encore leur manière de vivre
et leur religion. Cependant mon domestique courait tous les jours dans
le monde, et il me disait que les Français sont bonnes gens et sont de
la religion chrétienne.

Je commençais un peu à être tranquille, parce que je suis aussi
chrétien, comme eux.

Enfin le sheik El Bekri m'a fait monter dans son sérail, en me disant:
«Restez-là, jusqu'à ce que je demande la permission au général en chef.»

Me voilà donc dans le sérail avec cinq femmes qui appartenaient au
sheik. Elles m'ont apporté beaucoup de sorbets et _félère_[46]
c'est-à-dire des pâtisseries et limonade, mais j'avais le cœur gros, je
n'acceptai rien. Je me voyais au milieu de ces dames, avec une seule
chemise bleue sur mon corps.

J'ai été obligé de pleurer auprès de ces dames. Toutes ces bonnes
personnes pleuraient aussi de mon sort, en me consolant le mieux
qu'elles pouvaient.

Le même jour, le sheik El Bekri monta à cheval et alla chez le général
en chef et lui demanda la permission de me garder avec lui; il lui a
donné cette permission, en lui demandant si j'étais bien âgé et si
j'étais un bon sujet. Le Sheik lui a répondu que oui: «Je réponds de
lui, c'est un bon sujet, il est âgé de quinze ans et demi. Il
appartenait, autrefois, à Sala-Bey, qui a été empoisonné par
Djezzar-Pacha, à Saint-Jean d'Acre.»

Après ça, le général en chef lui dit: «Si le Mourad-Bey veut être bien
raisonnable, je lui donnerai la permission de venir, avec tous ses
Mameloucks, au Grand Caire[47].»

Après quelques heures, je vois arriver le sheik El Bekri. Il me dit:
«Vous êtes à mon service. Le général en chef m'a donné la permission.»
Et il fait venir, sur-le-champ, un tailleur, et il me fait des habits à
la Mamelouck, comme j'étais autrefois.

Toutes ces bonnes dames, elles me font demander, aussitôt, dans le
sérail, elles m'ont embrassé, et elles m'ont félicité que je restais
dans la maison, et elles m'ont prié que je leur fasse demander ce que
j'aurais besoin, et elles m'ont fait présent de plusieurs mouchoirs
brodés en or et jolie bourse pour mettre de l'argent, idem brodée en or.
Ce que je trouvais bien joli, c'est la fille du sheik El Bekri, jolie
comme les amours, âgée de onze ans et demi.

J'ai resté dans cette maison-là à peu près trois mois. Dans cet
intervalle-là, le sheik avait ramassé, dans la ville, environ vingt-cinq
Mameloucks, qui étaient isolés ou cachés dans les maisons. Comme j'étais
le plus âgé et plus ancien, il m'a nommé leur chef et leur faire
apprendre à monter à cheval.

Il me paraît que les dames que j'ai vues dans le sérail, qui m'ont si
bien reçu, ont bien engagé sheik El Bekri pour me faire marier avec sa
fille que je connus dans le sérail et âgée de douze ans. Enfin, tout
était convenu et d'accord pour mon mariage, même le général en chef
Bonaparte était prévenu de mon mariage avec la fille du sheik.

J'avais gagné pas mal d'argent chez le sheik. Il venait bien souvent à
la maison les Sheiks-El-Balad, c'est-à-dire les chefs des villages, qui
apportaient à leur maître les contributions qu'ils devaient payer tous
les ans, et sheik El Bekri leur faisait présent, à chacun, d'un manteau
et d'un cachemire. Moi, étant chef des Mameloucks, c'était à moi à leur
donner les manteaux et les cachemires. Il me venait, quelquefois, trois
et quatre cents francs et j'économisais toujours pour envoyer à ma mère;
mais je n'ai jamais pu en trouver l'occasion.

Je montais, tous les jours, à cheval, avec le sheik, qui dînait bien
souvent avec le général en chef, et c'est là où on tenait les conseils
de la ville et de l'armée.

Le général en chef partit, avec une grande partie de son armée, pour
prendre Saint-Jean d'Acre. À son arrivée au pied de la ville, il fait
monter à l'assaut plusieurs fois, même jusqu'au dernier mur, même il y
avait plusieurs grenadiers qui avaient pénétré dans la ville, mais,
malheureusement, il ne put pas réussir, à cause des munitions. Il
retourna au Grand Caire[48].

Après son arrivée, il s'habillait quelquefois en habit turc, et il
disait qu'il ne retournerait plus en France, qu'il se ferait circoncire
à la manière turque, et il se ferait roi d'Égypte.

Tout le monde était bien content de ça: on avait beaucoup confiance en
lui, mais c'était pour mieux tromper les Turcs. Dix à douze jours après,
on vient nous apprendre qu'une armée de Turcs va débarquer à Aboukir. Le
général en chef est parti, sur-le-champ, avec le général Murat, pour
commander l'armée qui était occupée dans la province d'Alexandrie. Dans
cet intervalle, le sheik El Bekri prit un nouveau Mamelouck, beaucoup
plus âgé que moi. On lui avait donné le commandement de tous les
Mameloucks qu'avait le sheik. C'est lui-même qui lui avait donné ça,
sans me prévenir, même lui avait promis sa fille en mariage, ce qui
était convenu pour moi, car tout était prêt pour ça.

Je défendais tous les jours, aux jeunes Mameloucks, de courir dans les
rues, même dans la cour, par ordre du sheik. Un jour, je descendais
jusqu'au pied de l'escalier, voilà le nouveau Mamelouck qui vient pour
me faire monter dans ma chambre, malgré moi, en me disant qu'il était
mon chef; mais je ne voulais pas lui obéir. Je lui dis: «Oui, je monte,
mais vous allez venir avec moi!»

J'avais, à la maison, deux jeunes Mameloucks qui m'aimaient comme leur
frère. Quand nous étions dans ma chambre, j'ai commencé de lui dire:
«Quel ordre avez-vous reçu pour me commander?» Il me dit: «Je n'ai pas
de comptes à vous rendre!» Et nous avons commencé la dispute. Je suis
sauté sur lui, pour le taper, mais il était beaucoup plus grand que moi.
Mais les deux Mameloucks que j'avais avec moi se sont levés tous deux,
et nous sommes tombés tous les trois sur lui, et nous l'avons fait
tomber à terre. Je lui en ai donné tant que sa figure était enflée. Il
finit de descendre au pied de l'escalier et resta là.

Dans ce moment-là, le sheik était dans le sérail, mais j'avais grand
peur que le sheik me fît donner des coups de bâton, d'avoir battu mon
camarade.

Les deux jeunes Mameloucks me dirent: «Ne craignez rien, nous dirons au
sheik que vous avez pas le tort, que c'est le nouveau Mamelouck qui a
voulu commander et disputer avec Roustam, qui méritait pas (de
châtiment).»

Sur les quatre heures après-midi, le sheik descend du sérail et rentre
dans son salon, et me demande du café et sa pipe, que je lui ai
présentée. Tous les Mameloucks sont venus dans le salon pour se tenir
tout debout au-devant du sheik El Bekri, comme usage du pays. Voilà le
sheik qui me demande où il est le nouveau Mamelouck. Je lui dis: «Il est
en bas». Je l'ai envoyé chercher par un Mamelouck. Il rentre dans le
salon. Le sheik aperçoit sur sa figure qu'il a été battu, car ses yeux
et sa figure étaient enflés des coups que je lui avais donnés. Comme
j'étais le plus grand, le sheik me demande pourquoi il a du chagrin, qui
l'a battu. Je lui réponds:

«C'est moi, parce qu'il n'était pas sage: il voulait aller dans les rues
et voulait me commander.»

Voilà donc le sheik se mit en colère contre moi, en me disant que
j'étais un mauvais sujet d'avoir battu mon camarade de cette manière-là,
que si je le mettais trop en colère, il me ferait prendre par les
Français, et que je mérite de recevoir des coups de bâton sur le talon
de mes pieds. Par exemple, j'avais bien peur de toutes les menaces qu'il
me faisait. Je lui demande la permission de lui expliquer la cause que
j'ai battu le nouveau Mamelouck. Il me dit: «Oui, parle, et dis-moi la
vérité, sans cela je vous punirai sévèrement, et pour te donner en
exemple.» Je lui dis: «Oui, je ne vous cacherai rien, je vous dirai la
vérité. C'est vous qui avez caché tout à mon égard: jusqu'à présent vous
m'avez nommé, pour commander les vingt-cinq Mameloucks qui sont à votre
service. Même je comptais, un jour, être heureux en épousant votre
fille. Vous m'en avez donné la parole. Même, le général en chef était
prévenu pour ça, et je me trouve, à présent, commandé par un nouveau et
mauvais sujet Mamelouck, et vous avez promis votre fille à lui, sans me
prévenir pour que je puisse obéir à ceux qui ont reçu l'ordre pour me
commander, et je lui obéirai jamais sans ordres. Voilà tous les
Mameloucks qui sont présents, il faut leur demander si j'ai tort, si
j'ai manqué à mon service.»

Il me dit: «Eh bien! C'est lui que j'ai nommé chef. C'est mon intention
et tout le monde lui obéira. Si vous n'êtes pas content, je vous ferai
prendre par les Français!»

Moi j'avais toujours peur que ce cochon-là me donne des coups de bâton.

Je lui dis: «Je les sais, à présent, vos ordres. Je vous jure, je lui
obéirai.»

Heureusement, tout ça s'est bien terminé, sans les coups de bâton. J'ai
appris, par une négresse de sérail, que la première femme du sheik El
Bekri était bien fâchée de tout ce changement-là et sa fille pleurait
toujours, que son père avait changé le mariage qui devait se faire avec
moi, mais son père voulait Abraham.

Quelques jours après, j'appris que le général en chef a donné une grande
bataille à côté d'Aboukir, et les Turcs ont été prisonniers ou tués. Le
général Murat avait monté à l'assaut dans le vaisseau du pacha qui
commandait l'armée turque et s'était battu avec lui, et lui a donné un
coup de sabre qui coupa deux doigts et le prit prisonnier.

Donc, le général en chef était de retour au Grand Caire, disant toujours
qu'il va rester tout-à-fait, et qu'il se ferait nommer roi d'Égypte.
Tout le monde avait beaucoup confiance en lui.

À son arrivée, il donnait des grands dîners bien souvent à tous les
grands personnages de la ville. Le sheik El Bekri, pour faire plaisir au
général, il buvait toujours du vin dans un gobelet d'argent, pour que
l'on voie pas. Il était si bien accoutumé au vin, qu'il faisait venir,
tous les jours, deux bouteilles, une de vin et l'autre d'eau-de-vie, et
mêlait tout ensemble, et buvait tous les soirs, et se soûlait comme un
vrai ivrogne. Je voyais, tous les jours de sa vie, la même chose.

Un jour, j'ai accompagné le sheik pour aller dîner chez le général
Bonaparte[49]; tout le monde était à table; je traversai un petit salon
où j'ai trouvé monsieur Eugène[50] et deux autres personnes à table; ils
m'ont présenté un bon verre de vin de Champagne, en me disant: «Bois, ça
te fera pas du mal, c'est du _bon_ de France!» J'ai bu, et je le
trouvais très-bon. Ils m'ont forcé absolument boire un second verre.

Après le dîner, je monte à cheval avec le sheik pour retourner à la
maison: il n'y avait que la place à traverser. El Bekri avait vingt-cinq
Mameloucks. J'avais une gaîté extraordinaire, par le vin de Champagne.
Je faisais danser mon cheval à côté du sheik, comme un fou.

Voilà donc le sheik qui aperçoit ma gaîté. Quand nous sommes arrivés à
la maison, il me fait demander en particulier pour me parler. Je me suis
rendu dans le petit salon où il buvait tous les soirs et se soûlait; il
n'avait pas même la force de monter dans le sérail: il me dit: «Tu as bu
du vin, aujourd'hui, chez le général?» Je lui dis: «Non, j'ai bu du
_bon_ de France; c'est monsieur Eugène qui m'a donné deux verres.» Il me
dit que j'étais un ivrogne: il me menaça de me faire donner des coups de
bâton à mes pieds. Mais je n'avais pas perdu la tête; je lui dis: «Si
vous avez le malheur de me punir de cette manière-là, je dirai à tout le
monde que vous faites venir, tous les jours, du vin et de l'eau-de-vie
et que vous vous soûlez tous les soirs, et si vous me faites pas taper
sur mes pieds, je dirai rien, je vous jure ma parole d'honneur.»

Il me paraît qu'il avait peur des menaces que je lui avais faites, et
finit par me dire qu'il me pardonnait pour cette fois; que, s'il
m'arrivait une autre fois, il me ferait punir.

Tout ça se passait pour le mieux, mais j'étais toujours mécontent de
l'injustice que l'on m'avait faite.

       *       *       *       *       *

Il paraît que le général en chef avait l'intention de partir pour la
France. Il fait demander, par monsieur Elias[51], son interprète, deux
Mameloucks, pour son service. M. Elias s'est présenté, un jour, chez le
sheik El Bekri, pour prendre deux: le sheik lui a donné deux. M. Elias
me dit si je veux, il me ferait entrer chez le général, en me disant:
«Les Français sont des braves gens, et sont tous chrétiens.» Je lui dis:
«Oui, je demande pas mieux, car vous savez bien que je suis pas heureux
chez le sheik.» J'avais conté toutes les injustices que l'on m'avait
faites.

Voilà M. Elias parti avec deux Mameloucks, et il me laisse à la maison,
en me disant: «N'aie pas d'inquiétude; je penserai à vous.» J'étais
presque sûr d'y entrer, parce que je le connaissais depuis longtemps
chez Sala-Bey.

Quand Elias fut arrivé, avec les deux Mameloucks, chez le général, un de
ces jeunes Mameloucks, quand il aperçut le général, se mit à pleurer,
parce qu'il avait peur de lui, quoique il n'était pas méchant.

Le général dit à Elias: «Je ne veux pas garder les personnes avec moi
malgré leur gré; voilà un enfant qui pleure, il faut le ramener chez le
sheik, et vous demanderez un autre de bonne volonté.» Elias dit au
général: «Si vous voulez me donner une lettre pour le sheik, peut-être
nous pourrions avoir le gros Mamelouck qui monte à cheval tous les jours
avec lui; c'est un bon sujet, il est géorgien.» Le général lui donna une
lettre pour le sheik, pour m'avoir à son service.

Le même jour, je vois arriver monsieur Elias avec une lettre pour le
sheik. En passant à côté de moi, il me dit: «Ne craignez rien, je viens
pour vous chercher.» Et il rentre dans le salon où était le sheik, lui
remet la lettre du général, qui me faisait demander. Dans ce moment-là,
j'étais dans ma chambre, exprès pour qu'on me fasse demander. Ça n'a pas
manqué.

On vient me dire que le sheik me demande. Je me suis rendu auprès de
lui: il fait la lecture de la lettre. Je lui dis exprès: «Je ne veux pas
aller avec les Français, je désire rester toujours avec vous.» Il me
dit: «Mon ami, ça ne se peut; le général en chef vous demande; s'il veut
même demander mon fils, je ne pourrais pas lui refuser.»

De mon côté, j'étais bien content de quitter sa maison, car je me
trouvais pas heureux de toutes les injustices que l'on m'avait faites
pour un nouveau Mamelouck qui ne savait rien faire, même ni monter à
cheval. J'ai dit au sheik exprès que je ne veux pas aller avec les
Français: «Je suis bien plus heureux à votre service, j'irais bien pour
vous faire plaisir, mais plus tard vous me ferez sortir de chez le
général?» Il me dit: «Oui, je vous abandonnerai pas, et vous viendrez me
voir tous les jours.» Après ça, je lui embrasse sa main, comme usage du
pays, et je lui fais mes adieux. Mon domestique, qui était toujours avec
moi, je lui fais seller mon cheval, et j'ai fait mes adieux à tous mes
camarades. Surtout les deux Mameloucks que je regardais comme mes frères
se sont mis à pleurer comme des malheureux, de voir le dernier moment de
me quitter pour toujours.

       *       *       *       *       *

Entré au service du général en chef Bonaparte le... (_sic_), monsieur
Elias m'amène chez le général, qui me reçut dans son salon. Première
chose qu'il me fait, il me tire les oreilles, il me dit si je sais
monter à cheval, je lui dis oui. Il me demande aussi si je sais donner
des coups de sabre. Je lui dis: «Oui, même j'ai sabré plusieurs fois les
Arabes.» Je lui ai montré la blessure que j'ai reçue sur ma main. Il me
dit: «C'est très-bien; comment tu t'appelles?» Je lui dis: «Ijahia». Me
dit: «Mais c'est un nom turc, mais le nom que tu portais en Géorgie?» Je
lui dis: «Je m'appelle Roustam.--Je ne veux pas que tu portes le nom
turc; je veux que tu portes ton nom de Roustam.»

Après sa rentrée dans sa chambre, il m'apporte un sabre damassé, sur la
poignée six gros diamants, et une paire de pistolets garnie en or. Il me
dit: «Tiens, voilà pour toi! Je te le donne, et j'aurai soin de toi.»

Il me fait entrer dans une chambre remplie de papiers, il me fait
emporter tout dans son cabinet. Je servis son dîner, le même jour, à
huit heures du soir. Après dîner, il demanda sa voiture pour aller
promener alentour de la ville. Il fait demander monsieur Lavigne, son
piqueur, pour me faire donner un bon cheval arabe et une belle selle
turque, et nous avons été promener, que j'étais placé à côté de sa
portière.

Le soir même, il me dit: «Voilà ma chambre à coucher; je veux que tu
couches à ma porte, et tu laisseras entrer personne, je compte sur toi!»
Je lui dis, par monsieur Elias, qui était à côté de moi: «Je me trouve
heureux d'avoir sa confiance, et je mourrais plutôt que de quitter ma
porte et laisser entrer du monde dans la chambre. Vous pourrez compter
sur moi.»

Le lendemain, j'ai resté à sa toilette, avec son valet de chambre, nommé
Hébert[52]. Mon intention était de faire entrer avec moi les deux
Mameloucks que j'aimais tant, qui étaient restés chez le sheik El Bekri,
mais malheureusement nous sommes partis trop précipitamment[53] pour la
France.



II

Départ de Bonaparte pour Alexandrie.--En route, je charge les Arabes, ce
qui me vaut un poignard d'honneur du général en chef.--Embarquement pour
la France.--Mes inquiétudes.--Le général me rassure.--Relâche à
Ajaccio.--Une plaisanterie de mauvais goût.--Débarquement à
Fréjus.--Berthier m'emprunte un sabre, cadeau du général.--Départ de
celui-ci pour Paris.--Ses bagages et sa Maison prennent la route
d'Aix-en-Provence.--Notre convoi pillé par des brigands.--J'écris au
général Bonaparte pour lui rendre compte de l'incident.--J'arrête de ma
main, à Aix, un des bandits.--Ma présentation à Madame
Bonaparte.--Inquiétude de Joséphine pendant la journée du 18
Brumaire.--Murat et sa femme.--Le piqueur Lavigne.--Je fais une grave
chute de cheval.--Bonté que le premier Consul et sa famille me
témoignent en cette circonstance.--Mon portrait peint par Mme Hortense
de Beauharnais.--Le premier Consul s'oppose à mon mariage.--La
Malmaison.--J'apprends de Boutet l'entretien des armes à feu, et de
Lerebours celui des lunettes d'approche.--Bonaparte, empereur des
Français.


On nous disait pas que nous allions en France; j'ai su ça bien longtemps
après. Quelques jours après que je suis entré au service du général, le
valet de chambre vient, à minuit, pour habiller le général; il me dit:
«Nous allons partir pour Alexandrie, parce qu'il arrive une armée turque
et anglaise.» Nous voilà donc partis précipitamment; je n'ai pas eu le
temps même pour aller chercher mes effets que j'avais laissés chez le
sheik El Bekri. Ce qui me faisait encore de la peine, c'était un pauvre
domestique que je n'ai pas pu amener avec moi.

Nous sommes partis du Grand Caire le... (_sic_) et arrivés le soir à
Menouf. Le général a dîné là, et nous sommes partis, le lendemain matin,
pour Alexandrie, comme on disait.

En chemin faisant, nous avons rencontré une grande quantité d'Arabes qui
barrait notre passage; j'ai demandé la permission au général pour
charger sur les Arabes avec les guides qui étaient l'escorte du général.
Il me dit: «Oui, va et prends garde que les Arabes te prennent, car on
ne te ménagera pas!»

J'avais un bien bon cheval, je craignais rien et j'étais bien armé:
j'avais deux paires de pistolets, un sabre, un tromblon et un casse-tête
sur ma selle.

Après la charge, le général a demandé à monsieur Barbanègre, qui
commandait la charge, si je m'étais bien comporté. Il lui dit: «Oui,
c'est un brave soldat, il a blessé deux Arabes.» Après ça, le général il
me fait donner un poignard d'honneur, le même jour, qui m'a fait le plus
grand plaisir. Depuis cette époque-là, il m'a jamais quitté.

Nous sommes couchés, ce jour-là, dans le désert, sur le sable. Le même
soir, monsieur Elias[54] arrive du Grand Caire, en dépêche pour le
général; par même occasion, il m'a apporté des pastèques, c'est-à-dire
des melons d'eau qui m'ont fait grand bien, car il faisait bien chaud,
et il me disait: «Il y a pas l'armée turque ni anglaise, comme on le dit
jusqu'à présent, et vous allez faire un autre voyage», sans me dire
autre chose. Le voilà donc retourné pour Grand Caire.

Le lendemain, au matin, nous avons perdu un peu de la route, à cause de
grande quantité de sable; nous avons aperçu plusieurs femmes arabes qui
travaillaient à la terre. Le général me dit que je demande à ces femmes
la route. Je galope mon cheval pour aller demander à ces femmes notre
route. Quand les femmes m'ont aperçu, elles ont pris leur chemise qui
était leur seul vêtement et ont montré leur derrière, enfin leur corps
tout nu.

Nous sommes arrivés, à dix heures du soir, entre Alexandrie et Aboukir,
au bord de la mer Méditerranée; on a mis les tentes, et on a commandé de
faire le dîner.

J'aperçois, en rade, deux frégates; je demande à monsieur Eugène, qui
était aide-de-camp du général en chef, ce que c'était que ces deux
frégates, à qui elles appartenaient; il me dit qu'elles appartiennent
aux Turcs. Il m'avait encore caché le secret, car c'étaient deux
frégates françaises qui attendaient, en rade, après le général et son
escorte, mais j'ai su ça que le soir. Dans cet intervalle-là, il faisait
si chaud que je suis allé me baigner dans le bord de la mer. Voilà donc
que j'aperçois monsieur Fischer[55], contrôleur du général, qui vient
pour me chercher. J'arrive à la tente, et je dîne. Après ça, je vois
tout le monde bien content et bien gai. Les soldats faisaient sauter
leurs sacs, et les cavaliers laissaient leurs chevaux à ceux qui
restaient encore dans le pays.

Je me suis adressé à monsieur Jaubert[56], interprète, un Français, un
des interprètes du général: «qui ce que ça veut dire, je vois tout le
monde bien content». Il me dit: «Nous partons pour Paris; c'est un bon
pays et grande ville. Les deux frégates que nous voyons d'ici, c'est
pour nous conduire en France». Et on me dit que je laisse mon cheval. Je
prends seulement mon petit porte-manteau, contenant deux chemises et un
châle de cachemire[57].

Me voilà parti, avec plusieurs officiers, à un petit quart de lieue de
la tente, pour nous embarquer dans les chaloupes, pour rejoindre les
frégates. La mer était bien agitée; les vagues cognaient sur nos têtes,
les chaloupes étaient remplies d'eau, tout le monde était malade de ce
petit trajet-là. Moi je n'étais pas du tout malade, au contraire. Je
demandais toujours à manger. Le Mamelouck nommé Ali[58] était bien
malade aussi. Nous sommes arrivés, le soir bien tard, dans la frégate,
et nous sommes partis, sur-le-champ, tout le monde bien content. J'ai
resté un jour entier sans voir le général[59]. Tous ces messieurs, pour
me faire enrager, me disaient que, quand je serais arrivé en France, on
me couperait la tête, parce que, quand les Mameloucks prenaient les
soldats français, ils faisaient couper la tête la même chose: ça me
donnait un peu d'inquiétude.

Trois jours après notre embarcation, j'ai demandé à parler au général,
par monsieur Jaubert, qui parlait arabe. Enfin, il me fait parler le
même jour. Le général me dit: «Te voilà, Roustam! Comment tu te portes?»
Je lui dis: «Très bien, mais très inquiet sur mon sort.» Il me dit:
«Mais pourquoi ça?» Je lui dis: «Tout le monde dit que, quand je serai
arrivé en France, on me coupera la tête. Si c'est vrai, comme on dit, je
voudrais que ça soit à présent, et qu'on me fasse pas souffrir jusque en
France!» Il me dit, avec sa bonté ordinaire, en tirant toujours mes
oreilles, comme tous les jours: «Ceux qui t'ont dit ça sont des bêtes;
ne craignez rien, nous arriverons bientôt à Paris, et nous trouverons
beaucoup de jolies femmes et beaucoup d'argent. Tu vois que nous serons
bien heureux, bien plus qu'en Égypte!» Après ça, je le remerciai bien de
la manière qu'il m'a reçu, et m'a donné la tranquillité, car j'étais
bien inquiet.

Pour passer le temps dans la frégate plus agréablement, on a joué
plusieurs fois aux cartes avec messieurs Berthier, Duroc, Bessières,
Lavalette, enfin beaucoup de monde. Il a gagné plusieurs fois, m'a donné
de petites sommes d'argent. Nous sommes arrivés en Corse, le pays du
général, en traversant les côtes de Barbarie, et Tunisie[60]. Quand nous
avons aperçu la côte de Corse, le général a envoyé le capitaine de
frégate dans une chaloupe, pour faire dire aux autorités de la ville que
le général Bonaparte arrive. Par ce temps-là, nous sommes arrivés et
mouillé la frégate en rade, et nous avons vu arriver, dans les petits
bateaux, toutes les autorités de la ville et beaucoup de belles dames de
la ville[61] pour féliciter le général de son heureux retour. Nous avons
pas fait la quarantaine comme on fait ordinairement. Le général a
débarqué une heure après son arrivée en rade, ensuite descendu dans la
maison qu'il était né. Je ne suis débarqué que le soir, à mon arrivée
dans la ville. Le général il me fait demander comment je trouve son pays
natal. Je lui dis: «Très-bien, c'est un bon pays.» Il me dit: «C'est
rien, quand nous serons arrivés à Paris, c'est bien autre chose!»

À notre arrivée en Corse, on faisait la vendange; il ne manquait pas du
raisin ni belles figues. C'était une régalade pour nous, car, en Égypte,
nous n'avions pas de tout ça dans la maison que nous habitions. Il y
avait plusieurs jolies femmes, qui avaient beaucoup de bonté pour moi,
comme étant un étranger; mais, ce qui m'a fait plus de peine, c'est le
bavardage de monsieur Fischer, qui avait dit au Général et au général
Berthier, que j'avais fait ma cour à plusieurs de ces dames, et j'avais
donné vingt-cinq piastres.

Nous sommes embarqués de nouveau dans la frégate, partir pour Toulon,
mais le temps était si mauvais, nous sommes obligés de retourner encore
en Corse, et nous y avons été un jour entier et nous sommes partis, le
jour après, pour Toulon. Chemin faisant, le Général et général Berthier
commencent à rire en me voyant, en disant: «Comment! Tu es plus habile
que nous! Tu as eu déjà les femmes en France, et nous, nous en avons pas
encore eu!» Je lui dis: «Je voudrais savoir qui ce qui vous a dit ça,
car je pourrais vous assurer que c'est un mensonge. Je n'ai rien eu et
rien fait.» Et ils m'ont dit: «C'est Fischer qui l'a dit.» Mais j'étais
bien en colère contre ce vilain homme, d'avoir dit des menteries contre
moi. J'étais si en colère que je voulais taper à Fischer.

Quand nous étions à quelques lieues de Toulon, nous avons aperçu sept
vaisseaux anglais qui nous barraient le passage. L'amiral Ganteaume, qui
commandait les frégates, a mis les deux frégates en défense et mis une
chaloupe en mer, et attachée avec une corde après la frégate, en cas de
besoin pour le général. Les Anglais, quoique encore bien éloignés de
nous, tiraient des coups de canon. L'amiral Ganteaume a vu qu'il n'y
avait pas moyen d'arriver jusqu'à Toulon, et nous avons laissé les
Anglais sur la route de Toulon, et nous avons pris celle de Fréjus en
Provence, que nous étions pas bien éloignés, car nous voyions les côtes.
Nous sommes arrivés, quelques heures après, dans la rade de Fréjus. Les
Anglais venaient tout près de nous et tiraient quelques coups de canon,
mais ça nous faisait pas de mal, parce que les batteries des côtes nous
protégeaient. Le général a envoyé, sur-le-champ, monsieur Duroc[62] à
terre pour prévenir les autorités de la ville que c'est le général
Bonaparte qui arrive. Après ça, les batteries des côtes ont tiré
plusieurs coups de canon pour notre arrivée, et les deux frégates ont
répondu avec des salves de cinquante coups de canon. Après, nous sommes
tous débarqués, et nous avons été à pied jusqu'à la ville qui était à un
petit quart de lieue. Nous sommes arrivés de très-bonne heure. Le
général a reçu toutes les autorités de la ville, et demanda ensuite son
dîner.

       *       *       *       *       *

Ordinairement, on fait quarante-cinq jours de quarantaine sans pouvoir
descendre à terre, mais le général n'a pas voulu rester aussi longtemps,
car nous sommes partis, le même soir, pour Paris, et les troupes qui
étaient avec nous, quand nous sommes arrivés dans la ville de Fréjus.

Le général Berthier me dit: «Roustam, prête-moi ton sabre, je te le
rendrai à notre arrivée à Paris.» Et je n'ai pas voulu lui refuser parce
que j'avais un autre, et mon poignard[63] que le général m'avait donné
dans le désert d'Égypte, avec une paire de pistolets que j'avais
emportés avec moi du Grand Caire; j'avais de quoi me défendre, en cas de
besoin.

Le général était encore dans un salon. Je suis mis dans une petite
chambre, à côté de lui, pour mettre mes pistolets en bon état et bien
les charger avec des grosses cartouches. Le général passait pour aller
dîner. Il s'aperçut que j'étais bien occupé après mes pistolets. Il me
dit: «Qu'est-ce que tu fais là?--Je charge mes pistolets, en cas de
besoin.» Il me dit: «Nous sommes pas en Arabie, à présent, nous avons
pas besoin de toutes ces précautions-là!» Et je laisse mes pistolets
comme ils étaient.

Le général est parti, le soir, pour Paris, avec monsieur Duroc et le
général Berthier, et je suis parti dans la nuit avec plusieurs personnes
de la maison[64], et les bagages du général. Il a voyagé aussi avec
nous[65] un monsieur de Fréjus, avec sa femme[66] qui était fort jolie.
Il allait jusqu'à Aix en Provence. Nous sommes marché tout la nuit, et,
le lendemain, sur les quatre heures après midi, nous sommes arrivés à
six lieues d'Aix en Provence.

C'est là où on nous attaqua par trente brigands. C'était un coup d'œil
affreux, pour cet homme avec sa femme, qui voyageait avec nous. On avait
attaché le mari à la voiture, et on a pillé entièrement. Mais on n'était
pas content de tout cela: on a déshabillé la pauvre toute nue; elle
avait seulement une seule chemise sur son corps. On croyait qu'elle
avait caché quelque diamant sur elle, étant bijoutière.

Après ça, les brigands sont venus sur notre voiture qui était chargée
des bagages du général Bonaparte. Un monsieur qui était avec nous, il
leur disait: «Messieurs, ne touchez pas cette voiture, parce qu'elle
appartient au général Bonaparte!» On lui a donné un coup de fusil; il
est tombé à terre, et il a manqué être tué. J'avais mon poignard sur
moi: je voulais leur donner quelque coup, mais messieurs Danger et
Gaillon[67], ils m'ont empêché, en me disant: «Si nous faisons quelque
résistance, nous serons perdus!» Ces messieurs, ils me disaient ça en
arabe; les autres ne comprenaient rien. Après ça, ils ont cassé toutes
les caisses et ont pris tous les effets et toutes les argenteries du
général, marquées _B_. Après ça, ils sont venus à moi. J'avais à peu
près six mille francs, dans ma ceinture, tant en or qu'en argent. Ils
m'ont pas donné le temps de défaire ma ceinture. Ils me l'ont coupée
avec un couteau. Mon poignard était dans ma grande poche. Ils ne l'ont
pas pris. Je suis pas fâché de cela, car c'était un souvenir du général
qu'il m'avait donné dans le désert d'Égypte.

Un de ces brigands vient à moi. Il me dit: «Tu es mamelouck?» Je lui dis
oui, car je parlais un peu français. Il me répond: «Tu viens manger du
pain de la France, on te le fera sortir par le nez ou on te le fera
vomir!» Après, je leur réponds rien et on me laissa tranquille. Après
ça, ils sont partis tous les trente bien armés, comme les troupes
régulières, dans les montagnes.

Le malheureux homme était, tout ce temps-là, attaché à la voiture, et sa
femme en chemise, pleurait comme une Madeleine. Comme les brigands sont
partis, nous avons détaché ce pauvre homme de sa voiture. Vraiment
c'était un coup d'œil affreux. Ce pauvre homme s'est jeté dans les bras
de sa femme. Il arrachait ses favoris, ses cheveux. Le sang coulait sur
sa figure, de voir sa femme si maltraitée. Après, nous sommes partis,
sur-le-champ, pour Aix en Provence, et arrivés, le soir, dans la ville,
sans argent pour aller jusqu'à Paris, même pour manger.

Le lendemain, les autorités de la ville ont établi un conseil pour les
pertes que nous venions de faire, et on a réuni toutes les troupes qui
faisaient la garnison de la ville. On a envoyé dans les montagnes après
les brigands, mais on n'a rien fait et rien trouvé. Nous étions nourris
pour le compte de la ville, parce que personne de nous avait de
l'argent.

