Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires de madame de Rémusat (2/3) - publiées par son petit-fils, Paul de Rémusat
Author: Rémusat, Claire de (Claire Élisabeth Jeanne Gravier de Vergennes de), 1780-1824
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de madame de Rémusat (2/3) - publiées par son petit-fils, Paul de Rémusat" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES
DE
MADAME DE RÉMUSAT

1802-1808



PUBLIÉS PAR SON PETIT-FILS
PAUL DE RÉMUSAT
SÉNATEUR DE LA HAUTE-GARONNE


II


PARIS
CALMANN LÉVY, ÉDITEUR
ANCIENNE MAISON MICHEL LÉVY FRÈRES
RUE AUBER, 3, ET BOULEVARD DES ITALIENS, 15
À LA LIBRAIRIE NOUVELLE


1880

Droits de reproduction et de traduction réservés.


MÉMOIRES

DE

MADAME DE RÉMUSAT



LIVRE PREMIER
(Suite.)



CHAPITRE VIII.

(1804.)


Procès du général Moreau.--Condamnation de MM. de Polignac, de Rivière,
etc.--Grâce de M. de Polignac.--Lettre de Louis XVIII.


La création de l'Empire avait distrait les esprits de la procédure du
général Moreau, que l'on continuait d'instruire cependant. Les accusés
avaient comparu plusieurs fois devant le tribunal; mais plus on
avançait, plus on perdait l'espoir de la condamnation de Moreau,
condamnation qui chaque jour devenait plus nécessaire. J'ai l'intime
conviction que l'empereur n'eût point laissé couler son sang. Moreau
condamné et pardonné lui eût suffi; mais il avait besoin de répondre par
un jugement positif à ceux qui l'accusaient d'avoir mis de la
précipitation et de l'animosité personnelle dans cette affaire.

Tous ceux qui ont apporté quelque froideur dans l'examen de cet
événement se sont accordés à trouver que Moreau avait montré de la
faiblesse et une assez grande médiocrité d'esprit sur le banc des
accusés; il n'eut ni l'importance ni la grandeur auxquelles on
s'attendait. Il ne parut point, comme Georges Cadoudal, un homme
déterminé qui convenait fièrement des hauts projets qui l'avaient animé,
ni comme un innocent indigné d'une accusation qu'il n'a point méritée.
Il tergiversa dans quelques-unes de ses réponses; il atténua un peu
l'intérêt qu'il inspirait; mais, même alors, Bonaparte ne gagnait rien à
cet affaiblissement de l'enthousiasme, et l'esprit de parti, et
peut-être aussi la raison, n'en blâmait pas moins hautement un éclat
qu'on attribuait toujours à la haine personnelle.

Enfin, le 30 mai, l'acte d'accusation en forme parut dans _le Moniteur_.
Il était accompagné de lettres de Moreau écrites en 1795, avant le 18
fructidor, qui prouvaient qu'à cette époque ce général, ayant été
convaincu que Pichegru entretenait des correspondances secrètes avec les
princes, l'avait dénoncé au Directoire. Et quand, dans cette seconde
conspiration, Moreau, pour se justifier, s'appuyait sur ce qu'il n'avait
pas cru qu'il fût convenable de révéler au premier consul le secret d'un
complot dans lequel il avait refusé d'entrer, on ne pouvait s'empêcher
de demander pourquoi Moreau agissait, cette fois, d'une manière si
différente de la première.

Le 6 juin, on publia les interrogatoires de tous les accusés. Il y en
avait parmi eux qui déclaraient positivement qu'en Angleterre les
Princes ne doutaient point qu'ils ne dussent compter sur Moreau. Ils
disaient que c'était sur cette espérance que Pichegru avait passé en
France, et que les deux généraux avaient eu ensemble, conjointement avec
Georges, quelques entrevues. Ils allaient même jusqu'à affirmer qu'à la
suite de ces entretiens Pichegru s'était montré fort mécontent, se
plaignant que Moreau ne le secondait qu'à moitié, et qu'il semblait
vouloir profiter pour son compte du coup qui frapperait Bonaparte. Un
nommé Rolland alla même jusqu'à lui prêter ces paroles: «qu'il fallait,
préalablement à tout, faire disparaître le premier consul».

Moreau, interrogé à son tour, répondit que Pichegru, lorsqu'il était en
Angleterre, lui avait fait demander s'il le servirait dans le cas où il
voudrait obtenir sa rentrée en France, et qu'il avait promis de l'aider
au succès de ce projet. On pourrait bien s'étonner que Pichegru, dénoncé
quelques années auparavant par Moreau lui-même, s'adressât à lui pour
demander sa radiation. Pichegru, interrogé, nia ces démarches, mais, en
même temps, il nia aussi qu'il eût vu Moreau, quoique Moreau en convînt,
et il ne voulut jamais appuyer sa venue en France que sur l'aversion que
lui inspiraient les pays étrangers, et sur le désir qu'il éprouvait de
rentrer dans sa patrie. Peu de temps après, il fut trouvé étranglé dans
sa prison, sans qu'on ait jamais pu avérer les circonstances qui
causèrent sa mort, ni comprendre les motifs qui auraient pu la rendre
nécessaire[1]. Moreau convint donc d'avoir reçu chez lui Pichegru qui,
disait-il, était venu le surprendre; mais, en même temps, il déclara
qu'il avait positivement refusé d'entrer dans un projet qui remettrait
la Maison de Bourbon sur le trône, puisque son retour devait
compromettre la propriété des biens nationaux; et il ajouta que, pour ce
qui le regardait personnellement, il avait répondu que ces prétentions
seraient insensées, car il faudrait, pour qu'elles réussissent, qu'on
eût fait disparaître le premier consul, les deux autres consuls, le
gouverneur de Paris, et la garde. Il déclara n'avoir vu Pichegru qu'une
fois, quoique d'autres accusés assurassent qu'il y avait eu plusieurs
entrevues, et il demeura toujours sur ce système de défense, ne pouvant
nier cependant qu'il avait découvert assez tard que Fresnières, son
secrétaire intime, eût beaucoup de relations avec les conjurés. Ce
secrétaire, dès le commencement de l'affaire, avait pris la fuite.

     [Note 1: Il semble que l'auteur, ici comme dans un
     chapitre précédent, ne soit pas assez précis sur la cause de
     la mort du général Pichegru. C'était une opinion, fort
     répandue alors, de douter de son suicide, et l'empereur
     expiait la mort du duc d'Enghien. Depuis ce crime, on était
     prompt à lui en prêter d'autres qu'auparavant ses plus grands
     ennemis n'auraient osé lui imputer. Il est pourtant certain
     qu'on n'a jamais établi l'intérêt qu'aurait eu Napoléon à ce
     que l'accusé ne parût point devant ses juges. M. Thiers a
     très fortement démontré que sa présence aux débats était
     nécessaire. Toutes les dépositions des accusés de tous les
     partis l'accablaient également, son crime légal était
     certain, et il ne pouvait manquer d'être condamné, et de
     paraître mériter sa condamnation. L'homme à redouter, c'était
     Moreau. On a dit, il est vrai, qu'un rapport de gens de l'art
     existe à la faculté de médecine, établissant l'impossibilité
     du suicide dans les conditions où l'on disait qu'il s'était
     passé, avec une cravate de soie dont il avait fait une corde
     et une cheville de bois dont il avait fait un levier. Mais la
     médecine légale, il y a plus de soixante-dix ans, était une
     science bien conjecturale, et des travaux récents ont
     démontré combien le suicide par strangulation est facile et
     demande peu d'efforts et de temps. (P. R.)]

Georges Cadoudal répondit que son projet était d'attaquer de vive force
le premier consul; qu'il n'avait pas douté que, dans Paris même, il ne
se présentât des ennemis du régime actuel qui l'aideraient dans son
entreprise; qu'il eût tenté de tout son pouvoir de remettre Louis XVIII
sur son trône. Mais il nia qu'il connût ni Pichegru, ni Moreau; il
termina ses réponses par ces paroles: «Vous avez assez de victimes; je
n'en veux pas augmenter le nombre.»

Bonaparte parut frappé de la fermeté de ce caractère, et nous dit à
cette occasion: «S'il était possible que je pusse sauver quelques-uns de
ces assassins, ce serait à Georges que je ferais grâce.»

M. de Polignac, l'aîné, répondit qu'il n'était venu secrètement en
France que pour s'assurer positivement de l'opinion publique et des
chances qu'elle pouvait offrir, que lorsqu'il s'était aperçu qu'il était
question d'un assassinat, il avait pensé à se retirer, et qu'il serait
sorti de France, s'il n'eût pas été arrêté.

M. de Rivière répondit de la même manière; et Jules de Polignac prouva
qu'il avait seulement suivi son frère.

Enfin, le 10 juin, vingt des accusés furent déclarés convaincus, et
condamnés à la peine de mort. À leur tête était Georges Cadoudal, et
parmi eux, le marquis de Rivière et le duc de Polignac.

Le jugement portait que Jules de Polignac Louis Léridan, Moreau et
Rolland, étaient coupables d'avoir pris part à la conspiration, mais
qu'il résultait de l'instruction et des débats des circonstances qui les
rendaient excusables, et que la cour réduisait la peine encourue par les
susnommés à une punition correctionnelle.

J'étais à Saint-Cloud, quand cette nouvelle y arriva. Tout le monde en
fut atterré. Le grand juge s'était témérairement engagé vis-à-vis du
premier consul à la condamnation _à mort_ de Moreau, et Bonaparte
éprouva un tel mécontentement, qu'il ne fut pas maître d'en dissimuler
les effets. On a su avec quelle véhémente fureur, à sa première audience
publique du dimanche, il accueillit le juge Lecourbe, frère du général,
qui avait parlé au tribunal avec beaucoup de force pour l'innocence de
Moreau. Il le chassa de sa présence en l'appelant _juge prévaricateur_,
sans qu'on pût deviner quelle signification, dans sa colère, il donnait
à cette expression, et, peu après, il le destitua.

Je revins à Paris, fort abattue des impressions que je rapportais de
Saint-Cloud, et je trouvai dans la ville, chez un certain parti, une
joie insultante pour l'empereur du dénouement de cet événement. Mais la
noblesse était affligée de la condamnation de M. le duc de Polignac.

J'étais avec ma mère et mon mari, déplorant les tristes effets de ces
procédures et les nombreuses exécutions qui allaient suivre, quand on
m'annonça tout à coup madame de Polignac, femme du duc, et sa tante
madame Dandlau, fille d'Helvétius, que j'avais souvent rencontrée dans
le monde. Toutes deux étaient en larmes. La première, grosse de quelques
mois, m'attendrit vivement. Elle venait me demander de l'aider à
parvenir jusqu'aux pieds de l'empereur; elle voulait obtenir la grâce de
son époux; elle n'avait aucun moyen d'arriver dans l'intérieur de
Saint-Cloud, et se flattait que je lui en procurerais. M. de Rémusat, ma
mère et moi, nous sentîmes tous trois les difficultés de l'entreprise;
mais, tous trois, nous pensâmes, en même temps, qu'elles ne devaient
point m'arrêter; et, comme nous avions quelques jours, à cause de
l'appel que les condamnés avaient fait de leur jugement, j'engageai ces
deux dames à se rendre le lendemain matin à Saint-Cloud; je promis de
les précéder de quelques heures, et de décider madame Bonaparte à les
recevoir.

En effet, je retournai à Saint-Cloud le lendemain, et il ne me fut pas
difficile d'obtenir de mon excellente impératrice d'accueillir une si
malheureuse personne. Mais elle me montra un peu d'effroi d'aborder
l'empereur dans un moment où il était si mécontent.

«Si Moreau, me dit-elle, eût été condamné, je serais plus sûre de notre
succès; mais il est dans une si grande colère, que je crains qu'il ne
nous repousse, et qu'il ne vous sache mauvais gré de la démarche que
vous allez me faire faire.» J'étais trop émue de l'état et des larmes de
madame de Polignac pour qu'une pareille considération m'arrêtât, et je
fis de mon mieux à l'impératrice la peinture de l'impression que ces
jugements avaient produite à Paris. Je lui rappelai la mort du duc
d'Enghien; je lui représentai son élévation au trône impérial tout
environnée d'exécutions sanglantes, et l'effroi général qui serait
apaisé par un acte de clémence que, du moins, on pourrait citer à côté
de tant de sévérités.

Tandis que je lui parlais ainsi avec toute la chaleur dont j'étais
capable, et sans pouvoir retenir mes larmes, l'empereur entra tout à
coup dans la chambre, arrivant, selon sa coutume, par une terrasse
extérieure, qui lui servait souvent le matin à venir ainsi se reposer
près de sa femme. Il nous trouva toutes deux fort émues. Dans un autre
moment, sa présence m'eût rendue interdite; mais, le profond
attendrissement que j'éprouvais l'emportant sur toutes considérations,
je répondis à ses questions par l'aveu de ce que j'avais osé faire, et,
comme l'impératrice vit son visage devenir fort sévère, elle n'hésita
point à me soutenir, en lui déclarant qu'elle avait consenti à recevoir
madame de Polignac.

L'empereur commença par nous refuser de l'entendre, et par se plaindre
que nous allions le mettre dans l'embarras d'une position qui lui
donnait l'attitude de la cruauté. «Je ne verrai point cette femme, me
dit-il, je ne puis faire grâce; vous ne voyez pas que ce parti royaliste
est plein de jeunes imprudents qui recommenceront sans cesse, si on ne
les contient par une forte leçon. Les Bourbons sont crédules, ils
croient aux assurances que leur donnent certains intrigants qui les
trompent sur le véritable esprit public de la France, et ils m'enverront
ici une foule de victimes.»

Cette réponse ne m'arrêta point; j'étais exaltée à l'excès, et par
l'événement même, et peut-être aussi par le petit danger que je courais
d'avoir déplu à ce maître redoutable. Je ne voulais pas avoir à mes
propres yeux le tort de reculer par considération personnelle, et ce
sentiment me rendit courageuse et tenace. Je m'échauffai beaucoup, au
point que l'empereur, qui m'écoutait en se promenant à pas précipités
dans la chambre, s'arrêta tout à coup devant moi, et, me regardant
fixement: «Quel intérêt prenez-vous donc à ces gens-là? me dit-il. Vous
n'êtes excusable que s'ils sont vos parents.»

«Sire, repris-je avec le plus de fermeté que je pus trouver au dedans de
moi, je ne les connais point, et, jusqu'à hier matin, je n'avais jamais
vu madame de Polignac.--Eh bien, vous plaidez ainsi la cause des gens
qui venaient pour m'assassiner!--Non, sire, mais je plaide celle d'une
malheureuse femme au désespoir, et, je dirai plus, la vôtre même.» Et,
en même temps, emportée par mon émotion, je lui répétai tout ce que
j'avais dit à l'impératrice. Celle-ci, attendrie comme moi, me seconda
beaucoup; mais nous ne pûmes rien obtenir dans ce moment, et l'empereur
nous quitta de mauvaise humeur, en nous défendant de l'étourdir
davantage.

Ce fut peu d'instants après qu'on vint me prévenir que madame de
Polignac arrivait. L'impératrice alla la recevoir dans une pièce écartée
de son appartement; elle lui cacha le premier refus que nous avions
éprouvé, et lui promit de ne rien épargner pour obtenir la grâce de son
époux.

Dans le cours de cette matinée qui fut certainement une des plus agitées
de ma vie, deux fois l'impératrice pénétra jusque dans le cabinet de son
mari, et elle fut obligée d'en sortir deux fois, toujours repoussée.
Elle me revenait découragée, et moi-même je commençais à l'être et à
frémir de la dernière réponse qu'il faudrait donner à madame de
Polignac. Enfin, nous apprîmes que l'empereur travaillait seul avec M.
de Talleyrand. Je l'engageai à une dernière démarche, pendant que M. de
Talleyrand, s'il en était témoin, pourrait bien contribuer à déterminer
l'empereur. En effet, il la seconda sur-le-champ, et enfin Bonaparte,
vaincu par des sollicitations si redoublées, consentit à ce que madame
de Polignac fût introduite chez lui. C'était tout promettre; car il
n'était pas possible de prononcer un _non_ cruel devant une telle
présence. Madame de Polignac, introduite dans le cabinet, s'évanouit en
tombant aux pieds de l'empereur. L'impératrice était en larmes; un petit
article rédigé par M. de Talleyrand, qui parut le lendemain dans ce
qu'on appelait alors le _Journal de l'Empire_, a rendu fort bien compte
de cette scène, et la grâce du duc de Polignac fut obtenue.

Quand M. de Talleyrand sortit du cabinet de l'empereur, il me trouva
dans le salon de l'impératrice, et il me conta tout ce qui venait de se
passer; et, au travers des larmes qu'il me faisait répandre et de
l'émotion que lui-même avait éprouvée, il me fit sourire par le récit
d'une petite circonstance ridicule que son esprit malin n'avait eu garde
de laisser échapper. La pauvre madame Dandlau, qui accompagnait sa
nièce, et qui voulait aussi produire son petit effet, tout en relevant
et soignant madame de Polignac, qui avait peine à reprendre ses sens,
ne cessait de s'écrier: «Sire, je suis la fille d'Helvétius!»--« Et,
avec ces paroles vaniteuses, disait M. de Talleyrand, elle a pensé nous
refroidir tous.»

La peine du duc de Polignac fut commuée en quatre années de prison qui
devaient être suivies de la déportation. On le réunit à son frère. Ils
ont tous deux été gardés depuis, et, après les avoir renfermés dans une
forteresse, on les retint dans une maison de santé, d'où ils
s'échappèrent pendant la campagne de 1814. À cette époque, on a
soupçonné le duc de Rovigo, alors ministre de la police, d'avoir
favorisé leur évasion, pour s'ouvrir la faveur d'un parti qu'il voyait
près de triompher.

Sans chercher à me faire valoir dans cette occasion plus que je ne le
mérite, je puis cependant convenir que les circonstances s'arrangèrent
alors de manière à permettre que je rendisse à la famille Polignac un
service très réel, et il paraîtrait assez naturel qu'elle en eût
conservé quelque souvenir. Cependant, depuis le retour du roi en France,
j'ai été à portée de comprendre à quel point l'esprit de parti, et
surtout dans les gens de cour, efface les sentiments qu'il réprouve,
quelque justes qu'ils soient.

Après cet événement, madame de Polignac se crut obligée de me faire
quelques visites; mais peu à peu, nos relations étant assez différentes,
nous nous perdîmes de vue pendant les années qui s'écoulèrent, jusqu'à
l'instant de la Restauration. À cette époque, le roi envoya le duc de
Polignac à la Malmaison pour y remercier l'impératrice Joséphine, en son
nom, du zèle qu'elle avait montré pour sauver les jours de M. le duc
d'Enghien. M. de Polignac profita de cette occasion pour lui offrir en
même temps l'expression de sa propre reconnaissance. L'impératrice, qui
me conta cette visite, me dit que, sans doute, le duc passerait aussi
chez moi, et, je le confesse, je m'attendais à quelque marque de son
attention. Mais je n'en reçus aucune, et, comme il n'était pas dans mon
caractère d'aller chercher à échauffer par des paroles une
reconnaissance à laquelle je n'eusse attaché quelque prix que si elle
eût été volontaire, je me tins paisible chez moi, sans essayer de
rappeler un événement qu'on paraissait vouloir oublier. Un soir, le
hasard me fit rencontrer madame de Polignac chez M. le duc d'Orléans. Ce
prince recevait ce jour-là, chacun s'y faisait présenter, il y avait un
monde énorme. Le Palais-Royal était décoré avec le plus grand luxe;
toute la noblesse française s'y trouvait réunie, et les grands seigneurs
et les gentilshommes à qui la Restauration semblait, au premier moment,
rendre leurs droits, s'abordaient avec cette assurance et ces manières
satisfaites et aisées que l'on reprend toujours avec le succès.

Au milieu de cette foule brillante, j'aperçus la duchesse de Polignac.
Après une longue suite d'années, je la retrouvais remise à son rang,
recevant toutes les félicitations qui lui étaient dues, environnée d'un
monde qui se pressait autour d'elle; je me rappelais l'état où elle
m'était apparue pour la première fois, ses larmes, son effroi, l'air
dont elle m'avait abordé quand je la vis entrer dans ma chambre et
tomber presque à mes genoux. Je me sentais émue de cette comparaison.
Étant seulement à quelques pas d'elle, entraînée par un mouvement assez
vif, qui tenait à l'intérêt qu'elle m'avait inspiré, je m'approchai
d'elle et je lui adressai, d'un ton de voix réellement attendri, une
sorte de compliment sur cette situation si différente où je la voyais
dans cet instant. Je ne lui aurais demandé qu'un mot de souvenir qui eût
répondu à l'émotion qu'elle me faisait éprouver. Cette émotion fut
promptement glacée par l'air indifférent et gêné avec lequel elle reçut
mes paroles. Elle ne me reconnut point, ou parut ne point me
reconnaître; je dus me nommer; son embarras s'accrut. Dès que je m'en
aperçus, je m'éloignai d'elle promptement, emportant une impression
pénible, parce qu'elle refoulait vivement les réflexions que sa présence
m'avait inspirées, et que j'avais cru d'abord qu'elle aurait faites avec
le même attendrissement que moi.

La manière dont l'impératrice avait obtenu la grâce de M. de Polignac
fit beaucoup de bruit à Paris, et devint une nouvelle occasion de
célébrer sa bonté, à laquelle on rendait justice très généralement.
Aussitôt, les femmes, les mères ou les soeurs des autres condamnés
assiégèrent le palais de Saint-Cloud, et tâchèrent d'être admises en sa
présence, pour parvenir aussi à l'attendrir. On s'adressa en même temps
à sa fille, et l'une et l'autre obtinrent de l'empereur d'autres
commutations de peine. Il s'apercevait des sombres couleurs que tant
d'exécutions multipliées allaient jeter sur son avènement au trône, et
se montrait accessible aux demandes qui lui étaient adressées. Ses
soeurs, qui ne partageaient nullement la bienveillance publique
qu'inspirait l'impératrice, jalouses d'en obtenir, s'il était possible,
quelques marques pour elles-mêmes, firent avertir les femmes des
condamnés qu'elles pouvaient aussi s'adresser à elles. Elles les
conduisirent à Saint-Cloud dans leur voiture, avec une sorte d'apparat,
pour solliciter la grâce de leurs époux. Ces démarches sur lesquelles
l'empereur, je crois, avait été consulté d'avance, eurent quelque chose
de moins naturel que celles de l'impératrice, parce qu'elles parurent
trop bien concertées. Mais, enfin, elles servirent à conserver la vie à
un certain nombre d'individus. Murat, qui, par sa conduite violente et
son animadversion contre Moreau, avait excité une indignation
universelle, voulut aussi se réhabiliter par une démarche de ce genre,
et obtint la grâce du marquis de Rivière. Il apporta, en même temps, une
lettre de Georges Cadoudal adressée à Bonaparte dont j'entendis la
lecture. Cette lettre était ferme et belle, telle qu'un homme résigné à
son sort peut l'écrire, quand il est animé par l'opinion, que les
démarches qu'il a faites, et qui l'ont perdu, ont été dictées par des
devoirs généreux et des résolutions invariablement prises. Bonaparte fut
assez frappé de cette lettre, et montra encore du regret de ne pouvoir
comprendre Georges dans ses actes de clémence.

Ce véritable chef de la conspiration mourut avec un froid courage. Sur
les vingt condamnés, sept virent leur arrêt de mort changé en une
détention plus ou moins prolongée. Voici leurs noms:

Le duc de Polignac.--Le marquis de
Rivière.--Russillon.--Rochelle.--D'Hozier.--Lajollais.--Gaillard.

Les autres furent exécutés, et le général Moreau fut conduit à Bordeaux,
pour être embarqué sur un vaisseau qui devait le mener aux États-Unis.
Sa famille vendit ses biens par ordre; l'empereur en acheta une partie,
et donna la terre de Gros-bois au maréchal Berthier.

Quelques jours après, on mit dans _le Moniteur_ une protestation de
Louis XVIII contre l'avènement de Napoléon. Cette protestation fut
publiée le 1er juillet 1804, et produisit peu d'effet. La conspiration
de Georges avait peut-être encore refroidi les sentiments, déjà si
faibles, que l'on conservait à peine pour l'ancienne dynastie. Elle
avait été, au fait, si mal ourdie, elle paraissait appuyée sur une telle
ignorance de l'état intérieur de la France et des opinions qui la
partageaient, les noms ou les caractères des conspirateurs excitaient
si peu de confiance, et surtout on craignait si généralement les
nouveaux troubles que de grands changements eussent entraînés, qu'en
exceptant un certain nombre de gentilshommes, intéressés au retour d'un
ordre de choses détruit, il n'y eut point en France de regrets de ce
dénouement qui affermissait le système qu'on voyait s'établir. Soit par
conviction, ou besoin de repos, ou soumission à la fortune imposante du
nouveau chef de l'État, les adhésions à son élévation furent nombreuses,
et la France prit, dès cette époque, une assiette paisible et ordonnée.
Le découragement se mit dans les partis opposés, et, comme cela arrive
communément, ce découragement fut suivi de tentatives secrètes que
chacun des individus qui les composaient fit pour rattacher son
existence aux chances qui s'ouvraient avec tant d'innovations.
Gentilshommes et plébéiens, royalistes et libéraux, tous commencèrent
leurs démarches pour être employés; les ambitions et les vanités
éveillées sollicitèrent de tous côtés, et Bonaparte vit briguer
l'honneur de le servir par ceux sur lesquels il aurait dû le moins
compter.

Cependant, il ne se pressa pas dans son choix, et il attendit
longtemps, afin d'entretenir les espérances et d'augmenter le nombre des
aspirants. Pendant ce répit, je quittai la cour pour aller respirer à la
campagne; je demeurai un mois dans la vallée de Montmorency chez madame
d'Houdetot, dont j'ai déjà parlé; la vie douce que j'y menai me reposa
des émotions pénibles que je venais d'éprouver presque sans
interruption. J'avais besoin de cette retraite; ma santé qui, depuis, a
toujours été plus ou moins faible, commençait à s'altérer; elle me
donnait quelque tristesse qui s'augmentait encore des impressions
nouvelles que je recevais, par les découvertes que je faisais peu à peu
et sur les choses en général, et sur quelques personnages en
particulier. Le voile doré dont Bonaparte disait que les yeux sont
couverts dans la jeunesse commençait pour moi à perdre de son éclat, et
je m'en apercevais avec une surprise qui fait toujours plus ou moins
souffrir, jusqu'à ce que l'expérience en ait amorti les premiers
effets.



CHAPITRE IX.

(1804.)


Organisation de la flotte de Boulogne.--Article du _Moniteur_.--Les
grands officiers de la Couronne.--Les dames du palais.--L'anniversaire
du 14 juillet.--Beauté de l'impératrice.--Projets de
divorce.--Préparatifs du couronnement.


Peu à peu les différentes flottilles construites dans nos ports venaient
toutes se réunir à celle de Boulogne. Quelquefois, dans le trajet, elles
essuyaient des échecs, car les vaisseaux anglais croisaient incessamment
sur les côtes pour s'opposer à ces jonctions. Les camps de Boulogne, de
Montreuil et de Compiègne offraient le coup d'oeil le plus imposant, et
l'armée devenait de jour en jour plus nombreuse et plus redoutable.

Sans doute ces préparatifs excitèrent de l'inquiétude en Europe, de même
que les discours qu'ils faisaient tenir à Paris, car on inséra dans les
journaux un article qui ne produisit pas alors un grand effet, mais
qu'il m'a paru assez important de conserver, parce qu'il est un récit
exact de tout ce qui a été fait depuis.

Cet article parut dans _le Moniteur_, le 10 juillet 1804, le même jour
que l'on y rendit compte de l'audience que l'empereur donna à tous les
ambassadeurs, qui venaient de recevoir de nouvelles lettres de créance
auprès de lui; quelques-unes étaient accompagnées de paroles flatteuses
des souverains étrangers sur son avènement au trône. Voici l'article:

«De tout temps, la capitale a été le pays des _on dit_. Chaque jour fait
naître une nouvelle que le lendemain voit démentir. Quoiqu'on ait
remarqué récemment plus d'activité et une certaine direction dans les
_on dit_ dont s'amuse la crédulité des oisifs, on serait disposé à
penser qu'il faut s'en remettre au temps à cet égard, et que le silence
est, de toutes les réponses qu'on peut faire, la meilleure et la plus
sensée. Quel est, d'ailleurs, le Français, homme de sens, qui, mettant
quelque intérêt à découvrir la vérité, ne parvienne bientôt à
reconnaître, dans les bruits qui se répandent, le résultat d'une
malignité plus ou moins intéressée à les propager? Dans un pays où tant
d'hommes savent ce qui est, et peuvent juger ce qui n'est pas, si
quelqu'un croit trouver dans les _on dit_ des sujets d'inquiétudes
réelles, si la crédule confiance trompe les spéculations de son commerce
ou ses intérêts intérieurs, son erreur n'est pas durable, ou bien il
doit s'en prendre à son défaut de réflexion.

«Mais les étrangers, les personnes attachées aux missions diplomatiques,
n'ayant ni les mêmes moyens d'arrêter leurs jugements, ni la même
connaissance du pays, sont souvent abusés. Quoiqu'ils aient eu lieu
d'observer, depuis longtemps, avec quelle constance les événements se
jouent des bruits qui circulent, ils ne les propagent pas moins dans les
pays étrangers, et leurs récits font naître sur la France les idées les
plus fausses. Nous croyons, en conséquence, qu'il n'est pas hors de
propos de dire dans ce journal quelques mots sur les _on dit_.

«_On dit_ que l'empereur va réunir sous son gouvernement, la république
italienne, la république ligurienne, la république de Lucques, le
royaume d'Étrurie, les états du saint-père, et, par une suite
nécessaire, Naples et la Sicile. _On dit_ que la Suisse et la Hollande
auront le même sort; _on dit_ que le pays de Hanovre offrira à
l'empereur, par sa réunion, le moyen de devenir membre du Corps
germanique.

«On tire plusieurs conséquences de ces suppositions, et la première qui
se présente, c'est que le pape abdiquera, et que le cardinal Fesch ou le
cardinal Ruffo occupera le trône pontifical.

«Nous avons déjà dit, et nous répétons, que, si la France devait influer
sur des changements relatifs au souverain pontife, ce serait plutôt pour
influer d'autant sur le bonheur du saint-père, et pour accroître la
considération du saint-siège et ses domaines, au lieu de les diminuer.

«Quant au royaume de Naples, les agressions de M. Acton, et son système
constamment hostile, auraient autrefois donné à la France assez de
motifs légitimes pour faire la guerre, qu'elle n'eût jamais entreprise
avec le projet de réunir les deux Siciles à l'Empire français.

«Les républiques italienne et ligurienne, et le royaume d'Étrurie ne
cesseront pas d'exister comme États indépendants, et il est assurément
peu vraisemblable que l'empereur méconnaisse en même temps les devoirs
attachés au pouvoir qu'il tient des comices, et la gloire personnelle
qu'il a acquise en rendant deux fois à l'indépendance des États qu'il
avait deux fois conquis.

«On peut se demander, à l'égard de la Suisse, qui a empêché sa réunion à
la France avant l'acte de médiation? Cet acte, résultat immédiat des
soins et des pensées de l'empereur, a rendu la tranquillité à ces
peuples, est la garantie de leur indépendance et de leur sûreté, tant
qu'eux-mêmes ne briseront point cette égide, en substituant aux éléments
dont elle est formée les volontés d'un des corps constitués ou d'un des
partis.

«Si la France eût voulu réunir la Hollande, la Hollande serait française
comme la Belgique. Si elle est puissance indépendante, c'est que la
France a senti à l'égard de ce pays, ainsi que pour la Suisse, que ces
localités exigeaient une existence individuelle et une organisation
particulière.

«Le Hanovre est l'objet d'une supposition qui a quelque chose de plus
ridicule. La réunion de cette province serait le présent le plus funeste
qu'on pût faire à la France, et il ne fallait pas de longues méditations
pour s'en apercevoir. Le Hanovre deviendrait un sujet de rivalité entre
le peuple français et le prince qui s'est montré l'allié et l'ami de la
France dans un temps où l'Europe était conjurée contre elle.

»Le Hanovre, pour être conservé, exigerait un état militaire dont les
dépenses seraient hors de toute proportion avec quelques millions qui
constituent tous les revenus de ce pays. Le gouvernement, qui a sacrifié
aux principes de la nécessité d'une ligne de frontières simple et
continue jusqu'aux fortifications mêmes de Strasbourg et de Mayence, sur
la rive droite, serait-il assez peu éclairé pour vouloir l'incorporation
du Hanovre? Mais on dit qu'à cette possession est attaché l'avantage
d'être membre du Corps germanique. Le titre seul d'empereur des Français
répond à cette singulière idée. Le Corps germanique se compose de rois,
d'électeurs, de princes, et n'admet, relativement à lui, qu'une seule
dignité impériale. Ce serait, d'ailleurs, mal connaître la noble vanité
de notre pays que de croire possible qu'il consentît à entrer comme
élément dans un corps particulier. Si telle chose eut été compatible
avec la dignité nationale, qui eût empêché la France de conserver ses
droits au cercle de Bourgogne et ceux que lui donnait la possession du
Palatinat? Nous le disons même, avec le sentiment d'un juste orgueil
que personne ne pourra blâmer, qui a empêché la France de garder une
partie des États de Bade et du territoire de la Souabe?

»Non, la France ne passera jamais le Rhin, et ses armées ne le
franchiront plus, à moins qu'il ne faille garantir l'empire germanique
et ses princes, qui lui inspirent tant d'intérêt par leur affection pour
elle, et par leur utilité pour l'équilibre de l'Europe.

»Si ces _on dit_ sont nés de l'oisiveté, nous y avons assez répondu.

»S'ils doivent leur origine à l'inquiète jalousie de quelques puissances
habituées à crier sans cesse que la France est ambitieuse, pour masquer
leur propre ambition, il est une autre réponse: Grâce aux deux
coalitions successivement formées contre nous, et aux traités de
Campo-Formio et de Lunéville, la France n'a, à la proximité de son
territoire, aucune province qu'elle doive désirer de garder, et, si,
dans les événements passés, elle a fait preuve d'une modération sans
exemple dans l'histoire moderne, il en résulte pour elle cet avantage
qu'elle n'aura plus désormais besoin de prendre les armes.

»Sa capitale est située au centre de son empire; ses frontières sont
environnées de petits États qui complètent son système politique; elle
n'a géographiquement rien à désirer de ce qui appartient à ses voisins,
elle n'est donc en inimitié naturelle avec personne, et, comme il
n'existe pour elle ni une autre Finlande, ni d'autres lignes de l'Inn,
elle se trouve dans une situation qui n'est celle d'aucune autre
puissance.

«Parallèlement à ces _on dit_ ayant pour but de faire croire que la
France a une ambition démesurée, on en fait circuler d'une autre espèce.

«Tantôt la révolte est dans nos camps; avant-hier, trente mille Français
ont refusé de s'embarquer à Boulogne; hier, nos légions se battaient dix
contre dix, trente contre trente, drapeaux contre drapeaux. On disait
aux quatre départements du Rhin que nous allions les rendre à leur
ancienne domination.

«Aujourd'hui, _on dit_ peut-être que le Trésor public est sans argent,
que les travaux ont cessé, que la discorde est partout, et que les
contributions ne se payent nulle part. Si l'empereur part pour les
camps, on dira peut-être qu'il court y apaiser des troubles.

«Enfin qu'il reste à Saint-Cloud, qu'il aille aux Tuileries, qu'il
demeure à la Malmaison, ce sera autant de sujets de propos tous plus
ridicules les uns que les autres.

»Et si ces bruits, simultanément colportés dans les pays étrangers,
avaient à la fois pour but d'alarmer sur l'ambition de l'empereur et de
s'enhardir, en donnant quelque espoir sur la faiblesse de son
administration, à des démarches inconvenantes et erronées, nous ne
pourrions que répéter ce qu'un ministre a été chargé de dire en quittant
la cour: «L'empereur des Français ne veut la guerre avec qui ce soit, il
ne la redoute avec personne. Il ne se mêle pas des affaires de ses
voisins, et il a droit à une conduite réciproque. Une longue paix est le
désir qu'il a constamment manifesté; mais l'histoire de sa vie
n'autorise pas à penser qu'il soit disposé à se laisser outrager ou
mépriser.»

Cependant, après m'être reposée quelque temps à la campagne, je revins,
et je rentrai dans le tourbillon de notre cour, où le mal de la vanité
semblait de jour en jour s'emparer davantage de nous. L'empereur nomma
alors les grands officiers de la maison. Le général Duroc fut grand
maréchal du palais; Berthier, grand veneur; M. de Talleyrand, grand
chambellan; le cardinal Fesch, grand aumônier; M. de Caulaincourt, grand
écuyer; et M. de Ségur, grand maître des cérémonies. M. de Rémusat reçut
le titre de premier chambellan. Il marchait immédiatement après M. de
Talleyrand, qui, paraissant devoir être occupé par les affaires
étrangères, abandonnerait à mon mari la plus grande partie des
attributions de sa place. Cela fut en effet réglé ainsi d'abord; mais,
peu après, l'empereur fit des chambellans ordinaires; parmi eux étaient
le baron de Talleyrand, neveu du grand chambellan, des sénateurs, des
Belges distingués par leur naissance, un peu plus tard aussi des
gentilshommes français. Avec eux commencèrent les petites prétentions de
préséance, les mécontentements des distinctions qui n'étaient pas pour
eux. M. de Rémusat se trouva en butte à leur jalousie perpétuelle, et
dans un certain état de guerre qui me causa des chagrins dont je rougis
aujourd'hui, quand je me les rappelle. Mais, quelle que soit la cour
qu'on fréquente, et celle-là en était devenue une bien véritable, il est
impossible de n'y pas donner de l'importance à tous ces riens qui en
composent les éléments. Un honnête homme, un homme raisonnable a souvent
honte, vis-à-vis de lui-même, des joies ou des peines que lui fait
éprouver le métier de courtisan, et cependant il ne peut guère échapper
aux unes et aux autres. Un cordon, une légère différence dans un
costume, le passage d'une porte, l'entrée de tel ou tel salon; voilà des
occasions, chétives en apparence, d'une foule d'émotions toujours
renaissantes. En vain on voudrait pourtant s'endurcir contre elles.
L'importance qu'un grand nombre de gens y attachent vous force, malgré
vous, de les apprécier. En vain l'esprit, la raison se dressent contre
un tel emploi des facultés humaines; tout mécontent de soi qu'on est, il
faut s'apetisser avec tout le monde, et fuir la cour tout à fait, ou
consentir à prendre sérieusement toutes les niaiseries dont est composé
l'air qu'on y respire.

L'empereur ajouta encore aux inconvénients attachés aux usages des
palais ceux de son caractère. Il ordonna l'étiquette avec la sévérité de
la discipline militaire. Le cérémonial s'exécutait comme s'il était
dirigé par un roulement de tambour; tout se faisait, en quelque sorte,
au pas de charge; et cette espèce de précipitation, cette crainte
continuelle qu'il inspirait, jointes au peu d'habitude des formes d'une
bonne moitié de ses courtisans donna à sa cour un aspect plutôt triste
que digne, et marqua sur tous les visages une impression d'inquiétude
qui se retrouvait au milieu des plaisirs et des magnificences dont, par
ostentation, il voulut sans cesse être entouré.

La nouvelle impératrice eut pour dame d'honneur sa cousine, madame de la
Rochefoucauld, et pour dame d'atours madame de la Valette. On leur nomma
douze dames du palais. Peu à peu leur nombre fut augmenté, et nous y
vîmes appeler des grandes dames de tous les pays, des personnes fort
étonnées de se trouver ainsi rapprochées. Mais, sans entrer ici dans
aucun détail, aujourd'hui fort inutile, combien ne vis-je pas à cette
époque de demandes faites par des personnes qui, maintenant, affectent
une sévérité de royalisme peu compatible avec les tentatives qu'elles
essayèrent alors! Disons-le franchement: toutes les classes voulurent
dans ce moment prendre leur part de ces nouvelles créations, et je pus
remarquer, à part moi, nombre de gens qui, après m'avoir blâmée d'être
arrivée à cette cour par suite d'une ancienne amitié, n'épargnèrent rien
pour s'y placer par ambition. Quant à l'impératrice, elle était
enchantée de se voir environnée d'une suite nombreuse et qui plaisait à
sa vanité. La victoire qu'elle avait remportée sur madame de la
Rochefoucauld en l'attachant à sa personne, le plaisir de compter M.
d'Aubusson de la Feuillade parmi ses chambellans, mesdames d'Arberg, de
Ségur, et des maréchales parmi les dames du palais, l'enivrait un peu;
mais il faut convenir que sa joie toute féminine n'ôtait rien à sa bonne
grâce accoutumée; elle eut toujours une adresse infinie pour conserver
la supériorité de son rang, tout en montrant une sorte de déférence
polie envers ceux ou celles qui, par l'éclat de leurs noms, y ajoutaient
un lustre nouveau.

Dans le même temps, le ministère de la police générale fut recréé, et
Fouché y fut, de nouveau, nommé. L'époque du couronnement fut fixée
d'abord au 18 brumaire, et, en attendant, pour montrer qu'on ne perdait
pas de vue les époques révolutionnaires, le 14 juillet de cette année,
l'empereur se rendit en grande pompe aux Invalides, et, après avoir
entendu la messe, il y distribua les croix de la Légion d'honneur à une
foule considérable composée de toutes les classes qui formaient le
gouvernement, l'armée et la cour. Comme on doit s'attendre à retrouver
dans ces souvenirs, de temps en temps, des particularités qui
rappellent qu'ils sont dictés par une mémoire féminine, je ne négligerai
pas, à cette occasion, de dire à quel point l'impératrice sut, par le
goût de sa parure et l'habileté de sa recherche, paraître jeune et
agréable en tête d'un nombre considérable de jeunes et jolies femmes
dont, pour la première fois, elle se montrait entourée. Cette cérémonie
se fit à l'éclat d'un soleil brillant. On la vit, au grand jour, vêtue
d'une robe de tulle rose, semée d'étoiles d'argent, fort découverte
selon la mode du moment; couronnée d'un nombre infini d'épis de
diamants, et cette toilette fraîche et resplendissante, l'élégance de sa
démarche, le charme de son sourire, la douceur de ses regards
produisirent un tel effet, que j'ai ouï dire à nombre de personnes qui
assistèrent à la cérémonie qu'elle effaçait tout le cortège qui
l'environnait.

Peu de jours après, l'empereur partit pour le camp de Boulogne, et, si
l'on en croit les bruits publics qui se répandirent, les Anglais
commencèrent à redouter réellement la tentative de la descente. Pendant
plus d'un mois, il parcourut les côtes, passa en revue les différents
corps de son armée, alors si nombreuse, si florissante et si animée. Il
assista à plusieurs engagements qui eurent lieu entre les vaisseaux qui
nous bloquaient et nos flottilles, qui prenaient un aspect redoutable.
Tout en se livrant à ces occupations militaires, il rendit plusieurs
décrets qui tendaient à fixer les préséances, et le rang des diverses
autorités qu'il venait de créer. Sa préoccupation atteignait tout à la
fois. Il avait déjà conçu le projet secret d'appeler le pape à son
couronnement, et, pour y parvenir, il ne négligeait ni la puissance de
sa volonté, qu'il lui manifestait de manière à ne point éprouver de
refus, ni l'adresse avec laquelle il pouvait espérer de le gagner. Il
envoya la croix de la Légion d'honneur au cardinal Caprara, légat du
pape. Cette distinction fut accompagnée de paroles flatteuses pour le
souverain pontife, et consolantes pour le rétablissement de la religion.
On les publia dans _le Moniteur_.

Quand il communiqua cependant au conseil d'État son projet d'appuyer son
élévation d'une telle pompe religieuse, il eut à soutenir la résistance
d'une partie de ses conseillers d'État effarouchés de ce saint appareil.
Treilhard, entre autres, s'y opposa fortement. L'empereur le laissa
parler, et lui répondit ensuite: «Vous connaissez moins que moi le
terrain sur lequel nous sommes; sachez que la religion a bien moins
perdu de sa puissance que vous ne pensez. Vous ignorez tout ce que je
viens à bout de faire par le moyen des prêtres que j'ai su gagner. Il y
a en France trente départements assez religieux pour que je ne voulusse
pas être obligé d'y lutter de pouvoir contre le pape. Ce n'est qu'en
compromettant successivement toutes les autorités que j'assurerai la
mienne, c'est-à-dire celle de la Révolution que nous voulons tous
consolider.»

Tandis que l'empereur parcourait les ports, l'impératrice partit pour
prendre les eaux d'Aix-la-Chapelle. Elle y fut accompagnée d'une partie
de sa nouvelle maison. M. de Rémusat[2] eut ordre de la suivre, pour
attendre l'empereur qui devait la rejoindre dans cette ville. Je fus
assez contente de ce nouveau répit; je ne pouvais pas trop me dissimuler
que tant de nouveaux venus effaçaient un peu de la valeur que m'avait
donnée pendant les premières années l'impossibilité des comparaisons,
et, quoique jeune encore sur les expériences du monde, je compris qu'un
peu d'absence me serait utile pour reprendre ensuite, non la première
place, mais celle que je choisirais.

     [Note 2: Il venait d'être nommé premier chambellan de
     l'empereur. (P. R.).]

L'impératrice emmena donc madame de la Rochefoucauld[3]. C'était une
femme d'environ trente-six à quarante ans, petite, bossue, d'une
physionomie assez piquante, d'un esprit ordinaire, mais dont elle tirait
bon parti, hardie comme les femmes mal faites qui ont eu quelques succès
malgré leur difformité, gaie et nullement méchante. Elle affichait
toutes les opinions de ce qu'on appelait les _aristocrates_ pendant la
Révolution; et, comme elle eût été embarrassée de les allier avec sa
situation présente, elle prenait son parti d'en rire, et ses
plaisanteries retombaient sur elle-même avec assez de bonne grâce. Elle
plut à l'empereur, parce qu'elle était légère, sèche et incapable
d'intrigue. Au reste, soit sagesse, heureux hasard, ou impossibilité,
jamais cour aussi nombreuse par les femmes n'offrit moins de chances
pour aucune espèce d'intrigue. Les affaires de l'État se concentraient
dans le seul cabinet de l'empereur; on les ignorait, et on savait que
personne n'eût pu s'en mêler; de faveur, personne, non plus, ne pouvait
se flatter d'en avoir. Le petit nombre de ceux que l'empereur
distinguait, habituellement suspendus à l'exécution de sa volonté,
étaient inabordables sur tout. Duroc, Savary, Maret ne laissaient
échapper aucune parole inutile, et s'appliquaient à nous communiquer
immédiatement les ordres qu'ils recevaient. Nous ne leur apparaissions,
et nous ne nous apparaissions nous-mêmes, en faisant uniquement la chose
qui nous était ordonnée, que comme de vraies machines à peu près
pareilles, ou peu s'en fallait, aux meubles élégants et dorés dont on
venait d'orner les palais des Tuileries et de Saint-Cloud.

     [Note 3: «Une personne de haute naissance, a dit M.
     Thiers (tome V, livre XIX, p. 124), madame de la
     Rochefoucauld, privée de beauté mais non d'esprit, distinguée
     par son éducation et ses manières, autrefois fort royaliste,
     et riant maintenant avec assez de grâce de ses passions
     éteintes, fut destinée à être dame d'honneur de Joséphine.»
     (P. R.)]

Une remarque que je fis dans ce temps, et qui m'amusait assez, fut qu'à
mesure que les grands seigneurs d'autrefois arrivèrent à cette cour, ils
éprouvèrent tous, quelle que fût la différence de leurs caractères, un
petit désappointement assez curieux à observer. Quand ils apparaissaient
pour la première fois, en se retrouvant dans quelques-unes des
habitudes de leur première jeunesse, en respirant de nouveau l'air des
palais, en revoyant des distinctions, des cordons, des salles du trône,
en reprenant les locutions ordinaires dans les demeures royales, ils
cédaient assez vite à l'illusion et croyaient pouvoir apporter la
manière d'être qui leur avait réussi dans ces mêmes palais, où le maître
seul était changé. Mais, bientôt, une parole sévère, une volonté
cassante et neuve, les avertissait tout à coup, et durement, que tout
était renouvelé dans cette cour unique au monde. Alors il fallait voir
comme, gênés et contraints sur toutes leurs futiles habitudes, et
sentant le terrain se mouvoir sous leurs pas, ils perdaient tout aplomb,
malgré leurs efforts. Déroutés de leurs usages, trop vains ou trop
faibles pour les remplacer par une gravité étrangère aux moeurs qu'ils
s'étaient faites dès longtemps, ils ne savaient quel langage tenir. Le
métier de courtisan auprès de Bonaparte était nul. Comme il ne menait à
rien, il n'avait aucune valeur; il y avait du risque à rester _homme_ en
sa présence, c'est-à-dire à conserver l'exercice de quelques-unes de ses
facultés intellectuelles; il fut donc plus court et plus facile pour
tout le monde, ou à peu près tout le monde, de se donner l'attitude de
la servitude, et, si j'osais, je dirais bien à quelle espèce d'individus
ce parti parut le moins coûter; mais, en m'étendant davantage sur ce
sujet, je donnerais à ces mémoires la couleur d'une satire, et cela
n'est pas dans mes goûts, ni dans mon esprit.

Pendant que l'empereur était à Boulogne, il envoya à Paris son frère
Joseph, qui fut harangué, ainsi que sa femme, par tous les corps du
gouvernement. Il faisait ainsi, peu à peu, la place de chacun, et
dictait la suprématie des uns comme la servitude des autres. Vers le 3
septembre, il rejoignit sa femme à Aix-la-Chapelle; il y demeura
quelques jours, y tenant une cour fort brillante et recevant les princes
d'Allemagne, qui commençaient à venir remettre leurs intérêts dans ses
mains. Pendant ce séjour, M. de Rémusat eut ordre de faire venir à
Aix-la-Chapelle le second théâtre français de Paris, dirigé alors par
Picard, et on donna, en présence des Électeurs, quelques fêtes assez
belles, quoiqu'elles n'approchassent point encore de la magnificence de
celles que nous avons vu donner plus tard. L'électeur archichancelier de
l'empire germanique et l'électeur de Bade firent à nos souverains une
cour assidue. L'empereur et l'impératrice visitèrent Cologne et
remontèrent le Rhin jusqu'à Mayence, où ils trouvèrent encore une foule
de princes et d'étrangers distingués qui les attendaient.

Ce voyage dura jusqu'au mois d'octobre. Le 11 de ce mois, madame Louis
Bonaparte accoucha d'un second fils[4]; l'empereur arriva à Paris peu de
jours après. Cet événement causait une grande joie à l'impératrice; elle
en tirait des conséquences flatteuses pour la certitude de son avenir,
et cependant, dans ce moment même, il se tramait contre elle un nouveau
complot qu'elle ne parvint à déjouer qu'après beaucoup d'efforts et
d'inquiétudes.

     [Note 4: Ce second fils de la reine Hortense était
     Napoléon-Louis, mort subitement pendant l'insurrection des
     États pontificaux contre le pape, à laquelle il prenait part,
     en 1831. Le troisième fils de la reine, Napoléon III, est né
     le 20 avril 1808. (P. R.)]

Depuis que l'on avait appris que le pape viendrait à Paris pour le
couronnement, la famille de l'empereur était fort empressée à empêcher
que madame Bonaparte n'eût sa part d'une si grande cérémonie. La
jalousie de nos princesses s'était fort échauffée sur cet article. Il
leur semblait qu'un pareil honneur mettrait trop de différence entre
elles et leur belle-soeur, et, d'ailleurs, la haine n'a pas besoin d'un
motif d'intérêt qui lui soit personnel pour être blessée de ce qui
satisfait l'objet haï. L'impératrice désirait vivement son couronnement;
il devait à ses yeux consolider son rang, et elle s'inquiétait du
silence de son époux. Il paraissait hésiter sur ce point. Joseph
Bonaparte n'épargnait rien pour l'engager à ne faire de sa femme qu'un
témoin de la cérémonie du sacre. Il allait même jusqu'à renouveler la
question du divorce; il conseillait de profiter de l'événement qu'on
préparait pour s'y déterminer. Il démontrait l'avantage de s'allier à
quelque princesse étrangère, ou, au moins, à quelque héritière d'un
grand nom en France; il présentait habilement l'espoir qu'un autre
mariage donnerait d'une succession directe, et il se faisait d'autant
mieux écouter sur ce point qu'en même temps il faisait valoir le
désintéressement avec lequel il poussait à une détermination qui devait
personnellement l'éloigner du trône.

L'empereur, harcelé sans cesse par sa famille, semblait prêter l'oreille
à ces discours, et quelques paroles qui lui échappaient jetaient sa
femme dans un trouble extrême. L'habitude qu'elle avait de me confier
ses peines me rendit toutes ses confidences. J'étais assez embarrassée à
lui donner un bon conseil, et je craignais d'être un peu compromise dans
un si grand démêlé. Un incident inattendu pensa hâter le coup que nous
redoutions. Depuis un temps, madame Bonaparte croyait s'apercevoir d'un
redoublement d'intimité entre son époux et madame ***. En vain je la
conjurais de ne point fournir à l'empereur le prétexte d'une querelle
dont on tirerait parti contre elle; trop animée pour se montrer
prudente, elle épiait, malgré mes avis, l'occasion de se convaincre de
ce qu'elle soupçonnait. À Saint-Cloud, l'empereur occupait l'appartement
qui donne sur le jardin et qui est de plain-pied avec lui. Au-dessus de
cet appartement, il avait fait meubler un petit logement particulier qui
communiquait avec le sien par un escalier dérobé; l'impératrice avait
quelque raison de craindre la destination de cette retraite mystérieuse.
Un matin qu'il se trouvait assez de monde dans son salon (madame ***
étant établie depuis quelques jours à Saint-Cloud), l'impératrice, la
voyant sortir tout à coup de l'appartement, se lève peu d'instants après
son départ, et, me prenant dans l'embrasure d'une fenêtre: «Je vais, me
dit-elle, éclaircir tout à l'heure mes soupçons; demeurez dans ce salon
avec tout mon cercle, et, si on cherche ce que je suis devenue, vous
direz que l'empereur m'a demandée.» J'essayai de la retenir, mais elle
était hors d'elle-même, et ne m'écouta point; elle sortit au même
moment, et je demeurai très inquiète de ce qui allait se passer. Au bout
d'une demi-heure d'absence, elle rentra brusquement par la porte de son
appartement opposée à celle par où elle était sortie; elle paraissait
fort émue et pouvait à peine se contraindre; elle se rassit à un métier
qui était dans le salon. Je me tenais loin d'elle, occupée de quelque
ouvrage, et évitant de la regarder; mais je m'apercevais facilement de
son trouble à la précipitation de tous ses mouvements, habituellement si
doux.

Enfin, comme elle était incapable de garder en silence une forte émotion
quelle qu'elle fût, elle ne put demeurer longtemps dans cette
contrainte, et, m'appelant à haute voix, elle m'ordonna de la suivre,
et, dès qu'elle fut dans sa chambre: «Tout est perdu! me dit-elle; ce
que j'avais prévu n'est que trop avéré. J'ai été chercher l'empereur
dans son cabinet, et il n'y était point; alors je suis montée par
l'escalier dérobé dans le petit appartement; j'en ai trouvé la porte
fermée, et, à travers la serrure, j'ai entendu la voix de Bonaparte et
de madame ***. J'ai frappé fortement en me nommant. Vous concevez le
trouble que je leur ai causé; ils ont fort tardé à m'ouvrir, et, quand
ils l'ont fait, l'état dans lequel ils étaient tous deux, leur désordre,
ne m'a pas laissé le moindre doute. Je sais bien que j'aurais dû me
contraindre; mais il ne m'a pas été possible, j'ai éclaté en reproches.
Madame *** s'est mise à pleurer. Bonaparte est entré dans une colère si
violente, que j'ai eu à peine le temps de m'enfuir pour échapper à son
ressentiment. En vérité, j'en suis encore tremblante, car je ne sais à
quel excès il l'aurait porté. Sans doute, il va venir, et je m'attends à
une terrible scène.»

L'émotion de l'impératrice excita la mienne, comme on peut bien le
penser. «Ne faites pas, lui dis-je, une seconde faute; car l'empereur ne
vous pardonnerait pas d'avoir mis qui que ce soit dans votre confidence.
Laissez-moi vous quitter, madame. Il faut l'attendre; qu'il vous trouve
seule, et tâchez de l'adoucir et de réparer une si grande imprudence.»
Après ce peu de mots, je la quittai et je rentrai dans le salon, où je
trouvai madame *** qui lança sur moi des yeux inquiets. Elle était fort
pâle, ne parlait que par mots entrecoupés, et cherchait à deviner si
j'étais instruite. Je me remis à mon ouvrage le plus tranquillement que
je pus; mais il était assez difficile que madame ***, en me voyant
sortir de cet appartement, ne comprît pas que je venais d'y recevoir une
confidence. Tout le monde dans ce salon se regardait et ne comprenait
rien à ce qui se passait.

Peu de moments après, nous entendîmes un grand bruit dans l'appartement
de l'impératrice, et je compris que l'empereur y était, et quelle scène
violente se passait. Madame *** avait demandé ses chevaux et elle partit
pour Paris. Cette absence subite ne devait point adoucir l'orage. J'y
devais retourner dans la soirée. Avant mon départ, l'impératrice me fit
appeler, et m'apprit, avec beaucoup de larmes, que Bonaparte, après
l'avoir outragée de toutes manières, et avoir brisé dans sa fureur
quelques-uns des meubles qui s'étaient rencontrés sous sa main, lui
avait signifié qu'il fallait qu'elle se préparât à quitter Saint-Cloud,
et que, fatigué d'une surveillance jalouse, il était décidé à secouer un
pareil joug et à écouter désormais les conseils de sa politique, qui
voulait qu'il prît une femme capable de lui donner des enfants. Elle
ajouta qu'il avait envoyé à Eugène de Beauharnais l'ordre de venir à
Saint-Cloud, pour régler les circonstances du départ de sa mère, et
qu'elle se voyait perdue sans ressources. Elle m'ordonna d'aller voir sa
fille dès le lendemain à Paris, et de lui faire le récit de tout ce qui
s'était passé.

En effet, je me rendis chez madame Louis Bonaparte. Elle venait de voir
son frère, qui arrivait de Saint-Cloud. L'empereur lui avait signifié sa
résolution de divorcer, qu'Eugène avait reçue avec sa soumission
accoutumée, et en refusant tous les dédommagements personnels qui lui
avaient été offerts comme consolation, déclarant qu'il n'accepterait
rien, au moment où un tel malheur allait tomber sur sa mère, et qu'il la
suivrait dans la retraite qu'on lui donnerait, fût-ce à la Martinique
même, sacrifiant tout au besoin qu'elle aurait d'une pareille
consolation. Bonaparte avait paru frappé de cette résolution généreuse,
et l'avait écouté dans un farouche silence. Je trouvai madame Louis
moins émue de cet événement que je ne m'y étais attendue. «Je ne puis me
mêler de rien, me dit-elle; car mon mari m'a positivement défendu la
moindre démarche. Ma mère a été bien imprudente; elle va perdre une
couronne, mais au moins elle aura du repos. Ah! croyez-moi, il y a des
femmes plus malheureuses.» Elle prononça ces mots avec une tristesse qui
faisait deviner toute sa pensée; mais, comme elle ne permettait jamais
un mot sur sa situation personnelle, je n'osai pas lui répondre de
manière à lui prouver que je l'eusse comprise. «Au reste, me dit-elle,
en finissant, s'il y a une chance de raccommodement dans cette affaire,
cette chance se trouvera dans l'empire que la douceur et les larmes de
ma mère exercent sur Bonaparte; il faut les laisser à eux-mêmes, éviter
de se trouver entre eux, et je vous conseille de ne point aller à
Saint-Cloud, d'autant que madame *** vous a nommée, et croit que vous
donneriez des conseils violents.»

Et voilà, pour le dire en passant, comme il est assez souvent impossible
d'être mieux comprise dans les cours, et comme des circonstances,
puériles en apparence, nous mettent dans une évidence dont on n'est pas
maître de se débarrasser.

Je demeurai deux jours sans me montrer à Saint-Cloud, pour suivre les
avis de madame Louis Bonaparte; et, le troisième, j'allai retrouver mon
impératrice dont le sort m'inquiétait profondément.

Elle était hors d'une partie de ses angoisses. Ses larmes et sa
soumission avaient, en effet, désarmé Bonaparte; il n'était plus
question de son courroux, ni de ce qui l'avait causé. Mais, après un
tendre raccommodement, l'empereur venait de mettre sa femme dans une
nouvelle agitation, en lui montrant de quelle importance le divorce
était pour lui. «Je n'ai pas le courage, lui disait-il, d'en prendre la
dernière résolution, et, si tu me montres trop d'affliction, si tu ne
fais que m'obéir, je sens que je ne serai jamais assez fort pour
t'obliger à me quitter; mais j'avoue que je désire beaucoup que tu
saches te résigner à l'intérêt de ma politique, et que, toi-même, tu
m'évites tous les embarras de cette pénible séparation.» En parlant
ainsi, l'impératrice ajoutait qu'il avait répandu beaucoup de larmes.

Tandis qu'elle me parlait, je me souviens encore que je concevais
intérieurement pour elle le plan d'un grand et généreux sacrifice.
Croyant alors le sort de la France irrévocablement attaché à celui de
Napoléon, je pensais qu'il y aurait une véritable grandeur d'âme à se
dévouer à tout ce qui devait l'affermir, et que, si j'avais été la
femme à qui on eût adressé un pareil discours, j'aurais été fortement
tentée d'abandonner ce poste si brillant où l'on ne me voyait qu'avec
une sorte de regret, pour me retirer dans une solitude où j'aurais vécu
paisiblement, et satisfaite de mon sacrifice. Mais, en considérant le
trouble dont les paroles impériales avaient laissé les traces sur le
visage de madame Bonaparte, je me rappelai, ce que j'avais souvent
entendu dire à ma mère, que, pour donner un conseil utile, il fallait
toujours le mesurer au caractère de la personne à qui on l'adressait. Je
jugeai en même temps de l'effroi que la retraite inspirerait à
l'impératrice, à son goût pour le luxe et l'éclat, à l'ennui qui la
dévorerait, quand elle aurait rompu avec le monde; et alors, revenant du
sentiment exalté qui s'était emparé de moi un moment, je lui dis que je
ne voyais pour elle que deux partis à prendre: ou se dévouer avec
dignité et résolution à ce qu'on exigeait d'elle, et dans ce cas, dès le
lendemain matin, partir pour la Malmaison, d'où elle écrirait à
l'empereur qu'elle lui rendait sa liberté; ou bien, si elle voulait
demeurer, se montrer incapable de rien décider de son sort, toujours
prête à obéir, mais déclarer bien positivement qu'elle attendrait des
ordres directs pour descendre du trône où on l'avait fait monter.

Ce dernier conseil fut celui qu'elle adopta, et, avec une douceur
adroite et tendre, prenant toute l'attitude d'une victime soumise, elle
parvint à émousser, encore pour cette fois, les traits que la jalousie
de sa famille avait lancés contre elle. Triste, complaisante,
entièrement soumise, mais adroite à profiter de l'ascendant qu'elle
exerçait sur son époux, elle le réduisit à un état d'agitation et
d'incertitude dont il ne pouvait sortir.

Enfin, harcelé un peu trop vivement par ses frères, et s'apercevant de
la joie que les Bonapartes laissèrent voir en se croyant arrivés au but
de leurs voeux, touché de la comparaison intérieure qu'il fit de la
conduite de sa femme et de ses enfants, et, autant que je puis m'en
souvenir, blessé de l'air de triomphe des siens, qui eurent l'imprudence
de se vanter de l'avoir amené à leurs fins, éprouvant un secret plaisir
à déjouer le plan qu'il voyait ourdi autour de lui, après une longue
hésitation pendant laquelle l'impératrice se livrait à de mortelles
inquiétudes, tout à coup, il lui déclara un soir que le pape allait
arriver, qu'il les couronnerait tous les deux, et qu'elle pouvait
s'occuper sérieusement des préparatifs de cette cérémonie.

On peut se représenter la joie causée par un pareil dénouement et la
mauvaise humeur des Bonapartes, et de Joseph particulièrement; car
l'empereur, fidèle à ses habitudes, ne manqua point de dire à sa femme
toutes les tentatives qu'on avait faites pour le déterminer, et on
conçoit que ces révélations ajoutèrent encore à la haine secrète entre
les deux partis.

