Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les historiettes de Tallemant des Réaux (Tome Premier) - Mémoires pour servir à l'histoire du XVIIe siècle
Author: Réaux, Gédéon Tallemant des
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les historiettes de Tallemant des Réaux (Tome Premier) - Mémoires pour servir à l'histoire du XVIIe siècle" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  Note de transcription: Les erreurs clairement introduites par le
  typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été
  conservée et n'a pas été harmonisée. Dans la note numéro 56, la
  date de 1580 qui figurait dans l'original a été corrigée en 1530.



     LES HISTORIETTES
     DE
     TALLEMANT DES RÉAUX.

     MÉMOIRES
     POUR SERVIR A L'HISTOIRE DU XVIIe SIÈCLE,

     PUBLIÉS

     SUR LE MANUSCRIT INÉDIT ET AUTOGRAPHE;

     AVEC DES ÉCLAIRCISSEMENTS ET DES NOTES,


     PAR MESSIEURS

     MONMERQUÉ,
     Membre de l'Institut,

     DE CHATEAUGIRON ET TASCHEREAU.

     TOME PREMIER.

     PARIS,
     ALPHONSE LEVAVASSEUR, LIBRAIRE,
     PLACE VENDÔME, 16.

     1834



INTRODUCTION DE L'AUTEUR[1].


J'appelle ce recueil les _Historiettes_, parce que ce ne sont que
petits Mémoires qui n'ont aucune liaison les uns avec les autres. J'y
observe en quelque sorte la suite des temps, pour ne point faire de
confusion. Mon dessein est d'écrire tout ce que j'ai appris et que
j'apprendrai d'agréable et digne d'être remarqué, et je prétends dire
le bien et le mal sans dissimuler la vérité, et sans me servir de ce
qu'on trouve dans les Histoires et les Mémoires imprimés. Je le fais
d'autant plus librement que je sais bien que ce ne sont pas choses à
mettre en lumière, quoique peut-être elles ne laissassent pas d'être
utiles. Je donne cela à mes amis qui m'en prient, il y a long-temps.
Au reste, je renverrai souvent aux Mémoires que je prétends faire de
la régence d'Anne d'Autriche, ou pour mieux dire, de l'administration
du cardinal Mazarin, que je continuerai tant qu'il gouvernera, si je
me trouve en état de le faire[2]. Ces renvois seront pour ne pas
répéter la même chose, comme par exemple, une fois que M. Chabot[3],
devenu duc de Rohan, entrera dans les négociations avec la cour, je ne
puis plus continuer son _Historiette_, parce que désormais c'est
l'histoire de la seconde guerre de Paris. Voilà quel est mon dessein.
Je commencerai par Henri le Grand et sa cour, afin de commencer par
quelque chose d'illustre.

  [1] A la fin de 1657.

  [2] Si Tallemant n'a pas renoncé au projet dont il parle ici, et
  il est peu vraisemblable qu'il l'ait fait, car il renvoie souvent
  le lecteur à ses Mémoires sur la Régence, il est fort à craindre
  que l'ouvrage n'ait été perdu; c'est un malheur pour l'histoire.

  [3] Dont les succès ressemblèrent fort à ceux d'un officier de
  fortune.



MÉMOIRES

DE

TALLEMANT.



HENRI IV[4].


Si ce prince fût né roi de France, et roi paisible, probablement ce
n'eût pas été un grand personnage; il se fût noyé dans les voluptés,
puisque, malgré toutes ses traverses, il ne laissoit pas, pour suivre
ses plaisirs, d'abandonner les plus importantes affaires[5]. Après la
bataille de Coutras, au lieu de poursuivre ses avantages, il s'en va
badiner avec la comtesse de Guiche[6], et lui porte les drapeaux qu'il
avoit gagnés. Durant le siége d'Amiens, il court après madame de
Beaufort[7], sans se tourmenter du cardinal d'Autriche, depuis
l'archiduc Albert, qui s'approchoit pour tenter le secours de la
place[8].

  [4] Henri IV, né au château de Pau, le 13 décembre 1553, roi de
  Navarre en 1572, et de France en 1589, assassiné à Paris le 14
  mai 1610.

  [5] C'est ce qui a fait dire à Bayle: «Si la première fois qu'il
  débaucha la fille ou la femme de son prochain, on l'eût traité
  comme Pierre Abélard, il seroit devenu capable de conquérir toute
  l'Europe, et il auroit pu effacer la gloire des Alexandre et des
  César... Ce fut son incontinence prodigieuse qui l'empêcha de
  s'élever autant qu'il auroit pu le faire.» L'article entier de
  Tallemant peut faire croire qu'il partageoit cette opinion si
  vivement relevée par Voltaire, et traitée de plaisanterie par
  Condorcet.

  [6] Elle se trouvoit alors en Gascogne, à une distance assez
  grande du théâtre de la guerre.

  [7] Gabrielle d'Estrées. Henri IV avoit érigé pour elle le comté
  de Beaufort en duché-pairie.

  [8] Sigogne[8-A] en fit cette épigramme:

     Ce grand Henri, qui souloit estre
     L'effroi de l'Espagnol hautain,
     Fuyt aujourd'huy devant un prestre,
     Et suit le c.. d'une p..... (T.)

  --Mézerai dit que peu après qu'il eut amené Gabrielle au siége de
  la ville, «il fut contraint d'éloigner ce scandale de la vue des
  soldats, non-seulement par leurs murmures qui venoient jusqu'à ses
  oreilles, mais aussi par les reproches du maréchal de Biron.»
  (_Abrégé chronologique de l'Histoire de France_, édition de 1682,
  tome 6, page 170.)

    [8-A] Voir sur ce poète une note placée ci-après dans
    l'_Historiette_ de mademoiselle Du Tillet.]

Il n'étoit ni trop libéral, ni trop reconnoissant. Il ne louoit jamais
les autres, et se vantoit comme un gascon. En récompense, on n'a
jamais vu un prince si humain, ni qui aimât plus son peuple; il ne
refusoit point de veiller pour le bien de son État. Il a fait voir en
plusieurs rencontres qu'il avoit l'esprit vif et qu'il entendoit
raillerie[9].

  [9] Henri IV étant près de se faire catholique, ses favoris lui
  disoient: «Sire, avertissez-nous quand vous changerez de
  religion.» Il faisoit alors l'amour à une religieuse de Passy, il
  s'en lassa et s'en alla faire autant à Maubuisson; ils lui
  dirent: «Vous aviez promis de nous avertir.»

  Pour reprendre donc ses amours, si Sébastien Zamet, comme
  quelques-uns l'ont prétendu, donna du poison à madame de
  Beaufort[10], on peut dire qu'il rendit un grand service à Henri
  IV, car ce bon prince alloit faire la plus grande folie qu'on
  pouvoit faire; cependant il y étoit tout résolu[11]. On devoit
  déclarer feu M. le Prince bâtard[12]. M. le comte de Soissons se
  faisoit cardinal, et on lui donnoit trois cent mille écus de rente
  en bénéfices. M. le prince de Conti[13] étoit marié alors avec une
  vieille qui ne pouvoit avoir d'enfants[14]. M. le maréchal de
  Biron devoit épouser la fille de madame d'Estrées, qui depuis a
  été madame de Sanzay. M. d'Estrées la devoit avouer; elle étoit
  née durant le mariage, mais il y avoit cinq ou six ans que M.
  d'Estrées[15] n'avoit couché avec sa femme, qui s'en étoit enallée
  avec le marquis d'Allègre, et qui fut tuée avec lui à Issoire[16],
  par les habitants qui se soulevèrent, et prirent le parti de la
  Ligue. Le marquis et sa galante tenoient pour le Roi: ils furent
  tous deux poignardés et jetés par la fenêtre.

  [10] Sébastien Zamet étoit de Lucques; il fut naturalisé
  françois. Plaisant et enjoué, il s'étoit fait aimer de Henri IV,
  qui avoit choisi sa maison pour faire ses parties de plaisir.
  D'Aubigné est de ceux dont Tallemant parle comme croyant à
  l'empoisonnement de Gabrielle par Zamet; il dit qu'après s'être
  rafraîchie chez lui en mangeant d'un gros citron, ou selon
  d'autres d'une salade, elle sentit aussitôt _un grand feu au
  gosier, et des tranchées furieuses à l'estomac_.

  [11] _Voyez_ à ce sujet les Mémoires de M. de Sully, liv. 9. (T.)

  [12] Henri de Bourbon, prince de Condé, père du grand Condé.

  [13] François de Bourbon, prince de Conti, fils de Louis de
  Bourbon Condé, premier du nom.

  [14] Madame de Montafier, mère de feue madame la comtesse (_de
  Soissons_). (T.)

  [15] Le premier M. d'Estrées, grand-maître de l'artillerie (mais
  en ce temps-là ce n'étoit pas officier de la couronne), étoit un
  brave homme qui fit sa fortune. Il était de la frontière de la
  Picardie; on l'appeloit La Caussée en picard, pour _La Chaussée_,
  et étoit un peu _dubiæ nobilitatis_. Mais après il se fit appeler
  d'Estrées, et dit qu'il étoit d'une bonne maison de Flandre. Son
  fils, par la faveur de madame de Beaufort, fut aussi grand-maître
  de l'artillerie. J'ai ouï dire que ce premier M. d'Estrées étoit
  gendarme dans la compagnie d'un M. de Rubempré, et qu'il sauva la
  vie à son capitaine. On l'appeloit Gran-Jean de La Caussée; cela
  servit à sa fortune. (T.)

  [16] Le 31 décembre 1593. (_Voyez_ Anselme, tome 4, page 599.)

Cette madame d'Estrées étoit de La Bourdaisière, la race la plus
fertile en femmes galantes qui ait jamais été en France[17]; on en
compte jusqu'à vingt-cinq ou vingt-six, soit religieuses, soit
mariées, qui toutes ont fait l'amour hautement. De là vient qu'on dit
que les armes de La Bourdaisière, c'est _une poignée de vesces_; car
il se trouve, par une plaisante rencontre, que dans leurs armes il y a
une main qui sème de la vesce[18]. On fit sur leurs armes ce quatrain:

     Nous devons bénir cette main
     Qui sème avec tant de largesses,
     Pour le plaisir du genre humain,
     Quantité de si belles _vesces_[19].

  [17] On dit qu'une madame de la Bourdaisière se vantoit d'avoir
  couché avec le pape Clément VII; à Nice, avec l'empereur
  Charles-Quint, quand il passa en France, et avec François Ier.
  (T.)

  [18] Les Babou écarteloient en effet au 1er et 4e d'argent au
  bras de gueules, sortant d'un nuage d'azur, tenant une poignée de
  vesce en rameau de trois pièces de sinople. (P. Anselme, tome 7,
  page 180.)

  [19] Ce mot étoit alors synonyme de femme éhontée. (_Dictionnaire
  de Trévoux._)

Voici ce que j'ai ouï conter à des gens qui le savoient bien, ou
croyoient le bien savoir: une veuve à Bourges, première femme d'un
procureur ou d'un notaire, acheta un méchant pourpoint à la
Pourpointerie[20], dans la basque duquel elle trouva un papier où il y
avoit: «Dans la cave d'une telle maison, six pieds sous terre, de tel
endroit (qui étoit bien désigné), il y a tant en or en des pots, etc.»
La somme étoit très-grande pour le temps (il y a bien 150 ans). Cette
veuve, voyant que le lieutenant-général de la ville étoit veuf et sans
enfants, lui dit la chose, sans lui désigner la maison, et offrit,
s'il vouloit l'épouser, de lui dire le secret. Il y consent; on
découvre le trésor; il lui tient parole et l'épouse. Il s'appeloit
Babou. Il acheta La Bourdaisière. C'est, je pense, le grand-père de la
mère du maréchal d'Estrées[21].

  [20] La Pourpointerie étoit, sans doute, le lieu où étaloient les
  marchands de vieux habits.

  [21] Il y a du vrai et de l'inexact dans ce souvenir de
  Tallemant. Françoise Ra, veuve de Laurent Babou, se remaria, le
  26 janvier 1504, avec Jean Salar, lieutenant-général de Bourges.
  Philibert Babou, son fils aîné, épousa en 1510 Marie Gaudin, dame
  de la Bourdaisière, qui apporta cette terre à son mari. Ce
  dernier est l'aïeul de Françoise Babou, mère du maréchal
  d'Estrées. (P. Anselme, _loco cit._)

Madame d'Estrées eut six filles et deux fils, dont l'un est le
maréchal d'Estrées qui vit encore aujourd'hui[22]. Ces six filles
étoient madame de Beaufort, que madame de Sourdis, aussi de La
Bourdaisière, gouvernait; madame de Villars, dont nous parlerons de
suite; madame de Namps, la comtesse de Sanzay, l'abbesse de Maubuisson
et madame de Balagny. Cette dernière est _Délie_ dans l'_Astrée_; elle
avoit la taille un peu gâtée, mais c'étoit la personne la plus galante
du monde. Ce fut d'elle que feu M. d'Epernon eut l'abbesse de
Sainte-Glossine de Metz[23]. On les appeloit, elles six et leur frère,
les sept péchés mortels. Madame de Neufvic, dame d'esprit, qui étoit
fort familière chez madame de Bar[24], fit cette épigramme sur la
mort de madame la duchesse de Beaufort:

     J'ai vu passer par ma fenêtre
     Les six péchés mortels vivants,
     Conduits par le bastard d'un prêtre[25],
     Qui tous ensemble alloient chantant
       Un _requiescat in pace_,
     Pour le septième trépassé[26].

  [22] Il mourut à Paris le 5 mai 1670.

  [23] Louise, bâtarde de La Valette, abbesse de Sainte-Glossine ou
  Glossinde de Metz, en 1606, morte en 1647. (_Gallia christiana_,
  tome 13, page 933; le P. Anselme, tome 3, page 857.)

  [24] Catherine, princesse de Navarre, soeur de Henri IV, mariée
  au duc de Bar, en 1599.

  [25] Balagny, fils de Montluc, évêque de Valence. Il vint avec
  cinq cents chevaux et huit cents fantassins levés à ses dépens,
  trouver Henri IV, lorsqu'il ne savoit comment s'opposer au grand
  commandeur de Castille et à M. de Mayenne, qui venoient pour
  faire lever le siége de Laon. Ce service fut si agréable au roi,
  qu'il fit Balagny maréchal de France, et lui fit épouser la soeur
  de madame de Beaufort. Ce Balagny avoit été prince de Cambray,
  dont il s'étoit rendu maître en suivant le duc d'Alençon. Sa
  première femme, la soeur du brave Bussy d'Amboise, avoit tant de
  coeur, qu'elle creva de dépit de n'être plus la princesse de
  Cambray, où ils faisoient grande dépense. Elle eut un fils qui
  fut le Bouteville de son temps; Puymorin le tua dans la rue des
  Petits-Champs. Il est vrai qu'un valet le blessa par-derrière
  d'un coup de fourche, comme il se battoit. Le Balagny qui est
  venu de la soeur de madame d'Estrées n'est qu'un coquin. (T.)

  [26] On conte encore une chose fort jolie de cette madame de
  Neufvic. Quoique déjà assez âgée, elle aimoit fort les fleurs, et
  portoit souvent des bouquets. Le comte de Sardini, alors jeune,
  la trouva un jour chez madame de Bar, avec un bouquet; c'étoit
  durant le siége d'Amiens. Il se mit à chanter ce couplet de
  Ronsard:

     Quand ce beau printemps je voy,
             J'aperçoy
     Rajeunir la terre et l'onde,
     Et me semble que l'amour,
             En ce jour,
     Comme enfant renaisse au monde.

  Elle, sur-le-champ, se mit à chanter:

     Moi je fais comparaison
             D'un oison
     A un homme malhabile,
     Qui, d'un sang par trop rassis,
             Cause assis,
     Quand son roi prend une ville. (T.)

  Henri IV, à ce qu'on prétend, n'en avoit pas eu les gants, et ce
  fut pour cela qu'il ne fit pas appeler M. de Vendôme _Alexandre_,
  de peur qu'on ne dît Alexandre le Grand, car on appeloit M. de
  Bellegarde M. le Grand[27], et apparemment il y avoit passé le
  premier. Le Roi commanda dix fois qu'on le tuât[28], puis il s'en
  repentoit quand il venoit à considérer qu'il la lui avoit ôtée;
  car Henri, voyant danser M. de Bellegarde et mademoiselle
  d'Estrées ensemble, dit: «Il faut qu'ils soient le serviteur et la
  maîtresse[29].»

  [27] A cause de sa charge de grand-écuyer.

  [28] Un jour M. de Praslin, capitaine des gardes-du-corps, depuis
  maréchal de France durant la régence, pour empêcher le Roi
  d'épouser madame de Beaufort, lui offrit de lui faire surprendre
  Bellegarde couché avec elle. En effet, il fit lever le Roi une
  nuit à Fontainebleau; mais quand il fallut entrer dans
  l'appartement de la duchesse, le Roi dit: «Ah! cela la fâcheroit
  trop.» Le maréchal de Praslin a conté cela à un homme de qualité
  de qui je le tiens. (T.)

  [29] L'anecdote du médecin Alibour, rapportée dans les Mémoires
  de Sully, rend vraisemblable le récit de Tallemant. (_Voyez_ les
  _OEconomies royales_, tome 2, page 355 de la deuxième série des
  _Mémoires relatifs à l'Histoire de France_.)

Henri IV a eu une quantité étrange de maîtresses; il n'étoit pourtant
pas grand abatteur de bois; aussi étoit-il toujours cocu. On disoit en
riant que son second avoit été tué. Madame de Verneuil l'appela un
jour _Capitaine bon vouloir_; et une autre fois, car elle le grondoit
cruellement, elle lui dit que bien lui prenoit d'être roi, que sans
cela on ne le pourroit souffrir, et qu'il puoit comme charogne. Elle
disoit vrai, il avoit les pieds et le gousset fins[30]; et quand la
feue Reine-mère coucha avec lui la première fois, quelque bien garnie
qu'elle fût d'essences de son pays, elle ne laissa pas que d'en être
terriblement parfumée. Le feu Roi[31], pensant faire le bon compagnon,
disoit: «Je tiens de mon père, moi, je sens le gousset.»

  [30] Locution du temps dont on comprend suffisamment le sens.

  [31] Louis XIII.

Je pense que personne n'a approuvé la conduite d'Henri IV avec la feue
Reine-mère, sa femme, sur le fait de ses maîtresses; car que madame de
Verneuil fût logée si près du Louvre[32], et qu'il souffrît que la
cour se partageât en quelque sorte pour elle, en vérité il n'y avoit
en cela ni politique, ni bienséance. Cette madame de Verneuil étoit
fille de ce M. d'Entragues qui épousa Marie Touchet, fille d'un
boulanger d'Orléans[33], et qui avoit été maîtresse de Charles IX.
Elle avoit de l'esprit, mais elle étoit fière, et ne portoit guère de
respect, ni à la Reine, ni au Roi. En lui parlant de la Reine, elle
l'appeloit quelquefois votre grosse banquière, et le roi lui ayant
demandé ce qu'elle eût fait si elle avoit été au port de Nully (ou
_Neuilly_) quand la Reine s'y pensa noyer[34]: «J'eusse crié, lui
dit-elle: _La Reine boit._»

  [32] A l'hôtel de la Force. (T.) Cet hôtel, ainsi que celui de
  Longueville, avoit été construit près du Louvre, sur le terrain
  de l'ancien hôtel d'Alençon (Jaillot, _Recherches sur Paris,
  quartier du Louvre_, p. 55.) L'ancien palais du roi de Sicile n'a
  pris le nom d'hôtel de la Force que sous Louis XIV. (_Ibid._,
  _quartier Saint-Antoine_, p. 119.)

  [33] Brantôme a prétendu que Marie Touchet étoit fille d'un
  apothicaire d'Orléans; mais suivant Le Laboureur, dans les
  Additions sur les _Mémoires_ de Castelnau, et Dreux du Radier,
  dans les _Reines et Régentes_, le père de Marie Touchet auroit
  été lieutenant particulier au bailliage d'Orléans.

  [34] Cet événement arriva le 9 juin 1606. (_Mercure françois_,
  tom. I. fol. 107.)

Enfin le Roi rompit avec madame de Verneuil; elle se mit à faire une
vie de Sardanapale ou de Vitellius: elle ne songeoit qu'à la
mangeaille, qu'à des ragoûts, et vouloit même avoir son pot dans sa
chambre; elle devint si grasse qu'elle en devint monstrueuse; mais
elle avoit toujours bien de l'esprit. Peu de gens la visitoient. On
lui ôta ses enfants[35]; sa fille fut nourrie auprès des Filles de
France.

  [35] Tallemant se tait sur la conspiration d'Entragues et du
  comte d'Auvergne, où madame de Verneuil trempa, si elle n'en a
  pas été le principal moteur.

La feue Reine-mère, de son côté, ne vivoit pas trop bien avec le Roi:
elle le chicanoit en toutes choses. Un jour qu'il fit donner le fouet
à M. le dauphin: «Ah! lui dit-elle, vous ne traiteriez pas ainsi vos
bâtards.--Pour mes bâtards, répondit-il, il les pourra fouetter, s'ils
font les sots, mais lui il n'aura personne qui le fouette.»

J'ai ouï dire qu'il lui avoit donné le fouet lui-même deux fois: la
première, pour avoir eu tant d'aversion pour un gentilhomme, que, pour
le contenter, il fallut tirer à ce gentilhomme un coup de pistolet
sans balle pour faire semblant de le tuer; l'autre, pour avoir écrasé
la tête à un moineau; et que, comme la Reine-mère grondoit, le Roi lui
dit: «Madame, priez Dieu que je vive, car il vous maltraitera, si je
n'y suis plus[36].»

  [36] La Reine-mère revint de l'éloignement qu'elle avoit témoigné
  pour ce genre de punition. (_Voyez_ les _Mémoires de l'Estoile_,
  dans la Collection des Mémoires, première série, tome 49, page
  26.)

Il y en a qui ont soupçonné la Reine-mère d'avoir trempé à sa mort, et
que pour cela on n'a jamais vu la déposition de Ravaillac. Il est bien
certain que le Roi dit un jour que Conchine, depuis maréchal d'Ancre,
l'étoit allé saluer à Monceau: «Si j'étois mort, cet homme-là
ruineroit mon royaume.»

Ceux qui ont voulu raffiner sur la mort de Henri IV disent que
l'interrogatoire de Ravaillac fut fait par le président Jeannin, comme
conseiller d'État (il avoit été président au mortier de Grenoble); et
que la Reine-mère l'avoit choisi comme un homme à elle[37]. On a dit
que la Comant avoit persévéré jusqu'à la mort[38].

  [37] Ces accusations tombent devant les faits. Le président
  Jeannin interrogea Ravaillac le 14 mai, jour même du parricide.
  Ce monstre subit deux autres interrogatoires devant le premier
  président Achille du Harlay et d'autres magistrats. Il soutint,
  même dans la question, que personne ne l'avoit excité à commettre
  son crime. Ces interrogatoires, tirés des manuscrits de Brienne,
  ont été imprimés dans le _Supplément aux Mémoires de Condé_,
  édition de Lenglet du Fresnoy, in-4º; 1743 ou 1745.

  [38] Jacqueline Levoyer, dite de Comant, femme d'Isaac de
  Varennes, accusa le duc d'Épernon et la marquise de Verneuil
  d'avoir trempé dans l'assassinat du Roi. Elle fut condamnée à une
  prison perpétuelle. (_Mémoires de l'Estoile_, audit lieu, t. 49,
  p. 170 et 218.) _Voyez_ plus bas l'_Historiette_ de mademoiselle
  Du Tillet.

On a seulement dit que Ravaillac avoit déclaré que voyant que le Roi
alloit entreprendre une grande guerre, et que son État en pâtiroit, il
avoit cru rendre un grand service à sa patrie que de la délivrer d'un
prince qui ne la vouloit pas maintenir en paix, et qui n'étoit pas bon
catholique. Ce Ravaillac avoit la barbe rousse et les cheveux tant
soit peu dorés. C'étoit une espèce de fainéant qu'on remarquoit à
cause qu'il étoit habillé à la flamande plutôt qu'à la françoise. Il
traînoit toujours une épée; il étoit mélancolique, mais d'assez douce
conversation.

Henri IV avoit l'esprit vif; il étoit humain, comme j'ai déjà dit.
J'en rapporterai quelques exemples.

A La Rochelle, le bruit étoit parmi la populace qu'un certain
chandelier avoit une _main de gorre_, c'est-à-dire une mandragore; or,
communément on dit cela de ceux qui font bien leurs affaires. Le Roi,
qui n'étoit alors que roi de Navarre, envoya quelqu'un à minuit chez
cet homme demander à acheter une chandelle. Le chandelier se lève et
la donne. «Voilà, dit le lendemain le Roi, la _main de gorre_. Cet
homme ne perd point l'occasion de gagner, et c'est le moyen de
s'enrichir.»

Un monsieur de Vienne, qui s'appeloit Jean, étoit bien empêché à faire
sa propre anagramme: le Roi le trouva par hasard en cette occupation:
«Hé! lui dit-il, il n'y a rien plus aisé: Jean de Vienne, _devienne
Jean_.»

Une fois un gentilhomme servant, au lieu de boire l'essai qu'on met
dans le couvercle du verre, but en rêvant ce qui étoit dans le verre
même; le Roi ne lui dit autre chose sinon: «Un tel, au moins
deviez-vous boire à ma santé, je vous eusse fait raison.»

On lui dit que feu M. de Guise étoit amoureux de madame de Verneuil;
il ne s'en tourmenta pas autrement, et dit: «Encore faut-il leur
laisser le pain et les p....: on leur a ôté tant d'autres choses[39]!»

  [39] Il étoit amateur de bons mots: un jour, passant par un
  village, où il fut obligé de s'arrêter pour y dîner, il donna
  ordre qu'on lui fît venir celui du lieu qui passoit pour avoir le
  plus d'esprit, afin de l'entretenir pendant le repas. On lui dit
  que c'étoit un nommé Gaillard. «Eh bien! dit-il, qu'on l'aille
  quérir.» Ce paysan étant venu, le Roi lui commanda de s'asseoir
  vis-à-vis de lui, de l'autre côté de la table où il mangeoit.
  «Comment t'appelles-tu? dit le roi.--Sire, répondit le manant, je
  m'appelle Gaillard.--Quelle différence y a-t-il entre gaillard et
  paillard?--Sire, répondit le paysan, il n'y a que la table entre
  deux.--Ventre saint-gris, j'en tiens, dit le Roi en riant. Je ne
  croyois pas trouver un si grand esprit dans un si petit village.»
  (T.)

Quand il vint à donner le collier à M. de La Vieuville, père de celui
que nous avons vu deux fois surintendant, et que La Vieuville lui dit,
comme on a accoutumé: «_Domine, non sum dignus._--Je le sais bien, je
le sais bien, lui dit le Roi, mais mon neveu m'en a prié.» Ce neveu
étoit M. de Nevers, depuis duc de Mantoue, dont La Vieuville, simple
gentilhomme, avoit été maître-d'hôtel. La Vieuville en faisoit le
conte lui-même, peut-être de peur qu'un autre ne le fît, car il
n'étoit pas bête, et passoit pour un diseur de bons mots[40].

  [40] On dit que La Vieuville ayant fait quelque raillerie d'un
  brave de la cour, ce brave lui envoya faire un appel, et celui
  qui lui portoit la parole ajouta que ce seroit pour le lendemain
  à six heures du matin. «A six heures? reprit La Vieuville, je ne
  me lève pas de si bon matin pour mes propres affaires; je serois
  bien sot de me lever de si bonne heure pour celles de votre ami.»
  Cet homme n'en put tirer autre chose. La Vieuville de ce pas en
  alla faire le premier le conte au Louvre; et, parce que les
  rieurs étoient de son côté, l'autre passa pour un ridicule. (T.)

Lorsqu'on fit une chambre de justice contre les financiers: «Ah!
disoit-il, ceux qu'on taxera ne m'aideront plus.»

Il faisoit des banquets avec M. de Bellegarde, le maréchal de
Roquelaure et autres, chez Zamet[41] et autres. Quand ce vint au
maréchal, il dit au Roi qu'il ne savoit où les traiter, si ce n'étoit
_aux Trois Mores_. Le Roi y alla; ils menèrent un page à deux, et le
Roi un pour lui tout seul: «Car, dit-il, un page de ma chambre ne
voudra servir que moi.» Ce page fut M. de Racan, dont nous avons de si
belles poésies.

  [41] Zamet, comme un notaire lui demandoit ses qualités, dit:
  «Mettez seigneur de dix-huit cent mille écus.» (T.)

Un jour il alla chez madame la princesse de Condé, veuve du prince de
Condé le bossu[42]; il y trouva un luth sur le dos duquel il y avoit
ces deux vers:

     Absent de ma divinité,
     Je ne vois rien qui me contente.

Il ajouta:

     C'est fort mal connoître ma tante,
     Elle aime trop l'humanité.

  [42] C'est à cette princesse que son époux contrefait disoit, au
  moment de faire une absence: «Surtout, madame, ne me faites pas
  c... pendant que vous ne me verrez pas.--Partez en paix,
  monsieur, répondit-elle; je n'ai jamais tant envie de vous le
  faire que quand je vous vois.»

La bonne dame avoit été fort galante. Elle étoit de Longueville.

Avant la réduction de Paris, une nuit qu'il ne dormoit point bien, et
qu'il ne pouvoit se résoudre à quitter sa religion, Crillon lui dit:
«Pardieu, sire, vous vous moquez de faire difficulté de prendre une
religion qui vous donne une couronne.» Crillon étoit pourtant bon
chrétien, car un jour, priant Dieu devant un crucifix, tout d'un coup
il se mit à crier: «Ah! Seigneur, si j'y eusse été on ne vous eût
jamais crucifié!» Je pense même qu'il mit l'épée à la main, comme
Clovis et sa noblesse au sermon de saint Remi. Ce Crillon, comme on
lui montroit à danser, et qu'on lui dit: «Pliez, reculez. Je n'en
ferai rien, dit-il; Crillon ne plia ni ne recula jamais.» Il refusa,
étant mestre-de-camp du régiment des gardes, de tuer M. de Guise; et
quand M. de Guise le fils, étant gouverneur de Provence, s'avisa à
Marseille de faire donner une fausse alarme, et de lui venir dire:
«Les ennemis ont repris la ville;» Crillon ne s'ébranla point, et dit:
«Marchons; il faut mourir en gens de coeur.» M. de Guise lui avoua
après qu'il avoit fait cette malice pour voir s'il étoit vrai que
Crillon n'eût jamais peur. Crillon lui répondit fortement: «Jeune
homme, s'il me fût arrivé de témoigner la moindre foiblesse, je vous
eusse poignardé.»

Quand M. du Perron, alors évêque d'Evreux, en instruisant le Roi,
voulut lui parler du purgatoire: «Ne touchez point cela, dit-il, c'est
le pain des moines.»

Cela me fait souvenir d'un médecin de M. de Créqui, qui, à l'ambassade
de son maître à Rome, comme quelqu'un au Vatican demandoit où étoit la
cuisine du pape, dit en riant que c'étoit le purgatoire; on le voulut
mener à l'Inquisition; mais on n'osa quand on sut à qui il étoit.

Arlequin et sa troupe vinrent à Paris en ce temps-là, et quand il alla
saluer le Roi, il prit si bien son temps, car il étoit fort dispos,
que Sa Majesté s'étant levée de son siége, il s'en empara, et comme si
le Roi eût été Arlequin: «Eh bien! Arlequin, lui dit-il, vous êtes
venu ici avec votre troupe pour me divertir; j'en suis bien aise, je
vous promets de vous protéger et de vous donner tant de pension.» Le
Roi ne l'osa dédire de rien, mais il lui dit: «Holà! il y a assez
long-temps que vous faites mon personnage; laissez-le-moi faire à
cette heure.»

A ce propos un conte d'Angleterre. Milord Montaigu étoit mal satisfait
du roi Jacques, et un jour qu'un gentilhomme écossois, que le roi
avoit plusieurs fois évité, venoit pour lui demander récompense, il
lui dit: «Sire, vous ne sauriez plus fuir; cet homme-là ne vous
connoît point, j'ai votre ordre, je ferai semblant que je suis le roi,
mettez-vous derrière.» L'Écossois fait sa harangue; Montaigu lui
répond: «Il ne faut pas que vous vous étonniez que je n'aie rien fait
encore pour vous, puisque je n'ai rien fait pour Montaigu, qui m'a
rendu tant de services.» Le roi Jacques entendit raillerie, et lui
dit: «Otez-vous de delà, vous avez assez joué.»

Henri IV conçut fort bien que détruire Paris c'étoit, comme on dit, se
couper le nez pour faire dépit à son visage: en cela plus sage que son
prédécesseur, qui disoit que Paris avoit la tête trop grosse, et qu'il
la lui falloit casser. Henri IV voulut pourtant, à telle fin que de
raison, avoir une issue pour sortir hors de Paris sans être vu, et
pour cela il fit faire la galerie du Louvre, qui n'est point du dessin
de l'édifice, afin de gagner par là les Tuileries, qui ne sont dans
l'enceinte des murs que depuis vingt ou vingt-cinq ans[43]. M. de
Nevers en ce temps-là faisoit bâtir l'hôtel de Nevers. Henri IV le
trouvoit un peu trop magnifique, pour être à l'opposite du Louvre[44],
et un jour en causant avec M. de Nevers, et lui montrant son
bâtiment: «Mon neveu, lui dit-il, j'irai loger chez vous, quand votre
maison sera achevée.» Cette parole du Roi, et peut-être aussi le
manque d'argent, firent arrêter l'ouvrage.

  [43] Tallemant écrivoit ceci vers l'année 1657.

  [44] L'hôtel de Nevers étoit situé près du Pont-Neuf entre la rue
  de Nevers et le palais de l'Institut. Il a fait place à l'hôtel
  de Conti, qui a été détruit vers la fin du règne de Louis XV,
  quand on a construit l'Hôtel de la Monnoie.

Un jour qu'il se trouva beaucoup de cheveux blancs: «En vérité,
dit-il, ce sont les harangues que l'on m'a faites depuis mon avénement
à la couronne, qui m'ont fait blanchir comme vous voyez.»

Il dit à sa soeur, depuis madame de Bar, la voyant rêveuse: «Ma soeur,
de quoi vous avisez-vous d'être triste? nous avons tout sujet de louer
Dieu, nos affaires sont au meilleur état du monde.--Oui, pour vous,
lui dit-elle, qui avez votre _conte_, mais pour moi, je n'ai pas le
mien[45].»

  [45] Le comte de Soissons. (T.) Madame, soeur du roi, avoit été
  recherchée par le comte de Soissons; mais Henri IV ne voulut
  jamais consentir à ce mariage. Dans le seizième siècle, et même
  encore dans le dix-septième, on écrivoit indifféremment _conte_
  ou _compte_.

Elle fit danser une fois un ballet dont toutes les figures faisoient
les lettres du nom du Roi. «Eh bien! Sire, lui dit-elle après,
n'avez-vous pas remarqué comme ces figures composoient bien toutes les
lettres du nom de Votre Majesté?--Ah! ma soeur, lui dit-il, ou vous
n'écrivez guère bien, ou nous ne savons guère bien lire: personne ne
s'est aperçu de ce que vous dites.»

A propos du comte de Soissons, j'ai ouï dire que comme il se sauvoit
de Nantes, conduit par un blanchisseur dont il faisoit le garçon, il
alla, car il marchoit fort mal à pied, choquer M. de Mercoeur qui par
hasard passoit dans la rue. Le blanchisseur lui donna un grand coup
de poing, en lui disant: «Lourdaud, prenez garde à ce que vous
faites.»

Le jour que Henri IV entra dans Paris, il fut voir sa tante de
Montpensier, et lui demanda des confitures. «Je crois, lui dit-elle,
que vous faites cela pour vous moquer de moi. Vous pensez que nous
n'en avons plus.--Non, répondit-il, c'est que j'ai faim.» Elle fit
apporter un pot d'abricots, et en prenant, elle en vouloit faire
l'essai; il l'arrêta, et lui dit: «Ma tante, vous n'y pensez
pas.--Comment, reprit-elle, n'en ai-je pas fait assez pour vous être
suspecte?--Vous ne me l'êtes point, ma tante.--Ah! répliqua-t-elle, il
faut être votre servante.» Et effectivement elle le servit depuis avec
beaucoup d'affection.

Quelque brave qu'il fût, on dit que quand on lui venoit dire: «Voilà
les ennemis,» il lui prenoit, toujours une espèce de dévoiement, et
que, tournant cela en raillerie, il disoit: «Je m'en vais faire bon
pour eux.»

Il étoit larron naturellement, il ne pouvoit s'empêcher de prendre ce
qu'il trouvoit; mais il le renvoyoit. Il disoit que s'il n'eût été
roi, il eût été pendu.

Pour sa personne, il n'avoit pas une mine fort avantageuse. Madame de
Simier, qui étoit accoutumée à voir Henri III, dit, quand elle vit
Henri IV: «J'ai vu le Roi, mais je n'ai pas vu sa _Majesté_.»

Il y a à Fontainebleau une grande marque de la bonté de ce prince. On
voit dans un des jardins une maison qui avance dedans, et y fait un
coude[46]. C'est qu'un particulier ne voulut jamais la lui vendre,
quoiqu'il lui en voulût donner beaucoup plus qu'elle ne valoit. Il ne
voulut point lui faire de violence.

  [46] Cette maison pourroit bien être l'ancien hôpital de la
  Charité d'Avon, fondé en 1662 par Anne d'Autriche. Cet hospice
  est aujourd'hui un petit séminaire. Les bâtiments et les jardins
  font une hache dans la partie du parc qui longe le canal.

Lorsqu'il voyoit une maison délabrée, il disoit: «Ceci est à moi, ou à
l'Eglise.»



LE MARÉCHAL DE BIRON LE FILS[47].


Ce maréchal étoit si né à la guerre, qu'au siége de Rouen, où il étoit
encore tout jeune, il dit à son père, à je ne sais quelle occasion,
que si on vouloit lui donner un assez petit nombre de gens qu'il
demandoit, il promettoit de défaire la plus grande partie des ennemis.
«Tu as raison, lui dit le maréchal son père, je le vois aussi bien que
toi, mais il se faut faire valoir; à quoi serons-nous bons, quand il
n'y aura plus de guerre[48]?»

  [47] Charles de Gontaut, duc de Biron, né vers 1562, décapité à
  Paris en 1602.

  [48] Le vieux maréchal s'effrayoit beaucoup de l'activité et de
  l'ardeur de son fils: «Biron, lui disoit-il, je te conseille,
  quand la paix sera faite, que tu ailles planter des choux en ta
  maison, autrement il te faudra perdre la tête en Grève.»

Il étoit insolent et n'estimoit guère de gens. Il disoit que tous ces
Jean.... de princes n'étaient bons qu'à noyer, et que le Roi sans lui
n'auroit qu'une couronne d'épines. Ce qui le désespéra, c'est qu'étant
avide de louanges, et le Roi ne louant guère que soi-même, jamais il
n'avoit sur sa bravoure une bonne parole de son maître[49].
D'ailleurs il ne se crut pas assez bien récompensé. On trouva pourtant
que Henri IV, dans la lettre qu'il écrivit à la reine Elisabeth, quand
il lui envoya le maréchal de Biron, l'appeloit «_le plus tranchant
instrument de ses victoires_,» et après sa mort il témoigna assez le
cas qu'il en faisoit, quand la mère de feu M. le Prince dit qu'elle
vouloit aller à Bruxelles pour être aimée de Spinola, qu'elle appeloit
le Biron de la Flandre, comme elle l'avoit été du Biron de la France,
car il ne put souffrir cette comparaison, et dit qu'on faisoit grand
tort au maréchal de mettre ce marchand en parallèle avec lui.

  [49] Il étoit difficile à contenter, celui dont Henri avoit dit:
  «Voilà le maréchal de Biron que je présente, avec un égal succès,
  à mes amis et à mes ennemis.»

Il n'étoit pas ignorant, et on dit que Henri IV étant à Fresnes,
demanda l'explication d'un vers grec qui étoit dans la galerie.
Quelques maîtres des requêtes, qui par malheur se trouvèrent là, ne
firent pas semblant d'entendre ce que Sa Majesté disoit; le maréchal
en passant dit ce que le vers vouloit dire et s'enfuit, tant il avoit
honte d'en savoir plus que des gens de robe; car, pour s'accommoder au
siècle, il falloit avoir plutôt la réputation de brutal que celle
d'homme qui avoit connoissance des bonnes lettres[50]. A la bataille
d'Arques, le ministre Damours se mit à prier Dieu avec un zèle et une
confiance la plus grande du monde: «Seigneur, les voilà, disoit-il,
viens, montre-toi, ils sont déjà vaincus, Dieu les livre entre nos
mains, etc.--Ne diriez-vous pas, dit le maréchal, que Dieu est tenu
d'obéir à ces diables de ministres?»

  [50] Est-ce à la fausse honte, à la dissimulation de Biron sur ce
  point, qu'il faut attribuer le crédit qu'a trouvé généralement
  parmi les contemporains du maréchal l'opinion toute contraire à
  celle que Tallemant exprime ici? «Je ne puis m'empêcher de
  remarquer, dit Sully, à l'avantage des lettres, qu'autant que le
  maréchal de Biron le père avoit de lecture et d'érudition, autant
  le fils en avoit peu. A peine savoit-il lire.»

Il étoit assez humain pour ses gens. Son intendant Sarrau[51] le
pressoit, il y avoit long-temps, de réformer son train, et lui apporta
un jour une liste de ceux de ses domestiques qui lui étoient inutiles.
«Voilà donc, lui dit-il, après l'avoir lue, ceux dont vous dites que
je me puis bien passer, mais il faut savoir s'ils se passeront bien de
moi.» Et il n'en chassa pas un[52].

  [51] Père du conseiller qui a écrit. (T.) Claude Sarrau,
  conseiller au parlement de Rouen, a été en relation avec beaucoup
  de savants, et son fils Isaac a publié, en 1654, un choix de ses
  lettres.

  [52] C'est sans doute parce que les détails de la malheureuse fin
  de Biron, décapité dans l'intérieur de la Bastille, à l'âge de
  quarante ans, le 31 juillet 1602, sont trop connus, que Tallemant
  ne les a pas donnés ici.



LE MARÉCHAL DE ROQUELAURE[53].


C'étoit un simple gentilhomme gascon, qui fut cadet aux gardes avec
feu M. d'Epernon. Il se donna à Henri IV, comme l'autre à Henri III,
et le suivit dans toutes ses adversités. Lui et M. d'Epernon ont
toujours été fort bien ensemble, et on disoit à Bordeaux: «M. de
Roquelaure et M. d'Epernon, _qui toque l'un toque l'autre_.»

  [53] Antoine, baron de Roquelaure, d'une ancienne famille de
  l'Armagnac, né vers 1543, mort à Lectoure, le 9 juin 1625, dans
  sa quatre-vingt-deuxième année.

On dit qu'ayant fait sommer je ne sais quelle ville, on lui vint dire
qu'ils ne se vouloient pas rendre: «Eh bien, répondit-il, _que s'en
esten_,» c'est-à-dire, qu'ils s'en abstiennent; mais cela n'a point de
grâce comme en gascon; c'est plutôt: «Eh bien, qu'ils ne se rendent
donc pas.»

Il disoit que tous les courtisans étoient des traîtres, et quand il
entroit dans l'antichambre du Roi: «Oh! s'écrioit-il, que voici de
gens de bien!»

Quand le connétable de Castille vint à Paris, Henri IV le fit traiter,
et le connétable de France, étoit vis-à-vis de lui; chaque Espagnol
avoit ainsi un François de l'autre côté de la table. Le nonce du pape,
qui fut depuis le pape Urbain, étoit au haut bout. Un Espagnol, qui
étoit vis-à-vis du maréchal de Roquelaure, faisoit de gros rots en
disant: «_La sanita del cuerpo, señor mareschal._» Le maréchal
s'ennuya de cela, et tout d'un coup, comme l'autre réitéroit, il
tourna le c.., et fit un gros pet, en disant: «_La sanita del culo,
señor Espagnol._» Il étoit assez sujet aux vents. Un jour il fut
obligé de sortir en grande hâte du cabinet de Marie de Médicis; mais
il ne put si bien faire qu'elle n'entendît le bruit. Elle lui cria:
«_Lho sentito, segnor mareschal._» Lui, qui ne savoit pas l'italien,
lui répondit sans se déferrer: «Votre Majesté a donc bon nez,
madame?»

Le Roi lui demanda pourquoi il avoit si bon appétit quand il n'étoit
que roi de Navarre, et qu'il n'avoit quasi rien à manger, et pourquoi
à cette heure qu'il étoit roi de France, paisible il ne trouvoit rien
à son goût: «C'est, lui dit le maréchal, qu'alors vous étiez
excommunié, et un excommunié mange comme un diable.»

Il perdit un oeil d'une épine qui lui perça la prunelle, comme il
étoit à la portière du carrosse, en allant voir madame de Maubuisson,
soeur de madame de Beaufort. Or, un jour qu'il étoit en carrosse avec
Henri IV, il s'avisa, en passant, de demander à une vendeuse de
maquereaux si elle connoissoit bien les mâles d'avec les femelles.
«Jésus! dit-elle, il n'y a rien de plus aisé, les mâles sont borgnes.»
On l'accusoit d'avoir fait quelquefois le _ruffian_[54] à son maître.

  [54] Du mot italien _ruffiano_, proxénète de la nature la plus
  honteuse.

Le Roi se plaisoit à lui faire des niches. Il avoit juré de ne plus
voir des ballets, à cause qu'il falloit attendre trop long-temps. Sa
Majesté, pour l'attraper, en alla faire danser un chez lui-même; il
n'y eut pas moyen de fuir, mais il se mit en telle posture qu'il avoit
son bon oeil caché. On n'y prit pas garde, et après il dit au Roi,
qu'avec toute sa puissance il ne lui avoit pu faire voir un ballet en
dépit de lui. Il se trouva du même temps à la cour un gentilhomme
nommé Roquelaure et borgne comme lui; ils n'étoient point parens.

Une autre fois le Roi le tenoit entre ses jambes, tandis qu'il faisoit
jouer à Gros-Guillaume la farce du Gentilhomme Gascon. A tout bout de
champ, pour divertir son maître, le maréchal faisoit semblant de
vouloir se lever, pour aller battre Gros-Guillaume, et Gros-Guillaume
disoit: «_Cousis, ne bous fâchez._» Il arriva qu'après la mort du Roi,
les comédiens n'osant jouer à Paris, tant tout le monde y étoit dans
la consternation, s'en allèrent dans les provinces, et enfin à
Bordeaux. Le maréchal y étoit lieutenant de roi; il fallut demander
permission. «Je vous la donne, leur dit-il, à condition que vous
jouerez la farce du Gentilhomme Gascon.» Ils crurent qu'on les
roueroit de coups de bâton au sortir de là; ils voulurent faire leurs
excuses. «Jouez, jouez seulement,» leur dit-il. Le maréchal y alla;
mais le souvenir d'un si bon maître lui causa une telle douleur qu'il
fut contraint de sortir tout en larmes dès le commencement de la
farce.

Ce fut lui qui dit à un capitaine qui avoit gagné un gouvernement en
changeant de religion, qu'il falloit bien que celle qu'il avoit
quittée fût la meilleure, puisqu'il avoit pris du retour.

Il fut marié deux fois. En allant pour accommoder deux gentilshommes
qui prétendoient une même fille, il les mit d'accord, en la prenant
pour lui. Elle étoit belle, mais elle n'avoit point de bien. Il ne
voulut jamais qu'elle vît la cour, et quand le Roi lui disoit pourquoi
il ne l'amenoit pas, il ne répondoit autre chose, sinon: «Sire, elle
n'a pas de _sabattous_» (de souliers).



LE MARQUIS DE PISANI[55].


Pour diversifier, je mettrai après le maréchal de Roquelaure un homme
qui ne lui ressembloit guère. C'est M. le marquis de Pisani, de la
maison de Vivonne. Il fut envoyé par Charles IX ambassadeur en
Espagne, où il demeura onze ans, parce que le roi de France et le roi
d'Espagne se trouvoient également bien de lui. Son prince en fit plus
de cas que jamais, quand il vit que cet ambassadeur ayant reçu quelque
déplaisir des habitants d'une ville par où il passoit, ne voulut
jamais, quoi qu'on fît, se tenir pour satisfait que ces habitants ne
fussent venus en corps lui en demander pardon. Le marquis disoit que
s'il croyoit ressembler de mine aux Espagnols, il ne se montreroit
jamais en public, tant il avoit d'amour pour sa nation et d'aversion
pour l'Espagne.

  [55] Jean de Vivonne, marquis de Pisani. C'est un caractère fort
  remarquable et un personnage de l'obscurité historique duquel on
  se rend difficilement compte après avoir lu cette _historiette_.
  Son nom ne se trouve dans aucune des Biographies modernes. Le
  marquis de Pisani est mort en 1599.

Henri III étant parvenu à la couronne, le pape et le roi d'Espagne
demandèrent en même temps le marquis de Pisani pour ambassadeur. Le
pape l'emporta. Il fut renvoyé à Rome pour la seconde fois du temps du
pape Sixte V. Ce fut lui qui remit la France dans la possession de la
préséance sur l'Espagne; car, à la canonisation de saint Diego, dont
les Espagnols avoient fait toute la dépense, quoique le pape l'eût
prié de laisser les Espagnols en liberté ce jour-là, et de ne point
assister à la cérémonie, il y voulut aller à toute force; et parce que
l'ambassadeur d'Espagne s'étoit vanté qu'il l'arracheroit de sa
chaise, il porta un poignard, et en fit porter à tous ceux de la
nation. Il gagna même les propres Suisses du pape, dont le saint Père
fut fort en colère; de sorte que l'ambassadeur d'Espagne fut contraint
de voir la cérémonie par une jalousie.

Ce fut durant cette ambassade qu'il se maria. Catherine de Médicis,
qui aimoit extrêmement les Strozzi, tant parce qu'ils étoient ses
parens, que parce qu'ils s'étoient incommodés à suivre le parti de
France, ayant perdu depuis peu la comtesse de Fiesque, qui étoit de
cette maison, voulut faire venir d'Italie quelque femme ou quelque
fille de cette race. Il ne se trouva personne plus propre à être
transportée de deçà les monts qu'une jeune veuve, qui n'avoit point
d'enfants. A la vérité, elle étoit Savelle, et veuve d'un Ursin, mais
sa mère étoit Strozzi. La Reine jeta les yeux sur le marquis de
Pisani, qui étoit un vieux garçon de soixante-trois ans, mais encore
frais et propre. Il ne la vit que deux ou trois jours avant que de
l'épouser.

Quand le pape excommunia le roi de Navarre et le prince de Condé, et
qu'il envoya sa bulle en France par un Frangipani, archevêque de
Nazareth, napolitain, le Roi ne le voulut point recevoir, et lui
envoya ordre à Lyon de s'arrêter. Cet homme n'avoit fait que souffler
la sédition du temps de Charles IX, auprès duquel il avoit été nonce.
Le pape en colère mande à Pisani qu'il ait à sortir de ses terres
dans trois jours, et cela, sans attendre les lettres du Roi. Le
marquis répondit qu'il trouvoit l'ordre du pape bien extraordinaire et
bien violent; qu'il ne se soucioit guère de savoir quel sujet avoit mu
le pape à le traiter de la sorte, mais qu'il vouloit qu'il sût qu'il
abrégeoit de deux jours le temps que le pape lui donnoit, et que
l'étendue de ses terres n'étoit pas si grande qu'il n'en pût
commodément sortir en moins de vingt-quatre heures. M. de Thou dit
qu'il rendit trois jours au pape. Le Roi ne vouloit pas que
l'archevêque de Nazareth, qui étoit gagné par les Guisards, vînt légat
en France. L'affaire s'accommoda, et puis le marquis revint. Il avoit
offert au Roi d'enlever le pape par une porte secrète qui étoit au
bout d'une galerie du Vatican, où le saint Père avoit accoutumé de se
promener seul. Le pape disoit qu'il voudroit M. de Pisani pour sujet,
mais qu'il ne le vouloit point pour ambassadeur. Il lui a dit
plusieurs fois: «Plût à Dieu que votre maître eût autant de courage
que vous! nous ferions bien nos affaires.» Il entendoit le dessein
qu'il avoit de chasser les Espagnols du royaume de Naples, et c'est à
quoi il vouloit employer cette grande quantité d'argent qu'il
amassoit. Le roi d'Espagne en avoit été averti; c'est pourquoi il
envoya exprès un ambassadeur à Rome pour le sommer de contribuer à la
guerre contre les hérétiques de France. Mais le pape fit dire à
l'ambassadeur qu'il lui feroit couper la tête s'il lui faisoit une
semblable sommation; sur quoi l'ambassadeur n'osa passer outre. Ce
même pape disoit au marquis de Pisani qu'il n'y avoit qu'un homme et
qu'une femme en Europe qui méritassent de commander, mais qu'ils
étoient tous deux hérétiques: c'étoient le roi de Navarre et la reine
Elisabeth.

Comme M. de Pisani revenoit de Rome avec l'évêque du Mans (de
Rambouillet)[56], leur galère fut surprise par un corsaire nommé
Barberoussette. Ce corsaire les retint huit jours, et prétendoit bien
en tirer grosse rançon. Le marquis, voyant un jour que le corsaire
avoit quitté la galère, après avoir donné ses prisonniers en garde à
ses gens, délibéra de sortir sans rien payer. M. du Mans, craignant la
furie du corsaire, n'y vouloit nullement entendre; enfin M. de Pisani
lui dit: «Allez prier Dieu, et me laissez faire le reste.» En effet,
il prit si bien son temps, qu'assisté des François qui avoient été
pris avec eux, il tua le capitaine et se rendit maître de la galère.
Apparemment cet exploit ne s'est point fait sans de notables
circonstances; mais quelques diligences que j'aie faites, je n'en ai
pu apprendre autre chose, sinon que le neveu du corsaire, charmé de la
bravoure et de la conduite du marquis, se jeta à ses pieds et lui
demanda en grâce de le recevoir au nombre de ses domestiques. Le
marquis l'embrassa, et cet homme mourut effectivement à son service.
Il ne faut pas s'étonner de cela, tout le monde l'aimoit; les
hôteliers d'Italie, quelque intéressés qu'ils soient, au second voyage
qu'il y fit, ne vouloient pas qu'il payât. Il laissa à Rome sa femme
et une fille, qui fut le seul enfant né de ce mariage[57], parce qu'il
n'y avoit rien à craindre pour elles au milieu de leurs parents.
Cette dame, qui étoit une femme de sens, faisoit en quelque sorte avec
M. le cardinal d'Ossat, qui n'étoit alors qu'agent, le métier
d'ambassadeur. Après il la fit venir en France, quand les choses
furent un peu plus calmes.

  [56] Charles d'Angennes de Rambouillet, né en 1530, ambassadeur
  de France à Rome, cardinal en 1570, mort à Corneto, dont il étoit
  gouverneur pour le pape, en 1587.

  [57] Cette fille a été la marquise de Rambouillet, l'une des
  femmes les plus distinguées de son siècle. Tallemant, admis dans
  l'intimité de cette dame, tenoit d'elle tous ces détails, ainsi
  qu'on le verra plus tard.

Pour lui, à son retour il suivit Henri IV. En une rencontre, le Roi
voyant qu'il étoit nécessaire de prendre un poste contre l'ordre et à
la chaude, fit commandement à M. de Pisani d'y aller. Il y va.
Quelqu'un avertit le Roi que le marquis étoit trop âgé pour un
semblable commandement. Le Roi s'excusa en disant: «Il est si bien
fait, si propre et si bien à cheval, que je l'ai pris pour un jeune
homme; courez après lui et prenez sa place.» Le marquis répondit:
«J'irai, et si je reviens, je prierai le Roi d'y prendre garde de plus
près une autre fois.» Le Roi disoit que si tous les seigneurs de sa
cour et tous les officiers de son armée étoient aussi ardents à le
servir, qu'il ne faudroit point de trompettes pour sonner le
boute-selle.

Quelque sévère qu'il fût, on a remarqué que les jeunes gens l'aimoient
fort et se plaisoient extrêmement avec lui. Ils lui portoient un tel
respect qu'ils n'osoient paroître devant lui, s'ils n'étoient
tout-à-fait dans la bienséance. Il aimoit les gens de lettres,
quoiqu'il ne fût pas autrement savant. M. de Thou a laissé par écrit
en des Mémoires à la main, qu'il ne savoit point de vie plus belle à
écrire[58].

  [58] Jacques-Auguste de Thou dit dans ses _Mémoires_ que l'année
  1599 lui fut funeste, par la perte qu'il fit des trois hommes
  illustres qui étoient ou ses alliés ou ses meilleurs amis.
  «C'étoient le comte de Schomberg, le chancelier de Chiverny, et
  _le marquis de Pisani_, qui moururent tous trois en ce temps-là.»
  (Pag. 336 de l'édition d'Amsterdam, 1713.)

Quand on crut que Malte seroit assiégée pour la seconde fois, le
marquis de Pisani, Timoléon de Cossé, et Strozzi, qui mourut depuis
aux Tercères, se jetèrent dans la place comme volontaires.

Il avoit été fort galant; on croit que ce fut un des premiers amants
de mademoiselle de Vitry, depuis madame de Simier. Madame la marquise
de Rambouillet, sa fille, avoit plusieurs lettres qu'elle lui
écrivoit, mais par malheur on les a laissé perdre.

Il fut ensuite un des ambassadeurs pour l'absolution; mais le pape
Clément VIII ne voulut recevoir ni lui, ni le cardinal de Gondi.

Henri IV lui donna la cornette blanche à commander. Il le fit
gouverneur de feu M. le Prince[59], qu'il venoit de déclarer héritier
présomptif de la couronne, et lui dit que s'il avoit un fils, il le
lui donneroit, mais qu'il lui donnoit celui qui devoit régner après
lui, qu'il le prioit d'en prendre soin, que la France lui auroit
l'obligation de lui avoir fait un bon roi. Le marquis avoit les
appointemens de gouverneur de Dauphin, et ne logeoit point avec M. le
Prince. M. de Haucourt étoit le sous-gouverneur; mais la peste étant
survenue à Paris, il eut ordre de le mener à Saint-Maur, où il demeura
avec lui pendant deux ans. Et comme un jour ils étoient ensemble à la
chasse, et qu'un paysan, auprès duquel ils passoient, se fut mis le
ventre à terre, sans que le jeune prince le saluât, même de la tête,
le marquis l'en reprit fort aigrement, et lui dit: «Monsieur, il n'y a
rien au-dessous de cet homme, il n'y a rien au-dessus de vous; mais si
lui et ses semblables ne labouroient la terre, vous et vos semblables
seriez en danger de mourir de faim.»

  [59] Henri II, prince de Condé.

Un jour ce petit prince, en jouant avec mademoiselle de Pisani, depuis
madame la marquise de Rambouillet, alors âgée de huit ans, la prit par
la tête et la baisa. Le marquis, qui en fut averti, l'en fit châtier
très-sévèrement, car les princes sont des animaux qui ne s'échappent
que trop. On en a fait la guerre bien des fois à cette demoiselle,
comme si elle étoit cause de l'aversion que feu M. le Prince a eue
toute sa vie pour les femmes.

M. de Pisani n'avoit nullement bonne opinion de M. le Prince, et
trouvoit qu'il n'avoit pas une belle inclination. Au reste, madame la
princesse (Charlotte de La Trémouille) et le marquis n'étoient jamais
d'accord ensemble. Il avoit résolu de quitter cet emploi à la première
occasion, et sans doute il eût demandé son congé à la dissolution du
mariage du Roi, mais il mourut à Saint-Maur un peu devant, et le Roi
donna le comte de Belin pour gouverneur à M. le Prince, avec ce
témoignage honorable pour M. de Pisani: «Quand j'ai voulu, dit-il,
faire un roi de mon neveu, je lui ai donné le marquis de Pisani; quand
j'en ai voulu faire un sujet, je lui ai donné le comte de Belin.» Ce
comte s'accorda bien mieux que le marquis avec madame la princesse, et
ils firent de belles galanteries ensemble.

Depuis, il peut y avoir quatorze à quinze ans, mademoiselle de
Rambouillet, aujourd'hui madame de Montausier, étant allée à
Saint-Maur avec feu madame la Princesse, une infinité de gens vinrent
au château pour voir, disoient-ils, la petite-fille de ce M. de
Pisani, dont ils avoient ouï parler à leurs pères.

Le marquis de Pisani étoit fier. Le maréchal de Biron le fit prier de
mettre à prix un fort beau cheval d'Espagne qu'il avoit, puisqu'aussi
bien il n'alloit plus à la guerre. Le marquis, au lieu d'y entendre,
répondit que s'il savoit où il y en a encore trois de même, il en
donneroit deux mille écus de la pièce pour les mettre à son carrosse.
En ce temps-là on n'alloit pas si communément à six chevaux.

On a dit que le marquis de Pisani avoit rapporté d'Espagne, qui est un
pays à simagrées, certaine affectation de ne point boire; mais madame
de Rambouillet dit que cela vient d'une blessure qu'il reçut à la
bataille de Moncontour, pour laquelle, craignant l'hydropisie, on lui
conseilla de boire le moins qu'il pourroit. Insensiblement il
s'accoutuma à boire fort peu, et enfin il voulut voir si on pourroit
se passer de boire. En effet, il fut onze ans sans boire; mais il
mangeoit beaucoup de fruits.



M. DE BELLEGARDE[60],

ET BEAUCOUP DE CHOSES DE HENRI III.


Les gens qui connoissoient bien M. de Bellegarde (comme M. de Racan)
disent qu'on a cru trois choses de lui qui n'étoient point: la
première, que c'étoit un poltron; la seconde, qu'il étoit fort galant;
la troisième, qu'il étoit fort libéral. A la vérité, il ne recherchoit
pas le péril, mais il ne manquoit nullement de coeur; dans la suite
nous en verrons des preuves. Il avoit le port agréable, étoit bien
fait, et rioit de fort bonne grâce. Son abord plaisoit; mais hors
quelques petites choses qu'il disoit assez bien, tout le reste n'étoit
rien qui vaille. Ses gens étoient toujours déchirés, et hors que ce
fût pour quelque entrée, ou pour quelque autre chose semblable, il
n'eût pas voulu faire un sou de dépense; mais dans les occasions
d'éclat, la vanité l'emportoit. Il n'étoit point trop bel homme de
cheval, à moins que d'être armé, car cela le faisoit tenir plus droit.
Il étoit grand et fort, et portoit fort bien ses armes. Je n'ai que
faire de dire que sa beauté lui servit fort à faire sa fortune auprès
de Henri III. On sait ce que dit un courtisan de ce temps-là, à qui on
reprochoit qu'il ne s'avançoit pas comme Bellegarde. «Hé! dit-il, il
n'a garde qu'il ne s'avance; on le pousse assez...» Il avoit la voix
belle, et chantoit bien, mais il n'en fit jamais son capital, et cessa
de chanter d'assez bonne heure.

  [60] Roger de Saint-Lary, duc de Bellegarde, grand-écuyer de
  France, né vers 1563, mort le 13 juillet 1646.

Une dame d'Auvergne, soeur de madame de Senneterre, de la maison de La
Chastre, se mit en tête d'être galantisée par ce M. de Bellegarde,
dont elle entendoit tant parler, et un jour qu'il passoit assez près
du lieu où elle demeuroit, elle l'envoya prier de venir loger chez
elle. Il y alla; elle se fit toute la plus jolie qu'elle put;... et il
repartit le lendemain matin. Au bout de trente ans il la revit à
Paris; elle étoit effroyablement changée; il ne voulut pas croire que
ce fût elle, et craignoit que le monde ne s'imaginât que cette
femme-là ne pouvoit jamais avoir été passable.

Jamais il n'y eut un homme plus propre; il étoit de même pour les
paroles. Il ne pouvoit entendre nommer un pet. Une nuit il eut une
forte colique venteuse; il appela ses gens et se mit à se promener,
et, en se promenant, il pétoit; Yvrande, garçon d'esprit, qui étoit à
lui, y vint comme les autres, mais il se cacha; M. de Bellegarde
l'aperçut à la fin: «Ah! vous voilà, lui dit-il, y a-t-il long-temps
que vous y êtes?--Dès le premier, monsieur, dès le premier.» M. de
Bellegarde se mit à rire, et cela acheva de le guérir.

Un jour que le dernier cardinal de Guise, qui étoit archevêque de
Reims, vint fort frisé dîner chez M. de Bellegarde, le même Yvrande
alla dire tout bas ces quatre vers à M. le Grand (on appeloit ainsi M.
de Bellegarde):

     Les prélats des siècles passés
     Etoient un peu plus en servage,
     Ils n'étoient bouclés ni frisés,
     Et......... rarement leur page.

Malgré toute cette grande propreté dont nous venons de parler, dès
trente-cinq ans M. de Bellegarde avoit la roupie au nez; avec le temps
cette incommodité augmenta. Cela choquoit fort le feu roi Louis XIII,
qui pourtant n'osoit le lui dire, car on lui portoit quelque respect.
Le Roi dit à M. de Bassompierre qu'il le lui dît. M. de Bassompierre
s'en excusa. «Mais, Sire, dit-il au Roi, ordonnez en riant à tout le
monde de se moucher, la première fois que M. de Bellegarde y sera.» Le
Roi le fit, mais M. de Bellegarde se douta d'où venoit ce conseil, et
dit au Roi: «Il est vrai, Sire, que j'ai cette incommodité, mais vous
la pouvez bien souffrir, puisque vous souffrez les pieds de M. de
Bassompierre.» Or, M. de Bassompierre avoit le pied fin. On empêcha
que cette brouillerie n'allât plus loin.

Une fois qu'on attendoit M. de Bellegarde à Nancy, où il devoit aller
de la part du Roi, un conseiller d'état du duc de Lorraine revenoit
d'un petit voyage à neuf heures du soir. Il se présenta aux portes
pour voir si on lui ouvriroit. Il dit: «_C'est M. le Grand._» On crut
que c'étoit M. de Bellegarde. Voilà les tambours, les trompettes,
grande quantité de flambeaux, des gens qui venoient demander _où est
M. le Grand_. «Le voilà qui vient,» disoient les valets. Le duc
l'envoya prier de venir au palais. Il y va bien étonné de tant
d'honneurs, au lieu qu'on avoit accoutumé de n'ouvrir à personne à
cette heure-là. Le duc lui dit: «Où est M. Le Grand?--Monseigneur,
c'est moi, je suis _le Grand_.--Vous êtes un _grand_ sot,» lui dit le
duc, et il le quitta là, fort en colère de la bévue de ses gens.

Pour en revenir à ce que nous avons dit, qu'il ne manquoit point de
coeur, je rapporterai ce que M. d'Angoulême, bâtard de France[61], dit
de lui dans ses _Mémoires_ au combat d'Arques: «Parmi ceux, dit-il,
qui donnèrent le plus de marques de leur valeur, il faut nommer M. de
Bellegarde, grand-écuyer, duquel le courage étoit accompagné d'une
telle modestie, et l'humeur d'une si affable conversation, qu'il n'y
en avoit point qui parmi les combats fît paroître plus d'assurance, ni
dans la cour plus de gentillesse. Il vit un cavalier tout plein de
plumes, qui demanda à faire le coup de pistolet pour l'amour des
dames; et comme il en étoit le plus chéri, il crut que c'étoit à lui
que s'adressoit le cartel, en sorte que, sans attendre, il part de la
main sur un genêt, nommé _Frégouze_, et attaque avec autant d'adresse
que de hardiesse ce cavalier, lequel tirant M. de Bellegarde d'un peu
loin, le manque; mais lui, le serrant de près, lui rompit le bras
gauche, si bien que, tournant le dos, le cavalier chercha son salut,
en faisant retraite dans le premier escadron qu'il trouva des
siens[62].»

  [61] Voir ci-après son _Historiette_.

  [62] _Mémoires très-particuliers du duc d'Angoulême pour servir à
  l'histoire du règne de Henri III et Henri IV._ (T.)--Tallemant
  cite ces Mémoires d'après la première édition qui en fut publiée
  à Paris, en 1662. (_Voyez_ la _Collection des Mémoires relatifs à
  l'Histoire de France_, première série, tom. 44, pag. 566.) On y
  remarque quelques différences de langage.

Il fit bien au combat de Fontaine-Françoise, et à La Rochelle. On
l'avoit donné à _Monsieur_, depuis M. d'Orléans, pour lui servir de
conseil, quand il fit faire son fort devant La Rochelle. M. de
Bellegarde avoit ordre sur toutes choses d'empêcher qu'on ne se
battît. Il sortit des gens de La Rochelle, M. de Bellegarde en étoit
assez loin. Cinquante jeunes gentilshommes poussent à eux. Ces gens-là
s'ouvrent et les enveloppent. M. le Grand y court en pourpoint, les
rallie et les retire. En se retirant il vit quatre Rochellois qui
emmenoient un cavalier, il les charge lui deuxième et le délivre.

Quant à sa galanterie, je pense que l'amour qu'il eut pour la reine
Anne d'Autriche fut sa dernière amour. Il disoit quasi toujours: «Ah!
je suis mort.» On dit qu'un jour, comme il lui demandoit ce qu'elle
feroit à un homme qui lui parleroit d'amour: «Je le tuerois,
dit-elle.--Ah! je suis mort,» s'écria-t-il. Elle ne tua pourtant pas
Buckingham, qui fit quitter la place à notre courtisan d'Henri III.
Voiture en fit un pont-breton[63], qui disoit:

     L'astre de Roger
     Ne luit plus au Louvre;
     Chacun le découvre,
     Et dit qu'un berger,
     Arrivé de Douvre,
     L'a fait déloger.

  [63] Espèce de chanson du temps.

Un jour Du Moustier[64] le trouva de la plus méchante humeur du monde;
il s'habilloit, et s'étoit fait apporter sa boîte aux rubans; il n'y
en avoit point trouvé de jaune. «En voilà, dit-il, de toutes les
couleurs, il n'y en manque que de celle qu'il me faut aujourd'hui. Ne
suis-je pas malheureux? je ne trouve jamais ce dont j'ai affaire.»
Madame de Rambouillet, à qui on avoit fait ce conte, dit
qu'apparemment il tenoit cela d'Henri III, dont M. Bertaut, le poète,
alors lecteur du Roi, depuis évêque de Seez, contoit une chose toute
pareille. «Une après-dîner, disoit-il, que Henri III étoit sur son lit
assez chagrin, il regardoit une image de Notre-Dame qui étoit dans des
Heures, dont la reliure ne lui plaisoit pas, et il en avoit d'autres,
où il la vouloit faire mettre: «Bertaut, me dit-il, comment
ferions-nous pour la faire passer dans ces autres Heures? coupe-la.»
Je pris des ciseaux, et invoquai en tremblant l'Adresse et tous ses
artifices, mais je ne pus m'empêcher d'y faire quelques dents. «Ah!
dit le Roi, ma pauvre petite image! ce maladroit l'a toute gâtée! Ah!
le fâcheux! Ah! qui m'a donné cet homme-là!» Il en dit par où il en
savoit. M. de Joyeuse arrive, il lui fait des plaintes de Bertaut,
Bertaut n'étoit bon qu'à noyer. Dans ces entrefaites, voilà, ajoutoit
M. Bertaut, un ambassadeur qui arrive. «Ah! l'importun ambassadeur,
dit le Roi, il prend toujours si mal son temps. Donnez-moi pourtant
mon manteau.» Il va dans la chambre de l'audience. Vous eussiez dit
que c'étoit un Dieu, tant il avoit de majesté.» On conclut, de là que
ce prince étoit merveilleusement mol et efféminé, mais qu'il se
surmontoit en quelques rencontres. Il étoit libéral, et faisoit les
choses de fort bonne grâce. Ce même M. Bertaut l'alla voir un jour;
mais quoiqu'à son goût il se fût fort paré, le Roi, d'un ton chagrin,
lui dit: «Bertaut, comme vous voilà fait! Combien avez-vous de
pension?--Tant, Sire.--Je vous donne le double, et soyez mieux
habillé[65].»

  [64] Peintre de portraits dont on lira l'_Historiette_ plus bas.

  [65] La _Biographie universelle_, tom. II, pag. 228, donne pour
  acteurs à cette scène Henri IV et Desportes, ce qui n'a nulle
  vraisemblance, car Desportes, titulaire de plusieurs abbayes,
  jouissoit d'un revenu considérable (voir ci-après son
  _Historiette_), et n'avoit pas besoin qu'on doublât son revenu
  pour être vêtu convenablement.

Allant à la foire Saint-Germain, il trouva un jeune garçon endormi; un
assez bon prieuré vaquoit, plusieurs personnes étoient après, à qui
l'auroit. «Je le veux donner, dit-il, à ce garçon, afin qu'il se
puisse vanter que le bien lui est venu en dormant.» Ce jeune garçon
s'appeloit Benoise[66]; il le prit en affection et le fit secrétaire
du cabinet. Ce Benoise avoit soin de lui tenir toujours des plumes
bien taillées, car le Roi écrivoit assez souvent. Un jour, pour
essayer si une plume étoit bonne, Benoise avoit écrit au haut d'une
feuille ces mots: _Trésorier de mon épargne._ Le Roi ayant trouvé
cela, y ajouta: «Payez présentement à Benoise, mon secrétaire, la
somme de trois mille écus,» et signa. Benoise trouva cette ordonnance
et en fut payé.

  [66] De là est venu M. Benoise de Paris. (T.)

On dit que Fernel[67] dit à Henri II, qu'il falloit se résoudre à voir
la Reine durant ses mois, parce qu'il croyoit que la partie étoit trop
foible, et que c'étoit ce qui l'empêchoit de concevoir. Le Roi eut de
la peine à y consentir; il le fit pourtant. Aussitôt les mois
cessèrent. Fernel conclut que la Reine avoit conçu; mais le premier
enfant fut si malsain, qu'il ne put vivre jusques à vingt ans. Les
autres ne sont pas morts faute de bons tempéraments.

  [67] Célèbre médecin et mathématicien, né en 1497, mort le 26
  avril 1558.

Albert de Gondi, depuis maréchal et duc de Retz, avoit été premier
gentilhomme de la chambre sous Charles IX; Henri III étant parvenu à
la couronne, il se douta bien, car il étoit bon courtisan, qu'on
l'obligeroit à se défaire de sa charge, car c'est proprement une
charge pour un homme qui plaît, et nullement pour un visage qui n'est
point agréable. Il fut donc trouver le Roi et lui remit sa charge. Le
Roi la donna à M. de Joyeuse, et le lendemain envoya un brevet de duc
à madame de Retz, avec ce compliment, «qu'elle étoit de trop bonne
maison pour n'avoir pas un rang que de moindres qu'elle avoient.» Et
cela étoit bien plus galant que s'il se fût adressé au mari. La
duchesse de Retz, de la maison de Clermont-Tallard de Tonnerre, étoit
veuve du fils de M. l'amiral d'Annebault. Sa mère, madame de
Dampierre[68], de la maison de Vivonne, ne pouvant l'empêcher
d'épouser M. de Retz, lui donna sa malédiction. Cette mère avoit été
dame d'honneur de la reine Elisabeth[69]. On conte d'elle une chose
assez raisonnable. Elle avoit fait une de ses nièces fille d'honneur
de la reine Louise, et s'étant aperçue que le Roi la cajoloit, un beau
matin elle la met dans un carrosse et la renvoie à son père. Le Roi
n'en osa rien dire. Cette dame étoit fort estimée, et on avoit du
respect pour elle.

  [68] Madame de Dampierre étoit tante de Brantôme, qui en a parlé
  fréquemment dans ses _Mémoires_.

  [69] Elisabeth d'Autriche, femme de Charles IX. Brantôme en a
  tracé un charmant portrait dans ses _Dames Illustres_ (Tom. 5 de
  l'édition Foucault de 1823).

Madame de Retz, malgré la malédiction de sa mère, ne laissa pas
d'avoir bon nombre d'enfants. Le marquis de Bellisle, son fils aîné,
épousa une fille de la maison de Longueville, qui étoit belle
et bien faite; elle voulut venger la mort de son mari, tué au
Mont-Saint-Michel, et après cela elle se fit religieuse, fut abbesse
de Fontevrault, et puis fondatrice du Calvaire. Elle fit cette
réformation, et mourut comme une sainte.

Le cardinal de Richelieu fit exiler M. de Bellegarde à Saint-Fargeau,
où il demeura huit ou neuf ans. Feu M. le Prince, qui eut son
gouvernement de Bourgogne, voulut aussi avoir Seurre, que M. de
Bellegarde avoit acheté à madame de Mercoeur pour en faire une duché,
et lui donner son nom. La chose étoit faite de façon que la duché
devoit aller à M. de Termes, son frère, et à ses fils, s'il en avoit
alors. Il fut tué à Montauban. M. de Termes mourut le premier, et ne
laissa qu'une fille que M. de Bellegarde maria à M. de Montespan. Feu
M. le Prince acheta donc Bellegarde, et M. de Bellegarde acheta
Choisy, dans la forêt d'Orléans, terre de la maison de L'Hospital, à
laquelle il donna le nom de Bellegarde. C'est sur cela que M. de
Bellegarde d'aujourd'hui, qui est fils de la soeur et s'appelle
Gondrin en son nom (on l'appeloit au commencement Montespan), prétend
être duc. Il n'a point d'enfant; mais ses frères, les marquis d'Antin
et Termes-Pardaillan, en ont. Il est vrai que ce sont de pauvres
garçons pour l'esprit. L'archevêque de Sens est aussi son frère.

Nous avons vu revenir M. de Bellegarde à la cour, après la mort du
cardinal de Richelieu, et il a porté le deuil de ce prince (Louis
XIII), qui ne pouvoit souffrir sa roupie. Il est vrai qu'il mourut
bientôt après.



M. DE TERMES[70].


M. de Termes savoit bien mieux la guerre que son frère, M. de
Bellegarde, qui ne la savoit point du tout, et il étoit capable de
commander; il avoit la survivance de la charge de grand-écuyer.
C'était un fort bel homme de cheval, mais le plus puant homme du
monde. Les dames attendoient quelquefois pour le voir passer à cheval.
Il eut un coup de fauconneau aux guerres des Huguenots, qui lui mit
les deux genoux en dehors; pour réparer ce défaut, il portoit ses
jarretières en dedans. Avec tout cela il dansoit fort bien.

  [70] Frère de Roger de Saint-Lary, maréchal de France et duc de
  Bellegarde.

Il étoit de fort amoureuse manière. Rien ne fit tant de bruit que la
galanterie d'une fille de la Reine-mère, nommée Sagonne. Il alla
familièrement coucher avec elle dans le Louvre. La gouvernante fit du
bruit, il sauta par la fenêtre, mais il laissa son pourpoint; c'étoit
au premier étage du Louvre sur le perron. Les gardes de la porte le
laissèrent sauver; il étoit assez aimé, puis on pardonné aisément les
crimes d'amour. La demoiselle fut chassée, et lui exilé; mais il fit
bientôt sa paix. J'ai ouï dire à un vieux porte-manteau dix Roi, nommé
Véron, qu'il lui a voit tenu une échelle pour traverser d'un côté de
rue à l'autre, à un troisième étage, afin d'aller voir une religieuse.
Il se mit jambe de çà jambe de là sur l'échelle qui étoit étroite, et
en revint comme il y étoit allé. Il aima encore une autre fille de la
feue Reine-mère (Marie de Médicis), nommée de Bains, supérieure des
carmélites; mais il ne fut pas en danger de perdre son pourpoint,
comme l'autre fois. Cette fille étoit plus agréable que belle, mais il
n'y a jamais eu une plus aimable personne; elle a toujours eu de la
vertu, et ne se fit religieuse que par dévotion. On en fait
aujourd'hui une béate. M. de Bellegarde avoit marié M. de Termes avec
l'héritière du marquis de Mirebeau-Chabot, en Bourgogne. Cette folle
épousa depuis ce fou de président Vigne, premier président du
parlement de Metz, qui est mort lié et gueux. Quand elle eut fait
cette extravagance, mademoiselle du Tillet la fut voir, et faisant,
semblant de ne rien savoir, elle lui dit: «Que veulent dire vos gens,
madame ma mie (elle appeloit ainsi toutes les femmes)? ils vous
appellent madame Vigné; vous avez un beau et bon nom, pourquoi ne vous
appellent-ils pas madame de Termes?--Hé! mademoiselle, dit l'autre,
c'est que j'ai épousé M. le président Vigné.--Jésus! ma mie, que
dites-vous là? reprit mademoiselle du Tillet; si vous aimiez ce
garçon, eh bien! ne pouviez-vous pas en passer votre envie? Dieu
pardonne, madame ma mie, mais les hommes ne pardonnent point.»



LA PRINCESSE DE CONTI[71].


La princesse de Conti étoit fille du duc de Guise, que Henri III fit
tuer aux Etats de Blois; mais avant que de parler de ses galanteries,
je dirai quelque chose de celles de sa bisaïeule et de sa mère. Madame
de Guise[72], mère de François, duc de Guise, tué au siége d'Orléans,
étant amoureuse d'un seigneur de la cour, pour jouir de ses amours et
éviter les mauvais bruits, le faisoit conduire la nuit, dans sa
chambre, les yeux bandés, et on le ramenoit de même. Un de ses amis
lui conseilla de couper de la frange du lit, et d'aller après chez
toutes les dames, pour voir s'il trouveroit de la frange semblable. Il
découvrit ainsi qui étoit la dame, et au premier rendez-vous, il le
lui fit connoître; mais cette impertinente curiosité rompit leur
commerce. M. d'Urfé a mis cette histoire dans l'_Astrée_ sous le nom
d'_Alcippe_[73], père de Céladon, c'est-à-dire père de M. d'Urfé
lui-même; et ce pourroit bien être en effet quelqu'un de sa maison,
car ce qu'il dit ensuite de la délivrance de son ami est véritable,
et le roi François Ier l'ayant su, s'écria: «Ah! le paillard!» Ensuite
ce M. d'Urfé, qui avoit délivré son ami, en écrivant à quelqu'un de la
cour, signa par galanterie: _Le Paillard_. Depuis quelques-uns de
cette maison ont eu ce nom-là pour nom de baptême; au moins l'ai-je
ainsi ouï dire. Cela me fait souvenir d'une bonne maison d'Auvergne
qu'on appelle d'Aché, au moins signent-ils ainsi, mais leur véritable
nom est fort vilain; ils se nomment _Merdezac_, et on dit que c'est un
sobriquet qui fut donné à un de leurs auteurs dans je ne sais quelle
bataille, où, quoiqu'il lui eût pris un dévoiement, il ne se retira
point du combat et y fit merveilles.

  [71] Louise de Lorraine, fille du duc de Guise, dit _le Balafré_,
  femme de François de Bourbon-Conti, troisième fils de Louis de
  Bourbon, premier du nom, prince de Condé. Née en 1577, elle
  épousa le prince de Conti en 1605, et mourut à Eu en 1631.

  [72] Antoinette de Bourbon. C'étoit une honnête femme; ce conte
  ne lui convient pas trop bien. (T.)

  [73] Voyez l'_histoire d'Alcippe_, dans le deuxième livre de la
  première partie de l'_Astrée_.

Le Balafré, père de la princesse de Conti, fut beaucoup plus
malheureux en femme que son grand-père. La sienne[74] se gouvernoit
fort mal. Un de ses amis, croyant qu'il ne s'en apercevoit point,
voulut tenter s'il pourroit le lui dire; il lui raconta donc qu'il
avoit un ami dont la femme ne vivoit pas bien, et qu'il le prioit de
lui dire s'il lui conseilloit de le découvrir à cet ami; «car j'en
suis si assuré, ajouta-t-il, que je puis le prouver facilement.» Le
Balafré, qui avoit bon nez, lui répondit: «Pour moi, je poignarderois
qui me viendroit dire une chose comme cela.--Ma foi! reprit l'autre,
je ne le dirai donc point à mon ami, car il pourroit bien être de
votre humeur.»

  [74] Elle étoit de Clèves, cadette de madame de Nevers, mère de
  M. de Mantoue. (T.)

Il lui fit pourtant la peur tout entière, à ce qu'on dit; car un jour
qu'elle se trouvoit un peu mal, après avoir témoigné qu'il avoit
quelque chose dans l'esprit qui le chagrinoit fort, il lui dit d'un
ton assez étrange qu'il falloit qu'elle prît un bouillon; elle lui dit
qu'elle n'en avoit point de besoin. «Vous m'excuserez, madame, il en
faut prendre un.» Et de ce pas en envoya quérir un à la cuisine. Elle
qui n'avoit pas la conscience trop nette, crut fermement qu'il la
vouloit dépêcher, et lui demanda en grâce qu'elle ne prît ce bouillon
que dans une demi-heure. On dit qu'elle employa ce temps-là à se
préparer à la mort, sans en rien dire toutefois, et qu'après elle prit
le bouillon qu'il lui envoya, et qui n'étoit qu'un bouillon à
l'ordinaire.

Saint-Mégrin (La Vauguyon), qu'on a cru père de feu M. de Guise, parce
qu'il étoit camus comme lui, étoit son galant. M. de Mayenne, qui
n'entendoit pas raillerie, le fit assassiner. Il en fit autant à
Sacremore, qu'on accusoit de coucher avec la fille de madame de
Mayenne. Ce Sacremore étoit un gentilhomme dont je n'ai pu savoir
autre chose.

M. de Mayenne, pour attraper sa femme[75], qui s'inquiétoit fort de ce
qu'il sortoit la nuit, faisoit mettre son valet avec sa robe de
chambre auprès d'une table, avec bien des papiers, comme s'il eût
travaillé à quelque grande affaire; ce valet, de loin, faisoit signe
de la main à madame de Mayenne qu'elle se retirât, et elle se retiroit
par respect.

  [75] Madame de Mayenne étoit héritière de Tende (le comte de
  Tende, bâtard de Savoie). Elle étoit veuve de M. de Montpézat.
  Devenue héritière, M. de Mayenne l'épousa. (T.)

Mademoiselle de Guise, depuis princesse de Conti, fut cajolée de
plusieurs personnes, et entre autres du brave Givry. On dit qu'en
ayant obtenu un rendez-vous, elle s'avisa par galanterie de se
déguiser en religieuse. Givry monta par une échelle de corde; mais il
fut tellement surpris de trouver une religieuse au lieu de
mademoiselle de Guise, qu'il lui fut impossible de se remettre, et il
fallut s'en retourner comme il étoit venu. Depuis il ne put obtenir
d'elle un second rendez-vous; elle le méprisa, et Bellegarde[76]
acheva l'aventure[77]. Il est vrai que, de peur de semblable surprise,
elle ne se déguisa point en religieuse. J'ai ouï dire que ce fut sur
le plancher, dans la chambre de madame de Guise même, qui étoit sur
son lit, et qui s'étant trouvée assoupie avoit fait tirer les rideaux
pour dormir. Mademoiselle de Vitry, confidente de mademoiselle de
Guise, étoit la Dariolette[78]. A un soupir expressif de la belle, la
mère se réveilla, et demanda ce que c'étoit. «C'est, répondit la
confidente, que mademoiselle s'est piquée en travaillant.» Avant cela,
durant une trève de peu d'heures, Bellegarde et Givry vinrent causer
à la porte de la Conférence avec madame et mademoiselle de Guise. M.
de Nemours[79], amoureux aussi bien qu'eux de cette jeune princesse,
nonobstant la trève fit tirer sur eux. Bellegarde se retire, et Givry,
qui étoit plus brave que lui, lui crioit: «Quoi, Bellegarde, tu fais
retraite devant cette beauté!» Enfin Givry[80], voyant qu'elle le
quittoit, lui écrivit un billet que je mettrai ici, parce que c'est un
des plus beaux billets qu'on puisse trouver:

«Vous verrez, en apprenant la fin de ma vie, que je suis homme de
parole, et qu'il étoit vrai que je ne voulois vivre qu'autant que
j'aurois l'honneur de vos bonnes grâces. Car ayant appris votre
changement, je cours au seul remède que j'y puisse apporter, et vais
périr sans doute, puisque le ciel vous aime trop pour sauver ce que
vous voulez perdre, et qu'il faudroit un miracle pour me tirer du
péril où je me jetterai. La mort que je cherche et qui m'attend
m'oblige à finir ce discours. Voyez donc, belle princesse, par mon
respectueux désespoir, ce que peuvent vos mépris, et si j'en étois
digne.»

  [76] Bellegarde prit un homme qui se sauvoit de Paris. Cet homme
  lui donna le portrait au crayon de mademoiselle de Guise. Elle
  n'avoit que quinze ans quand on fit ce portrait. Ce fut par là
  qu'il commença à en devenir amoureux. Six ans devant que de
  mourir, elle recouvra ce portrait et le vit à madame de
  Rambouillet qui la fut voir ce jour-là même; elle en avoit une
  grande joie. (T.)

  [77] Dans _les Amours d'Alcandre_ on voit la naissance de cette
  galanterie. (T.)

  [78] Dariolette étoit la confidente de l'infante Elisenne, mère
  d'Amadis de Gaule. Le rôle que joue Dariolette dans l'ancien
  roman a fait donner son nom aux suivantes qui se font
  entremetteuses d'amour. Scarron, dans le livre 4 du _Virgile
  travesti_, dit de la soeur de Didon que:

     En un cas de nécessité
     Elle eût été Dariolette.

  [79] Celui qui après fut le tyran de Lyon. Il étoit frère de mère
  de M. de Guise, tué à Blois. Leur mère, fille de la duchesse de
  Ferrare (Renée), qui étoit fille de France, avoit épousé M. de
  Guise, puis M. de Nemours. (T.)

  [80] Il étoit de la maison d'Anglure. (T.)

En effet, il s'engagea si fort parmi les ennemis, au siége de Laon,
qu'il y fut tué. On lui avoit prédit depuis peu, à ce que j'ai entendu
dire, qu'il mourroit _devant l'an_, et cela se pouvoit entendre devant
l'année, ou devant la ville de Laon.

Je dirai encore un mot de ce M. de Givry. Il avoit aimé autrefois une
dame, dont je n'ai pu savoir le nom. Comme il la pressoit, car il
voyait bien qu'elle l'aimoit, elle lui dit un jour en soupirant: «Si
vous saviez en quelle peine je suis, vous auriez pitié de moi. Je ne
puis me résoudre à vous perdre, et si je vous accorde ce que vous me
demandez, je mourrai, sans doute, de déplaisir.» Le cavalier, qui
connut aux larmes et à la manière dont la belle, parloit, que ce
n'étoit point une feinte, en fut si touché, qu'encore qu'il fût
persuadé qu'il n'avait qu'à persévérer pour tout avoir, il lui dit, en
prenant le ciel à témoin, que jamais il ne lui en parleroit, et qu'il
l'aimeroit désormais comme sa soeur.

Mademoiselle de Guise se gouverna ensuite de sorte qu'il n'y avoit que
le prince de Conti capable de l'épouser[81]. C'étoit un stupide.

  [81] François de Bourbon-Conti, mort en 1614.

En une petite ville où la cour passoit, le juge qui venoit haranguer
le Roi s'adressa après à la princesse de Conti, qu'il prit pour la
Reine. Le Roi dit tout haut: «Il ne se trompe pas trop, elle l'auroit
été, si elle eût été sage[82].» On dit que comme elle prioit M. de
Guise, son frère, de ne jouer plus, puisqu'il perdoit tant: «Ma soeur,
lui dit-il, je ne jouerai plus quand vous ne ferez plus l'amour.--Ah!
le méchant, reprit-elle, il ne s'en tiendra jamais.»

  [82] Henri IV s'étoit en effet senti un doux penchant pour
  mademoiselle de Guise. Mais il vit Gabrielle, et n'eut plus
  d'yeux que pour elle; c'est alors que la beauté délaissée, pour
  se consoler, peut-être aussi pour diminuer les reproches qu'Henri
  pouvoit se faire, lia intrigue avec Bellegarde. Ce quadrille
  amoureux figure dans l'_Histoire des amours du grand Alcandre_.

Elle avoit beaucoup d'esprit; elle a même écrit une espèce de petit
roman qu'on appelle les _Adventures de la cour de Perse_[83], où il y
a bien des choses arrivées de son temps. Elle étoit humaine et
charitable; elle assistoit les gens de lettres, et servoit qui elle
pouvoit. Il est vrai qu'elle étoit implacable pour celles qu'elle
soupçonnoit d'avoir débauché ses galans. Vers la fin de sa vie, elle
devint insupportable sur la grandeur de sa maison, et se mit si fort
ses intérêts dans la tête qu'elle faisoit des choses étranges pour
cela. Dans cette vision, passant un jour avec feu madame la comtesse
de Soissons devant la porte du Petit-Bourbon[84] qui regarde sur
l'eau, elle lui fit remarquer qu'on y voyoit encore un reste de la
peinture jaune dont elle fut barbouillée autrefois, quand le
connétable de Bourbon se retira[85]. «Il faut avouer, dit madame la
comtesse, que nos rois ont été bien négligens de ne pas jaunir la
muraille de l'hôtel de Guise[86].» Madame la princesse de Conti dit
aussi à madame la comtesse: «Vous m'êtes bien obligée de n'avoir point
fait d'enfants.--En vérité, lui répondit l'autre, pas tant que vous
penseriez; nous sommes fort persuadés qu'il n'a pas tenu à vous.»

  [83] _Les Adventures de la cour de Perse, où sont racontées
  plusieurs histoires d'amour et de guerre arrivées de notre
  temps_; Paris, Pomeray, 1629, in-8º. Jusqu'à présent on avoit
  attribué cet ouvrage à Jean Baudouin. (_Voy._ le _Dictionnaire
  des Anonymes_ de Barbier.) On s'accorde à regarder la princesse
  de Conti comme l'auteur de l'_Histoire des amours du grand
  Alcandre_, insérée dans le _Recueil de diverses pièces servant à
  l'histoire de Henri_ III; Cologne, P. du Marteau, 1663, in-12.
  Cet ouvrage contient le tableau des galanteries de Henri IV, sous
  le nom du _grand Alcandre_; la princesse de Conti y est désignée
  sous le nom de _Milagarde_. (_Voyez_ le _Recueil_ A B C, vol. S,
  pag. 1.)

  [84] Le Petit-Bourbon s'élevoit sur l'emplacement où l'on a
  construit depuis la colonnade du Louvre.

  [85] «Après la mort de Charles de Bourbon, on fit peindre de
  jaune la porte et le seuil de son hôtel à Paris, devant le
  Louvre. C'étoit la coutume du temps passé, pour déclarer un homme
  traître à son roi, de peindre sa porte de jaune, et de semer du
  sel dans sa maison, comme on fit dans celle de M. l'amiral de
  Châtillon.» (_Dictionnaire de Trévoux._)

  [86] Elle l'a été depuis. (T.)

Lorsque le cardinal de Richelieu l'envoya en exil dans la comté d'Eu,
elle logea vers Compiègne chez un gentilhomme, nommé M. de Jonquières,
parce que son carrosse rompit. Il y avoit là dedans trois ou quatre
grands garçons; elle ne laissa pas le lendemain de se plâtrer devant
eux, avec un pinceau, le visage, la gorge et les bras. Le soir qu'elle
y arriva pour passer son chagrin, elle demanda un livre, et lut avec
plaisir un vieux _Jean de Paris_[87], tout gras, qui se trouva dans la
cuisine.

  [87] Ancien roman de chevalerie, cent fois réimprimé dans la
  Bibliothèque bleue.



PHILIPPE DESPORTES[88].


Philippe Desportes étoit de Chartres et d'assez basse naissance, mais
il avoit bien étudié. Il fut clerc chez un procureur à Paris. Ce
procureur avoit une femme assez jolie, à qui ce jeune clerc plaisoit
un peu trop. Il s'en aperçut, et un jour que Desportes étoit allé en
ville, il prit ses hardes, en fit un paquet, et les pendit au maillet
de la porte de l'allée avec cet écrit: «Quand Philippe reviendra, il
n'aura qu'à prendre ses hardes et s'en aller.» Desportes prit son
paquet et s'en va à Avignon (peut-être que la cour étoit vers ce
pays-là), sur le pont, où les valets à louer se tiennent, comme à
Paris sur les degrés du Palais. Il entendit quelques jeunes garçons
qui disoient: «M. l'évêque du Puy a besoin d'un secrétaire.» Desportes
va trouver l'évêque qui étoit alors à Avignon. La physionomie de
Desportes plut au prélat. Etant au service de M. du Puy, qui étoit de
la maison de Senecterre, il devint amoureux de sa nièce, soeur de
mademoiselle de Senecterre, dont nous parlerons ensuite. Cette
maîtresse est appelée _Cléonice_ dans ses ouvrages[89].

  [88] Philippe Desportes, né à Chartres en 1546, mort dans son
  abbaye de Bonport le 5 octobre 1606.

  [89] On lit dans les _Anecdotes historiques et littéraires sur
  Philippe Desportes, abbé de Tiron, et ses ouvrages_, par Dreux du
  Radier, insérées au _Conservateur_ de septembre 1757: «Cléonice
  fut la troisième dame à qui la muse de Desportes fut consacrée à
  l'âge de trente-deux ou trente-trois ans. Cette Cléonice étoit
  Héliette de Vivonne de la Châtaigneraie... Il est parlé de cette
  demoiselle dans le sonnet de Ronsard, imprimé à la suite des
  amours de Cléonice, où il lui donne le nom véritable
  d'_Héliette_, et Desportes a fait l'épitaphe d'Héliette de
  Vivonne de la Châtaigneraie à la fin de ses _Diverses Amours_.»
  Accorde qui pourra les historiens des amours de Desportes.