J'avais toujours le châle de cachemire avec moi. Je voulais pas le
vendre jusqu'à nouvel ordre; j'attendais toujours la réponse de la
lettre que j'avais écrite au général, à mon arrivée à Aix en Provence.
Je lui mandais: «que j'avais été attaqué par trente Arabes français, et
on nous a pris tout, jusqu'à toute votre argenterie. Je n'ai pas de
l'argent pour faire mon voyage ni pour manger. Quand nous étions dans la
frégate, vous avez eu la bonté de me donner de l'argent, mais les Arabes
français m'ont tout pris. Quand nous étions dans la ville de Fréjus,
vous m'avez dit: «Tu n'as pas besoin de tes pistolets, parce que, en
France, il n'y a pas d'Arabes»; mais je puis vous assurer, mon général,
il y en a eu trente à la fois. Si j'avais mes pistolets chargés, j'en
aurais tué quelques-uns, mais contre force n'est pas résistance. J'étais
seul contre trente Arabes.»

Le troisième jour que nous étions à Aix, j'étais à la porte de
l'auberge, qui donnait sur une grande promenade; j'aperçus un de nos
brigands qui passait, un sac sur son dos, en boitant, dans la grande
promenade. J'ai dit à un nommé Hébert, qui était avec moi: «Voilà un
voleur qui passe. Je suis sûr que c'en est un!» Il me dit: «Je ne crois
pas, car il me semble, c'est un soldat.» Je lui dis: «Je vas l'arrêter
et je l'amènerai au Conseil; on le fera interroger.»

Je courus moi-même à lui; je lui dis: «Viens avec moi, j'ai quelque
chose à vous dire», et je le conduis au Conseil où étaient toutes les
autorités de la ville. On l'a interrogé beaucoup. Il répondit au juge
que ce n'est pas lui qui était avec les brigands, mais qu'on lui a donné
quelques petites choses malgré lui. On a défait son sac, qui contenait
six couverts d'argent marqués _B_, qui appartenaient à mon général,
trois bagues à la dame, avec un grand châle de mousseline, qui
appartenait à cette pauvre femme qui était avec nous. On l'a jugé le
même jour, et fusillé le lendemain.

On nous a dit que le général Murat devait passer par la ville, le
quatrième jour. Je me suis présenté à la poste que les chevaux
attendaient son arrivée; je me suis présenté à la portière de la
voiture; je lui ai conté tous les malheurs qui nous étaient arrivés. Il
me donna cent louis pour mon voyage.

Le même soir, j'ai pris la poste avec messieurs Danger, Gaillon et
Hébert, pour Paris. Nous sommes arrivés à Lyon et fait séjour. Je suis
parti par la route de montagne de Tarare, qui est très-élevée, mais pas
autant que celle du mont Caucase. Quand nous sommes arrivés à la
barrière de Paris, on nous a arrêtés là pour visiter nos papiers. Ces
messieurs avaient des papiers, mais moi je n'avais rien. Je leur dis:
«Je vas chez le général Bonaparte; on vous donnera des papiers, si vous
en avez besoin.» Enfin on nous a laissés passer.

J'arrive rue de Chantereine, chez le général. Il me fait demander tout
de suite à mon arrivée. Il rit bien de bon cœur, quand il m'a aperçu. Il
me dit: «Eh bien, Roustam, tu as donc rencontré les Arabes français?» Je
lui dis: «Oui, cependant vous m'avez dit qu'il n'est pas de Bédouins en
France. Moi, je crois qu'il y en a dans tous les pays.» Et il me dit:
«Oh! que non. Je ferai finir bientôt ça. Je ne veux pas avoir, en
France, des Arabes.» Je lui dis: «Je crois ça sera un peu difficile.»
Après ça, il me présente à sa femme. Je lui baisai sa main, comme à la
mode d'Égypte. Elle m'a reçu avec bonté. Le soir même, elle m'amène,
dans sa voiture, au Théâtre italien, et elle me fait donner une jolie
chambre et un bon lit. Quelques jours après mon arrivée, j'ai eu la
fièvre pendant quatre jours. Elle venait me voir tous les jours. Elle me
faisait donner des bonnes et jolies couvertures pour me tenir chaud. On
ne disait jamais rien à l'autre mamelouck qui était avec moi. Après ça,
on nous a fait habiller tout en neuf. Quelques jours après, je voyais
tout le monde courir dans la maison en pleurant. Je ne savais pas
pourquoi.

Je rentrais dans le salon; je vois cette bonne madame Bonaparte sur un
canapé, entourée de beaucoup de monde; elle était sans connaissance. Je
me suis informé, à plusieurs personnes «qui ce qu'il y a de nouveau:
tout le monde pleure, pourquoi ça?» On me dit: «Le général a été se
promener avec monsieur Duroc, alentour de Paris, et on dit qu'ils ont
été assassinés tous les deux.» Je me trouve donc dans un état affreux.
Je pleurais comme un malheureux, mais, quelques heures après, j'ai vu
arriver le général, à cheval au grand galop, au milieu de la cour, et
tout le monde était bien content de son arrivée. De mon côté, j'étais le
plus heureux des hommes. Il paraît qu'il a été à Saint-Cloud, pour
chasser le Directoire qui tenait le Conseil dans l'orangerie de
Saint-Cloud. Il a pris une compagnie de grenadiers et rentra dans la
salle et mit tout le monde à la porte. Il y en a un qui a voulu donner
un coup de poignard au général: deux grenadiers avaient paré le coup.
Madame Bonaparte leur a donné, à chacun, une bague de diamant et le
grade d'officier, pour récompense d'avoir sauvé son mari. Un mois après,
nous avons été occuper le palais de Luxembourg, parce que la maison rue
de Chantereine était trop petite, et il s'est fait nommer Consul.

Dans ce moment-là, le général Murat faisait sa cour à la sœur du
général, qui fut mariée quelques jours après[68].

Le général Murat, il me faisait demander quelquefois chez lui. Il
faisait voir sa femme, en me disant: «N'est-ce pas, Roustam, ma femme
est bien jolie?» C'est vrai, aussi, elle était fort jolie et très
aimable; même elle m'a fait présent d'une petite bague de souvenir. Dans
ce moment-là, M. Eugène était encore sous-lieutenant dans les Guides du
Consul, que l'on organisait. M. Barbanègre était colonel. Le général
allait promener, tous les jours, en calèche sur les boulevards. Il
donnait un bon cheval pour que je l'accompagne partout. Un jour, nous
étions à la promenade, M. Lavigne, son piqueur, avait monté mon cheval,
et il m'avait donné un autre que je montais ce jour, mais le général
s'aperçut que je montais pas mon cheval et il fait arrêter sa calèche.
Il me dit: «Eh bien, Roustam, ce n'est pas la jument que je t'ai
donnée!» Je lui dis: «Non, mon général, c'est Lavigne qui monte
aujourd'hui.» Il était placé à la tête de la calèche. Il le fait venir à
côté de lui, qui était sur ma jument, et l'a beaucoup grondé d'avoir
monté mon cheval[69]: «S'il montait encore une autre fois, il le
mettrait à la porte.» Après ça, Lavigne mit pied à terre, et j'ai monté
sur ma bonne et jolie jument. Il n'y avait pas, dans Paris, une
trotteuse comme elle.

       *       *       *       *       *

Un mois après, on fait préparer le palais des Tuileries pour le Consul.
Quand il fut fini de meubler, le Consul est allé en grand cortège, et
moi à cheval à côté de sa voiture, et a fait son entrée au palais avec
grande cérémonie. Après ça, il se fait nommer Consul à vie. Quelques
jours après, je montais à cheval pour aller promener avec M. Lavigne.
J'avais un jeune cheval un peu rétif. En passant à côté du pont Royal,
pour aller au bois de Boulogne, mon cheval ne voulait pas avancer. Je
lui pique les deux flancs, et il partit au grand galop. Malheureusement,
le pavé était fort mauvais. Il faisait bien chaud. Voilà donc mon cheval
manque sur les quatre jambes. J'ai tiré si fort par la bride et bridon
que tout était cassé dans mes mains, mais il n'est plus de moyen de
soutenir mon cheval; il tombe à terre, et m'a jeté à quinze pieds de
lui. Sa tête, sa poitrine, tout était déchiré; le sang coulait partout.
Cette pauvre bête était malade pendant un mois.

Je voulais me relever, mais mon cœur me manque, et je pouvais pas remuer
mes jambes. J'avais un grand pantalon de Mamelouck et un pantalon à la
française, bien serré, un caleçon et une paire de bottes: tout était
déchiré! Les morceaux de chair de mes jambes traînaient par terre.
Beaucoup de bourgeois sont venus, avec Lavigne, à mon secours. Ils m'ont
mis dans une voiture, sans connaissance, et on m'a mené au palais des
Tuileries. On fait venir, sur-le-champ, M. Suë[70], chirurgien de la
Garde, qui m'a saigné cinq fois, et mis plusieurs planches à mes jambes,
et bien attachées avec des cordes. J'ai gardé ces planches pendant vingt
jours.

Le Consul a beaucoup grondé Lavigne, parce qu'il m'avait donné un jeune
cheval et rétif. Il était bien fâché de l'accident qui m'est arrivé. Il
m'envoyait tous les jours son médecin pour savoir de mes nouvelles.

Ma blessure n'était pas encore guérie quand j'ai appris que le Consul va
à l'armée[71]. Je voulais voir le Consul, mais le docteur ne voulait que
je marche. Un jour, sur les six heures du soir, j'ai été voir le Consul
après son dîner. Il me dit: «Te voilà! Comment t'es-tu laissé tomber du
cheval?» Je lui dis: «Ce n'est pas ma faute, il me paraît que les
chevaux de l'Arabie sont meilleurs que ceux de la France.» Et il me dit:
«Tu sors trop bonne heure; tu fatigueras ta jambe.» Je lui dis que non,
que je suis presque guéri. Je lui dis: «Mon général, j'ai appris que
vous allez à l'armée; j'espère que j'irai aussi.» Il me dit: «Non, mon
cher, ça ne se peut pas. Pour venir avec moi, il faut avoir des bonnes
jambes, et monter à cheval.» J'ai dit: «Mais je marche bien aussi, je
monterais aussi à cheval.» Il me dit: «Eh bien, marche au-devant de moi,
pour voir si tu boites!» Je faisais mon possible pour marcher droit,
mais c'était impossible, car je souffrais horriblement, et il me dit:
«Ne craignez rien, je serai de retour bientôt. Tu resteras avec ma
femme. Elle te laissera manquer de rien.»

Je n'étais pas content de rester à Paris, je désirais bien faire le
voyage. Madame, qui était à côté du général, dans le salon, me disait:
«Comment, Roustam! Pourquoi tu n'es pas content de rester avec moi? Je
t'aurais bien soigné!» Enfin j'ai fait mes adieux au Consul et je suis
allé dans ma chambre en versant des larmes de devoir rester à Paris,
malade, sans parents, sans amis, ni même de connaissances.

Mademoiselle Hortense, la fille de Madame Bonaparte, me faisait venir
chez elle bien souvent, pour faire mon portrait[72]; mes jambes me
faisaient toujours du mal. Bien souvent j'avais envie de dormir. Elle me
disait: «Roustam, ne dormez pas, je vais te chanter des jolis couplets!»
Un autre jour, elle me donne une tabatière dessinée par elle.

Dans ma maladie j'avais Mme Couder[73] et son mari, pour me soigner. Sa
fille venait tous les soirs, pour voir sa mère, et elle me soignait
aussi quelquefois. Après ma maladie, je voulais me marier avec elle.
Elle n'était pas jeune ni riche, mais je voulais faire son bonheur.
J'attendais le retour du Consul, pour lui demander la permission, mais
plusieurs personnes de la maison me disaient: «Le Consul vous donnera
jamais son avis pour un mauvais choix comme ça.»

Après la bataille de Marengo, le consul arrive à Paris, le ... (_sic_).
Il fit demander, sur-le-champ, de mes nouvelles, si j'étais tout à fait
rétabli.

Le premier service que j'ai fait, depuis le retour du Consul, c'était le
jour d'une grande parade, que j'ai monté à cheval avec le Consul. Le
maréchal du Palais, Duroc, voulait pas que je monte à cheval le jour de
parade. Ça me faisait de la peine. Je demande alors, au Consul, la
permission de ne jamais quitter, car M. Duroc veut m'en empêcher. Il me
dit: «Monte toujours, il faut pas écouter Duroc, ni personne.» Après,
j'ai monté toutes les fois qu'il y avait des parades. J'avais une selle
turque, toute brodée en or, et un cheval arabe pour les jours de parade,
et, pour le service ordinaire, j'avais des chevaux français, et la selle
à la hussarde galonnée en or, et je m'habillais comme je voulais.
J'avais des habits des Mameloucks, en velours et en casimir brodés en
or, bien riches pour les cérémonies, et des habits de drap bleu et
brodés, moins riches[74].

Un jour, au déjeuner du Consul, j'ai demandé la permission de me marier.
Il m'a dit: «Mais tu es encore trop jeune pour ça. La demoiselle
est-elle jeune et riche?» Je lui dis: «Non, mais elle sera une bonne
femme. Je l'aime bien.» Il me paraît qu'on avait prévenu le Consul pour
ça. Il me dit: «Non, non, je ne veux pas, tu es encore jeune et elle
n'est pas riche. Elle a vingt-quatre ans; tu n'as que quinze ans, tu
vois bien que ça ne peut pas s'arranger!» Enfin, il me refuse. J'ai bien
vu que ce refus était pour mon bien et j'ai été obligé de dire au père
et à la mère: «Le Consul ne veut pas que je me marie; c'est impossible
de le forcer.» Après qu'on a dit ça à sa fille, elle était désolée de
cette mauvaise nouvelle. Je l'ai consolée le mieux que j'ai pu. Elle a
été mariée, une année après, avec un homme d'Amérique. J'ai fait donner
une place à son mari, dans la même année.

Nous avons resté à la Malmaison trois mois pour prendre l'air de la
campagne. Le premier Consul a voulu que je reste à Versailles chez M.
Boutet[75] jusqu'à ce que j'apprenne à bien connaître les armes de
chasse. Comme la Malmaison n'est pas bien éloignée de Versailles, je dis
au premier Consul: «Si je reste toujours à Versailles, qui est-ce qui
couchera à la porte de votre chambre pour vous garder dans la nuit? Je
voudrais y aller le matin à six heures, et je travaillerais jusqu'à six
heures après midi, et je viendrais ici pour faire mon service?» Il me
dit: «Oui, tu as raison.»

J'ai fait tout ce trajet-là à cheval, et, pendant deux mois, M. Boutet
m'a montré tous les objets qui étaient nécessaires pour la chasse. Quand
j'ai appris tout, M. Boutet m'a donné une lettre pour le Grand Maréchal,
par laquelle je pourrais charger les fusils du premier Consul, et ses
pistolets. J'ai porté la lettre au Grand Maréchal. Il l'a montrée au
premier Consul, qui a été satisfait. M. Lerebours[76] me montrait aussi,
pendant longtemps, à connaître les lunettes et leur nettoyage, et
j'étais chargé de visiter, tous les jours, les lunettes du premier
Consul et de charger ses pistolets. Les jours de la chasse, je portais
sa carabine et je chargeais les fusils toujours à cheval. Il me faisait
toujours des compliments du service que je faisais auprès de lui.

Après quelque temps, le premier Consul a pris sa résidence au palais de
Saint-Cloud, et il s'est fait nommer Empereur des Français, ce qui était
un grand fait pour tout le monde.



III

Le manque d'appointements m'oblige à vendre un châle de
cachemire.--Colère de l'Empereur à cette nouvelle: il me fait donner un
traitement, puis le brevet de porte-arquebuse.--Berthier refuse de me
rendre mon sabre; l'Empereur me donne un des siens.--Il m'invite à
envoyer mon portrait à ma mère, et promet de la faire venir à
Paris.--Mes campagnes.--L'Empereur consent à mon mariage.--Campagne
d'Austerlitz.--Mariage du Vice-Roi d'Italie.--L'Empereur signe à mon
contrat et paye les frais de ma noce.--Son couronnement à Milan.--Je
réclame l'arriéré de ma solde de Mamelouck et obtiens mon congé de ce
corps.--Un cadeau de l'Empereur.--Danger par lui couru à
Iéna.--J'apprends à Pultusk que je suis père.--Eylau.--M. de
Tournon.--L'Empereur et le maréchal Ney.--Friedland.--Entrevue de
Tilsitt.--La reine de Prusse et sa coiffure «à la Roustam».--Ma
présentation au tsar Alexandre.--Fêtes de Tilsitt.--Dresde.--Mon retour
à Paris dans la voiture de l'Empereur.--Surprise agréable que ma femme
me ménageait.


Depuis trois années que j'étais chez l'Empereur, je n'avais pas été
payé. Je n'avais aucun traitement. Je ne demandais rien et on ne me
donnait rien non plus. L'Empereur ne savait rien de tout cela. Je
n'avais pas même un peu d'argent pour acheter du tabac. J'avais un châle
de cachemire. J'ai préféré le vendre que de demander de l'argent à
l'Empereur. Cependant, toutes mes connaissances me disaient: «On croit,
dans le monde, que l'Empereur vous donne beaucoup d'argent. Il faut en
demander!» Mais j'ai beaucoup connu M. Venard[77], qui était mon
protecteur et mon ami, qui me prit en amitié depuis mon arrivée
d'Égypte. Il n'a jamais voulu que je demande de l'argent à l'Empereur,
en me disant: «Laissez-le faire, l'Empereur vous laissera jamais manquer
de rien; il faut rester comme vous êtes.» Enfin je suivis toujours ses
bons conseils, et je m'en suis trouvé toujours bien.

Avec tout ça, je n'avais pas d'argent pour faire quelque petite dépense
que j'avais besoin. J'ai donné mon châle à un homme qui venait
quelquefois me voir, pour vendre quinze louis, mais le cochon m'a
apporté dix louis, en me disant qu'il me remettra cinq autres dans trois
jours. Les trois jours passent, un mois passe, pas de réponse! Je me
suis présenté un jour chez lui. Il était déménagé, mais le portier me
donna son adresse, qui était à côté du passage Feydeau. Je lui fais
écrire plusieurs lettres. Je n'ai jamais eu aucune réponse. Un beau
jour, j'ai été moi-même chez lui, que j'ai trouvé. Il me fait
très-mauvaise mine, en me disant: «Je n'ai pas d'argent à vous payer:
j'ai vendu votre châle quinze louis; dix pour vous, cinq pour moi!» Je
le menace de le faire mettre en prison. Il me dit: «Je ne vous crains
pas!» Je lui dis: «C'est bon, adieu, nous nous reverrons!»

Une personne m'a dit qu'il dînait tous les jours à la table d'hôte, à
côté de la porte Saint-Martin, et j'avais bien l'adresse. Je me suis
présenté, un jour, à deux heures après-midi, pour savoir s'il y était.
La bourgeoise, dans son comptoir, me dit: «Vous demandez M. Antoine?[78]
Il est à table.» Je lui dis: «C'est bien, je vous remercie.» Et je me
suis retourné au palais des Tuileries. J'ai fait demander l'officier de
grenadiers qui était de service, et que je connaissais depuis Grand
Caire. Je lui demande deux grenadiers, et les mène à la maison où était
à dîner M. Antoine. J'ai dit à la servante: «Dites à M. Antoine qu'il
descende. Il y a une personne qui désire lui parler.» Le voilà qui
descend. Je le mis entre les mains des grenadiers, pour le faire mettre
en prison, mais il a bien vu que j'avais agi sévèrement; il me demande
de le faire conduire chez lui, il me paiera tout de suite. Et je suis
allé. Il m'a payé, comme nous étions convenus, et je donne douze francs
aux grenadiers, pour boire la bouteille.

Un mois après, l'Empereur est venu à Paris[79] pour passer une grande
parade et rester quelques jours à Paris. Comme je couchais toujours à sa
porte, il me demanda un jour, à souper à minuit. J'avais son souper
toujours à côté de moi; je le servais dans son lit où il était couché
avec l'Impératrice. L'Empereur me dit: «Roustam, es-tu riche? As-tu de
l'argent?» Je lui dis: «Oui, Sire, tant que j'aurai le bonheur d'être
toujours auprès de Votre Majesté, ça sera une grande fortune pour moi.»
Il me dit: «Enfin, si je te demande de l'argent, pourras-tu m'en
prêter?» Je lui dis: «Sire, j'ai dans ma poche douze louis. Je vous
donnerai tout.--Comment, pas plus que ça!--Non, Sire.» Et il me dit:
«Combien as-tu d'appointements?--Rien, Sire. Je me plains pas; je me
trouve heureux.--Enfin, combien gagnes-tu avec moi?» Je ne voulais pas
encore lui dire la vérité. Il commença à être très-mécontent contre
monsieur Fischer, qui était à la tête de sa Maison. Il me dit encore:
«Dis-moi donc combien tu gagnes avec moi?» Je lui dis: «Rien. J'ai rien
demandé, et ils m'ont rien donné.--Comment! Depuis deux années tu n'as
pas d'argent?» Je lui dis: «Je vous demande pardon, Sire. En revenant
d'Égypte, j'avais un châle de cachemire; je l'ai vendu pour avoir un peu
d'argent, pour avoir du tabac et quelques petites dépenses que j'avais
besoin de faire.»

Après ça, il se mit en colère tout-à-fait contre monsieur Fischer; il me
dit: «Va chercher Fischer![80]» Comme je ne pouvais pas quitter la porte
de l'Empereur, j'ai envoyé le chercher par un garçon de garde-robe.
Quand Fischer m'aperçut, il me dit: «L'Empereur est-il de bonne humeur?
Pourquoi me fait-il demander à l'heure qu'il est?» Je lui dis: «Je ne
sais rien, mais ne craignez rien; il est de bien bonne humeur.» Et
j'annonce monsieur Fischer à l'Empereur, qui le reçut assez mal. Il l'a
beaucoup grondé, en lui disant: «Pourquoi Roustam n'est-il pas sur les
états de ma Maison? Je suis entouré de Français qui me servent par
intérêt. Voilà un homme qui m'est bien attaché. On ne lui donne pas
d'appointements depuis deux années!» Et il lui dit: «Sire, je ne voulais
rien faire sans ordres.» L'Empereur lui dit: «Vous êtes un imbécile; il
fallait m'en prévenir; j'ai autre chose à penser qu'à ça. Allez
sur-le-champ le faire mettre sur les états de mes valets de chambre!»
Mais il n'a rien dit pour l'arriéré de deux années que j'avais rien
reçu.

Après ça, on m'a payé 1.200 livres par an, comme tout le monde. Quelques
années après, on m'a mis à 2.400 livres. On organisait la Maison de
l'Empereur; on avait pris des Pages. Le contrôleur Fischer me dit:
«Roustam, vous ne servirez plus l'Empereur.» Je lui dis: «Pourquoi ça?
Je le sers depuis l'Égypte. Est-ce que l'Empereur est mécontent de moi?»
Il me dit: «Non, on fait comme autrefois: vous donnerez les assiettes
propres aux Pages qui les donneront à l'Empereur eux-mêmes, et vous
recevrez les sales des mains des Pages.» Je lui répondis: «Non, je ne
servirai pas de cette manière-là. Si l'Empereur me dit pourquoi je ne
sers pas, alors je lui dirai ma façon de penser.» Je n'ai pas servi
depuis cette époque-là, et l'Empereur ne m'en a jamais parlé.

Le prince de Neufchâtel avait présenté à l'Empereur un état pour
organiser la chasse à tir, mais il manquait un porte-arquebuse. Le
prince propose un homme pour porte-arquebuse, mais l'Empereur n'a pas
voulu, en disant au Prince: «Cette place appartient à Roustam. Il a
appris son métier chez Boutet, et il chasse toujours avec moi; même
c'est un très honnête homme. Il faut avoir des égards.» Mais je ne
savais rien de tout ça. J'ai su ça que quelques jours après.

Il y avait bien longtemps que le prince de Neuchâtel m'avait promis une
permission de chasse pour Saint-Germain. Je l'attendais tous les jours
pour faire une grande chasse au lapin: un jour, le chasseur du Prince
m'apporta une très-grande lettre de la part du Prince. Je pensais que
c'était ma permission de chasse. Point du tout, c'était mon brevet de
porte-arquebuse[81], que le Prince m'envoyait, avec une lettre de lui
très aimable. Cette place de porte-arquebuse montait à 2.400 livres par
année. Après ça, je me suis présenté sur-le-champ chez l'Empereur, pour
le remercier de toutes les bontés qu'il avait pour moi: «Je ferai mon
possible pour mériter les bontés de votre Majesté.»

Il me dit: «Roustam, je t'ai donné un bon sabre en Égypte, je ne le vois
pas. Pourquoi tu le portes pas?» Je lui dis: «Sire, quand nous sommes
arrivés à Fréjus, le prince Berthier m'a demandé que je lui prête mon
sabre et m'a dit qu'il me le rendrait à mon arrivée à Paris. Mais il ne
me l'a pas encore rendu.» Il me dit: «Je ne veux plus de ça. Va le lui
demander, de ma part, aujourd'hui.» Et je me suis rendu chez le Prince,
et je lui ai demandé mon sabre de la part de l'Empereur.» Il me dit: «Je
n'ai pas de sabre à toi. Je ne sais pas ce que tu me demandes.» Et je
retourne à la maison. Je dis à l'Empereur ce que m'a dit le Prince.
L'Empereur m'envoie une seconde fois. Il me dit: «Berthier veut garder
ton sabre. Je ne veux pas ça. Dis-lui bien de ma part qu'il te rende ton
sabre.» Et je retourne encore, le même jour. Le Prince me dit:
«Comprends-tu le français?» Je lui dis: «Oui, monseigneur.» Il me dit:
«Eh bien j'ai fait un troc avec l'Empereur; je lui ai donné un de mes
sabres pour le tien.» Je lui dis: «Oui, je comprends très-bien, à
présent.»

Et je conte tout ça à l'Empereur. Il me dit: «Berthier est un vilain. Ça
ne fait rien. Je vais te donner un de mes sabres.» Il fait demander, à
monsieur Hébert, son valet de chambre, tous ses sabres, et il m'en a
choisi un assez bon, la lame et le fourreau tout en damas. Je l'ai bien
remercié, et je l'ai porté tous les jours.

Quelques jours après, nous avons été passer quelques jours à la
Malmaison. Un jour, à son coucher, il me dit: «Roustam, as-tu vu le
maréchal Bessières?» Je lui dis: «Non, Sire, je ne l'ai pas vu
aujourd'hui.» Et il me dit: «Je lui ai donné quelque chose pour toi.» Le
lendemain, le maréchal Bessières m'a remis une inscription de 500 livres
de rente en perpétuel, en me disant que c'était de la part de
l'Empereur.

Quand nous sommes retournés à Saint-Cloud, l'Empereur était à se
promener dans l'Orangerie. Il me dit: «Eh bien, Roustam, as-tu vu
Bessières?» Je lui dis: «Oui, Sire, je vous remercie, il m'a donné un
billet de 500 livres de rente.» Il me dit: «Tu ne sais pas les compter.
C'est bien plus que ça.» Je dis: «Je vous demande pardon, Sire, je sais
bien compter, il n'y a pas plus que 500 livres de rente.» Il me dit: «Ce
n'est pas vrai. Va chercher ton billet, que je voie.» Le billet était
dans ma chambre. J'ai été le chercher. Il a pris la lecture. Après ça,
il me dit: «Tu as raison.» Et il me rend le billet, en me disant: «Je te
fais 900 livres de rente: il me paraît que Bessières a gardé 400 livres
pour lui. C'est bien mal de sa part!» Le même jour il a fait venir le
maréchal Bessières, l'a beaucoup grondé pour ça. Le maréchal a cru que
j'avais parlé pour ça à l'Empereur. Je ne le craignais pas, parce que je
n'étais pas fautif. Il me dit un jour, le maréchal: «Je viens de parler
à l'Empereur, et tu parleras à présent, si tu veux.» Je lui dis:
«Monseigneur, je n'ai jamais parlé à l'Empereur que pour le remercier de
toutes les bontés qu'il a eues pour moi; c'est lui-même qui m'a demandé
mon billet. Je vous jure ma parole d'honneur, je n'ai pas ouvert la
bouche contre vous.» Trois jours après, l'Empereur me fait donner, par
son secrétaire[82], 400 livres de rente. Ça me fait donc les 900 livres
de rente.

       *       *       *       *       *

Avec tout ce bonheur-là, je n'avais jamais oublié ma pauvre mère et ma
sœur. Je leur ai écrit quatorze lettres, par Constantinople et
Saint-Pétersbourg, et je n'ai jamais reçu la réponse.

Nous étions, un jour, à la chasse; l'Empereur me dit: «Roustam, as-tu
ton portrait?» Je lui dis: «Oui, Sire, je l'ai fait faire par monsieur
Isabey, en miniature[83].» Et il me dit: «Le maréchal Brune va partir,
aujourd'hui, pour ambassade, à Constantinople. Il faut envoyer ton
portrait à ta mère.» Je n'étais pas content de ça, parce que l'Empereur
m'avait promis, plusieurs fois, de faire venir ma mère.

Je dis à l'Empereur: «Sire, votre Majesté veut que j'envoie mon portrait
à ma mère; est-ce que votre Majesté la fera pas venir?» Il me dit: «L'un
n'empêche pas l'autre. Envoie toujours ton portrait et je la ferai venir
après.»

Il y avait, à Paris, un marchand arménien qui voulait faire le voyage de
Tartarie et de Crimée pour chercher ma mère et ma sœur que j'avais
laissées dans ce pays-là, mais il me demandait un passeport signé par
l'Empereur et trois mille francs et une voiture. Je me suis vu obligé de
m'adresser à l'Empereur pour demander son consentement. Il me dit: «Cet
Arménien demande tous ces objets-là pour vendre ses marchandises. Après
ça, il viendra te dire qu'il n'a pas trouvé ta mère. Comme il connaît le
pays, qu'il fasse le voyage, je ne lui donnerai rien d'avance. À son
retour, il t'amènera ta mère. Si elle est morte, il t'apportera un
certificat du gouverneur du pays. Après ça, je lui paierai tous les
frais de son voyage et dix mille francs d'indemnité.»

Et je lui dis tout ça de la part de l'Empereur. Il n'a pas voulu
entreprendre le voyage. Après ça, j'ai écrit encore plusieurs lettres,
et je n'ai pu recevoir de leurs nouvelles.

J'ai fait toutes les campagnes avec l'Empereur: la première campagne
d'Autriche, la campagne de Prusse et de Pologne, la seconde campagne
d'Autriche, et celle d'Espagne, et la campagne de Moscou et de Dresde,
et celle de l'intérieur de la France, et deux voyages d'Italie, et celle
de Venise, et le voyage de la Hollande, où j'ai gagné la fièvre, et où
l'Empereur m'a fait donner une voiture de la Maison pour retourner à
Paris.

Sept ans après mon arrivée d'Égypte, je voulais définitivement me marier
avec la fille de Douville, qui était fort jolie et appartient à honnête
famille, et que je connaissais depuis fort longtemps. Elle avait seize
ans, j'allais la voir tous les jours, mais je n'osais pas parler de
mariage. Quelques jours avant le premier voyage d'Autriche, j'ai donné
un déjeuner à Douville qui était premier valet de chambre de
l'Impératrice Joséphine, et à monsieur Le Peltier, que je connaissais
beaucoup par Douville, qui était son ami. J'avais donné le déjeuner à
ces deux personnes pour demander à Douville sa fille en mariage. Après
le déjeuner, j'ai dit à Douville: «Tu as une jolie fille et je suis
garçon; si j'étais assez heureux de réussir, je demanderais en mariage.»
Enfin, moi et Peltier, nous lui avons beaucoup parlé pour qu'il me
refuse pas. Il m'a répondu: «Je tiens entièrement à la réputation de ma
fille. Je ne peux pas dire oui, sans que l'Empereur vous donne son
consentement.»

Comme nous partions pour l'Autriche, je lui ai demandé la permission
pour écrire à sa fille, pour demander de ses nouvelles, et, à mon
retour, je la ferai demander à l'Empereur. Enfin, nous nous sommes
embrassés l'un et l'autre. Le même soir, Douville était de service. Je
lui dis: «L'Empereur est dans sa chambre. J'ai grande envie de lui
demander son agrément, avant mon départ[84].» Douville me dit: «Oui, je
ne demande pas mieux, au moins nous serons tranquilles.» Et je me suis
rendu chez l'Empereur.

Il me dit: «Eh bien, Roustam? Qu'est-ce que tu veux? Mes armes
sont-elles en bon état?» Je lui dis: «Oui, Sire, mais j'ai une grâce à
demander à Votre Majesté.» Il me dit: «Dis-moi ce que c'est.--Votre
Majesté connaît le nommé Douville qui est attaché au service de
l'Impératrice. Il a une fille fort jolie et jeune. Elle est fille
unique. Je demande la permission de me marier.» Il me dit: «A-t-elle
beaucoup _filone_[85] (c'est-à-dire beaucoup d'argent)?» Je lui dis: «Je
ne crois pas, j'ai le bonheur d'appartenir à votre Majesté, il me
manquera jamais rien!» Et il me dit: «Mais nous allons partir dans
quelques jours. Tu n'auras pas le temps.» Je lui dis: «Si votre Majesté
me dit oui, eh bien, ça sera à notre retour!» Et il me dit: «Oui, je
t'accorde. À mon retour, je te marierai.» J'étais donc content comme un
roi; j'étais tout de suite voir Douville. Je lui ai annoncé l'heureuse
nouvelle pour notre bonheur, et il était bien content. Il m'a embrassé
bien sincèrement.

