Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires de madame de Rémusat (3/3) - publiées par son petit-fils, Paul de Rémusat
Author: Rémusat, Claire de (Claire Élisabeth Jeanne Gravier de Vergennes de), 1780-1824
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de madame de Rémusat (3/3) - publiées par son petit-fils, Paul de Rémusat" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES
DE
MADAME DE RÉMUSAT

1802-1808


PUBLIÉS PAR SON PETIT-FILS
PAUL DE RÉMUSAT
SÉNATEUR DE LA HAUTE-GARONNE

III


PARIS
CALMANN LÉVY, ÉDITEUR
ANCIENNE MAISON MICHEL LÉVY FRÈRES
RUE AUBER, 3, ET BOULEVARD DES ITALIENS, 15
À LA LIBRAIRIE NOUVELLE

1880

Droits de reproduction et de traduction réservés.



PRÉFACE DU TOME TROISIÈME.


Dans le premier volume de ces Mémoires j'ai tenté de retracer les
principaux événements de la vie de ma grand'mère, et j'ai raconté les
circonstances qui l'ont décidée à récrire le manuscrit malheureusement
brûlé en 1815. Il m'a paru nécessaire, pour que ses opinions fussent
justement comprises et appréciées, d'expliquer comment elle avait été
élevée, quels étaient ses parents, pour quelles raisons elle était venue
à la cour, par quels enthousiasmes, quelles espérances, quels
désenchantements elle avait passé; comment peu à peu des opinions plus
précises et plus libérales l'avaient envahie, et quelle influence son
fils, arrivant à la vie du monde et de la politique, avait exercée sur
elle. Quelle que soit sa confiance dans le succès d'une publication,
l'éditeur doit mettre toutes les chances de son côté, et tout expliquer,
pour être sûr, ou à peu près, que tout soit compris. C'était d'autant
plus nécessaire cette fois, qu'élevé dans les mêmes sentiments, habitué
à voir les mêmes opinions et les mêmes anecdotes reproduites autour de
lui, sous des formes analogues, cet éditeur pouvait craindre de se
tromper sur la valeur ou le succès de ces souvenirs. Les parents
apprécient malaisément l'esprit ou les traits de leurs proches. Beautés
ou génies de famille, de coterie ou de coin du feu, s'effacent ou
s'atténuent parfois au grand jour. Il était donc sage d'expliquer avec
soin tout ce qui pouvait instruire le lecteur, le faire pénétrer dans la
vie intime de l'auteur, et justifier celui-ci sur ce mélange, parfois
contradictoire, d'admiration et de sévérité. Il eût été naturel d'y
joindre une appréciation du talent de l'écrivain et du caractère de son
héros. C'est là sans doute l'objet d'une préface véritable, qui,
dit-on, doit précéder tout ouvrage sérieux. Mais cette préface, je me
suis bien gardé de l'écrire, me réservant de donner celle qui, pour le
public comme pour moi, rehausse le prix de l'ouvrage tout entier. Mon
père l'avait faite, il y a plus de vingt ans, et je la puis imprimer,
maintenant que le succès a justifié ses prévisions et nos espérances.

Quand mon père écrivait les pages qu'on va lire, le second empire durait
encore, et rien ne semblait en menacer l'existence. Pour en croire la
chute possible ou probable, il fallait une confiance persistante dans
les principes inéluctables de justice et de liberté. Depuis, les temps
se sont accomplis, et les événements ont marché plus vite qu'on ne le
pouvait prévoir. Les mêmes fautes ont amené les mêmes revers. La pensée
indécise et obscure de Napoléon III l'a conduit où s'est perdu le génie
brillant et ferme du grand empereur. Mon père a pu revoir pour la
troisième fois l'étranger dans Paris, et la France vaincue cherchant
dans la liberté une consolation à la défaite. Il a souffert de nos
malheurs, comme il en souffrait cinquante ans plus tôt, et il a eu le
cruel honneur d'en réparer une partie, de hâter le jour où notre sol
serait définitivement délivré. Il a enfin contribué à fonder sur tant de
ruines un gouvernement libre et populaire. Ni les dernières années de
l'Empire, ni la guerre, ni la Commune, ni l'avènement de la République,
si difficile à travers les partis, n'avaient changé ses convictions, et
il penserait aujourd'hui comme il écrivait il y a vingt-deux ans, sur
les misères du pouvoir absolu, sur la nécessité d'apprendre aux nations
ce que leur coûtent les conquérants, sur le droit de sa mère à écrire
ses impressions, et sur le devoir pour son fils de les publier.

PAUL DE RÉMUSAT.



II


«Lafitte, novembre 1857

»Je reprends, après un long temps écoulé, le manuscrit de ces Mémoires,
composés par ma mère il y aura bientôt quarante ans. Je relis avec
attention cet ouvrage, que je lègue, avec le devoir de le publier, à mes
fils et à leurs enfants. Ce sera, je crois, un utile témoignage
historique. Ce sera certainement, avec sa correspondance, le plus
intéressant monument de l'esprit, je ne dis pas assez, de l'âme d'une
femme supérieure et bonne. Il me semble qu'il perpétuera le souvenir de
ma mère.

»À quelque époque que ces Mémoires paraissent, j'augure qu'ils ne
trouveront pas le public entièrement prêt à les accueillir sans
réclamation, et avec une satisfaction complète de tout point. Lors même
que la restauration impériale, à laquelle nous assistons, n'aurait pas
un long avenir, et ne serait pas, ce que j'espère, le gouvernement
définitif de la France de la Révolution, je soupçonne que, soit équité,
soit orgueil, soit faiblesse, soit illusion, la France, prise en masse,
entretiendra assez constamment de Napoléon une opinion un peu exaltée,
qui se prêtera mal au libre examen de la politique et de la philosophie.
Il est de cette nature de grands hommes qui se placent du premier coup
dans la sphère de l'imagination plutôt que dans celle de la raison, et
pour lui la poésie a devancé l'histoire. Puis, par une sympathie un peu
puérile, par une générosité un peu humble, la nation a presque toujours
refusé de lui imputer les maux affreux qu'il a attirés sur elle. C'est
lui qu'elle plaint le plus des malheurs qu'elle a soufferts, et il lui a
paru comme la plus touchante et la plus noble victime des calamités dont
il a été l'auteur. Je sais quels sentiments, excusables et même louables
en un sens, ont pu conduire la France populaire à cette méprise étrange;
mais je sais aussi que la vanité nationale, un certain défaut de sérieux
dans l'esprit, une légèreté peu soucieuse de la raison et de la justice,
sont pour beaucoup dans cette erreur d'un patriotisme peu éclairé.

»En effet, laissons de côté la question de la liberté, puisque, enfin,
la nation aime, selon les temps, à résoudre diversement cette question,
et se fait gloire par intervalles de tenir la liberté pour néant; ne
parlons que le langage de l'indépendance nationale. Comment peut-il
être, aux yeux du peuple, le héros de cette indépendance, celui qui a
deux fois amené l'étranger vainqueur dans la capitale de la France, dont
le gouvernement est le seul depuis cinq cents ans, le seul depuis
l'insensé Charles VI, qui ait laissé la France plus petite qu'il ne
l'avait reçue? Louis XV même et Charles X ont mieux fait.

»Quoi qu'il en soit, je conjecture que la multitude tiendra à son erreur
et _non auferetur ab ea_. Il est donc peu probable que l'esprit dans
lequel ma mère a écrit soit jamais populaire, et tous ses lecteurs ne
seront pas convaincus. Je m'y attends; mais je crois aussi que, dans le
monde où l'on pense, la vérité se fera jour. L'infatuation ne durera pas
sans fin, et, nonobstant certains préjugés opiniâtres, il se formera,
surtout si la liberté revient enfin et nous reste, une opinion éclairée
qui ne jettera aux pieds d'aucune gloire les droits de la raison et de
la conscience publique.

»Mais, devant ces juges plus impartiaux, ma mère le paraîtra-t-elle
assez? Je le crois, s'ils tiennent compte du temps, et se replacent au
sein des sentiments et des idées qui ont inspiré l'écrivain.

»Je n'ai point d'hésitation à livrer ces Mémoires au jugement du monde.
«Plus je vais,» m'écrivait ma mère, «plus je me convaincs que, jusqu'à
ma mort, vous serez mon seul lecteur, et cela me suffit[1]». Et
ailleurs: «Votre père dit qu'il ne connaît personne à qui je puisse
montrer ce que j'écris. Il prétend que personne ne pousse plus loin que
moi le talent d'être _vraie_: c'est son expression. Or donc, je n'écris
pour personne. Un jour, vous trouverez cela dans mon inventaire, et vous
en ferez ce que vous voudrez.» Ce n'était pas qu'elle n'eût quelques
craintes: «Mais savez-vous une réflexion qui me travaille quelquefois?
Je me dis: S'il arrivait qu'un jour mon fils publiât tout cela, que
penserait-on de moi? Il me prend une inquiétude qu'on ne me crût
mauvaise, ou du moins malveillante. Je sue à chercher des occasions de
louer. Mais cet homme a été si _assommateur_ de la vertu, et nous nous
étions si abaissés, que bien souvent le découragement prend à mon âme,
et le cri de la vérité me pousse; je ne connais personne que vous à qui
je voulusse livrer de pareilles confidences[2].»

     [Note 1: Lettre du 24 avril 1819. J'ai déjà cité cette
     lettre et les suivantes dans l'introduction du premier
     volume. (P. R.)]

     [Note 2: Lettres du 10 septembre et du 8 octobre 1818.
     (P. R.)]

»Je me tiens par ces passages formellement autorisé à léguer au public
l'ouvrage que ma mère m'a laissé en dépôt; et, quant aux opinions dont
il est rempli, les prenant à mon compte, je m'expliquerai librement sur
l'empereur et sur l'Empire. Et je n'en parlerai pas au point de vue
purement politique. Je hais le despotisme, et tout ce que j'en dirais
serait ici sans valeur, puisqu'il s'agit de savoir comment on devait
encore juger l'un et l'autre, quand on avait applaudi au 18 brumaire et
partagé l'empressement confiant de la nation à se départir dans les
mains d'un seul homme du soin de ses propres destinées. Je parle donc
morale, et non politique.

»Traitons d'abord de l'empereur, et n'en parlons qu'avec ceux qui, tout
en trouvant en lui de grands sujets d'admiration, consentent à juger ce
qu'ils admirent.

»Il était vulgaire, sous son règne, de dire qu'il méprisait les hommes.
Les motifs qu'il donnait à l'appui de sa politique, dans ses
conversations, n'étaient pas, en effet, pris d'ordinaire dans les plus
nobles qualités du coeur humain; mais ce qu'il connaissait à merveille,
c'est l'imagination des peuples. Or l'imagination est naturellement
séduite par les belles et grandes choses, et celle de l'empereur, vive
et forte, n'était pas plus qu'une autre inaccessible à ce genre de
séduction. Et comme ses facultés extraordinaires le rendaient capable de
belles et grandes choses, il les employait, avec d'autres, pour captiver
l'imagination de la France, du monde, de la postérité. De là la part
vraiment admirable de sa puissance et de sa vie, et qui n'en considère
que cela ne saurait le placer trop haut. Cependant, un observateur
sévère démêlera que c'est l'intelligence de l'imagination et
l'imagination même, plus que le sentiment purement moral du juste et du
bien, qui ont tout fait. Prenez pour exemple la religion: ce n'est point
sa vérité, c'est son influence et son prestige qui ont dicté ce qu'il a
fait pour elle, et ainsi du reste. Ce n'est pas tout. Dans sa science
méprisante de l'humanité, il lui connaissait deux autres ressorts: la
vanité et l'intérêt; et il s'est appliqué avec une incontestable
habileté à les manier en maître. Tandis que, par l'éclat de ses actions,
par la gloire de ses armes, par une certaine décoration des principes
conservateurs des sociétés, il donnait à son gouvernement ce qu'il
fallait pour que l'amour-propre ne rougît pas de s'y attacher, il
ménageait, il caressait, il exaltait même d'autres sentiments plus
humbles, qui peuvent être souvent irréprochables, mais qui ne sont pas
des principes d'héroïsme et de vertu. L'amour du repos, la crainte de la
responsabilité, la préoccupation des douceurs de la vie privée, le
désir du bien-être et le goût de la richesse, tant chez l'individu que
dans la famille, enfin toutes les faiblesses qui suivent souvent ces
sentiments, quand ils sont exclusifs, trouvaient en lui un protecteur.
C'est à ce point de vue qu'il était surtout pris par l'opinion comme le
main teneur nécessaire de l'ordre. Mais, quand on gouverne les hommes
par les mobiles que je viens de rappeler, et qu'on n'est pas soutenu ou
contenu par le sentiment de la pure et vraie gloire, par l'instinct
d'une âme naturellement franche et généreuse, il est trop facile
d'arriver à penser que l'imagination, la vanité, l'intérêt se payent de
fausse monnaie comme de bonne; que les abus de la force, que les
semblants de la grandeur, que le succès à tout prix obtenu, que la
tranquillité maintenue par l'oppression, la richesse distribuée par la
faveur, la prospérité réalisée par l'arbitraire ou simulée par le
mensonge, qu'enfin tous les triomphes de l'artifice ou de la violence,
tout ce que le despotisme peut arracher à la crédulité et à la crainte,
sont des choses qui réussissent aussi parmi les hommes, et que le monde
est souvent, sans trop de résistance, le jouet du plus fort et du plus
fin. Or rien dans la nature de l'empereur ne l'a préservé de la
tentation que fait toujours éprouver au pouvoir l'emploi de pareils
moyens. Non content de mériter la puissance, il a, quand il ne pouvait
la mériter, consenti à l'extorquer ou à la dérober. Il n'a pas distingué
la prudence de la ruse, ni l'habileté du machiavélisme. Enfin, la
politique est toujours sur la voie de la fourberie, et Napoléon a été un
fourbe.

»La fourberie est, selon moi, ce qui dégrade le plus l'empereur, et
malheureusement avec lui son empire. C'est par ce côté qu'il est fâcheux
pour la France de lui avoir obéi, pour les individus de l'avoir servi,
quelque gloire que la nation ait gagnée, quelque probité et quelque
talent que les individus aient montrés. On ne peut complètement effacer
le malheur d'avoir été la dupe ou le complice, dans tous les cas
l'instrument, d'un système dans lequel la ruse tenait autant de place
que la sagesse et la violence que le génie, d'un système que la ruse et
la violence devaient conduire aux extrémités d'une politique insensée.
Voilà ce dont la France ne veut pas convenir, et c'est un peu dans
l'intérêt de son amour-propre qu'elle exalte la gloire de Napoléon.

»Quant aux individus, eux aussi, ils ont dû naturellement ne pas
s'humilier de ce qu'ils avaient fait ou subi. Ils ont eu raison de ne
pas se reprocher publiquement ce que la nation ne leur reprochait pas,
et d'opposer des services loyalement rendus, l'honnêteté, le zèle, le
dévouement, la capacité, le patriotisme qu'ils avaient manifestés dans
les fonctions publiques, aux reproches outrageants de leurs adversaires,
aux incriminations de partis frivoles ou corrompus, qui avaient moins
fait ou qui avaient fait pis. Les souvenirs de la Convention ou ceux de
l'émigration ne pouvaient en conscience leur être opposés avec avantage,
et, après tout, ils ont bien fait de ne point rougir de leur cause. Leur
justification est dans quelques mots de Tacite, qui, jusque sous le
despotisme, pense que la louange est due, chez le fonctionnaire capable
et ferme, même à ce qu'il appelle _obsequium et modestia_[3].

     [Note 3: _Agricola_, XLII. Je me rappelle que, lorsque je
     lus ces deux mots dans Tacite, je les ai tout de suite
     appliqués à mon père. Ils lui allaient parfaitement.]

»Ces derniers mots conviennent aux honnêtes gens qui ont, comme mes
parents, servi l'empereur sans bassesse et sans éclat. Mais cependant,
lorsque, sous son règne même, les yeux s'étaient ouverts sur le
caractère de son despotisme; lorsque la plainte de la patrie expirante
avait été entendue; lorsque plus tard, en réfléchissant sur la chute
d'un pouvoir dictatorial et sur l'avènement d'un pouvoir
constitutionnel, on s'était élevé à l'intelligence de cette politique
qui ne pose point en ennemis le gouvernement et la liberté, il était
impossible de ne pas revenir avec quelque embarras, avec quelque
amertume de coeur, sur ces temps où l'exemple, la confiance,
l'admiration, l'irréflexion, une ambition permise, avaient poussé et
maintenu de bons citoyens parmi les serviteurs du pouvoir absolu. Pour
qui ne cherche pas à s'aveugler et veut être franc avec lui-même, il est
impossible de se dissimuler ce que la dignité de l'esprit et du
caractère perd sous la pression d'un despotisme même glorieux et
nécessaire, surtout dur et insensé. On n'a rien à se reprocher sans
doute, il le faut ainsi; mais on ne peut se louer ni s'enorgueillir de
ce qu'on a fait, ni de ce qu'on a vu, et plus l'âme s'est
consciencieusement ouverte enfin aux croyances de la liberté, plus on
reporte avec douleur ses yeux sur le temps où elle y demeurait fermée,
vers le temps de la servitude volontaire, comme l'appelait la Boëtie.

»Ce qu'il n'eût été ni nécessaire ni convenable de dire de soi à ses
contemporains et de ceux-ci à eux-mêmes, c'est un devoir que de l'avouer
franchement quand on écrit pour soi et pour l'avenir. Ce que la
conscience a ressenti et révélé, ce qu'ont enseigné l'expérience et la
réflexion, il faut le tracer, ou ne pas écrire. La vérité libre, la
vérité désintéressée, telle est la muse des mémoires. C'est ainsi que
ma mère a conçu les siens.

»Elle avait cruellement souffert pendant les années où ses sentiments
étaient en opposition avec ses intérêts, et où il n'eût été possible de
faire triompher les premiers des seconds que _per abrupta_, comme dit
Tacite parlant de cela même, _sed in nullum reipublicæ usum_[4]. Ce
genre d'entreprises n'est jamais, d'ailleurs, le lot d'une femme, et,
dans une lettre remarquable que ma mère écrivait à une de ses amies[5],
elle lui disait que les femmes du moins avaient toujours la ressource de
dire dans le palais de César:

        Mais le coeur d'Émilie est hors de ton pouvoir.

»Et elle lui avouait que ce vers avait été sa consolation secrète.

     [Note 4: _Agric._ XLII.]

     [Note 5: Madame de Barante.]

»Sa correspondance fera connaître dans leurs moindres nuances, dans
leurs derniers replis, les sentiments de cette âme si pure et si vive.
On y verra combien elle unissait de généreuse bienveillance à
l'observation clairvoyante de toutes ces faiblesses, de toutes ces
misères de notre nature qui font spectacle au peintre des moeurs. On y
verra aussi combien, après l'avoir fait beaucoup souffrir, Napoléon
avait gardé de place dans sa pensée; combien ce souvenir l'émouvait
encore, et comme, à la peinture des maux de son exil à Sainte-Hélène,
elle se sentait attendrie et troublée. Lorsque, dans l'été de 1821, on
apprit à Paris la mort de Napoléon, je l'ai vue fondre en larmes, et
s'attrister toujours en le nommant. Quant aux hommes de son temps, je ne
dirai qu'une chose: c'est à la cour qu'elle avait appris à les
connaître. Le souvenir qu'elle en avait conservé ne la laissait pas en
paix. Je crois avoir raconté quelque part un petit fait qui frappa
beaucoup les assistants. C'était dans le temps de la vogue de
l'imitation française de la _Marie Stuart_ de Schiller. Il y a une scène
où Leicester repousse, en feignant de ne pas le connaître, un jeune
homme dévoué qui, comptant sur ses secrets sentiments, vient lui
proposer de sauver la reine d'Écosse. Talma jouait admirablement cette
lâcheté hautaine du courtisan qui désavoue sa propre affection, de peur
d'être compromis, et repousse par l'insolence l'homme qui lui fait peur.

        Que voulez-vous de moi?... je ne vous connais pas.

»L'acte finissait, et, dans la loge où nous étions, tout le monde était
frappé de cette scène, et ma mère émue laissait échapper des paroles
dont le sens était: «Et c'était ainsi!... et j'ai vu cela!» Lorsque tout
à coup parut à la porte de la loge M. de B ***, à qui nulle application
particulière ne pouvait assurément être adressée, mais, enfin, qui avait
été chambellan de l'empereur. Ma mère n'y tint plus. Elle disait à
madame de Catellan: «Si vous saviez, madame!...» et elle pleurait!

»On pourrait dire que cette disposition même a pu la porter à forcer la
couleur de ses tableaux. Je ne le pense pas. Saint-Simon a peint une
cour aussi, et le despotisme y était plus décent, plus régulier, et les
caractères peut-être un peu plus forts que de nos jours. Que fait-il
pourtant, sinon justifier, par la peinture de la réalité, ce que les
prédicateurs de son temps et les moralistes de tous les temps ont dit de
la cour en général? L'exagération de Saint-Simon est dans le langage.
D'un défaut il fait un vice; d'une faiblesse, une lâcheté; d'une
négligence, une trahison, et d'une platitude, un crime. L'expression
n'est jamais assez forte pour sa pensée, et c'est son style qui est
injuste, plutôt que son jugement.

»Citons encore une personne d'un esprit plus modéré, plus réservée dans
son langage, et qui certes avait ses raisons pour voir avec plus
d'indulgence que Saint-Simon le monde où vivait Louis XIV. Comment
madame de Maintenon parlait-elle de la cour? «Quant à vos amies de la
cour,» écrivait-elle à mademoiselle de Glapion, «elles sont toujours par
terre, et si vous voyiez ce que nous voyons, vous vous trouveriez
heureuse de ne voir (à Saint-Cyr) que des travers, des entêtements ou
des manques de lumières, pendant que nous voyons des assassinats, des
envies, des rages, des trahisons, des avarices insatiables, des
bassesses, qu'on veut couvrir du nom de grandeur, de courage, etc.; car
je m'emporterais en ne faisant même que d'y penser[6].» Les jugements de
ma mère sont fort au-dessous de la vivacité de ce langage. Mais, comme
Saint-Simon, comme madame de Maintenon, elle avait raison en général de
penser qu'une personnalité constante qui se trahit par la crainte, la
jalousie, la complaisance, la flatterie, l'oubli des autres, le mépris
de la justice et le besoin de nuire, règne à la cour des rois absolus,
et que l'amour-propre et l'intérêt sont les deux clefs de tout le secret
des courtisans. Ma mère n'en dit pas davantage; et sa diction, sans être
froide et pâle, n'outre jamais les choses, et laisse, à presque tout ce
qu'elle est obligée de raconter, cette excuse de la faiblesse humaine
mise aux prises avec le mauvais exemple, la tentation de la fortune, et
la séduction d'un tout-puissant qui ne tient pas à rendre l'obéissance
honorable. Ce n'est pas sans raison que, lorsque nous parlons de
l'Empire, nos éloges vont presque exclusivement s'adresser à ses armées,
parce qu'au moins, dans le métier de la guerre, l'intrépide mépris de la
mort et de la souffrance est une telle victoire remportée sur l'égoïsme
de la vie usuelle, qu'elle couvre ce que cet égoïsme peut suggérer, aux
militaires eux-mêmes, de fâcheux sacrifices à l'orgueil, à l'envie, à la
cupidité, à l'ambition.

     [Note 6: Lettre 578, p. 426, t. II, édit. de 1857.]

»Voilà des siècles que les historiens et les moralistes s'efforcent de
peindre de ses vraies couleurs tout le mal qui croît incessamment, dans
la sphère du gouvernement, surtout à l'ombre, ou, si Louis XIV l'exige,
_au soleil_ du pouvoir absolu. Il est étrange, en effet, combien ce qui
devrait ne mettre en jeu que le dévouement et placer l'utilité de tous
au-dessus de l'intérêt personnel, je veux dire le service de l'État,
fournit à l'égoïsme humain d'occasions de faillir et de moyens de se
satisfaire en se dissimulant. Mais apparemment qu'on ne l'a pas assez
dit, car je n'ai pas vu que le mal fût près de finir ni de diminuer. La
vérité seule, incessamment montrée à l'opinion publique, peut l'armer
contre les mensonges dont l'esprit de parti et la raison d'État élèvent
le nuage devant les misères du monde politique. Les peuples ne sauront
jamais assez à quel prix l'insolence humaine leur vend le service
nécessaire d'un gouvernement. Dans les temps de révolutions surtout, le
malheur rend quelquefois indulgent pour les régimes qui ont succombé, et
le régime vainqueur couvre d'un voile trompeur tout ce qui ferait haïr
sa victoire. Il faut que des écrits sincères fassent du moins, un jour,
tomber tous les masques, et laissent à toutes nos faiblesses la crainte
salutaire d'être un jour dévoilées.»



MÉMOIRES DE MADAME DE RÉMUSAT



LIVRE SECOND (Suite.)



CHAPITRE XX.

(1806.)


Sénatus-consulte du 30 mars.--Fondation de royaumes et de duchés.--La
reine Hortense.


Sur la proposition de M. Portalis, ministre des cultes, l'empereur
rendit un décret qui plaçait sa fête au jour de l'Assomption, le 15
août, époque anniversaire de la conclusion du Concordat. On prescrivit
aussi une fête pour tous les premiers dimanches de décembre, en mémoire
d'Austerlitz.

Le 30 mars, il y eut une séance au Sénat fort importante, et qui donna
lieu à des réflexions de tout genre. L'empereur envoyait aux sénateurs
la communication d'une longue suite de décrets dont le retentissement
devait se faire sentir d'un bout de l'Europe à l'autre. Il n'est par
hors de propos d'en rendre compte avec quelque détail, et de donner un
extrait du discours de l'archichancelier Cambacérès, qui prouvera encore
avec quelle obséquieuse adresse on savait envelopper de paroles
spécieuses les déterminations subites d'un maître qui tenait l'esprit,
comme tout le reste, dans un éternel mouvement.

«Messieurs, dit Cambacérès, au moment où la France, unie d'intention
avec nous, assurait son bonheur et sa gloire, en jurant d'obéir à notre
auguste souverain, votre sagesse a pressenti la nécessité de coordonner
dans toutes ses parties le système du gouvernement héréditaire, et de
l'affermir par des institutions analogues à sa nature.

»Vos voeux sont en partie remplis; ils le seront encore par les
différents actes que Sa Majesté l'empereur et roi me prescrit de vous
apporter. Ainsi vous recevrez avec reconnaissance ces nouveaux
témoignages de sa confiance pour le Sénat et de son amour pour les
peuples, et vous vous empresserez, conformément aux intentions de Sa
Majesté, de les faire transcrire sur vos registres.

»Le premier de ces actes est un statut contenant les dispositions qui
règlent tout ce qui concerne l'état civil de la maison impériale, et
détermine les devoirs des princes et princesses qui la composent, envers
l'empereur.

»Le second est un décret qui réunit les provinces vénitiennes au royaume
d'Italie.

»Le troisième confère le trône de Naples au prince Joseph.»

En cet endroit se trouve un éloge assez étendu des vertus de ce nouveau
roi, et de la mesure qui lui conserve le titre de grand dignitaire de
l'Empire.

»Le quatrième contient la cession des duchés de Clèves et de Berg au
prince Murat. (De même son éloge.)

»Le cinquième donne la principauté de Guastalla à la princesse Borghèse
et à son époux. (Louanges en leur honneur.)

»Le sixième transfère au maréchal Berthier la principauté de
Neuchatel[7]. (Il est loué ainsi que les autres.) Cette preuve touchante
de la bienveillance de l'empereur pour son compagnon d'armes, pour son
coopérateur aussi intrépide qu'éclairé, ne peut manquer d'exciter la
sensibilité de tous les bons coeurs, comme elle est un motif de joie
pour tous les bons esprits.

     [Note 7: Voici de quelle façon, familière et
     désobligeante à la fois, l'empereur annonçait au maréchal
     Berthier les nouvelles faveurs dont il le comblait: «La
     Malmaison, 1er avril 1806. Je vous envoie _le Moniteur_; vous
     verrez ce que j'ai fait pour vous. Je n'y mets qu'une
     condition, c'est que vous vous mariiez, et c'est une
     condition que je mets à mon amitié. Votre passion a duré trop
     longtemps; elle est devenue ridicule; et j'ai droit d'espérer
     que celui que j'ai nommé _mon compagnon d'armes_, que la
     postérité mettra partout à côté de moi, ne restera pas plus
     longtemps abandonné à une faiblesse sans exemple. Je veux
     donc que vous vous mariiez; sans cela, je ne vous verrai
     plus. Vous avez cinquante ans, mais vous êtes d'une race où
     l'on vit quatre-vingts, et ces trente années sont celles où
     les douceurs du mariage vous sont le plus nécessaires.» (P.
     R.)]

»Le septième érige dans les États de Parme et de Plaisance trois grands
titres dont l'éclat sera soutenu par des affectations considérables, qui
ont été faites dans ces contrées, d'après l'ordre de Sa Majesté.

»Par l'effet de réserves semblables, contenues dans les décrets relatifs
aux États de Venise, au royaume de Naples et à la principauté de
Lucques, Sa Majesté a créé des récompenses dignes d'elle pour plusieurs
de ses sujets qui ont rendu de grands services à la guerre, ou qui,
dans des fonctions éminentes, ont concouru d'une manière distinguée au
bien de l'État. Ces titres deviennent la propriété de ceux qui les
auront reçus, et seront transmis de mâle en mâle à l'aîné de leurs
descendants légitimes. Cette grande conception, qui donne à l'Europe la
preuve du prix que Sa Majesté attache aux exploits des braves et à la
fidélité de ceux qu'elle a employés dans les grandes affaires, offre
aussi des avantages politiques. L'éclat habituel qui environne les
hommes éminents en dignité leur donne sur le peuple une autorité de
conseil et d'exemple, que le monarque quelquefois substitue
avantageusement à l'autorité des fonctions publiques. Ces mêmes hommes
sont, en même temps, les intercesseurs du peuple auprès du trône.»

Il faut convenir qu'on avait fait bien du chemin, depuis l'époque,
encore toute récente, où l'on datait les actes du gouvernement de l'an
XIV de la république.

«C'est donc sur ces bases que l'empereur veut asseoir le grand système
politique dont la divine Providence lui a inspiré la pensée, et par là,
elle ajoute sans cesse à ces sentiments, d'amour et d'admiration qui
vous sont communs avec tous les Français.»

Après ce discours, on donna lecture des différents décrets; en voici les
articles les plus importants:

Par celui qui réglait l'état civil de la maison impériale, les princes
et princesses ne pouvaient se marier sans le consentement de l'empereur.
Les enfants nés d'un mariage fait malgré lui, n'auraient aucun droit aux
avantages attachés par les usages de certains pays aux mariages dits de
la main gauche.

Le divorce était interdit à la famille impériale; la séparation de
corps, autorisée par l'empereur, était permise.

Les tuteurs des enfants étaient nommés par lui.

Les membres de la famille ne pouvaient adopter sans sa permission.

L'archichancelier de l'Empire remplissait vis-à-vis de la famille
impériale toutes les fonctions attribuées par les lois aux officiers de
l'état civil.

Il devait y avoir un secrétaire de l'état de la maison impériale,
choisi dans le ministère ou le conseil d'État[8].

     [Note 8: Ce fut le conseiller d'État Régnault de
     Saint-Jean d'Angely.]

Le cérémonial des mariages et des naissances était réglé.

L'archichancelier devait recevoir le testament de l'empereur qu'il
dicterait au secrétaire de l'état de la famille impériale, en présence
de deux témoins. Ce testament serait déposé au Sénat.

L'empereur réglait tout ce qui concernait l'éducation des princes et
princesses de sa maison, nommant et révoquant ceux qui en seraient
chargés. Tous les princes nés dans l'ordre de l'hérédité devaient être
élevés ensemble dans un palais, éloigné au plus de vingt lieues de la
résidence de l'empereur.

L'éducation commençant à sept ans et finissant à seize, les enfants de
ceux qui se sont distingués par leurs services pouvaient être admis par
l'empereur à partager les avantages de cette éducation.

Si un prince, dans l'ordre de l'hérédité, montait sur un trône étranger,
il serait tenu, dès que ses enfants mâles auraient atteint l'âge de
sept ans de les envoyer à la susdite maison.

Les princes et princesses ne pouvaient sortir de France, ni s'éloigner
d'un rayon de trente lieues, sans la permission de l'empereur.

Si un membre de la maison impériale venait à se livrer à des
déportements et à oublier sa dignité et ses devoirs, l'empereur pouvait
lui infliger, pour une année au plus, les arrêts, l'éloignement de sa
personne, l'exil. Il pouvait éloigner de sa famille les personnes qui
lui paraissaient suspectes. Il pourrait, dans des cas graves, prononcer
la peine de deux ans de réclusion dans une prison d'État, en présence du
conseil de famille, présidé par lui, et de l'archichancelier; le
secrétaire de l'état de la maison impériale tenant la plume.

Les grands dignitaires et les ducs étaient assujettis aux dispositions
de ces derniers articles.

Après ce premier décret, venaient ceux qui suivent:

«Nous avons érigé et érigeons en duchés, grands fiefs de notre empire,
les provinces ci-après désignées:

        La Dalmatie.     Trévise.
        L'Istrie.        Feltre.
        Le Frioul.       Bassano.
        Cadore.          Vicence.
        Bellune.         Padoue.
        Conegliano.      Rovigo.

«Nous nous réservons de donner l'investiture des dits fiefs, pour être
transmis héréditairement aux descendants mâles. En cas d'extinction, les
dits fiefs seront réversibles à notre couronne impériale.

«Nous entendons que le quinzième du revenu que notre royaume d'Italie
retire ou retirera desdites provinces, sera attaché aux dits fiefs, pour
être possédé par ceux que nous en aurons investis; nous réservant pour
la même destination la disposition de trente millions de domaines
nationaux situés dans les dites provinces.

«Des inscriptions sur le mont Napoléon[9] seront créées jusqu'à la
concurrence de douze cent mille francs de rentes annuelles en faveur des
généraux, officiers et soldats qui ont rendu des services à la patrie et
à notre couronne, à condition expresse de ne pouvoir aliéner lesdites
rentes, avant dix ans, sans notre autorisation.

     [Note 9: Le mont Napoléon était une création de rentes
     sur le royaume d'Italie.]

«Jusqu'à ce que le royaume d'Italie ait une armée, nous lui en accordons
une française qui sera entretenue par notre trésor impérial. À cet
effet, notre trésor royal d'Italie versera chaque mois dans notre trésor
impérial la somme de deux millions cinq cent mille francs, pendant le
temps que notre armée séjournera en Italie, ce qui aura lieu pendant six
ans. L'héritier présomptif d'Italie sera appelé le prince de Venise.

«La tranquillité de l'Europe voulant que nous assurions le sort des
peuples de Naples et de Sicile, tombés en notre pouvoir par le droit de
conquête, et faisant partie du grand empire, nous déclarons roi de
Naples et de Sicile, notre frère Joseph Napoléon, grand électeur de
France. Cette couronne sera héréditaire dans sa descendance masculine; à
son défaut, nous y appelons nos enfants mâles et légitimes, et à défaut
de nos enfants, ceux de notre frère Louis-Napoléon[10]; nous réservant,
si notre frère Joseph venait à mourir sans enfants mâles, le droit de
désigner, pour succéder à ladite couronne, un prince de notre maison, ou
même d'y appeler un enfant adoptif, selon que nous le jugerons
convenable pour l'intérêt de nos peuples et du grand système que la
divine Providence nous a destiné à fonder.

     [Note 10: Bonaparte avait fait prendre le nom de Napoléon
     à tous ses frères.]

»Six grands fiefs sont institués dans ledit royaume avec le titre de
duché et les mêmes prérogatives que les autres, pour être à perpétuité à
notre nomination et à celle de nos successeurs.

»Nous nous réservons sur le royaume de Naples un million de rente pour
être distribué aux généraux, officiers et soldats de notre armée, aux
mêmes conditions que celles affectées au mont Napoléon.

»Le roi de Naples sera, à perpétuité, grand dignitaire de l'Empire, nous
réservant le droit de créer la dignité de prince vice-grand électeur.

»Nous entendons que la couronne de Naples que nous plaçons sur la tête
du prince Joseph et de ses descendants, ne porte atteinte en aucune
manière à leurs droits de succession au trône de France[11]. Mais il
est également dans notre volonté que les couronnes de France, d'Italie,
de Naples et de Sicile ne puissent jamais être réunies sur la même tête.

»Les duchés de Clèves et de Berg sont donnés à notre beau-frère le
prince Joachim, et à sa descendance mâle. À son défaut, ils passeront à
notre frère Joseph, et, s'il n'a point d'enfants mâles, à notre frère
Louis, ne pouvant jamais être réunis à la couronne de France. Le duc de
Clèves et de Berg ne cessera point d'être grand amiral, et nous pourrons
créer un vice-grand amiral.»

Enfin la principauté de Guastalla fut donnée à la princesse Borghèse, le
prince portant le titre de prince de Guastalla; et, s'ils n'avaient
point d'enfants, l'empereur en pouvait disposer comme il lui plairait.

Les mêmes conditions furent affectées à la principauté de Neuchatel[12].

     [Note 11: Joseph Bonaparte avait tenu à l'insertion
     positive de ce dernier article.]

     [Note 12: Oudinot en prit possession à la tête de ses
     grenadiers, et commença par y confisquer toutes les
     marchandises anglaises.]

La principauté de Lucques fut augmentée de quelques pays détachés du
royaume d'Italie, et payait pour cela une redevance de 200 000 francs de
rente[13], destinés encore aux récompenses accordées aux militaires.

     [Note 13: Toutes ces rentes ou redevances faisaient
     partie, avec les contributions levées pendant la guerre, de
     ce qu'on appelait le domaine extraordinaire.]

Une partie des biens nationaux situés dans les duchés de Parme et de
Plaisance, fut réservée pour la même destination.

J'ai cru pouvoir rapporter presque entièrement le texte de ces
différents décrets, qui me paraît digne de remarque. Cet acte contribua
à donner encore une idée de la prépondérance que Bonaparte voulait que
l'empire français conservât sur les parties de l'Europe que ses
victoires lui soumettaient peu à peu, et aussi de celle qu'il se
réservait personnellement. On peut conclure de ces nouvelles
déterminations, que l'inquiétude qu'elles durent exciter en Europe ne
permit pas de croire que la paix dût être de longue durée. Enfin, on
peut encore, après cette lecture, s'expliquer pourquoi l'Italie, qui a
montré tant d'empressement à saisir l'indépendance que semblait lui
faire espérer l'unité de gouvernement qu'on lui offrait, se vit bientôt
déçue de son espérance par cet état secondaire dans lequel la tenait le
lien qui la soumettait à l'empereur. Quelque soin que prît le prince
Eugène, quelque douce et équitable que fût son administration, les
Italiens ne tardèrent point à s'apercevoir que la conquête les avait
rangés sous un maître qui usait pour lui seul des ressources
qu'offraient leurs belles contrées. Ils entretenaient chez eux, et à
leurs frais, une armée étrangère. On retirait le plus clair de leurs
revenus pour enrichir des Français. Dans tout ce qu'on exigeait d'eux,
on avait bien moins égard à leurs intérêts qu'à l'avantage du grand
empire, avantage qui bientôt fut concentré dans le succès des projets
ambitieux d'un seul homme qui, sans réserve, arracha à l'Italie tous les
sacrifices qu'il n'eût pas tout à fait osé imposer à la France. Souvent
le vice-roi réclama quelque adoucissement pour les Italiens, mais
rarement il fut écouté. Cependant ils surent, pendant un temps, démêler
le caractère particulier du prince Eugène, et le séparer des mesures
rigoureuses qu'il était forcé d'exécuter; ils lui surent gré de ce qu'il
tentait, et de ce qu'il souhaitait de faire, jusqu'à ce qu'à la fin, les
ordres comme les besoins de Bonaparte devenant de plus en plus
impérieux, ce peuple trop opprimé n'eut plus la force de demeurer
équitable, et enveloppa tous les Français, le prince Eugène en tête,
dans l'animadversion qu'il vouait à l'empereur.

J'ai entendu le vice-roi lui-même, qui a fidèlement servi Bonaparte,
sans avoir d'illusion sur son compte, dire à sa mère devant moi que
l'empereur, jaloux de l'affection qu'il avait su s'acquérir, lui avait,
exprès, imposé des mesures inutiles et oppressives, pour aliéner cette
bonne disposition des Italiens, qu'il redoutait.

La vice-reine contribua aussi à gagner d'abord les coeurs à son époux.
Belle, très bonne, pieuse et bienfaisante, elle plaisait à tout ce qui
l'approchait. Elle imposait à Bonaparte par un air fort digne et assez
froid. Il n'aimait pas à l'entendre louer. Elle a passé bien peu de
temps à Paris.

Un assez grand nombre d'articles de ces décrets sont plus tard demeurés
sans exécution. D'autres circonstances ont amené d'autres volontés; des
passions nouvelles ont enfanté des fantaisies; des défiances subites ont
changé quelques déterminations. Le gouvernement de Bonaparte sur bien
des points ressemblait à ce palais du Corps législatif où se tient
aujourd'hui la Chambre des députés: Sans rien déranger de l'ancien
bâtiment, on s'est contenté, pour le rendre plus imposant, d'y adosser
une façade qui, en effet, vue du côté de l'eau, a quelque grandeur;
mais, en tournant alentour, on ne trouve plus derrière rien qui se
rapporte au plan de ce seul côté. De même, en système politique,
législatif, ou d'administration, bien souvent Bonaparte n'a élevé que
des façades.

À la suite de toutes ces communications, le Sénat ne manqua point de
voter des remerciements à l'empereur, et des députations furent envoyées
à la nouvelle reine de Naples qui les reçut avec sa simplicité
accoutumée, et aux deux princesses. Murat était déjà parti pour prendre
possession de son duché. Les journaux ne manquèrent pas de nous dire
qu'il y avait été reçu avec acclamations. De même, les journaux
rendaient un compte pareil de la joie des Napolitains; mais les lettres
particulières mandaient qu'on était obligé de continuer la guerre, et
que la Calabre offrirait une longue résistance. Joseph a toujours eu de
la douceur dans le caractère et nulle part il ne s'est fait haïr
personnellement; mais il manque d'habileté, et partout on l'a toujours
vu au-dessous de la situation dans laquelle on le plaçait. À la vérité,
le métier des rois créés par Bonaparte a toujours été assez difficile.

Après avoir réglé ces grands intérêts, l'empereur passa à des
occupations d'un genre plus gai. Le 7 avril, on fit aux Tuileries les
fiançailles du jeune ménage dont j'ai parlé dans le chapitre précédent.
Cette cérémonie eut lieu le soir dans la galerie de Diane; la cour était
nombreuse et brillante; la nouvelle mariée, vêtue d'une robe brodée
d'argent et garnie de roses. Ses témoins furent: MM. de Talleyrand, de
Champagny et de Ségur; ceux du prince: le prince héréditaire de Bavière,
le grand chambellan de l'électeur de Bade, et le baron de Dalberg,
ministre plénipotentiaire de Bade[14].

     [Note 14: Il est neveu du prince primat archichancelier
     de l'empire germanique.]

Le lendemain soir, on fit le mariage en grande cérémonie; les Tuileries
furent illuminées. On tira un feu d'artifice sur la place Louis XV,
appelée alors place de la Concorde.

La cour semblait avoir, malgré son luxe ordinaire, réservé pour ce jour
une pompe toute particulière. L'impératrice, vêtue d'une robe
entièrement brodée de plusieurs ors, avait sur sa tête, outre sa
couronne impériale, pour un million de perles; la princesse Borghèse,
tous les diamants de la maison Borghèse joints aux siens, qui étaient
sans prix. Madame Murat était parée de mille rubis; madame Louis, toute
couverte de turquoises enrichies de diamants; la nouvelle reine de
Naples bien maigre, bien chétive, mais presque courbée sous le poids de
pierres précieuses. Je me souviens que, pour ma part, et je n'avais pas
coutume de me montrer une des plus brillantes de la cour, je portais un
habit de cour que j'avais fait faire pour cette cérémonie[15]. Il était
de crêpe rose, tout pailleté d'argent et garni entièrement d'une
guirlande de jasmins. J'avais couronné ma tête de jasmins mêlés avec des
épis de diamants. Mon écrin se montait à la valeur de quarante à
cinquante mille francs, et se trouvait fort au-dessous de ceux d'une
grande partie de nos dames[16].

     [Note 15: Il m'avait coûté soixante louis.]

     [Note 16: Madame Duroc a eu pour plus de cent mille écus
     de diamants, mesdames Maret et Savary, pour cinquante et
     peut-être davantage, la maréchale Ney, cent mille francs,
     etc.]

La princesse Stéphanie avait reçu de son époux, et plus encore de
l'empereur, des présents magnifiques. Elle portait sur sa tête un
bandeau de diamants, surmonté de fleurs d'oranger. Son habit était de
tulle blanc, étoilé d'argent, et garni aussi de fleurs d'oranger. Elle
fut à l'autel de fort bonne grâce, y fit ses révérences de manière à
charmer l'empereur et tout le monde. Son père, mêlé à la foule des
sénateurs, laissait échapper des larmes. Il me parut, tout le temps que
dura cette cérémonie, dans une bien étrange position; ses émotions
devaient être assez compliquées. On lui conféra l'ordre de Bade.

Ce fut le cardinal légat, Caprara, qui fit le mariage. Après la
cérémonie, on remonta de la chapelle dans les grands appartements, comme
on en était descendu; c'est-à-dire les princes et princesses ouvrant la
marche, l'impératrice suivie de toutes ses dames, le prince de Bade
marchant à ses côtés, et l'empereur donnant la main à la mariée. Il
portait son costume de grande cérémonie; j'ai déjà dit qu'il lui allait
bien. Rien ne manquait à la pompe de cette marche qu'un peu plus de
lenteur. Bonaparte voulait toujours marcher vite, ce qui nous pressait
un peu plus qu'il n'eût fallu.

Des pages portaient les manteaux des princesses, des reines et de
l'impératrice. Quant à nous, il nous fallait toujours renoncer à
déployer les nôtres, ce qui aurait fort embelli notre costume. Nous
étions obligées de les porter sur un bras, parce que leur extrême
longueur eût beaucoup trop retardé la marche précipitée de l'empereur.
C'était un usage trop habituel et qui manquait de dignité dans les
cérémonies, que d'entendre les chambellans qui le précédaient, en
marchant sur nos talons, répéter à demi-voix et sans interruption ces
paroles: «Allons, allons, mesdames, avancez donc.» La comtesse d'Arberg,
qui avait été à la cour de l'archiduchesse des Pays-Bas, et qui était
accoutumée à l'étiquette allemande, prenait toujours ce brusque
avertissement avec un chagrin qui nous faisait rire, nous qui nous y
étions accoutumées. Elle disait assez plaisamment qu'on devrait nous
appeler _les postillons_ du palais, et qu'il eût mieux valu nous revêtir
d'une jupe courte que de ce long manteau devenu inutile. Une autre
personne que cette coutume impatientait beaucoup, c'était M. de
Talleyrand, qui devait, en qualité de grand chambellan, précéder
toujours l'empereur, et qui, vu la faiblesse de ses jambes, avait peine
à marcher, même lentement; les aides de camp s'amusaient assez de son
embarras.

Quant à l'impératrice, c'était un des articles sur lesquels elle ne
cédait point à la volonté de son époux. Comme elle marchait de fort
bonne grâce, et qu'elle ne voulait perdre aucun de ses avantages, rien
ne pouvait la hâter, et c'était derrière elle que commençait la presse.

Je me rappelle qu'au moment de partir pour la chapelle, l'empereur, très
peu habitué à donner la main à une femme, éprouva un petit embarras, ne
sachant si c'était la droite ou la gauche qu'il devait offrir à la jeune
princesse; ce fut elle qui fut obligée de se déterminer.

On tint ce jour-là grand cercle dans les appartements; il y eut un
concert et un ballet suivis d'un souper, le tout tel que je l'ai déjà
décrit. La reine de Naples ayant dû passer après l'impératrice,
Bonaparte mit sa fille adoptive à sa droite, avant sa mère. Madame Murat
eut encore ce soir-là le très grand chagrin de ne passer aux portes
qu'après la jeune princesse de Bade.

Le lendemain, la cour partit pour la Malmaison, et, peu de jours après,
se fixa à Saint-Cloud, où se passa tout ce que j'ai raconté plus haut.
On revint à Paris le 20, pour assister à une fête magnifique, donnée en
réjouissance du mariage.

L'empereur, voulant faire voir sa cour à la ville de Paris, permit qu'on
invitât un nombre considérable de femmes et d'hommes pris dans toutes
les classes. Les appartements étaient remplis d'une foule énorme[17]. On
fit deux quadrilles; l'un, conduit par madame Louis Bonaparte, exécuta
des pas de danse dans la salle des Maréchaux; je faisais partie de
celui-là. Seize dames vêtues de blanc, couronnées de fleurs de couleurs
différentes, quatre par quatre, les robes garnies en fleurs, et des épis
en diamants sur la tête, dansèrent avec seize hommes, portant l'habit,
fermé par devant, en satin blanc, et des écharpes assorties aux couleurs
des fleurs de leur dame. Quand nous eûmes fini notre ballet, l'empereur
et sa famille passèrent dans la galerie de Diane, où madame Murat
conduisait un autre quadrille de femmes et d'hommes vêtus à l'espagnole,
avec des toques et des plumes. Ensuite, on permit à tout le monde de
danser; la cour et la ville se mêlèrent. On distribua un nombre infini
de glaces et de rafraîchissements. L'empereur repartit pour Saint-Cloud,
après être demeuré une heure, et avoir parlé à beaucoup de monde;
c'est-à-dire demandé à chacun, ou chacune, son nom. On dansa, après son
départ, jusqu'au lendemain matin.

     [Note 17: Il y avait à ce bal deux mille cinq cents
     personnes. Le souper fut servi dans la salle du conseil
     d'État.]

Peut-être me suis-je trop arrêtée sur ces détails, mais il me semble
qu'ils me reposent des graves récits que j'ai à faire, dont ma plume
féminine est quelquefois un peu fatiguée.

Tout en faisant et défaisant des rois, selon l'expression de M. de
Fontanes[18], en mariant sa fille adoptive et se livrant aux
distractions dont j'ai parlé, l'empereur, très assidu au conseil d'État,
y pressait le travail et envoyait journellement au Corps législatif un
nombre infini de lois. Le conseiller d'État Treilhard y porta le code de
procédure terminé cette année; on détermina nombre de règlements
relatifs au commerce, et la session se termina par un budget qui laissa
une grande idée de la situation florissante de nos finances. On ne
demandait pas un sol de plus à la nation, on montrait une quantité de
travaux faits et à faire, une armée formidable bien entendue, et
seulement une dette fixe de quarante-huit millions; des pensions pour
trente-cinq, et cela opposé à huit cents millions de revenu.

     [Note 18: Discours du président du Corps législatif de
     cette année.]

Cependant, tout augmentait le ressentiment de l'empereur contre le
gouvernement anglais. Le ministère qui, en changeant d'individus,
n'avait point changé d'intentions à notre égard, déclara la guerre au
roi de Prusse, pour le punir de la neutralité qu'il avait gardée pendant
la dernière guerre, et de la possession du Hanovre qu'il venait de
prendre.

Un long article de politique européenne fut, tout à coup, inséré dans
_le Moniteur_. L'auteur de cet article cherchait à démontrer que
l'Angleterre, par cette rupture, hâterait le système qui devait tendre à
lui fermer les ports du Nord, tandis que ceux du Midi lui étaient déjà
interdits, et qu'elle allait resserrer les liens de la France avec le
continent. De là, on s'étendait sur la situation de la Hollande. Le
grand pensionnaire Schimmelpenninck, disait-on, est devenu aveugle. Que
vont faire les Hollandais? On sait que l'empereur n'avait donné aucune
attache directe aux derniers changements faits à l'organisation de ce
pays, et qu'il dit, à cette occasion, «que la prospérité et la liberté
des nations ne pouvaient être garanties que par deux systèmes de
gouvernement, celui d'une monarchie constitutionnelle, ou la république
constituée selon la théorie de la liberté. En Hollande, le grand
pensionnaire a une forte influence sur le choix des représentants du
Corps législatif, c'est un vice fondamental dans la constitution.
Cependant il n'appartient pas à toutes les nations de pouvoir, sans
danger, laisser au public le choix de ses représentants, et, lorsqu'on
peut craindre les effets de l'assemblée du peuple en comices, alors on a
recours aux principes d'une bonne et sage monarchie. C'est peut-être ce
qui arrivera aux Hollandais. C'est à eux à connaître leur situation, et
à choisir entre les deux systèmes celui qui est le plus propre à asseoir
sur de solides bases la prospérité et la liberté publiques.» Ces paroles
annonçaient assez ce qu'on préparait pour la Hollande. Ensuite, on nous
exposait les avantages que l'occupation des duchés de Clèves et de Berg
par un Français procurerait à la France, nos relations avec la Hollande,
devenant par là plus commodes, et tous les pays qui se trouvent sur la
rive droite du Rhin, étant occupés par quelque allié de la famille
impériale.

Le prince de Neuchatel allait fermer le commerce de la Suisse aux
Anglais[19].

     [Note 19: La ville de Bâle, effrayée des menaces du
     gouvernement français, rompit tout commerce avec les Anglais.
     La reine d'Étrurie, mal assurée dans ses États, en fit
     autant.]

L'empereur d'Autriche était représenté comme occupé à panser ses plaies,
et déterminé à une longue paix. Les Russes, agités encore par la
politique anglaise, avaient eu un nouveau démêlé dans la Dalmatie, ne
voulant point abandonner le pays situé près des bouches du Cattaro
qu'ils occupaient; mais la présence de la grande armée, dont on avait
suspendu le retour, les contraignait de remplir enfin les conditions du
dernier traité.

Le pape éloignait de Rome tous les intrigants suspects, Anglais, Russes
et Sardes, dont la présence inquiétait le gouvernement français.

Le royaume de Naples était presque entièrement soumis; la Sicile,
défendue par un petit nombre d'Anglais seulement; la France, intimement
liée avec la Porte; le gouvernement turc, moins vendu et moins ignorant
qu'on ne le croyait, reconnaissait que la présence des Français en
Dalmatie pouvait lui être très utile, en préservant la Turquie des
entreprises des Russes; enfin notre armée se trouvait plus considérable
que jamais, et devait pouvoir résister aux tentatives d'une quatrième
coalition, dont, après tout, l'Europe n'était point tentée.

Ce tableau de notre situation, à l'égard de l'Europe, ne pouvait guère
rassurer que ceux qui prenaient au pied de la lettre les paroles si bien
arrangées qui sortaient ainsi du cabinet d'en haut. Il était assez
facile de démêler, pour qui conservait quelque défiance, que les peuples
n'étaient pas aussi soumis que nous voulions le faire croire; que nous
commencions à exiger d'eux le sacrifice de leurs intérêts à notre
politique; que l'Angleterre, aigrie par son mauvais succès, n'en était
que plus acharnée à nous susciter de nouveaux ennemis; que le roi de
Prusse nous vendait son alliance, et que la Russie nous menaçait encore.
On ne se fiait plus aux intentions pacifiques que l'empereur étalait
partout dans ses discours. Mais il y avait dans ses plans quelque chose
de si imposant, son habileté militaire était si bien constatée, il
donnait une telle grandeur à la France, que, dupe de sa propre gloire,
celle-ci n'osait tenter de ne pas s'en montrer complice, et, forcée de
se soumettre, elle consentait encore à se laisser séduire. D'ailleurs,
la prospérité intérieure semblait encore accrue, aucun impôt n'était
augmenté; tout paraissait concourir à nous étourdir, et chacun, agité
par le mouvement que Bonaparte avait si bien su donner à tous, ne
pouvait trouver le temps ni la volonté d'avoir une pensée suivie. «Le
luxe et la gloire, disait l'empereur, n'ont jamais manqué d'enivrer les
Français.»

Peu après, on nous annonça qu'un grand conseil avait été tenu à la Haye
par les représentants du peuple batave, et qu'il y avait été traité des
affaires de la plus haute importance; et on commença à laisser courir le
bruit de la fondation d'une nouvelle monarchie hollandaise.

Pendant ce temps, les journaux anglais étaient pleins de réflexions sur
les progrès que faisait en Europe le pouvoir impérial. «Si Bonaparte, y
disait-on, accomplit son système d'empire fédératif, la France deviendra
l'arbitre de presque tout le continent.» Il adoptait avec joie cette
prédiction, et tendait incessamment à la réaliser.

M. de Talleyrand, alors dans un grand crédit, se servait de son
importance en Europe pour gagner avec soin les ministres étrangers. Il
demandait et obtenait des souverains précisément les ambassadeurs qu'il
savait pouvoir soumettre à son influence. Il obtint, par exemple, de la
Prusse, le marquis de Lucchesini[20] qui s'attacha depuis, aux dépens
de son maître, aux intérêts de la France. C'était un homme d'esprit et
passablement intrigant. Né à Lucques, le goût des voyages l'ayant
conduit dans sa jeunesse à Berlin, il y fut accueilli par le grand
Frédéric, qui, goûtant sa conversation et ses principes philosophiques,
le garda près de lui, l'attacha à sa cour, et commença sa fortune.
Chargé, depuis, des affaires de Prusse, il devint un personnage
important, il eut le bonheur et l'adresse de conserver un long crédit.
Il épousa une Prussienne. L'un et l'autre étant venus en France, se
dévouèrent à M. de Talleyrand, qui les employa à ses fins. Le roi de
Prusse ne s'aperçut que bien tard que son ambassadeur entrait dans les
complots qui se faisaient contre lui, et ne le disgracia que quelques
années après. Alors le marquis se retira en Italie, et, placé près de la
souveraine de Lucques devenue grande-duchesse de Toscane, il trouva là
encore un champ ouvert à son ambition, par le crédit qu'il prit sur
elle. Les événements de 1814 ont entraîné sa chute, à la suite de celle
de sa maîtresse. La marquise de Lucchesini, avec assez de penchant à la
coquetterie, s'est montrée à Paris l'une des plus obséquieuses compagnes
de madame de Talleyrand.

     [Note 20: On pourrait croire, d'après ce passage, que
     Lucchesini ne fut ministre à Paris que depuis cette époque.
     Il l'était déjà du temps de la paix d'Amiens. Mais il n'avait
     pas toujours soutenu les intérêts de la France, et, quoique
     en relation personnelle avec M. de Talleyrand, il appartenait
     plutôt au parti anglais, comme cela est dit un peu plus loin,
     chap. XXI, et il excitait par ses rapports l'inquiétude
     hostile de la Prusse contre nous. (P. R.)]

Le 5 juin, l'empereur reçut un ambassadeur extraordinaire de la Porte
qui venait lui apporter des paroles de félicitations et d'amitié du
sultan. Ce message fut accompagné de présents magnifiques, de diamants,
d'un collier de perles de la valeur de quatre-vingt mille francs, de
parfums, d'un nombre infini de châles, et de chevaux arabes,
caparaçonnés de harnais enrichis de pierres précieuses. L'empereur donna
à sa femme le collier; les diamants furent distribués entre les dames du
palais, ainsi que les châles. On en donna aux femmes des ministres, à
celles des maréchaux, à quelques autres encore. L'impératrice se réserva
les plus beaux, et il en resta encore assez pour être employés plus tard
à l'ameublement d'un boudoir de Compiègne, que l'impératrice Joséphine
fit arranger avec un soin particulier, et qui n'a servi qu'à
l'impératrice Marie-Louise.

Le même jour, les envoyés de la Hollande vinrent déclarer qu'après une
mûre délibération, on avait reconnu à la Haye qu'une monarchie
constitutionnelle était le seul gouvernement qui pût convenir désormais,
parce qu'une telle monarchie se trouvait en harmonie avec les principes
répandus en Europe, et que, pour la consolider, ils demandaient que
Louis-Napoléon, frère de l'empereur, fût appelé à la fonder.

Bonaparte répondit qu'en effet cette monarchie serait utile au système
général de l'Europe, qu'en détruisant ses propres inquiétudes, elle lui
permettrait de livrer aux Hollandais des places importantes que,
jusque-là, il avait cru devoir garder; et, se tournant vers son frère,
il lui recommanda les peuples qu'il lui confiait. Cette scène fut fort
bien jouée. Louis répondit convenablement. L'audience finie, comme au
temps de Louis XIV, lors de l'acceptation de la succession d'Espagne, on
ouvrit les battants des portes, et on annonça à la cour assemblée le
nouveau roi de Hollande.

Aussitôt, l'archichancelier porta au Sénat, selon la coutume, le nouveau
message impérial avec le discours d'usage.

L'empereur garantissait à son frère l'intégrité de ses États; sa
descendance devait lui succéder, mais la couronne de France et celle de
Hollande ne pouvaient jamais être réunies sur la même tête. En cas de
minorité, la régence appartenait à la reine, et, à son défaut,
l'empereur des Français, en sa qualité de chef perpétuel de la famille
impériale, devait nommer le régent, qu'il choisirait parmi les princes
de la famille royale ou parmi les nationaux.

Le roi de Hollande demeurait connétable de l'Empire. Un vice-connétable
serait créé, s'il plaisait à l'empereur.

Ce message annonçait encore au Sénat que Son Altesse Sérénissime
l'archichancelier de l'empire germanique avait demandé au pape que le
cardinal Fesch fût désigné comme son coadjuteur et successeur; que Sa
Sainteté avait donné avis de cette demande à l'empereur, qui
l'approuvait.

«Enfin, les duchés de Bénévent et de Ponte-Corvo, étant un sujet de
litige entre les cours de Naples et de Rome, pour terminer ces
difficultés, nous réservant d'indemniser ces cours, nous les érigeons,
disait le décret, en duchés et fiefs immédiats de l'Empire, et nous les
donnons à notre grand chambellan Talleyrand, et à notre cousin le
maréchal Bernadotte, pour les récompenser des services qu'ils ont
rendus à la patrie. Ils en porteront le titre, prêteront serment en nos
mains de nous servir comme fidèles et loyaux sujets, et, si leur
descendance vient à manquer, nous nous réservons le droit de disposer de
ces principautés.» Bonaparte n'avait pas grand penchant pour le maréchal
Bernadotte; il est à croire qu'il se crut obligé de l'élever, parce
qu'il avait épousé la soeur de la femme de son frère Joseph, et qu'il
lui parut convenable que la soeur d'une reine fût, au moins, princesse.

Il est, je crois, superflu de dire que le Sénat approuva ces nouvelles
déterminations.

Le lendemain de cette cérémonie, qui mettait dans la famille de
Bonaparte un nouveau roi, nous étions à déjeuner avec l'impératrice,
lorsque son époux, entrant tout à coup d'un air fort joyeux, et tenant
le petit Napoléon par la main, s'adressa à nous toutes de cette manière:
«Mesdames, voici un petit garçon qui vient vous répéter une fable de la
Fontaine que je lui ai fait apprendre ce matin, et vous allez voir comme
il la dit bien.» En effet, l'enfant commença à débiter la fable des
_Grenouilles qui demandent un roi_, et l'empereur riait aux éclats à
chacune des applications qu'il y découvrait. Il s'était placé derrière
le fauteuil de madame Louis, assise à table en face de sa mère, et il
lui tirait les oreilles en répétant souvent: «Qu'est-ce que vous dites
de cela, Hortense?» On ne répondait pas grand'chose. Je souriais, tout
en achevant mon déjeuner, et l'empereur, tout à fait de bonne humeur, me
dit, en riant toujours: «Je vois que madame de Rémusat trouve que je
donne à Napoléon une bonne éducation.»

Cet avènement de Louis fit découvrir à son frère le déplorable état de
son intérieur conjugal. Madame Louis ne se vit pas monter au trône sans
verser beaucoup de larmes. Les inconvénients du climat qu'elle allait
chercher, et qui devaient encore altérer sa misérable santé, la peur que
lui inspirait le tête-à-tête de son sévère époux, l'éloignement qu'il
lui témoignait de plus en plus et qui n'ôtait rien à sa jalousie, en la
privant de toute excuse, tout cela la détermina à s'ouvrir tout à fait à
l'empereur. Elle lui confia ses chagrins, pour le préparer aux peines
qui, sans doute, l'attendaient. Elle lui demanda protection pour
l'avenir, et lui fit promettre de ne jamais la juger sans l'entendre.
Elle alla jusqu'à lui dire que, pénétrée d'avance des persécutions
qu'elle allait encore éprouver dans l'isolement où elle serait, son
parti était pris, lorsqu'elle croirait avoir assez souffert, de se
retirer du monde et de vivre dans un couvent, en abdiquant une couronne
dont elle prévoyait toutes les épines.

L'empereur lui demanda du courage et de la patience; il lui promit de la
soutenir; il l'engagea à le prévenir, avant de tenter le moindre éclat.
Je puis attester que j'ai vu cette malheureuse femme se préparer à
monter sur le trône comme une victime qui se dévoue à un sacrifice de
plus.



CHAPITRE XXI.

(1806.)


Mon voyage à Cauterets.--Le roi de Hollande.--Tranquillité factice de la
France.--M. de Metternich.--Nouveau catéchisme.--Confédération
germanique.--La Pologne.--Mort de M. Fox.--La guerre est
déclarée.--Départ de l'empereur.--M. Pasquier et M. Molé.--Séance du
Sénat.--Premières hostilités.--La cour.--Réception du cardinal Maury.


Au mois de juin de cette année, je partis pour les eaux de Cauterets, et
je demeurai absente trois mois. Ma santé était alors dans un état
déplorable. J'avais besoin de la soigner et de me reposer du monde de la
cour, et d'une foule d'émotions journalières qui me fatiguaient et l'âme
et le corps. Ma famille, c'est-à-dire mon mari, ma mère et mes enfants,
s'établirent à Auteuil, d'où M. de Rémusat pouvait facilement et
fréquemment paraître à Saint-Cloud, et leur été y fut doux et paisible.
Notre cour était alors solitaire; les deux souverains hollandais étaient
partis, la famille Bonaparte s'établissait au dehors; la belle saison
donnait de la liberté à beaucoup de monde. L'empereur, préoccupé des
orages qui grossissaient en Europe, se livrait à un travail suivi; sa
femme employait son loisir à embellir sa terre de la Malmaison.

_Le Moniteur_ n'offrait guère que le récit des entrées triomphales dans
leurs États des princes créés par Bonaparte. À Naples, à Berg, à Bade,
en Hollande, l'enthousiasme, disait-on, était extrême, et partout on
voyait les peuples charmés des présents qu'on leur avait faits. Souvent
on nous donnait le discours des nouveaux princes ou rois, et tous
adressaient à leurs sujets des éloges pompeux du grand homme dont ils
étaient les mandataires. Il est certain que Louis Bonaparte réussit,
d'abord, auprès des Hollandais. Sa femme partagea son succès, et elle se
montra tellement douce et affable, que bientôt, je l'ai su par des
Français qui les accompagnèrent, son bizarre époux fut jaloux des
sentiments qu'on lui témoignait. L'une des prétentions habituelles du
caractère de Louis était que toutes choses autour de lui ressortissent
de lui seul. De même que son frère, il craignait jusqu'à la moindre
indépendance. Après avoir exigé que la nouvelle reine tînt une cour
brillante, tout à coup il changea ce qu'il avait d'abord prescrit, et il
la réduisit, peu à peu, à une vie très solitaire qui la sépara des
peuples sur lesquels elle aussi était appelée à régner. Si j'en crois
les récits qui m'ont été faits par des personnes qui n'avaient aucune
raison pour les inventer, il reprit, par suite du faux calcul de sa
jalouse défiance, l'usage d'un espionnage inquiet dont la reine fut sans
cesse le triste objet. Cette jeune femme, toujours malade et
profondément mélancolique, s'aperçut que son époux ne voulait point
qu'elle partageât avec lui les sentiments qu'il désirait inspirer aux
Hollandais. Devenue, par ses chagrins continuels, indifférente à tout
succès, elle s'isolait au fond de son palais, où elle vivait à peu près
prisonnière, se livrant aux arts qu'elle aimait, et jouissant avec
passion de la tendresse extrême qu'elle avait pour son fils aîné. Cet
enfant, fort avancé pour son âge, aimait beaucoup sa mère, et son père
s'en montrait fort jaloux. Tantôt celui-ci s'efforçait d'obtenir la
préférence par des complaisances poussées à l'excès, tantôt il
l'effrayait par des scènes violentes, et l'enfant préférait de beaucoup
celle près de qui il trouvait du repos et une sorte d'égalité
d'habitudes qui ne l'effarouchaient point. Des complaisants gagés, sorte
d'hommes qu'on voit naître partout dans les cours, furent chargés de
surveiller la reine, et de rendre compte de ce qui se passait autour
d'elle. Les lettres qu'elle écrivait furent ouvertes, dans la crainte
qu'elle n'écrivît quelque chose sur ce qui se passait dans les États de
son mari. Elle m'a assuré qu'elle avait, plus d'une fois, trouvé son
secrétaire ouvert, ses papiers dérangés, et qu'elle aurait pu
surprendre, si elle l'avait voulu, les agents de la défiance du roi
exécutant les recherches qu'il avait ordonnées. Bientôt on s'aperçut
que, dans cette cour, on se compromettrait en paraissant compter la
reine pour quelque chose, et elle fut aussitôt délaissée. Un malheureux
qui se serait adressé à elle pour obtenir une grâce, fût devenu suspect;
un ministre qui l'eût entretenue de la moindre affaire, eût déplu. Le
climat brumeux de la Hollande augmentait ses maux; elle tomba dans un
dépérissement visible pour tous, et dont le roi ne voulut pas d'abord
s'apercevoir. Elle me disait, une fois, que la vie qu'elle menait alors
lui était si pénible, lui apparaissait si dénuée d'espérances, que
souvent, lorsqu'elle habitait l'une de ses maisons de campagne qui
n'était point éloignée de la mer, et qu'elle considérait devant elle cet
Océan sur lequel les bâtiments anglais régnaient en maîtres, et venaient
bloquer les ports, elle souhaitait ardemment que quelque hasard en
amenât un sur la rive, et qu'on tentât une descente partielle dans
laquelle elle aurait été enlevée prisonnière. Enfin les médecins
déclarèrent qu'elle avait besoin des eaux d'Aix-la-Chapelle, et le roi,
assez malade aussi, se détermina à aller les prendre avec elle.

Dès cette époque, la Hollande commençait à souffrir beaucoup du système
prohibitif auquel l'empereur soumettait tout ce qui dépendait de son
empire. Louis Bonaparte, on lui doit cette justice, prit assez
promptement les intérêts des peuples qui lui avaient été confiés, et
résista, tant qu'il put, aux mesures tyranniques que la politique
impériale lui imposait. L'empereur lui en fit des reproches qu'il reçut
avec fermeté, et il lutta de manière à s'attacher les Hollandais. C'est
une justice qu'ils lui ont rendue.

