Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires d'une contemporaine - Souvenirs d'une femme sur les principaux personnages de la République, du Consulat, de l'Empire, etc... Tome 6
Author: Saint-Elme, Ida, 1778-1845
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires d'une contemporaine - Souvenirs d'une femme sur les principaux personnages de la République, du Consulat, de l'Empire, etc... Tome 6" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES D'UNE CONTEMPORAINE,

OU

SOUVENIRS D'UNE FEMME SUR LES PRINCIPAUX PERSONNAGES DE LA RÉPUBLIQUE,
DU CONSULAT, DE L'EMPIRE, ETC.

     «J'ai assisté aux victoires de la République, j'ai traversé les
     saturnales du Directoire, j'ai vu la gloire du Consulat et la
     grandeur de l'Empire: sans avoir jamais affecté une force et des
     sentimens qui ne sont pas de mon sexe, j'ai été, à vingt-trois ans
     de distance, témoin des triomphes de Valmy et des funérailles de
     Waterloo.» MÉMOIRES, _Avant-propos_.

TOME SIXIÈME.

Troisième Édition.

PARIS.

LADVOCAT, LIBRAIRE, QUAI VOLTAIRE, ET PALAIS-ROYAL, GALERIE DE BOIS.


1828.



CHAPITRE CXLIV.

Approches du 20 mars.--Nouvelle du débarquement de Napoléon.


Depuis mon retour à Paris, j'étais chaque jour plus mêlée à toutes les
espérances des amis de Napoléon. Sans avoir le mot d'aucune intrigue,
j'en remplissais les missions avec toute la chaleur d'un enthousiasme
désintéressé, et, la main sur la conscience, j'étais un véritable
conspirateur sans le savoir. Ce qu'il y a de certain, c'est que pendant
l'époque la plus rapprochée du 20 mars, je fis un grand tort à la petite
poste. Il était bien rare qu'en ma qualité de _fama volat_, je n'eusse
pas quelque secrète missive à porter. Un matin, Regnault me chargea de
trois commissions de ce genre, en me disant de les remettre à un homme
qui m'aborderait en me demandant _comment se porte monsieur votre
oncle?_ Mon instruction était d'attendre cet homme dans un café du
passage Feydeau, d'y rester jusqu'à onze heures.

«Faut-il que je demande un reçu?

«--On vous le donnera sans que vous le demandiez, L'échange des lettres
se fait sur la reconnaissance d'une médaille; vous les apporterez
aussitôt.» J'allai en effet au café à neuf heures et demie; l'on
m'aborda avec la formule convenue; l'échange se fit comme il m'avait été
recommandé. Je connaissais très bien la personne; c'était un officier de
hussards. Il me parla assez lentement du retour de l'Empereur, et de
l'attente générale des militaires; qu'ils étaient tous comme des fous,
et lui le premier. Quand je rendis compte de ma mission à Regnault, il
murmura avec une colère mal déguisée: «Ces officiers sont bavards, ils
se battent comme des lions, mais cela jacasse comme des femmes.» Mais il
m'adressa personnellement mille choses flatteuses sur mon activité, ma
prudence. Je voyais très bien qu'il voulait me faire un point d'honneur
de la discrétion, et si j'avais été femme à profiter des occasions,
j'aurais largement été payée des services que je mettais, au contraire,
une espèce d'orgueil à rendre par souvenir et opinion. Je continuai ces
courses mystérieuses avec toute la discrétion d'un néophyte. Regnault,
par son ton confidentiellement important, excitait mes bonnes
dispositions, et je me croyais un personnage destiné à jouer un rôle.
Les dangers ne m'ont jamais effrayée, et j'y courais avec plaisir et
vanité. Le lendemain, 9 mars, il m'avait donné un rendez-vous à deux
heures; il me fit attendre long-temps: il était extrêmement agité,
tenant une lettre ouverte à la main. Il me fit entrer dans sa chambre à
coucher, et écrivit à la hâte les deux lignes:

«J'ai la certitude que Pontécoulant est contre nous. Brûlez...»

«Tenez, me dit-il, dépêchez-vous de porter cela au Marais, rue Barbette,
vis-à-vis l'hôtel Corberon. Vous demanderez M. Victor; vous vous
annoncerez de ma part; mais vous ne remettrez le billet que lorsqu'on
vous aura montré une médaille pareille à celle de l'autre jour. Retenez
bien la réponse, mais ne l'apportez pas écrite; il peut arriver un
accident: il faut tout prévoir.

«--Eh bien! reprenez votre billet; je dirai tout de vive voix.

«--Non, non, il faut qu'on voie, par un signe palpable, que cela vient
de moi. Souvenez-vous bien de me rapporter le billet.

«--Ah! dis-je en riant, et l'accident?

«--Vous avez raison. Déchirez le billet vous-même.

«--Soyez tranquille.» Et me voilà partie, fière de ma mission, comme si
le bonheur de la France en eût dépendu.

En tournant la rue Barbette au Marais, le conducteur arrête pour
demander l'hôtel à un homme de fort bonne mine. «Est-ce que vous y
allez, demanda-t-il au cocher. C'est Victor que vous cherchez,»
ajouta-t-il en me regardant d'un air qui me le fit prendre pour un agent
chargé de m'arrêter! Cette idée me frappa tellement, que rouler le petit
papier et le jeter furtivement dans ma bouche fut l'affaire d'une
seconde. «Je vais au numéro 22,» m'écriai-je.

«--Il me semble qu'il n'y en a pas dans la rue.» Et après cette parole
il disparut. Mais lorsque le cabriolet vint à s'arrêter, le même homme
se présenta pour me faire descendre. J'avoue que je me crus déjà en
puissance de police; mais le billet étant en sûreté, je sautai lestement
sans prendre la main qu'on m'offrait. Mais toutes mes craintes
s'évanouirent; c'était presque un confrère. Regnault rit beaucoup quand
je lui racontai ma frayeur et ma précaution pour le billet; la présence
d'esprit que j'avais montrée accrut encore sa bonne opinion sur ma
sagacité, et sur une prudence que je savais si bien avoir pour les
autres après en avoir toujours tant manqué pour moi-même.

Je fus à même de remarquer ce jour-là que jamais l'excès de prévention
de Regnault pour Napoléon n'avait été plus loin. Naturellement éloquent,
il ne le fut jamais davantage, et s'enflamma même jusqu'à revenir sur la
campagne de Russie et celle de 1814, pour en enlever tous les torts à
son idole.

«Je sais bien, lui dis-je en riant, que ce n'est pas Napoléon qui a fait
geler et neiger; mais, au fait, qu'allait-il faire dans cette Russie? Le
beau pays à conquérir! la France vaut bien qu'on s'en contente.

«--Aussi l'Empereur ne veut plus de guerre...

«--Il revient donc, m'écriai-je vivement?

«--Dans une quinzaine, vous irez le voir aux Tuileries.

«--Êtes-vous fou?

«--Pas le moins du monde.

«--Et vous croyez que cela se passera sans plus de façon.»

À cela je lui fis quelques objections si pressantes, qu'il s'emporta
jusqu'à la colère. Cette petite altercation nous avait fait passer une
heure, et éloignés de notre objet, Regnault y revint de lui-même en me
donnant deux nouvelles commissions, dont l'une auprès de Cambacérès. Il
me recommanda de bien regarder en sortant si l'on m'observait, et de
prendre un cabriolet un peu loin. J'ai déjà dit que sans savoir le mot
des intrigues, j'avais mis une sorte de vanité à ces services, vanité
qui me faisait mépriser le danger. Plus instruite, je ne redoutais pas
davantage les espions; d'ailleurs, quand on se sait observé, il est si
aisé de dérouter l'attention. Il suffit de la fixer sur des démarches
insignifiantes pour la détourner de celles qu'on veut cacher. Aux
approches du retour de Napoléon, la police était ou aveugle ou complice;
car j'ai surpris des signes d'intelligences faits par des officiers à
l'heure même de la parade, au mot d'ordre et sous le balcon du roi. Je
me rappelle avoir déjeûné, dans les premiers jours de mars, dans un café
qui fait le coin de la rue de l'Échelle, avec plusieurs militaires
habillés en bourgeois. On se faisait des signes, on se montrait des
cocardes, des proclamations vraies ou fausses: on peut dire que les
conspirateurs jouaient cartes sur table.

Je ne pouvais croire que si Napoléon revenait, Ney partirait avec le
roi. Dans tout cela, lui seul m'occupait et m'intéressait; et je ne
voyais pas trop comment il réussirait à faire cadrer le passé et le
présent. La dernière fois que je vis Regnault, il me parla encore du
maréchal, et de manière à m'effrayer. «Il a, disait-il, bien durement
conseillé l'abdication. Je ne sais pas trop de quel œil l'Empereur va le
revoir.--Et moi je pense que Ney sent trop sa propre gloire pour se
laisser regarder de travers,» lui répondis-je avec une émotion secrète
qui semblait me faire pressentir que ce retour allait lui devenir fatal.
Je ne vis pas une seule fois Mme Regnault dans ces visites pourtant si
fréquentes à son hôtel; il me semble qu'elle était à sa terre, ignorant
tous les mouvemens que son mari se donnait.

Quelques jours après la fatale catastrophe du général Quesnel, Regnault
me parut extrêmement joyeux, quoique très agité. Il me lut quelques
lignes que je ne me rappelle pas assez pour les citer, mais qui venaient
de Porto-Ferrajo. Il me demanda «si je croyais pouvoir me fier
absolument au dévouement de Léopold?

«--Oui, lui-dis-je, pour tout ce qui me concerne; peut-être même pour
autre chose. Mais son avenir m'a été confié par sa mère, et je n'en
jouerai pas le bonheur contre des folies politiques. Si l'on se bat,
Léopold sera le premier à son poste: voilà tout ce qu'en fait de
dévouement vous devez attendre de lui.

«--Vous n'avez pas le sens commun, ma pauvre amie; il y a de l'étoffe
chez vous, mais votre tête gâte tout.

«--Vous croyez? Réellement, vous rêvez donc tous le retour de
l'Empereur?

«--Rêver est excellent; si vous voulez lui présenter votre nouvelle
passion, allez à Barême, vous y avez des amis, et là vous pourrez
demander à l'Empereur une lieutenance pour Léopold.»

Je regardais Regnault d'un air ébahi et presque stupide. Il me poussait
d'autres papiers sous les yeux, que je n'osais pas lire, tout entière
absorbée par des paroles énigmatiques. Mais Regnault aimait Napoléon de
si bonne foi, que cela pouvait s'appeler bien plus une vertu de
reconnaissance qu'un intérêt de sédition. «Laissez faire les événemens,
disait-il, la France reprendra son rang avec lui; l'idolâtrie de l'armée
est telle pour cet homme, que tout lui deviendra possible.

«--Convenez, entre nous, sans phrases, que l'armée est bien bonne?»
Paroles qui ne venaient pas de ma pensée, mais destinées à lui arracher
la sienne tout entière; car je me plaisais autant que lui-même à cette
extase continuelle d'admiration.

«Mon Dieu! on fait beaucoup sonner le bonheur pour les soldats de n'être
plus exposés à une mort de chaque jour; mais les dangers sont la vie du
soldat...

«--Cependant vous disiez tout dernièrement que si Napoléon revenait, il
ne serait plus le même?

«--Cela est bon à dire pour le moment, c'est une excellente phrase de
préface. Au fond, il nous faudra des hommes et des millions; mais, soyez
tranquille, on les trouvera.

«--C'est ici le cas de dire,» répliquai-je:

     Qu'il se montre, il deviendra le maître.
     Un héros qu'on opprime attendrit tous les cœurs;
     Il les anime tous quand il vient à paraître[1].

À cette citation, faite, je l'avoue, avec un peu de prétention, je crus
que Regnault allait perdre la tête. Il écrivit à la hâte quelques mots,
et pendant ce temps on vint lui apporter un énorme paquet de papiers; il
les parcourut, et brûla tout aussitôt, à l'exception d'une lettre qu'il
me fit lire. Elle était de Mouton-Duvernet; Regnault savait que je le
connaissais depuis les campagnes d'Allemagne. Hélas! cette lettre que
Regnault me dit de garder, lettre absolument sans importance politique,
manqua de me devenir funeste, un an plus tard, dans les premiers jours
de mars 1816.

Le lendemain de cette visite, Léopold, qui dînait souvent avec des
officiers, ses anciens frères d'armes de la guerre de Russie, vint tout
agité, dès huit heures du matin, m'annoncer qu'il partait avec trois de
ses anciens chefs, qu'il reprenait du service, qu'à coup sûr l'Empereur
serait à Paris dans peu avec Marie-Louise et le roi de Rome.

«Va-t'en voir s'ils viennent, _Jean_!» fut la seule réponse que je fis à
ce qui me semblait le comble de l'extravagance; mais cette extravagance
me gagna subitement, et ma discussion avec Léopold durait encore, quand
trois personnes qui vinrent me rendre visite, m'assurèrent que, pendant
qu'on perdait à Paris le temps en _si_ et en _mais_, Napoléon faisait
ses affaires, qu'il avait avec lui assez d'hommes tant Polonais que
_grognards_, pour tenter un coup de main; que les munitions et l'or ne
lui manqueraient...--«Ni les cœurs, ni les bras,» s'écria Léopold, avec
une énergie qui attira sur sa figure inspirée tous les regards, et me
fixa, moi, immobile à ma place. Sans chercher à justifier la cause d'un
si brûlant enthousiasme, son spectacle était trop entraînant pour que je
restasse froide à côté de Léopold. Il me semblait retrouver en lui
l'idole de mes plus beaux jours, le héros de ma constante admiration,
c'était Ney dans toute son énergie, patriotique et militaire... Dès que
je fus seule avec Léopold, il me dit: «Ne nous quittons pas; allons
ensemble nous joindre aux fidèles serviteurs d'une haute infortune,
vaincre ou succomber auprès de l'Empereur, mon amie! mon amie! ce sera
une belle page dans notre histoire.

«--Que fera Ney?

«--Qui le sait? Il est tout au nouvel ordre de choses, il attendra
l'événement.

«--Vous avez tort, Léopold; vous jugez avec aigreur le maréchal; il
n'est pas homme à chercher la gloire de la prudence. Si quelque chose
est changé dans ses sentimens, c'est qu'il pense que cela est mieux pour
la France. Léopold, si mon repos vous est cher vous attendrez quelques
jours.

«--Mon amie; ce départ est la seule chose que je ne puisse vous
sacrifier. Tous mes préparatifs sont faits, je n'ai plus qu'à monter en
chaise de poste.» J'eus la force de résister, mais non pas celle de le
convaincre. Il me quitta bon gré mal gré, et je ne le revis que le 20
mars, dans la foule qui porta l'Empereur en triomphe, à neuf heures du
soir, par le grand escalier que S. M. Louis XVIII avait descendu à
minuit pour quitter le trône et la France.

Sur ces entrefaites Napoléon débarquait à Cannes. Le 6 mars je
traversais les Tuileries, après avoir rencontré Regnault, qui m'apprit
l'événement et qui avait l'air fort inquiet. Comme il me quittait tout
effaré, j'aperçus Ney sortant du château, et causant au milieu d'un
groupe d'officiers. Il me vit, et je profitai de cette heureuse
inspiration de nos regards pour lui faire un signe auquel il était
convenu entre nous de nous rendre toujours. Je pris un cabriolet pour
aller attendre chez moi le maréchal. Dans une angoisse où il me semblait
que j'allais perdre la raison, je marchais à grands pas dans ma chambre,
je courais à l'antichambre. À sept heures du soir j'arrêtai la pendule
pour échapper à l'impatience que me causait l'aiguille immobile. N'en
pouvant plus, je me jetai à genoux devant mon lit, enfonçant ma tête
brûlante dans les couvertures, de manière que je n'entendis pas arriver
le maréchal, et me trouvai enlevée et pressée dans ses bras avant d'être
revenue à moi-même. Le bonheur fut inexprimable, mais de courte durée.
Ney avait cédé à l'intérêt de mon abattement, dont il devinait le motif;
mais ce motif lui rendit aussitôt le visage sévère, lorsqu'avec un
accent passionné je lui dis, me pressant fortement sur son cœur:
«N'est-ce pas que vous ne marcherez jamais contre lui?» Ce _n'est-ce
pas_ était un souvenir de nos plus heureux instans, une de ces paroles
inachevées qui représentent tout un monde d'illusions, que le mystère
protége contre l'oubli, et dont le cœur retient toujours le sens
puissant et magique. L'interpellation magnétique me valut, hélas! une
brusque réprimande que j'étais d'autant moins disposée à souffrir
patiemment, que je la trouvais on ne peut plus déplacée. «Vous partez
donc, heureux et content d'être choisi pour marcher contre Napoléon,
ayant promis d'arrêter l'Empereur.

«--Il ne l'est plus: il ne revient que pour perdre la France. Si vous
n'étiez femme, je vous demanderais raison de votre opinion...

«--Séditieuse, n'est-ce pas?

«--Oui, et, de plus, extravagante. Ida, si vous tenez à mon amitié,
croyez-moi, sachez réprimer le délire de vos passions.

«--À commencer, M. le maréchal, par celles qui firent si long-temps ma
félicité et ma gloire.»

«--Mauvaise tête.

«--Pas si mauvaise, ce me semble, car elle ne tourne pas à tout vent.

«--Eh bien! ayez vos opinions, mais ne m'en parlez plus.

«--Cela vous blesse donc les oreilles?

«Il suffit que vos idées soient contraires à mes nouveaux devoirs, pour
que vous deviez me les taire.» Ici j'éclatai par douleur et comme par
pressentiment.

«Vos nouveaux devoirs! et voilà ce que vous avez de mieux à dire à celle
qui vous en a connu d'autres, qui vous a vu grandir sous celui que vous
courez combattre! Ah! sans doute je vous parle pour la dernière fois. Je
vous l'ai dit, je le répète, vous êtes peut-être celui des maréchaux qui
aurait dû le moins se séparer du culte de l'empire, auquel moi, dans ma
nullité, j'ai voulu être fidèle de cœur. Il n'y a pas besoin de
conspirer, de trahir personne, mais on peut se tenir à l'écart et
attendre.

«--Adieu, Ida, pour toujours adieu!» Et il me quitta. J'étouffais, mes
larmes coulaient en abondance; je restais debout; immobile, écoutant ses
pas fugitifs, je pressais mes mains contre mon cœur comme pour
l'étouffer; ses pas ne retentirent plus dans l'escalier, la porte
cochère retomba lourdement, j'entendis un cabriolet s'éloigner, et
pendant deux heures je cessai presque de vivre.

J'eus à peine la force de m'étendre sur mon lit, où le sommeil vint
heureusement me saisir. On m'éveilla de bonne heure en m'apportant une
lettre de Léopold. Il m'envoyait des extraits des proclamations qu'il
avait ramassées sur toute la route «Ah! pourquoi, ajoutait Léopold,
n'êtes-vous pas avec moi? rien alors n'égalerait mon bonheur.»

Je courus porter cette lettre à Regnault. Je le trouvai plus agité que
moi-même, quoiqu'il n'eût pas les mêmes raisons d'émotion. Il me blâma
d'avoir laissé partir Léopold sans l'en prévenir. Je crus que la tête
lui tournait. Il tenait une de ces proclamations et une lettre de M.
Bonnest; puis, tout en marchant, il s'écria: «Le général Marchand est à
Grenoble; il n'aime pas l'Empereur. Ney part pour Besançon. Le
débarquement est un coup de tête dont Napoléon n'a pas calculé toutes
les chances difficiles. Il a mal fait de ne pas se rapatrier avec Murat.

«--M. le comte, tout cela me paraît encore un rêve.

«--Oh! non;... le gant est jeté, la partie engagée... Mais croyez-vous
réellement Ney dans l'intention de marcher contre l'Empereur?

«--Nul doute.

«--Il vous l'a dit?

«--Et presque d'une manière trop significative, en commençant contre moi
la guerre. Ney prétend que ce retour serait fatal à la France, et Ney
est la loyauté même; il ne dit que ce qu'il pense, et il agit comme il
dit; je lui dois au moins cette justice. Je n'ai pas à me louer de ses
adieux; il résistera, soyez-en certain.

«--Eh bien! dans ce cas, tout est perdu.

«--Que ne restait-il donc dans son île, votre Empereur! Mon Dieu! il y
était si tranquille.

«--La plaisanterie est excellente.

«--Excellente! non, sans doute, mais juste. Consultez l'embarras où vous
êtes, le trouble qui vous agite, et vous penserez comme moi.»

Je rentrai petit à petit dans ses idées, et je lui annonçai que puisque
Ney était parti pour Besançon, j'allais y aller aussi. Regnault parut
ravi de ma résolution.

Je trouvai en rentrant une lettre qui me fit changer d'itinéraire et je
partis pour ce voyage impromptu, et sans avoir, dans un trajet de
quarante ou quarante-cinq heures, d'autre pensée fixe que l'incertitude
de ce que j'allais dire à Ney? Comment va-t-il me recevoir?... Partout
l'aspect des troupes suffisait pour me faire juger que Napoléon n'aurait
qu'à reparaître au milieu d'elles pour ramasser encore une fois la
couronne. Ce spectacle en quelque sorte de la destinée qui se
prononçait, ne faisait qu'augmenter mes angoisses sur le maréchal... Je
ne pourrai l'aborder; ai-je encore le droit et aurai-je encore le
courage de lui parler après le cruel adieu de Paris?



CHAPITRE CXLV.

Débarquement de Bonaparte en France.--Événemens de l'intérieur.--Ney à
Lons-le-Saulnier.


En chaise de poste, il est impossible que la réflexion ne vienne pas
même à une femme, et j'avoue que depuis que j'étais en route le retour
de Napoléon me paraissait plus naturel. Il était impossible que Napoléon
gardât prison à Porto-Ferrajo, quand un parti puissant et une armée
dévouée l'appelaient à Paris. Le mouvement inquiet et tumultueux de la
population à chaque pas me révélait une partie des événemens. J'appris
ainsi qu'à Lyon flottait déjà le drapeau tricolore. L'ancienne reine des
Gaules s'était rendue sans résistance au souverain d'une petite île de
la Méditerranée, suivi ou pour mieux dire escorté d'une armée de mille
hommes. Et cependant, aucune haine fondée ne s'était attachée aux
Bourbons, dans ce règne de dix mois qui était près de s'évanouir. Un
sentiment général d'intérêt, qui allait en quelques ames jusqu'à
l'attendrissement, en quelques autres jusqu'à la passion, se mêlait dans
la multitude à l'expression d'entraînement et d'enthousiasme qu'avait
développée le retour du héros. Napoléon venait de prouver aux cabinets
de l'Europe que la gloire est aussi une espèce de légitimité, et cette
leçon terrible, qui a coûté si cher aux nations, devait laisser des
traces ineffaçables dans l'histoire. Pourquoi fallait-il que je l'y
visse plus tard écrite en lettres de sang!

Je croyais pénétrer les dispositions de Ney, mais je m'étonnais qu'elles
ne s'accordassent point avec sa conduite; et si j'avais moins connu son
caractère, l'étrange antipathie qui dut s'établir dès le premier jour de
la restauration entre ses sentimens et ses devoirs, serait encore pour
moi un mystère inexplicable: mais quand j'ai essayé de peindre cette
grande ame, une des plus tendres, des plus généreuses et des plus
dévouées que la nature se soit plue à former, je me suis condamnée à
reconnaître ce qui lui manquait de perfection pour atteindre à une
sublimité idéale. Ney portait sous ses formes héroïques le cœur le plus
doux et le plus facile. Accessible à tous les témoignages de
bienveillance et d'affection, il s'y livrait avec une mobilité qui a peu
de dangers dans la société privée où elle ne saurait effrayer que
l'amitié et l'amour, mais qui a des inconvéniens très graves par leurs
résultats dans une vie placée si haut, et quand il s'agit de si grands
intérêts. Tout ce qu'il disait, il le sentait profondément; tout ce
qu'il promettait, il était décidé à le faire; tout ce qu'il voulait, il
croyait le vouloir en effet. Ce fut abuser indignement des mots que
d'appeler Ney un traître; il n'a trahi que sa volonté et ses
résolutions. On l'a calomnié en lui supposant un plan. L'idée d'un plan
suivi qui exigeait l'habitude du mensonge, est incompatible avec cette
naïveté d'ame et d'esprit qui l'a toujours caractérisé. Un de ses
officiers les plus aimés, le brave et spirituel Esménard, me disait un
jour: «Le maréchal est un demi-dieu sur son cheval; quand il en est
descendu, c'est un enfant.» Voilà le prince de la Moskowa tout entier.

On pense bien que je m'empressai de lire les journaux, et d'y chercher
tout ce qu'ils avaient pour moi, c'est-à-dire, ce qui se rapportait au
nom de Ney et à sa position politique. Il avait reçu les ordres de Louis
XVIII, et il s'y était dévoué avec franchise, car il ne savait pas se
dévouer autrement. S'il abjura quelques jours après cet engagement,
c'est que derrière la monarchie détruite par une puissance irrésistible,
il voyait encore la patrie. Sa position était unique dans tous les
siècles et dans toutes les histoires. Il prit beaucoup sur lui, parce
qu'il était seul, mais il est difficile de comprendre ce qu'il aurait pu
faire d'utile en agissant autrement. Ce qu'il y a de certain, c'est
qu'il épargna beaucoup de malheurs, qu'il conserva à la France ces
départemens sub-Alpins qui subirent l'usurpation de Louis XIV, peut-être
sans l'aimer, et qu'il ne lui manqua pour être absous que d'être
apprécié par des hommes capables de calculer l'immense responsabilité
dont il était chargé devant le pays et devant l'histoire. Ce sont des
difficultés de situation que l'on ne peut pas mesurer en courant du
château des Tuileries au vestiaire du Luxembourg.

J'anticipe malgré moi sur cet avenir dont l'idée me tourmente et me
bouleverse, je voudrais m'y dérober. Je voudrais réveiller dans mon cœur
l'impression de ces beaux sites du Jura qui me rendaient les Alpes
Helvétiques et les Alpes Tyroliennes. Toutefois mon cœur était trop
préoccupé pour en goûter le charme. Ney devait être à Lons-le-Saulnier.
Sa conduite dans ces jours d'orage allait décider de tout son avenir; je
prévoyais avec inquiétude, avec effroi, les dangers auxquels il exposait
sa tête. Mille présages de mort que je n'avais jamais accueillis dans le
tumulte des camps et des champs de bataille, se fixaient invinciblement
devant ma pensée. J'étais si absorbée dans ces réflexions en arrivant à
la ville qui était le but de mon voyage, qu'aucun bruit, aucun événement
extérieur n'avait pu m'en distraire. Plusieurs voitures s'étaient
croisées avec la mienne, sans que je les aperçusse; l'une d'elles
renfermait le maréchal. Quand je m'informai de lui, on m'apprit qu'il
était parti depuis deux heures. Cette nouvelle produisit sur moi une
commotion qui me rendit à la perception, au sentiment des objets dont
j'étais entourée. Je crus sortir d'un songe; je me réveillais en effet.
Il était neuf heures du soir. De la fenêtre de mon auberge de la _Pomme
d'Or_ on apercevait quelques croisées illuminées. Des banderoles aux
trois couleurs y flottaient d'espace en espace. Des groupes animés
parcouraient au loin la rue Saint-Désiré et la Grande Place. Je prêtai
l'oreille, et j'y saisis le nom du maréchal; j'écoutai plus
attentivement. J'entendis crier: _Vive l'Empereur!_ et ce cri courant de
proche en proche vint se répéter jusque auprès de moi. Je ne pus douter
qu'un grand événement ne se fût accompli. Une révolution était faite.

Empressée de savoir quelle part Ney avait prise à cette grande scène
historique, je fis monter dans ma chambre une des jeunes et très jolies
demoiselles que j'avais remarquées dans l'auberge; c'était la fille du
propriétaire. Elle me raconta avec chaleur et naïveté ce que l'histoire
a déjà répété tant de fois, et ce qu'une procédure sanglante a révélé
dans tous ses détails. Je n'en dirai que ce qui m'a paru altéré dans les
récits vagues et confus sur lesquels sir Walter Scott a brodé sa longue
et mensongère _vie de Napoléon_. Le maréchal ne manifesta point ce qu'on
appelle sa défection par un ordre du jour écrit. Cette pièce ne parut
qu'après avoir été lue à la tête des troupes, dans une promenade de
Lons-le-Saulnier où se passent ordinairement les revues, et qui tire, ou
d'une institution ancienne, ou d'une tradition du moyen âge, son nom
légalement romantique: elle s'appelle _la Chevalerie_. La première
phrase de ce discours ne pouvait pas laisser de doute; elle en
renfermait tout le sens. «Soldats, dit le maréchal, la cause des
Bourbons est à jamais perdue.» Cette déclaration de principes produisit
l'effet de l'étincelle électrique. L'armée se la répéta d'homme en
homme, et l'enthousiasme, porté à son comble, se manifesta par des
éclats qui empêchèrent long-temps l'orateur de poursuivre. On vit voler
en un instant les cocardes blanches et les fleurs de lis. On vit couler
des larmes de joie des yeux de ces vieux soldats qui n'avaient jamais
pleuré. Les fantassins couvrirent leurs fusils de baisers; les cavaliers
embrassèrent leurs chevaux. Le peuple seul resta calme et presque morne,
car il y avait au fond de cet événement une immense incertitude de
l'avenir, qu'aucun esprit sage ne pouvait envisager sans épouvante. La
dernière résolution de Ney lui était d'ailleurs si personnelle, elle
était si universellement inattendue, que le commandant de la garde
nationale, M. de Grivel, qui était à cheval à côté de lui, étendant le
doigt vers le papier que le maréchal roulait dans ses mains, lui dit
avec un sourire inquiet: «Vous vous trompez, M. le maréchal.--Non, mon
cher ami, répondit Ney. J'ai dit ce que je voulais dire»; et il répéta.
M. de Grivel se retira du rang de l'état-major, et brisant son épée sur
sa selle, il en jeta les tronçons au vent. «Adieu, maréchal, cria-t-il.
Souvenez-vous qu'il est plus facile à un Franc-Comtois de rompre du fer
que de violer sa parole.»

La défection de Ney ne pouvait être déterminée que par de hautes
considérations que l'histoire appréciera. Il eut lieu de croire que le
sort de la France dépendait de lui, et il agit comme il crut devoir
agir, selon sa conscience et sa raison, dans l'intention évidente de ne
pas livrer son pays aux chances d'une guerre civile; mais une ame telle
que la sienne savait apprécier tout ce qui est généreux. Elle aimait
tout ce qui est grand, et la belle conduite de M. de Grivel avait laissé
une tendre et profonde impression dans son esprit. Il en a parlé dix
fois dans le cours de sa procédure, et le témoignage d'un grand homme
est assez glorieux pour dédommager M. de Grivel des oublis ingrats du
pouvoir. Si j'avais la force de mêler quelques réflexions à des détails
si pénibles à écrire, et qui m'entraînent de plus en plus vers un
dénouement épouvantable que je ne puis repousser de ma pensée, je ferais
remarquer ici une des causes qui ont le plus contribué à entretenir dans
la mémoire du peuple quelque amour et quelque regret pour cette ère
impériale, si rapide et si brillante. C'est peut-être de tous les temps
historiques celui où le gouvernement a le mieux apprécié les hommes,
parce que, suivant l'heureuse expression de madame de Staël, le
gouvernement de Bonaparte s'était fait homme, et que, semblable à
l'homme de Térence, il ne connaissait rien qui lui fût étranger. Le
génie, la valeur et la vertu n'avaient pas besoin de l'intermédiaire
d'un grand seigneur, ou d'un homme éminent dans l'Église. Ils avaient à
qui parler en montant droit au trône; et aucun titre n'était repoussé,
aucun service n'était exclu. Quand Napoléon passa à Lyon, il envoya la
croix d'honneur au seul citoyen qui eût accompagné MONSIEUR jusqu'à la
fin, dans une démarche bien difficile, où ce prince fit preuve à la fois
de courage, de prudence et de générosité. Si Napoléon avait gagné la
bataille de Waterloo, s'il avait affermi cet empire dont l'heure était
venue, si ses institutions s'étaient consolidées avec son pouvoir, M. de
Grivel serait assis à côté de Ney dans la chambre des Pairs, et c'est
Ney qui l'y aurait appelé.

«Enfin, dit la jeune narratrice, dont je ne fais depuis long-temps que
paraphraser le discours, si Madame en veut savoir davantage, elle
apprendra tout ce qui l'intéresse à la salle à manger, où sont réunies
les personnes les plus notables de l'endroit. Le souper a été un peu
retardé à cause des circonstances; mais il y a trente-cinq couverts.

«--Mettez-en trente-six», répondis-je, et je passai devant un mauvais
miroir pour faire de ma toilette de voyage une toilette de table d'hôte.
Il y avait peu de chose à changer. Ce genre de rapports nécessaires avec
des gens dont on ne ferait nulle part ailleurs sa société, et qui ne
répondent pas une fois sur mille à la disposition de votre esprit et aux
mouvemens de votre humeur, m'a toujours singulièrement déplu. Mais
c'était un jour, un événement historique; j'allais entendre nommer celui
dont le nom était le bonheur et la gloire de ma vie, et j'attachais
aussi quelque importance à connaître ces fiers montagnards dont
l'histoire se rattache à tant d'événemens extraordinaires. J'avais
entendu parler de l'effet que ces géans du Jura produisirent à la
fédération de 1790, quand leur bataillon de colosses entra dans le
Champ-de-Mars, précédé d'un ermite des rochers, et d'un vieillard de
cent vingt ans, doyen de sa province, et peut-être du genre humain;
j'aimais le Jura par cet instinct qui m'attache aux pays et aux mœurs
extraordinaires; j'aimais surtout ce qui avait vu Ney, tout ce qui
pouvait m'apporter un souvenir de lui, tout ce qui pouvait en réfléchir
l'image sur mon cœur. Je descendis.

La longue et triste salle à manger était encore vide. Elle me rappelait
quelque chose d'une station de guerre dans une place menacée. Des feux
de joie ou de précaution passaient de minute en minute devant la
fenêtre; des pétards éclataient sur la place. Des chants extraordinaires
se mêlaient à ces scènes de terreur et ne les embellissaient pas. Les
belles demoiselles de la maison se pressaient autour de moi, en me
disant: «Ah! Madame la maréchale!» C'était l'idée qu'elles s'étaient
faite, et je ne sais pourquoi, car il y a des secrets de l'ame qui ne se
révèlent que par une longue habitude ou une puissante sympathie, et je
n'avais pas même nommé le maréchal. Rebutée aux Français sous la
couronne d'une reine tragique, il m'était réservé de passer malgré moi
pour une impératrice à l'île d'Elbe, et pour une princesse dans le Jura.

Peu à peu la scène s'anima d'une manière étrange. Des soldats
d'ordonnance se succédaient dans la salle. Un lieutenant général, en
grand uniforme, descendu d'un petit escalier obscur, la traversa en
passant une main soucieuse dans ses cheveux, et en regardant à droite et
à gauche s'il était observé. Je crus reconnaître M. de Bourmont. Les
groupes se pressaient; il les parcourut en souriant aux femmes, en
pressant la main des officiers qui avaient suivi le mouvement du matin,
en adressant aux autres un regard de reconnaissance, de tristesse et de
regret, et en jetant de loin quelques mots caressans aux enfans. Peu
d'hommes ont eu plus d'art à faire valoir ces prestiges gracieux de
l'esprit qu'enseigne le besoin de plaire. Il avait été si malheureux!
Pourquoi a-t-il oublié plus tard ce qu'une infortune honorable, et qui
tiendra une place distinguée dans l'histoire, devait à une infortune
glorieuse dont le souvenir retentira dans tous les siècles?

Un autre personnage qui le cherchait probablement (je crois qu'ils
allaient partir ensemble) le rencontra presque sous mes yeux. C'était un
homme d'une taille un peu au-dessus de la moyenne, dont les formes
lourdes et carrées n'annonçaient qu'un paysan à son aise, et qu'on
aurait pris tout au plus à son visage couperosé, à ses manières brusques
et tranchantes, à son chapeau rond de flibustier, à sa démarche
abandonnée et sauvage, pour un officier de marine en réforme. Il fit le
tour de la salle en promenant sur tous les convives un regard mort qui
étincela quand il arriva aux femmes. Ce rayon d'un feu cynique m'avait
effrayée chez Moreau et ailleurs; je me couvris de mon voile: je venais
de reconnaître Lecourbe.

L'aspect de cette table était pour moi un objet d'études toutes
nouvelles. J'étais dans le Jura, c'est-à-dire dans le pays le plus
caractérisé de la France, le jour de l'événement le plus extraordinaire
des temps modernes, et sur le théâtre où il venait de se passer. Je
cherchai à distinguer parmi les convives quelques unes de ces figures
saillantes que la nature semble avoir moulées pour l'histoire. À ma
droite était assis un homme que l'on appelait le commandant Vivian, et
dont la taille presque gigantesque, dont les cheveux noirs, épais et
crépus, dont la physionomie rude et austère contrastaient d'une manière
surprenante avec le son de voix le plus doux qui ait jamais vibré dans
mon oreille, et surtout avec le ton de conversation le plus
affectueusement obligeant, le plus réservé, le plus poli, dont une
voyageuse un peu aventurière ait jamais eu à se louer dans une auberge.
Il était souffrant encore d'une blessure très grave et presque
incroyable: un biscayen avait traversé sa poitrine, quelques lignes
au-dessous du cœur, à la bataille de Lutzen.

La conversation ne tarda pas à s'animer. On déplora des excès dont
l'éloignement trop subit du maréchal avait rendu la répression
impossible. Le café Bourbon, qui était le point de réunion des
royalistes, venait d'être livré aux violences de la populace. Une femme
charmante qui en faisait l'ornement, et dont tout le monde s'accordait à
louer la vertu, l'esprit et la beauté, avait été obligée de se réfugier,
au péril de sa vie, sur les toits d'une maison voisine. En général, ces
messieurs paraissaient fort opposés au gouvernement des Bourbons, mais
je n'avais pas conçu jusque là qu'une opinion aussi absolue que la leur
pût se concilier avec tant de modération et de bienveillance; je
m'expliquai cette idée en les regardant. La nature leur avait imprimé à
un si haut degré les signes de la force, que l'on concevait qu'un peuple
ainsi organisé aurait dérangé trop aisément l'équilibre du monde, si un
profond sentiment de la justice et une extrême douceur n'eussent tempéré
l'immense puissance physique dont ils étaient doués. Je me rappelai ces
rois géans dont l'imagination de Rabelais a doté la Touraine, et qui
étaient les meilleurs des hommes.

«--En dernière analyse, dit un jeune homme qui n'avait parlé jusqu'alors
qu'à basse voix, et qui cédait pour la première fois à l'entraînement
d'une conversation publique, à quoi cela nous mènera-t-il? À retomber
sous le sceptre d'un tyran... Je ne prendrai part à de semblables succès
que lorsqu'ils tourneront à l'avantage de la liberté!...

«À merveille! s'écria Vivian, riant aux éclats; je ne doutais pas que tu
ne revinsses encore ce soir à la république séquanoise.

«--Pourquoi pas? répondit le jeune homme.

«--Pourquoi pas? continua un troisième interlocuteur dont l'éloquence
originale et bizarre paraissait en droit de fixer exclusivement
l'attention des auditeurs, car un silence universel s'établit; pourquoi
pas? reprit-il en promenant un regard extraordinaire de calme et de
fixité sur la société attentive et muette, et en bourrant son nez de
tabac à quatre reprises, exercice qu'il renouvelait d'ailleurs à chaque
membre de ses périodes, et qui était comme la ponctuation de son
discours: il ne faudrait pour cela qu'apprécier nos forces et en faire
un bon usage; mais ce n'est pas dans l'état où nous sommes que nous
pouvons jouir des douceurs de la liberté. Nous avons des casernes, et
cela amène des soldats; nous avons des églises, et cela appelle des
prêtres; nous avons des maisons élégantes et ornées, et c'est ce qui
plaît aux riches. Comment voulez-vous être libres dans un pays où il y a
des riches, des prêtres et des soldats? Nos montagnes suffiraient dix
fois à loger sous leurs grottes et à nourrir de leurs herbages et de
leurs laiteries ce qui mérite d'être conservé dans la population. Un
peuple parvenu à cette hauteur n'a plus besoin, ni de sciences, ni
d'arts, ni de métiers, et une fois qu'on s'est mis au-dessus de ces
besoins, on est sûr d'être libre. N'est-il pas honteux pour nous de
l'être moins que les ours et les hiboux de nos rochers, nous à qui ces
rochers appartiennent au moins autant qu'aux ours et aux hiboux, et qui
ne savons pas être heureux, parce que nous ne daignons pas jouir de
l'indépendance facile que nous a donnée la nature. Si vous m'en croyez,
ajouta-t-il en plongeant solennellement trois doigts dans sa tabatière,
nous mettrons le feu ce soir à ces horribles repaires d'hommes, où tous
les despotes et toutes les factions viennent nous apporter des
séductions ou des chaînes? Bathilde, allez acheter six torches de
résine. Voilà de l'or.»

J'avoue que ce qui m'étonna le plus dans cette étrange allocution, ce
fut de voir qu'elle n'était accueillie que par une expression d'hilarité
complaisante et presque respectueuse, qui ne se communiqua pas à
l'orateur. Il garda son effrayante gravité et vida sa tabatière.

Je me trompe cependant; quelque chose m'étonna davantage. Un convive que
je n'avais pas remarqué, et qui s'était placé à l'extrémité la plus
obscure de la longue table, se leva tout à coup, et nous montra la
figure la plus martiale, mais la plus hétéroclite que j'aie observée en
ma vie. Il était mis avec une propreté assez recherchée, mais il n'avait
point de cravatte; des cheveux d'un noir d'ébène flottaient sur ses
larges épaules, et une barbe plus noire encore s'échappait du col de sa
chemise et à travers les plis de son jabot. «Tout cela est à merveille,
dit-il, et j'y souscris, sauf un point; car je suis prêt à brûler ma
jolie petite ferme, et j'invite à voir cela, ces messieurs ainsi que ces
dames; cependant, mon camarade, vous avez mal parlé des soldats, et nous
ne pouvons pas nous en passer; car nous avons, 1° une redoute à garder à
Saint-Laurent, auprès de ma ferme; 2° un poste essentiel à placer sur la
côte; 3° des troupes à échelonner pour la défense de la route de Lyon,
du moins tant qu'elle ne sera pas coupée, ce qu'on ne saurait faire trop
tôt. Il y a, mordieu, une belle position pour nos avant-postes entre
Beaufort et Meynal...

«--Meynal, dit brusquement Vivian!

«--Meynal», répéta brusquement un homme d'une figure sévère que je
n'avais pas encore entendu, mais dont j'avais remarqué seulement
l'impatience ironique et la dérision amère au milieu de toutes ces
folies. «Si Oudet vivait aujourd'hui!...

«--Oudet, s'écria le jeune homme qui avait parlé le premier: Si Oudet
vivait, ce ne serait pas le drapeau tricolore qui flotterait ce soir sur
la tour de l'Horloge; ce serait le drapeau rouge et noir du Jura.

«--Cela est possible, dit Vivian, mais il est mort, et notre république
avec lui. Que Dieu nous garde l'Empereur!...

«--Malédiction sur les tyrans de toutes les couleurs et de toutes les
dynasties, dit le jeune homme en se levant: Je bois ceci à la mémoire
d'Oudet, et j'y boirais du sang!

«--À Oudet, crièrent tous les convives. À Oudet, répétai-je en
tremblant: Quel est donc cet Oudet, ajoutai-je, en me retournant du côté
de Vivian: Qui a laissé de pareils souvenirs?...

«--Un grand homme mort trop tôt, me répondit Vivian, et qui, si la mort
l'avait respecté, aurait placé dans l'histoire un nom dont Napoléon
serait jaloux. Il était né dans un village qu'on appelle Meynal, et que
vous avez laissé, il y a quelques heures, à votre gauche, si vous
arrivez de Lyon.

«--Il est mort, repris-je, à Wagram.--À Wagram!...» C'était cet Oudet
dont le nom, dont le souvenir, dont la gloire planaient sur mon ame
comme une apparition, objet de tendresse et de terreur, de désir et
d'inquiétude, qui me poursuivait dans tous les pays, et qui vit pour ma
pensée, comme si une pareille existence ne pouvait pas se détruire. Il
me semble encore qu'il m'écoute et qu'il me lit.

Je ne dormis pas pendant quelques jours; j'écrivis. Voilà pourquoi je
retrace les souvenirs de cette soirée avec la précision et la vivacité
d'une impression récente. Au reste, j'ai visité beaucoup de pays, et je
ne crois pas qu'on puisse oublier jamais le Jura ni ses habitans.



CHAPITRE CXLVI.

Retour à Paris par Auxerre.--Entrevue du maréchal Ney.--Les
Tuileries.--Le 20 mars.


Le spectacle de ces troupes qui semblaient avoir retrouvé les joies
bruyantes et presque furieuses du combat et de la victoire, ces discours
militaires respirant le double enthousiasme de la guerre et de la
liberté, le délire pour Napoléon et l'admiration pour Ney, qui devant
moi s'étaient enflammés, tout cet ensemble de faits miraculeux, de
passions héroïques, m'avaient replacée au milieu de la vie que j'aime,
celle des émotions. Quoique arrivée à Lons-le-Saulnier à la fin de
l'hiver, je trouvais le temps magnifique, le ciel sans nuage;
l'espérance semblait un astre nouveau qui se levait pour tout embellir.
Quant à moi, la visite de Lons-le-Saulnier m'avait soulagée. Ney, me
disais-je, va m'apparaître comme aux plus beaux jours de l'empire. Dans
mon impatience de lui témoigner tout ce que me faisait éprouver de
bonheur la sympathie renaissante de nos effusions politiques, je quittai
l'hôtel qui servait de quartier général à l'enthousiasme impérial,
républicain, et surtout militaire du moment. Je courus à l'endroit qu'on
m'avait indiqué pour être la résidence du maréchal. La cour de la maison
était encombrée d'officiers qui venaient de prendre ses ordres, mais
j'appris d'eux que lui-même venait de monter en chaise de poste, et que
leur général courait depuis un quart d'heure sur la route d'Auxerre.

Trouver des chevaux, une voiture, stimuler au poids de l'or le
dévouement des postillons, arriver à Auxerre comme le vent, on devine
bien que telles furent ma pensée et ma conduite. C'était un spectacle
bien extraordinaire que celui des routes et des campagnes. Les paysans
accourus dans les villes, tout le monde sur les portes et sur les places
publiques, des ordonnances traversant au galop les routes et arrêtées à
chaque pas par l'impatience populaire, à laquelle elles jetaient en
passant proclamations et cocardes. C'était partout un mélange de
surprise, d'incertitude, de stupeur de la part des autorités, et une
ivresse de mouvement, de curiosité et d'enthousiasme dans la plus grande
partie de la population.

Je vis le maréchal Ney quelques heures; il venait d'avoir une première
entrevue avec Napoléon; il s'était présenté avec franchise et loyauté;
il avait annoncé à celui avec qui il avait vaincu vingt ans, que son
ancien compagnon rentrait sous les aigles, parce qu'il sentait bien
qu'il faudrait bientôt les défendre contre l'étranger. Ney n'éprouva
aucun embarras à mon aspect imprévu, parce que son cœur n'avait à se
reprocher aucun détour: dès le premier mot, toutes mes craintives
hésitations étaient évanouies.«--Eh bien, Ida, me dit-il en riant, les
événemens ont tourné à vos souhaits; vous êtes ravie, n'est-ce pas?

«--À en perdre la tête. Mon ami, comment est l'Empereur? a-t-il bonne
mine? est-il content?

«--Il serait bien difficile, s'il n'était enchanté! Jamais dans les plus
beaux jours de sa fortune il ne fut salué par les acclamations d'un
pareil enthousiasme. Je ne vous cache pas que je ne pouvais croire à
cette réaction d'admiration et d'amour.

«Et maintenant, y croyez-vous?

«J'ai fait plus que le reconnaître, je l'ai partagé. Il était impossible
qu'un vieux soldat ne fût pas entraîné par le flot des affections
militaires. Au surplus, cet élan de l'armée, se levant comme un seul
homme, peut être aussi utile à la France, qu'il a été pour moi
irrésistible. Ce ne sera pas trop de cette force électrique contre
l'Europe en masse. Dans ces critiques circonstances, j'ai parlé, j'ai
agi dans ce que j'ai cru, l'intérêt et l'opinion de mon pays. Mais je ne
sais, Ida, en vous l'avouant, c'est à peine si je veux le croire; il me
semble que l'Empereur a une arrière-pensée avec moi.

«--Cela lui irait bien, en vérité!»

Apparemment que mon intention de rassurer le maréchal me fit mettre un
ton comique à ma réplique; car je réussis complétement à dissiper les
nuages qui chargeaient encore son noble front. Le peu d'instans qu'il
put me donner ne furent perdus ni pour son bonheur ni pour le mien; et,
dans notre rapide inspiration militaire, nous embellîmes l'avenir de
tous les souvenirs de gloire et de félicité dont le passé avait été si
riche pour nous. Mon imagination rajeunie semblait ressaisir toutes ses
illusions, mon ame reprendre tout son délire de tendresse pour Ney; le
temps écoulé du 20 avril 1814 au 14 mars 1815, avec ses fâcheuses
réminiscences, était oublié; ma main pressait la main du héros de la
Moskowa et de Smolensk; mes regards se perdaient dans ses nobles
regards, et ma voix, attendrie par tout ce qui peut remuer le cœur d'une
femme, prédisait victoires, bonheur, long et glorieux avenir à celui que
l'implacable fatalité inscrivait déjà parmi les grandes victimes que les
lauriers ne préservent pas de la foudre.

J'osai parler à Ney de Léopold; c'était la preuve de la pureté du
sentiment que m'avait inspiré ce jeune homme, envers qui mon ame croyait
avoir pris les engagemens sacrés d'une mère.

«--Il n'a pas besoin d'une autre protection que sa conduite, me dit le
maréchal; mais je ne le perdrai point de vue; je le ferai entrer à la
jeune garde; écrivez-lui.»

Ainsi nous nous quittâmes bien autrement que le 6 mars; et en montant,
le 15, joyeusement dans le courrier, pour retourner à Paris, je me
disais: quel changement dix jours peuvent opérer sur la destinée; et ces
subites révolutions de deux cœurs m'expliquaient les révolutions des
empires, passant aussi en un si court espace par la même mobilité de
fortune. Je revis le maréchal Ney à Paris, après le retour de
l'Empereur; et c'est au sujet de ce retour si diversement raconté, que
je vais dire ce que j'ai vu; ce que j'ai entendu, comme spectateur et
comme témoin, au château des Tuileries, le 20 mars, où je restai de
planton volontaire, depuis sept heures jusqu'à onze heures, sans faire à
mes plaisirs le tort d'une minute.

L'Empereur, revenu par Fontainebleau, était entré aux Tuileries à neuf
heures du soir. On a attribué cette nocturne occupation du trône, cette
espèce d'incognito de la victoire, à des soupçons, au moins à des
craintes sur les dispositions de Paris. Il savait trop bien l'état de la
France, pour se défier d'une ville après avoir traversé tant de
provinces. Il pouvait être bien tranquille. Il y a dans la bonne ville
de Paris de quoi faire de l'enthousiasme pour le compte de tous les
nouveaux venus paisibles. Si, depuis Fontainebleau jusqu'à la capitale,
il avait rencontré un peu plus de silence qu'ailleurs, dès qu'il
approcha des Tuileries, les transports unanimes durent lui prouver que
les précautions étaient inutiles. L'attente d'une foule immense fut
enfin satisfaite; Napoléon arriva porté par une foule plus grande
encore: cela pouvait s'appeler une cohue à cause du nombre; mais les
plus hauts personnages s'étaient faits peuple par dévouement et par
délire. Les croix, les broderies, les grands cordons, se poussaient
pêle-mêle avec l'artisan et le soldat. Déjà on se heurtait au milieu du
bataillon fidèle de l'exil, afin de montrer qu'on était là des premiers
pour prêter main-forte à l'empire renaissant, afin de profiter le
lendemain d'un regard de reconnaissance. Au premier abord, le spectacle
était imposant; avec un peu de réflexion, il offrait aussi ses côtés
comiques. Que de personnages qui, la veille encore, pleuraient,
humblement royalistes, sur les malheurs du drapeau blanc, relevaient
fièrement une tête chargée de la cocarde tricolore!... Je me garderai
bien d'aucune citation: il faut que tout le monde vive; et comme
quelques unes de ces figures ont trouvé l'art d'un troisième dévouement
en faveur de la monarchie, une seconde fois restaurée, il faut savoir
ménager chacun dans son industrie: la pitié n'est jamais méchante, et
elle doit avoir, dans certains cas, la générosité du silence.

J'aperçus l'Empereur sur ce pavois de bras qui l'élevaient de nouveau
vers le trône; je remarquai son sourire; son regard rencontra un grand
personnage efflanqué qui se haussait encore sur la pointe de ses énormes
pieds, pour cacher entièrement _fama volat_, qui ne venait chercher que
des émotions au milieu de cette scène. J'avoue que ma vanité fit son
profit de ce sourire si fin, si inexprimablement significatif; mais je
fus bien plus heureuse encore en me disant: _Il m'a vue; il dira: elle
est partout_. Je me trouvai mieux récompensée que tous ces entrepreneurs
de politique. Dans cet immense mouvement, il n'y avait de beau et
d'intéressant que le côté militaire. Là on voyait des grenadiers
pleurant de joie au milieu de leurs chefs, les Drouot, les Bertrand, les
Cambrone, également attendris. Pleine de toutes les illusions qui
m'avaient été si long-temps chères et auxquelles j'avais été fidèle, je
me mêlais avec toute l'ivresse du bonheur aux flots tumultueux qui me
poussèrent au bas de l'escalier.

Tout était confiance de la part de celui que pressaient tant d'hommages.
Il fallait que Napoléon fût un tyran bien peu soupçonneux, car dans
cette bagarre joyeuse, non seulement on l'avait approché; mais foulé,
heurté, coudoyé. Loin de s'en effrayer, le tyran souriait à chaque
mouvement qui le faisait trébucher; il savait bien que ce ne sont pas
ces secousses-là qui renversent les trônes. Tout en descendant, je me
sentis légèrement touchée à l'épaule et vis un visage comme me faisant
signe. Nous traversâmes rapidement les cours, en répondant aux mille
questions de ceux dont l'impatience n'avait pas encore été satisfaite. À
toutes ces questions de _l'avez-vous vu, se porte-t-il bien?_ la
personne qui m'avait interpellée, ajouta, en me remettant un papier:
«Voici vos instructions, votre itinéraire.» Elles consistaient en
quelques mots à l'adresse de cinq ou six officiers occupant des postes
aux principales casernes de Paris, telles que Clichy, Popincourt, l'_Ave
Maria_, la Nouvelle-France. Me voilà aussitôt montée dans mon cabriolet,
m'élançant au grand trot d'un bout de Paris à l'autre, m'arrêtant à
chaque quartier le temps nécessaire pour demander l'adjudant, et
recevant dans cette tournée de poste en poste la conviction que
l'arrivée, à neuf heures du soir, le 20 au lieu du 21 en plein jour,
était, non pas un calcul timide de la part de l'Empereur, mais une
nouvelle preuve de sa profonde conviction que, quelles que fussent les
dispositions de l'opinion publique, il était sûr de sa destinée par ses
anciens soldats. Quoique ma ronde du soir se fût assez prolongée, et
qu'il fût déjà tard, je passai, avant de rentrer chez moi, à l'hôtel du
comte Regnault. Ne l'ayant pas trouvé, je rentrai chez moi harassée de
bonheur, et je me mis à faire au maréchal un rapport militaire sur tous
mes travaux de la journée.



CHAPITRE CXLVII.

Une visite à M. le comte Carnot.--Réception chez M. le duc d'Otrante,
ministre de la police.