Le lendemain, j'ai été faire une visite à sa femme et à sa fille, qui
était déjà prévenue. Ils m'ont reçu à merveille et, quelques jours
après, je suis parti pour l'armée. Nous avons traversé le royaume de
Wurtemberg et Bavière et arrivé à Vienne. Après ça, nous sommes partis
pour Austerlitz. C'est là où on a donné la dernière bataille décisive.
Trois jours après, l'Empereur Napoléon a eu une entrevue avec l'Empereur
d'Autriche. Après, nous sommes partis pour Schœnbrunn, à une lieue de
Vienne, un grand palais de l'Empereur d'Autriche.

Un jour, je suis allé à Vienne de bien bonne heure, avec plusieurs de
mes amis, pour déjeuner; j'ai resté dans la ville jusqu'à trois heures
après midi; j'ai rencontré une personne de la Maison qui passait à
cheval; je lui ai demandé s'il y avait quelque chose de nouveau. Il me
dit: «Rien de nouveau depuis ce matin.» Je lui demande ce qu'il y a de
nouveau: «Je vous prie de me le dire, car je ne sais rien, parce que je
suis ici depuis ce matin.» Il me dit: «La paix est signée depuis ce
matin; il est parti déjà un service pour Munich et l'Empereur part
demain au matin.» Enfin j'étais le plus heureux des hommes, pour la
tranquillité de tout le monde et pour mon bonheur, car je désirais bien
arriver à Paris pour mon mariage, comme l'Empereur m'avait promis.

Nous sommes arrivés à Munich, et l'Impératrice est arrivée quelques
jours après, pour rejoindre l'Empereur qui attendait pour le mariage du
Vice-Roi, avec la fille du Roi de Bavière. Nous avons eu, tous les
jours, grand fête, et la ville illuminée tous les soirs. L'Empereur a
fait plusieurs chasses à tir et à courre où j'ai chargé ses fusils.
Quelques jours après, nous sommes arrivés à Wurtzbourg où on avait
préparé une grande fête pour l'Empereur et l'Impératrice.

L'empereur a chassé aussi une fois, avec le roi de Wurtemberg. À la
chasse, l'Empereur a fait présent d'une carabine de grand prix au roi.
Comme j'étais porte-arquebuse, j'ai porté la carabine chez le roi.

Quelques jours après, nous sommes arrivés à Paris. L'Empereur m'a promis
de me marier, mais le Grand Juge et l'Archevêque de Paris ne voulaient
me donner la permission, en me disant que je suis pas catholique romain.
Je leur disais: «Je suis géorgien; les géorgiens sont tous chrétiens.»
Il voulait pas entendre les raisons. Je suis obligé de m'adresser encore
à l'Empereur, qui m'a donné une lettre pour le Grand Juge et une pour
l'Archevêque de Paris.

Après ça, je suis marié un mois après mon retour de voyage. L'Empereur a
eu la bonté de signer mon contrat de mariage et payer les frais de ma
noce[86].

Dans le premier voyage d'Italie, pour le couronnement de l'Empereur, on
voyageait si rapidement que tout le monde était tombé de fatigue et de
sommeil.

L'Empereur restait quelques jours au palais de Stupinigi, à une lieue de
Turin.

L'Empereur fait plusieurs chasses du cerf. C'est moi qui chargeais
toujours sa carabine.

L'Impératrice disait à l'Empereur: «Il faut rester encore ici quelques
jours, parce que tout le monde est bien fatigué.» Et l'Empereur disait:
«Ça sont des mous: vois Roustam. Il voyage nuit et jour avec moi, il
n'est pas fatigué, il a toujours bonne mine!»

Le lendemain, nous sommes partis pour Alexandrie, et nous avons parcouru
à cheval le terrain de Marengo, où on avait donné la grande bataille.

Un jour après, l'Empereur a couché, à Milan, dans son palais qui était
préparé pour le recevoir, et nous avons resté à peu près un mois en
faisant toujours quelque petit voyage dans le royaume.

Après ça, l'Empereur s'est fait couronner roi d'Italie, et l'Empereur
partit pour Fontainebleau, en passant par le Mont-Cenis et Lyon.

Nous sommes arrivés tout seuls. Toutes les voitures et tous les hommes à
cheval étaient restés en arrière, et sont arrivés un jour après nous.

Je compte toujours dans les compagnies des Mameloucks qui étaient
attachées dans la Garde. Comme j'étais marié, je voulais avoir mon congé
absolu, mais je retardais toujours pour toucher ma paye du régiment. Je
ne l'avais pas reçue depuis trois années.

J'ai écrit plusieurs fois à monsieur Mérat[87], maréchal des logis des
Mameloucks; je n'ai jamais reçu la réponse. La quatrième que je lui
écris, je lui ai marqué que, s'il ne veut pas me payer ce qu'il me
devait, je me ferais payer par l'Empereur. Il me paraît qu'il a eu peur,
car il a fait voir ma dernière à son colonel.

Il m'a écrit une très-honnête, mais, au bas de la lettre, le colonel
avait écrit quelques lignes en me disant: «Un inférieur doit obéir à son
supérieur. J'écrirai à l'Empereur.» Je lui ai fait la réponse: «Quand il
voudra écrire à l'Empereur, qu'il m'envoie sa lettre; je la remetterai à
l'Empereur, comme je suis auprès de lui, la nuit et le jour.»

Je n'ai pas reçu la réponse.

Quelques jours après, monsieur Mérat, maréchal-des-logis, vient, à
Saint-Cloud, chez moi, le matin à neuf heures, en bourgeois. Il était
assis à côté de moi; il commence la conversation en me disant: «J'ai
reçu une lettre de vous. Il m'a paru bien dur de la manière qu'elle
était écrite.» Je lui dis: «Très-possible; je suis fâché de cela, vous
savez bien que voilà la quatrième lettre que je vous ai écrite. Si vous
aviez pris la peine de me faire la réponse à la troisième, vous n'auriez
pas trouvé la quatrième aussi dure. J'ai reçu une lettre de vous, il y a
quelques jours, où monsieur Delaitre[88] me menaçait, en me disant: «Un
inférieur doit obéissance à son supérieur!» Vous croyez donc que je
crains ses menaces? Non! non! Il faut pas qu'il mette ça dans sa tête;
j'ai rien à faire avec lui. L'Empereur est mon chef, je n'en connais pas
d'autre. Dorénavant, s'il m'écrit des lettres menaçantes, je dirai à
l'Empereur ce que je pense de lui et vous, monsieur Mérat. Depuis trois
années, je vous ai rien demandé: pourquoi me paieriez-vous pas ma solde
de Mamelouck?»

Il me dit: «Parce que j'ai été nommé officier et j'ai dépensé votre
argent pour acheter des chevaux.» Je lui dis: «Ce n'est pas pour me
payer, mais ce n'est pas honnête de votre part de n'avoir pas fait la
réponse de plusieurs lettres que je vous ai écrites!»

Ma femme, qui était à côté de moi, voulait changer la conversation, pour
que nous ne parlions pas d'affaires aussi disputantes. Je lui dis avec
regret qu'il faut pas qu'elle se mêle d'une affaire qu'elle ne
connaissait pas, et elle entra dans sa chambre, et je dis à Mérat: «Par
quel droit que vous gardez les soldes des Mameloucks depuis si
longtemps? Vous êtes chez moi, à présent, vous ne sortirez de la maison
sans me payer ce que vous me devez, sans cela je vous ferai arrêter par
la Garde et je parlerai au maréchal Bessières (qui servait auprès de
l'Empereur).» Il me dit: «Hé bien, j'ai trois cents francs. Ça vous paye
aujourd'hui; le reste, je vous le payerai quand j'aurai de l'argent.» Je
lui dis: «Je ne veux pas ça. Je prendrai les trois cents francs en
compte, et vous allez me faire, sur le compte, un billet de votre main,
sur le quartier-maître des Chasseurs de la Garde, payable cent francs
par mois, à Monsieur ou à Madame Roustam, jusqu'à ce que les payements
soient finis.»

Et j'ai reçu le tout, et j'ai demandé au maréchal Bessières mon congé
absolu, qu'il m'a donné, et j'ai fait signer par les maréchaux et les
généraux de la Garde et les colonels. Ma femme était enchantée que j'aie
demandé mon congé, parce que je n'avais plus rien à faire avec le corps
des Mameloucks.

       *       *       *       *       *

La même année, le dey d'Alger envoya plusieurs chevaux à l'Empereur,
avec une paire de pistolets et une canardière toute enrichie de corail
taillé, qui était dans la chambre de l'Empereur. Je voulais la remettre
avec les autres dans son cabinet, mais monsieur Hébert, son premier
valet de chambre, me dit: «Il faut pas entrer dans sa chambre sans
prévenir l'Empereur!»

Le même jour, en conduisant l'Empereur dans son cabinet, il passe dans
sa chambre; je lui dis:

«Sire, si votre Majesté veut, je remettrai les armes qui sont ici dans
le cabinet de votre Majesté, avec les autres.» Il me dit: «Voyons,
montre-les moi.» Il examine bien le fusil, et il me dit: «Tiens, je te
le donne, et les pistolets aussi, car ils sont pareils. Porte ça dans ta
chambre.»

       *       *       *       *       *

Ma femme était grosse de sept mois quand je suis parti pour la campagne
de Prusse et de Pologne, qui a duré onze mois.

La première grande bataille a été donnée à Iéna, et toute l'armée
prussienne, en quelques jours de temps, était détruite, mais avant la
bataille, dans la nuit, l'Empereur voulait lui-même visiter les
avant-postes, accompagné de deux maréchaux, le prince Borghèse, le
maréchal Duroc, et moi qui le quittais jamais.

L'Empereur a visité l'aile gauche de l'armée, et il voulait passer par
le devant des factionnaires pour aller visiter la droite. Un moment,
nous étions arrivés tout-à-fait au bout, voilà que l'on fait un feu de
file sur l'Empereur. On croyait que nous étions les ennemis. Nous avons
tous cerné l'Empereur de tous les côtés, pour que les balles touchent
pas à l'Empereur, et nous avons crié: «Cessez le feu, nous sommes
Français!» Enfin, on fait cesser le feu, et nous sommes rentrés dans les
rangs, sans avoir aucun danger.

L'Empereur a couché, dans la nuit, sur un plateau. Je lui ai donné un
mouchoir pour mettre sur sa tête, et son manteau que j'avais toujours
avec moi. J'ai arrangé un lit de paille dans sa baraque, et je l'ai
couvert avec son manteau.

Et la bataille était commencée à sept heures du matin. Il faisait un
brouillard très épais. On voyait pas clair, mais, vers les dix heures,
nous avons eu un temps charmant.

Le jour de la bataille, l'Empereur a couché à Iéna même. Le lendemain,
il a fait renvoyer tous les prisonniers chez eux, en leur disant: «Je ne
fais pas la guerre contre les Saxons!» Et les Prussiens renvoyés dans
l'intérieur de la France.

Quelques jours après, l'Empereur fait son entrée à Berlin, à la tête de
toute sa Garde, et descendu au palais du Roi.

Après, nous sommes partis pour Varsovie, en passant par Posen.

Après avoir resté quelque temps à Varsovie, nous sommes partis pour
Pultusk, où on a encore donné une bataille contre les Russes, que nous
avons gagnée, et beaucoup de prisonniers et du canon.

Il faisait un temps affreux; tous les soldats se plaignaient du froid,
mais pas autant qu'en Russie. C'est là que j'ai reçu une lettre de ma
belle-mère. Elle m'annonçait l'accouchement de ma femme d'un garçon. Je
pleurais de joie, j'étais content comme un roi d'avoir un garçon.

Le même jour, j'ai prévenu l'Empereur que ma femme était accouchée d'un
garçon. Il me dit: «C'est bien, j'ai un Mamelouck de plus: il te
remplacera, je l'espère!»

Et nous sommes partis pour Eylau, en Prusse, que nous avons eu encore
une bataille, et nous avons gagné. Et nous avons pris vingt-cinq pièces
de canon, pas beaucoup de prisonniers, mais beaucoup de morts. Les
blessés qui se trouvaient sur le champ de bataille étaient cachés par la
quantité de neige. On leur voyait que leurs têtes.

J'avais toujours des provisions, les jours de bataille. J'avais avec moi
une bouteille d'eau-de-vie: j'ai distribué moi-même aux blessés, pour
donner un peu de force dans la neige.

Moi-même, le jour de la bataille d'Eylau, je manquai d'être gelé; je ne
le fus pas, grâce à M. Bongars[89], aide de camp du prince de Neuchâtel.
Il y avait plusieurs jours que j'avais dormi. Je tenais mon cheval par
la bride, et j'étais caché, la moitié de mon corps dans la neige, et je
me suis endormi par le bruit des canons tirés aussi souvent. M. Bongars
m'a aperçu. Il vient à moi en me disant: «Malheureux, qu'est-ce que vous
faites là? Vous allez être gelé. Il faut pas dormir!» Le même instant,
l'Empereur monte à cheval. Je me suis trouvé tout-à-fait derrière
l'Empereur, et M. Tourneur[90], qui était chambellan de l'Empereur,
était à cheval derrière moi. Il n'osait pas trop avancer, parce que les
boulets de canon tombaient, à côté de nous, comme de la grêle; il
tourmente exprès son cheval, et il tombe sur la neige, comme s'il était
sur un matelas, et il me dit: «Je vous en prie, M. Roustam, je ne peux
pas monter à cheval. Je vas retourner au quartier général. Je vous prie
de dire à l'Empereur que j'ai reçu une chute de cheval, et je ne peux
suivre.»

Tout le monde qui était là riait de bon cœur. L'Empereur ne m'en a pas
parlé, je n'ai rien dit non plus.

Et nous sommes partis, quelques jours après la bataille, pour Osterode,
pour faire prendre des cantonnements à l'armée.

Nous avons resté à Osterode quelques jours.

L'Empereur, un soir, a joué aux cartes avec le prince de Neuchâtel,
maréchal Duroc et plusieurs autres personnes. Il a gagné un peu
d'argent; il a eu la bonté de me faire demander et m'a remis 500 francs
de son gain en me disant: «Tiens, voilà pour toi!»

Après ça, l'Empereur a pris son quartier général à Finkenstein, que nous
avons resté jusqu'au printemps. Dans cet intervalle, j'ai fait plusieurs
voyages avec l'Empereur, de Dantzig, Marienverder, Marienbourg.

On parlait beaucoup de la paix. J'étais bien content de cela, pour avoir
le bonheur de voir ma femme et mon fils. Près de dix mois que je l'avais
vue, mais je recevais leurs nouvelles, presque tous les jours, par les
estafettes de l'Empereur, bien exactement: ça me consolait un peu, car
c'était trop de d'être privé ma famille depuis dix mois.

Un jour, vient arriver un aide de camp de maréchal Ney, prévenir
l'Empereur que les Russes ont attaqué le corps de maréchal Ney avec
quarante mille hommes, et le maréchal a battu en retraite pendant quinze
lieues, sans perdre une pièce de canon, ni aucun soldat.

En deux jours de temps, l'Empereur fait réunir son armée et partit
lui-même pour commander en chef, comme tous les jours.

L'Empereur part pour le quartier général de maréchal Ney, il était
arrivé à onze heures du soir. Il a reçu le maréchal, il lui a dit, en
riant: «Comment, monsieur le maréchal Ney, vous avez laissé vous battre
par les Russes?» Le maréchal lui dit: «Sire, je vous jure sur ma parole
d'honneur, ce n'est pas ma faute. Ils m'ont attaqué, que je ne m'y
attendais pas, même avec grande force, et moi, j'avais, dans ce
moment-là, bien peu de monde!»

Je voyais que les larmes roulaient dans les yeux de maréchal. Il n'était
pas trop content d'avoir battu en retraite.

L'Empereur disait au maréchal Ney, en soupant avec: «C'est rien, ça;
nous réparerons cette faute-là!»

Le lendemain, nous avons commencé, dans tous les points, d'attaquer
l'ennemi et poursuivre jusqu'à Friedland, en passant par Eylau, que nous
avions donné une grande bataille dans l'hiver.

C'est le prince Murat qui commande toute la cavalerie de l'armée, même
il avait le titre de lieutenant de l'Empereur.

En arrivant à Friedland, nous avons trouvé toute l'armée russe en
bataille, devant une rivière assez forte.

Le lendemain, l'Empereur fait attaquer par les tirailleurs, et la force
de l'armée était cachée dans les bois.

En attendant, pour faire connaître les forces de l'ennemi, et après
avoir fait bien engager dans tous les points, on a tiraillé, depuis sept
heures du matin, jusqu'à trois heures après midi.

Après que l'Empereur a vu que l'ennemi tenait ferme, il fait engager
dans tous les points, comme il désirait. Il fait venir, au même moment,
le maréchal Ney, il lui ordonne qu'il prenne cette division et qu'il
marche, au pas de charge, sur le pont qui se trouvait derrière la ville,
et les deux autres divisions soutiendront par la droite.

Le maréchal dit à l'Empereur: «Oui. Sire, je vais exécuter les ordres de
Votre Majesté, et Elle sera satisfaite, je l'espère.»

Il prend sa division et marcha directement sur le pont, en traversant
dans la ville. Il a arrivé à son but et fait mettre le feu au pont.

Voilà donc l'armée de l'ennemi coupée en deux. Celle de la droite était
presque détruite par le maréchal Ney.

Quand lui était avec une division sur le pont, les deux autres divisions
étaient sur la droite. Il fait marcher au pas de charge, en face de la
rivière. L'ennemi voulait passer le pont, mais il était déjà coupé. Il
voulait, après, passer à la nage. Plus des trois quarts étaient noyés,
en laissant, en grande partie, leurs canons et les bagages.

La victoire était tout-à-fait en notre pouvoir. Au même instant,
l'Empereur fait venir encore le maréchal Ney, l'embrasse au bras le
corps, en lui disant: «C'est bien, monsieur le maréchal; je suis fort
content; vous nous avez gagné la bataille!» Le maréchal dit: «Sire, nous
sommes Français, nous gagnerons toujours![91]»

Le soir, l'Empereur a fait établir son quartier général dans la ville de
Friedland; le lendemain, l'Empereur a visité le champ de bataille et
partit, le même jour, pour rejoindre le prince Murat, qui était aux
avant-postes, à deux lieues de Tilsitt.

L'Empereur a couché aux avant-postes, dans une ferme.

Le lendemain, le prince Murat fait dire à l'Empereur que les ennemis
étaient en bataille, au-devant de nous, avec cinq et six mille Kalmoucks
et Baskirs, avec leurs flèches. L'Empereur dit: «Ce n'est rien.» Il fait
donner ses ordres à une division de cuirassiers qu'il fait mettre leurs
manteaux pour cacher leurs cuirasses. Les flèches mordront pas sur la
cuirasse. Et il les fait marcher, sur-le-champ, à l'ennemi, commandés
par le prince Murat. Il fait charger et fait disperser de tous les
côtés, et poursuivre jusqu'à Tilsitt, où nous avons trouvé le pont brûlé
par l'ennemi. On chercha à rétablir le pont.

Il vient d'arriver un prince russe auprès de l'Empereur Napoléon pour
demander la paix. L'Empereur l'a bien reçu, mais il n'a pas voulu faire
les arrangements avec lui, en lui disant: «Je veux faire mes
arrangements avec l'empereur de Russie, et non pas avec d'autres.»

Ce prince est parti, le même jour, pour auprès de l'empereur de la
Russie, et nous sommes couchés dans le faubourg de Tilsitt.

Le lendemain, on a fait préparer une maison dans la ville, pour
l'Empereur.

Les deux armées française et russe étaient séparées par le Niémen. Tout
était fort tranquille. L'Empereur fait faire un grand radeau sur le
Niémen, embelli par des guirlandes de fleurs, pour recevoir l'Empereur
de Russie. Ils se sont rendus, chacun de leur côté, dans le radeau.

Au moment que les Empereurs sont embarqués sur les petits bateaux, pour
aller rejoindre l'un l'autre, on a tiré beaucoup de canons en criant,
répété plusieurs fois: «Vive l'Empereur Napoléon!»

Le lendemain, à midi, l'empereur de Russie était arrivé dans la ville.
On avait préparé une maison pour lui. L'empereur Napoléon avait envoyé
un bon cheval arabe au bord du Niémen, pour que l'empereur de Russie
monte, et nous avons tous monté à cheval pour aller au-devant de lui.

Toute la Garde à cheval et à pied était sur les armes, dans une grande
rue où étaient logés les deux Empereurs.

L'Empereur de Russie monte à cheval, au bord du Niémen, avec l'Empereur
des Français, et l'Empereur de Russie trouva toute la Garde magnifique.

L'Empereur des Français montrait à l'Empereur de Russie: «Voilà mes
grenadiers à cheval. Voilà mes chasseurs. Voilà mes dragons», enfin
tout.

Quand nous sommes arrivés en face de la maison qui était destinée pour
l'Empereur de Russie, l'Empereur des Français lui dit: «Voilà la maison
de Votre Majesté.» Mais l'Empereur de Russie lui dit: «Sire,
permettez-moi que je parcourre jusqu'au bout de la rue, pour voir toute
la Garde, que je trouve superbe!» Et ils ont été jusqu'au bout de la
grand'rue, et sont retournés à la maison qui était préparée pour
l'Empereur des Français, et ont dîné ensemble.

Deux jours après, le Roi et la Reine de Prusse sont venus aussi à
Tilsitt; ils étaient logés dans la maison d'un meunier, et venaient tous
deux, tous les jours, chez l'Empereur des Français et l'empereur de
Russie, pour dîner avec l'empereur Napoléon.

Un jour, à dîner, l'empereur Napoléon disait au roi de Prusse: «N'est-ce
pas, monsieur le Roi de Prusse, Votre Majesté n'aime pas la guerre, car
Votre Majesté n'est pas heureuse dans la campagne qu'elle vient de
faire?» Le roi de Prusse lui répond: «Oui, Sire, Votre Majesté le sait
mieux que moi!» sa tête toujours baissée.

La reine de Prusse venait, très-souvent, faire des visites à l'empereur
Napoléon.

Un jour elle était coiffée à la grecque, l'Empereur lui dit: «Votre
Majesté est coiffée à la Turque.». Elle dit: «Je vous demande pardon,
Sire, je suis coiffée à la Roustam!» En me regardant, moi étant auprès
de l'Empereur.

Quand l'Empereur était à Tilsitt, on a présenté la reine de Prusse à
l'Empereur, qui l'a reçue dans un petit salon. Sa visite resta une
heure. En sortant de chez l'Empereur, elle avait beaucoup pleuré, car
son visage était tout mouillé et ses yeux gros. Tout de suite après, on
annonce à l'Empereur que le dîner était servi. Alors l'Empereur sortit
de son cabinet, il trouve le prince de Neuchâtel dans la salle à manger.
Il dit: «Eh bien, Berthier, la belle reine de Prusse pleure joliment;
elle croit que je suis venu jusqu'ici pour ses beaux yeux!»

Le lendemain, l'Empereur Alexandre, le roi et la reine de Prusse, le
grand-duc Constantin sont venus dîner avec l'empereur Napoléon, et moi
j'étais à côté de l'Empereur pour le servir. La reine de Prusse et
l'empereur Alexandre me regardaient beaucoup. Napoléon dit à Alexandre:
«Sire, Roustam était un de vos sujets!» Il lui répond: «Comment,
Sire?--Oui, parce qu'il est de la Géorgie; comme la Géorgie appartient à
Votre Majesté, alors c'est un de vos sujets.» Après ça, Alexandre me
regardait en souriant.

Tout le temps que nous sommes restés à Tilsitt, nous étions toujours en
fête. L'empereur Napoléon et de Russie ont passé, tous les jours, les
corps d'armée français en revue, et toute la Garde, qui était bien
nombreuse. Ça montait à peu près à cent quarante mille hommes, tous
vieux soldats.

Les deux Empereurs ont donné le bras l'un à l'autre et se sont promenés,
tous les soirs, dans les rues, tout seuls.

Quelques jours après, la Garde de l'Empereur a donné un grand dîner
champêtre à la Garde de l'Empereur de Russie. On a fait venir, de
Varsovie, de Dantzig et Elbing, toutes les provisions nécessaires,
surtout beaucoup de vin. Les tables étaient dressées dans toutes les
promenades de la ville.

Au moment de dîner, le premier toast a été porté à la santé de
l'Empereur de Russie. Au moment du repas, on a tiré au moins six cents
coups de canon. Après dîner, toutes les troupes françaises et russes
étaient bien en train, les trois quarts ont été saouls, les Français
avec un habit russe, les Russes avec un habit ou un bonnet français.
Tout le temps après le repas, ils ont dansé alentour de la ville, et
sont venus tous, pêle-mêle, passer en face de la fenêtre de l'Empereur
des Français. On criait: «Vivent les Empereurs!»

Un grenadier russe avait un peu trop bu; il pouvait pas marcher droit;
il tombait en marchant. Un grenadier français le ramassa par le bras, en
lui disant: «B..., c..., veux-tu marcher comme nous!» en lui donnant un
coup de pied au derrière. Tout le monde riait comme des bienheureux à
entendre la conversation de ces deux grenadiers.

Quelques jours après, l'Empereur s'habillait, le matin. La croix de la
Légion n'était pas bien attachée après son habit; je voulais l'attacher.
Il me dit: «Laissez, je fais exprès.»

Après ça, nous montons à cheval pour aller faire une visite à l'Empereur
de Russie. En sortant de chez l'Empereur de Russie, il a vu, à la porte,
une compagnie de grenadiers en bataille. L'Empereur des Français dit à
l'Empereur de Russie: «Sire, je demande l'agrément de Votre Majesté, de
présenter ma croix à un de vos premiers grenadiers.» Il lui dit: «Oui
Sire, il sera trop heureux.»

On fait avancer le plus vieux. L'Empereur ôte sa croix, qui n'était pas
bien attachée, et la donna au grenadier, qui était bien content. Il a
baisé la main de l'Empereur et au coin de son habit, et tout le monde
répétait: «Vive le grand Napoléon!» et nous sommes retournés à la
maison.

Le lendemain, nous sommes partis pour Dresde, en passant par Posen et
Glogau, et nous sommes arrivés à Dresde.

Le roi de Saxe est venu au-devant de l'Empereur pour le recevoir.
L'Empereur a resté à Dresde, pendant cinq jours, toujours au milieu des
fêtes.

Dans cet intervalle, on avait préparé le service de la Maison pour le
départ de l'Empereur pour Paris. Chaque personne avait sa place désignée
pour le départ. Pour moi, je voyais aucune place, car j'avais fait
toutes les campagnes à cheval auprès de l'Empereur. Je demande, au Grand
Écuyer[92] avec quelles personnes je voyage. Il me dit: «L'Empereur veut
que tu sois avec lui, et j'irai au-devant de sa voiture. (On avait fait
un petit cabriolet exprès pour moi.) Si l'Empereur te donne la
permission, j'ai une place pour toi dans une berline.»

Le même jour, je me suis adressé à l'Empereur, en lui demandant comment
je voyagerais. Il me dit: «Avec moi, dans le cabriolet de ma voiture.»
Je lui dis: «Sire, je suis trop fatigué, j'ai fait toutes les campagnes
à cheval; d'ici à Paris c'est trop loin. Je pourrais jamais résister à
la fatigue!» Il me dit: «Comment veux-tu aller? Ta place est à côté de
moi et me jamais quitter. Eh bien! quand tu seras bien fatigué, tu
prendras une voiture de poste que l'on trouve dans chaque relais.»

Nous sommes partis, sur le lendemain, pour Paris. Je désirais bien
arriver pour voir ma femme que j'étais privé de voir depuis onze mois,
et mon fils de sept mois.

Nous avons mis cinq jours pour venir de Dresde à Saint-Cloud, la nuit et
le jour.

Le cinquième jour, à sept heures du matin, nous traversions dans le bois
de Boulogne, l'Empereur me dit: «Regarde donc, Roustam, voilà ta femme!
Comment! Tu ne vois pas?» Je voyais bien que l'Empereur me disait ça
pour plaisanter. Je regardais de tous les côtés, je ne voyais personne.
Je lui dis: «Je vous demande pardon, Sire, ma femme est encore dans son
lit, avec son gros fils!»

On avait fait, à la tête du pont de Saint-Cloud, un arc de triomphe,
pour l'arrivée de l'Empereur. Mais, arrivé tout seul, il allait si vite
qu'on n'a pas eu le temps d'ôter la barrière. L'Empereur a passé à côté.
Enfin, nous sommes arrivés au palais de Saint-Cloud.

Tout le monde dormait encore; l'Empereur se précipita de sa voiture, et
monta les escaliers quatre à quatre, et entra chez l'Impératrice. Et
moi, je n'ai pas eu d'autre bonheur que de monter, sur le-champ, chez
moi, où j'ai trouvé ma femme dont j'ai reçu les caresses et la tendresse
la plus sincère, et dont j'étais privé depuis onze mois.

Le lendemain, je voulais aller voir mon fils, en nourrice au Mesnil,
près de Saint-Germain-en-Laye. Ma femme me dit: «Non, mon ami, tu es
trop fatigué de ton voyage. Tu iras le voir demain», parce qu'elle
voulait me faire une surprise.

Deux jours avant mon arrivée, ma femme a fait venir mon fils, avec sa
nourrice, chez un de mes amis, nommé Le Peltier, qui demeurait à la
Porte Jaune, près Saint-Cloud.

Le lendemain de mon arrivée, ma femme me dit: «Madame Peltier est
malade, nous allons lui faire une visite.» Quand nous sommes arrivés
chez elle, elle était bien portante comme nous, et nous avons été nous
asseoir à l'ombre des marronniers, et on a fait passer la nourrice et
mon fils à côté de moi.

Je regarde ce petit si gentil. Je dis à ma femme: «Ah mon Dieu! Voilà un
bel enfant! Comme il est joli!» Je regarde bien sur sa figure, je dis à
ma femme: «Je parie que c'est mon fils! Il a tout à fait ma figure et
mes yeux.»

Voilà donc que tout le monde commence à rire, et je prends l'enfant, je
le serre contre mon cœur. C'est dans ce moment-là que j'ai vu que ma
femme avait préparé une surprise agréable.



IV

Corvisart et l'Empereur; la canne de Jean-Jacques Rousseau.--Bourrienne
jugé par Napoléon.--Sa tendresse pour le roi de Rome.--Sa sévérité pour
le général Guyot.--Napoléon intime.--Je fais pensionner le piqueur
Lavigne.--Le docteur Lanefranque.--Corvisart à Schœnbrunn.--Les
pistolets de l'Empereur.--Son voyage à Venise; passage du
Mont-Cenis.--Il décachette les lettres de ma femme: avantage que son
indiscrétion me procure.--Les cygnes de la Malmaison.--Je manque me
noyer dans l'étang de Saint-Cucufa.--Le jeu de l'Empereur.--Napoléon à
Fontainebleau.--Bruits de suicide.--Les diamants de la
couronne.--Pourquoi je n'ai pas été à l'île d'Elbe.--Je pars pour
Dreux.--Anecdotes: Naissance du Roi de Rome.--L'empereur et mon
fils.--Mon service de nuit chez l'Empereur.--Bienveillance de Joséphine
à mon égard.--Je lui dois de figurer dans le cortège du
Couronnement.--L'Empereur et son bottier.--Campagne de Russie:
Smorgoni.--Compranoï.--Vilna.--Kovno.--Varsovie.--Posen.--Mon visage
gelé.--Dresde.--Erfurt.--Mayence.--Le factionnaire des Tuileries.--Une
consultation du docteur Corvisart.


Monsieur Corvisart[93] assistait, tous les deux ou trois jours, à la
toilette de Sa Majesté. Un jour, on annonce M. Corvisart; il dit qu'il
entre: «Vous voilà, grand charlatan! Avez-vous tué beaucoup de monde,
aujourd'hui?--Pas beaucoup, Sire.»

Sa Majesté: «Corvisart, je ne vivrai pas longtemps; je me sens plus
faible qu'il y a cinq ou six ans!» Il disait ça en riant. Corvisart dit:
«Sire, est-ce que je ne suis pas là pour vous en empêcher?» Sa Majesté
lui tire les oreilles en riant: «Vous croyez ça, Corvisart? Je vous
enterrerai?» Corvisart dit: «Je crois bien, Sire, moi et bien d'autres!»
Sa Majesté dit, en souriant: «Taisez-vous, charlatan! Qu'est-ce que vous
tenez à la main?--C'est ma canne, Sire.» Sa Majesté: «C'est bien vilain!
Elle n'est pas jolie; comment un homme comme vous peut-il porter un
vilain bâton comme ça?» Corvisart dit: «Sire, cette canne-là, elle me
coûte fort cher, et je l'ai eue très-bon marché.» Sa Majesté: «Voyons,
Corvisart, combien vous a-t-elle coûté?--Quinze cents francs, Sire! Ce
n'est pas cher.» Sa Majesté dit: «Ah mon Dieu! Quinze cents francs!
Montrez-le moi, ce vilain bâton-là!»

Sa Majesté visite la canne en petit détail; il aperçoit le portrait, en
médaille dorée, de Jean-Jacques Rousseau, sur la pomme de la canne:
«Dites-moi, Corvisart, c'est la canne de Jean-Jacques? Où l'avez-vous
trouvée? Sans doute c'est un de vos clients qui vous a fait ce
présent-là? Ma foi, c'est un joli souvenir que vous avez!» Corvisart
dit: «Pardonnez-moi, Sire, elle m'a coûté quinze cents francs!» Sa
Majesté: «Au fait, Corvisart, ce n'est pas payé son prix, car c'était un
grand homme, c'est-à-dire un grand charlatan comme Corvisart!» Corvisart
riait en écoutant. Sa Majesté dit: «Au fait, Corvisart, c'était un grand
homme en son genre. Il a fait de belles choses.» Après ça, il tire les
oreilles de M. Corvisart, en lui disant: «Corvisart, vous voulez singer
Jean-Jacques!»

Après ça, Sa Majesté dit: «Corvisart, y a-t-il beaucoup de malades dans
Paris?» Il répond: «Mais, Sire, pas de trop.» Sa Majesté dit: «Voyons,
Corvisart, combien d'argent vous avez gagné, hier, dans la
matinée?--Mais, Sire, je n'ai pas compté!--Vous avez gagné, au moins,
deux cents francs?--Pas autant, Sire.--Mais, Corvisart, vous ne recevez
pas à moins de vingt francs par visite!» Il dit: «Pardonnez-moi, Sire,
je n'ai pas un prix fixe; je recevais jusqu'à trois francs.» Sa Majesté
dit: «À la bonne heure! Vous êtes humain!»