La Suisse fut soumise aussi à l'obligation de rompre tout commerce avec
l'Angleterre, et la saisie des marchandises anglaises commença à
s'exécuter partout avec rigueur. Ces mesures fortifiaient à Londres le
parti qui voulait que, à quelque prix que ce fût, on tentât de susciter
à la France de nouvelles guerres en Europe. Mais M. Fox, qui était alors
premier ministre, semblait pencher vers la paix, et ne point rejeter
toute tentative de négociations. Pendant cet été, il tomba malade de la
maladie dont il est mort, et sa prépondérance s'affaiblit. Les Russes se
disputaient encore le terrain avec nos troupes dans quelques parties de
la Dalmatie. La grande armée ne rentrait point en France, les fêtes
qu'on annonçait se retardaient toujours. Le roi de Prusse semblait
enclin à demeurer en repos, mais sa belle et jeune épouse, le prince
Louis de Prusse, une partie de la cour, s'efforçaient de lui inspirer le
désir de la guerre; on lui montrait pour l'avenir la délivrance de la
Pologne, l'agrandissement de la Saxe, le danger de la confédération du
Rhin qui se formait; et, il faut en convenir, la conduite de l'empereur
justifiait toutes les inquiétudes européennes. La politique anglaise
reprenait peu à peu son influence sur l'empereur de Russie. M. de
Woronzoff avait été envoyé à Londres, et il entra tellement dans les
séductions qu'on employa à son égard, que, tout à coup, le continent fut
ébranlé de nouveau. L'empereur de Russie avait envoyé M. d'Oubril à
Paris pour y traiter de la paix avec nous. Un traité de paix fut en
effet signé entre lui et M. de Talleyrand, le 20 juillet; mais on va
voir tout à l'heure que ce traité ne fut point ratifié à Pétersbourg.

À peu près dans ce temps, le général Junot fut nommé gouverneur de
Paris.

Le calme le plus profond régnait en France. De moment en moment, les
volontés de l'empereur trouvaient moins d'opposition. Une administration
pareille, ferme, sévère, et assez équitable, du moins en ce point
qu'elle était égale pour tous, régularisait l'exercice du pouvoir et
aussi la manière de le supporter. La conscription s'exécutait avec
rigueur, mais le peuple n'en murmurait encore que faiblement; les
Français n'avaient pas épuisé la gloire comme ils l'ont fait depuis, et,
d'ailleurs, les avancements brillants de l'état militaire séduisaient la
jeunesse qui, partout, se déclarait pour Bonaparte. Dans les familles
nobles même, qui se faisaient un devoir, ou un état, de l'opposition,
les enfants commençaient à faiblir devant les opinions de leurs pères,
qui peut-être n'étaient point fâchés, en secret, de revenir un peu sur
leurs pas, sous prétexte de condescendance paternelle. D'ailleurs, on ne
négligeait aucune occasion de signaler la conduite qui devait indiquer
que la nation était ramenée à l'ordre naturel. La fête du 15 août étant
devenue celle de saint Napoléon, le ministre de l'intérieur écrivit une
circulaire à tous les préfets, pour les engager à ne rien épargner dans
la célébration de la fête, de ce qui consacrerait, en même temps, et le
souvenir impérial et l'époque du rétablissement de la religion. «Nulle
fête, disait cette lettre, ne peut inspirer un sentiment plus profond
que celle dans laquelle un grand peuple, dans l'orgueil de sa victoire,
dans la conscience de son bonheur, célèbre le jour où naquit le
souverain à qui il doit sa félicité et sa gloire.»

Il faut le dire sans cesse, et ne point l'oublier pour l'expérience des
nations à venir, et des hommes appelés par leur rang, ou leur
supériorité, à régner, les uns et les autres, c'est-à-dire les peuples
et les rois, ont un grand tort, quand ils se laissent tromper sous les
apparences d'un repos donné et accepté, après les grands orages des
révolutions. Si ce repos n'a pas fondé un ordre de choses tel que les
besoins nationaux l'indiquaient, alors, nul doute que ce repos ne soit
qu'un répit imposé par des circonstances plus ou moins impérieuses,
répit dont un homme habile s'emparera facilement, mais dont il ne tirera
un utile parti que s'il cherche à régulariser avec prudence la marche,
jusqu'alors inconsidérée, de ceux qui se confient à lui. Loin de là,
Bonaparte, fort et volontaire, ouvrit une grande parenthèse à la
révolution française. Il a toujours eu le sentiment que cette parenthèse
se fermerait à sa mort, qu'il regardait comme le seul terme possible de
sa fortune. Il se saisit des Français, quand ils s'étaient égarés sur
toutes les routes, et lorsqu'ils se décourageaient de l'espoir d'arriver
au but auquel ils ne laissaient pas d'aspirer encore; leur énergie,
devenue un peu vague, parce qu'elle n'osait plus aborder franchement
aucune entreprise, se transforma seulement, alors, en ardeur militaire,
et c'est la plus dangereuse sans doute, puisque c'est la plus opposée à
l'esprit du citoyen. Bonaparte en profita longtemps pour lui, mais il ne
prévit pas que, pour soutenir le poids difficile d'une nation devenue
craintive, pour un temps, de ses propres mouvements, mais portant au
dedans d'elle le besoin d'une grande restauration, il fallait toujours
que la victoire marchât à la suite de la guerre, et que les revers
produiraient dans les esprits une nature de réflexions toutes
dangereuses pour lui.

Il fut bien aussi, je le crois, entraîné par les circonstances qui
naquirent des événements journaliers. Mais son parti était pris
d'enchaîner, à quelque prix que ce fût, la liberté naissante, et il y
employa toute son habileté. On a beaucoup dit, sous l'Empire et depuis
sa chute, qu'il avait possédé mieux que qui que ce fût la science du
pouvoir. Sans doute, si on la concentre seulement dans la connaissance
des moyens de se faire obéir; mais, si le mot _science_ renferme dans sa
définition la connaissance claire et certaine d'une chose fondée sur des
principes évidents par eux-mêmes ou par des démonstrations[21], alors il
est certain que Bonaparte ne faisait point entrer dans son système de
gouvernement cette portion de principes qui tend à manifester l'estime
du souverain à l'égard de ses sujets. Il ne reconnaissait nullement
cette concession nécessaire: que tout homme qui veut maîtriser longtemps
les autres hommes doit leur donner d'avance de certains droits, de peur
que, fatigués un jour de leur inactivité morale, ils ne tentent de les
revendiquer. Il ne savait point exciter les passions généreuses,
comprendre ou réveiller la vertu, enfin s'exhausser d'autant plus qu'il
eût grandi l'espèce humaine.

     [Note 21: Définition prise dans l'_Encyclopédie_.]

Homme étrange en tout, il s'estimait très supérieur au reste du monde,
et pourtant il craignait toutes les supériorités. Qui, parmi ceux qui
l'ont approché, ne lui a pas entendu dire qu'il préférait les gens
médiocres? qui n'a pas vu que, lorsqu'il employait un homme doué d'une
distinction quelconque, il fallait, pour qu'il lui accordât sa
confiance, qu'il eût d'abord cherché son côté faible dont il se hâtait,
assez ordinairement, de divulguer le secret? Ne l'a-t-on pas vu attentif
à flétrir, et souvent par un tort tout de son invention, ceux qu'il
appelait près de lui? Disons-le franchement, Bonaparte, au monde, aux
peuples, aux individus, a vendu tous ses dons. Son marché, plutôt imposé
qu'offert, parvint à éblouir les parties vaniteuses de la nature
humaine, et, par là, égara longtemps des esprits qui ont aujourd'hui
peine encore à se réduire aux bornes du possible et de la raison. Une
pareille politique peut servir à l'achat de toutes les servitudes; mais,
de toute nécessité, il faut qu'elle soit appuyée sur un succès
constant.

D'après cela, faudrait-il conclure que les Français sont coupables sans
rémission de s'être laissé séduire par un tel maître? la postérité les
condamnera-t-elle pour leur imprudente confiance? Je ne le crains pas.
Bonaparte, qui se servait indifféremment du bien comme du mal, quand
l'un ou l'autre pouvaient lui être utiles, avait trop de supériorité
dans l'esprit pour ne pas concevoir qu'on ne fonde rien au milieu du
trouble. Aussi commença-t-il par rétablir l'ordre, et ce fut là ce qui
nous attacha tous à lui, nous autres pauvres passagers, froissés par
tant d'orages! Ce qu'il ne créa que pour l'exploiter à son profit, nous
l'acceptâmes avec reconnaissance; nous regardâmes comme le premier de
ses bienfaits, comme une garantie de ses autres dons, ce repos social
qu'il rétablit, et qui devint le terrain sur lequel il allait élever son
despotisme; nous crûmes que l'homme qui restaurait la morale, la
religion, les civilisations de toute espèce, qui favorisait les arts, la
littérature, qui voulait ordonner la société, avait dans l'âme quelque
chose de cette noble inspiration qui conçoit la vraie grandeur, et
peut-être, après tout, que notre erreur, déplorable sans doute parce
qu'elle l'a si longtemps aidé, dénonce encore plus la générosité de nos
sentiments que notre imprudence. Au travers des faiblesses qui égarent
l'humanité, c'est pourtant une idée consolante de voir que ceux qui
veulent la séduire commencent par feindre d'abord les intentions
régulières et ordonnées de la vertu.

Jusqu'au moment de la déclaration de guerre de la Prusse, il ne se passa
nul événement bien remarquable. Dans le courant de cet été, on vit
arriver à Paris M. de Metternich, ambassadeur d'Autriche, qui a joué un
assez grand rôle en Europe, qui a pris part à des événements si
importants, qui a fait enfin une si immense fortune, sans pourtant que
ses talents s'élèvent, dit-on, au-dessus de l'intrigue d'une politique
secondaire. À cette époque, il était jeune, d'une figure agréable. Il
obtint des succès auprès des femmes. Un peu plus tard, il parut
s'attacher à madame Murat, et il lui a conservé un sentiment qui a
soutenu longtemps son époux sur le trône de Naples, et qui peut-être la
protège encore dans la retraite qu'elle s'est choisie[22].

     [Note 22: En ce moment, en 1819, elle vit dans les États
     de l'empereur d'Autriche. (Elle est morte à Florence, le 18
     mai 1839.) (P. R.)]

Dans le mois d'août, on promulgua le décret qui déterminait le nouveau
catéchisme de l'Église gallicane. On l'appela _le Catéchisme de
Bossuet_, et on y inséra, avec la doctrine prise en effet dans les
ouvrages de l'évêque de Meaux, quelques phrases remarquables sur les
devoirs des Français relativement à l'empereur:

_Page_ 55. «Demande:--Quels sont les devoirs des chrétiens à l'égard des
princes qui les gouvernent, et quels sont, en particulier, nos devoirs
envers Napoléon Ier, notre empereur?

»Réponse:--Les chrétiens doivent aux princes qui les gouvernent, et nous
devons en particulier à Napoléon Ier, notre empereur, l'amour, le
respect, l'obéissance, la fidélité, le service militaire, les tributs
ordonnés pour la conservation et la défense de l'empire et de son trône.
Honorer et servir son empereur est donc honorer et servir Dieu même.

»D.--N'y a-t-il pas des motifs particuliers qui doivent plus fortement
nous attacher à Napoléon Ier, notre empereur?

»R.--Oui; car il est celui que Dieu a suscité, dans les circonstances
difficiles, pour rétablir le culte public de la religion sainte de nos
pères, et pour en être le protecteur. Il a ramené et conservé l'ordre
public par sa sagesse profonde et active; il défend l'État par son bras
puissant, il est devenu l'oint du Seigneur par la consécration qu'il a
reçue du souverain pontife, chef de l'Église universelle.

»D.--Que doit-on penser de ceux qui manqueraient à leurs devoirs envers
notre empereur?

»R.--Selon l'apôtre saint Paul, ils résisteraient à l'ordre de Dieu
même, et se rendraient dignes de la damnation éternelle[23].»

     [Note 23: «Fallait-il donc croire, dit madame de Staël,
     que Bonaparte disposerait de l'enfer dans l'autre monde,
     parce qu'il en donnait l'idée dans celui-ci?» Il y a bien
     quelque exagération dans cette réflexion, mais celle qui suit
     me paraît d'une extrême justesse: «Les nations n'ont de piété
     sincère que dans les pays où l'on peut aimer Dieu et la
     religion chrétienne de toute son âme, sans perdre, et surtout
     sans obtenir aucun avantage terrestre, par la manifestation
     de ce sentiment.»]

Tant que dura le ministère de M. Fox, Bonaparte, soit qu'il eût quelques
données particulières, soit qu'il vît que la politique de ce chef de
l'opposition marchait dans un sens opposé à celle de son prédécesseur,
se flatta de parvenir à conclure un traité de paix avec l'Angleterre.
Outre les avantages qu'il y trouvait apparemment, sa vanité était
toujours singulièrement blessée de ce que le gouvernement anglais ne
reconnaissait pas sa royauté. Le titre de général que lui donnaient les
journaux anglais le choquait toujours. Malgré sa supériorité, il avait
bien quelques-unes des faiblesses des parvenus.

Quand Fox tomba malade, _le Moniteur_ annonça qu'il était à craindre que
la gravité de sa maladie ne rejetât la politique anglaise dans la
complication ordinaire.

Cependant, on vit, tout à coup, éclore le système de la confédération du
Rhin. Dans le grand plan féodal de l'empereur, ce système était bien
entendu; il augmentait le nombre des feudataires de l'empire français;
il propageait la révolution européenne. Mais, s'il est vrai que les
vieilles institutions du continent soient arrivées au point où leur
décrépitude donne des signes irrécusables de la nécessité de leur chute,
il est aussi vrai de dire que le temps est arrivé où elles ne peuvent
plus choir au profit du despotisme. Bonaparte n'a pas cessé de vouloir
faire la contre-révolution des idées écloses depuis trente ans,
seulement dans son intérêt. Une pareille entreprise n'est heureusement
pas dans les forces humaines et, du moins, nous lui devons que son
impuissance à cet égard a jugé cette importante question.

Les grands duchés d'Allemagne furent donc séparés de l'empire
germanique, et l'empereur de France en fut déclaré le protecteur. Les
parties contractantes, c'est-à-dire l'Empire et les États confédérés,
devaient s'armer tous en cas de déclaration de guerre faite à l'une ou à
l'autre. Le contingent de la confédération fut porté à 63 000 hommes; la
France en devait fournir 200 000. L'électeur archichancelier de l'empire
germanique devenait prince-primat de la confédération, et, à sa mort,
l'empereur devait nommer son successeur. L'empereur renouvelait, en
outre, la déclaration par laquelle il s'engageait à ne point porter les
limites de la France au delà du Rhin; mais, en même temps, il déclarait
qu'il n'épargnerait rien pour parvenir à l'affranchissement des mers.
Cette déclaration parut dans _le Moniteur_ de cette année, le 25
juillet.

M. de Talleyrand eut en grande partie l'honneur de la formation de cette
confédération. Il jouissait alors d'un crédit éclatant, il semblait
appelé à rédiger en système ordonné les projets étendus de l'ambition de
l'empereur. En même temps, il ne négligeait pas l'accroissement de
fortune qu'il devait en retirer. Les princes d'Allemagne payèrent, comme
il le fallait, les avantages partiels qu'ils obtinrent dans cet
arrangement; et le nom de M. de Talleyrand, toujours uni à des
négociations si considérables, acquit de plus en plus en Europe de
grandeur et de renommée.

Une des idées favorites de M. de Talleyrand, et qui a paru toujours
saine et raisonnable, c'est que la politique française devait tendre à
tirer la Pologne du joug étranger, et à en faire une barrière à la
Russie, comme un contrepoids à l'Autriche. Il y poussait toujours, de
tout le pouvoir de ses conseils. Je l'ai souvent entendu dire que toute
la question du repos de l'Europe était en Pologne; il paraît bien que
l'empereur le pensait comme lui, mais qu'il n'a pas mis assez de suite
dans ce qui pouvait amener la réussite de ce projet, et que des
circonstances accidentelles aussi l'ont gêné. Il se plaignait souvent du
caractère passionné, mais léger des Polonais: «On ne pouvait, disait-il,
les diriger par aucun système.» Ils eussent demandé une préoccupation
particulière, et Bonaparte ne pouvait penser à eux qu'en passant.
D'ailleurs, l'empereur Alexandre avait trop d'intérêt à gêner cette
partie de la politique française, pour demeurer spectateur paisible de
ce qu'elle essayerait, et il arriva qu'on n'agit qu'à demi en Pologne,
et qu'on perdit tout le parti qu'on aurait pu tirer de là. Toutefois,
après quelques affaires partielles entre les Russes et nous,
relativement à l'abandon des bouches du Cattaro, les deux empereurs
paraissaient s'être entendus, et M. d'Oubril avait été envoyé de
Pétersbourg à Paris pour y signer un traité de paix. Notre armée,
toujours annoncée, ne rentrait point cependant, soit que Bonaparte
s'aperçût déjà de la difficulté de garder en France un si grand nombre
de soldats qui eussent fatigué les citoyens, soit qu'il prévît que
l'Europe grondait encore, et que la paix ne serait pas de longue durée.
On préparait sur la place des Invalides une sorte de _bazar_ où devaient
être exposés les produits de l'industrie française; mais on ne parlait
plus des fêtes promises à la grande armée. Cette exposition eut lieu en
effet, et occupa utilement l'intérêt national.

Au commencement de septembre, Jérôme Bonaparte arriva à Paris. Toutes
les tentatives qui avaient été faites sur les colonies n'avaient point
réussi, et l'empereur se détournait pour jamais de toute entreprise
maritime. Il songea alors à marier son jeune frère à quelque princesse
d'Europe, ayant exigé de lui que son premier mariage fût regardé comme
non avenu.

En créant la confédération du Rhin, Bonaparte avait déclaré qu'il
laissait la liberté aux villes anséatiques. Quand il s'agissait de
liberté, il était assez naturel qu'on crût que l'empereur n'en faisait
jamais qu'un don provisoire, et les déterminations prises à cet égard
achevèrent d'agiter la politique prussienne. La reine et la noblesse
excitaient le roi de Prusse à la guerre; aussi avons-nous vu, dans les
bulletins de la campagne qui s'ouvrit peu après, cette princesse devenue
l'objet des injures, souvent les plus grossières, comparée d'abord à
Armide, qui, la torche à la main, cherchait à nous susciter des ennemis.
En contraste avec cette comparaison un peu poétique, on trouvait,
quelques lignes plus bas, cette phrase d'un style tout différent, et
entièrement bourgeoise: «Quel dommage! car on dit que le roi de Prusse
est un parfait honnête homme[24].» Bonaparte a dit souvent qu'il n'y
avait qu'un pas du sublime au ridicule: cela est vrai dans les actions
comme dans les paroles, quand on néglige l'art véritable; il faut
convenir qu'il le dédaignait un peu trop.

     [Note 24: Cette idée, même cette expression, se trouvent
     souvent dans les lettres de l'empereur durant cette campagne.
     Ainsi il écrivait à sa femme, le 13 octobre: «Je suis
     aujourd'hui à Gera, ma bonne amie; mes affaires vont fort
     bien, et tout comme je pouvais l'espérer. Avec l'aide de
     Dieu, en peu de jours cela aura pris un caractère bien
     terrible, je crois, pour le pauvre roi de Prusse, que je
     plains personnellement, parce qu'il est bon. La reine est à
     Erfurt avec le roi. Si elle veut voir une bataille, elle
     aura ce cruel plaisir. Je me porte à merveille; j'ai déjà
     engraissé depuis mon départ; cependant je fais, de ma
     personne, vingt et vingt-cinq lieues par jour, à cheval, en
     voiture, de toutes les manières. Je me couche à huit heures,
     et je suis levé à minuit; je songe quelquefois que tu n'es
     pas encore couchée. Tout à toi.» (P. R.)]

M. Fox mourait en septembre; la partie du ministère anglais qui poussait
à la guerre reprenait de la puissance; le ministère russe était changé;
un mouvement national agitait la noblesse prussienne; le peuple
commençait à y répondre, l'orage se formait, et il creva par le refus
que le czar fit, tout à coup, de ratifier le traité signé à Paris par
son plénipotentiaire Oubril. Dès ce moment, la guerre fut décidée. Aucun
message officiel ne l'annonça, mais on en parla tout haut.

Au commencement de ce mois, j'étais revenue des eaux de Cauterets, et je
jouissais délicieusement de me retrouver au milieu de ma famille, quand
M. de Rémusat reçut, tout à coup, l'ordre de partir pour Mayence, où
l'empereur devait se rendre quelques jours après. Je fus profondément
affligée de cette nouvelle séparation. N'ayant aucun des honneurs qui
compensent, pour quelques femmes, les souffrances attachées à une union
avec un militaire, j'avais peine à me soumettre à des absences ainsi
renouvelées sans cesse. Je me souviens qu'après le départ de M. de
Rémusat, l'empereur me demanda pourquoi j'avais l'air si triste, et,
quand je lui répondis que c'était parce que mon mari m'avait quittée, il
se moqua de moi: «Sire, lui dis-je encore, j'ignore tout à fait les
jouissances héroïques, et j'avais mis, pour mon compte, ma part de
gloire en bonheur.» Il se prit à rire, en disant: «Du bonheur? Ah! oui,
il est bien question de bonheur dans ce siècle-ci!»

Avant le départ pour Mayence, je revis M. de Talleyrand. Il me témoigna
beaucoup d'amitié. Il m'assura que rien n'était si utile à notre avenir
que de voir M. de Rémusat nommé de tous les voyages; mais, comme il vit
que j'avais des larmes dans les yeux en l'écoutant, il me parla toujours
sérieusement, et je lui sus gré de ne point plaisanter sur une peine,
grave pour moi seule, et qui devait paraître légère, au fait, à tout le
monde, en comparaison de celle de tant de femmes qui voyaient leurs
maris et leurs fils courir à de nouveaux dangers. Il y a dans le
caractère de M. de Talleyrand, je dirais plutôt dans son goût, un tact
très fin qui le dirige toujours de manière à ne parler à chacun que le
langage qui convient; c'est un des grands charmes de sa personne.

Enfin, l'empereur partit tout à coup, le 25 septembre, et sans qu'aucun
message au Sénat annonçât les motifs de son absence[25]. L'impératrice,
qui le quittait toujours malgré elle, n'avait d'abord pas pu obtenir de
l'accompagner, et seulement elle comptait le rejoindre un peu plus tard;
mais elle le pressa tellement, le dernier jour qu'il demeura à
Saint-Cloud, que, vers minuit, il céda à ses instances, et la fit monter
dans sa voiture près de lui, une seule femme de chambre l'accompagnant.
La maison impériale ne la rejoignit que quelques jours après. Il n'était
plus question, pour moi, de songer à être de toutes ces courses, ma
santé ne me le permettait plus, et je crois pouvoir dire que
l'impératrice, accoutumée à la petite jouissance de vanité que lui avait
procurée l'entrée à sa cour des dames qui valaient mieux que moi,
ramenée à ses anciennes amitiés, me regrettait un peu. Quant à
l'empereur, il ne me comptait plus pour grand'chose, et en cela il avait
raison. Une femme n'était rien dans sa cour; une femme malade, moins que
rien.

     [Note 25: Ces départs, ces longues absences de l'empereur
     étaient fréquents, à un degré qu'on ne se représente pas
     aujourd'hui. Jamais souverain n'a moins habité sa capitale.
     Il existe un livre curieux intitulé: _Itinéraire général de
     Napoléon, chronologie du Consulat et de l'Empire, indiquant
     jour par jour, pendant toute sa vie, le lieu où était
     Napoléon, ce qu'il y a fait et les événements les plus
     remarquables qui se rattachent à son histoire, etc., par
     A.-M. Perrot. Paris, Bistor_, 1845. De ce livre, d'une
     exactitude très suffisante, surtout dans la période de
     grandeur impériale, on peut conclure que, depuis son
     avènement au trône jusqu'à l'abdication de 1814, Napoléon n'a
     passé que 955 jours à Paris, c'est-à-dire moins de trois ans,
     sur dix années de règne. Il a voyagé, sinon hors de France,
     du moins loin de Paris et des palais de Saint-Cloud, de la
     Malmaison, de Compiègne, de Rambouillet ou de Fontainebleau,
     plus de 1600 jours, c'est-à-dire plus de quatre années, et
     plusieurs fois son absence a duré six mois de suite. (P. R).]

Madame Bonaparte m'a souvent conté que son mari avait commencé cette
campagne de Prusse avec une sorte de répugnance. Le luxe et l'aisance
qui l'environnaient faisaient effet sur lui. Les âpretés de la vie des
camps effarouchaient son imagination. D'ailleurs, il n'était pas sans
inquiétude: la réputation des troupes prussiennes était grande; on
parlait beaucoup de l'excellence de cette cavalerie; la nôtre
n'inspirait pas encore de confiance, et les militaires s'attendaient à
une forte résistance. Le succès inouï, et si prompt, de la bataille
d'Iéna est un de ces miracles qui dérangent toutes les probabilités
humaines. Ce succès a confondu l'Europe entière, et constaté la fortune
de Bonaparte autant que son habileté, ainsi que la valeur française.

Son séjour à Mayence ne fut pas de longue durée. Les Prussiens étaient
entrés en Saxe, il était urgent de les joindre. Ce fut à l'ouverture de
cette campagne que l'empereur créa deux compagnies de gendarmes
d'ordonnance, dont le vicomte de Montmorency commanda l'une. C'était un
appel à la noblesse, afin qu'elle prît part à la gloire, et qu'elle
cédât à l'appât d'une apparence de privilège. En effet, quelques
gentilshommes s'engagèrent dans ce corps.

Tandis que les grands événements se préparaient, il fut décidé que
l'impératrice demeurerait à Mayence, avec la partie de sa cour qui
l'avait accompagnée. M. de Rémusat restait auprès d'elle, ayant la
surintendance de toute sa maison, et M. de Talleyrand devait aussi
demeurer à Mayence, jusqu'à nouvel ordre.

Au moment de quitter cette ville, l'empereur donna à mon mari le
spectacle d'une scène dont celui-ci fut dans l'instant très frappé. M.
de Talleyrand se trouvait dans le cabinet de l'empereur, M. de Rémusat y
recevait les derniers ordres; c'était le soir, et les voitures étaient
attelées; l'empereur dit à mon mari d'aller chercher sa femme; celui-ci
la ramena un moment après. Elle pleurait beaucoup. L'empereur, touché de
ses larmes, la pressa longtemps dans ses bras, paraissant avoir peine à
s'en séparer. Il éprouvait une émotion assez vive, M. de Talleyrand
semblait aussi fort préoccupé. L'empereur, tenant sa femme serrée contre
lui, s'approcha de M. de Talleyrand, lui tendant la main, il les entoura
tous deux dans ses bras, et, s'adressant à M. de Rémusat: «Il est
pourtant bien pénible, lui dit-il, de quitter les deux personnes qu'on
aime le mieux.» Et, en répétant ces paroles, l'espèce d'attendrissement
nerveux qu'il éprouvait augmenta tellement, que les larmes le gagnèrent,
et, presque aussitôt, il eut quelques convulsions qui devinrent assez
fortes pour lui causer un vomissement. Il fallut l'asseoir, lui faire
prendre de l'eau de fleur d'oranger; il répandait des larmes. Cet état
dura un quart d'heure. Après, il parvint à se rendre maître de lui, et,
se relevant tout à coup, il serra la main de M. de Talleyrand; il
embrassa sa femme une dernière fois, et dit à M. de Rémusat: «Les
voitures sont là, n'est-ce pas? avertissez ces messieurs, et marchons.»

Quand, au retour, mon mari me conta cette scène, il me causa une sorte
de joie. La découverte de la puissance que les sentiments naturels
pouvaient exercer quelquefois sur Bonaparte me paraissait toujours comme
une victoire à laquelle chacun de nous devait prendre sa part d'intérêt.
Il quitta Mayence le 2 octobre, à neuf heures du soir.

Rien n'avait encore été annoncé au Sénat, mais tout le monde s'attendait
à une guerre violente. Cette guerre était nationale de la part des
Prussiens, et en effet, en la déclarant, le roi avait cédé au voeu
ardent de toute sa noblesse et d'une partie de son peuple. D'ailleurs,
les bruits qui s'étaient répandus sur la fondation d'un royaume de
Pologne inquiétaient les souverains. Il s'agissait de faire une ligue du
Nord formée de tous les États que la confédération du Rhin
n'embrasserait pas. La jeune reine exerçait de l'empire sur son époux;
elle avait une grande confiance au prince Louis de Prusse, qui désirait
vivement cette occasion de se distinguer. Ce prince était brave,
aimable, plein de goût pour les arts; il communiquait son ardeur à
toute la jeune noblesse. L'armée prussienne, forte et belle, inspirait
une extrême confiance à cette nouvelle coalition; sa cavalerie passait
pour la meilleure de l'Europe. Quand on voit avec quelle facilité tout
cela fut dispersé, il faut croire que les chefs de l'armée furent très
inhabiles, et que le vieux prince de Brunswick, une seconde fois,
dirigea mal les généreux courages qui furent confiés à ses ordres.

À l'ouverture de cette campagne, il fut facile de s'apercevoir que déjà,
en France, on éprouvait quelque fatigue de voir la guerre remettre si
souvent en question les destinées générales et particulières. Le
mécontentement se devinait à l'expression triste des physionomies, et on
pouvait conclure que l'empereur aurait besoin de faire des miracles pour
échauffer un intérêt qui se refroidissait un peu. En vain, les journaux
étaient pleins d'articles qui peignaient la joie des conscrits en
s'enrôlant dans tous les départements; personne n'était dupe de cette
joie, et même ne croyait devoir feindre d'y croire. Paris retomba dans
cette morne tristesse où la guerre met toujours les capitales, tant
qu'elle dure. On admira, par cette exposition dont j'ai parlé, les
progrès de notre industrie, mais ce n'est pas avec de la curiosité seule
qu'on excite les sentiments nationaux, et, quand les citoyens sont
étrangers absolument à la marche de leur gouvernement, ils ne regardent
que comme un spectacle les progrès que ses actes font faire à leur
civilisation. En France, nous commencions à sentir quelque chose de
mystérieux dans la conduite de Bonaparte à notre égard; nous apercevions
que ce n'était pas pour nous qu'il agissait, et que les apparences d'une
prospérité, plus brillante que solide, étaient, en effet, ce qu'il
voulait de nous, afin qu'elles l'entourassent d'un nouvel éclat. Je me
souviens d'avoir écrit à mon mari pendant cette campagne: «La situation
des choses, la disposition des esprits sont bien changées; les miracles
militaires de cette année ne font pas la moitié tant d'effet que ceux de
l'autre. Je ne retrouve plus ici l'enthousiasme qu'a excité la bataille
d'Austerlitz[26].» L'empereur lui-même s'en aperçut; car, lorsque, après
le traité de Tilsit, il fut de retour à Paris, il disait: «La gloire
militaire s'use vite pour les peuples modernes. Cinquante batailles ne
produisent guère plus d'effet que cinq ou six. Je suis et serai toujours
pour les Français bien plutôt l'homme de Marengo, que celui d'Iéna et de
Friedland.»

     [Note 26: Les lettres de ma grand'mère témoignent, en
     effet, du grand changement qui s'était fait dans l'opinion,
     au sujet des succès militaires de l'empereur. La publication
     de ces lettres aura, je pense, un intérêt véritable, même en
     dehors des révélations politiques. Je réserve pour un avenir
     prochain cette publication; mais je pourrais appuyer, par des
     citations nombreuses, ce qui est dit ici, et dans les
     chapitres précédents, malgré la réserve qu'imposaient les
     indiscrétions de la poste. Voici, par exemple, ce qu'elle
     écrivait à son mari pendant cette campagne de Prusse, deux
     mois après la bataille d'Iéna, et avant celle d'Eylau, le 12
     décembre 1806: «Nous devons être bien prudents en
     correspondance, et, si j'ose dire, je trouve que vous vous
     laissez aller un peu dans la vôtre, et qu'il y a quelquefois
     certaines phrases philosophiques qui peuvent se prendre en
     mauvaise part. C'est un chagrin de plus de ne pouvoir même
     s'épancher en liberté à cette distance; mais il faut se
     résigner à tous les sacrifices, et espérer que celui-ci nous
     donnera une longue paix. La paix! On ne l'espère guère ici.
     Il y a un découragement, et un mécontentement général. On
     souffre et on se plaint hautement. Cette campagne ne produit
     pas le quart de l'effet qu'a produit l'autre. Nulle
     admiration, pas même d'étonnement, parce qu'on est blasé sur
     les miracles. Les bulletins sont tous reçus sans
     applaudissements aux théâtres; enfin l'impression générale
     est bien pénible. Je dirais même qu'elle est tout à fait
     injuste, car, enfin, il y a des cas où les événements
     entraînent, même les hommes les plus forts, plus loin qu'ils
     ne voudraient, et mon esprit se refuse à croire qu'une tête
     supérieure ne veuille trouver de gloire que dans la guerre.
     Ajoutez à cela la conscription, et ce nouvel arrête sur le
     commerce. La malveillance fait argent de tout, et juge sans
     raison; on ne veut voir que de la colère dans ces mesures. Je
     suis loin d'oser les juger, mais je sens qu'en dépit de tout
     ce que j'entends, j'ai besoin d'admirer, et de me fier à la
     puissance qui traîne après elle la destinée de tout ce qui
     m'est cher.» Cette lettre, on le voit, n'avait pas été
     confiée à la poste, mais était apportée par un ami. Mais,
     même en correspondant par la voie régulière, on se laissait
     aller à montrer ses émotions, ses défiances, presque
     l'horreur qu'inspirait un tel régime. La crainte, parfois,
     reprenait cependant, et, dans une des lettres qui précédaient
     celle-ci, ma grand'mère s'excusait de ne pouvoir envoyer à
     son mari, comme trop imprudente, une lettre de son fils
     Charles, âgé de neuf ans. Le jeune écolier, en effet, citait
     ce vers de Phèdre: _Humiles laborant ubi potentes dissident_,
     et se permettait cette phrase: «Je n'aime pas Philippe, parce
     qu'il a trop d'ambition.» (P. R.)]

Les projets de l'empereur sur l'Europe s'agrandissant toujours, il lui
importait de plus en plus de centraliser son administration, afin que
les rayons de sa volonté, partis d'un même point, pussent être portés
rapidement là où il voulait qu'ils se dirigeassent. À peu près certain
de la soumission du Sénat, amoindrissant chaque jour l'importance du
Corps législatif, décidé sans doute intérieurement à saisir la première
occasion de se débarrasser du Tribunat, il confiait un pouvoir plus
étendu à son conseil d'État composé d'hommes forts par l'esprit, et sur
le caractère desquels il exerçait une influence directe. Par un nouveau
décret de cette époque, il créa une commission des pétitions au conseil
d'État, composée de conseillers, de maîtres des requêtes et
d'auditeurs, qui se réunissaient trois fois la semaine, et dont le
travail devait lui être porté. MM. Molé et Pasquier, tous deux maîtres
des requêtes, furent nommés membres de cette commission. Tous deux
étaient entrés dans les affaires en même temps, tous deux, quoique d'un
âge fort différent[27], avec de beaux noms de magistrature, des
relations de société pareilles, un zèle égal et une ambition semblable,
se faisaient peu à peu connaître dans ce nouveau gouvernement.
Cependant, l'empereur montrait déjà plus de goût pour M. Molé. Il
exerçait de l'empire sur sa jeunesse, qui, toute grave qu'elle était, ne
pouvait cependant échapper à l'enthousiasme. Il se flattait de façonner
ses idées à son gré, et il y parvint assez bien, tandis qu'il profitait
des dispositions parlementaires qu'il retrouvait dans l'esprit de M.
Pasquier. «J'exploite l'un, disait-il quelquefois, et je crée l'autre.»
Je cite ce mot pour prouver encore combien son goût le portait à
appliquer l'analyse à sa conduite envers tout le monde.

     [Note 27: M. Molé avait alors vingt-six ans, M. Pasquier
     à peu près quarante ans.]

On vit à Paris, dans l'automne de cette année, des courses de chevaux,
décrétées par l'empereur lui-même, lorsqu'il n'était encore que consul.
En vérité, la France était devenue un grand parterre assemblé, devant
lequel on donnait des représentations de tout genre, à cette condition
seulement que les mains ne se lèveraient que pour applaudir.

Enfin, le 4 octobre, le Sénat fut convoqué. L'archichancelier, comme par
le passé, comme il était réglé pour l'avenir, vint annoncer la guerre
par un discours insignifiant et pompeux. Il lut ensuite une lettre de
l'empereur, datée de son quartier général, qui déclarait le roi de
Prusse l'agresseur, qui déplorait l'influence du génie du mal venant
sans cesse troubler le repos de la France, et qui annonçait que
l'envahissement de la Saxe l'avait forcé de marcher rapidement en avant.
Cette lettre était accompagnée du rapport officiel du ministre des
affaires étrangères, qui ne pouvait trouver aucune cause raisonnable à
la guerre, qui s'étonnait si la liberté accordée aux villes anséatiques
avait inquiété le gouvernement prussien, et qui citait une note de M. de
Knobelsdorff, nouveau chargé d'affaires de Prusse. Il se répandit que,
quelque temps auparavant, M. de Lucchesini, dévoué, disait-on, à
l'Angleterre, avait effrayé la cour par des rapports _peu fondés_ sur
les projets de monarchie universelle du gouvernement français.
L'empereur, instruit de ces démarches, avait demandé le rappel de M. de
Lucchesini. M. de Knobelsdorff le remplaçait, mais ce changement ne
produisit rien; les deux cabinets se brouillèrent de plus en plus;
l'empereur partit; le ministre prussien reçut une dernière note de son
souverain, qui demandait l'évacuation prompte de toute l'Allemagne par
les troupes françaises, et qui exigeait que la ratification de cette
demande fût envoyée au quartier général du roi de Prusse, le 8 octobre.
M. de Knobelsdorff dépêcha cette note à M. de Talleyrand, encore à
Mayence, qui l'envoya à l'empereur déjà à Bamberg.

Dans le premier bulletin qui rend compte de l'ouverture de cette
campagne, voici ce qui est raconté à cette occasion: «Le 7, l'empereur a
reçu un courrier de Mayence porteur de la note de M. de Knobelsdorff, et
d'une lettre du roi de Prusse de vingt pages qui n'était qu'un mauvais
pamphlet, dans le genre de ceux que le cabinet anglais fait faire par
ses écrivains à 500 livres sterling par an. L'empereur n'en acheva
point la lecture, et dit aux personnes qui l'entouraient: «Je plains
mon frère le roi de Prusse: il n'entend pas le français, il n'a sûrement
pas lu cette rhapsodie.» Puis il dit au maréchal Berthier: «Maréchal, on
nous donne un rendez-vous d'honneur pour le 8, jamais un Français n'y a
manqué. Mais, comme on dit qu'il y a une belle reine qui veut être
témoin des combats, soyons courtois, et marchons, sans nous coucher,
vers la Saxe.»

Les hostilités commencèrent, en effet, le 8 octobre 1806.

La proclamation de l'empereur à ses soldats portait, comme toutes les
autres, l'empreinte de cette manière qui n'appartient réellement à aucun
siècle, et qui lui est particulière:

«Marchons donc, disait-il, puisque la modération n'a pu les faire sortir
de cette étonnante ivresse. Que l'armée prussienne éprouve le même sort
qu'elle subit il y a quatorze ans. Qu'ils apprennent que, s'il est
facile d'acquérir un accroissement de domaines et de puissance, avec
l'amitié du grand peuple, son inimitié, qu'on ne peut provoquer que par
l'abandon de tout esprit de sagesse et de raison, est plus terrible que
les tempêtes de l'Océan.»

Au même moment, le roi de Hollande, Louis Bonaparte, revint à la Haye
pour assembler les états, et leur demander une loi qui ordonnât le
payement par anticipation d'une année de l'impôt territorial. Après
avoir obtenu cette loi, il alla porter son quartier général sur les
frontières de son royaume. Ainsi les Hollandais, à qui on avait annoncé
une belle suite de prospérités, pour récompense du sacrifice de leur
liberté, se voyaient frappés, dès la première année, de la crainte de la
guerre, d'un doublement d'impôts, et du blocus continental, qui
neutralisait leur commerce.

Madame Louis Bonaparte vint joindre sa mère à Mayence, et parut respirer
en se retrouvant au milieu des siens. La jeune princesse de Bade y vint
aussi; elle était encore à cette époque dans une assez grande froideur
avec son époux. L'impératrice eut la visite du prince primat, et de
quelques souverains de la Confédération. La vie qu'elle menait à Mayence
était donc assez brillante par les personnages marquants que sa présence
y attirait. Elle eût préféré à tout de suivre partout l'empereur,
qu'elle aimait à surveiller; mais, quand elle lui écrivait pour le
joindre, il lui répondait: «Je ne puis t'appeler près de moi; je suis
l'esclave de la nature des choses et de la force des circonstances;
attendons ce qu'elles décideront.»[28]

     [Note 28: Cette lettre ne se trouve point dans la
     Correspondance générale de Napoléon Ier publiée sous le
     second empire. Mais les lettres qui y sont insérées, pour
     cette époque, ressemblent fort à celle-ci, pour la forme et
     le fond. C'était, d'ailleurs, le sujet ordinaire des lettres
     de l'empereur à Joséphine, pendant toutes ses campagnes.
     Voici, par exemple, ce qu'il lui écrivait de Varsovie
     quelques mois plus tard, le 23 janvier 1807. «Je reçois ta
     lettre du 15 janvier. Il est impossible que je permette à des
     femmes un voyage comme celui-ci: mauvais chemins, chemins peu
     sûrs et fangeux. Retourne à Paris, sois-y gaie, contente;
     peut-être y serai-je aussi, bientôt. J'ai ri de ce que tu me
     dis que tu as pris un mari pour être avec lui; je pensais,
     dans mon ignorance, que la femme était faite pour le mari, le
     mari pour la patrie, la famille et la gloire. Pardon de mon
     ignorance; l'on apprend toujours avec nos belles dames.
     Adieu, mon amie; crois qu'il m'en coûte de ne pas te faire
     venir. Dis-toi: «C'est une preuve combien je lui suis
     précieuse.» (P. R.)]

L'impératrice, agitée par les dangers qu'allait de nouveau courir son
époux, ne trouvait pas autour d'elle des personnes qui répondissent
affectueusement à ses inquiétudes. Elle avait emmené des dames qui
appartenaient par leurs noms à des souvenirs qu'elles croyaient avoir le
droit de conserver dans la nouvelle cour; et elles se permettaient des
discours un peu opposés à la guerre qu'on entreprenait, et surtout elles
gardaient un intérêt assez naturel pour cette belle reine, qui devint
bientôt l'objet d'injures publiées dans chaque bulletin. La mort du
prince Louis de Prusse, que quelques-unes des dames du palais, émigrées
autrefois, avaient connu, les affligea, et il se forma autour de notre
souveraine une petite opposition dédaigneuse, à la tête de laquelle
madame de la Rochefoucauld se mit volontiers. M. de Rémusat, chargé de
la surveillance de cette petite cour, recevait les plaintes de
l'impératrice, qui, vivant toujours assez oisivement, était accessible
au bruit désagréable de tant de paroles inutiles qu'elle aurait dû
dédaigner. Il l'engageait à s'en peu soucier, et aussi à n'en faire
aucune confidence à l'empereur, qui eût attaché à tout cela une
importance peu nécessaire. Mais madame Bonaparte, blessée, écrivait tout
à son mari, et, plus tard, M. de Talleyrand, présent à ces orages, qui
pouvaient si facilement se dissiper, en voulut amuser l'empereur, qui ne
pensa nullement à prendre la chose gaiement. Je me suis arrêtée sur ce
sujet pour pouvoir dire plus tard ce qui nous en advint, à nous
personnellement.

Toutefois cette vie tracassière et vide, quoique active, d'une cour
ennuyait profondément mon mari. Il s'amusait à apprendre l'allemand
«pour, m'écrivait-il, mettre au moins dans sa journée une occupation qui
pesât quelque chose.» Il trouvait aussi, de plus en plus, du charme dans
la société de M. de Talleyrand, qui le recherchait, lui témoignait
confiance et réellement amitié. Toutes les fois qu'on prête à M. de
Talleyrand la moindre apparence d'un sentiment, on est obligé
d'accompagner son assertion de quelque mot affirmatif qui annonce qu'on
a prévu le doute qu'elle inspirerait, et les jugements du monde sont
sévères à son égard, ou tout au moins trop absolus. Je l'ai vu capable
d'affection, et j'ose dire que, s'il avait sur ce point tout à fait
trompé mon âme, je ne me serais point attachée de si bonne foi à lui.

Pendant ce temps, moi, je vivais très paisiblement à Paris, auprès de ma
mère, de ma soeur et de mes enfants, recevant une société distinguée,
accueillant un bon nombre de gens de lettres, que l'autorité de mon mari
sur les spectacles attirait chez moi. Il n'y avait que la princesse
Caroline, duchesse de Berg, qui demandait qu'on lui rendît quelques
devoirs. Elle habitait l'Élysée, et y tenait un assez grand état; on lui
faisait des visites, ainsi qu'à l'archichancelier Cambacérès; on
passait de temps à autre chez les ministres, et, le reste du temps, on
vivait en paix. Les nouvelles étaient reçues sans enthousiasme, mais non
sans intérêt, parce que les familles tenaient toutes, plus ou moins, à
quelques militaires.

La certitude que la haute police planait sans cesse sur tous les salons
s'opposait à toute réflexion; on se concentrait donc dans une
préoccupation secrète, qui tenait chacun assez isolé, et qui convenait à
l'empereur.

Il arriva pourtant, pendant cette campagne, un petit incident qui amusa
Paris durant quelques semaines. Le 23 octobre, le cardinal Maury fut
choisi par la classe de l'Institut à laquelle on a rendu le nom
d'Académie française, pour succéder à M. Target. Quand il fut question
de le recevoir, on s'avisa tout à coup de demander si on lui donnerait,
en lui parlant, le titre de _monseigneur_; il se trouva une grande
opposition. Avant la Révolution, la même discussion s'était élevée déjà
une fois. D'Alembert et l'Académie du temps avaient réclamé sur les
droits de l'égalité dans le sanctuaire des lettres; et cette Académie,
en 1806, devenue le côté droit, opinait pour accorder le _monseigneur_,
contre l'opinion de l'autre côté, à la tête duquel on voyait Régnault
de Saint-Jean-d'Angély, son beau-frère Arnault, Chénier, etc. Le débat
devint si vif, le cardinal déclara avec tant d'aigreur qu'il ne se
présenterait point, si on ne lui rendait pas ce qui lui était dû; la
difficulté de prendre librement une décision quelconque était si grande,
qu'on se détermina à en référer à l'empereur lui-même, et cette
vaniteuse discussion lui fut portée sur les champs de bataille.
Cependant, quand le cardinal rencontrait quelques membres de l'Institut
qui lui étaient opposés, il les attaquait par des paroles violentes. Une
fois, se trouvant à dîner chez madame Murat, il s'établit une querelle
assez amusante entre lui et M. Régnault; j'en fus témoin; et, dès que
les premières paroles furent dites, le cardinal engagea M. Régnault à
passer dans un autre salon; M. Régnault y consentit, à condition que
quelques personnes le suivissent. Le cardinal, piqué, commença à
s'échauffer beaucoup: «Vous ne vous rappelez donc pas, disait-il, qu'à
l'Assemblée constituante, monsieur, je vous ai appelé _petit
garçon_.--Ce n'est pas une raison, répondait l'autre, pour que nous vous
donnions aujourd'hui une marque de respect.--Si je me nommais
Montmorency, reprenait le cardinal, je me moquerais de vous; mais mon
talent seul me porte à l'Académie, et, si je vous cédais sur le
_monseigneur_, le lendemain vous me traiteriez de camarade.» M. Régnault
rappelait qu'une seule fois l'Académie française avait cédé à l'usage du
_monseigneur_, et que ce fut à l'égard du cardinal Dubois, qui fut reçu
par Fontenelle: «Mais, ajoutait-il, les temps sont bien changés.»
J'avoue qu'en regardant le cardinal Maury, j'osais penser, un peu, que
les hommes ne l'étaient pas beaucoup. Enfin ce débat devint assez vif;
on le manda à l'empereur, qui fit donner l'ordre aux académiciens
d'accorder le _monseigneur_ au cardinal. Aussitôt, tout le monde se
soumit, et l'on n'en parla plus.



CHAPITRE XXII.

(1806-1807.)


Mort du prince Louis de Prusse.--Bataille d'Iéna.--La reine de Prusse et
l'empereur Alexandre.--L'empereur et la Révolution.--Vie de la cour à
Mayence.--Vie de Paris.--Le maréchal Brune.--Prise de Lubeck.--La
princesse de Hatzfeld.--Les auditeurs au conseil d'État.--Souffrances de
l'armée.--Le roi de Saxe.--Bataille d'Eylau.


L'empereur avait quitté Bamberg, et se hâtait de voler au secours du roi
de Saxe. Nos armées, réunies toujours avec cette étonnante promptitude
qui déjouait toutes les combinaisons étrangères, marchaient au-devant de
l'ennemi. Les premières affaires eurent lieu à Saalfeld, entre le
maréchal Lannes et l'avant-garde du prince de Hohenlohe commandée par le
prince Louis de Prusse. Ce dernier, brave jusqu'à l'imprudence, se
battit en soldat; s'étant pris corps à corps avec un simple maréchal des
logis, et refusant de se rendre, il tomba sur le champ de bataille,
percé de coups. Sa mort ébranla la confiance des Prussiens, et anima
celle de nos guerriers. «Si les derniers instants de sa vie, dit le
bulletin impérial, ont été ceux d'un mauvais citoyen, sa mort est
glorieuse et digne de regrets. Il est mort comme doit désirer de mourir
tout bon soldat[29].»

     [Note 29: Il paraît certain qu'il ne fut tué que pour
     avoir voulu sauver la vie à un de ses amis. Ceux qui l'ont
     approché disent qu'il n'avait qu'un défaut: c'était d'être
     jaloux de toute espèce de succès. Cette faiblesse est assez
     commune dans les princes; le mérite qui leur est utile a
     besoin souvent de se faire pardonner. Le prince Louis était
     neveu du roi de Prusse.]

Je ne sais si ce prince a passé en Prusse pour avoir préféré sa propre
gloire à l'intérêt de son pays, en excitant cette guerre. Peut-être
était-il imprudent de la commencer alors, et sans doute il eût fallu le
faire lors du soulèvement de la coalition de l'année précédente;
pourtant le sentiment du prince Louis était encore, alors, partagé par
une grande portion de sa nation.

Durant quelques jours, les bulletins rendirent compte de plusieurs
affaires partielles qui n'étaient que le prélude de la grande bataille
du 14 octobre. On y représentait la cour de Prusse dans un grand
trouble, et on y donnait, en passant, un conseil tout despotique aux
princes qui se jettent dans l'hésitation, en consultant la multitude sur
les grands intérêts politiques, trop au-dessus de sa portée. Comme si
les nations, au point où elles sont arrivées aujourd'hui, pouvaient
consentir longtemps à confier à leurs chefs l'argent levé sur elles et
les hommes pris dans leurs rangs, sans s'informer des causes de l'emploi
qu'on fait et de l'un et des autres! Oui, sans doute, Bonaparte a arrêté
d'une main de fer les progrès, révolutionnaires par leurs formes,
libéraux et utiles dans les principes, que cette époque devait
nécessairement faire faire aux hommes de toutes classes. Mais c'est
peut-être parce qu'il a un moment élevé cette digue inattendue,
qu'aujourd'hui les peuples paraissent montrer une disposition un peu
trop précipitée à reconquérir tous leurs droits.

Le 14 octobre, les deux armées se joignirent et cette grande bataille,
en peu d'heures, détermina le sort du roi de Prusse. Cette cavalerie si
redoutable ne tint pas contre notre infanterie. La confusion des ordres
en mit dans les manoeuvres; un grand nombre de Prussiens furent tués ou
pris[30]; des généraux demeurèrent sur le champ de bataille; le prince
de Brunswick fut blessé gravement, le roi obligé de fuir, enfin la
déroute complète. Nos bulletins furent remplis des éloges du maréchal
Davout, qui, en effet, contribua fort au succès de la journée, ce que
l'empereur ne craignit pas d'avouer. Il n'était pas dans sa coutume de
rendre toujours également justice à tous ses généraux. Lorsqu'à son
retour l'impératrice l'interrogea sur les louanges qu'il avait fait
imprimer relativement au maréchal Davout, dans cette occasion: «Eh! lui
répondit-il en riant, je puis tant que je voudrai lui donner sans danger
de la gloire, il ne sera jamais assez fort pour la porter.»

     [Note 30: Voici de quelle façon l'empereur rendait compte
     à l'impératrice de la bataille d'Iéna, sur le champ de
     bataille même, le 15 octobre 1806: «Mon amie, j'ai fait de
     belles manoeuvres contre les Prussiens. J'ai remporté hier
     une grande victoire. Ils étaient cent cinquante mille hommes;
     j'ai fait vingt mille prisonniers, pris cent pièces de canon,
     et des drapeaux. J'étais en présence et près du roi de
     Prusse; j'ai manqué de le prendre, ainsi que la reine. Je
     bivouaque depuis deux jours. Je me porte à merveille. Adieu,
     mon amie; porte-toi bien et aime-moi. Si Hortense est à
     Mayence, donne-lui un baiser, ainsi qu'à Napoléon et au
     petit.» (P. R.)]

Il arriva, le soir de cette bataille, une aventure assez piquante à M.
Eugène de Montesquiou[31]. Il était officier d'ordonnance; l'empereur
l'envoya au roi de Prusse avec une lettre dont je parlerai plus bas. On
le garda au quartier général prussien toute la journée; on n'y doutait
point de la défaite des Français, on voulait l'en rendre témoin. Il fut,
en effet, spectateur inactif mais agité de l'événement. Les généraux, et
particulièrement Blücher[32], affectaient de donner des ordres
inquiétants devant lui. Vers le soir, ce jeune homme, entraîné par les
fuyards, chercha à rejoindre notre armée. Dans sa course, il rencontra
deux Français qui se joignirent à lui; à eux trois, ils vinrent à bout
de s'emparer de dix-huit Prussiens débandés qu'ils ramenèrent en
triomphe à l'empereur; cette petite prise l'amusa beaucoup.

     [Note 31: Fils aîné de celui qui a été chambellan. Il fut
     tué, depuis, en Espagne.]

     [Note 32: Que nous avons vu, depuis, entrer deux fois
     dans Paris, à la tête de son armée.]

La bataille d'Iéna fut suivie d'une de ces marches rapides que Bonaparte
savait si bien imposer à son armée, dès qu'elle avait vaincu. Personne
n'a jamais su mieux que lui profiter de la victoire; il étourdissait
l'ennemi, en ne lui laissant pas le temps de respirer.

La ville d'Erfurt capitula le 16; le roi de Saxe fut un peu admonesté
d'avoir cédé au roi de Prusse, en lui ouvrant ses États, et en prenant
part au commencement de cette guerre, mais on lui renvoya ses
prisonniers. Le général Clarke fut gouverneur d'Erfurt.

Tous les bulletins de cette époque ont un caractère plus remarquable que
les autres. Bonaparte était irrité d'avoir été trompé par l'empereur
Alexandre; il avait cru pouvoir compter sur l'éternelle neutralité de la
Prusse; il se blessait de l'influence anglaise sur le continent; sa
mauvaise humeur perçait à chacune des phrases qu'il dictait. Il
attaquait tour à tour le gouvernement anglais, la noblesse prussienne
qu'il voulait dénoncer au peuple, la jeune reine[33], les femmes, etc.
De grandes et belles expressions, souvent poétiques, venaient, sans
transition, se perdre dans une suite d'injures grossières et communes.
Il satisfaisait ses petites passions, mais il se dégradait dans ses
opinions particulières, et surtout il choquait le bon goût parisien.
Nous commencions à nous accoutumer aux miracles militaires, et la
critique _s'accrochait_, pour ainsi dire, à la forme dans laquelle ils
nous étaient transmis. Après tout, cette attention que donnent les
peuples aux paroles des rois n'est pas si puérile qu'on le pense. Les
paroles des souverains dévoilent souvent leur caractère encore plus que
leurs actions, et, pour des sujets, le caractère du prince a la première
de toutes les importances.

     [Note 33: Bulletin du 17 octobre:

     «La reine est une femme d'une jolie figure, mais de peu
     d'esprit, etc.»

     Et plus tard:

     «On dit dans Berlin: «La reine était si bonne, si douce!
     Mais, depuis cette fatale entrevue avec le bel empereur,
     comme elle est changée!»]

Le roi de Prusse, poussé l'épée dans les reins, demanda un armistice qui
lui fut refusé, et cependant la ville de Leipzig fut prise. Les Français
traversèrent le champ de bataille de Rosbach, et la colonne qui
rappelait notre défaite fut enlevée et envoyée à Paris.

Le 22 octobre, M. de Lucchesini vint à notre quartier général. Il
apporta une lettre du roi de Prusse, que le secret ordonné dans les
affaires diplomatiques, disait _le Moniteur_[34], ne permet point de
publier. «Mais, ajoutait le journal, la réponse de l'empereur a été
trouvée si belle, qu'il en a couru quelques copies, et nous allons
donner celle qui est tombée dans nos mains.»

     [Note 34: _Moniteur_ du 30. En mettant de côté les
     circonstances, plus ou moins impérieuses, qui motivèrent la
     détermination du roi de Prusse à rompre la paix, la lettre de
     Bonaparte est remarquable.]

Toutes les déterminations de l'empereur, depuis les plus grandes
jusqu'aux plus petites, semblaient toujours appuyées sur cette raison de
la fable de la Fontaine: _Parce que je m'appelle Lion_.

«Les Prussiens s'étonnent de l'activité de la poursuite; ces messieurs
étaient sans doute accoutumés aux manoeuvres de la guerre de Sept ans.»
Et, lorsqu'ils voulaient demander trois jours, pour enterrer leurs
morts: «Songez aux vivants, a répondu l'empereur, et laissez-nous le
soin d'enterrer les morts, il n'y a pas besoin de trêve pour cela[35].»

     [Note 35: À cette époque M. Daru, intendant de la maison
     de l'empereur, fut nommé intendant de l'armée. La Prusse
     conserve aujourd'hui encore le souvenir de la manière sévère
     dont il leva partout les contributions. Il a laissé dans ce
     pays une réputation terrible, et, pourtant, qui l'aura connu,
     dira que c'est un homme dont les opinions ne sont point
     violentes, aimant les lettres, et qui s'est fait des amis.
     Mais, alors, la soumission paraissait le premier des devoirs.
     L'empereur la voulait dans le fond et dans la forme. Les
     qualités ou les vices des maîtres développent les unes ou les
     autres chez leurs sujets.]

Le 24 octobre, l'empereur arriva à Potsdam. On pense bien qu'il visita
Sans-Souci, et que les souvenirs du grand Frédéric durent se retrouver
dans les bulletins. _Le bel empereur_ et _la jolie reine_ y reçurent
encore de nouveaux affronts, ce qui nous annonça que la guerre avec la
Russie suivrait celle avec la Prusse, et nous consterna à Paris. Les
nouvelles étaient lues publiquement sur le théâtre, mais n'excitaient
plus guère que quelques applaudissements gagnés. «La guerre, toujours la
guerre, voilà donc où nous sommes réduits!» et cette parole, prononcée
avec plus ou moins d'amertume, attristait les personnes attachées à
l'empereur, et qui pourtant n'y pouvaient répondre.

Ce même jour, 25 octobre, la citadelle de Spandau se rendit.

On joignit à tous ces récits la lettre d'un prétendu soldat, écrite
d'une ville du duché de Brunswick. On y louait avec enthousiasme la
valeur française, on la représentait comme une suite du système
militaire qui dirigeait nos armées: «Il n'est pas moins vrai, disait-on,
qu'un soldat qui peut se dire: «Il n'est pas impossible que je devienne
maréchal d'Empire, prince ou duc, ainsi que tout autre,» doit être
encouragé par cette pensée. À Rosbach, c'était tout différent. Alors
étaient à la tête de l'armée française des gens de qualité qui ne
devaient leur rang qu'à la naissance et à la protection d'une Pompadour,
et qui commandaient à des soi-disant soldats, sur la trace desquels,
après leur défaite, on ne trouva que des bourses à cheveux et des sacs à
poudre.»

Enfin, quand l'empereur fut entré dans Berlin, le 27 octobre, _au milieu
des plus nombreuses acclamations_, il soulagea son mécontentement contre
ceux des grands seigneurs prussiens qui se présentèrent à lui. «Mon
frère, le roi de Prusse, dit-il, a cessé d'être roi, le jour où il n'a
pas fait pendre le prince Louis, lorsqu'il a été assez osé pour aller
casser les fenêtres de ses ministres[36].» Il adressa ces dures paroles
au comte de Nesch: «Je rendrai cette noblesse de cour si petite, qu'elle
sera obligée de mendier son pain.»

     [Note 36: Le jeune prince s'était permis cette action de
     garnison contre M. d'Haugwitz, qui revenait de France et
     opinait pour la paix.]

En proférant et publiant ces paroles violentes, l'empereur, non
seulement satisfaisait sa colère contre les instigateurs de cette
guerre, mais encore il croyait remplir ainsi les engagements qu'il
avait été forcé de prendre avec notre révolution. Quoiqu'il fût un
contre-révolutionnaire déterminé, il lui fallait bien, de temps en
temps, rendre quelque hommage aux idées qui, par une fatale déviation,
avaient produit son avènement. Un désir égaré de l'égalité, un noble
besoin de la liberté, furent les causes de nos discordes civiles, il le
savait; mais, dévoré de la soif de commander, et évitant de nous
encourager à cette liberté qui, si on vient à bout de la fonder, sera la
plus honorable conquête de l'époque où nous vivons, dans le marché qu'il
lui fallait conclure avec son temps, il se bornait à préconiser
l'égalité. Premièrement, il sentait qu'il ne l'atteindrait plus.
D'ailleurs, le désir immodéré du nivellement, excité par l'exaltation
des parties les moins généreuses de notre nature, s'irrite à la vue
d'une supériorité quelconque. Par cela même qu'il trouble notre raison,
ce désir nous met dans un état dont un homme fort peut facilement
profiter pour nous subjuguer. Tandis que l'amour de la liberté, au
contraire, est un sentiment exempt de toute personnalité, qui tend vers
la civilisation la plus parfaite. Il est donc prouvé qu'un souverain
généreux devrait aujourd'hui cultiver ce beau penchant des peuples;
mais il est reconnu que Bonaparte ne voulait grandir que son pouvoir.
Pour y réussir, tantôt, oubliant son origine, il parlait et agissait
comme un roi par la grâce de Dieu, et, pour ainsi dire, toutes ses
paroles devenaient féodales; tantôt il se livrait à un certain
jacobinisme, sachant bien qu'il y a despotisme partout où il y a
exagération de système, et, alors, il insultait les rois légitimes, il
flétrissait les souvenirs, il dénonçait la noblesse aux plébéiens de
tout pays. Jamais il ne s'est avisé de constater nulle part les vrais
droits des nations; et cette aristocratie modeste des lumières et d'une
noble civilisation lui déplaisait bien plus, au fond, que celle des
titres et des privilèges qu'il exploitait à son gré.

Le 29 octobre, M. de Talleyrand quitta Mayence, pour se rendre auprès de
l'empereur, qui le mandait. M. de Rémusat le vit partir avec un extrême
regret. Il trouvait de grands plaisirs dans sa conversation. L'oisiveté
un peu solennelle de cette vie de cour les rendait alors nécessaires
l'un à l'autre. M. de Talleyrand, ayant aperçu la sûreté du commerce de
mon mari et l'étendue de ses lumières, quittait avec lui ses habitudes
silencieuses, et lui livrait quelques-unes de ses opinions sur les
événements, et sur leur maître commun. Aristocrate par goût, par
système, par état, M. de Talleyrand ne trouvait point mauvais que
Bonaparte contraignît la Révolution dans ce qu'il regardait comme ses
exagérations; mais il eût souhaité que son caractère moins farouche, sa
volonté moins passionnée, ne l'écartassent point de la route où il le
dirigeait souvent, par des conseils mesurés et habiles. Particulièrement
éclairé sur les situations politiques européennes, plus versé dans ce
qu'on appelle le _droit des gens_ que dans le _vrai droit des nations_,
il s'expliquait avec une grande justesse sur la marche diplomatique
qu'il eût désiré qu'on suivît. Dès lors, il s'effrayait de l'importance
que la Russie pouvait prendre en Europe, il opinait sans cesse pour
qu'on fondât une puissance indépendante, entre nous et les Russes, et il
favorisait pour cela les désirs animés, quoique vagues, des Polonais.
«C'est le royaume de Pologne, disait-il toujours, qu'il faut créer.
Voilà le boulevard de notre indépendance; mais il ne faut pas le faire à
demi.» Plein de ce système, il partit pour rejoindre l'empereur, bien
déterminé à lui conseiller de mettre à profit sa brillante fortune.

Après son départ, M. de Rémusat me manda qu'il retombait dans un
profond ennui. La cour de Mayence vivait ordonnée et monotone.
L'impératrice y était, comme ailleurs, comme partout, douce, rangée,
oisive, et craignant d'agir, parce qu'elle redoutait, de loin comme de
près, de déplaire à son époux. Sa fille, heureuse d'échapper à son
triste intérieur, remplissait ses journées de je ne sais quelles
distractions un peu trop enfantines pour sa position et son rang[37].
Elle jouissait beaucoup, ainsi que sa mère, des heureuses dispositions
de son jeune fils, alors plein de vie, de beauté, et fort développé pour
son âge. Les princes d'Allemagne venaient faire leur cour à Mayence. On
donnait de grands repas, on se promenait, on se parait avec soin, on
souhaitait des nouvelles. La cour désirait revenir à Paris;
l'impératrice demandait à aller à Berlin, et tout demeurait, là comme
ailleurs, suspendu à la volonté d'un seul homme.

     [Note 37: Il est difficile de ne pas remarquer que la
     reine Hortense et sa cour s'amusaient un peu comme des
     pensionnaires. C'était une suite de la camaraderie de la
     maison de madame Campan. Louis Bonaparte, ou Napoléon III,
     semblait avoir hérité quelque chose de cela. Il avait, même
     fort loin de la jeunesse, un goût pour les jeux innocents,
     les colin-maillard, les farces de société, qui semble un peu
     étrange. C'est, dit-on, la seule chose qui le déridât,
     l'amusât, et lui donnât une sorte d'amabilité qu'il n'avait
     point dans les relations du monde et de la politique, où il
     portait une froideur extrême. (P. R.)]

À Paris, la vie était morne mais paisible. L'absence de l'empereur
semblait toujours apporter un peu de soulagement. On n'y parlait pas
davantage, mais on paraissait mieux respirer, et cette _allégeance_ se
remarquait surtout dans ceux qui tenaient de plus près à son
gouvernement. Mais, comme je l'ai déjà dit, l'impression des victoires
s'usait de plus en plus, et des yeux exercés auraient dès lors deviné
que ce n'étaient plus les succès de ce genre qui devaient exciter chez
les peuples un enthousiasme durable.

L'armée du prince Eugène avançait aussi en Albanie, et le maréchal
Marmont tenait tête aux Russes, qui s'ébranlaient de ce côté. Une
nouvelle proclamation de l'empereur à ses soldats fut publiée. Cette
proclamation annonçait la rupture avec la Russie et l'intention de
marcher en avant, promettait de nouveaux triomphes, et déclarait tout
_l'amour_ que Bonaparte portait à son armée. Le maréchal Brune[38],
commandant l'armée de réserve demeurée à Boulogne, fit à cette occasion
ce singulier ordre du jour qu'on imprima dans _le Moniteur_ où tout
s'imprimait, par ordre:

«Soldats, vous lirez quinze jours de suite dans vos chambrées la
proclamation sublime de Sa Majesté l'empereur et roi à la grande armée.
Vous l'apprendrez par coeur. Chacun de vous, attendri, répandra les
larmes du courage, et sera pénétré de cet enthousiasme irrésistible
qu'inspire l'héroïsme.» À Paris, personne ne fut attendri, et cette
prolongation de la guerre nous consterna.

     [Note 38: Le même qui fut égorgé à Avignon, en 1815.]

Cependant, l'empereur demeurait à Berlin, dont il avait fait son
quartier général. Il annonçait dans ses bulletins que la grande et belle
armée prussienne avait disparu, comme un brouillard d'automne, et il
faisait achever par ses lieutenants la conquête de tous les États
prussiens. On frappait en même temps une contribution de 150 millions;
toutes les villes se rendaient peu à peu: Küstrin, Stettin, un peu plus
tard Magdebourg. Lubeck, qui voulut résister, avait été prise d'assaut
et horriblement pillée; on s'y battit dans toutes les rues, et je me
souviens que le prince Borghèse, qui prit part à cet assaut, nous
raconta le détail des cruautés que les soldats exercèrent dans cette
malheureuse ville. «Le spectacle dont j'ai été témoin, nous disait-il,
m'a donné une idée de l'état d'enivrement sanglant dans lequel la
résistance d'abord, et la victoire après, peuvent mettre le soldat.» Et
il ajoutait: «Dans un tel moment, tous les officiers sont soldats.
Moi-même, j'étais hors de moi, j'éprouvais, comme tout le monde, une
sorte d'ardeur égarée d'exercer ma force sur les individus et sur les
choses. J'aurais honte aujourd'hui de me rappeler des horreurs absurdes.
Au travers d'un pareil danger, quand il faut se faire jour avec le
sabre, au milieu des flammes qui dévorent tout sous vos yeux, lorsque le
bruit du canon, ou d'une continuelle mousqueterie, se mêle aux cris
d'une multitude qui se presse, se cherche, ou se fuit, dans l'espace
rétréci d'une rue, alors la tête se perd tout à fait. Il n'existe
peut-être pas d'atrocité, il n'existe pas de folie dont on ne soit
capable. On détruit sans profit pour personne, mais on cède à je ne sais
quelle fièvre qui excite toutes les facultés les plus désordonnées.»

Après la prise de Lubeck, le maréchal Bernadotte y demeura quelque
temps, en qualité de gouverneur, et ce fut à cette époque qu'il jeta les
fondements de son élévation future. Il montra une extrême équité et un
grand soin, pour adoucir les plaies que la guerre avait faites autour
de lui; il maintint son armée dans une exacte discipline; il séduisit,
il consola par la douceur de ses manières, et il laissa dans cette
contrée une profonde admiration, et un véritable attachement pour lui.