Le _Moniteur_, espèce de maire du palais de tous les régimes, truchement
immobile de tous les actes du pouvoir, quel qu'il soit, vint le
lendemain même du 20 mars, comme le lendemain de tous les triomphes
successifs et contraires des partis, proclamer les victoires de la
veille et les ministres du jour. Les nouvelles nominations étaient
toutes choisies parmi les plus fidèles amis de Napoléon, la plupart
ayant déjà appartenu à ses conseils, et lui ayant donné, lors de sa
chute, des preuves d'un attachement sincère et d'une religieuse
reconnaissance. Deux noms, portés sur cette liste du cabinet, portaient
un caractère plus prononcé et avaient plus mis en émoi les conjectures
des politiques. Ces noms étaient ceux de Carnot et de Fouché. On pensait
généralement que cette adjonction de deux des représentans de l'ancien
parti républicain indiquait dans Napoléon, empereur pour la seconde
fois, la volonté de gouverner autrement qu'il n'avait fait, et de
tremper de nouveau son pouvoir, sorti de la souveraineté populaire, dans
la source où il avait pris naguère origine, ce qu'il avait pendant dix
ans trop oublié. C'est du moins le sens que Regnault de
Saint-Jean-d'Angely attachait à ce premier acte de la restauration
impériale, tout en laissant percer un secret dépit contre les deux
hommes qui avaient été pris pour opérer ce mouvement et cette fusion de
tous les intérêts diversement opposés à la dynastie en exil.

J'avoue que je partageais bien quelques unes des défiances de Regnault à
l'égard du dernier des nouveaux alliés de Napoléon, parce que quelques
relations, trop vagues pour être précisées, m'avaient laissé la
conviction que l'ancien ministre de la police n'avait pas été sans
rapports avec le château des Tuileries et ses hôtes de 1814. D'ailleurs,
plus habituée, dans les vicissitudes alors si extraordinaires de la
politique, à suivre les inspirations de mon cœur qu'à supputer les
chances diverses et les fines combinaisons des partis, je ne saisissais
pas trop bien l'alliance dont Regnault m'avait parlé de la révolution
avec l'empire. Dans ma candeur de dévouement impérialiste, je voyais
cependant avec un extrême plaisir la présence d'un caractère aussi franc
que celui de Carnot auprès du caractère trop altier, trop _volontaire_,
qui avait joué plusieurs fois sa fortune et la nôtre. Il me sembla que
la bienveillance que m'avait témoignée le défenseur d'Anvers lors de ma
dernière entrevue, me faisait un devoir d'aller le complimenter, non pas
sur une faveur (une faveur ne devait être rien pour lui), mais sur le
rapprochement amical qui s'était opéré entre l'ami de la république et
le défenseur de l'empire. Le titre de comte, que venait de recevoir le
citoyen Carnot quelques jours après sa nomination au ministère de
l'intérieur, indiquait trop de sacrifices mutuels qu'avaient dû se faire
deux hommes depuis long-temps séparés de vues, pour ne pas redoubler à
mes yeux l'obligation d'un compliment.

Un matin que j'étais allée de bonne heure à l'École-Militaire voir
Léopold, désigné et installé déjà comme officier de la jeune garde qui
se recomposait, je passai à mon retour par la rue de Grenelle, et l'idée
me vint d'entrer chez Carnot. Je le rencontrai dans la cour comme il
sortait à pied, en vrai lacédémonien. Dès qu'il m'aperçut, il fit un
signe de joyeuse surprise, et nous entrâmes dans son cabinet.

«Qui me vaut, Madame, le bonheur de votre visite? car il me semble que
vous m'avez bien négligé. Les brillans militaires vous ont fait oublier
le vieux philosophe.»

J'étais fort embarrassée cette fois pour causer avec Carnot, comme cela
arrive avec les personnes dont la position a changé, et quand on ne sait
pas comment ils veulent eux-mêmes qu'on la prenne. Devais-je dire
_Citoyen_, _Monsieur_, _M. le Comte_? Je tournai ma langue avant de
parler, car il n'est rien de plus contrariant que ces petites
cacophonies des exordes de conversation; enfin, je me décidai, et je
lâchai le mot de _monseigneur_, qualification qui était celle de la
place, plus encore que celle de la personne, et qui, quoique entachée de
vernis aristocratique, devait, selon moi, sous ce rapport, moins
effrayer l'oreille de l'Excellence spartiate.

«Non, Monseigneur, je n'oublie point mes amis; et la meilleure preuve,
c'est que je suis ici, et je vous prie de le croire, uniquement pour
vous, car je ne viens point en solliciteuse. Je ne ressors pas, vous
savez bien, du département de l'intérieur, mais de celui de la guerre.
Ce n'est point le ministre que je viens voir, mais l'ami. Je crois vous
avoir déjà fait connaître que j'avais fidèlement rempli la mission que
vous aviez bien voulu me donner pour le Midi. J'ai bien couru depuis que
je ne vous ai vu!

«--Il est quelqu'un qui a plus couru que vous, et ce quelqu'un-là avait
l'Europe entière pour surveillant.

«--Oh! que je vous sais gré de cette allusion à l'homme extraordinaire
appelé désormais à nous gouverner! Cela me prouve ce que vos nouvelles
dignités m'avaient si agréablement appris, que votre génie et votre
vertu sont désormais engagés au service de Napoléon.

«--Tout ne me plaît pas dans ma nouvelle situation; je suis bien aise
d'être ministre, parce que je crois que je puis rendre quelque service à
mon pays, mais je suis assez humilié d'un second titre qu'il m'a fallu
accepter de la générosité de mon ancien ennemi. Cela sonne assez mal
avec mes opinions bien connues; mais il faut pardonner quelque chose à
un homme qui a joué si long-temps à la monarchie de Louis XIV. La patrie
a besoin du concours de tous ses enfans; ce n'est pas le moment des
petites querelles, nous avons bien une autre dispute sur les bras.

«--Mais, Monsieur le Comte, car vous l'êtes bien, puisque vous l'avez
mérité, les titres de Napoléon sont de grandes récompenses nationales
qui n'ont rien de commun avec la noblesse à parchemins portant privilége
et exemption d'impôt.

«--Encore une fois, ce n'est point l'heure de bataille sur ces hochets;
je les ai acceptés pour ne point paraître répondre par une mauvaise
humeur au retour d'une confiance qui m'honore et qui met au moins près
du seul homme qui puisse nous tirer d'affaire, un conseiller qui saura
ne pas oublier son mandat de citoyen, et qui, petit à petit, tâchera de
rendre tout-à-fait homme un capitaine indispensable à la défense de nos
frontières. À vous dire vrai, je ne crois même pas que ce titre de comte
me vienne de l'Empereur lui-même. Malgré nous, il a encore auprès de lui
un autre cabinet qui contrôle le nôtre, et qui, nourri dans toutes les
habitudes de 1812, et dans le rêve d'une monarchie qui était devenue
vieille en dix ans, a cru faire une grande chose que de m'ôter, par
cette singulière promotion, ma teinte un peu trop prononcée de
républicanisme. Cela est parti de la secrétairerie d'État ou des petits
comités du soir. Je me suis laissé faire, pour la première fois de la
vie, parce que cela ne pouvait causer de tort qu'à moi, et qu'aux yeux
de ceux qui me connaissent cela paraîtra bien plus une complaisance
qu'une adhésion. J'ai laissé faire un _comte_, afin de pouvoir, avec
l'aide du temps, de la victoire, du progrès de l'opinion publique et de
la raison du chef de l'État, arriver à l'heureuse possibilité de défaire
tous les comtes passés et présens. Car enfin je ne suis pas entré dans
les affaires pour ne pas tâcher d'en tourner la direction au triomphe
des principes.

«--Et croyez-vous que l'Empereur laisse dépouiller ses frères d'armes de
trophées qu'ils ont, la plupart, conquis sur les champs de bataille?

«--L'Empereur paraît de très bonne foi dans l'intention de consulter les
droits de l'homme, un peu plus qu'il ne l'a fait dans son gouvernement
précédent. Il a parcouru la France; il a pu se convaincre que les
peuples ne se lèvent pas pour un homme. Le temps de l'égoïsme royal est
passé, et j'aime à penser que la victoire ne l'enivrera plus, et qu'il
viendra déposer ses nouveaux lauriers sur l'autel de la patrie et de la
liberté. Quant à ses compagnons d'armes, à ses frères, il ne les
emmènera plus dans ses campagnes comme des favoris. Les récompenses
corrompent jusqu'à ce dévouement de la vie, qui est le plus beau titre
qui puisse honorer le champ de bataille. Quand une première fois le mot
de liberté, prononcé par vingt-cinq millions d'hommes, arma l'Europe
entière contre la France, la révolution venait de rayer par la main de
la loi toutes les distinctions, tous les ordres et toutes les
décorations militaires; nos armées étaient pleines d'officiers restés à
leur régiment malgré les appels de l'étranger. La perte de ces cordons
ne nuisit point à la valeur, et si le courage de quelques uns n'en
diminua pas, l'enthousiasme de ceux qui n'avaient pas ce regret ou qui
n'avaient pas eu cette envie, n'en fut que plus électrique et plus
général. Avec les jouets de la vanité, on peut tout au plus s'attacher
quelques individus, mais les masses ne viennent à vous qu'à la vue de
ces grands principes inhérens au cœur humain, et qui le font battre d'un
bout de l'univers à l'autre.

«--Mon Dieu! Monsieur le Comte, croyez-vous du moins à la victoire? vous
me promettez, j'espère, de conserver cette illusion-là.

«--Le vrai patriote doit toujours y croire, car pour lui la mort est
encore un triomphe, puisqu'elle le fait échapper à l'esclavage. Et vos
relations militaires vous donnent-elles bon espoir?

«--Tout ce que je connais est dans un délire qui doublera les forces de
l'armée. Je suis sûre qu'un homme en vaudra quatre.» Et nous continuâmes
sur ce ton pendant presque deux heures. À travers les mots de gloire, de
guerre, il jeta aussi de temps en temps dans la conversation le mot de
constitution. Carnot m'avoua même qu'il s'occupait d'un grand travail
sur ce sujet, qu'il me serait obligé si je voulais revenir le voir,
qu'il m'en lirait l'introduction. Montrer un pacte social à une femme
était une grande galanterie qu'il croyait lui faire, et je fis de mon
mieux pour le remercier de son amabilité. Je crus même apercevoir dans
ses paroles une espèce de crainte, car il ajouta à la fin de quelques
idées émises: «Je crains bien que cette œuvre difficile ne soit
l'occasion d'une rupture...» Avec qui? je l'ignore, car la phrase ne fut
point achevée. On annonça une députation des colonels de la garde
nationale, et je me retirai en assurant l'inflexible républicain, comte
malgré lui, que je ne manquerais pas de me rendre à sa bienveillante et
flatteuse invitation. Mes courses militaires, qui vinrent bientôt de
nouveau absorber tout mon être, m'enlevèrent ce plaisir; l'exil seul me
rapprocha de Carnot une seule fois, encore en Belgique; et une heure
encore, ces deux grands débris de la tempête se consolèrent entre eux.

Vers le même temps à peu près, j'eus également une audience d'un des
ministres des cent jours, de Fouché, que, malgré ses bons procédés
d'Illyrie, je ne pouvais me résoudre à classer parmi les hommes objets
pour moi d'une favorable prévention. Aussi je m'empresse de le
confesser, cette dernière visite n'était pas entièrement volontaire.
Voici, en effet, comment je fus conduite à l'hôtel du ministère de la
police. Un soir que je rentrais chez moi assez tard, j'aperçus deux
sentinelles à la porte de la maison. «Ah! Madame, que vous arrivez bien!
me dit dès l'escalier ma femme de chambre; ce pauvre Monsieur du
troisième qui vient d'être arrêté. Sa femme est dans les larmes; une si
bonne femme, et que je cause tous les soirs, avant que Madame rentre,
avec Joseph, leur domestique.

«--Qu'y a-t-il? m'écriai-je; la maison qu'habite mon valet devrait bien
n'être pas plus mal notée sous l'empire, qu'elle ne l'était sous la
police de M. D'André.

«--Madame, voyez-vous, voilà comme cela s'est fait: le Monsieur du
troisième, il est très attaché aux _ci-devans_; ce n'est pas étonnant,
ce pauvre cher homme, on lui avait donné la croix dans les gardes du
corps, où il servait, et depuis trois mois il se levait tous les matins
de bonne heure pour aller passer par tous les guichets du Louvre, afin
de se faire porter les armes. L'autre, que vous aimez tant, il est
revenu, et depuis ce temps-là le maître de Joseph ne peut plus sortir le
matin, parce qu'on lui a ôté sa décoration. Alors il a travaillé dans un
sens opposé, à ce qu'ils disent, aux constitutions de l'empire; il a
répandu des proclamations, il a fait enfin beaucoup de choses; si bien,
Madame, que les gendarmes viennent de venir chercher ce pauvre cher
homme, qui ne faisait de mal à personne, pour le conduire chez le
ministre de la police. Ah! si Madame, qui a des protections auprès des
grands, voulait s'en mêler, elle ferait une bonne action qui causerait
bien du plaisir à une honnête famille, et surtout à Joseph.»

Je montai aussitôt au troisième, où je trouvai une famille en larmes,
une femme jeune et intéressante, qui m'assura que son mari n'était point
coupable, qu'il avait reçu de Gand des papiers qui lui étaient adressés
par un de ses oncles pour être distribués à des adresses indiquées, et
qu'il les avait répandus même sans les lire. Cédant à toute la chaleur
de ma prompte sensibilité, je promis que, dès le lendemain, mon bon et
estimable voisin serait rendu à son domicile, et qu'à cet effet je
serais, chez le ministre de la police dès mon lever.

J'eus hâte en effet d'aller tenter mon ancien crédit sur l'ame du vieux
renard de la police. Je n'avais point demandé d'audience; aussi j'eus
bon espoir, rien que par la facilité d'introduction avec laquelle
l'Excellence daigna faire répondre, à mon nom, qu'il serait à moi dans
une demi-heure. J'attendis avec assez d'impatience, n'ayant pour me
distraire que les ordonnances de gendarmerie, qui se succédaient dans la
cour de l'hôtel. Comme j'avais l'air d'être fort émue en entrant dans le
cabinet de M. le duc d'Otrante, il vint à moi avec une grâce plus
aristocratique que celle que je lui avais connue, et me dit: «Ah! mon
Dieu! Madame, moi qui sais tout, je ne savais pas que vous étiez à
Paris; mon ministère est en défaut.

«--Rassurez-vous, Monseigneur, vos agens ne sont point en arrière de
précautions, et s'ils ont oublié dans leurs rapports de vous faire part
de mon séjour à Paris, s'ils ne vous ont point donné connaissance des
preuves de dévouement qui ont dû me signaler dans ces derniers temps
comme une des plus sincères amies de l'Empereur, cela est naturel; la
police n'est pas instituée pour noter les bons, mais pour surveiller les
mauvais. La démarche que je hasarde aujourd'hui près de Votre Excellence
vous témoignera que, loin de se relâcher, votre administration pèche
plutôt peut-être par excès de zèle et de précautions.

«--Ce n'est pourtant point mon système de rendre en rien odieux et
tracassier un pouvoir destiné dans tous les temps à modérer les
passions. Dans le premier mouvement de toutes les réactions, la police
se ressent un peu de la position de ses agens, presque toujours les
mêmes, obligés à chaque nouveauté de gagner leur brevet de zèle et de
dévouement. Il y a un premier coup de gueule, passez-moi l'expression,
que ces honnêtes gens sont obligés de donner pour assurer la
conservation de leurs appointemens. Avec moi cette précaution, ils le
savent, est inutile; mais les subalternes n'estiment jamais assez leur
supérieur pour le croire au-dessus des haines de parti.»

Cette petite explication, échappée à la causerie d'un homme que je
savais peu habitué aux épanchemens, me rendit toute ma présence
d'esprit, que l'aspect de cette figure impassible a dû nécessairement
toujours ôter aux interlocuteurs de M. le duc d'Otrante. C'était même,
je crois, auprès de lui un moyen de flatterie que l'embarras et un air
un peu déconcerté quand on l'approchait, et on lisait dans son œil
enfoncé et habitué à la dissimulation de tout sentiment, une certaine
joie d'état de ce premier succès de son ministère. Je profitai bien vite
de son demi-sourire pour lui raconter le cas de mon pauvre voisin, et
comme je m'élevais déjà jusqu'à l'éloquence de l'indignation et de la
prière, il me répondit: «Voilà bien les femmes: _un papillon souffrant
leur fait verser des larmes_. Un homme est arrêté, c'est une chose toute
simple. L'arrestation est en général un acte paternel qui, fait à temps,
empêche un fou d'aller plus loin dans les sottises qui pourraient le
perdre. D'après ce que vous me dites, votre voisin est un imbécille: on
le relâchera en lui recommandant de se tenir tranquille, et tout sera
fini. Vous vous chargerez de lui donner ce conseil, quand je lui aurai
donné sa liberté, que je signerai d'ici à quelques heures. De quoi
diable se mêlent des individus obscurs? est-ce que leur cause a besoin
d'eux? Il y a un peuple dans tous les partis qui gâte toujours les
affaires; voyez si le faubourg Saint-Germain bouge: il veut toujours la
même chose, et sait ne pas se compromettre; mais il y a un tas
d'écervelés dans tous les camps qu'il ne faut pas persécuter, parce que
les persécutions ne sont jamais bonnes à rien, mais qu'il faut
surveiller et museler comme votre voisin. Vos militaires, par exemple,
est-ce qu'ils ne pourraient pas crier _vive l'Empereur_ avec plus de
modération?

«--Mais, Monsieur le duc, on ne saurait crier cela trop haut.

«--Je suis enchanté de vous voir dans ces idées d'enthousiasme; mais
est-ce bien _vive l'Empereur!_ que vous criez, et n'y a-t-il pas
quelqu'autre sentiment caché derrière cette exclamation?

«--Oui, Monsieur le duc, il y a l'amour d'une gloire qui m'est chère.

«--Je le sais bien.

«--Comment! vous le savez bien?

«--Est-ce que la police n'est pas un tribunal de pénitence générale. On
y connaît les péchés militaires aussi bien que les autres; seulement,
comme ceux-là sont innocens et qu'ils ne font de mal à personne, on les
tient secrets jusqu'à ce qu'on ait besoin d'en profiter pour quelque
lumière politique.»

Le taciturne ministre se faisait bavard, peut-être afin que je le
devinsse; mais je m'en gardai bien, car je ne sais si mes anciennes
préventions me trompaient, mais il me semblait entrevoir un peu trop de
modération dans le dévouement de Fouché à Napoléon. Un dernier mot
surtout éveilla mes idées à cet égard, car en me reconduisant il me dit:
«Recommandez bien à vos amis quels qu'ils soient de se modérer et de
s'assagir.»

Une fois hors du salon ministériel, je m'élançai comme une folle, tout
heureuse de respirer un air plus libre que celui de cet hôtel, qui me
rappelait de pénibles souvenirs, plus heureuse encore de la bonne
nouvelle que j'allais porter à une famille désolée qui me combla de
bénédictions. Deux heures après, les ordres généreux de M. le duc
d'Otrante avaient été exécutés. Un ministre de la police qui tient sa
parole mérite une note bienveillante dans l'histoire contemporaine.



CHAPITRE CXLVIII.

Papiers brûlés.--Lettres de S. M. Louis XVIII.--Le jeune conscrit.


Au plus fort du délire impérialiste de 1815, je puis me vanter d'avoir
eu une admiration sincère, mais de ne l'avoir profanée par aucun
sentiment de haine personnelle. Je ressentais toute la chaleur d'une
opinion, mais sans jamais descendre aux petites passions et aux sottes
vengeances de parti; je n'appelle même pas cela de la générosité,
c'était tout simplement du bon sens. On a vu, il y a quelques pages,
comment j'avais pris fait et cause pour un brave chevalier de
Saint-Louis, colporteur bénévole et inutile de proclamations! À quelque
temps de là je fus priée par une dame de mes amies de m'intéresser à un
de ses neveux, seul soutien de sa famille, et que la conscription allait
enlever, ce qui contrariait, outre ses intérêts, ses opinions. Édouard
R. était conscrit en 1814; fils de veuve, il avait été sauvé par les
événemens du malheur de quitter sa mère. Au moment de la restauration,
un vieil ami de sa famille lui avait fait obtenir un petit emploi au
château, je crois, dans les bureaux de M. de Blancas. On m'amena ce
jeune homme, qui se croyait royaliste, parce qu'il prenait sa
reconnaissance pour une doctrine. Sa figure, plus intéressante que
belle; ses manières, timides et brusques quelquefois; de la candeur dans
les sentimens, et de la finesse dans l'esprit; je ne sais quoi de
distingué, tout annonçait dans Édouard mieux qu'un commis. On lui avait
tant parlé de l'Empereur comme d'un méchant homme, chez quelques
vieilles dames où il avait la complaisance d'aller tous les soirs
entendre dire du mal de l'_ogre de Corse_, pour donner à sa bonne mère
le plaisir de se faire tricher au boston; enfin, Édouard avait vécu dans
un monde si étroit, qu'il craignait d'être persécuté pour avoir passé
quelques mois dans un cabinet du pavillon de Flore. Il me disait:

«Imaginez, Madame, toutes mes inquiétudes: Non seulement j'ai à craindre
d'être reconduit de brigade en brigade à un régiment, parce que je suis
coupable de résistance à la conscription, mais voici encore ce que j'ai
fait: Depuis le 17 jusqu'au 20 mars au matin, je suis resté à mon bureau
d'expéditionnaire au château. Tous les zélés serviteurs de la monarchie
ont déserté les appartemens pour suivre les fourgons de S. M. Louis
XVIII. On m'avait bien recommandé de ne point quitter mon poste avant
d'avoir brûlé une énorme quantité de papiers, témoignages de beaucoup de
confidences, de sollicitations et de renseignemens qui pouvaient
compromettre des hommes de tous les rangs et des familles de toutes les
classes. Hélas! mon chef aurait bien pu ajouter: et de tous les partis;
car figurez-vous, Madame, qu'il y avait parmi nos solliciteurs des gens
qui sont venus me faire déloger des Tuileries. Dans le premier moment de
ce bienveillant incendie où Bonaparte aurait trouvé des secrets précieux
sur un certain nombre de ceux qui crient le plus fort aujourd'hui sous
ses fenêtres ou dans ses appartemens mêmes; dans ce premier moment,
dis-je, je jetais toujours un œil de curiosité sur le nom et l'objet qui
me frappaient le plus dans les dangereux papiers; et je peux vous
assurer que la plupart de ces documens, qu'on pouvait croire
historiques, étaient beaucoup plus plaisans que sérieux. La singularité
qui m'a le plus frappé, c'est la rareté des noms vendéens. L'heure finit
par tant me presser, que, bien innocent Érostrate, et pour la sûreté de
tous, beaucoup plus que pour ma gloire personnelle, je brûlai en masse,
et sans aucune autre préoccupation que celle de ne point mettre le feu
aux cheminées; enfin, je n'avais point terminé mon opération, quand un
officier à moustaches énormes est venu me signifier l'ordre de vider la
place, en ne me disant pas autre chose, si ce n'est que mon cabinet
devait être prêt pour un des officiers du grand-maréchal du Palais.
L'officier ajouta: Emportez, Monsieur, vos bagages. Je jetai en effet
dans un carton tout ce que, dans mon trouble, je croyais m'appartenir.
En rentrant chez ma mère, je mis en ordre ce petit paquet de la peur et
de la précipitation; mais je m'aperçus qu'il s'y était glissé des copies
de lettres de S. M. Louis XVIII, que j'avais été chargé de transcrire.
Je me rappelle bien avoir rendu les originaux; car, à mesure que j'en
expédiais une, mon chef les remettait dans un petit portefeuille rouge
qui n'est jamais resté dans mon cabinet. Cela n'en est pas moins
inquiétant, parce que si l'on venait à me persécuter pour mes affaires
de conscription et à faire une descente chez moi, on pourrait me
supposer capable ou d'une pensée d'infidélité, ou, dans un autre sens,
d'une pensée de conspiration. Tenez, Madame, j'ai mis de côté ces
papiers, soyez assez bonne pour en devenir dépositaire: vous n'avez rien
à craindre du gouvernement impérial ni de sa police.

«--Mais, Monsieur, vous concevez des terreurs paniques que rien ne
justifie: voyez, depuis son retour, si l'Empereur a exercé la moindre
persécution. Il ne sait pas ce que c'est que de descendre à un
despotisme de détails; il ne tourmentera jamais ses peuples à coups
d'épingles. Ainsi, soyez sans inquiétudes, et parlons d'une affaire plus
sérieuse, des moyens de vous exempter du service militaire, afin que
vous puissiez remplir tous les devoirs d'un bon fils.

«--Voici, Madame, ce qu'une personne qui me veut du bien m'a conseillé;
c'est de me rendre au rappel des conscrits de ma classe que l'on vient
de faire, d'obtenir d'un colonel d'être porté sur les contrôles de son
régiment, en restant porté à une compagnie de dépôt. Un commissaire des
guerres employé à Paris m'attachera à ses bureaux avec un petit
traitement. Ce commissaire pense très bien; mais il tient à ne rien
demander dans les bureaux de la guerre, parce qu'il est déjà un peu mal
noté comme _blanc_. Il a même agi envers moi avec beaucoup de franchise:
il m'a dit qu'il me prendrait dans ses bureaux pour m'obliger et pour
s'obliger lui-même, parce que, m'a-t-il avoué, en cas de retour des
autres, je lui ferai donner des apostilles du château pour conserver sa
place.

«--Mon ami, quoique je plaigne beaucoup votre commissaire de songer à un
avenir qui ne se réalisera peut-être jamais, je traduis tout simplement
sa politique par ce mot: il pense en père de famille qui a sans doute
des enfans.

«--Oui, Madame, il pense pour quatre personnes.

«--À la bonne heure. Quant à vous, j'aime trop ma mère pour ne pas
comprendre votre attachement pour la vôtre. Le moyen que vous m'avez
indiqué me paraît convenable; il vous permettrait de remplir vos devoirs
de fils, sans vous soustraire aux devoirs d'un Français, qui ne doit
jamais fuir un drapeau.»

J'écrivis au maréchal Ney une petite note bien détaillée, qui resta sans
réponse, parce qu'il avait voulu me ménager une surprise; car, quelques
jours après, Édouard R. vint me voir avec sa mère, pour m'annoncer que
tout avait été enlevé dans les bureaux de la guerre, de la manière juste
qui lui convenait le plus. Au milieu de la reconnaissance de ce bon fils
et de cette bonne mère, je me crus presque de leur famille.

Ce pauvre jeune homme est mort il y a deux ans, après avoir retrouvé,
après bien de l'attente, le petit emploi qu'il avait quitté au 20 mars.
Il ne m'a jamais demandé la copie des lettres qu'il m'avait confiées,
son ancien chef lui ayant assuré que les originaux seuls étaient
précieux en fait de lettres autographes. Cependant, comme S. M. Louis
XVIII a toujours passé pour très bien écrire, je crois qu'on ne sera
point fâché de rencontrer, sous le rapport de la curiosité historique et
littéraire, ces courts fragmens de correspondance dans les _Mémoires
d'une Contemporaine_.

À Hartwell, ce 11 septembre 1810.

     «On vient, mon ami, de me donner une alerte épouvantable, en me
     disant que le comte de Pradel avait été ces jours passés à la cité,
     pour savoir quand il pourrait écrire à son fils, et qu'on lui avait
     répondu que _la Princesse Amélie_ ayant beaucoup tardé, le second
     _packet-boat_ était parti peu de jours après. Je suis d'autant plus
     fondé à n'en rien croire, qu'après votre départ, craignant que le
     vent, qui n'était pas trop favorable pour votre route, ne vous eût
     peut-être forcé à rentrer, j'ai lu dans les papiers l'article des
     ports, que je ne lis jamais, et je n'ai vu le départ d'aucun
     _packet-boat_ de Falmouth. N'importe, j'ai pris cela pour un
     _warning_, et j'ai tout de suite sauté sur ma plume.

     «J'ai reçu, dans leur temps, les différentes lettres que vous
     m'avez écrites tant de la route que de Falmouth; j'ai vu après que
     j'aurais aussi pu vous donner de mes nouvelles, mais je ne l'ai
     jamais su à temps. Ce n'est pas que je ne vous aie écrit une fois
     dès le lendemain de votre départ d'ici, mais vous n'avez eu garde
     de recevoir ma lettre: elle était avec votre voiture que vous aviez
     demandée à Thames; elles y ont monté toutes deux la garde pendant
     deux ou trois jours, et sont ensuite revenues ici de compagnie.

     «J'ai vu avec plus de chagrin que de surprise que le voyage a été
     loin de vous faire du bien. Le temps était si exécrable! mais ce
     qui m'a fait le plus de peine, c'est que vous ayez été mécontent de
     votre _packet-boat_, et elle a été d'autant plus sensible qu'elle
     était inattendue; je croyais, sur la foi de tous les voyageurs, que
     ceux de ces bâtimens qui sont destinés à des voyages de long cours,
     étaient des espèces de petits palais, et il m'a été dur de
     déchanter. Que vous preniez un jour le _stage coach_ pour venir de
     Londres, et que vous arriviez ici cahoté, ballotté, maudissant la
     voiture, une heure après nous en rirons ensemble, mais passer
     quinze jours, peut-être plus, dans la saloperie, et à mourir de
     faim, c'en est trop. Hélas! mon Dieu! j'avais bien lu dans les
     papiers qu'il y avait une frégate destinée à transporter une dame
     de Madère, vous auriez pu le lire aussi; mais que peut-on faire sur
     une pareille indication? Il s'est trouvé que cette dame est lady
     Tankerville, mère de lord Ossulstone, que la santé de sa fille
     conduit là. C'est une très bonne femme, très obligeante. Je suis
     sûr que le duc de Grammont aurait facilement arrangé tout cela, et
     vous seriez parti huit jours plus tôt de Portsmouth, sur une
     frégate, faisant en chemin des connaissances agréables à cultiver
     là-bas. Il y a de quoi se pendre d'avoir manqué une telle occasion.

     «En tâchant d'écarter ces regrets, désormais superflus, je
     m'attache à une idée consolante; c'est celle du temps qu'il a fait
     les derniers jours du triste carême que vous avez passé à Falmouth,
     et depuis, jusqu'à hier. J'espère que le commencement aura réparé
     les torts du voyage par terre, et la suite compensé les
     inconvéniens de la navigation; mais c'est surtout sur le climat de
     Madère que je compte. Chassez, je vous en conjure, chassez de votre
     esprit le calcul de dix années de plus, ou s'il revient, mettez au
     mois, l'air plus salutaire aux Açores qu'en Italie.

     «Nous nous portons tous bien. Je me suis acquitté de toutes vos
     commissions, qui toutes ont été accueillies comme nous pouvions le
     désirer. Nous avons été passer la semaine de votre départ
     (c'est-à-dire, du lundi 27 au samedi 1er) à Stowe, où nous ayons eu
     le plus beau temps possible. Stowe est beau en toute saison; mais
     la verdure et le soleil l'embellissent encore beaucoup. Le marquis
     m'a mené faire une petite excursion de quelques heures sur le grand
     canal de jonction, _alias_ de Paddington. Elle a commencé sous
     terre et fini dans les airs; c'est-à-dire qu'à l'endroit où nous
     nous sommes embarqués, le canal passe pendant un mille trois quarts
     sous une montagne où il y a jusqu'à cent vingt pieds de terre
     au-dessus de la voûte, et qu'auprès du lieu de débarquement, il
     traverse une vallée d'environ un demi-mille de largeur, à cent
     cinquante pieds au-dessus de la rivière qui coule au milieu. Ces
     ouvrages sont vraiment admirables, et j'ai été fort satisfait de ma
     course. M. le marquis m'a dit que la totalité du canal de Liverpool
     à Paddington, dans un espace de cent quinze milles, avait coûté
     1,600,000 livres sterling, et je le crois. Notez que ce sont des
     particuliers, et non le gouvernement, qui ont fait l'ouvrage.

     «Mon malheureux ami le roi de Suède est vengé de la criminelle
     ingratitude de ses sujets, par l'élection de Bernadotte; et en se
     proposant lui-même un pareil successeur, le duc de Sudermanie, a
     mis le dernier sceau à son infamie. J'espère que le duc de P...,
     qui doit aller conduire la comtesse Piper en Russie, aura accompli
     son projet, et ne remettra plus les pieds en Suède; la Prusse aura
     bientôt le même sort. On dit que la malheureuse reine, qui
     effectivement est morte bien vite, a été empoisonnée, parce qu'elle
     était la seule qui pût encore inspirer un peu d'énergie à son mari.

     «Rien de nouveau d'Espagne. Lord Wellington et Masséna sont
     toujours sur le qui vive. Le premier, très inférieur en forces, a
     jusqu'ici fait une bien belle campagne. M. le prince de Condé (vous
     allez dire que je faufile) la comparait hier à celle de Courtray en
     1744, qui fit tant d'honneur au maréchal de Saxe.

     «Adieu, mon ami, adieu. Dieu vous rende la santé; c'est mon souhait
     de tous les instans; adieu.»

À Hartwell, ce 5 novembre 1810.

     «J'ai reçu, mon ami, vos lettres du 18 et du 21 septembre; j'avais
     déjà eu indirectement de vos nouvelles par la lettre que vous avez
     écrite le 29 à La Neuville; j'étais donc rassuré quant à
     l'essentiel; mais j'étais inquiet pour l'accessoire. Le fait est
     que le bâtiment porteur des lettres auxquelles je réponds, était
     _bound for Ramsgate_, qu'il a mis un grand mois et plus à y
     parvenir; enfin, il est arrivé et j'ai eu le plaisir d'entendre
     parler directement de vous. Je suis fâché que vous ayez souffert
     pour le sommeil et pour la nourriture; il faut que celle-ci fût
     bien mauvaise, car je ne connais personne moins difficile que vous
     sur ce chapitre; mais celui du sommeil est bien plus important, et
     je crains qu'à cet égard vous n'ayez pas réparé le temps perdu
     aussi promptement que je l'aurais désiré. Le raisin, les figues,
     les attentions même des personnes obligeantes qui recueillent les
     arrivans, en quoi je suis fort reconnaissant envers Wesber Gordon
     et M. de Loweia, et je vous prie de le leur dire; tout cela,
     dis-je, ne suffit pas; encore faut-il pour dormir avoir un gîte à
     soi. Dans la triste alternative où vous vous êtes trouvé sur ce
     point, vous avez fait le choix que j'aurais fait: dépense pour
     dépense, il vaut mieux en faire pour être, suivant ses propres
     idées, dans une situation plus agréable, que pour prendre ce qu'on
     trouve dans un endroit qui plaît moins. Cela me fait en ce moment
     _tirer le bien du mal_; et la distance qui nous sépare, le temps
     écoulé depuis votre dernière lettre a du moins l'avantage, tout
     chèrement acheté qu'il est, de me faire penser qu'à l'heure qu'il
     est, votre nid doit être fait; et que déjà un peu remonté pour cela
     seul que vous aviez fait votre choix, vous vous trouverez peut-être
     _confortably_.

     «J'ai été attrapé tout net par le _packet-boat_ de septembre,
     quelques efforts que j'eusse faits pour me persuader que je ne
     l'avais pas été; votre lettre en fait foi. Je crains qu'il n'en ait
     été de même pour celui d'octobre. J'espère être plus heureux ou
     plus avisé cette fois-ci, m'y prenant la veille du jour auquel on
     ferme, dit-on, la malle à Londres. D'ailleurs Bl*** adresse, ainsi
     qu'il l'a fait les deux dernières fois, le paquet directement à
     Falmouth; ce qui, d'ici, doit faire gagner au moins vingt-quatre
     heures. Quant à votre mot du 3 septembre, je ne sais si le brick
     était simplement croiseur, ce qui est une chose indéfinie, ou s'il
     avait une autre destination. Tout ce que je sais, c'est que la
     lettre est à venir; je ne vous remercie pas moins de l'avoir
     écrite.

     «Que de choses depuis ma dernière lettre! M. le duc d'Orléans
     renvoyé en Sicile par les cortès; la motion en fut faite le 18
     septembre à cette monstrueuse assemblée (je dis monstrueuse, car je
     ne crois pas que les annales d'Espagne en fassent mention d'une où
     il ne se trouve que trois personnes titrées), et passa à une simple
     majorité de cinq voix; l'exécution en fut confiée à la régence. Un
     membre avertit M. le duc d'Orléans d'aller parler aux cortès; il y
     courut, leur fit une peur effroyable; puis, sans être admis, fut
     renvoyé au _pouvoir exécutif_. De retour chez lui, il y trouva le
     gouverneur de Cadix, qui lui tint poliment compagnie jusqu'à son
     embarquement. Premiers actes de ces mêmes cortès, qui rappellent
     ceux de 1789.

     «Grande victoire remportée sur Masséna par lord Wellington; d'où il
     résulte que le dernier est à vingt lieues du champ de bataille,
     dans la position qu'occupait Junot lors de la convention de Cintra,
     avec cette différence que les vainqueurs de Simiera ne possédaient
     qu'une petite langue de terre le long de la côte, au lieu que celle
     dont les vaincus sont les maîtres s'étend des bords du _Tage_
     jusqu'à ceux du _Niemen_. Voilà pour le Midi.

     «Le roi de Suède est en Russie; il a voulu s'embarquer à Pillau
     pour venir joindre l'escadre de sir James Saumares; on l'en a
     empêché. Il a été bien accueilli en Russie. L'Empereur lui a,
     dit-on, offert l'option de prendre asile dans ses États, ou d'être
     conduit en Angleterre; on ne sait ce qu'il aura préféré. Je lui ai
     écrit en Russie pour lui offrir le peu de moyens que je possède.
     J'ai pris des mesures pour être instruit sur-le-champ s'il arrive
     dans ce pays-ci. Je n'en sais pas plus s'il reste en Russie (comme
     l'assure une gazette que je viens de lire depuis que j'ai commencé
     cet article); je doute fort d'être en état de vous en dire plus,
     même le mois prochain.

     «La princesse Amélie a succombé vendredi dernier à sa longue et
     douloureuse maladie, et ce malheur a eu des conséquences plus
     funestes que lui-même. Adorée de toute sa famille, recevant de tous
     les plus tendres soins, sensible surtout à l'attachement du roi son
     père, elle a, lorsque les médecins lui ont, environ quinze jours
     avant sa mort, prononcé son arrêt fatal, envoyé chercher un
     joaillier de Londres, et a fait, sous ses yeux, monter en bague une
     boucle de ses cheveux, avec cette inscription: _Remember of me
     after I am gone_. Elle a placé elle-même l'anneau au doigt
     paternel. Cette dernière épreuve a été trop forte pour un cœur
     déchiré depuis si long-temps; et, dès le soir même, le roi a
     commencé à manifester quelques symptômes de son ancienne maladie:
     ils ont toujours été croissans. Enfin, des médecins ont déclaré aux
     ministres que, jusqu'à son rétablissement (qu'ils espèrent, mais
     dont jusqu'à présent rien n'annonce l'approche), sa majesté était
     hors d'état de vaquer aux affaires. J'ignore si la princesse a eu,
     avant d'expirer, la douleur d'apprendre ce que sa maladie et
     peut-être l'excès de sa piété filiale ont causé.

     «Le parlement était prorogé jusqu'au 1er de ce mois: sa prorogation
     jusqu'au 29 était décidée; mais le roi n'a pu signer la
     proclamation nécessaire, au moyen de quoi les deux chambres se sont
     rassemblées jeudi; et fort sagement, elles se sont ajournées
     jusqu'au 15. Ainsi, d'aujourd'hui en dix, commencera _a very
     momentous crisis_.

     «Je me suis acquitté de vos commissions, qui ont été de part et
     d'autres accueillies avec la grâce coutumière. Je me porte bien;
     puissé-je apprendre qu'il en est de même de vous! Adieu, mon ami.»

À Hartwell, ce 9 novembre 1810.

     «Je commence, mon ami, à avoir besoin de réfléchir souvent à la
     salubrité du climat de Madère, et à tout ce que m'en a dit M. de La
     Chapelle: car la distance me paraît un peu bien grande. Il y a eu
     dimanche six semaines que vous avez mis à la voile, et je n'ai pas
     encore de vos nouvelles. Je m'étais résigné pour tout le mois de
     septembre, mais mon pacte ne pouvait aller plus loin: il aurait
     même été plus court, si j'avais écouté tout plein de gens, qui, au
     bout de trois semaines, s'étonnaient de ne pas vous savoir arrivé
     depuis un mois. Ce n'est pas que j'aie la moindre inquiétude; il
     n'y a que deux dangers sur mer, le mauvais temps et les mauvaises
     rencontres. La Providence a pris elle-même le soin de me rassurer
     sur le premier par la plus belle saison que de _pieça_ l'on ait
     vue, et quant au second, voici mon calcul: mis à la voile le 29
     août, vent supposé mauvais, quinze jours pour avoir passé la
     hauteur de Gibraltar, après laquelle il n'y a plus rien à craindre;
     quinze autres jours pour apprendre un malheur, s'il était arrivé;
     partant, plus d'inquiétude, même déraisonnable, à concevoir depuis
     le 26 septembre; mais pour ne rien appréhender, on n'est pas moins
     affamé de nouvelles, et leur défaut se fait sentir chaque jour
     davantage, surtout les mardis, comme aujourd'hui, parce qu'il
     semblerait qu'après deux jours de stagnation, on aurait plus de
     droit à en recevoir.

     «Vous n'en attendez sûrement pas ici de la péninsule; il doit
     nécessairement y avoir une communication fréquente entre le
     Portugal et Madère; ainsi vous devez être instruit de la prise
     d'Almeïda, plus que suspecte de trahison, de la découverte du
     complot de Lisbonne, et du mouvement rétrograde de lord Wellington,
     peut-être même de l'arrivée de Lucien à Malte. On veut le
     représenter comme s'étant évadé, et il avait quarante personnes à
     sa suite. B. P. ne pouvait donc pas l'ignorer, car il n'est pas
     servi par des imbécilles. Quel est donc le but de ce départ? Je
     l'ignore complétement. Tout ce que je sais, c'est que je regarde M.
     Lucien comme un autre Sinon. Mais il était brouillé avec son
     frère... Plaisante raison! Querelle de coquin n'est rien. Ils ont
     le même intérêt, et voilà le lien de ces gens-là.

     «Du côté du Nord les cartes se brouillent beaucoup, et ce qui me
     persuade le plus qu'il va y avoir guerre, c'est que B. P. a fait
     mettre dans _le Moniteur_ qu'il n'avait jamais été mieux avec la
     Russie. Pauvre Alexandre! il est bien temps d'ouvrir les yeux! Je
     ne lui donne pas un an pour être réduit au point de son malheureux
     voisin, dont quelqu'un disait l'autre jour qu'il n'était plus le
     roi de Prusse, mais le roi _Prusias_. Viendra ensuite le tour du
     beau-père, que son indigne vente de chair humaine ne sauvera pas
     plus que les autres.

     «Pour vous donner des nouvelles d'un autre genre, je croyais ce
     matin que je cachèterais ma lettre en noir, car la pauvre princesse
     Amélie était sans ressource dès samedi; elle vivait pourtant encore
     lorsque les gazettes d'hier ont été imprimées; mais je ne sais si
     ce n'est pas un malheur pour elle, car à la maladie de foie dont
     elle meurt, s'est joint le feu saint Antoine, sorte d'éruption fort
     âcre et fort douloureuse. Les médecins se sont crus obligés de
     déclarer leur opinion au roi d'Angleterre, et (dit l'_Observer_,
     que je craindrais d'affaiblir en le traduisant) «he received the
     fatal intelligence with the affliction of a father, the humility of
     a Christian, the fortitude of a man.»

     «Melchior de Polignac a épousé, le lundi de l'autre semaine, Mlle
     Levassor, nièce de Mme Ed. Dillon. Les nouveaux mariés ont été
     passer leur _honey-moon_, non pas à l'anglaise; mais avec leurs
     parens et _tout plein_ d'amis, à Gouldgreen, chez Édouard Quelquim.
     Je ne sais plus qui, étonné qu'il y pût tenir tant de monde, disait
     l'autre jour: «Mais il faut donc que la maison prête.--Vous verrez,
     a repris le chevalier de Rivière, qu'elle est de tricot.»

     «Tout le monde se porte bien ici; pour moi, vous n'en pouvez
     douter, au superbe _bouhampere_ dont cette lettre est décorée.
     Adieu, mon ami.»

À Wimbledon, ce 18 novembre 1810.

     «Je suis veuf, mon ami; ma pauvre femme est morte mardi. Mes
     inquiétudes n'ont commencé que le 5, jour où je vous ai écrit; je
     vous les ai cachées pour ne pas vous en donner à vous-même. Mon ame
     souffre cruellement, mon corps se porte bien. Ma consolation est de
     penser à sa mort, la plus courageuse et la plus édifiante qui fut
     jamais. Elle a reçu, et moi après mon malheur, les soins les plus
     touchans de la famille et de tout ce qui nous entoure.

     «Le roi de Suède est en Angleterre; je ne l'ai pas encore vu. Je
     vous donnerai des détails par le prochain _packet-boat_; je n'en ai
     aujourd'hui ni le temps ni la force, car M. de La Chapelle part
     demain matin pour Londres. Adieu, mon ami; aimez-moi, plaignez-moi;
     je vous embrasse de tout mon cœur.»

À Hartwell, ce 2 décembre 1810.

     «J'espère, mon ami, que vous aurez reçu avant cette lettre un mot
     que je vous ai écrit par M. de La Chapelle, et qu'ainsi elle vous
     trouvera instruit de mon malheur; il m'est (ce n'est pas vis-à-vis
     de vous que je monterai sur les planches) infiniment plus sensible
     que je ne le croyais. Je ne croyais, je l'avoue, aimer la reine au
     point où je l'aime. Je sentais bien une chose, c'est que les jours
     où sa santé (injuste que j'étais, je la croyais malade imaginaire!)
     influait sur son humeur, j'avais toute la journée un fonds de
     tristesse, et qu'au contraire, lorsque se portant mieux elle était
     elle-même, j'étais tout en gaieté et en bonne humeur (_in high
     spirits_). Mais je ne cherchais à me rendre raison ni de l'une ni
     de l'autre de ces affections. Le moment où j'ai vu le danger m'a
     fait lire dans mon cœur; ce moment commença, ainsi que je vous l'ai
     mandé, le 5 du mois dernier; lorsque je vous ai écrit ce n'était
     encore qu'une inquiétude vague, que je ne puis me repentir de ne
     vous avoir pas fait partager. Je vais m'expliquer.

     «Je vous ai dit que je l'accusais d'être malade imaginaire, et sur
     cela je me fondais sur le dire de Collignon. Ma confiance en lui
     était fondée sur la manière dont il l'avait traitée en 1803, et je
     croyais tout ce qu'il me disait. Je savais très bien qu'un médecin
     peut se tromper dans la partie conjecturale de son art, mais je
     n'imaginais pas qu'il pût en être de même pour un fait matériel.
     Par exemple, elle, me disait qu'elle avait les jambes enflées; il
     le niait, et moi je m'en rapportais à celui des deux qui semblait
     devoir le mieux s'y connaître. Enfin, le dimanche 4 novembre, elle
     me dit qu'elle voulait consulter Lefaivre. Je lui transmis ses
     ordres; il y alla le lendemain au matin, tout aussi incrédule que
     moi; mais au retour il n'était plus le même; cependant, pour me
     ménager, il ne me montra pas toute la triste vérité, et se contenta
     de me dire qu'il y avait réellement de l'enflure, et que cela
     pourrait devenir sérieux. Ce fut ce jour-là que je vous écrivis;
     mais dès le mardi 6 il changea de langage, et me déclara sans
     détour que l'hydropisie était formée, et que le défaut absolu
     d'urines la rendait très alarmante; qu'à la vérité il ne
     désespérait pas que les remèdes pussent les rappeler, mais que,
     s'ils n'en venaient pas à bout, cela serait fort court. Ce furent
     ses propres expressions, et le bandeau tomba de mes yeux.

     «La nuit avait été fort agitée, et le matin on lui appliqua des
     vésicatoires aux deux bras, pour tâcher de s'opposer à
     l'infiltration dans la poitrine. J'eus, pour la dernière fois, le
     triste mais sensible bonheur de la servir, en replaçant les
     couvertures que l'agitation de la nuit avait dérangées. La journée
     du mardi ne se passa pas mal. Elle avait repris sa sérénité, et
     plaisanta même avec moi sur les premières souffrances que les
     vésicatoires lui causèrent; mais, le soir, la levée des emplâtres
     fut pénible; le pansement du mercredi 7 au matin le fut encore
     plus, et fut suivi d'une crise de faiblesse et d'étouffement qui la
     fatigua beaucoup; elle ne fut pas de longue durée; mais elle revint
     à midi, à la suite de laquelle elle prévint la proposition qu'on
     allait lui faire de voir son confesseur; et d'abord après sa
     confession, elle demanda les sacremens, qui lui furent administrés
     vers les trois heures par M. l'archevêque. On eût dit que Dieu lui
     avait rendu toutes ses forces pour ce grand acte, car l'excellent
     archevêque, accablé de douleur, se trompa plus d'une fois dans les
     cérémonies de l'extrême-onction, et elle le redressa avec un calme
     et un sang-froid qu'elle n'aurait pas eus si elle avait été près du
     lit d'un autre. Le reste de la soirée s'en ressentit; je rentrai
     chez elle un peu après la cérémonie, et je voudrais que vous
     eussiez vu l'expression de son visage lorsqu'elle me tendit la
     main.

     «La nuit ne fut pas très mauvaise, mais le réveil du jeudi 8 fut
     fâcheux, et il y eut une crise un peu moins forte cependant que
     celle du mercredi; mais les urines ne coulèrent pas plus que les
     jours précédens. Cependant, sur le soir, il y eut une petite
     évacuation de ce genre, et votre pauvre ami, qui saisit facilement
     la moindre espérance, était presque remonté; mais cet effet de la
     nature n'eut pas de suite. Ce jour-là fut celui des arrivées. Du
     moment que les sacremens avaient été décidés, j'avais envoyé
     avertir tout le monde; mon frère arriva de Londres à onze heures du
     matin; mes neveux, qui étaient à Domington, chez lord Moira, à neuf
     heures du soir, et M. et Mme la princesse de Condé à dix heures. M.
     le duc de Bourbon, qui n'était pas à Londres, n'arriva que le
     lendemain. La nuit ne fut pas mauvaise; le vendredi 9 la crise du
     réveil fut moindre que les autres, et la journée ne fut point
     mauvaise; mais point d'urines et beaucoup de difficulté à avaler.
     J'ai oublié de vous dire que les médecins avaient exigé qu'il n'y
     eût que peu de monde à la fois dans la chambre et qu'on n'y restât
     pas long-temps; de manière que nous passions la journée dans son
     salon, et nous nous relayions pour entrer dans la chambre, où il ne
     restait toujours que Mme de Narbonne; et puis, un peu plus que
     nous, le duc d'Havré, l'archevêque et l'abbé de Bréan. Ce même
     vendredi au soir, elle voulut que l'abbé de Bréan l'entretînt de
     religion; ce qu'il fait presque aussi bien que le respectable abbé
     Edgeworth. Elle prenait part à la conversation quasi comme en
     société; et ce jour-là je me retirai avec de l'espoir, quoiqu'il
     n'y eût point d'urines.

     «Le samedi 10, la nuit avait été passable, et à neuf heures, qui
     était le moment ordinaire des crises, il n'y en avait point encore
     eu; mais peu après elles commencèrent. Je vis alors combien peu
     elle se faisait illusion et avec quelle tranquillité elle
     envisageait sa fin. Pour me faire comprendre, il faut vous dire
     qu'un homme attaché à mon frère, qui s'appelait Motte, mourut en
     1769 par une si grande tempête, que, depuis ce temps-là, pour
     exprimer le temps le plus affreux, nous disions entre nous temps de
     la mort de Motte. Le triste samedi, la pluie et le vent étaient
     plus violens que je ne les ai encore vus en Angleterre, et nous en
     parlions. Tout d'un coup elle s'interrompit en disant: «On ne dira
     plus _temps de la mort de Motte_.» Je ne répondis rien, mais la
     mort retentit dans mon cœur plus encore qu'à mes oreilles. Elle
     avait peine à respirer dans son lit: on la plaça dans un fauteuil,
     et là la crise augmenta à tel point que les médecins craignaient
     qu'elle ne pût pas la supporter. Elle demanda l'abbé Bréan, qui,
     n'ayant pas vu le commencement, avait cru pouvoir aller à
     Aylesbury; à son défaut elle fit appeler M. l'archevêque, et, après
     s'être entretenue un moment avec lui, elle l'envoya nous dire
     qu'elle désirait nous voir tous encore une fois; mais dès lors,
     n'ayant pas la force de nous parler, nous entrâmes, et au bout de
     quelques momens elle nous fit signe de nous retirer. Peu après elle
     demanda les prières des agonisans, que l'archevêque récita. L'abbé
     de Bréan arriva vers la fin et les acheva, car l'archevêque ne
     pouvait presque plus articuler; ensuite celui-ci lui donna
     l'indulgence _in articulo mortis_. Cependant la crise diminuait, et
     ses forces étaient revenues. Elle me fit appeler; et l'archevêque,
     portant la parole, me demanda pour elle pardon de tous les chagrins
     qu'elle avait pu me donner. «C'est moi, répondis-je, qui vous
     conjure de me pardonner tous mes torts.--Non, me dit-elle, l'abbé
     de Bréan sait bien que je n'ai rien contre vous.» Ensuite, sentant
     que mes larmes inondaient sa main: «Ne m'attendrissez pas
     davantage, ajouta-t-elle avec la même douceur, je ne dois plus
     m'occuper que du Créateur, devant qui je vais paraître, et que je
     prierai bien pour vous.» Quand je fus sorti, elle fit
     successivement appeler mon neveu et ma nièce, qu'elle bénit avec
     les expressions les plus tendres; le duc de Berri, auquel elle
     donna des avis aussi sages que touchans, et mon frère, auquel elle
     parla avec la même sensibilité. Peu après, l'abbé de Bréan vint de
     sa part me prier de m'en aller chez moi. J'obéis; mais vous pensez
     que ce...» (_La suite manque._)



CHAPITRE CXLIX.

Le rendez-vous avec Ney.--Le balcon et le parapluie.


Dès que le maréchal Ney revint à Paris, appelé pour la formation de la
jeune garde, je reçus un mot de lui qui, sans aucune provocation de ma
part, vint me surprendre par l'indication d'un rendez-vous chez un
restaurateur des Champs-Élysées. Heureuse de cette tendre spontanéité,
j'arrivai la première, suivant mon impatiente habitude en pareil cas.
J'étais en femme, et sans aucune affectation de parure. Toutefois ma
toilette se faisait remarquer par cette élégance riche qui, pour peu
qu'elle ne revête pas une figure désespérée, attire toujours un peu
l'attention dans les promenades. Il y avait une grande affluence de
militaires dans les Champs-Élysées. Toutes ces martiales physionomies
respiraient la joie et la confiance. Comme aux plus beaux jours de nos
triomphes, et pour peu qu'on prêtât l'oreille, on entendait citer
quelque parole populaire de Napoléon. «Quel avancement dans l'armée!
voilà tous nos sergens, sous-lieutenans; tous nos lieutenans,
capitaines!» tel était le cri de la plupart des groupes; «car ce sont
les sous-officiers qui ont ramené le petit homme. Les _gros bonnets_ se
faisaient prier, craignaient de se mettre en avant: l'Empereur a bien
remarqué cette différence de dévouement; nous autres seuls nous
l'aimons, il nous aime aussi de préférence. Entre lui et ses vieilles
moustaches, c'est à la vie et à la mort.»

Emportée par ma curiosité, et plus encore par cette expression de
sentimens qui m'étaient chers, pour écouter tous ces belliqueux propos,
je m'étais un peu éloignée du point indiqué de notre rendez-vous. Pour
surcroît de distraction, je fus abordée par une de ces connaissances
bannales qu'on rencontre toujours avec indifférence, mais dont la
présence me devenait ce jour-là une insupportable contrariété qui allait
jusqu'au malaise. Je tremblais de voir paraître celui que j'attendais
avec tant d'impatience, et j'écoutai avec une espèce de rage les mille
et mille réflexions que cet importun me faisait subir.

Ce monsieur m'annonça, au milieu de toutes ses inutilités, une agréable
nouvelle: une revue où Cambrone devait apporter les aigles de la garde.
«L'Empereur prononcera un de ces discours qui vont droit au cœur du
soldat; tout ira comme par le passé. Rien n'est changé autour de lui, ni
lui-même; c'est tout notre empereur de Tilsitt et de Moskou.» Je réussis
enfin à me débarrasser dès que j'aperçus Ney, qui me faisait signe de le
suivre.