Dans ce moment-là, Sa Majesté s'habillait pour aller chasser au tiré,
dans la forêt de Saint-Germain, Sa Majesté dit: «Corvisart, aurai-je
beau temps pour ma chasse?» Corvisart dit: Oui, Sire, il fait un temps
superbe.--Êtes-vous chasseur, Corvisart?--Oui, Sire, je chasse
quelquefois.» Sa Majesté: «Et puis vous laissez mourir vos malades!» Sa
Majesté: «Où chassez-vous, Corvisart?--Sire, je chasse à Chatou, chez le
duc de Montebello.» Sa Majesté: «Corvisart, je veux que vous veniez
chasser avec moi; je veux savoir si vous tirez bien.» Corvisart: «Sire,
c'est un grand honneur pour moi. Je n'ai pas mes fusils.» Sa Majesté:
«On vous donnera mes fusils... Entends-tu Roustam?» Corvisart: «Sire, je
ne pourrai pas me servir des fusils de Votre Majesté.--Pourquoi ça,
charlatan?--Parce que je suis gaucher.» Sa Majesté: «Ça ne fait rien, je
veux que vous veniez, ce serait trop tard pour faire venir vos fusils.»
Corvisart monte dans la voiture du Grand Écuyer et partit pour
Saint-Germain. C'est la seule fois que M. Corvisart a chassé avec Sa
Majesté.

       *       *       *       *       *

M. Corvisart assistait souvent à la toilette de l'Empereur. Un jour,
dans leur conversation, on parlait de M. Bourrienne. L'Empereur disait:
«Je parie, Corvisart, que je ferais renfermer Bourrienne, seul, dans le
jardin des Tuileries, il trouverait de l'argent[94]; c'est un homme
très-fin!»

       *       *       *       *       *

Les appartements des Tuileries, qui étaient occupés par l'Empereur, sa
chambre à coucher donnait sur le jardin. Un jour, l'Empereur faisait sa
toilette. On annonce le petit Napoléon. Il dit qu'il entre. Il le prend
dans ses bras; il l'embrasse beaucoup. Il était entre les deux fenêtres.
Il lui montre le jardin, et l'Empereur lui dit: «À qui ce jardin-là?» Il
lui répond: «À mon oncle!» Après ça, il lui tire les oreilles en lui
disant: «Après moi, ça sera pour toi. J'espère que tu auras un bon
héritage!»

       *       *       *       *       *

Dans la campagne de Dresde, un jour l'Empereur causait avec M. Maret,
pour les affaires du roi de Bavière; il dit à M. le duc de Bassano:
«Quand nous serons à Munich, je ne laisserai pas deux pierres l'une sur
l'autre!»

       *       *       *       *       *

Le général Giot[95], qui commande une division de cavalerie de la Garde,
avec une batterie d'artillerie légère, un jour avant bataille de
Montereau, fut surpris par les ennemis et a perdu plusieurs canons.
Quelques heures après, l'Empereur a su que la division du général Giot
vient de perdre ses canons. Alors l'Empereur fait venir le général Giot
auprès de lui, qui était près de la grande route qui conduisait à
Montereau. L'Empereur était au milieu de son État-Major, quand il
aperçut le général. Il était furieux contre lui, en lui disant:
«Monsieur le général, je vous avais confié mon canon, qu'en avez-vous
fait? Faites violer votre femme, je m'en fous, et non pas faire prendre
mes canons!» En jetant son chapeau par terre, au milieu de tout le
monde. Le général voulait lui dire que ce n'était pas sa faute, mais
l'Empereur lui dit d'un ton très-dur: «Taisez-vous, monsieur, vous êtes
un lâche!»

       *       *       *       *       *

L'Empereur avait les mains, les pieds très-petits et très-bien faits: je
suis sûr que les plus jolies femmes de Paris n'en ont pas comme ceux de
l'Empereur. Tout son corps était fait à peindre. Il prenait un bain
presque tous les jours. Il changeait souvent deux chemises par jour, il
portait, tous les jours, un habit de chasseur de la Garde, quelquefois
un habit de grenadier, mais pour les cérémonies, ou quand il passait ses
troupes en revue.

Toilette qu'il mettait tous les jours, soit à Paris ou en voyage: une
paire de chaussettes, bottes de soie, caleçon de toile, gilet de
flanelle, chemise de toile de Hollande, culotte de casimir blanche,
gilet pareil, une cravate de mousseline claire, un col de soie noire.
Son habit de chasseur, ou grenadier, comme je l'ai dit. En voyage, il
mettait rarement des souliers. Il se mettait toujours en bottes. Quand
il habitait ses palais, il était très-souvent en souliers et boucles
d'or: il ne mettait ses bottes que pour la chasse.

       *       *       *       *       *

Lavigne était le plus ancien piqueur de l'Empereur, père de famille de
neuf enfants. On l'avait mis à la pension de six cents; ce n'était pas
assez seulement pour avoir du pain pour dix personnes. Comme je
connaissais Lavigne (même j'ai tenu un de ses enfants aux fonts de
baptême), je lui demandai une pétition pour Sa Majesté, pour faire
donner quelques secours par Sa Majesté. Je faisais ça d'après mon cœur,
je ne pensais pas que ça aurait causé quelque désagrément à monsieur
Caulaincourt, Grand écuyer. J'ai eu la pétition dans notre voyage de
Compiègne.

Un matin, à la toilette de Sa Majesté, j'ai remis la pétition à
l'Empereur, et je supplie Sa Majesté qu'il fasse quelque chose pour ce
pauvre Lavigne. L'Empereur a lu la pétition; il me dit: «Roustam, va
chercher Caulaincourt», qui était dans le salon avec les grands
officiers qui attendaient le lever de Sa Majesté. Alors, j'annonce M.
Caulaincourt à l'Empereur. Il me dit qu'il entre. Dans ce moment-là Sa
Majesté était en mauvaise humeur. Il dit: «Caulaincourt, comment
gérez-vous mon écurie? Comment! Un homme qui m'a servi dans la campagne
d'Italie et d'Égypte, le plus ancien de ma Maison, vous avez eu la grâce
de lui faire six cents francs de pension, et vous allez donner, sans
doute, sa place à un de vos domestiques!»

M. Caulaincourt voulait faire quelque observation pour cela, mais
l'Empereur lui tourne le dos et il me dit: «Un monsieur bien agité!
Roustam, sais-tu écrire?» Je lui réponds: «Un peu, Sire.--Eh bien! écris
à Lavigne, aujourd'hui; dis-lui que je lui fais douze cents livres de
pension sur ma cassette, et je lui donne la place de concierge des
écuries de Versailles, aux gages de 2.400 francs.»

Depuis cette époque, j'ai reçu une seule visite de Lavigne.

       *       *       *       *       *

J'ai beaucoup connu, autrefois, M. Bizouard[96], chef de division à la
Banque de France. Un jour, j'étais à dîner chez lui avec toute ma
famille. Il se trouvait au dîner, avec nous, un nommé Morizot, ancien
chirurgien, garde-suisse. Il était sans pension et sans fortune. Il
était très-sourd et âgé de 78 ans.

M. Bizouard disait: «Père Morizot, l'Empereur fera quelque chose pour M.
Roustam.» Sans charge, ce pauvre homme était si content qu'il pleurait
de joie. Alors, j'ai fait faire une pétition par M. Bizouard, sans rien
dire à M. Morizot de ce que nous voulions faire pour lui et soulager sa
vieillesse. J'ai gardé, plusieurs jours, la demande dans ma poche, sans
pouvoir la remettre à l'Empereur, parce que je voulais attendre un jour
de bonne humeur, car, quelquefois, personne n'aurait osé lui parler.

Un matin, l'Empereur sortant de son bain, on annonce M. Corvisart. Il
dit qu'il entre. En le voyant, il dit, en riant: «Vous voilà, charlatan!
Qu'est-ce qu'on dit, dans Paris?» Il chantait, en faisant sa toilette.

Je profite de ce moment favorable pour lui demander trois cents livres
de pension pour mon protégé. L'Empereur me dit: «Comment, trois cents
francs! Mais une fois donnés, sans doute?--Non, Sire, par an;
d'ailleurs, ce n'est pas un grand sacrifice: cet homme a
soixante-dix-huit ans!» M. Corvisart, qui était présent, se joignit à
moi, et l'Empereur lui demanda: «Est-ce que vous le connaissez?» Il
n'attendit pas sa réponse et lui dit en riant: «Ah! d'ailleurs, tous les
charlatans se connaissent!» Il employait, quelquefois, cette expression
avec lui, pour le taquiner.

       *       *       *       *       *

Sa Majesté était au quartier général de Schœnbrunn. Monsieur
Lanefranque[97], grand médecin de Vienne, venait voir sa Majesté. Il
restait, quelquefois, une heure entière auprès de Sa Majesté, quand il
était dans son bain et à sa toilette. Sa Majesté l'appréciait beaucoup
pour sa réputation et son mérite.

Sa Majesté fit venir M. Corvisart à Schœnbrunn. Cependant, Sa Majesté
n'était pas malade. L'hiver comme l'été, Sa Majesté toussait toujours un
peu. M. Corvisart, à son arrivée à Schœnbrunn, assistait à la toilette
et au coucher de l'Empereur. Il resta trois jours, après lesquels il
demanda à l'Empereur de retourner en France: «Comment! vous voulez
partir déjà? Est-ce que vous vous ennuyez?--Non, Sire, mais je
préférerais être à Paris qu'à Schœnbrunn.--Restez avec moi: je donnerai
une grande bataille, et vous verrez ce que c'est qu'une bataille.--Non,
non, Sire, je vous remercie, je ne suis pas curieux.--Ah! vous êtes un
badaud! Vous voulez aller à Paris pour tuer vos pauvres malades en
détail!»

Et M. Corvisart partit le lendemain.

       *       *       *       *       *

L'Empereur[98] avait confié à ma surveillance toutes les armes de
guerre, et j'avais un homme sous mes ordres pour les nettoyer et les
mettre en état. Il était de tous les voyages, pour ce singulier service.

On mettait toujours, dans les fontes de la selle de l'Empereur, une
paire de pistolets, dans le cas où Sa Majesté voulait tirer, en route,
sur des oiseaux, et il était souvent arrivé que les pistolets se
dérangeassent par la secousse du cheval, ce qui m'avait causé plus d'une
fois du désagrément avec l'Empereur, parce qu'il me rendait responsable
de cet inconvénient.

M. Le Page, arquebusier de Sa Majesté, imagina un petit verrou, sur
lequel on devait appuyer, avant de s'en servir. Je m'empressai d'en
donner connaissance à l'Empereur et de lui expliquer ce mécanisme
ingénieux. Il convint, avec moi, que ce moyen paraissait excellent.

Nous étions, à cette époque, à Berlin. Sa Majesté, un matin, monta à
cheval après son déjeuner, avec son État-Major, pour aller promener.
Nous arrivâmes dans une grande plaine. L'Empereur s'aperçut qu'elle
était couverte de corbeaux. Aussitôt il s'élance au grand galop, prend
un pistolet et tire sur eux. Mais, ayant négligé d'appuyer sur le
bouton, le coup ne partit pas. La colère s'empara de lui: il le jette à
terre et vint sur moi, sa cravache levée.

J'étais au milieu de son État-Major, lorsque, le voyant approcher, je
quitte ma place. Je galope pour qu'il ne puisse pas m'atteindre. Comme
il ne quittait pas prise, je m'arrête devant lui. Il m'accable de
reproches et me dit que je n'avais pas soin de ses pistolets. Je veux
m'expliquer, mais il me tourne le dos et va rejoindre son État-Major et
leur dit: «Ce coquin de Roustam est cause que je n'ai pas tué un
corbeau», tandis que, de mon côté, j'allais ramasser le pistolet que je
tirai en l'air pour faire voir que je n'étais pas dans mon tort.

Le Grand Écuyer vient à moi, le visite et voit qu'il était en bon état.

Le général Rapp me rejoint et m'apporte des paroles de consolation.
J'étais oppressé. Il me dit: «Ne te chagrine pas, mon cher Roustam, tu
sais que l'Empereur est vif, mais il sait t'apprécier.»

Le lendemain, Sa Majesté me dit: «Eh bien, gros coquin! Feras-tu
attention à mes pistolets?--Comme à l'ordinaire, Sire, je n'ai rien
négligé de ce qui concerne mon service.»

Il m'imposa silence, et, pourtant, à l'avenir, il fit usage du petit
verrou, par le moyen duquel un pistolet ne ratait jamais.

Le Grand Écuyer, qui paraissait convaincu que je n'étais pas dans mon
tort, voulut cependant donner des suites à cette affaire, et me dit
qu'il ferait payer une amende à celui qui était chargé du soin des
armes. J'ai encore peine à concevoir quel était le motif qui le faisait
agir. Était-ce une manière de le tenir en haleine? Il n'y avait pas de
nécessité, puisqu'il remplissait parfaitement son devoir. Aussi lui
ai-je dit: «Monsieur le Duc, si vous tenez à ce qu'il paye une amende,
c'est moi qui la payerai!»

Il réprimanda ce malheureux homme, qui vint me trouver pour éclaircir
cette affaire, à laquelle il ne comprenait rien.

Je le rassurai en lui disant qu'il soit tranquille, que, s'il y avait
des torts, ils seraient de mon côté, puisque je visitais les armes avant
que de les donner à l'Empereur. Je retournai chez le duc de Vicence pour
lui dire que cette action serait de la plus grande injustice, et
l'affaire en resta là.

L'Empereur fit le voyage de Venise. Il emmena peu de monde, la Maison du
Vice-Roi, qui était à Milan, étant, pour ainsi dire, la sienne.

Il avait le maréchal Duroc dans sa voiture, qui était attelée de huit
chevaux; nous arrivâmes au pied du Mont-Cenis. Il faisait un temps
affreux. L'Empereur voulut monter dans sa voiture, mais, un quart
d'heure avant que d'arriver sur le plateau, il vint un ouragan et un
vent épouvantables, des tourbillons de neige qui aveuglaient les
chevaux. Ils refusèrent de marcher, et il fallut faire halte. Impatient
d'être ainsi dans l'inaction, l'Empereur descendit de voiture avec le
Maréchal, et les voitures de suite restèrent en arrière.

Nous cheminâmes, tous trois, avec l'intention d'atteindre une petite
baraque qui était sur la route, à peu de distance, mais la tourmente
s'accrut et l'Empereur fut suffoqué; il perdait la respiration. Le
Maréchal, quoique assez fort, eut de la peine à lutter contre le vent.
Je pris l'Empereur dans mes bras, je le portai, pour ainsi dire, non pas
comme on porterait un enfant, car ses pieds touchaient la terre, mais je
l'aidai de mes forces pour le faire avancer. Nous arrivâmes, non sans
peine, à la petite baraque: elle était habitée par un paysan qui vendait
de l'eau-de-vie aux passants. L'Empereur entra et s'assit près de la
cheminée, où il y avait un modeste feu. Sa Majesté dit: «Eh bien, Duroc!
Il faut convenir que ce pauvre Roustam est bien fort et bien courageux.»
Il se retourna vers moi et me dit: «Qu'allons-nous faire, mon gros
garçon?--Nous passerons, Sire, répliquai-je; le couvent n'est pas bien
loin.» Et je m'occupai, de suite, de chercher, dans la maison, ce qui
pouvait convenir pour faire une chaise à porteurs de circonstance. Je
trouvai, dans un coin, une échelle courbée, dont je m'emparai; je pris
des fagots; j'en fis des cerceaux que je liai fortement ensemble et à
l'échelle, avec de grosses cordes. Je mis son manteau par dessus.

J'établissais mon petit équipage sous ses yeux, cela le faisait rire
comme un bienheureux. Il me dit: «Mon gros garçon, nous allons partir.»
Je lui fis observer que le régent était resté dans la voiture, et je lui
proposai d'aller le chercher: «Tu as raison, me dit-il.» Je partis.
Durant ce petit trajet, je vis avec plaisir que le temps commençait à se
calmer. J'arrivai à la voiture, je pris le régent et l'apportai à
l'Empereur dans sa caisse, laquelle je mis sur l'échelle, et il s'assit
dessus.

Je pris deux paysans qui se trouvaient dans la baraque, et je les
plaçai, chacun, à un bout de l'échelle, et moi au milieu, qui soutenais
le manteau pour qu'il n'entraînât les cerceaux.

Nous arrivâmes, enfin, chez les bons moines, qui reçurent l'Empereur
avec toutes les marques du plus grand attachement et de la
reconnaissance. Il leur faisait beaucoup de bien.

Nous couchâmes au couvent, et les voitures arrivèrent le lendemain, à
dix heures du matin. Je fis la toilette de l'Empereur et, après son
déjeuner, il me demanda si je connaissais les deux paysans qui l'avaient
porté. Comme ils étaient restés aussi au couvent, je lui dis: «Sire, ils
sont en bas.» Et je les fis monter.

L'Empereur était dans sa chambre, avec le Grand Maréchal. Sa Majesté
leur demanda leurs noms: «Vous êtes de braves gens, leur dit-il; Duroc,
donnez-leur, à chacun, six cents et trois cents francs de rentes.»

Nous partîmes donc pour Milan. L'Empereur raconta à toute la Cour la
manière dont je lui avais fait passer le Mont-Cenis, et voulut bien
louer mon attachement à sa personne. Enfin, il paraissait me savoir un
gré infini d'une chose qui n'était que naturelle, et que tout le monde,
à ma place, et doué de ma force, aurait faite. Il n'est pas de
compliments que je n'aie reçus des grands personnages qui l'entouraient.

M. F***, alors son contrôleur, me dit: «L'Empereur paraît tellement
satisfait, que je ne doute pas que vous n'ayez la croix.--Si on me la
donne, je la recevrai avec plaisir, lui dis-je, mais jamais je ne la
demanderai.»

D'ailleurs, je me trouvais récompensé au delà de la peine que j'avais
eue, par le plaisir que j'éprouvais, et je n'aurais pas voulu donner mon
voyage, pour bien de l'argent.

Nous partîmes pour Venise, où nous restâmes quelques jours. Nous
revînmes à Milan.

En chemin faisant, une estafette rejoignait l'Empereur et approcha de sa
voiture pour lui remettre les dépêches de Paris. Un moment après, il
baisse la glace de sa voiture, et me remit une lettre de ma femme. Elle
était décachetée: «Tiens, Roustam, voilà une lettre de ta femme!» Je
souris de même, en la prenant. Il me dit: «Elle demande des chaînes de
Venise.»

Lorsque nous arrivâmes à Milan, en descendant de voiture, l'Empereur me
dit: «Si tu ne portes pas de chaînes de Venise, tu seras mal
reçu!--Sire, lui ai-je répondu, j'en achèterai ici.» Le Vice-Roi me dit:
«Roustam, c'est moi qui veux te les donner.» Effectivement, le
lendemain, Son Altesse me fit demander et me remit un paquet de chaînes
de Venise pour ma femme.

Je recevais toutes les lettres de ma femme par l'estafette. M. de
Lavalette[99] avait eu la bonté de m'accorder cette faveur, et
l'Empereur n'a jamais paru le désapprouver.

       *       *       *       *       *

Cette idée de décacheter, parfois, mes lettres, du moins quand les
dépêches lui parvenaient en route, m'a bien servi dans une certaine
circonstance.

Un colonel de ma connaissance, qui avait été disgracié à tort, m'avait
prié de remettre plusieurs pétitions à l'Empereur, étant à Paris. Sa
Majesté m'avait toujours promis, mais légèrement: je présume qu'Elle
attendait les renseignements du ministre de la Guerre, lorsqu'en Espagne
il m'écrivit, dans la lettre de ma femme, et me parla de son affaire. Il
me dit que l'issue lui en paraissait longue, qu'il me priait d'en parler
à l'Empereur et de prendre un moment de bonne humeur, afin de ne pas la
faire rejeter, enfin de ces instants où l'Empereur chantait.

Sa Majesté reçut son estafette dans la nuit, étant au château, près
Madrid. Il me dit: «Roustam, fais descendre Méneval[100].» Lorsqu'il fut
arrivé, je me retirai dans le salon où je couchais et, en sortant de la
chambre de l'Empereur, M. de Méneval me remit une lettre de ma femme,
toute décachetée. Il me dit, le lendemain, à sa toilette: «Roustam, quel
est le colonel dont il est question?» Je lui rappelai, alors, que
c'était le même dont je lui avais parlé, plusieurs fois, à Paris, et je
le suppliai, de nouveau, de lui faire rendre justice, que j'en répondais
et que ce serait un brave de plus. Il voulut bien me promettre de s'en
occuper, en arrivant à Paris.

Effectivement, je n'eus la peine que de le rappeler une fois à son
souvenir, et, peu de jours après, j'appris par le général Drouot, qui
était chargé de ces sortes d'affaires, et à qui j'en avais causé, que le
Conseil devait prononcer, le jour même, sur celle-ci.

L'Empereur me dit, le soir: «Tu dois être content? Voilà ton ami
réintégré!» Je le savais par le général Drouot qui avait bien voulu me
le dire, en sortant du Conseil.

Ce fut dans ce voyage où l'Empereur monta, un jour, en calèche pour
aller rejoindre le corps d'armée du maréchal Ney.

Sa Majesté avait, dans sa voiture, le prince de Neuchâtel. Je me
présentais pour monter devant la voiture, comme de coutume, lorsque
l'Empereur me dit: «Roustam, donne ta place à Murat, et toi, monte à
cheval.»

Nous avons marché toute la journée et arrivâmes, le soir, fort tard.

       *       *       *       *       *

Un matin, à la Malmaison, l'Empereur faisait sa toilette, sa fenêtre
donnait sur un petit canal, en face du château. Il y avait des cygnes.
Sa Majesté me demanda sa carabine. Je la lui apportai. Il tira sur les
cygnes. L'Impératrice était dans son boudoir, qui s'habillait. Elle
entend le coup, elle accourt en chemise, et entortillée d'un grand
schall. Elle saute après l'Empereur, en lui disant: «Bonaparte, ne tire
pas après mes cygnes, je t'en prie!» L'Empereur persistait, en lui
disant: «Joséphine, laisse-moi donc. Cela m'amuse.» Alors elle me prend
par le bras et me dit: «Roustam, ne donne pas la carabine.» L'Empereur
me dit: «Donne-la moi.» L'Impératrice me voit dans l'embarras et me
retire la carabine des mains, qu'elle emporte.

L'Empereur riait comme un fou.

       *       *       *       *       *

Dans le même temps, l'Empereur fut à la chasse au Butard. Ensuite, il se
promena dans le bois de Saint-Cucufa, où il y a un étang très profond.
Sa Majesté désira se promener sur l'eau et me dit: «Va chercher le
canot.» C'était la ville du Hâvre qui lui en avait fait présent. J'entre
dans un petit bateau, le batelier me conduit au canot et, avant qu'il en
fût assez près, je m'élançai. Le petit bateau chavira, et me voilà dans
l'eau. J'allai au fond et je sentis la bourbe. Je donnai un coup de pied
qui me fit revenir sur l'eau. L'Empereur me criait: «Roustam, sais-tu
nager?--Non, lui disais-je.» Il dit, aussitôt, aux chasseurs qui
l'accompagnaient: «Que ceux qui savent nager aillent vite au secours de
Roustam!» Mais, à force de me débattre, j'attrapai le grand bateau et
j'y entrai. Je regagnai le bord. Je vis plusieurs chasseurs qui avaient
mis l'habit bas, tout disposés à me retirer.

L'Empereur me dit: «Comment ne sais-tu pas nager? Je veux que tu
apprennes. Vas au château te rechanger.»

J'appris donc à nager et, pour mon coup d'essai, je perdis un très-beau
bijou en diamants, que m'avait donné l'Impératrice.

       *       *       *       *       *

À la Cour, on n'avait pas l'habitude d'intéresser le jeu. L'Empereur
lui-même ne jouait jamais d'argent. Cependant, après la bataille
d'Eylau, étant à Osterode, il jouait le vingt-et-un avec Murat,
Berthier, Duroc, Bessières.

J'étais dans le salon à côté. J'entends appeler: «Roustam!» à plusieurs
reprises. J'entre, et l'Empereur prit une poignée d'or et me dit:
«Tiens, voilà de mon gain!» Il y avait six cents francs.

Le lendemain, il m'en donna autant, et, le surlendemain, sept cents
francs. Il paraissait enchanté d'avoir gagné. Ce sont les seules fois où
je l'aie vu intéresser le jeu, et, une autre fois, à Rambouillet, où il
me donna quatre cents francs. Ce fut l'Impératrice qui eut la bonté de
venir m'appeler, elle-même, dans la chambre de l'Empereur[101].

       *       *       *       *       *

Nous étions à Fontainebleau. On parlait du départ de l'Empereur pour
l'île d'Elbe. Sa Majesté était fort triste et parlait à peine.

Un jour, on me demande, ainsi qu'à plusieurs autres, et avec les formes
d'un chargé d'affaires, si j'étais dans l'intention de suivre
l'Empereur. Je ne crus pas devoir répondre à la personne autre chose, si
ce n'est que j'en causerais avec l'Empereur. J'avais une condition à y
mettre.

On ajouta qu'à l'île d'Elbe, Sa Majesté n'aurait pas besoin de moi comme
Mamelouck, qu'alors je ferais le service de l'antichambre. Je répliquai
que je ferais le service comme par le passé et que, de même, je n'y
reconnaîtrais de maître que l'Empereur, et que je n'y recevrais d'ordres
que du Grand Maréchal. Enfin, la discussion devint vive, lorsqu'un grand
personnage de la Cour vint s'en mêler, en me disant que j'étais un homme
à lui, et que je ne pouvais pas faire autrement. Je lui répondis que je
n'étais à personne qu'à moi-même; que mon attachement à l'Empereur était
tout en engagement auprès de Sa Majesté; que, d'ailleurs, tout ceci me
regardait avec Elle, et que je n'avais de compte à rendre à personne sur
mes intentions, dans cette circonstance. Jamais je ne fus plus vexé et
plus humilié.

Lorsque M. le comte Bertrand me fit venir chez lui et me demanda, avec
la bonté et la douceur qui le caractérisent, si je suivais l'Empereur,
dans toute autre circonstance où j'aurais eu l'esprit plus libre et plus
agité, je lui eusse ouvert mon cœur, mais la nouvelle scène que je
venais d'avoir avec les autres m'en avait ôté toute la faculté, et je me
contentai de répondre que, sans doute, j'en avais le désir, mais que
j'en causerais avec l'Empereur.

J'avais écrit, la veille, à ma femme, et je lui disais que je partirais,
peut-être, à l'île d'Elbe sans la voir, et que, dans ce cas, elle
recevrait, à mon arrivée dans ce pays, quelque temps après, les
instructions nécessaires pour arranger nos affaires et venir me
retrouver avec ses enfants, mais que, cependant, je ferais ce qui
dépendrait de moi pour aller lui faire mes adieux.

Je me hasardai donc à en demander la permission à l'Empereur, qui me
l'accorda, et je partis, un matin. Mais sa tristesse m'ôta le courage de
lui parler de moi, et il ne sut rien des désagréments que je venais
d'éprouver.

J'arrivai à Paris. Ma femme me dit qu'elle venait de m'écrire et qu'elle
m'approuvait beaucoup du parti que j'avais pris de suivre l'Empereur et
qu'elle était toute disposée, quoiqu'il lui en coûtât beaucoup de
quitter son père et sa mère, à me rejoindre dès que je la demanderais.
C'était aussi le contenu de sa lettre, mais elle me conseilla, lorsque
je serais de retour à Fontainebleau, de parler avec franchise à
l'Empereur. Elle sentait que mon caractère ne supporterait pas davantage
d'être commandé par ceux qui s'y disposaient, et que je ne consentirais
pas à me laisser humilier par eux. Enfin je lui dis que je ne me sentais
pas le courage d'entretenir l'Empereur de ce qui me regardait, que je
voulais risquer le voyage de l'île d'Elbe et que, si je m'y trouvais
malheureux, je m'arrangerais avec un négociant de ce pays pour m'amener
en Italie; que, de là, je rentrerais en France. Elle combattit mon
projet, en me disant qu'ensuite on ne me laisserait pas rentrer.

J'ai toujours eu des intentions si pures, que je ne pouvais pas
comprendre qu'on pût me refuser d'habiter le lieu où je me serais
présenté.

Enfin, je passai deux jours dans ma famille; j'y fis mes petites
dispositions d'intérêts, et je fis faire une procuration par maître
Fouché, mon notaire. Elle portait que j'autorisais ma femme à gérer mes
affaires, pendant mon séjour à l'île d'Elbe. Ensuite je partis pour
Fontainebleau.

J'arrivai le soir, au grand étonnement de tout le monde, de l'Empereur
même à qui on n'avait pas négligé de faire croire que j'étais parti pour
ne plus revenir.

Sa Majesté me dit: «Te voilà?» et ne m'en dit pas davantage.

Je réclamai la lettre de ma femme: personne ne l'avait vue. Mais, ne
comptant plus sur mon retour, un de mes camarades me dit qu'on l'avait
décachetée et portée au Grand Maréchal. Elle n'était pas, cependant,
contre moi, comme je l'ai déjà dit: c'était une réponse à celle où je
lui disais que j'avais l'intention d'aller à l'île d'Elbe.

Le bruit courait, au château, que l'Empereur avait voulu se détruire
avec du charbon. Je fus attéré et ne dormis pas de la nuit. Comme
j'étais frappé de cette idée de destruction, tout me portait ombrage, et
j'observais toujours, avec inquiétude, la mine de l'Empereur, lorsque,
le matin du lendemain de mon arrivée, il me demanda ses pistolets. Comme
j'étais chargé de ses armes, en toute autre circonstance, j'eusse pensé
que c'était pour son agrément, mais dans celle-ci, je jugeai à propos de
ne pas les lui donner. Je n'osai pas le refuser ouvertement, mais
j'alléguai des raisons, et j'allai trouver le prince de Neuchâtel, lui
parler de mes craintes, et le prier de m'autoriser à refuser ses
pistolets, dans le cas de récidive. Il me dit: «Cela ne me regarde pas»,
et m'abandonna à moi-même.

Un ami, que j'avais à Fontainebleau et à qui je me gardai bien de parler
de tout ceci, me dit que le bruit se répandait que l'Empereur avait
voulu se détruire. Je lui dis que je n'en avais pas de connaissance:
«Savez-vous, me dit-il, mon cher Roustam, que c'est ce qui pourrait vous
arriver de plus fâcheux? Surtout, si le malheureux événement arrivait la
nuit, on n'ôterait pas de la tête du public que vous avez été gagné par
les Puissances étrangères, pour commettre ce meurtre.»

Alors je ne tins plus à cette horrible perspective, je perdis la tête et
je résolus de fuir. J'écrivis à l'Empereur: je lui disais que j'étais
forcé de m'éloigner et que, quand il le jugerait à propos, il me
rappellerait.

Je chargeai quelqu'un de lui remettre ma lettre, mais on ne la remit
pas[102]. Le style en était peut-être bien ridicule, vu le peu de
facilité avec laquelle j'écris le français, et avec la tête
désorganisée. Il fallait, sans doute, beaucoup d'indulgence, mais
l'Empereur l'aurait interprétée, quelle qu'elle soit.

Je partis de Fontainebleau à une heure. J'arrivai à Paris le soir, au
grand étonnement de ma famille. Je restai dans l'attente. Ma femme me
dit: «Il faut espérer qu'il n'arrivera point d'événement à l'Empereur;
tiens-toi prêt, dans le cas où Sa Majesté te ferait demander.»

Ce fut à cette époque où il vint deux envoyés de M. le comte d'Artois me
demander des renseignements sur les diamants que l'Empereur m'avait
envoyé chercher chez M. de la Bouillerie[103].

Comme je n'avais que la vérité à dire, je ne fus pas bien embarrassé, et
je répondis à ces messieurs que l'Empereur m'avait effectivement donné
ordre d'aller chercher ses diamants; que je m'étais présenté chez M. de
la Bouillerie, muni d'un reçu de l'Empereur; qu'alors, il me les avait
remis et que je les avais apportés à Sa Majesté, dans son cabinet; qu'il
m'avait dit de les poser là et que je n'avais point connaissance de ce
qu'il en avait fait.

Enfin, quelques jours s'écoulèrent, et j'appris que l'Empereur était
parti de Fontainebleau.

Je pressentis, alors, qu'on n'avait point donné connaissance de ma
lettre à Sa Majesté. On me nomma les personnes qui l'avaient
accompagnée, et de la part desquelles je n'aurais craint aucun
désagrément. Toutes étaient à mon gré. Alors, je résolus d'aller
rejoindre l'Empereur à l'embarquement, et ma femme alla, de suite, à la
poste aux chevaux, faubourg Saint-Germain, pour se procurer une chaise
de poste. Elle rencontra un monsieur de notre connaissance, qui était
dans la cour, et il lui dit: «Vous ne parviendrez pas à avoir des
chevaux, car on vient de m'en refuser pour aller chercher mon
beau-frère, à Fontainebleau.»

Elle ne se décourage pas, et entre au bureau où elle prie et supplie. On
lui dit: «Madame, il n'y en a même pas assez pour le service des
Souverains.» Elle revint désolée; moi j'étais au désespoir. Il fallut se
résigner et, depuis, j'ai été fondé à croire que, dans le cas où
j'aurais eu des chevaux, on ne m'aurait pas donné un passe-port.

Je ne tardai pas à être inquiété. Un chef de la police, que je
connaissais, m'engagea à quitter Paris avant l'entrée du Roi, en me
disant que ce serait le parti le plus sage; qu'il fallait mieux
s'éloigner et aller passer quelque temps à la campagne, que d'attendre
qu'on me renvoyât et qu'on m'exilât.