Tandis que l'empereur séjournait à Berlin, le prince de Hatzfeld, qui y
était demeuré, et qui, disent les bulletins, s'en reconnaissait
gouverneur, avait une correspondance secrète avec le roi de Prusse, dans
laquelle il rendait compte des mouvements de notre armée. Une de ses
lettres fut saisie, et l'empereur ordonna qu'on l'arrêtât, et qu'on le
fît passer devant une commission militaire. Sa femme, grosse et au
désespoir, essaya de parvenir jusqu'à l'empereur, et, ayant obtenu une
audience, se jeta à ses pieds. Il lui montra la lettre du prince; et,
cette infortunée se livrant à l'excès de sa douleur, l'empereur, ému, la
fit relever, et lui dit: «Vous avez dans les mains la pièce authentique
sur laquelle votre mari peut être condamné. Suivez mon conseil, profitez
de ce moment pour la brûler, et alors je serai sans moyen de le faire
juger.» La princesse ne se le fit pas dire deux fois, et jeta le papier
au milieu du feu, en arrosant de larmes les mains de l'empereur. Cette
anecdote fit plus d'impression à Paris que les victoires[39].

     [Note 39: Voici comment l'empereur raconte cette scène à
     l'impératrice: «J'ai reçu ta lettre où tu me parais fâchée du
     mal que je dis des femmes. Il est vrai que je hais les femmes
     intrigantes, au delà de tout. Je suis accoutumé à des femmes
     bonnes, douces, conciliantes; ce sont celles que j'aime. Si
     elles m'ont gâté, ce n'est pas ma faute, mais la tienne. Au
     reste, tu verras que j'ai été fort bon pour une, qui a été
     sensible et bonne, madame de Hatzfeld. Lorsque je lui ai
     montré la lettre de son mari, elle me dit en sanglotant, avec
     une profonde sensibilité, et naïvement: «Ah! c'est bien là
     son écriture!» Lorsqu'elle lisait, son accent allait à l'âme.
     Elle me fit peine, je lui dis: «Eh bien, madame, jetez cette
     lettre au feu, je ne serai plus assez puissant pour faire
     punir votre mari.» Elle brûla la lettre, et me parut bien
     heureuse. Son mari est, depuis, fort tranquille. Deux heures
     plus tard, il était perdu. Tu vois donc que j'aime les femmes
     bonnes, naïves et douces; mais c'est que celles-là seules te
     ressemblent.--Berlin, 6 novembre 1806, neuf heures du soir.»
     Tous ces récits s'accordent. On disait toutefois, dans le
     temps même, que l'empereur, après avoir eu des projets de
     rigueur, s'était aperçu que la lettre incriminée avait une
     date antérieure au moment où, selon le droit de la guerre,
     elle aurait pu être considérée comme un acte d'espionnage, et
     qu'alors toute la scène aurait été arrangée pour l'effet
     dramatique. D'autres ont dit que c'est madame de Hatzfeld
     elle-même qui, en jetant les yeux sur la lettre, aurait
     montré à l'empereur cette date, et qu'aussitôt il se serait
     écrié: «Oh! alors brûlez tout cela.» (P. R.)]

Notre Sénat envoya une députation à Berlin, pour porter ses
félicitations sur une si belle campagne. L'empereur chargea les envoyés
de rapporter à Paris l'épée du grand Frédéric, le cordon de l'Aigle noir
qu'il avait porté, et plusieurs drapeaux, «parmi lesquels, disait _le
Moniteur_, il y en a plusieurs brodés des mains de la belle reine,
beauté aussi funeste aux peuples de Prusse que le fut Hélène aux
Troyens».

Nos généraux, chaque jour, envahissaient quelques pays de plus. Le roi
de Hollande avait avancé jusque dans le Hanovre, qu'on reprenait de
nouveau, lorsqu'on apprit qu'il était tout à coup retourné dans ses
États, soit qu'il n'aimât point à ne faire la guerre que comme un des
lieutenants de son frère, soit que Bonaparte aimât mieux que ses
conquêtes fussent faites par ses propres généraux. Le maréchal Mortier
soumit la ville de Hambourg, le 19 novembre, et le séquestre fut mis
sévèrement sur l'énorme quantité de marchandises anglaises qui s'y
trouvèrent. On fit partir de Paris un assez bon nombre de jeunes
auditeurs au conseil d'État, tels que MM. d'Houdetot, de Tournon[40], et
autres, qui furent créés intendants de Berlin, de Bayreuth, et d'autres
villes. À l'aide de ces jeunes et actifs proconsuls, les États conquis
se trouvaient, sur-le-champ, administrés au profit du vainqueur, et la
victoire était suivie immédiatement d'une organisation qui la mettait
sur-le-champ à profit. L'empereur s'attachait la jeunesse, prise dans
toutes les classes, en lui offrant des occasions d'agir, de se produire
et d'exercer une autorité absolue. Aussi disait-il souvent: «Il n'y a
point de conquête que je ne puisse entreprendre; car, à l'aide de mes
soldats et de mes auditeurs, je prendrai et je régirai le monde.» On
peut jeter un regard sur les habitudes et les idées despotiques que ces
jeunes gens devaient rapporter dans leur propre pays, et comprendre de
quel danger ces habitudes ont été ensuite, quand on leur a confié
l'administration de quelque province française, que la plupart d'entre
eux ont eu peine à ne pas régir à la façon des pays conquis. Enfin,
cette jeunesse, appelée de bonne heure à de si importantes missions,
inoccupée aujourd'hui, déchue de ses espérances par le resserrement de
notre territoire, ronge avec impatience le frein de son oisiveté, et
n'est pas un des moindres embarras que l'état de la France cause à son
gouvernement présent.

     [Note 40: M. d'Houdetot a été plus tard pair de France
     sous la Restauration, et M. de Tournon préfet de la Gironde.
     (P. R.)]

La conquête de la Prusse s'acheva, et nos troupes entrèrent en Pologne.
La saison était avancée; on n'avait point encore joint les Russes, mais
on savait qu'ils approchaient. Tout annonçait une campagne difficile.
Le froid n'était point rigoureux, mais la marche de nos soldats se
trouvait embarrassée par les boues d'un pays marécageux, dans lesquelles
hommes, canons, équipages, s'engloutissaient. Les détails de ce que
l'armée eut à souffrir sont terribles à entendre. Souvent, on voyait des
bataillons s'enfoncer dans les marais, y demeurer plongés jusqu'au
milieu du corps, sans qu'il fût possible de les arracher à la mort lente
qui les y attendait. L'empereur, déterminé à profiter de ses victoires,
sentit cependant le besoin de faire prendre quelque repos à ses troupes,
et il accepta avec empressement l'offre que lui fit le roi de Prusse
d'une suspension d'armes qui nous tiendrait sur l'une des rives de la
Vistule, tandis que les Prussiens demeuraient sur l'autre. Mais il est à
croire que les conditions qu'il mit à cet armistice furent trop sévères,
ou peut-être que la politique prussienne ne le proposa que pour gagner
du temps et opérer une jonction avec les Russes; car on traîna la
négociation en longueur, et l'empereur, instruit des mouvements du
général russe Benningsen, partit tout à coup de Berlin, le 25 novembre,
après avoir annoncé à son armée de nouveaux dangers et de nouveaux
succès, par cette belle phrase qui terminait sa proclamation: «Qui
donnerait aux Russes le droit de renverser de si justes desseins? Eux et
nous, ne sommes-nous pas les soldats d'Austerlitz[41]?»

     [Note 41: _Moniteur_ du 12 décembre 1806. (P. R.)]

En même temps parut le fameux décret, daté de Berlin, précédé d'un long
considérant, composé d'une vingtaine de griefs, qui proclamait les
Îles-Britanniques en état de blocus. Ce décret n'était qu'une
représaille des formes habituelles à l'Angleterre, qui, lorsqu'elle
entre en état de guerre, déclare aussi ce même blocus universel, et, en
vertu du droit qu'il lui donne, permet à ses vaisseaux la prise de tous
les bâtiments qu'ils rencontrent, sur quelque mer que ce soit. Le décret
de Berlin partageait l'empire du monde en deux, opposant la puissance
continentale à la puissance maritime. Tout Anglais, trouvé, soit en
France, soit dans les États occupés par nous ou sous notre influence,
devenait prisonnier de guerre, et cette dure loi devait être notifiée à
tous nos souverains alliés. Dès lors, il fut notoire que la lutte qui
s'ouvrait entre le pouvoir despotique dans toutes ses extensions et, il
faut le dire, dans toutes ses habiletés, et la force d'une constitution
telle que celle qui régit et anime la nation anglaise, ne finirait que
par la destruction complète de l'un des deux assaillants. Le despotisme
a succombé, et, malgré ce qu'il nous en a coûté, il faut en rendre grâce
à la Providence, pour le salut des peuples et l'instruction de la
postérité.

Le 28 novembre, Murat fit son entrée à Varsovie; les Français y furent
reçus avec enthousiasme par ceux des Polonais qui espéraient que leur
liberté serait le fruit de nos conquêtes. On lisait dans le bulletin qui
annonçait cette entrée: «Le trône de Pologne se rétablira-t-il? Dieu
seul, qui tient dans ses mains les combinaisons des événements, est
l'arbitre de ce grand problème politique.» Dès cette époque, la famille
de Bonaparte commença à convoiter le trône de Pologne. Son frère Jérôme
avait quelque espérance de l'obtenir. Murat, qui avait montré en toute
occasion, dans cette campagne, sa brillante valeur, envoyé le premier à
Varsovie, s'y présentant dans le costume toujours un peu théâtral qu'il
préférait, et dont la toque couverte de plumes, les bottines de couleur,
et les étoffes élégantes qui le drapaient, avaient quelque ressemblance
avec l'habit des nobles Polonais, Murat, dis-je, entrevoyait des
chances pour que ce grand pays fût un jour confié à sa domination. Sa
femme, à Paris, en reçut quelques compliments qui peut-être ébranlèrent
les déterminations de l'empereur, lequel n'aimait point qu'on le
devançât en rien. J'ai vu l'impératrice espérer aussi la royauté
polonaise pour son fils. Plus tard, quand l'empereur eut un fils naturel
dont j'ignore aujourd'hui la destinée, ce fut vers cet enfant que les
Polonais tournèrent les yeux. De plus habiles que moi dans les secrets
de la diplomatie européenne diront pourquoi Bonaparte n'a fait
qu'ébaucher ses plans en Pologne, malgré son penchant personnel, et
malgré l'influence de M. de Talleyrand. Peut-être, seulement, que les
événements se pressèrent et se choquèrent avec trop de précipitation,
pour qu'on pût mettre à cette entreprise tous les soins et les efforts
qu'elle méritait.

Depuis la campagne de Prusse, et après le traité de Tilsit, l'empereur
s'est souvent repenti de n'avoir point poussé ses innovations
européennes jusqu'au changement de toutes les dynasties. «On ne gagne
rien, disait-il, à faire des mécontents auxquels on laisse encore
quelque puissance. Les demi-mesures n'ont jamais de suites utiles, et
les vieux rouages servent mal les machines nouvelles. Il fallait que je
rendisse tous les rois complices de ma grandeur, mais, pour qu'ils
ressortissent tous de moi, il eût été nécessaire qu'ils n'eussent point
à m'opposer celle de leurs antécédents, avantage dont je me serais peu
embarrassé, et qui ne valait point à mes yeux l'honneur de fonder une
race nouvelle, mais qui pourtant a quelque empire sur les hommes. Ma
bonté pour quelques souverains, ma faiblesse à l'égard des peuples qui
auraient souffert, je ne sais quelle crainte de soulever un entier
bouleversement m'ont retenu, et c'est un grand tort que je payerai cher,
peut-être.»

Quand l'empereur parlait ainsi, il avait soin de s'appuyer sur la
nécessité de renouveler toutes choses, nécessité imposée par la force de
la Révolution. Mais, comme je l'ai déjà dit, au fond de sa pensée, il se
croyait quitte envers elle, en changeant les frontières des États et les
maîtres qui les régissaient. Un roi bourgeois, pris dans sa famille ou
dans les rangs de son armée, lui paraissait devoir satisfaire, par son
élévation subite, toutes les classes bourgeoises des sociétés modernes,
et, pourvu que le despotisme que ce nouveau souverain exerçait tournât
au profit de ses propres projets, il ne lui en demandait nullement
raison. Il faut convenir, cependant, que, si ce que Bonaparte nommait
_l'esprit du siècle_ avait conduit les nations seulement à être
gouvernées par des hommes que des hasards heureux auraient tirés de leur
obscurité, ce n'était pas la peine de faire tant de fracas. Despote pour
despote, celui qui peut s'appuyer sur les souvenirs de la grandeur de
ses ancêtres blesse moins assurément l'orgueil humain, lorsqu'il exerce
sa volonté en vertu de vieux droits consacrés par une gloire ancienne,
ou même seulement dont la source se perd dans la nuit des temps.

Quoi qu'il en soit, à la fin de cette guerre, la Pologne ne retrouva sa
liberté que dans la partie dont la Prusse s'était emparée. Les traités
avec l'empereur de Russie, le besoin momentané du repos, la crainte
d'exciter le mécontentement de l'Autriche en touchant à ses possessions,
contraignirent les plans de Bonaparte. Peut-être l'exécution n'en était
guère possible, mais, n'étant tentés qu'à demi, ils portaient sûrement
avec eux la cause de leur destruction.

On a beaucoup discuté les avantages et les inconvénients du système
continental à l'égard des Anglais. Je ne serais pas assez forte pour
bien rapporter les objections que ce système souleva, comme les
approbations que lui donnèrent des esprits qui paraissaient assez
désintéressés. Encore moins oserais-je conclure au premier aperçu. Outre
qu'un tel système imposait aux alliés de la France des conditions trop
opposées à leur intérêt pour qu'ils s'y soumissent longtemps, comme,
tout en favorisant et excitant l'industrie continentale, dont les
avantages ne se font sentir que lentement, ce système gênait les
jouissances et quelques-unes des nécessités journalières, il ne se fit
sentir que comme un acte de despotisme. De plus, il fit passer dans
l'esprit de tout Anglais l'aversion que Bonaparte inspirait au
gouvernement britannique, parce que s'attaquer au commerce, c'est se
prendre aux sources vitales de toutes les existences anglaises. Il fit
donc la guerre contre nous absolument nationale chez nos ennemis, et en
effet, de cette époque, les tentatives personnelles des Anglais
devinrent très actives.

Cependant, j'ai entendu dire à des personnes éclairées que les suites de
cette rigueur arriveraient à porter un coup fatal à la constitution
d'Angleterre, et que c'était en cela surtout qu'il y avait avantage à
la pousser. Le gouvernement anglais, obligé d'agir avec une promptitude
égale à celle de son adversaire, empiétait peu à peu sur les droits
nationaux, sans que les communes s'y opposassent, parce qu'elles étaient
convaincues de la nécessité de la résistance. Le Parlement, moins jaloux
de ses libertés, n'osait soulever aucune opposition; peu à peu les
Anglais devenaient militaires; la dette publique s'augmentait pour
fournir aux coalitions et à l'armée nationale; le pouvoir exécutif
s'accoutumait à ces empiétements tolérés d'abord, et qu'il eût ensuite
voulu conserver comme une conquête permise. Ainsi la situation, forcée
et tendue, dans laquelle l'empereur mettait tous les gouvernements,
altérait la constitution britannique, dont peut-être, si le système
continental eût pu tenir longtemps, les Anglais n'auraient pu
reconquérir les avantages que par des prétentions violentes ou des
mouvements séditieux. C'était ce dont l'empereur se flattait
secrètement; il s'efforçait de fomenter la révolte en Irlande; appui sur
le continent de tous les pouvoirs absolus, il aidait et protégeait tant
qu'il pouvait l'opposition anglaise, et les journaux qu'il payait à
Londres ne cessaient d'animer les communes à la liberté.

J'ai vu plus tard M. de Talleyrand, épouvanté de cette lutte, me dire
avec plus de chaleur qu'il n'a coutume d'en montrer dans la rédaction de
son opinion: «Tremblez! insensés que vous êtes, des succès de l'empereur
sur les Anglais! Car, si la constitution anglaise est détruite,
mettez-vous bien dans la tête que la civilisation du monde sera ébranlée
jusque dans ses fondements.»

L'empereur, avant de quitter Berlin, eut soin d'en faire partir quelques
décrets, datés de cette ville, qui prouvaient qu'il avait, au milieu des
camps, la force et le temps de penser à autre chose qu'à des combats.
Tels furent quelques nominations de préfets, un décret sur
l'organisation des bureaux maritimes, et un autre qui destinait
l'emplacement de la Magdeleine, sur le boulevard, à un monument élevé à
la gloire des armées françaises. Les plans de ce monument furent mis au
concours par une circulaire du ministre de l'intérieur, imprimée
partout. Il y eut aussi des promotions nombreuses dans l'armée, et une
grande distribution de croix.

Le 25 novembre, l'empereur partit pour Posen. La difficulté des routes
lui fit abandonner ses voitures pour arriver dans un chariot du pays; le
grand maréchal du palais versa dans sa calèche, et se démit la
clavicule. M. de Talleyrand éprouva le même accident, sans blessure, et,
vu la difficulté de sa marche, il passa vingt-quatre heures sur une
route, dans sa voiture renversée, jusqu'à ce qu'on eût trouvé d'autres
moyens de le transporter. Il avait occasion, à cette époque, de répondre
à une lettre que je lui avais écrite: «Je vous réponds, me mandait-il,
du milieu des boues de la Pologne. Peut-être, l'année prochaine, vous
écrirai-je des sables de je ne sais quel pays. Je me recommande à vos
prières.» L'empereur n'était que trop porté par lui-même à dédaigner ces
obstacles, auxquels il sacrifiait une partie de son armée. D'ailleurs,
dans cette occasion, il fallait marcher. Les Russes avançaient toujours,
et il ne voulait point les attendre en Prusse.

Le 2 décembre, le Sénat fut convoqué à Paris; l'archichancelier porta
une lettre de l'empereur qui rendait compte de ses victoires, qui en
promettait de nouvelles, et qui demandait un sénatus-consulte ordonnant,
sur-le-champ, la levée des conscrits de 1807. Cette levée devait se
faire, dans un temps ordinaire, au mois de septembre seulement. Une
commission fut nommée pour la forme. Cette commission examina la demande
dans une seule matinée, et, le surlendemain, c'est-à-dire le 4, le
sénatus-consulte fut rendu.

Ce fut aussi à peu près dans ce temps, que nous eûmes la solution de la
dispute élevée par l'Académie contre le cardinal Maury. La volonté de
l'empereur trancha la question; un assez long article anonyme parut dans
_le Moniteur_. Ces paroles le terminaient: «L'Académie n'aura sans doute
aucun penchant à priver d'un droit acquis par l'usage un homme dont le
talent éminent a le plus marqué dans nos dissensions civiles, et dont
l'adoption était un pas de plus vers la concorde, et vers cet entier
oubli des événements passés, seul moyen d'assurer la durée de la
tranquillité qui nous a été rendue. Voilà un long article pour une chose
en apparence fort peu importante; cependant l'éclat qu'on a voulu faire
donne matière à de sérieuses réflexions. On voit à quelles fluctuations
on serait exposé de nouveau, dans quelle incertitude on pourrait être
replongé, si heureusement le sort de l'État n'était confié à un pilote
dont le bras est ferme, dont la direction est fixe, et qui ne connaît
qu'un seul but: le bonheur de la patrie[42].»

     [Note 42: Il me paraît que la grave question élevée entre
     le cardinal Maury et l'Institut a été décidée définitivement
     contre la prétention du premier. Du moins, bien des années
     plus tard, M. de Salvandy a dit _monsieur_ à l'évêque
     d'Orléans, en le recevant à l'Académie. Il a dû se décider
     par certains précédents, et la chose ne fit pas question. (P.
     R.)]

Tandis que Bonaparte obligeait ses soldats à supporter, en continuant
cette guerre, les terribles fatigues de tous les fléaux réunis contre
eux, il ne laissait échapper aucune occasion de prouver que rien ne
pouvait interrompre l'intérêt qu'il portait du milieu des camps à la
marche non interrompue des habitudes civilisées. Un ordre du jour, daté
de la grande armée, fut publié, conçu en ces termes: «De par l'empereur:
L'université de Iéna, les professeurs, docteurs et étudiants, ses
possessions, revenus et autres attributions quelconques, sont mis sous
la sauvegarde spéciale des commandants des troupes françaises et
alliées. Le cours des études sera continué. Les étudiants sont autorisés
en conséquence à revenir à Iéna, que l'intention de l'empereur est de
ménager autant qu'il sera possible.»

Le roi de Saxe, subjugué par la puissance du vainqueur, rompit son
alliance avec la Prusse et fit un traité avec l'empereur. Ce prince,
pendant un long règne, avait joui longtemps des douceurs de la paix et
de l'ordre. Adoré de ses sujets, occupé de leur bonheur, il fallut la
violence du terrible ouragan qui porta partout la fortune de Bonaparte,
pour qu'il vît, tout à coup, les horreurs de la guerre désoler les
paisibles campagnes de ses États. Trop faible pour résister au choc, il
se soumit et chercha à les sauver, en acceptant les conditions du
vainqueur. Mais sa fidélité dans les traités ne put pas le préserver,
parce que, dans la suite, la Saxe fut forcément le théâtre sur lequel
les souverains puissants qui l'entouraient se disputèrent plus d'une
victoire.

Cependant, on s'attristait de plus en plus à Paris. Les bulletins ne
contenaient que des récits vagues de combats sanglants et de peu de
résultats. Il était facile de deviner, par quelques mots sur la rigueur
de la saison et l'âpreté du pays où se faisait la guerre, quels
obstacles nos soldats avaient à surmonter, et quelles étaient leurs
souffrances. Les lettres particulières, quoique avec une réserve qui
seule pouvait leur permettre de parvenir à leur destination, portaient
toutes un caractère d'inquiétude et de tristesse. On s'efforçait de
transformer en victoires les moindres marches de notre armée, mais
l'empereur recueillait des difficultés même de ses premiers succès. Le
décisif des affaires qui avaient ouvert cette campagne rendait les
Parisiens difficiles sur ce qui se passait alors. On s'efforçait
pourtant d'exciter un enthousiasme permanent. Les bulletins se lisaient
avec solennité sur les théâtres; on tirait le canon des Invalides, dès
qu'il arrivait une nouvelle de l'armée; des poètes gagés faisaient à la
hâte des odes, des chants de victoire, des intermèdes représentés avec
pompe à l'Opéra[43], et le lendemain, des articles commandés rendaient
compte de la vivacité des applaudissements[44].

L'impératrice agitée, oisive, ennuyée du séjour de Mayence, écrivait
sans cesse pour obtenir la permission d'aller à Berlin. L'empereur fut
au moment de céder à ses instances, et j'éprouvai un vif chagrin quand
M. de Rémusat me manda que, vraisemblablement, il allait s'éloigner
encore. Mais l'arrivée des Russes, et l'obligation de se montrer en
Pologne, obligèrent Bonaparte à changer de pensée. D'ailleurs, on lui
écrivait que Paris était morne, et que les marchands s'y plaignaient du
tort que leur faisait l'inquiétude générale. Alors il donna l'ordre à sa
femme de retourner aux Tuileries, de déployer la pompe accoutumée de la
cour, et nous reçûmes, tous et toutes, la consigne de nous amuser avec
éclat[45].

     [Note 43: L'empereur reproche souvent cette hâte à ceux
     qui étaient chargés de célébrer sa gloire sur les théâtres de
     Paris. Ainsi, il écrit de Berlin à Cambacérès, le 21 novembre
     1806: «Si l'armée tâche d'honorer la nation autant qu'elle le
     peut, il faut avouer que les gens de lettres font tout pour
     la déshonorer. J'ai lu hier les mauvais vers qui ont été
     chantés à l'Opéra. En vérité, c'est tout à fait une dérision.
     Comment souffrez-vous qu'on chante des impromptus à l'Opéra?
     Cela n'est bon qu'au Vaudeville. Témoignez-en mon
     mécontentement à M. de Luçay. M. de Luçay et le ministre de
     l'intérieur pouvaient bien s'occuper de faire faire quelque
     chose de passable; mais, pour cela, il faut ne vouloir le
     jouer que trois mois après qu'on l'a demandé. On se plaint
     que nous n'ayons pas de littérature; c'est la faute du
     ministre de l'intérieur. Il est ridicule de commander une
     églogue à un poète, comme on commande une robe de
     mousseline.» Il voulait apparemment qu'on prévît la victoire
     d'Iéna ou celle d'Eylau trois mois à l'avance. M. de Luçay,
     chambellan, était chargé des théâtres en l'absence du
     surintendant, premier chambellan, retenu à Mayence, comme on
     l'a vu plus haut. (P. R.)]

     [Note 44: Citation du _Moniteur_: «On a lu hier à l'Opéra
     ces paroles: «L'empereur jouit de la meilleure santé.» Il est
     impossible de se faire une idée de l'enthousiasme qu'elles
     ont excité.»]

     [Note 45: C'est dans ces occasions que M. de Talleyrand
     disait: «Mesdames, l'empereur ne badine pas, il veut qu'on
     s'amuse.» (P. R.)]

Pendant ce temps, il se détermina, après quelques affaires partielles, à
prendre des quartiers d'hiver; mais les Russes, plus accoutumés aux
sévérités de la saison et du pays, ne le lui permirent pas, et, après
avoir mesuré leurs forces dans quelques combats sanglants, dont nous
payâmes cher le succès, les deux armées se joignirent près du village de
Preussich-Eylau qui a donné son nom à cette sanglante bataille. Les
cheveux se dressent sur la tête, au récit de cette terrible journée. Le
froid était vif, la neige tombait en abondance, l'opposition des
éléments ne fit qu'augmenter de part et d'autre le féroce courage des
soldats. On se battit douze heures, sans qu'aucun des deux côtés pût
s'attribuer la victoire. Les pertes furent immenses. Vers le soir, les
Russes firent leur retraite en bon ordre, laissant sur le champ de
bataille un nombre considérable de leurs blessés. Les deux souverains,
russe et français, ordonnèrent des _Te Deum_. Le fait est que cette
horrible boucherie n'eut aucun résultat, et l'empereur a dit, depuis,
que, si l'armée russe l'avait attaqué encore dès le lendemain, il est
très vraisemblable qu'il eût été battu. Mais ce lui fut un motif
d'autant plus fort de faire sonner très haut la bataille. Il écrivit aux
évêques, fit part au Sénat de son prétendu succès, démentit dans tous
ses journaux les journaux étrangers, et cacha, tant qu'il put, les
récits des pertes que nous avions faites. On a raconté qu'il visita
lui-même le champ de bataille, et que cet épouvantable spectacle lui fit
une grande impression. Ce qui porte à le croire, c'est que le bulletin
qui rend compte de l'affaire est fait avec une extrême simplicité, et
n'a aucune ressemblance avec les autres, où il avait coutume de se
placer lui-même dans une attitude un peu théâtrale. À son retour, il fit
faire par le peintre Gros un très beau tableau qui le représente au
milieu des morts et des mourants, levant les yeux au ciel, comme pour y
chercher de la résignation au spectacle douloureux dont il est témoin.
L'expression que l'artiste a donnée à son visage est parfaitement belle;
je l'ai souvent considérée avec émotion, souhaitant intérieurement avec
toute la force d'une âme qui voulait encore s'attacher à lui, qu'elle
eût été, en effet, celle qu'on avait remarquée dans ses traits à cette
occasion[46].

     [Note 46: On lit cette phrase dans un des bulletins de
     cette époque: «Ce spectacle est fait pour inspirer aux
     princes l'amour de la paix et l'horreur de la guerre.»]

M. Denon, directeur du Musée, et l'un des plus obséquieux serviteurs de
l'empereur, le suivait toujours dans ses campagnes pour choisir dans
chaque ville conquise les choses rares qui pouvaient contribuer à
augmenter les trésors de cette grande et belle collection. Il exécutait
sa commission avec une exactitude qui tenait, disait-on, de la rapacité,
et on l'accusa de ne point s'oublier dans l'enlèvement des dépouilles.
Les soldats de notre armée ne le connaissaient que sous le nom de
l'_huissier priseur_. Après la bataille d'Eylau, se trouvant à Varsovie,
il reçut l'ordre de faire faire un monument de cette journée. Plus elle
avait été douteuse, plus l'empereur tenait à la constater comme une
victoire. Denon écrivit à Paris un récit poétique de la visite que
l'empereur avait rendue aux blessés. Bien des gens ont prétendu que ce
tableau ne représentait qu'un mensonge à peu près pareil à la visite des
pestiférés de Jaffa. Mais pourquoi croire que Bonaparte fût toujours
incapable d'éprouver un sentiment humain? Le sujet était livré au
concours des premiers peintres; un grand nombre composèrent des dessins;
celui de Gros réunit tous les suffrages, et le choix tomba sur lui.

La bataille d'Eylau se donna le 10 février 1807.



CHAPITRE XXIII.

(1807.)


Retour de l'impératrice à Paris.--La famille
impériale.--Junot.--Fouché.--La reine de Hollande.--Levée des conscrits
de 1808.--Spectacles de la cour.--Lettre de l'empereur.--Siège de
Danzig.--Mort de l'impératrice d'Autriche.--Mort du fils de la reine
Hortense.--M. Decazes.--Insensibilité de l'empereur.


Après la bataille d'Eylau, les deux armées, contraintes de suspendre
leur marche, par le désordre que produisit un épouvantable dégel,
entrèrent dans leurs quartiers d'hiver. L'armée fut cantonnée près de
Marienwerder, et l'empereur s'établit dans un château, près
d'Osterode[47].

     [Note 47: L'empereur s'établit à Osterode, ou dans les
     environs, le 22 février 1807. (P. R.)]

L'impératrice était revenue à Paris, à la fin de janvier. Elle y
apportait assez de tristesse, une inquiétude vague, un peu de
mécontentement de la portion de la cour qui l'avait accompagnée à
Mayence, et toujours cette crainte habituelle qui ne la quittait pas
dans l'absence de l'empereur, car elle redoutait toujours le jugement
qu'il porterait de ses moindres démarches. Elle me témoigna beaucoup
d'amitié, avec sa grâce accoutumée. Quelques-uns de ceux qui
l'entouraient prétendaient que, dans sa tristesse, il y avait un peu de
la préoccupation d'un sentiment tendre qu'elle éprouvait, depuis un an,
pour un jeune écuyer de l'empereur, alors absent comme lui. Je n'ai
jamais rien approfondi sur ce point, et n'ai reçu d'elle aucune
confidence; mais, au contraire, je la voyais inquiète de ce qu'elle
avait appris, par quelques Polonaises alors à Paris, de la liaison de
l'empereur avec une jeune femme de leur pays. L'attachement qu'elle
portait à son mari se compliquait toujours beaucoup de la crainte du
divorce, et de tous ses sentiments, celui-là était, je crois, chez elle,
ce qui lui parlait le plus haut. Quelquefois, elle essayait dans ses
lettres de glisser deux ou trois mots à ce sujet, auxquels elle
n'obtenait aucune réponse[48].

     [Note 48: La correspondance de l'empereur, publiée sous
     le règne de Napoléon III, a fait connaître quelques-unes de
     ces réponses que l'impératrice Joséphine ne montrait point à
     sa confidente. Voici, par exemple, un passage de la lettre du
     31 décembre 1806: «J'ai bien ri en recevant tes dernières
     lettres. Tu te fais des belles de la grande Pologne une idée
     qu'elles ne méritent pas... J'ai reçu ta lettre dans une
     mauvaise grange, ayant de la boue, du vent, et de la paille
     pour tout lit.» Il écrivait aussi, quelques jours plus tard,
     de Varsovie, le 19 janvier 1807: «Mon amie, je suis désespéré
     du ton de tes lettres et de ce qui me revient: je te défends
     de pleurer, d'être chagrine et inquiète; je veux que tu sois
     gaie, aimable et heureuse.» (P. R.)]

Toutefois, elle s'efforçait de satisfaire aux volontés de l'empereur.
Elle donnait et acceptait des fêtes, trouvant toujours une distraction à
tous ses soucis, dans le plaisir d'étaler une brillante parure. Elle
traitait ses belles-soeurs avec froideur, mais avec prudence; elle
recevait beaucoup de monde, avec bonne grâce, et se faisait remarquer
par l'insignifiance prescrite et bienveillante de ses paroles.

Une fois, je lui proposai d'aller au spectacle pour se procurer quelque
distraction. Mais elle me répondit que ce divertissement ne l'amusait
point assez pour qu'elle le prît _incognito_, et qu'elle n'oserait point
se montrer publiquement au théâtre. «Pourquoi, lui dis-je, madame? Il me
semble que les applaudissements que vous recevriez satisferaient
l'empereur.--Vous le connaissez bien peu, me dit-elle. Si on me recevait
trop bien, je suis certaine qu'il serait jaloux de cette espèce de
triomphe qu'il n'aurait pas partagé. Quand on m'applaudit, il aime à
prendre sa part de mon succès, et je le blesserais en en cherchant un
qu'il ne pourrait pas partager avec moi.»

L'inquiétude de l'impératrice Joséphine s'excitait aussi lorsqu'elle
remarquait autour d'elle quelque entente entre plusieurs personnes,
qu'alors elle croyait toujours unies pour lui nuire. Bonaparte lui avait
inspiré quelque chose de sa défiance habituelle. Elle ne craignait
nullement madame Joseph Bonaparte, qui, quoique alors reine de Naples,
vivait obscurément au palais du Luxembourg, et répugnait à quitter son
repos pour prendre place sur le trône. Les deux princes, archichancelier
et architrésorier de l'Empire, tous deux craintifs et réservés, lui
faisaient une cour respectueuse, et ne lui inspiraient aucun soupçon. La
princesse Borghèse, alliant toujours l'état d'une femme malade avec les
amusements de la galanterie, n'entrait guère qu'à la suite de sa famille
dans toute entreprise d'intrigue. Mais la grande-duchesse de Berg
excitait la jalousie et les inquiétudes de sa belle-soeur. Logée
magnifiquement au palais de l'Élysée-Bourbon, dans tout l'éclat d'une
beauté qu'elle soutenait par la plus brillante élégance, impérieuse dans
ses prétentions, mais affable dans ses manières, quand elle le croyait
nécessaire, caressante même avec les hommes qu'elle voulait séduire, peu
délicate sur les inventions, quand il s'agissait de nuire, détestant
l'impératrice, mais sachant à merveille se rendre maîtresse d'elle-même,
elle pouvait, en effet, justifier ses inquiétudes. À cette époque, elle
désirait, comme je l'ai dit, le trône de Pologne, et elle cherchait à
former dans les hauts personnages du gouvernement des liaisons qui lui
fussent utiles. Le général Junot, gouverneur de Paris, devint fort
amoureux d'elle; soit penchant, soit calcul, cette affection lui servit
à faire que le gouverneur de Paris, dans la part de police qu'il avait,
et qui faisait matière à sa correspondance avec l'empereur, ne rendait
que de bons comptes de la grande-duchesse de Berg.

Une autre liaison, où l'amour n'entra pour rien, mais qui lui fut
souvent utile, fut celle qui lui attacha assez bien Fouché. Celui-ci
était à peu près brouillé avec M. de Talleyrand, que madame Murat
n'aimait guère non plus. Elle cherchait à se soutenir, et surtout à
élever son mari malgré lui; elle insinuait souvent au ministre de la
police que M. de Talleyrand arriverait à l'éloigner, et elle le liait à
elle par une foule de petites confidences. Cette intimité donnait des
tracas journaliers à ma pauvre impératrice, qui, toute craintive,
observait avec soin ses moindres paroles et ses moindres actions. La
société de Paris n'entrait guère dans tous ces petits secrets de cour,
et ne prenait, il faut l'avouer, aucun intérêt aux personnages qui la
composaient. Nous apparaissions tous, et nous étions en effet, comme une
parade vivante dressée pour environner l'empereur d'une pompe qu'il
croyait nécessaire. La conviction où l'on était du peu d'influence qu'on
avait sur lui, portait la multitude à se soucier peu de ce qui se
passait autour de lui. Chacun savait d'avance que sa volonté seule
finirait toujours par déterminer toutes choses.

Cependant, les souverains, parents ou alliés de l'empereur, envoyaient
incessamment des députations en Pologne pour le féliciter de ses succès.
On partait de Naples, d'Amsterdam, de Milan, pour porter à Varsovie les
nouveaux hommages des différents États. Le royaume de Naples n'était
troublé que par les mouvements de la Calabre, mais c'était assez pour le
tenir sur le qui-vive. Le nouveau roi, un peu enclin au plaisir, était
loin de fonder d'une manière assez ferme le plan que l'empereur avait
conçu à l'égard des royautés qu'il avait faites. L'empereur se plaignait
aussi de son frère Louis, et ce mécontentement faisait honneur à
celui-ci. Au reste, l'intérieur de ce dernier devenait de jour en jour
plus pénible. Madame Louis, après avoir joui d'un peu de liberté à
Mayence, eut peine sans doute à rentrer sous la triste surveillance à
laquelle elle était soumise près de son époux. Peut-être sa tristesse,
qu'elle dissimula mal, arriva-t-elle à l'aigrir encore; mais,
s'envenimant tous deux, ils finirent par vivre séparés dans le palais:
elle, renfermée avec deux ou trois de ses dames; lui, livré à ses
affaires et ne dissimulant point qu'il eût à se plaindre de sa femme. Il
pensait qu'il ne fallait point laisser les Hollandais conclure contre
lui de sa mésintelligence conjugale. On ne sait où une pareille
situation les eût conduits tous deux, sans le malheur qui vint tomber
sur eux, et qui les rapprocha, par le regret commun de ce qu'ils avaient
perdu[49].

     [Note 49: À peu près dans ce temps parut un petit poème
     assez joli de M. Luce de Lancival, auteur de la tragédie
     d'_Hector_, homme d'esprit qui fut enlevé de bonne heure à
     une carrière littéraire qui peut-être n'eût pas été sans
     éclat.]

Vers la fin de cet hiver, il arriva à Paris un ordre de l'empereur de
faire rappeler, dans les journaux, à tous les hommes distingués dans les
sciences et les arts, que la loi, datée d'Aix-la-Chapelle du 24
fructidor an XII[50], sur les prix décennaux, devait avoir son
exécution, à la date de vingt mois après celle où l'on était alors.
Cette loi promettait des récompenses considérables à tout auteur d'un
grand ouvrage utile ou distingué, dans quelque genre que ce fût. Les
prix devaient être accordés de dix ans en dix ans, à dater du 18
brumaire, et le jury, chargé de juger, devait être formé de plusieurs
membres de l'Institut. Cette fondation avait de la grandeur; on verra
plus tard comme elle s'écroula, par suite d'un mouvement de mauvaise
humeur de Bonaparte.

     [Note 50: 11 septembre 1804. (P. R.)]

Au mois de mars, la vice-reine accoucha d'une fille, et l'impératrice
jouit beaucoup de se voir grand'mère d'une petite princesse, parente de
tout ce qu'il y avait de plus puissant en Europe.

Tandis que la rigueur de la saison suspendait la guerre des deux côtés,
l'empereur n'épargnait rien pour que son armée, au printemps, se
montrât plus formidable que jamais. Les royaumes d'Italie et de Naples
envoyaient de nouveaux contingents. Des hommes, nés dans les riants
climats de ces belles contrées, se voyaient transportés, tout à coup,
sur les bords sauvages de la Vistule, et pouvaient s'étonner de cette
dure transplantation, jusqu'au moment où des soldats partirent de Cadix
à pied, pour aller périr sous les murs de Moscou, prouvant, par l'effort
d'une telle marche, à la fois de quel courage et de quelle force un
homme est capable, et jusqu'à quel point peut être portée la puissance
de la volonté humaine. On reformait l'armée; des pages de promotions
remplissaient nos journaux, et il est assez curieux, au milieu de tous
ces décrets militaires, d'en trouver un, toujours daté d'Osterode, qui
nomme des évêques à des sièges vacants, soit de France, soit d'Italie.

Mais, malgré nos victoires, ou peut-être à cause de nos victoires, notre
armée avait essuyé des pertes considérables. L'extrême humidité du
climat, d'ailleurs, causait des maladies; la Russie paraissait
déterminée à faire les plus grands efforts; l'empereur sentait que cette
campagne, puisqu'elle durait, devait être décisive, et, ne trouvant pas
que les nombreux bataillons qu'on lui avait envoyés lui offrissent
encore une garantie suffisante du succès, il osa compter sur l'étendue
de son pouvoir et sur notre soumission, et, après avoir, à la fin de
décembre 1806, levé la conscription de 1807, dans le mois d'avril, il
demanda au Sénat celle de 1808. Le rapport du prince de Neuchatel, qui
fut inséré dans _le Moniteur_, annonçait que l'armée s'était grossie
dans l'année des cent soixante mille hommes des deux conscriptions de
1806 et 1807; il comptait seize mille hommes mis à la retraite pour
cause de maladies ou d'ancienneté, et sans s'embarrasser du raisonnement
qu'on était trop certain que personne n'oserait faire, par suite du
système qui cachait toujours les pertes que nous coûtaient nos
victoires, on portait celles de toute la campagne seulement à quatorze
mille hommes. Ainsi donc, l'augmentation de l'armée ne se trouvait que
de cent trente mille hommes effectifs, et la prévoyance exigeait que les
quatre-vingt mille hommes de la conscription de 1808 fussent levés, et
exercés dans leurs propres départements. «Plus tard, disait le rapport,
il faudrait qu'elle marchât sur-le-champ; levée six mois plus tôt, elle
gagnera de la force et de l'instruction, et saura mieux se défendre.»

Le conseiller d'État, Régnault de Saint-Jean d'Angely, qui fut chargé de
porter le message impérial au Sénat, s'arrêta dans son discours sur
cette partie du rapport, et invita les sénateurs à reconnaître la bonté
paternelle de l'empereur qui ne voulait point que les nouveaux conscrits
affrontassent les grands travaux de la guerre, avant de s'être
familiarisés avec eux. La lettre de l'empereur annonçait que l'Europe
entière s'armait de nouveau; elle portait à deux cent mille hommes la
levée extraordinaire ordonnée en Angleterre; elle proclamait le désir de
la paix, à condition que la passion ne suggérerait point aux Anglais le
désir de ne voir leur prospérité que dans notre abaissement.

Le Sénat rendit le décret demandé, et vota une adresse de félicitations
et de remerciements à l'empereur. Sans doute il dut sourire, en la
recevant.

Il faudrait que l'âme des hommes qui gouvernent par le pouvoir absolu
eût été favorisée de facultés bien généreuses pour résister à la
tentation de mépriser l'espèce humaine, tentation trop bien justifiée
après tout, par la soumission qu'on leur témoigne. Quand Bonaparte
voyait toute une nation lui livrer son sang et ses trésors, pour
satisfaire une insatiable ambition, quand les hommes éclairés de cette
nation consentaient à décorer, par la pompe de leurs phrases, ses actes
d'envahissement sur les volontés humaines, pouvait-il regarder l'univers
autrement que sous l'aspect d'un champ ouvert au premier qui
entreprendrait de l'exploiter? Ne lui eût-il pas fallu une grandeur
vraiment héroïque, pour s'apercevoir que la contrainte seule dictait
alors les paroles de l'adulation, et le dévouement aveugle des citoyens
isolés par le despotisme de ses institutions, et décimés ensuite par les
actes de son pouvoir? Il faut pourtant dire qu'à défaut de cette
générosité de sentiments, qui manquait à Bonaparte, un calcul
observateur de sa raison aurait pu lui démontrer que l'obéissance animée
avec laquelle les Français se rendaient, à son ordre, sur le champ de
bataille, n'était qu'un égarement de cette énergie nationale excitée
chez un grand peuple par une grande révolution. Le cri de la liberté
avait éveillé de généreuses ardeurs. Le désordre qui s'en était suivi
les rendait craintives de pousser à bout leur entreprise. L'empereur
saisissait habilement ce moment d'hésitation pour les rallier au profit
de sa gloire. Si j'osais me servir d'une expression commune qui me
semble assez bien rendre ma pensée, je dirais que, depuis trente ans,
l'énergie française a été portée à un tel excès de développement que la
plus grande partie de nos citoyens, dans quelque classe que ce soit, a
paru poursuivie du besoin d'avoir vécu, ou, à défaut de la vie, d'avoir
pu mourir pour quelque chose. Au reste, il est vraisemblable, par une
foule de circonstances, que Bonaparte n'a pas toujours méconnu le génie
du peuple qu'il était appelé à gouverner, mais qu'il s'est senti la
force de le maîtriser en le dirigeant, disons mieux, en l'égarant à son
avantage.

Toutefois, combien il commençait dès lors à devenir pénible de le
servir, lorsque l'on conservait au dedans quelques-unes des facultés
qui, par l'effet d'une sorte d'instinct, avertissent l'âme des émotions
qu'elle est destinée à supporter! Que de réflexions tristes je me
souviens que, mon mari et moi, nous faisions, au milieu de la pompe et
des jouissances que nous procurait la situation, peut-être enviée, dans
laquelle nous nous trouvions! Je l'ai déjà dit, nous étions arrivés
pauvres auprès du premier consul, ses largesses plutôt vendues que
données nous avaient environnés du luxe qu'il savait si bien prescrire.
Jeune encore, je me voyais à portée de satisfaire les goûts de mon âge,
et de jouir des plaisirs d'un état brillant. J'habitais une belle
maison, je me parais de diamants, je pouvais chaque jour varier mon
élégante toilette, attirer à ma table une société choisie; tous les
spectacles m'étaient ouverts; il ne se donnait pas une fête à Paris où
je ne fusse conviée; et cependant, dès cette époque, je ne sais quel
nuage sombre venait oppresser mon imagination. Souvent, au retour des
Tuileries, au sortir d'un cercle somptueux, encore toute parée des
livrées du luxe, peut-être ajouterai-je de la servitude, mon mari et
moi, nous nous entretenions sérieusement de ce qui se passait autour de
nous. Une secrète inquiétude de l'avenir, une défiance toujours
croissante de notre maître, nous pressait tous deux. Sans bien savoir ce
que nous redoutions, nous commencions à nous avouer que nous avions
quelque chose à redouter. Le vague avertissement d'une plus noble
direction de nos pensées flétrissait le cours de celles où notre
destinée fausse semblait nous entraîner. «Je ne suis pas fait, me disait
mon mari, pour cette vie oisive et resserrée d'une cour.»--«Je ne me
sens pas appelée, lui disais-je, à n'admirer que ce qui coûte tant de
sang et de larmes.» La gloire militaire nous fatiguait; nous frémissions
de la féroce sévérité qu'elle inspire souvent à ceux qu'elle décore, et
peut-être la répugnance qu'elle parvenait à nous causer était-elle une
sorte de pressentiment du prix auquel Bonaparte mettrait la grandeur
qu'il imposait à la France.

À ces sentiments pénibles se joignait encore la crainte, que ressent
toute âme droite, de se voir forcée de ne plus aimer celui qu'on doit
toujours servir. C'était là une de mes peines intérieures. Je
m'attachais, avec la vivacité de mon âge et de mon imagination, à
l'admiration que je voulais conserver pour l'empereur; je cherchais de
bonne foi à me tromper sur son compte; j'épiais les occasions où il
répondait à ce que j'eusse souhaité de lui. Ce combat était pénible et
inégal; et pourtant, quand il a cessé, j'ai bien plus souffert encore.

Lorsque, en 1814, nombre de gens se sont étonnés de l'ardeur avec
laquelle je pressais de tous mes voeux la chute du fondateur de ma
fortune, et le retour de ceux qui devaient la détruire; lorsqu'ils ont
taxé d'ingratitude notre prompt abandon de la cause de l'empereur, et
qu'ils ont honoré de leur surprise la patience avec laquelle nous avons
supporté les pertes complètes que nous avons faites, c'est qu'ils ne
pouvaient lire dans nos âmes, c'est qu'ils ignoraient les impressions
qu'elles avaient reçues de longue main. Le retour du roi nous ruinait,
mais il mettait à l'aise nos pensées et nos sentiments. Il nous
annonçait un avenir qui permettrait à notre enfant de se livrer aux
nobles inspirations de sa jeunesse. «Mon fils, me disait son père, sera
pauvre peut-être, mais il ne sera point contraint et froissé comme
nous.» On ne sait pas assez dans le monde, c'est-à-dire dans la société
réglée et factice d'une grande ville, la jouissance qui s'attache à une
position qui vous permet le développement complet de vos impressions, la
liberté de toutes vos pensées.

Le jour de Saint-Joseph[51], les deux princesses Borghèse et
Caroline[52] voulurent donner une petite fête à l'impératrice. Une
grande assemblée fut conviée; on représenta une petite comédie, ou
vaudeville, pleine de couplets à la gloire de l'empereur et à la
louange de la bonté et de la grâce de la personne fêtée. Les deux
princesses étaient jolies comme des anges. Elles représentaient des
bergères; le général Junot jouait le rôle d'un militaire revenant de
l'armée, amoureux d'une des deux jeunes filles. Cette situation
paraissait leur convenir beaucoup, soit dans la représentation, soit
ailleurs. Mais les deux soeurs de Bonaparte, toutes ses soeurs qu'elles
étaient, toutes princesses qu'elles étaient devenues, chantaient très
faux. Elles s'en apercevaient l'une à l'égard de l'autre, et se
moquaient mutuellement de leurs prétentions pareilles. Ma soeur et moi,
nous jouions un rôle dans la pièce. Je m'amusai fort, durant les
répétitions, de l'aigreur réciproque des deux soeurs, qui ne s'aimaient
guère, et de l'embarras dans lequel l'auteur et le musicien se
trouvaient. Tous deux mettaient une grande importance à leur ouvrage;
ils s'affligeaient d'entendre défigurer leurs vers et leurs chansons;
ils n'osaient se plaindre, faisaient des remontrances en tremblant;
mais, tout autour, on se hâtait de leur imposer silence.

     [Note 51: Le 19 mars 1807. (P. R.)]

     [Note 52: Madame Murat.]

On comprend que la représentation fut froide. L'impératrice, peu
sensible aux louanges que ses deux belles-soeurs lui adressaient sans
empressement, se ressouvint que, sur ce même théâtre, quelques années
auparavant, elle avait vu ses enfants jeunes, gais, affectueux, émouvoir
Bonaparte lui-même, en lui offrant leurs bouquets. Elle me confia que,
durant toute la pièce, ce souvenir l'avait oppressée. Cette année, elle
était séparée de l'empereur, inquiète pour lui, agitée pour elle-même,
loin de son fils et de sa fille. Elle s'apercevait que, dans sa fortune,
à la prendre du jour seulement où elle était montée sur le trône, elle
avait déjà un passé à regretter.

À l'occasion de sa fête, l'empereur lui écrivit très tendrement: «Je
m'ennuie fort d'être loin de toi, disait-il. L'âpreté de ces climats
retombe sur mon âme; nous désirons tous Paris, ce Paris qu'on regrette
partout, et pour lequel on ne cesse de courir après la gloire; et tout
cela, Joséphine, au bout du compte, afin d'être applaudi au retour, par
le parterre de l'Opéra. Dès que le printemps paraîtra, j'espère bien
laver la tête aux Russes, et ensuite, mesdames, nous irons vers vous, et
vous nous donnerez des couronnes.»

Pendant l'hiver, on commença le siège de Danzig. Il passa par la tête de
Bonaparte de donner de la gloire (suivant son expression) à Savary. En
général, la réputation militaire de celui-ci n'était pas en grand
honneur à l'armée; mais il servait l'empereur d'une autre manière. Il
était ardent aux récompenses. L'empereur prévoyait l'obligation de le
décorer quelque jour, pour l'employer dans quelque occasion qui pourrait
naître; il lui attribua je ne sais quel avantage sur les Russes, et lui
donna le grand cordon de la Légion d'honneur. Les militaires
n'approuvèrent guère cette faveur; mais Bonaparte les déjouait, eux,
comme les autres, et l'indépendance du mérite était une de celles qu'il
poursuivait le plus.

Il ne quittait guère son quartier général d'Osterode[53] que pour
inspecter les divers cantonnements; il y travaillait beaucoup. Il
faisait des décrets sur tout. Il écrivit[54] à M. de Champagny, ministre
de l'intérieur, une lettre dont il fut question dans _le Moniteur_, et
qui lui prescrivait d'annoncer à l'Institut qu'on lui donnerait une
statue de d'Alembert, comme étant celui des mathématiciens français qui
a le plus contribué à l'avancement des sciences[55].

     [Note 53: Il habitait le château de Finckestein, près
     d'Osterode.]

     [Note 54: C'est-à-dire qu'il fit écrire. Bonaparte écrit
     fort mal, et ne prend jamais la peine de tracer entièrement
     une seule lettre d'un mot.]

     [Note 55: Voici la lettre de l'empereur: «Monsieur
     Champagny, voulant faire placer dans la salle des séances de
     l'Institut la statue de d'Alembert, celui des mathématiciens
     français qui, dans le siècle dernier, a le plus contribué à
     l'avancement de cette première des sciences, nous désirons
     que vous fassiez connaître cette résolution à la première
     classe de l'Institut, qui y verra une preuve de notre estime,
     et de la volonté constante où nous sommes d'accorder des
     récompenses et de l'encouragement aux travaux de cette
     compagnie, qui importe tant à la prospérité et au bien de nos
     peuples.--Osterode, 18 mars 1807.» (P R.)]

Les bulletins ne rendaient compte que de la position de l'armée et de la
santé de l'empereur, qui, disait-on toujours, était excellente. Il
faisait souvent quarante lieues à cheval par jour. Il accordait toujours
de nombreux avancements dans son armée, qui se trouvaient rapportés dans
_le Moniteur_, pêle-mêle et sous la même date, avec les nominations de
quelques évêques.

À cette époque mourut l'impératrice d'Autriche, à l'âge de trente-quatre
ans. Elle laissa quatre princes et cinq princesses. Les princes de
Bavière, de Bade, et quelques autres de la Confédération du Rhin,
séjournaient à l'armée et faisaient leur cour à l'empereur. Quand il
avait terminé ses affaires, il assistait à des concerts que lui donnait
le musicien Paër, qu'il avait trouvé à Berlin, qu'il attacha à sa
musique et qu'il ramena à Paris. M. de Talleyrand, dont sans doute la
société lui était d'une grande ressource, le quittait cependant souvent
pour aller tenir un grand état à Varsovie, s'y entendre avec la
noblesse, et l'entretenir dans les espérances qu'on voulait qu'elle
conservât. Ce fut à Varsovie que M. de Talleyrand traita pour
l'empereur, avec les ambassadeurs de la Porte et ceux de la Perse,
auxquels Bonaparte donna le spectacle des manoeuvres d'une partie de son
armée. On y signa aussi une suspension d'armes entre la France et la
Suède.

La question du _monseigneur_ ayant été décidée, le cardinal Maury fut
admis à l'Institut et y prononça pour son discours de réception l'éloge
de l'abbé de Radonvilliers. Un monde énorme s'était porté à cette
séance. Le cardinal ne répondit guère à la curiosité du public. Son
discours fut long et ennuyeux, et on conclut assez justement que son
talent s'était absolument usé. Ses mandements, et une passion qu'il
prêcha depuis, n'ont point démenti cette opinion.

Le 5 mai, l'impératrice fut frappée d'un coup très sensible par la mort
de son petit-fils Napoléon. Cet enfant avait été enlevé à ses parents
en peu de jours par la maladie qu'on appelle _le croup_. On ne peut se
figurer le désespoir dans lequel tomba la reine de Hollande. On fut
obligé de l'arracher de force du cadavre de son fils, auquel elle
s'était attachée. Louis Bonaparte, également affligé et épouvanté de
l'état de sa femme, la soigna alors avec beaucoup d'attachement, et ce
malheur amena entre eux un rapprochement sincère, mais qui ne fut que
momentané. La reine, par moments, tombait dans un égarement complet,
appelant son fils et la mort à grands cris, sans reconnaître aucune des
personnes qui l'approchaient. Quand la raison lui revenait un peu, elle
gardait un profond silence, indifférente à ce qu'on lui disait.
Cependant, quelquefois, elle remerciait doucement son mari de ses soins,
d'un ton qui indiquait le regret qu'il eût fallu un tel malheur pour
changer leurs relations. Ce fut dans une de ces occasions que Louis,
fidèle à son caractère bizarre et jaloux, se trouvant près du lit de sa
femme et lui promettant qu'à l'avenir il s'appliquerait à consoler sa
vie, lui demanda toutefois l'aveu des torts qu'il lui supposait:
«Confiez-moi vos faiblesses, lui dit-il, je vous les pardonne toutes;
nous allons recommencer un nouvel avenir qui effacera pour jamais le
passé.» La reine lui répondait avec toute la solennité de la douleur et
de l'espoir qu'elle avait de mourir, que, prête à rendre son âme à Dieu,
elle n'aurait pas à lui porter l'ombre même d'une pensée coupable. Le
roi, toujours incrédule, lui demandait d'en proférer le serment, et,
après l'avoir obtenu, ne pouvant se déterminer à y prêter confiance,
recommençait ses singulières instances, et avec une telle importunité,
que sa femme, quelquefois épuisée de sa déchirante douleur, des paroles
qu'il lui fallait répondre et de cette persécution, se sentant évanouir
lui disait: «Donnez-moi du repos, je ne vous échapperai point; demain,
nous reprendrons l'entretien.» En parlant ainsi, elle perdait
connaissance de nouveau[56].

     [Note 56: C'est la reine même qui m'a fait ce récit.]

Dès que la nouvelle de cette mort fut arrivée à Paris, on dépêcha un
courrier à l'empereur; madame Murat partit sur-le-champ pour la Haye,
et, peu de jours après, l'impératrice se rendit à Bruxelles, où Louis
amena lui-même sa femme et son jeune fils, pour les remettre aux mains
de leur mère. Il montra encore une douleur amère, et une grande
occupation de la reine Hortense, dont la tête était encore presque
égarée. Il fut décidé qu'après un repos de quelques jours à la Malmaison
on l'enverrait passer plusieurs mois dans les Pyrénées, où son royal
époux irait plus tard la rejoindre. Après une journée de séjour au
château de Laeken, près de Bruxelles, le roi retourna en Hollande, et
l'impératrice, sa fille, son second fils qu'il fallut bien alors appeler
Napoléon, et la grande duchesse de Berg, qui n'était guère propre à
consoler deux personnes qu'elle haïssait tant revinrent à Paris. M. de
Rémusat, qui avait accompagné l'impératrice dans ce triste voyage, me
raconta, au retour, les soins de Louis pour sa femme, et me dit qu'il
avait cru s'apercevoir que madame Murat les voyait avec déplaisance.

Madame Louis Bonaparte demeura très renfermée, et toujours abattue, à la
Malmaison, pendant quinze jours. Vers la fin de mai, elle partit pour
les eaux de Cauterets. Elle se montrait insensible à tout, ne versant
pas une larme, ne dormant point, ne prononçant aucune parole, serrant la
main quand on lui parlait, et, chaque jour, à l'heure où son fils était
mort, tombant dans une crise violente. Je n'ai jamais vu une douleur
qui fît plus de mal à regarder. Elle était pâle, sans mouvement, le
regard fixe; on pleurait en l'approchant, alors elle vous adressait ce
peu de mots: «Pourquoi pleurez-vous? Il est mort, je le sais bien; mais
je vous assure que je ne souffre pas, je ne sens rien du tout[57].»

     [Note 57: Cette peinture de la douleur de la reine
     Hortense n'a rien d'exagéré, car voici ce que mon grand-père
     écrivait à sa femme, de Bruxelles, où il avait accompagné
     l'impératrice, le 16 mai 1807: «Le roi et la reine sont
     arrivés hier au soir. L'entrevue avec l'impératrice n'a été
     douloureuse que pour elle, et comment ne l'aurait-elle pas
     été? Figurez-vous, mon amie, que la reine, dont la santé est
     d'ailleurs assez bonne, est absolument dans l'état où l'on
     nous représente _Nina_ sur le théâtre. Elle n'a qu'une idée,
     celle de la perte qu'elle a faite; elle ne parle que d'une
     chose, c'est de _lui_. Pas une larme, mais un calme froid,
     des yeux presque fixes, un silence presque absolu sur tout,
     et ne parlant que pour déchirer ceux qui l'entendent.
     Voit-elle quelqu'un qu'elle a vu autrefois avec son fils,
     elle le regarde avec un air de honte et d'intérêt, et, d'une
     voix très basse: «Vous le savez, dit-elle, il est mort.» En
     arrivant auprès de sa mère, elle lui dit: «Il n'y a pas
     longtemps qu'il était ici avec moi; je le tenais là sur mes
     genoux.» M'apercevant quelques moments après, elle me fait
     signe de m'avancer: «Vous vous rappelez Mayence? Il jouait la
     comédie avec nous.» Elle entend dix heures sonner, elle se
     retourne vers une de ses dames: «Tu sais, dit-elle, c'est à
     dix heures qu'il est mort.» Voilà comme elle rompt le
     silence, presque continuel, qu'elle garde. Avec cela, elle
     est bonne, sensée, pleine de raison; elle connaît
     parfaitement son état, elle en parle même. Elle est heureuse,
     dit-elle, «d'être tombée dans l'insensibilité: elle aurait
     trop souffert autrement». On lui demande si elle a été émue
     en revoyant sa mère. «Non, dit-elle; mais je suis bien aise
     de l'avoir vue.» On lui dit combien elle est affectée de son
     peu d'émotion en la revoyant: «Oh! mon Dieu, dit-elle,
     qu'elle ne s'en fâche pas: je suis comme cela.» Sur tout ce
     qu'on lui demande, autre que l'objet de sa peine: «Ça m'est
     égal, dit elle, comme vous voudrez.» Elle croit qu'elle a
     besoin d'être seule à sa douleur, elle ne veut cependant pas
     voir les lieux qui lui rappellent son fils.» Je laisse aux
     habiles le soin de rechercher s'il n'y avait pas quelque
     affectation dans la douleur ainsi exprimée par l'ancienne
     élève de madame Campan. Il est difficile pourtant de n'en
     être pas touché. (P. R.)]

Dans ce voyage, une violente tempête la tira de cette torpeur, par une
commotion très forte. Il avait fait de l'orage précisément le jour de la
mort de son fils. Lorsque, cette autre fois, le tonnerre éclata, elle
l'écouta attentivement; ses éclats redoublant, elle eut une violente
attaque de nerfs qui fut suivie d'un déluge de pleurs; et, de cet
instant, elle reprit toutes ses facultés de souffrir et de sentir, et se
livra à une douleur profonde qui, depuis, ne s'est jamais entièrement
apaisée. Quoique je ne puisse continuer à rapporter ce qui la concerne
qu'en empiétant sur le temps, je terminerai pourtant tout de suite ce
récit. Arrivée dans les montagnes avec une petite cour très resserrée,
elle s'efforça de se fuir elle-même, en épuisant ses forces par des
marches continuelles. Presque toujours dans un état d'exaltation, elle
parcourait les vallées des Pyrénées, gravissait les rochers, tentait
les ascensions les plus difficiles, et ne semblait, m'a-t-on dit,
occupée qu'à échapper à elle-même. Le hasard lui fit rencontrer à
Cauterets M. Decazes, jeune alors, fort inconnu, et, comme la reine,
sous le poids d'un regret douloureux. Il avait perdu sa jeune femme[58],
il était malade et accablé. Ces deux personnes se rencontrèrent et
s'entendirent dans leurs larmes. Il est très vraisemblable que madame
Louis, trop malheureuse pour observer des convenances qu'elle eût dû
respecter, dans le rang où elle était placée, refusant son approche aux
indifférents, fut plus accessible à un homme affligé comme elle. M.
Decazes était jeune, d'une assez belle figure; l'oisiveté de la vie des
eaux et les discours inconsidérés de la médisance attachèrent quelque
importance à cette relation. La reine était trop hors d'un état
ordinaire pour s'apercevoir de quoi que ce soit. Elle n'avait autour
d'elle que des jeunes personnes dévouées, inquiètes de sa santé, et
soigneuses de lui procurer le plus léger soulagement. Cependant des
lettres furent écrites à Paris, et on y prononça quelques paroles
légères sur la reine et M. Decazes.

     [Note 58: Fille de M. Muraire, président de la cour de
     cassation.]

Le roi Louis, à la fin de l'été, alla rejoindre sa femme dans le midi de
la France. Il paraît que la vue de cette pauvre mère et du seul fils qui
lui restait lui causèrent de l'attendrissement. L'entrevue fut
affectueuse de part et d'autre. Les époux, qui, depuis longtemps,
avaient cessé d'avoir entre eux aucun rapprochement, vécurent alors dans
une complète intimité qui a produit la naissance de leur troisième
fils[59]. Il est vraisemblable que, si Louis fût retourné sur-le-champ à
la Haye, ce raccommodement aurait eu de longues suites; mais il revint
avec sa femme à Paris, et son union blessa et inquiéta vivement madame
Murat. Au moment de ce retour, j'ai souvent entendu dire à l'impératrice
que sa fille était profondément touchée du chagrin de son mari, qu'elle
répétait que, souffrant, attristé, il avait formé un nouveau lien avec
elle, et qu'elle sentait qu'elle pouvait lui pardonner le passé. Mais
madame Murat, du moins l'impératrice le croyait ainsi et sur des
rapports assez certains, jeta de nouvelles inquiétudes dans l'esprit de
son frère. Elle lui raconta, sans paraître les croire, les discours
tenus sur les rencontres de la reine avec M. Decazes; elle poussa même
son récit jusqu'à lui apprendre qu'on en concluait des soupçons sur les
causes de sa nouvelle grossesse. Il n'en fallait pas tant pour ramener
la jalouse défiance de Louis[60]. Je ne pourrais plus dire aujourd'hui
s'il avait vu M. Decazes dans les Pyrénées, ou si seulement sa femme
avait parlé de lui; car, comme elle ne mettait aucune importance à cette
rencontre, elle racontait souvent, devant témoins, combien elle avait
été touchée de cette conformité de douleur, et disait que, malgré sa
propre peine, l'état de cet époux désolé lui avait fait pitié.

     [Note 59: L'empereur Napoléon III, né le 20 avril 1808.
     (P. R.)]

     [Note 60: M. Decazes fut placé par Louis Bonaparte
     lui-même auprès de madame Bonaparte la mère, dans un petit
     poste assez secondaire. On ne le voyait jamais à la cour, ni
     dans le grand monde. Qui lui eût dit alors que, quelques
     années après, il serait pair de France et favori de Louis
     XVIII?]

Dans le même temps, l'impératrice, effrayée de l'état de maigreur de sa
fille, craignant pour elle la fatigue d'un nouveau voyage et le climat
de la Hollande, pressait souvent l'empereur, alors de retour, d'obtenir
de son frère qu'il laissât sa femme accoucher à Paris. L'empereur
l'obtint en effet, en l'ordonnant. Louis, mécontent, aigri, malheureux
sans doute aussi de se voir forcé de retourner seul dans les tristes
brouillards de son royaume, harcelé par son inquiétude naturelle, reprit
ses soupçons et sa mauvaise humeur, dont il accabla sa femme de nouveau.
Celle-ci eut d'abord assez de peine à les comprendre; mais, quand elle
se vit en butte à de nouveaux outrages, quand elle comprit que l'on
n'avait pas respecté son malheur, et qu'on l'avait crue capable d'une
intrigue galante au moment où elle savait qu'elle n'avait aspiré qu'à
mourir, elle tomba dans un complet découragement. Indifférente au
présent, à l'avenir, à tous liens, à l'estime comme à la haine, elle
voua à son mari un mépris que peut-être elle laissa trop voir, et elle
ne pensa plus qu'à s'efforcer de multiplier les occasions de vivre
séparée de lui. Tout ce que je raconte se passa dans l'automne de 1807;
quand j'aurai gagné ce temps, je pourrai revenir encore sur quelques
détails relatifs à cette malheureuse femme.

L'impératrice versa beaucoup de larmes sur la mort de son petit-fils.
Outre la tendresse très vive qu'elle portait à cet enfant, qui annonçait
un aimable caractère, elle voyait sa position ébranlée par cette mort.
Les enfants de Louis lui paraissaient devoir réparer auprès de
l'empereur le tort de sa stérilité, et ce terrible divorce qui était si
souvent l'objet de son inquiétude, lui semblait devenir moins douteux
après une pareille perte. Elle me confia ses émotions secrètes dans ce
temps, et j'eus beaucoup de peine à rendre un peu de calme à ses
esprits.

On se rappelle encore aujourd'hui l'impression que fit le beau discours
de M. de Fontanes, qui sut si bien enchâsser ce malheur dans une des
plus nobles et des plus remarquables descriptions des prospérités de
Bonaparte[61]. Celui-ci avait ordonné que les drapeaux conquis dans
cette campagne, et l'épée du grand Frédéric, fussent portés en grande
pompe aux Invalides. Un _Te Deum_ devait être chanté, un discours
prononcé en présence des grands dignitaires, des ministres, du Sénat et
des invalides eux-mêmes. La cérémonie, qui eut lieu le 17 mai 1807, fut
imposante, et le discours de M. de Fontanes est un monument qui
perpétuera pour nous le souvenir de ces nobles dépouilles, reprises,
depuis, par leur premier possesseur. On admira comment l'orateur avait
agrandi encore son héros en dédaignant d'insulter au vaincu, combien ses
éloges portaient sur ce qui est vraiment héroïque. On ajoutait que ces
louanges pourraient, à la rigueur, passer pour des conseils, et la
soumission et la crainte étaient telles alors, que M. de Fontanes parut
avoir déployé du courage.