Ce fut à cette occasion que l'impératrice me confia que, depuis
longtemps, elle désirait affermir encore son mariage par la cérémonie
religieuse qui avait été négligée à l'époque où il fut conclu. Elle en
parlait quelquefois à l'empereur, qui n'y montrait aucune répugnance,
mais qui répondait qu'en faisant même venir un prêtre chez lui, ce ne
pourrait jamais être avec assez de mystère pour qu'on n'apprît pas par
là que, jusqu'alors, il n'avait point été marié devant l'Église; et,
soit que ce fût sa vraie raison, soit qu'il voulût garder pour l'avenir
cette facilité de rompre son mariage, quand il le croirait vraiment
utile, il repoussait toujours, mais avec douceur, les demandes de sa
femme à cet égard. Elle se détermina à attendre l'arrivée du pape, se
flattant avec raison qu'en pareille occasion, il entrerait facilement
dans ses intérêts.

À ce moment, toute la cour se livra sans relâche aux apprêts des
cérémonies du couronnement, et l'impératrice s'entoura des meilleurs
artistes de Paris et des marchands les plus fameux. Aidée de leurs
conseils, elle détermina la forme du nouvel habit de cour et son costume
particulier. On pense bien qu'il ne fut pas question de reprendre le
panier, mais seulement d'ajouter à nos vêtements ordinaires ce long
manteau qu'on a conservé lors du retour du roi, et une collerette de
blonde, appelée _chérusque_, qui montait assez haut derrière la tête,
était attachée sur les deux épaules, et rappelait le costume de
Catherine de Médicis. On l'a supprimée depuis, quoique, à mon avis, elle
donnât de la grâce et de la dignité à tout l'habit. L'impératrice avait
déjà des diamants pour une somme considérable. L'empereur en ajouta
encore à sa parure. Il mit dans ses mains ceux qu'on possédait au trésor
public, et voulut qu'elle les portât ce jour-là. On lui monta un diadème
brillant qui devait être surmonté de la couronne fermée que l'empereur
lui poserait sur la tête. On fit secrètement des répétitions de cette
cérémonie, et le peintre David, qui devait en faire ensuite le tableau,
dirigea les positions de chacun. Il y eut d'abord de grandes discussions
sur le couronnement particulier de l'empereur. La première idée était
que le pape placerait cette couronne de ses propres mains; mais
Bonaparte se refusait à l'idée de la tenir de qui que ce fût, et il dit
à cette occasion ce mot que madame de Staël a rappelé dans son ouvrage:
«J'ai trouvé la couronne de France par terre, je l'ai ramassée.» Il eût
pu ajouter: «Avec la pointe de mon épée.»

Enfin, après de longues délibérations, on détermina que l'empereur se
couronnerait lui-même, et que le pape donnerait seulement sa
bénédiction. Rien ne fut négligé pour l'éclat des fêtes. L'affluence
devint nombreuse à Paris; une partie des troupes y fut appelée; toutes
les autorités principales des provinces, l'archichancelier de d'empire
germanique et une foule d'étrangers y arrivèrent aussi. Quelles que
fussent les opinions particulières, on se laissa aller, dans la ville,
au plaisir et à la curiosité qu'inspirait un événement si nouveau et la
vue d'un spectacle que tout annonçait devoir être magnifique. Les
marchands fort occupés, les ouvriers de tout genre employés se
réjouissaient d'une telle occasion de gain pour eux; la population de la
ville semblait doublée; le commerce, les établissements publics, les
théâtres y trouvaient leur profit, et tout paraissait actif et content.
On invita les poètes à célébrer ce grand événement; Chénier eut ordre de
composer une tragédie qui en consacrât le souvenir, il prit Cyrus pour
son héros. L'Opéra prépara ses ballets. Dans l'intérieur du palais nous
reçûmes de l'argent pour les dépenses que nous avions à faire, et
l'impératrice fit à ses dames du palais de beaux présents en diamants.

On régla aussi le costume des hommes autour de l'empereur; il était beau
et allait très bien. L'habit français de couleurs différentes pour les
services qui dépendaient du grand maréchal, du grand chambellan et du
grand écuyer; une broderie d'argent pour tous; le manteau sur une
épaule, en velours et doublé de satin; l'écharpe, le rabat de dentelle
et le chapeau retroussé sur le devant garni d'un panache. Les princes
devaient porter cet habit en blanc et or; l'empereur en habit long,
ressemblant assez à celui de nos rois, un manteau de pourpre semé
d'abeilles, et sa couronne formée d'une branche de laurier comme celle
des Césars.

Je crois encore rappeler un rêve, mais un rêve qui tient un peu des
contes orientaux, quand je me retrace quel luxe fut étalé à cette
époque, et quelle était en même temps l'agitation des préséances, des
prétentions de rangs des réclamations de chacun. L'empereur voulut que
les princesses portassent le manteau de l'impératrice; on eut bien de la
peine à les déterminer à y consentir; et je me souviens même qu'elles
s'y prêtèrent de si mauvaise grâce, qu'on vit le moment où
l'impératrice, emportée par le poids de ce manteau, ne pourrait point
avancer, tant ses belles-soeurs le soulevaient faiblement. Elles
obtinrent que la queue de leur habit serait portée par leurs
chambellans, et cette distinction les consola un peu de l'obligation qui
leur était imposée[5].

     [Note 5: Les mémoires du comte Miot de Mélito renferment
     des renseignements précieux sur l'intérieur de la cour du
     premier consul et de l'empereur, et sur les querelles de
     celui-ci avec ses frères à propos de l'hérédité du trône et
     de l'adoption du jeune fils de Louis Bonaparte, et racontent
     en détail la grande question du manteau de l'impératrice.
     C'est après une orageuse discussion entre l'archichancelier,
     l'architrésorier, le ministre de l'intérieur, le grand
     chambellan, le grand écuyer et le grand maréchal de la cour,
     les princes Louis et Joseph, présidés par l'empereur, que
     l'on renonça à donner à ces derniers princes le grand manteau
     d'hermine, «attribut, disait-on, de la souveraineté», et que
     l'on se décida à employer dans le procès-verbal les mots
     _soutenir le manteau_, au lieu de _porter la queue_.
     (_Mémoires du comte Miot de Mélito_, t. II, p. 323 et suiv.).
     (P. R.)]

Cependant, on avait appris que le pape avait quitté Rome le 2 novembre.
La lenteur de son voyage et l'immensité des préparatifs firent reculer
le couronnement jusqu'au 2 décembre, et, le 24 novembre, la cour se
rendit à Fontainebleau pour y recevoir Sa Sainteté, qui y arriva le
lendemain.

Avant de clore ce chapitre, je veux rappeler une circonstance qui me
paraît bonne encore à conserver. L'empereur, ayant renoncé pour ce
moment au divorce, mais toujours pressé du désir d'avoir un héritier,
demanda à sa femme si elle consentirait à en accepter un qui
n'appartiendrait qu'à lui, et à feindre une grossesse avec assez
d'habileté pour que tout le monde y fût trompé. Elle était loin de se
refuser à aucune de ses fantaisies à cet égard. Alors Bonaparte, faisant
venir son premier médecin, Corvisart, en qui il avait une confiance
étendue et méritée, lui confia son projet: «Si je parviens, lui dit-il,
à m'assurer de la naissance d'un garçon qui sera mon fils à moi, je
voudrais que, témoin du feint accouchement de l'impératrice, vous
fissiez tout ce qui serait nécessaire pour donner à cette ruse toutes
les apparences d'une réalité.» Corvisart trouva que la délicatesse de sa
probité était compromise par cette proposition; il promit le secret le
plus inviolable, mais il refusa de se prêter à ce qu'on voulait exiger
de lui. Ce n'est que longtemps après, et depuis le second mariage de
Bonaparte, qu'il m'a confié cette anecdote en m'attestant la naissance
légitime du roi de Rome, sur laquelle on avait essayé d'exciter des
doutes parfaitement injustes.



CHAPITRE X.

(DÉCEMBRE 1804.)


Arrivée du pape à Paris.--Plébiscite.--Mariage de l'impératrice
Joséphine.--Le couronnement.--Fêtes au Champ-de-Mars, à l'Opéra,
etc.--Cercles de l'impératrice.


Il est vraisemblable qu'on ne détermina le pape à venir en France qu'en
lui présentant les avantages et les concessions qu'il retirerait pour le
rétablissement de la religion d'une pareille complaisance. Il arriva à
Fontainebleau, déterminé à se prêter à tout ce qu'on exigerait de lui et
qu'il pourrait se permettre; et, malgré la supériorité que pensait avoir
sur lui le vainqueur qui l'avait contraint à ce grand déplacement, et le
peu de dispositions que toute cette cour eût à éprouver du respect pour
un souverain qui ne comptait point l'épée au nombre de ses ornements
royaux, il imposa à tout le monde par la dignité de ses manières et la
gravité de son maintien.

L'empereur alla au-devant de lui de quelques lieues, et, quand les
voitures se rencontrèrent, il mit pied à terre ainsi que Sa Sainteté.
Tous deux s'embrassèrent, et remontèrent dans le même carrosse,
l'empereur montant le premier pour donner la droite au pape (dit _le
Moniteur_ de ce jour), et ils revinrent ensemble au château.

Le pape était arrivé un dimanche[6], à midi. Après avoir pris quelque
repos dans son appartement, où l'avaient conduit le grand chambellan
(c'est-à-dire M. de Talleyrand), le grand maréchal et le grand maître
des cérémonies, il alla faire une visite à l'empereur, qui le reçut en
dehors de son cabinet, et qui, au bout d'un entretien d'une demi-heure,
le reconduisit jusqu'à la salle dite alors des grands officiers.
L'impératrice avait reçu l'ordre de le faire asseoir à sa droite.

     [Note 6: 25 novembre 1804, ou 4 frimaire an XIII.
     (P. R.)]

Après ces visites, le prince Louis, les ministres, l'archichancelier et
l'architrésorier, le cardinal Fesch et les grands officiers qui se
trouvaient à Fontainebleau furent présentés au pape. Il reçut tout le
monde avec bonté et politesse. Il dîna ensuite avec l'empereur, et se
retira de bonne heure pour prendre du repos.

Le pape, à cette époque, était âgé de soixante-deux ans. Sa taille parut
assez haute, sa figure belle, grave et bienveillante. Il était entouré
d'un nombreux cortège de prêtres italiens qui furent loin d'imposer
comme lui, et dont les manières vives, communes et étranges ne pouvaient
entrer en comparaison avec la bonne tenue ordinaire au clergé français.
Le château de Fontainebleau offrait en ce moment un aspect bizarre, par
le mélange de personnages variés dont il était habité: souverains,
princes, militaires, prêtres, femmes, tout était à peu près pêle-mêle,
dans les différents salons où l'on se réunissait, à des heures
indiquées. Dès le lendemain, Sa Sainteté reçut toutes les personnes de
la cour qui se présentèrent chez elle. Nous fûmes tous admis à l'honneur
de lui baiser la main, et de recevoir sa bénédiction. Sa présence, en
pareil lieu et pour une si grande occasion, me causa une assez forte
émotion.

Ce même lundi, les visites entre les souverains recommencèrent. Quand le
pape fut venu pour la seconde fois chez l'impératrice, celle-ci exécuta
le plan secret qu'elle avait formé, et lui confia qu'elle n'était point
mariée à l'église. Sa Sainteté, après l'avoir félicitée des actes de
bonté auxquels elle employait sa puissance, et l'appelant toujours du
nom de _sa fille_, lui promit d'exiger de l'empereur qu'il fît précéder
son couronnement d'une cérémonie nécessaire à la légitimité de son union
avec elle, et, en effet, l'empereur se trouva forcé de consentir à ce
qu'il avait éludé jusqu'alors. Ce fut au retour à Paris que le cardinal
Fesch le maria, comme je le dirai tout à l'heure.

Dans la soirée du lundi, on avait fait venir quelques chanteurs pour
exécuter un concert dans les appartements de l'impératrice. Mais le pape
refusa d'y assister, et se retira au moment où on allait commencer.

À cette époque, le goût de l'empereur pour madame de X... commença à se
faire sentir au dedans de lui. Soit que la satisfaction qu'il éprouvait
du succès des projets qu'il avait formés lui donnât une joie qui
éclaircissait son humeur, soit que son amour naissant lui inspirât
quelque désir de plaire, il parut, durant le petit voyage de
Fontainebleau, serein et d'un abord plus facile que de coutume. Quand le
pape était retiré, il demeurait chez l'impératrice, et causait de
préférence avec les femmes qui s'y trouvaient. Sa femme, frappée de son
changement, et très avisée sur tout ce qui pouvait éveiller sa
jalousie, soupçonna que quelque nouvelle fantaisie en était la cause;
mais elle ne put encore découvrir le véritable objet de sa préoccupation
parce qu'il mit assez d'adresse à s'occuper de nous toutes, tour à tour;
et madame de X..., montrant une extrême réserve, ne parut pas voir, dans
ce moment, si elle était le but caché de cette galanterie générale que
l'empereur affecta assez bien de partager entre nous. Quelques personnes
eurent même l'idée que la maréchale Ney allait recevoir ses hommages.
Elle est fille de M. Auguié, ancien receveur général des finances, et de
madame Auguié, femme de chambre de la dernière reine. Elle avait été
élevée par madame Campan, sa tante, et se trouvait par cela même
compagne et amie de madame Louis Bonaparte. Elle avait alors vingt-deux
ou vingt-trois ans; son visage et sa personne étaient assez agréables,
quoiqu'un peu trop maigres. Elle avait peu d'usage du monde, une extrême
timidité, et elle ne pensait nullement à attirer les regards de
l'empereur, dont elle avait une extrême peur.

Pendant notre séjour à Fontainebleau, parut dans _le Moniteur_ le
sénatus-consulte qui, vu la vérification faite par une commission du
Sénat des registres des votes émis sur la question de l'empire,
reconnaissait Bonaparte et sa famille comme appelés au trône de France.

Le total général des votants se montait à 3,574,898. Pour le _oui_,
3,572,329; pour le _non_, 2,569.

La cour retourna à Paris le jeudi 29 novembre. L'empereur et le pape
revinrent dans la même voiture, et Sa Sainteté fut logée au pavillon de
Flore, l'empereur ayant nommé une partie de sa maison pour le servir.

Dans les premiers jours de sa présence à Paris, le pape ne trouva pas
dans les habitants le respect auquel on devait s'attendre. Une vive
curiosité poussait la foule sur son passage, quand il visitait les
églises, et sous son balcon, aux heures où il s'y montrait pour donner
sa bénédiction. Mais, peu à peu, les récits que faisaient ceux qui
l'approchaient de la dignité de ses manières, quelques paroles nobles et
touchantes qu'il prononça en diverses occasions et qui furent répétées,
et l'aplomb avec lequel il soutenait une situation si étrange pour le
chef de la chrétienté, produisirent un changement marqué, même chez les
classes inférieures du peuple. Bientôt la terrasse des Tuileries se vit
couverte, durant toutes les matinées, d'un monde immense qui l'appelait
à grands cris, et qui s'agenouillait devant sa bénédiction. On avait
permis que la galerie du Louvre se remplît à certaines heures de la
journée, et alors le pape la parcourait et y bénissait ceux qui s'y
trouvaient. Nombre de mères lui présentaient leurs enfants, qu'il
accueillait avec une bienveillance particulière. Un jour, un homme,
connu par ses opinions antireligieuses, se trouvait dans cette galerie,
et, voulant satisfaire seulement une vaine curiosité, se tenait à
l'écart comme pour éviter d'être béni. Le pape, s'approchant de lui et
devinant sa secrète et hostile intention, lui adressa ces paroles d'un
ton doux: «Pourquoi me fuir, monsieur? La bénédiction d'un vieillard
a-t-elle quelque danger?»

Bientôt tout Paris retentit des louanges du pape, et bientôt aussi
l'empereur commença à en être jaloux. Il prit quelques arrangements qui
obligèrent Sa Sainteté à se refuser à l'empressement trop vif des
fidèles, et le pape, qui pénétra l'inquiétude dont il était l'objet,
redoubla de réserve, sans jamais laisser paraître la moindre apparence
du plus petit orgueil humain.

Deux jours avant le couronnement, M. de Rémusat, qui en même temps que
premier chambellan était aussi maître de la garde-robe, et qui, par
cette raison, se trouvait chargé de tous les préparatifs des costumes
impériaux, allant porter à l'impératrice son élégant diadème qui venait
d'être achevé, la trouva dans un état de satisfaction qu'elle avait
peine à dissimuler publiquement. Prenant mon mari à part, elle lui
confia que, dans la matinée de cette journée, un autel avait été préparé
dans le cabinet de l'empereur, et que le cardinal Fesch l'avait mariée
en présence de deux aides de camp. Après la cérémonie, elle avait exigé
du cardinal une attestation par écrit de ce mariage. Elle la conserva
toujours avec soin, et jamais, quelques efforts que l'empereur ait faits
pour l'obtenir, elle n'a consenti à s'en dessaisir.

On a dit, depuis, que tout mariage religieux qui n'a point pour témoin
le curé de la paroisse où il est célébré renferme, par cela même, une
cause de nullité, et que c'est à dessein qu'on se réserva ce moyen de
rupture pour l'avenir. Il faudrait, dans ce cas, que le cardinal
lui-même eût consenti à cette fraude. Cependant la conduite qu'il tint
dans la suite ne le donne point à penser, car, lors des scènes assez
vives auxquelles le divorce a donné lieu, l'impératrice alla quelquefois
jusqu'à menacer son époux de publier l'attestation qu'elle avait entre
les mains, et le cardinal Fesch, consulté alors, répondait toujours
qu'elle était en bonne forme, et que sa conscience ne lui permettrait
pas de nier que le mariage n'eût été consacré de manière qu'on ne
pouvait le rompre que par un acte arbitraire d'autorité.

Après le divorce, l'empereur voulut ravoir encore cette pièce dont je
parle; le cardinal conseilla à l'impératrice de ne pas s'en dessaisir.
Ce qui prouvera à quel point était poussée la défiance entre tous les
personnages de cette famille, c'est que l'impératrice, tout en profitant
d'un conseil qui lui plaisait, me disait alors qu'il lui arrivait
quelquefois de croire que le cardinal ne le lui donnait que de concert
avec l'empereur, qui eût voulu la pousser à quelque éclat, afin d'avoir
une occasion de la renvoyer de France. Cependant l'oncle et le neveu
étaient brouillés alors, par suite des affaires du pape.

Enfin, le 2 décembre, la cérémonie du couronnement eut lieu. Il serait
assez difficile d'en décrire toute la pompe et d'entrer dans les
détails de cette journée. Le temps était froid, mais sec et beau; les
rues de Paris pleines de monde; le peuple plus curieux qu'empressé; la
garde sous les armes et parfaitement belle.

Le pape précéda l'empereur de plusieurs heures, et montra une patience
admirable, en demeurant longtemps assis sur le trône qui lui avait été
préparé dans l'église, sans se plaindre du froid ni de la longueur des
heures qui se passèrent avant l'arrivée du cortège. L'église Notre-Dame
était décorée avec goût et magnificence. Dans le fond de l'église, on
avait élevé un trône pompeux pour l'empereur, où il pouvait paraître
entouré de toute sa cour. Avant le départ pour Notre-Dame, nous fûmes
introduites dans l'appartement de l'impératrice. Nos toilettes étaient
fort brillantes, mais leur éclat pâlissait devant celui de la famille
impériale. L'impératrice, surtout, resplendissante de diamants, coiffée
de mille boucles comme au temps de Louis XIV, semblait n'avoir que
vingt-cinq ans[7]. Elle était vêtue d'une robe et d'un manteau de cour
de satin blanc, brodés en or et en argent mélangés. Elle avait un
bandeau de diamants, un collier, des boucles d'oreilles et une ceinture
du plus grand prix, et tout cela était porté avec sa grâce ordinaire.
Ses belles-soeurs brillaient aussi d'un nombre infini de pierres
précieuses, et l'empereur, nous examinant toutes les unes après les
autres, souriait à ce luxe, qui était, comme tout le reste, une création
subite de sa volonté.

     [Note 7: Elle avait quarante et un ans, étant née à la
     Martinique, le 23 juin 1763. (P. R.)]

Lui-même aussi portait un costume brillant. Ne devant revêtir qu'à
l'église ses habits impériaux, il avait un habit français de velours
rouge brodé en or, une écharpe blanche, un manteau court semé
d'abeilles, un chapeau retroussé par devant avec une agrafe de diamants
et surmonté de plumes blanches, le collier de la Légion d'honneur en
diamants. Toute cette toilette lui allait fort bien. La cour entière
était en manteau de velours brodé d'argent. Nous nous faisions un peu
spectacle les uns aux autres, il faut en convenir; mais ce spectacle
était réellement beau.

L'empereur monta, dans une voiture à sept glaces toute dorée, avec sa
femme et ses deux frères, Joseph et Louis. Chacun, ensuite, se rendit à
la voiture qui lui était désignée, et ce nombreux cortège alla, au pas,
jusqu'à Notre-Dame. Les acclamations ne manquèrent pas sur notre
passage. Elles n'avaient point cet élan d'enthousiasme qu'aurait pu
désirer un souverain jaloux de recevoir les témoignages d'amour de ses
sujets; mais elles pouvaient satisfaire la vanité d'un maître
orgueilleux et point sensible.

Arrivé à Notre-Dame, l'empereur demeura quelque temps à l'archevêché
pour y revêtir ses grands habits, qui paraissaient l'écraser un peu. Sa
petite taille se fondait sous cet énorme manteau d'hermine. Une simple
couronne de laurier ceignait sa tête; il ressemblait à une médaille
antique. Mais il était d'une pâleur extrême, véritablement ému, et
l'expression de ses regards paraissait sévère et un peu troublée.

Toute la cérémonie fut très imposante et belle. Le moment où
l'impératrice fut couronnée excita un mouvement général d'admiration,
non pour cet acte en lui-même, mais elle avait si bonne grâce, elle
marcha si bien vers l'autel, elle s'agenouilla d'une manière si élégante
et en même temps si simple, qu'elle satisfit tous les regards. Quand il
fallut marcher de l'autel au trône, elle eut un moment d'altercation
avec ses belles-soeurs qui portaient son manteau avec tant de
répugnance, que je vis l'instant où la nouvelle impératrice ne pourrait
point avancer. L'empereur, qui s'en aperçut, adressa à ses soeurs
quelques mots secs et fermes qui mirent tout le monde en mouvement.

Le pape, durant toute cette cérémonie, eut toujours un peu l'air d'une
victime résignée, mais résignée noblement par sa volonté et pour une
grande utilité.

Vers deux ou trois heures, nous reprîmes en cortège le chemin des
Tuileries, et nous n'y rentrâmes qu'à la nuit, qui vient de bonne heure
au mois de décembre, éclairés par les illuminations et par un nombre
infini de torches qui nous accompagnaient. Nous dînâmes au château, chez
le grand maréchal, et, après, l'empereur voulut recevoir un moment les
personnes de la cour qui ne s'étaient point retirées. Il était gai et
charmé de la cérémonie; il nous trouvait toutes jolies, se récriait sur
l'agrément que donne la parure aux femmes, et nous disait en riant:
«C'est à moi, mesdames, que vous devez d'être si charmantes.» Il n'avait
point voulu que l'impératrice ôtât sa couronne, quoiqu'elle eût dîné en
tête à tête avec lui, et il la complimentait sur la manière dont elle
portait le diadème; enfin il nous congédia.

Quand je rentrai chez moi, je trouvai un assez grand nombre de mes amis
et de personnes de ma connaissance, qui, demeurant étrangers à toutes
ces brillantes nouveautés, s'étaient rassemblés pour se donner
l'amusement de me voir dans mes nouveaux atours. Dans le détail comme
dans l'ensemble de cette journée, tout ce qui se passa servit de
spectacle à la ville de Paris; mais on applaudit en général, parce qu'il
faut convenir que la représentation fut magnifique.

Pendant un mois, un nombre infini de fêtes et de réjouissances
suivirent. Le 5 décembre, l'empereur se rendit au Champ-de-Mars avec le
même cortège que celui du 2, et il distribua les aigles à nombre de
régiments. L'enthousiasme des soldats fut bien plus vif que celui du
peuple. Le mauvais temps nuisit à cette seconde journée; il pleuvait à
verse; une foule de monde couvrait cependant les gradins du
Champ-de-Mars. «Si la situation des spectateurs était pénible, il n'en
est pas un qui ne trouvât un dédommagement dans le sentiment qui l'y
faisait demeurer, et dans l'expression des voeux que ses acclamations
manifestaient de la manière la plus éclatante.» Voilà comme M. Maret
rendait compte de cette pluie dans _le Moniteur_.

Une des flatteries les plus communes dans tous les temps, quoiqu'elle
soit la plus ridicule, c'est celle qui tend à faire croire que le besoin
qu'un roi a du soleil arrive à avoir de l'influence sur sa présence.
J'ai vu, au château des Tuileries, l'opinion comme établie que
l'empereur n'avait qu'à déterminer une revue ou une chasse à tel ou tel
jour, et que le ciel, ce jour-là, ne manquerait pas d'être serein. On
remarquait avec assez de bruit chaque fois que cela arrivait, et on
glissait sur les temps de brouillard et de pluie. On voit au reste que
c'était la même chose sous Louis XIV. Je voudrais, pour l'honneur des
souverains, qu'ils reçussent avec tant de froideur, je dirais presque de
dégoût, cette puérile flatterie, que personne ne s'avisât plus d'en
essayer l'effet. Il ne fut pourtant pas possible de dire qu'il n'avait
pas plu au Champ-de-Mars pendant la distribution des aigles; mais
combien ai-je vu de gens qui assuraient, le lendemain, que la pluie ne
les avait pas mouillés!

On avait élevé pour la famille impériale et sa suite un grand
échafaudage, sur lequel était le trône recouvert du mieux qu'on avait
pu, à cause du mauvais temps. Les toiles et les tentures furent
promptement percées. L'impératrice fut forcée de se retirer avec sa
fille, qui relevait de couches, et leurs belles-soeurs, à l'exception de
madame Murat, qui demeura courageusement exposée au mauvais temps,
quoique légèrement vêtue. Elle s'accoutumait dès lors «à supporter,
disait-elle en riant, les contraintes inévitables du trône».

Ce même jour, il y eut aux Tuileries un banquet somptueux. Dans la
galerie de Diane, sous un dais éclatant, on dressa une table pour le
pape, l'empereur, l'impératrice et le prince archichancelier de l'empire
germanique. L'impératrice avait l'empereur à sa droite et le pape à sa
gauche. Ils étaient servis par les grands officiers. Plus bas, une table
pour les princes, parmi lesquels était le prince héréditaire de Bade;
une autre, pour les ministres; une, pour les dames et les officiers de
la maison impériale; le tout servi avec un grand luxe; une belle musique
pendant le repas; ensuite un cercle nombreux, un concert auquel le pape
voulut bien assister, et un ballet exécuté au milieu du grand salon des
Tuileries par les danseurs de l'Opéra. À l'instant où commença le
ballet, le pape se retira. On joua à la fin de la soirée, et l'empereur,
en se retirant, donna le signal du départ de tout le monde.

Le jeu à la cour de l'empereur entrait seulement dans le cérémonial. Il
ne voulut jamais qu'on jouât d'argent chez lui; on faisait des parties
de whist et de loto; on se mettait à une table pour avoir une
contenance; mais, le plus souvent, on tenait les cartes sans les
regarder, et on causait. L'impératrice aimait à jouer, même sans argent,
et faisait réellement un whist. Sa partie, ainsi que celle des
princesses, était établie dans le salon qu'on appelait le cabinet de
l'empereur, et qui précède la galerie de Diane. Elle jouait avec les
plus grands personnages qui se trouvaient dans le cercle, étrangers,
ambassadeurs, ou français. Les deux dames de semaine du palais
demeuraient assises derrière elle, un chambellan près de son fauteuil.
Tandis qu'elle jouait, toutes les personnes qui remplissaient les salons
venaient, les unes après les autres, lui faire une révérence. Les soeurs
et les frères de Bonaparte jouaient et faisaient inviter à leurs parties
par leurs chambellans; de même sa mère, qu'on appela Madame Mère, qu'on
fit princesse, et à qui on donna une maison. Tout le reste de la cour
jouait dans les autres salons. L'empereur se promenait partout, parlait
à droite et à gauche, précédé de quelques chambellans qui annonçaient
sa présence. Quand il approchait, il se faisait un grand silence, on
demeurait sans bouger, les femmes se levaient et attendaient les paroles
insignifiantes, et assez souvent peu obligeantes, qu'il allait leur
adresser. Il ne se souvenait jamais d'un nom, et presque toujours la
première question était: «Comment vous appelez-vous?» Il n'y avait pas
une femme qui ne fût charmée de le voir s'éloigner de la place où elle
était.

Ceci me rappelle une assez jolie anecdote relative à Grétry. Comme
membre de l'Institut, il se rendait souvent aux audiences du dimanche,
et il était arrivé déjà plus d'une fois à l'empereur, qui s'était
accoutumé à reconnaître son visage, de s'approcher de lui presque
machinalement en lui demandant son nom. Un jour, Grétry, fatigué de
cette éternelle question, et peut-être un peu blessé de n'avoir pas
produit un souvenir plus durable, à l'instant où l'empereur lui disait
avec la brusquerie ordinaire de son interrogation: «Et vous, qui
êtes-vous donc?» Grétry répondit avec un peu d'impatience: «Sire,
toujours Grétry.» Depuis ce temps, l'empereur le reconnut parfaitement.

L'impératrice, au contraire, avait une mémoire admirable pour les noms
et les petites circonstances particulières de chacun.

Les cercles se passèrent longtemps comme je viens de le conter. Plus
tard, on y ajouta des concerts et des ballets, tels que ceux qu'on avait
imaginés à l'occasion du couronnement, et ensuite des spectacles; je
dirai tout cela dans son temps. Dans ces brillantes assemblées,
l'empereur voulut qu'on donnât aux dames du palais des places
particulières; ces petites préséances excitèrent de petites humeurs qui
enfantèrent de grandes haines, comme il arrive dans les cours. La vanité
est toujours, de toutes les faiblesses humaines, celle qui reprend le
plus vite son métier.

À cette époque, l'empereur ne s'épargna aucune cérémonie; il les aimait,
surtout parce qu'elles faisaient partie de ses créations; il les
compliquait toujours un peu par sa précipitation naturelle, dont il
avait peine à se défendre, et par la crainte extrême qu'on éprouvait que
tout ne se fît point à sa fantaisie. Un jour, placé sur son trône,
environné des grands officiers, des maréchaux et du Sénat, il reçut les
révérences de tous les préfets et de tous les présidents des collèges
électoraux. Dans une seconde audience qu'il donna aux premiers, il leur
recommanda fortement d'exécuter la conscription: «Sans elle, leur dit-il
(et ses paroles furent insérées dans _le Moniteur_), il ne peut y avoir
ni puissance ni indépendance nationales.» Il nourrissait sans doute dès
lors le projet de placer sur sa tête la couronne d'Italie, et sentait
que ses projets devaient finir par allumer la guerre. D'ailleurs
l'impossibilité de la descente en Angleterre, quoiqu'on en continuât les
préparatifs, lui était démontrée, et bientôt il lui faudrait employer
son armée, dont la présence pouvait être un poids pour la France. Il eut
au milieu de cela une petite occasion d'humeur contre les Parisiens. Il
avait ordonné à Chénier une tragédie qui pût être donnée à l'occasion du
couronnement. Chénier avait traité le sujet de Cyrus, et le cinquième
acte de son ouvrage représentait assez fidèlement, en effet, le
couronnement de ce prince et la cérémonie de Notre-Dame. La pièce était
médiocre, les applications commandées et trop indiquées. Le parterre
parisien, toujours indépendant, siffla l'ouvrage et se permit même de
rire au moment de l'installation sur le trône. L'empereur fut mécontent;
il bouda mon mari, chargé de l'administration de ce théâtre, comme s'il
eût dû lui répondre de l'approbation du public, et, dès lors, ce même
public apprit par quel côté faible il pourrait se venger, au théâtre, du
silence qui, partout ailleurs, lui était rigoureusement imposé.

Le Sénat donna aussi une belle fête; plus tard, le Corps législatif
l'imita. Le 16, on en célébra une magnifique qui endetta la ville de
Paris pour plusieurs années. Grand festin, feu d'artifice, bal, service
de vermeil, et toilette de vermeil aussi, offerts à l'empereur et à
l'impératrice, harangues, légendes flatteuses à outrance inscrites
partout. On a beaucoup parlé des éloges prodigués à Louis XIV sous son
règne; je suis sûre qu'en les réunissant tous ils ne feraient pas la
dixième partie de ceux qu'a reçus Bonaparte. Je me rappelle que, dans
une autre fête donnée encore à l'empereur par la ville quelques années
après, comme on était à bout d'inscriptions, on inventa de mettre en
lettres d'or, au-dessus du trône où il devait s'asseoir, ces paroles de
l'Écriture: «Ego sum qui sum!» et personne ne s'en montra scandalisé.

La France, aussi, fut dévouée pendant ce temps aux fêtes et aux
réjouissances, on frappa des médailles qui furent distribuées avec
profusion. Enfin les maréchaux donnèrent aussi leur fête, dans la salle
de l'Opéra. Cette fête coûta dix mille francs à chaque maréchal. On
avait mis le théâtre de plain-pied avec la salle; les loges étaient
décorées de gaze d'argent, éclairées de lustres brillants et ornées de
femmes très parées; la famille impériale sur une estrade; on dansait
dans cette grande enceinte. La profusion des fleurs et des diamants, la
richesse des costumes, la magnificence de la cour donnèrent à cette fête
beaucoup d'éclat. Il n'est pas une d'entre nous qui ne fît de grandes
dépenses pour toutes ces cérémonies. On accorda aux dames du palais dix
mille francs pour les en dédommager; cet argent fut loin de nous
suffire. Les dépenses du couronnement se montèrent à quatre millions.

Les princes et les étrangers de marque qui se trouvaient à Paris
faisaient une cour assidue à nos souverains, et, de son côté, l'empereur
mettait assez de grâce à leur faire les honneurs de Paris. Le prince
Louis de Bade était alors fort jeune, assez embarrassé de sa personne,
et se mettant peu en évidence. Le prince primat était un homme de plus
de soixante ans, aimable, gai, un tant soit peu bavard, connaissant bien
la France et Paris, qu'il avait habité dans sa jeunesse, amateur des
lettres, et lié avec les anciens académiciens. Ils étaient admis, et
quelques autres encore, aux petits cercles qui se tenaient chez
l'impératrice. Durant cet hiver, une ou deux fois par semaine, on
invitait une cinquantaine de femmes et un bon nombre d'hommes à souper
aux Tuileries. On s'y rendait à huit heures, dans une toilette
recherchée, mais sans habit de cour. On jouait dans le salon du
rez-de-chaussée qui est aujourd'hui celui de Madame. Quand Bonaparte
arrivait, on passait dans une salle où des chanteurs italiens donnaient
un concert qui durait une demi-heure; ensuite on rentrait dans le salon
et on reprenait les parties; l'empereur allant et venant, causant ou
jouant, selon sa fantaisie. À onze heures, on servait un grand et
élégant souper; les femmes seules s'y asseyaient. Le fauteuil de
Bonaparte demeurait vide; il tournait autour de la table, ne mangeait
rien, et, le souper fini, il se retirait. À ces petites soirées étaient
toujours invités les princes et princesses, les grands officiers de
l'Empire, deux ou trois ministres et quelques maréchaux, des généraux,
des sénateurs et des conseillers d'État avec leurs femmes. Il y avait là
de grands assauts de toilettes; l'impératrice y paraissait toujours,
ainsi que ses belles-soeurs, avec une parure nouvelle, et beaucoup de
perles et de pierreries. Elle a eu dans son écrin pour un million de
perles. On commençait alors à porter beaucoup d'étoffes lamées en or et
en argent. Pendant cet hiver, la mode des turbans s'établit à la cour;
on les faisait avec de la mousseline, blanche ou de couleur, semée d'or
ou bien avec des étoffes turques très brillantes. Les vêtements peu à
peu prirent aussi une forme orientale; nous mettions sur des robes de
mousseline richement brodées, de petites robes courtes, ouvertes par
devant, en étoffe de couleur, les bras, les épaules et la poitrine
découverts. Souvent, pendant cette saison, il arriva que l'empereur, de
plus en plus amoureux comme je le dirai plus bas, et cherchant à
dissimuler sa préférence en s'occupant de toutes les femmes, semblait
n'être à l'aise qu'au milieu d'elles; et chacun des hommes de la cour,
s'apercevant que sa présence le gênait, se retirait dans un autre salon
voisin de celui où on se tenait. Alors nous pouvions assez bien figurer
un harem; j'en fis un soir la plaisanterie à Bonaparte; il était en
belle humeur et s'en amusa; mais cela ne plut nullement à l'impératrice.

Pendant ce temps, le pape, qui vivait fort retiré le soir, employait ses
matinées à visiter les églises, les hôpitaux et les établissements
publics. Il alla officier à Notre-Dame, et une foule considérable fut
admise à lui baiser les pieds. Il parcourut Versailles, les environs de
Paris, fut reçu d'une manière touchante aux Invalides, et c'est alors
qu'il commença à produire plus d'effet que l'empereur ne l'eût voulu.

J'entendais dire à cette époque que Sa Sainteté désirait fort de
retourner à Rome. Je ne sais pourquoi l'empereur le retenait toujours,
je n'en n'ai pas pu éclaircir le motif.

Le pape était toujours vêtu de blanc; il avait une robe de moine, parce
que d'abord il avait été moine. Cette robe était de laine, et,
par-dessus, une sorte de camisole en mousseline garnie de dentelle qui
faisait un assez étrange effet. Sa calotte était de laine blanche.

À la fin de décembre, le Corps législatif fut ouvert en grande
cérémonie; on s'y évertua en discours sur l'importance et le bonheur du
grand événement qui venait de se passer; et on y fit encore un rapport
beau et vrai de l'état prospère de la France.

Cependant, les demandes se multipliaient pour obtenir des places à la
nouvelle cour; l'empereur accéda à quelques-unes. Il prit aussi des
sénateurs parmi les présidents des collèges électoraux. Il fit Marmont
colonel général des chasseurs à cheval, et il distribua le grand cordon
de la Légion d'honneur à Cambacérès, à Lebrun, aux maréchaux, au
cardinal Fesch, à MM. Duroc, de Caulaincourt, de Talleyrand, de Ségur,
et à plusieurs ministres, au grand juge, à M. Gaudin et à M. Portalis,
ministre des cultes. Ces nominations, ces faveurs, ces promotions
tenaient tout le monde en haleine. Dès ce moment, le mouvement fut
donné; on s'accoutuma à désirer, à attendre, à voir incessamment quelque
nouveauté; chaque jour produisit un petit incident, inattendu dans le
détail, mais prévu par l'habitude que nous prîmes tous de voir toujours
quelque chose. Depuis, l'empereur a étendu à toute la nation, à toute
l'Europe, ce système d'éveiller sans cesse l'ambition, la curiosité et
l'espérance; ce n'a pas été un des secrets les moins habiles de son
gouvernement.



CHAPITRE XI.

(1807.)


L'empereur amoureux.--Madame de X...--Madame de Damas.--Confidences de
l'impératrice.--Intrigues de palais.--Murat est élevé au rang de prince.


L'impératrice ne pouvait s'empêcher de se plaindre secrètement
quelquefois, en voyant que son fils n'avait aucune part aux promotions
qui se faisaient journellement; mais elle avait le très bon goût de
renfermer son mécontentement à cet égard, et Eugène conservait au milieu
de cette cour une attitude naturelle et paisible qui lui faisait
honneur, et qui contrastait avec la jalouse impatience de Murat.
L'épouse de celui-ci harcelait sans cesse l'empereur, pour qu'il donnât
enfin à son mari un rang qui le tirât de pair d'avec les maréchaux,
parmi lesquels il s'irritait de se voir confondu. Pendant l'hiver, ce
ménage sut habilement profiter de la faiblesse de l'empereur, et acquit
des droits à ses dons en le servant soigneusement, comme nous allons le
voir, dans ses nouvelles amours.

J'ai dit déjà qu'Eugène était assez occupé de madame de X... Cette jeune
femme, alors âgée de vingt-quatre ou vingt-cinq ans, était blonde et
blanche; ses yeux bleus avaient toutes les impressions qu'elle voulait
leur donner, hors celle de la franchise, parce que je crois que les
habitudes de son caractère la portaient à une assez grande
dissimulation. Son nez aquilin était un peu long, sa bouche charmante,
ornée de belles dents qu'elle montrait beaucoup. Sa taille moyenne avait
de l'élégance, mais manquait un peu d'embonpoint; son pied était petit,
et elle dansait à merveille. Elle ne montrait pas un esprit bien
remarquable, mais elle ne manquait point de finesse; elle était calme,
un peu sèche, et difficile à émouvoir, et encore plus à troubler.

L'impératrice avait commencé par la traiter avec beaucoup de
distinction; elle louait sa figure, approuvait toujours sa toilette, la
cajolait de préférence à d'autres, à cause de son fils, et contribua
peut-être à la faire remarquer à son époux. Celui-ci s'en occupa dès le
voyage de Fontainebleau. Madame Murat, qui devina la première le goût
naissant de son frère, chercha à s'emparer de la confiance de cette
jeune femme, et elle y réussit assez pour la mettre promptement en
défiance de l'impératrice. Murat, par suite, je crois, d'un arrangement
très intérieur, feignait d'être amoureux de madame de X..., et donna
ainsi le change pendant quelque temps aux observations de la cour.

L'impératrice, qui ne doutait pas de la nouvelle préoccupation de
l'empereur, mais qui n'en pouvait deviner l'objet, soupçonna d'abord,
comme je l'ai dit, la maréchale Ney, à qui, en effet, il adressait assez
souvent la parole; et, pendant quelques jours, la pauvre maréchale
devint l'objet des regards et de la mauvaise humeur de sa patronne. Je
recevais, comme de coutume, la confidence de cette jalouse inquiétude,
et je ne voyais rien encore qui la justifiât.

L'impératrice se plaignait à madame Louis Bonaparte de ce qu'elle
appelait _la perfidie_ de la maréchale; cette dernière fut sermonnée et
interrogée; et, après avoir assuré qu'elle n'éprouvait réellement qu'une
sorte de peur vis-à-vis de l'empereur, elle avoua qu'il avait paru
quelquefois s'occuper d'elle, et que madame de X... lui avait fait son
compliment sur la grande conquête qu'elle était au moment de faire. Ce
récit éclaira tout à coup l'impératrice. Plus attentive, elle vit la
vérité, découvrit que Murat ne feignait de l'amour que pour se charger
de porter les déclarations de l'empereur. Elle trouva, dans la déférence
qu'elle vit à Duroc pour madame de X..., une preuve des sentiments de
son maître, et dans la conduite de madame Murat un plan assez bien ourdi
contre sa propre tranquillité. Dès lors, on vit l'empereur plus souvent
dans l'appartement de sa femme. Presque tous les soirs, il redescendait
au rez-de-chaussée, et ses regards et quelques paroles instruisirent
également et l'impératrice et l'objet de sa préférence. Si sa femme se
rendait au spectacle dans une petite loge, car l'empereur n'aimait point
qu'elle parût en public sans lui, il venait l'y joindre tout à coup; et,
de jour en jour moins maître de lui, il paraissait plus occupé. Madame
de X... conservait une apparence froide, mais elle usait de toutes les
ressources de la coquetterie féminine. Sa toilette était de plus en plus
recherchée, son sourire plus fin, ses regards plus manégés, et bientôt
il fut assez facile de deviner tout ce qui se passait. L'impératrice
soupçonna que madame Murat avait favorisé chez elle de secrètes
entrevues. Elle m'assura un peu plus tard qu'elle en avait la certitude.
Alors elle éclata en plaintes et en larmes selon sa coutume, et je me
vis encore une fois obligée de recevoir des confidences qui me
compromettaient, et de recommencer des sermons qui n'étaient guère
écoutés.

L'impératrice voulut tenter des explications qui furent très mal reçues.
Son mari prit de l'humeur, la traita durement, lui reprocha de s'opposer
à ses moindres distractions, lui imposa silence, et, tandis qu'en public
elle dévorait ses peines et paraissait triste et abattue, lui, gai,
ouvert, animé plus que nous ne l'avions vu encore, s'occupait de nous
toutes, et nous prodiguait les expressions de sa sauvage galanterie.
Dans ces réunions chez l'impératrice dont j'ai parlé tout à l'heure, il
paraissait en vrai sultan. Il se plaçait à une table de jeu, faisait
appeler pour sa partie assez ordinairement sa soeur Caroline, madame de
X... et moi; et, tenant à peine les cartes, il commençait avec nous des
dissertations, sentimentales à sa manière, où il mettait plus d'esprit
que de sensibilité, quelquefois du mauvais goût, mais assez
d'exaltation. Dans ces entretiens, madame de X..., fort réservée et
craignant peut-être que je ne la découvrisse, ne répondait que par
monosyllabes. Madame Murat y prenait peu d'intérêt, marchant à son but
et se souciant peu du détail. Quant à moi, ces conversations
m'amusaient, et j'y répondais avec toute la liberté d'esprit dont
j'avais l'avantage sur ces trois autres personnes plus ou moins
préoccupées. Quelquefois, sans nommer qui que ce fût, Bonaparte
commençait à disserter sur la jalousie, et alors il était facile de voir
quelles applications il voulait faire à sa femme; je le comprenais et je
la défendais de mon mieux, gaiement, et en évitant de la désigner; et
alors je voyais assez clairement que madame de X... et madame Murat m'en
savaient mauvais gré.

Dans ces soirées, madame Bonaparte, jouant assez tristement à un autre
bout du salon, nous regardait de loin, et souffrait de ces entretiens
qui l'inquiétaient toujours. Quoiqu'elle eût bien des raisons de compter
sur moi, comme elle était naturellement défiante, quelquefois elle
craignait que je ne la sacrifiasse à l'envie de plaire à l'empereur, et,
du moins, elle me savait mauvais gré de ne pas témoigner un blâme pour
sa conduite. Tantôt elle me demandait d'aller le trouver et de lui
parler fortement sur le tort qu'elle prétendait que sa nouvelle liaison
lui faisait dans le monde; tantôt elle m'engageait à faire épier madame
de X... dans sa propre maison, où elle savait que Bonaparte se rendait
quelquefois le soir; ou bien elle me faisait écrire, en sa présence, des
lettres anonymes pleines de reproches, que je composais devant elle pour
lui plaire, et pour qu'elle ne les fît pas faire à d'autres, et que
j'avais soin de brûler, après l'avoir assurée que je les avais envoyées.
Ses domestiques affidés étaient employés à découvrir les preuves de ce
qu'elle cherchait. Des ouvriers de marchands favoris étaient dans sa
confidence, et je souffrais d'autant plus de ces imprudences, que
j'appris peu après que madame Murat mettait sur mon compte les
découvertes que faisait l'impératrice, et m'accusait d'un assez vilain
métier, dont assurément je n'étais nullement capable.

Madame Bonaparte souffrait d'autant plus que son fils éprouvait un
chagrin assez vif de ce qui se passait. Madame de X..., qui, d'abord,
par coquetterie, goût ou vanité, l'avait assez bien écouté, depuis sa
nouvelle et plus éclatante conquête, évitait jusqu'aux moindres
apparences d'aucune relation avec lui. Peut-être se vantait-elle à
l'empereur de l'amour qu'elle inspirait à Eugène. Ce qui est certain,
c'est que ce dernier était froidement traité par son beau-père.
L'impératrice s'en montrait irritée; madame Louis s'en affligeait, mais
dissimulait ses secrètes impressions, Eugène souffrait et se renfermait
dans une apparence calme qui donnait heureusement peu de prise sur lui.

On voit que, dans tout cela, se retrouvait encore la haine éternelle des
Bonapartes et des Beauharnais, dans laquelle il était de ma destinée,
quelque modérée que je fusse, de me voir toujours froissée. J'ai bien
fait cette expérience, c'est que tout, ou presque tout, est hasard dans
les cours. La prudence humaine n'est point de force à s'y défendre, et
je ne sais pas de moyens d'échapper aux interprétations, à moins que le
souverain lui-même ne se montre point accessible aux soupçons; mais,
loin de là, l'empereur accueillait tous les rapports, et même avait une
sorte de crédulité pour accepter tous ceux qui étaient malveillants, de
quelque genre qu'ils fussent. Le plus sûr moyen d'acquérir sa faveur
était de lui conter tous les _on dit_, de lui dénoncer toutes les
conduites; voilà pourquoi M. de Rémusat, placé très près de lui, ne l'a
jamais obtenue; c'est qu'il s'est refusé à ce métier que Duroc lui
indiquait souvent.

Un soir, l'empereur, outré d'une scène violente qu'il avait eue avec sa
femme et dans laquelle, poussée à bout, celle-ci lui avait déclaré
qu'elle finirait par défendre à madame de X... l'entrée de son
appartement, s'adressa à M. de Rémusat et se plaignit de ce que je
n'employais pas le crédit que j'avais sur elle à modérer la vivacité de
ses imprudences. Il finit par lui dire qu'il voulait m'entretenir en
particulier, et que je n'avais qu'à lui demander une audience. M. de
Rémusat me rendit cet ordre, et, en effet, dans la journée du lendemain,
je demandai l'audience qui fut fixée à la matinée suivante.

On avait préparé une grande chasse pour ce jour-là. L'impératrice était
partie d'avance avec les princes étrangers et attendait l'empereur au
bois de Boulogne; j'arrivai comme l'empereur allait monter en voiture,
sa suite était toute rassemblée; il rentra dans son cabinet pour me
recevoir, au grand étonnement de la cour, pour qui tout faisait
événement.

Il commença par se plaindre amèrement du trouble de son intérieur, il
se déchaîna contre les femmes en général, et contre la sienne surtout.
Il me reprocha de favoriser son espionnage, et m'accusa de mille faits
qui m'étaient étrangers, suite des rapports qu'on lui avait faits. Je
reconnus dans ses récits les mauvais offices de madame Murat, et ce qui
me fit le plus de peine, c'est que je démêlai aussi que l'impératrice,
pour appuyer ses plaintes, m'avait quelquefois nommée et, m'avait prêté
ce qu'elle avait dit ou pensé. Cela, et les paroles de l'empereur,
m'émut un peu, et les larmes me vinrent aux yeux. L'empereur, qui s'en
aperçut, repoussa rudement la peine qu'il me faisait, avec cette phrase
qui lui était ordinaire et que j'ai déjà citée: «Les femmes ont toujours
deux moyens habiles de faire effet: le rouge et les larmes.» Dans ce
moment, ces paroles prononcées avec un ton ironique, et dans l'intention
de me déconcerter, produisirent l'effet contraire; elles m'irritèrent et
me donnèrent la force de lui répondre: «Non, sire, il arrive aussi que,
lorsqu'on est injustement accusée, on ne peut s'empêcher de pleurer
d'indignation.»

Il faut rendre cette justice à l'empereur, c'est qu'il n'était guère
frappé d'une manière fâcheuse pour vous quand on lui montrait quelque
fermeté, soit que, n'en rencontrant pas souvent dans les autres, il fût
moins préparé à y répondre, soit que la justesse de son esprit approuvât
ce qu'on avait ressenti justement.

Le sentiment un peu vif que j'éprouvais ne lui déplut pas. «Si vous
n'approuvez point, me dit-il, l'inquisition qu'exerce contre moi
l'impératrice, comment n'avez-vous pas assez de crédit sur elle pour la
retenir? Elle nous humilie tous deux par l'espionnage dont elle
m'environne; elle fournit des armes à ses ennemis. Puisque vous êtes
dans sa confidence, il faut que vous m'en répondiez, et je me prendrai à
vous de toutes ses fautes.» Il s'égaya un peu en prononçant ces mots;
alors je lui représentai que j'aimais tendrement l'impératrice, que
j'étais incapable de la guider dans une route inconvenante; mais qu'on
ne pouvait guère avoir de crédit sur une personne passionnée. Je lui dis
encore qu'il ne mettait nulle adresse dans sa manière d'agir avec elle,
que soit qu'elle le soupçonnât à tort ou à raison, il la brusquait, et
la traitait trop rudement.

Je n'osais pas blâmer l'impératrice dans ce que sa conduite avait de
réellement blâmable, parce que je savais qu'il ne manquerait pas de
rapporter à sa femme tout ce que j'aurais dit. Je finis par l'assurer
que, pendant quelque temps, je me tiendrais à l'écart du palais, et
qu'il verrait si les choses en iraient mieux. Alors, il entreprit de me
prouver «qu'il n'était ni ne pouvait être amoureux, qu'il n'avait-pas
plus regardé madame de X... qu'une autre; que l'amour était fait pour
des caractères autres que le sien, que la politique l'absorbait tout
entier; qu'il ne voulait nullement dans sa cour de l'empire des femmes,
qu'elles avaient fait tort à Henri IV et à Louis XIV; que son métier, à
lui, était bien plus sérieux que celui de ces princes, et que les
Français étaient devenus trop graves pour pardonner à leur souverain des
liaisons affichées et des maîtresses en titre».

Il parla un peu légèrement de la conduite passée de sa femme, ajoutant
qu'elle n'avait pas le droit de se montrer sévère. Je crus pouvoir
l'arrêter sur ce discours, et il ne s'en fâcha point. Enfin il me
questionna sur les gens qui servaient d'espions à l'impératrice; je lui
répondis toujours que je n'en connaissais point. Là-dessus, il me
reprocha de ne pas lui être assez dévouée. J'essayai de lui prouver que
je lui étais plus sincèrement attachée que ceux qui lui rapportaient
tant de petites choses peu dignes d'être écoutées. Cette conversation se
termina mieux qu'elle n'avait commencé; je crus voir que je lui avais
laissé une assez bonne impression sur moi.

L'entretien avait été fort long. L'impératrice, qui s'ennuyait au bois
de Boulogne, avait envoyé un valet à cheval pour savoir ce qui arrêtait
son époux. On lui avait rapporté qu'il était enfermé avec moi. Son
inquiétude devint très vive; elle revint aux Tuileries; et, comme elle
ne m'y trouva plus, elle envoya chez moi madame de Talhouet, chargée de
s'informer de ce qui s'était passé. Pour obéir aux ordres de l'empereur,
je répondis qu'il n'avait été question que de demandes relatives à M. de
Rémusat.

Le soir, le général Savary donnait un petit bal où l'empereur avait
promis d'assister. Pendant cet hiver, il cherchait toutes les occasions
de réunions; il s'y montrait gai, et même y dansait un peu, et assez
gauchement. J'arrivai chez madame Savary, un peu avant la cour; je vis
venir au-devant de moi le grand maréchal Duroc, qui me donna le bras
jusqu'à ma place; le maître de la maison me fit nombre de politesses. La
longue audience que j'avais eue le matin donnait à penser; on me
soignait comme une personne en faveur, ou dans les grandes confidences.
Je souriais intérieurement de ces précautions de courtisans. L'empereur
arriva avec sa femme; en parcourant le cercle, il s'arrêta devant moi,
et me parla d'une manière obligeante. L'impératrice avait les yeux sur
nous, et mourait d'inquiétude; madame Murat paraissait surprise, madame
de X..., un peu troublée. Tout cela m'amusait; je ne prévis pas ce qui
allait en résulter. Le lendemain, l'impératrice me fit mille questions
auxquelles je n'eus garde de répondre; elle se blessa, prétendit que je
la sacrifiais à l'empereur, que j'allais du côté du crédit, que je ne
l'aimais pas mieux qu'une autre; elle m'affligea profondément. Je
rapportais à mon excellente mère tous mes secrets chagrins; j'acquérais
une pénible expérience, et j'étais encore assez jeune pour que ce ne fût
pas sans verser des larmes. Ma mère me consolait et me conseillait de me
tenir à l'écart, ce que je fis; mais cela ne me servit guère. L'empereur
ne manqua point de me faire parler, et de s'appuyer des opinions qu'il
me prêta, en reprochant à sa femme ses imprudences; l'impératrice me
traita froidement; je vis qu'elle évitait de me parler, et, de mon
côté, je crus ne pas devoir chercher ses confidences.

L'empereur, qui aimait à brouiller, voyant notre refroidissement, ne
m'en traita que mieux; mais madame de X..., à qui on avait persuadé
qu'elle ne devait pas m'aimer, inquiète de cette petite faveur dans
laquelle je paraissais être, peut-être me faisant l'honneur d'un peu de
jalousie, chercha les moyens de me nuire, et, comme toutes les choses de
ce monde ne s'arrangent que trop bien, quand il s'agit du mal, elle en
trouva une occasion qui lui réussit parfaitement.

D'un autre côté, Eugène et madame Louis se persuadèrent que j'avais
trahi leur mère en la dénonçant, et cela par suite de l'ambition de mon
mari, qui aimait mieux la faveur du maître que celle de la maîtresse. M.
de Rémusat se tenait fort étranger à toutes ces manoeuvres, mais, en
fait d'ambition, auprès des habitants des cours, ce qui est
vraisemblable est toujours vrai. Eugène, qui avait de l'amitié pour mon
mari, s'éloigna de lui. Comme courtisans, notre situation n'eût pas été
mauvaise, mais nous n'étions qu'honnêtes gens, nous prîmes, l'un et
l'autre, du chagrin, et nous ne voulûmes faire aucun profit honteux.

Il me reste à dire comment madame de X... parvint à frapper le dernier
coup. Parmi les personnes avec lesquelles, ma mère et moi, nous étions
liées était madame la comtesse Charles de Damas, dont la fille mariée au
comte de Vogué était l'amie de ma soeur, et en assez intime relation
avec moi. Madame de Damas avait des opinions royalistes fort exaltées;
elle les énonçait assez imprudemment, et même on l'avait accusée, après
l'événement du 3 nivôse (la machine infernale), d'avoir caché des
chouans qui se trouvaient compromis. Dans l'automne de 1804, madame de
Damas ayant été dénoncée pour quelques mauvais propos, fut exilée à
quarante lieues de Paris. Cette sévérité mit au désespoir la mère et la
fille près d'accoucher. Témoin de leurs larmes et partageant leur peine,
je portai à l'impératrice mon chagrin; elle en parla à son mari, qui
voulut bien m'écouter, et qui finit par m'accorder la révocation de son
arrêt. Madame de Damas, vive et tendre, proclama le service que je lui
avais rendu, et enchaînée par la reconnaissance qu'elle devait à
l'impératrice, effrayée du danger qu'elle avait couru, devint plus
prudente dans ses paroles. Elle ne me parlait jamais des affaires
publiques, et ménageait ma situation, comme je respectais ses
sentiments. Il se trouva qu'elle avait une ennemie dans la marquise
de..., celle qui avait fait tant de bruit à la cour et dans le monde
d'autrefois par la vivacité de ses reparties. Madame de... était bien
avec madame de X... Elle parvint à pénétrer sa liaison avec l'empereur;
elle en arracha la confidence, et son esprit actif et un peu intrigant
voulut diriger madame de X... dans la conduite que devait tenir la
maîtresse d'un souverain. Il fut question de moi entre elles; et madame
de..., voyant éternellement les intrigues de Versailles dans les
incidents de la cour de l'empereur, s'imagina vraisemblablement que
j'avais le projet de supplanter la nouvelle favorite. Comme on
m'accordait un peu d'esprit dans le monde, et que la réputation de ma
mère sur ce point paraît fort la mienne, on en conclut que je devais
être portée à l'intrigue. Madame de..., voulant jouer un tour à madame
de Damas et me faire tort tout en même temps, parla d'elle à madame de
X... comme d'une personne plus exaltée que jamais dans son royalisme,
prête à entretenir des correspondances secrètes, et profitant de
l'indulgence qu'on lui avait témoignée pour agir contre l'empereur
autant qu'elle le pourrait. Ma liaison avec elle fut présentée comme
plus intime encore qu'elle ne l'était. Tous ces discours, rapportés à
l'empereur, l'aigrirent contre moi; il cessa de m'appeler à son jeu et
de me parler; il ne me fit inviter à aucune des chasses ou des parties
de la Malmaison qu'on faisait de temps en temps, et je fus bientôt en
disgrâce, sans pouvoir deviner quelle en était la cause; car j'avais
vécu assez renfermée et solitaire, ma santé s'altérant beaucoup. Mon
mari et moi, nous étions trop unis pour que la défaveur ne fût pas pour
l'un comme pour l'autre, et, maltraités tous deux, nous ne comprenions
rien à ce qui nous arrivait.

Le refroidissement de l'empereur me rendit la confiance de sa femme, qui
me reprit avec la même légèreté qu'elle m'avait quittée, et sans
explications. Je commençais à la connaître assez pour en comprendre
l'inutilité. Elle me découvrit le secret de l'humeur de l'empereur, et
sut de lui-même que c'était par madame de... et madame de X... que ces
dénonciations lui étaient arrivées. Il en était venu au point d'avouer à
sa femme qu'il était amoureux, et de lui signifier qu'on le laissât
tranquille dans sa liaison, ajoutant, pour la tranquilliser, que ce
serait une fantaisie passagère qu'on irriterait en la tourmentant, et
qui durerait d'autant moins qu'on la laisserait aller.

L'impératrice avait donc pris, à peu près, le parti de la résignation;
seulement elle n'adressait point la parole à madame de X..., mais
celle-ci ne s'en souciait guère, et voyait avec une indifférence un peu
impudente les troubles dont elle était la cause. D'ailleurs, dirigée par
madame Murat, elle satisfaisait les goûts de l'empereur en lui disant
beaucoup de mal d'une infinité de personnes. Sa faveur a fait assez de
victimes, et a encore aigri le caractère si naturellement soupçonneux de
l'empereur.

Je pris le parti de le voir, quand je sus le nouveau tort dont j'étais
accusée; mais, cette fois, toute sa manière fut sévère avec moi. Il me
reprocha de n'être liée qu'avec ses ennemis, d'avoir soutenu les
Polignac, de me faire l'agent des aristocrates. «Je voulais faire de
vous, me dit-il, une grande dame, élever très haut votre fortune; mais
tout cela ne peut être le prix que d'un dévouement absolu. Il faut que
vous rompiez avec vos anciennes liaisons, que, la première fois que
madame de Damas sera chez vous, vous la fassiez mettre à la porte de
votre salon, en lui signifiant que vous ne pouvez vivre avec mes
ennemis, et, alors, je croirai à votre attachement.» Je n'essayai point
de lui démontrer combien cette manière d'agir était étrangère à mes
habitudes; mais je m'engageai à voir moins souvent madame de Damas, dont
j'entrepris pourtant de justifier la conduite, du moins depuis la grâce
qu'elle avait obtenue. Il me traita fort mal, il était profondément
prévenu. Je vis que je ne pouvais espérer que du temps qu'il fût
détrompé.

Peu de jours après, madame de Damas fut de nouveau exilée. Elle était
assez malade et au lit; l'empereur lui envoya Corvisart pour avérer si,
en effet, elle ne pouvait pas être transportée. Corvisart était mon ami,
et il se prêta à répondre comme je le désirais; mais, enfin, sa santé se
remit, et elle quitta Paris. Elle n'a pu y revenir que longtemps après.
Je n'allai plus chez elle, elle ne vint plus chez moi; mais elle m'a
toujours conservé de l'amitié, et comprit fort bien les motifs de la
conduite que je fus forcée de tenir avec elle. Le comte Charles de
Damas, rentré des pays étrangers, loyal, simple, et moins imprudent que
sa femme, ne fut jamais tourmenté par la police, qui surveilla toujours
madame de Damas. Mais, quelques années plus tard, l'empereur fit
signifier à madame de Vogué qu'elle devait se faire présenter; ce fut
sous le règne de l'archiduchesse.

Cependant les Bonapartes triomphaient; Eugène, l'objet de leur
perpétuelle jalousie, était réellement maltraité, et donnait une secrète
inquiétude à l'empereur. Tout à coup, vers la fin de janvier, par le
temps le plus rigoureux, il reçut l'ordre de partir pour l'Italie avec
son régiment. Cet ordre devait être exécuté dans les vingt-quatre
heures. Eugène ne douta point que sa disgrâce ne fût complète. Madame
Bonaparte la crut l'ouvrage de madame de X...; elle pleura beaucoup,
mais son fils exigea d'elle positivement qu'elle ne fît aucune
réclamation. Il prit congé de l'empereur qui le traita froidement, et,
le lendemain, nous apprîmes que le régiment des guides de la garde était
parti, son colonel en tête, marchant avec lui, malgré la saison, à
petites journées.