Ney avait pris sur la gauche, et moi je le suivais à grandes enjambées.
J'arrivai toute hors d'haleine, et fus plus que surprise de voir Ney
renvoyer son cabriolet et entrer dans une de ces petites guinguettes de
médiocre apparence, où les ouvriers vont passer leur second dimanche,
autrement dit leur lundi. Le maréchal était enveloppé dans une immense
redingote, et le visage caché sous un vieux chapeau rond; moi, au
contraire, avec mon vitchoura, mon voile et mon cachemire, j'éprouvai
quelque hésitation à entrer, et je faisais presque la mine de Clara au
petit escalier du château de Hachincterzof. Ney monta sur une espèce de
balcon de bois, jetant sur moi des regards mécontens et boudeurs. Il
semblait me reprocher mon indécision...; dès lors je n'en eus plus
l'ombre. Un gouffre, un brasier, un abîme, je ne sais quoi de plus
effrayant encore ne m'eût point arrêtée. De bonne grâce je m'y fusse
précipitée pour répondre à celui qui m'appelait. En moins d'une minute,
et rapide comme la pensée, je me trouvai au haut du plus hideux et du
moins commode des escaliers; mais j'étais pressée dans les bras du
maréchal... Que de questions! que de joie! Il connaissait l'homme que
j'avais rencontré dans les Champs-Élysées. Je contai ce qu'il m'avait
dit.

«Cet homme a raison, sa politique est la bonne; mon Dieu! tout roule sur
le même pied que s'il n'eût jamais été question d'abdication.

«--L'empire, cette fois, durera-t-il?

«--Ma chère, nous y ferons de notre mieux. Les républicains seront
furieux, l'Empereur est tout d'une _pièce_ comme avant.

«--Avez-vous vu Regnault depuis votre retour?

«--Non.» et alors nous causâmes quelques instans de choses fort inutiles
à répéter. Le temps était à la pluie, mais très doux. Rien ne peut
donner une idée de l'étrange retraite qui recevait nos confidences: une
laide chambre, remplie de tables, avec des nappes fort peu engageantes.

«Il faut pourtant, Ida, avoir de l'appétit ici.

«--La chose est difficile.

«--Allons, ma chère, quand on a mangé de la vache enragée en Russie, il
ne faut pas reculer devant la gibelotte de la guinguette et le litre de
la barrière, et la bonne compagnie dont nous sommes menacés.

«--Vous n'avez pas à la craindre, j'ai loué toutes les tables, et nous
sommes pour un jour propriétaires exclusifs du balcon;» là-dessus il
ouvrit la porte de plain-pied qui y donnait entrée, et son mouvement
était si original, que j'éclatai de rire à l'exécution. Depuis bien
long-temps je n'avais vu Ney que triste, souvent contrarié, et toujours
plus que raisonnable. La différence de ses manières était aussi grande
qu'agréable pour moi, et ce contraste me rendit, avec la puissance des
souvenirs, toute l'ivresse d'une des plus douces réalités. Je lui
communiquais ces empressemens passionnés auxquels, dans mes plus heureux
jours, il trouvait tant de charmes!

«Ida, me dit-il, nous nous battrons encore. Aurez-vous un reste de goût
pour le plus beau métier du monde?

«--Tant que vous en serez, M. le Maréchal.

«--Allons, à la dernière campagne.» Nous continuâmes long-temps sur le
même ton; j'étais dans mon élément, la folie, et Ney, en la partageant,
l'excitait encore davantage. Je ne sais pourquoi je hasardai quelque
chose sur ma conduite de 1814, et le mot de _fama volat_ m'échappa.

«Ah! c'est donc vous qu'on appelle ainsi? Comment! cette histoire est
vraie?» Par bonheur le pas lourd de la fille d'auberge retentit dans
l'escalier, et vint me sauver l'embarras des explications, sans quoi
j'eusse grandement couru risque d'une répétition de la scène du Dniéper.
«Mon ami, ne me gâtez pas cette bonne journée, je n'ai aucun tort
là-dessus.» Je brodai fort adroitement ce que je savais pouvoir le mieux
le calmer, et j'y réussis complétement. Je ne parlerai pas même de notre
dîner de campagne, nous n'y songeâmes ni l'un ni l'autre; mais je ne
puis taire les plaisirs du dessert qui fut pris sur le balcon, et marqué
par une singularité trop piquante pour n'en pas faire mention. Il se
faisait dans l'établissement quelque vacarme; je passai sur le balcon,
d'où l'on entendait tout; c'étaient des soldats et des hommes du peuple,
quelques femmes plus que suspectes. Tout cela parlait, buvait, chantait
à étourdir. Ney avait fait servir et fermer la salle; mais pour sortir,
il eût fallu passer au milieu de ce monde, et il était probable que si
l'on eût reconnu le maréchal, dont l'humeur était fort gaie, il eût fait
là quelque station. Les jours n'étaient point encore longs, et la nuit,
déjà favorable, nous donna l'idée de nous mettre dans le coin du balcon,
pour prendre le dessert et écouter seulement ce qu'il était plus
dangereux de voir. Nous voilà donc installés presqu'en dehors de
l'appartement. Quelques minutes après, un coup de vent pousse et ferme
derrière nous la porte, et nous suspend en plein air devant l'enseigne
mal barbouillée d'une gargotte de barrière. Mon Dieu, où le bonheur
va-t-il se nicher? Car dans ma longue carrière de folies, je ne puis me
rappeler qu'un seul moment comparable en émotions enivrantes à ce moment
bizarre et, délicieux, placée entre des ressouvenirs pénibles et de
prochaines et éternelles douleurs. Pour échapper aux regards qui
pouvaient nous surprendre, nous nous étions assis du même côté, bien
près, trop près l'un de l'autre, serrés entre la table et le mur; par
une singularité du moment, la circonstance qui devait le plus faciliter
la conversation la ralentit jusqu'au silence, mais jusqu'à un silence
qui n'était point un vide de l'ame.

La société, que nous entendions malgré nous, était fort curieuse à
écouter comme étude populaire; les soldats, qui en faisaient le fond,
retombaient toujours, malgré leurs distractions bachiques et
sentimentales, dans leurs joies guerrières. L'Empereur était plus
souvent invoqué que l'Amour. «Nous l'avons enfin le petit homme, et dans
quelques jours la mère et l'enfant viendront le rejoindre aux
Tuileries.--Oui, dit Ney, si nous réussissons à les aller enlever tous
deux.» Le temps était magnifique lorsque nous étions arrivés; mais le
ciel s'était couvert, et la pluie commença à tomber. J'avais par hasard
pris la précaution d'un parapluie. Impossible de penser à évacuer la
place avant la garnison d'en bas: «Résignons-nous à l'abri du parapluie,
m'écriai-je en l'ouvrant; cela n'est pas noble comme un drapeau; mais
puisque nous sommes en habits, nous ne dérogerons pas. Wellington s'en
sert bien en grand uniforme et à cheval; les soldats du pape montent la
garde avec des ombrels. Au fait, tout est préjugé et habitude.» Pendant
la savante dissertation sur les parapluies, nous en profitâmes; et
chacun de nous le plus possible, ce qui nous rapprochait encore plus;
j'étouffais de rire et j'osais à peine respirer. C'était absolument la
scène de _Paul et Virginie_. Malgré la ressemblance de la position, j'en
fis la remarque: mais je ressemblais si peu à l'innocente créole, que
Ney n'y tint plus. Il quitta le parapluie et se rapprocha de moi
davantage pour que la comparaison fût moins vraisemblable, ou plutôt
pour qu'elle le fût moins. Mais si je n'étais point Virginie, s'il
n'était point Paul par la candeur, les battemens de nos cœurs nous
disaient cependant que nous nous aimions autant. Ma tête se perdait par
la crainte du voisinage, par le trouble d'une chute si facile dans un
équilibre de position si menaçante. Il me sembla alors que le balcon se
brisait, que la terre tournait autour de nous, que le monde entier
échappait à ses mouvemens et à ses lois.

Nous restâmes là plus d'une heure, et sans le tambour de l'appel, qui
renvoya le poste militaire assez bruyamment, je ne sais quelle aurait
été la fin de ce tête-à-tête en plein air, dont le mystérieux abri
dérobait au moins le charme à tous les regards. Le siége étant levé, Ney
me prévint qu'il ne pourrait me voir de plusieurs jours.

«Mais demain je vous apercevrai à la revue, aujourd'hui me console de
demain; demain, cependant, je veux encore, cachée dans la foule, jouir
de cet incognito du cœur qui, sous le soleil brûlant de l'Espagne et
sous le sombre ciel de la Prusse, me valut si souvent le bonheur de
rencontrer vos regards, dont un seul payait si bien mes périls et mes
fatigues.»

Nous nous quittâmes près de l'arc de triomphe; le lendemain devait avoir
lieu la revue d'un corps d'armée qu'avait commandé le malheureux duc de
Berri; j'y courus, j'espérais voir Ney. Il y eut un beau moment, celui
où Cambrone et les compagnons de l'île d'Elbe passèrent avec les aigles
de l'exil; l'Empereur, à ce moment, prononça un de ces discours où se
trouvait toute l'éloquence qui si souvent a réuni les Français par les
images de la gloire et des prédictions de triomphes.

«Que ces aigles vous servent de ralliement; les donnant à la garde, je
les donne à toute l'armée... Jurez que ceux qui voudraient envahir notre
France n'en soutiendront jamais les regards.» Le cri de _nous le
jurons!_ s'éleva dans les airs; à ces éclats on eût dit que la Victoire
elle-même le répétait. Je rencontrai une foule de frères d'armes, et il
fallut accepter un déjeûner militaire après la revue. C'est là que
furent tumultueusement discutés les projets et les vues de l'Empereur;
il y avait quatre fort jolies femmes à ce déjeûner, et toutes nous
étions parées du bouquet de violettes obligé; ces dames, à chaque bond
du Champagne, en détachaient quelques feuilles pour les placer aux
boutonnières des cavaliers, aux cris de _vive l'Empereur! vivent les
braves!_ J'aimais à les entendre; mais je ne faisais point chorus avec
elles, ce qui me valut plus d'une maligne remarque. L'une de ces dames
était amie d'un peintre célèbre qui avait fait passer ses opinions sous
son pinceau; elle montra les plus jolies et les plus plaisantes
caricatures, en riant aux larmes; enfin, la petite personne pétillait de
_bonapartisme_ au commencement de 1815, et le 26 septembre de la même
année, elle déclara à quelqu'un que mes angoisses pour un illustre
prisonnier intéressaient vivement; «que cette pitié et cet intérêt
étaient fort mal placés, parce qu'elle me connaissait pour une femme
_révolutionnaire_.» Je pense que cette dame, qui était, comme moi, assez
bien encore en 1815, doit en être au repentir, et ce petit trait de
souvenir sera toute ma vengeance. Parmi nos convives il y avait un
parent de Lanjuinais, dont l'enthousiasme pour Napoléon allait presque
jusqu'à l'aliénation mentale; et lorsque, dans le fol entraînement de la
conversation, j'eus laissé échapper que je connaissais le colonel de
Labédoyère, je craignis que son dévouement ne me prît à la gorge par
excès d'admiration. «Voilà, s'écria-t-il, le modèle à tous! Labédoyère
est noble pourtant; mais c'est, comme Lasalle, une fois noble de
naissance et six fois noble par sa bravoure.» Je fus contrainte de
donner à l'orateur mon adresse, et nous nous séparâmes.

Je reçus le lendemain une lettre de Léopold, qui venait de changer de
régiment, et qui se trouvait alors avec le général Clausel à Bordeaux.
Cette lettre me causa une joie bien vive; j'y lus la certitude que Ney
même, sans me le dire, avait pensé à celui que je lui avais peint digne
de son glorieux appui. Je répondis à Léopold de façon à flatter ses
espérances ambitieuses. Hélas! les illusions qui font braver la mort
sont bien excusables! Que de milliers d'hommes se faisaient tuer, en
croyant trouver dans leur giberne le bâton de maréchal!

N'ayant point vu Ney depuis notre dernière et si singulière entrevue, je
lui écrivis; mais n'ayant point reçu de réponse à une lettre qui n'avait
pas été reçue elle-même, je ne saurais dire l'effroi que me causa le
sort de ce billet, écrit avec sécurité sous l'inspiration du délicieux
souvenir qui l'avait dicté. Mais comme Ney ne me répondait jamais
exactement, je fus bien obligée de me calmer un peu jusqu'à notre
première entrevue. Quand je lui parlai de mes inquiétudes sur cette
lettre, il tomba dans une inexprimable agitation.

«Je ne puis vous faire aucun reproche, ma pauvre Ida; mais si la lettre
a été remise à ma femme, je serai l'homme le plus malheureux. Ma bonne
et chère Ida, je puis vous le dire: Je l'aime! Son bonheur, son repos,
me sont plus chers que ma vie. Si elle est instruite, je le découvrirai
aisément, car ni son cœur ni ses regards ne savent feindre.» Je fis
effort pour dissiper l'effroi tendre de ce guerrier qui ne trembla
jamais. Je ressentais presque aussi vivement que lui son émotion; car au
lieu de lui en vouloir, je l'aimais de son amour pour la jeune et belle
mère de ses enfans; c'était une qualité de plus qu'il ajoutait à toutes
les qualités du guerrier qui avait captivé mon cœur. Le billet ne se
retrouva point, mais le repos de Ney ne fut nullement troublé; lui et
moi nous nous tranquillisâmes sur le sort de cette pauvre lettre. Qu'on
juge de ma surprise, lorsqu'à quelque temps de là D. L*** vint me
montrer une copie exacte de ce billet et une note très exacte aussi des
lieux où je m'étais trouvée avec le maréchal la veille du billet!
Napoléon avait à peine remis le pied sur le territoire français, que
toutes les vigilances bonnes ou cruelles avaient repris leur
inquisitoriale activité. Je ne pus de plusieurs jours joindre Regnault;
enfin il m'écrivit de venir le trouver; il voulut me faire faire un
voyage à Lille, dernier séjour de S. M. Louis XVIII.

Regnault me lut une lettre que M. le duc d'Orléans avait adressée au duc
de Trévise; j'en ai retenu quelques expressions: j'avais dit souvent à
Regnault que j'avais vu ce prince (alors duc de Chartres) au moulin de
Valmy, à Jemmapes, à Tirlemont. En citant le passage de cette lettre,
Regnault ajoutait: «Voilà les sentimens d'un grand cœur, d'un prince
français; l'Empereur, qui se connaît en supériorités, admire cette
conduite. La première fois que je vous ferai parler à Napoléon, il faut
amener vos souvenirs de 92, et parler du bataillon de Mons.

«--Pour demander la retraite ou les invalides?

«--Non, pas encore, mais pour entendre l'éloge du prince dont vous
m'avez vanté la bravoure. L'Empereur aura les plus grands égards pour
toute la famille.»

Regnault me paraissait moins transporté que Ney, et presque soucieux,
quoiqu'il fût enchanté du retour de l'Empereur, mais il ne se faisait
pas illusion; et cet enthousiasme du retour, il savait bien que sa durée
tenait à l'espoir qu'on donnait de l'alliance de l'Autriche, de
l'arrivée de Marie-Louise et du roi de Rome.

Vers cette époque, un officier de la division Gardanne, qui combattait
dans le Midi avec le général Grouchy, m'adressa une longue épître fort
enthousiaste. Cette lettre sans date, restée dans mes papiers, me valut,
en 1817, douze jours d'arrestation à Ostende, et me fit bien prendre la
résolution de ne garder désormais aucune correspondance sujette à la
plus légère interprétation politique.



CHAPITRE CL.

Coup d'œil sur Paris après le 20 mars.--Mon Journal.--Mes
projets.--Nouvelles de Noémi.--Chute de Murat.


Une chose était bien remarquable alors, c'était la crédulité des
personnes les plus distinguées de tous les partis. J'ai entendu de
jolies femmes fort dévouées aux Bourbons m'affirmer que le roi n'avait
pas quitté Lille, et que les provinces entières, à l'exception de Paris,
avaient repris le drapeau blanc. D'un autre côté, j'ai vu mes amis les
plus avant dans les affaires et dans les confidences du gouvernement et
de l'Empereur, compter, pour la fortune de Napoléon, sur le concours de
l'Autriche. Beaucoup avaient la certitude qu'en attendant qu'il se
prononçât, le beau-père de Vienne enverrait toujours, en avance de son
dévouement, Marie-Louise et le roi de Rome. Dès que le télégraphe
remuait, on était aussitôt persuadé que c'était pour signaler leur
arrivée.

Malgré son scepticisme en toutes choses, Regnault de Saint-Jean-d'Angely
lui-même n'était pas loin de partager les croyances populaires. Je les
combattais quelquefois dans mes conférences du matin, ou dans un petit
journal que je faisais pour lui avec toutes les observations que ma vie
un peu nomade me mettait plus que personne en état de rendre curieux et
instructif pour un homme qui ne voyait l'opinion que de sa voiture. Si
Regnault ne l'a pas égaré ou détruit, on a dû trouver dans ses papiers
un album quotidien commencé le 20 mars et continué jusqu'à mon départ
pour l'armée. Je lui rendais compte, jour par jour, de mes démarches, de
mes courses, de ce que le hasard et mes relations de toutes espèces
avaient pu m'apprendre en ce qui touchait l'Empereur et son
gouvernement. Je ne désignais personne, jamais d'insinuations sur les
noms propres, parce que je voulais bien éclairer sur ce qu'il pouvait
être utile de connaître, mais je me fusse empoisonnée plutôt que de
laisser percer quoi que ce fût qui eût pu attirer, je ne dis pas les
persécutions, mais encore les plus simples attentions sur le moindre des
citoyens.

Je ne relate ce petit service d'une correspondance toute d'intimité
entre moi et un ancien ami, que parce que le souvenir de Napoléon s'y
rattache. J'eus la certitude que mon journal passa plus d'une fois sous
ses yeux, et que quelques bonnes et sévères vérités, mêlées à d'utiles
avertissemens, furent plus d'une fois approuvées par lui.

Ma vie tout entière se dépensait ainsi gratuitement. Jamais la pensée
d'un sordide intérêt n'enflamma l'ardeur de mon zèle. Je puis dire que
la poursuite des seules illusions du cœur m'a coûté des flots d'or et
quelquefois des torrens de larmes. Regnault cependant, à cette époque,
me parla du projet de me placer dans la maison de la reine Hortense;
mais cela ne fut pas discuté. Ce n'était guère qu'un de ces propos de
bienveillance que les grands politiques risquent quelquefois avec leurs
créatures, pour tenir en haleine un dévouement que leur connaissance du
cœur humain ne leur permet guère d'attendre toujours du désintéressement
et de l'affection.

Ce besoin d'agitation et de mouvement que j'éprouve sans cesse me
donnait en effet une certaine utilité politique: je voyais, en outre,
beaucoup de monde, et de tous les rangs. Il me semblait déjà remarquer
un certain changement dans l'opinion publique. Toutes tentatives de
résistance avaient cependant échoué.

Madame la duchesse d'Angoulême avait quitté Bordeaux, M. le duc
d'Angoulême pacifié le Midi par une capitulation. Avec ces apparences de
force et de victoire, je pensais que l'Empereur pouvait se trouver
heureux d'être monté de nouveau sur un trône défendu par une armée: mais
il y avait une tendance d'opposition sourde, sinon déclarée; ses
partisans mêmes le blâmaient sur quelques points. Partout on parlait
politique; et, ce qui n'était pas arrivé autrefois, on ne craignait pas
de discuter les intentions de l'Empereur. Souvent, dans les salons que
je devais supposer les plus bienveillans, j'entendais dire: «En
débarquant, Napoléon a bien proclamé notre indépendance, mais voyez ce
qui arrive, la Constitution se fait attendre.» Puis des plaintes sur
cette nouvelle Charte, que l'on dénigrait avant de la connaître; sur la
cour, qui envahirait encore tout. Dans cette confusion de doléances, il
me semblait que personne ne savait ce qu'il voulait. Malgré quelques
démonstrations extérieures, Napoléon montrait encore clairement qu'il
voulait, comme toujours, être très absolu, et placer toute sa confiance
dans son armée, qui le lui rendait bien en fanatisme et en amour.

Je vis Ney le jour où on nomma la chambre des pairs; je lui dis tout ce
que j'entendais: «Laissez-les se débattre, ils cèderont à la main de fer
de la nécessité; il y aura de beaux discours, puis des soumissions.»
Toutes les mairies, toutes les officialités, publiques venaient d'être
ouvertes aux votes que l'acte additionnel engageait tous les Français à
émettre. Ney me cita comme curieux par leur énergique simplicité deux
votes de ces registres de l'opinion, écrits de la main de deux personnes
bien connues. L'un acceptait, parce que l'_acte proscrivait la famille
royale_; l'autre disait: _moi je refuse pour cette clause_. Voilà,
ajoutait le maréchal, quelque chose de bien, de la franchise; au
surplus, je suis content de Napoléon, il y a dans sa conduite du grand,
du vraiment loyal.

Je voyais quelquefois, à cette époque, un Hollandais lié intimement avec
le secrétaire de M. Bondiskeen; il me disait: «Napoléon se laisse
tromper; tous les souverains sont d'accord contre lui; ils veulent
gagner du temps pour mieux _cerner le banni_: voilà comme on le
désigne.» Je courus chez Regnault lui faire part de cette intention des
puissances; il était enfermé, cependant il me reçut. C'est ce jour-là
qu'il me lut quelques passages de la fameuse réfutation du conseil
d'État, destinée à répondre à la déclaration du congrès de Vienne, du 14
mars. Tous les passages étaient brûlans d'éloquence et d'énergie.
Regnault cependant se plaignit de quelques brusqueries de Napoléon; mais
comme il lui était cordialement attaché, il en rejetait le tort sur les
tracasseries que lui suscitait le parti républicain. Il me sut gré de ce
que je lui avais dit, sans paraître y attacher une haute importance;
mais à peine y avait-il quelques heures que je l'avais quitté, qu'il
m'envoya prier de revenir. «Ma bonne amie, il faut me dire quel est le
jeune homme qui vous a communiqué la nouvelle de tantôt.

«--Il est parti hier, je crois, pour La Haye.

«--J'aurais voulu apprendre de lui si son ami ne sait rien des relations
de Fouché avec M. Bondiskeen. Je crains quelque intrigue, quelque
trahison: Napoléon ne veut punir qu'avec des pièces de conviction, et
peut-être alors ne punira-t-il jamais.»

J'étais vraiment contrariée d'avoir parlé, car je craignais des
investigations ennuyeuses, même à l'innocence: il n'en fut rien.
Quelques jours après, Ney me parla aussi de toute cette affaire, en me
confiant qu'il croyait l'Empereur livré jusque dans ses conseils; que
Napoléon lui-même en convenait, mais en avouant qu'il fallait marcher
ainsi dans le moment; que le temps des défiances et des précautions
n'était pas encore arrivé. L'Empereur venait de recevoir de bien
fâcheuses nouvelles de l'Italie, et les fausses combinaisons de Murat,
au lieu de débrouiller, rembrunirent son horizon politique. Brave comme
César, Joachim avait cru tout pouvoir par lui-même; mais plusieurs
puissances réunies avaient répondu à son manifeste, et, dans les
premiers jours de mai, la déroute de Tolentino lui présagea la perte de
son trône. Un mois après, il fuyait de Naples sur un bateau de pêcheurs.
Noémi arriva en France vers la fin de mai; elle m'écrivit de Toulon pour
me rappeler ma promesse d'aller passer un mois avec elle; mais y
avait-il moyen d'y songer? l'orage grondait de trop près sur des têtes
qui m'étaient chères. «Tous les rois, disait Ney, se liguent contre
l'_ennemi commun_, comme l'appellent les diplomates de ces messieurs; eh
bien! on se battra. Cette exécrable tête de Murat nous joue un vilain
tour. Je suis en peine de son sort; car, malgré sa sotte équipée, il est
aussi bon que brave. Vous avez une amie près de lui; vous a-t-elle
écrit? que vous dit-elle?

«--Elle a quitté Naples au moment où le roi, après avoir remis le
commandement au général Carascosa, était rentré dans sa capitale avec sa
simple escorte. Murat, d'après les conjectures de Noémi, espérait
reconquérir sa popularité; mais le prestige était détruit. Joachim
malheureux n'était plus pour les Napolitains qu'un aventurier; ses
conseillers nationaux travaillaient sourdement le peuple. Noémi
ajoutait: J'ai tremblé non seulement pour le trône, mais même pour la
vie de ce roi ébranlé; car, à Naples surtout, on peut hardiment avancer;
rien n'est si près du cœur d'un honnête homme que le poignard d'un
assassin. Noémi s'était retirée à peu de distance, attendant le moment
favorable pour rentrer en France. Elle connaissait beaucoup le colonel
Beaufremont et le duc de la Romana; le lendemain même, Joachim sortit de
Naples; elle le vit à la plage de Miniscola, où il s'embarqua; il
n'était déguisé aucunement; ses beaux cheveux, ses noires moustaches et
tout son costume chevaleresque le faisaient remarquer parmi tous, comme
au jour de ses plus grands triomphes. On fit voile pour Gaëte; mais les
croisières anglaises forcèrent de rentrer et de débarquer à Ischia. Dans
les troubles politiques, si féconds en ingratitudes de toutes sortes, il
y a un bonheur à pouvoir retracer un trait honorable pour le cœur
humain. Aussi ne passerai-je point sous silence (c'est toujours Noémi
qui parle) celui du brave et fidèle Malleswki, cherchant à procurer au
roi fugitif des nouvelles ardemment désirées de sa femme et de ses
enfans. Malleswki s'est jeté dans une barque et a tenté de pénétrer dans
Gaëte. Surpris par les Anglais, son touchant dévouement, qui eût dû être
admiré, fut puni, mais avec une barbarie indigne d'un peuple qui se
proclame noble et généreux.

«Quant au roi lui-même, il n'a couru aucun danger. À Ischia, où tant de
bienfaits eussent dû le faire bénir, il eut à craindre de rencontrer les
dangers d'une haine plus violente. Une nièce de Joachim, qui était à
Naples, avait frété un bâtiment pour passer en France; elle le proposa à
Murat au moment où il venait d'apprendre la capitulation de Casa-Laura,
la prise de possession par l'Autriche d'une partie du royaume au nom de
Ferdinand IV, suivie d'une proclamation dans laquelle Murat n'était pas
même désigné, ni sa famille. Ce fut une heure terrible et amère que
celle où il connut à la fois toutes les trahisons de ceux qui lui
devaient le plus. Je puis vous assurer, à vous qui sans doute avez
cruellement souffert de sa défection, qu'il vous eût attendrie par ce
seul mot qui lui échappa: «Eh quoi! pas un seul mot de stipulation pour
ma femme et pour mes enfans! Je suis puni par où j'ai failli.» Enfin, le
21, il a pu s'embarquer. La reine est restée au pouvoir des Anglais
jusqu'à la remise de la ville aux troupes autrichiennes. Joachim a
l'intention de se tenir en France dans un lieu caché. J'en suis au
désespoir; car la France, ce me semble, ne lui doit point d'asile.

«Hélas! je pense comme Noémi, dis-je à Ney; cependant ce bras peut être
utile. Où ira Joachim?»

Nous éprouvions un égal intérêt pour cet homme si imprudent, mais si
admirablement brave. Ney aimait Murat comme frère d'armes. Avant la fin
du mois de mai, je reçus deux lignes de Noémi qui prouvaient toute son
inquiétude; elle me suppliait de savoir de Regnault ce que l'Empereur
pensait sur son malheureux beau-frère. Elle ajoutait: «Napoléon est bon;
il a si souvent fait grâce à tant d'autres ingratitudes, qu'il tiendra
compte, j'en suis sûre, du caractère connu de Joachim, des liens du sang
et de l'émotion des souvenirs.»

Je ne trouvai rien de mieux pour remplir cette mission du cœur, que de
confier la lettre à Ney, après en avoir tiré un extrait pour Regnault.
Ce dernier me dit: «Il n'y a rien à faire.» Ney me donna un peu plus
d'espoir, car il assura que Napoléon ne pouvait haïr Murat, et je le
pensais bien. L'Empereur avait de la générosité naturelle et une
facilite politique de pardon. Mais, le surlendemain, Ney arriva tout
abattu: «Il n'y a plus rien à tenter, ma chère amie, pour ce pauvre
Murat!» Pendant ce temps, le malheureux proscrit débarquait en Provence.

Je reçus encore une nouvelle lettre de Noémi: elle connaissait mon
amitié; aussi ne craignait-elle pas de me demander un service intime.
Elle me priait d'aider une de ses cousines dans la vente de ses diamans
et de son argenterie, afin de lui en faire passer le produit devenu
nécessaire à ses besoins.

       *       *       *       *       *

«Je ne quitte plus les traces du roi proscrit; ce qui le désespère plus
que la perte de son trône, c'est la nouvelle qu'il a reçue, que lord
Exmouth n'a pas voulu ratifier le traité, et que Caroline et ses enfans
seront séparés de lui. Ah! puisse mon dévouement soutenir son courage!»

       *       *       *       *       *

Aussitôt je me mis en campagne pour rendre le service que Noémi
attendait de moi. Je savais qu'il est de ces momens où un peu d'or peut
tout sur la destinée. Nous lui procurâmes de la vente en question 23,000
francs, qu'elle n'eut pas, hélas! la consolation d'employer pour l'ami
de son enfance, le frère d'armes de Jules son frère. Il me reste plus
loin à parler de ses douleurs.

Mon cœur était triste déjà du sort de Murat; il le devint encore plus
par un spectacle dont je fus témoin, la revue des fédérés.
L'avant-veille de ce vilain jour, je vis un personnage très au courant
de toutes les affaires; il me parla de la lettre que l'Empereur avait
écrite aux souverains. «Napoléon est aux abois. Cette lettre ne prendra
pas; il a tort de faire des démarches près la cour de Vienne; il ne peut
rien attendre que du gain d'une bataille. La diplomatie le joue;
Talleyrand y est plus fort que lui, et il est plénipotentiaire du roi au
congrès.» L'Empereur s'y préparait par tous les moyens de ses souvenirs
et de son génie; il avait électrisé la garde nationale, en passant seul
dans les rangs. Le banquet du Champ-de-Mars, de quinze mille couverts,
donné par la garde impériale, était une noble et belle cérémonie; les
six armées nommées reçurent les noms d'armées du Nord, du Jura, de la
Moselle, du Rhin, des Alpes, des Pyrénées. Des batteries étaient en
marche, trois cents canons furent placés sur les hauteurs de Paris; les
corps francs, les partisans s'organisaient. On parlait de la levée en
masse des départemens frontières du Nord et de l'Est; les défilés, les
passages se hérissaient de retranchemens. J'aimais à voir tous ces
préparatifs, toutes ces industries de l'activité française, dirigés par
un homme qui pensait que courir c'est régner, et que la promptitude est
encore la première chance de la victoire. On avait rendu aux régimens
les glorieux surnoms que la guerre leur avait valus, tels que
_l'Invincible_, _le Terrible_, _Un contre Dix_. Dans ces corps,
électrisés par l'amour-propre de corps, le simple soldat se croyait un
Montebello. Les vieux rangs de la garde se renforcèrent de six mille
hommes d'élite. «Que Napoléon se fasse dictateur, me disait un ami du
malheureux Quesnel et l'initié d'Oudet: avec la république et le
mouvement donné aux esprits, Montmartre même deviendrait Jemmapes et
Valmy.» Il y a chez nous comme un fanatisme national, une haine de
l'étranger, qui eussent pu faire de chaque Français armé un homme des
Thermopyles.

Au milieu de tous ces grands mouvemens de l'empire, les républicains ne
s'endormaient pas; il y avait même bien quelque peu de jacobinisme au
fond de la fermentation générale: je le devinai, sans beaucoup d'efforts
de pénétration, aux aveux du militaire dont je viens de parler. Il
rêvait je ne sais quelle forme de gouvernement provincial; il me citait
des particularités d'opinions fort curieuses sur les départemens des
Vosges et du Jura. «Il ne faut qu'une seule résolution d'un grand homme
caché quelque part dans la population, pour donner le branle à la France
entière.

«--Sans l'Empereur? répondis-je.

«--Sans lui, non; mais avec lui, sous un autre titre.

«--Mon Dieu, cela serait bonnet blanc ou blanc bonnet; croyez-moi,
laissez-le empereur, cette dignité lui a été si bien pendant dix ans;
car vous n'en feriez jamais qu'un républicain manqué.» Quand je fis part
à Regnault de cette conversation, il me répliqua: «On connaît bien tous
ces songes-creux; beaucoup avec de la bonne foi, quelques uns avec du
talent, ne songent pas que le despotisme seul serait assez fort pour
créer une république; cependant je sais bien qu'on l'espère, mais
l'Empereur a une antipathie décidée pour le nom et pour la chose.

«--Tels ne sont pas les discours publics, et, entre nous, les triomphes
de la république ne sont pas les moins beaux lauriers; Napoléon peut
préférer le trône, mais il n'aura jamais droit de maudire la révolution.
Puis n'a-t-il pas fait ouvrir des clubs? et cette revue des fédérés,
annoncée pour demain, n'est-elle point une occasion, un pas rétrograde?
Voulez-vous que je vous l'avoue, Napoléon me fait peine: maître encore
de tout, il n'a plus l'air d'être maître de lui.»

Enfin cette revue, à laquelle je venais de faire allusion, eut lieu sur
la place du Carrousel. Personne moins que moi n'est disposé à mépriser
le peuple; mais, pour qu'il me paraisse respectable, il faut le prendre
dans son ensemble, et non pas aux extrémités. Ce rassemblement de gens
déguenillés, dont les plus propres étaient des charbonniers, arrivèrent
pleins d'enthousiasme, mais d'un enthousiasme hurleur qui semblait
autant une menace pour l'ordre qu'une défense pour l'empire. Il y avait
entre ces livrées de la misère et l'admirable discipline des troupes un
contraste qui inspirait de la tristesse et de l'épouvante. J'étais en
homme, et partout. Trois fois j'approchai l'Empereur à lui toucher le
coude; ses traits avaient une expression de malaise qui me donna une
oppression pénible; oui, il me fit comme pitié, et cependant je m'en
voulais de ce sentiment; car, enfin, cette scène, qui me pesait et plut
si peu à l'Empereur, était encore un effet de sa seule volonté! Rien ne
saurait rendre la contenance humiliée des soldats; les vieux guerriers
décorés touchaient ou regardaient leurs croix avec un air qui semblait
répondre aux regards de Napoléon; les plus jeunes disaient des choses
que je me garderais bien de répéter; mais je ne puis m'empêcher de
peindre le geste très significatif que quelques uns ajoutaient à
l'expression de la mauvaise humeur: chaque fois qu'un mouvement dans les
rangs portait les fédérés vers les militaires, ces derniers se
frottaient la manche en la secouant, comme on le ferait par la crainte
de quelque contagieuse malpropreté.

Au moment où les chefs des fédérés firent des motions et essayèrent
quelques discours, je surpris un mouvement de Napoléon où se lisaient du
dégoût et de l'effroi, et une sorte d'intérêt. Je m'en fus avant la fin
de cette déplaisante parade; j'avais vraiment mal pour l'Empereur.

Quelques grands personnages que je vis le soir, et quelques uns amis de
principes républicains, me parurent presque malades à ma manière. Un
conseiller d'État raconta devant moi, que Napoléon avait saisi son épée
à la lecture du programme de la fédération bretonne. Tout le monde
s'écriait: «Pourvu que nous soyons vainqueurs à la première bataille!
Sans un triomphe militaire, nous ne nous sauverons pas de nos propres
fureurs.»

Regnault, je l'ai déjà dit, aimait sincèrement Napoléon, et il avait
beaucoup trop d'esprit pour ne pas voir ce qu'il y avait de dangereux
dans sa position. Ney s'en prenait à tout le monde; il était tour à tour
furieux contre les ministres, contre le peuplé, contre l'Empereur
lui-même, à cause de cette revue. En effet les soldats de la révolution,
s'ils en avaient épousé les principes, n'en avaient pas partagé les
excès; les scènes populaires n'étaient point de leur goût; les soldats
en murmurèrent, et les chefs en rougirent pour eux et pour Napoléon; je
sais que, pour mon compte, j'aurais donné des années de ma vie pour que
Napoléon n'eût pas été dupe de cette farce démocratique.



CHAPITRE CLI.

Une conférence nocturne.


Les joyeux transports qu'avait excités le retour de Napoléon se
prolongèrent, parce que chaque jour tous les différent corps de l'armée
passaient par Paris, et que la politique de l'homme qui a le mieux connu
le cœur humain, et surtout le cœur français, savait bien que la vue de
sa capote grise n'était pas inutile à l'enthousiasme du soldat, et que
l'enthousiasme du soldat devenait indispensable à l'entretien de
l'esprit public de la capitale.

Malgré tant de démonstrations extérieures, Regnault de
Saint-Jean-d'Angely, que je voyais presque tous les jours, et qui se
connaissait un peu mieux que moi en matière politique, me répétait bien
souvent: «Il me tarde que Napoléon impérialise les opinions par la
popularité de nouvelles victoires; car l'alliance ne durera pas.

«--Quelle alliance?

«--Celle des républicains et des napoléonistes; Carnot et Fouché nous
joueront quelque mauvais tour. Les Jacobins sont venus à l'Empereur en
haine des Bourbons; mais ils ne l'aiment pas davantage. Ils le prennent
comme un pis aller, comme un instrument qu'ils briseront à la première
occasion.»

J'avais beau dire à Regnault que ce parti me paraissait bien vieux pour
lutter contre le génie de Napoléon. «Bah! me répondit-il, est-ce qu'un
coup de dé en politique ne peut pas rajeunir les plus vieilles choses.
Mon amie, la Convention a ses voltigeurs aussi bien que l'ancien régime,
tous les événemens sont possibles: et ceux-là sont les plus affreux et
les plus à craindre qui sont toujours prêts à dire: _Périsse le monde
plutôt qu'un principe!_»

Moi si crédule, si superstitieuse pour tout ce qui tient au sentiment,
je riais presque de la crédulité de Regnault pour tout ce qui touchait à
la politique, et je ne m'effrayais pas du Croquemitaine de la
révolution. Quelques jours après, j'eus occasion de voir et d'entendre
des choses qui ne me permirent plus de plaisanter un ministre d'État
dont l'œil n'avait peut-être que trop de perspicacité. À la suite d'un
dîner militaire, comme j'en faisais quelquefois à cette époque, Léopold
étant revenu du Midi et aimant à mettre en commun avec ses camarades les
espérances qui animaient alors notre jeunesse militaire, après toutes
les santés et tous les toasts du moment, deux officiers nous engagèrent
à une réunion dont ils nous vantèrent l'utilité et l'agrément. «Là, nous
dirent ces Messieurs, vous verrez une assemblée de jeunes gens qui,
pendant que nous serons aux frontières, se chargent d'entretenir et
d'organiser l'esprit public de Paris.» Léopold était ce soir-là dans une
telle verve d'enthousiasme, que je craignais de le mécontenter par une
résistance et un refus dont je ne sais quel pressentiment me donnait
l'envie. Comme j'étais en habits d'homme, suivant l'habitude que je
commençais à reprendre, je me laissai aller à un désir presque
violemment exprimé par le jeune fou que je ne surpassais guère en
sagesse.

Ce jour-là j'avais fait quelques visites dans une remise, dont les
chevaux par hasard étaient fort fringans. La voiture s'arrêta devant une
maison de la rue de Grenelle Saint-Honoré, où paraissait arriver en hâte
une foule de personnes. La vue de la voiture semblait les offusquer, et
j'entendis quelques murmures qui fussent devenus des huées, si ceux qui
en descendirent n'eussent porté moustache. Nous suivîmes le flot, et
nous entrâmes dans une salle qui sert, je crois, aujourd'hui aux bals de
la petite propriété et aux concerts de la grande. L'un des officiers qui
nous avaient introduits se détacha pour aller se mêler aux groupes et
parler au président de la société. Nous nous assîmes sur une espèce de
gradin, et je promenai des regards un peu inquiets sur une assemblée qui
était fort tumultueuse.

Le président prit place au bureau. C'était un petit homme appelé Carret,
qui avait été médecin, et qui était à cette époque conseiller à la cour
des comptes. Sa figure n'avait pas l'imposante attitude qu'on attend
d'un magistrat, ni sa toilette la propreté que se doit un fonctionnaire
à 15,000 francs d'appointemens. Je devinai dès lors que cette négligence
était un essai d'imitation des mœurs républicaines, un modèle ou une
flatterie offerte au civisme de l'auditoire. Rien pourtant n'indiquait
la trace des passions dans la physionomie creuse et morte de ce tribun
rajusté, si de temps en temps une voix criarde, et l'étincelle d'un œil
qui semblait se ranimer à certains mots, n'eussent annoncé un de ces
tempéramens nerveux qui cachent souvent, sous de grêles apparences, les
convulsions plutôt encore que les passions d'un parti.

Aux côtés de M. Carret se trouvaient deux jeunes gens tenant la plume.
Ils déposèrent sur le bureau une liasse de papiers. Je n'avais jamais,
dans tout le cours de la révolution, assisté ni à aucune assemblée
législative ni à aucune assemblée populaire, et j'avoue que, quoique ce
club fût un club _comme il faut_, il ne me réconcilia guère avec toutes
les réunions de ce genre. Tous les âges, toutes les classes différentes
semblaient cependant s'être donné là rendez-vous; quelques têtes chauves
ou blanches se distinguaient au milieu de la foule. Ces orateurs
émérites paraissaient dresser le reste de l'assemblée, et lui souffler
les mots assez nouveaux encore de liberté. Quelques officiers faisaient
résonner leurs éperons, et causaient bruyamment avec leurs voisins, et
sans tenir beaucoup de compte de ce qui se débitait; ils
n'interrompaient guère leurs aparté que quand le nom de l'Empereur, un
peu fortement prononcé, venait provoquer leurs bruyantes acclamations.

Les jeunes gens qui composaient le gros de l'assemblée ne ressemblaient
point encore à ces générations instruites, calmes et fortes, qui n'ont
pas besoin de chef de file pour penser et pour agir. La jeunesse de
l'empire, dans tout ce qu'elle avait de viril et de capable, avait été
élevée surtout pour les camps; et, magnifique sur les champs de
bataille, elle était un peu frivole dans la cité. C'était quelque chose
de bizarre et non de grand, que cette fermentation d'une assemblée
composée de tant d'élémens contraires, que cette entreprise d'esprit
public, que cette espèce d'établissement qui semblait prendre de petits
républicains en sevrage. J'avoue franchement que je ne retrouvais là
aucune de mes illusions, et qu'une femme qui avait vu la révolution si
grande avec ses généraux, ouvrant à travers mille périls un passage à
ses principes, devait un peu sourire de ne la voir plus travailler qu'en
chambre. Malgré ce retour involontaire de mes souvenirs, je me résignai
au spectacle, sans pousser trop loin la comparaison, et je songeai
beaucoup plus à observer qu'à réfléchir. D'ailleurs, quoique je crusse
bien que cette réunion avait patente officielle de la police, je pensai
que je ferais grand plaisir à Regnault, en servant, par quelques aveux,
ses préventions contre un ministre, et j'écoutai.

Les personnes qui faisaient fonctions de secrétaires lurent la
correspondance de province. On appelait de ce nom des adhésions de
certaines villes, ou seulement de certaines personnes aux bases de la
société. La plupart des affiliés accusaient réception de proclamations
et de pièces envoyées de Paris. Toutes ces lettres respiraient la plus
ronflante fraternité, et ne ressemblaient pas mal à cette réponse d'un
maire, à qui l'on venait d'envoyer la constitution de l'an 8: «Citoyen
ministre, j'ai reçu avec reconnaissance la constitution que vous m'avez
envoyée; il en sera de même de toutes celles que vous voudrez bien
m'adresser par la suite.»

«Messieurs, je demande la parole, cria une petite voix glapissante qui
n'était pas celle du président, pour une simple motion, et il continua
sur un signe silencieux de l'auditoire. Messieurs, nous n'avons fait
jusqu'ici que des appels, des sollicitations improvisées aux bons
Français; mais tel est le peu d'énergie de Paris que nous ne grossissons
pas assez nos rangs. Il est de vertueux amis de l'humanité qui ne lisent
pas, et qui, faute de connaître notre institution, nous privent de leurs
lumières, de leur commerce et surtout de leur nombre. Beaucoup de
quartiers de la capitale sont mauvais: il faut qu'ils dansent avec nous,
afin de faire marcher le reste au pas. Je propose, à cet effet, de leur
envoyer des ménétriers; et les ménétriers seraient des commissaires qui,
partis de notre orchestre, iraient dans chaque quartier de la capitale,
de maison en maison, exposer le but de notre association à tous ceux qui
ne se doutent pas que la France est en danger, et qui, par intérêt, par
souvenir, n'importe quel autre motif, seraient heureux du triomphe de la
liberté.»

Des acclamations universelles se firent entendre; tout le monde se mit à
parler à la fois. Celui-ci disait: «Ma rue est excellente; je réponds
d'autant de recrues qu'on en voudra.» Celui-là: «Il n'y a rien à faire
dans mon faubourg, c'est un tas de propriétaires sans énergie, dont les
femmes sont livrées à l'influence du confessionnal.» Tous: «C'est égal,
il faut se propager ou se dissoudre; les masses sont la force, la
liberté doit écraser tous ses ennemis.»

Au milieu d'un vacarme par lequel les assistans mettaient en action
leurs principes, on procéda à la nomination des commissaires de
l'enthousiasme. Cette opération terminée, le président annonça que
l'ordre du jour était _la question de la dictature_. «M. L*** de la
Manche a la parole.»

Alors se lève un grand monsieur, blond, d'une cinquantaine d'années, à
la figure rose, d'une toilette recherchée, et d'une propreté presque
aristocratique.

«Messieurs, la question est très grave. La dictature est une délégation
de la liberté, un sacrifice de toutes les indépendances, entre les
mains, d'un pouvoir ou d'un homme. Elle est utile pour rassembler toutes
les forces d'un État contre l'étranger ou contre des ennemis intérieurs:
c'est le cas où nous sommes. L'Europe et sa meute coalisée vont être à
nos portes, le privilége secoue ses torches dans la Vendée; mais la
dictature est un remède qui, à son tour, peut devenir une maladie: c'est
encore le cas où nous pouvons être.» Puis vinrent les exemples de
l'histoire, les Camille, les Fabricius, les Scipions, et tous les noms
en _us_ qui servent depuis deux mille ans à défrayer les harangues
populaires. Le discours de l'orateur blond dura près d'une demi-heure.
Après le pompeux exorde que j'ai rapporté, il me fut impossible de
suivre le fil des phrases les plus métaphysiques que j'aie entendues de
ma vie; elles parurent toutefois du goût de l'auditoire, et je crois
qu'en les analysant en quelques mots, la conclusion de toute cette
industrie, de toute cette érudition éloquente, peut se traduire ainsi:
Nous avons besoin de Napoléon, parce que son bras est nécessaire contre
l'ennemi, parce qu'il se battra pour nous, tandis que nous bavarderons
contre lui; mais grandissons, parce que nous aurons plus tard à nous en
passer. «Oui, oui, tenons-nous prêts, crièrent mille voix ensemble,
contre tous les despotismes; aujourd'hui, achevons d'abattre l'hydre de
la féodalité, mais afin de nous servir de l'hécatombe de l'ancien
régime, comme d'un rempart contre l'oppression des factieux militaires.»

Dans ce moment, il se fit un frémissement dans l'assemblée: on admirait
cette vaste salle qui, n'étant éclairée que par les deux chandelles du
bureau de la présidence, ressemblait dans son nocturne spectacle à une
cérémonie des morts. On ne distinguait point le jeu des figures et la
diversité des impressions ne se devinait qu'aux inflexions des organes
et au contraste des murmures. J'aperçus cependant un des officiers qui
nous avaient amenés, lequel, après un long et bruyant murmure, s'était
jeté au milieu du groupe d'où les applaudissemens étaient sortis avec le
plus de violence, après cette directe allusion contre l'Empereur, qui
avait en quelque sorte couronné la discussion. Léopold s'élança pour
aller rejoindre son ami, que le nombre des dissidens n'effrayait pas.
Dans ces fluctuations orageuses au milieu de la salle, je remarquai
assez distinctement que l'ami de Léopold tira de sa poche, comme par une
victoire de sa discussion, un petit buste de Napoléon, aux bras croisés,
qu'il portait toujours sur lui, et qu'il força les auditeurs un peu
démocrates à le couvrir d'un baiser de pardon, d'hommage et de
dévouement. La partie militaire de l'assemblée, quoique composée à peine
d'une trentaine de personnes, parvint facilement à la dominer par
l'énergie de la parole, l'éclat des voix et les argumens de la
gesticulation.

Enfin, à force de coups de sonnettes, on parvint à rétablir un peu de
calme. M. Carret annonça qu'il allait résumer la discussion, et lire un
projet d'adresse, qui serait ensuite délivré à chaque membre pour
exposer les principes sur lesquels les bons Français entendraient que
fût composée la constitution dont la patrie avait reçu la promesse, et
attendait les garanties sacrées et les bienfaits tutélaires. L'organe du
président s'était un peu enroué dans le tumulte, et je n'entendis pas
très distinctement la lecture à laquelle il se livra à ce sujet.

C'était, ce me semble, une suite de déclarations politiques dont je
n'attrapai qu'une partie seulement, à la suite de l'expression des
doctrines, corroborées de l'autorité des lois de Minos, de la loi des
Douze Tables, de Lycurgue, du Contrat social; venaient des détails
d'application, des appels de numéros et des chiffres de chapitres et
d'articles. Quand j'entendis le nombre 573, et que je vis le vieux
législateur entamer un cahier, plus gros que les deux qu'il venait
d'épuiser, la patience m'abandonna, et je pensai que je n'avais plus
rien à observer que l'ennui et le sommeil qui allaient peut-être gagner
toute la salle. Je fis un signe à Léopold qui était resté au-dessous des
gradins où j'étais assise; il serra la main de l'officier qui avait
ramené à l'Empereur une discussion qui sans cela se fût peut-être égarée
jusqu'à l'oubli de ce premier sauveur de l'État. «Adieu Léopold, s'écria
l'officier, à demain: je reste ici, parce qu'il ne me paraît pas inutile
que les pékins soient maintenus dans la bonne voie. Tout ce monde-là ne
sait pas trop ce qu'il fait: il est bon que l'esprit et les opinions de
l'armée restent ici comme l'aigle pour entretenir les sentimens et
rallier les indécis.

«--Cela m'embête, les assemblées», me dit Léopold, dès que nous eûmes
franchi le couloir du forum de la rue de Grenelle. «À quoi cela
mène-t-il, de parler de la chose publique? ce qu'il faut, c'est agir
pour elle. Si je n'étais que de l'Empereur, je profiterais de la bonne
volonté de ces messieurs; les trois quarts sont jeunes, je les prierais
de venir avec nous causer avec les Prussiens à coups de fusil. Ma foi on
ferait bien avec tout cela un bataillon de la jeune garde, et les vieux
je les placerais aux Invalides à la garde des drapeaux que les autres
seraient chargés de leur envoyer de leur champ de batailles.

«--Oh! mon cher Léopold, que c'est bien là le langage d'un Français.
Voilà comme se levèrent, en 92, tous ces bataillons de volontaires; des
médecins, des avocats, des marchands arrivèrent à l'armée sans savoir
manier un fusil, mais de leurs rangs bientôt formés par les balles
sortirent tous nos grands capitaines.

«--Je ne sais pas, mais il me semble que ce n'est plus la même chose. Au
surplus, l'Empereur n'a pas besoin du civil, on lui a laissé une armée
excellente; nous avons tous vu le feu, nos soldats tels qu'ils sont
disposés vaudront le double. Mon amie, il s'agit d'une revanche de la
victoire; nous sommes tous prêts à mourir pour la lui arracher.»

Je renaissais à ces nobles accens; les yeux de Léopold, comme par une
illumination divine, me replaçaient au milieu de cette gloire dont
quelques rayons étaient tombés sur moi. Malgré cette heureuse fin d'une
soirée qui avait été peu de mon goût, dès que Léopold fut parti, mes
souvenirs s'effacèrent pour faire place à quelques appréhensions
tristes, et quelques pressentimens funestes. Je m'endormis avec peine;
je rêvai d'Oudet, et le lendemain je sentis le besoin d'aller chez
Regnault lui faire part de mes observations, et recevoir de lui
l'assurance que l'Empereur n'aurait rien à craindre. Il me remercia
beaucoup de mon dévouement, me dit qu'il éclairerait là-dessus
l'Empereur qui, d'ailleurs, en savait assez, et me répéta ce qu'il
m'avait déjà dit que la guerre était là pour tout purifier, et que la
première campagne rendrait toutes les questions pacifiques. Hélas! il ne
disait que trop vrai.



CHAPITRE CLII.

L'Empereur.--Montmartre.--Mon Journal.--Le sergent Dalmont.


Tout étant à la guerre, Paris ressemblait presque à un camp par tous les
préparatifs qui l'encombraient. L'Empereur allait très souvent le matin
visiter les fortifications de Montmartre, et toujours sans autre suite
que Bertrand et Montholon. On l'approchait sans façon. Dans le conflit
de haines, d'enthousiasmes et d'opinions diverses, qui remuaient alors
la population, j'admirais cette sécurité, cette confiance de l'Empereur,
s'exposant gratuitement au coup du premier poignard qui l'eût frappé
sans beaucoup de périls. J'étais curieuse de le surprendre dans une de
ces promenades téméraires. Je le guettai un jour, et le vis arriver avec
trois ou quatre officiers à cheval. Avec sa redingote et son petit
chapeau de fortune militaire, l'air tranquille, l'œil attentif, Napoléon
parcourait, à six heures du matin, le faubourg Saint-Denis. Deux motifs
ajoutaient à mon désir de le voir: je voulais saisir l'occasion de lui
présenter une supplique, tendant à me faire attacher définitivement à la
maison de quelqu'une des princesses de sa famille. Je tenais mon papier
prêt, et dès que je l'aperçus, je descendis de cheval pour l'aborder:
dès qu'on l'approchait, l'Empereur tendait toujours la main pour prendre
ce qu'on lui présentait; mouvement qui n'est peut-être pas autorisé par
l'étiquette, mais qui pourtant va bien aux souverains. Napoléon tenait
déjà mon placet, et je touchais presque sa botte; je l'observais;
j'étais contente, heureuse et fière. «Et votre journal?» me dit-il. À
cette interpellation brusque et inattendue, une sueur froide me saisit
de la tête aux pieds. Je pourrais placer ici de belles phrases sur ma
courageuse réponse, mon sang-froid intelligent; mais je préfère avouer
avec franchise qu'il n'en fut rien, et que la certitude que l'Empereur
connaissait l'_album_ où j'écrivais ce que j'entendais et ce que je
pensais, où très souvent je parlais fort lestement de lui; cette
conviction m'inspira les terreurs les plus ridicules. Je n'avais écrit
cette espèce de journal que pour un ami. Il m'a trahie, fut ma première
pensée; la seconde, un examen mental de ce qui pouvait avoir paru peu
révérencieux. Je tremblais en me rappelant que souvent je me servais de
cette expression: «Votre Empereur en fera tant...; on n'aime plus votre
Napoléon; le peuple et le soldat, voilà tout ce qui lui reste.» J'aurais
voulu être à cent lieues; je comptais, pour le moins, sur quelque
brusquerie; j'en fus quitte pour la peur. Il y a plus, le regard le plus
bienveillant me fut accordé en récompense de ce que je craignais qui me
fît punir. Puis, mettant le placet dans sa poche, Napoléon ajouta: «Nous
verrons cela,» et deux ou trois autres paroles que je n'ai point
retenues, étant presque imbécille de saisissement.

Je le vis monter au pas le faubourg Saint-Denis; je le suivis de très
loin; on ne faisait entendre aucun cri; mais le peuple sortait des
boutiques, et l'attendait chapeau bas. On se parlait avec un air
d'espoir et de tristesse, qui était dans toutes ses diverses nuances,
qui semblait plutôt de l'intérêt pour la personne, que de l'adhésion
pour le gouvernement de Napoléon. «Ah! disait une paysanne assise sur
son trône de pots de lait, le voilà revenu, mais va-t-il rester? Si on
se bat à Montmartre nous ne serons pas bien; tant pis; j'ai encore un
garçon à son service.» Je descendis, et m'approchai du groupe formé à
cet endroit; la paysanne continuait ses commentaires: «Allez, allez,
Monsieur; si l'Empereur fait bien, il se confiera à son armée et au
peuple, et non pas à tous les trahisseurs brodés, chamarrés, qu'il a
autour de lui; cela leur sera égal à ceux-là, ils ont tiré leur épingle
du jeu.» Pendant ce colloque populaire, l'Empereur avait gagné du
terrain, et je mis mon cheval au galop, je ne pressais plus ses traces;
je ne l'aperçus, ni lui ni son escorte, à la barrière Saint-Denis, et ne
le retrouvai qu'au delà des barrières.