     [Note 61: Ce discours et le trait qui le termine sont
     rapportés dans la première partie de cet ouvrage. Je n'ai pas
     cru devoir éviter cette répétition, car les nouveaux détails
     donnés ici sont intéressants. Je joins à ces détails, et pour
     faire mieux connaître encore l'intérieur du ménage du roi et
     de la reine de Hollande, la lettre suivante, écrite au roi
     par son frère et datée de Finckestein, le 4 avril 1807, un
     mois Vous êtes trop, vous, dans votre intérieur, et pas assez
     dans votre administration. Je ne vous dirais pas tout cela
     sans l'intérêt que je vous porte. Rendez heureuse la mère de
     vos enfants; vous n'avez qu'un moyen: c'est de lui témoigner
     beaucoup d'estime et de confiance. Malheureusement, vous avez
     une femme trop vertueuse; si vous aviez une femme coquette,
     elle vous mènerait par le bout du nez. Mais vous avez une
     femme fière, que la seule idée que vous puissiez avoir
     mauvaise opinion d'elle révolte et afflige. Il vous aurait
     fallu une femme comme j'en connais à Paris. Elle vous aurait
     joué sous jambe, et vous aurait tenu à ses genoux. Ce n'est
     pas ma faute, je l'ai souvent dit à votre femme.» Dans cette
     lettre, si remplie de ces traits de sagacité et de vulgarité
     que Napoléon portait dans l'appréciation des choses
     ordinaires de la vie, on remarquera l'identité de son
     jugement avec celui de l'auteur de ces Mémoires, sur la cause
     et le caractère des discordes conjugales qui les occupent. Le
     roi Louis est trop raide, trop austère, trop jaloux, sa femme
     n'a que les goûts naturels de la jeunesse et de
     l'imagination. Son mari la méconnaît, l'humilie, l'attriste
     et l'offense. Survient la mort du jeune prince, à peu près
     avant la mort de l'enfant: «Vos querelles avec la reine
     percent dans le public. Ayez donc, dans votre intérieur, ce
     caractère paternel et efféminé que vous montrez dans le
     gouvernement, et ayez dans les affaires ce rigorisme que vous
     montrez dans votre ménage. Vous traitez une jeune femme comme
     on mènerait un régiment... Vous avez la meilleure femme, et
     la plus vertueuse, et vous la rendez malheureuse. Laissez-la
     danser tant qu'elle veut, c'est de son âge. J'ai une femme
     qui a quarante ans; du champ de bataille, je lui écris
     d'aller au bal. Et vous voulez qu'une femme de vingt ans qui
     voit passer sa vie, qui en a toutes les illusions, vive dans
     un cloître, soit comme une nourrice toujours à laver son
     enfant! et ce malheur, également ressenti des deux parts,
     rapproche les époux par une douleur commune. Cette douleur se
     prolonge, et devient, pendant un temps, la pensée dominante
     de la reine et même de sa mère. Dans ses lettres, Napoléon se
     montre affligé, et bientôt ennuyé de leur constante
     tristesse. Il y a un mélange curieux d'une bonté affectueuse
     et d'une impérieuse personnalité dans la manière dont il les
     console, ou leur ordonne de se consoler. J'ai cité
     quelques-unes de ces lettres. En voici une autre, écrite de
     Friedland, le 16 juin 1807: «Ma fille, j'ai reçu votre lettre
     datée d'Orléans. Vos peines me touchent, mais je voudrais
     vous savoir plus de courage. Vivre, c'est souffrir, et
     l'honnête homme combat toujours pour rester maître de lui. Je
     n'aime pas à vous voir injuste pour le petit Napoléon-Louis,
     et envers tous vos amis. Votre mère et moi avions l'espoir
     d'être plus que nous ne sommes dans votre coeur. J'ai
     remporté une grande victoire le 14 juin. Je me porte bien et
     je vous aime beaucoup.» On voit combien ces jugements de
     l'empereur et de la dame du palais de Joséphine sont
     contradictoires avec l'opinion qui a prévalu sur la reine
     Hortense, et qui ne semble pas reposer uniquement sur des
     suppositions. (P. R.)]

Dans la péroraison de ce discours, il représenta le héros entouré de la
pompe de ses victoires, et la dédaignant pour pleurer un enfant.

Mais le héros ne pleura point. Il reçut d'abord une impression pénible
de cette mort, dont il chercha à se débarrasser le plus tôt qu'il put.
M. de Talleyrand m'a conté, depuis, que le lendemain du jour où il avait
appris cette nouvelle, l'empereur causait d'un air fort dégagé, et qu'au
moment où il allait donner audience aux grands de la cour de Varsovie
qui venaient le complimenter sur cette perte, lui (M. de Talleyrand) fut
obligé de l'avertir de prendre un maintien triste, en se permettant de
lui reprocher sa trop grande insouciance, à quoi l'empereur répondit:
«Qu'il n'avait pas le temps de s'amuser à sentir et à regretter, comme
les autres hommes.»



CHAPITRE XXIV.

(1807.)


Le duc de Danzig.--Police de Fouché.--Bataille de Friedland.--M. de
Lameth.--Traité de Tilsit.--Retour de l'empereur.--M. de
Talleyrand.--Les ministres.--Les évêques.


Cependant, les rigueurs de l'hiver disparaissaient peu à peu en Pologne,
et tout annonçait le renouvellement des hostilités. Le bulletin du 16
mai nous apprenait l'arrivée de l'empereur de Russie à son armée, et les
paroles mesurées qu'on employait à l'égard des souverains, et l'épithète
de _braves_ accordée aux soldats russes, faisaient penser qu'on se
préparait à rencontrer une vigoureuse résistance. Le maréchal Lefebvre
était chargé du siège de Danzig[62]; quelques affaires d'avant-postes
avaient eu lieu; enfin, le 24 mai, la ville de Danzig se rendit.
L'empereur s'y transporta aussitôt, et, pour récompenser le maréchal, il
le fit duc de Danzig, en ajoutant à ce titre une dotation considérable.
Ce fut la première création de ce genre. Il en développa les avantages,
comme il lui plut, dans une lettre qu'il écrivit au Sénat à cette
occasion, et il s'appliqua à les appuyer sur des motifs qui ne devaient
point effaroucher les amateurs de l'égalité, dont il soignait toujours
les préventions. Je l'ai souvent entendu parler des motifs qui le
portèrent à créer ce qu'il appelait une caste intermédiaire entre lui et
la vaste démocratie de la France. Il s'appuyait, d'abord, sur le besoin
de récompenser les grands services, d'une manière qui ne fût point
onéreuse à l'État, sur la nécessité de satisfaire les vanités
françaises[63], et, enfin, de s'entourer à la façon des autres
souverains de l'Europe. «La liberté, disait-il, est le besoin d'une
classe peu nombreuse, et privilégiée, par la nature, de facultés plus
élevées que le commun des hommes. Elle peut donc être contrainte
impunément. L'égalité, au contraire, plaît à la multitude. Je ne la
blesse point en donnant des titres qui sont accordés à tels ou tels,
sans égard pour la question, usée aujourd'hui, de la naissance. Je fais
de la monarchie, en créant une hérédité, mais je reste dans la
Révolution, parce que ma noblesse n'est point exclusive. Mes titres sont
une sorte de couronne civique; on peut les mériter par les oeuvres.
D'ailleurs, les hommes sont habiles quand ils donnent à ceux qu'ils
gouvernent le même mouvement qu'ils ont eux-mêmes. Or tout mon mouvement
à moi est ascendant, il en faut un pareil qui agite de même la nation.»

     [Note 62: L'orthographe de ces noms de villes ou de
     provinces allemandes devenus des titres français est
     difficile à déterminer. L'auteur, comme les femmes, et même
     les hommes de son temps, n'en prend nul souci, et écrit
     tantôt d'une façon, tantôt d'une autre. Les historiens de
     l'Empire ne présentent nulle concordance, et la plupart n'ont
     point de système régulièrement suivi. Aujourd'hui, l'on met
     quelque pédanterie à laisser aux noms un caractère local.
     Aussi j'écris en allemand, _Danzig_, et non _Dantzick_ comme
     on le fait souvent. (P. R.)]

     [Note 63: «On me dira, disait l'empereur, que tout cela
     fera une noblesse de cour; mais cette noblesse de cour aura
     conquis son rang avec son épée.--Oh! dit ma grand'mère, avec
     son épée? Avec son sabre.» L'empereur se mit à rire. (P. R.)]

Une fois, après avoir développé tout ce système devant moi, à sa femme,
il s'arrêta tout à coup. Il se promenait, selon sa coutume, dans
l'appartement. «Ce n'est pas, dit-il, que je ne voie que tous ces
nobles, ces ducs surtout que je fais, et à qui j'accorde de si énormes
dotations, vont devenir un peu indépendants de moi. Décorés et riches,
ils tenteront de m'échapper, et prendront vraisemblablement ce qu'ils
appelleront _l'esprit de leur état_.» Et, sur cette réflexion, il
continua sa promenade, en gardant quelques minutes de silence; puis, se
retournant vers nous un peu brusquement: «Oh! reprit-il, en souriant
d'un sourire dont je ne saurais comment décrire l'expression, ils ne
courront pas si vite que je ne sache bien les rattraper.»

Quoique les services militaires décorassent au fond, d'une manière
imposante, les parchemins dont l'empereur scellait le don sur le champ
de bataille, cependant l'humeur moqueuse des Parisiens, que la gloire
même ne fait pas reculer, s'empara d'abord de la dignité du nouveau duc.
Il avait quelque chose de commun et de soldatesque qui y prêtait un peu;
et sa femme, vieille et excessivement bourgeoise, fut l'objet d'un grand
nombre de railleries. Elle s'exprimait plaisamment sur la préférence
qu'elle donnait à la partie pécuniaire des dons de l'empereur, et
lorsqu'elle faisait cet aveu, au milieu du salon de Saint-Cloud, et que
la naïveté de ses discours faisait rire quelques-unes d'entre nous,
alors, rouge de colère, elle ne manquait pas de dire à l'impératrice:
«Madame, je vous prie de faire taire toutes vos péronnelles.» On
conçoit qu'une pareille incartade ne diminuait pas notre gaieté[64].

     [Note 64: Les mots spirituels, ou tout au moins comiques,
     de la maréchale Lefebvre ont eu quelque popularité. Celui-ci
     était en réalité plus singulier, et plus expressif. Il
     s'agissait, paraît-il, d'un domestique qu'elle avait fait
     mettre tout nu devant elle, pour s'assurer qu'il n'emportait
     rien. Il est impossible d'écrire le mot par lequel elle
     demandait, avant de faire son récit, le départ des dames de
     la cour. Son mari, le maréchal duc de Danzig, avait aussi ses
     mots que l'on citait, et dont quelques-uns ont une beauté
     soldatesque. Il se plaignait à mon grand-père d'un fils qui
     se conduisait mal: «Vois-tu, disait-il, j'ai peur qu'il ne
     meure pas bien.» Un jour, ennuyé du ton d'envie désobligeante
     avec lequel un de ses compagnons d'enfance, le revoyant dans
     ses grandeurs, lui parlait de sa richesse, de ses titres et
     de son luxe, il lui dit: «Eh bien, tiens, je te cède tout
     cela, et pour rien, mais au prix coûtant. Nous allons
     descendre dans mon jardin; je tirerai sur toi soixante coups
     de fusil, et après cela, si je ne t'ai pas tué, tout est à
     toi.» (P. R.)]

L'empereur eût bien voulu arrêter le cours de ces plaisanteries, mais
elles échappaient à sa puissance, et, comme on savait qu'il y était
sensible, on recherchait ce moyen commode et facile de se venger de
l'oppression. Les bons mots, les calembours couraient la ville; on les
mandait à l'armée; l'empereur irrité tançait le ministre de la police
sur son peu de surveillance; celui-ci, affectant une certaine libéralité
dédaigneuse, répondait qu'il fallait laisser aux oisifs ce
dédommagement. Cependant, quand il avait appris qu'un propos railleur ou
malveillant avait été tenu dans un salon de Paris, le ministre en
mandait tout à coup le maître ou la maîtresse, pour les avertir de mieux
surveiller leur société, et il les renvoyait avec une inquiétude vague
sur la sûreté du commerce de ceux qui la composaient. Plus tard,
l'empereur trouva le moyen de raccommoder l'ancienne noblesse avec les
décorations de la nouvelle: il l'appela au partage; et, comme c'était
reconnaître son privilège que de lui en donner un nouveau, quelque mince
qu'il fût, elle ne dédaigna pas cette concession qui devenait un acte
renouvelé de ce qu'elle avait été autrefois.

Cependant, l'armée se trouvait organisée de nouveau très fortement. Tous
nos alliés y concouraient. On vit des Espagnols traverser la France pour
aller combattre les Russes sur la Vistule; aucun souverain n'osait
résister aux ordres qu'il recevait. Le Bulletin du 12 juin annonça la
reprise des hostilités. On y rendait compte des tentatives faites pour
la paix. M. de Talleyrand y poussait beaucoup, peut-être l'empereur
lui-même n'était pas loin de la désirer. Mais le gouvernement anglais
s'y refusait; le jeune czar se flattait de faire oublier Austerlitz; la
Prusse, fatiguée de nous, redemandait son souverain; Bonaparte,
vainqueur, dictait des conditions sévères; la guerre se ralluma.
Quelques affaires partielles tournèrent à notre avantage; nous rentrâmes
dans notre activité accoutumée. Les deux armées se rencontrèrent à
Friedland, et nous remportâmes une nouvelle et grande victoire, qui fut
longtemps disputée. Malgré le succès, l'empereur put conclure que,
lorsqu'il aurait affaire désormais aux Russes, il lui faudrait
s'attendre à une lutte violente, et que c'était entre lui et Alexandre
que se traiteraient les destinées du continent.

À la journée de Friedland, un nombre considérable de nos officiers
généraux furent blessés. La conduite de mon beau-frère M. de Nansouty
fut digne d'éloges. Pour favoriser le mouvement de l'armée, il soutint
avec sa division de grosse cavalerie le feu de l'ennemi, pendant
plusieurs heures, maintenant par la force de son exemple tous les hommes
dans une inaction très pénible, puisqu'on peut dire qu'elle était aussi
sanglante que le combat. Le prince Borghèse fut envoyé du champ de
bataille à Saint-Cloud, pour annoncer ce succès à l'impératrice. Il
donna, en même temps, l'espoir que ce succès serait suivi d'une paix
prochaine, et ce bruit, qui se répandit, ne fut pas un faible ornement
à la victoire.

La bataille de Friedland fut suivie d'une marche rapide de notre armée.
L'empereur gagna le village de Tilsit, sur les bords du Niémen. Le
fleuve séparait les deux armées. Un armistice fut proposé par le général
russe, et accepté par nous; les négociations commencèrent. Sur ces
entrefaites, j'étais partie pour les eaux d'Aix-la-Chapelle, où je
menais une paisible vie, et où j'attendais, comme toute l'Europe, la fin
de cette terrible guerre. J'y trouvai pour préfet M. Alexandre de
Lameth, qui, après avoir tant marqué dans les commencements de la
Révolution, avait émigré, était rentré en France, ayant passé de longues
années dans un cachot autrichien, en même temps que M. de la Fayette.
Employé par l'empereur, il était arrivé à être préfet de ce que nous
appelions le département de la Roër, qu'il administrait fort bien.
L'éducation que j'avais reçue, les opinions de ma mère et de sa société
m'inspiraient de grandes préventions contre les opinions qui secondèrent
en 1789 les dispositions révolutionnaires. Je ne voyais dans M. de
Lameth qu'un factieux ingrat à l'égard de la cour, qui avait adopté le
rôle de membre de l'opposition pour se donner un éclat qui flattait son
ambition. Ce qui me faisait encore pencher vers cette idée, c'est que je
le trouvais grand admirateur de Bonaparte, qui assurément ne gouvernait
point la France dans un système qui fût une émanation de l'Assemblée
constituante. Mais il se pourrait que, ainsi que la majorité des
Français, nos troubles l'eussent un peu dégoûté d'une liberté achetée si
cher, et qu'il eût aussi adopté de coeur un despotisme qui recréait
l'ordre.

Quoi qu'il en soit, cette connaissance que je fis me donna l'occasion
d'entendre développer quelques-unes des opinions sur les droits des
citoyens, la balance du pouvoir, les libertés utiles, qui me frappèrent.
M. de Lameth défendait les intentions de l'Assemblée constituante, et je
n'avais nulle raison de lui disputer ce point assez oiseux de la
discussion, à l'époque où nous nous trouvions tous deux. Il justifiait
ensuite la conduite des députés de 1789, et, quoique je ne fusse point
de force à lui répondre en détail, je sentais confusément qu'il avait
tort, et que l'Assemblée constituante n'avait pas rempli sa mission avec
assez d'impartialité et de conscience. Mais je me sentais frappée de
l'utilité pour une nation d'appuyer son gouvernement sur des
institutions moins passagères, et, à cet, égard, les paroles que
j'entendais proférer avec assez de chaleur, jointes au sentiment pénible
que me faisaient éprouver nos interminables guerres, jetaient dans mon
esprit la semence de quelques idées saines et généreuses que les
événements ont depuis entièrement développées[65]. Au reste, quoi qu'on
pensât alors, la raison, ou son instinct, était forcée de céder devant
l'éclatante fortune qui élevait en ce moment Bonaparte à l'apogée de sa
gloire. On ne pouvait plus le juger avec les mesures ordinaires; la
fortune le secondait si continuellement, qu'en la poussant à ses plus
éclatants comme à ses plus déplorables excès, il semblait obéir à sa
destinée.

     [Note 65: Il paraît probable, et cela est indiqué ici,
     que les conversations de M. de Lameth ont contribué à
     l'éducation politique et libérale de l'auteur de ces
     mémoires. On trouvera peut-être piquant de rapprocher
     l'influence que ces causeries ont exercée sur son esprit, des
     préjugés qu'elle avait, et de ses impressions un peu sévères,
     lors de leur première rencontre. Il ne faut pas oublier que
     ma grand'mère n'avait pas encore vingt-sept ans lorsqu'elle
     voyait M. de Lameth à Aix-la-Chapelle, et qu'elle avait
     quitté l'intérieur doux, simple et attristé de sa mère pour
     la cour du premier consul, à peine âgée de vingt-deux ans. Il
     n'est pas étonnant que son jugement ait mis quelques années à
     se former, et qu'elle n'ait pas, du premier coup, atteint la
     vérité constitutionnelle. Le travail qui se fait peu à peu
     dans cet esprit distingué est précisément un des charmes de
     ses lettres et de ses mémoires. Voici donc ce qu'elle
     écrivait d'Aix-la-Chapelle à son mari, le 4 juillet 1807: «Le
     préfet est fort aimable; mais ce n'est plus à présent cet
     homme élégant et recherché que vous m'annoncez. Il n'a plus
     l'air jeune, il est couperosé, il ne parle que de son
     département, il s'en occupe sans cesse, il ne sait pas un mot
     de ce qui se passe hors d'Aix-la-Chapelle, il n'ouvre pas un
     livre, et ne fait que sa place. Il paraît aimé ici, son état
     de maison est fort simple.» Quelques jours plus tard, le 17
     juillet, elle écrivait: «J'aimerais assez le préfet, qui a
     une politesse noble et de bon goût; mais il est trop froid et
     trop préfet, il ne parle que de son département et paraît
     n'avoir plus que son administration dans la tête. Il est
     assez mal avec madame G----. On dit ici qu'elle lui a fait
     beaucoup d'avances, mais que, pour ne pas déplaire aux bonnes
     Allemandes, que les manières un peu libres de ladite dame
     choquaient, il a résisté à tout. On ajoute qu'elle ne lui a
     pas pardonné. Vous voyez que ce n'est pas là le Lameth
     d'autrefois. Il l'est encore dans certaines opinions
     constituantes qu'il se plaît à mettre en avant. Mais ce qui
     est remarquable, c'est qu'il ramène toujours la conversation
     sur les scènes passées, et qu'il aime à rappeler ses liaisons
     avec l'ancienne cour, et la faveur qu'on lui témoignait.
     Quand il parle ainsi, on le regarde et on ne trouve rien à
     répondre; au reste, il n'a pas l'air de savoir mauvais gré du
     silence. Enfin, je trouve donc le préfet plus aimable; il
     vient quelquefois me faire des petites visites du matin. Au
     bout de quelques moments, il trouve le moyen de mettre la
     conversation sur les commencements de la Révolution, sur
     l'Assemblée constituante, sur ses idées de régénération, sur
     ses espérances de réforme. Il arrange tout cela de son mieux,
     il fait des contes que j'ai l'air d'adopter, et qu'au fond je
     ne repousse pas entièrement, parce que je trouve en moi une
     disposition, naturelle dans ce siècle-ci, à excuser une bonne
     partie des erreurs politiques. Hier, je lui ai fait raconter
     les circonstances de sa captivité, et, après avoir pensé que
     le roi de Prusse avait eu assez raison d'arrêter ce _trio_,
     cependant j'ai trouvé qu'on avait été bien dur. Je crois que
     je les ai presque plaints, mais surtout cette pauvre madame
     de Lameth, la mère, qui partageait la prison de son fils dans
     les derniers temps, et qui avait six cents marches à monter
     pour arriver au donjon. Il conte bien ce qu'il a souffert.
     J'ai été surtout frappée d'une obligation de danser tous les
     jours qu'il s'était imposée pour faire de l'exercice. Pendant
     trente-neuf mois, à la même heure, il sautait en chantant une
     contredanse, et il m'a avoué qu'il s'était souvent surpris à
     répandre des larmes au milieu de ce triste rigodon. C'est à
     la fin d'une pareille contredanse qu'une fois il s'est
     déterminé à se couper la gorge avec un rasoir, et qu'il en a
     été empêché par un domestique qui l'a surpris.» (P. R.)]

Cependant, les grandes circonstances politiques donnaient lieu, à
Aix-la-Chapelle comme à Paris, comme partout, à des bruits de toute
espèce: On fondait le royaume de Pologne; on le donnait à Jérôme
Bonaparte, que l'on mariait à une fille de l'empereur d'Autriche; on
allait même jusqu'à renouveler les bruits du divorce de notre empereur.
Les esprits, animés par le gigantesque des événements, les dépassaient
encore, et se montaient de plus en plus à ce besoin de l'extraordinaire
dont l'empereur savait si bien profiter pour les entraîner. Et comment,
en effet, ne point s'attendre à toutes choses, en apprenant ce qui se
passait? Madame d'Houdetot, qui vivait encore alors, disait, en parlant
de Bonaparte: «Il rapetisse l'histoire, et il agrandit
l'imagination[66].»

     [Note 66: À cette époque, M. de Chateaubriand revint du
     voyage qu'il avait entrepris dans la Terre-Sainte pour y
     recueillir les observations qui devaient servir à l'ouvrage
     des _Martyrs_, qu'il méditait.]

Après la bataille de Friedland, l'empereur écrivit aux évêques une
lettre qui est belle. Elle renferme entre autres, cette phrase: «Cette
victoire a signalé l'anniversaire de la bataille de Marengo, de ce jour
où, tout couvert encore de la poussière du champ de bataille, notre
première pensée, notre premier soin furent pour le rétablissement de
l'ordre et de la paix dans l'Église de France[67].»

     [Note 67: C'était une question souvent discutée,
     autrefois, que celle des opinions de l'empereur sur la
     religion, l'immortalité de l'âme, l'existence de Dieu. Tout
     le monde aime à savoir ce que pensent ces grands génies sur
     ces problèmes qu'ils ne résolvent pas beaucoup plus aisément
     que nous. Il m'est arrivé plus d'une fois de demander à mon
     père si nos parents, ou quelques autres interlocuteurs
     habituels de Napoléon, avaient pu lui dire à ce sujet quelque
     chose de précis. Il en était aussi réduit aux conjectures. Sa
     mère, interrogée par lui, ne se souvenait pas d'avoir entendu
     l'empereur en parler sérieusement, ou d'une manière
     significative. Il n'attaquait pas les dogmes et n'en riait
     point. Il n'aimait pas les philosophes incrédules; mais son
     aversion pour leurs théories sociales suffirait pour
     expliquer sa sévérité à leur égard. Il parlait cependant des
     prêtres avec peu de respect. Par allusion à certains
     antécédents du cardinal Fesch, il disait que ce qu'il savait
     de son oncle le disposait à ne faire nul cas de la sincérité
     et du zèle des prêtres, puisqu'il le voyait aussi attaché
     qu'eux à la cause de l'Église. Jamais, quoiqu'il parlât assez
     souvent de l'importance politique de la religion, du soin
     qu'il en fallait prendre, il n'exprimait rien de positif sur
     la vérité ou la beauté de telle pu telle croyance. Il n'avait
     nulle sympathie pour la piété, nulle entente de ce qu'elle
     est dans certaines âmes.

     Il paraissait ne l'avoir jamais rencontrée, et ne l'admettre
     que comme préjugé populaire. Il avait une incrédulité de
     fait, mais non raisonnée et sympathique. La religion, même
     abstraite, paraissait lui être étrangère. Le nom de la
     _Providence_, celui de _Dieu_ même étaient des mots qu'il
     n'employait guère; mais cela venait plutôt des habitudes de
     son temps que d'un parti pris. Comme tant d'hommes de la fin
     du XVIIIe siècle, il n'avait jamais réfléchi au fond de la
     religion. Plus qu'un autre, il devait regarder le temps
     qu'elle prend comme du temps perdu, excepté quand il lui
     accordait quelques moments d'attention pour gagner des
     populations musulmanes, ou satisfaire des populations belges
     ou vendéennes. Mon père ajoutait que sa mère croyait que la
     religion était une chose à laquelle il ne pensait _à la
     lettre_ pas du tout, sans avoir une résolution formée contre
     la foi chrétienne. Il avait aussi quelque disposition à
     accepter le merveilleux, les pressentiments, même certaines
     communications mystérieuses entre les êtres; mais c'était
     plutôt l'effort d'une imagination vague qu'une aptitude
     particulière à la foi dans un symbole déterminé. (P. R.)]

Le _Te Deum_ fut chanté dans Paris et la ville fut illuminée.

Le 25 juin, les deux empereurs s'étant embarqués sur les deux rives du
Niémen, en présence d'une partie de leur armée, abordèrent en même temps
au pavillon qu'on avait élevé sur un radeau au milieu du fleuve. Ils
s'embrassèrent en se joignant, et demeurèrent deux heures ensemble.
L'empereur Napoléon était accompagné de son grand maréchal Duroc et de
son grand écuyer Caulaincourt; le czar, de son frère Constantin et de
deux grands personnages de sa cour. Dans cette entrevue, la paix fut
irrévocablement fixée. Bonaparte consentit à rendre au roi de Prusse une
partie de ses États, quoique son penchant intime le portât à changer
complètement la forme des pays conquis, parce que cette transformation
entière favorisait davantage sa politique, dont la base était une
domination universelle. Cependant, il fut obligé, en traitant, de
sacrifier quelques portions de ses projets. Le czar pouvait encore être
un ennemi redoutable; Napoléon savait que la France se fatiguait de la
guerre, et qu'elle redemandait sa présence. Une plus longue campagne eût
entraîné l'armée vers des entreprises dont on ne pouvait pas prévoir
l'issue. Il fallut donc ajourner une partie du grand plan, et faire
halte encore une fois. Les Polonais, qui avaient compté sur une
libération absolue, virent seulement la portion de la Pologne qui avait
appartenu à la Prusse devenir duché de Varsovie, duché qui fut donné au
roi de Saxe comme en dépôt. Danzig devint une ville libre, et le roi de
Prusse s'engagea à fermer ses ports aux Anglais. L'empereur de Russie
offrit sa médiation pour tenter la paix avec l'Angleterre. Bonaparte se
flatta que l'importance du médiateur terminerait le différend. Sa
vanité mettait un grand prix à ce que sa royauté fût reconnue par nos
voisins insulaires[68]. Il a dit souvent, depuis, qu'il avait senti à
Tilsit que la question de l'empire continental se jugerait un jour entre
le czar et lui, et que la magnanimité qu'Alexandre avait montrée[69],
l'admiration que ce jeune prince lui témoignait, l'enthousiasme réel
dont il était pénétré en sa présence, l'avaient comme subjugué et porté
à désirer, plutôt qu'une rupture éternelle, une alliance solide qui
pourrait, après tout, amener entre deux grands souverains le partage du
continent. Le 26, le roi de Prusse vint aussi sur le radeau, et, après
la conférence, les trois souverains se rendirent à Tilsit, où ils
logèrent tant que durèrent les négociations, se visitant tous les jours,
se donnant à dîner, passant des revues et paraissant dans la plus grande
intelligence. Bonaparte déploya tout ce qu'il avait de ressources dans
l'esprit; il s'observa beaucoup, il flatta le jeune empereur et le
séduisit complètement. M. de Talleyrand acheva encore cette conquête par
l'habileté toujours pleine de grâce avec laquelle il arrivait à soutenir
et à colorer la politique de son maître. Alexandre lui témoigna une
grande amitié, et prit une extrême confiance en lui. La reine de Prusse
vint à Tilsit; Bonaparte s'efforça par beaucoup de galanteries de
réparer la dureté de ses bulletins[70]. Elle ne pouvait se plaindre, non
plus que le roi son époux. Tous deux, dépossédés, se voyaient forcés de
recevoir avec reconnaissance ce qu'on leur rendait de leurs États. Ces
illustres vaincus renfermèrent leur peine secrète, et l'empereur crut
les avoir acquis en les rétablissant sur un trône morcelé dont il
pouvait les repousser tout à fait. Au reste, dans son traité, il
conservait toujours des moyens de surveillance, en laissant des
garnisons françaises dans les États de quelques princes secondaires,
tels que ceux de Saxe, de Cobourg, d'Oldenbourg et de
Mecklembourg-Schwerin. Une partie de son armée demeurait encore sur les
côtes du Nord, parce qu'il paraissait que le roi de Suède ne voulait
point entrer dans le traité, et enfin, cette guerre fit éclore un
royaume composé de la Westphalie et d'une portion des États prussiens.
Jérôme Bonaparte fut décoré de cette nouvelle royauté, et le projet de
son mariage avec la princesse Catherine de Wurtemberg fut arrêté. Les
deux ministres des affaires étrangères, M. de Talleyrand et le prince
Kourakin, signèrent ce traité, le 9 juillet 1807. L'empereur se rendit
ensuite chez l'empereur de Russie, portant la décoration de l'ordre
russe de Saint-André. Il demanda à voir le soldat russe qui s'était le
mieux conduit pendant la campagne, et lui donna de sa main la croix d'or
de la légion. Les deux souverains s'embrassèrent de nouveau, et se
séparèrent, après s'être promis une éternelle amitié. Des cordons furent
distribués respectivement dans les deux cours. La séparation de
Bonaparte et du roi de Prusse se fit aussi avec pompe, et le continent
se trouva encore une fois pacifié.

     [Note 68: Quand l'empereur apprit, un peu plus tard, que
     le gouvernement anglais refusait la paix, il s'écria: «Eh
     bien, la guerre recommencera, et elle sera à mort pour l'un
     des deux États.»]

     [Note 69: Le czar avait alors trente ans, une très belle
     figure et une bonne grâce infinie.]

     [Note 70: L'empereur écrivait à l'impératrice: «Tilsit, 8
     juillet 1807. La reine de Prusse a été réellement charmante;
     elle est pleine de coquetterie pour moi; mais n'en sois point
     jalouse; je suis une toile cirée sur laquelle tout cela ne
     fait que glisser. Il m'en coûterait trop cher pour faire le
     galant.» (P. R.)]

Des événements si éclatants imposèrent fortement à la disposition
blâmante qui existait toujours sourdement à Paris.

Il était impossible de ne pas admirer une telle gloire; mais il est
certain qu'on s'y associait beaucoup moins que par le passé. On
s'apercevait qu'elle tenait un peu pour nous de la nature d'un joug
brillant, et, comme on commençait à connaître Bonaparte et à se défier
de lui, on craignait les suites de l'enivrement que sa puissance pouvait
exciter en lui. Enfin, la prépondérance militaire excitait aussi
l'inquiétude; les vanités de l'épée, prévues d'avance, blessaient
l'orgueil individuel. Une secrète tristesse se mêlait à l'admiration.
Cette tristesse se faisait remarquer surtout parmi ceux que leurs places
ou leur rang allaient remettre en contact avec Napoléon. On se demandait
si le despotisme violent de ses manières ne paraîtrait pas plus que de
coutume dans toutes ses actions journalières; on se voyait rapetissé
devant lui, et on prévoyait qu'il le ferait sentir durement. Chacun
faisait avec anxiété son examen de conscience, recherchant sur quelle
partie de sa propre conduite ce maître sévère pourrait, à son retour,
exprimer son mécontentement. Épouse, famille, grands dignitaires,
ministres, la cour tout entière, tous enfin, éprouvaient plus ou moins
cette angoisse, et l'impératrice, qui le connaissait mieux qu'une autre,
exprimait tout naïvement son inquiétude, en disant: «L'empereur est si
heureux, qu'il va sûrement beaucoup gronder.» La magnanimité des rois
consiste à élever les âmes autour d'eux, en reversant une partie de leur
grandeur morale sur ceux qui les environnent; mais Bonaparte,
naturellement jaloux, s'isolait toujours, et redoutait tout partage. Ses
dons furent énormes après cette campagne; mais on s'apercevait qu'il
payait les services pour ne plus en entendre parler, et la solde de ses
récompenses paraissait un compte tellement terminé, qu'il réveilla des
prétentions sans exciter de reconnaissance.

Pendant les entrevues de Tilsit, il ne se passa rien à Paris que la
translation du corps du jeune Napoléon, qu'on avait déposé à Saint-Leu,
dans la vallée de Montmorency, chez le prince Louis, et qui fut porté à
Notre-Dame en cérémonie. L'archichancelier le reçut dans l'église, et en
remit le dépôt au cardinal-archevêque de Belloy pour le conserver
jusqu'au moment où la fin des réparations de Saint-Denis permettrait de
l'y transporter. On s'occupait alors de reconstruire les caveaux qui
avaient contenu les cendres de nos rois. On avait recueilli leurs restes
épars que les outrages du règne de la Terreur n'avaient point épargnés,
et l'empereur avait ordonné la construction d'autels expiatoires pour
réparer ce sacrilège fait à tant d'illustres morts. Cette idée, belle et
monarchique, lui fit beaucoup d'honneur, et fut célébrée avec raison par
quelques-uns des poètes de notre époque.

Quand l'empereur revint en France, sa femme vivait à Saint-Cloud dans
toutes les précautions d'une prudence minutieuse. Sa mère demeurait
assez paisiblement à Paris, avec son frère le cardinal Fesch. Madame
Murat habitait toujours l'Élysée, et conduisait finement une foule de
petites intrigues. La princesse Borghèse menait le seul train de vie qui
lui plût, et qu'elle entendît. Louis et sa femme étaient ensemble dans
les Pyrénées; ils avaient laissé leur enfant près de l'impératrice.
Joseph Bonaparte régnait avec douceur et faiblesse à Naples, disputant
la Calabre aux révoltés qui la troublaient, et ses ports aux Anglais.
Lucien habitait Rome, se livrant aux arts et au repos. Jérôme rapportait
une couronne; Murat, un désir violent d'en obtenir une, et un grand
fonds d'animosité contre M. de Talleyrand, qu'il croyait son ennemi. Il
s'était fort rapproché du secrétaire d'État Maret, jaloux en secret du
ministre des affaires étrangères, et il approuvait beaucoup l'intimité
de sa femme avec Fouché. Tous quatre savaient bien qu'au fond de l'âme
l'empereur concevait souvent le projet d'un divorce et d'une illustre
alliance. Ils cherchaient les moyens de détruire un reste d'attachement
qui conservait encore madame Bonaparte sur le trône, afin de plaire à
l'empereur en l'ayant aidé dans l'exécution de cette idée, de repousser
les Beauharnais, et d'empêcher que M. de Talleyrand n'acquît de nouveaux
droits à la confiance de son maître, en le dirigeant seul dans toute
cette affaire.

M. de Talleyrand, depuis quelques années, travaillait à s'acquérir une
réputation européenne, au fond très méritée. Sans doute il avait, plus
d'une fois, abordé la pensée du divorce; mais il voulait, avant tout,
que ce divorce conduisît l'empereur à une grande alliance, et, de plus,
il voulait en avoir été le négociateur. Aussi, tant qu'il ne se crut pas
sûr de parvenir à ses fins, il sut contenir les tentations de l'empereur
à cet égard, en lui représentant que la chose importante était, en
pareil cas, de bien choisir le moment. Quand il fut de retour de cette
campagne, l'empereur parut avoir en lui plus de confiance que jamais. M.
de Talleyrand lui avait été fort utile en Pologne, et dans chacun de
ses traités. Pour le récompenser, il le fit vice-grand électeur. Cette
dignité de l'Empire donnait à M. de Talleyrand le droit de remplacer le
prince Joseph partout où celle de grand électeur l'appelait; mais, en
même temps, M. de Talleyrand fut obligé de renoncer au ministère des
relations extérieures, qui se trouvait au dessous de son nouveau rang.
Il n'en demeura pas moins dans la confiance de Napoléon pour toutes les
affaires étrangères, qu'il traitait avec lui de préférence au vrai
ministre. Quelques personnes, très avisées, voulurent, depuis, avoir
prévu que M. de Talleyrand échangeait, à cette époque, un poste sûr
contre une situation brillante et plus précaire. Bonaparte lui-même a
bien laissé échapper, quelquefois, qu'il n'était pas revenu de Tilsit
sans quelque peu d'humeur de la prépondérance de son ministre en Europe,
et qu'il s'était choqué plus d'une fois de l'opinion généralement
établie que ce ministre lui fût nécessaire. En le changeant de poste, et
ne s'en servant que par forme de consultation, il en tirait, en effet,
tout le parti qu'il voulait, se réservant de l'écarter ou de ne pas
suivre sa direction à l'instant où elle cesserait de lui convenir. Je
me rappelle à cette occasion une anecdote assez piquante. M. de
Champagny, homme d'esprit dans un cercle très circonscrit, passa du
ministère de l'intérieur à celui des affaires étrangères. M. de
Talleyrand, en lui présentant les employés qui allaient être sous ses
ordres, lui dit: «Monsieur, voici bien des gens recommandables, dont
vous serez content. Vous les trouverez fidèles, habiles, exacts, mais,
grâce à mes soins, nullement zélés.» À ces mots, M. de Champagny fit un
mouvement de surprise. «Oui, monsieur, continua M. de Talleyrand, en
affectant le plus grand sérieux. Hors quelques petits expéditionnaires,
qui font, je pense, leurs enveloppes avec un peu de précipitation, tous
ici ont le plus grand calme, et se sont déshabitués de l'empressement.
Quand vous aurez eu à traiter un peu de temps des intérêts de l'Europe
avec l'empereur, vous verrez combien il est important de ne se point
hâter de sceller et d'expédier trop vite ses volontés.» M. de Talleyrand
amusa l'empereur du récit de cette histoire, et de l'air déjoué et ébahi
qu'il avait remarqué dans son successeur[71]. Il n'est peut-être pas
hors de propos de donner un aperçu des appointements que M. de
Talleyrand cumulait alors:

        Comme vice-grand électeur                330 000

        Comme grand chambellan                    40 000

        La principauté de Bénévent pouvait
        lui valoir.............                  120 000

        Le grand cordon de la Légion d'honneur     5 000
                                                 -------
                                                 495 000

     [Note 71: Malgré l'observation de la page précédente, il
     me paraît juste de remarquer et de regretter la faute que fit
     M. de Talleyrand en quittant le ministère des affaires
     étrangères, surtout s'il est vrai qu'il le fit de son plein
     gré, et malgré l'empereur. Comment ne s'est-il pas rendu
     compte de l'affaiblissement qui en résulterait dans sa
     position, et des difficultés plus grandes qu'il rencontrerait
     pour conjurer les volontés de l'empereur dans les affaires
     d'Espagne, ou ailleurs? On perd une grande force en perdant
     un ministère, c'est-à-dire l'action, et en se réduisant au
     conseil. Il est vrai qu'on le faisait alors grand dignitaire
     de l'Empire, qu'on l'élevait au rang de prince, et qu'il y
     avait en lui du grand seigneur, c'est-à-dire qu'il était
     sensible à l'éclat des dignités sans pouvoir. On ne peut
     s'expliquer autrement cette faute politique. Dès ce moment,
     il n'eut plus à parler que lorsqu'on l'appelait, et ses
     conseils ne pouvaient être de quelque poids que lorsqu'ils
     étaient demandés. Il n'eut d'influence que quand l'empereur
     le voulut bien. Il est vrai que son successeur était un homme
     doux et modeste qu'il espérait sans doute gouverner; mais la
     docilité de celui-ci s'appliqua plutôt à l'empereur son
     maître qu'à son prédécesseur disgracié. (P. R.)]

Plus tard, des dotations furent ajoutées à cette somme. On estimait sa
fortune personnelle à trois cent mille livres de rente; je n'ai jamais
su ce chiffre positivement. Les différents traités lui ont valu des
sommes importantes et des présents énormes. Au reste, il tenait un état
de maison très considérable; il payait de fortes pensions à ses frères;
il avait acheté la belle terre de Valençay, dans le Berri, qu'il meubla
avec un extrême luxe. Il avait, au temps dont je parle, la fantaisie des
livres, et sa bibliothèque était superbe. Cette année, l'empereur lui
ordonna d'étaler le plus grand train, et d'acheter une maison qui
convînt à sa dignité de prince, promettant de la payer. M. de Talleyrand
acheta l'hôtel de Monaco, rue de Varenne, l'agrandit encore par des
bâtiments considérables, et l'orna beaucoup. L'empereur, s'étant
brouillé, lui manqua de parole, et le jeta dans un assez grand embarras,
en l'obligeant à payer ce palais.

Pour achever le récit de la situation de la famille impériale, je dirai
que le prince Eugène gouvernait alors avec sagesse et prudence son beau
royaume d'Italie, parfaitement heureux de la tendresse de sa femme, et
de la naissance d'une petite fille qu'elle venait de lui donner[72].

     [Note 72: La princesse n'avait sans doute pas suivi le
     conseil que lui donnait l'empereur dans cette lettre écrite
     de Saint-Cloud, le 31 août 1806: «Ma fille, j'ai lu avec
     plaisir votre lettre du 10 août. Je vous remercie de tout ce
     que vous me dites d'aimable. Vous avez raison de compter
     entièrement sur tous mes sentiments. Ménagez-vous bien dans
     votre état actuel, et tâchez de ne pas nous donner une fille.
     Je vous dirai la recette pour cela, mais vous n'y croirez
     pas: c'est de boire tous les jours un peu de vin pur.» (P.
     R.)]

L'archichancelier Cambacérès, cauteleux par nature et par calcul,
s'était tenu à Paris dans le cercle de représentation que lui permettait
l'empereur, et qui satisfaisait sa puérile vanité[73]. Il apportait la
même prudence à présider le conseil d'État, dirigeant les discussions
avec ordre et lumières, et les surveillant de manière à ce qu'elles ne
passassent jamais les bornes prescrites. L'architrésorier Le Brun se
mêlait de peu de choses, tenant une bonne maison, ordonnant sa fortune,
ne faisant aucun ombrage, n'ayant aucun crédit. Les ministres[74] se
renfermaient dans leurs attributions respectives, tous conservant sous
un tel maître l'attitude de premiers commis attentifs et dociles,
dirigeant la partie dont ils étaient chargés par leur maître dans un
système uniforme, dont la base commune était sa volonté et son intérêt.
Chacun d'eux recevait le même mot d'ordre: _promptitude_ et
_soumission_. Le ministre de la police se permettait un peu plus que les
autres de donner à ses paroles la liberté qui lui convenait, soigneux de
garder sa liaison avec les jacobins, dont il garantissait le repos à
l'empereur. Par cela même, il était un peu moins dépendant, parce qu'il
avait un parti. Il demeurait maître des détails, et supérieur aux
différentes polices qui surveillaient la France. Bonaparte et lui
pouvaient se mentir souvent en s'entretenant ensemble, mais ils ne se
trompaient sans doute point.

     [Note 73: Comme grand dignitaire de l'État, il touchait
     trois cent trente mille francs de traitement, devant avoir le
     tiers du million accordé à un prince français; et l'empereur
     lui complétait les six cent mille francs qu'il recevait
     lorsqu'il était consul. L'architrésorier Le Brun touchait
     cinq cent mille francs.]

     [Note 74: En général, les ministres avaient deux cent dix
     mille francs de traitement; celui des relations extérieures
     recevait davantage.]

M. de Champagny, fait depuis duc de Cadore, qui était ministre de
l'intérieur, ayant passé aux affaires étrangères, fut remplacé par le
conseiller d'État Cretet, qui était d'abord directeur général des ponts
et chaussées. Il n'était pas trop homme d'esprit, mais bon travailleur
et fort exact; c'est tout ce qu'il fallait à l'empereur.

Le grand juge Régnier, fait depuis duc de Massa, dont j'ai déjà parlé,
administrait la justice avec une médiocrité continue. L'empereur se
souciait fort qu'elle ne prît ni autorité ni indépendance.

Le prince de Neuchatel était ministre, et bon ministre, de la guerre; le
général Dejean était ministre du matériel de cette partie. Tous deux
étaient surveillés par l'empereur en personne.

M. Gaudin, sage ministre des finances, maintenait, dans le travail des
impositions et des recettes, une régularité qui le rendait cher à
l'empereur. Il ne se mêlait d'autre chose. Depuis, l'empereur le fit duc
de Gaëte.

M. Mollien, depuis fait comte, ministre du Trésor, montrait plus
d'esprit et beaucoup de sagacité financière.

M. Portalis, avec de l'esprit et du talent, ministre des cultes, avait
entretenu une harmonie entre le clergé et le pouvoir. Il faut dire que
les prêtres, très reconnaissants de ce qu'ils devaient en sûreté et en
considération à Bonaparte, se livraient à lui de fort bonne grâce et
favorisaient un despotisme qui mettait de l'ordre partout. Quand il
exigea la levée des conscrits de 1808, dont j'ai parlé, il ordonna,
selon sa coutume, aux évêques d'exhorter les paysans à se soumettre à la
conscription. Les mandements furent très remarquables. Dans celui de
l'évêque de Quimper on lisait ces mots:

«Quel est le coeur français qui ne bénisse avec transport la divine
Providence d'avoir donné pour empereur et roi à ce magnifique empire,
prêt à s'ensevelir pour toujours sous des ruines ensanglantées, le seul
homme qui pût en réparer les malheurs, et voiler de sa gloire les
époques qui l'avaient déshonoré?»

M. Portalis mourut cette année, et fut remplacé par le conseiller d'État
M. Bigot de Préameneu, fait comte plus tard, fort honnête homme, mais
moins éclairé que lui.

Enfin, le ministre de la marine avait peu de choses à faire, depuis que
Bonaparte, désespérant de l'emporter sur l'Angleterre, et irrité du
mauvais succès de toutes ses entreprises maritimes, avait renoncé à s'en
occuper. M. Decrès était, avec beaucoup d'esprit, tout à fait du goût de
son maître. Un peu rude dans ses manières, il le flattait d'une façon
inattendue. Il mettait peu de prix à l'estime publique, et consentait à
prendre sur son compte toutes les injustices que l'empereur voulait
faire supporter à l'ancienne marine française, sans cependant qu'il y
parût rien de sa volonté. M. Decrès a amassé sur sa tête, avec un
dévouement intrépide, les haines de tous ses anciens camarades. Depuis,
l'empereur le fit duc[75].

     [Note 75: L'amiral Decrès, ou duc Decrès, né en 1761, est
     mort assassiné à Paris, le 7 décembre 1820. Il a été ministre
     de la marine de 1801 à 1814, et encore pendant les
     Cent-Jours. (P. R.)]

À cette époque, la cour était froide et silencieuse. C'était là,
surtout, que se faisait sentir la conviction intime que les droits de
chacun n'étaient appuyés que sur la volonté du maître, et, comme cette
volonté avait aussi ses fantaisies, l'embarras de les prévoir portait
chacun à éviter toute action, et à demeurer dans le cercle plus ou moins
restreint de ses attributions. Les femmes agissaient encore moins que
les autres, et n'osaient chercher d'autre succès que celui de leur luxe
et de leur beauté. Dans la ville, on arrivait de plus en plus à une
profonde indifférence sur le mouvement des rouages d'une machine dont on
voyait les résultats, dont on sentait la force, mais à l'action de
laquelle on comprenait qu'on n'aurait aucune part. On vivait dans un
état de société qui ne manquait pas d'agréments. Les Français, dès
qu'ils ont du repos, savent retrouver le plaisir. Mais la confiance
était restreinte, l'intérêt national affaibli, tous les grands
sentiments qui honoraient la vie à peu près paralysés. Les hommes
graves devaient souffrir, les vrais citoyens devaient trouver qu'ils
auraient vécu inutilement. On acceptait, en dédommagement, le plaisir
d'une existence sociale agréable et variée. La civilisation
s'accroissait par le luxe, qui, en énervant les facultés de l'âme,
rendait tous les rapports individuels faciles. Elle procure aux gens du
monde un petit nombre d'intérêts qui, presque toujours, leur suffisent,
et dont, après tout, on ne rougit point de s'accommoder, lorsqu'on a
longtemps souffert des grands désordres politiques. Ceux-ci avaient
encore une grande place dans nos souvenirs; ils donnaient un prix réel à
ce temps d'un brillant esclavage et d'une élégante oisiveté.



CHAPITRE XXV.

1807.


Tracasseries de cour.--Société de M. de Talleyrand.--Le général
Rapp.--Le général Clarke.--Session du Corps législatif.--Discours de
l'empereur.--Fêtes du 15 août.--Mariage de Jérôme Bonaparte.--Mort de Le
Brun.--L'abbé Delille.--M. de Chateaubriand.--Dissolution du
Tribunat.--Voyage à Fontainebleau.


Quand l'empereur arriva à Paris, le 27 juillet 1807, j'étais encore à
Aix-la-Chapelle, où je commençais à m'inquiéter de la disposition dans
laquelle il serait revenu. J'ai dit que c'était le mal habituel de sa
cour, à chacun de ses retours. Je ne pouvais guère m'en informer, car on
n'osait livrer ses secrets à ses correspondants; ce fut donc seulement à
mon arrivée que je connus quelques détails.

L'empereur rapportait un peu d'enflure de son inconcevable fortune. On
s'aperçut promptement combien son imagination agrandissait encore
l'espace qui se trouvait entre lui et tout autre personnage. De plus,
il se montrait plus impatient que jamais contre ce qu'il appelait _les
propos du faubourg Saint-Germain_. La première fois qu'il revit M. de
Rémusat, il lui adressa des reproches pour n'avoir point donné, dans
quelques lettres écrites au grand maréchal du palais Duroc, des détails
sur les personnes de la société de Paris.

«Vous êtes à portée, lui disait-il, par vos relations, de savoir ce qui
se dit dans nombre de salons. Il serait de votre devoir de m'en rendre
compte. Je ne peux accepter les petites considérations qui vous
retiennent.» À ces paroles, M. de Rémusat répondait qu'il retiendrait
fort peu de choses, parce qu'il était tout naturel qu'on s'observât
devant lui, et qu'il eût répugné à donner une si grave importance à des
discours légers qui auraient entraîné des suites fâcheuses pour ceux qui
les avaient proférés, souvent sans intention vraiment hostile. Alors
l'empereur haussait les épaules, tournait le dos, et ensuite il disait à
Duroc ou à Savary: «J'en suis bien fâché, mais Rémusat n'avancera guère,
car il n'est point à moi comme je l'entends.»

On pourrait au moins conclure qu'un homme d'honneur, décidé à manquer sa
fortune plutôt que de la payer par le sacrifice de sa délicatesse,
aurait trouvé dans ce marché la certitude de se voir à l'abri des
querelles qui suivent ce qu'on appelle, à la cour comme à la ville, des
caquets. Mais il n'en était pas ainsi: Bonaparte n'aimait le repos pour
personne, et il savait admirablement compromettre celui qui s'efforçait
le plus de vivre en paix.

On se souvient que, durant le séjour de l'impératrice à Mayence,
quelques-unes des dames de sa cour, madame de la Rochefoucauld en tête,
s'étaient permis de blâmer assez amèrement la guerre de Prusse, de
plaindre le prince Louis, et surtout cette belle reine si durement
insultée. L'impératrice, mécontente de toutes ces libertés, les avait
écrites à son époux, en lui demandant instamment de ne jamais laisser
connaître qu'elle l'en eût entretenu. Elle le confia à M. de Rémusat,
qui lui en fit quelques reproches, mais lui en garda le secret. M. de
Talleyrand, quand il rejoignit l'empereur, lui raconta aussi ce qui
s'était dit à Mayence, plutôt dans l'intention de l'amuser que par un
projet d'hostilité contre la dame d'honneur, qui ne lui déplaisait ni ne
lui plaisait. Bonaparte rapporta donc un assez grand fonds de mauvaise
humeur contre elle, et, la première fois qu'il la vit, il lui reprocha
ses opinions et ses discours avec sa violence accoutumée. Madame de la
Rochefoucauld, assez troublée d'une scène qu'elle n'attendait point,
nia, faute de meilleure excuse, tout ce dont on l'accusait. L'empereur
la poursuivit par des paroles positives, et, lorsqu'elle lui demanda qui
avait fait ce beau rapport, il nomma sur-le-champ M. de Rémusat. À ce
nom, madame de la Rochefoucauld fut atterrée. Elle avait assez d'amitié
pour mon mari et pour moi, elle croyait avec raison pouvoir se fier à
notre discrétion, et souvent elle nous avait livré ses secrètes pensées.
Elle éprouva donc une extrême surprise et un juste mécontentement,
d'autant qu'elle était elle-même sincère personne, et incapable pour son
compte de cette bassesse dont on lui montrait mon mari coupable.

Prévenue de cette manière, elle se garda bien de chercher une
explication; mais elle prit avec M. de Rémusat une contenance froide et
gênée, dont pendant longtemps mon mari ne put deviner la cause. Quelques
mois plus tard, seulement, des circonstances relatives au divorce ayant
amené des conversations entre madame de la Rochefoucauld et nous, elle
interrogea mon mari sur ce que je viens de raconter, et elle fut
éclairée sur la vérité de cette aventure. Quand elle put parler en
liberté à l'impératrice, celle-ci se garda bien de la détromper, et
laissa flotter les soupçons sur mon mari, ajoutant seulement que M. de
Talleyrand pouvait en avoir dit plus que lui. Madame de la Rochefoucauld
était amie assez intime de M. de Ségur, grand maître des cérémonies;
elle lui confia sa peine, et cela jeta quelque froideur entre lui et
nous, en même temps que cela dressa aussi M. de Ségur contre M. de
Talleyrand. La finesse quelquefois amère de ses railleries liguait
encore contre lui tous les gens médiocres, aux dépens desquels il
s'amusait impitoyablement. Ils s'en sont vengés dès qu'ils l'ont pu.
L'empereur ne borna point ses reproches aux personnes de sa cour; il se
plaignait aussi de la haute société de Paris. Il reprocha à M. Fouché de
n'avoir point exercé une surveillance exacte; il exila des femmes, fit
menacer des gens distingués, et insinua que, pour éviter les suites de
son courroux, il fallait du moins réparer les imprudences commises, par
des démarches qui prouveraient qu'on reconnaissait sa puissance. À la
suite de ces provocations, un grand nombre de personnes se crurent
obligées de se faire présenter; quelques-unes saisirent le prétexte de
leur sûreté, et la pompe de sa cour en fut augmentée.

Comme il était dans son goût de marquer toujours sa présence par une
agitation particulière, il n'épargna pas non plus sa famille. Il gronda
sévèrement, quoique fort inutilement, sa soeur Pauline sur ses
galanteries accoutumées, que le prince Borghèse voyait, au reste, ou
voulait paraître voir, avec indifférence. Il ne dissimula point à sa
soeur Caroline qu'il n'ignorait pas non plus les mouvements secrets de
son ambition. Celle-ci supporta avec son habileté éprouvée une
inévitable bourrasque, l'amenant peu à peu à reconnaître qu'elle n'était
pas bien coupable, avec le sang qui coulait dans ses veines, de désirer
une élévation supérieure, et prenant soin d'environner sa justification
de toutes ses séductions accoutumées. Quand il eut ainsi réveillé tout
son monde, comme il le disait lui-même, satisfait d'avoir excité cette
petite terreur, il parut oublier ce qui s'était passé, et reprit son
train de vie ordinaire.

M. de Talleyrand, qui revint après lui, témoigna à M. de Rémusat un
grand plaisir à le retrouver. Ce fut alors qu'il prit l'habitude de
venir me voir assez souvent, et que notre liaison commença à être plus
intime. Je me souviens que d'abord, malgré la disposition affectueuse
que sa bienveillance m'inspirait, et malgré l'extrême plaisir que me
procurait sa conversation, j'éprouvai, pendant, un assez long temps, un
peu d'embarras en sa présence. M. de Talleyrand avait la réputation
méritée d'un homme de beaucoup d'esprit; il était un très grand
personnage; mais on disait que son goût était difficile, son humeur un
peu moqueuse. Ses manières toujours soigneusement polies tiennent les
personnes auxquelles il s'adresse dans une situation un tant soit peu
inférieure. Cependant, comme les usages de la société, en France,
donnent toujours importance et liberté aux femmes, elles sont encore
maîtresses, avec M. de Talleyrand, qui les aime et ne s'en défie point,
de rapprocher les rangs. Mais beaucoup d'entre elles ne l'ont pas fait à
son égard. Le désir de lui plaire les a souvent subjuguées. Elles vivent
près de lui dans une sorte de servage, qu'on exprimerait fort bien par
cette phrase ordinaire dans le monde, en disant qu'elles l'ont _beaucoup
gâté_. Enfin, comme il est peu confiant, blasé sur une infinité de
choses, indifférent à nombre d'autres, difficilement ému, qui veut le
conquérir, le fixer ou seulement l'amuser, entreprend un travail
difficile.

Tout ce que je savais de lui, et ce que je découvrais en le fréquentant,
me mettait à la gêne devant lui. J'étais touchée de son amitié, je
n'osais le lui dire; je craignais de l'entretenir des préoccupations
habituelles de mon âme, parce que mes sentiments devaient, dans mon
idée, exciter sa raillerie. Je ne lui adressais aucune question sur ses
affaires ou sur les affaires, pour qu'il ne m'accusât d'aucune
curiosité. Un peu tendue devant lui, je tenais mon esprit en haleine,
quelquefois de manière à éprouver une fatigue réelle. Je l'écoutais bien
attentivement, afin, si je ne pouvais toujours lui bien répondre, de lui
procurer au moins le plaisir d'être bien entendu; car ma petite vanité
était satisfaite, j'en conviens, du goût qu'il paraissait prendre pour
moi. Quand j'y pense aujourd'hui, je trouve que c'était une plaisante
chose que l'état d'angoisse et de plaisir que j'éprouvais lorsque les
deux battants de ma chambre s'ouvraient, et qu'on m'annonçait: «Le
prince de Bénévent.» Quelquefois, je suais à grosses gouttes des efforts
que je faisais pour rendre mes paroles toutes piquantes, et sans doute,
comme il arrive toujours quand on se contraint, j'étais sûrement moins
aimable qu'en m'abandonnant à mon naturel; car on conserve ainsi du
moins tous les avantages que donnent le vrai et l'accord de la parole,
du geste et du maintien. Habituellement sérieuse, et disposée aux
émotions vives, je cherchais à me contraindre pour répondre à cette
légèreté avec laquelle il passait d'un sujet à un autre. Foncièrement
bonne femme, ennemie des discours malicieux, j'avais toujours un sourire
de commande aux ordres de tous ses bons mots. Il commença donc par
exercer sur moi son empire accoutumé, et, si notre liaison eût duré sur
ce ton, je ne lui aurais apparu que comme une femme de plus grossissant
cette espèce de cour qui l'environnait, et qui s'évertuait à applaudir à
ses faiblesses, à encourager les mauvaises parties de son caractère.
Sans doute il eût fini par s'éloigner de moi, parce que j'aurais fait
moins habilement un métier qui me convenait si peu. Je dirai plus tard
le douloureux événement qui remit mon esprit dans son état naturel, et
qui me donna occasion de lui vouer l'attachement sincère que je lui ai
toujours conservé. On ne tarda point à la cour à s'apercevoir de cette
nouvelle intimité. L'empereur n'en témoigna d'abord nul mécontentement.
M. de Talleyrand n'était pas sans crédit sur lui: les opinions qu'il
énonça, en parlant de M. de Rémusat, nous furent utiles, et nous nous
aperçûmes, à quelques paroles, que notre considération personnelle avait
gagné. L'impératrice, à peu près craintive de tout, me caressa
davantage, pensant que je pourrais servir ses intérêts auprès de M. de
Talleyrand. Les ennemis qu'il avait à la cour eurent les yeux sur nous;
mais, comme il était puissant, on nous témoigna de plus grands égards.
Sa société nombreuse commença à regarder avec curiosité un homme simple,
doux, habituellement silencieux, jamais flatteur, incapable d'intrigue,
dont M. de Talleyrand louait l'esprit et paraissait rechercher la
conversation. On examina aussi cette petite femme de vingt-sept ans,
médiocrement jolie, froide et réservée dans le monde, que rien
d'éclatant ne dénonçait, dévouée aux habitudes d'une vie pure et morale,
et qu'un si grand personnage s'amusait à mettre en évidence. Il aura
fallu vraisemblablement que M. de Talleyrand, s'ennuyant à cette époque,
ait trouvé quelque chose de nouveau, et peut-être de piquant, à gagner
les affections de deux personnes si étrangères au cercle des idées qui
l'avaient dirigé dans sa vie; que, fatigué de l'état de contrainte où il
lui fallait vivre, la sûreté de notre commerce l'ait quelquefois
soulagé, et que, peu à peu, les sentiments très dévoués que nous lui
avons hautement témoignés, quand sa disgrâce ébranla toute notre
position, aient fait une amitié solide d'une liaison qui ne lui parut
d'abord qu'un amusement assez neuf pour lui. Alors, attirée davantage
dans sa maison, que nous ne fréquentions point auparavant, je fis
connaissance avec une portion de la société que je n'avais guère connue.
On voyait chez M. de Talleyrand un monde énorme: beaucoup d'étrangers
qui le courtisaient attentivement, des hommes de toute sorte, des grands
seigneurs de l'ancien ordre de choses, des nouveaux, assez étonnés de se
rencontrer; des gens marquant par une célébrité quelle qu'elle fût,
laquelle ne marchait pas toujours avec une bonne réputation; des femmes
connues aussi de cette manière, dont il faut dire que peut-être il avait
été plus souvent l'amant que l'ami, et qui conservaient avec lui le
genre de relation qui était le plus de son goût. Dans son salon, on
voyait d'abord sa femme, dont la beauté s'effaçait de jour en jour, par
suite d'un excessif embonpoint. Elle était toujours richement parée,
occupant de droit le haut bout du cercle, mais à peu près étrangère à
tout le monde. M. de Talleyrand ne semblait jamais s'apercevoir de sa
présence; il ne lui parlait point, l'écoutait encore moins, et, je le
pense, souffrait intérieurement, mais avec résignation, le poids dont sa
faiblesse l'avait chargé par cet étrange mariage. Elle allait peu à la
cour; l'empereur la recevait mal; on ne l'y comptait pour rien; il ne
passait pas par la tête de M. de Talleyrand de s'en plaindre, ni de se
soucier des distractions qu'on l'accusait de chercher à l'ennui de son
oisiveté, en accueillant les soins de quelques étrangers. Bonaparte en
plaisantait quelquefois M. de Talleyrand, qui répondait avec insouciance
et laissait tomber la conversation.

Madame de Talleyrand avait coutume de prendre en aversion tous les amis,
ou amies, de son mari. Il est vraisemblable qu'elle ne fit aucune
exception en ma faveur; mais je me tins toujours avec elle dans la
réserve d'une telle politesse, je me mêlai si peu de son intérieur, que
je ne me trouvai dans aucun contact avec elle. Je vis dans ce même salon
quelques vieilles amies de M. de Talleyrand, qui commencèrent à
m'examiner avec une curiosité qui m'amusa: la duchesse de Luynes, la
princesse de Vaudemont, toutes deux excellentes, l'aimant solidement,
vraies avec lui, et qui me traitèrent fort bien, parce qu'elles
s'aperçurent que ma liaison était très simple et dépourvue d'intrigue;
la vicomtesse de Laval, plus inquiète, assez malveillante, et qui, je
crois, me jugea un peu sévèrement; la princesse de Lieskiewitz, soeur du
prince Poniatowski. Celle-ci venait de faire connaissance avec M. de
Talleyrand à Varsovie, et l'avait suivi à Paris. La pauvre femme, malgré
ses quarante-cinq ans et un oeil de verre, avait le malheur d'éprouver
un sentiment passionné pour lui, dont il se montrait fatigué, et qui la
tenait éveillée sur ses moindres préférences. Il se pourrait bien
qu'elle m'ait fait l'honneur d'un peu de jalousie. Plus tard, la
princesse de X... éprouva la même infirmité, car c'en était une réelle
d'avoir de l'amour pour M. de Talleyrand. On rencontrait là encore la
duchesse de Fleury, fort spirituelle, qui avait rompu, par un divorce,
son mariage avec M. de Montrond[76]; mesdames de Bellegarde, qui
n'avaient dans le monde d'autre importance que celle d'une grande
liberté de conversation; madame de K...., que M. de Talleyrand soignait,
pour conserver une bonne relation avec le grand écuyer; madame de
Brignole, dame du palais, Génoise aimable et très élégante dans toutes
ses habitudes; madame de Souza, qui avait été d'abord madame de
Flahault, femme d'esprit, liée dans sa première jeunesse à M. de
Talleyrand, conservant son amitié, auteur de plusieurs jolis romans, et
femme, à cette époque, de M. de Souza, qui avait été ambassadeur de
Portugal; enfin toutes les ambassadrices, les princesses étrangères qui
venaient à Paris, et un nombre infini de tout ce que l'Europe offrait de
distingué.

     [Note 76: Ce Montrond est un joueur de profession, d'un
     esprit très piquant, amusant M. de Talleyrand, et nuisant,
     par son intimité, à sa considération; toujours en opposition
     au gouvernement, exilé par l'empereur, et que M. de
     Talleyrand défendit avec une obstination qui eût mérité
     d'être mieux appliquée.

     La duchesse de Fleury est morte après avoir repris son nom de
     jeune fille, et se faisant appeler: la comtesse Aimée de
     Coigny. C'est pour elle qu'André Chénier a fait l'ode à la
     _Jeune Captive_. (P. R.)]

Je m'amusais assez de cette espèce de lanterne magique. Cependant, comme
mon instinct m'avertissait que je n'y pourrais former aucune liaison,
j'y conservais toujours le ton de la cérémonie, et j'aimais beaucoup
mieux voir M. de Talleyrand au simple coin de mon feu. Ma société, à
moi, fut un peu surprise de l'y voir arriver plus souvent; je puis dire
même que quelques-uns de mes amis s'en inquiétèrent. Il inspirait
généralement de la défiance. Lancé dans de grandes affaires, il pouvait
se trouver exposé, et nous perdre facilement à sa suite. Nous ne
partagions pas trop, peut-être pas assez, cette prévoyance de quelques
personnes. La place de premier chambellan mettant M. de Rémusat en
rapport avec lui, il nous était commode que cette relation fût agréable;
nous n'entrions dans aucune affaire sérieuse; nous ne pensions pas à
tirer parti de son crédit. Les gens désintéressés sont sujets à se
tromper sur ce point. Ils croient qu'on doit deviner, ou voir du moins,
ce qui se passe au dedans d'eux, et, parce qu'ils ne mettent aucune
complication dans leur conduite, ils ne prévoient pas qu'on leur en
supposera le projet. C'était une vraie faute de conserver alors la
prétention d'être jugé ce qu'on est réellement.

Quand l'empereur retrouva à Saint-Cloud le second enfant de Louis, il le
caressa assez affectueusement, et l'impératrice recommença à concevoir
l'espérance qu'il pourrait bien voir dans celui-ci, comme dans l'autre,
un héritier. Frappé de la promptitude avec laquelle ce jeune enfant
avait été enlevé, il fit ouvrir un concours pour les recherches sur la
maladie appelée _le croup_, promettant un prix de douze mille francs.
Cela fit paraître quelques ouvrages utiles.

La pacification de l'Europe ne ramena point d'abord toute l'armée en
France. Premièrement, le roi de Suède, entraîné par les séductions du
gouvernement anglais, et malgré l'opposition de sa nation, dénonça la
rupture de son armistice avec nous. Treize jours après la signature de
celui de Tilsit, il se fit une petite guerre partielle en Poméranie. Le
maréchal Mortier commanda cette expédition; il entra dans Stralsund, et
força le roi de Suède à s'embarquer et à fuir. Les Anglais envoyèrent
une flotte considérable dans la Baltique, et, ayant attaqué le Danemark,
ils firent le siège de Copenhague, dont ils parvinrent un peu plus tard
à se rendre maîtres. Ces divers événements furent consignés dans _le
Moniteur_, avec des notes où les Anglais furent attaqués comme de
coutume, et les aberrations d'esprit du roi de Suède furent dénoncées à
l'Europe[77].

     [Note 77: Il paraît qu'en effet il n'avait point la tête
     très saine. Il s'agit ici de Gustave IV, détrôné en 1809. (P.
     R.)]

En parlant des subsides que le gouvernement anglais donnait aux Suédois
pour entretenir la guerre, l'empereur, dans ces notes, s'exprime en ces
termes: «Braves et malheureux Suédois, voilà un argent qui vous cause
bien des maux! Si l'Angleterre devait payer le tort qu'elle fait à votre
commerce, à votre honneur, le sang qu'elle vous a coûté, qu'elle vous
coûte! Mais vous le sentez, il faut vous plaindre d'avoir perdu tous vos
privilèges, votre considération, et de vous trouver sans défense et sans
organes, soumis aux fantaisies d'un prince malade.»

Le général Rapp[78] fut laissé à Danzig en qualité de gouverneur avec
une garnison. Il était fort brave et fort brave homme; un peu soldat
dans toutes ses manières, dévoué, franc, assez indifférent à ce qui se
passait autour de lui, à tout ce qui n'avait point rapport à l'ordre
qu'on lui donnait. Il a servi son maître avec beaucoup d'attachement; il
a failli se faire tuer pour lui plus d'une fois, sans s'être imaginé
d'examiner le moins du monde quelles qualités et quels vices composaient
son caractère.

     [Note 78: Aide de camp de Bonaparte. Il a été fait pair
     de France par la dernière ordonnance de cette année 1819.]

L'empereur se crut obligé de soutenir aussi la nouvelle constitution
établie en Pologne par le roi de Saxe, d'une garnison considérable qui
fut jointe à celle des Polonais. Le maréchal Davout eut le commandement
de ce cantonnement. En laissant ainsi ses troupes en Europe, Bonaparte
imposait à ses alliés, tenait le soldat en haleine et ménageait la
France, qui aurait souffert de la présence de tant d'hommes armés
ramenés dans son sein. Sa politique envahissante le forçait de demeurer
toujours prêt; d'ailleurs, pour que l'armée fût complètement à lui, il
était important de la tenir loin de ses foyers. Il parvint parfaitement
à la dénaturer, de manière qu'elle lui fût dévouée sans aucune réserve,
qu'elle perdît tout souvenir national, et qu'elle ne connût plus que son
chef, la victoire, et cet esprit de rapine qui, pour le soldat, décore
tous les dangers. Elle amassa peu à peu, sur cette patrie qu'elle ne
connaissait plus, ces haines et ces vengeances qui excitèrent la
croisade européenne dont nous avons été victimes en 1813 et 1814.

À son retour, l'empereur fut environné de flatteries nouvelles. On
s'épuisa à chercher des formules de louanges, qu'il écoutait avec une
supériorité dédaigneuse. On ne peut guère douter cependant que cette
indifférence ne fût affectée, car il aimait la louange dans quelque
bouche qu'elle fût, et même on l'a vu plus d'une fois s'en montrer dupe.
Il est des hommes qui ont eu sur lui une sorte de crédit, tout
simplement parce qu'ils étaient inépuisables dans leurs compliments. Une
admiration soutenue, même exprimée un peu niaisement, avait toujours du
succès.