Ce fut du temps qu'il étoit à ce prélat, qu'il commença à se mettre en
réputation, par une pièce de vers qui commence ainsi:

     O nuit! jalouse nuit, etc.[90]!

  [90] _OEuvres de Desportes._ Rouen, Raphaël du Petit-Val, 1611,
  pag. 518.

Il se garda bien de dire que ce n'étoit qu'une traduction, ou du
moins une imitation, de l'Arioste. On y mit un air, et tout le monde
la chanta.

Un peu avant sa mort, il eut le déplaisir de voir un livre avec ce
titre: _la Conformité des Muses italiennes et des Muses
françaises_[91], où les sonnets qu'il avoit imités ou traduits étoient
placés vis-à-vis des siens.

  [91] N'est-ce pas plutôt _les Rencontres des Muses de France et
  d'Italie_, 1604, in-4º? Desportes, s'il éprouva du déplaisir de
  ce rapprochement, comme le dit Tallemant, eut l'art de le
  déguiser, et répondit de bonne grâce «qu'il avoit pris aux
  Italiens plus qu'on ne disoit, et que si l'auteur l'avoit
  consulté, il lui auroit fourni de bons Mémoires.»

Il fit sa grande fortune durant la faveur de M. de Joyeuse, dont il
étoit tout le conseil. Il eut quatre abbayes qui lui valoient plus de
quarante mille livres de rente[92]. M. de Joyeuse le mit si bien avec
Henri III, qu'il avoit grande part aux affaires. Ce fut alors qu'il
fit beaucoup de bien aux gens de lettres, et leur fit donner bon
nombre de bénéfices.

  [92] Desportes étoit chanoine de la Sainte-Chapelle, abbé de
  Tiron, de Bonport, de Josaphat, des Vaux-de-Cernai, et
  d'Aurillac. (Dreux de Radier, _loc. cit._)

Je ne sais si ce fut lui qui mit chez le Roi un nommé Autron, dont Sa
Majesté se servoit pour les harangues qu'il avoit à faire; mais il ne
l'avoit pas bien averti de ne pas se railler de son maître, car le Roi
suant la v..... à Saint-Cloud, demanda un jour à Autron ce qu'on
disoit à Paris. «Sire, dit-il étourdiment, on dit qu'il fait bien
chaud à Saint-Cloud.» Le Roi se fâcha et lui dit qu'il se retirât.

Desportes cependant quitta le parti du Roi pour suivre messieurs de
Guise, parce qu'il crut qu'infailliblement il succomberoit. Il se
retira à Rouen avec l'amiral de Villars, auprès duquel il avoit tenu
même place qu'auprès de M. de Joyeuse. Depuis pourtant l'amiral et
lui se brouillèrent; en voici l'occasion:

La Reine, Catherine de Médicis, avoit une fille d'honneur nommée
mademoiselle de Vitry, qui étoit galante, agréable et spirituelle.
Desportes lui fit une fille. Comme elle étoit chez la Reine, on dit
qu'elle alla accoucher un matin au faubourg Saint-Victor, et que le
soir elle se trouva au bal du Louvre, où même elle dansa, et on ne
s'en aperçut que par une perte de sang qui lui prit. Elle disoit
plaisamment que les femmes se moquoient de prendre la ceinture de
sainte Marguerite, elles qui pouvoient crier tout leur soûl; mais que
c'étoit aux filles à la mettre, puisqu'elles n'osoient faire un pauvre
_hélas_! Depuis, comme il arrive entre amants, elle n'aima plus M.
Desportes et le mit mal avec l'amiral de Villars, qui, quoiqu'elle fût
déjà sur le retour, étoit devenu amoureux d'elle à toute outrance.
Malicieusement elle dit à l'amiral que s'il avoit toujours Desportes
avec lui, on croiroit qu'il ne faisoit rien que par son conseil, et
que cet homme le régentoit toujours; car c'étoit par le crédit de
Desportes que l'amiral avoit été fait ce qu'il étoit. L'amiral en
étoit si fou, qu'en Picardie, allant au combat où il fut tué, après
avoir fait sa paix avec Henri IV, il se mit à baiser un bracelet de
cheveux de madame de Simier (c'est ainsi qu'elle s'appela après), et
dit à M. de Bouillon qui lui en faisoit honte: «En bonne foi, j'y
crois comme en Dieu.» Il ne laissa pas d'y être tué.

M. Desportes eut la fantaisie d'avoir tout le patrimoine de sa
famille: c'étoit une fantaisie un peu poétique. Il avoit un frère et
six soeurs, dont trois ne lui voulurent pas vendre leur part. Il ne
leur fit point de bien. Il en fit aux autres, et principalement à son
frère.

Régnier, poète satirique, son neveu, ne fut à son aise qu'après la
mort de Desportes; alors le maréchal d'Estrées lui fit donner une
abbaye de cinq mille livres de rente. Il avoit déjà une prébende de
Chartres.

Desportes étoit en si grande réputation, que tout le monde lui
apportoit des ouvrages pour en avoir son sentiment. Un avocat lui
apporta un jour un gros poème qu'il donna à lire à Régnier, afin de se
délivrer de cette fatigue; en un endroit cet avocat disoit:

     Je bride ici mon Apollon.

Régnier écrivit à la marge:

     Faut avoir le cerveau bien vide
     Pour brider des Muses le roi;
     Les dieux ne portent point de bride,
     Mais bien les ânes comme toi.

Cet avocat vint à quelque temps de là, et Desportes lui rendit son
livre, après lui avoir dit qu'il y avoit bien de belles choses.
L'avocat revint le lendemain tout bouffi de colère, et, lui montrant
ce quatrain, lui dit qu'on ne se moquoit pas ainsi des gens. Desportes
reconnoît l'écriture de Régnier, et il fut contraint d'avouer à
l'avocat comme la chose s'étoit passée, et le pria de ne lui point
imputer l'extravagance de son neveu. Pour n'en faire pas à deux fois,
je dirai que Régnier mourut à trente-neuf ans à Rouen, où il étoit
allé pour se faire traiter de la v..... par un nommé Le Sonneur. Quand
il fut guéri, il voulut donner à manger à ses médecins. Il y avoit du
vin d'Espagne nouveau; ils lui en laissèrent boire par complaisance;
il en eut une pleurésie qui l'emporta en trois jours.

Desportes, sous le règne de Henri IV, ne laissa pas d'être en estime;
et un jour le Roi lui dit en riant, en présence de madame la princesse
de Conti: «_M. de Tiron_ (c'étoit sa principale abbaye), il faut que
vous aimiez ma nièce[93], cela vous réchauffera et vous fera faire
encore de belles choses, quoique vous ne soyez plus jeune.» La
princesse lui répondit assez hardiment: «Je n'en serois pas fâchée; il
en a aimé de meilleure maison que moi.» Elle entendoit la reine
Marguerite, que Desportes avoit aimée lorsqu'elle n'étoit encore que
reine de Navarre.

  [93] Le roi appeloit ainsi madame la princesse de Conti, quand il
  vouloit l'obliger. (T.)

Ce fut lui qui fit la fortune du cardinal du Perron, qui étoit sa
créature. Quand il le vit cardinal, il fut bien empêché comment lui
écrire, car il ne se pouvoit résoudre à traiter de _monseigneur_ un
homme qu'il avoit nourri si long-temps. Il trouva un milieu, et lui
écrivit _domine_.

Mais il faut reprendre madame de Simier[94]; aussi bien nous ne
saurions trouver un endroit qui lui soit plus propre que celui-ci.

  [94] Mademoiselle de Vitry, fille d'honneur de Catherine de
  Médicis, dont il vient d'être question dans cet article.

Elle avoit eu, étant fille de la Reine, une promesse de mariage du
jeune Randan (de La Rochefoucauld), et lui, pour s'en dégager, fut
contraint de lui donner six mille écus. Après cela, elle s'en alla au
Louvre avec une robe de plumes, et dit: «L'oiseau m'est échappé, mais
il y a laissé des plumes.» Madame de Randan, mère du cavalier, qui
étoit présenté, répondit: «Ce ne sont que de celles de la queue; cela
ne l'empêchera pas de voler.» Elle disoit plaisamment qu'elle envoyoit
assez souvent ses pensées, au rimeur; c'est-à-dire qu'elle les
envoyoit à Desportes pour les rimer. Elle fit pourtant des vers
elle-même, mais ce ne fut qu'à quarante ans. On a remarqué, soit
qu'effectivement elle fût encore belle, ou que s'étant mise à étudier,
elle en fût devenue encore plus spirituelle et plus divertissante,
qu'elle a fait beaucoup plus de bruit à cet âge-là qu'en sa jeunesse.

On fit cette épigramme à laquelle elle répondit:

     Contre toute loi naturelle,
     Vous renversez le droit humain:
     La plus jeune[95] est la m.........
     Et la plus vieille est la p.....

  [95] Mademoiselle de Vitry, sa soeur, qui ne fut point mariée. Il
  en est parlé précédemment dans l'_Historiette_ de la princesse de
  Conti.

Elle la retourna ainsi:

     Selon toute loi naturelle,
     C'est conserver le droit humain:
     La plus laide est la m.........
     Et la plus belle est la p......

Elle fit la _Magdelaine_ en trois parties; c'étoient pour la plupart
des traductions du Tansille[96]. Elle les envoya toutes trois au
cardinal Du Perron. Il dit à celui qui lui en demanda son avis de la
part de la dame: «Dites-lui qu'elle a fait admirablement bien la
première partie de la vie de la Magdelaine.» Un jour qu'elle lui
demanda si faire l'amour étoit véritablement un péché mortel: «Non,
dit-il, car si cela étoit, il y a long-temps que vous en seriez
morte.»

  [96] Tansillo (Louis), poète italien, né à Venosa vers 1510, mort
  à Teano, dans le royaume de Naples, en 1568. Ses principaux
  ouvrages sont: _Il Vendemmiatore_, poème dont la première édition
  parut à Naples, in-4º, 1534; _le Lagrime di san Pietro_; _il
  Podere_, poèmes, et des _Sonetti et Canzoni_.



LE CARDINAL DU PERRON[97].


Le cardinal du Perron étoit fils d'un ministre nommé David[98]. Il
changea de religion et vint à Paris, où il fit connoissance avec
l'abbé de Tiron[99], qui en faisoit cas à cause de son esprit. Du
Perron étoit fort colère et fort vindicatif. En un cabaret, il prit
querelle avec un homme, et quelque temps après, ayant rencontré ce
même homme, il le fit tenir par trois ou quatre autres qu'il avoit
avec lui et le poignarda. Le voilà en prison. Desportes, alors en
grand crédit, composa avec les parents du mort pour deux mille écus
qu'il prêta à du Perron. Ses vers lui acquirent de la réputation, et
aussi la facilité qu'il avoit à parler. Il fit un jour un discours
devant Henri III, pour prouver qu'il y avoit un Dieu, et, après
l'avoir fait, il offrit de prouver, par un discours tout contraire,
qu'il n'y en avoit point. Cela déplut au Roi, et il fut comme chassé
de la cour.

  [97] Du Perron (Jacques Davy, cardinal) né le 25 novembre 1556,
  d'une famille protestante réfugiée, mort le 5 septembre 1618.

  [98] Quand le cardinal fut grand seigneur, il signa d'_Avit_ pour
  se dépayser et faire croire qu'il étoit d'une maison qui
  s'appeloit Avit.

  [99] Le poète Desportes, dont l'_Historiette_ précède
  immédiatement celle-ci.

Dans cette misère, une fois que le Roi alloit au bois de Vincennes, il
se tint sur le chemin, et comme il vit le carrosse du Roi à portée de
sa voix, il se mit à crier; «Sire, ayez pitié du pauvre du Perron;» et
il continua jusqu'à ce qu'il l'eut perdu de vue. Quelques personnes
persuadèrent au Roi, comme apparemment c'étoit la vérité, que le
pauvre homme n'avoit offert de faire ce discours opposé à l'autre, que
pour faire parade de son esprit; qu'il avoit le fonds bon et qu'il ne
péchoit que par emportement. Il suivit le Roi à Tours, et s'adonna,
car c'étoit son talent, à lire les livres de controverse. Il fut fait
évêque d'Evreux (en 1591), et ce fut lui qui instruisit Henri IV en la
religion catholique. On le fit quelque temps après archevêque de Sens,
et enfin cardinal (en 1604). Le pape y eut de la répugnance, et
disoit: «_Non bastava al figlio d'un eretico d'esser vescovo; vuol
ancora esser cardinale._»

A propos du pape, l'archevêque de Reims, Léonor de Valencay[100], dans
un _Traité de la puissance du pape_[101], dit que le cardinal du
Perron souffrit qu'on lui donnât un coup de gaule dans la cérémonie de
l'absolution de Henri IV, et que ce fut sur la parole qu'on lui donna
de l'avancer, comme en effet il fut fait cardinal ensuite. Henri IV
ne le sut que quatre mois avant de mourir, et on raconte qu'il disoit
qu'il se ressentiroit de ce coup de gaule. Vous verrez que ce coup de
gaule, auquel M. du Perron consentit, fit résoudre le pape. Il
vainquit enfin la répugnance qu'il avoit à le faire cardinal.

  [100] Léonor d'Estampes-Valencay, évêque de Chartres, transféré à
  l'archevêché de Reims en 1641. Son _Historiette_ se trouve plus
  bas.

  [101] Il ne paroît pas que Léonor d'Estampes ait publié sur cette
  matière un traité _ex professo_; c'est plutôt dans une
  déclaration qu'en 1626 il fit conjointement avec l'évêque de
  Soissons, qu'il aura avancé ce fait. (_Voyez_ la _Bibliothèque
  chartraine_ de Liron. Paris, 1719, in-4º, pag. 245.)

Il rapporta la v..... de Rome et en mourut. En mourant, il ne voulut
jamais dire autre chose, quand il prit l'hostie, sinon qu'il la
prenoit comme les apôtres l'avoient prise. On disoit qu'il avoit voulu
mourir en fourbe, comme il avoit vécu. C'étoit un fort bel homme. Il
dit une fois une assez plaisante chose d'un prédicateur qui disoit:
_M. saint Augustin_, _M. saint Jérôme_, etc.: «Vraiment, dit-il, il
paroît bien que cet honnête homme n'a pas grande familiarité avec les
Pères, car il les appelle encore _monsieur_.»



L'ARCHEVÊQUE DE SENS,

FRÈRE DU PRÉCÉDENT[102].


Son frère, qui fut archevêque de Sens après lui, étoit un fort
ridicule personnage. Avant la mort de son frère on l'appeloit
l'_Ambigu_, car il n'étoit ni d'église, ni de robe, ni d'épée, ni
ignorant, ni savant. Il faut lire la pièce que Bautru fit contre lui,
qu'il a intitulée _l'Ambigu_[103]. Quand son frère alla à Rome, il fut
long-temps à décider s'il l'y mèneroit ou non, et il disoit
plaisamment que cet homme étoit si _ambigu_, qu'il rendoit ambiguës
toutes les choses qui le concernoient. Quand il fut fait archevêque,
pour montrer qu'il savoit du latin, il traduisit toutes les harangues
de Quinte-Curce et le traité _de Amicitiâ_ de Cicéron; mais il ôta sur
ce point-là l'_ambiguité_ où l'on avoit été jusques alors, car il
persuada tous ceux qui s'y connoissoient, qu'il n'entendoit pas cette
langue. Ces traductions pourtant furent estimées de toute la cour;
mais c'étoit en un temps où l'on peut dire que l'on donnoit la
réputation. On ne laissoit pas de dire que les cadets avoient perdu
leur procès, car le cadet de Desportes et celui de Bertaut
approchoient encore moins de leurs aînés que cet _ambigu_ du cardinal.

  [102] Du Perron (Jean Davy), archevêque de Sens, mort en 1621.

  [103] «M. de Bautru a fait une satire contre l'_Ambigu_. L'Ambigu
  étoit frère de M. le cardinal du Perron. On ne pouvoit pas,
  disait-il, décider s'il étoit jour ou nuit lorsqu'il vint au
  monde. Il étoit hermaphrodite, et la sage-femme, lors qu'il fut
  né, dit à la mère: «Madame, votre fils est une fille, et votre
  fille est un garçon.» On le nomma _Lysique_, afin qu'on ne pût
  distinguer si c'étoit le nom d'un homme ou d'une femme. Il mit un
  ouvrage en lumière, mais on ne pouvoit pas dire pour cela qu'il
  fût auteur, parce que c'étoit une traduction.» (_Menagiana_,
  édit. de 1762, tom. 1, pag. 339.)



LE DUC DE SULLY[104].


On a dit, et soutenu, qu'il venoit d'un Écossais nommé Bethun, et non
de la maison des comtes de Béthune de Flandre. Il y avoit un Écossois
archevêque de Glascow qu'il traitoit de parent. Par sa vision d'être
allié de la maison de Guise par la maison de Coucy, issue, dit-il, de
l'ancienne maison d'Autriche, comme s'il réputoit à déshonneur d'être
parent de l'empereur et du roi d'Espagne, il alla s'offrir à MM. de
Guise contre M. le comte de Soissons. Le Roi[105] lui manda par M. du
Maurier, huguenot, depuis ambassadeur en Hollande, qu'il le rendroit
si petit compagnon, qu'il lui feroit bien voir que la maison de Guise
n'en seroit pas mieux pour avoir son appui; qu'il étoit un ingrat, lui
qu'il avoit élevé de rien, de s'aller offrir contre un prince du sang
à ceux qui avoient tâché d'ôter la couronne et la vie à son
bienfaiteur. M. du Maurier ne dit pas la moitié de ce que le Roi lui
avoit donné charge de dire; cependant mon homme fut si abattu que
c'étoit une pitié, car comme dans la prospérité il étoit insolent, de
même il étoit lâche et failli de coeur dans l'adversité.

  [104] J'ai tiré la plus grande part de ceci d'un manuscrit qu'a
  fait feu M. Marbault, autrefois secrétaire de M.
  Duplessis-Mornay, sur les Mémoires de M. de Sully, dont il montre
  presque partout la fausseté pour les choses qui concernent
  l'auteur. J'ai extrait de cet écrit ce qu'on n'oseroit publier,
  quand on l'imprimera. (T.)--Si nous avions besoin de prouver que
  les _Mémoires de Tallemant_ ne sont pas une reproduction
  fastidieuse des autres Mémoires du temps, il nous suffiroit de
  citer à l'appui de notre assertion l'article _Sully_. Certes, ce
  ministre y est peint sous un jour tout nouveau. Est-il également
  vrai? Nous sommes très-portés à croire qu'un peu de passion a pu
  parfois rembrunir le tableau; mais il ne nous paroît pas moins
  constant par les mots cités par Tallemant, de Henri IV sur Sully,
  mots qui portent évidemment le cachet de ce prince, que, fort
  attaché à son ministre dont il appréciait l'habileté, Henri IV
  regardoit son dévoûment et ses services comme loin d'être
  complètement désintéressés.

  [105] Henri III.

Il eut une querelle ensuite avec M. le comte de Soissons pour quelques
assignations où il rebuta fort ce prince. Ceux de Lorraine s'offrirent
à lui pour lui rendre la pareille, dont le Roi fut fort irrité. Ce
qu'il conte d'une autre querelle avec M. le comte pour un logement à
Châtellerault est faux[106]: M. le comte lui eût passé l'épée au
travers du corps. Quoiqu'il fût gouverneur du Poitou, il n'y avoit
pourtant nul crédit.

  [106] _Mémoires de Sully_, liv. 22.

Il se vanta d'avoir fait donner le gouvernement de Provence à feu M.
de Guise[107], et M. le chancelier de Chiverny fit ses protestations
contre cela[108]. Il blâme M. d'O[109], qui pourtant avoit les mains
nettes, et qui, au lieu de s'enrichir dans la surintendance, y mangea
son bien.

  [107] _Mémoires de Sully_, liv. 7.

  [108] _Mémoires d'Etat de messire Philippe Hurault, comte de
  Chiverny_, 1636, in-4º.

  [109] _Mémoires_, liv. 4 et 7.

Il passe par-dessus M. de Sancy, comme s'il n'avoit point été
surintendant[110]. M. de Sancy fut chassé pour avoir dit au Roi, au
siége d'Amiens, comme il lui demandoit conseil sur son mariage avec
madame de Beaufort, en présence de M. de Montpensier, que «p.....
pour p....., il aimeroit mieux la fille d'Henri II[111] que celle de
madame d'Estrées, qui étoit morte au bordel;» et pour avoir dit aussi
à madame la duchesse[112] même, qui disoit qu'un gentilhomme de ses
voisins avoit mis ses enfants sous le poêle en épousant celle dont il
les avoit eus, «que cela étoit bon pour un héritage de cinq ou six
mille livres de rentes, mais que pour un royaume elle n'en viendroit
jamais à bout, et que toujours un bâtard seroit un fils de p.....» A
la vérité ces paroles sont un peu bien rudes, mais le Roi devoit
considérer que M. de Sancy étoit homme de bien, et qu'il lui avoit
rendu de grands services.

  [110] _Mémoires_, liv. 7.

  [111] Marguerite de France, reine de Navarre, épouse divorcée de
  Henri IV. Tallemant lui consacre un article peu après.

  [112] La duchesse de Beaufort, Gabrielle.

Il avoit en effet soudoyé à ses dépens les Suisses en grand nombre
qu'il amena à Henri IV[113]. Il mourut pauvre avec un arrêt de défense
dans sa poche. Plusieurs fois il lui est arrivé d'être pris par les
sergents; il se laissoit mener jusqu'à la porte de la prison, puis il
leur montroit son arrêt et se moquoit d'eux.

  [113] Harlay de Sancy, pour procurer des secours à Henri IV, mit
  en gage chez des Juifs de Metz un très-beau diamant. Cette pierre
  a été réunie aux diamants de la couronne. Il ne faut pas la
  confondre avec le Pitt ou le Régent, qui est d'un poids beaucoup
  plus considérable.

Il avoit un fils qui fut page de la chambre de Henri IV. Las de porter
le flambeau à pied, il trouva moyen d'avoir une haquenée. Le Roi le
sut et lui fit donner le fouet. Il juroit toujours _pa la mort_; on
l'appela _Palamort_. C'étoit un assez plaisant homme. Il trouva une
fois madame de Guémenée sur le chemin d'Orléans; elle venoit à Paris.
Il s'ennuyoit d'être à cheval, car il faisoit mauvais temps; il lui
dit: «Madame, il y a des voleurs à la vallée de Torfou, je m'offre à
vous escorter.--Je vous rends grâces, lui dit-elle.--Ah! madame,
répliqua-t-il, il ne sera pas dit que je vous aie abandonnée au
besoin;» et en disant cela, il baisse la portière, et, quoi qu'elle
dît, il se mit dans le carrosse. A Rome, comme M. de Brissac étoit
ambassadeur, un jour que l'ambassadrice devoit aller voir la vigne de
Médicis, il se mit tout nu dans une niche où il n'y avoit point de
statue; il y a là une galerie qui en est toute pleine. Cet homme se
fit Père de l'Oratoire, et on l'appeloit le Père _Palamort_. Il
n'avoit dans sa chambre que des Saints cavaliers, comme saint Maurice,
saint Martin et autres.

L'autre fils de M. de Sancy, qui fut ambassadeur en Turquie, se fit
également Père de l'Oratoire.

Madame de Beaufort n'eut point de patience qu'elle n'eût fait mettre
M. de Rosny en la place de M. de Sancy. Il lui faisoit la cour, il y
avoit long-temps. Son premier emploi fut de contrôler les passe-ports
au siége d'Amiens, et puis il fut envoyé dans les élections pour
prendre tous les deniers qui se trouveroient chez les receveurs, ce
qu'il fit avec beaucoup de rigueur. Il en usa de même en toutes
rencontres. Comme il étoit assez ignorant en fait de finances, il mena
avec lui un nommé Ange Cappel, sieur du Luat[114], une espèce de fou
de belles-lettres, qui fit imprimer long-temps après, pour flatter M.
de Sully, un petit livre intitulé: _Le Confident_, dont M. de
Lesdiguières fut fort en colère. Du Luat en fut mis en prison. Quand
on voulut l'interroger et qu'on lui dit: «Promettez-vous de dire la
vérité?--Je m'en garderai bien, dit-il, je ne suis en peine que pour
l'avoir dite.» Il donnoit des avis très-pernicieux, et disoit, entre
autres sottises, qu'il ne falloit qu'un _lait d'amendes_ pour
restaurer la France, parce qu'il y avoit une affaire sur les amendes.
Il fit imprimer un livre de ses beaux avis, au frontispice duquel il
étoit peint comme un Ange, avec des ailes et de la barbe au menton, et
des vers qui disoient qu'il n'avoit rien d'humain que la barbe[115].

  [114] Ange Cappel, seigneur du Luat, est auteur d'un livre
  intitulé: _l'Abus des Plaideurs_, Paris, 1604, in-folio. Il nous
  a été impossible de découvrir dans aucune bibliothèque de Paris,
  et dans aucun catalogue, le petit livre, ayant pour titre: _Le
  Confident_, dont parle Tallemant. Ange Cappel a son article dans
  la _Biographie universelle_ de Michaud; on trouve aussi des
  renseignemens sur lui dans les _Remarques_ sur le chapitre 11 de
  la _Confession de Sancy_. (Voyez le _Recueil de diverses pièces
  servant à l'histoire de Henri_ III. Cologne, P. Marteau, 1699, t.
  2, p. 555.)

  [115] Cette facétie orne le frontispice de _l'Abus des
  Plaideurs_. On répondit à Cappel par un quatrain lourd et
  grossier, attribué à Rapin, que cite la _Biographie_. Ce donneur
  d'avis obtint le 27 septembre 1612 un arrêt du conseil qui lui
  accordoit le vingtième denier d'un nouveau fonds qu'il proposoit
  sur le _ménage du domaine_ du roi. Une copie collationnée de cet
  arrêt existe dans le manuscrit du roi 8778, in-folio. Fonds de
  Béthune, p. 64.

M. d'Incarville, contrôleur général des finances, n'étoit point un
voleur, comme le dit M. de Sully[116]; c'était un honnête homme et
homme de bien. Cette querelle avec madame de Beaufort, lorsqu'elle
alloit être reine ne s'accorde guère avec ce que M. de Sully conte du
voyage de Clermont, où il donna des coups de bâton au cocher par son
commandement; elle l'eût fait chasser bien vite.

  [116] _Mémoires_, liv. 12.

Voici ce qui se passa à la maladie de madame de Beaufort. Elle dépêcha
Puypeiroux vers le Roi pour lui en donner avis, et le supplier de
trouver bon qu'elle se fît mettre dans un bateau pour l'aller trouver
à Fontainebleau. Elle espéroit que cela le feroit venir aussitôt, et
qu'en faveur de ses enfants, il l'épouseroit avant qu'elle mourût. En
effet, aussitôt que Puypeiroux fut arrivé, le Roi le fit repartir pour
lui aller faire tenir prêt le bac des Tuileries, dans lequel il
vouloit passer pour n'être point vu, et incontinent il monta à cheval,
et fit si grande diligence qu'il rattrapa Puypeiroux, à qui il fit de
terribles reproches. Auprès de Juvisy, le Roi trouva M. le chancelier
de Bellièvre, qui lui apprit la mort de madame la Duchesse. Nonobstant
cela, il vouloit aller à Paris pour la voir en cet état, si M. le
chancelier ne lui eût remontré que cela étoit indigne d'un roi. Il se
laissa vaincre à ses raisons, et retourna à Fontainebleau.

M. de Sully dit en un endroit que le Roi monta dans son carrosse; il
n'en avoit point, quoiqu'il fût surintendant des finances. Il alloit
au Louvre en housse, et n'eut un carrosse que quand il fut grand
maître de l'artillerie. Le Roi ne vouloit pas qu'on en eût. Le marquis
de Coeuvres et le marquis de Rambouillet furent les premiers des
jeunes gens qui en eurent, le dernier à cause de sa mauvaise vue,
l'autre en rendoit quelque autre raison[117]. Ils se cachoient, quand
ils rencontroient le Roi. Bassompierre disoit que quand il pleuvoit
ils alloient chercher des dames de leurs amies pour faire des visites
avec elles. Arnauld le Péteux[118] a été le premier garçon de la ville
qui en ait eu, car les hommes mariés en eurent avant lui. Le Roi ne
trouva pas bon que Fontenay-Mareuil[119] en eût un, on lui dit qu'il
s'alloit marier. Enfin les carrosses devinrent tout communs; on ne
savoit ce que c'étoit que des chevaux d'amble, le Roi seul avoit une
haquenée; du temps d'Henri IV même cela étoit ainsi; on trottoit après
le Roi.

  [117] «J'ai appris de la vieille madame Pilou, dit Sauval, qu'il
  n'y a point eu de carrosse à Paris avant la fin de la Ligue... La
  première personne qui en eut étoit une femme de sa connoissance
  et sa voisine, fille d'un riche apothicaire de la rue
  Saint-Antoine, nommé Fayereau, et qui s'étoit fait séparer de
  corps et de biens d'avec Bordeaux, maître des comptes, son
  premier mari.» (_Antiquités de Paris_, tome 1er, p. 191.)

  [118] On trouvera plus bas un article sur cet Arnauld; on y donne
  la raison du surnom bizarre qu'il portoit.

  [119] Ceci doit être entendu de Louis XIII et non de Henri IV.
  François Du Val, marquis de Fontenay-Mareuil, élevé auprès du
  dauphin, comme enfant d'honneur, n'avoit que quinze ans à la mort
  de Henri IV. Il épousa en novembre 1626 Suzanne de Monceaux.
  Fontenay-Mareuil s'est rendu célèbre dans la carrière des
  ambassades; il a laissé des _Mémoires_ importants qui ont été
  publiés pour la première fois dans la première série de la
  _Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France_, tomes
  50 et 51.

Quand le Roi fit M. de Sully surintendant, cet homme, par bravoure,
fit un inventaire de ses biens qu'il donna à Sa Majesté, jurant qu'il
ne vouloit que vivre de ses appointemens et profiter de l'épargne de
son revenu, qui ne consistoit alors qu'en la terre de Rosny. Mais
aussitôt il se mit à faire de grandes acquisitions, et tout le monde
se moquoit de son bel inventaire. Le Roi témoigna assez, ce qu'il en
pensoit, car M. de Sully ayant un jour bronché dans la cour du Louvre,
en le voulant saluer, comme il étoit sur un balcon, il dit à ceux qui
étoient auprès de lui, qu'ils ne s'en étonnassent pas, et que si le
plus fort de ses Suisses avoit autant de _pots de vin_ dans la tête,
il seroit tombé tout de son long.

Il se fait écrire _monseigneur_ par La Varenne[120]; on ne donnoit
point du _monseigneur_ en ce temps-là au surintendant des finances, et
il n'étoit que cela alors. D'ailleurs La Varenne étoit trop fier pour
en user ainsi. On le voit par une chose, qu'il lui écrivit depuis, à
propos du différend de leurs gendres[121] en Bretagne, pour la
préséance; quoique M. de Sully fût duc et pair, l'autre lui écrivit
ainsi: _Le différend qui est entre nos gendres..._ Cela pensa faire
enrager le bon homme. Cela me fait ressouvenir que M. le chancelier
Seguier, dont la fille a épousé le petit-fils de M. de Sully, lui
ayant écrit une fois, à propos de quelques démêlés, en ces mots: _Pour
conserver la paix dans nos familles_, il s'en mit en colère, et dit
que le mot de famille n'étoit bon que pour le chancelier, qui n'étoit
qu'un citadin.

  [120] Grand m... du roi (T.)--Cette assertion de Tallemant sur
  les fonctions secrètes de La Varenne ne paroît pas dénuée de
  vraisemblance. Son premier office avoit été celui de cuisinier
  chez Madame: il excelloit à piquer les viandes. Quand il eut fait
  fortune et quand Guillaume Fouquet (c'étoit son nom) eut gagné le
  marquisat de La Varenne, Madame le rencontrant un jour, lui dit:
  «La Varenne, tu as plus gagné à porter les _poulets_ de mon frère
  qu'à piquer les miens.» Il fut fait porte-manteau du Roi, puis
  conseiller d'état et contrôleur général des postes; toutefois ces
  différentes charges ne le détournèrent jamais du soin de ses
  missions amoureuses. Mais l'âge du Roi diminuoit chaque jour
  l'importance du rôle de son confident; aussi La Varenne ayant
  obtenu une grâce nouvelle du prince, comme le chancelier de
  Bellièvre faisoit quelques difficultés d'en sceller l'expédition,
  La Varenne lui dit: «Monsieur, ne vous en faites pas tant
  accroire: je veux bien que vous sachiez que si mon maître avoit
  vingt-cinq ans de moins, je ne donnerois pas mon emploi pour le
  vôtre.»

  [121] M. de Rohan; le comte de Vertus d'Avaugour. (T.)--Henri,
  duc de Rohan, épousa en 1605 Marguerite de Béthune-Sully, et
  Claude de Bretagne, comte de Vertus, avoit épousé Catherine
  Fouquet, fille du marquis de La Varenne.

Jamais il n'y eut un surintendant plus rébarbatif. Cinq ou six
seigneurs des plus qualifiés de la cour, et de ceux que le Roi voyoit
de meilleur oeil, l'allèrent un après-dîner visiter à l'Arsenal. Ils
lui déclarèrent en entrant qu'ils ne venoient que pour le voir. Il
leur répondit que cela étoit bien aisé, et s'étant tourné devant et
derrière pour se faire voir, il entra dans son cabinet et ferma la
porte sur lui.

Un trésorier de France, nommé Pradel, autrefois maître-d'hôtel du
vieux maréchal de Biron, et fort connu du Roi, ne pouvoit avoir raison
de M. de Sully, qui lui ôtoit ses gages. Un jour il le voulut faire
sortir de chez lui par les épaules, mais cet homme prit un couteau de
dessus la table, car le couvert étoit mis, et lui dit: «Vous aurez ma
vie auparavant; je suis dans la maison du roi, vous me devez justice.»
Enfin, après bien du bruit, Pradel alla trouver le Roi, lui conta
l'histoire, et déclara que, dans le désespoir où le mettoit M. de
Sully, il ne se soucioit point d'être pendu, pourvu qu'il se fût
vengé; qu'aussi bien il mourroit de faim. Le Roi le gourmanda fort;
mais, quelques plaintes que fît M. de Sully, il fallut payer Pradel.

Un Italien, venant de l'Arsenal, où il avoit eu quelques rebuffades du
surintendant, passa par la Grêve, où l'on pendoit quelques
malfaiteurs. «_O beati impiccati! s'écria-t-il, che non avete da fare
con quel Rosny._»

Il étoit si haï que par plaisir on coupoit les ormes qu'il avoit fait
mettre sur les grands chemins pour les orner. «C'est un _Rosny_,
disoient-ils, faisons-en un _Biron_[122].» Il avoit proposé au Roi,
qui aimoit les établissements, d'obliger les particuliers à mettre des
arbres le long des chemins; et comme il vit que cela ne réussissoit
pas, il fut le premier à s'en moquer.

  [122] Par allusion au supplice du maréchal de Biron, décapité le
  31 juillet 1602.

M. de Sully dit en un endroit de ses _Mémoires_ que M. de Biron et
douze des plus galants de la cour ne pouvoient venir à bout d'un
ballet qu'ils avoient entrepris, et qu'il fallut lui faire commander
par le Roi de s'en mettre. C'étoit une de ses folies que la danse.
Tous les soirs, jusqu'à la mort d'Henri IV, un nommé La Roche, valet
de chambre du Roi, jouoit sur le luth les danses du temps, et M. de
Sully dansoit tout seul avec je ne sais quel bonnet extravagant en
tête, qu'il avoit d'ordinaire quand il étoit dans son cabinet. Les
spectateurs étoient Duret, depuis président de Chevry, et La Clavelle,
depuis seigneur de Chevigny[123], qui, avec quelques femmes d'assez
mauvaise réputation bouffonnoient tous les jours avec lui. Ces gens
lui applaudissoient, quoique ce fût le plus maladroit homme du
monde[124]. Il montoit quelquefois des chevaux dans la cour de
l'Arsenal, mais de si mauvaise grâce que tout le monde se moquoit de
lui.

  [123] Duret de Chevry, sur lequel on verra plus bas un article
  dans ces Mémoires, et La Clavelle de Chevigny avoient été
  secrétaires de Sully. (Voyez l'_avertissement_ qui précède les
  _Mémoires de Sully_, Tome 1er, p. 3, de la 2e série de la
  _Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France_.)

  [124] Tout ceci contraste fort avec le caractère d'austérité de
  convention qu'on a prêté à Sully. Il est surtout une pointe qui
  traîne dans tous les _ana_ historiques et qui se trouve révoquée
  en doute par le récit de Tallemant. Si l'on en croit les
  conteurs, après la mort de Henri IV le prince de Condé témoigna
  un jour le désir que le marquis de Rosny, fils de
  l'ex-surintendant, figurât dans un ballet qu'il montoit. Sully
  lui aurait répondu avec cette sévérité théâtrale que la tradition
  lui prête: «Rosny est marié, il a des enfants, ce n'est plus à
  lui à danser.--Je vois bien ce que c'est, auroit repris le
  prince, vous voulez faire de mon ballet une affaire
  d'Etat.--Nullement, monsieur, lui répondit Sully, tout au
  contraire: je tiens vos affaires d'Etat pour des ballets.» Cela
  est bien digne, mais Tallemant est plus naturel, et il étoit
  rapproché des sources.

A propos de ballet, M. le Prince en dansa un, et le Roi commanda à M.
de Sully de donner une ordonnance pour cela. M. de Sully enrageoit,
et, comme pour se moquer, il mit en bas: «Et autant pour le brodeur.»
Pour le faire enrager encore plus, M. le Prince se fit payer le double
en disant qu'il y en avoit la moitié pour le brodeur. Il alla avec
toute sa maison chez M. d'Arbault, trésorier de l'Épargne, et n'en
sortit qu'il n'eût reçu l'argent. Le Roi ne fit qu'en rire, et dit que
M. de Sully méritoit bien cela.

Sully gardoit lui-même la porte de la salle à double rang de galeries
qu'il avoit fait faire à l'Arsenal pour les ballets.

C'étoit à Duret, son m........, qu'on présentoit les gants[125]. Il
parle dans ses _Mémoires_ d'un nommé Robin qu'il rebuta[126]; c'est
qu'il s'étoit adressé à lui-même, et non pas à Duret.

  [125] _Présenter, donner les gants_, locutions tirées de l'ancien
  usage de donner une paire de gants à celui qui apportoit le
  premier une bonne nouvelle, et par extension faire un cadeau en
  échange d'un service, d'une faveur. Cet usage venoit d'Espagne,
  où il s'appeloit la _paraguante_.

  [126] Livre 9.

La chambre de justice ne fut établie que pour perdre M. de Sully et
découvrir ses malversations; et cela étoit mené par des gens qu'il
avoit mis dans les finances. Il s'opposa tant qu'il put à la
recherche, et ce fut lui qui fit la composition des financiers. M. de
Bellegarde s'en étant rendu le solliciteur, il fit si bien qu'il
réduisit à fort peu de chose ce qui devoit revenir de cette
composition, pour faire accroire au Roi qu'il avoit été mal conseillé,
et que, pour un petit profit, il avoit perdu la bonne volonté de ses
officiers. Ceci arriva en 1606, et le roi, sachant les pots-de-vin
qu'il prenoit, et croyant qu'il avoit part aux intérêts d'avance qu'on
payoit aux trésoriers de l'Epargne, faisoit état de donner la
surintendance à M. de Vendôme, quand il auroit plus d'âge; lorsque Sa
Majesté mourut, elle étoit sur le point de l'y établir.

Son triomphe d'Ivry et les grandes sommes qu'il tira des prisonniers
de guerre qu'il fit, sont les plus plaisants endroits de son
livre[127]. Toutes ces extravagances sont peintes dans une grande
salle à Villebon, dans le pays Chartrain.

  [127] _Mémoires_, liv. 3.

C'étoit le plus sale homme du monde en paroles. Un jour, je ne sais
quel gentilhomme fort bien fait alla dîner avec lui. Madame de Sully
sa seconde femme[128], qui vit encore, le regardoit de tous ses yeux.
«Avouez, madame, lui dit-il tout haut, que vous seriez bien attrapée
si monsieur n'avoit point de...» Il ne se tourmentoit pas autrement
d'être cocu; et en donnant de l'argent à sa femme, il disoit: «Tant
pour cela, tant pour cela, et tant pour vos f...» Il fit faire un
escalier séparé qui alloit à l'appartement de sa femme, et lui dit:
«Madame, faites passer les gens que vous savez par cet escalier-là,
car si j'en rencontre quelqu'un, sur mon escalier, je lui en ferai
sauter toutes les marches.»

  [128] Sully, veuf d'Anne de Courtenay, se remaria à Rachel de
  Cochefilet, veuve elle-même en premières noces de Châteaupers.

Ce bon homme, plus de vingt-cinq ans après que tout le monde avoit
cessé de porter des chaînes et des enseignes de diamants, en mettoit
tous les jours pour se parer, et se promenoit en cet équipage sous les
porches de la Place-Royale, qui est près de son hôtel. Tous les
passans s'amusoient à le regarder. A Sully, où il s'étoit retiré sur
la fin de ses jours[129], il avoit quinze ou vingt vieux puants et
sept ou huit vieux reîtres de gentilshommes qui, au son de la cloche,
se mettoient en haie pour lui faire honneur, quand-il alloit à la
promenade, et puis le suivoient. Il entretenoit je ne sais quelle
espèce de garde suisse. Il disoit qu'on se pouvoit sauver en toute
sorte de religion, et a voulu être enterré en terre sainte.

  [129] Sully se retira en effet, à la mort de Henri IV, dans la
  terre de son nom; mais étant rentré en possession du château de
  Villebon qu'il avoit cédé au prince de Condé, il en fit son
  habitation principale, et il y est mort. Tallemant, dans cet
  article, montre plus qu'ailleurs son esprit mordant et porté au
  dénigrement. On voit dans les _Mémoires de Sully_ de l'abbé de
  l'Ecluse, Londres, 1747, in-4º, tom. 3, pag. 414, le grand état
  que le ministre de Henri IV conserva jusque dans ses terres. Le
  château de Sully est un curieux monument du moyen âge; il a été
  sous Charles VII la demeure de La Trémouille. Il étoit avant la
  révolution flanqué de tours, mais il n'en subsiste qu'une seule
  aujourd'hui. On voit au milieu de la cour la statue en marbre que
  Rachel de Cochefilet, duchesse de Sully, fit élever à Villebon à
  la mémoire de son mari; on regrette que cette statue n'ait pas
  encore été placée sur son piédestal, et qu'elle soit encore
  couchée dans la caisse qui a servi à la transporter de Villebon à
  Sully.



LE CONNÉTABLE DE LESDIGUIÈRES.

M. DE CRÉQUI.


François de Bonne, seigneur de Lesdiguières[130], étoit d'une maison
noble et ancienne des montagnes du Dauphiné, mais pauvre. Après avoir
fait ses études, il se fit recevoir avocat au parlement de Grenoble,
et y plaida, dit-on, quelquefois; mais se sentant appelé à de plus
grandes choses, il se retira chez lui, en dessein d'aller à la guerre.
Cependant, n'ayant pas autrement de quoi se mettre en équipage, il
emprunta une jument à un hôtelier de son village, faisant semblant
d'aller voir un de ses parents. Or, cette jument, n'appartenant pas à
cet hôtelier, lui fut redemandée, et cela donna sujet à un procès qui,
quoique de petite conséquence, dura pourtant si long-temps, comme il
n'arrive que trop souvent, qu'avant qu'il fût terminé, M. de
Lesdiguières étoit déjà gouverneur du Dauphiné. Un jour donc qu'il
passoit à cheval, suivi de ses gardes, dans la place de Grenoble, ce
pauvre hôtelier, qui y étoit à la poursuite de son procès, ne put
s'empêcher de dire assez haut: «Le diable emporte François de Bonne,
tant il m'a causé de mal et d'ennui.» Un des assistants lui demanda
pourquoi il parloit ainsi; cet homme lui raconta toute l'histoire de
la jument. Celui qui lui avoit fait cette demande étoit un des
domestiques de M. de Lesdiguières, et le soir même il lui en fit le
conte; car le connétable avoit, dit-on, cette coutume, qu'il vouloit
voir tous ses domestiques avant de se coucher, et quelquefois il
s'entretenoit familièrement avec eux. Ayant su cette aventure, il
commanda à cet homme de lui amener le lendemain le pauvre hôtelier,
qui, bien étonné, et intimidé exprès par son conducteur, se vint jeter
aux pieds de M. de Lesdiguières, lui demandant pardon de ce qu'il
avoit dit de lui; mais lui, n'en faisant que rire, le releva, et
pendant qu'il l'entretenoit du temps passé, on fit venir la partie
adverse, avec laquelle il s'accorda sur-le-champ, et donna même
quelque récompense à ce bon homme.

  [130] Le connétable de Lesdiguières, né à Saint-Bonne de
  Champsaut, le 1er avril 1543, mort à Valence en 1626.

M. le connétable aimoit à se souvenir de sa première fortune, et on en
voit aujourd'hui une grande marque, en ce qu'ayant fait bâtir un
superbe palais à Lesdiguières, il prit plaisir à laisser tout auprès,
en son entier, la petite maison où il étoit né, et que son père avoit
habitée.

Pour venir à madame la connétable de Lesdiguières, sa femme, qui est
morte il n'y a pas long-temps, elle s'appeloit Marie Vignon, et étoit
fille d'un fourreur de Grenoble. Elle fut mariée à un marchand drapier
de la même ville, nommé sire Aymon Mathel, dont elle eut deux filles.
C'était une assez belle personne, mais il n'y avoit rien
d'extraordinaire. Son premier, galant fut un nommé Roux, secrétaire de
la cour de parlement de Grenoble, qui depuis la donna à M. de
Lesdiguières. Or, ce Roux étoit grand ami d'un Cordelier appelé de
Nobilibus, qui fut brûlé à Grenoble pour avoir dit la messe sans avoir
reçu les ordres. On le soupconnoit aussi de magie, et le peuple croit
encore aujourd'hui que ce Cordelier avoit donné à madame la connétable
des charmes pour se rendre maîtresse de l'esprit de M. de
Lesdiguières. Il est bien certain qu'elle eut d'abord un fort grand
pouvoir sur lui.

Il n'y avoit pas long-temps que cet amour duroit, lorsque la femme
quitta la maison de son mari; elle ne logeoit pourtant pas avec son
galant, mais en un logis séparé où il lui donna grand équipage, et
bientôt après il la fit marquise. Il en eut deux filles durant cette
séparation d'avec sont mari. On dit que les parents de M. de
Lesdiguières gagnèrent son médecin, qui lui conseilla, pour sa santé,
de changer de maîtresse, et qu'en même temps, pour essayer de la lui
faire oublier, on lui présenta une fort belle personne, nommée Pachon,
femme d'un de ses gardes. Mais la marquise, car on l'appeloit ainsi
alors, fit donner des coups de bâton à cette femme dans la maison même
de M. de Lesdiguières, et incontinent après s'alla jeter à ses pieds.
Elle n'eut pas grande peine à faire sa paix, et fut plus aimée
qu'auparavant.

M. de Lesdiguières étoit obligé de faire plusieurs voyages; elle le
suivit partout, et même à la guerre; on dit pourtant qu'il voulut
faire en sorte que le drapier la reprît, et qu'il lui fit offrir pour
cela de le faire intendant de sa maison. Mais ce marchand, qui étoit
homme d'honneur, n'y voulut jamais entendre.

Cependant elle ne perdoit point d'occasion d'avancer ses parents.
Elle fit donner des bénéfices ou des compagnies à sept ou huit frères
qu'elle avoit, maria fort bien deux de ses soeurs. L'une épousa un
gentilhomme de la campagne, et depuis, étant veuve, elle fut
entretenue, car c'est une bonne race, par un prieur proche de Die,
dont elle eut une fille qui est religieuse dans Grenoble, mais que
madame la connétable, cette prude, n'a pas voulu voir. L'autre fut
mariée à un capitaine nommé Tonnier, et après sa mort elle épousa un
président de la chambre des comptes de Grenoble, appelé Le Blanc.
Celle-ci ne voulut point faire honte à ses aînées, et pendant la vie
et après la mort de son second mari, elle eut pour galant un nommé
L'Agneau, qu'elle épousa à l'article de la mort, et après avoir reçu
l'extrême-onction.

La marquise maria aussi les deux filles qu'elle avoit eues du drapier,
l'une à La Croix, maître-d'hôtel de M. de Lesdiguières, et en secondes
noces au baron de Barry. Celle-ci se garda bien de dégénérer, et fut
une digne fille d'une telle mère. L'autre fut mariée trois fois: la
première à un gentilhomme de la campagne dont je ne sais point le nom;
la seconde à un autre gentilhomme nommé Moncizet, avec lequel elle fut
démariée, et pour la troisième fois elle épousa le marquis de
Canillac.

Quant aux filles qu'elle avoit eues de M. de Lesdiguières, nous dirons
ensuite à qui elles furent mariées; mais il faut dire auparavant de
quelle façon leur mère parvint à se faire épouser par M. de
Lesdiguières.

Elle étoit demeurée à Grenoble, tandis que M. de Lesdiguières étoit au
siége de quelque place dans le Languedoc. En ce temps-là, un certain
colonel Alard, piémontais, vint faire des recrues en Dauphiné. Elle en
fut cajolée, mais non pas aussi ouvertement qu'elle l'avoit été
auparavant par M. de Nemours, qui lui fit mille galanteries, durant un
voyage que M. de Lesdiguières avoit été obligé de faire en Picardie.
Or comme elle ne pensoit qu'à devenir femme de M. de Lesdiguières, et
que la vie de son mari étoit un obstacle insurmontable, elle persuada
à ce colonel de l'assassiner; ce qu'il fit en cette sorte.

Le drapier, ayant abandonné son commerce, s'était retiré aux champs
depuis quelques années, en un lieu appelé le Port de Gien, dans la
paroisse de Mellan, à une petite lieue de Grenoble. Le colonel monté à
cheval, accompagné d'un grand valet italien à pied; il arriva de bonne
heure en ce lieu, et ayant rencontré un berger, il lui demanda la
maison du capitaine Clavel. Le berger lui dit qu'il ne connoissoit
personne de ce nom-là, mais que s'il demandoit la maison de sire
Mathel, c'était une de ces deux qu'il voyoit seules assez près de là.
Le colonel le pria de l'y conduire, afin que le berger lui montrât
l'homme qu'il cherchoit, car il ne le connoissoit pas. Ils n'eurent
pas fait beaucoup de chemin que le berger lui montra le drapier qui se
promenoit seul le long d'une pièce de terre; le colonel le remercia,
lui donna pour boire et le renvoya. Après il va au marchand, et le
jette par terre d'un coup de pistolet qu'il accompagne de quelques
coups d'épée, de peur de manquer à le tuer.

La justice fit prendre le valet du mort et une servante qui étoit sa
concubine, avec le berger qui raconta toute l'histoire, sans pouvoir
nommer le meurtrier. On lui demanda s'il le reconnoîtroit bien. Il
répondit qu'oui. C'est pourquoi on le mit à Grenoble à une grille de
la prison qui répond sur la grande place appelée Saint-André. Il n'y
fut pas long-temps sans voir passer le colonel, qu'il reconnut
aussitôt, et qui fut tout aussitôt emprisonné, car il avoit cru
sottement que ce berger n'avoit rien vu.

M. de Lesdiguières, en ayant reçu avis en diligence, craignit que, si
cette affaire s'approfondissoit, sa maîtresse ne fût terriblement
embarrassée; il partit promptement du lieu où il étoit, et, entrant
dans la ville sans qu'on l'y attendît, alla d'autorité délivrer le
Piémontais; et le fit sauver en même temps. Le parlement fit du bruit,
et voulut s'en venger sur la maîtresse de M. de Lesdiguières, ne
pouvant s'en venger sur lui-même. Mais comme le connétable étoit
adroit, il sut si bien négocier avec chaque conseiller en particulier,
qu'il ne se parla plus de cette affaire.

Depuis ce temps-là il fut encore cinq ou six ans sans épouser la
marquise, et à la fin il s'y résolut, pour légitimer les deux filles
qu'il en avoit eues. Elles étoient adultérines pourtant[131].

  [131] En partant pour s'aller marier, il dit à sa maîtresse:
  «Allons donc faire cette sottise, puisque vous le voulez» (T.)

Il en avoit une d'un premier lit qui fut mariée à M. de Créqui. M. de
Lesdiguières d'aujourd'hui, auparavant M. le comte de Saulx, et feu M.
de Canaples, père de M. de Créqui d'à présent, vinrent de ce mariage.
Cette fille étant morte, on prit une étrange résolution, qui fut de
marier les deux filles qu'il avoit eues de madame la connétable, l'une
au comte de Saulx, et l'autre à M. de Créqui[132] son père, afin de
leur conserver tout le bien de M. le connétable. Il est vrai qu'il y
eut quelque intervalle de temps entre ces deux mariages, car l'aînée
de ces filles, mariée au marquis de Montbrun, fut démariée pour
épouser le comte de Saulx dont elle étoit tante; il étoit fils de la
fille du premier lit de M. de Lesdiguières.

  [132] Charles, maréchal de Créqui, épousa Madeleine de Bonne,
  fille du connétable de Lesdiguières. Il mourut en 1638, à l'âge
  d'environ soixante et onze ans.

Ce mariage ne fut pas heureux, et la comtesse de Saulx mourut bientôt
sans enfants. Voilà pourquoi, comme on avoit toujours la pensée de
conserver tout le bien à M. de Créqui et à ses enfants, la cadette ne
pouvant pas être épousée par M. le comte de Saulx, qui étoit veuf de
sa soeur de père et de mère, ni par M. de Canaples, qui étoit marié
avec une parente de MM. de Luynes, soeur de Combalet. Il fallut que M.
de Créqui l'épousât, quoiqu'il fût veuf d'une soeur du premier lit et
beau-frère de celle qui venoit de mourir. Le pape, quand on lui
demanda la dispense pour ce dernier mariage, dit qu'il falloit un pape
tout entier pour donner toutes les dispenses que ceux de cette maison
demandoient. Et il ne laissa pourtant pas de la donner.

Ce mariage du maréchal de Créqui fut encore plus malheureux que les
autres. Sa femme et lui ne vivoient pas bien ensemble, et un nommé
Najère, chef de son conseil[133], le fit résoudre, après la mort du
connétable, à une méchanceté qu'on auroit de la peine à croire, qui
fut de faire persuader à la maréchale, qui n'avoit point d'enfants,
d'en supposer un, afin que la supposition étant découverte, cela
donnât lieu de la cloîtrer et de retenir tout son bien. On persuada
donc à la maréchale cette supposition, comme elle étoit à une maison
des champs, appelée la Tour-d'Aigues. Il se trouva que la fermière
étoit grosse, qui consentit volontiers à donner son enfant à la
maréchale, pour en faire un grand seigneur. Mais le maréchal donna
ordre que celui qui transporteroit cet enfant d'une chambre à l'autre
l'étouffât en chemin, sur quoi la véritable mère, reconnoissant sa
faute, commença dans sa douleur à s'accuser, et sa maîtresse aussi, de
cette supposition. Aussitôt le comte de Saulx survint avec des
commissaires qu'on avoit fait tenir tout prêts, et qui, ayant fait
leurs informations, emprisonnèrent la maréchale. Ce procès pourtant
fut si bien conduit par le conseil et l'adresse de madame la
connétable, que ce mari, qui avoit voulu embarrasser sa femme par
cette accusation, se trouva presqu'aussi embarrassé qu'elle, et fut
obligé de s'accommoder. Après cette belle affaire, il en fit encore
une autre. Il fit enlever la connétable, sa belle-mère, et la tint
long-temps prisonnière au fort de Barreaux, l'accusant faussement de
crime de lèze-majesté et d'avoir intelligence avec le duc de Savoie;
mais le feu roi (Louis XIII) et le cardinal de Richelieu, passant à
Lyon, la mirent en liberté.

  [133] Il étoit garde-des-sceaux du parlement de Grenoble.

M. de Créqui ayant été tué en Italie, la maréchale eut sur la fin de
ses jours feu M. d'Elboeuf pour galant durant le séjour qu'elle fit à
Paris. Après elle alla mourir à Bourg en Bresse, et à l'heure de sa
mort elle donna toutes ses pierreries à un gentilhomme du duc pour les
lui porter. Elles étoient en assez bonne quantité, car sa mère lui en
avait donné de belles pour une terre qu'elle lui avoit baillée en
échange. Par son testament elle donna encore à M. d'Elboeuf une belle
terre auprès de Paris.

Ce M. d'Elboeuf étoit un grand abatteur de bois. Il attrapa
plaisamment (il y a trois ou quatre ans) une demoiselle de sa femme,
madame d'Elboeuf, qui est devenue ridicule, de belle qu'elle avoit été
autrefois (elle est soeur de M. de Vendôme)[134]. Elle étoit fort
malade. Elle avoit une demoiselle très-jolie; le mari en étoit épris.
Un jour il vint tout triste, et dit devant cette fille: «Ma femme est
morte, les médecins en désespèrent, ils me l'ont avoué, et de plus un
astrologue, qui a fait son horoscope, et que je viens de visiter
exprès pour cela, assure qu'elle n'en sauroit échapper.» Cette fille
depuis ce moment se mit dans l'esprit qu'elle pourroit bien devenir
princesse, et se laissa faire un petit enfant. Madame d'Elboeuf a
enterré son mari; il est mort cette année, âgé de soixante-un
ans[135], et il disoit: «Faut-il que je meure si jeune!»

  [134] Catherine Henriette, légitimée de France, fille de Henri IV
  et de Gabrielle d'Estrées, fut mariée au duc d'Elboeuf en 1619,
  et mourut en 1663.

  [135] Charles de Lorraine, deuxième du nom, duc d'Elboeuf, mourut
  le 5 novembre 1657. Cette date et quelques autres,
  particulièrement celle que Tallemant a mise à la marge de son
  introduction, font connoître principalement l'époque à laquelle
  il écrivoit ses Mémoires.

Pour revenir au connétable, voici ce que Bérançon a rapporté de sa
mort. Il travailloit avec lui, le propre jour qu'il mourut, à des
départs de gens de guerre. «Il faudroit, lui dit Bérançon, que M. de
Créqui fût ici.--Voire, répondit le connétable, nous aurions beau
l'attendre, s'il a trouvé un chambrillon en son chemin, il ne viendra
d'aujourd'hui.» Il travailla de fort bon sens, après il fit venir son
curé. «Monsieur le curé, lui dit-il, faites-moi faire tout ce qu'il
faut.» Quand tout fut fait: «Est-ce là tout, dit-il, monsieur le
curé?--Oui, monsieur.--Adieu, monsieur le curé, en vous remerciant.»
Le médecin lui dit: «Monsieur, j'en ai vu de plus malades
échapper.--Cela peut être, répondit-il, mais ils n'avoient pas
quatre-vingt-cinq ans comme moi.» Il vint des moines à qui il avoit
donné quatre mille écus, qui eussent bien voulu en avoir encore
autant. Ils lui promettoient paradis en récompense. «Voyez-vous, leur
dit-il, mes pères, si je ne suis sauvé pour quatre mille écus, je ne
le serai pas pour huit mille. Adieu.» Il mourut comme cela, le plus
tranquillement du monde.

J'ajouterai quelque chose de feu M. de Créqui. On lui dit, quand il
voulut attaquer Gavi, forteresse des Génois, que Barberousse n'avoit
pu la prendre. «Eh! bien, répondit-il, _Barbegrise_ la prendra.» Il la
prit en effet.

Il disoit les choses assez plaisamment. Un jour il tomba du haut d'un
escalier en bas, sans se faire autrement de mal. «Ah! monsieur, lui
dit-on, que vous avez sujet de remercier Dieu!--Je m'en garderai bien,
dit-il, il ne m'a pas épargné un échelon.»

Il fit de si grandes pertes au jeu qu'il en pensa perdre l'esprit, et
si le connétable ne lui eût envoyé cent mille écus et promesse
d'autant, il n'en fût point revenu. Il n'y eut que cela qui le remit.
Il étoit fort coquet et il vouloit toujours paroître jeune. Quand le
cardinal de Richelieu, avant que d'être duc, se fit recevoir
conseiller honoraire au Parlement, M. de Créqui fut un de ses
témoins, et lui dit en dînant chez le premier président au sortir de
là: «Monsieur, je vous ai rendu aujourd'hui le plus grand service que
je vous pouvois rendre, en disant mon âge.»

On conte de lui une chose qui est assez de galant homme. La nuit, des
filoux lui demandèrent la bourse. «Je n'ai rien, leur dit-il, je viens
de perdre.--Monsieur, lui dirent-ils, nous vous connoissons,
promettez-nous de nous donner quelque chose, et demain un de nous ira
vous le demander.» Il leur promit trente pistoles. Le lendemain matin,
un de ces honnêtes gens, demanda à lui parler, et lui dit tout bas
qu'il venoit quérir ce qu'il leur avoit promis. Il avoit oublié ce que
c'étoit. L'autre l'en fit ressouvenir, il se mit à rire et lui dit:
«Je tiendrai parole, mais il faut avouer que tu es bien imprudent.» En
effet, il lui donna les trente pistoles[136].

  [136] Turenne, comme chacun sait, se trouva dans une circonstance
  toute pareille, et tint la même conduite.



LA REINE MARGUERITE DE VALOIS.


La reine Marguerite[137] étoit belle en sa jeunesse, hors qu'elle
avoit les joues un peu pendantes, et le visage un peu trop long.
Jamais il n'y eut une personne plus encline à la galanterie. Elle
avoit d'une sorte de papier dont les marges étoient toutes pleines de
trophées d'amour. C'était le papier dont elle se servoit pour ses
billets doux. Elle parloit _phébus_ selon la mode de ce temps-là, mais
elle avoit beaucoup d'esprit. On a une pièce d'elle, qu'elle a
intitulée: _La Ruelle mal assortie_[138], où l'on peut voir quel étoit
son style de galanteries.

  [137] Je ne dirai que ce qui n'est point dans ses _Mémoires_, ni
  dans ceux que M. de Peiresc a laissés à M. Dupuy.
  (T.)--Marguerite de France, reine de Navarre, première femme de
  Henri IV, née en 1552, morte le 27 mars 1615. On a d'elle des
  Mémoires fort curieux, qui ont eu beaucoup d'éditions.

  [138] Cette pièce ne paroît pas avoir été imprimée.

Elle portoit un grand vertugadin, qui avoit des pochettes tout autour,
en chacune desquelles elle mettoit une boîte où étoit le coeur d'un de
ses amants trépassés, car elle étoit soigneuse, à mesure qu'ils
mouroient, d'en faire embaumer le coeur. Ce vertugadin se pendoit tous
les soirs à un crochet qui fermoit au cadenas, derrière le dossier de
son lit.

On dit qu'un jour M. de Turenne, depuis M. de Bouillon, étant ivre,
lui dégobilla sur la gorge en la voulant jeter sur un lit.

Elle devint horriblement grosse, et avec cela elle faisoit faire ses
carrures et ses corps de jupes beaucoup plus longs qu'il ne le
falloit, et ses manches à proportion. Elle étoit coiffée de cheveux
blonds, d'un blond de filasse blanchie sur l'herbe. Elle avoit été
chauve de bonne heure; pour cela elle avoit de grands valets de pied
blonds que l'on tondoit de temps en temps.

Elle avoit toujours de ces cheveux-là dans sa poche, de peur d'en
manquer; et, pour se rendre de plus belle taille, elle faisoit mettre
du fer-blanc aux deux côtés de son corps pour élargir la carrure. Il y
avoit bien des portes où elle ne pouvoit passer.

Elle aima sur la fin de ses jours un musicien nommé Villars. Il
falloit que cet homme eût toujours des chausses troussées et des bas
d'attache, quoique personne n'en portât plus. On l'appeloit
vulgairement _le roi Margot_[139]. Elle a eu quelques bâtards, dont
l'un, dit-on, a vécu, et a été capucin[140]. Ce roi Margot n'empêchoit
point que la bonne Reine fût bien dévote et bien craignant Dieu, car
elle faisoit dire une quantité étrange de messes et de vêpres.

  [139] Margot étoit le nom abrégé et familier que Charles IX
  donnoit à sa soeur Marguerite. «En donnant ma soeur Margot au
  prince de Béarn, je la donne à tous les huguenots du royaume.» En
  effet, les faveurs de la princesse passoient déjà pour être
  partagées par un assez grand nombre d'élus.

  [140] Bassompierre en a parlé. «Le soir (du 5 août 1628), ce
  capucin, fils de la feue reine Marguerite et de Chauvalon, nommé
  Père Archange, me vint trouver et me dit force impertinences.»
  (_Mémoires de Bassompierre_, deuxième série des _Mémoires
  relatifs à l'Histoire de France_, t. 21, pag. 162.)

Hors la folie de l'amour, elle étoit fort raisonnable. Elle ne voulut
point consentir à la dissolution de son mariage en faveur de madame de
Beaufort. Elle avoit l'esprit fort souple et savoit s'accommoder au
temps. Elle a dit mille cajoleries à la feue Reine-mère[141], et quand
M. de Souvray[142] et M. de Pluvinel[143] lui menèrent le feu Roi,
elle s'écria: «Ah! qu'il est beau, ah! qu'il est bien fait! que le
Chiron est heureux qui élève cet Achille!» Pluvinel, qui n'étoit guère
plus subtil que ses chevaux, dit à M. de Souvray: «Ne vous disois-je
pas bien que cette méchante femme nous diroit quelque injure?» M. de
Souvray[144] lui-même n'étoit guère plus habile. On avoit fait des
vers dans ce temps-là qu'on appeloit _les Visions de la cour_, où l'on
disoit de lui _qu'il n'avoit de Chiron que le train de derrière_.

  [141] Marie de Médicis, qui l'avoit remplacée dans la couche de
  Henri IV, et au couronnement de laquelle Henri IV exigea qu'elle
  parût.

  [142] M. de Souvray, ou de Souvré, étoit gouverneur de Louis
  XIII.

  [143] Il étoit sous-gouverneur et premier écuyer de la grande
  écurie. (T.)

  [144] Ce M. de Souvray, à ce qu'on prétend, disoit _Bucéphale_ en
  lieu de Céphale, en cet endroit de Malherbe (_Ode à la Reine-mère
  du Roi, sur sa bienvenue en France_) où il y a:

     Quand les yeux même de Céphale
     En feroient la comparaison. (T.)

  Henri IV alloit quelquefois visiter la reine Marguerite[145], et
  gronda de ce que la Reine-mère n'alla pas assez avant la recevoir
  à la première visite.

  [145] Elle avoit fait bâtir un hôtel à l'entrée de la rue de
  Seine (sur l'emplacement des maisons qui commencent la rue à
  droite). Les jardins s'étendoient le long de la rivière jusqu'à
  la rue des Saints-Pères. La première fois que Henri alla la voir,
  il lui dit, en la quittant, qu'_il la prioit d'être plus
  ménagère_. «Que voulez-vous, répondit-elle, la prodigalité est
  chez moi un vice de famille.»

Durant ses repas, elle faisoit toujours discourir quelques hommes de
lettres. Pitard, qui a écrit de la morale, étoit à elle, et elle le
faisoit parler assez souvent.

Le feu Roi s'avisa de danser un ballet de la vieille cour, où, entre
autres personnes qu'on représentoit, on représenta la reine Marguerite
avec la ridicule figure dont elle étoit sur ses vieux jours. Ce
dessein n'étoit guère raisonnable en soi; mais au moins devoit-on
épargner la fille de tant de rois.

A propos de ballets, une fois qu'on en dansoit un chez elle, la
duchesse de Retz la pria d'ordonner qu'on ne laissât entrer que ceux
qu'on avoit conviés, afin qu'on pût voir le ballet à son aise. Une des
voisines de la reine Marguerite, nommée mademoiselle Loiseau, jolie
femme et fort galante, fit si bien qu'elle y entra. Dès que la
duchesse l'aperçut, elle s'en mit en colère, et dit à la Reine qu'elle
la prioit de trouver bon que pour punir cette femme elle lui fît
seulement une petite question. La Reine lui conseilla de n'en rien
faire, et lui dit que cette demoiselle avoit bec et ongles; mais
voyant que la duchesse s'y opiniâtroit, elle le lui permit enfin. On
fit donc approcher mademoiselle[146] Loiseau, qui vint avec un air
fort délibéré: «Mademoiselle, lui dit la duchesse, je voudrois bien
vous prier de me dire si les oiseaux ont des cornes?--Oui, madame,
répondit-elle, les ducs en portent[147].» La Reine, oyant cela, se mit
à rire, et dit à la duchesse: «Eh bien! n'eussiez-vous pas mieux fait
de me croire?»

  [146] On ne donnoit alors que la qualification de _demoiselle_
  aux femmes bourgeoises; celle de _madame_ n'appartenoit qu'aux
  femmes de qualité.

  [147] Madame de Retz étoit galante. (T.)--Ménage, qui croyoit
  cette anecdote plus récente, la rapporte ainsi: «Madame Loiseau,
  bourgeoise, étoit à Versailles. Le Roi, voyant qu'elle s'avançoit
  fort près du cercle, dit à madame la duchesse de ***:
  «Questionnez-la un peu, madame.» «Madame la duchesse de ***,
  l'ayant fait approcher, lui dit: «Madame, quel est l'oiseau le
  plus sujet à être cocu?» Elle lui répondit «C'est un duc,
  madame.» (_Menagiana_, édition de 1762, tom. 1, pag. 264.)

J'ai ouï faire un conte de la reine Marguerite qui est fort plaisant.
Un gentilhomme gascon, nommé Salignac, devint, comme elle étoit encore
jeune, éperdument amoureux d'elle; mais elle ne l'aimoit point. Un
jour, comme il lui reprochoit son ingratitude: «Or çà, lui dit-elle,
que feriez-vous pour me témoigner votre amour!--Il n'y a rien que je
ne fisse, répondit-il.--Prendriez-vous bien du poison?--Oui, pourvu
que vous me permettiez d'expirer à vos pieds.--Je le veux,» reprit
elle. On prend jour; elle lui fait préparer une médecine fort
laxative. Il l'avale, et elle l'enferme dans un cabinet, après lui
avoir juré de venir avant que le poison opérât; elle le laissa là deux
bonnes heures, et la médecine opéra si bien que, quand on vint lui
ouvrir, personne ne pouvoit durer autour de lui. Je crois que ce
gentilhomme a été depuis ambassadeur en Turquie.



LA COMTESSE DE MORET. M. DE CESY.


Madame de Moret étoit de la maison de Bueil[148]; n'ayant ni père ni
mère, elle fut nourrie chez madame la princesse de Condé, Charlotte de
La Trémouille. Elle étoit là en bonne école. Henri IV, qui ne
cherchoit que de belles filles, et qui, quoique vieux, étoit plus fou
sur ce chapitre-là qu'il n'avoit été dans sa jeunesse, la fit
marchander, et on conclut à trente mille écus. Mais madame la
princesse de Condé souhaita que, par bienséance, on la mariât en
figure, si j'ose ainsi dire. Césy, de la maison de Harlay, homme bien
fait, et qui parloit agréablement, mais qui avoit mangé tout son bien,
s'offre à l'épouser. On les maria un matin. Le Roi, impatient et ne
goûtant pas trop qu'un autre eût un pucelage qu'il payoit, ne voulut
pas permettre que Césy couchât avec sa femme, et la vit dès ce
soir-là[149]. Césy, lâche comme un courtisan ruiné, prétendoit ravoir
sa femme le lendemain, résolu de tout souffrir pour faire fortune;
mais elle n'y voulut jamais consentir. On rompit le mariage à
condition que Césy aurait les trente mille écus.

  [148] Jacqueline de Bueil, comtesse de Bourbon-Moret.

  [149] Ce fait, indiqué dans les _Amours du grand Alcandre_, est
  rapporté à la date du 5 octobre 1604 dans le Journal de
  l'Estoile, tom. 47, pag. 476 de la première série des _Mémoires
  relatifs à l'histoire de France_. Barclay, dans l'ingénieuse
  satire de l'Euphormion, rapporte de la manière la plus
  spirituelle les conditions du mariage de Jacqueline qu'il désigne
  sous le nom de _Casina_. Nous en rapporterons ce passage: _Nescio
  quis antistes in candidâ veste connubii legem ad hunc modum
  recitavit, novam sanè, et quam ideò in tabulâ descripserat, ne
  inter pronunciandum laberetur: Ut tu Olympio hanc Casinam
  conjugem tuam nec attigeris, nec osculum retuleris, nisi peregrè
  proficiscens et trinundinum abfuturus, ut à sinu curiosam
  abstineas manum, nec adsis molestus noctium arbiter, aut antè
  sextam diei horam uxoris thalamum temerariâ manu recludas; si
  quam intereà prolem tibi genuerint Dii, illam protinùs tollas, et
  gratuito hærede felicissimam augeas domum. Si hæc faxis, tum tibi
  in uxoris nomen venire licebit, bonisque avibus juncto per
  exterarum gentium urbes celeberrimis itineribus volitare._
  (Euphormionis Lusinini, sive Joannis Barclaii satiricon. Lugd.
  Bat. apud Elzevirios 1637, pag. 196.) Plus d'un de nos lecteurs
  recourra à l'ouvrage que nous citons pour y voir les conditions
  imposées à l'épouse. La longueur de cette note ne nous a pas
  permis de les insérer ici.

Il se maria après avec Béthune, fille de la Reine, aussi laide que
l'autre étoit belle. Ses trente mille écus ne durèrent pas long-temps,
et depuis, pour se remettre, il demanda l'ambassade de Turquie, où,
contre l'ordinaire, il mena sa femme; mais il ne craignoit pas
autrement que le Grand-Seigneur la fît enlever pour la mettre dans le
sérail.

En passant à Turin il laissa sa fille à madame de Savoie[150]. Elle
étoit belle et y fut comme favorite; mais il fallut la renvoyer parce
qu'elle contrefaisoit le bossu[151] qui étoit amoureux de sa
belle-fille. Elle y avoit fait quelque fortune; au retour elle épousa
M. de Courtenay[152]. Le bossu étoit galant. En une collation qu'il
donna à Madame, toute la vaisselle d'argent étoit en forme de guitare,
parce qu'elle aimoit cet instrument.

  [150] Chrétienne de France, fille de Henri IV.

  [151] Le duc de Savoie.

  [152] C'étoit ce qu'il lui falloit, car elle fait assez la
  princesse. Les Courtenay, depuis quelques années, ont prétendu
  être princes du sang. (T.)

Césy fit tant de sortes de friponneries en Turquie, que tout le
commerce cessa, et il fallut, au bout de dix-huit ans, y envoyer M. de
Marcheville, qui eut bien de la peine à le tirer de là. Il demeura
huit ou neuf ans à Venise, avant que de rentrer en France. Enfin, de
retour à Paris, il reparut avec un train assez raisonnable, car il
avoit mis quelque chose à part pour ses vieux jours. Au sortir d'une
maladie, en avril 1612, il alloit presque toutes les après-dînées
faire planter sa chaise[153] sur les degrés de la pompe du Pont-Rouge
pour y prendre l'air; il y donnoit rendez-vous aux gens. On m'a assuré
qu'au commencement de la régence de la Reine, on compta entre ceux
qu'on disoit être en passe de gouverneur du Roi, un homme tel que je
viens de le dépeindre.

  [153] Des chaises des rues. (T.)--Le Pont-Rouge étoit établi
  devant la galerie du Louvre, en face de la rue de Beaune.

Madame de Moret eut un fils qui fut d'église[154]. On l'avoit fort
bien instruit; il étoit bien fait: on dit que de tous les enfants
d'Henri IV, c'étoit celui qui lui ressembloit le plus. Il avoit
l'esprit agréable[155]. Sa jeunesse fut assez déréglée, mais on dit
qu'il avoit fort profité aux voyages qu'il avoit faits durant deux
ans, au retour desquels il se jeta dans le parti de Monsieur, et fut
tué au combat où M. de Montmorency fut pris[156].

  [154] Antoine de Bourbon, comte de Moret, né à Fontainebleau en
  1607, légitimé en 1608. Il étoit abbé de Savigny, de Saint-Victor
  de Marseille, de Saint-Etienne de Caen et de Signy; il n'en porta
  pas moins les armes.

  [155] Il devint amoureux terriblement de madame de Chevreuse. M.
  de Chevreuse en étoit fort jaloux. En ce temps-là, madame de
  Chevreuse et Buckingham prièrent madame de Rambouillet de leur
  faire entendre mademoiselle Paulet, la plus belle voix de son
  temps. M. de Moret se trouva par hasard à l'hôtel de Rambouillet,
  où ils se devoient rendre. Quand l'heure vint, elle le pria de se
  retirer, parce qu'elle ne vouloit point que M. de Chevreuse, son
  voisin, pût l'accuser de quelque chose. M. de Moret fit ce qu'il
  put pour la fléchir, mais il s'en alla enfin, et ne lui en voulut
  aucunement.

  Un jour, chez madame des Loges, il jugeait de bien des choses
  d'esprit en jeune homme de qualité, Gombauld lui fit cette
  épigramme:

     Vous choquez la nature et l'art,
     Vous qui êtes né d'un crime;
     Mais pensez-vous que d'un bâtard
     Le jugement soit légitime?

  Il étoit d'une comédie que les enfants d'Henri IV jouèrent; il n'y
  eut que lui qui fit bien. (T.)

  [156] Au combat de Castelnaudary. L'opinion que le comte de Moret
  fut tué sur le champ de bataille, ou mourut de ses blessures
  quelques heures après, est la plus générale. D'autres cependant
  ont cru qu'ayant été pansé secrètement et guéri de ses blessures,
  il passa en Italie, se fit ermite, parcourut divers pays sans se
  faire connoître, vint enfin prendre retraite à l'ermitage des
  Gardelles, près de Saumur, sous le nom de frère _Jean-Baptiste_,
  et y mourut le 24 décembre 1692. Cette version sent bien le
  roman.

J'ai ouï conter à Venise qu'une célèbre courtisane lui voulut faire
payer la qualité, et que, pour l'attraper, il fit dorer des réales
d'Espagne qui ressemblaient à des pistoles; ils étoient convenus à
trois cents. Les nobles vénitiens ne trouvèrent cela nullement bon; il
en pensa arriver du désordre. Ils disoient: «Ne pouvons-nous point
être princes à meilleur titre que lui, en devenant doges, et ne
descendons-nous pas presque tous de princes, puisqu'il n'y a guère de
familles nobles qui n'aient eu un doge?»

Henri IV se refroidissant, madame de Moret s'avisa de faire la dévote.
Elle n'avoit que du linge uni, une grande pointe, une robe de serge,
les mains nues: c'étoit pour les montrer, car elle les avoit belles.
Jusque là elle avoit été un peu goinfre, mais fort agréable. Henri IV
fut tué avant qu'elle eût achevé sa farce. Elle joua un autre
personnage ensuite, car elle feignit de devenir aveugle. On croit que
c'étoit pour faire pitié à la Reine-mère. Enfin elle fit semblant que
M. de Mayerne, médecin célèbre, qui étoit fort son ami, lui avoit fait
recouvrer la vue d'un oeil, mais il ne paroissoit point que l'autre
fut plus malade. Elle se remit à faire l'amour tout de nouveau. M. de
Vardes se laissa attraper et l'épousa. Il y a six à sept ans qu'elle
est morte empoisonnée par mégarde et sans y porter d'autre
dessein[157]. On a dit que c'étoit un valet qui l'a empoisonnée, et on
soupçonne le mari, qui a retiré chez lui une demoiselle de bon lieu,
qu'il pourroit bien avoir envie d'épouser. J'ai su depuis qu'on avoit
fait un quiproquo chez l'apothicaire, et qu'on avoit donné du sublimé
pour du cristal minéral. Elle en mourut. On lui trouva deux abcès qui
l'eussent fait mourir subitement.

  [157] On voit par ce passage que la comtesse de Moret mourut vers
  l'an 1650. Nous avons vainement cherché cette date ailleurs.



LE CONNÉTABLE DE MONTMORENCY.


Le dernier connétable de Montmorency[158] n'étoit pas un grand
personnage; on l'accusoit d'être fort brutal: à peine savoit-il lire.
Sa plus belle qualité étoit d'être à cheval aussi bien qu'homme du
monde; il tenoit un teston[159] sur l'étrier sous son pied, et
travailloit un cheval, tant il étoit ferme d'assiette, sans que le
teston tombât; et en ce temps-là le dessous de l'étrier n'étoit qu'une
petite barre large d'un travers de doigt. Il aimoit extrêmement les
chevaux, et dès qu'un cheval étoit à lui, il ne changeoit plus de
maître, et, n'eût-il eu que trois jambes, on le nourrissoit dans une
infirmerie qui étoit à Chantilly. De sorte que chez lui le proverbe
d'_Equi senectus_ n'étoit pas trop véritable. C'étoit un grand tyran
pour la chasse. Cependant il disoit qu'il falloit permettre à un
gentilhomme de poursuivre le gibier qu'il auroit fait lever sur sa
propre terre, et qu'en ce cas il laisseroit prendre un lièvre jusque
dans sa salle.

  [158] Henri, duc de Montmorency, fils de Anne de Montmorency,
  maréchal de France en 1566, connétable en 1593, mort à Agde le
  1er avril 1614.

  [159] Monnoie d'argent qui valoit environ douze sous; elle étoit
  grande comme le sont aujourd'hui les pièces de trente sous.

En Languedoc il devint amoureux, étant déjà âgé, de mademoiselle de
Portes[160], de la maison de Budos; c'étoit une belle fille, mais
pauvre, et qui, quoiqu'elle fût bien demoiselle, n'étoit pas pourtant
de naissance à prétendre un connétable. C'est à cause de cela, et sur
ce qu'elle mourut d'apoplexie, et qu'elle avoit le visage tout
contourné, qu'on a dit qu'elle s'étoit donnée au diable pour épouser
M. le connétable, et que César, un Italien qui passoit pour magicien à
la cour, avoit été l'entremetteur de ce pacte.

  [160] Louise de Budos, fille du vicomte de Portes, née le 13
  juillet 1575, mariée le 13 mars 1593, morte à Chantilly le 30
  avril 1598.

Ce César disoit qu'il n'avoit point trouvé de si méchantes femmes
qu'en France, et qui fussent si vindicatives. Je ne m'en étonne pas,
car presque partout ailleurs elles sont comme enfermées, et ne peuvent
pas faire galanterie, puisqu'elles ne voient point d'hommes. Le
bonhomme de La Haye, un vieux gentilhomme huguenot, qui avoit bien vu
des choses, m'a dit que César n'étoit qu'un fourbe: «Vous me voulez,
lui disoit-il, faire voir le diable dans une cave où cinq ou six
coquins charbonnés me viendront peut-être bien étriller. Je le veux
voir dans la plaine Saint-Denis.»

Après la mort de sa femme, le connétable épousa une demoiselle de
Montoison[161], tante de sa femme, parce qu'il la trouva sous sa main,
car elle n'étoit ni jeune ni belle. Au bout de trois mois il en fut si
las, qu'il la relégua à Meru. Depuis sa mort, cette madame la
connétable fut dame d'honneur de la reine Anne d'Autriche. Mais quand
M. de Luynes voulut faire sa femme surintendante de la maison de la
Reine, la connétable, qui n'avoit point cru la qualité de dame
d'honneur au-dessous d'elle quand elle étoit la première personne de
chez la Reine, se retira, et on mit à sa place madame de La Boissière,
qui avoit été renvoyée d'Espagne au bout d'un an avec tous les
François. Madame de Senecey, dame d'atours, succéda depuis à madame de
La Boissière.

  [161] Laurence de Clermont, fille de Claude de Clermont, comte de
  Montoison. Ce mariage fut contracté en 1601.

La connétable n'est morte que depuis deux ou trois ans[162]. Le
connétable eut de ce second mariage feu M. de Montmorency et feu
madame la Princesse. De son premier mariage avec une fille de Bouillon
La Mark il avoit eu deux filles, madame de Ventadour, qui vit encore,
et feu madame d'Angoulême, femme de M. d'Angoulême le père.

  [162] Elle mourut le 14 septembre 1654, âgée de
  quatre-vingt-trois ans.

Le connétable voulut mourir en habit de capucin. Un gentilhomme nommé
Montdragon lui dit: «Ma foi, vous faites finement, car, si vous ne
vous déguisez bien, vous n'entrerez jamais en paradis.»

On a dit de lui qu'à l'imitation de ce duc de Ferrare qui disoit de
chacune de ses filles: _l'ho fatta, l'ho allevata, e un altro n'avra
il fiore? Cazzo!.._ il prenoit la peine de percer lui-même le tonneau
avant de donner à boire à ses gendres. Je n'en crois rien; mais, pour
ses tantes, ses soeurs, ses cousines, ses nièces, il n'en faisoit
aucun scrupule. On vivoit fort désordonnément chez lui.



MADAME LA PRINCESSE DE CONDÉ[163].


Mademoiselle de Montmorency n'avoit que quatre ans, qu'on vit bien que
ce seroit une beauté extraordinaire. Madame de Sourdis, qui avoit
gagné cinquante mille livres de rentes à la faveur de madame de
Beaufort, sa nièce, et qui espéroit que cette _aurore_ donneroit dans
les yeux du Roi, fit dessein de la faire épouser à son fils, le
marquis de Sourdis d'aujourd'hui, qui avoit trente mille livres de
rente en fonds de terre, et à qui elle avoit fait apprendre toutes les
choses imaginables. On disoit qu'il y avoit en lui de quoi faire
quatre honnêtes gens, et que cependant ce n'étoit pas un honnête
homme[164]. En cette intention elle la demande et offre de la prendre
sans aucun bien. Le connétable accepte le parti; mais madame
d'Angoulême[165], bâtarde de Henri II, veuve du frère aîné du
connétable, mais sans enfants, ayant deviné le dessein de la marquise,
rompit le coup, et prit sa nièce chez elle, après la mort de la
connétable, qui arriva bientôt après.

  [163] Charlotte-Marguerite de Montmorency, née vers 1593, épousa
  le 3 mars 1609 Henri de Bourbon, deuxième du nom, prince de
  Condé. Elle mourut à l'âge de cinquante-sept ans, à
  Châtillon-sur-Loing, le 2 décembre 1650.

  [164] On trouvera ci-après des détails sur le marquis de Sourdis
  dans l'article de madame Cornuel.

  [165] Elle avoit épousé, en premières noces, le duc de Castro,
  frère du duc de Parme, Alexandre Farnèse. Elle n'eut point
  d'enfants. Puis elle fut maréchale de Montmorency. On lui donna,
  quand elle fut veuve, le domaine d'Angoulême, et monseigneur le
  duc d'Auvergne lui succéda. On conte une plaisante chose de cette
  princesse. Etant venue en hâte de Tours à Paris, elle laissa tout
  son train chez un chanoine, en dessein de retourner aussitôt à
  Tours. Ceux qu'elle avoit amenés avec elle à Paris lui disoient:
  «Mais, madame, nous ne sommes pas assez pour vous servir; prenez
  donc quelqu'un.» Insensiblement on fit un nouveau train à Paris.
  Elle écrivoit toujours à Tours: «Je pars la semaine qui vient.»
  On tenoit ce train en bon état. Cela dura vingt-huit ans. (T.)

M. de Bassompierre, au bout de quelques années, voulut aussi la
prendre sans bien; mais, quoiqu'il fût bien fait et fort bien avec le
connétable, et que l'affaire fût fort avancée, madame d'Angoulême la
rompit. Bassompierre, depuis, c'étoit avant que M. le Prince fût mis
dans la Bastille, fit tout ce qu'il put, mais en vain, pour faire
accroire qu'il étoit bien avec mademoiselle de Montmorency[166].

  [166] Bassompierre dit positivement dans ses _Mémoires_ que la
  main de mademoiselle de Montmorency lui étoit accordée par le
  connétable, et que le Roi descendit jusqu'à le prier en ami de
  renoncer à cette belle alliance. Le récit de Bassompierre est en
  partie confirmé par celui de Fontenay-Mareuil. (_Mémoires de
  Bassompierre_, deuxième série des _Mémoires relatifs à l'histoire
  de France_, tom. 19, pag. 385 et suiv.; et _Mémoires de
  Fontenay_, première série de la même collection, tom. 50, pag.
  15.)

La Reine-mère, quelque temps après, fit un ballet[167], dont elle mit
les plus belles de la cour. Elle n'oublia pas mademoiselle de
Montmorency, qui pouvoit avoir alors treize à quatorze ans. On ne
pouvoit rien voir de plus beau, ni de plus enjoué[168]; mais il y en
avoit bien d'aussi spirituelles qu'elle pour le moins. Il y eut
quelques démêlés entre la Reine et le Roi sur ce ballet. Il vouloit
que madame de Moret en fût. La Reine ne le vouloit pas, et elle
vouloit que madame de Verderonne[169] en fût, et le Roi ne le vouloit
pas. Ils avoient tort tous deux en ce qu'ils vouloient, et raison en
ce qu'ils ne vouloient pas. A la fin, pourtant, la reine l'emporta.
Pendant ce petit désordre, elle ne laissoit pas de répéter son ballet.
Pour y aller on passoit devant la chambre du Roi; mais, comme il étoit
en colère, il la faisoit fermer brusquement dès qu'elle venoit pour
passer.

  [167] Ce ballet eut lieu au mois de février 1609. (_Lettres de
  Malherbe à Peiresc_. Paris, Biaise, 1822, pag. 62.)

  [168] «Sous le ciel il n'y avoit lors rien de si beau que
  mademoiselle de Montmorency, ni de meilleure grâce, ni plus
  parfait.» (_Mémoires de Bassompierre_, _ibid._, pag. 388.)

  [169] La femme d'un président des comptes. Elle étoit demoiselle.
  (T.)

Un jour il entrevit par cette porte mademoiselle de Montmorency, et,
au lieu de la faire fermer, il sortit lui-même, et alla voir répéter
le ballet. Or, les dames devoient être vêtues en nymphes; en un
endroit, elles levoient leur javelot, comme si elles l'eussent voulu
lancer. Mademoiselle de Montmorency se trouva vis-à-vis du Roi quand
elle leva son dard, et il sembloit qu'elle l'en vouloit percer. Le Roi
a dit depuis qu'elle fit cette action de si bonne grâce
qu'effectivement il en fut blessé au coeur et pensa s'évanouir. Depuis
ce moment l'huissier ne ferma plus la porte, et le Roi laissa faire à
la Reine tout ce qu'elle voulut. Madame la marquise de Rambouillet,
alors la vidame du Mans, étoit de ce ballet: ce fut là qu'elle fit
amitié avec madame la Princesse.

On avoit déjà parlé de marier M. le Prince avec mademoiselle de
Montmorency; le Roi conclut l'affaire, croyant que cela avanceroit les
siennes. M. le connétable donna cent mille écus à sa fille. M. le
Prince étoit fort pauvre[170], mais c'étoit un grand honneur que
d'avoir pour gendre le premier prince du sang.

  [170] On dit qu'il n'avoit en fonds de terre que dix mille livres
  de rente. (T.)

Le Roi, dans sa passion, fit toutes les folies que pouvoient faire les
jeunes gens, quoiqu'il eût cinquante-trois ans ou environ. Il couroit
la bague avec un collet de senteurs et des manche de satin de la
Chine.

Le roi obtint une fois de madame la Princesse qu'elle se montreroit un
soir tout échevelée sur un balcon avec deux flambeaux à ses côtés. Il
s'en évanouit quasi, et elle dit: «Jésus! qu'il est fou!» Elle se
laissa peindre pour lui en cachette; ce fut Ferdinand qui fit le
portrait. M. de Bassompierre l'emporta vite après qu'on l'eut frotté
de beurre frais, de peur qu'il ne s'effaçât; car il fallut le rouler
pour le porter sans qu'on le vît. Quelques années après, madame la
Princesse, croyant que Ferdinand avoit oublié cela, ou bien n'y
songeant plus, lui demanda un jour quel portrait de tous ceux qu'il
avoit faits en sa vie lui avoit semblé le plus beau. «C'est, dit-il,
un qu'il fallut frotter avec du beurre frais.» Cela la fit rougir.

M. le Prince, qui voyoit que l'amour du Roi étoit fort violente,
emmena sa femme à Muret auprès de Soissons. Le Roi ne put être
long-temps sans la voir. Il va avec une fausse barbe à une chasse où
elle devoit être. M. le Prince en a avis et remet la partie à une
autre fois. A quelques jours de là le Roi fait que M. de Traigny, un
seigneur de ces quartiers-là, convie M. le Prince et madame la
Princesse à dîner, et lui se cache derrière une tapisserie, d'où, par
un trou, il la voyoit tout à son aise. Elle savoit l'affaire, et l'a
avoué à madame de Rambouillet. Comme elle y alloit avec sa belle-mère,
le Roi, pour la voir en passant, se déguisa en postillon, et avec M.
de Beneux, qui feignoit d'aller voir une belle-soeur en ces
quartiers-là, passa auprès du carrosse, où M. de Beneux fut quelque
temps à parler. Quoique le Roi eût une grande emplâtre sur la moitié
du visage, il fut pourtant reconnu de l'une et de l'autre[171]. Madame
la Princesse et sa belle-mère[172] furent quinze jours à Roucy, où la
comtesse de Roucy, parente de M. le Prince par son mari, fils d'une
héritière de Roye, leur prêta quatre mille écus pour leur voyage, et,
depuis, quand la belle-mère fut revenue de Flandre, elle la défraya à
Paris.

  [171] Cette anecdote est racontée avec des différences dans les
  _Mémoires de Fontenay-Mareuil_, tom. 50, pag. 16 de la première
  série de la collection des _Mémoires relatifs à l'histoire de
  France_, et dans les _Mémoires des Lenet_, tom. 53, pag. 139 de
  la deuxième série de la même collection.

  [172] Charlotte-Catherine de La Trémouille, veuve de Henri de
  Bourbon, prince de Condé.

Madame la Princesse fit bien pis que cela, car elle se laissa
persuader de signer une requête pour être démariée. Le Roi avoit
obligé ses parents à dresser cette requête, et le connétable étoit un
lâche qui croyoit que cette amour du Roi le combleroit de trésors et
de dignités. Les gens de madame la Princesse, qui étoit fort jeune,
lui faisaient accroire qu'elle seroit reine. Voyez quelle apparence il
y avoit: il eût donc fallu empoisonner la reine Marie de Médicis, car
elle avoit des enfants. M. le Prince n'a jamais pu pardonner à sa
femme d'avoir signé cette requête. Enfin, il s'enfuit avec elle à
Bruxelles, où il ne se trouva pas trop en sûreté par les menées du
marquis de Coeuvres, depuis maréchal d'Estrées, qui y étoit allé en
qualité d'ambassadeur.

On a dit que c'étoit de son consentement que le marquis de Coeuvres la
devoit enlever de Bruxelles, et le petit Toiras, depuis maréchal de
France, page de M. le Prince, étoit espion pour le Roi. Le marquis
écrivoit: «Le petit Toiras sert toujours bien Votre Majesté, je lui ai
payé sa pension.»

M. le Prince passa avec sa femme à Milan. En ce temps-là l'armement du
Roi tenoit tout le monde en jalousie. On armoit aussi dans le
Milanais. Le bruit courut que M. le Prince devoit commander cette
armée.

Après la mort du roi, M. le Prince ramena sa femme à la cour de
France. Madame de Rambouillet dit que madame la Princesse eut la
petite vérole, et qu'il lui demeura une grosse couture à chaque joue,
qui, avec une grande maigreur qu'elle eut, la défigurèrent fort
long-temps; enfin, ses coutures se guérirent. Elle devint grasse et
fut la plus belle personne de la cour. Madame de Rambouillet dit
encore que durant sa grande fleur, dès qu'il venoit une beauté
nouvelle, on disoit aussitôt: «Elle est plus belle que madame la
Princesse;» mais qu'enfin on revenoit de cette erreur. Elle avoue
pourtant que madame des Essars[173], depuis la maréchale de L'Hôpital,
qui succéda à madame de Moret, mais simplement comme une belle
courtisane plutôt que comme une maîtresse, et madame Quelin[174], qui
eut l'honneur d'avoir sa part aux embrassements du Roi, à bien
examiner tous les traits, étoient plus belles que madame la Princesse,
mais que madame la Princesse avoit tout une autre grâce.

  [173] Charlotte des Essars, comtesse de Romorantin. Henri IV en
  eut deux filles, qui furent toutes les deux abbesses, l'une de
  Fontevrault, l'autre de Chelles.

  [174] Madame Quelin eut depuis pour galant un maître des comptes
  qu'on appeloit Nicolas. Il se rencontra en ce temps-là que M.
  Quelin, conseiller de la grand'chambre, son mari, rapporta un
  procès pour un nommé Nicolas Fouquelin. Le président de Harlay,
  qui aimoit à rire, fut ravi de cette rencontre, et pour se
  divertir, toutes les fois qu'il pouvoit faire venir cela à
  propos, il faisoit redire le fait à ce bonhomme, afin d'avoir le
  plaisir de lui entendre dire _Nicolas Fouquelin_. Quelin,
  conseiller à la grand'chambre, dit qu'il est fils de Henri IV. Il
  est vrai qu'il fait assez de tyrannies aux marchands de bois de
  l'île Notre-Dame pour n'être pas fils d'un particulier: mais il
  n'a que cela de royal. (T.)