Madame Louis Bonaparte, me parlant de cette rigueur, jouissait pourtant
de la soumission de son frère. «Si l'empereur, me disait-elle, avait
exigé pareille chose d'un des siens, vous verriez le bruit et les
réclamations; mais, ici, il n'a été prononcé aucune parole, et je crois
que Bonaparte sera frappé de cette obéissance.» Il le fut en effet, et
surtout de la maligne joie de ses frères et soeurs. Il aimait à déjouer;
il avait éloigné son beau-fils dans un mouvement de jalousie, mais il
voulut aussitôt récompenser sa bonne conduite, et, le 1er février 1805,
le Sénat reçut deux lettres de l'empereur.[8] Dans l'une, il annonçait
l'élévation du maréchal Murat au rang de prince, grand amiral de
l'Empire; c'était la récompense de ses complaisances récentes, et le
résultat des fréquentes intercessions de madame Murat. Dans l'autre
lettre, qui était affectueuse et flatteuse pour le prince Eugène,
celui-ci était créé archichancelier d'État; c'était encore une des
grandes charges de l'Empire. Eugène apprit cette promotion à quelques
lieues de Lyon, où le courrier le trouva à cheval, devant son régiment,
couvert de la neige qui tombait par torrents.

     [Note 8: Voici les deux messages que l'empereur
     adressait, le même jour, 12 pluviôse an XIII (1er février
     1805) au Sénat conservateur: «Sénateurs, nous avons nommé
     grand amiral de l'Empire notre beau-frère, le maréchal Murat.
     Nous avons voulu reconnaître, non seulement les services
     qu'il a rendus à la patrie et l'attachement particulier qu'il
     a montré à notre personne dans toutes les circonstances de sa
     vie, mais rendre aussi ce qui est dû à l'éclat et à la
     dignité de notre couronne, en élevant au rang de prince une
     personne qui nous est de si près attachée par les liens du
     sang.--Sénateurs, nous avons nommé notre beau-fils, Eugène
     Beauharnais, archichancelier d'État de l'Empire. De tous les
     actes de notre pouvoir, il n'en est aucun qui soit plus doux
     à notre coeur. Élevé par nos soins et sous nos yeux, depuis
     son enfance, il s'est rendu digne d'imiter, et, avec l'aide
     de Dieu, de surpasser, un jour, les exemples et les leçons
     que nous lui avons donnés. Quoique jeune encore, nous le
     considérons, dès aujourd'hui, par l'expérience que nous en
     avois faite dans les plus grandes circonstances, comme un des
     soutiens de notre trône et un des plus habiles défenseurs de
     la patrie. Au milieu des sollicitudes et des amertumes du
     haut rang où nous sommes placé, notre coeur a eu besoin de
     trouver des affections douces dans la tendresse et la
     consolante amitié de cet enfant de notre adoption;
     consolation nécessaire sans doute à tous les hommes, mais
     plus éminemment à nous, dont tous les instants sont dévoués
     aux affaires des peuples. Notre bénédiction paternelle
     accompagnera ce jeune prince dans toute sa carrière, et,
     secondé par la Providence, il sera un jour digne de
     l'approbation de la postérité.» (P. R.)]

Avant de parler du grand événement qui nous donna un spectacle nouveau,
et qui, sans doute, fut la cause de la guerre qui éclata dans l'automne
de cette année, l'adjonction de la couronne d'Italie à celle de France,
je veux terminer tout ce qui a rapport à madame de X...

Elle paraissait de plus en plus l'objet de la préoccupation de
l'empereur, et, à mesure qu'elle était plus sûre de son empire, elle
négligeait davantage d'observer sa conduite à l'égard de l'impératrice,
et semblait s'amuser de ses peines. La cour fit un petit voyage à la
Malmaison, où la contrainte fut plus que jamais mise de côté.
L'empereur, au grand étonnement de ceux qui le voyaient, se promenait
dans les jardins avec madame de X... et la jeune madame Savary, dont on
ne craignait ni les rapports, ni la surveillance, et donnait à ses
affaires moins de temps que de coutume. L'impératrice demeurait dans sa
chambre, répandant beaucoup de larmes, dévorée d'inquiétude, ne rêvant
plus que _maîtresses en titre_, que disgrâce, oubli d'elle-même, et
peut-être à la fin _divorce_, objet toujours renaissant de ses
inquiétudes. Elle n'avait plus la force de faire des scènes inutiles;
mais seulement sa tristesse déposait pour sa souffrance secrète et finit
par toucher son époux. Soit qu'elle réveillât la tendresse qu'il lui
portait, soit que son amour satisfait s'affaiblît peu à peu, soit enfin
qu'il fût honteux du pouvoir que ce sentiment exerçait sur lui, il
arriva enfin ce que précisément il avait prévu lui-même. Tout à coup, se
trouvant seul avec sa femme, un jour, et la voyant prête à pleurer sur
quelques mots qu'il lui adressait, il reprit avec elle le ton
affectueux qu'il avait quelquefois, et, la mettant dans la plus intime
confidence de tout ce qui s'était passé, il lui avoua qu'il avait été
fort amoureux, mais que cela était fini. Il ajouta qu'il croyait
s'apercevoir qu'on avait voulu le gouverner; il lui confia que madame de
X... lui avait fait une foule de révélations assez malignes; il poussa
ses aveux jusqu'à des confidences intimes qui manquaient à toutes les
lois de la plus simple délicatesse, et finit par demander à
l'impératrice de l'aider à rompre une liaison qui ne lui plaisait plus.

L'impératrice n'était nullement vindicative; cette justice lui doit être
rendue. Dès qu'elle vit qu'elle n'avait plus rien à craindre, son
courroux s'éteignit. Charmée, d'ailleurs, d'être hors de son inquiétude,
elle ne s'avisa d'aucune sévérité envers l'empereur, et redevint pour
lui cette épouse facile et indulgente qui lui pardonnait toujours à si
bon marché. Elle s'opposa à ce qu'aucun éclat fût fait à cette occasion,
et même assura son mari que, s'il allait changer de manières avec madame
de X..., elle, de son côté, en changerait aussi, et s'efforcerait de la
soutenir, et de couvrir le tort qu'un tel éclat pourrait lui faire dans
le monde. Elle se réserva seulement le droit d'un entretien avec elle.
Et, en effet, la faisant venir, elle lui parla assez sincèrement, lui
représenta le risque qu'elle avait couru, voulut mettre sur le compte de
sa jeunesse et de son imprudence les apparences de sa légèreté, et, lui
recommandant plus de prudence à l'avenir, elle lui promit l'oubli du
passé.

Dans cette conversation, madame de X... se montra parfaitement maîtresse
d'elle-même; niant avec sang-froid qu'elle méritât de pareils
avertissements, ne laissant voir aucune émotion, encore moins aucune
reconnaissance, et, devant toute la cour qui eut pendant quelque temps
les yeux sur elle, elle conserva une attitude froide et contenue, qui
prouva que son coeur n'était pas fortement intéressé à la liaison qui
venait de se rompre, et aussi qu'elle avait un empire remarquable sur
ses secrètes impressions, car il est bien difficile de ne pas croire
qu'au moins sa vanité ne fût profondément blessée. L'empereur, qui, je
l'ai déjà dit, craignait pour lui les apparences du moindre joug, mit
une sorte d'affectation à faire paraître que celui sous lequel il avait
plié un moment, était rompu. Il oublia, à l'égard de madame de X...,
jusqu'aux démonstrations de la politesse; il ne la regardait plus,
parlait d'elle légèrement, soit à madame Bonaparte qui ne pouvait se
refuser au plaisir de répéter ce qu'il disait, soit à quelques-uns des
hommes qui étaient dans son intimité, s'appliquant à présenter ses
sentiments comme une fantaisie passagère, dont il racontait les
différentes phases avec une sincérité peu décente. Il rougissait d'avoir
été amoureux, parce que c'était avouer qu'il avait été soumis à une
puissance supérieure à la sienne.

Cette conduite me convainquit de cette vérité que souvent j'avais
adressée à l'impératrice pour la consoler: c'est qu'il pouvait être beau
et satisfaisant d'être la femme d'un tel homme, et que, du moins,
l'orgueil y trouvait des occasions de jouissances, mais qu'il serait
toujours pénible et infructueux d'être sa maîtresse, et qu'il n'était
pas de nature à dédommager une femme faible et sensible des sacrifices
qu'elle lui ferait, ou à laisser à une femme ambitieuse les moyens
d'exercer son pouvoir.

Avec madame de X..., tomba encore, pour ce moment, le crédit des
Bonapartes et de Murat; car l'empereur, rendu à sa femme, reprit sa
confiance en elle, et alors il apprit d'elle toutes les petites
intrigues dont elle avait été la victime, et dont lui-même avait été
l'objet. Je regagnai quelque chose à ce changement; cependant
l'impression donnée ne s'effaça point tout à fait, et il conserva
toujours l'idée que M. de Rémusat et moi étions incapables de cette
sorte de dévouement qu'il exigeait, et qui demande le sacrifice des
goûts et des convenances. Peut-être avait-il raison de prétendre à celui
des goûts, et faudrait-il renoncer à vivre dans une cour, lorsqu'on n'y
apporte pas l'intention d'en faire le cercle unique de ses pensées et de
ses actions. Mais ni mon mari ni moi n'avions en nous-mêmes ce qui donne
une telle disposition. J'ai toujours eu besoin de m'attacher par les
sentiments là où je suis forcée de vivre, et mon coeur, à cette époque,
était déjà trop froissé pour que je ne trouvasse pas de la contrainte
aux devoirs qui m'étaient imposés. L'empereur commençait à n'être plus
pour moi l'homme que j'avais rêvé; il m'inspirait déjà plus de crainte
que d'intérêt, et, à mesure que j'étais plus attentive à lui obéir, je
sentais que mon âme blessée se repliait sur des illusions détruites, et
souffrait d'avance des vérités qu'elle pressentait. Le mouvement du sol
sur lequel nous marchions nous troublait, M. de Rémusat et moi, et lui
surtout se voyait avec résignation, mais avec dégoût, dévoué à une vie
qui lui déplaisait extrêmement.

Quand je me rappelle ces agitations, combien je me trouve heureuse,
aujourd'hui, de voir mon mari, paisible et satisfait, à la tête de
l'administration d'une belle province, remplissant dignement les devoirs
d'un bon citoyen, utile à son pays[9]! Quel plus digne emploi des
facultés d'un homme éclairé dans son esprit, noble dans ses sentiments!
quel contraste avec ce métier si dangereux, si minutieux, si près du
ridicule, qu'il faut exercer dans les cours, et cela sans se donner un
instant de relâche! Et je dis _dans les cours_, car elles se ressemblent
toutes. Sans doute, la différence du caractère des souverains influe sur
l'existence des gens qui l'entourent; il y a des nuances entre le
service exigé par Louis XIV, notre roi Louis XVIII, l'empereur
Alexandre, ou Bonaparte. Mais, si les maîtres diffèrent, les courtisans
sont partout les mêmes; les passions restent semblables, puisque la
vanité en est toujours le secret mobile. Les jalousies, le désir de
supplanter, la crainte de se voir arrêter dans son chemin, les
préférences, tout cela donne et donnera toujours les mêmes agitations,
et je suis intimement convaincue, pour le passé comme pour l'avenir,
qu'un homme, vivant dans un palais, qui veut y conserver les facultés de
penser et de sentir, y doit être presque continuellement malheureux.

     [Note 9: Dans le moment où j'écris, au mois de septembre
     1818, mon mari est préfet du département du Nord.]

Vers la fin de cet hiver, notre cour fut encore augmentée. Un nombre
infini de personnes, parmi lesquelles j'en pourrais nommer qui se
montrent aujourd'hui très implacables envers ceux qui ont servi
l'empereur, se pressaient alors pour obtenir sa faveur. L'impératrice,
M. de Talleyrand et M. de Rémusat recevaient des demandes et
présentaient à Bonaparte des listes considérables, qui le faisaient
sourire, quand il voyait sur la même colonne les noms de certains hommes
jusque-là libéraux dans leurs opinions, de militaires qui avaient paru
jaloux de son élévation, et de gentilshommes qui, après s'être moqués de
ce qu'ils appelaient nos parades royales, sollicitaient tous la
préférence, pour en faire partie. On accéda à quelques demandes.
Mesdames de Turenne, de Montalivet, de Bouillé, Devaux et Marescot
furent nommées dames du palais; MM. Hédouville, de Croÿ, de Mercy
d'Argenteau, de Tournon et de Bondy, chambellans de l'empereur; MM. de
Béarn, de Courtomer, et le prince de Gavre, chambellans de
l'impératrice; M. de Canisy, écuyer; M. de Beausset, préfet du palais,
etc.

Cette cour nombreuse se trouva bientôt composée d'éléments étrangers les
uns aux autres, mais tous nivelés par la crainte du maître. Il y avait
peu de rivalités entre les femmes; elles ne se connaissaient point, ne
se liaient point entre elles; madame Bonaparte les traitait toutes
également; madame de la Rochefoucauld, légère et facile, ne se montrait
jalouse d'aucun crédit. La dame d'atours n'était que bonne et
silencieuse. Je reculais de jour en jour devant l'amitié un peu
dangereuse de l'impératrice, et il faut en convenir, en général, la
partie de la cour qui l'environnait, grâce à l'égalité de son caractère
et à l'aménité de ses manières, n'a guère éprouvé de troubles et de
jalousies.

Il n'en fut pas de même autour de l'empereur; mais c'est que lui-même
cherchait à entretenir l'inquiétude. Par exemple, M. de Talleyrand,
après avoir un peu nui à la position de M. de Rémusat, non par aucune
intention personnelle, mais pour satisfaire les nouveaux venus à qui mon
mari inspirait de la jalousie, se trouvant ensuite en relation avec lui,
commença à l'apprécier ce qu'il valait, et à lui montrer quelque
intérêt. Bonaparte s'en aperçut, et, comme l'ombre d'une liaison
l'effarouchait, et que, sur ce point, ses précautions étaient
minutieuses, prenant une fois avec mon mari un ton de bonhomie qui ne
lui était pas ordinaire:

«Prenez-y garde, lui dit-il, M. de Talleyrand semble se rapprocher de
vous; mais j'ai la certitude qu'il vous veut du mal.--Et pourquoi M. de
Talleyrand me voudrait-il du mal?» me disait mon mari, en me rapportant
ces paroles. Et cependant, sans en comprendre les motifs, cela nous
mettait en défiance, et c'est tout ce qu'on avait voulu.

Voilà donc, à peu près, l'état de la cour de l'empereur au printemps de
1805. Maintenant, je vais revenir sur mes pas, et rendre compte des
grandes déterminations prises, relativement à la couronne d'Italie.



LIVRE II

(1805-1808.)



CHAPITRE XII.

(1805.)


Ouverture de la session du Sénat.--Rapport de M. de Talleyrand.--Lettre
de l'empereur au roi d'Angleterre.--Réunion de la couronne d'Italie à
l'Empire.--Madame Bacciochi devient princesse de
Piombino.--Représentation d'_Athalie_.--Voyage de l'empereur en
Italie.--Mécontentement de l'empereur.--M. de Talleyrand.--Projets de
guerre avec l'Autriche.


Le 4 février de cette année 1805, on apprit en France, par _le
Moniteur_, que le discours du roi au parlement d'Angleterre, lors de son
ouverture le 16 janvier, avait donné à entendre que l'empereur avait
fait de nouvelles propositions d'accommodement, et que la réponse du
ministère avait été qu'on ne pourrait convenir de rien, avant d'en avoir
conféré avec les puissances étrangères du continent, et particulièrement
avec l'empereur Alexandre.

Selon la coutume, des notes assez vives servaient de commentaires à ce
discours, et, en présentant un tableau de notre bonne intelligence, du
moins apparente, avec les souverains de l'Europe, ces notes avouaient
cependant quelque refroidissement entre l'empereur de Russie et celui de
France, et l'attribuaient à l'intrigue de MM. de Marcoff et de
Woronzoff, tous deux dévoués à la politique anglaise. Le message du roi
d'Angleterre annonçait aussi la guerre entre l'Angleterre et l'Espagne.

Ce même jour, 4 février, le Sénat ayant été réuni, M. de Talleyrand
présenta un rapport très habilement fait, dans lequel il développa le
système de conduite qu'avait suivi Bonaparte à l'égard des Anglais. Il
le montra faisant toujours des démarches pour la paix, tout en ne
craignant point la guerre, fort des préparatifs qui menaçaient les côtes
anglaises, ayant plusieurs flottilles équipées et prêtes dans les ports,
une armée considérable et animée. Il rendit compte des moyens de se
défendre que l'ennemi avait réunis sur ses côtes, ce qui prouvait qu'il
ne regardait point la descente comme impossible, et, après avoir donné
de grands éloges à la conduite de l'empereur, il lut au Sénat assemblé
cette lettre que celui-ci avait adressée, le 2 janvier, au roi
d'Angleterre:

«Monsieur mon frère, appelé au trône de France par la Providence et par
les suffrages du Sénat, du peuple et de l'armée, notre premier sentiment
est un voeu de paix.

«La France et l'Angleterre usent leur prospérité; elles peuvent lutter
des siècles. Mais leurs gouvernements remplissent-ils bien le plus sacré
de leurs devoirs? et tant de sang versé, inutilement et sans la
perspective d'aucun but, ne les accuse-t-il pas dans leur propre
conscience? Je n'attache point de déshonneur à faire le premier pas.
J'ai assez, je pense, prouvé au monde que je ne redoute aucune des
chances de la guerre. Elle ne m'offre d'ailleurs rien que je doive
redouter. La paix est le voeu de mon coeur; mais la guerre n'a jamais
été contraire à ma gloire. Je conjure Votre Majesté de ne pas se refuser
au bonheur de donner elle-même la paix au monde. Qu'elle ne laisse pas
cette douce satisfaction à ses enfants! Car, enfin, il n'y eut jamais de
plus belle circonstance, ni de moment plus favorable, pour faire taire
toutes les passions et écouter uniquement le sentiment de l'humanité et
de la raison. Ce moment une fois perdu, quel terme assigner à une guerre
que tous mes efforts n'auraient pu terminer? Votre Majesté a plus gagné
depuis dix ans en territoires et en richesses que l'Europe n'a
d'étendue; sa nation est au plus haut point de prospérité. Que veut-elle
espérer de la guerre? Coaliser quelques puissances du continent? Le
continent restera tranquille. Une coalition ne ferait qu'accroître la
prépondérance et la grandeur continentale de la France. Renouveler dès
troubles intérieurs? Les temps ne sont plus les mêmes. Détruire nos
finances? Des finances fondées sur une bonne agriculture ne se
détruisent jamais. Enlever à la France ses colonies? Les colonies sont
pour la France un objet secondaire, et Votre Majesté n'en possède-t-elle
pas déjà plus qu'elle n'en peut garder? Si Votre Majesté veut elle-même
y songer, elle verra que la guerre est sans but, sans aucun résultat
présumable pour elle. Eh! quelle triste perspective de faire battre des
peuples pour qu'ils se battent!

«Le monde est assez grand pour que nos deux nations puissent y vivre, et
la raison a assez de puissance pour qu'on trouve le moyen de tout
concilier, si de part et d'autre on en a la volonté. J'ai toutefois
rempli un devoir saint et précieux à mon coeur. Que Votre Majesté croie
à la sincérité des sentiments que je viens de lui exprimer, et à mon
désir de lui en donner des preuves. Sur ce, etc....

Paris, 12 nivôse an XIII (2 janvier 1805).

NAPOLÉON.»

Après avoir présenté cette lettre, au fond assez remarquable, comme une
preuve éclatante de l'amour de Bonaparte pour les Français, de son désir
de la paix, et de sa modération généreuse, M. de Talleyrande donna
communication de la réponse que lui avait faite lord Mulgrave, ministre
des affaires étrangères. La voici:

«Sa Majesté a reçu la lettre qui lui a été adressée par le chef du
gouvernement français, datée du deuxième jour de ce mois.»

«Il n'y a aucun objet que Sa Majesté ait plus à coeur que de saisir la
première occasion de procurer de nouveaux à ses sujets les avantages
d'une paix fondée sur des bases qui ne soient pas incompatibles avec la
sûreté permanente et les intérêts essentiels de ses États. Sa Majesté
est persuadée que ce but ne peut être atteint que par des arrangements
qui puissent, en même temps, pourvoir à la sûreté et à la tranquillité
à venir de l'Europe, et prévenir le renouvellement des dangers et des
malheurs dans lesquels elle s'est trouvée enveloppée. Conformément à ce
sentiment, Sa Majesté sent qu'il lui est impossible de répondre plus
particulièrement à l'ouverture qui lui a été faite, jusqu'à ce qu'elle
ait eu le temps de communiquer avec les puissances du continent, avec
lesquelles elle se trouve engagée par des liaisons et des rapports
confidentiels, et particulièrement avec l'empereur de Russie, qui a
donné les preuves les plus fortes de la sagesse et de l'élévation des
sentiments dont il est animé, et du vif intérêt qu'il prend à la sûreté
et à l'indépendance de l'Europe.

»14 janvier 1805.»

Le caractère vague et indéterminé de cette réponse, toute diplomatique,
donnait un grand avantage à la lettre de l'empereur plus ferme, et, en
apparence, portant toutes les marques d'une magnanime sincérité. Elle
fit donc un assez grand effet, et les différents rapports de ceux qui
furent chargés de la porter aux trois grands corps de l'État, la
présentèrent plus ou moins habilement dans le jour qui devait lui être
le plus favorable.

Le rapport de Régnault de Saint-Jean d'Angely, envoyé comme conseiller
d'État au Tribunat, est très remarquable, et encore intéressant
aujourd'hui. Les louanges données à l'empereur, quoique poussées à
l'extrême, y ont de la grandeur; le tableau de l'Europe est habilement
tracé; celui du mal que la guerre doit faire à l'Angleterre est au moins
spécieux, et, enfin, la peinture de nos prospérités à cette époque est
imposant, et peu ou point exagéré.

«La France, dit-il, n'a rien à demander au ciel, sinon que le soleil
continue à luire, que la pluie continue à tomber sur nos guérets, et la
terre à rendre les semences fécondes.»

Et, alors, tout cela était vrai, et une sage administration, un
gouvernement modéré, une constitution libérale donnée à la France,
eussent à jamais consolidé cette prospérité! Mais les idées
constitutionnelles n'entraient nullement dans le plan de Bonaparte. Soit
que réellement il crût, comme il le disait souvent, que le caractère
français et la position continentale de la France fussent en opposition
avec les lenteurs d'un gouvernement représentatif; soit que, se sentant
fort et habile, il ne pût consentir à faire à l'avenir de la France le
sacrifice des avantages qu'il croyait nous donner par la puissance seule
de sa volonté, il ne laissait guère échapper les occasions de
discréditer la forme du gouvernement de nos voisins.

«La situation malheureuse dans laquelle vous avez mis votre peuple,
disait-il dans les notes du _Moniteur_, en s'adressant aux ministres
anglais, ne peut s'expliquer que par le malheur d'un État dont la
politique intérieure est mal assise, et d'un gouvernement jouet
misérable des factions parlementaires, et des mouvements d'une puissante
oligarchie.»

Cependant, il se doutait bien, quelquefois, qu'il résistait aux
tendances générales du siècle, mais il croyait avoir la force de les
contenir. Un peu plus tard, il lui est arrivé de dire: «Tant que je
vivrai, je régnerai comme je l'entends; mais mon fils sera forcé d'être
libéral.» Et, en attendant, il ne rêvait que des créations féodales. Il
pensait pouvoir les faire accepter, et les préserver de la critique, qui
commençait à décrier les anciennes institutions, en les établissant sur
une si grande échelle, qu'elles intéressaient notre orgueil, et
imposaient silence à la raison. Il croyait pouvoir encore une fois,
comme l'histoire des siècles en avait déjà présenté l'exemple, soumettre
le monde à la puissance d'un peuple-roi, puissance à la vérité toute
représentée dans sa personne. Un mélange d'institutions orientales,
romaines, et offrant aussi quelques ressemblances avec les temps de
Charlemagne, devait faire de tous les souverains de l'Europe de grands
feudataires de celui de l'Empire français, et peut-être que, si la mer
n'eût pas irrévocablement préservé l'Angleterre de notre invasion, ce
gigantesque projet eût été exécuté.

Peu de temps après, on eut l'occasion de voir jeter par l'empereur les
fondements d'un plan qu'il roulait dans le secret de ses pensées. Je
veux parler de la réunion de la couronne de Fer à celle de France.

Le 17 mars, M. de Melzi, vice-président de la république italienne,
accompagné des principaux membres de la Consulte d'État, et d'une
nombreuse députation de présidents de collèges électoraux, de députés du
Corps législatif et de personnages importants, vint apporter à
l'empereur, placé sur son trône, le voeu de la Consulte, qui demandait
qu'il voulût bien régner aussi sur la république ultramontaine. «On ne
peut nous conserver, disait M. de Melzi, le gouvernement actuel, parce
qu'il nous arrière de l'époque où nous vivons. La monarchie
constitutionnelle est indiquée partout, par le progrès des lumières. La
république italienne demande un roi, et son intérêt veut que ce roi soit
Napoléon, à cette condition que les deux couronnes ne seront réunies que
sur sa tête, et qu'il se nommera lui-même un successeur pris dans sa
descendance, dès que la mer Méditerranée aura recouvré la liberté.»

À ce discours, l'empereur répondit qu'il avait toujours travaillé pour
l'intégrité de l'Italie, que, dans ce but, il acceptait la couronne,
parce qu'il concevait que le partage serait dans ce moment funeste à son
indépendance. Il promit enfin de placer la couronne de Fer plus tard,
avec plaisir, sur une plus jeune tête, prêt à se sacrifier toujours pour
les intérêts des États sur lesquels il était appelé à régner.

Le lendemain 18, il se rendit au Sénat en grande cérémonie, et il
annonça le voeu de la Consulte, et son acceptation. M. de Melzi et tous
les Italiens lui prêtèrent serment; et le Sénat d'approuver et
d'applaudir comme de coutume. L'empereur termina son discours en
déclarant «qu'en vain le génie du mal chercherait à remettre en guerre
le continent, que ce qui avait été réuni à l'Empire demeurerait réuni.»

Sans doute, il prévoyait alors que ce dernier événement serait la cause
d'une guerre prochaine, au moins avec l'empereur d'Autriche; mais il
était loin de la redouter. L'armée se fatiguait de son inaction; trop de
périls étaient attachés à la descente; on pouvait espérer qu'un temps
favorable en faciliterait, à toute force, l'exécution; mais comment se
maintenir ensuite dans un pays où il ne serait guère possible de se
recruter? Et quelles chances pour la retraite, en cas de mauvais succès?
On peut observer dans l'histoire de Bonaparte qu'il a toujours évité, du
moins autant qu'il l'a pu, et surtout pour sa personne, les situations
désespérées. Une guerre devait donc lui rendre le service de le tirer
des embarras de ce projet de descente, devenu ridicule le jour où il
renonçait à le tenter.

Dans cette même séance, l'État de Piombino fut donné à la princesse
Élisa. En annonçant cette nouvelle au Sénat, Bonaparte déclarait que
cette principauté avait été mal administrée depuis plusieurs années,
qu'elle intéressait le gouvernement français par la facilité qu'elle
offrait pour communiquer avec l'île d'Elbe et la Corse, que ce don
n'était donc point l'effet d'une tendresse particulière, mais une chose
conforme à la saine politique, à l'éclat de la couronne et à l'intérêt
des peuples.

Et ce qui prouve à quel point les donations de l'empereur avaient cette
forme de fiefs dont je parlais tout à l'heure, c'est que le décret
impérial portait que les enfants de madame Bacciochi, en succédant à
leur mère, recevraient l'investiture de l'empereur des Français, qu'ils
ne pourraient se marier sans son consentement, et que le mari de la
princesse, qui devait prendre le titre de prince de Piombino,
prononcerait le serment suivant:

«Je jure fidélité à l'empereur; je promets de secourir de tout mon
pouvoir la garnison de l'île d'Elbe; et je déclare que je ne cesserai de
remplir, dans toutes les circonstances, les devoirs d'un bon et fidèle
sujet envers Sa Majesté l'empereur des Français.»

Peu de jours après, le pape baptisa en grande cérémonie le second fils
de Louis Bonaparte, tenu par lui-même et par sa mère. Cette pompe eut
lieu à Saint-Cloud. Le parc fut illuminé à raison de cet événement et
semé de jeux publics pour le peuple. Le soir, il y eut un cercle
nombreux et une première représentation d'_Athalie_ au théâtre de
Saint-Cloud.

Cette tragédie n'avait point été donnée depuis la Révolution.
L'empereur, qui avoua que la lecture de cet ouvrage ne l'avait jamais
bien frappé, fut très intéressé par la représentation, et répéta encore
à cette occasion qu'il désirait fort qu'une pareille tragédie fût faite
pendant son règne. Il consentit à ce qu'elle fût représentée à Paris;
et, à dater de cette époque, on commença à pouvoir remettre sur notre
théâtre la plupart de nos chefs-d'oeuvre, que la prudence
révolutionnaire en avait écartés. Ce ne fut pas, cependant, sans en
retrancher quelques vers dont on craignait les applications. Luce de
Lancival, l'auteur d'_Hector_ et d'_Achille à Scyros_, et, peu après,
Esménard, auteur du poème de _la Navigation_, furent chargés de corriger
Corneille, Racine et Voltaire. Mais, n'en déplaise à cette précaution
d'une police trop minutieuse, les vers retranchés, comme les statues de
Brutus et de Cassius, étaient d'autant plus marquants qu'on les avait
fait disparaître.

À la suite de ces grandes déterminations prises à l'égard de l'Italie,
l'empereur annonça qu'il y ferait un prochain voyage et fixa son sacre à
Milan, pour le mois de mai. Il convoqua, en même temps, le Corps
législatif italien pour la même époque, et il fit paraître nombre de
décrets et d'arrêtés relatifs aux nouveaux usages qu'il établissait dans
ce pays. Il donna aussi des dames et des chambellans à sa mère, entre
autres M. de Cossé-Brissac, qui avait sollicité cette faveur. Dans le
même temps, le prince Borghèse fut déclaré citoyen français; et nous
eûmes parmi les dames du palais une nouvelle compagne, madame de Canisy,
une des plus belles femmes de cette époque.

Madame Murat accoucha dans ce temps; elle occupait alors l'hôtel
Thélusson, situé au bout de la rue d'Artois. On vit, à cette occasion,
combien le luxe de ces nouvelles princesses allait toujours croissant,
et cependant il n'était point encore arrivé au point où il est parvenu
depuis. Elle avait imaginé, pour le temps de ses couches, de tendre sa
chambre en satin rose, les rideaux de son lit et ceux des fenêtres, de
la même étoffe, tous garnis en dentelle très haute et très fine, au lieu
de franges.

Bientôt on ne s'occupa plus que des préparatifs du départ, qui fut fixé
au 2 avril, ainsi que celui du pape; et, quelques jours avant, M. de
Rémusat partit pour Milan, chargé d'y porter les insignes, ornements
royaux et diamants de la couronne qui devaient servir au couronnement.
Ce voyage commença pour moi un chagrin nouveau, qui devait se reproduire
pendant quelques années. Jamais encore je ne m'étais séparée de mon
mari, et j'avais pris l'habitude de jouir si vivement et si intimement
des douceurs de mon intérieur, que j'eus beaucoup de peine à supporter
cette pénible privation. Cette peine contribua encore à jeter un voile
assez sombre sur la vie de cour à laquelle je me trouvais forcée; et
elle coûta beaucoup aussi à mon mari, qui eut, ainsi que moi, le tort de
le laisser deviner. Je l'ai déjà dit, la vie d'un courtisan est manquée
lorsqu'il veut conserver l'habitude de sentiments qui sont toujours une
dangereuse distraction aux devoirs minutieux dont cette vie est
composée.

Mon inquiétude en voyant mon mari partir pour un voyage qui me
paraissait si long, et presque dangereux, tant mon imagination
s'exaltait sur tout ce qui le regardait, me fit désirer qu'il emmenât
avec lui un ancien officier de marine de nos amis, appelé Salembeni,
pauvre, et vivant d'une petite place obscure, et de quelque argent que
M. de Rémusat lui donnait, en l'employant comme secrétaire. Je lui
confiai le soin de la santé de mon mari. Cet homme avait de l'esprit;
mais il était un peu difficile, assez malin, d'une humeur chagrine. Il
nous causa plus d'une peine, et c'est pour cela que j'en fais mention
ici[10].

Ma santé devenait trop mauvaise pour qu'on songeât à me mettre du
voyage. L'impératrice parut me regretter; quant à moi, j'étais au fond
contente de me reposer de cette vie orageuse que j'avais menée, et de
demeurer avec ma mère et mes enfants[11].

     [Note 10: M. Salembeni, qui aimait à écrire, écrivit
     assez librement d'Italie plutôt sur la chronique scandaleuse
     de la cour que sur la politique. Les lettres étaient ouvertes
     et montrées à l'empereur qui lui ordonna de partir dans les
     vingt-quatre heures, comme on le verra plus loin. Cette
     disgrâce causa quelques ennuis à mon grand-père. Quoique dans
     la correspondance de l'auteur de ces mémoires avec son mari
     on sente quelque gêne, et que bien des phrases s'y trouvent
     destinées à satisfaire un maître jaloux, il est probable que
     les lettres du mari et de la femme étaient aussi considérées
     comme trop libres. (P. R.)]

     [Note 11: Ma grand'mère, toujours faible de santé,
     commençait à devenir tout à fait malade, et impropre à toute
     activité. Son caractère s'en ressentit. Elle ne perdit rien
     de sa douceur, mais elle perdit du calme, de la sérénité, de
     la gaieté. Elle eut de fréquents maux de nerfs qui, joints à
     sa vivacité naturelle d'imagination, la rendirent plus
     accessible à l'inquiétude et à la mélancolie. Le voyage de
     son mari, si différent cependant des expéditions dangereuses
     des hommes de ce temps, qui était presque un voyage de
     plaisirs, la troubla plus qu'on ne le peut croire
     aujourd'hui, et son chagrin étonnait même les femmes les plus
     romanesques de ces temps si éloignés de nous. La vie du
     monde, et surtout celle de la cour, lui devint de plus en
     plus difficile. (P. R.)]

Mesdames de la Rochefoucauld, d'Arberg, de Serrant et Savary
accompagnèrent l'impératrice; un assez grand nombre de chambellans, les
grands officiers, enfin une cour assez nombreuse et assez jeune, fut du
voyage. L'empereur partit le 2 avril, et le pape le 4 du même mois.
Celui-ci reçut partout, jusqu'à son arrivée à Rome, de grandes marques
de respect, et, alors, il croyait sans doute dire adieu à la France pour
jamais.

Murat restait gouverneur de Paris, et chargé d'une surveillance exacte
qu'il étendait à tout, mais ne faisant pas, je crois, des rapports
toujours désintéressés. Fouché, plus libéral dans sa police, si on peut
se servir de cette expression, ayant acquis le droit de se croire
nécessaire, dirigeait les choses d'un peu haut, ménageant toujours tous
les partis, selon son système, afin de se rendre utile à tous.

L'archichancelier Cambacérès demeurait pour la direction du Conseil
d'État, dont il s'acquittait bien, et pour faire les honneurs de Paris.
Il recevait beaucoup de personnes, qu'il accueillait avec une politesse
mêlée d'une certaine morgue qui donnait à sa manière une teinte de
ridicule.

Au reste, Paris et la France étaient alors dans le plus grand repos;
tout semblait s'entendre pour marcher vers l'ordre, et demeurer dans la
soumission. L'empereur commença son voyage par la Champagne. Il alla à
Brienne, et passa un jour dans le beau château de ce nom, pour visiter
le berceau de sa jeunesse. Madame de Brienne faisait profession d'un
extrême enthousiasme pour lui, et, comme il savait gré de l'adoration,
il fut très aimable chez elle. Il y avait alors quelque chose d'amusant
à voir, à Paris, quelques-uns des parents de madame de Brienne recevoir
les lettres animées qu'elle écrivait sur ce séjour impérial. Cependant,
comme elles rapportaient des faits, ces lettres produisirent bon effet
dans ce qu'on appelle chez nous _la bonne compagnie_. Le succès est
chose facile aux puissants de ce monde; il faut qu'ils soient ou bien
malveillants ou bien maladroits, quand ils ne parviennent pas à nous
plaire.

Peu de jours après ces grands départs, l'article suivant parut dans _le
Moniteur_:

«Monsieur Jérôme Bonaparte est arrivé à Lisbonne sur un bâtiment
américain, sur lequel étaient inscrits comme passagers «monsieur et
mademoiselle Patterson». M. Jérôme a pris aussitôt la poste pour Madrid.
Monsieur et mademoiselle sont rembarqués. On les croit retournés en
Amérique.»[12]

     [Note 12: Voici comment l'empereur annonçait le retour de
     son frère au ministre de la marine, le vice-amiral Decrès:

     «Milan, 23 floréal an XIII (13 mai 1805).

     »Monsieur Decrès, M. Jérôme est arrivé. Mademoiselle
     Patterson est retournée en Amérique. Il a reconnu son erreur
     et désavoue cette personne pour sa femme. Il promet de faire
     des miracles. En attendant, je l'ai envoyé à Gênes pour
     quelque temps.» (P. R.)]

Je crois qu'ils passèrent alors en Angleterre.

Ce M. Patterson n'était autre chose que le beau-père de Jérôme.
Celui-ci, devenu amoureux en Amérique de la fille d'un négociant
américain, l'avait épousée, se flattant d'obtenir, après quelque
mécontentement, le pardon de son frère. Mais Bonaparte, qui rêvait dès
lors d'autres projets pour sa famille, montra le plus grand courroux,
cassa le mariage, et força son frère à une séparation subite. Jérôme se
rendit en Italie, et le joignit à Turin; il fut fort maltraité, et reçut
l'ordre de se rendre sur l'une de nos flottes qui croisait dans la
Méditerranée; il demeura en mer pendant un assez long temps, et ne
rentra en grâce que plusieurs mois après.

L'empereur fut accueilli dans toute la France avec un enthousiasme réel.
Il séjourna à Lyon, où il s'attacha les commerçants par des ordonnances
qui leur étaient favorables; enfin, il passa le mont Cenis, et demeura
quelques jours à Turin.

Cependant, M. de Rémusat était arrivé à Milan, où il avait trouvé le
prince Eugène, qui le reçut avec cette cordialité qui lui est si
naturelle. Ce prince questionna mon mari sur ce qui s'était passé à
Paris depuis son départ, et parvint à tirer de lui quelques-unes des
particularités relatives à madame de X... qui blessèrent ses anciens
sentiments. M. de Rémusat me mandait qu'il menait une vie assez
paisible, en attendant la cour. Il parcourait Milan, qui lui parut une
triste ville, ainsi que le palais. Les habitants montraient peu
d'empressement aux Français; les nobles se tenaient renfermés chez eux,
sous prétexte qu'ils n'étaient point assez riches pour faire
convenablement les honneurs de leur maison. Le prince Eugène s'efforçait
de les attirer autour de lui, mais il avait peine à y réussir. Les
Italiens, encore en suspens, ne savaient s'ils devaient se réjouir de la
destinée nouvelle qu'on leur imposait.

M. de Rémusat m'a écrit, à cette époque, des détails curieux sur le
genre de vie des Milanais. Leur ignorance de tous les agréments de la
société, ce manque absolu des jouissances de la vie de famille, les
maris étrangers à leurs femmes laissant un _cavaliere servante_ les
soigner; la tristesse des spectacles; l'obscurité des salles, qui permet
à chacun de s'y rendre sans toilette et de s'occuper souvent à toute
autre chose, dans les loges presque closes, qu'à écouter l'opéra; le peu
de diversité des représentations; la comparaison des coutumes de ce pays
avec les usages de la France; tout cela donnait à M. de Rémusat matière
à des observations toutes à l'avantage de notre aimable patrie, et
ajoutait à son désir de s'y retrouver près de moi.

Pendant ce temps, l'empereur parcourait les lieux de ses premières
victoires. Il fit une revue considérable sur le champ de bataille de
Marengo même, et y distribua des croix.

Les troupes qu'on avait réunies sous prétexte de cette revue, et qu'on
tint ensuite dans le voisinage de l'Adige, furent une des raisons, ou
des prétextes, pour lesquelles le cabinet autrichien accrut encore la
ligne de défense déjà considérable qui avait ordre de se tenir derrière
ce fleuve; et, par suite, la politique française s'effaroucha de ces
précautions.

Le 9 mai, l'empereur arriva à Milan. Sa présence donna à cette ville un
grand mouvement, et les circonstances du couronnement y éveillèrent les
ambitions, comme il était arrivé à Paris. Les plus grands seigneurs
milanais commencèrent à souhaiter les nouvelles distinctions et les
avantages qui y étaient attachés; on parlait d'indépendance et d'unité
de gouvernement aux Italiens, et ils se livrèrent aux espérances qu'il
leur fut permis de concevoir.

Dès l'arrivée de notre cour à Milan, je fus frappée du ton de tristesse
des lettres de M. de Rémusat, et, bientôt après, je fus informée qu'il
avait à souffrir du mécontentement subit que son maître éprouvait contre
lui, un peu injustement. Les lettres étaient assez soigneusement
ouvertes; cet officier[13] dont j'ai parlé, spectateur caustique de ce
qui se faisait à Milan, s'imagina d'écrire à Paris des récits assez
gais, et un peu railleurs, de ce qui se passait sous ses yeux. M. de
Rémusat reçut l'ordre de le faire repartir pour Paris, sans qu'on lui
expliquât d'abord pourquoi, et ce ne fut que plus tard qu'il apprit la
cause d'une pareille injonction. Le mécontentement de Bonaparte ne
s'arrêta point sur le secrétaire, et retomba encore sur celui qui
l'avait amené.

     [Note 13: M. Salembeni (P. R.)]

En outre, le prince Eugène laissa échapper quelques-unes des
particularités qu'il avait obtenues de la confiance de mon mari, et,
enfin, on vit dans nos lettres, comme je l'ai déjà dit, des sentiments
qui prouvaient que toutes nos pensées n'étaient pas entièrement
concentrées dans les intérêts de notre situation. Tous ces motifs réunis
suffisaient pour donner de l'humeur à un maître naturellement irascible,
et il arriva que, selon sa coutume, qui était d'employer toujours les
hommes à son profit, quand ils lui étaient utiles, quelle que fût sa
disposition à leur égard, il exigea de mon mari un service d'une
exactitude rigoureuse, parce que l'ancienneté de M. de Rémusat dans le
palais lui donnait une plus grande habitude sur un cérémonial qui
devenait tous les jours plus minutieux, et auquel l'empereur mettait de
plus en plus de l'importance. Mais, en même temps, il le traitait avec
sécheresse et dureté, répétant toujours à ceux qui, avec raison, lui
vantaient les qualités estimables et distinguées de mon mari: «Tout cela
peut être, mais il n'est pas à moi comme je voudrais qu'il fût.» Ce
reproche a été continuel dans sa bouche pendant toutes les années que
nous avons passées près de lui, et peut-être y a-t-il quelque mérite à
n'avoir pas cessé de le mériter.

Cette vie animée, et pourtant oisive, d'une cour, donnèrent à M. de
Talleyrand et à M. de Rémusat l'occasion de se connaître un peu
davantage, et jetèrent les premiers fondements d'une liaison qui, plus
tard, m'a causé bien des émotions diverses.

Le tact fin et naturellement droit de M. de Talleyrand démêla l'esprit
juste et observateur de mon mari; ils s'entendirent sur une multitude de
choses, et ces deux caractères si opposés n'empêchèrent point qu'ils ne
trouvassent du charme à l'échange de leurs idées. Un jour, M. de
Talleyrand dit à M. de Rémusat: «Vous n'êtes pas, je le vois, sans
quelque défiance de moi. Je sais d'où elle vous vient. Nous servons un
maître qui n'aime pas les liaisons. En nous voyant attachés tous deux à
un même service, il a prévu des relations entre nous. Vous êtes un homme
d'esprit, et c'est assez pour lui faire souhaiter que vous et moi
demeurions isolés. Il vous a donc prévenu, il a cherché aussi par je ne
sais quels rapports à me mettre en défiance, et il ne tiendrait pas à
lui que nous ne demeurassions en réserve vis-à-vis l'un de l'autre.
C'est une de ses faiblesses qu'il faut reconnaître, ménager et excuser,
sans s'y soumettre entièrement.» Cette manière naturelle de parler,
accompagnée de cette bonne grâce que M. de Talleyrand sait si bien
prendre quand il veut, plut à mon mari, qui trouva dans cette liaison,
d'ailleurs, un dédommagement à l'ennui de son métier[14].

     [Note 14: Cette défiance préparée et entretenue par
     l'empereur entre son grand chambellan et son premier
     chambellan, a été lente à s'effacer, et, malgré la bonne
     volonté et le bon esprit de tous deux, l'intimité n'est venue
     que plus tard, l'année suivante, pendant le voyage
     d'Allemagne. Après les premières avances de M. de Talleyrand,
     mon grand-père écrivait encore à sa femme dans une lettre
     datée de Milan, le 17 floréal an XIII (7 mai 1805): «M. de
     Talleyrand est ici depuis huit jours. Il ne tient qu'à moi de
     le croire mon meilleur ami. Il en a tout le langage. Je vais
     assez chez lui; il prend mon bras partout où il me trouve,
     cause avec moi à l'oreille pendant deux ou trois heures de
     suite, me dit des choses qui ont toute la tournure de
     confidences, s'occupe de ma fortune, m'en entretient, veut
     que je sois distingué de tous les autres chambellans. Dites
     donc, ma chère amie, est-ce que je serais en crédit? Ou bien,
     plutôt, aurait-il quelque tour à me jouer?». Peu de temps
     après, le langage devient tout différent, et la liaison fut
     très intime et bien affectueuse des deux côtés. (P. R.)]

M. de Rémusat s'aperçut à cette époque que M. de Talleyrand, qui avait
sur Bonaparte tout le crédit que donnent des talents vraiment utiles,
éprouvait une grande jalousie du crédit de Fouché, qu'il n'aimait point,
et qu'il nourrissait intérieurement un véritable mépris pour M. Maret,
mépris que, dès cette époque, il satisfaisait par ces railleries
mordantes qui lui sont familières, et auxquelles il est difficile
d'échapper. Sans aucune illusion sur l'empereur, il le servait bien
cependant, mais en s'efforçant de lier ses passions par les situations
dans lesquelles il essayait de le mettre, soit à l'égard des étrangers,
soit en France, en l'engageant à créer certaines institutions qui
devaient, en effet, le contraindre. L'empereur, qui, comme je l'ai dit,
aimait à créer, et qui d'ailleurs comprenait vite et saisissait
promptement ce qui lui paraissait neuf et imposant, adoptait facilement
les conseils de M. de Talleyrand, et jetait avec lui les premiers
fondements de ce qui était utile. Mais, ensuite, son esprit de
domination, sa défiance, sa crainte d'être enchaîné lui faisaient
redouter la puissance de ce qu'il avait créé, et, par un caprice
inattendu, il sortait tout à coup de la route où il était entré, et
suspendait ou brisait lui-même le travail commencé. M. de Talleyrand
s'en irritait; mais, naturellement indolent et léger, il ne trouvait pas
en lui la force et la suite qui lutte dans le détail, et finissait par
négliger et abandonner une entreprise qui aurait demandé une
surveillance fatigante pour lui. La suite des événements expliquera tout
cela mieux que je ne fais dans ce moment; il me suffit d'indiquer ce que
M. de Rémusat commença dès lors à apercevoir quoiqu'un peu confusément.

Cependant, la guerre s'allumait entre l'Angleterre et l'Espagne; nous
faisions journellement des tentatives sur mer; quelques-unes nous
réussirent assez bien. Une flotte, sortie de Toulon, trouva moyen de
joindre l'escadre espagnole. On fit dans les journaux beaucoup de bruit
de ce succès[15].

Le 23 mai, Bonaparte fut couronné roi d'Italie.

     [Note 15: Il s'agit ici de l'heureuse sortie de l'amiral
     Villeneuve, qui, ayant mis à la voile le 30 mars, avait pu
     quitter le port de Toulon sans rencontrer la flotte anglaise.
     (P. R.)]

La cérémonie fut belle, et pareille à celle qui avait eu lieu à Paris.
L'impératrice y assista dans une tribune. M. de Rémusat me conta que le
frémissement avait été général dans l'église, au moment où Bonaparte,
saisissant la couronne de Fer et la plaçant sur sa tête, prononça d'une
voix menaçante la formule antique: _Il cielo me la diede, guai a chi la
toccherà!_ Le reste du temps qu'on demeura à Milan fut employé en fêtes
d'une part, et, de l'autre, en décrets qui réglèrent la situation et
l'administration du nouveau royaume. Des réjouissances eurent lieu sur
tous les points de la France pour cet événement. Cependant il inquiétait
un assez grand nombre de gens, qui présageaient que la guerre avec
l'Autriche en deviendrait la suite.

Le 4 juin, on vit arriver à Milan le doge de Gênes, qui venait demander
la réunion de sa république à l'Empire. Cette démarche, concertée ou
commandée d'avance, fut accueillie avec une grande cérémonie; et,
aussitôt, cette portion de l'Italie fut partagée en nouveaux
départements. Peu après, la nouvelle constitution fut offerte au Corps
législatif italien, et le prince Eugène fut déclaré vice-roi du royaume.
On créa l'ordre de la couronne de Fer, et, les distributions étant
faites, l'empereur quitta Milan, et fit un voyage qui, en apparence,
semblait une course d'agrément, et qui n'était qu'une reconnaissance des
forces autrichiennes sur la ligne de l'Adige.

Par le traité de Campo-Formio, Bonaparte avait abandonné à l'empereur
d'Autriche les États vénitiens, et cela rendait celui-ci voisin
redoutable du royaume d'Italie. Arrivé à Vérone, que l'Adige partage en
deux, il reçut la visite du baron de Vincent, qui commandait la garnison
autrichienne, dans la partie de la ville de Vérone qui appartenait à son
souverain. Le baron parut chargé de s'informer de l'état des forces que
nous avions en Italie; l'empereur, de son côté, observa celles de
l'étranger. En parcourant les rives de l'Adige, il comprit qu'il
faudrait construire des forts qui pussent défendre le fleuve; mais,
calculant le temps et la dépense nécessaires, il lui échappa de dire
qu'il serait plus court et mieux entendu d'éloigner la puissance
autrichienne de cette frontière; et, dès cet instant, on peut croire
qu'intérieurement il résolut la guerre qui éclata quelques mois après.
D'ailleurs, l'empereur d'Autriche ne pouvait voir avec indifférence, de
son côté, la puissance que la France venait d'acquérir en Italie; et le
gouvernement anglais, qui s'efforçait de nous susciter une guerre
continentale, profita habilement des inquiétudes de l'empereur
d'Autriche et des mécontentements qui refroidirent peu à peu nos
relations avec la Russie. Les journaux anglais se hâtèrent de publier
que l'empereur n'avait passé la revue de ses troupes en Italie que pour
les mettre sur le pied d'une armée redoutable; on commença aussi à faire
marcher quelques corps autrichiens, et les apparences de paix qui furent
encore observées jusqu'à la rupture ne servirent qu'aux préparatifs des
deux empereurs, devenus à cette époque ennemis presque déclarés.



CHAPITRE XIII.

(1805.)


Fêtes de Vérone et de Gênes.--Le cardinal Maury.--Ma vie retirée à la
campagne.--Madame Louis Bonaparte.--_Les Templiers_.--Retour de
l'empereur.--Ses amusements.--Mariage de M. de Talleyrand.--La guerre
est déclarée.


L'empereur, dans sa tournée, visita Crémone, Vérone, Mantoue, Bologne,
Modène, Parme, Plaisance, et vint à Gênes, où il fut reçu avec
enthousiasme. Il fit venir dans cette dernière ville l'architrésorier Le
Brun, à qui il confia le soin de surveiller la nouvelle administration
qu'il y établissait. Là aussi il se sépara de sa soeur Élisa, qui
l'avait accompagné dans son voyage, et à qui il donna encore la petite
république de Lucques, qu'il joignit aux États de Piombino. On commença
à revoir, à cette époque, les Français décorés des croix et cordons
étrangers. Des ordres prussiens, bavarois et espagnols furent envoyés à
l'empereur pour qu'il les distribuât à son gré. Il les partagea entre
ses grands officiers, quelques-uns de ses ministres, et une partie de
ses maréchaux.

À Vérone, on donna à l'empereur le spectacle d'un combat de chiens et de
taureaux, dans l'ancien amphithéâtre qui contenait quarante mille
spectateurs. À son arrivée, un cri général d'applaudissement s'étant
élevé, il fut véritablement ému de ces acclamations, imposantes par leur
nombre et le lieu où il se voyait appelé à les recevoir; mais les fêtes
données à Gênes furent réellement magiques. On avait construit des
jardins flottants sur de vastes barques; ces jardins aboutissaient tous
à une sorte de temple, flottant aussi, qui, s'étant approché du rivage,
reçut Bonaparte et sa cour. Alors toutes ces barques liées entre elles
s'étant éloignées dans le port, l'empereur se trouva au milieu d'une île
charmante d'où il put contempler la ville de Gênes, illuminée avec soin
et comme embrasée par des feux d'artifice tirés de plusieurs endroits en
même temps.

Tandis qu'on était à Gênes, M. de Talleyrand eut un petit plaisir qui se
trouva complètement dans son goût, car il s'amusait partout où il
pouvait découvrir et faire apercevoir un ridicule. Le cardinal Maury,
retiré à Rome depuis son émigration, y jouissait de la réputation que
l'ardeur de ses opinions lui avait acquise dans notre fameuse Assemblée
constituante. Il avait cependant le désir de rentrer en France. M. de
Talleyrand lui écrivit de Gênes et le détermina à venir se présenter à
l'empereur. Il arriva, et prenant aussitôt cette attitude obséquieuse
que nous lui avons vu garder exactement depuis, il entra dans Gênes en
répétant à haute voix qu'il venait voir le grand homme. Il obtint une
audience; le grand homme le jugea vite, et tout en l'estimant ce qu'il
valait, se complut dans l'idée de lui faire donner un démenti à sa
conduite passée. Il le gagna facilement, en le caressant un peu,
l'attira en France, où nous lui avons vu jouer un rôle passablement
ridicule. M. de Talleyrand, chez lequel les souvenirs de l'Assemblée
constituante ne s'étaient point effacés, trouva bien des occasions
d'exercer ses petites vengeances sur le cardinal, en donnant à la
sottise de ses flatteries l'évidence la plus maligne.

À Gênes, M. l'abbé de Broglie fut nommé évêque d'Acqui.

Tandis que l'empereur allait ainsi, parcourant l'Italie et y consolidant
sa puissance, que tout le monde autour de lui se fatiguait de la
représentation continuelle dans laquelle il retenait sa cour, que
l'impératrice, heureuse de l'élévation de son fils, et pourtant affligée
de s'en voir séparée, s'amusait de toutes ces fêtes dont elle était
l'objet, et des exhibitions magnifiques qu'elle faisait de toutes ses
pierreries et de ses plus élégantes toilettes, je menais une vie
paisible et agréable dans la vallée de Montmorency, chez madame
d'Houdetot dont j'ai déjà parlé. Les souvenirs de cette aimable femme me
reportaient vers le temps qu'elle se plaisait à conter; je m'amusais à
l'entendre parler de ces fameux philosophes qu'elle avait tant connus,
et dont elle redisait fort bien les habitudes et les conversations. Tout
animée par les confessions de Jean-Jacques Rousseau, je m'étonnais
quelquefois de la trouver refroidie sur son compte; et je dirai en
passant que l'opinion de madame d'Houdetot, qui semblerait avoir dû
conserver plus d'indulgence qu'une autre pour Rousseau, n'a pas peu
contribué à me mettre en défiance sur le caractère de cet homme qui, je
crois, n'a eu d'élévation que dans le talent[16].

     [Note 16: Ma grand'mère était, comme on le voit et comme
     je l'ai dit dans la préface de cet ouvrage, très liée avec
     madame d'Houdetot, malgré la différence des âges, des
     sentiments et des situations. On ne lira donc pas sans
     intérêt ce qu'elle écrivait à son mari, durant le séjour
     qu'elle faisait, en ce moment même, chez cette femme célèbre,
     par les confessions de Rousseau, et par les mémoires de
     madame d'Épinay: «Sannois, 22 floréal an XIII (12 mai 1805).
     Ce matin, après les leçons de Charles, j'ai été voir madame
     d'Houdetot dans son petit cabinet. Elle m'a trouvée digne
     d'être admise à de petites confidences sentimentales, que
     j'ai d'autant mieux reçues que ma pensée habituelle, tournée
     vers toi, et devenue un peu mélancolique par l'absence, me
     rend très accessible à entrer dans toutes les émotions de
     coeur. Elle m'a montré des vers qu'elle avait faits pour son
     ancien ami (M. de Saint-Lambert), m'a fait voir trois
     portraits qu'elle avait de lui, et m'a parlé de ses
     jouissances passées, de ses souvenirs et de ses regrets, avec
     une sorte de naïveté et d'ignorance du mal, si je puis parler
     ainsi, qui la rendait touchante et excusable à mes yeux. Mon
     ami, je suis convaincue que la société de cette femme serait
     dangereuse pour une femme faible, ou malheureuse dans son
     choix. Celle qui hésiterait encore entre son coeur et la
     vertu ferait bien de la fuir, cent fois plus promptement
     encore qu'elle ne s'éloignerait d'une personne corrompue.
     Elle est si calme, si heureuse, si peu inquiète de son sort
     futur! Il semble enfin qu'elle se repose sur cette parole de
     l'Évangile qui paraît faite pour elle: «Beaucoup de péchés
     lui seront remis, parce qu'elle a beaucoup aimé!»

     »N'allez pas croire, pourtant, que ce spectacle d'une
     vieillesse paisible après une jeunesse un peu égarée, dérange
     mes principes. Je ne me fais pas plus forte qu'une autre, mon
     cher ami, et je sens surtout ma vertu bien solide, parce
     qu'elle est appuyée sur le bonheur et sur l'amour Je réponds
     de moi, parce que je t'aime et que je te suis chère. Douze
     années d'expérience m'ont assez prouvé que mon coeur t'était
     uniquement destiné, mais, ta sévérité dût-elle s'en alarmer,
     je n'aurais pas été si sûre si tu n'avais pas été mon mari.»
     Quelques années plus tard, vers la fin du mois de janvier
     1813, madame d'Houdetot mourait à l'âge de quatre-vingt-trois
     ans, et ma grand'mère traçait d'elle ce portrait que je
     retrouve dans un de ses cahiers. «Madame d'Houdetot vient de
     mourir après une heureuse et longue carrière. Au milieu des
     orages publics, sa vieillesse a été paisible, sa mort douce
     et calme. Est-ce donc la puissance d'une raison exercée,
     est-ce le courage d'une âme forte, est-ce enfin le concours
     des événements qui ont donné à sa vie un aspect si égal, à
     ses derniers moments un repos si touchant? Non, sans doute.
     Son caractère ne devait pas la prémunir contre les choses qui
     heurtent la vie, mais il a dû l'empêcher de les rencontrer.
     Semblable à ces enfants aimables qu'un heureux instinct fait
     passer à côté de l'écueil sans l'avoir prévu ni en être
     froissés, elle a traversé le monde avec cette confiance qui
     n'accompagne ordinairement que la jeunesse, et qu'on est
     accoutumé de respecter, parce qu'on sait qu'en essayant de
     l'avertir, on serait bien plus sûr d'attrister que d'éclairer
     sa touchante ignorance.

     »Madame d'Houdetot était née dans une époque heureuse et
     brillante de notre monarchie. Les hommes de génie qui
     avaient, en quelque sorte, illuminé le règne de Louis XIV,
     laissaient après eux en s'éteignant une trace de lumière
     prolongée qui suffisait encore pour échauffer l'esprit de
     leurs successeurs. La longue et pacifique administration du
     cardinal de Fleury donnait aux arts et aux talents le temps
     de se développer. Madame d'Houdetot put rencontrer
     facilement, dès sa jeunesse, les occasions de satisfaire les
     goûts qu'elle apporta dans le monde. Mariée comme on mariait
     alors, elle tint d'abord dans la société la place qu'on y
     voit tenir à presque toutes les jeunes personnes. Depuis
     quinze ans jusqu'à vingt les femmes se ressemblent à peu
     près. Élevées dans les mêmes habitudes, formées par la même
     éducation, leur jeunesse se montre, avec plus ou moins
     d'agréments, mais toujours avec les mêmes apparences des
     qualités absolument nécessaires à l'éloge qu'on doit pouvoir
     faire d'une fille à marier. Aussi, la plupart du temps, se
     marient-elles qu'on ignore encore, même leurs parents, même
     elles-mêmes, les qualités ou les défauts qui dirigeront leur
     conduite.

     »Il arrive de là que leurs premières actions dans la vie sont
     moins le résultat de leurs penchants que celui de la seconde
     éducation qu'elles reçoivent du monde et de l'époux qui les a
     choisies. Combien de femmes qui ne se sont connues qu'après
     avoir triomphé de leurs sentiments, ou cédé à leurs
     faiblesses! Combien se sont ignorées, faute d'événements qui
     eussent développé leurs secrètes dispositions! Celle d'entre
     les femmes qui apporte d'avance des principes établis, qui
     les conserve encore même dans ses fautes, qui sait enfin les
     retrouver après, celle-là est sans doute d'une trempe forte
     et particulière. Madame d'Houdetot, dont cette digression ne
     nous a pas autant écartés qu'on pourrait d'abord le supposer,
     ne peut pas être assurément comprise dans cette classe.
     Cependant la couleur d'affection qu'elle a su donner à
     chacune des actions de sa vie, lui mérite une place
     particulière que justifie cette touchante uniformité. »Madame
     d'Houdetot fut donc élevée comme ses contemporaines. Des
     incidents particuliers la placèrent dans une société qui
     professait des opinions qui la séduisirent, sans l'égarer.
     Entourée de gens de lettres, elle aima leur esprit, apprécia
     leurs talents, mais elle ne partagea point leurs passions.
     Liée surtout avec ceux qu'on appelait alors _les philosophes_
     ou _les académiciens_, sa jeune et riante imagination
     s'amusait de la forme piquante qu'ils savaient donner à la
     censure. Leur philanthropie générale, qu'on a vue s'alimenter
     souvent aux dépens des affections individuelles, plaisait à
     son coeur. Elle s'attachait aux principes d'une secte qui
     prêchait l'amour de l'humanité, et qui n'avait pas prévu, ou
     peut-être n'avait pas voulu prévoir, que les nouvelles
     institutions qu'ils voulaient fonder, ne pouvant s'élever que
     sur les ruines des anciennes, il en résulterait un moment
     d'anarchie sociale, seule partie de leur plan qui ait été
     exécutée. Des voix amies prêchaient à madame d'Houdetot une
     doctrine nouvelle, embellie du prestige de l'esprit et
     quelquefois du talent. Empressée de jouir, elle donnait peu
     de temps à la réflexion. Pour écouter les avertissements de
     la raison, il faut soumettre le plaisir à quelques moments
     d'interrègne, qui auraient attristé madame d'Houdetot. Si la
     nature de ses liaisons l'a quelquefois entraînée, si quelque
     ami sincère en a gémi, je doute qu'il ait jamais tenté de la
     détromper. Son erreur était celle du coeur; le moyen de
     détruire une semblable illusion?

     »On ne peut guère porter plus loin que madame d'Houdetot, je
     ne dirai pas la bonté, mais la bienveillance. La bonté
     demande un certain discernement du mal; elle le voit et le
     pardonne. Madame d'Houdetot ne l'a jamais observé dans qui
     que ce soit. Nous l'avons vue souffrir à cet égard, souffrir
     réellement, lorsqu'on exprimait le moindre blâme devant elle,
     et dans ces occasions elle imposait silence d'une manière qui
     n'était jamais désobligeante, car elle montrait tout
     simplement la peine qu'on lui faisait éprouver. Cette
     bienveillance a prolongé la jeunesse de ses sentiments et de
     ses goûts. L'habitude du blâme aiguise peut-être l'esprit,
     beaucoup plus qu'elle ne l'étend, mais, à coup sûr, elle
     dessèche le coeur, et produit un mécontentement anticipé qui
     décolore la vie. Heureux celui qui meurt sans être détrompé!
     Le voile clair et léger, qui sera demeuré sur ses yeux,
     donnera à tout ce qui l'environne une fraîcheur et un charme
     que la vieillesse ne ternira point. Aussi madame d'Houdetot
     disait-elle souvent: «Les plaisirs m'ont quittée, mais je
     n'ai pas à me reprocher de m'être dégoûtée d'aucun.» Cette
     disposition la rendait indulgente dans l'habitude de la vie,
     et facile avec la jeunesse. Elle lui permettait de jouir des
     biens qu'elle avait appréciés elle-même, et dont elle aimait
     le souvenir, car son âme conservait une sorte de
     reconnaissance pour toutes les époques de sa vie.

