Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires d'une contemporaine - Souvenirs d'une femme sur les principaux personnages de la République, du Consulat, de l'Empire, etc... Tome 8
Author: Saint-Elme, Ida, 1778-1845
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires d'une contemporaine - Souvenirs d'une femme sur les principaux personnages de la République, du Consulat, de l'Empire, etc... Tome 8" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES D'UNE CONTEMPORAINE,

OU

SOUVENIRS D'UNE FEMME SUR LES PRINCIPAUX PERSONNAGES DE LA RÉPUBLIQUE,
DU CONSULAT, DE L'EMPIRE, ETC.


     «J'ai assisté aux victoires de la République, j'ai traversé les
     saturnales du Directoire, j'ai vu la gloire du Consulat et la
     grandeur de l'Empire: sans avoir jamais affecté une force et des
     sentimens qui ne sont pas de mon sexe, j'ai été, à vingt-trois ans
     de distance, témoin des triomphes de Valmy et des funérailles de
     Waterloo.» MÉMOIRES, _Avant-propos_.

TOME HUITIÈME, Troisième Édition.

PARIS.

LADVOCAT, LIBRAIRE, QUAI VOLTAIRE, ET PALAIS-ROYAL, GALERIE DE BOIS.

1828.

[Illustration: LA CONTEMPORAINE À 19 ANS. Marbre Sculpté par Lemot, en
1797, chez le Général Moreau, _Exposé au Salon de 1812 sous le titre de
la Femme endormie_.]

[Illustration: LA CONTEMPORAINE en 1828.]

TABLE DU HUITIÈME VOLUME.

Chap. CXCIII. Retour et voyages à Calais, Dunkerque, Boulogne,
Bruxelles.--Le général Fressinet.--Les deux Espagnoles.--Mort de la
princesse Élisa.--Souvenir de Tallien.

Chap. CXCIV. L'officier à demi-solde secouru.--Lettre et nouveau
bienfait de Talma.--Nouvel essai dramatique dans Jeanne d'Arc.--Mes
premières inspirations littéraires.

Chap. CXCV. Nouvelle tentative dramatique à Boulogne.--Heureuses
rencontres.--M. Almoth.--Don Pedro, fils du duc Del..., grand
d'Espagne.--Mon passage par Paris.

Chap. CXCVI. Arrivée en Espagne.--Séjour à Barcelone.--Moeurs
catalanes.--Portrait du général Castagnos.--Don Félix de Villanova.--Le
galant chanoine.

Chap. CXCVII. Voyage à Valence.--Le général Milans.--Déjeuner à la
Chartreuse d'Ara-Coeli.--Don Vicente.--Souvenir du maréchal Suchet.--Les
moines napoléonistes et constitutionnels.

Chap. CXCVIII. Valence.--M. et Mme Pared...--Arrestation de don
Félix.--Le bon Gitano.--Madrid.--Premier aspect de cette capitale.

Chap. CXCIX. Confidences de D. J. A... sur le Prince de la Paix et les
moeurs espagnoles sous son ministère; les salons de la haute société de
Madrid.--Portrait du général Zayas.--Audiences mystérieuses du
roi.--Ferdinand VII.

Chap. CC. Excursion en Andalousie.--Cadix.--Révolution de l'île de
Léon.--Les contrebandiers.--Le Mameluck.--Société de Cadix.

Chap. CCI. Retour à Madrid.--Le parti modéré.--M. Martinez de la
Rosa.--La saint Ferdinand.--Journées des 6 et 7 juillet.--La garde
royale et les miliciens.--Les généraux Morillo et Ballesteros.--Les deux
fuyards.--Beau trait de Yusef.

Chap. CCII. Ministère d'Évariste San-Miguel.--Le corps
diplomatique.--Portraits de MM. de Lagarde, de Brunetti, Bulgari, sir
William A'Court, ambassadeurs de France, de Russie, d'Autriche et
d'Angleterre.--Don Philippe ***, ami du roi.--La Camarilla.--Nouvelle
entrevue avec le roi.

Chap. CCIII. Une séance des Cortès.--Les orateurs espagnols.--Argüelles
et Calliano.--Départ du roi Ferdinand pour Séville.--État de
Madrid.--Affaire de Bessières et du général Zayas.--Capitulation avec
les Français.

Chap. CCIV. Entrée des Français à Madrid.--Portrait du père
Cyrille.--Mes entrevues avec ce personnage.--M. Ouvrard, munitionnaire
général.--La régence.--Les généraux Eguia et Quesada.--Le duc de
l'Infantado.--Ordonnance d'Andujar.

Chap. CCV. Soumission du reste de l'Espagne.--Capitulation de
Ballesteros.--Entrevue avec Riego dans sa prison.--Ses derniers momens.

Chap. CCVI. Départ de Madrid.--Entrevue périlleuse avec Léopold à
Lyon.--Scène d'auberge.--Excursion en Suisse.

Chap. CCVII. Trois mots sur la Suisse et Genève.--Promenade à
Coppet.--Nouveau voyage improvisé.

Chap. CCVIII. Gênes.--Albaro.--Leigh-Hunt.--Maison roulante.--M.
Duncan-Stewart.--Lord Byron.--Sylla.--M. de Jouy.--Rencontre singulière,
etc.

Chap. CCIX. Le château de Saluzzi et le cabinet de lord Byron.--La
saignée.--Un bâtard de cardinal.--Conversation politique.--Messes pour
une âme en peine.

Chap. CCX. Une scène de pillage.--Rencontre d'un signor
Broccolo.--Mauvaise réputation des Génois.

Chap. CCXI. Nouvelles visites à la casa Saluzzi.--Mémoires de lord
Byron.--Voeux pour la Grèce et l'Espagne.--Souvenir de lady Caroline
Lamb...--La première nuit des noces.--La comtesse Guiccioli.

Chap. CCXII. Aventures de la jeunesse de Byron.--Le missionnaire
méthodiste.

Chap. CCXIII. Arrivée à Paris.--Plan de conduite.--Première
maladie.--Soins de Léopold.--Folies.--Soeur Thérèse.--L'opinion.--Misère
et découragement.--Je rencontre Duval.--Le trio bienfaisant.

Chap. CCXIV. Je revois soeur Thérèse.--M. Dominique Lenoir.--Délicatesse
généreuse.--Rencontre singulière.--Mon roman de _Corinne_.--Six mois de
misère.--Lettre au Constitutionnel.

Chap. CCXV. Nouveaux accès de maladie.--Désespoir.--Rose ou l'honnête
courtisane.

Chap. CCXVI. Dernier degré du malheur.--Tentative de suicide.--Deux
nouvelles rencontres.--Tableau du Mont-de-Piété.--Les deux soeurs.

Chap. CCXVII. Duval.--Talma.--Lemot.--Leurs bienfaits.--Nouvelle et
inutile tentative auprès de ma famille.--M. Arnault.

Chap. CCXVIII. J'entre dans une maison de santé.--Béclard.--Sa mort.--Je
quitte la maison de santé.--Nouveaux bienfaits de Duval et de
Talma.--Bonté de mademoiselle Mars.--Je commence mes
Mémoires.--Nouvelles terreurs.

Chap. CCXIX et dernier. Lettres de Duval et de Talma.--Souvenir de M. de
Talleyrand.--Visite de M. Ladvocat.--Traité pour la publication de mes
Mémoires.



CHAPITRE CXCIII.

Retour et voyages à Calais, Dunkerque, Boulogne, Bruxelles.--Le général
Fressinet.--Les deux Espagnoles.--Mort de la princesse Élisa.--Souvenir
de Tallien.


En remettant le pied sur la terre française, je repris bientôt
l'inévitable habitude de promener de droite et de gauche mes
préoccupations politiques, et surtout je sentis renaître en moi le culte
des sentimens qui depuis une fatale époque me faisaient chercher les
personnes avec lesquelles je pouvais être en rapport d'opinion et
sympathiser complétement. Il me semblait que je n'étais point quitte
envers mes amis et que je devais à tout prix forcer en quelque sorte
leur indifférence par tous les moyens en mon pouvoir.

Londres est un vrai gouffre pour l'argent, et j'en étais revenue riche
de quelques impressions de plus, mais pauvre d'espèces. J'avais eu là
tout à coup comme un retour d'âge pour la folie, et j'avais dépensé les
ressources extraordinaires qui m'étaient tombées du ciel avec presque
aussi peu de raison que la fortune en avait mis à me les envoyer. Pour
m'étourdir sur ma position autant que pour remplir un devoir, je
m'occupai de nouveau de celle des autres; c'est ainsi que les malheureux
oublient quelquefois leur malheur.

Le général Fressinet était au nombre des amis que Mme de Lavalette,
Sabatier et tous ceux auxquels je m'étais dévouée, m'avaient le plus
recommandé de voir en Belgique. Le général Fressinet avait été compris
dans l'ordonnance du 24 juillet. Exilé comme tant d'autres, le général,
par un singulier privilége du malheur, était plus particulièrement
harcelé d'inquisitions.

Depuis que j'étais en Belgique, mon quartier-général était partout dans
chaque ville où je passais; quand j'arrivais quelque part, j'écrivais et
faisais parvenir les lettres de mes amis les uns aux autres. Plusieurs
fois j'avais rencontré le général Fressinet; Anvers était sa retraite.
Un certain fonctionnaire du pays, sous les dehors d'un vif intérêt,
était le véritable cerbère de Fressinet. Une lettre de moi l'en prévint.
Il eût dû être sur ses gardes; mais se cacher toujours, se précautionner
sans cesse, cela va si peu à l'homme d'honneur, que le général suivait
bien peu mes avis. Il y avait déjà bien long-temps que je n'avais
entendu parler de lui. Je voulus en avoir des nouvelles; l'on ne sut que
me dire: elles sont tristes. Impossible d'en savoir davantage.

Hélas! en plaignant le général Fressinet comme on plaint l'incertitude
plus encore que le malheur, j'ignorais que j'allais avoir à subir une
douleur plus personnelle, plus directe et plus terrible.

J'allais partir, mes petits comptes étaient réglés avec mon hôtesse, et
j'étais allée à quelques pas de l'auberge faire des emplettes
nécessaires pour ma traversée. Là, pendant que la jeune fille du magasin
cherchait ce que j'avais demandé, moi, debout devant le comptoir, je
prends machinalement un journal qui se trouvait là pour servir
d'enveloppe; je le parcours avec une nonchalante distraction, et
m'arrête tout à coup le regard fixe, la bouche béante en lisant à
l'article Trieste: _«Hier on a célébré dans la cathédrale les obsèques
de la ci-devant grande-duchesse de Toscane, Élisa Bacchiochi, soeur de
Napoléon.»_ Non, de toutes les révolutions subites, imprimées à mon sang
par tant de scènes extraordinaires de ma vie, je n'en saurais comparer
aucune à la puissance de saisissement et de douleur que me causa un si
cruel événement, si cruellement appris. Je faisais des préparatifs pour
aller rejoindre ma bienfaitrice; le jour même j'allais traverser les
mers, croyant trouver Élisa heureuse ou du moins résignée à l'adversité
par son grand caractère et le dévouement de quelques rares amis. J'étais
encore sous le charme de la reconnaissance, et les dernières espérances,
comme les plus beaux souvenirs de ma vie, se trouvaient de nouveau
flétris et brisés par la mort.

«Élisa! ma bienfaitrice! Élisa!» Ce fut, pendant une heure, tout ce
qu'il me fut possible de dire. Je ne voyais, je n'entendais rien autour
de moi. Les bonnes gens, chez lesquels je venais d'être si cruellement
surprise, me montrèrent une de ces compassions délicates qui
n'interrogent pas, mais qui plaignent. «Mon Dieu! madame, s'écriait une
jeune fille de dix-huit ans, la présence de la mort a dû être moins
pénible à une princesse exilée; hélas! on m'a dit bien des fois que ceux
qui survivent sont les plus malheureux.» Ce doux visage d'une jeune
fille consolant une inconnue me fit un bien inexprimable. Ce n'est pas
trop dire que d'attribuer aux soins de cette famille mon salut. Ces
aimables femmes ne voulurent pas consentir à me laisser partir, et me
forcèrent, par les plus douces instances, à remettre mon départ à
quelques jours. J'y consentis d'autant plus volontiers qu'il était,
hélas! devenu sans objet. Je renonçais naturellement au voyage à
Trieste. On envoya prendre mon léger bagage à l'hôtel, et, au bout d'une
heure, je me trouvai tout installée et comme en famille chez les
personnes excellentes qui venaient de me secourir. La triste surprise
qui venait de m'acquérir deux amies était dans ce moment le seul sujet
de nos entretiens. Nous parlions d'Élisa, de ma bienfaitrice, de ses
qualités, du bonheur qu'elle eut d'avoir conservé dans son exil des
coeurs amis.

Je fus bientôt l'amie de cette excellente famille où l'on voulut, pour
quelques jours, me recueillir. Mes deux hôtesses n'étaient point
Flamandes, mais Espagnoles, et si je dois taire leurs noms, je puis dire
par quelle étrange vicissitude elles avaient quitté leur patrie; je puis
dire, sans indiscrétion pour la plus tendre hospitalité, les rapports
qui, en les liant dans leur ville natale avec un des personnages les
plus connus de notre révolution, devinrent la cause innocente de leur
exil volontaire.

Au mois de germinal an... Tallien reçut du gouvernement français, comme
proscription ou comme récompense, la place de consul à Alicante. J'ai
sous les yeux une lettre de sa main, portant cette date. Arrivé dans
cette ville, il devint par hasard l'hôte de la sénora Plati, veuve et
mère d'Inès, alors âgée de 10 ans. Après quelque temps de séjour,
Tallien subit le triste effet du climat. Une maladie cruelle, un affreux
érysipèle lui couvrit le visage. Tous les soins lui furent prodigués. La
jeune Inès devint gardienne de son lit de souffrances; j'étais là
toujours, me disait-elle; je montrais au Français malheureux, mes images
de la vierge, et il me répondait: «Inès, elle était pure et belle, tu as
aussi son innocence comme sa beauté; j'osais le croire, madame, et le
ciel m'en a punie.» Ce qu'Inès appelait un châtiment n'était, hélas! que
la contagion de la cruelle maladie à laquelle l'avait exposée sa
continuelle présence. Ses traits en furent altérés, ses regards presque
éteints; Inès devint méconnaissable, même à l'oeil de son ami, qui,
n'ayant pris à la petite Inès que l'intérêt que fait naître un aimable
enfant, ne cacha point l'impression produite sur lui, par l'altération
d'une beauté fanée pour toujours. Inès devint triste et sérieusement
malade. Dans cette nouvelle maladie, Tallien rendit avec usure à la
jeune malade les soins qu'il en avait reçus. Inès sembla renaître, et ne
pensa plus qu'elle dût regretter sa beauté.

Tallien sollicitait depuis quelque temps un congé, pour se rétablir en
France. Il l'obtint, et retourna dans sa patrie. Inès languit... puis,
se jeta dans le sein de sa mère pour ne pas succomber au désespoir. Les
événemens avaient marché. Tallien avait conservé sous la première
restauration la pension de 15000 fr., qu'il devait au gouvernement
impérial; mais, ayant signé depuis l'acte additionnel, il fut privé de
ce traitement, et vécut pauvre et oublié, même de ceux dont il avait
sauvé la vie, mais non pas des coeurs qui l'avaient véritablement aimé
pour lui. Inès et sa mère, persécutées dans leur patrie, se réfugièrent
en France. Hélas! un coup nouveau devait y frapper Inès. Tallien, depuis
long-temps était uni à une Française, dont l'attachement dévoué fut sa
dernière consolation[1]. Inès et sa mère virent Tallien dans la modeste
retraite qu'il occupait, allée des Veuves, aux Champs-Élysées. Il leur
avoua tout avec loyauté; Inès n'eut pas même l'idée de se plaindre; elle
ne sentit qu'un besoin, celui de quitter Paris. La mère et la fille
prirent la résolution de chercher une retraite dans une ville de
province pour y vivre obscures et ignorées. Il y avait trois ou quatre
ans qu'elles habitaient Dunkerque. Depuis quelque temps elles avaient
appris la mort de Tallien; Inès me disait en pleurant: «Ah! madame, si
vous l'eussiez connu, si vous eussiez entendu cette voix douce, cette
facilité de moeurs intérieures, vous croiriez comme moi, que la calomnie
n'a point fait la part des bonnes actions dans une vie que la révolution
a rendue si orageuse. Ah! madame, il avait conservé trop de sérénité
dans le regard pour n'avoir pas été bon au milieu du terrible rôle
auquel la révolution l'avait condamné. Il me semble le voir encore dans
sa retraite, cultivant des fleurs, élevant des oiseaux, se plaisant aux
seules images de la nature. Les peines de l'âme, les infirmités du
corps, n'altéraient jamais son front.»

Inès resta un moment abattue, puis elle ajouta vivement: «Nous avons
quelques économies, nous irons à Paris; nous irons voir celle qui a reçu
les derniers soupirs de Tallien.» La mère, qui venait d'écouter encore
les épanchemens de sa pauvre fille, confiés déjà tant de fois à son
coeur, me pria de lui faire comprendre que ce voyage serait pour elles la
ruine de leur petit établissement, de leur existence déjà médiocre et
malheureuse. «On peut pourtant, n'est-ce pas, madame, prier pour _l'âme
des pécheurs_?» Cette pauvre mère, faisant le signe de la croix, me
rendit en un instant les émotions que j'avais éprouvées à la vue de la
foi si vive et si compatissante de ma bonne soeur Thérèse.

J'employai toute la sympathie de ma sensibilité pour adoucir les
chagrins d'Inès, pour la faire céder aux sages observations de sa mère,
et j'eus le bonheur de la convaincre. Mais, tout en me promettant une
religieuse obéissance, elle reparlait de celui qui avait tant agi sur sa
destinée. Elle revenait sans cesse sur sa renommée de tribun, sur la
qualification de jacobin qu'elle lui avait entendu donner et qui
semblait la poursuivre.

J'écoutais cette Espagnole avec un intérêt inconcevable, car son organe
avait un accent particulier, et le sentiment qui animait ses paroles
tenait à une nuance si extraordinaire de passion que tout était
singulier dans ses récits.

«Voilà, me dit-elle, les lettres que Tallien écrivait sur moi à l'amie
qui sans le savoir m'a fait tant de peines.» Je rapporte le texte même
de cette lettre.

     TALLIEN À MADAME MÉZIÈRE.

     Alicante, 20 fructidor an XIII.

     «Ce n'est point impunément, ma bonne amie, que l'on est malade en
     Espagne, et les convalescences y sont plus douloureuses et plus
     longues que les maladies. Ce que j'éprouve depuis quatre mois, ce
     sont des rechutes continuelles. Je viens d'en éprouver une qui m'a
     mis dans un état de faiblesse incroyable; je ne puis plus sortir,
     même en voiture. Mon visage est couvert d'un érysipèle qui me gêne
     horriblement.

     «J'ai reçu du ministre un congé illimité pour venir rétablir ma
     santé en France. Je suis si mal ici que j'en eusse profité de suite
     si je m'étais senti en état de supporter le voyage; mais je suis
     loin d'être dans cette position. D'ailleurs je serais obligé de
     faire quarantaine, et je tomberais bientôt dans la mauvaise saison.
     Cependant, comme je suis convaincu que je ne me rétablirai jamais
     ici, voici mon projet. Si les forces me reviennent et que la
     quarantaine soit levée dans les premiers jours d'octobre, je me
     mettrai en route. Je me rendrai à Montpellier pour y consulter un
     célèbre médecin et séjourner le reste de la belle saison dans le
     midi de la France. J'irai ensuite passer à Paris trois mois pour me
     soigner, et au printemps prochain je me rendrai aux eaux qui me
     seront ordonnées. Si au contraire je suis retenu ici, je
     n'exécuterai mon plan qu'au mois d'avril prochain. Je te dirai
     d'ailleurs, en confidence, que ma bourse est assez mal garnie: mon
     établissement de maison, ma maladie, ont commencé à me ruiner, et
     le voyage de France m'achèvera; ce ne sera qu'en m'endettant que je
     pourrai le faire; mais pour la santé il faut tout sacrifier. Ainsi
     tu vois, mon amie, que de toute manière avant peu nous nous
     reverrons; ce sera pour moi un grand bonheur. J'espère te retrouver
     bien portante et toujours la même pour moi. Je t'embrasse bien
     tendrement, ma chère et bonne Adèle, et suis pour la vie ton ami.

     _P S._ «Bien des choses à tous mes amis et surtout au cher Loubeau,
     à Beauvoisin, à Journal et à Duchazal.»

Hélas! me disait la pauvre Inès, il se plaignait à cette maîtresse
chérie des embarras et des privations dont il nous enviait le bonheur de
le soulager. Vingt fois ma mère (nous étions riches alors), vingt fois
elle a prié, stimulée par moi, l'aimable Français de permettre qu'elle
fît les frais de sa maison. Il était délicat jusqu'au scrupule, et ne
voulut même jamais rien accepter. «Non, madame, jamais je ne
l'oublierai», disait Inès; et ses regards et sa voix annonçaient une de
ces douleurs sans fin, semblables à celles dont je portais moi-même le
germe dans mon sein.



CHAPITRE CXCIV.

L'officier à demi-solde secouru.--Lettre et nouveau bienfait de
Talma.--Nouvel essai dramatique dans Jeanne d'Arc.--Mes premières
inspirations littéraires.


Outre mes bonnes Espagnoles, j'eus encore le bonheur de rencontrer un
ami de tous mes amis, un neveu de Bonnier, qui sut bien découvrir ma
retraite, et qui, se rendant à Bruxelles, me détermina facilement à
faire route commune pour cette capitale, sorte de halte de toutes mes
courses. Bonnier ne se proposait pas d'y faire un long séjour: venu là
dans l'intérêt de Boyer de Peyreleau, il s'occupait particulièrement du
sort de son ancien chef, qui avait eu à fuir la sentence capitale
prononcée contre lui, et toujours suspendue sur sa tête.

Bonnier était las de la vie errante à laquelle le condamnaient les lois,
le sort de ses amis, l'épuisement de ses ressources. «J'hésite, me
disait-il, à tout ce que je veux entreprendre; j'hésite même à vivre.»

--«Quoi! vous écouteriez une indigne faiblesse? l'avenir n'est-il pas là
comme un refuge?»

«--D'avenir! il n'y a en plus pour les proscrits. Je suis, ajouta-t-il,
signalé sur le livret noir de toutes les polices; je suis recommandé
particulièrement aux Garnier, aux d'Ac..., et autres surveillans
cosmopolites.»

--«D'Ac! c'est possible?

--«Oh! vous aussi vous y êtes; on vous serre de près: lisez une petite
note de prudence qu'on m'a donnée chez madame Étienne Rabaud. Décidément
la police, pour exister, a le soin de nous faire passer toujours pour
des séditieux. Nous faisons vivre la délation, et l'on nous fait mourir
de fatigues et de chagrins. Croyez-vous que, pour la disputer aux
raisons d'état, la vie vaille la peine d'être gardée?»

--«Non; mais vous savez l'opinion de Napoléon sur le suicide.» Ce seul
mot de souvenir fut plus puissant que toute ma harangue.

Ce jeune et brave officier me raconta qu'on lui avait pris sa bourse et
son portefeuille. Dans l'une il y avait de quoi me faire vivre, et dans
l'autre il y a de quoi me faire fusiller dix fois pour une.

Bonnier, seriez-vous réellement d'une conspiration! en existerait-il
une? lui demandai-je avec un ton de crainte et de mécontentement. Sa
réponse franche et vive me rassura.--Conspirer! et pour qui? pourquoi?
pour quelque prince étranger? un soldat français ne se sépare pas ainsi
de sa nation;--pour le fils de l'homme qui nous mena si souvent à la
victoire? mais il est aux trois quarts autrichien. Ah! madame, on se
trompe sur nos braves, on prend leurs regrets de la victoire pour des
complots. J'ai mon opinion, mais je ne prétends l'imposer à personne.
Malgré la sincérité de cette déclaration, je tremble pour mes papiers.
Il y a aujourd'hui des gens si habiles, qui font si bien la
conspiration, qu'il faudrait beaucoup moins de notes que mon
portefeuille n'en contient pour se faire de fort beaux états de service
auprès des puissances. Pendant ce colloque, je fus abordée par un
peintre de Bruxelles que j'avais un peu connu, qui me donna de fort
mauvaises nouvelles de la plupart de nos amis, tous bien tourmentés par
l'ambassadeur français, qui leur portait réellement trop d'intérêt. Mais
à ces tristes nouvelles il y avait une compensation, c'était l'annonce
d'une tournée de Talma dans le nord, et la certitude de sa présence à
Calais, à Boulogne, à Dunkerque. Ce nom était magique sur moi, et au
souvenir de tous les services qu'il m'avait rendus, je me sentis comme
une nouvelle puissance de faire du bien; et dans mes ressources déjà
épuisées, je trouvai le moyen d'offrir encore quelque utile assistance à
mon compagnon d'exil. Je puisai courageusement dans ce qui me restait
d'argent. J'étais sûre de trouver ce qu'il me faudrait au besoin auprès
de l'ami généreux dont on m'avait annoncé l'arrivée. Mais ne voulant pas
abuser de cette facilité de Talma qui m'était connue, je lui écrivis
que, pour dérouter les soupçons qui planaient sur le but de mes courses,
j'allais devenir reine, et donner quelques représentations à Calais et à
Boulogne, et que je le priais d'y venir pour que le produit de son
talent aidât à la pacotille de quelques malheureux.

Je reçus, courrier pour courrier, 1,200 fr., avec une lettre toute
bonne, tout aimable, toute lui, où il me disait «que je faisais bien,
qu'il fallait prendre l'emploi de Mlle Duchesnois, débuter par _Jeanne
d'Arc_, puis se lancer en même temps dans la _Femme jalouse_, sans
oublier _Sémiramis_, _Phèdre_ et _Gabrielle de Vergy_, où vous avez, ma
chère Saint-Elme, des momens admirables.» Je cite ces paroles, croyant
qu'après avoir si franchement consigné mes disgrâces dramatiques, je
puis rapporter ces témoignages de talent donnés par l'homme qui en avait
un si inimitable. Talma m'exprimait son regret de ne pouvoir m'aider de
sa présence, son congé étant expiré; mais il me conseillait positivement
de reprendre la carrière du théâtre, puisque celle des grandeurs m'était
fermée. Sans adopter ce projet, je mis toujours à exécution celui de
jouer six représentations tant à Boulogne qu'à Calais, et je fus chez
Bonnier, très joyeuse de pouvoir remplacer la bourse qu'il avait perdue,
l'engageant à partir le plus tôt possible, ce qu'il résolut de faire le
surlendemain. Il me serait bien impossible de peindre l'exaltation de sa
reconnaissance à la lecture de la lettre de Talma.

Fidèle à une résolution derrière laquelle je voyais quelques secours
pour des malheureux, je me rendis au noble théâtre pour m'entendre avec
les artistes qui en composaient la troupe; je ne parlerai point de leur
composition: comme partout, c'était un mélange de talent et de
médiocrité. En province, l'opéra, le chant ayant seul le privilége de
plaire au public, la pauvre Melpomène a bien de la peine à pouvoir de
temps en temps chausser son cothurne. Au lieu d'une tragédie, on ne put
organiser que la déclamation de quelques scènes. Je choisis dans la
tragédie de _Jeanne d'Arc_ le moment où, interrogée par le duc de
Bedfort, la jeune héroïne de Vaucouleurs lui révèle sa naissance, ses
visions célestes, ses inspirations guerrières. Je ne saurais attribuer
l'unanimité des applaudissemens que j'obtins, dans plusieurs endroits de
la longue tirade du rêve, qu'au bruit qui s'était répandu de mon intime
amitié avec Talma. Enfin j'eus un succès complet, surtout dans les
imprécations contre les Anglais; et pourtant les Anglais étaient alors
en faveur dans les départemens du nord.

La soirée finit par la comédie des _Femmes_, de Dumoustier. J'y remplis
aussi un rôle. Presque toutes les actrices étaient jeunes et jolies, et
la pièce parut bonne. Dans la scène du déjeuner, où toutes les femmes
sont autour de Germeuil, tout à coup, par un de ces souvenirs qui nous
saisissent comme des remords, je me rappelai avoir vu à Lyon
mademoiselle Contat dans le rôle de madame de Saint-Clair. Quelle était
alors ma brillante position, quel glorieux nom je portais!
Involontairement je me voyais accompagnée de Moreau; j'étais à la scène
d'alors beaucoup plus qu'à celle du moment. Ma mémoire ne me trahit
point, mais ce fut un miracle.

Je me sentais tout au fond de l'abîme que j'avais placé entre ma
brillante existence passée, mon triste présent, mon plus triste avenir;
je rends grâce au hasard qui voulut bien permettre que les spectateurs
ne souffrissent pas du bouleversement qui venait de frapper ma pauvre
imagination. La soirée rapporta moins de recette que d'applaudissemens,
mais j'eus encore cependant lieu d'être contente de mon oeuvre. Le
directeur, M. Thuillier, se conduisit avec une grande délicatesse: il ne
voulut point prélever les frais, quoiqu'ils eussent été stipulés.
J'avais annoncé l'intention de donner quelques autres représentations;
mais les petites intrigues, les amours-propres jaloux, se retrouvent
dans les plus chétives réunions dramatiques; et comme je n'enviais
nullement la place de la première reine ou coquette du Pas-de-Calais, je
pris le parti de couper court aux terreurs des chefs d'emploi par mon
départ.

Je me croyais encore bien en fonds, mais, en faisant mon inventaire, je
m'aperçus que j'avais mal compté, et que j'étais réduite au plus
décourageant nécessaire.

J'attendais des lettres de madame Étienne Rabault, du père de Paula, de
Cettini, de Mingrini et de vingt autres personnes encore; aucun signe de
souvenir ne me fut donné. Je ne suis plus utile, me disais-je, on
m'oublie; je puis donc maintenant m'appartenir à moi seule; et pourtant
cette idée de solitude, cette réflexion d'égoïsme, m'accablèrent plus
que mes malheurs. Il me sembla que la dernière illusion de ma vie
m'était enlevée, puisque je ne pouvais plus me dévouer à ceux que
j'aimais. Mon courage m'abandonnait; de ce jour seulement je me croyais
à plaindre.

Dans cet état de mélancolie et presque de désespoir, je ne trouvai un
peu d'adoucissement à mes idées qu'en me nourrissant des souvenirs de
mon album, et de la lecture de toutes les lettres de mon portefeuille.
Mon imagination, ressaisissant avec délices ces trésors du passé, conçut
la pensée de mettre en ordre toutes ces précieuses notes. Ma plume,
obéissant à tous les sentimens qui m'agitaient, fut entraînée à une
sorte de brûlant récit de toutes les impressions du passé.