Tout ceci était nouveau pour moi, je ne pouvais pas concevoir qu'on pût
me regarder comme un être dangereux. Mais, enfin, il m'assura qu'on me
voyait, à Paris, avec inquiétude et je ne me rendis à ces raisons qu'à
la sollicitation de ma famille qui me chérissait, et à qui l'idée de me
voir tourmenter causait le plus grand chagrin.

Je sortis donc de Paris avant l'entrée du Roi, et j'allai me réfugier à
Dreux, où je passai quatre mois. Ma famille sollicita, deux mois après,
le ministre de la police, pour qu'il m'accordât la permission de
rentrer, ou, du moins, pour que ma rentrée à Paris eût son agrément. Et,
deux mois après, il y consentit.

       *       *       *       *       *

Quelques jours avant l'accouchement de l'Impératrice, l'Empereur me
sonnait plusieurs fois, la nuit, et m'envoyait savoir des nouvelles de
Sa Majesté. Je me rendais auprès des femmes qui l'entouraient et je
rendais compte à l'empereur des nouvelles qu'elles me donnaient. Mais,
la nuit qui précéda le jour de son accouchement, l'Empereur passa la
nuit auprès d'elle, la promenant dans sa chambre par le bras. Elle
ressentait de légères douleurs.

Sur les six heures, elles se calmèrent et elle s'endormit. L'Empereur
remonta chez lui et me dit: «Roustam, mon bain est-il prêt?--Oui, Sire,
lui répondis-je.» Il s'y mit aussitôt et se fit servir son déjeuner,
lorsqu'une demi-heure après, M. Dubois[104] se fit annoncer: «Vous
voilà, Dubois! lui dit l'Empereur. Qu'y a-t-il de nouveau? Sera-ce pour
aujourd'hui?--Oui, Sire, ce ne sera pas long, mais je désirerais que
Votre Majesté ne descendît pas.--Mais pourquoi cela, Dubois?--Parce que
la présence de Votre Majesté me gênerait.--Mais, pas du tout! Il faut
que vous accouchiez l'Impératrice comme si vous accouchiez une paysanne
et ne pas vous inquiéter de moi.--Mais, Sire, je préviens Votre Majesté
que l'enfant se présente mal.» Alors l'Empereur lui demanda des
explications là-dessus: «Eh! comment allez-vous faire?--Mais, Sire, je
serai obligé de me servir de ferrements.--Ah! mon Dieu! dit l'Empereur
effrayé, est-ce qu'il y aurait du danger?--Mais, Sire, il faut ménager
l'un ou l'autre.--Eh bien, Dubois, ménagez d'abord la mère. Et descendez
de suite, je vous suis.»

M. Dubois descendit par le petit escalier dérobé qui donnait dans la
chambre de l'Impératrice.

L'Empereur sortit du bain précipitamment: à deux, nous lui passâmes ses
vêtements. Il courut, de suite, à l'appartement de l'Impératrice, et je
l'y suivis, impatient aussi de voir ce qui s'y passait.

Il entra dans la chambre de Sa Majesté. Tous les grands officiers de la
Couronne y étaient déjà rendus et se répandaient jusque dans le grand
salon, dont les portes étaient ouvertes. Cela ressemblait à un jour de
fête. Moi, j'étais dans le boudoir qui donnait dans ce salon et dont la
porte était ouverte aussi.

Enfin, l'enfant vint au monde et l'Empereur dit à madame de
Montesquiou[105] qui le recevait: «Madame de Montesquiou, qui est-ce que
c'est?--Sire, vous le saurez tout à l'heure.» Et l'Empereur le prit dans
ses bras avant que d'être arrangé, et le montra à tout le monde.

L'Empereur sortit dans le salon et dit: «Messieurs, dites qu'on tire
deux cents coups de canon.»

       *       *       *       *       *

L'Empereur aimait beaucoup les enfants; il me demandait souvent des
nouvelles de mon fils. Un jour, je le fis descendre avec moi dans la
chambre de l'Empereur. Sa Majesté s'y trouvait. Elle lui dit aussitôt:
«Eh bien, te voilà, bon sujet!» Il avait, à cette époque, quatre ans, il
tutoyait tout le monde, et pas plus de timidité qu'on n'en a
ordinairement à son âge. L'Empereur le fit placer dans l'embrasure de la
fenêtre, et l'enfant se mit, aussitôt, à toucher à ses ordres et à le
questionner sur cela.

L'Empereur lui dit: «On ne donne ces choses-là qu'à ceux qui sont sages.
Es-tu sage, toi?» Il ouvre aussitôt de grands yeux et lui dit: «Regarde
dans mes yeux, plutôt.--J'y vois qu'Achille est un fier polisson!»

Choqué malgré moi de ce qu'il tutoyait, je cherchai à lui faire signe,
mais l'Empereur, s'en apercevant, lui fit me retourner le dos et
l'enfant continua son babil mieux que jamais. L'Empereur lui dit:
«Sais-tu prier Dieu?--Oui, lui dit-il, je le prie tous les jours.»
L'Empereur lui dit: «Comment te nommes-tu?--Je m'appelle Achille
Roustam. Et toi?» Je m'approchai et je lui dis: «C'est
l'Empereur!--Tiens! c'est toi qui cours la chasse avec papa?»

Sa Majesté me dit: «Est-ce qu'il ne me connaît pas?--Sire, il a vu plus
souvent Votre Majesté en habit de chasse; c'est pourquoi il la reconnaît
moins, dans celui-ci.»

L'Empereur lui tira les oreilles, lui frotta la tête. L'enfant était
enchanté et il semblait qu'il eût toujours beaucoup de choses à lui
dire; mais Sa Majesté lui dit: «Il faut que j'aille déjeuner. Tu
viendras me revoir.»

       *       *       *       *       *

Je couchais dans l'appartement de l'Empereur, dans le salon le plus
voisin de sa chambre à coucher. On me dressait, tous les soirs, un lit
de sangle. Dans le temps des conspirations, je m'étais imaginé de mettre
mon lit en travers de sa porte.

Une nuit, l'Empereur, au lieu de me sonner, vint dans ma chambre et, en
ouvrant la porte, se trouva arrêté par mon lit, et se mit à rire
beaucoup de ma précaution. Le lendemain, il la raconta à tout le monde
et dit: «Si l'on parvient à moi, ce ne sera pas de la faute à Roustam,
car il s'est imaginé de barrer ma porte avec son lit!»

Mais, je le répète, ce n'était que dans les temps des conspirations.
Ordinairement, je couchais au milieu du salon, lorsque le Grand Maréchal
trouva plus convenable d'y faire une armoire contenant mon lit, qui se
tirait en ouvrant les deux battants.

Ce fut à Saint-Cloud qu'elle fut construite et, dans un voyage que nous
fîmes, le Grand Maréchal me montra cette nouvelle invention, en
m'observant que ce serait plus propre et plus commode. Je me rendis à
ces raisons et me couchai dans mon nouveau lit.

Le hasard voulut encore que l'Empereur vint me chercher. Ne voyant point
de lit, après avoir fait le tour du salon, il vint à mon armoire.
Suffoqué de colère, il me réveilla très-vivement. Je ne savais plus où
j'étais, et la première pensée fut qu'un malfaiteur avait pénétré
jusqu'à lui, et j'allais sauter en bas du lit pour le saisir, lorsque je
reconnus l'Empereur qui m'accabla de reproches, disant: «Est-ce ainsi
que tu me gardes? On m'abandonne!» Je le suivis dans sa chambre en
cherchant à m'expliquer, mais il ne voulut pas m'entendre.

Ce ne fut que le lendemain, lorsqu'en me parlant de cet événement, il se
mit à rire en disant qu'il m'avait fait une belle peur: «Il est vrai,
Sire, j'en tremble, lorsque j'y pense encore. Je croyais qu'un
malfaiteur s'était introduit dans la chambre de Votre Majesté ou qu'il
voulait y pénétrer, et j'ai été au moment de vous saisir pour vous
défendre.»

Il raconta cette catastrophe à l'Impératrice Joséphine, qui parut me
plaindre, en disant: «Ce pauvre Roustam! Il est si attaché, et, depuis
hier, tu lui as causé bien du chagrin!» Elle avait une si grande
tendresse pour l'Empereur qu'elle affectionnait tous ceux qui lui
portaient un véritable attachement. Elle en devenait la protectrice.
Elle redressait souvent les injustices et adoucissait l'Empereur dont le
caractère était assez violent. Je lui dois de n'avoir pas été parfois
éloigné de l'Empereur.

Cependant, on est parvenu à m'empêcher de monter à la parade: je n'étais
là d'aucune utilité, il est vrai. Ce n'était, pour ainsi dire, qu'un
service d'honneur, mais enfin, depuis tant d'années je l'accompagnais
partout et je tenais à ce qu'on n'empiétât pas sur mes droits, de
manière que je me plaignis à l'Empereur de ce qu'on ne voulait pas que
je montasse à la parade. Il me dit: «Ne les écoute pas et montes-y
toujours.» Il donna l'ordre très-impérativement et on ne lutta pas. À
quelque temps de là, on me dit qu'il y avait plusieurs chevaux malades,
et, ensuite, on me donna à entendre que j'employais inutilement des
chevaux. Je dus céder, ne voulant pas importuner l'Empereur par de
nouvelles plaintes; d'ailleurs je me flattais qu'il se plaindrait de mon
absence, mais il ferma les yeux là-dessus, et ne m'en parla pas.

       *       *       *       *       *

On fit les mêmes tentatives au couronnement, mais vainement.

L'Empereur avait commandé deux beaux habits, qui furent exécutés par
deux brodeurs différents, et tous deux plus brillants l'un que l'autre.
Un soir, il me fit appeler au salon, au milieu de plusieurs grands
personnages et me donna un poignard enrichi de brillants. Tout
m'annonçait que je devais être du cortège et j'étais loin de penser
qu'on cherchât à s'y opposer. J'étais donc dans une parfaite sécurité,
lorsqu'un jour j'allai m'informer à M. de Caulaincourt du cheval qu'il
me destinait. Il me dit affirmativement que je ne montais pas; que,
d'ailleurs, j'aille m'en informer au Grand Maître des Cérémonies[106],
qui me répondit qu'il n'y avait pas de place et que je m'adresse à
l'Empereur; c'était Sa Majesté qui avait désigné les places.

Je choisis l'heure du dîner pour demander à l'Empereur la permission
d'être du cortège. Il me répondit que, sans doute, c'était son
intention, et qu'il m'autorisait à aller auprès du Grand Écuyer lui
demander un beau cheval, mais il persista à me dire qu'il ne pouvait
m'assigner une place. Enfin, je pris le parti d'implorer l'appui de
l'Impératrice, craignant de fatiguer l'Empereur. Elle a eu la bonté de
me dire qu'elle en parlerait à Sa Majesté et que je me trouve au salon
en sortant du dîner. Au moment où l'Empereur prenait son café, je m'y
rendis. En m'apercevant, il me dit: «Eh bien? que veux-tu?»
L'Impératrice prit la parole et lui dit: «Ce pauvre Roustam a bien du
chagrin; on veut l'empêcher de te suivre à Notre-Dame; lui qui a partagé
tes dangers, il est bien juste qu'on lui donne cette récompense!»

L'Empereur me dit: «As-tu un beau costume?»

Je lui observai que j'en avais même deux. Il me dit: «Va t'habiller, que
je te voie!» Je me rendis, l'instant d'après, à ses ordres, et brillant
comme un soleil. Il trouva, ainsi que l'Impératrice, mon costume superbe
et fit appeler M. de Caulaincourt, à qui il donna l'ordre de me donner
un cheval et, sur l'objection qu'il lui fit qu'on ne pouvait me désigner
une place, parce que, dans les anciens cortèges, il n'y avait point de
Mameloucks, l'Empereur lui répondit: «Il sera partout.» Et j'eus le
bonheur, le lendemain, d'accompagner l'Empereur, plus satisfait encore
en raison des obstacles qu'on avait élevés.

       *       *       *       *       *

C'est un garçon de garde-robe qui, pendant trois jours, portait, pour
les briser, les souliers et les bottes de l'Empereur. Il s'appelle
Joseph.

L'Empereur était à Paris (1811). Le cordonnier s'appelait Jacques.
L'Empereur était à sa toilette. Son valet de chambre, son médecin
étaient là: «Voyez, Monsieur, prenez ma mesure.--Oui, Monsieur, vous
serez content.--Combien me faites-vous payer ces souliers?--Douze
francs, Monsieur, cela n'est pas cher!--Comment, pas cher? Très-chers,
des petits souliers!--Aux autres pratiques treize francs, mais pour
conserver votre pratique, douze francs.»

Le cordonnier sort, et l'Empereur dit: «Comment s'appelle ce
gaillard-là? C'est un vrai Français.» Les souliers n'allant pas mieux,
on eut recours à un garçon de garde-robe qui les brisait.

       *       *       *       *       *

Smorgoni[107], ville polonaise en réputation pour apprivoiser les ours,
dans la retraite de Russie.

Sa Majesté arriva dans cette ville, appuyé sur un grand bâton. Il
faisait un froid épouvantable: les chemins étaient tellement couverts de
neige et de glace, qu'on ne pouvait pas se servir de voitures.

Une heure après son arrivée, il me dit: «Roustam, dispose tout dans ma
voiture. Nous allons partir. Tu demanderas à Méneval de l'argent autant
comme il pourra t'en donner.» M. Méneval me donna 60,000 francs en or,
que je plaçai dans le nécessaire de Sa Majesté[108]. Je partageai la
somme en trois: un tiers dans un compartiment, un autre tiers dans une
chocolatière en vermeil, et le reste en rouleaux dans le double fond. Je
fermai le nécessaire, dont je gardai la clef, et je le mis dans la
voiture. Durant le voyage, ce fut le Grand Écuyer qui paya la dépense
des chevaux. Je mis aussi quelques provisions dans la voiture, mais
elles ne nous servirent pas, tout était gelé et les flacons brisés.

Lors de notre départ, tout le monde parut inquiet et me demanda ce que
venait de me dire l'Empereur.

Enfin, nous partîmes à neuf heures du soir, escortés de trois escadrons
de la Garde[109].

L'Empereur avait, dans sa voiture, le Grand Écuyer. Le maréchal Duroc
était dans un traîneau, avec Lobau. Moi, devant la voiture avec
Wonsowitch, officier polonais, qui servait d'interprète à l'Empereur.
Nous arrivâmes fort tard au premier relais[110]. Un tiers de l'escorte
était restée en arrière. Je descendis pour un besoin, j'aperçus une
lumière dans une cabane, tout près de moi. J'entre pour allumer ma pipe,
je vois quelques personnes couchées sur la paille, je reconnais un
officier de la gendarmerie de la Garde, qui parut tout étonné de me
voir, et me dit: «Par quel hasard?» Je lui dis que l'Empereur était là:
«Quel bonheur, me dit-il, qu'il ne soit pas arrivé plus tôt! Il y a une
heure, que les Cosaques étaient ici. Ils ont fait un hourra sur le
village.» Je remontai et nous voilà en route, suivis seulement de
quelques Polonais, des débris des trois escadrons. Les chevaux tombaient
et, par conséquent, les cavaliers avaient été démontés, et au second
relais nous n'en avions plus.

Nous gagnâmes Vilna. L'Empereur en traversa les faubourgs. Il y avait
une maison à un quart de lieue de cette ville[111], sur la route de
France.

L'Empereur s'y arrêta et demanda le duc de Bassano, qui se trouvait en
ville. Il arriva un instant après et resta une grande heure avec
l'Empereur, qui mangea un morceau, car on n'avait fait aucun usage des
provisions qui étaient dans la voiture. M. Maret fit venir six de ses
chevaux et son postillon pour conduire Sa Majesté. Nous arrivâmes à
Kovno, au point du jour, dans un hôtel tenu par un Français. On fit un
grand feu et un bon déjeuner pour l'Empereur. Nous commencions à
respirer, mais nous repartîmes bientôt. Le premier endroit où nous nous
arrêtâmes fut un petit bourg où l'Empereur déjeuna et fit sa toilette.
Je m'étais précautionné de trois rechanges. Je laissai donc le linge
sale à l'auberge et le donnai, ne voulant pas m'en charger, à la
maîtresse d'hôtel de l'auberge. Aussitôt, tout le monde s'en partagea
les morceaux.

Sa Majesté me dit de donner de l'argent à Caulaincourt, et j'allai
chercher la chocolatière. Je lui demandai combien il voulait. L'Empereur
la prit alors et en versa le contenu dans le chapeau du Grand Écuyer,
que je priai de prendre connaissance de la somme. Celui-ci la versa sur
une table et la compta.

Nous quittâmes les voitures, que nous laissâmes dans cet endroit, et
nous prîmes des traîneaux.

L'Empereur monta dans un traîneau couvert, avec le Grand Écuyer, le
maréchal Duroc dans un autre avec l'officier polonais, et moi dans un
troisième avec le général Lefebvre-Desnouettes. Celui de l'Empereur
allait beaucoup plus vite, et nous restâmes en arrière d'une
demi-journée. Mais l'Empereur, à son arrivée, fit écrire, par le Grand
Écuyer au Grand Maréchal, pour que, dès la réception de sa lettre, il
fit le nécessaire pour faire rejoindre Roustam le plus tôt possible,
ainsi que Wonsowitch.

Le Grand Maréchal nous fit alors donner un traîneau plus léger, mais
nous ne pûmes quand même arriver que le lendemain à Varsovie, où nous
retrouvâmes Sa Majesté. L'Empereur y déjeuna et reçut les autorités,
entre autres l'archevêque de Malines.

Nous partîmes, toujours en traîneau, pour Posen. Nous y descendîmes dans
un hôtel où l'Empereur reçut de nouveau les autorités.

M'apercevant, le maire me dit: «M. Roustam, vous avez la figure gelée!»
Je ne m'en étais pas aperçu. De suite, il envoya chercher un flacon de
liqueur qu'il me donna, me conseillant de m'en frotter deux ou trois
fois par jour, et d'éviter surtout de m'approcher du feu. J'étais
effrayé et en fis usage de suite. Ma peau devint jaune comme du safran,
quoique l'eau fût très-claire. Quand je parus devant l'Empereur, Sa
Majesté s'écria; «Qu'as-tu donc, Roustam? Quelle horreur!» Je lui dis
alors que j'avais eu le visage gelé. Il me recommanda également de ne
pas approcher du feu, ajoutant que le nez me tomberait.

L'Empereur fit sa toilette et reçut le roi de Saxe, qui lui fit observer
qu'il voyagerait plus confortablement dans ses voitures, mais l'Empereur
lui répondit que le traîneau lui permettait de voyager beaucoup plus
vite. Le roi ajouta: «Ce pauvre Roustam a la figure toute abîmée!»

Quelques heures après, nous vîmes arriver tous ceux qui étaient restés
en arrière, c'est-à-dire le Grand Maréchal, Lefebvre-Desnouettes,
l'officier polonais, etc.

Nous partîmes pour Erfurt en passant par Dresde où M. de
Saint-Aignan[112] était ambassadeur. L'Empereur lui fit dire de lui
envoyer sa voiture à Erfurt, où l'Empereur s'arrêta, fit sa toilette et
dîna.

Ensuite, M. de Saint-Aignan vint l'y rejoindre avec sa voiture.
L'Empereur y monta avec le Grand Écuyer, et nous partîmes pour Paris.

À Mayence, nous rencontrâmes M. de Montesquiou, officier d'ordonnance de
Sa Majesté. L'Empereur lui dit: «Vous voilà, Montesquiou! Vous ne vous
êtes guère dépêché!--Pardon, Sire, mais, par ce froid et le manque de
chevaux...--Allons, il n'y a pas de mal à cela, nous voyagerons
ensemble.»

À notre arrivée à Meaux, la voiture de Sa Majesté cassa. On prit donc le
cabriolet du maître de poste, dans lequel l'Empereur monta avec M. de
Caulaincourt, et me recommandant de monter dans une autre voiture, avec
tous ses papiers.

Arrivés devant la grille des Tuileries, le factionnaire s'opposa à notre
entrée et l'Empereur lui dit: «Comment, coquin, tu ne veux pas me
laisser rentrer chez moi?» Il lui tira les oreilles. Enfin, il finit par
le reconnaître[113].

Le soir, je déshabillai Sa Majesté. Aucun de ses valets de chambre
n'était arrivé; il me dit alors: «Repose-toi quelques jours, Roustam, et
dis à ton beau-père de venir près de moi.»

Le lendemain, en faisant sa toilette, Sa Majesté lui dit: «Roustam doit
être bien fatigué; il faut qu'il ait une santé de fer!» Deux jours
après, je repris mon service et je descendis, le matin, à sa toilette.
Corvisart était présent: mon nez était devenu noir comme du charbon.

L'Empereur dit à M. Corvisart de me visiter le nez et lui demanda s'il
n'y avait pas de danger. Après un sérieux examen, Corvisart s'écria:
«Non, Sire, puis d'ailleurs, s'il tombe, nous le rattacherons!»



V

Ulm.--Nouveau danger couru par l'Empereur.--Mort du colonel
Lacuée.--Construction de ponts sur le Danube.--L'île Lobau.--L'Empereur
fait sa toilette en plein air.--Essling.--Mort du maréchal
Lannes.--Douleur de Napoléon.--Ebersdorf.--Mon turban blanc sert de
point de mire à l'ennemi et manque faire tuer l'Empereur à mes
côtés.--Les cerfs de l'île Lobau.--Masséna blessé.--Wagram.--La voiture
de Masséna traversée par un boulet.--Campagne de Russie: de Moscou à
Molodetchno.--Les vivres de l'Empereur pillés par ses soldats.--Mot de
lui à ce sujet.--L'Empereur et le maréchal Berthier.


À la bataille d'Ulm, l'Empereur était au milieu des balles et de la
mitraille. Il était dans le plus grand danger. Le roi de Naples et le
prince Berthier viennent prendre la bride de son cheval pour le faire
éloigner du danger, en lui disant: «Sire ce n'est pas la place de Votre
Majesté.» L'Empereur dit: «Ma place est partout. Laissez-moi tranquille.
Murat, allez faire votre devoir.»

C'est le même soir, avant la bataille, que j'ai vu M. Lacuée[114], que
j'ai connu beaucoup. Il avait quelque amitié pour moi.

Lacuée, colonel, était naguère aide-de-camp de l'Empereur. Grand,
maigre, sec, figure intéressante. Avait été ami de Moreau et lui faisait
des visites. De là sa disgrâce. De là son grade de colonel d'infanterie.
C'est le matin de la bataille d'Ulm que Roustam le vit. L'Empereur passa
devant le régiment, ne dit rien au colonel. Mais Roustam le regarde et
le colonel s'avance: «Eh bien, colonel, vous nous avez quittés?--Mon
cher Roustam, je me ferai connaître aujourd'hui à l'Empereur, vu que je
me ferai tuer!»

Son régiment, corps d'armée du maréchal Ney. Pont à traverser. La
bataille était à peine engagée. Le régiment de Lacuée était à la tête de
pont. Le maréchal ordonne que le régiment s'empare du pont. Déjà le pont
était traversé (ennemis autrichiens: commandant, le général Mack). À
peine le pont passé, Lacuée est atteint d'une balle au milieu du front.

Le lendemain, Mack est blessé. L'Empereur, logé dans une abbaye, veut
voir défiler les prisonniers.

Il était à une heure d'Ulm. Il charge Caulaincourt de choisir un paysan
pour lui faire connaître le pays en se rendant à Ulm. Le paysan monte,
mais un quart d'heure avant d'arriver, on s'aperçoit qu'il est étranger.
Fureur de Caulaincourt qui fait administrer vingt-cinq coups de bâton au
paysan. Indignation de Duroc, etc.

       *       *       *       *       *

L'Empereur arrive à Schœnbrunn. Les ennemis avaient brûlé les ponts de
Vienne, sur le Danube. L'Empereur va visiter Ebersdorf, petit bourg sur
le Danube. Il donne des ordres pour construire des ponts sur le Danube,
en face d'Ebersdorf. L'Empereur, partant de Schœnbrunn, visitait tous
les jours les travaux. Deux branches du Danube; deux ponts jetés dessus.
Puis, île de Lobau. Puis un petit bras pour gagner la plaine. La
bataille était engagée. Les Autrichiens ayant rompu des moulins et jeté
à l'eau, ces moulins voguant rompirent nos ponts, et pas la moitié de
notre armée était passée!

La veille, deux jours avant la bataille, l'Empereur quitte le quartier
général et couche à Ebersdorf. Bataille engagée. L'Empereur était passé
en personne avec ses aides-de-camp et faisait partie du tiers de
l'armée.

Essling, où était le tiers de l'armée. On vient dire à l'Empereur que le
pont est rompu sur le grand bras du Danube. L'ennemi nous repousse à
travers les bois, sur la petite branche du Danube. L'Empereur traverse
le petit pont et revient dans l'île de Lobau, seul avec ses
aides-de-camp.

Tout le long de l'île, formidable artillerie, en cas de défaite (trente
pièces).

Arrivé dans l'île, il prend fantaisie à l'Empereur de faire sa toilette
en plein air: M. Jardin, son piqueur, portait, derrière son cheval, tout
le linge dont l'Empereur pouvait avoir besoin. Il s'asseoit par terre et
nous l'habillons complètement. En ce moment, un aide-de-camp du général
Dorsenne vient demander des munitions: «Dites-lui que je n'en ai pas.
Tout ce qu'il fera sera bien fait.»

Quelques instants après, l'Empereur étant sous un gros arbre, des
sapeurs traversent le petit pont, portant le maréchal Lannes, un genou
fracassé, l'autre entamé, les bras nus, lui enveloppé dans un manteau.
On le pose à cinquante pas du grand arbre. L'Empereur court, et, un
genou en terre, se précipite sur son corps, l'embrasse et, sans rien
dire, pose sa bouche sur son visage. Le prince de Neuchâtel prend un
bras de l'Empereur, le maréchal Duroc, l'autre. On l'arrache de son
corps et on le conduit sous l'arbre. (C'était à la brune). On transporte
le maréchal Lannes à Ebersdorf; on le met dans un bateau pour traverser
le Danube. Le vice-roi était de l'autre côté, à Ebersdorf. L'Empereur,
pleurant, disait: «Ah! qu'ils me le paieront cher!»

L'Empereur, seul, avec un escadron polonais. Il avait dit à Dorsenne de
tenir ferme.

Le soir, il monte à cheval, il va à la tête du pont brisé qui était sur
le grand bras du Danube: arrivé là, tant de blessés sur le rivage, qu'on
pouvait à peine passer. L'Empereur passe dans un grand bateau, conduit
par les marins de la Garde, et arrive à Ebersdorf. Voilà la nuit. On
fait retraite, et l'armée française passe le petit pont et vient prendre
position dans l'île Lobau, où étaient les batteries.

L'Empereur va, le lendemain, voir Lannes, qui était à Ebersdorf.

En déjeunant, en dînant, en mangeant sa soupe, les larmes coulaient dans
sa cuiller. Il mangeait seul avec Berthier. Nous sommes restés près d'un
mois à Ebersdorf.

Pendant cet intervalle, l'Empereur visitait Lannes et un grand hôpital.
Il faisait distribuer un napoléon à chaque soldat et cinq aux officiers.
Plusieurs refusaient. Dans les autres maisons, où étaient des blessés,
Duroc allait porter les mêmes secours.

Le fameux pont était à peu près fait. Il passait à pied. Son entourage
d'officiers l'ennuyant, il dit un jour: «Restez, je n'ai besoin que de
Roustam et d'une lorgnette.»

Il faisait le tour de l'île, visitait l'armée de Dorsenne, qui attendait
que le pont fût fini.

Un jour, à cheval avec l'empereur, dans l'île Lobau, au bord du petit
bras du Danube (on avait ôté le petit pont), l'Empereur apercevait les
factionnaires autrichiens. Il avait sa petite lorgnette qui était
toujours dans sa poche, et regardait les positions de l'ennemi. Une
balle siffle et frise les oreilles de l'Empereur: «Morbleu! c'est ton
bonnet blanc qui nous trahit! Il faut une autre couleur!» Et comme la
sentinelle rechargeait son arme: «C'est assez comme cela, camarade! Il
fait chaud ici, partons.» Nous rentrons à Ebersdorf. Je vais à cheval à
Vienne, pour acheter un turban de couleur. Depuis cette époque, dans
toutes batailles, turban de mousseline obscure.

L'île Lobau pleine de cerfs et de daims. On les chassait, un jour (on
faisait le pont): un cerf traverse l'eau et arrive, haletant, à
Ebersdorf, dans la cour de la maison de l'Empereur. On le tire. (C'est
le corps d'armée de Masséna qui était dans l'île de Lobau).

La veille de la bataille de Wagram, l'Empereur va dans l'île de Lobau, y
fait placer sa tente, reçoit un plénipotentiaire, le fait dîner avec
lui.

Lui, Berthier, Masséna et l'envoyé autrichien:

«Monsieur l'envoyé, dites à ceux qui vous envoient que, ce soir, à neuf
heures (il en était sept), je passerai le Danube.» Au lieu de neuf
heures, c'était huit.

L'Empereur avait dit à Masséna: «Vous êtes blessé. Vous resterez ici (il
était tombé de cheval). Votre aide-de-camp vous remplacera.--Non, sire,
je ne quitte pas mon poste. Je commanderai en calèche.»

On avait fait trois radeaux. À huit heures, commence le passage. Au très
petit point du jour, l'Empereur passe, avec son État-major. C'est là
qu'il me demanda son petit cordon noir, au bout duquel était un petit
cœur en satin noir, qu'il mettait sur son gilet de flanelle, avant sa
chemise, grand comme une pièce de trente sous.

Bataille de Wagram.--Au milieu de la journée, le feu était chaud.
Masséna était en calèche à quatre chevaux. Ses domestiques n'en étaient
pas très contents. Un cheval, derrière sa calèche. Il s'impatiente. Il
descend. Au moment même, un boulet la traverse, à l'endroit même où il
était assis.

Alors, il monte à cheval. Un étrier étant trop court, il se fâche contre
son domestique; il donne un coup de cravache à son domestique, et
celui-ci s'éloigne un peu. Un militaire passe. Il dit: «Mon ami, viens
raccourcir mes étriers. Pose ton fusil par terre, et dépêche.» Dans ce
moment, un boulet enlève l'homme. Et tout le monde de dire: «L'Empereur
l'a bien nommé _l'Enfant chéri de la victoire!_»

       *       *       *       *       *

14 septembre 1812. entrée à Moscou.--19 octobre, départ de
Moscou.--Entré dans Moscou avec 90.000 combattants et 20.000 malades, il
en sort avec plus de 100.000 combattants et laisse 1.200 malades.--Le 23
octobre, quartier général à Borowsk.--Le 24, l'Empereur était sur les
bords d'un ruisseau et du village Ghorodinia, dans une cabane de
tisserand, maison de bois, délabrée, infecte, à une demi-lieue de
Malo-Iaroslavetz.--Danger que court l'Empereur: il est attaqué par des
Cosaques. Rapp veut l'engager à s'écarter. Il tire son épée et attend
les Cosaques.--Le 20 octobre, pleine retraite.--Le 28 octobre, à
Mojaïsk.--À quelques lieues de Mojaïsk, la Kolotcha, rivière. Plus loin,
la grande abbaye ou l'hôpital de Kolatskoe.--Le soir, la colonne
impériale approcha de Gjatz. De Gjatz, l'Empereur gagna Viazma, en deux
marches.--6 novembre. Hiver rigoureux. Pleine déroute.--De Gatz à
Mikalewska, village entre Dorogobuj et Smolensk, rien de remarquable. On
se défait de tout attirail.

Le 3 et le 4 novembre, l'Empereur avait séjourné à Slawkowo.--Le 5, à
Dorogobuj.--Le 6, à la hauteur de Mikalewska, l'Empereur apprend la
conjuration d'un général, à Paris. L'Empereur ne répond rien et entre
dans une maison palissadée, qui avait servi de poste de
correspondance.--Le 9 novembre, l'Empereur à Smolensk. Il s'enferme dans
une maison de la Place-Neuve, et n'en sortit que le 14, pour continuer
sa retraite.--Horrible disette.--Le 11 novembre, à cinq heures du matin,
la colonne impériale quitte Smolensk.--Koritnia, à cinq lieues de
Smolensk.--Krasnoï, à cinq lieues de Koritnia.--Lyady, à quatre lieues
de Krasnoï.

À deux lieues à droite du grand chemin, coule le Borysthène.--L'Empereur
à Koritnia, dans une misérable masure.--Le 17, l'Empereur à Lyady, à
quatre lieues du champ de bataille.--Le lendemain, on quitte la vieille
Russie.--19 novembre, Dombrowna, ville de bois.--20, Orsza. Le Dniéper,
fleuve.--D'Orsza à Borizow.--Les 22, 23. Napoléon était dans la
Tolotschin.--La Bérésina. C'est le 24 qu'il veut tenter le
passage.--Studianka.--27, passage de la Bérésina.--L'Empereur à la tête
de sa réserve à Brilowa.--Le 29, l'Empereur quitte les bords de la
Bérésina.--L'Empereur arrive à Kamen.--Le 30, à Pleszenicky.--Le 3
décembre, à Molodetchno.--C'est là que l'empereur forme le projet de
partir pour Paris.

Une journée après le passage de la Bérésina, le 30 novembre, à
Pleszenicky, l'Empereur se disposait à manger, mais les soldats d'un
régiment avaient pillé la cantine portée sur le dos de trois mulets qui
suivaient toujours, portant, sur des paniers attachés aux selles, le vin
et le pain ou le biscuit, et les provisions. Sur le dernier de ces
mulets était le petit lit en fer qu'on dressait partout et qui était
roulé avec un matelas, au travers d'un mulet.

Ces soldats, affamés par des marches continuelles, aperçoivent cette
maigre caravane, qui s'achemine sous la conduite de trois gendarmes et
de deux hommes de la bouche.