     »Par une suite du même caractère, elle avait éprouvé de bonne
     heure un goût très vif pour la campagne. Avide de jouir de
     tout ce qui s'offrait à ses impressions, elle s'était bien
     gardée de ne pas connaître celles que peut inspirer la vue
     d'un beau site et d'une riante verdure. Elle demeurait en
     extase devant un point de vue qui lui plaisait, elle écoutait
     avec ravissement le chant des oiseaux, elle aimait à
     contempler une belle fleur, et tout cela jusque dans les
     dernières années de sa vie. Jeune, elle eût voulu tout aimer,
     et ceux de ses goûts qu'elle avait pu garder sur le soir
     de ses ans, embellissaient encore sa vieillesse, comme ils
     avaient concouru à parer cette heureuse époque qui nous permet
     d'attacher un plaisir à chacune de nos sensations.

     »Madame d'Houdetot, qui aimait passionnément les vers, en
     faisait elle-même de fort jolis. En les publiant, elle eût
     acquis facilement une célébrité qu'elle était loin de
     souhaiter, car toute espèce de vanité fut étrangère à son
     caractère. Elle se fit un amusement de son talent; ce talent
     fut aussi dirigé par son coeur, et ajouta encore à ses
     plaisirs.

     »Sur l'automne de sa vie, elle fut exposée, comme une autre,
     aux tristes impressions produites par les mouvements
     politiques. Mais son aimable caractère sut encore la secourir
     à cette funeste époque. Pendant le règne de la Terreur, elle
     vécut à la campagne; sa retraite y fut respectée; ses parents
     s'y pressaient autour d'elle. Il se pourrait bien qu'elle
     n'eût conservé de ce temps que le souvenir de l'obligation,
     imposée alors, de se rapprocher les uns des autres, pour
     vivre dans cette intimité de famille et d'affection à
     laquelle le danger et l'inquiétude donnaient un prix dont on
     ne se fût pas douté dam un temps de repos et de plaisirs.

     »Rentrée dans le monde, quand nos troubles cessèrent, elle y
     rapporta sa bienveillance accoutumée, et chercha à jouir
     encore des biens qui ne pouvaient lui échapper. Le besoin
     d'aimer, qui fut toujours le premier de ses besoins, la
     conduisit à faire succéder à des amis qu'elle avait perdus,
     d'autres amis plus jeunes qu'elle choisit avec goût, et dont
     la nouvelle affection la trompait sur ses pertes. Elle
     croyait honorer encore ceux qu'elle avait aimés, et dont elle
     se voyait privée, en cultivant dans un âge avancé les
     facultés de son coeur. Trop faible pour se soutenir dans sa
     vieillesse par ses seuls souvenirs, elle ne crut pas qu'il
     fallût cesser d'aimer avant de cesser de vivre. Une
     providence indulgente la servit encore en préservant ses
     dernières années de l'isolement qui les accompagne
     ordinairement. Des soins assidus et délicats embellirent ses
     vieux jours de quelques-unes des couleurs qui avaient égayé
     son printemps; une amitié complaisante consentit à prendre
     avec elle la forme qu'elle était accoutumée de donner à ses
     sentiments. La raison, austère et détrompée, pouvait
     quelquefois sourire de cette éternelle jeunesse de son coeur,
     mais ce sourire était sans malignité, et, sur la fin de sa
     vie, madame d'Houdetot trouva encore dans le monde cette
     indulgence affectueuse que l'enfance aimable paraît avoir
     seule le droit de réclamer.

     »D'ailleurs, elle a prouvé, par le courage et le calme
     qu'elle a montrés dans ses derniers moments, que l'exercice
     prolongé des facultés du coeur n'en affaiblit point
     l'énergie. Elle a senti qu'elle mourait, et cependant, en
     quittant une vie si heureuse, elle n'a laissé échapper que
     l'expression d'un regret aussi tendre que touchant, «Ne
     m'oubliez pas,» disait-elle à ses parents et à ses amis en
     pleurs autour de son lit de mort, «j'aurais plus de courage
     s'il ne fallait pas vous quitter, mais du moins que je vive
     dans votre souvenir!» C'est ainsi qu'elle ranimait encore par
     le sentiment une vie prête à s'éteindre, et ces seuls mots:
     _J'aime!_ ont été le dernier accent que son âme en s'exhalant
     ait porté vers la Divinité.» (P. R.)]

Paris était, pendant cette absence, solitaire et paisible. La famille
impériale vivait dispersée à la campagne. Je voyais quelquefois madame
Louis Bonaparte à Saint-Leu que son mari avait acheté. Louis paraissait
exclusivement occupé des embellissements de son jardin. Sa femme était
solitaire, malade, et toujours craintive de laisser échapper un mot qui
lui déplût. Elle n'avait osé ni se réjouir de l'élévation du prince
Eugène, ni pleurer son absence qui devenait indéfinie. Elle écrivait
peu, car elle ne croyait pas que le secret de ses lettres fût respecté.

Dans une des visites que je lui fis, elle m'apprit que le bruit s'était
répandu que MM. de Polignac, enfermés au château de Ham, avaient fait
des tentatives pour s'échapper, qu'on les avait transférés au Temple,
qu'on accusait madame Bonaparte d'y prendre, par moi, un assez grand
intérêt.

Cette accusation, dont madame Louis soupçonnait Murat d'être l'auteur,
n'avait assurément aucun fondement; madame Bonaparte ne pensait plus à
ces deux prisonniers, et, moi, j'avais entièrement perdu de vue la
duchesse de Polignac.

Je m'appliquai à vivre fort retirée, afin de pouvoir répondre par ma
solitude aux discours que l'on essayerait de tenir sur ma conduite; mais
je fus, de plus en plus, affligée de ces précautions, et surtout de ne
pouvoir profiter de la place où je me trouvais, pour être utile autant
que je l'aurais désiré, soit à l'empereur lui-même, soit aux
personnes qui voulaient obtenir de lui, par moi, quelques grâces.

Il y a dans mon humeur généralement assez de bienveillance; de plus, je
mettais un peu d'amour-propre qui, je crois, n'était pas mal entendu, à
servir ceux qui, dans le début, m'avaient blâmée, et à imposer silence à
leurs critiques de ma conduite, par une foule de services qui n'auraient
pas été sans générosité. Enfin, je croyais encore que l'empereur
s'attacherait des personnes rétives, par la permission qu'il
m'accorderait d'apporter jusqu'à lui leurs sollicitations et leurs
besoins; et, comme je l'aimais encore, quoiqu'il m'inspirât plus de
crainte que par le passé, je souhaitais toujours qu'il se fit aimer.
Mais il fallut bien m'apercevoir que, mon plan n'étant pas toujours
approuvé par lui, je pourrais m'en trouver dupe. Il fallut songer à me
défendre, plutôt que chercher à protéger les autres. Je faisais sur tout
cela des réflexions qui m'affligeaient; puis, dans d'autres moments,
prenant mon parti, je m'arrangeais des inégalités de ma situation, me
déterminant à n'en regarder que le côté agréable. J'avais dans le monde
une petite considération qui me plaisait, de l'aisance, pourtant
accompagnée d'un peu de gêne, comme il arrive toujours aux gens dont la
fortune est peu solide, et dont les dépenses sont obligées. Mais j'étais
jeune, et je ne pensais pas beaucoup à l'avenir. La société qui
m'entourait était agréable, ma mère parfaite, mon mari aimable et bon,
mon fils aîné charmant[16a]; je vivais intimement avec ma soeur bonne et
spirituelle. Tout cela détournait mes pensées de la cour, et m'en
faisait supporter les inconvénients. Ma santé seule me donnait des
inquiétudes de tous les moments; car elle était mauvaise, et,
visiblement, une vie agitée l'affaiblissait encore. Au reste, je ne
saurais trop dire pourquoi je me suis oubliée à parler de moi dans ce
détail; si jamais tout ceci doit être lu par un autre que mon fils,
assurément il ne faudrait pas hésiter à le supprimer. Pendant le séjour
de l'empereur en Italie, il y eut à la Comédie Française deux succès:
_le Tartuffe de moeurs_, traduit ou plutôt imité de l'_École du
scandale_ de Sheridan, par M. Chéron, et _les Templiers._ Ce M. Chéron
était un homme d'esprit qui avait été député à l'Assemblée législative;
il avait épousé une nièce de l'abbé Morellet; j'étais extrêmement liée
avec eux. L'abbé avait écrit à l'empereur pour qu'il donnât une place à
M. Chéron.[16b] Au retour de ce voyage, le _Tartuffe de moeurs_ fut joué
devant Bonaparte; il s'en amusa tellement, qu'après s'être informé près
de M. de Rémusat de ce qu'était l'auteur, et avoir appris de lui qu'il
méritait qu'on l'employât, dans un moment de facilité et de
bienveillance, il l'envoya préfet à Poitiers. Malheureusement pour sa
famille, il y mourut au bout de trois ans de séjour; sa femme est une
personne de beaucoup de mérite et d'esprit.

     [Note 16a: Les lettres de ma grand'mère, et ce n'en est pas
     le moindre prix, sont remplies de récits sur l'esprit, la
     grâce, les heureuses dispositions de ce jeune enfant. On me
     pardonnera d'en citer un exemple. Dans une lettre du 29
     floréal an XIII (19 mai 1805), après quelques éloges de la
     facilité de son fils à apprendre et à comprendre, elle
     ajoute: «Je ne sais si, tout paternel que vous êtes, vous ne
     sourirez pas de ce portrait que ma tendresse trace ainsi,
     mais je vous assure que je n'exagère rien, et si vous ne me
     croyez pas, consultez sa grand'mère (madame de Vergennes).
     Elle a une partie de surveillance sur lui dont elle
     s'acquitte avec une exactitude qui ne doit vous laisser
     aucune inquiétude. Le petit couche près d'elle, et, excepté à
     l'heure de ses leçons, où on me l'envoie, il reste près
     d'elle, ou dans le jardin, à jouer sous ses yeux. Il la
     réveille un peu matin, mais il me semble que cela l'amuse, et
     c'est ordinairement dans ce moment de la journée qu'elle lui
     donne ce qu'elle appelle la _leçon d'esprit_; en effet, c'est
     alors qu'elle le fait causer. Elle s'est imaginée de faire
     avec lui des dialogues des morts: Charles fait un
     interlocuteur, et ma mère un autre. Hier, le dialogue était
     entre Néron et Talma. Après avoir parlé de la tragédie,
     Charles, sous le nom du second, demanda à Néron s'il avait à
     Rome un premier chambellan chargé de ses plaisirs. Après
     avoir répondu, Néron questionne à son tour, et veut savoir
     quel était le premier chambellan des Français pendant la vie
     de Talma. Alors celui-ci vous nomme, et fait de grands éloges
     de vous; après cela, il parle de votre famille, de votre
     femme qui est une bonne mère, et puis de votre belle-mère, et
     Talma ajoute avec un air confidentiel: «Seigneur, si vous
     voulez me garder le secret, je vous dirai qu'il a une
     belle-mère qui est tout à fait folle de son petit-fils,» et
     maman de rire, et d'être ravie en me contant cela. Mais en
     voilà assez sur ce marmot, à qui j'ai demandé hier pourquoi
     je l'aimais tant, et qui m'a répondu: «Parce que je suis le
     fils de papa.» Qu'en dites-vous? Est-ce que je ne l'élève pas
     bien?» (P. R.)]

     [Note 16b: Malgré cette recommandation, personne ne
     s'étonnera, sans doute, que je n'aie pas supprimé ces détails
     personnels qui donnent à ce récit du naturel et un intérêt
     particulier. (P. R.)]

_Les Templiers_ avaient été lus à Bonaparte par M. de Fontanes,
approuvés dans quelques parties, blâmés dans d'autres. Il
voulait qu'on y fit quelques corrections, auxquelles Raynouard,
l'auteur, se refusa. L'empereur en demeura un peu piqué. Il ne trouva
pas très bon que _les Templiers_ eussent un si grand succès. Il se piéta
contre l'ouvrage, un peu contre l'auteur, et mit à les blâmer l'un et
l'autre une sorte de petitesse et de despotisme, qui s'alliaient fort
bien chez lui, quand une personne ou une chose avait excité sa mauvaise
humeur. Tout cela arriva quand il fut revenu[16c]. En général, il aurait
voulu que son goût et ses opinions servissent de règle. Il avait pris à
gré la musique des _Bardes_, opéra de Lesueur, et il était tout près de
trouver mauvais que le public de Paris n'en jugeât pas comme lui.

     [Note 16c: C'est seulement à son retour à Paris que
     l'empereur se livra à l'humeur dont il est ici parlé, car
     voici ce qu'il écrivait de Milan, le 12 prairial an XIII (1er
     juin 1805), à M. Fouché: «Il me parait que le succès de la
     tragédie des _Templiers_ dirige les esprits sur ce point de
     l'histoire française. Cela est bien, mais je ne crois pas
     qu'il faille laisser jouer des pièces dont les sujets
     seraient pris dans des temps trop près de nous. Je lis dans
     un journal qu'on veut jouer une tragédie de Henri IV. Cette
     époque n'est pas assez éloignée pour ne pas réveiller des
     passions. La scène a besoin d'un peu d'antiquité, et, sans
     porter de gêne sur le théâtre, je pense que vous devez
     empêcher cela, sans faire paraître votre intervention. Vous
     pourriez en parler à M. Raynouard qui parait avoir du talent.
     Pourquoi n'engageriez-vous pas M. Raynouard à faire une
     tragédie du passage de la première à la seconde race? Au lieu
     d'être un tyran, celui qui lui succéderait serait le sauveur
     de la nation. C'est dans ce genre de pièces, surtout, que le
     théâtre est neuf, car sous l'ancien régime on ne les aurait
     pas permises. L'oratorio de Saül n'est pas autre chose; c'est
     un grand homme succédant à un roi dégénéré.» (P. R.)]

L'empereur partit de Gênes pour revenir directement à Paris. C'était la
dernière fois qu'il voyait cette belle Italie où il semblait qu'il eût
épuisé toutes les manières de frapper les hommes, comme général, comme
pacificateur et comme souverain. Il repassa le mont Cenis, et ordonna
les travaux qui devaient, ainsi qu'au Simplon, faciliter les
communications entre les deux nations. La cour se trouva aussi augmentée
des grands seigneurs italiens et des dames qu'il y attacha. Il avait
déjà pris des chambellans parmi les Belges, et on commença à entendre
autour de lui tous ces différents accents, qui variaient seuls les
formules obséquieuses qu'on lui adressait.

Il arriva, le 11 juillet, à Fontainebleau, et de là il vint s'établir à
Saint-Cloud. Peu de temps après son arrivée, _le Moniteur_ fut hérissé
de notes animées et demi-menaçantes qui annonçaient l'orage que l'Europe
ne tarderait point à voir éclater. Quelquefois ces notes renfermaient
certaines expressions marquantes qui décelaient l'auteur qui les avait
dictées. Il en existe une de ce temps qui me frappa:

Les journaux anglais rapportaient qu'on avait imprimé à Londres une
généalogie supposée de la famille Bonaparte, qui faisait remonter assez
haut sa noblesse.

«Ces recherches sont bien puériles, dit la note. À tous ceux qui
demanderaient de quel temps date la maison de Bonaparte, la réponse est
bien facile: Elle date du 18 brumaire.»

Je revis l'empereur avec un mélange de sentiments, dont quelques-uns
étaient pénibles. Il était assez difficile de n'être pas ému par sa
présence; mais je souffrais en éprouvant cette émotion mêlée d'une
certaine défiance qu'il commençait à m'inspirer[16d].

     [Note 16d: Les indiscrétions ou l'imprudence de M.
     Salembeni n'avaient pas seules causé quelque souci à mes
     grands-parents durant ce voyage en Italie. Voici une lettre
     de mon grand-père qui donne des détails sur une dénonciation
     plus sérieuse, à laquelle ce passage fait allusion:

     «Milan, 18 prairial an XIII (7 juin 1805).

     »Je ne veux pas, ma chère amie, laisser partir Corvisart sans
     lui donner une lettre pour vous. Plus heureux que moi, il
     compte vous voir dans huit ou dix jours, et moi je ne peux me
     promettre ce plaisir que dans cinq semaines, au plus tôt.
     Gardez pour vous ce que je vous dis de l'époque de mon
     arrivée, parce que l'empereur veut laisser croire qu'il
     n'arrivera à Paris que dans deux mois, mais la vérité est que
     son projet serait d'arriver à Fontainebleau le 22 ou le 23,
     au plus tard, du mois prochain. J'ai encore un motif de vous
     écrire par Corvisart, c'est que toutes nos lettres sont lues,
     ou dans le cas de l'être, ce qui ne laisse pas de me gêner
     fort quand je veux m'entretenir avec vous. C'est une lettre
     de Salembeni contenue dans un de mes paquets qui, lue à la
     poste, a occasionné son renvoi. Cela m'a empêché bien des
     fois de vous écrire à coeur ouvert, et m'a bien des fois
     rendu malheureux. J'aurais eu, par exemple, à vous prévenir,
     ma chère amie, que vous avez encore été calomniée auprès de
     l'empereur dans des rapports de Paris qui vous ont accusée
     d'avoir pris part à de mauvaises plaisanteries faites par
     madame de Damas sur le voyage en Italie et sur les frères de
     l'empereur. Sa Majesté ne m'en a pas parlé, mais il en a
     cependant été frappé, et en a parlé à d'autres, plusieurs
     fois. Il parait vouloir exiger que vous rompiez absolument
     avec cette famille. Vous sentez ce que j'ai eu à répondre aux
     personnes qui m'en ont parlé de la part de l'empereur, sans
     me permettre de m'en expliquer avec lui. Vous pensez bien que
     je n'ai rien cru de cette absurde calomnie. Mais je voulais
     qu'on me dit quel est le dénonciateur. J'ai même assuré que,
     si c'était un rapport de Fouché, je passerais entièrement
     condamnation. On ne m'a rien répondu, parce que, j'en suis
     sûr, cela vient de M. dont les intrigues existent toujours,
     et toujours pour le métier délicat que nous lui avons vu
     faire cet hiver. Quoiqu'il ne convienne pas que vous écriviez
     sur cela à l'empereur, ni à l'impératrice, vous pourriez
     cependant voir Fouché, et lui demander de vous rendre le
     service de vous dire, franchement, si ce sont ses rapports
     qui vous ont accusée. Vous pourriez peut-être, aussi, vous
     expliquer un peu ouvertement avec lui, et il trouverait sans
     doute le moyen de nous servir. Si vous écriviez à
     l'impératrice, ce qui serait bien, car vous ne lui écrivez
     pas assez souvent, vous pourriez, sans rien dire de positif,
     toucher quelque chose de votre manière de vivre. Il me vient
     l'idée qu'il serait possible que votre soeur, qui fréquente
     davantage les Damas, eût donné lieu à quelque méprise. Voyez
     surtout cela avec votre bonne tête et vos réflexions
     ordinaires, et faite votre profit de ce que je puis vous
     mander, enfin, en toute sûreté, car il y a déjà longtemps que
     cela dure. Ne croyez pas, d'ailleurs, que je sois pour cela
     maltraité par le maître. Il pourrait être mieux, mais je n'ai
     pas lieu de me plaindre. Quant à l'impératrice elle ne me
     parle jamais que d'elle et de ce qui l'intéresse
     personnellement. Il est impossible d'être plus complètement
     personnelle qu'elle n'est devenue. Cependant, elle prend
     plaisir à se vanter de vos lettres, et elle les fait toujours
     lire à l'empereur.» (P. R.)]

L'impératrice me revit avec amitié. Je lui livrai assez franchement les
peines secrètes que je ressentais. Je lui témoignai ma surprise de voir
que, vis-à-vis de son époux, les dévouements passés ne défendaient
nullement contre aucune prévention subite. Elle lui redit mes paroles.
Comme elles ne manquaient ni de vérité, ni de force, il les entendit
assez bien. Il revint toujours sur ce qu'il n'appelait _dévouement_ que
celui qui donnait toute la personne, tous les sentiments, toutes les
opinions, et répéta qu'il fallait que nous abandonnions jusqu'à la plus
petite de nos anciennes habitudes pour n'avoir plus qu'une pensée, celle
de son intérêt et de ses volontés. Il promettait, en récompense, une
grande élévation, beaucoup de fortune, bien des jouissances pour
l'orgueil, «Je leur donnerai, disait-il en parlant de nous, de quoi se
moquer de ceux qui les blâment aujourd'hui, et s'ils veulent rompre avec
mes ennemis, je mettrai mes ennemis à leurs pieds.» Au reste, comme,
durant le séjour qu'il fit en France avant la campagne d'Austerlitz, son
esprit fut tendu vers des affaires fort importantes, nous eûmes alors
peu de tracas intérieurs, et notre position redevint assez douce.

Je me souviens, dans le moment, d'une petite anecdote qui n'a
d'importance que parce qu'elle peut encore servir à peindre cet homme
étrange; et, pour cette raison, je ne crois pas devoir la passer sous
silence.

Le despotisme de sa volonté s'étendait à mesure qu'il agrandissait le
cercle dont il voulait s'entourer. Il est très vrai de dire qu'il eût
voulu être seul le maître des réputations, pour les faire et défaire à
son gré. Il compromettait un homme, flétrissait une femme pour un mot,
sans aucune espèce de précautions. Mais il trouvait très mauvais que le
public osât regarder et juger la conduite de ceux, ou de celles, qu'il
avait mis comme en sauvegarde sous l'auréole dont il s'entourait.

Pendant le voyage d'Italie, le rapprochement et l'oisiveté des palais
avaient donné lieu à quelques galanteries plus ou moins sérieuses, dont
on avait écrit les récits à Paris, et dont la médisance s'était un peu
amusée. Un jour que nous étions un assez grand nombre de dames du palais
déjeunant avec l'impératrice, et parmi lesquelles se trouvaient celles
qui avaient été en Italie, Bonaparte entre tout à coup dans la salle à
manger, et, avec un visage assez gai, s'appuyant sur le dos du fauteuil
de sa femme, nous adresse aux unes et aux autres quelques paroles
insignifiantes; puis, nous questionnant toutes sur la vie que nous
menons, il nous apprend, d'abord à mots couverts, que, parmi nous, il y
en a quelques-unes qui sont l'objet des discours du public.
L'impératrice, qui connaissait son mari, et qui savait que, de paroles
en paroles, il pouvait aller très loin, veut rompre cette conversation;
mais l'empereur, la suivant toujours, arrive en peu de moments à la
rendre assez embarrassante. «Oui, mesdames, dit-il, vous occupez les
bons habitants du faubourg Saint-Germain. Ils disent, par exemple, que
vous, madame ***, vous avez telle liaison avec M. ***; que vous,
madame...» en s'adressant ainsi à deux ou trois d'entre nous, les unes
après les autres. On peut se figurer aisément l'embarras dans lequel un
semblable discours nous mettait toutes. Je crois encore, en vérité, que
l'empereur s'amusait de ce malaise qu'il excitait: «Mais, ajouta-t-il
tout à coup, qu'on ne croie pas que je trouve bons de semblables propos!
Attaquer ma cour, c'est m'attaquer moi-même; je ne veux pas qu'on se
permette une parole, ni sur moi, ni sur ma famille, ni sur ma cour.» Et
alors, son visage devenant menaçant, son ton de voix plus sévère, il fit
une longue sortie contre la partie de la société de Paris qui se
montrait encore rebelle, disant qu'il exilerait toute femme qui
prononcerait un mot sur une dame du palais, et s'échauffant sur ce texte
absolument à lui seul, car aucune de nous n'était tentée de lui
répondre. L'impératrice abrégea le déjeuner, pour terminer une pareille
scène. Le mouvement qu'on fit interrompit l'empereur, qui s'en alla
comme il était venu. Une de nos dames, béate admiratrice de _tout_
Bonaparte, était toute prête à s'attendrir sur la bonté d'un tel maître
qui voulait que notre réputation fût quelque chose de sacré. Mais madame
de ***, femme de beaucoup d'esprit, lui répondit avec impatience: «Oui,
madame, que l'empereur nous défende encore de cette manière, et nous
serons perdues!»

Il s'étonna beaucoup lorsque l'impératrice lui représenta le ridicule de
cette scène, et il prétendit toujours que nous devions lui savoir gré
de la chaleur avec laquelle il s'offensait, quand on nous attaquait.

Pendant son séjour à Saint-Cloud, il travailla beaucoup, et fit une
grande quantité de décrets relatifs à l'administration des nouveaux
départements qu'il avait acquis en Italie. Il augmenta aussi son conseil
d'État, auquel, de jour en jour, il donnait plus d'influence, parce
qu'il était bien sûr de l'avoir sous sa dépendance. Il se montra à
l'Opéra, et fut bien reçu des Parisiens; cependant il les trouvait
toujours un peu froids, en les comparant au peuple des provinces. Il
menait une vie pleine et sérieuse, prenant quelquefois le délassement de
la chasse, se promenant seulement une heure par jour, et ne recevant du
monde qu'une fois par semaine. Ces jours-là, la Comédie française venait
à Saint-Cloud, et y représentait des tragédies ou des comédies, sur un
très joli théâtre qu'on y avait construit. Ce fut alors que commencèrent
les embarras de M. de Rémusat, pour amuser celui que M. de Talleyrand
appelait _l'inamusable_. En vain, on choisissait dans notre répertoire
théâtral quelques-uns de nos chefs-d'oeuvre; en vain, nos meilleurs
comédiens s'évertuaient à lui plaire; le plus souvent il apportait à
ces représentations un esprit préoccupé et distrait par la gravité de
ses rêveries. Il s'en prenait à son premier chambellan, à Corneille, à
Racine, aux acteurs, du peu d'attention qu'il avait donné au spectacle.
Il aimait le talent, ou plutôt la personne de Talma, avec qui il avait
eu quelque liaison, pendant l'obscurité de sa première jeunesse. Il lui
donnait beaucoup d'argent, et le recevait familièrement; mais Talma
lui-même ne venait guère plus qu'un autre à bout de l'intéresser. Tel
qu'un malade qui se prend aux autres du mauvais état de sa santé, il
s'irritait de voir glisser sur lui les plaisirs qui convenaient à
autrui, et croyait toujours qu'en grondant et tourmentant, il ferait
inventer enfin ce qui arriverait à le distraire. Il fallait plaindre
très sérieusement l'homme chargé de ses plaisirs. Malheureusement pour
nous, M. de Rémusat a été cet homme-là, et je pourrais dire ce qu'il a
eu à souffrir.

En ce même temps, l'empereur se flattait encore de pouvoir lutter contre
les Anglais, par quelques succès maritimes. Les flottes réunies,
espagnoles et françaises, faisaient souvent des tentatives; on essayait
de défendre les colonies. L'amiral Nelson, nous poursuivant partout,
sans doute dérangeait la plupart de nos entreprises, mais on le cachait
soigneusement, et à croire nos journaux, nous battions les Anglais
journellement.

Il est vraisemblable que le projet de la descente était abandonné. Le
ministère anglais nous suscitait des ennemis redoutables sur le
continent. L'empereur de Russie, jeune et appelé à l'indépendance par
son caractère, se blessait déjà peut-être de la prépondérance que
voulait exercer le nôtre, et quelques-uns de ses ministres étaient
soupçonnés de favoriser la politique anglaise qui voulait qu'il devînt
notre ennemi. La paix avec l'Autriche ne tenait qu'à un fil, le roi de
Prusse seul semblait décidé à demeurer notre allié.

«Pourquoi, disait encore une note du _Moniteur_, tandis que l'empereur
de Russie exerce son influence sur la Porte, ne voudrait-il pas que
celui de France exerçât la sienne sur quelques parties de l'Italie?
Lorsque, avec le télescope d'Herschell, il observe de la terrasse du
palais de Tauride ce qui se passe entre l'empereur des Français et
quelques peuplades de l'Apennin, il n'exige pas sans doute que
l'empereur des Français ne voie pas ce que devient cet ancien et
illustre empire de Soliman, et ce que devient la Perse. Il est à la
mode d'accuser la France d'ambition; cependant quelle a été sa
modération passée! etc., etc...»

Au mois d'août, l'empereur partit pour Boulogne. Il n'entrait plus alors
dans ses projets de visiter les flottilles, mais de passer en revue la
nombreuse armée qui campait dans le Nord, et qu'il n'allait point tarder
à faire marcher. Pendant cette absence, l'impératrice fit un voyage aux
eaux de Plombières; et je puis, il me semble, employer ce répit à
revenir un peu sur nos pas, pour donner quelques détails sur M. de
Talleyrand, détails que, je ne sais pourquoi, j'ai omis jusqu'à présent.

On sait comment M. de Talleyrand, rentré en France depuis quelque temps,
fut nommé ministre des relations extérieures[17], par les soins de
madame de Staël qui indiqua ce choix au directeur Barras. Ce fut sous le
gouvernement des directeurs qu'il fit connaissance avec madame Grand.
Quoiqu'elle ne fût plus de la première jeunesse, cette belle Indienne
était encore remarquée, alors, pour sa beauté. Elle voulait passer en
Angleterre où vivait son mari, et elle alla demander un passeport à M.
de Talleyrand. Sa visite et sa vue produisirent sur lui un tel effet,
apparemment, que le passeport ne fut point donné, ou devint inutile.
Madame Grand demeura à Paris, et, peu après, on la vit fréquenter
l'hôtel des relations extérieures, et plus tard elle y fut logée.
Cependant Bonaparte était premier consul; ses victoires et ses traités
avaient amené à Paris les ambassadeurs des premières puissances de
l'Europe, et une foule d'étrangers. Les hommes obligés, par leur état,
de fréquenter M. de Talleyrand, prenaient assez bien leur parti de
trouver à sa table et dans son salon madame Grand qui en faisait les
honneurs; seulement, ils s'étonnaient de la faiblesse qui avait consenti
à mettre dans une telle évidence une femme belle seulement, et d'un
esprit si médiocre, et d'un caractère si difficile, qu'elle blessait
continuellement M. de Talleyrand par les platitudes qui lui échappaient,
comme elle troublait son repos par l'inégalité de son humeur. M. de
Talleyrand a de la douceur et un grand _laisser aller_ pour toutes les
habitudes journalières. Il est assez aisé de le dominer en
l'effarouchant, parce qu'il n'aime point le bruit, et madame Grand
employait, assez habilement, ses charmes et ses exigences pour le
dominer.

     [Note 17: Le 15 juillet 1797. Il était rentré en France
     depuis le mois de septembre 1795. (P. R.)]

Cependant, quand il fut question de présenter les ambassadrices chez le
ministre, il s'éleva des difficultés. Quelques-unes ne voulurent point
être exposées à être reçues par madame Grand. Elles se plaignirent, et
ces mécontentements parvinrent aux oreilles du premier consul. Aussitôt,
il eut avec M. de Talleyrand, à ce sujet, un entretien décisif, et il
déclara à son ministre qu'il devait bannir madame Grand de sa maison.
Celle-ci, à peine eut-elle appris une pareille décision, qu'elle vint
trouver madame Bonaparte; et, à force de larmes et de supplications,
elle obtint qu'elle lui procurât une entrevue avec Bonaparte. Elle ne
fut pas plus tôt en sa présence, qu'elle tomba à ses genoux et le supplia
de révoquer un arrêt qui la réduisait au désespoir. Bonaparte finit par
être ému des pleurs et des cris de cette belle personne; et après
l'avoir un peu calmée: «Je ne vois qu'un moyen, dit-il. Que Talleyrand
vous épouse, et tout sera arrangé; mais il faut que vous portiez son
nom, ou que vous ne paraissiez plus chez lui.» Madame Grand fut très
satisfaite de cette décision. Le consul la répéta à M. de Talleyrand en
ne lui donnant que vingt-quatre heures pour se déterminer. On a dit
qu'il avait trouvé un malin plaisir à le faire marier, et qu'il était
secrètement charmé de cette occasion de le flétrir, et, suivant son
système favori, de se donner ainsi une garantie de plus de la fidélité
que celui-ci serait forcé de lui garder. Il est bien possible que cette
idée soit entrée dans sa tête; il est certain aussi que madame
Bonaparte, sur laquelle les larmes avaient toujours un extrême empire,
usa de tout son crédit auprès de son époux, pour le rendre favorable à
madame Grand.

M. de Talleyrand rentra chez lui, assez troublé de la prompte
détermination qu'on exigeait de lui. Il y fut accueilli par des scènes
violentes; on l'attaqua avec tous les moyens qui devaient le plus
épuiser sa résistance; il fut pressé, poursuivi, agité contre ses
inclinations. Un reste d'amour, la puissance de l'habitude, peut-être
aussi la crainte d'irriter une femme qu'il est impossible qu'il n'eût
pas mise dans quelques-uns de ses secrets, le déterminèrent. Il céda,
partit pour la campagne, et trouva dans un village de la vallée de
Montmorency un curé qui consentit à le marier. Deux jours après on
apprit que madame Grand était devenue madame de Talleyrand, et tous les
embarras du Corps diplomatique furent aplanis. Il paraît que M. Grand,
qui habitait en Angleterre, quoique peu désireux de retrouver une femme
avec laquelle il avait rompu depuis longtemps, ne négligea point
l'occasion de se faire payer alors chèrement les réclamations contre ce
mariage dont il menaça, à plusieurs reprises, les deux nouveaux époux.
Pour avoir quelques distractions dans sa propre maison, M. de Talleyrand
fit venir de Londres la fille d'une de ses amies qui, en mourant, lui
avait recommandé cette enfant. C'est cette petite Charlotte qu'on a vu
élever chez lui, et qu'on a crue, très faussement, être sa fille. Il s'y
attacha vivement, soigna beaucoup son éducation, et, à l'âge de dix-sept
ans, l'ayant adoptée et décorée de son nom, il l'a mariée à son cousin
le baron de Talleyrand. Elle se conduit fort bien aujourd'hui, et elle
est venue à bout de gagner la bienveillance des Talleyrand, tous d'abord
assez justement mécontents de ce mariage.

Les gens qui connaissent M. de Talleyrand, qui savent à quel point il
porte la délicatesse du goût, l'habitude d'une conversation fine et
spirituelle, et le besoin d'un repos intérieur, se sont étonnés qu'il
ait uni sa vie à celle d'une personne qui le choquait à tous les moments
de la journée. Il est donc assez vraisemblable que des circonstances
impérieuses l'ont forcé, et que la volonté de Bonaparte, et le peu de
temps qu'on lui a donné pour se déterminer, se sont opposés à la
rupture, qui, dans le fond, lui eût bien mieux convenu. En effet, quelle
différence pour M. de Talleyrand, si, en s'affranchissant d'un tel joug,
il eût dès lors pris pour but de sa conduite son rapprochement futur
avec l'Église qu'il avait abandonnée! Sans oser lui souhaiter que ce
retour eût été fait avec une véritable bonne foi, combien il eût gagné
de considération, si, plus tard, quand tout fut à peu près recréé et
replacé, il eût revêtu l'automne de sa vie de la pourpre romaine, et du
moins réparé, pour le monde, le scandale de sa vie! Cardinal, grand
seigneur, homme vraiment distingué, il aurait eu des droits à tous les
respects, à tous les égards, et sa marche n'aurait pas eu ce caractère
d'embarras et d'hésitation qui l'a tant gêné depuis. Mais dans la
situation où il s'est mis, quelles précautions n'a-t-il pas dû prendre
pour échapper, autant que possible, au ridicule toujours suspendu sur
lui! Sans doute il s'est mieux tiré qu'un autre de l'étrange évidence
dans laquelle il était. Un profond silence sur les ennuis secrets, les
apparences d'une complète indifférence pour les niaiseries qui
échappaient à sa compagne et pour les écarts qu'elle se permit, un peu
de hauteur à l'égard de ceux qui auraient tenté de sourire de lui ou
d'elle, une extrême politesse qui appelait la bienveillance, un grand
crédit, une considération politique immense, une fortune énorme,
dépensée noblement, une patience à toute épreuve pour dévorer l'insulte,
une grande habileté pour s'en venger à propos, voilà ce qu'il opposa,
avec une suite vraiment remarquable, au blâme général qu'il avait
excité, mais qui ne savait sous quelle forme se montrer; et, malgré ses
fautes qui sont immenses, le mépris public n'a jamais osé l'atteindre.
Mais il ne faut pas croire qu'intérieurement il n'ait pas été puni de
son imprudente conduite. Privé de tout bonheur intime, à peu près
brouillé avec sa famille qui ne pouvait guère se mettre en relations
avec madame de Talleyrand, il fut forcé de se livrer à une vie toute
factice, qui pût l'arracher à l'ennui de sa maison, et peut-être à
l'amertume de ses secrètes pensées.

Les affaires publiques le servirent et l'occupèrent; il livra au jeu le
temps qu'elles lui laissaient. Toujours environné d'une cour nombreuse,
donnant aux affaires ses matinées, à la représentation le soir, et la
nuit aux cartes, jamais il ne s'exposait au tête-à-tête fastidieux de sa
femme, ni aux dangers d'une solitude qui lui eût inspiré de trop
sérieuses réflexions. Toujours attentif à se distraire de lui-même, il
ne venait chercher le sommeil que lorsqu'il était sûr que l'extrême
fatigue lui permettrait de l'obtenir.

Au reste, l'empereur, par sa conduite à l'égard de madame de Talleyrand,
ne le dédommagea point de l'obligation qu'il lui avait imposée. Il la
traita toujours froidement, et souvent avec impolitesse, ne lui
accordant jamais sans difficultés les distinctions accordées au rang où
elle était appelée, et ne dissimulant point la déplaisance qu'elle lui
inspirait, même dans les temps où M. de Talleyrand avait encore toute sa
confiance. Ce dernier dévora tout, et ne laissa jamais échapper la
moindre plainte. Il arrangea les choses pour que sa femme se montrât peu
à la cour; elle recevait tous les étrangers, à certains jours les
personnes qui tenaient au gouvernement; elle ne faisait guère de
visites; on n'en exigeait point d'elle; on la comptait pour rien. Il
était clair que, pourvu qu'en entrant et en sortant de son salon on lui
fît une révérence, M. de Talleyrand n'en demandait pas davantage.
J'oserais, en finissant, dire qu'il parut toujours porter, avec un
courage parfaitement résigné, le _tu l'as voulu_ de la comédie.

La suite de ces mémoires me ramènera à parler de M. de Talleyrand, quand
j'aurai atteint le temps de notre liaison avec lui[18].

     [Note 18: Cette liaison de mes grands-parents avec M. de
     Talleyrand, commencée pendant le séjour de mon grand-père à
     Milan, devenait précisément plus intime dans la même année.
     Voici ce que ma grand'mère écrivait de lui à son mari, le 6
     vendémiaire an XIV (28 sept. 1805): «J'ai été réellement
     contente du ministre. Dans une petite audience qu'il m'a
     donnée, il m'a témoigné de l'amitié à sa manière. Vous pouvez
     lui dire qu'il a été bien aimable, que je vous l'ai écrit.
     Cela ne fait jamais de mal. Je lui ai dit, en riant: «Aimez
     donc mon mari; cela ne vous donnera pas grand'peine, et cela
     me fera plaisir.» Il m'a assuré qu'il vous aimait, _et je
     l'ai cru_. Il prétend que nous nous ennuyons trop à la cour
     pour ne pas devenir toutes un peu galantes, _moi_, dit-il,
     _un peu plus tard que les autres, parce que je ne suis pas
     tout à fait bête, et que l'esprit est la plus sûre
     sauvegarde_. J'avais envie de lui dire qu'il n'en était pas
     la preuve, et que je sentais en moi une bien meilleure
     défense, qui est tout entière dans ce sentiment si doux, si
     exclusif que tu as su m'inspirer, et qui fait le bonheur de
     ma vie, même en ce moment où il me cause de vifs chagrins.»
     Ce chagrin, c'était l'absence. (P. R.)]

Je n'ai point connu madame Grand dans l'éclat de sa jeunesse et de sa
beauté, mais j'ai entendu dire qu'elle avait été une des plus charmantes
personnes de son temps. Grande, sa taille avait toute la souplesse et
l'abandon gracieux si ordinaire aux femmes de son pays. Son teint était
éblouissant, ses yeux d'un bleu animé; le nez un peu court, retroussé
et, par un hasard assez singulier, lui donnant quelque ressemblance avec
M. de Talleyrand. Ses cheveux, d'un blond particulier, avaient une
beauté qui passa presque comme un proverbe. Je crois qu'elle devait
avoir au moins trente-six ans, quand elle épousa M. de Talleyrand.
L'élégance de sa taille commençait à disparaître un peu, par
l'embonpoint qu'elle prit alors, qui a fort augmenté depuis, et qui a
fini par détruire la finesse de ses traits et la beauté de son teint
devenu fort rouge. Elle a le son de voix désagréable, de la sécheresse
dans les manières, une malveillance naturelle à l'égard de tout le
monde, et un fonds de sottise inépuisable, qui ne lui a jamais permis de
rien dire à propos. Les amis intimes de M. de Talleyrand ont toujours
été les objets de sa haine particulière, et l'ont cordialement détestée.
Son élévation lui a donné peu de bonheur, et ce qu'elle a eu à souffrir
n'a jamais excité l'intérêt de personne[19].

     [Note 19: Le bref du pape, qui relevait M. de Talleyrand
     des excommunications encourues, était alors considéré, par
     lui, comme une permission de devenir laïque, et même de se
     marier, quoique rien de pareil n'y soit dit expressément. On
     peut s'en convaincre en lisant l'ouvrage très intéressant de
     sir Henry Lytton Bulwer, qui me paraît être ce qu'on a écrit
     de plus juste et de plus bienveillant à la fois, sur son
     esprit, sur sa personne et sur l'influence, tant de fois
     utile à la France, qu'il a exercée en Europe. Quant à son
     mariage, l'auteur en parle ainsi: «La dame qu'il épousa, née
     dans les Indes orientales, et séparée de M. Grand, était
     remarquable par sa beauté autant que par son peu d'esprit.
     Tout le monde a entendu l'anecdote à propos de sir George
     Robinson, auquel elle demandait des nouvelles de son
     domestique _Friday_. Mais M. de Talleyrand défendait son
     choix en disant: «Une femme d'esprit compromet souvent son
     mari, une femme stupide ne compromet qu'elle-même.» (Essai
     sur Talleyrand par sir Henry Lytton Bulwer G. C. B, ancien
     ambassadeur, trad. de l'anglais par M. G. Perrot) (P. R.)]

Tandis que l'empereur passait en revue toute son armée, madame Murat
alla lui faire une visite à Boulogne, et il exigea que madame Louis
Bonaparte, qui avait accompagné son mari aux eaux de Saint-Amand,
l'allât joindre aussi, et lui menât son fils. Il lui arriva plus d'une
fois de parcourir les rangs de ses soldats avec cet enfant dans ses
bras. Cette armée était alors admirablement belle, soumise à une exacte
discipline, animée, bien pourvue, et fort impatiente de la guerre. Ses
désirs ne tardèrent pas à être satisfaits. Malgré les rapports de nos
journaux, nous étions presque toujours arrêtés dans tout ce que nous
tentions sur mer pour protéger nos colonies; l'entreprise de la descente
paraissait de jour en jour plus périlleuse; il fallait frapper l'Europe
par quelque nouveauté moins douteuse.

«Nous ne sommes plus, disaient les notes du _Moniteur_ en s'adressant
aux Anglais, ces Français si longtemps vendus et trahis par des
ministres perfides, des maîtresses avides et des rois fainéants. Vous
marchez vers une inévitable destinée.»

Nous livrâmes un combat naval à la hauteur du cap Finistère, combat dont
les deux nations, anglaise et française, firent une victoire, où sans
doute la bravoure nationale opposa une forte résistance à la science de
l'ennemi, mais qui n'eut d'autre résultat que de faire rentrer notre
flotte dans le port. Peu après, nos journaux retentirent de plaintes sur
les outrages que le pavillon vénitien avait éprouvés, depuis qu'il
dépendait de l'Autriche. On sut bientôt que les troupes autrichiennes se
mettaient en mouvement, que l'alliance entre les deux empereurs
d'Autriche et de Russie était décidée contre nous. Les journaux anglais
annoncèrent avec triomphe la guerre continentale.

On fêta cette année le jour de naissance de Bonaparte, avec beaucoup de
pompe, d'un bout de la France à l'autre. Il revint de Boulogne le 3
septembre, et, dans ce temps, le Sénat rendit un décret par lequel, on
dut reprendre au 1er janvier 1806 le calendrier grégorien. Ainsi
disparurent peu à peu les dernières traces de la République qui avait
duré, ou paru durer, treize ans.



CHAPITRE XIV.

(1805.)


M. de Talleyrand et M. Fouché.--Discours de l'empereur au Sénat.--Départ
de l'empereur.--Les bulletins de la grande armée.--Misère de Paris
pendant la guerre.--L'empereur et les maréchaux.--Le faubourg
Saint-Germain.--Trafalgar.--Voyage de M. de Rémusat à Vienne.


À l'époque dont je parle, M. de Talleyrand était encore mal avec Fouché
et, ce qui est assez curieux à dire, je me souviens que ce dernier
l'accusait de manquer de conscience et de bonne foi. Il se souvenait
toujours que, lors de l'attentat du 3 nivôse[20], M. de Talleyrand
l'avait fortement accusé de négligence auprès de Bonaparte, et n'avait
pas peu contribué à le faire renvoyer. Revenu au ministère, il gardait
secrètement sa rancune, et ne laissait guère échapper d'occasion de la
satisfaire, par des moqueries âpres et un peu cyniques, qui, d'ailleurs,
faisaient le ton ordinaire de sa conversation. MM. de Talleyrand et
Fouché ont été deux hommes vraiment remarquables, et tous deux très
utiles à Bonaparte; mais on ne pouvait pas voir moins de ressemblance et
de points de contact entre deux personnages dans de si continuelles
relations. L'un avait gardé fidèlement les manières gracieusement
insolentes (si on peut se servir de cette expression) des grands
seigneurs de l'ancien régime. Fin, silencieux, mesuré dans ses discours,
froid dans son abord, aimable dans la conversation, ne tenant sa force
que de lui seul, car il n'avait dans sa main aucun parti, ses fautes
mêmes et, pour dire tout, la flétrissure de l'oubli de son ancien état,
ne paraissaient point une garantie suffisante aux révolutionnaires qui
le connaissaient si adroit et si souple, qu'ils le supposaient
conservant toujours des moyens de leur échapper. D'ailleurs, il ne se
livrait à personne, impénétrable sur les affaires dont il était chargé,
et sur l'opinion qu'il avait du maître qu'il servait; et, pour achever
de le peindre, affectant une sorte de nonchalance, ne négligeant aucune
de ses aises, soigné dans sa toilette, parfumé, amateur de bonne chère
et de toutes les jouissances du luxe, jamais empressé auprès de
Bonaparte, sachant se faire souhaiter par lui, ne le flattant point en
public, et comme sûr de lui demeurer constamment nécessaire.

     [Note 20: La machine infernale.]

Fouché, au contraire, véritable produit de la Révolution, sans soin de
sa personne, portait les broderies et les cordons qui annonçaient ses
dignités comme s'il dédaignait de les arranger sur lui, s'en moquant
même dans l'occasion, actif, animé, toujours un peu inquiet; bavard,
assez menteur, affectant une sorte de franchise qui pouvait bien être le
dernier degré de la ruse, se vantant volontiers, assez disposé à se
livrer au jugement des autres en racontant sa conduite, ne cherchant
guère à se justifier que par le mépris d'une certaine morale ou
l'insouciance d'une certaine approbation; mais il conservait avec un
soin qui, quelquefois, inquiétait Bonaparte, des relations avec un parti
que l'empereur se croyait obligé de ménager dans sa personne. Au travers
de tout cela, Fouché ne manquait pas d'une sorte de bonhomie; il avait
même quelques qualités intérieures. Il était bon mari d'une femme laide
et assez ennuyeuse, et très bon, même très faible père. Il envisageait
les révolutions dans leur ensemble, il haïssait les tracasseries
partielles, les soupçons journaliers, et c'est par suite de cette
disposition que sa police ne suffisait point à l'empereur. Là où il
voyait du mérite, il lui rendait justice; on n'a point raconté de lui de
vengeances qui lui aient été personnelles, et il ne s'est pas montré
capable de jalousies prolongées. Il est même vraisemblable que, s'il est
resté plusieurs années ennemi de M. de Talleyrand, c'est encore moins
parce qu'il avait à se plaindre de lui, que parce que l'empereur a pris
soin d'entretenir cette froideur entre deux hommes dont il eût cru
l'union dangereuse pour lui. Et, en effet, c'est à peu près vers le
temps où ils se sont rapprochés qu'il a commencé à se défier d'eux, et à
les éloigner un peu de ses affaires.

Mais, en 1805, M. de Talleyrand avait un crédit bien plus étendu que
Fouché. Il s'agissait de fonder une royauté, d'imposer à l'Europe et à
la France, par une diplomatie habile et par la pompe d'une cour, et le
ci-devant grand seigneur était bien meilleur à consulter sur tout cela.
Il avait une immense réputation en Europe; on lui connaissait des
opinions conservatrices, qui semblaient aux souverains étrangers une
morale suffisante pour eux. L'empereur, pour inspirer confiance à ses
voisins, avait besoin de faire suivre sa signature de celle de son
ministre des affaires étrangères. Il lui pardonna cette flatteuse
distinction, tant qu'il la crut nécessaire à ses projets.

L'agitation dans laquelle était l'Europe, au moment où la rupture avec
la Russie et l'Autriche éclata, redoubla les entretiens de l'empereur
avec M. de Talleyrand; et, quand il partit pour commencer la campagne,
le ministre alla s'établir à Strasbourg afin d'être à portée de se
rendre près de l'empereur au moment où le canon français aurait marqué
l'heure des négociations.

Vers le milieu de septembre, le bruit d'un prochain départ se répandit à
Saint-Cloud. M. de Rémusat reçut l'ordre de se rendre à Strasbourg, et
d'y faire préparer le logement impérial; et l'impératrice déclara si
vivement l'intention de suivre son époux qu'il fut décidé qu'elle irait
à Strasbourg avec lui. Une cour assez nombreuse devait les suivre. Mon
mari s'éloignant, j'aurais fort souhaité de l'accompagner, mais je
devenais de plus en plus malade, et hors d'état de faire un voyage. Il
fallut donc me soumettre à cette nouvelle séparation, bien autrement
triste que l'autre. C'était la première fois, depuis mon installation à
cette cour, que je voyais l'empereur partir pour l'armée. Les dangers
qu'il allait courir ranimèrent tout l'attachement que je lui portais. Je
ne me sentais plus la force de lui rien reprocher quand je le voyais
s'éloigner pour un si grave motif, et la pensée que, de tant de
personnes qui partaient avec lui, il y en aurait peut-être quelques-unes
que je ne devais plus revoir, me serrait le coeur au milieu du salon de
Saint-Cloud, et quelquefois me faisait venir les larmes aux yeux. Tout
autour de moi, je voyais des femmes, des mères navrées, qui n'osaient
pourtant pas laisser voir leur douleur tant était grande la crainte de
déplaire! De même les militaires affectaient cette insouciance, parade
nécessaire de leur état. Mais, à cette époque il y en avait déjà un bon
nombre qui, parvenus à une fortune satisfaisante et ne pouvant pas
prévoir l'élévation presque gigantesque où la continuité des guerres les
a portés depuis, regrettaient sincèrement la vie opulente et tranquille
dont ils avaient pris l'habitude depuis quelques années.

En France, la loi de la conscription s'exécutait avec sévérité et
agitait les provinces; à Paris, les partis se flattaient que bien des
choses allaient être remises en question, et on envisageait avec assez
de froideur la nouvelle gloire que nos armes devaient acquérir. Mais le
soldat, l'officier simple, étaient pleins d'ardeur et d'espérance, et
volaient aux frontières avec cet empressement qui présage le succès.

Le 20 septembre, cet article parut dans _le Moniteur_:

«L'empereur d'Allemagne, sans négociations ni explications préalables,
et sans déclaration de guerre, a envahi la Bavière. L'électeur s'est
retiré à Wurtzbourg, où toute l'armée bavaroise s'est réunie.»

Le 23, l'empereur se rendit au Sénat; il y porta le décret qui rappelait
les réserves des conscrits de cinq années. Le ministre de la guerre,
Berthier, lut un rapport sur la guerre qu'on allait faire, et le
ministre de l'intérieur démontra la nécessité de faire garder les côtes
par des gardes nationales.

Le discours de l'empereur fut simple et imposant; on l'approuva
généralement; les sujets de plaintes que nous pouvions avoir contre
l'Autriche furent longuement exposés dans _le Moniteur_. Nul doute que
l'Angleterre, sinon inquiète, du moins fatiguée par le séjour de nos
troupes sur les côtes, n'ait employé toute sa politique à soulever
contre nous des ennemis sur le continent, et que la création du royaume
d'Italie, et surtout sa réunion à l'empire français, n'aient
suffisamment inquiété le cabinet autrichien. À moins de connaître les
secrets de la diplomatie à cette époque, ce dont je suis fort éloignée,
on ne s'explique pas comment l'empereur de Russie rompit avec nous. Il
est présumable que des gênes commerciales commencèrent à lui donner de
l'inquiétude dans ses relations avec l'Angleterre.

J'ajouterai, si l'on veut, les paroles de Napoléon lui-même, qui à cette
époque disait: «L'empereur Alexandre est jeune, il veut tâter de la
gloire, et comme tous les enfants, suivre une route différente de celle
qu'a suivie son père.» Je n'expliquerai pas davantage la neutralité que
garda le roi de Prusse, qui nous fut si avantageuse, et qui lui devint
si fatale, puisqu'elle ne fit que reculer sa perte d'une année. Il me
semble que l'Europe se trompa; il fallait mieux deviner l'empereur,
consentir franchement à lui céder toujours, ou s'entendre tous pour
l'écraser dès son début.

Mais revenons à mon récit, dont je me suis écartée pour traiter une
matière trop au-dessus de mes forces.

Je passai à Saint-Cloud les derniers jours qui précédèrent le départ.
L'empereur travaillait sans relâche; quand il était fatigué, il se
couchait quelques heures dans la journée, pour se relever au milieu de
la nuit. Du reste, il avait de la sérénité, même plus de grâce que dans
un autre temps; il recevait du monde comme de coutume, assistait à
quelques spectacles, et se ressouvint à Strasbourg d'envoyer au comédien
Fleury une gratification, parce que, deux jours avant son départ, il
avait joué devant lui _le Menteur_ de Corneille qui l'avait amusé.

Quant à l'impératrice, elle avait toute la confiance dont la femme de
Bonaparte devait avoir contracté l'habitude. Satisfaite de le suivre, et
d'échapper par ce moyen aux discours parisiens qui l'effrayaient, à la
surveillance de ses beaux-frères, à l'ennui du palais de Saint-Cloud,
s'amusant d'une représentation nouvelle, elle envisageait une campagne
comme un voyage, et conservait un calme qui, ne pouvant tenir à de
l'indifférence, vu sa situation, renfermait au fond quelque chose de
flatteur pour celui qu'elle croyait fermement que la fortune n'oserait
abandonner. Louis Bonaparte, infirme, devait demeurer à Paris, et il
avait l'ordre, ainsi que sa femme, de recevoir du monde. Joseph
présidait les conseils d'administration du Sénat. Logé au Luxembourg, il
devait aussi y tenir une cour. La princesse Borghèse faisait des remèdes
à Trianon; madame Murat se retirait à Neuilly où elle embellissait une
demeure charmante; Murat suivait l'empereur à l'armée. M. de Talleyrand
devait demeurer à Strasbourg, jusqu'à nouvel ordre. M. Maret
accompagnait l'empereur: il était le grand rédacteur des bulletins.

Le 24, l'empereur partit, et il arriva à Strasbourg sans s'arrêter. Je
revins tristement à Paris rejoindre mes enfants, ma mère, et ma soeur
inquiète et séparée de M. de Nansouty qui commandait une division de
cavalerie.

Dès le départ de l'empereur, on commença à répandre à Paris des bruits
d'invasion sur nos côtes, et en effet peut-être eût-on pu tenter une
telle expédition, mais, heureusement, nous n'avions pas affaire à des
ennemis aussi audacieusement entreprenants que nous; et, à cette époque,
les Anglais étaient loin d'avoir dans leurs troupes de terre la
confiance que, depuis, elles ont mérité de leur inspirer.

Le resserrement de l'argent se fit presque aussitôt sentir; un peu plus
tard, les payements de la Banque furent suspendus; l'argent devint cher,
jusqu'à se vendre à un prix très élevé. J'entendais dire que notre
commerce d'exportation ne suffisait point à nos besoins, et que la
guerre l'arrêtait tout à fait et haussait le prix de tout ce qui nous
venait du dehors. Là, dit-on, était la cause de cette gêne subite que
nous éprouvions[21].

     [Note 21: «Depuis la chute des assignats, a dit M. Thiers
     (t. VI, p. 31), le numéraire, quoiqu'il eût promptement
     reparu, était toujours demeuré insuffisant, par une cause
     facile à comprendre. Le papier-monnaie, tout en étant
     discrédité dès le premier jour de son émission, avait
     néanmoins fait l'office de numéraire, pour une partie
     quelconque des échanges, et avait expulsé de France une
     partie des espèces métalliques. La prospérité publique,
     subitement restaurée sous le consulat, n'avait cependant pas
     assez duré pour ramener l'or et l'argent sortis du pays. S'en
     procurer était, à cette époque, l'un des soins constants du
     commerce. La Banque de France, qui avait pris un rapide
     développement, parce qu'elle fournissait, au moyen de ses
     billets parfaitement accrédités, un supplément de numéraire,
     la Banque de France avait la plus grande peine à maintenir
     dans ses caisses une réserve métallique proportionnée à
     l'émission de ses billets. Une portion considérable de notre
     numéraire était transportée à Hambourg, Amsterdam, Gênes,
     Libourne, Venise, Trieste, pour payer les sucres et les cafés
     que les Anglais y faisaient entrer, par le commerce libre ou
     par la contrebande. Tous les commerçants du temps se
     plaignaient de cet état de choses, et ce sujet était
     journellement discuté à la Banque par les négociants les plus
     éclairés de France.» Cette situation, décrite par M. Thiers
     pour le mois de septembre 1805, s'était fort aggravée par la
     déclaration de guerre. La suspension des payements de _la
     caisse de consolidation_ en Espagne, les embarras de la
     compagnie des _Négociants réunis_, la suspension des
     payements de la Banque, les faillites nombreuses, à Paris et
     en province, furent les premiers effets de la campagne
     d'Austerlitz. (P. R.)]

Les inquiétudes particulières venaient encore ajouter à la tristesse
générale. Déjà beaucoup de familles distinguées avaient livré leurs
enfants à la carrière des armes et tremblaient sur leur destinée. Quelle
attente pour des parents, que celle de ces bulletins qui pouvaient
apprendre, tout à coup, la perte de ce qu'on avait de plus cher! Quel
supplice Bonaparte a imposé à des mères, à des femmes pendant tant
d'années! Il s'est quelquefois étonné de la haine qu'il a fini par
inspirer; pouvait-on lui pardonner une anxiété si douloureuse et si
prolongée, tant de larmes répandues, de nuits sans sommeil et de
journées pleines d'épouvante? S'il a bien voulu y regarder, il aura vu
qu'il n'est pas un sentiment naturel qu'il n'ait froissé.

Avant son départ, pour offrir un débouché à la noblesse, il s'avisa de
créer ce qu'on appela _la garde d'honneur_. Il en donna le commandement
à son grand maître des cérémonies. Il était presque plaisant de voir
l'empressement que M. de Ségur mettait à former ce corps, le zèle que
certains personnages témoignaient pour y entrer, et l'anxiété
qu'éprouvaient quelques chambellans, qui se persuadaient que l'empereur
les approuverait fort en leur voyant échanger leur habit rouge contre un
uniforme. Je n'oublierai jamais la surprise, et presque l'effroi que me
causa M. de Luçay, préfet du palais, douce et craintive créature,
lorsqu'il vint me demander si M. de Rémusat, père de famille, ancien
magistrat, alors âgé de plus de 40 ans, ne comptait pas embrasser ainsi,
tout à coup, la carrière militaire qui s'ouvrait à tout le monde. Nous
commencions à être habitués à tant de choses bizarres que, malgré ma
raison, j'éprouvai une sorte d'inquiétude. J'écrivis à ce sujet à mon
mari, qui me répondit que nulle ardeur martiale ne s'était heureusement
emparée de lui, et qu'il espérait que l'empereur compterait encore près
de lui d'autres services que ceux de l'épée.

L'empereur, dans ce temps, nous avait rendu quelque bienveillance. En
quittant Strasbourg, il avait laissé à mon mari toute la surveillance de
la cour et de la maison de l'impératrice. C'était lui imposer une vie
assez douce, qui n'avait d'autre inconvénient que de traîner après soi
un peu d'ennui. Mais M. de Talleyrand, qui demeurait aussi à Strasbourg,
mit de l'intérêt dans les journées de M. de Rémusat. À cette époque
commença leur véritable liaison; ils se virent beaucoup. M. de Rémusat,
naturellement simple, modeste, retiré, gagnait beaucoup à être vu de
près. M. de Talleyrand démêla la finesse de son esprit, la rectitude de
son jugement, la droiture de ses aperçus. Il prit confiance en lui,
rendant justice à la sûreté de son commerce, lui témoigna de l'amitié,
et lui, touché d'en rencontrer là où il n'en avait point attendu, lui
voua dès ce moment un attachement qu'aucune vicissitude n'a pu démentir.

Cependant, l'empereur avait promptement quitté Strasbourg. Dès le 1er
octobre, il était en campagne, et toute l'armée, transportée de Boulogne
comme par enchantement, dépassait nos frontières. L'électeur de Bavière,
sommé par l'empereur d'Autriche de donner passage à ses troupes et s'y
refusant, se vit envahi de tous côtés; mais Bonaparte ne tarda point à
voler à son secours.

Nous vîmes donc paraître le premier bulletin de la grande armée, qui
nous annonça un premier avantage à Donauvoerth, et nous donna les
proclamations de l'empereur et celle du vice-roi d'Italie. Masséna
devait seconder ce dernier, et faire pénétrer dans le Tyrol les armées
française et italienne réunies. À toutes les paroles qui devaient
enflammer nos soldats, on joignait encore et on imprimait des railleries
mordantes contre l'ennemi. Une circulaire adressée aux habitants de
l'Autriche, pour leur demander des provisions de charpie, était publiée,
et accompagnée de cette note: «Nous espérons que l'empereur d'Autriche
n'en aura pas besoin, puisqu'il est retourné à Vienne.» Les insultes
n'étaient point épargnées aux ministres et à quelques grands seigneurs
autrichiens, entre autres, au comte de Colloredo qu'on accusait d'être
dirigé par sa femme, toute dévouée à la politique anglaise. Ces
petitesses se trouvaient pèle-mèle, dans les bulletins, avec des phrases
vraiment élevées, et d'une éloquence plus romaine que française, mais
qui ne laissait pas de frapper.

L'activité de Bonaparte dans cette campagne fui réellement surprenante.
Dès le début, il jugea les avantages qu'allaient lui donner les
premières fautes que firent les Autrichiens, et il prévit son succès.
Vers le milieu d'octobre, il écrivait à sa femme: «Rassure-toi, je te
promets la campagne la plus courte et la plus brillante.»

À Wertingen, notre cavalerie eut un avantage sur l'ennemi, M. de
Nansouty s'y distingua. Une autre affaire brillante eut lieu à
Günzbourg, et bientôt les Autrichiens reculèrent de partout.

L'armée s'animait de plus en plus, et paraissait compter pour rien les
rigueurs de la saison qui s'avançait. Prêt à livrer bataille, l'empereur
haranguait ses soldats sur le pont du Lech, au milieu d'une neige qui
tombait abondamment: «Mais, disait le bulletin, ses paroles étaient de
flamme, et le soldat oubliait ses privations.» Le bulletin se terminait
par ces paroles prophétiques: «Les destinées de la campagne sont
fixées[22].»