Je m'approchai de nouveau à une distance respectueuse; l'Empereur monta
les hauteurs, et parcourut les travaux; il causait assez longuement et
en connaisseur avec les chefs; je crus remarquer qu'il n'était pas fort
content. Quoiqu'il fût encore de bonne heure pour les habitudes
parisiennes, il y avait déjà là beaucoup de monde; la plupart des
ouvriers, et quelques personnes qu'on est convenu, d'après l'habit,
d'appeler _comme il faut_, et j'en vis plusieurs qui étaient certes,
malgré les dehors, _comme il n'en faudrait pas_; car, à l'approche de
Napoléon, ils s'égosillaient en cris de _vive l'Empereur!_ que personne
ne leur imposait; et, quelques instans après, proféraient d'ignobles
plaisanteries sur des travaux ordonnés pour la défense du territoire
contre l'ennemi. Je trouvai cette conduite si indigne, que je m'éloignai
avec dégoût. À peu de distance, une compensation m'attendait: Napoléon
continuait sa visite, causant avec deux généraux, et souvent s'arrêtant
aux groupes d'ouvriers; alors c'étaient des cris de _vive l'Empereur!_
qui fendaient l'air. Deux ou trois fois je m'étais assez approchée pour
distinguer sur une physionomie, dont les moindres signes m'étaient
familiers, l'effet de ces scènes populaires; il me semblait y lire du
triste et du mélancolique; puis, comme un rayon plus doux, comme une
pensée consolante, Napoléon semblait dire: «Ils ne me doivent rien, et
comme ils m'aiment, c'est l'instinct du bon sens qui se révèle, et qui
persuade à ces braves gens que je leur suis nécessaire pour défendre
leurs foyers.»

Malgré cette interprétation, je ne pouvais prendre confiance dans tous
ces préparatifs de défense, et je fis de vains efforts pour chasser les
noirs pressentimens. Je revenais malgré moi au souvenir de ce qui
s'était passé à Essonne. Tout ce que je voyais et entendais ressemblait
aux avant-coureurs d'une grande catastrophe, et mon cœur, par une de ces
divinations qui trompent rarement, entrevoyait déjà les aigles de
nouveau trahies ou désertées... Hélas! Waterloo allait bientôt se
charger de la réponse aux soupçons d'une femme.

En descendant le côté rapide des hauteurs de Montmartre, j'avais mis
pied à terre. Quelques paroles vinrent exciter vivement ma curiosité;
elles avaient échappé à la bouche d'un homme et d'une femme assis
derrière un des talus; j'allais passer outre par convenance, mais je fus
clouée à ma place en entendant une voix mâle et sonore répéter ces
quatre vers d'_Othello_:

     Ils n'ont pas tous ces grands manqué d'intelligence
     En consacrant entre eux les droits de la naissance;
     Comme ils sont tout par elle, elle est tout à leurs yeux;
     Que leur resterait-il, s'ils n'avaient point d'aïeux?

Je pris d'abord l'inconnu pour un acteur qui étudiait son rôle; mais je
reconnus bientôt que c'était un ouvrier assis à côté d'une jeune femme
modestement vêtue; j'avoue que des vers tragiques dans la bouche d'un
artisan me parurent chose trop extraordinaire pour ne pas vaincre mes
scrupules de discrétion. Je tendis l'oreille, et mon intérêt redoubla.

«Si la pensée de ces vers est juste, ma bonne Louise, disait l'ouvrier
de la jeune fille, quoique excellence et comte, il ne resterait pas
grand'chose à ton oncle; car je crois qu'il en est de ses parens comme
des miens. Encore je crois ma noblesse mieux établie que la sienne; car,
de père en fils, nous en avons enlevé les brevets à la pointe de la
baïonnette et du sabre: et tout simple tailleur de pierres que me voilà,
mon arbre généalogique n'en est pas moins solide, car c'est une croix
d'honneur.

«--Aussi, reprit la douce voix de la femme, quel dommage d'être dans une
position qui empêche de la porter toujours, cette croix si belle! Alors
on nous recevrait chez mon autre oncle le receveur, et...

«--Louise, voilà encore des retours d'orgueil; pense à ta tante, à ce
qu'elle a osé te dire, qu'elle te pardonnerait une sottise qui eût pu se
cacher; mais qu'elle ne te pardonnerait jamais d'avoir épousé un simple
sergent; comme si un sergent de la garde, blessé sous les yeux de
l'Empereur, ne valait pas le plus vieux des gentilshommes! Ne
prendrait-on pas cette béguine pour une duchesse d'avant la révolution?
elle qui a pourtant passé sa jeunesse entre le résiné et la chandelle...
Louise, Louise, l'orgueil, qui s'appuie sur la vanité des titres,
étouffe les bons sentimens chez les hommes, et pousse ton sexe aux
mauvais. Ma femme, promets-moi que lorsque je serai parti, tu ne
chercheras pas à voir ta sotte et orgueilleuse famille. Aurais-tu peur
de manquer du nécessaire avec moi? Ne pleure pas mon départ, chère
Louise. Nous voilà dans une crise qui me rend aux drapeaux. J'attends
l'Empereur; voilà mon placet: plutôt partir simple soldat, que de ne pas
être à la bataille de la grande famille; nous la gagnerons. Je crois
encore à l'étoile d'Austerlitz.» Il pressa sa femme sur son cœur à sa
réponse, que je n'entendis pas; puis je saisis encore quelques mots sur
leurs petits intérêts de ménage, sur le choix d'un parrain. La douce
voix s'opposait avec adresse au nom que le mari voulait absolument
donner à l'enfant.

«--Mais, mon ami, c'est un nom commun, un vilain nom.

«--Louise, celui qui porte ce nom, et que la gloire a élevé si haut, est
fils d'un simple et honnête artisan; il n'est né ni duc, ni prince, il
l'est devenu sur le champ d'honneur. Quel plus noble patron peut avoir
l'enfant d'un grenadier français? Garçon, ce sera Michel; fille,
Michèle. Ainsi n'en parlons plus...»

J'en avais trop entendu pour ne pas vouloir connaître davantage ceux
qui, par ce dernier mot, venaient de m'intéresser tant. La disposition
de la route les forçait de passer près de moi; la femme était fort jeune
et d'une figure douce et bonne. Elle portait avec fierté

     L'appareil imposant de la maternité.

Sous la casquette et la blouse de l'ouvrier, la tournure et le maintien
du mari révélaient le brave; sa taille était haute et fière, mais il
était beaucoup plus âgé que sa femme, et me parut un de ces débris de
nos plus glorieux triomphes.

«Mon brave, lui dis-je, sans le vouloir, je viens d'entendre votre
conversation; je vous approuve de tenir au nom de Michel...» Il me
regarda avec surprise: je l'attribuai au contraste de ma voix avec mes
habits d'homme; puis ajouta, en me prenant la main sans façon: «Vous
m'aiderez, Madame, à faire entendre à ma Louise qu'elle doit plus
s'enorgueillir d'avoir Michel pour parrain, que son oncle, qui la
dédaigne, elle, moi et son enfant.

«--Vous me connaissez! m'écriai-je.

«--Quoi! Madame, vous ne me remettez pas?

«--Non, mon brave; non, en vérité.

«--La faute en est à cet habit de pékin; mais j'espère bien demain,
endosser celui sous lequel je vous ai menée voir, à Insbruck, les
drapeaux du 76e.»

Alors je remis très bien le vieux sergent, et mon intérêt en augmenta.
Il tenait à la main une pétition à l'Empereur pour redemander de
l'activité de service. Sans le heurter trop, je lui donnai des idées
plus pacifiques, ce qui charma la jeune mère; ce n'était pas faire grand
tort à l'armée, quoiqu'un bon sous-officier soit toujours précieux; et
l'idée de cette jeune femme laissée seule, prête à devenir mère, me
parut l'excuse de mon infidélité à mes goûts; mais je ne réussis pas à
faire partager mes observations raisonnables au brave Dalmont. Je lui
demandai son adresse. Hélas! j'ai revu cette famille, et c'est dans son
sein que j'ai trouvé les seuls véritables amis au jour de l'infortune.
Dalmont me demanda si j'avais vu l'Empereur à Montmartre, et s'il devait
passer de notre côté. Je répondis que je le croyais rentré au château.
Alors Dalmont me pria de lire son placet. Je ne dirai pas qu'il était
rédigé en style académique, mais l'ame n'y manquait pas, et en suppliant
l'Empereur de lui permettre d'aider encore ses anciens camarades ou de
mourir sous ces drapeaux

     Poudreux et déchirés,
     Mais déchirés par la Victoire.

Je quittai Dalmont et sa femme, leur promettant de les voir le
lendemain. Le premier me dit tout bas: «Madame, vous aurez pitié de ma
Louise, n'est-ce pas, au moment du départ? C'est sûr; il faut que _je
descende_ encore, avant de mourir, quelques uns de ces gredins de
Prussiens ou de Russes.» Je ne m'obstinai pas, le voyant si résolu, et
rentrai pour écrire aussitôt à Ney toute cette rencontre, qui avait
encore été un hommage à son glorieux nom.



CHAPITRE CLIII.

Le Champ-de-Mai.--Le député du Jura.--Lettre du duc d'Orléans au
maréchal Mortier.


Quand on a lu un peu l'histoire des rois de France, on sait que, sous le
nom d'assemblée de Champ-de-Mars, de Champ-de-Mai, avaient eu lieu, même
après Charlemagne, des solennités déjà nationales et libres, où tous les
ordres se réunissaient pour discuter avec barbarie encore, mais enfin
pour discuter les intérêts de la patrie. À ces époques reculées, on
s'essayait déjà à lutter contre les vices et les envahissemens du
pouvoir. Dès que le présent annonça une imitation de ce passé, voulant
me donner un air d'importance et même de savoir près de Regnault, je me
mis à feuilleter dans l'histoire des États-Généraux (édition de La Haye,
1788), les discours du lieutenant général de Xaintes Savaron, du
lieutenant général de Clermont et de Miron, président du tiers-état. Je
voulais près de Regnault étaler ma petite érudition, rafraîchie pour la
circonstance, un peu avec ce que j'avais lu, un peu avec ce que
j'entendais chez des amis et des ennemis de l'Empereur. Quant au
Champ-de-Mai en lui-même, je me le représentais d'avance et tour à tour
comme une grande scène de patriotisme, ou comme un habile jeu du pouvoir
absolu caché derrière; cependant l'armée fut encore la portion des
acteurs qui y mit le plus de bonne foi. Les pouvoirs civils avaient un
peu hésité avant d'aborder la question. Je vis Regnault la veille, et je
lui parlai dans le double sens des enthousiastes et des censeurs: «Ne
serait-ce pas Carnot qui vous aura mis en tête que l'Empereur proclamera
le roi de Rome; qu'il se retirera en signant la paix: vous irez,
j'espère, et je pense que vous me direz que l'Empereur fait bien tout ce
qu'il fait.

«--Puis-je répéter cette assurance?

«Non, si vous ne le pensez; mais je suis sûr que vous le penserez.

«--Je serai là avec toute ma bonne volonté, répondis-je en riant; en
vérité, je vous crois amoureux de l'Empereur.

«--Et vous?

«--Moi, non, je l'aime d'enthousiasme de gloire seulement.

«--Eh bien! faites des vœux pour qu'il nous reste, car la grandeur de la
France et la gloire de nos armées tiennent pour des siècles peut-être au
prestige d'un nom.»

Le lendemain de bonne heure, je me rendis au Champ-de-Mars; je fus
étourdie du coup d'œil matériel, et bientôt attristée de l'effet moral.
J'aperçus aussitôt une espèce d'hostilité contre l'Empereur: j'entendis
la conversation de deux fonctionnaires en costume civil; leur hardiesse
était presque cynique de malveillance: «Que nous veut-il avec sa parodie
du règne de Charlemagne? Les barons et les preux! après avoir fait
passer nos libertés sous le niveau de l'acte additionnel, croit-il nous
en consoler par sa farce impériale?»

L'Empereur et ses frères parurent sous toute la magnificence d'un
accoutrement chevaleresque. À la vue de ces vêtemens étrangers à nos
mœurs, je remarquai sur les visages même de la multitude que l'effet
était manqué. Il y avait dans ces parures impériales quelque chose de si
élégant et de si soigné, qu'au lieu de cet élan admiratif qu'inspire
l'aspect d'un grand homme, d'un capitaine illustre, prêt à remonter à
cheval pour une nouvelle victoire et pour le salut de la patrie, on ne
ressentait guère que la curiosité qu'excite un acteur qui compte dans
ses débuts sur la richesse de son costume. Voilà quelle était la
généralité des commentaires. On les risquait autour de moi avec une
spirituelle malignité qui m'attristait d'autant plus, qu'il n'y avait
rien à répondre. La nécessité du silence me faisait un mal affreux.

J'étais placée assez près du théâtre, et dans une des places réservées à
la bonne compagnie; une petite femme, d'une beauté sur son déclin, mais
d'une grande toilette, et en tout de cet air que le peuple, dans son
énergique malice, désigne par le sobriquet de _vieille comtesse_, se
livrait, en allemand, à des remarques où respirait toute l'amertume des
opinions ennemies; elle croyait faire de l'opposition sûre au milieu
d'une réunion française, en s'exprimant contre le chef de la nation dans
une langue apprise assez mal, sans doute à Coblentz. Ne voulant ni
surprendre ses secrets, ni entendre des lazzis humilians pour moi, je ne
pus cependant me refuser le petit plaisir de son effroi. Je lui fis
sentir sa sottise de supposer qu'au milieu d'une pareille foule, elle
n'était comprise que de son pauvre chevalier; je la punis même un peu,
je ne dis pas de ses opinions, mais de leur exagération; car enfin,
qu'elle n'aimât pas l'Empereur, je le concevais; mais l'appeler un
_poltron_, un _lâche_, c'était trop fort. Je m'approchai très près
d'elle, et lui jetai ces mots en allemand: «Cet Empereur est encore le
même homme qui écrasa tant de fois toutes les puissances que vos vœux
appellent pour l'abattre; regardez-le au milieu de cette armée de
cinquante mille braves prêts à mourir ou à vaincre, et persuadez bien à
ceux qui le haïssent, que l'acte de souveraineté que l'Empereur commence
au Champ-de-Mars, il l'achèvera dans toutes les capitales de l'Europe.
Toutes les intrigues viendront encore pâlir devant son étoile.»
J'accompagnai cette petite harangue nationale, qui atterra la petite
comtesse, d'un certain regard insolemment moqueur, dont je sus bon gré à
mes yeux. Je quittai le voisinage de quelques pas, comme s'il eût été
pestilentiel intérieurement, très satisfaite de l'effet que j'avais
produit; et pourtant je venais d'exprimer tout le contraire de ce que je
pensais réellement, car toute la cérémonie m'avait jusque là indisposée.
Au moment du service religieux qui précéda le serment, je jetai un
regard de triomphe vers la petite comtesse; j'étais rendue à toute la
réalité de mon enthousiasme confiant. Ce moment fut imposant de
simplicité et de grandeur. Napoléon, au pied d'un autel immense, comme
étendu sur le Champ-de-Mars, sembla par la dignité de son attitude,
dominer cette scène. À son riche costume, je repris toute mon illusion.
L'Empereur me parut alors un des plus grands hommes de l'antiquité,
sacrifiant aux dieux protecteurs et aux dieux infernaux avant les
batailles. Je m'unissais si bien de vœu avec lui, que j'aurais voulu
avoir les vertus d'une noble victime et sublime Iphigénie, je me serais
offerte en holocauste pour le salut de tous et la gloire d'un seul. Il y
avait cependant sur sa figure quelques nuages de mélancolie. Je
cherchais Ney et Regnault, mais impossible de les distinguer dans cette
forêt de têtes. La plupart des électeurs eurent une fort belle
contenance aux pieds du trône; le discours prononcé par leur orateur
parut soulever aussi l'émotion populaire: je n'en puis parler, ne
l'ayant ni entendu ni lu. Celui de l'Empereur arriva jusqu'à nous, et
attendrit les plus indifférens; il forçait en quelque sorte les
opinions, car je croyais lire sur les physionomies comme un regret
d'avoir mal jugé ses intentions. Cette bienveillance passa comme
l'éclair qui sillonne un hoir horizon. La proclamation du résultat des
votes ramena les nuages qu'un touchant discours avait dissipés.

Napoléon, après avoir parlé d'une voix ferme, prêta serment sur
l'Évangile aux constitutions de l'empire, et reçut à son tour les
sermens de fidélité du peuple par les électeurs; celui de l'armée, par
le ministre de la guerre; celui des gardes nationales, par le ministre
de l'intérieur, qui avait la mine triste comme un reproche. Napoléon ne
fit pas distribuer, mais il distribua lui-même les aigles à la garde
nationale de Paris, et à la garde impériale. Alors, le silence solennel
fut rompu par le cri éclatant de _vive l'Empereur!_ qui, du
Champ-de-Mars, se prolongea dans la foule inondant les quais. Les
troupes défilèrent devant celui qui les avait tant de fois conduites à
la victoire; chefs et soldats le saluèrent de ce regard filial de
reconnaissance qui promettait de nouveaux triomphes. La foule ne se
lassait d'admirer ces braves, ces bataillons vieillis de la garde, où,
sur des rangs entiers, toutes les poitrines portaient cette croix
d'honneur qui cachait des blessures et rappelait des services; leur
attitude toujours héroïque devint pourtant silencieuse en traversant
Paris; partout on se pressait sur leurs pas, on les saluait par
entraînement; on semblait les plaindre par réflexion; les personnes
sensées disaient: «Ils marchent à un sacrifice sublime, mais inutile.»

Je suivis long-temps ces cohortes immortelles qui emportaient mes
souvenirs et aussi toutes mes espérances. Je rentrai mourant de fatigue;
j'étais sur pied depuis le matin comme un vétéran qui ne peut quitter le
champ de bataille que le dernier. Le soir, je rêvai gloire et bonheur:
mais le lendemain cette flatteuse fumée s'était déjà évanouie devant
l'image plus réfléchie des dangers publics.

Le lendemain de la cérémonie du Champ-de-Mai, j'étais chez le comte
Regnault, où se trouvait beaucoup de monde. Le pour et le contre du
Champ-de-Mai y fut vivement discuté; les uns blâmaient le costume de
l'Empereur et de ses frères. «Et vous, mon amie, qu'en pensez-vous?» À
cette brusque interpellation que Regnault me fit, un homme d'une haute
stature, plutôt laid que beau, mais de ce laid de physionomie qui
surprend et étonne, et qui n'est pas sans effet sur l'imagination, se
mit à me regarder, et je devinai, à la surprise dont mon nom le fit
tressaillir, qu'il touchait par quelques souvenirs à Oudet. Je croyais
reconnaître un anneau de cette invisible chaîne qui m'attachait au passé
par un regret, et me lançait dans l'avenir par l'épouvante. Je ne me
trompais point. Je répondis à Regnault, les yeux sur le citoyen du Jura.
Un signe mystérieux confirma mes soupçons, lorsque j'annonçai que
j'aurais mieux aimé l'Empereur avec sa redingote grise et son petit
chapeau, qu'en toque emplumée et en mantaille d'or et de soie, hochets
d'une représentation inutile pour l'homme qui avait immortalisé un
chapeau et une redingote: que tout ce luxe était pauvre et triste.

«Triste, dit Regnault?

«--Madame, répondit plus haut l'étranger, triste solennité où chacun
s'observait, où personne n'était content, et où celui en qui reposent
toutes les espérances avait l'air d'un roi de mélodrame. À quoi bon
réveiller ces vieilles cérémonies, prêter serment sur l'Évangile. On
comparait cette singulière fête à celle de la fédération de 89.

«--Les républicains, reprit Regnault avec une sorte d'amertume, sont
mécontens.

«--Mais, grâce au ciel; il en reste; vous avez pu vous en convaincre,
Monsieur le comte, au moment où l'on a proclamé le résultat des votes
pour l'acte additionnel»; et pendant ce discours assez véhément,
l'électeur du Jura ne me quitta pas des yeux; son signe m'avait
interdit, et ses manières me déplurent, car j'étais effrayée de la
confiance qu'il affectait de me témoigner comme à une affiliée. Je me
tus, mais sans en être quitte; mon homme rompit la glace en m'adressant
la parole directement:

«Vous êtes fort liée, Madame, reprit-il plus haut, avec des chefs
supérieurs; demandez-leur ce qu'indiquait la contenance de la troupe en
défilant devant l'Empereur. On a crié _vive l'Empereur!_ Qu'est-ce que
cela signifie? mais il y avait je ne sais quels noirs pressentimens dans
les rangs. On ne sent que trop qu'ils marchent à un sacrifice qui ne
sauvera ni l'empire ni la liberté. Non, continua-t-il, cette assemblée
n'a pas produit l'effet que Napoléon s'en promettait. On l'attendait à
son acte additionnel. Est-ce un ennemi qu'il a placé entre lui et
l'opinion?»

Regnault combattit avec sa chaleureuse éloquence ce discours qui m'était
en quelque sorte adressé, et auquel certainement je n'avais aucune envie
de répondre. Plusieurs autres personnes présentes se joignirent à
Regnault, aucune voix ne se joignit à celle de l'électeur du Jura.

La majorité était pleine de confiance dans l'Empereur, et ceux qui n'en
avaient pas affectaient d'en montrer. Mon député secouait la tête. «Son
régime, moitié féodal, moitié militaire, perdra Napoléon, et
malheureusement la France peut-être avec lui.» J'avais intention de lui
répliquer que rien n'était ennuyeux comme une république; mais je n'eus
garde de m'attirer son éloquence démocratique sur les bras: je guettais,
au contraire, l'occasion d'esquiver l'orateur sans qu'il me remarquât,
mais impossible; il était écrit là-haut que le souvenir du malheureux
Oudet m'attirerait une confiance et des aveux que, certes, j'étais loin
de chercher; il me témoigna sa joie et sa surprise d'avoir enfin trouvé
l'ancienne amie du général Moreau, l'homme que _vous_ et _moi_ nous
avons vu si grand en 96, et qui, s'il eût voulu avoir un peu d'ambition
seulement pour nous, nous eût épargné la représentation d'hier. Ce
discours se tenait à mi-voix, comme on le pense bien. Il ne m'en
inquiétait pas moins, en me déplaisant aussi: car, sans avoir de bien
profondes connaissances politiques, j'en avais trop pour ne pas
apprécier la position difficile de l'Empereur, et cette réflexion
nuisait encore à l'électeur du Jura qui s'acharnait, dans un pareil
moment, sur une pareille victime. «Oudet vous estimait fort... Il
allait, je crois, dire citoyenne, tant il était dans ses montagnes. Ah!
s'ils ne l'eussent assassiné!

«--Je pense, Monsieur, que Moreau n'eût point répondu à vos idées; cet
illustre capitaine s'entendait à commander; mais quant au gouvernement
ou à la conduite des affaires, il n'en avait ni la portée, ni le
penchant.»

J'avais tourné mon visage au grand sérieux, et mon air jouait la grande
importance politique. Mon initié du Jura me pressa la main, et ne me
demanda pas, mais me donna, sans la moindre hésitation, rendez-vous chez
moi pour le lendemain. Il y avait dans cette façon d'agir et le signe
qui l'accompagnait, un je ne sais quoi de Oudet, qui, en me causant la
terreur la plus sotte, me rendit docile. Je baissai la tête en signe de
consentement, tout en essayant _in petto_ d'esquiver la visite de
l'électeur, que je n'évitai pas; heureusement enfin j'en fus
débarrassée. Parmi les assistans était un capitaine de chasseurs; il
arrivait de Lille, où il s'était trouvé avec le duc de Trévise. Je
m'approchai du groupe qui environnait cet officier; car j'avais entendu
prononcer le nom du duc d'Orléans, prince que je n'avais pas vu à
l'époque du retour des Bourbons en 1814, mais dont le souvenir se mêlait
trop aux brillantes époques de nos premiers triomphes pour que
j'entendisse prononcer son nom sans un vif enthousiasme. Je ne savais
pas alors qu'en admirant avec tous ceux qui se trouvèrent chez le comte
Regnault, la lettre que le duc d'Orléans avait adressée au duc de
Trévise, et que je copie comme on me l'a lue, je ne savais pas alors
que, bientôt j'allais avoir un autre motif d'admiration et d'éternelle
reconnaissance pour la noble et courageuse compassion que le prince
français témoigna à d'illustres victimes. On interrogeait à l'envi cet
officier, qui ne tarissait pas sur l'éloge de la belle tenue, du bon air
que le duc avait en militaire. J'étais à Péronne quand Mortier fit
mettre à l'ordre du jour les lettres de service qui le firent connaître
aux troupes comme leur commandant en chef; je l'ai entendu répéter avec
plaisir, au duc de Trévise, qu'il avait servi avec lui dans la mémorable
campagne de 92. Vous ne sauriez croire l'enthousiasme qui éclatait
partout, à Douai, à Lille. Le 20 mars, l'admiration avait également
accueilli l'instruction si sage, que le duc d'Orléans envoya aux
commandans «de faire céder toute opinion au cri pressant de la patrie,
d'éviter les horreurs de la guerre civile; de se rallier autour du roi
et de la charte constitutionnelle; surtout de n'admettre, sous aucun
prétexte, _dans nos places, les troupes, étrangères_.» C'était peu
d'heures avant que nous arriva le message de l'Empereur, de rétablir le
pavillon tricolore et de ne plus obéir à d'autres ordres qu'aux siens.
Le duc partit le 21 pour Valenciennes, où il fut également accueilli
avec un remarquable intérêt; on se rappelait l'y avoir vu commander au
commencement de la glorieuse lutte de la France contre les armées
coalisées. Le duc d'Orléans revint, sachant le roi arrivé le 22 à Lille,
qu'il quitta le 23; il n'y avait aucun ordre donné, ni au prince, ni aux
autres commandans militaires; tout se ressentit dans ce départ de l'avis
que le maréchal Mortier donna au roi. Je ne saurais rendre avec quel
intérêt on se faisait répéter tous ces détails. Cet officier ajoutait
encore une infinité de traits du caractère affable et plein d'aménité du
prince, et il mettait une extrême importance à parler de l'estime et de
l'amitié que S. A. R. témoignait partout pour le maréchal Mortier. «En
voici, disait-il, un monument honorable, autant pour celui qui l'a écrit
que pour celui qui l'a reçu», et il nous montrait la copie de la lettre.
Pour être sûre d'en avoir une, et écrivant très vite, j'offris d'en
faire plusieurs à l'instant. «Pour moi! si ce n'est pas abuser de votre
obligeance,» retentit à mes oreilles. J'en fis cinq, dont j'en transcris
une, la garantissant authentique; on peut le croire à mon respect pour
le prince, dont, bien jeune, j'admirai le bouillant courage, à Valmy,
Jemmapes, au moulin de Rousu, au bois de Frenu et en tête du bataillon
de Mons, culbutant l'armée autrichienne, et pénétrant dans les redoutes
la baïonnette en avant.

COPIE DE LA LETTRE DU DUC D'ORLÉANS AU MARÉCHAL MORTIER.

     Lille, 23 mars 1815.

     «Je viens, mon cher maréchal, vous remettre en entier le
     commandement que j'aurais été heureux d'exercer avec vous dans les
     départemens du nord. Je suis trop bon Français pour sacrifier les
     intérêts de la France, parce que de nouveaux malheurs me forcent à
     la quitter. Je pars pour m'ensevelir dans la retraite et dans
     l'oubli. Le roi n'étant plus en France, je ne puis plus vous
     transmettre d'ordre en son nom, et il ne me reste qu'à vous dégager
     de l'observation de tous les ordres que je vous avais transmis, et
     à vous recommander tout ce que votre excellent jugement et votre
     patriotisme si pur vous suggéreront de mieux pour les intérêts de
     la France, et de plus conforme à tous les devoirs que vous avez à
     remplir. Adieu, mon cher maréchal; mon cœur se serre en écrivant ce
     mot. Conservez-moi votre amitié dans quelque lieu que la fortune me
     conduise, et comptez à jamais sur la mienne. Je n'oublierai jamais
     ce que j'ai vu de vous pendant le temps trop court que nous avons
     passé ensemble. J'admire votre noble loyauté et votre beau
     caractère, autant que je vous estime et que je vous aime; et c'est
     de tout mon cœur, mon cher maréchal, que je vous souhaite toute la
     prospérité dont vous êtes digne, et que j'espère encore pour vous.

     «_Signé_ L. P. D'ORLÉANS.»

Voici encore un des incidens qui avaient marqué pour moi la journée du
Champ-de-Mai, et que j'allais passer sous silence, quoiqu'il me rappelle
une scène touchante. Les troupes marchaient par pelotons sur toute la
largeur du boulevart. Près de la Madeleine, je remarquai une femme d'une
quarantaine d'années, forte, grande, et d'un air même un peu dur; elle
tenait le bras d'un jeune homme de quinze ou seize ans, et regardait les
soldats qui défilaient, comme pour y reconnaître quelqu'un. Au deuxième
rang des grenadiers de la jeune garde, elle s'élance en s'écriant:
«Henri! mon fils! ah! laisse-moi te voir encore une fois;» et elle
marche au pas de la colonne, parlant toujours à son fils, qui était
second de file du premier rang. Je suivais de très près; je n'aurais pas
voulu perdre cette scène faite pour mon imagination et mon cœur. Cette
femme montrait le sien à découvert, et tout y était digne d'admiration.
Son langage, s'il manquait du poli de l'usage et de l'éducation, n'avait
rien non plus du trivial qui déparerait les plus beaux sentimens: «Mon
fils, mon Henri, tu vas combattre pour la troisième fois les étrangers
qui en veulent à notre belle France; rappelle-toi ton père, que tu
suivis, enfant encore, à Austerlitz, à Iéna, à Wagram; cher Henri, je te
vois peut-être pour la dernière fois. Tu viens de prononcer en face de
la France le serment patriotique de vaincre ou de mourir pour sa
défense. Va, mon fils, sois digne de ton père, et surtout fidèle au
drapeau.» Le jeune grenadier répondait à sa mère, et pressait son arme
contre son cœur, regardant avec fierté la croix qui le couvrait: tout le
monde était attendri; car, malgré ses élans de patriotisme énergique, il
y avait une douleur si maternelle dans ses regards étendus sur un fils
chéri, qu'on ne pouvait entendre ces adieux sans soupçonner quelque
chose d'extraordinaire dans leur destinée.

Au moment où les troupes passèrent devant la place Vendôme: «Henri, dit
la mère en élevant la voix, et en étendant la main pour désigner la
colonne de nos triomphes, Henri, mes amis, camarades de mon fils,
rapportez encore assez de canons ennemis pour élever un monument pareil
à la gloire nouvelle de l'armée.» Les grenadiers levèrent la tête avec
un air qui en donnait l'espoir. Les personnes, que la curiosité avait,
comme moi, pressées près de la mère de Henri, crièrent, comme par
inspiration, _vive l'Empereur!_ et ce cri se répéta par la foule, qui
suivait ou venait au devant des troupes.

Un peu plus loin, la femme, qui avait excité si vivement ma curiosité,
s'adressa à son plus jeune fils, qui suivait tristement: «Louis, dis
adieu à ton frère; et si nous devons pleurer sa mort, jure-lui de vivre
et mourir comme tous les nôtres, pour la France.» Les colonnes ne
s'arrêtaient plus, et marchaient à pas plus pressés. Un pressement de
main, un dernier regard, un dernier cri d'adieu se firent entendre, et
alors la mère, s'échappant de la foule, traversa rapidement le
boulevart. Je la suivis; elle ne se croyait pas observée: elle céda
alors à toutes les terreurs maternelles. Elle descendait par la rue
Basse-du-Rempart; je la vis s'appuyant contre l'hôtel d'Osmond: son
jeune fils tâchait de la consoler par toutes ces assurances d'amour qui
vont si bien au cœur d'une mère.

Je m'approchai de cette scène filiale, et ayant toujours regardé la
franchise comme un moyen de succès, je m'avançai et avouai que je
l'avais suivie, écoutée. À mes premières paroles, cette femme me lança
un regard où respirait toute la dignité maternelle, et me dit: «Je suis
française et mère, fille, sœur et veuve de braves morts pour la France;
je lui donne aujourd'hui mon fils, mon aîné, mon fils bien-aimé; j'ai dû
ne pas affaiblir son courage par la vue de mon désespoir; mais croyez,
Madame, qu'on ne fait pas de pareils sacrifices après tant d'efforts,
sans que le cœur ne se déchire?... Ah! Louis, attirant son jeune fils
dans ses bras, viens, oh! viens consoler ta malheureuse mère.

«--Si l'amitié d'une étrangère peut quelque chose pour de tels chagrins,
venez chez moi; ma demeure est près d'ici, vous y reprendrez un peu de
calme.

«--Vous êtes bien bonne, Madame, mais excusez-moi de n'en point
profiter; si vous me donnez votre adresse, j'aurai le plaisir de vous
aller voir un autre jour; car vous n'êtes déjà plus une étrangère pour
moi, et vos traits même ne me sont pas inconnus. Je crois bien vous
avoir vue chez la reine Hortense, nous sommes de la maison.» Je ne la
remis point, mais je fus charmée du hasard qui me rapprochait de Mme
Dallié, comme elle disait se nommer, et je me promis bien de faire
connaître et valoir cette scène si honorable pour elle, dont je venais
d'être témoin; nous montâmes la rue ensemble, et j'appris que cette dame
était veuve d'un militaire qui avait commencé comme soldat, à Lodi, et
qui était mort lieutenant de la vieille garde à Leipsick.

«J'avais confié Henri à son père pour l'aguerrir; en le voyant partir
aujourd'hui pour cette décisive campagne, je n'ai pu agir autrement que
je n'ai fait; mais pensant maintenant que peut-être je ne verrai plus
mon fils, hélas! je sens comme un remords... Mais, non, nous sommes
Français; périssons tous plutôt que de voir l'étranger encore inonder
nos villes...

«--Croyez-vous, Madame, que l'Empereur restera le maître.

«--Je le désire et l'espère.

«--Ah! qu'il revienne victorieux; que la France soit encore grande.» Je
quittai Mme Dallié, qui me promit de nouveau de venir me voir. Je
racontai à mes amis, à Regnault surtout, cette rencontre, en lui rendant
mes impressions du Champ-de-Mai; il fut plus content de la première que
des autres, et me dit de Mme Dallié des choses faites pour me la rendre
une amie précieuse. «C'est dans un genre moins élevé, un dévouement
comme le vôtre, même désintéressement, même courage; elle aurait dix
garçons, qu'ils seraient soldats! Elle a été attachée à l'impératrice
Joséphine, et vous dira des anecdotes fort piquantes de l'intérieur de
l'Empereur et de sa première femme; en vérité, ma chère amie, vous êtes
la femme aux rencontres; celle-là est fort bizarre; tenez, vous devriez
m'écrire cela tel que vous venez de me le raconter.

«--Pourquoi?

«--Que sais-je, pour le montrer à l'Empereur, peut-être.

«--Allons donc; mais, au fait, cela ne peut lui faire de la peine; qui
sait s'il ne faudra pas bientôt, enrégimenter le sexe de la faiblesse,
mais des nobles sentimens; Mme Dallié a des dispositions et la taille
des grenadiers.

«--Moi, je m'enrôle dans la cavalerie légère.»

«--Corps d'avant-garde du maréchal Ney», ajouta-t-il en riant.--«Vous
l'avez dit, monsieur le comte.»

Ce ton de plaisanterie cessa bien vite, car Regnault était péniblement
agité; il avait beaucoup trop de pénétration en politique, pour ne pas
entrevoir le véritable état des choses; il était en outre tourmenté par
la crainte des intrigues intérieures: «l'Empereur est entouré de gens
qui le haïssent, parce qu'ils lui doivent tout; il y en a d'autres qui
ne l'acceptent que comme un figurant de leur république impossible. Il a
reçu les lettres les plus insolentes au sujet du Champ-de-Mai.
L'Empereur est sombre, inquiet. Nous allons encore avoir la cérémonie
des aigles, au Louvre; c'est presque par prévoyance contre des
mécontentemens que je suis fâché de lui voir craindre.

«--Vous ne savez pas, monsieur le comte, que si j'étais conseiller de
l'Empereur, je lui dirais: Aujourd'hui, où le sort des armes va décider
entre vous et l'Europe, ne consultez que votre armée; là est votre
véritable force, et, couvert de votre manteau de victoire, venez mettre
à la raison toutes ces _importances civiles_, si insolentes dans la
prospérité, si hautaines aujourd'hui envers le génie militaire qui seul
peut les défendre. Battons-nous, monsieur le comte, et si Napoléon
succombe, eh bien, nos sénateurs, et le corps-législatif, si fiers,
pourront s'immortaliser à la républicaine, en attendant leur sort dans
leur chaise curule. Je ne sais quel gouvernement peut être le meilleur,
mais celui de la gloire a du moins un si brillant côté; voilà mon avis.

«--Et vous avez bien raison; mais si l'intrigue, la haine, la force
d'inertie des royalistes, le fanatisme des initiés d'Oudet se donnent la
main et s'entendent, Fouché peut organiser cette coalition contre nous.
L'Empereur le sait: que ceux qui le disent cruel le connaissent mal; il
y a dans son caractère une pente irrésistible pour le pardon, et une
confiance toujours disposée à croire au repentir.»

Regnault, en parlant des peines qu'il supposait à Napoléon, m'inspirait
comme du respect; car il y avait un intérêt d'ami, qui rend honorable
jusqu'à la prévention dans les jours de malheur. Hélas! nous avancions à
grands pas du moment qui allait ensevelir les espérances de la plus
brave armée, sous le deuil du Mont-Saint-Jean.



CHAPITRE CLXI.

Veille de mon départ pour l'armée.--Noémi.--La dame
allemande.--Regnault.--Mme Lavalette.


La campagne allait s'ouvrir. Le départ de Napoléon était imminent. Tous
les généraux avaient pris la poste pour les frontières, et j'avais eu
bien des adieux sur le cœur. Une journée tout entière, consacrée à ces
soins, avait à peine suffi; et j'étais rentrée à près de huit heures
sans avoir dîné. Une surprise bien extraordinaire m'attendait: je
trouvai chez moi Noémi, qui s'y trouvait depuis plusieurs heures; elle
me parut au désespoir. «Murat est en France, me dit-elle, détrôné,
fugitif, proscrit. Je veux voler sur ses traces, le rejoindre, le
consoler, ou mourir avec lui.

«--Calmez-vous, mon amie. Mais pourquoi ne vous vois-je qu'aujourd'hui?
Pourquoi n'êtes-vous pas venue plus tôt vers ce cœur fait pour vous
comprendre?

«--Ah dieu! depuis l'imprudente et coupable ingratitude de Murat pour
l'Empereur, j'ai vécu dans de mortelles angoisses et une anxiété
inconcevable. J'ai presque toujours voyagé. J'arrive d'Aubagne en ce
moment, et j'y retourne. Le général Manhès, aide de camp de Joachim, est
arrivé à Toulon. Tout est fini. La capitulation de Casa-Lauza a livré le
royaume du beau-frère de Napoléon aux Autrichiens, qui y sont abhorés,
mais souverains maîtres. Lord Exmouth occupe la rade de Naples pour
garantir les traités. Joachim n'est pas même nommé dans les
stipulations; il a été trahi par ses alliés étrangers avec le cruel
remords de l'avoir mérité; mais en est-il moins à plaindre? Grand Dieu!
le malheur de celui qu'on aime est une épreuve au-dessus des forces
d'une femme! Il n'a pas voulu rester oisif. Caché à Cannes, toute
obscurité pèse à son caractère; je le crois néanmoins en ce moment à la
campagne de l'amiral Allemand. Il craint que la reine ni ses enfans ne
puissent venir le rejoindre en France; il s'en désespère. Le jour où
Baudus, l'envoyé de Fouché, lui a porté la sèche, hélas! et trop juste
réponse de l'Empereur, Joachim s'est abandonné à toute la violence de
son caractère; et, malgré les mystérieuses réticences de l'ambassadeur,
il en avait été assez dit pour que tout l'être du roi malheureux en fût
bouleversé; il voulait se travestir, s'embarquer, aller à Paris à la
tête d'un escadron... Ah! que n'ai-je pas déjà tenté pour le calmer, et
que ne me reste-t-il pas à souffrir encore?»

Je tâchai d'offrir à la pauvre Noémi toutes les consolations du plus
tendre intérêt; elle venait me prier de la tenir au courant de tout ce
que je pourrais savoir de Regnault et de mes autres connaissances sur
les dispositions de l'Empereur à l'égard de Murat. «Il a le cœur bon, il
ne sait pas se venger; il ne commencera pas par son malheureux
beau-frère.»

Non seulement je promis tout à la triste amie du roi proscrit, mais, en
la prévenant de mon départ pour l'armée, je lui dis de m'adresser ses
lettres chez le comte Regnault; que je le préviendrai de les ouvrir, et
que de cette façon elle aurait de promptes et sûres réponses. Pauvre
Noémi! elle partit moins agitée. Je ne prévoyais guère que la rapidité
des événemens allait bientôt niveler la destinée des deux monarques. Je
vis le soir un instant le comte Regnault, et il me montra toute son
obligeante bonté, en promettant de tenir la pauvre Noémi exactement au
fait.

«Quant à de l'espoir, je ne lui en saurais beaucoup donner, me dit-il;
car Murat a tout gâté encore, par sa folle entreprise de
l'affranchissement de l'Italie. L'Empereur n'avait cessé de lui
recommander de se tenir tranquille. La capitulation de Caza-Lauza est
une infamie, et prouve que l'on ne cherche qu'à le traiter en proscrit,
et non en souverain malheureux. Les Autrichiens ont pris possession du
royaume de Naples au nom de Ferdinand IV, et cette capitulation ne
contient pas un seul article en faveur du roi de Naples, pas une
disposition qui puisse le rassurer sur le sort de sa famille. Tout cela,
ma chère amie, est triste, désolant; mais n'en montrez pas toutes les
noires couleurs à Noémi. La victoire peut tout changer, tout rétablir.
Le cœur de Napoléon ne tiendra pas aux larmes d'une sœur aimable et
chérie, et au repentir d'un homme dont il admire l'éclatante bravoure.

«--Mon ami, que vous êtes bon de penser et de vous exprimer de la sorte;
mais écrivez-le à cette pauvre Noémi, cela la rassurera et adoucira
l'agitation pénible du malheureux Joachim.» Et Regnault, qui avait le
meilleur cœur du monde, écrivit à l'instant même quelques lignes que
j'envoyai aussitôt.

Regnault, ce jour-là, me reparla de sa correspondante allemande.
«Comment, lui dis-je, une femme charmante et jeune peut-elle s'abaisser
à un métier plus vil que celui des malheureuses, qui, du moins, ne
perdent qu'elles-mêmes; mais vivre pour trahir, trafiquer de l'infortune
des autres, n'avoir pas un égard qui ne cherche à nuire, pas une pensée
qui ne soit un lâche intérêt, voilà, je vous l'avoue, une existence que
j'ai de la peine à comprendre, et pourtant cette maudite petite figure
est ravissante.

«--Si Charles de Labédoyère voulait penser cela, me dit-il en riant, la
petite femme étoufferait de bonheur.

«--Elle l'aime?

«--À en perdre la tête, et cela finira mal. Labédoyère la dédaigne,
parce qu'il connaît son état.

«--Et parce qu'il est fou d'une autre.

«--Eh bien! j'estime encore plus Labédoyère pour cette délicatesse; et
cependant je plains la jolie Allemande; car être dédaignée dans ses
charmes est chose bien pénible à l'amour-propre d'une femme; mais être
repoussée pour mépris mérité, c'est à en mourir. L'amour que celle-ci
éprouve me la fait prendre en compassion; elle vous intéressera plus
encore, lorsque vous saurez l'enchaînement de circonstances qui l'ont
réduite à avoir recours au _potere tenebroso_[2]. Mariée fort jeune, la
baronne Za fut malheureuse avec le mari que sa famille seule avait
choisi. Dans un premier voyage en France, les répugnances de la baronne
prirent un caractère si prononcé, que son mari demanda et obtint une
séparation à l'amiable, en lui accordant une pension de 12,000 francs;
elle resta à Paris, et cette somme lui fut pendant six ans régulièrement
payée. Une pareille fortune eût été suffisante pour une femme
raisonnable; mais la baronne avait contracté des goûts ruineux; jeune et
belle, elle n'eut pas assez de force pour renoncer à l'éclat dont elle
avait brillé, et ne rabattit rien de ses dépenses, quoiqu'on lui eût
plus tard retiré sa pension. Des lettres de sa famille lui avaient
ouvert les salons de Mme de Staël; elle y fut remarquée, et son goût
pour le luxe en augmenta. Ce n'était pas assez; la fatale passion du jeu
la posséda bientôt. Les dettes arrivèrent. Le départ de sa célèbre amie
la livra à toute l'horreur d'une humiliante position. Elle la peignit à
son amie dans une lettre éloquente qui, malheureusement, ne parvint pas,
Mme de Staël, à cette époque, étant observée et menacée de l'exil. On
crut avoir surpris une trame; le ministre de la police envoya des agens
secrets chez la baronne, qu'on trouva chez elle occupée à écrire sur un
secrétaire couvert de lettres et autres papiers. L'ordre était de tout
saisir; il fut exécuté. La pauvre baronne était restée anéantie; l'un
des visiteurs, homme adroit et entraînant, lui parla avec intérêt de ses
relations avec Mme de Staël. Les lettres trouvées là venaient
d'apprendre que Mme de Staël avait souvent usé de son ascendant sur le
mari et la famille de la baronne pour lui faire obtenir des secours,
sans lesquels la ruine eût été plus tôt et plus complétement consommée.
Dans plusieurs de ces lettres, son père, faisant allusion à l'intérêt
que Mme de Staël prenait à la baronne, lui recommandait de ne se diriger
que par ses avis. À cette condition, il lui disait qu'elle pouvait
espérer de se revoir un jour chérie et honorée dans sa famille et sa
patrie. On attacha un sens politique à cette exhortation paternelle, la
baronne resta quelques jours en surveillance. Ce qui prouve qu'elle
était née bonne et sensible, c'est que dans ce terrible moment la pauvre
baronne pensait plus à Mme de Staël qu'à elle-même. On avait parlé de
cette dame comme suspecte au gouvernement, et elle s'occupait de l'avoir
peut-être compromise sans le vouloir. On ne trouva heureusement rien
dans les papiers qui pût donner lieu à priver la baronne de sa liberté;
mais son esprit, ses relations tentèrent; on pensa qu'une personne de ce
rang pourrait être utile. Sa fâcheuse position aida à la faire donner
dans le piége. On lui détacha un homme habile qui vint l'endoctriner
avec des maximes captieuses et des offres brillantes; la malheureuse
baronne l'écouta avec cette espérance qui est bien près du consentement;
cependant, lorsqu'elle pénétra toute l'étendue des services qu'on
voulait d'elle, son ame, un peu relevée, repoussa avec mépris l'or de la
corruption. On la laissa quelques jours à elle-même; l'ennui, la
solitude, les chagrins l'ébranlèrent. Le besoin fit le reste. Je l'ai
toujours crue très malheureuse; jamais je ne l'ai vue sourire.

«--Je le conçois; j'en avais presque pitié; à présent, je la déteste.
Une femme bien née, assez heureuse pour pouvoir invoquer l'amitié de la
femme célèbre qui n'eût point repoussé sa détresse, a pu consentir à un
opprobre qui dégrade l'ame sans retour! ah! ne me parlez plus de votre
Allemande; elle m'avait naguère séduite; mais je la trouve bien hardie
d'oser aimer le plus aimable et plus séduisant des braves. Y
pense-t-elle?

«--Ma chère amie, le métier qu'elle fait est pourtant nécessaire.

«--Hélas! oui; et il n'aurait tenu qu'à moi que vous ne me rangiez dans
cette belle catégorie.

«--Non, non, jamais vous n'auriez pu lui ressembler; mais avec la
déférence que mérite votre caractère, vous auriez dû penser un peu plus
à la fortune.

«--Je vous crois trop mon ami, pour penser que vous parliez
sérieusement.

«--Vous avez raison; mais l'Empereur sait vos services d'enthousiasme,
et ils mériteront une haute reconnaissance.

«--Puissiez-vous dire vrai, monsieur le comte; je croirais alors avoir
une noble et honorable fortune.

«--Bizarre et excellente femme», me dit-il d'un ton qui me fit bien
plaisir, et nous nous séparâmes, non sans quelques amicales remarques
sur ma passion pour la guerre, qui allait dès le lendemain m'emporter à
de nouveaux hasards.

Parmi les femmes que j'avais rencontrées soit chez Regnault, soit chez
Cambacérès, celle que j'avais le plus remarquée était madame
Lavalette[3]; quelque chose d'attrayant dans ses manières et son
enthousiasme de parti me captivaient: nous n'avions aucune relation
intime à cette époque; cependant nous nous rencontrions toujours avec un
extrême plaisir, et j'avoue que je fus bien agréablement surprise de
voir arriver cette dame chez moi, me demander si j'avais quelque
facilité pour faire parvenir directement une lettre. J'eus un bien réel
plaisir à causer d'intimité avec cette femme aimable et spirituelle, à
qui le sort me réservait plus tard de donner une preuve de vif intérêt,
qu'elle sut apprécier d'une manière touchante. Madame Lavalette était
très amie avec Charles de Labédoyère, à cette époque encore au sein de
la gloire et de ses brillantes espérances, rêvant, comme Ney, gloire et
bonheur pour la France, et qui bientôt allait, comme le prince de la
Moskowa, terminer sa carrière sans utilité pour la patrie. Je vis ainsi,
avant mon départ, madame Lavalette; mais avec de pénibles pressentimens.
Je promis de lui écrire; car, partant pour rejoindre l'armée, nous
devions supposer une longue absence. «Nous vaincrons; l'Empereur
commencera par repousser l'ennemi au delà des frontières; qui sait
ensuite jusqu'où nous irons?» Hélas! nous comptions sur des triomphes,
et déjà le mot de défaite était murmuré dans les cyprès qui allaient
ombrager, au Mont-Saint-Jean, le vaste tombeau de la valeur malheureuse.



CHAPITRE CLV.

Rencontre de D. L*** chez Regnault de Saint-Jean-d'Angely.--Départ de
Paris pour la Belgique.


J'ai oublié, je crois, de dire que depuis notre entrevue à Naples
j'avais rencontré D. L*** à plusieurs reprises, et même jusque chez le
comte Regnault de Saint-Jean-d'Angely, dont il avait fini par faire
tourner les anciennes préventions en une sorte de confiance. Le jour que
je vins prendre congé du comte, je lui dis, qu'outre l'intérêt de cœur
et de gloire qui m'entraînait à l'armée, il était piquant de rentrer
dans ma famille comme Napoléon entrait dans les capitales, et d'aller
terminer quelques vieilles affaires entre deux victoires.

D. L*** se présenta chez Regnault comme j'allais en sortir: il était
radieux d'impudence; mais, après ce premier moment d'aplomb, dont on a
préparé le courage à la porte, il retomba dans une visible agitation, et
pour en sortir, apparemment, il me parla de Ney, me demanda si je le
voyais. «Non, répondis-je très sèchement.» Il me donna son adresse, et
me renouvela ses offres de service, me disant que je le trouverais
toujours. D. L*** m'avait quittée le matin, et le soir il revint chez
moi sous le prétexte d'un message de la part de Regnault, et m'apprit
que Ney allait partir, ce qu'il savait que je ne pouvais ignorer. Ce
n'était pas sans intention que D. L*** venait me donner cette nouvelle;
il savait combien il allait me devenir nécessaire: il me surprit par son
air de franchise, et, quoique je le connusse, il parvint à captiver mon
laisser-aller, au point que je le priai, comme si jamais je n'eusse eu
la moindre défiance de lui, de se charger de tous les détails d'un
brusque départ de mon logement. Je lui remis aussi la clef d'une chambre
que j'avais louée pour une amie, je voulus lui donner 300 francs pour
tout régler; non seulement il refusa, mais, énumérant les frais
inévitables de la tournée à laquelle j'étais résolue, il me força
d'accepter cinquante Napoléons en or, qu'il avait eu la précaution de
placer dans une ceinture telle qu'il savait que j'en portais sous mes
habits d'homme: il m'assura que Ney s'était dirigé sur Charleroi; il se
chargea de me procurer un passeport, me traça mon itinéraire, et se vit,
grâce à tant de prévenances, un moment réintégré dans ma confiance
illimitée. Maître du peu que je possédais, et d'une cassette renfermant
tous mes papiers, on lira plus loin le parti qu'il en tira. Je quittai
Paris dans la nuit du 12; Ney avait rejoint l'armée le matin. J'arrivai
bientôt sur le théâtre de ses nouveaux exploits. Si Ney eût été instruit
que j'avais volé sur ses tracés, il m'aurait signifié l'ordre que je
retournasse à Paris; aussi me tenais-je hors de vue. Quoique tout fût
succès et victoires, les premiers jours je ne pus surmonter la cruelle
pensée que c'étaient là peut-être les derniers triomphes de l'armée
française.

J'arrivai à Charleroi deux heures après que le maréchal en était parti.
Je ne le revis qu'à Ligny, où il avait pris position, et peu avant la
bataille du 16 juin. On connaît les brillans préludes à la suite
desquels l'armée marcha sur les Quatre-Bras: Moitié hasard, moitié
entraînement, je me trouvai en face du maréchal. Selon l'usage, un peu
d'emportement et l'ordre de retourner à Paris, ou du moins à Charleroi;
mais selon l'usage aussi, je n'en fis rien; et je n'étais pas à plus de
deux portées de fusil, au moment où arrivèrent les vingt-cinq mille
hommes de troupes fraîches, amenés à l'ennemi par le prince d'Orange.
Ah! si les Anglais pouvaient être une fois justes pour notre gloire
militaire, ils diraient la bravoure immortelle du prince de la Moskowa
dans tous les combats multipliés, où nous fûmes constamment vainqueurs.
Le moment où il prit un drapeau anglais de sa propre main fut un moment
de délire. Ceux qui ont prétendu que les soldats français n'avaient pas,
à ces funestes journées, la bravoure ordinaire ni leur gaieté
habituelle, ceux-là étaient dans d'autres rangs; j'ai vu là, en quelque
sorte, l'intimité du champ de bataille. Je n'ai cessé de parcourir les
lignes, et je puis assurer que, la nuit encore qui précéda le funeste
_dix-huit juin_, nos troupes chantaient comme lors des premiers
triomphes et des premiers chants nationaux.

Ici je dois m'élever contre une accusation portée contre Ney pour
n'avoir pas occupé les Quatre-Bras. Brunswick venait d'être tué, le
prince d'Orange blessé; un avantage complet avait couronné les efforts
de notre aile gauche. Ney sentait trop bien le besoin de vaincre pour
laisser paralyser ses premiers avantages; Ney _n'a rien oublié, rien
négligé_. Son active bravoure ne parut jamais sous un plus beau jour:
obligé de se maintenir sur la position de Frasnes, il y resta
constamment maître; c'est alors au moment où, par de savantes
combinaisons, Ney allait poursuivre ses succès, qu'il reçut l'avis que
l'Empereur venait de disposer du corps du général d'Erlon. Fallait-il
alors exposer 17,000 hommes contre 50,000 Anglais, supérieurs dans la
position des Quatre-Bras? Il les tint en échec tout le reste de la
journée du 16; le matin du 17, on marcha vers le débouché de Soigne, où
toute l'armée anglaise était assise. Tout se disposa le soir, et le
lendemain se donna la bataille de Waterloo.