Quand M. le Prince fut arrêté, il fallut par bienséance demander à
entrer en prison avec lui; sans cela peut-être n'eussent-ils point eu
d'enfants, car madame de Longueville et M. le Prince[175] y sont nés,
et avant cela le mari et la femme n'étoient pas trop bien ensemble. Au
sortir de là elle fit galanterie avec le cardinal de La Valette, qui y
dépensoit si bien son argent que quand il est mort il avoit mangé son
revenu jusqu'en l'an 1650.

  [175] Le grand Condé.

Il mourut, je pense, en 1640. Une fois il lui en coûta deux mille écus
pour une poupée, la chambre, le lit, tous les meubles, le déshabillé,
la toilette et bien des habits à changer, pour mademoiselle de
Bourbon, depuis duchesse de Longueville, encore enfant.

Le cardinal de La Valette étoit un galant homme, mais fort laid.
Pompeo Frangipani[176], seigneur romain qui étoit à la cour, disoit
que c'étoit justement un _viso di Cazzo_[177]. M. d'Aumont disoit
qu'il croyoit qu'en relevant la moustache du cardinal La Valette, on
lui relevoit aussi les lèvres, tant il les avoit grosses. Ce cardinal
étoit galant, libéral, et avoit beaucoup d'esprit. Il étoit enjoué,
jusqu'à se mettre sous un lit en badinant avec des enfants; cela lui
est arrivé bien des fois à l'hôtel de Rambouillet. Mais il étoit
quelquefois un peu emporté, et une fois il alla dire le diable, en
présence de madame la Princesse, des femmes qui faisoient l'amour. Il
disoit, car il avoit l'esprit délicat et n'étoit pas ignorant, que le
cardinal de Richelieu avoit des galanteries de pédant; et sa plus
grande joie étoit de venir en rire avec madame de Rambouillet, en qui
il avoit une confiance entière. Le cardinal de Richelieu vivoit avec
lui tout autrement qu'avec les autres, car il lui avoit, comme nous
dirons ensuite, la plus grande obligation qu'on puisse avoir à un
homme. Il le traitoit civilement et respectueusement; et comme M. de
La Valette n'avoit rien dans la tête que la guerre, il le satisfaisoit
en cela. Ce cardinal étoit brave, mais il ne savoit point la guerre.
M. de Montmorency donnoit aussi beaucoup à madame la Princesse, et le
cardinal lui ayant manqué après ce frère, elle se trouva bien mal à
son aise. Le cardinal fut le seul qui ne l'abandonna pas à la disgrâce
de M. de Montmorency. Madame de La Trémouille dit qu'elle étoit de
leurs divertissements; que madame la Princesse et M. le cardinal,
quand ils vouloient parler seuls, étoient dans un cabinet la porte
ouverte; que tout le monde les voyoit: les autres dansoient et
jouoient.

  [176] Il dit, voyant qu'on faisoit le marquis de Thémines
  maréchal de France et gouverneur de Bretagne pour avoir arrêté M.
  le Prince: «_Non ho mai visto sbirro cosi ben pagato._» Comme on
  lui demandoit s'il ne trouvoit pas que madame la Princesse et
  madame de Guémenée étoient des personnes admirables?: _Sono
  bellissime_, dit-il, _ma quel Pontgibault è un bel cavaliere_. On
  parlera ailleurs de Pontgibault. (T.)

  [177] C'est une injure d'Italie, comme _visage de bois flotté_
  ici. (T.) «On dit par injure à une personne que c'est un plaisant
  visage, _un visage de bois flotté_, un visage de cuir bouilli, un
  visage à étui, quand il est noir, rude, couperosé.» (_Dict. de
  Trévoux._)

Madame la Princesse étoit une des plus lâches personnes qui aient
jamais été. Elle disoit à madame d'Aiguillon: «Jésus! madame, que je
serai aise de vous céder, si vous épousez Monsieur!» Elle donna la
serviette à feue Madame, qui la prit en tournant la tête d'un autre
côté. En revanche, quand elle menoit quelqu'un, elle étoit la plus
civile du monde. Un jour qu'elle mena madame de La Trémouille à je ne
sais quelle fête au Louvre, la Reine l'appela dans sa garde-robe, où
personne n'entre que les princesses. Elle s'excusa en disant: «J'ai
amené madame de La Trémouille; je n'irai nulle part où elle ne puisse
pas entrer.» On fit sur elle un vaudeville que voici:

     La Combalet et la Princesse
     Ne pensent point faire de mal,
     Et n'en iront point à confesse
     D'avoir chacune un cardinal[178];
     Car laisser lever leur chemise
     Et mettre ainsi leur corps à l'abandon,
     N'est que se soumettre à l'église,
     Qui, en tout cas, leur peut donner pardon.

  [178] Voir ci-après l'article du cardinal de Richelieu et de
  madame de Combalet, depuis duchesse d'Aiguillon, sa nièce.

Je sais qu'on a voulu dire que M. de Chavigny, qui en sa jeunesse
avoit eu entrée chez madame la Princesse, avoit eu aussi quelque part
à ses bonnes grâces du temps du cardinal de La Valette; mais il n'en
est rien. On a cru cela à cause que, qui a un galant en peut bien
avoir deux; mais, outre que le cardinal ne l'eût pas souffert, ou du
moins que cela eût mis du divorce entre elle et lui, c'est que madame
la Princesse n'eût pas enduré volontiers les galanteries d'un homme de
la ville.

Cependant madame de La Trémouille dit qu'un jour elle vit sortir
madame la Princesse fort en désordre d'une ruelle de lit où elle étoit
avec Chavigny, et que jusqu'alors elle n'avoit eu aucune mauvaise
opinion d'elle.

Le cardinal La Valette avoit quelquefois de plaisantes visions. Un
jour il disoit qu'il voudroit être _montagne_. «Et moi, je voudrois
être _soleil_, dit madame de Rambouillet.--_Soleil, soleil_,
reprit-il, ne l'est pas qui veut.» Comme s'il étoit plus aisé d'être
_montagne_ que _soleil_!

Il croyoit une fois avoir fait des vers, et voici ce qu'il avoit fait;
c'étoit sur l'air d'un vaudeville. Ce cardinal étoit meilleur dans le
sérieux que dans la raillerie.

     M'en allant en Touraine,
     J'acheterai à Tours
     Des pruneaux de Touraine,
     De bons pruneaux de Tours;
     Puis, revenant en Beauce,
     J'irai à Chartres en Beauce,
     Et puis à Orléans,
     Voir monsieur d'Orléans.

J'ai appris depuis peu de madame de La Trémouille une chose que madame
de Rambouillet ne m'a jamais voulu avouer que quand je l'ai sue
d'ailleurs; c'est qu'un jour le cardinal de La Valette demanda la
dernière faveur à madame la Princesse, qui l'en refusa. De désespoir,
il alla se mettre incognito dans Saint-Louis, où il y avoit des
pestiférés. Il mena avec lui un confident, à qui il donna un billet
pour la belle, qu'il avoit apporté tout fait. Le confident n'entra
point. Elle a dit à madame de La Trémouille que de sa vie elle ne fut
si embarrassée. Il en sortit par son ordre. Le reste est aisé à
deviner. Il aima depuis mademoiselle de Bourbon[179] aussi fortement
qu'il avoit aimé sa mère.

  [179] Anne-Geneviève de Bourbon-Condé, duchesse de Longueville,
  si célèbre dans l'histoire de la Fronde.



MADEMOISELLE DU TILLET.


Mademoiselle Charlotte du Tillet ne fut jamais mariée; mais on dit
qu'elle n'en étoit pas plus pucelle pour cela. Sa soeur avoit épousé
le président Séguier[180], qui étoit tout le conseil de M. d'Epernon.
Par ce moyen elle fit connoissance avec ce seigneur, et fut sa
meilleure amie. Il en faisoit cas, car elle avoit fort bon sens, étoit
fort adroite et fort née pour la cour. Elle étoit de toutes les
intrigues, soit d'amour, soit d'autre chose. Six mois après la mort
d'Henri IV, une certaine demoiselle Coetman[181], une petite bossue,
qui se fourroit partout et qui se faisoit toujours de fête, l'accusa
d'avoir été d'intelligence avec M. d'Epernon pour faire assassiner
Henri IV. Ravaillac, qui étoit d'Angoulême, dont M. d'Epernon étoit
gouverneur, fut six mois chez elle comme chez la bonne amie du duc,
mais quelques années avant que de faire le coup. La Coetman ne disoit
point que la Reine-mère fût du complot; mais on ajoutoit dans le monde
que M. d'Epernon l'avoit fait faire pour lui faire plaisir. Faute de
preuves, _et pour assoupir une affaire qui n'étoit pas bonne à
ébruiter_[182], la Coetman fut condamnée à mourir entre quatre
murailles; elle fut mise aux Filles repenties, où on lui fit faire une
petite _logette_ grillée dans la cour, et elle y est morte quelques
années après.

  [180] Pierre Séguier, deuxième du nom, seigneur de Soret,
  président à mortier au parlement de Paris, avoit épousé Marie du
  Tillet, fille de Jean du Tillet, seigneur de La Bussière,
  greffier en chef du Parlement.

  [181] Jacqueline Le Voyer, dite de Comant ou de Coetman, femme
  d'Isaac de Varenne.

  [182] Le passage imprimé en lettres italiques est biffé dans le
  manuscrit de Tallemant; mais avec quelque soin on parvient encore
  à le lire sous les ratures, et nous avons cru devoir le rétablir.

Une extravagante madame de Poyanne battit une fois la pauvre
mademoiselle du Tillet, sur le quai des Augustins, comme elle
retournoit seule de la messe. Elles avoient eu querelle pour une
suivante. Sigogne[183] en a fait une espèce de satire qu'on appelle
_le Combat d'Ursine et de Perrette_. On appeloit cette madame de
Poyanne, madame de Poyanne _de la Loupe_. Elle avoit une grosse loupe
au front. C'était une espèce de gendarme. Depuis elle se fit épouser,
je ne sais comment, par le père de feu M. de Bouillon La Mark, et, qui
pis est, quoiqu'elle fût pauvre, elle fit si bien que sa fille épousa
le fils; madame de La Boulaie est venue de ce mariage-là.

  [183] Sigogne est un poète satirique dont les oeuvres n'ont pas
  été recueillies, et dont aucune biographie n'a parlé. _Le Combat
  d'Ursine et de Perrette_, parodie de la dispute de madame de
  Poyanne et de mademoiselle du Tillet, se trouve dans la deuxième
  partie du _Cabinet satirique_. Cette pièce y est suivie d'une
  _Réponse_, par Motin. Ce Recueil, licencieux et rare, contient un
  grand nombre de satires en vers par Sigogne, Motin, Desportes,
  Maynard, Régnier et d'autres poètes du temps d'Henri IV et de
  Louis XIII. Colletet avoit l'intention de consacrer un article à
  Sigogne dans ses _Vies des poètes françois_ (manuscrit dépendant
  de la Bibliothèque particulière du roi); mais cette notice devoit
  trouver place dans la partie non terminée de cet ouvrage, et le
  nom de Sigogne n'y figure qu'à la table.

Mademoiselle du Tillet étoit une diseuse de vérités; elle ne
ressemblait pas mal en cela à madame Pilou[184], aussi bien qu'en
laideur. Elle disoit du feu roi et de la Reine-mère, que c'étoit une
vache qui avoit fait un veau. «La sotte couvée, quelle nous a faite
là, ajoutoit-elle, que le Roi et Monsieur!»

  [184] Cette madame Pilou, bonne, spirituelle, alloit à la cour,
  quoique femme d'un procureur. On verra plus bas dans ces Mémoires
  des détails fort curieux sur cette femme singulière.

Quand le cardinal de Richelieu fit courir les lettres d'amour de
madame du Fargis à M. le comte de Cramail: «Que dites-vous de cela,
mademoiselle? dit-il à mademoiselle du Tillet;--Monsieur,
répondit-elle, je suis vieille, je me souviens de loin; je vous dirai
que, durant le siége de Paris[185], tous les passages étoient bouchés,
tout commerce étoit interdit, mais les lettres d'amour alloient et
venoient toujours.»

  [185] En 1591.

Elle dit une plaisante chose à feu madame de Sourdis, fille du comte
de Cramail: «Madame ma mie, lui dit-elle, que ne faites-vous l'amour
avec M. l'évêque de Maillezais, votre beau-frère?--Jésus!
mademoiselle, que me dites-vous? lui répondit madame de Sourdis.--Ce
que je vous dis? reprit-elle; il n'est pas bon de laisser sortir
l'argent de la famille; votre belle-mère en usoit ainsi avec son
beau-frère, qui étoit tout de même évêque de Maillezais.» Le comte de
Cramail disoit du marquis de Sourdis: «Il peut bien faire sa fortune,
car sa femme ne la lui fera jamais.» Elle n'étoit pas belle.

Madame de La Noue, soeur de la maréchale de Thémines, et une de ses
parentes, eurent quelques paroles en présence de mademoiselle Du
Tillet. «Je pense, disoit cette parente, que nous ne nous devons rien
l'une à l'autre.--Madame ma mie[186], lui dit mademoiselle Du Tillet,
en vérité ce n'est pas autrement _bille pareille_. Madame de La Noue
est belle et jeune, et vous n'êtes ni l'une ni l'autre.»

  [186] Elle disoit _madame ma mie_ à la Reine même. (T.)



LE MARÉCHAL D'ANCRE[187].


Il étoit Florentin et se nommoit Concini. Son grand-père fut
secrétaire d'Etat du grand-duc Côme. Ce bonhomme pouvoit avoir gagné
cinq ou six mille écus de rente, mais il avoit grand nombre d'enfants.
Son fils aîné étoit père de Concini dont nous parlons. Ce garçon, en
sa jeunesse, s'adonna à toutes les débauches imaginables, mangea tout
son bien, et se rendit si infâme, que la première chose que les pères
défendoient à leurs enfants, c'était de hanter Concini.

N'ayant plus rien de quoi vivre à Florence, il s'en alla à Rome, où il
servit de croupier au cardinal de Lorraine, qui y étoit alors; mais il
ne voulut pas le suivre et demeura à Rome, d'où il revint à Florence.
Quand il sut qu'on faisoit la maison de Marie de Médicis, dont le
mariage étoit conclu avec Henri IV, il y entra en qualité de
gentilhomme suivant, et vint en France avec elle. Or la Reine-mère
avoit une femme de chambre appelée Léonora Dori, fille de basse
naissance, mais qui étoit adroite, et qui connut incontinent que sa
maîtresse étoit une personne à se laisser gouverner. En effet, elle
prit tant d'empire sur son esprit qu'elle lui faisoit faire tout ce
qu'elle vouloit. Concini, qui avoit de l'esprit, s'attacha à cette
Léonore, et lui rendit tant de petits soins qu'elle se résolut à
l'épouser. Elle déclara son intention à la Reine, qui n'avoit garde de
ne la pas approuver. Ainsi ils se marièrent, quoique le Roi en eût
fait difficulté assez long-temps.

  [187] Concini Concino, maréchal d'Ancre, tué par ordre du Roi, le
  24 avril 1617.

Henri IV ayant été assassiné, ce fut alors que le pouvoir de la
Léonore parut tout de bon; elle mit son mari si bien avec la Reine,
que cette princesse leur laissoit faire tout ce qu'ils vouloient[188].
Quant à lui, c'étoit un grand homme, ni beau ni laid, et de mine assez
passable; il étoit audacieux, ou pour mieux dire insolent. Il
méprisoit fort les princes; en cela il n'avoit pas grand tort. Il
étoit libéral et magnifique, et il appeloit assez plaisamment ses
gentilshommes suivants: _Coglioni di mila franchi_. C'étaient leurs
appointements. On ne l'a pas tenu pour vaillant. Il eut querelle avec
M. de Bellegarde, qui avoit prétendu à être galant de la Reine-mère,
et il se sauva à l'hôtel de Rambouillet, car M. de Rambouillet étoit
de ses amis, pour de là tenir la campagne; il monta au deuxième étage,
et se fit découdre sa fraise par une fille qui avoit été à sa femme.
Cette fille a rapporté qu'il étoit extraordinairement pâle. On ne sait
pourquoi il quittoit sa fraise, si ce n'étoit peut-être pour n'être
point reconnu par ceux que la Reine avoit envoyés après lui. Ils
furent raccommodés.

  [188] Toutes les médisances qu'on en a faites sont publiques. Un
  jour comme la Reine-mère disoit: «Apportez-moi mon voile;» le
  comte du Lude, grand-père de celui d'aujourd'hui, dit en riant:
  «Un navire qui est _à l'ancre_ n'a pas autrement besoin de
  voiles.» (T.)

Il n'a jamais logé dans le Louvre, mais il couchoit souvent dans un
petit logis qu'on vient d'abattre[189], qui étoit au bout du jardin
vers l'abreuvoir; à la vérité il y avoit un petit pont, pour entrer
dans le jardin, qu'on appeloit vulgairement le Pont-d'Amour.

  [189] C'étoit l'ancienne capitainerie du Louvre, construite sur
  la partie du jardin de l'Infante qui est la plus rapprochée de la
  place de la colonnade du Louvre, et qui paroît avoir fait partie
  du Petit-Bourbon, hôtel du connétable. Tallemant écrivoit ceci en
  1657.

Quand il fut assassiné par l'ordre du Roi sur le pont du Louvre[190],
on dit que M. de Vitry, capitaine des gardes, dans le transport où il
étoit, le passa, et que M. Du Hallier, son frère, lui donna le premier
coup[191]. M. de Vitry alla ensuite prendre les clefs de l'appartement
de la Reine. Les gens de la populace, le lendemain, le déterrèrent de
Saint-Germain-l'Auxerrois, le traînèrent par les rues, et
contraignoient ceux qu'ils rencontroient à les suivre et à leur donner
de quoi boire. Le Roi, du balcon du Louvre, leur faisoit signe de la
main de continuer, et la Reine entendoit tout cela.

  [190] Du côté de la rue du Coq.

  [191] On lit dans les _Mémoires de Brienne_, publiés en 1818,
  tom. I, pag. 255: «Lorsque le coup fut décidé, on délibéra pour
  savoir qui l'on en chargeroit. Dubuisson le père, qui avoit soin
  de gouverner les oiseaux du Cabinet du Roi, fut choisi pour en
  faire la proposition au baron de Vitry, et eut ordre de l'assurer
  de la charge de maréchal de France pour récompense du grand
  service qu'il rendroit à Sa Majesté. En effet, Du Hallier, son
  frère, que nous avons vu depuis maréchal de l'Hôpital, et les
  autres gentilshommes qu'il avoit mis du complot, ayant tué sur le
  pont du Louvre le maréchal d'Ancre, Vitry reçut _le jour même_ le
  bâton vacant par sa mort.»

  On voit par le récit de Brienne que les assassins de Concini,
  avides des récompenses qui étoient le prix de cette horrible
  expédition, se disputèrent l'honneur infâme d'avoir porté le
  premier coup. Du reste, ce service profita surtout aux deux frères
  Vitry et Du Hallier. Longues années après l'assassinat, en 1651,
  on fit graver un portrait du premier, au bas duquel on lit: «Il
  fut long-temps capitaine des gardes-du-corps du feu roi Louis
  XIII, qui s'en servit habilement pour étouffer la naissance d'une
  guerre civile, contre la personne du maréchal d'Ancre, qui
  divisoit tous les François; arrachant des mains de cet ambitieux
  favori les prétextes aux mécontentements. Cet _incomparable coup
  de justice_ de ce _grand prince_ marquera à jamais qu'il étoit
  divinement inspiré pour le salut de son Etat et le repos de ses
  sujets.» (Ce portrait fait partie du _cabinet_ des estampes à la
  Bibliothèque du roi.)

L'hôtel des ambassadeurs extraordinaires au faubourg Saint-Germain
étoit à lui[192]; c'était où il logeoit. On y trouva pour deux cent
mille écus de pierreries. M. de Luynes eut sa confiscation: Anet,
Lesigny, etc. Il avoit un fils d'environ treize ans, qu'on laissa
aller en Italie, où il est mort jeune. Il y pouvoit avoir quinze ou
seize mille livres de rente, de ce que son père et sa mère y avoient
envoyé durant leur faveur. Il eut aussi une fille qui mourut à cinq ou
six ans; on l'avoit déjà demandée en mariage.

  [192] Rue de Tournon. Il sert aujourd'hui de caserne à la garde
  municipale.

Revenons à la maréchale d'Ancre[193]. Quoiqu'elle eût été si
long-temps avec la Reine, elle n'en savoit pas mieux son monde. En
Italie, elle ne voyoit personne, et dès qu'elle fut en France, elle
s'enferma, car elle étoit fort bizarre; de sorte qu'elle ne savoit
point vivre à la mode de la cour, et j'ai ouï dire à madame de
Rambouillet qu'elle embarrassoit fort la maréchale, lorsqu'elle
l'alloit voir, et que quelquefois cette femme, croyant lui faire bien
de l'honneur, ne la traitoit pas selon sa condition. C'étoit une
petite personne fort maigre et fort brune, de taille assez agréable,
et qui, quoiqu'elle eût tous les traits du visage beaux, étoit laide à
cause de sa grande maigreur.

  [193] Léonore Dori, dite Galigai, née à Florence, brûlée à Paris
  le 8 juillet 1617.

Comme elle étoit mal saine, elle s'imagina être ensorcelée, et, de
peur des fascinations, elle alloit toujours voilée, pour éviter,
disoit-elle, _i Guardatori_[194]. Elle en vint jusqu'à se faire
exorciser. On se servit de cela contre elle dans son procès, et aussi
de trois coffres remplis de boîtes pleines de petites boulettes de
cire. Car en rêvant, elle avoit accoutumé de faire de petites
boulettes de cire qu'elle mettoit dans ces boîtes. M. Perrot, père du
président de même nom, se moquoit fort de ces accusations, et il
fallut que sa famille, par politique, l'enfermât de peur qu'il n'allât
au Palais faire quelque chose qui eût déplu à la cour et qui n'eût pas
sauvé cette femme. Le Parlement, qui ne croit point aux sorciers,
condamna la maréchale comme sorcière; cela a fait dire qu'on ne
l'avoit fait que pour couvrir l'honneur de la Reine. Quand on lui
demanda de quels charmes elle s'étoit servie pour gagner l'esprit de
la Reine, «Pas d'autre chose, dit-elle, que du pouvoir qu'a une habile
femme sur une _balourde_.» Je doute qu'elle ait dit cela.

  [194] Superstition du moyen âge; sort que l'on croyoit être jeté
  par le simple regard; on l'appeloit _jettatura_. Il falloit, pour
  l'éviter, rompre l'air entre l'oeil du magicien et l'objet qu'il
  considéroit. Les habitans de nos campagnes ne sont pas encore
  guéris de ces chimères.

Dans son procès elle se nomme Léonora Galigai, quoique effectivement
elle s'appelât Dori. Cela vient de ce qu'à Florence, quand une famille
est éteinte, pour de l'argent on peut avoir la permission d'en prendre
le nom, et c'est ce qu'elle a fait. On dit qu'elle mourut
très-chrétiennement et très-courageusement[195].

  [195] On ne peut indiquer aux lecteurs une source plus curieuse
  pour tous les faits qui composent cet article, que la _Relation
  exacte de tout ce qui s'est passé à la mort du maréchal d'Ancre_.
  On la doit à Michel de Marillac, et on regrette de ne pas la voir
  reproduite dans la Collection des _Mémoires relatifs à l'histoire
  de France_. Elle a été imprimée à la suite de l'_Histoire des
  plus illustres favoris_, par P. Dupuy; Leyde, Jean Elzevier,
  1659, in-12.



LISETTE[196].


Lisette étoit filleule de la princesse de Conti[197]; c'étoit une
assez pauvre fille que cette princesse n'osa tenir sur les fonts que
par procureur. Elle la fit nommer Louise comme elle; de Louise on fit
Louisette, et par corruption Lisette. Quand cette fille eut quinze
ans, elle se mit à imiter Mathurine; cette Mathurine avoit été folle,
puis guérie, mais non pas parfaitement. Il y avoit encore quelque
chose qui n'alloit pas bien. Elle continua à faire la folle, et sous
prétexte de folie elle portoit des poulets. Elle y gagna du bien, et
laissa un fils qui a été un admirable joueur de luth; on l'appeloit
Blanc-Rocher. Lisette donc prend un chapeau, une fraise, un pourpoint
et une jupe, et en cet équipage, plus insolente qu'un valet, elle
entre chez toutes les personnes de la cour. Au bout de quelque temps
elle disparoît tout-à-coup, et après quelques années elle revint à
Paris, et voulut se faire passer pour fille d'Henri IV, qui étoit mort
il y avoit déjà plus d'un an, et de la princesse de Conti. Elle se
faisoit nommer _Henriette Chrétienne_, disoit que la princesse de
Conti n'avoit jamais voulu permettre que le Roi la reconnût, qu'à
cause de cela il l'avoit fait nourrir secrètement; qu'il se l'étoit
fait apporter en cachette plusieurs fois et qu'il l'avoit plus aimée
que tous ses autres enfants.

  [196] Lisette est un personnage demeuré inconnu, mais nous
  croyons vrai le portrait que Tallemant en a tracé. «On n'a pas
  toujours besoin de preuves historiques pour croire à
  l'authenticité d'un fait, de même qu'il n'est pas toujours
  nécessaire de connoître l'original d'un portrait pour en affirmer
  la ressemblance.» (_Zuleima_, imité de l'allemand de madame
  Pichler, par H. de Châteaugiron; Paris, Firmin Didot, 1826,
  in-18.)

  [197] Louise Marguerite de Lorraine, veuve de François de
  Bourbon, prince de Conti.

Toute la cour se moqua d'elle, car on savoit toutes les amourettes
d'Henri IV, et personne n'ignoroit qu'encore qu'il eût trouvé la
princesse de Conti fort belle la première fois qu'il la vit, il ne
voulut point penser à l'épouser, parce qu'il savoit trop de ses
nouvelles: peut-être aussi ne l'auroit-il pas voulu faire par
politique. Il est vrai, d'un autre côté, que ce qu'il vouloit faire
pour madame de Beaufort étoit encore pis que tout cela. Il étoit
encore constant qu'étant marié il n'avoit jamais eu inclination pour
cette princesse.

Cependant assez de badauds à Paris croyoient ce que cette friponne
disoit. Il y avoit ici en ce temps-là un Flamand nommé M. Migon, homme
fort ingénieux, mais du reste assez simple. Ce bon Flamand connut
Lisette; et comme cette créature avoit le caquet bien emmanché, car
jamais on n'a mieux débité le galimatias, il en fut charmé et
pleinement persuadé de toutes les fables qu'elle débitoit. Or, il
arriva qu'un certain Allemand, qui se faisoit appeler le baron de
Crullembourg, fit accroire à M. des Hagens, favori de M. de Luynes,
qu'il savoit faire l'or. Des Hagens lui donna dix mille écus qu'il lui
avoit demandés pour cela. Crullembourg se met en équipage, loue une
maison à la Place-Royale, croyant que s'il se faisoit valoir il en
tireroit encore bien d'autres. M. des Hagens ne donna pourtant point
son argent sans en parler à M. d'Ornano, alors gouverneur de Monsieur,
et qui depuis fut maréchal de France, car il lui communiquait tous ses
desseins. D'Ornano, qui connoissoit Migon, lui conseilla de le mettre
avec Crullembourg comme témoin et comme participant de tout ce qu'il
entreprendroit. Voilà donc Migon avec Crullembourg. Il n'y fut pas
plus tôt qu'il pense à Lisette, qu'il croyoit princesse, et dont il
avoit grande compassion: il la loge avec lui en intention de lui faire
avoir si bonne part à l'or qu'on feroit, qu'elle auroit de quoi se
marier selon sa naissance. M. de Chaudebonne, qui connoissoit fort
Migon, mena un soir cette fille chez madame la marquise de
Rambouillet, sa bonne amie, qui alors logeoit à la Place-Royale,
pendant qu'elle faisoit bâtir l'hôtel de Rambouillet. Elle n'avoit
rien d'extraordinaire en son habillement, hors qu'elle avoit un
chapeau avec des plumes. Dès que madame de Rambouillet la vit, elle la
reconnut, et lui dit qu'elle l'avoit vue ailleurs. «Ah! répondit-elle,
madame, c'est cette malheureuse Lisette qui m'a perdue d'honneur. Elle
étoit fille de ma nourrice et ma soeur de lait.» Madame de Rambouillet
lui fit toutes les objections qu'on lui pouvoit faire, et entre
autres, que si le feu Roi se l'eût fait porter pour la voir, comme
elle disoit, que cela se seroit su, et que les rois ne pouvoient rien
faire sans témoins.

Au commencement, la princesse de Conti, qui étoit déjà veuve, laissa
dire cette fille; mais voyant que le monde en étoit trop imbu, et que
quelques-uns ne savoient qu'en croire, elle la fit prendre et la fit
mettre en prison dans l'abbaye Saint-Germain. On donna le fouet à
Lisette, mais elle soutint toujours à la princesse de Conti même
qu'elle étoit sa fille. Cette princesse, qui étoit bonne, se contenta
de ce châtiment et ne la voulut point mettre en justice. Lisette au
sortir de là courut tout le royaume. Elle est encore en vie et parle
comme elle faisoit en ce temps-là. Elle étoit petite, mais bien faite.
Pour le visage, elle l'avoit médiocrement beau. Pour Crullembourg, au
bout de trois mois il fit un trou dans la nuit[198].

  [198] Expression proverbiale qui a le même sens que _faire un
  trou dans la lune_.



MADAME DE VILLARS[199].


C'étoit une des soeurs de madame de Beaufort. Elle avoit épousé le
neveu de M. l'amiral de Villars. Ils s'appeloient Brancaccio en leur
nom, et viennent du royaume de Naples. Son oncle, qui ne s'était point
marié, lui avoit laissé beaucoup de bien; il n'y a jamais eu un si
pauvre homme. Lui et sa femme ont mangé huit cent mille écus d'argent
comptant, et soixante mille livres de rente en fonds de terre, dont
il n'en est resté que dix-sept qui étoient substitués. Il avoit eu une
terre de vingt-cinq mille livres de rente, de l'argent qu'il avoit
reçu du cardinal de Richelieu pour le Hâvre-de-Grâce, la lieutenance
de roi de Normandie, et le vieux palais de Rouen. Par le marché il eut
un brevet de duc, mais il ne fut reçu qu'au parlement de Provence, où
il trouva plus de crédit qu'ailleurs, parce qu'il étoit de ce pays-là.

  [199] _Voyez_ les _Amours du grand Alcandre_. (T.)

Avant cela, le mari et la femme demeuroient d'ordinaire au Hâvre. Elle
y fit (il est vrai que cela n'étoit pas son apprentissage) le coup le
plus effronté qu'aucune femme ait guère fait en amour. Un capucin,
nommé le Père Henri de La Grange-Palaiseau, de la maison d'Arville,
oncle de Céleste, dont nous parlerons ailleurs, qui peut-être s'étoit
fait religieux pour ne pouvoir vivre selon sa condition, faute de
biens, fut envoyé par le Provincial au couvent qu'ils ont au Hâvre.
C'étoit un des plus beaux hommes de France, et de la meilleure mine,
homme d'esprit, et à la vie duquel il n'y avoit rien à reprendre. Il
prêcha l'Avent au Hâvre. Dès le premier sermon, madame de Villars
devint passionnément amoureuse de lui, et, pour le tenter, elle
s'ajustoit tous les jours le mieux qu'il lui étoit possible. Elle
quitta pour lui l'habit extravagant qu'elle portoit au Hâvre. C'étoit
une espèce de pourpoint avec un haut-de-chausses et une petite jupe de
gaze par-dessus, de sorte qu'on voyoit tout au travers. Pensez qu'avec
ce pourpoint elle n'avoit pas une coiffe: elle n'avoit garde. Elle
portoit toujours un chapeau avec des plumes. Parée donc de son mieux,
elle s'alloit toujours mettre vis-à-vis de la chaire, sans masque, et
la gorge fort découverte, car c'était ce qu'elle avoit de plus beau;
pour les traits du visage, ils n'étoient pas merveilleux: elle avoit
les yeux petits et la bouche grande; mais sa taille, ses cheveux et
son teint étoient incomparables. En ce temps-là elle étoit encore fort
jeune. Tout cela ne toucha point notre capucin. Que fait-elle? elle
envoie à Rome pour faire avoir au Père Henri de La Grange la
permission de la confesser; elle expose qu'elle avoit été touchée de
ses sermons, qu'ayant jusqu'alors été trop avant dans le monde, elle
croyoit que Dieu se vouloit servir de cette voie pour sa conversion.
En même temps elle se tue de dire partout que les prédications de ce
bon Père seroient cause qu'elle changeroit de vie. A Rome elle obtint
facilement la permission qu'elle demandoit, et l'ayant fait signifier,
elle demande qu'il l'entende en confession dans une chapelle qui étoit
chez elle. Les autres capucins, qui croyoient que cela feroit venir
l'eau au moulin, l'y envoyèrent aussitôt. Mais la dame, au lieu de se
confesser de ses vieux péchés, car elle avoit dit qu'elle vouloit
faire une confession générale, le voulut persuader de lui en faire
faire de nouveaux. Le bon Père fait des signes de croix et la tance
sévèrement. Elle ne perd point courage, elle fait tout ce qu'elle peut
pour l'exciter, et lui montre peut-être ce qu'elle ne lui pouvoit
montrer durant le sermon. Tout cela ne servit de rien: il la laisse
demi-folle.

Au sortir de là il demande permission aux supérieurs de se retirer.
Elle en a avis et fait garder les portes; il trouve pourtant moyen de
s'évader. Elle le sait, monte secrètement à cheval et court après.
Elle l'attrape dans un bois, descend et le presse de revenir; il se
dépêtre d'elle, prend son cheval et s'enfuit à Paris. L'amante
délaissée, afin d'avoir un prétexte d'aller aussi à Paris et de suivre
son amant, feint d'être malade et de vomir du sang. Effectivement elle
en vomissoit, mais ce n'étoit pas du sien, tout cela se faisoit par
artifice. Elle se fait porter à Paris dans un brancard pour s'y faire
traiter. Le bruit courut qu'elle se mouroit. Elle écrivit en vain au
Père de La Grange, et voyant qu'il n'y avoit plus d'espérance, elle se
guérit toute seule. Mais avant cela elle découvrit qu'il étoit à
Rouen; lui qui savoit que cette folle y étoit aussi, disoit sa messe
le premier, et se tenoit caché. Un jour elle y alla de si bonne heure
qu'elle le rencontra; pour elle, elle étoit déguisée en bourgeoise. Il
fit un grand cri quand il l'aperçut, mais il ne laissa pas de dire sa
messe; ce fut en allant à l'autel qu'il la reconnut. Il partit dès le
jour même.

Elle fut aimée ensuite de M. de Chevreuse. En ce temps-là, faute
d'argent, elle souffrit les galanteries d'un partisan nommé Moisset;
c'est celui qui a bâti Ruel; c'étoit le Montauron de ce temps-là. Elle
fut même si dévergondée que de loger chez lui. M. de Chevreuse lui en
fit des reproches, et feignit de la vouloir quitter. Elle, pour lui
montrer qu'elle ne pouvoit vivre sans lui, fit semblant d'avaler des
diamants non enchâssés qu'elle tenoit alors dans une boîte; mais elle
laissa tomber les diamants et ne fit que lécher les bords de la boîte.
Sur cela on fit un conte quelque temps après: on disoit que feu
Comminges, frère de Guitaud, capitaine des gardes de la Reine, qui la
servoit auprès de M. de Bassompierre dont elle s'étoit éprise, lui
ayant rapporté que M. de Bassompierre ne correspondoit point à sa
passion, elle avala des diamants; que Comminges, qui étoit avare, la
prit par le cou et les lui fit rendre; et que sachant combien il y en
avoit, il la pensa étrangler pour lui en faire rejeter un qui restoit,
et qu'après il les emporta tous[200].

  [200] Comminges, père de Comminges reçu capitaine des gardes de
  la Reine en survivance, et gouverneur de Saumur, étoit un homme
  d'esprit qui partageoit souvent avec les galants qu'il servoit,
  car il étoit bien fait. (T.)

Madame de Villars étoit la plus grande escroqueuse du monde. Quand il
fallut sortir du Hâvre pour ne point faire crier toute la ville, car
elle devoit à Dieu et au monde, elle fit publier que tous leurs
créanciers vinssent un certain jour parler à elle. Elle parla à tous
en particulier, leur avoua qu'elle n'avoit point d'argent, mais
qu'elle avoit en deux ou trois lieux qu'elle leur nomma, des magasins
de pommes à cidre pour dix ou douze mille écus, qu'elle leur en
donneroit pour les deux tiers de leur dette, et une promesse pour le
reste payable en tel temps. Elle disoit cela à chacun d'eux avec
protestation qu'elle ne traitoit pas les autres de la sorte, et qu'il
se gardât bien de s'en vanter. Les pauvres gens, les plus contents du
monde, prirent chacun en paiement un ordre aux fermiers de donner à
l'un pour tant de pommes et pour tant à l'autre; mais quand ils y
furent, ils ne trouvèrent en tout que pour cinq cents livres de
pommes.

Elle vit encore, mais gueuse.



MADAME LA COMTESSE DE SOISSONS.


Le père de madame la comtesse étoit d'une maison de Piémont qu'on
appeloit Montafié. Son père avoit épousé Jeanne de Coesme, du pays du
Maine. Il n'eut qu'elle d'enfants; on l'appeloit mademoiselle de Lucé.
Son bien de France pouvoit être de vingt mille livres de rentes ou
environ.

Le prince de Conti[201] épousa cette madame de Montafié[202], et M. le
comte de Soissons[203] devint amoureux de mademoiselle de Lucé, qui
passoit alors pour une des plus belles personnes de la cour; et en
effet, sans qu'elle avoit les yeux un peu trop hors de la tête, elle
eût été parfaitement belle. Elle en usa comme elle devoit. M. le comte
avoit beau être prince du sang, spirituel, beau, et de bonne mine,
sans le sacrement il n'y avoit rien à faire. Feu M. de Guise s'en
éprit aussi. On croit que cela ne servit pas peu à faire conclure M.
le comte. Il l'épousa, et par sa qualité il tira du duc de Savoie, le
bossu, qui ne l'eût pas fait autrement, cinq à six cent mille écus
pour le bien que sa femme avoit en Piémont, dont le bossu s'étoit
saisi, parce qu'il n'avoit à faire qu'à une fille, et qui encore
demeuroit en France. Ainsi mademoiselle de Lucé étoit bien plus riche
pour M. le comte que pour un autre.

  [201] Troisième fils de Louis Ier, prince de Condé.

  [202] La comtesse de Montafié, première femme de François de
  Bourbon, prince de Conti, mourut le 26 décembre 1601, et sa fille
  épousa le comte de Soissons le lendemain. (_Voyez_ le Père
  Anselme, tom. 1, pag. 334 et 350.)

  [203] Charles de Bourbon, comte de Soissons, dernier fils de
  Louis de Bourbon, premier du nom, prince de Condé, né en 1566,
  mort en 1612.

Elle vivoit bien avec M. le comte, à quelques petites querelles près
qu'ils eurent souvent pour des femmes de chambre. Car madame la
comtesse s'est toujours laissée empaumer par quelqu'un, et M. le
comte, qui étoit soupçonneux, ne le trouvoit nullement bon. Ils se
raccommodoient aussi facilement qu'ils s'étoient brouillés. Elle avoit
un mauvais mot dont elle n'a jamais pu se défaire, c'est qu'elle
disoit toujours _ovec_ pour _avec_, et cela sembloit le plus vilain du
monde à une personne de sa condition. Il y a une autre chose que je
lui pardonnerois encore moins, c'est de n'avoir rien laissé à
mademoiselle de Vertus[204], qui a été assez long-temps avec elle, et
qui est une fille de mérite[205].

  [204] Catherine Françoise de Bretagne, soeur de la duchesse de
  Montbason, se retira à Port-Royal. Elle y devint l'amie de madame
  de Longueville. Ce fut elle qui se chargea d'annoncer à cette
  princesse la mort de son fils. (_Voyez_ la lettre de madame de
  Sévigné du 20 juin 1672.) Sa vieillesse se passa dans les
  souffrances les plus aiguës, car elle est morte le 21 novembre
  1691, et le 36 janvier 1674, madame de Sévigné écrivoit à sa
  fille: «Ce Port-Royal est une Thébaïde, c'est un paradis, c'est
  un désert où toute la dévotion du christianisme l'est rangée.....
  Mademoiselle de Vertus y achève sa vie avec des douleurs
  inconcevables et une résignation extrême.»

  [205] Anne de Montafié, comtesse de Soissons, mourut à Paris dans
  l'hôtel de Soissons, le 17 juin 1644.



MADEMOISELLE DE SENECTERRE.


Mademoiselle de Senecterre[206] fut fille d'honneur de Catherine de
Médicis. Après la mort de sa maîtresse, elle s'en retourna en
Auvergne, son pays; mais ayant été nourrie à la cour, et étant d'un
esprit qui n'aimoit guère le repos, elle revint bientôt à Paris, et
s'alla loger dans un petit logis sur le quai des Augustins, où elle
vivoit assez petitement, car elle étoit pauvre. Plusieurs personnes la
visitoient; elle avoit de l'esprit et savoit toutes les nouvelles. Feu
M. de Nemours[207], le bonhomme qu'on avoit nommé auparavant le prince
de Genevois, qui étoit un des plus galants de la cour et le premier
qui se soit adonné à faire des galanteries en vers, et qui se soit mis
en peine de se rendre capable de faire des desseins de carrousels et
de ballets, y alloit assez souvent comme voisin.

  [206] Madeleine de Saint-Nectaire (on prononçoit _Senneterre_)
  mourut fort âgée en 1646.

  [207] Henri de Savoie, duc de Nemours et de Genevois, qui épousa
  Anne de Lorraine, fille de Charles, duc d'Aumale, et mourut en
  1632.

En ce temps-là il faisoit quelquefois des voyages à Turin, où il
demeuroit deux à trois ans tout de suite. Durant ces voyages, une
grande partie de l'hôtel de Nemours demeuroit vide. La première fois
qu'il y alla, depuis que mademoiselle de Senecterre étoit de retour, à
Paris, elle lui demanda permission de loger à l'hôtel de Nemours
pendant son absence, ce qu'il lui accorda facilement. Etant là, elle
eut la connoissance d'un cadet de feu M. de Bouillon La Mark, nommé le
marquis de Bresne. Ce cadet-là ne faisoit point de honte à son aîné.
Il n'étoit pas plus habile que lui; mais il étoit bien fait et jeune,
et mademoiselle de Senecterre étoit laide et vieille. (Elle avoit
peut-être pu passer en sa jeunesse, et je ne doute pas qu'elle n'ait
fait comme les autres de la cour des Valois.) Cependant je ne sais
quelle tentation du malin le prit, mais la pucelle s'en plaignit
hautement, et le marquis de Nesle, qui étoit son ami, prit la querelle
pour elle, et on fut très-longtemps sans les pouvoir accommoder lui et
le marquis de Bresne.

Mademoiselle de Senecterre, qui étoit naturellement intrigante et qui
avoit besoin de se pousser, voyoit le plus de monde qu'elle pouvoit.
Elle fit donc soigneusement sa cour à madame la comtesse de Soissons,
qui étoit veuve, et sut si bien ménager cet esprit facile, qu'elle fut
reçue dans la maison, et peu de temps après y fit aussi entrer son
frère en qualité de gouverneur de feu M. le comte. Senecterre avoit
aussi grand besoin que sa soeur d'une semblable fortune, car il étoit
logé chez Codeau, marchand linger de la rue Aubry-le-Boucher, qui le
logeoit, le nourrissoit, lui, un cheval et un laquais, à tant par an.
Cet homme a été plus de huit ans depuis la fortune de Senecterre sans
pouvoir être payé.

Elle a fait un roman où il y a assez de choses de son temps. On l'a
imprimé depuis sa mort[208]; il n'est pas trop mal écrit, mais elle
affecte un peu trop de paroître savante. C'est le vice de la plupart
des femmes qui écrivent.

  [208] Ce roman a pour titre: _Orasie, où sont contenues les plus
  mémorables aventures et les plus curieuses intrigues qui se
  soient passées en France vers la fin du seizième siècle, par une
  dame illustre._ Paris, Ant. de Sommaville, 1646, 4 vol. in-8º.

Elle a vécu fort long-temps, mais elle revint en enfance quelques
années avant de mourir.



M. DE SENECTERRE[209].


On avoit fait un couplet de son père ou de son grand-père durant le
siége de Metz:

         Senecterre
         Fut en guerre;
     Il porta sa lance à Metz,
           Mais
     Il ne la tira jamais.

François de Guise, qui défendit Metz, fit ce couplet pour se venger de
la hablerie de cet homme qui n'étoit qu'un parleur[210].

  [209] Henri de Saint-Nectaire, marquis de La Ferté-Habert,
  chevalier des ordres du Roi, lieutenant-général au gouvernement
  de Champagne, ambassadeur en Angleterre et à Rome, mourut le 4
  janvier 1662, âgé de quatre-vingt-neuf ans.

  [210] François, père de Henri, étoit dans la ville de Metz
  lorsque Charles-Quint l'assiégea; ainsi c'est sur lui que le duc
  de Guise fit la plaisanterie rapportée par Tallemant.

M. de Senecterre est d'une bonne maison d'Auvergne, mais fort
incommodée; avant d'entrer chez M. le comte de Soissons, il ne
jouissoit pas de deux mille livres de rente, tant son bien étoit
engagé. Chez ce prince il fit si bien ses affaires, qu'en peu de temps
il devint fort riche. Sa soeur même y acquit beaucoup de bien. Il
étoit bien fait, et même encore à cette heure c'est un beau vieillard
et propre, quoiqu'il ait bien près de quatre-vingts ans.

Madame la comtesse le trouva fort à son gré. Sa soeur, qui avoit
beaucoup de pouvoir sur son esprit, servit puissamment à cette
amourette. Cependant madame la comtesse, quoique belle, n'avoit, ni
durant la vie de son mari, ni après, fait parler d'elle en aucune
sorte. On dit pourtant que quand madame de Senecterre mourut,
Senecterre dit: «Bon, bon, j'épouserai peut-être une princesse.» En
effet, on assure qu'il l'avoit épousée et qu'il en eut une fille, qui
est présentement à Faremoutier en Brie, dont une parente de Senecterre
est abbesse. Elle est religieuse et a avec elle une soeur, sa cadette,
qui peut avoir vingt ans et qui est une belle fille; mais elle ne veut
point prendre l'habit qu'on ne fasse donner une abbaye à sa soeur, et
qu'on ne la fasse coadjutrice[211].

  [211] Celle-ci est fille d'une mademoiselle de Dampierre, de
  bonne maison, qui étoit belle comme un ange. La Ferté en étoit
  aussi amoureux, mais le bon homme étoit horriblement jaloux. On
  l'a mariée depuis en Auvergne. (T.)

Madame la comtesse étoit bien faite, mais une pauvre femme du reste.
Elle avoit des oreillers dans son lit de toutes les grandeurs
imaginables. Il y en avoit même pour son pouce[212]. Elle se laissoit
gouverner absolument au frère et à la soeur, qui lui mirent dans
l'esprit que ce lui seroit un grand avantage que de s'allier avec le
cardinal de Richelieu. En effet, on voit par le _Journal_ de ce
cardinal, qui a été imprimé, que plusieurs fois l'un et l'autre lui
portent la parole de la part de madame la comtesse au sujet du mariage
de M. le comte avec madame de Combalet, et en ce temps-là madame la
comtesse faisoit toutes les caresses imaginables à cette princesse
nièce, et lui donnoit tous les divertissements dont elle pouvoit
s'aviser. Madame de Combalet en recevoit trois visites pour une, et
sans cesse des petits présents et des régals.

  [212] Elle ne fermoit jamais les mains, parce que cela rendoit
  les jointures rudes; elle avoit les mains belles. (T.)

«Elle en parla, dit le _Journal_[213], à M. le comte, qui lui répondit
en ces mots: «Elle est venue d'une personne de petite condition, et je
suis d'une naissance la plus relevée qu'on puisse être[214].» M. le
comte étoit glorieux d'une sotte gloire. Il étoit soupçonneux,
bizarre, et d'une petite étendue d'esprit, mais homme de coeur,
d'honneur et de foi. Le cardinal de Richelieu le reconnoît pour tel
dans ce Journal, où l'on voit aussi que Senecterre et sa soeur lui
donnent cent avis contre ce prince. Un jour, voyant qu'il étoit trop
fier pour certaines dames, elle lui dit plaisamment qu'au pays de
_Dames_ il n'y avoit point de prince. Il étoit bien fait et dansoit
fort bien. Il étoit bien devenu plus civil depuis qu'il commanda en
Picardie; il avoit bon besoin de gagner la Noblesse, car le traitement
qu'il fit faire au baron de Coupet parut une étrange violence à tout
le monde. Ce jeune homme avoit ouï médire de madame de Chalais, et, en
provincial, n'avoit pas considéré qu'on n'en avoit parlé qu'avec des
gens beaucoup au-dessus de lui. L'ayant donc trouvée aux Tuileries, il
lui dit des sottises. Elle, qui en ce temps-là, étoit servie par M. le
comte, voulut s'en venger, et fit sentir à ce prince qu'elle désiroit
cette satisfaction. M. le comte envoya Beauregard, son capitaine des
gardes, donner des coups de bâton à Coupet dans son logis. Depuis,
Coupet se battit contre Beauregard. Ce Coupet étoit fils d'un
secrétaire de M. de Lesdiguières, qui acheta une terre, se fit riche
et se fit anoblir. Son fils porta les armes et passoit partout pour
gentilhomme. M. le comte, pour s'excuser, disoit que ce n'étoit pas un
gentilhomme. Le feu Roi trouva cela fort mauvais et disoit: «Je
voudrois bien savoir si je ne puis pas faire un gentilhomme moi, et si
le père de Coupet, ayant été anobli par un roi de France, ne doit pas
passer pour noble.»

  [213] _Journal de M. le cardinal de Richelieu, qu'il a fait
  durant le grand orage de la cour en l'année 1630 et 1631, tiré
  des Mémoires écrits de sa main_, 1649, in-8º.

  [214] Il est vrai qu'après qu'on avoit parlé de le marier avec la
  reine d'Angleterre, c'étoit furieusement descendre. Il avoit eu
  quelque inclination pour elle fondée sur l'espérance de
  l'épouser, et ce fut pour elle que Malherbe fit, au nom de M. le
  comte, ces vers qui commençoient ainsi:

     Ne délibérons plus, etc. (T.) MALHERBE, _Stances_, livre 5.

  Enfin, Senecterre en fit tant que M. le comte le chassa. Il avoit
  chassé auparavant le chevalier de Senecterre[215], son fils, qui
  étoit un garçon de coeur et de bonne mine; mais on dit qu'à la
  valeur près, il ressembloit assez à son père. Il alla au siége de
  La Mothe, où il fut tué. M. le comte l'accusoit de lui avoir fait
  une infidélité, car on dit qu'au lieu de servir simplement son
  maître auprès de madame de Montbazon, il en prenoit sa part, comme
  vous verrez plus au long dans l'_historiette_ de cette belle.

  [215] Gabriel, dit _le Chevalier de Saint-Nectaire_, tué au siége
  de La Mothe, en Lorraine, le 30 mai 1634.

Le cardinal de Richelieu se servoit plus de Senecterre pour espion que
pour autre chose, et en effet il ne lui a jamais fait beaucoup de
bien. Le cardinal Mazarin (car autrefois, durant la vie du cardinal de
Richelieu, Senecterre, Chavigny et M. Mazarin, c'étoient trois têtes
dans le même bonnet) donna à son fils, aujourd'hui le maréchal de La
Ferté, le gouvernement de Lorraine, et à lui la lieutenance de roi
d'Auvergne. Il cajoloit Bullion, comme une maîtresse, et étoit de
toutes ses petites débauches. Il est fort avare et fort inhumain. Il
entreprit un grand procès contre cette petite de Rhodes, aujourd'hui
madame de Vitry. Elle étoit fille de M. de Rhodes et de la comtesse
d'Alais, fille du maréchal de La Chastre, et veuve du fils aîné de M.
d'Angoulême le père[216]. Mais ce mariage-là étoit un mariage _de Jean
des Vignes_[217]. Cependant l'avarice de Senecterre, qui étoit fort
riche, et la compassion qu'on avoit de voir une mère soutenir
l'honneur de sa fille, mettoit tout le monde du côté de la petite. A
Rennes, où l'affaire fut renvoyée, madame de Pisieux, madame de La
Chastre et autres firent une telle cabale avec les femmes des
conseillers et des présidents à qui elles rendirent tous les soins
imaginables, que la fille ne gagna pas seulement son procès, mais
qu'après cela on la mit sur une espèce de char, couronnée de lauriers,
et on la fit aller ainsi par toute la ville. Toutes les femmes étoient
si irritées contre Senecterre, qu'il sortit de la ville plus vite que
le pas, quoique le maréchal de La Meilleraye eût sollicité pour lui.

  [216] Cette madame la comtesse d'Alais étoit une grande et grosse
  femme. Madame de Rambouillet disoit, quand elle la voyoit, qu'il
  lui sembloit voir le colosse de Rhodes. (T.)

  [217] On disoit proverbialement, _faire le mariage de Jean des
  Vignes, ou des gens des vignes, tant tenu tant payé_. (Voyez
  _l'étymologie ou explication des proverbes françois_, par Fleury
  de Bellingen. La Haye, 1656, pag. 68.) On lit dans les _Proverbes
  en rimes ou Rimes en proverbes_ de Le Duc, Paris, 1664, in-12:

     Mariage de Jean des Vignes,
     On en a mal aux eschines.

En 1659 il arriva à Rennes une chose quasi pareille. Un gentilhomme
nommé La Bussière, qui étoit des amis de M. de Lionne, maria sa fille
à un cadet d'un gentilhomme nommé Brécourt: ce cadet s'appelle
Sainte-Sesonne. Le père n'y consentit point. La Bussière meurt et son
gendre aussi. Brécourt veut faire casser le mariage. L'affaire est
envoyée à Rennes. Lionne la recommande à Delorme. La veuve, qui est
bien faite, va avec sa mère, femme intelligente, descend par la Loire
à Nantes; là, elles trouvent un carrosse à six chevaux sans qu'on sût
qui l'envoyoit, et dans les hôtelleries jusqu'à Rennes on ne prit
point de leur argent. Là, tout le monde sollicita pour elles. Les
porteurs de chaises, les laquais, le menu peuple, menaçoient à tout
bout de champ leurs parties. Le jour qu'on plaidoit leur cause, les
laquais s'avisèrent de faire un président, des conseillers, des
avocats, etc., etc. Ils plaidèrent la cause et allèrent aux opinions.
Il n'y en eut qu'un qui ne fut pas pour la veuve; ils le battirent
comme plâtre. A l'audience, comme le président prononçoit, il s'éleva
un grand murmure, comme pour dire: «Président, faites-lui gagner sa
cause.» Elle la gagna sur l'heure. Son fils de quinze mois, ou
environ, fut couronné de lauriers. On cria _haro_ sur les parties, on
les appela _Juifs_; ils eurent de la peine à se sauver. On cria: _Vive
le Roi et madame de Sainte-Sesonne!_ et au logis de son avocat, où
elle dîna, le peuple vint lui donner l'aubade avec des violons, des
tambours et des trompettes. Ce fut la vanité de Delorme qui fit tout
cela. Dans les Mémoires de la régence il sera bien parlé de lui[218].

  [218] On a déjà exprimé le regret de la perte de ces Mémoires.
  (_Voyez_ la note de la page 2.)

M. de Senecterre a une fort grande maison, et quasi personne dedans.
Un jour il entendit que son fils le maréchal disoit à quelqu'un: «Je
ferai ceci; j'ajusterai cela.» Il se mit à battre du pied
vigoureusement contre terre et à faire claquer ses dents les unes
contre les autres en lui disant: «Tout homme qui fait cela n'est pas
si près à laisser la place aux-autres.»

Il est toujours propre, quoique vieux. Un gentilhomme le cajoloit un
jour sur sa propreté, et lui disoit que madame de Gueménée disoit que
si elle vouloit avoir un galant que ce seroit M. de Senecterre. Le
bonhomme répondit: «Madame de Gueménée fait mieux qu'elle ne dit,
monsieur; elle fait mieux qu'elle ne dit.» On m'a dit qu'une fois il
entra dans sa cuisine; un laquais y faisoit une omelette: il crut que
c'était à ses dépens. Il appela un palefrenier pour donner les
étrivières à ce laquais; le palefrenier dit qu'il les souffriroit
plutôt lui-même. Senecterre, furieux, dépouille ce laquais lui-même et
les lui donne de sa propre main.

Il peut y avoir six ou sept ans qu'étant résolu de se faire tailler,
après s'être fait sonder, il alla dire adieu à M. le cardinal, et,
sans en rien dire à personne, se fit tailler, et fut si bien guéri,
qu'il se remaria deux ans après avec la veuve de Couslinan, dont nous
parlerons ailleurs.



M. D'ANGOULÊME[219].


Si M. d'Angoulême eût pu se défaire de l'humeur d'escroc que Dieu lui
avoit donnée, c'eût été un des plus grands hommes de son siècle. Il
étoit bien fait, brave, spirituel, avoit de l'acquis, savoit la
guerre, mais il n'a fait toute sa vie que griveller[220] pour
dépenser et non pour thésauriser. Jamais courtisan n'entendit mieux
raillerie. Le cardinal de Richelieu, en lui donnant à commander un
corps d'armée, eut bien la cruauté de lui dire: «Monsieur, le Roi
entend que vous vous absteniez de......» Et en disant cela il faisoit
avec la main la patte de chapon rôti, lui voulant dire qu'il ne
falloit pas griveller. Le bonhomme, comme vieux courtisan, au lieu de
se fâcher, lui répondit en souriant et en haussant les épaules:
«Monsieur, on fera tout ce qu'on pourra pour contenter Sa Majesté.»

  [219] Les Mémoires de M. de Sully et autres parlent assez de ces
  brouilleries et de sa bravoure. On parlera de lui à
  l'_historiette_ du cardinal de Richelieu. Il a écrit assez de
  choses, mais on ne sait ce que tout cela est devenu. C'étoient
  des Mémoires (ils ont été imprimés depuis. (T.)--Le duc
  d'Angoulême, auquel cette historiette donne une physionomie si
  nouvelle, naquit des liaisons de Charles IX et de Marie Touchet,
  le 28 avril 1573. Il fut impliqué dans la conspiration de Biron,
  et condamné à mort pour avoir trempé dans celle de d'Entragues.
  Henri IV commua sa peine. Il mourut à Paris le 24 septembre 1650,
  ayant vécu sous cinq rois, et s'étant distingué dans nombre de
  batailles. Ses Mémoires ont été publiés après sa mort sous le
  titre de _Mémoires très-particuliers du duc d'Angoulême pour
  servir à l'histoire des règnes de Henri III et de Henri IV_,
  1662, in-12. Ils ont été insérés dans la Collection des Mémoires
  relatifs à l'histoire de France, tom. 44 de la première série.

  [220] Expression familière qui se prenoit dans le sens d'un
  profit illicite sur des commissions dont on étoit chargé.
  Péréfixe, dans son _Histoire de Henri IV_, l'a employée plusieurs
  fois. (_Dictionnaire de Trévoux._)

Un jour qu'on disoit à feu Armantières, que M. d'Angoulême savoit je
ne sais combien de langues: «Ma foi, dit-il, je croyois qu'il ne
savoit que le _narquois_[221].»

  [221] Le _narquois_ étoit le jargon que parloient entre eux les
  voleurs et les escrocs; on l'appelle plus communément l'_argot_.
  (Voyez _le Jargon ou le langage de l'argot réformé_, dans le
  Recueil de facéties intitulé: _les Joyeusetés, facéties et
  folastres imaginations de Caresmes prenant, Gauthier Garguille_,
  etc., Paris, Techener, 1831.)

Le feu Roi lui ayant demandé combien il gagnoit par an à la fausse
monnoie: «Je ne sais, Sire, répondit-il, ce que c'est que tout cela.
Mais je loue une chambre à Merlin à Gros-Bois dont il me donne quatre
mille écus par an[222]. Je ne m'informe pas de ce qu'il y fait.» Un
peu avant que de mourir, il montra à M. d'Aguvry, de qui je le sais,
bon nombre de faux louis d'or qu'il confrontoit à de bons louis. Feu
M. de La Vieuville, alors surintendant des finances pour la seconde
fois, s'amusoit à cela avec lui.

  [222] Cela ne dura guère. Il fit évader Merlin, quand on y alla.
  (T.)

M. d'Angoulême ne pouvoit s'empêcher de bâtir toujours quelque
maisonnette; mais il se gardoit bien d'achever Gros-Bois; comme il
n'étoit pas riche, cela l'incommodoit, et il en faisoit d'autant plus
volontiers de la fausse monnoie.

Il disoit les choses fort agréablement: il contoit qu'en sa jeunesse,
il étoit amoureux d'une dame, et qu'un jour la servante de cuisine,
qui étoit une vieille fort malpropre, fort dégoûtante, lui ayant
ouvert la porte, il prit occasion de la prier de lui être favorable et
lui voulut donner quelque chose; mais elle, en le repoussant, lui dit:
«Ardez, monsieur, je ne veux point de votre argent; il n'y a qu'un
mot, c'est que madame n'en a jamais tâté que je n'aie fait l'essai
auparavant; c'est comme du bouillon de mon pôt; il faut passer par là
ou par la fenêtre.» Il eut beau tourner, virer, il fallut satisfaire
cette vieille souillon, et il dit qu'il détournoit le nez de peur de
sentir son tablier gras.

Il demandoit à M. de Chevreuse: «Combien donnez-vous à vos
secrétaires?--Cent écus, dit M. de Chevreuse.--Ce n'est guère,
reprit-il, je donne deux cents écus aux miens. Il est vrai que je ne
les paie pas.»

Quand ses gens demandoient leurs gages, il leur disoit: «C'est à vous
à vous pourvoir: quatre rues aboutissent à l'hôtel d'Angoulême[223],
vous êtes en beau lieu; profitez-en si vous voulez.»

  [223] L'hôtel d'Angoulême, situé rue Pavée, au Marais, s'appelle
  aujourd'hui l'hôtel de Lamoignon, parce qu'il a appartenu sous
  Louis XIV aux célèbres magistrats de ce nom.

Après avoir été veuf quelque temps, il voulut épouser madame
d'Hautefort, qui a depuis épousé M. de Schomberg; elle n'en voulut
point. Il trouva pourtant à se marier à quelques années de là. Il
avoit soixante-dix ans, étoit tout courbé et tout estropié de goutte.
En ce bel état il épousa une fille de vingt ans, bien faite et bien
agréable; son père s'appeloit Nargonne: c'étoit un gentilhomme de
Champagne. Il ne jouit guère de la grandeur de sa fille, car allant au
bois de Vincennes avec elle, les chevaux emportèrent le cocher, et cet
homme, brutalement, sans considérer qu'ils étoient du côté des murs du
parc, et qu'il ne pouvoit s'élancer assez loin, s'élança pourtant et
tomba de sorte, entre les roues, qu'il en fut tout brisé, et expira
aussitôt.

Cette pauvre femme étoit obligée de souffrir presque tout l'été un
grand feu à son dos, car le duc vouloit qu'elle fût toujours auprès de
lui. Cela lui avoit tellement échauffé le sang, qu'elle avoit toujours
un érysipèle aux oreilles.

Quand il mourut, en 1650, le gazetier, Renaudot le fils, rapporta
qu'il étoit mort chrétiennement, comme il avoit vécu. M. le comte
d'Alais, ou plutôt madame, traita fort rudement sa veuve. Elle se
retira aux filles Sainte-Elisabeth, où elle est encore logée au
dehors avec son petit train. L'intendant de M. d'Alais lui alla offrir
mille écus pour son deuil. Elle lui demanda de la part de qui: «De la
mienne, dit-il.--J'ai déjà mon deuil, répondit-elle, et si j'ai à
recevoir ce qui m'appartient, j'entends que ce soit de ceux qui me le
doivent et non d'autres.» L'année d'après on transigea avec elle à
huit mille livres par an. Elle eut quelque chose de la cour, car elle
n'a rien de sa maison[224].

  [224] Françoise de Nargonne; qui avoit épousé le duc d'Angoulême
  le 25 février 1644, mourut, cent trente-neuf ans après son
  beau-père Charles IX, le 10 août 1713, à l'âge de quatre-vingt
  douze ans. Boursault dit en parlant d'elle, en 1702, dans une de
  ses Lettres: «Peut-être depuis les premiers âges où les hommes
  vivoient si long-temps, n'y a-t-il eu de bru que madame
  d'Angoulême qu'on ait vue dans une pleine santé plus de
  six-vingts ans après la mort de son beau-père. Quelque longue que
  sa vie puisse être, elle en a toujours fait un si bon usage,
  qu'elle mourra avec plus de vertus que d'années.» (_Lettres
  nouvelles de M. Boursault_, Luxembourg, 1702, pag. 50.)



LE MARÉCHAL DE LA FORCE[225].


Nompar de Caumont, depuis maréchal et duc de La Force, étoit d'une
bonne et ancienne maison de Gascogne. Il étoit à Paris à la
Saint-Barthélemi, d'où il fut sauvé miraculeusement[226]; car ayant
été laissé entre les morts, un paumier s'aperçut qu'il vivoit, le
retira et le conduisit à l'Arsenal, chez le vieux maréchal de Biron,
son parent. Il reconnut bien ce grand service, et donna une pension à
cet homme qui lui fut bien payée.

  [225] Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, né vers 1559,
  mort le 10 mai 1652.

  [226] On trouve dans le _Mercure_ de novembre 1765, des
  _Mémoires_ du maréchal de La Force, où il retrace les événements
  dont il fut, dans cette journée, témoin et acteur. Voltaire en a
  donné un extrait dans les pièces justificatives, à la suite de la
  _Henriade_.

M. le maréchal de Biron lui donna sa fille en mariage. Cette fille
étoit de la religion, pour avoir été élevée auprès d'une tante
huguenote. Elle pouvoit avoir quinze ans et lui dix-huit. La première
nuit de ses noces, elle fit la sotte, et ne voulut jamais laisser
consommer le mariage. Cela mit ce jeune homme si en colère qu'il jura
qu'elle le lui demanderoit. En effet, elle s'ennuya de n'en être plus
sollicitée, et enfin on lui conseilla de dire à son mari: «_Monsou_,
_donnas de la sibade[227] à la caballe._» Il l'appela toujours
_mignonne_, quoiqu'elle ne le fût pas autrement. Cinquante ans après,
il convia ses amis pour renouveler ses noces, et donna ce jour-là le
plus de _sibade_ qu'il put à la _caballe_.

  [227] _Sibade_, avoine.

Lorsqu'il commandoit en Allemagne, il y a peut-être vingt-cinq ans, il
galopa jusqu'à Metz pour y voir sa femme, et la prenant par de grandes
peaux qu'elle avoit sous le cou, il la baisoit du meilleur courage du
monde en disant: «Certes, mignonne, je ne vous trouvai jamais si
belle.»

On raconte de cette femme qu'elle aimoit extrêmement les montres et se
tourmentoit sans cesse pour les ajuster au soleil. Un jour elle envoya
un page voir quelle heure il étoit à un cadran qui étoit dans le
jardin; mais l'heure qu'il rapporta ne s'accordant pas à sa montre,
elle lui soutenoit toujours qu'il n'avoit pas bien regardé, et l'y
renvoya par deux ou trois fois; enfin le page, las de tant de voyages,
lui dit: «Madame, quelle heure vous plaît-il qu'il soit?» Elle fut si
sotte que de le faire fouetter.

M. de La Force, comme vous pouvez penser, suivit Henri IV, et à la
régence de la Reine-mère, il se trouva vice-roi de Navarre et
gouverneur du Béarn. Il étoit le maître de tout, disposoit des charges
et tenoit Navarreins. Le comte de Gramont en eut envie, et ne pouvant
être ni vice-roi ni gouverneur, il voulut être sénéchal, chose
au-dessous de lui. Il y eut bien du bruit; mais quoique lui et le
marquis, qui prenoit la querelle pour son père, et le comte, fussent
assez éclairés, Théobon, gentilhomme huguenot, prit si bien son temps
qu'il appelle le comte dans le Louvre, et ils eurent le loisir de se
rendre sur le pré. Le marquis avoit le premier cheval qu'il avoit
rencontré: on n'alloit guère en carrosse en ce temps-là. Mais le comte
avoit un cheval d'Espagne et ne voulut jamais se battre à pied. Le
marquis poussa son cheval, et ayant trouvé qu'il savoit un peu
tourner: «Allons, dit-il, il ne faut plus marchander.» Il désarma
bientôt le comte et alla séparer les autres. Le comte de Gramont,
outre ce cheval d'Espagne, s'étoit de longue main fait accompagner par
un gladiateur célèbre, nommé Termes.

Quand M. de Luynes entreprit la guerre contre les huguenots, M. de La
Force se déclara pour eux. Théobon tenoit Sainte-Foy. Durant ces
guerres on ôta le Béarn à M. de La Force, et le comte de Gramont eut
le gouvernement, mais sans Navarreins, qu'on donna à Poyane. Ce
gouvernement fut réduit au pied des autres gouvernemens; on ôta aussi
au marquis de La Force sa charge de capitaine des gardes-du-corps. En
ce temps-là, madame la duchesse de La Force d'aujourd'hui étoit jeune
et bien faite; ce Théobon en étoit amoureux. Elle l'amusa, et lui
laissa espérer tout ce qu'il voulut jusqu'à ce qu'elle l'eut obligé de
donner sa place au marquis de La Force, son mari, et après elle le
planta là. Cette femme a pourtant de la vertu. Elle a vécu
admirablement bien avec la maréchale de Châtillon, sa soeur, quoique
leur commune mère, madame de Polignac, n'eût jamais voulu consentir au
mariage du marquis de La Force et d'elle, qu'elle n'en eût tiré
auparavant quittance de la tutelle, où elle avoit beaucoup gagné, et
avoit pris tous les meubles. Les parens, voyant que cette femme
vouloit marier cette héritière au fils de Polignac, son second mari,
s'en plaignirent à Henri IV, qui la maria avec le marquis de La Force.

Au siége de Montauban on élut, pour commander dans la place, le comte
d'Orval, comme fils de duc et pair, et aussi pour obliger M. de Sully,
son père. Puis, c'étoit élire en effet M. de La Force, dont ce comte
avoit épousé la fille. Le beau-père étoit lieutenant de son gendre. On
avoit donné au comte d'Orval un vieux capitaine pour se tenir auprès
de sa personne et lui dire ce qu'il falloit faire. Or, un jour, comme
les ennemis avoient attaqué un ouvrage avancé, le comte d'Orval, armé
jusqu'aux dents comme un jacquemart, étoit encore à pied dans le fossé
de la ville, que le vieux capitaine, qui n'étoit pas peut-être plus
échauffé, le retint en lui disant: «Monseigneur, ne hasardez pas votre
personne.» (Depuis, on appela ce vieux capitaine: _Monseigneur, ne
hasardez pas votre personne._) M. de La Force y entra tout à cheval;
de sorte que les mousquetades pleuvoient sur lui. Son second fils,
nommé Castelnau, lui dit en l'arrêtant: «Monsieur, je ne permettrai
pas que vous vous exposiez ainsi.» Le bon homme le repoussa fièrement
et lui dit: «Castelnau, vous devriez faire ce que je fais.»

L'année que les ennemis prirent Corbie, le cardinal de Richelieu
l'avoit toujours dans son carrosse, parce que le peuple l'aimoit[228].
Et quand on leva ici des gens si à la hâte, M. de La Force étoit sur
les degrés de l'Hôtel-de-Ville, et les crocheteurs lui touchoient dans
la main en disant: «Oui, monsieur le maréchal, je veux aller à la
guerre avec vous.»

  [228] En 1636. «On n'entendoit que murmures de la populace contre
  le cardinal, qu'elle menaçoit comme étant cause de ces désordres;
  mais lui qui étoit intrépide, pour faire voir qu'il
  n'appréhendoit rien, monta dans son carrosse, et se promena sans
  gardes dans les rues, sans que personne lui osât dire mot.»
  (_Mémoires de Montglas_, dans la Collection des Mémoires relatifs
  à l'histoire de France, deuxième série, tom. 49, pag. 126.)

C'est une race de bonnes gens qui ont presque tous du coeur, mais qui
n'ont point bonne mine. Le bon homme étoit bien fait, mais sa femme
étoit fort laide. Ils n'ont jamais pu se défaire de dire: _Ils
allarent, ils mangearent, ils frapparent_, etc., etc.[229] Rarement
trouvera-t-on une maison où l'on ait moins l'air du monde[230].

  [229] Ancienne locution du midi que l'on retrouve dans tout ce
  qui reste de manuscrits originaux de Brantôme.

  [230] Comme il étoit devant Renty, en Flandre, il dit à M. de
  Castelnau, son fils: «Castelnau, vous vous êtes tout rouillé dans
  la province.» Ce Castelnau fut commandé pour escorter les femmes
  avec douze cents chevaux et dix-huit cents hommes de pied. Le
  voilà en bataille; il prononce lui-même le ban que personne, sous
  peine de la vie, n'eût à sortir de son rang; il n'eut pas plus
  tôt achevé qu'un lièvre vint à partir. Au lieu de retenir ses
  gens, il crie le premier: _Ah! lévrier!_ tout le monde le suit,
  on prend le lièvre. Après il tâcha de rallier ses gens, et crie:
  _Ah! cavalerie!_ plus fort qu'il n'avoit crié _ah! lévrier!_ Mais
  il n'y eut jamais moyen, et si l'ennemi eût donné, c'étoit une
  affaire faite, tous les équipages étoient perdus. Dans le conseil
  de guerre en cette même campagne, il opina ainsi: «Je suis d'avis
  que nous nous retirions; j'avois de l'avoine, je n'en ai plus, il
  faut s'en aller.» Cet homme-là, cependant, avec cent mille livres
  de partage, a si bien fait qu'il a marié trois filles de quatre
  qu'il avoit, l'une à M. de Ravailles, aîné de sa maison, premier
  baron de Béarn; la seconde au comte de Lauzun, et la troisième au
  marquis de Montbrun, tous grands seigneurs. (T.)

Ce n'est pas que le bon homme ne fût courtisan à sa mode, mais ce
n'étoit pas des plus fins. Il fit une chose qui n'étoit guère
d'habile homme. A la mort du cardinal de Richelieu, il s'en alla bien
empressé au Louvre, et, s'approchant du Roi, lui dit tout bas: «Sire,
M. le cardinal de Richelieu est mort certainement, mais on le cache à
Votre Majesté.» Le Roi le lui fit redire pour se moquer de lui, en
faisant semblant de le croire à peine, car il y avoit deux heures
qu'il le savoit.

Quand M. d'Enghien gagna la bataille de Rocroy, le maréchal dit qu'il
souhaiteroit de mourir comme étoit mort le comte de Fontaine, qui,
fort âgé, fut tué à cette bataille.

Ce bon homme se vantoit tout haut de n'avoir jamais connu que sa
femme. Sa tempérance lui conserva une santé admirable, presque jusqu'à
la fin de ses jours. A quatre-vingt-deux ans il se voulut remarier;
depuis cela il n'a rien fait de raisonnable, et il avoit bon nez de
souhaiter de finir comme le comte de Fontaine. Le bon Dieu lui eût
fait une belle grâce, s'il l'eût retiré après avoir dit ce bon mot. Il
y eut bien des disputes, car ses enfants ne se pouvoient résoudre à le
laisser remarier, à cause que cela passoit pour une folie. Enfin, il
épousa madame de La Tabarière, veuve d'un gentilhomme qualifié de
Poitou, et fille de feu M. Du Plessis-Mornay. Ce mauvais exemple fit
remarier bien des vieilles gens, comme madame de Coislin et autres; et
par hasard s'étant rencontré qu'on avoit fait quelques mariages
inégaux en ce temps-là (vers le commencement de la régence), on disoit
qu'il y avoit une influence pour les mariages ridicules.

Cette madame de La Tabarière étoit laide et austère, cependant il
l'appeloit sa _toute mienne_. On disoit que pour lui plaire il ne
lisoit que les livres de M. Du Plessis. Cette femme, soit que ses
purgations eussent cessé, car elle étoit d'âge à cela, ou qu'elle fût
devenue hydropique, s'imagina être grosse, et le crut d'autant plus
qu'on lui avoit prédit qu'elle auroit un fils qui seroit maréchal de
France. Elle avoit espéré l'effet de cette prédiction déjà deux fois,
car elle avoit deux garçons, et elle les avoit vus tous deux commencer
à porter les armes. L'aîné fut noyé au siége de Bois-le-Duc, et
l'autre fut tué malheureusement l'année que les ennemis prirent
Corbie. On faisoit garde dans tous les villages des environs de Paris,
il revenoit avec Tilly, qui est mort depuis peu gouverneur de
Colioure. Ce Tilly étoit ivre, cela lui arrivoit souvent; il alla
donner l'alarme en je ne sais quel village, et un paysan, à
l'étourdie, donna un coup de carabine à La Tabarière, dont il mourut.

La mort de ce second fils la fit résoudre à se remarier. Le maréchal
crut qu'elle étoit grosse, et l'écrivit à tous ses amis. A Charenton
on disoit que c'étoit une nouvelle Sara. Mais le miracle n'étoit pas
autrement nécessaire, car le maréchal pouvoit compter en fils et en
petits-fils plus de vingt-quatre enfants. A la cour on disoit que
c'étoit l'Antechrist. Enfin il se trouva qu'elle étoit presque
hydropique, et au bout de trois mois elle en mourut en partie de
regret. On a dit même que du dépit qu'elle eut de ce qu'on se moquoit
partout de cette belle grossesse, elle fut trois semaines à ne prendre
quasi rien, faisant accroire à sa femme-de-chambre qu'elle étoit dans
un dégoût effroyable. Cette fille n'en dit rien à personne, parce que
sa maîtresse lui disoit toujours que l'appétit lui reviendroit, et que
cela fâcheroit M. de La Force s'il le savoit. Quoi qu'il en soit, les
boyaux se rétrécirent, et elle en mourut.

Cette femme n'a jamais été très-raisonnable; elle se prenoit fort pour
une autre. Elle vit un jour dans un almanach: _Mort d'un grand._
«Hélas! dit-elle, Dieu sauve mon père!» Une fois, en voulant passer
sur je ne sais quelle palissade, elle se fourra un pieu où vous savez.
Ce pieu n'adressa pas pourtant si bien qu'elle n'en fût blessée. Elle
vouloit, par une ridicule pruderie, que son mari la pansât, afin que
le chirurgien ne vît rien; il s'en moqua, et lui dit qu'elle allât se
faire panser. Elle fit de si terribles lamentations sur la mort d'une
fille bossue qui lui mourut, qu'on eût dit qu'elle avoit tout perdu;
cependant elle avoit encore alors deux garçons et deux filles. Son
mari mourut avant ses fils; c'étoit un homme assez _fichu_. Elle
portoit son portrait couvert d'un crêpe noir dans son sein. Par ses
grimaces elle s'étoit acquis la réputation d'une sainte. Une dame de
Bretagne, dont j'ai oublié le nom, avoit fait mettre le portrait de
son second mari au dos du premier dans une même boîte, et pleuroit
encore tous les jours le défunt. Feu madame de La Case ôta de la
chambre le portrait de son premier mari, M. de Courtaumer, quand elle
se remaria avec La Case, frère de mademoiselle de Pons. Sa fille lui
dit: «Hé! maman, hé! maman, que je le baise encore avant que vous
l'ôtiez.» Elle disoit pour ses raisons que La Case étoit parent du
Roi. Il étoit de la maison de Pons.

Le bon homme avoit voulu épouser auparavant la veuve d'un M. de La
Forest, de Normandie, homme de qualités. Cette femme étoit de
Montgommery, mais un peu trop galante pour un vieux Rodrigue. On en
parla pourtant sérieusement, et pendant qu'on travailloit à l'affaire,
madame couchoit toutes les nuits avec le petit Clinchamp de chez
Monsieur. Enfin M. de Montlouet d'Angenne, comme voisin et ami de M.
le marquis de La Force, lui en donna avis, et le bon homme fut
détrompé par ce moyen.

Après il pensa à une femme de trente-deux ans, veuve du fils de M.
d'Arambure, le borgne, qui avoit commandé les chevau-légers de la
garde d'Henri IV. Cette femme étoit riche; et parce qu'elle n'étoit
fille que d'un trésorier de Navarre[231], il vouloit qu'elle lui
donnât par contrat de mariage quarante mille écus; mais quoiqu'elle
fût fort ambitieuse, elle eut assez de coeur pour ne pouvoir se
résoudre à accepter un mari de quatre-vingts ans.

  [231] M. Tallemant, père du maître des requêtes. (T.)

En second veuvage, il devint amoureux de la comtesse d'Adington[232],
veuve depuis un an, aujourd'hui la comtesse de La Suze, dont nous
aurons bien des choses à dire en un autre endroit. En ce dessein il en
parle lui-même à la mère, madame de Châtillon, car le maréchal étoit
mort. Cette dame lui remontra qu'il n'y avoit nulle proportion dans
l'âge, et que cette, jeune veuve pourroit être l'arrière-petite-fille
de celui qui la vouloit épouser. Se voyant désespéré d'avoir la fille,
il s'adressa à la mère; elle le remercie et lui dit qu'elle avoit juré
de ne se remarier jamais. Le bon homme en eut une telle affliction
que sur l'heure il en tomba en défaillance et s'en retourna très-mal
satisfait.

  [232] Henriette de Coligny, petite-fille de l'amiral, avoit
  épousé en 1643 Thomas Hamilton, comte de Hadington. Devenue veuve
  après quelques années de mariage, elle contracta une nouvelle
  alliance avec le comte de La Suze. On a d'elle des poésies assez
  remarquables qui ont été publiées dans un Recueil qui en contient
  beaucoup de Pélisson, de mademoiselle de Scudéri et de bien
  d'autres.

Il avoit quatre-vingt-neuf ans quand il pressa plus que jamais ses
enfants de le laisser remarier, alléguant que ne pouvant plus courir
le cerf (il l'a couru, jusqu'à quatre-vingt-six ans) et n'ayant plus
d'emploi (car il en eût pris encore volontiers), il lui étoit
impossible de demeurer seul à la campagne; qu'à la cour il avoit des
sujets de fâcherie (l'année auparavant il avoit été trois heures au
soleil sur ses pieds à Fontainebleau, en attendant le cardinal
Mazarin, et se tint un gros quart-d'heure découvert quand il passa).
Il disoit que Dieu n'y seroit point offensé, et que ses enfants n'en
seroient pas plus pauvres. Enfin il raisonnoit assez pour faire une
seconde sottise, et nos ministres[233], qui sont de fort pauvres gens,
disoient qu'il falloit mieux le laisser marier que le laisser brûler.
Ma foi, je pense que c'étoient de grandes ardeurs que les siennes! Ces
vieux fous-là sont ravis du passage de saint Paul, et de pouvoir dire:
_Dieu n'y est point offensé_, comme si le scandale n'offensoit point
Dieu. Hé! n'est-ce point une chose ridicule qu'un homme ne se puisse
contenir à cet âge-là? Pour moi, cela me scandalise, et cela est de
mauvais exemple. Plusieurs vieilles femmes catholiques lui ont voulu
donner de l'argent pour l'épouser, afin d'avoir le tabouret. A la
vérité, c'étoient toutes femmes de la ville, qui, pour l'ordinaire,
ont toutes plus d'ambition que les autres. Mais il n'y voulut jamais
entendre. Il y en a qui ont cru qu'il ne disoit tout cela que pour
obliger ses enfants à lui en offrir vite une Huguenotte. Enfin on lui
proposa la veuve d'un gentilhomme hollandais, nommé Langherac, qui
avoit été ambassadeur en France. Cette femme étoit pourtant Françoise
et soeur du marquis de Gallerande, de la maison de Clermont d'Amboise.
Mais le propre jour qu'il signa les articles, il alla trouver
auparavant madame la maréchale de Châtillon pour lui offrir, mais en
vain, la préférence. Cette madame de Langherac étoit hors d'âge
d'avoir des enfants. On admiroit sa destinée pour le tabouret. Elle
l'avait eu comme étrangère en son pays, et maintenant elle le recouvre
en épousant un homme de quatre-vingt-dix ans, qui est un âge où l'on
songe rarement à se remarier. Il faut aussi admirer la destinée du bon
homme à être cocu au moins une fois en sa vie. Il l'écrivit à madame
de La Forest, mais il y a toutes les apparences du monde que Cumont,
le conseiller, homme d'esprit, qui de tous temps étoit le galant de
madame de Langherac n'aura pas perdu une si belle occasion de coucher
avec une duchesse. C'est ce même M. de Cumont qui étoit si avare qu'il
est mort dans son pourpoint, faute d'une chemisette.

  [233] Les ministres protestants de Charenton. Tallemant étoit de
  la religion réformée.

On dit que le bon homme, le jour de ses noces, fit demeurer ses gens
dans sa chambre, pour être témoins comme il avoit consommé le mariage.
On ajoute qu'il les fit aussi appeler le lendemain matin. Cette
troisième femme ne dura guère plus d'un an. De regret, le maréchal
quitta La Force, et se retira à une autre maison qu'on appelle
Mucidan, pour y faire le _beau ténébreux_[234].

  [234] Allusion à _Dom Quichotte de la Manche_.

Le bon homme, depuis la mort de sa femme, se laissa gouverner par
Castelnau, son second fils; et parce que le marquis n'a qu'une fille,
aujourd'hui madame de Turenne, il fit tous les avantages à ce second
fils et aux siens, et ses belles dispositions ont mis bien des procès
dans la famille, que le marquis, depuis la mort de son père, a tous
gagnés.

Le bon homme, à quatre-vingt-douze ans, eût bien voulu se remarier
pour la quatrième fois, mais le bruit couroit, disoit-on, qu'il devoit
avoir encore deux femmes, et personne ne vouloit être la première.

Cela me fait souvenir d'une madame de Pibrac, à qui le parlement de
Paris fit défense de se remarier pour la septième fois, et elle avoit
été veuve dix-neuf ans après la mort de son premier mari. Il y avoit
soixante-onze ans qu'elle l'avoit épousé.

En 1652, comme si ce bon homme n'avoit pas fait assez d'extravagances
de son chef, à la suscitation de Castelnau, qui tenoit pour certain
que M. le Prince seroit duc de Guyenne, et que par son autorité il
gagneroit tous ses procès, il se déclara pour M. le Prince. Il mourut
bientôt après, non sans témoigner bien du regret d'avoir fait cette
sottise. Il sera assez parlé de cela dans les Mémoires de la régence.



MALHERBE[235].


François de Malherbe naquit à Caen en Normandie, environ l'an 1555; il
étoit de la maison de Malherbe Saint-Aignan, qui s'est rendue plus
illustre en Angleterre, depuis la conquête que le duc Guillaume fit de
cet Etat, qu'au lieu de son origine, où elle s'étoit tellement
rabaissée, que le père de Malherbe n'étoit qu'assesseur à Caen. Le bon
homme se fit de la religion avant que de mourir; son fils, qui
n'avoit alors que dix-sept ans, en reçut un si grand déplaisir qu'il
se résolut de quitter son pays, et suivit M. le Grand Prieur en
Provence, dont il étoit gouverneur, et fut avec lui jusqu'à sa
mort[236].

  [235] Tallemant dit plus loin, dans le cours de cette
  Historiette: «Racan, de qui j'ai eu la plus grande part de ces
  _Mémoires_......» Racan ayant pris le parti, après qu'il eut
  communiqué tous ces renseignements à Tallemant, de faire imprimer
  sa _Vie de Malherbe_, tous les faits rapportés dans cette _Vie_
  se retrouvent ici. Mais Tallemant en a ajouté un grand nombre qui
  sont en général les plus piquants, et il en a reproduit plusieurs
  avec une franchise que Racan, qui s'attendoit bien à ce que son
  travail seroit prochainement imprimé, s'est cru forcé d'adoucir.
  Nous indiquerons par des notes tous les passages qui ne se
  trouvent pas dans la _Vie_ donnée par Racan, et qui fut imprimée
  pour la première fois dans un Recueil intitulé: _Divers Traités
  d'Histoire, de Morale et d'Eloquence_. Paris, 1672, in-12, publié
  par P. de Saint-Glas, abbé de Saint-Ussans. Des bibliographes
  avoient cité une édition de cette _Vie_, publiée selon eux en
  1651. Personne ne l'a vue, et aux preuves de sa non-existence
  données par M. Beuchat dans la _Biographie universelle_ de
  Michaud, tom. 36, pag. 497, note, nous pouvons ajouter que si
  cette _Vie_ avoit été imprimée en 1651, Tallemant, qui écrivoit
  ces _historiettes_ postérieurement à cette époque, n'en auroit
  pas reproduit les principaux faits; il se fût borné à y renvoyer.
  Evidemment il n'a pu connoître qu'un travail manuscrit de Racan.

  [236] Ce M. le Grand Prieur étoit bâtard de Henri II, et frère de
  madame d'Angoulême, veuve du maréchal de Montmorency, dont nous
  avons parlé dans l'_historiette_ du connétable de Montmorency.
  (T.)

Pendant son séjour en Provence, il gagna les bonnes grâces de la fille
d'un président d'Aix, nommé Coriolis, veuve d'un conseiller de ce
parlement, et l'épousa depuis. Il en eut plusieurs enfants, entre
autres une fille, qui mourut de la peste à l'âge de cinq ou six ans,
laquelle il assista jusqu'à la mort, et un fils qui fut tué
malheureusement à l'âgé de vingt-neuf ans, comme nous dirons ensuite.

Les actions les plus remarquables de sa vie sont que, pendant la
Ligue, lui et un nommé La Roque, qui faisoit joliment des vers, et qui
est mort à la suite de la reine Marguerite[237], poussèrent M. de
Sully deux ou trois lieues si vertement, qu'il ne l'a jamais oublié,
et c'était la cause, à ce que disoit Malherbe, qu'il n'avoit jamais pu
rien avoir de considérable d'Henri IV, depuis que M. de Sully fut dans
les finances.

  [237] Les oeuvres de ce poète ont été réunies sous ce titre:
  _OEuvres du sieur de La Roque de Clairmont en Beauvoisis_,
  dédiées à la reine Marguerite, Paris, 1606, petit in-12.

Dans un partage de quelque butin qu'il avoit fait, un capitaine
l'ayant maltraité, il l'obligea à se battre contre lui, et lui donna
d'abord un coup d'épée au travers du corps qui le mit hors de combat.

Depuis la mort de M. le Grand Prieur[238], il fut envoyé avec deux
cents hommes de pied au siége de la ville de Martigues, qui étoit
infectée de contagion, et que les Espagnols assiégeoient par mer, et
les Provençaux par terre, pour empêcher que la maladie ne s'étendît
dans le pays. Ils la tinrent assiégée par ligne de communication, si
étroitement qu'ils réduisirent le dernier vivant à mettre le drapeau
noir sur la muraille, avant que de lever le siége.

  [238] M. le Grand Prieur fut tué par un nommé Altoviti, qui avoit
  été corsaire, et alors capitaine de galère, après avoir enlevé
  une fille de qualité, la belle de Rieux-Château-Neuf, qu'Henri
  III pensa épouser; ce fut elle qui lui dit qu'il parlât pour lui
  un jour qu'il lui parloit pour un autre. Henri III le tenoit
  comme espion auprès de M. le Grand Prieur, qui, l'ayant
  découvert, alla chez lui en dessein de lui faire affront. Mais
  Altoviti, blessé à mort par ce prince, lui donna un coup de
  poignard dont il mourut[238-A]. Il est vrai qu'il reçut cent coups
  après sa mort, car les gens du gouverneur se jetèrent tous sur
  lui.

  Un jour ce M. le Grand Prieur, qui avoit l'honneur de faire de
  méchants vers, dit à Du Perrier: «Voilà un sonnet; si je dis à
  Malherbe que c'est moi qui l'ait fait, il dira qu'il ne vaut rien;
  je vous prie, dites-lui qu'il est de votre façon.» Du Perrier
  montre ce sonnet à Malherbe en présence de M. le Grand Prieur. «Ce
  sonnet, lui dit Malherbe, est tout comme si c'étoit M. le Grand
  Prieur qui l'eût fait.» (T.)

    [238-A] Le 2 juin 1586.

Son nom et son mérite furent connus de Henri IV par le rapport
avantageux que lui en fit M. le cardinal du Perron[239], car un jour
le Roi lui ayant demandé s'il ne faisoit plus de vers, le cardinal lui
dit que depuis qu'il lui avoit fait l'honneur de l'employer à ses
affaires, il avoit tout-à-fait quitté cette occupation, et qu'il ne
falloit plus que personne s'en mêlât après un gentilhomme de
Normandie, habitué en Provence, qu'on appeloit M. de Malherbe. Il
avoit trente ans quand il fit cette pièce à M. Du Perrier, qui
commence:

     Ta douleur, Du Perrier, sera donc éternelle.

  [239] C'étoit en 1601. Le cardinal n'étoit encore qu'évêque
  d'Evreux.

Ses premiers vers étoient pitoyables; j'en ai vu quelques-uns, et
entre autres une élégie qui débute ainsi:

     Doncque tu ne vis plus, Générie fut, et la mort
     En l'avril de tes ans le montre son effort, etc.

Il n'avoit pas beaucoup de génie; la méditation et l'art l'ont fait
poète. Il lui falloit du temps pour mettre une pièce en état de
paroître. On dit qu'il fut trois ans à faire l'Ode pour le premier
président de Verdun, sur la mort de sa femme[240], et que le président
étoit remarié, avant que Malherbe lui eût donné ces vers.

  [240] _Voyez_ les stances à M. le premier président de Verdun
  pour le consoler de la mort de sa première femme. (_Poésies de
  Malherbe_, Paris, Barbou, 1764, in-8º, pag. 239.)

Balzac dit en une de ses lettres que Malherbe disoit que quand on
avoit fait cent vers ou deux feuilles de prose, il falloit se reposer
dix ans. Il dit aussi que le bon homme barbouilla une demi-rame de
papier pour corriger une seule stance. C'est une de celles de l'Ode à
M. de Bellegarde; elle commence ainsi:

     Comme en cueillant une guirlande
     L'homme est d'autant plus travaillé, etc.[241].

  [241] Elle fut composée en 1608. _Voyez_ cette ode, pag. 103 du
  volume précité. La strophe dont les deux premiers vers sont
  rappelés ici est la cinquième dans l'édition de Barbou.

Le Roi se ressouvint de ce que le cardinal du Perron lui avoit dit,
et il en parloit souvent à M. des Yveteaux, qui étoit alors précepteur
de M. de Vendôme. M. des Yveteaux lui offrit plusieurs fois de le
faire venir; ils étoient de même ville; mais le Roi, qui étoit
ménager, n'osoit le faire, de peur d'être chargé d'une nouvelle
pension. Cela fut cause que Malherbe ne fit la révérence au Roi que
trois ou quatre ans après que M. du Perron lui en eut parlé. Encore
fut-ce par occasion. Etant venu à Paris pour ses affaires
particulières, M. des Yveteaux en avertit le Roi, qui aussitôt
l'envoya quérir. Ce fut en l'an 1605. Comme le Roi étoit sur le point
de partir pour aller en Limosin, il lui commanda de faire des vers sur
son voyage. Malherbe en fit, et les lui présenta à son retour. C'est
cette pièce qui commence ainsi:

     O Dieu, dont les bontés de nos larmes touchées, etc.[242].

  [242] Edition Barbou, pag. 65.

Le Roi la trouva admirable, et désira de le retenir à son service;
mais, par une épargne, ou plutôt une lésine, que je ne comprends
point, il commanda à M. de Bellegarde, alors premier gentilhomme de la
chambre, de le garder jusqu'à ce qu'il l'eût mis sur l'état de ses
pensionnaires. M. de Bellegarde lui donna mille livres d'appointements
avec sa table, et lui entretenoit un laquais et un cheval[243].

  [243] Racan, on le pense bien, s'est donné de garde d'entrer dans
  ces détails sur la _lésine_ du Roi, et de la laisser même
  entrevoir.

Ce fut là que Racan, qui alors étoit page de la chambre sous M. de
Bellegarde, et qui commençoit déjà à _rimailler_, eut la connaissance
de Malherbe, et en profita si bien que l'écolier vaut quasi le
maître.

A la mort de Henri IV, la Reine Marie de Médicis donna cinq cents écus
de pension à Malherbe, qui depuis ce temps-là ne fut plus à charge à
M. de Bellegarde. Depuis il a fort peu travaillé, et on ne trouve de
lui que les odes à la Reine-mère, quelques vers de ballets, quelques
sonnets au feu Roi, à Monsieur et à quelques particuliers, avec la
dernière pièce qu'il fit avant de mourir; c'est sur le siége de La
Rochelle[244].

  [244] _Voyez_ l'ode à Louis XIII. Edition Barbou, pag. 258.