     [Note 22: Voici le texte même du cinquième bulletin de la
     grande armée: «Augsbourg, 20 vendémiaire an XIV (12 octobre
     1805). L'empereur était sur le pont du Lech lorsque le corps
     d'armée du général Marmont a défilé. Il a fait former en
     cercle chaque régiment, leur a parlé de la situation de
     l'ennemi, de l'imminence d'une grande bataille, et de la
     confiance qu'il avait en eux. Cette harangue avait lieu par
     un temps affreux. Il tombait une neige abondante, et la
     troupe avait de la boue jusqu'aux genoux et éprouvait un
     froid assez vif, mais les paroles de l'empereur étaient de
     flamme; en l'écoutant, le soldat oubliait ses fatigues et ses
     privations, et était impatient de voir arriver l'heure du
     combat. Jamais plus d'événements ne se décideront en moins de
     temps. Avant quinze jours les destins de la campagne et des
     armées autrichiennes et russes seront fixés.» (P. R.)]

La prise d'Ulm et la capitulation de son énorme garnison achevèrent de
frapper l'Allemagne de surprise et de terreur, et commencèrent à imposer
silence aux propos factieux que la surveillance de la police avait assez
de peine à contenir à Paris. Il est difficile d'empêcher les Français de
se ranger du parti de la gloire, et nous commençâmes à prendre part à
celle dont se couvraient nos armées. Mais la gêne d'argent se faisait
sentir toujours d'une manière pénible, le commerce souffrait, les
spectacles étaient déserts; on remarquait l'accroissement de la misère,
et on se soutenait seulement par l'espoir qu'une si brillante campagne
devait être suivie d'une prompte paix.

Après la prise d'Ulm, l'empereur dicta lui-même cette phrase du
bulletin: «On peut faire en deux mots l'éloge de l'armée: elle est digne
de son chef[23].» Il écrivit au Sénat, en lui envoyant les drapeaux pris
sur l'ennemi, et en lui annonçant que l'électeur était rentré dans sa
capitale; et on publia aussi ses lettres aux évêques pour leur demander
de remercier Dieu de nos succès.

     [Note 23: Cette phrase se trouve en effet dans le sixième
     bulletin de la grande armée, daté d'Elchingen, le 26
     vendémiaire an XIV (18 octobre 1805). (P. R)]

Dès le commencement de la campagne, il avait été fait des mandements
dans chaque métropole pour justifier cette nouvelle guerre, et
encourager les conscrits à marcher promptement où ils étaient appelés.
Les évêques recommencèrent de nouveau, et ils épuisèrent les citations
de l'Écriture pour démontrer que l'empereur était protégé par le Dieu
des armées[24].

Joseph Bonaparte avait porté la lettre de son frère au Sénat. Le Sénat
décréta qu'une adresse de félicitations serait portée, en réponse, au
quartier général par un certain nombre de ses membres.

     [Note 24: L'extrême complaisance que mettait le clergé à
     satisfaire l'empereur ne suffisait pas encore à celui-ci, si
     l'on en juge par cette lettre qu'il écrivait à Fouché,
     pendant cette campagne, le 4 nivôse an XIV (25 décembre
     1805). «Je vois des difficultés au sujet de la lecture des
     bulletins dans les églises; je ne trouve point cette lecture
     convenable. Elle n'est propre qu'à donner plus d'importance
     aux prêtres qu'ils ne doivent en avoir; car cela leur donne
     le droit de commenter, et, quand il y aura de mauvaises
     nouvelles, ils ne manqueront pas de les commenter. Voilà
     comme on n'est jamais dans des principes exacts: tantôt on ne
     veut point de prêtres, tantôt on en veut trop; il faut
     laisser tomber cela. M. Portalis a eu très tort d'écrire sa
     lettre, sans savoir si c'était mon intention.» (P. R.)]

L'impératrice reçut à Strasbourg la visite de plusieurs princes
d'Allemagne qui venaient grossir sa cour et lui offrir leurs hommages et
leurs compliments. Elle leur montrait, avec un orgueil assez naturel,
les lettres de l'empereur qui lui annonçait si bien d'avance les
victoires qu'il allait remporter; et force était bien d'admirer cette
habile prévoyance, ou de reconnaître la puissance d'une destinée qui ne
se démentait pas un seul instant.

Le maréchal Ney eut une belle affaire à Elchingen, et l'empereur
consentit tellement à lui en laisser l'honneur que, plus tard, quand il
créa des ducs, il voulut que ce maréchal portât le nom de duc
d'Elchingen.

Je me sers de cette expression _consentir_, parce qu'il a été reconnu
que Bonaparte n'était pas toujours bien exact dans la répartition de
gloire qu'il accordait à ses généraux. Dans un de ces accès de franchise
qu'il se permettait quelquefois, je lui ai entendu dire qu'il n'aimait à
donner de la gloire qu'à ceux qui ne pouvaient la porter. Il lui
arrivait, selon sa politique à l'égard des chefs qu'il avait sous ses
ordres, ou le degré de confiance qu'ils lui inspiraient, de garder le
silence sur certaines victoires, ou de changer en succès telle faute de
tel maréchal. Quelquefois, un général apprenait par un bulletin une
action qu'il n'avait jamais faite, ou un discours qu'il n'avait jamais
tenu. Un autre se voyait tout à coup exalté dans les journaux, et
cherchait quelle occasion lui avait mérité cette distinction. On
essayait de réclamer contre l'oubli, ou lorsqu'on voyait les événements
dénaturés; mais le moyen de revenir sur ce qui était passé, lu et déjà
effacé par des nouvelles plus récentes? Car la rapidité de Bonaparte à
la guerre donnait tous les jours quelque chose à apprendre. Alors il
imposait silence à la réclamation, ou, s'il avait besoin d'apaiser le
chef qui se trouvait offensé, une somme d'argent, une prise sur
l'ennemi, la permission de lever une contribution lui étaient accordées,
et ainsi se terminait le différend.

Cet esprit de ruse, inhérent au caractère de Bonaparte, et qu'il
employait adroitement à l'égard de ses maréchaux et de ses officiers
supérieurs, pourrait se justifier, jusqu'à un certain point, par la
difficulté qu'il éprouvait quelquefois à contenir un si grand nombre
d'individus de caractères si différents, et ayant tous des prétentions
pareilles. Connaissant parfaitement la portée de leurs divers talents,
sachant à quoi chacun d'entre eux pouvait lui être utile, obligé sans
cesse, en récompensant leurs services, de réprimer leur orgueil et leur
jalousie, il lui fallait user de tous les moyens pour y parvenir, et,
surtout, ne pas laisser échapper l'occasion de leur montrer
qu'entièrement dépendants de lui, leur gloire comme leur fortune était
dans ses mains[25]. Une fois qu'il y fut parvenu, il fut certain de
n'être point inquiété par eux, et de pouvoir payer leurs services au
prix qu'il les évaluerait. Au reste, les maréchaux, en général, n'ont
pas eu à se plaindre qu'il ne les ait pas, pour la plupart, portés à un
prix très haut. Souvent il y a eu du gigantesque dans les récompenses
qu'ils ont obtenues, et la durée des guerres ayant monté leurs
espérances au plus haut degré, on les a vus devenir ducs et princes sans
en être surpris, et finir par croire que la royauté seule pouvait
terminer dignement leur destinée. Des sommes immenses leur furent
distribuées, on leur toléra des exactions de tout genre sur les vaincus;
il y en a qui firent des fortunes énormes, et, si la plupart d'entre ces
fortunes se sont fondues avec le gouvernement sous lequel elles
s'étaient formées, c'est que la facilité avec laquelle elles avaient été
acquises leur fut un encouragement à les dépenser avec prodigalité, dans
la confiance où ils étaient que ces moyens d'acquérir ne s'épuiseraient
jamais pour eux.

     [Note 25: Je trouve dans les papiers de mon père une note
     qui éclaircit et développe ce qui est dit ici des maréchaux
     de l'Empire: «L'empereur composait ses bulletins avec la plus
     grande liberté, écoutant, avant tout, son besoin de tout
     effacer et d'établir son infaillibilité, puis cherchant le
     genre d'effet qu'il voulait produire sur les étrangers et le
     public français, enfin obéissant à ses vues sur ses
     lieutenants et à sa bienveillance ou sa malveillance pour
     eux. La vérité ne venait que bien loin après tout cela. Rien
     n'égalait la surprise de ceux-ci, quand ils lisaient les
     bulletins qui leur revenaient de Paris, et cependant ils
     réclamaient peu. L'empereur est, avec la Convention et Louis
     XIV, un des seuls pouvoirs qui aient réussi à subjuguer, à
     discipliner les vanités.

     »L'empereur louait peu les grands généraux de son temps. Les
     militaires sont les artistes les plus jaloux entre eux, et
     qu'il faut le moins consulter les uns sur le compte des
     autres. Ils sont décourageants ou irritants quand on les
     entend se juger entre eux. À cette jalousie naturelle,
     l'empereur ajoutait les calculs d'un despote qui ne veut
     créer aucune importance autour de lui. Desaix est le seul
     homme dont il ait parlé avec une sorte d'enthousiasme, et
     encore ne l'avait-il connu qu'au début de sa carrière de
     puissance. Il a continué toute sa vie, je crois, à le bien
     traiter, mais Desaix était mort (à Marengo, le 14 juin 1800).
     Cependant ses jugements sur ses lieutenants, au début de son
     récit de la première campagne d'Italie, sont remarquables, et
     la sévérité n'y ressemble pas à la jalousie. En général il
     parlait des maréchaux avec une liberté peu obligeante. On
     peut voir dans sa correspondance avec le roi Joseph ce qu'il
     dit de Masséna, de Jourdan, de quelques autres. Le général
     Foy m'a raconté qu'il lui avait entendu dire de Soult: «Il
     peut bien préparer la bataille, mais il est incapable de la
     livrer.» Puis il y avait le chapitre des exigences, des
     prétentions, de l'ambition de ses maréchaux: «On ne sait pas,
     disait-il à M. Pasquier, ce que c'est que d'avoir à tenir
     deux hommes comme Soult et Ney.»

     »Ses lieutenants lui rendaient souvent en propos ce qu'il
     disait d'eux. Ce n'était pas à l'armée, surtout dans les
     campagnes qui suivirent celle d'Austerlitz que l'on exprimait
     le plus d'admiration, d'estime et d'affection pour lui. Il
     avait, pour ainsi dire, _une manière lâchée_ de faire la
     guerre. Il négligeait beaucoup, risquait beaucoup; il
     sacrifiait tout à son succès personnel. De plus en plus
     confiant dans sa fortune, dans la terreur de sa présence, il
     ne s'occupait que de couvrir, par des coups décisifs et
     directs partis de sa main, les fautes, les échecs, les
     pertes, toujours résolu à nier ou à taire tout ce qui pouvait
     lui nuire. Cela rendait le service insupportable pour les
     chefs un peu séparés de lui. Ils conservaient toute leur
     responsabilité, manquaient souvent de moyens d'agir, et ne
     recevaient que des ordres inexécutables, destinés à les
     mettre dans leur tort. Aussi l'accusaient-ils d'égoïsme,
     d'injustice et de perfidie, de haine même, ou d'envie.
     Barante m'a raconté que les auditeurs, quand ils arrivaient à
     l'armée, étaient confondus de ce qu'ils entendaient dire dans
     les grands états-majors, et quelquefois même au quartier
     général. Lui-même, ayant été détaché auprès du maréchal
     Lannes, dans la campagne de Pologne, je crois, l'entendit
     sans cesse à sa table dire que l'empereur était jaloux de
     lui, qu'il voulait le perdre, et lui donnait des ordres à
     cette fin, et, ayant mal à l'estomac, il allait jusqu'à dire
     que cela venait de ce que l'empereur avait voulu
     l'empoisonner.» J'ai cité tout entier ce passage intéressant,
     mais il est clair que tout cela n'existait qu'en germe lors
     de la campagne de 1805. (P. R.)]

Dans cette première campagne du règne de Napoléon, quoique l'armée fût
encore soumise à une discipline dont plus tard elle s'est fort écartée,
les pays conquis se virent dévoués à la rapacité du vainqueur, et nombre
de grands seigneurs et de princes autrichiens payèrent de l'entier
pillage de leurs châteaux l'obligation où ils se trouvèrent de loger une
seule nuit, quelques heures seulement, un officier général. Le soldat
était contenu, et, en apparence, le bon ordre paraissait établi, mais on
ne pouvait empêcher tel maréchal, au moment de son départ, d'emporter du
château qu'il abandonnait ce qui était à sa convenance. J'ai vu, au
retour de cette guerre, la maréchale *** nous conter en riant que son
mari, sachant le goût qu'elle avait pour la musique, lui avait envoyé
une collection énorme qu'il trouva chez je ne sais quel prince allemand,
et nous dire, avec la même naïveté, qu'il lui avait adressé un si grand
nombre de caisses, remplies de lustres et de cristaux de Vienne ramassés
de tous côtés, qu'elle ne savait plus où les placer.

Mais, en même temps que l'empereur savait tenir d'une main si ferme les
prétentions de ses généraux, il n'épargnait rien pour encourager et
satisfaire le soldat. Après la prise d'Ulm, un décret annonça que le
mois de vendémiaire, qui venait de s'écouler, serait à lui seul compté
pour une campagne.

Le jour de la Toussaint, on célébra avec pompe un _Te Deum_ à
Notre-Dame, et Joseph donna des fêtes en réjouissance de nos victoires.

Masséna se signalait, en même temps, en Italie par des succès, et
bientôt il ne fut plus possible de douter que l'empereur d'Autriche ne
dût payer cher les prodiges de cette campagne. L'armée russe marchait à
grandes journées pour le secourir, mais elle n'avait pas encore joint
les Autrichiens, et l'empereur les battait en attendant. On a dit, dans
ce temps, que l'empereur François fit une grande faute en commençant
cette guerre avant que l'empereur Alexandre eût été à portée de le
secourir.

Pendant cette campagne, l'empereur obtint du roi de Naples qu'il
demeurerait neutre dans ses États, et consentit à le débarrasser des
garnisons françaises qu'il avait eu à supporter jusqu'alors. Quelques
décrets, relatifs à l'administration de la France, furent rendus des
différents quartiers généraux, et l'ancien doge de Gênes fut nommé
sénateur. L'empereur aimait beaucoup à paraître ainsi occupé de tant
d'affaires diverses en même temps, et à montrer qu'il savait porter ce
qu'il appelait _son coup d'oeil d'aigle_ sur tous les coins, au même
moment. C'est par cette même raison, et par suite de sa jalouse
inquiétude, qu'il écrivit au ministre de la police une lettre pour lui
recommander de veiller sur ce qu'il appelait le faubourg Saint-Germain,
c'est-à-dire la portion de la noblesse française qui lui demeurait
contraire, annonçant qu'il n'ignorait point les discours qu'on y tenait
contre lui en son absence, et qu'il se préparait, au retour, à en tirer
une vengeance éclatante.

Quand Fouché recevait de pareils ordres, il avait coutume de mander chez
lui les personnes, hommes et femmes, plus directement accusés. Soit
qu'il trouvât réellement de la minutie dans le courroux de l'empereur,
et qu'il pensât, comme il le disait quelquefois, que c'était un
enfantillage de vouloir empêcher les Français de parler; soit qu'il
voulût se faire un mérite de sa modération, après avoir conseillé plus
de prudence à ceux qu'il avait mandés, il finissait par convenir que
l'empereur s'abandonnait à des inquiétudes trop minutieuses, et il
acquérait peu à peu une réputation de justice et de modération qui
effaçait les premières impressions formées sur lui. L'empereur,
instruit de cette conduite, lui en savait souvent mauvais gré, et se
défiait toujours, secrètement, d'un homme si attentif à ménager les
différents partis.

Enfin, le 12 novembre, notre armée victorieuse entra à Vienne. Les
journaux nous donnèrent des récits fort détaillés de cet événement. Ces
récits acquièrent un degré d'intérêt de plus, quand on sait qu'ils
étaient tous dictés par Bonaparte lui-même, et qu'il se complaisait fort
souvent à inventer, après coup, des circonstances et des anecdotes par
lesquelles il voulait frapper les esprits.

«L'empereur, disait le bulletin, s'est établi au palais de Schönbrunn;
il travaille dans un cabinet décoré de la statue de Marie-Thérèse. En
l'apercevant, il s'est écrié: «Ah! si cette grande reine vivait encore,
elle ne se laisserait pas conduire par les intrigues d'une femme telle
que madame de Colloredo! Toujours environnée des grands de son pays,
elle eût connu la volonté de son peuple. Elle n'aurait pas livré ses
provinces aux ravages des Moscovites, etc...[26]»

     [Note 26: On peut voir tout ce morceau assez long dans
     _le Moniteur_.]

Cependant, une mauvaise nouvelle vint tempérer la joie que Bonaparte
ressentait de tant de succès. L'amiral Nelson venait de battre notre
flotte à Trafalgar; les Français avaient fait sur mer des prodiges de
valeur, mais ils n'avaient pu échapper à une défaite réellement
désastreuse.

Cet événement produisit à Paris un mauvais effet, dégoûta l'empereur à
jamais de toute entreprise maritime, et le frappa d'une si fâcheuse
prévention contre la marine française, que, depuis ce temps, il ne fut
plus guère possible d'obtenir de lui qu'il y portât intérêt ou
attention. En vain les marins et les militaires qui s'étaient distingués
dans cette cruelle journée tentèrent d'obtenir quelque dédommagement ou
quelque consolation aux dangers qu'ils avaient courus; il leur fut à peu
près défendu de rappeler jamais ce funeste événement; et quand ils
voulurent, dans la suite, solliciter quelque grâce, ils eurent soin de
ne point mettre en ligne de compte de leurs services l'admirable
bravoure à laquelle les rapports anglais seuls rendirent justice.

Dès que l'empereur fut à Vienne, il y manda M. de Talleyrand. Il
entrevoyait des négociations prêtes à s'ouvrir; l'empereur d'Autriche
envoyait ses ministres pour commencer à traiter. Il est vraisemblable
que le nôtre avait déjà arrêté, dans sa tête, le projet de faire
l'électeur de Bavière roi, en agrandissant ses États, et aussi le
mariage du prince Eugène.

M. de Rémusat eut ordre de venir à Paris. Il en devait rapporter les
ornements impériaux et les diamants de la couronne, et les transporter
ensuite à Vienne. Je ne le vis qu'un moment, et j'appris avec un nouveau
chagrin qu'il allait s'éloigner davantage. À son retour à Strasbourg, il
trouva l'ordre de partir pour Vienne sur-le-champ, et l'impératrice
reçut celui de se rendre à Munich avec toute sa cour. Rien n'égale les
honneurs qu'on lui rendit en Allemagne; les princes et les électeurs se
portèrent en foule sur son passage, et l'électeur de Bavière, surtout,
n'épargna rien pour qu'elle fût satisfaite de sa réception. Elle demeura
à Munich, pour y attendre le retour de son époux.

M. de Rémusat, en se rendant à sa destination, eut l'occasion de faire
plus d'une triste réflexion dans le pays qu'il avait à parcourir. Il
traversait des contrées toutes fumantes encore des combats dont elles
avaient été témoins. Les villages détruits, les chemins couverts de
cadavres et de débris retraçaient à ses yeux toutes les horreurs du
carnage. La misère des peuples vaincus ajoutait encore des dangers à ce
voyage fait dans une saison avancée. Tout contribuait à noircir
l'imagination d'un homme, ami de l'humanité, et disposé à déplorer les
désastres qui sont la suite des passions violentes des conquérants. Les
lettres que je reçus de mon mari, tout imprégnées de ces pénibles
réflexions, m'attristèrent profondément, et vinrent affaiblir
l'enthousiasme vers lequel je me sentais entraînée de nouveau par des
succès dont les récits ne nous livraient que la partie brillante.

Quand M. de Rémusat arriva à Vienne, il n'y trouva plus l'empereur. Les
négociations avaient peu duré, et notre armée marchait en avant. M. de
Talleyrand et M. Maret étaient demeurés au palais de Schönbrunn, où ils
vivaient sans aucune intimité. L'habitude que le dernier avait auprès de
l'empereur lui donnait une sorte de crédit qu'il conservait, comme je
l'ai déjà dit, à l'aide d'une adoration, vraie ou feinte, qui se
manifestait dans chacune de ses actions ou de ses paroles. M. de
Talleyrand s'en amusait quelquefois, et se permettait de railler le
secrétaire d'État, qui en conservait une rancune extrême. Il s'observait
donc sans cesse vis-à-vis de M. de Talleyrand, et ne l'aimait
nullement.

M. de Talleyrand, qui s'ennuyait profondément à Vienne, y vit arriver
avec plaisir M. de Rémusat, et leur intimité s'augmenta dans l'oisiveté
de la vie qu'ils menaient tous deux. Il est très vraisemblable que M.
Maret, qui écrivait exactement à l'empereur, lui manda cette nouvelle
liaison, et qu'elle déplut un peu à cet esprit toujours ombrageux, et
prêt à voir des motifs graves dans les moindres actions de la vie.

M. de Talleyrand, ne trouvant guère que M. de Rémusat qui pût
l'entendre, s'ouvrait avec lui sur les idées politiques que lui
inspiraient les victoires de nos armées. Désirant vivement consolider le
repos de l'Europe, il craignait fort l'entraînement de la victoire pour
l'empereur, et le désir que les militaires qui l'entouraient, tous
raccoutumés à la guerre, auraient qu'elle continuât. «Au moment de
conclure la paix, disait-il, vous verrez que ce sera avec l'empereur
lui-même que j'aurai le plus de peine à négocier, et qu'il me faudra
bien des paroles pour combattre l'enivrement qu'aura produit la poudre à
canon.» Dans ces épanchements auxquels M. de Talleyrand se livrait, il
parlait de l'empereur sans illusions, et convenait franchement des
énormes défauts de son caractère; mais il le croyait appelé cependant à
terminer irrévocablement la Révolution de France, à fonder un
gouvernement stable, et pensait encore pouvoir le diriger dans sa
conduite à l'égard de l'Europe. «Si je ne le persuade point, je saurai
du moins, disait-il, l'enchaîner malgré lui, et le forcer à quelque
repos.» M. de Rémusat était charmé de trouver dans un ministre habile,
et qui jouissait de la confiance de l'empereur, des projets si sages, et
il se sentait de plus en plus disposé à lui vouer cette estime et cette
confiance que tout Français citoyen doit à un homme qui veut maîtriser
les effets d'une ambition sans bornes. Il m'écrivait souvent combien il
était content de ce que sa familiarité avec M. de Talleyrand lui faisait
découvrir, et moi, je commençais à penser avec intérêt à un homme qui
adoucissait pour mon mari ce que l'absence et l'ennui de sa vie avaient
de plus pénible.

Au milieu de la vie solitaire et souvent inquiète que je menais, les
lettres de mon mari faisaient mon seul plaisir et tout l'agrément de mon
intérieur. Quoique la prudence le forçât de n'entrer dans aucun détail,
je le voyais assez content de sa position. Ensuite, il m'entretenait des
différents spectacles qu'il avait sous les yeux. Il me racontait ses
courses dans Vienne qui lui parut une belle et grande ville, et ses
visites à un certain nombre de personnages importants qui y étaient
demeurés, et dans quelques familles qui, toutes, le frappaient par
l'extrême attachement que leur inspirait l'empereur François. Ce bon
peuple de Vienne, tout conquis qu'il était, ne laissait point de
manifester hautement le désir de rentrer bientôt sous la domination d'un
maître paternel, et, le plaignant de ses revers, ne laissait point
échapper un seul reproche contre lui.

Au reste, il y avait beaucoup d'ordre à Vienne, la garnison y était
tenue dans une grande discipline, et les habitants n'avaient pas de
grands sujets de se plaindre de leurs vainqueurs. Les Français prenaient
même quelques amusements; ils fréquentaient les spectacles, et ce fut à
Vienne que M. de Rémusat entendit le célèbre chanteur italien
Crescentini, et prit avec lui les arrangements qui l'attachèrent à la
musique de l'empereur.



CHAPITRE XV.

(1805.)


Bataille d'Austerlitz.--L'empereur Alexandre.--Négociations.--Le prince
Charles.--M. d'André.--Disgrâce de M. de Rémusat.--Duroc.--Savary.--Traité
de paix.


L'arrivée de l'armée russe, et la rigueur des conditions imposées par le
vainqueur, avaient déterminé l'empereur d'Autriche à tenter encore une
fois la voie des armes. Ayant donc rassemblé ses forces et joint
l'empereur Alexandre, il attendait Bonaparte qui marchait de son côté
pour le rencontrer. Ces deux armées immenses se joignirent en Moravie,
près du petit village d'Austerlitz, jusque alors inconnu, et devenu à
jamais célèbre par une si mémorable victoire. Ce fut le 1er décembre que
Bonaparte résolut de livrer bataille le lendemain, anniversaire de son
couronnement.

Le prince Dolgorouki avait été envoyé à notre quartier général par le
czar, pour offrir des propositions de paix qui, si l'empereur a dit vrai
dans ses bulletins, ne pouvaient guère être écoutées par un vainqueur,
maître de la capitale de son ennemi. À l'en croire, on exigeait la
reddition de la Belgique, et que la couronne de Fer passât sur une autre
tête. On fit parcourir à l'envoyé une partie de l'armée qu'on avait,
exprès, laissée dans le désordre, et il fut trompé, et trompa les
empereurs dans les récits qu'il leur fit.

Le bulletin, qui rend compte de ces deux journées du 1er et du 2
décembre, rapporte que l'empereur, vers le soir, rentrant dans son
bivouac, dit: «Voilà la plus belle soirée de ma vie. Mais je regrette de
penser que je perdrai bon nombre de ces braves gens. Je sens, au mal que
cela me fait, qu'ils sont véritablement mes enfants; et en vérité, je me
reproche ce sentiment, car je crains qu'il puisse me rendre inhabile à
faire la guerre.»

Le lendemain, en haranguant ses soldats: «Il faut, leur dit-il, finir
cette campagne par un coup de tonnerre. Si la France ne peut arriver à
la paix qu'aux conditions proposées par l'aide de camp Dolgorouki, la
Russie ne les obtiendrait pas, quand même son armée serait campée sur
les hauteurs de Montmartre.» Il était écrit, cependant, que ces mêmes
armées y camperaient un jour, en effet, et qu'Alexandre verrait à
Belleville un messager de Napoléon venir lui offrir telle paix qu'il
voudrait lui dicter.

Je ne copierai point ici le récit de cette bataille qui a fait un
honneur réel à nos armes; on le trouvera dans _le Moniteur_, et
l'empereur de Russie, avec cette noble sincérité qui le caractérisé, a
dit qu'on ne pouvait rien comparer aux dispositions prises par
l'empereur pour le succès de cette journée, à l'habileté de ses
généraux, et à l'ardeur du soldat français. L'élite des trois nations se
battit avec acharnement; les deux empereurs furent obligés de fuir, pour
éviter d'être pris, et sans les conférences du lendemain, il paraît que
la retraite de celui de Russie eût été fort difficile.

L'empereur dicta, presque sur le champ de bataille, le récit de tout ce
qui se passa le 1er, le 2 et le 3. Il en écrivit même une partie, et ce
rapport fait avec précipitation, mais cependant détaillé et très curieux
encore aujourd'hui, par l'esprit dans lequel il fut conçu, gros de
vingt-cinq pages, couvert de ratures, de renvois, sans ordre, et
souvent sans clarté, fut envoyé à Vienne à M. Maret, avec l'ordre de le
rédiger promptement pour le dépêcher au _Moniteur_ de Paris.

Aussitôt que M. Maret eut reçu ce paquet, il se hâta de le communiquer à
M. de Talleyrand et à M. de Rémusat. Tous trois, qui habitaient alors le
palais de l'empereur d'Autriche, se renfermèrent dans l'appartement même
de l'impératrice, que M. de Talleyrand occupait, pour le déchiffrer et
le mettre en ordre. L'écriture de l'empereur, toujours fort difficile à
lire et souvent sans orthographe, rendait ce travail assez long.
Ensuite, il fallait rétablir l'ordre des faits, et changer des
expressions trop incorrectes contre d'autres plus convenables, et,
d'après l'avis de M. de Talleyrand et à la grande terreur de M. Maret,
retrancher des paroles par trop humiliantes pour les souverains
étrangers, et des éloges si directs, qu'on pouvait s'étonner que
Bonaparte se les fût donnés lui-même.

Cependant, on eut soin de conserver certaines phrases soulignées et
auxquelles par conséquent il paraissait mettre de l'importance. Ce
travail dura plusieurs heures, et intéressa M. de Rémusat, en lui
donnant le moyen d'observer quelle différence de système, pour servir
l'empereur, suivaient les deux ministres avec lesquels il se trouvait.

Après la bataille, l'empereur François avait demandé une entrevue qui se
passa au bivouac. «C'est, disait Bonaparte, le seul palais que j'habite
depuis deux mois.--Vous en tirez si bon parti, répondait l'empereur
d'Autriche, qu'il doit vous plaire.»

On assure (_rapporte encore le bulletin_) que l'empereur a dit en
parlant de l'empereur d'Autriche: «Cet homme me fait faire une faute,
car j'aurais pu suivre ma victoire, et prendre toute l'armée russe et
autrichienne; mais, enfin, quelques larmes de moins seront versées.»

Il paraît clair, par ce bulletin même, que le czar y est ménagé. Voici
comment on rend compte de la visite que l'aide de camp Savary fut chargé
de lui rendre:

«L'aide de camp de l'empereur avait accompagné l'empereur d'Allemagne,
après l'entrevue, pour savoir si l'empereur de Russie adhérait à la
capitulation. Il a trouvé les débris de l'armée russe sans artillerie,
ni bagages, et dans un épouvantable désordre. Il était minuit; le
général Meerfeld avait été repoussé de Goeding par le maréchal Davout,
l'armée russe était cernée, pas un homme ne pouvait s'échapper. Le
prince Czartoryski introduisit le général Savary près de l'empereur.

«--Dites à votre maître, lui cria ce prince, que je m'en vais; qu'il a
fait hier des miracles; que cette journée a accru mon admiration pour
lui; que c'est un prédestiné du ciel; qu'il faut à mon armée cent ans
pour égaler la sienne. Mais puis-je me retirer avec sûreté?--Oui, sire,
lui dit le général, si Votre Majesté ratifie ce que les deux empereurs
de France et d'Allemagne ont arrêté dans leur entrevue.--Et
qu'est-ce?--Que l'armée de Votre Majesté se retirera chez elle par les
journées d'étapes qui seront réglées par l'empereur, et qu'elle évacuera
l'Allemagne et la Pologne autrichienne. À cette condition, j'ai ordre de
l'empereur de me rendre à nos avant-postes qui vous ont déjà tourné, et
d'y donner des ordres pour protéger votre retraite, l'empereur voulant
respecter l'ami du premier consul.--Quelle garantie faut-il pour
cela?--Sire, votre parole.--Je vous la donne.»

»Cet aide de camp partit sur-le-champ au grand galop, se rendit auprès
du maréchal Davout auquel il donna l'ordre de cesser tout mouvement et
de rester tranquille. Puisse cette générosité de l'empereur de France ne
pas être aussitôt oubliée en Russie que le beau procédé de l'empereur
qui renvoya six mille hommes à l'empereur Paul, avec tant de grâce et de
marques d'estime pour lui!»

Le général Savary avait causé une heure avec l'empereur de Russie, et
l'avait trouvé tel que doit être un homme de coeur et de sens, quelques
revers d'ailleurs qu'il ait éprouvés.

Ce monarque lui demanda des détails sur la journée: «Vous étiez
inférieurs à moi, lui dit-il, et cependant vous étiez supérieurs sur
tous les points d'attaque.--Sire, répondit le général, c'est l'art de la
guerre et le fruit de quinze ans de gloire. C'est la quarantième
bataille que donne l'empereur.--Cela est vrai, c'est un grand homme de
guerre. Pour moi, c'est la première fois que je vois le feu. Je n'ai
jamais eu la prétention de me mesurer avec lui.--Sire, quand vous aurez
de l'expérience, vous le surpasserez peut-être.--Je m'en vais donc dans
ma capitale; j'étais venu au secours de l'empereur d'Allemagne, il m'a
fait dire qu'il est content; je le suis aussi[27].»

     [Note 27: Toutes ces anecdotes sont rapportées dans les
     trentième et trente et unième bulletins de la grande armée,
     datés d'Austerlitz, 12 et 14 frimaire an XIV (3 et 5 décembre
     1806), pages 543 et 555 du vol. XI de la correspondance de
     Napoléon Ier, publiée par ordre de l'empereur Napoléon III.
     (P. R.)]

On s'est souvent demandé, dans ce temps-là, par quelle raison
l'empereur, en effet, ne poussa point la victoire, et consentit à la
paix après cette bataille, car cette raison donnée dans _le Moniteur_,
de quelques larmes de moins qui seraient versées, ne fut sûrement pas le
vrai motif de sa réserve.

Faut-il conclure que la journée d'Austerlitz lui coûta assez pour lui
inspirer de la répugnance à en risquer une semblable, et que l'armée
russe n'était pas si complètement défaite qu'il voulut le faire croire?
Ou bien que, cette fois encore, comme il disait lui-même, lorsqu'on lui
demandait pourquoi il avait mis un terme à la marche victorieuse, lors
du traité de Leoben: «C'est que je jouais au vingt et un, et je me suis
tenu à vingt»? Faut-il penser que Bonaparte, empereur depuis un an
seulement, n'osait point encore sacrifier le sang des peuples, comme il
l'a fait depuis, et que, surtout à cette époque, plein de confiance en
M. de Talleyrand, il cédait plus volontiers à la politique modérée de
son ministre? Peut-être aussi crut-il avoir, par cette campagne, plus
affaibli qu'il ne le fit réellement la puissance autrichienne; car il
lui arriva de dire, quand il fut de retour à Munich: «J'ai encore laissé
trop de sujets à l'empereur François.»

Quels qu'aient été ses motifs, il faut lui savoir gré de cet esprit de
modération qu'il sut conserver au milieu d'une armée échauffée par la
victoire, et qui se montrait en ce moment très ardente à prolonger la
guerre. Les maréchaux, et tous les officiers qui entouraient l'empereur,
s'efforçaient de le pousser à continuer la campagne; sûrs de vaincre
partout, ils demandaient de nouveaux combats, et en ébranlant les
intentions de leur chef, ils suscitèrent à M. de Talleyrand tous les
embarras qu'il avait prévus.

Ce ministre, mandé au quartier général, eut à combattre la disposition
de l'armée. Seul, il soutint qu'il fallait conclure la paix, que la
puissance autrichienne était nécessaire à la balance de l'Europe; et,
dès cette époque, il disait: «Quand vous aurez affaibli les forces du
centre, comment empêcherez-vous celles des extrémités, les Russes, par
exemple, de se ruer sur elles?» À cela, on lui répondait par des
intérêts particuliers, par un désir personnel et insatiable de toutes
les chances de fortune que la continuation de la guerre pouvait offrir,
et quelques-uns, connaissant assez bien le caractère de l'empereur,
disaient: «Si nous ne terminons pas cette affaire sur-le-champ, vous
nous verrez plus tard commencer une nouvelle campagne.» Quant à lui,
agité par des opinions si diverses, mû par le goût des batailles qu'il
avait encore, excité par sa défiance qui ne le quittait jamais, il
laissait voir à M. de Talleyrand, quelquefois, le soupçon qu'il n'eût
quelque intelligence secrète avec le ministère autrichien, et qu'il ne
lui sacrifiât les intérêts de la France. M. de Talleyrand répondait avec
cette fermeté qu'il sait mettre dans les grandes affaires, quand il a
pris un parti: «Vous vous trompez. C'est à l'intérêt de la France que je
veux sacrifier l'intérêt de vos généraux dont je ne fais aucun cas.
Songez que vous vous rabaissez en disant comme eux, et que vous valez
assez pour n'être pas seulement militaire.»

Cette manière d'élever Bonaparte en dépréciant autour de lui ses anciens
compagnons d'armes, flattait l'empereur, et c'est par une telle adresse
qu'il finissait par l'amener à ses fins. Il parvint enfin à le
déterminer à l'envoyer à Presbourg, où les négociations devaient avoir
lieu; mais, ce qui est étrange et peut-être inouï, c'est que l'empereur,
en donnant à M. de Talleyrand des pouvoirs pour traiter, ne craignit
point de le tromper lui-même, et de lui préparer le plus grand embarras
que jamais négociateur ait éprouvé. Lors de l'entrevue des deux
empereurs après la bataille, l'empereur d'Autriche avait consenti à se
dessaisir de l'État vénitien; mais il avait demandé que le Tyrol, dont
la plus grande partie venait d'être conquise par Masséna, lui fût rendu,
et l'empereur, peut-être, malgré tout son empire sur ses émotions, un
peu troublé et comme détendu par la présence de ce souverain vaincu,
venant discuter lui-même ses intérêts sur le champ de bataille où
gisaient encore ses sujets immolés pour sa cause, n'avait pas pu se
montrer inflexible. Il avait abandonné ce Tyrol qu'on lui demandait.
Mais, dès que l'entrevue fut terminée, il s'en repentit, et en donnant à
M. de Talleyrand les détails des engagements qu'il avait pris, il lui
fit un secret de celui qui regardait cette province.

Cependant Bonaparte, après avoir vu partir son ministre pour Presbourg,
revint à Vienne, s'établir dans le palais de Schönbrunn. Là, il s'occupa
à passer en revue son armée, et à rétablir les pertes qu'il avait
faites, en reformant les corps à mesure qu'ils venaient tous se
soumettre à son inspection. Fier et satisfait de sa campagne, il se
montra alors d'assez bonne humeur avec tout le monde, traita bien toute
la partie de sa cour qu'il retrouva, et se complut à raconter les
merveilles de cette guerre.

Une seule chose lui donnait quelquefois de légers éclairs de mauvaise
humeur: Il s'étonnait du peu d'effet que sa présence produisait sur les
Viennois, et de la peine qu'il avait à les attirer autour de lui,
quoiqu'il les invitât à des spectacles et à des dîners au palais qu'il
habitait. Il s'étonnait de leur attachement pour un souverain vaincu et
bien inférieur à lui. Il lui arriva, une fois, d'en parler assez
ouvertement à M. de Rémusat: «Vous avez passé, lui dit-il, quelque temps
à Vienne, vous avez été à portée de les observer. Quel étrange peuple
est-ce donc, qu'il se montre comme insensible à la gloire et aux
revers?» M. de Rémusat, qui avait conçu une grande estime pour ce
caractère dévoué et attaché des Viennois, en fit l'éloge dans sa réponse
et peignit le dévouement à leur souverain dont il avait été témoin.
«Mais, enfin, reprit Bonaparte, ils ont quelquefois parlé de moi; que
disent-ils?--Sire, répondit M. de Rémusat; ils disent: «L'empereur
Napoléon est un grand homme, il est vrai; mais notre empereur est
parfaitement bon, et nous ne pouvons aimer que lui.» Ces sentiments, qui
résistaient à l'infortune, ne pouvaient guère être compris par un homme
qui ne trouvait de mérite que dans le succès. Quand, de retour à Paris,
il apprit quelle touchante réception les Viennois avaient faite à leur
empereur vaincu: «Quel peuple! s'écria-t-il. Si je rentrais ainsi dans
Paris, certes je n'y serais pas reçu de cette manière.»

L'empereur était de retour depuis quelques jours, quand, à la grande
surprise de tout le monde, on vit tout à coup revenir M. de Talleyrand.
Les ministres autrichiens, à Presbourg, n'avaient pas manqué de lui
parler du Tyrol[28], et forcé alors de convenir qu'il n'avait aucune
instruction à ce sujet, il venait en chercher, très mécontent de se voir
joué de cette manière. Quand il en parla à l'empereur, celui-ci répondit
que, dans un moment de complaisance, dont il se repentait, il avait
consenti à la demande de l'empereur François, mais qu'il était
parfaitement décidé à ne point tenir sa parole. M. de Rémusat, qui
voyait beaucoup M. de Talleyrand alors, m'a dit souvent qu'il était
réellement indigné. Non seulement il voyait la guerre prête à
recommencer, mais encore le cabinet de France était entaché d'une
perfidie dont une partie de la honte rejaillirait sur lui. Sa course à
Presbourg ne serait plus que ridicule, montrerait le peu de crédit qu'il
avait sur son maître, et détruirait cette considération personnelle
qu'il s'appliquait toujours à conserver en Europe. Les maréchaux
poussaient de nouveau leurs cris de guerre. Murat, Berthier, Maret, tous
ces flatteurs de la passion de l'empereur, voyant de quel côté il
penchait, le poussaient vers ce qu'ils appelaient _la gloire_. M. de
Talleyrand avait à supporter les reproches de tout le monde, et souvent
il disait avec amertume à mon mari: «Je ne trouve que vous ici qui me
témoigniez de l'amitié; il s'en faut de bien peu que ces gens-là ne me
regardent comme un traître.» Sa conduite et sa patience, à cette époque,
doivent lui faire un honneur infini. Il vint à bout de ramener
l'empereur à son opinion sur la nécessité de faire la paix, et après
avoir tiré de lui la parole qu'il voulait, quoiqu'il ne pût jamais
obtenir que le Tyrol fût rendu, il partit une seconde fois pour
Presbourg plus content, et en faisant ses adieux à M. de Rémusat:
«J'arrangerai, me dit-il, l'affaire du Tyrol, et je saurai bien à
présent faire faire la paix à l'empereur, malgré lui.»

     [Note 28: Dans le traité définitif le Tyrol fut, comme on
     sait, donné à la Bavière en considération du mariage de la
     princesse Auguste avec Eugène de Beauharnais, vice-roi
     d'Italie. (P. R.)]

Pendant le séjour que Bonaparte fit à Schönbrunn, il reçut une lettre du
prince Charles, qui lui mandait que, plein d'admiration pour sa
personne, il désirait le voir et l'entretenir quelques moments.
Bonaparte, flatté de cet hommage de la part d'un homme qui avait de la
réputation en Europe, fixa pour le lieu de l'entrevue un petit
rendez-vous de chasse situé à quelques lieues du palais, et il ordonna à
M. de Rémusat de se joindre à ceux qui devaient l'accompagner, lui
recommandant de porter avec lui une très riche épée: «Après notre
conversation, lui dit-il, vous me la remettrez; je veux l'offrir au
prince en le quittant.»

Quand l'empereur eut joint le prince en effet, ils furent renfermés
ensemble quelque temps, et lorsqu'il sortit, mon mari s'approcha de lui,
comme il en avait reçu l'ordre. Mais Bonaparte, le repoussant assez
vivement, lui dit qu'il pouvait remporter l'épée; et quand il fut de
retour à Schönbrunn, il parla du prince avec assez peu de considération,
disant qu'il ne l'avait trouvé qu'un homme fort médiocre, ne lui
paraissant pas digne du présent qu'il voulait lui faire[29].

Je ne crois pas que je doive passer sous silence une circonstance
personnelle à M. de Rémusat qui vint encore troubler la lueur de faveur
que l'empereur semblait disposé à lui accorder. J'ai souvent remarqué
que notre destinée avait semblé s'arranger toujours pour nous empêcher
de profiter des avantages que notre position paraissait nous offrir, et,
depuis, j'en ai souvent rendu grâce à la Providence qui, par là, nous a
préservés d'une chute plus éclatante.

     [Note 29: Le mot de l'empereur est ici un peu adouci, ou
     affaibli. La vérité est que lorsque son chambellan s'approcha
     pour lui rappeler ses intentions, et lui présenter l'épée:
     «Laissez-moi tranquille, lui dit l'empereur. C'est un
     imbécile.» (P. R.)]

Dans les premières années du gouvernement consulaire, le parti du roi
avait longtemps conservé l'espoir de voir rouvrir pour lui en France des
chances favorables, et, plus d'une fois, il avait tenté de s'y conserver
des intelligences. M. d'André, ancien député à l'Assemblée constituante,
émigré, dévoué à cette cause, s'était chargé de plusieurs missions
royalistes auprès de quelques souverains de l'Europe, missions dont
Bonaparte était très bien informé. M. d'André, Provençal comme M. de
Rémusat, son camarade de collège, et ainsi que lui magistrat avant la
Révolution (il était conseiller au parlement d'Aix), sans avoir gardé de
relations avec lui, ne pouvait lui être devenu étranger. Dans ce
temps-là, découragé apparemment de ses démarches infructueuses, croyant
la cause impériale absolument gagnée, fatigué d'une vie errante et de
l'état de gêne qui en était la suite, il aspirait à rentrer dans son
pays. Se trouvant en Hongrie, lors de la campagne de 1805, il envoya sa
femme à Vienne et s'adressa au général Mathieu Dumas, qui avait été son
ami, pour le prier de solliciter sa radiation. Ce général, un peu
effrayé d'une pareille mission, promit cependant de tenter quelques
démarches, mais il engagea madame d'André à voir M. de Rémusat pour
l'intéresser dans cette affaire. Mon mari la vit arriver un matin chez
lui; il la reçut comme la femme d'un ancien ami, fut touché de la
situation où elle lui dépeignit M. d'André, et ne sachant pas toutes les
particularités qui pouvaient rendre l'empereur implacable, croyant
d'ailleurs que ses victoires, en consolidant son pouvoir, devaient le
disposer à la clémence, il consentit à se charger de la demande de
radiation. Sa qualité de maître de la garde-robe lui donnait le droit de
s'introduire chez l'empereur pendant sa toilette. Il se hâta donc de
descendre à son appartement, et le trouvant à moitié habillé et d'assez
bonne humeur, il lui rendit compte de la visite qu'il venait de
recevoir, et de la sollicitation qu'il osait lui faire.

Au seul nom de M. d'André, le visage de l'empereur devint extrêmement
sombre: «Savez-vous, dit-il, que vous me parlez là d'un mortel
ennemi?--Non, sire, reprit M. de Rémusat; j'ignore si Votre Majesté a
réellement des raisons de se plaindre de lui; mais, dans ce cas,
j'oserais demander sa grâce. M. d'André est pauvre et proscrit, il me
paraît désirer d'aller vieillir tranquillement dans notre patrie
commune.--Est-ce que vous avez des relations avec lui?--Aucune,
sire.--Et pourquoi vous intéressez-vous à lui?--Sire, il est Provençal,
il a été élevé avec moi au collège de Juilly, il a suivi la même
carrière que moi, et il fut mon ami.--Vous êtes bien heureux, reprit
l'empereur, en lançant un regard farouche, d'avoir de tels motifs pour
excuse. Ne m'en parlez jamais, et sachez que, s'il était à Vienne et que
je pusse m'emparer de sa personne, il serait pendu dans les vingt-quatre
heures.» En achevant ces mots, l'empereur tourna le dos à M. de Rémusat.

L'empereur, partout où il se trouvait avec sa cour, avait coutume de
donner chaque matin ce qui s'appelait _son lever_. Quand il était
habillé, il passait dans un salon, et faisait appeler ce qu'on nommait
_le service_. C'étaient les grands officiers de sa maison, M. de Rémusat
comme maître de la garde-robe et premier chambellan, et les généraux de
sa garde. Le second lever se composait des chambellans, des généraux de
l'armée qui pouvaient se présenter, et, à Paris, du préfet de Paris, du
préfet de police, des princes et des ministres. Quelquefois il recevait
tout ce monde assez silencieusement, saluant et congédiant aussitôt. Il
donnait des ordres, quand il était nécessaire, et, quelquefois aussi, ne
craignait nullement de quereller tel ou tel dont il était mécontent,
sans égard à l'embarras de recevoir et de faire des reproches devant
tant de témoins.

Après avoir quitté M. de Rémusat, il fit donc approcher son lever, et,
renvoyant tout le monde, il garda le général Savary assez longtemps. À
la suite de cet entretien, Savary, retrouvant mon mari dans l'un des
salons du palais, le prit à part et commença avec lui une conversation
qui paraîtrait bien étrange à quiconque ne connaîtrait pas la _naïveté
de principes_ de ce général sur une certaine manière de se conduire.

«Venez, venez, dit-il à M. de Rémusat en l'abordant, que je vous fasse
compliment sur l'occasion de fortune qui se présente à vous, et que je
vous conseille fort de ne point laisser échapper. Vous avez risqué gros
jeu tout à l'heure en parlant à l'empereur de M. d'André, mais tout peut
se réparer. Où est-il?--Mais, je pense, en Hongrie; c'est du moins ce
que m'a dit sa femme.--Ah bah! ne dissimulez point. L'empereur le croit
à Vienne; il est persuadé que vous savez où il se cache, et il veut que
vous le disiez.--Je vous atteste que je l'ignore très parfaitement. Je
n'avais aucune correspondance avec lui; sa femme m'est venue voir
aujourd'hui pour la première fois, elle m'a prié de parler à l'empereur
pour son mari, je l'ai fait, et c'est tout.--Eh bien! s'il en est ainsi,
envoyez-la chercher de nouveau. Elle ne se défiera pas de vous,
faites-la causer, et tâchez de tirer d'elle le lieu de la retraite de
son mari. Vous ne pouvez imaginer à quel point vous plairez à l'empereur
par ce service que vous lui rendrez.»

M. de Rémusat, confondu au dernier point de ce qu'il entendait, ne put
s'empêcher de témoigner la surprise qu'il éprouvait. «Quoi! disait-il,
c'est à moi que vous faites une pareille proposition? J'ai dit à
l'empereur que j'avais été l'ami de M. d'André; vous le savez aussi, et
vous voulez que je le trahisse, que je le livre, et cela par le moyen de
sa femme qui a cru pouvoir se fier à moi!» Savary, à son tour, fut
étonné de l'indignation que paraissait éprouver M. de Rémusat. «Quel
enfantillage! disait-il; mais songez donc que vous allez manquer votre
fortune! L'empereur a eu plus d'une fois l'occasion de douter que vous
lui fussiez dévoué comme il veut qu'on le soit; voici une occasion de
dissiper ses soupçons, vous serez bien maladroit si vous la laissez
échapper.»

La conversation dura longtemps sur ce ton. On pense bien que M. de
Rémusat fut inébranlable; il assura à Savary que, loin de chercher
madame d'André, il éviterait même de la recevoir, et il fit dire à
celle-ci par le général Mathieu Dumas le mauvais succès de sa mission.
Savary revint à la charge pendant toute la journée, en répétant cette
phrase: «Vous manquez votre fortune, je vous avoue que je ne vous
conçois pas.--À la bonne heure!» répondait M. de Rémusat.

En effet, l'empereur garda rancune de ce refus et reprit avec mon mari
le ton sec et glacé qu'il avait toujours quand il était mécontent. M. de
Rémusat le supporta avec tranquillité, et ne s'en plaignit qu'au grand
maréchal du palais, Duroc. Celui-ci comprit mieux sa répugnance que
Savary, mais il plaignit mon mari de ce hasard qui le compromettait aux
yeux de son maître; il le complimenta sur sa conduite qui lui paraissait
un acte du plus grand courage, car ne point obéir à l'empereur lui
semblait la plus extraordinaire chose du monde.

C'était un singulier homme que Duroc. Son esprit n'était point étendu;
son âme, c'est-à-dire ses sentiments et ses pensées, demeuraient
toujours, et presque volontairement, dans un cercle rétréci, mais il ne
manquait point d'habileté ni de lumières dans le détail. Plutôt soumis
que dévoué à Bonaparte, il croyait que, lorsqu'on était placé auprès de
lui, on avait suffisamment usé des facultés de la vie en les employant
toutes à lui obéir ponctuellement. Pour ne manquer à rien de ce qui lui
paraissait, dans ce genre, du strict devoir, il ne se permettait pas
même une pensée qui fût hors des choses qui composaient ce qu'il avait à
faire dans le poste qu'il occupait. Froid, silencieux, impénétrable sur
tous les secrets qui lui étaient confiés, je crois qu'il s'était comme
habitué à ne jamais réfléchir sur les ordres qu'il recevait. Il ne
flattait point l'empereur, il ne cherchait point à lui plaire par des
rapports, souvent inutiles, mais qui satisfaisaient sa défiance
naturelle. Tel qu'un miroir fidèle, il réfléchissait à son maître tout
ce qui se passait en sa présence, et de même il rapportait les paroles
de celui-ci avec le même accent, et dans les mêmes termes, qu'il les
avait entendues. Eût-on dû mourir à ses yeux des suites d'une
commission qu'il eût reçue, il s'en acquittait avec une imperturbable
exactitude. Je ne pense pas qu'il s'amusât à examiner si l'empereur
était un grand homme ou non; c'était _le maître_, voilà tout. Sa
soumission le rendait fort utile à l'empereur; l'intérieur du palais lui
était confié, l'administration de la maison, toutes les dépenses; et
tout cela était réglé avec un ordre infini et une extrême économie,
accompagnés pourtant d'une grande magnificence.

Le grand maréchal Duroc avait épousé une petite espagnole fort riche,
assez laide, qui ne manquait point d'esprit, fille d'un nommé Hervas,
banquier espagnol, qui avait été employé dans quelque affaires
diplomatiques secondaires, qui fut fait marquis d'Abruenara, et qui
devint ministre en Espagne sous Joseph Bonaparte. Madame Duroc avait été
élevée chez madame Campan, comme madame Louis Bonaparte et mesdames
Savary, Davout, Ney, etc. Son mari vivait bien avec elle, mais sans
aucune de ces intimités qui procurent souvent un épanchement si doux à
ceux qui ont à supporter la gêne des cours. Il ne lui eût pas permis
d'avoir une opinion sur rien de ce qui se passait sous ses veux, ni de
former une liaison. Quant à lui, il n'en avait aucune. Je n'ai jamais
vu personne plus inaccessible au besoin de l'amitié, au plaisir de la
conversation; il n'avait aucune idée de la vie du monde; il ne savait ce
que c'était que le goût des lettres ou des arts, et cette indifférence
sur tout, cette ponctualité dans l'obéissance, sans montrer jamais ni
ennui de l'assujettissement, ni la moindre apparence d'enthousiasme, en
faisaient un caractère tout à part qu'il était vraiment curieux
d'observer. Il jouissait à la cour d'une grande considération, ou du
moins d'une extrême importance. Tout aboutissait à lui; il recevait les
confidences de chacun, ne donnait guère son avis sur rien, encore moins
un conseil; mais il écoutait attentivement, rapportait ce dont on
l'avait chargé, et jamais il n'a donné la moindre preuve de
malveillance, de même que la plus petite marque d'intérêt[30].

     [Note 30: «Ce portrait du duc de Frioul, a écrit mon
     père, est parfaitement conforme à l'opinion de tous les
     contemporains éclairés. Peu d'hommes ont été plus secs, plus
     froids, plus personnels, sans aucune mauvaise passion contre
     les autres. Sa justice, sa probité, sa sûreté étaient
     incomparables. C'était un administrateur d'un grand mérite.
     Mais une chose curieuse, que ma mère paraît avoir ignorée, et
     qui semble avérée, c'est qu'il n'aimait pas l'empereur, ou
     que du moins il le jugeait sévèrement. Dans les derniers
     temps, il était excédé de son caractère et surtout de son
     système, et, la veille ou le jour de sa mort, il l'avait
     encore laissé entendre, même à l'empereur. Le maréchal
     Marmont, qui l'a bien connu, a donné de lui une peinture qui
     présente tous les caractères de la vérité.» L'empereur avait
     toutefois pour lui un sentiment particulier qui, chez un tel
     homme, était presque de l'amitié, car voici ce qu'il
     écrivait, de Haynau, le 7 juin 1813, à madame de Montesquiou:
     «La mort du duc de Frioul m'a peiné. C'est depuis vingt ans
     la seule fois qu'il n'ait pas deviné ce qui pouvait me
     plaire.» (P. R.)]

Bonaparte, qui avait un grand talent pour tirer des hommes ce qui lui
était utile, aimait fort le service d'un personnage si complètement
isolé. Il pouvait le grandir sans inconvénient; aussi l'a-t-il comblé de
dignités et de richesses. Mais ses dons à Savary, qui furent aussi
considérables, eurent un motif différent. «C'est un homme, disait-il,
qu'il faut continuellement corrompre.» Et, chose étrange! malgré cette
opinion, il ne laissait pas d'avoir confiance en lui, ou du moins de
croire à ce qu'il venait lui raconter. À la vérité, il savait qu'il ne
se refuserait à rien et, en parlant de lui, il disait encore
quelquefois: «Si j'ordonnais à Savary de se défaire de sa femme et de
ses enfants, je suis sûr qu'il ne balancerait pas.»

Ce Savary, l'objet de la terreur générale, malgré sa conduite, ses
actions connues et cachées, n'était point foncièrement un méchant
homme. Le goût de l'argent fut sa passion dominante. Sans aucun talent
militaire, mal vu de ses valeureux camarades, il lui fallut songer à
faire sa fortune par d'autres moyens que ceux qu'employaient ses
compagnons d'armes[31]. Il vit un chemin ouvert dans sa fidélité à
suivre le système de ruse et de dénonciations que Bonaparte favorisait,
et s'y étant introduit une fois, il ne lui fut plus possible de penser à
s'en retirer. Intrinsèquement, il était meilleur que sa réputation,
c'est-à-dire qu'abandonné à son premier mouvement, il eût mieux valu que
sa conduite. Il ne manquait point d'esprit naturel; il était accessible
à quelque enthousiasme d'imagination, assez ignorant, mais avec le désir
d'apprendre, et un instinct assez juste pour juger; plus menteur que
faux, dur dans ses formes, mais très craintif au fond. Il avait des
raisons pour connaître Bonaparte et trembler devant lui. Quand il a été
ministre, il a osé se permettre cependant quelque ombre de résistance,
et alors il s'est montré accessible à un certain désir de se raccommoder
avec l'opinion publique. Comme tant d'autres, il doit peut-être au temps
où il a vécu le développement de ses défauts, qui ont étouffé la
meilleure partie de son caractère. L'empereur cultivait soigneusement
chez les hommes toutes les passions honteuses; aussi, sous son règne,
ont-elles plus particulièrement fructifié.

     [Note 31: Pendant cette campagne on lui avait mis dans
     les mains une assez grande caisse pleine d'or, pour payer la
     police qu'il faisait autour de l'empereur, dans l'armée et
     dans les villes conquises. Il s'acquittait de ce soin avec
     une extrême habileté. Il ne se disait nulle part un mot, il
     ne se faisait pas une action, dont il ne fût instruit.]

Revenons. Les négociations de M. de Talleyrand avançaient peu à peu.
Malgré tous les obstacles, il parvint par ses correspondances à
déterminer l'empereur à la paix, et le Tyrol, cette pierre d'achoppement
au traité, fut abandonné par l'empereur François au roi de Bavière.
Quand Bonaparte fut brouillé avec M. de Talleyrand, quelques années
après, il revenait, dans sa colère, sur ce traité, se plaignant que son
ministre lui avait arraché sa victoire, et avait rendu nécessaire la
seconde campagne d'Autriche, en laissant le souverain de ce pays encore
trop puissant.

Avant de quitter Vienne, l'empereur eut encore le temps d'y recevoir une
députation de quatre maires de la ville de Paris, qui venaient le
féliciter de ses victoires. Peu après, il partit pour Munich, ayant
annoncé qu'il allait mettre la couronne royale sur la tête de l'électeur
de Bavière, et conclure le mariage du prince Eugène.

L'impératrice, à Munich depuis quelque temps, voyait avec une extrême
joie une telle union qui allait donner à son fils de si grandes
alliances avec les premières maisons de l'Europe. Elle eût fort désiré
que madame Louis Bonaparte obtînt la permission de venir assister à
cette cérémonie, mais son mari la refusa obstinément; et elle eut besoin
de sa résignation ordinaire.

L'empereur, voulant peut-être montrer aussi aux étrangers quelqu'un de
sa famille, manda à Munich madame Murat, qui y porta des sentiments fort
mélangés. Le plaisir de se montrer, et d'être comptée pour quelque
chose, était un peu gâté pour elle par l'élévation où elle voyait porter
les Beauharnais, et elle eut, comme je le dirai plus bas, quelque peine
à dissimuler son mécontentement.

M. de Talleyrand rejoignit la cour après avoir signé le traité, et,
encore cette fois, la paix sembla être rendue à l'Europe, du moins pour
quelque temps. Cette paix fut signée le 25 décembre 1805.

Par le traité, l'empereur d'Autriche reconnaissait l'empereur Napoléon
comme roi d'Italie. Il abandonnait au royaume d'Italie les États
vénitiens. Il reconnaissait pour rois les électeurs de Bavière et de
Wurtemberg, abandonnant au premier plusieurs principautés et le Tyrol;
au roi de Wurtemberg un assez grand nombre de villes; à l'électeur de
Bade une partie du Brisgau.

L'empereur Napoléon s'engageait à obtenir du roi de Bavière la
principauté de Wurtzbourg pour l'archiduc Ferdinand qui avait été
grand-duc de Toscane. Les États vénitiens devaient être rendus sous le
délai de quinze jours. Voilà quelles furent les conditions les plus
importantes de ce traité.



CHAPITRE XVI.

(1805-1806.)


État de Paris pendant la guerre.--Cambacérès.--Le Brun.--Madame Louis
Bonaparte.--Mariage d'Eugène de Beauharnais.--Bulletins et
proclamations.--Goût de l'empereur pour la reine de Bavière.--Jalousie
de l'impératrice.--M. de Nansouty.--Madame de ***.--Conquête de
Naples.--La situation et le caractère de l'empereur.


J'ai dit quelles étaient la tristesse et la solitude à Paris, pendant
cette campagne, et combien toutes les classes de la société souffraient
du renouvellement de la guerre. L'argent était devenu de plus en plus
rare; il arriva même à un tel degré de cherté que, me trouvant obligée
d'en envoyer assez promptement à mon mari, je fus obligée, pour
convertir un billet de mille francs en or, de perdre quatre-vingt-dix
francs dessus. La malveillance ne laissait point échapper cette occasion
de répandre et d'accroître encore l'inquiétude. Épouvantée de
l'imprudence de certains discours et avertie par l'expérience passée,
je me tenais à l'écart de tout, et je ne voyais avec soin que mes amis
et les personnes qui ne pouvaient me compromettre.

Quand des princes ou princesses de la famille impériale recevaient,
j'allais, comme les autres, leur faire ma cour, ainsi qu'à
l'archichancelier Cambacérès, qui aurait su très mauvais gré à quiconque
eût négligé de lui rendre visite. Il donnait de grands dîners, et
recevait deux fois par semaine. Il occupait un hôtel situé sur le
Carrousel, dont on a fait aujourd'hui l'hôtel des Cent-Suisses[32]. À
sept heures du soir, la place du Carrousel se couvrait ordinairement
d'une longue file de voitures dont Cambacérès, de sa fenêtre,
contemplait avec une vraie joie le développement étendu. On était un
assez longtemps à entrer dans la cour et à parvenir au pied de
l'escalier. Dès la porte du premier salon, un huissier attentif
proclamait votre nom à haute voix; ce nom était répété jusqu'à la porte
de la pièce où se tenait Son Altesse. Là, se pressait une foule énorme;
les femmes assises sur deux ou trois rangs; les hommes debout, serrés,
faisant d'un angle à l'autre de ce salon une sorte de corridor au milieu
duquel Cambacérès, couvert de cordons, portant le plus souvent tous ses
ordres en diamants, coiffé d'une énorme perruque bien poudrée, se
promenait gravement, débitant à droite et à gauche quelques phrases
polies. Quand on était sûr qu'il vous avait aperçu, et surtout quand il
vous avait parlé, on se retirait pour faire place à d'autres. Il fallait
souvent demeurer encore très longtemps avant de retrouver sa voiture, et
le meilleur moyen de lui faire sa cour était de lui dire, quand on le
retrouvait une autre fois, quels embarras causaient, dans la place, la
foule des carrosses qui se croisaient pour arriver chez lui.

     [Note 32: Cet hôtel a été démoli sous le règne du roi
     Louis-Philippe. (P. R.)]

On ne se pressait pas autant chez l'architrésorier Le Brun, qui
paraissait mettre moins de prix à ces hommages extérieurs, et qui vivait
avec assez de simplicité. Mais, s'il n'avait pas les ridicules de son
collègue, il manquait de quelques-unes de ses qualités. Cambacérès avait
de l'obligeance, il accueillait bien les requêtes, et quand il
promettait de les appuyer, sa parole était sûre, on y pouvait compter.
Le Brun songeait à ménager sa fortune, qui est devenue considérable.
C'était un vieillard fort personnel, assez malin, et qui n'a été utile
à personne.