Je n'entamerai pas une discussion stratégique; mais j'ai vu Ney le soir
du 17, et j'atteste sur ses mânes que Ney n'a pu agir autrement; qu'il
n'y eut ni délai, ni désobéissance. J'ai vu, j'ai tenu les ordres de
l'Empereur, qui ne peuvent laisser l'ombre d'un doute sur l'obéissance
héroïque et loyale de Ney. La haine ou la légèreté, aussi coupable quand
il s'agit d'un tel capitaine, a pu seul inventer et propager de pareils
bruits; j'ose les démentir en face de la France, dussé-je payer de mon
sang ma fidélité au plus glorieux souvenir. Ney ne put agir autrement,
sans sacrifier son corps d'armée. Si le maréchal Grouchy, au lieu de
promener ses bivacs, se fût immédiatement mis en marche par
l'inspiration de la canonnade qu'il entendait, si l'Empereur eût laissé
à Ney les troupes de d'Erlon, le fatal _sauve qui peut!_ eût été répété
en allemand et en anglais par les échos de Soigne et de Mont-Saint-Jean.
Le lendemain de l'arrivée à Soigne devait se livrer la bataille de
Waterloo. Depuis deux jours on se battait; les troupes étaient
harcelées, mais n'étaient point abattues. L'enthousiasme circulait
encore dans tous les rangs. Je racontai le soir au maréchal les joyeux
propos des soldats qui tâchaient de garantir leurs armes de la pluie qui
tombait par torrens. Malgré le mois de juin, le temps était déplorable.
Cette dernière journée fut peut-être la plus brillante des innombrables
et immortelles journées du prince de la Moskowa. Oui, j'en appelle à
tous les militaires qui ont pu entendre les balles qui sifflaient dans
les habits du guerrier, ils diront si sa pensée, si son courage
n'étaient pas là avec toute leur jeunesse pour la cause de cette France,
dont Mont-Saint-Jean allait fixer les destins. Comme partout, Michel Ney
défendit au prix de son sang cent mille Français, sauvés, en Russie, par
son héroïsme dévoué. Sa conduite apparaîtra dans tout son éclat devant
la postérité. Ombre chère et sanglante! le reste de ma vie est dévoué à
célébrer ton courage et tes nobles qualités, et à pleurer jusqu'à mon
dernier soupir ta fin si déplorable! Ney fut chargé du centre, sur la
grande route. Peu après l'attaque, l'ennemi fut délogé, et notre
cavalerie de réserve l'occupa; là je le suivis de près, nous étions
encore triomphans. Tout en me cachant à la vue du maréchal, je m'écartai
un moment de mon guide. En un instant, je me trouvai comme portée vers
la droite, et presqu'au milieu des feux; je ne vis plus que de loin les
efforts des troupes, que Ney animait de son exemple!

Dans ce moment j'aperçus une femme vêtue comme moi en homme: elle avait
très imprudemment mis pied à terre; je l'aidai à se remettre en selle.
Elle me rapporta qu'elle arrivait du château de Hougommont, que le
général Reille avait enlevé au commencement de la journée. «Blücher n'a
pas 30,000 hommes, me dit-elle; si Grouchy attaque, les Français gagnent
la bataille.» Je ne sais quoi me déplaisait dans cette femme,
lorsqu'elle m'annonça que Napoléon était sur les hauteurs de Vousomme,
avec 66,000 hommes, mais que Wellington en a 100,000. J'eus envie
d'essayer ma valeur en combat singulier, et pour n'y pas céder, je
sautai aussitôt à cheval et le mis de suite au galop dans la direction
où l'Empereur avait tourné la gauche de l'ennemi pour faciliter au
maréchal Grouchy le moyen de le joindre, ce qui eût décidé la victoire.
J'approchai de ce point, et j'étais de ce côté quand l'Empereur apprit
que le maréchal avait bivaqué, pendant qu'il le croyait en pleine
attaque sur Wavres pour en chasser les troupes de Blücher. On avait
détaché du monde en observation du côté de Saint-Lambert; de là on
attendait du renfort, et c'était l'avant-garde d'un corps de 30,000
Prussiens qui arrivait. Il était alors deux heures. Sur la ligne, il n'y
avait alors d'engagés que les tirailleurs. En ce moment, vers la gauche,
un officier de l'Empereur passa; il portait l'ordre au maréchal Ney de
commencer le feu, et de prendre la ferme de la _Haie-Sainte_ et le
village de la Haie. Jamais ordre ne fut plus promptement ni plus
complétement exécuté. La division anglaise tomba foudroyée.

La montre à la main, je suivis pendant trois heures cette scène de
carnage dont notre cavalerie vint achever les résultats. Il y avait
fuite de tous ces débris anglais vers la route de Bruxelles. Nos ennemis
déclarent que les Français sont perdus une fois qu'ils sont en déroute.
Je crois que ceux qui se rappellent cette course désordonnée des corps
britanniques avoueront qu'on ne peut rien imaginer de plus entier que
cette débandade. La victoire parut décidée, et elle l'était par
l'impétueuse attaque de Ney. Mais voilà que Bulow (par le retard
involontaire et fatal du maréchal Grouchy) opère un funeste retour avec
ses trente mille hommes de troupes fraîches arrivant l'arme au bras.
Était-ce Ney qui avait amené ce passage? n'avait-il pas conduit ses
troupes à Ligny, aux Quatre-Bras? n'y avait-il pas combattu, payé de sa
personne; la position du centre ne fut-elle pas gardée d'après les
ordres de l'Empereur? N'avait-il pas triomphé à la Haie-Sainte; ne
chassa-t-il pas les Anglais?... Quelle voix pourra s'élever contre celui
qui, voyant la bataille perdue, après avoir eu plusieurs chevaux tués
sous lui, deux bataillons écrasés, se jeta l'épée à la main, les
vêtemens criblés de balles, le visage inondé de sang, au milieu d'un
carré de braves de la vieille garde, dont les cadavres s'entassaient
autour de lui? Est-ce l'homme qui eût fléchi dans son devoir qui se
serait conduit avec cet héroïsme. «La France est perdue, il faut mourir
ici,» fut le cri de son cœur. Le peu de braves qui restaient debout, qui
tous depuis si long-temps le regardaient comme le plus brave,
l'entraînèrent avec les débris de la colonne.



CHAPITRE CLVI.

Soirée du 18 juin.


Qu'on se représente une femme égarée sur un champ de bataille, en proie
à toutes les fatigues du corps, à toutes les angoisses du cœur; et l'on
ne s'étonnera pas que dans cette peinture d'un effroyable désastre je ne
sois pas fidèle aux rigoureux calculs des mouvemens militaires. Ma tête
se perd encore aux souvenirs de ces terribles péripéties d'un carnage.
Hélas! voudrait-on qu'une pauvre femme, qui ressentait là tout-à-fait
les dangers et des inquiétudes mille fois plus cruelles que ces périls,
conservât ce sang-froid stratégique qui déduit minutieusement les
circonstances d'une bataille? Je suis à cheval; le flot des Prussiens
m'emporte, et je m'égare dans la mêlée. Je ressemble, hélas! dans ce
moment de mes Mémoires, à Napoléon dans les dernières heures de cette
journée fatale; j'obéis au torrent, et ne le vois plus que quand il me
presse de trop près.

J'arrivai à Furnes le 17; tout y exaltait le nom si souvent prononcé par
la victoire. Ney y resta après avoir remporté un brillant avantage sur
les Anglais, malgré les renforts qui arrivaient de tous côtés aux
ennemis. C'est Ney qui arracha le drapeau du 69e régiment. Au premier
moment de sourire de la victoire, et avant cette arrivée inattendue des
Prussiens, j'avais rencontré par un choc le maréchal Ney. Son premier
mouvement fut de surprise, la réflexion fut de colère; à tout je ne
répondis qu'en posant la main sur mon cœur et en disant: «Je n'ai pu
agir différemment; ne pensez pas à moi.--Par Dieu, je le crois, j'ai
bien autre chose à penser. La responsabilité de tant de braves sur les
bras;» puis se laissant aussitôt entraîner à cet enthousiasme qu'il
aimait à me voir partager: «J'espère, m'avait-il dit, que nous
achèverons messieurs de l'Angleterre.» Là, Ney était bouillant d'espoir;
mais lorsqu'il eut reçu l'ordre de laisser partir le corps d'Erlon, il
devint soucieux. Il m'avait très sérieusement interdit de jamais lui
demander compte, aussi m'en gardai-je soigneusement; mais je compris
très bien à son air et par des mots échappés pendant les rares minutes
que je le vis, que cette disposition de l'Empereur le contrariait. Je
sais que j'entendis qu'il disait: «Il ne faut plus penser à avancer;
nous nous soutiendrons bien ici contre cinquante mille hommes, quoique
je n'en aie que quinze mille.» Alors il m'ordonna positivement de
retourner, tandis que je le pouvais encore; je feignis d'obéir. J'avais
pris mes précautions pour être toujours à même de me rapprocher des
bagages. On commençait à montrer des inquiétudes sur l'armée de Grouchy.
Quelle plume il faudrait pour peindre ce qui se passait sous mes yeux et
autour de moi dans un intervalle de peu d'heures. Tout à coup on eut
encore une grande joie; le général Pajol venait, par un miracle de
bravoure, de chasser des Prussiens triples en nombre. Je m'adressai à un
sous-officier de la cavalerie Michaud. «Les ordres arrivent-ils?» me
dit-il; il y a des engagemens de tirailleurs vers la Haie-Sainte.
J'étais montée à cheval; tout à coup j'entendis de nouveaux cris de
victoire. Desnouette venait de chasser les Prussiens du mont Saint-Jean;
à sept heures les Français avaient triomphé trois fois, et cependant le
mot destruction bruissait déjà dans les cyprès qui allaient ombrager le
vaste tombeau de la valeur malheureuse. À huit heures, la garde était
tombée en s'immortalisant.

Ceux qui ont dit que Napoléon était lâche et qu'il avait fui le champ de
bataille, après y être resté spectateur à l'abri du péril, ne l'ont
jamais vu à la guerre; il y était exposé aux boulets; qu'on se rappelle
Kaya et la journée qui frappa Duroc près de lui. Moi, qui ne prétends
pas à l'immortalité, je me tenais autant que possible à l'abri avant la
bagarre, et j'ai observé de près, avec une excellente longue-vue, le
visage de l'Empereur, un quart d'heure avant le terrible _sauve qui
peut_; et lorsque, par une tentative désespérée, il ordonna à ses
grenadiers de passer un ravin qu'ils comblèrent de leurs cadavres, la
physionomie de l'Empereur était effrayante de sang-froid; autour et
devant lui tombaient les plus braves, son front ne sourcillait pas: il
mesurait l'abîme et semblait de son regard d'aigle y chercher encore une
issue; il attendait les troupes de Grouchy: qu'on juge de l'épouvantable
certitude qu'au lieu d'un renfort lui causa l'aspect des Prussiens,
enveloppant et inondant nos lignes déjà éclaircies! C'est alors que les
officiers qui entouraient l'Empereur l'entraînèrent: cela ne s'appelle
fuir dans aucun pays du monde. Les soldats, dans leurs cris de rage,
accusaient quelques généraux malheureux; je restai au milieu d'eux à
pied, ne prononçant qu'un seul mot, c'était le nom de Ney: «Il s'est
fait tuer au milieu d'un carré de la jeune garde», me dit enfin un de
ces hommes fuyant par force et le désespoir dans l'ame. À mon cri
d'effroi, un officier me répondit: «De quoi vous plaignez-vous? il est
plus heureux que nous, il a pu se battre jusqu'à la fin; ils n'en auront
pas eu bon marché, ces gredins de Prussiens et d'Anglais.» Le nom de
Ney, cher au cœur des soldats, avait fait son effet, et ce militaire
tâcha de me protéger, autant que possible dans la bagarre contre la
foule.

La nuit commençait à être profonde; la pluie tombait par torrens; les
chemins étaient fangeux et impraticables; on trébuchait sur des cadavres
et des mourans.

Au moment de la bagarre, j'avais mis pied à terre; la terrible vue de ce
mouvement me fit m'élancer du côté opposé, sans penser au cheval ni à
celui qui le tenait, et qui en aura profité, j'espère, pour se sauver.
J'étais tombée dans une colonne de fuyards, et force me fut de suivre le
mouvement ou de me faire écraser.

Mon guide trouva cependant encore à me parler d'autre chose que des
horreurs qui nous environnaient. «Vous aimez donc le maréchal, me
disait-il, pour être venue ici?» Je me pressai convulsivement contre le
bras qui me soutenait: «Ah! conduisez-moi vers le lieu où il est tombé.»
Ce brave ralentit sa marche, et laissant s'écouler un peu la foule, prit
avec moi vers la route où avait combattu le centre que Ney avait
commandé. Il allait m'y conduire, quand, à peu de distance, nous vîmes
un gros de Prussiens s'efforçant à faire mettre _bas les armes_ à un
reste de peloton qui s'était réuni, et quittait ce champ de regret avec
une attitude française. Les apercevoir et voler à leur secours fut même
chose pour mon intrépide compagnon. Je fis des efforts pour m'éloigner
de ce spectacle d'horreur: ils étaient vingt contre trois cents! Les
Prussiens les massacrèrent avec fureur; c'est là où fut tué Duhesme,
qui, ne pouvant plus se défendre, serra son arme contre son cœur, où son
lâche adversaire enfonça sa baïonnette. Mon guide eut le même sort sans
doute, car je ne le vis plus, quoiqu'en s'éloignant il m'eût crié de ne
pas bouger, de l'attendre: hélas! c'était un ami de moins. Cette
protection, accordée dans de pareils instans au seul nom de Ney, m'eût
été un appui bien nécessaire dans ces jours d'angoisses qui allaient
suivre cette terrible défaite.

Je regardais autour de moi, et partout ce n'étaient qu'objets
d'épouvante: des morts, des débris et des mourans; les clameurs du
courage remplacées par le silence d'une affreuse destruction; déchirant
spectacle d'innombrables agonies, qui n'attire pas même en de tels
instans les regards de la pitié: la mienne, cependant, fut excitée
jusqu'aux larmes, au point de me faire oublier tout pour voler au
secours de plus à plaindre que moi. À cinquante pas, je vis un homme,
marchant péniblement, ou plutôt se traînant, et que je crus blessé et
échappé au massacre des Prussiens. Sans aucune réflexion, je volai vers
lui au moment où je le vis tomber anéanti sur ce sol inondé de sang.
J'approche, et je reconnais de suite, aux formes, que c'était une femme.

Je ne m'arrêterai pas à peindre les sentimens qui m'agitèrent en
reconnaissant, lorsque j'eus soulevé sa tête, mon amie Camilla, la
maîtresse si tendre du jeune et brave Duhesme, qu'elle avait toujours
suivi, à qui elle avait immolé rang et fortune, et qu'elle venait de
voir massacrer sous ses yeux. Quelles fictions inventées par les poètes
pour de nouvelles terreurs approchent de l'épouvantable réalité de cette
scène? Ô Camilla! tu vis; tu as trouvé le repos au sein de ta famille,
dans cette Toscane, notre commune patrie. Si mon livre te parvient un
jour; ton ame bonne et reconnaissante ressaisira avec des pleurs de
reconnaissance le souvenir de l'intérêt intrépide avec lequel je
t'arrachai à la mort. J'étais à genoux, tâchant de ranimer ma
malheureuse amie. Tout était à redouter; mais je ne pouvais songer qu'à
elle. Son premier retour vers la vie fut un cri d'effroi; elle ne me
reconnut point; s'arrachant de mes bras, elle me dit avec une angoisse
déchirante: «Je suis couverte de son sang! ayez pitié de moi.--Camilla,
c'est moi.» Elle me reconnut, se jeta sur mon sein, disant: «Ida, ils
l'ont massacré sous mes yeux.--Confondons nos pleurs: Ney aussi est
tombé», lui dis-je. L'idée de ma douleur put seule la distraire de son
désespoir. Sa reconnaissance cherchait à balbutier la consolation; mais
les sanglots coupèrent sa voix. Nous résolûmes de rester là quelques
instans, et d'aller en recherches de ce que nous avions perdu de cher et
sacré.

Je fis avaler quelques gouttes de Madère à ma défaillante amie; je
relevai ses cheveux épars sous mon foulard, et réparai, tant bien que
mal, un désordre qui montrait son sexe. L'infortunée avait lutté dans la
mêlée; sa main droite était déchirée, et son épaule droite légèrement
effleurée par un coup de pointe. Elle me répétait: «Ce sont des
assassins et non des soldats; ils ne combattent pas, ils égorgent à dix
contre un.» La nuit était encore devenue plus profonde; quelques lueurs
l'interrompaient par intervalles; on voyait à ces rares clartés se
promener de ces hommes, qui arrivent d'un pas décidé, quand le silence
de la mort règne là où brilla l'héroïsme, pour dépouiller sans pudeur
l'ami tombé pour les défendre, et l'ennemi qu'ils n'ont pas osé
combattre. C'étaient des paysans; l'un d'eux s'étant approché, je lui
offris de l'or pour nous procurer un guide: heureusement l'homme auquel
je venais de m'adresser n'obéissait qu'à la misère, en venant chercher
des cadavres. Il ne fut pas insensible au triste aspect de Camilla ni à
ma voix suppliante. Il ne fixa rien pour son important service, et je
crus ne plus pouvoir le récompenser, même avec beaucoup d'or, lorsqu'en
m'informant de Ney, cet homme me donna, comme témoin, tous les détails
de son héroïque défense, m'assura qu'il n'était que blessé, et que ses
troupes l'avaient entraîné, lorsqu'à sept heures on avait vu la bataille
perdue. Le maréchal avait encore emmené au feu un bataillon de la jeune
garde, qui fut écrasé; que lui, Ney, s'était alors jeté à pied, l'épée à
la main, dans le carré de la vieille garde.

Si cet homme avait su sur quel point les troupes de Ney s'étaient
dirigées, j'aurais confié Camilla à sa générosité, et volé vers le
maréchal; mais, dans l'incertitude, je crus faire mieux en employant
tous les moyens de me rendre directement à Paris. J'arrivai au bout de
deux jours, et fis avertir D. L***. On plaça quelques matelas pour moi,
et je fis coucher mon infortunée compagne dans mon lit. La fièvre
l'avait prise; en peu d'heures elle fut au plus mal: je fis appeler un
médecin et une bien excellente garde, prévoyant trop que mes soins ne
pouvaient être assez assidus, mon cœur étant en proie à l'affreux
tourment d'ignorer la destinée de Ney. L'arrivée de D. L*** diminua mon
incertitude et mon impatience, mais sans la satisfaire; il me dit:
«N'allez pas courir, laissez aller les événemens, vous reverrez le
maréchal, il est à Paris; il a cru joindre Grouchy et l'Empereur pour se
réunir à eux, pour se battre encore; mais il n'y a plus rien à tenter.
Ney n'a trouvé personne; depuis hier il est près de l'Empereur, à
l'Élysée. Davoust rassemble les débris de l'armée sous Paris. Il y a de
quoi faire contenance; du moins l'ennemi n'entrera pas sans
capitulation.» D. L*** était le seul qui me mît exactement au courant
des événemens qui me touchaient si fort; puisque la destinée de Ney y
était attachée. D. L*** venait deux et trois fois par jour me rendre
compte, m'offrait tout l'argent dont j'avais besoin, ne me parlait que
de Ney, m'approuva dans ce qu'il appelait ma pitié héroïque pour
Camilla, et pour comble de bienfaits me donna l'espoir d'une entrevue
avec le maréchal.

Nous étions arrivés, les images de la mort devant les yeux. Les heures
furent autant de siècles d'angoisses et de combats avec moi-même.
Sachant que la plus vive peine à causer au cœur de Ney eût été de faire
des démarches qui eussent, par une imprudente preuve d'intérêt, pu
troubler le repos d'une épouse entourée de son respect et de son amour,
je restai donc, m'abstenant de toute tentative pour le voir: seulement
j'avais remis à D. L*** une lettre pour la faire tenir au maréchal.



CHAPITRE CLVII.

Coup d'œil sur la capitale.--Angoisses des amis de Napoléon.


Fatiguée de douleurs, de noires pensées, des images sanglantes d'une
défaite, dès mon retour à Paris ma tristesse s'accrut encore, en
jugeant, dès le premier aspect de la capitale, qu'il n'y avait plus de
réparations possibles à nos désastres. Il semblait que je sortais d'un
songe affreux, dont le réveil était la mort.

Je courus chez Regnault de Saint-Jean-d'Angely, n'ayant pris que le
temps de m'occuper de Camilla. J'étais affamée de nouvelles. «Ah! mon
amie, s'écria-t-il en apercevant mes vêtemens encore tout empreints des
traces du voyage, embrassons-nous, car c'en est fait de nous tous.

«--Eh quoi! plus d'espoir! Napoléon nous reste cependant? Quand j'ai
quitté l'armée, les bandes se reformaient. Des soldats restent encore
déterminés à mourir. Le désespoir ne peut-il pas quelquefois devenir un
triomphe?

«--S'il était général, ce désespoir, il pourrait, comme un rocher
inaccessible, arrêter le danger; mais, sans compter le parti qui
regrette et qui attend les Bourbons, il y a maintenant dissolution,
anarchie, dans nos propres rangs. Croiriez-vous que la Chambre des
Représentans s'occupe d'une constitution, au lieu d'une levée en masse.
Ce sont des hommes qu'il faudrait, et ce sont des lois qu'on fabrique.
On dirait qu'un fléau en amène toujours un autre. Ce n'est pas assez de
l'Europe entière pour déchirer la France; à cette inondation des
barbares vient se joindre une armée de sauterelles législatives. La
sottise d'une part, l'intrigue de l'autre, on ne sait quel démon de
discuter sur des principes et de faire des doctrines, enfin une
malveillance générale contre l'Empereur, paralysent ce qui reste de vie
à la France. On veut faire abdiquer Napoléon. Rome avait des
félicitations pour le consul qui n'avait point désespéré de la patrie.
On n'a ici que des défiances, que de l'ingratitude, que des affronts,
pour l'homme dont le génie ne saurait être remplacé.

«--Mais, mon ami, est-ce que l'Empereur se laissera dépouiller? Est-ce
que les soldats se laisseront enlever le seul homme auquel ils se fient?

«--Napoléon sait d'où partent toutes ces menées; mais il est trop tard.
Les Bourbons le traiteraient avec plus de générosité que le parti qu'il
a appelé à son aide, et qui profite des infidélités de la victoire pour
l'étouffer.

«--Et la Chambre des Pairs, celle-là, composée de tant d'illustres
guerriers, sait au moins que le premier intérêt d'un peuple, c'est de
résister à l'étranger.

«--Celle-là n'est pas meilleure que l'autre. On a refusé la parole à
Lucien, en prétendant qu'il n'était pas prince français.

«--Que veut-on faire?

«--Dans ce moment, chacun sait bien ce qu'il ne veut pas; mais personne
ne sait ce qu'il préfère. Des mains habiles et savantes entretiennent ou
organisent peut-être ces divisions, afin de diminuer d'autant les
chances d'un concours universel pour se targuer ensuite de l'impuissance
qu'ils auront créée, et qu'ils appelleront du dévouement, s'il y a des
vainqueurs.

«--Je venais chercher auprès de vous des consolations, des espérances,
et vous mettez encore un poids de plus sur d'immenses douleurs. J'aimais
mieux la mort de l'épouvantable champ de bataille que j'ai quitté, que
cette mort d'anéantissement et de langueur. Si vous aviez vu à
Mont-Saint-Jean, à Waterloo, les prodiges de courage, d'héroïsme furieux
ou tranquille, vous ne comprendriez pas non plus que la victoire n'ait
pas couronné tant d'efforts, ni payé tant de sang. Tous les généraux
étrangers voudraient de bonne foi expliquer leurs triomphes, les nôtres
tout ensemble, notre défaite, qu'au lieu d'une cause palpable, d'une
saisissante raison, on n'étalerait encore que des cadavres. On peindra,
mais on n'instruira jamais cette grande catastrophe. Une fatalité telle
qu'il n'en est point de pareille dans l'histoire, un effroyable que
sais-je, seront les derniers mots de la postérité sur Waterloo.

«--L'Empereur, entre nous, a-t-il été lui-même?

«--Jamais son génie, jamais sa bravoure personnelle, ne déployèrent plus
de ressources. Au milieu de la garde impériale, au milieu des généraux
redevenus soldats, on se croyait dans une armée de géans.

«--Pauvre Napoléon! c'est après de tels sacrifices que l'ingratitude des
uns, la démence des autres, veulent t'immoler à des rêves, à des
utopies. Oui, mon amie, tous nos idéologues veulent, avant d'être
écrasés, avoir la satisfaction de résister à la tyrannie, de se
précautionner contre le despotisme. N'importe, l'Empereur abdiquera
encore une fois, j'en suis sûr; les traîtres et les niais l'emporteront.
Cet homme, qu'on accuse d'être ambitieux, égoïste et sanguinaire, aura
donné deux fois au Monde un exemple inouï de désintéressement et
d'immolation. S'il l'eût voulu, s'il le voulait encore, il pourrait
s'ensevelir sous les débris de la capitale, faire sortir de Paris
embrasé son salut et le nôtre, mourir du moins en jouant tout, en même
temps que lui-même. Non, il sait résister à l'intérêt de son orgueil
outragé; il sait regarder en face une chute qu'il pourrait rendre
terrible.»

Je quittai Regnault après beaucoup d'autres effusions que je me rappelle
un peu moins, parce qu'il y avait plus de vivacité dans ses sentimens
que de suite dans ses idées. Je l'assurai que, le feu fût-il aux quatre
coins de Paris, mon dévouement n'en serait pas moins entier, absolu,
infatigable; que j'oublierais mes propres chagrins pour ne songer qu'à
la grande douleur de l'homme qui avait à jamais enchaîné nos cœurs.

Ce jour-là, je repris ma vie de Paris, cette vie de courses, de
communications de toute espèce, qui se trouvait naître de mes goûts, et
fort bien servir en même temps les intérêts des autres. Le lendemain de
ma visite à Regnault, je rencontrai M. le comte Carnot dans un salon du
Marais, où j'étais allée porter une lettre du fils de la maison, jeune
officier, qui m'avait, à Laon, prié de lui rendre ce service. Dès que
Carnot m'aperçut, il eut la bonté de venir à moi; et, malgré les
préoccupations du moment, à peine lui eus-je dit que je venais de
l'armée et que Waterloo s'était trouvé entre nos deux rencontres, qu'il
me fit remarquer, avec assez de poésie pour un mathématicien, qu'il
fallait en quelque sorte que le monde s'ébranlât pour nous mettre en
présence. Dans les violentes secousses des événemens ou des passions, il
suffit quelquefois d'un mot, d'une idée soudainement jetée en avant,
pour m'enlever à tout ce que mes sensations présentes ont de plus
poignant, et me transporter dans le cercle d'une causerie calme et
tranquille. Quoique M. le comte Carnot fût un personnage plus positif
que fantasmagorique, je lui sus gré de me traiter en événement; mais il
retomba bientôt de cette politesse phraséologique dans le lieu commun de
ses idées exclusives. Ainsi, au lieu de me parler de la campagne que je
venais de faire, de déplorer les pertes effroyables, les conséquences
menaçantes de Waterloo, il me dit que ce serait peut-être un bien pour
la patrie, qu'au lieu de devoir son salut à une armée et à un chef, les
citoyens soulevés la dussent à eux-mêmes, parce qu'ainsi, après avoir
chassé les ennemis, ils n'auraient pas à craindre que la victoire devînt
de nouveau l'instrument de leur servitude. Je tâchai de tirer Carnot de
ses préventions, et surtout de ses illusions; car on ne peut se faire
d'idée de ses crédules espérances. Il prétendait que nous allions avoir
un million de soldats; que toutes les gardes nationales immobilisées
allaient remplacer une armée seulement militaire par une armée
citoyenne. Cette fascination me chagrina au lieu de m'indigner; et comme
la société était peu nombreuse, je profitai de cette circonstance pour
éviter une dispute avec un vieillard dont l'ancien caractère avait
commandé à mes respects.

En rentrant chez moi je trouvai un message de la reine Hortense, dont
j'étais pourtant peu connue, et qui vint faire un moment diversion à mes
cruelles agitations. Cette femme, à tant de titres intéressante, était
venue de la Malmaison pour un jour. Je me rendis à l'Élysée-Bourbon où
elle m'attendait. Elle me questionna sur toutes les circonstances des
journées des 16, 17 et 18 juin, et me parut bien inquiète. «N'est-il pas
vrai, répéta-t-elle à plusieurs reprises, que l'Empereur s'est jeté au
milieu des grenadiers avec son état-major, et qu'on l'a forcé de quitter
le champ de bataille? qu'il ne l'a pas volontairement abandonné?

«--L'Empereur abandonner le champ de bataille! Ses braves l'en ont
arraché.» La reine m'avait écoutée avec avidité.

«Vous y étiez, vous, et ce n'était pas votre première bataille; le
danger n'est donc rien pour vous?

«--Tant que cela va bien, on n'oserait paraître timide, et quand cela va
mal, on pense au salut; ainsi on n'a pas le temps d'avoir peur.»

L'aimable fille de Joséphine me parla de Regnault, du maréchal Ney. Je
crus devoir nier ma liaison. Elle avait beaucoup trop d'esprit, et
surtout alors avait bien autre chose dans la tête pour s'arrêter à cet
objet. Elle ajouta encore à mes peines par les nouvelles qu'elle me
donna de Murat. «Il est malheureux et il l'a mérité, disait-elle; car de
tout ce qui arrive, Joachim doit en partie s'accuser. Avec ses idées
d'affranchir l'Italie, il a ôté un appui et une ressource à celui dont
il tenait sa couronne; il peut se regarder aujourd'hui comme à jamais
perdu.» Elle me demanda si j'étais revenue avec la suite de l'Empereur,
et je trouvai je ne sais quoi d'un peu inquisitorial dans ces questions.
Je lui racontai ma rencontre avec la malheureuse Camilla, et notre
triste retour: «Ainsi, vous n'étiez pas à Philippeville?

«--Mon Dieu, non.

«--Qui était donc cette femme qui est revenue avec une des voitures du
maréchal Soult? en avez-vous connu à la suite?

«--Aucune; mais j'ai vu à Mont-Saint-Jean une femme qui se prétendait
maîtresse du général Bourmont.

«--Est-elle belle et jeune?

«--Elle est assez bien, elle galoppe, habillée en homme; espèce de
volontaire comme moi.

«--C'est cela alors;» et la reine resta pensive quelques instans:
«L'Empereur est à Laon, ajouta-t-elle; il est persuadé que tout peut se
réparer encore, qu'il ne faut que de l'énergie et de la résolution, de
la part des officiers et du gouvernement. Il ignore tout ce qui se trame
ici. Je voudrais qu'il le sût et directement; j'ai beaucoup de choses à
communiquer à l'Empereur.» Ici la reine me regarda de toute
l'expression de sa spirituelle physionomie, et je crus si bien la
deviner, que je lui répondis, en mettant la main sur mon cœur: «La place
est sûre, vous pouvez tout y déposer.

«--Vous êtes encore au-dessus du bien que m'a dit de vous Élisa et
quelqu'un que vous aimez... Passez, je vous conjure, chez mon secrétaire
ainsi que chez Regnault, puis partez sans délai pour Laon.» Alors elle
me prit les deux mains, les serra avec une agitation convulsive. «Voici
ce que vous devez dire de ma part ou à Bertrand ou à l'Empereur, à
personne autre: que j'ai la certitude que les Chambres se déclareront
contre lui, qu'on ne le regarde plus même comme chef de la nation; en un
mot, qu'ils ne veulent plus de lui, heureux si on ne le juge pas traître
à la patrie; qu'il doit rester avec l'armée et que je veux m'y rendre.
Je hais et crains les républicains: ils se sont courbés, mais leur haine
existe tout entière. Direz-vous bien tout cela?» Je le lui répétai à
l'instant, et involontairement je saisis une de ses jolies mains que je
pressai contre mon sein. Hortense sourit avec une bonté triste, mais
tout obligeante. Il y eut, dans ce tête-à-tête de la fille de
l'impératrice Joséphine et de moi, un bizarre rapprochement de
circonstances: le cabinet où me reçut la reine Hortense au mois de juin
1815 était le même où, seize ou dix-huit ans auparavant, la citoyenne
Bonaparte et la citoyenne Moreau se reposèrent amicalement en prenant
des sorbets, après les fatigues d'un bal champêtre. Ma visite s'était
assez prolongée pour que je me trouvasse forcée de remettre au lendemain
ma visite à son secrétaire. Ce lendemain même était le jour fixé de mon
départ. J'accourus chez Regnault sans le rencontrer. J'y retournai
quelques heures après, toutes mes dispositions étant faites. Quoique
déjà si cruellement agitée pour moi-même, je puis dire que non seulement
j'étais résolue à ce voyage, mais que je mettais une sorte d'orgueil à
donner cette nouvelle preuve de mon dévouement actif à l'Empereur et à
sa famille. J'allai donc chez Regnault très fermement déterminée à
partir immédiatement. Regnault me demanda si j'avais une lettre.

«Non.

«--Qu'allez-vous donc faire?

«--Dire deux mots à l'Empereur.

«--Folle!

«--Pas du tout, et deux mots à l'oreille.

«--Et je ne puis les savoir?

«--On me les a fait apprendre par cœur pour ne les dire qu'à Napoléon;
les tortures ne m'en arracheraient pas le secret.

«--C'est très bien, ma chère amie; si les choses se replâtrent, votre
avenir sera superbe.

«--Je suis si loin d'y prétendre, comme vous l'entendez, Monsieur le
comte, que cette seule pensée gâterait mon zèle, si le moment me
paraissait moins impérieux. Hélas! ce zèle allait s'évanouir, et un
moment allait m'en faire perdre jusqu'à l'idée.» Regnault, sans y trop
réfléchir, me donna à lire le bulletin de la bataille de Waterloo. À
peine avais-je vu cette phrase si cruellement injuste: «J'aurais pu
rejeter sur le maréchal Ney une partie des malheurs de cette journée;»
que je jetai le bulletin, en éclatant sans ménagemens contre l'Empereur:
«Il veut le compromettre, le perdre peut-être; il n'y réussira pas...
Moi, servir qui offense Ney, m'exposer encore pour le prévenir du danger
qui peut le menacer? Moi!... je l'y pousserais plutôt mille fois.
L'ingrat, il ose toucher à la gloire de son plus grand capitaine!» Je
marchais à grands pas dans l'appartement, j'étouffais de fureur.
Regnault crut me ramener, juste par un mot qui m'exaspéra sans retour.
«Allons, mon amie, allons, vous savez bien qu'il ne peut arriver rien de
fâcheux pour cela au maréchal. Hâtez-vous de remplir la mission que vous
avez acceptée.

«--Moi, partir?

«--Sans doute, et le plus tôt possible.

«--J'aimerais mieux mourir dans un cachot.

«--Êtes-vous folle? vous avez promis?

«--Mais on ne me paie pas, je pense, et si mon fol enthousiasme m'a fait
faire beaucoup d'extravagances pour leur service, il ne me fera jamais
descendre à l'indignité de renier un sentiment qui fait l'orgueil de ma
vie. N'y pensez pas au moins, et chargez-vous, je vous prie, d'en
instruire la reine.

«--Mais y songez-vous? vous voulez donc vous perdre?

«--Y pensez-vous à votre tour, vous-même? et en quoi, s'il vous plaît,
Monsieur le comte, me perdrai-je? ai-je une place? suis-je payée? mon
zèle ne pouvait venir que de mon dévouement. Napoléon, vient de me
désenchanter par son ingratitude pour Ney; je ne saurais jamais le haïr,
mais je ne le servirai plus en rien; c'est mon _ultimatum_.

«--Saint-Elme, si je vous connaissais moins, je dirais: c'est parce que
l'étoile pâlit.

«--Monsieur le comte, cela ne peut m'atteindre. Toutefois je partirai;
je vous le promets; mais je vous avoue, que c'est à contre-cœur.» Je m'y
tins prête, lorsqu'à l'Élysée je reçus contre-ordre, parce que
l'Empereur y venait d'arriver; tout semblait se réunir pour s'emparer de
sa volonté. Napoléon avait voulu rester à Laon; il pouvait avec quelques
mille hommes défendre l'approche de Paris: il en eut l'idée, parce qu'il
sentait sa force au milieu d'une troupe dévouée et fidèle; mais on lui
fit entendre qu'on aurait pu croire à Paris qu'il était mort, que cela
découragerait le zèle de ceux qui avaient pu s'armer pour tenter la
fortune d'une défense. L'Empereur sentait qu'on ne lui conseillait que
des sottises.

L'arrivée brusque de l'Empereur me sauva une course que j'allais
entreprendre d'assez mauvaise volonté, et me rendit cependant en peu de
jours tout mon zèle pour la cause de Napoléon, justement par l'indécent
acharnement qu'on mettait à l'accabler.

En effet, Napoléon avait été froidement accueilli, même par les
courtisans qui lui devaient le plus. Regnault me dit, le soir, que
l'Empereur était dans une agitation convulsive depuis qu'il avait su le
vœu de la Chambre des Députés. Je ne sais si la réponse qu'on a prétendu
avoir été faite par l'Empereur à M. Benjamin Constant, est vraie; mais
je puis assurer que s'il l'a faite, elle fut une preuve de plus de la
connaissance de l'esprit du peuple à son égard; car nul doute que s'il
eût voulu le soulever contre les Chambres, il le pouvait. Dans ces
derniers momens de Napoléon, dans cette agonie terrible de son génie et
de sa fortune, j'avais un extrême désir de voir l'Empereur; je voulais
lui parler du maréchal: je me rendis donc à l'Élysée. Au moment où
j'arrivai, une foule immense remplissait l'avenue de Marigny. Ce n'était
pas seulement ce qu'on appelle du peuple, mais il y avait aussi des gens
fort bien vêtus, beaucoup de citoyens de toutes les classes, bourgeois
aisés et de la partie marchande. La personne par laquelle je pouvais
être introduite me prévint que c'était impossible, qu'il y avait une
députation près de l'Empereur, qu'on en attendait une autre, que cela
n'en finissait pas. «On lui tourne la tête», me disait M. Machembled,
que je connaissais depuis mon dernier voyage en Italie, et que j'avais
rencontré à ma première visite à la reine Hortense, comme une
connaissance qu'on revoit avec plaisir. Machembled avait servi dans le
génie, et l'Empereur en faisait cas; il me parut à moi instruit, affable
et loyal dans son dévouement, sans aucune prévention violente. Pendant
que nous causâmes dans le vestibule, les cris allaient toujours
croissant; on assura depuis qu'ils avaient fourni un mot heureux à
l'Empereur. Je n'en puis répondre, n'étant pas présente; mais je puis
dire que jamais je n'avais entendu proférer de si bruyantes et de si
cordiales acclamations.

La seconde abdication fut enfin arrachée à Napoléon. Ce furent les ducs
d'Otrante, Decrès et de Vicence qui la portèrent. Je sus que quelqu'un
de la foule qui environna constamment l'Élysée, avait dit en voyant ces
trois Messieurs: «Voilà _le bourreau, le confesseur et le geôlier!_» Dès
qu'elles eurent reçu l'abdication, les Chambres députèrent une
commission à l'Empereur: celle-ci reçut à son tour des lazzis populaires
en passant. «Qu'ils sont pressés de se défaire de celui à qui ils
doivent leurs cordons et leurs équipages!» disaient les beaux esprits
ambulans. On avait vu passer un officier supérieur de la garde
nationale; lorsqu'on sut qu'il était venu pour presser l'abdication, il
fut heureux de s'éloigner à toutes brides, car on se promettait de lui
faire un mauvais parti. En courant de l'Élysée chez moi, je rencontrai
Labédoyère; c'était la veille de cette séance orageuse à la Chambre des
Pairs, où il déploya une énergie si fougueuse pour soutenir l'hérédité
de Napoléon II. Labédoyère était hors de lui; il ne parlait de rien
moins que d'enlever l'Empereur, de le conduire à l'armée, et d'imposer
des lois à ces Messieurs les modernes Romains. Labédoyère n'entendait
rien aux finesses politiques. Il voyait dans Napoléon l'homme des
soldats, et, soldat lui-même avant tout, il portait jusqu'au fanatisme
sa religion politique. Je ne trouvai pas moins de charmes dans l'excès
même d'un sentiment si honorable, car c'était de la reconnaissance pour
le génie malheureux. Rien n'était plus beau que Labédoyère plaidant la
cause de l'Empereur. «Plutôt que de souffrir encore leur trahison, je
les défierai tous», disait-il, et en le disant, il avait fortement la
mine d'y être résolu.



CHAPITRE CLVIII.

Entrevue avec Ney.--Encore Camilla.


Il n'y avait pas trente-six heures que j'avais chargé D. L*** de ma
lettre au maréchal Ney, quand je vis arriver mon adroit messager vers le
soir, haletant, tout ému, me criant dès la porte de mon appartement:
«Vite un schall, un chapeau, je vais vous conduire vers lui.» Il n'avait
pas achevé cette douce quoique brusque allocution, que déjà j'étais sur
l'escalier.

D. L***, vous lirez ces _Mémoires_, vous savez tout ce que j'ai droit de
vous reprocher; vous n'avez point oublié votre lâche menace à l'époque
où, toujours du parti vainqueur, vous osâtes menacer ma liberté, me
faire un crime des sentimens dont seul vous connaissiez toute la force.
Abus de confiance, calomnie, sourde persécution, sordide intérêt, je
pourrais avec tant de remords vous accabler de votre opulence et de
votre réputation; rassurez-vous. Du 12 juin au 7 décembre de 1815, le
souvenir le plus déchirant vous a donné un droit immortel à ma
reconnaissance, un droit qui vous répond de mon silence. Pour prix de ce
dernier dévouement, D. L***, ces initiales que vous seul connaissez, ce
chiffre mystérieux de vos fautes, ne vous désignent à personne, et
jamais votre nom ne sortira ni de ma plume ni de mes lèvres. Vivez en
paix!

Nous nous rendîmes en peu d'instans rue de Richelieu; le cabriolet entra
dans la cour. J'aperçus Ney à une croisée, pâle, défait: Je repoussai D.
L***; je franchis l'escalier, et je me trouve sur le cœur du maréchal:
il m'y pressa long-temps. «Ma pauvre amie! grand Dieu! comment avez-vous
pu échapper à cette abominable journée du 18?» Nous étions dans une
chambre où il y avait un très beau portrait en pied de l'Empereur. Ney
le fixa avec un regard qui peignit à la fois de l'admiration et de la
douleur. Nous restâmes plus d'une heure ensemble dans cet entretien
déchirant. Ney se laissait aller à plusieurs reprises à son emportement,
en rappelant les détails du désastre de Waterloo. «Nous étions
vainqueurs, disait-il; les dispositions étaient admirables de la part de
l'Empereur; nos soldats ne furent jamais animés de plus d'ardeur; les
malheureux chantaient, criaient, ne cherchaient qu'à garantir leurs
armes. Ah! ne pas vaincre avec de pareils hommes!»

J'entretins le maréchal d'une séance de la Chambre des Pairs dont
j'avais entendu parler d'une manière contradictoire, et sa gloire
m'était si chère, que j'avais besoin d'entendre de sa bouche le récit de
cette séance qui avait pu être si diversement interprétée.

«La franchise est un besoin de mon caractère. Comme je ne tromperais
jamais un ami, je ne saurais tromper mon pays. Il faut dire la vérité
aux peuples, toute la vérité, surtout dans les circonstances grandes et
difficiles. Tenez, lisez cette lettre au duc d'Otrante, elle vous
donnera toutes les explications possibles. Gardez cette copie, j'en
ferai faire une autre; je désire surtout, à cet égard, la plus entière
publicité.» Voici cette précieuse lettre; elle met en effet dans tout
son jour l'ame et la conduite du maréchal.

LETTRE DE M. LE MARÉCHAL PRINCE DE LA MOSKOWA À S. EXC. M. LE DUC
D'OTRANTE.

     «MONSIEUR LE DUC,

     «Les bruits les plus diffamans et les plus mensongers se répandent,
     depuis quelques jours, dans le public, sur la conduite que j'ai
     tenue dans cette courte et malheureuse campagne; les journaux les
     répètent et semblent accréditer la plus odieuse calomnie. Après
     avoir combattu pendant vingt-cinq ans, et versé mon sang pour la
     gloire et l'indépendance de ma patrie, c'est moi que l'on ose
     accuser de trahison; c'est moi que l'on signale au peuple, à
     l'armée même, comme l'auteur du désastre qu'elle vient d'essuyer!

     «Forcé de rompre le silence, car s'il est toujours pénible de
     parler de soi, c'est surtout lorsque l'on a à repousser la
     calomnie, je m'adresse à vous, Monsieur le duc, comme président du
     gouvernement provisoire, pour vous tracer un exposé fidèle de ce
     dont j'ai été témoin.

     «Le 11 juin, je reçus l'ordre du ministre de la guerre de me rendre
     au quartier impérial; je n'avais aucun commandement, ni aucunes
     données sur la composition et la force de l'armée; l'Empereur ni le
     ministre ne m'avaient rien dit précédemment qui pût même me faire
     pressentir que je dusse être employé dans cette campagne: j'étais
     conséquemment pris au dépourvu, sans chevaux, sans équipages, sans
     argent, et je fus obligé d'en emprunter pour me rendre à ma
     destination. Arrivé le 12 à Laon, le 13 à Avesnes, et le 14 à
     Beaumont, j'achetai, dans cette dernière ville, de M. le maréchal
     duc de Trévise, deux chevaux, avec lesquels je me rendis, le 15, à
     Charleroi, accompagné de mon premier aide de camp, le seul officier
     que j'eusse auprès de moi. J'y arrivai au moment où l'ennemi,
     attaqué par nos troupes légères, se repliait sur Fleurus et
     Gosselies.

     «L'Empereur m'ordonna aussitôt d'aller me mettre à la tête des
     premier et deuxième corps d'infanterie, commandés par les
     lieutenans généraux d'Erlon et Reille, de la division de cavalerie
     légère du lieutenant général Piré; d'une division de cavalerie
     légère de la garde, sous les ordres des lieutenans généraux
     Lefebvre-Desnouettes et Colbert; et de deux divisions de cavalerie
     du comte de Valmy: ce qui formait huit divisions d'infanterie, et
     quatre de cavalerie. Avec ces troupes, dont cependant je n'avais
     encore qu'une partie sous la main, je poussai l'ennemi, et je
     l'obligeai d'évacuer Gosselies, Frasnes, Mellet et Heppignies: là
     elles prirent position le soir, à l'exception du premier corps qui
     était encore à Marchiennes, et qui ne me rejoignit que le
     lendemain.

     «Le 16, je reçus l'ordre d'attaquer les Anglais dans leur position
     des Quatre-Bras; nous marchâmes à l'ennemi avec un enthousiasme
     difficile à dépeindre: rien ne résistait à notre impétuosité. La
     bataille devint générale, et la victoire n'était pas douteuse,
     lorsqu'au moment où j'allais faire avancer le premier corps
     d'infanterie, qui jusque là avait été laissé par moi en réserve à
     Frasnes, j'appris que l'Empereur en avait disposé sans m'en
     prévenir, ainsi que la division Girard du deuxième corps, pour les
     diriger sur Saint-Amand, et appuyer son aile gauche qui était
     fortement engagée contre les Prussiens. Le coup que me porta cette
     nouvelle fut terrible; n'ayant plus sous mes ordres que trois
     divisions, au lieu de huit sur lesquelles je comptais, je fus
     obligé de laisser échapper la victoire, et malgré tous mes efforts,
     malgré la bravoure et le dévouement de mes troupes, je ne pus
     parvenir dès lors qu'à me maintenir dans ma position jusqu'à la fin
     de la journée. Vers les neuf heures du soir, le premier corps me
     fut renvoyé par l'Empereur, auquel il n'avait été d'aucune utilité;
     ainsi vingt-cinq à trente mille hommes ont été pour ainsi dire
     paralysés, et se sont promenés pendant toute la bataille, l'arme au
     bras, de la gauche à la droite, et de la droite à la gauche, sans
     tirer un seul coup de fusil.

     «Il m'est impossible de ne pas suspendre un instant ces détails,
     pour vous faire remarquer, Monsieur le duc, toutes les conséquences
     de ce faux mouvement, et en général, des mauvaises dispositions
     prises pendant cette journée.

     «Par quelle fatalité, par exemple, l'Empereur, au lieu de porter
     toutes ses forces contre lord Wellington, qui aurait été attaqué à
     l'improviste et ne se trouvait point en mesure, a-t-il regardé
     cette attaque comme secondaire? Comment l'Empereur, après le
     passage de la Sambre, a-t-il pu concevoir la possibilité de donner
     deux batailles le même jour? C'est cependant ce qui vient de se
     passer contre des forces doubles des nôtres, et c'est ce que les
     militaires qui l'ont vu ont encore peine à comprendre.

     «Au lieu de cela, s'il avait laissé un corps d'observation pour
     contenir les Prussiens, et marché avec ses plus fortes masses pour
     m'appuyer, l'armée anglaise était indubitablement détruite entre
     les Quatre-Bras et Genappe; et cette position, qui séparait les
     deux armées alliées, une fois en notre pouvoir, donnait à
     l'Empereur la facilité de déborder la droite des Prussiens, et de
     les écraser à leur tour. L'opinion générale en France, et surtout
     dans l'armée, était que l'Empereur ne voulait s'attacher qu'à
     détruire d'abord l'armée anglaise, et les circonstances étaient
     bien favorables pour cela: mais les destins en ont ordonné
     autrement.

     «Le 17, l'armée marcha dans la direction de Mont-Saint-Jean.

     «Le 18, la bataille commença vers une heure, et quoique le bulletin
     qui en donne le récit ne fasse aucune mention de moi, je n'ai pas
     besoin d'affirmer que j'y étais présent.

     «M. le lieutenant général comte Drouot a déjà parlé de cette
     bataille dans la Chambre des Pairs: sa narration est exacte, à
     l'exception toutefois de quelques faits importans qu'il a tus ou
     qu'il a ignorés, et que je dois faire connaître. Vers sept heures
     du soir, après le plus affreux carnage que j'aie jamais vu, le
     général Labédoyère vint me dire, de la part de l'Empereur, que M.
     le maréchal Grouchy arrivait à notre droite, et attaquait la gauche
     des Anglais et Prussiens réunis; cet officier général, en
     parcourant la ligne, répandit cette nouvelle parmi les soldats,
     dont le courage et le dévouement étaient toujours les mêmes, et qui
     en donnèrent de nouvelles preuves en ce moment, malgré la fatigue
     dont ils étaient exténués; cependant, quel fut mon étonnement, je
     dois dire mon indignation, quand j'appris, quelques instans après,
     que non seulement M. le maréchal Grouchy n'était point arrivé à
     notre appui, comme on venait de l'assurer à toute l'armée, mais que
     quarante à cinquante mille Prussiens attaquaient notre extrême
     droite et la forçaient à se replier! Soit que l'Empereur se fût
     trompé sur le moment où M. le maréchal Grouchy pouvait le soutenir,
     soit que la marche de ce maréchal eût été plus retardée qu'on
     l'avait présumé par les efforts de l'ennemi, le fait est qu'au
     moment où l'on annonçait son arrivée, il n'était encore qu'à Wavres
     sur la Dyle: c'était pour nous comme s'il se fût trouvé à cent
     lieues de notre champ de bataille.

     «Peu de temps après, je vis arriver quatre régimens de la moyenne
     garde, conduits par l'Empereur en personne, qui voulait, avec ces
     troupes, renouveler l'attaque et enfoncer le centre de l'ennemi; il
     m'ordonna de marcher à leur tête avec le général Friant; généraux,
     officiers, soldats, tous montrèrent la plus grande intrépidité;
     mais ce corps de troupes était trop faible pour pouvoir résister
     long-temps aux forces que l'ennemi lui opposait, et il fallut
     bientôt renoncer à l'espoir que cette attaque avait donné pendant
     quelques instans. Le général Friant a été frappé d'une balle à côté
     de moi; moi-même j'ai eu mon cheval tué, et j'ai été renversé sous
     lui. Les braves qui reviendront de cette terrible affaire me
     rendront, j'espère, la justice de dire qu'ils m'ont vu à pied,
     l'épée à la main, pendant toute la soirée, et que je n'ai quitté
     cette scène de carnage que l'un des derniers, et au moment où la
     retraite a été forcée.

     «Cependant les Prussiens continuaient leur mouvement offensif, et
     notre droite pliait sensiblement: les Anglais marchèrent à leur
     tour en avant. Il nous restait encore quatre carrés de la vieille
     garde, placés avantageusement pour protéger la retraite; ces braves
     grenadiers, l'élite de l'armée, forcés de se reployer
     successivement, n'ont cédé le terrain que pied à pied, jusqu'à ce
     qu'enfin, accablés par le nombre, ils ont été presque entièrement
     détruits. Dès lors, le mouvement rétrograde fut prononcé, et
     l'armée ne forma plus qu'une colonne confuse; il n'y a cependant
     jamais eu de déroute ni de cri _sauve qui peut_, ainsi qu'on en a
     osé calomnier l'armée dans le bulletin. Pour moi, constamment à
     l'arrière-garde, que je suivis à pied, ayant eu tous mes chevaux
     tués, exténué de fatigue, couvert de contusions, et ne me sentant
     plus la force de marcher, je dois la vie à un caporal de la garde
     qui me soutint dans ma marche, et ne m'abandonna point pendant
     cette retraite. Vers onze heures du soir, je trouvai le lieutenant
     général Lefebvre-Desnouettes, et l'un de ses officiers, le major
     Schmidt, eut la générosité de me donner le seul cheval qui lui
     restât. C'est ainsi que j'arrivai à Marchienne-au-Pont, à quatre
     heures du matin, seul, ignorant ce qu'était devenu l'Empereur, que,
     quelque temps avant la fin de la bataille, j'avais entièrement
     perdu de vue, et que je pouvais croire pris ou tué. Le général
     Pamphile Lacroix, chef de l'état-major du deuxième corps, que je
     trouvai dans cette ville, m'ayant dit que l'Empereur était à
     Charleroi, je dus supposer que S. M. allait se mettre à la tête du
     corps de M. le maréchal Grouchy, pour couvrir la Sambre, et
     faciliter aux troupes les moyens de rallier vers Avesnes, et, dans
     cette persuasion, je me rendis à Beaumont; mais des partis de
     cavalerie nous suivant de très près, et ayant déjà intercepté les
     routes de Maubeuge et de Philippeville, je reconnus qu'il était de
     toute impossibilité d'arrêter un seul soldat sur ce point, et de
     s'opposer aux progrès d'un ennemi victorieux. Je continuai ma
     marche sur Avesnes, où je ne pus obtenir aucun renseignement sur ce
     qu'était devenu l'Empereur.

     «Dans cet état de choses, n'ayant de nouvelles ni de S. M. ni du
     major général, le désordre croissant à chaque instant, et, à
     l'exception des débris de quelques régimens de la garde et de la
     ligne, chacun s'en allant de son côté, je pris la détermination de
     me rendre sur-le-champ à Paris, par Saint-Quentin, pour faire
     connaître le plus promptement possible au ministre de la guerre la
     véritable situation des affaires, afin qu'il pût au moins envoyer
     au devant de l'armée quelques troupes nouvelles, et prendre
     rapidement les mesures que nécessitaient les circonstances. À mon
     arrivée au Bourget, à trois lieues de Paris, j'appris que
     l'Empereur y avait passé le matin à neuf heures.

     «Voilà, Monsieur le duc, le récit exact de cette funeste campagne.

     «Maintenant, je le demande à ceux qui ont survécu à cette belle et
     nombreuse armée: de quelle manière pourrait-on m'accuser du
     désastre dont elle vient d'être victime, et dont nos fastes
     militaires n'offrent point d'exemple? J'ai, dit-on, trahi la
     patrie, moi qui, pour la servir, ai toujours montré un zèle que
     peut-être j'ai poussé trop loin, et qui a pu m'égarer; mais cette
     calomnie n'est et ne peut être appuyée d'aucun fait, d'aucune
     circonstance, d'aucune présomption. D'où peuvent cependant provenir
     ces bruits odieux qui se sont répandus tout à coup avec une
     effrayante rapidité? Si, dans les recherches que je pourrais faire
     à cet égard, je ne craignais presque autant de découvrir que
     d'ignorer la vérité, je dirais que tout me porte à croire que j'ai
     été indignement trompé, et qu'on cherche à envelopper du voile de
     la trahison les fautes et les extravagances de cette campagne,
     fautes qu'on s'est bien gardé d'avouer dans les bulletins qui ont
     paru, et contre lesquelles je me suis inutilement élevé avec cet
     accent de la vérité que je viens encore de faire entendre dans la
     Chambre des Pairs.