Le jour me surprit au milieu d'un travail déjà considérable, que je
relus ensuite comme le produit d'un rêve. J'avais déjà composé quelques
nouvelles à une époque où ces délassemens n'étaient guère que de simples
occupations du loisir; mais cette nuit de délire, et les pages qu'il
m'avait inspirées, élevèrent plus haut mon ambition littéraire. Je me
disais: Si un peu de talent pouvait m'être échu en partage, si ce peu de
talent pouvait suffire pour peindre beaucoup de gloire, j'élèverais un
monument à tout ce que j'ai connu, aimé, admiré et plaint. Je mis un
soin religieux à classer ce que j'appelais toutes mes époques... Et
c'est de cette nocturne et solitaire méditation que date pour moi non
pas encore la pensée d'une carrière littéraire, mais la certitude de
pouvoir traduire mes impressions. C'est dans cette disposition d'esprit
que je montai en diligence pour Boulogne, et, grâce à la malheureuse
versatilité de mon humeur, au bout d'une demi-heure de séjour j'étais
déjà lancée dans d'autres projets.



CHAPITRE CXCV.

Nouvelle tentative dramatique à Boulogne.--Heureuses rencontres.--M.
Almoth.--Don Pedro, fils du duc Del..., grand d'Espagne.--Mon passage
par Paris.


Ma vie de courses commençait à me peser, comme on vient de le voir, et
je croyais que Boulogne, où j'espérais trouver quelque argent, bien
nécessaire à ma gêne réelle, serait le terme de ces promenades de ville
en ville, qui n'avaient plus même pour objet le dévouement à des amitiés
dispersées de toutes parts et partout oublieuses. Malgré la pénurie de
ma caisse, je m'installai comme d'ordinaire dans un fort bel hôtel, et
cette espèce d'imprudence financière (je n'avais pas de quoi m'assurer
un loyer de trois mois) devint au contraire une ressource par les
rencontres heureuses qu'elle me procura.

En entrant dans la ville je vis d'abord annoncer le spectacle
extraordinaire pour le lendemain et les jours suivans, par une troupe
assez forte pour la tragédie; je cite textuellement le programme.
J'allai droit au directeur lui offrir mes services; il les accepta, et
en fut si joyeux qu'il m'offrit immédiatement le prix des
représentations auxquelles je voudrais consentir. J'en acceptai une,
celle du surlendemain.

Je dus à cette nouvelle tentative dramatique, dont l'intrépide Jeanne
d'Arc fit encore les frais, quelque chose de mieux que des
applaudissemens; les félicitations, après le spectacle, de deux
étrangers de distinction qui se trouvèrent dans les coulisses à la fin
du spectacle: c'était M. Almoth, Anglais fort instruit, petit vieillard
façonné aux bonnes manières par de nombreux voyages et un long séjour à
Paris. Le second était don Pedro del ***, fils d'un grand d'Espagne,
obligé de vivre loin de sa patrie comme tous ceux que dans son pays on
avait inquiétés comme afrancesados. Ce fut le directeur qui, en me
présentant ces messieurs me donna brièvement ces détails pour m'engager
à répondre à tout ce que sans doute il leur avait dit de moi. Je fus
expansive et polie comme une reine qui vient d'être saluée par son
peuple, et qui sourit à qui l'approche après les acclamations
populaires. Ces deux messieurs offrirent de me reconduire à mon hôtel,
en me disant qu'ils l'occupaient aussi depuis quelques jours. Cette
circonstance toute fortuite, devint l'un des incidens les plus importans
de ma vie, comme on va voir.

Le ton respectueux, les manières affables et élégantes de ces étrangers,
ne me firent trouver aucun inconvénient à un déjeuner qu'ils me
proposèrent pour le lendemain, en l'appelant une cotisation de l'amitié.
Ce petit repas avança entre nous l'intimité. L'Anglais avait entendu
parler de moi, et sut habilement provoquer l'abandon de mes récits. À
toutes mes scènes militaires l'Espagnol prenait un vit intérêt, et il
redoubla, de la part de mes deux auditeurs, au dénouement d'une vie si
brillante, qui réduisait au rôle d'une reine de théâtre une femme qui
avait vu de si près les trônes réels et les grandeurs positives de la
terre. Mes deux commensaux se disputèrent le plaisir de contribuer à me
faire sortir d'une position qui ne leur paraissait point en harmonie
avec mes antécédens, comme on dit aujourd'hui.

Le bon M. Almoth me déclarait qu'avec ma connaissance des langues, mon
talent de lecture, il se faisait fort de me créer en Angleterre une
existence honorable d'abord, lucrative ensuite; qu'un célèbre libraire
de ses amis avait procuré presque une fortune à plus d'un émigré
français, par des travaux de ce genre dans la haute société; que,
commanditaire de la maison, il saurait bien lui en faire une loi.

Le noble Espagnol parla avec plus de feu des avantages que je trouverais
dans sa patrie. Une ère nouvelle commence pour la Péninsule, dit-il, je
pars immédiatement; ma famille, mêlée à tous les événemens politiques de
la régénération espagnole, me donnera accès auprès du gouvernement. Je
vous ferai connaître, apprécier. La cour, arrachée aux vieilles
influences, va offrir des chances aux ambitions nouvelles. Je vous
réponds de vous faire obtenir une place égale à tout ce que vous avez pu
rêver de mieux, même dans cette loterie de l'empire, qui avait des lots
pour tous les talens et toutes les capacités. Et puis, d'ailleurs, si
nous échouons de ce côté, vous pourrez chercher à Madrid l'équivalent de
ce que monsieur vous propose à Londres. Un gouvernement libre, dans un
pays où les lumières ont été si long-temps étouffées ou concentrées dans
le clergé, offrira mille débouchés, puisque l'éducation deviendra son
premier moyen de succès. Avec votre esprit, avec l'habitude d'écrire,
les relations innombrables que vous avez eues, on peut établir à Madrid
un journal rédigé dans les principes nouveaux, et dont la fortune sera
rapide comme celle des idées dont il saluera l'aurore. Tout bien
considéré, je crois qu'une révolution est une nouveauté à mille faces,
et surtout à mille issues pour la fortune. Et ne fût-ce qu'un spectacle
que vous iriez chercher au delà des Pyrénées, n'y a-t-il pas quelque
chose de plus poétique, de plus attachant pour une imagination telle que
la vôtre, que la résurrection d'un peuple? La fierté castillane
réveillée, et s'élançant vers un meilleur avenir, vous promet plus
d'émotions que l'orgueil britannique emprisonné dans les ennuis d'une
société depuis tant de siècles classée et stationnaire.

Don Pedro m'offrait de l'extraordinaire, M. Almoth du régulier; mon
choix, on le pense bien, fut bientôt fait. Je remerciai l'aimable
vieillard de ses bontés, je lui demandai de me conserver un souvenir
auquel je ne manquerais pas de me rappeler quelquefois. Je parlai avec
tant d'entraînement du besoin, après tant de chagrins, de les étourdir
continuellement par une vie active, que l'Anglais, malgré ses cheveux
blancs, comprit mon choix, et ma naturelle et irrésistible prédilection
pour tout ce qui pourrait m'arracher au sentiment de mes peines, à la
solitude de mes souvenirs, enfin au poids d'un passé qui m'avait laissé
sans ressources, comme sans consolations. Puissance singulière de
l'imagination! un froid enfant d'Albion, un homme dont les années
avaient encore plus amorti les illusions, s'identifiait avec les folies
de la Contemporaine. J'avoue que cet accueil d'un vieillard aux
impressions qui ne sont plus de son âge porte je ne sais quoi d'aimable
et de touchant; et cette espèce de renaissance qu'il éprouve le fait
toujours aimer.

Le bon M. Almoth se tourna alors vers don Pedro et lui dit: «Mon cher,
songez au dépôt que je vous ai confié; songez que dans tout ce que je
vous ferez pour madame, je serai de moitié de coeur et de
reconnaissance.» Impatient de retourner dans sa patrie, l'Espagnol me
demanda si je ne voyais aucun obstacle à partir le lendemain. Aucun, lui
répondis-je. En effet, dès le matin, après avoir fait nos adieux à notre
bon et généreux commensal, qui voulait également retourner promptement
en Angleterre, nous nous mîmes en route pour Paris.

Qu'on admire ici la mobilité de mes impressions, et l'incroyable
résolution avec laquelle j'agite et dépense ma vie. Absente depuis
plusieurs années de ma patrie, en revoyant ce Paris où plusieurs de mes
amis exilés étaient déjà revenus, je sentis comme un mouvement
rétrograde dans mes volontés: même malheureuse, il me semblait que je
devais préférer la patrie à de nouvelles courses.

Mais don Pedro était si pressé de partir de la capitale, que je n'eus
pas le temps de rester sous le poids du combat qui commençait à s'élever
dans mon coeur. D'un autre côté, l'idée que si je revoyais mes amis ils
s'opposeraient à mes nouvelles aventures m'empêcha de me mettre en
contact avec eux. Mon coeur me disait bien que je devais à plusieurs les
témoignages d'une reconnaissance qu'il n'était pas dans mon caractère de
leur refuser; mais ma tête, incapable de supporter le conseil, et
d'entendre les observations de la raison, me représentait aussi
l'embarras de ces disputes qui, pour être affectueuses, ne sont pas
moins cruelles à subir.

Toutes réflexions bien faites, si l'on peut appeler réflexions les bonds
souvent contraires de la Contemporaine, je me décidai à ne voir
personne, et seulement à écrire à Talma, en m'arrangeant encore pour que
ma lettre ne lui parvînt qu'après mon départ. Don Pedro commanda les
chevaux pour le lendemain soir de notre arrivée, et nous partîmes de la
place Vendôme pour les Pyrénées. La rapidité de la route acheva de me
convaincre de l'excellence de ma résolution, et le caractère affectueux
et la conversation attachante de mon compagnon de route me firent
arriver à Bayonne n'ayant plus de regrets, et déjà avec des espérances.



CHAPITRE CXCVI.

Arrivée en Espagne.--Séjour à Barcelone.--Moeurs catalanes.--Portrait du
général Castagnos.--Don Felix de Villanova.--Le galant chanoine.


J'arrivai à Barcelone au mois d'avril 1821. J'avais parcouru fort
agréablement les quarante lieues de distance entre cette ville et
Perpignan. Je descendis à l'hôtel de la Fontaine-d'Or, qui mériterait de
faire pardonner à la mauvaise réputation des hôtelleries espagnoles. Don
Pedro se logea dans le même hôtel que moi, et continua naturellement son
rôle de _cavaliere servente_. Quoique depuis plusieurs années il n'eût
point résidé à Barcelone, il connaissait parfaitement la ville, et
plusieurs de ses anciens amis s'empressèrent de le visiter. De ce nombre
étaient MM. Gironella et Dupré, pour lesquels j'avais aussi des lettres
de recommandation données par M. Almoth, et qui nous firent doublement
bon accueil.

Dès le lendemain de mon arrivée à Barcelone, je reçus de M. Gironella
une invitation pour aller dîner à sa maison de campagne située à Sarria,
à une lieue à peu près de la ville. Sarria est un fort joli village où
les habitans de Barcelone ont leurs maisons de plaisance, et où ils
reçoivent leurs amis deux fois la semaine.

J'avais toujours ouï dire qu'en Espagne on ne trouvait aucune des
commodités de la vie; qu'on juge de mon étonnement en entrant dans une
maison charmante, qui rappelait le luxe de Paris et le confortable de
Londres. J'en témoignai ma surprise à D. Pedro, invité comme moi: «Vous
trouverez, me dit-il, bien d'autres sujets de vous étonner;» et
l'attrait d'une société brillante vint encore compléter l'illusion.

Mon heureuse étoile plaça auprès de moi un homme dont le nom a retenti
dans toute l'Europe, et sert de date au premier revers éclatant que les
armées de Napoléon aient essuyé sur le continent; c'était le général
Castagnos, alors capitaine général de la Catalogne, où il était adoré.
Sa physionomie vive et spirituelle, autant que sa conversation, la
manière facile et élégante avec laquelle il parlait le français, me
l'auraient fait prendre pour un de nos grands généraux voyageant à
l'étranger, si le titre de général, que tout le monde lui donnait, et
celui d'Excellence, qu'il recevait de quelques personnes, n'avaient
révélé son rang et son nom. Le général Castagnos est plus communicatif
qu'un Espagnol; et mis au courant de mon caractère, sans doute, et de
mes aventures, il me parla aussitôt des grands hommes de guerre que
j'avais connus, et particulièrement de Moreau, dont il était grand
admirateur. Ce fut un des plus doux momens de ma vie, que cette espèce
d'apothéose de notre gloire faite par un étranger et un ennemi.

Après le dîner, les hommes sortirent de la salle à manger et allèrent
fumer leur cigare; car, en Catalogne, il n'est pas aussi commun que je
l'ai vu en Andalousie, de voir cette cérémonie commencer et s'achever
devant les dames. Un seul homme resta avec nous; c'était un
ecclésiastique, qui me demanda en français assez intelligible si j'irais
le soir entendre Galli et la Sala dans _l'Italiana en Algieri_. Je lui
répondis que je n'avais pas formé de projets, et il m'offrit une place
dans une loge dont il était co-propriétaire. J'avais entendu dire, sans
le croire, que les prêtres espagnols fréquentaient les spectacles.
J'étais au moment d'accepter, lorsque le général Castagnos rentra en me
faisant la même proposition. L'ecclésiastique me dit en souriant: «À
tout seigneur tout honneur; un capitaine général doit avoir le pas sur
un chanoine. Mais je me flatte que Son Excellence ne trouvera pas
mauvais que j'aille faire ma cour à l'aimable étrangère dans sa loge?»
Je m'empressai de remercier le général Castagnos, qui nous emmena tous,
y compris le galant chanoine, qui redoubla d'attentions et déjà presque
de soupirs; ce qui lui attira quelques plaisanteries du malin général,
dont je ne compris que le sens, parce qu'il les lui adressait en
espagnol. Le nom de Dona Dolores revenait souvent dans ces propos, et me
frappa au point que je crus que le général Castagnos faisait quelque
allusion à la duègne Doloride de Don Quichotte. Je lui en demandai
l'explication, et j'appris, à la grande tranquillité de mon
amour-propre, qu'en Espagne plusieurs femmes du nom de Marie portaient
aussi celui d'un des attributs de la Vierge: ainsi Dona Dolores voulait
dire Marie des douleurs; Dona Concepcion Marie de la conception; Dona
Pelar, Marie del Pelar, etc.

J'appris en outre que mon chanoine était soupçonné et presque convaincu
d'une grande intimité avec Dona Dolores M..., qui avait dîné avec nous,
et que les attentions dont j'étais l'objet avaient paru déplaire à cette
dame. Quelque idée que j'eusse pu me former en Italie du peu de
régularité de moeurs d'une partie du clergé, et quoique j'eusse entendu
souvent faire de bons contes sur ce sujet aux officiers qui avaient fait
la dernière guerre d'Espagne, je ne laissai pas que de trouver assez
étrange que, dans une société aussi distinguée que celle où je me
voyais, on parlât comme d'une chose toute simple d'une liaison de cette
nature entre un chanoine et une dame de haute qualité.

La salle était entièrement remplie, et je pus juger par le premier coup
d'oeil que je jetai sur les loges, que les dames catalanes méritent leur
réputation. Le général Castagnos me fit remarquer Dona Dolores en face
de nous. «Vous verrez, me dit-il, que notre chanoine ne tardera pas à
aller la joindre, et il vous sera facile de vous apercevoir qu'il aura à
se justifier des soins qu'il a paru vous rendre, car la dame n'entend
pas la plaisanterie.»

Après quelques signes d'impatience très significatifs, notre chanoine
prit congé de nous, et nous nous aperçûmes qu'il était accueilli par une
bouderie, et relégué dans le fond de la loge, sans doute en forme de
pénitence de sa conduite.

«Permettez-moi, dis-je au général, de vous témoigner mon étonnement de
ce qui vient de se passer sous mes yeux, et je dois juger que les
exemples n'en sont pas rares, d'après le peu d'importance que vous
semblez y attacher.»

«--Nos moeurs sont entièrement différentes de celles des autres peuples.
Il serait beaucoup trop long de vous en expliquer la cause, vous la
trouverez probablement vous-même si vous faites un long séjour en
Espagne, surtout si vous visitez nos provinces méridionales. Notre
clergé n'est pas, comme en France, entièrement séparé de la vie sociale.
L'opinion publique ne lui impose pas la privation des plaisirs que donne
le monde. Nous regardons le ministère ecclésiastique comme une
profession. Nos prêtres sont très indulgens et nous font faire notre
salut de la manière la plus aimable; nous sommes à notre tour indulgens
par reconnaissance; je ne vous cache cependant pas que je crains qu'un
pareil état de choses ne puisse durer.» On verra bientôt combien étaient
exactes les prévisions du général Castagnos.

J'ai déjà dit que j'étais peu sensible aux charmes de la musique. Le
général eut la bonté de causer avec moi pendant toute la soirée, et
j'avouerai que je sentais quelque orgueil à cette attention du vainqueur
de Baylen.

La maison du capitaine général devint l'objet de mes fréquentes visites.
Une sorte de sympathie militaire me lia bientôt, à la suite de nos
rencontres avec le jeune D. Félix Villanova, aide-de-camp du général.
«Je me sens attiré vers vous, me disait souvent ce bouillant Espagnol,
par une confiance qui me fait vous révéler sans préparation un mystère
dont les moyens d'exécution seulement sont encore un secret. Il s'agit
de la liberté de notre patrie. Quelque chose que je ne puis vous
expliquer me fait espérer que vous pouvez y concourir. Il est possible,
ajouta-t-il, qu'à cette grande ambition se mêle l'irrésistible velléité
d'un sentiment plus tendre pour un complice tel que vous.»

Dussé-je en rougir, je dois confesser que, malgré la pensée continuelle
de mon âge, qui m'avait disposée à tous les doutes et à toutes les
réserves, je trouvai quelque plaisir à cette déclaration singulière, et
cette compensation offerte à la politique par la galanterie me fit
sourire aux résolutions du jeune Espagnol. J'oubliai un moment mes
malheurs passés, et, tête baissée, à la manière des belles dames de la
Fronde, j'entrevis sans effroi ma complicité probable dans des intrigues
politiques. D. Félix me quitta, et désirant être seule, je prétextai un
grand mal de tête, dont je crois que D. Pedro, qui vint un instant me
visiter, ne fut pas la dupe.

Le lendemain, je me levai pensant encore à ce que m'avait dit D. Félix.
J'avais eu toute la nuit son image devant les yeux. D. Félix était doué
d'une figure très expressive quoique irrégulière. D. Félix revint, et
m'aborda d'un ton à la fois familier et respectueux; il me parlait comme
à un complice, lorsqu'il était question de ses projets politiques, et
avec une galanterie respectueuse quoique très pressante, lorsqu'il
voulait, disait-il, avoir un titre de plus à ma discrétion. Je
repoussais en riant cette partie de ses opinions libérales, mais je n'y
parvenais efficacement qu'en le remettant sur le chapitre des
conspirations; ce moyen était le rempart de ma vertu. D. Félix
s'exaltait à un degré incompréhensible lorsqu'il parlait de la liberté
de son pays; il m'exaltait moi-même, et me mettait dans cet état que les
dévots appellent quiétisme, où l'imagination est absorbée par un ardent
amour de Dieu. La partie physique de notre être est comme séparée de
l'âme, et agit de tout côté sans que celle-ci y participe. D. Félix me
rappelait Oudet, c'était quelque chose de ce prestigieux empire exercé
par une âme puissante sur une âme faible.

D. Félix s'étant assuré de mon consentement et de ma coopération, me
confia qu'il allait partir pour Valence, ayant eu l'adresse de se faire
donner par son général une mission pour cette ville, où l'appelaient des
affaires de la plus haute importance pour le succès des plans dont il
était un des agens les plus actifs. Il me proposa de l'accompagner, et
finit par l'exiger. Je m'étais déjà engagée avec D. Pedro, qui comptait
se rendre à Madrid en passant par Sarragosse. D. Felix voulut non
seulement que je rompisse ce voyage, mais encore que je gardasse le plus
profond secret sur nos entretiens. Je n'étais que trop disposée à me
séparer de D. Pedro, dont la présence était devenue gênante pour moi
depuis ma liaison avec D. Felix; mais il m'en coûtait beaucoup de lui
dire que j'allais partir pour Valence. Je proposai à D. Felix de mettre
D. Pedro dans la confidence de ses projets. Dieu m'en garde, me
répondit-il, la coopération d'un homme qui a trahi une fois sa patrie
nous porterait malheur. Personne ne rend plus de justice que moi à D.
Pedro. Le casque vous en faites, ainsi que mon général, me donne de lui
la plus haute idée, mais c'est un _afrancesado_, il a porté les armes
contre son pays; il ne doit y avoir rien de commun entre un soldat de la
liberté et un traître. Il me fut impossible de le faire changer de
sentiment, et je fus obligée de me résigner à annoncer à D. Pedro que je
passerais par Valence. Je fus plusieurs fois tentée de partir sans le
voir, et de m'excuser par une lettre, mais j'avais été devinée; et un
matin, comme j'étais occupée à réfléchir sur la nouvelle situation dans
laquelle le sort semblait encore me jeter, D. Pedro entre dans ma
chambre; son air ordinairement grave était plus mélancolique que de
coutume. Eh bien! me dit-il, vous voilà lancée dans le mouvement qui se
prépare. Vous êtes enrôlée sous les bannières des mécontens. Je ne
saurais vous approuver, non que je blâme le but, mais j'en vois les
obstacles. D. Felix ne vous quitte plus; et je parierais que vous êtes
initiée à tous ses secrets. Je ne chercherai point à les pénétrer, ils
sont en Espagne ceux de tout le monde. Le général seul ignore ou feint
d'ignorer le rôle que joue D. Felix. Si vous me permettez de vous donner
un conseil, je vous engagerai à aller attendre l'explosion à Madrid;
elle sera moins dangereuse, à moins toutefois, me dit-il en souriant,
que vous n'ayez vous-même un rôle actif dans le drame. J'en serais
affligé, parce que vous ne pouvez manquer de commettre beaucoup
d'imprudences. Mes compatriotes, que vous n'avez pas encore eu le temps
de juger, ne ressemblent en rien aux autres peuples de l'Europe. Le sang
africain, long-temps mêlé avec le sang espagnol, se fait encore
reconnaître en eux.

Je vis bien que le moment était venu de parler franchement à D. Pedro;
et profitant de la force que me donnait un petit mouvement d'humeur
causé par ses dernières paroles. J'ai changé d'avis, lui dis-je assez
sèchement; je passerai par Valence pour me rendre à Madrid. J'ajoutai,
d'un ton plus doux: Mon intention était de vous proposer... À ces mots
il m'interrompit, et me dit: Je vous entends, le sort en est jeté, vous
partez avec D. Felix. Je n'essaierai point de vous dissuader; je sais,
par ce que vous m'avez raconté des aventures de votre vie, que vos
décisions sont irrévocables. Je me sépare de vous avec un vif regret:
j'ai l'espoir que vous ne vous compromettrez pas: de mon côté je pars
demain pour Sarragosse. Je me rendrai à Madrid dans quelques mois.
J'éprouverai une grande satisfaction si vous voulez bien, à votre
arrivée dans cette capitale, me faire prévenir, si j'y suis moi-même, ou
m'écrire à Sarragosse. J'aime à croire qu'il vous sera agréable de me
donner de vos nouvelles jusqu'à cette époque, et de recevoir des
miennes. D. Pedro s'attendrit en me parlant ainsi. J'étais moi-même fort
émue; il prit ma main, qu'il baisa tendrement, et sortit à l'instant.
J'espérais le revoir, mais j'appris une heure après qu'il était allé
coucher à deux lieues de Barcelone sur la route de Sarragosse.

Quoique sérieusement affligée du départ de D. Pedro, je me sentais
soulagée par son éloignement, tant me pèse toute espèce d'inquisition,
même celle de l'amitié. Je ne pouvais me dissimuler que j'obéissais à
une influence, à un entraînement pour D. Felix, qui, pour n'être pas de
l'amour, n'en était pas moins comme irrésistible. Mes réflexions
commençaient à devenir pénibles, lorsque D. Félix entra, en m'annonçant
que le départ était fixé pour la nuit même, et qu'une calèche à deux
mules nous conduirait jusqu'à Reus, où un _colleras_ nous attendait. Je
représentai à D. Félix que je ne pouvais me dispenser de prendre congé
du général Castagnos, et des personnes auxquelles j'avais été présentée.
Il m'engagea à le faire dans la soirée, mais à ne pas dire que je
partais avec lui. Il me quitta, et je sortis moi-même peu de temps après
pour aller prendre congé du capitaine général, que je ne trouvai point
chez lui. Je me décidai à aller lui rendre visite au théâtre, où il
était tous les soirs. J'allai, en attendant l'heure du spectacle, me
promener sur le bord de la mer, dans le joli faubourg de Barcelonette,
bâti hors des murs de la ville. J'y rencontrai le chanoine dont j'ai
parlé, avec Dona Dolores; elle me fit un accueil très froid, jusqu'à ce
que j'eusse annoncé mon départ pour le lendemain. Dès ce moment, cette
dame fut extrêmement polie avec moi, et sur ce que je lui dis que mon
intention était d'aller au théâtre pour prendre congé du général
Castagnos, elle s'offrit fort obligeamment à m'y conduire dans sa
voiture, ce que j'acceptai. Les femmes sont toujours généreuses quand
elles cessent d'être jalouses. Je me rendis immédiatement dans la loge
du capitaine général, qui parut surpris de mon départ, et qui me demanda
tout bas et en souriant, si je partais seule. Je lui répondis avec un
d'embarras, qui ne fut, je crois, aperçu que de lui seul, que peut-être
j'aurais un compagnon de voyage. Dans ce moment D. Félix entra, et je
sentis que je rougissais. Il ne fit que remettre un papier au général,
et sortit immédiatement. J'allais sortir aussi, mais le général me
retint, en m'engageant à attendre que la première pièce fût finie,
pourvoir danser le _bolero_ et le _fandango_, dont il supposait que je
n'avais aucune idée. Ce spectacle en effet était nouveau pour moi. Je
saluai le général après que le _bolero_ fut terminé. Il m'engagea
poliment à lui écrire lorsque je me rendrais à Madrid, afin qu'il pût
m'envoyer des lettres pour quelques uns de ses amis de la capitale. Il
ne m'en offrait pas, dit-il, pour Valence, attendu qu'il y connaissait
fort peu de personnes.



CHAPITRE CXCVII.

Voyage à Valence.--Le général Milans.--Déjeuner à la Chartreuse
d'Ara-Cali.--Don Vicente.--Souvenir du maréchal Suchet.--Les moines
napoléonistes et constitutionnels.


Je rentrai chez moi pour faire mes préparatifs de départ, ignorant
encore à quelle heure D. Félix viendrait me chercher. J'eus terminé mes
apprêts en peu de temps, et à minuit précis j'entendis une voiture
s'arrêter à la porte de l'hôtel. D. Félix monta, suivi d'un soldat qui
lui servait de domestique, pour prendre mes effets; ils furent chargés
en quelques minutes, et nous partîmes par une nuit superbe. Pleine des
sentimens de la plus haute estime pour le général Castagnos,
j'interpellai vivement D. Félix sur le sort qu'on lui réservait, lui
rappelant (ce qui n'est jamais inutile avec les gens à innovations) que
la reconnaissance est toujours un devoir.

«Le général est l'honneur même, il sera respecté.»

Quand D. Félix eut achevé la confidence de ses projets, je lui demandai
en quoi je pouvais y être mêlée.

--«Voici _votre utilité_, et vous êtes trop généreuse pour nous la
refuser. Notre triomphe en Espagne était assuré bien avant votre
arrivée; notre partie était liée pour en accroître et en affermir les
développemens; mais en entendant parler de vous et en vous voyant, il
m'est venu une idée qui a séduit tous mes amis: j'ai proposé, dans une
de nos réunions secrètes, de me faire présenter chez vous, et d'essayer
de vous mettre dans nos intérêts.

«--Mais dans quel but? repris-je.

«--Vous allez le voir. Nous avons dans notre parti une foule de timides
adhérens, qui craignent l'intervention des puissances étrangères; nous
n'avons encore pu les rassurer entièrement. J'ai imaginé que si je
pouvais vous inspirer de la confiance et de l'intérêt, vous pourriez,
par la connaissance que vous avez de la France, de l'Europe même, nous
indiquer des appuis extérieurs, et de ces influences particulières qui
nous serviraient de lien ensuite avec quelques gouvernemens eux-mêmes.
Je ne comptais pas beaucoup sur votre consentement, je vous l'avoue,
mais il s'est joint en moi un autre motif, dont je ne vous expliquerai
pas la nature par des fadeurs qui ne sont point dans mon caractère.
Est-ce un sentiment de tendresse qui m'a attiré vers vous, ou est-ce un
amour-propre caché dans les replis de mon coeur qui m'a fait souhaiter
d'attacher à la cause que je sers l'amie des grands capitaines?» Don
Félix se tut, et je restai comme pétrifiée par cette communication. Je
ne puis pas dire que ce fut de regret de m'être mise en voyage avec un
homme d'une si vive imagination; on est si disposé à céder aux qualités
qui sympathisent avec les nôtres. Je me recueillis un moment, et je
répondis: «Mon cher don Félix, vous vous êtes ouvert à moi sans trop
savoir ce que vous faisiez; de mon côté, j'ai reçu vos confidences avec
la même facilité de caractère; ni l'un ni l'autre ne s'en repentira,
j'espère, et nous n'avons pas entièrement perdu notre enjeu.
Contentez-vous pour le moment d'un très vif intérêt que je porte au
succès de votre entreprise. J'ai passé ma vie à respirer de la gloire,
de l'ambition, du bonheur des autres.»

Le jour commençait à poindre. Nous avions dépassé Molien del Rey, et
laissé à droite la route de Sarragosse pour prendre celle de Valence.
Nous changeâmes de mules, et nous entrâmes dans la soirée à Reus, où
nous descendîmes dans la maison de don Pedro Milans, qui s'est rendu
célèbre dans la dernière guerre d'Espagne. Le maître de la maison, bon
Catalan, déjà avancé en âge, nous accueillit avec une cordialité toute
hospitalière. Don Félix dit quelques mots en catalan à don Pedro Milans,
qui durent le prévenir singulièrement en ma faveur; car ce brave homme
s'approcha à l'instant de moi, et, me prenant la main, il m'adressa en
langue catalane un compliment que je compris, grâce à la vivacité d'un
oeil espagnol. Le bon M. Milans me parlait souvent, et je ne savais que
lui répondre. Un ecclésiastique là présent essayait de me parler
français, mais ce français-là était moins intelligible encore que de
l'espagnol. Enfin don Félix, voyant mon embarras, me prévint que
l'ecclésiastique, qui se nommait don Vicente, parlait fort bien
l'italien. _Un peu_, me dit celui-ci avec modestie; et certes il aurait
pu dire _benissimo_, car son accent était aussi pur que celui d'un
Toscan. Je m'aperçus qu'il était initié aux secrets de don Félix; quoi
qu'un peu moins exalté, il n'en était pas moins ferme dans son opinion,
qu'il raisonnait un peu plus. Je ne pus m'empêcher de lui faire une
question qui était tout au moins inconsidérée. Je m'avisai de lui
demander si la révolution de l'Espagne ne serait pas nuisible à la
religion.