Pour parler de sa personne, il étoit grand et bien fait, et d'une
constitution si excellente, qu'on a dit de lui aussi bien que
d'Alexandre, que ses sueurs avoient une odeur agréable.

Sa conversation étoit brusque, il parlait peu, mais il ne disoit mot
qui ne portât. Quelquefois même il étoit rustique et incivil, témoin
ce qu'il fit à Desportes. Régnier l'avoit mené dîner chez son oncle;
ils trouvèrent qu'on avoit déjà servi. Desportes le reçut avec toute
la civilité imaginable, et lui dit qu'il lui vouloit donner un
exemplaire de ses _Psaumes_ qu'il venoit de faire imprimer. En disant
cela il se met en devoir de monter à son cabinet pour l'aller quérir,
Malherbe lui dit rustiquement qu'il les avoit déjà vus, que cela ne
méritoit pas qu'il prît la peine de remonter, et que son potage valoit
mieux que ses _Psaumes_. Il ne laissa pas de dîner, mais sans dire
mot, et après dîner ils se séparèrent, et ne se sont pas vus depuis.
Cela le brouilla avec tous les amis de Desportes; et Régnier, qui
étoit son ami, et qu'il estimoit pour le genre satirique à l'égal des
anciens, fit une satire contre lui qui commence ainsi:

     Rapin, le favori d'Apollon et des Muses, etc.[245].

  [245] RÉGNIER, satire 9.

Desportes, Bertaut, et des Yveteaux même, critiquèrent tout ce qu'il
fit. Il s'en moquoit, et dit que s'il s'y mettoit, il feroit de leurs
fautes des livres plus gros que leurs livres mêmes.

Des Yveteaux lui disoit que c'était une chose désagréable à l'oreille
que ces trois syllabes: _ma_, _la_, _pla_, toutes de suite dans un
vers:

     Enfin cette beauté m'a la place rendue[246].

  [246] Stances qui commencent par ce vers. Edition Barbou, pag.
  28.

«Et vous, lui répondit-il, vous avez bien mis: _pa_, _ra_, _bla_,
_la_, _fla_.

--Moi, reprit des Yveteaux, vous ne sauriez me le montrer.
--N'avez-vous pas mis, répliqua Malherbe:

     «Comparable à la flamme?»

De toute cette volée, il n'estimoit que Bertaut, encore ne
l'estimoit-il guère: «Car, disoit-il, pour trouver une pointe, il
faisoit les trois premiers vers insupportables. Il n'aimoit pas du
tout les Grecs, et particulièrement il s'étoit déclaré ennemi du
galimatias de Pindare.

Virgile n'avoit pas l'honneur de lui plaire. Il y trouvoit beaucoup
de choses à redire, entre autres ce vers où il y a:

     ......_Euboïcis Cumarum allabitur oris._

     ÆNEIDOS lib. 6, vers 2.

lui sembloit ridicule. «C'est, dit-il, comme si quelqu'un alloit
mettre _aux rives françoises de Paris_.» Ne voilà-t-il pas une belle
objection! Stace lui sembloit bien plus beau. Pour les autres, il
estimoit Horace, Juvénal, Martial, Ovide, et Sénèque le tragique.

Les Italiens ne lui revenoient point; il disoit que les sonnets de
Pétrarque étoient à la grecque, aussi bien que les épigrammes de
mademoiselle de Gournay.

De tous leurs ouvrages il ne pouvoit souffrir que l'_Aminte_ du
Tasse[247].

  [247] Toute cette partie a bien moins d'étendue dans Racan.

A l'hôtel de Rambouillet on amena un jour je ne sais quel homme, qui
disloquoit tout le corps aux gens et le remettoit sans leur faire mal.
On l'éprouva sur un laquais. Malherbe, qui y étoit, voyant cela, lui
dit: «Démettez-moi le coude.» Il ne sentit point de mal. Après il se
le fit remettre aussi sans douleur. «Cependant, dit-il, si cet homme
fût mort tandis que j'avois comme cela le coude démis, on auroit crié
au _curieux impertinent_[248].»

  [248] Cette anecdote ne fait pas non plus partie du récit de
  Racan. Il y est fait allusion à la nouvelle de Cervantes insérée
  dans son roman, liv. 7, ch. 33. (Voyez l'_Histoire de l'admirable
  Don Quichotte_, tom. 2, pag 82, Amsterdam, 1768.)

Il faisoit presque tous les jours sur le soir quelque petite
conférence dans sa chambre avec Racan, Colomby[249], Maynard et
quelques autres. Un habitant d'Aurillac, où Maynard étoit alors
président, vint une fois heurter à la porte en demandant: «M. le
président n'est-il point ici?» Malherbe se lève brusquement à son
ordinaire, et dit à ce monsieur le provincial: «Quel président
demandez-vous? Sachez qu'il n'y a que moi qui préside ici.»

  [249] François de Cauvigny, sieur de Colomby, parent de Malherbe;
  poète très-médiocre, membre de l'Académie française. «Il avoit
  une charge à la cour qui n'avoit point été avant lui, et n'a
  point été depuis; car il se qualifioit orateur du roi pour les
  affaires d'Etat: et c'étoit en cette qualité qu'il recevoit douze
  cents écus tous les ans.» (Pellisson, _Histoire de l'Académie_,
  tom. I, pag. 289, Paris, 1730.) On trouve quelques détails sur
  les ouvrages de Colomby dans la _Bibliothèque françoise_ de
  l'abbé Goujet, tom. 16, pag. 105.

Lingendes[250], qui étoit pourtant assez poli, ne voulut jamais subir
la censure de Malherbe, et disoit que ce n'étoit qu'un tyran, et qu'il
abattoit l'esprit aux gens[251].

  [250] Jean de Lingendes, poète assez remarquable pour son temps.
  Ses vers sont épars dans les Recueils. Il mourut en 1616.

  [251] Omis par Racan.

Un jour Henri IV lui montra des vers qu'on lui avoit présentés. Ces
vers commençoient ainsi:

     Toujours l'heur et la gloire
     Soient à votre côté,
     De vos faits la mémoire
     Dure à l'éternité.

Malherbe, sur-le-champ et sans en lire davantage, les retourna ainsi:

     Que l'épée et la dague
     Soient à votre côté;
     Ne courez point la bague
     Si vous n'êtes botté.

Et là-dessus se retira, sans en dire autrement son avis.

Le Roi lui montra une autre fois la première lettre[252] que M. le
Dauphin, depuis Louis XIII, lui avoit écrite, et ayant remarqué qu'il
avoit signé _Loys_ sans _u_, il demanda au Roi si M. le Dauphin avoit
nom _Loys_. Le Roi demanda pourquoi: «Parce qu'il signe _Loys et non
Louys_.» On envoya quérir celui qui montroit à écrire à ce jeune
prince pour lui faire voir sa faute, et Malherbe disoit qu'il étoit
cause que M. le Dauphin avoit nom _Louis_.

  [252] Cette lettre n'est point celle que les éditeurs de
  l'_Isographie_ ont découverte dans les manuscrits de Béthune de
  la Bibliothèque du roi, puisque Louis XIII n'a signé que
  _dauphin_ et non _Loys_; mais elle nous a paru tellement curieuse
  que nous la donnons ici avec l'orthographe du jeune prince. Elle
  est sans date, mais il devoit être très-enfant, lorsqu'il
  l'écrivit:

     «PAPA,

  «Depuy que vous ete pati, j'ay bien donné du paisi à maman. J'ay
  été a la guere dans sa chambe, je sui allé reconete les enemy, il
  été tous a un tas en la ruele du li a maman ou j dorme. Je les ay
  bien éveillé ave mon tambour. J'ay été à vote asena papa, moucheu
  de Rong ma monté tou plein de belles ames, e tan tan de go canon,
  e puy j m'a donné de bonne confiture e ung beau peti canon d'agen,
  j ne me fau qu'un peti cheval pour le tire. Maman me renvoie
  demain à Sain Gemain où je pieray bien Dieu pou bon papa afin
  qu'il vou gade de tou dangé et qu'il me fasse bien sage, e la
  gache de vou pouvoi bien to faire tes humbe sevices. J'ay fort
  envie de domi papa, Fe Fe Vendome[252-A] vou dira le demeuran, et moy
  que je suj vote tes humbe e les obeissan fi papa et seviteu.

     «DAUPHIN.»

    [252-A] César de Vendôme, fils d'Henri IV et de la belle Gabrielle.

Comme les États-généraux se tenoient à Paris[253], il y eut une grande
consternation entre le clergé et le Tiers-Etat, qui donna sujet à
cette célèbre harangue de M. le cardinal du Perron. Cette affaire
s'échauffant, les évêques menaçoient de se retirer et de mettre la
France à l'interdit[254]. M. de Bellegarde avoit peur d'être
excommunié; Malherbe lui dit, pour le consoler, que cela lui seroit
fort commode, et que devenant noir comme les excommuniés, il n'auroit
pas la peine de se peindre la barbe et les cheveux.

  [253] En 1614. Ils se tenoient au Petit-Bourbon.

  [254] Le sujet de cette querelle étoit un article devenu le
  premier de la déclaration du clergé de France de 1682. Le
  Tiers-État vouloit que l'on posât ce principe d'éternelle vérité
  que l'autorité spirituelle n'a aucun droit sur la puissance
  temporelle du Roi, et le Tiers-État fut traité d'hérétique!
  (_Voyez_ les _Mémoires de Fontenay-Mareuil_, première série de la
  Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France tom. 50,
  pag. 258.)

Une autre fois il lui disoit: «Vous faites bien le galant; lisez-vous
encore à livre ouvert?» C'étoit sa façon de parler pour dire: Être
toujours prêt à servir les dames. M. de Bellegarde lui dit que oui.
«Ma foi, répondit-il, je vous envie plus cela que votre duché-pairie.»

Il y eut grande contestation entre ceux qu'il appeloit du pays
d'_Adiousias_ (ce sont ceux de delà la rivière de Loire) et ceux de
deçà qu'il appeloit du pays de _Dieu vous conduise_, pour savoir s'il
falloit dire une _cueiller_ ou une _cueillère_. Le Roi et M. de
Bellegarde, tous deux du pays d'_Adiousias_, étoient pour cueillère,
et disoient que ce mot étant féminin, devoit avoir une terminaison
féminine. Le pays de _Dieu vous conduise_ alléguoit, outre l'usage,
que cela n'étoit pas sans exemple, et que _perdrix_, _met_[255], _mer_
et autres étoient féminins et avoient pourtant une terminaison
masculine. Le Roi demanda à Malherbe de quel avis il étoit. Malherbe
le renvoya aux crocheteurs du Port-au-Foin, comme il avoit accoutumé;
et comme le Roi ne se tenoit pas bien convaincu, il lui dit à peu près
ce qu'on dit autrefois à un empereur romain: «Quelque absolu que vous
soyez, vous ne sauriez, Sire, ni abolir, ni établir un mot, si l'usage
ne l'autorise.»

  [255] C'est un mot de province pour _huche_. (T.)--La plupart de
  nos paysans se servent encore de ce mot.

A propos de cela, M. de Bellegarde lui envoya demander un jour lequel
étoit le meilleur de _dépensé_ ou de _dépendu_. Il répondit
sur-le-champ que _dépensé_ étoit plus françois, mais que _pendu_,
_dépendu_, _répendu_, et tous les composés de ce vilain mot, étoient
plus propres pour les Gascons.

Il perdit sa mère environ l'an 1615, qu'il étoit âgé de plus de
cinquante-huit ans; et comme la Reine lui eut fait l'honneur de lui
envoyer un gentilhomme pour le consoler, il dit au gentilhomme qu'il
ne pouvoit se revancher de la bonté de la Reine qu'en priant Dieu que
le Roi pleurât sa mort aussi vieux qu'il pleuroit celle de sa
mère[256]. Il délibéra long-temps s'il devoit en prendre le deuil, et
disoit: «Je suis en propos de n'en rien faire; car regardez le gentil
orphelin que je ferois!» Enfin pourtant il s'habilla de deuil.

  [256] Racan a omis tout ce qui termine cet alinéa.

Un jour, au cercle, je ne sais quel homme, qui faisoit fort le prude,
lui fit un grand éloge de madame la marquise de Guercheville[257], qui
étoit alors présente, comme dame d'honneur de la Reine-mère, et,
après lui avoir compté toute sa vie et comme elle avoit résisté aux
poursuites amoureuses du feu roi Henri le Grand, il conclut son
panégyrique par ces mots en la lui montrant: «Voilà, monsieur, ce qu'a
fait la vertu.» Malherbe, sans hésiter, lui montra la connétable de
Lesdiguières, qui étoit assise auprès de la Reine, et lui dit: «Voilà,
monsieur, ce qu'a fait le vice[258].»

  [257] _Voyez_ les _Amours du grand Alcandre_. Madame de
  Guercheville y est désignée sous le nom de _Scilinde_. La maison
  de La Roche-Guyon, une des bonnes de France, étoit tombée en
  quenouille. L'héritière, au lieu de se donner à quelqu'un des
  grands seigneurs qui la recherchoient, se donna à un gentilhomme
  de son voisinage, nommé M. de Silly, qui prit le nom de La
  Roche-Guyon. Le fils de cet homme-là épousa une fille de la
  maison de Pons. C'est cette madame de Guercheville. Elle demeura
  veuve fort jeune avec un seul fils, qui étoit le feu comte de La
  Roche-Guyon. Henri IV étant à Mantes, qui est près de ce lieu,
  fit bien des galanteries à madame de La Roche-Guyon, qui étoit
  une belle et honnête personne. Il y trouva beaucoup de vertu, et
  pour marque d'estime, il la fit dame d'honneur de la feue
  Reine-mère, en lui disant: «Puisque vous avez été dame d'honneur,
  vous le serez.» Entre deux, cette dame avoit épousé M. de
  Liancourt, premier écuyer de la petite écurie, et par pruderie
  elle se fit appeler madame de Guercheville, à cause qu'on
  appeloit alors madame de Beaufort madame de Liancourt. Le comte
  de La Roche-Guyon mort sans enfants, M. de Liancourt, en donnant
  le surplus en argent, eut la terre de La Roche-Guyon pour les
  conventions matrimoniales de sa mère.(T.)--L'abbé de Choisy
  rapporte dans ses Mémoires le fait relatif à Henri IV, que
  Tallemant s'est contenté d'indiquer ici. (_Voyez_ les _Mémoires
  de Choisy_, tom. 63, pag. 515 de la deuxième série de la
  Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France.)

  [258] Voir précédemment l'_historiette_ du connétable, où sa
  femme joue un très-grand rôle.

Sa façon de corriger son valet étoit plaisante. Il lui donnoit dix
sols par jour, c'étoit honnêtement en ce temps-là, et vingt écus de
gages; et quand ce valet l'avait fâché, il lui faisoit une remontrance
en ces termes: «Mon ami, quand on offense son maître, on offense
Dieu, et quand on offense Dieu, il faut, pour en obtenir le pardon,
jeûner et donner l'aumône. C'est pourquoi je retiendrai cinq sous de
votre dépense que je donnerai aux pauvres à votre intention, pour
l'expiation de vos péchés.»

Tout son contentement étoit d'entretenir ses amis particuliers, comme
Racan, Colomby, Yvrande et autres, du mépris qu'il faisoit de toutes
les choses qu'on estimoit le plus dans le monde. Il disoit souvent à
Racan, qui est de la maison de Bueil, que c'étoit une folie de se
vanter d'être d'une ancienne noblesse; que plus elle étoit ancienne,
plus elle étoit douteuse; et qu'il ne falloit qu'une femme lascive
pour pervertir le sang de Charlemagne et de saint Louis[259].

  [259] Racan fait ajouter à Malherbe: «Tel qui pense être issu de
  ces grands héros est peut être venu d'un valet-de-chambre ou d'un
  violon.»

Il ne s'épargnoit pas lui-même en l'art où il excelloit, et disoit
souvent à Racan: «Voyez-vous, mon cher monsieur, si nos vers vivent
après nous, toute la gloire que nous pouvons en espérer, c'est qu'on
dira que nous avons été deux excellents arrangeurs de syllabes, et que
nous avons été tous deux bien fous de passer toute notre vie à un
exercice si peu utile et au public et à nous, au lieu de l'employer à
nous donner du bon temps, et à penser à l'établissement de notre
fortune.»

Il avoit un grand mépris pour tous les hommes en général, et il
disoit, après avoir conté en trois mots la mort d'Abel: «Ne voilà-t-il
pas un beau début? Ils ne sont que trois ou quatre au monde, et ils
s'entretuent déjà; après cela, que pouvoit espérer Dieu des hommes
pour se donner tant de peine à les conserver?»

Il parloit fort ingénument de toutes choses; il ne faisoit pas grand
cas des sciences, principalement de celles qui ne servent qu'à la
volupté, au nombre desquelles il mettoit la poésie. Et comme un jour
un faiseur de vers se plaignoit à lui qu'il n'y avoit de récompense
que pour ceux qui servoient le Roi dans ses armées et dans les
affaires d'importance, et que l'on étoit trop cruel pour ceux qui
excelloient dans les belles-lettres, Malherbe lui répondit que c'étoit
une sottise de faire le métier de rimeur pour en espérer autre
récompense que son divertissement; et qu'un bon poète n'étoit pas plus
utile à l'Etat qu'un bon joueur de quilles.

Pendant la prison de M. le Prince[260], le lendemain que madame la
Princesse, sa femme, fut accouchée de deux enfants morts pour avoir
été incommodée de la fumée qu'il faisoit dans sa chambre au bois de
Vincennes, il trouva un conseiller de province de ses amis en une
grande tristesse chez M. le garde-des-sceaux Du Vair. «Qu'avez-vous?
lui dit-il.--Les gens de bien, lui dit cet homme, pourroient-ils avoir
de la joie après qu'on vient de perdre deux princes du sang»? Malherbe
lui repartit: «Monsieur, monsieur, cela ne doit point vous affliger:
ne vous souciez que de bien servir, vous ne manquerez jamais de
maître.»

  [260] Henri de Bourbon, père du grand Condé.

Allant dîner chez un homme qui l'en avoit prié, il trouva à la porte
de cet homme un valet qui avoit des gants dans ses mains; il étoit
onze heures. «Qui êtes-vous, mon ami? lui dit-il.--Je suis le
cuisinier, monsieur.--Vertu Dieu! reprit-il en se retirant bien vite,
que je ne dîne pas chez un homme dont le cuisinier, à onze heures, a
des gants dans ses mains[261].»

  [261] Cette anecdote ne se trouve pas dans Racan.

Etant allé avec feu Du Moustier et Racan aux Chartreux pour voir un
certain Père Chazerey, on ne voulut leur permettre de lui parler
qu'ils n'eussent dit chacun un _Pater_; après le Père vint et s'excusa
de ne pouvoir les entretenir. «Faites-moi donc rendre mon _Pater_,»
dit Malherbe[262].

  [262] Omis par Racan.

Racan le trouva une fois qui comptoit cinquante sols. Il mettoit dix,
dix et cinq, et après dix, dix et cinq. «Pourquoi cela? dit
Racan.--C'est, répondit-il, que j'avois dans ma tête cette stance, où
il y a deux grands vers et un demi-vers, puis deux grands vers et un
demi-vers.»

     Que d'épines, Amour, etc.[263]!

  [263] Omis par Racan. Voici la première stance de cette pièce:

     Que d'épines, Amour, accompagnent tes roses!
     Que d'une aveugle erreur, tu laisses toutes choses
           A la merci du sort?
     Qu'en tes prospérités à bon droit on soupire,
     Et qu'il est malaisé de vivre en ton empire
           Sans désirer la mort?

     (_Poésies de Malherbe_, édition Barbou, pag. 143.)

  Une fois il ôta les chenets du feu. C'étoient des chenets qui
  représentoient de gros satyres barbus; «Mon Dieu, dit-il, ces gros
  B.... se chauffent tout à leur aise, tandis que je meurs de
  froid[264].»

  [264] Omis par Racan.

Un de ses neveux le vint voir une fois, après avoir été neuf ans au
collége. Il lui voulut faire expliquer quelques vers d'Ovide, à quoi
ce garçon se trouvoit bien empêché. Après l'avoir laissé ânonner un
gros quart-d'heure, Malherbe lui dit: «Mon neveu, croyez-moi, soyez
vaillant, vous ne valez rien à autre chose.»

Un gentilhomme de ses parents étoit fort chargé d'enfants; Malherbe
l'en plaignoit, l'autre lui dit qu'il ne pouvoit avoir trop d'enfants,
pourvu qu'ils fussent gens de bien. «Je ne suis point de cet avis,
répondit notre poète, et j'aime mieux manger un chapon avec un voleur
qu'avec trente capucins.»

Le lendemain de la mort du maréchal d'Ancre, il dit à madame de
Bellegarde, qu'il trouva allant à la messe: «Hé quoi, madame, a-t-on
encore quelque chose à demander à Dieu, après qu'il a délivré la
France du maréchal d'Ancre?»

Une année que la Chandeleur avoit été un vendredi, Malherbe faisoit
une grillade le lendemain, entre sept et huit heures, d'un reste de
gigot de mouton qu'il avoit gardé du jeudi. Racan entre et lui dit:
«Quoi! monsieur, vous mangez de la viande, et Notre-Dame n'est plus en
couche.--Vous vous moquez, dit Malherbe, les dames ne se lèvent pas si
matin[265].»

  [265] Omis par Racan.

Il alloit fort souvent chez madame des Loges[266]. Un jour, ayant
trouvé sur sa table le gros livre de M. Dumoulin contre le cardinal
du Perron[267], et l'enthousiasme l'ayant pris à la seule lecture du
titre, il demanda une plume et du papier, et écrivit ces vers:

     Quoique l'auteur de ce gros livre
     Semble n'avoir rien ignoré,
     Le meilleur est toujours de suivre
     Le prône de notre curé.
     Toutes ces doctrines nouvelles
     Ne plaisent qu'aux folles cervelles;
     Pour moi, comme une humble brebis,
     Sous la houlette je me range;
     Il n'est permis d'aimer le change
     Qu'en fait de femmes et d'habits.

  [266] Marie Bruneau, dame des Loges; c'étoit une femme
  très-renommée pour son esprit chez laquelle les gens de lettres
  se réunissoient souvent.

  [267] _Le Bouclier de la Foi._

Madame des Loges ayant lu ces vers, piquée d'honneur et de zèle, prit
la même plume, et de l'autre côté écrivit ces autres vers:

     C'est vous dont l'audace nouvelle
     A rejeté l'antiquité,
     Et Dumoulin ne vous rappelle
     Qu'à ce que vous avez quitté.
     Vous aimez mieux croire à la mode:
     C'est bien la foi la plus commode
     Pour ceux que le monde a charmés.
     Les femmes y sont vos idoles;
     Mais à grand tort vous les aimez,
     Vous qui n'avez que des paroles[268].

  [268] Tallemant ne tenoit pas cette anecdote de Racan. C'est
  Balzac qui le premier l'a rapportée ainsi: elle est inexacte.
  Ménage, dans ses _Observations_ sur Malherbe, l'a rectifiée
  d'après le récit même de Racan, qui y jouoit un rôle: «J'ai su de
  M. Racan, dit-il, que c'est lui qui avoit fait ces vers que M. de
  Balzac attribue à Malherbe, et que Gombaud avoit fait ceux que M.
  de Balzac donne à madame des Loges. Madame des Loges, qui étoit
  de la religion réformée, avoit prêté à M. de Racan le livre de
  Dumoulin le ministre, intitulé _le Bouclier de la Foi_, et
  l'avoit obligé de le lire. M. de Racan, après l'avoir lu, fit sur
  ce livre cette épigramme que M. de Balzac a altérée en plusieurs
  endroits. L'ayant communiquée à Malherbe, qui l'étoit venu
  visiter dans ce temps-là, Malherbe l'écrivit de sa main dans le
  livre de Dumoulin, qu'il renvoya en même temps à madame des Loges
  de la part de M. de Racan. Madame des Loges, voyant ces vers
  écrits de la main de Malherbe, crut qu'ils étoient de Malherbe;
  et comme elle étoit extraordinairement zélée pour sa religion,
  elle ne voulut pas qu'ils demeurassent sans réponse. Elle pria
  Gombauld, qui étoit de la même religion et qui avoit le même
  zèle, d'y répondre. Gombauld, je le sais de lui-même, qui
  croyoit, comme madame des Loges, que Malherbe étoit l'auteur de
  ces vers, y répondit par l'épigramme que M. de Balzac attribue à
  madame des Loges, et qu'il trouve trop gaillarde pour une femme
  qui parle à un homme.» (Les _OEuvres de François de Malherbe_,
  1723, tom. 2, pag. 387.)

Il ne traita guère mieux M. de Méziriac que Desportes. Car un jour que
cet honnête homme lui apporta une traduction qu'il avoit faite de
l'arithmétique de Diophante, auteur grec, avec des commentaires[269],
quelques-uns de leurs amis communs se mirent à louer ce travail, en
présence de l'auteur, et à dire qu'il seroit fort utile au public.
Malherbe leur demanda seulement s'il feroit diminuer le pain et le
vin. Il appeloit M. de Méziriac, _M. de Miseriac_. Il en répondit
presqu'autant à un gentilhomme huguenot, et lui dit, pour toute
réplique à la controverse qu'il avoit débitée: «Dites-moi, monsieur,
boit-on de meilleur vin à La Rochelle et mange-t-on de meilleur blé
qu'à Paris?»

  [269] _Diophanti Alexandrini arithmeticorum libri sex, et de
  numeris multangulis liber unus, græcis et latinis commentariis
  illustratus._ Paris, 1621, in-fol.

Un président de Provence avoit mis une méchante devise sur sa
cheminée, et croyant avoir fait merveilles, il dit à Malherbe: «Que
vous en semble?--Il ne falloit, répondit Malherbe, que la mettre un
peu plus bas[270].»

  [270] Dans le feu. (T.)--Cette anecdote ne se trouve pas dans
  Racan.

Quand il soupoit de jour, il faisoit fermer les fenêtres et allumer de
la chandelle, autrement, disoit-il, c'étoit dîner deux fois[271].

  [271] Également omis par Racan.

Quelqu'un lui dit que M. Gaumin avoit trouvé le secret d'entendre la
langue punique et qu'il y avoit fait le _Pater noster_: «Je m'en vais
tout à cette heure vous en faire le _Credo_.» Et à l'instant il
prononça une douzaine de mots barbares, et ajouta: «Je vous soutiens
que voilà le _Credo_ en langue punique. Qui est-ce qui me pourra dire
le contraire?»

Il avoit un frère aîné avec lequel il a toujours été en procès; et
comme quelqu'un lui disoit: «Des procès entre des personnes si
proches! Jésus, que cela est de mauvais exemple!--Et avec qui
voulez-vous donc que j'en aie? avec les Turcs et les Moscovites? je
n'ai rien à partager avec eux[272].»

  [272] _Avec qui voulez-vous donc que j'en aie?_ Ce mot d'un si
  bon comique ne se trouve pas dans Racan, dont le récit est
  presque continuellement pâle et froid.

On lui disoit qu'il n'avoit pas suivi dans un psaume le sens de David:
«Je crois bien, dit-il, suis-je le valet de David? J'ai bien fait
parler le bon homme autrement qu'il n'avoit fait[273].»

  [273] Omis par Racan.

Un jour il dit des vers à Racan; et après il lui en demanda son avis.
Racan s'en excusa, lui disant: «Je ne les ai pas bien entendus, vous
en avez mangé la moitié.» Cela le piqua; il répondit en colère:
«Mordieu, si vous me fâchez, je les mangerai tout entiers. Ils sont à
moi, puisque je les ai faits; j'en puis faire ce qu'il me plaira.»

Il se mettoit en colère contre les gueux qui lui disoient: «Mon noble
gentilhomme,» et disoit en grondant: «Si je suis gentilhomme, je suis
noble.»

Il n'étoit pas toujours si fâcheux, et il a dit de lui-même qu'il
étoit de Balbut en _Balbutie_[274]. C'était le plus mauvais récitateur
du monde. Il gâtoit ses beaux vers en les prononçant. Outre qu'on ne
l'entendoit presque point, à cause de l'empêchement de sa langue et de
l'obscurité de sa voix, avec cela il crachoit au moins six fois en
disant une stance de quatre vers. C'est pourquoi le cavalier Marini
disoit qu'il n'avoit jamais vu d'homme plus humide ni de poète plus
sec. A cause de sa _crachotterie_, il se mettoit toujours auprès de la
cheminée.

  [274] Ce mot n'est pas non plus rapporté dans Racan. La suite de
  cet alinéa y manque aussi; mais Balzac a donné également les
  détails qu'il renferme.

Il disoit à M. Chapelain, qui lui demandoit conseil sur la manière
d'écrire qu'il falloit suivre: «Lisez les livres imprimés, et ne dites
rien de ce qu'ils disent[275].»

  [275] Cet alinéa et le suivant ne se trouvent pas dans la _Vie_
  par Racan.

Ce même M. Chapelain le trouva un jour sur un lit de repos qui
chantoit:

     D'où venez-vous, Jeanne?
     Jeanne, d'où venez-vous?

et ne se leva point qu'il n'eût achevé. «J'aimerois mieux, lui
dit-il, avoir fait cela que toutes les oeuvres de Ronsard.» Racan dit
qu'il lui a ouï dire la même chose d'une chanson où il y a à la fin:

     Que me donnerez-vous?
     Je ferai l'endormie.

Il avoit effacé plus de la moitié de son Ronsard, et en colloit les
raisons à la marge. Un jour Racan, Colomby, Yvrande[276], et autres de
ses amis, le feuilletoient sur sa table, et Racan lui demanda s'il
approuvoit ce qu'il n'avoit point effacé. «Pas plus que le reste,»
dit-il. Cela donna sujet à la compagnie, et entre autres à Colomby, de
lui dire qu'après sa mort ceux qui rencontreroient ce livre croiroient
qu'il avoit trouvé bon tout ce qu'il n'avoit point rayé. «Vous avez
raison,» lui répondit Malherbe. Et sur l'heure il acheva d'effacer le
reste.

  [276] Yvrande étoit un de ses disciples, gentilhomme breton, page
  de la grande écurie. (T.)

Il étoit mal meublé et logeoit d'ordinaire en chambre garnie, où il
n'avoit que sept ou huit chaises de paille; et comme il étoit fort
visité de ceux qui aimoient les belles-lettres, quand les chaises
étoient toutes occupées, il fermoit sa porte par dedans, et si
quelqu'un heurtoit, il lui crioit: «Attendez, il n'y a plus de
chaises,» disant qu'il valoit mieux ne les point recevoir que de les
laisser debout.

Il se vantoit d'avoir sué trois fois la v....., comme un autre se
vanteroit d'avoir gagné trois batailles, et faisoit assez plaisamment
le récit du voyage qu'il fit à Nantes pour aller trouver un homme qui
guérissoit de cette maladie dans une chaire; sans doute c'étoit avec
des parfums. Par son crédit, il se fit céder cette chaire par un autre
qui l'avoit déjà retenue, et il écrivoit qu'il avoit gagné une chaire
à Nantes où il n'y avoit pourtant point d'université. On l'appeloit
chez M. de Bellegarde _le Père Luxure_[277].

  [277] Omis par Racan.

Il a toujours été fort adonné aux femmes, et se vantoit en
conversation de ses bonnes fortunes et des merveilles qu'il y avoit
faites[278].

  [278] Cet alinéa et le suivant renferment également des détails
  que Racan ne donne pas.

Il disoit qu'il se connoissoit en deux choses, en musique et en gants.
Voyez le grand rapport qu'il y a de l'un à l'autre!

Dans ses _Heures_ il avoit effacé des Litanies tous les noms des
saints et des saintes, et disoit qu'il suffisoit de dire: «_Omnes
sancti et sanctæ, Deum orate pro nobis._»

Un soir, qu'il se retiroit après souper, de chez M. de Bellegarde avec
son homme qui lui portoit le flambeau, il rencontra M. de Saint-Paul,
homme de condition, parent de M. de Bellegarde, qui le vouloit
entretenir de quelque nouvelle de peu d'importance. Il lui coupa court
en lui disant: «Adieu, monsieur, adieu, vous me faites brûler pour
cinq sols de flambeau, et ce que vous me dites ne vaut pas un
_carolus_.»

Le feu archevêque de Rouen[279] l'avoit prié à dîner pour le mener
après au sermon qu'il devoit faire en une église proche de chez lui.
Aussitôt que Malherbe eut dîné, il s'endormit dans une chaise, et
comme l'archevêque le pensa réveiller pour le mener au sermon: «Hé! je
vous prie, dit-il, dispensez-m'en; je dormirai bien sans cela.»

  [279] François de Harlay, auquel, en 1651, succéda son neveu,
  François Harlay de Champvallon, depuis archevêque de Paris.

Un jour, entrant dans l'hôtel de Sens, il trouva dans la salle deux
hommes qui, disputant d'un coup de trictrac, se donnoient tous deux au
diable qu'ils avoient gagné. Au lieu de les saluer, il ne fit que
dire: «Viens, Diable, viens vite, tu ne saurois faillir, il y en a
l'un ou l'autre à toi.»

Quand les pauvres lui disoient qu'ils prieroient Dieu pour lui, il
leur répondoit «qu'il ne croyoit pas qu'ils eussent grand crédit
auprès de Dieu, vu le pitoyable état où il les laissoit, et qu'il eût
mieux aimé que M. de Luynes ou M. le surintendant lui eût fait cette
promesse.»

Un jour qu'il faisoit un grand froid, il ne se contenta pas de bien se
garnir de chemisettes, il étendit encore sur sa fenêtre trois ou
quatre aunes de frise verte, en disant: «Je pense qu'il est avis à ce
froid que je n'ai plus de quoi faire des chemisettes. Je lui montrerai
bien que si.»

En ce même hiver, il avoit une telle quantité de bas, presque tous
noirs, que pour n'en mettre pas plus à une jambe qu'à l'autre, à
mesure qu'il mettoit un bas il mettoit un jeton dans une écuelle.
Racan lui conseilla de mettre une lettre de soie de couleur à chacun
de ses bas, et de les chausser par ordre alphabétique. Il le fit, et
le lendemain il dit à Racan: «J'en ai dans l'_L_,» pour dire qu'il
avoit autant de paires de bas qu'il y avoit de lettres jusqu'à
celle-là. Un jour chez madame des Loges il montra quatorze tant
chemises que chemisettes, ou doublure. Tout l'été il avoit de la
panne, mais il ne portoit pas trop régulièrement son manteau sur les
deux épaules. Il disoit, à propos de cela, que Dieu n'avoit fait le
froid que pour les pauvres ou pour les sots, et que ceux qui avoient
le moyen de se bien chauffer et de se bien vêtir ne devoient point
souffrir le froid.

Quand on lui parloit d'affaires d'Etat, il avoit toujours ce mot à la
bouche qu'il a mis dans l'Épître liminaire de Tite-Live, adressée à M.
de Luynes[280], qu'il ne faut point se mêler de la conduite d'un
vaisseau où l'on n'est que simple passager.

  [280] Épître dédicatoire de la Traduction du trente-troisième
  livre de Tite-Live.

M. Morand, Trésorier de l'épargne, qui étoit de Caen, promit à
Malherbe et à un gentilhomme de ses amis, qui étoit aussi de Caen, de
leur faire toucher à chacun quatre cents livres pour je ne sais quoi,
et en cela il leur faisoit une grande grâce. Il les convia même à
dîner. Malherbe n'y vouloit point aller, s'il ne leur envoyoit son
carrosse. Enfin le gentilhomme l'y fit aller à cheval. Après dîner, on
leur compta leur argent. En revenant, il prend une vision à Malherbe
d'acheter un coffre-fort. «Et pourquoi? dit l'autre.--Pour serrer mon
argent.--Et il coûtera la moitié de votre argent.--N'importe, dit-il,
deux cents livres sont autant à moi que mille à un autre.» Et il
fallut lui aller acheter un coffre-fort[281].

  [281] Omis par Racan.

Patrix[282] le trouva une fois à table: «Monsieur, lui dit-il, j'ai
toujours eu de quoi dîner, mais jamais de quoi rien laisser au
plat[283].»

  [282] Patrix est gentilhomme; il est de Caen, mais originaire de
  Languedoc. (T.)

  [283] Omis par Racan.

Il donna pourtant un jour à dîner à six de ses amis. Tout le festin ne
fut que de sept chapons bouillis, à chacun le sien, disant qu'il les
aimoit tous également, et ne vouloit être obligé de servir à l'un la
cuisse et à l'autre l'aile[284].

  [284] Omis par Racan.

Pour aborder M. de La Vieuville, surintendant des finances, et lui
rendre grâces de quelque chose, il s'avisa d'une belle précaution. Dès
qu'on disoit à cet homme: _Monsieur, je vous_... il croyoit qu'on
alloit ajouter _demande_, et il ne vouloit plus écouter. Malherbe y
alla, et lui dit: «Monsieur, remercier je vous viens[285].»

  [285] Omis par Racan.

Retournons à la poésie. Il lui arrivoit quelquefois de mettre une même
pensée en plusieurs lieux différens, et il vouloit qu'on le trouvât
bon: «car, disoit-il, ne puis-je pas mettre sur mon buffet un tableau
qui aura été sur ma cheminée?» Mais Racan lui disoit que ce portrait
n'étoit jamais qu'en un lieu à la fois, et que cette même pensée
demeuroit en même temps en diverses pièces[286].

  [286] Omis par Racan.

On lui demanda une fois pourquoi il ne faisoit point d'élégies: «Parce
que je fais des odes, dit-il, et qu'on doit croire que qui saute bien
pourra bien marcher[287].»

  [287] Omis par Racan.

Il s'opiniâtra fort long-temps à faire des sonnets irréguliers (dont
les deux quatrains ne sont pas de même rime). Colomby n'en voulut
jamais faire et ne les pouvoit approuver. Racan en fit un ou deux,
mais il s'en ennuya bientôt; et comme il disoit à Malherbe que ce
n'étoit pas un sonnet, si on n'observoit les règles du sonnet: «Eh
bien, lui dit Malherbe, si ce n'est pas un sonnet, c'est une
sonnette.» Enfin il les quitta, comme les autres, quand on ne l'en
pressa plus, et de tous ses disciples il n'y a eu que Maynard qui ait
continué à en faire.

Il avoit aversion pour les fictions poétiques, si ce n'étoit dans un
poème épique; et en lisant une élégie de Régnier à Henri IV, où il
feint que la France s'enleva en l'air pour parler à Jupiter, et se
plaindre du misérable état où elle étoit pendant la Ligue, il
demandoit à Régnier en quel temps cela étoit arrivé, qu'il avoit
demeuré toujours en France depuis cinquante ans, et qu'il ne s'étoit
point aperçu qu'elle se fût enlevée hors de sa place.

Un jour que M. de Termes reprenoit Racan d'un vers qu'il a changé
depuis, où il y avoit, parlant de la vie d'un homme des champs,

     Le labeur de ses bras rend sa maison prospère,

Racan lui répondit que Malherbe avoit bien dit

     Oh! que nos fortunes prospères, etc.

Malherbe, qui étoit présent: «Eh bien, mordieu, si je fais un pet, en
voulez-vous faire un autre?»

Quand on lui montroit des vers où il y avoit des mots qui ne servoient
qu'à la mesure ou à la rime, il disoit que c'étoit une bride de
cheval attachée avec une aiguillette.

Un homme de robe de fort bonne condition lui apporta d'assez mauvais
vers qu'il avoit faits à la louange d'une dame, et lui dit, avant que
de les lui lire, que des considérations l'avoient obligé à les faire.
Malherbe les lut d'un air fort chagrin, et lui dit: «Avez-vous été
condamné à être pendu, ou à faire ces vers? car, à moins que de cela,
on ne vous le sauroit pardonner.»

Il se prenoit pour le maître de tous les autres, et avec raison.
Balzac, dont il faisoit grand cas, et de qui il disoit: «Ce jeune
homme ira plus loin pour la prose que personne n'a encore été en
France,» lui apporta le sonnet de Voiture pour _Uranie_, sur lequel on
a tant écrit depuis. Il s'étonna qu'un aventurier, ce sont ses propres
termes, qui n'avoit point été nourri sous sa discipline, qui n'avoit
point pris attache de lui, eût fait un si grand progrès dans un pays
dont il disoit qu'il avoit la clef[288].

  [288] Omis par Racan.

Il ne vouloit point qu'on fît des vers en une langue étrangère, et
disoit que nous n'entendions point la finesse d'une langue qui ne nous
étoit point naturelle; et, à ce propos, pour se moquer de ceux qui
faisoient des vers latins, il disoit que si Virgile et Horace
revenoient au monde, ils donneroient le fouet à Bourbon[289] et à
Sirmond[290].

  [289] Nicolas Bourbon, dit le Jeune, dont les OEuvres furent
  recueillies en 1630, sous le titre de _Poematia_, et qui fut
  appelé en 1637 à l'Académie françoise, quoiqu'il n'eût jamais
  écrit d'une manière un peu supportable qu'en latin.

  [290] Sirmond (Jean), également de l'Académie françoise, avoit
  composé quelques pièces latines qui lui avoient donné du renom.
  Elles furent rassemblées sous le titre de _Carminum libri duo,
  quorum prior heroïcorum est, posterior elegiarum_, 1654, in-8º.

Quand il eut fait cette chanson qui commence:

     Cette Anne si belle, etc.[291],

qui est une chanson pitoyable, Bautru la retourna ainsi:

     Ce divin Malherbe,
     Cet esprit parfait,
     Donnez-lui de l'herbe:
     N'a-t-il pas bien fait?

  [291] Poésies de Malherbe. Edition Barbou, 1764, pag. 216.

Pour s'excuser, il disoit tantôt qu'on l'avoit trop pressé, tantôt que
c'étoit pour les empêcher de lui demander sans cesse des vers pour des
récits de ballet; puis, qu'il les falloit ainsi pour s'accommoder à
l'air; et il enrageoit de n'avoir pas une bonne raison à dire[292].

  [292] Omis par Racan.

On a aussi retourné ces couplets où il y a à la reprise:

     Cela se peut facilement,

et puis

     Cela ne se peut nullement[293];

mais c'étoient des couplets que M. de Bellegarde avoit faits, et que
Malherbe n'avoit fait que raccommoder. La parodie en est plaisante.
Elle est dans le _Cabinet satirique_. C'est Berthelot qui l'a
faite[294].

  [293] Poésies de Malherbe; Barbou, pag. 94.

  [294] Cette parodie, fort piquante en effet, se trouve aussi dans
  le commentaire de Ménage sur Malherbe. Quand on l'aura lue, on
  s'expliquera pourquoi nous ne l'avons pas rapportée ici. En voici
  une stance: ce n'est pas la meilleure, mais c'est la seule que
  nous puissions décemment citer:

     Etre six ans à faire une ode,
     Et faire des lois à sa mode,
       Cela se peut facilement
     Mais de nous charmer les oreilles
     Par _sa merveille des merveilles_,
     Cela ne se peut nullement.

  «Malherbe, dit Ménage, pour réponse à ces vers, fit donner des
  coups de bâton à Berthelot, par un gentilhomme de Caen, nommé la
  Boulardière.»

Il avoit pour ses écoliers Racan, Maynard, Touvant et Colomby[295]. Il
en jugeoit diversement, et disoit, en termes généraux, que Touvant
faisoit bien des vers, sans dire en quoi il excelloit; que Colomby
avoit beaucoup d'esprit, mais qu'il n'avoit point de génie pour la
poésie; que Maynard étoit celui de tous qui faisoit mieux des vers,
mais qu'il n'avoit point de force, et qu'il s'étoit adonné à un genre
de poésie, voulant dire l'épigramme, auquel il n'étoit pas propre,
parce qu'il n'avoit pas assez de pointe d'esprit; pour Racan, qu'il
avoit de la force, mais qu'il ne travailloit pas assez ses vers; que
bien souvent, pour mettre une bonne pensée, il prenoit de trop grandes
licences, et que de ces deux derniers on en feroit un grand poète. Il
disoit à Racan qu'il étoit hérétique en poésie. Il le blâmoit de rimer
indifféremment aux terminaisons en _ant_ et en _ent_, en _ance_ et en
_ence_. Il vouloit qu'on rimât pour les yeux aussi bien que pour les
oreilles. Il le reprenoit de rimer le simple et le composé, comme
_temps_ et _printemps_, _jour_ et _séjour_; il ne vouloit pas qu'on
rimât les mots qui avoient quelque connivence ou qui étoient opposés,
comme _montagne_ et _campagne_[296], _offense_ et _défense_, _père_ et
_mère_, _toi_ et _moi_; il ne vouloit pas non plus qu'on rimât les
mots dérivés d'un même mot, comme, _admettre_, _commettre_,
_promettre_, qui viennent tous de _mettre_; ni les noms propres les
uns avec les autres, comme _Thessalie_ et _Italie_, _Castille_ et
_Bastille_, _Alexandre_ et _Lisandre_; et sur la fin il étoit devenu
si scrupuleux en ses rimes, qu'il avoit même de la peine à souffrir
qu'on rimât les verbes en _er_ qui avoient tant soit peu de
convenance, comme, _abandonner_, _ordonner_, _pardonner_, et disoit
qu'ils venoient tous trois de _donner_. La raison qu'il en rendoit est
qu'on trouvoit de plus beaux vers en rapprochant les mots éloignés,
qu'en rimant ceux qui avoient de la convenance, parce que ces derniers
n'avoient presque qu'une même signification. Il s'étudioit fort à
chercher des rimes rares et stériles, sur la créance qu'il avoit
qu'elles lui faisoient trouver des pensées nouvelles, outre qu'il
disoit que cela sentoit un grand poète de tenter les rimes qui
n'avoient point encore été rimées. Il faut entendre cela
principalement pour les sonnets où il faut quatre rimes. Il ne vouloit
point qu'on rimât sur _bonheur_ ni sur _malheur_, parce que les
Parisiens n'en prononcent que l'_u_, comme s'il y avoit _bonhur_,
_malhur_, et de le rimer à _honneur_ il le trouvoit trop proche. Il
défendoit de rimer à _flame_, parce qu'il l'écrivoit et le prononçoit
avec deux _m_, _flamme_, et le faisoit long en le prononçant, de
sorte qu'il ne le pouvoit rimer, qu'avec _épigramme_.

  [295] Ces deux derniers ne sont pas grand'chose. (T.)

  [296] Il l'a rimé lui-même. (T.)

Il reprenoit Racan de rimer _qu'ils ont eu_ avec _vertu_ ou _battu_,
parce, disoit-il, qu'on prononçoit à Paris les mots _eu_ en deux
syllabes.

Au commencement que Malherbe vint à la cour, qui fut en 1605, comme
nous avons dit, il n'observoit pas encore de faire une pause au
troisième vers des stances de six, comme il se peut voir dans celles
qu'il fit pour le Roi allant en Limosin, où il y en a deux ou trois où
le sens va jusqu'au quatrième vers, et aussi en cette stance du psaume
_Domine, Deus noster_:

     Sitôt que le besoin excite son désir,
     Qu'est-ce qu'en ta largesse il ne trouve à choisir?
     Et par ton mandement, l'air, la mer et la terre
             N'entretiennent-ils pas
     Une secrète loi de se faire la guerre,
     A qui de plus de mets fournira ses repas[297]?

  [297] _Voyez_ dans les _Poésies de Malherbe_ la paraphrase du
  psaume 8, pag. 60 de l'édition Barbou.

Il demeura presque toujours en cette espèce de négligence durant la
vie d'Henri IV, comme il se voit encore dans une des pièces qu'il fit
pour lui, lorsqu'il étoit amoureux de madame la Princesse.

     Que n'êtes-vous lassées,
     Mes tristes pensées, etc.[298].

  [298] _Poésies de Malherbe_, déjà citées, pag. 149.

Mais à une autre pièce qu'il fit pour ce prince amoureux, il a
observé de finir exactement le sens au troisième vers; c'est:

     Que d'épines, Amour, etc.[299].

  [299] _Poésies de Malherbe_, déjà citées, pag. 143.

Le premier qui s'aperçut que cette observation étoit nécessaire aux
stances de six, ce fut Maynard, et c'est peut-être la raison pourquoi
Malherbe l'estimoit l'homme de France qui faisoit mieux les vers.
D'abord Racan, qui jouoit un peu du luth et aimoit la musique, se
rendit, en faveur des musiciens qui ne pouvoient faire leur reprise
aux stances de six, s'il n'y avoit un arrêt au troisième vers; mais
quand Malherbe et Maynard voulurent qu'aux stances de dix on en fît
encore un au septième vers, il s'y opposa, et ne l'a presque jamais
observé. Sa raison étoit que ces stances ne se chantent presque
jamais, et que, quand elles se chanteroient, on ne les chanteroit
point en trois reprises; c'est pourquoi il suffiroit d'en faire une au
quatrième vers.

Malherbe vouloit que les élégies eussent un sens parfait de quatre
vers en quatre vers, même de deux en deux, s'il se pouvoit; à quoi
jamais Racan ne s'est accordé.

Il ne vouloit pas que l'on nombrât en vers avec ces nombres vagues de
cent et de mille; comme _mille_, ou _cent tourments_, et disoit assez
plaisamment, quand il voyoit _cent_: «Peut-être n'y en avoit-il que
quatre-vingt-dix et neuf.» Mais il disoit qu'il y avoit de la grâce à
nombrer nécessairement comme en ce vers de Racan:

     Vieilles forêts de trois siècles âgées.

C'est encore une des censures à quoi Racan ne se pouvoit rendre, et
néanmoins il n'a osé le faire que depuis la mort de Malherbe.

A propos de nombres, quand quelqu'un disoit: «Il a les fièvres,» il
demandoit aussitôt: «Combien en a-t-il de fièvres[300]?»

  [300] Omis par Racan.

Il se moquoit de ceux qui disoient qu'il y avoit du nombre dans la
prose, et il disoit que de faire des périodes nombreuses, c'était
faire des vers en prose. Cela a fait croire à quelques-uns que la
traduction des Epîtres de Sénèque n'étoit point de lui, parce qu'il y
a quelque nombre dans les périodes.

On voit par une de ses lettres que c'étoit un amoureux un peu rude. Il
a avoué à madame de Rambouillet, qu'ayant eu soupçon que la vicomtesse
d'Auchy[301] (c'est _Caliste_ dans ses OEuvres) aimoit un autre
auteur, et l'ayant trouvée seule sur son lit, il lui prit les deux
mains d'une des siennes et de l'autre la souffleta jusqu'à la faire
crier au secours. Puis quand il vit que le monde venoit, il s'assit
comme si de rien étoit. Depuis il lui en demanda pardon[302].

  [301] Son _Historiette_ suit immédiatement celle-ci.

  [302] Ce fait très-curieux ne se trouve pas dans la _Vie_ donnée
  par Racan.

Racan, de qui j'ai eu la plus grande part de ces mémoires, dit que,
sur les vieux jours de Malherbe, s'entretenant avec lui du dessein
qu'ils avoient de choisir quelque dame de mérite et de qualité pour
être le sujet de leurs vers, Malherbe nomma madame la marquise de
Rambouillet, et lui madame de Termes qui étoit alors veuve[303]. Il se
trouva que toutes deux avoient nom Catherine, l'une Catherine de
Vivonne, et l'autre Catherine Chabot. Le plaisir que prit Malherbe en
cette conversation lui fit venir l'envie d'en faire une églogue ou
entretien de bergers sous les noms de Mélibée pour lui et d'Arcan pour
Racan. Il lui en a récité plus de quarante vers. Cependant on n'en a
rien trouvé parmi ses papiers.

  [303] Racan a aimé madame de Moret, sa parente, car on voit dans
  ses vers qu'il parle de cet oeil qu'elle perdit ou qu'elle
  feignit d'avoir perdu. Voyez l'_Historiette_ de madame de Moret.
  (T.)

Le jour même qu'il fit le dessein de cette églogue, craignant que ce
nom d'Arthénice, s'il servoit pour deux personnes, ne fît de la
confusion dans cette pièce, il passa toute l'après-dînée avec Racan à
retourner ce nom-là. Ils ne trouvèrent que _Arthénice_, _Eracinthe_ et
_Carinthée_. Le premier fut jugé le plus beau; mais Racan s'en étant
servi dans la pastorale qu'il fit peu de temps après, Malherbe laissa
les deux autres et prit _Rodanthe_.

Madame de Rambouillet dit qu'elle n'a jamais ouï parler de
_Rodanthe_[304], mais qu'un jour Malherbe lui dit: «Ah! madame, si
vous étiez femme à faire faire des vers, j'ai trouvé le plus beau nom
du monde en tournant le vôtre.» Elle ajoute que quelque temps après il
lui dit qu'il étoit fort en colère contre Racan, qui lui avait volé
ce beau nom, et qu'il vouloit faire une pièce qui commenceroit ainsi:

     Celle pour qui je fis le beau nom d'Arthénice,

afin qu'on sût que c'étoit lui qui l'avoit trouvé dans ses lettres.
Elle dit que dans cette petite élégie qui commence:

     Et maintenant encore en cet âge penchant
     Où mon peu de lumière est si près du couchant, etc.,

Malherbe vouloit parler d'elle, quand il dit:

     «Cette jeune bergère à qui les Destinées
     «Sembloient avoir donné mes dernières années, etc.»

  [304] On lit dans les _OEuvres de Malherbe_ une chanson adressée
  à la marquise de Rambouillet, sous le nom de _Rodanthe_, pag. 234
  de l'édition déjà citée.

Elle m'a assuré que ce sont les seuls vers qu'il ait faits pour
elle[305].

  [305] _Voyez_ le fragment pour madame la marquise de Rambouillet,
  1624 ou 1625, dans les _Poésies de Malherbe_, pag. 254 de
  l'édition Barbou. Tallemant paroît avoir cité de mémoire les vers
  que madame de Rambouillet disoit avoir été faits pour elle; nous
  croyons devoir les rétablir ici:

     Celle belle bergère, à qui les Destinées
     Sembloient avoir gardé mes dernières années,
     Eut en perfection tous les rares trésors
     Qui parent un esprit et font aimer un corps.
     Ce ne furent qu'attraits, ce ne furent que charmes;
     Sitôt que je la vis, je lui rendis les armes,
     Un objet si puissant ébranla ma raison.
     Je voulus être sien, j'entrai dans sa prison,
     Et de tout mon pouvoir essayai de lui plaire
     Tant que ma servitude espéra du salaire;
     Mais comme j'aperçus l'infaillible danger
     Où, si je poursuivois, je m'allois engager,
     Le soin de mon salut m'ôta cette pensée;
     J'eus honte de brûler pour une âme glacée,
     Et sans me travailler à lui faire pitié,
     Restreignis mon amour aux termes d'amitié.

Elle m'a conté que Malherbe ne l'ayant pas trouvée, s'étoit amusé un
jour à causer chez elle avec une fille, et qu'on tira par hasard un
coup de mousquet dont la balle passa entre lui et cette demoiselle. Le
lendemain il vint voir madame de Rambouillet, et comme elle lui
faisoit quelque civilité sur cet accident: «Je voudrois, lui dit-il,
avoir été tué de ce coup. Je suis vieux, j'ai assez vécu, et puis on
m'eût peut-être fait l'honneur de croire que M. de Rambouillet
l'auroit fait faire[306].»

  [306] Cette curieuse anecdote et les détails qui la précèdent
  n'ont point été donnés par Racan.

M. Racan soutient pourtant que c'est pour elle qu'il fit cette
chanson:

     Chère beauté, que mon âme ravie, etc.[307]

et cette autre ou Boisset mit un air:

     Ils s'en vont ces rois de ma vie,
       Ces yeux, ces beaux yeux[308], etc.

  [307] Cette chanson paroît avoir été adressée à la marquise de
  Rambouillet sous le nom de _Rodanthe_. On est d'autant plus porté
  à le croire que l'on y retrouve les mêmes images sur la froideur
  de sa maîtresse, que dans les fragments cités plus haut.

  Voici la seconde stance:

     En tous climats, voire au fond de la Thrace,
       Après les neiges et les glaçons,
         Le beau temps reprend sa place,
     Et les étés mûrissent les moissons;
         Chaque saison y fait son cours;
     En vous seule on trouve qu'il gèle toujours.

  [308] _Poésies de Malherbe_, pag. 101. Ces vers sont indiqués
  dans toutes les éditions de Malherbe comme étant adressés à la
  vicomtesse d'Auchy. (Voyez l'_Historiette_ de cette dame à la
  suite de l'article sur Malherbe.)

Racan, qui avoit trente-quatre ans moins que Malherbe, changea son
amour poétique en un véritable et légitime amour. C'est ce qui donna
lieu à Malherbe de lui écrire une lettre où il y avoit des vers qui
sont ceux où il est parlé de madame de Rambouillet, pour le divertir
de cette passion; parce qu'il avoit appris que madame de Termes se
laissoit cajoler par le président Vignier, qu'elle a épousé
depuis[309]. Et quand il sut que Racan étoit décidé de se marier en
son pays du Maine, il le manda aussitôt à madame de Termes par une
lettre qui est imprimée.

  [309] Catherine Chabot, fille de Jacques, marquis de Mirebeau,
  veuve de César-Auguste de Saint-Lari, baron de Termes, se remaria
  à Claude Vignier, président au parlement de Metz; elle mourut en
  1662.

Environ en ce temps là son fils fut assassiné à Aix, où il étoit
conseiller. Malherbe ne vouloit pas qu'il le fût: cela lui sembloit
indigné de lui. Il ne s'y résolut qu'après qu'on lui eut représenté
que M. de Foix, nommé à l'archevêché de Toulouse, étoit bien
conseiller au parlement de Paris, lui qui étoit allié de toutes les
maisons souveraines de l'Europe. Voici comme ce pauvre garçon fut tué.
Deux hommes d'Aix ayant querelle prirent la campagne; leurs amis
coururent après; les deux partis se rencontrèrent en une hôtellerie;
chacun parla à l'avantage de son ami. Le fils de Malherbe étoit
insolent, les autres ne le purent souffrir, ils se jetèrent dessus et
le tuèrent. Celui qu'on en accusoit s'appeloit Piles. Il n'étoit pas
seul sur Malherbe, les autres l'aidèrent à le dépêcher[310]. Or on
soupçonnoit celui pour qui Piles[311] étoit, d'être de race de Juifs;
c'est ce que veut dire Malherbe en un sonnet qu'il fit sur la mort de
son fils. Ce sonnet n'est pas imprimé.

  [310] On n'a vu ce fait rapporté nulle part ainsi et avec autant
  de détails. Ceux des contemporains qui ont parlé de la mort
  tragique du fils de Malherbe se sont tous accordés à dire qu'il
  avoit été tué en duel.

  [311] Piles est Fortia, et les Fortia passent pour être venus des
  Juifs. (T.)

  Une satire virulente de Philippe Desportes contre François de
  Fortia, trésorier des parties casuelles, et des épigrammes de Jean
  de Baïf, où Fortia n'étoit pas plus ménagé, auront sans doute
  donné lieu au bruit alors répandu que la famille de Fortia étoit
  juive d'origine. Ces pièces existent encore dans un manuscrit de
  la Bibliothèque du Roi, nº 7652, t. 3, p. 3, et 2220 du fonds
  Colbert. On ne peut les attribuer qu'à l'esprit de vengeance;
  François de Fortia ne s'étant sans doute pas montré fort empressé
  d'acquitter des assignations sur le trésor que Charles IX avoit
  accordées aux deux poètes trop libéralement et sans consulter
  l'état de ses finances. Des quatre frères de François, l'aîné,
  Jean de Fortia, avoit embrassé l'état ecclésiastique, et étoit
  aussi prêtre de la métropole de Tours; Pierre, le plus jeune,
  étoit abbé de Saint-Acheul, et mourut en 1580, comme on le voit
  dans le _Gallia Christiana_, t. 10, pag. 1328. D'ailleurs, dès la
  fin du seizième siècle, toutes les branches de cette maison firent
  sans difficulté leurs preuves pour être admises dans l'ordre de
  Malte, où l'on exigeoit quatre degrés de noblesse dans chacune des
  lignes paternelles et maternelles. M. le comte de Fortia de Piles,
  membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, auquel la
  littérature et l'histoire doivent d'importantes publications, est
  aujourd'hui le dernier rejeton de cette famille noble et ancienne.

On lui parla d'accommodement, et un conseiller de Provence, son ami
particulier, lui porta paroles de six mille écus; il en rejeta la
proposition. Depuis, ses amis lui firent considérer que la vengeance
qu'il désiroit étoit apparemment impossible, à cause du crédit de sa
partie, et qu'il ne devoit pas refuser cette légère satisfaction qu'on
lui présentait. «Hé bien! dit-il, je suivrai votre conseil, je
prendrai de l'argent, puisqu'on m'y force, mais je proteste que je
n'en garderai pas un teston pour moi, j'emploierai le tout à faire
bâtir un mausolée à mon fils.» Il usa du mot de _mausolée_, au lieu
de celui de _tombeau_, et fit le poète partout.

Depuis, ce traité n'ayant pas réussi, il alla exprès au siége de La
Rochelle en demander justice au Roi, dont n'ayant pas eu toute la
satisfaction qu'il espéroit, il disoit tout haut à Nesle, dans la cour
du logis où le Roi logeoit, qu'il vouloit demander le combat contre M.
de Piles. Des capitaines aux gardes et autres gens qui étoient là
sourioient de le voir à cet âge-là parler d'aller sur le pré, et
Racan, qui y étoit, et qui commandoit la compagnie des gendarmes du
maréchal d'Effiat, comme son ami, le voulut tirer à part pour lui dire
qu'on se moquoit de lui, et qu'il étoit ridicule à l'âge de
soixante-treize ans de se vouloir battre contre un homme de
vingt-cinq; mais Malherbe, l'interrompant brusquement, lui dit: «C'est
pour cela que je le fais. Je hasarde un sol contre une pistole.»

Le bon homme gagna à ce voyage la maladie dont il mourut à son retour
à Paris, un peu devant la prise de La Rochelle[312].

  [312] Malherbe mourut en 1628, à l'âge de soixante-treize ans.

Il n'étoit pas autrement persuadé de l'autre vie, et disoit, quand on
lui parloit de l'enfer et du paradis: »J'ai vécu comme les autres, je
veux mourir comme les autres, et aller où vont les autres.»

On eut bien de la peine à le résoudre à se confesser; il disoit pour
ses raisons qu'il n'avoit accoutumé de se confesser qu'à Pâques. Il
observoit pourtant assez régulièrement les commandements de l'Eglise,
et ne mangea de la viande ce samedi d'après la Chandeleur[313] que
par mégarde; même il demandoit d'ordinaire permission d'en manger
quand il en avoit besoin, et alloit à la messe toutes les fêtes et les
dimanches. Il parloit toujours de Dieu et des choses saintes avec
respect, et un de ses amis lui fit un jour avouer, en présence de
Racan, qu'il avoit une fois fait voeu, durant la maladie de sa femme,
d'aller, si elle en revenoit, d'Aix à la Sainte-Baume à pied et tête
nue. Néanmoins il lui échappoit quelquefois de dire que la religion du
prince étoit la religion des honnêtes gens.

  [313] Voir précédemment, pag. 171.

Yvrande acheva de le résoudre à se confesser et à communier, en lui
disant: «Vous avez toujours fait profession de vivre comme les
autres.--Que veut dire cela? lui dit Malherbe.--C'est, lui répondit
Yvrande, que quand les autres meurent ils se confessent communément,
et reçoivent les autres sacrements de l'Eglise.» Malherbe avoua qu'il
avoit raison, et envoya quérir le vicaire de Saint-Germain-l'Auxerrois
qui l'assista jusqu'à la mort[314].

  [314] On raconte différemment ce qui se passa à sa mort.

  Il est mort au mois d'octobre 1628. Son confesseur, voyant que sa
  maladie étoit dangereuse, le pressa de se confesser; il s'en
  excusa en disant qu'il se confesseroit à la Toussaint, comme il
  avoit coutume de le faire: «Mais, monsieur, dit le confesseur,
  vous m'aviez toujours dit que vous vouliez faire comme les autres,
  en ce qui regarde le christianisme. Tous les bons chrétiens se
  confessent avant que de mourir.--Vous avez raison, reprit
  Malherbe, je veux donc aussi me confesser, je veux aller où vont
  tous les autres, _on ne fera pas un paradis exprès pour moi_, et
  il se confessa.» (_Extrait d'un manuscrit du même temps._)

On dit qu'une, heure avant que de mourir, il se réveilla comme en
sursaut d'un grand assoupissement, pour reprendre son hôtesse, qui lui
servoit de garder d'un mot qui n'étoit pas bien françois à son gré; et
comme son confesseur lui en voulut faire réprimande, il lui dit qu'il
n'avoit pu s'en empêcher, et qu'il avoit voulu jusqu'à la mort
maintenir la pureté de la langue françoise.



MADEMOISELLE PAULET.


Mademoiselle Paulet étoit fille d'un Languedocien qui inventa ce qu'on
appelle aujourd'hui _la Paulette_, invention qui ruinera peut-être la
France[315]. Sa mère étoit de fort bas lieu et d'une race fort
diffamée pour les amourettes. Elle disoit que son père étoit
gentilhomme; sa mère menoit une vie assez gaillarde. Mademoiselle
Paulet avoit beaucoup de vivacité, étoit jolie, avoit le teint
admirable, la taille fine, dansoit bien, jouoit du luth, et chantoit
mieux que personne de son temps[316]; mais elle avoit les cheveux si
dorés qu'ils pouvoient passer pour roux. Le père, qui vouloit se
prévaloir de la beauté de sa fille, et la mère, qui étoit coquette,
reçurent toute la cour chez eux. M. de Guise fut celui dont on parla
le premier avec elle. On disoit qu'il avoit laissé une galoche en
descendant par une fenêtre. Il disoit qu'il lui sembloit avoir
toujours le petit _chose_ de la petite Paulet devant les yeux. M. de
Chevreuse suivit son aîné, et ce fut ce qui la décria le plus, car il
lui avoit donné pour vingt mille écus de pierreries dans une cassette:
elle la confia à un nommé Descoudrais, à qui il la fit escamoter.

  [315] Charles Paulet, secrétaire de la chambre du Roi, a été
  l'inventeur et le premier fermier de cet impôt, qui consistoit
  dans une somme que les officiers de judicature ou de finances
  payoient chaque année aux parties casuelles, afin de conserver,
  en cas de mort, leurs charges à leurs veuves et à leurs
  héritiers; autrement elles auroient été déclarées vacantes au
  profit du Roi. Ce droit, établi par un édit du 12 septembre 1604,
  fut d'abord de quatre deniers pour livre, et depuis 1618, il
  étoit du soixantième denier du tiers du prix de la charge.

  [316] On raconte que l'on trouva deux rossignols morts sur le
  bord d'une fontaine où elle avoit chanté tout le jour. (T.)

Le ballet de la Reine-mère, dont nous avons parlé dans l'_Historiette_
de madame la Princesse[317], se dansa en ce temps-là. Elle y chanta
des vers de Lingendes qui commençoient ainsi:

     «Je suis cet Amphion, etc.»

Or, quoique cela convînt mieux à Arion, elle étoit pourtant sur un
dauphin, et ce fut sur cela qu'on fit ce vaudeville:

     «Qui fit le mieux du ballet?
     «Ce fut la petite Paulet
     «Montée sur le dauphin,
     «Qui monta sur elle enfin.»

Mais cela a été un pauvre _monteur_ que ce monsieur le Dauphin. Son
père y monta au lieu de lui. Henri IV, à ce ballet, eut envie de
coucher avec la belle chanteuse. Tout le monde tombe d'accord qu'il en
passa son envie. Il alloit chez elle le jour qu'il fut tué; c'étoit
pour y mener M. de Vendôme: il vouloit rendre ce prince galant;
peut-être s'étoit-il déjà aperçu que ce jeune monsieur n'aimoit pas
les femmes. M. de Vendôme a toujours depuis été accusé du ragoût
d'Italie. On en a fait une chanson autrefois:

     «Monsieur de Vendôme           (_bis._)
     «Va prendre Sodôme;            (_bis._)
     «Les Chalais, les Courtauraux[318],
     «Seront des premiers à l'assaut.
     «Ne sont-ils pas vaillants hommes?
     «Chacun leur tourne le dos.»

  [317] _Voyez_ plus haut, page 101 de ce volume.

  [318] Depuis M. de Souvray. (T.)

J'ai ouï conter qu'en une partie de chasse, un bon gentilhomme, oyant
chanter cette chanson, dit: «Ah! que mon cousin un tel, qui est à M.
le Prince, verra de belles occasions à ce siége!--Mais vous, lui
dit-on, n'y voulez-vous point aller?» On le piqua d'honneur, et on lui
fit acheter un cheval pour la guerre de Sodôme.

Le chevalier de Guise fut aussi amoureux de mademoiselle Paulet. M.
Patru, dont le père étoit tuteur de mademoiselle Paulet, car alors le
sien étoit mort, m'a dit qu'un frère qu'elle avoit, qui venoit chez le
père de M. Patru pour apprendre la pratique, y apporta le cartel du
baron de Luz au chevalier de Guise. Il falloit que le chevalier fût
bien familier chez la demoiselle. On disoit alors en goguenardant:
«_Un bon concert à trois._» M. de Bellegarde, M. de Termes et M. de
Montmorency en furent aussi épris. M. de Termes traitoit son amour en
badinant, mais il étoit effectivement amoureux; son frère ne l'étoit
pas autrement, mais il auroit été fâché que son frère eut été mieux
que lui avec elle. Ce M. de Termes fit un vilain tour à mademoiselle
Paulet. Un garçon de bon lieu, de Bordeaux, et à son aise, nommé
Pontac, la vouloit, à ce qu'on dit, épouser. Termes, sans dire gare,
lui donna des coups de bâton. Lui se retira à Bordeaux, et elle ne
voulut jamais depuis voir un amant qui traitoit si cruellement ses
rivaux.

Quelque temps après elle se sépara de sa mère, et se retira pour
quelques jours à Châtillon[319] avec une honnête femme, nommée madame
Du Jardin, chez qui elle demeuroit à Paris. Elle avoit déjà donné
congé à M. de Montmorency qui étoit alors fort jeune. Lui, qui
s'imagina pouvoir entrer plus aisément chez elle à la campagne qu'à
Paris, part seul à cheval pour y aller. Des charbonniers en assez bon
nombre, car c'est le chemin de Chevreuse, où il se fait beaucoup de
charbon, voyant ce jeune homme si bien fait, tout seul, se mirent en
tête qu'il s'alloit battre, l'entourèrent et lui firent promettre
qu'il ne passeroit pas outre. C'étoit si près de Châtillon que
mademoiselle Paulet le reconnut, et pensa mourir de rire de cette
aventure. Il y a apparence que, de peur d'être reconnu, il aima mieux
s'en retourner. Cette madame Du Jardin, qui étoit dévote, se retira
bientôt à la Ville-L'Évêque, où elle étoit comme en religion. Cela
obligea mademoiselle Paulet à prendre une maison en particulier. Ce
fut en ce temps-là que sa mère vint à mourir.

  [319] Village par-delà Mont-Rouge, à une lieue de Paris. (T.)

Madame de Rambouillet, qui avoit eu de l'inclination pour cette jeune
fille dès le ballet de la Reine-mère, après avoir laissé passer bien
du temps pour purger sa réputation, et voyant que dans sa retraite on
n'en avoit point médit, commença à souffrir, à la prière de madame de
Clermont-d'Entragues, femme de grande vertu et sa bonne amie, que
mademoiselle Paulet la vît quelquefois. Pour madame de Clermont, elle
avoit tellement pris cette fille en amitié qu'elle n'eut jamais de
repos que mademoiselle Paulet ne vînt loger avec elle. Le mari, fort
sot homme du reste, soit qu'il craignît la réputation qu'avoit eue
cette fille, soit, comme il y a plus d'apparence, car madame de
Clermont n'étoit point jolie, qu'il crût que sa femme donnoit à
mademoiselle Paulet, qui alors pour ravoir son bien plaidoit contre
diverses personnes, le mari, dis-je, avoit traversé longuement leur
amitié, mais enfin on en vint à bout. Ce fut ce qui servit la plus à
mademoiselle Paulet pour la remettre en bonne réputation, car après
cela madame de Rambouillet la reçut pour son amie, et la grande vertu
de cette dame purifia, pour ainsi dire, mademoiselle Paulet, qui
depuis fut chérie et estimée de tout le monde.

Elle retira environ vingt mille écus de son bien, avec quoi elle a
fait de grandes charités. Nous en verrons des preuves en
l'_Historiette_ suivante. Elle nourrissoit une vieille parente chez
elle.

L'ardeur avec laquelle elle aimoit, son courage, sa fierté, ses yeux
vifs et ses cheveux trop dorés lui firent donner le surnom de
_Lionne_. Elle avoit une chose qui ne témoignoit pas un grand
jugement, c'est qu'elle affectoit une pruderie insupportable. Elle fit
mettre aux Madelonettes une fille qu'elle avoit, qui se trouva grosse.
Depuis, je ne sais quel petit commis l'épousa et devint après un grand
partisan. Après elle en prit une si laide que le diable en auroit eu
peur. Je lui ai ouï dire qu'elle voudroit que toutes celles qui
avoient fait galanterie fussent marquées au visage. Elle n'écrivoit
nullement bien, et quelquefois elle avoit la langue un peu
longue[320]. Elle aimoit et haïssoit fortement, nous le verrons dans
l'_Historiette_ de Voiture. Ce furent madame de Clermont et elle qui
introduisirent M. Godeau, depuis évêque de Grasse, à l'hôtel de
Rambouillet. Il étoit de Dreux, et madame de Clermont avoit Mézières
là tout auprès. Enfin il logea avec elles, et l'abbé de La
Victoire[321] appeloit mademoiselle Paulet madame de Grasse. Un soir
elle alla, déguisée en _oublieuse_, à l'hôtel de Rambouillet. Son
corbillon étoit de ces corbillons de Flandre avec des rubans couleur
de rose; son habit de toile tout couvert de rubans avec une calle[322]
de même. Elle joua des oublies, et on ne la reconnut que quand elle
chanta la chanson.

  [320] Portée à la médisance.

  [321] Claude Duval, sieur de Coupeauville, abbé de La Victoire,
  auprès de Senlis. Tallemant en parle plus bas.

  [322] Bonnet aplati qui couvre les oreilles et est échancré
  par-devant. (_Dict. de Trévoux._)

Elle ne laissa pas d'avoir des amants depuis sa conversion, mais on
n'a médit de pas un. Voiture dit qu'elle avoit pour serviteurs un
cardinal, car le cardinal de La Valette l'appeloit, en riant, ma
maîtresse; un docteur en théologie[323]; un marchand de la rue
Aubry-Boucher[324]; un commandeur de Malte[325]; un conseiller de la
cour[326]; un poète[327], et un prévôt de la ville[328]. Ce monsieur
de la rue Aubry-Boucher étoit un original. Il prit à cet homme une
grande amitié pour madame de Rambouillet, mais celle qu'il avoit pour
mademoiselle Paulet se pouvoit appeler _amour_. A l'entrée qu'on fit
au feu Roi, au retour de La Rochelle, il s'avisa, car il étoit
capitaine de son quartier, d'habiller tous ses soldats de vert, parce
que c'étoit la couleur de la belle. Tous ses verts-galants firent une
salve devant la maison où elle étoit avec madame de Rambouillet,
madame de Clermont et d'autres. La _Lionne_, qui ne prenoit pas
plaisir à être aimée de cet animal-là, en rugit une bonne heure.
Cependant il se fallut apaiser et aller avec ces dames au jardin du
galant, dans le faubourg Saint-Victor, où il leur donna la collation.
Sa femme vint à mourir; il se remaria avec une personne qu'il voulut à
toute force, parce qu'elle avoit de l'air de mademoiselle Paulet. A
soixante ans il alla par dévotion à Rome. Si la _Lionne_ eût été
encore au monde quand la fille de cet homme fit tant l'acariâtre
contre madame de Saint-Etienne[329], comme elle l'auroit dévorée[330]!

  [323] C'étoit un impertinent nommé Dubois. (T).

  [324] Bodeau, marchand linger. (T.)

  [325] Le commandeur de Sillery. (T.)

  [326] C'est pour augmenter les diverses conditions. (T.)

  [327] Bordier, poète royal pour les ballets, un impertinent qui
  la pensa faire devenir folle. (T.)

  [328] Saint-Brisson Séguier, un gros dada qui tous les matins
  demandoit _l'avoine_: son valet de chambre s'appeloit ainsi. Il y
  avoit un vaudeville:

     Et le gros Saint-Brisson
     Dépense plus en son
     Que Guillaume en farine. (T.)

  [329] L'abbesse de Saint-Étienne de Reims étoit une demoiselle
  d'Angennes. (_Voyez_ plus loin son article à la suite de celui de
  madame de Rambouillet, sa mère.)

  [330] _Voyez_, sur une pièce de vers intitulée le _Récit de la
  Lionne_, une note de l'article CHAPELAIN dans le volume suivant.

J'oubliois une galanterie que madame de Rambouillet fit à
mademoiselle Paulet, la première fois qu'elle vint à Rambouillet. Elle
la fit recevoir à l'entrée du bourg par les plus jolies filles du
lieu, et par celles de la maison, toutes couronnées de fleurs, et fort
proprement vêtues. Une d'entre elles, qui étoit plus parée que ses
compagnes, lui présenta les clefs du château, et quand elle vint à
passer sur le pont, on tira deux petites pièces d'artillerie qui sont
sur une des tours.

Mademoiselle Paulet mourut, en 1651, chez madame de Clermont, en
Gascogne, où elle étoit allée pour lui tenir compagnie. M. de Grasse
(Godeau) y alla exprès de Provence pour l'assister à la mort. Elle ne
paroissoit guère que quarante ans et en avoit cinquante-neuf. Tout le
monde vouloit qu'elle fût beaucoup plus vieille qu'elle n'étoit. Cela
venoit de ce qu'elle avoit fait du bruit de bonne heure.



LA VICOMTESSE D'AUCHY[331].


La vicomtesse d'Auchy étoit de la maison des Ursins, mais non de la
branche du marquis de Tresnel[332]. Son mari étoit de la maison de
Conflans. Cette femme se pouvoit vanter qu'en tous âges elle avoit
fait bien des sottises. D'abord elle se mit en tête de passer pour
belle, et de se fourrer bien avant dans la cour. L'un et l'autre lui
réussit assez mal, car elle n'avoit rien de beau que la gorge et le
tour du visage. Elle avoit un teint de malade, et ses yeux furent
toujours les moins brillants et les moins clairvoyants du monde.

  [331] Maîtresse de Malherbe. Voir précédemment, page 188.

  [332] Elle s'appeloit Charlotte des Ursins, vicomtesse d'Auchy,
  ou Ochy. Ce dernier nom paroît être altéré. (_Voir_ la Dédicace à
  elle adressée du _Recueil des plus beaux vers de ce temps_;
  Paris, Toussaint Du Bray, 1609, in-8º.)

Il y a des vers de Malherbe pour elle où il dit:

     «Amour est dans ses yeux, il y trempe ses dards[333].»

  [333] Ce vers se trouve dans un sonnet pour la vicomtesse
  d'Auchy, sous le nom de Caliste, 1608. (_OEuvres de Malherbe_,
  Paris, Barbou, 1764, in-8º, pag. 120.)

Madame de Rambouillet disoit qu'il avoit raison, car ses yeux
pleuroient presque toujours, et l'Amour y pouvoit trouver de quoi
tremper ses dards tout à son aise. Je dirai en passant, à propos de
cela, que sur ses vieux jours elle disoit, pour faire accroire aux
gens qu'elle voyoit fort bien: «J'ai fait venir Thévenin[334], il m'a
dit qu'il n'y avoit rien à faire à mes yeux.» Thévenin disoit vrai,
car elle n'étoit plus bonne qu'à envoyer aux Quinze-Vingts. En
récompense, elle étoit toujours fort proprement et fort parée. Pour la
cour, on s'y moqua toujours d'elle. Son mari ne laissa pas d'en
prendre du soupçon, car une jeune femme trouve facilement des galants,
et une vicomtesse n'en chôme pas à Paris. Il la mena donc à la
campagne et l'y tint durant dix ans comme prisonnière, et s'il eût
vécu davantage, elle y fût demeurée davantage aussi, car il avoit
bonne intention de la tenir là toute sa vie. Voyez quelle délivrance!
la voilà en pleine liberté encore jeune.

  [334] Oculiste du temps.

Comme elle étoit fort vaine, tous les auteurs et principalement les
poètes étoient reçus à lui en conter. Lingendes fit des vers sur sa
voix[335], mais il ne faut prendre cela que poétiquement, car elle n'a
jamais eu la réputation de bien chanter. Malherbe, nouvellement arrivé
à la cour, comme le maître de tous, étoit le mieux avec elle. J'ai dit
dans son _Historiette_ comment il la traita un jour, et comme il se
raccommoda avec elle[336]. Après ces dix ans de prison et tout ce que
je viens de dire, ne trouvez-vous pas que c'étoit avec grande raison
que quand elle parloit du temps d'Henri IV, elle disoit: _J'ai ouï
dire?_ Non contente d'être chantée par les autres, elle voulut se
chanter elle-même, et passer dans les siècles à venir pour une
personne savante. En ce beau dessein, elle achète d'un docteur en
théologie, nommé Maucors, des homélies sur les épîtres de saint Paul,
qu'elle fit imprimer soigneusement avec son portrait. Elle en eut tant
de joie qu'elle donna presque tous les exemplaires pour rien au
libraire, qui y trouva fort bien son compte, car la nouveauté de voir
une dame de la commenter le plus obscur des apôtres, faisoit que tout
le monde achetoit ce livre. Un jour Gombauld, par plaisir, lui demanda
comment elle avoit entendu un passage de saint Paul qu'il-lui disoit:
«Hé, répondit-elle, cela y est-il?»

  [335] Cette pièce, composée de cinq stances, se trouve dans le
  Recueil intitulée: _le Séjour des Muses, ou la Cresme des bons
  vers_, Rouen, 1626, in-12, pag. 57. Elle existe aussi dans le
  Recueil de Toussaint Du Bray, 1609, pag. 367.

  [336] _Voyez_ précédemment, pag. 188 de ce volume.

Quand le Père Campanelli vint à Paris, avant la guerre déclarée, elle
fit tant que ce Père fut quelques jours chez elle à Saint-Cloud, et
cela parce que c'étoit un homme de grande réputation. Cependant elle
ne l'entendoit point, peut-être imaginoit-elle l'entendre, car, à
cause que sa maison étoit originaire d'Italie, elle croyoit en devoir
entendre la langue, et sur ce fondement elle alloit au sermon italien.
Jamais personne n'a été si avide de lectures de comédies, de lettres,
de harangues, de discours, de sermons même, quoique ce soit tout ce
qu'on peut que de les entendre dans la chaire. Elle prêtoit son logis
avec un extrême plaisir pour de telles assemblées. Enfin, pour s'en
donner au coeur-joie et se rassasier de ces viandes creuses, elle
s'avisa de faire une certaine académie où tour à tour chacun liroit
quelque ouvrage. L'abbé de Cerisy, pour contrecarrer Boisrobert, fit
cette académie, croyant qu'elle subsisteroit comme celle du cardinal.
Au commencement c'étoit une vraie cohue. J'y fus une fois par
curiosité. Pagan, parent de M. de Luynes, y lut une harangue, où,
voulant s'excuser sur ce qu'il s'étoit plus adonné aux armes qu'aux
lettres, il parla comme auroit fait feu César, et traita fort les
autres du haut en bas. Habert l'aîné, l'avocat au conseil, dit assez
plaisamment: «Cet homme a déclaré qu'il ne savoit pas le latin, je
trouve pourtant qu'il n'a pas trop mal traduit le _miles gloriosus de
Plaute_.» Or le bon, c'est qu'on disoit que Pagan n'avoit pas fait
cette harangue, et que c'étoit un nomme Montholon, petit-fils du
garde-des-sceaux. Cet homme étoit un des plus grands, faiseurs de
galimatias du monde. Le cardinal de Retz m'a pourtant dit, mais je ne
m'en fie guère à lui, que l'ayant trouvé en Avignon, l'année de la
naissance du Roi[337], il lui montra bon nombre de belles lettres à
toute la cour sur la naissance de M. le Dauphin, qu'il avoit faites
pour M. le vice-légat. Ce Montholon étoit ruiné et s'étoit retiré là
pour y étudier l'art militaire. Il disoit qu'avant, qu'il fût trois
mois, il seroit le plus grand capitaine du monde en théorie. Il n'alla
à l'armée pourtant qu'au siége d'Arras, où il fut tué; il n'avoit plus
de quarante ans.

  [337] En 1638.

Pagan, quoiqu'on l'ait accusé de s'être fait faire sa harangue, a fait
un livre. Il est vrai que c'est un livre de cavalier, car il s'appelle
_Les Fortifications du comte de Pagan_[338], qu'il a dédié à don
Hugues de Pagan, duc de Terranove au royaume de Naples; il se dit de
cette maison-là. Au bout de chaque livre il y a, à la manière de
Thucydide, _fin du premier livre des Fortifications du comte de
Pagan_, et bien des couronnes de comte aux vignettes et partout.
L'abbé d'Aubignac[339], qui a toujours de la bile de reste, entreprit
à la première assemblée le pauvre Pagan, car il harangua contre les
orgueilleux; et pour le désigner, il disoit en un endroit qu'il
falloit avoir deux bons yeux, car Pagan étoit borgne, et depuis il est
devenu aveugle: il avoit perdu cet oeil aux guerres de M. de Rohan. Il
fallut y mettre le holà, car les gens s'échauffoient déjà dans leur
harnois. L'abbé lui-même en avoit deux fort méchants, et enfin il est
devenu quasi aveugle.

  [338] _Traité des fortifications_, 1645, in-folio, ouvrage
  estimé, réimprimé en 1689, in-12. Pagan, né en 1604, mourut le 18
  novembre 1665.

  [339] François Hédelin, abbé d'Aubignac, auteur de la _Pratique
  du théâtre_, et de beaucoup d'autres ouvrages peu estimés, mourut
  en 1676.

Il y avoit plus d'un comte pour rire à cette vénérable académie. Le
comte de Bruslon, le bon homme, qui étoit un comte pour rire en la
manière la plus désavantageuse, car ce n'étoit pas manque de
qualité[340], se mit aussi à haranguer à son tour, et ayant trouvé
Mardochée en son chemin, il décrivit si prolixement la broderie du
hocqueton du héraut qui alloit devant lui, que jamais il n'y eut tant
de choses dans le bouclier d'Achille. C'est de lui qu'à la guerre de
Lorraine on fit un couplet qui disoit:

     Ce grand foudre de guerre,
     Le comte de Bruslon,
     Étoit comme un tonnerre,
     Avec son bataillon,

     Composé de cinq hommes
     Et de quatre tambours,
     Criant: Hélas! nous sommes
     A la fin de nos jours.

  [340] Il étoit introducteur des ambassadeurs. (T.)

Maugars[341], célèbre joueur de viole, mais qui étoit un fou de bel
esprit, avoit été au commencement de cette académie, et en fit des
contes au cardinal de Richelieu, à qui il étoit. Pour se venger de
lui, on lui fit refuser la porte. Il étoit enragé de cela, et un jour
qu'il jouoit chez la comtesse de Tonnerre, la vicomtesse d'Auchy y
vint. Il quitta aussitôt ce qu'il avoit commencé, et quoiqu'il ne
chantât pas autrement, tant qu'elle fut là, il ne fit que chanter et
jouer sur sa viole une chanson dont la reprise est:

     Requinquez-vous, vieille,
     Requinquez-vous donc[342].

  [341] Tallemant lui consacre plus loin une _Historiette_ dans ces
  _Mémoires_.

  [342] C'est le refrain de la quatorzième chanson de Gaulthier
  Garguille (pag. 26 de l'édition de 1641, et 27 de la réimpression
  de 1758).

Pour achever l'histoire de l'académie de la vicomtesse d'Auchy, je
dirai que L'Esclache, qui montre la philosophie en françois, y parloit
souvent. Cela fit envie à un nommé Saint-Ange, qui prouvoit, à ce
qu'il disoit, la Trinité par raison naturelle, et qui siffloit de
jeunes enfants sur la philosophie et la théologie, et les en faisoit
répondre en françois, de s'introduire aussi chez la vicomtesse.
Plusieurs personnes, hommes et femmes, alloient entendre ces
perroquets.

Mais M. de Paris[343], ayant par hasard quelque affaire avec la
vicomtesse, s'y rencontra un jour que Saint-Ange et ses petits
disciples babilloient. L'Esclache, un peu jaloux, se prit de paroles
avec cet homme; cela ne plut guère à l'archevêque, à qui quelqu'un fit
remarquer, car de lui-même je suis sûr qu'il n'en eût rien vu, qu'en
disputant, on avoit avancé quelques erreurs touchant la religion, et
que d'ailleurs cela n'étoit guère de la bienséance. Il dit donc, en
s'en allant, à la vicomtesse, qu'il lui conseilloit de laisser la
théologie à la Sorbonne, et de se contenter d'autres conférences, et
la vicomtesse lui ayant témoigné que cela la surprenoit, M. de Paris,
après l'avoir fort priée de faire cesser ces disputes, voyant qu'il ne
la pouvoit mettre à la raison, fut contraint de défendre à l'avenir de
telles assemblées. Il fallut donc se contenter de petites compagnies
particulières.

  [343] C'étoit le cardinal de Retz, oncle et prédécesseur du
  fameux coadjuteur.

Au reste, c'étoit la plus grande complimenteuse du monde après madame
de Villesavin, qu'on appelle vulgairement _la servante très-humble du
genre humain_. Pour attirer le monde, elle faisoit belle dépense, et
traitoit fort bien les auteurs; car son frère, M. d'Armantières, étant
mort, tandis qu'elle étoit en prison, elle devint héritière et ne
donna à son fils durant sa vie que le bien du père.

Elle chassa une fois son maître d'hôtel. Cet homme alla servir je ne
sais quel duc, où il ne trouva pas bien son compte. Etant allé voir la
vicomtesse, il se mit à lui conter comme il servoit chez son maître,
l'épée au côté et le manteau sur les épaules: «Si vous vouliez me
reprendre, ajouta-t-il, madame, je vous servirois ainsi.» Cela lui
sembla beau, et elle le reprit pour être servie comme une duchesse. Je
m'étonne qu'elle ne prît aussi un dais et un cadenas[344], car son
maître-d'hôtel lui eût aussi bien donné cela que le reste.

  [344] Le _cadenas_ étoit une espèce de coffret d'or ou de
  vermeil, où l'on mettoit le couteau, la cuillère, la fourchette,
  etc., dont on se servoit à la table des rois et des princes.
  (_Dict. de Trévoux._)

Elle vouloit avoir bien des connoissances et les entretenoit
soigneusement; aussi vouloit-elle qu'on lui rendît la pareille. Un
jour qu'elle avoit pris l'extrême-onction (car elle la prenoit assez
brusquement) et n'étoit pas trop malade, tout-à-coup elle appelle une
de ses femmes, et lui demande si madame la marquise de Rambouillet
avoit envoyé savoir de ses nouvelles durant sa maladie; regardez si
cela s'accorde avec l'extrême-onction.

A propos de cela, on m'a dit qu'un cavalier, je pense que c'est
Grillon[345], comme on lui vouloit donner l'extrême-onction, dit qu'il
n'en vouloit point; que c'étoit un sacrement de bourgeois.

  [345] Ou _Crillon_.

Le cardinal de Sourdis (frère du marquis), en courant la poste, prit
l'extrême-onction à Tours, et repartit l'après-dîner. Cette fois-là,
on eut raison, de dire qu'on lui avoit graissé ses bottes[346]. Une
bonne femme, dans la rue Quincampoix, comme on la lui donnoit, dit à
sa servante: «Une telle, ayez soin de faire boire ces messieurs.»

  [346] Il avoit été fait cardinal par la faveur de madame de
  Beaufort, en la place du maréchal d'Estrées. (T.)

Un jour que la vicomtesse d'Auchy étoit chez madame de Rambouillet,
Voiture se mit en un coin de la chambre à rêver, et puis tout d'un
coup, pour se moquer de cette femme qui faisoit la savante, il lui dit
sérieusement: «Madame, lequel estimez-vous le plus de saint Augustin
ou de saint Thomas?» Elle répondit de sang-froid qu'elle estimoit plus
saint Thomas. Madame de Rambouillet pensa éclater de rire.



M. DES YVETAUX[347].


M. Des Yvetaux se nommoit Vauquelin, et étoit d'une bonne famille de
Caen. Il y a exercé la charge de lieutenant-général, dont il fut
interdit par arrêt du parlement de Rouen[348]. Il vint à la cour et
fut porté par Desportes, et après par le cardinal du Perron. Ses vers
étoient médiocres, mais il avoit assez de feu; sa prose, à tout
prendre, valoit mieux. Il savoit, et avoit de l'esprit; il a eu en un
temps toute la vogue qu'on sauroit avoir.

  [347] Nicolas Vauquelin, seigneur Des Yvetaux, mort le 9 mars
  1649, âgé de quatre-vingt-dix ans.

  [348] Suivant la _Biographie universelle_, on a dit par erreur,
  que Des Yvetaux avoit été lieutenant-général, et on l'auroit
  ainsi confondu avec son frère qui a rempli cette charge. La
  _Biographie_ s'est trompée; Huet, dans ses _Origines de Caen_
  (Rouen, 1706, p. 355) dit positivement que Jean Vauquelin, père
  de Des Yvetaux, «l'adopta à son tribunal, et lui résigna sa
  charge de lieutenant-général.» Il ajoute que le maréchal
  d'Estrées «l'exhorta de venir à la cour et de ne pas passer sa
  vie à donner des sentences;» que Des Yvetaux fut déterminé à
  suivre ce conseil «par une disgrâce qui lui arriva, ayant été
  cité au parlement de Rouen pour rendre raison de l'irrégularité
  de quelque sentence;» qu'alors il vendit sa charge à Guillaume
  Vauquelin, son frère cadet. On voit par là que Tallemant a été
  bien instruit de ce qui concernoit le poète Des Yvetaux.

Henri IV le fit précepteur de M. le Dauphin, après qu'il eut été
précepteur de M. de Vendôme[349]. Il s'est plaint qu'on ne vouloit pas
qu'il fît du feu Roi[350] un grand personnage. Durant la régence on
lui ôta cette place par intrigue; peut-être la plainte que le clergé
fit contre lui, et qui est imprimée dans les _Mémoires_ ensuite de
ceux de M. de Villeroi, y servit-elle[351].

  [349] Il fit pour celui-ci l'_Institution du Prince_ en vers
  (T.). Cette pièce a dû être imprimée séparément avant 1612; car,
  citée dans le discours adressé à la Reine, dont il va être
  question, elle a été ensuite insérée dans les _Délices de la
  Poésie françoise_; Paris, Toussainct Du Bray, 1615, p. 417.

  [350] Louis XIII.

  [351] _Voyez_ le Discours présenté à la Reine-mère du Roi, en
  l'année 1612, à la suite des _Mémoires d'État_, par M. de
  Villeroi, tom. 5, pag. 199, Amsterdam, 1725.

On l'a accusé de ne croire que médiocrement en Dieu. Je ne lui ai
pourtant jamais ouï dire d'impiétés. Il est vrai que je ne l'ai connu
que deux ans avant qu'il mourût. On l'accusoit aussi d'aimer les
garçons. Pour les femmes, il les a aimées jusqu'à la fin, et a
toujours mené une vie peu exemplaire. Il passoit pour médisant, et
pour aimer le vin. Quelquefois il étoit long-temps sans parler. On dit
que Pluvinel et lui firent un voyage de Paris à Nantes et en
revinrent, jouant toujours aux échecs sans se dire mot pour cela. Ils
avoient une machine dans le carrosse.

Il disoit que les courtisans appeloient _bon temps_ le temps où les
pensions étoient bien payées.

Etant disgracié, il acheta une maison rue des Marais, au faubourg
Saint-Germain, vers les Petits-Augustins. En ce temps-là, il n'y avoit
rien de bâti au-delà dans le faubourg; on l'appeloit, à cause de cela,
_le dernier des hommes_. Cette maison a l'honneur d'être aussi
extravagamment disposée que maison de France. Le grand jardin qu'il y
joignit, et auquel on va par une voûte sous terre, est à peu près fait
de même. Il se mit à faire là dedans une vie voluptueuse, mais cachée:
c'étoit comme une espèce de Grand-Seigneur dans son sérail. En
pensions, en bénéfices et en argent, il avoit beaucoup de bien et
pouvoit vivre fort à son aise.

A son ordinaire, il s'habilloit fort bizarrement. Madame de
Rambouillet dit que la première fois qu'elle le vit, il avoit des
chausses à bandes, comme celles des Suisses du Roi, rattachées avec
des brides; des manches de satin de la Chine, un pourpoint et un
chapeau de peaux de senteurs, et une chaîne de paille à son cou; et il
sortoit en cet habit-là. Il est vrai qu'il ne sortoit pas souvent;
mais quelquefois, selon les visions qui lui prenoient, tantôt il étoit
vêtu en satyre, tantôt en berger, tantôt en dieu, et obligeoit sa
nymphe à s'habiller comme lui. Il représentoit quelquefois Apollon qui
court après Daphné, et quelquefois Pan et Syrinx. A cause qu'il devint
amoureux de madame Du Pin[352], mère de madame d'Estrades, au lieu de
culs-de-lampes, il fit mettre des pommes de pin dorées à son plancher.
Il y a des festons et des lacs d'amour de paille, en je ne sais
combien d'endroits, avec des chiffres de la même étoffe. Je ne sais
quelle amitié il avoit pour la paille, mais il n'aimoit pas moins le
vieux cuir doré[353], et n'avoit point d'autre tapisserie en été ni
hiver.