     «J'attends de la justice de V. Ex., et de son obligeance pour moi,
     qu'elle voudra bien faire insérer cette lettre dans les journaux,
     et lui donner la plus grande publicité.

     «Je renouvelle à V. Ex., etc.

     «Le maréchal prince de la Moskowa,

     «_Signé_ NEY.»

     Paris, le 26 juin 1815.

Tout ce qu'un cœur passionné peut inventer de consolations, je les mis
en usage pour le calmer. Il ne redoutait rien pour lui, ni les autres
généraux; mais il était hors de lui à l'idée que les alliés allaient
peser sur la France et y dicter des lois. Je ne lui fis aucune question.
J'écoutais avec avidité cette voix chérie. Je n'ai jamais compris la
maxime de la Rochefoucault qui dit: «qu'il y a, dans les chagrins de nos
meilleurs amis, toujours quelque chose qui flatte notre amour-propre;»
mais je sentis que dans les peines d'un homme aimé il peut y avoir
quelque chose qui flatte notre cœur. Je n'étais pas rassurée et
confiante comme Ney; je prévoyais des persécutions, un exil, peut-être,
et je me disais: Riche de sa seule gloire, n'emportant de trésors dans
son exil que ses lauriers et le nom de cent combats soutenus pour sa
patrie dans les rangs français, je pourrai le suivre, le servir,
l'entourer de soins, et trouver dans le plus grand sacrifice le plus
noble prix d'un amour si tendre. C'est dans cette entrevue, que nous ne
prévîmes pas être presque la dernière, que nous eûmes un moment de
pénible attendrissement. Je lui racontai en peu de mots ma rencontre
avec Camilla. «La pauvre infortunée, elle a été en Espagne, me
disait-il; que n'a-t-elle pas souffert pour suivre son amant! Foy la
connaît, il a souvent engagé son amant à la renvoyer dans sa patrie
jusqu'à la paix. Au premier mot elle menaçait de se brûler la cervelle à
la tête du régiment.

«--Elle l'aurait fait! répondis-je; elle a tout quitté pour lui, n'a
vécu que pour l'aimer, et il était libre.» Ney voulut me donner deux
billets de banque, sous prétexte des besoins supposés de Camilla. Je
refusai, me faisant, certes, bien plus riche que je ne l'étais; mais
n'avais-je pas la terrible crainte que bientôt peut-être il ne lui
resterait de fortune que son nom. Il me fit promettre de me calmer,
d'attendre tranquillement les événemens.

«Et s'ils devenaient, funestes, me dit-il, je compte sur vos sermens,
Ida. Vous êtes résolue, courageuse, et je sens qu'en recevoir une preuve
dans un moment décisif me serait toujours une grande consolation.

«--Mon Dieu! lui répondis-je, auriez-vous quelque chose à craindre?

«--Comme les autres, ni plus ni moins. Si la politique demande des
victimes, alors...

«--Mais pourquoi attendre la politique? partez.

«--Pas encore; mais si je vois que cela tourne trop mal, je m'expatrie,
ne fût-ce que pour éviter l'horreur de l'étranger foulant aux pieds nos
provinces. Et si cela arrivait, Ida, alors...

«--Alors je vivrais pour vous servir, vous consoler partout où mon
constant dévouement pourrait alléger les injustices du sort qui vous
aurait frappé.»

D. L*** frappa à la porte, et avertit Ney de l'heure.

Alors s'ouvrit pour moi une scène nouvelle, et si mon cœur eût été moins
préoccupé, il y aurait eu sujet à d'étranges réflexions. Ney prenant D.
L*** par la main, me le présenta comme un ami zélé, dévoué et sûr; me
dit «de ne me fier qu'à lui, de ne me conduire en ce qui touchait nos
relations, que d'après ses avis, et de ne lui envoyer de lettre ni de
message que par ce précieux intermédiaire.»

Il fallut nous séparer; mais je ne quittai Ney qu'après être revenue
plusieurs fois près de lui. Je n'osais pleurer, et mes larmes me
suffoquaient. J'étais pâle, agitée; je pressais sa main contre mon cœur,
je la tenais sans pouvoir l'abandonner. Mon état pénible l'attendrit.
«Il faut partir! _Adieu, Ida!_» À ces mots il descendit rapidement, me
laissa avec D. L***. J'entendis ouvrir la porte cochère, rouler une
voiture; et, saisie tout à coup d'une affreuse angoisse de
pressentiment, je tombai à genoux, répétant d'une voix entrecoupée de
sanglots: _Adieu, Ida!_ Ô mon Dieu! sont-ce les derniers accens que
j'entendrai de cette voix chérie! Ah! que je meure avant! D. L*** me
releva, mit son zèle à me rassurer, et m'ayant vainement engagée à
souper chez lui, me reconduisit auprès de Camilla, que je trouvai sans
aucune amélioration. D. L*** voulut aller chercher un second médecin, et
l'amena peu d'instans après; je lui sus bien gré de cette preuve
d'intérêt. Camilla demanda à rester seule avec son nouveau docteur, et
D. L*** et moi nous nous retirâmes pour causer des moyens de faire
parvenir une lettre pour elle au général Foy. Il me promit de s'en
occuper, me rassura de toutes mes craintes pour Ney, montra le plus
tendre intérêt pour mon amie, et pour moi le zèle le plus dévoué. Il me
prévint qu'il ne me verrait pas de trois ou quatre jours, me força
d'accepter encore 500 livres, et me remit les clefs de mon secrétaire,
m'informant qu'il avait enlevé et réuni tous mes papiers qui étaient
dans ma cassette; qu'il l'avait emportée chez lui, et qu'elle était à
mes ordres. Je le priai de garder le tout jusqu'à décision des affaires,
le croyant plus en sûreté chez lui que chez moi; il en a fait depuis un
abominable usage. Il me quitta, et je crus n'avoir jamais eu à me
plaindre de lui. Ma confiance était alors bien plus naturelle qu'elle ne
l'avait été naguère. Il était mon seul intermédiaire dans l'intérêt le
plus sacré de ma vie.

En rentrant auprès de Camilla, la crainte d'augmenter ses angoisses
m'empêcha de parler du conseil de Ney; mais elle me parut si agitée, si
malade, que je me bornai à la secourir. Elle eut une attaque de nerfs
qui me donna les plus vives alarmes, et jusqu'à minuit nos soins furent
sans succès. À deux heures, la voyant calme, je fus me jeter sur mon
lit, recommandant à la garde d'appeler au moindre changement. À six
heures j'étais à son chevet. Elle était sans fièvre, et le lendemain
elle entra en pleine convalescence. Elle commença alors à entrer avec
moi dans quelques détails sur sa cruelle position et sur la mienne. J'y
vis la source de ses dernières agitations. Je la rassurai, en lui
montrant beaucoup d'argent qui me restait encore, en lui disant qu'il y
en avait assez pour nous deux. «Mais tu n'as pas, chère Ida, un sort
assuré? Quand cet or, qui fuit si vite entre tes mains libérales, sera
épuisé; quand le malheur sera là avec ses privations, ses humiliantes
peines, chère, bien chère Ida, que deviendras-tu?» Je lui répondis avec
plus d'insouciance encore que je n'en avais: «Eh bien! alors on verra.
Je possède quelques talens, j'ai un ami sûr.

«--Ney?

«--Sans doute.

«--Ney est perdu, me dit-elle, d'un ton convaincu qui me glaça de
terreur. Ida, trop bonne Ida, pensez à vous.

«--Et si Ney était perdu, de quoi aurai-je besoin?

«--Mon amie, le chagrin ne tue pas, vous le voyez, puisque je ne suis
pas morte de douleur, après l'avoir vu massacrer sous mes yeux.»

J'en voulus presque à Camilla de s'être de la sorte appesantie sur un
avenir que je m'efforçais de repousser. Camilla me parut fortement
préoccupée, elle feignit la fatigue pour rester seule; à plusieurs
reprises je la vis comme prête à une confidence, puis se retenant par
effort. La crainte de trop vives émotions me réduisit au silence, et,
l'ayant aidée à se remettre au lit, j'appelai la garde et sortis pour
faire une commission que je ne voulais confier à personne. Paris était
dans une violente agitation. Craignant que D. L*** ne pût venir ou
envoyer pendant mon absence, je retournai le plus vite possible chez
moi; je n'avais pas été deux heures dehors. Je trouvai à mon retour la
garde chez le portier, se désolant et me criant de loin: «Madame, ne
vous effrayez pas, elle n'est pas en danger: tenez, lisez, elle est
partie; sans doute son soldat n'a pas été tué tout-à-fait; il lui a
écrit, et elle court après, pourvu encore qu'elle ne vous ait rien
emporté.» Tout cela fut dit avec une véhémence et une volubilité qui ne
me permirent pas de placer un mot. J'ouvris le billet: je n'avais pas eu
besoin de son contenu pour apprécier les charitables suppositions de la
garde, mais il me fit mieux sentir encore la délicatesse de la pauvre
Camilla, qui, par l'excès d'un sentiment tendre et honorable, venait de
s'exposer aux plus fâcheuses préventions, et de me causer, à moi, son
amie, la plus vive et la plus douloureuse surprise. Le dernier médecin
que D. L*** lui avait amené lui avait dit qu'elle était enceinte.
Prévoyant alors tout l'embarras et la dépense qu'elle m'occasionerait,
elle avait résolu de me quitter. Enveloppée d'une douillette et d'un
grand schall, elle s'était jetée dans le premier fiacre pour se faire
conduire à un hospice. Je sus ces détails en 1819, lorsque je la
retrouvai, comme je vais le dire. Son billet ne me disait rien, sinon
qu'elle était incapable de rien faire contre ses jours; qu'elle me
quittait pour ne pas devenir une charge trop longue; qu'elle avait prévu
mon opposition et cru de son devoir d'agir comme elle venait de le
faire. Rien ne saurait peindre ma peine; je crus perdre une sœur chérie,
vainement je fis prendre toutes les informations dans les hospices; je
n'appris rien qui pût me mettre sur ses traces, et mes propres
inquiétudes augmentant d'heure en heure pour le sort du maréchal,
j'oubliai plus vite que je ne l'aurais fait dans tout autre
circonstance, cet événement douloureux. Je veux, avant d'en peindre de
bien plus déchirans, dire en peu de mots comment je revis Camilla et
quel est son sort actuel.

Je revenais de la Belgique, en 1819; j'étais à Paris depuis peu de
jours, lorsqu'un jour, passant rue Castiglione, je vois une femme plus
que simplement vêtue, mais d'une tournure charmante, marchant avec
tristesse et tenant par la main une petite fille de trois à quatre ans,
jolie comme une des têtes du Gnide; je reconnus Camilla. Est-ce ta fille
fut ma première parole; ses larmes répondirent seules. Je pris son bras
et la conduisis vers la terrasse des Tuileries; elle ne pouvait revenir
de son saisissement; ses premiers mots furent un reproche qui peignit
son ame; elle ne me dit que ces mots: «Pourquoi n'avoir pas mêlé votre
désespoir au mien, depuis le 5 août au 5 décembre? qui deviez-vous
chercher, sinon l'amie que vous avez sauvée près du cadavre massacré de
l'homme qu'elle idolâtrait?» Elle m'avait écrit la nouvelle de
l'arrestation de Ney, mais j'avais quitté mon logement, et j'étais sur
la route de Lyon. Sa lettre ne me parvint pas; elle tomba entre les
mains de D. L*** qui avait tout réglé pour la vente de mes meubles, et
quoique Camilla m'eût quittée avec l'idée d'aller droit à un hospice,
elle apprit, en descendant, que la pauvreté elle-même avait besoin de
formalités pour être secourue, qu'il fallait un billet pour être admise.
Camilla avait une fort belle chaîne en or, une montre et plusieurs
bagues; elle fit vendre le tout, à l'exception des bagues dont les
chiffres étaient trop précieux. Avec la petite somme, produit de cette
vente, elle se plaça dans une maison de santé du faubourg Saint-Denis. À
peine y était-elle, qu'on parla de l'arrestation de Ney, du sort qu'on
redoutait pour lui. Camilla sentit, à cette nouvelle, que le mien serait
une proie du désespoir, et ne balança plus à m'écrire. J'ai dit plus
haut que je ne reçus point sa lettre. Je l'eusse reçue, qu'elle n'eût
rien changé à mes résolutions; mais j'aurais du moins, dans le plus
épouvantable instant de ma vie, eu aussi un cœur ami qui eût compris mon
agonie. Lorsque je rencontrai Camilla, en 1819, j'étais bien loin d'être
heureuse; revenue de la Belgique par cette agitation qui nous fait un
besoin d'être près du lieu d'un déchirant souvenir, mon caractère se
ressentait des embarras de ma position. Mon humeur était bizarre; mes
pensées étaient sombres, un abandon, un laisser-aller presque sauvage.
Je ne pouvais plus alors rien pour Camilla, et la retrouver; mais assez
malheureuse pour craindre de lui communiquer mon malheur était un
dernier coup que le sort m'avait réservé. Elle habitait alors un triste
cabinet garni, vivant du produit de quelques petits ouvrages.

Je ne raconterai pas toutes les peines qu'elle avait supportées, la
misère qu'elle avait vaincue à force de résignation et de travail. Sa
fille n'avait manqué de rien; Camilla s'était trouvée riche; cette
petite était ravissante de douceur et de grâce. J'allais quelquefois
passer des jours entiers chez elle, nous faisions ensemble les frais de
nos modestes repas. Nous formions des projets, c'est le trésor
inépuisable du malheur. J'avais commencé à enseigner l'italien à sa
fille; l'amitié de Camilla s'augmentait de toutes les attentions que je
prodiguais à sa fille, et cet enfant charmant m'en récompensait par ses
caresses naïves. Il y avait près de quatre mois que nous vivions ainsi,
lorsqu'un jour, en entrant chez elle, je trouvai Camilla rayonnante de
joie et d'espérance. «Mon amie, me dit-elle, un sauveur, un ami, un
ancien chef de mon Alfred, un de nos plus illustres guerriers a su ma
position, l'a peinte à ma famille dans des lettres pressantes, s'est
porté fort en son nom glorieux de tous mes titres à l'indulgence, au
pardon et au bienfait. Sa propre générosité a fini par exciter celle de
mes parens. Le bienfaiteur me presse maintenant de profiter de ce retour
de ma famille pour assurer le sort de mon enfant. Il se charge de tous
les frais de ce dernier voyage.»

Au commencement de novembre 1819, Camilla et sa fille chérie quittèrent
pour jamais la France. Je serais partie avec elles, mais je savais, sans
pouvoir en douter, que mon amie avait le projet de n'opposer aucun refus
aux volontés de ses parens, et elle prévoyait que ces volontés seraient
encore et difficiles et capricieuses, incompatibles à mon humeur. Je me
serais donc éloignée de la France que j'aime, pour devenir un objet de
gêne, de défiance. L'idée de rendre ma présence défavorable aux intérêts
de Camilla me fit donc un devoir de ne point l'accompagner. Nos adieux
furent tendres et douloureux, Camilla avait peine à croire au bonheur.
Hélas! elle n'a pas été complétement détrompée de ses défiances, et
c'est beaucoup.



CHAPITRE CLIX.

Derniers jours de l'Empire.--Adieux à Napoléon.


Je suis arrivée au dénouement de cette grande épopée de l'empire, qui
attend, pour être dignement racontée, une autre plume que la mienne, et
une ame plus désintéressée que celle du romancier, d'ailleurs justement
célèbre, dont elle a trahi les efforts et compromis la renommée. Peu de
jours de cette longue histoire m'ont laissé un souvenir plus profond,
plus triste, et cependant plus vague et plus indécis. Je n'en retrouve
aucune mention dans mes tablettes, parce que mon esprit, préoccupé de
ses craintes et de ses pressentimens, s'appartenait trop peu pour
essayer de les fixer. Tout ce que je me rappelle, c'est que c'était le
28 ou le 29 juin que ces émotions s'accumulèrent sur mon cœur, et
commencèrent à l'exercer à des émotions plus douloureuses encore.

L'étranger était aux portes. Paris offrait un aspect étrange, plus
étrange que celui d'aucune ville que j'aie vue assaillie par une armée.
Ce n'était pas la consternation de la terreur, c'était le mélange
incroyable de passions qui semblaient se multiplier par tous les
individus. Quelques nobles figures exprimaient une douleur sérieuse et
concentrée, un plus grand nombre la colère, certaines la vengeance et le
désespoir; le sentiment dominant de la foule était une espèce de gaieté
maligne et ironique. On lisait, sur presque tous les visages, je ne sais
quelle espérance impatiente, sur tous, sans exception, une curiosité
avide de l'avenir. Ce besoin bizarre d'un peuple, à qui une invasion
récente avait appris à ne considérer une invasion que comme un
spectacle, se manifestait par une circonstance peut-être unique dans
l'histoire des villes assiégées. Toute la population était dans les
rues. On aurait dit une fête publique, et une représentation _gratis_.

Qu'on me permette une réflexion qui n'est guère du caractère d'une
femme, mais que des mœurs nomades et martiales m'autorisent plus qu'une
autre à soumettre à la raison du lecteur. Il faut rendre grâce à la
civilisation de l'amélioration immense que ses progrès ont apportée dans
les rapports des peuples en guerre; mais cette amélioration
incontestable ne s'est opérée qu'au grand préjudice du patriotisme et de
l'esprit national. La modération convenue, la politesse obligée des
conquérans a concilié facilement tous les esprits méticuleux,
intéressés, calculateurs, qui ne se lient à la défense du pays que par
amour pour leur existence privée, et qui n'ont de dévouement que pour
leur fortune. À l'époque où nous sommes, et dans l'absence, dans l'oubli
presque général, du moins des anciennes théories sur lesquelles
reposaient les légitimités, des anciennes affections sur lesquelles
elles s'appuyaient, un vainqueur gracieux et courtois qui jette au
milieu de la population un million de consommateurs payans, devient
facilement un maître. Je ne regrette pas, Dieu m'en garde, le temps où
le bulletin de la prise d'une ville ne s'écrivait que sur ses cendres
avec la pointe d'un tison encore ardent; mais il faut avouer que c'était
le temps des nobles défenses et des grandes vertus civiles.

Paris, je le répète, jouissait d'une tranquillité relative qui
m'étonnait. Les tribunaux étaient en séance. Je crois que les spectacles
étaient ouverts. Quelques ordonnances traversaient de loin à loin les
rues et les boulevarts; quelques voitures de blessés y défilaient
lentement; un officier d'état-major venait inspecter un poste; un
ingénieur, le lorgnon à l'œil, reconnaître une position, et désigner du
doigt les maisons dans lesquelles on pourrait se retrancher. Le peuple,
immobile et muet, regardait, sans laisser percer dans son regard ni une
volonté ni un désir. Il y avait dans tout cela quelque chose qui
révélait que son éducation expérimentale était complète, et qu'il avait
compris, à travers tant de changemens de gouvernemens, qu'il n'y en a
point qui ne soit fait pour des ambitions et des intérêts étrangers à la
multitude: leçon d'autant plus sensible, que ces innombrables
vicissitudes n'avaient presque remué qu'une génération, et que tout le
monde savait, dès lors, pour qui les révolutions sont faites.

La chambre des pairs était assemblée. L'abdication de Napoléon était
connue. Il me semble que Regnault de Saint-Jean-d'Angely avait su
concilier dans son discours les devoirs de l'ami et ceux de l'homme
d'État; mais ma tête de femme ne s'expliquera jamais ces abdications de
Napoléon, et l'idée de _cette épée dont on a jeté le fourreau_ est une
chose qui me passe. On ne descend pas du pouvoir tant qu'on a une épée.

Ney avait parlé dans ces discussions pour rendre compte des événemens du
Mont-Saint-Jean. Il avait parlé avec ce mélange de candeur et d'énergie,
qui était le trait distinctif de son caractère, mais seulement pour
constater quelques faits mal exposés, et qui pouvaient induire l'opinion
en erreur. Sa déclaration fit une profonde impression en France,
beaucoup plus qu'à la chambre haute, où l'on était généralement occupé
d'intérêts qui n'avaient rien de commun avec ceux du pays. Il ne
s'agissait de rien moins que de se rattacher à une nouvelle forme de
gouvernement, quelle qu'elle fût, et d'y rentrer comme partie
essentielle de l'institution. Qu'étaient, au prix d'une considération
pareille, le salut, la grandeur et les futures destinées de l'empire?

La chambre élective offrait un autre aspect qui n'était pas moins
frappant. Cette assemblée, improvisée au milieu des anxiétés d'une des
époques les plus orageuses de l'histoire, et qui avait pu se croire
appelée à renouveler un peuple, était si pénétrée de la gravité de sa
destination, elle s'était, pour ainsi dire, endormie avec tant de
confiance dans le songe de sa puissance et de sa durée, que le canon de
Waterloo ne la réveilla qu'à demi. Que dis-je? il grondait déjà sur les
hauteurs de Paris, qu'elle sommeillait encore; et que, semblable à ces
cataleptiques qu'un accès de leur bizarre maladie a saisis au milieu
d'un geste ou d'une action, elle suivait machinalement le cours d'un
travail stérile que les circonstances rendaient absurde. Jamais
l'application du mot fameux de Bonaparte: _Il n'y a qu'un pas du sublime
au ridicule_, ne s'était présentée plus naturellement à l'esprit, que
dans cette contre-épreuve maladroite de l'impassibilité des sénateurs de
Rome investie par les Gaulois. Ceux-ci attendaient, silencieux, une mort
inévitable. Ceux-là faisaient étalage d'un héroïsme sans péril, et
usaient gravement leurs journées à traduire, en subtilités
métaphysiques, un thème d'idéologie. Il y avait certainement dans cette
chambre un ensemble remarquable de beaux talens et d'excellentes
intentions, mais elle ne put se soustraire à la fatalité de sa position
qui la condamnait à être inutile, et par conséquent à être grotesque;
car il n'y a rien qui le soit davantage que l'importance de la nullité.
Quelques jours plus tard, un poste de la garde bourgeoise vint s'établir
sur les degrés du palais; quatre fusiliers imberbes et un vieux caporal
firent évacuer le sénat, et cette cohorte de tribuns s'en alla comme
elle était venue, sans laisser de traces de son passage, si ce n'est
dans les colonnes somnifères du _Moniteur_. Hâtons-nous de recueillir
ici les seuls souvenirs vraiment imposans qu'elle puisse léguer à la
postérité. Elle vit se développer le talent jeune encore de l'éloquent
Manuel, et briller d'un immortel éclat le jugement infaillible et la
noble modération du vertueux Lanjuinais. On n'oubliera pas non plus la
verve entraînante, quoiqu'un peu désordonnée, du colonel Bory de
Saint-Vincent, qui préludait alors par les élans passionnés d'un jeune
homme plein de fougue et d'enthousiasme, aux précieux travaux d'un
savant, et aux méditations d'un sage.

Je reviens à cette journée. Napoléon était à Malmaison, nom funeste et
de mauvais augure, si j'en crois mon latin (_Mala Mansio_). Il est
certain que César n'y aurait pas pris domicile dans une occasion
décisive, et qu'il se serait bien gardé de confier sa liberté à ce
_Bellerophon_, dont le nom rappelle un grand prince proscrit, trahi par
l'hospitalité. L'infortune de l'Empereur n'avait pas éloigné tous ses
amis. Il lui en restait un, dont le cœur plus fidèle encore au malheur
qu'à la gloire, éprouvé depuis un an par de grands revers, était armé de
dévouement contre des revers nouveaux. C'est nommer le comte Bertrand,
ou la vertu elle-même. Beaucoup d'autres généraux, des ministres, des
pairs, des magistrats, se croisaient sur cette route, et je devinai
cependant qu'en ce moment d'inquiétude et de défiance universelle, il y
avait des secrets qu'on hésitait à confier à un intermédiaire douteux.
Je fis mieux; je compris ces secrets, et sous cet habit d'amazone que
j'avais porté quelquefois avec orgueil, je vins annoncer que je savais
tout, et que je partais pour Malmaison. Il fallait pour passer les
barrières un _permis_ du directeur général des postes; je l'eus bientôt
obtenu. À onze heures du soir, j'étais à cheval, et cinq minutes après,
je touchais à la barrière de l'Étoile.

«On ne passe point, dit le factionnaire.--Voilà mon ordre.--Entrez au
poste.--Cet ordre est d'un directeur général; il faut celui du
gouvernement provisoire.--Je l'ai négligé, parce que je n'en prévoyais
pas la nécessité, mais ma mission est pressante, essentielle, et en me
retardant d'un moment, vous compromettez la sûreté de l'État!...»--Vous
sortiriez inutilement, reprit l'officier d'un air sombre; le pont de
Neuilly est coupé.--Je prendrai une barque.--Elles sont détruites.--Je
passerai à la nage, m'écriai-je! Il faut que je voie l'Empereur.--Très
bien, Madame, reprit-il; je conçois que l'état militaire peut imposer
des devoirs plus pénibles que la mort. Je vous ai vue, je vous ai parlé,
et si vous faites un pas hors de la barrière, je vous brûle la cervelle;
c'est ma consigne.» En prononçant ces derniers mots, il appuya le canon
de son pistolet sur mon cœur, et le factionnaire, averti par notre
débat, croisa sur moi sa baïonnette. «Antonio, dis-je à mon domestique,
retournez à l'hôtel avec les deux chevaux. Ma place est ici, et j'y
resterai jusqu'à ce que j'aie obtenu de passer ou de mourir.» Mon
Napolitain partit au galop.

Je me promenai pensive dans les Champs-Élysées, qui en dépit de leur nom
hyperbolique, ressemblaient plus au Tartare qu'à la demeure des
bienheureux. Cette nuit était étrange et terrible; le ciel qui avait été
nébuleux toute la journée, et dont la teinte sombre, s'était de plus en
plus obscurcie au-dessus de ma tête, paraissait s'illuminer à l'horizon
de je ne sais quelles lueurs fantastiques, comme celles des aurores
boréales. Le silence universel était à peine troublé de temps à autre,
par un bruit semblable à celui d'un char qui roule sur une voûte, et
chacun de ces roulemens menaçans s'annonçait par un éclair comme la
foudre. Il n'y avait cependant point d'orage dans la nature.

Tout à coup la rumeur d'une conversation éloignée et cependant bruyante,
me frappa. À mesure que je me rapprochais de cette foule animée,
j'entendais s'en détacher plusieurs voix qui ne résonnaient pas pour la
première fois à mon oreille. Une entre autres, brusque mais pénétrante,
et dont la sévérité n'excluait pas quelque harmonie qui allait au cœur,
me rappela Caulaincourt, ce Caulaincourt si mal jugé, qu'on a fait
solidaire d'une violence ou d'un attentat, et qui était incapable de
servir un crime et peut-être de le comprendre; homme nerveux, irritable,
facile par bonté dans son intérieur, difficile et fier dans ses rapports
diplomatiques, et que l'amour ou l'amitié aurait peut-être entraîné à
une faiblesse, mais dont la volonté de fer n'aurait jamais accédé au
moindre sacrifice, quand il ne s'agissait que de sa fortune ou de son
ambition. Un rayon du réverbère tomba subitement sur ce front si blanc,
si pur, autour duquel se roulaient encore quelques boucles de beaux
cheveux devenus rares: c'était lui! sûre de mon fait, je me glissai
aisément dans ce groupe de soixante ou quatre-vingts personnes, qui ne
s'étaient jamais trouvées aussi près les unes des autres; c'était en
vérité un étrange spectacle! Des généraux en frac, et sans décorations;
des conseillers d'État qui avaient eu la précaution de garder le costume
sous une redingote mystérieuse; des officiers éveillés qui allaient
solliciter du danger et de la gloire; de vieux serviteurs qui allaient
faire acte de fidélité ou de reconnaissance; des courtisans encore mal
désabusés, qui se ménageaient dans un cas inespéré le souvenir d'un acte
de courage; des hommes adroits qui ne visitaient le prince déchu que
pour surprendre à l'agonie de son pouvoir quelque mystère dont ils
pourraient trafiquer avec son successeur; des valets qui calculaient à
l'écart ce qui pourrait leur revenir des dépouilles de leur maître, et
par quel acte de dévouement, sans danger, ils parviendraient à augmenter
leur part aux dépens de celle des autres. Nous passâmes sans objection,
au cri d'un officier d'ordonnance qui annonça le gouvernement
provisoire, et qui donna une espèce de mot d'ordre à l'officier du
poste. Je ne vis là cependant du gouvernement provisoire que le duc de
Vicence tout seul, et j'évitai d'en être aperçue. Quinette, enchaîné par
sa goutte, n'aurait pu entreprendre cette caravane pédestre; quant à
Fouché, il était déjà sans doute à la rencontre du roi, dont il
attendait grâce pour le passé et une nouvelle fortune pour l'avenir.

Je ne réfléchis pas long-temps sur ma position. Elle était trop facile à
juger pour demander le moindre travail d'esprit. Ou l'objet de la
mission que je m'étais en quelque sorte donnée à moi-même, était aussi
celui de la démarche de Vicence, et il était alors important pour moi
d'arriver la première, ou bien il avait formé des vues contraires qui
pouvaient avoir quelque chose de spécieux, et déterminer un parti pris
avant que je ne fusse entendue, et cette seconde hypothèse me conduisait
précisément à la même conséquence. Je n'étais pas effrayée du trajet qui
me restait à parcourir, et quoique les habitudes de la petite maîtresse
eussent un peu altéré en moi l'énergie virile de l'amazone, je redoutais
peu d'être précédée par cette cohue dont l'âge et les fatigues, et
surtout le luxe et le plaisir, avaient usé depuis long-temps les forces
et l'activité. Je la devançai de beaucoup en quelques minutes, et je ne
m'aperçus pas sans un plaisir très vif, en arrivant au pont de Neuilly,
que le passage était encore possible. On commençait à le barricader, en
y roulant sur toute son étendue de lourdes voitures qu'on démontait de
leurs roues quand elles étaient réunies, et qu'on renversait confusément
les unes sur les autres. Cet obstacle, difficile à vaincre pour la
cavalerie et pour les caissons, n'était rien pour un piéton agile et
décidé. J'en fus venue à bout en moins d'un quart d'heure, tantôt en
suivant d'un pas un peu hasardeux les étroits parapets, tantôt en
sautant de train en train, sur les brancards mobiles et les planches
élastiques, non sans compromettre souvent la sûreté de mes membres
fragiles dans de périlleux équilibres. J'arrivai enfin au sommet du mont
qui domine Nanterre, et je compris là fort distinctement le phénomène
qui m'avait rappelé un instant auparavant les aurores nocturnes du Nord.
Quel spectacle, grand Dieu! et qu'il parut triste à mes regards, tout
accoutumés qu'ils fussent aux tableaux désastreux de la guerre! Ce
n'étaient plus ces climats éloignés où j'avais vu nos armes porter tant
de fois la terreur; c'étaient les environs et pour ainsi dire les
faubourgs de la capitale du monde, qui déployaient alors des scènes
rendues plus effrayantes et plus hideuses par le contraste de mes
impressions passées. Hélas! il n'y avait pas un de ces jolis villages,
pas un de ces bois enchanteurs qui se mirent dans les eaux de la Seine,
dont l'aspect ne me retraçât le souvenir d'une fête, d'une partie de
chasse, d'un rendez-vous d'amour ou d'amitié, les illusions peut-être à
jamais perdues d'un plaisir ou d'une espérance! Et à quelles lueurs
elles s'offraient à mes yeux! Je voyais briller à ma droite la lumière
périodique et rapide de l'artillerie, vers la plaine de Saint-Denis,
comme de courts éclairs qui se renouvellent à peu de distance au
commencement d'un orage. Des fermes incendiées, des ruines brûlantes, ou
s'étendaient sur la vallée, ou se dressaient sur le revers des collines,
celles-ci semblables à des lacs de feu, celles-là à des cheminées de
volcan. Le pont de Chatou, le pont de Bezons, quelques autres dont le
nom m'échappe, ou que la difficulté d'apprécier les espaces et les
localités dans un incendie éloigné m'empêchait de reconnaître,
embrassaient çà et là la rivière comme des ceintures flamboyantes. Au
milieu de tout cela, la verdure était noire et triste. Aucune fabrique
ne se détachait dans les lieux enfoncés de l'obscure et sombre monotonie
des ténèbres. Quelques reflets seulement glissaient sur les points
élevés, comme ces feux de communication dont se servent les artificiers,
enflammaient les girouettes des clochers, pétillaient sur le faîte des
maisons opulentes, ou rougissaient plus loin de je ne sais quelle clarté
sanglante la caserne de Ruelle et les murailles de Malmaison.

Je pénétrai enfin dans le château, à travers une foule observatrice et
silencieuse, dans laquelle il était aisé de remarquer deux intérêts très
distincts; car ce n'était plus la cour d'un roi, c'était celle d'un
proscrit. La première partie de ces témoins assidus d'une haute
infortune, se composait des créanciers inquiets qui venaient solliciter
de la plume de l'abdication le règlement d'une créance; l'autre était
formée de ces hommes dont la physionomie attentivement sinistre se
retrouve dans tous les grands mouvemens des États, à l'affût d'une
lâcheté et d'une délation. Le sceptre, en échappant aux mains de
Bonaparte, était tombé dans celles de la police, et c'était cette armée
de Fouché qui venait substituer ses sales trophées à ceux de la vieille
garde, sur les ruines du grand empire.

J'entrai sans difficulté dans le cabinet de l'Empereur. La confusion et
le désordre étaient portés à un tel degré, que pas un seul domestique ne
se serait opposé à la tentative d'un assassin. Combien ce beau séjour
avait changé d'aspect, depuis les années de gloire et de bonheur qui s'y
étaient écoulées jusqu'au divorce et à l'exil de Joséphine! Que de
déplorables souvenirs s'étaient amassés dès lors sous ces voûtes naguère
si paisibles, parmi ces bosquets naguère si délicieux! Quelle scène de
désolation était réservée enfin à ce théâtre éblouissant de triomphes et
de plaisirs! Mon cœur, préoccupé du triste et profond sentiment de cet
effroyable contraste, eut peine à résister à ses illusions, au moment où
j'entendis mes pas résonner sous le vestibule. J'y crus reconnaître dans
l'air la voix gémissante de Joséphine; je crus voir son ombre errer dans
l'obscurité des corridors déserts; je crus la suivre auprès de son
époux, et entendre le dernier baiser, le baiser de présage et de mort
qu'elle imprimait à son front découronné!...

Je ne dirai rien du peu de mots que j'échangeai avec le maître déchu de
l'Europe. Ils furent inutiles: sa résolution était arrêtée de toute la
force de la fatalité qui l'accablait... Oserai-je l'ajouter! de toute la
force de sa faiblesse et de son abattement. Dans ce jour de désabusement
et de misère, Napoléon n'était qu'un homme.

Peut-être mes idées n'étaient qu'un rêve, mais c'était du moins un rêve
héroïque et royal. Mon habitude de jeter toutes les pensées élevées de
mon ame dans le moule des compositions tragiques, avait peut-être fait
illusion à ma raison; mais mon erreur, si c'en était une, offrait
quelque chose de généreux, de grandiose, de gigantesque, qui a manqué au
dernier malheur du captif du _Northumberland_.

C'était aussi une belle et grande conception, que d'aller donner en
garde aux républiques naissantes du nouveau monde, ce chef des rois du
monde ancien, et de mettre en présence des jeunes libertés de
l'Amérique, le dispensateur des couronnes de la vieille Europe. Mais on
est obligé de croire qu'une volonté supérieure à tous les desseins des
hommes, ne permit pas que ce projet s'accomplît, et que celui qui
représentait en lui seul toutes les facultés de la civilisation la plus
perfectionnée, tombât libre au milieu d'une civilisation si puissante de
jeunesse, de sentiment et de volonté. Il n'en fallait pas davantage pour
détruire l'équilibre des deux hémisphères, et pour renouveler tout le
monde social.



CHAPITRE CLX.

Inquiétudes qui suivirent le 8 juillet 1815.--D. L***.--Voyage à
Bessonis.--Retraite du maréchal Ney.


J'ai dit que D. L*** m'avait écrit le 30 juin, mais qu'il ne vint me
voir que le 3 juillet, jour de la signature de la capitulation de Paris.
C'est ici que commence pour moi une chaîne de jours d'épouvante et de
douleurs, qui vinrent, par le désespoir, aboutir à une catastrophe digne
de toutes les larmes généreuses. D. L*** crut endormir mes terreurs déjà
si vives, en me citant quelques unes des clauses de cette convention. Je
le priai de me la procurer, et bientôt je sus que l'article 12 était
ainsi conçu:

«Que les personnes et les propriétés seraient respectées; que tous les
individus qui seraient dans la capitale continueraient à jouir de leurs
droits, sans pouvoir être inquiétés ni recherchés, soit en raison des
places qu'ils occupent ou ont occupées, ou de leur opinion politique, ou
de leur conduite.» Cette lecture me rassura un moment, mais la réflexion
amenait toujours quelque crainte. Je me disais bien: mais cela est
positif et doit être sacré; ne sont-ce pas des souverains qui traitent,
et l'honneur ne doit-il pas rendre leur promesse inviolable? Alors je
respirais; mais l'instant d'après, me rappelant ce que j'avais lu et ce
que j'avais vu déjà des retours sanglans de la politique, je retombais
dans des terreurs sinistres, sans que pourtant mon imagination allât à
soupçonner la dernière péripétie de ce drame.

Il y a une fatalité qui s'acharne aux grandes destinées; car Ney, je le
savais, avait eu l'idée nette et positive de s'expatrier; j'en eus une
irrécusable preuve par une lettre que le maréchal m'écrivit, et
l'instruction qui y était jointe, de me tenir prête au voyage, de ne me
tourmenter de rien, de ne rien confier à personne, pas même à D. L***.
On donna à Ney le funeste et bien imprudent avis de fuir, perfide
conseil qui le détourna de sa prudente résolution, et le fit se borner à
s'éloigner seulement de Paris; plus tard je reçus deux lignes
m'annonçant qu'il était très certain que personne ne serait inquiété, et
qu'il allait seulement passer quelques jours chez une des parentes de sa
femme; qu'il ne fallait pas lui écrire avant d'avoir reçu de ses
nouvelles. Hélas, sa confiante sécurité dans une parole qui devait être
sacrée le perdit. En vain Suchet, ce vétéran de la gloire, ce compagnon
des anciens triomphes, pénétré du sort qui menaçait le héros, usa-t-il
du pouvoir de l'amitié pour lui conseiller l'éloignement: Ney n'écouta
rien, et poursuivit sa route jusqu'à Bessonis. Qui pourrait rendre les
longues heures d'incertitude et de crainte qui composaient mes tristes
jours, depuis le 7 juillet jusqu'au 5 août, jour terrible où elles
firent place à la plus affreuse réalité du désespoir?

Le 18 juillet, D. L*** arriva chez moi dans une grande agitation:
«--Écoutez-moi, me dit-il, et surtout soyez calme.

«--Il est arrêté! m'écriai-je.

«--Non, mais je crois qu'il le sera, il faut du sang-froid et de la
raison. Écoutez: dites-moi où il est, donnez-moi les moyens de le
joindre, de le prévenir, vous le pouvez peut-être, et j'y suis disposé,
mais à des conditions.

«--Ah! je consens à toutes, j'y consens, quelles qu'elles puissent être;
si je le sauve, je consens à tout: parlez, par pitié, parlez!» Alors il
me dit que Ney était parti pour Saint-Alban.

Alors D. L*** entra dans des détails qui, malgré mon agitation, me
firent bien vite sentir que déjà il avait endossé les livrées du nouveau
pouvoir; il devina ma pensée, et ne se gêna pas pour convenir qu'elle
était juste. Il m'énuméra avec la même franchise les moyens de me
servir: ce n'était pas le moment de lui dire que je le trouvais bien
vil: D. L*** m'exprimait son dévouement avec une chaleur si inconnue! Il
me jura de me tenir exactement au courant de tout, et de me procurer les
facilités de rejoindre Ney, s'il en voyait la nécessité et l'avantage.
D. L*** eut l'habileté de précipiter ma tendresse, dans la crainte d'une
arrestation, et me fit naître ainsi tout naturellement l'idée de mettre
en sûreté tout ce que j'avais de correspondances et autres papiers
encore; j'en fis un paquet et voulus le lui confier, mais il m'obligea à
venir chez lui, et là je les enfermai dans ma cassette qui y était
restée depuis mon départ pour Charleroi; je conservai la clef, et nous y
mîmes une adresse qui indiquait, en cas d'événement, que la cassette
m'appartenait et devait m'être livrée sans contestation[4]. Il voulut me
faire une reconnaissance, je la refusai. J'ai beaucoup commis de
pareilles imprudences dans ma vie, parce qu'il m'a toujours paru
qu'envers l'amitié ces défiantes précautions sont des offenses. C'est
ainsi que toujours j'ai poussé la confiance jusqu'au ridicule, et après
avoir été si souvent trompée, je ne répondrais pas que tant et de si
tristes expériences m'aient corrigée.

Je demandai à D. L*** s'il ne savait rien de Regnault.--«Il est perdu»,
me répondit-il, avec un ton détestable d'indifférence. Je voulus en
savoir plus long: il me força au silence, en me disant que si je faisais
à ma tête il craignait de se voir compromis par mes démarches près de
personnes sur qui le gouvernement avait les yeux ouverts, et qu'il ne se
mêlerait plus en rien de me servir pour Ney; c'était me faire oublier
tout autre intérêt. Non seulement je me tus, mais je le flattai par tout
ce que je savais de plus propre à lui faire illusion sur le mépris que
sa dureté et son affreux égoïsme m'inspiraient.

D. L*** venait tous les matins et tous les soirs me dire ce qui se
passait, ou du moins ce qu'il voulait me faire connaître. Je ne l'accuse
pas ici de m'avoir méchamment trompée; je crois même que l'espèce de
prison où il me tenait, était une mesure de prudence pour m'empêcher
d'apprendre au dehors le cours que prenait un événement qu'il sentait
que je ne pouvais ni empêcher de s'accomplir, ni changer en rien. D.
L***, pour de l'or et des places, se vendrait à toutes les dynasties de
l'Europe: je l'ai vu républicain, dévoué au Directoire, servir le
consulat, l'empire, la restauration, les cent jours, et puis encore la
restauration; aujourd'hui hantant les églises, et habitué des
processions. D. L*** n'en voulait pas à Ney, pas plus qu'à aucun de nos
braves; mais il le voyait, perdu, et lui ne voulait rien perdre; ce
n'était donc que dans de bonnes intentions, selon lui, qu'il me cachait
la vérité; mais puis-je oublier que si j'eusse été instruite deux jours
plus tôt, j'aurais pu joindre Ney, qui n'eût peut-être pas résisté à
tout ce que je lui aurais répété des propos de D. L***, qui aurait
peut-être été moins fort contre mes prières et ces preuves du danger,
qu'il ne le fut contre les pressantes sollicitations de l'amitié d'un
compagnon d'armes.

Le 5 d'août seulement, D. L*** me dit enfin que les ordres étaient
donnés, et que le maréchal allait être arrêté. D. L*** me promit de me
faciliter pour le soir même les moyens de me rendre auprès de Ney, sans
délai. À peine fut-il dehors, qu'il me prit une affreuse inquiétude: il
ne viendra que pour m'empêcher de partir, me disais-je; et aussitôt,
sans m'arrêter aux réflexions, je prends quelque linge dans un foulard,
je m'habille à la hâte d'une robe de voyage, je remplis ma bourse
d'environ 700 francs qui me restaient. Ayant tout fermé, et écrit deux
lignes à D. L***, pour le prier de veiller à tout, je vole rue du
Bouloi, et sans passeport, sans aucun papier, je paie ma place, et pars
pour rejoindre le maréchal avec l'espoir de le décider à fuir.

Je respirais à peine, car j'avais mis dans mon départ la précipitation
irréfléchie de mon malheureux caractère dans toutes les circonstances où
mon cœur est vivement agité. Ne supportant pas l'idée des lenteurs d'une
diligence, je m'étais jetée dans la malle, ayant eu le bonheur d'y
trouver une place; ce n'était qu'à Lyon que je pouvais espérer de sûrs
renseignemens sur le maréchal Ney, et sur les moyens de le voir. Je
n'avais pas dit cent paroles durant ce fatigant trajet; car, par un
hasard extraordinaire, le sort m'avait donné un courrier qui eût été
bien éloigné de prendre aucune part à mon affreuse angoisse; c'était un
de ces hommes appartenant à un autre fanatisme que le mien, pour qui
Napoléon était un usurpateur, et tous nos guerriers des brigands et des
révolutionnaires; un de ces hommes qui croient prouver la sainteté de
leurs principes par des injures à leurs ennemis. J'étais souffrante et
de la présence de cet homme et des préoccupations de mon ame. J'avais
feint de sommeiller pour échapper à l'éloquence politique de mon
compagnon. Il donna cours à sa verve de persécution avec un autre
voyageur, moins silencieux que moi, mais également difficile à
convaincre. L'orateur s'en donnait à cœur joie sur le pauvre tyran, que
bien certainement il avait, dans sa classe, aussi servilement adoré que
les habitués du château des Tuileries, qui, la veille, disaient Sire au
Roi, et le 20 mars, V. M. à l'Empereur. Je crois que c'est à Tornus que
je vis arrêter un homme, parce qu'il avait tenu des propos séditieux.
Nouvelle éloquence de la part du courrier devant qui le nom du maréchal
Ney fut prononcé. Il ne savait pas encore qu'il dût être arrêté, car il
eût dans ce cas entonné un _Te Deum_; mais il était sûr qu'il le serait,
et bien mieux encore, fusillé. L'autre voyageur hasarda de dire: Je ne
crois pas cela. Enfoncée dans mon coin, retenant ma respiration,
craignant ma colère, il me semblait voir du sang aux mains du courrier,
et la crainte du moindre contact m'eût fait jeter à bas de la voiture.
Je ne rapporte ces tristes scènes, trop communes dans les temps de
parti, que pour qu'on juge de ce qu'un pareil voyage dut me coûter
d'angoisses, de sentimens étouffés, d'affreux pressentimens. Je touchais
heureusement à la dernière poste.

Je connaissais dans ce pays la sœur d'un sergent de la garde que le
maréchal protégeait particulièrement. Cette excellente femme était
dévouée comme son frère au héros qu'on ne pouvait connaître sans
l'aimer. Son frère avait quitté le service avec un bras de moins et une
croix de plus, comme il disait plaisamment, et vivait dans une petite
métairie avec sa sœur. Je fus chez eux: on me guida vers le château où
Ney s'était retiré. On se chargea de l'avertir que j'étais dans le
voisinage. Pauvre jeune fille! comme elle me pressait les mains en me
demandant si je croyais qu'il y eût à craindre pour Monsieur le
maréchal! Comme sa sensibilité naïve se montrait bien dans ses regards.
«Oh mon Dieu! Madame, mais mon pauvre frère Henri, il n'y survivrait
pas. Il parle de réunir des amis et d'enlever son général si on venait
pour le prendre.» J'écoutais cela, j'étais tout oreille et espérance.
«Oui, Madame, si on osait venir, il y a vingt amis de mon frère Henri
qui sont prêts à se dévouer. Nous avons déjà un mot d'ordre, _courage,
bravoure_.

«--Eh bien! lui dis-je, ma bonne Louise, je suis des vôtres, et que le
mot d'ordre soit: _Sauvons le héros!_

«--Ah! oui, sauvons-le, répondit Louise, en pressant ma main entre les
siennes.

Il était près de huit heures et demie. Nous étions arrivées derrière le
château d'une des parentes de l'épouse du maréchal, chez laquelle Ney
s'était réfugié. J'avais eu soin de m'informer si la maréchale y était;
car n'ayant jamais manqué en rien au respect que je lui devais, la
bienséance eût encore imposé des bornes à la douleur, comme elle avait
souvent réprimé les élans de la tendresse. Mais la maréchale était
restée à Paris, veillant aux démarches que pouvait rendre nécessaire une
précieuse destinée. Ce fut encore un court instant de bonheur que le
sort m'avait ménagé de pouvoir, sans offense, prouver à Ney malheureux
toute la profondeur d'un amour ranimé par l'idée de son péril. Louise
fut l'avertir avec précaution; elle m'avait laissée seule dans un
endroit écarté, derrière le château. J'étais vêtue en homme: je ne me
cachais donc pas autant, étant sûre d'être moins remarquée, s'il fût
venu quelqu'un du château; mais cependant je sentais la nécessité de
n'être pas reconnue, et je ne saurais dire les cruelles réflexions dont
cette nécessité accabla mon ame. Tous les sentimens qui la remplissaient
alors ne pouvaient que m'honorer, car Dieu m'est témoin que depuis
long-temps je n'avais plus sur Ney que les droits du souvenir et de
l'amitié. Dans cet instant terrible, j'aurais donné ma vie pour sauver
la sienne, pour le conserver à son épouse et à ses fils. Oui, pour le
sauver j'eusse fait, je crois, le serment de ne le revoir jamais, ma
mission une fois accomplie.

Quand une pensée profonde m'agite vivement dans la solitude, il est rare
qu'il ne m'échappe pas quelque exclamation. Qui sait, mon Dieu! si
lui-même ne me blâmera pas? ah! m'écriai-je, qu'il est affreux d'être
descendue à une position où on n'a même plus l'espoir d'être approuvé
pour un dévouement qui nous ferait mépriser la mort et les tortures; je
pressais mon cœur qui battait à s'échapper de mon sein. De rares mais
brûlantes larmes coulaient le long de mes joues. Les momens étaient
longs, l'obscurité commençait à s'étendre autour de moi. Cette démarche
faite dans un si noble but et avec cette ardente précipitation d'agir
que les lecteurs me connaissent, cette démarche commençait à me paraître
sujette à une fâcheuse interprétation, et si une voix qui trouvait
toujours le chemin de mon cœur, si la voix de Ney ne m'eût rendue à
moi-même, à l'idée de son péril, je crois que je me serais enfuie avec
terreur de ces lieux où je n'étais venue que pour conserver un ami, et
sauver ses jours.

«Ida, me dit-il avec une vive émotion; quoi, pauvre Ida! vous ici;» et
il m'entraîna vers un banc. «Je vois bien, ma pauvre amie, que vous
craignez pour moi.

«--Oui, et votre sécurité me désole, car vous allez être arrêté. Oh!
fuyez, allez en Suisse pendant qu'il en est temps; laissez passer
l'orage. Si vous voulez m'admettre au partage glorieux de votre exil, je
suis prête; si vous voulez m'employer pour rassurer votre femme, vos
fils, vous connaissez mon cœur et mon activité; je puis hasarder ce que
son titre de mère et son rang lui défendent. Ney, fuyez, prenez pitié de
vous-même, de votre famille et de moi.» Il y avait une aveugle confiance
dans sa résolution, et encore plus une preuve de sa loyauté.

«Ma bonne Ida, reprit-il, mais je n'ai rien fait de plus que les autres
maréchaux, que l'armée tout entière; j'ai résisté plus long-temps au
torrent; Bertrand peut en rendre témoignage: je suis retourné à mes
aigles comme mes frères d'armes; mais ne suis-je compris comme eux dans
l'article XII de la convention militaire. C'est cette espérance de
sécurité qui nous a fait à tous déposer les armes. Tranquillisez-vous
donc, bonne Ida, retournez à Paris. Si je crois nécessaire de partir,
j'irai en Suisse, et alors je vous ferai connaître à ma femme,
peut-être; mais, à présent, promettez-moi de reprendre la poste de
Paris; attendez paisiblement mes nouvelles.

«--Paisiblement! lorsque tout y tremble pour vous.

«--C'est sans motif, sans raison; car je suis positivement sûr que je
n'ai rien à craindre.

«--Et vous les croyez, ces conseils dangereux; et les prévoyances du
cœur, vous y restez sourd! Ney, fasse le ciel que vous n'ayez pas à vous
repentir d'une confiance qui prouve beaucoup plus de loyauté que de
prudence!»

Nous nous étions levés, et nous marchions vers la porte derrière le
château; je pressais son bras contre mon sein; je m'y attachais avec une
sorte de douloureuse sécurité. Tout à coup Ney s'arrête, et, avec un ton
qui me semblait très ému, il me dit: «Ida, vous rappelez-vous la
conversation que nous eûmes à Michelberg, et votre promesse?

«--Mon ami, pourquoi me la rappeler en ce moment? Oh! mon Dieu, ce
souvenir serait-il un affreux pressentiment? oh! sauvez-moi la douleur
de cette parole, je suis prête à la tenir; mais ne vaut-il pas mieux en
prévenir pour vous les dangers?»

Et ma tête brûlante tomba sur son sein; il m'y pressa fortement, me tint
long-temps serrée dans ses bras; puis, s'en arrachant comme par un
effort pénible: «Adieu, Ida, me dit-il, mais non... au revoir à Paris.
Calme, prudence et souvenir.» Nous étions à la porte du château, je
l'ouvris: «Adieu, au revoir,» lui dis-je; il déposa un baiser sur mon
front, et, s'éloignant avec rapidité, il me cria: «Dans tous les cas,
chère Ida, je compte toujours sur l'exécution de la promesse faite à
Michelberg.»

Il n'était plus là, et je restai les bras tendus vers le lieu où il
venait de disparaître; et ces paroles, cette promesse rappelée, me
fixèrent immobile à ma place, jusqu'au moment où la douce voix de Louise
vint me tirer de cet anéantissement.

Je restai une heure à la métairie du frère de Louise, puis ils me
reconduisirent à l'auberge de la poste, à une assez grande distance.
Bognot (nom du sergent retiré), qui partageait mes craintes, ne cessait
cependant de m'assurer qu'il n'y avait pas encore de danger; que, dans
tous les cas, il ne laisserait certainement pas enlever son maréchal;
qu'il y avait des hommes braves et dévoués en force pour résister à la
gendarmerie. Hélas! Ney lui-même se livra à ceux qui vinrent l'arrêter;
il les appela, il paralysa le zèle de ses amis, de ce militaire
courageux qui voulut l'arracher à l'escorte. La fatalité avait marqué
cette grande victime; et celui que la mort épargna dans cent batailles,
toutes soutenues pour la France, se rendit lui-même aux mains chargées
de le livrer à la rigueur des lois!



CHAPITRE CLXI.

Retour à Paris.--Arrestation du maréchal Ney.--Le maréchal à Paris.


J'emportai de mon voyage de bien tristes pressentimens. Je trouvai à
l'auberge de la première poste une connaissance précieuse dans cette
cruelle circonstance; c'était un ancien militaire qui avait servi sous
les ordres du maréchal; il était retiré depuis la bataille de Leipsick,
et revenait, quand je le vis à Lémonest, des eaux du Mont-d'Or. Je
l'avais quelquefois rencontré à Paris; je savais tout son enthousiasme
pour celui qu'il ne nommait que le _brave des braves_: il me sembla voir
qu'il me faisait des signes d'intelligence. Aussitôt mon parti fut pris:
je quittai la malle, et me mis immédiatement en rapport avec M. de
Belloc, persuadée qu'il pourrait me donner d'utiles éclaircissemens. M.
de Belloc chercha à m'inspirer une sécurité dont il était lui-même bien
éloigné: il partait pour Paris, la nuit même; et, sans vouloir me
reposer, je refis la route avec un cœur navré, où, par tous les moyens,
mon compagnon cherchait à exciter l'espérance; du moins il me soutenait
un peu par une conformité d'admiration et d'intérêt pour le même objet.
Il ne devait pas séjourner à Paris plus de vingt-quatre heures, mais il
me promit de me mettre en relations avec un de ses infimes amis qui en
avait avec tous ceux dont on pouvait espérer des nouvelles certaines et
journalières du maréchal. Il m'a tenu parole; il m'a fait connaître
l'homme bon et courageusement dévoué qui a mis son empressement et sa
gloire à me procurer, pendant la détention et le procès de Ney, ces
détails et ces nouvelles que j'appelle les joies du désespoir; car ils
ne dissipent aucune crainte, et pourtant nous soulagent.