«Vous êtes, me dit-il, dans l'erreur; vous pensez à tort que la religion
est incompatible avec la liberté. Vous croyez aussi que nos réformes ont
pour but d'anéantir la religion catholique; détrompez-vous, madame, tel
n'est pas notre dessein. Si quelques abus se sont introduits dans la
religion, si l'ambition du clergé l'a fait intervenir trop souvent dans
les choses temporelles, ce n'est que par oubli de l'Évangile. La
république est aussi bien dans l'Évangile que la monarchie; on peut être
bon catholique sous toutes les formes de gouvernemens.»

Les discours de don Vicente firent sur moi beaucoup plus d'impression
que l'enthousiasme irréfléchi de don Félix. Je sentis naître en moi une
sorte d'estime pour des réformateurs qui mettaient leurs innovations
sous la protection de l'Évangile: tant il est vrai que la vertu est en
toutes choses le meilleur des argumens! et si dans ce moment on eût
exigé de moi les plus grands sacrifices pour le succès des desseins de
don Vicente et de ses amis, je n'aurais rien refusé.

Le lendemain on vint m'éveiller de bonne heure pour la messe des
voyageurs, que devait réciter don Vicente. La prière, on le sait, a
souvent consolé mon âme. Quoique élevée dans la religion protestante, il
m'était souvent arrivé de m'unir aux fidèles dans les temples
catholiques. On se rendit donc à la chapelle où don Vicente célébra la
messe et donna aux assistans la bénédiction divine, dont je retins ma
part avec autant de foi que le plus fervent catholique. Après cette
cérémonie nous montâmes dans un coche de Colleras, don Vicente, don
Félix, un officier appelé don Luiz et moi. Les coches de Colleras sont
des voitures à quatre places où l'on est assez commodément; elles sont
attelées de six mules. Tout cela est conduit par un cocher principal
nommé _mayoral_; un postillon appelé _zayal_, ancien mot arabe qui veut
dire jeune garçon, est chargé de diriger les mules; ce garçon est
presque toujours à pied, courant à côté des mules. Ces animaux, quand
ils sont bien dressés, obéissent à la voix, comme le soldat le mieux
instruit obéit au commandement de son sergent. Le _mayoral_ parle
constamment à ses mules, les excitant par leurs noms de _coronela_,
_capitana_, _golendrina_, etc. Lorsqu'on voyage de cette manière, avec
des relais on parcourt en peu de temps des distances incroyables. On
cite un voyage de M. Ouvrard fait de cette manière en quarante et
quelques heures de Bayonne à Madrid. Nous ne fîmes pas de tels prodiges,
parce que nous n'avions que trois relais jusqu'à Valence. Don Félix nous
fit détourner de la route afin de visiter la célèbre chartreuse
d'_Ara-Coeli_, ayant d'ailleurs à parler au père procureur du couvent,
qui était un des plus ardens partisans de la révolution.

Nous fûmes reçus par le père procureur, qui parut ravi de la visite de
don Félix et de don Vicente. Il y eut quelques difficultés pour
permettre à une femme l'entrée de la chartreuse, mais l'intervention de
don Vicente, qui alla solliciter cette permission du supérieur, leva
tous les obstacles; et la Contemporaine, après avoir vu des champs de
bataille, put comparaître dans un monastère.

En visitant le réfectoire, nous trouvâmes un déjeuner presque splendide
servi en maigre, et dont le père procureur fit les honneurs avec
beaucoup d'aisance. Il nous raconta que pendant la guerre de
l'indépendance, après la prise de Valence, le couvent avait été vendu
comme bien national, mais que les religieux durent au maréchal Suchet,
dont le nom à Valence n'est prononcé qu'avec vénération, la conservation
de tout le mobilier du couvent qui leur fut partagé, ainsi que les fonds
que lui père procureur avait dans sa caisse. «Que Dieu bénisse cet
illustre guerrier!» s'écria le père procureur. Don Félix dit au bon père
que je connaissais le maréchal Suchet; que j'avais été l'amie de Moreau
et de Ney, et que j'avais parlé plus d'une fois à Napoléon. À ce nom
magique, le père procureur se leva en signe d'admiration et d'hommage.
Le bon religieux était tenté de baiser le bas de ma robe: «Nous l'avons
combattu, s'écria-t-il, mais nous l'avons admiré! Plusieurs de nos pères
n'ont cessé, depuis sa chute, de faire commémoration de lui dans le
saint-sacrifice de la messe, et prient encore pour lui tous les jours:
le monde ne l'a pas connu, et n'a senti qu'après sa chute la perte
irréparable qu'il avait faite. Si cet homme prodigieux était encore sur
le trône de France, la malheureuse Espagne, qui lui pardonne les maux de
l'invasion, parce qu'elle reconnaît aujourd'hui qu'il a été trompé, ne
se trouverait pas dans la situation déplorable où elle est. Nous aurions
fini par nous entendre, et, soit qu'il nous eût rendu Ferdinand, soit
qu'il eût laissé son frère sur le trône d'Espagne, nous ne serions pas
maintenant entrés dans une révolution dont les bons Espagnols se voient
réduits à courir les chances pour secouer le joug intolérable qui nous
accable.»

Je vis que le père procureur n'était pas un des moins chauds conjurés,
et que son ardent amour pour Napoléon avait pour motif principal le
mécontentement que lui causait le régime de l'Espagne. Nous prîmes congé
de lui, et nous partîmes pour Valence où nous arrivâmes dans
l'après-midi.



CHAPITRE CXCVIII.

Valence.--M. et Mme Pared...--Arrestation de don Félix.--Le bon
Gitano.--Madrid.--Premier aspect de cette capitale.


Arrivés à Valence, nous descendîmes chez M. Pared..., ami et confident
des projets de don Félix. Madame Pared... paraissait elle-même initiée
dans tous les secrets, de sorte qu'après quelques minutes de complimens,
la plus grande confiance régna entre nous. Cependant, comme la politique
menaçait d'occuper ces messieurs, la maîtresse de la maison me proposa
une promenade, et j'acceptai. Suivies de deux laquais, nous nous
rendîmes à l'Alaméda. Cette promenade, d'une longueur extraordinaire,
n'est autre chose que le chemin de Valence à la mer. On y a planté à
droite et à gauche des doubles contre-allées d'orangers, de palmiers et
de peupliers d'Italie. Au moment où nous arrivâmes, je me crus
transportée aux Champs-Élysées de la fable. Mon illusion venait de ce
que dans les belles soirées d'été, les femmes des artisans et même de la
bourgeoisie viennent respirer le frais à l'Alaméda, vêtues d'une simple
tunique de mousseline blanche, serrée seulement autour du cou, et qui
descend jusqu'aux pieds.

Malgré une absence de deux grandes heures, nous trouvâmes nos messieurs
aussi occupés de leurs affaires. MM. Luitz et Pared... prirent congé de
nous, après quoi nous nous retirâmes dans nos appartemens. Le lendemain
matin, don Talliani et D. Vicente me firent demander la permission
d'entrer chez moi; il était à peine huit heures, mais dans ces climats,
l'heure est très légale pour entrer chez une femme. D. Félix m'apprit
que D. Louis était parti le matin pour Murcie, et que lui-même partirait
le lendemain pour Alicante, d'où il reviendrait dans cinq ou six jours
au plus tard. Pendant ce temps-là, me dit-il, vous voudrez bien agréer
D. Vicente pour votre cavalier. Amusez-vous, ajouta-t-il, pendant que je
vais veiller aux grands intérêts qui me sont confiés; à mon retour,
j'aurai probablement à vous communiquer des choses importantes, et
peut-être à vous demander des conseils.

D. Félix sortit et me laissa avec D. Vicente, qui, à travers sa gravité
habituelle, laissait percer un air de satisfaction qui me frappa et dont
je lui demandai la cause. Vous avez, me répondit-il, «deviné juste,
madame, je suis on ne peut plus satisfait de l'entrevue que j'ai déjà
eue avec deux de mes amis, avant que vous ne fussiez éveillée. Tout va
bien.»

Je n'avais pas le projet de faire un long séjour à Valence, et il me
tardait que D. Félix revînt d'Alicante, pour lui déclarer que je voulais
me rendre à Madrid. Il revint au bout de six jours. Je passai ce temps
dans la société de madame Pared... Le matin son mari venait chez moi et
s'y entretenait avec D. Vicente, du grand objet qui les occupait
exclusivement. Ils paraissaient persuadés l'un et l'autre que mon voyage
en Espagne avait une grande importance politique; et plus je cherchais à
les en dissuader, plus ils le croyaient.

D. Félix arriva le soir même; il me parut très satisfait de son voyage.

Il sortit pour une affaire pressante, mais ne revint pas; notre
inquiétude devint extrême, quand déjà fort avant dans la nuit, un gitano
se présenta chez M. Pared...; il apportait un billet de D. Félix, conçu
en ces termes: Le parti ennemi m'a fait assaillir; j'ai été un moment
entre les mains d'Elio; mais j'ai été délivré par nos fidèles. Je suis
en sûreté à deux lieues d'ici. Le porteur de ce billet vous servira de
guide pour vous conduire à Madrid, où nous nous retrouverons.

Je pris une décision sur-le-champ; mais j'insistai pour voir D. Félix
avant mon départ. M. Pared... et D. Vicente me firent comprendre que
cela était impossible, mais ils me firent espérer que pour peu que je
fisse diligence, je pourrais rejoindre D. Félix à San Clémente, dans la
Manche, pour continuer avec lui le voyage jusqu'à Madrid. Yusef loua un
calesin et deux bonnes mules. Je quittai mes hôtes de Valence, après
bien des témoignages d'intérêt et d'amitié.

Le lendemain, à l'ouverture des portes, je sortis de Valence, et je pris
la route de Madrid. Mon brave gitano, étendu sur le brancard à mes
pieds, me racontait ses campagnes; nous arrivâmes en six jours à San
Clémente, où je trouvai pour la première fois un gîte humain, mais,
malgré l'industrieuse activité de Yusef, je ne pus rien apprendre de D.
Félix. Nous arrivâmes enfin à Madrid, moins fatigués que je ne
m'attendais à l'être; grâces aux soins de Yusef, qui trouva moyen de
m'épargner une foule de désagrémens auxquels n'échappent dans ces
voyages de l'intérieur de l'Espagne que les personnes qui voyagent à
grands frais, et avec leurs propres relais. Je descendis à l'auberge de
la Fontaine d'or, située dans une des plus belles rues de Madrid, près
de la place célèbre, qu'on appelle _La puerta del Sol_, rendez-vous de
tous les oisifs de la capitale. Mon premier soin fut d'envoyer Yusef,
qui connaissait parfaitement Madrid, à la découverte, pour avoir des
nouvelles de D. Félix. Il n'apprit rien ce jour-là, et je me couchai peu
de temps après mon arrivée. Le lendemain matin de bonne heure j'envoyai
les lettres de recommandation et de crédit, dont m'avait muni M.
Pared...; et deux heures après je reçus la visite de M. Wismann, chef
d'une maison anglaise, établie à Madrid. Il me remit une lettre à mon
adresse, qu'il avait reçue le matin même. Elle était de D. Félix, qui
m'écrivait d'une petite ville de la Manche. Il s'excusait de n'avoir pu
passer par San Clémente, et m'annonçait sa très prochaine arrivée. M.
Wismann me demanda si je comptais faire quelque séjour à Madrid; et sur
ma réponse affirmative, il m'engagea à me loger ailleurs qu'à l'auberge,
et se chargea obligeamment de me chercher un logement décent. À Madrid
comme à Londres, plusieurs propriétaires sous-louent des appartemens
meublés. En effet, dès le jour même, j'occupai dans la belle rue
d'Alcala un appartement de la meilleure tenue.

Tous ces arrangemens domestiques une fois pris, j'attendais avec
impatience l'arrivée de don Félix. Il arriva enfin, et vint me témoigner
une satisfaction que je ressentais également; car je ne l'avais pour
ainsi dire pas revu depuis Valence. Don Félix me félicita sur mon
logement qui lui parut fort bien disposé, quoique, me dit-il, il se fût
attendu à ce que nous logerions ensemble. Je lui fis sentir que les
convenances ne permettaient pas que je me misse, pour ainsi dire, en
ménage avec une personne et de son âge et de ses habitudes. J'ajoutai
que, bien que je m'intéressasse vivement au succès de ses desseins, dans
la persuasion où j'étais qu'ils n'avaient que l'ardent amour de son pays
pour mobile, je ne voulais, au moins en apparence, avoir l'air d'y
prendre la moindre part. Cette déclaration ne lui plut pas; mais après
quelques observations de ma part, où perçait peut-être malgré moi la
preuve d'un vif attachement, il se rendit, mais en ajoutant qu'il
comptait toujours sur moi si l'occasion se présentait de rendre un grand
service à sa cause. Nous changeâmes de discours, et je lui demandai s'il
se proposait de rester long-temps à Madrid: Jusqu'au bout, me dit-il. Et
l'impétueux jeune homme se répandait en espérances infinies sur la
régénération de l'Espagne, devenue depuis si fatale à ses partisans.

Je n'avais pas écrit à don Pedro depuis notre séparation; je réparai
cette impardonnable négligence par la lettre la plus affectueuse. La
réponse de don Pedro était bienveillante, mais avec restriction. Il y a
danger pour vous, me disait-il, avec la personne qui vous accompagne; au
nom du ciel, ne vous compromettez pas. Permettez que, pour vous rendre
le séjour de Madrid plus sûr, je vous adresse à don Joseph A..., l'un
des premiers avocats de la capitale; je lui annonce votre visite. Je ne
doute pas qu'il ne vous prévienne et n'aille vous offrir ses services.
Si, comme je le présume, vous êtes curieuse d'observer le peuple que
vous êtes venue visiter, vous en trouverez l'occasion dans la maison de
don Joseph qui reçoit beaucoup de monde...

Ma première entrée dans la société se fit cependant chez M. Wismann, qui
me présenta à sa famille. Mme Wismann recevait principalement les
négocians étrangers établis à Madrid, et qui formaient entre eux une
espèce de colonie. On s'occupait beaucoup de politique dans cette maison
que fréquentaient aussi plusieurs membres du corps diplomatique, dont M.
Wismann était le banquier. Les opinions du maître de la maison étaient
fort libérales, mais on n'y conspirait pas. Je m'aperçus en général que
dans la capitale la conspiration avait un autre caractère que dans les
provinces. Il y avait moins de mystère.

Je voulus, en profitant des lettres d'introduction que j'avais reçues de
don Pedro, étudier des moeurs si nouvelles pour moi. L'Espagne, plus
qu'aucun autre pays, avait conservé une physionomie particulière,
quelque chose, si je puis m'exprimer ainsi, de primitif, que je n'avais
observé ni en Italie ni en Allemagne, où la population des capitales se
rapproche plus ou moins dans les goûts et dans les habitudes de celle de
Paris. Cependant ce n'était point de la même manière, et, sauf la classe
relativement peu nombreuse qui partout se donne à elle-même le titre de
bonne compagnie, il y avait dans les coutumes et dans les usages
habituels de la vie des différences notables que je n'avais point
remarquées dans les autres grandes villes de l'Europe que j'avais
habitées.

J'envoyai la lettre de don Pèdre à don Joseph A... qui, dès le
lendemain, vint me visiter et _m'offrir sa maison_; cette expression
officielle donne en Espagne, chez la personne qui l'adresse, tous les
droits d'une présentation dans toutes les règles. Celui ou celle qui en
est l'objet est, dès ce moment, ce qu'on appelle _visita de casa_,
c'est-à-dire, qu'il est de toutes les fêtes, bals ou assemblées qui se
donnent dans la maison, sans avoir besoin d'autre invitation qu'un avis
verbal.

Don Joseph A... recevant beaucoup de monde, il y avait tous les soirs
chez lui, après l'heure de la promenade, une _tertulia_ habituelle, et
deux fois la semaine une assemblée beaucoup plus nombreuse.

Don Joseph A... était fort instruit, et quoique toutes les études de sa
vie eussent été dirigées vers la jurisprudence, il avait beaucoup de
littérature, et sa conversation était fort intéressante. J'aimais à lui
entendre raconter les anecdotes du temps du Prince de la Paix qu'il
avait été à même de bien connaître, ayant eu une liaison fort intime
avec le chanoine don J. Duro, confident de ce célèbre favori, et avec la
comtesse de C... qui exerçait la même influence sur le chanoine que
celui-ci sur son patron.



CHAPITRE CXCIX.

Confidences de D. J. A... sur le Prince de la Paix et les moeurs
espagnoles sous son ministère; les salons de la haute société de
Madrid.--Portrait du général Zayas.--Audiences mystérieuses du
roi.--Ferdinand VII.


Parmi les faits curieux que me racontait don Joseph A... sur cette
époque, je me bornerai à une légère esquisse de l'état dans lequel la
faveur du Prince de la Paix avait plongé la société en Espagne. Pour se
faire une idée de la corruption espagnole à cette époque, il faudrait
rassembler les doubles images de la régence et du directoire, et encore
l'histoire de France n'aurait peut-être pas le prix de l'immoralité.

L'amour de la reine pour don Manuel Godoy, Prince de la Paix, et
l'inconcevable aveuglement de Charles IV, avaient réellement mis le
sceptre des Espagnols aux mains de ce favori. La haine publique lui
était une recommandation, le pouvoir pas autre chose qu'une caisse de
plaisirs, et une source de caprices désordonnés et nouveaux. La passion
pour les femmes dominait chez lui toutes les autres. Sûr de son empire
sur le roi, il ne ménagea plus la reine, et il entretint publiquement
une maîtresse qu'il avait, dit-on, épousée, ce qui ne l'empêcha pas
d'obtenir la main d'une princesse de la famille royale, nièce du roi. Il
ne cessa pas de fréquenter dona Pepa Turo, la maîtresse dont j'ai parlé,
qu'il logea magnifiquement dans le Retiro, résidence royale, et dont il
eut des enfans auxquels passèrent les titres les plus magnifiques de la
monarchie.

Le Prince de la Paix habitait alternativement la capitale et les maisons
de plaisance où résidait le roi. Sa cour était plus nombreuse que celle
du monarque; tous les jours, de onze heures à midi, accouraient dans ses
palais une foule innombrable de personnes de toutes les classes,
jalouses d'obtenir un regard. Là, on voyait confondus pêle-mêle les
grands d'Espagne, les généraux, les magistrats, les prélats, les moines,
les plébéiens, les duchesses et les courtisanes. Les plus jolies femmes
de l'Espagne accouraient à ce bazar de la fortune. On passait même les
mers pour prendre part à ce concours de la beauté; on venait d'Amérique
exposer ses charmes au prince roi, et on remportait, à la suite de
quelques complaisances, les meilleurs emplois des colonies. Il y en
avait pour les maris, pour les frères et pour les amans. Je n'oserais
pas raconter à mes lecteurs le trait suivant, si don Joseph A... ne
m'avait assuré en avoir été le témoin avec plus de mille autres
personnes.

La marquise de ..., encore vivante en 1822, sollicitait depuis
long-temps une audience particulière du Prince de la Paix sans pouvoir
l'obtenir. Elle la dut enfin aux sollicitations et aux importunités dont
elle accabla le chanoine Duro et la comtesse de C...; son but était
d'intéresser le prince à une affaire d'une haute importance pour sa
fortune, en essayant sur lui le pouvoir de ses charmes. Son audience fut
indiquée quelques momens avant l'heure à laquelle le prince se montrait
à ses courtisans dans les vastes salons du palais. La marquise entra
dans son cabinet en traversant la foule déjà réunie, y resta à peine un
quart d'heure, et, chiffonnant ses falbalas que le prince avait
respectés, affecta de sortir dans un désordre qui pût lui donner
l'étrange relief, et l'honneur si scandaleusement poursuivi par les plus
grandes dames, d'avoir excité les désirs du satrape. Le bruit de cette
aventure, que tout le monde crut réelle, ne tarda pas à venir aux
oreilles du prince, qui la démentit, et qui fut cru d'autant plus
facilement qu'on savait qu'il n'aurait pas mis le moindre scrupule à
l'avouer.

Je passe sous silence un bon nombre d'autres anecdotes que je sus de la
bouche de don Joseph A... et qui m'intéressaient alors, parce que
j'avais occasion de voir souvent plusieurs des personnages qui y avaient
joué un rôle.

Je fus présentée par don Félix à la baronne de C..., parente du général
Castagnos. Sa maison réunissait la plus haute société de Madrid. J'y fus
parfaitement bien accueillie. Le ton de cette maison, à quelques nuances
nationales près, était celui de la très-bonne compagnie de Paris. Je fus
frappée d'un usage que je n'avais pas trouvé aussi généralement répandu
dans la société de don Joseph A... Presque toutes les femmes se
tutoyaient entre elles; j'en demandai l'explication au spirituel général
Zayas, habitué de la maison, et qui se fit mon chevalier dès le premier
jour de mon introduction chez la baronne de C... Il me dit que les
grands d'Espagne se tutoyaient tous entre eux, et que les _titulos de
castelli_, qui sont après eux la première noblesse du royaume, suivaient
cet exemple pour s'assimiler autant que possible à la première classe de
la nation.

Le général Zayas est né à la Havane; il avait été prisonnier en France,
où il fut traité, par le gouvernement impérial, plus sévèrement que ses
compagnons d'infortune, ayant subi une longue détention à Vincennes.
Après la restauration il resta quelque temps à Paris, et en avait
conservé un souvenir très agréable. Instruit par don Félix de mes
liaisons avec Moreau et avec Ney, il me mettait souvent sur ce chapitre,
et la manière dont il me parlait de ce dernier ne contribua pas peu à
m'inspirer une estime qui donna, pendant quelque temps, de l'ombrage à
don Félix, qui m'en témoigna, non de l'humeur, car cet excellent jeune
homme n'en eut jamais avec moi, mais de la tristesse. Il cessa bientôt
de s'en plaindre, et je ne tardai point à apprendre la cause de ce
changement. Don Félix, qui sacrifiait tout au triomphe de ses opinions
politiques, témoigna autant d'attachement au général Zayas, qu'il avait
manifesté d'éloignement quand il sut que ce général était
constitutionnel.

J'entendais dire tous les jours à une foule de personnes qu'elles
avaient été à la cour. Je demandai au général Zayas ce que cela
signifiait: j'appris que ce qu'on appelait aller à la cour était tout
simplement se présenter le dimanche dans les salons du roi à midi, que
personne n'en était exclu pourvu qu'il portât un uniforme, ou un habit à
la française, qu'en Espagne on appelait _traje diplomatico_. Si vous
voulez voir le roi et lui parler, me dit le général Zayas, il n'y a rien
de plus facile; faites demander au capitaine des gardes, ou au premier
gentilhomme de la chambre de service, une audience qui n'est jamais
refusée, et prenez le premier prétexte qui vous passera par la tête; sa
majesté vous accueillera très bien. Cependant, si vous tenez à obtenir
quelque distinction personnelle, adressez-vous particulièrement au duc
d'A..., qui est l'intermédiaire officiel des présentations intimes. Je
ne me proposais pas de suivre ce conseil; mais don Félix, à qui j'en
parlai, me pressa de voir le duc d'A..., et lui écrivit sur-le-champ en
mon nom pour lui demander un rendez-vous. Le duc ne me fit pas attendre
long-temps sa réponse, car il vint lui-même au moment où je me disposais
à sortir pour aller à la promenade. Ce seigneur passait pour le
confident des promenades nocturnes que Ferdinand faisait de temps en
temps. Je le remerciai de sa politesse, d'autant qu'il ignorait le motif
du rendez-vous que je lui demandais; mais, comme il était fort galant et
accoutumé à ce que les femmes s'adressassent à lui pour obtenir, par ses
entremises, quelque grâce, il s'imagina que j'avais plus que des vues
politiques sur son maître; et rien ne me parut plaisant comme l'air
d'importance que se donnait ce noble duc pour un office dont personne ne
lui enviait le triste honneur. Pendant les fadeurs de l'ennuyeux
gentilhomme, je trouvai un prétexte d'audience, et même un prétexte
sérieux et réel: je me rappelai une ancienne affaire de créances
hollandaises sur l'Espagne, dont j'avais les titres dans mes papiers. Je
dis au duc d'A... que je voulais présenter un placet à ce sujet. Le duc
m'assura de son exactitude, de son empressement, et même de la
gracieuseté du souverain.

Peu de temps après, j'eus la visite de don Félix, auquel je racontai ce
qui venait de se passer entre le duc d'A... et moi. «Oh! oh! me dit-il,
notre ci-devant jeune homme est vif; il faut qu'on lui ait parlé de
vous, et qu'il en ait déjà parlé plus haut.»

--«Peut-être la police...»

--«Il est nécessaire que vous éclaircissiez ces soupçons. Rendez-vous
demain au palais, et parlez au roi.» Et comme je faisais quelques
objections, don Félix me répondit: «Ferdinand VII est le plus accessible
des souverains.» J'en eus la preuve le lendemain; car, m'étant rendue au
palais à l'heure indiquée, je fus introduite par un officier supérieur
dans une grande salle, où je vis plus de vingt personnes. Une personne
qui sortit d'une pièce attenante à celle où j'étais vint me demander si
je venais de la part de son excellence M. le duc d'A... Sur ma réponse
affirmative, je fus conduite dans un grand cabinet, dont la porte
entr'ouverte me laissa voir le roi, qui, en passant dans la première
salle, parla tour à tour aux personnes qui y étaient réunies. Peu après
le duc d'A... vint me joindre; et, s'asseyant à côté de moi: «Le roi, me
dit-il, est favorablement prévenu; il sait qui vous êtes: vous avez des
amis ardens, mais indiscrets. Sa majesté est très bien disposée pour
vous.» Je ne comprenais rien à ce discours, et j'allais en demander
l'explication au duc lorsque je fus interrompue par l'arrivée du roi
lui-même, que je ne reconnus pas d'abord, parce qu'il avait quitté
l'uniforme qu'il portait. Il était vêtu de noir, et me parut assez bel
homme, et d'une physionomie expressive. Le duc se retira et me laissa
avec sa majesté, qui me dit en très bon français: «A... m'a parlé de
toi; nous te connaissons, beau masque: je me ferai rendre compte de la
créance que tu réclames. Mais Madrid, comment est-il vu par la maligne
Française? Que dit-on de moi à Paris? Comptes-tu rester encore quelque
temps?» Je fus tout étourdie de ce tutoiement, signe de la grandeur
royale, singulier privilége de la souveraineté, qui se trouvait le même
que le symbole de l'égalité pour nos sans-culottes. Je ne fus pas moins
interdite des brusques et innombrables questions du monarque castillan.»
Sire, répondis-je en balbutiant, j'ai sollicité l'honneur d'être
présentée à votre majesté, pour lui demander...»

--«C'est bon, c'est bon; A... se mêlera de cela; parlons d'autre chose.
Est-il vrai que tu aies reçu des confidences de Napoléon?»

--«Sire, votre majesté paraît avoir reçu beaucoup de renseignemens sur
mon compte; mais elle me permettra de lui faire observer qu'ils peuvent
n'être pas fort exacts.»

--«Oh! que si: j'ai mes correspondances à Paris. Je sais tout, puisque
je sais, quant à toi, simple particulière, tes relations avec Moreau et
avec le maréchal Ney. Tu cours le monde pour te consoler. Est-ce pour
cela que tu as fait connaissance d'un certain don Félix? J'approuve tes
projets de distraction; et, pour les seconder, voici une carte à
l'inspection de laquelle tout te sera ouvert.» Là-dessus le roi me salua
de la main, et se retira. J'avoue que, malgré son affabilité, Ferdinand
n'exerça point sur moi ce prestige des grandes figures historiques qui
avaient passé sous mes yeux.

Je trouvai D. Félix à la porte du palais, fort impatient de savoir ce
que sa majesté m'avait dit. Je l'inquiétai beaucoup en lui disant qu'il
avait été question de lui. «Mais rassurez-vous; Ferdinand n'a pas mêlé
un mot de politique à toutes ses gracieuses paroles. Tout ce que j'en ai
obtenu se réduit à cette carte, qui me donne l'entrée de toutes les
maisons de plaisance où le public n'est pas admis.»

--«Comment diable! s'écria don Félix; mais c'est un brevet de sultane
favorite que vous avez là. Vous ne tarderez pas à voir le duc qui vous
engagera à aller, à un jour fixé, soit au petit jardin du Retiro, soit
au Casino de la porte des Ambassadeurs; et, si vous acceptez, vous êtes
certaine que vous y verrez le roi.»

«--Soyez tranquille, Don Felix; j'ai beaucoup failli, mais j'ai souvent
aussi résisté; et si mon âge ne me mettait à l'abri des persécutions
galantes que vous craignez, je trouverais encore de quoi m'en préserver
dans mes souvenirs.»

Le duc d'A... ne manqua pas de venir me voir le lendemain, et me
félicita de mon succès auprès du roi: «Sa majesté vous a fait une faveur
dont elle est avare en vous donnant une de ces précieuses cartes que
toutes les dames de Madrid vous achèteraient au plus haut prix.» Je
souris de l'idée que le duc d'A... avait de la vertu des femmes de cette
capitale.

«Vous profiterez des bontés du roi?» me dit-il.

«--Mais c'est selon: si je ne puis m'y faire accompagner, il n'en sera
rien. Une femme seule, étrangère, peut-elle se présenter décemment?

«--Qu'à cela ne tienne; je serai votre cavalier. Vous n'avez qu'à
m'indiquer le jour, et nous ferons ensemble une promenade au petit
jardin du Retiro.

«--Nous verrons, dans quelques jours.

«--Mais c'est demain que j'espère que vous me ferez cet honneur?»

J'acceptai enfin, poussée par cette curiosité qui m'a si souvent et sans
réflexion fait aborder les situations les plus extraordinaires.

Le duc fut fort exact le lendemain, et nous montâmes en voiture. Nous
nous rendîmes au Retiro. Le duc d'A... ne cessait de me vanter
l'amabilité du roi; je commençais à croire que don Félix avait raison,
et je ne tardai pas à prendre quelques vertueuses terreurs. Depuis une
demi-heure à peine nous étions, le duc et moi, dans un tout petit
pavillon fort élégamment meublé que la porte s'ouvre et que je vois
entrer Ferdinand, qui dit au duc, en espagnol: «Ah! tu donnes des
rendez-vous chez moi?» Je m'étais levée à l'aspect du roi. «Qu'on
s'asseye, me dit-il, que je sois un moment en tiers dans la
conversation.» Un moment après, il dit au duc: «Je pense que madame doit
avoir besoin de se rafraîchir. Fais-nous apporter un _refresco_.» Le duc
sortit immédiatement, et le roi me dit en souriant: «Ce bon A... eût été
bien étonné que je l'eusse retenu; il n'est pas accoutumé à ces
manières.» Un laquais apporta un plateau sur lequel étaient des sorbets,
des confitures, du chocolat et des cigares. S. M. m'engagea à prendre
quelque chose et me servit une glace. Elle en prit elle-même, et fit un
signe au laquais qui se retira. J'avais contre Ferdinand VII quelques
préjugés; mais j'avoue que ce jour-là je le trouvai fort aimable. Je me
sentis toute disposée à attribuer, ainsi qu'il le faisait lui-même,
toutes les fautes de son gouvernement à la difficulté des circonstances.