Le 10 août, il fit annoncer au Sénat l'élévation de M. de Talleyrand à
la dignité de vice-grand électeur, et du maréchal Berthier à celle de
vice-grand connétable. Le général Clarke remplaça le second au ministère
de la guerre, et y trouva l'occasion de développer encore plus que par
le passé cette dévotieuse admiration dont je parle. La préoccupation
habituelle de l'empereur sur toutes les matières de la guerre,
l'intelligence que le major général de l'armée Berthier y apportait,
l'administration solide du général Dejean, ministre du matériel, ne
rendaient pas nécessaire chez M. Clarke une étendue de talent dont il
n'eût guère été capable. Exact, intègre, complètement soumis, il
suffisait à ce qu'on exigeait de lui. MM. de Champagny et Cretet
obtinrent les deux ministères dont j'ai parlé, et le conseiller d'État
Régnault fut secrétaire d'État de la famille impériale.

Cependant, on apprenait chaque matin de nouvelles promotions militaires,
des distributions de récompenses, des créations de places, enfin tout ce
qui tient l'ambition, l'avidité et la vanité en haleine. Le Corps
législatif s'ouvrit. M. de Fontanes, nommé président comme de coutume,
prononça, comme de coutume aussi, un noble discours sur la situation
vraiment radieuse de la France. Un nombre infini de lois régulatrices
furent portées à la sanction de cette assemblée, un budget qui annonçait
un état de finances florissant, et enfin le tableau des travaux de tout
genre ordonnés, ou entrepris, ou terminés, sur tous les points de
l'empire. L'argent des contributions levées sur l'Europe payait tout, et
la France se voyait incessamment embellie sans la moindre augmentation
de ses impôts. L'empereur, parlant au Corps législatif et s'adressant
aux Français, leur rendait compte de ses victoires, parlait de 5179
officiers et de 123 000 sous-officiers et soldats faits prisonniers
dans cette guerre, de la conquête entière de la Prusse, de ses soldats
campés sur les bords de la Vistule, de la chute de la puissance
anglaise, qu'il annonçait devoir être la suite de tant de succès, et
finissait par donner une marque de sa satisfaction à cette nation qui
l'avait si fidèlement servi, pour lui amasser tant de triomphes.
«Français, disait-il, je suis content, vous êtes un bon et grand
peuple.»

Cette ouverture du Corps législatif faisait toujours une belle
cérémonie. La salle en avait été décorée avec luxe, les costumes des
députés étaient brillants, ceux de la cour qui environnait l'empereur
magnifiques, et lui, ce jour-là, resplendissait d'or et de diamants.
Quoiqu'il mît toujours un peu de précipitation dans tout cérémonial,
cependant la pompe qu'il aimait remplaçait assez bien cette dignité qui
manquait, faute de calme, à presque toutes les scènes d'apparat.
Bonaparte dans une cérémonie, marchant vers le trône qu'on lui avait
préparé, semblait toujours s'y élancer. Ce n'était point un souverain
légitime qui prenait paisiblement le siège royal dont il eût reçu le
legs du droit de ses ancêtres; mais un maître puissant qui semblait,
chaque fois qu'il plaçait la couronne sur sa tête, se rappeler la devise
italienne qu'il avait prononcée une fois à Milan: _Gare à qui voudra la
toucher!_

Ce qui déparait Bonaparte, lorsqu'il se trouvait ainsi dans une évidence
de ce genre, c'était le vice habituel de sa prononciation.
Ordinairement, il faisait rédiger le discours qu'il voulait prononcer;
c'était, je crois, M. Maret le plus souvent, quelquefois M. Vignaud, ou
même M. de Fontanes qui s'en chargeaient. Après, il essayait de
l'apprendre par coeur, mais il y réussissait peu, la moindre contrainte
lui étant insupportable. Il se décidait toujours en définitive à lire
son discours, qu'on avait soin de lui copier en très gros caractères,
car il avait très peu l'habitude de lire une écriture, et n'aurait rien
compris à la sienne. Ensuite, il se faisait apprendre à prononcer les
mots; mais il oubliait, en parlant, la leçon qu'il avait reçue, et, d'un
son de voix un peu sourd, d'une bouche à peine ouverte, il lisait ses
paroles avec un accent encore plus étrange qu'étranger, qui avait
quelque chose de désagréable, et même de vulgaire. J'ai souvent entendu
dire à un grand nombre de personnes qu'elles ne pouvaient se défendre
d'une impression pénible en l'écoutant parler en public. Ce témoignage
irrécusable, donné par son accent, de son _étrangeté_ à l'égard de la
nation, frappait l'oreille et la pensée désagréablement. J'ai moi-même
éprouvé quelquefois cette sensation involontaire.

Le 15 août, les fêtes furent magnifiques. Dans l'intérieur du palais, la
cour, étincelante de pierreries, assista au concert et au ballet qui le
suivit. Les salons des Tuileries étaient remplis d'une foule éclatante
et toute dorée; les ambassadeurs et les plus grands seigneurs de toute
l'Europe, des princes, plusieurs rois qui, tout nouveaux qu'ils étaient,
apparaissaient avec un éclat propre à rehausser celui d'une fête; des
femmes brillantes de parure et de beauté; les premiers musiciens du
monde, tout ce que les ballets de l'Opéra offraient de plus gracieux, un
festin splendide, composaient une pompe tout à fait orientale.

Des jeux publics et des réjouissances furent accordées à la ville de
Paris. Ses habitants, naturellement joyeux quand ils sont rassemblés,
empressés de courir là où l'on est sûr de trouver du monde, se
pressaient dans les rues, aux illuminations, autour des feux d'artifice,
et montraient partout une gaieté inspirée par le plaisir et la beauté de
la saison. Nulle part on n'entendait des cris à la louange de
l'empereur. Il ne semblait pas qu'on pensât à lui en jouissant des
amusements qu'il procurait; mais chacun en prenait sa part avec son
caractère et sa disposition personnelle, et ce caractère et cette
disposition font des Français le peuple le plus léger, peut-être, mais
le plus aimable du monde. J'ai vu des Anglais assister à ces
réjouissances, et s'étonner du bon ordre, de la franche gaieté, de
l'accord qui s'établit et se communique à pareil jour entre toutes les
classes des citoyens. Chacun, occupé de son divertissement, ne cherche
point à nuire à celui du voisin; nulle querelle, aucune impatience,
point d'ivresse dégoûtante et dangereuse. Des femmes, des enfants se
trouvent impunément au milieu d'une foule, et s'y voient ménagés. On
s'aide pour s'amuser en commun; on se fait part de son plaisir sans se
connaître; on chante ou on rit ensemble, sans s'être jamais vu. À de
telles journées, un roi peu attentif pourrait facilement se tromper.
Cette hilarité, toute de tempérament, éveillée passagèrement par des
objets extérieurs, peut être prise pour l'expression des sentiments d'un
peuple heureux et attaché. Mais, si les souverains destinés à régner sur
les Français tiennent à ne point s'abuser, c'est bien plus leur
conscience qu'ils interrogeront que les cris populaires, pour savoir
s'ils inspirent l'amour, et s'ils donnent du bonheur à leurs sujets. Au
reste, la flatterie des cours est encore admirable à cet égard. Combien
n'ai-je pas vu de gens venant conter à l'empereur ce mouvement animé du
peuple dans les lieux publics de Paris, et le lui présenter comme le
témoignage de sa reconnaissance! Je n'oserais pas dire qu'il ne s'y
laissa pas quelquefois tromper. Le plus souvent, cependant, il ne s'en
montrait point ému. Bonaparte ne recevait guère de communication des
autres, et particulièrement la joie lui était si étrangère!

Dans ce mois d'août, on vit arriver à la cour une assez grande quantité
de princes d'Allemagne. Quelques-uns venaient pour voir l'empereur,
d'autres pour solliciter quelque faveur, ou quelque liberté utile à
leurs petits États. Le prince primat de la confédération du Rhin arriva
à cette époque; il devait faire la célébration du mariage de la
princesse Catherine de Wurtemberg. Celle-ci arriva le 21 août. Elle
était, je crois, âgée d'à peu près vingt ans; son visage était agréable;
son embonpoint, un peu fort, semblait annoncer qu'elle tiendrait de son
père, qui était si gros, qu'il ne pouvait s'asseoir que sur des sièges
particuliers, et qu'il mangeait toujours sur une table qu'on cintrait de
manière que, pour s'en approcher, il pût introduire son ventre dans le
demi-cercle qu'on avait pratiqué. Ce roi de Wurtemberg, homme de
beaucoup d'esprit, passait pour le plus méchant prince de l'Europe. Ses
sujets le détestaient; on a dit même qu'ils avaient tenté de se défaire
de lui plusieurs fois. Il est mort aujourd'hui.

Le mariage de cette princesse et du roi de Westphalie[79] se fit aux
Tuileries, avec une grande magnificence. La cérémonie civile se passa
dans la galerie de Diane, comme celle du mariage de la princesse de
Bade, et, le dimanche 23, la célébration se fit à huit heures du matin
dans la chapelle des Tuileries, en présence de toute la cour.

     [Note 79: Jérôme Bonaparte.]

Le prince et la jeune princesse de Bade étaient venus aussi à Paris.
Nous la trouvâmes embellie; l'empereur n'en parut plus occupé; je
parlerai d'elle un peu plus bas. Le roi et la reine de Hollande
arrivèrent à la fin d'août. Ils paraissaient en bonne intelligence, mais
tristes encore de la perte qu'ils avaient faite. La reine était fort
maigre, souffrante d'un commencement de grossesse. Elle ne fut pas
demeurée un peu de temps à Paris que l'on recommença à jeter des
semences d'inquiétude dans l'esprit de son époux. On ne craignit pas,
comme je l'ai dit déjà, de noircir la vie que cette malheureuse femme
avait menée aux eaux; son malheur, les larmes qu'elle répandait encore,
son air abattu, l'état de sa santé ne purent désarmer ses ennemis. Elle
racontait souvent les courses qu'elle avait faites dans les montagnes,
et le soulagement que le spectacle de cette sauvage nature avait apporté
à ses maux. Elle disait la rencontre qu'elle avait faite du jeune M.
Decazes, le désespoir dans lequel il paraissait plongé, la pitié qu'il
lui avait faite. Ses récits étaient simples et naïfs; la calomnie s'en
empara, et l'on réveilla l'esprit soupçonneux de Louis. Il éprouvait le
désir naturel, mais un peu personnel, de ramener sa femme et son fils en
Hollande; madame Louis montrait toute la soumission qu'il exigeait; mais
l'impératrice, effrayée de l'état de dépérissement de sa fille, fit
faire des consultations de médecins qui tous déclarèrent que le climat
hollandais pouvait encore altérer la santé d'une femme grosse dont la
poitrine s'attaquait un peu. L'empereur décida que, jusqu'à nouvel
ordre, il garderait près de lui sa belle-fille et son jeune enfant. Le
roi se soumit avec mécontentement, et sut très mauvais gré à sa femme
d'une décision qu'elle n'avait point sollicitée, mais qui, je le crois,
au fond, satisfaisait ses secrets désirs, et l'accord disparut de ce
ménage. Madame Hortense, véritablement offensée cette fois du retour des
soupçons jaloux de son mari, sentit mourir pour jamais l'intérêt qu'il
lui inspirait de nouveau, et elle le prit alors dans une véritable
haine: «De cette époque, m'a-t-elle dit souvent, j'ai compris que mes
malheurs seraient sans remède; je regardai ma vie comme entièrement
détruite; j'eus en horreur les grandeurs, le trône; je maudis souvent ce
que tant de gens appelaient _ma fortune_; je me sentis étrangère à
toutes les jouissances de la vie, privée de toutes ses illusions, à peu
près morte à tout ce qui se passait autour de moi.»

Vers ce temps, l'Académie française perdit deux de ses membres les plus
distingués: le poète le Brun, qui a laissé de belles odes et la
réputation d'un talent très poétique; M. Dureau de la Malle, traducteur
estimé de Tacite, homme d'esprit, ami intime de l'abbé Delille. Celui-ci
vivait paisiblement, jouissant d'une fortune médiocre, entouré d'amis,
recherché de la société, et abandonné à son repos et à la liberté par
l'empereur lui-même, qui avait renoncé à le conquérir. Il publiait de
temps en temps quelques-uns de ses ouvrages et recueillait dans la
bienveillance qu'on leur témoignait le prix de son aimable caractère, et
d'une vie douce qu'aucune pensée amère, qu'aucune action hostile n'avait
troublée. M. Delille, professeur au Collège de France, recevait les
appointements d'une chaire de littérature que le poète Legouvé faisait
pour lui. C'était le seul don qu'il eût voulu accepter de Bonaparte. Il
s'attachait à conserver un souvenir honorable de celle qu'il appelait sa
bienfaitrice[80]. On savait qu'il composerait un poème où il parlerait
d'elle, du roi, des émigrés; personne ne lui en savait mauvais gré. Un
gouvernement toujours assez jaloux d'effacer de tels souvenirs, les
respectait en lui, et n'eût osé s'entacher de la honteuse persécution
d'un vieillard aimable, reconnaissant et si généralement aimé.

     [Note 80: La reine Marie-Antoinette.]

Les deux places vacantes à l'Académie occupèrent un moment les salons de
Paris. On parla quelque peu de M. de Chateaubriand. L'empereur était
aigri contre lui, et le jeune écrivain, marchant dans une ligne qui lui
donnait de la célébrité, l'appuyait sur un parti et ne lui faisait point
cependant courir de vrais dangers, se maintenait dans une opposition qui
s'accrut de la mauvaise humeur qu'elle inspira à l'empereur. L'Académie
française, assez imbue alors des principes d'une incrédulité un peu
révolutionnaire, et surtout philosophique à la manière du siècle
dernier, se dressait aussi contre le choix d'un homme qui avait pris un
étendard religieux pour bannière de son talent. Cependant les personnes
qui le fréquentaient disaient que les habitudes de sa vie n'étaient pas
tout à fait en harmonie avec les préceptes dont il ornait ses
compositions. On lui reprochait un orgueil excessif. Les femmes,
exaltées par la nature de son talent, sa manière un peu étrange, sa
belle figure, sa réputation, le soignaient à l'envi, et il ne se
montrait nullement insensible à leurs avances. Cette vanité extrême,
cette opinion qu'il avait de lui-même ont fait croire encore que, si
l'empereur l'eût un peu caressé, il aurait pu parvenir à se l'acquérir
en mettant seulement au marché le prix très élevé dont son amour-propre
eût voulu qu'on payât son dévouement[81].

     [Note 81: Il continuait à publier dans les journaux des
     fragments de l'itinéraire de son voyage qu'on lisait avec
     empressement. L'esprit de parti s'accordait avec le goût pour
     les accueillir. C'était une petite guerre qu'il faisait à
     Bonaparte et qui déplaisait à celui-ci, comme toute espèce
     d'opposition.]

Les travaux du Corps législatif continuaient en silence; il ratifiait
peu à peu toutes les lois émanées du conseil d'État, et l'organisation
administrative du pouvoir de l'empereur s'achevait sans trouver
d'opposition. Certain par la force de son propre génie, par l'habileté
éprouvée des membres de ce conseil d'État, de régir la France avec cette
apparence légale qui la réduisait au silence et qui plaisait à son
esprit naturellement ami de l'ordre, ne voyant dans les restes du corps
nommé le Tribunat qu'un foyer d'opposition qui, toute faible qu'elle
était, pouvait le gêner quelquefois, il résolut d'en achever la
destruction déjà fort avancée par la diminution du nombre de ceux qui le
composaient, diminution opérée sous le Consulat[82]. Il fit donc rendre
par le Sénat un sénatus-consulte qui faisait passer tous les tribuns
dans le Corps législatif, et aussitôt la session de celui-ci fut
terminée. Les discours tenus à la dernière séance du Tribunat sont assez
remarquables. On s'étonne que des hommes consentent à se jouer
mutuellement cette espèce de comédie les uns aux autres, et pourtant il
faut avouer que l'habitude faisait que tout cela ne frappait plus
beaucoup. D'abord M. Bérenger, le conseiller d'État, parut avec
quelques-uns de ses collègues, et, commençant par rappeler tous les
services que le Tribunat avait rendus à la France, il dit ensuite que la
nouvelle décision donnerait au Corps législatif la plénitude d'une
importance qui garantit les droits nationaux. Le président répond, pour
le Tribunat tout entier, que cette détermination est reçue avec respect
et confiance par chacun de ses membres, qui en comprennent parfaitement
les avantages positifs. Ensuite un tribun (M. Carrion-Nisas) fait la
motion de composer une adresse dans laquelle on remerciera l'empereur
des témoignages d'estime et de bienveillance qu'il a bien voulu donner
au Tribunat; et, ajoutant qu'il se croit l'interprète des coeurs de
chacun de ses collègues, il propose de porter au pied du trône, pour
dernier acte d'une honorable existence, une adresse qui frappe les
peuples de cette idée politique, que les tribuns ont reçu l'acte du
Sénat sans regrets, sans inquiétudes pour la patrie, et que leurs
sentiments d'amour pour le monarque vivront éternellement en eux. Cette
proposition fut adoptée à l'unanimité. Le président du Tribunat, Fabre
de l'Aude, fut nommé sénateur.

     [Note 82: Le Tribunat, institué par la Constitution de
     l'an VIII, avait été installé le 1er janvier 1800. Le nombre
     de ses membres avait été réduit à _cinquante_, le 4 août
     1802. C'est en effet le 19 août 1807 qu'il fut tout à fait
     supprimé. (P. R.)]

Dans ce temps, l'empereur organisa la cour des comptes, et sa mauvaise
humeur contre M. Barbé-Marbois étant passée, il le rappela et lui donna
la présidence de cette cour.

Ce fut dans le mois de septembre que l'empereur d'Autriche se remaria
avec sa cousine germaine, fille de feu l'archiduc Ferdinand de Milan.
Peu après, son frère, le grand-duc de Wurtzbourg, auparavant et
aujourd'hui grand-duc de Toscane, vint à Paris. La cour se grossissait
de jour en jour par l'arrivée d'un nombre considérable de grands
personnages. Vers la fin de septembre, on détermina un voyage de
Fontainebleau, où devait se déployer la plus grande magnificence. On
allait célébrer des fêtes pour le mariage de la reine de Westphalie;
l'élite des acteurs de Paris et des musiciens devait s'y transporter; la
cour reçut l'ordre d'y étaler la plus grande parure. Chacun des princes
ou princesses de la famille impériale, y transportant une partie de sa
maison, y devait avoir une table particulière, ainsi que quelques grands
dignitaires et ceux des ministres qui suivraient l'empereur.

Le 21 septembre, Bonaparte partit avec l'impératrice, et, les jours
suivants, on vit arriver à Fontainebleau la reine de Hollande, la reine
de Naples, le roi et la reine de Westphalie, le grand-duc et la
grande-duchesse de Berg, la princesse Pauline, Madame mère, le grand-duc
et la grande-duchesse de Bade, le prince primat, le grand-duc de
Wurtzbourg; les princes de Mecklembourg et de Saxe-Cobourg, une infinité
d'autres encore: M. de Talleyrand, qui devait tenir une maison ainsi que
le prince de Neuchatel; le ministre des affaires étrangères; le
secrétaire d'État Maret; les grands officiers de la maison impériale,
les ministres du royaume d'Italie, un certain nombre de maréchaux nommés
du voyage, M. de Rémusat, plusieurs chambellans, les dames d'honneur et
d'atours, quelques-unes des dames du palais. Tout ce monde était convié
par une lettre du grand maréchal Duroc. J'arrivai des eaux
d'Aix-la-Chapelle dans ce temps-là, et, étant comprise dans cette
liste, après avoir passé quelques jours à Paris pour voir ma mère et mes
enfants, et faire mes préparatifs de toilette, je rejoignis la cour et
mon mari à Fontainebleau.

Le 20 septembre, le maréchal Lannes avait été nommé colonel général des
Suisses.



CHAPITRE XXVI.

(1807.)


Puissance de l'empereur.--Résistance des Anglais.--Vie de l'empereur à
Fontainebleau.--Spectacles.--Talma.--Le roi Jérôme.--La princesse de
Bade.--La grande-duchesse de Berg.--La princesse
Borghèse.--Cambacérès.--Les princes étrangers.--Affaires
d'Espagne.--Prévisions de M. de Talleyrand.--M. de Rémusat est nommé
surintendant des théâtres.--Fortune et gêne des maréchaux.


Qu'on suppose un individu, ignorant de tout antécédent, jeté tout à coup
dans Fontainebleau[83], au temps dont je parle, il n'est pas douteux
qu'ébloui par la magnificence qu'on déploya dans cette royale
habitation, et que frappé de l'air d'autorité du maître et de
l'obséquieuse révérence des grands personnages qui l'entouraient, il
n'eût vu ou cru voir un souverain paisiblement assis sur le plus grand
trône du monde par tous les droits réunis de la puissance et de la
légitimité. Bonaparte était alors roi pour tous, et pour lui-même; il
oubliait le passé, il ne redoutait point l'avenir; il marchait d'un pas
ferme, sans prévoir aucun obstacle, ou du moins avec la certitude qu'il
détruirait facilement ceux qui se dresseraient devant lui. Il lui
paraissait, il nous paraissait à tous, qu'il ne pouvait plus tomber que
par un événement si imprévu, si étrange, et qui produirait une
catastrophe si universelle, qu'une foule d'intérêts d'ordre et de repos
étaient solennellement engagés à sa conservation. En effet, maître ou
ami de tous les rois du continent, allié de plusieurs par des traités ou
des mariages à l'étranger, sûr de l'Europe par les nouveaux partages
qu'il avait faits, ayant jusqu'aux frontières les plus reculées des
garnisons importantes qui lui garantissaient l'exécution de ses
volontés, dépositaire absolu de toutes les ressources de la France,
riche d'un trésor immense, dans la force de l'âge[84], admiré, craint et
surtout scrupuleusement obéi, il semblait qu'il eût tout surmonté. Mais
un ver rongeur se cachait sourdement au sein d'une telle gloire. La
révolution française, ouvrage insurmontable des temps, n'avait point
soulevé les âmes à l'intention d'affermir le pouvoir arbitraire. Les
lumières du siècle, les progrès des saines idées, l'esprit de liberté,
combattaient sourdement contre lui et devaient renverser ce brillant
échafaudage d'une autorité fondée en opposition avec la marche
irrésistible de l'esprit humain. Le foyer de cette liberté existait en
Angleterre. Le bonheur des nations a voulu qu'il se trouvât défendu par
une barrière que les armes de Bonaparte n'ont pu franchir. Quelques
lieues de mer ont protégé la civilisation du monde et empêché que,
comprimée partout, elle ne se vît forcée d'abandonner pour longtemps le
champ de bataille à qui ne l'eût jamais totalement vaincue, mais à qui
l'eût étouffée, peut-être pour la durée de toute une génération.

     [Note 83: Ce voyage de Fontainebleau, qui dura deux mois
     à peu près, est l'un des épisodes intéressants de la vie de
     cour sous l'Empire. L'empereur n'a jamais consacré, je crois,
     un si long espace de temps à cette vie, dans ses plaisirs ou
     dans son éclat, ou plutôt dans un séjour semblable; l'Empire
     devenait pour la première fois une cour véritable. Partout
     ailleurs, ce qu'on appelait ainsi n'était qu'une parade, un
     défilé ou les hommes figuraient plus pour leur uniforme que
     pour leur personne. Ici, comme auprès de Louis XIV et de
     Louis XV, on vivait ensemble, et, malgré la froideur de
     l'étiquette et la peur du maître, la nature devait se faire
     jour et se trahir. Il y avait des intérêts, des passions, des
     intrigues, des faiblesses, des trahisons, une vraie cour, en
     un mot. Je ne cherche pas à juger le talent de l'auteur à
     décrire ces nuances, et je borne mon devoir d'éditeur à
     écrire des notes plutôt explicatives qu'approbatives. On me
     pardonnera toutefois, puisque le public a si bien prouvé par
     son empressement le cas qu'il faisait de ces mémoires, de
     dire que mon père avait devancé le jugement de l'opinion, et
     n'hésitait pas à comparer l'oeuvre de sa mère aux plus grands
     modèles. Voici ce qu'il pensait de la peinture de la cour à
     Fontainebleau: «Ce chapitre, qui ne contient nul événement,
     est, sans contredit, l'un des plus remarquables de cet
     ouvrage. Dans quelques parties il y a trop de réflexions, et
     qui se répètent. Si ma mère eût revu cet ouvrage, elle eût
     resserré et supprimé. Je demeure convaincu, cependant, que le
     texte doit rester tel qu'il est, et que, dans ces entretiens
     de l'auteur avec lui-même, dans ce retour complaisant sur ses
     souvenirs, on apprend à le connaître et à prendre confiance
     en lui. Mais ce chapitre-ci mérite un éloge plus absolu.
     Comme dans Saint-Simon, la peinture attentive, étudiée, sans
     cesse repassée des choses et des personnes, des moeurs, des
     formes, des allures, des relations, s'empare de l'esprit, et
     le fait vivre dans le monde qu'elle lui retrace. Je ne sais
     rien dans Saint-Simon de supérieur au tableau de la cour à la
     mort du grand Dauphin. C'est le récit d'une seule nuit de
     Versailles, et il tient le quart d'un volume. Il me semble
     qu'il y a dans ce chapitre quelque chose du même mérite, et,
     quoique ce séjour à Fontainebleau n'ait point été marqué par
     un événement distinct qui pût être regardé comme une crise,
     telle que la mort du Dauphin, la vivacité de l'imagination
     dans la fidélité de la mémoire donne à ce tableau de la cour
     de l'empereur cette vérité saisissante qui supplée à la
     réalité.» (P. R.)]

     [Note 84: L'empereur, né le 15 août 1769, avait alors
     trente-huit ans. On oublie volontiers son âge, tant on est
     ébloui par son éclat. Il y faut cependant penser parfois en
     lisant son histoire, et se rappeler qu'il était un homme,
     même un jeune homme. (P. R.)]

Le gouvernement anglais, jaloux d'une puissance si colossale, malgré le
mauvais succès de tant d'entreprises, toujours vaincu, jamais découragé,
trouvait sans cesse de nouvelles ressources contre l'empereur dans le
sentiment national qui animait la nation. Celle-ci se voyait attaquée
dans sa prépondérance et dans ses intérêts. Son orgueil et son
industrie, également irrités des obstacles qu'on lui suscitait, se
prêtaient à tous les sacrifices que ses ministres sollicitaient d'elle.
D'énormes subsides furent votés pour l'augmentation d'un service
maritime qui devait produire un blocus continental de toute l'Europe.
Les rois, craintifs devant la force de notre artillerie, se soumettaient
à ce système prohibitif que nous exigions d'eux; mais les peuples
souffraient; les jouissances de la vie sociale, les nécessités
qu'enfante l'aisance, les besoins sans cesse renaissants de mille
agréments matériels, partout combattaient pour les Anglais. On murmurait
à Pétersbourg, sur toutes les côtes de la Baltique, en Hollande, dans
les ports de France, et le mécontentement qui n'osait s'exprimer, en se
concentrant sous la crainte, jetait dans les esprits des racines
d'autant plus profondes, qu'elles devaient s'y fortifier longtemps,
avant qu'il osât se montrer au dehors. Il en paraissait pourtant quelque
chose, par intervalles, dans les menaces ou les reproches que nous
apprenions tout à coup que notre gouvernement adressait à ses alliés.
Renfermés en France, dans une ignorance complète de ce qui se passait
au dehors, sans communications, du moins intellectuelles, avec les
autres nations, défiants des articles commandés de nos ternes journaux,
nous pouvions conclure cependant quelquefois, de certaines lignes du
_Moniteur_, que les volontés impériales se trouvaient éludées par les
besoins des peuples. L'empereur avait amèrement reproché à son frère
Louis d'exécuter trop mollement ses ordres en Hollande. Il l'y renvoya
en lui intimant fortement sa volonté d'être scrupuleusement obéi.

«La Hollande, disait _le Moniteur_, depuis les nouvelles mesures qu'elle
a prises, ne correspondra plus avec l'Angleterre. Il faut que le
commerce anglais trouve tout le continent fermé, et que ces ennemis des
nations soient mis hors du droit commun. Il est des peuples qui ne
savent que se plaindre; il faut savoir souffrir avec courage, prendre
tous les moyens de nuire à l'ennemi commun, et l'obliger à reconnaître
les principes qui dirigent toutes les nations du continent. Si la
Hollande avait pris ses mesures depuis le blocus, peut-être l'Angleterre
aurait déjà fait la paix.»

Une autre fois on s'efforçait de flétrir, aux yeux de tous, ce qu'on
appelait l'envahissement de nos libertés continentales. Le gouvernement
anglais se voyait comparé, dans sa politique, à _Marat_. «Qu'est-ce que
celui-ci a fait de plus atroce? disait-on. C'est de présenter au monde
le spectacle d'une guerre perpétuelle. Les meneurs oligarques qui
dirigent la politique anglaise finiront comme tous les hommes furibonds
et exagérés; ils seront l'opprobre de leur pays, et la haine des
nations.»

Quand l'empereur dictait de pareilles injures contre le gouvernement
oligarchique, il caressait à son profit les idées démocratiques qu'il
savait bien exister sourdement dans la nation. En se servant de
quelques-unes de nos phrases révolutionnaires, il croyait satisfaire
suffisamment les opinions qui les avaient inspirées. L'égalité, rien que
l'égalité, voilà quel était son mot de ralliement entre la Révolution et
lui. Il n'en craignait point les suites pour lui-même; il savait qu'il
excitait ces vanités qui peuvent fausser les dispositions les plus
généreuses; il détournait de la liberté, comme je l'ai dit souvent; il
étourdissait tous les partis, dénaturait toutes les paroles,
effarouchait la raison. Quelque force que lui donnât son glaive, il le
soutenait encore par le secours des sophismes et prouvait que c'était en
connaissance de cause qu'il déviait de la marche indiquée par le
mouvement des idées, en s'aidant encore de la puissance de la parole
pour nous égarer. Ce qui fait de Bonaparte un des hommes les plus
supérieurs qui aient existé, ce qui le met à part, en tête de tous les
puissants appelés à régir les autres hommes, c'est qu'il a parfaitement
connu son temps et qu'il l'a toujours combattu. C'est volontairement
qu'il a choisi une route difficile et contraire à son époque. Il ne le
cachait point; il disait souvent que lui seul arrêtait la Révolution,
qu'après lui elle reprendrait sa marche. Il s'allia avec elle pour
l'opprimer, mais il présuma trop de sa force. Habile à reprendre ses
avantages, elle a su enfin le vaincre et le repousser.

Les Anglais, à cette époque, alarmés de la condescendance avec laquelle
le czar, encore plus séduit que vaincu, abondait dans le système de
l'empereur, attentifs aux troubles qui commençaient à se manifester en
Suède, inquiets du dévouement que nous témoignait le Danemark et qui
devait leur fermer le détroit du Sund, firent un armement considérable
et réunirent leurs forces pour bombarder Copenhague. Ils vinrent même à
bout de prendre la ville. Le prince royal, fort de l'amour de ses
peuples, se défendit vaillamment, et lutta même après avoir perdu sa
capitale. Les Anglais se virent forcés de l'évacuer et de s'en tenir, là
comme ailleurs, au blocus général. L'opposition en Angleterre éclata
contre cette expédition. L'empereur, ignorant de la constitution
anglaise, se flatta que les débats assez vifs du Parlement lui seraient
utiles. Peu accoutumé à l'opposition, il jugeait du danger de celle
d'Angleterre d'après l'effet qu'elle eût produit en France, si elle s'y
fût manifestée avec la même violence qu'il remarquait dans les journaux
de Londres; et souvent il croyait le gouvernement anglais perdu, en
repaissant son impatience des phrases animées du _Morning Chronicle_.
Mais son espoir se trouvait toujours déçu. L'opposition tonnait; les
remontrances s'évaporaient en fumée, et le ministère emportait toujours
des moyens de plus de continuer cette lutte nécessaire. Rien n'a plus
causé de mouvements de colère à l'empereur que ces débats du Parlement,
et les attaques violentes contre sa personne que la liberté de la presse
enfantait contre lui. En vain il usait de cette liberté pour payer à
Londres des écrivains qui imprimaient aussi très impunément ce qu'il
voulait; ces combats de plume n'avançaient rien; on répondait à ses
injures par des injures qui arrivaient à Paris. Il fallait les traduire,
les lui livrer; on tremblait en les mettant sous ses yeux; sa colère,
soit qu'elle éclatât, soit qu'elle fût concentrée, paraissait également
redoutable, et malheur à qui avait affaire à lui immédiatement après
qu'il venait de lire les journaux anglais!

Nous nous apercevions toujours par quelque bourrasque de cette mauvaise
humeur. C'est bien alors qu'il fallait plaindre ceux dont la mission
était d'ordonner de ses amusements. C'est alors que je puis bien dire
que le supplice de M. de Rémusat commençait. J'en parlerai avec plus de
détails, en rendant compte de la vie qu'on mena à Fontainebleau.

Dès que les personnes comprises dans ce voyage y furent réunies, on les
soumit toutes à une espèce de règlement qu'on leur fit connaître. Les
différentes soirées de la semaine se devaient passer chez différents
grands personnages. L'empereur devait recevoir un soir chez lui. On y
entendrait de la musique et on y jouerait après. Deux autres jours il y
aurait spectacle; une autre fois, bal chez la grande-duchesse de Berg,
un autre bal chez la princesse Borghèse; enfin cercle et jeu chez
l'impératrice. Les princes et les ministres devaient donner à dîner et
inviter tour à tour les conviés au voyage; le grand maréchal de même,
ayant une table de vingt-cinq couverts tous les jours; la dame d'honneur
de même, et enfin à une dernière table dînait tout ce qui n'avait pas
reçu une invitation. Princes et rois ne pouvaient dîner chez l'empereur
qu'invités par lui; il se réservait la liberté du tête-à-tête avec sa
femme, et il choisissait qui lui plaisait. On chassait à jours fixes, et
de même on était invité pour accompagner la chasse, soit à cheval, soit
dans un grand nombre de très élégantes calèches. Il passa par la tête de
l'empereur de vouloir que les femmes eussent un costume de chasse.
L'impératrice s'y prêta volontiers. Le fameux marchand de modes, Leroi,
fut appelé au conseil, on détermina un costume très brillant. Chaque
princesse avait une couleur différente pour elle et sa maison. Le
costume de l'impératrice était en velours amarante brodé en or, avec une
toque brodée d'or et couronnée de plumes blanches, et toutes les dames
du palais furent vêtues de couleur amarante. La reine de Hollande
choisit le bleu et argent; madame Murat, la couleur de rose et argent
aussi; la princesse Borghèse, le lilas, de même brodé en argent. C'était
toujours une sorte de tunique ou redingote en velours, courte, sur une
robe de satin blanc brodée, des bottines de velours pareilles à la robe,
ainsi que la toque, une écharpe blanche. L'empereur et tous les hommes
portaient un habit vert, galonné en or et argent. Ces brillants
costumes, portés soit à cheval, soit en calèche, et toujours en cortège
très nombreux, faisaient au travers de la belle forêt de Fontainebleau
un effet charmant.

L'empereur aimait la chasse plutôt pour l'exercice qu'elle lui faisait
faire que pour ce plaisir en lui-même. Il ne se prêtait point toujours à
suivre le cerf bien régulièrement, et, se lançant au galop,
s'abandonnait à la route qui se présentait devant lui. Quelquefois il
oubliait le motif pour lequel on parcourait la forêt et il en suivait
les sinuosités, en paraissant s'abandonner à la fantaisie de son cheval,
et livré à d'assez longues rêveries. Il montait à cheval avec habitude,
mais sans grâce. On lui dressait des chevaux arabes qu'il préférait,
parce qu'ils s'arrêtent à l'instant, et que, partant tout à coup, sans
tenir sa bride, il fût tombé souvent si on n'avait pris les précautions
nécessaires. Il aimait à descendre au galop des côtes rapides, au risque
de faire rompre le col à ceux qui le suivaient. Il a fait quelques
chutes, dont on ne parlait jamais, parce que cela lui aurait déplu. Je
lui ai vu, un peu avant ce temps, la manie de mener aussi des attelages
à des calèches ou à des bogheis. Il n'était pas bien sûr d'être alors
dans la voiture qu'il conduisait, car il ne prenait aucune précaution
pour les tournants ou pour éviter les endroits difficiles. Il prétendait
toujours vaincre tout obstacle, et il eût rougi de reculer. Une fois, à
Saint-Cloud, il s'avisa de vouloir conduire quatre chevaux à grandes
guides. Il passa une grille si maladroitement, se trouvant emporté dès
le premier instant, qu'il versa la voiture, où se trouvaient
l'impératrice et quelques personnes, sans aucun accident grave,
heureusement. Il en fut quitte pour avoir pendant trois semaines le
poignet foulé. Depuis ce temps il renonça à mener lui-même, disant en
riant que, dans les moindres choses, il fallait que chacun fît son
métier. Quoiqu'il ne prît pas grand intérêt au succès d'une chasse,
cependant il grondait assez fortement lorsqu'on ne réussissait point à
prendre le cerf. Il se fâchait si on lui représentait que lui-même, en
changeant de route, avait contribué à égarer les chiens; le moindre
_non-succès_ lui causait toujours surprise et impatience.

Il travaillait beaucoup à Fontainebleau, comme partout. Il se levait à
sept heures, donnait son lever, déjeunait seul, et, les jours où l'on ne
chassait point, il demeurait dans son cabinet, ou tenait ses conseils
jusqu'à cinq ou six heures. Les ministres, les conseillers d'État
venaient de Paris, comme si on était à Saint-Cloud; il n'entrait pas
beaucoup dans la raison de la distance, jusqu'au point que, manifestant
le désir qu'on lui fît sa cour le dimanche après la messe, comme cela se
passait à Saint-Cloud, on partait de Paris dans la nuit pour arriver le
matin à l'heure prescrite. On se tenait alors dans l'une des galeries de
Fontainebleau qu'il parcourait à son gré, ne pensant pas toujours à
payer d'une parole ou d'un regard la fatigue et le dérangement d'un
pareil voyage.

Tandis qu'il demeurait la matinée dans son cabinet, l'impératrice,
toujours élégamment parée, déjeunait avec sa fille et ses dames, et
ensuite, se tenant dans son salon, y recevait les visites des personnes
qui habitaient le château. Celles d'entre nous qui s'en souciaient
pouvaient y faire quelque ouvrage, et cela n'était pas inutile pour
soutenir la fatigue d'une conversation oiseuse et insignifiante. Madame
Bonaparte n'aimait pas à être seule et n'avait le goût d'aucune
occupation. À quatre heures on la quittait; elle vaquait alors à sa
toilette, et nous à la nôtre; c'était toujours une grande affaire. Un
assez bon nombre de marchands de Paris avaient transporté à
Fontainebleau leurs plus belles marchandises, et ils en trouvaient
facilement le débit, en se présentant dans tous nos appartements. Entre
cinq et six heures, il arrivait assez fréquemment que l'empereur passait
dans l'appartement de sa femme, et qu'il montait en calèche, seul avec
elle, pour se promener avant son dîner. On dînait à six heures, ensuite
on se rendait au spectacle, ou chez la personne qui devait, à tel jour,
se charger du plaisir de la soirée.

Les princes, maréchaux, grands officiers ou chambellans qui avaient les
entrées, pouvaient se présenter chez l'impératrice. On frappait à la
porte, le chambellan de service annonçait; l'empereur disait: _Qu'il
entre!_ et on entrait. Si c'était une femme, elle s'asseyait en silence;
un homme demeurait debout contre la muraille, à la suite des personnes
qu'il trouvait déjà dans le salon. L'empereur s'y promenait
ordinairement en long et en large; quelquefois silencieusement et
rêvant, sans se soucier de ce qui l'entourait, quelquefois faisant une
question qui recevait une réponse courte, ou bien entamant la
conversation, c'est-à-dire l'occasion de parler à peu près seul, car on
éprouvait toujours, et alors plus que jamais, quelque embarras à lui
répondre. Il ne savait et, je crois, ne voulait mettre personne à
l'aise, craignant la moindre apparence de familiarité, et inspirant à
chacun l'inquiétude de s'entendre dire, devant témoins, quelque parole
désobligeante. Les cercles se passaient de la même manière. On
s'ennuyait autour de lui, et il s'ennuyait lui-même; il s'en plaignait
souvent, s'en prenant à chacun de ce silence terne et contraint qu'il
imposait. Quelquefois il disait: «C'est chose singulière, j'ai rassemblé
à Fontainebleau beaucoup de monde, j'ai voulu qu'on s'amusât, j'ai
réglé tous les plaisirs, et les visages sont allongés, et chacun a l'air
bien fatigué et triste.--C'est, lui répondait M. de Talleyrand, que le
plaisir ne se mène point au tambour, et qu'ici, comme à l'armée, vous
avez toujours l'air de dire à chacun de nous: «Allons, messieurs et
mesdames, en avant, marche!» Il ne s'irritait point de ces paroles, il
était alors fort en train. M. de Talleyrand passait de longues heures
avec lui, et il lui laissait le droit de tout lui dire. Mais, dans un
salon rempli de quarante personnes, M. de Talleyrand se tenait en aussi
grand silence que tout le monde.

De toute la cour, la personne que, dans ces voyages, le soin de ses
plaisirs agitait davantage était sans aucune comparaison M. de Rémusat.
Les fêtes et spectacles étaient dans les attributions du grand
chambellan, et M. de Rémusat, en sa qualité de premier chambellan, avait
la responsabilité de tout ce _travail_. Ce mot convient parfaitement;
car la volonté impérieuse et difficile de Bonaparte rendait cette sorte
de métier assez pénible. «Je vous plains, lui disait M. de Talleyrand:
il vous faut amuser _l'inamusable_.»

L'empereur voulait deux spectacles par semaine, et qu'ils fussent
toujours variés. Les acteurs de la Comédie-Française en faisaient seuls
les frais, conjointement avec quelques représentations d'opéras
italiens. On ne jouait guère que des tragédies, souvent Corneille,
quelques pièces de Racine, et rarement Voltaire, dont Bonaparte n'aimait
point le théâtre. Après avoir approuvé d'avance un répertoire réglé pour
le voyage, et positivement signifié qu'on voulait pour Fontainebleau les
meilleurs acteurs de la troupe, il entendait que les représentations de
Paris ne fussent point interrompues; les précautions étaient prises.
Tout à coup, par suite d'une fantaisie bien plutôt que d'un désir, il
détruisait l'ordre qu'il avait consenti, demandait une autre pièce ou un
autre comédien, et cela le matin même du jour où il fallait les lui
procurer. Il n'écoutait jamais une observation; le plus souvent il en
eût pris quelque humeur, et la chance la plus satisfaisante était qu'il
dît en souriant: «Bah! avec un peu de peine, vous en viendrez à bout; je
le veux, c'est à vous de trouver le moyen de le faire.» Dès que
l'empereur avait proféré cet irrévocable _je le veux_, ce mot se
répétait en écho dans tout le palais. Duroc, Savary surtout, le
prononçaient du même ton que lui; M. de Rémusat le répétait à tous les
comédiens, étourdis des efforts de mémoire ou du dérangement subit
auquel on les soumettait. Les courriers partaient pour aller chercher à
toute bride les hommes ou les choses nécessaires. La journée se passait
en sottes petites agitations, dans la crainte qu'un accident, ou une
maladie, ou quelque circonstance imprévue ne s'opposât à l'exécution de
l'ordre donné, et mon mari, venant chercher dans ma chambre un moment de
repos, soupirait un peu en pensant qu'un homme raisonnable se voyait
forcé d'user sa patience et les combinaisons de son esprit à de telles
pauvretés, devenues importantes par les suites qu'elles pouvaient avoir.
Il faut avoir vécu dans les cours pour savoir à quel point les plus
petites choses prennent de la gravité, et combien le mécontentement du
maître, même quand il s'agit de niaiseries, est désagréable à porter.
Les rois sont assez sujets à le témoigner devant tout le monde, et il
est insupportable de recevoir une plainte ou une brusquerie en présence
de tant de gens auxquels on sert de spectacle. Bonaparte, plus roi que
qui que ce soit, grondait durement, souvent hors de propos, humiliant
son monde, menaçant pour un motif léger. La crainte qu'il excitait
était communicative, et le bruit de quelques-unes de ses paroles dures
avait un long retentissement.

Enfin, lorsqu'à grand'peine on était parvenu à le contenter, il ne faut
pas croire qu'il témoignât jamais cette satisfaction. Son silence était
alors son plus beau, et ce dont il fallait s'arranger. Il arrivait au
spectacle souvent préoccupé, irrité de la lecture de quelque journal
anglais, ou seulement fatigué de la chasse; il rêvait ou s'endormait. On
n'applaudissait point devant lui; la représentation silencieuse était
extrêmement froide. La cour s'ennuyait mortellement de ces éternelles
tragédies; les jeunes femmes s'y endormaient; on quittait le spectacle
triste et mécontent. L'empereur s'apercevait de cette impression; il en
prenait de l'humeur, s'attaquait à son premier chambellan, blâmait les
acteurs, aurait voulu qu'on en trouvât d'autres, quoiqu'il eût les
meilleurs, et ordonnait quelques autres représentations pour les jours
suivants, qui éprouvaient à peu près le même sort. Il était bien rare
qu'il en fût autrement, et, il faut en convenir, c'était chose vraiment
désagréable. Le jour de spectacle à Fontainebleau, j'éprouvais toujours
un souci qui me devenait une sorte de petit supplice sans cesse
renaissant; la frivolité du fond et l'importance des suites en rendaient
le poids plus importun.

L'empereur aimait assez le talent de Talma. Il se persuadait qu'il
l'aimait beaucoup; je crois qu'il savait encore plus qu'il est grand
acteur, qu'il ne le sentait. Il n'y avait pas en lui ce qui fait qu'on
se complaît dans la représentation d'une fiction de théâtre. Il manquait
d'instruction; ensuite, il était trop rarement désoccupé, trop fortement
entrepris par sa situation réelle pour prêter attention à la conduite
d'un ouvrage, au développement d'une passion feinte. Il se montrait,
parfois, ému transitoirement d'une scène ou même d'un mot prononcé avec
talent; mais cette émotion nuisait au reste de son plaisir, parce qu'il
eût voulu qu'elle se prolongeât dans toute sa force, et qu'il ne faisait
nul cas des impressions secondaires, ou plus douces, que produisent
encore la beauté du vers ou l'accord que le talent d'un comédien apporte
dans un rôle entier. En général, il trouvait notre théâtre français
froid, nos acteurs trop mesurés, et il s'en prenait toujours aux autres
de l'impossibilité presque complète où il se trouvait de se plaire là
où la multitude acceptait un divertissement. Il en était de même sur
l'article de la musique. Peu sensible aux arts, il savait leur prix _par
son esprit_, et, leur demandant plus qu'ils ne pouvaient lui donner, il
se plaignait de n'avoir pas senti ce que sa nature ne permettait pas
qu'il éprouvât.

On avait attiré à la cour les premiers chanteurs de l'Italie. Il les
payait largement, mettait sa vanité à les enlever aux autres souverains;
mais il les écoutait tristement, et rarement avec intérêt. M. de Rémusat
imagina d'animer les concerts qu'on lui donnait par une sorte de
représentation des morceaux de chant qu'on exécutait en sa présence. Les
concerts furent quelquefois donnés sur le théâtre. Ils étaient composés
des plus belles scènes des opéras italiens. Les chanteurs les
exécutaient en costumes, et les jouaient réellement; la décoration
représentait le lieu de la scène où se passait l'action du morceau de
chant. Tout cela était monté avec grand soin, et, comme tout le reste,
manquait à peu près son effet. Mais il faut dire que, si tant de soins
étaient perdus pour son plaisir, la pompe de tant de spectacles et de
divertissements variés le flattait néanmoins, car elle rentrait dans sa
politique, et il aimait à étaler devant cette foule d'étrangers qui
l'entouraient une supériorité qui se retrouvait en tout.

Cette même disposition rêveuse et mécontente, qu'il portait partout,
jetait un voile sombre sur les cercles et les bals de Fontainebleau.
Vers huit heures du soir, la cour excessivement parée se rendait chez la
princesse qui devait recevoir à tel jour. On se plaçait en cercle; on se
regardait sans se parler. On attendait Leurs Majestés. L'impératrice
arrivait la première, parcourait gracieusement le salon, et ensuite
prenait sa place et attendait comme les autres en silence l'arrivée de
l'empereur. Il entrait enfin, il allait s'asseoir près d'elle; il
regardait danser; son visage était loin d'encourager le plaisir, aussi
le plaisir ne se mêlait-il guère à de pareilles réunions. Pendant ces
contredanses, quelquefois, il se promenait entre les rangs des dames
pour leur adresser des paroles assez insignifiantes qui le plus souvent
n'étaient que des plaisanteries peu délicates sur leur toilette. Il
disparaissait presque aussitôt, et, peu après sa retraite, chacun se
retirait de son côté.

Dans ce voyage de Fontainebleau, nous vîmes paraître une très jolie
personne dont il fut un peu occupé. C'était une Italienne. M. de
Talleyrand l'avait vue en Italie, et il avait persuadé à l'empereur de
la placer auprès de l'impératrice en qualité de lectrice; on fit son
mari receveur général. L'impératrice, d'abord un peu effarouchée de
l'apparition de cette belle personne, prit cependant assez promptement
le parti de se prêter avec complaisance à des amusements auxquels il lui
aurait été impossible de s'opposer longtemps, et, cette fois, elle ferma
les yeux sur ce qui se passait. C'était une douce personne, plus soumise
que satisfaite; elle céda à son maître par une sorte de conviction qu'on
ne devait pas lui résister; mais elle ne mit aucun éclat, aucune
prétention à son succès; elle sut même allier au dedans d'elle un grand
fonds d'attachement pour madame Bonaparte avec la complaisance pour la
fantaisie de son époux. Il en résulta que cette aventure se passa sans
bruit ni éclat. Elle était alors la plus jolie femme d'une cour qui en
renfermait un grand nombre de fort jolies. Je n'ai jamais vu de plus
beaux yeux, des traits plus fins, un plus charmant accord de tout le
visage. Elle était grande, élégamment faite; elle eût eu besoin d'un
peu plus d'embonpoint.

L'empereur n'eut jamais pour elle un goût très vif; il le confia assez
vite à sa femme, et la rassura en lui livrant, sans aucune réserve, le
secret de cette froide liaison. Il l'avait fait loger à Fontainebleau de
manière qu'elle pût se rendre à ses ordres quand il la faisait appeler;
on se disait à l'oreille que le soir elle descendait chez lui ou bien
qu'il allait dans sa chambre; mais, au milieu des cercles, il ne lui
parlait pas plus qu'à une autre, et notre cour ne prêta pas longtemps
attention à toute cette affaire, prévoyant qu'elle ne produirait aucun
changement. M. de Talleyrand, qui avait le premier persuadé à Bonaparte
le choix de cette maîtresse, recevait la confidence du plus ou moins de
plaisir qu'elle lui procurait, et ce fut tout.

Si quelque personne curieuse me demandait si, à l'exemple du maître, il
se formait d'autres liaisons pendant l'oisiveté d'une pareille réunion,
je serais assez embarrassée de répondre d'une manière satisfaisante. Le
service de l'empereur imposait un trop grand assujettissement pour
laisser aux hommes le temps de certaines galanteries, et les femmes
avaient une trop continuelle inquiétude de ce qu'il pourrait leur dire,
pour se livrer sans précautions. Dans un cercle si froid, si convenu,
on n'eût jamais osé se permettre une parole, un mouvement de plus ou de
moins que les autres; aussi ne se manifestait-il aucune coquetterie, et
tout arrangement se faisait en silence et avec une sorte de promptitude
qui échappait aux regards. Ce qui préservait encore les femmes, c'est
que les hommes ne pensaient alors nullement à paraître aimables, et
qu'ils ne montraient guère que les prétentions de la victoire, sans
perdre leur temps aux lenteurs d'un véritable amour. Aussi ne se
forma-t-il autour de l'empereur que des liaisons subites dont
apparemment les deux parties étaient pressées de brusquer le dénouement.
D'ailleurs Bonaparte tenait à ce que sa cour fût grave, et il eût trouvé
mauvais que les femmes y prissent le moindre empire. Il voulait se
réserver à lui le droit de toutes les libertés; il tolérait l'inconduite
de quelques personnes de sa famille, parce qu'il voyait qu'il ne
pourrait la réprimer, et que le bruit lui donnerait une plus grande
publicité. La même raison l'eût porté à dissimuler l'humeur qu'il eût
ressentie si sa femme se fût permis quelques distractions; mais, à cette
époque, elle n'y semblait guère disposée. J'ignore absolument le secret
de son intime intérieur, et je l'ai toujours vue presque exclusivement
occupée de sa position, et tremblant de déplaire à son mari. Elle
n'avait aucune coquetterie; toute sa manière extérieure était décente et
mesurée; elle ne parlait aux hommes que pour tâcher de découvrir ce qui
se passait, et ce divorce suspendu sur sa tête faisait l'éternel sujet
de ses plus grands soucis. Au reste, les femmes de cette cour avaient
grande raison de s'observer un peu, car l'empereur, dès qu'il était
instruit de quelque chose, et il l'était toujours, soit pour s'amuser,
soit par je ne sais quel autre motif, ne tardait guère à mettre au fait
le mari de ce qui se passait. À la vérité, il lui interdisait le bruit
et la plainte. C'est ainsi que nous avons su qu'il avait appris à S***
quelques-unes des aventures de sa femme, et qu'il lui ordonna si
impérieusement de ne point montrer de courroux, que S***, toujours
parfaitement soumis, consentit à se laisser tromper, et, moitié par
condescendance, moitié par suite du désir qu'il en avait, finit, je
pense, par ne point croire ce qui souvent était public.

Madame de X---- était à Fontainebleau; mais l'empereur ne semblait plus
y faire la moindre attention. On a dit qu'il était revenu à elle
quelquefois; mais ce n'a plus été alors que fort transitoirement, et
sans que ces passades donnassent le moindre retour à son ancien crédit.

Cependant nous eûmes pendant ce voyage le spectacle d'un autre amour qui
fut d'abord assez vif. Jérôme venait, comme je l'ai dit, d'épouser la
princesse Catherine. Cette jeune personne s'attacha vivement à lui;
mais, sitôt après son mariage, il lui donna l'occasion d'éprouver un
assez fort mouvement de jalousie. La jeune princesse de Bade était alors
extrêmement agréable, et toujours en grande froideur avec le prince son
époux. Coquette, un peu légère, fine et gaie, elle avait de grands
succès. Jérôme devint amoureux d'elle, et elle parut s'amuser de cette
passion. Elle dansait avec lui dans tous les bals; la princesse
Catherine, un peu trop grasse déjà, ne dansait point, et demeurait
assise, contemplant tristement la gaieté de ces deux jeunes gens qui
passaient et repassaient devant elle, sans faire attention à la peine
qu'elle éprouvait. Enfin, un soir, au milieu d'une fête, la bonne
intelligence paraissant très marquée, nous vîmes tout à coup cette
nouvelle reine de Westphalie pâlir, laisser échapper des larmes, se
pencher sur sa chaise, et enfin s'évanouir tout à fait. Le bal fut
interrompu. On la transporta dans un salon voisin; l'impératrice, suivie
de quelques-unes d'entre nous, s'empressa à lui donner secours; nous
entendions l'empereur adresser à son frère quelques paroles dures, après
quoi il se retira. Jérôme, effrayé, se rapprocha de sa femme, et, la
posant sur ses genoux, cherchait à lui rendre sa connaissance en lui
faisant mille caresses. La princesse, en revenant à elle, pleurait
encore et ne semblait point s'apercevoir de tout ce monde qui
l'entourait. Je la regardais en silence, et je me sentais saisie d'une
impression assez vive en voyant ce Jérôme, qu'une foule de
circonstances, toutes indépendantes assurément de son mérite, avaient
porté sur le trône, devenu l'objet de la passion d'une princesse, ayant
tout à coup acquis le droit d'être aimé d'elle et de la négliger. Je ne
puis dire tout ce que j'éprouvais en la voyant assise familièrement sur
lui, la tête penchée sur son épaule, recevant ses caresses, et, lui,
l'appelant à plusieurs reprises du nom de Catherine et l'engageant à se
remettre, en la tutoyant familièrement. Peu de moments après, les deux
époux se retirèrent dans leur appartement. Bonaparte, le lendemain,
ordonna à sa femme de parler fortement à sa jeune nièce, et je fus
chargée aussi de lui parler raison. Elle me reçut fort bien; elle
m'écouta beaucoup quand je lui représentai qu'elle compromettait tout
son avenir, que son devoir comme son intérêt l'engageaient à bien vivre
avec le prince de Bade, qu'elle était destinée à habiter d'autres lieux
que la France, qu'il était assez vraisemblable qu'on lui saurait mauvais
gré en Allemagne de légèretés qu'on lui tolérerait à Paris, et qu'elle
devait s'appliquer à ne point prêter aux calomnies qu'on se pressait de
répandre sur elle. Elle m'avoua qu'elle s'était reproché plus d'une fois
l'imprudence de ses manières, mais qu'il n'y avait, au dedans d'elle,
que l'envie de s'amuser; qu'au reste elle avait fort bien remarqué que
toute son importance venait alors de sa qualité de princesse de Bade,
qu'elle ne se voyait plus traitée à la cour de France comme par le
passé. En effet, l'empereur, qui n'avait plus le même penchant pour
elle, avait changé tout le cérémonial à son égard, et, ne songeant plus
aux règlements qu'il avait prescrits sur son rang lors de son mariage,
négligeant de la traiter comme sa fille adoptive, il ne lui donnait plus
que ce qu'on devait accorder à une princesse de la confédération du
Rhin, ce qui la mettait assez loin après les reines et les princesses de
la famille. Enfin elle se voyait une occasion de trouble, et le jeune
grand-duc, n'osant point exprimer son mécontentement, ne le manifestait
que par une extrême tristesse. Notre conversation, qui fut longue, et
ses propres réflexions la frappèrent beaucoup. Quand elle me congédia,
elle m'embrassa en me disant: «Vous verrez que vous serez contente de
moi.» En effet, le soir même, au bal, elle s'approcha de son mari, lui
parla avec une manière affectueuse, et prit un maintien réservé qu'on
remarqua. Dans cette soirée elle vint à moi, et, avec une bonne grâce
infinie, elle me demanda si je la trouvais bien, et à dater de ce jour,
jusqu'à la fin du voyage, on ne put pas faire la moindre maligne
observation sur son compte. Elle ne témoigna aucun regret de retourner à
Bade; elle s'y est bien conduite; elle a eu des enfants du prince et a
vécu parfaitement avec lui; elle s'est fait aimer de ses sujets.
Aujourd'hui la voilà veuve seulement avec deux filles, mais fort
considérée de son beau-frère l'empereur de Russie, qui lui a témoigné à
plusieurs reprises un grand intérêt[85]. Quant à Jérôme, il alla peu
après prendre possession de son royaume de Westphalie, où sa conduite a
dû donner à la princesse Catherine plus d'une occasion de verser des
larmes qui n'ont pourtant pas refroidi sa tendresse, puisque, depuis la
révolution de 1814, elle n'a pas cessé de partager son exil[86].

     [Note 85: La princesse Stéphanie de Bade est morte en
     1860. (P. R.)]

     [Note 86: La princesse Catherine, fille du roi de
     Wurtemberg, est morte à Lausanne le 28 novembre 1835. (P.
     R.)]

Tandis qu'on se livrait au plaisir et surtout à l'étiquette dans le
château de Fontainebleau, la pauvre reine de Hollande y vivait le plus à
l'écart qu'elle pouvait; extrêmement souffrante d'une grossesse pénible,
toujours poursuivie du souvenir de son fils, crachant le sang au moindre
effort, inquiète de son avenir, découragée sur tout, ne demandant aux
événements que du repos. C'était alors qu'elle me disait souvent, avec
les larmes aux yeux: «Je ne tiens plus à la vie que par le bonheur de
mon frère. Quand je pense à lui, je jouis de nos grandeurs; mais, pour
moi, elles sont un supplice.» L'empereur lui témoignait estime et
affection; c'était toujours à elle qu'il confiait le soin de donner des
conseils à sa mère, quand il les croyait nécessaires. Il y avait de
l'amitié entre madame Bonaparte et sa fille; mais elles se ressemblaient
trop peu pour s'entendre, et la première se sentait dans une sorte
d'infériorité qui lui imposait un peu. D'ailleurs, Hortense avait
éprouvé de si grands malheurs, qu'elle ne pouvait trop trouver en elle
de compassion pour des soucis qui lui auraient apparu d'un poids léger,
en comparaison de ce qu'elle souffrait. Ainsi, quand l'impératrice
venait lui parler d'une querelle surgie entre elle et l'empereur pour
quelque folle dépense, ou d'une jalousie passagère, ou même de la
crainte de son divorce, sa fille souriait tristement en lui répondant:
«Sont-ce donc là des malheurs?» Ces deux personnes se sont aimées, mais
je crois qu'elles ne se sont jamais tout à fait comprises.

L'empereur, qui, dans le fond, avait, je crois, plus d'amitié pour
madame Louis Bonaparte que pour son frère, mais qui cependant n'était
point absolument étranger à un certain esprit de famille, ne se mêlait
qu'avec une sorte de précaution des querelles de ce ménage. Il avait
consenti à garder sa belle-fille près de lui jusqu'après ses couches;
mais il parlait toujours du retour qu'il désirait qu'elle fît en
Hollande. Elle l'assurait qu'elle ne voulait point rentrer dans un pays
où son fils était mort et où mille douleurs l'attendaient. «Ma
réputation est flétrie, lui disait-elle, ma santé perdue, je n'attends
plus de bonheur dans la vie; bannissez-moi de votre cour si vous voulez,
enfermez-moi dans un couvent, je ne souhaite ni trône ni fortune. Donnez
du repos à ma mère, de l'éclat à Eugène qui le mérite, mais laissez-moi
vivre tranquille et solitaire.» Quand elle parlait ainsi, elle parvenait
à émouvoir l'empereur; il la consolait, l'encourageait, lui promettait
son appui, lui conseillait de s'en remettre au temps; mais il repoussait
vivement toute idée de divorce entre elle et Louis. Souvent il pensait
au sien, et il sentait qu'une sorte de ridicule se serait attaché à
cette multiplicité du même événement dans sa famille. Madame Louis se
soumettait, laissait aller le temps, bien déterminée à ne point céder à
un nouveau rapprochement qui alors la faisait frémir. Il ne paraît
point, au reste, que le roi le désirât lui-même. Plus aigri que jamais
contre sa femme, il ne l'aimait pas plus qu'elle ne l'aimait elle-même;
il l'accusait hautement en Hollande, car il voulait avoir l'air d'une
victime. Bien des gens l'ont cru; les rois trouvent facilement des
oreilles crédules. Ce qui est certain, c'est que l'époux et la femme
étaient fort malheureux; mais je pense que le caractère de Louis lui eût
donné des chagrins partout, au lieu qu'il y avait dans celui d'Hortense
de quoi faire une vie douce et sereine; car elle n'avait aucune
apparence de passion: son âme et son esprit la portaient vers un profond
repos.

La grande-duchesse de Berg s'appliquait à se montrer aimable pour tous à
Fontainebleau. Elle ne manquait pas de gaieté dans l'humeur, et savait
prendre parfois le ton de la bonhomie. Établie dans le château à ses
propres frais, elle y vivait avec luxe, ordonnait toujours une table
somptueuse. Elle était servie tout en vaisselle dorée, ce qui n'arrivait
point, même chez l'empereur. Elle invitait tous les habitants du palais
les uns après les autres, accueillait de fort bonne grâce même ceux
qu'elle n'aimait point, et semblait ne penser qu'au plaisir; mais elle
ne perdait point son temps cependant. Elle voyait souvent alors M. de
Metternich, ambassadeur d'Autriche. Il était jeune, d'une jolie figure;
il paraissait remarquer la soeur de l'empereur; elle s'en aperçut
facilement, et, dès cette époque, soit par esprit de coquetterie, ou
plutôt par suite d'une ambition précautionneuse, elle commença à
accueillir avec assez d'attention les hommages d'un ministre qui,
disait-on, avait du crédit à la cour et qui, par la suite, pourrait
peut-être la servir. Qu'elle ait eu d'avance ou non cette idée, cet
appui ne lui a point manqué.

De plus, considérant le crédit de M. de Talleyrand, elle s'efforça de se
rapprocher de lui, tout en conservant le plus secrètement qu'elle put
des rapports avec Fouché, qui mettait assez de précautions pour la voir,
parce que l'empereur manifestait toujours du mécontentement de toute
liaison. Nous la vîmes agacer M. de Talleyrand dans le salon de
Fontainebleau, lui parler de préférence, sourire à ses bons mots, le
regarder quand elle disait quelque chose qui pouvait être remarqué, et
enfin le lui adresser. M. de Talleyrand ne se montra point rétif, et se
rapprocha de son côté. Alors les entretiens devinrent un peu plus
graves. Madame Murat ne dissimula point à M. de Talleyrand qu'elle
voyait avec envie ses frères occuper des trônes et qu'elle sentait en
elle la force de porter un sceptre; elle lui reprocha de s'y opposer. M.
de Talleyrand objecta le peu d'étendue d'esprit de Murat; il plaisanta
sur son compte, et ses plaisanteries ne furent point repoussées
amèrement. Au contraire, la princesse livra son mari d'assez bonne
grâce; mais elle objecta qu'elle ne lui laisserait point, à lui seul, la
charge du pouvoir, et, peu à peu, je pense qu'elle amena M. de
Talleyrand, par quelques séductions, à lui être moins contraire. Pendant
ce temps elle caressait aussi M. Maret, qui reportait lourdement à
l'empereur des éloges répétés de l'esprit distingué de sa soeur.
L'empereur avait de lui-même assez grande opinion d'elle, et s'y voyait
encore fortifié par un concours d'approbations qu'il savait bien-n'être
pas concertées. Il s'accoutuma à traiter sa soeur avec plus de
considération. Murat, qui y perdit quelque chose, parfois s'avisait de
se blesser et de se plaindre; il en résultait des scènes conjugales où
le mari voulait reprendre ses droits et son rang. Il traitait mal la
princesse; elle en était un peu effarouchée; mais, moitié par adresse,
moitié par menace, tantôt caressante et tantôt hautaine, sachant se
montrer habilement femme soumise ou soeur du maître à tous, elle
étourdissait son mari, reprenait son ascendant, et lui prouvait qu'elle
le servait par la conduite qu'elle tenait. Il paraît que les mêmes
orages se sont manifestés lorsqu'elle a été à Naples, que la vanité de
Murat en a quelquefois pris ombrage, qu'il en a souffert; mais on
s'accorde à dire que, s'il a fait des fautes, c'est toujours au moment
où il a cessé de suivre ses conseils.

J'ai dit combien la cour, pendant ce voyage, fut brillante d'étrangers.
Avec le prince primat on pouvait trouver un peu de conversation. Il
avait de la politesse, il était assez bel esprit, et il aimait à
rappeler les années de sa jeunesse, où il avait eu des liaisons à Paris
avec tous les gens de lettres du temps. Le grand-duc de Wurtzbourg, qui
resta à Fontainebleau tout le temps, montrait de la bonhomie et mettait
chacun fort à l'aise. Il était passionné de musique et avait une voix de
chantre de cathédrale; mais il se divertissait tant lorsqu'on le mettait
pour une partie dans quelque morceau de musique, qu'on ne se sentait pas
le courage de détruire son plaisir en en souriant. Les princes de
Mecklembourg, après les deux que je viens de citer, étaient ceux
auxquels on donnait le plus de soins. Tous deux étaient jeunes, d'une
grande politesse, et même un peu obséquieux pour tout le monde.
L'empereur leur imposait beaucoup. La magnificence de sa cour les
éblouissait, et, subjugués par cette puissance et par le faste imposant
qu'on déployait, ils admiraient sans cesse et courtisaient jusqu'au
moindre chambellan. Le prince de Mecklembourg-Strélitz, frère de la
reine de Prusse, assez sourd, avait plus de peine à communiquer ses
idées; mais le prince de Mecklembourg-Schwerin, jeune aussi, d'une assez
jolie figure, montrait une affabilité constante. Il venait pour tâcher
d'obtenir le départ des garnisons françaises qui occupaient ses États.
L'empereur l'amusait par de belles promesses; il témoignait ses désirs à
l'impératrice, qui l'accueillait avec la patience la plus gracieuse.
Cette complaisance continue qui la distinguait, son aimable visage, sa
taille charmante, l'élégance soutenue de sa personne, ne furent pas sans
effet sur le prince. On vit, ou on crut voir, qu'il paraissait un peu
occupé de notre souveraine. Elle en riait et s'en amusait doucement.
Bonaparte en rit aussi, pour plus tard en prendre un peu d'humeur. Cela
arriva après son retour du petit voyage qu'il fit en Italie à la fin de
l'automne. Il est certain qu'à la fin de leur séjour à Paris les deux
princes furent moins bien traités. Je ne crois point que Bonaparte eût
des inquiétudes sérieuses, mais il ne voulait être le sujet d'aucune
plaisanterie. Le prince a sans doute gardé quelque souvenir de
l'impératrice; car elle m'a conté que, lors du divorce, l'empereur lui
proposa, si elle voulait se remarier, de prendre le prince de
Mecklembourg pour époux, et qu'elle s'y refusa. Je ne sais même si elle
ne m'a pas dit que le prince avait écrit pour le demander.

Tous les princes, et une foule d'autres moins importants, n'étaient
point admis à la table de l'empereur tous les jours. Ils y étaient
invités quand il lui plaisait; les autres fois ils dînaient chez les
reines, chez les ministres, le grand maréchal ou la dame d'honneur.
Madame de la Rochefoucauld avait un grand appartement où se réunissaient
les étrangers. Elle les recevait avec aisance, et on y passait son temps
assez agréablement. C'est un singulier spectacle que celui d'une cour.
On y voit les plus grands personnages, pris dans les plus hautes classes
de la société, on y suppose à chacun des intérêts sérieux, et cependant
le silence, imposé par la prudence et l'usage, y force tout le monde à
s'y tenir dans les bornes d'une conversation la plus insignifiante
possible; et souvent les princes et les grands, n'osant pas y paraître
hommes, consentent à y agir comme des enfants. Cette réflexion se
faisait avec plus de force à Fontainebleau qu'ailleurs. Tous ces grands
étrangers s'y voyaient attirés par la force. Tous, plus ou moins vaincus
ou dépossédés, ils y venaient implorer ou grâce ou justice; dans un des
coins du château, ils savaient que leur destinée se décidait en silence;
et tous, avec un aspect pareil, affectant de la bonne humeur et une
entière liberté d'esprit, ils couraient la chasse, s'abandonnaient à
tout ce qu'on exigeait d'eux; et ce qu'on exigeait, faute d'en pouvoir
faire autre chose et pour n'avoir ni à les écouter ni à leur répondre,
était qu'ils dansassent, qu'ils jouassent au colin-maillard, etc.
Combien il m'est arrivé de me voir au piano chez madame de la
Rochefoucauld, jouant, à sa prière, des danses italiennes, que la
présence de cette jolie Italienne mettait à la mode! Je voyais passer en
cercle et danser pêle-mêle devant moi princes, électeurs, maréchaux ou
chambellans, vainqueurs ou vaincus, nobles et bourgeois, enfin tous les
quartiers d'Allemagne en pendant des sabres révolutionnaires ou de nos
habits chamarrés, qui faisaient notre illustration, illustration plus
solide à cette époque que celle de tant de vieux parchemins, dont on
peut dire que la fumée de nos canons avait presque entièrement effacé
les caractères. Je faisais, à part moi, souvent de sérieuses réflexions
sur ce que je voyais sous mes yeux, mais je me serais bien gardée de les
communiquer à mes compagnons, et je n'aurais pas osé sourire ni d'eux,
ni de moi. «Voilà la science des courtisans, dit Sully. Ils sont
convenus entre eux que, couverts des masques les plus grossiers, ils ne
se paraîtraient pourtant point risibles les uns aux autres.»