  [352] Marguerite de Burtio de la Tour, femme de Jacques de
  Lallier, seigneur Du Pin. Marie de Lallier, sa fille, épousa en
  1637 le comte d'Estrades, qui fut créé maréchal de France en
  1675.

  [353] On appeloit ainsi des peaux de mouton passées en basanes,
  sur lesquelles étoient représentées en relief diverses sortes de
  grotesques relevées d'or ou d'argent, de vermillon ou autres
  couleurs (_Dictionnaire de Trévoux_). _Voyez_ aussi les
  _Recherches sur le cuir doré_, par M. de La Querière; Rouen,
  Baudry, 1830, in-8º.

Il fut un peu épris d'une de mes parentes, madame d'Harambure, qui
étoit allée voir son jardin. Un jour il lui écrivit une lettre fort
longue, où en un endroit il se fondoit furieusement en raison, car il
lui disoit: «Encore que vous n'aimiez point les figues (elle n'en
mangeoit point), elles ne laissent pas d'être friandes; de même mon
amour, quoique vous n'en fassiez point de cas, n'est pas pourtant
méprisable;» et au bas il y avoit: «Renvoyez-moi cette lettre, s'il
vous plaît, car je n'en ai point de double.» N'étoit-ce pas là une
bonne lettre à garder?

Madame de Saint-Germain-Prévost, dont le fils se vantoit d'être le
fils de M. le maréchal de Biron, est celle de qui on a le plus parlé
avec le bonhomme. Elle sut un jour qu'il devoit donner la collation
chez lui à des dames. Elle trouve moyen d'y entrer justement comme on
venoit de servir, et que les gens étoient allés avertir la compagnie,
et prenant la nappe par un bout, elle jeta tout à terre. Quand il vit
cela, il se mit à rire et dit: «Il faut que madame de Saint-Germain
soit venue ici.»

Mais l'amourette qui a fait le plus de bruit, est celle qu'il a eue
jusqu'à la fin de sa vie. Voici comme cela arriva. Vers la prise de La
Rochelle, un jour que la porte de son grand jardin, qui répond dans la
rue du Colombier[354], étoit entr'ouverte, une jeune femme, grosse
d'enfant, assez bien faite, mais fort triste, mit le nez dedans; il
s'y rencontra par hasard, et comme il étoit civil, principalement aux
dames, il la pria d'y entrer. Il apprit d'elle-même qu'elle étoit
fille d'un homme qui jouoit, et a joué jusqu'à sa mort, de la harpe
dans les hôtelleries d'Étampes (présentement son fils fait le même
métier); elle lui dit qu'elle en jouoit aussi (effectivement elle en
joue aussi bien que personne); qu'un jeune homme de Meaux, nommé
Dupuis, qui est de la meilleure maison de la ville, l'avoit épousée
par amour, et qu'il étoit malade dans la rue des Marais. Cette femme
avoit l'air fort doux; il en fut touché; il lui offre tout ce qu'il
avoit, les assiste, car Dupuis étoit fort pauvre, et quand elle
accoucha il en eut tout le soin imaginable. Relevée, elle le va
remercier; lui, la cajole; elle prend le soin de le blanchir, elle le
visite souvent, et peu à peu se mêle de son ménage. Il se plaint à
elle de ses valets, la prie d'avoir l'oeil sur eux. Dès qu'elle étoit
habillée, elle venoit passer la journée avec lui: enfin il lui proposa
de prendre avec son mari un appartement dans sa maison. Elle accepta
ce parti. Quand elle y fut une fois établie, il prit une entière
confiance en elle. Elle recevoit tout son revenu, faisoit la dépense
telle qu'il l'avoit ordonnée, et le reste étoit pour elle. J'oubliois
de dire que ce qui avoit achevé de le charmer, c'est qu'étant tombé
malade, avant qu'elle logeât avec lui, cette femme fut quarante jours
sans se déshabiller. Croyez pourtant qu'elle achetoit bien son
bonheur. Il falloit savoir du bon homme tous les matins comment elle
se coifferoit, à la grecque, à l'espagnole, à la romaine, à la
françoise, etc.; quel habit elle prendroit; si elle seroit reine,
déesse, nymphe ou bergère. Elle accoucha dans sa maison de deux
enfants, car celui dont elle étoit grosse quand ils firent
connoissance n'a pas vécu. Le plus âgé de ces deux enfants est une
fille, et l'autre un garçon; nous parlerons d'elle ensuite, car le
pauvre homme eut de grands procès à cause d'elle[355].

  [354] Le Pré-aux-Clerc se terminoit à cette rue qui en a porté le
  nom jusqu'à la fin du seizième siècle. (_Recherches sur Paris_,
  par Sauval, quartier de Saint-Germain-des-Prés, pag. 37.)

  [355] «Des Yvetaux, dit Ségrais, avoit épousé une mademoiselle
  Dupuis, joueuse de harpe, qui étoit d'Etampes, et qui avoit son
  frère qui en jouoit par les cabarets. Souvent ils prenoient la
  houlette avec le chapeau et l'habillement de bergers, et
  chantoient ensemble des vers que Des Yvetaux lui-même avoit
  composés. Il étoit encore vivant quand j'arrivai à Paris, mais je
  ne le vis pas; il demeuroit au faubourg Saint-Germain, où il
  recevoit grande compagnie sans aller voir personne.» (_Mémoires
  anecdotes de Ségrais_; Amsterdam, 1723, p. 115.) Tallemant entre
  dans des détails beaucoup plus étendus, et ayant connu
  personnellement Des Yvetaux, il mérite plus de confiance que
  Ségrais.

M. Des Yvetaux avoit un frère qui étoit lieutenant-général à Caen. Ce
frère fit son fils conseiller, et puis maître des requêtes[356]. Ce M.
le maître des requêtes prétendoit être seul héritier du bon homme, car
il y avoit assez à espérer. Madame de Liancourt[357] lui avoit voulu
donner deux cent mille livres de sa maison et de ses deux jardins, à
condition de l'en laisser jouir sa vie durant[358]. Autrefois M. le
cardinal de Richelieu eut quelque pensée d'y bâtir, mais il trouva que
cela étoit trop loin du Louvre.

  [356] Hercule Vauquelin, fils de Guillaume, devint intendant de
  Languedoc. (_Voyez_ les _Origines de Caen_, par Huet, au lieu
  déjà cité.)

  [357] Jeanne de Schomberg, mariée en secondes noces en 1620 à
  Roger Du Plessis de Liancourt, duc de La Roche-Guyon. Sa fille,
  Jeanne Charlotte Du Plessis Liancourt épousa en 1659 François
  VII, duc de La Rochefoucauld, prince de Marsillac, fils de
  l'auteur des _Maximes_. C'est par ce mariage que la terre de
  Liancourt ainsi que l'hôtel de ce nom passèrent dans la maison
  des La Rochefoucauld.

  [358] L'hôtel de Liancourt y touche. (T.)--L'hôtel de La
  Rochefoucauld, sur l'emplacement duquel la rue des Beaux-Arts a
  été percée en 1828.

Le neveu enrageoit donc de voir la Dupuis gouverner si absolument son
oncle, et, par la faute que font presque toujours les héritiers d'un
vieux garçon ou d'un homme veuf, au lieu d'être complaisant, il
s'amusa à l'aller chicaner sur cette femme. Il en fit tant que le bon
homme, pour le faire crever, maria la fille de la Dupuis avec un autre
neveu, fils d'un autre frère, nommé Sacy, du nom d'une terre. C'étoit
une plaisante chose à voir que cette petite mariée, à qui son propre
frère, qui étoit page du bon homme, portoit la queue; car il a
toujours eu un page jusqu'à son grand procès.

Le maître des requêtes, au désespoir, jette feu et flamme, dit que
cette fille étoit fille de M. Des Yvetaux. Dupuis vivoit pourtant, et
vit même, je pense, encore. Il suborne un nommé Lerinière, frère de la
Dupuis. Cet homme, qui disoit qu'on traitoit sa soeur comme une g....,
appelle Sacy en duel. Sacy se bat et le désarme. Lerinière, non
content de cela, entre dans la maison avec un pistolet, tire sur Sacy
et le manque. Un laquais de Sacy le tue. La veuve du mort fait
informer. Le bailli du faubourg, un fripon nommé Lhermitière, gagné
par le maître des requêtes, condamne fort brusquement Sacy à être roué
et la Dupuis à être pendue. Depuis ils en ont été absous. On fit des
factums ou lettres de part et d'autre qui sont bien faits. Le bon
homme fit le sien lui-même; il s'y moque plaisamment de ce neveu, et
il y montre bien de la vigueur; il avoit pourtant près de
quatre-vingts ans. Ses amis le servirent puissamment, entre autres le
maréchal de Gramont. Ce fut chez lui que le mariage se fit, à cause
des oppositions d'un homme qui disoit avoir promesse de la fille
(notez que ce n'étoit qu'une enfant qui n'avoit jamais vu personne),
et d'un cousin germain de Sacy, qui disoit qu'elle étoit bâtarde. Pour
finir tous ces différends, on fit une transaction par laquelle,
moyennant quatre-vingt mille livres, Sacy et sa femme renonçoient à la
maison. Ils s'en sont fait relever depuis, après avoir recélébré leur
mariage, car cette opposition, qui n'avoit point été levée, étoit une
espèce de nullité. Pour la bâtardise, c'étoit une sottise que d'y
insister, aussi bien que de dire que c'étoit pour couvrir l'honneur de
M. Des Yvetaux qu'ils vouloient montrer qu'il n'y avoit point de
mariage parce qu'il seroit incestueux, et que cette madame de Sacy
étoit sa fille[359]. Le maître des requêtes fut hué à l'audience et
passa pour un grand coquin. Il avoit quelques gentilshommes avec lui
qui se retirèrent quand ils virent M. de Turenne de l'autre côté[360].
La jeune femme parla et parla fort hardiment, car, Dieu merci, elle
n'a pas le caquet mal emmanché. Ils retournèrent dans leurs
prétentions, et la maison leur est demeurée.

  [359] Le curé de Saint-Sulpice étant allé voir Des Yvetaux et lui
  faisant des réprimandes sur sa conduite si peu chrétienne, il lui
  répondit sans s'émouvoir: «M. le curé, il ne faut pas croire tout
  ce que l'on dit, il y a bien de la médisance; l'on me disoit
  l'autre jour que vous aimiez les garçons, mais je n'en voulois
  rien croire.» Le curé, offensé d'un tel compliment, ne jugea pas
  à propos de lui parler davantage et s'en alla. (_Extrait d'un
  manuscrit du même temps._)

  [360] Ce fut Tambonneau, le président, en ce temps-là amoureux de
  la Sacy, qui l'y fit aller. (T.)

Durant ce grand procès le bon homme s'accoutuma à s'habiller comme les
autres. A quatre-vingts ans il se portoit encore fort bien. Il m'a
quelquefois lassé à force de me promener dans son jardin. C'étoit un
petit homme sec, à yeux de cochon. Il a toujours eu l'esprit présent,
et, à sa mode, il disoit de jolies choses. Un jour que madame
d'Hautefort[361] vint dans son jardin, il lui dit, d'un ton assez
sérieux: «Madame, voulez-vous bien faire parler de vous? après avoir
maltraité des rois, aimez un petit _bonhommet_ comme moi.»

  [361] Marie d'Hautefort fut aimée de Louis XIII, après la
  retraite de mademoiselle de La Fayette. Elle épousa en 1646
  Charles, depuis maréchal de Schomberg.

Des Yvetaux avoit de la générosité et de la bonté. J'ai ouï dire au
comte de Brionne, grand seigneur de Lorraine, que, s'étant retiré à
Paris après la prise de Nancy, M. des Yvetaux le vouloit loger chez
lui, et lui disoit pour raison: «Monsieur, vous avez si bien reçu
autrefois les François en Lorraine, qu'il faut bien vous rendre la
pareille aujourd'hui.» Ce M. de Brionne n'avoit qu'un cheval de
carrosse, l'autre étoit mort; il en emprunta un au bon homme, qui ne
vouloit pas le reprendre, et disoit: «Vous m'en rendrez un quand vos
affaires seront en meilleur état.»

Un an devant que de mourir, Ninon, qui alloit quelquefois jouer du
luth chez lui, car il aimoit fort la musique et faisoit souvent des
concerts, lui demanda un jour de fête s'il avoit été à la messe. «Il y
auroit, répondit-il, plus de honte à mon âge de mentir, que de
n'avoir point été à la messe. Je n'y ai point été aujourd'hui.» Elle
lui donna un ruban jaune qu'il porta je ne sais combien de jours à son
chapeau.

Il fut se promener à Rambouillet au faubourg Saint-Antoine[362], et de
si loin qu'il put être ouï du maître du logis, il lui cria: «Monsieur,
je vous révère, je vous adore; mais il ne fait point chaud
aujourd'hui, je vous prie, n'ôtons point notre chapeau.»

  [362] A la maison du financier Rambouillet.

Sa plus grande, ou plutôt sa seule incommodité, étoit une rétention
d'urine. Ce fut ce qui le tua; car voyant, en 1649, le Roi sorti de
Paris et le blocus se former, par une complaisance hors de propos pour
la cour, il en sortit aussi. Peut-être cette étourdie de madame de
Sacy le lui fit-elle faire. Comme il n'avoit point son chirurgien
ordinaire, sa rétention l'incommodant, il fallut se faire sonder par
le premier chirurgien de village, qui le blessa, et la gangrène s'y
mit. Ce fut auprès de Meaux, dans une petite maison de ce M. Dupuis.
Il se résolut fort constamment à la mort, et fit tout ce qu'on a
accoutumé de faire.

Une heure avant que de mourir, il se promena par la chambre, et pria
la Dupuis de lui fermer les yeux et la bouche, et de lui mettre un
mouchoir sur le visage, dès qu'il commenceroit à agoniser, afin qu'on
ne vît point les grimaces qu'il feroit.

Il ne fut pas plus tôt mort, que madame de Sacy ne vécut plus bien
avec sa mère. Pour son mari, elle le traita comme un je ne sais qui;
aussi est-ce un fort sot homme[363]. On l'a vu autrefois sur un bidet,
suivi pour tout train de son beau-frère le page. Il alla une fois
chez madame de Montausier qui logeoit alors en ce quartier-là, en
habit de taffetas noir, avec une grande estocade et de grosses bottes.
Je lui ai ouï dire que le bailli du faubourg, qui étoit fort mal quand
le bon homme mourut, eut une si grande appréhension de ne lui survivre
pas pour persécuter les siens, que sa fièvre en redoubla, et qu'il en
fut expédié quelques jours plus tôt.

  [363] Elle le connoissoit bien, à ce qu'elle dit, mais elle ne
  put éviter de l'épouser: il a bien eu sa revanche depuis. (T.)

Madame de Sacy a été élevée comme vous pouvez penser: elle n'est point
jolie; mais comme elle a l'esprit vif, et qu'elle est fort médisante,
les vieux débauchés, comme le maréchal de Gramont, le marquis de
Mortemart[364] et M. de Turenne même, la trouvoient fort à leur goût.
Le seul Mortemart a persévéré: il lui a montré à chanter[365]; elle
réussit assez bien aux airs italiens. On dit pourtant qu'Ondedei étoit
l'effectif, même sur la fin de la vie du bon homme; mais le marquis
(car nonobstant son brevet, M. de Mortemart c'est _M. le marquis_ sans
queue[366]), est encore aujourd'hui celui dont on parle.

  [364] Gabriel de Rochechouart, marquis de Mortemart, créé duc de
  Mortemart par lettres-patentes de décembre 1650, enregistrées au
  parlement le 15 décembre 1663. C'est le père de madame de
  Montespan.

  [365] Il chante aussi bien que qui que ce soit, et s'en pique.
  Cela est pourtant ridicule à son âge, et avec son cordon bleu et
  son brevet de duc. Il compose même et fait des airs. (T.)

  [366] C'est-à-dire que chez madame de Sacy on appeloit M. de
  Mortemart, _M. le Marquis_, nonobstant son brevet de duc. «Quand
  on dit _monsieur_, sans queue, on entend le maître de la maison.»
  (_Dict. de Trévoux._)

A la seconde guerre de Paris, il ne suivit point la cour, et sa femme
fut contrainte de déclarer à la Reine que c'étoit pour une madame de
Sacy qu'il étoit demeuré. Elle vit le plus plaisamment du monde avec
lui, lui parle comme à un je ne sais qui. Il y fut un jour; elle étoit
seule: «Je viens, dit-il, dîner avec vous.--Je n'ai rien à vous
donner, répondit-elle; voyez si cette poule qui est dans ce pot est
cuite.» Il y regarde avec un bâton; elle la lui fait tirer, et ils se
mettent là à manger tous deux fort malproprement. Elle dit qu'il ne
faut point avoir de cuisinier; que pour elle, si sa demoiselle plumoit
mieux une volaille que ses autres gens, elle la lui feroit plumer, et
qu'il faut que chacun fasse ce qu'il fait le mieux. Je ne crois pas
que le marquis donne grand'chose, car il a la réputation d'être fort
avare.

Depuis deux ans cette jeune femme a un ulcère; elle souffre comme un
roué. Mortemart lui a rendu et lui rend encore tous les soins dont il
peut s'aviser. Un certain abbé de Villiers, voisin de la dame, lui a
donné de la jalousie, et tous deux ont fait à l'envi. Ils y vont tous
les jours. Ce qui a fait tant parler, c'est que Sacy, qui aime à
_chopiner_, chassoit tout le monde, hors ces deux hommes. C'est un
fripon fieffé, un félon, un ridicule. En présence de cette femme il
dit ce qu'il fera quand elle sera morte; il querelle déjà la mère. On
dit qu'il n'y a eu que de l'imprudence à la vie de cette femme;
Mortemart n'en a rien eu, à ce que disent ses gens, qui en savent bien
des nouvelles. Ce qu'il y a à dire contre elle, c'est qu'encore
moribonde comme elle est, elle se mêle de changer les officiers de
Mortemart, et entretient toujours la discorde entre le mari et la
femme, car elle lui a fait ôter toute la conduite de la maison. On dit
que Mortemart lui a donné, mais moins que l'abbé de Villiers.
Mortemart fut près de cinq ans amoureux de sa femme comme il l'étoit
avant que de l'épouser. C'étoit une fille de la Reine qu'il prit par
amour[367]. Après il s'enflamma d'une femme-de-chambre de la Reine,
qui est aujourd'hui madame de Niert. Une autre, nommée Villeflin, lui
succéda: elle chantoit; et ensuite est venue madame de Sacy. Il y a
douze ans que cela dure. Il lui rend tous les soins imaginables.

  [367] Diane de Grandseigne, duchesse de Mortemart. Elle mourut à
  Poitiers en 1666.



M. DE GUISE, FILS DU BALAFRÉ[368].


Quand M. de Guise eut le gouvernement de Provence, après la mort du
Grand Prieur, bâtard de Henri II, il trouva à Marseille une fille dont
il devint amoureux. C'étoit la fille de cette belle Châteauneuf de
Rieux, qui avoit été aimée par Charles IX[369], qu'Henri III avoit eu
quelque envie d'épouser, et qui, après n'avoir pas voulu épouser le
prince de Transylvanie (car il avoit envoyé demander une fille de la
cour de France), épousa Altoviti-Castellane, capitaine de galères. Les
Altoviti sont une famille de Florence, dont une branche a été
transplantée dans le Comtat d'Avignon. Or, cette madame de Castellane
étant accouchée à Marseille, elle fit tenir sa fille sur les fonts par
la ville de Marseille même. On lui donna le nom de Marcelle, une de
leurs saintes, et aussi peut-être parce que ce nom approchoit de celui
de la ville. Insensiblement, quand cette fille, n'ayant plus ni père
ni mère, vint demeurer à Marseille avec une de ses tantes, le peuple
l'appela _mademoiselle de Marseille_, au lieu de mademoiselle
Marcelle. C'était une personne de la meilleure grâce du monde, de
belle taille, blanche, les cheveux châtains, qui dansoit bien, qui
chantoit, qui savoit la musique jusqu'à composer, qui faisoit des
vers, et dont l'esprit étoit extrêmement adroit, fière, mais civile;
c'étoit l'amour de tout le pays. Le Grand prieur en avoit été épris;
plusieurs, personnes de qualité l'eussent épousée; elle quitta tout
cela pour M. de Guise.

  [368] Charles de Lorraine, duc de Guise, né le 20 août 1571, mort
  en 1640.

  [369] Le comte de Tonnerre avoit fait peindre la belle de
  Châteauneuf sur un trône, et lui humilié devant elle qui lui
  mettoit le pied sur la gorge. (T.)

  Cette belle Châteauneuf ne seroit-elle pas la maîtresse de Charles
  IX dont Dreux du Radier a vainement cherché le nom? (_Voyez_ les
  _Anecdotes des Reines et Régentes_, Paris, 1808, tom. 5, pag. 30.)

Sa naissance, sa grandeur, son air agréable, car il étoit, quoique
camus et petit, de fort bonne mine et fort aimable, la charmèrent.
Cette galanterie dura quelques années; mais quoiqu'on crût qu'elle lui
avoit accordé les dernières faveurs, elle vivoit pourtant d'un air si
noble, qu'on pouvoit croire qu'elle prétendoit à l'épouser, car il
étoit encore à marier. Elle eut enfin quelque soupçon, et lui du
dégoût. Elle eut assez de fierté pour le prévenir et pour rompre la
première. Il part et vient à la cour. Elle fit ces deux couplets de
chanson, et y mit un air:

     Il s'en va ce cruel vainqueur,
     Il s'en va plein de gloire;
     Il s'en va méprisant mon coeur,
     Sa plus noble victoire;
     Et malgré toute sa rigueur,
     J'en garde la mémoire.

     Je m'imagine qu'il prendra,
     Quelque nouvelle amante;
     Mais qu'il fasse ce qu'il voudra,
     Je suis la plus galante.
     Le coeur me dit qu'il reviendra,
     C'est ce qui me contente.

Pour le temps, je ne crois pas qu'on en pût trouver de meilleurs, et
même aujourd'hui on ne voit guère rien de plus achevé. Voyant qu'il ne
revenoit point, le chagrin la prit, elle tomba malade, et cette
maladie dura un an. Elle vendit, car elle n'avoit point de bien, tout
ce qu'elle avoit de bijoux; M. de Guise en fut averti, et qu'elle
cachoit sa nécessité à tout le monde; il lui envoya offrir dix mille
écus. Elle dit au gentilhomme qui disoit les avoir tout prêts, qu'elle
remercioit M. de Guise, qu'elle ne vouloit rien prendre de personne,
et encore moins de lui que d'un autre; qu'elle n'avoit guère à vivre,
et qu'en cet état-là elle se pouvoit passer de tout le monde. Il y a
apparence que cela augmenta son mal; elle mourut la nuit suivante, et
on ne lui trouva qu'un sou de reste. La ville la fit enterrer à ses
dépens dans l'abbaye de Saint-Victor. Vingt-cinq ou trente ans après,
comme on regarda dans le tombeau où on l'avoit mise, on y trouva son
corps tout entier; le peuple vouloit que ce fût une sainte, quand un
vieux religieux alla regarder le registre, et trouva que c'étoit la
maîtresse de M. de Guise.

Au combat contre les Rochellois, le feu se prit au vaisseau de M. de
Guise. Feu M. de La Rochefoucauld lui vint dire: «Ah! monsieur, tout
est perdu.--Tourne, tourne, dit-il au pilote, autant vaut rôti que
bouilli.»

On conte des choses assez plaisantes de ses amourettes[370]. Il étoit
couché avec la femme d'un conseiller du parlement, quand le mari
arriva de grand matin à l'improviste. Le galant se sauve dans un
cabinet, mais il oublie ses habits. La femme ôte vite le collet du
pourpoint et ce qu'il y avoit dans les pochettes. Le mari demande à
qui étoient ces habits. «Une revendeuse, lui dit-elle, les a apportés,
elle dit qu'on les aura à bon marché; regardez s'ils vous sont bons;
ils vous serviront à la campagne.» Il met l'habit, et étant pressé
d'aller au palais, il prend sa soutane par-dessus et s'en va. Le
galant prend ceux du mari et s'en va au Louvre. Henri IV le regarde,
et M. de Guise lui conte l'histoire. Le Roi envoie un exempt ordonner
au conseiller de le venir trouver. Le conseiller, bien étonné, vient;
le Roi le tire à part, lui parle de cent choses, et en causant lui
déboutonnoit sa soutane sans faire semblant de rien. L'autre n'osoit
rien dire; enfin tout d'un coup le Roi s'écrie: «Ventre saint-gris!
voilà l'habit de mon cousin de Guise.»

  [370] Je sais cela d'un parent de la dame, mais il ne l'a jamais
  voulu nommer. (T.)

Une autre fois il dit à feu M. de Gramont qu'il avoit eu les dernières
faveurs d'une dame qu'il lui nomma (le fils lui ressemble bien). M. de
Gramont, quoique grand causeur, n'en dit rien. Quelques jours après
M. de Guise l'ayant rencontré, lui dit: «Monsieur, il me semble que
vous ne m'aimez plus tant; je ne vous avois dit que j'avois eu tout ce
que je voulois d'une telle, qu'afin que vous l'allassiez dire, et vous
n'en avez pas dit un mot.»

Une autre fois il fit bien pis, car ayant recherché une dame fort
long-temps, et enfin étant couché avec elle, le matin de bonne heure
il avoit de l'inquiétude et ne faisoit que se tourner de côté et
d'autre; elle lui demanda ce qu'il avoit: «C'est, dit-il, que je
voudrois déjà être levé pour l'aller dire.»

Il contoit qu'un soir M. de Créqui lui donna une haquenée pour se
retirer, et que cette haquenée, qui avoit accoutumé de porter son
maître chez une dame, ne manqua pas d'y aller; que là on le prit pour
M. de Créqui, et que, sans trop de lumière, on le mena, son manteau
sur le nez, par un escalier dérobé, dans une chambre où on le laissa;
puis que la dame y vint et qu'il profita de l'occasion. Il en donnoit
un peu à garder.

Il avoit épousé la fille de M. Du Bouchage, frère de M. de Joyeuse, le
favori. Elle étoit veuve de M. de Montpensier[371], dont elle n'avoit
eu que feue Madame[372]. Cette madame de Guise étoit une fort honnête
femme et fort dévote. Or le feu comte de Fiesque étoit un grand dévot
et l'ami de madame de Guise. On demandoit un jour à M. de Guise: «Que
feriez-vous si vous les trouviez couchés ensemble?--Je ferois sonner,
dit-il, toutes les cloches des environs de l'hôtel de Guise, comme si
les _pardons_ étoient chez nous.»

  [371] Un M. de Montpensier, aîné du père de celui-ci, mais qui
  n'eut point d'enfants, par je ne sais quelle bizarrerie, étant
  prince et marié, alloit toujours vêtu de long. (T.) C'est-à-dire
  en habit long, en robe et simarre.

  [372] Première femme de Gaston, duc d'Orléans, et mère de
  mademoiselle de Montpensier.

De Florence, où il s'étoit retiré du temps du cardinal de Richelieu,
il écrivoit au maréchal de Bassompierre dans la Bastille: «Je suis
_ici_ pour n'être pas _là_.»

Le comte de Fiesque d'aujourd'hui passant à Florence, M. de Guise lui
dit: «Comte, dis un peu à M. le Grand-Duc (c'était en sa présence)
combien il y a de lapins dans la garenne de Saint-Germain, car il ne
me veut pas croire.--Mais, monsieur, dit le comte, le moyen de dire
cela?--Eh! reprit M. de Guise, à cinq ou six près, cela n'importe.»

Il étoit grand rêveur et grand menteur. Boisrobert soutient pourtant
qu'il y avoit de l'affectation, et qu'il l'y avoit surpris: en voici
un exemple qui pourroit bien être de ce nombre, mais qui ne laisse pas
d'être fort joli et fort obligeant. Le Fouilloux[373] avoit dit à M.
de Guise une épigramme de Gombauld qui lui avoit plu extrêmement. Le
duc se promène quelque temps, et puis tout-à-coup appelant le
gentilhomme: «N'y auroit-il point moyen, lui dit-il, de faire en sorte
que j'eusse fait cette épigramme?»

  [373] On conte de ce Fouilloux qu'étant nouveau venu de sa
  province de Saintonge, les filles de la Reine le prirent pour un
  bon campagnard; il n'étoit pourtant pas si niais. Elles lui
  demandèrent bien des choses à quoi il répondit en innocent. «Eh!
  ma compagne, qu'il est bon! se disoient-elles l'une à
  l'autre.--Mais à quoi vous divertissez-vous dans votre
  voisinage?--Eh! dit-il, je nous entre-f.....» Les voilà toutes à
  fuir: depuis elles ne se jouèrent plus à lui. (T.)

Il avoit pourtant de qui tenir pour être rêveur, car sa mère l'étoit
honnêtement. Un jour elle entendit fort louer les ouvrages de
Malherbe, qui étoit nouvellement arrivé à la cour. Quelque temps
après, elle vit un homme en quelque lieu qu'elle prit pour Malherbe,
et le pria extrêmement de la venir voir. C'étoit un orfèvre qui crut
qu'elle vouloit quelques pierreries, et lui dit qu'il lui apporteroit
donc de ses ouvrages. «Monsieur, je vous en prie,» ajouta-t-elle, et
lui fit bien des civilités. Cet homme va le lendemain à l'hôtel de
Guise, mais il ne fut pas plus tôt dans la chambre qu'elle reconnut sa
bévue.

M. de Guise dit un jour à son cocher: «Mène-moi partout où tu voudras,
pourvu que j'aille chez M. le Nonce et chez M. de Lomenie.» Il alla
d'abord chez le dernier, qu'il prit toujours pour M. le Nonce, et il
ne vouloit pas souffrir que M. de Lomenie le conduisît.

Il mentoit, et souvent à force de dire un mensonge, il croyoit ce
qu'il disoit. Un jour lui, M. d'Angoulême et M. de Bassompierre
jouoient à qui diroit la plus grande menterie. M. de Guise dit:
«J'avois une levrette qui, courant après un lièvre, se jeta dans des
ronces; une ronce coupa le corps de la levrette par le milieu, et la
partie de devant alla happer le lièvre.» M. d'Angoulême dit qu'il
avoit un chien courant qui arrêtoit les hérons, puis qu'on les
terrassoit, et que des masses il avoit fait bâtir Gros-Bois. «Pour
moi, dit M. de Bassompierre, je me donne au diable si ces messieurs ne
disent vrai.»

M. de Guise étoit libéral. Le président de Chevry lui envoya par
Corbinelli[374], son commis, cinquante mille livres qu'il lui avoit
gagnées. Il y avoit dix mille livres en écus d'or. Quand tout fut
compté, il voulut donner quelque chose à Corbinelli, et il lui donna
le plus petit sac, sans songer que c'étoit l'or. Corbinelli,
sur-le-champ, n'y fait pas non plus de réflexion; mais, arrivé chez
lui, il fut surpris en voyant ces écus d'or. Il retourne auprès de M.
de Guise, et lui dit qu'il s'est trompé. M. de Guise lui répondit: «Je
voudrois qu'il y en eût davantage; il ne sera pas dit que le duc de
Guise vous a ôté ce que la fortune vous avoit donné[375].»

  [374] Raphaël Corbinelli, père de Jean Corbinelli, qui a été plus
  célèbre par l'amitié que lui portoit madame de Sévigné, que par
  les ouvrages qu'il a laissés. Raphaël, secrétaire du maréchal
  d'Ancre, fut enveloppé dans sa disgrâce. (_Voyez_ le _Mercure
  français_, tom. 4, deuxième partie, pag. 205.)

  [375] _Variante du manuscrit_: «Les gens de notre maison ne se
  repentent jamais de leurs libéralités.»



LE CHEVALIER DE GUISE,

FRÈRE DU PRÉCÉDENT.


On dit que le chevalier de Guise allant un jour voir une dame à qui il
demanda s'il ne l'incommodoit point: «Non dit-elle, monsieur, je
m'entretenois avec mon _individu_.» Voilà un étrange style! Peu de
temps après, il se leva, et croyant que c'étoit quelque homme
d'affaires avec qui elle s'entretenoit: «Madame, lui dit-il, je ne
veux pas vous interrompre, vous pourrez, quand il vous plaira,
reprendre où vous en étiez avec votre _individu_.»

On dit qu'une fois qu'il vouloit entrer dans une chambre, et qu'il eut
dit que c'étoit le chevalier de Guise: «Mais il y a encore quelqu'un
avec vous.--Non, dit-il, je vous jure, nous ne sommes qu'un.»

Le chevalier se confessa une fois d'aimer une femme et d'en jouir. Le
confesseur, qui étoit un jésuite, dit qu'il ne lui donneroit point
l'absolution, s'il ne promettoit de la quitter. «Je n'en ferai rien,»
dit-il. Il s'obstina tant, que le Jésuite dit qu'il falloit donc aller
devant le Saint-Sacrement demander à Dieu qu'il lui ôtât cette
obstination; et, comme ce bon Père conjuroit le bon Dieu, avec le plus
grand zèle du monde, de déraciner cet amour du coeur du jeune prince,
le chevalier s'enfuyant le tira par la robe: «Mon père, mon père, lui
dit-il, n'y allez pas si chaudement; j'ai peur que Dieu ne vous
accorde ce que vous lui demandez.»

Le chevalier répondit pourtant fort bien à feu M. de Rohan, qui,
parlant de livres devant la Reine, dit que pour M. le chevalier de
Guise, il n'avoit pour tout livre que les Quatrains de Pibrac. «Il a
raison, dit-il, madame, c'est qu'il sait bien que je suis _juste et
droit et en toute saison_[376].»

  [376] Il y a dans les Quatrains:

     Sois juste et droit et en toute saison;
     De l'innocence prends en mais la raison.

Il étoit brave, beau, bien fait, et d'une bonne mine; et quoiqu'il eût
l'esprit fort court, sa maison, son air agréable, sa valeur et sa
bonté (car il étoit bienfaisant) le faisoient aimer de tout le monde.

Véritablement il tua un peu en prince, et à la manière de son frère
aîné[377], le baron de Lux[378] le père; car il ne lui donna pas le
temps de descendre de son carrosse, et ce bon homme avoit encore un
pied dans la portière. Il disoit que le baron s'étoit vanté d'avoir su
le dessein qu'avoit le Roi de faire tuer M. de Guise à Blois[379]. La
Reine-mère en fut terriblement irritée, et ne vouloit voir pas un de
sa race. Le baron étoit bien avec le maréchal d'Ancre, et de plus il
sembloit que messieurs de Guise voulussent faire entendre aux gens
qu'il n'étoit pas permis d'être participant d'aucun dessein contre la
grandeur de leur maison. Enfin cela s'apaisa. Pour le fils du baron de
Lux, il le tua de galant homme.

  [377] M. de Guise ne donna pas loisir à Saint-Paul de mettre
  l'épée à la main. (T.) C'est ce qu'on appelle un assassinat.

  [378] Edme de Malain, baron de Lux, lieutenant du Roi en
  Bourgogne.

  [379] Ce n'étoit qu'un prétexte; on vouloit se défaire à tout
  prix du baron de Lux. On lit de très-curieux détails sur cette
  affaire dans les _Mémoires de Fontenay-Mareuil_, tom. 50, pag.
  199 de la première série de la Collection des Mémoires relatifs à
  l'histoire de France.

Il se mit étourdiment sur un canon qu'on éprouvoit; le canon creva et
le tua.



LE BARON DU TOUR.


Le baron Du Tour n'étoit pas de si bonne maison qu'il le vouloit faire
accroire. Son grand-père ou son bisaïeul avoit changé le nom de
_Cochon_[380], qui étoit le nom d'un bourgeois de Reims dont il
sortoit, en celui de Maupas. Il a été ambassadeur en Angleterre. Mais
comme c'était un homme fort dévot, il en partit un jour _incognito_
pour se trouver à une dévotion de sa famille, et s'en retourna de
même. Il étoit grand aumônier. Tous les jours on lui mettoit cent sols
dans sa pochette, et quand il avoit tout donné, s'il rencontroit un
pauvre, il lui donnoit ou ses gants, ou son mouchoir, ou son cordon.
Il mourut dans l'habit de Saint-François, après avoir été surnommé _le
père des pauvres_, qui lui firent faire un tombeau à leurs dépens.
Cependant un homme comme je viens de le représenter se battoit en duel
à dépêche-compagnon. Il étoit brave au dernier point. Au siége
d'Amiens, je ne sais quel rodomont d'Espagnol envoya demander à faire
le coup de pistolet en présence du Roi. Le baron Du Tour se trouva là
tout armé et la visière baissée, et comme chacun se regardoit pour
attendre l'ordre du Roi, il monta à cheval, sans toucher les étriers,
et avant qu'on l'eût reconnu, l'Espagnol étoit à bas. Avant cela, il
fit belle peur à feu M. de Guise à Reims, car il mit l'épée à la main
pour défendre Saint-Paul, et sans quelqu'un qui l'arrêta, il alloit
venger son ami. L'évêque du Puy, ci-devant premier aumônier de la
Reine[381], et madame de Joyeuse de Champagne, dont nous parlerons
ailleurs, étoient ses enfants.

  [380] Il s'appeloit Cauchon, et il prit un surnom, comme c'étoit
  alors l'usage. Charles Cauchon de Maupas, baron Du Tour, étoit né
  en 1566. Son père étoit grand-fauconnier de Henri IV, lorsque ce
  prince n'étoit que roi de Navarre. Il devint conseiller d'État,
  et fut chargé de plusieurs ambassades. On a publié à Reims, en
  1638, quelque poésies du baron Du Tour.

  [381] Henri de Cauchon de Maupas Du Tour, évêque du Puy en 1641,
  fut transféré en 1661 à l'évêché d'Évreux. On a de lui une _Vie_
  de saint François de Sales et d'autres ouvrages.



M. DE VAUBECOURT.


Voici un homme qui ne ressemble pas trop au baron Du Tour. M. de
Vaubecourt de Champagne, grand-père de celui d'aujourd'hui, étoit
brave, mais cruel. Quand il prenoit des prisonniers, il les faisoit
tuer par son fils[382] qui n'avoit que dix ans, pour l'accoutumer de
bonne heure au sang et au carnage. Cela me fait souvenir d'un
gentilhomme d'auprès de Saumur, qui, quand il est bien en colère
contre quelque paysan, lui dit: «Je ne te veux pas battre, je ne te
battrois pas assez, mais je te veux faire battre par mon fils.» Ce
fils de M. de Vaubecourt en fut payé, car il eut une jambe emportée
devant Javarin en Hongrie.

  [382] Qui est gouverneur de Châlons et l'a été de Perpignan, et
  qui est lieutenant de roi des Trois-Évêchés. (T.)

Celui dont nous parlons étoit gouverneur de Châlons. Il rançonnoit
tous les villages et prenoit tant de chacun pour les exempter de gens
de guerre. Il mettoit familièrement des étiquettes sur des sacs qui
portoient le nom de chaque paroisse, avec un bordereau de ce qui lui
étoit encore dû. La maison-de-ville lui emprunta de l'argent, il
l'envoya, sans daigner ôter ces étiquettes. Le lieutenant de Châlons,
parlant un jour avec lui des désordres des gens de guerre, lui disoit
bonnement: «Monsieur, il y a long-temps qu'on en use ainsi. Vous
souvient-il d'un régiment que vous aviez en votre jeunesse, qu'on
appeloit _happe-tout_?» Il aimoit si fort l'argent, qu'un peu avant de
mourir, il se fit apporter tout son or sur son lit, et disoit en
passant les mains dedans: «Hélas! faut-il que je vous quitte[383]!» Sa
femme étoit dévote, et, croyant faire quelque chose pour le salut de
son mari, comme il étoit en pamoison, elle lui fit vêtir l'habit de
Saint-François. Quand il revint et qu'il se trouva en cet habit, il se
mit à renier comme un diable, et disoit: «Voulez-vous que j'aille en
paradis en masque?» et trépassa en ce bon état.

  [383] Ceci rappelle les regrets que Brienne fait si bien exprimer
  au cardinal Mazarin dans sa dernière maladie. (_Mémoires de
  Brienne_, 1828, tom. 2, pag. 127.)



ROCHER PORTAIL.


Rocher Portail s'appeloit en son nom Gilles Ruelland; il étoit natif
d'Antrain, village distant de six lieues de Saint-Malo. Il servoit un
nommé Ferrière, marchand de toiles à faire des voiles de navires[384],
et ne faisoit autre chose que de conduire deux chevaux qui portoient
ces voiles à une veuve de Saint-Malo, associée à Ferrière.

Il disoit que la première fois qu'il mit des souliers à ses pieds (il
avoit pourtant de l'âge), il en étoit si embarrassé qu'il ne savoit
comment marcher. Comme il étoit naturellement ménager, il épargnoit
toujours quelque chose, et son maître ayant pris une sous-ferme des
impôts et billons de quelque partie de l'évêché de Saint-Malo, lui et
quelques-uns de ses camarades sous-affermèrent quelques hameaux. Il
n'avoit garde de se tromper, car il savoit, à une pinte près, ce qu'on
buvoit en chaque village de cette sous-ferme, soit de cidre, soit de
vin.

Son maître vint à mourir. Lui se maria en ce temps-là avec la fille
d'une fruitière de Fougères, femme-de-chambre de madame d'Antrain. La
veuve associée de son maître, considérant que M. de Mercoeur tenoit
encore la Bretagne et que M. de Montgommery, qui étoit du parti du
Roi, avait Pontorson, conseille à Gilles Ruelland de faire trafic
d'armes et de tâcher d'avoir passe-ports des deux partis. Elle prend
trois cents écus qu'il avoit amassés et lui donne des armes pour cela.
En peu de temps il y gagna quatre mille écus; mais la paix s'étant
faite, il fallut changer de métier. Il disoit en contant sa fortune,
car il n'étoit point glorieux, que quand il se vit ces quatre mille
écus, il croyoit, tant il étoit aise, que le Roi n'étoit pas son
cousin.

  [384] On appelle ces toiles de la noyale. (T.) Elles prennent
  leur nom de Noyal-sur-Vilaine, bourg situé auprès de Vitré, où on
  les fabrique.

Il arriva en ce temps-là que des gens de Paris ayant pris la ferme des
impôts et billons, on leur donna avis qu'il y falloit intéresser
Rocher Portail, qu'il connoissoit jusques aux moindres hameaux des
neufs évêchés. Pour lui, il a avoué depuis ingénument qu'on lui
faisoit bien de l'honneur; qu'à la vérité, pour Rennes et Saint-Malo,
il en savoit tout ce qu'on peut en savoir, et un peu de Nantes; mais
que pour le reste il n'en avoit connaissance aucune. Il s'abouche avec
ces gens-là: «Vous êtes quatre, leur dit-il, je veux un cinquième au
profit et non à la perte, mais je ferai toutes les poursuites à mes
dépens.» Ils en tombèrent d'accord. En moins de quatre ans, il les
désintéressa tous et demeura seul. Il eut ces fermes-là vingt-quatre
ans durant, au même prix, et, au bout de ces vingt-quatre ans, on y
mit six cent mille livres d'enchère, qui fut couverte par lui.
Regardez quel gain il pouvoit y avoir fait. Il fit encore plusieurs
autres bonnes affaires, car il étoit aussi de tout. Il portoit
toujours beaucoup d'or sur lui, et avoit toujours quatre pochettes. Il
récompensoit libéralement tous ceux qui lui donnoient avis de quelque
chose.

Avec cela il étoit heureux. En voici une marque. Il alla à Tours, où
le Roi étoit. A peine y fut-il que des gens de Lyon le viennent
trouver, lui disent qu'ils pensoient à une telle affaire, qu'ils
n'ignoroient pas que, s'il vouloit y penser, il l'empêcheroit, mais
qu'il leur feroit un grand préjudice, et, pour le dédommager, ils lui
offroient dix mille écus. La vérité est qu'il n'y pensoit pas, mais il
feignit d'être venu pour cela à la cour, et ne les en quitta pas à
moins de trente mille écus.

On l'appela Rocher Portail, du nom de la petite terre qu'il acheta et
où il fit bâtir. Il acquit encore la baronie de Tressan et la terre de
Montaurin. Il laissa deux garçons, et plusieurs filles toutes bien
mariées. La dernière eut cinq cent mille livre en mariage, et épousa
M. de Brissac, dont nous parlerons ailleurs[385]. Il mourut un peu
avant le siége de La Rochelle. C'étoit un homme de bonne chère et aimé
de tout le monde. Le Pailleur[386], à qui Rocher Portail a conté tout
ce que je viens d'écrire, dit que cet homme, malgré toute son
opulence, avoit encore quelques bassesses qui lui étoient restées de
sa première fortune; car, dans une lettre qu'il écrivoit à sa femme,
qu'elle donna à lire au Pailleur (Rocher Portail n'avoit appris à lire
et à écrire que fort tard, et il faisoit l'un et l'autre
pitoyablement), il parloit d'un veau qu'il vouloit vendre et d'autres
petites choses indignes de lui.

  [385] François de Cossé, duc de Brissac, mort le 3 décembre 1651,
  avoit épousé Guyonne Ruelan, fille de Gilles, sieur du Rocher
  Portail, et de Françoise de Miolaix. De ce mariage sont sortis
  les ducs de Brissac et les comtes de Cossé.

  [386] _Voyez_ dans l'article de la maréchale de Thémines, des
  détails curieux sur Le Pailleur.

Il y avoit en ce temps un tanneur, Le Clerc, à Meulan, où il y a
d'excellentes tanneries, qui devint aussi prodigieusement riche, sans
prendre aucune ferme du Roi, car il ne se mêla jamais que de son
métier et de vendre des bestiaux.

Il se nommait Nicolas Le Clerc, et, quoiqu'il se fût fait enfin
secrétaire du Roi, on ne l'appela jamais autrement. Il maria une de
ses filles à M. de Sanceville, président à mortier au parlement de
Paris; une autre à M. Des Hameaux, premier président de la chambre des
comptes de Rouen; et les autres de même. Il laissa un fils fort riche,
qu'on appela M. de Lesseville, d'une terre auprès de Meulan, que le
père avoit achetée. Il étoit maître des comptes, à Paris, et est mort
depuis peu; il avoit soixante mille livres de rente.



LE CONNÉTABLE DE LUYNES[387],

M. ET MADAME DE CHEVREUSE ET M. DE LUYNES.


M. le connétable de Luynes étoit d'une naissance fort médiocre. Voici
ce qu'on en disoit de son temps[388]. En une petite ville du Comtat
d'Avignon, il y avoit un chanoine nommé Aubert[389]. Ce chanoine eut
un bâtard qui porta les armes durant les troubles. On l'appeloit le
capitaine Luynes, à cause peut-être de quelque chaumière qui se
nommoit ainsi. Ce capitaine Luynes étoit homme de service. Il eut le
gouvernement du Pont-Saint-Esprit, puis de Beaucaire, et mena deux
mille hommes des Cévennes à M. d'Alençon en Flandre. Au lieu de
_Aubert_, il signa _d'Albert_. Il fit amitié avec un gentilhomme de
ces pays-là nommé Contade, qui connoissoit M. le comte Du Lude[390],
grand-père de celui d'aujourd'hui, fit en sorte que le fils aîné de ce
capitaine Luynes fut reçu page de la chambre, sous M. de Bellegarde.
Après avoir quitté la livrée, ce jeune garçon fut ordinaire[391] chez
le Roi. C'était quelque chose de plus alors que ce n'est à cette
heure. Il aimoit les oiseaux et s'y entendoit. Il s'attachoit fort au
Roi, et commença à lui plaire en dressant des pies-grièches.

  [387] Charles d'Albert, duc de Luynes, né le 5 août 1578, mort le
  14 décembre 1621.

  [388] On lit des détails analogues à ceux que donne Tallemant,
  dans les Mémoires du cardinal de Richelieu, sous l'année 1614.
  (V. ces _Mémoires_, t. 10, pag. 354 et tom. 21 _bis_, pag. 212,
  de la 2e série de la Collection des Mémoires relatifs à
  l'histoire de France.) Cette partie de Mémoires, sous le titre de
  l'_Histoire de la mère et du fils_, a été publiée à Amsterdam,
  comme l'ouvrage de Mézerai. M. Monmerqué possède un manuscrit de
  ce dernier ouvrage en 2 vol. in-4º, qui porte de nombreuses
  corrections de la main du cardinal. Il est intitulé: _l'Histoire
  de la mère et du fils, c'est-à-dire de Marie de Médicis, femme du
  grand Henri et mère de Louis XIII_. La maison de Luynes a la
  prétention de descendre d'une famille Alberti de Florence. On
  peut voir dans le Moreri tout l'échafaudage généalogique qui a
  été dressé pour établir les temps fabuleux de cette maison.
  L'opinion commune, conforme à celle des contemporains, est que le
  connétable de Luynes étoit un fort petit gentilhomme. On peut
  voir aussi, sur les commencements de sa fortune, les Mémoires de
  Fontenay-Mareuil, tom. 50, p. 131, de la 1re série des Mémoires
  relatifs à l'histoire de France.

  [389] Suivant le cardinal Richelieu, ce chanoine s'appeloit
  Guillaume Ségur, et _Aubert_ ou _Albert_ étoit le nom de la
  concubine.

  [390] C'est ce qui fut cause que le comte Du Lude, après M. de
  Brèves, fut gouverneur de M. d'Orléans; puis le maréchal d'Ornano
  le fut, et ensuite M. de Bellegarde eut soin de sa conduite, sans
  qualité de gouverneur. (T.)

  [391] Ordinaire, c'est-à-dire gentilhomme ordinaire de la chambre
  du Roi.

La Reine-mère et le maréchal d'Ancre, qui avoient éloigné le grand
prieur de Vendôme, et ensuite le commandeur de Souvré[392]
d'aujourd'hui, puis Montpouillun, fils du maréchal de La Force, parce
que le Roi leur avoit témoigné de la bonne volonté, ne se défièrent
point de ce jeune homme qui n'étoit point de naissance.

  [392] Jacques de Souvré, fils de Gilles de Souvré, maréchal de
  France. Il devint grand-prieur de France, en 1667. C'est lui qui
  a fait bâtir le palais du Temple. Le nom de cette maison
  s'écrivoit _Souvré_, nous avons sous les yeux une quittance
  signée par le maréchal; mais il est souvent écrit _Souvray_ dans
  les Mémoires du temps.

Il avoit deux frères avec lui. L'un se nommoit Brante, et l'autre
Cadenet. Ils étoient tous trois beaux garçons. Cadenet, depuis duc de
Chaulnes et maréchal de France, avoit la tête belle et portoit une
moustache que l'on a depuis appelée une _cadenette_. On disoit qu'à
tous trois ils n'avoient qu'un bel habit qu'ils prenoient tour à tour
pour aller au Louvre, et qu'ils n'avoient aussi qu'un bidet. Leur
union cependant a fort servi à leur fortune.

M. de Luynes fit entreprendre au Roi de se défaire du maréchal
d'Ancre, afin de l'engager à pousser la Reine sa mère; mais le Roi
avoit si peur, et peut-être son favori aussi, car on ne l'accusoit pas
d'être trop vaillant, ni ses frères non plus, qu'on fit tenir des
chevaux prêts pour s'enfuir à Soissons, en cas qu'on manquât le coup.

On chantoit entre autres couplets celui-ci contre eux:

     D'enfer le chien à trois têtes
     Garde l'huis avec effroi,
     En France trois grosses bêtes
     Gardent d'approcher le Roi.

De Luynes, tout puissant, épouse mademoiselle de Montbazon, depuis
madame de Chevreuse[393]: Le vidame d'Amiens, qui pouvoit faire
épouser à sa fille, héritière de Pequigny, M. le duc de Fronsac, fils
du comte de Saint-Paul, aima mieux, par une ridicule ambition, la
donner à Cadenet, et le prince de Tingry donna sa fille à Brante,
qu'on appela depuis cela M. de Luxembourg. Il mourut jeune.

  [393] Marie de Rohan, morte le 12 août 1679.

On dit que le connétable disoit, allant faire la guerre aux Huguenots,
qu'au retour il apprendroit l'art militaire de la guerre. M. de
Chaulnes, à Saint-Jean-d'Angeli, s'arma d'armes si pesantes qu'on
disoit qu'il lui avoit fallu donner des potences pour marcher.

Le connétable logeoit au Louvre, et sa femme aussi. Le Roi étoit fort
familier avec elle, et ils badinoient assez ensemble; mais il n'eut
jamais l'esprit de faire le connétable cocu. Il eût pourtant fait
grand plaisir à toute la cour, et elle en valoit bien la peine. Elle
étoit jolie, friponne, éveillée, et qui ne demandoit pas mieux. Une
fois elle fit une grande malice à la Reine. Ce fut durant les guerres
de la religion, à un lieu nommé Moissac, où la Reine ni elle n'avoient
pu loger, à cause de la petitesse du château. Madame la connétable,
qui prenoit plaisir à mettre martel en tête à madame la Reine, un jour
qu'elle y étoit allée avec elle, dit qu'elle vouloit y demeurer à
coucher. «Mais il n'y a point de lits, dit la Reine.--Hé! le Roi n'en
a-t-il pas un, répondit-elle, et M. le connétable un autre?» En effet,
elle y demeura, et la Reine non. Et quand la Reine passa sous les
fenêtres du château, en s'en allant, car on faisoit un grand tour
autour de la montagne où ce château est situé, elle lui cria: «Adieu,
madame, adieu, pour moi je me trouve fort bien ici[394].»

  [394] Marie de Rohan, duchesse de Luynes, étoit surintendante de
  la maison de la Reine; devenue veuve en 1621, elle se remaria
  avec le duc de Chevreuse, sous le nom duquel elle est célèbre par
  ses intrigues, et surtout par l'amitié dont Anne d'Autriche
  l'honora. Celle-ci pouvoit bien avoir ses motifs de ne concevoir
  aucune inquiétude des empressements du Roi pour la belle
  connétable. Nous lisons, t. 13, p. 633, du Recueil manuscrit de
  Conrart (Bibliothèque de l'Arsenal, 902, in-fol.), que Louis XIII
  disant à madame de Chevreuse qu'il aimoit ses maîtresses de la
  ceinture en haut, elle lui répondit: «Sire, elles se ceindront
  donc comme Gros Guillaume: au milieu des cuisses.»

Le connétable avoit fait venir de son pays un jeune homme, fils d'un
je ne sais qui, nommé d'Esplan, qui servoit à porter l'arbalète au
Roi. Enfin il fit si bien qu'il devint marquis de Grimault. C'est une
terre de considération du domaine du Roi en Provence. Il épousa
mademoiselle de Mauran de La Baulme, dont il n'eut point d'enfants. Il
étoit quasi aussi bien que les Luynes avec le Roi. Ils firent aussi
venir Modène et Des Hagens. Le connétable eut deux enfants, M. de
Luynes d'aujourd'hui, et une fille qui est fort avant dans la
dévotion[395].

  [395] Anne-Marie de Luynes, morte sans alliance.

Au bout d'un an et demi, madame la connétable se maria avec M. de
Chevreuse[396]. C'était le second de messieurs de Guise et le mieux
fait de tous les quatre. Le cardinal étoit plus beau, mais M. de
Chevreuse étoit l'homme de la meilleure mine qu'on pouvoit voir; il
avoit de l'esprit passablement, et on dit que pour la valeur on n'en a
jamais vu une plus de sang-froid. Il ne cherchoit point le péril,
mais, quand il y étoit, il y faisoit tout ce qu'on y pouvoit faire. Au
siége d'Amiens, comme il n'étoit encore que prince de Joinville, son
gouverneur ayant été tué dans la tranchée, il se mit sur le lieu à le
fouiller, et prit ce qu'il avoit dans ses pochettes.

  [396] Claude de Lorraine, né le 5 juin 1578, mort le 24 janvier
  1657.

Il gagna bien plus avec la maréchale de Fervaques[397]. Cette dame
étoit veuve, sans enfants, et riche de deux cent mille écus. M. de
Chevreuse fit semblant de la vouloir épouser; elle en devint amoureuse
sur cette espérance, car c'étoit une honnête femme, et s'en laissa
tellement empaulmer, qu'elle lui donnoit tantôt une chose, tantôt une
autre, et enfin elle le fit son héritier. Il envoya son corps par le
messager au lieu de sa sépulture.

  [397] Le mari de cette dame, pour guérir une religieuse possédée,
  lui fit donner un lavement d'eau-bénite. Elle étoit d'Allègre.
  (T.)

Quand on fit le mariage de la reine d'Angleterre[398], on choisit M.
de Chevreuse pour représenter le roi de la Grande-Bretagne, parce
qu'il étoit son parent fort proche, qu'il avoit, comme j'ai dit, fort
bonne mine, et que madame de Chevreuse avoit toutes les pierreries de
la maréchale d'Ancre. Elle accompagna la Reine en Angleterre; Milord
Rich, depuis comte Holland, l'avoit cajolée ici en traitant du
mariage. C'était un fort bel homme, mais sa beauté avoit je ne sais
quoi de fade. Elle disoit des douceurs de son galant et de celles de
Buckingham pour la Reine, que ce n'étoit pas qu'ils parlassent
d'amour, et qu'on parloit ainsi en leur pays à toutes sortes de
personnes. Quand elle fut de retour d'Angleterre, le cardinal de
Richelieu s'adressa à elle dans le dessein qu'il avoit d'en conter à
la Reine; mais elle s'en divertissoit. J'ai ouï dire qu'une fois elle
lui dit que la Reine seroit ravie de le voir vêtu de toile d'argent
gris de lin[399]. Il s'éloigna, voyant qu'elle se moquoit de lui.
Après elle revint, et Monsieur disoit qu'on l'avoit fait venir pour
donner plus de moyens à la Reine de faire un enfant.

  [398] Henriette-Marie de France, fille de Henri IV, qui épousa
  Charles Ier.

  [399] Suivant le comte de Brienne, les caprices de la Reine
  allèrent plus loin que de vouloir voir le cardinal _vêtu de toile
  d'argent gris de lin_. «La princesse, dit-il, et sa confidente
  (_madame de Chevreuse sans aucun doute_) avoient en ce temps
  l'esprit tourné à la joie pour le moins autant qu'à l'intrigue.
  Un jour qu'elles causoient ensemble et qu'elles ne pensoient qu'à
  rire aux dépens de l'amoureux cardinal: «Il est passionnément
  épris, madame, dit la confidente, je ne sache rien qu'il ne fît
  pour plaire à Votre Majesté. Voulez-vous que je vous l'envoie un
  soir, dans votre chambre, vêtu en baladin; que je l'oblige à
  danser ainsi une sarabande; le voulez-vous? il y viendra.--Quelle
  folie!» dit la princesse. Elle étoit jeune, elle étoit femme,
  elle étoit vive et gaie; l'idée d'un pareil spectacle lui parut
  divertissante. Elle prit au mot sa confidente, qui fut, du même
  pas, trouver le cardinal. Ce grand ministre, quoiqu'il eût dans
  la tête toutes les affaires de l'Europe, ne laissoit pas en même
  temps de livrer son coeur à l'amour. Il accepta ce singulier
  rendez-vous: il se croyoit déjà maître de sa conquête; mais il en
  arriva autrement. Boccau, qui étoit le Baptiste d'alors, et
  jouoit admirablement du violon, fut appelé. On lui recommanda le
  secret: de tels secrets se gardent-ils? c'est donc de lui qu'on a
  tout su. Richelieu étoit vêtu d'un pantalon de velours vert: il
  avoit à ses jarretières des sonnettes d'argent; il tenoit en
  mains des castagnettes, et dansa la sarabande que joua Boccau.
  Les spectatrices et le violon étoient cachés, avec Vautier et
  Beringhen, derrière un paravent d'où l'on voyoit les gestes du
  danseur. On rioit à gorge déployée; et qui pourroit s'en
  empêcher, puisqu'après cinquante ans, j'en ris encore moi-même?»
  (_Mémoires de Brienne_, 1828, t. 1, p. 274-6.)

Elle se mit aussi à cabaler avec M. de Châteauneuf, qui étoit amoureux
d'elle. C'étoit un homme tout confit en galanterie. Il avoit bien fait
des folies avec madame de Pisieux. Il devoit beaucoup. Il n'en fit pas
moins pour madame de Chevreuse. En voyage, on le voyoit à la portière
du carrosse de la Reine, où elle étoit, à cheval, en robe de satin, et
faisant manége. Il n'y avoit rien de plus ridicule. Le cardinal en
avoit des jalousies étranges, car il le soupçonnoit d'en vouloir aussi
à la Reine, et ce fut cela plutôt qu'autre chose, qui le fit mener
prisonnier à Angoulême, où il ne fut guère mieux traité que son
prédécesseur, le garde-des-sceaux de Marillac. Madame de Chevreuse fut
reléguée à Dampierre, d'où elle venoit déguisée, comme une demoiselle
crottée, chez la Reine, entre chien et loup. La Reine se retiroit dans
son oratoire; je pense qu'elles en contoient bien du cardinal et de
ses galanteries. Enfin elle en fit tant que M. le cardinal l'envoya à
Tours, ou le vieil archevêque, Bertrand de Chaux, devint amoureux
d'elle. Il étoit d'une maison de Basque. Ce bon homme disoit toujours
_ainsin_ comme cela. Il n'étoit pas ignorant. Il aimoit fort le jeu.
Son anagramme étoit chaud brelandier[400]. Madame de Chevreuse dit
qu'un jour, à la représentation de la _Marianne_ de Tristan, elle lui
dit: «Mais, monseigneur, il me semble que nous ne sommes point touchés
de la Passion comme de cette comédie.--Je crois bien, madame,
répondit-il; c'est histoire ceci, c'est histoire. Je l'ai lu dans
Josèphe.»

  [400] C'est un sobriquet jouant sur le nom de l'archevêque; mais
  comme anagramme, il seroit inexact.

Elle souffroit qu'il lui donnât sa chemise quand il se trouvoit à son
lever. Un jour qu'elle avoit à lui demander quelque chose: «Vous
verrez qu'il fera tout ce que je voudrai, je n'ai, disoit-elle, qu'à
lui laisser toucher ma cuisse à table.» Il avoit près de quatre-vingts
ans. Il dit quand elle fut partie, car il parloit fort mal: «Voilà où
elle _s'assisa_ en me disant adieu, et où elle me dit quatre paroles
qui _m'assommèrent_.» On trouva après sa mort dans ses papiers un
billet déchiré de madame de Chevreuse, de vingt-cinq mille livres
qu'il lui avoit prêtées.

Ce bon homme pensa être cardinal; mais le cardinal de Richelieu
l'empêcha. Il disoit: «Si le Roi eût été en faveur, j'étois cardinal.»

Comme madame de Chevreuse étoit à Tours, quelqu'un, en la regardant,
dit: «Oh! la belle femme! je voudrois bien l'avoir......!» Elle se mit
à rire, et dit: «Voilà de ces gens qui aiment besogne faite.» Un jour,
environ vers ce temps-là, elle étoit sur son lit en goguettes, et
elle demanda à un honnête homme de la ville: «Or çà, en conscience,
n'avez-vous jamais fait faux-bond à votre femme?--Madame, lui dit cet
homme, quand vous m'aurez dit si vous ne l'avez point fait à monsieur
votre mari, je verrai ce que j'aurai à vous répondre.» Elle se mit à
jouer du tambour sur le dossier de son lit, et n'eut pas le mot à
dire. J'ai ouï conter, mais je ne voudrois pas l'assurer, que par
gaillardise elle se déguisa un jour de fête en paysanne, et s'alla
promener toute seule dans les prairies. Je ne sais quel ouvrier en
soie la rencontra. Pour rire elle s'arrête à lui parler, faisant
semblant de le trouver fort à son goût; mais ce rustre, qui
n'entendoit point de finesse, la culbuta fort bien, et on dit qu'elle
passa le pas, sans qu'il en soit arrivé jamais autre chose.

Le cardinal de Richelieu demanda à M. de Chevreuse s'il répondoit de
sa femme: «Non, dit-il, tandis qu'elle sera entre les mains du
lieutenant criminel de Tours, Saint-Julien.» C'étoit celui qui l'avoit
portée à se séparer de biens d'avec son mari; car M. de Chevreuse
faisoit tant de dépenses qu'il a fait faire une fois jusqu'à quinze
carrosses pour voir celui qui seroit le plus doux.

Le cardinal envoya donc un exempt pour la mener dans la tour de
Loches. Elle le reçut fort bien, lui fit bonne chère, et lui dit
qu'ils partiroient le lendemain. Cependant la nuit elle eut des habits
d'homme pour elle et pour une demoiselle, et se sauva avant jour à
cheval. Le prince de Marsillac, aujourd'hui M. de La Rochefoucauld,
fut mis dans la Bastille pour l'avoir reçue une nuit chez lui. M.
d'Epernon lui donna un vieux gentilhomme pour la conduire jusqu'à la
frontière d'Espagne[401]. Dans les informations qu'en fit faire le
président Vigner, il y a, entre autres choses, que les femmes de
Gascogne devenoient amoureuses de madame de Chevreuse[402]. Une fois
dans une hôtellerie, la servante la surprit sans perruque. Cela la fit
partir avant jour. Ses _drogues_ lui prirent un jour, on fit accroire
que c'étoit un gentilhomme blessé en duel. Un Anglois nommé Craft,
qu'elle avoit toujours eu avec elle depuis le voyage d'Angleterre,
parut quelques jours après son évasion à Tours. On croyoit qu'il
l'avoit accompagnée, car cet homme avoit de grandes privautés avec
elle, et on ne comprenoit pas quels charmes elle y trouvoit. Elle
passa ainsi en Espagne. On fit un couplet de chanson où on la faisoit
parler à son écuyer[403]:

          La Boissière, dis-moi,
          Vas-je pas bien en homme?
          Vous chevauchez, ma foi,
          Mieux que tant que nous sommes.
              Elle est
          Au régiment des gardes,
            Comme un cadet.

  [401] Ceci se passoit en 1687, époque à laquelle La Porte,
  porte-manteau de la Reine, soupçonné d'avoir servi
  d'intermédiaire aux correspondances de cette princesse, fut mis à
  la Bastille. (_Voyez_ les _Mémoires de La Porte_, tom. 59 de la
  deuxième série des Mémoires relatifs à l'histoire de France.)

  [402] Nous lisons l'épisode suivant de la fuite de la duchesse
  dans le Recueil précité de Conrart: «Étant arrivée un soir proche
  des Pyrénées, en un lieu où il n'y avoit de logement que chez le
  curé, qui encore n'avoit que son lit, elle lui dit qu'elle étoit
  si lasse qu'il falloit qu'elle se couchât pour se reposer:
  parlant néanmoins comme si elle eût été un cavalier; et le curé
  contestant et disant qu'il ne quitteroit point son lit; enfin ils
  convinrent qu'ils s'y coucheroient tous trois ensemble, ce qui se
  fit en effet. Le matin les deux cavaliers remontèrent à cheval,
  et la duchesse de Chevreuse, en partant, donna au curé un billet
  par lequel elle l'avertissoit qu'il avoit couché la nuit avec la
  duchesse de Chevreuse et sa fille, et qu'il se souvînt que s'il
  n'avoit pas usé de son avantage, ce n'étoit pas à elles qu'il
  avoit tenu.»

  [403] Sur l'air de la belle Piémontaise dont la reprise est:

           Elle est
     Au régiment des gardes
       Comme un cadet. (T.)

Avant ce voyage d'Espagne, elle en avoit fait un en Lorraine. En moins
de rien elle brouilla toute la cour, et ce fut elle qui donna
commencement au mauvais ménage du duc Charles[404] et de la duchesse
sa femme, car le duc étant devenu amoureux d'elle, et lui ayant donné
un diamant qui venoit de sa femme, et que sa femme connoissoit fort
bien, elle l'envoya le lendemain à la duchesse.

  [404] Charles de Lorraine, duc de Guise.

Revenons à M. de Chevreuse. Quoique endetté, sa table, son écurie, ses
gens ont toujours été en bon état. Il a toujours été propre. Il étoit
devenu fort sourd et pétoit à table, même sans s'en apercevoir. Quand
il fit ce grand parc à Dampierre, il le fit à la manière du bonhomme
d'Angoulême; il enferma les terres du tiers et du quart: il est vrai
que ce ne sont pas trop bonnes terres; et, pour apaiser les
propriétaires, il leur promit qu'il leur en donneroit à chacun une
clef, qu'il est encore à leur donner.

Il avoit là un petit sérail; à Pâques, quand il falloit se confesser,
le même carrosse qui alloit quérir le confesseur, emmenoit les
mignonnes et les reprenoit en ramenant le confesseur. Il avoit je ne
sais quel brasselet où il y avoit, je pense, dedans quelque petite
toison. Il le montroit à tout le monde, et disoit: «J'ai si bien fait
à ces pâques, que j'ai conservé mon brasselet.» Il avoit soixante-dix
ans quand il faisoit cette jolie petite vie, qu'il a continuée
jusqu'à la mort.

Je ne sais quel homme d'affaires d'auprès Saint-Thomas-du-Louvre ayant
été rencontré par des voleurs, leur promit, parce qu'il n'avoit point
d'argent sur lui, de leur donner vingt pistoles. Ils y envoyèrent,
mais il leur donna plus d'or faux que de bon. Or, M. de Chevreuse,
dont l'hôtel est dans la rue Saint-Thomas, un soir, après souper,
allant seul à pied avec un page chez je ne sais quelle créature, là
auprès, où il avoit accoutumé d'aller, prit, sans y songer, une porte
pour l'autre, et heurta chez cet homme, qui, craignant que ce ne
fussent ses filoux, se mit à crier: Aux voleurs! Le bourgeois sort; on
alloit charger M. de Chevreuse, s'il n'eût eu son ordre. Quelques-uns
pourtant veulent qu'à la chaude il ait eu quelque horion. Pour moi, je
doute fort de ce conte.

Comme il se portoit fort bien, quoiqu'il eût quatre-vingts ans, il
disoit toujours qu'il vivroit cent ans pour le moins. Il eut pourtant
une grande maladie bientôt après, dans laquelle il fut attaqué
d'apoplexie. Au sortir de ce mal, il disoit qu'il en étoit revenu
aussi gaillard qu'à vingt-cinq ans. Il traita en ce temps-là avec M.
de Luynes, fils de sa femme, et lui céda tout son bien, à condition
qu'il lui donneroit tant de pension par an, de lui fournir tant pour
payer ses dettes, et il voulut avoir une somme de dix mille livres
tous les ans pour ses mignonnes. Il aimoit plus la bonne chère que
jamais. Sa fille de Jouarre ayant envoyé savoir de ses nouvelles, il
lui manda que sur toutes choses il lui recommandoit de faire bonne
chère et de la faire faire aussi à ses religieuses[405]. Il
n'attendoit, disoit-il, que le bout de l'an pour traiter ses médecins
qui l'avoient menacé d'une rechute, en ce temps-là, comme c'est
l'ordinaire. Mais il ne fut pas en peine de les convier, car il mourut
comme on le lui avoit prédit.

  [405] Henriette de Lorraine-Chevreuse, abbesse de Jouarre, née en
  1631, morte en 1694. Elle avoit servi d'intermédiaire à Anne
  d'Autriche pour les correspondances que cette Reine entretenoit
  avec la maison de Lorraine. (_Voyez_ les _Mémoires de La Porte_,
  tom. 59, pag. 335 de la deuxième série de la Collection des
  Mémoires relatifs à L'histoire de France.)



M. LE DUC DE LUYNES[406].


M. le duc de Luynes ne ressemble à sa mère en aucune chose. Il a
furieusement dégénéré. Il fut marié de bonne heure avec la fille d'un
Seguier[407], qui portoit le nom de Soret, d'une terre auprès d'Anet,
et madame de Rambouillet disoit, voyant la fille unique de cet homme
épouser le duc de Luynes: «Faut-il que le connétable de Luynes n'ait
fait tout ce qu'il a fait que pour la fille de Soret[408]?»

  [406] Louis-Charles d'Albert, duc de Luynes, né le 25 décembre
  1620, mort le 10 octobre 1690. On a de lui beaucoup d'ouvrages
  ascétiques, dont on trouve l'indication dans le _Dictionnaire des
  ouvrages anonymes_ de Barbier, tom. 4, _tables_, pag. 379, Paris,
  1827.

  [407] Louise-Marie Seguier, marquise d'O, fille unique de Pierre
  Seguier, maître des requêtes, marquis de Soret.

  [408] Elle avoit raison de parler ainsi, car cet homme étoit le
  plus indigne de vivre qui fut jamais. Il avoit été conseiller au
  parlement. Son père étoit mort président à mortier; mais il
  quitta la robe et prit l'épée, lui qui n'étoit qu'un poltron. Il
  épousa la fille du procureur-général de La Guesle, de cet homme
  qui pensa mourir de regret d'avoir introduit, quoique
  innocemment, le moine qui tua Henri III[408-A]. Or, M. de La Guesle
  étoit gentilhomme et avoit un frère qui parvint à commander le
  régiment de Champagne. C'étoit beaucoup en ce temps-là. Cet homme
  fit quelque fortune et acheta le marquisat d'O. Il n'avoit point
  d'enfants. Madame de Soret étoit une de ses héritières, car elle
  avoit une soeur. Soret, d'impatience d'avoir le bien de cet
  homme, le chicana en toutes choses, et enfin lui fit tirer un
  coup d'arquebuse, comme il revenoit de Saint-André, dont un
  gentilhomme qui étoit avec lui fut tué. On avéra que Soret avoit
  fait le coup. Mais l'oncle de sa femme ne le voulut pas perdre,
  et même, Soret étant mort, il fit madame de Soret son héritière,
  et la terre d'O lui vint. Depuis on l'appela la marquise d'O.
  (T.)

    [408-A] Voyez la _Lettre d'un des premiers officiers de la cour
    du Parlement, écrite à un de ses amis sur le sujet de la mort du
    Roi, dans le Recueil de pièces servant à l'histoire de Henri
    III_; Cologne, P. du Marteau, 1663, page 141. On regrette de ne
    point trouver cette lettre à la suite du _Journal de Henri III_
    dans la Collection des Mémoires relatifs à l'Histoire de France.

J'ai vu un roman de la façon de cette femme. Madame de Luynes ne vécut
guère: elle mourut en couches (en 1651). Elle et son mari étoient
également dévots. Ils donnoient beaucoup aux pauvres. Les Jansénistes
faisoient tout chez eux. Il y a eu un Père Magneux, à Luynes-Maillé,
auprès de Tours, qui faisoit enrager tout le monde. Madame de Luynes
envoya un jour ordre aux officiers de faire vider de la duché toutes
les femmes de mauvaise vie. Les officiers lui mandèrent que pour eux,
ils ne les discernoient point d'avec les autres, et que, si elle
savoit quelque marque pour les connoître, qu'elle prît la peine de le
leur mander. Il a couru le bruit qu'il se faisoit des miracles à son
tombeau; que son mari et elle se levoient la nuit pour prier Dieu.
Depuis la mort de sa femme, M. de Luynes a mis ses enfants entre les
mains d'une mademoiselle Richer, grande Janséniste, et a pris le
mari, avocat au parlement, pour son intendant. Lui est comme hors du
monde, et a acheté une maison proche de Port-Royal-des-Champs, où il
est presque toujours[409].

  [409] Le duc de Luynes, sans doute après que Tallemant eut écrit
  cet article, convola en secondes noces avec Anne de Rohan, dont
  il eut, comme de sa première femme, un très-grand nombre
  d'enfants; et après la mort de celle-ci, il épousa en troisièmes
  noces Marguerite d'Aligre.



LE MARÉCHAL D'ESTRÉES[410].


Le maréchal d'Estrées est le digne frère de ses six soeurs, car ça
toujours été un homme dissolu et qui n'a jamais eu aucun scrupule. On
dit même qu'il avoit couché avec toutes six. Étant encore marquis de
Coeuvres, il pensa être assassiné à la croix du Trahoir[411] par le
chevalier de Guise, qui étoit accompagné de quatre hommes. Le marquis
sauta du carrosse et mit l'épée à la main. On y courut, et il ne fut
point blessé. On lui donna à commander quelques troupes dans la
Valteline; je crois qu'il étoit en Italie en ce temps-là, et que, le
trouvant tout porté, on se servit de lui. Il battit le comte Bagni,
qui commandoit les troupes du pape. C'est ce Bagni qui étoit encore
nonce ici, il n'y a que deux ans. Pour cet exploit, la Reine-mère le
fit maréchal de France. Un peu devant, on n'avoit pas voulu le faire
chevalier de l'Ordre. Après il alla échouer contre une hôtellerie
fortifiée. Ce n'est pas un grand guerrier. Son grand-père étoit
huguenot, et comme Catherine de Médicis faisoit difficulté de lui
donner emploi à cause de cela, il lui fit dire que son... et son
honneur n'avoient point de religion.

  [410] François Annibal d'Estrées, duc, pair et maréchal de
  France, né en 1573, mort le 5 mai 1670. On a de lui: _Mémoires de
  la régence de Marie de Médicis_, 1666, in-12. Ils font partie du
  tom. 16 de la deuxième série de la Collection des _Mémoires
  relatifs à l'Histoire de France_.

  [411] On appeloit ainsi le carrefour formé par les rues du Four
  et de l'Arbre-Sec, dans la rue Saint-Honoré.

Il avoit été ambassadeur à Rome du temps de Paul V. Il fit assez de
bruit, et le pape étant mort, ce fut par sa cabale et par ses
violences que Grégoire XV fut élu. Ce pape, quand il l'alla voir, lui
dit: «Vous voyez votre ouvrage, demandez ce que vous voulez:
voulez-vous un chapeau de cardinal? je vous le donnerai en même temps
qu'à mon neveu.» Le marquis, étant aîné de la maison, le refusa[412].
Depuis, Bautru le voyant fort vieux, et jouer sans lunettes, lui
disoit: «Monsieur le maréchal, vous avez eu grand tort, vous deviez
prendre le chapeau; ce seroit une chose de grande édification de voir
le doyen du sacré collége livrer chance sans lunettes.» Il a toujours
joué désordonnément. Quelquefois son train étoit magnifique;
quelquefois ses gens n'avoient pas de souliers. Comme il a l'honneur
d'avoir été toujours brutal, il vouloit tout tuer, quand il avoit
perdu, et encore à cette heure, il lui arrive de rompre des vitres. On
dit qu'un jour ayant perdu cent mille livres, il fit éteindre chez lui
une chandelle et cria fort contre son sommelier, de n'être pas
meilleur ménager que cela; que cette chandelle étoit de trop, et qu'il
ne s'étonnoit pas si on le ruinoit. C'est un grand tyran, et qui fait
valoir son gouvernement de l'Ile de France autant que gouverneur
puisse jamais faire. Quand il y envoie son train, il le fait vivre par
étapes. Il à presque toutes les maltôtes et fait tous les prêts. Son
fils, le marquis de Coeuvres, s'en acquittera aussi fort dignement.

  [412] Son aîné fut tué au siége de Laon, et lui, qui étoit nommé
  à l'évêché de Noyon et au cardinalat, prit l'épée; le chapeau fut
  pour son cousin de Sourdis. (T.)

Le maréchal a été marié en premières noces avec mademoiselle de
Béthune, soeur du comte de Béthune et du comte de Charrost. Il en a eu
trois garçons: le marquis de Coeuvres, le comte d'Estrées et l'évêque
de Laon.

En secondes noces, il épousa la veuve de Lauzières, fils du maréchal
de Thémines. Depuis, on l'appela le marquis de Thémines. Il en a eu un
fils qui fut tué à Valenciennes en 1636. On l'appeloit le marquis
d'Estrées. Bautru disoit qu'il n'y avoit pas au monde une seigneurie
qui eût tant de seigneurs, car il y avoit un maréchal d'Estrées, un
comte d'Estrées et un marquis d'Estrées.

Le maréchal, qui en toute autre chose est un homme avec lequel il n'y
a point de quartier, est pourtant fort bon mari, a bien vécu avec sa
première femme et vit bien avec sa seconde. Son fils aîné lui
ressemble en cela, car il a supporté avec beaucoup d'affliction la
mort de la sienne, quoiqu'elle ne fût point jolie; c'étoit la fille de
sa belle-mère.

Le maréchal d'Estrées a une bonne qualité, c'est qu'il ne s'étonne pas
aisément. Il est assez ferme et voit assez clair dans les affaires.
Quand Le Coudray-Genier, peut-être pour se faire de fête, s'avisa de
donner avis au feu Roi qu'à un baptême d'un des enfants de M. de
Vendôme on le devoit empoisonner par le moyen d'une fourchette creuse
dans laquelle il y auroit du poison qui couleroit dans le morceau
qu'on lui serviroit, M. de Vendôme se voulut retirer. Le maréchal le
retint, et lui dit que, puisqu'il étoit innocent, il falloit demeurer
et demander justice. Effectivement, Le Coudray-Genier eut la tête
coupée[413].

  [413] Cet événement eut lieu en 1617; on en trouve le détail dans
  les _Mémoires de Déageant_; Grenoble, 1668, in-12, pag. 74 et
  suiv. Le gentilhomme y est appelé Gignier. Levassor a suivi le
  récit de Déageant dans son _Histoire de Louis_ XIII, liv. 2e;
  Amsterdam, 1757, in-4º, tom. 1er, pag. 681. Les Mémoires de
  Déageant n'ont pas été réimprimés dans la Collection des Mémoires
  relatifs à l'histoire de France, mais on les trouve dans le tom.
  3 des _Mémoires particuliers_, publiés en 1756 en 4 vol. in-12.

Le maréchal a fait quelques bonnes actions en sa vie. Quand le
cardinal de Richelieu fit faire le procès à M. de La Vieuville, M. le
maréchal d'Estrées demanda la confiscation de trois terres de M. de La
Vieuville et les lui conserva, après lui en avoir envoyé le brevet. M.
de Saint-Simon, qui eut les autres, n'en usa pas ainsi, et depuis il y
a eu procès pour les dégradations qu'il y avoit faites.

Il ne voulut point commander en Provence je ne sais quelles troupes
que le cardinal de Richelieu y envoyoit, que conjointement avec M. de
Guise. Il refusa de prendre le gouvernement de Provence sur lui. M. le
maréchal de Vitry le prit.

Ambassadeur à Rome avant la naissance du Roi (Louis XIV), il y demeura
encore jusqu'à la grande querelle qu'il eut avec les Barberins.

Le maréchal avoit un écuyer nommé Le Rouvray. C'étoit un vieux
débauché, tout pourri de v.....; d'une piqûre d'épingle on lui faisoit
venir un ulcère. Jamais je ne vis un si grand brutal. Une fois, pour
ne pas perdre une médecine qu'il avoit préparée pour un cheval de
carrosse qui n'en eut pas besoin, il la prit et en pensa crever. Cet
homme avoit un valet qui tenoit académie de jeu. C'est le privilége
des écuyers des ambassadeurs. Ce valet fit quelque chose. Le
barisel[414] le prit, il fut condamné aux galères. Comme on l'y menoit
avec beaucoup d'autres, Le Rouvray, avec, un valet-de-chambre du
maréchal, n'ayant chacun qu'un fusil et leurs épées, mettent en fuite
vingt-cinq ou trente sbires, qui avoient chacun deux ou trois coups à
tirer, car ils ont, outre leur carabine, des pistolets à leurs
ceintures, et outre cela ils sont munis de bonnes jacques de maille.
Le Rouvray, victorieux, met tous les forçats en liberté. Voilà un
grand affront aux Barberins. Le maréchal fait sauver son homme, et lui
donne, pour le garder à la campagne, huit ou dix soldats françois des
troupes des Vénitiens, car il eut peur qu'on ne lui fît chez lui
quelque violence. Les Barberins emploient un célèbre bandit, nommé
Julio Pezzola, qui met des gens aux environs du lieu où étoit Le
Rouvray: je pense que c'étoit sur les terres du duc de Parme, à
Caprarole ou à Castro. Le Rouvray, comme il étoit fort brutal, s'évade
et s'en va à la chasse sans ses soldats.

  [414] Le barisel, en italien _barigello_, est un officier chargé
  de veiller à la sûreté publique et d'arrêter les malfaiteurs. Il
  est le chef des sbires. Ses fonctions correspondent à celle que
  le chevalier-du-guet remplissait autrefois à Paris.

Les bandits ne le manquent point, et de derrière une haie le tuent et
en apportent la tête au cardinal Barberin. Le maréchal jette feu et
flammes. Pour l'apaiser, Julio Pezzola, qui ne faisoit pas semblant de
s'être mêlé de rien, va trouver Guillet, garçon d'esprit, qui étoit au
maréchal, et lui offre de lui apporter la tête des sept bandits qui
avoient fait le coup, et lui dit: «_Patron miò, è un povero regalato
un piatto de sette teste? Non se c'è mai servito un tale a nessun'
principe._»

Enfin, la chose alla si avant que le maréchal sortit de Rome et s'en
alla à Parme, où il excita le duc de Parme, déjà fort brouillé avec le
Pape, à faire tout ce qu'il fit. Dans la belle expédition qu'ils
poussèrent ensemble jusque dans la campagne de Rome, j'ai ouï dire à
Guillet que leurs dragons firent honnêtement de violences, et que les
paysans leur disoient: «_Illustrissime signor dragon, habbiate pietà
di me._» Dans les écrits que le Pape fit faire contre le maréchal, je
trouve qu'il lui faisait bien de l'honneur, car, à cause qu'il
s'appeloit Annibal d'Éstrées[415], on y disoit que c'étoit _Annibal ad
portas_, et ce nom leur fit dire bien des sottises.

  [415] Il s'appeloit François-Annibal. (T.)

Le maréchal fut long-temps qu'il n'osoit revenir, car le cardinal de
Richelieu n'avoit pas trop approuvé sa conduite. Enfin il fit sa paix.
Le reste se retrouvera dans les Mémoires de la Régence.

A l'âge de soixante-dix ans, ou peu s'en falloit, il alla voir madame
Cornuel, qui, pour aller à quelqu'un, le laissa avec feu mademoiselle
de Belesbat. Elle revint, et trouva le bon homme qui vouloit caresser
cette fille: «Eh! lui dit-elle en riant, monsieur le maréchal, que
voulez-vous faire?--Dame, répondit-il, vous m'avez laissé seul avec
mademoiselle: je ne la connois point; je ne savois que lui dire.»



LE PRÉSIDENT DE CHEVRY[416],

DURET, LE MÉDECIN, SON FRÈRE.


Le président de Chevry se nommoit Duret, et étoit frère de Duret le
médecin. Il disoit: «Si un homme me trompe une fois, Dieu le maudisse;
s'il me trompe deux, Dieu le maudisse et moi aussi; mais s'il me
trompe trois, Dieu me maudisse tout seul!»

  [416] Charles Duret, seigneur de Chevry, conseiller d'Etat,
  intendant et contrôleur-général des finances, président à la
  Chambre des comptes de Paris.

Par ses bouffonneries et par sa danse, il se mit bien avec M. de
Sully, comme nous ayons dit ailleurs[417]. Ce fut lui qui montra à la
Reine et aux dames les pas du ballet dont nous avons parlé à
l'_Historiette_ d'Henri IV. Ce fut avec M. de Sully qu'il commença à
faire fortune. Il ne fut pourtant intendant des finances que du temps
du maréchal d'Ancre, et il se conserva dans l'intendance, quand le
maréchal fut tué, en donnant dix mille écus à la Clinchamp, que M. de
Brantes[418] entretenoit.

  [417] Voir précédemment, page 72.

  [418] Léon Albert, seigneur de Brantes, duc de Luxembourg et de
  Piney, frère du connétable de Luynes.

C'étoient ses deux principales folies que la faveur et la bravoure. Il
disoit qu'il falloit tenir le bassin de la chaise percée à un favori,
pour l'en coiffer après, s'il venoit à être disgracié. Le voilà donc
du côté des plus forts. Madame Pilou[419], qui le connoissoit de
longue main, l'alla voir à La Grange du Milieu, auprès de Grosbois;
c'est une belle maison qu'il a fait bâtir depuis. Elle lui parla de
l'exécution de la maréchale d'Ancre, et disoit que c'étoit une grande
vilainie que d'avoir fait couper le cou à cette pauvre femme. «_Ta,
ta, ta!_ lui va-t-il dire brusquement; vous parlez, vous parlez, sans
savoir ce que vous dites. C'est le commissaire Canto, votre voisin,
qui vous dit toutes ces belles choses-là; c'est de lui que vous tenez
toutes vos nouvelles; je l'eusse tué, moi, le maréchal d'Ancre: M.
d'Angoulême et moi le devions dépêcher à la rue des Lombards.» En
disant cela il lui porte trois ou quatre coups de pouce de toute sa
force dans le côté, qui lui firent si grand mal qu'elle en cria. «Le
voilà mort, dit-il à haute voix, le voilà mort, le poltron; je n'aime
point les poltrons: je le voulois faire sauter une fois avec une
saucisse, quand il seroit au conseil chez Barbin le surintendant.
J'avois bien, ajoute-t-il, une plus belle invention: j'eusse porté une
épée couverte de crêpe le long de ma cuisse, et, dans la presse, je
lui en eusse donné dans le ventre en faisant semblant de regarder
ailleurs.» Le cardinal de Richelieu fit prier madame Pilou de lui
venir faire tous les contes qu'elle savoit du président de Chevry, qui
vivoit encore; elle ne le voulut jamais.

  [419] On trouvera ci-après l'_Historiette_ de cette femme
  singulière.

Cette humeur martiale le prenoit quelquefois au milieu d'un compte de
finance. Un trésorier de France, de mes amis[420], m'a dit qu'un jour,
travaillant avec lui, il appela Corbinelli, son premier commis, et lui
dit d'un ton sérieux: «Monsieur Corbinelli[421], faites ôter ces corps
de cette cour.» Ce trésorier fut bien étonné; mais Corbinelli,
s'approchant, lui dit: «Ce sont de ses visions ordinaires, ne laissez
pas de continuer.»

  [420] Perreau, trésorier à Soissons. (T.)

  [421] Raphaël Corbinelli. (_Voy._ la note sur lui plus haut, sous
  l'article du duc de Guise, fils du Balafré.)

Un jour les cochers firent insulte dans la Place-Royale à la marquise
d'Uxelles, dont le cocher avait été tué, d'un coup de fourche par la
tempe, par son écuyer, comme il le vouloit châtier. Ils furent aussi
braver madame de Rohan, à cause qu'elle avoit chassé le sien. Mais M.
de Candale y survint qui chargea son propre cocher et dissipa les
autres. Madame Pilou, qui avoit vu cela, le conta au président. Il se
mit à pester de ce qu'on ne l'avoit pas averti, lui qui étoit colonel
du quartier, mais qu'elle n'avoit recours qu'à son commissaire
Canto. «Voyez la belle occasion que vous m'avez fait perdre,
j'eusse..........» Le voilà à dire tous les exploits qu'il auroit
faits.

Comme il étoit contrôleur-général des finances, président des comptes
et officier de l'ordre du Saint-Esprit[422], je ne sais quel flatteur
lui apporta une généalogie où il le faisoit descendre d'un certain
Duretius, qu'il avoit trouvé du temps de Philippe-Auguste. «Mon ami,
lui dit le président, j'ai de meilleurs parens que lui; mon père et
mon grand-père étoient médecins, et par-delà je n'y vois goutte. Si je
te trouve jamais céans, je te ferai étriller de sorte que tu ne
t'avisera de ta vie de faire des flatteries comme celle-là, pour qu'il
t'en souvienne.»

  [422] Le président de Chevry fut pourvu de la charge de greffier
  des ordres du Roi, le 6 mars 1621.

Un homme lui avoit gagné trente pistoles; il ne vouloit pas les lui
payer. «Il m'a trompé,» disoit-il; et il donne ordre à ses gens de le
frotter s'il revenoit. Cet homme revint; voilà ses gens après, et lui
aussi; mais il ne partit que long-temps après eux; il trouve madame
Pilou, qui avoit vu cet homme se sauver. «Eh bien! lui dit-il, ma
bonne amie, n'avez-vous pas vu comme je l'ai frotté?» Il ne s'en étoit
pas approché de cent pas. Une autre fois cet homme s'étant vanté de
battre les gens du président, celui-ci l'attendoit, et, accompagné de
son domestique, il se promenoit à grands pas avec des pistolets le
long de sa porte de derrière. Madame Pilou, qui logeoit en son
quartier, vient à paroître; c'étoit l'été après souper; il va à elle
le pistolet à la main. «Jésus! s'écria-t-elle!--Ah! ma bonne amie, lui
dit-il, tu as bien fait de parler, je te prenois pour ce coquin.» En
cet équipage; il l'accompagna jusque chez elle; ils trouvèrent un
charivari, il ne dit mot; mais, quand le charivari fut passé, il les
appela _canailles_. Et eux et lui se dirent bien des injures de loin.

J'ai ouï dire qu'un homme de la cour n'étant pas satisfait de lui, et
s'en plaignant assez haut, il le tira à part et lui dit: «Monsieur, si
vous n'êtes pas content, je vous satisferai seul à seul quand il vous
plaira.» L'autre fut un peu surpris; mais, à quelques jours de là,
l'autre n'en ayant pu avoir plus de contentement que par le passé, il
voulut voir ce que ce fou avoit dans le ventre, et l'ayant rencontré
seul, il lui demanda s'il se souvenoit qu'il lui avoit promis de le
satisfaire par les voies d'honneur. Le président lui répondit en
riant: «Mon brave, vous deviez me prendre au mot, cette-humeur là
m'est passée; mais si vous voulez vous battre, allez vous-en arracher
un poil de la barbe à Bouteville, il vous en fera passer votre envie.»

En parlant, il disoit sans cesse à tort et à travers: «_Mange mon
loup, mange mon chien._» Voiture en a fait une ballade[423]. En
parlant à une dame, il l'appeloit quelquefois _mon petit père_.

  [423] Nous n'avons pas trouvé cette ballade dans les _OEuvres_ de
  Voiture.

La plus grande folie qu'il ait faite, ce fut qu'étant un jour à causer
avec feu M. le comte de Moret, avec lequel il se plaisoit fort, un
ambassadeur d'Espagne vint visiter ce prince. «Ah! je voudrois, dit le
président, lui avoir fait un pet au nez.--Vous n'oseriez, dit le
comte.--Vous verrez,» répond Chevry; et comme l'ambassadeur faisoit la
révérence gravement, le président pète dans sa main et la porte au nez
de Son Excellence, qui en fit de grandes plaintes; mais on fit passer
l'autre pour un fou[424].

  [424] J'en doute. (T.)--Cette action, si elle étoit vraie, seroit
  digne d'Angoulevent, l'archipoète des pois pilés, ou d'un
  saltimbanque des boulevards.

Il étoit de fort amoureuse manière, et faisoit si fort le coq dans son
quartier, que le cardinal de La Valette y venant fort souvent voir une
certaine dame, il disoit sérieusement qu'il ne trouvoit point bon que
ce cardinal vînt cajoler ses voisines, sans lui en demander
permission, et qu'il l'en avertiroit afin qu'il ne trouvât pas
mauvais, s'il le couchoit sur le carreau malgré son cardinalat.

Une fois pour se ragoûter, il pria une m......... de lui faire voir
quelque bavolette[425] toute fraîche venue de la vallée de
Montmorency. On fait habiller une petite garce en bavolette, et on la
mène au président, qui coucha toute la nuit avec elle. Le lendemain il
la fit lever pour aller voir quel temps il faisoit. Elle lui vint dire
que le temps étoit nébuleux. «_Nébuleux!_ s'écria-t-il, ah!
vertu-choux, j'ai la v.... Eh! qu'on me donne vite mes chausses.»

  [425] Jeune paysanne des environs de Paris. On les appeloit ainsi
  du nom de leur coiffure. Elle étoit formée d'un linge fin empesé
  qui avoit une longue queue pendante sur les épaules.
  (_Dictionnaire de Trévoux_.)

Il mourut contrôleur-général des finances et président des comptes. Sa
femme avoit eu beaucoup de bien; lui n'étoit pas gueux et avoit
quelque chose de patrimoine. Au prix de ce temps-ci, il ne fit pas une
grande fortune. Son fils a vendu La Grange et sa charge de président
des comptes. Il a de l'esprit, mais peu de cervelle; il se ruine. Le
président a fait bâtir le palais Mazarin.

Les _Mémoires_ de Sully nous apprennent que son frère Duret[426], le
médecin, qui a fait bâtir la maison du président Le Bailleul près
l'hôtel de Guise, étoit un maître visionnnaire, en un mot, un digne
frère du président de Chevry. Il disoit que l'air de Paris étoit
malsain, et il fit nourrir son fils unique dans une loge de verre où
il ne laissa pas de mourir, peut-être pour y faire trop de façons. Il
ne prenoit à dîner que des pressis de viande et autres choses
semblables, parce que, disoit-il, l'agitation du carrosse troubloit la
digestion; mais il soupoit fort bien. Il se mit dans la fantaisie que
le feu lui étoit contraire, et n'en vouloit point voir. Il savoit
pourtant son métier, et s'y fit riche. Les apothicaires le faisoient
passer pour fou, parce qu'il s'avisa que le jeûne étoit admirable aux
malades, et que bien souvent il ne leur ordonnoit que de l'eau claire
et une pomme cuite.