Notre conversation fut longue, et je fus la première à m'apercevoir que
la nuit était venue. Le roi sonna, et le duc d'A. parut. Ferdinand alla
rejoindre sa suite au pavillon de l'étang du Retiro, où il était
attendu, et je repris avec le duc le chemin de ma maison. Il me quitta à
la porte pour se trouver au palais en même temps que son maître. Je
trouvai chez moi un billet de don Pedro, qui, arrivé ce jour même à
Madrid, était venu me voir immédiatement. Il m'annonçait qu'il
repasserait le soir après le spectacle. Je ne pus m'empêcher d'être
frappée de l'à-propos qui faisait arriver à Madrid le seul homme auquel
j'eusse fait une confidence presque entière de ma vie le jour même où
j'avais à ajouter une nouvelle aventure au grand livre de celles qui
m'étaient arrivées.

Don Pedro revint en effet vers onze heures. J'eus le plus grand plaisir
à revoir cet excellent ami, et de son côté il me témoigna la plus vive
satisfaction, surtout lorsqu'après lui avoir fait part de la manière
dont je vivais dans la capitale de l'Espagne, il vit que je m'occupais
fort peu de politique. J'en suis d'autant plus charmé, me dit-il, que
moi-même, partisan des améliorations, moi-même habitué aux dangers, je
ne vois pas sans effroi les épouvantables excès qui sortent toujours
comme les premiers fruits d'une révolution. Je parlai à don Pedro de ma
présentation au roi, et de confidence en confidence, j'en vins à lui
révéler que ce jour même, et au moment où il était venu chez moi,
j'étais au Retiro en tête à tête avec S. M. C. Don Pedro resta comme
ébahi à cet aveu. Vous êtes, me dit-il, une singulière femme; quand vous
manquez d'aventures, elles viennent vous chercher. Trente femmes à
Madrid briguent la faveur de ce qu'on appelle ici _la llave secreta_, la
clef secrète, et ne peuvent l'obtenir; et sur une idée, demander par
passe temps une audience au roi; toutes les combinaisons s'accumulent
pour vous faire réussir. Cependant je dois vous prévenir que cette
intimité ordinairement peu durable a des inconvéniens. Je ne cherche
point à deviner ce qui peut s'être passé dans cette entrevue, mais le
roi est peu discret. On dirait même qu'il n'agit que pour parler, et
qu'il ne recherche les aventures, que pour les frais de sa conversation
avec sa camarilla.

--N'allez pas si loin, mon ami, dans vos suppositions, toutes vos
alarmes tombent devant l'_innocence_, et pour que l'avenir ne m'expose
pas plus que le passé, j'ai grande envie de quitter Madrid qui commence
à me peser, et je le ferais immédiatement si je trouvais une occasion
agréable de parcourir l'Andalousie, et de visiter Cadix.

--Je serai votre compagnon de voyage si vous voulez, et moyennant un
délai de quatre jours. J'acceptai avec empressement, et je promis de
faire mes préparatifs en conséquence. Je fis observer à don Pedro que
j'avais quelques comptes avec lui, et que dans la crainte d'être à
charge à son amitié j'attacherais un grand prix à la vente de la créance
pour la liquidation de laquelle l'audience de sa majesté me donnait bon
espoir. Don Pedro se chargea de m'en débarrasser, et sans savoir comment
il s'y prit, mais grâce à cette négociation sur laquelle je n'eusse
jamais compté, je me trouvai encore une fois riche.



CHAPITRE CC.

Excursion en Andalousie.--Cadix.--Révolution de l'île de Léon.--Les
contrebandiers.--Le Mameluck.--Société de Cadix.


Je ne pouvais quitter Madrid sans prévenir don Félix et sans m'excuser
auprès de lui, non pas de la rupture de notre liaison, mais de
l'éloignement qui allait en détendre les liens. Je craignais la
susceptibilité de l'amour-propre, qui fait souvent que l'idée d'une
séparation inspire aux hommes une jalousie subite; ce qui était de la
bonne amitié se change alors quelquefois en passion. Il n'en fut point
ainsi avec don Félix. Cet excellent jeune homme avait de la candeur, et
ne vint point réclamer par vanité des droits qu'il n'avait point eus par
amour. Il était d'ailleurs si possédé de sa fièvre politique qu'il
convint ne pouvoir m'offrir qu'un dévouement trop distrait. «Don Pedro,
me dit-il, est un compagnon de voyage d'un âge plus convenable pour une
femme. Du reste, ajouta don Félix, je serai à vos ordres; qu'un mot de
vous commande démarches, présence, vous pouvez de moi tout attendre.
Nous nous retrouverons d'ailleurs probablement en Andalousie.»

Le duc d'A... revint me voir; il me parla beaucoup de l'estime que le
roi faisait de ma personne, et m'engagea à venir de temps en temps à
l'audience du soir. Je le priai de présenter mon respect à Ferdinand et
de lui offrir mes adieux. Je lui annonçai mon départ pour Cadix, ce qui
le surprit; mais il ne me fit pas d'objection. Je pris congé des
personnes auxquelles je devais un accueil si obligeant, et je partis en
poste avec don Pedro et le fidèle Yusef. Nous étions dans une bonne
calèche de voyage; nous traversâmes très rapidement la province de la
Manche, et nous arrivâmes au pied de la fameuse Sierra-Morena que nous
franchîmes sans accident, ce qui est presque un miracle; mais je me
pressais trop de m'en féliciter ainsi qu'on va le voir.

Nous avions couché à Cordoue, où don Pedro voulut me montrer la superbe
cathédrale, ancienne mosquée bâtie par les Maures, où trois cent
soixante colonnes de marbre blanc témoignent de la civilisation de ces
barbares dominateurs de l'Espagne. Nous arrivâmes à Écija de trop bonne
heure pour nous y arrêter, et nous nous trouvâmes à la nuit close dans
une espèce de désert, qui est entre un village tout neuf qu'on nomme la
Louisiane et une maison de poste appelée la Portuguesa. Nous entendîmes
un vigoureux coup de sifflet: «Allons, dit don Pedro, voilà sans doute
une anecdote qui se prépare pour votre album. Dieu veuille que ce ne
soit pas la bande de _los siete ninos de Écija_.» Le postillon adressa
quelques mots en Espagnol à mon compagnon qui me dit: «Rassurez-vous,
nous n'avons affaire qu'aux _Mamelucks_.» Tout étonnée de ce que me
disait don Pedro, je lui demandai ce qu'il entendait par les _ninos
d'Écija_ et par les _Mamelucks_. La ville d'Écija a été le berceau d'une
bande de sept voleurs, qui a fini par devenir une sorte de peuple
constitué; toutes les fois qu'un de ces voleurs privilégiés est pris, de
puissantes protections le font toujours acquitter. Quant aux Mamelucks
qui ont reçu ce nom d'un Mameluck resté en Espagne dans la dernière
guerre, et devenu leur chef, ce sont tout simplement des contrebandiers
fort honnêtes qui exercent leur état avec une sorte de probité
chevaleresque. C'étaient à eux que nous allions avoir affaire. Il en
parut au moment même deux à la portière de notre voiture. Don Pedro leur
adressa poliment la parole et demanda leurs ordres. «Dix onces d'or,
voilà votre contribution: vous savez ce qu'il nous faut. Dix onces d'or
en échange de ce rouleau de tabac, et voici un sauf conduit jusqu'à
Séville.» Don Pedro présenta sa bourse au contrebandier en lui demandant
s'il était de la bande du Mameluck; celui-ci répondit affirmativement.

Yusef, qui était sur le devant de la voiture, crut reconnaître quelque
chose de national dans l'accent du contrebandier, et lui dit à voix
basse quelques mots dans une langue que ni don Pedro ni moi
n'entendîmes. Tout à coup ce contrebandier siffla fortement, et six
hommes armés jusqu'aux dents parurent à nos yeux. Je crus que nous
allions être égorgés, et je tremblais de tous mes membres. Don Pedro
n'était guère plus tranquille; mais Yusef nous rassura en nous disant:
«Calmez-vous, nous sommes en pays de connaissance; il ne vous sera fait
aucune offense, et vous ne perdrez pas une obole.» Ce contrebandier, qui
est le lieutenant de l'intrépide Mameluck, est un gitano comme moi. Il
exerce la contrebande, qui est un métier tout comme un autre, mais ce
n'est point un voleur. Nous allons être accompagnés jusqu'en vue de
Carmona, et au moyen d'un signe qu'il vient de me communiquer, vous
aurez, si cela peut vous être agréable, un entretien avec le Mameluck
lui-même.» Yusef nous assura que cette protection nous serait bien
nécessaire; car la nouvelle du prochain passage d'un convoi d'argent a
mis sur pied toutes les bandes de voleurs et de contrebandiers qui ont
élu domicile entre Cordoue et Séville. À une lieue de Carmona nous
rencontrâmes les contrebandiers; à leur tête parut un homme à moustaches
épaisses, au teint cuivré, qui nous fut présenté par Yusef, dont il prit
la main, qu'il tint long-temps serrée dans la sienne; c'était ce
Mameluck. Averti par Yusef, il nous salua, et un peu pressé par nos
curieuses questions, il nous apprit qu'à la terrible journée du 2 mai
1808, à Madrid, il fut laissé pour mort dans une maison où il était logé
avec un officier de son corps, et que, par les soins de la servante, il
avait été rappelé à la vie et caché par elle; qu'à sa guérison, sa
reconnaissance se changea en amour, et l'avait conduit avec cette
Espagnole dans la Sierra-Morena, où la maison qu'elle habitait servait
de retraite habituelle aux contrebandiers. «Je me suis alors,
ajouta-t-il, enrôlé dans une compagnie de contrebandiers, et à force de
services rendus, j'en suis devenu le chef, et ai donné mon nom à leur
compagnie. Voilà onze ans que je règne dans ces contrées; mais je crains
d'être obligé de jouer un rôle politique, attendu que l'honneur des
contrebandiers exige qu'on ne les confonde pas avec ces coquins de
voleurs, qui sont tous serviles.» Le Mameluck nous offrit quelques
rafraîchissemens; et après avoir fait quelques présens à Yusef, qu'il
connaissait depuis long-temps et auquel nous devions le dénouement
heureux de cette aventure, il nous salua; et peu d'heures après, nous
arrivâmes à Séville.

Nous ne nous arrêtâmes qu'un jour dans cette grande ville, que don Pedro
me dit cependant être digne d'être visitée en détail. Je ne vis que la
cathédrale, qui est fort belle. Nous partîmes pour Cadix, et nous
arrivâmes le soir au port Sainte-Marie, jolie petite ville séparée de
Cadix par une baie de trois lieues de large.

Je ne ferai pas la description de Cadix, que tout le monde connaît. Don
Pedro me conduisit dans un hôtel situé sur la place de San Antonio, qui
est le rendez-vous général. Nous allâmes le soir au théâtre, où je vis
danser le _bolero_ et le _fandango_, qui me parut plaire beaucoup aux
spectateurs et surtout aux spectatrices. Je remarquai que celles-ci
étaient presque toutes habillées à l'espagnole, contre l'usage que
j'avais observé à Barcelone et à Madrid. À la sortie du spectacle nous
passâmes la soirée dans une des maisons les plus opulentes de la ville,
celle de don Isidore. Je ne fus pas peu surprise de voir des tables de
jeu où de jeunes et jolies femmes tenaient la banque. On ne peut se
faire d'idée de la fureur avec laquelle on amoncelait de l'or sur des
tapis verts. Une chose qui ne me surprit pas moins, ce fut dans quelques
parties du salon, la cigarine plantée aux plus jolies bouches. Les
femmes andalouses fument presque autant que des marins hollandais.

Je m'ennuyai bientôt à Cadix comme je m'étais ennuyée à Madrid.
Cependant les détails du commencement de la révolution à l'île de Léon
me captivèrent singulièrement. Don Félix ne tarda point à passer par
Cadix, et lui, plus engagé que don Pedro dans le parti innovateur, m'en
apprit plus long. Il m'annonça que, nommé colonel et attaché au
ministère des affaires par suite du triomphe chaque jour croissant du
système constitutionnel, il avait une mission à remplir auprès d'un des
cabinets de l'Europe les plus récalcitrans. Il n'exagérait rien en me
faisant le tableau de ce triomphe. Il a été de peu de durée, mais il
avait été cependant général. Certes ceux qui ont dit que la révolution
d'Espagne n'a été qu'une insurrection militaire, n'ont pas vu ce qui se
passait en ce pays dans les premiers jours de ce mouvement. Ils n'ont
pas été témoins de l'unanimité des sentimens de toutes les classes de la
nation. Je n'apercevais aucun dissentiment nulle part dans l'expression
des voeux publics. J'avais déjà vu dans la société de la baronne de C...,
où se réunissait la haute noblesse, chez don Joseph A..., où se
rendaient la haute bourgeoisie et le haut commerce, chez M. Wismann,
dont la maison était fréquentée par tous les étrangers de distinction
qui étaient à Madrid, une conformité de voeux et d'espérances qui était
extraordinaire.



CHAPITRE CCI.

Retour à Madrid.--Le parti modéré.--M. Martinez de la Rosa.--La
Saint-Ferdinand.--Journées des 6 et 7 juillet.--La garde royale et les
miliciens.--Les généraux Morillo et Ballesteros.--Les deux
fuyards.--Beau trait de Yusef.


Comme don Félix quittait Cadix, et que je désirais me rapprocher du
théâtre des événemens, je repartis pour Madrid. Ce n'est pas sans
plaisir que je me retrouvai dans cette capitale, dont l'aspect cependant
me parut changé. L'air de liberté qu'on y respirait n'était cependant
pas aussi pur que je m'en étais flattée. Quelques symptômes menaçans
annonçaient la tempête qui ne tarda pas à éclater. Les constitutionnels
s'étaient déjà divisés; et, comme en France et en Angleterre, tous les
hommes modérés étaient accusés de trahison. C'est dans ce parti que
Ferdinand avait choisi son ministère. M. Martinez de la Rosa, qui, avec
le comte de Toréno, avait, dans les Cortès précédentes, été à la tête du
parti constitutionnel, également opposé aux empiétemens de la couronne
et aux entreprises démocratiques, était le chef du conseil. M. Martinez
avait une grande réputation comme orateur, et passait à juste titre pour
l'un des hommes les plus intègres de l'Espagne. Littérateur plus
distingué peut-être qu'homme d'état habile, il n'avait réellement de
crédit que dans la haute classe de la société, où son amabilité, sa
jeunesse et sa physionomie expressive lui avaient fait un grand nombre
de partisans, surtout parmi les femmes. Ses ennemis (et il en avait,
parce qu'il avait beaucoup de rectitude et d'impartialité) le traitaient
de servile, et ne lui pardonnaient pas d'avoir, lorsqu'il était membre
des Cortès, soutenu, avec un grand talent, des droits de propriété
attaqués avec plus de violence que de raison, par l'inique motif que ces
droits avaient la même date que des priviléges que M. Martinez
n'entendait pas défendre.

J'étais arrivée le 25 mai, époque à laquelle la cour est ordinairement à
Aranjuez, séjour délicieux qui paraît un Oasis au milieu des campagnes
dépouillées de verdure de la Nouvelle-Castille. Il est d'usage à Madrid,
parmi toutes les personnes auxquelles leur fortune le permet, d'aller
passer dans cette résidence les mois d'avril et de mai. La
Saint-Ferdinand, fête du roi, est célébrée le 30 de ce dernier mois. Don
Félix, qui était attaché à l'état-major de l'armée en qualité de
brigadier, me proposa d'aller passer trois jours à Aranjuez. J'acceptai
son invitation, et nous partîmes le 28 au soir; nous arrivâmes vers
minuit, et descendîmes chez une parente de don Félix, dont le mari était
employé auprès du premier ministre. Dans la même maison que moi logeait
le général Zayas, dont j'ai déjà parlé. Il était venu, comme les autres,
pour faire sa cour dans ce jour solennel. Nous nous revîmes mutuellement
avec grand plaisir. Il me demanda le motif d'un retour qui le
surprenait. «J'ai bien peur que nos chers Espagnols soient fous, me
dit-il; votre ami don Félix tout le premier: ils perdent leur temps sur
des questions oiseuses, ils suscitent des ennemis au gouvernement
constitutionnel, en effrayant les citoyens. Le clergé, qu'on a
généralement aliéné, remue les provinces. Le cordon prétendu sanitaire
de la France va devenir bientôt une armée. Riégo, Quiroga et tous les
héros de 1820 comptent sur un enthousiasme, réel sans doute, mais qu'il
ne faudrait pas laisser évaporer en hymnes patriotiques. Si c'est la
curiosité seule qui vous a conduite en Espagne, vous pouvez vous
promettre satisfaction, et je crains bien que, de même que vous vous
êtes trouvée à l'explosion de la révolution, vous ne soyez bientôt
témoin de la contre-partie.» Ce discours du général Zayas, dont
j'appréciais le jugement et l'esprit, me peina. Je le répétai à don
Félix, qui ne fit qu'en rire, et qui me dit que le général avait voulu
me faire jaser, d'autant qu'il était lui-même le chef d'un des partis
dont il m'avait fait la peinture. Cet officier général en effet était à
Madrid le grand-maître des francs-maçons. Cependant, malgré les
assurances de don Félix, je ne tardai pas à voir que le général Zayas ne
m'avait point trompée. La veille de la Saint-Ferdinand, la ville se
remplit d'une foule de paysans de la Manche, et il y eut dans la soirée
quelques rixes entre eux et les miliciens d'Aranjuez. On appelait alors
miliciens nationaux en Espagne ce que nous nommons en France garde
nationale. J'en parlerai plus au long lorsque je raconterai les scènes
du 7 juillet.

Le matin du 30, le roi et la famille royale reçurent dans leur palais
les félicitations d'une innombrable quantité de personnes; après quoi,
suivant un ancien usage, leurs majestés, suivies des princes et des
princesses, du corps diplomatique, des ministres et de toutes les
personnes qui avaient été admises à faire leur cour, descendirent dans
les jardins, et s'y promenèrent pendant une heure. Le coup d'oeil de
cette espèce de procession politique était admirable. Les hommes et les
femmes qui avaient assisté au baise-mains portaient le plus riche
costume. Une foule immense devenait comme le peuple magique de ces
magiques jardins. Cette frivolité ne semblait rien présager de
politique; aucun sentiment violent ne paraissait gronder au fond des
coeurs; mais à peine le roi se fut-il retiré, que quelques cris de _vive
le roi absolu!_ se firent entendre. Ils furent étouffés par ceux de
_vive le roi constitutionnel!_ poussés par les miliciens. Ces cris
effrayèrent la foule des promeneurs, et en peu d'instans les jardins
furent déserts. Vers les quatre heures, et avant que la famille royale
sortît pour la promenade obligée de ce jour-là, on entendit dans les
environs du palais les mêmes cris; mais cette fois il y eut des rixes:
la garde royale prit les armes, ainsi que la milice, et l'on craignit un
moment que la garde, qui, depuis quelque temps, était mécontente, ne
saisît cette occasion de vengeance, d'autant qu'on savait que les
troupes étaient travaillées dans un sens anti-constitutionnel. Le
général Zayas, auquel la qualité d'aide-de-camp du roi donnait à toute
heure l'entrée au palais, alla trouver sa majesté catholique, et lui
représenta énergiquement la nécessité de témoigner hautement son
mécontentement des cris inconstitutionnels. Le roi chargea son frère,
l'infant don Carlos, de parcourir la ville et de déclarer, en son nom,
que le seul cri qui plût à son coeur était celui de _vive le roi
constitutionnel!_

Cette démarche du prince calma les esprits sans leur ôter cependant la
sourde conviction que le mouvement anti-constitutionnel n'était
qu'étouffé et qu'il se reproduirait bientôt si l'on ne s'assurait de la
garde royale.

Je revins à Madrid le soir même avec don Félix, qui commençait à croire
que le général Zayas pouvait bien ne pas s'être trompé dans ses
prévisions. L'événement d'Aranjuez fut diversement interprété; le
ministère n'y vit ou feignit de n'y voir qu'une malveillance imprudente
de quelques paysans séduits; mais les Cortès ou les exaltés, qui étaient
en nombre à peu près égal à celui des modérés, prirent les choses plus
sérieusement. Les tribunaux informèrent. Il se forma des réunions, et la
fermentation augmenta au point que les Cortès engagèrent les ministres à
prier avec instance le roi de revenir dans la capitale.

Tout le mois de juin se passa dans un état de tranquillité équivoque. La
populace des faubourgs, alors fort constitutionnelle, insultait
fréquemment les soldats de la garde royale. Les miliciens, dont la
conduite dans ces circonstances critiques est au-dessus de tout éloge,
étaient constamment sur pied, et ce n'est pas sans peine qu'on atteignit
sans trouble le 30 juin, jour où le roi devait faire en personne la
clôture des Cortès.

Sa majesté s'y rendit en effet avec son cortége ordinaire. La garde
royale et la garnison étaient sous les armes. Une foule nombreuse était
rassemblée aux portes du palais et dans la rue voisine de la salle des
Cortès. La populace des faubourgs paraissait agitée; cependant il n'y
eut point de cris inconvenans pendant le trajet non plus qu'au retour;
mais à peine le roi fut-il rentré au palais, que la garde fut insultée
par le peuple, qu'elle avait, à la vérité, provoqué par le cri de _vive
le roi absolu!_ poussé par quelques soldats. La journée se passa assez
tranquillement; mais vers le soir on apprit qu'un officier aux gardes,
appelé _Landaburu_, avait été assassiné dans le palais par ses propres
soldats. Cet officier était connu par ses opinions constitutionnelles
très prononcées. La garde royale prit les armes, et la milice en fit
autant. Le capitaine général Morillo, le même qui était revenu
d'Amérique, se rendit au palais, et dès ce moment Madrid présenta
l'aspect d'une ville assiégée. Les deux bataillons de la garde qui
étaient de service au château témoignèrent, par leurs démonstrations,
qu'ils étaient disposés à la résistance si on venait leur demander
raison du meurtre de Landaburu. Les autres bataillons de ce corps
manifestèrent qu'ils soutiendraient leurs camarades. La guerre
paraissait déclarée entre les deux partis, et l'on s'attendait à une
catastrophe sanglante. Le 2 juillet au matin, don Félix vint m'apprendre
que dans la nuit les deux régimens de la garde royale étaient sortis de
la ville, et que les deux bataillons qui étaient au palais s'étaient
établis militairement et ne laissaient pénétrer au palais que les
ministres, les officiers généraux, et les personnes employées dans le
gouvernement et dans la maison du roi. Je logeais dans une large rue
appelée de San-Bernardo, non loin du palais; je sortis, et, en passant
sur la place de Saint-Dominique, j'aperçus à peu de distance les
sentinelles avancées de la garde, tandis qu'à cent pas et du côté de la
ville étaient établis des piquets de miliciens. Je poussai jusqu'à la
porte del Sol que pressaient les flots d'une multitude en délire. J'ai
déjà dit, et je répète exprès dans cette occasion, que la populace de
Madrid, presque toute présente sur ce point, était fort
constitutionnelle en 1822. J'en fais la remarque parce que cette même
populace manifesta dix mois après des sentimens absolument opposés; ce
qui prouve que partout les populaces se ressemblent dans leur mobilité,
et qu'en Espagne, cet instinct grossier qui dresse et abat des idoles a
quelque chose de plus insaisissable encore.

La contenance martiale de la milice urbaine annonçait beaucoup de
confiance; et quoique les deux régimens de la garde, même les deux
bataillons de service au palais, fussent campés à deux lieues de Madrid,
au château royal du Pardo, les habitans de la capitale ne paraissaient
rien redouter. Les rebelles étaient assez embarrassés; ils avaient
compté, sur la parole de leurs chefs, que le reste de la garnison et une
partie de la population de Madrid se joindraient à eux; personne ne
remuait, et il n'y eut de défection que dans leur propre parti. Beaucoup
d'officiers, qui avaient obéi au mouvement dont ils ignoraient le but au
moment du départ, revinrent dès qu'ils le purent ainsi qu'un grand
nombre de soldats, et se placèrent sous les ordres du général Morillo,
qui prit le commandement en chef de toutes les forces.

Partout ailleurs qu'en Espagne un pareil état de choses n'aurait pas
duré vingt-quatre heures; mais dans ce singulier pays tout est
contraste, contradiction, différence. Pendant cinq jours entiers près de
quatre mille hommes des meilleures troupes restèrent campés à deux
lieues de la capitale, qu'elles avaient quittée sans ordre comme sans
motif; car, dans les pourparlers qui eurent lieu entre quelques chefs de
la garde et le ministre de la guerre, ceux-là n'articulèrent d'autres
griefs que des insultes légères de la part de la populace. Le roi
continuait de travailler avec ses ministres. Le conseil d'état
s'assembla plusieurs fois, et sa majesté catholique lui soumit quelques
observations vagues sur la nécessité de donner à l'autorité royale un
peu plus d'extension: Ferdinand VII se plaignit de ce que Riego
affectait des airs de domination offensans pour la majesté royale; mais
ni sa majesté ni les chefs des troupes rebelles ne proposaient aucune
mesure positive. Il semblait qu'on attendît du dehors l'annonce d'autres
événemens pour prendre un parti.

Cependant, comme je l'ai déjà dit, la ville présentait l'aspect d'une
place de guerre, sans que toutefois il y eût aucune interruption dans le
cours ordinaire des affaires: les boutiques ne furent pas fermées un
seul instant; il n'y eut pas le moindre désordre; personne ne fut
insulté; les théâtres et les promenades étaient fréquentés comme à
l'ordinaire; on entrait et on sortait librement par toutes les portes,
même par celle qui allait au Pardo. Les environs du palais étaient
gardés par les deux bataillons dont j'ai parlé, lesquels étaient comme
cernés par une ligne de miliciens qui bivaquèrent pendant huit jours. Le
quartier-général était à la grande place, où avait été établie une
batterie d'artillerie. La caserne des canonniers de la garde, située à
très peu de distance du château, devint le rendez-vous des officiers
sans troupe et de tous les militaires appartenant à divers corps, tandis
qu'un peu plus loin, sur la place de Saint-Dominique, il se forma un
autre rassemblement tout composé d'officiers, qui prirent le nom de
bataillon sacré. Don Félix était un des chefs de ce rassemblement.

Je logeais, comme je l'ai déjà dit, dans la rue Saint-Bernard; et soit
que je sortisse de chez moi, soit que j'y rentrasse, je passais devant
le corps-de-garde de la place Saint-Dominique, qui ressemblait à un
bivouac. Je connaissais plusieurs des officiers qui s'y étaient réunis;
et tous les soirs, pendant toute la durée de cette espèce de siége, un
grand nombre de dames avaient fait de la place le rendez-vous à la mode,
la promenade favorite.

Le 5 et le 6 juillet, il y eut de nouveaux pourparlers entre les
ministres, le général Morillo d'une part, et deux des chefs des troupes
du Pardo, de l'autre; mais on ne put pas s'entendre. La commission
permanente des Cortès, présidée par l'amiral Cayetano Valdès, voulut
intervenir, mais en vain. Les révoltés ne s'expliquaient pas sur leurs
intentions, et paraissaient attendre. Dans la journée du 6, il commença
à courir des bruits d'une prochaine attaque de la part de la garde
royale. Ce jour-là seulement les théâtres furent déserts, ainsi que le
Prado. On apprit qu'il s'était manifesté quelques symptômes fâcheux dans
le quartier Saint-François, où se trouve situé l'hôtel du duc de
l'Infantado; mais un corps de deux cents volontaires, que M. Beltran de
Lys, riche négociant, avait levé à ses frais, maintint l'ordre. Je me
retirai, ce jour-là, vers une heure du matin. J'étais accompagnée de don
Félix, qui s'arrêta à la place de Saint-Dominique, et pria un de ses
amis de me conduire jusque chez moi, à portée de fusil à peu près de
cette place. Je crus remarquer de l'inquiétude, et j'ai su depuis que,
quelques minutes avant l'arrivée de don Félix, le capitaine général
Morillo avait reçu un avis auquel il avait refusé d'ajouter foi. Une
personne sûre l'instruisait que les bataillons du Pardo avaient pris les
armes à neuf heures du soir, et que l'attaque était imminente. Don Félix
courut auprès du général Morillo, qu'il ne put convaincre et qui
n'ordonna pas de dispositions, prétendant que si la garde opérait un
mouvement, ce serait pour s'éloigner de Madrid.

Je m'étais couchée, et je commençais à m'endormir, lorsque je fus
réveillée en sursaut par le bruit d'un chariot qui passa devant ma
porte, destiné, comme on l'a vu plus tard, sans pouvoir jamais découvrir
par qui, à embarrasser l'une des rues par où les miliciens auraient pu
venir s'opposer à l'entreprise des révoltés. Mon fidèle Yusef, qui ne
s'était pas couché, vint frapper à ma porte, et me dit qu'il ne doutait
pas, d'après les bruits qui avaient couru dans la journée, que cette
nuit ne fût celle qu'avaient choisie les soldats de la garde pour
attaquer: «Et tenez, me dit-il, je crois entendre le pas lourd et
régulier d'un régiment.» Ma curiosité et l'inquiétude me décidèrent à me
lever, et je m'approchai de la fenêtre de ma chambre, dont j'entr'ouvris
les croisées. J'entendis en effet un bruit qui augmentait de minute en
minute, et je crus distinguer la voix de don Félix. Je sortis
tout-à-fait sur le balcon, et je vis que je ne m'étais pas trompée: il
était avec cinq autres officiers devant ma maison. Il me reconnut, et me
dit assez bas de refermer mes volets et de me coucher. Il ordonna en
même temps à Yusef de ne pas me quitter.