D'un œil de convoitise, ils les voient passer. Mais la faim l'emporte,
et les voilà pressant le pas en désordre et s'informant d'où viennent
ces provisions et à qui elles sont destinées. Ils le savaient, et, de
plus, ils pouvaient lire, sur la couverture, la destination de ces
vivres... Mais, encore une fois, la faim!

«C'est à l'Empereur. N'y touchez pas!» Et déjà mille mains rapaces
assaillaient les paniers: «L'Empereur n'ordonne pas qu'on meure; au
surplus, à sa santé!» Et c'en est fait des provisions qui, du reste, ne
firent qu'irriter davantage une faim mal assouvie.

L'Empereur excusa ses soldats; toutefois il voulut savoir à quel
régiment ils appartenaient: «Un jour viendra qu'ils seront dans
l'abondance, je les passerai en revue... Mais non, le reproche serait
trop cruel: tel jour, vous voliez le pain de votre Empereur!»

       *       *       *       *       *

Deux jours avant d'arriver à Smorgoni, à Molodetchno, l'Empereur, qui
avait battu en retraite avec l'armée, résolut de la quitter. Il passait
la nuit dans un misérable village à Molodetchno. J'étais dans la pièce
voisine. J'entendis parler haut. C'était l'Empereur, gourmandant
très-haut Berthier qui voulait le suivre: «Je vais en France parce que
ma présence est indispensable.--Sire, depuis longtemps, Votre Majesté
sait que je veux quitter le service: je suis vieux, emmenez-moi.--Vous
resterez, avec Eugène et Murat.» Il insistait: «Vous êtes un ingrat...
Vous êtes un lâche! Je vous ferai fusiller, à la tête de l'armée!» Et
l'autre sanglotait.

Cette scène eut lieu le 3 décembre. Le lendemain, Berthier se résigna.



APPENDICES



QUELQUES PAGES DE L'ORTHOGRAPHE DE ROUSTAM


Il est né à Tiplise, à la capital de la Gorgi, fis de sier R... Honan,
négotien, né le... (_sic_).

Deux ans après, sa néconce a été transporté à Aperkan, un assez fort
ville en Herménien, païye natalle de son père. Onze anné après, il a été
promené dans un des bien de son père, avec plusier cé camarade, qui été
ataqué par plusier Tartare, pour amener avec eu dans leur paiy, et
surrement pou le vendres. Plusier de cé camarade été prie par de cé
brigand, et lui été échapé dans leur mens. R. R. été perdu, dans cet
journé-là, six heure dans les bois, sans pouvoir trouvoire la route pour
aller rejoindre sa mère, qu'il émé bien tendrement.

Au même moment, a rencontra un bûcheron dans les bois, qui a bien voulue
de conduire auprès de sa mère, qui été dans un inquiétude mortelle, et
il ne pas manquet le bucheron de recevoir un bons recompance de la par
de sa mère.

Le nombres de famille de sieur R. Honan, est de deux fille et quatres
garçons. R. R. été la cadette. Son père a fait un voyage avec cé deux
fis, pou son commerce a Gonje, provance de Malique Magolume. Quelque moi
après, l'empereur de Persanne a déclaré la guerre contres Abrahim-Kane,
qui a été gouverneur de la province de Herménie.

Voilà la cause que R. R. a perdu tout sa famille.

Depuis ce temps là, pour les affairs d'intéré, mon père voulé de
c'éloigner de Gonje, et amener avec lui mes deux frère Avack et Séiran
et moi, mais j'été trop ataché à ma mère pour m'éloigner d'elle.

Quelque jours après, il acheta un voiture pour son voyage. Le mème jour,
nous étions à diné, nous a questiona si nous somme contan de faire cest
voyage. Mes frère disé que oui, moi je lui dit que non. Il m'a beaucoup
questiona pour que je ne veux pas lui suivres. Je lui dit: «Quand j'été
pitite, maman m'a bien soigné: elle ma randu toujours bien houreux.
Comme je commance, à présent, êtres grand, je disire de mes tourner
auprès d'elle pour lui consoler et la randres heureux, si je peu.»

Il a été fore mescontan que je voulées de quiter. Enfin, il n'a pas peut
rien gagné sur moi, pour m'amener avec lui.

Il obliger de partir, avec mes deux frère, et il me lessa tout seul dans
la ville de Gonje, sans paran et sans fortune.

La ville de Gonje, c'est un trais bons ville et bian riches. Cé là où on
fait le pus grand commerce de sois et de caschemire de Perse.

Trois mois après, Abrahim-Kane a déclaré la guerres contre Malique
Magolum, où je me trouvé dans la forreteresse de Gonje. Les peuples de
la ville sont obliger de rantrer dans la forteresse. Je reste jusqu'à la
dernier moment sans pourvoir de sortir dans la forreteresse. On rentrais
bien, mais on lessé sortire personnes. Un jours où les mulés de Malique
Mugolum sorté pour chercher les provision, je me suis fouré dans les
gambe des mulés et je me suis sortie de force, de cest manierre-là, sans
aucun dangé.

Quand j'été or la porte, je rencontrais deux personne de mon pay, et
même ville. Je leur demandé si je pourais trouverre un aucasion pour
m'en tourner auprès de ma mère. Il me dit oui, je conné plusier
personnes qui von partier à deux houre de matin pour Aperkan, où j'avais
lessé ma pauvres mère et mes deux seure, Mariane et Begzada.

Cé deux bons messier il me montrés la maison où son les voyagers. Je me
suis rendue sur le champ; il mon trais bien aceuillies. Enfin, tout été
convenue de partir à deux houre du matin. En atandant de la nuit, j'été
dans un gardans, à côté de la ville, pour chercher quelque lagume pour
ma nourriture, car j'avais rien à manger depuis quelque jours. Jai
apersu, au lointin un troupeaux de mouton. J'été à la rancontres, pour
demander un peut de lais ou de fromage, enfin je me suis aprocher du
berger. Il me dit: «Qui tu veux?--Ce que vous vousdrois: un peut de lais
ou de fromage, car voilà plusier jours que j'ai rien mangé.»

Il m'a beaucoup examina, en me demandan le nom de mon pay et celle de
mes paran. Je lui dit mon nom et celui de mon père. Apresa m'a prie dans
sé bras, m'a ambrasé du bons cœur, en me disan: «Je suis votres oncle!
Voilà quinze anné que j'ai quité le pay.»

Je me trouvais, dans ce moment-là, bien houreux d'avoir trouvair un
protecteur. Enfin, je lui demandé quelque provision, pour mon voyage que
je devais faire à deux houre du matin. Il m'a donné deux gros pen et un
quantité de rotie. J'ai mis tout sa dans un sac pour rejoindre la maison
où été mes compagnon de voyage.

Mon oncle m'a demandé si je voulé rester avec lui jusque je soit plus
grand, et j'irais rejoindre ma mère. Je lui dit: «Non, je vous le merci.
Jé quité mon père et mes frère, pour rejoindre ma mère. Vous voyé bien
que je ne puisse rester avec vous. Je suis sûre ma mère et bien inquète
de moi, en particulier, car j'été son enfant gâtés, beaucoup plus que
les autres.» Il a bien vu que je ne voulé pas rester avec lui. Il
m'ambrasa. Je lui fait mes adieux, et je me suis rendu sur-le-champ, à
la rondez-vous de voyagers, le cœur contan en espéran voir ma mère
quelque jours après.



DOCUMENTS SUR LE CORPS DES MAMELOUCKS


     Paris, le 21 Vendémiaire an X (13 octobre 1801).

Les Consuls de la République arrêtent:

Article premier.--Il sera formé un escadron de deux cent quarante
Mameloucks, de ceux venant d'Égypte.

Art. II.--L'aide de camp chef de brigade Rapp en aura le commandement.
Il se rendra, à cet effet, à Marseille, pour l'organisation de cet
escadron.

Art. III.--Le ministre de la Guerre est chargé de l'exécution du présent
arrêté.

     Le premier Consul.

     _Signé_ BONAPARTE.

Par le premier Consul, le Secrétaire d'État. Signé HUGUES B. MARET.

       *       *       *       *       *

     Paris, le 17 Nivôse an X (7 janvier 1802).

Au nom du peuple français.

Bonaparte, premier Consul de la République, arrête:

Article premier.--Il sera formé un escadron de cent cinquante
Mameloucks.

Art. II.--Cet escadron sera organisé comme un escadron de hussards. Il
sera commandé par le chef de Brigade Rapp.

Art. III.--Les soldats et officiers seront tous pris parmi les
Mameloucks, Syriens et Cophtes venant de l'armée d'Orient et qui ont
fait la guerre avec l'armée française.

Art. IV.--Il y aura deux officiers français dont l'un sera chargé de
l'administration de l'habillement, l'autre de la police et de
l'instruction du corps; un quartier-maître français et deux secrétaires
interprètes, un par compagnie, qui auront le traitement de caporal
fourrier.

Art. V.--Leur solde et leurs masses seront réglées de manière à ce
qu'ils ne coûtent pas davantage qu'un escadron de chasseurs de la Garde.
À cet effet, on diminuera leur solde pour augmenter leur masse
d'habillement.

Art. VI.--Il leur sera donné le même uniforme que portent les
Mameloucks, et pour marque de récompense de leur fidélité à l'armée
française, ils porteront le turban vert.

Art. VII.--Le Ministre de la Guerre est chargé de l'exécution du présent
arrêté.

     Le premier Consul. _Signé_ BONAPARTE.

     Par le premier Consul. Le secrétaire d'Etat. _Signé_ HUGUES B.
     MARET.

     Le Ministre de la Guerre. _Signé_ ALEXANDRE BERTHIER.

       *       *       *       *       *

     Paris, le 11 Germinal an X (1er avril 1802).

Les Consuls de la République arrêtent:

Il sera fourni, par les magasins d'armes de la République, à chaque
sous-officier et cavalier de l'escadron des Mameloucks, un armement
complet composé ainsi qu'il suit, savoir:

1 carabine.

1 tromblon.

2 paires de pistolets, dont une de ceinture.

1 sabre à la Mamelouck.

1 poignard.

1 masse d'armes.

1 lance pour une compagnie de lanciers non encore déterminée.

1 poire à poudre en corne pour amorcer, avec une baguette de fer.

Le Ministre de la Guerre est chargé de l'exécution du présent arrêté.

     Le premier Consul.

     _Signe_ BONAPARTE.

     Par le premier Consul, le Secrétaire d'État.

     _Signé_ HUGUES B. MARET.

     Le Ministre de la Guerre.

     _Signé_ ALEXANDRE BERTHIER.

       *       *       *       *       *

     Paris, le 25 Germinal an X (15 avril 1802).

Les Consuls de la République arrêtent ce qui suit:

Article I.--Le corps des Mameloucks, créé par arrêté du 17 Nivôse
dernier, sera composé d'un état-major d'officiers, sous-officiers ou
artistes français de deux compagnies formant un escadron de Mameloucks.

Art. II.--L'état-major et les compagnies seront composés ainsi qu'il
suit:

ÉTAT-MAJOR

Un chef de brigade.
Un capitaine chargé de l'administration de l'habillement
et police du corps.
Un quartier-maître.
Un officier de santé de 1re classe.
Un lieutenant instructeur.
Un adjudant sous-officier.
Un artiste vétérinaire.
Un trompette brigadier.
Un maître sellier.
Un maître tailleur.
Un maître bottier.
Un maître armurier.

Total: 5 officiers, 7 sous-officiers, artistes ou ouvriers.

COMPAGNIE

Un capitaine.
Un lieutenant en premier.
Un lieutenant en second.
Un sous-lieutenant.
Un maréchal des logis chef.
Quatre maréchaux des logis.
Un fourrier-interprète.
Huit brigadiers.
Deux trompettes.
Cinquante-neuf Mameloucks.
Un maréchal ferrant.

Total: 4 officiers, 76 sous-officiers ou Mameloucks.

Art. III.--L'habillement et l'armement du corps des Mameloucks seront
ceux qu'ils portaient en Égypte. Ils seront montés comme les troupes
légères, et pour marque de récompense de leur fidélité à l'armée
française, ils porteront le cahouck vert et le turban blanc.

Art. IV.--Il sera payé, pour la première mise des officiers compris dans
l'organisation ci-dessus, la somme de dix-huit cents francs, et celle de
mille francs à chaque sous-officier et Mamelouck.

Art. V.--Il sera fourni, à chaque officier nouveau, deux chevaux, et un
à chaque sous-officier et Mamelouck, du prix de six cents francs chacun.

Art. VI.--La solde et les masses seront payées à l'effectif d'après les
revues de l'inspecteur et dans les proportions suivantes:

SOLDE

Au chef de brigade.                         9600 fr.
Au capitaine chargé de l'habillement
et de la police.                            4000 »
Au quartier-maître capitaine.               4000 »
À l'officier de santé.                      3600 »
Au lieutenant instructeur.                  2700 »
À l'adjudant sous-officier.                 1200 »
À l'artiste vétérinaire.                    1800 »
Au trompette brigadier.                      700 »
À chaque maître ouvrier.                     800 »
À chaque capitaine.                         4000 »
À chaque lieutenant en premier.             2700 »
À chaque lieutenant en second.              2000 »
À chaque maréchal des logis chef.           1000 »
À chaque maréchal des logis ou fourrier      900 »
À chaque brigadier.                          700 »
À chaque trompette ou maréchal ferrant.      650 »
À chaque Mamelouck.                          450 »

MASSES

De boulangerie.                        68 fr. 40
De chauffage, à quatre centimes
par jour d'été, à huit centimes
par jour d'hiver. Le double pour
les sous-officiers.
D'hôpital.                             24 »
De casernement.                        24 »
D'habillement. Deux cent soixante
francs quarante centimes
par sous-officier et Mamelouck.       260 fr. 40
À trois cent un francs quatre
vingt quinze centimes par trompette.  301 fr. 95
D'entretien.                           30 »
De ferrage.                           500 fr. 40
De remonte.                           100 »
De ferrage.                            29 fr. 70

Art. VII.--Il sera, en outre, admis à la solde, les vieillards, femmes
et enfants de familles mameloucks qui ont suivi, en France, leur parents
formant les deux compagnies ci-dessus, dont l'état nominatif avec le
tarif et leur solde est annexé au présent arrêté. Les enfants mâles
feront le service de Mameloucks, lorsqu'ils auront atteint l'âge de
seize ans, prescrit par l'arrêté du 7 thermidor an VIII. Alors ils
recevront la première mise mentionnée dans l'Art. 3.

.......................

Art. XVI.--Le nombre de chevaux du corps des Mameloucks qui auront droit
aux masses de fourrages, remontes et ferrage, est réglé ainsi qu'il
suit, savoir:

Pour le chef de brigade, 8.

Au capitaine chargé de l'administration, et de la police, 4.

À chacun des autres capitaines et lieutenants instructeurs, 3.

À chaque lieutenant, sous-lieutenant et officier de santé, 2.

À chaque sous-officier ou Mamelouck, 1.

Les maîtres tailleur, bottier et armurier ne seront point montés, ainsi
que les enfants et les réfugiés.

Art. XVII.--Le Ministre de la Guerre donnera des ordres pour qu'il soit
fourni, des arsenaux de la République, l'armement prescrit, aux
sous-officiers et Mameloucks. Il en donnera aussi pour l'établissement
des casernes et des corps de garde qu'ils doivent occuper.

.......................

Art. XX.--Le ministre de la Guerre, le directeur de l'administration de
la Guerre et du Trésor public sont chargés de l'exécution du présent
arrêté.

     Le premier Consul. _Signé_ BONAPARTE.

     Par le premier Consul, le secrétaire d'État. _Signé_ HUGUES B.
     MARET.

     Le Ministre de la Guerre. _Signé_ BERTHIER.

       *       *       *       *       *

     Du 25 Germinal an X (15 avril 1802).

Bonaparte, Premier Consul de la République.

Arrête que les officiers ci-dessous dénommés seront employés, chacun
dans son grade, à l'escadron des Mameloucks.

     PREMIÈRE COMPAGNIE

Ibrahim, capitaine.
Jean Renno, lieutenant.
Chahin, lieutenant en second.
Soliman, sous-lieutenant.

     DEUXIÈME COMPAGNIE

Saloume Sahahoubé, capitaine.
Daoud Habaïby, lieutenant.
Elias Messad, lieutenant en second.
Abdallah Dasbonne, sous-lieutenant.

Les trois officiers composant l'état-major de l'escadron, sont:

Charles Delaitre, capitaine quartier-maître.
Édouard Colbert, capitaine adjudant-major.
Mareschal, lieutenant instructeur.

Mauban, officier de santé de 1re classe.

Le Ministre de la Guerre est chargé de l'exécution du présent arrêté.

     _Signé_ BONAPARTE.

       *       *       *       *       *

Les Consuls de la République arrêtent:

Article premier.--Il sera accordé une somme de seize cents francs à
chaque sous-officier et cavalier mamelouck, pour son équipement,
habillement, harnachement, y compris l'achat du cheval.

Art. II.--Cette somme sera payée à l'effectif des hommes composant
l'escadron, et d'après la revue de l'Inspecteur.

Art. III.--Les Ministres de la Guerre, des Finances et du Trésor public,
sont chargés de l'exécution du présent arrêté.

     Le premier Consul.

     _Signé_ BONAPARTE.

       *       *       *       *       *

Les Consuls de la République arrêtent:

Article premier.--Il sera accordé une gratification de dix-huit cents
francs à chacun des officiers de l'escadron des mameloucks.

Art. II.--Cette somme sera payée à l'effectif, d'après la revue de
l'Inspecteur.

Art. III.--Les Ministres de la Guerre, des Finances et du Trésor public
sont chargés de l'exécution du présent arrêté.

     Le premier Consul.

     _Signé_ BONAPARTE.

       *       *       *       *       *

MINISTÈRE DE LA GUERRE

_Dépôt des réfugiés. Récapitulation de l'effectif
au 1er avril 1811_.

Réfugiés:     8 de 1re classe.
--           18 de 2e    --
--          108 de 3e    --
--          297 de 4e    --
            ---
Réfugiés:   431 payés à Marseille.
--           27 payés à Paris (1 à Corfou).
            ---
Effectif:   458
            ===

       *       *       *       *       *

_État nominatif des vieillards, femmes et enfants de familles
mameloucks, réfugiées en France, avec le tarif du traitement qui leur
est accordé._

_10 mai 1811._

1. Abou Kralil, 1800.
2. Samain Ibrahim, 1800.
3. Couroulous, 900.
4. Anna Cousty, 900.
5. Abon Ebbé Ramalaoué, 900.
6. Joseph Caphtini, 900.
7. Ibrahim Samain, 900.
8. Ouardé, femme du capitaine Saloume, 900.
9. Marianna, femme du capitaine Ibrahim, 900.
10. Sarra, femme du lieutenant Daoud, 900.
11. Enné, femme de Samain Ibrahim, 900.
12. Sadda, femme d'Ibrahim Samain, 900.
13. Alloÿ, femme de Couroulous, 900.
14. Almas, femme d'Ibrahim Habaïby. 900.
15. Lucie, femme de Seliman, 900.
16. Marie-Anne, femme de Guirguès Elbateloy, 900.
17. Angélique, femme de Guirguès Koury, 900.
18. Marie, femme d'Anna Selladar, 900.
19. Madelaine, femme de Pierre Gayardelle, 900.
20. Zarra, mère d'Antoine et Pètre Ayache, 900.
21. Anna, femme de Joseph Hermany, 900.
22. Maria, négresse, 900.
23. Ouardé, fille d'Enné, 900.
24. Catherine, fille de Madelaine, 900.
25. Maria, fille de Tannos Zoumero, 450.
26. Céleste, fille de Madelaine, 900.
27. Maria, petite fille de Pillador, 450.
28. Michel, garçon d'Anna, 450.
29. Baptiste, garçon de Madeleine, 450.
30. Raol, garçon d'Ibrahim, 450.
31. Joseph, garçon d'Almas, 450.
32. lbrahim, garçon du chef d'escadrons Hamaouy, 450.
33. Habaïby, garçon du chef de brigade.
34. Ouardé, fille du chef d'escadron Hamaouy.
35. Chanine, fille du chef de brigade.
36. Mazonne, fille du même.

_Résultat:_

2 vieillards à 1.800              3.600
5 autres à 900                    4.500
15 femmes à 900                  13.500
2 filles à 900                    1.800
3  autres à 450                   1.350
4  garçons à 450                  1.800
2  autres.
3  filles.
                                -------
                   Total         26.550

Certifié conforme. Le Secrétaire d'État, _Signé:_ HUGUES B. MARET.

Le ministre de la Guerre, _Signé:_ ALEX. BERTHIER.



_État nominatif des réfugiés égyptiens qui réclament la bienveillance du
Premier Consul pour être compris à la suite de l'escadron des
Mameloucks, avec le traitement qu'il voudra bien désigner ci-après_.

Marie Solon, femme de Petro Sera, Mamelouck, mariée le 1er Nivôse an XI,
n'a touché aucun traitement depuis son arrivée en France, 1 fr. 50.

Joseph Ibrahim, fils du capitaine Ibrahim, porté à la dernière solde, né
à Melun le 20 nivôse an XI. 0 fr. 62-1/2.

Joseph, fils de Lucie, femme égyptienne réfugiée, portée à la
demi-solde, né à Melun le 11 vendémiaire an XI, 0 fr. 62-1/2.

Hélène Baraka, égyptienne, femme du citoyen Dargevel. Elle réclame le
traitement accordé aux autres femmes; elle n'en a touché aucun depuis
son arrivée en France, pour elle ni pour son fils Théodore Baraka, 2 fr.
50.

Joubran Hamaouy, fils du chef d'escadron Hamaouy. Venant en France, il
ne touchera son traitement que lors de sa présence à Melun. 1 fr. 50.

Izakarus, prêtre grec réfugié, ayant rendu d'importants services à
l'armée française et ayant sauvé plusieurs militaires de cette nation,
lors de l'insurrection de Naples. Il est porteur de certificats qui
attestent ses droits à la bienveillance du gouvernement, 2 fr. 50.

Hélène Renno, mère de Jouane Renno, lieutenant dans l'escadron de
Mameloucks. Hélène Renno a été forcée de quitter Saint-Jean d'Acre après
la mort de son mari, récemment massacré par Djezzar Pacha, dont il était
médecin. Elle est à Marseille. Son fils réclame pour elle une pension,
comme réfugiée égyptienne, 2 fr. 50.

Anna Kassis, prêtre grec employé momentanément à la commission des Arts.
Il ne jouira de son traitement qu'au moment où il cessera d'être employé
à cette commission et qu'il sera présent à Melun, 1 fr. 50.

Michel Abeyde, négociant syrien de Saint-Jean d'Acre. N'ayant point été
en Égypte, obligé de quitter Naples où tous ses biens ont été confisqués
sur le soupçon d'être agent secret du gouvernement français, il réclame
un traitement pour subsister. Les pièces à l'appui de la demande ont été
présentées au Conseil d'administration du corps et attestent
suffisamment ses droits, 1 fr. 25.

Jouanne, fils du lieutenant Daoud, né le 21 messidor an XI, pour lequel
on réclame la demi-solde, 0 fr. 62-1/2.

Marie, fille de Séraphine, brigadier mamelouck, née le 4 Thermidor an
XI, pour laquelle on réclame la demi-solde, 0 fr. 62-1/2.

Marianne Aflisa, mingrélienne, ci-devant esclave d'Ibrahim bey, revenue
avec la veuve du général de brigade Galbaut, n'a perçu aucun traitement
depuis son arrivée en France. Elle ne jouira de celui qui lui sera
accordé que lors de sa présence à Melun, 1 fr. 62-1/2.

Ayoubé, fils du chef de brigade Jacob, né le 6 fructidor an XI, pour
lequel il réclame la demi-solde, 0 fr. 62-1/2.

Anne, fille du capitaine Ibrahim, née le 2 frimaire an XII, pour
laquelle il réclame la demi-solde, 0 fr. 62-1/2.

Hélène, fille de Barthélemy, Mamelouck, née le 17 frimaire an XII, pour
laquelle il réclame la demi-solde, 0 fr. 62-1/2.

Constantin, fils d'Ibrahim, Marie, fille de Joseph Riche, enfants nés du
1er au 16 pluviôse an XII, 0 fr. 62-1/2.

Vu, bon à faire solder conformément au présent tableau.

Paris, le 13 pluviôse an XII de la République (3 février 1804.)

     Le Premier Consul.

     _Signé_ BONAPARTE.

     Par le premier Consul, le secrétaire d'État.

     _Signé_ HUGUES B. MARET.

     Le Ministre de la Guerre.

     _Signé_ ALEX. BERTHIER.

       *       *       *       *       *

Bonaparte, premier consul de la République, arrête:

Le citoyen Rapp, chef de brigade, est nommé chef de brigade du 7e
régiment de hussards, en remplacement du citoyen Marisy, nommé général
de brigade.

Le citoyen Dupas, adjudant supérieur du palais, est nommé chef de
brigade de l'escadron des Mameloucks. en remplacement du citoyen Rapp.

Le Ministre de la Guerre est chargé de l'exécution du présent arrêté.

     _Signé_ BONAPARTE.

       *       *       *       *       *

     GARDE DES CONSULS. CONTRÔLE.

     CORPS DES MAMELOUCKS

_État-major_.

Dupas, commandant.
Colbert, capitaine adjudant major.
Delaitre, capitaine quartier-maître.
Maréchal, lieutenant instructeur.
Mauban, officier de santé de 1re classe.

_Compagnies_.

Capitaines: 1re compagnie, Ibrahim. 2e compagnie, Saloume Sahahoubé.

Lieutenants en premier: 1re compagnie, Renno. 2e compagnie, Habaïby.

Lieutenants en second: 1re compagnie, Chahin, 2e compagnie, Massad.

Sous-lieutenants: 1re compagnie, Soliman. 2e compagnie, Abdallah.

       *       *       *       *       *

     3 Nivôse an XII (25 décembre 1803).

Bonaparte, premier Consul de la République, arrête:

Article premier.--L'escadron des Mameloucks ne formera plus qu'une
compagnie qui sera sous les ordres du colonel des Chasseurs à cheval de
la Garde.

Art. II.--Cette compagnie sera composée de:

1 capitaine commandant, 1 adjudant sous-lieutenant, 1 chirurgien-major,
1 artiste vétérinaire, 1 maître sellier, 1 maître tailleur, 1 maître
bottier, 1 maître armurier, français.

2 capitaines, 2 lieutenants en premier, 2 lieutenants en second, 2
sous-lieutenants mameloucks.

1 maréchal des logis chef français, 8 maréchaux des logis, dont 2
français, 1 fourrier français, 10 brigadiers dont 2 français, 2
trompettes, 2 maréchaux-ferrants, 85 mameloucks français.

Art. III.--Les vieillards, les femmes et enfants de la même nation,
réfugiés près de cette compagnie, recevront, sur la revue de
l'Inspecteur aux revues de la Garde, les secours qui leur ont été
accordés, et dont l'état nominatif sera arrêté par le premier Consul.

Art. IV.--Tous les hommes hors d'état de service qui se trouvent dans
l'escadron, seront portés sur le tableau des réfugiés et traités comme
eux.

Les uns et les autres recevront, en outre, la masse d'hôpital.

Art. V.--Le Conseil d'administration des Chasseurs à cheval est chargé
de la comptabilité de cette compagnie.

Art. VI.--Les masses et la solde des Mameloucks seront les mêmes.

Art. VII.--Les fonds provenant de l'ancienne administration des
Mameloucks seront versés dans la caisse des Chasseurs à cheval, et tous
les registres et papiers appartenant à cet escadron seront remis entre
les mains du quartier-maître, trésorier, après que la comptabilité aura
été vérifiée par l'Inspecteur aux revues.

Art. VIII.--Les officiers français de cette compagnie pourront porter
l'uniforme bleu, avec l'aiguillette, quand ils ne seront point de
service, ou à la tête de leur troupe, tel qu'il leur a déjà été permis
de le porter.

Art. IX.--Le citoyen Maréchal, adjudant major, instructeur de l'escadron
des Mameloucks, sera employé dans la ligne, ou dans un des états-majors
de l'armée.

Art. X.--Le citoyen Delaitre, capitaine de l'escadron des Mameloucks,
est nommé capitaine commandant la nouvelle compagnie.

Art. XI.--Le citoyen Rouyer, adjudant sous-officier des Mameloucks, est
nommé adjudant sous-lieutenant.

Art. XII.--Le Ministre de la Guerre est chargé de l'exécution du présent
arrêté.

     Le premier Consul.

     _Signé_ BONAPARTE.

       *       *       *       *       *

     15 avril 1806.

Art. I.--La Garde impériale sera composée de:

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Art. XIII.--Il y aura une compagnie de Mameloucks attachée au régiment
des Chasseurs à cheval de la Garde.

Les réfugiés Mameloucks qui sont à Melun seront envoyés à Marseille, où
ils jouiront des mêmes avantages et seront payés de la même manière que
par le passé.

Cette compagnie de Mameloucks sera composée de:

1 chef d'escadrons, commandant.           |
1 capitaine instructeur                   |
1 adjudant lieutenant en second           |
1 porte-étendard lieutenant en second     |
1 chirurgien-major                        |
1 artiste vétérinaire                     |  _français_.
1 maître sellier                          |
1 maître armurier                         |
1 maître bottier                          |
1 maître tailleur                         |
1  brigadier trompette                    |
2 capitaines.
2 lieutenants en premier.
4 lieutenants en second.
1 maréchal des logis chef, _français_.
8 maréchaux des logis, dont 2 _français_.
1 fourrier français.
4 porte-queue.
12 brigadiers, dont 2 _français_.
109 Mameloucks.
4 trompettes _français_.
2 maréchaux-ferrants _français_.

       *       *       *       *       *

     Au palais des Tuileries, le 29 janvier 1813

Napoléon, empereur des Français, etc.

Nous avons décrété et décrétons ce qui suit:

Article premier.--Le cadre actuel de la compagnie des Mameloucks de
notre Garde formera celui d'un escadron de même arme, et au complet de
250 hommes.

Art. 2.--L'escadron sera porté au complet par des hommes désignés à cet
effet sur le dixième de ceux offerts par les départements de l'Empire,
et qui doivent être choisis pour le recrutement des Chasseurs à cheval
de notre Garde.

Art. 3.--Tous les Mameloucks qui font actuellement partie de la
compagnie, et ceux ayant les qualités requises qui seront choisis dans
la cavalerie de l'armée, pour le recrutement, jouiront de la solde
actuelle des Mameloucks et seront désignés sous le nom de _premiers
Mameloucks_.

Art. 4.--Les Mameloucks provenant du recrutement offert par les
départements seront désignés sous le nom de _seconds Mameloucks_. Ils ne
toucheront que la solde de la cavalerie de la ligne, avec le supplément
accordé aux troupes de la garnison de Paris.

Art. 5.--Notre ministre de la Guerre est chargé du présent décret.

     _Signé_: NAPOLÉON.

     Par l'Empereur, le Ministre Secrétaire d'État.

     _Signé_: Comte DARU.

     Le ministre de la Guerre,

     _Signé_: Duc de FELTRE.

       *       *       *       *       *

     AN 1813. GARDE IMPÉRIALE. MAMELOUCKS


_Tarif des matières employées à la confection des effets d'habillement,
d'équipement, etc., à fournir à chaque Mamelouck, lors de son admission
au corps, avec l'indication du prix et la durée de chacun de ces
effets._

_Yaleck de drap._--Drap de diverses couleurs, seconde qualité (première
qualité pour sous-officier). Toile blondine. Boutons à grelots. Soutache
en laine (en laine et or pour sous-officier et trompette). Tresse plate
(_Idem_). Ganse carrée (_Idem_). Façon: 41 fr. 33.

On emploie, en plus, 1m,38 en or de dix lignes pour sous-officier chef,
0m,65 _idem_ pour sous-officier ordinaire, 0m,48 _idem_ pour maréchal
ferrant, 1m,38 _idem_ en laine pour brigadier.--Durée: trois ans.

_Fermelet._--Drap écarlate, 1re qualité, blicourt de diverses couleurs,
ganse carrée en laine (en or et laine pour sous-officier et trompette),
soutache _idem_ (22m,52 en or et laine pour sous-officier et trompette),
bouton à grelots, façon: 29 fr. 02.--Durée: trois ans.

_Charoual._--Drap amarante de seconde qualité, toile écrue, basane
rouge, tresse de 0m,054 pour coulisse, ganse carrée en laine (en or et
laine pour sous-officier et trompette), tresse plate en laine (_Idem_),
façon: 75 fr. 85.--Durée: trois ans.

_Bonnet de police._--Drap bleu impérial troisième qualité (deuxième
qualité pour sous-officier, bleu de ciel troisième qualité pour
trompette), drap cramoisi deuxième qualité (première qualité pour
sous-officier), toile écrue (0m,24 toile blondine pour sous-officier),
galon en laine de 0m,034 (en or de dix lignes pour sous-officier),
croissant (en or pour sous-officier), cordonnet rond en laine (en or et
laine pour sous-officier), gland en laine (en or et laine pour
sous-officier), façon: 8 fr.14.--Durée: dix-huit mois.

_Pantalon d'écurie._--Drap gris de quatrième qualité, toile écrue,
boutons d'os, basane noire, façon: 16 fr. 93-1/3.--Durée: dix-huit mois.

_Gilet d'écurie._--Drap bleu de troisième qualité (bleu de ciel pour
trompette), toile écrue, gros boutons, façon: 25 fr. 40.--Durée:
dix-huit mois.

_Manteau._--Drap gris de quatrième qualité, garnitures de brandebourgs,
ruban gris, toile forte d'Abbeville, façon et trois agrafes: 78 fr.
42.--Durée: six ans.

_Pantalon de treillis._--Toile écrue, treillis de trois quarts, boutons
d'os, peau de veau pour sous-pieds, façon: 7 fr. 64.--Durée: dix-huit
mois.

_Ceinture._--Ray de castor bleu ou maroc, frange bleue, façon: 11 fr.
61.--Durée: dix-huit mois.

1 cahouk garni, 27 fr. Durée: trois ans.

1 schal blanc compris dans le cahouk, 4 fr. 50. Durée: dix-huit mois.