C'est lui qui dit encore: «Le vrai grand homme sait être tour à tour, et
suivant les occasions, tout ce qu'il faut être: maître ou égal, roi ou
citoyen. Il ne perd rien à s'abaisser ainsi dans le particulier, pourvu
que, hors de là, il se montre également capable des affaires politiques
et militaires; le courtisan se souvient toujours qu'il est avec son
maître.»

L'empereur n'avait aucune disposition à adopter une pareille vérité, et,
par calcul comme par goût, il se gardait bien de se détendre jamais de
sa royauté. Peut-être aussi qu'un usurpateur ne pourrait pas le faire si
impunément qu'un autre.

Lorsque l'heure annonçait qu'il fallait quitter les jeux enfantins pour
se présenter chez lui, alors l'aisance s'effaçait de tous les visages.
Chacun, reprenant son sérieux, s'acheminait lentement et
cérémonieusement vers les grands appartements. On entrait, en se donnant
la main, dans l'antichambre de l'impératrice. Un chambellan annonçait.
Plus ou moins longtemps après, on était reçu; quelquefois seulement les
entrées, ou tout le monde. On se rangeait en silence comme je l'ai dit,
on écoutait les paroles vagues et rares que l'empereur adressait à
chacun. Ennuyé comme nous, il demandait les tables de jeu; on s'y
plaçait par contenance, et, peu après, l'empereur disparaissait. Presque
tous les soirs, il faisait appeler M. de Talleyrand et veillait
longtemps avec lui.

L'état de l'Europe fournissait alors à leurs conversations, et sans
doute en faisait le sujet ordinaire. L'expédition des Anglais en
Danemark avait vivement irrité l'empereur. L'impossibilité où il s'était
trouvé de secourir cet allié, l'incendie de la flotte danoise, le blocus
que les vaisseaux anglais établissaient partout, l'animaient à chercher
de son côté des moyens de leur nuire et, il exigeait plus sévèrement
que jamais que ses alliés se dévouassent à sa vengeance. L'empereur de
Russie, qui avait fait des démarches pour la paix générale, ayant été
repoussé par le ministère anglais, se jeta alors avec une entière
affection dans le parti de Bonaparte. Le 26 octobre, il fit une
déclaration qui annonçait qu'il rompait toute communication avec
l'Angleterre jusqu'au moment où elle traiterait de la paix avec nous.
Son ambassadeur, le comte de Tolstoï, arriva à Fontainebleau peu après;
il y fut reçu avec de grands honneurs et nommé du voyage.

Vers le commencement de ce mois, une rupture avait éclaté entre nous et
le Portugal. Le prince régent de ce royaume[87] ne se prêtait point à
ces prohibitions continentales qui fatiguaient les peuples. Bonaparte
s'emporta; des notes violentes contre la maison de Bragance parurent
dans nos journaux, les ambassadeurs furent rappelés, et notre armée
entra en Espagne pour marcher vers Lisbonne. Ce fut Junot qui en eut le
commandement. Un peu plus tard, c'est-à-dire au mois de novembre, le
prince régent, voyant qu'il ne pouvait apporter de résistance à une
telle invasion, prit le courageux parti d'émigrer de l'Europe et d'aller
régner au Brésil. Il s'embarqua le 29 novembre.

     [Note 87: La reine sa mère vivait encore, mais elle était
     folle.]

Le gouvernement espagnol s'était bien gardé de s'opposer au passage des
troupes françaises sur son territoire. Il s'ourdissait alors un nombre
considérable d'intrigues entre la cour de Madrid et celle de France.
Depuis longtemps, il s'était formé une correspondance intime entre le
prince de la Paix et Murat. Le prince, maître absolu de l'esprit de son
roi, ennemi acharné de l'héritier du trône, l'infant Ferdinand, s'était
dévoué à Bonaparte et le servait avec zèle. Il promettait sans cesse à
Murat de le satisfaire sur tout ce qu'on exigerait de lui, et celui-ci,
en réponse, était chargé de lui promettre une couronne, je ne sais quel
royaume des Algarves, et un appui solide de notre part. Une foule
d'intrigants, soit français, soit espagnols, se mêlaient à tout cela.
Ils trompaient Bonaparte et Murat sur le véritable esprit de l'Espagne,
ils cachaient soigneusement que le prince de la Paix y fût détesté. En
ayant gagné ce ministre, on se croyait maître du pays, et on entrait
volontairement dans une foule d'erreurs qu'il a fallu, depuis, payer
bien cher. M. de Talleyrand n'était pas toujours consulté ou cru sur cet
article. Mieux informé que Murat, il entretenait souvent l'empereur du
véritable état des choses; mais on le soupçonnait de jalousie contre
Murat; celui-ci disait que c'était pour lui nuire qu'il doutait des
succès dont le prince de la Paix répondait, et Bonaparte se laissa
séduire à tant d'intrigues. On a dit que le prince de la Paix avait fait
d'énormes présents à Murat; que celui-ci se flattait qu'après avoir
trompé le ministre espagnol, et par son moyen excité la rupture entre le
roi d'Espagne et son fils, et enfin amené la révolution qu'on
souhaitait, il aurait pour sa récompense le trône d'Espagne, et, ébloui
par cet avenir, il se gardait bien de douter de tout ce qu'on lui
mandait pour flatter sa passion. Il arriva qu'il se forma, tout à coup,
une conspiration à Madrid contre le roi; on sut y faire entrer le prince
Ferdinand dans les rapports qu'on fit au roi, et, soit qu'elle fût
réelle, ou bien seulement une malheureuse intrigue contre les jours du
jeune prince, elle fut publiée après sa découverte avec un grand bruit.
Le roi d'Espagne, ayant soumis son fils au jugement d'un tribunal, se
laissa désarmer par des lettres d'excuses que la peur dicta à l'infant,
lettres qui publièrent son crime, vrai ou prétendu, et cette cour n'en
demeura pas moins dans un déplorable état d'agitation. Le roi était
d'une faiblesse extrême et infatué de son ministre, qui dirigeait la
reine avec toute l'autorité d'un maître et d'un ancien amant. Celle-ci
détestait son fils, auquel la nation espagnole s'attachait par suite de
la haine qu'inspirait le prince de la Paix. Il y avait dans cette
situation de quoi flatter les espérances de la politique de l'empereur.
Qu'on y ajoute l'état du pays même: la médiocrité du corps abâtardi de
la noblesse, l'ignorance du peuple, l'influence du clergé, les
obscurités de la superstition, un état de finances misérable,
l'influence que le gouvernement anglais voulait exercer, l'occupation du
Portugal par les Français, et on conclura qu'un pareil état menaçait
d'un désordre prochain.

J'avais souvent entendu M. de Talleyrand parler dans ma chambre à M. de
Rémusat de la situation de l'Espagne. Une fois, en nous entretenant de
l'établissement de la dynastie de Bonaparte: «C'est, nous dit-il, un
mauvais voisin pour lui qu'un prince de la maison de Bourbon, et je ne
crois pas qu'il puisse le conserver.» Mais, à cette époque de 1807, M.
de Talleyrand, très bien informé de la véritable disposition de
l'Espagne, était d'avis que, loin d'y intriguer par le moyen d'un homme
aussi médiocre et aussi mésestimé que le prince de la Paix, il fallait
gagner la nation en le faisant chasser; et, si le roi s'y refusait, lui
faire la guerre, prendre parti contre lui pour son peuple, et, selon les
événements qui surviendraient, ou détrôner absolument toute la race de
Bourbon, ou seulement la compromettre au profit de Bonaparte, en mariant
le prince Ferdinand à quelque fille de la famille. C'était même alors
vers ce dernier avis qu'il penchait, et il faut lui rendre justice: il
prédisait même alors à l'empereur qu'il ne retirerait que des embarras
d'une autre marche. Un des grands torts de l'esprit de Bonaparte, je ne
sais si je ne l'ai pas déjà dit, était de confondre tous les hommes au
seul nivellement de son opinion, et de ne point croire aux différences
que les moeurs et les usages apportent dans les caractères. Il jugeait
des Espagnols comme de toute autre nation. Comme il savait qu'en France
les progrès de l'incrédulité avaient amené à l'indifférence à l'égard
des prêtres, il se persuadait qu'en tenant au delà des Pyrénées le
langage philosophique qui avait précédé la révolution française, on
verrait les habitants de l'Espagne suivre le mouvement qu'avaient
soulevé des Français, «Quand j'apporterai, disait-il, sur ma bannière
les mots _liberté_, _affranchissement de la superstition_, _destruction
de la noblesse_, je serai reçu comme je le fus en Italie, et toutes les
classes vraiment nationales seront avec moi. Je tirerai de leur inertie
des peuples autrefois généreux; je leur développerai les progrès d'une
industrie qui accroîtra leurs richesses, et vous verrez qu'on me
regardera comme le libérateur de l'Espagne.» Murat mandait une partie de
ces paroles au prince de la Paix, qui ne manquait point d'assurer qu'un
tel résultat était, en effet, très probable. M. de Talleyrand parlait en
vain; on ne l'écouta point. Cela fut un premier échec donné à son
crédit, qui l'ébranla d'abord imperceptiblement, mais dont ses ennemis
profitèrent. M. Maret s'efforça de dire comme Murat, voyant que c'était
flatter l'empereur; le ministre des relations extérieures, humilié
d'être réduit à des fonctions dont M. de Talleyrand lui enlevait les
plus belles parties, se crut obligé de prendre et de soutenir une autre
opinion que la sienne; l'empereur, ainsi circonvenu, se laissa abuser,
et, quelques mois après, s'embarqua dans cette perfide et déplorable
entreprise.

Tandis que je demeurais à Fontainebleau, mes relations avec M. de
Talleyrand se multiplièrent beaucoup. Il venait souvent dans ma chambre,
il s'y amusait des observations que je faisais sur notre cour, et il me
livrait les siennes, qui étaient plaisantes. Quelquefois aussi nos
conversations prenaient un tour sérieux. Il arrivait fatigué ou même
mécontent de l'empereur; il s'ouvrait alors un peu sur les vices plus ou
moins cachés de son caractère, et, m'éclairant par une lumière vraiment
funeste, il déterminait mes opinions encore flottantes et me causait une
douleur assez vive. Un soir que, plus communicatif que de coutume, il me
contait quelques anecdotes que j'ai rapportées dans le cours de ces
cahiers, et qu'il appuyait fortement sur ce qu'il nommait la _fourberie_
de notre maître, le représentant comme incapable d'un sentiment
généreux, il fut étonné tout à coup de voir qu'en l'écoutant je
répandais des larmes. «Qu'est-ce? me dit-il; qu'avez-vous?--C'est, lui
répondis-je, que vous me faites un mal réel. Vous autres politiques,
vous n'avez pas besoin d'aimer qui vous voulez servir; mais moi, pauvre
femme, que voulez-vous que je fasse du dégoût que vos récits
m'inspirent, et que deviendrai-je, quand il faudra demeurer où je suis
sans pouvoir y conserver une illusion?--Enfant que vous êtes, reprit M.
de Talleyrand, qui voulez toujours mettre votre coeur dans tout ce que
vous faites! Croyez-moi, ne le compromettez pas à vous affectionner à
cet homme-ci, mais tenez pour sûr qu'avec tous ses défauts il est encore
aujourd'hui très nécessaire à la France, qu'il sait maintenir, et que
chacun de nous doit y faire son possible. Cependant, ajouta-t-il, s'il
écoute les beaux avis qu'on lui donne aujourd'hui, je ne répondrais de
rien. Le voilà enferré dans une intrigue pitoyable. Murat veut être roi
d'Espagne; ils enjôlent le prince de la Paix et veulent le gagner, comme
s'il avait quelque importance en Espagne. C'est une belle politique à
l'empereur que d'arriver dans un pays avec la réputation d'une liaison
intime entre lui et un ministre détesté! Je sais bien qu'il trompe ce
ministre, et qu'il se rejettera loin de lui quand il s'apercevra qu'il
n'en a que faire; mais il aurait pu s'épargner les frais de cette
méprisable perfidie. L'empereur ne veut pas voir qu'il était appelé par
sa destinée à être partout et toujours _l'homme des nations_, le
fondateur des nouveautés utiles et possibles. Rendre la religion, la
morale, l'ordre à la France, applaudir à la civilisation de l'Angleterre
en contenant sa politique, fortifier ses frontières par la confédération
du Rhin, faire de l'Italie un royaume indépendant de l'Autriche et de
lui-même, tenir le czar enfermé chez lui en créant cette barrière
naturelle qu'offre la Pologne: voilà quels devaient être les desseins
éternels de l'empereur, et ce à quoi chacun de mes traités le
conduisait. Mais l'ambition, la colère, l'orgueil, et quelques imbéciles
qu'il écoute, l'aveuglent souvent. Il me soupçonne dès que je lui parle
_modération_, et, s'il cesse de me croire, vous verrez quelque jour par
quelles imprudentes sottises il se compromettra, lui et nous. Cependant
j'y veillerai jusqu'à la fin. Je me suis attaché à cette création de son
empire; je voudrais qu'elle tînt comme mon dernier ouvrage, et, tant que
je verrai jour à quelque succès de mon plan, je n'y renoncerai point.»

La confiance que M. de Talleyrand commençait à prendre en moi me
flattait beaucoup. Il put voir bientôt combien cette confiance était
fondée, et que, par suite de mon goût et de mes habitudes, j'apporterais
dans le commerce de notre amitié une sûreté complète. Je parvins de
cette manière, à lui procurer le plaisir de pouvoir s'épancher sans
inquiétude, et cela quand sa volonté seule l'y portait; car je ne
provoquais jamais ses confidences, et je m'arrêtais là où il lui
plaisait de s'arrêter. Comme il était doué d'un tact très fin, il démêla
promptement ma réserve, ma discrétion, et ce fut un nouveau lien entre
nous. Souvent, quand ses affaires ou nos devoirs nous laissaient un peu
de liberté, il venait dans ma chambre, où nous demeurions assez
longtemps tous trois. À mesure que M. de Talleyrand prenait plus
d'amitié pour moi, je me sentais plus à l'aise avec lui; je rentrais
dans les formes ordinaires de mon caractère; cette petite prévention
dont j'ai parlé se dissipait, et je me livrais au plaisir d'autant plus
vif pour moi, que ce plaisir se trouvait dans les murs d'un palais où la
préoccupation, la peur et la médiocrité s'unissaient pour éteindre toute
communication entre ceux qui l'habitaient.

Cette liaison, au reste, nous devint alors fort utile. M. de Talleyrand,
comme, je l'ai dit, entretint l'empereur de nous et lui persuada que
nous étions très propres à tenir une grande maison et à recevoir comme
il le fallait les étrangers qui ne devaient pas manquer désormais
d'abonder à Paris. Aussi l'empereur se détermina-t-il à nous donner les
moyens de nous établir à Paris d'une manière brillante. Il augmenta le
revenu de M. de Rémusat, à condition qu'à son retour à Paris il
tiendrait une maison. Il le nomma surintendant des théâtres impériaux.
M. de Talleyrand fut chargé de nous annoncer ces faveurs, et je me
sentis très heureuse de les lui devoir. Ce moment a été le plus beau de
notre situation, parce qu'il nous ouvrait une existence agréable, de
l'aisance, des occasions d'amusement. Nous reçûmes beaucoup de
compliments, et nous éprouvâmes ce plaisir, le premier, le seul d'une
vie passée à la cour, je veux dire celui d'obtenir une sorte
d'importance.

Au milieu de toutes ces choses, l'empereur ne laissait pas de travailler
toujours, et presque chaque jour publiait quelques-uns de ses décrets.
Il y en avait d'utiles; par exemple, il augmenta les succursales dans
les départements, il paya davantage les curés, il rétablit tes soeurs de
la Charité. Il fit rendre un sénatus-consulte qui déclarait les juges
inamovibles au bout de cinq ans. Il se montrait attentif aussi à
encourager le moindre effort du talent, surtout quand sa gloire était le
but de cet effort. On donna à l'Opéra de Paris _le Triomphe de Trajan_,
dont le poème était composé par Esménard, qui, ainsi que le musicien,
reçut des gratifications. L'ouvrage renfermait de grandes applications;
on y avait représenté Trajan brûlant de sa main des papiers qui
renfermaient le secret d'une conspiration. Cela rappelait ce que
Bonaparte avait fait à Berlin. Le triomphe même fut représenté avec une
pompe magnifique; les décorations étaient superbes; le triomphateur se
montrait sur un char traîné par quatre chevaux blancs; tout Paris courut
à ce spectacle; les applaudissements furent nombreux, et ils charmèrent
l'empereur. Peu après, on représenta l'opéra de M. de Jouy et du
musicien Spontini: _la Vestale_. Cet ouvrage, très bien conduit pour le
poème et remarquable par la musique, renfermait encore un triomphe qui
réussit bien, et les auteurs eurent aussi leur récompense.

Durant ce voyage, l'empereur nomma M. de Caulaincourt ambassadeur à
Pétersbourg. Celui-ci eut beaucoup de peine à le déterminer à accepter
cette mission; il en coûtait à M. de Caulaincourt de se séparer d'une
personne qu'il aimait, et il refusa avec fermeté. Mais Bonaparte, à
force de paroles affectueuses, le détermina enfin, en lui promettant que
ce brillant exil ne durerait que deux ans. On accorda au nouvel
ambassadeur une somme énorme pour les frais de son établissement. Il
devait toucher de sept à huit cent mille francs de traitement.
L'empereur lui prescrivait d'effacer le luxe de tous les autres
ambassadeurs. À son arrivée à Pétersbourg, M. de Caulaincourt trouva
d'abord d'assez grands embarras. Le crime de la mort du duc d'Enghien
laissait une tache sur son front. L'impératrice mère ne voulut point le
voir; nombre de femmes se refusaient à ses avances. Le czar l'accueillit
bien, prit peu à peu du goût pour lui, et même, après, une véritable
amitié; et, à son exemple, on finit par se montrer moins sévère. Quand
l'empereur sut qu'un pareil souvenir avait influé sur la situation de
son ambassadeur, il s'en étonna beaucoup: «Quoi! disait-il, on se
souvient de cette vieille histoire?» La même parole lui est échappée
toutes les fois qu'il a retrouvé qu'en effet on ne l'avait point
oubliée; et cela est arrivé plus d'une fois. Et souvent il ajoutait:
«Quel enfantillage! mais pourtant ce qui est fait est fait[88].»

     [Note 88: Sans croire comme l'empereur qu'un tel
     événement devait être oublié, on est confondu en pensant que
     trois ans et demi seulement avaient passé sur ce meurtre. (P.
     R.)]

Le prince Eugène était archichancelier d'État. On confia le soin de le
remplacer à M. de Talleyrand dans les fonctions attribuées à cette
place. Celui-ci réunissait alors dans sa personne un assez bon nombre de
dignités. L'empereur aussi commença à accorder des dotations à ses
maréchaux et à ses généraux, et à fonder ces fortunes qui parurent
immenses et qui devaient disparaître avec lui. On se trouvait à la tête,
en effet, d'un revenu considérable; on se voyait déclarer le
propriétaire d'un nombre étendu de lieues de terrain, soit en Pologne,
en Hanovre ou en Westphalie. Mais il y avait de grandes difficultés à
toucher les revenus. Les pays conquis se prêtaient peu à les donner. On
envoyait des gens d'affaires qui éprouvaient de grands embarras. Il
fallait faire des transactions, se contenter d'une partie des sommes
promises. Cependant, le désir de plaire à l'empereur, le goût du luxe,
une confiance imprudente dans l'avenir faisaient qu'on montait sa
dépense sur le revenu présumé qu'on attendait. Les dettes
s'accumulaient; la gêne se glissait au milieu de cette prétendue
opulence; le public supposait des fortunes immenses là où il voyait une
extrême élégance, et cependant rien de sûr, de réel, ne fondait tout
cela. Nous avons vu sans cesse la plupart des maréchaux, pressés par
leurs créanciers, venir solliciter des secours que l'empereur accordait
selon sa fantaisie ou l'intérêt qu'il trouvait à s'attacher tel ou tel.
Les prétentions sont devenues extrêmes, et peut-être le besoin de les
satisfaire est-il entré dans quelques-uns des motifs des guerres qui ont
suivi. Le maréchal Ney acheta une maison; l'achat et la dépense qu'il y
fit lui coûtèrent plus d'un million, et il exprima souvent des plaintes
de la gêne qu'il éprouvait après une pareille dépense. Il en fut de même
du maréchal Davout. L'empereur leur ordonnait à tous cet achat d'un
hôtel, qui entraînait les frais des plus magnifiques établissements. Les
riches étoffes, les meubles précieux ornaient ces demeures, les
vaisselles brillaient sur leurs tables, leurs femmes resplendissaient de
pierreries; les équipages, les toilettes se montaient à l'avenant. Ce
faste plaisait à Bonaparte, satisfaisait les marchands, éblouissait tout
le monde et tirait chacun de sa sphère ordinaire, augmentait la
dépendance, enfin remplissait parfaitement les intentions de celui qui
le fondait.

Pendant ce temps, l'ancienne noblesse de France, vivant simplement,
rassemblant ses débris, ne se trouvant obligée à rien, parlait avec
vanité de sa misère, rentrait peu à peu dans ses propriétés et se
ressaisissait de ces fortunes que nous lui voyons étaler aujourd'hui.
Les confiscations de la Convention nationale n'ont pas été toujours
fâcheuses pour la noblesse française, surtout quand ses biens n'ont
point été vendus. Avant la Révolution, elle se trouvait fort endettée,
car le désordre était une des élégances de nos anciens grands seigneurs.
L'émigration et les lois de 1793, en les privant de leurs propriétés,
les affranchissaient de leurs créanciers et d'une certaine quantité de
charges affectées aux grandes maisons, et, en retrouvant leurs biens,
ils profitaient de cette libération. Je me souviens que M. Gaudin,
ministre des finances, conta une fois, devant moi, que, l'empereur lui
demandant quelle était en France la classe la plus imposée, le ministre
lui répondit que c'était encore celle de l'ancienne noblesse. Bonaparte
en fut comme effrayé, et lui répondit: «Mais il faudrait pourtant
prendre garde à cela.»

Il s'est fait sous l'Empire un assez bon nombre de fortunes médiocres;
beaucoup de gens, de militaires surtout, qui n'avaient rien auparavant,
se trouvaient possesseurs de dix, quinze ou vingt mille livres de rente,
parce qu'à mesure qu'on était moins sous les yeux de l'empereur on
pouvait vivre davantage à sa fantaisie et mettre de l'ordre dans ses
revenus. Mais il reste peu de ces immenses fortunes, si gratuitement
supposées aux grands de sa cour, et sur ce point, comme sur beaucoup
d'autres, le parti qui, au retour du roi, pensait qu'on enrichirait
l'État en s'emparant des trésors qu'on supposait amassés sous l'Empire,
conseillait une mesure arbitraire et vexatoire qui n'aurait eu aucun
résultat.

Ma famille eut, à cette époque, part aux générosités de l'empereur. Mon
beau-frère, le général Nansouty, eut le grand cordon de la Légion
d'honneur. De premier chambellan de l'impératrice, il devint peu après
premier écuyer, et remplaça M. de Caulaincourt en son absence; il reçut
une dotation en Hanovre, que l'on portait à trente mille francs sur le
papier, et cent mille francs pour l'achat d'une maison, qui pouvait,
s'il le voulait, valoir davantage, mais qui deviendrait inaliénable par
le fait de ces cent mille francs qui auraient aidé à l'acquisition.



CHAPITRE XXVII.

(1807-1808.)

Projets de divorce.


J'ai cru devoir faire un chapitre à part de ce qui se passa à
Fontainebleau à cette époque, relativement au divorce. Quoique
l'empereur, depuis quelques années, ne rappelât à sa femme ce projet que
dans les moments où il avait quelque querelle avec elle, et que ces
occasions fussent rares, à cause de l'adresse et de la condescendance de
l'impératrice, cependant il est très vraisemblable qu'il roulait
toujours dans sa tête au moins quelque plan vague d'en venir un jour à
un pareil éclat. La mort du fils aîné de Louis l'avait frappé; ses
victoires, en accroissant sa puissance, étendaient ses idées de
grandeur, et sa politique, comme sa vanité, trouvait son compte dans une
alliance avec quelque souverain de l'Europe. Le bruit avait d'abord
couru que Napoléon jetterait les yeux sur la fille du roi de Saxe; mais
cette princesse ne lui aurait point apporté des liens de parenté qui
eussent ajouté à son autorité continentale. Le roi de Saxe ne régnait
plus que parce que la France l'y avait autorisé. D'ailleurs, sa fille
avait alors au moins trente ans, et n'était nullement belle. Bonaparte,
au retour de Tilsit, en parla à sa femme de manière à la rassurer
complètement. Les conférences de Tilsit exaltèrent assez justement
l'orgueil de Napoléon; l'engouement dont le jeune czar fut saisi pour
lui, l'assentiment qu'il donna à quelques-uns de ses projets,
particulièrement au démembrement du royaume d'Espagne, sa complaisance à
l'égard des volontés de son nouvel allié, tout put contribuer à faire
naître dans l'esprit de celui-ci certains projets relatifs à une
alliance plus intime. Il s'en ouvrit sans doute à M. de Talleyrand, mais
je ne crois point qu'on en glissât la moindre chose au czar; et tout
cela demeura encore remis à un avenir plus ou moins éloigné, selon les
circonstances.

L'empereur revint en France. En se rapprochant de sa femme, il retrouva
près d'elle cette sorte d'attachement qu'elle lui inspirait réellement,
et qui le gênait bien quelquefois, en le rendant accessible à un
certain malaise quand il l'avait fortement affligée.

Une fois, en causant avec elle des différends du roi de Hollande avec sa
femme, de la mort du jeune Napoléon et de la santé délicate du seul
garçon qui leur restât, il l'entretint de la nécessité où peut-être, un
jour, il pourrait se trouver de prendre une femme qui lui donnât des
enfants. Il montra quelque émotion en développant un pareil sujet, et il
ajouta: «Si pareille chose arrivait, Joséphine, alors ce serait à toi de
m'aider à un tel sacrifice. Je compterais sur ton amitié pour me sauver
de tout l'odieux de cette rupture forcée. Tu prendrais l'initiative,
n'est-ce pas? et, entrant dans ma position, tu aurais le courage de
décider toi-même de ta retraite?» L'impératrice connaissait trop bien le
caractère de son époux pour lui faciliter d'avance, par une parole
imprudente, une démarche qu'elle repoussait autant qu'elle le pouvait.
Aussi, dans cet entretien, loin de lui donner l'espérance qu'elle
contribuerait à affaiblir par sa conduite l'effet d'un pareil éclat,
elle l'assura qu'elle obéirait à ses ordres, mais que jamais elle n'en
préviendrait aucun. Elle fit cette réponse même avec un ton calme et
assez digne qu'elle savait fort bien prendre vis-à-vis de Bonaparte et
qui n'était pas sans effet.

«Sire, lui dit-elle (car il est à remarquer que depuis qu'il régnait,
même dans le tête-à-tête, elle s'était accoutumée à lui parler avec des
formes presque toujours cérémonieuses), vous êtes le maître, et vous
déciderez de mon sort. Quand vous m'ordonnerez de quitter les Tuileries,
j'obéirai à l'instant; mais c'est bien le moins que vous l'ordonniez
d'une manière positive. Je suis votre femme, j'ai été couronnée par vous
en présence du pape; de tels honneurs valent bien qu'on ne les quitte
pas volontairement. Si vous divorcez, la France entière saura que c'est
vous qui me chassez, et elle n'ignorera ni mon obéissance, ni ma
profonde douleur.» Cette manière de répondre, qui fut toujours la même,
ne blessa point l'empereur, et parut même quelquefois l'émouvoir; car,
en revenant, en diverses occasions, sur ce sujet, il laissait assez
souvent échapper des larmes, et paraissait réellement agité par des
passions contraires.

Madame Bonaparte, qui se rendait si bien maîtresse d'elle-même devant
lui, en me racontant tout ceci, se livrait à une extrême inquiétude.
Quelquefois, elle pleurait amèrement; dans d'autres moments elle se
récriait sur l'ingratitude d'un pareil abandon. Elle rappelait que,
lorsqu'elle avait épousé Bonaparte, il s'était cru fort honoré de son
alliance, et qu'il était odieux de la repousser de son élévation, quand
elle avait consenti à partager sa mauvaise fortune. Il lui arrivait même
de s'exalter l'imagination au point de laisser échapper des inquiétudes
sur son existence personnelle. «Je ne lui céderai jamais, disait-elle;
je me conduirai certainement comme sa victime; mais, si j'arrive à le
trop gêner, qui sait ce dont il est capable, et s'il résisterait au
besoin de se défaire de moi?» Quand elle proférait de semblables
paroles, je faisais mille efforts pour calmer son imagination ébranlée,
qui sans doute l'entraînait trop loin. Quelque opinion que j'aie sur la
facilité avec laquelle Bonaparte savait se déterminer aux nécessités
politiques, je ne crois nullement qu'il fût capable de concevoir et
d'exécuter les noirs calculs dont elle le soupçonnait alors. Mais il
avait agi de manière, dans diverses occasions, et surtout parlé souvent
dans des termes tels, qu'il donnait le droit à l'exaltation d'un profond
mécontentement de concevoir de semblables soupçons, et quoique j'atteste
bien solennellement que, dans ma conscience intime, je ne pense point
qu'il eût abordé jamais ce moyen de sortir d'embarras, cependant ma
seule réponse aux vives inquiétudes de l'impératrice ne pouvait être que
celle-ci: «Madame, soyez sûre qu'il n'est pas capable d'aller
jusque-là.»

Je m'étonnais, à part moi, qu'une femme tellement désenchantée sur son
époux, dévorée d'un sinistre soupçon, détachée alors de toute affection,
assez indifférente à la gloire, pût tenir si fortement aux jouissances
d'une royauté si précaire. Mais, voyant que rien n'arriverait à l'en
dégoûter, je me contentais, comme par le passé, de l'engager à garder un
profond silence et à demeurer avec l'empereur dans son attitude calme,
attristée, mais déterminée, qui, en effet, était le seul moyen d'écarter
ou de retarder l'orage. Il savait que sa femme était généralement aimée;
tous les jours l'opinion publique se séparait davantage de lui, et il
craignait de la froisser encore. L'impératrice, quand elle confiait à sa
fille ses peines, comme je l'ai déjà dit, ne trouvait pas une personne
très disposée à la comprendre. Depuis la perte de son enfant, les
souffrances de la vanité lui causaient encore plus de surprise, et
presque toujours sa seule réponse à sa mère était celle-ci: «Comment
peut-on regretter un trône?» Madame de la Rochefoucauld, à qui madame
Bonaparte s'ouvrait aussi, était, comme je l'ai dit, un peu légère, et
glissait le plus qu'elle pouvait sur tout. C'était donc moi qui portais
habituellement le poids de ses confidences. L'empereur s'en doutait, et
à cette époque ne m'en sut point mauvais gré. Je sais même qu'il a dit à
M. de Talleyrand: «Il faut convenir que l'impératrice est bien
conseillée.» Quand ses passions en donnaient le temps à son esprit, il
jugeait sainement même certaines conduites qui le gênaient[89], pourvu
qu'elles ne le gênassent qu'un peu; et, dans le fond, il avait le
sentiment intime qu'il surmonterait, quand il le voudrait, les légers
obstacles qu'on lui opposait. Il permettait qu'on jouât son jeu, quand
il apercevait que, en dernier ressort, il n'en gagnerait pas moins la
partie.

     [Note 89: Mon père a souvent cité cette réflexion, et
     plusieurs analogues qui se trouvent dans ces mémoires, pour
     prouver qu'il était plus possible qu'on ne l'a dit de
     résister utilement à l'empereur, et que celui-ci était
     capable de supporter, parfois, la contradiction.
     L'impossibilité de l'arrêter dans ses projets, ou même de le
     faire hésiter, est le meilleur argument de ses serviteurs
     pour expliquer, ou excuser, leur docilité. Il est probable
     pourtant qu'une résistance plus fréquente eût agi sur lui, et
     qu'il pouvait la comprendre et l'accepter, dans certains
     moments. La difficulté était sans doute de discerner ces
     moments et de ménager, sinon sa colère, du moins sa vanité.
     Mon père tenait, de ceux qui avaient souvent causé avec lui,
     qu'on y pouvait réussir, et que ceux qui le flattaient dans
     le tête-à-tête étaient impardonnables. Son esprit, en général
     pénétrant et juste, le forçait à s'incliner, en passant tout
     au moins, devant la vérité. Il avait même une certaine
     impartialité dont il aimait à faire parade. J'en connais deux
     exemples qui méritent d'être imprimés. Le premier se rapporte
     à une conversation tenue entre l'empereur et le fils de
     madame de Staël, précisément à ce retour d'Italie, le 28
     décembre 1807. Bourrienne, dans ses mémoires, paraît en avoir
     raconté exactement les principaux traits. C'est en sortant de
     cet entretien que l'empereur disait: «Comment la famille de
     Necker peut-elle être pour les Bourbons, dont le premier
     devoir serait de la faire pendre, si jamais ils revenaient en
     France!» Voici ce que mon père savait très directement de
     cette entrevue: «Auguste de Staël m'a raconté qu'une fois,
     après un exil de sa mère, il avait été obligé de recourir à
     l'empereur lui-même, pour la réclamation d'une somme, de deux
     millions, je crois, que Necker avait laissée au trésor public
     en se retirant, comme garantie de sa gestion. Auguste avait
     de la justesse et de la facilité, un sentiment moral très
     élevé, une parfaite rectitude d'intentions et de principes,
     et, quoique fort jeune, il n'hésita pas à s'acquitter, par la
     volonté de sa mère, d'une commission assez difficile. Il vit
     donc l'empereur, lui expliqua son affaire, fut écouté avec
     attention, et même avec une certaine bienveillance, quoique,
     au fond, la demande n'ait jamais été accueillie sous le règne
     de l'empereur. Quand il eut fini, et comme il allait prendre
     congé: «Et vous, jeune homme,» lui dit Napoléon, que
     faites-vous? à quoi vous destinez-vous? Il faut être quelque
     chose en ce monde. Quels sont vos projets?--Sire, je ne puis
     rien être en France. Je ne saurais servir un gouvernement qui
     persécute ma mère.--C'est juste... Mais, alors, comme par
     votre naissance vous pouvez être quelque chose hors de
     France, il faut aller en Angleterre; car, voyez-vous, il n'y
     a que deux nations, la France et l'Angleterre. Le reste n'est
     rien.» Cette parole était, selon Auguste de Staël, ce qui
     l'avait le plus frappé dans la conversation de l'empereur.»
     Il est certain que c'était une grande preuve de liberté
     d'esprit que ce haut rang parmi les nations donné par
     l'empereur à l'Angleterre, avec laquelle il ne pouvait pas
     vivre en paix, et qu'il faisait outrager chaque jour par ses
     orateurs et ses journaux. Voici le second exemple
     d'impartialité: «Après la campagne de Torrès-Vedras,
     racontait mon père, le général Foy fut chargé par ses
     principaux camarades de l'armée de Portugal de tâcher, en
     retournant en France, de voir l'empereur, de lui faire
     connaître le véritable état des choses, et enfin de lui
     expliquer qu'il fallait un autre général que Masséna, l'âge
     et de fâcheuses habitudes ayant rendu cet illustre guerrier
     inférieur à un tel commandement. C'était le maréchal Soult
     que l'armée eût souhaité pour général. Foy avait les
     sentiments et la situation que décrit très bien Marmont dans
     ses _Mémoires_. Il n'avait dû qu'à l'amitié de celui-ci, qui
     lui donna asile dans son camp, d'échapper à quelque mauvaise
     affaire, lors du procès de Moreau. Il n'aimait pas l'empereur
     et ne le connaissait pas; il n'en était ni aimé, ni connu.
     L'empereur le reçut cependant. Foy s'acquitta de sa
     commission, lui fit son récit, ses réflexions; l'empereur
     l'écouta, l'interrogea, lui parla. À propos de Masséna et de
     Soult, il passa ses maréchaux en revue, les jugea avec
     liberté et abandon, comme s'il eût parlé à son intime
     confident. Ses jugements étaient ceux que l'on connaît. Les
     uns n'étaient pas sûrs, les autres étaient des _bêtes_; je ne
     voudrais pas entrer dans le détail, craignant de me tromper.
     Une fois, et sans préparation, il dit: «Ah çà! dites-moi, mes
     soldats se battent-ils?--Mais, Sire, comment?... sans
     doute...--Oui, oui, enfin, ont-ils peur des soldats
     anglais?--Sire, ils les estiment, mais ils n'en ont pas
     peur.--Ah! c'est que les Anglais les ont toujours battus...
     Crécy, Azincourt, Marlborough...--Il me semble pourtant,
     Sire, que la bataille de Fontenoy...--Ah! la bataille de
     Fontenoy!... Aussi est-ce une journée qui a fait vivre la
     monarchie quarante ans de plus qu'elle ne l'aurait dû.»
     L'entretien dura trois heures. Foy se le rappelait avec
     enchantement, et, «depuis ce jour-là, ajoutait-il, je n'ai
     pas plus aimé l'Empire, mais j'ai admiré passionnément
     l'empereur». (P. R.)]

Cependant on partit pour Fontainebleau. Les fêtes, la présence des
princes étrangers, et encore plus le drame que Bonaparte préparait pour
l'Espagne, firent naître des distractions qui ne lui permirent point de
revenir sur un tel sujet, et, d'abord, tout s'y passa assez
paisiblement. Ma liaison avec M. de Talleyrand se fortifiait, et
l'impératrice s'en réjouissait, parce qu'elle en espérait, dans
l'occasion, quelque chose d'utile ou du moins de commode pour elle. J'ai
dit qu'alors il y avait quelque peu d'intrigue entre les souverains du
duché de Berg et le ministre de la police Fouché. Madame Murat parvenait
toujours à brouiller qui se rapprochait d'elle avec l'impératrice, et
n'épargnait pour cela ni les rapports, ni même l'intrigue. M. de
Talleyrand et M. Fouché étaient un peu en défiance et en jalousie l'un
de l'autre, et dans ce moment la grande importance du premier faisait
ombrage à tous.

Quinze jours ou trois semaines avant la fin du voyage de Fontainebleau,
on vit arriver un matin le ministre de la police. Il demeura longtemps
dans le cabinet de l'empereur, et, après, il fut invité à dîner avec
lui, ce qui n'arrivait pas à beaucoup de gens. Pendant le dîner,
Bonaparte montra une grande gaieté. Je ne sais plus quel genre de
divertissement occupa la soirée. Vers minuit, tout le monde venait de se
retirer dans le château; tout à coup, un valet de chambre de
l'impératrice vint frapper à ma porte; ma femme de chambre lui disant
que je venais de me mettre au lit, mais que M. de Rémusat n'avait point
encore quitté mon appartement, cet homme répondit que je ne devais point
me relever, mais que l'impératrice engageait mon mari à descendre chez
elle. Il s'y rendit sur-le-champ; il la trouva échevelée, à demi
déshabillée, et avec un visage renversé. Elle renvoya ses femmes, et,
s'écriant qu'elle était perdue, elle remit dans les mains de mon mari
une longue lettre sur très grand papier, qui était signée de Fouché
lui-même. Dans cette lettre, il commençait par protester de son ancien
dévouement pour elle, et l'assurait que c'était même par suite de ce
sentiment qu'il osait lui faire envisager sa position et celle de
l'empereur. Il le lui représentait puissant, au comble de la gloire,
maître souverain de la France, mais redevable à cette même France de son
présent, et de l'avenir qu'elle lui avait confié. «Il ne faut pas se le
dissimuler, Madame, disait-il, l'avenir politique de la France est
compromis par la privation d'un héritier de l'empereur. Comme ministre
de la police, je suis à portée de connaître l'opinion publique, et je
sais qu'on s'inquiète sur la succession d'un tel empire.
Représentez-vous quel degré de force aurait aujourd'hui le trône de Sa
Majesté s'il était appuyé sur l'existence d'un fils!» Cet avantage était
longuement et habilement développé, et, en effet, il pouvait l'être.
Fouché, ensuite, parlait de l'opposition que la tendresse conjugale
apportait chez l'empereur à sa politique; il prévoyait qu'il ne se
déciderait jamais à prescrire un si douloureux sacrifice; il osait donc
conseiller à madame Bonaparte de faire elle-même un courageux effort, de
se résigner à s'immoler à la France; et il faisait un tableau très
pathétique de l'éclat qu'une action pareille jetterait sur elle, et
alors, et dans l'avenir. Enfin, cette lettre était terminée par
l'assurance positive que l'empereur ignorait cette démarche; on croyait
même qu'elle lui déplairait, et l'impératrice était sollicitée de
l'envelopper du plus profond secret.

On peut facilement supposer toutes les phrases plus ou moins oratoires
qui ornaient cette lettre, qui paraissait avoir été écrite avec soin et
réflexion.

La première pensée de M. de Rémusat fut que Fouché n'avait tenté un tel
essai que de concert avec l'empereur. Il se garda de communiquer cette
idée à l'impératrice, qui s'efforçait visiblement de repousser le
soupçon qui la pressait. Mais ses larmes et son agitation prouvaient
qu'elle n'osait pas, au moins, compter sur l'empereur dans cette
occasion: «Que ferai-je? s'écriait-elle; comment conjurer cet
orage?...--Madame, lui dit M. de Rémusat, je vous conseille fort d'aller
à cet instant même chez l'empereur, s'il n'est pas couché, ou d'y entrer
demain de fort bonne heure. Songez qu'il ne faut pas que vous ayez eu
l'air de consulter personne. Faites-lui lire cette lettre, observez-le,
si vous pouvez; mais, quoi qu'il en soit, montrez-vous irritée de ce
conseil détourné, et déclarez-lui de nouveau que vous n'obéirez qu'à un
ordre positif qu'il prononcera lui-même.» L'impératrice adopta cet avis;
elle pria mon mari de raconter tout cela à M. de Talleyrand, et de lui
rendre ce qu'il en dirait, et, comme il était tard, elle remit au
lendemain matin sa conversation avec l'empereur.

Quand elle lui montra la lettre, il affecta une extrême colère. Il
assura qu'il ignorait en effet cette démarche, que Fouché avait eu dans
cette occasion un zèle mal entendu; que, si le ministre n'était parti
pour Paris, il l'aurait fortement tancé; qu'au reste il le punirait si
elle le désirait, et que même il irait jusqu'à lui ôter sa place de
ministre de la police, pour peu qu'elle exigeât cette réparation. Il
accompagna cette déclaration de beaucoup de caresses; mais toute sa
manière ne rassura point l'impératrice, qui me raconta, dans la journée,
qu'elle l'avait trouvé gêné dans cette explication.

Cependant, mon mari et moi, en nous communiquant nos réflexions, nous
voyions très clairement que Fouché avait été lancé par un ordre
supérieur dans une telle entreprise, et nous nous disions que, si
l'empereur pensait sérieusement au divorce, il n'était guère
vraisemblable que nous trouvassions M. de Talleyrand opposé à ce coup
d'État. Quelle fut notre surprise de voir que dans ce moment il en fût
autrement! M. de Talleyrand nous écouta très attentivement, comme un
homme qui ne savait rien de tout ce qui s'était passé. Il trouva la
lettre de Fouché inconvenante et ridicule; il ajouta que l'idée du
divorce ne lui paraissait bonne à rien; il abonda dans mon sens; il
opina pour que l'impératrice répondît au ministre de la police de très
haut: «Qu'il ne devait point se mêler d'une pareille affaire, et que, si
jamais elle se traitait, ce serait sans intermédiaire». L'impératrice
fut enchantée de ce conseil; elle fit avec moi une réponse sèche et
digne. M. de Talleyrand la lut, l'approuva, nous engagea à la faire voir
à l'empereur, qui, disait-il, n'oserait point la désapprouver. C'est, en
effet, ce qui arriva, et Bonaparte, point déterminé encore, continua de
jouer le même rôle, de montrer une colère toujours croissante, d'éclater
en menaces si violentes, de si bien répéter à sa femme qu'il déplacerait
le ministre de la police, si elle le souhaitait, que celle-ci, peu à peu
tranquillisée et abusée de nouveau, et cessant d'en vouloir à celui
qu'elle ne craignait plus, refusa la réparation qui lui était offerte,
répondant à son mari qu'il ne fallait point qu'il se privât d'un homme
qui lui était utile, et qu'il suffirait de le gronder fortement. Fouché
revint à Fontainebleau quelques jours après. En présence de madame
Bonaparte, son époux eut soin de le traiter un peu sèchement; mais le
ministre n'en parut nullement gêné, ce qui me confirma de plus en plus
dans l'idée qu'il était soutenu. Il répéta de nouveau à l'impératrice
tout ce qu'il avait écrit; l'empereur raconta à sa femme qu'il lui
disait la même chose: «C'est un excès de zèle, disait-il, il ne faut pas
lui en savoir mauvais gré, au fond. Il suffit que nous soyons déterminés
à repousser ses avis, et que tu croies bien que je ne pourrais pas vivre
sans toi[90]». Et ces mêmes paroles, Bonaparte les répétait à sa femme,
et le jour, et la nuit. Il revenait à elle bien plus que par le passé,
par de fréquentes visites nocturnes. Il était réellement agité, il la
pressait dans ses bras, il pleurait, il lui jurait la tendresse la plus
vive, et dans ces scènes, jouées d'abord, je crois, avec intention, il
s'animait peu à peu involontairement et finissait par s'émouvoir et
s'attendrir de bonne foi.

     [Note 90: L'empereur écrivait à Fouché, de Fontainebleau,
     le 5 novembre 1807, la lettre suivante, qui se rapporte à cet
     incident: «Monsieur Fouché, depuis quinze jours, il me
     revient de votre part des folies; il est temps enfin que vous
     y mettiez un terme, et que vous cessiez de vous mêler,
     directement ou indirectement, d'une chose qui ne saurait vous
     regarder d'aucune manière; telle est ma volonté.» (P. R.)]

Cependant je recevais la confidence de toutes ses paroles; je les
rapportais à M. de Talleyrand, qui dictait toujours la conduite qu'il
fallait tenir. Tous ses conseils tendaient à éloigner le divorce, et il
dirigea très bien madame Bonaparte.

Je ne pouvais m'empêcher de lui témoigner un peu d'étonnement de le voir
s'opposer à un projet au fait assez politique, et prendre ainsi les
intérêts d'une affaire purement de ménage. Il me répondait qu'elle
n'était pas tant _de ménage_ que je le croyais bien. «Il n'y a personne,
me disait-il, qui, dans ce palais, ne doive désirer que cette femme
demeure auprès de Bonaparte. Elle est douce, bonne; elle sait l'art de
le calmer; elle entre assez dans les positions de chacun. Elle nous est
un refuge en mille occasions. Si nous voyons arriver ici une princesse,
vous verrez l'empereur rompre avec toute la cour, et nous serons tous
écrasés.» En me donnant cette raison, M. de Talleyrand parvenait à me
persuader qu'il était de bonne foi; et, cependant, il ne me parlait
point sincèrement et ne me découvrait point tout son secret. Et, tout en
répétant qu'il fallait s'entendre pour échapper au divorce, il me
demandait souvent ce que je deviendrais, si par hasard l'empereur
divorçait. Je lui répondais que, sans balancer un moment, je suivrais le
sort de mon impératrice. «Mais, me disait-il, l'aimez-vous donc assez
pour cela?--Sans doute, reprenais-je, je lui suis attachée; cependant,
comme je la connais bien, que je la sais légère, et assez peu
susceptible d'une affection soutenue, ce ne serait pas tant l'attrait de
mon coeur que je suivrais dans cette occasion que la convenance. Je suis
arrivée à cette cour-ci par madame Bonaparte; j'ai toujours passé aux
yeux de tout le monde pour son amie intime; j'en ai eu les charges et
les confidences, et, quoiqu'elle ait été bien souvent trop préoccupée de
sa situation pour s'amuser à m'aimer, quoiqu'elle m'ait quittée et
reprise, selon que cela lui était commode, le public, qui ne peut pas
entrer dans les secrets de nos relations, et à qui je ne les confierai
point, s'étonnerait, j'en suis sûre, si je ne partageais point son
exil.--Mais, disait encore M. de Talleyrand, ce serait vous mettre
gratuitement dans une position désagréable pour vous et votre mari, vous
séparer peut-être, vous jeter dans mille petits embarras dont assurément
elle ne vous payerait point.--Je la connais aussi bien que vous,
disais-je encore, elle est mobile, et même un peu changeante. Je prévois
que, en pareil cas, elle commencerait par me savoir gré de mon
dévouement, qu'elle s'y accoutumerait bientôt et qu'elle finirait par
n'y plus penser du tout. Mais son caractère ne m'empêchera pas de suivre
le mien, et je ferai ce qui me paraîtra mon devoir, sans attendre la
moindre récompense.» En effet, en causant à cette époque de cette chance
de divorce, je m'engageai auprès de l'impératrice à quitter la cour, si
jamais elle la quittait. Elle me parut fort touchée de cette
déclaration, que je lui fis avec les larmes aux yeux et vraiment émue.
Assurément, elle aurait dû se défendre des soupçons que, plus tard, elle
conçut encore contre moi, et dont je rendrai compte en temps et
lieu[91].

     [Note 91: L'auteur indique dans ce passage et dans un
     autre que, plus tard, et à l'occasion du divorce,
     l'impératrice conçut quelque injuste défiance. Je n'ai
     absolument aucune donnée sur ce fait, qui eut apparemment
     quelque importance. On n'en doit que plus regretter que
     l'auteur n'ait pu pousser cet ouvrage au moins jusqu'à
     l'époque du divorce de l'empereur. Ces scènes,
     avant-courrières du dénouement, semblent bien faire connaître
     le mélange de ruse et d'entraînement, d'émotion et de
     comédie, de faiblesse et de volonté qu'il porta dans tant
     d'affaires, mais dans aucune autant que dans sa rupture avec
     la seule personne peut-être qu'il ait aimée. Il aurait été
     intéressant de lire ce dénouement raconté par celle qui avait
     eu tant d'occasions d'observer les personnages du drame.
     Quant à celle-ci, elle garda une constante fidélité à
     l'impératrice, et, à l'époque du divorce, elle n'eut pas
     l'ombre d'une hésitation sur ce qu'elle avait à faire,
     c'est-à-dire à quitter la cour, quoique la reine Hortense,
     elle-même, l'engageât fort à réfléchir avant de se décider.
     Voici la lettre par laquelle elle annonçait sa résolution à
     mon grand-père, qui avait accompagné l'empereur à Trianon:
     «La Malmaison, décembre 1809.--J'avais espéré un moment, mon
     ami, que tu accompagnerais l'empereur hier et que je te
     verrais. Indépendamment du plaisir de te voir, je voulais
     causer avec toi. J'espère qu'il y aura ici quelque occasion
     pour Trianon aujourd'hui, et je vais tenir ma lettre prête.
     J'ai été reçue ici avec une véritable affection; on y est
     bien triste, comme tu peux le supposer. L'impératrice, qui
     n'a plus besoin d'efforts, est très abattue; elle pleure sans
     cesse et fait réellement mal à voir. Ses enfants sont pleins
     de courage; le vice-roi est gai; il la soutient de son mieux;
     ils lui sont d'un grand secours.

     »Hier, j'ai eu une conversation avec la reine (de Hollande)
     que je te raconterai le plus succinctement que je pourrai:
     «L'impératrice,» m'a-t-elle dit, «a été vivement touchée de
     l'empressement que vous lui avez témoigné à partager son
     sort; moi, je ne m'en étonne pas. Mais ensuite, par amitié
     pour vous, je vous engage à réfléchir encore. Votre mari
     étant placé près de l'empereur, tous vos instincts ne
     doivent-ils pas être de ce côté? Votre position ne
     sera-t-elle pas souvent fausse ou embarrassante? Pouvez-vous
     vous permettre de renoncer aux avantages attachés au service
     d'une impératrice régnante et jeune? Songez-y bien; je vous
     donne un conseil d'amie, et vous devez y réfléchir.» Je l'ai
     beaucoup remerciée. Je lui ai répondu que je ne voyais, pour
     moi seule, nul inconvénient à prendre ce parti, qu'il me
     paraissait le seul convenable pour moi; que, si l'impératrice
     voyait des difficultés à garder près d'elle la femme d'un
     homme attaché à l'empereur, alors je me retirerais, mais que,
     sans cela, je préférais de beaucoup rester avec elle; que je
     pensais bien qu'il y aurait quelques avantages pour les
     personnes attachées à la grande cour, mais que cette perte
     était fort compensée pour moi par l'idée de remplir un devoir
     et de soigner l'impératrice dans le cas où elle mettrait
     quelque prix à mes soins; qu'enfin je ne pensais pas que
     l'empereur pût être mécontent de ma conduite, etc., etc. «Il
     n'y a, Madame,» lui ai-je dit encore, «qu'une seule
     considération qui pourrait me porter un moment à regretter ma
     démarche. Je vais vous la dire bien franchement. Il est
     impossible qu'il n'y ait pas dans l'intérieur de cette petite
     cour-ci quelque indiscrétion de commise, quelque petit
     bavardage, je ne sais quel propos qui, redit à l'empereur,
     pourra amener un moment de mécontentement. L'impératrice,
     toute bonne qu'elle est, quelquefois est défiante; je ne sais
     si la preuve de dévouement que je lui donne à présent me
     mettra complètement à l'abri d'un soupçon passager qui
     m'affligerait beaucoup. Je vous avoue que, s'il arrivait, une
     fois, qu'on soupçonnât mon mari ou moi d'avoir commis d'un
     côté ou de l'autre une indiscrétion, je quitterais
     sur-le-champ l'impératrice.» La reine m'a répondu que j'avais
     raison, qu'elle espérait que sa mère serait prudente. Elle
     m'a embrassée, m'a dit qu'elle savait que l'impératrice
     désirait, au fond, me garder près d'elle. Il n'en faut guère
     plus, de l'humeur dont tu me connais, pour me décider. Vois
     cependant, mon ami, ce que tu penses. Je sais bien que ma
     position sera souvent embarrassante; mais enfin, avec de la
     prudence et du véritable attachement, ne peut-on pas tout
     arranger? Madame de la Rochefoucauld me paraît vouloir
     quitter. Elle en a même déjà dit, je crois, quelque chose à
     l'empereur. Mais la situation est différente. Elle rendra les
     mêmes soins à l'impératrice, mais sans titre ni fonction.
     Dans sa position, cela peut lui convenir, mais je trouve que
     je dois agir autrement, et vraiment, plus je m'interroge,
     plus je sens que ma place est ici. Combine tout cela,
     réfléchis, et puis décide. Au reste, nous avons du temps,
     puisqu'on nous donne jusqu'au 1er janvier.

     »Il faudrait bien du bonheur pour que cette habitation fût
     gaie dans cette saison: il fait un vent abominable, et
     toujours de la pluie. Cela n'a pas empêché qu'il n'y eût ici
     un monde énorme toute la journée. Chaque visite renouvelle
     ses larmes. Cependant il n'y a pas de mal que toutes ses
     impressions se renouvellent ainsi coup sur coup; le repos
     viendra après. Je crois que je resterai à la Malmaison
     jusqu'à samedi; je voudrais bien que tu revinsses aussi à
     cette époque, car il faudrait se revoir et être un peu
     ensemble.»--«Ce mardi matin (19 décembre 1809). Je n'ai pu
     trouver ce matin une occasion d'envoyer ma lettre; j'espère
     qu'il y en aura ce soir. L'impératrice a passé une matinée
     déplorable. Elle reçoit des visites qui renouvellent sa
     douleur, et puis, chaque fois qu'il arrive quelque chose de
     l'empereur, elle est dans des états terribles. Il faudrait
     trouver moyen d'engager l'empereur, soit par le grand
     maréchal, soit par le prince de Neuchatel, à modérer les
     expressions de ses regrets et de son affliction, quand il lui
     écrit; car, lorsqu'il lui témoigne ainsi d'une manière trop
     vive sa tristesse, elle tombe dans un vrai désespoir, et
     alors réellement sa tête semble s'égarer. Je la soigne de mon
     mieux; elle me fait un mal affreux. Elle est douce,
     souffrante, affectueuse, enfin tout ce qu'il faut pour
     déchirer le coeur. En l'attendrissant, l'empereur augmente
     cet état. Au milieu de tout cela, il ne lui échappe pas un
     mot de trop, pas une plainte aigre; elle est réellement douce
     comme un ange. Je l'ai fait promener ce matin, je voulais
     essayer de fatiguer son corps, pour reposer son esprit. Elle
     se laissait faire; je lui parlais, je la questionnais, je
     l'agitais en tous sens, elle se prêtait à tout, comprenait
     mon intention et semblait m'en savoir gré, au milieu de ses
     larmes. Au bout d'une heure, je t'avoue que je m'étais fait
     un tel effort, que je m'étais presque sentie défaillir, et je
     me suis trouvée un moment presque aussi faible qu'elle. «Il
     me semble quelquefois,» me disait-elle, «que je suis morte,
     et qu'il ne me reste qu'une sorte de faculté vague de sentir
     que je ne suis plus.» Tâche, si tu peux, de faire savoir à
     l'empereur qu'il doit lui écrire de manière à l'encourager,
     et pas le soir, parce que cela lui donne des nuits affreuses.
     Elle ne sait comment supporter ses regrets; sans doute elle
     supporterait encore moins sa froideur, mais il y a un milieu
     à tout cela. Je l'ai vue hier dans un tel état, après la
     dernière lettre de l'empereur, que j'ai été au moment
     d'écrire moi-même à Trianon.--Adieu, cher ami; je ne te dis
     pas grand'chose de ma santé; tu sais comme elle est faible,
     tout ceci l'ébranle un peu. Après cette semaine j'aurai
     besoin d'un peu de repos, près de toi. Pour éprouver quelque
     chose de doux, il faut toujours que je revienne à mon ami.»
     Les lettres de ma grand'mère sont malheureusement trop rares
     à cette époque, et je ne puis ni par un récit, ni par des
     citations suppléer aux chapitres qui manquent. On verra à la
     fin de ce volume ce que mon père en savait. Au fond, les
     craintes de ma grand'mère ne se réalisèrent pas, au moins en
     ce qui touche les indiscrétions et les bavardages de cour;
     mais elle et son mari participèrent à la disgrâce de M. de
     Talleyrand. Mon grand'père, il est vrai, resta premier
     chambellan, même après que le prince de Bénévent eut été
     destitué de ses fonctions de grand chambellan; mais il ne
     retrouva et ne rechercha point la bienveillance de la cour,
     ni les confidences de l'empereur. Quant à ma grand'mère, elle
     n'alla, je pense, aux Tuileries qu'une fois pour être
     présentée à la nouvelle impératrice en grande cérémonie, et
     un autre jour pour recevoir quelques injonctions de
     l'empereur. Ce dernier fait mériterait d'être conté avec
     détails. C'était à la fin de 1812 ou au commencement de 1813.
     Le duc de Frioul la vint voir, au grand étonnement de mes
     grands parents, car il ne faisait jamais de visites. Il était
     chargé par l'empereur de lui donner l'ordre de demander une
     audience, l'empereur voulant lui parler de l'impératrice
     Joséphine. Il n'y avait ni moyen ni raison de désobéir; elle
     demanda l'audience et fut reçue. Mon père ignorait les
     détails de cette entrevue; il savait seulement que l'empereur
     voulait qu'elle déterminât l'impératrice à s'éloigner de
     Paris. Quels étaient ses motifs? Les dettes de Joséphine
     étaient du nombre, puis des propos tenus dans son salon. Je
     ne crois pas que les plaintes allassent plus loin, et
     l'empereur ne se montra pas irrité. Quant à la dame du
     palais, l'empereur ne la traita ni bien ni mal; mais il ne
     l'encouragea par aucun mot à lui parler d'elle-même, et elle
     n'eut garde d'en rien faire. C'est la dernière fois qu'elle
     l'a vu.

     Il fallut ensuite s'acquitter de la commission. Elle en était
     assez embarrassée. Elle fit pourtant une longue lettre, car
     l'impératrice était alors absente, à Genève, je crois. La
     chose était d'autant plus difficile que l'empereur exigeait
     qu'elle ne le nommât point et que le conseil ne parût pas
     venir de lui. Quoiqu'il semble assez difficile de s'y
     tromper, mon père croyait que cette lettre avait été assez
     mal reçue, et on l'a même imprimée, dans quelques mémoires
     écrits sous l'inspiration de la reine Hortense, avec des
     réflexions plus ou moins désobligeantes pour l'auteur. (P.
     R.)]

Je ne mettais qu'une restriction à la promesse que je faisais: «Je ne
serai point dame du palais d'une autre impératrice, disais-je, Madame.
Si vous vous retirez dans quelque province, je vous y suivrai, toujours
heureuse de partager votre solitude, et je ne me séparerais de vous que
dans le cas où vous sortiriez de France.» On ne savait point au fond ce
qui passerait par la tête de l'empereur; quelquefois, dans ses
conversations, il avait dit à sa femme: «Mais, si tu me quittais, je ne
voudrais pas te faire descendre de ton rang; sois donc sûre que tu
régnerais quelque part, peut-être à Rome même.» On remarquera que,
lorsqu'il parlait ainsi, le pape était encore dans cette même Rome, et
que rien n'annonçait qu'il dût en sortir. Mais les événements les plus
graves semblaient tout simples à Napoléon, et, de temps en temps, pour
qui était attentif, un mot pouvait suffire à faire conclure quelle suite
de projets il roulait à la fois dans sa tête.

M. de Rémusat pensait comme moi sur ma propre conduite. Il ne s'en
dissimulait pas moins les inconvénients qu'elle aurait pour nous; mais
ces inconvénients ne l'arrêtaient point, et il répéta à l'impératrice
que mon dévouement l'accompagnerait dans ses malheurs, s'ils fondaient
jamais sur elle. On verra que, plus tard, elle ne crut pas devoir
compter sur une parole qui, cependant, lui fut donnée avec la plus
parfaite sincérité.

Ce fut à cette époque que, au sujet de toute cette affaire, nous eûmes
avec madame de la Rochefoucauld quelques entretiens qui amenèrent les
explications dont j'ai parlé plus haut, et que M. de Rémusat put
éclaircir ce qui s'était passé au retour de la campagne de Prusse,
relativement à lui. Ces nouvelles clartés vinrent encore ajouter aux
impressions pénibles que nous causaient les découvertes successives que
nous faisions sur le caractère de l'empereur.

À présent, je dirai ce que j'ai su des motifs qui portèrent le ministre
de la police et M. de Talleyrand à tenir la conduite dont je viens de
parler.

J'ai dit que Fouché, un peu séduit par madame Murat, s'était vu forcé
par là de rompre avec ce qu'on appelait le parti des Beauharnais. Je ne
sais s'il l'eût voulu réellement; mais partout où l'on entre dans
certaines intrigues où se mêlent les femmes, il n'est pas très possible
de savoir à quel point on pourra demeurer, parce qu'il s'y joint tant de
petites paroles, de petits rapports, de petites dénonciations, qu'on
finit par en être comme enveloppé. Madame Murat, qui détestait sa
belle-soeur, cherchait très sérieusement à la faire descendre du trône.
Son orgueil trouvait son compte à s'allier à quelque princesse
européenne, et elle entourait souvent l'empereur de flatteries sur cet
article. Fouché pensait qu'il serait utile à la dynastie nouvelle de
s'appuyer sur un héritier direct; il connaissait trop bien Bonaparte
pour ne pas prévoir que, tôt ou tard, la raison d'État l'emporterait
chez lui sur toute autre considération; il craignait de n'être point
employé dans cette affaire, qui paraissait devoir être du ressort de M.
de Talleyrand, et il voulait tâcher de lui en enlever l'honneur et les
avantages. Dans cette intention, il rompit la glace avec l'empereur et
l'aborda sur un point si important. Le trouvant disposé, il abonda sur
nombre de motifs faciles à réunir, et, enfin, il sut parvenir à se faire
ordonner, ou au moins à proposer le rôle de médiateur entre l'empereur
et l'impératrice pour une pareille négociation. Il alla plus loin: il
fit parler l'opinion publique à l'aide de ses moyens de police; il fit
tenir des discours sur le divorce dans quelques lieux de réunion de
Paris. Tout à coup, on commença dans les cafés à discuter la nécessité
d'un héritier pour l'empereur. Ces propos, inspirés par Fouché,
revinrent par lui, et par les autres polices qui rendaient compte de
tout, et l'empereur crut que le public était plus occupé de cette
affaire que cela n'était réellement. Au retour de Fontainebleau, Fouché
dit même à l'empereur qu'on était assez échauffé à Paris pour qu'il
arrivât que des groupes de peuple, se réunissant sous ses fenêtres,
vinssent lui demander un autre mariage. L'empereur fut d'abord frappé de
cette idée; M. de Talleyrand la détourna très habilement.

M. de Talleyrand, dans le fond de son âme, ne répugnait point au
divorce; mais, de son côté, il voulait le faire à sa manière, en son
temps, et avec utilité et grandeur. Il s'aperçut vite que l'empressement
de Fouché ne tendait qu'à lui enlever cette palme; il ne souffrit pas
qu'une autre intrigue vînt se placer sur son terrain. La France avait
formé une alliance intime avec la Russie; mais M. de Talleyrand, très
habile dans la connaissance de l'état de l'Europe, pensait qu'il
fallait surveiller l'Autriche, et peut-être déjà penchait à regarder
qu'un lien de plus avec cette puissance nous serait, au fond, plus
utile. D'ailleurs, il savait que l'impératrice mère, en Russie, ne
partageait point les illusions du czar, et qu'elle se refuserait à nous
donner une de ses filles pour impératrice. Ainsi, il eût été possible
qu'un divorce brusqué n'eût point été suivi d'un assez prompt mariage,
et eût tenu l'empereur dans une situation désagréable. D'ailleurs,
l'affaire d'Espagne allait éclater, rendre l'Europe attentive, et ce
n'était pas le moment de s'engager à la fois dans deux entreprises qui
demandaient chacune une préoccupation particulière. Voilà sans doute ce
qui porta M. de Talleyrand à contrecarrer Fouché et à s'unir
passagèrement aux intérêts de madame Bonaparte. Ni elle, ni moi, nous
n'étions de force à pénétrer ses motifs, et je ne les ai connus que
depuis. M. de Rémusat avait moins de confiance que moi en ce dévouement
à ce que nous souhaitions, dévouement qui me charmait dans M. de
Talleyrand; mais il concluait qu'il en fallait toujours profiter, et,
avec des intentions différentes, nous marchions tous dans une ligne
pareille.

Ainsi donc, pendant le temps que l'empereur passa à Paris, entre le
court voyage qu'il fit en Italie et celui de Bayonne[92], Fouché
l'environnant sans cesse et s'étayant des propos populaires, M. de
Talleyrand prit un bon moment pour lui représenter que, dans cette
circonstance, le ministre de la police le dirigeait vers une très fausse
route. «Il est, lui disait-il, et il sera éternellement homme de
révolution. Regardez-y bien, c'est encore par des moyens factieux qu'il
veut vous amener à un acte qu'il ne faudrait faire que dans un appareil
tout monarchique. Il veut qu'un ramas de populace, peut-être assemblée
par ses ordres, vienne vociférer, et vous demander un héritier avec les
mêmes cris qui imposèrent à Louis XVI je ne sais quelles concessions
qu'il ne pouvait jamais refuser. Quand vous aurez accoutumé le peuple à
se mêler de vos affaires par de pareilles tentatives, savez-vous s'il
n'y prendra pas goût, et ce qu'on vous l'enverra demander en suite?
D'ailleurs, personne ne sera dupe de ces rassemblements, et vous serez
accusé de les avoir vous-même appelés.» Ces observations frappèrent
l'empereur, qui imposa silence à Fouché. De ce moment on ne s'occupa
plus du divorce dans les cafés, et le _voeu national_ parut s'être
refroidi. L'empereur fit valoir à sa femme ce silence, et elle fut
tentée de se rassurer un peu. Cependant il continuait à montrer une
grande agitation; leurs entretiens étaient gênés; de longs silences les
interrompaient tout à coup. Ensuite il revenait sur les inconvénients du
manque d'une postérité directe pour la fondation de sa dynastie; il
disait qu'il ne savait à quoi se résoudre, et certainement il éprouvait
intérieurement de vifs combats.

     [Note 92: L'empereur quitta Fontainebleau le 16 décembre
     1807 et arriva à Milan le 21 du même mois. Il revint d'Italie
     à Paris le 1er janvier, et repartit pour Bayonne trois mois
     après, le 2 avril 1808. (P. R.)]

Il se confiait particulièrement à M. de Talleyrand, qui me racontait une
partie de ses conversations: «Si je me sépare de ma femme, disait-il, je
renoncerai d'abord à tout le charme qu'elle met dans ma vie intérieure.
Il me faudra étudier les goûts et les habitudes d'une nouvelle et jeune
épouse. Celle-ci se plie à tout et me connaît parfaitement. Enfin, je
lui rendrai ingratitude pour ce qu'elle a fait pour moi; déjà je ne suis
guère aimé, et ce sera bien pis. Elle m'est un lien avec beaucoup de
monde; elle m'attache une partie de la société de Paris à laquelle il
me faudra renoncer.» Après de pareils regrets venaient les raisons
d'État, qui faisaient que M. de Talleyrand confiait à mon mari qu'il
était convaincu que ces belles hésitations tomberaient un jour devant la
politique; qu'on pouvait retarder le divorce, mais qu'il ne fallait
guère espérer qu'on l'évitât toujours. Il finissait, enfin, par dire
qu'on pouvait s'assurer qu'il n'y poussait nullement, et que
l'impératrice ferait bien de ne point se départir du système qu'elle
avait adopté. Nous nous promîmes, M. de Rémusat et moi, de tenir secrète
à madame Bonaparte la première partie de ce discours, qui aurait
renouvelé ses inquiétudes au point de l'entraîner dans quelques fausses
démarches, et surtout nous ne vîmes rien d'utile à lui inspirer de la
défiance de M. de Talleyrand, qui n'avait alors aucun intérêt à lui
nuire, et qui en eût trouvé peut-être, si, en s'irritant contre lui,
elle eût laissé échapper quelque parole imprudente. Je pris mon parti
d'attendre l'avenir, sans chercher à le prévoir, et de m'en tenir
toujours aux conseils que la prudence et la dignité d'une situation en
évidence doivent faire donner à celle qui se trouve, en effet,
environnée de cent yeux pour la regarder, de cent bouches pour répéter
ce qu'elle dit. Ce fut à cette époque que l'empereur dit à M. de
Talleyrand que sa femme était bien conseillée.