Il est peu dans ma nature de suivre les conseils, surtout quand quelque
grande inquiétude me travaille. Je restai donc derrière mes volets
entr'ouverts, et je ne tardai pas à entendre crier _qui vive?_ Il ne fut
fait aucune réponse. Don Félix et ses cinq compagnons tirèrent leurs
coups de fusil, auxquels il fut riposté par une décharge du premier rang
des troupes insurgées; mais en même temps, et par suite d'une terreur
panique inconcevable, cette troupe, qu'on a dit être de deux bataillons,
se débanda et prit la fuite par la rue de la Lune, qui était en face de
chez moi, laissant trois morts sur le carreau, et quelques havresacs,
shakos et fusils. Si c'était par suite d'un plan combiné que ces deux
bataillons exécutèrent une manoeuvre qui ressemblait à une fuite devant
six hommes, il faut que les chefs de la garde royale eussent des
renseignemens bien inexacts, car en attaquant le poste de
Saint-Dominique, qui n'aurait certainement pas pu tenir puisqu'il
comptait à peine cent hommes dans ce moment-là, ils pouvaient facilement
opérer leur jonction avec les deux bataillons de service au palais, et
cerner la caserne d'artillerie, tandis que par leur droite ils mettaient
entre deux feux le quartier-général de la grande place. Ces troupes
étaient à peine disposées que j'entendis le bruit du canon de la place.
Dans mon impétueuse curiosité je proposai à Yusef de sortir avec lui
pour voir ce qui se passait. Vainement il voulut m'en dissuader; je pris
mes habits d'homme, et, suivant la rue de la Lune, où j'avais vu entrer
la garde en désordre, j'arrivai sans rien découvrir jusqu'au haut de la
rue de la Montera. Il était environ quatre heures du matin. Là je
trouvai quelques curieux qui s'étonnèrent, ainsi que moi, de ne plus
entendre le bruit du canon ni de la fusillade. Voici ce qui était
arrivé, et que je tiens d'un témoin oculaire. Dans le temps que les
bataillons entrés par la porte de Saint-Bernard exécutaient l'attaque
vraie ou simulée qui eut lieu sous mes fenêtres, d'autres bataillons du
même corps attaquèrent la grande place avec aussi peu de succès; les uns
et les autres se voyant repoussés, se réunirent à la porte del Sol, sans
doute pour y combiner quelque nouveau plan qui ne réussit pas mieux,
comme on va le voir. En effet, depuis quatre heures jusqu'à dix heures
et demie que je restai avec d'autres personnes sur le haut de la rue de
la Montera, je pus facilement voir ces troupes, dont les sentinelles
avancées étaient placées jusqu'à l'église de Saint-Louis; elles étaient
l'arme au bras sans faire aucun mouvement. Mais pendant ce temps le
général Morillo, qui croyait enfin à l'agression des révoltés, ne perdit
pas une minute. Aidé du général Ballesteros, qui vint se placer sous ses
ordres, il réunit un bataillon de grenadiers et de chasseurs, pris dans
la milice, et une pièce de canon. Il fit attaquer avec impétuosité la
garde réunie à la porte del Sol, et, ce que je ne croirais pas si je
n'en avais été témoin, ces troupes qui passaient pour les meilleures de
l'Espagne ne tinrent pas trois minutes devant des bourgeois. Un
malheureux instinct qui leur coûta cher les fit s'enfuir par une rue
nommée de l'_Arsenal_, qui aboutissait au palais où étaient leurs
camarades. Ils y furent chargés par les soldats du régiment de cavalerie
du Prince, alors en garnison à Madrid. Le carnage eût été beaucoup plus
affreux si, à la prière du roi, le général Ballesteros, à qui ce
monarque en fit porter la demande par un officier, le général ne leur
eût permis de se retirer au palais.

Dès ce moment la victoire fut assurée aux patriotes. Il n'y avait plus
d'ennemis au dehors, et tous ceux du dedans étaient cernés de manière à
ne pouvoir remuer. Chose assez extraordinaire, aucun désordre ne suivit
cet événement. Les ministres, qui avaient été retenus depuis
vingt-quatre heures au palais (ce qui a fait croire, avec quelque
apparence de raison, que les révoltés y avaient des intelligences), les
généraux et la commission permanente s'occupèrent du sort de ces
troupes. Il faut dire, à la louange des constitutionnels espagnols,
qu'on a peints comme si exaltés, qu'ils se montrèrent favorables à des
mesures qui n'avaient rien de sévère contre des hommes pris en flagrant
délit. On voulut bien confondre dans la même catégorie les bataillons
vaincus et ceux qui étaient de service au palais, et il fut convenu,
sous l'approbation du roi, que la garde royale partirait le soir même
pour des cantonnemens qui furent désignés à une certaine distance de la
capitale.

Au moment où cet arrangement allait s'exécuter, la sédition se mit dans
une partie de ces troupes, tandis que l'autre partie, sous la conduite
de ses chefs, partit à l'instant même pour Leganes, à trois lieues de
Madrid. Ce moment fut le plus critique de la journée. La milice et les
troupes de la garnison coururent en masse à la poursuite des fuyards,
sans que personne songeât à placer une garde au palais, où la famille
royale resta assez long-temps sans avoir un seul homme de service
militaire auprès d'elle. Je me trouvais alors très près du palais, et je
m'avançai sur la place qui naguère était occupée par la garde royale.
Des groupes immenses s'exprimaient très vivement sur les événemens du
jour, mais pas un homme ne passa le seuil de la porte de la cour
intérieure. Je vis sa majesté au grand balcon; elle était accompagnée de
deux ou trois personnes seulement. Je crus entendre que le roi parlait
très haut, étendant la main d'un air fort animé vers l'endroit où l'on
voyait encore les soldats fugitifs que poursuivait la cavalerie
commandée par le général Morillo en personne. J'ai ouï dire ce jour-là,
par des témoins dignes de foi, que Ferdinand témoignait hautement sa
satisfaction de la déroute des rebelles, ce qui prouve l'injustice des
accusations qui désignaient le monarque comme secret instigateur du
mouvement.

Je profitai de mon costume masculin pour parcourir la ville avec Yusef.
Je puis attester que je remarquai partout une grande joie de la défaite
des révoltés. J'allai le soir même chez don Joseph A. à qui je causai
une grande surprise par mon habit; je n'y trouvai qu'un ecclésiastique
qui se félicitait sincèrement de la tournure que venaient de prendre les
affaires. Ce digne homme, que don Joseph me dit être un modèle de toutes
les vertus, croyait naïvement que les ministres étrangers ne
manqueraient pas d'envoyer à leurs cours respectives une relation fidèle
des événemens qui s'étaient passés depuis huit jours, et d'insister sur
un fait qui, selon lui, était concluant. «En effet, disait-il, ces
messieurs sont témoins qu'une troupe nombreuse, l'élite de l'armée, est
restée campée pendant cinq jours aux portes de la capitale, avec des
intentions évidemment hostiles contre notre nouveau gouvernement.
Pendant toute cette crise, les portes de la ville ont été ouvertes, et
non seulement personne n'est allé se réunir aux rebelles, mais plusieurs
de ces rebelles font déjà cause commune avec la masse. Et nous,
constitutionnels, que l'étranger calomnie, nous respectons jusqu'à ceux
qui, s'ils eussent été vainqueurs, nous eussent massacrés sans pitié.
Vous verrez, j'ose le prédire avec assurance, que nous n'abuserons pas
du triomphe. Un seul crime a jusqu'à présent souillé notre cause.»

Don Joseph A..., que je priai de m'expliquer cet endroit de l'apostrophe
de son ami, me dit qu'il faisait allusion à l'assassinat du curé
Venueza, massacré dans sa prison le 5 mai 1821. Il avait été convaincu
de conspiration contre le gouvernement constitutionnel, et condamné à
dix années de réclusion: un rassemblement de trente à quarante personnes
se forma à l'heure de la sieste, força les portes de sa prison, et donna
la mort à ce malheureux. Ce crime, que personne n'excusa, fut hautement
blâmé par le gouvernement et par les Cortès, qui en poursuivirent les
auteurs. Il est juste de dire que c'est le seul attentat de cette nature
dont les Espagnols se soient souillés pendant toute la durée du régime
constitutionnel.

Ce bon ecclésiastique me rappelait mon ami don Vicente. Il ne se trompa
pas en prédisant que le vainqueur du 7 juillet userait de modération;
mais il fut cruellement déçu dans son espoir de bienveillance de la part
des ministres étrangers.

Telle fut la journée du 7 juillet, dont j'ai été le témoin oculaire. Je
me suis étendue sur cet événement plus que je n'ai coutume de le faire
sur les grandes circonstances politiques, parce que j'ai l'intime
conviction que mon récit, plus exact que tout ce qui a été publié, ne
sera pas inutile à l'histoire.

Je rentrai chez moi vers minuit, extrêmement fatiguée, comme on peut le
penser; j'étais sur pied depuis vingt-quatre heures. En arrivant à la
maison, je trouvai Yusef qui m'attendait dans une chambre pour me
communiquer un grand secret, ce fut son expression. Voici ce qu'il me
raconta: «En revenant de la porte Saint-Vincent, je me suis arrêté chez
un de mes amis qui est servile dans l'âme, parce qu'il est proche parent
d'un palefrenier du palais; mon ami n'est pas seulement servile, il est
très poltron, et je l'ai trouvé dans un embarras extrême et prêt à une
méchante action que j'ai voulu lui épargner, en vous compromettant
peut-être. Voici ce que c'est, madame: ce matin, après la déroute de la
garde, deux officiers, dont l'un grièvement blessé, se sont réfugiés
chez mon ami, qui les a cachés dans un galetas où ces malheureux, le
blessé surtout, sont restés toute la journée dans des angoisses
mortelles. Mon homme voulait bien les sauver, mais il ne voulait pas
s'exposer, et vingt fois il a tâché de les persuader qu'ils pouvaient
sans danger gagner la campagne. Lorsque je suis arrivé, mon ami était au
moment d'aller faire sa déclaration à l'alcade. J'ai pris sur moi de
l'en détourner et d'amener ici ces deux malheureux dès que la nuit a été
close. J'ai mis le blessé dans mon lit, et j'ai pansé sa blessure du
mieux que j'ai pu. J'ai placé un matelas pour l'autre, et j'ai donné à
manger et à boire à tous les deux. J'espère que madame m'approuvera, et
qu'elle inventera un moyen de sauver ces deux victimes d'un parti qui
pourtant n'est pas le mien.»

Je fus touchée jusqu'aux larmes de la belle action de mon _gitano_,
constitutionnel jusqu'à l'exaltation, et se dévouant jusqu'au danger
pour deux serviles, tandis qu'un homme qui partageait leurs opinions
avait été si prêt de les livrer à l'autorité. Je chargeai Yusef d'aller
rassurer mes deux hôtes, et je lui ordonnai de faire en sorte de joindre
don Félix de très bonne heure dans la matinée, et de me l'amener. Il
vint en effet avant huit heures, instruit déjà par Yusef, et tout-à-fait
disposé à seconder mes efforts en faveur de nos deux prisonniers. Yusef
nous conduisit dans la chambre, où je vis avec attendrissement que mon
bon gitano avait épuisé tout ce que la bienfaisance la plus ingénieuse
peut inventer, pour que ces deux malheureux passassent une bonne nuit.
Le blessé reconnut don Félix, qu'il avait vu à Barcelonne. Son compagnon
et lui nous firent les plus vifs remercîmens, mais ils paraissaient fort
effrayés pour l'avenir. «--Rassurez-vous, leur dit don Félix; je ne
crois pas que vous ayez à craindre une vengeance qui serait peut-être
légitime. Il n'est cependant pas prudent de quitter encore cet asile. Je
songerai au moyen de vous faire passer en France sans danger.» Nous
laissâmes le malade prendre quelque repos, et nous passâmes avec son
camarade dans mon appartement. Don Félix nous quitta, et je restai avec
l'officier, qui, ayant servi dans les gardes walonnes, parlait fort,
bien le français. Il me parut d'une humeur fort enjouée, et me débita
quelques unes de ces fadeurs de l'ancienne galanterie dont il avait
appris la langue des officiers qui étaient en très grand nombre dans le
régiment des gardes walonnes. Je n'étais pas disposée à cette galanterie
surannée, et je tournai la conversation à la politique. Je demandai à
l'officier quel était le projet des chefs des deux régimens des gardes,
lorsqu'ils sortirent de Madrid et lorsqu'ils y rentrèrent. Il me
répondit que la plupart d'entre eux ne savaient pas où ils allaient
lorsqu'on les rassembla dans la soirée du 1er juillet. «Nous crûmes, me
dit-il, que nous allions à l'Escurial ou à Saint-Ildefonse où le roi
viendrait se mettre à notre tête, pour se rendre de là à Ségovie ou à
Valladolid, et y convoquer les Cortès, afin de les obliger à modifier la
constitution; car, excepté peut-être les officiers étrangers qui servent
dans notre corps, il n'y en a pas dix d'entre nous qui voulussent le
renversement total du système actuel. Quand nous fûmes arrivés au Pardo,
nos chefs nous firent exposer que la garnison et une partie de la
population de Madrid suivraient notre étendard levé; mais personne n'est
venu. Avant hier, au retour de deux de nos chefs qui avaient eu une
conférence avec le ministre de la guerre, l'anarchie se mit dans le
camp; les troupes prirent les armes à peu près sans ordre, deux ou trois
sous-lieutenans proposèrent de venir attaquer Madrid, en disant que nous
n'avions qu'à nous montrer. Nos chefs, qui, entre nous, sont
l'incapacité en épaulette, cédèrent à cette impulsion, et nous partîmes
sans autre plan que d'entrer par deux portes différentes. Vous savez le
résultat. Pour moi, si on veut m'amnistier, je ne demande pas mieux que
de reprendre du service; je n'ai pas la moindre envie de m'expatrier, ni
de m'exposer pour une cause que le roi lui-même paraît ne pas vouloir
défendre.»



CHAPITRE CCII.

Ministère d'Evariste San-Miguel.--Le corps diplomatique.--Portraits de
MM. de Lagarde, de Brunetti, Bulgari, sir William A'Court, ambassadeurs
de France, de Russie, d'Autriche et d'Angleterre.--Don Philippe ***, ami
du roi. La Camarilla.--Nouvelle entrevue avec le roi.


Pendant quelques jours la ville présenta un aspect tout militaire; mais
peu à peu tout reprit l'allure ordinaire. Le ministère de M. Martinez de
la Rosa fut remplacé par celui auquel on donna le nom d'Evariste
San-Miguel, chargé alors des affaires étrangères. On instruisit des
procédures d'après les formes judiciaires espagnoles, qui sont
interminables: la seule victime du 7 juillet fut le malheureux
Goeffieux, officier aux gardes, qui succomba à une accusation qui aurait
pu être intentée avec plus de justice contre beaucoup d'autres de ses
camarades; mais Goeffieux était Français. Ses juges eurent le double
tort de le condamner sur des preuves très insuffisantes, et de témoigner
une partialité qu'on attribua peut-être avec raison à la qualité
d'étranger de l'accusé.

Mon hôte blessé se rétablit promptement. Don Félix lui procura un
passe-port pour Paris, où je l'ai revu depuis, car il y est resté. Son
compagnon obtint du service dans l'armée que Mina commandait en
Catalogne.

Cependant l'horizon politique se chargeait de nuages: le congrès de
Vérone avait été mystérieux et décisif; des bandes nombreuses
s'organisaient dans plusieurs provinces contre la constitution; car, en
Espagne, quel que soit le parti qui domine, il y a du mécontentement
toujours prêt, enfin de quoi faire de la révolte, parce que l'idée du
pillage y sert d'auxiliaire à tous les partis. Les insurgés prirent le
nom d'armée de la foi, par contraste sans doute avec leurs actions; car,
malgré toutes les sentimentales admirations dont, en France, ils ont été
l'objet, je puis attester qu'à l'exception du baron d'Eroles et du
général Quesada, ces héros-là n'étaient guère que des héros de grands
chemins.

Peu de temps après l'installation du nouveau ministère, les Cortès
forent convoquées extraordinairement. Le parti exalté y domina, en
tombant bientôt dans la division. Les ministres et la plupart des
membres distingués des Cortès inclinaient à la modération; tous membres
des sociétés maçoniques, ils firent par là donner à leur parti le nom de
maçon; leurs adversaires s'appelèrent _comuneros_, nom ressuscité du
temps de Charles V. Don Félix m'expliqua fort au long l'origine de ces
dénominations; j'en ferai grâce au lecteur. Au reste, quoique la
division fût bien prononcée, elle paraissait moins à la chambre que dans
les gazettes. Ma qualité d'étrangère me permettant et même m'ordonnant
la neutralité, si blâmée par Solon, je passais ma matinée dans un camp,
ma soirée dans l'autre, et je savais le secret des deux. Don Félix
penchait pour les maçons, parce qu'en général ce qu'on appelait la bonne
compagnie tenait pour cette nuance politique, laquelle dominait
également dans la milice urbaine, composée de l'élite de la population.
Les _comuneros_ au contraire s'étaient recrutés dans les classes
inférieures de la nation, y compris cependant beaucoup de prêtres et de
moines.

Malgré les événemens de juillet et l'agitation des provinces, la
capitale était fort tranquille; car je ne puis pas donner le nom de
troubles à quelques légères émeutes dans lesquelles l'autorité fut
respectée. Les promenades, les spectacles et les églises, qui le soir
sont aussi des Spectacles, étaient fréquentés comme de coutume;
plusieurs maisons réunissaient une nombreuse société où l'on dansait,
car en Espagne les bals ont lieu en été comme en hiver. Je voyais
souvent dans ces réunions les membres du corps diplomatique, qui,
sachant mieux que les Espagnols la marche des affaires d'Espagne au
congrès de Vérone, se laissaient assez aller contre l'ordre des choses.

La France, était alors représentée à Madrid par M. le comte de Lagarde,
le même qui faillit périr à Nîmes en 1815 ou 1816, en réprimant _le
zèle_ de cette époque. M. de Lagarde, que j'ai peu vu, mais que la
droiture chevaleresque de son caractère entourait d'une haute estime,
professait des opinions très modérées.

Le ministre d'Autriche, comte de Brunetti, était taillé sur un autre
patron. Qu'on se figure un homme d'état prenant sa toilette pour de la
politique, persuadé que le soin de sa personne, d'ailleurs fort bien,
entrait dans les intérêts de son cabinet: papillon diplomate, il
poursuivait les dames de complimens, ce qui n'est pas de principe dans
la galanterie espagnole. Le comte de Brunetti était regardé comme
l'inspirateur du parti servile européen; mais je n'ai jamais pu croire
qu'il soit entré dans cette tête d'autre souci beaucoup plus sérieux que
la broderie d'un habit.

L'agent diplomatique le plus actif était le comte Bulgari, Grec de
naissance, ministre de Russie. Il s'était prononcé hautement contre le
système constitutionnel, et ce fut lui qui pressa le premier le
gouvernement espagnol de notes menaçantes.

Le représentant de l'Angleterre était sir William A'Court, homme
réellement habile et fort, sorte de capacité ambulante que la prévoyance
du cabinet britannique place et déplace toujours à merveille. Sa
conduite était beaucoup plus mesurée que celle de ses collègues; il
entretenait des relations assez intimes avec quelques membres influens
des Cortès, et c'est le seul des ministres étrangers qui reçût des
Espagnols depuis la journée du 7 juillet. Sir William A'Court était
agréable aux constitutionnels, qui le visitaient fréquemment.

Il fallait sans doute tout l'intérêt d'une immense nouveauté, pour que
je prolongeasse ainsi mon séjour; car je puis dire qu'il ne m'offrait
guère que des plaisirs de curiosité. J'allais peu dans le monde, parce
que j'ai toujours préféré l'attendre que l'aller chercher, et que le
monde pour moi c'est l'intimité. Je continuais seulement mes habitudes
de société chez don Joseph A... et chez Mme G..., avec laquelle j'avais
fait connaissance dans la journée du 7 juillet. Don Félix, qui la
connaissait beaucoup, m'engagea à aller à ses soirées, où se
réunissaient plusieurs des principaux membres des Cortès et quelques
officiers supérieurs; c'est chez elle que je fis connaissance avec le
célèbre Quiroga, qui, je l'avoue, me parut fort au-dessous des rôles
qu'il avait joués. J'y vis aussi le jeune Galiano, orateur très
populaire des Cortès, et qui fut un moment le chef des exaltés. Riego y
venait plus rarement, mais jamais sans me persécuter de déclarations que
j'arrangeais peu avec son caractère de Catilina. Il était souvent d'une
timidité remarquable pour un soldat et pour un conspirateur, et
quelquefois d'une jactance qui ne semblait pas naturelle, et que je
prenais plutôt pour un effort de son rôle que pour un trait de son
caractère. En général, il y avait de la présomption plus que de la
grandeur dans les personnages du drame qui se déroulait sous mes yeux.
Ni dans les militaires ni dans les politiques je ne trouvais ce cachet
héroïque de nos hommes de tribune ou de nos hommes de guerre, cette
soudaineté de génie, de force et de valeur qu'avait suscitée la
révolution française dans quelques uns de ses premiers partisans. Le
trait le plus saillant des acteurs de la révolution espagnole que les
salons de madame G... firent passer sous mes yeux, c'était l'incroyable
confiance, la présomptueuse sécurité avec laquelle ils parlaient de
leurs forces et de leurs obstacles. La raison n'est guère mon lot, eh
bien! j'étais le raisonneur de la société; moi seule connaissais le mot
objection, et il m'est si peu naturel de m'en servir, que je cessai
presque d'aller chez madame G... parce qu'il y avait trop à faire.

La société de la baronne de C..., qui m'aurait convenu plus que toutes
les autres, était dissoute. Cette damé avait suivi son mari, qui obtint
un commandement du côté de Murcie. Je finis par ne plus sortir le soir,
et don Félix m'amena quelques uns de ses amis avec lesquels nous
passions la soirée en causant. J'allais cependant au spectacle de temps
en temps. Le général Zayas, que j'y rencontrai un jour, me dit: «Vous
avez donc une tertulia; je pensais que don Félix était le seul homme qui
fût admis habituellement chez vous?

«--Vous êtes dans l'erreur, lui répliquai-je, et cela fût-il vrai, je
ferais volontiers une exception en votre faveur.

«--J'accepte, et dès demain je me présenterai à votre hôtel.» Il fut
exact, car le jour suivant, en rentrant de la promenade de la Floride où
j'étais allée respirer le frais, je trouvai chez moi le général qui
m'attendait. «Vous voyez, me dit-il, que je suis homme de parole; je
profite de la permission que vous m'avez donnée, et je viens de bonne
heure pour jouir des charmes de votre conversation avant que vos
habitués ne viennent vous obliger à être aimable pour tout le monde. Je
ne vous ennuierai point de politique, dont vous devez être rassasiée et
que vous devez trouver bien vide dans la bouche de nos prétendus hommes
d'État. Parlons plutôt de vous, et dites-moi, si vous n'y voyez pas
d'inconvénient, quel est le démon qui vous pousse à rester en Espagne
dans des circonstances aussi critiques; car je ne pense pas que votre
liaison avec don Félix ait un caractère grave. D'ailleurs, certaines
confidences du duc d'A... que vous devez très bien vous rappeler, m'ont
appris que le jeune brigadier n'a pas été l'objet le plus sérieux de vos
pensées.»

Malgré le ton de cette préface, je ne témoignai aucun mécontentement au
général Zayas, qui parlait avec une grâce parfaite, et qui d'ailleurs
avait l'art singulier d'habiller les pensées les plus délicates d'un
langage qui les faisait passer partout. Je ne pouvais pas nier
l'aventure à laquelle il faisait allusion, et au fond je n'avais aucune
envie de le dissuader. «Ce qui m'étonne, reprit-il, c'est que le roi,
qui est très curieux, et qui, malgré la captivité où l'on dit que nous
le retenons, voit qui il veut dans son palais et au dehors, ne vous ait
pas envoyé quelque message secret. Connaissez-vous quelqu'un de la
Camarilla?

«--Qu'entendez-vous, lui dis-je, par ce mot de Camarilla? est-ce qu'il y
en a encore une?

«--Sans doute; outre quelques débris de l'ancienne, S. M. a fait de
nouvelles recrues. Les courtisans, ce sont des champignons qui poussent
sous tous les régimes. La nouvelle Camarilla s'est formée du parti en
minorité parmi les constitutionnels. Dans le moment où je vous parle,
les comuneros, mécontens de n'avoir pas profité de la victoire du 7
juillet, qui a fait tomber toute l'influence entre les mains des maçons,
se sont introduits dans la Camarilla. L'un d'entre eux, le médecin
Regato, homme de beaucoup d'esprit, et qu'entre nous je regarde comme se
moquant de tous les partis, a beaucoup d'influence auprès du roi. Le
vieux Romero Alpuente, le seul jacobin peut-être qu'il y ait parmi les
constitutionnels, a eu, par le moyen de ce Regato, une longue audience
du roi, et il vient de publier une brochure dans laquelle il se plaint
vivement du peu d'égard qu'on témoigne pour S. M., dont les prérogatives
sont le palladium de nos libertés: ce qui ne l'empêchera pas d'être
pendu, ainsi que moi, dans le cas d'une contre-révolution que nos
habiles hâteront par leurs étourderies. Vous devriez, ajouta le général
Zayas, aller voir le roi; votre conversation l'amuserait, je vous
assure; d'ailleurs, le système constitutionnel n'a point mis d'obstacle
aux promenades du petit jardin du Retiro, et quoique le duc d'A... soit
absent, vous ne manquerez pas de cavaliers.

«--Je suis peu curieuse, réponds-je, de revoir S. M., et peu disposée
aux promenades du Retiro; et croyez-vous que le roi lui-même soit fort
gai dans ce moment?

«--Ferdinand VII, me dit le général, ne manque pas d'une certaine
philosophie; il se trouverait heureux, si les insinuations de l'étranger
ne l'assaillaient pour lui persuader le mécontentement. Il est autant
impatienté des conseils qu'on lui donne de toutes parts, que des
entraves mises par nos nouvelles lois à une autorité qu'il n'a jamais
exercée par lui-même, et dont il sera bien embarrassé si jamais il en
recouvre la plénitude. Notre roi est bien mal jugé, non seulement en
Europe, mais en Espagne même. Demandez à Martinez de la Rosa, qui a été
son premier ministre, quel fut son étonnement au premier conseil; je
tiens de lui-même qu'il fut surpris de la sagacité avec laquelle le roi
discutait les matières mises en délibération, et de l'instruction plus
qu'ordinaire dont il donna des preuves. On l'accuse d'être peu sincère;
j'avoue que les apparences sont contre lui; mais réfléchissez que
presque en naissant il a dû se faire une habitude de ne pas montrer sa
pensée, et je crains bien pour lui qu'il ne soit jamais, quelque chose
qui arrive, en position de n'être que franc. Son caractère, quoiqu'il ne
manque pas de courage personnel (vous avez pu le voir le 7 juillet), est
aux prises avec des circonstances trop fortes, soit que le système
constitutionnel se maintienne comme je dois le croire officiellement,
soit qu'il soit renversé par les puissances étrangères, ce que je crains
fort, je vous le dis tout bas. Mais nous voilà encore parlant politique.
Je vous laisse et vous engage à aller au palais. Je vous amènerai
quelqu'un qui vous donnera des renseignemens à ce sujet.» Le général se
leva et sortit. Don Félix et deux autres officiers arrivèrent peu après.
L'un d'eux, comunero très exalté, me lut quelques pages de la brochure
de Romero Alpuente, qui était fort mal écrite, et d'une incohérence
ridicule. L'auteur conseillait au roi de se mettre à la tête des vrais
patriotes, d'exterminer ces _infâmes modérés_ qui entravaient tout.
J'acquis une nouvelle preuve de la vérité de cette maxime, que les
différentes sectes d'une même religion se haïssent plus entre elles,
qu'elles ne détestent les religions les plus opposées. Romero Alpuente
se serait plutôt arrangé des serviles que des libéraux franc-maçons. Son
amour pour la liberté n'était que de l'envie et de la haine.

Je réfléchis pendant la nuit à l'idée qu'avait fait naître en moi le
général Zayas d'aller voir le roi, auquel je devais de la
reconnaissance, car il ne m'avait pas promis en vain, et mon affaire de
la vieille créance s'était arrangée. Aussi, après avoir résisté aux
propositions du général Zayas, je désirai secrètement qu'il me les
renouvelât. Quand il revint me voir, il ne me parla plus de rien, et me
dit seulement qu'il me présenterait une personne qui me déterminerait
probablement à faire la démarche qu'il m'avait conseillée; et moi de
répondre que je la recevrais volontiers.

Le lendemain, à sept heures du soir, le général Zayas me présenta en
effet un homme que je reconnus pour un ecclésiastique à sa cravate
noire; car les prêtres en Espagne, surtout à Madrid, portent souvent des
habits séculiers, et ne se distinguent que par la cravate noire. «Voici,
me dit le général Zayas, mon ami don Philippe N***, qui désirait fort
d'avoir l'honneur de vous voir. J'espère que vous me remercierez de vous
l'avoir présenté, car il est fort aimable et homme de conduite, puisque,
malgré les gages nombreux qu'il a donnés au nouvel ordre de choses, il
est très bien chez le roi, qui daigne souvent fumer un cigare avec lui,
ce qui ne l'empêche pas d'être également en crédit auprès de nos plus
fameux constitutionnels. Il faut être femme ou prêtre pour savoir ainsi
se maintenir dans une situation où tout autre eût déjà commis mille
imprudences.» Don Philippe prit la parole et m'adressa un compliment
fort bien tourné, auquel je répondis de mon mieux. La conversation
s'engagea, et le général fut ce jour-là d'une amabilité presque
française. Je m'animai moi-même, et don Philippe parut fort content de
nous. Le récit de mes campagnes l'amusa beaucoup. Quand j'eus fini de
les lui raconter, le général dit à don Philippe: «Vous ne pouvez payer
madame en même monnaie; mais, au lieu des expéditions que vous n'avez
pas faites, racontez-nous comment vous vous y êtes pris pour être bien
avec tout le monde et pour avoir des amis dans tous les partis; car je
ne doute pas que, si les serviles eussent triomphé au 7 juillet, vous ne
fussiez à l'heure qu'il est archidiacre de Tolède tout au moins.