L'ami de M. de Belloc était dans la garde nationale à cheval. À notre
première entrevue, je lui contai toutes mes relations avec le maréchal:
«Je servirai votre douleur aux dépens de tout,» me disait cet être si
bon, et il a tenu parole, comme je vais le prouver plus loin, mais en
ayant soin de ne pas le compromettre. Je lui parlai franchement de ma
singulière liaison avec D. L***, des obligations que je lui avais, et de
ce qu'il m'avait promis. L'ami de de Belloc, que j'appellerai Eugène,
m'assura qu'il connaissait D. L***, qu'il était agent aussi actif du
pouvoir nouveau, que de tous ceux qui s'étaient succédé depuis vingt
ans. «Oui, certes, je le connais et je le méprise, me disait-il; mais,
dans votre position, il ne faut pas l'irriter; au contraire, flattez-le,
il peut vous servir. Il m'est bien possible de vous procurer, par mes
amis, des nouvelles; mais D. L*** est plus à la source: il faut le
flatter, ne point l'humilier pour sa nouvelle métamorphose, qui est
tout-à-fait dans son métier de Protée. Profitez de sa position pour les
intérêts de votre cœur.» Oh! Eugène, vous que je ne dois point nommer,
et que ma reconnaissance proclame sous le nom d'un père chéri, que cette
discrétion de la reconnaissance vous soit une nouvelle preuve de ce
sentiment d'estime dont vous avez reçu les témoignages au milieu de mes
cris et de mes sanglots!

M. de Belloc resta, contre son attente, un mois à Paris. Je voyais tous
les jours de Belloc ou son ami Eugène; tous deux s'occupaient à savoir
ce qui touchait l'illustre proscrit. Je courais moi-même partout, seule
ou avec l'un d'eux, écoutant tout ce qui se disait avec avidité, tantôt
ranimée par toutes les espérances les plus consolantes, tantôt plongée
dans l'effroi et le désespoir. Dans la peine comme dans la joie le temps
s'écoule, et le muet interprète de l'éternité ne s'arrête devant aucune
félicité ni aucune douleur.

Moi si facile dans mes illusions, si disposée à croire aux espérances
douces et consolantes, j'avais emporté de Bessonis un pressentiment
pénible qui me poursuivait chaque jour davantage, et qui me semblait
plus fort que toutes les raisons de sécurité, qui plaidaient cependant
pour un illustre guerrier au nom de tant de victoires. Mes nouveaux amis
tentaient de me rassurer; mais il est des alarmes qu'on endort quelques
instans mais qui se réveillent plus vives, comme par un instinct du
cœur. D. L*** prit de l'ombrage des personnes qui m'apportaient des
nouvelles. Je lui avais caché cette heureuse rencontre, et jamais il ne
m'avait vue avec elles; mais il avait tant de ressources pour suivre ou
deviner mes démarches, qu'il m'en parla avec une sorte
d'attendrissement. «Promettez-moi, ajoutait-il, de n'avoir recours qu'à
moi, et de me garder un inviolable secret; à ces conditions je viendrai
deux fois par jour vous confier ce que j'aurai appris, le mal comme le
bien; car l'incertitude est, pour un cœur pareil au votre, un tourment
chaque jour plus horrible, qui vous exalte au point de vous exposer et
d'exposer davantage le maréchal, par contre-coup.» Ce mot-là m'allait
droit au cœur. Je remerciai D. L*** et lui promis tout.

J'étais trop bien servie par l'intérêt de celui-ci et par la généreuse
bienveillance d'Eugène. J'appris à peu de minutes d'intervalle, des
deux, l'arrestation du maréchal à Bessonis. Eugène le savait par une
lettre du capitaine Jaumard, officier de gendarmerie, chargé de la
douloureuse mission de conduire le maréchal à Paris. Voici le récit
d'Eugène:

       *       *       *       *       *

«Avant de se mettre en route, le maréchal avait donné sa parole
d'honneur à l'officier de ne faire aucune tentative pour s'évader. Cet
officier avait autrefois servi sous les ordres du maréchal, et il avait
eu la générosité de s'en rapporter à la parole de son ancien général: il
n'eut point à se repentir de la confiance qu'il lui témoigna dans le
voyage.

«Entre Moulins et Aurillac, le maréchal Ney et ses conducteurs
s'arrêtèrent dans un village pour prendre quelques instans de repos.
Après le repas, un fonctionnaire public des environs vint prévenir
l'officier de gendarmerie qu'à quelque distance de là il trouverait sur
la route des gens apostés, qui avaient formé le projet d'enlever le
maréchal. Celui-ci était dans la même pièce où cette confidence avait
lieu: quelques mots qu'il entendit lui firent facilement deviner le
sujet de la conversation; il s'avança, prit la parole, et dit à
l'officier: «Capitaine, je me borne à vous rappeler que je vous ai donné
ma parole d'honneur de me rendre avec vous à Paris; si, contre votre
attente, et contre toute vraisemblance, on voulait essayer de m'enlever,
alors je vous demanderais des armes pour m'opposer aux tentatives qu'on
prétendrait faire sur ma personne, et pour remplir jusqu'au bout la
promesse sacrée que je vous ai faite.»

«Les voyageurs ont continué leur route, et aucune tentative n'a été
faite pour enlever le maréchal.

«Arrivé à quatre lieues de Paris, le maréchal Ney a trouvé dans une
auberge madame la Maréchale, qui était venue à sa rencontre dans une
voiture de place. Ils ont eu ensemble un entretien de deux heures; au
bout de ce temps, le maréchal a averti le capitaine de gendarmerie qu'il
était prêt à partir; quelques larmes coulaient de ses yeux. «Ne vous
étonnez pas, dit-il à l'officier, si je n'ai pu retenir les pleurs que
vous voyez couler; ce n'est point pour moi que je pleure, c'est sur le
sort de mes enfans; quand il s'agit de mes enfans, je ne suis plus le
maître de retenir mes larmes.»

«Le maréchal et sa femme sont montés, dans le fiacre, l'officier de
gendarmerie s'y est placé; un domestique de madame la Maréchale
accompagnait derrière la voiture.

«C'est ainsi qu'ils sont arrivés à Paris, aujourd'hui, 19 août. Après
avoir traversé les rues de la capitale, lorsque la voiture est arrivée
au bout de la rue de Sèvres, l'officier de gendarmerie est descendu pour
aller chercher une autre voiture, placée d'avance à soixante ou
quatre-vingts pas de distance.

«Le maréchal a fait ses adieux à sa femme, et une fois monté dans le
second fiacre, il a été conduit à la prison militaire de l'Abbaye.»

       *       *       *       *       *

Mon ame se brisa à cette funeste nouvelle. D. L*** accourut aussi pour
m'en faire part, et pour me renouveler toutes les assurances d'un
dévouement qui m'allait devenir plus nécessaire. D. L*** devenait en
effet ma plus grande ressource pour connaître à la minute ce qu'il
m'importait le plus de savoir. Il y avait et il y aura toujours deux
hommes dans cet homme-là. Renoncer à ses ambitieuses espérances de
fortune (quelle fortune, grand Dieu!) eût été un effort au-dessus de son
ame vulgaire; mais rester sans pitié à la vue de mon désespoir lui était
également impossible; il cherchait avec un bien louable empressement à
me dire tout ce qui pouvait me donner quelque espoir.

C'est à D. L*** que je dus la connaissance du noble et courageux
discours d'un prince français contre les adresses au roi pour
l'épuration des administrations et le châtiment des délits politiques.
L'ame généreuse du jeune guerrier qui cueillit à Jemmapes ses premiers
lauriers, cette ame libérale et généreuse pressentit, dans ces
rigoureuses mesures, l'orage qu'on allait former sur une tête épargnée
dans cent combats; et ce discours, dont je dus la copie à D. L***, est
un morceau d'une éloquence trop française, pour que je ne me fasse pas
un honneur d'en enrichir mes Mémoires.

     Séance du 13 octobre 1815.

     DISCOURS DU DUC D'ORLÉANS EN RÉPONSE À L'ADRESSE AU ROI POUR
     L'ÉPURATION ET LE CHÂTIMENT DES DÉLITS POLITIQUES.

     «Ce que je viens d'entendre achève de me confirmer dans l'opinion
     qu'il convient de proposer à la Chambre un parti plus décisif que
     les amendemens qui lui ont été soumis jusqu'à présent. Je propose
     donc la suppression totale du paragraphe. Laissons au roi le soin
     de prendre constitutionnellement les précautions nécessaires au
     maintien de l'ordre public, et ne formons pas des demandes dont la
     malveillance ferait peut-être des armes pour troubler la
     tranquillité de l'État. Notre qualité de juges éventuels de ceux
     envers lesquels on recommande plus de justice que de clémence nous
     impose un silence absolu à leur égard. Toute énonciation antérieure
     d'opinion me paraît une véritable prévarication dans l'exercice de
     nos fonctions judiciaires, en nous rendant tout à la fois
     accusateurs et juges.»

À l'époque où je lus ce discours, mon cœur eut un moment d'espérance;
j'y pensais souvent, oh! bien souvent. Plus tard, lorsque l'incompétence
des maréchaux fut déclarée, je pleurai avec amertume l'absence du prince
dont, sans doute, la voix se serait élevée pour le parti de la clémence,
dont ses lumières et son équité leur avaient fait proclamer et invoquer
les droits. Il me restera à dire, plus tard, avec quelle magnanimité ce
même prince accueillit et répondit aux prières de l'épouse infortunée de
l'illustre prisonnier qui osa, avec la confiance des droits d'un
légitime amour, lui confier ses douloureuses espérances, dans ses nobles
sentimens; époux heureux et père, le prince français eût-il pu rester
insensible aux larmes d'une mère, de l'épouse d'un guerrier
malheureux[5]!

Dans mon obscurité, sans titre légitime, je ne me crois pas le droit de
parler de ma reconnaissance, mais elle est gravée dans mon ame pour un
prince généreux, et je mets ma gloire à la publier.



CHAPITRE CLXII.

Ma vie pendant l'instruction du procès du maréchal Ney.--Espérances
d'évasion.--Générosité du pauvre.


Dans cette vie de tortures, je n'étais soutenue que par la généreuse
compassion d'Eugène. Je dus cependant au hasard deux rencontres qui
répandirent un peu de baume sur des blessures toujours saignantes; la
première fut celle d'un gendarme qui avait été de service plusieurs fois
à la prison du maréchal, et qui, racontant cette circonstance dans un
lieu public où j'étais entrée pour me reposer d'une longue course,
s'était exprimé avec une touchante vivacité d'intérêt et d'admiration
pour le noble prisonnier. Quand il sortit de l'endroit où il venait de
frapper mon cœur d'une consolante surprise, je l'abordai avec franchise,
et je le félicitai au nom de la gloire française des sentimens généreux
qu'un militaire conservait ainsi pour un de ses anciens chefs. Sans lui
livrer le secret de tout mon intérêt, je demandai au militaire s'il
voudrait se charger de faire tenir quand il serait de service quelques
mots à celui que le témoignage d'une tendre compassion consolerait. Je
vous jure sur l'honneur du héros, dont le caractère vous est un sûr
garant de ma parole, que je ne mêlerai rien de politique à cette
communication tout intime. Je donnai à cet excellent homme mon adresse,
et il ne manqua point à la parole qu'il venait de me donner d'accorder
ce pieux hommage à la mémoire d'un brave avec ses pénibles devoirs.

L'autre rencontre dont je veux parler fut encore un plus grand
événement, car c'était presque une espérance de salut pour la victime.
Eugène et moi nous avions, un jour que les nouvelles de la procédure
étaient mauvaises, cherché à distraire nos tristes et mortelles pensées
par une longue promenade, par une de ces courses sans but, où sous des
pas indolens les lieues cependant s'accumulent. Sur les huit heures du
soir seulement, nous nous aperçûmes que nous avions passé l'heure du
repas, et que notre état exigeait quelque nourriture impérieusement.
Nous étions arrivés au quai qui longe la place de l'Hôtel-de-Ville;
l'endroit était peu favorable à la découverte d'un restaurant; nous
aperçûmes cependant un petit établissement qui avait l'air d'y
ressembler, et nous y entrâmes. La société était heureusement fort peu
nombreuse, et le besoin nous y fit encore accorder plus d'attention
qu'aux mets des modestes ouvriers.

À la table qui touchait presque la nôtre, soupait nonchalamment un homme
en blouse de voiturier d'une assez bonne mine, d'une figure ouverte et
franche, quoiqu'une extrême pâleur fût empreinte sur ses traits.
Quelques larmes bientôt arrosèrent son chétif repas. Il les essuyait
furtivement, car il est un âge où les hommes, par une singulière pudeur
de faiblesse, craignent de laisser découvrir qu'ils sont encore
sensibles. Cet effort de mystère, qui ajoutait à la sincérité de ce que
cet homme paraissait éprouver, me fit supposer quelque infortune
extraordinaire.

Eugène était si bon que je ne craignis point d'être démentie par lui, et
me fiant aux droits de mon sexe, je me tournai vers celui qui me
semblait malheureux par quelque événement digne d'un de ces secours que
j'allais m'empresser à lui offrir. Hélas! il était malheureux, mais du
même malheur que nous; c'était un sous-officier d'un régiment qui avait
toujours combattu sous les ordres de Ney, à qui une blessure reçue en
1814 au plateau de Craone, le 6 mars, lorsque Ney en chassa les Russes,
avait fait quitter le service qu'il aurait, disait-il encore, repris
pour aller mourir sous les aigles à Waterloo, si la balle ne l'eût privé
de l'usage du bras droit. Mais, me servant de l'épithète qui va si bien
au militaire français: «Mais mon brave, lui dis-je, vous avez éprouvé
d'autres malheurs que votre blessure, car un militaire ne verse pas de
larmes pour un pareil accident.» Alors il nous avoua que c'était
l'arrestation et le danger que courait son ancien chef qui le rendaient
imbécille de douleur. Mon premier mouvement fut de me jeter sur son
cœur, de le serrer contre le mien, mais il y avait des témoins, et je me
contins assez pour ne presser que sa main. Eugène l'invita à se mettre à
notre table, et notre nouvel ami continua ainsi à voix basse: «Vous le
connaissez, vous l'aimez aussi; ah! cela se voit. N'y a-t-il pas de quoi
mettre le feu à une ville, de songer qu'il y a pourtant des gens qui se
réjouissent de la mort de celui qui a sauvé tant de milliers de
Français?» Je l'excitais à parler, car chaque parole était un éloge pour
Ney. La confiance s'établit bientôt davantage et l'on parla à cœur
ouvert. Notre sergent nous déclara qu'ils étaient plus de trente, tous
résolus, si le maréchal était condamné, de former un complot pour
l'enlever. «Nous sommes trente, mais il ne faudra que frapper du pied
pour faire sortir plus d'un millier d'hommes. Ney est adoré du soldat et
admiré et respecté des bourgeois; mais on ne le condamnera pas.»
Léopold, avec beaucoup d'adresse, sut pénétrer tous les desseins du
militaire, et découvrir à quel point on pourrait s'engager et compter
sur un dévouement si franchement exprimé. Mon cœur me fit voir tout ce
que j'osais espérer, en cas d'un jugement fatal. On se quitta après de
bien cordiales effusions. Eugène dit au brave de venir le trouver le
lendemain, qu'il lui donnerait asile à son domicile, pour éviter les
allées et venues qui pourraient exciter des soupçons.

J'appris par une autre voie encore, qu'on avait un plan arrêté
d'évasion, dans le cas où Ney serait condamné, et, je l'avoue sans
craindre d'exprimer toute ma pensée, j'applaudissais non seulement à ce
dévouement intrépide pour sauver une tête si chère, mais je fis tous mes
efforts pour encourager et soutenir ces généreuses résolutions.

Eugène était lié avec le bon, le sensible Gamot, beau-frère de Ney; il
me le fit connaître, et cet excellent homme voulut bien pardonner ce
qu'il y avait eu d'égaremens et de faiblesses dans ma liaison avec Ney,
en faveur de l'intérêt courageux et passionné qu'il me vit pour celui
dont la mort cruelle a abrégé ses propres jours. Gamot espérait peu, il
redoutait même la franchise un peu rude du maréchal, et sa juste fierté
dans les réponses de l'instruction. J'étais convenue d'un lieu sûr pour
rencontrer le gendarme dont j'ai parlé plus haut. J'y courus à la
première nouvelle que le procès allait commencer. On vivait dix ans dans
de pareilles journées. L'ame soutenait les forces du corps, sans cela le
mien n'eût pu, malgré ma force physique, résister à toutes mes courses,
tantôt en voiture, plus souvent à pied, d'un lieu à un autre, rentrant
chez moi pour changer de vêtemens, en mettant souvent, pour dérouter D.
L***, que je supposais m'épier, de différentes classes et allant dans
toutes sortes de lieux où je n'aurais certes jamais mis les pieds sans
le sentiment tout-puissant qui, dans ces jours d'effroi et
d'incertitude, me rendait tout indifférent, hors le nom de la victime
menacée. Je sentais naître dans mon cœur bouleversé d'affreux desseins
dont la seule pensée me fait frémir aujourd'hui où tant d'années de
deuil ont posé sur mon désespoir cette terrible empreinte du temps, qui
efface tout, bonheur, joie, désespoir et haine. Mais dans un tel oubli
je ne puis comprendre d'indignes trahisons dont j'épargne à mes lecteurs
la triste énumération.

Toutefois il m'est doux de rendre justice aux traits honorables d'un
dévouement qui fut sans récompense, et qui n'était pas sans dangers. Je
trouvai le gendarme fidèle au rendez-vous; il se chargea d'un billet
ouvert qui parvint encore à Ney; ce fut le dernier. J'employai tous les
moyens pour obtenir de voir le maréchal: ce fut impossible. Le messager
de ma douleur me parut convaincu que le maréchal serait condamné; mais
il ajoutait: «Qu'importe la condamnation! elle ne sera pas exécutée, car
on tentera de l'enlever très certainement, et l'escorte laissera faire,
soyez-en sûre.

«--Oui, si elle était composée de soldats ayant vu sa bravoure et
apprécié sa loyauté.» Quel or eût pu payer de pareilles assurances en
pareille position? Aussi je prodiguais à pleines mains ce qui m'en
restait; et je dois à la vérité de dire qu'il me fallut user de ruse et
presque de force pour le faire accepter de ce brave homme, qui, dans cet
entretien, me dit aussi que madame la maréchale était l'ame d'une foule
de généreuses démarches formées pour son malheureux époux. J'ai dit que
j'avais deux logemens et une chambre où j'allais me travestir pour mes
courses; l'un était situé dans le faubourg Poissonnière. Sans absolument
faire liaison, j'avais contracté avec une ouvrière en dentelle, dont le
mari peignait sur porcelaine, cette bienveillance du _bonsoir_ et du
_bonjour_, inévitables questions du voisinage. La femme avait une
trentaine d'années et le mari un peu plus; ils avaient trois enfans. Je
ne puis passer devant des enfans sans éprouver le désir de les
embrasser. Mes attentions bienveillantes m'avaient d'abord valu la
joyeuse familiarité des marmots et toute la politesse amicale du père et
de la mère, des saluts, des révérences et des questions. La femme avait
eu un frère tué à Waterloo, et son mari, garde nationale, avait commencé
sa carrière militaire assez noblement sur les hauteurs de Montmartre. On
ne m'approche pas long-temps sans connaître mon humeur guerrière, et
cette tournure d'esprit avait encore accru la bonne prévention de mes
hôtes.

Un soir que je venais pour brûler quelques lettres, j'appelai: personne
ne répondit. À tout hasard je frappe un coup très fort. «On y va»,
répond alors une voix entrecoupée de sanglots. Au même instant la porte
s'ouvre et me montre la pauvre voisine tout en larmes. Un malheur venait
de frapper son mari: il s'était trouvé avec quelques amis dans un café;
on y avait parlé de l'affaire du maréchal Ney, la grande affaire du
jour; on n'avait dit que ce qu'on pensait, mais peut-être comme on
n'aurait pas dû le dire; il y avait là des gens qui écoutaient, et avec
de bonnes instructions sans doute; on vint sur la place même arrêter le
groupe dont son mari faisait partie, et avec les autres il a été conduit
à la préfecture de police. Je rassurai de mon mieux la petite famille,
en disant ce que je pensais, et ce qui arriva, que, le lendemain, le
mari serait libre. Je restai près de deux heures pour consoler cette
pauvre mère; la sienne arriva: c'était une femme fort âgée. Je promis à
ces bonnes gens de suivre l'affaire, et dès le lendemain je fus assez
heureuse, grâces aux démarches d'Eugène, pour que lui-même allât
reconduire un fils, un époux, un père chéri, au foyer d'une famille
désolée. Je vins le soir, avec Eugène et ce militaire dont j'ai parlé,
qui ne le quittait plus, chez ces bonnes gens; le mari renouvela à
Eugène les remerciemens qu'il lui avait faits déjà, et nous conta en peu
de mots le sujet de la dispute. Parmi les personnes avec lesquelles il
s'était trouvé, il y avait trois ou quatre militaires qui s'étaient
battus à Waterloo sous le général Gérard. Dans le même café étaient en
même temps des individus s'appelant _volontaires royaux_; ceux-ci,
ajoutait le naïf narrateur, se mêlèrent de la conversation, et après
beaucoup d'autres disputes, ils voulurent parler de Waterloo; là-dessus
trois des nôtres prirent feu.

Le pour et le contre des opinions de part et d'autre échangées, avaient
poussé la discussion jusqu'aux injures personnelles, et, comme derniers
argumens, les coups de poing étaient arrivés, puis l'intervention des
gendarmes et le séjour à la préfecture de police.

Nous conseillâmes à notre garde national d'éviter ces réunions; il nous
dit n'y avoir été que dans l'espoir d'apprendre quelque chose de relatif
au maréchal Ney, et il était bien désolé de l'imprudence de ses amis,
qui, n'étant pas de Paris, allaient sans doute être renvoyés dans leurs
départemens. Circonstance d'autant plus fâcheuse, ajoutait notre homme,
que ses six camarades valaient un bataillon en cas d'événement. Il n'y
avait pas à se tromper sur de pareilles révélations, et nous apprîmes
qu'une tentative d'évasion bien combinée restait toujours possible pour
celui que tous nous eussions voulu sauver au prix de notre sang: au
besoin, l'or n'eût point manqué, mais il n'était qu'un accessoire, et
nullement un stimulant nécessaire d'une telle entreprise; car les cœurs
volaient au devant de ce sacrifice d'une pitié généreuse. Comme preuve
de ces dévouemens désintéressés, il suffit de citer mes voisins du
faubourg Poissonnière. Ils étaient plus près de la pauvreté que de
l'aisance; eh bien, lorsqu'ils surent que je passais mes jours dans des
démarches infructueuses, hélas! mais dont Ney était l'objet, non
seulement le mari m'offrit son temps, son zèle, mais sa femme, sa mère
et lui, me supplièrent de disposer, si cela pouvait servir, de 1600
francs, fruit de leurs longues épargnes, espoir de leur petite ambition;
ils me portèrent leur trésor; ils me dirent, pour me le faire accepter,
de ces choses que l'ame seule inspire, et auxquelles la recherche du
langage ne fait qu'ôter leur énergique et inestimable prix: «Prenez,
Madame, prenez, il faut beaucoup d'argent; ne craignez pas de ne pouvoir
rendre: allez, nos enfans ne manqueront pas pour cela; et devraient-ils
porter la hotte du chiffonnier, ce sera un beau patrimoine à leur
laisser, que de leur dire: Nous avons employé votre légitime à une belle
action, nous sommes pour quelque chose dans des efforts qui ont sauvé la
vie du guerrier qui la prodigua toujours pour la France.» À pareils
élans de générosité, je ne pouvais répondre que par des larmes. Pour
excuser et faire accepter mon refus, il me fallut montrer les sommes que
j'avais encore en portefeuille, promettre que si l'argent me manquait,
je reviendrais frapper à leur petite bourse. «La somme reste là, me
dirent-ils, elle attendra vos ordres.» Cette scène se passait dans une
petite chambre d'ouvriers; les héros de ces offres généreuses, inspirés
par une noble pitié pour un guerrier malheureux, vivaient péniblement du
fruit de leurs labeurs: c'était un sacrifice pour un proscrit, un
sacrifice sans espoir d'autre récompense que le bonheur même de la bonne
action.

Je le demande à tous ceux qui ont un peu expérimenté le cœur humain: si
l'on trouverait dans les classes élevées une aussi prompte élévation de
sentimens, et si l'opulence offre son superflu avec ce noble élan de
cœur qui porte quelquefois la médiocrité à immoler son nécessaire?

Je revis une fois encore ces braves gens, ce fut après la mort du
maréchal Ney; j'étais prête alors à partir pour Bruxelles, d'où je ne
comptais plus revenir. Leur muette pitié, en mêlant leurs larmes aux
miennes, était une déchirante éloquence, et elle fut alors ma seule
consolation, s'il est des consolations pour de pareilles douleurs!



CHAPITRE CLXIII.

Souvenirs de Labédoyère.--Procès du maréchal Ney.--Sa comparution devant
le conseil de guerre.


Chaque jour me devenait une inquiétude nouvelle, un sommeil affreux. Le
maréchal était en prison, et D. L*** m'avait tant recommandé, dans
l'intérêt même de Ney, de ne faire aucune démarche qui pût soit éveiller
les soupçons, soit même ajouter, par ma présence et la publicité de
notre liaison, aux peines d'un ami malheureux des chagrins de plus d'une
nature, que je commençais à me laisser persuader.

C'est le 19 août que l'infortuné guerrier était arrivé à Paris, et
immédiatement enfermé à la prison militaire, et de là à la conciergerie.
L'instruction du procès fut longue, bien longue, surtout pour mon cœur.
D. L*** me tenait alors en prison chez moi, et chez lui ensuite, avec
l'autorité de ce qu'il appelait mes plus chers intérêts, afin, sans
doute, que deux destinées fussent jusque dans leurs douleurs enchaînées
par une triste ressemblance. Chaque jour, D. L*** me rendait compte du
résultat de l'enquête qui se poursuivait avec une extrême activité de la
part de ceux qui eu étaient chargés, et avec une lenteur excessive pour
les inquiétudes impatientes de l'accusé. Comment peindre mes angoisses à
chaque récit! Quand on me citait le sens d'une déposition de quelque
témoin important, je la faisais répéter, je la tournais et la retournais
en quelque sorte sur mon cœur, pour y chercher quelque côté favorable.

Par un de ces hasards que la fortune se plaît à rapprocher comme pour
combler la mesure des terreurs attachées aux discordes civiles, le 19
août, ce jour même qu'un maréchal de France revoyait, à la manière d'un
criminel, caché dans un fiacre, ce Paris dont son bras avait enrichi les
monumens de drapeaux enlevés sur vingt champs de bataille, ce même 19
août avait retenti un premier arrêt de mort contre un jeune guerrier,
triste prélude de celui qui semblait réservé à un vétéran. Charles
Labédoyère venait de comparaître devant un conseil de guerre, et avait
subi la sentence qu'il avait lui-même prédite, dans une discussion
orageuse de la Chambre des Pairs, par cette réplique douloureuse: «En
cas de changement, ne serais-je pas le premier fusillé?» Charles était
depuis quelque temps mon ami; j'avais partagé ses illusions. Son corps
percé de balles, voilà l'épouvantable horizon à travers lequel le retour
de Ney m'avait apparu. Les circonstances avaient précipité Ney;
Labédoyère avait précipité les circonstances. En pesant les accusations
à la manière des casuistes politiques, je trouvais une différence dans
la conduite de ces deux guerriers, et comme une lueur d'espérance; mais
quand la douleur nous porte un premier coup, on ne mesure plus les
chances de ceux dont il lui reste à nous frapper. La pensée ne s'arrête
plus alors aux calculs, elle court droit aux pressentimens fiévreux du
désespoir. Labédoyère, dont le nom était déjà célèbre par les aventures
déplorables de son aïeul, qu'un roman connu à célébrées, venait de
marquer sa place dans l'histoire par sa part active dans les événemens
de 1815, et plus encore par sa mort tragique et malheureuse. Hélas! en
me rappelant son ardeur bouillante, cette soif de périls et de
belliqueuses émotions, cet abandon de tous les intérêts à une sorte de
fanatisme militaire, je croyais me rappeler aussi qu'il y avait
quelquefois des accès de sombre mélancolie dans cette ame de feu; je
croyais avoir surpris sur ce noble front quelques vagues présomptions de
malheur, passant quelquefois à travers les rayons de cette gloire dont
il était si avide.

Plongée dans une espèce de délire pendant la courte procédure qui
conduisit le jeune compagnon de mes rêves de victoire sous le feu... qui
n'était pas, hélas! celui de l'ennemi, le nom chéri de Ney s'était mêlé
au sien dans mes cris de douleur! D. L*** et la rumeur publique
m'avaient seuls appris les détails de ce cruel événement. Je ne le
rappelle qu'en ce moment dans mes _Mémoires_, parce qu'il y a toujours
dans les grandes catastrophes un accablement du cœur qui fait qu'on les
sent plus quand elles s'éloignent, que quand elles vous surprennent.

C'est ainsi que le jugement du plus jeune de nos guerriers, sa calme
attitude devant le conseil de guerre, son courage plus difficile devant
des fusils français dirigés sur sa poitrine, étaient devenus en quelque
sorte le cauchemar de mes nuits, et les avaient troublées davantage à
mesure que le temps s'écoulait. Peut-être aussi, outre l'intérêt tendre
et religieux qui m'attachait au souvenir du malheureux Labédoyère,
sentais-je retentir plus effrayantes les menaces de cette première
rigueur, à mesure que le moment approchait, où Ney lui-même allait
comparaître devant un tribunal, et voir mettre ses lauriers et sa
conduite dans le bassin des préventions politiques.

Quoi qu'il en soit de ces terreurs superstitieuses d'une femme, je n'en
supportais pas avec moins d'impatience les délais si prolongés d'une
pénible et humiliante détention, et je craignais, avec le bon et
sensible Gamot, que l'esprit impétueux du maréchal, fatigué des
minutieux détails des interrogatoires et du greffe, ne tranchât ces
inextricables lenteurs par quelque imprudence, ou quelque violente
exclamation. Pourtant, de l'aveu même de D. L***, qui, d'avance, savait,
je ne sais comment, mais d'une manière précise, le sens de toutes les
dépositions des témoins, le maréchal montrait un grand caractère et un
calme qui pouvait singulièrement influer sur la conviction des juges.

La fameuse Ordonnance du 24 juillet 1815 portait que les généraux et
officiers qui avaient contribué au renversement du gouvernement royal,
seraient traduits devant des conseils de guerre compétens dans leurs
divisions militaires respectives. En vertu de cette Ordonnance, le
maréchal Ney, qui y était désigné, devait être traduit devant un conseil
de guerre à Paris. Les formes de la justice militaire ont quelque chose
de si expéditif, la promptitude de l'exécution des jugemens laisse si
peu de repos aux préventions pour s'éclaircir, aux preuves pour
s'accumuler, qu'il est bien naturel, malgré la loyauté des personnes, de
se défier des périls inséparables de ces sortes de juridiction. Aussi,
dès les premiers pas de l'instruction, les conseils de Ney furent d'avis
d'élever, avant tout, une question d'incompétence, le maréchal faisant,
à l'époque des événemens qui donnaient lieu aux poursuites, partie de la
Chambre des Pairs; inviolable par cette qualité, il ne pouvait être jugé
que par les siens. On avait même été d'avis que le maréchal ne fît
aucune défense devant le tribunal primitivement désigné.

Dès que je connus la composition du conseil de guerre dont les membres
venaient d'être choisis, par une de ces divinations du cœur, je
n'entrevis pas les avantages de l'incompétence qu'il s'agissait de
décliner. Quand l'histoire verra que c'était la valeur, la loyauté,
l'identité presque parfaite de la situation et de la conduite, qui
allaient prononcer sur le sort de l'amitié, elle inscrira comme une
fatalité de plus dans une destinée fatale le choix et la préférence
accordée à une cour qui ne pouvait être plus imposante par les titres,
ni plus indulgente par les souvenirs. En effet, quels allaient être les
juges de Ney? ses frères d'armes, les maréchaux Jourdan, président,
Masséna, Augereau, Mortier, les lieutenans généraux Gazan, Claparède et
Villatte.

J'écrivis à Ney quelques mots que j'essayai de lui faire parvenir par le
gendarme dont j'ai parlé, pour lui communiquer, avec toute l'inspiration
de la tendresse, mes craintes et mes pressentimens. Hélas! cette fois
mon messager me rapporta ma lettre, que ses fonctions n'avaient pu lui
permettre d'utiliser.

Je le regrettai d'autant plus, que je me persuadais que l'inspiration
d'une cour qu'il savait dévouée modifierait peut-être sa résolution, et
l'engagerait à accepter des juges dont le cœur lui était acquis. Je ne
sais point ce qui s'est passé dans l'ame de Ney sur ce sujet délicat,
mais j'eus quelques soupçons qu'il répugnait à donner à des frères
d'armes la triste mission et peut-être le pénible embarras de se
prononcer sur des événemens qui étaient pour la plupart leur propre
cause.

Sans chercher à sonder davantage la pensée de l'illustre accusé et de
ses habiles défenseurs, MM. Berryer père et Dupin, je me contenterai de
dire que la séance de ce conseil de guerre où le maréchal Ney parut
devant les maréchaux, le 9 novembre, fut grande et imposante. Le
vainqueur de la Moskowa en face des vainqueurs de Jemmapes, de Zuric, de
Castiglione, sentit admirablement le respect dû à ces grands noms,
dernier et singulier rendez-vous de la gloire française prononçant sur
elle-même, et, après trente ans de bataille, venant s'asseoir sur une
sellette de tribunal. Il y avait là pour Ney, comme pour tous ces
illustres complices des mêmes triomphes, une dernière épreuve à laquelle
tous devaient au fond désirer d'échapper. En allant au devant de
l'incompétence, Ney ne fit peut-être qu'interpréter les intimes pensées
de ceux qui l'eussent d'eux-mêmes invoquée. Le succès de ce premier
jugement ne paraissait douteux à personne: l'accusé demandait ce qu'à sa
place eussent demandé les guerriers magistrats.

La première séance dura près de sept heures; elle fut absorbée par la
lecture des pièces, des témoignages, et de tous les autres papiers de la
procédure.

Le lendemain, la lecture de l'instruction continua. Quand elle fut
achevée, le maréchal Ney fut introduit dans la salle d'audience. Je
n'étais point présente. D. L*** avait eu soin de me rendre toute sortie
impossible; mais il me rendit un compte si animé, si exact de cette
scène à laquelle il assistait comme témoin volontaire pour moi, et comme
témoin obligé pour son office, que je ne crains point de me tromper en
en reproduisant quelques traits. D. L*** me répéta lui-même, les larmes
aux yeux, qu'il avait pleuré à l'aspect du maréchal, entrant en quelque
sorte dans sa famille des camps, la démarche ferme, l'attitude calme, le
regard fier et bienveillant. «Il était, ajoutait D. L***, revêtu d'un
simple uniforme: sans broderie, portant les épaulettes de son grade, et
la grande décoration de la Légion-d'Honneur. Aussitôt que le maréchal a
eu pris place sur le siége qui lui était destiné, le maréchal Jourdan,
président du conseil, lui a adressé ces paroles: «Quels sont vos noms,
prénoms, âge, lieu de naissance, domicile et qualités.»

«--Par déférence pour MM. les maréchaux, j'ai consenti à répondre aux
questions de M. le rapporteur. Je dois maintenant me borner à déclarer
que je décline la compétence du conseil.»

«Le président a repris: «Le conseil donne acte à l'accusé de sa
déclaration. Maintenant, M. le maréchal, vous devez répondre à la
question que je vous ai faite, afin que votre identité soit constatée.
Votre défenseur aura la parole ensuite pour développer vos moyens
d'incompétence.»

«Le maréchal a déduit alors ses qualités, et cette touchante simplicité
à produit un mouvement inexprimable d'intérêt. Après ce court
interrogatoire, M. Berryer, dans un long et éloquent plaidoyer, a
développé les moyens d'incompétence, par tous les argumens que
l'histoire, les lois anciennes et nouvelles pouvaient offrir. Le général
Grundler, rapporteur, a résumé la discussion avec une noble et délicate
impartialité.

«Le conseil n'est pas resté plus d'un quart d'heure en délibération, ce
qui justifie jusqu'à un certain point vos conjectures que l'opinion
sembla faite, et que le maréchal aura peut-être à regretter de n'avoir
pas été jugé là définitivement. Quand le conseil a reparu dans la salle
d'audience, le maréchal Jourdan a dit: qu'à la majorité de cinq voix
contre deux, le conseil se déclarait incompétent. Voici les termes du
jugement tel qu'il fut inscrit sur les registres. Je vous en apporte une
copie qui circule.» J'ai eu lieu de vérifier depuis que D. L*** avait
dans cette occasion parlé comme l'histoire, et je donne en conséquence
la pièce telle qu'elle est devenue un document impérissable de ce grand
événement.

«Sur le rapport de M. le maréchal de camp Grundler, et après avoir
entendu le réquisitoire de M. le commissaire ordonnateur Joinville,
procureur du Roi;

«Le conseil, considérant:

«1° Que M. le maréchal Ney était pair de France à l'époque où il a
commis le délit pour lequel il est mis en jugement, en conformité de
l'ordonnance du Roi du 24 juillet dernier;

«2° Qu'un prévenu doit toujours être jugé dans le grade ou suivant la
qualité qu'il avait au moment où il a commis le délit dont il est
accusé;

«3° Que les maréchaux de France n'ont jamais reconnu, sous nos rois,
d'autre juridiction que celle du parlement de Paris; qu'à l'époque de la
création de ceux existans, ils ont été déclarés justiciables d'une haute
cour, et qu'assimilant M. le maréchal Ney à un général d'armée, pour lui
appliquer les dispositions de la loi du 4 fructidor an 5, on n'a pas dû
former, par analogie, un tribunal dont l'existence n'est reconnue par
aucune loi;

«4° Que M. le maréchal Ney est accusé d'un crime de haute trahison et
d'un attentat contre la sûreté de l'État, et qu'aux termes de l'article
33 de la Charte constitutionnelle, la connaissance de ces crimes est
attribuée à la chambre des pairs;

«5° Que l'ordonnance du 24 juillet qui prescrit l'arrestation et la
traduction devant les conseils de guerre compétens, de plusieurs
généraux, officiers supérieurs, et autres individus, et que celle du 2
août, qui a renvoyé tous les prévenus dénommés dans celle du 24 juillet
par-devant le conseil de guerre permanent de la première division
militaire, ne juge rien sur la compétence du conseil de guerre, tandis
que celle du 6 septembre, qui a renvoyé M. de Lavalette, dénommé dans
celle du 24 juillet, par-devant ses juges naturels aux termes des
articles 62 et 63 de la Charte constitutionnelle, donne lieu de penser
que la dérogation aux lois et formes constitutionnelles, prononcée par
l'article 4 de cette ordonnance, ne s'applique point à la compétence, et
nonobstant la réquisition de M. le procureur du Roi, déclare, à la
majorité de cinq voix contre deux, qu'il est incompétent pour juger le
maréchal Ney.

«Le conseil étant rentré en séance publique, M. le président a prononcé
à haute voix le jugement rendu par le conseil de guerre.

«Le conseil enjoint à M. le rapporteur de lire de suite le présent
jugement à M. le maréchal Ney, en présence de la garde rassemblée sous
les armes, et de le prévenir que la loi lui accorde vingt-quatre heures
pour se pourvoir en révision; et au surplus, de faire exécuter le
jugement dans tout son contenu.

_Signé_ MM. les maréchaux JOURDAN, _président_; MASSÉNA, _prince
d'Esling_; AUGEREAU, _duc de Castiglione_; MORTIER, _duc de Trévise_; et
par MM. les lieutenans généraux des armées du roi, CAZAN, VILLATTE et
CLAPARÈDE.

J'oubliais une circonstance de ce premier procès du maréchal, qui, s'il
eût été le dernier, ferait peut-être aujourd'hui une des plus belles
pages des annales de la monarchie; j'oubliais, dis-je, une circonstance
qui fit grande sensation dans le public, ce fut le refus du maréchal
Moncey de présider, en sa qualité de doyen des maréchaux, le conseil de
guerre. Les uns blâmaient, les autres exaltaient cette conduite. Le
Fabius en cheveux blancs fut mis aux arrêts par ordre du ministre de la
guerre, en punition de cette infraction aux réglemens militaires. Mais,
si après le jugement il restait des éloges pour le refus touchant du
vétéran de nos vétérans, il n'y eut aussi que des applaudissemens pour
les maréchaux qui avaient accepté et accompli la mission également
honorable de juger, avec une impartialité et une franchise d'opinion si
dignes de leur caractère, celui auquel pas un de ces grands capitaines
ne refusait la qualification de _brave des braves_.



CHAPITRE CLXIV.

Sinistres présages.--Lettre de Noémi.--Le domestique d'Eugène.--Détails
sur la mort de Murat.


Elle fut courte la trêve donnée aux inquiétudes de mon cœur, par l'issue
favorable du jugement des maréchaux. Vingt-quatre heures étaient à peine
écoulées, que D. L*** vint me dire que mes angoisses n'avaient été que
suspendues, et que Ney, suivant son vœu, allait être jugé par la Chambre
des Pairs. Les ministres devaient aller, dès le lendemain, porter à
cette assemblée l'ordonnance réglementaire des formes à observer dans sa
formation en cour de justice; car c'était pour la première fois que
cette attribution criminelle, prévue et indiquée par la Charte, se
trouvait mise en vigueur.

Avant d'entrer dans cette série d'émotions, qui allaient pour moi sortir
des incidens de chaque journée, il est encore un douloureux souvenir qui
demande place dans ce volume, comme si la perte des illusions de toute
ma vie n'eût pu se consommer qu'au bruit de la foudre frappant toutes
les têtes qui m'avaient été chères.

Pendant le commencement de la procédure de la Chambre des Pairs, je
reçus une lettre de Noémi, qui devint pour moi l'objet d'un nouveau et
terrible pressentiment. Elle m'annonçait l'errante destinée de Murat. Je
laisse parler Noémi.

«Les heures d'angoisses que je viens de passer, ne sont, je le crois
bien, ma chère amie, qu'un avant-coureur d'un plus grand désespoir
encore. Depuis ma dernière lettre, j'avais rejoint Joachim à la campagne
de l'amiral Allemand. Murat en est parti pour se rendre à Lyon. Il
voulait forcer l'Empereur à accepter son épée, et à lui permettre de se
battre en soldat, sinon en roi. Les événemens du 18 juin, qui venaient
d'abattre cette dernière espérance de mourir sur un champ de bataille,
l'ont fait revenir précipitamment dans ces contrées. Durant cet
intervalle, j'étais partie pour le rejoindre, et le prévenir contre des
intrigues préparées pour abuser encore son orgueil du fol espoir de
reconquérir un trône perdu maintenant sans retour. Revenue également sur
mes pas, je ne l'ai plus trouvé à Aubagne. Je tremblais pour sa vie,
sachant qu'une bande d'assassins, partie de Marseille, devait l'enlever
ou le tuer. Le maréchal Brune venait, contraint par les événemens, de
faire arborer le drapeau blanc. Pendant ce temps, Joachim arrivait à la
maison que j'ai près d'Antibes. Tout était combiné pour le sauver.
Rosetti, Bonafoux et Gueliani étaient à Toulon. Il était convenu que
Joachim se rendrait par des chemins de traverse à Roane, tandis qu'on
faisait courir le bruit qu'il se rendait dans l'intérieur de la France.
Tout était prêt quand il apprit qu'un bâtiment allait mettre à la voile
pour le Havre. Le duc della Rocca crut sans doute donner un utile
conseil à Murat, en lui persuadant que la mer avec ses naufrages serait
encore plus sûre à traverser, que la Provence avec ses passions; mon
cœur, sur ce point, eut bien de la peine à empêcher mon désespoir de
devenir injuste.

     «Malgré mes avis, malgré mes prières, Joachim a voulu prendre un
     parti différent de celui que ma prudence préférait, et cette
     résolution l'a perdu. Ne pouvant s'embarquer à Toulon, il devait,
     sur le rivage, rejoindre une chaloupe qui le conduirait à bord. Je
     l'attendais à ma campagne. Une vieille paysanne vint m'apporter une
     boîte, et me donner les détails suivans: Joachim était venu, mais
     la chaloupe avait été à trois fois repoussée. Le bâtiment
     s'éloignant trop, Joachim, toujours généreux, craignait de
     compromettre les marins qui devaient le conduire; il leur donna
     tout l'or qui lui restait, ne gardant qu'une seule pièce. Après
     avoir renoncé à cet espoir d'embarquement, Joachim gagna les
     hauteurs; c'était encore son esprit aventureux qui le guidait, et
     sa délicatesse naturelle, car il eût pu directement venir chez moi;
     il y eût été en sûreté, et m'eût épargné bien des larmes et de
     cruelles incertitudes.

     «Après avoir passé la nuit, battu par une pluie d'orage, Murat
     arriva, exténué de fatigues, à la cabane d'une pauvre femme; et
     celui qui avait remué les trésors d'un royaume, errant, mourant de
     faim, donna sa dernière pièce d'or pour la récompense d'un chétif
     service. Il m'écrivit alors ces deux lignes, auxquelles il joignit
     la bague qu'il portait depuis long-temps, et sur laquelle se
     trouvaient enlacés son chiffre, le mien et celui de Jules:

     «Je ne vais pas chez vous, bonne sœur de mon frère d'armes, chère
     Noémi; mon malheur s'accroîtrait encore si quelqu'un pouvait être
     inquiété et compromis à cause de moi. Je suis voué à la vie des
     proscrits. Si je succombe, unissez mon souvenir à celui de Jules,
     de votre frère, de mon premier ami. Adieu, chère Noémi; tâchez, si
     je meurs, de vous rapprocher de ma femme, de mes enfans; vous
     parlerez de notre enfance, de ces doux souvenirs qui ne sont pas
     trompeurs comme ceux de la gloire. Noémi, Joachim ne fixe plus les
     étoiles, la sienne est couverte d'un crêpe funèbre; mais non,
     n'ai-je pas sur mon cœur celle du brave, la mort donne à celle-là
     son éclat immortel.

     «MURAT, roi proscrit.»

     «N'est-ce pas quelque chose de grand et de beau que cette infortune
     qui donnait encore, et qui bientôt n'aura pas un abri pour reposer
     sa tête, cette tête si belle, couverte de tant de lauriers. Enfin
     il a pu s'embarquer, pour jouer encore une fois à cette loterie de
     la guerre, comme il l'a dit, et j'attends dans d'inexprimables
     tourmens le succès d'une entreprise qui me paraît de la plus
     téméraire imprudence. Je me prépare à venir à Paris. Tout ce qu'on
     apprend ici, ma chère amie, ne me révèle que trop les peines que
     vous partagez avec moi pour d'illustres infortunés. Mon projet est
     de réaliser le peu que je possède, de quitter la France pour
     jamais. Je place sur mon cœur le dernier don du roi proscrit, les
     dernières lignes de l'ami d'enfance. S'il échappe aux dangers de
     ses aventureuses tentatives, s'il y échoue sans périr, nous nous
     rejoindrons sur les heureuses terres de la libre Amérique. Je
     compte vous voir, mon amie, au premier jour du mois prochain. Ney,
     j'espère, ne restera pas en France, et Joachim, si son bouillant
     courage ne l'emporte trop, et qu'il rêve seulement le bonheur, il
     pourra encore le trouver auprès de l'amie de son enfance, de la
     sœur de son premier ami et votre toute dévouée.

     «NOÉMI.»

J'avais moi-même le cœur trop oppressé pour répondre à la pauvre Noémi.
Sa lettre avait singulièrement accru mes terreurs. Murat était presque
le synonyme de Ney pour la bravoure, pour l'enthousiasme de la gloire,
pour la générosité de tous les sentimens. Hélas! combien, deux jours
après la réception de la lettre de Noémi, ces mortelles superstitions
vinrent encore rembrunir davantage mon imagination déjà si chargée de
nuages, au récit des malheurs accomplis et de la ruine consommée de
Murat. Toutes les tendres et involontaires appréhensions de ma pauvre
amie sur ce roi, ami de son enfance, avaient même été cruellement
dépassées par une horrible réalité. Quel prélude à mes craintes qu'un
pareil accomplissement! Et encore la catastrophe de la mort de Joachim
ne vint pas comme un fantôme isolé effrayer mes songes. Je ne l'appris
pas dans sa nudité; elle se déroula sous mes yeux avec cette abondance
de tristes détails qui ajoutent encore mille terribles épisodes à un
drame terrible. Un pauvre domestique d'Eugène lui avait, quelques jours
après le 20 mars, demandé la permission d'aller fermer les yeux à sa
vieille mère, mourant à Marseille. Il achevait de remplir ce pieux
devoir avec son frère, marinier du port, au moment où Murat vint errer
dans ces contrées. La fortune des princes malheureux tente peu
d'ambitions, mais elle suscite quelquefois de nobles et extraordinaires
dévouemens. Tel fut celui de ces pauvres jeunes gens qui, séduits par le
malheur d'un roi proscrit, s'étaient élancés, par piété pour une grande
misère, dans la chaloupe qui l'avait emporté des côtes de la Provence
pour le déposer en Corse et de là le jeter sur les rivages de la
Calabre. L'un des frères avait péri dans la traversée, et l'autre, celui
qui avait été au service d'Eugène, fidèle à un vœu de son frère, suivit
le héros qu'ensemble ils avaient choisi.

Après la fatale exécution qui avait tranché une des vies les plus
brillantes par la mort la plus déplorable, Hilarion avait été pris les
armes à la main; échappé par miracle, il avait trouvé moyen de gagner à
la nage une felouque anglaise, et, par une pitié bien rare, accueilli
par elle, il fut déposé sur les côtes de la Provence. Arrivé sans
ressource à Marseille, quelques pauvres ouvriers du port, amis de son
frère, avaient fait entre eux une petite collecte, pour fournir à un
ancien compagnon les moyens de revenir à Paris, reprendre sa place
auprès de son ancien maître, dont il connaissait assez la générosité
pour espérer qu'il lui pardonnerait une négligence excusée par les
dangers de plus d'une bonne action. Il ne s'était pas trompé. Eugène
avait accueilli son pauvre Hilarion avec cette estime qu'inspire la
domesticité, quand elle s'élève au-dessus d'elle-même par de nobles
sentimens.

Eugène, pressé de m'apporter quelques nouvelles du jour, car tout est
nouvelle pour les cœurs qui ont un grand et douloureux intérêt dans la
vie, Eugène, n'ayant eu que le temps de reconnaître son fidèle
serviteur, l'avait amené avec lui chez moi, et c'est en ma présence
qu'il acheva le récit de tout ce qu'il avait souffert et de tout ce
qu'il avait oublié à l'aspect du pauvre Joachim, comme il l'appelait.

«Oh! monsieur, oh! madame, ce n'est rien que tout ce qu'on lit dans
l'histoire des revenans, en comparaison de ce que j'ai vu de mes yeux.
Je défie qu'on me montre un roman où le héros fasse tout ce que j'ai vu
faire à Murat. Ce qui m'a entraîné vers lui, c'est d'abord mon frère,
qui avait servi dans sa marine. Avant de prendre le parti de
s'embarquer, et d'aller tenter la fortune sur mer, figurez-vous un homme
qui voulait la tenter sur terre, et qui avait demandé au maréchal Brune
seulement une compagnie de chasseurs, et qui, s'il l'eût obtenue, fût
venu fièrement du sein de la Provence soulevée jusqu'à Paris, et qui
avait conçu le projet gigantesque de traverser la France entière, pour
venir, le sabre à la main, faire signer à un Autrichien, nommé
Metternich, avec lequel il avait des affaires, un passeport bien en
règle pour aller rejoindre sa femme et ses enfans.

«--Mais comment, mon cher Hilarion, dit Eugène en l'interrompant, une
fois Murat échappé des dangers de Marseille, et abrité en Corse chez un
ami, a-t-il conçu le fol espoir de reconquérir son royaume?

«--Ah dame! c'est ce que je ne vous expliquerai pas. Il y a bien des
choses là-dessous. Tous nos Messieurs disaient que cela n'avait pas le
sens commun; mais j'ai entendu le roi répondre: «Il n'y a pas de sens
commun à être brave, et cependant qui n'est fier d'être brave!» Mon
beau-frère, ajoutait le roi qui devenait encore plus beau en disant
cela, mon beau-frère n'a guère été plus raisonnable que je ne veux
l'être, en me représentant, comme lui, à mes sujets qui me redemandent;
eh bien! ce qui n'était pas raisonnable a été sublime une fois, il en
sera de même une seconde. La seule chose que j'aie observée, c'est que,
la veille du départ, le roi passa quatre grandes heures d'horloge avec
un officier anglais qui venait tous les jours de la côte, et qui avait
l'air diablement renard, quoiqu'il laissât toujours deux napoléons pour
boire à nous autres.

«Mais figurez-vous que personne de nous n'a pas plus réfléchi que le roi
quand il a été question de s'embarquer. Au moment du départ, un homme,
expédié de Paris par M. Fouché de Nantes, apporta au roi des passeports,
au moyen desquels il pouvait tranquillement se retirer en Autriche.
Qu'étaient le repos, la retraite, l'espoir d'une vie privée et monotone,
pour celui dont la vie avait été une longue aventure. Joachim se tourna
vers nous tous; car il ne nous cacha plus rien dès que nous lui eûmes
tous juré de le suivre, et il nous dit: «On me propose une existence de
chanoine, cela ne va pas à ma taille; d'ailleurs, il ne me faut pas
moins qu'un royaume pour récompenser tant de braves gens qui ont tout
sacrifié pour moi.» Hélas! il n'a conquis que le royaume des cieux par
le martyre le plus cruel qui puisse être donné à subir. Une tempête vint
en route nous entourer de présages de mort. Les bâtimens de notre petite
escadre, commandée par Barbara, marin inhabile où déjà traître, furent
dispersés, et quand nous fûmes en vue des côtes de la Calabre, il ne
restait plus au roi que le bâtiment sur lequel l'ex-grand-amiral de
France était monté avec cinquante soldats. Tous les signes étaient
funestes, et les premiers mouvemens de l'entreprise en annonçaient déjà
la fin déplorable. Un émissaire fut dépêché vers le rivage; mais les
douaniers n'en continuèrent pas moins à faire feu sur nos barques, en
gardant notre pauvre camarade. On s'éloigna un moment pendant la nuit;
l'officier qui commandait la barque du roi s'évada pour ne plus
reparaître. Nouveau symptôme de fatalité; car, voyez-vous, tout est
écrit là-haut, comme disait ma vieille mère en nous faisant ses adieux.
Joachim, qui était bon croyant, hésita un moment, averti par tous ces
signes funestes. Les vivres commençaient à nous manquer. Barbara, le
commandant, annonça qu'il avait des intelligences sûres, et demanda un
passeport pour se rendre à terre, se faisant fort de nous rapporter des
provisions. Le roi entrevit l'intention de le trahir et il eut encore la
magnanime imprudence d'accepter cette nouvelle fatalité.

«Malgré tant de sinistres présages, ou peut-être à cause de leurs
menaces, le roi voulut débarquer; l'impossible était un défi devant
lequel il n'était pas dans son caractère de reculer. Ce monarque-soldat,
suivi d'une armée de trente hommes, crut, à l'accueil des marins qui
gardaient le rivage, et qui le lui livrèrent aux cris de _vive Joachim!_
qu'il allait aussi mettre dans son histoire son épisode du golfe Jean;
mais un capitaine de gendarmerie ameuta les paysans; et notre petite
troupe, décimée par les balles, enveloppée par le nombre, après des
efforts acharnés, mais inutiles, fut contrainte de céder. C'est là que
j'ai reçu ma blessure. Le digne capitaine qui nous avait faits
prisonniers, nous fit tous fouiller, et nous enleva tout ce que nous
possédions. Un pareil vol annonçait toute une vengeance napolitaine.
L'assassinat ne se fit pas attendre. Tout ce que le roi, enfermé dans
une chambre, séparé de ses serviteurs, put obtenir, fut d'écrire aux
ambassadeurs d'Autriche et d'Angleterre pour réclamer l'exécution des
traités à son égard; mais, par une fatalité nouvelle, et une bien
italienne combinaison, ses lettres furent envoyées au gouvernement
napolitain, qui, maître du télégraphe, ordonna que le jugement de
Joachim fût immédiatement entrepris et aussitôt exécuté. Sitôt pris,
sitôt pendu! c'est le _credo_ de la générosité de ces gens-là. La
commission militaire ne se le fit pas dire deux fois, et elle expédia
son ancien roi avec toute la rage de l'ingratitude.

«Figurez-vous que pendant qu'on était censé juger le pauvre Joachim, on
agissait déjà avec lui comme avec un condamné. On lui enlevait son valet
de chambre, le fidèle de ses fidèles, qui ne l'avait jamais quitté, qui
fût mort avec lui. Dans la journée, le roi demanda à plusieurs reprises
l'heure: «Puisque le jugement se fait attendre, qu'on ne fasse pas
attendre mon dîner.» Non, jamais il ne se retrouvera un caractère de
cette trempe brillante! C'est un acier éblouissant qui aura été brisé
sans avoir reçu une tache.