  [426] Les _Mémoires_ de Sully nous apprennent que le médecin
  Duret fut un des confidents de Marie de Médicis, et fit quelque
  temps partie de son conseil privé de régence.



M. D'AUMONT[427].


M. d'Aumont, fils du maréchal d'Aumont, du temps d'Henri IV,
gouverneur de Bologne-sur-Mer, et chevalier de l'Ordre, en son jeune
temps, fut une vraie peste de cour. Il a eu les plus plaisantes
visions du monde. Il disoit de madame de Beaumarchais[428], belle-mère
du maréchal de Vitry, et femme de ce trésorier de l'Epargne que la
Reine-mère fit tant persécuter, à cause que son gendre avoit tué le
maréchal d'Ancre; il disoit donc de cette madame de Beaumarchais,
qu'elle ressembloit à un tabouret de point de Hongrie. En effet, elle
avoit le visage carré, et tout plein de marques rouges. Cela
n'empêchoit pas que, pour son argent, elle n'eut des galants et de
bonne maison, car M. de Mayenne le dernier de ce nom en fut un. La
vision qu'il eut pour la maréchale d'Estrées[429] est encore plus
plaisante. C'étoit et c'est encore une petite femme sèche et qui a le
nez fort grand, mais extrêmement propre. Elle étoit en sa jeunesse
toute faite comme une poupée. «Ne croyez-vous pas, disoit-il
sérieusement, car il ne rioit jamais, qu'on la pend tous les soirs,
tout habillée, par le nez à un clou à crochet dans une armoire?» Il
disoit d'une dame qui avoit le teint fort luisant, qu'on lui avoit mis
un vernis comme aux portraits.

  [427] Antoine d'Aumont, marquis de Nolai, baron d'Estrabonne,
  chevalier des Ordres, gouverneur de Boulogne-sur-Mer, mourut à
  l'âge de soixante-treize ans, en 1635.

  [428] Marie Hotman, femme de Vincent Bouhier, seigneur de
  Beaumarchais, trésorier de l'Epargne.

  [429] Fille de Montmor, homme d'affaires. (T.)

Un jour qu'il étoit à l'hôtel de Rambouillet, madame de Bonneuil, dont
nous parlerons ailleurs, y vint. Elle étoit grosse, et en entrant elle
se laissa tomber et se fit grand mal à un genou, et pensa accoucher de
sa chute. Le voilà qui se met à rêver: «Nous sommes bien mal bâtis,
dit-il, nous avons des os en tous les endroits sur lesquels nous
tombons d'ordinaire; il vaudrait bien mieux que nous eussions des
ballons de chair aux genoux, aux coudes, au haut des joues et aux
quatre côtés de la tête. Quel plaisir ne seroit-ce point? ajouta-t-il;
un homme sauteroit par une fenêtre sans se blesser, il passeroit
par-dessus les murs d'une ville.» Et puis, s'engageant plus avant dans
sa rêverie, il mena cet homme avec ces ballons de chair de ville en
ville, jusqu'à La Haie en Hollande.

Une autre fois Gombauld contoit en sa présence, à l'hôtel de
Rambouillet, qu'ayant été pris pour un grand débauché, nommé Combauld,
père du baron d'Auteuil, il fut maltraité par un commissaire et des
agents qui le vouloient mener en prison, jusque là que, quoiqu'il soit
assez patient, il fut pourtant contraint de lever la main pour frapper
ce commissaire. M. D'Aumont, après avoir tout écouté, se lève de son
siége, et commence à faire la posture d'un bourreau qui danse sur les
épaules d'un pendu, et qui tire en même temps la corde pour
l'étrangler, et disoit: «Monsieur le commissaire, je vous pendrai, je
vous pendrai, monsieur le commissaire.»

A propos de cela, comme il faisoit pendre quelques soldats à Bologne,
un d'eux cria qu'il étoit gentilhomme: «Je le crois, lui dit-il, mais
je vous prie d'excuser, mon bourreau ne sait que pendre.»

En mangeant des andouilles mal lavées, il dit: «Ces andouilles sont
bonnes, mais elles sentent un peu le terroir.»

Il disoit du marquis de Sourdis, qui faisoit fort l'empressé chez le
cardinal de Richelieu, de la maison duquel il étoit depuis peu
intendant, et qui regardoit aux meubles et à toutes choses, il disoit
qu'il lui sembloit le voir tirer de dessous son manteau un petit sac
de tapissier avec un petit marteau, et recogner quelque clou doré à
une chaise.

Je crois que ce fut lui qui dit, voyant une personne fort maussade,
qu'elle avoit la mine d'avoir été faite dans une garde-robe sur un
paquet de linge sale.

Une de ses meilleures visions, ce fut celle qu'il eut pour M.
l'archevêque de Rouen, qui, quoique jeune, portoit une grande barbe.
Il dit qu'il ressembloit à Dieu le Père, quand il étoit jeune.

Il avoit été fort galant. Une fois sa belle-soeur, madame de Chappes,
le trouva déguisé en Minime sur le chemin de Picardie; elle le
reconnut, parce qu'il étoit admirablement bien à cheval et que son
cheval étoit trop beau. Il alloit en Flandre voir une dame. Sur ses
vieux jours, il étoit plus ajusté qu'un galant de vingt ans. Il se
peignoit la barbe, et il étoit si curieux d'être bien botté qu'il se
tenoit les pieds dans l'eau pour se pouvoir botter plus étroit.
C'étoit de ce temps que tout le monde étoit botté; on dit qu'un
Espagnol vint ici et s'en retourna aussitôt. Comme on lui demandoit
des nouvelles de Paris, il dit: «J'y ai vu bien des gens, mais je
crois qu'il n'y a plus personne à cette heure, car ils étoient tous
bottés, et je pense qu'ils étoient prêts à partir.» Maintenant tout le
monde n'a plus que des souliers, non pas même des bottines. Il n'y a
plus que La Mothe-Le-Vayer[430], précepteur de M. d'Anjou, qui ait
tantôt des bottes, tantôt des bottines; mais ce n'a jamais été un
homme comme les autres.

  [430] François de La Mothe-le-Vayer, membre de l'Académie
  française, mourut à l'âge de quatre-vingt-cinq ans, en 1672. On a
  de lui un grand nombre d'ouvrages, dont plusieurs jouissent d'une
  estime méritée.

M. d'Aumont avoit épousé une fille de Maintenon, de la maison
d'Angennes[431], cousine-germaine de M. le marquis de Rambouillet. Il
n'en a point eu d'enfants. Cette madame d'Aumont est une honnête
femme, mais fort aigre. Après la mort de son mari, elle se piqua
d'honneur en une plaisante rencontre. Elle a une chapelle dans les
Minimes de la Place-Royale, où M. d'Aumont est enterré. Or, un neveu
de son mari, nommé Hurault de Chiverny[432], étant mort, sa veuve, qui
est aussi une honnête femme, mais sage à peu près comme l'autre sur ce
chapitre-là, la pria de trouver bon qu'on mît le corps embaumé dans
cette chapelle. Depuis, cette femme, s'étant retirée en une religion,
obtint des Minimes qu'ils lui laisseraient prendre le coeur de son
mari. Madame d'Aumont alla prendre cela au point d'honneur. Il y en a
eu de grands procès. Enfin des curés de Paris les raccommodèrent, et
cette nièce eut le coeur de son mari.

  [431] Louise-Isabelle d'Angennes-Maintenon, veuve d'Aumont,
  mourut en 1666, à l'âge de soixante-dix-neuf ans.

  [432] Antoine d'Aumont avoit épousé en premières noces Catherine
  Hurault de Chiverny, fille du chancelier.



Mme DE RENIEZ.


Madame de Reniez étoit de la maison de Castelpers en Languedoc, soeur
du baron de Panat, dont nous parlerons en suite. Avant que d'être
mariée au baron de Reniez, elle étoit engagée d'inclination avec le
vicomte de Paulin. Cette amourette dura après qu'elle fut mariée, et
le baron de Panat étoit le confident de leurs amours. Ils en vinrent
si avant qu'ils se firent une promesse de mariage réciproque. Ils se
promettoient de s'épouser en cas de viduité; «en foi de quoi,
disoient-ils, nous avons consommé le mariage.» Un tailleur rendoit les
lettres du galant et lui en apportoit réponse. Par l'entremise de cet
homme, ces amants se virent plusieurs fois, tantôt dans le village de
Reniez même, tantôt ailleurs, où le vicomte venoit toujours déguisés.
Un jour ils se virent dans le château même de Reniez et presqu'aux
yeux du mari. Madame de Reniez avoit feint d'être incommodée, et
s'étoit fait ordonner le bain, et le vicomte se mit dans la cuve qu'on
lui apporta. Enfin ils en firent tant que le mari scut toute
l'histoire, et, pour les attraper, il fit semblant de partir pour un
assez long voyage, puis, revenant sur ses pas, il entra dans la
chambre de sa femme et trouva le vicomte couché avec elle. Il le tua
de sa propre main, non sans quelque résistance, car il prit son épée;
mais le baron avoit deux valets avec lui. Le baron de Panat, qui
couchoit au-dessus, accourut aux cris de sa soeur, et fut tué à la
porte de la chambre. Pour la femme, elle se cacha sous le lit, tenant
entre ses bras une fille de trois à quatre ans, qu'elle avoit eue du
baron son mari. Il lui fit arracher cette enfant, et après la fit tuer
par ses valets; elle se défendit du mieux qu'elle put, et eut les
doigts coupés. Le baron de Reniez eut son abolition.

Cette enfant qu'on ôta d'entre les bras de madame de Reniez fut,
après, cette madame de Gironde, dont nous allons conter l'histoire.
Mais, avant cela, il est à propos de dire ce que nous avons appris du
baron de Panat.



LE BARON DE PANAT.


Le baron de Panat étoit un gentilhomme huguenot d'auprès de
Montpellier, de qui on disoit: _Lou baron de Panat puteau mort que
nat_, c'est-à-dire plutôt mort que né; car on dit que sa mère, grosse
depuis près de neuf mois, mangeant du hachis, avala un petit os qui,
lui ayant bouché le conduit de la respiration, la fit passer pour
morte; qu'elle fut enterrée avec des bagues aux doigts; qu'une
servante et un valet la déterrèrent de nuit pour avoir ses bagues, et
que la servante, se ressouvenant d'en avoir été maltraitée, lui donna
quelques coups de poing, par hasard, sur la nuque du cou, et que les
coups ayant débouché son gosier, elle commença à respirer, et que
quelque temps après elle accoucha de lui, qui, pour avoir été si
miraculeusement sauvé, n'en fut pas plus homme de bien. Au contraire,
il fut des disciples de Lucilio Vanini, qui fut brûlé à Toulouse pour
blasphêmes contre Jésus-Christ[433]. Il retira Théophile[434], et
pensa lui-même être pris par le prévôt. C'était un fort bel homme.
Madame de Sully, qui vit encore, en devint amoureuse et lui demanda
_la courtoisie_. On dit qu'il répondit qu'il étoit impuissant.
Cependant il étoit marié; mais madame de Sully, qui n'étoit pas belle,
ne le tenta pas, et il s'en défit de cette sorte.

  [433] Vanini fut exécuté à Toulouse, le 19 février 1619.

  [434] Théophile Viaud, poursuivi pour la part qu'on l'accusoit
  d'avoir prise au _Parnasse des vers satiriques_, fut condamné au
  feu, par contumace, suivant un arrêt du parlement de Paris, du 19
  août 1623. Arrêté ultérieurement, il subit un long procès, par
  suite duquel il ne fut condamné qu'au bannissement. Il est
  très-douteux que Théophile ait contribué à la publication du
  recueil des poésies obscènes pour lequel il a été poursuivi.

A propos de femmes qui sont revenues, on conte qu'une femme étant
tombée en léthargie, on la crut morte, et comme on la portoit en
terre, au tournant d'une rue, les prêtres donnèrent de la bière contre
une borne, et la femme se réveilla de ce coup. Quelques années après,
elle mourut tout de bon, et le mari, qui en étoit bien aise, dit aux
prêtres: «Je vous prie, prenez bien garde au tournant de la rue.»



MADAME DE GIRONDE.


Revenons à la petite de Reniez. Son père, pour ôter cet objet de
devant ses yeux, la donna à madame de Castel-Sagrat, sa soeur. Cette
fille, dès l'âge de dix ans, fut admirée pour sa beauté et pour la
vivacité de son esprit. Madame de Castel-Sagrat résolut de ne laisser
point échapper un si bon parti, et de la marier à son second fils,
qu'on appeloit le Baron de Gironde, et elle les fit épouser que la
fille n'avoit encore que onze ans, après avoir obtenu des dispenses du
Roi, car ils étoient cousins-germains et huguenots. On dit que madame
de Gironde eut de tous temps de l'aversion pour son mari, qui étoit un
gros homme assez mal bâti; mais cette aversion s'augmenta très-fort
lorsqu'elle se vit cajolée des principaux et des mieux faits de la
province; car son mari l'ayant menée à Montauban, après les guerres de
la religion, feu M. d'Epernon et M. de La Vallette, son fils, s'y
rencontrèrent. Il y avoit aussi alors une autre dame, nommée madame
d'Islemade, qui seule pouvoit disputer de beauté avec madame de
Gironde. Le père se donna à celle-ci et le fils à l'autre, et toute la
ville avec la noblesse des environs se partageant à leur exemple, ce
fut comme une petite guerre civile, bien différente de celle dont on
venoit de sortir. On dit pourtant que M. d'Épernon n'en eut aucune
faveur que de bienséance.

La peste vint là-dessus qui interrompit toutes les galanteries, et
madame de Gironde fut contrainte de se retirer à Reniez. Par malheur
pour elle, un avocat du présidial de Montauban, nommé Crimel, se
retira dans le village de Reniez. Cet homme étoit méchant, mais il
avoit de l'esprit. Il fut bientôt familier avec madame de Gironde, qui
en temps de peste ne pouvoit pas avoir beaucoup de compagnie; et comme
elle se plaignit à lui de son mariage, on dit qu'il lui mit dans la
tête qu'elle se pouvoit démarier, et que l'espérance qu'il lui en
donna la charma, de sorte que, pour le récompenser d'un si bon avis,
elle lui donna tout ce que peut donner une dame.

La peste ayant cessé, elle revint à Montauban, où elle fut plus
admirée et plus cajolée que jamais. Le marquis de Flamarens, le baron
d'Aubais, le vicomte de Montpeiroux, et plusieurs autres gentilshommes
de qualité, y accoururent et y demeurèrent long-temps pour l'amour
d'elle. Ce fut alors qu'un de ces messieurs lui ayant donné les
violons, comme il n'y avoit point de lieu commode chez elle, elle alla
d'autorité, avec toute cette noblesse, se mettre en possession de la
salle d'un des principaux de Montauban, quoiqu'il la lui eût refusée,
en disant pour toutes raisons que cet homme lui avoit bien de
l'obligation, et qu'elle faisoit tout ce qu'elle pouvoit pour le
rendre honnête homme.

Cependant l'envie de se démarier s'accroissoit de jour en jour. Pour
cela elle s'avise, pour n'être plus sous la puissance de son mari, de
proposer à Gironde de la laisser aller voir ses oncles maternels pour
leur demander qu'ils lui fissent raison des droits que sa mère avoit
sur la maison de Panat. Elle y fut, et Cadaret, un des frères de sa
mère, devint passionnément amoureux d'elle. Cet oncle la porta, plus
que personne, à demander la dissolution de son mariage, et lui fit
raison de ce qu'elle prétendoit. Après, le procès étant commencé, il
l'accompagna à Castres, où on reconnut bientôt qu'il en étoit fort
jaloux. Il falloit pourtant bien qu'il souffrît qu'elle fût cajolée,
car elle ne s'en pouvoit passer, et ne marchoit point sans une foule
d'amants, entre lesquels il y en avoit trois plus assidus que les
autres: le baron de Marcellus, jeune gentilhomme de qualité, de la
basse Guyenne, qui étoit à Castres pour un procès; Rapin, jeune avocat
plein d'esprit, et Ranchin, aujourd'hui conseiller à la chambre. Ce
Ranchin a fait beaucoup de vers[435].

  [435] Ranchin étoit conseiller à la chambre de l'édit. Ses
  poésies, négligées, mais faciles, n'ont pas été réunies. On lui
  attribue le joli triolet qui commence par ces vers:

     Le premier jour du mois de mai
     Fut le plus heureux de ma vie.

Elle parloit avec une liberté extraordinaire de sa beauté et de ses
_mourants_[436]; on la voyoit aller par la ville bizarrement habillée;
car quelquefois on lui a vu un habit de gaze, dans laquelle elle
faisait passer toutes sortes de fleurs, depuis le haut jusqu'au bas,
et je vous laisse à penser si son _mourant_ Ranchin manquoit à
l'appeler Flore. Elle dit assez plaisamment à un garçon nommé
Cayrol[437], qui lui promettoit de faire des vers sur elle, qu'elle ne
prétendoit pas lui servir de porte-feuille. Elle disoit les choses
fort agréablement; mais ses lettres ne répondoient pas à sa
conversation: sa mère écrivoit bien mieux.

  [436] Ses _amants_; se _mourant_ d'amour.

  [437] Ce Cayrol est ici, et fait des vers pour attraper quelque
  chose du cardinal. (T.)

Comme son procès tiroit en longueur, elle alla pour quelque temps à
une terre de Belaire, que Cadaret lui avoit donnée pour ses
prétentions. Là, Marcellus et Rapin l'allèrent voir. Ils arrivèrent
assez tard; mais à peine l'eurent-ils saluée, qu'on entendit heurter
avec violence. C'était un gentilhomme du voisinage, qui venoit
l'avertir que son mari s'avançoit avec vingt ou trente de ses amis
pour l'enlever. Ils se mettent à tenir conseil. Le gentilhomme étoit
d'avis qu'on se sauvât, parce que la maison ne valoit rien. Mais
Rapin, qui ne connoissoit point ce gentilhomme, et qui espéroit qu'on
ne les forceroit pas si aisément, fut d'avis de demeurer. Le baron,
ayant su qu'il y avoit compagnie et qu'on étoit résolu de se défendre,
ne voulut point exposer la vie de ses amis, et s'en retourna.

Cependant Marcellus, qui n'avoit eu qu'un amour de galanterie,
commença à s'engager tout de bon. Elle le repaissoit de belles
paroles; car, en fine coquette, elle faisoit que chacun de ses amants
croyait être le plus heureux. Pour Rapin (il est gentilhomme), qu'elle
voyoit cadet et d'assez bon sens pour conduire une entreprise, elle
lui promit plusieurs fois de l'épouser s'il pouvoit la défaire de
Gironde. Mais il lui répondit que quand avec sa beauté elle auroit une
couronne à lui donner, elle ne l'obligeroit pas à faire une mauvaise
action.

Afin de contenter en quelque sorte Marcellus, qui étoit fort alarmé de
ce qu'elle sembloit favoriser plus que lui un certain chevalier de
Verdelin, elle lui fit une promesse en ces termes: «Je promets au
baron Marcellus de ne me remarier jamais, si je suis une fois libre;
et, si je change de résolution, que ce ne sera qu'en sa faveur.» En
même temps cependant elle écrivoit au chevalier qu'il eût bonne
espérance, et que pour ce misérable (parlant de Marcellus), il
n'auroit qu'un morceau de papier pour son quartier d'hiver. Mais
toutes ces coquetteries ne plaisoient point à son oncle de Cadaret,
qui, par jalousie ou pour être las de la dame, comme quelques-uns ont
dit, se joignit à Gironde et lui aida à l'enlever.

La voilà donc en la puissance de son mari, et prisonnière dans une
tour de Castel-Sagrat. Là, ne trouvant point d'autre moyen d'en
sortir, elle cajole madame de Castel-Sagrat, femme du frère aîné de
Gironde, lui représente le tort qu'on lui a fait de la contraindre, à
onze ans, à se marier avec un homme pour qui on savoit bien qu'elle
avoit de l'aversion; que sans doute le mariage seroit déclaré nul, et
que si elle voulait la mettre en liberté, elle épouseroit après M. de
Gasques, son frère, qui peut-être ne trouveroit pas ailleurs un
meilleur parti. Madame de Castel-Sagrat, gagnée, la fait évader; mais
les maris la suivirent et l'assiégèrent dans un château, nommé de
Bèze, où, après avoir résisté quelques jours, elle fut contrainte de
se rendre, et fut ramenée à Castel-Sagrat, où Gironde, peut-être las
de se donner tant de peines pour une coureuse, ou peut-être déjà
amoureux d'une autre personne, comme vous le verrez par la suite,
consentit à la dissolution du mariage moyennant deux mille écus pour
les frais qu'il avoit faits.

Pour trouver cette somme, la dame a recours à son fidèle Marcellus, et
lui promet de l'épouser, dès que l'affaire sera achevée. Marcellus en
tombe d'accord, mais pour assurance il demande d'être saisi cependant
de la dispense de mariage, dont la suppression devoit faire dissoudre
le mariage. On la lui met entre les mains, et il part aussitôt pour
aller faire cette somme. A peine fut-il en son pays que sa maîtresse
lui écrit de le venir retrouver en diligence, et de n'oublier pas
d'apporter la dispense dont dépendoit toute l'affaire. Marcellus la va
retrouver à Belaire; aussitôt elle tâche par toutes les caresses
imaginables de retirer sa dispense. Il n'y veut point entendre, et va
loger dans une maison du village. Elle le fait suivre par une
femme-de-chambre et par un garçon de dix à douze ans, qui le prient de
souffrir au moins pour toute grâce que ce garçon puisse faire une
copie de la dispense. Il y consentit enfin de peur de rompre. Mais
comme ce garçon commençoit à copier, cinq ou six hommes armés entrent
dans la chambre en criant: _Tue, tue!_ ils tirent leurs pistolets, qui
apparemment n'étoient chargés que de poudre. Dans ce désordre, le
garçon avec la femme-de-chambre se sauvent avec la dispense. Ces
hommes se retirèrent aussi bientôt après, et laissèrent notre baron
bien camus. A la chaude, il va rendre sa plainte, et, d'amant de
madame de Gironde, devient son plus irréconciliable ennemi. Il la fait
condamner à trois mille livres d'amende. Elle cependant, croyoit avoir
fait d'une pierre deux coups: s'être défaite de Marcellus, et avoir
trouvé le moyen de rompre le mariage, sous le consentement de Gironde
et sans lui donner de l'argent. Pour cet effet, elle change de
religion, et sur l'exposition qu'elle fait au pape qu'elle a été
mariée avec un cousin-germain sans dispense, et même avant l'âge
porté par les lois, elle obtient un rescrit pour la dissolution du
mariage, adressé à l'official de Montauban; mais il se trouva que
cette dispense, dont elle avoit l'original, étoit enregistrée au
présidial d'Agen, de sorte qu'il fallut encore revenir capituler avec
Gironde qui avoit aussi changé de religion; lui s'en tint toujours à
ses deux mille écus. Alors il fallut avoir recours à Gasques, frère,
comme nous avons dit, de madame de Castel-Sagrat, qui voulut coucher
avec elle avant que de donner son argent. Gironde se maria quelque
temps après à la fille d'un chandelier de Castel-Sagrat, dont il étoit
amoureux. Pour elle, bien qu'elle eût couché avec Gasques, elle étoit
encore en doute si elle l'épouseroit, car Rapin lui ayant demandé un
jour si tout de bon elle étoit mariée avec Gasques, elle répondit:
«_Selon_;» c'est-à-dire que si elle étoit grosse, elle l'épouseroit,
mais qu'autrement elle tâcheroit à s'en défendre. Elle se trouva
grosse, épousa Gasques, et peu après mourut en travail d'enfant.



M. DE TURIN.


M. de Turin étoit un conseiller au parlement de Paris, grand
justicier, mais de qui on contoit de plaisantes choses. Il appeloit
son clerc _cheval_, son laquais _mulet_, et sa femme _p....._.

Un gentilhomme, dont il étoit rapporteur, alla une fois pour parler à
lui; il le rencontra en habit court, fait comme un cuistre, qui
revenoit de la cave, avec son martinet à la main. Il ne l'avoit
peut-être jamais vu, ou il ne le reconnut pas, et il lui dit: «Mon
ami, où est M. de Turin?--_Mon ami!_ dit M. de Turin, quel impertinent
est-ce là?» Le cavalier peu accoutumé à souffrir des injures, lui
donne un soufflet et se retire. Il sut après que c'étoit M. de Turin,
et le voilà en belle peine. Le bon homme rapporta le procès comme si
de rien n'étoit, et dit à son clerc: «_Cheval_, apporte-moi le procès
de ce _batteur_.» Il le voit, et trouvant que le cavalier avoit bon
droit, il le lui fait gagner, et l'ayant rencontré sur les degrés du
Palais, il lui donne un petit coup sur la joue en riant, et lui dit:
«Apprenez à ne battre plus les gens: vous avez gagné votre procès.»
L'autre, qui croyoit tout perdu, se pensa mettre à genoux.

Il se trouva chargé du procès d'entre feu M. de Bouillon et M. de
Bouillon La Marck, pour Sédan. Henri IV l'envoya quérir, et lui dit:
«Monsieur de Turin, je veux que M. de Bouillon gagne son procès.--Hé
bien, Sire, lui répondit le bon homme, il n'y a rien plus aisé; je
vous l'enverrai, vous le jugerez vous-même.» Quand il fut parti,
quelqu'un dit au Roi: «Sire, vous ne connoissez pas le personnage, il
est homme à faire ce qu'il vous vient de dire.» Le Roi sur cela y
envoya, et on trouva le bon homme qui chargeoit les sacs sur un
crocheteur. Le Roi accommoda cette affaire.

Madame de Guise et mademoiselle de Guise, sa fille, depuis princesse
de Conti, le furent solliciter une fois. Il les fit attendre assez
long-temps, et après il se mit à crier tout haut: «_Cheval_, ces
p...... sont-elles encore là-bas?»

Un seigneur qui avoit gagné une grande affaire à son rapport, lui
envoya un mulet qui alloit fort bien le pas. M. de Turin trouva ce
mulet à son retour du Palais; il ne fit autre chose que de prendre un
bâton, et d'en frapper le mulet jusqu'à ce qu'il le vit hors de chez
lui.

On dit qu'un gentilhomme lui fit une fois un grand présent de gibier.
Il laissa descendre cet homme, mais comme il sortoit dans la rue, il
lui jeta ce gros paquet de gibier fort rudement sur la tête, en lui
disant qu'il apprît à ne pas corrompre ses juges.



M. DE PORTAIL, M. HILERIN.


M. de Portail étoit aussi un conseiller au parlement de Paris, fort
homme de bien, mais fort visionnaire. Il avoit retranché son grenier,
y avoit fait son cabinet, et ne parloit aux gens que par la fenêtre de
ce grenier[438]. Un jour qu'il avoit rapporté une affaire pour la
communauté des pâtissiers, et qu'il la leur avoit fait gagner, parce
qu'ils avoient bonne cause, les pâtissiers lui voulurent donner un
plat de leur métier, et firent un pâté où ils mirent toute leur
science. Ils heurtent, les voilà dans la cour, et lui, la tête à la
lucarne, leur demande ce qu'ils veulent, et que leur affaire est
jugée. Ils disent qu'ils l'en viennent remercier. «Montez,» leur
dit-il. Les voilà en haut. Ils lui présentent leur pâté; il regarde ce
pâté, et puis il dit entre ses dents: «M. Portail a rapporté un procès
pour la communauté des pâtissiers, ils l'ont gagné, et ils font
présent d'un grand pâté à M. Portail.» Cela dit, il met ce pâté sur sa
fenêtre, et le laisse tomber dans la rue.

  [438] Racine avoit sans doute entendu conter cette anecdote quand
  il a fait donner audience à son Dandin, des _Plaideurs_, par une
  lucarne du toit.

Une autre fois, un procureur qu'il haïssoit, parce que c'étoit un
chicaneur, fut pour lui parler. Il lui demanda par sa lucarne ce qu'il
vouloit. «C'est, monsieur, dit le procureur, une requête que je vous
apporte pour la répondre, s'il vous plaît.--Lisez, lisez-la,» dit M.
Portail. Ce procureur se met à lire nu-tête, comme vous pouvez penser.
La requête étoit longue, et il faisoit très-grand froid, et le bon
homme, par malice, lui faisoit à toute heure des difficultés.

A propos de conseiller au parlement, je mettrai ici un conte de M.
Hilerin, conseiller d'Eglise. Ce bon homme a fait imprimer un livre de
théologie qu'il dédie à la Trinité, et commence l'épître par:
«_Madame._» En un endroit, il prouve la Trinité par un arrêt rendu à
son rapport.



LE COMTE DE VILLA-MEDINA.


Le comte de Villa-Medina, de la maison de Taxis, étoit général des
postes d'Espagne[439]. Cette charge y est tenue par des gens de
qualité, et vaut cent mille écus de rente. C'étoit un homme bien fait,
galant, libéral, vaillant et spirituel. Il écrivoit même en vers et en
prose, mais c'étoit l'un des hommes du monde les plus emportés en
amour. Durant la faveur du duc de Lerme, du vivant de Philippe III,
père du Roi qui règne aujourd'hui[440], il devint amoureux d'une dame
de la cour, et il avoit pour rival le duc d'Uceda, fils du favori. Un
jour il prit une telle jalousie de ce que cette dame avoit parlé à son
rival durant la comédie chez le Roi, qu'au sortir il se mit dans son
carrosse et la battit jusqu'à lui en laisser des marques. Non content
de cela, il lui ôta des pendants de grand prix et des perles qu'il
disoit lui avoir donnés. Il fit bien pis, car, en plein théâtre
public, il donna ces pendants et ces perles à une comédienne nommée
_Gentilezza_, grande courtisane, en lui disant: «Tiens, Gentilezza, je
les viens d'ôter à une telle, la plus grande p..... de Madrid, pour
les donner à la plus honnête femme qui y soit.» Le Roi et le favori
furent outrés de cette insolence, et le comte eut ordre de se retirer.
Il s'en alla à Naples. Pour la dame, elle eut un tel crève-coeur de
l'affront qu'on lui avoit fait, que son mari, par la faveur du duc
d'Uceda, ayant été fait vice-roi des Indes, elle y alla avec lui pour
ne plus paraître à la cour.

  [439] Les Taxis sont généraux des postes aussi dans les Etats de
  l'Empereur. (T.)

  [440] Philippe IV.

Le comte revint après la mort de Philippe III, et, toujours fou en
amour, se mit à galantiser une dame que le jeune Roi aimoit, et étoit
bien mieux avec elle que le Roi même. Un jour qu'elle avoit été
saignée, le Roi lui envoya une écharpe violette avec des aiguillettes
de diamans qui pouvoient bien valoir quatre mille écus. C'est la
galanterie d'Espagne: on y fait des présents aux dames quand elles se
font saigner. Le comte connut aussitôt, à la richesse de l'écharpe,
qu'elle ne pouvoit venir que du Roi, et en ayant témoigné de la
jalousie, la dame lui dit qu'elle la lui donnoit de tout son coeur.
«Je la prends, répondit le comte, et je la porterai pour l'amour de
vous.» En effet, il se la met, et va en cet équipage chez le Roi. Le
Roi conclut par là que le comte avoit les dernières faveurs de cette
belle, et afin de s'en éclaircir, il alla travesti pour l'y
surprendre. Le comte y étoit effectivement, qui le reconnut et qui le
frotta, quoiqu'il fut vêtu en personne de condition. Pour se pouvoir
vanter d'avoir eu du sang d'Autriche, il lui donna un coup de
poignard, mais ce ne fut qu'en effleurant la peau vers les reins. Le
Roi, le lendemain, sans se vanter d'avoir été blessé, lui envoya ordre
de se retirer. Au lieu de suivre l'ordre du Roi, le comte va au palais
avec une enseigne à son chapeau, où il y avoit un diable dans les
flammes avec ce mot, qui se rapportoit à lui:

       Mas pinada
     Minos arreperiado[441].

Le Roi, irrité de cela, le fit tuer dans le Prado, d'un coup de
mousquet, qu'on lui tira dans son carrosse, et puis on cria: _E por
mandamiento del Rey._

  [441] «Plus elle s'élève, moins on peut la retrouver.»

On conte sa mort diversement; d'autres disent que le Roi, en passant
devant la maison d'un grand seigneur de la cour, qui avoit fait
assassiner le galant de sa femme, dit au comte de Villa-Medina, qui
étoit dans le carrosse de S.M.: «_Escarmentar condé_[442],» et que le
comte lui ayant répondu: «_Sagradissima majestad, en amor no aye
scarmiento_,» le Roi, le voyant si obstiné, avoit résolu de s'en
défaire.

  [442] «Profitez de l'exemple d'autrui.» (T.)

On a une pièce imprimée qui s'appelle la _Gloria di niquea_[443]. Elle
est de la façon du comte de Villa-Medina, mais d'un style qu'ils
appellent _parlar culto_, c'est-à-dire Phébus. On dit que le comte la
fit jouer à ses dépens à Aranjuez. La Reine et les seules dames de la
cour la représentèrent. Le comte en étoit amoureux, ou du moins par
vanité il vouloit qu'on le crût, et, par une galanterie bien
espagnole, il fit mettre le feu à la machine où étoit la Reine, afin
de pouvoir l'embrasser impunément. En la sauvant comme il la tenoit
entre ses bras, il lui déclara sa passion et l'invention qu'il avoit
trouvée pour cela[444].

  [443] Le sujet de cette pièce est emprunté de l'Amadis de Gaule.

  [444] C'est Elisabeth de France, fille de Henri IV, épouse de
  Philippe IV, qui fit naître chez le comte cette passion si
  espagnole. C'est dans son propre palais que ce seigneur, que
  Tallemant nous fait, le premier, bien connoître, avoit reçu la
  reine et la cour. C'est sa propre habitation et les riches
  ornements qui la décoroient que Villa-Medina livra aux flammes
  pour tenir la Reine embrassée. La Fontaine a dit à son sujet
  (liv. IX, fable 15):

       J'aime assez cet emportement;
     Le conte m'en a plus toujours infiniment:
       Il est bien d'une âme espagnole,
       Et plus grande encore que folle.

On m'a conté (et cela vient d'une demoiselle Bertaut, mère de madame
de Mauteville[445], qui fut fort jeune en Espagne, quand on y mena
madame Elisabeth de France), on m'a conté qu'un grand seigneur
d'Espagne traita le Roi et la Reine sous des tentes magnifiques, et
tapissées par dedans des plus belles tapisseries du monde, en un
vallon fort agréable où la cour devoit passer, et qu'après que le Roi
et la Reine furent partis, on entendit un grand bruit. C'étoit qu'on
crioit au feu, car ce seigneur avoit mis le feu à tout ce qui avoit
servi à cette magnificence, comme s'il eût cru profaner les mêmes
choses en les faisant servir à d'autres. Philippe II, qui avoit une
jeune femme et qui étoit fort soupçonneux, crut aussitôt qu'il y avoit
de l'amour sur le jeu. Pour s'en éclaircir, à un jeu de canes, il
demanda à la Reine, quel de tous les seigneurs de sa cour qui
s'exerçoient à ce jeu, lui sembloit faire le mieux. «C'est, lui
dit-elle, celui qui a de si grandes plumes.» C'étoit le même. Le Roi
répondit: «_Pue de ben tener alas, per que buela muy alto_[446].» Cela
servit apparemment, avec autre chose, à la faire empoisonner.

  [445] Véritable orthographe du nom de l'auteur des _Mémoires pour
  servir à l'histoire d'Anne d'Autriche_, qu'on écrit plus souvent
  MOTTEVILLE (Voir la _Biographie universelle_, tom. XXX, p. 293.)

  [446] «Il peut bien avoir des ailes puisqu'il vole si haut.»



M. VIÈTE[447].


M. Viète étoit un maître des requêtes, natif de Fontenay-le-Comte en
Bas-Poitou. Jamais homme ne fut plus né aux mathématiques; il les
apprit tout seul; car, avant lui, il n'y avoit personne en France qui
s'en mêlât. Il en fit même plusieurs traités d'un si haut savoir qu'on
a eu bien de la peine à les entendre, entre autres, son _Isagogé_, ou
_Introduction aux mathématiques_[448]. Un Allemand, nommé
Landsbergius, si je ne me trompe, en déchiffra une partie, et depuis
on a entendu le reste. Voici ce que j'ai appris touchant ce grand
homme. Du temps d'Henri IV, un Hollandois, nommé Adrianus Romanus,
savant aux mathématiques, mais non pas tant qu'il croyoit, fit un
livre où il mit une proposition qu'il donnoit à résoudre à tous les
mathématiciens de l'Europe; or en un endroit de son livre il nommoit
tous les mathématiciens de l'Europe, et n'en donnoit pas un à la
France. Il arriva, peu de temps après, qu'un ambassadeur des Etats
vint trouver le Roi à Fontainebleau. Le Roi prit plaisir à lui en
montrer toutes ses curiosités, et lui disoit les gens excellents
qu'il y avoit en chaque profession dans son royaume. «Mais, Sire, lui
dit l'ambassadeur, vous n'avez point de mathématiciens, car Adrianus
Romanus n'en nomme pas un françois dans le catalogue qu'il en
fait.--Si fait, si fait, dit le Roi, j'ai un excellent, homme: qu'on
m'aille quérir M. Viète.» M. Viète avoit suivi le Conseil, il étoit à
Fontainebleau; il vient. L'ambassadeur avoit envoyé chercher le livre
d'Adrianus Romanus. On montre la proposition à M. Viète, qui se met à
une des fenêtres de la galerie où ils étoient alors, et avant que le
Roi en sortît, il écrivit deux solutions avec du crayon. Le soir il en
envoya plusieurs à cet ambassadeur, et ajouta qu'il lui en donneroit
tant qu'il lui plairoit, car c'était une de ces propositions dont les
solutions sont infinies. L'ambassadeur envoie ces solutions à Adrianus
Romanus, qui, sur l'heure, se prépare pour venir voir M. Viète. Arrivé
à Paris, il trouva que M. Viète étoit allé à Fontenay. A Fontenay, on
lui dit que M. Viète est à sa maison des champs. Il attend quelques
jours et retourne le redemander; on lui dit qu'il étoit en ville. Il
fait comme Apelles qui tira une ligne. Il laisse une proposition;
Viète résout cette proposition. Le Hollandois revient; on la lui
donne, le voilà bien étonné; il prend son parti d'attendre jusqu'à
l'heure du dîner. Le maître des requêtes revient; le Hollandois lui
embrasse les genoux; M. Viète, tout honteux, le relève, lui fait un
million d'amitiés; ils dînent ensemble, et après il le mène dans son
cabinet. Adrianus fut six semaines sans le pouvoir quitter. Un autre
étranger, nommé Galtade[449], gentilhomme de Raguse, se fit faire
résident de sa république en France pour conférer avec M. Viète. Viète
mourut jeune, car il se tua à force d'étudier[450].

  [447] François Viète, né en 1540, mort en 1603. Un de nos plus
  célèbres mathématiciens.

  [448] _Isagoge in artem analyticam._

  [449] C'est plutôt Marin Getkalde, de Raguse, qui a publié
  _l'Apolonius ressuscité_.

  [450] On lit dans la _Biographie universelle_ de Michaud un
  article très bien fait sur François Viète.



LE CHANCELIER DE BELLIÈVRE[451],

LE CHANCELIER DE SILLERY[452],

M. ET Mme DE PISIEUX, M. ET Mme DE MAULNY.


Pomponne de Bellièvre fut envoyé ambassadeur en Suisse. Il faut boire
en dépit qu'on en ait. On l'enivra. C'étoit dans un lieu public; en
sortant, il saluoit les piliers. «Monsieur, ce sont des piliers,» lui
dit-on. Il ne laissoit pas toujours de saluer, et disoit: «A tous
seigneurs tous honneurs.»

  [451] Pomponne de Bellièvre, né en 1529, mort le 5 septembre
  1607.

  [452] Nicolas Brulart de Sillery, mort en 1624, âgé de
  quatre-vingts ans.

Un peu après qu'il eut été fait garde-des-sceaux, quelqu'un, qui ne
savoit pas son logis, le demanda à un savetier. Ce savetier dit: «Je
ne sais où c'est.» Cet homme va plus bas, on lui dit: C'est vis-à-vis
ce savetier. «Oh hé! compère, dit-il au savetier, vous ne connoissez
donc pas vos voisins?--Je ne connois point, répondit le savetier, les
gens avec qui je n'ai point bu.» Cet homme conta cela au
garde-des-sceaux, qui envoya convier le savetier à souper. Le galant
dit qu'il ne manqueroit pas. En effet, il prend ses habits des
dimanches, et avec une bouteille de vin et un chapon tout cuit, dont
il avoit rompu un pied, il va chez le garde-des-sceaux, il met son vin
à l'office et y laisse son chapon aussi entre deux plats. Comme on eut
servi le second: «Oh hé! dit-il, monsieur, je ne vois point mon
chapon.» M. de Bellièvre demande ce qu'il vouloit dire; il le lui
conte et ajoute: «En voilà le pied que j'ai rompu de peur qu'on ne me
le changeât. Il vaudra bien tout ce que vous avez là, et mon vin est
bien aussi bon que le vôtre; nous en usons ainsi entre nous.» On
apporta la bouteille et le chapon. Le garde-des-sceaux ne but plus et
ne mangea plus que de ce qu'avoit apporté le savetier, et ils firent
la plus grande amitié du monde.

Un jour, étant chancelier, qu'il tenoit un enfant sur les fonts, le
curé lui demanda le nom. Il répondit avec une gravité de chef de la
justice: «_Pomponne._» Le curé, qui n'avoit jamais été régalé de ce
nom-là, le lui fit répéter. Il dit une seconde fois et aussi
sérieusement: «_Pomponne._--Ha! monsieur, reprit le curé, ce n'est pas
une cloche que nous baptisons; c'est un enfant.»

C'étoit un homme d'une grande douceur. On dit qu'il ne s'est jamais
mis en colère. Pour éprouver sa patience, ou plutôt son flegme, on
alluma derrière lui un grand feu durant les grandes chaleurs pendant
qu'il dînoit. Il ne dit autre chose sinon: «On est céans de l'avis de
ceux qui disent que le feu est bon en tout temps.»

Pour les accommoder lui et M. de Sillery, à qui on donnoit les sceaux,
on fit un mariage. Le fils du chancelier épousa la fille du
garde-des-sceaux, qui étoit une demoiselle fort galante, et dans les
_visions de la cour_, on mit que pour les mettre d'accord on avoit
pris une fourche.

M. de Sillery Brulart fut chancelier après lui. On conte de lui une
chose qui marque une grande douceur et une grande patience. Un jour,
je ne sais quelle femme l'attendit à sa porte et lui chanta pouille.
Il appela un homme qui étoit avec elle, et lui demanda s'il la
connoissoit. «Oui, monsieur, lui répondit cet homme, c'est ma
femme.--Et combien y a-t-il que vous êtes avec elle?--Il y a dix ans,
monsieur.--Vous devez, reprit-il, vous être bien ennuyé, car il n'y a
qu'une demi-heure que j'y suis, et j'en suis déjà bien las.»

C'est lui qui a bâti Berny; M. de Gèvres, secrétaire d'Etat, père de
M. de Fresne, bâtissoit en même temps Sceaux, et chacun vouloit
accroître sa terre. Henri IV leur défendit à tous deux d'acheter des
héritages par-delà le chemin d'Orléans qui les sépare[453].

  [453] Le château de Berny étoit en effet placé à l'autre côté du
  chemin d'Orléans, sur la paroisse d'Antony. Il ne reste plus de
  cette terre que quelques murs du parc.

Le chancelier de Sillery maria son fils, M. de Pisieux, en secondes
noces à mademoiselle de Valençay d'Etampes, soeur de feu M.
l'archevêque de Reims dont nous parlerons ailleurs. Ce fils étoit un
pauvre homme, mais il a gouverné quelque temps, étant secrétaire
d'Etat.

M. de Pisieux n'ayant point eu d'enfants de son premier mariage, le
chancelier ne souhaitoit rien tant que de voir sa belle-fille grosse.
Elle fut quelque temps sans le devenir, et enfin elle s'avisa de
feindre qu'elle l'étoit, peut-être pour tirer quelque chose du bon
homme. Car, comme vous verrez, c'était et c'est encore une assez
plaisante créature. On fit toutes les façons imaginables de peur
qu'elle ne se blessât, et comme elle fut au neuvième mois, on dit tout
d'un coup: «Madame de Pisieux n'est plus grosse, mais madame de
Clermont d'Entragues, qu'on ne disoit point être grosse, est
accouchée.» Voilà une assez plaisante rencontre. Effectivement, cette
dernière ne s'en douta point, jusqu'à ce que, sentant les tranchées
(c'était d'un premier enfant), elle crut avoir la colique, et envoya
quérir un apothicaire pour se faire donner un lavement. Mais, cet
homme ayant voulu savoir où était son mal, reconnut ce que c'étoit.
Elle se moquoit de lui, le mari arrive; l'apothicaire lui dit que sa
femme étoit prête à accoucher. Le voilà bien étonné; il envoie quérir
une sage-femme, et madame de Clermont accouche d'un enfant bien formé
et bien venu.

Madame de Pisieux a été belle, mais toujours extravagante. Son
beau-père et son mari ont été tous deux ministres d'Etat, et quoiqu'on
ce temps-là on ne fît pas de si prodigieuses fortunes qu'on a fait
depuis, leur maison ne laissa pas de devenir puissante. Cette femme
cependant ne put s'abstenir de faire l'amour par intérêt. Elle se
donna à Morand, trésorier de l'épargne. Cet homme étoit fils d'un
sergent de Caen. Elle le porta à acheter la charge de trésorier de
l'ordre qu'avoit M. de Pisieux[454], et ce bon homme disoit: «M.
Morand n'en vouloit donner que tant; mais ma femme l'a tant fait
monter, l'a tant fait monter, qu'il est venu jusqu'à ce que j'en
voulois.» Elle a fait cent folies à Berny avec cet homme. On, dit
qu'elle l'enchaînoit et qu'elle lui faisoit tirer un petit char de
triomphe le long des allées. Elle avoit des ragoûts en mangeaille que
personne n'a jamais eus qu'elle. On m'a assuré qu'elle mangeoit du
point coupé. Alors les points de Gênes, ni de Raguse, ni d'Aurillac,
ni de Venise, n'étoient point connus; et on dit qu'au sermon elle
mangea tout le derrière du collet d'un homme qui étoit assis devant
elle.

  [454] Le cordon demeura à Pisieux. (T.)

M. de Châteauneuf recherchoit madame d'Achères, alors mademoiselle de
Valençay. Mais, durant cette recherche, madame d'Achères découvrit
qu'il y avoit grande galanterie entre M. de Châteauneuf et madame de
Pisieux. Elle vit par-dessus l'épaule de sa soeur quelques mots assez
doux dans une lettre; cela lui donna du soupçon. Elle ôte au laquais
de M. de Châteauneuf la réponse de madame de Pisieux. C'étoit un
billet qui parloit fort clairement. Depuis, elle ne voulut plus
entendre au mariage, et quand madame de Pisieux l'en pressa, elle lui
dit: «Ma soeur, connoissez-vous votre écriture?» et en même temps lui
donna sa lettre. Après cela, on ne parla plus de cette affaire.

Elle fit une amitié étroite avec madame du Vigean, qui alors logeoit à
l'hôtel de Sully, que son mari avoit acheté de Gallet qui le fit
bâtir. Madame de Pisieux demeuroit bien loin de là; après avoir été
tout le jour ensemble, elles s'écrivoient le soir; et madame de
Pisieux obligeoit l'autre à ne voir personne l'après-souper en son
quartier, et cela par jalousie. Enfin madame d'Aiguillon l'emporta sur
elle.

Quand M. de Pisieux mourut, elle joua plaisamment la comédie. Il n'y
avoit pas long-temps qu'il lui avoit donné un soufflet. Cependant elle
fit l'Artemise, et d'une telle force, que tout le monde y alloit comme
à la farce. Le marquis de Sablé mourut peu de temps après. On crut que
sa femme, qui l'aimoit encore moins que celle-ci n'avoit aimé le sien,
en feroit de même; mais on fut bien attrapé, car elle ne dit pas un
mot de son mari.

Madame de Pisieux n'est pas bête. Jamais il n'y a eu une si grande
friande. Depuis Pâques jusqu'à la Pentecôte elle mangea, il n'y a que
cinq où six ans, pour dix-sept cents livres de ce veau de Normandie
que l'on nourrit d'oeufs[455]; car, outre le lait de la mère, on leur
donne dix-huit oeufs par jour. Elle avoit été contrainte de vendre
Berny à feu M. le premier président de Bellièvre; mais il lui reste
encore une belle maison en Touraine, qu'on appelle le Grand Pressigny.
Il y a des meubles pour toutes les quatre saisons[456]. M. de Chavigny
y passa. Le marquis de Sillery pria sa mère de le recevoir de son
mieux. Elle lui fit une chère admirable; elle lui changea même de
meubles à son appartement. «Je voulois, lui dit-elle, vous montrer
qu'il m'en est encore demeuré un peu.»

  [455] On appelle le lieu où l'on le nourrit _Rivière_. (T.)

  [456] Depuis Cazindre a acheté cette terre, et elle a vécu de six
  mille livres que le Roi (1647) lui donna. (T.)

Son fils, le marquis de Sillery, dit qu'elle a un mari de conscience.
C'est un certain grand nez. «Elle a voulu, dit le marquis, tâter d'un
grand nez après un camus.» M. de Pisieux avoit le nez court, mais je
pense que la bonne dame en avoit tâté de toutes les façons. C'est une
grande hâbleuse. Elle a eu pourtant le sens de s'habiller modestement,
quoiqu'elle fût encore fraîche.

Elle a une fille mariée avec le marquis de Maulny, fils du maréchal
d'Étampes, son proche parent. C'est une fort jolie personne, mais il
falloit être bien hardi pour l'épouser: c'étoit une terrible éveillée.

On en fait un conte assez gaillard. Sa mère lui faisoit apprendre en
même temps à écrire, à dessiner, à danser, à chanter, à jouer du luth,
et même à jouer des gobelets. On lui montroit l'italien, l'espagnol et
l'allemand. Or ils menèrent un jeune Allemand au Grand-Pressigny, qui
étoit beau garçon, mais fort innocent. Un jour que la demoiselle étoit
sur son lit, elle lui dit en allemand: «Un tel, mettez-vous là, auprès
de moi. Il s'y met..... «Ah! mademoiselle, lui dit cet adolescent,
vous me perdez.--Voire, voire, répondit-elle, vous vous moquez... Je
dirai que vous m'en avez priée.» On dit que l'Allemand ne fit pas
comme Joseph. On dit qu'un jour le cardinal de Richelieu pria madame
de Pisieux de la faire chanter. Elle étoit encore fille; elle,
peut-être par bizarrerie, ou bien ne prenant point de plaisir à faire
la chanteuse, après s'être bien fait prier, se mit à chanter une
chanson de laquais, où il y a à la fin:

     J'ai grand mal au _vistannoire_,
       J'ai grand mal au doigt.

Le cardinal trouva cela assez ridicule, et dit à la mère: «Madame, je
vous conseille de bien prendre garde au _vistannoire_ de mademoiselle
votre fille.»

M. le marquis de Maulny a pourtant si bien fait qu'on n'a point parlé
de sa femme. On dit qu'il l'a souffletée quelquefois. Il ne l'a guère
perdue de vue au commencement. L'abbé de Gramont, depuis le chevalier,
en fit un vaudeville où il y avoit:

     Je laisserai madame de Maulny
       Avecque son mari.

On dit que d'abord elle s'en est donné au coeur joie, quand elle l'a
pu, mais sans galanterie, en partie pour faire enrager son mari; mais
qu'enfin, lasse d'être épiée et peu estimée, elle a pris le frein aux
dents, est devenue une bonne ménagère, fait fort bien aller toute sa
maison, et ne laisse pas de se mettre toujours proprement.

Je ne sais quel sot galant de Champagne s'avisa de lui écrire un assez
ridicule _poulet_. Elle l'attacha à la tapisserie, et tous ceux qui
vinrent le lurent. Jamais pauvre galant ne fut tant moqué.

Il a pris quelquefois des visions à son mari de quitter l'armée et de
s'en aller au galop pour coucher une nuit avec elle. Ce n'étoit point
pour la surprendre, car quand il l'a pu il l'en a avertie. Ce n'est
point aussi qu'il l'aime fort, car on dit qu'il ne l'aime pas; il faut
donc dire qu'il aime la chair, et qu'il y a de la sensualité en son
fait, car c'est un grand abatteur de bois. Il y a cinq ou six ans
qu'elle devint grosse: «J'en tiens, ce dit-elle, mais je l'ai bien
gagné.»

Maulny a l'honneur d'être un des plus grands brutaux qui soient au
monde. Depuis peu (mai 1658) il l'a bien fait voir. Il a une terre en
Bourgogne auprès de Brinon-l'Archevêque, château dépendant de
l'archevêque de Sens. Un jour il envoya ses gens pour acheter au
marché de Brinon des oeufs et du beurre. Le marché n'étoit point
encore ouvert; on leur dit qu'ils attendissent. Ces gens vont
rapporter à Maulny qu'on a refusé de leur vendre, etc. Je crois qu'il
y avoit déjà eu quelque petite chose entre l'archevêque et lui,
peut-être un peu de jalousie, car l'archevêque est galant. Quoi qu'il
en soit, Maulny, lui huitième, va à Brinon, n'y trouve point
l'archevêque, qui étoit allé à une paroisse là auprès, appelée
Saint-Florentin, tenir son synode. Il rencontre un fermier à la petite
porte du château qu'il maltraite. Un Suisse vient, et un autre homme;
il donne un coup d'épée à l'un au travers du corps, et un coup de
pistolet à l'autre: je pense qu'ils en sont morts. L'abbé de Nesmond,
à ce qu'on m'a dit, y survint; il étoit là pour ce synode; il lui
voulut faire quelque remontrance. Maulny le maltraite de paroles.
L'abbé ne s'effarouche point de cela, et lui persuade de s'en
retourner et d'écrire à M. de Sens. Maulny écrit; mais à peine là
lettre est-elle partie, qu'il monte à cheval et va faire mille
insolences, à l'archevêque tenant son synode. On dit qu'il lui proposa
de se battre en lui disant: «Vous êtes gentilhomme et d'une race assez
vaillante.» On se mit entre eux. Voilà tous les Montespan, tous les
Bellegarde, tous les Terme, tous les Gondrin, tous les d'Antin à
cheval, et le maréchal d'Albret, leur parent, aussi. L'autre assemble
ses amis de son côté, mais en petit nombre. Enfin on l'obligea,
prenant la chose du côté de la conscience, à venir dans la cathédrale
de Sens sur un échafaud, sans manteau, chapeau, épée, ni gants,
entendre la messe, et après, demander pardon à son archevêque. Ce
qu'il fit _di muy malæ ganæ_.



LE CAMUS[457],

MAITRE DES REQUÊTES.


Le Camus, le riche, étant petit garçon, alla voir un lion que l'on
montroit dans un jeu de paume sur un théâtre. Il n'étoit pas bien à sa
fantaisie. Il voulut passer par un bout du théâtre, et montoit avec
une échelle, quand le lion, qui étoit à l'autre bout (et le théâtre
avoit toute la largeur du jeu de paume), en un saut fut à cet enfant,
et avec sa queue l'amène de l'échelle sur le théâtre, le manteau
entortillé autour de la tête. Il le tenoit déjà sous lui, quand d'en
bas un page, peut-être plutôt pour faire niche au lion que pour
secourir l'enfant, lui donna un coup de gaule. Le lion saute vers le
page, et on tira le petit garçon en bas en danger de lui rompre le
col; il en fut quitte pour une saignée.

  [457] C'est celui qu'on appelle _Patte-Blanche_. Il se pique
  d'avoir de belles mains.

M. d'Aubigny, de la maison des Stuarts, cadet du duc de Lenox[458],
logeant au faubourg Saint-Germain dans une maison des Jacobins
réformés, qui avoit une entrée dans leur jardin, l'été, un soir, sans
savoir que deux dogues d'Angleterre, qui gardent leur enclos, eussent
été lâchés une demi-heure plus tôt que de coutume, il entre sous un
berceau qui n'étoit pas loin de son logement. Les chiens le sentent et
lui coupent chemin. Il ne perdit point pourtant le jugement, et,
sachant que cette sorte de chiens principalement ne se jettent point
sur ceux qui ne témoignent point de peur, il ne fuit point, et avertit
un homme qui étoit avec lui, puis il se met à les caresser en anglais.
Il y en eut un qui s'apprivoisa aussitôt; l'autre gronda toujours,
cependant il eut le loisir de gagner la porte. Ces mêmes chiens
attrapèrent la jambe d'un voleur de fruits qui se sauvoit par-dessus
le mur, le tirèrent à bas et l'étranglèrent. Les moines jetèrent le
corps par-dessus le mur dans la rue: il n'en fut autre chose (1650).

  [458] Il a le bien de France, et s'est fait d'église. Il est à
  cette heure chanoine de Notre-Dame, et bon ami des jansénistes.
  (T).

Un homme de Marseille reçut en bonne compagnie une cassette. Il crut
que c'étoit des essences, et ne la voulut point ouvrir devant je ne
sais combien de femmes qui étoient chez lui, de peur d'être obligé
d'en trop donner. Il se retire sur un balcon qui donnoit sur un
jardin. En ouvrant, le feu prend à une fusée qui eut assez de force
pour faire tomber la cassette dans le jardin, où tout l'artifice et
tous les pistolets qui étoient dedans jouèrent sans faire mal à
personne. Voyez quel fracas cela auroit fait, s'il eût ouvert devant
ces dames.

On dit qu'un chanoine de Notre-Dame de Paris étant à l'extrémité, ses
gens s'emparoient de tout ce qu'ils pouvoient attraper. Un singe qu'il
avoit se saisit à l'instant du bonnet carré du chanoine et se le mit
sur la tête. Le malade, qui voyoit cela, se mit tellement à rire,
qu'il se creva un abcès qu'il avoit dans la gorge, et il en guérit.

L'abbé de Beauveau, évêque de Nantes, poursuivit un jour, en caleçon,
ses tenailles à la main, un cordelier contre lequel il s'étoit mis en
colère, jusque dans le marché de Nantes, qui est proche de l'évêché.

Une fois qu'il partoit, tous les ouvriers à qui il devoit vouloient
avoir de l'argent. Son cordonnier lui alla présenter ses comptes. «Je
n'ai point d'argent, lui dit-il.--Mais, monseigneur, de quoi
nourrirai-je mes enfans?--Je n'ai point d'argent,» répéta-t-il. Le
cordonnier rognonnoit. L'évêque prend la pelle du feu et lui en donne
sur le dos plus de quatre coups. Au sortir de là, le cordonnier trouve
le menuisier, à qui il dit qu'il venoit d'être payé. «Je m'y en vais
donc, dit l'autre.--Oui, oui, reprit-il, il y fait bon.» Le menuisier
va. «Je n'ai point d'argent.--Mais monseigneur, vous avez bien payé le
cordonnier.--Veux-tu que je te paie en même monnoie?--Je ne demande
pas mieux?» Il le battit tout comme l'autre. Il ne craint que le
maréchal de La Meilleraie.



MADAME D'ALINCOURT[459].


Un garçon de Paris, nommé M. de Marcognet, fils d'un maître des
requêtes appelé Langlois, fit amitié avec feu M. d'Alincourt, père de
M. le maréchal de Villeroi, et devint en même temps amoureux de madame
d'Alincourt, qui étoit belle, et dont jusque là on n'avoit encore rien
dit. Il la servit fort long-temps sans en avoir la moindre faveur, et
il ne se pouvoit vanter que d'être un peu plus obstiné que ses rivaux.
Las de cette vaine recherche, il résolut de tout hasarder, et ayant
remarqué plusieurs fois que la dame, qui étoit alors à Lyon, dont son
mari étoit gouverneur, se retiroit fort souvent toute seule dans un
cabinet qui étoit tout au bout d'un assez grand appartement, et que
ses femmes se tenoient dans un lieu assez éloigné, ayant remarqué tout
cela, il résolut de l'y surprendre pour voir s'il ne trouveroit point
l'heure du berger. Dans ce dessein, étant à la chasse avec M.
d'Alincourt, il se laisse tout exprès tomber dans un bourbier afin
d'avoir prétexte de se retirer. M. d'Alincourt continue sa chasse;
Marcognet, de retour, change d'habit, va chez madame d'Alincourt, et
la trouve où il vouloit. Après lui avoir conté son accident, il lui
dit à quel dessein il s'étoit laissé tomber dans le bourbier, et qu'il
étoit résolu de jouer de son reste. Après cela, il va fermer toutes
les portes. Je vous laisse à penser si cette femme fut étonnée. Il la
jeta sur un lit de repos; elle se défendit autant qu'on se peut
défendre; mais comme il étoit beaucoup plus fort qu'elle, à la fin il
en vint à bout, moitié figue, moitié raisin; elle n'avoit osé crier de
peur de scandale; peut-être aussi que le dessein de cet homme lui
avoit semblé une grande marque d'amour. Il lui fit après toutes les
satisfactions imaginables. Elle le menaçoit de le faire poignarder.
«Il ne faut point d'autre main que la vôtre pour cela, lui dit-il,
madame;» et lui présentant un poignard: «Vengez-vous vous-même, et je
vous jure que je mourrai très-content.»

  [459] Jacqueline de Harlay, fille du baron de Sancy, mariée à
  Charles de Neufville, marquis d'Alincourt, gouverneur de Lyon,
  etc., le 11 février 1596.

Depuis, elle ne fut pas si cruelle, et ses autres galants n'eurent pas
tant de peine que celui-ci.



M. D'ALINCOURT.


Pour M. d'Alincourt, ce n'étoit pas un grand personnage. Il s'amusoit,
à la mode de certains gouverneurs de frontières, à vouloir que tous
les courriers fussent lui parler. Une fois, le comte de
Clermont-Lodève, grand seigneur du Rouergue, autrefois assez connu à
la cour sous le nom de marquis de Cessac, couroit la poste sur la
route de Languedoc. Il fallut aller chez M. d'Alincourt à Lyon, car
les maîtres de la poste ne donnent point de chevaux autrement, et on
les châtiroit s'ils y avoient manqué. Le comte n'étoit point connu du
gouverneur, qui, faisant le grand seigneur, demanda ce qu'on disoit à
Paris: «On y disoit vêpres, monsieur, quand je suis parti.» Voyant
qu'on ne parloit pas autrement de s'asseoir, il prend un fauteuil
qu'il gâta un peu avec ses bottes crottées; il en donne un autre à un
gentilhomme qui étoit avec lui, se couvre, et se met à se chauffer:
c'étoit l'hiver. Il cause avec son compagnon, comme s'il n'y eût
qu'eux dans la chambre, et quand il eut bien chaud, il fait la
révérence à M. le gouverneur, qui étoit si surpris qu'il n'eut pas le
mot à dire. Il le fut encore bien plus quand, en Languedoc, il vit que
M. de Montmorency faisoit mettre à table ce gentilhomme-là, même
beaucoup au-dessus de lui: alors il apprit qui il étoit.

Une fois ce M. d'Alincourt s'avisa de vouloir tâter mademoiselle de La
Moussaye, une grande, vieille et vilaine fille. Elle lui donna un beau
soufflet. C'étoit une originale que cette mademoiselle de La Moussaye,
tante de La Moussaye, petit-maître. Jamais il n'y eut une créature
plus mal bâtie, si malpropre: vous eussiez dit une Bohémienne; de
grands vilains cheveux noirs gras. Elle avoit pour toute
femme-de-chambre un grand laquais. Avec tout cela elle ne manquoit pas
d'esprit et disoit les choses assez plaisamment. Une jolie femme, feu
madame d'Harambure, disoit que de toutes les vilaines bêtes, elle ne
pouvoit souffrir que La Moussaye. Elle demeuroit avec mademoiselle
Anne de Rohan.



FAURE, PÈRE ET FILS.


M. Faure étoit un bourgeois de Paris, riche de deux cent mille écus.
C'étoit un des plus grands avares qu'on ait jamais vus. Il y avoit
trois bûches dans la cheminée de sa belle chambre. Ces bûches avoient
trempé dans l'eau, de sorte que le fagot qu'on mettoit dessous brûloit
tout seul et ne faisoit que les faire suer seulement. La compagnie
étant retirée, si le feu du fagot les avoit un peu trop séchées, on
les remettoit dans l'eau.

Je l'ai vu venir, un jour d'été, par le plus beau temps du monde, chez
M. Conrart, son parent, avec son chapeau de pluie: «Eh quoi! mon
cousin, lui dit M. Conrart, avez-vous eu peur de la pluie
aujourd'hui?--Je vous assure, dit le bon homme, que j'ai regardé à
l'almanach, et il nous menaçoit d'orage.» Pour moi jamais en ma vie je
n'ai vu un tel chapeau de cocu qu'étoit le sien. Le plus beau qu'il
eût étoit à peu près comme ceux de ces crieuses de vieux chapeaux. Cet
homme, mal satisfait du siècle, comme toutes les vieilles gens, se mit
à déclamer contre la vénalité des charges, lui qui a un fils qui, avec
son argent, avoit eu bien de la peine à entrer au Parlement, tant il
avoit mal répondu.

Notre bourgeois, devenu veuf, prit la peine de se jouer à sa servante.
Elle devint grosse, et accoucha d'un enfant qui vécut, au grand regret
du bon homme; car, quand il fut question de fournir pour la
nourriture, il dit que son valet y avoit travaillé aussi bien que lui;
le valet fut assez sincère pour l'avouer, et le maître lui retranchoit
tant de ses gages pour donner à la mère de l'enfant. On a même dit
qu'ils le faisoient élever par moitié.

Le fils devint amoureux de la veuve d'un lieutenant de l'artillerie,
nommé La Barre: cette femme n'avoit que quarante ou cinquante mille
livres de bien, mais elle étoit belle et jeune et n'avoit point eu
d'enfants. En récompense elle est si capricieuse, qu'elle pourroit
quasi passer pour folle. Son premier mari en avoit été si jaloux
qu'il la faisoit garder quand il étoit à l'armée. Elle ne sortoit
point, et ne faisoit tout le jour que donner des chaises, comme s'il
fût venu compagnie, et puis elle les remettait comme si la compagnie
étoit sortie; et en rangeant et dérangeant des siéges, elle passoit
toute la journée. Cela a peut-être contribué à la rendre si peu
raisonnable.

Faure l'épousa clandestinement. Son père en fit du bruit, mais enfin
on l'apaisa et on confirma le mariage. Ce ne fut pas sans donner
auparavant de bien mauvaises heures à la pauvre femme; car cet homme
alla à la Pissotte[460], où ils avoient été mariés, et trouva moyen de
déchirer du registre du curé le feuillet où étoit l'acte de la
célébration de leur mariage, et l'ayant en son pouvoir, il lui faisoit
tous les jours des frayeurs épouvantables. Pour se récompenser du peu
de bien qu'il avoit eu de sa femme, il lui fit porter quatre ans
durant la robe du deuil de son premier mari, car il n'attendit pas le
bout de l'an pour l'épouser. Depuis, elle a toujours été fagotée à peu
près de même. Il la tient comme prisonnière, et elle n'est guère mieux
en secondes qu'en premières noces.

  [460] On appeloit alors de ce nom le village de Vincennes, qui
  n'a été pendant long-temps qu'un hameau dépendant de la paroisse
  de Montreuil. Il y avoit une chapelle qui fut érigée en
  succursale, en 1547, et ne devint paroisse que vers l'année 1669.
  On n'y comptoit encore en 1709, que cinquante feux et deux cent
  vingt-huit habitants. (Voyez l'_Histoire du diocèse de Paris_,
  par l'abbé Lebeuf, Paris, 1755, tom. 5, pag. 94 et suivantes)



VANITÉ DES NATIONS.


Un Espagnol, voyant le feu roi Louis XIII ôter son chapeau à plusieurs
personnes qui étoient dans la cour du Louvre, dit à l'archevêque de
Rouen, avec qui il étoit: «Hé quoi! votre roi ôte son chapeau à ses
sujets?--Oui, dit l'archevêque, il est fort civil.--Oh! le Roi mon
maître tient bien mieux son rang; il n'ôte son chapeau qu'au
Saint-Sacrement; _y de muy mala gana_.[461]»

  [461] Et même mal volontiers. (T.)

Dans la suite des ambassadeurs que le feu roi de Portugal envoya au
feu roi d'Angleterre, il y avoit un homme qui trouvoit le prince de
Galles, aujourd'hui le roi d'Angleterre en titre, fort à son goût. «Eh
bien! que vous en semble? lui dit quelqu'un.--_Por Dios_, répondit-il,
_que parece un Portughez._»

Les Italiens croient qu'il n'y a qu'eux de sages, et pour dire les
gens de deçà les monts, ils disent: _delle bestie oltramontane_. Un
Italien regardoit une fois dîner le roi Jacques d'Angleterre, et
voyant que ce Roi avoit Buckingham, beau garçon, auprès de sa chaise
et lui faisoit force caresses, il va dire d'un ton sérieux à un autre
Italien: «_Signor mio, sta gente non e mica barbara._»

Les Béarnois, pour venir à quelque chose de moins général, se
ressentent un peu du voisinage des Espagnols, et ils ont plusieurs
proverbes qui font assez voir la bonne opinion qu'ils ont d'eux-mêmes.
En voici quelques-uns:

     Lous Biarnez sount su l'autre gent
     Comme l'or el su l'argent.

     Qui a bist Pau
     N'a maj bist un tau.
     Qui a bist Oleron
     A bist tout lou mond[462].
           Ortez
       Grand cose es.
     Qui a bist Morlas
     Po ben dire hélas!

  [462] Notez que ce sont toutes bicoques. (T.)

Feu Galant le père, avocat fameux, soutenoit à feu M. de Châteauneuf
que tous les Béarnois étoient fous. En ce temps-là, un M. de Lescun
fut député à la cour par les églises de Béarn; cet homme avoit
beaucoup de vivacité et parloit facilement; le conseil en fut charmé.
«Ah! dit M. de Châteauneuf à Galant, vous ne sauriez que dire cette
fois-là.--Attendez, monsieur, attendez,» répondit Galant. Or, s'en
allant en poste, ce Lescun se battit avec son postillon; Galant le
sut, et alla trouver M. de Châteauneuf. «Eh bien! monsieur, n'avois-je
pas raison de dire: _attendez_?»



AVOCATS.


Filleau, aujourd'hui avocat du Roi à Poitiers, plaidant ici pour je ne
sais quelle confrérie du Rosaire, dit que les grains de chapelet
étoient autant de boulets de canon qu'on tiroit pour prendre le ciel.

Lambin et Massac, en leur jeunesse, allant se promener, rencontrèrent
une vieille qui chassoit des ânes; et se voulant railler d'elle:
«Adieu, lui disent-ils, la mère aux ânes.--Adieu, dit-elle, mes
enfants.»

Un avocat huguenot, nommé Perreaux, qui a fait cette ridicule préface
au-devant du livre de M. de Rohan, _Des Intérêts des Princes_[463],
plaida une fois pour des marchands portugais; c'étoit avant la révolte
du Portugal, et commença ainsi son plaidoyer: «Messieurs, je parle
pour haut et puissant prince roi des Espagnes...» et dit tous les
titres de Sa Majesté Catholique. Depuis, on l'appela l'avocat du roi
d'Espagne.

  [463] Il y a plusieurs éditions de ce livre. La plus recherchée
  est celle que les Elzévirs ont donnée en 1641.

La Martellière ne plaidoit guère bien non plus, mais il avoit bonne
tête pour les affaires. Il commença le plaidoyer pour l'Université
contre les Jésuites par la bataille de Cannes. Cela fit un plaisant
effet, car Dempster, professeur en éloquence, avoit publié, un jour
devant, une épigramme latine où il disoit que La Martellière, leur
avocat, n'étoit point de ces orateurs qui parlent de la bataille de
Cannes. Il en coûta vingt écus à La Martellière pour supprimer cette
épigramme.

Un jour il avoit cité toutes les coutumes du royaume; et quoiqu'il eût
harangué fort longuement, il continuoit encore. Le président de Harlay
lui dit «La Martellière, n'êtes-vous pas las? Vous vous êtes promené
par toutes les provinces de France.»

Un jeune avocat nommé Crétau plaidait pour son père, aussi avocat:
«Messieurs, dit-il, je parle pour monsieur mon père, maître Pierre
Crétau, avocat en la cour.--Couvrez-vous, dit M. de Harlay, le fils de
M. Crétau.». Ce jeune homme dit bien des sottises. Taisez-vous, lui
dit-il, le fils de M. Crétau; laissez parler votre père, il en sait
bien autant que vous.»

A Toulouse, un jeune avocat commença son plaidoyer par le roi Pyrrhus.
Il y avoit alors un président fort rébarbatif qui lui dit: «Au fait,
au fait.» Quelqu'un eut pitié du pauvre garçon, et représenta que
c'étoit une première cause. «Eh bien! dit le président, parlez donc,
l'avocat du roi Pyrrhus.»

Une fois Langlois plaida fort bien je ne sais quelle requête civile.
Patru, qui l'avoit ouï, lui dit: «On ne pouvoit mieux plaider cette
requête.--Oh! lui répondit-il, nous sommes malheureux, nous autres,
nous n'avons point de loisir. Si j'en eusse eu le temps, j'eusse fait
voir que les requêtes civiles étoient fondées dans saint
Augustin.--Vous avez raison, lui répliqua Patru en se moquant, c'est
grand dommage que vous n'ayez pu instruire le barreau d'une si belle
chose et si utile.» Cet homme ne plaide bien qu'à cause qu'il n'a pas
le loisir de mal plaider. Quand il a fait un exorde bien ennuyeux, il
dit qu'il a fait un exorde _à la cicéronienne_. Il se croit le plus
éloquent ou plutôt le seul éloquent homme du monde.

Le président de Verdun tourmentoit une fois Desnoyers, afin qu'il
abrégeât, et il n'avoit encore rien dit, sinon: «Messieurs, je suis
appelant d'une sentence du juge de Chauleraut...--Qu'est-ce que
Chauleraut? dit le président.--Messieurs, c'est pour abréger,
répondit-il, c'est-à-dire Châtellerault.» On abrège ainsi en écrivant.

Comme on plaidoit une cause de mariage, dans la déduction du fait on
trouva des choses capables d'envoyer en bas celui qui étoit poursuivi.
Sut l'heure, selon la coutume, on lui donna un avocat pour conseil; ce
fut Desnoyers. Ensuite on trouva à propos d'envoyer cet homme en
prison; mais quand on s'en voulut saisir, on ne le trouva plus. Le
premier président demande à Desnoyers où il étoit: «Il s'en est en
allé, messieurs, répondit Desnoyers.--Et pourquoi?--Parce que je le
lui ai conseillé. Vous m'aviez donné pour conseil à cet homme; je lui
ai donné le meilleur conseil que je lui pouvois donner.»

Une fois il étoit chargé d'une cause à la grand'chambre contre
l'avocat du Roi des eaux-et-forêts, qui n'étoit qu'un jeune fou; mais,
pour faire l'entendu, il avoit pris une requête civile contre des
arrêts rendus, il y avoit soixante ou quatre-vingts ans. Quand ce fut
donc à Desnoyers à parler, il dit: «Messieurs, depuis soixante ou
quatre-vingts ans que ces arrêts sont rendus, personne ne s'est avisé
de prendre requête civile à l'encontre; et pourtant voyons quels gens
ont été avocats du Roi depuis ce temps-là. Il y a eu M. Marion, M.
etc., etc. _Ago tibi gratias, Domine_, continua-t-il, _qui ista
abscondisti sapientibus, et revelasti parvulis._» Tout le monde se mit
si fort à rire, qu'il lui fut impossible de poursuivre, et il fallut
remettre la cause au lendemain.

Un autre avocat plaidoit pour la veuve d'un homme qui avoit été tué
d'un coup d'arquebuse, et dans sa narration il fit la posture d'un
homme qui en couche un autre en joue. Le premier président de Harlay
lui dit: «Avocat, haut le bois, vous blesserez la cour.»

Un avocat en plaidant se mit à parler d'Annibal, et étoit fort
long-temps à lui faire passer les Alpes: «Hé, avocat, lui dit-il,
faites avancer vos troupes.»

A un autre, qui parloit de la multitude de chevaux qu'avoit Xercès:
«Dépêchez-vous, lui dit-il, avocat, cette cavalerie fourragera tout le
pays.»

J'ajouterai quelque chose du président de Harlay.

M. Fortia ne vouloit pas qu'il fût de ses juges en une certaine
affaire, et, par l'avis de M. Forget, lui alla chanter des injures,
afin qu'il lui en dît aussi, et qu'on eût lieu de le récuser. Le
président le laissa dire, et ne dit jamais autre chose, sinon:
«Jésus-Christ!» Fortia de retour, Forget lui demande le succès. «Il
n'a rien fait, dit-il, que dire Jésus-Christ! Jésus-Christ!--T'es le
diable, dit Forget; il te connoît bien.» On disoit que Fortia étoit de
race de Juifs.

Une fois Fortia avoit vendu du bien d'Eglise. Le premier président
lui dit: «Puisque vous avez vendu le corps, vous pouvez bien vendre
les biens[464].»

  [464] Cette erreur a déjà été réfutée. (_Voyez_ la note page 193
  de ce volume.)

Le Clerc, surnommé _Torticoli_, conseiller aux requêtes, étoit fort
son ami, et pria qu'on le voulût ouïr en un procès qu'il avoit. «Tu
diras quelque sottise, lui dit le président.» Il vient. «Messieurs,
dit-il, mon grand-père, mon père et moi sommes décidés à la poursuite
de cette affaire.--«Monsieur Le Clerc, dit le président, Dieu vous
fasse paix; je le disois bien que vous diriez quelque sottise.»

M. de Kerveno, gentilhomme breton, dit au feu Roi: «Sire, mes ancêtres
et moi sommes tous morts au service de Votre Majesté.»

M. de Harlay ouvroit toujours l'audience à sept heures en été, et
l'hiver avant huit. Il renvoyoit à l'expédient[465] toutes les causes
qu'il pouvoit y renvoyer, et pour le reste il en paraphoit deux pages,
et faisoit dire aux procureurs des communautés: «Chargez vos avocats,
car je prendrai ces feuilles, tantôt par le bout, tantôt par le
milieu.» C'étoit un grand justicier.

  [465] _L'expédient_ étoit un arbitrage sommaire auquel on
  renvoyoit les causes d'une légère discussion. On obligeoit ainsi
  les avocats à en passer par l'avis d'un confrère plus ancien.

Martinet, plaidant pour une mère, la comparoit à la brebis d'Esope que
le loup, qui étoit au-dessus d'elle, accusoit de troubler l'eau.
Gaultier, en lui répliquant, commença ainsi: «Messieurs, on nous vient
faire ici des contes au vieux loup.» Ce Gaultier dit que, pour se
rendre immortel, il veut faire imprimer deux cents de ses plaidoyers.
Il a quelque chose de bon quand il ne plaide qu'en procureur[466].

  [466] Cet avocat étoit si mordant qu'on l'appeloit _Gaultier la
  Gueule_. C'est de lui que Despréaux a dit:

     Je ris quand je vous vois, si foible et si stérile,
     Prendre sur vous le soin de réformer la ville,
     Dans vos discours chagrins plus aigre et plus mordant
     Qu'une femme en furie, ou Gaultier en plaidant.    (_Satire_ IX.)

On plaida, il y a dix ans, une cause à la Tournelle, dont voici le
fait. Un tailleur de Coulommiers épousa une fille qui prit la peine
d'accoucher le soir de ses noces. Cet homme la presse de dire qui
étoit le père de cet enfant; elle confesse que c'est son propre
cousin-germain. Le mari rend sa plainte, et le procureur du Roi se
rend partie. Depuis, cet enfant meurt. On conseille au mari, puisque
aussi bien il ne pouvoit pas faire rompre le mariage (et cela me fait
croire qu'il avoit couché avec elle, et qu'elle ne se délivra qu'après
que le mariage eut été consommé), on lui conseille donc d'exposer par
une requête qu'il confesse qu'il s'est joué avec sa femme six mois
avant que de l'épouser, mais que comme il pensoit que les enfants ne
pouvoient venir à bien à ce terme-là, il n'avoit pas cru que ce fût de
lui; que depuis, l'enfant étant mort, il avoit bien vu que c'étoit
qu'il ne pouvoit vivre, étant venu avant le temps, et qu'il
reconnoissoit qu'il étoit produit de ses oeuvres, qu'il se contentoit
de sa femme, et qu'il demandoit que silence fût imposé aux autres
parties, car, outre le procureur du Roi, le père de la fille s'étoit
joint à son gendre. Martin, surnommé _Cochon_, il y en a un autre,
surnommé _Dindon_, plaida cette cause pour le tailleur, car le
procureur du Roi ne voulut pas donner les mains; et sur appel, le
Parlement en fut saisi. En déduisant le fait, il dit qu'on ne devoit
pas trouver étrange qu'un homme qui voit accoucher sa femme le premier
soir de ses noces, se laisse emporter à ses premiers mouvements, et
principalement étant persuadé qu'un autre étoit le père de cet enfant;
«car, ajouta-t-il, messieurs, on lui mit cela si avant dans la tête,»
et en disant cela il faisoit les cornes avec les deux doigts du milieu
et les porta vers sa tête, comme on fait pour marquer l'endroit du
corps dont on parle. L'audience se mit à rire, mais le président de
Nesmond s'en mit en colère. L'avocat dit encore quelque gaillardise,
dont le président s'irritoit de plus en plus. «Enfin, dit-il,
messieurs, que voulez-vous? c'est un pauvre tailleur qui a mal pris
ses mesures.» Alors le président fut contraint de rire lui-même.
Cependant, admirez le jugement de l'avocat: il faisoit rire à la
vérité, mais c'étoit de sa partie. M. Talon, avocat-général, se leva
et dit qu'il n'y avoit aucune difficulté; que, puisque le mari se
contentoit, les autres n'avoient rien à dire; et que, pour la femme,
on ne devoit point avoir égard à l'aveu qu'elle avoit fait, car les
femmes ne sont comptées pour rien[467]; «et cela est si vrai,
ajouta-t-il, que les rabbins disent, pour montrer qu'elles ne doivent
point être considérées, qu'au jour du jugement les femmes
ressusciteront dans le corps de leurs maris, et les filles dans le
corps de leurs pères, et partant je conclus que les parties soient
mises hors de cour et de procès.» Ces conclusions furent suivies.

  [467] La sienne pouvoit compter pour quelque chose, car elle le
  faisoit souvent enrager. (T.)

Un autre avocat, nommé Rosée, dit au président, qui lui disoit:
«Rosée, il faudra répondre à tout cela.--Monsieur, la mèche est sur le
serpentin.»

Cet homme a une maison à Vaugirard; des dames y allèrent pour lui
parler d'une affaire qui pressoit; il en trouva une à sa fantaisie, et
lui dit qu'elle avoit des yeux de velours et des joues de satin. Elles
lui demandèrent pourquoi il ne faisoit pas faire des allées plus
larges. Il leur répondit que c'étoit bien assez qu'on s'y pût promener
trois. «Mais nous n'y pouvons passer deux de front.--Cela m'arrive
tous les jours, reprit-il, car j'ai à ma main droite l'appelant, et à
ma main gauche l'intimé[468].»

  [468] Les sacs du procès. (T.)

M. Louët, depuis conseiller au parlement de Paris, étant lieutenant
particulier à Angers, allant en habit décent recevoir le président
Barillon, père du dernier mort, le trouva à sa fenêtre jouant du
flageolet. Le président ne le voyant point, M. Louët quitte sa robe et
se met à danser; le président se retourne et lui demande ce que cela
vouloit dire: «C'est, lui dit-il, monsieur, que je danse à la note
qu'il vous plaît de me sonner.»



LE MARQUIS D'ASSIGNY[469].


Le marquis d'Assigny étoit frère de feu M. le duc de Brissac. C'étoit
un Don Quichotte d'une nouvelle manière. Il lui est arrivé plusieurs
fois d'envoyer dans les forêts de Bretagne pour l'avertir, quand il
viendroit en certains endroits, où il passoit exprès, qu'une dame
étoit retenue par force dans un château, ou quelqu'autre aventure de
chevalerie; et content d'avoir fait semblant d'y aller, il retournoit
par un autre chemin à sa maison.

  [469] Charles de Cossé, marquis d'Acigné.

Il dépêchoit quelquefois des gentilshommes à M. le cardinal de
Richelieu, ou du moins on les voyoit partir, afin de faire accroire
qu'il avoit part aux affaires. Une fois Le Pailleur en rencontra un
sur le chemin de Paris, qui avoit été nourri page de notre marquis.
Cet homme, qui n'étoit pas moins fou que son maître, lui disoit: «Ah!
monsieur, l'admirable homme que M. le marquis! au retour de la chasse,
il ne m'a pas permis de rentrer dans le château; il m'a donné ce
paquet que vous voyez»; et, en disant cela, il lui montra un paquet de
lettres gros comme la tête. «Faites diligence, m'a-t-il dit, car il y
va du service du Roi. Il faut avouer, ajouta ce pauvre fou, qu'on
apprend bien à vivre chez Monsieur. Que penseriez qu'il fait pour nous
aguerrir? Il fait que quelqu'un, comme nous venons de nous mettre à
table, vient crier: _Aux armes, les ennemis approchent._ Aussitôt
chacun court à ses armes, et nous courons quelquefois une demi-lieue
jusqu'à ce qu'on nous vient dire qu'ils se sont retirés. Deux autres
gentilshommes et moi sommes toujours auprès de Monsieur, de peur qu'il
ne s'engage trop avant parmi les ennemis; aussi nous tient-il pour les
plus vaillants. Après, nous retournons dîner.» Le Pailleur disoit que
ce bon gentilhomme parloit si sérieusement, qu'on ne savoit s'il
croyoit qu'effectivement les ennemis parussent, quand on venoit donner
l'alarme.

Ce monsieur le marquis traitoit un jour bon nombre de gentilshommes.
Ses propos de table étoient toujours de quelque bel exploit de guerre.
Ce jour-là on parla fort des neuf preux, et entre autres d'Alexandre,
d'Annibal et de César[470]. Un de la troupe, plus éveillé que les
autres, et peut-être, aussi, las d'entendre tant de fariboles, se mit
à dire qu'on faisoit trop d'honneur à ces gens de ne parler point de
leurs vices; qu'Alexandre étoit un ivrogne, qu'il avoit tué Clytus,
etc. etc.; César un débauché, un tyran, et Annibal un f.... borgne. A
peine eut-il prononcé ces blasphèmes, que le marquis se lève et lui
fit signe de le suivre dans un coin de la salle; là, il lui dit: «Je
ne sais pas de quoi vous vous avisez de m'offenser de gaîté de coeur
comme cela.» L'autre, le voyant parler si sérieusement, eut quelque
frayeur, et crut que c'étoit tout de bon. Il lui répond qu'il n'a
jamais eu intention de le fâcher, et qu'il ne sait pas en quoi il lui
peut avoir déplu. «Pourquoi est-ce donc, continua le marquis, que vous
dites du mal d'Alexandre, d'Annibal et de César?--Ah, monsieur, dit le
gentilhomme qui entendoit raillerie, je ne savois pas, ou Dieu me
damne! qu'ils fussent ni de vos parents ni de vos amis; mais je
réparerai bien le tort que je leur ai fait;» et tout d'un temps, avant
que de se remettre à table, il se fait apporter à boire, et boit à
Alexandre et à tous les autres, et se fit faire raison.

  [470] Les autres sont: Josué, David, Charlemagne, Artus, Godefroi
  de Bouillon. (T.)

Ce M. d'Assigny et sa femme[471] ont fait le plus chien de ménage
qu'on ait jamais fait. Il l'a accusée de supposition, et elle, lui,
d'impuissance. Messieurs de Brissac ont hérité de ce fou-là.

  [471] Hélène de Beaumanoir, marquise d'Acigné.



LE DUC DE BRISSAC[472].


Son aîné, le feu duc de Brissac, étoit une grosse bête. On appeloit sa
femme le duc _Guyon_: elle se nommoit Guyonne[473]; c'étoit elle qui
faisoit tout. Il aimoit tant les pommes de reinette, que, pour bien
louer quelque chose, il ajoutoit toujours _de reinette_ au bout,
tellement qu'on lui a ouï dire quelquefois: «C'est un honnête homme
_de reinette_.»

  [472] François de Cossé, duc de Brissac, mourut à l'âge d'environ
  soixante-dix ans, le 3 décembre 1651.

  [473] Guyonne Ruelan. (_Voyez_ ci-dessus l'article de
  Rocher-Portail, son père, pag. 237 de ce volume.)



BIZARRERIES ET VISIONS

DE QUELQUES FEMMES.


Une fille de Paris fut long-temps recherchée par un homme qui la
vouloit épouser; mais quoique ce fût son avantage, elle ne s'y put
jamais résoudre, et le lui déclara à lui-même plusieurs fois. Cet
homme ne se rebutoit point pour cela, et continuoit de la voir. Un
jour il la trouve seule, il la presse, et ayant rencontré l'heure du
berger, il en obtint plus d'une fois ce qu'elle avoit résolu de ne lui
jamais accorder. Elle devient grosse; il la va voir, et lui dit qu'il
est tout prêt à l'épouser. Cette fille lui répond qu'il est vrai
qu'elle est en danger de se perdre, mais qu'elle le hait plus que
jamais; qu'elle ne comprend point comme quoi elle l'avait laissé
faire, et qu'elle n'en sauroit dire de raison; enfin il n'en put venir
à bout, et cessa de l'importuner. Je n'ai jamais pu savoir le nom de
la fille ni de l'homme, car on ne me les a pas voulu dire, mais la
chose est véritable.

Au commencement de la régence de la feue reine Marie de Médicis, une
mademoiselle Violan devint si folle d'un cavalier, que, sans se
soucier de toute la parenté qui s'en remua, elle prit ce qu'elle put à
son mari, et alla chez cet homme, qui fut si sot que de la garder
trois jours dans son logis. On informe contre lui, on obtient prise de
corps. M. d'Humières, avec quatre cents chevaux, le sauve et le tire
hors de Paris. On décrète contre M. d'Humières. Enfin cette femme
revint, et depuis elle fut aussi folle de son mari qu'elle l'avoit été
du cavalier, et cela a duré tant qu'elle a vécu.

Un garçon de fort médiocre condition de Paris, qui traînoit toujours
une épée, badinoit fort avec les filles de son quartier, et en mettoit
quelques-unes à mal. Un jour, amoureux de la fille d'un mercier, il
trouve moyen, sous de faux donner-à-entendre, de la mener promener au
bois de Vincennes, et lui fait faire bonne collation. On ne fait pas
tant de façons parmi ce petit monde; après il lui dit son besoin et la
presse fort; elle résiste et lui arrache quelques cheveux. Lui,
enragé, met l'épée à la main et la menace de la tuer: «Ah! lâche, lui
dit-elle, mettre l'épée à la main contre une fille!» Ce garçon,
surpris et confus, laisse tomber son épée. Elle fut si touchée de son
étonnement et le prit si fort pour une marque d'amour, qu'après elle
lui laissa tout faire.

Une Italienne, qui est mariée à un gentilhomme en Champagne, eut une
fantaisie de se faire jeter du plâtre sur le visage, comme on fait à
une personne morte pour avoir sa figure en plâtre. Elle crut qu'en se
mettant une canule à la bouche pour respirer, cela ne lui pourroit
faire du mal; elle en pensa pourtant étouffer. Cela fut fait
secrètement. On tire sa figure en cire; elle se fait faire des bras et
des mains, et habille cette figure d'une de ses robes. Après, il lui
vient une autre vision. Elle prend son temps que tout le monde étoit
hors du logis, pour feindre qu'elle se trouvoit fort mal. On met la
figure sur le lit, les rideaux tirés. On va quérir ses beaux-frères,
car elle étoit veuve. Il y en avoit un qui l'aimoit tendrement. Le
médecin qu'ils avoient amené la trouva froide: ce beau-frère est au
désespoir, il croit qu'elle se meurt, quand tout d'un coup il la voit
sortir de sa garde-robe. Cet homme en fut si fort en colère qu'il mit
la figure en mille pièces.



GENS GUÉRIS OU SAUVÉS

PAR MOYENS EXTRAORDINAIRES.


Feu M. le prince de Condé, passant à Saint-Pierre-le-Moutier, près
Nevers, comme le prévôt alloit faire pendre un homme, le pendart eut
assez de jugement pour dire qu'il avoit quelque chose d'importance à
découvrir à M. le duc pour le service du Roi. M. le Prince voulut bien
l'entendre. On fait retirer tout le monde: «Monseigneur dit-il à M. le
Prince, dites, s'il vous plaît, à Sa Majesté que vous avez trouvé ici
un pauvre homme bien empêché.» M. le Prince se mit à sourire, et dit
au prévôt: «Monsieur le prévôt, gardez-vous bien de faire exécuter cet
homme-là que vous n'ayez de mes nouvelles.» Il en fit le conte au Roi
et obtint sa grâce.

Un soldat françois qui étoit au service des Etats des Provinces-Unies,
s'étant trouvé engagé avec quelques autres en je ne sais quel crime,
il fut condamné à tirer au billet avec eux à qui seroit pendu; mais il
ne voulut jamais tirer, et l'officier, selon la coutume, fut obligé de
tirer pour lui, et tira le billet où il y avoit écrit _Potence_. Le
soldat en appelle, dit qu'il n'avoit point donné ordre à l'officier de
tirer pour lui, que ce n'avoit point été de son consentement, et fit
tant de bruit que cela vint aux oreilles de feu M. de Coligny, fils
aîné du maréchal de Châtillon, qui commandoit alors le régiment de son
père, et ce soldat étoit de ce régiment. Cela lui sembla plaisant; il
l'alla conter au prince d'Orange[474], qui, après en avoir bien ri,
fit grâce à ce soldat, qui avoit si bonne envie de vivre.

  [474] Henri, père du dernier mort. (T.)

On conte qu'un autre soldat qui servoit aussi les Etats, ayant été
condamné à être pendu, fit demander au même prince d'Orange qu'il lui
fût permis de faire publier par toutes les troupes que s'il y avoit
quelqu'un qui voulût être pendu pour lui, il lui donneroit quatre
cents écus qu'il avoit. La proposition sembla si extravagante, que,
pour en rire, on ne voulut pas refuser ce qu'il demandoit; mais on fut
bien surpris quand un vieux soldat anglois se présenta pour être pendu
au lieu de l'autre. Le prince d'Orange lui demanda de quoi il
s'avisoit. Le soldat lui dit que depuis trente ou quarante ans qu'il
servoit messieurs les Etats, il n'en étoit pas plus à son aise; qu'il
avoit une femme et des enfants, et que, s'il venoit à être tué, il ne
leur laisseroit rien; au lieu que, s'il étoit pendu pour cet autre, il
leur laisseroit quatre cents écus pour leur aider à vivre. Le prince
fut touché de cet excès d'amour paternel. Il donna la vie au criminel,
à condition qu'il laisseroit les quatre cents écus à ce vieux soldat,
qui gagna par cette générosité de l'argent et de l'estime.

Les Anglois sont fort sujets à se pendre. Un homme à Londres se laissa
gagner par un créancier d'un de ses amis qui avoit une prise de corps
contre son débiteur, mais ce débiteur ne sortoit point de chez lui.
Que fait cet homme? Pour le faire sortir, il s'avise de faire
semblant de se pendre à un arbre qui étoit devant la porte de ce
débiteur. L'autre, qui étoit à la fenêtre, court pour l'en empêcher.
Les sergents cachés sortent et le prennent. Celui qui faisoit semblant
de se pendre s'amusa un peu trop à regarder ce qui se faisoit; il
avoit déjà la corde au col; en se tournant, il fait tomber le
tabouret, et demeure pendu. C'étoit de bon matin, et en un quartier
fort reculé; de sorte que ce coquin fut pendu comme il le méritoit. M.
de Fontenay-Mareuil me l'a conté: il étoit alors ambassadeur en
Angleterre.

Henri IV allant à Sédan, M. de Bassompierre, M. de Bellegarde et
autres rencontrèrent un homme de la ville, et lui demandèrent s'il n'y
avoit point de filles de joie à Sédan. «Il n'y en avoit qu'une, dit
cet homme, mais on la doit pendre demain, car on les punit de mort
quand elles sont convaincues.» Nos cavaliers, touchés de compassion,
donnent l'un une bague, l'autre de l'argent à ce bourgeois, à
condition qu'il iroit de leur part prier M. de Bouillon de différer
l'exécution d'un jour seulement. Il le fit. Le lendemain, le Roi y
entra; voilà tous les galants à ses genoux pour demander la grâce de
cette pauvre pécheresse. Le Roi les renvoya à M. de Bouillon, et
l'appelant, lui dit: «Mon cousin, cela dépend de vous; nous ne sommes
plus en France.» M. de Bouillon l'accorda, non sans quelque
difficulté, et mit au bas de la grâce: «Grâce signée en présence du
roi de France.»