«--Je ne sais pas au juste ce que je serais, mais, à coup sûr, je
n'eusse pas été proscrit. Mon habileté que vous vantez a consisté en
deux choses fort simples: d'abord à ne dire que ce que je pense, mais
presque jamais tout ce que je pense; ensuite à ne dire du mal de
personne, et à ne refuser mon appui à qui que ce soit. Soyez certain
qu'un bon calcul même d'égoïsme serait l'obligeance; qu'il reste
toujours dans l'esprit de la personne qu'on sollicite pour un autre que
soi un commencement de bienveillance qui profite souvent dans
l'occasion. Mes premiers rapports personnels avec sa majesté sont
antérieurs à la révolution. Je vins exprès de Valence à Madrid, en 1818,
pour implorer la clémence du roi en faveur d'un conspirateur obscur que
le général Élio voulait faire fusiller, et dont la mort aurait plongé
dans la désolation une famille nombreuse. Je fus assez heureux pour
avoir cette grâce, que j'obtins par une constance à rester pendant
quatre jours aux portes du palais, renouvelant quatre fois par jour mes
instances auprès du roi et de tous les membres de la famille royale.
Lors de l'émeute à laquelle donna lieu, il y a deux ans, l'imprudence de
quelques gardes du corps, le roi me reconnut dans la foule, et m'appela
auprès de sa voiture pour me demander quel était le motif du tumulte. Je
répondis à sa majesté qu'il était au milieu d'un peuple qui respecterait
toujours sa personne, mais qu'il fallait excuser un moment d'exaltation
qui venait d'un malentendu. Le roi fut satisfait des explications que je
lui donnai, et m'ordonna de me présenter dans la soirée au palais. Je
m'y rendis et me fis annoncer. Ferdinand VII me rappela la grâce que,
sur ma prière, il avait accordée, et me demanda en souriant si j'étais
bien constitutionnel. Je répondis que je trouvais de bonnes choses dans
le nouveau régime, et que d'ailleurs je ne me permettrais pas de trouver
mauvais ce que sa majesté elle-même semblait approuver. Bonne pièce, me
dit le roi; _hombre con faldas_[2], c'est tout dire. Sa majesté me fit
présent d'une douzaine de cigares et m'engagea à revenir, en me
prévenant de faire savoir à son valet favori, Chamorro, qu'il
m'accordait l'entrée. Depuis ce temps j'ai très souvent l'honneur de
voir ce prince; et, sans jouer le vil rôle d'espion, je l'instruis de ce
qui se passe. Mes amis, et parmi eux beaucoup sont des constitutionnels
très ardens, n'ignorent pas mes assiduités au palais; je ne leur cache
pas mes conversations avec le roi, auprès duquel j'avais interrompu mes
visites depuis le 1er juillet. Le 8, Chamorro est venu me chercher, et
j'ai continué, depuis à aller tous les jours au palais, où il est rare
que je me présente plus de deux fois sans avoir l'honneur de voir sa
majesté. D'ailleurs je ne me mêle de rien.»

Cette première visite dura plus de deux heures. Trois jours après, don
Philippe revint seul et me dit sans préambule: «Je croyais apprendre une
nouvelle au roi, en lui disant que j'avais fait la connaissance d'une
dame étrangère fort aimable, et en lui rapportant une partie des
anecdotes intéressantes que vous nous ayez racontées. Comment! s'est
écrié notre gracieux souverain, elle est ici. Je ne me suis donc pas
trompé en croyant l'apercevoir dans le jardin d'Aranjuez le jour de la
Saint-Ferdinand. C'est bien mal à elle d'abord d'être partie sans
prendre congé, et de n'être point venue me voir depuis son retour.
Craint-elle de se compromettre en venant au palais? J'ai cru pouvoir
certifier à sa majesté que vous étiez bien éloignée de pareils
sentimens, mais que probablement vous craigniez d'être importune. Le roi
m'a expressément chargé de vous assurer le contraire, et je vous engage
fort à aller présenter vos hommages à sa majesté.» Je répondis à don
Philippe que je demanderais une audience. «Vous avez tort, me dit-il; le
marquis de Santa-Crux, grand chambellan, tout constitutionnel qu'il est,
fait rigoureusement observer l'étiquette, et vous aurez à subir tout
l'ennui d'une présentation en forme: il vaut mieux arriver par Chamorro;
je lui en parlerai ce soir et vous rendrai réponse demain.»

Don Philippe m'apporta en effet, le lendemain à midi, l'avis de me
rendre le soir par la porte de l'Orient au palais. Je sortis à pied,
vêtue à l'espagnole, à sept heures et demie, accompagnée de Yusef; et je
trouvai sur le seuil de la porte qui m'avait été indiquée, un laquais
qui me demanda si je venais de la part de don Philippe. Sur ma réponse
affirmative, il me fit une grande révérence et m'invita à le suivre. Je
monte, toujours accompagnée de Yusef, et j'entre dans une chambre où
étaient don Philippe et un autre homme que j'appris être Chamorro. Ce
dernier alla immédiatement prévenir le roi, et me fit passer dans un
beau salon où sa majesté entrait en même temps. «J'ai à me plaindre de
vous, me dit ce prince: vous me traitez un peu trop
constitutionnellement.

«--Sire, je ne me flattais pas que votre majesté me fît l'honneur de se
rappeler les momens que j'ai passés auprès d'elle, et je craignais
d'être indiscrète en lui demandant la permission de lui renouveler
l'hommage de mon profond respect.

«--Il s'est passé bien des choses depuis que nous ne nous sommes vus:
que pensez-vous de ma situation nouvelle? Vous devez avoir eu bien peur
le 7 juillet, car je sais que vous étiez à Madrid.

«--Je ne puis pas dire à votre majesté, répliquai-je, que je n'ai pas
éprouvé un peu de crainte, mais je dois ajouter que ma curiosité était
plus forte encore; car, depuis le moment où la garde royale a attaqué
dans la rue Saint-Bernard, j'ai été témoin oculaire de tous les
événemens de la journée, et lorsqu'à quatre heures votre majesté se mit
au balcon de la place du palais, j'étais dans cette même place, où
m'avait conduite mon inquiétude pour la personne de votre majesté.

«--Je vous remercie, mais sachez que je n'ai pas craint un seul moment
pour mes jours. Je ne croirais jamais qu'aucun Espagnol ait eu la pensée
d'y attenter. Au reste, ce mouvement, ou cette insurrection, comme on
voudra l'appeler, est une _bêtise_ (l'expression est textuelle); mais il
n'y avait pas de conspiration, au moins que je sache, car beaucoup de
gens se servent de mon nom sans mon aveu. Je suis l'homme de mon royaume
qui sais le mieux tous les articles de la constitution. Qui voyez-vous
ici? Zayas, je le sais, homme d'esprit, aimable, mais un peu dangereux,
je vous en préviens.»

Le roi continua sur un ton de plaisanterie qui devenait plus vif de
moment en moment; mais je gardai une contenance froide et respectueuse,
et je me levai plusieurs fois pour engager sa majesté à me permettre de
me retirer. Le roi se leva enfin: «J'espère, me dit-il, que vous ne me
tiendrez pas rigueur, et que je ne vous vois pas pour la dernière fois.»
Je saluai et sortis par où j'étais entrée. Don Philippe me reconduisit
chez moi, où je trouvai don Félix qui m'attendait pour m'annoncer son
départ pour Barcelonne, où il allait prendre le commandement de quelques
troupes destinées à la poursuite des rebelles catalans.



CHAPITRE CCIII.

Une séance des Cortès.--Les orateurs espagnols.--Argüelles et
Calliano.--Départ du roi Ferdinand pour Séville. État de
Madrid.--Affaire de Bessières et du général Zayas.--Capitulation avec
les Français.


Je fus tentée de partir pour Barcelonne ou tout au moins pour Valence,
afin d'y passer l'hiver, qui est assez froid à Madrid. J'en fus
dissuadée par le général Zayas, qui me conseillait de rentrer en France,
parce qu'il regardait la guerre comme inévitable. En effet, il était
difficile de se faire illusion sur les projets des puissances, d'après
la protection ouverte qu'on accordait aux bandes insurgées de Navarre,
de Catalogne et d'Arragon, décorées du nom d'armée de la Foi. Je ne
suivis pas le conseil du général Zayas, et je restai à Madrid. Je ne
pouvais croire à la guerre, parce que je supposais, d'une part, que le
gouvernement français ne demandait pas mieux que de l'éviter, et de
l'autre, je ne croyais pas le ministère espagnol assez imprudent pour
repousser toutes les propositions d'arrangement qui lui étaient faites.

Pendant que les ministres de France, d'Autriche et de Russie cherchaient
à nouer des négociations avec le ministre San-Miguel, qui n'osait guère
s'y prêter de peur de perdre sa popularité auprès des Cortès, car le
fanatisme politique n'est pas facile à servir, arriva à Madrid lord Fitz
Roy-Sommerset, ancien aide de camp du duc de Wellington. On le disait
chargé par le gouvernement anglais de prendre des renseignemens sur le
véritable état des choses. Je le vis chez sir William A'court, ministre
d'Angleterre, où il eut quelques conférences avec le général Alava et
avec l'amiral Cayetano Valdès, tous les deux membres des Cortès. Je sus
par le général Zayas que le gouvernement anglais ne s'opposerait pas aux
projets de la France, et dès ce moment je ne doutai plus de la chute des
Cortès; car il me paraissait impossible que l'Espagne pût résister à une
attaque sérieuse. Je ne croyais cependant pas que l'invasion se fît avec
autant de rapidité que je la vis s'accomplir quelques mois plus tard,
d'autant que les troupes constitutionnelles commandées par Mina et
d'autres généraux, en Catalogne, en Arragon et en Navarre, battirent sur
tous les points les bandes de la Foi, qui furent obligées de se réfugier
en France. Ces succès enhardirent les constitutionnels, qui se
regardaient déjà comme invincibles. Le général Zayas ne partageait pas
ces illusions, et me disait souvent: «Je combattrai avec mes
compatriotes contre les Français, mais croyez que nous serons vaincus.»

Plusieurs personnes se flattaient encore d'un arrangement, mais ces
espérances s'évanouirent à la remise des notes présentées par les
ministres de France, d'Autriche et de Russie, lesquelles donnèrent lieu
à une discussion très orageuse dans le sein des Cortès, auxquels le roi
en fit donner communication par le ministre San-Miguel.

J'étais à cette séance avec don Philippe, qui avait voulu m'y
accompagner. Je fus assez peu émerveillée des Mirabeau et Barnave
castillans. Riego et Quiroga, très chers à l'assemblée, n'avaient rien
d'oratoire; mais le député Augustin Argüelles soutint la brillante
réputation qui lui avait valu aux Cortès de 1812 le surnom de _divino_.
Son crédit avait baissé dans ces derniers temps, parce qu'on le
regardait comme le chef du parti modéré. Son rival aux Cortès nouvelles
était Galiano, député de Cadix, plus impétueux qu'éloquent, mais le seul
rival d'Argüelles. Je n'ai pas lu Aristote, je n'ai même pas lu
Démosthènes, je ne prétends donc pas juger les orateurs espagnols, car
tout jugement littéraire imposé au public me paraît toujours bien près
de l'impertinence; je dirai seulement qu'aux Cortès on consommait bien
des paroles avant de dire quelque chose. J'ai ouï dire cependant que M.
le comte Toreno, homme plein d'instruction, d'élévation et de noblesse,
d'une admirable justesse d'esprit; que M. Martinez de la Rosa,
littérateur de génie, politique conciliant, portant dans les affaires la
timide candeur d'un jeune homme, avaient souvent prononcé des discours
dont les tribunes publiques d'Angleterre ou de France auraient pu être
jalouses.

Dans la séance dont je parle, MM. Argüelles et Galiano, animés sans
doute par le puissant intérêt du moment, me parurent s'élever à une
certaine hauteur. Ils excitèrent un véritable enthousiasme, et je fus
émue moi-même, lorsque, se précipitant dans les bras l'un de l'autre,
ils se promirent de renoncer à toute rivalité politique, et de n'avoir
qu'un but, le salut de la patrie. Argüelles fit un appel véhément au
patriotisme des Espagnols. Cette séance porta quelques fruits. Le
gouvernement ne trouvant plus d'entraves put ordonner de grands
préparatifs. Les ministres de France, d'Autriche et de Russie prirent
leurs passe-ports, et furent bientôt suivis du nonce et de l'envoyé de
Sardaigne. Il fut décidé que la cour, les Cortès et le gouvernement
iraient à Séville dès qu'on aurait la certitude que l'armée française
avait commencé son mouvement. Le comte de Labisbal (Henri O'Donnel) fut
nommé général en chef d'une armée qui devait se rassembler à Madrid; mon
ami Zayas eut le commandement en second. Les généraux Morillo et
Ballesteros eurent aussi des commandemens en chef, et Mina resta chargé
de défendre la Catalogne, dont il avait déjà chassé toutes les bandes de
la Foi.

Si l'activité que déployèrent les généraux Labisbal et Zayas eût été
imitée sur les autres points de l'Espagne, et si de nouvelles divisions
entre les constitutionnels ne fussent pas venues tout ruiner d'avance,
il est probable que l'armée française n'aurait pas fait une campagne
aussi rapide.

La guerre n'était plus une appréhension, mais une certitude. Le discours
de sa majesté Louis XVIII à l'ouverture des chambres avait tout
éclairci. Le comte de Labisbal et le général Zayas déployèrent une
activité à laquelle les Espagnols n'étaient pas accoutumés. Comme je
l'ai remarqué en France et en Italie, les crises politiques retrempent
l'amour des plaisirs qu'elles devraient éteindre; et le carnaval, qui
commençait presque au bruit du canon, fut fort gai. Aussi, en voyant
l'ardeur de ses compatriotes pour les fêtes, le général Zayas
s'écriait-il: «Ils s'en donnent pour la dernière fois!»

Cependant le départ du roi fut fixé au 20 mars. Sa majesté parut s'y
résoudre sans répugnance, et sanctionna de bon coeur le décret de
translation du gouvernement à Séville. Tous les employés, depuis les
ministres jusqu'au moindre commis, reçurent l'ordre de suivre le roi.
Les ministres d'Angleterre, des Pays-Bas, de Suède, de Dannemark, dont
les gouvernemens n'avaient pas rompu avec le ministère constitutionnel,
se rendirent aussi dans la capitale de l'Andalousie. Le général Zayas me
détourna de ce voyage, et je lui en sus beaucoup de gré depuis, surtout
lorsque j'appris combien de fatigues et de privations avaient endurées
beaucoup de femmes qui avaient fait cette partie. Deux régimens
d'infanterie de ligne, un de cavalerie, une batterie d'artillerie et
deux bataillons de la milice urbaine de Madrid qui s'offrirent
volontairement pour servir d'escorte au roi, n'empêchèrent pas que, sur
les flancs et sur les derrières du convoi, plusieurs personnes ne
fussent dépouillées par des bandes prétendues royalistes, qui, tout en
pensant bien, agirent fort mal. Depuis la guerre de 1808, toutes les
bandes de voleurs de grand chemin se prétendent armées contre le
gouvernement existant: elles ont été tour à tour royalistes ou
constitutionnelles, s'inquiétant fort peu des principes de ceux qu'elles
dépouillent, pillant toutes les opinions, et dévalisant avec une
impartialité rare les voyageurs de toutes les nuances.

Le départ de la cour, des Cortès et des tribunaux laissa un grand vide
dans la capitale. Toutes les réunions de société furent dissoutes; il ne
resta de maison ouverte que celle de la marquise de Regalia, où j'allais
très rarement.

On ne tarda pas à apprendre à Madrid que les Cortès avaient décrété la
translation du siége du gouvernement à Cadix. Le roi se refusant à
quitter Séville, les Cortès déclarèrent que sa majesté était dans un
état de maladie qui ne lui permettait pas d'exercer les fonctions
royales. En conséquence son autorité fut suspendue momentanément par un
acte souverain de cette assemblée, et le général Riego fut chargé de
l'exécution du décret de translation, qui eut lieu sans autre résistance
qu'une protestation verbale de la part du roi, lequel consentit
cependant, après être entré à Cadix, à reprendre les rênes de l'État.

Dès que le roi et les Cortès eurent quitté Madrid, il n'y eut plus
d'unité dans le gouvernement. Les généraux en chef exercèrent l'autorité
suprême chacun dans son arrondissement. Le comte de Labisbal commanda
souverainement dans la capitale, autant en firent Ballesteros en
Arragon, Morillo en Galice, Mina en Catalogne, et Lopez Baños en
Andalousie. Les Français franchirent la Bidassoa le 7 avril; la nouvelle
en fut connue promptement à Madrid, et Labisbal, sous prétexte de
prendre position, dissémina ses troupes de telle manière qu'aucun point
n'offrait de résistance. Quelques personnes supposèrent qu'il voulait
faire un arrangement particulier, on en parlait beaucoup, et j'en fis
plusieurs fois la question au général Zayas, qui ne voulut jamais
s'expliquer à ce sujet. Quant à lui, que le général Labisbal avait
chargé du commandement particulier de la capitale, il se contentait
d'entretenir la tranquillité, et jusqu'à la fatale journée du 20 mai,
dont je parlerai tout à l'heure, la paix publique ne fut pas troublée un
seul instant.

Les Français arrivaient avec beaucoup de lenteur. Ils paraissaient
prendre des précautions qui eussent été bien inutiles s'ils avaient su
ce qui se passait en Espagne. L'enthousiasme qui s'était manifesté après
la séance des Cortès, dont j'ai parlé, s'était entièrement amorti. Les
proclamations de monseigneur le duc d'Angoulême circulaient librement
dans Madrid. Beaucoup de constitutionnels, rassurés par les déclarations
d'un prince dont on connaissait la loyauté, étaient restés dans la
capitale, entre autres Martinez de la Rosa. On apprit enfin par une
lettre imprimée du comte de Montiyo, adressée à Labisbal, et répandue
avec profusion, que ce dernier se proposait d'entrer en arrangement avec
les Français. Mais sans doute il avait mal pris ses mesures, car il fut
obligé de se cacher pour échapper à la fureur du soldat.

Le général Zayas resta seul chargé du commandement en chef dans ces
circonstances difficiles. Il ne croyait nullement au succès de la
résistance, mais il avait trop d'honneur pour ne pas résister. Néanmoins
la prudence lui commandait de ne pas exposer la capitale aux horreurs
d'un assaut: aussi, dès qu'il apprit que l'armée française avait paru
sur la chaîne du Guadarrame, à quinze lieues de Madrid, il se rendit en
personne à Buytrago, pour y traiter avec le major général Guilleminot de
la remise de la ville à l'armée française. Il fut convenu que, le 24
mai, à cinq heures du matin, les postes espagnols seraient relevés par
des troupes françaises, qu'immédiatement le général Zayas se rendrait au
delà du Tage, et qu'un armistice de quelques jours aurait lieu entre les
deux armées pour éviter l'effusion du sang. Zayas était revenu de
Buytrago dans la nuit du 19 au 20. Je le vis le 20 au matin, et il me
fit part de sa négociation. Je restai à déjeuner chez lui, et nous
quittions la table lorsqu'on vint le prévenir que des hommes à cheval de
la division royaliste de George Bessières étaient à la porte d'Alcala,
et s'annonçaient comme l'avant-garde de ce partisan, qui prétendait
prendre possession de la capitale de l'Espagne au nom du roi. Quatre ou
cinq éclaireurs étaient même entrés par cette porte, gardée seulement
par un poste peu nombreux, car le général Zayas se reposant sur la
convention signée avec le major général de l'armée française, et
approuvée par le prince généralissime, n'avait point pris de précautions
contre une attaque qu'il ne pouvait prévoir.

Le général Zayas sortit lui-même, accompagné de ses aides de camp, pour
vérifier ce qui se passait, et donna en même temps l'ordre à la garnison
de prendre les armes. Arrivé à la hauteur du Prado, il apprit que
Bessières était lui-même en dehors de la porte, et qu'il témoignait le
désir d'avoir une conférence. Zayas y consentit, et s'approcha de la
porte; Bessières s'avança, et le somma de rendre la ville, étant résolu
de l'enlever de vive force. Le général Zayas lui répondit que non
seulement il n'obtempérerait pas à sa demande, mais que voulant s'en
tenir strictement aux stipulations de la convention arrêtée entre le
général Guilleminot et lui, il allait l'attaquer lui-même et le forcer à
abandonner les environs de la capitale. Bessières se retira, les portes
furent fermées, et sa division se mit en bataille à cinq cents pas de la
porte d'Alcala. Cependant le bruit de l'approche de Bessières se
répandit à l'instant dans la ville, et une foule d'individus de la
populace sortit avant que toutes les issues de la ville fussent
interceptées, et se porta à la rencontre de Bessières. Pendant ce
temps-là le général Zayas prit rapidement des mesures énergiques, il
distribua les troupes dans les divers quartiers de Madrid, et empêcha la
circulation des habitans dans les rues qui avoisinaient la porte
d'Alcala. Il sortit lui-même avec un corps de cavalerie et d'infanterie
par cette porte, et attaqua vivement la division de Bessières, qui ne
tint pas un instant contre les troupes constitutionnelles. Celles-ci
firent un bon nombre de prisonniers, et ramenèrent plusieurs des
personnes qui étaient allées à la rencontre de Bessières. La faible
garnison qui occupait Madrid pendant que Zayas poursuivait la bande de
Bessières, fit si bonne contenance, que la populace, qui était devenue
très royalistes depuis qu'elle avait appris l'invasion de l'armée
française, n'osa pas bouger. Le général rentra bientôt; il me trouva
chez lui, où j'étais dans une grande inquiétude sur son compte: je
craignais que les troupes françaises qu'on savait être à Alcala, à
quatre lieues de Madrid, n'eussent cru devoir soutenir Bessières, et
que, par suite de cette malheureuse échauffourée, la convention de
Buytrago ne fût annulée. Zayas me rassura et me dit: «Je viens de rendre
à la ville de Madrid un immense service, en la sauvant d'une occupation
de trois jours par les honnêtes héros de Bessières; mais je ne m'abuse
point sur les suites de mon dévouement: on va m'accuser d'avoir fait
massacrer la population de la capitale, parce qu'une coïncidence fatale
a fait rencontrer dans les rangs de cette troupe des sots qui croyaient
bonnement que j'allais céder à l'insolente sommation d'un aventurier.»

Au moment du dîner, on annonça deux parlementaires français qui venaient
s'informer auprès du général Zayas du motif du combat qui venait d'avoir
lieu. Après en avoir appris la cause, ils témoignèrent leur indignation
contre Bessières; et l'un d'eux, qui était un colonel attaché à
l'état-major général du prince, se chargea d'un rapport que ce général
Zayas envoya à son altesse royale. J'ai su que ce rapport avait valu à
Zayas une lettre du général Guilleminot, écrite par ordre de monseigneur
le duc d'Angoulême, dans laquelle la plus positive approbation était
donnée à sa conduite. Ces officiers français ayant traversé la ville au
moment où finissait le tumulte extérieur excité par l'apparition de
Bessières, la populace s'imagina que l'armée française allait entrer
immédiatement dans la ville, et déjà il se formait des rassemblemens
dans les faubourgs; mais dès qu'ils virent que le général Zayas, au lieu
de se préparer à évacuer Madrid, faisait renforcer la garde des postes,
et que les aides de camp reconduisaient les parlementaires hors de la
ville, tout rentra dans l'ordre.

Les journées du 21 et du 22 se passèrent fort tranquillement; à neuf
heures du soir du 22, le général Zayas fit prendre les armes aux troupes
qui formaient la garnison de Madrid, et fit diriger les équipages et
l'artillerie sur la route de Toledo. Je voulus prendre congé de lui, et
ce n'est pas sans attendrissement, car je voyais peut-être pour la
dernière fois ce brave général qui avait répandu tant d'agrémens sur mon
séjour à Madrid. Il partait le coeur serré de tristesse. J'espère
beaucoup, me dit-il, dans la sagesse de monseigneur le duc d'Angoulême;
mais que d'obstacles n'aura-t-il pas à vaincre! Difficilement il pourra
se former une idée exacte de la profonde ignorance du parti auquel les
armes françaises vont livrer mon malheureux pays. Je n'ai pas une haute
opinion, vous le savez, des talens de nos hommes d'État
constitutionnels; mais, les plus médiocres et les plus exaltés d'entre
eux sont des aigles et des anges en comparaison de ceux qui vont
triompher. Le protectorat de la France, dégagé de l'influence de la
sainte-alliance, eût été profitable aux deux nations; mais la manière
dont elle va l'exercer va lui coûter fort cher, et détruire peut-être
pour long-temps la sympathie qui s'était établie entre les deux peuples
depuis 1814. Je dis un dernier adieu à Zayas, et je rentrai chez moi.



CHAPITRE CCIV.

Entrée des Français à Madrid.--Portrait du père Cyrille.--Mes entrevues
avec ce personnage.--M. Ouvrard, munitionnaire général.--La
régence.--Les généraux Eguia et Quesada.--Le duc de
l'Infantado.--Ordonnance d'Andujar.


Le lendemain je me levai de très bonne heure, et je me dirigeai vers le
Prado pour me trouver à l'entrée des Français annoncée pour neuf heures
du matin. En passant par la porte du Sol, je la trouvai occupée par un
bataillon de la garde royale. Je sus que le général Latour-Foissac était
entré à la pointe du jour, et avait pris possession de la ville, que le
général Zayas évacuait au même instant. J'aperçus M. D***, que j'avais
connu employé supérieur de la police à Paris; j'en fus reconnue, et
après les premières expressions de sa surprise de me trouver à Madrid,
il m'apprit qu'employé à l'état-major général du prince, il était arrivé
incognito à Madrid pour y voir le duc de l'Infantado, qu'on se proposait
de mettre à la tête du gouvernement provisoire de l'Espagne; mais qu'il
avait eu toutes les peines du monde à découvrir ce seigneur, qui, me dit
en riant M. D***, tremblait encore de la peur qu'il avait eue au 7
juillet. «Je l'ai cependant décidé, ajouta-t-il, à se présenter à son
altesse royale; mais je vous avoue que la conversation que j'ai eue avec
lui m'a laissé une idée peu favorable de ses talens, et je doute fort
qu'il soit capable de remplir le rôle qu'on lui destine.»

M. D*** m'apprit que le fameux Ouvrard était aussi de l'expédition, et
qu'il venait exploiter en personne l'immense entreprise dont il avait
obtenu l'adjudication. «Vous allez être bien étonnée, me dit M. D***,
quand vous verrez l'étrange ménagerie que nous traînons après nous. En
premier lieu, une régence provisoire présidée par une espèce de vieux
fou qu'on appelle Eguia, général, à ce qu'il dit, et qui ressemble à un
vieux procureur; à leur suite vient un guerrier improvisé par les moines
et connu sous le nom de Trappiste; et enfin une division, ou soi-disant
telle, de défenseurs du trône, qui se donnent pour les héros du 7
juillet, et qui ne savent pas même marcher au pas militaire. Tous ces
gens-là ne sont bons qu'à détruire l'effet des proclamations et des
sages mesures du prince. Je n'ai trouvé de raisonnables dans cette
tourbe, que deux hommes, le général Quesada, qui, dans son parti, se
trouvait en très mauvaise compagnie, et le père Cyrille, général des
Franciscains, homme fort aimable et qui blâme tout bas ce qu'il approuve
tout haut. Je voudrais que vous connussiez ce religieux, qui n'a du
moine que l'habit, et qui est un des plus jolis hommes que jamais le
froc ait couverts.»

M. D*** m'offrit de m'accompagner au Prado, où était déjà arrivé le
régiment des chasseurs de la garde française. La matinée était superbe;
beaucoup d'habitans de Madrid, rassurés par la tranquillité qui régnait
dans la ville depuis que les Français en avaient pris possession,
s'étaient rendus au Prado pour jouir du spectacle de l'entrée du prince.
Un bataillon des gardes espagnoles habillées en France ouvrait la
marche. Il est probable que ce bataillon avait été recruté parmi les
soldats de la Foi; car, malgré l'espace immense qu'offrait la grande
allée du Prado, ses officiers ne purent parvenir à le faire dénier en
ordre, et l'on fut obligé de le faire ranger dans une des contre-allées
pour que le cortége ne fût pas arrêté dans sa marche.

Le prince parut entouré d'un brillant état-major; venait ensuite une
division de cavalerie et de l'artillerie. Les Espagnols furent
émerveillés de la belle tenue de ces troupes. Après l'entrée du prince,
les habitans de Madrid eurent aussi le spectacle d'un passage non
interrompu de trois divisions d'infanterie de ligne et sept à huit
régimens de cavalerie qui traversèrent la ville pour aller prendre leurs
cantonnemens dans les villages environnans. Le prince refusa le logement
qui lui avait été proposé au palais, et voulut occuper l'hôtel du duc de
Villa-Hermosa, situé auprès du Prado.

En revenant chez moi, je rencontrai des bandes nombreuses d'hommes et de
femmes qui parcouraient les rues en dansant, en criant _mort aux
negros!_ c'est ainsi qu'on appelait depuis quelque temps les
constitutionnels. Quelques moines étaient mêlés à ces danses, mais en
petit nombre; plusieurs femmes dont les maris étaient connus pour avoir
fait partie de la milice urbaine furent insultées, mais des patrouilles
françaises eurent bientôt rétabli l'ordre, et la gendarmerie assura par
sa vigilance la tranquillité de la ville. Il ne se passa plus de scènes
de cette espèce pendant tout le temps que la garnison française fut
seule chargée de garder la capitale: ce n'est que lorsque la régence fut
parvenue à créer quelques compagnies espagnoles, que le désordre éclata
de temps à autre.

Pendant plusieurs jours la ville fut illuminée tous les soirs, et
jusqu'à l'installation de la régence personne ne fut persécuté. Mais à
peine ce gouvernement provisoire fut-il établi, que, malgré les soins
généreux et concilians du prince, les vexations se multiplièrent.
Beaucoup de modérés, même de ceux qui avaient appelé les Français de
tous leurs voeux, furent obligés de sortir de Madrid. Martinez de la
Rosa, quoique ouvertement protégé par les autorités françaises, se vit
contraint d'obéir à un ordre de la régence qui lui enjoignait de quitter
l'Espagne; la ville se dépeupla de ses plus honorables habitans, au
grand regret des officiers français, qui préféraient de beaucoup être
logés chez des constitutionnels, où ils trouvaient de la politesse et
tous les agrémens de la société, que dans les maisons des serviles, gens
ignorans et en général peu riches.

M. Ouvrard était arrivé en même temps que le prince, et ses
maréchaux-des-logis avaient marqué sa résidence dans un des plus beaux
hôtels de la capitale; mais il dut le céder au prince de Carignan, qui
ne jugea pas à propos de se déranger pour le munitionnaire général.
Celui-ci prit son parti en homme qui sait dépenser son argent à propos;
il loua le magnifique hôtel d'Arriza, dans la rue d'Alcala, et il y
installa sa nombreuse suite, qui ne tarda pas à s'augmenter par
l'arrivée de deux dames qu'il présenta comme ses nièces, mais que tout
le monde savait être deux des filles qu'il avait eues de madame Tallien,
maintenant princesse de Chymay. On fut étonné que M. Ouvrard eût seul,
dans toute l'armée, le privilége d'amener des femmes en Espagne, et
qu'il montât leur maison sur un pied de magnificence extraordinaire.
Tout le monde savait par coeur la vie de M. Ouvrard: cependant il donnait
des fêtes si belles, tenait une table si exquise, que tout le monde
allait chez lui. Je me trompe, ce n'était pas une maison, c'était une
cour. Bientôt M. Ouvrard fit venir sa famille réelle et légitime, Mme de
Rochechouart et sa soeur, deux personnes des plus distinguées. Le palais
Ouvrard, comme je l'ai entendu appeler, devint le rendez-vous de toutes
les notabilités militaires et diplomatiques. On ne cessait de dire du
mal de ce fournisseur, et on eût été bien fâché de n'être pas admis à
ses fêtes et à sa table; et tel qui, dans la discussion de ses fameux
marchés, a le plus déclamé contre lui, était, à Madrid, un de ses plus
assidus commensaux.