«Le roi n'avait pas achevé son dîner que sa sentence arriva; il quitta
alors tranquillement la table, et demanda à voir ses généraux et son
fidèle valet de chambre; c'était bien peu accorder à un roi que de lui
laisser remplir ses devoirs d'ami; mais Murat, durant son empire, avait
trop pardonné pour qu'on lui pardonnât, et on lui a refusé cette
dernière grâce. Tout ce qu'on avait permis à celui qui avait si bien
porté le sceptre, cela a été d'écrire à sa femme une lettre qui fendrait
le cœur le plus dur, et que voici:

     13 Octobre 1815.

     «MA CHÈRE CAROLINE,

     «Ma dernière heure est sonnée: encore quelques instans j'aurai
     cessé de vivre; tu n'auras plus d'époux, et mes enfans n'auront
     plus de père! Pense à moi, ne maudis pas ma mémoire. Je meurs
     innocent, ma vie n'a été souillée par aucune injustice. Adieu, mon
     Achille; adieu, ma Lætitia; adieu, mon Lucien; adieu, ma Louise:
     montrez-vous toujours dignes de moi. Je vous laisse sans biens,
     sans royaume, au milieu de mes nombreux ennemis: restez toujours
     unis; montrez-vous supérieurs à l'adversité, et pensez plus à ce
     que vous êtes qu'à ce que vous étiez. Que Dieu vous bénisse!
     Souvenez-vous que la plus vive douleur que j'éprouve dans mes
     derniers momens est de mourir loin de mes enfans. Recevez ma
     bénédiction paternelle, mes larmes et mes tendres embrassemens.
     N'oubliez pas votre malheureux père!».

     «Il coupa une mèche de ses cheveux, la renferma dans la lettre, et
     chargea le capitaine-rapporteur de la faire parvenir à sa femme. Au
     moment de mourir, il refusa le bandeau et la chaise qui lui furent
     offerts. «J'ai trop souvent bravé la mort pour la craindre, dit-il
     à l'officier chargé de faire exécuter sa sentence.» Le portrait de
     la reine était empreint sur le cachet de sa montre; il le posa sur
     son cœur, recommanda ses compagnons d'infortune, et reçut la mort
     avec cette insouciance sublime qui l'avait fait si grand sur les
     champs de bataille.

Nous restâmes quelques instans muets d'admiration et d'attendrissement.
Eugène embrassa son fidèle domestique, qui avait eu assez de générosité
dans l'ame pour se dévouer à un proscrit, à ce Murat, vrai preux, égaré
un moment sur un trône. Quant aux dangers que le brave Hilarion avait
courus pour revenir en France, il les avait oubliés. Il ne connaissait
pas de malheur plus grand que d'avoir perdu ce dieu de Joachim. Et moi,
j'emportai de cette séance de nouvelles terreurs. La catastrophe de
Murat me sembla une sorte de malédiction lancée contre nos grands
capitaines, et j'en tremblai davantage pour celui qui allait se
présenter devant des juges, au moins français et justes, mais sous le
poids de bien périlleux et accablans témoignages.



CHAPITRE CLXV.

Procès du maréchal Ney devant la Chambre des Pairs.--Espérances
d'évasion.--Le maréchal Davoust, prince d'Eckmülh.


J'ai dit que D. L*** n'était pas l'ennemi du maréchal, mais simplement
une créature toujours dévouée du pouvoir qui paie; je dois même déclarer
que le soin qu'il se donnait pour connaître mes démarches, était au
contraire, à cette époque, plutôt l'effet de l'intérêt qu'il prenait à
ma tranquillité, que d'une pensée ambitieuse. Mais je n'ose affirmer que
s'il eût pu connaître mes relations avec le généreux Eugène, pénétrer
les plans de ce brave sergent, et les officieux services du gendarme
dont j'ai parlé, il n'eût pas cru de son devoir de dénoncer ces
compassions séditieuses. Aussi je poussai à cet égard la prudence
jusqu'au scrupule.

Le 21 novembre au soir, je reçus d'Eugène l'avis que le lendemain le
maréchal allait paraître devant la Chambre des Pairs. Tout le monde
connaît le procès et sa terrible issue. Les paroles du héros de la
Moskowa iront à la postérité; mais mon cœur ne peut résister au
douloureux plaisir de les transcrire.

Eugène, qui trouvait moyen de m'écrire quand il ne me voyait pas, D.
L***, qui me voyait ou m'écrivait plusieurs fois dans la journée, me
donnaient alors, séance par séance, les moindres paroles, les signes
successifs de la physionomie des juges.

Le premier jour l'accusé parut, comme devant le conseil de guerre,
accompagné de ses défenseurs MM. Berryer père et Dupin. Le Chancelier de
France, président, établit l'ordre réglementaire de la discussion,
engagea le public, admis pour la première fois dans l'auguste assemblée,
à une entière impassibilité, les avocats à la modération, tout le monde
au respect du malheur. Après l'interrogatoire ordinaire de tout procès
criminel, le maréchal a dit avec une effusion pleine de candeur et de
noblesse:

«Monsieur, avant de répondre à aucune autre question, je vous prie
d'insérer ici que je mets aux pieds du Roi l'hommage de ma respectueuse
et vive reconnaissance pour la bonté que S. M. a eue d'accepter mon
déclinatoire, de me renvoyer devant mes juges naturels, et d'ordonner,
le 12 de ce mois, que les formes constitutionnelles soient suivies dans
mon procès. Ce nouvel acte de sa justice paternelle me fait regretter
davantage que ma conduite au 14 mars dernier ait pu faire soupçonner que
j'avais eu l'intention de le trahir. Je le répète dans toute l'effusion
de mon ame, à vous, Monsieur, à la France, à l'Europe, à Dieu qui
m'entend, que jamais, lors de la fatale erreur que j'ai déjà tant
expiée, je n'ai eu d'autre pensée que celle d'éviter à mon malheureux
pays la guerre civile et tous les maux qui en découlent. Je l'ai déjà
dit: j'ai préféré la patrie à tout; si c'est un crime aujourd'hui,
j'aime à croire que le Roi, qui porte ses peuples dans son cœur,
oubliera cette funeste erreur, et que si je succombe, la loi n'aura puni
qu'un sujet égaré, et non un traître...»

Je ne veux point ici diminuer la part de l'éloquence courageuse qui
défendit pied à pied la gloire, l'honneur et la vie d'un guerrier sans
peur, et qui se croyait, dans le fond de son ame loyale, sans reproche;
mais il me semble que la simple voix du soldat fut au-dessus de la voix
savante des orateurs. Que Ney dut paraître beau, lorsque, dans l'excès
d'une défense qui semblait avoir besoin de tous les moyens, M. Dupin
invoqua la convention qui sépare Sar-Louis de la France. «Non,
Messieurs, s'écria celui qui avait fait ses preuves de nationalité au
prix de son sang, j'ai vécu, j'ai combattu en Français, je mourrai
Français.»

Craignant, malgré les preuves d'un zèle alors réel, que D. L*** ne
m'avouât pas toute la vérité, cette vérité douloureuse et cependant
nécessaire à mes inquiétudes, des détails de chaque jour, je multipliai
mes rapports mystérieux avec Eugène. Nous étions convenus de quatre
endroits secrets pour nous voir. Je m'échappais de chez moi sous des
costumes divers, tantôt en femme du peuple, tantôt en marchande,
quelquefois en homme. Ces sorties avaient pour but de courir dans
l'intérêt du mouvement, sans intentions séditieuses, par lequel, en cas
de condamnation, j'espérais que le maréchal pourrait être sauvé. Def...
(le sergent qui avait servi dans le 6e corps) avait compté jusqu'à
trente hommes résolus à tout, et sur cinquante autres prêts à les
seconder. Le gendarme également dévoué avait assuré que son corps
n'agirait pas contre toute tentative de pure évasion. Un jour, que nous
parlions de ces chances du désespoir, Eugène exprima des doutes sur
l'approbation du maréchal: «Il est assez grand, disait-il, pour résister
le premier à une tentative d'enlèvement.--Eh bien, répondait l'intrépide
sergent, on le sauvera malgré lui!»

Quand j'écoutais ces paroles, auxquelles aucune autre arrière-pensée que
la conservation d'une vie précieuse ne se rattachait, je me sentais
renaître; mais la solitude des nuits me remettait bientôt en face du
désespoir. Un soir, que j'étais rentrée plus tard qu'à l'ordinaire d'une
de ces courses consolantes, je trouvai D. L*** installé chez moi;
étonnée qu'il m'attendît à une heure déjà indue, je devinai à son ton
qu'il avait des données sur mes démarches. Ses premiers mots me
l'assurèrent: «Sous votre calme apparent, me dit-il, je lis votre
émotion; vous ne venez point du spectacle. Votre sensibilité vous égare
dans des démarches au moins inutiles et qui peuvent être dangereuses. On
ne changera point le cours des choses, on l'empirera peut-être: il n'y a
là que des chances de persécution et point de salut.» Tout ce que
l'éloquence a d'entrailles fut inutile pour convertir D. L*** à la
générosité; la gangrène était au cœur, sa réponse le prouve: «Je vous ai
donné une parole, je la tiendrai: vous verrez le maréchal; mais rien au
delà de ce dévouement. Je ne tenterai rien qui puisse me perdre
moi-même.--Et ces nobles enfans, et cette famille entière, et cette
France?

«Je ne suis point sourd à la pitié, mes soins vous le témoignent assez;
mais encore une fois, doit-on se perdre soi-même?» Et il n'y eut pas
moyen de le faire sortir de ce terrible argument de l'égoïsme. Puis il
voulut me faire parler, mais je ne risquai que ce qu'il fallait d'appât
pour le faire causer lui-même sur les moyens de sûreté qu'on avait pris.
Il m'en exposa plusieurs, et il compromit presque son rôle en
m'affirmant qu'il était matériellement sûr que toute tentative hostile
aggraverait la position de l'accusé.

Il y avait tant de bonne foi, j'oserais presque dire tant d'innocence
dans le projet dont on m'avait parlé, que je m'étonnais que tout le
monde n'en partageât point les périls. Je m'étonnai cependant encore
plus d'un billet que je reçus par la poste, le 24 novembre. Il ne
contenait que ces mots énigmatiques: «Il s'agit du plus haut intérêt:
trouvez-vous chez moi à midi.» Quoiqu'il n'y eût ni signature ni adresse
indiquée, je compris très bien; et arrivée au domicile d'Eugène, je l'y
rencontrai avec Def... et deux autres personnes parmi lesquelles était
M. Gamot. Cet excellent homme, avec un accent de douleur qui égalait la
mienne, me dit: «Vous êtes courageuse et intelligente: chargez-vous
d'une démarche qu'aucun de nous ne peut hasarder. L'un des officiers
supérieurs des cent-suisses se fait remarquer par son zèle et la
franchise de son indignation contre mon malheureux beau-frère; il faut
le voir, l'interroger d'une manière habile et indirecte sur la
possibilité d'une demande en grâce. Abondez dans son sens, laissez un
libre cours à ses colères politiques.

«--Mais où trouverai-je ce M. d'A***? je ne connais personne au château.

«--Allez demain à la salle des Maréchaux, vers l'heure de la messe. Que
votre toilette soit assez remarquable pour exciter tout d'abord son
attention. Sa vieille galanterie provoquera d'elle-même la
conversation.»

Fière de cette mission, j'éprouvai une approbation de ma conscience, et
je sentis qu'il peut être quelquefois honorable de tromper. Je pris mes
précautions d'élégance et de langage monarchiques. Je m'installai dans
la salle des Maréchaux. Par un premier succès, le vieux d'A*** était de
service; il accompagna le roi dans le passage des appartemens à la
chapelle. Mon enthousiasme, quoique factice, parut faire une agréable
sensation; ce sont ceux-là qui réussissent le mieux. Je n'étais plus
alors de la première jeunesse ni d'une beauté infaillible; mais aux
Tuileries cela fit merveille, et de vingt femmes qui se trouvaient là,
je fus la seule qui, au retour de la messe, et lorsque S. M. rentra dans
ses appartemens, obtint les regards et les paroles du fidèle d'A***. La
conversation engagée une fois d'une manière assez vive, nous descendîmes
ensemble le grand escalier. La parade commençait, et l'aspect des
troupes nous amena facilement au triste et cher intérêt qui avait
inspiré ma démarche. Le vénérable chevalier s'exprimait sur le compte du
maréchal avec une verve d'indignation qu'il me fallut supporter; il ne
mesurait pas ses termes, et les épithètes ne manquaient pas à son
opinion, d'ailleurs sincère et respectable. J'eus bien de la peine à
retenir mes répliques, qui eussent été également vives comme mes propres
sentimens, et je m'estimai heureuse de ne me point trouver là sous mon
costume militaire de la bataille d'Eylau, car notre conversation eût
bien pu finir par un duel. Les choses se passèrent mieux, grâces à ma
toilette, et je n'en remerciai que mon habit. Je revis plusieurs fois M.
d'A***, mais je ne retirai d'autre fruit de mes tentatives, que la
stérile conviction que le bon-homme ne savait ni ne pouvait rien. La
cour a son peuple comme la ville. Assister à la parade, montrer son
habit brodé aux factionnaires pour se faire porter les armes, causer
avec les gobe-mouches dorés, cohue tout comme les autres multitudes, ce
n'est point là une position politique et une source de secrets d'État.
J'en fis la complète expérience avec M. d'A***.

Au moment où je rendais compte à Eugène de ma troisième et infructueuse
démarche aux Tuileries, arriva le brave Def***, hors de lui. «Je suis
sûr de mon monde; nous avons des intrépides pour enlever le maréchal, et
des complaisans qui nous laisseront agir. Ney sera sauvé, quand même...»
J'avoue qu'en finissant par croire à un complot, mon cœur se troublait.
Je connaissais assez le noble cœur pour lequel je tremblais, pour
m'effrayer d'un moyen mêlé d'intrigues qui ne furent jamais dans son
caractère. Il fallait que dans cette pénible crise de ma vie tout fût
effroi, même l'espérance.

Outre ces amis si bons, si dévoués, dont on vient de voir le dévouement
prêt à tout, je m'étais mise en rapport avec tous les amis, tous les
anciens compagnons du héros, toujours en me cachant de D. L***, dont
l'inquisition redoublait de rigueur depuis que la marche du procès se
précipitait davantage. Mais plusieurs fois la chaleur de mon intérêt ne
trouva pas des échos bien fidèles; partout il est vrai on gémissait,
mais à voix basse, mais avec précaution. Dans le cours des dangers qui
commandaient chaque jour plus de prudence, le meilleur accueil qui me
reste à mentionner fut celui que je reçus du maréchal Davoust. D'une
grande rigidité de principes, d'une sécheresse et d'une brusquerie toute
militaire, le prince d'Eckmülh éprouva en me voyant une émotion bien
sincère, car elle l'entraîna à une affabilité inaccoutumée. Ce rival de
gloire d'un illustre guerrier compatit à mon désespoir, dont je ne lui
laissai pas pénétrer toutes les nuances. Mais que son intérêt était vif
pour son vieux compagnon d'armes! mais que sa bonté sympathisait bien
avec les vœux de mon cœur! Le ton du maréchal, alors déjà souffrant,
portait l'empreinte de cette secrète mélancolie, qui de nos propres
peines se porte avec une bienveillance douloureuse sur celles des
autres. Son esprit plein de sens, sans passions, déduisait avec une
triste vérité toutes les difficultés des circonstances. Étranger aux
partis et à leurs tentatives, il me rassurait cependant davantage, il
m'inspirait plus de confiance pour le salut de son glorieux rival, par
le calme de sa raison et la vraisemblance de ses argumens pacifiques,
que mes bouillans amis avec leurs aventureux projets. Dans une de ces
entrevues avec le vertueux prince d'Eckmülh, je m'emportai dans
l'expression de mes terreurs, rendues plus violentes par l'approche
d'une catastrophe trop prévue, jusqu'à m'écrier: Wellington sera pour
beaucoup dans le sort du maréchal; si Ney succombe, eh bien, je m'en
vengerai sur une vie ennemie, je l'irai chercher jusqu'à Londres s'il le
faut. Davoust me serra la main, en me disant: «Vous êtes une brave femme
et une femme brave.»

J'essayai aussi d'avoir quelques relations avec l'aide de camp du
maréchal Ney, qui, par son dévouement et sa position, me paraissait en
mesure de satisfaire cette curiosité affamée de nouvelles et de
confidences que l'état de mon cœur justifiait assez. Mais une prudence,
légitime sans doute, car elle ne pouvait prendre sa source que dans un
zèle long-temps éprouvé, lui fit éviter tout contact avec une personne
que tant d'honorables confiances entouraient. Le soin d'un repos qu'il
croyait nécessaire à son chef, mais que le caractère des événemens
recommandait suffisamment à mon cœur religieux, engagea sans doute
l'aide de camp à cette réserve. J'en souffris, mais je la trouvais trop
respectable pour m'en plaindre.

Pendant ce temps, le procès marchait toujours. Il arrivait, hélas! à sa
dernière péripétie; l'audition des témoins était épuisée; les
plaidoieries des avocats s'étaient multipliées sous toutes les faces. La
discussion allait s'engager dans le sein de la Chambre elle-même, sur
toutes les questions de peines, et sur la manière de compter les voix.
La surveillance de D. L*** redoubla; aidée par toutes les fatigues
corporelles qui accompagnaient mon supplice, elle eut plus de facilité à
me soustraire cette foule de détails précurseurs qui annonçaient le
fatal dénouement. Toute communication me devint presque impossible avec
le dehors. J'attendais de D. L*** l'accomplissement d'une promesse
sainte, qui, pour prix d'une douloureuse et dernière consolation, me
rendait résignée, presque obéissante, moi si indépendante, si
impérieuse! Tant il est vrai qu'un grand sacrifice de cœur assouplit
toutes les facultés de notre être.



CHAPITRE CLXVI.

Le 7 décembre 1815.--Derniers momens du maréchal Ney.--Visite à la
_Maternité_.--La sœur Thérèse.--Le serment du _cercueil_.


Le moment décisif approchait, et ce procès, qui avait duré si
long-temps, me semblait alors trop près de finir. Les heures, ces heures
de si mortelle inquiétude, je les comptais avec regret. Je passai les
journées des 5 et 6 décembre, et les deux nuits, dans toutes les
alternatives de l'espérance, de la crainte et de la douleur. D. L***,
attendri par le spectacle de mes larmes, avait retrouvé quelque chose
d'humain; il s'occupait avec une religieuse exactitude, et presque une
touchante tendresse, des soins qu'exigeait mon affreux état; il sortait,
rentrait, revenait de momens en momens, répandant sur mon ame tout ce
qui pouvait la soutenir et la ranimer. Tantôt je le repoussais avec
horreur, tantôt je l'implorais comme un dieu tutélaire; je le rappelais
en le suppliant de me rendre à la liberté; tantôt je l'accablais
d'injures pour avoir osé m'en priver. Dans les accès de mon délire, je
m'écriais avec désespoir: «Ne le verrai-je donc plus?

«--Vous le reverrez, mon amie; je vous l'ai promis, je vous le jure
encore», répondait-il avec une expression de douleur qui me glaçait
d'effroi.

«--Mais vivant, mais avant le dernier coup de la fatalité? Ô Dieu!
seriez-vous donc assez barbare pour vous jouer de mon désespoir?» Et à
plusieurs reprises je tombai sans force et sans voix à ses pieds.

«--Il n'est pas condamné encore, me disait-il; les hommes les plus
éloquens sont ses défenseurs. Tout Paris semble assister à ce procès
comme à celui d'un frère, d'un ami. Les débats font entrer la pitié dans
toutes les ames. Demain la commission des maréchaux paraîtra à la barre
des Pairs. Les plus puissantes intercessions, les plus vives démarches
seront tentées.

«--Laissez-moi libre; que du moins je m'associe à cet intérêt universel
que vous assurez qu'il inspire. Au nom du ciel, n'enchaînez point mes
pas, ne paralysez point mes efforts.

«--Ils vous perdraient sans rien ajouter à ses chances de salut; vous
lui raviriez un repos qui lui reste du moins dans cette pénible lutte,
le repos de ses consolations légitimes.

«--Vous m'assurez, sur l'honneur, qu'il n'est point condamné encore?

«--Non, je vous le jure, pauvre et malheureuse amie!» Et je laissai
encore arracher de mon cœur un sacrifice, celui de rester immobile.

Le 6 décembre, après une longue conférence où j'avais renouvelé toutes
mes prières de liberté, D. L*** sortit en faisant, à voix basse, des
recommandations à ses domestiques. Trois ou quatre fois il revint sur
ses pas, rentra enfin chez moi sans avoir la force de parler. Je le
regardais avec terreur, car il y avait aussi de l'effroi sur son visage,
si impassible ordinairement. «D. L***, vous me trompez, je le vois; tout
est fini, osez me le dire; peut-être cette ruse l'avez-vous employée par
compassion pour mes tortures, mais vous m'avez plus que tuée. Oh! votre
cruelle pitié me laisse en proie au plus affreux désespoir.

«--Je ne vous trompe point, malheureuse femme; je vous l'ai promis, vous
verrez le maréchal, mais calmez-vous; car votre désespoir ne peut le
sauver, et pour le revoir il faut du courage.» Mon cœur ne comprenait
que trop ces paroles terribles. Je tombai à genoux, cachant ma tête sur
l'ottomane, et faisant signe à D. L*** de me laisser seule; dans ce
moment sa vue m'était impossible à soutenir; et, dans ce moment même,
par une subite révolution de sentimens, lui seul me semblait cependant
encore capable de porter quelques adoucissemens à ma déchirante agonie.
Je pressais convulsivement ma tête dans mes mains; je parcourais
l'appartement à grands pas; les sanglots étouffaient ma voix; il n'y
avait plus dans tout mon être qu'une seule idée, qu'une seule sensation,
et elle était affreuse: il est perdu! Je restai plus d'une heure dans
cette crise du désespoir; enfin, une voix de femme m'en tira, en
m'adressant des paroles de consolation, avec un accent de bonté qui me
réveilla de ma stupeur, pour me faire apercevoir seulement alors qu'une
personne de la maison était accourue à mes cris. Par un pouvoir infini
de l'espérance, elle mesure ses illusions aux coups du malheur. Je vis
des larmes dans les yeux de cette femme, et je crus à l'humanité;
j'écoutai ses paroles: «Espérez, pauvre chère Madame; tout le monde
plaint le maréchal; allez, si les juges le condamnent, il est bien
certain qu'une grâce auguste viendra l'absoudre!» Cette femme était une
bonne et honnête royaliste, bien ardente dans ses affections politiques,
mais assez généreuse pour faire des vœux en faveur de celui qu'elle
appelait un si brave Français. «Ah! mon Dieu, continuait-elle, on
perdrait la tête d'un pareil événement. Tenez, tout le monde, dans la
maison, ne parle que du maréchal; on raconte ses exploits; on cite,
mieux que cela encore, ses traits d'humanité envers des émigrés et des
proscrits... «Allez, ma chère dame, croyez que rien n'est perdu quand on
porte un nom respecté même de ses ennemis.» J'écoutais... Je ne
partageais pas, hélas! la confiante sécurité de Mme Brunet; mais j'avais
trop besoin d'y croire pour ne pas recueillir avidement chacune de ses
paroles... Hélas! quelques heures encore, et Paris, la France, attendris
sur une haute infortune, allaient apprendre que cette vie toute de
gloire, et d'impayables services étaient à jamais perdus pour la France,
pour une noble épouse, pour de nobles enfans, pour l'amitié,
inconsolables!

Lorsque madame Brunet me vit un peu calmée, elle me pria avec de
touchantes instances de prendre quelque repos. Ce mot me causa un
frisson de mort. «Je veillerai près de vous, chère Madame, je vous
avertirai de tout; allez, si vous saviez comme M. D. L*** vous a
recommandée à nous!

«--Oui, répondis-je avec d'amères larmes, pour me priver de ma liberté.

«--Oh non, ma chère dame, pour vous empêcher de vous perdre et de donner
une douleur de plus à l'infortuné maréchal; il a une épouse, des enfans,
voyez-vous, et cet éveil de certaines relations différentes, dans un
pareil moment, pourrait... vous sentez cela; car je sais de M. D. L***,
qui vous respecte et qui vous sert en véritable ami, que vous avez une
belle ame.»

Il y a toujours du charme à inspirer de l'intérêt, mais les
circonstances donnent des nuances diverses à cette sensation, et les
expressions de la compassion de la bonne madame Brunet ne pouvaient en
trouver de plus favorables; elle était d'un âge fort avancé. Je me jetai
dans ses bras, y versant toutes mes douleurs, et son langage simple mais
doux m'arrachait à moi-même. Je cédai à ses prières, j'aurais cru
repousser les conseils d'une mère. Elle me fit avaler quelques
cuillerées de bouillon, car depuis quarante-huit heures je n'avais pris
aucune espèce de nourriture. Je ne pus me coucher, et je me jetai tout
habillée sur mon canapé. Madame Brunet s'établit près de moi et ne
voulut plus me quitter. Je la priai de me faire parler au fils du
portier. «Quand Monsieur sera rentré, me disait cette excellente femme,
car à présent il pourrait nous surprendre, et cela causerait de la peine
à son pauvre père, qui a tant besoin de ménager M. D. L***, pour une
affaire bien désagréable.

«--Comment, ce n'est donc pas un honnête homme que le père d'un brave
dont vous m'avez fait l'éloge?

«--Trop honnête, ma chère dame; mais la probité n'empêche pas d'être mal
avec la police.

«--D. L*** en est donc?

«--Oh mon Dieu! Madame; mais non pourtant...»

Voyant que mon ton interrogatif affligeait celle qui me prodiguait tant
de soins, et n'ayant pas besoin de son aveu pour asseoir mon opinion, je
la tranquillisai en paraissant m'intéresser à cette espèce de service
que D. L*** avait rendu au bon-homme de portier. «Eh bien, Madame,
sachez que le père Bertrand habitait Vannes à l'époque de l'affaire du
fameux Cadoudal. Il y était arrivé une dame en habits de deuil, avec cet
intérêt mystérieux et imposant qu'éveillent les apparences d'une haute
infortune. La dame n'était accompagnée que d'un seul domestique. La
chambre où elle couchait n'était séparée que par une cloison de celle de
la fille de Bertrand: veillant plus tard qu'à l'ordinaire, elle entendit
la dame parcourir à grands pas son appartement, prononçant des mots sans
suite... «Oui, disait cette dame, j'irai porter l'effroi dans ton cœur
au milieu du palais où tu te crois à l'abri de la vengeance.» D'autres
paroles prouvèrent trop de qui parlait l'étrangère. Bertrand, averti par
sa fille, frappa à sa porte et dit: «Madame, vous êtes découverte; mon
devoir serait de vous faire arrêter, mais votre sexe, votre douleur, me
retiennent. Cependant il faut vous éloigner à l'instant, et je vais vous
faire conduire jusque vers un point sûr, où vous pourrez vous embarquer
pour l'Angleterre.» L'étrangère, épouvantée, souscrivit à tout. Bertrand
l'accompagna lui-même; mais, à quelques lieues de Vannes, il fut arrêté
par des hommes déguisés en paysans. Entraîné dans le bois, il y vit une
voiture arrêtée et un homme qu'on déshabillait: c'était un parti de
chouans. Dans la voiture se trouvait M. de Pancemont, évêque de Vannes,
qu'on affublait à la hâte avec un habit de paysan. Le pauvre Bertrand
perdait la tête. Une fois entre les mains de la troupe, la dame lui jeta
une bourse qu'il eut la générosité de ne pas ramasser. Au milieu des
émotions de cette scène, Bertrand eut le bonheur de s'échapper. L'évêque
fut ramené mourant, et, depuis ce singulier événement, ne fit que
languir. Une lettre, une arme, trouvées sur le pauvre Bertrand, le
firent impliquer dans cette affaire. Sous Napoléon, vous le savez, la
police aimait mieux se tromper par excès de précaution que par défaut de
zèle. M. D. L***, qui a toujours eu le bonheur d'avoir des amis partout,
et qui pour son compte avait quelques obligations à Bertrand, le sauva
des mains de l'inquisition. Comme il aurait été inquiété à Vannes, M. D.
L*** le prit avec lui, sachant qu'il n'y a pas au monde un homme plus
sûr et plus honnête; mais vous sentez, Madame, qu'il ne doit plus se
mêler désormais en rien de ce qui touche à la politique; vous parlerez
donc à son fils quand on pourra ne pas s'en douter.

J'avais laissé parler Mme Brunet sans l'interrompre; je savais l'affaire
de Vannes à peu près, et elle me fit du bien par ces détails, auxquels
j'attachai aussitôt une espérance utile pour le moment. «Bertrand est
sensible et bon, me disais-je; il n'a pas même voulu perdre une femme
qui venait pour conspirer; eh bien! il m'aidera peut-être, il aura pitié
de moi, moi qui veux dévouer ma vie pour sauver celle d'un héros
malheureux!» Je fis promettre à Mme Brunet de m'amener Bertrand et son
fils aussitôt que D. L*** serait rentré. Elle resta encore près de moi
pendant un léger assoupissement, courte trêve de la fatigue et de la
douleur, que j'interrompis bientôt par des cris d'horreur. Je venais
d'entendre comme des soupirs d'agonie; il me semblait que j'étais
inondée de sang.

Peu d'instans après, vers minuit, D. L*** arriva, avant qu'on eût encore
pu calmer le délire qui m'avait saisie. La douloureuse condamnation du
héros de la Moskowa venait d'être prononcée; il venait de rentrer dans
sa prison, pouvant compter les heures qui lui restaient à vivre, et
venait de s'endormir d'un paisible sommeil. D. L***, d'une pâleur
horrible, violemment agité, cherchait à se contraindre.

«_Eh bien!_» lui dis-je, tenant mes yeux fixés sur les siens.

«--_Rien de nouveau!_ répondit-il; tâchez de prendre quelque repos.
Demain matin _nous sortirons ensemble_...» D. L*** avait prononcé ces
mots avec un calme apparent qui ne m'en fit point pressentir le sens
terrible. D. L*** me quitta fort tard. Je rappelai à Mme Brunet sa
promesse; elle descendit aussitôt, mais revint seule, m'assurant que
Bertrand viendrait le lendemain, mais que ce soir-là il était trop tard.
Je me contentai d'autant mieux de cette réponse, que j'avais ressaisi un
peu d'espérance à l'idée de ma sortie. Je ne me sentais ni le pouvoir ni
le besoin du sommeil, et cette dernière nuit, d'une illusoire espérance,
se passa à me livrer aux consolations de la bonne Mme Brunet, à écouter
tout ce qu'elle voulait bien répéter de généreux, de grand; car il est
des momens où tous les récits ont des charmes, toutes les voix de
l'éloquence, tous les détails de l'intérêt. J'écoutais avidement une
vieille et bonne femme, qui comprenait toute ma douleur, et qui
n'ignorait pas la gloire de celui qui la causait. Ses traits d'héroïsme
étaient venus jusqu'à elle. Mon cœur se flattait encore, et croyait voir
des chances de grâce dans cet intérêt de tous entourant la gloire et
l'infortune d'un seul. J'avais encore de l'or, j'en voulais offrir pour
prix de cette dernière illusion. Oh! oui, j'aurais donné tout ce qui me
restait au monde pour une de ces larmes d'une si touchante pitié.

La longueur d'une de ces premières nuits d'hiver finit par accorder un
peu de sommeil à ma garde si dévouée. Vers six heures du matin, on
frappe légèrement à la porte de la chambre. Je cours ouvrir... C'est D.
L***. Il vient à moi, me prend la main, et avec une émotion que je ne
lui avais jamais vue, et dont je ne l'eusse jamais cru capable, il me
dit, après m'avoir forcée de m'asseoir: «Mon amie, ce moment vous
deviendra la preuve que je suis fidèle à la parole donnée; l'exécution
en est cruelle, mais vous et lui l'avez voulu... Mon amie... Ney est
condamné. Il va périr, rien ne peut le sauver. Préparez-vous au dernier
regard.»

Je ne répondis pas un mot; ma raison, ma vie étaient comme suspendues.
Je regardais sans voir, mais j'agissais pour partir, j'agissais
convulsivement; je sentais un besoin d'air, un besoin de larmes. Un si
cruel désespoir n'en pouvait connaître le bienfait... D. L*** avait fait
sortir Mme Brunet; il me prit la main... Je reculai en frissonnant, mais
je ne la retirai pas.

«Ah! partons, par pitié! m'écriai-je.

«--Pauvre et chère amie! vous me faites tant de mal, je souffre tant de
vos peines, que je tremble de les aggraver...» Ici je fis un mouvement
qui épouvanta D. L***.

«--Quoi! m'écriai-je de nouveau; barbare! serait-il trop tard?
M'auriez-vous si atrocement jouée! Quoi! il serait tombé sans m'avoir
vue?... Mort! en emportant l'idée que j'aie pu manquer aux promesses de
nos beaux jours?... Mort! en me croyant infidèle à son infortune?... D.
L***, si vous m'avez privée de son dernier regard, arrachez-moi la vie,
ou tremblez pour la vôtre...»

À ces derniers mots, je m'étais élancée vers la porte... Effrayé, il me
dit: «Le maréchal respire encore, vous le verrez... Mais j'exige un
serment, un serment sans lequel je vous retiens ici aujourd'hui, et...
dans moins de deux heures, tout sera fini... Partons..., partons...,
soumettez-moi vos sermens, je souscris à tout.» Je le prononçai, ce
serment exigé, et D.. L*** me connaissait trop pour n'être pas certain
que ma promesse de ne jamais le faire connaître sous son véritable nom
serait sacrée.

Un fiacre nous attendait. D. L*** m'y fit monter; puis parla à l'homme
qui était sur le siége. J'étais tombée comme anéantie sur la banquette
de devant. Mes genoux se choquaient à blesser mes mains jointes étendues
devant moi; je voulais parler, je ne pouvais articuler un mot. D. L***
était lui-même horriblement agité. Je ne voyais rien; mais sur le pont
Louis XV, l'air plus vif qui me frappait le visage me fit lever les
yeux, et j'éprouvai un mouvement de joie en pensant aux amis intrépides
qui restaient au maréchal pour le sauver. On l'enlèvera, il ne périra
point, me répétai-je bien bas, en croyant aller à la plaine de Grenelle.
Hélas! j'oubliais que mes paroles pouvaient éveiller une affreuse
prudence. Il m'était réservé, avant le moment funeste, de passer par
toutes les alternatives de l'espérance et du désespoir. La voiture prit
par la rue du Bac... «Où me conduisez-vous?

«--Laissez-vous guider, pauvre amie.» Nous entrâmes par la petite rue du
Bac et par la rue Notre-Dame-des-Champs; D. L*** fit arrêter au bout,
tout près du mur; il était alors plus de huit heures. Personne ne se
trouvait là... Oh! que j'étais loin de pressentir le spectacle d'effroi
et de douleur qui allait m'accabler! Mon cœur s'oppressait à ne pouvoir
respirer, et je priai D. L*** de me faire descendre. «Plus tard, me
dit-il, en fixant toujours ses regards vers la grille du Luxembourg.

Tout à coup il s'empare fortement de mes mains; et pâle, défiguré, me
clouant à ma place: «Vous allez voir passer le maréchal, dit-il; c'est
ici le lieu du dernier regard... N'oubliez jamais que vous m'en devez le
déchirant bonheur.

«--Je le jure! pourvu que vous ayez enfin pitié de moi... Mais
laissez... laissez... descendre...; le voilà!» tels furent mes cris
d'agonie.

Ney descendait de voiture à la porte extérieure du Luxembourg;
l'expression de son visage était de ce calme sans ostentation qu'il eut
toujours sur les champs de bataille, en face des ennemis de la France,
et il y avait quelque chose de plus doux. J'étais anéantie et glacée...
Il regarda à droite et à gauche... Il cherchait le regard promis... Il
le rencontra... Il dut entendre mes sanglots... Je tendis les bras vers
lui, son regard me remercia... Puis il baissa légèrement la tête, comme
s'il eût craint de communiquer, par un regard d'adieu, la contagion des
proscrits aux cœurs fidèles et dévoués. À ce moment, je découvris le
peloton... Je m'élançai par un mouvement convulsif... D. L*** me retint
fortement. À l'instant même nous entendîmes le galop d'un cheval: «C'est
sa grâce!» disait D. L*** avec un accent qui l'honore à mes yeux; et
ayant eu plus de force contre la douleur que pour la joie, je tombai
anéantie sur le bras qui avait peine à me soutenir... Ce n'était point
la grâce... c'était le dernier ordre pour l'exécution... Je n'entendis
plus qu'une détonation sourde; le froid de la mort engourdissait mes
membres, j'étais immobile; mon ame seule était vivante... Oui, elle
seule, et je compris son immortalité à l'excès de ma douleur...

D. L***, qui avait des intelligences partout, me conduisait alors à la
Maternité, où il avait su me ménager la compatissante pitié d'une des
Sœurs, qui m'avait placée dans une petite chambre... Bientôt le silence
des vastes salles de l'hospice fut interrompu par des cris d'effroi; les
femmes fuyaient comme devant un objet d'épouvante. «Hélas! nous disait
la Sœur, c'est un objet d'éternelle pitié...» On venait d'apporter les
restes sanglans du héros...

Dans l'excès du malheur, le sort m'avait donc ménagé une dernière
faveur! La sœur Thérèse n'avait pris l'habit que pour suivre la plus
noble des vocations, celle de secourir et de prier. Elle avait perdu un
frère à la bataille de Montereau. Thérèse me pressait sur son cœur. Elle
ne me consolait point; elle pleurait avec moi le héros tombé sans
combattre... Pieuse et compatissante créature, elle me promit le bonheur
de voir les restes, «qu'on croirait, disait-elle, endormis sur des
trophées...» C'est entre ses mains que j'ai renouvelé mon serment à D.
L***; il put emporter la certitude de mon inviolable silence. Sœur
Thérèse me fit quitter une partie de mes vêtemens, pour m'habiller comme
elle. Je revis ce qui restait de mortel de Michel Ney. Gamot..., qui
oserait peindre les déchiremens de ton ame si belle? Quelle éloquence
rendrait le désespoir déchirant qui, près du cercueil du héros, marquait
la place que bientôt tu occuperais toi-même dans un tombeau?... Il n'est
plus!... Le voilà étendu percé de balles... Et ce n'est point ici un
champ de bataille. Ses restes mortels ne sont pas couverts des insignes
de sa glorieuse carrière... Ici il y a des larmes... des sanglots. Quel
cœur français en refuserait à une pareille infortune?

Adossée contre le mur en face du corps mutilé, je le regardais; je
comptais les blessures. Je me sentis tout à coup, par cette cruelle
contemplation, animée d'un délire féroce... Ah! sont-ce bien des larmes
que tu demandes, murmurai-je?... Non, non, le noble sang qui coula
toujours pour la France, ce sang demande... «des prières et des larmes!»
me dit la douce voix de sœur Thérèse et cette voix si compatissante alla
droit à mon cœur. Son visage, couvert de larmes, parlait si éloquemment
le langage de la douleur, que la mienne s'y confondit... Elle chercha à
détourner ma vue des restes glacés du héros; ses efforts étaient d'une
adorable charité. Je posai ma tête affaiblie contre son cœur; mes
pleurs, retenus long-temps dans mes yeux brûlans, s'échappèrent. J'étais
à genoux près de l'humble et pieuse fille; son doux visage offrait le
plus beau modèle d'une piété divine, de celle qui ne porte pas seulement
sur ses lèvres la prière d'une ame religieuse, mais qui l'élève du fond
du cœur au trône d'un Dieu qui pardonne. De grosses larmes coulaient
aussi sur sa paupière; elle prit mes mains, et les unissant aux siennes,
son rosaire se trouva dessus comme pour les enlacer. J'inclinai ma tête
brûlante sur le signe révéré de notre salut devant les restes du héros,
et du fond de mon ame s'échappa le vœu de ne vivre que dans une religion
qui me laissait l'espoir d'obtenir des prières pour son ame immortelle,
qu'escortent cent mille Français sauvés par son courage; une si
glorieuse carrière, une si déplorable fin s'inscriront mieux qu'ici dans
les plus éloquentes pages de l'histoire. On la redira d'âge en âge la
terrible catastrophe d'une si haute infortune. Oh! pourquoi l'éternité
n'a-t-elle pas quelques momens de clémence? Oh! si la tombe relâchait
quelques instans sa proie... Ney, ombre illustre, avec quel regard
assuré j'oserais dire mes souffrances à tes mânes sanglantes! J'ai
accompli aux jours de deuil la promesse faite dans les jours de bonheur,
le serment du cercueil est gravé dans mon ame; Ida, en y restant fidèle,
en redisant tes nobles qualités, a pu espérer le pardon de ses
erreurs...

Douze années ont passé sur la tombe du grand capitaine, et douze années
de larmes auraient dû épuiser ma vie; mais la source s'en renouvelle par
la puissance du souvenir et la religion du regret. Mes actions les plus
indifférentes, la Providence se plaît encore à en faire autant
d'hommages à une impérissable mémoire: par un rapprochement de pieuses
circonstances que mon cœur n'a point cherchées, mais qui devient une des
joies de mon éternelle douleur, c'est aujourd'hui, 7 décembre, que
Michel Ney succomba, et c'est aujourd'hui, 7 décembre, qu'à mon retour
du salut et des prières que je viens de déposer sur sa tombe; je trouve
chez moi, sous le tableau qui reproduit des traits chéris, les dernières
feuilles de mes mémoires, pour les corriger et les livrer à la
bienveillance publique.

Sœur Thérèse, vous n'êtes point là pour recevoir les sanglots qui
s'échappent d'un cœur dont toutes les blessures se rouvrent! vous n'êtes
point là pour demander grâce en faveur d'une vie d'erreurs, au nom de
tout ce que vous avez vu de souffrances et de tout ce que tous verriez
encore de larmes! Je suis seule avec tout le poids de mes douleurs
rajeunies. Mais de là-haut il me regarde, il m'entend peut-être: Michel
Ney reconnaît que j'ai tenu toutes mes promesses, et que mes jours sont
devenus une longue et fidèle prière sur son tombeau!


FIN DU SIXIÈME VOLUME.



NOTE DE L'AUTEUR.


La seule histoire complète du Procès du maréchal Ney, que l'on publia
dans le temps, est due à un écrivain courageux; elle est terminée par le
texte du jugement et la note qui le suit. Ces deux pièces complètent en
quelque sorte l'histoire de la catastrophe du 7 décembre 1815.

«À onze heures et demie du soir l'audience publique a été rouverte.

«M. le président a dit: Appelez à haute voix les défenseurs.

«Les défenseurs étaient absens[6].

«On n'a pas fait venir l'accusé.

«M. le chancelier, président, a prononcé l'arrêt suivant:

«Vu par la chambre l'acte d'accusation dressé le 16 novembre dernier par
MM. les commissaires du Roi, nommés par ordonnances de S. M. des 11 et
12 dudit mois, contre Michel Ney, maréchal de France, duc d'Elchingen,
prince de la Moskowa, ex-pair de France, né à Sar-Louis, département de
la Moselle, âge de quarante-six ans, taille d'un mètre soixante-treize
centimètres, cheveux châtains-clairs, front haut, sourcils blonds, yeux
bleus, nez moyen, bouche moyenne, barbe blonde-foncée, menton prononcé,
visage long, teint clair; demeurant à Paris.

«Duquel acte d'accusation la teneur suit (suit la teneur de l'acte
d'accusation);

«L'ordonnance de prise de corps rendue le 17 dudit mois de novembre
contre ledit maréchal Ney;

«Le procès-verbal de signification tant de l'acte d'accusation que de la
susdite ordonnance de prise de corps faite audit maréchal Ney, accusé,
le 18 dudit mois, et de remise de sa personne en la maison de justice du
département de la Seine;

«Ouï les témoins cités à la requête du ministère public en leur
déposition orale;

«Ouï également les témoins cités à la requête de l'accusé;

«Ouï le ministère public en ses conclusions motivées, et tendantes à ce
que l'accusé soit déclaré coupable du crime qui lui est imputé, et
condamné à la peine que la loi prononce pour le cas dont il s'agit;

«Ouï les défenseurs de l'accusé en leurs plaidoieries;

«Ouï également l'accusé en ses moyens de défense;

«La chambre, après en avoir délibéré, attendu qu'il résulte de
l'instruction et des débats, que le maréchal Ney, prince de la Moskowa,
est convaincu d'avoir, dans la nuit du 13 au 14 mars 1815, accueilli des
émissaires de l'usurpateur; d'avoir, ledit jour 14 mars 1815, lu sur la
place publique de Lons-le-Saulnier, département du Jura, à la tête de
son armée, une proclamation tendant à l'exciter à la rébellion et à la
désertion à l'ennemi; d'avoir immédiatement donné l'ordre à ses troupes
de se réunir à l'usurpateur, et d'avoir lui-même à leur tête effectué
cette réunion;

«D'avoir ainsi commis un crime de haute trahison et d'attentat à la
sûreté de l'État, dont le but était de détruire ou de changer le
gouvernement et l'ordre légitime de successibilité au trône;

«Le déclare coupable des crimes prévus par les articles 77, 87, 88 et
102 du Code pénal, et par les articles 1er et 5 du titre 1er de la loi
du 21 brumaire an 5, et encore par l'art. 1er du titre 3 de la même loi;

«En conséquence, faisant application desdits articles, lesquels sont
ainsi conçus, savoir:

«L'article 77: «Sera également puni de mort quiconque aura pratiqué des
manœuvres ou entretenu des intelligences avec les ennemis de l'État, à
l'effet de faciliter leur entrée sur le territoire et dépendances du
royaume de France, ou de leur livrer des villes, forteresses, places,
postes, ports, magasins, arsenaux, vaisseaux ou bâtimens, appartenant à
la France; ou de fournir aux ennemis des secours en soldats, hommes,
argent, vivres, armes ou munitions; ou de seconder les progrès de leurs
armes sur les possessions ou contre les forces françaises de terre ou de
mer, soit en ébranlant la fidélité des officiers, soldats, matelots ou
autres envers le Roi et l'État, soit de toute autre manière;»

«L'article 87: «L'attentat ou le complot contre la vie et la personne
des membres de la famille royale;

«L'attentat ou le complot dont le but sera:

«Soit de détruire ou changer le gouvernement ou l'ordre de
successibilité au trône;

«Soit d'exciter les citoyens ou habitans à s'armer contre l'autorité
royale, seront punis de la peine de mort;»

«L'article 88: «Il y a attentat dès qu'un acte est commis ou commencé
pour parvenir à l'exécution de ces crimes, quoiqu'ils n'aient pas été
consommés;»

«L'article 102: «Seront punis comme coupables des crimes et complots
mentionnés dans la présente section, tous ceux qui, soit par discours
tenus dans des lieux ou réunions publics, soit par placards affichés,
soit par des écrits imprimés, auront excité directement les citoyens ou
habitans à les commettre;

«Néanmoins, dans le cas où lesdites provocations n'auraient été suivies
d'aucun effet, leurs auteurs seront simplement punis du bannissement;»

«L'article 1er de la loi du 21 brumaire an 5: «Tout militaire ou autre
individu attaché à l'armée et à sa suite, qui passera à l'ennemi sans
une autorisation par écrit de ses chefs, sera puni de mort;»

«L'article 5: «Tout militaire ou autre individu attaché à l'armée ou à
sa suite, qui sera convaincu d'avoir excité ses camarades à passer chez
l'ennemi, sera réputé chef de complot, et puni de mort, quand même la
désertion n'aurait point eu lieu;»

«L'article 1er, titre III: «Tout militaire ou autre individu, attaché à
l'armée ou à sa suite, convaincu de trahison, sera puni de mort;»

«Condamne Michel Ney, maréchal de France, duc d'Elchingen, prince de la
Moskowa, ex-pair de France, à la peine de mort; le condamne pareillement
aux frais du procès;

«Ordonne que l'exécution aura lieu dans la forme prescrite par le décret
du 12 mai 1793, et ce, à la diligence des commissaires du Roi;

«Et, conformément à la faculté accordée par l'ordonnance de Sa Majesté,
en date du 12 novembre dernier, sera le présent arrêt prononcé
publiquement, hors la présence de l'accusé, et en présence de ses
conseils, ou eux appelés, et lu et notifié à l'accusé par le
secrétaire-archiviste de la chambre des pairs, faisant les fonctions de
greffier, à la diligence des commissaires du Roi.

Après le jugement, M. le procureur général a requis que, conformément à
la loi du 24 ventôse, an 12, le condamné fût dégradé de la
Légion-d'Honneur.

M. le président a prononcé que le maréchal Ney avait manqué à l'honneur,
et a déclaré, au nom de la Légion-d'Honneur, qu'il avait cessé d'en être
membre.

«Le présent arrêt sera imprimé et affiché à la diligence de MM. les
commissaires du Roi.

«Fait et prononcé en chambre des pairs, à Paris, le 6 décembre 1815, en
séance publique.»

       *       *       *       *       *

«Le 7 décembre, à trois heures du matin, la garde du maréchal avait été
remise à M. le maréchal de camp comte de Rochechouart, commandant de la
place de Paris, qui avait été chargé par M. le lieutenant général
Despinois, commandant la première division, d'après les ordres de MM.
les commissaires du roi, d'assurer l'exécution de l'arrêt de la cour.

«À trois heures et demie, M. le chevalier Cauchy, secrétaire-archiviste
de la Chambre des Pairs, remplissant les fonctions de greffier, s'est
présenté dans la prison du maréchal, qui dormait profondément, pour lui
lire son arrêt. Lorsque M. le chevalier Cauchy en vint à la lecture des
titres et qualités du maréchal; celui-ci l'interrompit en lui disant:
_«Dites Michel Ney, et un peu de poussière..._»

«Le maréchal entendit la lecture de l'arrêt avec le plus grand calme.

«Sur l'observation qui lui fut faite qu'il était le maître de faire ses
adieux à sa femme et à ses enfans, il demanda qu'on leur écrivît de
venir entre six et sept heures du matin. «J'espère, ajouta-t-il, que
votre lettre n'annoncera point à la maréchale que son mari est condamné:
c'est à moi à lui apprendre quel est mon sort.»

«M. Cauchy s'est alors retiré, et le maréchal se jeta tout habillé sur
son lit. Il ne tarda pas à s'endormir.

«À quatre heures et demie du matin, il fut réveillé par l'arrivée de la
maréchale accompagnée de ses enfans et de madame Gamot, sa sœur. Cette
femme infortunée, en entrant dans la chambre de son mari, tomba roide
sur le plancher; le maréchal, aidé de ses gardes, la releva; à un long
évanouissement succédèrent des pleurs et des sanglots. Madame Gamot, à
genoux devant le maréchal, n'était pas dans un état moins déplorable que
sa sœur. Les enfans, sombres et silencieux, n'ont pas pleuré; l'aîné est
âgé de onze à douze ans. Le maréchal leur a parlé assez long-temps, mais
à voix basse. Tout à coup il s'est levé, et a engagé sa famille à se
retirer.

«Resté seul avec ses gardes, il s'est promené dans sa chambre. Un de ses
gardes, grenadier de Laroche-Jacquelin, lui a dit: «Maréchal, au point
où vous en êtes, ne devriez-vous pas penser à Dieu? C'est toujours une
bonne chose que de se réconcilier avec Dieu.» Le maréchal s'arrêta, le
regarda; et, après un moment de silence, il lui dit: «Vous avez raison;
oui, vous avez raison: il faut mourir en honnête homme et en chrétien:
je désire voir M. le curé de Saint-Sulpice.» Ce brave grenadier ne se le
fit pas dire deux fois; l'ordre fut donné, et le curé de Saint-Sulpice
ne tarda pas à être introduit dans la chambre du maréchal. Il resta
enfermé trois quarts d'heure avec lui. Lorsqu'il se retira, le maréchal
lui témoigna le désir de le revoir à ses derniers momens. Ce vertueux
ecclésiastique lui tint parole. À huit heures et demie il était de
retour. À neuf heures le maréchal, averti que le moment était arrivé, a
descendu d'un air ferme et tranquille, au milieu de deux lignes de
militaires, les degrés de l'escalier du palais du Luxembourg. Une
voiture l'attendait à la porte du jardin; M. le curé de Saint-Sulpice y
est monté avec lui, et le maréchal lui a dit: «Montez le premier,
monsieur le curé; je serai plus vite que vous là-haut.» Arrivé à la
grille qui donne du côté de l'Observatoire, le maréchal a mis pied à
terre et s'est allé placer plus loin, en face des vétérans commandés
pour l'exécution de l'arrêt.

«Sur la proposition faite au maréchal de lui bander les yeux et de se
mettre à genoux, il a répondu: «Ignorez-vous que depuis vingt-cinq ans
j'ai l'habitude de regarder en face la balle et le boulet?» Il a ajouté:
«Je proteste devant Dieu et la patrie, contre le jugement qui me
condamne. J'en appelle aux hommes, à la postérité, à Dieu: Vive la
France!»

«Les vétérans ayant reçu l'ordre de tirer, le maréchal leur a crié, en
mettant la main sur son cœur: «Soldats, hâtez-vous et tirez là.» Les
vétérans ont fait feu.

«Ainsi périt, le 7 décembre 1815, et dans sa quarante-septième année, un
guerrier dont les exploits retentirent pendant vingt-cinq ans dans toute
l'Europe. Sa mort n'effacera point sa vie; et l'histoire conservera
soigneusement le souvenir des hauts faits qui l'ont illustrée.»

FIN DE LA NOTE.



NOTES


[1: _Tancrède_, tragédie de Voltaire.]

[2: Le pouvoir ténébreux.]

[3: Non pas la noble et courageuse épouse que la postérité classera
parmi les modèles d'amour conjugal; mais celle qui fut compromise dans
les troubles de 1816, à Lyon, dont l'époux fut conduit au château d'If,
et qui alla plus tard, avec son épouse et ses enfans, chercher une
patrie au delà des mers.]

[4: La cassette dont je parle ici resta entre les mains de D. L***
jusqu'au mois de juillet 1825. Je laisserai de côté tous les ennuis,
toutes les tracasseries que me suscita l'orgueil blessé et la haine
enfin déclarée de D. L***, après le fatal 7 décembre 1815; mais ayant
vainement tout employé pour me décider, je me garderai de dire tout ce
qu'il fit pour me forcer à la récompense; il lui plut de rappeler son
long attachement, ce qui n'était tout simplement qu'une lâche
spéculation, sûr moyen de contribuer à sa fortune politique. Je me dois
de déclarer que, lorsque j'eus traité de la publication de mes
_Mémoires_ avec M. Ladvocat, mon premier soin fut de rembourser l'argent
que D. L*** m'avait offert en 1815; et, quoiqu'il eût reçu de moi,
long-temps avant, des sommes bien plus considérables, je lui ai porté,
le 9 juillet 1825, 1325 francs en espèces, à son domicile, rue de la
Paix! Par un trait digne de D. L***, après avoir reçu mon argent, il m'a
encore retenu ma cassette jusqu'au mois d'octobre, et ne me l'a rendue
qu'ouverte, me forçant de lui donner connaissance des papiers, et
déchirant toutes les lettres où il était désigné par son nom, me faisant
des menaces bien inutiles, car il me reste une terrible preuve si je
voulais me venger: 1799 m'en laisse un infaillible moyen; mais que D.
L*** soit tranquille: le 7 décembre 1815 est son égide contre ma juste
indignation, et l'inviolable garant de mon silence.]

[5: Mme la maréchale Ney écrivit au duc d'Orléans, alors en Angleterre,
pour le supplier d'intéresser une grande puissance en faveur de son
époux; le prince répondit de la manière la plus honorable à cet appel
fait à la générosité de son caractère. J'ai vu une copie de la lettre au
régent, en 1817, entre les mains du duc de Kent, frère du roi
d'Angleterre.]

[6: À six heures et demie ils s'étaient rendus dans la salle servant de
prison au maréchal; celui-ci, voyant leur profonde affliction, leur dit,
après les avoir embrassés: «Calmez-vous, mes chers amis; nous allons
nous quitter, mais nous nous reverrons là-haut.»]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires d'une contemporaine - Souvenirs d'une femme sur les principaux personnages de la République, du Consulat, de l'Empire, etc... Tome 6" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home