1 schal de couleur, 4fr. 50. Durée: dix-huit mois.

1 plumet, compris dans le cahouk, 1 fr. 50. Durée: dix-huit mois.

1 étui de plumet, compris dans le cahouk, 0 fr. 50. Durée: dix-huit
mois.

1 couvre cahouk, compris dans le cahouk, 3 fr. 75. Durée: dix-huit mois.

2 paires de bottes, 36 fr. Durée: un an.

1 cordon de sabre, 12 fr. Durée: deux ans.

1 kobourg avec son cordon, 15 fr. Durée: quatre ans.

1 paire de gants de daim, 3 fr. 75, (3 fr. en mouton façon de daim).
Durée: dix-huit mois.

1 porte-carabine garni, 7 fr. Durée: quatre ans.

1 porte-giberne, 4 fr. 50. Durée, quatre ans.

1 giberne, 4 fr. 50. Durée: quatre ans.

1 couvre-platine, 3 fr. Durée: trois ans.

2 paires d'éperons, 5 fr. Durée: trois ans.

1 cordon de pistolets, 3 fr. Durée: deux ans.

1 selle garnie et équipée, 78 fr. 70. Durée: six ans.

1 paire d'étriers, 24 fr. Durée: six ans.

1 bride et ses rênes. 9 fr. Durée: six ans.

1 filet en cuir, 3 fr. Durée: six ans.

1 filet en laine, 5 fr. Durée six ans.

1 licol de parade et longe, 4 fr. 50, Durée: quatre ans.

1 licol d'écurie et longe, 5 fr. Durée: trois ans,

1 surfaix en cuir, 6 fr. Durée: quatre ans.

1 martingale, 1 fr. 30, Durée: trois ans.

1 mors de bride, 9 fr. Durée: six ans.

1 caveçon, 7 fr. Durée: trois ans.

1 montant de caveçon, 1 fr. Durée: trois ans.

1 bridon d'abreuvoir, 3 fr. 50. Durée: trois ans.

1 botte de carabine, 2 fr. 50. Durée: quatre ans.

1 couverture de laine, 10 fr. Durée: six ans.

1 sac à avoine, 3 fr. 14. (Première mise).

1 musette complète, 6 fr. 45. (Première mise; on remplace celle qui a
servi à panser un cheval farcineux).

2 mouchoirs de poche, 1 fr. 50. (_Idem_).

1 baguette de carabine en fer et à grenadière, 1 fr. 75. Durée: quatre
ans.

1 sabre, 1 carabine, 1 paire de pistolets d'arçon, 1 paire de pistolets
de ceinture, 1 hache, 1 masse, 1 poignard, 1 maillet, 1 dragonne en
cuir, fournis par le gouvernement.

_Pelisse de sous-officier._--Drap bleu impérial seconde qualité, toile
blondine, toile écrue, toile forte, flanelle pour doublure, gros boutons
(2 douzaines), moyens boutons (6 douzaines), olive en laine jaune, ganse
carrée _id._, cordon _id._, soutache _id._, tresse plate _id._, bordure
noire (en agneau), galon en or de 0m,023, façon, 73 fr. 46. Durée: trois
ans.

_Pantalon en matelot._--Drap bleu impérial 2e qualité, toile blondine,
façon, 42 fr. 08. Durée: trois ans.

_Habit à la française._--Drap bleu impérial 2e qualité, serge blanche,
toile blondine, toile écrue, toile forte, galon en laine de 0m,009,
tresse plate, or et laine pour sous-officier et trompette, gros boutons,
petits boutons, aiguillette et trèfle (en or et laine pour sous-officier
et trompette), garniture de croissant (en or pour sous-officier), façon,
67 fr. 53. Durée: deux ans.

_Gilet rouge uni._--Drap cramoisi, 1re qualité, tricot écru, serge
blanche, toile écrue, petits boutons, façon, 24 fr. 91. Durée: deux ans.

_Hongroise unie._--Drap bleu impérial 2e qualité, toile blondine, façon,
33 fr. 20. Durée: dix-huit mois.

_Pantalon garni en basane._--Drap bleu impérial 2e qualité, drap
cramoisi 2e qualité, toile écrue, boutons massifs, basane noire, façon,
45 fr. 04. Durée: dix-huit mois.

_Redingote de sous-officier._--Drap bleu impérial 2e qualité, toile
blondine, galon en or de 0m,023, gros boutons sur bois, petits boutons
sur bois, façon, toile forte, 85 fr. 33. Durée: deux ans.

_Porte-manteau._--Drap cramoisi, drap bleu 3e qualité, treillis de trois
quarts de large, galon vert de 0m,027, façon et cache-éperons, 22 fr.
66. Durée: quatre ans.

_Housse de drap._--Drap bleu 3e qualité, treillis de trois quarts, galon
cramoisi de 0m,034, frange _idem_, façon et entre-jambes, 43 fr. Durée:
trois ans.

Prix total par effet: 1050 fr. 03.

     _Additions._

Trompette, 39 fr. (l'embouchure seule coûte 3 fr.).

Cordon de trompette, 17 fr.

Totaux généraux: 1106 fr. 03.

Arrêté par nous, membres composant le conseil d'administration en
séance.

À Paris, le quinze décembre mil huit cent douze.

     PERRIER, MENEBACQ, BLANDIN.

     Vu par le sous-inspecteur aux revues.

     Paris, le 30 septembre 1817.

     LASALLE.

       *       *       *       *       *

LISTE DES MAMELOUCKS DE LA GARDE

ORIGINAIRES D'ORIENT

Le «Registre matricule» des Mameloucks de la Garde impériale, conservé
aux Archives administratives de la Guerre, ne contient pas moins de 582
noms. La liste en a été dressée en 1816 et close à Paris, le 25 mai de
la même année, par le sous-inspecteur aux revues, Lasalle.

Nous en avons extrait les noms et états de services des Mameloucks nés
en Orient, laissant de coté les Européens qui, d'ailleurs, n'ont guère
commencé à faire partie de ce corps qu'en 1809.

Comme, à peu d'exceptions près, elle ne contient que des noms de
soldats, de brigadiers et de sous-officiers, nous avons dû recourir aux
dossiers personnels des officiers, pour y trouver leurs états de
services.

Même ainsi, nous ne pouvions nous flatter d'avoir dressé une liste
complète des Mameloucks d'Orient, et nous avons dû consulter d'autres
documents pour combler, au moins en partie, les lacunes du registre.

Chaque fois qu'il a été possible de le faire, nous avons reproduit en
abrégé: 1° La date de naissance; 2° Le lieu de naissance; 3° La date de
l'entrée au service, ou celle de l'admission dans le corps des
Mameloucks; 4° Les campagnes; 5° Les blessures; 6° Les promotions et
décorations; 7° La date de la mort ou de l'admission aux réfugiés de
Marseille.

N. B.--Nous avons imprimé, avec l'orthographe du registre, les noms des
villes qu'il ne nous a pas été possible d'identifier.

Abdalker.--Né en 1788. Darfour (Afrique). Admis 1810[115]. Marseille,
1813[116].

Abdallah (Abel).--Benout (Égypte). Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811,
1813.

Abdallah Mansour.--1774. Jaffa (Syrie). An VIII. Marseille, an XII[117].

Abdallah, nègre.--Darfour (Afrique). Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811,
1813. Mort à Mayence, 1813.

Abdallah Dasbonne.--1776. Bethléem. Guide interprète à l'état-major de
l'armée d'Orient, an VI; sous-lieutenant, an X; lieutenant, an XIV;
capitaine instructeur, 1811; chef d'escadrons au corps des chevau-légers
lanciers, 1814; officier d'ordonnance du général Boyer à Oran, 1831;
commandant de la place d'Arzew, 1833; retraité, 1835. Campagnes: Ans VI,
VII, VIII, IX, XII, XIII, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1812,
1813, 1814, 1830 (comme interprète), 1831, 1832, 1833. Blessé à
Héliopolis, an VII; à Eylau (1807); à Altenbourg, d'un coup de lance à
la poitrine en sauvant la vie au colonel Kirmann; à Weimar (1813); à
Hanau (1813). Chevalier de la légion d'honneur, 1804; officier, 1832;
chevalier de Saint-Louis, 1815. Doté de 500 francs, 1808.

Abdé Faraggie.--An VIII. Aux réfugiés, an X.

Abdelmalek Assat.--Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811. En
arrière sans nouvelles, décembre 1812.

Abdelmalek (Ibrahim).--Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811.

Abou Embar.--1779. Chefa-Omar (Syrie). An VIII. Brigadier, an X. Mort à
Varsovie, 1807.

Abou Sahoud.--1780. Le Caire. Entré au service, an X. Aux réfugiés,
1806.

Abouagini (Anna).--1777. Nazareth (Syrie). An VII. Campagnes: Ans VII,
VIII, IX, XIV, 1806, 1807, 1808. 1809, 1810, 1811. Aux réfugiés, 1813.

Abouguine (Anna).--1777. Saïd (Égypte). Admis, 1809. Campagnes: 1810,
1811. Marseille, 1813.

Aboukas (Guirguès).

Abouranem Asef.--1777. Biscant. An VIII. Marseille, an XII.

Abouskaus (Guirguès).--1775. Bethléem. An VIII. Marseille, an XII.

Akaoui Boulous.--1776. An VIII. Marseille, an XII.

Akel. (François).--1761. Damann (Syrie). An VIII. Réformé, an X.

Akel (François).--1761. Marseille, 1806. Maréchal des logis.

Alabi (Abdallah).--1766. Alep (Syrie). An VIII. Réformé, an X.

Alabi (Antoine).--1778. Siout (Égypte). An X. Campagnes: An XIV, 1806,
1807, 1808, 1809, 1810, 1811. D'après le jugement du tribunal de
première instance de Melun du 22 octobre 1812, ce militaire se nomme
Avad (Antoine), fils d'Antoine Avad et dame Hannoné, ne le 15 août 1781,
dans la Haute-Égypte. Brigadier, 1807. Marseille, 1811.

Alabi (Guirguès).--1783. Alep (Syrie). An VIII. Marseille, an XII.

Alabi (Michel).--1781. Latakieh (Syrie). Entré au service le 4 ventôse,
an X. Aux réfugiés, 1806.

Alak (Pétrus).--1775. Jérusalem. An VIII. Mort à Madrid, le 24 janvier
1809.

Ali.--An VIII. Campagnes: Ans VIII, IX, XIV, 1806, 1807. Rayé pour
longue absence, 1813.

Ali Alchéri.

Ali Assenne.--Le Caire. Admis, 1808. Marseille, 1811.

Ali, nègre.--1778. Darfour (Afrique). Admis, an X. Campagnes: An XIV,
1806, 1807. Blessé à Eylau (1807). Marseille, 1813.

Amont (Anna).--1742. Bethléem. An VIII. Réformé, an X.

Amont (Guirguès).--1776. Bethléem. An VIII. Réformé, an X.

Amont Issa.--1789. Bethléem. An VIII. Marseille, an XII.

Amont Issa.--Bethléem. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811. Congédié,
1814.

Anastaci Angély.--1781. Le Caire. Admis, an X, Campagnes: An XIV, 1806,
1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1812, 1813. Prisonnier à Leipsig (1813).
Maréchal des logis, 1813. Rayé le 31 décembre 1813, pour longue absence.

Anastaci Jouanny.--1777. Lunemoussy (Asie). Admis, an X. Campagnes: An
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Porte-queue[118], 1809.
Congédié, 1814.

Angély (Michel).--Alep (Syrie). Admis, 1808. Campagnes: Ans VII, VIII,
IX, X, 1810, 1811, 1812, 1813, 1814. Blessé deux fois en Égypte.
Brigadier, 1813.

Annanagar Géorgie.--Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811, 1812.
Prisonnier, 11 octobre 1812.

Annette.--1776. Salihieh (Égypte). Admis, 1813.

Arménie Bogdassar.--1775. En Arménie. An VIII. Campagnes: Ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Porte-queue. Brigadier le 12
avril 1811.

Arménie (Jacob).--1776. En Arménie. An VIII. Mort à l'hôpital de Melun,
le 30 thermidor, an XII.

Arménie (Joseph).--1759. En Arménie. An VIII. Réformé, an X.

Arménie (Joseph, le petit).--1781. En Arménie. An VIII. Marseille, 1808.

Arménie Ouannis.--1781. Suchue (Arménie)[119]. An VII. Campagnes: Ans
VIII, IX, X, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Blessé d'un coup
de lance, le 29 ventôse, an VIII, à la bataille de Matarieh; d'un coup
de feu à la tête, le 11 frimaire, an XIV, à Austerlitz; de quatre coups
de sabre sur la tête, le 29 décembre 1808, à l'affaire de Benavente
(Espagne). Légionnaire, du 14 mars 1806. Maréchal des logis, 1809.
Marseille, 1813.

Arménie Ouannis, le grand.--1778. En Arménie. An VIII. Marseille, an
XII.

Arménie Ouannis, le petit.--1782. En Arménie. An VIII. Marseille, 1808.

Arménie Tunis.--1781. Chuchi[120] (Arménie). Campagnes: Ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. En arrière à la retraite de
Moscou (1812). Légionnaire, du 14 mars 1806. Maréchal des logis.

Assiouti (Ibrahim).--Siout (Égypte). Admis, 1808. Marseille, 1809.

Ataya (Joseph).--1779. Damas (Syrie). An VIII. Réformé, an XIII.

Atoulis Kralil.--1778. Jossa (Syrie). An VIII. Campagnes: Ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810. Tué en Espagne, le 3 mars 1810.

Atte-Hiry (Ali).--1781. Damiette. An X. Marseille, an XII.

Ayache (Antoine).--1784. Alexandrie (Égypte). An VIII. Campagnes: Ans
VIII, IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Congédié, 1814.

Ayache (Pietro).--1790. Alexandrie (Égypte). An VIII. Réformé, an X.

Ayache (Pietro).--1790. Alexandrie (Égypte). Admis, 1808. Campagnes:
1810, 1811. Congédié, 1814.

Ayoub (Gaspard-Joseph).--1791. Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810,
1811, 1812, 1813, 1814, 1815. Blessé d'un coup de feu et d'un coup de
lance à l'affaire de Pradanos (Espagne). Passé au dépôt, 1814. Maréchal
des logis, 1814.

Ayoub (George).--1781. Marseille, 1806.

Ayoub (Jacques).--Admis, 1809. Marseille, 1809.

Ayoubé.--1782. Romeh (Syrie). Admis, An XI. Marseille, an XII.

Azaria, le grand.--1782. Théplis[121] (Arménie). An VIII. Campagnes: Ans
VIII, IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809,1810, 1811, 1813, 1814. Blessé
d'un coup de feu qui lui a traversé le corps. Maréchal des logis, 1807.

Azaria, le petit.--1787. Karabak (Géorgie). An VIII. Campagnes: Ans
VIII, IX, XII, XIII, XIV, 1806, 1807, 1808. Légionnaire, 1806.
Lieutenant, 1807. Tué à Benavente, 1808. Doté de 500 francs, 1808.

Babagenni Constanti.

Bagdoune Moustapha.--1777. Bagdad (Arménie). An VIII. Campagnes: ans
VIII, IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1813. Tué à l'affaire
de Dresde, le 27 août 1813.

Bagdoune (Séraphin).--1784. Saint-Jean d'Acre. An VIII. Campagnes: ans
VIII, IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809,1810, 1811, 1812, 1813, 1814,
1815. Cassé brigadier, an XIII. Réintégré, an XIV. Maréchal des logis,
1806. Lieutenant de Jeune Garde, 1813. Légionnaire du 14 mars 1806[122].

Baraka (Adrien).--1788. Darfour (Afrique). Admis par décision du
Ministre de la Guerre, 1811. En arrière sans nouvelles, décembre 1812.

Baraka Boulous.--1786. Alexandrie (Égypte). An VII. Campagnes: ans VII,
VIII, IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1812. Blessé d'un
coup de sabre à la main droite, à Eylau; d'un coup de baïonnette à la
poitrine, à Wagram; a perdu cinq doigts du pied gauche par la
congélation, en Russie (1812). Marseille, 1812.

Barbarie. (Michel).--Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811, 1812.
Congédié, 1814.

Baroume (Guirguès).--1775. Ramleh (Syrie). An VIII. Réformé, an X.

Barouti Elias.--1769. Barouti (Syrie). An VIII. Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806. Marseille, 1808. Brigadier.

Barré Géorgie.--Le Caire. Admis, 1808. Marseille, 1809.

Barsoum Saad.--1770. Le Caire (Égypte). An VIII. Marseille, an XII.

Captini (Joseph).--1761. Marseille, 1806.

Carme Dahoud.--1771. Coiftre (Syrie). An VIII. Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1810, 1811. Porté déserteur le 1er janvier 1809.
Rentré à la Réole, le 11 janvier 1810, réintégré ledit jour. Ce
militaire s'était égaré en Espagne, depuis le 1er janvier 1809, jusqu'au
11 janvier 1810, époque qu'un détachement de son corps passa à la Réole.

Chahin.--1776. Tiflis (Géorgie). Lieutenant dans la compagnie des
Mameloucks formée en Égypte par le général Bonaparte, an VIII;
capitaine, 1813. Campagnes: ans IX, XII, XIII, XIV, 1806, 1807, 1808,
1809, 1810, 1811, 1812, 1813. A reçu 35 blessures, dont deux coups de
feu, à Héliopolis; un coup de feu à Eylau; un coup de feu à la retraite
de Madrid. A pris une pièce de canon et sauvé le général Rapp à
Austerlitz et le chef d'escadrons Daumenée, à la retraite de Madrid.
Chevalier de la légion d'honneur, An XII; officier, 1806; doté de 500
francs. 1808. Mort à Melun, 1838.

Chama Abdallah.--1770. Jaffa. An VIII. Marseille, an XII.

Chamé (Antoine).--1784. Le Caire (Égypte). An VIII. Blessé le 2 mai
1808, à la révolution de Madrid, et mort le 16.

Chamé Ayoub.--1779. Saint-Jean d'Acre (Syrie). An VIII. Campagnes: ans
VIII, IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Légionnaire, 1806.
Marseille, 1813.

Chamé (Joseph).--1789. Jaffa (Syrie). An VIII. Congédié, 1814.

Charaf Moussa.--1789. Le Caire. Admis, 1809. En arrière sans nouvelles,
décembre 1812.

Cherkès (George).--1780. Marseille, 1809.

Cherkès Ouessain.--1787. En Circassie. An VIII. Marseille, an XII.

Chiré (Joseph).--1782. Malte. Admis, 1809. Campagnes: 1810, 1811.
Déserté à l'ennemi en Espagne, le 12 juin 1811, avec armes et bagages.

Chiré (Michel).--Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811, 1812,
1813, 1814. Déserté, 1814.

Chirkoury (George).--1777. Constantinople. Admis, an X. Aux réfugiés,
1806. Brigadier.

Choki (Joseph).--1772. Ramleh. An VIII. Marseille, an XII. Brigadier.

Choukralla (Gabriel).--Le Caire. Admis, 1808. Aux réfugiés, 1813.

Choukralla Talout. Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811. En
arrière sans nouvelles, décembre 1812.

Copthi Assat.--1781. Le Caire (Égypte). An VIII. Campagnes: ans VIII,
IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. En arrière sans nouvelles,
du 15 novembre 1812.

Copthi Bradzous.--1784. Le Caire (Égypte). An VIII. Réformé, an X, et
mis au rang des réfugiés.

Couroulous.--1776. Marseille, 1806.

Cova Manoli.--Toumba (Macédoine). Admis, 1808. Marseille. 1809.

Daboussy (Joseph).--Le Caire. Admis, 1811. Congédié, 1814.

Daboussy (Nicolas).--Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811. En
arrière, décembre 1812.

Daoud.--V. Habaïby Daoud.

Dayan (Isaac).--1799. Tunis. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811, 1812.
En arrière sans nouvelles, 1812.

Demiky Manoly.--1777. Morée (Grèce). An VIII. Campagnes: Ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1814. Congédié, 1814.
Brigadier.

Dimetry Youanny.--1771. Leydza (Archipel). Admis, 1806. Blessé à Eylau
(1807). Tué à Benavente, 1808.

El-Akim (Antoine).--1762. Saint-Jean d'Acre (Syrie). An VIII. Réformé,
an X.

Elbachi (Guirguès).--1757. Damas (Syrie). An VIII. Réformé, An X, et mis
au rang des réfugiés.

Elbadjaly Aïd.--1776. Betzala. An VIII. Campagnes: Ans VIII, IX, XIV,
1806, 1807, 1808, 1809. Marseille, 1811. Brigadier, 1807.

Elfael Ratasse--1779. Chefa Omar. An VIII. Blessé d'un coup de feu au
bras à Eylau, le 8 février 1807. Mort à l'armée le 3 mai 1807.
Porte-queue, 1807.

El-Fara (Nicolas).--1781. Le Caire (Égypte). An VIII. Marseille, an XII.

Elias Massad.--1776. Ramleh (Égypte). Entré au service en qualité de
lieutenant dans la 2e compagnie de Syriens formée par le général
Bonaparte, an VIII. Lieutenant en second dans les Mameloucks de la
Garde, an X. Lieutenant en 1er, 1807. Passé aux réfugiés égyptiens,
1815. Capitaine au 2e chasseurs d'Afrique, 1831. Retraité, 1833.
Campagnes: Ans VIII, IX, XII, XIII, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810,
1811, 1812, 1813, 1814, 1815, 1832. Blessé, en Égypte, de deux coups de
lance pendant une patrouille, An VIII; d'un éclat d'obus en 1813.
Chevalier de la légion d'honneur, An XII; officier, 1814. Doté de 500
francs, 1808. Retraité à Melun. 1815.

Elias Moussa.--Ramleh. An VIII. Marseille, an XII.

El-Kaouas Kralil.--1761. Bethléem. An VIII. Aux réfugiés, 1806.

Emmanuel.--1777. Ramleh (Syrie). An VIII. Campagnes: ans VIII, IX, XIV,
1806. Marseille, 1808. Brigadier. 1807.

Ergueri (Ibrahim).--1784. Le Caire (Égypte). An VIII. Campagnes: ans
VIII, IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1813. Prisonnier le
22 mai 1813; rentré le 24 avril 1815.

Farabeb (Joseph).--1778. Damas. An VIII. Marseille, an XII.

Faraje Sera.--Darfour (Afrique). Admis, 1808. Marseille, 1809.

Faragie, nègre.--1787. Laneck (Arabie). Admis, an X. Marseille, an XII.

Fessal. (Guirguès).--1742. Barouti (Syrie). An VIII. Réformé, an X.

Fetal Riscalla.--Admis, an X. Chef tailleur.

Francis Bouchera.--1781. Le Caire. An VIII. Marseille, an XII.

Gabrianne, nègre.--1780. En Abyssinie. An VIII. Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. En arrière sans nouvelles, du
12 décembre 1812.

Gayardel.--1772. Rabonsunove. An VIII. Aux réfugiés, 1806.

Géorgie Cherkès.--1781. Tiflis (Géorgie). Admis, an X. Marseille, 1809.
Maréchal des logis.

Géorgie Moussaha.--1781. Négrélie. Admis, an X. Mort, an XIII.

Géorgie (Nicole).--1778. Larmn (Natolie). Admis, an X. Campagnes: ans
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Congédié, 1814. Brigadier,
1809.

Géorgie Roustan.--1781. Tiflis (Géorgie). Admis, an X. Marseille, 1807.
Maréchal des logis.

Gourgui Daoud.--1720. Tiflis (Géorgie). An VIII. Réformé, an X.

Goury Elias.--1775. Laské (Syrie). An VIII. Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807,1808, 1809. Marseille, 1811.

Grec (Nicolas).--Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811. En arrière sans
nouvelles, décembre 1812.

Guirbanne Ouannis.--1779. En Circassie. An VIII. Mort à Varsovie, le 13
janvier 1807.

Habaïby (Antoine).

Habaïby Daoud.--1777. Chefa-Omar (Syrie). Sous-lieutenant dans la 1re
compagnie de Syriens formée en Égypte par le général Bonaparte, an VII.
Lieutenant en premier, an VIII. Lieutenant en premier dans la compagnie
des Mameloucks, an X. Capitaine, 1807. Campagnes: ans VII, VIII, IX,
1806, 1807, 1808, 1809. Blessé une fois à Austerlitz et deux fois à
Eylau; trois fois à Benavente (Espagne, 1808). Chevalier de la Légion
d'honneur, an XII; officier, 1810. Doté de 1.000 francs, 1808. Retiré à
Melun, 1er avril 1814. Mort à Paris, en 1824.

Habaïby (Ibrahim).--1767. Chefa-Omar. (Syrie). An VIII. Réformé, an X.

Habaïby (Jacob).--1767. Chefa-Omar (Syrie). Campagnes: ans VIII, IX,
1813, 1814, 1815, 1831. Blessé d'une balle qui lui a traversé le corps,
à la bataille du Monte-Thabor, cet officier, qui était sheik de
Chefa-Omar, près Saint-Jean d'Acre, a donné des preuves de son
dévouement à la cause des Français en créant spontanément, et en majeure
partie à ses frais, une compagnie de janissaires syriens qu'il offrit au
général Bonaparte. Capitaine, 22 vendémiaire, an VIII; chef d'escadrons,
1er messidor, an VIII; chef de brigade, an IX; passé aux réfugiés avec
retraite de 4.000 francs, an X; reprend du service en qualité de chef
d'escadrons, 1813; colonel d'état-major, 23 novembre 1814; commandant de
la place de Melun, 5 juin 1815; commandant la 1re division militaire, 27
juin 1815; mis en non activité, 1er août 1816; naturalisé français,
1817; retraité, 1829; mis à la disposition du maréchal Clauzel,
commandant l'armée d'Afrique, 1831; retraité à 3.200 francs, 1833.
Chevalier de la légion d'honneur, 17 mars 1814. Chevalier de
Saint-Louis, 1821. Décédé à Paris, 1824. Doté de 1.000 francs, 1808.

Habbié (Guirguès).

Hamaouy (Joseph).--1772. Damas (Syrie). Nommé capitaine des syriens
janissaires, An VI. Chef d'escadrons. An VIII. Commandant du dépôt des
réfugiés égyptiens à Melun, An X. Colonel, le 4 avril 1814, confirmé le
8 mai 1816. Campagnes d'Aboukir, Salhié, Balbès. Haute Égypte, Assioute,
Monfaloute, siège du Caire. Chevalier de Saint-Louis, 1819[123].

Hassan.--1785. Mégralie (Géorgie). An VIII. Campagnes: ans VII, VIII,
IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810,1811. Porte-queue, 1809. Congédié,
1814.

Helou (Michel).--1761. Marseille, 1806.

Hialek (Antoine).--1760. Jérusalem (Syrie). An VIII. Réformé, an X.

Hibrahim.--1776. Delkamar (Syrie). Entré comme capitaine dans la
compagnie des Mamelouks formée en Égypte par le général Bonaparte, le
1er messidor, an VIII. Confirmé dans son grade le 25 germinal, an X.
Campagnes an VIII et IX. Légionnaire, an XII. Marseille, 1806.

Honadié (Ibrahim).--1757. Chefa Omar (Syrie). An VIII. Mort à l'hôpital
de Marseille, le 14 ventôse, an X. Brigadier.

Hongrois (Michel).--1780. Bigor (Hongrie). An VIII. Campagnes: ans VIII,
IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1813, 1814. Blessé d'un
coup de sabre sur le cou et un sur l'épaule à Altenbourg (1813); reçu un
coup de baton sur la tête en prenant une pièce de canon à l'affaire du
25 novembre 1806, à Rusileck; un coup de feu à la même affaire.
Congédié, 1814.

Hongrois Mustapha.--1760. Maréchal des logis. Marseille 1808.

Houassef (Joseph).--1783. Le Caire. An VIII. Réformé, an X.

Iadalla.--1759. Le Caire (Égypte). An VIII. Réformé, an X.

Ibrahim.--V. Hibrahim.

Ibrahim (Charles-Victor).--1786. Le Caire. Admis, 1810. En arrière sans
nouvelles, décembre 1812.

Ibrahim, nègre.--1782. Siout (Égypte). An VIII. Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. En arrière sans nouvelles.
1812.

Ioaric Drisse.--1779. En Abyssinie. An VIII. Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Légionnaire. 1807. Mort le 4
octobre 1812.

Jacob.--1789. Salmas (Perse). Admis d'ordre de M. le général Ornano,
commandant la Garde impériale. 1814. Rayé, 1814, pour longue absence.

Jaffaony Mitry.--1780. Jaffa (Syrie). An VIII. Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809. En arriére sans nouvelles, du 9 décembre
1812.

Jannas Joanny[124].--1777 Chismez (Grèce). An VIII. Marseille, an XII.
Brigadier.

Jaure (Antoine).--An X. Campagnes: an XIV, 1806, 1807. Légionnaire,
1807. Congédié avec retraite, 1809. Trompette.

Joseph (Anna).--1784. Le Caire (Égypte). An VIII. Aux réfugiés, 1808.

Joseph, nègre. Darfour (Afrique). Admis, 1808. Mort à l'hôpital de la
Garde, 1809.

Kaouam[125] (Michel).--1772. Tablet (Syrie). Admis, an X. Aux réfugiés,
an XII.

Kaouasse Kralil.--1734. Marseille, 1806.

Karkou Mansour.--1780. Berouty. An VIII. Campagnes: ans VIII, IX, XIV,
1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1813, 1814. Délégué auprès du
général Maison, le 6 juin 1814, rayé ledit jour, admis à la solde des
réfugiés égyptiens ledit jour. Brigadier, 1809.

Kassalgui Jouanna.--1752. Le Caire. An VIII. Réformé, an X.

Kassis (Anna).--1770. Jérusalem. An VIII. Mort le 7 frimaire, an XI.

Kosmas Stephani.--1777, Smyrne (Grèce). An VIII, époque de
l'organisation de la légion grecque en Égypte. Légionnaire, 1806.
Maréchal des logis, le... (_sic_); cassé, 1809; réintégré, 1810. Tué à
Bautzen le 22 mai 1813.

Kosta (Moustapha).--1777. Chefa-Omar (Syrie). An VIII. Marseille, an
XII. Brigadier.

Kosta (Jacques).--1784. Chefa-Omar (Syrie). Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1812, 1813, 1814. Rayé, par
suite de longue absence, 1813. Porte-queue, 1809.

Kosta Kralil.--1784. Chefa-Omar (Syrie). An VIII. Campagnes: ans VIII,
IX, XIV, 1806, 1807. 1808, 1809. Marseille, 1811.

Koubroussy (Anna).--1781. Nazareth (Syrie). An VIII. Blessé deux fois à
Eylau. Légionnaire du 14 avril 1807. Campagnes: ans VIII, IX, XIV, 1806,
1807, 1808, 1809. Mort à Melun, le 24 janvier 1812, d'une maladie
languissante de quinze mois. Maréchal des logis.

Kourgy Dahoud. Marseille. 1807.

Koury (Gabriel).--Admis, 1808. Campagnes 1810, 1811. En arrière sans
nouvelles, 1812.

Koury (Guirguès).--1752. Jaffa (Syrie). An VIII. Réformé, an X.

Koutcy (Anna).--1736. Marseille, 1806.

Koutcy (Joseph).--1774. Jaffa (Syrie). Campagnes: ans VII, VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. A perdu l'œil droit par suite
d'un coup de feu le 10 thermidor, an VII, à la prise d'Aboukir.
Marseille. 1813.

Koutcy Samarand.--1755. Jérusalem. An VIII. Réformé, an X.

Koutcy Samann.--1776. Jérusalem. An VIII. Campagnes: ans VIII, IX, XIV,
1806, 1807, 1808, 1809. Marseille, 1811.

Koutcy Zacharie.--1760. Jérusalem. An VIII. Marseille, an XII.

Kouzy (Guirguès).--1756. Marseille, 1806.

Kralil Grec.--1786. Le Caire. An VIII. Campagnes: ans VIII, IX, XIV,
1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Congédié, 1814. Brigadier, 1809.

Kruchon (Guirguès).--1779. Alep (Syrie). An VIII. Campagnes: ans VIII,
IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. En arrière sans nouvelles,
du 9 décembre 1812.

Lafleur Amza.--1781. Crimée (Moscovie). An VIII Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Congédié, 1814.

Lambre (George).--1777. Ile de Seit (Archipel). An VIII. Campagnes: ans
VIII, IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Marseille, 1813.
Brigadier.

Lepetit (Ouannis Arménie).--1782. Marseille, 1808.

Magnati (Nicole-Athanase).--1774. Romélie (Morée). An VIII. Campagnes:
ans VIII, IX, XIV, 1806. 1807, 1808, 1809. Aux réfugiés, 1811.

Mahamet, nègre.--1776. En Abyssinie. An VIII. Déserté le 15 octobre
1807.

Mainotry Démétry.--1774. Credemony (Morée). An VIII. Marseille, an XII.

Malati (Michel).--Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811, 1812,
1813. Rayé pour longue absence, 1813.

Malte (Anna).--1780. Ile de Malte. An VIII. Marseille, 1807. Brigadier.

Mansour, dit Gaix de Mansour.--Le Caire. Admis, 1808. Déserté. 1809.

Mardiros (Jean).--1786. En Arménie. An VIII. Marseille, an XII.

Massahat.--1762. Ramleh (Syrie). An VIII. Marseille, an XII. Maréchal
des logis chef.

Masserie (Abdallah).--1789. Le Caire (Égypte). An VIII. Marseille, an
XII.

Masserie Achmet.--1783. Le Caire. An VIII. Rayé des cadres le 21 avril
1807, pour cause de trop longue absence; était à l'hôpital de Vienne, en
Autriche, du 2 nivôse, an XIV. Légionnaire du 14 mars 1806.

Masserie Ismain.--1780. Le Caire. An VIII. Déserté, 7 janvier 1809.

Masserie (Guirguès).--1792 (_sic_). An VIII. Réformé, an X.

Masserie (Guirguès).--1792. Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810,
1811. En arrière sans nouvelles, décembre 1812.