Je voyais de temps en temps M. D. Il me tenait au courant des nouvelles
politiques et des intrigues de toute espèce dont Madrid était le
théâtre. Je sus par lui que le prince était excédé des exigences et des
absurdes projets du parti qui croyait avoir vaincu la révolution, et ne
regardait les Français que comme des auxiliaires. Son Altesse aurait
voulu réconcilier tous les Espagnols et éviter des réactions; elle
aurait désiré surtout que le bien qu'elle méditait fût opéré par eux, et
leur en laisser tout le mérite. Son major général, homme d'un sens droit
et d'une rare capacité, guerrier et administrateur habile, malgré
l'enveloppe simple, modeste et bourgeoise qui honore ses talens sans les
cacher, le général Guilleminot enfin, partageait toute la magnanimité de
cette politique, qu'il ne m'appartient pas d'apprécier. Mon ancien ami
don Joseph A..., que je voyais quelquefois, en gémissait avec moi, et me
prédisait tout ce qui ne s'est que trop réalisé depuis.

M. D*** me parlait souvent du père Cyrille, qui jouissait d'un très
grand crédit auprès de la régence. Il me donna l'envie de connaître ce
singulier personnage, mais je ne voulais pas que M. D*** fût dans ma
confidence; je pensais que don Philippe devait plutôt la recevoir. Je ne
me trompai pas, car lui ayant demandé s'il connaissait ce moine célèbre,
il me répondit: «Vous pensez bien qu'ayant toujours fait en sorte
d'avoir des amis puissans dans tous les partis, je n'ai pas négligé
celui-là; et si vous voulez prendre du chocolat avec sa révérence, je me
charge de l'en prévenir; mais je vous préviens que, quoiqu'il comprenne
très bien le français, il le parle avec difficulté.» Je savais assez
d'espagnol, et, à l'aide de l'italien, j'étais parvenue à suivre de
longues conversations avec des Espagnols qui ne savaient que leur
langue. Don Philippe me promit que sous peu de jours il me mettrait à
même de satisfaire ma curiosité. En effet, il vint le surlendemain me
dire que, si je voulais me rendre, le soir même à six heures de
l'après-midi, au couvent de Saint-François, le père Cyrille me donnerait
audience. Qu'on ne s'étonne pas de cette expression; un général des
franciscains est, en Espagne, un personnage très important, et il
n'accorde pas indifféremment la faveur d'un entretien particulier. Je
dis à don Philippe de venir me prendre à l'heure indiquée, et nous nous
rendîmes ensemble au couvent de Saint-François.

Au lieu d'entrer dans le monastère, don Philippe alla frapper à la porte
d'une petite maison contiguë au péristyle de l'église. Un jeune moine
vint ouvrir la porte, et nous introduisit dans une salle basse, où il
nous invita à nous asseoir, en attendant que sa révérence pût nous
recevoir. Nous attendîmes un quart d'heure à peu près, et nous vîmes
sortir d'une porte intérieure un homme décoré de plusieurs ordres, que
don Philippe me dit être le duc de Montemar, membre de la régence. Un
moine, dont la belle figure me frappa, l'accompagna jusqu'à quelques pas
en arrière de la porte, et rentra dans un appartement ultérieur. Peu
d'instans après, le même religieux qui nous avait ouvert la porte de la
maison vint nous prévenir que le père général nous attendait; nous
entrâmes dans une vaste cellule, qui aurait pu passer pour un salon.
L'ameublement, des plus simples, consistait en quelques chaises à bras,
extrêmement propres, un grand fauteuil en cuir, une table recouverte
d'un tapis et une petite bibliothèque. Le père Cyrille, que je reconnus
d'abord pour être la personne qui avait accompagné le duc de Montemar,
vint à moi d'un air extrêmement gracieux, et me salua avec une aisance
remarquable. Il prit la main de don Philippe d'un air de protection, et
nous invita l'un et l'autre à prendre séance.

Le père Cyrille ne me parut pas avoir plus de trente-huit à quarante
ans, sa figure est parfaitement régulière et fort expressive, ses yeux
brillent de tout l'éclat méridional; mais il a en même temps le regard
fort doux. La grâce de sa taille, un peu au-dessus de la moyenne,
triomphe du froc qui, pour la première fois, me parut un vêtement
élégant. Enfin, je remarquai dans l'arrangement de la robe, dans le
chapelet, dans les ordres de l'anachorète, une certaine industrie, ou,
si je puis m'exprimer ainsi, une coquetterie de cordelier.

Après les premiers complimens qu'il m'adressa en espagnol avec beaucoup
d'aisance, le père Cyrille me demanda quel était le motif qui lui
procurait l'honneur de ma visite. Je lui répondis sans détour, qu'ayant
vu de très près tous les hommes célèbres de la révolution d'Espagne, je
désirais connaître également ceux de la contre-révolution, et que sur le
portrait avantageux qu'un de mes amis qui était venu à Madrid avec
l'armée m'avait fait de lui, j'avais cédé à la curiosité en priant don
Philippe de me présenter. «Je me félicite, ajoutai-je, de vous avoir vu,
et je ne m'étonne plus maintenant de votre haute position. Qui sait si
vous n'êtes pas destiné au rôle que Ximenès, franciscain comme vous,
mais probablement moins aimable, joua autrefois en Espagne.»

«--Ces temps sont passés, me répondit le père Cyrille. Je ne m'abuse pas
sur le crédit momentané que donnent à ma personne, et plus encore à mon
habit, les circonstances passagères où nous nous trouvons. Le secours
que nous avons été obligés d'implorer de la France, pour renverser le
système constitutionnel, finira par nous être nuisible. Les soldats
français ne se prêtent pas de bonne grâce à l'emploi de protecteurs des
moines. D'ailleurs, et malgré la mission que l'armée française remplit
au nom de la Sainte-Alliance, elle nous fait sentir, involontairement
peut-être, que son instinct ne la porte pas vers nous. Voyez le peu de
cas que vos généraux et vos officiers font de nos soldats de la foi;
j'avoue qu'ils ne sont pas attrayans. Je vous dirai même entre nous que
la plus grande partie de leurs chefs sont des gens sans nom, et ceux-là
sont les plus honnêtes. J'ignore quelle sera l'issue de tout ceci, non
pas quant aux opérations militaires qui seront bientôt terminées; mais
ce n'est pas tout que de vaincre, il faut gouverner, et quoique, sous ce
rapport, les constitutionnels nous aient donné l'exemple de la plus
grande ignorance en matière de gouvernement, je crains bien que nous ne
trouvions le moyen de renchérir encore sur leurs sottises. Vous
trouverez peut-être que je m'explique bien légèrement dans une première
conversation, mais outre que je compte sur la discrétion de don
Philippe, je ne suppose pas que vous vous occupiez beaucoup de
politique, et vous oublierez tout ce que je viens de vous dire.»

J'étais on ne peut plus surprise d'entendre le père Cyrille s'exprimer
avec tant de raison et de grâce, son habit disparut entièrement à mes
yeux, et je ne vis plus en lui qu'un homme extrêmement aimable dont la
conversation était pleine de charmes. Il sonna et ordonna à un frère qui
entr'ouvrit la porte, d'apporter le chocolat qui nous fut servi sur un
plateau d'argent avec les confitures d'usage; quant à lui, sa tasse lui
fut apportée sur une assiette de faïence commune. Nous causâmes encore
quelque temps, et, lorsque nous prîmes congé de lui, il me dit que,
quelqu'envie qu'il eût de me rendre une visite, il ne le pouvait pas,
les convenances et ce qu'il devait à la place qu'il occupait, ne lui
permettant pas de faire des visites à des personnes de mon sexe; «mais
je reçois toujours, lorsque je suis prévenu d'avance, et, si j'étais
assez heureux pour qu'un service à vous rendre, ou à vos amis, me valût
la faveur d'autres entretiens, je m'en féliciterais.»

Je sortis de chez le père Cyrille, enchantée de lui, me promettant bien
intérieurement de le revoir. Je fis beaucoup de questions à don Philippe
sur son compte. J'appris que c'était à l'habileté avec laquelle il avait
su profiter des circonstances qu'il devait son élévation. Exilé par ses
supérieurs en Amérique, pour quelques imprudences de jeune homme, il
alla à Rio-Janeyro, où il acquit un grand crédit auprès de la reine qui
se connaissait en mérite. Il imagina et parvint à exécuter le double
mariage de deux infantes de Portugal, avec le roi Ferdinand VII et son
frère don Carlos. Il fut à cette occasion comblé de faveurs des deux
cours, et promu au généralat de son ordre. Au commencement de la
révolution, il manifesta des idées assez libérales. On prétend même
qu'il a été franc-maçon; mais les constitutionnels, qui auraient pu se
l'attacher par un évêché, le rebutèrent, et dès qu'il vit se présenter
des chances de contre-révolution, il s'y jeta avec toute l'ardeur de son
âge et de son état.

Je proposai à don Philippe d'aller au Prado pour finir la soirée. Cette
belle promenade était remplie de monde; j'y vis une quantité innombrable
d'officiers français, et surtout de gardes du corps qui, presque tous,
donnaient le bras à des dames espagnoles. D'après ce que j'ai ouï dire,
les Français n'ont pas eu à se plaindre des rigueurs du beau sexe dans
cette campagne. On cite messieurs les gardes du corps parmi ceux qui y
firent le plus de conquêtes; mais ces dames ont aussi obtenu une
victoire, car beaucoup d'officiers entrés en Espagne, avec des idées
fort opposées au libéralisme, en sont sortis dans des sentimens bien
différens, et j'ai entendu des dames de Madrid se vanter d'être la cause
de ce changement.

Il me tardait beaucoup de revoir le père Cyrille. Je ne voulais pas que
don Philippe s'aperçût de mon impatience qui, je l'avoue, était fort
grande. Je cherchais depuis quelques jours un prétexte pour lui écrire
que j'avais à lui parler, lorsque je reçus une visite qui me fit
connaître, à ma grande satisfaction, que le père Cyrille ne m'avait
point oubliée, et qu'il souhaitait lui-même de faire naître une occasion
de me revoir.

J'avais quelquefois rencontré dans les sociétés, une dame B. que je
savais être l'une des directrices d'un établissement de charité à
Madrid. Nous avions eu ensemble quelques conversations dans lesquelles
je lui avais fourni des renseignemens sur les associations de ce genre
qui sont si communes à Paris. Un matin, madame B. vint chez moi, et
après les premiers complimens, elle m'annonça que le but de sa visite
était de m'engager à solliciter des autorités françaises des secours que
le départ de Madrid, de la plupart des familles riches, rendait urgens.
Elle me dit que le père Cyrille, qui avait repris sa place d'aumônier de
cette oeuvre pieuse, m'avait désignée à elle, comme très propre à remplir
le but qu'on se proposait, et qu'elle venait m'en prier de sa part. Je
m'empressai de promettre à madame B. que je ferais volontiers ce qu'on
désirait de moi, et, dès qu'elle fut partie, j'écrivis au général des
franciscains, en lui demandant une audience. Je reçus une heure après,
un billet fort poli du père Cyrille, qui m'offrait de me recevoir le
soir même à six heures. Je me fis accompagner par Yusef, et je me rendis
à l'heure indiquée au couvent de Saint-François, où je fus reçue de la
même manière que je l'avais été avec don Philippe, dans le petit parloir
dont j'ai parlé plus haut, situé hors du couvent, avec lequel il
communiquait par l'intérieur. Le père Cyrille parut à l'instant, suivi
du moine qui m'avait introduite. Celui-ci se retira dès que je fus
assise. Le père Cyrille me remercia avec beaucoup de vivacité de mon
empressement et me témoigna combien il était fâché de n'avoir pu
m'éviter la peine de me rendre chez lui. «Je suis condamné par ma place,
me dit-il, à ne pouvoir aller publiquement que chez les ministres ou
chez les grands. Je ne saurais, sans me compromettre, me rendre chez
vous, à moins toutefois qu'il ne fût bien public, même par la gazette
que vous êtes entrée dans l'association des dames de charité. Le départ
de la plupart des femmes des grands d'Espagne qui en faisaient partie,
laissa vacantes plusieurs des premières places; si vous daignez en
accepter une, votre qualité d'étrangère ne sera point un obstacle,
surtout dans ce moment-ci. Je désire d'autant plus vous voir accepter ma
proposition, que ce sera me fournir des occasions fréquentes et bien
précieuses pour moi de vous entretenir. Je n'aurais pas eu besoin
d'apprendre par don Philippe que votre conversation était pleine de
charmes. Je ne m'en suis que trop aperçu,» ajouta-t-il en me lançant un
de ces regards, à la fois tendres et hardis, qui caractérisent
particulièrement les physionomies du midi de l'Espagne. Pendant cet
entretien qui devenait de plus en plus animé, je ne pus m'empêcher de
jeter un coup-d'oeil en arrière, et de me rappeler à la fois tous les
hommes célèbres que j'avais vus de près; et malgré moi le général des
Franciscains me paraissait à la hauteur des généraux de nos armées. Quel
enchaînement bizarre de circonstances n'avait-il pas fallu pour amener
celle où je me trouvais dans ce moment. Le père Cyrille me parla
beaucoup des divers personnages fameux avec lesquels j'avais eu des
relations. «Je suis loin de faire entre eux et moi la moindre
comparaison, me disait-il, mais je serai comme eux digne d'être votre
ami.» Je le trouvais modeste de s'humilier à mes yeux; car, sous le
rapport de l'esprit, il ne le cédait à aucun de ceux auxquels il faisait
allusion, et il était incontestablement celui d'eux tous que la nature
avait le plus généreusement traité.

Cet entretien, auquel j'avouerai que je me plus extrêmement, dura plus
de deux heures. Je dus enfin mettre un terme à ma visite. Je lui
déclarai, en prenant congé de lui, que je n'acceptais pas l'emploi qu'il
m'offrait, mais que je servirais comme volontaire dans le corps des
Dames de la Charité de Madrid, ce qui me donnerait l'occasion de le voir
quelquefois.

«À ces conditions, me dit-il, j'accepte au nom de ces dames, et j'espère
que vous n'oublierez pas le chemin du couvent de Saint-François.»

Je retrouvai mon Yusef sous le péristyle de l'église. Je rentrai chez
moi; et don Philippe, qui s'y trouvait, m'apprit qu'on parlait du
prochain départ de M. le duc d'Angoulême pour l'Andalousie. On venait
aussi de recevoir la nouvelle de la convention conclue entre le général
Morillo, commandant en chef l'armée constitutionnelle de Galice, et le
général français Bourke. Les libéraux exaltés, surtout parmi les femmes,
crièrent à la trahison; mais beaucoup de constitutionnels sincères
conçurent de grandes espérances de ce traité fait au nom et avec
l'approbation du prince généralissime. Ils espérèrent que les autres
généraux imiteraient l'exemple de Morillo, et que par ce moyen l'Espagne
obtiendrait quelques concessions que le roi sanctionnerait dès qu'il
serait sorti de Cadix: ils ne s'attendaient pas à l'inconcevable audace
de la régence, qui, tenant ses pouvoirs de S. A. R., osa refuser de
ratifier cette convention. Elle fut exécutée toutefois en partie; mais
elle donna de vives craintes pour l'avenir. Ces craintes ne se sont que
trop réalisées; et les Espagnols ont vu les engagemens pris par
l'héritier de la couronne de France, à la tête de cent mille hommes
victorieux, violés par un gouvernement qui, un an après la restauration,
n'eut pas encore un soldat dont il pût disposer.

J'allai voir le père Cyrille, et je lui témoignai mon étonnement de la
conduite de la régence, que je traitai d'insolente. «Ils ont raison, me
répondit-il, et ils l'auront toujours dans un cas pareil. Ils savent, et
je le sais aussi, que le gouvernement français n'osera pas soutenir le
duc d'Angoulême: c'est la France qui combat et qui paie, mais ce n'est
pas elle qui commande. Les Français, s'il le faut, prendront Cadix
d'assaut; mais ils échoueront contre le duc de l'Infantado, qui, entre
nous, est la plus faible tête de l'Espagne, mais qui est gouverné par
Victor Saez et par l'évêque d'Oscua, membre de la régence comme lui, et
qui est bien le plus encroûté Servile de toute l'Espagne. Je me
garderais de dire à d'autres qu'à vous que je pense que le gouvernement
français devrait agir en souverain, et arranger les choses de manière à
ce que notre roi, lorsqu'il sera libre, trouvât un système raisonnable
établi sur des bases tellement solides, que les personnes qui ne
manqueront pas de l'entraver ne puissent pas l'ébranler. Mais on ne le
fait pas; et, pour mon compte, je crie plus haut que qui que ce soit que
la régence a raison, et qu'il n'y a aucune composition à faire avec les
_negros_. Je sais très bien où cela nous mènera dans quelques années;
mais je n'y puis, et probablement n'y pourrais rien. L'habit que je
porte me place dans une ligne dont je ne sortirai qu'à bon escient.» Ce
que me disait le père Cyrille me rappela Zayas qui, dans le parti
contraire, me tenait un langage dont le sens était le même. Le général
constitutionnel et le général des Franciscains étaient deux hommes de
beaucoup d'esprit et d'un grand sens; l'un et l'autre jugèrent très
sainement les hommes du parti dans lequel ils se trouvaient engagés: le
militaire partagea le sort des vaincus dont il déplorait les fautes, et
le moine profita de celles des vainqueurs.

Je reçus dans ce temps-là une lettre de don Félix, qu'il trouva le moyen
de me faire remettre par don Joseph A... Il avait été blessé dans une
des affaires très chaudes que les troupes constitutionnelles de
Catalogne avaient eues avec les Français. Il était caché dans les
montagnes, et me priait de lui obtenir du major général un sauf conduit
pour se rendre en sûreté à Bayonne. Sa lettre était fort triste: «La
liberté est perdue, me disait-il; elle n'eût certainement pas succombé,
si toutes les armées avaient fait leur devoir comme celle de Catalogne;
mais nous avons été trahis à la fois par la fortune et par la plupart de
nos généraux. Cependant, si je ne meurs pas de douleur ou de mes
blessures, je suis assez jeune pour voir encore mon pays délivré du joug
que lui imposent les Français: fils aînés de la liberté, ils ont répudié
leur noble héritage. Puisse le spectacle hideux dont ils vont être les
témoins les faire repentir d'avoir souillé leurs armes en protégeant le
despotisme!» Je montrai cette lettre au père Cyrille, qui me dit: «Votre
ami a la tête chaude; mais il pourrait bien avoir raison dans quelques
années. En attendant il fait très bien de se réfugier en France; il fera
encore mieux d'y rester lorsqu'il sera guéri.»

Don Joseph A... me prévint que, si je pouvais obtenir le sauf-conduit de
don Félix, il avait des moyens certains de le lui faire parvenir.
J'allai immédiatement voir le général Guilleminot, que je trouvai
faisant ses préparatifs de départ. Il m'accueillit avec beaucoup de
grâce, et ne fit aucune difficulté d'accéder à ma demande. En sortant de
chez lui je rencontrai plusieurs voitures et une longue file de
fourgons, le tout escorté par une troupe dont je ne reconnus point
l'uniforme, qui était gris avec des revers jaunes. Je crus d'abord que
je voyais les équipages du prince; mais on me dit que c'étaient ceux de
M. Ouvrard qui se rendait en Andalousie. J'admirai le train du
munitionnaire général: je ne présumais pas alors que tout cet étalage
finirait par la Conciergerie.

S. A. R. partit à la fin de juillet, laissant le commandement de Madrid
au maréchal Oudinot, duc de Reggio; le prince ne prit point avec lui les
gardes du corps, qui continuèrent à résider à Madrid, à leur grand
regret, mais à la grande satisfaction d'une foule de dames espagnoles
qui applaudirent très sincèrement à une décision qui laissait dans la
capitale deux ou trois cents jeunes gens dont une expérience de deux
mois leur faisait apprécier le mérite. Pour toutes les personnes qui
n'avaient pas cette consolation, le départ du duc d'Angoulême et de la
garde rendit Madrid fort triste; plusieurs habitans notables, qui y
étaient restés, rassurés par la présence du prince, dont la protection
ne fut jamais implorée en vain, en sortirent dans la crainte des
vexations de la régence. Il ne resta de mes anciennes connaissances que
don Joseph A..., dont la maison était devenue fort solitaire. La société
de la marquise de Reyalio était toujours fort nombreuse; mais elle était
presque toute composée de Français que je ne connaissais pas. Je n'avais
rien qui me retînt en Espagne, qu'une vague curiosité d'être témoin de
la fin d'une campagne que je voyais bien ne pas devoir être longue,
quoique beaucoup d'Espagnols se flattassent que Cadix tiendrait jusqu'à
ce que le mauvais temps en rendît le siège impossible. Mais le père
Cyrille, qui avait des correspondances partout, m'assurait qu'avant
trois mois le roi serait à Madrid; il ne croyait pas à une résistance
sérieuse de la part des Cortès, et il était assuré que le gouvernement
anglais ne ferait aucune démonstration pour empêcher la chute de ce
dernier boulevard des libéraux.

Peu de jours après le départ du duc d'Angoulême, un convoi apporta la
célèbre ordonnance d'Andujar, qui fut reçue avec un applaudissement
universel par l'armée française, par les libéraux et par les modérés, et
avec un dépit mal déguisé par la régence. La joie fut au comble à Madrid
pendant vingt-quatre heures. On crut et on dut croire qu'elle allait
être exécutée. J'allai triomphante en apprendre la nouvelle au père
Cyrille. Il la savait déjà; mais il modéra singulièrement mon
allégresse, en m'annonçant de la manière la plus positive qu'elle ne
serait suivie d'aucun effet. «Vous allez voir, me dit-il, le corps
diplomatique faire des représentations; l'ambassadeur de France se
croira forcé d'y joindre les siennes, et le duc de Reggio cédera. Tout
se passa exactement comme il me l'avait dit. Les résultats de
l'ordonnance d'Andujar se bornèrent à la création d'une commission mixte
d'officiers français et de magistrats espagnols. Quelques prisonniers
furent élargis, et trois semaines après, les prisons furent plus
encombrées que jamais sur toute la surface de l'Espagne. J'étais
indignée du rôle que jouaient l'armée française et son auguste chef. Je
ne comprenais pas que le gouvernement français se laissât en quelque
sorte insulter par des gens qui, s'il leur eût retiré son appui,
auraient dû solliciter de lui un asile.

Je passai encore trois mois à Madrid, pendant lesquels je ne voyais
guère que don Joseph A***, don Philippe et le père Cyrille. Ce dernier
me tenait au courant de tout ce qui se passait; j'étais tous les jours
plus étonnée de sa sagacité; mais c'est en vain que je tâchais de le
déterminer à adopter un autre système politique. Je vois aujourd'hui
qu'il avait raison dans sa position, et qu'il eût perdu tout son crédit
en cessant de se montrer un des plus zélés fauteurs du servilisme; car
on n'avait pas encore inventé les mots _apostolique_ et _absolutiste_
pour désigner le parti dont il était un des chefs principaux.



CHAPITRE CCV.

Soumission du reste de l'Espagne.--Capitulation de
Ballesteros.--Entrevue avec Riego dans sa prison.--Ses derniers momens.


Quelque temps avant la reddition de Cadix eut lieu la bataille d'Arenas,
dans le royaume de Grenade, où le général Molitor défit entièrement et
dispersa l'armée de Ballesteros, qui par suite capitula avec les
Français, en stipulant pour lui et pour ses soldats des conditions qui
n'ont pas été tenues, quoique consenties au nom du duc d'Angoulême.
Riego, qui était sorti de Cadix à la tête de quelques troupes, s'était
réuni à cette armée et prit le funeste parti de chercher à s'évader
après la déroute. Il partit du champ de bataille, suivi de quelques
officiers, et se dirigea vers l'Estramadure, en traversant une partie de
l'Andalousie. Il fut malheureusement reconnu par les paysans d'une ferme
où il s'était arrêté pour prendre quelque repos. Pendant son sommeil il
fut entouré, et à son réveil il se trouva désarmé, au pouvoir d'une
bande de furieux qui le conduisirent à la Caroline, où l'on eut bien de
la peine à empêcher la populace de le mettre en pièces. C'est par le
père Cyrille, toujours instruit avant tout le monde, que j'appris
l'arrestation de Riego. Je ne doutai pas qu'il ne fût réclamé par
l'armée française, qui, à mon avis, devait le regarder comme compris
dans la capitulation de Ballesteros. Le père Cyrille voulut m'en
dissuader, et me prédit que cet infortuné serait livré aux tribunaux
espagnols, qui le condamneraient sans miséricorde. Je refusai de le
croire, non sans raison; car on apprit à Madrid qu'un détachement
français était allé à la Caroline pour se faire remettre le prisonnier.
Le père Cyrille persista à me dire que cette démarche n'empêcherait pas
Riego d'être jugé et exécuté. Il n'avait que trop raison; car à quelques
jours de là il arriva à Madrid, et fut déposé dans une maison qu'on
appelait le _séminaire des nobles_, qui avait plusieurs fois servi de
prison d'état pendant les troubles de l'Espagne. Son arrivée répandit la
consternation parmi les constitutionnels. Cependant on espérait encore
qu'il serait conduit en France; mais cette illusion s'évanouit quand on
sut que son procès allait commencer. Pendant les premiers jours il fut
permis à quelques personnes de le voir. Des officiers français qui
avaient eu cette curiosité me racontèrent les entretiens qu'ils avaient
eus avec lui. Je désirais beaucoup le voir, et j'en parlai à M D***, qui
m'offrit de m'en fournir les moyens: «Mais il faut, me dit-il, prendre
des habits d'homme; je viendrai vous chercher demain soir à l'heure où
on lui apporte son repas, et vous entrerez avec le commandant du poste
français.» Je prévins, le père Cyrille de la visite que je devais faire
à Riego, et je lui promis de venir le voir immédiatement après.

M. D*** me tint parole. Il se rendit chez moi entre cinq et six heures,
et nous allâmes ensemble à la prison. L'officier français qui commandait
en chef la garde composée de soldats des deux nations nous introduisit
dans un appartement assez propre où était le prisonnier. Il nous salua
fort poliment. Je le trouvai assez tranquille et plein d'espoir. Il se
flattait d'être envoyé en France, parce qu'il se regardait comme
prisonnier de l'armée française. Ses argumens me paraissaient fort
justes, et je crois sincèrement qu'il avait raison. L'habit que je
portais était le même que j'avais lors de ma visite à San Juan de las
Cabezas; j'étais surprise qu'il ne me reconnût point. Je lui parlai de
don Félix, et à peine eus-je prononcé ce nom qu'il me dit: «Mais vous
êtes le jeune officier qui l'accompagnait. Je le suis en effet, lui
dis-je, mais je ne suis plus obligée de garder l'incognito. Je n'ai pris
aujourd'hui des habits d'homme que pour pouvoir arriver plus facilement
auprès de vous.» Riego s'imagina probablement que ma visite avait un
motif important pour lui; car il témoigna le désir de m'entretenir en
particulier. Le commandant y consentit, et on nous laissa seuls dans
l'appartement, en vue toutefois des gardes qui étaient dans
l'antichambre.

Je m'attendais à quelques communications de sa part, mais je m'aperçus
que sa tête, que je n'avais jamais jugée bien forte, était encore
affaiblie par son malheur. Il témoignait du courage, mais ce n'était pas
celui que j'aurais voulu voir dans le héros de la révolution espagnole.
Il se repentait presque de ce qu'il avait fait pour la cause
constitutionnelle. Il se borna à me prier d'employer mon crédit, qu'il
supposait immense, à obtenir son exil en France. Je lui promis de faire
toutes les démarches possibles en sa faveur; mais je ne voulus pas
l'abuser sur le peu d'espoir que j'avais de réussir. Je lui insinuai
qu'il serait peut-être plus utile de faire solliciter les autorités
espagnoles; mais il refusa constamment de croire qu'il leur fût livré.
Le commandant rentra avec M. D*** et me pria de mettre fin à ma visite.
Je me retirai fort émue, et avec le funeste pressentiment que le
malheureux Riego ne quitterait la prison que pour monter sur l'échafaud.

M. D*** m'accompagna chez moi et me laissa à ma porte. Dès qu'il fut
parti, j'appelai Yusef, et, sans me donner le temps de changer d'habits,
je me rendis au couvent de Saint-François. Je ne fus pas reconnue par le
moine qui venait ordinairement m'introduire. Je lui remis deux mots que
j'avais tracés à la hâte en le priant de les donner sur-le-champ au père
Cyrille. Celui-ci vint à l'instant; mais comme il ignorait mon
travestissement, il crut que je lui envoyais un message. Il me reconnut
enfin et me fit compliment sur ma bonne grâce en habit militaire.
J'étais peu disposée à écouter ses aimables propos. «J'ai, lui dis-je,
le coeur navré de douleur; je quitte ce malheureux Riego qui se flatte
d'être envoyé en France. Je l'ai trouvé bien abattu; et qu'eût-ce été
s'il avait soupçonné vos cruelles prédictions? Je viens vous proposer
une belle action, je viens vous proposer de la gloire. Déclarez-vous le
protecteur de Riego, sauvez-lui la vie. Donnez à l'Espagne et à l'Europe
un noble démenti des opinions et des sentimens qu'on vous impute. Je
vous fais l'honneur de croire que vous n'êtes pas cruel, et je vous
pardonne ce que souvent vous imposent votre habit et votre position. Je
vous ai donné et j'ai reçu de vous des preuves d'un grand attachement,
joignez-y celle de vous intéresser vivement au sort de Riego.»

La physionomie du père Cyrille me montra que mon apostrophe l'avait
vivement ému. J'attendais sa réponse, qui fut précédée d'un silence de
quelques instans. «Vous me rendez justice, me dit-il, en pensant que je
m'emploierais volontiers pour sauver la vie de Riego; mais soyez
certaine que mes démarches seraient non-seulement inutiles, mais me
feraient perdre mon crédit; croyez d'ailleurs que les ministres
eux-mêmes n'oseraient pas, quand bien même ils ne seraient pas les plus
mortels ennemis de Riego, comme ils le sont, intercéder pour lui. Ce
n'est pas comme prisonnier de guerre qu'il sera jugé, c'est comme
premier fauteur de la révolution; c'est pour avoir été chargé de
l'exécution du décret de suspension des fonctions royales, lorsque les
Cortès emmenèrent le roi à Cadix. On veut faire un exemple, et rien au
monde ne peut l'empêcher. Si vous avez assez d'influence sur les chefs
de l'armée française pour les engager à enlever Riego, il ne mourra pas.
Vous voyez donc bien qu'il est perdu sans ressource.» Les raisonnemens
du père Cyrille étaient sans réplique; mais ils me donnèrent de l'humeur
contre lui, et je le quittai fort mécontente. Toutes les fois que je le
revis depuis, avant mon départ, nous évitâmes, comme si nous en étions
convenus, de parler de Riego.