La princesse de toute la famille que je fréquentais le plus était madame
Louis Bonaparte. Le soir, on venait chez elle chercher des nouvelles.
Dans le mois de décembre 1805, le bruit s'étant répandu que les Anglais
pourraient bien tenter quelque descente sur les côtes de la Hollande,
Louis Bonaparte reçut l'ordre d'aller parcourir ce pays, et d'inspecter
l'armée du Nord. Son absence, qui donnait toujours un peu de liberté à
sa femme, et de soulagement à toute sa maison, laquelle avait grand'peur
de lui, permettait à madame Louis de passer ses soirées d'une manière
assez agréable. On faisait de la musique chez elle, ou on dessinait sur
une grande table placée au milieu de son salon. Madame Louis a toujours
montré un grand goût pour les arts; elle a composé de jolies romances;
elle peint très bien; elle aimait les artistes. Son seul tort,
peut-être, était de ne pas donner à son intérieur toute la dignité
qu'exigeait le rang où on l'avait élevée. Toujours intimement liée avec
ses compagnes d'éducation, ainsi que les jeunes femmes qui la
fréquentaient habituellement, elle avait dans les manières un petit
reste des usages de sa pension qu'on a quelquefois remarqué et
blâmé[33].

     [Note 33: Ces sentiments pour la reine Hortense et ces
     impressions de ma grand'mère ont été très durables, car voici
     ce qu'elle écrivait à son mari quelques années plus tard, le
     12 juillet 1812:

     «En parlant de la reine, je ne puis assez te dire quel charme
     je trouve à l'intimité de sa société. C'est vraiment un
     caractère angélique, et une personne complètement différente
     de ce qu'on croit. Elle est si vraie, si pure, si
     parfaitement ignorante du mal, il y a dans le fond de son âme
     une si douce mélancolie, elle paraît si résignée à l'avenir,
     qu'il est impossible de ne pas emporter d'elle une impression
     toute particulière. Sa santé n'est pas mauvaise, elle
     s'ennuie de cette pluie, parce qu'elle aime à marcher; elle
     lit beaucoup, et paraît vouloir réparer les torts de son
     éducation à certains égards. L'instituteur de ses enfants la
     fait travailler sérieusement, puis elle s'amuse du mal
     qu'elle prend, elle a raison. Cependant je voudrais que
     quelqu'un de plus éclairé dirigeât ses études. Il y a un âge
     où il faut plutôt apprendre pour penser que pour savoir, et
     l'histoire ne doit pas se montrer à vingt-cinq ans comme à
     dix.» (P. R.)]

Après un assez long silence sur ce qui se passait à l'armée, ce qui
causa une vive inquiétude, enfin, un soir, l'aide de camp de l'empereur,
Le Brun, fils de l'architrésorier, dépêché du champ de bataille
d'Austerlitz, vint apporter la nouvelle de la victoire, de l'armistice
qui suivit, et des espérances fondées pour la paix. Cette nouvelle
proclamée dans tous les spectacles, affichée partout dès le lendemain,
produisit un grand effet, et dissipa la sombre apathie dans laquelle le
peuple de Paris était plongé. Il fut impossible de n'être pas frappé
d'un si grand succès, et de ne point se ranger, encore cette fois, du
parti de la gloire et de la fortune. Les Français, entraînés par le
récit d'une telle victoire, à laquelle rien ne manquait, puisqu'elle
terminait la guerre, sentirent renaître leur enthousiasme, et, pour
cette fois encore, on n'eut besoin de rien commander à l'allégresse
publique. La nation s'identifia de nouveau aux succès de ses soldats. Je
regarde cette époque comme l'apogée du bonheur de Bonaparte; car ses
hauts faits furent alors adoptés par la majorité du peuple. Depuis, il a
sans doute grandi en puissance et en autorité, mais il lui a fallu
ordonner l'enthousiasme, et quoiqu'il soit quelquefois parvenu à le
forcer, les efforts qu'il lui fallut faire ont dû gâter pour lui le prix
des acclamations.

Au milieu des sentiments de joie et de véritable admiration que témoigna
la ville de Paris, on pense bien que les grands corps de l'État et les
fonctionnaires publics ne laissèrent point échapper cette occasion de
rédiger en paroles pompeuses l'admiration générale. Quand on relit
aujourd'hui froidement les discours qui furent alors prononcés dans le
Sénat et dans le Tribunat, les harangues des préfets et des maires, les
mandements des évêques, on se demande comment il eût été possible qu'une
tête humaine ne fût pas un peu dérangée par l'excès de telles louanges.
Toutes les gloires passées venaient se fondre devant celle de Bonaparte;
les noms des plus grands hommes allaient devenir obscurs; la renommée
rougirait désormais de tout ce qu'elle avait proclamé jusqu'à ce jour,
etc., etc.

Le 31 décembre, le Tribunat s'assembla, et son président, Fabre de
l'Aude, annonça le retour d'une députation qui avait été envoyée à
l'empereur, et qui racontait les merveilles dont elle avait été témoin,
et l'arrivée d'un grand nombre de drapeaux. L'empereur en donnait huit à
la ville de Paris, huit au Tribunat, et cinquante-quatre au Sénat.
C'était le Tribunat tout entier qui devait aller présenter ces derniers.

Après le discours du président, une foule de tribuns se précipitèrent
vers la tribune pour émettre ce qu'on appelait _des motions de voeux_:
l'un proposa qu'il fût frappé une médaille d'or; l'autre qu'on élevât un
monument public, que l'empereur reçût comme au temps de l'ancienne Rome
les honneurs du triomphe; que la ville de Paris sortît tout entière
au-devant de lui. «La langue, disait un membre, ne fournit pas
d'expressions assez fortes pour atteindre de si grands objets, ni pour
rendre les émotions qu'ils font éprouver.»

Carrion-Nisas proposa qu'à la paix générale, l'épée que l'empereur
portait à la bataille d'Austerlitz fût déposée et consacrée avec
solennité. Chacun voulait enchérir sur le discours de l'autre, et cette
séance, qui dura plusieurs heures, épuisa en effet tout ce que le
langage de la flatterie peut inspirer à l'imagination. Et cependant,
c'était ce même Tribunat qui inquiéta l'empereur, parce que son
institution lui conservait une ombre de liberté, et qu'il crut plus tard
devoir détruire, pour achever de consolider son despotisme jusque dans
les moindres apparences. Quand l'empereur élimina le Tribunat, ce fut
alors le mot consacré à cette mesure, il ne craignit pas de laisser
échapper ces paroles: «Voilà ma dernière rupture avec la République.»

Le Tribunat devant, le 1er janvier de l'année 1806, porter au Sénat les
drapeaux, décida qu'il proposerait en même temps le voeu de l'érection
d'une colonne: Le Sénat s'empressa de convertir ce voeu en décret; il
arrêta aussi que la lettre de l'empereur, qui avait accompagné l'envoi
des drapeaux, serait gravée sur le marbre et placée dans la salle de ses
séances, et les sénateurs se montrèrent à la hauteur des tribuns dans
cette circonstance.

On commença bientôt à s'occuper des préparatifs des fêtes qui devaient
avoir lieu au retour de l'empereur. M. de Rémusat m'envoya des ordres
pour que les spectacles préparassent la remise des quelques ouvrages qui
devaient prêter aux applications. Le Théâtre-Français choisit _Gaston et
Bayard_; la police fit quelques légers changements aux vers qu'on ne
pouvait prononcer[34], et l'Opéra s'occupa d'un divertissement nouveau.

     [Note 34: On remplaça ce vers:

        «Et suivre les Bourbons, c'est marcher à la gloire.»

     Par:

        «Et suivre les _Français_, c'est marcher à la gloire.»]

Cependant l'empereur, après avoir reçu la signature de la paix, quittait
Vienne en laissant à ses habitants une proclamation pleine de paroles
flatteuses pour eux et pour leur souverain, et il ajoutait:

«Je me suis peu montré parmi vous; non par dédain ou par un vain
orgueil, mais je n'ai pas voulu distraire en vous aucun des sentiments
que vous deviez au prince avec qui j'étais dans l'intention de faire une
prompte paix.»

On a vu plus haut les vrais motifs qui avaient retenu l'empereur
renfermé au château de Schönbrunn.

Quoique, en fait, l'armée française eût été contenue dans Vienne avec
assez de discipline, sans doute les habitants virent avec une grande
joie le départ des hôtes qu'il leur avait fallu recevoir, loger et
nourrir avec soin. Si on veut une idée des ménagements que les vaincus
se trouvaient forcés d'avoir pour nous, il suffira de dire que les
généraux Junot[35] et Bessières, logés chez le prince d'Esterhazy,
recevaient chaque jour de Hongrie tout ce qui devait contribuer à rendre
leur table délicate, et, entre autres tributs, du vin de Tokay. C'était
le prince qui avait pour eux cette attention, et qui les défrayait de
tout.

     [Note 35: Ce Junot, véritable officier de fortune, avait
     beaucoup d'esprit naturel. Un jour qu'on parlait devant lui
     des préventions de l'ancienne noblesse française. «Eh bien,
     disait-il, pourquoi donc tous ces gens-là se montrent-ils si
     jaloux de notre élévation? La seule différence entre eux et
     moi, c'est qu'ils sont des descendants, et que, moi, je suis
     un ancêtre.»]

Je me souviens d'avoir entendu conter à M. de Rémusat que, lorsque
l'empereur arriva à Vienne, on se hâta de visiter les caves du palais
impérial pour y chercher du même vin de Tokay; mais on fut fort surpris
de n'en pas trouver une seule bouteille; l'empereur François avait tout
fait emporter avec soin.

L'empereur arriva à Munich le 31 décembre, et, le lendemain, proclama
_roi_ l'électeur de Bavière. Il fit part de cet événement au Sénat par
une lettre, ainsi que de l'adoption qu'il faisait du prince Eugène et du
mariage qu'il allait terminer, avant de retourner à Paris.

Le prince Eugène ne tarda point à se rendre à Munich, après avoir pris
possession des États vénitiens, et rassuré, autant qu'il était en lui,
ses nouveaux sujets par des proclamations dignes et mesurées.

L'empereur se crut obligé de donner aussi des éloges à l'armée d'Italie.
On lit dans un bulletin: «Les peuples d'Italie ont montré beaucoup
d'énergie. L'empereur a dit plusieurs fois: «Pourquoi mes peuples
d'Italie ne paraîtraient-ils pas avec gloire sur la scène du monde? ils
sont pleins d'esprit et de passion, dès lors il est facile de leur
donner les qualités militaires.» Il fit encore quelques proclamations à
ses soldats, toujours un peu boursouflées à sa manière; mais on dit
qu'elles produisaient un grand effet sur l'armée. Il rendit un beau
décret, surtout s'il a été exécuté:

«Nous adoptons, disait-il, les enfants des généraux, officiers et
soldats, morts à la bataille d'Austerlitz. Ils seront élevés à
Rambouillet et à Saint-Germain, placés et mariés par nous. Ils
ajouteront à leurs noms celui de Napoléon...»

L'électeur, ou plutôt le roi de Bavière, est un prince cadet de la
maison de Deux-Ponts, qui est arrivé à l'électorat par l'extinction de
la branche de sa famille qui gouvernait la Bavière. Sous le règne de
Louis XVI, il fut envoyé en France et mis au service de notre roi. Il
obtint promptement un régiment, et demeura assez longtemps, soit à
Paris, soit en garnison dans quelques-unes de nos villes. Il s'attacha à
la France et y laissa des souvenirs de la bonté de son caractère et de
la cordialité de ses manières. Il était connu sous le nom du prince Max.
Il refusa cependant de se marier en France. Le prince de Condé lui ayant
offert sa fille, son père et l'électeur de Deux-Ponts, son oncle, ne
voulurent point de cette union, par la raison que le prince Max, n'étant
point riche, serait sans doute forcé de faire quelques-unes de ses
filles chanoinesses, et que la mésalliance que le sang de Louis XIV
avait reçue de madame de Montespan pourrait empêcher certains chapitres
de les recevoir.

Le droit de succession ayant appelé plus tard ce prince à l'électorat,
il conserva toujours des souvenirs affectueux pour la France et de
l'attachement pour les Français. Devenu roi par la puissance de
l'empereur, il eut grand soin de lui témoigner sa reconnaissance par la
plus brillante réception, et il accueillit les Français avec une extrême
bonté. On imagine bien qu'il ne songea pas un moment à refuser l'union
qu'on lui proposait pour sa fille. Cette princesse, âgée de dix-sept à
dix-huit ans, joignait à tous les charmes d'une figure fort agréable,
les qualités les plus attachantes. Aussi ce mariage, que la politique
avait conclu, est devenu pour Eugène la source d'un bonheur que rien n'a
troublé. La princesse Auguste de Bavière s'est attachée vivement à
l'époux qu'on lui a donné; elle n'a pas peu contribué à lui gagner des
coeurs en Italie. Belle, sage, pieuse et fort aimable, elle ne pouvait
qu'être tendrement aimée du prince Eugène, et encore aujourd'hui,
établis tous deux en Bavière, ils y jouissent des douceurs de la plus
parfaite union[36].

     [Note 36: Le prince Eugène de Beauharnais est mort en
     1824. Voici de quelle façon l'empereur lui annonçait son
     mariage, dans une lettre datée de Munich, le 19 nivôse an XIV
     (31 décembre 1805): «Mon cousin, je suis arrivé à Munich.
     J'ai arrangé votre mariage avec la princesse Auguste. Il a
     été publié. Ce matin, cette princesse m'a fait une visite, et
     je l'ai entretenue fort longtemps. Elle est très jolie. Vous
     trouverez ci-joint son portrait sur une tasse, mais elle est
     beaucoup mieux.» L'affection que l'empereur avait pour le
     vice-roi d'Italie se porta tout entière sur cette princesse,
     qu'il avait, du premier jour, jugée si favorablement, et sa
     correspondance est remplie de sollicitude pour sa santé et
     son bonheur. Ainsi il lui écrivait de Stuttgard, le 17
     janvier 1806: «Ma fille, la lettre que vous m'avez écrite est
     aussi aimable que vous. Les sentiments que je vous ai voués
     ne feront que s'augmenter tous les jours; je le sens au
     plaisir que j'ai de me ressouvenir de toutes vos belles
     qualités, et au besoin que j'éprouve d'être assuré
     fréquemment par vous-même que vous êtes contente de tout le
     monde, et heureuse par votre mari. Au milieu de toutes mes
     affaires, il n'y en aura jamais pour moi de plus chères que
     celles qui pourront assurer le honneur de mes enfants.
     Croyez, Auguste, que je vous aime comme un père, et que je
     compte que vous aurez pour moi toute la tendresse d'une
     fille. Ménagez-vous dans votre voyage, ainsi que dans le
     nouveau climat où vous arrivez, en prenant tout le repos
     convenable. Vous avez éprouvé bien du mouvement depuis un
     mois. Songez bien que je ne veux pas que vous soyez malade.»
     Enfin, quelques mois plus tard, il écrivait au prince Eugène:

     «Mon fils, vous travaillez trop; votre vie est trop monotone.
     Cela est bon pour vous, parce que le travail doit être pour
     vous un objet de délassement; mais vous avez une jeune femme,
     qui est grosse. Je pense que vous devez vous arranger pour
     passer la soirée avec elle, et vous faire une petite société.
     Que n'allez-vous au théâtre une fois par semaine, en grande
     loge? Je pense que vous devez avoir aussi un petit équipage
     de chasse, afin que vous puissiez chasser au moins une fois
     par semaine; j'affecterai volontiers dans le budget une somme
     pour cet objet. Il faut avoir plus de gaieté dans votre
     maison; cela est nécessaire pour le bonheur de votre femme et
     pour votre santé. On peut faire bien de la besogne en peu de
     temps. Je mène la vie que vous menez, mais j'ai une vieille
     femme qui n'a pas besoin de moi pour s'amuser; et j'ai aussi
     plus d'affaires; et cependant, il est vrai de dire que je
     prends plus de divertissement et de dissipation que vous n'en
     prenez. Une jeune femme a besoin d'être amusée, surtout dans
     la situation où elle se trouve. Vous aimiez jadis assez le
     plaisir; il faut revenir à vos goûts. Ce que vous ne feriez
     pas pour vous, il est convenable que vous le fassiez pour la
     princesse. Je viens de m'établir à Saint-Cloud. Stéphanie et
     le prince de Bade s'aiment assez. J'ai passé ces deux
     jours-ci chez le maréchal Bessières; nous avons joué comme
     des enfants de quinze ans. Vous aviez l'habitude de vous
     lever matin, il faut reprendre cette habitude. Cela ne
     gênerait pas la princesse si vous vous couchiez à onze heures
     avec elle; et, si vous finissez votre travail à six heures du
     soir, vous avez encore dix heures à travailler, en vous
     levant à sept ou huit heures.» (P. R.)]

Quand l'empereur se trouva à Munich, il lui passa par la tête de se
délasser des travaux qu'il avait eu à supporter pendant quelques mois,
par une certaine fantaisie, moitié galante, moitié politique, à l'égard
de la reine de Bavière. Cette princesse, seconde femme du roi, sans être
très belle, avait une taille élégante et des manières agréables qui
conservaient de la dignité. L'empereur feignit, je pense, d'être
amoureux d'elle. Ceux qui assistaient à ce spectacle, disent qu'il était
assez curieux de le voir aux prises avec son caractère cassant, ses
habitudes un peu communes, et pourtant le désir de réussir auprès d'une
princesse accoutumée à cette espèce d'étiquette dont on ne se départ
guère en Allemagne, dans quelque occasion que ce soit. La reine de
Bavière sut tenir en respect son étrange soupirant, et cependant parut
s'amuser de ses hommages. L'impératrice la trouva un peu plus coquette
qu'elle n'eût voulu, et tout ce manège lui inspira le désir de quitter
promptement la cour de Bavière, et lui gâta le plaisir que devait lui
causer le mariage de son fils.

En même temps, madame Murat s'avisa de trouver mauvais que la nouvelle
vice-reine, devenue fille adoptive de Napoléon, prît le pas sur elle
dans les cérémonies. Elle feignit d'être malade, pour éviter ce qui lui
semblait un affront, et son frère fut obligé de se fâcher, pour
l'empêcher de témoigner trop hautement son mécontentement. Si nous
n'avions point été témoins de la promptitude avec laquelle certaines
prétentions s'élèvent chez ceux que la fortune favorise, nous nous
étonnerions de ces humeurs subites chez des princes ou des grands d'une
date si nouvelle qu'ils auraient dû être peu accoutumés encore aux
avantages et aux droits donnés par leur rang; mais ce spectacle s'est si
souvent reproduit sous nos yeux, qu'il a fallu reconnaître que rien ne
s'éveille et ne grandit si vite parmi les hommes que la vanité.
Bonaparte, qui le savait d'avance, en a fait son plus sûr moyen de
gouverner.

À Munich, il fit un grand nombre de promotions dans l'armée. Il donna un
régiment de carabiniers à son beau-frère, le prince Borghèse. Il
récompensa beaucoup d'officiers à l'aide de grades et de la Légion
d'honneur. Il fit, entre autres, M. de Nansouty, mon beau-frère, grand
officier de cet ordre. C'était un homme de courage, estimé de l'armée,
simple, d'une probité et d'une délicatesse assez peu ordinaires,
malheureusement, à nos chefs militaires. Il a laissé partout en pays
étranger une réputation fort honorable pour sa famille[37].

     [Note 37: Le roi, lors de son premier retour, lui donna
     le commandement de la compagnie des mousquetaires gris. Il
     tomba malade peu de temps après, et il mourut un mois avant
     le 20 mars 1815.]

La cour militaire de l'empereur, encouragée par l'exemple de son maître,
et animée comme lui par la victoire, se montra aussi très satisfaite de
rejoindre les dames qui avaient accompagné l'impératrice. Il sembla que
l'amour voulait avoir enfin sa part d'importance dans un monde qui
jusqu'alors le négligeait assez; mais il faut convenir qu'on ne lui
laissa jamais grand temps pour fonder son autorité, et il fut toujours
un peu forcé d'y brusquer ses attaques. On peut dater de cette époque
les sentiments qu'inspira la belle madame de C*** à M. de Caulaincourt.
Elle avait été nommée dame du palais dans l'été de 1805. Mariée jeune à
son cousin, qui était à cette époque écuyer de l'empereur, et qui la
négligeait beaucoup, elle fixa les regards de la cour par son éclatante
beauté. M. de Caulaincourt devint éperdument amoureux d'elle, et cet
attachement, plus ou moins partagé pendant quelques années, le détourna
de songer à se marier. Madame de C***, de plus en plus mécontente de son
mari, a fini par profiter du divorce[38]; et lorsque le retour du roi a
condamné M. de Caulaincourt, ou autrement le duc de Vicence, à une vie
de retraite, elle a voulu partager son malheur, et elle l'a épousé.

     [Note 38: Madame la duchesse de Vicence est morte très
     âgée en 1876, laissant le souvenir d'une femme bonne et
     distinguée. M. de Caulaincourt était mort quarante-huit ans
     plus tôt, en 1828. (P. R.)]

J'ai dit que, durant cette campagne, l'empereur avait publié qu'il
consentait à ce que nos troupes évacuassent le royaume de Naples. Mais
il ne tarda pas à se brouiller de nouveau avec cette puissance, soit que
le roi de Naples ne se montrât pas très exact dans l'exécution du traité
conclu avec lui et qu'il demeurât sous l'influence des Anglais qui
menaçaient toujours ses ports, soit que l'empereur voulût accomplir son
projet de mettre l'Italie entière sous sa dépendance. Il pensait aussi,
sans doute, qu'il était de sa politique de rejeter peu à peu la maison
de Bourbon hors des trônes du continent. Quoi qu'il en soit, selon la
coutume, sans avoir reçu aucune autre communication, la France apprit,
par un ordre du jour daté du camp impérial de Schönbrunn le 6 nivôse an
XIV[39], que l'armée française marchait à la conquête du royaume de
Naples, et serait commandée par Joseph Bonaparte qui s'y rendit en
effet.

     [Note 39: 27 décembre 1805. (P. R.)]

«Nous ne pardonnerons plus, disait cette proclamation. La dynastie de
Naples a cessé de régner, son existence est incompatible avec le repos
de l'Europe et l'honneur de ma couronne. Soldats, marchez... ne tardez
pas à m'apprendre que l'Italie toute entière est soumise à mes lois, ou
à celles de mes alliés[40].»

     [Note 40: Voici cette proclamation qui a bien le sens
     indiqué dans ces mémoires, mais dont les expressions sont
     plus brutales encore: Soldats, depuis dix ans, j'ai tout fait
     pour sauver le roi de Naples, il a tout fait pour se perdre.
     Après les batailles de Dego, de Mondovi, de Lodi, il ne
     pouvait m'opposer qu'une faible résistance. Je me fiai aux
     paroles de ce prince, et je fus généreux envers lui.

     »Lorsque la seconde coalition fut dissoute à Marengo, le roi
     de Naples qui, le premier, avait commencé cette injuste
     guerre, abandonné à Lunéville par ses alliés, resta seul et
     sans défense. Il m'implora; je lui pardonnai une seconde
     fois. Il y a peu de mois, vous étiez aux portes de Naples.
     J'avais d'assez légitimes raisons de suspecter la trahison
     qui se méditait, et de venger les outrages qui m'avaient été
     faits. Je fus encore généreux. Je reconnus la neutralité de
     Naples; je vous ordonnai d'évacuer ce royaume; et, pour la
     troisième fois, la maison de Naples fut affermie et sauvée.

     »Pardonnerons-nous une quatrième fois? Nous fierons-nous une
     quatrième fois à une cour sans foi, sans honneur, sans
     raison? Non! non! La dynastie de Naples a cessé de régner;
     son existence est incompatible avec le repos de l'Europe et
     l'honneur de ma couronne.

     »Soldats, marchez, précipitez dans les flots, si tant est
     qu'ils vous attendent, ces débiles bataillons des tyrans des
     mers. Montrez au monde de quelle manière nous punissons les
     parjures. Ne tardez pas à m'apprendre que l'Italie tout
     entière est soumise à mes lois, ou à celles de mes alliés;
     que le plus beau pays de la terre est affranchi du joug des
     hommes les plus perfides; que la sainteté des traités est
     vengée, et que les manes de mes braves soldats égorgés dans
     les ports de Sicile à leur retour d'Égypte, après avoir
     échappé aux périls des naufrages, des déserts et des combats,
     sont enfin apaisés.» (P. R.)]

C'est avec ce ton exécutoire que Bonaparte, venant de signer la paix,
jetait les fondements d'une nouvelle guerre, offensait de nouveau les
souverains de l'Europe, et animait la politique anglaise à lui susciter
de nouveaux ennemis.

Le 25 janvier, la cour de Naples, pressée par un ennemi habile et
vainqueur, s'embarqua pour Palerme, et abandonna sa capitale au nouveau
souverain, qui devait bientôt en prendre possession. Cependant
l'empereur, après avoir assisté le 14 janvier au mariage du prince
Eugène, quitta Munich, reçut en traversant l'Allemagne les honneurs que
partout on n'eût pas manqué de lui rendre, et arriva à Paris dans la
nuit du 26 au 27 janvier.

J'ai cru devoir terminer ici ce qui a été pour moi la seconde époque de
Bonaparte, parce que, ainsi que je le disais plus haut, je regarde la
fin de cette première campagne comme le plus beau moment de sa gloire;
et cela, parce que le peuple français consentit encore cette fois à en
prendre sa part.

Rien peut-être, eu égard au temps et aux hommes, ne peut se comparer
dans l'histoire au degré de puissance où l'empereur se trouvait élevé,
après la paix de Tilsitt; mais alors, si l'Europe entière fléchissait
devant lui, en France le prestige des victoires s'était singulièrement
affaibli, et nos armées, quoique formées de nos citoyens, commençaient à
nous devenir étrangères. L'empereur, qui souvent appréciait les choses
avec une justesse mathématique, s'en aperçut bien; car, à son retour
après ce traité, je lui ai ouï dire: «La gloire militaire qui vit si
longtemps dans l'histoire est celle qui s'efface le plus vite pour les
contemporains, Toutes nos dernières batailles ne font point en France la
moitié de l'effet qu'a produit celle de Marengo.»

S'il eût poussé cette réflexion, il en eût conclu que le peuple que l'on
gouverne a finalement besoin d'une gloire qui lui soit utile, et que
l'admiration s'use pour ce qui n'a qu'un stérile éclat.

En 1806, soit à tort, soit à raison, on accusait encore la politique
anglaise de nous susciter des ennemis. La supposant, à bon droit,
jalouse de notre prospérité renaissante, nous ne croyions pas
impossible qu'elle s'efforçât de nous troubler, quand même nous
aurions, de bonne foi, montré toutes les apparences des intentions les
plus modérées. Nous ne pensions pas que l'empereur fût coupable de la
dernière rupture qui avait détruit le traité d'Amiens, et comme il
paraissait impossible de parvenir de longtemps à égaler la puissance
maritime des Anglais, il ne nous semblait pas hors de la bonne politique
d'avoir cherché à balancer, par les constitutions données à l'Italie,
c'est-à-dire par une grande influence continentale, celle que le
commerce procurait à nos ennemis.

Dans cette disposition, les merveilles de cette campagne de trois mois
devaient nous frapper fortement. L'empire d'Autriche conquis, les armées
réunies des deux premiers souverains de l'Europe fuyant devant la nôtre,
la retraite du czar, la demande de la paix faite par l'empereur François
en personne, cette paix qui portait encore un caractère de modération,
ces rois créés par nos victoires, ce mariage d'un simple gentilhomme
français avec la fille d'une tête couronnée, enfin ce prompt retour du
vainqueur qui permettait de concevoir l'espoir d'un solide repos, et
peut-être ce besoin de conserver des illusions sur son maître, besoin
inspiré par la vanité humaine qui n'aime point à rougir de celui auquel
elle s'est soumise; tout cela excita de nouveau les admirations
nationales, et ne favorisa que trop l'ambition du vainqueur.

En effet, l'empereur s'aperçut du progrès qu'il avait fait, et il
conclut, avec quelque apparence de probabilité, que la gloire nous
dédommagerait de toutes les pertes que le despotisme allait nous
imposer. Il crut que les Français ne murmureraient point, pourvu que
leur esclavage fût brillant, et que nous ferions volontiers échange de
toutes les libertés que la Révolution nous avait si péniblement
acquises, contre les succès éblouissants qu'il parviendrait à nous
procurer. Enfin, et ce fut là le plus grand mal, il entrevit dans la
guerre le moyen de nous distraire des réflexions que sa manière de
gouverner devait tôt ou tard nous inspirer, et il se la réserva pour
nous étourdir, ou du moins nous réduire au silence. Comme il y était
très habile, il n'en craignait pas les chances, et quand il put la faire
avec de si nombreuses armées et une artillerie si formidable, il n'y
voyait plus guère de dangers qui lui fussent personnels; aussi, je me
trompe peut-être, mais je crois qu'après la campagne d'Austerlitz, la
guerre a plutôt encore été le résultat de son système que l'entraînement
de son goût. La première, la véritable ambition de Napoléon a été le
pouvoir, et il eût préféré la paix, si la paix avait dû accroître son
autorité. Il y a dans l'esprit humain une tendance à perfectionner tout
ce dont il s'occupe incessamment. L'empereur, toujours appliqué vers
l'idée de grandir son pouvoir, l'a porté par tous les moyens possibles
au plus haut degré, et, s'habituant à l'exercice continu de ses
volontés, il devint bientôt de plus en plus ombrageux de la moindre
opposition. Sa fortune renversant peu à peu devant lui toutes les
phalanges européennes, il ne douta plus que son destin ne l'appelât à
régler à son gré les intérêts de toutes les cours du continent.
Dédaignant le mouvement général des opinions de son siècle, ne regardant
plus la Révolution française, ce grand avertissement pour les rois, que
comme un événement dont il pouvait exploiter les résultats à son profit,
il parvint à mépriser ce cri de liberté que, par intervalles, les
peuples avaient laissé échapper depuis vingt ans. Il crut, du moins,
qu'il leur donnerait le change en achevant de détruire ce qui avait
existé, pour le remplacer par des créations subites qui satisferaient,
en apparence, cette ardeur pour l'égalité qu'il croyait, avec assez de
fondement, la passion dominante du temps. Il tenta de faire de la
Révolution française un simple jeu de fortune, une commotion inutile qui
n'aurait déplacé que les individus. Combien de fois ne s'est-il pas
servi de cette phrase spécieuse pour détourner les inquiétudes! «La
Révolution française n'a rien à craindre, puisque c'est un soldat qui
occupe le trône des Bourbons.» En même temps, il se présentait aux rois
comme le protecteur des trônes: «car, disait-il, j'ai détruit les
républiques.» Et cependant, son imagination rêvait je ne sais quel plan,
à demi féodal, dont l'exécution, toujours dangereuse puisqu'elle le
forçait à la guerre, eut encore l'inconvénient de diminuer l'intérêt
qu'il devait prendre à la France. Notre pays ne lui apparut bientôt
qu'une grande province de l'empire qu'il voulait soumettre à sa
puissance. Moins occupé de notre prospérité que de notre grandeur, qui
dans le fond n'était que la sienne, il conçut le projet de rendre chacun
des souverains étrangers feudataire de sa propre souveraineté. Il crut
y parvenir en établissant sa famille sur différents trônes qui
ressortissaient alors véritablement de lui, et on se convaincra de son
projet, si on veut lire attentivement la teneur des serments qu'il
exigeait des rois ou des princes qu'il créait. «Je veux, disait-il
quelquefois, arriver au point que les rois de l'Europe soient forcés
d'avoir tous un palais dans l'enceinte de Paris; et qu'à l'époque du
couronnement de l'empereur des Français, ils viennent l'habiter,
assister à la cérémonie, et la rendre plus imposante par l'hommage
qu'ils lui offriront.» Il me semble que c'était assez clairement
annoncer l'intention de renouveler en 1806 l'empire de Charlemagne. Mais
les temps étaient changés, et les lumières en s'étendant donnaient aux
peuples des moyens de juger de la manière dont ils seraient gouvernés.
Aussi l'empereur s'aperçut-il que jamais la noblesse ne pourrait
reprendre sur eux le crédit qui fut autrefois souvent un obstacle à
l'autorité de nos rois, et il conçut rapidement l'idée, que c'était
aujourd'hui des empiétements populaires qu'il fallait se défendre, et
que la disposition des esprits devait le porter à suivre la route
inverse à celle que, depuis quelques siècles, ne cessaient de tracer
les rois. En effet, si autrefois les grands avaient presque toujours
gêné l'autorité royale, à présent cette même autorité avait besoin, au
contraire, d'une création intermédiaire qui, dans le siècle libéral où
nous nous trouvons, vînt tout naturellement se ranger autour du
souverain, pour réprimer la marche des prétentions populaires devenues
nationales. De là, le rétablissement d'une noblesse, les majorats, le
retour de quelques privilèges toujours prudemment répartis entre le
grand seigneur pris dans la véritable noblesse, et le bourgeois qu'une
volonté impériale anoblissait.

Tout démontre donc que l'empereur conçut ce projet d'une nouvelle
féodalité façonnée d'après ses idées particulières. Mais, outre les
obstacles que l'Angleterre ne cessa d'apporter à ses progrès, il se
présenta encore une difficulté absolument inhérente à l'une des parties
de son caractère. Il semble qu'il y ait eu deux hommes réunis en lui.
L'un, sans doute, plus gigantesque que grand, mais enfin prompt à
concevoir, aussi prompt à exécuter, et jetant à divers intervalles les
bases du plan qu'il avait formé. Celui-là, mû par une pensée unique,
semblait dégagé de toutes les impressions secondaires qui pouvaient
arrêter ses projets; celui-là, si son but eût été le bien de l'humanité,
avec les facultés qu'il déployait, serait devenu le plus grand homme qui
ait paru sur la terre, mais encore, par l'étendue de sa pénétration et
la ténacité de sa volonté, il en est demeuré le plus extraordinaire.

Le second Bonaparte, intimement attaché à l'autre comme une sorte de
mauvaise conscience, dévoré d'inquiétude, sans cesse agité de soupçons,
esclave des passions intérieures qui le pressaient toujours, et défiant,
craignant tous les pouvoirs, redoutait même ceux qu'il avait créés. Si
la nécessité des institutions se démontrait à lui, il était en même
temps frappé des droits qu'elles donnaient aux individus, et comme il
arrivait à avoir peur de son propre ouvrage, il ne pouvait résister à la
tentation de le détruire brin à brin. On lui a entendu dire, lorsqu'il
eut refait les titres et donné des majorats à ses maréchaux: «Voilà des
gens que j'ai faits indépendants; mais je saurai bien les retrouver, et
les empêcher d'être ingrats.» Ainsi, quand la défiance qu'il avait des
hommes agissait sur lui, alors entièrement livré à elle, il ne songeait
plus qu'à les isoler les uns des autres. Il affaiblissait les liens des
familles; il s'appliquait à favoriser les intérêts individuels, au
préjudice des intérêts généraux. Centre unique d'un cercle immense, il
eût voulu que ce cercle contînt autant de rayons qu'il avait de sujets,
afin qu'ils ne se touchassent qu'en lui. Ce soupçon jaloux dont il fut
incessamment poursuivi, s'accola, comme un ver rongeur, à toutes ses
entreprises, et l'empêcha de fonder d'une manière solide aucune des
créations que son imagination naturellement improvisatrice inventait
continuellement.

Quoi qu'il en soit, après la campagne d'Austerlitz, enflé de ses succès
et du culte que les peuples moitié éblouis, moitié soumis, lui
rendirent, son despotisme commença à se développer avec plus d'intensité
encore que par le passé. On sentit quelque chose de plus pesant dans le
joug qu'il plaçait avec soin sur chaque citoyen; on baissait presque
forcément la tête devant sa gloire, mais on s'aperçut, après, qu'il
avait pris ses précautions pour qu'il ne fût plus permis de la relever.
Il s'environna d'une pompe nouvelle qui devait mettre une plus grande
distance entre lui et les autres hommes. Il prit des usages allemands
qu'il venait d'observer, toute l'étiquette des cours, qu'il considéra
comme un esclavage journalier, et personne ne fut à l'abri de la
dépendance minutieuse qu'il perfectionna avec soin. Il faut dire, à la
vérité, que sitôt après une campagne, il était, en quelque sorte, obligé
de prendre ses précautions pour imposer silence aux prétentions
qu'élevaient autour de lui les compagnons de ses succès, et quand il
était parvenu à les soumettre, il ne croyait pas devoir traiter avec
plus de ménagements les autres classes de citoyens, d'une bien moindre
importance à ses yeux. Les militaires, encore tout animés par la
victoire, se plaçaient eux-mêmes dans une région orgueilleuse dont il
était difficile de les faire descendre. J'ai conservé une lettre de M.
de Rémusat, datée de Schönbrunn, qui peint fort bien l'enflure des
généraux et les précautions qu'il fallait prendre pour vivre en paix
avec eux. «Le métier de la guerre, me disait-il, donne au caractère une
certaine sincérité, un peu crue, qui met à découvert les passions les
plus envieuses. Nos héros, accoutumés à combattre ouvertement leurs
ennemis, prennent l'habitude de ne plus rien voiler, et voient comme une
bataille dans toutes les oppositions qu'ils rencontrent, de quelque
genre qu'elles soient. C'est une chose curieuse que de les entendre
parler de qui n'est pas militaire, et même ensuite les uns des autres;
dépréciant les actions, faisant la part du hasard, énorme pour autrui,
déchirant les réputations que nous autres spectateurs croyons le mieux
établies, et à notre égard si boursouflés de leur gloire encore toute
chaude, qu'il faut bien de l'adresse et beaucoup de sacrifices de
vanité, et de vanité même un peu fondée, pour parvenir à être supporté
par eux.»

L'empereur s'aperçut de cette attitude un peu belligérante que
rapportaient les officiers de l'armée. Il s'inquiétait peu qu'elle
froissât la partie civile des citoyens, mais il ne voulait pas qu'elle
vînt jusqu'à le gêner. Aussi, étant encore à Munich, il se crut obligé
de réprimer l'arrogance de ses maréchaux, et, cette fois, son intérêt
personnel le porta à employer vis-à-vis d'eux le langage de la raison.
«Songez, leur dit-il, que je prétends que vous ne soyez militaires qu'à
l'armée. Le titre de _Maréchal_ est une dignité purement civile qui vous
donne dans ma cour le rang honorable qui vous est dû, mais qui
n'entraîne après lui aucune autorité. Généraux sur le champ de bataille,
soyez grands seigneurs autour de moi, et tenez à l'État par les liens
purement civils que j'ai su vous créer, en vous décorant du titre que
vous portez.»

Cet avertissement eût produit un plus solide effet, si l'empereur l'eût
terminé par ces paroles: «Dans les camps, dans une cour, songez que
partout votre premier devoir est d'être citoyens.» Il aurait tenu un
pareil langage à toutes les classes dont il devait être le protecteur,
en même temps que le maître, il aurait parlé la même langue à tous les
Français, et les aurait unis par cette nouvelle égalité qui ne s'oppose
point aux distinctions accordées à la valeur. Mais Bonaparte, nous
l'avons vu, a toujours craint les liens naturels et généreux, et la
chaîne du despotisme est la seule qu'il ait cru pouvoir employer, parce
qu'elle _serre_ pour ainsi dire les hommes isolément sans leur laisser
aucune relation entre eux.



CHAPITRE XVII.

(1806.)


Mort de Pitt.--Débats du parlement anglais.--Travaux
publics.--Exposition de l'industrie.--Nouvelle
étiquette.--Représentations de l'Opéra et de la Comédie
française.--Monotonie de la cour.--Sentiments de l'impératrice.--Madame
Louis Bonaparte.--Madame Murat.--Les Bourbons.--Les nouvelles dames du
palais.--M. Molé.--Madame d'Houdetot.--Madame de Barante.


Quand l'empereur arriva à Paris, à la fin de janvier 1806, Pitt venait
de mourir en Angleterre, à l'âge de quarante-sept ans. Cette perte fut
vivement sentie par les Anglais. Un regret vraiment national honora sa
mémoire. Le parlement, qui venait de s'ouvrir, vota une somme
considérable pour payer ses dettes, car il mourait sans laisser aucune
fortune, et il fut enterré avec pompe à Westminster. Dans la formation
du nouveau ministère, M. Fox, son antagoniste, fut chargé des affaires
étrangères. L'empereur regarda la mort de Pitt comme un événement
heureux pour lui, mais il ne tarda pas à s'apercevoir que la politique
anglaise n'avait point changé, et que le gouvernement britannique ne
cesserait pas de travailler à soulever contre lui les puissances du
continent[41].

     [Note 41: Les débats du parlement anglais et la politique
     anglaise étaient alors si mal connus en France, qu'on ne
     s'étonnera pas de voir que les suites de la mort de Pitt ne
     soient pas ici très bien appréciées. Fox, en arrivant aux
     affaires, fit une démarche qui amena des ouvertures de paix
     qui furent accueillies. Une négociation secrète fut suivie
     par lord Yarmouth, puis par lord Lauderdale, et il y eut
     jusqu'au milieu de l'été des chances de rapprochement. Mais
     la santé de Fox déclinait, et il mourut au mois de septembre.
     Il est vrai, d'ailleurs, que, bien que partisan de la paix,
     il n'envisageait pas la guerre contre Napoléon comme il avait
     envisagé la guerre contre la Révolution française. Il ne
     s'agissait plus de la liberté de la France, mais de
     l'indépendance de l'Europe. (P. R.)]

Durant le mois de janvier 1806, les débats du parlement d'Angleterre
furent très animés. L'opposition, dirigée par M. Fox, demandait au
ministère raison de la conduite de la dernière guerre; elle prétendait
que l'empereur d'Autriche n'avait point été aidé assez loyalement, et
qu'on l'avait abandonné à la merci du vainqueur. Les ministres
produisirent alors les conditions du traité, fait entre les diverses
puissances, au commencement de cette campagne. Ce traité démontrait que
des subsides avaient été accordés à cette coalition qui s'engageait, à
forcer l'empereur à l'évacuation du Hanovre, de l'Allemagne, de
l'Italie; à remettre le roi de Sardaigne sur le trône de Piémont, et à
assurer l'indépendance de la Hollande et de la Suède. Les victoires
rapides de nos armes avaient bouleversé ces projets. On accusait
l'empereur d'Autriche d'avoir commencé trop impétueusement la campagne,
sans attendre l'arrivée des Russes, et surtout le roi de Prusse dont la
neutralité était devenue la cause principale du mauvais succès de la
coalition. Le czar, irrité contre lui, eût peut-être tenté de se venger
de cette funeste inaction, si la reine de Prusse, si belle et si
séduisante, ne se fût interposée entre les deux souverains. Le bruit se
répandit alors, en Europe, que ses charmes avaient désarmé l'empereur de
Russie, et qu'il leur sacrifia le mécontentement qu'il éprouvait
justement. L'empereur Napoléon, parvenu à contenir le roi de Prusse par
l'effroi de ses armes, crut devoir le récompenser de son inaction en lui
abandonnant le Hanovre, jusqu'à l'époque très incertaine de la paix
générale. De son côté, le roi cédait Anspach à la Bavière, et à la
France ses prétentions sur les duchés de Berg et de Clèves, qui furent
donnés, peu de temps après, au prince Joachim, autrement Murat.

Le rapport fait au parlement d'Angleterre, sur le traité dont je viens
de parler, publié dans nos journaux, y fut accompagné, comme on le pense
bien, de quelques notes qui, déjà, annonçaient une nouvelle aigreur
contre les puissances du continent. On y déplorait la faiblesse des
rois, qui se mettent à la merci des _marchands_ de l'Europe.

«Si l'Angleterre, y disait-on, parvenait à susciter une quatrième
coalition, l'Autriche qui a perdu la Belgique à la première, l'Italie et
la rive gauche du Rhin à la seconde, le Tyrol, la Souabe et l'État
vénitien à la troisième, à la quatrième perdrait sa couronne.

»L'influence de l'empire français sur le continent fera le bonheur de
l'Europe; car c'est avec lui qu'aura commencé le siècle de la
civilisation, des sciences, des lumières et des lois. L'empereur de
Russie a donné imprudemment, comme un jeune homme, dans une politique
dangereuse. Quant à l'Autriche, il faut oublier ses fautes, puisqu'elle
en a été punie. Cependant, on doit dire que, si le traité qui vient
d'être publié en Angleterre eût été connu, peut-être qu'elle n'eût pas
obtenu la paix qui lui a été accordée, et il faut remarquer, en passant,
que le comte de Stadion, qui avait conclu ce traité de subsides, est
encore aujourd'hui à la tête des affaires de l'empereur François.»

Ces notes dictées par un sentiment d'humeur assez mal déguisé, dans les
premiers jours du mois de février, commencèrent à répandre un peu
d'inquiétude, et à faire croire à ceux qui portaient un coup d'oeil
attentif sur les événements, que la paix pourrait bien n'être pas de
longue durée.

Aucun traité n'avait été conclu avec le czar. Sous prétexte qu'il ne
s'était montré que comme auxiliaire des Autrichiens, il refusa d'être
compris dans les négociations; et j'ai ouï dire que l'empereur, frappé
de sa conduite, le regarda, dès cette époque, comme le véritable
antagoniste qui devait lui disputer l'empire du monde. Aussi
s'efforça-t-il de le déprécier autant qu'il lui fut possible.

Il existe en Russie un ordre[42] qui ne peut être porté que par un
général dont les services auraient, dans une grande occasion, été utiles
à l'empire. Quand Alexandre fut de retour dans sa capitale, les
chevaliers de cet ordre vinrent lui en hommages à la Comédie française,
mais une circonstance imprévue vint ajouter une nuance tant soit peu
pénible à l'effet de cette soirée. On donnait Athalie, et Talma jouait
le rôle d'Abner. Pendant la représentation, Bonaparte reçoit le courrier
qui lui apporte la nouvelle de l'entrée des troupes françaises à Naples.
Aussitôt, il envoie un aide de camp à Talma, avec l'ordre d'interrompre
la pièce, et de venir sur le bord de la rampe annoncer cet événement.
Talma obéit, et lut tout haut le bulletin. Le public applaudit, mais je
me souviens qu'il me sembla que les acclamations n'avaient pas été si
naturelles qu'à l'Opéra.

     [Note 42: L'ordre de Saint-Georges.]

Le lendemain, nos journaux proclamèrent la chute de celle qu'ils
appelaient la moderne Athalie[43]; et cette reine vaincue fut
outrageusement insultée, au mépris de toutes les convenances sociales
qui imposent ordinairement du respect pour le malheur.

     [Note 43: La reine de Naples.]

On remarqua, peu de temps après, avec quel art, lors de l'ouverture du
Corps législatif, M. de Fontanes évita, en louant Bonaparte, d'insulter
à la chute des souverains qu'il avait détrônés. Il fit porter ses éloges
principalement sur la modération qui avait dicté la paix, et sur la
réédification des tombeaux de Saint-Denis. On pourra, en général,
conserver la collection des discours prononcés par M. de Fontanes
pendant ce règne, comme des modèles de convenance et de goût.

Après s'être ainsi donné au public et avoir épuisé tous les hommages,
l'empereur reprit aux Tuileries sa vie d'affaires, et nous autres, notre
vie d'étiquette, qui fut ordonnée et réglée avec un soin extrême. Il
commença, dès cette époque, à s'entourer d'un tel cérémonial que
personne d'entre nous n'eut plus guère de relations intimes avec lui.
Plus sa cour devenait nombreuse, plus cette cour prenait une apparence
monotone, chacun faisant à la minute ce qu'il avait à faire; mais
personne ne songeait à s'écarter de la courte série de pensées que donne
le cercle restreint des mêmes devoirs. Le despotisme, qui croissait de
jour en jour, la peur que chacun éprouvait, peur qui consistait tout
naïvement à craindre de recevoir un reproche si on manquait à la moindre
chose, le silence que nous gardions sur tout, reléguaient les différents
personnages, dans les salons des Tuileries, sur une échelle presque
pareille. Il devenait à peu près inutile d'y apporter des sentiments ou
de l'esprit, car on n'y trouvait plus nulle occasion d'y éprouver une
émotion, ou d'y échanger la moindre réflexion. L'empereur, livré à de
grands projets, à peu près sûr de la France, portait ses regards sur
l'Europe, et sa politique ne se bornait plus à s'assurer la puissance de
commander aux opinions de ses concitoyens. De même, il dédaignait ces
petits succès intérieurs que nous lui avions vu rechercher autour de
lui; et je puis dire qu'il considérait sa cour avec cette indifférence
qu'inspire une conquête assurée, opposée à celles qui restent encore à
faire. Il a toujours tendu à imposer un joug, et pour y parvenir, il n'a
pas négligé les moyens de séduction; mais, dès qu'il s'est aperçu que
son pouvoir était établi, il ne s'est jamais occupé de se rendre
agréable.

Du moins, la situation dépendante et contrainte dans laquelle il tenait
sa cour, eut cet avantage: c'est qu'on n'y connut à peu près rien de ce
qui aurait ressemblé à l'intrigue. Comme chacun portait au dedans de soi
la conviction que tout dépendait de la seule volonté du maître, personne
ne tentait de marcher autrement que dans la ligne qu'il avait tracée; et
dans les relations des uns avec les autres, on jouissait de quelque
repos.

Sa femme se trouvait à peu près dans la même dépendance que tout le
reste. À mesure que les affaires grandissaient, elle y devenait plus
étrangère; la politique européenne, le destin du monde lui souciaient
peu; le cercle de ses idées ne s'élevait point à de hautes spéculations
qui ne devaient point avoir d'influence sur ce qui la concernait.
Tranquillisée dans ce temps pour elle-même, satisfaite du sort de son
fils, elle vivait paisible et indifférente; témoignant une affabilité
égale à tous, avec peu ou point d'amitié pour personne, mais une grande
bienveillance pour chacun. Ne cherchant aucun plaisir, ne redoutant
aucun ennui; toujours douce, gracieuse, sereine, et, dans le fond,
insouciante à presque tout, son attachement pour son époux s'était fort
refroidi, et elle n'éprouvait plus ces jalouses inquiétudes qui avaient
tant troublé sa vie, les années précédentes. Elle le jugeait tous les
jours davantage, et s'étant bien convaincue que son premier moyen de
crédit près de lui était dans le repos qu'elle lui procurait par
l'égalité de son caractère, elle s'appliquait avec soin à éviter de le
troubler. J'ai dit, depuis longtemps, qu'un homme tel que lui n'avait
guère le temps ni les dispositions qui ramènent souvent à l'amour, et
l'impératrice lui pardonnait alors tous les écarts qui, quelquefois,
chez les hommes, le remplacent.

Elle poussa même la complaisance jusqu'à favoriser quelques-unes de ses
fantaisies passagères. Elle en devint la confidente, et s'habitua à ne
plus s'en offenser. Il avait exigé que ses appartements intérieurs
fussent précédés d'un salon occupé par des femmes qu'on avait choisies
dans la classe bourgeoise. On les décora du nom de dames d'annonce. Les
dames du palais se tenaient dans le grand salon d'apparat, soit aux
Tuileries, soit à Saint-Cloud. À la suite venait un autre salon qui
précédait les petits appartements. C'est dans ce salon que restaient les
dames d'annonce; elles étaient chargées d'ouvrir les battants des
portes, quand l'impératrice passait, et de l'annoncer ainsi que
l'empereur, quand celui-ci quittait son propre appartement et qu'il
venait chez sa femme par l'intérieur. Ces dames d'annonce furent prises
parmi de jeunes et jolies personnes; elles attirèrent quelquefois les
regards passagers de Bonaparte; sa femme l'ignora, ou le sut, selon
qu'il lui plut de le lui dire ou de le lui cacher, sans jamais qu'elle
s'en effarouchât.

Au retour d'Austerlitz, il revit madame de X..., et ne parut pas faire
attention à elle; l'impératrice la traita comme les autres. On a dit
que, parfois, Bonaparte avait repris près d'elle quelques-uns de ses
souvenirs; mais ce fut d'une manière si fugitive qu'à peine si la cour
put s'en apercevoir, et comme cela ne donnait lieu à aucun incident
nouveau, personne n'y fit attention. L'empereur, absolument convaincu de
cette idée que l'empire des femmes avait souvent affaibli les rois de
France, avait irrévocablement arrêté dans sa pensée qu'elles ne seraient
à sa cour qu'un ornement, et il a tenu parole. Il s'était persuadé, je
ne sais trop pourquoi, qu'en France, elles ont plus d'esprit que les
hommes, du moins il le disait souvent, et que l'éducation qu'on leur
donne les dispose à une certaine adresse dont il faut se défendre. Il
les craignait donc un peu, et les tint à l'écart pour cette raison.
Aussi l'a-t-on vu pousser jusqu'à la faiblesse la mauvaise humeur contre
quelques-unes d'entre elles.

Il exila promptement madame de Staël dont il eut réellement peur, et un
peu plus tard madame de Balbi qui se permit quelques légères
plaisanteries sur son compte. Celle-ci avait parlé assez indiscrètement
devant un homme de la société que je ne nommerai point, et qui rapporta
très fidèlement ce qu'il avait entendu. Ce personnage était gentilhomme
et chambellan, je ne le dis ici que pour prouver que l'empereur trouva,
dans toutes les classes, des gens qui consentirent à le servir comme il
voulait être servi.

Durant le cours de cet hiver, on commença à s'apercevoir des souffrances
pénibles que madame Louis avait à supporter dans son intérieur. La
tyrannie conjugale de Louis Bonaparte s'exerçait sur tout; son
caractère, tout aussi despotique que celui de son frère, se faisait
sentir dans le cercle de sa maison. Jusque-là, sa femme en dissimulait
courageusement les excès; mais une circonstance particulière la força de
dévoiler à sa mère une partie de ses peines.

Louis Bonaparte avait une fort mauvaise santé. Depuis son retour
d'Égypte, il était rongé par un mal inconnu, se manifestant par de
fréquentes attaques qui avaient particulièrement affaibli si bien ses
jambes et ses mains, qu'il marchait avec quelque difficulté, et qu'il
était gêné dans toutes les articulations. La médecine épuisa
infructueusement pour lui toutes ses ressources. Corvisart, médecin de
toute la famille, lui conseilla enfin de tenter un dernier essai,
quelque dégoûtant qu'il fût[44]. Il supposa que, peut-être, une forte
éruption appelée à la peau dégagerait l'âcreté cachée qui échappait à
tant de remèdes. On se détermina donc à porter, sous le dais brodé qui
couronnait le lit du prince Louis, les draps enlevés à un galeux de
l'hôpital; et Son Altesse impériale fut obligée de s'en envelopper, et
même de revêtir la chemise de ce malade. Louis, qui voulait cacher à
tout le monde l'essai qu'il faisait, exigea que rien ne fût changé dans
ses habitudes avec sa femme. Il était accoutumé à coucher dans la même
chambre, sans occuper le même lit; il avait toujours voulu qu'elle
passât les nuits près de lui, sur un petit lit dressé sous les mêmes
rideaux. Il ordonna, très impérativement, que cet usage se continuât,
ajoutant, dans sa dure et bizarre jalousie, qu'un mari ne devait jamais
se départir des précautions qui l'empêchaient d'abandonner une femme à
son inconstance naturelle. Madame Louis, malade elle-même, et malgré le
dégoût naturel qu'elle éprouvait, se soumit, et garda le silence sur ce
nouvel abus du pouvoir conjugal.

     [Note 44: On lit dans le Mémorial de Sainte-Hélène: «Les
     belles Italiennes eurent beau déployer leurs grâces, je fus
     insensible à leurs séductions. Elles s'en dédommageaient avec
     ma suite. Une d'elles, la comtesse C..., laissa à Louis,
     lorsque nous passâmes à Brescia, un gage de ses faveurs dont
     il se souviendra longtemps.» (P. R.)]

Cependant Corvisart qui la soignait, et qui était frappé de son
changement, vint à l'interroger sur quelques particularités de sa vie
intérieure, et obtint d'elle l'aveu de la bizarre fantaisie de son
époux. Il crut devoir en instruire l'impératrice, et ne lui dissimula
pas qu'il pensait que l'air de l'alcôve du prince Louis était, dans ce
moment, fort malsain pour sa femme.

Madame Bonaparte en avertit sa fille, qui lui répondit qu'elle s'en
était doutée, mais qui ne l'en conjura pas moins de ne se mêler
aucunement de ce qui se passait entre elle et son mari. Puis, ne pouvant
se contenir davantage alors, elle s'ouvrit à sa mère sur une foule de
détails qui prouvèrent à quel point elle était opprimée, et le mérite du
silence qu'elle avait gardé jusqu'alors. Madame Bonaparte en parla à
l'empereur, qui aimait sa belle-fille, et qui montra à son frère son
mécontentement. Mais Louis répondit froidement à tout que, si on voulait
se mêler de son ménage, il s'éloignerait de la France, et l'empereur,
qui n'eût point voulu d'éclat fâcheux dans sa famille, engagea madame
Louis à la patience, embarrassé peut-être, comme les autres, de l'humeur
bizarre et tenace de Louis. Heureusement pour sa femme, celui-ci renonça
promptement au remède pénible qu'il avait voulu tenter, non sans lui en
vouloir beaucoup de ce qu'elle n'avait pas mieux gardé son secret.

Si sa fille eût été plus heureuse, l'impératrice n'eût rien vu à cette
époque qui dût troubler sa tranquillité. La famille Bonaparte, occupée
de ses propres intérêts, ne pensait plus à la tourmenter; Joseph,
absent, se voyait près de monter sur le trône de Naples; Lucien était
pour toujours exilé de France; le jeune Jérôme croisait en mer sur nos
côtes; madame Bacciochi régnait à Piombino; la princesse Borghèse, tour
à tour livrée à des remèdes ou à ses plaisirs, ne se mêlait de rien.
Madame Murat seule aurait pu causer quelque ombrage à sa belle-soeur;
mais elle cherchait à faire aussi les affaires de son époux, et
l'impératrice n'y mettait nulle opposition; car elle eût fort désiré que
Murat obtînt quelque principauté qui l'éloignât de Paris.

Madame Murat employait toute son adresse, et même toutes les ressources
de l'importunité m'avait montrée à M. de Rémusat me mettait alors dans
quelques relations avec lui. Il ne venait point encore chez moi, mais je
le rencontrais souvent, et partout il me distinguait plus que par le
passé. Il ne laissait guère échapper une occasion de me dire du bien de
mon mari, et, flattant le plus vif sentiment de mon coeur, et, s'il faut
tout dire, aussi ma vanité, en paraissant rechercher mon entretien
partout où nous nous trouvions, il me gagnait peu à peu, et
affaiblissait mes préventions contre lui. Pourtant, il me troublait
quelquefois par certaines paroles auxquelles je n'étais point préparée.
Un jour, que je lui parlais de la conquête récente du royaume de Naples,
et que j'osais lui témoigner que je me sentais émue de cette politique
des détrônements, que nous paraissions adopter, il me répondit, de ce
ton froid et arrêté qu'il sait si bien prendre quand il ne veut pas de
réponse: «Madame, tout ceci ne sera achevé que lorsqu'il n'y aura plus
un Bourbon sur un trône de l'Europe.» Ces mots me firent une sorte de
mal. Je ne pensais guère alors à la famille de nos rois, il en faut
convenir; mais, pourtant, quand j'entendais prononcer ce nom, il
semblait que certains souvenirs de ma jeunesse réveillassent une
émotion ancienne, plus endormie qu'effacée. Je ne pourrais aujourd'hui
rendre compte de cette impression qu'en risquant d'être accusée d'une
affectation absolument éloignée de mon caractère. On croirait que, me
rappelant le temps où j'écris, je veux dès ce moment préparer mon retour
aux opinions que chacun s'empresse maintenant d'étaler. Il n'en est rien
pourtant. Alors j'admirais beaucoup l'empereur; je l'aimais encore,
quoique je fusse moins entraînée vers lui; je le croyais nécessaire à la
France; il m'en apparaissait le souverain devenu légitime; mais tout
cela s'alliait à un tendre respect pour les héritiers et les parents de
Louis XVI, et pour la race de Louis XIV, l'idole de mon imagination,
sentiment qui me faisait souffrir, quand je voyais préparer pour eux de
nouveaux malheurs, et quand j'entendais mal parler d'eux. Au reste,
Bonaparte m'a souvent donné ce chagrin. Chez un homme qui ne jugeait que
par le succès, Louis XVI devait être en faible estime. Il ne lui rendait
nulle justice, et conservait sur lui tous les préjugés populaires
enfantés par la Révolution. Quand sa conversation se tournait sur cet
illustre et malheureux prince, autant que je le pouvais, je m'appliquais
à la détourner.

Quoi qu'il en soit, telle était l'opinion de M. de Talleyrand alors; je
saurai, peu à peu et quand il en sera temps, montrer comment les
événements l'ont modifiée.

Nous vîmes, dans cet hiver, l'héritier du roi de Bavière venir orner
notre cour. Il était jeune, sourd, assez peu aimable, mais fort poli,
montrant d'ailleurs une grande déférence pour l'empereur. Il fut logé
aux Tuileries; on lui donna deux chambellans et un écuyer pour son
service, et on lui fit fort bien les honneurs de Paris.

Le 10 février, la liste des dames du palais fut augmentée des noms de
madame Maret, à la demande de madame Murat, et de mesdames de Chevreuse,
de Montmorency-Matignon, et de Mortemart.

M. de Talleyrand, ami intime de la duchesse de Luynes, obtint d'elle que
sa belle-fille ferait partie de cette cour. Cette duchesse idolâtrait
madame de Chevreuse[45]. Celle-ci avait des opinions assez arrêtées, et
toutes en opposition avec ce qu'on exigeait d'elle.

     [Note 45: Mademoiselle de Narbonne-Fritzlar. Son frère
     fut chambellan.]

Bonaparte menaça, M. de Talleyrand négocia et, selon sa coutume,
réussit. Madame de Chevreuse était jolie, quoique rousse[46], et
spirituelle, mais gâtée à l'excès par sa famille, un peu volontaire, et
tant soit peu fantasque. Sa santé était déjà fort délicate. L'empereur
la cajola pour la consoler de la violence qu'il lui faisait.
Quelquefois, il semblait qu'il en vînt à bout, et, dans d'autres
moments, elle ne dissimulait point le retour de la mauvaise humeur. Par
caractère, elle procurait à l'empereur un plaisir qu'une autre eût
cherché à lui donner seulement par adresse: celui du combat et de la
victoire. Car, comme il lui arrivait de s'amuser quelquefois des fêtes
et des pompes de notre cour, quand elle y paraissait parée et gaie,
l'empereur, qui aimait jusqu'au moindre succès, disait en riant: «J'ai
surmonté l'aversion de madame de Chevreuse.» Au fond, je ne crois point
qu'il y soit vraiment parvenu.

     [Note 46: Madame de Chevreuse était rousse en effet, et
     l'empereur le lui reprochait un jour: «C'est possible,
     répondit-elle, mais aucun homme ne me l'avait encore dit.»
     (P. R.)]

Madame de Montmorency, autrefois la baronne de Montmorency, aujourd'hui
la duchesse, qui était en grande liaison avec M. de Talleyrand, fut
déterminée par lui et aussi par le désir d'obtenir des bois
considérables qui appartenaient à sa famille, et qui avaient été pris
par le gouvernement pendant son émigration, sans être encore vendus.

Madame de Montmorency fut très bien à cette cour: sans hauteur, sans
bassesse, paraissant s'y plaire, et n'affectant point de s'y trouver par
contrainte[47]. Je crois qu'elle s'y amusait beaucoup; il ne serait pas
impossible qu'elle l'eût regrettée. Son nom lui donnait là les avantages
qu'il aura partout. L'empereur disait souvent qu'il n'estimait que la
noblesse historique, mais aussi, celle-là, il la distinguait beaucoup.

     [Note 47: Madame de Matignon, mère de la duchesse de
     Montmorency, était fille du baron de Breteuil, qui, rentré de
     l'émigration, a vécu paisiblement à Paris, où il est mort.]

Ceci me rappelle un joli mot de Bonaparte. Lorsqu'il voulut recréer les
titres, il décida d'un trait de plume que toutes les dames du palais
seraient comtesses. Madame de Montmorency, qui n'avait nul besoin d'un
titre, se voyant forcée d'en prendre un, lui demanda de porter celui de
baronne qui allait si bien, disait-elle en riant, avec son nom.--«Cela
ne se peut, lui répondit Bonaparte en riant aussi; vous n'êtes point,
madame, assez bonne chrétienne.»