Peu avant le départ pour Bayonne, il y eut encore sur cet article une
explication qui fut la dernière pour un peu de temps, et qui servira à
peindre les mouvements contraires auxquels l'empereur, tout fort, tout
volontaire qu'il était, se trouvait quelquefois entraîné. Un matin, M.
de Talleyrand, rencontrant M. de Rémusat au sortir du cabinet de
l'empereur, lui dit en regagnant sa voiture: «Je crois que votre femme
aura plus tôt qu'elle ne le croit le chagrin qu'elle craint. Je viens de
voir l'empereur animé de nouveau sur son divorce; il m'en a parlé comme
d'une chose décidée à peu près, et nous ferons tous bien de nous le
tenir pour dit et de ne pas y apporter une opposition inutile.» Mon mari
me rapporta ces paroles, qui m'attristèrent profondément. Il devait y
avoir un cercle le soir à la cour; je venais de perdre ma mère[93], et
je n'allais point dans le monde. M. de Rémusat retourna au château, pour
surveiller le spectacle qui devait s'y donner. Les appartements étaient
pleins de monde. Princes, ambassadeurs, courtisans, tous attendirent
longtemps. Enfin, tout à coup, l'ordre fut donné de commencer le
spectacle sans attendre Leurs Majestés, qui ne paraîtraient point,
l'empereur se trouvant, disait-on, légèrement incommodé. La fête se
passa assez tristement, et chacun se retira le plus tôt qu'il put. M. de
Talleyrand et M. de Rémusat, avant de sortir, se rendirent dans
l'appartement intérieur de l'empereur, et y apprirent que, depuis huit
heures, il s'était mis au lit avec sa femme, qu'il avait fait fermer sa
chambre et défendu qu'on y pénétrât jusqu'au lendemain.

     [Note 93: Au commencement de l'année 1808, les
     souffrances de madame de Vergennes, malade depuis longtemps,
     s'étaient aggravées. Elle était poursuivie de douleurs qu'on
     appelait rhumatismales, et elle succomba le 17 janvier 1808 à
     un mal de gorge gangreneux. Ce fut une vive douleur pour sa
     fille, et un grand changement dans la vie de ses enfants. Mon
     père a conservé toujours un souvenir profond et vivant de
     cette personne originale et spirituelle, quoiqu'il n'eût pas
     encore onze ans. La situation de madame de Vergennes dans le
     monde était assez considérable pour que M. Suard lui ait
     consacré un article nécrologique dans _le Publiciste_, éloge
     public moins usité alors qu'aujourd'hui. (P. R.)]

M. de Talleyrand se retira avec un petit mouvement d'humeur. «Quel
diable d'homme, dit-il, pour s'abandonner sans cesse à son premier
mouvement, et ne pas savoir ce qu'il veut faire! Eh! qu'il se décide
donc, qu'il ne nous laisse point ainsi jouets de ses paroles et ne
sachant réellement sur quel pied nous devons nous tenir avec lui!»

L'impératrice reçut mon mari le lendemain et lui raconta qu'à six heures
elle avait joint Bonaparte pour dîner, qu'il était très triste,
silencieux, et que, pendant le repas, il n'avait pas prononcé une
parole; qu'après dîner elle l'avait quitté pour faire sa toilette, et
qu'ensuite elle avait attendu l'heure du cercle; mais qu'on était venu
la chercher, en lui disant que l'empereur se sentait malade. Elle
l'avait trouvé souffrant de crises d'estomac violentes, et dans un état
de nerfs assez agité. En la voyant il n'avait pu retenir ses larmes, et,
l'attirant sur son lit où il s'était jeté, sans aucun égard pour son
élégante toilette, il la pressait dans ses bras, en répétant toujours:

«Ma pauvre Joséphine, je ne pourrai point te quitter!» Elle ajoutait que
cet état lui avait inspiré plus de pitié que d'attendrissement, et
qu'elle lui redisait sans cesse: «Sire, calmez-vous, sachez ce que vous
voulez, et finissons de telles scènes.» Mais ces discours augmentaient
encore la crise de Bonaparte, et cette crise devint assez vive pour
qu'elle l'engageât à renoncer à se montrer au public, et à se mettre au
lit. Enfin, il n'y consentit que dans le cas où elle s'y placerait à
côté de lui, et il lui fallut se dépouiller au même instant de toute sa
parure et partager cette couche, qu'à la lettre, disait-elle, il
baignait de larmes, répétant toujours: «Ils m'environnent, ils me
tourmentent, ils me rendent malheureux!» La nuit se passa dans un
mélange de tendresse et de sommeil agité. Après il reprit empire sur
lui-même et ne montra plus de si vives émotions.

L'impératrice flottait ainsi de l'espérance à la crainte; elle ne se
fiait point à ces scènes pathétiques; elle prétendait que Bonaparte
passait trop vite de ces protestations tendres à des querelles pour des
galanteries qu'il lui supposait, ou à d'autres plaintes; qu'il voulait
la fatiguer, la rendre malade, peut-être pis même; car j'ai dit comme
son imagination abordait tout. Ou bien elle croyait qu'il s'efforçait de
la dégoûter de lui en la tourmentant sans cesse. Il est certain que,
soit par calcul, soit par suite de ses propres inquiétudes, il l'agitait
en tous sens, et qu'elle fut sur le point d'être assez gravement
incommodée. Quant à Fouché, il avait pris le parti de parler hautement
du divorce à l'impératrice, à moi, à tout le monde, disant qu'on le
renverrait si on voulait, mais qu'on ne l'empêcherait point de
conseiller ce qui était utile. M. de Talleyrand l'écoutait dans un
silence dédaigneux ou moqueur, et consentait à passer assez publiquement
pour s'opposer au divorce. Bonaparte voyait tout cela, sans blâmer la
conduite de l'un ni de l'autre, ni même celle de personne[94]. Notre
cour cherchait à se taire encore plus et mieux que de coutume; car rien
n'indiquait de quel côté de ces grands personnages il fallait se ranger.
Au milieu de cette tourmente, le tragique événement de l'Espagne éclata,
et le divorce parut tout à fait mis de côté.

     [Note 94: L'empereur pourtant continuait encore, en
     apparence, et quand il le croyait utile, à gourmander Fouché
     sur ses indiscrétions, car il lui écrivait de Venise, le 30
     novembre 1807: «Je vous ai déjà fait connaître mon opinion
     sur la folie des démarches que vous avez faites à
     Fontainebleau, relativement à mes affaires intérieures. Après
     avoir lu votre bulletin du 19, et bien instruit des propos
     que vous tenez à Paris, je ne puis que vous réitérer que
     votre devoir est de suivre mon opinion, et non de marcher
     suivant votre caprice. En vous conduisant différemment, vous
     égarez l'opinion et vous sortez du chemin dans lequel tout
     honnête homme doit se tenir.» (P. R.)]



CHAPITRE XXVIII.

(1807-1808.)


Retour de Fontainebleau.--Voyage de l'empereur en Italie.--La jeunesse
de M. de Talleyrand.--Fêtes des Tuileries.--L'empereur et les
artistes.--Opinion de l'empereur sur le gouvernement anglais.--Mariage
de mademoiselle de Tascher.--Le comte Romanzow.--Mariage du maréchal
Berthier.--Les majorats.--L'université.--Affaires d'Espagne.


Vers ce temps, à peu près, M. Molé fut nommé préfet de la Côte-d'Or.
L'empereur s'était aperçu de la distinction de son esprit dans plusieurs
occasions. Il l'avait en quelque sorte adopté, et son élévation était
déterminée dans sa pensée. Il le gagnait de plus en plus, par des
conversations où il mettait en évidence ce qu'il avait de plus
remarquable, et Bonaparte s'entendait très bien à séduire la jeunesse.
M. Molé montra quelque répugnance à s'éloigner de Paris, où lui et sa
famille se trouvaient fort bien établis. «Il ne faut effaroucher
personne, lui dit l'empereur, par un avancement trop prompt.
D'ailleurs, quelques expériences administratives vous seront utiles. Je
ne vous tiendrai à Dijon qu'un an, et, après, vous reviendrez, et vous
serez content de moi.» Il lui a tenu parole.

Le voyage de Fontainebleau fut terminé vers le milieu de novembre, au
grand contentement de chacun, car on était fatigué des fêtes et de leur
contrainte. Les princes étrangers retournèrent pour la plupart chez eux,
éblouis de notre magnificence, qui avait été administrée, si je puis me
servir de cette expression, avec un ordre extrême; car l'empereur
n'entendait jamais raillerie sur l'économie de ses propres affaires. Il
fut très content quand M. de Rémusat lui demanda, pour le compte des
dépenses, des fêtes, des spectacles, seulement 150 000 francs; et, en
effet, si on avait comparé la somme avec les résultats, on eût remarqué
quel soin minutieux il avait fallu apporter à la dépense. L'empereur,
qui se voulait instruire de tout, rappela à cette occasion ce que
coûtaient autrefois à la cour de France de pareils voyages[95], et il
mit une certaine vanité, assez fondée après tout, à ce rapprochement.
Le service de la maison, très rigoureusement tenu par le grand maréchal,
fut arrêté et payé de même, et tout se trouva en ordre et dans une règle
très exacte. Ce Duroc tenait remarquablement la maison impériale, mais
avec des formes dures, toutes émanées de la dureté du maître. Quand
l'empereur grondait, on s'apercevait dans le château d'une succession de
brutalités dont le moindre valet de pied ressentait les atteintes. Le
service se faisait avec une exactitude de discipline; les punitions
étaient sévères, l'exigence ne se relâchait point; aussi chacun ne
manquait jamais à son poste, et tout se passait en silence et
régulièrement. Tout abus était surveillé, les bénéfices des gens
calculés et réglés d'avance. Dans les offices et dans les cuisines, la
moindre chose, un simple bouillon, un verre d'eau sucrée ne se seraient
pas distribués sans l'autorisation ou le bon du grand maréchal. De même,
il ne se passait rien dans le palais dont il ne fût informé. Il était
d'une discrétion à toute épreuve, et redisait tout seulement à
l'empereur, qui s'informait des moindres choses.

     [Note 95: Les mêmes plaisirs du roi, au dernier voyage de
     Fontainebleau, sous Louis XVI, avaient coûté près de deux
     millions.]

L'empereur quitta Fontainebleau pour faire un court voyage en Italie.
Il voulait revoir Milan, se montrer à Venise, communiquer avec son frère
Joseph, et, je pense, surtout, prendre une détermination à l'égard du
royaume d'Italie, détermination par laquelle il croyait rassurer
l'Europe, et, de plus, signifier à la reine d'Étrurie, fille du roi
d'Espagne, qu'elle eût à quitter son royaume. Préparant en secret
l'envahissement de l'Espagne, il savait que la réunion des deux
couronnes de France et d'Italie avait souvent effarouché l'Europe. En
appelant Eugène à la succession future du trône d'Italie, il annonçait
que cette réunion ne serait point éternelle, et il supposait qu'on
adopterait cette concession, qui ne le dépossédait point et qui mettait
une borne au pouvoir de son successeur.

Murat, qui trouvait un grand avantage pour lui à ne point interrompre
les communications avec son beau-frère, obtint la permission de
l'accompagner dans ce petit voyage, au grand déplaisir de M. de
Talleyrand, qui prévit qu'on profiterait de son absence pour écarter de
plus en plus ses plans. L'empereur partit donc le 16 novembre, et
l'impératrice revint à Paris. Le prince primat y demeura encore quelque
temps, ainsi que les princes de Mecklembourg. Ils venaient aux
Tuileries tous les soirs, on jouait, on causait peu, on écoutait de la
musique; mais l'impératrice parut parler un peu plus à ce prince de
Mecklembourg-Schwerin. On le remarqua, comme je l'ai dit, mais en riant,
et on y mettait si peu d'importance qu'on en plaisantait l'impératrice
elle-même. Quelques personnes prirent sérieusement ces plaisanteries,
écrivirent à l'empereur, et, au retour, il gronda beaucoup. Habitué à se
passer bien des fantaisies, il se montrait sévère pour celles des
autres. Pendant ce voyage on donnait à Paris, sur l'un des petits
théâtres, un vaudeville qui avait un grand succès et que tout le monde
voulait voir. Madame Bonaparte en eut fantaisie comme les autres. Elle
chargea M. de Rémusat de lui faire garder une petite loge, et, s'étant
vêtue simplement et ayant pris une voiture sans armes, elle se rendit en
secret à ce théâtre avec quelques dames et les deux princes de
Mecklembourg. On écrivit encore à Milan cette très petite affaire;
l'empereur écrivit à son tour une lettre fulminante, et il reprocha à sa
femme, en revenant, de ne point savoir garder sa dignité. Je me rappelle
même que, dans son mécontentement, il lui représentait que la reine de
France s'était autrefois fait le plus grand tort, en ne craignant point
de manquer à son rang par des légèretés de cette espèce.

Pendant son absence, la garde impériale fit une entrée triomphale à
Paris; elle fut haranguée par le préfet et devint l'objet de beaucoup de
fêtes.

J'ai dit aussi que les soeurs de charité furent rétablies; le ministre
de l'intérieur les rassembla chez Madame mère et leur distribua des
médailles en sa présence. L'empereur voulait que sa mère fût à la tête
de tous les établissements de charité; mais elle n'avait rien, dans sa
manière d'être, qui la rendît populaire, et elle s'acquittait sans goût
ni habileté de ce dont elle était chargée.

L'empereur parut content de l'administration du royaume d'Italie et
parcourut ce royaume tout entier. Il alla à Venise, où il fut joint par
son frère Joseph, et par le roi et la reine de Bavière, qui allèrent lui
rendre visite, ainsi que madame Bacciochi, qui sollicita quelque
agrandissement de ses États. Pendant ce temps, la Russie rompait tout à
fait avec l'Angleterre; une partie de nos armées, encore dans le nord de
l'Allemagne, tenait en échec le roi de Suède; Bernadotte, à Hambourg,
communiquait avec les Suédois mécontents, et acquérait une réputation
personnelle qu'il soutenait avec soin. Il employait l'argent aussi pour
se faire des créatures. Il n'est pourtant pas vraisemblable qu'il eût
dès lors idée de ce qui lui est arrivé depuis; mais son ambition,
quoique vague encore, le conduisait à se ménager des chances quelles
qu'elles fussent, et, à cette époque, on pouvait au fond, dans certaines
situations, tout entreprendre et tout espérer. Le prince du Brésil
quitta Lisbonne le 29 novembre, et le général Junot y entra, peu de
jours après, avec notre armée, en déclarant, toujours selon la coutume,
que nous venions dégager les Portugais du joug des Anglais. Vers la fin
de ce mois, l'empereur, ayant assemblé à Milan le Corps législatif,
déclara qu'il adoptait solennellement Eugène, qui devenait héritier de
la couronne d'Italie, à défaut d'héritiers mâles de l'empereur. En même
temps, il lui permit de porter le titre de prince de Venise, et il créa
la petite princesse qui venait de naître, princesse de Bologne. Après
cela, il revint à Paris, où il arriva le 1er janvier 1808.

J'étais alors bien douloureusement occupée. J'avais retrouvé ma mère
malade, à mon retour de Fontainebleau. Son état de langueur se
prolongea d'abord, sans me donner de l'inquiétude. Toute souffrante
qu'elle était, elle se montra fort contente des améliorations qui
s'étaient faites dans notre situation, et je commençai, pendant les
premiers temps de sa maladie, à établir ma maison sur le pied qu'avait
ordonné l'empereur. Vers la fin de décembre, le mal de ma mère devint si
alarmant, que nous ne pensâmes plus qu'à lui donner nos soins, et que
notre maison fut fermée. Trois semaines après, nous eûmes le malheur de
la perdre, et l'un des plus tendres liens de mon coeur, comme l'une de
mes plus douces jouissances, fut à jamais perdu. Ma mère était une
personne distinguée de toute manière. Elle avait beaucoup d'esprit, une
raison aimable et solide, dans le monde une considération méritée. Elle
nous était utile et agréable à chaque instant du jour. Elle fut
universellement regrettée; sa perte nous jeta dans le désespoir; mon
mari la pleura comme un vrai fils; on nous plaignit, même à la cour, car
on savait ce qu'elle valait. L'empereur lui-même s'exprima bien sur ce
malheur, et en parla très convenablement à M. de Rémusat quand il le
revit; mais j'ai dit ailleurs que la vie de retraite que la convenance
et ma douleur me forcèrent de mener, ayant contrarié ses vues, trois ou
quatre mois après, il nous retira cette portion de notre revenu qu'il
nous avait accordée pour la dépenser d'une manière brillante, en disant
qu'elle nous était inutile, et nous laissant par là fort embarrassés de
dettes qu'il nous avait obligés de contracter.

Je passai cet hiver bien tristement; je pleurais amèrement ma mère;
j'étais séparée de mon fils aîné que nous avions mis au collège pour
qu'il y cultivât les heureuses dispositions qui annonçaient déjà
l'esprit distingué qui s'est, depuis, développé chez lui; ma santé était
mauvaise, mon âme toute découragée. Assurément, ma société ne pouvait
offrir de grandes distractions à M. de Talleyrand, et pourtant, il ne me
dédaigna point dans mon malheur. Il fut un des plus assidus à me
soigner. Il avait connu ma mère autrefois, il m'en parlait bien, et
m'écoutait dans mes souvenirs. La gravité de ma peine dissipait toutes
mes petites prétentions à faire de l'esprit devant lui; je ne retenais
point mes larmes en sa présence. Souvent, en tiers avec mon mari et moi,
il ne se montrait point importuné, ni de ma douleur, ni des tendres
consolations que m'offrait si affectueusement M. de Rémusat. Il me
semble, quand j'y pense, qu'en nous voyant, il nous examinait avec une
sorte de curiosité. Sa vie tout entière l'avait tenu loin des affections
naturelles; nous lui donnions un spectacle nouveau qui le remuait un
peu. Il semblait apprendre, pour la première fois, ce qu'une tendresse
mutuelle, fondée sur les sentiments les plus moraux, procure de douceur
et de courage contre les traverses de la vie. Ce qui se passait dans ma
chambre le reposait de ce qui se passait ailleurs, peut-être même de ses
souvenirs; car, plus d'une fois, à cette époque, il m'a parlé de
lui-même avec regret, je dirais presque avec dégoût.

Enfin, comme nous étions touchés de ses soins, nous y répondions par une
reconnaissance qui partait du plus profond du coeur; il revenait de plus
en plus fréquemment entre nous deux, et il y demeurait longtemps; plus
de plaisanteries, de railleries sur les autres, entre nous. Rendue à
moi-même, je lui laissais voir le fond d'une âme vive, et que l'habitude
d'un bonheur intérieur avait rendue douce. Au travers de mes regrets, de
ma profonde mélancolie, de l'oubli où je vivais de tout ce qui se
passait au dehors, je le transportais dans des régions inconnues pour
lui, à la découverte desquelles il semblait prendre plaisir. J'acquis
peu à peu la liberté de lui tout dire; il me laissa prendre le droit de
le blâmer, de le juger souvent assez sévèrement. Ma sincérité ne parut
jamais lui déplaire, et je formai avec lui une liaison intime, et qui
nous fut agréable à l'un et à l'autre. Quand je parvenais à l'émouvoir,
j'étais satisfaite comme d'une victoire, et lui me savait gré d'avoir
remué son âme, si souvent endormie par habitude, par système et par
indifférence.

Une fois, emportée par les disparates qui échappaient à son caractère,
je me laissai aller à lui dire: «Bon Dieu! quel dommage que vous vous
soyez gâté à plaisir! Car, enfin, il me semble que vous valez mieux que
_vous_.»

Il se mit à sourire. «La manière dont se passent nos premières années,
me dit-il, influe sur toute la vie, et, si je vous disais de quelle
façon j'ai passé ma jeunesse, vous arriveriez à vous moins étonner de
beaucoup de choses.» Ce fut alors qu'il me conta que, estropié, se
trouvant aîné dans sa famille, et, par son accident, trompant les
espérances, et même les convenances qui, avant la Révolution,
destinaient tout aîné d'une noble famille à l'état militaire, il avait
été repoussé de son intérieur, renvoyé en province près d'une vieille
tante. Sans le l'aire rentrer dans la maison paternelle, on l'avait
ensuite placé dans un séminaire, en lui signifiant qu'il embrasserait
l'état ecclésiastique, pour lequel il ne se sentait aucun goût. Durant
les années qu'il avait passées à Saint-Sulpice, il s'était vu forcé de
demeurer presque toujours solitaire dans sa chambre, son infirmité ne
lui permettant guère de se tenir longtemps sur ses jambes, ne pouvant se
livrer à aucune des distractions, à aucun des mouvements de l'enfance,
s'abandonnant à la plus profonde mélancolie, prenant dès lors mauvaise
opinion de la vie sociale, s'irritant contre cet état de prêtre qu'on
lui imposait malgré lui, et se pénétrant de l'idée qu'il n'était point
forcé d'observer bien scrupuleusement des devoirs auxquels on le
contraignait, sans l'avoir consulté. Il ajoutait qu'il avait éprouvé le
dégoût le plus profond de ce monde, un grand fonds d'irritation contre
les préjugés, et qu'il n'avait échappé au désespoir qu'en se
convertissant peu à peu à une véritable indifférence sur les hommes et
sur les choses; qu'ensuite, se retrouvant enfin vis-à-vis de son père
et de sa mère, il avait été reçu comme un objet déplaisant, et traité
avec la plus grande froideur; que jamais un mot affectueux ou une
consolation ne lui furent adressés. «Vous voyez, me disait-il, que, dans
cette situation, il fallait mourir de chagrin, ou s'engourdir de manière
à ne plus rien sentir de ce qui me manquait. Je tournai à
l'engourdissement, et je veux bien convenir avec vous que j'eus tort. Il
eût peut-être mieux valu souffrir, et conserver des facultés de sentir
un peu fortement; car cette insouciance de l'âme, que vous me reprochez,
m'a souvent dégoûté de moi-même. Je n'ai point assez aimé les autres;
mais je ne me suis guère aimé non plus, et je n'ai pas pris assez
d'intérêt à moi[96].

     [Note 96: Parmi les récits de la jeunesse de M. de
     Talleyrand, je ne saurais oublier une anecdote que mon père
     m'a contée, la tenant évidemment de sa mère. M. de Talleyrand
     étudiait en théologie, lorsqu'une fois, en sortant d'un
     sermon à Saint-Sulpice, il trouva sur les degrés une jeune
     femme élégante et agréable qu'une pluie subite embarrassait
     fort, et qui ne savait comment s'en aller. Il lui offrit son
     bras, et un de ces petits parapluies, en sens inverse des
     nôtres, qui commençaient à être à la mode; elle accepta, et
     il la reconduisit chez elle. Elle l'engagea à venir la voir.
     Ils firent connaissance. C'était mademoiselle Luzy, qui était
     ou travaillait pour être, de la Comédie française. Elle lui
     raconta qu'elle était un peu dévote, qu'elle n'avait nul goût
     pour le théâtre, et que c'était malgré elle, et forcée par
     ses parents, qu'elle se destinait à ce métier: «C'est comme
     moi, lui répondit-il, je n'ai aucun penchant pour le
     séminaire et l'Église, et ce sont mes parents qui me
     contraignent.» Ils s'étendirent chacun sur ce sujet, et ce
     fut cette confidence mutuelle sur leur vocation contrariée
     qui les lia comme on se lie à vingt ans. (P. R.)]

»Une fois, je fus tiré de cette indifférence par une passion très forte
pour la princesse Charlotte de Montmorency. Elle m'aimait beaucoup
aussi. Je m'irritai plus que jamais contre l'obstacle qui s'opposait à
ce que je l'épousasse. Je fis beaucoup de démarches pour me faire
relever de ces voeux qui m'étaient odieux; je crois que j'y serais
parvenu sans la Révolution qui éclata, et ne permit point au pape de
m'accorder ce que je souhaitais. Vous comprenez que, dans la disposition
où j'étais, je dus accueillir cette révolution avec empressement. Elle
attaquait des principes et des usages dont j'avais été victime; elle me
paraissait faite pour rompre mes chaînes, elle plaisait à mon esprit;
j'embrassai vivement sa cause, et, depuis, les événements ont disposé de
moi.»

Quand M. de Talleyrand me parlait ainsi, je le plaignais du fond de
l'âme, parce que je comprenais cette triste influence d'une jeunesse
toute décolorée sur le reste d'une vie; mais je ne sentais pas moins
intérieurement qu'un caractère, tant soit peu énergique, se fût gardé de
conclure comme lui, et je déplorais devant lui qu'il eût encore flétri
sa vie de cette manière.

Il est très certain qu'une funeste insouciance du bien et du mal fut le
fondement de la nature de M. de Talleyrand; mais on lui doit cette
justice qu'il se garda bien d'ériger en principe aucune immoralité. Il
sent le prix de la vertu chez les autres; il la loue bien; il la
considère, et ne cherche jamais à la corrompre par aucun système
vicieux. Il semble même qu'il trouve une sorte de plaisir à la
contempler. Il n'a pas, comme Bonaparte, cette funeste idée que la vertu
n'existe nulle part, et n'est qu'une ruse ou qu'une affectation de plus.
Je l'ai souvent, entendu vanter des actions qui devenaient une amère
critique des siennes; sa conversation n'est jamais ni immorale ni
irréligieuse; il estime les bons prêtres, il aime à approuver; il a de
la bonté et de la justice dans le coeur, mais il n'applique point à lui
ce qu'il apprécie dans les autres; il s'est placé à part, il a conclu
autrement pour lui. Il est faible, froid, et aujourd'hui, et depuis si
longtemps blasé sur tout, qu'il cherche des distractions, comme un
palais émoussé a besoin d'une nourriture piquante.

Les pensées sérieuses, appliquées à la morale ou aux sentiments
naturels, lui sont pénibles, en le ramenant à des réflexions qu'il
craint, et, par une plaisanterie, il cherche à échapper à ce qu'il
éprouve. Une foule de circonstances l'ont entouré de gens dépravés ou
légers qui l'ont encouragé à mille futilités; ces gens lui sont commodes
parce qu'ils l'arrachent à sa pensée; mais ils ne peuvent le sauver d'un
profond ennui qui lui donne un besoin impérieux des grandes affaires.
Ces affaires ne le fatiguent point, parce qu'il ne les prend guère
complètement; il est rare qu'il entre avec son âme dans quelque chose.
Son esprit est supérieur, souvent juste; il _voit vrai_, mais il agit
faiblement. Il a de la mollesse, et ce qu'on appelle _du décousu_; il
échappe à toutes les espérances; il plaît beaucoup, ne satisfait jamais,
et finit par inspirer une sorte de pitié à laquelle se mêle, quand on le
voit souvent, un réel attachement. Je crois que, tant que notre liaison
a duré, elle lui a fait du bien; je venais à bout de ramener chez lui
des sentiments endormis, je le ramenais à des pensées élevées; je
l'intéressais à une foule de sensations, ou neuves, ou oubliées; il me
devait des émotions nouvelles; il me le disait, et m'en savait gré. Il
venait me chercher souvent; j'avoue que je l'en ai estimé quelque peu,
car il ne trouvait en moi aucune complaisance pour flatter ses
faiblesses, et je lui parlais une langue qu'il n'avait point entendue
depuis longtemps.

Il était alors de plus en plus blessé de ce qui se tramait contre
l'Espagne. Les ruses vraiment diaboliques que préparait l'empereur
offensaient sinon la morale, du moins un goût des convenances qu'il
portait dans la politique comme dans les affaires sociales. Il en
prévoyait les conséquences, il me les a prédites dès cette époque, et il
me dit une fois: «Le malheureux va remettre en question toute sa
situation!» Il eût toujours voulu qu'on déclarât une guerre franche au
roi d'Espagne, si on ne pouvait obtenir ce qu'on voulait, qu'on lui
dictât des conditions avantageuses, qu'on chassât le prince de la Paix,
et qu'on s'alliât, par un mariage, avec l'infant Ferdinand. Mais
l'empereur voyait une sûreté de plus dans l'expulsion de la maison de
Bourbon, et s'entêtait à ses projets, dupe aussi cette fois des ruses
dont on l'environnait. Murat et le prince de la Paix, je l'ai dit, se
flattaient d'attraper deux trônes. L'empereur n'avait point le projet
de leur procurer cette satisfaction; mais il les trompait, et croyait
trop volontiers aux facilités qu'ils s'empressaient de lui offrir pour
arriver à leurs fins. Ainsi tout le monde dans cette affaire rusait, et,
en même temps, tout le monde était trompé.

L'hiver se passa brillamment; on avait terminé cette jolie salle que
renferment les Tuileries. Les jours de cercle, on donna des spectacles,
le plus souvent italiens, quelquefois français. La cour s'y montrait en
grand gala; on distribuait des billets à des personnes de la ville pour
les galeries supérieures. Nous leur faisions aussi spectacle. Tout le
monde voulut assister à ces représentations. On y déploya le plus grand
luxe. On donna des bals parés et même masqués. Ce fut un plaisir nouveau
pour l'empereur, auquel il se livra volontiers. Quelques-uns de ses
ministres, sa soeur Murat, le prince de Neuchatel, eurent ordre
d'inviter une assez grande quantité de monde, soit de la cour, soit de
la ville. Les hommes portaient un domino, les femmes un élégant costume,
et le plaisir de ce déguisement était à peu près le seul qu'elles
apportassent dans ces assemblées, où l'on savait que l'empereur était
présent, et où la crainte de le rencontrer imposait un peu silence.
Pour lui, masqué jusqu'aux dents, assez facilement reconnu, cependant,
par sa tournure particulière dont il ne se pouvait défaire, il
parcourait les appartements, ordinairement appuyé sur le bras de Duroc.
Il attaquait lestement les femmes, avec assez peu de décence dans les
propos, et, s'il était attaqué lui-même, et ne reconnaissait pas tout de
suite qui lui parlait, il finissait par arracher le masque, découvrant
ce qu'il était par cet acte impoli de sa puissance. Il avait aussi grand
plaisir à se servir de son déguisement pour aller tourmenter certains
maris par des anecdotes, vraies ou fausses, sur leurs femmes. S'il
apprenait que ces révélations avaient quelques suites, il s'en irritait
après; car il ne voulait pas même que les actes de mécontentement qu'il
avait excités fussent indépendants de lui. Il faut le dire, parce que
cela est vrai, il y a dans Bonaparte une certaine mauvaise nature innée
qui a particulièrement le goût du mal, dans les grandes choses comme
dans les petites.

Cependant, au milieu de tous ces plaisirs, il travaillait fortement, et
sa guerre personnelle avec le gouvernement anglais l'occupait beaucoup.
Il imaginait toute sorte de moyens pour soutenir son système
continental. Il se flattait de répondre par des articles de journaux au
mécontentement qu'excitaient partout le renchérissement du sucre et du
café, et la privation des marchandises anglaises. Il encourageait toutes
les découvertes. Il espérait que le sucre de betterave et d'autres
inventions, soit pour certaines productions, soit pour la confection des
couleurs, nous affranchiraient du besoin de l'étranger. Il se fit
adresser publiquement un rapport par le ministre de l'intérieur, qui
avait obtenu, par le moyen des préfets, des lettres de chambres de
commerce qui approuvaient le système continental, ce système devant
imposer, disait-on, des privations momentanées pour assurer un jour la
liberté des mers. On poursuivait les Anglais partout; on les tenait
prisonniers à Verdun, on confisquait leurs biens en Portugal, on forçait
la Prusse à se liguer contre eux; on menaçait la Suède, dont le roi
s'entêtait à demeurer leur allié. La corde se tendait de part et
d'autre. Il était impossible de ne pas prévoir que la mort seule de l'un
des contendants terminerait la querelle, et les esprits sages
s'inquiétaient déjà sérieusement. Mais, comme on nous trompait sur
tout, la défiance se glissait toujours à chacune des lectures que nous
faisions dans les journaux. On lisait sans croire. L'empereur s'épuisait
à écrire sans persuader. Il s'irritait de cette défiance, et prenait
tous les jours plus d'aversion contre les Parisiens. Il mettait sa
vanité à vouloir convaincre; l'exercice de son pouvoir lui paraissait
incomplet, quand il manquait son effet sur la pensée; le vrai moyen de
lui plaire était de se montrer crédule: «Vous aimez Berthier, lui disait
M. de Talleyrand, parce qu'il croit en vous.»

Quelquefois, on insérait dans les journaux, pour nous reposer des
articles politiques, des anecdotes racontant des mots et des actions
journalières de l'empereur. On nous contait, par exemple, qu'il avait
été voir le tableau de David qui représentait la cérémonie de son
couronnement, qu'il avait admiré et intéressé le peintre par une foule
d'observations fines et remarquables, et que, en sortant, il avait ôté
son chapeau pour le saluer, et _montrer les sentiments de bienveillance
qu'il accordait à tous les artistes_.

Ceci me rappelle qu'il reprocha une fois, à M. de Luçay, l'un de ses
préfets du palais, et alors chargé de la surintendance de l'Opéra, de
recevoir avec quelque hauteur les acteurs, lorsqu'ils avaient affaire à
lui. «Savez-vous bien, lui disait-il, qu'un talent, dans quelque genre
qu'il soit, est une vraie puissance, et que, moi-même, je ne reçois
point Talma sans ôter mon chapeau?» Il y avait bien un peu d'exagération
dans ce qu'il disait là; mais il est certain qu'il se montrait
accueillant pour les artistes distingués, et qu'il les encourageait de
ses largesses et de ses paroles, pourvu toutefois qu'ils se montrassent
soumis à dévouer leur art à ses plaisirs, à ses louanges et à ses
projets; car une réputation importante, indépendamment de sa volonté,
l'offusquait; une gloire qu'il ne donnait pas le choquait toujours[97].
Il persécuta madame de Staël, parce qu'elle demeura hors de la ligne
qu'il eût voulu lui tracer; il négligea l'abbé Delille, qui vécut loin
de lui dans la retraite; il mit souvent aux prises avec sa police M. de
Chateaubriand, qui l'avait blessé, et qui affectait des opinions
offensantes pour lui; enfin, il faut se mettre bien en tête que chacune
de ses actions, à l'égard de qui que ce fût, était toujours le résultat
d'un marché.

     [Note 97: Dans ce temps, deux auteurs assez distingués,
     Jouy et Spontini, ayant donné l'opéra de _la Vestale_ qui eut
     un grand succès, l'empereur, qui s'était mis en tête, on ne
     sait trop pourquoi, de préférer la musique française de
     l'auteur des _Bardes_, Lesueur sut un mauvais gré réel aux
     Parisiens de ne pas penser comme lui. Il conserva une sorte
     de malveillance contre le musicien italien, dont on retrouve
     les effets lors de la distribution des prix décennaux.]

Le 21 janvier 1808, le Sénat assemblé accorda la levée de 80 000
combattants sur la conscription de 1809. Le conseiller d'État Régnault,
orateur ordinaire dans ces sortes d'occasions, démontra que, de même que
les levées précédentes avaient servi à conquérir la paix continentale,
de même celle-ci servirait à obtenir enfin la liberté des mers; et
personne ne contredit ce raisonnement. On a su que le sénateur
Lanjuinais et quelques autres avaient parfois, pendant la durée de ce
règne, essayé au Sénat quelques représentations sur ces levées si dures
et si multipliées; mais ces observations s'évaporaient dans l'enceinte
du palais sénatorial, et ne changeaient rien aux décisions prescrites
d'avance. Le Sénat, soumis et craintif, n'inspirait aucune confiance
nationale, et même on s'accoutuma à le regarder peu à peu avec une sorte
de mépris. Les hommes sont sévères les uns envers les autres; ils ne se
pardonnent point leurs faiblesses, et ils voudraient pouvoir applaudir
dans un autre la vertu dont ils ne sont souvent point susceptibles;
enfin, quelle que soit la tyrannie, l'opinion, pour qui veut l'écouter,
se venge toujours plus ou moins. Il n'est pas de despote qui ignore les
pensées qu'il inspire, le blâme qu'il excite. Bonaparte savait très
positivement ce qu'il était, en bien et en mal, dans l'esprit des
Français, mais il se flattait de pouvoir tout dominer.

Dans le rapport que son ministre de la guerre, le général Clarke, lui
fit à l'occasion des nouvelles levées, on lit ces propres paroles: «Une
politique vulgaire serait un fléau pour la France, elle rendrait
imparfaits les grands résultats que vous avez préparés.» Personne
n'était dupe de ces formules; on aurait pu souvent, toujours, demander
comme dans la comédie: _Qui est-ce donc qu'on trompe ici?_ mais on se
taisait, et cela suffisait.

Peu après, les villes de Kehl, de Cassel, de Wesel et de Flessingue
furent réunies à l'Empire, comme des clefs qu'il devenait nécessaire
d'avoir en notre possession. On faisait à Anvers d'immenses et beaux
travaux. En tout, l'activité était grande sur tous les points des pays
qui dépendaient de la France.

Au moment où le Parlement d'Angleterre s'ouvrit, il paraît que
l'empereur conçut encore des espérances de mésintelligence entre le
gouvernement anglais et la nation. Les discussions furent assez vives,
l'opposition tonna comme de coutume. L'empereur l'aidait de tout son
pouvoir, les notes du _Moniteur_ étaient fulminantes; on payait quelques
journalistes anglais, on se flattait de produire quelques désordres;
mais le ministère anglais, au fond, marchait dans une route qui, quoique
difficile, était honorable à son pays, et il avait toujours l'avantage.
À chaque vote, l'empereur ressentait une colère nouvelle, et il avouait
qu'il ne comprenait rien à cette forme de gouvernement «libéral,
disait-il, et où la voix du parti populaire n'avait jamais
d'importance». Quelquefois, avec une sorte d'audace paradoxale, il
disait: «En France, au fond, il y a bien plus de liberté qu'en
Angleterre; car ce qu'il y a de pire pour une nation, c'est de pouvoir
exprimer son voeu sans qu'il soit écouté. Ce n'est au bout du compte
qu'une comédie offensante, une simagrée de liberté. Quant à moi, il
n'arrive pas qu'on puisse me taire l'état de la France; je sais tout par
moi-même, j'ai des rapports exacts, et je ne serais pas assez insensé
pour oser faire ce qui serait en opposition directe avec les intérêts ou
le caractère français. Toutes les clartés me parviennent comme à un
centre commun. J'agis en conséquence, tandis que, chez nos voisins, on
ne s'écarte point d'un système convenu qui est de maintenir
l'oligarchie, à quelque prix que ce soit. Et, dans ce siècle, les hommes
acceptent mieux le pouvoir d'un homme habile et absolu que la puissance
humiliante d'une noblesse abâtardie partout.» Quand Bonaparte
s'exprimait ainsi, en vérité on ne sait s'il cherchait à tromper les
autres ou à se tromper lui-même. Son imagination, naturellement vive,
influait-elle sur son esprit ordinairement si mathématique? La lassitude
de la nation l'abusait-elle? Cherchait-il à se persuader ce qu'il
souhaitait? On a cru le voir s'y efforcer souvent, et même quelquefois y
parvenir. Au reste, comme je l'ai dit, Bonaparte pensait toujours se
rapprocher de l'esprit de la Révolution, en attaquant ce qu'il appelait
les _oligarques_; il voulait à tout propos l'égalité, qui n'était pour
lui que du nivellement. Le nivellement est à l'égalité, précisément ce
que le despotisme est à la liberté; car il écrase et détruit les
facultés et les situations naturelles, auxquelles l'égalité donne
carrière. L'aristocratie des classes nivelle, en effet, tout ce qui se
trouve en dehors de ces classes privilégiées, en réduisant, par la plus
douloureuse inégalité, la force à la condition de la faiblesse, le
mérite à l'état de nullité.

L'égalité, au contraire, ennemie du nivellement, en permettant à chacun
d'être ce qu'il est, d'arriver où il peut, ramène dans la société toute
la variété des élévations naturelles et des influences légitimes. Elle
forme aussi une aristocratie, non de classes, mais d'individus; non pas
une aristocratie constituée de manière à niveler tout ce qu'elle domine,
mais une aristocratie destinée à attirer dans la sphère élevée de son
égalité tout ce qui mérite d'y atteindre. L'empereur avait, sans doute,
le sentiment de ces différences; aussi, malgré sa noblesse, ses
décorations, ses sénatoreries, toutes ses belles paroles, il ne tendait
à autre chose qu'à enter son pouvoir absolu sur une vaste démocratie;
car il y a aussi une démocratie niveleuse là où les droits politiques,
accordés, en apparence, à tous, ne sont mis à la portée de personne.

Vers le commencement de février, on célébra le mariage de mademoiselle
de Tascher, créole et cousine de madame Bonaparte. Elle fut élevée au
rang de princesse, et mariée par la reine de Hollande. La famille de son
mari était alors au comble de la joie, et montrait une obséquiosité
remarquable. Elle se flattait d'arriver à de grandes élévations. Le
divorce la désenchanta tout à fait, et elle se brouilla avec cette jeune
princesse, qui ne lui apportait point tout ce qu'elle avait espéré.

Nous vîmes dans ce temps à Paris le comte de Romanzow, ministre des
affaires étrangères de Russie. C'était un homme d'esprit et de sens; il
arriva plein d'admiration pour l'empereur et animé encore par
l'enthousiasme réel qu'éprouvait alors le jeune souverain. Maître de lui
cependant, il observa l'empereur avec attention; il s'aperçut de l'état
de gêne des Parisiens, qui acceptaient leur gloire sans se l'approprier;
il fut frappé de certaines disparates, et se forma un jugement modéré
qui, depuis, a bien pu avoir quelque influence sur le czar. L'empereur
lui demanda: «Comment trouvez-vous que je gouverne les Français?--Sire,
un peu trop sérieusement,» répondit-il.

Bonaparte, à l'aide d'un sénatus-consulte, créa une nouvelle grande
dignité de l'Empire, sous le titre de gouverneur général au delà des
Alpes, et il conféra cette dignité au prince Borghèse, qui fut envoyé à
Turin avec sa femme. Ce prince se vit forcé de vendre à l'empereur
toutes les plus belles statues que renfermait la villa Borghèse, et dont
on orna notre Musée. C'était alors une admirable chose que cette
collection de tout ce que l'Europe avait possédé de chefs-d'oeuvre
réunis avec soin et élégance au Louvre, et, par ce genre de conquête,
Bonaparte parlait très bien à la vanité et au goût français. Il se fit
faire un rapport, en séance du conseil d'État, sur les progrès des
sciences, des lettres et des arts, depuis 1789, par une commission à la
tête de laquelle était M. de Bougainville. Après avoir entendu le
rapport, il répondit en ces termes:

«J'ai voulu vous entendre sur les progrès de l'esprit humain dans ces
derniers temps, afin que ce que vous auriez à me dire fût entendu de
toutes les nations, et fermât la bouche aux détracteurs de notre siècle,
qui, cherchant à faire rétrograder l'esprit humain, paraissent avoir
pour but de l'éteindre. J'ai voulu connaître ce qui me restait à faire
pour encourager vos travaux, pour me consoler de ne pouvoir plus
concourir autrement à leurs succès. Le bien de mes peuples et la gloire
de mon trône sont également intéressés à la prospérité des sciences. Mon
ministre de l'intérieur me fera un rapport sur toutes vos demandes; vous
pouvez compter constamment sur les effets de ma protection.»

C'est ainsi que l'empereur s'occupait de _tout_ à la fois, et
qu'habilement il rattachait toutes les gloires humaines à l'éclat et à
la grandeur de son règne.

J'ai dit qu'il désirait beaucoup fonder autour de lui des familles qui
perpétuassent le souvenir des dignités qu'il accordait à ses favorisés.
Il était blessé des obstacles qu'il avait rencontrés chez M. de
Caulaincourt, qui était parti pour la Russie, déclarant très
positivement que, ne pouvant épouser madame de----, il ne se marierait
jamais. L'empereur essayait de surmonter une autre opposition qu'il
trouvait chez l'homme qu'il aimait le mieux, le prince de Neuchatel,
maréchal Berthier. Depuis nombre d'années, celui-ci était intimement
attaché à une Italienne, qui, plus près de cinquante ans que de
quarante, avait encore une beauté remarquable.

Elle exerçait sur lui un grand empire, au point de se faire pardonner
une foule de distractions qu'elle ne craignait point de se permettre
devant ses yeux, et qu'elle colorait selon qu'il lui convenait, ou dont
elle obtenait le pardon. Le maréchal Berthier, tourmenté par l'empereur,
demandait souvent à son maître, pour prix de sa fidélité, de ne point le
poursuivre dans cette chère faiblesse de son coeur. Bonaparte
s'irritait, se moquait, revenait à la charge, et ne pouvait vaincre
cette résistance qui dura plusieurs années. Cependant, à force de
prières et de paroles, il l'emporta enfin, et Berthier, tout en
répandant de vraies larmes, consentit à épouser une princesse qui tenait
à la maison de Bavière, et qui fut conduite à Paris. Ils reçurent la
bénédiction nuptiale en présence de l'impératrice et de l'empereur[98].
Cette princesse n'était nullement belle, et elle ne put faire oublier à
son nouvel époux les sentiments qui l'attachaient. Il conserva donc
cette passion jusqu'à la fin de sa vie.

     [Note 98: La princesse Marie-Élisabeth était fille du duc
     de Bavière-Birkenfeld.]

La princesse était une excellente personne, assez pauvre. Elle se
plaisait à la cour de France, elle trouvait qu'elle avait fait un _bon
mariage_. Le prince de Neuchatel, comblé de dons de l'empereur,
jouissait d'un immense revenu[99], et ce ménage de trois personnes
vivait dans une parfaite intelligence. Elle est demeurée à Paris depuis
la Restauration, et depuis la mort du maréchal, qui, pris d'une fièvre
chaude au retour de Bonaparte, au 20 mars 1815, dans sa terreur de cet
événement, perdit la tête au point de se précipiter ou de se laisser
tomber (ainsi que quelques-uns l'ont dit) d'une fenêtre[100]. Il a
laissé deux garçons. La belle Italienne est aussi à Paris, et continue
ses relations avec la princesse[101].

     [Note 99: Il a eu jusqu'à un million de revenu.]

     [Note 100: Le roi l'avait fait capitaine de l'une de ses
     compagnies de gardes du corps.]

     [Note 101: La mort du prince de Neuchatel est entourée de
     circonstances tragiques et mystérieuses. Les uns assurent, en
     effet, qu'il s'est jeté par une fenêtre pendant un accès de
     fièvre chaude, les autres qu'il fut assassiné, et jeté dans
     la rue par une troupe de gens masqués. Il avait abandonné
     l'empereur, l'un des premiers parmi les maréchaux, et avait
     reconnu le nouveau gouvernement, avant même l'abdication de
     Fontainebleau. Le duc de Rovigo l'accuse dans ses Mémoires
     d'avoir ourdi un complot contre la vie de l'empereur. (P.
     R.)]

Ce fut dans ce temps que l'empereur montra plus fortement encore que par
le passé quelles idées monarchiques germaient dans sa tête, et qu'il
fonda l'institution des majorats. Cette institution fut approuvée d'un
grand nombre, blâmée par les autres, enviée d'une certaine classe, et
adoptée en général assez vivement par beaucoup de familles, qui
saisirent cette occasion de donner une importance à l'aîné de leur race,
et de perpétuer leur nom.

L'archichancelier porta le décret au Sénat. Il représenta dans son
discours que les distinctions héréditaires étaient de l'essence de la
monarchie, qu'elles donnaient un nouvel aliment à ce qu'on appelle en
France l'_honneur_, et que notre caractère national nous portait à les
accueillir avec empressement.

Ensuite, il prononça quelques paroles pour rassurer les hommes de la
Révolution, ajoutant que tous les citoyens ne seraient pas moins
toujours égaux devant la loi, et que les distinctions accordées
indistinctement à tous ceux qui les méritaient devaient, sans exciter la
jalousie, enflammer l'ardeur de tous. Le Sénat reçut cette nouvelle
détermination avec son approbation ordinaire, et vota une adresse de
remerciement et d'admiration à l'empereur. Dans la donnée de cette
fondation, quand la loi parut avec les détails, généralement on la
trouva bien rédigée. On s'aperçut qu'on y avait pris des précautions
contre l'indépendance, mais qu'on avait encore soumis les allèchements
qu'on offrait à la vanité, à une forme régulière et administrative qui
pouvait, au fond, concourir au bien de l'État. M. de Talleyrand exalta
beaucoup cette nouvelle invention, et ne comprenait point une monarchie
sans noblesse.

Le conseil du sceau fut créé pour surveiller la soumission de chacun aux
lois par lesquelles on obtenait la fondation d'un majorat. M. Pasquier,
alors maître des requêtes, en fut nommé procureur général. Des titres
commencèrent à être accordés à ceux qui exerçaient quelques charges, ou
qui avaient quelques grandes places dans l'État. Cela produisit d'abord
une sorte de surprise moqueuse, à cause de cet accolement de certains
noms précédés du titre de comte ou de baron; mais on s'y accoutuma assez
vite, et, au fond, l'espérance pour tous d'arriver à quelque distinction
fit qu'on se prêta assez bien à la supporter, et même à l'approuver chez
les autres. J'ai ouï dire que c'est alors que l'empereur se montra
véritablement ingénieux pour démontrer à tous les partis à quel point
ils devaient approuver les créations qu'il entreprenait. Il n'épargna
aucune parole: «J'assure la Révolution, disait-il aux uns. Cette caste
intermédiaire que je fonde est éminemment démocratique; car, à toute
heure, tout le monde y est appelé. Elle appuiera le trône, disait-il à
des grands seigneurs.» Puis il ajoutait, en se tournant vers ceux qui
voulaient arriver à une monarchie tempérée: «Elle s'opposera à
l'empiétement du pouvoir absolu, car elle devient une autorité dans
l'État.» Il disait encore à ce qui restait de vrais jacobins:
«Réjouissez-vous, car voilà l'ancienne noblesse complètement anéantie.»
Et à cette ancienne noblesse: «En vous décorant de nouvelles dignités,
vous faites revivre les vôtres, et vous perpétuez vos anciens droits.»
On l'écoutait, on voulait encore le croire. D'ailleurs, il ne donnait
pas grand temps à nos réflexions, et il nous emportait dans le
tourbillon de ses séductions de tout genre. Il les imposait avec force
même, quand il était nécessaire. C'était une adresse de plus, car il y a
des gens qui aiment avoir été forcés.

Une autre institution suivit celle-ci, et parut imposante et grandiose.
Je veux parler de l'université. L'enseignement public fut concentré dans
un système fort et étendu, et tout le décret qui le concerne a été
conçu, dit-on, par une grande pensée. Dans la suite, il arriva pour
l'université ce qui advenait pour tout. Le despotisme de Bonaparte
s'effarouchait promptement des pouvoirs qu'il créait, et qui pouvaient
devenir des obstacles à telle ou telle de ses volontés. Le ministre de
l'intérieur, le préfet, l'administration générale, c'est-à-dire le
système absolu, s'immiscèrent dans les opérations que tentait le corps
de l'université, les contrarièrent, les détruisirent, quand elles
annonçaient le plus léger esprit d'indépendance, et nous sommes encore à
ce sujet plutôt une belle façade qu'un véritable monument. M. de
Fontanes fut nommé grand maître de l'université. Ce choix, qui fut
généralement approuvé, était cependant celui qui convenait le plus au
maître, jaloux de conserver son pouvoir journalier sur les hommes et les
choses.

M. de Fontanes, qui avait, par son beau et noble talent, et par la
réputation du goût le plus éclairé, une sorte de considération
distinguée, alliait à ces qualités un caractère assez triste, un peu
d'insouciance, de paresse, une mollesse d'action qui n'annonçaient
aucune disposition à lutter quand il l'eût fallu. Je le rangerais assez,
lui-même, dans la classe des belles façades dont je parlais tout à
l'heure. Cependant, l'éducation publique gagna quelque chose à cette
création. On y remit de l'ordre, on fortifia les études, on occupa la
jeunesse. On a dit que, sous l'Empire, l'éducation dans les lycées était
purement militaire, et on a eu tort. Les lettres y étaient cultivées
avec soin. On y perfectionna beaucoup l'étude des langues anciennes, des
mathématiques et des arts; on eut égard aux moeurs, on exerça une grande
surveillance. Mais l'éducation n'y fut ni assez religieuse, ni assez
nationale, et nous étions parvenus à un temps où il eût fallu qu'elle
fût l'une et l'autre. On ne tendit nullement à donner aux jeunes gens
ces connaissances morales et politiques qui font les citoyens, et qui
les préparent à prendre part aux travaux de leur gouvernement. On les
forçait d'assister à la classe, mais on ne leur parlait pas de leur
religion; on leur parlait bien plus de l'empereur que de l'État, et on
les exaltait vers la gloire. Cependant la puissance de l'étude,
l'émulation des récompenses, la force des temps, en ont formé un grand
nombre, et aujourd'hui la jeunesse française, qui ne vaut pas tout ce
qu'elle pourrait valoir, s'est pourtant développée d'une manière
remarquable. On peut saisir une extrême différence entre celle qui
s'est tenue loin de cette éducation publique offerte à tous, et celle
qui a marché avec elle. L'esprit de parti, la défiance, une sorte
d'inquiétude, portèrent l'ancienne noblesse française et une portion de
la classe aisée à garder leurs enfants près d'eux; on les éleva dans une
foule de préjugés dont aujourd'hui ils portent le poids. La jeunesse qui
fut confiée aux lycées s'y fortifia de la toute-puissance de l'éducation
publique; elle acquit une supériorité sur l'autre, qu'on lui disputerait
en vain aujourd'hui. Peut-être s'égara-t-elle quelquefois, et se
laissa-t-elle prendre au prestige brillant de l'auréole glorieuse qui
environnait Bonaparte; mais l'enthousiasme des jeunes âmes prend
toujours sa source dans les beaux sentiments; il les séduit sans les
corrompre; on est de si bonne foi à vingt ans, qu'on ne rougit d'aucun
changement. On peut avoir exalté Bonaparte, et revenir ensuite à l'amour
du pays et d'une sage liberté. Les hommes âgés n'ont pas cet avantage.
Comme on suppose plus de réflexion dans leurs approbations, ils sont
honteux d'y renoncer; il faut du courage pour sentir et avouer qu'on a
eu tort, et l'entêtement d'une vanité embarrassée est souvent ce qui
fonde la fidélité à d'inutiles préjugés.

Le décret qui créa l'université, après avoir réglé les attributions de
ceux qui doivent la composer, fixa leur traitement à des sommes élevées.
On leur donna un costume très beau, une très grande représentation.
Après le grand maître, l'évêque de Casal, M. de Villaret, qui était très
estimé, fut chancelier. M. Delambre, secrétaire perpétuel de la première
classe de l'Institut, considéré sous les rapports de la science et de la
réputation, fut trésorier. Le conseil de l'université se trouva composé
de gens distingués. On vit surgir les noms de M. de Bausset, ancien
évêque d'Alais, aujourd'hui cardinal, de MM. Cuvier, de Bonald, de
Frayssinous, Royer-Collard, etc.. Les proviseurs des lycées, les
professeurs furent choisis avec soin. Enfin, on applaudit beaucoup à
cette création. Il est arrivé que les événements l'ont d'abord fait
languir, et ensuite désorganisée, comme tout le reste.

Peu après, c'est-à-dire le 23 mars 1808, la cour se rendit à
Saint-Cloud. L'empereur quittait toujours Paris le plus tôt qu'il
pouvait. L'habitation des Tuileries lui déplaisait, à cause de
l'impossibilité de s'y promener à l'aise; et puis, à mesure qu'il
avançait, il se trouvait plus gêné en présence des Parisiens. Comme il
n'aimait pas la contrainte, quand il se voyait au milieu de la ville, il
s'apercevait qu'on y était trop bien informé des paroles ou des
emportements qui lui échappaient. Il excitait une curiosité qui
l'importunait; on l'accueillait froidement en public, on racontait mille
anecdotes sur lui; enfin il était obligé de se contraindre. Aussi les
voyages de Paris se raccourcissaient-ils de plus en plus, et
commençait-on à parler d'habiter Versailles. La restauration du château
fut même décidée, et Bonaparte dit plus d'une fois qu'il n'avait, au
fond, besoin d'être à Paris que pendant la session du Corps législatif.

Lorsqu'il allait se promener au dehors, et qu'au retour il passait les
barrières, il avait coutume de dire: «Nous voilà donc rentrés dans la
grande Babylone.» Quelquefois, il rêvait les plans d'une transplantation
de la capitale, et d'un établissement à Lyon; son imagination seule
abordait la pensée d'un pareil déplacement, mais il s'y complaisait, et
c'était une de ses rêveries favorites. Les Parisiens savaient assez bien
que Bonaparte ne les aimait point, et ils s'en vengeaient par des
calembours et par des anecdotes souvent inventées. Ils se montraient
soumis, mais froids et railleurs à son égard. Les grands de sa cour
adoptaient l'antipathie du maître, et ne parlaient de Paris qu'en
l'accolant à quelque épithète irritée. Enfin, plus d'une fois, cette
réflexion échappa tristement à l'empereur: «Ils ne m'ont point encore
pardonné d'avoir pointé mes canons sur eux, au 13 vendémiaire.»

Une collection fidèle des observations que Bonaparte faisait sur sa
propre conduite deviendrait un livre fort utile à nombre de souverains,
ou à ceux qui se mêlent de les conseiller. Quand, aujourd'hui[102],
j'entends des gens, qui me paraissent bien neufs dans l'art de gouverner
les hommes, affirmer que rien n'est si facile, à l'aide de la force, que
d'imposer sa volonté, et qu'en s'appuyant sur la puissance des
baïonnettes, on peut contraindre une nation à subir tel régime qu'il
plaira de lui infliger, je me rappelle ce que disait l'empereur sur les
embarras qui avaient résulté pour lui de son début dans la carrière
politique, des inconvénients provenant de l'emploi de la force contre
les citoyens, des difficultés qui surgissaient, dès le lendemain du jour
où l'on s'était vu forcé d'user d'une telle ressource. Je me souviens
que j'ai entendu dire à ses ministres que, lorsqu'on déterminait dans le
conseil quelque mesure un peu violente, il leur adressait ordinairement
cette question: «Me répondez-vous bien que le peuple ne se soulèvera
pas?» et que le moindre mouvement populaire lui paraissait grave et
fâcheux. On l'a vu prendre plaisir à peindre ou à écouter les émotions
diverses qu'on éprouve sur le champ de bataille, et pâlir en entendant
conter les excès où le peuple révolté peut se laisser entraîner. Enfin,
si, en parcourant à cheval les rues de Paris, un ouvrier venait se jeter
au-devant de lui pour implorer quelque grâce, son premier mouvement
était toujours de frémir et de reculer.

     [Note 102: J'écris en 1819.]

Les généraux de la garde avaient l'ordre d'éviter avec le plus grand
soin le contact entre le peuple et les soldats. «Je ne pourrais,
disait-il, donner raison à ces derniers.» Et si, par hasard, il
s'élevait quelque rixe entre des militaires et des bourgeois, c'était le
plus habituellement les militaires qui étaient punis et éloignés, quitte
à recevoir plus tard une distribution d'argent qui les calmait.

Cependant le nord de l'Europe était toujours dans un état d'agitation.
Le roi de Suède demeurait trop fidèlement dévoué, pour l'intérêt de ses
sujets, à la politique que lui imposait le gouvernement anglais; il
excitait de plus en plus l'animadversion des Suédois, et sa conduite
tenait un peu de l'état d'exaltation où se trouvait sa tête. L'empereur
de Russie lui ayant déclaré la guerre, et, en même temps, ayant commencé
une expédition contre la Finlande, M. d'Alopéus, ambassadeur russe à
Stockholm, se vit tout à coup retenu prisonnier dans sa maison, contre
tout droit des gens.

À cette occasion, les notes du _Moniteur_ étaient fulminantes. On y
disait: «Pauvre nation suédoise, en quelles mains es-tu tombée! Ton
Charles XII avait sans doute un peu de folie dans la tête, mais il était
brave, et ton roi qui vint faire le spadassin en Poméranie, lorsque
l'armistice existait, fut le premier à se sauver lorsque le même
armistice, qu'il rompait, fut expiré.»

De pareilles paroles annonçaient un prochain orage. Au commencement du
mois de mars, mourut le roi de Danemark, Christian VII. Son fils, qui
était régent depuis longtemps, monta sur le trône, âgé de quarante ans,
sous le nom de Frédéric V. Il est assez remarquable que, dans ce siècle
où les peuples agités semblaient avoir besoin de souverains plus
éclairés que jamais, plusieurs trônes de l'Europe furent occupés par des
princes qui n'avaient qu'un faible usage de leur raison, et qui même,
quelquefois, ne l'avaient point du tout. Témoin les rois d'Angleterre,
de Suède, de Danemark, et la reine de Portugal.

Quelques mécontentements s'étaient manifestés, à l'occasion de
l'arrestation de l'ambassadeur de Russie à Stockholm; le roi quitta
cette ville et se retira dans le château de Gripsholm, d'où il donna des
ordres pour la guerre, soit contre les Russes, soit contre les Danois.

Mais tous les regards furent bientôt détournés de ce qui se passait au
nord, pour se fixer sur le grand drame qui s'ouvrait en Espagne. Le
grand-duc de Berg y avait été envoyé, et y avait pris le commandement de
notre armée, qui s'était avancée sur les rives de l'Èbre. Le roi
d'Espagne, faible, craintif, gouverné par son ministre, n'apportait
aucune résistance contre la marche des troupes françaises qu'on
présentait toujours comme dirigées vers le Portugal.

Le parti national des Espagnols, à la tête duquel se trouvait le prince
des Asturies, s'irritait de cet envahissement, en apercevait les
conséquences, et se voyait sacrifié à l'ambition du prince de la Paix.
Bientôt la révolte contre le ministre éclata; le roi et la reine,
attaqués, se préparaient à quitter l'Espagne, dont l'empereur voulait
les bannir, car il se réservait ensuite de détrôner le prince des
Asturies, et croyait qu'il en viendrait facilement à bout. J'ai déjà dit
que le prince de la Paix, séduit par les promesses qu'on lui avait
faites, s'était dévoué à la politique de l'empereur, qui débutait en
Espagne par cette faute énorme d'y faire arriver l'influence française
accolée à celle d'un ministre détesté. Cependant le peuple de Madrid,
s'étant porté à Aranjuez, pilla le palais du ministre, qui fut contraint
de se cacher pour échapper à sa fureur. Le roi et la reine, épouvantés,
et presque également affligés du danger de leur favori, furent
contraints de lui demander sa démission, et, le 16 mars 1808, le roi,
pressé de tous les côtés, abdiqua en faveur de son fils, en annonçant
que sa santé le forçait d'aller chercher un autre climat. Cet acte de
faiblesse apaisa la révolte. Le prince des Asturies prit le nom de
Ferdinand VII, et, par le premier acte de son autorité, il confisqua les
biens du prince de la Paix. Mais il n'avait point dans le caractère
assez de force pour profiter entièrement de cette situation difficile.
Effrayé de sa rupture avec son père, il hésitait dans le moment où il
aurait fallu agir. D'un autre côté, le roi et la reine se jetaient dans
les bras de l'empereur, appelaient à eux l'armée française. Le grand-duc
de Berg alla les trouver à Aranjuez, et leur promit son dangereux
secours. Les tergiversations de l'autorité, la crainte qu'inspiraient
nos armes, les intrigues du prince de la Paix, les mesures dures et
impératives de Murat, tout cela réuni mit le trouble et le désordre en
Espagne, et cette malheureuse famille régnante ne tarda pas à
s'apercevoir que cette discussion devait tourner au profit du médiateur
armé qui s'en établissait le juge.

_Le Moniteur_ rendit compte de ces événements, en déplorant le malheur
du roi Charles IV, et, peu après, l'empereur quitta Saint-Cloud, sous
prétexte de faire un voyage dans le midi de la France. L'impératrice le
suivit, quelques jours plus tard, accompagnée d'une cour brillante.

En commençant la quatrième époque de ces Mémoires, je donnerai de plus
grands détails sur ces événements. Ils étaient alors très obscurs pour
nous. On se demandait ce que l'empereur allait faire; cette marche
nouvelle d'une invasion, ces intrigues secrètes, dont on ne tenait
point le fil, la défiance générale qui s'accroissait de plus en plus,
tout rendait attentif.

M. de Talleyrand, que je voyais beaucoup, était mécontent. Il blâmait
hautement tout ce qu'on faisait et ce qu'on allait faire. Il dénonçait
Murat à l'opinion publique. Il criait à la perfidie, se lavait d'y avoir
trempé, répétait que, s'il eût été ministre des affaires étrangères, il
n'eût point voulu prêter son nom à de pareilles ruses. L'empereur
s'irritait de ce blâme exprimé avec assez de liberté; il voyait qu'une
approbation d'un genre nouveau se tournait du côté de M. de Talleyrand;
il écoutait certaines dénonciations qu'on venait apporter contre lui, et
leur liaison passée se trouvait interrompue. Il a beaucoup dit que M. de
Talleyrand avait conseillé cette affaire d'Espagne, et qu'il s'en était
déchargé après, en voyant son peu de succès. Je suis témoin que M. de
Talleyrand la blâmait violemment dès cette époque, et qu'il s'exprimait
avec une telle vivacité contre cette violation de tout droit des gens,
que je me suis vue obligée de lui conseiller, plus d'une fois, de
modérer l'amertume de ses paroles. Ce qu'il eût voulu, ce qu'il eût
conseillé, je ne puis précisément le dire, car il ne l'a jamais fait
connaître entièrement, et j'en ai écrit tout ce que j'en ai pu savoir.
Ce qui est certain, c'est que l'opinion publique lui donna raison dans
ce moment, et se déclara pour lui, parce qu'il ne dissimula point sa
mauvaise humeur.

«C'est une basse intrigue, disait-il, et c'est une entreprise contre un
voeu national; c'est prendre au rebours sa position, et se déclarer
l'ennemi des peuples; c'est une faute qui ne se réparera jamais[103].»
En effet, la suite a prouvé que M. de Talleyrand ne s'était point
trompé, et de ce funeste événement on peut dater la décadence morale de
celui qui faisait alors trembler l'Europe entière.

À peu près vers ce temps, la douce et modeste reine de Naples était
partie pour rejoindre son époux en Espagne, et occuper un trône sur
lequel elle ne devait pas demeurer longtemps.

     [Note 103: L'opposition de M. de Talleyrand à la guerre
     d'Espagne a été souvent contestée, et par l'empereur
     lui-même. Ce qui est dit ici ne peut laisser le moindre doute
     sur ce fait tout à l'honneur du bon sens et de la
     perspicacité du grand chambellan. M. Beugnot raconte, dans
     ses mémoires, une conversation presque identique: «Les
     victoires, lui disait le prince, ne suffisent pas pour
     effacer de pareils traits, parce qu'il y a là je ne sais quoi
     de vil, de la tromperie, de la tricherie. Je ne peux pas dire
     ce qui en arrivera, mais vous verrez que cela ne lui sera
     pardonné par personne.» (P. R.)]



CHAPITRE XXIX

(1808.)


La guerre d'Espagne.--Le prince de la Paix.--Le prince des
Asturies.--Abdication du roi Charles IV.--Départ de l'empereur.--Son
séjour à Bayonne.--Lettre de l'empereur au prince des Asturies.--Arrivée
de ce prince en France.--Naissance du second fils de la reine de
Hollande.--Abdication du prince des Asturies.


Ce fut le 2 avril 1808 que l'empereur partit, sous prétexte de visiter
les provinces du Midi, et en effet pour surveiller ce qui se passait en
Espagne. J'en donnerai une idée, le plus succinctement possible[104].

     [Note 104: Je crois devoir publier ce chapitre, ou plutôt
     ce fragment de chapitre, le dernier que ma grand'mère ait
     écrit, quoique rien n'en soit achevé, et qu'il n'y ait là que
     le récit historique, abrégé, des événements d'Aranjuez et de
     Bayonne. Probablement, elle croyait nécessaire d'appuyer sur
     un exposé des faits les réflexions dont elle l'aurait fait
     suivre sur l'effet moral et politique de ces événements, et
     sur la rupture qu'ils amenèrent plus tard entre l'empereur et
     M. de Talleyrand, et les suites de cette rupture pour sa
     situation et celle de son mari. Du reste, ce récit s'accorde
     parfaitement avec celui que M. Thiers a fait de ces mêmes
     événements, et elle ne charge pas le tableau plus qu'il ne
     l'a chargé. Le point le plus grave, c'est-à-dire la mission
     de Savary auprès du prince des Asturies, est notamment traité
     par le grand historien d'une manière qui confirme, et au
     delà, tout ce qui est dit dans ces Mémoires. (P. R.)]

On sait quelles transactions le roi d'Espagne, Charles IV s'était vu
forcé de faire avec les différents gouvernements de la France depuis la
Révolution. Après avoir tenté inutilement, en 1793, de sauver la vie de
Louis XVI, à la suite d'une guerre noblement entreprise, mais conduite
avec gaucherie, les Espagnols reçurent la loi du vainqueur, et le
gouvernement français s'immisça toujours plus ou moins dans leurs
affaires. À leur tête était Emmanuel Godoï, dont on n'a point ignoré les
moyens de succès, et qui, avec un esprit médiocre, fort peu de talents,
parvint, par la nature du goût qu'il inspira à la reine, à gouverner les
Espagnes. Il entassa sur sa personne toutes les dignités, les honneurs
et les trésors que jamais favori ait pu obtenir. Il était né en 1768,
d'une famille noble, et il fut placé dans les gardes du corps en 1787.
La reine le distingua, il monta rapidement de grade en grade, devint
lieutenant général, duc d'Alcudia, ministre des affaires étrangères en
1792. En 1795, il fut fait prince de la Paix, par suite du traité, peu
honorable pour lui, qu'il conclut avec la France. Il cessa d'être
ministre en 1798, mais il n'en dirigea pas moins les affaires, et
conserva toute sa vie le plus grand empire sur le roi Charles IV, qui
partagea si étrangement l'engouement de la reine sa femme. Le prince de
la Paix avait épousé la nièce du roi Charles III.