Henri III passa à la Croix-du-Trahoir comme on pendoit un homme. Ce
pauvre diable cria: «Grâce, Sire, grâce.» Le Roi, ayant su du greffier
que le crime étoit grand, dit en riant: «Eh bien, qu'on ne le pende
point qu'il n'ait dit son _In manus_.» Le galant homme, quand on en
vint là, jura qu'il ne le diroit de sa vie; qu'il s'en garderoit bien,
puisque le Roi avoit ordonné qu'on ne le pendît point qu'il n'eût dit
son _In manus_. Il s'y obstina si bien, qu'il fallut aller au Roi,
qui, voyant que c'étoit un bon compagnon, lui donna sa grâce.

Feu M. le Prince, ayant pris une petite ville en Languedoc durant les
guerres de la religion, choisit soixante-quatre personnes pour être
pendues. Un jeune homme qui avoit déjà la corde au col, entendant dire
qu'un seigneur avoit été fort blessé, et de quelle manière on le
traitait, dit: «On le tuera; je le guérirois en trois semaines.» M.
Annibal, frère naturel de M. de Montmorency, oyant cela, demanda s'il
étoit chirurgien. Il dit que oui, et obtint qu'on lui donnât la vie, à
condition qu'il guériroit le blessé. Le jeune homme n'avoit garde de
ne point accepter la condition; mais en effet il le guérit. Annibal,
quoique ce garçon fût huguenot, le fait chirurgien de son régiment. Ce
régiment est envoyé en garnison dans les Cévennes, en une place que M.
de Rohan prit à discrétion. Il choisit même nombre de soixante-quatre
pour être pendus. Ce garçon s'y trouve encore; comme on le menoit, il
reconnoît un ministre qu'il avoit vu à Annonay en Vivarais, lieu de sa
naissance, avec un autre ministre assez célèbre, nommé M. Le Faucheur,
qui demeuroit chez le père de ce jeune homme[475], en cette petite
ville-là, lorsqu'il y étoit ministre. Ce ministre se souvint de
l'avoir vu, et dit à M. de Rohan qui il étoit, et en obtint la grâce.
Ce garçon va en conter l'histoire à M. Le Faucheur, qui lui conseilla
de se retirer chez son père, de peur du _tertia solvet_; ce qu'il fit.

  [475] Il a fait le _Traité de l'action et de la prononciation de
  l'Orateur_. (T.)



LA PRINCESSE D'ORANGE, LA MÈRE[476].


Elle est de la maison de Solms, une fort bonne maison d'Allemagne.
Elle vint en Hollande avec la reine de Bohème, non pas en qualité de
fille d'honneur, mais toutefois nourrie à ses dépens. M. d'Hauterive
de l'Aubespine[477], frère de feu M. de Châteauneuf, depuis gouverneur
de Bréda, se mit à lui en conter[478], et en dit beaucoup de bien au
prince Maurice, qui, craignant que son frère ne s'alliât à quelque
maison qui lui fût à charge, et qui l'engageât dans quelque parti,
lui dit qu'il falloit qu'il l'épousât ou qu'il l'épouseroit lui-même.
Le prince Maurice avoit raison, car il étoit bien las de ses cousins,
les Châtillon, qu'il avoit sur les bras. Ainsi, la voilà femme de
celui qui devoit succéder au prince Maurice, elle qui n'avoit pas sept
mille écus pour tout bien, qui étoit petite et médiocrement jolie.
Elle ne fut pas long-temps à apprendre à faire la princesse, car
Maurice mourut bientôt après[479]. On conte une chose assez notable de
la fin de ce grand homme. Etant à l'extrémité, il fit venir un
ministre et un prêtre, et les fit disputer de la religion; et après
les avoir ouïs assez long-temps: «Je vois bien, dit-il, qu'il n'y a
rien de certain que les mathématiques[480].» Et ayant dit cela, se
tourna de l'autre côté et expira.

  [476] Émilie de Solms, fille de Jean-Albert, comte de
  Solms-Brunsfelds, femme de Henri-Frédéric de Nassau, prince
  d'Orange, mourut en 1675.

  [477] François de l'Aubespine, marquis d'Hauterive, gouverneur de
  Bréda, mourut en 1670.

  [478] On fait deux ou trois plaisants contes de ce M.
  d'Hauterive. Il avoit un cuisinier qui épiçoit toujours trop. Il
  le menaça long-temps de l'envoyer aux Moluques chercher des
  épiceries, puisqu'il aimoit tant à épicer. Enfin cet homme ne se
  corrigeant point pour tout cela, il lui commanda de faire des
  pâtés et de les porter dans un vaisseau qui alloit aux Indes
  orientales. Il feignoit que c'étoit un présent qu'il faisoit à
  quelqu'un de ce navire. Cependant il avoit donné le mot au
  capitaine de faire boire le cuisinier et de lever pendant ce
  temps-là les ancres. Ainsi le pauvre cuisinier fit le voyage, et
  après il faisoit tout trop doux, tant il avoit peur d'y
  retourner.

  Une fois il avoit un valet à tête frisée qui ne faisoit que
  coqueter tout le jour. Il le menaça de le faire tondre, s'il ne se
  tenoit davantage au logis. Enfin ce garçon ne se pouvant captiver,
  un beau matin il fit venir un barbier, et fit tondre le galant si
  ras que de six mois il ne sortît de sa garde-robe.

  La maison de l'Aubespine, dont est ce M. d'Hauterive, est, je
  pense, la meilleure de Paris. L'oncle de M. d'Hauterive et de M.
  de Châteauneuf étoit secrétaire d'État, et portoit l'épée. Il
  mourut sans enfants. Son frère, qui étoit un vieux conseiller
  d'État fut son héritier. D'Hauterive prit l'épée et l'autre la
  robe. Étant venu à Paris pour la succession de M. de Châteauneuf,
  il donna un jour à dîner à M. de Turenne, et comme on étoit à
  table, au lieu de se moucher avec son mouchoir, il se presse une
  narine et fait autant de bruit qu'un pistolet. Rumigny, qui étoit
  auprès de M. de Turenne, s'écria à ce bruit: «Monsieur,
  n'êtes-vous point blessé?» Ce fut un éclat de rire le plus grand
  du monde. (T.)

  [479] Le prince Maurice mourut le 23 avril 1625.

  [480] On conte d'un prince d'Allemagne fort adonné aux
  mathématiques, qui, interrogé à l'article de la mort par un
  confesseur s'il ne croyoit pas, etc.: «Nous autres
  mathématiciens, lui dit-il, croyons que 2 et 2 sont 4, et 4 et 4
  sont 8.» (T). C'est mot pour mot ce que dit Sganarelle de Don
  Juan, acte 3, scène 2 du _Festin de Pierre_, dans les exemplaires
  non cartonnés de l'édition des _OEuvres de Molière_ de 1682.

Notre princesse gouverna enfin son mari, et se méconnut tellement
qu'elle traita avec une ingratitude étrange la reine de Bohème, sans
qui elle seroit morte de faim, et qui avoit travaillé à son mariage
comme si c'eût été sa fille. Mais la feue Reine-mère[481], qui étoit
la plus glorieuse personne du monde, vengea un peu cette pauvre reine,
car elle ne se démasqua ni pour le prince d'Orange ni pour la
princesse. Il est vrai qu'elle ne traita pas trop bien cette reine
même, car elle ne baisa point ses filles. La reine de Bohème en eut un
dépit étrange, et ne la reconduisit que jusqu'à la porte de son
antichambre. La Reine-mère fut si sottement fière, qu'à Anvers, où on
la reçut admirablement bien, elle ne daigna se démasquer que dans la
grande église. Ce fut pourtant elle qui fit le mariage de la princesse
d'Angleterre avec le feu prince d'Orange[482]. Il est vrai qu'elle ne
leur fit pas là un grand service.

  [481] Marie de Médicis.

  [482] Henriette-Marie Stuart, fille de Charles Ier, épousa
  Guillaume, fils de la princesse d'Orange et de Frédéric-Henri
  dont l'_Historiette_ suit celle-ci. Ce prince mourut en 1650,
  laissant sa femme enceinte d'un fils qui régna en Angleterre sous
  le nom de Guillaume _III_.

Pour revenir à la princesse d'Orange, elle traita fort mal son fils,
après la mort de son mari, et elle fut cause que sa belle-fille et sa
fille, qu'elle avoit mariée avec l'Electeur de Brandebourg, ne se
voyoient point quand elles étaient toutes deux en Hollande, car elle
vouloit que l'Électrice passât la première, parce qu'un électeur est
plus qu'un prince d'Orange, et n'avoit point égard à une royauté
abattue, ou du moins qu'on alloit abattre. On n'a jamais vu une femme
si avare; ni elle ni son mari autrefois n'ont jamais assisté ni le feu
roi d'Angleterre[483], ni celui-ci[484], ou du moins ç'a été si peu de
chose que cela ne vaut pas la peine qu'on en fasse mention. Durant la
vie de son fils, elle a pris à toutes mains. Elle tire du roi
d'Espagne, elle tire du roi de France, et est à qui plus lui donne.
Elle, Kunt et Pauw gouvernoient tout.

  [483] Charles Ier.

  [484] Charles II.

Depuis la mort de son fils, elle et sa belle-fille sont plus mal que
jamais. Il semble qu'elle s'attache entièrement à l'Electeur de
Brandebourg, car elle laisse ruiner le petit prince d'Orange. Quatre
ou cinq Anglois affamés pillent la mère, qui est tutrice. Les États,
et surtout la province de Hollande, ne sont pas fâchés que la maison
de Nassau ne soit plus si puissante[485]. Si cela continue, il sera
gueux, lui qui avoit douze cent mille livres de rente.

  [485] A cause de l'entreprise du dernier mort sur Amsterdam;
  apparemment il se vouloit faire souverain. On a cru même qu'il
  avoit été empoisonné dans sa petite-vérole, d'autres disent que
  la limonade l'a tué. (T.)



LE PRINCE D'ORANGE, LE PÈRE[486].


Pour se rendre plus puissant envers les gens de guerre, il laissa,
contre l'ordre, traiter des charges. La première qui fut vendue fut
une enseigne qu'un nommé Chenevy, fils d'un Huguenot, marchand drapier
à Paris, acheta cinq cents écus. Le capitaine qui la lui avoit vendue
se fit habiller d'écarlate lui et ses enfants, et on disoit que
Chenevy l'avoit payé en écarlate.

  [486] Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de
  Hollande, frère du célèbre Maurice de Nassau, né à Delft le 28
  février 1584, mort à Munster le 14 mars 1647. Il a laissé des
  _Mémoires_ (de 1621 à 1646); Amsterdam, 1733, in-4º.

Le feu cardinal de Richelieu et lui se haïssoient à cause d'Orange;
car le cardinal, pour mettre cette part dans sa maison et se faire
prince, fit surprendre la citadelle, ou pour mieux dire, gagna
Walkembourg qui y commandoit. Le prince d'Orange, moyennant quarante
mille écus que cela lui coûta, fit tuer Walkembourg dans la ville,
chez sa maîtresse, et remit la citadelle en sa puissance. Le cardinal
eût pu la lui ôter par justice, à cause de M. de Longueville, qui tous
les ans fait un acte pour éviter prescription. Il y a de grandes
prétentions; cela vient de la maison de Châlons; mais il eût fallu un
siége, et durant un siége on a le loisir de remuer bien des machines.
Depuis, ils se firent le pis qu'ils purent l'un à l'autre.

Le cardinal lui donna de l'altesse pour le rendre suspect aux
États[487]. L'Angleterre lui en donna sans penser plus loin; lui,
mordit à la grappe, et fit prier Dieu pour lui dans les prières
publiques.

  [487] Il ne recevoit auparavant que la qualification
  d'_Excellence_.

Les États voulurent qu'on déclarât la guerre à l'Espagne, parce
qu'encore que nous les assistassions, leur pays ne laissoit pas d'être
le théâtre de la guerre. Puis la bataille de Nertlingue avoit fort
affoibli les Suédois. On gagna la bataille d'Avein, et au lieu d'aller
à Namur qu'on eût pris (car l'épouvante étoit si grande qu'on a dit
que le cardinal-infant faisoit tenir un vaisseau prêt pour s'en
aller), on s'en alla pour joindre le prince d'Orange, à qui on avoit
écrit qu'on lui envoyoit les maréchaux de Châtillon et de Brezé pour
faire ce qu'il jugeroit à propos. Lui les fit languir long-temps dans
le siége, et ne se hâta point de sortir. Quand il fut joint, on prend
Diest, qu'il fait traiter de rebelle, disant qu'il étoit baron de
Diest. Après on va à Tillemont. Il y avoit là-dedans des vivres pour
nourrir notre armée toute la campagne. M. de Châtillon, à cause de
cela, fit tout ce qu'il put pour empêcher de la faire emporter
d'assaut, et durant qu'ils disputoient, les Anglois d'un côté, et les
François, à leur exemple, de l'autre, ces derniers la prirent de
force. On saccagea tout, on vola dans les églises mêmes, et depuis,
dans les libelles imprimés durant la négociation de Munster, on à
reproché aux François qu'une abbesse ayant dit qu'elle étoit épouse de
Jésus-Christ, un François avoit répondu en riant: «Eh bien, nous
ferons Dieu cocu.» Il y eut en récompense un Français qui fit une
action de vertu. C'est le fils d'un ministre de Sédan, nommé de Vesne.
Il étoit alors secrétaire de feu M. de Bouillon. Une fille de qualité,
jugeant à sa mine qu'il étoit homme d'honneur, se mit en sa
protection. Il la fit marcher devant lui et la suivit le pistolet à la
main. Le prince d'Orange, M. de Bouillon et d'autres le rencontrèrent
et lui dirent en riant qu'il lui en falloit des plus belles. Il les
laisse dire et la mène en lieu de sûreté. Depuis, de temps en temps,
il reçoit des civilités des parens de cette fille.

Pour affamer notre armée, le prince d'Orange la fit aller à Louvain.
Il avoit vingt mille hommes et nous trente mille. On ne l'attaqua
point de force, exprès pour nous faire consumer nos vivres, comme il
fit.

Tant que le cardinal de Richelieu a vécu, le prince d'Orange n'a rien
voulu faire. Il y en a qui croient qu'il ne vouloit point s'exposer
que son fils ne fût en âge de lui succéder. Même depuis la régence, il
n'a contribué qu'en dépit de lui à nos conquêtes. Il est vrai qu'en
cela il pouvoit alors être d'accord avec les Etats, qui craignoient de
nous avoir pour voisins.

Quand ils envoyèrent leurs vaisseaux à Gravelines, ils ne croyoient
pas que nous les prendrions. Pour Dunkerque, il affoiblit notre armée
en nous obligeant à lui envoyer six mille hommes avec le maréchal de
Gramont; et quant à Hulst, il ne vouloir point passer si le maréchal
de Gassion ne lui eût fait le chemin avec deux mille hommes. Le Sas de
Gand ne fut pris qu'à cause que dix-huit ou vingt François, qui à la
vérité étoient de leurs troupes, passèrent le canal à la nage, tirant
un pont de jonc après eux.

Lorsqu'il fut maître du fort de la Perle, auprès d'Anvers, ceux
d'Anvers se croyoient perdus. Mais les Etats, ou du moins la province
de Hollande, ne voulut pas qu'on prît cette ville à cause d'Amsterdam,
dont la rade est mal assurée, et qu'on quitteroit volontiers pour
transporter tout le commerce à Anvers, comme autrefois, car l'Escaut,
le long du quai d'Anvers, a soixante brasses de profondeur, au lieu
que les grands vaisseaux n'approchent point plus près d'Amsterdam que
de la distance qu'il y a de là au Texel, où il s'en est perdu grand
nombre.

A sa dernière campagne, on lui proposa de donner le commandement à son
fils. Il le fit, mais il s'en repentit aussitôt. C'étoit un grand
fourbe; mais il fit un grand pas de clerc de s'allier avec le roi
d'Angleterre.



M. DE MAYENNE[488].


Le dernier duc de Mayenne, fils du duc de Mayenne de la Ligue, étoit
un homme fort bien fait, plein de coeur, plein d'honneur, et sur la
parole duquel on auroit tout hasardée. Il étoit en grande réputation.
Ce n'étoit pas un homme d'une grande vivacité d'esprit, mais il avoit
un grand sens. Il a été galant. Le tour que fait Hilas dans
l'_Astrée_, par le moyen d'un miroir où il avoit mis son portrait, est
une malice que M. de Mayenne fit à son frère, le comte de Sommerive,
et que le comte de Sommerive ne lui voulut jamais pardonner. Cela
arriva à Soissons, et Dorinde en cet endroit-là est une madame Payot,
femme d'un trésorier de France, au bureau de cette ville-là.

  [488] Henri de Lorraine, duc de Mayenne, grand-chambellan de
  France, gouverneur de Guienne, fils du ligueur, mort sans
  postérité en 1621, à l'âge de quarante-trois ans, au siége de
  Montauban.

J'ai vu à Bordeaux une dame qu'on appeloit madame de Tastes, qui avoit
un fils fort bien fait. On disoit qu'il étoit fils de M. de Mayenne.
Ce garçon mourut fort jeune. Je me souviens que comme nous étions
enfants, on joua à Bordeaux une tragédie d'_Ixion_, où l'on
représentoit les enfers. Les autres enfants qui allèrent sur le
théâtre ne vouloient point approcher de ces enfers; celui-là seul alla
hardiment partout. On disoit tout haut: «Voyez, il ne se dément
point.» Cette femme, à ce qu'on m'a dit, quelquefois en l'embrassant,
ne pouvoit s'empêcher de l'appeler _mon petit prince_.

M. de Mayenne a été regardé du peuple comme descendu de ces défenseurs
de la foi catholique; de sorte que quand il fut tué à Montauban d'un
coup de mousquet dans l'oeil, comme il regardoit entre des gabions, le
peuple de Paris s'émut, et alla brûler le temple de Charenton. Celui
qui l'avoit tué fut pendu par sa faute. Cet homme fut pris comme il se
sauvoit de la ville avec une fille qui étoit amoureuse de lui. Elle
offrit mille livres de rançon pour eux deux; et comme elle les alloit
quérir, cet impertinent s'alla vanter étourdiment qu'il avoit tué M.
de Mayenne. Quand sa maîtresse revint, elle le trouva pendu. On lui
dit pour raison que le traité de la rançon n'étant point conclu, et
elle ayant dit seulement qu'elle alloit quérir de quoi se racheter, on
avoit pu le traiter comme on avoit fait. La vérité est que le plus
fort fit la loi au plus foible.

M. de Mayenne n'étoit point marié. On parloit de le marier, mais on ne
sait, fier comme il l'étoit, s'il y eût consenti: c'étoit à une soeur
de Combalet. Combalet étoit cadet, mais gentilhomme. Cette fille,
voyant M. de Mayenne mort et M. de Luynes ensuite, eut assez de coeur
pour se faire carmélite; elle vit encore.



MARIS COCUS PAR LEUR FAUTE.


Un marchand de Bordeaux, dont je n'ai pu savoir le nom, étoit amoureux
de la servante de sa femme, et afin de pouvoir coucher avec cette
fille, sans que sa femme s'en aperçût, il obligea l'un des garçons de
la boutique à tenir sa place pour une nuit, après lui avoir bien fait
promettre qu'il ne toucheroit point à madame. Ce garçon, qui étoit
jeune, ne se put contenir et fit quelque chose de plus que le mari
n'avoit accoutumé de faire. Le lendemain, la femme croyant que ç'avoit
été son mari, car il s'étoit revenu coucher auprès d'elle un peu
devant le jour, lui alla porter un bouillon et un couple d'oeufs
frais. Le marchand s'étonne de cet extraordinaire: «Eh! lui dit-elle
en rougissant, vous l'avez-bien gagné.» Par là il découvrit le pot aux
roses. Depuis, il accusa ce garçon de l'avoir volé, et le mit en
procès. Ce garçon dit le sujet de la haine de son maître, et, par
arrêt du parlement de Bordeaux, la femme fut déclarée femme de bien,
et le mari cocu à très-juste titre.

Voici une autre histoire un peu plus tragique. Un gentilhomme de
Beauce, entre Dourdan et Etampes, nommé Baye-Saint-Léger, avoit une
fort belle femme, et cette femme avoit une femme-de-chambre aussi
belle qu'elle. Le mari, comme on se lasse de tout, devint amoureux de
cette fille, la presse; elle résiste, et enfin le dit à sa maîtresse.
La femme dit: «Il faut l'attraper. Dans quelque temps faites semblant
de consentir et lui donnez un rendez-vous.» Or, il arriva que le
propre soir que Saint-Léger avoit rendez-vous de cette fille, un de
ses meilleurs amis vient chez lui. Pour s'en défaire, il le mène
coucher bien plus tôt que de coutume. L'ami en a du soupçon, veut
savoir ce que c'est; il le lui avoue. Ce gentilhomme lui en fait
honte, et lui persuade de lui donner sa place; il va au rendez-vous au
lieu de Saint-Léger. Il y trouve la femme de son ami, qui, pour se
moquer de son mari, avoit joué tout ce jeu-là. Il fait ce pourquoi il
étoit venu. Elle a conté depuis que, de peur de rire, elle se mordoit
les lèvres. C'étoit dans un jardin, et il ne faisoit point clair de
lune. L'ami revient bien satisfait, et le mari se couche auprès de sa
femme. Le récit que lui avoit fait son ami lui avoit fait venir l'eau
à la bouche; il veut en passer son envie. Sa femme lui dit en riant:
«Seigneur Dieu! vous êtes de belle humeur ce soir.--Que voulez-vous
dire? lui dit-il.--«Eh! répondit-elle, ne vous souvenez-vous plus du
jardin?» Le pauvre homme devina incontinent ce que c'étoit. Il ne fit
semblant de rien; mais il en fut si saisi, qu'il en mourut. Elle,
depuis, a été fort abandonnée et est morte de la v......



COCUS PRUDENTS OU INSENSIBLES.


Un président de Paris, dont on n'a jamais voulu me dire le nom, ni la
cour dont il étoit président, ni même s'il vivoit ou s'il étoit mort,
tant on avoit peur que je ne découvrisse qui c'est, un président donc
fut averti par son clerc que sa femme couchoit avec un cavalier.
«Prenez bien garde, dit-il à ce clerc, à ce que vous dites.--Monsieur,
répondit l'autre, si vous voulez venir du Palais quand je vous irai
quérir, je vous les ferai surprendre ensemble.» En effet, le clerc n'y
manqua pas, et le mari, entré seul dans la chambre, les surprend. Il
enferme le galant dans un cabinet dont il prend la clef, et retourne à
son clerc. «Un tel, lui dit-il, je n'ai trouvé personne; voyez
vous-même.» Le clerc regarde et ne trouve point son cavalier. «Vous
êtes un méchant homme, lui dit le président; tenez, voilà ce que je
vous dois, allez-vous-en, que je ne vous voie jamais.» Il le met
dehors; après il revient auprès du cavalier: «Monsieur, c'est ma femme
qui a tort; pour vous, vous cherchez votre fortune, allez-vous-en;
mais si je vous rattrape, je vous ferai sauter les fenêtres.» Pour sa
femme, quand elle fut seule, il lui dit qu'il ne savoit pas de quoi
elle pouvoit se plaindre; qu'à son avis, elle avoit toutes les choses
nécessaires. Elle pleura, elle se jeta à ses pieds, lui demanda
pardon, et lui promit, à l'avenir, d'être la meilleure enfant du
monde. Il le lui pardonna, et depuis elle lui a rendu tous les
devoirs imaginables.

Un conseiller d'État de l'infante Claire-Eugénie avoit une belle
femme, et quoiqu'ils n'eussent guère de bien, leur maison alloit
pourtant comme il falloit, et ils faisoient fort bonne chère, car la
galante en gagnoit. Cela dura assez long-temps sans que le mari
s'informât d'où venoit cette abondance. La femme, étonnée d'une si
grande stupidité, peu à peu, pour voir s'il s'apercevoit de quelque
chose, diminua l'ordinaire. Il ne disoit rien, il faisoit semblant de
ne le pas voir. Enfin, elle retrancha tant, qu'elle le réduisit à un
couple d'oeufs. Alors la patience lui échappa; il prit les deux oeufs
et les jeta contre la muraille, en disant: «Est-ce là le dîner d'un
cocu?» Elle, voyant qu'il entendoit raillerie, remit dès le lendemain
les choses en leur premier état. J'ai ouï faire ce conte d'un
François, et je pense qu'il est de tout pays; mais il n'en est pas
moins bon pour cela.

M. Guy, célèbre traiteur à Paris, ne trouvant ni sa femme, ni un des
principaux garçons, une fois qu'il avoit bien des gens chez lui, alla
fureter partout, et les rencontra aux prises: «Hé! Vertu-Dieu! ce
dit-il, c'est bien se moquer des gens que de prendre si mal son temps,
et ne pouviez-vous pas attendre que nous eussions un peu moins
d'affaires?»



LE COMTE DE CRAMAIL[489].


On a dit _Cramail_ au lieu de _Carmain_. Il étoit petit-fils du
maréchal de Montluc, fils de son fils. Il n'a laissé qu'une fille
mariée au marquis de Sourdis. Il avoit épousé l'héritière de Carmain,
grande maison de Gascogne. Sa femme étoit de Foix par les femmes. Ç'a
été une créature bien bizarre. Elle avoit pensé être mariée à un comte
de Clermont de Lodève, qui étoit un fort pauvre homme. Cependant elle
eut un tel chagrin d'avoir épousé Cramail au lieu de lui, qu'en douze
ans de mariage elle ne lui dit jamais que oui et non; et de chagrin
elle se mit au lit, et on ne lui changeait de draps que quand ils
étoient usés. Elle est morte de mélancolie.

  [489] Adrien de Montluc, comte de Cramail, prince de Chabannais,
  né en 1568. Mis à la Bastille après la _Journée des Dupes_, il y
  demeura enfermé pendant douze ans. Il n'en sortit qu'en 1642, et
  mourut le 22 janvier 1646. Il est auteur, entre autres ouvrages,
  de la _Comédie des Proverbes_, farce très-gaie, souvent
  réimprimée.

Le comte de Cramail vint en un temps où il ne falloit pas grand'chose
pour passer pour un bel esprit. Il faisoit des vers et de la prose
assez médiocres. Un livre intitulé _les Jeux de l'Inconnu_[490] est de
lui, mais ma foi ce n'est pas grand'chose. Il fut un des disciples de
Lucilio Vanini. Il disoit une assez plaisante chose: «Pour accorder
les deux religions, il ne faut, disoit-il, que mettre vis-à-vis les
uns des autres les articles dont nous convenons, et s'en tenir là, et
je donnerai caution bourgeoise à Paris, que quiconque les observera
bien sera sauvé.»

  [490] Publié sous le pseudonyme de _Devaux_; Paris, 1630.

A l'arrière-ban, comme on lui eut ordonné de parler aux Gascons pour
les faire demeurer, il commençoit à les émouvoir, quand un d'entre eux
dit brusquement: «Diavle, vous vous amusez à escouter un homme qui
fait de libres.» Et il les emmena tous.

Il a toujours été galant: il étoit propre, dansoit bien, et étoit bien
à cheval. C'étoit un des dix-sept seigneurs[491]. Il fut quinze ans
tout entiers à Paris, en disant toujours qu'il s'en alloit. Pour un
camus, ç'a été un homme de fort bonne mine. J'oubliois qu'une de ses
plus fortes inclinations a été madame Guelin. Il l'aima devant et
après la mort de Henri _IV_. Cela a duré plus de dix ans. Il passoit
pour un honnête homme. On l'avoit souhaité pour gouverneur du Roi,
mais il n'a pas assez vécu pour cela. Je crois qu'il ne l'eût pas été,
quand il eût vécu jusqu'à cette heure[492]. Il fut quinze ans à dire
qu'il s'en alloit. Un de ses amis, nommé Forsais, gentilhomme
huguenot, fut onze ans entiers à faire ses adieux tous les jours.

  [491] Voir ci-après l'explication que Tallemant donne de cette
  dénomination au commencement de l'_Historiette_ du cardinal de
  Richelieu.

  [492] Le valet de chambre La Porte dit dans ses _Mémoires_, en
  parlant du comte de Cramail: «C'étoit un fort honnête homme,
  très-sage, qui avoit si bien acquis l'estime de la Reine, que
  j'ai ouï dire à Sa Majesté long-temps auparavant, que si elle
  avoit des enfants dont elle fût la maîtresse, il en seroit le
  gouverneur.»

Le comte de Cramail avoit un ami qu'on appeloit Lioterais, homme
d'esprit. Quand il fut vieux, et que la vie commença à lui être à
charge, il fut six mois à délibérer tout ouvertement de quelle mort il
se feroit mourir; et un beau matin, en lisant Sénèque, il se donne un
coup de rasoir et se coupe la gorge. Il tombe; sa garce monte au
bruit: «Ah! dit-elle, on dira que je vous ai tué.» Il y avoit du
papier et de l'encre sur la table, il prend une plume et écrit: «C'est
moi qui me suis tué,» et signe _Lioterais_.



NAINS, NAINES.


L'infante Claire-Eugénie envoya une naine à la Reine dans une cage. Le
gentilhomme qui la lui présenta dit que c'étoit un perroquet, et
offrit à la Reine, pourvu qu'on n'ôtât point la couverture, de peur de
l'effaroucher, de lui faire faire par ce perroquet un compliment en
cinq ou six langues différentes. En effet, elle en fit un en espagnol,
en italien, en françois, en anglois et en hollandois. On dit aussitôt:
«Ça ne sauroit être un perroquet.» Il ôta la couverture et on trouva
la naine. Elle crut assez pour être une fort petite femme, et on la
maria à un assez grand homme, nommé Lavau, Irlandois, qui étoit à la
Reine. Elle fut femme-de-chambre et mourut au bout de quelques années
en mal d'enfant.

Mademoiselle a eu une naine qui étoit la plus petite qu'on eût jamais
vue. Elle n'avoit pas deux pieds de haut, bien proportionnée, hors
qu'elle avoit le nez trop grand. Elle faisoit peur. Les médiocres
poupées étoient aussi grandes. Je crois qu'elle est morte.

Le feu Roi[493] avoit un fort petit nain[494], nommé Geoffroy, mais
fort bien proportionné. Il avoit un portier qui avoit huit pieds de
haut, et on trouva en ce temps-là un paysan qui avoit cent trente-sept
ans, de sorte que ce prince se vantoit d'avoir parmi ses sujets, le
plus grand, le plus petit et le plus vieil homme de l'Europe.

  [493] Louis XIII.

  [494] La charge et le titre de Nain du Roi ne furent supprimés
  qu'en 1662, par Louis XIV. Le 28 août 1660, un musicien nommé
  Pierre Pièche reçut du Roi le brevet d'intendant des instruments
  musicaux servant au divertissement du Roi. Deux ans après, le 3
  mars 1662, le même Pierre Pièche fut nommé musicien et garde des
  instruments de la musique de la chambre du Roi: «Et,» dit son
  brevet pour cette nouvelle charge, lequel se trouve aux archives
  générales du royaume, «affin de n'estre point obligé d'ordonner
  un nouveau fonds pour l'appoinctement que Sa Majesté desire estre
  affecté à ladicte charge, elle entend que les gages qu'a ledict
  Pièche par la mort de Baltazard Pinson, nain, ne soient plus
  receus soubs le tiltre de nain, mais qu'ils luy soient dellivrez
  soubs le tiltre de musicien et garde des instruments de la
  musique de sa chambre, qui, pour cet effect, sera désormais
  employé dans les estats de sa maison au lieu dudict tiltre de
  nain.»



LE CARDINAL DE RICHELIEU[495].


Le père du cardinal de Richelieu, étoit fort bon gentilhomme. Il fut
grand prévôt de l'hôtel et chevalier de l'Ordre; mais il embrouilla
furieusement sa maison. Il eut trois fils et deux filles; l'aînée fut
mariée à un gentilhomme de Poitou, nommé René de Vignerot, seigneur de
Pont-Courlay, qui étoit un homme _dubiæ nobilitatis_. Il se poussoit
pourtant à la cour, et étoit toujours avec les grands seigneurs. Il
jouoit avec M. de Créqui et M. de Bassompierre. L'autre épousa Urbain
de Maillé, marquis de Brézé, depuis maréchal de France. L'aîné des
garçons étoit un homme bien fait et qui ne manquoit pas d'esprit. Il
avoit de l'ambition et vouloit plus dépenser qu'il ne pouvoit. Il
affectoit de passer pour un des dix-sept seigneurs. En ce temps-là on
appela ainsi les dix-sept de la cour qui paroissoient le plus. On dit
que sa femme, comme un tailleur lui demandoit de quelle façon il lui
feroit une robe: «Faites-la, dit-elle, comme pour la femme d'un des
dix-sept seigneurs.» Mais, quoiqu'il fît fort le seigneur, et
qu'effectivement il fût de bonne naissance, il ne passoit pas pourtant
pour un homme de qualité. C'est ce qui est cause que le cardinal de
Richelieu a eu tant de foiblesses sur sa noblesse et sur sa
naissance. Ce M. de Richelieu se mit bien auprès d'Henri IV, qui
vouloit tout savoir, en lui contant ce qui se passoit à la cour et à
la ville, car il prenoit un soin particulier de s'en informer. Il fut
tué en duel par le marquis de Thémines, fils du maréchal, à Angoulême,
quand la Reine-mère y étoit[496], et ne laissa point d'enfants. Le
deuxième a été le cardinal de Lyon, et le dernier le cardinal de
Richelieu.

  [495] Armand-Jean Du Plessis, cardinal, duc de Richelieu, né à
  Paris le 5 septembre 1585, mort dans cette ville le 4 décembre
  1642.

  [496] Après son évasion du château de Blois, où Louis XIII
  l'avoit reléguée, dans la nuit du 21 au 22 février 1619.

Le père avoit fait donner l'évêché de Luçon à son second fils, qui le
quitta pour se faire chartreux. Le troisième fut destiné à l'Eglise,
et eut cet évêché au lieu de son frère. Étant sur les bancs de
Sorbonne, il eut l'ambition de faire un acte sans président; il dédia
ses thèses au roi Henri IV; et, quoiqu'il fût fort jeune, il lui
promettoit dans cette lettre de rendre de grands services, s'il étoit
jamais employé. On a remarqué que de tout temps il a tâché à se
pousser, et qu'il a prétendu au maniement des affaires.

Il alla à Rome et y fut sacré évêque (en 1607). Le Pape[497] lui
demanda s'il avoit l'âge; il dit que ouï, et après il lui demanda
l'absolution de lui avoir dit qu'il avoit l'âge, quoiqu'il ne l'eût
pas. Le Pape dit: «_Questo giovane sara un gran furbo._»

  [497] Paul V (Camille Borghèse), élu pape le 16 mai 1605, mort le
  19 janvier 1621.

Les États-généraux (de 1614), où il fut député du clergé du Poitou,
lui donnèrent lieu d'acquérir de la réputation. Il fit quelques
harangues qu'on trouva admirables; on ne s'y connoissoit guère alors.

Après la mort d'Henri IV, Barbin, surintendant des finances, qui
étoit son ami, le fit faire (en 1616) secrétaire d'État de la guerre
et des affaires étrangères par le maréchal d'Ancre. Il y a un assez
méchant historien, nommé Toussaint Legrain, qui a mis dans l'histoire
de la régence de Marie de Médicis[498] que le Roi dit à M. de Luçon,
qu'il rencontra le premier dans la galerie après que le maréchal
d'Ancre eut été tué: «Me voilà délivré de votre tyrannie, monsieur de
Luçon.» Le cardinal de Richelieu, quand il fut tout-puissant, ayant eu
avis de cela, crut qu'il lui importoit de faire supprimer cette
histoire. Il en fit rechercher avec soin les exemplaires, et cette
recherche fut cause que tout le monde acheta ce livre, et qu'on a su
ce qu'on n'auroit peut-être jamais appris sans cela[499].

  [498] Jean-Baptiste (et non Toussaint) Legrain, auteur de la
  _Décade contenant l'Histoire de Louis XIII_, depuis l'an 1610
  jusqu'en 1617; Paris, 1619, in-folio.

  [499] Voici ce que dit du livre de Legrain, et de manière à le
  confirmer en ceci, l'auteur de la _Bibliothèque françoise_,
  Sorel, qui bien qu'écrivant après la mort du cardinal, semble ne
  pouvoir user de trop de ménagements: «Le maréchal d'Ancre et ceux
  de son parti y sont très-maltraités. Les bons serviteurs de la
  Reine-mère n'y sont pas même épargnés, tellement qu'autrefois
  cela faisoit fort rechercher ce livre, que les uns vouloient
  garder par curiosité, et les autres avoient dessein de faire
  supprimer. On remarque principalement qu'en ce qui touche
  l'évêque de Luçon, qui depuis a été le cardinal de Richelieu, cet
  auteur rapporte de lui une lettre adressée au maréchal d'Ancre,
  laquelle on prétend être en termes fort soumis, et que cela
  montroit bien les déférences qu'on rendoit à un homme duquel
  plusieurs attendoient un grand avancement; mais les termes n'en
  sont point si bas, que cela pût faire tort à celui qui les
  écrivoit, puisqu'on sait bien le langage ordinaire des cours, et
  ce que les lois de la bienséance obligent de dire aux personnes
  élevées en crédit. On s'est encore arrêté à ce que l'historien
  raconte que quand le feu Roi aperçut l'évêque de Luçon dans sa
  chambre, quelque temps après la mort du maréchal, il lui dit
  quelques paroles fâcheuses qui l'obligèrent à se retirer. Mais
  pour ce qu'il n'y a que cet auteur qui en fasse le rapport, on
  n'est pas obligé d'y ajouter foi. _De plus on sait que s'il est
  vrai que le feu Roi ait dit quelque chose de semblable, ce
  n'étoit que selon les impressions qu'on lui avoit suggérées._ Il
  a bien reconnu depuis combien les conseils de ce fidèle ministre
  lui étoient utiles. Je crois aussi que comme le cardinal de
  Richelieu a triomphé de son vivant de la haine et de l'envie, il
  étoit fort au-dessus de ces choses, et se soucioit peu de ce qui
  étoit dans ce livre, en voyant tant d'autres qui étoient à sa
  gloire.» (Edition de 1664, p. 320.)

  Du reste, bien que Richelieu dût au maréchal d'Ancre la position
  où il se trouvoit déjà, Louis XIII soupçonnoit bien à tort qu'il
  en eût quelque reconnoissance à celui-ci. C'est ce que prouve plus
  que suffisamment le passage suivant des _Mémoires du comte de
  Brienne_: «Le Roi poussé secrètement, par de Luynes son favori, et
  depuis long-temps las du joug du maréchal, résolut de s'en
  défaire. L'entreprise, quoique toujours très-mystérieusement
  conduite, avoit échoué déjà plusieurs fois. Richelieu..., évêque
  de Luçon..., étoit logé chez le doyen de Luçon, lorsque Février
  remit au doyen un paquet de lettres, en lui recommandant de le
  porter à l'instant à son évêque. Il étoit plus de onze heures du
  soir. Richelieu venoit de se mettre au lit quand le paquet lui fut
  rendu; il l'ouvrit, et parmi ces lettres s'en trouvoit une dans
  laquelle on lui donnoit avis que le maréchal d'Ancre seroit
  assassiné le lendemain. Le lieu, l'heure, le nom des complices, et
  toute l'entreprise, s'y trouvoient si bien circonstanciés, que
  l'avis venoit assurément de gens bien instruits: un des conjurés
  pouvoit seul avoir écrit ce billet. L'évêque de Luçon ne parut pas
  y ajouter foi. Il tomba dans une méditation profonde qui dura
  quelques minutes, puis, mettant le paquet sous son chevet: _Rien
  ne presse_, dit-il au doyen de son église, _la nuit portera
  conseil_. Cela dit, il se recoucha et s'endormit. Le lendemain, à
  son réveil, il apprit l'assassinat de son bienfaiteur, et se
  repentit, mais trop tard, de l'avoir laissé égorger. Le doyen de
  Luçon ne put s'empêcher de lui en faire le reproche. Richelieu
  s'excusa mal: comment l'eût-il pu faire? n'étoit-il pas coupable,
  en quelque sorte, de la mort du maréchal?» (1828, I, 250-1.)

La Reine-mère ayant été reléguée à Blois, M. de Luçon fut relégué à
Avignon, afin qu'ils n'eussent aucune communication ensemble. Mais
quand feu M. d'Epernon mena la Reine à Angoulême, M. de Luçon l'y fut
trouver. Ce fut là que l'abbé de Rusceillaï, Florentin, et lui,
disputèrent dix ou douze jours de la faveur auprès de la Reine-mère,
et l'abbé l'alloit emporter sur l'évêque, si M. d'Epernon, tout
puissant en cette petite cour, n'eût combattu de toute sa force
l'inclination de la Reine. La drôlerie du Pont-de-Cé vint
ensuite[500]; le baron de Foeneste[501] s'en moque assez plaisamment,
et le nom qu'on a donné à cette belle expédition témoigne assez que ce
ne fut qu'un feu de paille. Bautru, dont nous parlerons plus d'une
fois, y avoit un régiment d'infanterie au service de la Reine-mère, et
il lui disoit un jour: «Pour des gens de pré, madame, en voilà assez;
pour des gens de coeur, c'est une autre affaire.» Il dit encore,
quand, pour assurance d'amitié entre messieurs de Luynes et M. de
Luçon, on fit le mariage de mademoiselle de Pont-Courlay avec
Combalet[502], que les canons du côté du Roi disoient Combalet, et
ceux du côté de la Reine-mère, Pont-Courlay[503].

  [500] Le Pont-de-Cé fut attaqué et pris par les troupes du Roi
  sur les troupes de la Reine-mère, le 8 août 1620 selon quelques
  historiens, le 7 selon d'autres.

  [501] _Les Aventures du baron de Foeneste divisées en quatre
  parties_, par d'Aubigné, 1630, in-8º. L'édition la plus estimée
  est celle de Cologne, chez les héritiers de Pierre Marteau. 1729,
  2 vol. in-8º.

  [502] C'est aujourd'hui madame d'Aiguillon. (T.)

  [503] M. de Luynes voulut obliger le Père Arnould à lui révéler
  la confession du Roi; le Père n'y voulut jamais consentir,
  quoique sa Société l'y voulût obliger; enfin on fit prendre un
  autre confesseur au Roi. (T.)

M. de Luynes, à qui le Père Arnould, Jésuite, confesseur du Roi[504],
commençoit à rendre de mauvais offices auprès du Roi, étant mort, le
Père Suffren, autre Jésuite, confesseur de la Reine-mère, fit une
telle peur au Roi du traitement qu'on avoit fait à la Reine-mère,
qu'il croyoit déjà que le diable le tenoit au collet, car jamais homme
n'a moins aimé Dieu et plus craint le diable que le feu Roi. Ces deux
confesseurs remirent donc bien ensemble la mère et le fils, et par ce
moyen, M. de Luçon se rendit insensiblement le maître des affaires et
eut le chapeau de cardinal (en 1622).

  [504] Allusion au mariage de mademoiselle de Vignerot
  Pont-Courlay, nièce du cardinal de Richelieu, avec Antoine de
  Beauvoir Du Roure, seigneur de Combalet, neveu du duc de Luynes.
  Cette union fut en effet le principal résultat de l'affaire du
  Pont-de-Cé.

Quand il fit arrêter à Fontainebleau le maréchal d'Ornano, qui
empêchoit Monsieur de se marier, parce qu'il voyoit bien que la maison
de Guise l'emporteroit sur lui et qu'il n'auroit plus de crédit,
Monsieur, dont ce maréchal étoit gouverneur, alla à dix heures du soir
pester dans la chambre du Roi à qui il fit peur, et lui dit qu'il
vouloit savoir qui le lui avoit conseillé. Le Roi dit que ç'avoit été
son conseil. Monsieur fut trouver le chancelier d'Aligre[505], qui lui
répondit en tremblant que ce n'étoit pas lui. Monsieur revint et pesta
tout de nouveau. Le Roi, ne sachant que lui dire, envoya quérir le
cardinal, qui dit assurément et sans hésiter, que c'étoit lui qui
avoit conseillé au Roi de faire arrêter M. le maréchal d'Ornano, et
qu'un jour Monsieur l'en remercieroit. Monsieur lui dit: «Vous êtes un
j... f.....», et s'en alla après ces belles paroles.

  [505] Je mettrai en passant ce que c'étoit que le chancelier
  d'Aligre. Il étoit de Chartres et d'assez médiocre naissance. Il
  fut du conseil de M. le comte de Soissons le père. C'étoit un
  homme fort laborieux, un vrai cul de plomb, et un esprit assez
  doux et assez timide. Après la mort de son maître, insensiblement
  on le mit du nombre de ceux à qui on pourroit donner les sceaux,
  et en effet on les lui donna. Le cardinal de Richelieu ne le
  goûta pas, et l'envoya à sa maison de La Rivière, auprès de
  Chartres. Comme ce n'étoit pas un grand génie, on disoit qu'on
  l'avoit envoyé à la rivière. M. de Marillac eut les sceaux. (T.)

Le cardinal haïssoit Monsieur; et craignant, vu le peu de santé que le
Roi avoit, qu'il ne parvînt à la couronne, il fit dessein de gagner la
Reine, et de lui aider à faire un dauphin. Pour parvenir à son but, il
la mit, sans qu'elle sût d'où cela venoit, fort mal avec le Roi et la
Reine-mère, jusque-là qu'elle étoit très-maltraitée de l'un et de
l'autre. Après il lui fit dire par madame Du Fargis, dame d'atour, que
si elle vouloit, il la tireroit bientôt de la misère dans laquelle
elle vivoit. La Reine, qui ne croyoit point que ce fût lui qui la fît
maltraiter, pensa d'abord que c'étoit par compassion qu'il lui offroit
son assistance, souffrit qu'il lui écrivît, et lui fit même réponse,
car elle ne s'imaginoit pas que ce commerce produisît autre chose
qu'une simple galanterie.

Le cardinal, qui voyoit quelque acheminement à son affaire, lui fit
proposer par la même madame Du Fargis[506] de consentir qu'il tînt
auprès d'elle la place du Roi; que si elle n'avoit point d'enfants,
elle seroit toujours méprisée, et que le Roi, malsain comme il étoit,
ne pouvant pas vivre long-temps, on la renverroit en Espagne; au lieu
que si elle avoit un fils du cardinal, et le roi venant à mourir
bientôt, comme cela étoit infaillible, elle gouverneroit avec lui, car
il ne pourroit avoir que les mêmes intérêts, étant père de son enfant;
que pour la Reine-mère, il l'éloigneroit dès qu'il auroit reçu la
faveur qu'il demandoit.

  [506] Le cardinal donnoit des rendez-vous à madame Du Fargis chez
  le cardinal de Bérulle à Fontainebleau et ailleurs, de peur de
  faire trop d'éclat, si c'étoit chez lui-même, et aussi à cause
  que ce cardinal passoit pour un béat. Bérulle croyoit que c'étoit
  pour quelque autre chose; il parla aussi d'amour à madame Du
  Fargis, et lui mit le marché au poing.

  Ce fut la cabale des Marillac qui fit Bérulle, leur ami, cardinal
  et ministre. Le feu Roi disoit que c'étoit le plus vilain homme
  botté de tout le royaume. Malleville disoit qu'en trois semaines,
  qu'il fut au cardinal de Bérulle à l'Oratoire, il apprit plus de
  fourberies qu'en tout le reste de sa vie. Il avoit bien de
  l'hypocrisie; on l'a vu passer dans le fond d'un carrosse, par le
  milieu du Cours, son Bréviaire à la main, lui qui ne pouvoit quasi
  lire au grand soleil, tant il avoit la vue courte. (T.)

La Reine rejeta bien loin cette proposition; mais on ne voulut pas le
rebuter. Le cardinal fit tout ce qu'il put pour la voir une fois dans
le lit, mais il n'en put venir à bout. Il ne laissa pas d'avoir
toujours quelque petite galanterie avec elle. Mais enfin tout fut
rompu quand il découvrit que La Porte, un des officiers de la Reine,
alloit recevoir les lettres qui venoient d'Espagne, et que le duc de
Lorraine avoit parlé à elle, déguisé, au Val-de-Grâce. Il y avoit un
peu de galanterie parmi. On accusoit aussi la Reine d'intelligence
avec le marquis de Mirabel, ambassadeur d'Espagne. Le cardinal fit
arrêter La Porte, et le garde-des-sceaux Seguier interrogea
non-seulement la Reine au Val-de-Grâce, mais même il la fouilla en
quelque sorte, car il lui mit la main dans son corps, pour voir s'il
n'y avoit point de lettres, ou du moins y regarda-t-il, et approcha sa
main de ses tétons[507]. M. de La Rochefoucauld dit que le cardinal
étoit fort amoureux de la Reine, et que, de rage, il vouloit la faire
répudier.

  [507] Les Mémoires de madame de Motteville, ceux du duc de La
  Rochefoucauld (première partie), et ceux de La Porte, offrent
  beaucoup de détails sur cette affaire. Les pièces de ce singulier
  procès, acquises tout récemment par la Société des Bibliophiles
  françois, vont bientôt être rendues publiques.

De désespoir, elle avoit une fois résolu de s'enfuir à Bruxelles. Le
prince de Marsillac, jeune homme de vingt ans, depuis M. de La
Rochefoucauld de la Fronde, la devoit mener en croupe. Madame de
Hautefort étoit de la partie; madame de Chevreuse, déjà exilée à
Tours, devoit se sauver en Espagne, si on lui envoyoit des Heures
reliées de rouge; et si on lui en envoyoit de vertes, elle ne devoit
bouger. La Reine résolut de ne point partir. Madame de Hautefort, par
mégarde, ou ayant oublié ce dont elles étoient convenues, envoya les
Heures rouges. Cela fut cause que madame de Chevreuse se déguisa en
homme, et alla chez le prince de Marsillac, qui lui donna des gens
pour la conduire. Cela fut cause aussi qu'on le tint quelque temps en
prison. Depuis, le cardinal le prit en amitié, et lui offrit de le
recevoir au nombre de ses amis. Le prince de Marsillac n'osa
l'accepter sans le consentement de la Reine, qui ne le lui voulut pas
permettre.

Depuis, le cardinal a toujours persécuté la Reine, et, pour la faire
enrager, il fit jouer une pièce appelée _Mirame_, où l'on voit
Buckingham plus aimé que lui, et le héros, qui est Buckingham, battu
par le cardinal. Desmarets fit tout cela par son ordre, et, contre les
règles, il la força de venir voir cette pièce[508].

  [508] _Mirame_ fut représentée en 1641, à l'ouverture de la
  grande salle du Palais-Cardinal. Mirame, héroïne de la pièce,
  méprise l'hommage du roi de Phrygie, et lui préfère Arimant,
  favori du roi de Colchos. Cette allusion à la reine Anne
  d'Autriche et aux sentiments que le comte de Buckingham avoit osé
  témoigner ne nous semble pas avoir été indiquée jusqu'à présent.

La Reine-mère, durant cette intrigue, eut une telle jalousie de la
Reine, qu'elle rompit hautement avec le cardinal, et chassa madame
d'Aiguillon et M. de La Meilleraye, qui étoit son capitaine des
gardes[509]. La Reine-mère, qui vouloit dominer, et qui avoit fait
élever le Roi, à dessein de le rendre incapable de faire son métier
lui-même[510], avoit eu peur que la Reine n'eût du pouvoir sur son
esprit; et pour empêcher cette princesse de s'appliquer à gagner
l'affection de son mari, elle mit auprès d'elle madame de Chevreuse et
madame de La Valette[511], deux aussi folles têtes qu'il y en eut à la
cour. La princesse de Conti avoit eu aussi ordre de la Reine-mère de
prendre garde à tout ce qu'on feroit chez la Reine; et celle-ci, qui,
quoique vieille, avoit encore l'amour en tête, étoit bien aise qu'on
fît galanterie. Ce fut elle qui apprit à la Reine à être coquette.

  [509] Il arriva une chose assez bizarre en ce temps-là. Le jour
  que le cardinal alla à Luxembourg, où la Reine et lui rompirent,
  le procureur-général Molé, qu'il avoit dessein de faire premier
  président, n'ayant pas trouvé M. le cardinal chez lui, alla le
  chercher à Luxembourg. Par malheur le cardinal, descendant par le
  grand escalier, le vit qui montoit par le petit. Il crut que cet
  homme venoit offrir son service à la Reine-mère, et il ne s'en
  désabusa que long-temps après, qu'il le fit premier président. Il
  fut trompé au jugement qu'il fit de lui et du président Mélian.
  Ce Mélian, président des enquêtes, avoit plus de réputation qu'il
  n'en méritoit. Le cardinal le fit procureur-général, et il se
  trouva que ce n'étoit nullement un habile homme, et au contraire,
  le procureur-général qui fut premier président, parce qu'il ne
  passoit pas pour un grand clerc, se trouva plus habile qu'on ne
  croyoit. (T.)

  [510] Elle ne baisa pas une fois le Roi en toute la régence. (T.)

  [511] Mademoiselle de Verneuil, soeur de M. de Metz. Cette madame
  de La Valette étoit fort bien avec la Reine-mère. La Verneuil, sa
  mère, dit un jour à la Reine: «Madame, mais qu'est-ce que ma
  fille a donc pour vous plaire? Cela me surprend, car le feu Roi
  étoit un fort bon homme, mais il a bien fait les plus sots
  enfants du monde.» Madame de Verneuil devint si grosse, que
  Bautru, en l'allant voir, vouloit payer à la porte comme pour
  voir la baleine. Elle ne s'amusa plus qu'à faire des ragoûts
  quand elle vit Henri IV mort. Elle ne lui a pas été infidèle:
  c'est la seule. (T.)

En ce temps-là on parla du mariage de la reine d'Angleterre. Le comte
de Carlisle et le comte d'Holland, qui furent envoyés ici pour en
traiter, donnèrent avis à Buckingham, favori du Roi, qui avait le
roman en tête, qu'il y avoit en France une jeune reine galante, et que
ce seroit une belle conquête à faire; dès-lors il y eut quelque
commerce entre eux par le moyen de madame de Chevreuse, à qui le comte
d'Holland en contoit; de sorte que quand Buckingham arriva pour
épouser la reine d'Angleterre, la Reine régnante étoit toute disposée
à le bien recevoir. Il y eut bien des galanteries; mais ce qui fit le
plus de bruit, ce fut que quand la cour alla à Amiens, pour
s'approcher d'autant plus de la mer, Buckingham tint la Reine toute
seule dans un jardin; au moins il n'y avoit qu'une madame Du
Vernet[512], soeur de feu M. de Luynes, dame d'atour de la Reine, mais
elle étoit d'intelligence, et s'étoit assez éloignée. Le galant
culbuta la Reine, et lui écorcha les cuisses avec ses chausses en
broderies; mais ce fut en vain, car elle appela tant de fois, que la
dame d'atour, qui faisoit la sourde oreille, fut contrainte de venir
au secours. Quelques jours après, la Reine régnante étant demeurée à
Amiens, soit qu'elle se trouvât mal, soit qu'elle ne fût pas
nécessaire pour accompagner la reine d'Angleterre à la mer, car cela
n'eût fait que de l'embarras, Buckingham, qui avoit pris congé de la
Reine comme les autres, retourna quand il eut fait trois lieues; et
comme la Reine ne songeoit à rien, elle le voit à genoux au chevet de
son lit. Il y fut quelque temps, baise le bout des draps, et s'en va.

  [512] Cette madame Du Vernet fut chassée pour cela; mais comme
  elle avoit gagné du bien, feu M. de Bouillon La Marck l'épousa.
  On disoit que ce Du Vernet avoit été violon, et avoit montré à
  danser aux pages du connétable de Montmorency en Languedoc.
  Cependant ils le firent gouverneur de Calais. (T.)

Le cardinal prit soupçon de toutes les galanteries de Buckingham, et
empêcha qu'il ne revînt en France ambassadeur extraordinaire, comme
c'étoit son dessein; ne pouvant faire mieux, il y vint avec une armée
navale attaquer l'île de Ré[513]. A son arrivée, il prit un
gentilhomme de Saintonge, nommé Saint-Surin, homme adroit et
intelligent, et qui savoit fort bien la cour. Il lui fit mille
civilités; et lui ayant découvert son amour, il le mena dans la plus
belle chambre de son vaisseau. Cette chambre étoit fort dorée; le
plancher étoit couvert de tapis de Perse, et il y avoit comme une
espèce d'autel où étoit le portrait de la Reine avec plusieurs
flambeaux allumés. Après, il lui donna la liberté, à condition
d'aller dire à M. le cardinal qu'il se retireroit, et livreroit La
Rochelle, en un mot, qu'il offroit la carte blanche, pourvu qu'on lui
permît de le recevoir comme ambassadeur en France. Il lui donna aussi
ordre de parler à la Reine de sa part. Saint-Surin vint à Paris, et
fit ce qu'il avoit promis. Il parla au cardinal, qui le menaça de lui
couper le cou s'il en parloit davantage. Depuis, quand la Reine apprit
la mort de Buckingham, elle en fut sensiblement touchée. Au
commencement elle n'en vouloit rien croire, et disoit: «Je viens de
recevoir de ses lettres.»

  [513] On a su du cardinal Spada, alors nonce en France (il l'a
  dit à M. de Fontenay-Mareuil, quand celui-ci étoit ambassadeur à
  Rome), que la France et l'Espagne étoient sur le point de se
  liguer pour attaquer l'Angleterre. C'étoit le cardinal de
  Bérulle, alors général de l'Oratoire, et non encore cardinal, qui
  pressoit cette alliance. Le comte d'Olivarès avertit le duc de
  Buckingham du dessein, et cela le fit venir dans l'île une
  campagne plus tôt qu'il n'avoit résolu. L'Espagne vouloit que les
  Huguenots brouillassent toujours la France. (T.)

Durant le siége de La Rochelle, feu M. le Prince, comme on étoit en
peine de déchiffrer des lettres en chiffres, se ressouvint qu'il avoit
vu à Alby un jeune homme appelé Rossignol, qui avoit du talent pour
cela. Il en donna avis au cardinal, qui le fit venir. Il rencontra
d'abord, et dit à Son Eminence: «L'espérance des Rochellois n'est que
du vent: ils s'attendent à un secours par mer.» Les Anglais leur en
promettoient. Le cardinal fit fort valoir cette science, et il tâcha
le plus qu'il put de faire croire qu'il n'y avoit point de chiffres
que Rossignol ne déchiffrât. Cela ne lui fut pas inutile contre les
cabales.

A ce même siége, M. de La Rochefoucauld, alors gouverneur du Poitou,
eut ordre d'assembler la noblesse de son gouvernement. En quatre jours
il assembla quinze cents gentilshommes, et dit au Roi: «Sire, il n'y
en a pas un qui ne soit mon parent.» M. d'Estissac, son cadet, lui
dit: «Vous avez fait là un pas de clerc; les neveux du cardinal ne
sont encore que des gredins, et vous allez faire claquer votre fouet;
gare votre gouvernement.» Dès l'été suivant, le cardinal le lui fit
ôter pour le donner à un homme qui n'eût pas tant de crédit, ce fut à
Parabelle.

Le cardinal apparemment avoit déjà en tête ce que je vais rapporter.
Au voyage de Lyon, où le Roi fut si mal, la Reine-mère demanda en
grâce au Roi qu'il chassât le cardinal. Il lui promit de le chasser
dès que la paix d'Allemagne seroit faite, mais qu'il avoit affaire de
lui jusque là. Le Roi, étant guéri, part et va à Rouane. La Reine-mère
étoit demeurée à Lyon, à cause qu'elle avoit mal à un pied. De Rouane,
le Roi lui écrivit qu'elle se guérît, qu'il lui donneroit bientôt
contentement, que la paix d'Allemagne étoit faite, et qu'il en
envoyoit la ratification.

La Reine-mère fut si aise de cette nouvelle, qu'à la chaude elle fit
brûler quelques fagots comme pour faire une espèce de feu de joie. Le
cardinal sut qu'elle avoit fait ce feu, et il se douta de quelque
chose. Il presse le Roi. Le Roi lui confesse tout; la Reine-mère vient
à Rouane. Le cardinal, comme elle communioit à l'église, s'approcha
d'elle, et fit signe à Saint-Germain qui, comme aumônier, étoit auprès
d'elle, de se retirer. Il la conjura de lui pardonner: elle le rebuta:
«Madame, lui dit-il, j'en ferai bien périr avec moi.» C'est de là
qu'est venue la rupture sans rime ni raison de la paix de Ratisbonne.
A Lyon, tout le monde, c'est-à-dire toutes les cabales, étoient contre
le cardinal. Au retour, il fit arrêter le maréchal de Marillac, et le
garde-des-sceaux fut mené à Angoulême, et M. de Châteauneuf eut les
sceaux. Cela irrita furieusement la Reine-mère. Le cardinal lui fit
parler plusieurs fois, et comme le premier président de Verdun lui
eut dit que Son Eminence en avoit pleuré cinq fois différentes: «Je ne
m'en étonne pas, dit-elle, il pleure quand il veut.» Bonneuil,
introducteur des ambassadeurs, homme dévot, mais qui étoit toujours
dans l'adoration du ministère, et qu'on appeloit vulgairement _le
dévot de la cour_, dit aussi à la Reine-mère qu'il avoit vu le
cardinal si abattu et si changé, qu'on ne le connoissoit plus. Elle
dit qu'il se changeoit comme il vouloit, et qu'après avoir paru gai,
en un instant il paroissoit demi-mort. Il y eut pourtant je ne sais
quelle réconciliation. Peu de temps après se fit la grande cabale des
deux reines, de Monsieur et de toute la maison de Guise. Le cardinal,
désespéré, se vouloit retirer, mais, le cardinal de La Valette lui
remit le coeur au ventre. M. de Rambouillet gagna Monsieur, et comme
on croyoit le cardinal perdu, le Roi se déclara pour lui. C'est ce
qu'on a appelé la _Journée des dupes_. Ce fut à la Saint-Martin, au
retour de La Rochelle.

Madame Du Fargis fut chassée à cause de ses cabales, et non à cause de
ses galanteries. Elle s'étoit jointe à Vaultier et à Beringhen,
aujourd'hui premier écuyer de la petite écurie. Elle fut quelque temps
cachée aux environs de Paris, mais on la découvrit bientôt, et il
fallut aller plus loin[514].

  [514] La Reine régnante avoua qu'on lui pouvoit faire un méchant
  tour en cette occasion; car elle avoit été au Val-de-Grâce, où
  l'ambassadeur d'Espagne, Mirabel (contre la défense qu'on lui
  avoit faite d'aller plus au Louvre comme il faisoit, car il y
  alloit sans cesse, et auparavant la Reine-mère l'admettoit au
  conseil), avoit été parler à elle, et elle en avoit quelque
  reconnoissance. Sur cette affaire de l'ambassadeur d'Espagne, au
  commencement elle dit bien des sottises: que son frère la
  vengeroit, etc., et a toujours eu intelligence avec lui. Elle ne
  pouvoit cacher le chagrin qu'elle avoit des prospérités de la
  France, quand c'étoit au préjudice de sa maison. (T.)

Je mettrai ici ce que j'ai appris de Vaultier. Un Cordelier, nommé le
Père Trochard, qui suivoit partout M. de La Rocheguyon, l'avoit pour
domestique, comme un pauvre garçon; madame de Guercheville le fit
médecin du commun chez la Reine-mère, à trois cents livres de gages.
Or, quand elle fut à Angoulême, et que Delorme l'eut quittée à
Aigre[515], aux enseignes qu'il disoit en son style qu'elle lui avoit
dit des paroles plus _aigres_ que le lieu où elles avoient été dites,
elle eut besoin d'un médecin. Il ne se trouva que Vaultier, que
quelqu'un, qui en avoit été bien traité, lui loua fort. Il la guérit
d'un érysipèle, et ensuite il réussit si bien et se mit si bien dans
son esprit, qu'il étoit mieux avec elle que personne. D'où vint la
grande haine du cardinal contre lui.

  [515] Aigre est un bourg de la province de Saintonge, qui fait
  aujourd'hui partie du département de la Charente.

On a fort médit du cardinal de Richelieu, qui étoit bel homme, avec la
Reine-mère. Durant cette galanterie, elle s'avisa, quoiqu'elle eût
déjà de l'âge, de se remettre à jouer du luth. Elle en avoit joué un
peu autrefois. Elle prend Gaultier chez elle: voilà tout le monde à
jouer du luth. Le cardinal en apprit aussi, et c'étoit la plus
ridicule chose qu'on pût imaginer, que de le voir prendre des leçons
de Gaultier. Ce Gaultier étoit un grand homme, bien fait, mais qui
avoit de grosses épaules; il faisoit fort l'entendu. Il étoit d'Arles;
sa mère gagnoit sa vie à filer; et on disoit qu'il ne l'assistoit
point.

Le cardinal de Richelieu, dans le dessein qu'il feignoit d'avoir de se
réconcilier avec la Reine-mère encore une fois, envoya quérir
Vitray[516], aujourd'hui imprimeur du clergé, homme de bon sens et qui
faisoit profession d'amitié avec Vaultier, et lui dit qu'il le prioit
de porter les paroles de part et d'autre. Vitray lui dit qu'il le
prioit de l'en dispenser; que souvent on sacrifioit de petits
compagnons pour apaiser les puissances. «Non, reprit le cardinal, ne
craignez rien.--Puisque vous voulez donc, dit Vitray, que j'aie cet
honneur, ne me donnez point à deviner; dites-moi les choses
sincèrement.--Allez dire à Vaultier cela et cela,» ajouta le cardinal.
Il y eut bien des allées et des venues; enfin la chose en vint à ce
point que le cardinal fit dire à Vaultier, par Vitray, qu'il falloit
faire une entrevue chez Vitray même, et que, de peur de trop d'éclat,
le Père Joseph iroit au lieu de lui. Vaultier répondit: «C'est un
piége; après, le cardinal ne manquera pas d'avertir la Reine-mère de
cette conférence, et de lui dire que j'ai commerce avec lui ou avec
ses gens. Je ne saurois, ajouta-t-il, empêcher la Reine d'aller à
Compiègne.» Or, le cardinal ne demandoit pas mieux que la Reine fît la
sottise d'aller à Compiègne, quoiqu'il fît semblant du contraire,
qu'il eût offert toutes choses à Vaultier, et qu'il eût résolu d'aller
jusqu'au chapeau de cardinal. Car la Reine-mère vouloit régner, et ne
se contentoit pas de donner des charges et bénéfices, et d'avoir
autant d'argent qu'elle en vouloit. La princesse de Conti, et par elle
toute la maison de Guise et M. de Bellegarde, la portoient sans cesse
à perdre le cardinal. Elle va donc à Compiègne; on l'y arrête, et on
ordonne à Vaultier de retourner à Paris. En chemin on le prend et on
le mène à la Bastille. Le cardinal fait dire à Vitray qu'il étoit fort
content de son entremise; qu'il n'avoit qu'à voir son ami tant qu'il
voudroit. Vitray répondit: «Je m'en garderai bien, c'est un homme qui
a eu le malheur de tomber dans la disgrâce du Prince: je le servirai
assez sans le visiter.» Le cardinal lui manda qu'il y allât librement,
qu'il n'y avoit rien à craindre pour lui. Il y fut donc. Vaultier lui
dit: «Me voilà bien bas, mais je serai quelque jour le premier médecin
du Roi.» Cela est arrivé, mais non pas comme il l'entendoit, car il
croyoit que ce seroit du feu Roi, et ç'a été d'un roi qui n'étoit pas
encore au monde. Nous l'avons vu, riche de vingt mille écus de rente,
vivre comme un gredin et prendre de l'argent des malades qu'il voyoit.
A la fin, il en eut honte et n'en prit plus.

  [516] Son nom s'écrit ordinairement _Vitré_.

Pour achever ce que je sais de la Reine-mère, j'ajouterai qu'elle ne
se put garantir à Bruxelles même des finesses du cardinal pour
l'éloigner de là, car elle étoit assez près pour faire toujours des
cabales contre lui. Il lui fit accroire que si elle rompoit avec les
Espagnols, il la feroit revenir. Elle feignit donc d'aller à Spa, et
deux mille chevaux hollandois la vinrent prendre. Après, il ne se
soucia plus d'elle. On dit qu'en ce temps-là elle n'avoit autre but
que de jouir de Luxembourg et du Cours qu'elle avoit fait
planter[517], sans se mêler de rien. Ainsi elle sortit sottement de
Bruxelles, où elle étoit bien traitée par les Espagnols qui lui
donnoient douze mille écus par mois, dont elle étoit fort bien payée,
et depuis cela ne fit qu'errer et vivoter misérablement.
Saint-Germain[518] ne savoit rien du dessein de la Reine-mère. Le
cardinal-infant en étoit persuadé, et lui donna pour vivre une prévôté
de douze mille livres de rente; peut-être vouloit-il l'avoir pour le
faire écrire contre le cardinal. Cet homme revint à Paris à la mort du
cardinal de Richelieu, car il avoit autant de revenu que cela en une
autre prévôté en Provence, et n'a point voulu jouir de celle de
Flandre, afin qu'on ne le pût pas accuser de commerce avec l'ennemi.
Il vit ici chez sa soeur, à qui il donne douze mille livres de
pension. Il a encore trois mille livres de rente d'ailleurs, et quand
il tire quelque chose de ses appointements, car il a je ne sais quel
emploi ou quelque pension, il le distribue aux deux filles de cette
soeur. Il ne veut point disposer de ses deux prévôtés, parce qu'il dit
que c'est usurper le droit des collateurs.

  [517] Le Cours-la-Reine, aux Champs-Élysées.

  [518] Celui qui a tant écrit contre le cardinal. Il s'appelle de
  Mourgus, et est de Paris. (T.)

Le cardinal, pour avoir l'amirauté et être absolu aussi bien sur mer
que sur terre, fit courir le bruit que quelques galions d'Espagne de
la flotte des Indes s'étoient perdus vers Bayonne, et fit savoir cette
nouvelle au Roi. Au même temps plusieurs personnes apostées disoient à
Sa Majesté que, faute d'avoir quelqu'un qui prît soin des naufrages,
on perdroit toute la charge de ces galions, et qu'il seroit nécessaire
de faire un maître et surintendant de la navigation, et tout d'un
trait ils se mirent à examiner qui pourroit bien s'acquitter comme il
faut de cet emploi; et après avoir nommé bien des gens, ils ne
trouvoient que M. le cardinal capable de cette charge; de sorte qu'ils
persuadèrent au Roi de lui en parler. Sa Majesté le proposa au
cardinal, qui d'abord dit qu'il n'étoit déjà que trop occupé, qu'il
succomberoit sous le faix, et se fit bien prier pour la prendre. Cette
charge rendoit celle d'amiral inutile ou superflue: aussi M. de
Montmorency fut bien aise de traiter de celle d'amiral de Ponent. M.
de Guise, pour celle de Levant, fit plus de cérémonies, et enfin on
lui ôta et l'amirauté et le gouvernement de Provence.

Pour montrer la grande puissance du cardinal, on faisoit un conte dont
Boisrobert divertit Son Eminence[519]. Le colonel Hailbrun, Ecossois,
homme qui étoit considéré, passant à cheval dans la rue Tiquetonne, se
sentit pressé. Il entre dans la maison d'un bourgeois, et décharge son
paquet dans l'allée. Le bourgeois se trouve là, et fait du bruit; ce
bon homme étoit bien empêché. Son valet dit au bourgeois: «Mon maître
est à M. le cardinal.--Ah! monsieur, dit le bourgeois, vous pouvez
ch... partout, puisque vous êtes à Son Eminence.» C'est ce colonel qui
disoit en son baragouin que quand la balle avoit sa commission, il n'y
avoit pas moyen de l'échapper.

  [519] Il lui prenoit assez souvent des mélancolies si fortes
  qu'il envoyoit chercher Bois-Robert, et les autres qui le
  pouvoient divertir, et il leur disoit: «Réjouissez-moi, si vous
  en savez le secret.» Alors chacun bouffonnoit, et, quand il étoit
  soulagé, il se remettoit aux affaires. (T.)

Le bon homme d'Epernon avoit été un des plus fermes, mais il fut
enfin contraint de boucquer, et vint à cheval à Montauban voir le
cardinal. «Vous voyez, lui dit-il, ce pauvre vieillard.» Le cardinal
lui en vouloit, parce que, durant le siége de la Rochelle, quelqu'un
l'ayant trouvé avec un Bréviaire, il dit: «Il faut bien que nous
fassions le métier des autres, puisque les autres font le nôtre.» Il
appeloit son fils le cardinal _valet_. En revanche, il fit grand'peur
au cardinal à Bordeaux, car il l'alla voir suivi de deux cents
gentilshommes, et le cardinal étoit seul au lit. Le cardinal ne lui a
jamais pardonné depuis. Ce bon homme dit plaisamment, quand le
cardinal fut fait généralissime en Italie, que le Roi ne s'étoit
conservé que la vertu de guérir les écrouelles; et quand M. d'Effiat
fut fait maréchal de France, il lui dit: «Eh bien, monsieur d'Effiat,
vous voilà maréchal de France. De mon temps on en faisoit peu, mais on
les faisoit bons.»

Monsieur, par les cabales de la maison de Guise, du duc de Lorraine et
de la Reine-mère, et principalement parce qu'on n'avoit pas tenu
parole à Le Coigneux, son chancelier, et à Puy-Laurens, prit le parti
de sortir de France. M. de Rambouillet avoit promis à Le Coigneux une
charge de président à mortier, qu'il eut, et un chapeau de cardinal;
et à Puy-Laurens un brevet de duc. On n'écrivoit point à Rome pour le
chapeau; le brevet ne s'expédioit point. Ces deux hommes aigrissent
leur maître, et le font partir. Puy-Laurens croyoit épouser madame de
Phalsbourg ou sa fille, qui étoit veuve. Saint-Chaumont, qui faisoit
le siége de Nancy, que M. de Phalsbourg défendoit, laisse échapper la
princesse Marguerite à cheval, et fut disgracié pour cela. Depuis,
elle épousa Monsieur en Flandre.

Le cardinal négocia si bien, qu'il fit revenir Monsieur. Il maria peu
de temps après trois de ses parentes à M. de La Valette[520], à
Puy-Laurens et au comte de Guiche.

  [520] Ce fut pour l'attraper qu'il lui fit épouser sa parente.

  M. d'Épernon, pour avoir mal vécu avec sa femme, s'est attiré
  toutes les calamités qu'il a eues.

  On a dit que Puy-Laurens avoit été empoisonné avec des
  champignons, et on disoit que les champignons du bois de Vincennes
  étoient bien dangereux. Mais il mourut comme le grand prieur de
  Vendôme et le maréchal d'Ornano, à cause de l'humidité d'une
  chambre voûtée, et qui a si peu d'air que le salpêtre s'y forme.
  Madame de Rambouillet disoit plaisamment que cette chambre valoit
  son pesant d'arsenic, comme on dit son pesant d'or. Le cardinal de
  La Valette lui redisoit toujours cela. (T.)

Le cardinal fit en sorte que le Roi jeta les yeux sur La Folone,
gentilhomme de Touraine, pour lui donner ordre, sans qu'il parût que
le cardinal en sût rien, de se tenir auprès de Son Eminence, afin
d'empêcher qu'on ne l'accablât, et qu'on ne lui parlât que lorsque
l'on auroit quelque chose d'important à lui dire. C'étoit avant qu'il
eût un maître de chambre et des gardes.

Ce La Folone étoit le plus beau mangeur de la cour. Quand les autres
disoient: «Ah! qu'il feroit beau chasser aujourd'hui!--Ah! qu'il
feroit beau se promener!--Ah! qu'il feroit beau jouer à la paume,
danser! etc.,» lui disoit: «Ah! qu'il feroit beau manger aujourd'hui!»
En sortant de table, ses grâces étoient: «Seigneur, fais-moi la grâce
de bien digérer ce que j'ai mangé.»

Le cardinal ne pouvoit digérer qu'on lui reprochât qu'il n'étoit pas
de bonne maison, et rien ne lui a tant tenu à l'esprit que cela. Les
pièces qu'on imprimoit[521] à Bruxelles contre lui le chagrinoient
terriblement. Il en eut un tel dépit, que cela ne contribua pas peu à
déclarer la guerre à l'Espagne. Mais ce fut principalement pour se
rendre nécessaire. L'année que les ennemis prirent Corbie, quoiqu'il y
eût toujours une petite épargne de cinq cent mille écus chez Mauroy
l'intendant, le cardinal étoit pourtant bien empêché. Le bon homme
Bullion, surintendant des finances, l'alla voir: «Qu'avez-vous,
monseigneur[522]? je vous trouve triste.» Il avoit un ton de vieillard
un peu grondeur, mais ferme. «Hé, n'en ai-je pas assez de sujet? dit
le cardinal, les Espagnols sont entrés, ils ont pris des villes; M. le
comte de Soissons a été poussé en-deçà l'Oise, et nous n'avons plus
d'armée.--Il en faut lever une autre, monseigneur.--Et avec
quoi?--Avec quoi? je vous donnerai de quoi lever cinquante mille
hommes et un million d'or en croupe» (ce sont ses termes). Le cardinal
l'embrassa. Bullion avoit toujours six millions chez le trésorier de
l'Epargne Fieubet, car c'étoit celui-là à qui il se fioit le plus. De
là vient la prodigieuse fortune de Lambert[523], le commis du comptant
de Fieubet, car il faisoit profiter cet argent; et tel à qui il
prêtoit cinquante mille livres, quand il le pressoit de payer, comme
il faisoit exprès, lui jetoit un sac de mille livres pour avoir répit.
Le cardinal pourtant n'étoit guère bien informé des choses, puisqu'il
ne savoit pas ce qu'on faisoit de l'argent, ni s'il y en avoit de
réservé; mais c'est qu'il vouloit voler, et laissoit voler les autres.

  [521] L'écrit qui l'a le plus fait enrager depuis cela, a été
  cette satire de mille vers, où il y a du feu, mais c'est tout. Il
  fit emprisonner bien des gens pour cela: mais il n'en pu rien
  découvrir. Je me souviens qu'on fermoit la porte sur soi pour la
  lire. Ce tyran-là étoit furieusement redouté. Je crois qu'elle
  vient de chez le cardinal de Retz; on n'en sait pourtant rien de
  certain. (T.)--Cette pièce est connue sous le nom de la
  _Milliade_, parce qu'elle se compose de mille vers. Son véritable
  titre est: _le Gouvernement présent, ou Éloge de Son Éminence_.
  Barbier, qui, dans son _Dictionnaire des Anonymes_, en indique
  une édition de Paris, 1643, in-8º, dit à l'occasion de cet
  ouvrage: «Cette satire, publiée vers 1633, existe aussi sans
  indication de ville, sans nom d'imprimeur et sans date. On n'est
  pas bien certain du nom de son auteur: les uns l'attribuent à
  Favereau, conseiller à la cour des aides; les autres à d'Estelan,
  fils du maréchal de Saint-Luc; d'autres au sieur Brys, bon poète
  du temps. Cette dernière opinion paroît la plus fondée.» (Voyez
  _la Bibliothèque historique de la France_, t. 2, nº 32485.)

  [522] Le cardinal a affecté de se faire appeler _Monseigneur_.
  (T.)

  [523] Lambert le riche. Ce Lambert est mort, et se tua tellement
  à amasser du bien qu'il n'en a point joui. Il laissa cent mille
  livres de rente à son frère. Ce sont les fils d'un procureur des
  comptes. (T.)

En ce temps-là, il alla par Paris sans gardes; mais il avoit du fer à
l'épreuve dans les mantelets et dans les cuirs du devant et du
derrière de son carrosse, et toujours quelqu'un en la place des
laquais. Il menoit toujours le maréchal de La Force avec lui, parce
que le peuple l'aimoit. Le Roi alla à Chantilly, et envoya le maréchal
de Châtillon pour faire rompre les ponts de l'Oise. Montatère,
gentilhomme d'auprès de Liancourt, rencontre le maréchal, et lui dit:
«Que ferons-nous donc, nous autres de delà la rivière? Il semble que
vous nous abandonniez au pillage.--Envoyez, dit le maréchal, demander
des gardes à M. Picolomini; je vous donnerai des lettres, il est de
mes amis; nous en usâmes ainsi en Flandre après la bataille d'Anzin.»
M. de Liancourt et M. d'Humières, ayant appris cela, se joignent à
Montatère. Le maréchal écrit. Picolomini envoie trois gardes, et mande
au maréchal que si c'eût été le maréchal de Brézé, il ne les auroit
pas eus. Picolomini étoit homme d'ordre; car ayant logé chez un
gentilhomme, il conserva jusqu'aux espaliers, et fit donner le fouet à
un page qui y étoit entré par-dessus les murs. M. de Saint-Simon,
chevalier de l'ordre, et capitaine de Chantilly, pour faire le bon
valet, alla dire au Roi qu'il y avoit un garde à Montatère, que
c'étoit un lieu fort haut, que de là on pouvoit découvrir quand le Roi
ne seroit pas bien accompagné, et le venir enlever avec cinq cents
chevaux, car il y avoit, disoit-il, des gués à la rivière. Voilà la
frayeur qui saisit le Roi; il se met à pester contre Montatère, et dit
qu'il vouloit que dans trois jours il eût la tête coupée, et que
c'étoit lui qui avoit donné ce bel exemple aux autres. Montatère ne se
montre point, quoique ce fût au maréchal de Châtillon qu'il s'en
fallût prendre. Le Roi lui-même avoit donné lieu à la terreur qu'on
avoit dans le pays, car il avoit fait démeubler Chantilly, qui a de
bons fossés, et qui est en-deçà de la rivière. Cette colère dura deux
jours, au bout desquels Sanguin, maître-d'hôtel ordinaire, servit au
Roi des poires qu'il avoit eues de Montatère. Le Roi les trouva
bonnes, et demanda d'où elles venoient. «Sire, lui dit-il en riant, si
vous saviez d'où elles viennent, vous n'en voudriez peut-être plus
manger; mangez, mangez, puis je vous le dirai.» Après il lui dit:
«C'est cet homme contre qui vous pestiez tant hier qui me les a
données pour vous les servir.» Il se mit à rire, et dit qu'il en
vouloit avoir des greffes. Enfin M. d'Angoulême fit la paix de
Montatère, à condition qu'il ne parleroit point. En effet, le Roi lui
dit: «Montatère, je te pardonne, mais point d'éclaircissement,» et lui
tourna le dos. Il eût bien mieux fait, ou le cardinal pour lui, de
châtier ceux qui s'enfuirent si vilainement de Paris; car en ce
temps-là le chemin d'Orléans étoit tout couvert des carrosses des gens
qui croyoient n'être pas en sûreté à Paris. Barentin de Charonne en
fut un. Il falloit en faire un exemple, et le condamner à une grosse
amende, riche comme il étoit et sans enfants.

On a su du maréchal de La Meilleraye qu'un homme vêtu à l'espagnole
vint demander à parler au cardinal de Richelieu tête à tête, et, après
bien des allées et bien des venues, voyant qu'il s'obstinoit à parler
sans témoins, on fut obligé de le fouiller. Il lui proposa, moyennant
douze mille écus par mois, de lui faire savoir tout ce qui se
passerait dans le conseil d'Espagne. Le cardinal accepta le parti,
résolu de hasarder le premier mois; depuis il continua. On portoit
l'argent dans un certain égoût vers Fontarabie où l'on trouvoit des
relations de tout ce qui s'étoit passé. Je ne sais pas précisément
quand cela a commencé et combien cela a duré.

Quand le duc Weimar vint[524] à Paris, le comte de Parabelle, assez
sot homme, l'alla voir comme un autre, et fut si impertinent que de
lui aller demander pourquoi il avoit donné la bataille de
Nordlingen[525]. Le duc dit à l'oreille au maréchal de La Meilleraye:
«Qui est ce fat de cordon bleu?» Le maréchal lui dit: C'est une espèce
de fou, ne vous arrêtez pas à ce qu'il dit.--Pourquoi l'a-t-on donc
fait cordon bleu?--Il n'étoit pas si extravagant en ce temps-là.»

  [524] Bernard de Saxe, duc de Weimar.

  [525] Où il fut battu le 7 septembre 1654 par les Impériaux; il
  commandoit l'armée suédoise.

Le cardinal, qui avoit alors besoin de la cour de Rome, envoya
l'évêque de Chartres, Valançay, trouver un vieux docteur de Sorbonne
nommé Filesac[526], et lui dit, de la part de Son Eminence, qu'on le
prioit d'examiner telle et telle affaire, et de voir en quoi on
pouvoit gratifier le pape. Ce bon homme lui répondit: «Monsieur, j'ai
passé quatre-vingts ans pour examiner ce que vous me proposez: il me
faut six mois, car je serai obligé de revoir six gros volumes de
recueils que voilà!--Bien, dit le prélat, je reviendrai dans le temps
que vous me marquez.» Ce terme échu, M. de Chartres retourne: le
vieillard lui dit: «On a bien des incommodités à mon âge; je n'ai pu
lire encore que la moitié de mes recueils.» Le prélat voulut gronder
et l'intimider. «Voyez-vous, lui répondit-il, monsieur, je ne crains
rien. Il n'y a pas plus loin de la Bastille au paradis que de la
Sorbonne: vous faites un métier bien indigne de votre rang et de votre
naissance; vous en devriez mourir de honte. Allez, et ne remettez
jamais le pied dans ma chambre.» Un autre, nommé Richer[527],
professeur du collége du cardinal Le Moine, fut plus tourmenté. On
lui défendit de sortir de son collége; on le lui donna pour prison.
Après, on l'obligea, dans la chambre du Père Joseph, chez le cardinal
de Richelieu, de signer des choses qu'il ne vouloit point signer. On
le vouloit ensuite renvoyer en carrosse, comme on l'avoit amené: il
dit qu'il vouloit faire exercice, mais c'étoit qu'il vouloit entrer,
comme il fit, chez le premier notaire, et il y signa des protestations
contre la violence qu'on lui avoit faite.

  [526] Jean Filesac, docteur de Sorbonne, et curé de Saint-Jean en
  Grève, mourut en 1638. Il a laissé un assez grand nombre
  d'ouvrages, écrit sans méthode, mais pleins de recherches.

  [527] Edmond Richer, docteur de Sorbonne, principal et supérieur
  du collége du cardinal Le Moine, a été un des plus zélés
  défenseurs de nos libertés gallicanes; il résista courageusement
  au nonce Ubaldini et au cardinal Du Perron, qui voulurent, en
  1611, faire soutenir chez les Dominicains des thèses sur
  l'infaillibilité du pape, et sa supériorité sur le concile. Son
  livre, _de Ecclesiasticâ apostolicâ potestate_, composé pour le
  premier président de Verdun, a donné lieu à bien des disputes.

Dans le dessein de faire un duché à Richelieu, il voulut avoir
l'Isle-Bouchard, qui étoit à M. de La Trémouille; et, pour le faire
donner dans le panneau, il envoya des mouchards, qui dirent que le
cardinal en donneroit tant; c'étoit plus que cette terre ne valoit: le
duc le crut. Le cardinal lui demande s'il la lui vouloit vendre.
L'autre dit que oui, et qu'il lui en donnoit sa parole. «Et moi, dit
le cardinal, je vous donne aussi la mienne de l'acheter: il faut donc
voir, ajoute-t-il, combien elle sera estimée, car vous ne voudriez pas
me survendre.--Ah! on m'avoit dit, répondit le duc, que vous en
donneriez tout ce qu'on voudroit.» Cependant il fallut en passer par
là. La forêt seule valoit les cent mille écus qu'il en donna. M. de La
Trémouille a bien fait de plus fous marchés que celui-là. La Moussaye,
son beau-frère, a tiré de la forêt de Quintin, qu'il lui vendit avec
la terre de Quintin, les cinq cent mille francs qu'a coûté le tout.
Il a donné une forêt avec le fonds pour moins que le bois ne vaut. Le
cardinal échangea le domaine de Chinon avec le Roi; et, pour n'avoir
pas une belle maison dans son voisinage, et qui ne pouvoit pas manquer
d'être à un prince, puisqu'elle appartenoit à Mademoiselle, il obligea
M. d'Orléans, comme tuteur, à faire l'échange de Champigny contre le
Bois-le-Vicomte, et de raser le château. Il voulut aussi faire raser
la sainte chapelle qui y est, et où sont les tombeaux de MM. de
Montpensier. Pour cela, il avoit exposé au pape (car une sainte
chapelle dépend directement du pape) qu'elle menaçoit ruine. Innocent
X, alors dataire du cardinal Barberin, légat en France, fut délégué
pour faire une descente sur les lieux. Il trouva que la chapelle étoit
magnifique et en font bon état, et son rapport fut contraire au
cardinal, qui n'osa faire une mine sous la chapelle, et dire que
c'étoit le feu du ciel. Depuis, c'est ce qui est cause que
Mademoiselle a voulu rentrer dans Champigny, comme nous dirons dans
les Mémoires de la régence, et qu'elle y est rentrée. Regardez quelle
foiblesse a cet homme, qui eût pu rendre illustre le lieu le plus
obscur de France, de croire qu'un grand bâtiment ajouté à la maison de
son père feroit beaucoup pour sa gloire, sans considérer, outre tous
les embarras de ce domaine du Roi et de Champigny, que le lieu n'étoit
ni beau ni sain; car avec tous les priviléges qu'il y a mis, on ne s'y
habitue point. Il y a fait des fautes considérables (le principal
corps-de-logis est trop petit et trop étroit), par la vision qu'il a
eue de conserver une partie de la maison de son père, où l'on montre
la chambre dans laquelle le cardinal est né, et cela pour faire voir
que son père avoit une maison de pierres de taille, couverte
d'ardoise, en un pays où les maisons des paysans sont de même. Il a
encore affecté de laisser, au coin de son parterre, une église assez
grande, à cause que ses ancêtres y sont enterrés. La cour est fort
agréable et fort ornée de statues. Il n'y a rien de plus orné ni de
plus embelli de tableaux que les dedans; mais du côté du jardin, la
face du logis est ridicule. On y a fait venir des eaux jaillissantes
en assez grande quantité. Les canaux sont de belle eau. C'est une
petite rivière qui les fournit, et les fossés sont aussi pleins qu'ils
sauroient l'être. Le parc et les jardins sont beaux. Dans le château
ni dans la ville on ne sauroit faire une cave. On en a fait au bout du
jardin[528]. La basse-cour est belle, la ville riante, car c'est une
ville de cartes; l'église est fort agréable; les maisons de la ville
sont toutes d'une même structure, et toutes de pierres de taille.
Elles ont été bâties par ceux qui étoient dans les finances, dans les
partis et dans la maison du cardinal. Il n'a pas eu la satisfaction de
voir Richelieu; il avoit trop d'affaires à Paris; il s'est amusé à
garder une chambre de l'hôtel de Rambouillet[529], et par cette
fantaisie il a gâté son principal corps-de-logis[530]. Il a bâti à la
ville et aux champs en avaricieux. Il faut dire aussi, comme il est
vrai, que d'abord il n'a pas eu un si grand dessein, et que tout n'a
été fait qu'à bâtons rompus. Pour avoir la place nécessaire, il voulut
acheter la maison où pendoit l'enseigne des _Trois-Pucelles_. Au
commencement, il y alla par la douceur, et Se mit à la raison; mais le
bourgeois à qui elle appartenoit disoit sottement que c'étoit
l'héritage de ses pères. Le cardinal s'irrita enfin, et le fit mettre,
par une vengeance honteuse, à la taxe des _aisés_. Après, il eut sa
maison comme il voulut. Il laissa mettre à cette taxe Barentin de
Charonne[531], qui avoit été son hôte tant de fois dans sa maison de
Charonne. Ce n'est pas qu'il le méritât bien, car il étoit fort riche,
et lui avoit fait une sottise en criaillant pour un bout de chandelles
qu'on avoit mis contre une muraille, qui noircit quelques meubles.
Pensez que ce n'étoit point du consentement du cardinal, qui était
fort propre, et qui ne gâtoit jamais rien. On n'a point vu de maison
mieux tenue ni mieux réglée que la sienne. Barentin fut si sot qu'il
en mourut d'affliction, tant il étoit vilain et intéressé. Pour
excuser le cardinal, on disoit que deux ou trois petits désordres
comme cela qui étoient arrivés à Charonne, et le peu de civilité de
ces gens-là, qui ne lui cédoient pas toute leur maison, quoiqu'elle ne
fût pas trop grande, le dispensoient de les exempter de la taxe, et
qu'il avoit peur qu'on ne criât contre lui d'épargner Barentin, quand
des gens médiocrement aisés étoient taxés. Cependant cela ne sonna
point bien dans le monde.

  [528] Voyez la description que fait La Fontaine du château de
  Richelieu dans une lettre adressée à sa femme le 27 septembre
  1663. Cette lettre a été publiée en 1820, pour la première fois,
  par l'un des trois éditeurs à la suite des Mémoires de Coulanges.

  [529] L'hôtel de Rambouillet d'aujourd'hui étoit à M. de Pisani.
  Madame de Rambouillet disoit à madame d'Aiguillon: «Madame, s'il
  plaisoit à M. le cardinal de traiter M. Rambouillet comme son
  hôtel, il l'agrandiroit honnêtement.» Le service qu'il lui a
  rendu en gagnant Monsieur à la Journée des dupes le méritoit
  bien. (T.)

  Le vieux hôtel de Rambouillet, acheté par le cardinal de
  Richelieu, est devenu le Palais-Cardinal. (_Voyez_ l'article de M.
  et de madame de Rambouillet.)

  [530] Il laissa le Palais-Cardinal, comme on le voit par son
  testament, au dauphin, pour loger le dauphin, ou du moins
  l'héritier présomptif de la couronne. Quand la cour y alla loger,
  peu de temps après la mort du feu Roi, on fit mettre:
  _Palais-Royal_. Cela fut fort ridicule de changer cette
  inscription. En 1647, madame d'Aiguillon prit son temps, et ayant
  représenté le tort que cela faisoit à son oncle, on lui permit de
  remettre: _Palais-Cardinal_. Le peuple disoit que c'étoit que la
  Reine l'avoit donné au cardinal Mazarin. (T.)

  [531] Honoré Barentin, maître de la chambre aux deniers. Voyez
  _la Chasse aux larrons_, par Jean Bourgoin, sans date, in-8°, p.
  88. Cest un livre curieux, écrit sous le règne de Louis XIII, où
  l'on voit les commencements de bien des gens devenus depuis de
  grands personnages.

A Ruel, pour parler tout de suite de ses bâtiments, on ne trouvera pas
non plus grand'chose, mais il tenoit à être près de Saint-Germain.
Pour la Sorbonne, c'est sans doute une belle pièce, mais sa nièce ne
fait point relever l'autel, quoiqu'elle y soit obligée, aussi bien
qu'à faire faire son tombeau[532].

  [532] L'église de la Sorbonne a depuis été ornée du mausolée du
  cardinal de Richelieu, par Girardin. Ce bel ouvrage, conservé
  pendant la révolution au Musée des Petits-Augustins, par les
  soins de M. Alexandre Le Noir, a été replacé dans la Sorbonne,
  quand cette église restaurée a été rendue au culte pour quelques
  années.

Le Père Caussin, jésuite, qui avoit eu la place du Père Arnoux,
s'avisa de faire une cabale contre le cardinal avec La Fayette, fille
de la Reine, dont le Roi étoit amoureux à sa mode. M. de Limoges,
oncle de la demoiselle, y entroit aussi; et madame de Senecey, qui
étoit sa bonne amie, en fut chassée, et La Fayette se fit religieuse.
Voici comme cela se découvrit:

M. d'Angoulême, alors veuf (c'est le bâtard de Charles IX), étoit allé
prier le cardinal de souffrir qu'une Ventadour, abbesse de...[533] en
basse Normandie, à qui le cardinal avoit fait ôter son abbaye pour des
libelles qu'elle avoit faits contre lui[534], pût être reçue dans
quelque religion à Paris, afin qu'elle ne fût pas sur le pavé. Le
cardinal le lui accorda. En s'en retournant, il fut aux Jésuites de la
rue Saint-Antoine, où le Père Caussin lui dit que le Roi, touché de
compassion pour son peuple, avoit résolu de chasser le cardinal de
Richelieu; que c'étoit le plus scélérat des humains, et qu'il avait
jeté les yeux sur lui pour le faire cardinal, et le mettre en la place
de l'autre. Voyez l'homme de bien qu'il prenoit. Le bon homme, qui
connoissoit bien le Roi, remercia le Père Caussin. Il part, et se met
à rêver à ce qu'il avoit à faire. Il conclut de parler sur l'heure à
M. de Chavigny. Chavigny l'embrasse, et lui dit: «Vous nous donnez la
vie! il y a six mois qu'on ne peut deviner ce qu'a le Roi.»

  [533] Le nom est resté en blanc au manuscrit; ce doit être Marie
  de Levis, abbesse d'Avenai, puis de Saint-Pierre de Lyon, fille
  de Anne de Levis, duc de Ventadour.

  [534] J'ai appris que ce qui donna le plus occasion à la réforme
  de quelques monastères de dames, fut la folie d'une madame
  Frontenac, fille de M. de Frontenac, premier maître d'hôtel,
  religieuse à Poissy, qui, non contente de faire l'amour, s'avisa,
  avec cinq autres religieuses et leurs six galants, de venir
  danser une entrée de ballet à Saint-Germain devant le Roi. On
  crut d'abord que ce ballet venoit de Paris; mais dès le lendemain
  on sut l'affaire, et le jour même les six religieuses furent
  envoyées en exil. Avant cela elles avoient chacune leur logement
  à part et leur jardin, et mangeoient en leur particulier si elles
  vouloient. Elles ne purent jamais obtenir de la prieure qu'elle
  leur pardonnât et les reçût à faire pénitence, disant qu'elles
  gâteroient les autres. (T.).