Quelques années après, l'empereur rendit à MM. de Montmorency et de
Mortemart une grande partie de la fortune qu'ils avaient perdue. M. de
Mortemart ayant refusé d'être écuyer, parce qu'il trouvait le métier
trop pénible pour lui, fut fait gouverneur de Rambouillet. Nous avons vu
M. le vicomte de Laval-Montmorency, père du vicomte Mathieu de
Montmorency, chevalier d'honneur de Madame, gouverneur de Compiègne, et
l'un des plus fervents admirateurs de Bonaparte.

Dès ce temps, on se pressait de plus en plus pour être de la cour de
l'empereur, et surtout pour lui être présenté. Ses cercles devenaient
fort brillants. L'ambition, la crainte, la vanité, le désir de s'amuser,
de voir, de s'avancer, hâtaient les démarches d'une foule de gens, et le
mélange des noms et des rangs se faisait de plus en plus. Nous vîmes
entrer dans le gouvernement, au mois de mars de cette année, M. Molé,
dernier héritier et descendant de Mathieu Molé. Il avait alors vingt-six
ans. Né dans la Révolution, éprouvé par les malheurs qu'elle a causés,
M. Molé, maître de sa jeunesse par la perte de son père, qui avait péri
sous la tyrannie de Robespierre, avait employé sa liberté à des études
graves et variées. Ses amis et ses parents le marièrent, à l'âge de
dix-neuf ans, à mademoiselle de la Briche, héritière d'une fortune
considérable, nièce de madame d'Houdetot, dont j'ai parlé souvent. M.
Molé, naturellement sérieux, s'ennuya promptement de la vie du monde,
et, n'étant point arrêté sur l'emploi de sa jeunesse, il cherchait à en
tromper l'oisiveté par des compositions qu'il livrait à ses amis. Vers
la fin de l'année 1805, il fit un petit ouvrage, extrêmement
métaphysique, quelquefois un peu embrouillé, sur une théorie du pouvoir
et de la volonté de l'homme. Ses amis, étonnés du genre de méditations
qu'une pareille composition annonçait, lui conseillèrent de la faire
imprimer. Sa jeune vanité y consentit volontiers. Son âge rendit le
public indulgent pour cet ouvrage; on y remarquait de la profondeur et
de l'esprit, mais, en même temps, on y démêla une certaine disposition à
vanter le gouvernement despotique, qui donna à penser que l'auteur, en
le publiant, avait quelque envie d'être distingué et de plaire à qui
disposait alors de la destinée de tous. Soit que quelque chose de cette
intention secrète fût, en effet, dans le plan de l'auteur, soit que,
épouvanté des abus de la liberté en ne voyant, depuis qu'il était au
monde, de repos pour la France que le jour où une volonté ferme s'était
chargée de la gouverner, M. Molé livra son ouvrage au public. Il fit
assez de bruit.

Au retour de Vienne, M. de Fontanes, qui aimait beaucoup M. Molé, lut
cet ouvrage à Bonaparte, qui en fut frappé. Les opinions qu'il
renfermait, l'esprit distingué qu'il annonçait, le beau nom de Molé,
tout cela attira son attention. Il voulut voir l'auteur; il le caressa
comme il savait faire, car il avait un grand art pour parler à la
jeunesse la langue qui doit la séduire; il vint à bout de lui persuader
qu'il fallait qu'il entrât dans les affaires, lui promettant de lui
faire traverser vite une carrière brillante; et, peu de jours après
cette entrevue, M. Molé fut mis au nombre des auditeurs attachés à la
section de l'intérieur. Intimement lié d'amitié avec son cousin, M.
d'Houdetot, petit-fils de celle que les _Confessions_ de Jean-Jacques
Rousseau ont à jamais rendue célèbre, M. Molé lui persuada d'entrer en
même temps que lui dans la même carrière, et M. d'Houdetot fut attaché,
comme auditeur, à la section de la marine. Son père avait un
commandement dans les colonies et fut fait prisonnier par les Anglais,
lors de la prise de la Martinique. Ayant passé dans l'île de France une
partie de sa vie, il en avait ramené une fort belle femme et neuf
enfants, dont cinq filles, toutes belles, qui sont établies à Paris, et
dont quelques-unes sont mariées. Parmi elles, on remarque aujourd'hui
madame de Barante[48], la plus belle femme de Paris en ce moment[49].

     [Note 48: M. de Barante, directeur des impositions
     indirectes, ayant été préfet sous Bonaparte, grand ami de
     madame de Staël, fort partisan des idées libérales et homme
     d'esprit.]

     [Note 49: Mon père, très lié avec M. Molé, dès sa
     jeunesse et jusqu'à la mort de celui-ci, a écrit sur lui un
     grand nombre de pages soit en des articles publiés, soit en
     notes manuscrites. Voici ce qu'il pensait des premiers temps
     de sa carrière: «M. Molé, né en 1780, n'avait pas eu
     d'éducation. Quand il épousa, à dix-neuf ans au plus,
     Caroline de la Briche, il avait à peine eu le temps, en
     suivant des cours publics et en diversifiant des études
     superficielles, de combler les vides d'une ignorance dont il
     lui resta toujours quelque chose. Cependant, il était bien
     doué, son esprit était droit, facile, élégant, et il eut
     toujours au suprême degré l'art d'être en intelligence avec
     son interlocuteur. Il avait même, dans sa jeunesse, une
     tendance sérieuse, je dirais presque philosophique, qui s'est
     un peu évaporée depuis. Son ouvrage, _Essai de morale et de
     politique_, inspiré pour le fond et la forme des écrits de
     Bonald, est un assez mauvais livre que cependant je ne
     conçois pas qu'il ait pu faire, et qui atteste plus de
     réflexion et de style qu'il n'était capable d'en avoir à
     quarante ans. L'expérience, l'ambition, le monde, le goût du
     succès auprès des femmes ont fort modifié son esprit. Il y a
     perdu, mais il y a encore plus gagné. L'empereur le prit à
     gré. Molé conçut de bonne heure une assez grande idée de sa
     position. Il continua à garder ses apparences sérieuses, qui
     devenaient même raides et hautaines, excepté avec les gens à
     qui il voulait plaire, ce qu'il savait en perfection. C'est
     un des hommes qui ont le plus causé avec l'empereur; il est
     arrivé par là, il n'a même guère fait que cela dans son
     gouvernement.» M. Frédéric d'Houdetot, cousin issu de germain
     de madame Molé, a été plus tard préfet, puis député sous les
     divers régimes qui se sont succédé jusqu'à sa mort, arrivée
     sous le second empire. (P. R.)]

Cette fusion, qui s'étendait avec tant de rapidité, jetait du repos dans
la société, en y confondant les intérêts de chacun. M. Molé, par
exemple, tenant de son côté à une nombreuse famille très distinguée, et
par sa femme à des personnes d'un rang assez élevé, car les cousines de
madame Molé étaient mesdames de Vintimille et de Fezensac, devint une
sorte de lien entre l'empereur et une grande partie de la société.
J'étais dans une intimité déjà ancienne avec cette famille; j'éprouvai
du soulagement à la voir prendre sa part des nouvelles positions qui
surgissaient pour qui voulait les saisir; je voyais les opinions
s'affaiblir devant les intérêts, les partis s'effacer; l'ambition, le
plaisir, le luxe rapprochaient tout le monde, et le blâme perdait tous
les jours de son crédit. Que Bonaparte, si habile à gagner les
individus, eût fait un pas de plus; qu'il n'eût pas voulu seulement
gouverner par la force; qu'il eût favorisé cette détente des esprits qui
demandaient le repos; enfin, après avoir conquis le présent, qu'il eût
assuré l'avenir par des institutions solides et généreuses, parce
qu'elles seraient devenues indépendantes de ses propres caprices; alors,
il n'est presque pas douteux que ses victoires sur les souvenirs, les
préventions et les regrets n'eussent été aussi durables qu'elles ont été
éclatantes. Mais, il faut en convenir, la liberté, la vraie liberté
manquait partout, et notre tort national a été de ne pas nous en être
assez promptement aperçus. Je l'ai dit, l'empereur relevait les
finances, encourageait le commerce, les sciences, les arts; on
recherchait le mérite dans toutes les classes; mais c'était toujours, un
peu, en les flétrissant toutes par la tache de l'esclavage. Voulant tout
diriger, tout régler à son profit, il se présentait incessamment comme
le but du mouvement général. On a raconté que, lorsqu'il partit pour la
première campagne d'Italie, il dit à un journaliste de ses amis:
«Songez, dans les récits de nos victoires, à ne parler que de _moi_,
toujours _moi_, entendez-vous?» Ce _moi_ fut l'éternel cri de sa toute
personnelle ambition: «Ne citez que _moi_, ne chantez, ne louez, ne
peignez que _moi_, disait-il aux orateurs, aux musiciens, aux poètes,
aux peintres. Je vous achèterai ce que vous voudrez; mais il faut que
vous soyez tous vendus;» et, malgré son désir de signaler son siècle par
la réunion de tous les prodiges, il attacha au talent ce ver rongeur qui
ruinait ses efforts et les nôtres, en absorbant journellement, et pied à
pied, cette noble indépendance qui seule développe les élans de
l'invention et du génie, dans quelque genre que ce soit.



CHAPITRE XVIII.

(1806.)


Liste civile de l'empereur.--Détails sur sa maison et sur ses
dépenses.--Toilettes de l'impératrice et de madame Murat.--Louis
Bonaparte.--Le prince Borghèse.--Les fêtes de la cour.--La famille de
l'impératrice.--Mariage de la princesse Stéphanie.--Jalousie de
l'impératrice.--Spectacles de la Malmaison.


Avant d'aller plus loin, il me semble qu'il ne sera pas sans intérêt que
j'emploie quelques pages au détail de l'administration intérieure de ce
qu'on appelait _la maison de l'empereur_. Quoique, aujourd'hui, ce qui
concerne son personnel et sa cour soit encore plus effacé que tout le
reste, cependant il est peut-être encore assez curieux de savoir comment
il avait réglé minutieusement les dépenses et les mouvements de chacune
des personnes qui vivaient et agissaient autour de lui. On le retrouve
le même partout, et cette fidélité au système qu'il avait
irrévocablement adopté, n'est pas une des circonstances les moins
curieuses de sa conduite. Les détails que je vais donner appartiennent à
plusieurs époques de son règne; cependant, dès cette année 1806, la
règle qu'on suivit dans sa maison fut à peu près tracée d'une manière
invariable, et les légères modifications qu'apportèrent certaines
particularités plus ou moins importantes, n'en dérangèrent point, ou
très peu, le plan général; c'est donc ce plan que je prendrai dans son
ensemble, aidée de la mémoire très fidèle de M. de Rémusat, qui, pendant
dix années, fut à portée de voir et de prendre part à tout ce dont je
vais rendre compte dans ce chapitre[50].

     [Note 50: Les détails auxquels ce chapitre est consacré
     paraîtront peut-être puérils; mais il importe, pour conserver
     le caractère de ces Mémoires, de n'en rien retrancher. De
     tels récits ont toujours été admis, et les plus célèbres
     historiens du XVIIe siècle nous ont fait pénétrer dans les
     choses les plus intimes, j'allais écrire infimes, de la vie
     journalière de Louis XIV et des principaux personnages de son
     temps. Il faut remarquer, d'ailleurs, que ma grand'mère
     devait être d'autant plus éblouie, au moment où elle
     écrivait, au souvenir de la magnificence de l'Empire, que,
     pendant les premières années de la Restauration, la France
     appauvrie, l'âge des princes, leurs goûts et leurs habitudes,
     donnaient à la cour un aspect de modestie qui faisait
     contraste avec le faste impérial. Ce faste a été tellement
     surpassé, depuis, que ce qui est décrit ici comme un grand
     luxe paraîtra peut-être de la simplicité à nos contemporains.
     (P. R.)]

La liste civile de France se montait, sous Bonaparte, à la somme de
vingt-cinq millions; plus, les bois et domaines de la couronne, qui
rendaient trois millions, et la liste civile d'Italie, huit millions,
dont il abandonna quatre au prince Eugène. En Piémont, soit en liste
civile, soit en domaines, il touchait trois millions; quand le prince
Borghèse en eut été nommé gouverneur, il en eut la moitié; enfin quatre
millions, venant de Toscane, partagés aussi, par la suite, avec madame
Bacciochi qui, plus tard, en fut grande-duchesse. Le revenu fixe de
l'empereur a donc été de 35 500 000 francs.

Il avait mis à sa propre disposition la majeure partie des dépenses
secrètes du ministère des relations extérieures, et la caisse des
théâtres, composée d'une somme de dix-huit cent mille francs, dont il
n'y avait guère que douze cent mille destinés par le budget annuel au
soutien des théâtres. Le reste était employé, par lui, en gratifications
à des acteurs[51], à des artistes, à des gens de lettres, ou même à des
officiers de sa maison. Il disposait, de plus, de toute la caisse de la
police, défalcation faite des dépenses de ce ministère; et cette caisse
présentait annuellement une somme libre assez importante, parce qu'elle
se composait du produit des jeux, qui montait à plus de quatre
millions[52]; de l'intérêt que le ministère s'était réservé sur tous les
journaux, ce qui devait produire près d'un million; et enfin du produit
du droit de timbre à l'extraordinaire, pour les passeports et permis de
port d'armes.

     [Note 51: Sa fantaisie pour certains acteurs réglait
     ordinairement ces gratifications. Il a payé plusieurs fois
     les dettes de Talma, qu'il avait connu et qu'il aimait, et il
     lui accorda à la fois des sommes de vingt, trente ou quarante
     mille francs.]

     [Note 52: Le ministre Fouché a fait sa fortune avec ce
     produit des jeux. Ils ont rendu à Savary mille francs par
     jour.]

Le produit des contributions levées pendant la guerre était affecté au
domaine extraordinaire, dont Bonaparte disposait à sa fantaisie. Il s'en
réserva souvent une grande partie dont il se servit pour entretenir les
frais de la guerre d'Espagne, les immenses préparatifs de la campagne de
Moscou; et, enfin, il en réalisa une grande portion en espèces et en
diamants qui étaient déposés dans les caves des Tuileries, et qui ont
servi aux dépenses de la guerre de 1814, lorsque la ruine du crédit
avait paralysé toutes les autres ressources.

Le plus grand ordre régnait dans la maison de Bonaparte; les
appointements que chacun y recevait étaient assez considérables; mais,
ensuite, tout était réglé de manière à ce qu'aucun des officiers de sa
maison ne pût rien détourner des fonds qui lui étaient confiés.

Les grands officiers avaient quarante mille francs fixes. Les deux
dernières années de son règne, il dota les places de ces grands
officiers d'un revenu considérable, outre les dotations qu'il avait
accordées aux individus qui les remplissaient.

Les places de grand maréchal, de grand chambellan et de grand écuyer
furent dotées chacune de cent mille francs. Celles du grand aumônier et
du grand veneur de quatre-vingt mille francs; celle du grand maître des
cérémonies de soixante mille. L'intendant et le trésorier avaient chacun
quarante mille francs. Le premier intendant fut M. Daru, et ensuite M.
de Champagny, quand il quitta le ministère des affaires étrangères. Le
premier préfet du palais, le chevalier d'honneur de l'impératrice,
trente mille francs.

Mon beau-frère, M. de Nansouty, fut quelque temps premier chambellan
chez l'impératrice; mais, cette place ayant été supprimée, il devint
premier écuyer de l'empereur. La dame d'honneur avait quarante mille
francs; la dame d'atours, trente mille francs. Dix-huit chambellans;
les plus anciens avaient diversement, et selon que l'empereur le réglait
toutes les années, ou douze, ou six, ou trois mille francs. Les autres
étaient honoraires. Au reste, l'empereur réglait tous les ans les
appointements de tout ce qui composait sa maison, ce qui augmentait la
dépendance, par l'incertitude où l'on demeurait toujours sur son sort.

Les écuyers recevaient douze mille francs; les préfets du palais ou
maîtres d'hôtel, quinze mille; les maîtres des cérémonies, de même.
Chacun des aides de camp avait vingt-quatre mille francs, comme officier
de la maison.

Le grand maréchal, ou grand maître de la maison, avait la surintendance
de toutes les dépenses de la bouche, du domestique, de l'éclairage,
chauffage, etc. Cette dépense montait à peu près à deux millions.

La table de Bonaparte était abondante et bien servie; la vaisselle fort
belle et en argent. Dans les grandes fêtes et les grands couverts, on
servait en vermeil. Chez madame Murat et la princesse Borghèse, tout
était servi en vermeil.

Le grand maréchal était le supérieur des préfets du palais; son habit
était amarante et brodé en argent sur toutes les tailles. Les préfets
du palais portaient la même couleur, avec moins de broderie.

Les dépenses du grand écuyer se montaient à la somme de trois à quatre
millions. Il y avait environ douze cents chevaux. Les voitures avaient
plus de solidité que d'élégance. On leur avait donné à toutes la couleur
verte. L'impératrice avait quelques équipages et de jolies calèches,
mais point d'écurie particulière.

Le grand écuyer et les écuyers étaient vêtus en gros bleu brodé
d'argent.

Le grand chambellan comptait dans ses attributions tout le service de la
chambre, celui de la garde-robe, les spectacles de la cour, les fêtes,
la musique de la chapelle, les chambellans de l'empereur, et ceux de
l'impératrice. Toutes ces dépenses ne dépassaient guère trois millions.
Il était vêtu de rouge avec la broderie d'argent[53]. Le grand maître
des cérémonies, chargé de faire graver le sacre, et d'un petit nombre de
dépenses, avait un budget qui n'allait guère à plus de trois cent mille
francs; il était habillé en violet et en argent. Le grand veneur, sept
cent mille francs; son costume en vert et argent. La chapelle, trois
cent mille francs.

     [Note 53: La broderie était pareille pour tous les grands
     officiers.]

Le mobilier était dans les attributions de l'intendant, ainsi que les
bâtiments. Cette dépense doit se porter à la somme de cinq à six
millions.

On voit que, année courante, on pourrait évaluer la dépense de la maison
de l'empereur à quinze ou seize millions.

Dans les dernières années, il a fait construire quelques bâtiments, et
cette dépense s'est augmentée.

Tous les ans, il commandait à Lyon des tentures et des ameublements pour
les différents palais. C'était afin de soutenir les manufactures de
cette ville. De même, on achetait encore tous les ans de beaux meubles
en acajou qu'on déposait au Garde-Meuble, des bronzes, etc.. Les
manufactures de porcelaine avaient des ordres pour fournir des services
entiers d'une extrême beauté. Au retour du roi, tous les palais ont été
trouvés meublés à neuf, et les garde-meubles remplis.

Avec tout cela, la dépense des années les plus chères, y compris celles
du sacre et du mariage, n'a pas excédé vingt millions.

La dépense de Bonaparte pour sa toilette était portée sur le budget à
quarante mille francs. Quelquefois elle allait un peu plus haut. Dans
ses campagnes, il fallait lui envoyer du linge et des habits dans
plusieurs endroits à la fois. Il salissait vite, et beaucoup, tout ce
qu'il portait. La moindre gêne lui faisait rejeter un vêtement, ainsi
que la moindre différence dans la finesse du drap ou du linge. Il disait
toujours qu'il ne voulait être habillé que comme un simple officier de
sa garde; il grondait continuellement sur ce qu'il prétendait qu'on lui
faisait dépenser, et, par fantaisie ou maladresse, il rendait
fréquemment nécessaire le renouvellement de sa toilette. Entre autres
coutumes destructives, il avait l'habitude d'accommoder le feu avec son
pied, brûlant ainsi ses souliers et ses bottes, principalement quand il
se livrait à quelque accès de colère; alors, tout en parlant et se
fâchant, il repoussait violemment les tisons dans la cheminée près de
laquelle il était.

M. de Rémusat fut plusieurs années son maître de la garde-robe, et ne
recevait point d'appointements pour cette place. Quand M. de Turenne,
chambellan, le remplaça, on lui donna douze mille francs.

Chaque année, l'empereur faisait lui-même le budget de la dépense de sa
maison, avec la plus scrupuleuse attention et une économie remarquable.
Dans les trois derniers mois de l'année, chaque chef de service réglait
sa dépense pour l'année suivante. Ce travail achevé, on se réunissait en
conseil de la maison et on discutait tout avec soin. Ce conseil était
composé du grand maréchal, qui le présidait[54]; des grands officiers,
de l'intendant et du trésorier de la couronne. La dépense de la maison
de l'impératrice se trouvait comprise dans les attributions du grand
chambellan, qui la portait sur son budget. Dans ces conseils, le grand
maréchal et le trésorier étaient chargés de soutenir les intérêts de
l'empereur. Ces discussions finies, le grand maréchal portait les
budgets à Bonaparte, qui les examinait lui-même, et les rendait ensuite,
après avoir fait mettre en marge ses observations. Au bout de quelque
temps, le conseil réuni était présidé par l'empereur lui-même, qui
discutait encore chaque article de dépense. Ces discussions se
prolongeaient, le plus souvent, pendant plusieurs conseils; ensuite les
budgets, rendus à chaque chef de service, étaient recopiés et mis au
net; ils passaient dans les mains de l'intendant, qui travaillait
définitivement avec l'empereur, en présence du grand maréchal. Dans ce
travail, on arrêtait toutes les dépenses, et bien rarement on a vu un
grand officier obtenir ce qu'il avait demandé.

     [Note 54: Tant que M. de Talleyrand fut grand chambellan,
     il ne s'en mêla point, et laissa toujours M. de Rémusat le
     représenter.]

Bonaparte se levait à des heures inégales, mais généralement à sept
heures. Quand il s'éveillait dans la nuit, il lui arrivait de reprendre
son travail, ou de se baigner, ou de manger. Son réveil était
ordinairement triste, et paraissait pénible. Il avait assez souvent des
spasmes convulsifs de l'estomac, qui excitaient chez lui un vomissement.
Il en paraissait quelquefois fort troublé, comme s'il eût craint d'avoir
pris du poison, et alors on avait beaucoup de peine à l'empêcher
d'augmenter cette disposition en essayant tout ce qui devait encore
faciliter ce vomissement[55].

     [Note 55: Je tiens ce détail de son premier médecin,
     Corvisart.]

Les seules personnes qui eussent le droit d'entrer dans la chambre de sa
toilette étaient le grand maréchal, le premier médecin, sans se faire
annoncer, et le maître de la garde-robe, qu'on annonçait, et qui presque
toujours était reçu. C'est dans ces moments qu'il eût voulu que M. de
Rémusat employât cette visite du matin à lui rendre compte de ce qui se
disait ou se faisait à la cour et dans la ville. Mon mari s'y refusa
toujours--et lui déplut sur cet article--avec une sorte de ténacité qui
mériterait bien quelques éloges.

Les autres médecins ou chirurgiens de quartier ne pouvaient venir que
lorsqu'ils étaient appelés. Bonaparte ne semblait pas ajouter grande foi
à la médecine, il en plaisantait volontiers; mais il portait une extrême
confiance et beaucoup d'estime à Corvisart. Sa santé était bonne, sa
constitution forte; quand il était atteint de quelque dérangement, il se
montrait assez susceptible d'inquiétude. Une légère humeur dartreuse le
tourmentait de temps en temps, et il se plaignait un peu du foie. Il
mangeait sobrement, ne buvait guère, ne faisait d'excès d'aucun genre.
Il prenait beaucoup de café.

J'ai dit comment il renonça à habiter la même chambre que sa première
femme; il n'a de même, je crois, passé que peu de nuits entières avec
l'archiduchesse. Elle craignait excessivement la chaleur, ne faisait
jamais de feu dans l'appartement où elle couchait, et l'empereur, qui
était frileux dans l'intérieur d'une maison, quoiqu'il supportât très
bien les rigueurs du froid au dehors, se plaignait de cette habitude.
Avec l'impératrice Joséphine, ne se gênant en rien, il venait la trouver
au milieu de la nuit, quand il était souffrant ou sans sommeil, et, sans
lui dissimuler les motifs de ces visites, il lui disait fort naïvement
qu'il venait chercher une manière d'exciter la transpiration dont il
avait le besoin.

Durant sa toilette, il était assez silencieux, à moins qu'il ne
s'établît entre lui et Corvisart quelque controverse, sur un point de
médecine. Dans toutes choses, il aimait à aller au fait, et, quand on
lui parlait de la maladie de quelqu'un, sa première question était
toujours: «Mourra-t-il?» Il trouvait assez mauvais que la réponse fût
dubitative, et en concluait à l'insuffisance de la médecine.

Il a eu beaucoup de peine à s'accoutumer à se raser lui-même. M. de
Rémusat l'y détermina, en voyant l'agitation qu'il éprouvait, et même
l'inquiétude, tant que durait cette opération faite par un barbier.
Après beaucoup d'essais, lorsqu'il y eut réussi, il lui arriva souvent
de dire qu'en lui donnant le conseil de le faire de sa propre main, on
lui avait rendu un signalé service. Bonaparte était, quand il régnait,
si bien accoutumé à ne compter pour rien tous ceux qui l'entouraient,
que ce mépris des autres se retrouvait dans ses moindres habitudes. Il
ne se faisait aucune idée de la décence que la bonne éducation inspire
ordinairement à toute personne un peu élevée, procédant à une toilette
complète dans sa chambre en présence de ceux qui s'y trouvaient, quels
qu'ils fussent. De même, si un valet de chambre lui causait quelque
impatience en l'habillant, il s'emportait rudement, sans égard pour les
autres ni pour lui-même. Il jetait à terre ou au feu la partie de son
vêtement qui ne lui convenait pas. Il soignait particulièrement ses
mains et ses ongles; il lui fallait, pour les couper, une grande
quantité de ciseaux, parce qu'il les brisait et les jetait, quand ils ne
lui paraissaient pas suffisamment affilés. Jamais il ne faisait usage
d'aucun parfum, se contentant seulement d'eau de Cologne, dont il
faisait de telles inondations sur toute sa personne, qu'il en usait
jusqu'à soixante rouleaux par mois. Il croyait cet usage fort sain. Le
calcul entrait pour beaucoup dans sa propreté, car, ainsi que je l'ai
dit, il était peu soigneux.

Sa toilette finie, il passait dans son cabinet, où l'attendait son
secrétaire intime. Au coup de neuf heures, le chambellan de service,
qui était arrivé à huit heures, et qui avait soigneusement regardé si
tout était en ordre dans l'appartement, et si les huissiers se
trouvaient à leur poste, frappait à la porte et lui annonçait _le
lever_, ayant soin de ne point entrer dans le cabinet, à moins que
l'empereur ne le lui dît. J'ai déjà rendu compte de la manière dont se
passaient ces levers. Quand ils étaient finis, Bonaparte accordait assez
fréquemment des audiences particulières à quelques-uns des personnages
qui se trouvaient là: princes, ministres, grands fonctionnaires publics,
ou préfets en congé. Tous ceux qui n'avaient pas droit à venir au lever,
ne pouvaient obtenir d'audience qu'en s'adressant au chambellan de
service, qui mettait leurs noms sous les yeux de l'empereur; le plus
souvent il les refusait.

Le lever et les audiences le menaient à l'heure de son déjeuner. Vers
onze heures, on le servait partout dans ce qu'on appelait _le salon de
service_, où il donnait ses audiences particulières, et travaillait avec
ses ministres. Le préfet du palais annonçait le déjeuner, et y assistait
debout. C'était alors qu'il recevait des artistes, des comédiens. Il
mangeait vite de deux ou trois plats, et finissait par une grande tasse
de café pur. Après, il rentrait, et il travaillait. Dans le salon dont
nous avons parlé, se tenaient le colonel général de la garde de semaine,
ainsi que le chambellan, l'écuyer, le préfet du palais, et, lorsqu'il y
avait chasse, un des officiers des chasses. Les conseils des ministres
se tenaient à jours fixes. Il y avait trois conseils d'État par semaine.
Pendant cinq ou six ans, il les présida souvent; il s'y faisait
accompagner de son colonel général et du chambellan. En général, on dit
qu'il y était fort remarquable, supportant et excitant la discussion.
Souvent on s'étonnait des observations lumineuses et profondes qui lui
échappaient sur les matières qui paraissaient devoir lui être le plus
étrangères. Dans les derniers temps, sa tolérance dans la discussion
s'altéra, et il y prit un ton plus impérieux. Le conseil d'État, ou
celui des ministres, ou son travail particulier, le conduisaient jusqu'à
six heures. Depuis 1806, il a presque toujours dîné seul avec sa femme,
hors dans les voyages à Fontainebleau, où il invitait du monde. On le
servait, entrées et entremets, tout à la fois; il mangeait avec
distraction, prenant ce qui se trouvait devant lui, fût-ce des
confitures ou quelque crème qu'il se servait avant d'avoir touché aux
entrées. Le préfet du palais assistait au dîner, deux pages servaient,
et étaient servis par les valets de chambre. L'heure du dîner était fort
inégale. Si les affaires le demandaient, Bonaparte restait à travailler
et retenait son conseil jusqu'à six, sept et huit heures du soir, sans
montrer nulle fatigue, ni aucun besoin de manger. Madame Bonaparte
l'attendait avec une patience admirable, sans se plaindre jamais.

Les soirées étaient fort courtes. J'ai dit comment elles se passaient.
Durant l'hiver de 1806, il se donna beaucoup de petits bals, soit aux
Tuileries, soit chez les princes; l'empereur y paraissait un moment, et
avait toujours l'air de s'y ennuyer. Le coucher se faisait comme le
matin, excepté que c'était alors le service qui était introduit le
dernier, pour prendre les ordres. L'empereur, pour se déshabiller et se
mettre au lit, n'avait près de lui que des valets de chambre.

Personne ne couchait dans sa chambre; son mameluk dormait près des
entrées intérieures. L'aide de camp de jour couchait dans le salon de
service, la tête appuyée contre la porte. Dans les pièces qui
précédaient ce salon, veillaient un maréchal des logis de la garde et
deux valets de pied. On ne rencontrait aucune sentinelle dans
l'intérieur du palais. Aux Tuileries, il y en avait une sur l'escalier,
parce que cet escalier est ouvert au public; partout on en voyait aux
portes extérieures. Bonaparte était fort bien gardé par peu de monde;
c'était le soin du grand maréchal. La police du palais était très bien
faite; on savait le nom de toutes les personnes qui y entraient.
Personne n'y logeait, sauf le grand maréchal, qui était nourri, et dont
les gens avaient la livrée de l'empereur, et, parmi les domestiques, les
valets de chambre et les femmes de chambre. La dame d'honneur avait un
appartement que madame de la Rochefoucauld n'occupa guère. Lors du
second mariage, Bonaparte voulut que madame de Montebello[56] y demeurât
toujours. Du temps de l'impératrice Joséphine, la comtesse d'Arberg et
sa fille, qu'on avait fait venir de Bruxelles pour être dame du palais,
furent toujours logées au palais. À Saint-Cloud, tout le service était
logé. Le grand écuyer demeurait aux écuries, qui étaient où sont celles
du roi[57]. L'intendant et le trésorier étaient logés.

     [Note 56: La maréchale Lannes.]

     [Note 57: Hôtel de Longueville, sur le Carrousel. Il
     n'est pas nécessaire de dire que ces écuries et cet hôtel ont
     été démolis pour les travaux du Louvre. (P. R.)]

L'impératrice Joséphine avait six cent mille francs pour sa dépense
personnelle. Cette somme était loin de lui suffire; elle faisait
annuellement beaucoup de dettes. On lui passait cent vingt mille francs
pour ses aumônes. On ne donna à l'archiduchesse que trois cent mille
francs, et soixante mille francs pour sa cassette.

La raison de cette différence est que madame Bonaparte devait accorder
nombre de secours à des parents pauvres qui en réclamaient souvent; et
que, ayant des relations en France, auxquelles l'archiduchesse était
étrangère, elle devait dépenser davantage. Madame Bonaparte donnait
beaucoup; mais, comme elle ne prenait jamais ses présents sur ses
propres effets, mais qu'elle les achetait toujours, cela augmentait
infiniment ses dettes.

Malgré la volonté de son mari, elle ne put jamais se soumettre dans son
intérieur à aucun ordre, ni à aucune étiquette. Il eût voulu qu'aucun
marchand n'arrivât jusqu'à elle, mais il fut obligé de céder sur cet
article. Les petits appartements intérieurs en étaient remplis, ainsi
que d'artistes de toute espèce. Elle avait la manie de se faire peindre,
et donnait ses portraits à qui en voulait, parents, amis, femmes de
chambre, marchands même. On lui apportait sans cesse des diamants, des
bijoux, des châles, des étoffes, des colifichets de toute espèce; elle
achetait tout, sans jamais demander le prix, et, la plupart du temps,
oubliait ce qu'elle avait acheté. Dès le début, elle signifia à sa dame
d'honneur et à sa dame d'atours qu'elles n'eussent point à se mêler de
sa garde-robe. Tout se passait entre elle et ses femmes de chambre. Elle
en avait six ou huit, je crois. Elle se levait à neuf heures; sa
toilette était fort longue; il y en avait une partie fort secrète, et
tout employée à nombre de recherches pour entretenir et même farder sa
personne. Quand tout cela était fini, elle se faisait coiffer,
enveloppée dans un long peignoir très élégant et garni de dentelles. Ses
chemises, ses jupons étaient brodés, et aussi garnis. Elle changeait de
chemise et de tout linge trois fois par jour, et ne portait que des bas
neufs. Tandis qu'elle se coiffait, si nous nous présentions à la porte,
on nous faisait entrer. Quand elle était peignée, on lui apportait de
grandes corbeilles qui contenaient plusieurs robes différentes,
plusieurs chapeaux et plusieurs châles. C'étaient, en été, des robes de
mousseline ou de percale très brodées et très ornées; en hiver, des
redingotes d'étoffe ou de velours. Elle choisissait la parure du jour,
et, le matin, elle se coiffait toujours avec un chapeau garni de fleurs
ou de plumes, et des vêtements qui la couvraient beaucoup. Le nombre de
ses châles allait de trois à quatre cents; elle en faisait des robes,
des couvertures pour son lit, des coussins pour son chien. Elle en avait
constamment un toute la matinée, qu'elle drapait sur ses épaules, avec
une grâce que je n'ai vue qu'à elle. Bonaparte, qui trouvait que les
châles la couvraient trop, les arrachait et quelquefois les jetait au
feu; alors elle en redemandait un autre. Elle achetait tous ceux qu'on
lui apportait, de quelque prix qu'ils fussent; je lui en ai vu de huit,
dix et douze mille francs. Au reste, c'était un des grands luxes de
cette cour. On dédaignait d'y porter ceux qui n'auraient coûté que
cinquante louis, et on se vantait du prix qu'on avait mis à ceux qu'on y
montrait[58].

     [Note 58: On sait que ces vêtements étaient des châles de
     cachemire que la campagne d'Égypte, et le goût oriental qui
     s'en était suivi, avaient mis à la mode. (P. R.)]

J'ai déjà rendu compte de la vie que menait madame Bonaparte: cette vie
n'a guère varié. Elle n'ouvrait pas un livre, ne tenait jamais une
plume, ne travaillait guère, et ne paraissait jamais s'ennuyer. Elle
n'aimait point le spectacle. L'empereur ne voulait point qu'elle y fût
chercher, sans lui, des applaudissements; elle ne se promenait que
lorsqu'elle était à la Malmaison, demeure qu'elle a embellie sans cesse,
et où elle a dépensé des sommes immenses. Bonaparte s'en irritait,
querellait; sa femme pleurait, promettait d'être plus rangée, et vivait
de la même manière; en somme, il fallait bien finir par payer. La
toilette du soir se passait comme le matin. Tout était toujours d'une
extrême élégance; rarement nous avons vu reparaître la même robe, les
mêmes fleurs. Le soir, presque toujours, l'impératrice était coiffée en
cheveux, avec des fleurs, ou des perles, ou des pierres précieuses.
Alors ses robes la découvraient beaucoup, et la toilette la plus
recherchée était celle qui lui allait le mieux. La moindre petite
assemblée, le moindre bal, lui étaient une occasion de commander une
parure nouvelle en dépit des nombreux magasins de chiffons dont on
gardait les provisions dans tous les palais, car elle avait la manie de
ne se défaire de rien. Il me serait impossible de dire quelles sommes
elle a consommées en vêtements de toute espèce. Chez tous les marchands
de Paris, on voyait toujours quelque chose qui se faisait pour elle. Je
lui ai vu plusieurs robes de dentelle de quarante, cinquante et même
cent mille francs. Il est presque incroyable que ce goût de parure, si
complètement satisfait, ne se soit jamais blasé. Après le divorce, à la
Malmaison, elle a conservé le même luxe, et elle se parait, même quand
elle ne devait recevoir personne. Le jour de sa mort, elle voulut qu'on
lui passât une robe de chambre fort élégante, parce qu'elle pensait que
l'empereur de Russie viendrait peut-être la voir. Elle a expiré toute
couverte de rubans et de satin couleur de rose. Ce goût et cette
habitude ont porté très haut les dépenses que nous devions faire pour
paraître convenablement autour d'elle[59].

     [Note 59: Mesdames Savary et Maret ont dépensé pour leur
     toilette de cinquante à soixante mille francs par an.]

Sa fille était mise aussi avec une grande richesse, c'était le ton de
cette cour; mais elle avait de l'ordre et de l'économie, et ne
paraissait pas prendre plaisir à se parer. Madame Murat et la princesse
Borghèse y mettaient toute leur vanité. Leurs habits de cour coûtaient
habituellement de dix à quinze mille francs; elles finirent par les
surcharger de perles fines et même de diamants qui les rendaient sans
prix.

Avec cet extrême luxe, le goût remarquable qui dirigeait l'impératrice,
la richesse des costumes des hommes, on comprend que la cour devait être
fort brillante. On peut dire qu'à certains jours, elle offrait un coup
d'oeil qui éblouissait. Les étrangers en furent souvent frappés.

À dater de cette année (1806), l'empereur imagina de donner, de temps à
autre, de grands concerts dans la salle dite des Maréchaux. Cette salle,
décorée de leurs portraits qui y sont, je crois, encore, était éclairée
d'un nombre infini de bougies. On invitait tout ce qui tenait au
gouvernement, et les personnes présentées. Cela faisait bien, environ,
de quatre à cinq cents personnes. Après avoir parcouru les salons où se
tenait tout ce monde, Bonaparte passait dans cette salle; il était placé
au fond, l'impératrice à sa gauche, ainsi que les princesses de sa
famille, dans la plus éclatante parure, sa mère à sa droite, belle
encore et avec l'air fort noble; ses frères costumés richement, les
princes étrangers et les grands dignitaires assis. Derrière, les grands
officiers, les chambellans, tout le service dans leurs uniformes brodés.
À droite et à gauche, sur le retour et en deux rangs, la dame
d'honneur, la dame d'atours, les dames du palais, presque toutes jeunes,
la plupart jolies et parfaitement mises[60]; ensuite, un nombre infini
de femmes, étrangères et françaises, toutes mises avec le plus grand
luxe; derrière ces deux rangs de femmes assises, les hommes debout:
ambassadeurs, ministres, maréchaux, sénateurs, généraux, etc. et
toujours les costumes très brillants. En face du rang impérial se
plaçaient les musiciens; et, dès que l'empereur était assis, on
exécutait la meilleure musique, qui, à la vérité, quoiqu'il se fît un
grand silence, n'était guère écoutée. Quand le concert était fini, au
milieu de ce carré qui demeurait vide, les meilleurs danseurs et
danseuses de l'Opéra, très élégamment vêtus, formaient des ballets
charmants. Cette partie de la fête amusait tout le monde, même
l'empereur. M. de Rémusat était chargé d'en régler l'ordonnance, et ce
n'était pas une petite affaire; car l'empereur était difficile et
minutieux sur tout.

     [Note 60: Un habit de cour nous coûtait au moins
     cinquante louis, et nous en changions fort souvent. Le plus
     ordinairement, cet habit était brodé en or ou en argent, et
     garni de nacre. On portait beaucoup de diamants en
     guirlandes, bandeaux et épis.]

M. de Talleyrand disait quelquefois à mon mari: «Je vous plains, car
vous êtes chargé d'amuser l'inamusable.» Ce divertissement et le concert
ne duraient pas plus d'une heure et demie. Ensuite, on allait souper
dans la galerie de Diane, et là, la beauté de la galerie, l'éclat des
lustres, la somptuosité des tables, le luxe de l'argenterie et des
cristaux joint à celui des convives, donnaient à ce repas quelque chose
qui, réellement, tenait de ce que nous lisons dans les contes de fées.
Il y manquait cependant, je ne dirai point cette sorte d'aisance qui ne
doit pas se trouver dans une cour, mais cette sécurité que chacun aurait
pu y apporter, si le pouvoir qui présidait à tout cela eût voulu joindre
un peu de bienveillance à la majesté dont il était environné. Mais on le
craignait partout, et, dans une fête comme ailleurs, on démêlait
toujours sur le visage de chacun quelque chose de ce secret effroi qu'il
aimait à inspirer.

J'ai parlé tout à l'heure de la famille de madame Bonaparte. Celle-ci
fit venir à Paris, dès les premières années de son élévation, quatre
neveux et une nièce qu'elle avait à la Martinique. C'étaient MM. et
mademoiselle de Tascher. On plaça les jeunes gens dans le service, et la
jeune personne fut logée aux Tuileries. Celle-ci ne manquait point de
beauté; mais le changement de climat altéra sa santé, ce qui la mit hors
d'état de se marier comme l'eût voulu l'empereur. Il pensa d'abord à
elle pour épouser le prince de Bade; ensuite, il la destina, pendant un
temps, à un prince de la maison d'Espagne. Enfin, on l'a mariée au fils
du duc de ***, dont toute la famille était belge. Ce mariage, fort
désiré par cette famille qui en espérait de grands avantages, a mal
réussi. Les deux époux ne se sont jamais convenu. Leur mésintelligence
les a séparés d'abord sans éclat. Après le divorce, les de ***, trompés
dans leur ambition, ont alors paru mécontents de cette alliance, et,
depuis le retour du roi, le mariage a été complètement cassé. Madame de
*** vit aujourd'hui à Paris très obscurément. L'aîné de ses frères,
après avoir demeuré deux ou trois ans en France, sans se laisser éblouir
de l'honneur d'avoir une tante impératrice, ennuyé de la représentation
de la cour, sans goût pour le service militaire, atteint du regret de
son pays, demanda et obtint la permission de retourner modestement dans
les colonies. Il y porta de l'argent, et, sans doute, en y menant une
vie paisible, il se sera depuis, plus d'une fois, applaudi de ce
philosophique départ.

Un autre frère fut attaché à Joseph Bonaparte; il demeura en Espagne à
son service militaire. Il a épousé mademoiselle Clary, fille d'un
négociant de Marseille, nièce de madame Joseph Bonaparte[61]. Un
troisième frère fut marié à la fille de la princesse de la Leyen. Il est
en Allemagne avec elle. Le quatrième frère était infirme, il demeurait
avec sa soeur; je ne sais ce qu'il est devenu.

     [Note 61: Je crois qu'il a péri dans la campagne de
     1814.]

Les Beauharnais ont aussi profité de l'élévation de madame Bonaparte, et
ne cessaient de se presser autour d'elle. J'ai dit comme elle avait
marié la fille du marquis de Beauharnais à M. de la Valette. Le marquis
fut longtemps ambassadeur en Espagne; il est en France aujourd'hui. Le
comte de Beauharnais, fils de celle qui a fait des vers et des
romans[62], avait épousé en premières noces mademoiselle de
Lezay-Marnesia. De ce mariage, il eut une fille qui demeura, après la
mort de sa mère, auprès d'une vieille tante religieuse. Le comte de
Beauharnais, s'étant remarié, ne paraissait guère songer à cette jeune
fille. Bonaparte le fit sénateur. M. de Lezay-Marnesia, oncle de la
jeune Stéphanie, la ramena tout à coup de Languedoc; elle avait alors
quatorze ou quinze ans. Il la présenta à madame Bonaparte, qui la trouva
jolie, et fine dans toutes ses manières. Elle la fit entrer dans la
pension de madame Campan, d'où elle sortit en 1806, pour être tout à
coup adoptée par l'empereur, déclarée princesse impériale, et mariée,
peu après, au prince héréditaire de Bade. Elle avait alors dix-sept
ans, une figure agréable, de l'esprit naturel, de la gaieté, même un peu
d'enfantillage qui lui allait bien, un son de voix charmant, un joli
teint, des yeux bleus animés, et des cheveux d'un beau blond.

     [Note 62: C'était celle sur qui le poète Lebrun fit
     autrefois cette maligne épigramme:

        Églé, belle et poète, a deux petits travers:
        Elle fait son visage et ne fait point ses vers.]

Le prince de Bade ne tarda point à devenir amoureux d'elle; mais,
d'abord, il ne fut guère aimé. Il était jeune mais très gros, d'une
figure commune et sans expression; il parlait peu, semblait gêné dans
toute son allure et s'endormait un peu partout. La jeune Stéphanie,
vive, piquante, éblouie d'ailleurs de son sort, fière de l'adoption de
l'empereur, qu'elle regardait alors comme le premier souverain du monde,
avec quelque raison, crut faire au prince de Bade beaucoup d'honneur en
lui donnant sa main. On essaya en vain de redresser ses idées sur ce
mariage; elle montrait une grande soumission à le faire, quand on
voudrait; mais elle répondait toujours que la fille de Napoléon aurait
pu épouser des fils de rois et des rois. Cette petite vanité,
accompagnée de plaisanteries piquantes auxquelles ses dix-sept ans
donnaient de la grâce, ne déplut point à l'empereur, et finit par
l'amuser. Il prit un peu plus à gré sa fille adoptive qu'il ne l'eût
fallu, et, précisément au moment de la marier, il devint assez
publiquement amoureux d'elle. Cette conquête acheva de tourner la tête à
la nouvelle princesse, et la rendit encore plus hautaine à l'égard de
son futur époux, qui cherchait en vain les moyens de lui plaire[63].

     [Note 63: Voici le décret, rendu le 3 mars 1806, par
     lequel l'empereur assignait un rang considérable à cette
     jeune femme: «Notre intention étant que la princesse
     Stéphanie Napoléon notre fille, jouisse de toutes les
     prérogatives dues à son rang: Dans tous les cercles, fêtes,
     et à table, elle se placera à nos côtés; et, dans le cas où
     nous ne nous y trouverions pas, elle sera placée à la droite
     de Sa Majesté l'impératrice.» Le lendemain, 4 mars, le
     mariage était annoncé au Sénat en ces termes: «Sénateurs,
     voulant donner une preuve de l'affection que nous avons pour
     la princesse Stéphanie Beauharnais, nièce de notre épouse
     bien-aimée, nous l'avons fiancée avec le prince Charles,
     prince héréditaire de Bade; et nous avons jugé convenable,
     dans cette circonstance, d'adopter ladite princesse Stéphanie
     Napoléon comme notre fille. Cette union, résultat de l'amitié
     qui nous lie depuis plusieurs années à l'électeur de Bade,
     nous a aussi paru conforme à notre politique et au bien de
     nos peuples. Nos départements du Rhin verront avec plaisir
     une alliance qui sera pour eux un nouveau motif de cultiver
     leurs relations de commerce et de bon voisinage avec les
     sujets de l'électeur. Les qualités distinguées du prince
     Charles de Bade, et l'affection particulière qu'il nous a
     montrée dans toutes les circonstances, nous sont un sûr
     garant du bonheur de notre fille. Accoutumé à vous voir
     partager tout ce qui nous intéresse, nous avons pensé ne pas
     devoir tarder davantage à vous donner connaissance d'une
     alliance qui nous est très agréable.» (P. R.)]

Aussitôt que l'empereur eut annoncé au Sénat la nouvelle de ce mariage,
la jeune Stéphanie fut logée aux Tuileries, dans un appartement
particulier; elle y reçut les députations des corps de l'État. Dans
celle du Sénat, on avait nommé M. de Beauharnais, son père, dont la
situation se trouvait assez bizarre. Elle reçut tous ces compliments
sans embarras, et répondit à tous fort bien.

Devenue fille du souverain, et d'ailleurs très en faveur, l'empereur
ordonna qu'elle passât partout immédiatement après l'impératrice,
prenant le pas sur toute la famille. Madame Murat ne manqua pas d'en
éprouver un déplaisir extrême. Elle la haïssait cordialement, et son
orgueil et sa jalousie ne purent se dissimuler. La jeune personne en
riait comme de tout le reste, et elle en faisait rire l'empereur,
déterminé à s'égayer de tout ce qu'elle disait. L'impératrice devint
assez mécontente de cette nouvelle fantaisie de son époux. Elle parla
sérieusement à sa nièce, et lui montra le tort qu'elle se ferait, si
elle ne résistait avec évidence aux efforts que tentait Bonaparte pour
achever de la séduire. Mademoiselle de Beauharnais écouta les conseils
de sa tante avec quelque docilité; elle la fit confidente des
entreprises, quelquefois un peu vives, de son père adoptif, et promit de
se conduire avec réserve. Ces confidences renouvelèrent les anciens
démêlés du ménage impérial. Bonaparte, toujours le même, ne dissimula
point à sa femme son penchant, et, trop sûr de son pouvoir, il trouvait
assez mauvais que le prince de Bade pût s'aviser de se blesser de ce qui
se passait sous ses yeux. Cependant la crainte d'un éclat, et le nombre
des regards attachés sur les différends de tant de personnages en vue,
le rendirent plus prudent. D'un autre côté, la jeune fille, qui ne
voulait que s'amuser, montra plus de résistance qu'on ne l'avait cru
d'abord. Mais elle haïssait alors franchement son époux. Le soir de son
mariage, il fut impossible de la déterminer à le recevoir dans son
appartement. Peu de temps après, la cour alla à Saint-Cloud, le jeune
ménage aussi; et rien ne pouvait décider la princesse à permettre à son
mari d'approcher d'elle. Il passait la nuit sur un fauteuil dans sa
chambre, priant, pressant avec instance, et s'endormant ensuite sans
avoir rien obtenu. Il se plaignait à l'impératrice, qui grondait sa
nièce. L'empereur la soutenait, et reprenait toutes ses espérances. Tout
cela avait un assez mauvais effet. Enfin, l'empereur le sentit; au bout
de quelque temps, distrait par la gravité de ses affaires, fatigué des
importunités de sa femme, frappé du mécontentement du jeune prince, et
persuadé qu'il avait affaire à une jeune personne qui ne voulait se
donner avec lui que le plaisir d'un peu de coquetterie, il consentit au
départ du prince de Bade. Celui-ci emmena donc sa femme, qui répandit
beaucoup de larmes en quittant la France, envisageant la principauté de
Bade comme une terre d'exil. Arrivée dans ses États, elle y fut reçue
assez froidement par le prince régnant; elle vécut longtemps en mauvaise
intelligence avec son époux. On fut obligé d'envoyer de France des
négociateurs secrets pour lui faire comprendre l'importance qu'il y
avait pour elle à devenir la mère d'un prince, héréditaire à son tour.
Elle se soumit; mais le prince, refroidi par tant de résistance, ne lui
témoignait guère de tendresse, et ce mariage paraissait devoir les
rendre tous deux malheureux. Il n'en fut pas ainsi cependant, et nous
verrons plus tard que la princesse de Bade, ayant acquis avec les années
plus de raison, prit enfin l'attitude qu'elle devait avoir, et, par sa
bonne conduite, vint à bout de regagner l'affection du prince, et de
jouir des avantages d'une union qu'elle avait d'abord si singulièrement
méconnue[64].

     [Note 64: Le prince de Bade est frère de l'impératrice de
     Russie.]

Je n'ai point encore dit que, parmi les plaisirs qu'on se donnait
quelquefois à cette cour, il faut compter ceux de la comédie, qu'on
jouait à la Malmaison. Cela avait été assez fréquent dans la première
année du consulat. Le prince Eugène et sa soeur avaient de vrais
talents, et cela les amusait beaucoup. À cette époque, Bonaparte
s'intéressait assez à ces représentations, données devant une assemblée
peu nombreuse. On bâtit une jolie salle à la Malmaison, et nous y
jouâmes plusieurs fois. Mais, peu à peu, le rang où la famille se
trouva montée ne permit plus guère ce genre de plaisir, et on finit par
ne se le permettre qu'à certaines occasions, comme à la fête de
l'impératrice. Quand l'empereur revint de Vienne, madame Louis Bonaparte
imagina de faire faire un petit vaudeville de circonstance, où nous
jouâmes tous et chantâmes des couplets. On avait invité assez de monde,
et la Malmaison fut illuminée d'une manière charmante. C'était quelque
chose d'imposant que de paraître en scène devant un pareil auditoire;
mais l'empereur se montra assez bien disposé. Nous jouâmes bien; madame
Louis eut et devait avoir un grand succès; les couplets étaient jolis,
les louanges assez délicates, la soirée réussit parfaitement[65].

     [Note 65: Cette représentation pourrait bien avoir été
     donnée un peu plus tard que cela n'est dit ici. Du moins,
     quand Barré, Radet et Desfontaines, les grands vaudevillistes
     du temps, firent jouer devant le public de Paris la pièce
     dont il s'agit, ils l'appelèrent _la Colonne de Rosbach_. Ils
     semblaient l'avoir faite en l'honneur de la campagne d'Iéna.
     Il est vrai que les auteurs pouvaient, sans travail,
     transporter leur _à-propos_ de la guerre de 1805 à la
     campagne de Prusse. Ni les courtisans ni les vaudevillistes
     n'y regardent de si près. Ce qui est certain, c'est que le
     rôle de la vieille Alsacienne est bien tel que ma grand'mère
     le raconte. Les princesses étaient ses filles, ou ses nièces.
     Cette Alsacienne se montrait pleine d'enthousiasme pour
     l'empereur, et chantait ce couplet, que la merveilleuse
     mémoire de mon père ne lui permettait pas d'oublier, et que
     je retiens après lui:

     AIR: _J'ai vu partout dans mes voyages._

        Ce qui dans le jour m'intéresse,
        La nuit occupe mon repos.
        Ainsi donc je rêve sans cesse
        À la gloire de mon héros.
        Les songes, dit-on, sont des fables,
        Mais, quand c'est de lui qu'il s'agit,
        J'en fais que l'on trouve incroyables,
        Et sa valeur les accomplit.

     On peut trouver dans les Mémoires de Bourrienne des détails
     sur les représentations de la Malmaison. Le vaudeville était
     fort à la mode à cette cour. C'était toute la littérature de
     la jeunesse de beaucoup de personnages du temps. (P. R.)]

Il était assez curieux de voir de quel ton chacun se disait le soir:
«L'empereur a ri, l'empereur a applaudi...» et comme nous nous en
félicitions! Moi, particulièrement, qui ne l'abordais plus qu'avec une
certaine réserve, je me retrouvai tout à coup dans une meilleure
position vis-à-vis de lui, par la manière dont j'avais rempli le rôle
d'une vieille paysanne qui rêvait toujours que son héros ferait des
choses incroyables, et qui voyait les événements surpasser ce qu'elle
avait rêvé. Après le spectacle, il me fit quelques compliments; nous
avions tous joué de coeur, et il semblait un peu ému. Quand il
m'arrivait de le voir ainsi, saisi comme à l'improviste par une sorte de
détente et d'attendrissement, il me prenait des envies de lui dire: «Eh
bien, laissez-vous faire et consentez quelquefois à sentir et à penser
comme un autre.» J'éprouvais, dans ces occasions trop rares, un vrai
soulagement; il semblait qu'une espérance nouvelle vînt tout à coup se
raviver en moi. Ah! que les grands sont facilement maîtres de nous, et
par combien peu de frais ils pourraient se faire aimer!

Peut-être cette réflexion m'est-elle déjà échappée; mais je l'ai faite
si souvent pendant douze années de ma vie, elle me presse encore
tellement aujourd'hui, quand j'interroge mes souvenirs, qu'il n'est pas
extraordinaire qu'elle m'échappe plus d'une fois.



CHAPITRE XIX.


La cour de l'empereur.--Maison ecclésiastique.--Maison militaire.--Les
maréchaux.--Les femmes.--Delille.--Chateaubriand.--Madame de
Staël.--Madame de Genlis.--Les romans.--La littérature.--Les arts.


Avant de reprendre la suite des événements, j'ai envie de m'arrêter un
peu sur les noms des personnages qui, dans ce temps, composaient la
cour, ou qui occupaient quelque rang distingué dans l'État. Je ne
pourrais pas cependant prétendre à faire une suite de portraits qui
eussent des différences bien piquantes. On sait que le despotisme est le
plus grand des niveleurs. Il impose à la pensée, il détermine les
actions et les paroles; et, par lui, la règle à laquelle chacun est
soumis se trouve si bien observée, qu'elle appareille tous les
extérieurs, et peut-être même quelques-unes des impressions.

Je me souviens que, durant l'hiver de 1814, l'impératrice Marie-Louise
recevait tous les soirs un grand nombre de personnes. On venait
s'informer chez elle des nouvelles de l'armée, dont chacun était
vivement occupé. Au moment où l'empereur, poursuivant le général
prussien Blücher du côté de Château-Thierry, laissa à l'armée
autrichienne le loisir de s'avancer jusque sur Fontainebleau, on se
crut, à Paris, près de tomber au pouvoir des étrangers. Beaucoup de gens
s'étaient réunis chez l'impératrice; on s'y interrogeait avec anxiété.
Vers la fin de la soirée, M. de Talleyrand vint chez moi, au sortir des
Tuileries. Il me conta l'inquiétude dont il venait d'être témoin, et me
dit ensuite: «Quel homme, madame, que celui qui a amené le comte de
Montesquiou et le conseiller d'État Boulay (de la Meurthe[66]) à
éprouver la même inquiétude, et à la témoigner par les mêmes paroles!»
Il avait trouvé chez l'impératrice ces deux personnes, qui lui avaient
paru d'une pâleur pareille, et qui redoutaient également les événements
qu'ils commençaient à prévoir[67].

     [Note 66: Le comte de Montesquiou était alors grand
     chambellan. Boulay (de la Meurthe) avait été membre du côté
     gauche des Cinq-Cents, et avait imaginé la fameuse loi des
     _suspects_.]

     [Note 67: Mon père, relisant dans les derniers temps de
     sa vie ces Mémoires, qu'il se décidait à publier, a écrit, à
     propos de cette conversation, la note suivante:

     «L'observation de M. de Talleyrand peut bien avoir été faite
     dans une soirée à une partie de laquelle j'ai assisté. Je
     n'ai pas entendu l'observation, mais je me rappelle que ma
     mère nous la redit alors. Elle était même plus développée
     qu'elle n'est ici. Un soir, dans les deux premiers mois de
     1814 ou plutôt des derniers mois de 1813, par un jour de
     congé, j'avais été au spectacle, et, en rentrant, je trouvai
     dans le petit salon de l'entresol de ma mère, place Louis XV,
     n° 6, elle, mon père, M. Pasquier et M. de Talleyrand.
     Celui-ci parlait et décrivait, à peu près sans être
     interrompu, la situation, si déplorable alors, des affaires.
     Il ne s'interrompit pas en me voyant entrer; on ne me fit pas
     signe de me retirer, et j'écoutai avec un vif intérêt. M. de
     Talleyrand, cette fois, parlait bien, avec force et
     simplicité; il passait en revue tous les pouvoirs et les
     hommes du moment, concluant que tout était désespéré, mais
     l'attribuant moins à la situation même, qu'aux dispositions
     de l'empereur et à celles des gens qui l'entouraient, en
     montrant que la raison, l'indépendance, le courage et la
     force de position manquaient presque partout, ou n'étaient
     réunis chez personne à un degré suffisant pour arrêter
     l'Empire et son maître, sur le penchant de leur ruine. C'est
     une des rares occasions que j'ai eues de voir M. de
     Talleyrand dans un de ses bons moments, chose qui ne m'est
     arrivée que deux ou trois fois dans ma vie. Celle-là était la
     première que j'entendais vraiment parler politique. Cette
     conversation était, je crois, destinée à M. Pasquier, qui
     écoutait avec plus de déférence que d'assentiment. Il me
     semblait qu'il n'était pas fort content, ni du fond où il
     reconnaissait à regret beaucoup de vrai, ni de l'obligation
     où il s'était trouvé d'entendre pareille confidence.» (P.
     R.)]

Ainsi, à quelques exceptions près, soit que le hasard n'eût point
rassemblé autour de l'empereur des caractères bien marquants, soit par
cette uniformité de conduite dont je viens de parler, je ne puis trouver
dans ma mémoire un grand nombre de particularités purement personnelles
qui méritent d'être conservées. Les principaux personnages étant à part,
et suffisamment déterminés parles événements qu'il me reste à raconter,
je n'ai guère à rapporter que les noms des autres, ou les costumes dont
ils étaient revêtus, comme les emplois qui leur furent confiés. C'est
une dure chose à supporter que le mépris universel de l'humanité dans
le souverain auquel on est attaché. Il attriste l'esprit, décourage
l'âme, et force chacun à se renfermer dans les attributions purement
matérielles d'une charge qui devient un métier. Chacun des hommes qui
composaient la cour et le gouvernement de l'empereur avait sans doute
une nature d'esprit et des sentiments particuliers. Quelques-uns
exerçaient silencieusement des vertus, quelques autres cachaient des
défauts ou même des vices; mais les uns et les autres n'apparaissaient
qu'au commandement, et malheureusement pour les hommes de ce temps.
Bonaparte croyant tirer un plus grand parti du mal que du bien,
c'étaient les mauvaises parties de la nature humaine qu'on pouvait le
plus avantageusement découvrir. Il aimait à apercevoir les côtés
faibles, dont il s'emparait. Là où il ne voyait point de vices, il
encourageait les faiblesses, ou, faute de mieux, il excitait la peur,
afin de se trouver toujours et constamment le plus fort. Ainsi, il
aimait assez que Cambacérès, au travers de certaines qualités vraiment
distinguées, laissât percer un assez sot orgueil, et se donnât la
réputation d'une sorte de licence de moeurs, qui balançait la justice
qu'on rendait à ses lumières et à son équité naturelle. Il ne se
plaignait nullement de la molle immoralité de M. de Talleyrand, de sa
légère insouciance, du peu de prix qu'il attachait à l'estime publique.
Il s'égayait sur ce qu'il appelait la niaiserie du prince de Neuchatel,
sur la flatterie servile de M. Maret. Il tirait parti de cette soif
d'argent qu'il dévoilait lui-même dans Savary, et de la sécheresse du
caractère de Duroc. Il ne craignait point de rappeler que Fouché avait
été _jacobin_, et souvent même il disait en souriant: «Aujourd'hui, la
seule différence, c'est qu'il est un jacobin enrichi; mais c'est tout ce
qu'il me faut.»

Ses ministres ne furent, devant lui et pour lui, que des commis plus ou
moins actifs, et «dont je ne saurais que faire, disait-il encore, s'ils
n'avaient une certaine médiocrité d'esprit ou de caractère». Enfin, si
on s'était senti vraiment supérieur par quelque côté, il eût fallu
s'efforcer de le dissimuler, et peut-être que, le sentiment du danger
avertissant chacun, on a généralement affecté des faiblesses ou des
nullités qu'on n'avait point réellement.

De là l'embarras qu'éprouveront ceux qui écriront des mémoires sur cette
époque; de là, sans doute, l'accusation, non méritée mais plausible,
qu'on inventera contre eux, d'un air de malveillance répandu dans leurs
jugements, d'une complaisance soutenue pour eux-mêmes, et d'une extrême
sévérité à l'égard des autres. Chacun dira son propre secret, sans avoir
pu découvrir celui de son voisin. La nature humaine n'est pourtant pas
si viciée, mais elle est généralement un peu faible, et, dans l'état de
société, son gouvernement seul peut la fortifier.

La maison ecclésiastique de l'empereur était sans influence. On lui
disait la messe chaque dimanche, et c'était tout. J'ai déjà parlé du
cardinal Fesch. Vers 1807, nous vîmes paraître à la cour M. de Pradt,
évêque de Poitiers et, depuis, archevêque de Malines. Il avait de
l'esprit et de l'intrigue, un langage à la fois verbeux et piquant
toutefois, passablement de bavardage, de la libéralité dans les
opinions, une manière trop cynique de les exprimer. Il fut mêlé à
beaucoup de choses, sans jamais trop réussir à rien. Il enveloppait
l'empereur lui-même par ses paroles; peut-être donnait-il de bons
conseils; mais, quand il obtenait d'en être nommé l'exécuteur, tout se
trouvait gâté. La confiance et l'estime publique reculaient devant lui.