Rien n'avait paru troubler la bonne intelligence qui régnait entre la
France et l'Espagne, lorsque au moment où s'ouvrit la campagne de
Prusse, le prince de la Paix, croyant que la guerre qui commençait
allait faire pâlir la fortune de l'empereur, songea à armer l'Espagne
pour la préparer à profiter des événements qui pouvaient l'aider à
secouer le joug, et fit une proclamation qui invitait les Espagnols à
s'enrôler de tous côtés. Cette proclamation arriva à l'empereur sur le
champ de bataille d'Iéna, et bien des gens ont dit que, dès cette
époque, il avait juré la perte de la maison de Bourbon en Espagne. Après
ses succès, il dissémina les troupes espagnoles sur tous les points de
l'Europe, et le prince de la Paix n'obtint sa protection qu'en se
soumettant à sa politique. Bonaparte a tant répété, en 1808, qu'à
Tilsit, le czar avait approuvé ses projets sur l'Espagne, et, en effet,
immédiatement après le renversement de Charles IV, l'entrevue des deux
empereurs s'est passée si amicalement à Erfurt, qu'il est assez
vraisemblable qu'ils s'étaient mutuellement autorisés à poursuivre leurs
projets, l'un vers le nord, l'autre vers le midi. Mais ce que je ne sais
pas bien, c'est jusqu'à quel point Bonaparte trompa l'empereur de Russie
lui-même; et s'il ne commença pas, d'abord, par lui confier seulement le
partage qu'il feignait de préparer dans les États du roi Charles IV, et
le dédommagement qu'il avait l'air de vouloir lui donner en Italie.
Peut-être n'avait-il pas arrêté le plan de le déposséder entièrement. Ce
qu'il y a de certain, c'est que M. de Talleyrand n'est point entré dans
cette idée.

Quoiqu'il en soit, Murat, dans sa correspondance avec le prince de la
Paix, le leurrait du don d'une portion du Portugal, qui, disait-il,
serait devenu le royaume des Algarves. Une autre partie du Portugal
devait appartenir à la reine d'Étrurie, et cette Étrurie devait
désormais devenir l'empire du roi Charles IV, qui conserverait les
colonies américaines, et, à la paix générale, prendrait le titre
d'empereur des deux Amériques. Durant le voyage de 1807, un traité
dressé sur ces bases fut conclu à Fontainebleau, à l'insu de M. de
Talleyrand, et malgré lui, et le passage de nos troupes fut accordé par
le prince de la Paix pour la conquête du Portugal. L'empereur, à Milan,
ordonna à la reine d'Étrurie de retourner auprès de son père.

Cependant le prince de la Paix était de plus en plus odieux à la nation
espagnole, et complètement haï du prince des Asturies. Celui-ci, animé
par ses propres sentiments, et par les avis de ceux qui l'entouraient,
inquiet de sa mésintelligence toujours croissante avec sa mère, de la
faiblesse de son père, et de l'entrée de nos troupes, qui lui faisait
soupçonner quelque trame nouvelle, poussé à bout d'ailleurs par le
mariage que le prince de la Paix voulait lui faire contracter avec la
soeur de sa femme, se détermina à écrire à Bonaparte pour lui faire
connaître tous les griefs des Espagnols contre le favori, et pour lui
demander son appui et la main de quelque femme de sa famille. Cette
demande, qui pourrait bien avoir été inspirée par l'ambassadeur de
France, demeura d'abord sans réponse. Peu après, le prince des Asturies
fut dénoncé comme conspirateur, arrêté, et ses amis furent exilés. On
trouva chez lui une foule de notes dénonciatrices des exactions commises
par le prince de la Paix. On bâtit sur tout cela une accusation de
conspiration. La reine poursuivit son fils avec acharnement, et le
prince des Asturies allait être mis en jugement, lorsque des lettres de
l'empereur arrivèrent, et signifièrent qu'il ne voulait pas qu'il fût
question dans le procès du projet de mariage du prince. Comme c'était
sur ce point qu'on eût voulu faire porter la principale accusation de
conspiration, il y fallut renoncer. Le prince de la Paix voulut se
donner la bonne grâce de l'indulgence, et il parut avoir sollicité et
obtenu le pardon du prince des Asturies. Le roi Charles IV écrivit à
l'empereur pour lui rendre compte de l'affaire et de sa conduite, et
Bonaparte devint conseil et arbitre de tous ces différends, qui,
jusque-là, favorisaient ses projets. Tout cela se passa au mois
d'octobre 1807.

Cependant, nos troupes s'établissaient en Espagne. Les Espagnols,
surpris de cette invasion, murmuraient assez hautement, et se
plaignaient de la faiblesse de leur souverain et de la trahison du
favori. On se demandait pourquoi les armées espagnoles étaient envoyées
sur les frontières du Portugal, loin du centre du royaume, qui était
ainsi livré sans défense. Murat marchait vers Madrid. Le prince de la
Paix envoya un homme à lui à Fontainebleau, pour prendre les dernières
instructions. Cet homme, nommé Izquierdo, vit M. de Talleyrand qui
l'éclaira, lui démontra l'erreur du prince de la Paix, et lui fit
connaître à quel point le traité qu'on venait de signer à Fontainebleau,
renfermait la destruction complète de toute la puissance espagnole. Cet
Izquierdo, épouvanté de tout ce qu'il apprit, retourna promptement à
Madrid, et, sur ses récits, le prince de la Paix ouvrit les yeux, et
s'aperçut à quel point il était joué. Mais il était trop tard. On
rappela les troupes, et on songea alors à imiter la conduite du prince
du Brésil, en abandonnant le continent. La cour s'était retirée à
Aranjuez; ses préparatifs ne pouvaient être tellement mystérieux qu'on
n'en fût averti dans Madrid; la fermentation de cette ville s'accrut à
la nouvelle de l'approche de Murat et de l'éloignement de son roi.
Bientôt cette fermentation éclata par une révolte; le peuple se porta en
foule à Aranjuez, le roi fut retenu prisonnier dans son palais, la
maison du prince de la Paix pillée, celui-ci mis en prison, et arraché à
grand'peine à la fureur du peuple. On contraignit le roi Charles IV à
disgracier son favori, et à l'exiler d'Espagne. Dès le lendemain de
cette journée, soit que le roi, épouvanté, se sentît trop faible pour
régner sur un pays qui allait devenir le théâtre de tant de troubles,
soit qu'un parti opposé sût habilement l'y contraindre, il abdiqua en
faveur de son fils.

Tout cela se passait à quelques lieues de Madrid, et en présence de
Murat, qui y avait établi son quartier général. Ce fut le 19 mars 1808
que le roi Charles IV écrivit à l'empereur que, sa santé ne lui
permettant plus d'habiter l'Espagne, il venait d'abdiquer en faveur de
son fils. Cet événement changeait tous les projets de Bonaparte. Il se
voyait enlever le fruit de l'intrigue qu'il avait ourdie depuis six
mois. L'Espagne allait se trouver gouvernée par un jeune prince qui
paraissait, d'après ce qui venait de se passer, capable d'un acte de
force. Il était vraisemblable que la nation espagnole embrasserait avec
ardeur la cause d'un souverain qui sans doute avait pour but la
délivrance de l'Espagne. Nos armées étaient reçues avec mécontentement à
Madrid; Murat se voyait déjà forcé de décréter des mesures sévères pour
maintenir le bon ordre; il fallait prendre un parti nouveau, et
s'approcher, avant tout, du théâtre des événements pour les mieux
juger. D'après cela, l'empereur se décida à se rendre à Bayonne. Il
quitta Saint-Cloud le 2 avril, et se sépara de M. de Talleyrand assez
froidement, en se gardant bien de lui faire part d'aucun projet. _Le
Moniteur_ annonça que l'empereur allait visiter les départements du
Midi, et, seulement le 8 avril, sans avoir donné de grands détails sur
ce qui se passait en Espagne, on nous apprit que l'empereur était désiré
et même attendu à Madrid.

L'impératrice, qui aimait à voyager et à ne point quitter son époux,
obtint la permission de partir après lui; elle le rejoignit à Bordeaux.

M. de Talleyrand me parut visiblement inquiet et mécontent de ce voyage.
Je serais assez portée à croire que, depuis longtemps, par haine de
Murat, et par suite d'un autre plan que j'ignore, il favorisait le parti
qui dirigeait la conduite du prince des Asturies. Dans cette occasion,
il se voyait écarté, et, pour la première fois, Bonaparte apprenait à se
passer de lui. On ne comprenait rien à Paris de tout ce qui se passait;
les articles officiels du _Moniteur_ étaient chargés de nuages. Avec
l'empereur, on s'attendait à tout; mais il commençait à blaser même la
curiosité; et d'ailleurs, la maison d'Espagne n'inspirait pas un grand
intérêt. On s'agita donc très peu d'abord, et on attendit que le temps
répandît un peu plus de clarté. La France ne s'habituait que trop à
considérer Bonaparte comme se servant d'elle seulement pour faire les
affaires de sa politique et de son ambition particulières.

Cependant Murat, qui connaissait quelques-uns des projets de l'empereur,
et qui voyait tomber, par l'abdication du roi Charles IV, une grande
partie de son plan, agit à Madrid avec une habileté perfide. Il évita de
reconnaître le prince des Asturies, et tout porte à croire qu'il ne
contribua pas peu à ramener le vieux roi au désir de reprendre sa
couronne. Un compte rendu du général Monthion, envoyé à Aranjuez auprès
de Charles IV, qui fut inséré dans _le Moniteur_, apprit à l'Europe que
ce monarque s'était amèrement plaint de son fils, qu'il déclarait son
abdication forcée, et qu'en se remettant dans les mains de l'empereur,
il recommandait surtout qu'on sauvât la vie au prince de la Paix. La
reine, encore plus passionnée sur cet article, se livra aux plus
violentes plaintes contre son fils, et ne parut occupée que de la
profonde inquiétude que lui causait la situation du favori.

Les Espagnols avaient accepté l'abdication de leur roi, et se voyaient
avec joie débarrassés du joug du prince de la Paix. À Madrid surtout,
ils s'irritaient de la présence des Français, de la sécheresse de leurs
relations avec le jeune souverain, et Murat ne put parvenir à contenir
la fermentation naissante qu'à l'aide d'une sévérité, nécessaire dans sa
situation, mais qui acheva de nous rendre odieux.

L'empereur, étant arrivé à Bayonne, s'établit au château de Marrac,
situé à un quart de lieue de cette ville, incertain encore de ce qui
résulterait de son entreprise, méditant le voyage de Madrid pour
dernière ressource, mais déterminé à ne point laisser échapper le fruit
des tentatives commencées. Personne autour de lui n'était dans son
secret; il faisait agir tout son monde, sans s'ouvrir à qui que ce fût.
On peut lire, dans la relation que l'abbé de Pradt a donnée de la
révolution d'Espagne, des notes assez curieuses et des remarques justes
sur la force avec laquelle l'empereur savait porter à lui seul le
mystère de ses conceptions. L'abbé de Pradt était alors évêque de
Poitiers. En passant devant cette ville, Bonaparte l'emmena à sa suite,
lui sachant assez de goût et de talent pour l'intrigue, et croyant
pouvoir s'en servir.

J'ai ouï dire aux personnes qui firent ce voyage que le séjour de Marrac
fut triste, et que la préoccupation de tout le monde était de souhaiter
le dénouement de ce qui se passait, afin de retourner à Paris.

Savary fut promptement envoyé à Madrid, et reçut vraisemblablement
l'ordre de ramener le prince des Asturies, à quelque prix que ce fût. Il
remplit sa mission avec cette exactitude qui lui était particulière, et
qui ne lui permettait jamais de réfléchir sur les ordres dont on le
chargeait, ni sur les moyens qu'il lui fallait employer. Ce fut le 7
avril que Savary vit le prince des Asturies à Madrid. Il lui annonça
comme certain le voyage de l'empereur en Espagne, prit tout le caractère
d'un ambassadeur qui vient complimenter un nouveau roi, s'engageant, au
nom de son maître, s'il trouvait ses dispositions amicales, à ne point
s'immiscer dans aucune des affaires de l'Espagne. Ensuite il commença à
insinuer que ce serait avancer beaucoup les négociations que de venir au
devant de l'empereur, qui, assurait-il, allait sous peu se rendre à
Madrid; et, ce qui a étonné tout le monde, et ce qui étonnera de même la
postérité, c'est qu'il parvint à persuader le prince des Asturies et sa
cour sur ce voyage. À la vérité, on ne peut guère douter que la menace
ne fût jointe au conseil dans cette occasion, et que ce malheureux
prince n'ait été entraîné dans le piège que par une multiplicité de lacs
qui lui furent tendus à la fois. On lui fit sans doute sentir que sa
couronne était à ce prix, que l'empereur, souhaitant cette démarche, ne
lui prêterait secours que si on le satisfaisait sur ce point; on le
leurra encore de l'espoir de le rencontrer sur le chemin. Il ne fut
d'abord point question de passer la frontière.

Le prince des Asturies se trouvait entraîné par les événements à une
entreprise un peu au-dessus de ses forces; il était plutôt agent que
chef du parti qui l'avait porté sur le trône, et il ne pouvait
entièrement s'accoutumer à la situation d'un fils révolté contre son
père. Enfin la présence de nos armées l'intimidait; il n'osait répondre
aux Espagnols du salut de la patrie, s'il résistait. Ses conseillers
eux-mêmes étaient intimidés. Savary conseillait aussi, mais en menaçant,
et ce malheureux prince, par suite d'une foule de sentiments divers, se
détermina à l'action qui devait le plus immédiatement le perdre. J'ai
entendu dire à Savary qu'une fois qu'il l'eut mis sur la route de
Bayonne, il avait des ordres si positifs, qu'il était parfaitement
déterminé à ne plus le laisser retourner; et, comme de fidèles
serviteurs avaient averti son prisonnier, il le surveillait de si près,
qu'il était bien certain qu'aucune force humaine n'eût pu le lui
enlever. Pour observer cette intrigue aussi coupable que bien ourdie,
l'empereur écrivit cette lettre, imprimée depuis, qui fut remise au
prince des Asturies quand il était à Vitoria, et que je transcrirai ici,
parce qu'elle aide à comprendre la suite des événements.

«Bayonne, avril 1808.

»Mon frère, j'ai reçu la lettre de Votre Altesse royale. Elle doit avoir
acquis la preuve, dans les papiers qu'elle a eus du roi son père, de
l'intérêt que je lui ai toujours porté. Elle me permettra, dans la
circonstance actuelle, de lui parler avec franchise et loyauté. En
arrivant à Madrid, j'espérais porter mon illustre ami à quelques
réformes nécessaires dans ses États, et à donner quelque satisfaction à
l'opinion publique. Le renvoi du prince de la Paix me paraissait
nécessaire pour son bonheur et celui de ses sujets. Les affaires du Nord
ont retardé mon voyage. Les événements d'Aranjuez ont eu lieu. Je ne
suis point juge de ce qui s'est passé, et de la conduite du prince la
Paix, mais ce que je sais bien, c'est qu'il est dangereux pour les rois
d'accoutumer les peuples à répandre du sang, et à se faire justice
eux-mêmes. Je prie Dieu que Votre Altesse royale n'en fasse pas un jour
elle-même l'expérience. Il n'est pas de l'intérêt de l'Espagne de faire
du mal à un prince qui a épousé une princesse du sang royal, et qui a si
longtemps régi le royaume. Il n'a plus d'amis. Votre Altesse royale n'en
aura plus, si jamais elle est malheureuse. Les hommes se vengent
volontiers des hommages qu'ils nous rendent. Comment, d'ailleurs,
pourrait-on faire le procès au prince de la Paix, sans le faire à la
reine et au roi votre père? Ce procès alimentera les haines et les
passions factieuses; le résultat en sera funeste pour votre couronne.
Votre Altesse royale n'y a de droits que ceux que lui a transmis sa
mère; si le procès la déshonore, Votre Altesse royale déchire par là ses
droits.

»Qu'elle ferme l'oreille à des conseils faibles et perfides; elle n'a
pas le droit de juger le prince de la Paix. Ses crimes, si on lui en
reproche, se perdent dans les droits du trône. J'ai souvent manifesté le
désir que le prince de la Paix fût éloigné des affaires. L'amitié du roi
Charles m'a porté souvent à me taire, et à détourner les yeux des
faiblesses de son attachement. Misérables hommes que nous sommes!
Faiblesse et erreur, c'est notre devise. Mais tout cela peut se
concilier: Que le prince de la Paix soit exilé d'Espagne, et je lui
offre un refuge en France. Quant à l'abdication du roi Charles IV, elle
a eu lieu dans un moment où mes armées couvraient les Espagnes, et, aux
yeux de l'Europe et de la postérité, je paraîtrais n'avoir envoyé tant
de troupes que pour précipiter du trône mon allié et mon ami. Comme
souverain voisin, il m'est permis de vouloir tout savoir, avant de
reconnaître cette abdication. Je le dis à Votre Majesté royale, aux
Espagnols, au monde entier: Si l'abdication du roi Charles IV est de pur
mouvement, s'il n'y a pas été forcé par l'insurrection et l'émeute
d'Aranjuez, je ne fais aucune difficulté de l'admettre, et je reconnais
Votre Altesse royale comme roi d'Espagne. Je désire donc causer avec
elle pour cet objet. La circonspection que je porte, depuis un mois,
dans cette affaire doit lui être garant de l'appui qu'elle trouvera en
moi, si, à son tour, des factions, de quelque nature qu'elles soient,
viennent à l'inquiéter sur son trône. Quand le roi Charles me fit part
de l'événement du mois d'octobre dernier, j'en fus douloureusement
affecté, et je peux avoir contribué, par les insinuations que j'ai
faites, à la bonne issue de l'affaire de l'Escurial. Votre Altesse
royale avait bien des torts; je n'en veux pour preuve que la lettre
qu'elle m'a écrite, et que j'ai constamment voulu ignorer. Roi à son
tour, elle saura combien les droits du trône sont sacrés. Toute démarche
près d'un souverain étranger est criminelle. Votre Altesse royale doit
se défier des écarts des émotions populaires. On pourra commettre
quelques meurtres sur mes soldats isolés, mais la ruine de l'Espagne en
serait le résultat. J'ai déjà vu avec peine qu'à Madrid on ait répandu
des lettres du capitaine général de la Catalogne, et fait tout ce qui
pouvait donner des mouvements aux têtes.

»Votre Altesse royale connaît ma pensée tout entière; elle voit que je
flotte entre diverses idées qui ont besoin d'être fixées. Elle peut
être certaine que, dans tous les cas, je me comporterai avec elle comme
avec le roi son père. Qu'elle croie à mon désir de tout concilier, et de
trouver des occasions de lui donner des preuves de mon affection et de
ma parfaite estime.»

On voit, par cette lettre, que l'empereur se réservait le droit de juger
encore de la validité de l'abdication du roi Charles IV. Cependant il
paraît que Savary flatta le jeune roi d'un assentiment plus positif que
celui qui était contenu dans cette lettre, tandis que Murat encourageait
sous main le roi Charles à une rétractation. En écrivant de cette
manière au prince des Asturies, l'empereur se ménageait les moyens de
sauver le prince de la Paix, s'il était nécessaire, de prendre la
défense du roi Charles IV, enfin de blâmer le premier mouvement
d'insurrection du prince des Asturies contre son père. On a su pourtant,
à cette époque, que l'ambassadeur de France avait fait insinuer à ce
prince la demande qu'il fit d'une épouse prise dans la famille
impériale, demande qui fut son plus grand crime auprès du favori.

Le prince des Asturies avait quitté Madrid le 10 avril; il recevait sur
la route les témoignages d'affection de son peuple, et partout on lui
montrait de l'inquiétude, en le voyant approcher de la frontière. Savary
l'assurait toujours qu'en avançant davantage, il finirait par rencontrer
l'empereur, et il le gardait de plus en plus près. À Burgos, le conseil
du prince commença à s'alarmer; on poussa jusqu'à Vitoria. Là, le peuple
détela les chevaux du prince; il fallut que la garde lui ouvrît un
passage, et ce fut en quelque sorte malgré la volonté du prince lui-même
dont les espérances se dissipaient à mesure.

«À Vitoria, me disait depuis Savary, je crus un moment que mon
prisonnier m'allait échapper; mais j'y mis bon ordre, je lui fis
peur.--Enfin, lui répondis-je, s'il avait résisté, est-ce que vous
l'auriez tué?--Oh! non, reprit-il, mais je vous atteste que je ne
l'aurais point laissé retourner.»

Ce qui rassurait les conseillers du prince, c'est qu'ils s'étaient
persuadé qu'un mariage arrangerait tout, et, ne pouvant entrer dans
l'immensité des plans impériaux, ils regardaient qu'une telle alliance,
et le sacrifice de quelques hommes et de la liberté du commerce, serait
la conclusion du traité définitif. On céda donc aux sollicitations très
militaires de Savary, et enfin, on passa la frontière. Le cortège entra
dans Bayonne le 21 avril. Les personnes qui se trouvaient auprès de
l'empereur alors connurent par le changement de son humeur à quel point
l'arrivée des infants était importante pour ses projets. Il avait paru
jusque-là très soucieux; il ne s'ouvrait à aucun, mais il envoyait
courriers sur courriers. Il n'osait compter sur le succès de son
entreprise; il avait fait engager le vieux roi à le venir joindre; et
lui, ainsi que la reine et le favori, n'avaient alors rien de mieux à
faire. Mais il était si vraisemblable que le nouveau roi profiterait de
la révolte prête à éclater en Espagne, et qu'il exciterait
l'enthousiasme naissant de toutes les classes pour la délivrance de la
patrie, que, jusqu'au moment où il sut que le prince avait franchi les
Pyrénées, l'empereur dut regarder cet événement comme à peu près
impossible. Il a dit, depuis, qu'à dater de cette faute, il n'avait plus
douté de l'incapacité du roi Ferdinand.

Le 20 avril, la reine de Hollande accoucha d'un garçon qui fut nommé
Louis[105]. À cette époque est mort le peintre Robert, fameux par la
facilité de son talent, le goût qu'il avait, surtout en architecture;
d'ailleurs, excellent homme et fort spirituel[106].

     [Note 105: Cet enfant est devenu l'empereur Napoléon III.
     Le hasard qui le fait naître le jour même de l'arrivée des
     infants à Bayonne, au moment où la faute criminelle de la
     guerre d'Espagne s'accomplissait, peut prêter aux
     rapprochements des historiens fatalistes. (P. R.)]

     [Note 106: Il ne s'agit pas ici de Léopold Robert, plus
     apprécié de la génération actuelle, mais d'Hubert Robert, né
     en 1733, membre de l'Académie en 1766, et connu par des
     tableaux de ruines où le goût classique commence à trahir
     quelques tendances modernes, ou romantiques, comme on aurait
     dit un peu plus tard. (P. R.)]

L'abbé de Pradt a raconté toutes les circonstances de l'arrivée des
princes, et, comme il en fut témoin, je renvoie encore à son ouvrage,
sans me croire obligée ici de le copier. Il dit que l'empereur vint de
Marrac à Bayonne, qu'il traita le prince des Asturies d'égal à égal,
qu'il lui donna dans la même journée à dîner, en lui accordant tout le
cérémonial de la royauté, et que ce ne fut que le soir de ce jour, quand
le prince fut retourné à son logis, que Savary revint chez lui, chargé
de lui signifier l'intention de Bonaparte. Cette intention était de
renverser la dynastie régnante, pour mettre la sienne à sa place, et, en
conséquence, l'abdication était demandée à toute la famille. L'abbé de
Pradt s'étonne avec raison de cette scène de comédie que joua l'empereur
dans la journée, et on ne conçoit guère comment il se donna l'embarras
de faire, le matin, un personnage ayant des intentions si opposées à
celles de la soirée. Quel que fût son motif, on comprend la stupeur des
princes espagnols, et quels durent être leurs regrets de s'être ainsi
livrés à leur ennemi, qui dès ce moment fut inflexible. Dès lors, ils
essayèrent, non de fuir, car ils s'aperçurent promptement que cela était
impossible, mais d'instruire la junte qui siégeait à Madrid, et de leur
captivité, et des déterminations qui assuraient la perte des derniers
Bourbons. La plupart des courriers furent arrêtés; quelques-uns
passèrent cependant; les nouvelles qu'ils portaient excitèrent
l'indignation à Madrid, et, de là, dans toute l'Espagne. Les
protestations de quelques provinces parurent, le peuple s'ameuta dans
plusieurs villes; à Madrid, la sûreté de l'armée française fut
compromise. Murat redoubla de sévérité, et devint l'objet de la haine
comme de la terreur de tous les habitants. Tout le monde sait
aujourd'hui à quel point l'empereur se trompa sur l'état de l'Espagne et
sur le caractère des Espagnols. Il apporta dans cette odieuse entreprise
les deux mêmes erreurs de son caractère et de son esprit, qui l'ont
quelquefois entraîné à de si grandes fautes: Premièrement, cette volonté
de l'emporter de haute lutte, cette impatience d'être obéi qui le jetait
dans la précipitation, et qui souvent lui faisait négliger les
intermédiaires qu'on ne dédaigne pas toujours impunément. Ensuite, cette
opinion trop arrêtée chez lui, que les hommes subissent très peu de
modifications importantes par l'action de leur gouvernement, et que les
différences nationales sont d'une si mince considération, que la
politique peut agir de la même manière sur des hommes du Midi ou du
Nord, sur des Allemands, des Français ou des Espagnols. Il a avoué,
depuis, s'être fortement trompé dans cette idée. En apprenant qu'il
existait en Espagne une classe élevée qui s'apercevait du mauvais
gouvernement qui la régissait, et qui souhaitait quelques changements
constitutionnels, il ne douta point que le peuple ne donnât aussi dans
l'appât qu'on lui présenterait d'une révolution pareille à celle de
France. Il crut qu'en Espagne, comme ailleurs, on soulèverait facilement
les hommes contre l'influence temporelle des prêtres, en supprimant tous
les intermédiaires dont je parlais tout à l'heure. Démêlant avec la
vivacité de son esprit, que le mouvement qui avait excité la révolte
d'Aranjuez et mis le pouvoir dans les mains d'un prince faible, trop
évidemment dénué des moyens qui font et contiennent les révolutions, il
supposa, en dévorant d'avance le temps, les obstacles, les incidents qui
retardent, qu'un premier ébranlement donné aux institutions espagnoles
en amènerait le changement complet. Il crut donc rendre une sorte de
service à la nation même, en devançant les événements, en s'emparant
d'avance de leur révolution, et la conduisant de prime abord là où il
croyait que la suite des temps devait la mener. Mais quand même il
serait possible de parvenir à persuader tout un peuple, et à lui faire
accepter, comme résultat d'une prévision habile et sûre, ce qu'il ne
peut comprendre que par l'expérience des faits, et souvent des malheurs,
l'odieux de tous les moyens employés par l'empereur jeta sur sa conduite
un tort qui le flétrit aux yeux de ceux qu'il voulait gagner, et qu'il
crut servir: _Jehu n'avait pas le coeur assez droit, ni les mains assez
pures_ pour que l'Espagne le reçût comme le restaurateur dont elle avait
besoin. Le joug étranger, d'ailleurs, souleva l'orgueil espagnol. Les
ruses qui furent ourdies, l'emprisonnement des souverains, le mépris
trop étalé des croyances religieuses, les menaces, les exécutions qui
suivirent, et, un peu plus tard, les exactions et les cruautés de la
guerre, tout se réunit pour s'opposer à toute entente. Bientôt les deux
parties contendantes, animées l'une contre l'autre, ne virent plus entre
elles qu'une lutte violente, excitée par le désir de se résister et de
se détruire mutuellement. L'empereur lui-même sacrifia tout à la passion
de ne rien céder; il prodigua les hommes et l'argent, seulement pour
demeurer le plus fort; car il aurait rougi devant l'Europe d'avoir été
vaincu, et la guerre la plus sanglante, les plus épouvantables désastres
furent la suite de son orgueil blessé, comme du despotisme de sa
volonté. Il ne parvint donc à créer que l'anarchie en Espagne. La
nation, se voyant sans armée, se crut chargée de la défense du sol, et
Bonaparte, qui mettait sa vanité et sa sûreté à être l'élu des peuples,
qui, dans son système, n'eût jamais dû faire la guerre qu'aux rois, se
trouva en peu d'années hors du terrain politique sur lequel il avait
fondé sa puissance, et dévoila aux yeux de tous que c'était pour son
profit seul qu'il exploitait le pouvoir.

Néanmoins, ce ne fut pas sans prévoir une partie de ces inconvénients
qu'il continua à avancer dans la route tortueuse où il était entré. Le
refus que fit le prince des Asturies de signer son abdication lui causa
une violente inquiétude. Craignant que ce prince ne lui échappât, il le
fit garder à vue; il essaya sur lui tous les moyens de séduction et de
violence, et tous ceux qui l'entouraient s'aperçurent facilement de
l'agitation dans laquelle il était retombé. Duroc, Savary, l'abbé de
Pradt, furent chargés de gagner, persuader ou effrayer les conseillers
du prince. Mais quel moyen de parvenir à persuader aux gens de consentir
à se voir déposséder? En acceptant l'opinion de l'empereur, que chacun
des membres de la famille régnante était également médiocre et inhabile,
il faut conclure encore qu'il eût été plus adroit de leur laisser le
pouvoir et le trône; car l'obligation d'agir, dans un temps qui devenait
si difficile, les eût conduits à beaucoup de fautes dont leur ennemi eût
alors profité. Mais, en les outrageant par la violation de tous les
droits humains, en paralysant leur action, en les condamnant au rôle si
simple et si touchant de victimes, on déterminait ou facilitait
tellement ce qu'ils avaient à faire, qu'on attirait l'intérêt sur eux,
sans même qu'ils eussent à prendre la moindre peine pour l'exciter. À
l'égard des princes d'Espagne et du pape, l'empereur a fait une faute
pareille, et il en a reçu la même punition.

Cependant, comme il voulait sortir de cet état d'angoisse, il se
détermina à mander le roi Charles IV à Bayonne, et à prendre, tout à
coup et hautement, le parti du vieux souverain détrôné. Il entrevit que
la marche qu'il allait suivre entraînerait la guerre; mais aussitôt il
se flatta, car, sitôt un parti pris, son imagination active parvenait
promptement à le flatter, que cette guerre ressemblerait à toutes les
autres. «Oui, disait-il, je sens que ce que je fais n'est pas bien, mais
qu'ils me déclarent donc la guerre!» Et, quand on lui représentait
qu'une déclaration de guerre était une chose bien peu à attendre de la
part de personnes transplantées hors de leur territoire et privées de
leur liberté: «Et pourquoi aussi sont-ils venus? Ce sont des jeunes gens
sans expérience, et qui viennent ici sans passeports. Il faut que je
juge cette entreprise bien nécessaire; car j'ai bien besoin de marine,
et ceci va me coûter les six vaisseaux que j'ai à Cadix.» D'autres fois,
il disait:

«Si ceci devait me coûter 80 000 hommes, je ne le ferais pas; mais il ne
m'en faudra pas 12 000; c'est un enfantillage. Ces gens-ci ne gavent pas
ce que c'est qu'une troupe française. Les Prussiens étaient comme eux,
et on a vu comment ils s'en sont trouvés. Croyez-moi, ceci finira vite.
Je ne voudrais faire de mal à personne, mais quand mon grand char
politique est lancé, il faut qu'il passe. Malheur à qui se trouve sous
les roues!»

Vers la fin du mois d'avril, on vit arriver à Bayonne le prince de la
Paix, que Murat avait délivré de la captivité où il était retenu à
Madrid. La junte, présidée par don Antonio, frère de Charles IV, le céda
avec peine; mais le temps de la résistance était passé. Le favori avait
perdu l'espérance de sa future souveraineté; mais sa vie était
compromise en Espagne, la protection de l'empereur était son unique
ressource; il n'était donc point douteux qu'il se prêterait à tout ce
qu'on exigerait de lui. Il lui fut enjoint de diriger le roi Charles
dans la route qu'on voulait qu'il suivît, et il s'y prêta sans nulle
observation.

Je ne puis m'empêcher de transcrire une réflexion de l'abbé de Pradt,
qui me paraît fondée et qui trouve ici tout naturellement sa
place[107]:

«À cette époque, dit-il, la partie du projet qui concernait la
translation de Joseph à Madrid n'était pas encore déclarée. On pouvait
la prévoir; mais Napoléon n'en avait pas laissé percer l'idée. Dans les
conférences que la négociation avec M. Escoiguiz me mit à portée d'avoir
avec Napoléon, il ne lui était pas arrivé d'en rien témoigner,
abandonnant au temps de dévoiler chaque partie d'un plan dont il
graduait avec soin la manifestation, après l'avoir porté dans son coeur
pendant une longue suite de jours, sans qu'aucune indiscrétion l'eût
soulagé du fardeau de son secret: emploi bien déplorable sans doute de
la force d'âme, mais qui cependant montre un grand empire sur lui-même
de la part de l'homme qui peut se maîtriser à ce point, surtout quand il
est porté à l'indiscrétion, principalement dans la fougue de la colère,
comme l'était Napoléon.»

     [Note 107: _Mémoires historiques sur la révolution
     d'Espagne_, par l'auteur du _Congrès de Vienne_, in-8°,
     Paris, 1816. (P. R.)]

Le roi Charles IV arriva à Bayonne le 1er mai, avec sa femme, leur plus
jeune fils, la fille du prince de la Paix, la reine d'Étrurie
accompagnée de son fils, et, un peu plus tard, don Antonio, qui fut
contraint de quitter la junte et de se rendre auprès de sa famille.



APPENDICE


Ici se terminent les Mémoires de ma grand'mère, et l'on regrettera sans
doute que la mort ne lui ait pas permis de les prolonger, au moins
jusqu'au divorce de l'empereur, que l'on voit planer dès le premier jour
comme une menace sur la tête de cette Joséphine, toute séduisante, tout
aimable, et peu intéressante au demeurant. Nul ne peut suppléer à ce qui
manque ici, et les lettres mêmes de l'auteur donnent peu de
renseignements politiques sur les temps qui suivent. Elle parlait même
rarement, dans les derniers jours, de sa vie de ce qu'elle avait alors
vu ou souffert. Mon père a pourtant eu parfois le projet de continuer
son récit, en recueillant ce que ses parents lui avaient raconté, en
anecdotes ou en impressions, sur la fin de l'Empire, et ce qu'il savait
de leur vie. Il n'a pas accompli son projet en entier, et n'a rien
laissé d'achevé sur ce point. Ses notes pourtant nous paraissent
précieuses et donnent le dénouement nécessaire du grand drame qui se
déroule dans les chapitres précédents. On trouvera peut-être intéressant
de les lire à la suite des Mémoires qu'elles complètent, quoiqu'il ait
exprimé, dans un ouvrage plus étendu, son jugement sur les derniers
jours de l'Empire et sur le temps où il naissait à la vie politique. Il
y a là des observations générales et particulières, et une opinion
éclairée sur la conduite des fonctionnaires et des citoyens dans les
temps difficiles, qui mérite d'être connue. On me pardonnera donc
d'imprimer cet appendice aux Mémoires, en laissant à ces notes un
caractère évident de négligence et d'improvisation, me bornant aux
modifications nécessaires à la correction et à la clarté du récit.

PAUL DE RÉMUSAT.


«Les souverains espagnols arrivèrent à Bayonne au mois de mai 1808.
L'empereur les expédia à Fontainebleau, et envoya Ferdinand VII à
Valençay, terre qui appartenait à M. de Talleyrand. Puis il revint,
après avoir parcouru les départements du Midi et de l'Ouest, et après
avoir fait un voyage politique dans la Vendée, où il produisit beaucoup
d'effet. Il arriva à Paris vers le milieu du mois d'août.

»Mon père, qui était alors premier chambellan, fut chargé de recevoir
les Bourbons d'Espagne à Fontainebleau. Il le fit naturellement avec ses
soins et ses manières ordinaires. Quoiqu'il nous rapportât de ce voyage
des traits qui étaient peu propres à donner une grande idée de Charles
IV, non plus que de la reine et du prince de la Paix, qui
l'accompagnait, il avait naturellement témoigné à ces princes détrônés
le respect dû à leur rang et à leur malheur. Comme, apparemment,
quelques-uns des autres officiers de la cour, plutôt par ignorance que
par mauvais sentiment, s'étaient conduits d'une façon différente,
Charles IV le remarqua, et il disait: «Rémusat, lui, il sait que je suis
Bourbon.»

»M. de Talleyrand était précisément à Valençay quand l'empereur le
chargea d'aller y recevoir, évidemment pour le compromettre dans
l'affaire d'Espagne, les trois infants. Il fut un peu troublé de la
commission, et cependant il n'épargnait pas, à son retour, les
observations piquantes à ces étranges descendants de Louis XIV. Il
racontait qu'ils achetaient des jouets d'enfants à tous les petits
marchands des foires du voisinage, et que, lorsque ensuite un pauvre
leur demandait l'aumône, ils lui donnaient un pantin. Il les accusa,
plus tard, d'avoir fait du dégât à Valençay, et il le dit même avec
à-propos au roi Louis XVIII, qui, désirant l'éloigner de la cour, et
n'osant lui donner l'ordre, lui vantait la beauté et la magnificence du
château de Valençay: «Oui, c'était assez bien,» dit-il; «mais les
princes espagnols y ont tout dégradé, à force d'y tirer des feux
d'artifice pour la Saint-Napoléon.»

»M. de Talleyrand, quoiqu'il commençât à sentir que sa situation auprès
de l'empereur était moins simple et moins forte, le trouva, en allant le
rejoindre, bienveillant et confiant en apparence. Aucun nuage ne se
laissa apercevoir entre eux. L'empereur avait besoin de lui pour la
conférence d'Erfurt, à laquelle il se rendit avec lui, à la fin de
septembre. Mon père y accompagna l'empereur. Les lettres qu'il dut
écrire de là à ma mère ne se sont pas retrouvées. Mais cette
correspondance devait être si surveillée et si réservée, que je crois
cette perte sans importance. Mon père nous rapporta surtout des récits
de l'union des deux empereurs, de la coquetterie mutuelle de leurs
rapports, de la bonne grâce de l'empereur Alexandre. M. de Talleyrand a
écrit une relation de cette conférence d'Erfurt dont il a fait plusieurs
lectures. Il se vantait, à son retour, que, le jour ou les deux
empereurs montèrent en voiture pour s'éloigner chacun de son côté, il
avait dit à l'empereur Alexandre, en le reconduisant: «Si vous pouviez
vous tromper de voiture!...» Il avait trouvé quelques qualités à ce
prince, et il s'était attaché à se faire dans son esprit une position
dont il recueillit les fruits en 1814; mais, dès ce temps-là, il ne
prenait l'alliance russe que comme une nécessité accidentelle, quand on
était en guerre avec l'Angleterre, et il ne cessait pas de regarder une
liaison avec l'Autriche, base éventuelle d'un rapprochement futur avec
l'Angleterre, comme le vrai système de la France en Europe. Il a été
assez fidèle à ce système dans sa conduite politique, soit lors du
mariage de Napoléon, soit en 1814 et en 1815, soit sous le règne de
Louis-Philippe. Il en parlait souvent à ma mère.

»Ma mère aurait eu à raconter, en achevant cette année 1808: 1° la
conférence d'Erfurt, suivant les récits de M. de Talleyrand et de mon
père; 2° le contre-coup de l'affaire d'Espagne sur la cour des Tuileries
et sur la société de Paris. La partie royaliste de cette cour et de
cette société fut un peu émue de la présence de ces vieux Bourbons à
Fontainebleau. C'est, je crois, alors qu'il faut placer la disgrâce et
l'exil de madame de Chevreuse.

»Revenu d'Erfurt au mois d'octobre, l'empereur ne fit que passer à
Paris, et partit aussitôt pour l'Espagne, d'où il revint au commencement
de 1809, après une campagne peu décisive. L'opinion était loin de s'être
améliorée à l'égard de sa politique. On avait pensé, pour la première
fois, à la possibilité de sa perte, surtout à sa mort soudaine dans une
guerre où un patriotisme insurrectionnel pouvait armer le bras d'un
assassin. Des rapports, en partie fidèles, en partie envenimés, lui
avaient fait connaître les progrès d'une désapprobation et d'une
défiance dont Talleyrand et Fouché n'avaient pas craint de se rendre les
organes. Le premier surtout a toujours été hardi, et même imprudent,
comme tous les hommes qui sont vains de leur conversation, et qui la
croient une puissance. Fouché, dont les propos étaient plus réservés, ou
moins répétés dans les salons, avait été peut-être plus loin dans la
voie de l'action. En esprit positif qu'il était, il s'était posé
pratiquement l'hypothèse de l'ouverture de la succession impériale, et,
dans cette hypothèse, il s'était rapproché de M. de Talleyrand.
L'empereur revint irrité, et il témoigna son irritation à la cour, et
surtout au conseil des ministres, par la scène célèbre qu'il fit à M. de
Talleyrand[108], à qui il ôta la place de grand chambellan, pour la
donner à M. de Montesquiou.

     [Note 108: _Histoire du Consulat et de l'Empire_, par M.
     A. Thiers, tome X, P 17.]

»On a trouvé parfois mauvais que des fonctionnaires importants de
l'Empire, tels que MM. de Talleyrand et Fouché, ainsi que d'autres moins
connus, se soient préoccupés de ce qui frappait tout le monde, et
attachés à ne pas tromper l'opinion quand celle-ci, en se manifestant,
aurait pu arrêter les développements d'une mauvaise politique. Je suis
prêt à admettre que la vanité et le bavardage ont pu entraîner les
propos de Talleyrand et de Fouché hors de la juste mesure. Mais je
maintiens que, sous tout gouvernement, et en particulier sous le
gouvernement absolu, il est nécessaire que des fonctionnaires
importants, en cas de péril public, ou à la vue d'une mauvaise direction
des affaires, ne craignent point, par une opposition connue,
d'encourager cette résistance morale qui peut seule ralentir et même
changer la marche funeste de l'autorité. À plus forte raison, s'ils
prévoient la possibilité d'un désastre prochain pour lequel il n'y a
rien de prêt, peuvent-ils se préoccuper de ce qu'il y aurait à faire.
Que l'orgueil du pouvoir absolu s'en irrite, qu'il cherche à briser, à
supprimer cette résistance, quand elle est trop isolée pour l'entraver,
je le conçois. Mais ce n'en serait pas moins un bonheur pour l'État et
pour lui, qu'elle fut assez forte, au contraire, pour contraindre le
souverain à modifier ses plans. Et, pour ne pas sortir du cas qui nous
occupe, supposez qu'un concert plus général eût fait entendre à
l'empereur les mêmes sons, qu'au lieu d'imputer à l'intrigue ou à la
trahison le mécontentement de Talleyrand ou de Fouché, les rapports de
Dubois ou de tout autre, le lui eussent présenté comme une preuve d'une
désapprobation universelle; que son préfet de police, partageant
lui-même cette désapprobation, la lui eût montrée partagée et exprimée
par Cambacérès, par Maret, par Caulaincourt, par Murat, par ce duc de
Gaëte que M. Thiers cite dans cette occasion, enfin par tous les hommes
importants de la cour et du gouvernement, le service rendu à Napoléon
eût-il été si mauvais? et cette résistance unanime n'eût-elle pas été la
seule chose propre à l'éclairer, à l'arrêter, à le détourner de la voie
de perdition, à une époque où il en était bien temps encore?

»Quant au reproche adressé à Talleyrand ou à tel autre, d'avoir blâmé le
gouvernement après l'avoir approuvé et servi, c'est un reproche naturel
dans la bouche de Napoléon, qui ne craignait pas, d'ailleurs, de
l'exagérer par le mensonge. Mais il est puéril en lui-même; ou bien il
est défendu, parce qu'on a suivi un gouvernement, parce qu'on a
supporté, couvert, même justifié dans le passé ses fautes par erreur ou
faiblesse, de s'éclairer quand le danger s'accroît, quand les
circonstances se développent; et comme s'il ne fallait pas, à moins de
rester dans une opposition constante ou une soumission sans limites,
qu'il y eût un moment où l'on cessât d'approuver ce qu'on a approuvé
jusqu'à la veille, où l'on parlât après s'être tu, et où, plus frappé
des inconvénients que des avantages, on reconnût des défauts qu'on avait
essayé ou feint d'ignorer, et des fautes qu'on pouvait avoir palliées
longtemps. C'est, après tout, ce qui est arrivé à la France à l'égard de
Napoléon, et ce changement devait s'opérer naturellement dans l'âme des
fonctionnaires comme dans celle des citoyens, à moins que cette âme ne
fût aveuglée par la servilité, ou corrompue par une ignoble ambition.

»Dans notre sphère modeste, nous n'eûmes jamais, sous l'Empire, à
décider que de la direction de nos voeux et de nos sentiments. N'ayant
jamais eu ni pris la moindre part d'action politique, nous avons eu
cependant à résoudre pour nous-mêmes cette question qui se présente sans
cesse à moi quand je relis les mémoires et les lettres où ma mère a
consigné l'histoire de ses impressions et de ses idées.

»Ma mère aurait eu à toucher, au moins indirectement, ce grave sujet, en
racontant la disgrâce de M. de Talleyrand. Elle le vit alors au moins
autant qu'auparavant. Elle entendit ses récits. Il me semble que rien
n'était alors connu du public comme la manière froide, silencieuse,
dénuée de faiblesse et d'insolence, avec laquelle, adossé à une console,
à cause de ses mauvaises jambes, il avait écouté la philippique de
l'empereur[109]. Comme la chose se pratique sous la monarchie absolue,
il avala sa disgrâce, et continua d'aller à la cour avec un aplomb qui
ne fut pas pris alors pour de l'humilité, et je ne me rappelle pas qu'à
partir de ce jour son attitude sous l'Empire ait été taxée de faiblesse.
Il est bien entendu, d'ailleurs, qu'il ne faut pas appliquer ici les
règles du point d'honneur telles qu'elles se comprennent dans un pays
libre, ni les lois philosophiques de la dignité morale comme on les
entend hors du monde des cours et des affaires.

     [Note 109: C'est après cette scène que M. de Talleyrand
     disait publiquement: «Quel dommage qu'un si grand homme soit
     si mal élevé!» (P. R.)]

»Ma mère aurait eu ensuite à raconter notre rôle épisodique dans cette
sorte de drame. Je ne suis pas sûr que l'empereur soit arrivé ressentant
ou montrant quelque mécontentement contre mon père. Je ne sais si ce ne
sont pas des rapports postérieurs qui nous attirèrent notre part de
disgrâce. En tout cas, il ne le sut pas sur-le-champ, soit parce que, ne
s'y attendant nullement, il ne soupçonna rien, soit parce qu'en effet,
dans le premier moment, l'empereur ne pensa pas à lui. Il était des amis
de M. de Talleyrand, et, jusqu'à un certain point, de sa confidence.
C'était déjà un motif de suspicion, une cause de défaveur. Aucune
lettre, aucune démarche ne pouvaient nous être reprochées; même, je m'en
souviens, la conversation était chez nous excessivement prudente, et ce
n'est que si l'espionnage avait surpris jusqu'aux entretiens de M. de
Talleyrand dans le petit salon de ma mère, où mes parents le voyaient
habituellement seul, qu'on aurait pu trouver la matière d'un rapport
positif de police. Il y en eut cependant; mon père n'en doutait pas,
quoique l'empereur ne lui ait jamais témoigné son mécontentement par
quelque scène vive, ni même par quelque explication sévère. Mais il lui
témoigna une froideur malveillante, et donna à ses manières cette dureté
qui rendait son service insupportable. Mes parents se sentaient dès
lors, se savaient, à l'égard du souverain, dans une position pénible qui
pouvait même aboutir à leur retraite de la cour.

»Les choses ne s'améliorèrent pas lorsque Napoléon, parti pour
l'Allemagne au mois d'avril 1809, revint le 6 octobre à Fontainebleau,
vainqueur à Wagram, et fier de la paix signée à Vienne. Des victoires,
quoique chèrement achetées, n'étaient pas pour le rendre plus généreux
et plus bienveillant. Il venait encore de faire d'assez grandes choses
pour être vain de sa force, et, si elle avait été mise à de rudes
épreuves, c'était une raison de plus pour qu'il voulût qu'elle fut
respectée. Cependant, il trouvait en arrivant le souvenir récent de la
descente des anglais à Walcheren, un état de choses en Espagne peu
satisfaisant, une querelle avec le saint-siège poussée à ses dernières
extrémités, et l'opinion publique plus inquiète de son goût pour la
guerre que rassurée par ses victoires, défiante, triste, sévère même, et
entourant de ses soupçons l'homme qu'elle avait si longtemps environné
de ses illusions.

»Cette fois, c'est à Fouché qu'il en voulait. Fouché avait agi à sa
manière au moment de la descente des Anglais. Il avait pris sur lui, il
avait fait un certain appel au sentiment public, il avait réorganisé la
garde nationale, employé Bernadotte sur nos côtes. Tout dans cette
conduite, et le fond et les détails, avait vivement déplu à l'empereur.
Toute son humeur était donc contre Fouché, et, de plus, comme il était
revenu décidé au divorce, il était difficile qu'il tînt M. de Talleyrand
à l'écart d'une délibération où la connaissance de l'état de l'Europe
devait peser d'un poids décisif. C'est ici qu'il faut voir encore une de
ces preuves, chaque jour moins fréquentes alors, de la justesse presque
impartiale de son esprit. On l'a entendu dire quelquefois: «Il n'y a que
Talleyrand qui m'entende; il n'y a que Talleyrand avec lequel je puisse
causer.» Il le consultait, et, dans d'autres moments, il parlait de le
mettre à Vincennes. Aussi ne manqua-t-il pas de l'appeler lorsqu'il
délibéra sur son mariage. M. de Talleyrand insista fortement pour qu'il
s'unît à une archiduchesse. Il pensait même que l'empereur ne l'avait
alors rapproché de lui que parce que son intervention dans cette affaire
contribuerait à décider l'Autriche. Ce qui est certain, c'est qu'il a
toujours cité sa conduite dans cette circonstance comme un des gages
qu'il avait donnés de son opinion fondamentale sur les alliances de la
France et les conditions de l'indépendance de l'Europe.

»On sent combien, sur toutes ces choses, l'état de l'opinion pendant la
campagne du Danube, les délibérations relatives au divorce, celles qui
précédèrent le mariage avec Marie-Louise, les Mémoires de ma mère
auraient été instructifs et intéressants. Il m'est malheureusement
impossible de suppléer à cette dernière lacune. On peut se rappeler
seulement qu'elle dit que l'impératrice avait eu le tort de douter de sa
fidélité dans une occasion, probablement relative au divorce. Elle a
annoncé qu'elle expliquerait cela. Je ne puis l'expliquer à sa place, et
je n'ai nul souvenir qu'elle m'en ait jamais parlé. Au moment même du
divorce, son dévouement fut apprécié, et la reine Hortense alla jusqu'à
lui conseiller d'y regarder à deux fois avant de s'attacher sans retour
à sa mère[110]. Ce n'est pas que je veuille lui faire un grand mérite de
ce qu'elle fit alors: la plus simple délicatesse dictait sa conduite, et
d'ailleurs, avec sa santé déplorable, son inaction forcée, ses anciens
rapports avec Joséphine, et notre nouvelle situation auprès de
l'empereur, elle aurait eu dans une cour renouvelée, auprès d'une
nouvelle impératrice, la position la plus gauche et la plus pénible. On
conçoit, du reste, qu'il ne se passa rien dans tout ce que je viens de
rappeler qui relevât notre crédit à la cour, et ma famille y resta
irréparablement diminuée. L'empereur, pourtant, approuva que ma mère
restât avec l'impératrice Joséphine. Il l'en loua même; cela lui
convint. Il la regarda comme une personne à la retraite, dont il
n'aurait plus à s'occuper. Ayant moins à attendre de lui, moins à lui
demander, il nous reprocha moins dans sa pensée ce qui pouvait nous
manquer pour lui plaire. Il laissa mon père dans le cercle de ses
fonctions officielles, où son caractère et un certain mélange de
mécontentement et de crainte le portaient assez à se renfermer. Il fut à
peu près établi dans l'esprit de Napoléon qu'il n'avait plus rien à
faire pour nous, et il n'y pensa plus.

     [Note 110: J'ai donné, dans une note du chapitre XXVII,
     la lettre qui raconte cette conversation. (P. R.)]

»Cette nouvelle situation eût fait que les Mémoires de ma mère, à dater
de 1810, auraient perdu de leur intérêt. Elle ne revit plus la cour,
hors une fois seulement pour être présentée à l'impératrice
Marie-Louise; puis elle eut plus tard une audience de l'empereur, qui
lui prescrivit de la demander[111]. Elle n'aurait donc plus eu rien à
raconter dont elle eût été témoin dans le palais impérial. Elle n'était
plus obligée à des relations avec les grands personnages de l'État, du
moins elle s'en crut dispensée, et cédant, peut-être avec excès, à ses
goûts, à ses souffrances, elle s'isola de plus en plus de tout ce qui
rappelait la cour et le gouvernement.

     [Note 111: J'ai parlé, dans une note, de cette audience
     et de la lettre qui suivit. (P. R.)]

»Cependant, comme mon père ne cessa pas de fréquenter le palais jusqu'au
terme, comme la confiance de M. de Talleyrand n'éprouva aucun
affaiblissement, et enfin comme la marche rapide et déclinante des
affaires de l'empereur affecta de plus en plus l'opinion publique, et
bientôt émut la vive inquiétude de la nation, ma mère eut encore
beaucoup à connaître et à observer, et elle aurait pu donner à la
peinture des cinq dernières années de l'Empire une certaine valeur
historique.

»Quelques réflexions sur plusieurs événements de ces cinq années
pourront, si l'on veut, être prises comme un souvenir de ce que j'ai
entendu, dans le temps même, chez mes parents.

»Parmi les événements de cette année 1809, un des plus importants et qui
firent le moins de bruit fut le coup de main sur le pape. On savait mal
les faits au moment où ils se passaient, et, il faut bien le dire, chez
la nation que Louis XIII a mise sous la protection de la sainte Vierge,
personne n'y pensait. Cependant, l'empereur avait commencé par faire
occuper les États romains, puis par les démembrer, puis par exiger du
pape qu'il fît la guerre à l'Angleterre, puis par le réduire à la ville
de Rome, puis par lui ravir toute puissance temporelle, puis enfin par
le faire arrêter et garder prisonnier. Voilà qui est étrange,
assurément! Et cependant il ne paraît pas qu'aucun gouvernement de
l'Europe catholique ait sérieusement réclamé pour le père commun des
fidèles. Le pape certainement, délibérant, en 1804, s'il sacrerait
Napoléon, ne s'était pas objecté que c'était celui qui, dans l'année,
avait fait fusiller le duc d'Enghien. L'empereur d'Autriche, délibérant,
en 1809, s'il donnerait sa fille à Napoléon, ne s'est pas objecté que
c'était celui qui avait, dans l'année même, mis le pape en prison. Il
est vrai qu'alors tous les souverains de l'Europe avaient, en ce qui
touche l'autorité pontificale, de tout autres idées que celles qu'on
leur prête ou qu'on leur attribue aujourd'hui. La maison d'Autriche, en
particulier, avait pour règle traditionnelle ce _testament politique_ où
le duc de Lorraine, Charles V, recommande de réduire le pape au seul
domaine de la cour de Rome, et se joue «de l'illusion des
excommunications, quand il s'agit du temporel que Jésus-Christ n'a
jamais destiné à l'Église et que celle-ci ne peut posséder sans outrer
son exemple et sans intéresser son Évangile[112]».

     [Note 112: _Histoire de la réunion de la Lorraine à la
     France_, par M. le comte d'Haussonville, t. III, p. 471.]

»On voit, dans une lettre de ma mère, qu'elle conseille dans l'automne
de 1809, à mon père de ne pas faire représenter à la cour _Athalie_,
dans un moment où l'affaire du pape peut faire chercher des allusions
dans cette lutte d'une reine et d'un prêtre, et devant un prince aussi
pieux que le roi de Saxe, qui venait en visite chez l'empereur. C'était
là le _maximum_ de la préoccupation à elle causée par un coup de
tyrannie dont on ferait tant de bruit aujourd'hui, et l'opinion publique
ne s'en inquiétait certainement pas davantage. Je n'ai pas entendu dire
qu'un seul fonctionnaire, dans cet immense empire, se soit séparé d'un
gouvernement dont le chef était excommunié, si ce n'est nominativement,
au moins implicitement, par la bulle lancée contre tous les auteurs ou
coopérateurs des attentats commis envers l'autorité pontificale. Je ne
puis m'empêcher de citer le duc de Cadore. Ce n'était un homme ni sans
intelligence, ni sans honnêteté; mais, acceptant comme règles
indiscutables les intentions de l'empereur, après avoir prêté son
ministère à la spoliation de la dynastie espagnole, il concourait avec
la même docilité à celle du souverain pontife, et excommunié lui-même
comme _mandataire, fauteur et conseiller_, il soutenait avec un grand
sang-froid que Napoléon pouvait reprendre ce que Charlemagne avait
donné, et que maintenant la France rentrait vis-à-vis de Rome dans les
droits de l'Église gallicane.

»Le résumé de la situation de l'Empire, à la fin de 1809, est fait en
ces termes par le grand historien de l'Empire: «L'empereur s'était fait,
à Vincennes, l'émule des régicides; à Bayonne, l'égal de ceux qui
déclaraient la guerre à l'Europe pour y établir la république
universelle; au Quirinal, l'égal au moins de ceux qui avaient détrôné
Pie VI pour créer la république romaine[113]».

     [Note 113: _Histoire du Consulat et de l'Empire_, t. XI,
     l. XXXVII, p. 303.]

»Je ne suis pas de ceux qui ajoutent par la déclamation à l'odieux de
ces actes. Je ne les regarde pas comme des monstruosités inouïes et
réservées à notre siècle; je sais que l'histoire est pleine d'exemples
qu'ils n'ont guère fait que reproduire, et que des attentats analogues
peuvent se retrouver dans la vie des souverains à qui la postérité a
conservé quelque respect. Il ne faudrait pas presser l'histoire des
rigueurs du règne de Louis XIV pour découvrir des exécutions qui ne sont
pas incomparables avec la mort du duc d'Enghien. L'affaire de l'homme au
masque de fer, surtout si, comme il est difficile de ne le pas croire,
cet homme était un frère du roi, n'a pas grand'chose à envier au meurtre
de Vincennes, et la force et la ruse ne se sont pas déployées d'une
manière moins indigne dans l'acte par lequel Louis XIV se saisit de la
Lorraine, en 1661, que dans la soustraction frauduleuse de l'Espagne en
1808. Je ne vois guère que l'enlèvement du pape, dont il faudrait
remonter jusqu'au moyen âge pour retrouver l'équivalent. J'ajouterai
même qu'après ces actions à jamais condamnables, il était encore
possible, avec un peu de sagesse, d'assurer le repos, la prospérité et
la grandeur de la France, à ce point qu'aucun nom dans l'histoire ne
serait au dessus de celui de Napoléon. Mais, si l'on songe que c'est ce
qu'il n'a point fait, que toutes les guerres entreprises désormais n'ont
plus été que des acheminements insensés à la ruine de la patrie, et que
dès lors le caractère de l'homme déjà chargé de tels méfaits se
développait avec une hauteur et une dureté qui décourageaient ses
meilleurs serviteurs, il faut bien comprendre que, même à la cour, tous
ceux que n'égarait pas la servile complaisance d'un esprit faux ou d'un
coeur abaissé, ont pu légitimement, ont dû peut-être, tristement
désabusés, servir sans confiance, admirer sans affection, craindre plus
qu'espérer, souhaiter des leçons ou des résistances à un pouvoir
terrible, dans ses succès redouter son ivresse, et dans ses malheurs,
plaindre la France plus que lui.

»Tel est, en effet, l'esprit dans lequel ces Mémoires auraient été
continués, et l'on pourra même trouver que, par une sorte d'effet
rétroactif, cet esprit s'est montré dans les récits antérieurs à 1809. À
l'époque même où les choses se passaient, cet esprit fut lent à se
prononcer, comme je viens de le décrire. Des années s'écoulèrent encore
dans une tristesse craintive et défiante, mais sans haine, et chaque
fois qu'une heureuse circonstance ou une sage mesure y donnaient jour,
le besoin d'espérer reprenait le dessus, et l'on s'efforçait de croire
que le progrès vers le mal aurait son terme.

»Les années 1810 et 1811 sont les deux années tranquilles de l'Empire.
Le mariage dans l'une, et la naissance du roi de Rome dans l'autre
semblaient des gages de paix et de stabilité. L'espérance eût été sans
nuages, la sécurité entière, si le voile déchiré à travers lequel on
apercevait l'empereur, n'eût montré des passions et des erreurs, germes
toujours vivants de fautes gratuites et de tentatives insensées. On
sentait que le goût de l'excès s'était développé en lui, et pouvait tout
emporter. D'ailleurs, la durée interminable d'une guerre avec
l'Angleterre, sans possibilité de la vaincre glorieusement, ni de lui
faire aucun mal qui ne nous fût dommageable, et la continuation d'une
lutte, en Espagne, difficile et malheureuse, étaient deux épreuves que
l'orgueil de l'empereur ne pouvait paisiblement supporter longtemps. Il
fallait qu'il se dédommageât à tout prix, et qu'il fît cesser ou du
moins oublier par quelques succès étourdissants ces échecs permanents à
sa fortune. Le bon sens indiquait que c'était la question d'Espagne
qu'il fallait terminer, je ne dis point par un retour à la justice et
par un généreux abandon, les Bonapartes ne sont pas de ceux à qui ces
partis-là se proposent, mais par la force. Il est à croire que si
l'empereur eût voulu concentrer toutes les ressources de son génie et de
son empire sur la résistance de la Péninsule, il devait la vaincre. Les
causes injustes ne sont pas dans le monde destinées à succomber
toujours, et l'empereur aurait dû voir qu'en soumettant l'Espagne, il
trouvait enfin l'occasion, si vainement cherchée, de frapper
l'Angleterre, puisque celle-ci s'était rendue vulnérable en débarquant
là ses armées sur le continent. Une telle occasion valait bien la peine
qu'on risquât quelque chose, dût Napoléon s'y employer de sa personne et
entrer lui-même en lice avec Arthur Wellesley. Quelle gloire, au
contraire, et quelle fortune ne lui a-t-il pas réservées ainsi qu'à sa
nation, en ajournant toujours la lutte, et en ne les rencontrant enfin
l'un et l'autre que dans les champs funèbres de Waterloo!

»Mais l'empereur n'aimait pas l'affaire d'Espagne; elle l'ennuyait. Elle
ne lui avait jamais donné un bon et glorieux moment. Il entrevoyait
qu'il l'avait mal commencée, faiblement conduite, qu'il en avait
singulièrement méconnu la difficulté et l'importance. Il s'efforçait de
la mépriser, pour n'en être pas humilié; il la négligeait, pour en
éviter les soucis. Il avait une répugnance puérile, si elle n'était pas
pire, à se hasarder dans une guerre qui ne parlait pas à son
imagination. Oserons-nous dire qu'il n'était pas parfaitement sûr de la
bien faire, et que les risques de revers achevaient de le détourner
d'une entreprise qui, même bien déterminée, l'aurait été trop lentement
et trop difficilement pour sa grandeur? Toujours improvisateur, il était
plus dans ses allures de vieillir ce qui lui déplaisait, et de rajeunir
_par du neuf_ sa fortune et sa renommée. Il ne résistait pas à la
séduction de l'inattendu. Ces causes, jointes aux développements
logiques d'un système absurde, et aux développements naturels d'une
humeur démesurée annulèrent toutes les garanties de prudence et de salut
que les événements intérieurs de 1810 et 1811 semblaient avoir données,
le détournèrent de l'Espagne sur la Russie, et produisirent cette
campagne de 1812 qui le devait traîner à sa perte.

»Deux années où l'espérance pouvait dominer la crainte, et trois années
où la crainte laissait bien peu de place à l'espérance, voilà le partage
des cinq dernières années du règne de Napoléon.

»En parlant de 1810 et 1811, ma mère aurait eu à montrer comment les
deux événements qui auraient dû inspirer à l'empereur l'esprit de
conservation et de sagesse, son mariage et la naissance de son fils, ne
servirent en fin de compte, qu'à exalter son orgueil. Dans l'intervalle,
on vit tous les obstacles successivement enlevés entre lui et
l'exécution de sa volonté. Aussi, depuis longtemps, il ne pardonne pas à
Fouché d'être quelque chose par lui-même. Fouché a montré qu'il
souhaitait la paix. Une scène violente vient rappeler celle dont
Talleyrand avait été l'objet, et le duc de Rovigo devient ministre de la
police, choix qui trompe sans doute les espérances de l'empereur et les
craintes du public, mais qui semble pourtant aplanir encore le terrain
où se jouait l'arbitraire. L'existence de la Hollande et le caractère
indocile de son roi est encore un obstacle, au moins une limite. Le roi
est réduit à abdiquer, et la Hollande est déclarée française. Rome même
devient un chef-lieu de département, et le domaine de saint Pierre est
réuni, comme jadis le Dauphiné, pour fournir un titre à l'héritier de
l'empire. Le clergé, mené la main haute, est violenté dans ses habitudes
et dans ses traditions. Un simulacre de concile est essayé et brisé, et
la prison ou l'exil imposent silence à l'Église. Un conseiller, soumis
mais modeste, exécute les volontés du maître, mais ne le célèbre pas; il
manque d'enthousiasme dans la servitude: Champagny est remplacé par
Maret, et le lion est lâché en Europe, sans plus entendre une voix qui
ne l'excite à la fureur. Et comme, pendant ce temps, la fortune du
conquérant et la liberté du monde ont trouvé l'une sa limite, l'autre
son rempart dans ces lignes immortellement célèbres de Torrès-Vedras, il
faut que cette force impatiente et irritée rebondisse sur Moscou, et
qu'elle aille s'y briser.

»Cette dernière période, si riche pour l'historien politique en affreux
tableaux, prêterait peu au simple observateur des scènes intérieures du
gouvernement. Le nuage s'épaississait autour du pouvoir, et jamais la
France n'a moins su ce qu'on faisait d'elle qu'alors qu'on la perdait en
quelques coups de dés. Cependant, il y aurait encore à faire
l'instructive peinture des coeurs et des esprits ignorants et inquiets,
indignés et soumis, désolés, rassurés, abusés, insouciants, abattus,
tout cela tour à tour et quelquefois en même temps, car le despotisme,
qui feint toujours d'être heureux, prépare mal les peuples au malheur,
et ne croit au courage que lorsqu'il l'a trompé.

»C'est, je pense, à cette description des sentiments publics que ma mère
aurait pu consacrer la fin de ses Mémoires, car elle a su peu de chose
que personne n'ait vu. M. Pasquier, qu'elle voyait tous les jours,
observait, par goût autant que par devoir, la discrétion prescrite à ses
fonctions. Habitué aux conversations du monde qu'il régentait sans
contrainte, il a été longtemps soigneux d'en écarter la politique, même
alors que tout le monde fût libre d'en parler. Le duc de Rovigo, moins
discret, divulguait cependant plutôt ses opinions que les faits, et les
conversations plus franches et plus confiantes de M. de Talleyrand
n'étaient guère que la confidence de ses jugements et de ses
pronostics.»

FIN DU TOME TROISIÈME ET DERNIER.



TABLE DU TOME TROISIÈME.


PRÉFACE DU TOME TROISIÈME.

LIVRE II.
(Suite.)

CHAPITRE XX.

1806.

Sénatus-consulte du 30 mars.--Fondation de royaumes et de duchés.--La
reine Hortense.

CHAPITRE XXI.

1806.

Mon voyage à Cauterets.--Le roi de Hollande.--Tranquillité factice de la
France.--M. de Metternich.--Nouveau catéchisme.--Confédération
germanique.--La Pologne.--Mort de M. Fox.--La guerre est
déclarée.--Départ de l'empereur.--M. Pasquier et M. Molé.--Séance du
Sénat.--Premières hostilités.--La cour.--Réception du cardinal Maury.

CHAPITRE XXII.

1806-1807.

Mort du prince Louis de Prusse.--Bataille d'Iéna.--La reine de Prusse et
l'empereur Alexandre.--L'empereur et la Révolution.--Vie de la cour à
Mayence.--Vie de Paris.--Le maréchal Brune.--Prise de Lubeck.--La
princesse de Hatzfeld.--Les auditeurs au conseil d'État.--Souffrances de
l'armée.--Le roi de Saxe.--Bataille d'Eylau.

CHAPITRE XXIII.

1807.

Retour de l'impératrice à Paris.--La famille
impériale.--Junot.--Fouché.--La reine de Hollande.--Levée des conscrits
de 1808.--Spectacles de la cour.--Lettre de l'empereur.--Siège de
Danzig.--Mort de l'impératrice d'Autriche.--Mort du fils de la reine
Hortense.--M. Decazes.--Insensibilité de l'empereur.

CHAPITRE XXIV.

1807.

Le duc de Danzig.--Police de Fouché.--Bataille de Friedland.--M. de
Lameth.--Traité de Tilsit.--Retour de l'empereur.--M. de
Talleyrand.--Les ministres.--Les évêques.

CHAPITRE XXV.

1807.

Tracasseries de cour.--Société de M. de Talleyrand.--Le général
Rapp.--Le général Clarke.--Session du Corps législatif.--Discours de
l'empereur.--Fêtes du 15 août.--Mariage de Jérôme Bonaparte.--Mort de
Lebrun.--L'abbé Delille.--M. de Chateaubriand.--Dissolution du
Tribunat.--Voyage à Fontainebleau.

CHAPITRE XXVI.

1807.

Puissance de l'empereur.--Résistance des Anglais.--Vie de l'empereur à
Fontainebleau.--Spectacles.--Talma.--Le roi Jérôme.--La princesse de
Bade.--La grande-duchesse de Berg.--La princesse
Borghèse.--Cambacérès.--Les princes étrangers.--Affaires
d'Espagne.--Prévisions de M. de Talleyrand.--M. de Rémusat est nommé
surintendant des théâtres.--Fortune et gêne des maréchaux.

CHAPITRE XXVII.

1807-1808.

Projets de divorce.

CHAPITRE XXVIII.

1807-1808.

Retour de Fontainebleau.--Voyage de l'empereur en Italie.--La jeunesse
de M. de Talleyrand.--Fêtes des Tuileries.--L'empereur et les
artistes.--Opinion de l'empereur sur le gouvernement anglais.--Mariage
de mademoiselle de Tascher.--Le comte Romanzow.--Mariage du maréchal
Berthier.--Les majorats.--L'université.--Affaires d'Espagne.

CHAPITRE XXIX.

1808.

La guerre d'Espagne.--Le prince de la Paix.--Le prince des
Asturies.--Abdication du roi Charles IV.--Départ de l'empereur.--Son
séjour à Bayonne.--Lettre de l'empereur au prince des Asturies.--Arrivée
de ce prince en France.--Naissance du second fils de la reine
Hortense.--Abdication du prince des Asturies.

APPENDICE.

FIN DE LA TABLE DU TOME TROISIÈME ET DERNIER.



Paris--Imprimerie Émile Martinet, rue Mignon, 2.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de madame de Rémusat (3/3) - publiées par son petit-fils, Paul de Rémusat" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home