Masserie Mikael.--1786. Le Caire. Campagnes: an VIII, IX, XIV, 1806,
1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1813, 1814. Blessé d'un coup de sabre à
Eylau, 1807. Rayé des contrôles, 20 avril 1814. Parti avec l'Empereur
ledit jour.

Masserie (Thomas).--1787. Le Caire. An VIII. Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806,1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Blessé d'un coup de sabre en
Espagne, le 5 septembre 1810. Marseille, 1813.

Messate Kralil.--Maréchal des logis.

Michalouat Ayous.--1775. Nazareth. An VIII. Blessé d'un coup de feu au
cou à Eylau (1807); tué le 2 mai 1808 à la bataille de Madrid.

Mihina Hissa.--1757, Chefa Omar (Syrie). An VIII. Mort le 25 thermidor,
an XI. Maréchal des logis.

Mikael Ellon.--1753. Alep (Syrie). An VIII. Marseille, an XII.

Mikael (Ibrahim).--1779. Le Caire (Égypte). An VIII. Marseille, 1807.

Mikael (Joseph).--1781. Souples (Égypte)[126]. An X. Marseille, an XII.

Mirza le grand.--1782. En Arménie. An VIII. Mort le 17 pluviôse, an
XIII.

Mirza le grand (Daniel).--1784. Chusue[127] (Arménie). An VIII.
Campagnes: ans VIII, IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811.
Lieutenant, 1811. Lieutenant au 2e corps des lanciers, 5 août 1814. Doté
de 500 francs. Légionnaire du 14 mars 1806.

Mouskou Soliman.--1760. Crimée (Petite Tartarie). An VII. Campagnes: ans
VII, VIII, IX, XII, XIII, XIV, 1806, 1807, 1808. Blessé de deux coups de
feu, le 7 germinal, an VIII, à la reprise de Damiette; d'un coup de
sabre à l'affaire de Benavente en Espagne le 29 décembre 1808, où il fut
fait prisonnier. Porté mal à propos déserteur. Évadé des prisons de
l'ennemi et rentré en France le 30 septembre 1810. Maréchal des logis,
an X. Légionnaire du 14 mars 1806. Marseille 1813.

Mouty Nathan.--Admis, 1808. Campagnes: 1810. 1811. Congédié, 1814.

Nadar Houabé.--1757. Jaffa (Syrie). An VIII. Réformé, an X, et mis au
rang des réfugiés.

Nassar (Francis).--1781. Nazareth. Admis, an X. Campagnes: an XIV, 1806,
1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1813, 1814. Tué le 28 janvier 1814.
Brigadier, 1809.

Nia (Anna).--En Géorgie. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811. En arrière
sans nouvelles, décembre 1812.

Nicodemœus.--1769. An VIII. Aux réfugiés, 1806. Maréchal des logis.

Ouadie (Joseph).--1781. Chefa-Omar (Syrie). An VIII. Reformé, an X.

Ouannis (Antoine).--1759. Jaffa (Syrie). An VIII. Marseille, an XII.

Ouasef (Joseph).--1787. Le Caire. Admis, 1808. Marseille, 1809.

Panayanny (Constantin).--1777. Ile d'Amorgo (Archipel). An VIII.

Papaouglou (Nicole).--1786. Chismé (Natolie). Admis, an X. Campagnes:
ans XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1812, 1813, 1814.
Légionnaire. 1806. Rayé de l'effectif le 20 avril 1814. Parti avec
l'Empereur ledit jour. Maréchal des logis.

Paskalis.--1782. Ghirgheh (Égypte). An VIII. Campagnes: VIII, IX, XIV,
1806, 1807, 1808. Tué en 1808, à la révolte de Madrid.

Pelatti (Antoine).--1774. Ile de Rhodes (Archipel). An VIII. Marseille,
an XII.

Pétrous.--1765. Ouerakem (Arménie). An VIII. Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807. Rayé des contrôles, le 11 mars 1808, pour passer au
service du vice-roi d'Italie.

Quisse Achmet.--1781. Le Caire. An VIII. Campagnes: ans VIII, IX, XIV,
1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1813, 1814. Blessé de cinq coups de
bayonnette à Austerlitz et d'un coup de sabre à Altenbourg. Congédié,
1814.

Rabagenni Constanti.

Ramlaoui Abou Ebel.--1751. Marseille, 1806.

Ramlaoui (Christophe).--1779. Ramleh (Syrie). An VIII. Aux réfugiés,
1806.

Ramlaoui Joubrance.--1780. An VIII. Campagnes: ans VIII, IX, XIV, 1806,
1807, 1808, 1809, 1810. Brigadier, 1813. Congédié, 1814.

Renno (Jean).--1777. Saint-Jean d'Acre (Syrie). Ans VI, VII, VIII, IX,
XII, XIII, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1812, 1813, 1814,
1815. Blessé de deux coups de baïonnette à Austerlitz, d'un coup de feu
à la révolte de Madrid (1808); d'un éclat d'obus à Waterloo (1815). Le
24 mai 1809, à l'affaire de Pradamesen (Espagne), fit, dans une charge,
100 prisonniers espagnols; à Courtray (1814), eut un cheval tué sous lui
en enlevant, avec un petit nombre de Mameloucks, une pièce de canon à
130 cuirassiers saxons; chargea un pelolon de 180 cavaliers prussiens,
les ramena à plus d'une lieue, fit des prisonniers et mit beaucoup
d'hommes hors de combat. Sous-lieutenant à l'armée d'Italie, an VI;
sous-lieutenant interprète à l'armée d'Égypte; lieutenant en 1er aux
Mameloucks, an X; capitaine, 1807; chef d'escadrons de chevau-légers
lanciers, 5 août 1814; chevalier de la Légion d'honneur, an XII;
officier, 1806; doté de 1.000 francs, 1808. Chevalier de Saint-Louis, 27
février 1815. Licencié avec demi-solde, 22 décembre 1815. Mort à Melun,
1818.

Riscalla, nègre.--1785. Darfour (Afrique). Admis, an XI. Aux réfugiés,
1806.

Rosette Mikael.--1776. Rosette (Égypte). An VIII. Marseille, 1808.

Roustam Raza.--Tiflis (Géorgie). Signalement: taille 1m,74, visage rond,
front ordinaire, yeux roux, nez ordinaire, bouche moyenne, menton rond,
cheveux et sourcils châtains. Admis le 2 germinal an X. Congédié le 25
août 1806.

Rudjéri (Pietro).--1781. Tinos (Archipel). Admis, an X. Campagnes: an
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1812, 1813. Prisonnier le 5
mars 1813. Rentré, 4 mars 1814. Rayé de l'effectif le 20 avril 1814;
parti avec l'Empereur ledit jour. Maréchal des logis, 1814. Lieutenant
en second de Chasseurs à cheval, 30 avril 1815. Retraité à Melun, 1815.

Saboubé (Nicolas).--1780. Damas (Syrie). An VIII. Campagnes: ans VIII,
IX, XIII, XIV, 1806, 1807. Marseille, 1808.

Sacre (Anna).--1775. Damas (Syrie). An VIII. Marseille, an XII. Maréchal
des logis.

Sacre (Joseph).--1757. Damas (Svrie). An VIII. Marseille, an XII.

Saka (Joseph).--1779. Bethléem, an VIII. Marseille, an XII.

Saladar (Anna).--1758. Damiette (Égypte). An VIII. Mort le 5 germinal an
XI.

Salam Achmet.--1777. Siout (Égypte). An VIII. Marseille, 1806.

Salem.--1781. Haganiée (Égypte). Admis, 1813. Campagnes: ans VII (au 21e
d'infanterie légère), VIII, IX, XII, XIII, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809,
1812, 1813, 1814. Congédié, 1814.

Salek Chaoud.--1779. Chefa-Omar (Syrie). An VIII. Marseille, an XII.

Salek (Ibrahim).--Le Caire. Admis, 1808. Marseille, 1809.

Saloume.--1751. Chefa-Omar (Syrie). Nommé lieutenant dans la 1re
compagnie des Syriens, an VII. Capitaine, an VIII. Admis avec son grade,
an X. Campagnes: ans VII, VIII, IX. Légionnaire, an XII. Marseille 1806.

Saloume Daoud.--1768. Saint-Jean d'Acre (Syrie). An VIII. Marseille, an
XII. Brigadier.

Samain (Ibrahim)[128].

Samanne (Anna).--Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811,
Marseille, 1811.

Sarage Soliman.--1771. Druse (Syrie). Admis, an X. Campagnes: an XIV,
1806, 1807, 1808, 1809. Aux réfugiés, 1811. Brigadier, an X.

Scipion, nègre.--1787. Chaloume (Arabie). An VIII. Réformé, an X.

Seimen (Ibrahim). V. Samain (Ibrahim).

Sélim, nègre. 1781. Dartous (Arabie). Admis, an X. Mort, 1808.

Sélim, nègre.--1784. Darfour (Afrique). Admis, an XI. Mort, an XII.

Sera Faraje, nègre.--1780. En Abyssinie. Rayé des contrôles, le 1er juin
1806.

Sera (Joseph).--1790. En Arménie. An VIII. Marseille, an XII.

Sera (Joseph).--1791. En Géorgie. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811.
Prisonnier à Moscou le 16 octobre 1812.

Sera (Petrus).--1777.

Sera (Pierre).--1776. Ile de Chio (Archipel). An X. Marseille, an XII.

Soliman Moufta.--Darfour (Afrique). Admis, 1808. Renvoyé au bataillon
colonial à Marseille, 1810.

Soliman Salamé.--1777. Bethléem. Entré au service de l'état-major de
l'armée d'Égypte, an VI. Campagnes: ans VII, VIII, IX, XII, XIII, XIV,
1806, 1807, 1808, 1810, 1811, 1812, 1813, 1814, 1815. Blessé à
Héliopolis; à la révolution de Madrid. Maréchal des logis, an VIII;
sous-lieutenant, an X; lieutenant en second, an XIV; en premier, 1813;
capitaine lieutenant en premier dans les Chasseurs royaux de France, 16
décembre 1814; attaché, comme interprète, à l'armée d'Afrique, 1830.
Légionnaire, an XII. Doté de 500 francs, 1808. Retraité à Melun, 1815.

Soubé (Joseph).--1785. Chefa-Omar. An VIII. Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. Mort à l'hôpital des
Trinitaires de Vilna 1814, par suite de blessure.

Stati (Andréa).--1777. Brebison. An VIII. Déserté, 1807. Brigadier.

Taieb (Jacob).--Tunis. Admis, 1811. Congédié, 1814.

Talami Moussa.--1764. Bethléem. An VIII. Marseille, an XII.

Taloute Abdel, nègre. 1781. En Abyssinie. An VIII. Campagnes: ans VIII,
IX, XIV, 1806, 1807, 1808, 1809. En arrière sans nouvelles, du 12
décembre 1812.

Taloute Farage.--Le Caire. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811. En
arrière sans nouvelles, décembre 1812.

Targha (Joseph).--1767. Jaffa (Syrie). An VIII. Marseille, an XII.

Thomas.--1790. Salmas (Perse). Admis, d'ordre de M. le général Ornano,
commandant la Garde impériale, 1814. Rayé, 1814, pour longue absence.

Tubiané (David).--Tunis. Admis, 1808. Campagnes: 1810, 1811. En arrière
sans nouvelles, décembre, 1812.

Vassily (Paul).--1779. Tayrindroff (Russie). Admis, 1809. Campagnes:
1810, 1811. Déserté avec armes et bagages en Espagne, 1811.

Vidal (Nicolas).--1778. Smyrne. An VIII. Rayé, 1806.

Youdi Salem.--1789. Le Caire. An VIII. Campagnes: ans VIII, IX, XIV,
1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811, 1812, 1813, 1814. Congédié, 1814.

Zarubé (Nicole).--1780. Marseille, 1808.

Zalaouy (Joseph).--1762. Zala (Syrie). An VIII. Campagnes: ans VIII, IX,
XIV, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810, 1811. En arrière sans nouvelles, le 9
décembre 1812. Rentré des prisons de l'ennemi, 1814.

Zaoué (Anna).--1783. Jérusalem (Syrie). An VIII. Marseille, 1808.

Zoumero Bannans.--1765. Jaffa (Syrie). An VIII. Réformé, an X.

Zoumero Moussa.--1792 (_sic_). Jaffa (Syrie). An VIII. Réformé, an X.

Zoumero Moussa.--1789. Saint-Jean d'Acre (Syrie). Admis trompette dans
les Mameloucks en Égypte, le 4 mai 1799. Campagnes: 1810, 1811.
Brigadier, 1814.



ACTE DE DÉCÈS DE ROUSTAM

MAIRIE DE DOURDAN (SEINE-ET-OISE)


_Extrait du registre des actes de décès de la commune de Dourdan (année
1845)._

Du dimanche sept décembre mil huit cent quarante-cinq, à dix heures du
matin.

Acte de décès de sieur Roustam Raza, âgé de soixante-quatre ans, ancien
Mameluck de l'empereur Napoléon, né à Tiflis, en Géorgie, rentier
domicilié à Dourdan, où il est décédé aujourd'hui, à cinq heures et
demie du matin, époux de dame Alexandrine-Marie-Marguerite Douville,
actuellement sa veuve, demeurante à Dourdan.

Les témoins ont été: 1º M. François-Valentin Mazure, âgé de
cinquante-deux ans; 2º M. François-Joseph Baulot, âgé de cinquante-six
ans, tous deux propriétaires, demeurans à Dourdan, amis du
défunt--lesquels ont signé avec nous, deuxième adjoint, délégué de M. le
Maire de la ville de Dourdan, après lecture, le décès constaté
conformément à la loi.

Signé au registre V. MAZURE, BAULOT, MÉNARD.

       *       *       *       *       *

ICI GÎT

ROUSTAM RAZA

ANCIEN MAMELUCK DE L'EMPEREUR NAPOLÉON

Né à Tiflis en Géorgie, mort à Dourdan
à l'âge de 64 ans.

Il a emporté avec lui les regrets
d'une famille dont il était bien
justement chéri--Qu'il repose
en paix parmi ceux qui l'ont
apprécié et aimé.

       *       *       *       *       *

ICI REPOSE

A. M. M.
DOUVILLE

VEUVE  ROUSTAM  RAZA

née à Paris le 21 janvier 1789
décédée à Versailles
le 21 juillet 1857

regrettée de ses enfants
et de ses amis.



NOTES

[1: Le mot _mamluck_, en arabe, signifie esclave.]

[2: V. _Napoléon et la Garde impériale_, par E. Fiévée.]

[3: Voici le certificat que lui délivra, le 12 septembre 1803, le baron
Larrey, chirurgien en chef de l'armée d'Égypte:

«C'est pendant la campagne de Syrie que Jacob nous a donné, surtout, des
preuves de zèle, de dévouement et d'humanité. À Chefa-Omar, il a
prodigué aux blessés de l'hôpital que nous y avions, des soins attentifs
et une partie de ses revenus. Il les a garantis plusieurs fois de
l'attaque des Arabes du désert. C'est à lui que le chirurgien-major de
cet hôpital, Wadellenk, dut son salut: il l'arracha des mains des Arabes
qui l'avaient attaqué dans son passage pour se rendre au quartier
général, pansa ses blessures et lui donna l'hospitalité jusqu'au moment
où son état lui permit de se faire transporter au camp devant Acre.

«Je l'ai vu plusieurs fois, ce brave Sheik, partager nos périls et nos
fatigues, avec un courage et une constance peu communs. Enfin, pendant
deux années que j'ai été à portée de le voir, je lui ai toujours connu
les sentiments bien prononcés d'un véritable ami des Français, et de
l'honnête citoyen.»]

[4: Voir _Toulon et les Anglais en 1793, d'après des documents inédits_,
par Paul Cottin.]

[5: En 1815, les Mameloucks réfugiés à Marseille devinrent les victimes
de la Terreur blanche: leurs femmes, leurs enfants, poursuivis par la
populace, furent tués à coups de fusils dans les rues et sur le port, où
ils s'étaient enfuis.]

[6: Il obtint son congé le 25 août 1806. Voir ce qu'il dit à ce sujet,
chapitre IV.]

[7: Voir leurs noms aux appendices.]

[8: Arrêté du 25 décembre 1803 et décret du 29 juillet 1804.]

[9: Voir ces noms dans notre liste des Mameloucks, à l'appendice.

Il faut y ajouter ceux de Henry Dayet, maréchal des logis chef, Étienne
Erard et Jean Rocher, mais ils n'étaient point orientaux.]

[10: Décret du 21 mars 1815.]

[11: Bien qu'originaire de Hongrie, ce mamelouck n'en avait pas moins
fait partie de la compagnie de Janissaires formée en l'an VIII.]

[12: Voir ces noms à la liste alphabétique des Mameloucks.]

[13: _Napoléon Ier et la Garde impériale_, texte par Eugène Fiévée, des
Archives de la Guerre, dessins par Raffet. Paris, 1859.]

[14: Voir Frédéric Masson, _Napoléon chez lui_.]

[15: V. _Vieux papiers, vieilles maisons_, par Georges Lenôtre (4e
série, 1910).]

[16: Voir les _Souvenirs de jeunesse_ de Francisque Sarcey. Cette maison
existe encore, au coin de la rue de la Poterie et de la route d'Étampes,
et sert d'école communale. Seule, l'entrée a été modifiée: la porte qui
donne sur la route d'Étampes et l'avenue de tilleuls a été remplacée par
une grille.

Nous devons ce renseignement à M. le docteur Gillard, l'érudit médecin
de Suresnes. Il le tient de M. Denizet, son parent, qui habite Dourdan,
et qui a eu l'obligeance de faire lui-même, dans le pays, une enquête à
ce sujet.]

[17: On trouvera, dans ce livre, les fac-similés de sa tombe et de sa
maison. Nous devons ces photographies à M. Marcel Houy, secrétaire de la
mairie de Dourdan, auquel nous en adressons nos remerciements.]

[18: Nous en devons la communication à MM. Léon Hennet et J.-B. Marleix,
les savants conservateurs des Archives Administratives du Ministère de
la Guerre, auxquels nous sommes heureux d'en exprimer ici notre bien
vive gratitude.]

[19: Le titre de ces _Souvenirs_ porte, dans le texte original: _La vie
privée de sier_ (sic) _R.-R., jusqu'à 1814_. Le manuscrit est, pour la
plus grande partie, autographe. Nous signalerons les pages écrites sous
la dictée de Roustam.]

[20: Son nom était Boudchi-Vari; elle était de Tiflis. (_Note du ms._)

Cette note est, ainsi que les suivantes du manuscrit, d'une autre main
que celle de Roustam.]

[21: Malek-Majeloun, gouverneur de Gandja, forteresse dépendant de la
Perse. (_Note du ms._)

Cette ville de Gandja, ou Iélisavetpol, appartient aujourd'hui à la
Russie. À 170 kilomètres au sud-est de Tiflis.]

[22: À Choucha, forteresse, capitale de la province de Karabagh. (_Note
du ms._)

Choucha, qui fait partie du gouvernement d'Iélisavetpol, est située sur
un affluent du fleuve Kour.]

[23: Alors elle était à Choucha, dans la forteresse, pour sa sûreté.
(_Note du ms._)]

[24: L'Arménie. (_Note du ms._)]

[25: Ibrahim-Khan, gouverneur de Choucha (guerre entre l'Arménie et les
Persans). (_Note du ms._)]

[26: Artakan, qui allait contre Ibrahim-Khan. (_Note du ms._)]

[27: À sept ans. (_Note du ms._)]

[28: À trente lieues de Gandja, entre Tiflis et le Caucase (_Note du
ms._)

Il s'agit probablement de Ksarka, au nord de Tiflis, sur le fleuve
Kour.]

[29: Il m'a fait donner un verre de bière. (_Note du ms._)]

[30: Commissionnaire. (_Note du ms._)]

[31: J'étais resté une heure absent. (_Note du ms._)]

[32: Je tiens ces détails de ma sœur. (_Note du ms._)]

[33: Mon père adoptif, trompeur, me faisait donner le signalement de ma
mère. (_Note du ms._)]

[34: Giarra. (_Note du ms._)]

[35: Le Lesghistan, ou pays des Lesghis, peuple nomade du Caucase
oriental, très répandu dans le Daghestan.]

[36: À Giarra. (_Note du ms._)]

[37: Ville de la province de Térek (Russie méridionale), sur le Térek,
et à 55 kilomètres de la mer Caspienne.]

[38: 1.800 francs. (_Note du ms._)]

[39: Quarantaine. (_Note du ms._)]

[40: Rachide, nom égyptien de Rosette.]

[41: Les Français n'étaient pas encore en Égypte. (_Note du ms._)]

[42: Le voyage a duré deux mois. Cinq cents Mameloucks et leurs femmes
avec eux sur des chameaux. (_Note du ms._)]

[43: (Gizeh). Bataille des Pyramides. (_Note du ms._)]

[44: Parce que le Grand Caire était occupé par les Français. Il avait
avec lui huit cents Mameloucks. (_Note du ms._)]

[45: Sheik El Bekri, chef du civil. Espion de Bonaparte, très dévoué.
C'était pour cela qu'il avait des Mameloucks. (_Note du ms._)]

[46: Gâteaux. (_Note du ms._)]

[47: Il était avec ses Mameloucks dans le désert. (_Note du ms._)]

[48: Je vis pour la première fois Bonaparte quand il revint de
Saint-Jean d'Acre. El Bekri va au-devant de lui avec ses Mameloucks.
Tous les grands personnages avec nous. Cheval noir magnifique, tout
équipé à la mamelouck. Effet de la première vue: couvert de poussière,
haletant. Bottes à retroussis. Culottes blanches casimir. Habit de
général. Visage basané. Cheveux poudrés longs et la queue. Pas de
favoris. (_Note du ms._)]

[49: Je l'ai vu chez El Bekri. Je servais avec mes camarades: Potage.
Riz cuit dans du bouillon de poulet Porcelaine de Chine. Pour Bonaparte,
une timbale d'argent. On fit venir du vin de Chambertin. Les Turcs
boivent à même la bouteille. Vu passer la bouteille, en disant: «Fellah,
à vous!» L'empereur et son état-major accroupi à la mamelouck, sur un
double coussin. (_Note du ms._)]

[50: Eugène de Beauharnais. Roustam écrit _Ugène_.]

[51: Elias Massad, lieutenant de la seconde compagnie des Syriens,
formée en l'an VIII par le général Bonaparte.]

[52: Hébert, plus tard concierge à Rambouillet, avec pension de 1.200
livres sur la cassette particulière, outre ses gages.]

[53: Je suis resté six jours avec lui. (_Note du ms._)]

[54: Il s'était embarqué à Boulak. (_Note du ms._)]

[55: Fischer, maître d'hôtel contrôleur, est pris d'un accès de folie
furieuse le jour du combat de Landshut (1809). Renvoyé en France, il est
placé dans une maison de santé. Néanmoins, l'Empereur lui continue son
traitement de 12.000 francs pendant quatre ans, dans l'espoir qu'il
guérira. Il est alors mis à la retraite avec une pension de 6.000 francs
(V. Frédéric Masson, _Napoléon chez lui_.)]

[56: P. Amédée-Émilien-Probe Jaubert (1779-1847), orientaliste, premier
secrétaire interprète de Bonaparte, en Égypte, membre de l'Institut en
1830.]

[57: On avait désigné un homme pour conduire les chevaux à Alexandrie.
(_Note du ms._)]

[58: Ali, mamelouck ramené d'Égypte par Bonaparte, et par lui donné à
Joséphine. Laid, méchant, dangereux. On finit par l'envoyer à
Fontainebleau, comme garçon d'appartement.

L'Empereur le remplaça par Louis-Étienne Denis, né à Versailles. On
l'appela Ali. Il accompagna l'Empereur à l'île d'Elbe et à Sainte-Hélène
(V. Frédéric Masson, _Napoléon chez lui_.)]

[59: Il était parti dans un autre canot que le mien; j'étais bien
inquiet. J'avais dix-sept ans et demi. (_Note du ms._)]

[60: Sur la frégate de Bonaparte, deux chèvres pour le café à la crème.
M. Fischer déjeunait toujours avec une grande jatte. Je me fâche.
L'Empereur m'entend. Il veut que je déjeune avec du café.

Une tempête sur les côtes barbaresques, en allant en Corse. L'Empereur
dînait gaiement avec Lavalette et plusieurs autres. Un coup de vent fait
renverser Lavalette, et l'Empereur de rire: «Ses jambes sont si courtes!
Il boulotte!» Une autre fois, il lisait devant sa lanterne de papier. Le
feu prend. Bonaparte arrache et jette à la mer. (_Note du ms._)]

[61: À Ajaccio. (_Note du ms._)]

[62: Gérard-Christophe-Michel Duroc (1772-1813), futur Grand Maréchal du
palais, était alors chef de bataillon d'artillerie et aide de camp de
Bonaparte.]

[63: Mon poignard en jade. (_Note du ms._)]

[64: En voiture.--M. Hébert, valet de chambre, Danger, chef de cuisine.
(_Note du ms._)]

[65: Dans leur voiture. (_Note du ms._)]

[66: Elle allait s'établir. (_Note du ms._)]

[67: Chefs de cuisine de Bonaparte. Le premier, qui faillit trouver la
mort dans cette aventure, fut retraité avec la place de garde des
bouches, à Fontainebleau (V. Frédéric Masson, _Napoléon chez lui_).]

[68: Caroline, Pauline étaient en pension chez Mme Campan. Hortense,
fille de Joséphine, épousa Louis. (_Note du ms._)]

[69: À son arrivée à Paris, jalousie: un nommé Rible l'appelle
_esclave_. Fureur. Il se plaint: «N'avais-tu pas ton poignard?» Puis se
ravisant: «ou, du moins, des coups de bâton? Toi, esclave! Suis-je un
Bey ou un Pacha?» (_Note du ms._)]

[70: Suë, médecin en chef de l'hôpital de la Garde, établi au
Gros-Caillou.]

[71: Il partait pour l'Italie, Marengo. (_Note du ms._)]

[72: Ce portrait, exécuté à la demande de Madame Campan, lui fut donné.
Voir la _Correspondance de Madame Campan avec la reine Hortense_.]

[73: Surveillante de l'infirmerie. (_Note du ms._)]

[74: Voir, aux pièces justificatives ci-après, le détail des effets
d'habillement délivrés à chaque Mamelouck, après son admission au
Corps.]

[75: Boutet, directeur de la manufacture d'armes de Versailles.]

[76: Jean-Noël Lerebours (1762-1840), opticien, membre du bureau des
Longitudes en 1824.]

[77: Un des chefs de cuisine de l'Empereur.]

[78: Ancien grec. (_Note du ms._)]

[79: Il venait de Saint-Cloud. (_Note du ms._)]

[80: À minuit. Il logeait au château. (_Note du ms._)]

[81: J'étais chargé de ses armes de guerre. (_Note du ms._)]

[82: M. Méneval. (_Note du ms._)]

[83: On a dit à tort que le portrait de Roustam se trouvait sur
l'aquarelle d'Isabey représentant l'Escalier du Louvre. Le Mamelouk
peint n'est pas Roustam.]

[84: Saint-Cloud. (_Note du ms._)]

[85: Mot italien signifiant filon, mine, argent.]

[86: M. Frédéric Masson nous a communiqué, d'après le manuscrit des
comptes de la _Petite Cassette_, la note de ce que l'Empereur a donné à
Roustam, de nivôse an XIII à janvier 1814:

An XIII. 1er nivôse.--Acheté pour Roustan 500 francs de rente sur le
Grand-Livre: 5.804 francs.

1806.--12 février.--Pour le dîner de noces de Roustan: 1.341 francs.

1810.--1er février.--Gratification de cent louis (une année de gages):
2,000 francs.

--31 décembre.--À Roustan: 3.000 francs.

1811.--25 novembre.--À Roustan, gratification: 4.000 francs.

1813.--7 janvier.--À Roustan, mameluck, gratification: 6.000 francs.

1814.--2 janvier.--Gratification à Roustan: 6.000 francs.]

[87: Pierre Mérat, né à Versailles le 29 juillet 1776, entré au service
en 1793. Maréchal des logis chef, puis lieutenant en second,
porte-étendard de la compagnie des Mameloucks. Légionnaire.]

[88: Le baron Delaitre, chef d'escadrons, commandant la compagnie de
Mameloucks en 1807.]

[89: Joseph-Barthélemy Clair, baron de Bongars (1762-1833), colonel en
1812, était lieutenant de la vénerie en 1805, sous les ordres de Murat,
Grand Veneur.]

[90: Sans doute possible, il s'agit de M. de Tournon, chambellan et
officier d'ordonnance de l'Empereur, membre de la Légion d'honneur le 14
février 1807.]

[91: Ce jour, pendant que l'Empereur consultait sa carte avec Mirza,
mamelouck de Bessières, je m'éloigne pour manger de l'oseille sauvage,
un boulet ricoche et manque me tuer. (_Note du ms._)

On trouvera deux Mirza, dans la liste générale des Mameloucks, publiée
dans nos Appendices: l'un, Mirza, dit le grand, était mort depuis 1805,
et l'autre, Daniel Mirza, dit le petit, ancien Janissaire, brigadier en
1805, décoré en 1806, maréchal des logis en 1807, était lieutenant
depuis 1811. Mais peut-être fut-il officier d'ordonnance de Bessières.]

[92: Armand-Augustin-Louis, marquis de Caulaincourt, duc de Vicence
(1772-1827), général de division depuis 1805, Grand Écuyer de
l'Empereur.]

[93: Après Wagram. (_Note du ms._)]

[94: Il finirait par y trouver une mine. (_Note du ms._)]

[95: Il s'agit évidemment du général Guyot; mais l'anecdote est en
contradiction avec ses états de services qui sont des plus brillants.
Claude-Étienne Guyot (1768-1837) fut créé comte en 1813.]

[96: Bizouard, caissier de recettes à la Banque de France.]

[97: Le docteur Lanefranque devint médecin par quartier de l'Empereur.]

[98: À partir de cet endroit, l'écriture n'est plus de la main de
Roustam.]

[99: On sait que le comte de Lavalette était directeur général des
postes depuis 1802.]

[100: Claude-François, baron de Méneval (1778-1850), secrétaire de
l'Empereur.]

[101: Il était intéressé et trichait; enfin, on disait de lui: «Il
jouerait des haricots qu'il tricherait encore!» (_Note du ms._)]

[102: Voilà ce que j'ai su depuis. (_Note du ms._)]

[103: Le baron de la Bouillerie, trésorier général de la Couronne.]

[104: Le baron Dubois, chirurgien-accoucheur de l'Impératrice.]

[105: La comtesse de Montesquiou, gouvernante des Enfants de France.]

[106: Le Grand Maître des Cérémonies était le comte Louis-Philippe de
Ségur (1753-1830), auteur des célèbres _Mémoires_, sénateur en 1813.]

[107: Deux journées avant Smorgoni-Molodetchno. Adieux de l'Empereur à
l'armée.--C'est là que fut rédigé secrètement le 29e et dernier bulletin
de la Grande-Armée. (_Note du ms._)]

[108: M. Frédéric Masson nous communique une rectification de ce
passage, d'après le _Livret de la petite cassette_, tenu par Méneval:

«5 décembre, à Smorgoni, à Constant, pour le nécessaire de Sa Majesté,
14.000.»

Donc, c'est à Constant, et non à Roustam, que l'argent fut remis. Il n'y
a pas eu de confusion de noms, car, en suite de la note de Méneval, se
trouve l'arrêté de compte authentique, de la main de l'Empereur, daté du
5 décembre et paraphé avec soin.]

[109: Des Polonais et ensuite des Napolitains de la Garde Royale. (_Note
du ms._)]

[110: À Compranoï, d'autres disent Osmiania. (_Note du ms._)]

[111: Miedniki. Il envoie Maret au-devant de Murat pour lui dire que
Vilna était approvisionné. Ici s'arrête la relation de Ségur concernant
Napoléon, qu'il fait arriver à Paris sans transition. (_Note du ms._)]

[112: Le baron de Saint-Aignan, écuyer de l'Empereur, ministre
plénipotentiaire près les Maisons ducales de Saxe.]

[113: Il arriva soudainement à Paris le 19 décembre, deux jours après la
publication, à Paris, de son vingt-neuvième bulletin. (_Note du ms._)]

[114: Gérard Lacuée, colonel du 19e de ligne, tué à Gunzbourg, le 5
octobre 1805. Il était neveu de Jean-Gérard Lacuée, le général de
division, membre de l'Institut.]

[115: C'est à dire «admis au corps des Mameloucks, en 1810.»]

[116: C'est-à-dire «admis aux réfugiés de Marseille en 1813».]

[117: Il faut lire: «Né en 1774, à Jaffa (Syrie). Entré au service le
1er messidor an VIII, époque de l'organisation en Égypte, des compagnies
de Janissaires. Admis au nombre des réfugiés de Marseille en l'an XII.»]

[118: C'est-à-dire porte-étendard. On sait que, dans le drapeau des
Mameloucks, figurait une queue de cheval.]

[119: Choucha (?).]

[120: Choucha (?).]

[121: Tiflis (Géorgie?).]

[122: D'après une lettre de Séraphin Baddon (_sic_), son fils, cet
officier aurait reçu de nombreuses blessures dans ses campagnes et fait
partie du bataillon qui suivit l'Empereur à l'île d'Elbe.]

[123: Ces états de services ont été fournis par Hamaouy lui-même, sous
la Restauration, époque où il multipliait ses démarches pour être nommé
membre de la Légion d'honneur, ce que, du reste, il ne put obtenir. Il
affirmait avoir rendu des services signalés aux Français en Égypte comme
«grand Douanier du Caire» et avancé de fortes sommes à sa compagnie,
lors de son retour en France, mais son dossier ne contient pas les
preuves de ses allégations.]

[124: Nom orthographié ailleurs Joanny Janien.]

[125: Nom orthographié ailleurs Kaonain.]

[126: Siout (?).]

[127: Choucha (?).]

[128: Nom orthographié ailleurs _Seimen_.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Souvenirs de Roustam, mamelouck de Napoléon Ier - Introduction et notes de Paul Cottin" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home