L'abbé de Broglie, évoque de Gand, obtint à bon marché les honneurs de
la persécution.

L'abbé de Boulogne, évêque de Troyes, se montra tout aussi ardent à
préconiser le despotisme qu'on le voit aujourd'hui animé à s'efforcer de
se tirer de l'inaction où l'a réduit heureusement le gouvernement
constitutionnel du roi[68].

     [Note 68: J'ai parlé ailleurs du cardinal Maury.]

Bonaparte se servait du clergé, mais il n'aimait pas les prêtres. Il
avait contre eux des préventions philosophiques et un peu
révolutionnaires. Je ne sais s'il était déiste ou athée. Il se moquait
assez volontiers dans son intimité de ce qui touchait la religion, et
je crois, d'ailleurs, qu'il donnait trop d'attention à ce qui se passait
dans ce monde pour s'occuper beaucoup de l'autre. J'oserais dire que
l'immortalité de son nom lui paraissait d'une bien autre importance que
celle de son âme. Il se sentait une certaine aversion contre les dévots,
et il n'en parlait jamais qu'en les taxant d'hypocrisie. Quand les
prêtres en Espagne eurent soulevé les peuples contre lui, quand il
éprouva une résistance honorable de la part des évêques de France, quand
il vit la cause du pape embrassée par beaucoup de monde, il fut tout à
fait confondu, et il lui arriva de dire plus d'une fois: «Je croyais les
hommes plus avancés qu'ils ne le sont réellement.»

La maison militaire de l'empereur était considérable; mais, hors du
temps de guerre, elle avait auprès de lui des attributions qui prenaient
une forme civile. Dans le palais des Tuileries, il craignait les
souvenirs du champ de bataille; il dépaysa toutes les prétentions. Il
fit des généraux chambellans; plus tard, il les força de ne paraître
autour de lui qu'en habit de fantaisie brodé et d'échanger leur sabre
contre une épée de cour. Cette transformation déplut à beaucoup d'entre
eux, mais il fallut obéir, et, de loup, s'efforcer de devenir berger. Il
y avait, au reste, une pensée raisonnable dans cette volonté. L'éclat
des armes eût en quelque sorte assommé les autres classes qu'il fallait
séduire; les moeurs soldatesques se trouvaient forcément adoucies, et,
de plus, certains maréchaux récalcitrants perdirent un peu de leurs
forces, en cherchant à acquérir de belles manières. Ils attrapaient dans
cet apprentissage une légère teinte de ridicule; Bonaparte y trouvait
encore son compte.

Je crois pouvoir affirmer que l'empereur n'aimait aucun de ses
maréchaux. Il disait assez volontiers du mal d'eux, et quelquefois du
mal assez grave. Il les accusait tous d'une grande avidité, qu'il
entretenait à dessein par des largesses infinies. Un jour, il les passa
en revue devant moi; il prononça contre Davout cette espèce d'arrêt dont
je crois avoir déjà parlé: «Davout est un homme à qui je puis donner de
la gloire, il ne saura jamais la porter.» En parlant du maréchal Ney:
«Il y a, disait-il, en lui une disposition ingrate et factieuse. Si je
devais mourir de la main d'un maréchal, il y a à parier que ce serait
de la sienne.» Il m'est resté, de ses discours, que Moncey, Brune,
Bessières, Victor, Oudinot ne lui apparaissaient que comme des hommes
médiocres, destinés pour toute leur vie à n'être que des soldats titrés;
Masséna, un homme un peu usé, dont on voyait qu'il avait été jaloux.
Soult l'inquiétait quelquefois. Habile, rude, orgueilleux, il négociait
avec son maître, et disputait ses conditions. L'empereur imposait à
Augereau, qui avait plus de rusticité que de vraie fermeté dans les
manières. Il connaissait et blessait assez impunément les prétentions
vaniteuses de Marmont, ainsi que la mauvaise humeur habituelle de
Macdonald. Lannes avait été son camarade, quelquefois ce maréchal
voulait s'en souvenir; on le rappelait à l'ordre avec ménagement.
Bernadotte montrait plus d'esprit que les autres, il se plaignait sans
cesse, et, à la vérité, il était souvent assez maltraité.

Toutefois la manière dont l'empereur contenait, satisfaisait ou choquait
impunément des hommes si altiers, si enflés de leur gloire, était fort
remarquable. D'autres diront avec quelle habileté il sut les employer à
l'armée, et comme il tira d'eux de nouveaux rayons pour sa gloire en
s'emparant de la leur, et sachant très réellement se montrer supérieur
à tous.

Je n'entrerai point dans la nomenclature des chambellans. L'Almanach
impérial peut me suppléer à cet égard. Ils furent peu à peu portés à un
nombre considérable. Ils étaient pris dans tous les ordres, dans toutes
les classes. Les plus assidus, les plus silencieux furent ceux qui
réussirent le mieux; leur métier était assez pénible et fort ennuyeux.
Plus on approchait de la personne de l'empereur, plus la vie devenait
désagréable. Les gens qui n'ont eu de commerce avec lui que par les
affaires n'ont pas une idée entière de ses inconvénients; il a toujours
mieux valu avoir à traiter avec son esprit qu'avec son caractère.

Je n'aurai pas non plus beaucoup à conter des femmes de cette époque.
Bonaparte répétait souvent ces paroles: «Il faut que les femmes ne
soient rien à ma cour; elles ne m'aimeront point, mais j'y gagnerai du
repos.» Il tint parole. Nous ornions ses fêtes, c'était à peu près notre
seul emploi. Cependant, comme la beauté a des droits pour n'être jamais
oubliée, il me semble que quelques-unes de nos dames du palais méritent
qu'on les indique ici. Madame de Motteville, dans ses Mémoires,
s'arrête quelquefois pour signaler les plus belles femmes de son temps.
Je ne veux pas passer sous silence celles du mien.

À la tête de la maison de l'impératrice se trouvait madame de la
Rochefoucauld. C'était une petite femme contrefaite, point jolie, mais
dont le visage ne manquait pas d'agréments. Elle avait de grands yeux
bleus, ornés de deux sourcils noirs qui lui allaient très bien; de la
vivacité, de la hardiesse et de l'esprit de conversation; un peu de
sécheresse, mais, au fond, de la bonté, de l'indépendance et de la
gaieté dans l'esprit. Elle n'aimait ni ne haïssait personne à la cour,
vivait bien avec tous, ne regardait sérieusement à rien. Elle pensait
avoir fait honneur à Bonaparte en entrant dans sa cour, et, à force de
le dire, elle vint à bout de le persuader, ce qui fit qu'on eut pour
elle des égards. Elle s'occupait beaucoup du soin de réparer sa fortune,
qui était fort délabrée; elle obtint plusieurs ambassades pour son mari,
et maria sa fille au cadet des princes de la maison Borghèse. L'empereur
trouvait qu'elle manquait de dignité, et il n'avait point tort; mais il
éprouvait quelque embarras devant elle, parce qu'elle lui répondait
assez vertement, et qu'il n'avait nulle idée du ton qu'il faut
conserver avec une femme. L'impératrice la craignait un peu; sa légèreté
habituelle avait comme une sorte de nuance impérieuse. Elle conserva, au
milieu de cette cour, une grande fidélité à d'anciens amis qui avaient
des opinions opposées, si ce n'est aux siennes, du moins à celles qu'on
devait lui supposer, vu le rang qui la décorait. Elle était belle-fille
du duc de Liancourt; elle a quitté la cour au moment du divorce; elle
est morte à Paris, depuis la Restauration.

Madame de la Valette, dame d'atours, était fille du marquis de
Beauharnais. La petite vérole, qui avait un peu gâté son teint, lui
laissait encore un visage agréable, quoiqu'il eût peu de mouvement. Sa
douceur tenait de la nonchalance; une petite pointe de vanité courte la
préoccupait souvent. Son esprit avait peu d'étendue, sa conduite était
régulière. Comme dame d'atours, elle n'exerçait aucune fonction, parce
que madame Bonaparte ne voulait point qu'on se mêlât de ce qui
concernait sa toilette. En vain, l'empereur voulait exiger que madame de
la Valette réglât les comptes, ordonnât les dépenses, se mît à la tête
des achats; il fallait céder sur ce point, et renoncer à apporter de
l'ordre dans tout cela. Madame de la Valette ne se sentait pas la force
de défendre, à l'égard de sa tante, les droits de sa place. Elle se
bornait donc à remplacer madame de la Rochefoucauld, quand la maladie
éloignait celle-ci de la cour. Tout le monde sait ce que le malheur et
l'amour conjugal ont développé en elle de courage et d'énergie.

En tête des dames du palais, on mettait madame de Luçay, comme la plus
ancienne de toutes. En 1806, elle n'était déjà plus de la première
jeunesse. C'est une douce et simple personne, de même que son mari, qui
fut préfet du palais. Elle a marié sa fille au fils cadet du comte de
Ségur, et l'a perdue depuis.

Mon nom arrivait ordinairement après. J'ai envie de me dessiner un peu
moi-même; je crois que je dirai assez bien la vérité. J'avais
vingt-trois ans, quand j'arrivai à cette cour. Je n'étais point jolie,
cependant je ne manquais pas d'agréments. La grande parure m'allait
bien, mes yeux étaient beaux, mes cheveux noirs, mes dents belles, mon
nez et mon visage trop forts pour une taille assez agréable, mais un peu
petite. Je passais à la cour pour une personne d'esprit, c'était
presque un tort. Au fait, je n'en manquais point, non plus que de
raison; mais il y a beaucoup dans mon âme, et un peu dans ma tête, un
certain degré de chaleur qui précipite mes paroles et mes actions, et me
fait faire des fautes qu'une personne, moins raisonnable peut-être, et
plus froide, éviterait. On se trompa assez souvent sur moi à cette cour.
J'étais active, on me crut intrigante. J'étais curieuse de connaître les
personnages importants, on me taxa d'ambition. Je suis trop capable de
dévouement aux personnes et aux choses qui me paraissent droites, pour
mériter la première accusation, et ma fidélité à des amis malheureux
répond à la seconde. Madame Bonaparte se fiait un peu plus à moi qu'à
une autre, elle m'a compromise; on s'en aperçut assez vite, et personne
ne m'envia beaucoup l'avantage onéreux de ses confidences. L'empereur,
qui commença par m'aimer assez, causa plus d'inquiétude. Je ne tirai
guère parti de cette bienveillance. Ce sentiment toutefois me flattait,
et m'inspira de la reconnaissance; je cherchai à lui plaire tant que je
l'aimai. Dès que je fus détrompée sur son compte, je reculai; la feinte
est absolument hors de mon caractère.

J'apportai à la cour un trop grand fonds de curiosité. Cette cour me
paraissait un théâtre si étrange, que je regardais attentivement, et que
je questionnais pour me rendre compte. On pensa souvent que c'était pour
agir; dans les palais, on ne croit à aucune action _gratis_. Le _cui
bono_ s'y répète sur tous les tons[69].

     [Note 69: J'ai connu un homme qui se prononçait toujours
     très sérieusement, avant de déterminer quelles visites il
     ferait dans la soirée.]

Le mouvement de mon esprit m'a bien aussi exposée quelquefois. Il ne
manquait cependant pas d'ordre, mais j'étais fort jeune, très naturelle
parce que j'avais été très heureuse; rien en moi n'était encore assez
posé; et mes bonnes qualités m'ont quelquefois nui comme mes défauts. Au
milieu de tout cela, j'ai trouvé des gens qui m'ont aimée et à qui, sous
quelque régime que je me trouve, je conserverai un tendre souvenir. Un
peu plus tard, je finis par souffrir de mes espérances trompées, de mes
affections déçues, des erreurs de quelques-uns de mes calculs. De plus,
ma santé s'altéra; je fus fatiguée de cette vie agitée, dégoûtée de ce
que j'entrevoyais, désenchantée sur les hommes, éclairée sur les choses.
Je m'éloignai, heureuse de retrouver dans mon intérieur des sentiments
et des jouissances qui ne me trompaient point. J'aimais mon mari, ma
mère, mes enfants, mes amis; je n'eusse point voulu renoncer à la
douceur de leur commerce; je gardai au travers des devoirs si nombreux
et si puérils de ma place, une sorte de liberté. Enfin, on s'aperçut
trop quand j'aimais et quand j'avais cessé d'aimer. C'était la plus
haute maladresse dont on pût se rendre coupable envers Bonaparte. Ce
qu'il craignait le plus au monde, c'est que près de lui on exerçât, on
apportât seulement la faculté de le juger.

Madame de Canisy, née Canisy, petite-nièce de M. de Brienne, ancien
archevêque de Sens, était parfaitement belle, quand elle parut à cette
cour. Grande, bien faite, avec des cheveux et des yeux fort noirs, de
jolies dents, un nez aquilin et régulier, le teint un peu brun et animé,
sa beauté avait quelque chose d'imposant, même d'un peu altier.

Madame Maret était très belle; son visage régulier était aussi fort
joli. Elle paraissait vivre en grande intelligence avec son mari. M.
Maret lui a soufflé une partie de son ambition. J'ai rarement vu une
vanité plus naïve et plus inquiète. Elle se montrait jalouse de toute
privauté, ne tolérait la supériorité de rang que chez les princesses.
Née obscurément, elle ambitionnait les distinctions les plus élevées.
Quand l'empereur accorda le titre de comtesse à toutes les dames du
palais, madame Maret fut comme humiliée de cette parité: elle s'entêta à
ne point porter ce titre, et demeura simplement madame Maret, jusqu'au
moment où son mari obtint le titre de duc de Bassano. Elle et madame
Savary furent les femmes les plus élégantes de notre cour. La dépense de
leur toilette a, dit-on, passé la somme de cinquante mille francs par
an. Madame Maret ne trouvait point que l'impératrice la distinguât assez
des autres; elle se ligua souvent avec les Bonapartes contre elle. On la
craignait et on se défiait d'elle avec assez de raison. Elle redisait
une foule de choses qui, par son mari, arrivaient à l'empereur et qui
nuisaient beaucoup. Elle et M. Maret eussent voulu qu'on leur fît une
véritable cour, et bien des gens se prêtaient à cette fantaisie. Comme
je me montrai assez loin d'y vouloir consentir, madame Maret me prit en
éloignement, et elle m'a suscité un assez bon nombre de petites
traverses.

Qui voulait nuire auprès de Bonaparte était à peu près sûr de réussir.
Il ne doutait jamais du mal. Il n'aimait point madame Maret, il la
jugeait trop sévèrement, mais il acceptait cependant tout ce qu'il
savait lui arriver par elle. Je la crois une des personnes qui auront le
plus souffert de la chute de ce grand échafaudage impérial qui nous a
tous, plus ou moins, mis à terre. Pendant le premier séjour du roi à
Paris, de 1814 à 1815, on a fortement accusé, et avec assez de
fondement, M. le duc de Bassano d'avoir conservé une correspondance
secrète avec l'empereur à l'île d'Elbe, et de l'avoir tenu au courant de
l'état des choses en France; ce qui lui fit croire qu'il pouvait encore
une fois s'offrir aux Français pour les gouverner. Napoléon revint donc,
et son arrivée subite croisa et contrecarra la révolution que
préparaient Fouché et Carnot.

Ceux-ci, forcés d'accepter Bonaparte, le contraignirent pendant les
Cent-Jours à régner dans le système qu'ils lui imposaient. L'empereur
voulut reprendre près de lui M. Maret, auquel il avait tant de motifs de
se fier; mais Fouché et Carnot le repoussèrent vivement, comme un homme
inutile, et qui ne se montrerait dans les affaires que la créature
dévouée à son maître. Et ce qui donne une idée de l'état de
_garrottement_ dans lequel, à cette époque, ces hommes révolutionnaires
tinrent le lion muselé, c'est que Carnot osa répondre ces paroles à la
proposition que fit l'empereur d'introduire M. Maret dans le ministère:
«Non, assurément non; les Français ne veulent point voir _deux Blacas_
dans une année,» faisant allusion au comte de Blacas, que le roi avait
ramené d'Angleterre, et qui avait près de lui tout le crédit d'un
favori.

À la seconde chute de Bonaparte, M. et madame Maret s'empressèrent de
quitter Paris. Le mari a été banni, ils se sont retirés à Berlin. Depuis
quelques mois, madame Maret, de retour à Paris, travaille à obtenir le
rappel de son mari. Il se pourrait qu'elle l'obtînt de la bonté du
roi[70].

     [Note 70: Écrit au mois de Juin 1819.]

La vanité du rang n'était pas, au reste, renfermée dans la seule madame
Maret. Nous en avons vu la maréchale Ney aussi fortement atteinte. Nièce
de madame Campan, première femme de chambre de la reine, fille de madame
Auguié, aussi femme de chambre, assez médiocrement élevée, bonne et
douce femme, mais un peu enivrée des dignités qui peu à peu la
décorèrent, elle nous donna bien de temps à autre le spectacle de
l'étalage d'une foule de prétentions qui, après tout, ne choquaient
point trop chez elle, parce qu'elles s'appuyaient sur la grande
réputation militaire de son mari. L'orgueil de celui-ci avait quelque
chose d'assez rude, et justifiait celui de sa femme, qui l'avait adopté
comme un bien de communauté. Madame Ney, depuis duchesse d'Elchingen,
plus tard princesse de la Moskowa, était au fond très bonne personne,
incapable de dire ou faire mal, peut-être aussi assez peu capable de
dire ou faire bien, paisible, et jouissant, surtout avec ses inférieurs,
des vanités de son rang. Elle s'affligea réellement, lors de la
Restauration, de certains changements de sa situation, du dédain des
dames de la cour du roi; elle rapportait ses plaintes à son mari, et
peut-être n'a-t-elle pas peu contribué à l'irriter contre un nouvel état
de choses qui ne le déplaçait pas précisément, mais qui les exposait à
de petites humiliations journalières, très indépendantes de la volonté
royale. Depuis la mort de son mari, elle s'est retirée en Italie avec
trois ou quatre garçons et une fortune bien moins considérable qu'on ne
l'eût supposé. Elle avait pris l'habitude d'un extrême luxe: je l'ai vue
aller aux eaux avec une maison entière, afin d'être servie à son gré: un
lit, des meubles à elle, une argenterie de voyage faite tout exprès, une
suite de fourgons, nombre de courriers, disant que la femme d'un
maréchal de France ne pouvait voyager autrement. Sa maison était une des
plus somptueusement meublées; elle lui coûta, d'achat et d'ameublement,
onze cent mille francs. La maréchale Ney était maigre, grande; elle
avait des traits un peu forts, de beaux yeux, une physionomie douce et
agréable, une très jolie voix.

Parmi nos belles femmes, on remarquait encore la maréchale Lannes,
depuis duchesse de Montebello. Son visage a quelque chose de virginal;
ses traits sont doux et réguliers, son teint d'un blanc charmant. Sage,
bonne épouse, excellente mère, elle fut toujours froide, assez sèche et
silencieuse dans le monde. L'empereur la donna pour dame d'honneur à
l'archiduchesse, qui la prit en passion et qu'elle a gouvernée. Après
l'avoir accompagnée lors de son retour à Vienne, elle est revenue à
Paris, où elle vit paisiblement, entièrement occupée de ses enfants.

Le nombre des dames du palais, peu à peu, devint considérable, et, en
somme, il se trouve très peu à dire sur tant de femmes qui jouèrent
toutes un si faible rôle. J'ai parlé de mesdames de Montmorency, de
Mortemart, de Chevreuse. Il ne me resterait qu'à nommer mesdames de
Talhouet, Lauriston, de Colbert, Marescot, etc., bonnes, douces, simples
personnes, et d'un extérieur ordinaire, ou qui n'étaient plus jeunes. Il
en serait de même d'une foule d'Italiennes et de Belges qui venaient
passer à Paris les deux mois de leur service, et qui se montraient, à
peu près toutes, silencieuses et dépaysées. En général, on avait assez
égard à la beauté ou à la jeunesse dans le choix des dames du palais:
elles étaient toujours mises avec une extrême recherche. Quelques-unes
vivaient silencieusement et indifféremment dans cette cour, d'autres y
recevaient des hommages avec plus ou moins de facilité et de plaisir.
Tout se passait sans bruit, parce que Bonaparte n'aimait que celui qu'il
faisait. Et encore lui prenait-il, soit pour lui, soit pour les autres,
certaines fantaisies de pruderie. Il ne se souciait, autour de lui, ni
des démonstrations de l'amitié, ni des vivacités de la haine. Dans une
vie si pleine, si ordonnée, si disciplinée, il n'y avait pas beaucoup
de chances pour l'une ni pour l'autre.

Parmi les personnes dont l'empereur avait composé les _maisons_ de sa
famille, il se trouvait aussi des femmes distinguées; mais, à la cour,
elles avaient encore moins d'importance que nous.

Auprès de sa mère, on vivait, je crois, fort ennuyeusement; paisiblement
et simplement auprès de madame Joseph Bonaparte. Madame Louis Bonaparte
s'entourait de ses compagnes de pension, et conservait avec elles,
autant qu'elle le pouvait, la familiarité de leurs jeunes années. Chez
madame Murat, tout était réglé, même un peu guindé, mais prescrit avec
ordre et justice. L'opinion publique a cru pouvoir juger légèrement ce
qui se passait chez la princesse Borghèse; sa conduite jetait un reflet
fâcheux sur les jeunes et jolies femmes qui formaient sa cour.

Il ne sera peut-être pas inutile de s'arrêter aussi quelques moments sur
les personnages distingués dans les lettres et dans les arts, et sur les
ouvrages qui parurent depuis la fondation du Consulat jusqu'à cette
année 1806. Parmi les premiers, j'en trouve quatre d'abord dont je puis
parler avec un peu de détail[71].

     [Note 71: Jacques Delille, M. de Chateaubriand, madame de
     Staël, madame de Genlis.]

Jacques Delille, que nous connaissons plus habituellement sous le titre
de l'abbé de Delille, avait vu s'écouler les plus belles années de sa
vie dans les temps qui ont précédé notre Révolution. Il unissait à
l'éclat d'un grand talent les agréments d'un esprit aimable et d'un
caractère plein de charme. Il acquit dans le monde le titre d'abbé,
parce qu'autrefois il suffisait pour donner un rang; il l'a quitté
depuis la Révolution, pour épouser une personne point mal née, médiocre,
assez peu agréable, mais dont les soins lui étaient devenus nécessaires.
Accueilli toujours par la meilleure compagnie de Paris, très bien traité
de la reine Marie-Antoinette, comblé de bontés par Mgr le comte
d'Artois, il ne connut guère que les douceurs de l'état d'homme de
lettres. Il fut aimé, fêté, soigné; il avait une grâce et une fine
naïveté d'esprit tout à fait remarquables. Rien n'était comparable à la
magie de sa diction; quand il récitait des vers, on se disputait le
plaisir de l'entendre. Les scènes sanglantes de la Révolution
effarouchèrent cette âme jeune et douce; il émigra, et reçut partout en
Europe un accueil qui consola son exil. Cependant, quand Bonaparte eut
rétabli l'ordre en France, M. Delille désira d'y rentrer, et il vint à
Paris avec sa femme, déjà âgé, presque aveugle, mais toujours
parfaitement aimable et chargé de beaux ouvrages qu'il tenait à publier
dans sa patrie. On le rechercha de nouveau, les gens de lettres se
pressèrent autour de lui, Bonaparte lui fit faire quelques avances. La
chaire dans laquelle il professait avec beaucoup de talent les principes
de la littérature française lui fut rendue, des pensions lui furent
offertes, comme prix de quelques vers louangeurs. Mais M. Delille,
voulant conserver la liberté de ses souvenirs, qui l'attachaient
irrévocablement à la maison de Bourbon, se retira dans un quartier
écarté, échappa aux caresses et aux offres, et, se livrant exclusivement
au travail, il répondit à tout par ses vers de _l'Homme des champs_:

        Auguste triomphant pour Virgile fut juste.
        J'imitai le poète, imitez donc Auguste,
        Et laissez-moi sans nom, sans fortune et sans fers,
        Rêver au bruit des eaux, de la lyre et des vers[72].

     [Note 72: Nous eûmes de lui, dans l'espace de quelques
     années, les traductions de _l'Énéide_ et du _Paradis perdu_,
     _l'Homme des champs_, _l'Imagination_, quelques autres poèmes
     encore, et enfin _la Pitié_, qui ne parut que cartonnée, par
     ordre de la police.]

Si Bonaparte conçut quelque humeur de cette résistance, il ne le
témoigna point; l'estime et l'affection générale furent l'égide qui
couvrit toujours l'aimable poète. Il vécut donc paisible et mourut trop
tôt, puisque, avec les sentiments qu'il a conservés, il n'a pas joui du
retour des princes qu'il n'avait cessé d'aimer.

Dans le temps que Bonaparte n'était encore que consul, et qu'il
s'amusait à poursuivre jusqu'aux plus petites évidences, il eut
fantaisie de se faire voir à M. Delille, espérant peut-être le gagner,
ou du moins l'éblouir. Madame Bacciochi fut chargée d'inviter le poète à
passer une soirée chez elle; quelques personnes, parmi lesquelles je me
trouvais, furent conviées. Le premier consul survint. Il y avait bien
dans son entrée quelque chose de l'appareil éclatant de Jupiter Tonnant,
car il était environné d'un grand nombre d'aides de camp qui se
rangèrent en haie, ne se montrant pas peu surpris de voir leur général
se déranger, pour faire des frais auprès de ce chétif vieillard, vêtu
d'un habit noir, et que, je crois, ils effrayaient un peu. Bonaparte,
par contenance, se plaça à une table de jeu, où il me fit appeler.
J'étais dans ce salon la seule femme dont le nom ne fût point inconnu à
M. Delille, et je compris que Bonaparte m'avait choisie comme le lien
entre le temps du poète et celui du consul. Je m'efforçai d'établir une
sorte de relation; Bonaparte consentit à ce que la conversation fût
littéraire, et d'abord notre poète ne parut point insensible aux
prévenances d'un tel personnage. Tous deux s'animèrent, mais chacun à sa
manière; je remarquai bientôt que ni l'un ni l'autre ne parvenaient à
produire l'effet réciproque auquel ils prétendaient tous deux. Bonaparte
aimait à parler, M. Delille était un peu bavard et fort conteur; ils
s'interrompaient mutuellement, ils ne s'écoutaient point, leurs discours
se choquaient au lieu de se répondre; ils étaient habitués tous deux à
être loués; ils se sentirent avertis promptement qu'ils ne gagneraient
rien l'un sur l'autre, et finirent par se séparer assez fatigués, et
peut être mécontents.

Après cette soirée, M. Delille disait que la conversation du consul
sentait _la poudre à canon_; Bonaparte trouvait que le vieux poète
_radotait l'esprit_.

Je ne sais pas bien les particularités de la jeunesse de M. de
Chateaubriand. Ayant émigré avec sa famille, il connut en Angleterre M.
de Fontanes, qui vit ses premiers manuscrits, et le fortifia dans
l'intention d'écrire. À son retour en France, il reprit ses relations
avec lui, et je crois bien qu'il fut présenté au premier consul par M.
de Fontanes. Ayant publié _le Génie du christianisme_, lors du concordat
de 1801, il crut devoir dédier son ouvrage au _restaurateur de la
religion_. Il était peu riche; ses goûts, la nature un peu désordonnée
de son caractère, un fonds d'ambition assez fort, quoique vague, une
excessive vanité lui inspirèrent le désir et le besoin de se rattacher à
quelque chose. Je ne sais pas bien sous quel titre il fut employé dans
une légation à Rome. Il s'y conduisit toutefois imprudemment; il blessa
Bonaparte. L'humeur qu'il lui causa, jointe à l'indignation qu'il
éprouva de la mort de M. le duc d'Enghien, les brouillèrent
complètement. M. de Chateaubriand, de retour à Paris, se vit entouré de
femmes qui le saluèrent et l'exaltèrent comme une victime; il embrassa
assez vivement le système d'opinion qu'il a suivi depuis; il n'était ni
dans son goût, ni dans son talent, d'échapper au monde et de se faire
oublier. Devenu un objet de surveillance, il en tira vanité. Ceux qui
prétendent le connaître intimement disent que si Bonaparte, au lieu de
le poursuivre, avait paru vouloir rendre plus de justice à son mérite,
il l'eût depuis, et toujours, séduit facilement. L'écrivain n'eût point
été insensible à des louanges venues de si haut. Je rapporte cette
opinion, sans assurer qu'elle soit fondée; je sais bien qu'elle était
celle de l'empereur, qui disait assez volontiers: «Mon embarras n'est
point d'acheter M. de Chateaubriand, mais de le payer ce qu'il
s'estime.» Quoi qu'il en soit, il se tint à part, et ne fréquenta que
les cercles d'opposition. Son voyage en terre sainte le fit oublier
pendant quelque temps; il reparut tout à coup, et publia _les Martyrs_.
Les idées religieuses qu'on retrouvait à chaque page de ses ouvrages,
ornées du coloris de son brillant talent, firent de ses admirateurs
comme une secte, et lui suscitèrent des ennemis parmi les écrivains
philosophiques. Les journaux le louèrent et l'attaquèrent; il s'établit
sur lui une sorte de controverse, quelquefois assez amère, que
l'empereur favorisa, «parce que, disait-il, cette controverse occupe la
belle société».

À l'époque où _les Martyrs_ parurent, une manière de conspiration
royaliste éclata en Bretagne.

Un des cousins de M. de Chateaubriand, convaincu d'y avoir trempé, fut
conduit à Paris, jugé et condamné à mort. J'étais liée avec des amis
intimes de M. de Chateaubriand; ils me l'amenèrent, et m'engagèrent, de
concert avec lui, à solliciter, par le moyen de l'impératrice, la grâce
de son parent. Je lui demandai de me donner une lettre pour l'empereur;
il s'y refusa, en me montrant une grande répugnance, mais il consentit à
écrire à madame Bonaparte. Il me donna, en même temps, un exemplaire des
_Martyrs_, espérant que Bonaparte parcourrait le livre et s'adoucirait
en faveur de l'auteur. Comme je n'étais pas sûre que ce motif suffît
pour apaiser l'empereur, je répondis à M. de Chateaubriand que je lui
conseillais d'essayer de plusieurs moyens à la fois. «Vous êtes parent,
lui dis-je, de M. de Malesherbes; c'est un nom qu'on peut prononcer
devant qui que ce soit avec la certitude d'obtenir égard et respect[73].
Essayons de le faire valoir, et appuyez-vous sur lui en écrivant à
l'impératrice.»

     [Note 73: Bonaparte a rendu à madame de Montboissier,
     émigrée rentrée, une partie de ses biens, par la raison
     qu'elle était fille de M. de Malesherbes.]

M. de Chateaubriand me causa une vive surprise en repoussant ce conseil.
Il me laissa entrevoir que son amour-propre serait blessé s'il
n'obtenait pas personnellement ce qu'il demandait. Son orgueil d'auteur
l'emportait visiblement sur le reste, et voulait arriver jusqu'à
l'empereur. Il n'écrivit donc pas précisément ce que j'aurais voulu; je
ne laissai pas de porter sa lettre. Je l'appuyai de mon mieux, je parlai
même à l'empereur, et je saisis un bon moment pour lui lire quelques
pages des _Martyrs_; enfin je rappelai M. de Malesherbes.

«Vous êtes un avocat qui ne manque point d'habileté,» me dit l'empereur,
«mais vous savez mal toute cette affaire. J'ai besoin de faire un
exemple en Bretagne; il tombera sur un homme assez peu intéressant; car
le parent de M. de Chateaubriand a une médiocre réputation. Je sais, à
n'en pouvoir douter, qu'au fond son cousin ne s'en soucie guère, et ce
qui me le prouve même, c'est la nature des démarches qu'il vous fait
faire. Il a l'enfantillage de ne point m'écrire, à moi; sa lettre à
l'impératrice est sèche et un peu hautaine; il voudrait m'imposer
l'importance de son talent. Je lui réponds par celle de _ma politique_,
et, en conscience, cela ne doit point l'humilier. J'ai besoin de faire
un exemple en Bretagne, pour éviter une foule de petites persécutions
politiques. Ceci donnera à M. de Chateaubriand l'occasion d'écrire
quelques pages pathétiques qu'il lira dans le faubourg Saint-Germain.
Les belles dames pleureront, et vous verrez que cela le consolera.»

Il était impossible d'ébranler une volonté exprimée d'une manière qui
vous déjouait ainsi. Tout ce que l'impératrice et moi nous tentâmes fut
inutile, et la condamnation fut exécutée. Le jour même, je reçus un
petit billet de M. de Chateaubriand, qui, malgré moi, me rappela les
paroles de Bonaparte. Il m'écrivait qu'il avait cru devoir assister à la
mort de son parent, et qu'il avait frissonné en voyant des chiens se
désaltérer, après, dans son sang. Tout le billet était écrit sur ce ton.
J'étais émue, il me glaça; je ne sais si c'est moi ou lui qu'il faut
accuser. Peu de jours après, M. de Chateaubriand, en grand deuil, ne
paraissait point fort affligé, mais son irritation contre l'empereur
s'était fortement accrue.

Cet événement me mit en relation avec lui. Ses ouvrages me plaisaient,
sa présence troubla mon goût pour eux. Il était, et il est encore, fort
gâté par une partie de la société, surtout par les femmes. Il impose à
qui le fréquente un assez grand embarras, parce qu'on voit promptement
qu'on n'a rien à lui apprendre sur ce qu'il vaut. Partout il prend la
première place, s'y trouve à l'aise, et alors devient assez aimable.
Mais ses paroles, qui annoncent une imagination vive, découvrent en même
temps un fonds de sécheresse de coeur, et une personnalité peu ou point
dissimulée. Ses ouvrages sont religieux, ses paroles n'indiquent pas
toujours de saintes convictions. Il est sérieux quand il écrit; il
manque de gravité dans son attitude. Sa figure est belle, sa taille un
peu contrefaite, et il est minutieux et affecté dans sa toilette. Il
paraîtrait que ce qu'il aime le mieux de l'amour, c'est ce qu'on appelle
communément _les bonnes fortunes_. L'évidence est ce qu'il préfère à
tout, il a des adeptes plutôt que des amis; enfin j'ai conclu de tout ce
que j'ai vu qu'il valait mieux le lire que le connaître. Plus tard, je
raconterai ce qui lui arriva au sujet des prix décennaux.

J'ai à peine vu madame de Staël, mais j'ai été entourée de personnes qui
l'ont beaucoup connue. Ma mère et quelques-unes de mes parentes la
fréquentèrent dans sa jeunesse, et m'ont souvent raconté que, dès ses
premières années, elle annonça un caractère qui devait la placer en
dehors de presque toutes les habitudes sociales. À l'âge de quinze ans,
son esprit dévorait déjà les lectures les plus abstraites, les ouvrages
les plus passionnés. Le fameux Franclieu de Genève, la trouvant un jour
avec un volume de J.-J. Rousseau dans les mains, et entourée de livres
de tout genre, dit à sa mère, madame Necker: «Prenez-y garde, vous
rendrez votre fille folle, ou imbécile.» Ce jugement sévère ne se
réalisa sur aucun des deux points; on peut dire cependant qu'il y a bien
eu quelque sorte d'égarement de l'esprit dans la manière dont madame de
Staël a entendu son métier de femme au milieu du monde. Entourée chez
son père d'un cercle composé de ce que la ville offrait d'hommes
célèbres dans tous les genres, excitée par les conversations qu'elle
entendait, et par sa propre nature, ses facultés intellectuelles se
développèrent à l'excès peut-être. Elle prit le goût de cette brillante
controverse qu'elle a tant pratiquée depuis, et où elle se montra si
piquante et si distinguée. C'était une personne animée jusqu'à
l'agitation, parfaitement vraie et naturelle, qui sentait avec force et
exprimait avec feu. Tourmentée par une imagination qui la consumait,
trop ardente à l'éclat et au succès, gênée par les lois de la société
qui contiennent les femmes dans un cercle borné, elle brava tout,
surmonta tout, et souffrit beaucoup de cette lutte orageuse entre le
démon qui la poussait, et les convenances qui ne purent la retenir.

Elle eut le malheur d'être excessivement laide et de s'en affliger, car
il semblait qu'elle portât au dedans d'elle le besoin de tous les
succès. Avec un visage passable, peut-être eût-elle été plus heureuse,
parce qu'elle eût été plus calme. Il y avait dans son âme trop
d'habitudes passionnées pour qu'elle n'ait pas beaucoup aimé, trop
d'imagination dans son esprit pour qu'elle n'ait pas cru souvent qu'elle
aimait. La célébrité qu'elle acquit lui attira des hommages, sa vanité
s'en réjouit. Quoiqu'elle eût un grand fonds de bonté, elle a excité la
haine et l'envie; elle effrayait les femmes, elle blessait une foule
d'hommes auxquels elle se croyait supérieure. Cependant quelques amis
lui sont demeurés fidèles, et son dévouement, à elle, était toujours
complet.

Quand Bonaparte parvint au consulat, on sait quelle célébrité madame de
Staël avait déjà acquise par ses opinions, sa conduite et ses ouvrages.
Un personnage tel que Bonaparte excita la curiosité, et d'abord un peu
l'enthousiasme, d'une femme si éveillée sur tout ce qui était
remarquable. Elle se passionna pour lui, le chercha, le poursuivit
partout. Elle crut que le concours heureux de tant de qualités
distinguées, de tant de circonstances favorables, devaient chez lui
tourner au profit de la liberté, son idole favorite; mais elle
effaroucha promptement Bonaparte, qui ne voulait être ni observé ni
deviné. Madame de Staël, après l'avoir inquiété, lui déplut. Il reçut
ses avances froidement; il la déconcerta par des paroles fermes et
quelquefois sèches. Il blessa quelques-unes de ses opinions; une sorte
de défiance s'établit entre eux, et, comme ils étaient tous deux
passionnés, cette défiance ne tarda point à se changer en haine.

À Paris, madame de Staël recevait beaucoup de monde, on traitait chez
elle avec liberté toutes les questions politiques. Louis Bonaparte, fort
jeune, la visitait quelquefois, et prenait plaisir à sa conversation;
son frère s'en inquiéta, lui défendit cette société, et le fit
surveiller. On y voyait des gens de lettres, des publicistes, des hommes
de la Révolution, des grands seigneurs. «Cette femme, disait le premier
consul, apprend à penser à ceux qui ne s'en aviseraient point, ou qui
l'avaient oublié.» Et cela était assez vrai. La publication de certains
ouvrages de M. Necker acheva de l'irriter; il la bannit de France, et se
fit un tort réel par cet acte de persécution si arbitraire. Bien plus,
comme rien n'échauffe comme une première injustice, il poursuivit même
les personnes qui crurent devoir lui rendre des soins dans son exil. Ses
ouvrages, à l'exception de ses romans, furent tronqués en paraissant en
France; tous les journaux eurent l'ordre d'en dire du mal; on s'acharna
sur elle sans aucune générosité. Tandis qu'elle était repoussée de son
pays, les étrangers l'accueillaient avec distinction. Son talent se
fortifia des traverses de sa vie, et parvint à un degré d'élévation que
beaucoup d'hommes lui auraient envié. Si madame de Staël avait su
réunir à la bonté de son coeur, à l'éclat, je dirais presque de son
génie, les avantages d'une vie tranquille, elle eût évité la plupart de
ses malheurs, et saisi de son vivant le rang distingué qu'on ne pourra
lui refuser longtemps parmi les écrivains de son siècle. Il y a dans ses
ouvrages des aperçus élevés, forts et utiles, une chaleur qui vient de
l'âme, une vivacité d'imagination quelquefois excessive; elle manque de
clarté et de goût. En lisant ses écrits, on voit qu'ils sont les
résultats d'une nature agitée que l'ordre et la régularité fatiguaient
un peu. Sa vie ne fut point précisément celle d'une femme, et ne pouvait
pas être celle d'un homme; le repos lui a manqué; c'est une privation
sans remède pour le bonheur, et même pour le talent.

Après la première Restauration, madame de Staël est rentrée en France,
au comble de la joie de se retrouver dans sa patrie, et d'y apercevoir
l'aurore du régime constitutionnel qu'elle avait tant souhaité. Le
retour de Bonaparte la frappa de terreur. Elle se vit errante encore une
fois, mais son exil ne dura que _cent jours_. Elle reparut avec le roi;
elle était heureuse, elle venait de marier sa fille au duc de Broglie,
qui unit à la considération de son nom celle que doit obtenir un esprit
sage et distingué; la libération de la France la satisfaisait; ses amis
l'entouraient, le monde se pressait autour d'elle. Ce fut à ce moment
que la mort la frappa, à l'âge de cinquante ans[74]. Le dernier ouvrage
qu'elle n'avait point terminé, et qu'on a publié depuis sa mort, la fait
connaître entièrement[75]. Cet ouvrage peint de même aussi le temps où
elle a vécu, et donne une idée nette et juste du siècle qui l'a
enfantée, qui pouvait seul la produire, et dont elle n'est pas un des
moindres résultats.

J'ai quelquefois entendu Bonaparte parler de madame de Staël. La haine
qu'il lui portait était bien un peu fondée sur cette sorte de jalousie
que lui inspiraient toutes les supériorités dont il ne pouvait se rendre
le maître, et ses discours étaient souvent d'une amertume qui la
grandissait malgré lui, en le rapetissant lui-même pour ceux qui
l'écoutaient dans la plénitude de leur raison.

     [Note 74: En 1817.]

     [Note 75: _Considérations sur la Révolution française_
     (P. R.)]

Tandis que madame de Staël pouvait se plaindre si justement des
poursuites dont elle fut l'objet, il est une autre femme assurément très
inférieure, et moins célèbre, qui n'eut qu'à se louer de la protection
que l'empereur lui accorda. Ce fut madame de Genlis. À la vérité, il ne
trouva chez elle ni talent ni opinions qui lui fussent contraires. Elle
avait aimé et exalté la Révolution; elle sut profiter de toutes ses
libertés. Devenue vieille, un peu prude et dévote, elle s'attacha à
l'ordre, et manifesta par cette raison, ou sous ce prétexte, une
profonde admiration pour Bonaparte. Il en fut flatté; il lui donna une
pension, et l'autorisa à une sorte de correspondance avec lui, dans
laquelle elle l'avertissait de ce qu'elle lui croyait utile, et lui
apprenait de l'ancien régime ce qu'il voulait savoir. Elle aimait et
protégeait M. Fiévée, alors fort jeune écrivain; elle le fit entrer dans
cette correspondance, et ce fut ainsi qu'il s'établit entre lui et
Bonaparte cette sorte de relation dont il s'est vanté depuis. Tout en
tirant parti des admirations de madame de Genlis, Bonaparte la jugeait
assez bien. Il s'exprima une fois sur elle, devant moi, d'une manière
fort piquante, en disant à propos de cette espèce de pruderie qui se
fait remarquer dans tous ses ouvrages: «Quand madame de Genlis veut
définir la vertu, elle en parle toujours comme d'une découverte.»

La Restauration n'a point rétabli de relations entre madame de Genlis et
la maison d'Orléans. M. le duc d'Orléans n'a voulu la voir qu'une fois.
Il s'est contenté de lui continuer la pension de l'empereur.

Ces deux femmes ne furent pas les seules qui publièrent des ouvrages
sous le règne de Bonaparte. J'en pourrais citer quelques-unes, à la tête
desquelles il faudrait mettre madame Cottin, si distinguée par la
chaleur d'une imagination passionnée qui se communiquait à son style;
madame de Flahault, qui épousa, au commencement de ce siècle, M. de
Souza, alors ambassadeur du Portugal, et qui a composé de jolis romans.
Il en est d'autres encore dont on trouvera les noms dans tous les
journaux du temps. Les romans se sont multipliés en France depuis trente
ans, et, par leur lecture seule, on peut assez bien saisir la marche
qu'a suivie l'esprit français depuis la Révolution. Le désordre des
premières années de cette révolution détournèrent d'abord l'esprit de
foules ces jouissances auxquelles il ne prend intérêt que lorsqu'il est
en repos. La jeunesse manqua communément d'éducation, les dissidences
des partis détruisirent l'opinion publique. Dans le moment où ce grand
régulateur avait entièrement disparu, la médiocrité put se montrer sans
inquiétude; on risqua toute espèce d'essais en littérature, et les
conceptions de l'imagination, toujours plus faciles à proportion
qu'elles sont plus bizarres, se publièrent très impunément. Les âmes,
échauffées par les événements, se livraient à une exaltation qu'on
retrouvait surtout dans l'invention des fables et dans le style de nos
romans. La liberté, qui manquait aux hommes, peut seule développer, avec
grandeur et profit pour le génie, les émotions que nos grands orages
politiques leur avaient fait éprouver. Mais, dans tout les temps, sous
tous les règnes, les femmes peuvent parler et écrire sur l'amour, et
chez elles la disposition générale tourna au profit des ouvrages de ce
genre. Ce n'était plus l'élégance régulière de madame de la Fayette, la
recherche spirituelle et fine de madame Riccoboni; on ne s'amusa plus à
décrire les usages des cours, les habitudes d'un état de société à peu
près détruit; mais on représenta des scènes fortes, des sentiments
passionnés, la nature humaine aux prises avec des situations un peu
désordonnées. On dévoila souvent le coeur dans ces fables animées, et
quelques hommes même, pour donner le change à leurs sensations actives
et contenues, se livrèrent aussi à ce genre de composition.

Au reste, il y a quelque chose de vrai et de naturel dans le ton des
ouvrages publiés depuis l'époque dont nous parlons, et, même dans les
romans, l'exaltation a plutôt trop de force que d'affectation. Du moins,
elle n'est point, en général, déviée par un goût faux. L'égarement de
notre Révolution a ébranlé la société française; plus tard cette société
n'a pu se reformer sur les mêmes errements. Chacun des individus qui la
composaient s'est non seulement déplacé, mais a même entièrement changé.
Les usages purement de convention ont à peu près disparu, et les
relations, les discours, les écrits, les tableaux se sont ressentis de
cette différence. On a donc cherché des émotions plus fortes et plus
vraies, parce que le malheur développe l'habitude des sensations
profondes. Bonaparte ne fit rien reculer, mais il comprima. Le retour
d'un ordre régulier dans le gouvernement ramena celui de ce que M. de
Fontanes appelait _les bonnes lettres_. On sentit que le bon goût, la
décence, la mesure devaient entrer pour quelque France, les modèles
passés dont on cherchait à ne point s'écarter, firent que tout ce qu'on
produisit fut en général marqué au coin de l'élégance et de la
correction. Tous ceux qui se mêlaient d'écrire écrivaient à peu près
bien; mais on se tenait dans une prudente médiocrité, car c'est toujours
la force de la pensée qui fait la première qualité du génie, et, quand
la pensée se trouve restreinte, on se borne à perfectionner la
rédaction. On mit donc _toute sa conscience_ à faire le mieux possible
ce qui était permis; de là cette teinte uniforme qui me semble répandue
sur la plupart des ouvrages du commencement de ce siècle. Mais,
aujourd'hui, la liberté qu'on vient d'obtenir pouvant s'étendre sur tous
les points à la fois, ces mêmes progrès de rédaction ne seront point
inutiles, et nous avons légué à nos enfants des habitudes de
perfectionnement d'exécution, dont l'essor du génie s'enrichira à son
tour.

J'ai dit toutefois que, la force nous étant défendue, du moins le
naturel nous resta, et, en effet, on le retrouve dans la plupart des
productions littéraires de notre temps. Le théâtre, qui craignit de
représenter les vices ou les ridicules de chaque classe parce que toutes
les classes étaient recréées nouvellement par Bonaparte et qu'il
fallait partout respecter son ouvrage, se débarrassa de l'afféterie des
temps qui avaient précédé la Révolution. À la tête de nos auteurs
comiques, il faut placer Picard, qui souvent, avec originalité et
gaieté, a donné l'idée des moeurs et des usages de Paris sous le
gouvernement du Directoire; après lui, Duval et quelques auteurs de
jolis opéras-comiques. Nous avons vu naître et mourir des poètes
distingués: Legouvé, qui avait débuté par _la Mort d'Abel_, qui fit,
depuis _la Mort d'Henri IV_, et composa de jolies poésies fugitives;
Arnault, auteur de _Marius à Minturnes_; Raynouard, qui eut un grand
succès dans _les Templiers_; Lemercier, qui débuta par _Agamemnon_, le
meilleur de ses ouvrages; Chénier, dont le talent porta une empreinte
trop révolutionnaire, mais qui montra quelque connaissance du tragique.

Viennent ensuite une foule de poètes[76], tous plus ou moins élèves de
M. Delille, et qui, ayant appris de lui la facilité de rimer élégamment,
célébrèrent les charmes de la campagne, des plaisirs simples et du
repos, au bruit du canon que Bonaparte faisait résonner d'un bout à
l'autre de l'Europe. Je ne m'engagerai point dans une longue
nomenclature qu'on pourra trouver partout. Il se fit de bonnes
traductions. On écrivit peu d'histoires; les temps étaient arrivés où il
eût fallu les tracer fortement, et personne ne s'en fût avisé. On était
heureusement dégoûté de ce ton léger et moqueur de la philosophie du
dernier siècle, qui, renversant toutes les croyances à l'aide du
ridicule, parvint à flétrir les choses les plus sérieuses de la vie, et
fit un dogme intolérant et railleur de l'irréligion. L'expérience du
malheur commençait à repousser l'impiété; l'esprit des hommes se sentait
attiré vers une meilleure route; il l'a toujours suivie, quoique un peu
lentement[77].

     [Note 76: Tels que Esménard, Parseval-Grandmaison, Luce
     de Lancival, Campenon, Michaud, etc.]

     [Note 77: Voici ce que pensait mon père de ce chapitre
     d'histoire littéraire: «Les jugements de ma mère sur la
     littérature et sur les arts pourront paraître un peu
     incohérents. C'est, en effet, sous ce rapport qu'il lui
     restait le plus de ce que j'oserais appeler _les préjugés_ de
     son éducation. Elle avait une admiration de parti pris pour
     Louis XIV, avec des aspirations politiques qui seraient
     insensées, si le gouvernement de Louis XIV était le modèle du
     gouvernement. De même, elle s'était attachée à la régularité
     un peu froide et factice de la littérature de ce règne, au
     point d'en faire le signe et le caractère de la beauté; et
     cependant, ce qu'elle aimait le mieux quand sa conscience
     classique n'était pas avertie, c'étaient les choses fortes et
     vives, naturelles et inattendues. Elle avait, toute jeune,
     préféré Rousseau à tout. Dès qu'elle eut entrevu la lumière
     politique, elle s'enthousiasma pour madame de Staël; les
     nouveautés de Chateaubriand l'avaient séduite. Elle a vu
     poindre l'aurore du mouvement romantique; elle était
     passionnée pour les romans de Walter Scott, pour la
     _Parisina_ et le _Childe Harold_ de Byron, et pour les
     tragédies de Schiller. Cependant elle paraît penser que la
     littérature du temps de la Révolution a été désordonnée,
     applaudir au retour, aux progrès, sous l'Empire, des formes
     du style correct et de la composition décente, et croire
     foncièrement, comme tout son temps au reste, qu'elle avait
     assisté à une renaissance des arts du meilleur aloi.

     »Ce qu'elle dit de Chateaubriand est un peu sec. Elle ne
     parle pas assez du goût qu'elle avait pour son talent et qui
     était assez vif. Il est vrai que son rôle et ses écrits, de
     1815 à 1820, lui déplurent beaucoup, et, comme son caractère
     ne lui avait jamais agréé, elle se laissait aller à quelque
     sévérité à son égard. Elle l'avait attiré chez elle, de loin
     en loin, sous l'Empire. Elle aimait qu'il eût l'air de
     l'apprécier. Il est cependant vrai que sa manière _sèche et
     pincée_ ne lui allait pas; et cette manière, il ne la
     quittait que pour prendre un certain laisser aller moqueur et
     dégoûté, insouciant, voltairien, qu'il n'eut jamais avec
     elle, et qui ne lui aurait pas convenu davantage. C'est sous
     ce dernier aspect de _sans façon_ et d'artiste un peu
     débraillé que le présentait une partie de la société qui
     l'avait assez connu, et notamment Molé, qui avait eu avec lui
     quelque camaraderie. Dans ce qu'on pourrait appeler _la
     société du faubourg Saint-Honoré_, on jugeait Chateaubriand
     sévèrement. Ma mère avait vécu loin de madame de Staël; elle
     avait contre elle les préventions de son éducation et de sa
     société. Elle n'en entendit guère parler à gens qui l'eussent
     connue qu'à M. de Talleyrand, qui s'en moquait, et qui était
     mal pour elle. Comme nos impressions sont beaucoup moins
     indépendantes de nos opinions qu'il ne le faudrait, celles de
     ma mère l'empêchèrent d'abord de sentir aussi vivement
     l'esprit et le talent de madame de Staël qu'elle ne l'aurait
     dû avec sa propre nature. Ce n'est pas qu'elle n'aimât
     _Corinne_ et _Delphine_; mais elle craignait de les aimer, et
     ce n'était jamais qu'avec des scrupules et des restrictions
     qu'on se laissait aller, du temps de sa jeunesse, à
     l'admiration d'ouvrages où l'on croyait entrevoir quelque
     influence de la philosophie ou de la Révolution. Tout cela
     était fort changé en 1818. Il y a cependant des traces
     marquées de l'ancienne manière dont ma mère la jugeait dans
     ce qu'elle dit ici de sa personne, et même de ses écrits. Je
     ne puis m'empêcher de sourire un peu quand je la vois donner
     le _repos_ comme une des conditions du talent. C'est bien là
     une idée du XVIIe siècle, ou plutôt de la manière dont les
     rhéteurs du temps nous faisaient juger le XVIIe siècle.» (P.
     R.)]

Les arts, qui n'ont pas tant besoin de liberté que les lettres, n'ont
pas cessé de faire des progrès. Mais j'ai déjà dit ailleurs qu'ils ont
eu pourtant leur part de la gêne générale. Parmi nos plus fameux
peintres, on a compté David, qui malheureusement flétrit sa réputation
en se livrant aux plus dégoûtants égarements de l'enivrement
révolutionnaire. Après avoir refusé en 1792 de peindre Louis XVI, parce
que, disait-il, il ne voulait point que son pinceau retraçât les traits
d'un tyran, il se soumit de fort bonne grâce devant Bonaparte, et le
représenta sous toutes les formes. Viennent ensuite: Gérard, qui a l'ait
tant de portraits historiques, une immortelle _Bataille d'Austerlitz_,
et tout à l'heure une _Entrée de Henri IV à Paris_, qui a remué toutes
les émotions vraiment françaises; Girodet, si recommandable par la
pureté de son dessin et la hardiesse de ses conceptions; Gros, peintre
éminemment dramatique; Guérin, dont le pinceau ébranle toutes les
facultés sensibles de l'âme; Isabey, si habile et si spirituel dans ses
miniatures; une foule d'autres encore, dans tous les genres.

L'empereur les protégea tous. La peinture se saisit des sujets qui
pouvaient animer ses pinceaux; l'argent fut prodigué aux artistes. La
Révolution les avait placés dans la société; ils y occupèrent un rang
agréable et quelquefois utile; ils dirigèrent la marche élégante du
luxe; et, en même temps, s'animant sur les parties poétiques de notre
Révolution et du règne impérial, ils les exploitèrent à leur profit.
Bonaparte pouvait bien glacer l'expression des pensées fortes, mais il
excitait les imaginations, et cela suffit à la plupart des poètes, et à
tous les peintres.

Les progrès des sciences ne furent nullement interrompus. Celles-ci
n'inspirent aucune défiance, et sont utiles à tous les gouvernements.
L'Institut de France compte des hommes fort distingués. Bonaparte les
caressa tous; il en enrichit quelques-uns; il les décora même de ses
nouvelles dignités. Il en fit entrer dans son Sénat. Il me semble que
c'était faire honneur à ce corps, et que cette idée avait de la
grandeur. Les savants n'ont, au reste, pas montré sous son règne plus
d'indépendance que les autres classes. Le seul Lagrange, que Bonaparte
fit aussi sénateur, vécut cependant assez loin de lui; mais MM. de
Laplace, Lacépède, Monge, Berthollet, Cuvier et quelques autres
acceptèrent ses faveurs avec empressement, et les payèrent d'une
admiration soutenue.

Par une sorte de conscience, je ne terminerai point ce chapitre sans
dire un mot d'un grand nombre de musiciens qui ont aussi fait honneur à
leur art. La musique s'est fort perfectionnée en France. Bonaparte avait
pour l'école italienne un goût particulier. Les dépenses qu'il put faire
et qu'il fit pour la transporter en France, nous furent utiles,
quoiqu'il mît bien encore quelque chose de sa fantaisie dans la
distribution de ses faveurs. Par exemple, il repoussa toujours
Cherubini, parce que celui-ci, mécontent une fois d'une critique de
Bonaparte, qui n'était encore que général, lui avait répondu un peu
brusquement, «qu'on pouvait être habile sur le champ de bataille et ne
point se connaître en harmonie». Il avait pris en gré Lesueur[78]. Il
s'emporta au moment de la distribution des prix décennaux, parce que
l'Institut ne proclama point ce compositeur, comme ayant mérité le prix.
Mais, en général, il protégea fortement cet art. Je l'ai vu recevoir à
la Malmaison le vieux Grétry, et le traiter avec une distinction
remarquable.

Grétry, Dalayrac, Méhul, Berton, Lesueur, Spontini, d'autres encore se
distinguèrent sous l'Empire et reçurent des récompenses pour leurs
ouvrages[79].

     [Note 78: Auteur des opéras des _Bardes_ et de _Trajan_.]

     [Note 79: Il est fort regrettable que ma grand'mère, qui
     était bonne musicienne et qui faisait de jolies romances,
     n'ait point donné plus de développement à son jugement sur
     les musiciens de son temps. Pour l'empereur, je trouve dans
     sa correspondance des lettres intéressantes à ce sujet. Les
     voici:

     «Monsieur Fouché, je vous prie de me faire connaître ce que
     c'est qu'une pièce de _Don Juan_ qu'on veut donner à l'Opéra,
     et pour laquelle on m'a demandé l'autorisation de la dépense.
     Je désire connaître votre opinion sur cette pièce sous le
     point de vue de l'esprit public.--Bologne, 4 messidor an XIII
     (23 juin 1805).»


     Ludwigsburg, 12 vendémiaire an XIV (4 octobre 1805)


     «Mon frère, je pars cette nuit. Les événements vont devenir
     tous les jours plus intéressants. Il suffit que vous fassiez
     mettre dans _le Moniteur_ que l'empereur se porte bien, qu'il
     était encore vendredi, 12 vendémiaire, à Ludwigsburg, que la
     jonction de l'année avec les Bavarois est faite. J'ai entendu
     hier au théâtre de cette cour l'opéra allemand de _Don Juan_;
     j'imagine que la musique de cet opéra est la même que celle
     de l'opéra qu'on donne à Paris; elle m'a paru fort bonne.» Le
     même jour il écrivait au ministre de l'intérieur:

     «Monsieur Champagny, je suis ici à la cour de Wurtemberg, et,
     tout en faisant la guerre, j'y ai entendu hier de très bonne
     musique. Le chant allemand m'a paru cependant un peu baroque.
     La réserve marche-t-elle? Où en est la conscription de l'an
     XIV?» (P. R.)]

De même, les comédiens furent largement protégés. Ce que j'ai dit de la
tendance de nos écrivains, peut aussi s'appliquer à l'art du théâtre. Le
naturel a gagné dans la diction sur notre scène depuis la Révolution. Le
goût a repoussé le gourmé dans le ton tragique, l'affectation dans la
comédie. Talma et mademoiselle Mars ont surtout poussé fort loin
l'alliance de l'art et de la nature. L'aisance, unie à la force, s'est
aussi introduite dans la danse. Enfin, on peut dire qu'il y a de la
simplicité, de l'élégance et de l'ensemble dans le système du goût
français aujourd'hui, et que toutes les faussetés de fantaisie et de
convention ont disparu.

FIN DU TOME DEUXIÈME.

       *       *       *       *       *

F. Aureau--Imprimerie de Lagny.



TABLE
DU TOME DEUXIÈME.


LIVRE PREMIER.
(Suite.)

CHAPITRE VIII. 1804. Pages Procès du général Moreau.--Condamnation de
MM. de Polignac, de Rivière, etc.--Grâce de M. de Polignac.--Lettre de
Louis XVIII.

CHAPITRE IX. 1804.

Organisation de la flotte de Boulogne.--Article du _Moniteur_.--Les
grands officiers de la couronne.--Les dames du palais.--L'anniversaire
du 14 juillet.--Beauté de l'impératrice.--Projets de
divorce.--Préparatifs du couronnement.

CHAPITRE X. Décembre 1804.

Arrivée du pape à Paris.--Plébiscite.--Mariage de l'impératrice.--Le
couronnement.--Fêtes au champ de Mars, à l'Opéra, etc.--Cercles de
l'impératrice.

Pages CHAPITRE XI. 1805.

Bonaparte amoureux.--Madame de X...--Madame de Damas.--Confidences de
l'impératrice.--Intrigues du palais.--Murat est élevé au rang de
prince.

LIVRE II.

1805-1808.

CHAPITRE XII. 1805.

Ouverture de la session du Sénat.--Rapport de M. de Talleyrand.--Lettre
de l'empereur au roi d'Angleterre.--Réunion de la couronne d'Italie à
l'Empire.--Madame Bacciochi devient princesse de
Piombino.--Représentation d'_Athalie_.--Voyage de l'empereur en
Italie.--Mécontentement de l'empereur.--M. de Talleyrand.--Projets de
guerre contre l'Autriche.

CHAPITRE XIII. 1805.

Fêtes de Vérone et de Gênes.--Le cardinal Maury.--Ma vie retirée à la
campagne.--Madame Louis Bonaparte.--_Les Templiers_.--Retour de
l'empereur.--Ses amusements.--Mariage de M. de Talleyrand.--La guerre
est déclarée.

CHAPITRE XIV. 1805.

M. de Talleyrand et M. Fouché.--Discours de l'empereur au Sénat.--Départ
de l'empereur.--Les bulletins de la grande armée.--Misère de Paris
pendant la guerre.--L'empereur et les maréchaux.--Le faubourg
Saint-Germain.--Trafalgar.--Voyage de M. de Rémusat à Vienne.

Pages CHAPITRE XV. 1805.

Bataille d'Austerlitz.--L'empereur Alexandre.--Négociations.--Le prince
Charles.--M. d'André.--Disgrâce de M. de
Rémusat.--Duroc.--Savary.--Traité de paix.

CHAPITRE XVI 1805-1806.

État de Paris pendant la guerre.--Cambacérès.--Le Brun.--Madame Louis
Bonaparte.--Mariage d'Eugène de Beauharnais.--Bulletins et
proclamations.--Goût de l'empereur pour la reine de Bavière.--Jalousie
de l'impératrice.--M. de Nansouty.--Madame de ***.--Conquête de
Naples.--La situation et le caractère de l'empereur.

CHAPITRE XVII. 1806.

Mort de Pitt.--Débats du Parlement anglais.--Travaux
publics.--Exposition de l'industrie.--Nouvelle
étiquette.--Représentation de l'Opéra et de la Comédie
française.--Monotonie de la cour.--Sentiments de l'impératrice.--Madame
Louis Bonaparte.--Madame Murat.--Les Bourbons.--Les nouvelles dames du
palais.--M. Molé.--Madame d'Houdetot.--Madame de Barante.

CHAPITRE XVIII 1806.

Liste civile de l'empereur.--Détails sur sa maison et sur ses
dépenses.--Toilettes de l'impératrice et de madame Murat.--Louis
Bonaparte.--Le prince Borghèse.--Les fêtes de la cour.--La famille de
l'impératrice.--Mariage de la princesse Stéphanie.--Jalousie de
l'impératrice.--Spectacles de la Malmaison.
325

Pages CHAPITRE XIX. 1806.

La cour de l'empereur.--Maison ecclésiastique.--Maison militaire.--Les
maréchaux.--Les femmes.--Delille.--Chateaubriand.--Madame de
Staël.--Madame de Genlis.--Les romans.--La littérature.--Les
arts.

FIN DE LA TABLE DU TOME DEUXIÈME.

       *       *       *       *       *

Paris.--Charles UNSINGER, imprimeur, 83, rue du Bac.

[Illustration: partition musicale.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de madame de Rémusat (2/3) - publiées par son petit-fils, Paul de Rémusat" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home