Chavigny, sans attendre davantage, court vite à Ruel. Le lendemain M.
d'Angoulême s'y rend, et ils vont tous ensemble trouver le Roi. Le
cardinal, en riant, dit: «Sire, voyez ce méchant, ce perfide, ce
scélérat; il faut mettre M. d'Angoulême en sa place.» Le Roi se mit à
rire avec eux, mais du bout des dents, et dit: «Il y a quelque temps
que je m'aperçois que le pauvre Père Caussin s'affoiblit.» M. le comte
d'Alais[535] eut pour cela le gouvernement de Provence.

  [535] Louis de Valois, comte de Lauraguais, d'Alais, etc., duc
  d'Angoulême après son père, obtint en 1637 la charge de colonel
  général de la cavalerie légère, et le gouvernement de Provence.

Un peu après cela, comme M. d'Angoulême couroit un daim avec le Roi
dans le bois de Vincennes, le Roi lui dit: «Bon homme, voyez-vous ce
donjon? il n'a pas tenu à M. le cardinal qu'on ne vous y ait mis.--Par
le corps-dieu, Sire, dit le bon homme, je l'avois donc mérité, car il
ne vous l'auroit pas conseillé autrement.»

Le Père Caussin est mort d'une bizarre manière[536]. Il se mêloit
d'astrologie et trouva qu'il devoit mourir un certain jour; et ce
jour-là, sans autre mal, il se met en son lit et meurt. La Reine-mère
croyoit aussi très fort aux prédictions, et elle pensa enrager quand
on l'assura que le cardinal prospéreroit et vivroit long-temps. La
Reine-mère croyoit aussi que ces grosses mouches qui bourdonnent
entendent ce qu'on dit et le vont redire, et quand elle en voyoit
quelques-unes, elle ne disoit plus rien de secret.

  [536] Le Père Caussin fut exilé à Quimper-Corentin. (Voyez
  l'_Histoire du ministère du cardinal Richelieu_, par M. Jay, tom.
  2, pag. 71 et suiv.) On trouve dans le même volume, pag. 307, une
  lettre très-curieuse du Père Caussin à madame Louise-Angélique de
  La Fayette, qui contient le récit des circonstances qui avoient
  déterminé celle-ci à se faire religieuse.

Hocquincourt le père, grand-prévôt, ayant demandé à être chevalier de
l'Ordre, le cardinal lui dit: «Vraiment, voilà une belle
dignité!--C'est cependant cette dignité qui fait votre père
chevalier.--Il n'en fut pas mieux à la cour pour cela.»

Le cabinet assurément donnoit de l'exercice au cardinal, aussi
dépensoit-il fort en espions. Le Roi étoit foible et n'osoit rien
faire de lui-même. Une fois on trouva qu'il avoit été bien hardi de
donner un évêché. Ce fut celui du Mans, vacant par la mort d'un
Lavardin. Le Roi le sut avant que le cardinal en eût eu avis, et dit à
un de ses aumôniers nommé La Ferté qu'il le lui donnoit. La Ferté alla
trouver le cardinal, et lui dit en tremblant que le Roi lui avoit
donné l'évêché du Mans sans qu'il le lui eût demandé. «Oh! voire! dit
le Cardinal, le Roi vous a donné l'évêché du Mans, il y a grande
apparence à cela.» Ce garçon croyoit qu'on le lui ôteroit, et qu'on
lui donneroit quelque petite chose en place. Mais le Roi dit au
cardinal, la première fois qu'il le vit: «J'ai donné l'évêché du Mans
à La Ferté.» Le cardinal, voyant cela, porta ce respect au Roi que de
ne pas défaire ce qu'il avoit fait. La Ferté étoit fils d'un
conseiller de Rouen, qui ne le put pas faire conseiller d'église dans
son parlement, car il étoit cadet. A Paris, il trouva une charge
d'aumônier pour vingt mille livres. Le père, quoiqu'assez mal
intentionné pour lui, y consentit. Une soeur qu'il avoit à Paris le
nourrissoit. Il se rendit fort assidu, et le Roi l'aimoit sans le
témoigner.

La première conquête qu'on fit en Flandre, ce fut celle de
Hesdin[537]. Le grand-maître de La Meilleraye commandoit une attaque,
et Lambert l'autre; Lambert avoit un ingénieur qui avoit servi les
États: cet homme fit les choses dans l'ordre et comme il falloit
faire. Le grand-maître ne voulut pas avoir la patience. Il fit tuer
bien des gens et avançoit moins que l'autre. Il envoie quérir cet
ingénieur. «Combien me demandez-vous de jours?--Monsieur, ni plus ni
moins qu'à l'autre attaque. Il faut tant de temps pour passer le
fossé.» Il fallut, afin que le grand-maître eût l'honneur de la prise,
et qu'on le fît maréchal de France sur la brèche, retarder l'attaque
de Lambert[538]. Ce fut là que le grand-maître, dans une disette
d'argent, proposa au cardinal de faire quatre autres intendants des
finances à deux cent mille livres pièce. Le cardinal lui dit:
«Monsieur le grand-maître, si on vous disoit: Vous avez un
maître-d'hôtel qui vous vole, mais vous êtes trop grand seigneur pour
n'être volé que par un homme, prenez-en encore quatre; le
feriez-vous?» Une autre fois il lui dit, du temps que Laffemas faisoit
la charge de lieutenant civil par commission, qu'il connoissoit un
homme qui donneroit huit cent mille livres de cette charge. «Ne me le
nommez pas, dit le cardinal, il faut que ce soit un voleur.»

  [537] En 1639.

  [538] Au sujet de ce siége d'Hesdin, je me rappelle qu'un baron
  de Languedoc dont j'ai oublié le nom, parent de madame de Cavoye,
  avoit trouvé une sorte de boulets creux qu'on emplissoit de
  poudre à canon, et qui, avec une certaine mèche qui s'allumoit
  quand on tiroit, crevoit en terre et faisoit quasi autant d'effet
  qu'une mine. Le feu Roi Louis XIII en fit l'épreuve à Versailles,
  où on fit construire exprès une demi-lune de terre. Saint-Aoust,
  lieutenant-général de l'artillerie, envoya par malice de méchante
  poudre; le baron s'en plaignit, le Roi se fâcha. Saint-Aoust vint
  et en apporta de la bonne. L'effet fut grand; le Roi présenta le
  baron au cardinal à Ruel; le cardinal feignit d'en être ravi;
  mais à cause que cela étoit un grand profit à l'artillerie, en
  réduisant l'équipage au quart des charrettes, il fit si bien
  qu'on ordonna à cet homme de se retirer. Rien n'étoit plus utile
  pour les ouvrages de terre. (T.)--On attribue l'invention de la
  bombe à un ingénieur italien qui s'en servit contre la ville de
  Berg-op-Zoom; cependant, selon quelques historiens, des bombes
  furent employées en 1495 à l'attaque d'une forteresse du royaume
  de Naples; selon d'autres le comte de Mansfeld lança les
  premières bombes en 1588 dans Walhtendonck, ville de Gueldre. Les
  bombes furent employées pour la première fois en France au siége
  de Mézières en 1521; le maréchal de la Force s'en servit en 1634,
  au siége de la Motte, sous Louis XIII. (_Mémorial portatif de
  chronologie_; Paris, 1829, t. 1, p. 476.)

Hesdin se rendit huit jours plus tôt qu'il n'auroit fait, à cause
d'une lettre en chiffres qu'on intercepta, par laquelle ceux de dedans
demandaient secours. Rossignol la déchiffra et fit réponse en même
chiffre, au nom du cardinal infant, qu'on ne les pouvoit secourir, et
qu'ils traitassent.

Ce Rossignol étoit un pauvre garçon d'Alby, qui n'étoit pas mal habile
à déchiffrer. Le cardinal le gardoit bien autant pour faire peur aux
gens que pour autre chose. Il a fait fortune, et est aujourd'hui
maître des comptes à Poitiers. Il étoit devenu dévot jusqu'à se donner
la discipline. En 1653, il reçut quatorze mille écus pour trois ans de
pension. Le cardinal Mazarin a cru qu'il lui étoit utile pour les
chiffres mentaux. Ni lui ni tête d'homme ne les savoit déchiffrer que
par hasard. On dit qu'il n'en a jamais déchiffré qu'un. Au reste,
c'était une pauvre espèce d'homme. Il comptoit familièrement au
cardinal de Richelieu les honneurs qu'on lui avoit faits à Alby:
«Monseigneur, disoit-il, ils n'osoient m'approcher. Ils me regardoient
comme un favori, moi je vivois avec eux comme auparavant. Ils étoient
tout étonnés de ma civilité.» Le cardinal levoit les épaules, et dit à
Desmarest, après que l'autre fut sorti: «Je vous prie, tirez-lui les
vers du nez.» Desmarest l'accoste et lui dit: «Vous en avez tantôt
bien donné à garder à Monseigneur.--Pardieu, dit Rossignol, point du
tout, je ne lui en ai pas dit la moitié, mais je vous veux tout conter
à vous.» Là-dessus, il hable tout son soûl. «Mais il faut,
ajouta-t-il, que je vous dise quelques-uns de mes bons mots. Il y
avoit un juge qui n'osoit quasi m'approcher; je l'embrasse, et lui dis
en riant: Souvenez-vous de l'Albergat.» C'étoit un cabaret où ils
avoient bu ensemble.

Quand le duc de Lorraine manqua au traité qu'il avoit fait à
Saint-Germain avec le Roi, le cardinal, pour consoler Sa Majesté par
quelque épargne, car rien ne le consoloit tant, se doutant que dix
mille pistoles que le duc avoit reçues étoient encore à Paris, mit le
commissaire Coiffier en quête et lui en promit six cents. Coiffier,
par hasard, connoissoit un Lorrain qui étoit assez bien avec le duc;
il va chez cet homme, et lui dit: «On veut vous arrêter pour telle
chose.» Le Lorrain lui avoue qu'il avoit cet argent: «Eh bien!
donnez-le-moi, et on ne vous arrêtera pas, je vous en donne ma
parole.» Le Lorrain le lui donne; Coiffier le porte au cardinal, et le
cardinal au Roi. Les six cents pistoles promises furent payées. Le
cardinal tenoit parole; on le verra en ce que je vais conter. Il y
avoit un ingénieur nommé de Meuves, qui, un jour, avoit dit
étourdiment: «Il ne faut qu'acheter deux maisons vis-à-vis dans la rue
Saint-Honoré, et par-dessous la rue faire une mine et y mettre le feu
quand le cardinal passera.» Jugez si cela est fort faisable. Le
cardinal a avis de cela et que cet homme avoit un secret pour rompre
le fer avec une certaine liqueur. Cela lui fait peur, il résout de se
défaire de cet homme. Ce de Meuves avoit entrée à l'Arsenal, et le
grand-maître prétendoit tirer de grands avantages de ce secret en
surprenant des villes où il y a des grilles de fer pour donner passage
à quelque ruisseau. Un soir, cet homme avoit promis à quelqu'un
d'aller coucher à Saint-Cloud; il étoit tard; il s'avise d'aller
rompre la chaîne de quelque bateau avec sa drogue, prend son laquais
avec un flambeau allumé pour passer sous les ponts. Cette même nuit-là
le feu se prit au Pont-au-Change. Voilà un beau prétexte. On accuse de
Meuves d'y avoir mis le feu et par malice. Le cardinal nomme pour chef
de ses commissaires (tous conseillers au Châtelet qui jugent
prévôtalement les incendiaires), M. de Cordes, un homme qui a mérité
qu'on écrivît sa vie[539], afin que ce juge incorruptible ne
l'emportant pas sur les autres, on pût dire cependant: «Il a été
condamné par M. de Cordes.» Le cardinal songea à avoir le secret. Il
envoie quérir le clerc de M. de Cordes, nommé de Nieslé, de qui nous
tenons cette histoire. De Nieslé lui apporta de la drogue, car on en
avoit trouvé chez de Meuves, quand on le prit. Le cardinal en voulut
voir l'expérience. On en frotta les fiches d'une armoire. Au bout d'un
demi-quart d'heure, les ais tombent à terre. Le cardinal voyant cela,
ne s'obstina plus à vouloir avoir ce secret comme il avoit fait,
«parce, dit il, qu'il n'y auroit plus rien de sûr.» Avant cela, il
l'avoit fait demander à de Meuves, qui répondit qu'il ne le donneroit
point, si on ne lui promettait la vie. «Je ne la lui promettrai point,
dit le cardinal; car il lui faudroit tenir parole, et je veux qu'il
meure.» En effet, il fut pendu. Voyez le plaisant scrupule! il ne veut
pas manquer de parole, et fait mourir un innocent. Un politique, ou
plutôt un tyran comme lui, regarde que manquer de parole décrie, au
lieu que peu de gens sauront qu'on a fait mourir cet homme injustement
par ambition.

  [539] Elle a été publiée sous ce titre: _L'Idée d'un bon
  magistrat en la vie et en la mort de M. de Cordes, conseiller au
  Châtelet de Paris_, par A.G.E.D.V. (Antoine Godeau, évêque de
  Vence, Paris, 1645, in-12.) Il s'appeloit Denis de Cordes; il
  mourut en novembre 1642, et fut enterré à Saint-Méry.

Le cardinal vouloit accommoder les religions, et méditoit cela de
longue main. Il avoit déjà corrompu quelques ministres en Languedoc:
ceux qui étoient mariés, avec de l'argent, et ceux qui ne l'étoient
pas, en leur promettant des bénéfices. Il avoit dessein de faire faire
une conférence, et d'y faire députer ceux qu'il avoit gagnés, qui,
donnant les mains, engageroient le reste à faire de même. En cette
intention, il jette les yeux sur l'abbé de Saint-Cyran, homme de
grande réputation et de grande probité, pour le faire le chef des
docteurs qui disputeroient contre les ministres. Saint-Cyran lui dit
qu'il lui avoit fait beaucoup d'honneur de le croire digne d'être à la
tête de tant d'habiles gens, mais qu'il étoit obligé en conscience de
lui dire que ce n'étoit point la voie du Saint-Esprit, que c'étoit
plutôt la voie de la chair et du sang, et qu'il ne falloit convertir
les hérétiques que par les bons exemples qu'on leur donneroit. Le
cardinal ne goûta nullement cette remontrance, et ce fut la véritable
cause de la prison de Saint-Cyran[540].

  [540] Jean Duvergier de Haurane, abbé de Saint-Cyran, fut mis à
  la Bastille le 14 mai 1638, et il mourut en 1643, peu de temps
  après être sorti de prison. Sa captivité fut généralement
  attribuée à ce qu'il n'avoit pas voulu opiner pour la nullité du
  mariage de Gaston avec Marguerite de Lorraine.

En Languedoc, le cardinal envoya quérir un des ministres de
Montpellier, nommé Le Fauscheur, natif de Genève. Il vouloit le gagner
à cause de sa réputation. Il lui envoya dix mille francs. Ce bon homme
fut fort surpris. «Hé! pourquoi m'envoyer cela? dit-il à celui qui le
lui apportoit.--M. le cardinal, dit cet homme, vous prie de prendre
cette somme comme un bienfait du Roi.» Le Fauscheur n'y voulut point
entendre. Le cardinal le trouva mauvais, et le pauvre ministre fut
interdit fort long-temps, jusqu'à ce qu'il eût permission de prêcher à
Paris. Un de ses confrères, nommé Mestrezat, rapporta dix mille écus
aux héritiers d'un homme qui les lui avoit donnés en dépôt, sans
qu'eux ni qui que ce soit au monde en sût rien.

Le cardinal a eu quelquefois bien autant de bonheur que de science,
car, après avoir poussé M. le comte de Soissons à bout[541], il lui
oppose à la vérité un bon chef, mais une très-foible armée. Lamboy
n'eut pas de peine à défaire le maréchal de Châtillon. En conscience,
n'importoit-il pas au moins autant au cardinal que le grand-maître eût
la gloire de prendre Aire, que de battre M. le comte? On a cru sur
cela qu'il étoit assuré de le faire tuer dans le combat. C'est une
chanson, cela se seroit découvert avec le temps. Tout le monde croit
que M. le comte, en voulant lever sa visière avec le bout de son
pistolet, se tua lui-même[542]; et s'il ne se fût point tué, où en
étoit l'éminentissime? Toute la Champagne, dont M. le comte étoit
gouverneur, eût ouvert les portes aux victorieux. Tous les malcontents
se fussent joints à lui; le Roi même eût peut-être été bien aise de se
défaire d'un ministre qui lui étoit à charge, et qu'il craignoit.
Quand on apprit la nouvelle de la défaite de M. de Châtillon, le
cardinal fut cinq heures de temps au désespoir. Il envoya ordre au
maréchal de La Meilleraye de laisser l'armée au maréchal de Guiche, et
de l'aller trouver avec son régiment de cavalerie, celui de La
Meilleraye, et ne se remit que quand on lui vint dire la mort de M. le
comte. M. le comte avoit mis dans ses enseignes: _Pour le Roi, contre
le cardinal_; M. de Bouillon: _Ami du Roi, ennemi du cardinal_; M. de
Guise, une chaise renversée et un chapeau rouge dessous, avec ces
mots: _Deposuit potestatem de sede_. Depuis, le maréchal fut
contremandé. Dans ce combat, le marquis de Praslin, fils du maréchal,
eut cent coups après sa mort. On croit qu'il avoit donné parole à M.
le comte, et puis lui avoit manqué; c'étoit un homme de service, mais
un méchant homme. Il avoit fait long-temps l'impie; et pour se
remettre en bonne réputation de ce côté-là, il feignit une
apparition. Mais le cardinal de Richelieu s'en moqua[543]. M. de
Bouillon, après cela, fit une paix de pair à pair avec le Roi. Le
cardinal, en achevant le traité, dit: «Il y a encore une condition à
ajouter, c'est que M. de Bouillon croira que je suis son très-humble
serviteur.» Après cela, M. de Bouillon se va sottement engager avec M.
d'Orléans et M. Le Grand. Son père lui avoit tant recommandé de se
tenir dans son petit corps-de-garde, et il va cabaler quand il
commande en Piémont. On le prit à la tête de son armée, et sa femme
fut contrainte de rendre Sédan pour lui sauver la vie. Il ne témoigna
pas grande constance dans la prison.

  [541] Saint-Ibal a été cause du malheur de M. le comte, car il
  lui mit dans la tête de faire le fier et de terrasser le
  cardinal. (T.)

  [542] Le prince de Simmeren, de la maison palatine, étoit à
  Sédan, lorsque M. le comte s'y retira. Étant retourné en son
  pays, quand la bataille de Sédan fut donnée, il écrivit naïvement
  cette lettre à M. le comte de Soissons: «Le bruit court ici que
  vous avez gagné la bataille, mais que vous y avez été tué.
  Mandez-moi ce qui en est, car je serois très-fâché de votre
  mort.» M. le comte de Roussi m'a dit avoir vu la lettre. (T.)

  [543] Cela me fait souvenir d'un savant médecin de la Faculté,
  nommé Patin, qui tout de même a feint qu'un de ses malades à qui
  il fit promettre à l'article de la mort de lui venir dire s'il y
  avoit un purgatoire, lui étoit apparu un matin, mais sans lui
  rien dire, car ces gens qui reviennent de l'autre monde ne
  parlent jamais. (T.)

Le cardinal, mal informé de la disposition où étoient les Catalans,
leur donna la carte blanche au lieu qu'eux la lui eussent donnée; car
ils étoient résolus d'appeler le Turc, s'il faut ainsi dire, plutôt
que se soumettre à l'Espagne. Cette faute a horriblement coûté à la
France, car la Catalogne a tiré bien de l'argent. On a payé tout comme
dans une hôtellerie, et cette principauté, par conséquent l'Espagne,
s'enrichissoit à nos dépens.

Le cardinal étoit rude à ses gens, et toujours en mauvaise humeur; il
a, dit-on, frappé quelquefois Cavoye, son capitaine des gardes, et
autres, transporté de colère. On raconte que le Mazarin en a fait
autant à Noailles quand celui-ci étoit son capitaine des gardes.

La Rivière, qui est mort évêque de Langres, disoit que le cardinal de
Richelieu étoit sujet à battre les gens, qu'il a plus d'une fois battu
le chancelier Séguier et Bullion. Un jour que ce surintendant des
finances se refusoit de signer une chose qui suffisoit pour lui faire
son procès, il prit les tenailles du feu, et lui serroit le cou en lui
disant: «Petit ladre, je t'étranglerai.» Et l'autre répondit:
«Etranglez, je n'en ferai rien.» Enfin il le lâcha, et le lendemain
Bullion, à la persuasion de ses amis, qui lui remontrèrent qu'il étoit
perdu, signa tout ce que le cardinal voulut.

Le cardinal étoit avare; ce n'est pas qu'il ne fît bien de la dépense,
mais il aimoit le bien. M. de Créqui ayant été tué d'un coup de canon
en Italie, il alla voir ses tableaux, prit tout le meilleur au prix de
l'inventaire, et n'en a jamais payé un sol. Il fit pis, car Gilliers,
intendant de M. de Créqui, lui en ayant apporté trois des siens par
son ordre, et lui en ayant présenté un qu'il le prioit d'accepter, le
cardinal dit: «Je les veux tous trois,» et les doit encore.

Il ne payoit guère mieux les demoiselles que les tableaux. Marion de
l'Orme alla deux fois chez lui. A la première visite, il la reçut en
habit de satin gris de lin, en broderie d'or et d'argent, botté et
avec des plumes. Elle a dit que cette barbe en pointe et ces cheveux
au-dessus de l'oreille faisoient le plus plaisant effet du monde. J'ai
ouï dire qu'une autre fois elle y entra en homme: on dit que c'étoit
en courrier; elle-même l'a conté. Après ces deux visites, il lui fit
présenter cent pistoles par Des Bournais, son valet-de-chambre, qui
avoit fait le m......... Elle les jeta, et se moqua du cardinal. On
l'a vu plusieurs fois avec des mouches, mais il n'en mettoit pas pour
une. Une fois il voulut débaucher la princesse Marie, aujourd'hui la
reine de Pologne. Elle lui avoit envoyé demander audience. Il se tint
au lit; on la fit entrer toute seule, et le capitaine des gardes fit
sortir tout le monde. «Monsieur, lui dit-elle, j'étois venue pour...»
Il l'interrompit: «Madame, lui dit-il, je vous promets toute chose, je
ne veux point savoir ce que c'est. Mais, madame, que vous voilà
propre! jamais vous ne fûtes si bien! Pour moi, j'ai toujours eu une
l'inclination particulière à vous servir.» En disant cela, il lui
prend la main... Elle la retire, et lui veut conter son affaire. Il
recommence, et lui veut prendre encore la main. Elle se lève, et s'en
va. Pour madame d'Aiguillon et madame de Chaulnes, nous dirons cela
ensuite quand nous viendrons à l'_Historiette_ de madame d'Aiguillon.
Le cardinal aimoit les femmes; mais il craignoit le Roi, qui étoit
médisant.

M. de Chavigny délibéra de faire appeler l'hôtel de Saint-Paul l'hôtel
de Bouteiller, et de le mettre sur la porte. Le cardinal de Richelieu
s'en moqua, et lui dit: «Tous les Suisses y voudront aller boire: ils
liront l'_hôtel de la bouteille_.» L'archevêque de Tours signoit
toujours Le Bouteiller; il prétendoit venir des comtes de Senlis. Dans
la vérité, ils sont venus d'un paysan de Touraine qui se transplanta à
Angoulême; son fils eut quelque charge. Du côté des femmes, ils
viennent de Ravaillac, c'est-à-dire d'une soeur de Ravaillac: au moins
en sont-ils bien proches. Le père de l'archevêque et du surintendant
étoit avocat à Paris, et avoit écrit l'histoire de Marthe
Brossier[544], cette fille qui faisoit la possédée; ils l'ont
supprimée autant qu'ils ont pu.

  [544] Marthe Brossier étoit fille d'un tisserand de Romorantin;
  elle fut renvoyée dans son pays par arrêt du 23 juin 1599, avec
  défense d'en sortir. _Le Discours véritable sur le fait de Marthe
  Brossier_, Paris, 1599, in-8º, a été attribué au médecin
  Marescot. (Voyez la _Biographie universelle_.) Il paroîtroit,
  d'après Tallemant, que cet ouvrage pourroit être de Le
  Bouthilier.

Le cardinal railloit quelquefois assez fortement et sans grand
fondement. Durant le siége d'Arras, il m'arriva d'écrire une épître en
vers au petit Quillet[545], médecin du maréchal d'Estrées. Il étoit
alors à la cour d'Amiens pour cette belle guerre de Parme. Le paquet
étoit adressé chez Bautru, ami de Quillet. Par hasard on le porta à
Nogent, son frère, qui voulut avoir le plaisir de l'ouvrir, puisqu'il
lui avoit coûté un quart d'écu, car c'est le plus avare des humains.
Nogent porta cette bagatelle chez le cardinal pour l'en faire rire.
Son Eminence prit occasion de railler, à cause qu'il y avoit quelques
endroits qui pouvoient convenir à M. de Bullion[546], qui étoit, aussi
bien que Quillet, petit, gros, rouge, et aimant la bonne chère. Il
prit occasion de railler Senectère, qui étoit le courtisan de Bullion;
et Senectère lui ayant remontré que le nom de Quillet y étoit:
«Qu'importe, dit-il, que ce soit pour M. de Bullion ou pour le médecin
de votre ami? c'est à vous à faire faire réponse,» et lui mit la
lettre entre les mains. Il la rendit depuis à Quillet, et lui dit d'un
air fort chagrin, car il avoit peur que Bullion ne le sût, qu'il
recommandât bien à ses amis de n'écrire jamais au lieu où seroit la
cour des choses qui pussent s'appliquer à plusieurs personnes. Si mon
père eût su cela, et qu'après il lui fût arrivé quelque désordre dans
ses affaires, il m'eût voulu faire accroire que ma poésie en eût été
cause.

  [545] Claude Quillet, l'un de nos meilleurs poètes latins
  modernes, auteur du poème de _la Callipédie_. Il mourut en
  septembre 1661.

  [546] On appeloit Bullion _le Gros Guillaume raccourci_. Les gens
  de lettres le haïssoient, car il faisoit profession de les
  mépriser. (T.)

En ce temps-là le cardinal dit en riant à Quillet, qui est de Chinon:
«Voyez-vous ce petit homme-là? il est parent de Rabelais, et médecin
comme lui.--Je n'ai pas l'honneur, dit Quillet, d'être parent de
Rabelais.--Mais, ajouta le cardinal, vous ne nierez pas que vous ne
soyez du même pays que Rabelais.--J'avoue, monseigneur, que je suis du
pays de Rabelais, reprit Quillet, mais le pays de Rabelais a l'honneur
d'appartenir à Votre Eminence.» Cela étoit assez hardi; mais un M.
Mulot de Paris, qu'il avoit fait chanoine de la Sainte-Chapelle, lui
parloit bien encore plus hardiment. Il est vrai que le cardinal avoit
bien de l'obligation à cet homme; car lorsqu'il fut relégué à Avignon,
Mulot vendit tout ce qu'il avoit, et lui porta trois ou quatre mille
écus, dont il avoit fort grand besoin. Ce M. Mulot n'avoit rien tant à
contre-coeur que d'être appelé aumônier de Son Eminence. Une fois le
cardinal, pour se divertir, car il se chatouilloit souvent pour se
faire rire, fit semblant d'avoir reçu une lettre où il y avoit: _A
monsieur, monsieur Mulot, aumônier de Son Eminence_, et la lui donna.
Cela le mit en colère, et il dit tout haut que c'étoient des sots qui
avoient fait cela. «Ouais! dit le cardinal, et si c'était moi?--Quand
ce seroit vous, répondit Mulot, ce ne seroit pas la première sottise
que vous auriez faite.» Une autre fois il lui reprocha qu'il ne
croyoit point en Dieu, et qu'il s'en étoit confessé à lui. Le
cardinal fit mettre un jour des épines sous la selle de son cheval. Le
pauvre M. Mulot ne fut pas plus tôt dessus, que la selle pressant les
épines, le cheval se sentit piqué, et se mit à regimber d'une telle
force, que le bon chanoine se pensa rompre le col. Le cardinal rioit
comme un fou. Mulot trouve moyen de descendre, et s'en va à lui tout
bouillant de colère: «Vous êtes un méchant homme.--Taisez-vous,
taisez-vous, lui dit l'Eminence; je vous ferai pendre, vous révélez ma
confession.» Ce M. Mulot avoit un nez qui faisoit voir qu'il ne
haïssoit pas le vin. En effet, il l'aimoit tant, qu'il ne pouvoit
s'empêcher de faire une aigre réprimande à tous ceux qui n'en avoient
pas de bon; et quelquefois, quand il avoit dîné chez quelqu'un qui ne
lui avoit pas fait boire de bon vin, il faisoit venir les valets, et
leur disoit: «Or çà, n'êtes-vous pas bien malheureux de n'avertir pas
votre maître, qui peut-être ne s'y connoît pas, qu'il se fait tort de
n'avoir pas de bon vin à donner à ses amis?» Il avoit beaucoup
d'amitié pour madame de Rambouillet; et ayant découvert que M. de
Lizieux, quoiqu'il eût du bien de reste, jouissoit toujours d'une
petite terre qui lui avoit été donnée autrefois par le beau-père de
cette dame pour en jouir sa vie durant, il ne le pouvoit souffrir, et
à tout bout de champ il le lui vouloit aller dire; et toutes les fois
qu'il voyoit madame de Rambouillet, la première chose qu'il lui
disoit, c'étoit: «Madame, M. de Lizieux a-t-il rendu cette terre?»
Enfin il falloit que madame de Rambouillet se mît à genoux devant lui
pour obtenir qu'il n'en parleroit jamais. M. de Lizieux avoit oublié
d'où lui venoit cette terre, ou, pour mieux dire, il avoit oublié
qu'il l'avoit. Jamais homme n'a moins su ses affaires que celui-là.

Le cardinal avoit deux petits pages, dont l'un s'appeloit Meniquet, et
l'autre Saint.... J'ai oublié le nom de ce saint-là. Ils rencontroient
admirablement à faire des équivoques sur-le-champ. Le cardinal s'en
divertissoit. Un jour M. de Lansac entre; Son Eminence dit: «Meniquet,
une équivoque sur M. de Lansac.--Monseigneur, il me faut une pistole,
sans cela je ne saurois équivoquer.--Comment, une pistole? dit le
cardinal.--Oui, monseigneur, il m'en faut une, et si je n'équivoque
bien, je me soumets à avoir le fouet...» Le cardinal lui en donne donc
une. Le petit page la met dans sa poche et dit: «_Pistole Lansac_»
(pistole en sac). Le cardinal la trouva si plaisante qu'il lui en fit
donner dix.

On a remarqué que le cardinal de Richelieu avoit puni fort sévèrement
la sédition des _pieds-nus_ en Normandie, parce que cette province a
eu des souverains autrefois, qu'elle le porte plus haut qu'une autre
province, qu'elle est voisine des Anglois, et qu'elle a peut-être
encore quelque inclination à avoir un duc.

On a remarqué aussi que ce fut une grande bévue que de défendre de
peser les pistoles, car on rogna si bien qu'elles ne pesoient plus que
six livres, et que le Roi se ruinoit quand il fallut porter de l'or
hors de France; enfin cela fit ouvrir les yeux au cardinal. Il est
vrai qu'il prit le chemin qu'il falloit pour arrêter ce désordre, car
il les décria tout d'un coup. Il fallut après tirer parti des
rogneurs. Montauron en donnoit tant au Roi et les faisoit condamner à
la plus grosse somme qu'il pouvoit. Il y en avoit tant que toute la
corde du royaume n'eût pas suffi pour les pendre. Quelques
particuliers du conseil, qui avoient de l'or léger, furent cause qu'on
donna ce ridicule arrêt qui défendoit de peser les pistoles. Cela
obligea à faire les louis d'or[547].

  [547] Voyez _le Traité historique des monnoies de France_ de Le
  Blanc; Amsterdam, 1692, p. 298 et suiv.

Le cardinal de Richelieu ayant harangué au parlement en présence du
Roi, sa harangue, qui fut assez longue, fit bien du bruit, à cause de
l'orateur probablement, car au fond ce n'étoit pas grand'chose[548].
On parla de la faire imprimer. Il pria le cardinal de La Valette
d'assembler quelques personnes intelligentes. Ce fut chez Bautru. M.
Godeau, M. Chapelain, M. Gombauld, M. Guyet, M. Desmarest que Bautru y
mit de son chef, en étoient. On la lut fort exactement, car le
cardinal le souhaitoit. Ils furent depuis dix heures du matin jusqu'au
soir à ne marquer que le plus gros; dès qu'il sut qu'on avoit été si
long-temps à l'examiner, il rengaîna et ne pensa plus à la faire
imprimer. Bautru ne fut pas d'avis qu'on lui montrât les marques qu'on
avoit faites, car il y en avoit trop, et cela l'auroit fâché. Elle
étoit pleine de fautes contre la langue, aussi bien que son Catéchisme
ou Instruction chrétienne[549]. Il voyoit bien les choses, mais il ne
les entendoit pas bien. A parler succinctement, il étoit admirable et
délicat. Il n'y a que l'_Instruction des curés_ qui soit de lui;
encore a-t-il pris des uns et des autres; pour le reste, la matière
est de Lescot, et le françois de Desmarest[550]. Il avoit fait une
comédie qui étoit fort ridicule, et il la vouloit faire jouer. Madame
d'Aiguillon et le maréchal de La Meilleraye firent agir Boisrobert
pour l'en détourner. Le pauvre homme en fut disgracié quinze jours.
Desmarest avoit des peines enragées avec lui. Il falloit se servir de
ses pensées ou du moins les déguiser. Depuis, il ne fut pas si docile;
il croyoit écrire mieux en prose que tout le reste du monde, mais il
ne faisoit état que des vers. Il a écrit en un endroit de son
Catéchisme ces mots: «C'est comme qui entreprendroit d'entendre _le
More de Térence_ sans commentaire.» C'est signe qu'il avoit bien lu
Térence[551]. Il y a encore deux autres livres de lui; le premier
s'appelle _la Perfection du chrétien_[552]. Dans la préface il dit
qu'il a fait le livre pendant les désordres de Corbie. C'est une
vanité ridicule. Quand cela seroit, à quoi il n'y a nulle apparence,
car il n'en avoit pas le loisir et avoit assez d'autres choses dans la
tête, il ne faudroit pas le dire. M. Desmarest, par l'ordre de madame
d'Aiguillon, et M. de Chartres (Lescot), qui avoit été son confesseur,
ont un peu revu cet ouvrage. L'autre est intitulé: _Traité enseignant
la méthode la plus aisée et la plus assurée de convertir ceux qui se
sont séparés de l'Eglise_[553]. M. de Chartres et M. l'abbé de
Bourséis l'ont revu. Après eux, madame d'Aiguillon pria M. Chapelain
de refondre une Invocation à la Vierge: il le fit; mais elle n'y
changea rien par scrupule ou par vénération pour son oncle. Beaucoup
de gens croient que ce dernier ouvrage est de M. de Chartres, car le
style est assez conforme, autant qu'on en peut juger par un
échantillon, à l'approbation que ce prélat a mise au-devant du livre.
Le cardinal faisoit travailler plusieurs personnes aux matières, et
puis il les choisissoit, et choisissoit passablement bien.

  [548] Talon l'aîné, avocat-général, homme de petite cervelle,
  alla sottement en présence du Roi au parlement louer le cardinal
  de Richelieu par-dessus les maisons. En sortant le cardinal lui
  dit: «Monsieur Talon, vous n'avez rien fait aujourd'hui, ni pour
  vous ni pour moi.» (T.)

  [549] _Instruction du Chrétien._ La première édition de ce livre,
  qui en compte au moins vingt-quatre, est de Poitiers, 1621,
  in-8º.

  [550] Le Catéchisme a été corrigé depuis par Desmarest, qui l'a
  mis en l'état où on le voit aujourd'hui. (T.)

  [551] Ce n'est pas dans son Catéchisme intitulé: _Instruction du
  chrétien_, que le cardinal commit la singulière erreur que
  Tallemant signale ici. C'est dans _les Principaux points de la
  Foi catholique, défendus contre l'écrit adressé au Roi par les
  ministres de Charenton_; Poitiers, 1617, in-8º. Il y traduit
  _Terentianus Maurus_, qui est le nom d'un grammairien, par _le
  Maure de Térence_, croyant que cet auteur avoit laissé une pièce
  de ce titre dont il étoit question dans le passage qu'il avoit à
  traduire.

  [552] Paris, 1646, in-4º.

  [553] Paris, 1651, in-folio.

Une chose m'a encore surpris de cet homme, c'est qu'il n'avoit jamais
lu les Mémoires de Charles IX[554]. En voici une preuve convaincante.
Quelqu'un lui ayant parlé de _la Servitude volontaire_ d'Etienne de La
Boëtie, c'est un des Traités de ces Mémoires, et un Traité, pour dire
ce que j'en pense, qui n'est qu'une amplification de collége, et qui a
eu bien plus de réputation qu'il n'en mérite; il eut envie de voir
cette pièce: il envoie un de ses gentilshommes par toute la rue
Saint-Jacques demander _la Servitude volontaire_. Les libraires
disoient tous: «Nous ne savons ce que c'est.» Ils ne se ressouvenoient
point que cela étoit dans les Mémoires de Charles IX. Enfin le fils
de Blaise, un libraire assez célèbre, s'en ressouvint et le dit à son
père; et quand le gentilhomme repassa: «Monsieur, lui dit-il, il y a
un curieux qui a ce que vous cherchez, mais sans être relié, et il en
veut avoir cinq pistoles.--N'importe,» dit le gentilhomme. Le galant
sort par la porte de derrière et revient avec les cahiers qu'il avoit
décousus, et eut les cinq pistoles.

  [554] _Mémoires de l'état de la France sous Charles_ IX. Le
  _Traité de la servitude volontaire_ a été imprimé pour la
  première fois, en 1578, dans le tome 3 de ce Recueil, folio 116.

Le cardinal a aussi laissé des Mémoires pour écrire l'histoire de son
temps[555]. Madame d'Aiguillon s'informa depuis de madame de
Rambouillet, de qui elle se pouvoit servir pour écrire cette histoire.
Madame de Rambouillet en voulut avoir l'avis de M. de Vaugelas, qui
lui nomma M. d'Ablancourt et M. Patru. Elle ne voulut pas du premier à
cause de sa religion. Pour Patru, à qui elle en fit parler par M.
Desmarest, il lui fit dire que, pour bien écrire cette histoire, il
falloit renoncer à toute autre chose; qu'ainsi, il seroit obligé de
quitter le palais; qu'elle lui fît donc donner un bénéfice de mille
écus de rente ou une somme une fois payée. Elle lui envoya offrir la
charge de lieutenant-général de Richelieu. Il lui répondit que pour
cent mille écus il ne quitteroit pas la conversation de ses amis de
Paris. Depuis, il m'a juré qu'il étoit ravi de n'avoir pas été pris au
mot, et qu'il auroit enragé d'être obligé de louer un tyran qui avoit
aboli toutes les lois et qui avoit mis la France sous un joug
insupportable. Il n'y a pas plus de quatre ans que M. de Montausier
croyoit avoir fait quelque chose pour faire avoir cet emploi à M.
d'Ablancourt, car madame Du Vignan, à qui lui et Chapelain en avoient
parlé par rencontre, s'en alla persuadée que la religion n'étoit
d'aucun obstacle à cela, et que madame d'Aiguillon ne pouvoit mieux
faire. Mais cela n'a rien produit, quoiqu'on l'en quittât pour deux
mille livres de pension. On a dit que l'évêque de Saint-Malo, Sancy,
travailloit à l'histoire sur les Mémoires du cardinal de Richelieu,
mais cela n'a point paru. Ce M. de Saint-Malo étoit ambassadeur à la
Porte. Son secrétaire, nommé Martin, trouva le moyen de faire échapper
des Sept-Tours de grands seigneurs polonais et une dame qui lui avoit
promis de l'épouser. Il se sauva avec eux. Sancy en eut cent coups de
latte sous la plante des pieds. Il n'étoit pas évêque alors. On
trouva, après la mort du cardinal, ce qu'on a appelé son _Journal_. Il
est imprimé. Là on voit que beaucoup de ceux qu'on croyoit ses ennemis
lui donnèrent des avis contre leurs propres amis.

  [555] On publia d'abord du cardinal l'_Histoire de la mère et du
  fils_, qui fut mal à propos attribuée à Mézerai. Ce n'est qu'en
  1823 que M. Petitot donna, d'après le manuscrit du dépôt des
  Affaires étrangères, les _Mémoires du cardinal de Richelieu_,
  compris dans la deuxième série des _Mémoires relatifs à
  l'histoire de France_.

Pour l'Académie, que Saint-Germain appeloit assez plaisamment _la
volière de Psaphon_[556], je n'ai rien à ajouter à ce qu'en a dit M.
Pellisson dans l'_Histoire_ qu'il en a faite[557]. Je dirai seulement
que le cardinal étoit ravi quand on lui remettoit la décision de
quelque difficulté. Il en faisoit faire compliment aux académiciens,
et les prioit de lui en envoyer souvent de même. Mais son avarice en
ceci n'a-t-elle pas été ridicule? S'il eût donné à Vaugelas de quoi
subsister honorablement[558], sans s'occuper à autre chose qu'au
Dictionnaire, le Dictionnaire eût été fini de son vivant, car après on
en eût été quitte pour nommer des commissaires qui eussent revu chaque
lettre avec lui. Il eût fallu aussi payer ces commissaires. Mais cela
lui coûtoit-il rien? étoit-ce de son fonds qu'il payoit les gens? Cela
eût été utile et honorable à la France[559]. Il a négligé aussi de
faire un bâtiment pour cette pauvre Académie.

  [556] Psaphon, habitant de la Lybie, voulant être reconnu pour un
  dieu, réunit un grand nombre d'oiseaux, et leur apprit à répéter:
  _Psaphon est un grand dieu_. Leur éducation terminée, il les
  rendit à la liberté, et les Lybiens, frappés de ce prodige,
  décernèrent à Psaphon les honneurs divins.

  [557] La première édition de l'ouvrage de Pellisson parut en 1653
  (Paris, in-8º), sous le titre de _Relation contenant l'Histoire
  de l'Académie françoise_.

  [558] Il rétablit la pension de Vaugelas, qui étoit de douze
  cents écus; mais Vaugelas n'en fut point payé. (T.)

  [559] Il y avoit à Vitré, en Bretagne, un avocat peu employé,
  nommé Des Vallées. Cet homme étoit si né aux langues, qu'en moins
  de rien il les devinoit, en faisoit la syntaxe et le
  dictionnaire. En cinq ou six leçons il montroit l'hébreu. Il
  prétendoit avoir trouvé une langue-matrice qui lui faisoit
  entendre toutes les autres. Le cardinal de Richelieu le fit venir
  ici; mais Des Vallées se brouilla avec Demuys, le professeur en
  langue hébraïque, et avec un autre; cet autre étoit peut-être
  Sionita, cet homme du Liban, qui travailloit à sa Bible de
  Legeay. Le Pailleur, qui étoit de ses amis, lui avoit demandé sur
  toutes choses de ne les point choquer. Un jour que Le Pailleur,
  en voyant quelques épreuves, demanda si cela étoit corrigé, Des
  Vallées dit: «Voire, ce ne sont que des ignorants.» Demuys sut
  cela, et le décria. Le cardinal vouloit cependant qu'il fît
  imprimer ce qu'il savoit de cette langue-matrice: «Mais vous me
  faites divulguer mon secret, donnez-moi donc de quoi vivre.» Le
  cardinal le négligea, et le secret a été enterré avec Des
  Vallées. (T.)

Il étoit avide de louanges. On m'a assuré que dans une épître
liminaire d'un livre qu'on lui dédioit, il avoit rayé _héros_ pour
mettre _demi-dieu_. Une espèce de fou, nommé La Peyre, s'avisa de
mettre au-devant d'un livre un grand soleil, dans le milieu duquel le
cardinal étoit représenté. Il en sortoit quarante rayons, au bout
desquels étoient les noms des quarante académiciens. M. le chancelier,
comme le plus qualifié, avoit un rayon vert. Je pense que M. Servien,
alors secrétaire d'Etat, avoit l'autre; Bautru ensuite, et les autres
_au prorata_ de leurs qualités, pour user des termes du président de
La Vieuville. Il y mit Cherelles-Bautru, qui n'en étoit point, au lieu
du commissaire Hubert. C'étoit un Auvergnat qui a fait de ridicules
traités de chronologie.

J'ai déjà dit que le cardinal n'aimoit que les vers. Un jour qu'il
étoit enfermé avec Desmarets, que Bautru avoit introduit chez lui, il
lui demanda: «A quoi pensez-vous que je prenne le plus du plaisir?--A
faire le bonheur de la France, lui répondit Desmarets.--Point du tout,
répliqua-t-il, c'est à faire des vers.» Il eut une jalousie enragée
contre _le Cid_, à cause que ses pièces des Cinq-Auteurs[560]
n'avoient pas trop bien réussi. Il ne faisoit que des tirades pour des
pièces de théâtre. Mais quand il travailloit, il ne donnoit audience à
personne. D'ailleurs, il ne vouloit pas qu'on le reprît. Une fois
L'Etoile, moins complaisant que les autres, lui dit le plus doucement
qu'il put qu'il y avoit quelque chose à refaire à un vers. Ce vers
n'avoit seulement que trois syllabes de plus qu'il ne lui falloit. «Là
là, monsieur de L'Etoile, lui dit-il, comme s'il eût été question
d'un édit, nous le ferons bien passer[561].»

  [560] Les pièces dont il fournissoit le sujet à Bois-Robert,
  Colletet, L'Estoile, Corneille et Rotrou, à chacun desquels il
  distribuoit un acte à faire, et que pour cette raison on appeloit
  _les pièces des Cinq-Auteurs_.

  [561] Il avoit assez méchant goût. On lui a vu se faire rejouer
  plus de trois fois une ridicule pièce en prose que La Serre avoit
  faite. C'est _Thomas Morus_. En un endroit Anne de Boulen disoit
  au roi Henri VIII, qui lui offroit une promesse de mariage:
  «Sire, des promesses de mariage, les petites filles s'en
  moquent.» En un autre, elle moralisoit sur la fragilité des
  choses humaines, et disoit au Roi que le trône des rois étoit un
  trône de paille: «C'est donc, disoit le Roi, de paille de
  diamant.» On appelle une paille certaine marque dans les diamants
  qui est un défaut. (T.)

Il fit une fois un dessein de pièce de théâtre avec toutes les
pensées; il le donna à Boisrobert en présence de madame d'Aiguillon,
qui suivit Boisrobert quand il sortit, pour lui dire qu'il trouvât le
moyen d'empêcher que cela ne parût, car il n'y avoit rien de plus
ridicule. Boisrobert, quelques jours après, voulut prendre ses biais
pour cela. Le cardinal, qui s'en aperçut, dit: «Apportez une chaise à
Du Bois (je dirai pourquoi il l'appeloit ainsi), il veut prêcher.» M.
Chapelain après fit des remarques sur ce dessein par l'ordre du
cardinal. Elles étoient les plus douces qu'il se pouvoit.
L'Eminentissime déchire la pièce, puis il fit recoller les déchirures,
le tout dans son lit, la nuit, et enfin conclut de n'en plus parler.

Pour l'ordinaire il traitoit les gens de lettres fort civilement. Il
ne voulut jamais se couvrir parce que Gombauld voulut demeurer
nu-tête; et mettant son chapeau sur la table, il dit: «Nous nous
incommoderons l'un et l'autre.» Cependant, regardez si cela s'accorde,
il s'assit, et le laissa lire une comédie tout de bout, sans
considérer que la bougie qui étoit sur la table, car c'étoit la nuit,
étoit plus basse que lui. Cela s'appelle obliger et désobliger en
même temps. Cela ne lui arrivoit guère. Vingt fois il a fait couvrir
et asseoir Desmarets dans un fauteuil comme lui, et vouloit qu'il ne
l'appelât que _monsieur_.

On l'a pourtant loué de savoir obliger de bonne grâce quand il le
vouloit. Il avoit, à ce que dit La Ménardière, dessein de faire à
Paris un grand collége avec cent mille livres de rente, où il
prétendoit attirer les plus grands hommes du siècle. Là il y eût eu un
logement pour l'Académie, qui eût été la directrice de ce collége.
C'étoit à Narbonne, un peu devant sa mort, que La Ménardière dit qu'il
le fit venir sept ou huit fois pour lui en parler; et il avoit cela si
fort dans la tête, que, malgré son mal et toutes les affaires qu'il
avoit alors sur les épaules, il y pensoit fort souvent. Il avoit,
ajoute La Ménardière, déjà acheté quelque collége. Il laissa une assez
belle bibliothèque; mais l'avarice de madame d'Aiguillon, et le peu de
soin qu'elle en a eu, la laisse fort dépérir. Feu Tourville,
grand-maréchal-des-logis, quand le Roi alla loger au palais, voulut à
toute force en avoir la clef. Après on y trouva pour sept à huit mille
livres de livres à dire. Ce fat de La Serre y loge présentement, et y
a fait je ne sais quel taudis.

Le cardinal faisoit écrire la nuit quand il se réveilloit. Pour cela
on lui donna un pauvre petit garçon de Nogent-le-Rotrou, nommé Chéret.
Ce garçon plut au cardinal, parce qu'il étoit secret et assidu. Il
arriva quelques années après qu'un certain homme ayant été mis à la
Bastille, Laffemas, qui fut commis pour l'interroger, trouva dans ses
papiers quatre lettres de Chéret, dans l'une desquelles il disoit à
cet homme: «Je ne puis vous aller trouver, car nous vivons ici dans
la plus étrange servitude du monde, et nous avons affaire au plus
grand tyran qui fut jamais.» Laffemas porte ces lettres au cardinal,
qui aussitôt fait appeler Chéret. «Chéret, lui dit-il, qu'aviez-vous
quand vous êtes venu à mon service?--Rien, monseigneur.--Ecrivez cela.
Qu'avez-vous maintenant?--Monseigneur, répondit le pauvre garçon bien
étonné, il faut que j'y pense un peu.--Y avez-vous pensé? dit le
cardinal après quelque temps.--Oui, monseigneur, j'ai tant en cela,
tant en telle chose, etc., etc.--Ecrivez.» Quand cela fut écrit:
«Est-ce tout?--Oui, monseigneur.--Vous oubliez, ajouta le cardinal,
une partie de cinquante mille livres.--Monseigneur, je n'ai pas touché
l'argent.--Je vous le ferai toucher; c'est moi qui vous ai fait faire
cette affaire.» Somme toute, il se trouva six vingt mille écus de
bien. Alors il lui montra ses lettres. «Tenez, n'est-ce pas là votre
écriture? lisez. Allez, vous êtes un coquin; que je ne vous voie
jamais.» Madame d'Aiguillon et le grand-maître le firent reprendre au
cardinal. Peut-être savoit-il des choses qu'ils craignoient qu'il
divulguât. Ce n'est pas que le cardinal ne fût pas terriblement
redouté. Pour moi, je trouve que l'Eminentissime, cette fois-là, fut
assez clément. Ce Chéret est maître des comptes. Il avoit placé un de
ses frères chez le grand-maître, qui, je crois, a fait aussi quelque
chose.

Il est temps de parler de M. le Grand[562]. Le cardinal, qui ne
s'étoit pas bien trouvé de La Fayette, et qui voyoit bien qu'il
falloit quelque amusement au Roi, jeta les yeux sur Cinq-Mars, second
fils du feu maréchal d'Effiat. Il avoit remarqué que le Roi avoit déjà
un peu d'inclination pour ce jeune seigneur, qui étoit beau et bien
fait, et il crut qu'étant le fils d'un homme qui étoit sa créature, il
seroit plus soumis à ses volontés qu'un autre. Cinq-Mars fut un an et
demi à s'en défendre; il aimoit ses plaisirs, et connoissoit assez
bien le Roi; enfin son destin l'y entraîna. Le Roi n'a jamais aimé
personne si chaudement; il l'appeloit _cher ami_. Au siége d'Arras,
quand Cinq-Mars y fut avec le maréchal de L'Hôpital mener le convoi,
il falloit que M. le Grand écrivît deux fois le jour au Roi; et le bon
sire se mit à pleurer une fois qu'il tarda trop à lui faire savoir de
ses nouvelles. Le cardinal vouloit qu'il lui dît jusqu'aux bagatelles.
Lui ne vouloit dire que ce qui importoit au cardinal; leur
mésintelligence commença à éclater quand M. le Grand prétendit entrer
au conseil.

  [562] Henri Coiffier, dit Ruzé, marquis de Cinq-Mars,
  grand-écuyer de France.

Le cardinal ne trouva pas bon non plus que Cinq-Mars eût voulu être
grand-écuyer au lieu de premier écuyer de la petite écurie. Le Roi
disoit tout en sa présence; il savoit toutes les affaires. Le cardinal
en représenta tous les inconvénients au Roi, et que c'étoit un trop
jeune homme. Cela outra le grand-écuyer, qui fit maltraiter son
espion, La Chenaye, premier valet-de-chambre, par le Roi, qui le
chassa honteusement. Le Roi, en maltraitant La Chenaye, disoit aux
assistans: «Il n'est pas gentilhomme, au moins.» Il l'appeloit coquin,
et le menaçoit de coups de bâton. Cinq-Mars s'en lava comme il put
auprès du cardinal, en lui disant que cet homme, le mettant mal avec
le Roi, l'eût empêché de rendre à Son Eminence ce qu'il lui devoit. La
Meilleraye, son beau-frère, lui proposa à Ruel, où il fit son
apologie, de donner un écrit signé de sa main, par lequel il
s'obligeroit de dire au cardinal tout ce que le Roi lui diroit. Il
répondit que ce seroit signer sa condamnation.

C'est apparemment Fontrailles[563] qui irrita le plus Cinq-Mars contre
l'Éminentissime, car il étoit enragé contre le cardinal, et voici
pourquoi. Fontrailles et autres étoient à Ruel dans l'antichambre du
cardinal; on vint dire que je ne sais quel ambassadeur venoit; le
cardinal sort au-devant de lui dans l'antichambre, et ayant trouvé
Fontrailles, il lui dit, le raillant un peu fortement: «Rangez-vous,
rangez-vous, monsieur de Fontrailles, ne vous montrez point, cet
ambassadeur n'aime point les monstres.» Fontrailles grinça les dents,
et dit en lui-même: «Ah! scélérat, tu me viens de mettre le poignard
dans le sein, mais je te l'y mettrai à mon tour, où je ne pourrai.»
Après, le cardinal le fit entrer, et goguenarda avec lui pour
raccommoder ce qu'il avoit dit. Mais l'autre ne lui a jamais pardonné.
Cette parole-là a peut-être fait faire la grande conjuration qui pensa
ruiner le cardinal.

  [563] Fontrailles, homme de qualité de Languedoc, bossu devant et
  derrière, et fort laid de visage, mais qui n'a pas la mine d'un
  sot. Il est fort petit et gros. (T.)--Il s'appeloit Louis
  d'Astarac, vicomte de Fontrailles. On a de lui une relation des
  choses qui se sont passées à la cour pendant la faveur de
  Cinq-Mars. Elle a été publiée avec les Mémoires de Montresor.
  (_Voyez_ cette relation dans la deuxième série de la _Collection
  des Mémoires relatifs à l'histoire de France_, tom. 54, pag.
  409.)

Avant que de dire le reste, il faut parler de la Catalogne et du
Roussillon, puisqu'aussi bien fut-ce à Perpignan que la catastrophe
arriva. Au commencement le cardinal fit peu d'état de la Catalogne,
car je crois qu'il n'avoit pas lu les Mémoires de la Ligue, non plus
que ceux de Charles IX, et qu'il ne savoit pas que c'étoit par les
Pyrénées, et non par les Alpes, qu'il falloit chasser les Espagnols
d'Italie et des Pays-Bas. Peut-être le savoit-il, mais il vouloit
faire durer la guerre. Quoi que c'en soit, La Motte-Houdancourt lui
ayant envoyé par La Vallée, qui étoit l'homme du Roi en l'armée de
Catalogne, des mémoires par lesquels il lui montroit clairement qu'il
avoit de grandes intelligences dans l'Aragon et dans la Valence, le
cardinal, touchant dans la main de cet envoyé, lui dit: «Assurez M. de
La Motte que dans peu de temps je mènerai le Roi en personne en
Espagne.» Je pense que, le Roi étant las de la guerre, le cardinal y
eût été tout de bon cette fois-là; pour cet effet il fit faire au Roi
le voyage de Perpignan. Durant ce siége, les plus riches de Sarragosse
se retirèrent dans la Castille et ailleurs. Le dessein du cardinal
étoit de mener le Roi à Barcelone avec une armée de quarante mille
hommes, d'envoyer un des meilleurs généraux avec quelques troupes en
Portugal, et de faire attaquer en même temps Fontarabie, qui étant
prise (car apparemment le roi d'Espagne n'eût pu couvrir ce
momon)[564], l'armée eût passé le long des Pyrénées pour se venir
joindre après à celle du Roi. Il n'y avoit que Pampelune dans toute la
Navarre à assiéger. Le Roi goûtoit assez cette entreprise, et avoit
ordonné à La Vallée de faire accommoder le chemin de Notre-Dame de
Mont-Serrat. En effet, on y dépensa huit mille livres, mais on y fit
de l'ouvrage pour plus de cent mille francs, car les paysans, sachant
que c'étoit pour le roi de France, ne vouloient point prendre
d'argent. On prit Colioure avant Perpignan, mais ce fut par le plus
grand hasard du monde. Le château, qui est sur le roc, et qui a des
murs d'une épaisseur effroyable, ne craint ni le canon ni la mine. Le
maréchal de La Meilleraye fit pourtant jouer un fourneau sans rime ni
raison, et ce fourneau combla le seul puits qu'ils eussent. Ainsi il
se fallut rendre pour ne pas mourir de soif.

  [564] _Momon_, expression empruntée d'un jeu de dés, dont les
  acteurs étoient masqués. _Couvrir ce momon_, paroît signifier ici
  accepter le défi. (_Voyez_ le _Dict. de Trévoux_.)

Salses vaut beaucoup mieux. Feu M. le Prince la prit. Bautru disoit
qu'on en feroit un extraordinaire, car il avoit manqué Dole et
Fontarabie. Un homme qui saura son métier, avec cinq cents hommes y
fera périr une armée de quarante mille. Espenan y alla mettre trois
mille hommes qui s'affamèrent l'un l'autre. Depuis elle fut surprise
comme on alloit à Perpignan. Cet Espenan étoit un grand ignorant. Il
alla mettre de la cavalerie en grand nombre dans Tarragone, et après
se rendit on ne sait comment. Il est mort gouverneur de Philipsbourg.
Au commencement de la guerre il étoit aisé de faire fortune; pour peu
qu'on eût ouï parler du métier, on étoit recherché, car personne ne le
savoit.

En allant au Roussillon, le cardinal apprit à Tarascon que Machault,
maître des requêtes, avoit fait pendre fort légèrement des marchands
de blé à Narbonne. Il voulut savoir le détail de cette affaire. On lui
dit qu'il y avoit dans la ville un avocat de Paris qui s'appeloit
Langlois (au Palais on l'appeloit _Langlois tireur d'armes_, parce que
son père étoit de ce métier-là, afin de le distinguer des autres qui
s'appeloient comme lui). Cet avocat avoit été procureur du roi de
l'intendance de Machault. Langlois vint, et en contant l'affaire, il
ne disoit jamais que _monsieur_. Tous ceux qui étoient là lui disoient
tout bas: «Dites _monseigneur_.» L'autre continuoit toujours à dire
_monsieur_. Le cardinal se crevoit de rire de l'empressement de tous
ses flatteurs, et écouta Langlois fort attentivement. L'avocat, quand
il fut hors de là, dit: «Nous ne parlons au Palais que par _monsieur_;
je suis du Palais et ne sais point d'autre langage.»

Pour en revenir à M. le Grand, l'amiral de Brezé ne faisoit que
d'arriver; c'étoit vers l'Avent 1641, quand le cardinal, qui vouloit
partir à la fin de janvier pour Perpignan, lui dit qu'il falloit se
préparer pour armer les vaisseaux à Brest, et puis passer le détroit
pour s'aller planter devant Barcelonne, afin d'empêcher le secours de
Perpignan. Quelques jours après, Brezé entra dans la chambre du Roi.
Pensez que l'huissier ne le laissoit pas gratter deux fois. Le Roi et
M. le Grand parloient dans la ruelle. Brezé entend, sans être vu, que
M. le Grand disoit le diable du cardinal[565]. Il se retire; il
consulte en lui-même. Il n'avoit pas encore vingt-deux ans. Il avoit
peur de n'être pas cru; il se résout de suivre le Roi à la chasse le
plus souvent qu'il pourroit, et s'il trouvoit M. le Grand à l'écart,
de lui faire mettre l'épée à la main. Une fois il le trouva assez à
propos; mais, voyant venir un chien, il crut qu'il y avoit des gens
après. Le lendemain le cardinal lui ordonna de partir le jour suivant.
Il fut deux jours caché, faisant travailler à son équipage.
L'Éminentissime le sut, l'envoya quérir et le malmena. Enfin, le jeune
homme, ne sachant plus que faire, va trouver M. de Noyers, et lui dit
ce qu'il avoit entendu, et ce qu'il avoit eu dessein de faire. M. de
Noyers lui dit: «Monsieur, ne partez point encore demain.» Le
cardinal, averti de tout, le mande, le remercie de son zèle, et le
fait partir après avoir dit qu'il y mettroit ordre.

  [565] Le bruit ayant couru qu'il avoit fait venir des gens pour
  assassiner le cardinal, M. le duc d'Enghien offrit à Son Éminence
  de le tuer. Le marquis de Pienne le sut et le dit à Rumigny, qui
  conseilla à M. le Grand de le dire au Roi. Il dit le lendemain à
  Rumigny: «Le Roi m'a dit: Prends de mes gardes, cher ami.--Et
  pourquoi n'en avez-vous pas pris? lui dit Rumigny en le regardant
  entre les deux yeux. Vous ne me dites pas vrai.» Le jeune homme
  rougit. «Au moins, ajouta Rumigny, allez chez M. le duc
  accompagné de trois ou quatre de vos amis, pour lui faire voir
  que vous n'avez point de peur.» Il y fut. M. le duc jouoit; on le
  reçut fort bien, et on causa fort gaîment. Rumigny l'y
  accompagna. (T.)

Dans le voyage les choses s'aigrirent. Le cardinal vouloit qu'on
chassât M. le Grand. Le Roi ne le vouloit pas, à cause que le cardinal
le vouloit; non, comme vous allez voir, qu'il aimât encore M. le
Grand. L'Éminentissime se retire à Narbonne[566] sous prétexte de son
mal, et laisse Fabert[567], capitaine aux gardes, mais qui étoit bien
dans l'esprit du Roi, et à qui le Roi avoit même dit un jour qu'il se
vouloit servir de lui pour se défaire du cardinal. On l'avoit choisi
comme un homme de coeur et un homme de sens. M. de Thou sonda un jour
Fabert pour lui faire prendre le parti de M. le Grand. Fabert lui fit
sentir qu'il en savoit bien des choses, et le pria de ne lui rien dire
qu'il fût obligé de découvrir. «Mais vous n'avez, lui dit l'autre,
aucune récompense; vous avez acheté votre compagnie aux gardes.--Et
vous, répondit Fabert, n'avez-vous point de honte d'être comme le
suivant d'un jeune homme qui ne fait que sortir de page? Vous êtes
dans un plus mauvais pas que vous ne pensez.»

  [566] Le maréchal de La Motte, sous prétexte d'empêcher le
  secours de Perpignan, car exprès il faisoit courir le bruit que
  les ennemis avoient ce dessein-là, s'avança à trente lieues de la
  ville. Le maréchal manda au cardinal qu'il s'étoit avancé pour le
  servir, et qu'il lui donnoit sa parole de le dégager quand il
  voudroit, et de le venir enlever à la porte du logis du Roi;
  qu'il avoit mille hommes dont il lui répondoit comme de lui-même.
  Le cardinal dit qu'il admirait l'adresse qu'avoit eue le
  maréchal, et lui manda qu'il n'avançât pas davantage. M. le
  Grand, qui avoit plus d'esprit que de cervelle, se douta du
  dessein du maréchal, et en avertit le Roi.

  [567] Abraham Fabert, qui fut depuis créé maréchal de France.

Or, voici comment on découvrit que le Roi n'aimoit plus M. le Grand.
Un jour, en présence du Roi, on vint à parler de fortifications et de
siéges. M. le Grand disputa long-temps contre Fabert, qui en savoit un
peu plus que lui. Le feu Roi lui dit: «Monsieur le Grand, vous avez
tort, vous qui n'avez jamais rien vu, de vouloir l'emporter sur un
homme d'expérience qui fait la guerre depuis si long-temps;» et
ensuite dit assez de choses à M. le Grand sur sa présomption[568],
puis s'assit. M. le Grand lui alla dire sottement: «Votre Majesté se
seroit bien passée de me dire tout ce qu'elle m'a dit.» Alors le Roi
s'emporta tout-à-fait. M. le Grand sort, et en s'en allant il dit tout
bas à Fabert: «Je vous remercie, monsieur Fabert,» comme l'accusant de
tout cela. Le Roi vouloit savoir ce que c'étoit; Fabert ne le lui
voulut jamais dire. «Il vous menace peut-être? dit le Roi.--Sire? on
ne fait point de menaces en votre présence, et ailleurs on ne le
souffriroit pas.--Il faut vous dire tout, monsieur Fabert, il y a six
mois que je le vomis (ce sont les propres termes du Roi). Mais pour
faire accroire le contraire, et qu'on pensât qu'il m'entretenoit
encore après que tout le monde étoit retiré, continua le Roi, il
demeuroit une heure et demie dans la garde-robe à lire l'Arioste. Les
deux premiers valets de garde-robe étoient à sa dévotion. Il n'y a
point d'homme plus perdu de vices, ni si peu complaisant. C'est le
plus grand ingrat du monde. Il m'a fait attendre quelquefois des
heures entières dans mon carrosse, tandis qu'il crapuloit. Un royaume
ne suffiroit pas à ses dépenses. Il a, à l'heure que je vous parle,
jusqu'à trois cents paires de bottes.» La vérité est que M. Le Grand
étoit las de la ridicule vie que le Roi menoit, et peut-être encore
plus de ses caresses[569]. Fabert donna avis de tout cela au cardinal.
M. de Chavigny, qu'il envoya trouver Fabert, ne pouvoit croire ce
qu'il entendoit. Cela donna courage au cardinal, qui, voyant qu'après
cela M. le Grand faisoit toujours bonne mine, conjectura qu'il y avoit
quelque grande cabale qui le soutenoit; c'était ce Traité d'Espagne.
Avant que de dire mes conjectures comme il l'eut, je dirai quelle
étoit la résolution du cardinal. Le cardinal, un peu devant, dictoit
un manifeste dont les cahiers ont été brûlés. Il parloit de se retirer
en Provence, à cause du comte d'Alais. Il espéroit que ses amis l'y
viendroient joindre. Il partit effectivement, après s'être fait dire
par les médecins que l'air de la mer lui étoit si contraire, qu'il ne
guériroit jamais s'il ne s'en éloignoit davantage. Et au lieu d'aller
par terre pour plus grande sûreté, il se mit sur le lac pour aller à
Tarascon, disant que le branle de la litière lui faisoit mal. Comme il
étoit près de passer le Rhône, on dit qu'un courrier, qui ne l'avoit
point trouvé à Narbonne, arriva avec un paquet du maréchal de Brezé,
vice-roi de Catalogne, qui, en quatre lignes, lui mandoit qu'une
barque ayant échoué à la côte, on y avoit trouvé le Traité de M. le
Grand, ou plutôt le Traité de M. d'Orléans avec l'Espagne, et qu'il le
lui envoyoit.

  [568] Un jour il contesta sur la guerre contre le maréchal de La
  Meilleraye. Le Roi lui dit que c'étoit bien à lui, qui n'avoit
  rien vu, à disputer contre un homme qui faisoit la guerre depuis
  si long-temps.--«Sire, répondit-il, quand on a du sens et de la
  lumière, on sait les choses sans les avoir vues.» (T.)

  [569] Quoi que Rumigny pût dire à M. le Grand, il négligea de se
  remettre bien avec le Roi; il se fioit sur son Traité avec
  l'Espagne. Il avoit envoyé Montmort, parent de Fontrailles, au
  comte de Brion, car on n'osoit, à cause de La Rivière, s'adresser
  à Monsieur directement. Par malheur pour lui, M. de Brion étoit à
  Paris aux noces de mademoiselle de Bourbon et de M. de
  Longueville. Cela empêcha qu'il n'eût réponse, et donna le temps
  d'avoir le Traité d'Espagne. La princesse Marie avoit promis à
  Cinq-Mars de l'épouser quand il se serait plus élevé: cela avoit
  contribué à lui faire tourner la tête. (T.)

Voilà le bruit qu'on fit courir, mais ce n'est pas la vérité, comme
nous dirons ensuite. Aussi n'y a-t-il guère d'apparence à ce qu'on
disoit là, et ceux qui l'ont cru sont de facile croyance. Le cardinal
(à ce qu'a dit Charpentier, son premier secrétaire, qui peut avoir été
trompé comme un autre, et qui a conté l'aventure de la barque), fort
surpris, commanda que tout le monde se retirât, excepté Charpentier.
«Faites-moi apporter un bouillon, je suis tout troublé.» Charpentier
le va prendre à la porte de la chambre, qu'on ferme ensuite au verrou.
Alors le cardinal, levant les mains au ciel, dit: «O Dieu! il faut que
tu aies bien du soin de ce royaume et de ma personne! Lisez cela,
dit-il à Charpentier, et faites-en des copies.» Aussitôt il envoya un
exprès à M. de Chavigny, avec ordre de le venir trouver, quelque part
qu'il fût. Chavigny le vint trouver à Tarascon, car il jugea à propos
de passer le Rhône. Chavigny, chargé d'une copie du Traité, va trouver
le Roi. Le cardinal l'avoit bien instruit. «Le Roi vous dira que c'est
une fausseté, mais proposez-lui d'arrêter M. le Grand, et qu'après il
sera bien aisé de le délivrer si la chose est fausse; mais que si une
fois l'ennemi entre en Champagne, il ne sera pas si aisé d'y
remédier.» Le Roi n'y manqua pas; il se mit en une colère horrible
contre M. de Noyers et M. de Chavigny, et dit que c'étoit une
méchanceté du cardinal, qui vouloit perdre M. le Grand. Ils eurent
bien de la peine à le ramener; enfin pourtant il fit arrêter M. le
Grand, et puis alla à Tarascon s'éclaircir de tout avec le cardinal.

Or, comme Fontrailles vit que le Roi étoit si long-temps avec M. de
Noyers et M. de Chavigny sans qu'on eût appelé M. le Grand, il lui
dit: «Monsieur, il est temps de se retirer.» M. le Grand ne le voulut
pas. «Pour vous, lui dit-il, monsieur, vous serez encore d'assez belle
taille quand on vous aura ôté la tête de dessus les épaules, mais en
vérité je suis trop petit pour cela[570].» Il se sauva en habit de
capucin, comme il étoit allé faire le Traité en Espagne[571].»

  [570] Avant que de se mêler d'intrigue, Fontrailles avoit mis
  tout son bien à couvert. Il a vingt-deux mille livres de rente en
  fonds de terre, sans un sou de dettes. Il dit une plaisante chose
  au feu Roi qui lui montroit des louis: «Sire, lui dit-il, j'aime
  les vieux amis et les vieux écus.» Il ne veut point qu'on raille
  de sa bosse; sur tout le reste il entend raillerie. Il étoit des
  esprits forts du Marais. Ces messieurs se mirent, il y a près de
  vingt ans, à porter des bottes qui avoient de fort longs pieds,
  mais non pas si longs qu'on les a portés depuis. Quelques
  capitaines aux gardes dansèrent un ballet des longs pieds.
  Fontrailles alla prendre cela pour eux, et engagea le comte de
  Fiesque et Rumigny à se battre. Le comte et son homme se
  blessèrent. Fontrailles fut culbuté par le sien, et Rumigny
  désarma le troisième. Ces messieurs du Marais chargèrent les
  filous, et leur enjoignirent de ne voler plus dans le Marais.
  Ainsi le Marais fut quelque temps un lieu de sûreté en dépit de
  lui. Espenan, soldat de fortune, qui avoit été garde de M.
  d'Épernon, épousa sa soeur. Il avoit gagné la mère et le cadet de
  Fontrailles. Cet Espenan avoit été en crédit pour avoir déposé
  contre M. de La Valette à l'assemblée de Fontarabie. Fontrailles
  le fit appeler en vain plusieurs fois en duel. Le cadet se mit si
  fort contre l'aîné qu'il lui envoya un cartel. Fontrailles en eut
  horreur, et, par l'avis de Rumigny, conta cela à tout le monde.
  Le cadet fût blâmé. Il est mort à la guerre en Catalogne. (T.)

  [571] Fontrailles essaya de passer en Espagne; mais, n'y étant
  pas parvenu, il se retira en Angleterre, où il resta jusqu'après
  la mort du cardinal. (_Relation de Fontrailles_, au lieu déjà
  cité, p. 443.)

Voici ce que j'ai appris de M. Esprit l'académicien, qui dans ce temps
étoit domestique de M. le chancelier, sur la manière dont M. le Grand
fut arrêté. Huit jours après le départ de Fontrailles, M. le Grand se
décide à se cacher à Narbonne chez un bourgeois dont la fille étoit
bien avec son valet-de-chambre Belet, qui l'y conduisit. Le soir, il
dit à un de ses gens: «Va voir si par hasard il n'y auroit point
quelque porte de la ville ouverte.» Le valet négligea d'y aller, parce
qu'on étoit soigneux de les fermer de bonne heure; cependant, voyez
quel malheur, une porte avoit été ouverte toute la nuit pour faire
entrer le train du maréchal de La Meilleraye. Alors, comme on avoit
publié à son de trompe que quiconque découvriroit M. le Grand auroit
tant de récompense, et que quiconque le cacheroit seroit puni de mort,
etc., son hôte le découvrit, de peur d'encourir la peine annoncée. Si
M. le Grand n'eût point été aussi paresseux, et qu'au lieu d'envoyer
un de ses gens voir si une porte de la ville étoit ouverte, il y eût
été lui-même, il se sauvoit.

La vérité touchant le moyen qu'on a tenu pour avoir le Traité n'est
point encore divulguée. Fabert a dit que le feu Roi l'avoit su ainsi
que M. de Chavigny et M. de Noyers, et qu'il n'y avoit plus que la
Reine, M. d'Orléans, M. le cardinal Mazarin et lui qui le sussent;
mais qu'il se gardera bien de le dire. Un jour quelqu'un demanda à M.
le Prince par quelle invention on avoit découvert ce Traité? M. le
Prince dit quelque chose tout bas à cet homme; Voiture, qui avoit vu
cela, dit à M. de Chavigny: «Vous faites tant le fin de ce grand
secret, cependant M. le Prince l'a dit à un tel.--M. le Prince ne le
sait pas, dit Chavigny; puis, quand il le sauroit, il n'oseroit le
dire.» De là, Voiture conjecturoit que cela venoit de la Reine, et
pour preuve de cela, on remarquoit qu'après avoir long-temps parlé de
lui ôter ses enfants, on cessa tout-à-coup d'en parler. On dira à
cela, que si la chose avoit été ainsi, madame de Lansac, qui tenoit la
place de madame de Senecey, et qui étoit en même temps gouvernante de
M. le Dauphin, n'eût pas tiré le rideau de la Reine si brusquement
pour lui insulter, en lui disant d'un ton aigre que M. le Grand étoit
arrêté. Cela n'y fait rien, car, pour donner le change, on laissa
apparemment faire tout cela à madame de Lansac, et peut-être le lui
fit-on faire exprès. Le temps nous en apprendra davantage. Le cardinal
Mazarin, au retour de Narbonne, passa le premier à Lyon, et alla voir
M. de Bouillon à Pierre-en-Cize, et lui dit: «Votre Traité est
découvert;» et en même temps il lui en cita par coeur quelques
articles. Cela étonna fort M. de Bouillon, qui crut que M. d'Orléans
avoit tout dit; il confessa tout, quand on lui assura la vie.

Comme on menoit M. le Grand à Lyon, un petit laquais catalan lui jeta
une boulette de cire dans laquelle il y avoit un petit papier avec
quelques avis assez mal digérés. Ce petit garçon, qui étoit à lui,
s'étoit mis en ce hasard et venoit de la part de la princesse Marie.

A Lyon, le chancelier Seguier dit tant à M. le Grand que le Roi
l'aimoit trop pour le perdre, que cela n'iroit qu'à quelque temps de
prison, que Sa Majesté auroit égard à sa jeunesse, que le pauvre M. le
Grand en crut quelque chose. Il se persuada que le Roi ne souffriroit
jamais qu'on le fît mourir; qu'étant si jeune, il avoit le temps
d'attendre la mort du cardinal, et qu'après il reviendroit à la cour.
D'abord il confessa tout en secret à M. le chancelier seul[572]. Le
chancelier dit alors au cardinal: «Pour M. le Grand, cela va assez
bien, mais pour l'autre, je ne sais comment nous ferons.» M. le
Grand, après divers interrogatoires, fut conduit enfin au palais de
Lyon. On le fit comparoître devant les commissaires; car il ne pensa
pas, non plus que M. de Thou, qui cependant devoit savoir cela, à
décliner, dans l'opinion qu'il avoit que le Roi ne demandoit d'autre
satisfaction, sinon qu'il avouât publiquement son crime. Il fit d'une
manière tout-à-fait aisée, et en termes dignes d'un cavalier,
l'histoire de sa faveur. Ce fut là qu'il avoua que M. de Thou savoit
le Traité, mais qu'il l'en avoit toujours détourné, et persista dans
cette déclaration jusqu'à la mort. On le confronta après à M. de Thou,
qui ne fit que lever les épaules comme en le plaignant, mais ne lui
reprocha point de l'avoir trahi. M. de Thou allégua la loi
_Conscii_[573], sur laquelle a été faite l'ordonnance de Louis XIII,
qui n'a jamais été exécutée; mais il expliqua mal cette loi, prenant
toujours _conscii_ pour complices. M. de Miroménil eut le courage
d'ouvrir l'avis de l'absolution pour lui. Le cardinal, s'il eût vécu
plus long-temps, ne lui en eût pas voulu de bien. Un exemple qu'on
allégua d'un homme de qualité, nommé.....[574], que le premier
président de Thou fit mourir pour la même chose, nuisit fort à son
petit-fils.

  [572] Le Roi, à son passage à Lyon, dit cent puérilités au
  chancelier, et entre autres qu'il n'avoit jamais pu habituer ce
  méchant garçon à dire tous les jours son _Pater_. Une autre fois,
  en faisant des confitures, le Roi dit: «L'âme de Cinq-Mars étoit
  aussi noire que le cul de ce poëlon.» (T.)

  [573] Voici le texte de cette loi: _Utrum, qui occiderunt
  parentes, an etiam conscii, poenâ parricidii adficiantur, quæri
  potest? Et ait Macianus, etiam conscios eâdem poenâ adficiendos,
  non solum parricidas._ (L. 6, au Digeste _de lege Pompeiâ, de
  parricidiis_.) Toute la loi est dans l'interprétation du mot
  _conscius_, qui signifie tout à la fois, celui qui a connoissance
  du crime, et le complice du crime. La première interprétation est
  d'une atrocité qui auroit toujours dû la faire repousser.

  [574] Le nom est resté en blanc au manuscrit.

M. le Grand[575] croyoit si peu mourir, que comme on le vouloit faire
manger pour lui prononcer après sa sentence, il dit: «Je ne veux point
manger; on m'a ordonné des pilules, j'ai besoin de me purger, il faut
que je les aille prendre.» Il mangea peu. Après on leur prononça leur
sentence. Une chose si dure et aussi peu attendue ne fit cependant
témoigner aucune surprise à M. le Grand. Il fut ferme, et le combat
qu'il souffroit en lui-même ne parut point au dehors. Quoiqu'on eût
résolu de ne point lui donner la question, comme portoit la sentence,
on ne laissa pas de la lui présenter; cela le toucha, mais ne lui fit
rien faire qui le démentît, et il défaisoit déjà son pourpoint, quand
on lui fit lever la main pour dire vérité. Il persévéra, et dit qu'il
n'avoit plus rien à ajouter. Il mourut avec une grandeur de courage
étonnante, ne s'amusa point à haranguer, salua seulement ceux qu'il
reconnut aux fenêtres, se dépêcha, et quand le bourreau lui voulut
couper les cheveux, il lui ôta les ciseaux et les donna au frère du
Jésuite. Il vouloit qu'on ne lui en coupât qu'un peu par-derrière; il
retira le reste en devant. Il ne voulut point qu'on le bandât. Il
avoit les yeux ouverts quand on le frappa, et tenoit le billot si
ferme qu'on eut de la peine à en retirer ses bras. On lui coupa la
tête du premier coup. M. le Grand étoit plein de coeur; il ne fut
point ébranlé par un si grand revers. Au contraire, il avoit écrit de
fort bon sens et même élégamment à la maréchale d'Effiat, sa mère.

  [575] Quelques-uns des faits relatifs à Cinq-Mars sont placés,
  dans le manuscrit original, à l'article de Louis XIII; on a cru
  devoir les réunir tous ici, pour éviter la confusion et les
  redites.

On trouva la piste de toutes les menées de M. de Thou. C'étoit le plus
inquiet de tous les hommes. M. le Grand l'avoit appelé _Son
Inquiétude_. Quand il sortoit, il étoit quelquefois une heure sans
pouvoir déterminer où il iroit. Par une ridicule affectation de
générosité, dès qu'un homme étoit disgracié, il le vouloit connoître,
et lui alloit faire offre de services. Etant conseiller, ou maître des
requêtes, il alla voir le cardinal de La Valette à Mayence, et fut à
la guerre, d'où il revint avec un bras cassé. On se moqua de lui. Si
M. le Grand mourut en galant homme, M. de Thou fit le cagot. Il
composa des inscriptions pour mettre à des offrandes qu'il faisoit. Il
fit des voeux, des fondations et autres choses semblables. Il
demandoit sans cesse s'il n'y avoit point de vanité dans son humilité.
Enfin, il paillarda furieusement son vin, comme on dit, et il sembloit
avec ses longs propos qu'il voulût se familiariser avec la mort. Je
trouve qu'il mourut en pédant, lui qui avoit toujours vécu en
cavalier, car sa soutane ne tenoit à rien. Il faisoit le coup de
pistolet étant intendant de l'armée. Il étoit amoureux de madame de
Guémenée. On dit qu'il lui écrivit après avoir été condamné. Au moins
écrivit-il à une dame. C'étoit un vilain rousseau. Les grands
seigneurs et les grandes dames l'avoient gâté, et aussi l'opinion
d'être descendu des comtes de Toul, lui qui se devoit contenter d'être
d'une maison illustre par de belles charges et des écrits
célèbres[576].

  [576] Cyprien Perrot, conseiller de la grand'chambre, père du
  président Perrot, et ami intime du président de Thou l'historien,
  trouva un jour par hasard un acte par lequel il paroîssoit que
  l'avocat de Thou, de qui venoit ce président et le premier
  président du Parlement, étoit fils d'un habitant d'Atis, village
  qui est à une journée de Paris; cela le fit rire. Il l'envoya au
  président, et lui manda que par cette pièce il prouveroit bien
  nettement qu'il venoit des comtes de Toul. C'étoit la chimère de
  la famille. Le président prit cela comme il devoit: il n'en fit
  que rire, et M. Perrot fut un de ses exécuteurs testamentaires.
  Perrot, sieur d'Ablancourt, y étoit quand on trouva cette pièce;
  c'est de lui que nous tenons ce fait. (T.)

Le cardinal, qui avoit traîné M. de Thou après lui sur le Rhône, eut
bien de la peine à gagner la Loire. On le portoit dans une machine, et
pour ne le pas incommoder, on rompoit les murailles des maisons où il
logeoit, et si c'étoit par haut, on faisoit une rampe dès la cour, où
il entroit par une fenêtre dont on avoit ôté la croisée. Vingt-quatre
hommes le portoient en se relayant. Une fois qu'il eut attrapé la
Loire, on n'avoit que la peine de le porter du bateau à son logis.
Madame d'Aiguillon le suivoit dans un bateau à part; bien d'autres
gens en firent de même. C'étoit comme une petite flotte. Deux
compagnies de cavalerie, l'une de çà, l'autre de là la rivière,
l'escortoient. On eut soin de faire des routes pour réunir les eaux
qui étoient basses, et pour le canal de Briare, qui étoit presque
tari, on y lâcha les écluses. M. d'Enghien eut ce bel emploi. Il passa
aux bains de Bourbon-Lancy; mais ce remède ne lui servit guère. On
trouva dans Pline que deux consuls romains étoient morts de fièvres
qu'ils prirent, comme lui, dans la Gaule narbonnaise. Le cardinal
étoit sujet aux hémorroïdes, et Suif[577] l'avoit une fois charcuté à
bon escient.

Quand il fut de retour à Paris, il fit ajouter à _l'Europe_[578] la
prise de Sedan, qu'il appeloit dans la pièce: _l'Antre des monstres_.
Cette vision lui étoit venue dans le dessein qu'il avoit de détruire
la monarchie d'Espagne. C'étoit comme une espèce de manifeste. M.
Desmarets en fit les vers et en disposa le sujet.

  [577] Chirurgien célèbre de ce temps.

  [578] Tragi-comédie en cinq actes en vers, avec un prologue,
  attribuée au cardinal, mais bien plutôt faite par Desmarets,
  d'après un plan fourni par l'Éminence, et sous ses yeux. Elle fut
  représentée sur le théâtre de l'hôtel de Bourgogne, avec une
  grande magnificence, et, malgré son peu de succès, elle fut
  imprimée en 1643, in-4º.

Le cardinal, s'il eût voulu, dans la puissance qu'il avoit, faire le
bien qu'il pouvoit faire, auroit été un homme dont la mémoire eût été
bénie à jamais. Il est vrai que le cabinet lui donnoit bien de la
peine[579]. On a bien perdu à sa mort, car il choyoit toujours Paris,
et puisqu'il en étoit venu si avant, il étoit à souhaiter qu'il durât
assez pour abattre la maison d'Autriche. La grandeur de sa maison a
été sa plus grande folie. Pour montrer combien le cabinet lui donnoit
de peine, il ne faut que dire combien Tréville[580] lui causa de
mauvaises heures. Il avoit su, peut-être par la déposition de M. le
Grand, que le Roi, en lui montrant Tréville, avoit dit: «Monsieur le
Grand, voilà un homme qui me défera du cardinal quand je voudrai.»
Tréville commandoit les mousquetaires à cheval que le Roi avoit mis
sur pied pour en être accompagné partout, à la chasse et ailleurs, et
il en choisissoit lui-même les soldats. On y a vu des fils de M. le
duc d'Uzès. On faisoit sa cour par ce moyen-là. Tréville est un
Béarnais, soldat de fortune. Le cardinal avoit gagné sa cuisinière; on
dit qu'elle avoit quatre cents livres de pension. Le cardinal ne
vouloit point laisser auprès du Roi un homme en qui le Roi avoit tant
de confiance. M. de Chavigny fut, de la part du cardinal, presser le
Roi de le chasser. Le Roi bien humblement lui dit: «Mais, monsieur de
Chavigny, que l'on considère que l'on me perd de réputation, que
Tréville m'a bien servi, qu'il en porte des marques, qu'il est
fidèle.--Mais, Sire, dit M. de Chavigny, vous devez aussi considérer
que M. le cardinal vous a bien servi, qu'il est fidèle, qu'il est
nécessaire à votre Etat, et que vous ne devez point mettre Tréville et
lui dans la balance.--Quoi, monsieur de Chavigny, dit le cardinal à
qui il faisoit ce rapport, vous n'avez pas plus pressé le Roi que
cela? vous ne lui avez pas dit qu'il le falloit? La tête vous a
tourné, monsieur de Chavigny, la tête vous a tourné.» Chavigny ensuite
lui jura qu'il avoit dit au Roi: «Sire, il faut que vous le fassiez.»
Le cardinal savoit bien à qui il avoit affaire. Le Roi craignoit le
fardeau, et de plus il avoit peur que le cardinal, qui tenoit presque
toutes les places, ne lui fît un méchant tour; enfin il fallut chasser
Tréville.

  [579] Par grimace il composa un conseil, et fit Saint-Chaumont
  ministre d'État; car il ne vouloit pas des gens bien forts.
  Saint-Chaumont, qui croyoit qu'on donnoit cela à son mérite, en
  eut bien de la joie. Il rencontra Gordes, capitaine des
  gardes-du-corps, à qui il le dit: «Oh! oh! dit Gordes, tu te
  moques.» Il entre en riant à gorge déployée, et dit au Roi:
  «Sire, Saint-Chaumont dit que Votre Majesté l'a fait ministre
  d'État; quelque sot croirait cela.» (T.)

  [580] Henri-Joseph de Peyre, comte de Troisville (on prononçait
  _Tréville_), homme de l'esprit le plus juste et du goût le plus
  délicat. Il se retira du monde après la mort de Henriette
  d'Angleterre, duchesse d'Orléans.

L'Eminentissime croyoit revenir de sa maladie; toutes les déclarations
contre M. d'Orléans en sont une marque. Il le haïssoit et le
méprisoit, et il le vouloit faire déclarer incapable de la couronne,
afin que le Roi, qui ne pouvoit pas vivre long-temps, venant à
mourir, ce prince ne pût avoir part au gouvernement. Il y en a qui ont
cru que le cardinal avoit fait dessein de gouverner la Reine par le
cardinal Mazarin; qu'il l'avoit fait exprès cardinal. Il est vrai que
M. de Chavigny y servit fort pour empêcher M. de Noyers de l'être. On
a même cru qu'il y avoit déjà de l'intelligence entre la Reine et le
cardinal de Richelieu, et qu'elle avoit commencé dès le temps qu'il
eut d'elle le Traité d'Espagne. J'ai ouï dire à Lyonne que la première
fois que le cardinal de Richelieu présenta le Mazarin à la Reine
(c'étoit après le Traité de Cazal), il lui dit: «Madame, vous
l'aimerez bien, il a de l'air de Buckingham.» Je ne sais si cela y a
servi, mais on croit que la Reine avoit de l'inclination pour lui de
longue main, et que le cardinal de Richelieu s'en étoit aperçu, ou que
cette ressemblance lui donnoit lieu de l'espérer.

Quand on joua _l'Europe_, il n'y étoit pas; il l'avoit bien vu répéter
plusieurs fois avec les habits qu'il fit faire à ses dépens; son bras
ne lui permit pas d'y aller. Au retour, il dit à sa nièce, lui
montrant le cardinal Mazarin: «Ma nièce, j'instruisois un ministre
d'Etat, tandis que vous étiez à la comédie.» Et on dit qu'il le nomma
au feu Roi, et qu'une autre fois il dit: «Je ne sache qu'un homme qui
me puisse succéder, encore est-il étranger.» D'autres pensent que
c'est trop subtiliser que de dire ce que j'ai dit du dessein de
gouverner la Reine par le cardinal Mazarin, et croient que son
intention n'a été autre que de mettre dans les affaires un homme qui,
étant étranger et sa créature, par gratitude et par le besoin qu'il
avoit d'appui, s'attacheroit apparemment à ses héritiers et à ses
proches[581]; mais ce n'est pas la première fois qu'il s'est trompé.
Il prenoit M. de Chavigny pour le plus grand esprit du monde, et
Morand, maître des requêtes, pour le premier homme de la robe. On
parlera ailleurs de l'un et de l'autre.

  [581] Arnoul, qui travailloit à la marine, dit que le dessein du
  cardinal de Richelieu étoit d'envoyer le cardinal Mazarin à Rome
  pour y servir le Roi; et qu'il lui dit en sa présence: «Monsieur
  Arnoul, dans combien de temps pouvez-vous apprêter un vaisseau
  pour passer M. le cardinal Mazarin en Italie?--Monseigneur, dit
  Arnoul, il y en aura un de prêt au premier jour.» Le Mazarin alla
  supplier Arnoul de différer, et cependant le cardinal se porta
  plus mal. Jamais le Mazarin n'a reconnu ce service. (T.)

Le Roi ne fut voir le cardinal qu'un peu avant qu'il mourût, et
l'ayant trouvé fort mal, en sortit fort gai[582]. Le curé de
Saint-Eustache vint pour l'assister. On assure qu'il lui dit qu'il
n'avoit d'ennemis que ceux de l'Etat, et que madame d'Aiguillon étant
entrée tout échauffée, et lui ayant dit: «Monsieur, vous ne mourrez
point, une sainte fille, une brave Carmélite, en a eu une
révélation:--Allez, allez, lui dit-il, ma nièce, il faut se moquer de
tout cela, il ne faut croire qu'à l'Evangile.»

  [582] Il se fit fermer son cautère, parce que son bras
  maigrissoit trop. Cela pourroit bien l'avoir tué; il ne vécut
  plus guère après. (T.)

On a dit qu'il étoit mort fort constant. Mais Boisrobert dit que les
deux dernières années de sa vie, le cardinal étoit devenu tout
scrupuleux, et ne vouloit point souffrir le moindre mot à double
entente. Il ajoute que le curé de Saint-Eustache, à qui il en avoit
parlé, ne lui avoit point dit que le cardinal fût mort si constamment
qu'on l'avoit chanté. M. de Chartres (Lescot) a dit plusieurs fois
qu'il ne connoissoit pas le moindre péché à M. le cardinal. Par ma
foi! qui croira cela pourra bien croire autre chose!

Le livre intitulé _Optatus gallus_ fut fait par le docteur Arsent, de
concert avec le nonce du Pape, pour montrer que le cardinal de
Richelieu tendoit à faire un schisme en France.

FIN DU TOME PREMIER.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS LE PREMIER VOLUME.

                                                                  Pages.

          Henri IV                                                     3

          Le Maréchal de Biron le fils.                               20

          Le maréchal de Roquelaure.                                  22

          Le marquis de Pisani.                                       26

          M. de Bellegarde, et beaucoup de choses de Henri III.       34

          M. de Termes.                                               43

          La princesse de Conti.                                      45

          Philippe Desportes.                                         52

          Le cardinal Du Perron.                                      59

          L'archevêque de Sens, frère du précédent.                   61

          Le duc de Sully.                                            63

          Le connétable de Lesdiguières. M. de Créqui.                76

          La reine Marguerite de Valois.                              87

          La comtesse de Moret. M. de Cesy.                           92

          Le connétable de Montmorency.                               97

          Madame la princesse de Condé.                              100

          Mademoiselle Du Tillet.                                    110

          Le maréchal d'Ancre.                                       114

          Lisette.                                                   119

          Madame de Villars.                                         122

          Madame la comtesse de Soissons.                            127

          Mademoiselle de Senecterre.                                129

          M. de Senecterre.                                          131

          M. d'Angoulême.                                            138

          Le maréchal de La Force.                                   143

          Malherbe.                                                  155

          Mademoiselle Paulet[583].                                  196

          La vicomtesse d'Auchy.                                     204

          M. Des Yvetaux.                                            212

          M. de Guise, fils du Balafré.                              224

          Le chevalier de Guise, frère du précédent.                 231

          Le baron Du Tour.                                          234

          M. de Vaubecourt.                                          235

          Rocher-Portail.                                            237

          Le connétable de Luynes, M. et madame de Chevreuse et M.
          de Luynes.                                                 241

          M. le duc de Luynes.                                       253

          Le maréchal d'Estrées.                                     255

          Le président de Chevry. Duret, le médecin, son frère.      261

          M. d'Aumont.                                               267

          Madame de Reniez.                                          272

          Le baron de Panat.                                         273

          Madame de Gironde.                                         275

          M. de Turin.                                               281

          M. de Portail, M. Hilerin.                                 283

          Le comte de Villa-Medina.                                  285

          M. Viète.                                                  289

          Le chancelier de Bellièvre, le chancelier de Sillery, M.
          et madame de Pisieux, M. et madame de Maulny.              291

          Le Camus, maître des requêtes.                             300

          Madame d'Alincourt.                                        302

          M. d'Alincourt.                                            304

          Faure, père et fils.                                       305

          Vanité des nations.                                        308

          Avocats.                                                   310

          Le marquis d'Assigny.                                      317

          Le duc de Brissac.                                         320

          Bizarreries et Visions de quelques femmes.                _Ib._

          Gens guéris ou sauvés par moyens extraordinaires.          323

          La princesse d'Orange, la mère.                            327

          Le prince d'Orange, le père.                               330

          M. de Mayenne.                                             334

          Maris cocus par leur faute.                                336

          Cocus prudents ou insensibles.                             338

          Le comte de Cramail.                                       340

          Nains, Naines.                                             342

          Le cardinal de Richelieu.                                  344

  [583] C'est par erreur que cet article a été classé ici. Il
  n'auroit dû trouver place que dans le volume suivant, parmi les
  articles des habitués de l'hôtel Rambouillet.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les historiettes de Tallemant des Réaux (Tome Premier) - Mémoires pour servir à l'histoire du XVIIe siècle" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home