Quelques jours après, Riego fut condamné à mort; et par un raffinement
de cruauté, il fut privé du droit que lui donnait sa qualité de
gentilhomme, d'être garrotté, et non pendu comme un roturier.

En Espagne il est d'usage de laisser trois jours d'intervalle entre la
sentence et l'exécution. Pendant ce temps le condamné est placé dans une
chapelle où il reçoit les secours de la religion. On obtient facilement
la permission d'entrer dans la chapelle, et beaucoup de personnes
charitables en profitent ordinairement pour aller consoler le patient et
prier avec lui. Je voulais proposer à don Philippe d'aller voir Riego;
mais il me prévint en m'annonçant qu'il avait formé le projet de s'y
rendre. Je l'engageai à venir me voir au retour. Il vint en effet, et me
confia sous le sceau du plus grand secret qu'il avait été chargé par
d'anciens amis de Riego d'avoir avec lui un entretien que la qualité
d'ecclésiastique lui faciliterait, et de lui remettre une dose de
poison, pour lui éviter de mourir sur un échafaud. «Je me disposais, me
dit don Philippe, à remplir ma commission; mais la conversation que j'ai
eue avec Riego m'y a fait renoncer. Ce malheureux est tout-à-fait
résigné et se regarde comme réellement coupable. Il a pris au pied de la
lettre les premiers mots que je lui ai adressés, et que j'avais préparés
pour entrer en matière, de crainte d'être entendu par les surveillans.
Il a continué sur le même ton, témoignant un repentir sincère, et me
demandant de la meilleure foi du monde si Dieu lui pardonnerait d'avoir
été le principal agent de la révolution. J'ai, comme vous le pensez,
renoncé à lui faire la proposition dont je m'étais chargé.» Ce que me
dit don Philippe me prouva que j'avais bien jugé Riego dans la visite
que je lui avais faite dans sa prison.

L'exécution eut lieu le lendemain à midi sur la place appelée _de la
Cebada_. Riego fut placé dans une espèce de panier de paille tressée,
tiré par un âne. Il mourut dans des sentimens fort chrétiens, et laissa
après lui la réputation d'un homme fort au-dessous de la situation où
les circonstances l'avaient placé.



CHAPITRE CCVI.

Départ de Madrid.--Entrevue périlleuse avec Léopold à Lyon.--Scène
d'auberge.--Excursion en Suisse.


Malgré tout l'ascendant d'une prompte conquête, l'influence des Français
disparaissait chaque jour devant la mystérieuse domination du parti
apostolique en Espagne; les conseils de Ferdinand, les autorités
subalternes, tout s'était empreint de cette maladie épurative et
réactionnaire qui n'a guère de limite que la chute d'un système. Ce
spectacle de vengeances sans dignité, et de proscriptions sans
discernement, toutes les dégoûtantes orgies des factions me firent
bientôt prendre le séjour de Madrid en horreur. Tous mes amis avaient
successivement été obligés de fuir, tous, même ceux que la prudence de
leur conduite, la couleur réservée de leurs opinions, leur royalisme
même, mais un royalisme honnête, auraient dû faire respecter. C'est bien
dans ce moment que les modérés étaient poursuivis comme des traîtres.
Don Félix était parti pour Gibraltar; don Pedro, mon premier
introducteur dans sa patrie, avait été obligé de disparaître en
vingt-quatre heures pour éviter tous les ennuis d'une instruction dans
laquelle des ennemis de sa famille l'avaient compromis, et dont il
craignait encore plus l'issue qu'un exil volontaire. Ces deux amis et
quelques autres n'avaient même pu échapper aux conséquences plus graves
de la réaction qu'à l'aide de quelques recommandations que j'arrachai à
la généreuse bienveillance du père Cyrille, qui, plus fort et plus
magnanime que son parti, m'avoua bientôt le danger de ses complaisances
pour sa popularité absolutiste, et l'impossibilité de les continuer.

Réduite à la solitude, déçue de toutes les espérances que j'avais
attachées à un ordre de choses tombé sitôt, reportée vers ma patrie par
cette abondance de souvenirs que des courses perpétuelles et des
agitations journalières ne venaient plus distraire et étourdir, rappelée
en quelque sorte vers la France par le réveil de tout ce que j'y avais
laissé, et surtout par une lettre de Léopold auquel j'avais écrit
plusieurs fois pendant la durée de mon long séjour dans la Péninsule,
j'avais repoussé avec tout l'accent d'une mère les élans passionnés et
dangereux d'une âme qui mêlait l'amour aux expressions de son profond
attachement, mais en nourrissant l'espoir de conserver plus pur et par
cela même plus durable un lien dont je sentais tout le prix pour mes
vieux jours, et dont je n'ignorais pas non plus la puissance sur le
bonheur raisonnable et possible de celui qui seul était resté fidèle à
ma mémoire.

La lettre de Léopold était tout ce qu'on pouvait imaginer de mieux pour
rassurer les terreurs qui se rattachaient toujours pour moi aux
témoignages des sentimens trop exaltés d'un jeune homme. Celui que déjà
je pouvais appeler mon vieil ami me demandait comme seule grâce de ne
point le laisser sans conseils, sans appui: «J'ai mis ordre à toutes mes
affaires, moins une, celle qui m'a contraint de reprendre du service;
mais enfin, malgré cette chaîne si cruellement acceptée, plus
péniblement subie, quelques momens de liberté me sont enfin possibles,
et ces momens précieux, qui peuvent décider de mon avenir, je vous
demande de les consacrer aux besoins de mon coeur. Quittez cette Espagne
où l'on dit que des dangers de toute espèce entourent les étrangers. Je
ne sais quels intérêts peuvent vous tenir si long-temps éloignée, loin
de tout ce que vous avez aimé, de tout ce que vous devez plaindre
toujours. Un congé me permet d'abréger les distances qui nous séparent;
ne refusez point non plus de faire quelques pas pour vous rapprocher
d'une âme qui a besoin de s'épancher dans celle d'une mère.

«Quand on en appelle à votre généreuse sensibilité, on est si sûr de la
réponse, qu'en vous jurant aujourd'hui que c'est un fils seulement que
vous viendrez affermir et consoler, j'ai la certitude que, quelles que
soient vos autres vues, vous les sacrifierez toutes aux voeux impatiens
de votre ami, et que je vous rencontrerai à Lyon, que je vous supplie
encore une fois d'accepter pour rendez-vous dans le délai d'un mois.»

Dans la disposition d'esprit où j'étais, dans cet accablement où m'avait
jetée ma vie de Madrid, devenue si inutile, si maussade, et même si
dangereuse, la lettre de Léopold ne fit que hâter de quelques jours un
départ qui était déjà résolu et nécessaire.

Je pris congé du petit nombre de personnes qui m'étaient restées des
sociétés si nombreuses que j'avais vues pendant mon séjour, et que le
régime nouveau avait presque toutes dispensées, et partis immédiatement
pour Bayonne. Aucun incident ne marqua heureusement mon passage; et
j'avoue qu'en mettant le pied sur le territoire français, j'éprouvai
comme un soulagement merveilleux à la mélancolie qui s'était emparée de
toutes mes sensations; et quoique la France ne fût pas tout ce que
j'aurais voulu la voir, je sentis cependant, à son aspect comparé aux
hideux spectacles de l'Espagne telle qu'une faction voulait la faire, un
orgueil et un bonheur dont on devinera toute la délicatesse. Je pris
quelque repos à Bayonne, où j'eus quelques démêlés pour le _visa_ de mon
passe-port, mais trop peu sérieux et trop tôt finis pour que je les
mentionne.

Je quittai Bayonne au bout de trois jours, résolue de ne m'arrêter qu'à
Lyon; car, vaincue par les instances de Léopold, forcée de reconnaître,
dans plusieurs années de fidèle respect et de tendresse épurée, les
gages d'un attachement sans péril, je sentis qu'il y aurait ingratitude
et dureté, si je refusais à mon fils d'adoption, le seul ami qui me
restât au monde, une entrevue depuis si long-temps demandée, et devenue
nécessaire peut-être à son existence. De Madrid j'avais déjà écrit à mon
jeune ami qu'à sa voix je quittais l'Espagne, et qu'il pouvait être sûr
de me rencontrer à Lyon. De Bayonne je renouvelai par une seconde lettre
ma promesse, de peur que celle de Madrid, qui avait eu à traverser les
vilaines routes d'Espagne, ne fût pas arrivée à son adresse. Ces deux
lettres contenaient les témoignages d'une affection vraie, sincère, et
les conseils d'une raison qui sur ce point était du moins solide et
inébranlable. J'ignorais pourquoi Léopold avait choisi Lyon comme centre
de notre rendez-vous; mais comme les distances et les lieues ne sont
rien pour moi, j'arrivai là aussi lestement, aussi rapidement
qu'ailleurs.

Je descendis à un hôtel dont Léopold m'avait indiqué le nom dans sa
lettre, et que d'ailleurs je connaissais pour un des plus confortables
de la ville. Je n'étais pas débarquée depuis plus d'une demi-heure dans
une espèce de salle d'attente, où je vérifiais mes effets, quand tout à
coup j'entends les sons d'une voix qui m'était une surprise, une
reconnaissance, une joie, une de ces émotions indéfinissables qui nous
font trembler. Les paroles réitérées de cette voix, qui s'élevait
davantage, ne furent bientôt plus que du bonheur: c'était Léopold
demandant aux gens de l'hôtel la chambre de la voyageuse, de la dame
arrivée récemment, le jour même peut-être... C'était lui, et les
réponses n'allant pas aussi vite que son impatience, il avait deviné en
quelque sorte la pièce où j'étais assise, et il était à mes pieds.

--«Mon amie, s'écria Léopold, ne me fuyez plus, je ne me reproche plus
rien, je ne dois plus rien vous faire craindre, j'ai un congé illimité,
j'en puis disposer pour mes affections, j'en voudrais disposer de
manière à le rendre éternel. Mon amie, après tant d'années de courses,
je voudrais me reposer près de ce coeur, le seul qui me représente la
vie, le seul qui fasse battre le mien.» Léopold se calma aux vives
expressions de mon dévouement. Il me parla de mon voyage, de mes
relations en Espagne. Je lui en racontai les circonstances avec une
franchise qui cette fois avait moins de mérite; car ce voyage si long
avait été moins significatif que le voyage si court dont il est fait
mention dans le tome IV de mes Mémoires. Léopold me fit promettre de
renoncer à toutes ces courses pour une vie enfin assise et tranquille.
Hélas! que n'ai-je suivi plus tôt ces conseils, je me serais épargné
toutes les peines dont la versatilité de mes projets et mon malheureux
défaut d'ordre m'accablèrent dans le court espace de trois années.

Ce sont ces trois années d'une existence vouée à l'oubli et à toutes les
vaines espérances qui par instant les soutenaient, qu'il me reste à
retracer, jusqu'au moment où la plus noble, la plus généreuse amitié
vint ranimer mon courage en le flattant de la certitude d'un honorable
succès. Avant de dérouler sous les yeux de mes lecteurs le tableau de
ces dernières scènes, quelquefois si déchirantes, auxquelles a pu seule
me faire survivre mon invariable opinion: «Qu'il y a plus de mérite à
lutter avec le sort que de courage à s'y soustraire par la mort;» avant
d'entrer, dis-je, dans cette nouvelle série de souvenirs, il me reste
encore à retracer quelques vagabondes excursions, précédées d'une
dernière lutte de ma liaison avec Léopold, lutte dont les sacrifices
sont devenus les garans éternels d'un attachement saint et respectable.
J'en atteste le ciel comme l'amour de la meilleure des mères, j'ai amené
Léopold à ne me donner que ce nom révéré. Me dire _qu'il n'est point mon
fils_ serait m'ôter ma dernière illusion. Depuis la lutte et le
sacrifice que je vais peindre ici dans toutes ses circonstances, un jour
ne s'est point écoulé sans que je n'aie remercié le ciel de m'avoir fait
attacher assez de prix à l'estime et au respect de mon fils d'adoption,
pour avoir eu la force d'une immolation qui, repoussant quelques momens
d'ivresse bien doux, devint la conquête d'un plus pur et plus réel
bonheur.

Heureuse de revoir Léopold, je lui faisais l'aveu du plaisir que devait
me causer sa présence. Je ne détaillerai pas tous les projets, toutes
les espérances qui occupèrent les heures d'un tête-à-tête de deux jours.
J'eus soin d'en affaiblir le danger en affectant une grande liberté
d'esprit, et plus de gaieté que je n'en avais, enfin _una vera
desinvoltura_. J'avais pris mon parti, j'étais sûre de moi, je voulais
l'estime de Léopold, et pourtant en le voyant là près de mon coeur, ne
formant pas un voeu dont je ne fusse l'objet, cela devint un effort
difficile.

Nous partîmes ensemble de Lyon assez tard, avec l'intention de nous
arrêter à ... Arrivés à cette première destination nous entrâmes dans
une auberge, point central des diligences. La première salle était
remplie de monde. Des gendarmes étaient là, à leur poste, pour visiter
les passe-ports des voyageurs. Léopold demanda aussitôt qu'on nous
préparât deux chambres, et qu'on nous fît souper dans l'une. Armée du
bougeoir d'usage, l'une des servantes nous précéda par un corridor long
et étroit, où se trouvaient plusieurs chambres, sans regarder en
arrière, et se dirigeait vers l'extrémité du bâtiment. Léopold pressait
mon bras; il était dans une agitation convulsive; sa voix entrecoupée ne
prononçait que des mots de tendresse: tout à coup il me serre vivement,
pousse une porte entr'ouverte, et la refermant soudain, nous voilà
debout au milieu d'une chambre obscure. Je ne repoussais pas ses mains
qui m'enlaçaient, je soupirais à ses soupirs; la crainte, le mystère,
ajoutaient au charme de son langage. Quelques monosyllabes, quelques
prières étouffées me demandaient le bonheur. Le visage de Léopold
brûlait mes mains. On ne m'accusera pas, j'espère, de vouloir me targuer
d'une tardive sagesse, puisque j'avoue que plus jeune j'aurais _rendu
amour pour amour_. Ma vertu intraitable dans cette dernière crise
n'était donc méritoire que par l'effort qu'elle me coûtait et non par
son motif, puisque l'âge seul de Léopold, et la douleur de perdre
bientôt le coeur auquel j'aurais cédé, faisaient seuls ma force. En
résistant, mes erreurs passées devenaient même des gages d'un noble
attachement, par l'admiration qu'elles commandaient pour une victoire
que le besoin d'être estimée et chérie de lui me faisait remporter sur
une passion dont depuis long-temps il connaissait la violence.

Je prolongeai avec une sorte d'enivrement un danger qui me donnait une
dernière fois toutes les délicieuses émotions d'une tendresse partagée;
et je suis forcée aussi d'avouer que je manquai faillir malgré ma
volonté, par trop de confiance dans ma résolution. Enfin, épuisée par le
danger, je sentis que le moment était venu de rompre le charme, en
rappelant à celui qui me demandait le bonheur de sa vie, que nous étions
à la veille du jour anniversaire de la mort de sa malheureuse mère.
«Léopold, peut-être est-ce l'heure d'une agonie allégie seulement par
l'espoir que vous deviendriez mon fils.

«--Ah! vous me donnez la mort. Je le vois, je ne vous serai jamais qu'un
fils!

«--Qu'un fils... oui... mais quel titre est plus doux, est plus cher?
Sortons, Léopold; je crois voir auprès de nous les mânes de votre
malheureuse mère.» Et je l'entraînais doucement vers la porte, «Ah!
disait l'ardent jeune homme, si elle nous voit, si les âmes de ceux qui
nous chérirent veillent sur nous encore, que ma mère intercède pour moi
au lieu de me faire repousser.» En ce moment nous entendîmes la fille
dire au bas de l'escalier: «Mais où donc ont passé ce monsieur avec sa
mère? Je viens d'en haut, ils n'y sont pas.--Retourne sur tes pas, porte
à ces voyageurs le complément de leur souper,» répondait la grosse voix
du maître de l'hôtel. «Sortons, sortons, Léopold, m'écriais-je; que la
servante nous trouve à table.» Il résistait, il cherchait à me retenir:
«Vous voulez donc me compromettre, Léopold; vous voulez m'ôter le
bonheur de passer pour votre mère?» Il ouvrit la porte, et nous étions
déjà à table quand la lourde créature parut au milieu de l'appartement,
occupé à sa grande surprise. Elle fit une mine qui donna aussitôt un
tour moins dangereux à notre tête-à-tête; car j'éclatai de rire, et le
sérieux un peu triste de Léopold n'y put tenir: «Mais où étiez-vous
donc, monsieur et madame, s'il vous plaît?

«--Ici, ma chère, à table.

«--Vous voulez me plaisanter?

«--Je n'en ai nulle envie, disait Léopold en me regardant d'un oeil
expressif.»

J'ai dit que Léopold était d'une figure remarquable: cette figure avait
dans ce moment un charme extraordinaire. La paysanne en fut frappée, et
malgré l'innocence du village, témoigna assez par un air de soupçon
qu'elle connaissait toute la fragilité de la vertu. Léopold, après avoir
tout fait servir, ordonna à l'Agnès rustique de nous laisser. Elle s'en
fut communiquer ses observations à ses habitués du coin du feu,
messieurs les gendarmes de l'endroit, qui avaient élu domicile dans
l'auberge comme sur le point le plus militaire de leur résidence, celui
où l'ennemi se rencontre, celui où les voyageurs descendent et ont à
exhiber leurs passe-ports.

Léopold avait un congé, mais sous l'habit bourgeois il avait conservé la
moustache, la cravate noire, la mine enfin de ce qu'il était. La
servante n'avait rien de mieux à faire que de parler des voyageurs, et
surtout du _beau militaire_. Aussitôt le brigadier de songer à son
devoir et de monter avec cette sotte fille pour demander les
passe-ports. Nous crûmes entendre quelques mauvais propos des arrivans.

Je tâchai de prendre le ton de la plaisanterie pour reprocher à Léopold
d'avoir excité de ridicules suppositions par ses manières trop peu
filiales. «Quoi, s'écria-t-il, vous vous feriez un jeu de mon tourment,
vous, si bonne, si bienveillante pour tout le monde! Serais-je destiné à
vous paraître ridicule par un délire digne d'intérêt?» Ici la violence
de son émotion me saisit réellement jusqu'à l'épouvante. Je lui
prodiguai, pour le calmer, tous les doux noms de la tendresse; mais je
ne me rendis maîtresse de sa volonté que par la menace de séparer à
jamais ma destinée de la sienne, de lui devenir étrangère, s'il ne me
promettait que ce serait là son dernier oubli des voeux de sa mourante
mère. «Et si je vous immole tout mon amour, vivrai-je du moins près de
vous? vous verrai-je tous les jours?» Et ses regards supplians
dévoraient les miens. Je lui promis de renoncer aux voyages, de chercher
une occupation utile, et de vivre pour lui près de lui. Enfin je parvins
à rassurer Léopold sur toutes ses craintes, en lui parlant le langage
d'une confiance illimitée. Nous convînmes de la façon de vivre qu'il
fallait adopter; nous fîmes des projets d'avenir, d'un avenir que
l'estime pût entourer.

La présence d'un brigadier de gendarmerie vint troubler notre
tête-à-tête, qui n'était plus alors que celui de la raison. Léopold
montra ses papiers avec une docilité et une soumission qui eurent
beaucoup de prix à mes yeux, d'après son caractère très facile à
irriter. Je regardai sa conduite dans cette occasion comme un gage de
tous les efforts qu'il ferait sur lui-même pour se résigner à une
filiale obéissance.

Le lendemain matin nous délibérâmes sur la suite de notre voyage. J'ai
oublié de dire qu'à Lyon nous avions fait le projet de parcourir la
Suisse, d'aller ensemble saluer les lieux qui m'ont vue naître,
renouveler sous les ombres de Villa-Ombrosa et sur le souvenir de ma
vertueuse mère les sermens d'un attachement que d'en haut nos parens
pussent approuver, c'est-à-dire la promesse d'une union fraternelle, qui
mettrait tout en commun entre Léopold et moi, tout, excepté les remords
d'une faute. Mais le moment n'était point venu encore d'une entière
sécurité. Léopold promettait plus qu'il ne pouvait tenir, et les
volontés fermes de son dévouement et de sa soumission, après avoir
éclaté en ma présence, expiraient dans son coeur au moindre moment de
solitude. Nous fîmes cependant le trajet de Lyon jusqu'à la frontière
dans les doux épanchemens d'une amitié résignée, et d'une amitié
heureuse, contente, fière même de sa résignation. En approchant du
dernier village de la frontière de Suisse, nous résolûmes d'y passer la
nuit, de manière à commencer notre pèlerinage avec le jour. Nous
soupâmes très gaîment dans l'auberge du petit village. Seulement quand
je fis observer à mon jeune compagnon que, devant partir le lendemain de
bonne heure, le moment me semblait venu de nous séparer et de nous
retirer chacun dans notre appartement, il parut s'élever en lui comme un
combat de soumission amicale et de révolte amoureuse; il prononça
quelques mots de pressante sollicitation, quelques soupirs; mais cédant
bientôt à l'intrépidité apparente de ma vertu, aux cordiales expressions
de mon attachement, tel qu'il venait d'être encore mutuellement consenti
et accepté, il se retira avec quelques murmures étouffés par le souvenir
de ses promesses.

Le lendemain je me levai fatiguée d'un sommeil que de pénibles rêves
avaient agité. Je ne sais quel noir pressentiment couvrait mes yeux et
me voilait presque l'azur du matin. Je ne savais s'il était tard, s'il
était de bonne heure. Léopold n'était point encore descendu, je
l'attendais péniblement en respirant l'air dont ma poitrine était
affamée. La servante de l'auberge vint m'arracher à mes méditations pour
m'offrir à déjeuner. Elle me remit aussi un mot que le militaire de ma
connaissance lui avait bien recommandé au moment de son départ. Léopold
était parti depuis trois heures. Le billet était de lui; je l'ouvris
avec effroi. Il ne contenait que ces mots:

«Mon amie, ma mère, car c'est ce mot sacré qui me rappelle vos bontés et
mes devoirs, la soirée d'hier m'a révélé tout le danger d'un voyage qui
me semblait si doux, mais dont je ne pourrais soutenir plus long-temps
le charme sans craindre de le détruire par les retours d'une passion que
je vais encore m'efforcer d'éteindre. Continuez votre route, car mon
coeur se dit encore avec délices que c'est pour moi que vous l'aviez
entreprise. Je connais votre itinéraire, Genève, la Suisse, l'Italie; je
suivrai vos traces jusqu'à l'expiration de mon congé, dont le terme me
ramènera à Paris, où je vous retrouverai sans autant de périls. Si d'ici
là cependant la reconnaissance me rend tout-à-fait sûr de moi-même, je
volerai sur vos pas. Je serai bientôt à vos pieds, si mon coeur me promet
de ne venir m'y jeter que comme un ami, que comme un fils. Oh, oui! je
sens que le besoin de vous revoir me donnera la force de n'être que ce
que je dois être pour mon amie, pour ma mère.»

Cette lettre m'inspira de l'admiration tout à la fois et de
l'attendrissement. Il me sembla aussi que ce voyage solitaire, cette
séparation, m'étaient nécessaires; car je sentais qu'en ce moment
Léopold eût été plus puissant que la veille. J'éprouvais une espèce de
contentement de ne savoir où écrire à Léopold, car j'aurais laissé
percer cette satisfaction de femme heureuse, d'inspirer un tel sacrifice
un peu plus peut-être que la raison du sentiment estimable auquel ce
sacrifice était fait. L'espoir de revoir bientôt Léopold me rendit très
agréable le moment de mon départ, j'espérais le retrouver: je ne le
revis qu'à Paris; mais j'ai de trop curieux détails à donner de
l'excursion dans laquelle il devait m'accompagner, pour ne pas les
consigner ici. Cette course est la dernière de mes longs voyages, et
quoique ma vie ait encore depuis été remplie par bien des émotions, et
des plus amères, Paris seul en fut le théâtre. Mais je ne suis point
encore à ces derniers épisodes de mon histoire; je vais être à Genève.
Je ne serai que trop tôt à Paris, où Léopold seul et quelques admirables
amis m'ont plus tard empêchée de mourir.



CHAPITRE CCVII.

Trois mots sur la Suisse et Genève.--Promenade à Coppet.--Nouveau voyage
improvisé.


Je pourrais faire encore un voyage en Suisse qui ne serait pas sans
intérêt, si je croyais que mes lecteurs attendissent de moi un voyage
pittoresque. J'ai eu, à la vue des monts géants des Alpes et des lacs
des treize cantons, mon enthousiasme tout comme un autre: j'ai compris
ce qu'il y avait de sublime dans ces cimes couronnées de neige, remparts
en apparence inexpugnables, mais que les soldats français ont franchis,
guidés par le vol de l'aigle, devenu l'emblème vivant de leur gloire.
J'ai rêvé doucement sur les bords de ces vastes nappes d'eau qui
semblent les réservoirs de tous les fleuves de l'Europe: mais je suis un
peu comme saint Paul, appelé le pêcheur d'hommes; mon âme est douce,
d'une force expansive qui lui fait bientôt ressentir le cruel malaise de
la solitude. Si je décrivais la Suisse et ses beautés naturelles, ce ne
serait pas _con amore_.

Je fis un séjour d'une semaine à Genève, mais je n'ai jamais connu
l'ennui dans toute sa décourageante anxiété comme dans cette ville. Ce
devait être une assez belle préfecture, mais quelle mesquine république!
comme on se sent à l'étroit dans Genève, ville indépendante! qu'il y a
peu de poésie dans cet assemblage de maisons tristes, et dans
l'intérieur de ces ménages genevois, où chaque membre de la famille a
son pédantisme, car chaque membre a son petit talent d'amateur à faire
valoir! Le fils aîné a suivi un cours de botanique, le fils cadet un
cours de chimie, une demoiselle dessine, une autre touche du
piano:--charmantes études, utiles délassemens sans doute, mais qui ne
doivent pas éternellement revenir dans la conversation sous forme de
thèse. Moi-même je me laissai entraîner à aller entendre le professeur
de botanique, et, je l'avoue, je n'en eus aucun regret. Il est
impossible de parler avec plus d'élégance que le savant M. Decandolle,
et de mieux conserver l'air d'homme du monde sous la robe du professeur.
Monsieur Decandolle a professé à Montpellier, mais les épurations de
1815 ont privé la France savante de cet illustre botaniste.

Trouvant peu d'agrémens à Genève même, je passai le temps à visiter les
environs de la ville. Je vis à Ferney les reliques de Voltaire, tant de
fois décrites par les voyageurs. Je visitai Coppet, où Corinne repose à
côté de son père. Monsieur le baron Auguste de Staël y résidait à cette
époque, et daigna satisfaire ma curiosité avec cette grâce de grand
seigneur qui donne tant de prix aux moindres égards. Malgré une sorte de
bégaiement qui au premier moment sonnait à l'oreille comme l'accent fade
de Jocrisse, monsieur de Staël captivait l'attention par ses paroles;
quand il s'animait, quelques étincelles de l'âme de sa mère brillaient
dans ses regards, et sa voix s'imprégnait d'une énergie inattendue. J'en
fus témoin pendant deux heures que je passai à Coppet, monsieur Auguste
de Staël ayant eu occasion de réfuter devant moi un voyageur anglais qui
croyait faire sa cour au propriétaire de Coppet en lui disant que madame
de Staël était plus Anglaise que Française. Monsieur le baron ne put
souscrire à ce jugement, et s'exprima sur la France avec une chaleur
toute patriotique.

Une de mes excursions eut pour but le fameux château de Chillon, où
Bonnivard endura une si cruelle captivité. Sur un des piliers de ce
fatal souterrain célébré par lord Byron, je reconnus le nom de ce grand
poète, et à mon retour à Genève son nom devint le texte de mes questions
dans l'hôtel où j'étais logée. Les Genevois ont conservé peu de vestiges
du séjour que lord Byron a fait dans leur ville. Alors, il est vrai, sa
réputation n'était pas européenne: il fallut les égards que lui
témoignait madame de Staël pour le désigner comme un étranger de
distinction. Pauvre Shelley, je pensai aussi à lui plus d'une fois en
même temps qu'à son ami: hélas! il n'était plus. Il est rare qu'un nom
illustre n'agisse pas comme un talisman sur mon imagination: je sentis
bientôt en moi une impérieuse curiosité de voir le Dante anglais. Il
fallait, pour contenter ce désir, aller jusqu'à Gênes; mais j'aurais été
bien plus loin encore pour être sûre d'obtenir une audience du roi des
poètes romantiques: on sait qu'un projet une fois conçu par la
Contemporaine est bientôt exécuté: je partis. On a prétendu que j'avais
auprès de lord Byron une mission des _liberales_ d'Espagne; mais qu'on
compare les époques, cette supposition tombera d'elle-même. Dans ce
voyage comme dans plusieurs autres auxquels mes amis ou mes ennemis ont
voulu attacher de l'importance, je n'obéis qu'à mon inspiration
personnelle.



CHAPITRE CCVIII.

Gênes.--Albaro.--Leigh Hunt.--Maison roulante.--M. Duncan Stewart.--Lord
Byron.--Sylla.--M. de Jouy.--Rencontre singulière, etc.


Il n'en fut pas pour moi de la patrie italienne comme de la Suisse. Je
venais chercher un poète en Italie: j'étais donc dans une excellente
disposition d'esprit pour m'abandonner à toutes les idées poétiques,
idées qu'excitera toujours le sol de l'Italie elle-même. Chaque pas que
je faisais sur cette terre sacrée réveillait un écho dans mon sein; à
mes transports secrets, à la vivacité de mes regards, à mon admiration
curieuse pour tout ce qui m'entourait, je me sentais rajeunie et d'âge
et de coeur. Je me disais avec un amour-propre bien trompeur sans doute,
qu'il y avait en moi quelque chose de Corinne. Tout ce que je voyais de
grand et de beau, loin de me rabaisser en me forçant à un humble retour
sur moi-même, me transportait hors de la sphère des pensées communes,
m'exaltait et me grandissait à mes propres yeux.

Gênes surtout m'inspira au plus haut degré ces impressions; Gênes la
superbe, dont les palais de marbre semblent destinés à réunir dans
l'enceinte d'une seule ville une assemblée de monarques. Non seulement
ce sont les maisons des riches habitans qui méritent le titre de palais;
mais les peintures à fresque ou sur stuc dont les Génois décorent
volontiers leurs façades, donnent un air de magnificence à des ateliers
de simples ouvriers et aux plus modestes demeures, comme aux hôtels
occupés par les descendans d'André Doria. Doria! ce nom ne rappelle plus
qu'une grandeur éclipsée; et ce doge qui s'étonnait de se voir dans la
foule des courtisans à Versailles, que dirait-il aujourd'hui s'il était
forcé de saluer les insignes du roitelet de Sardaigne sur les tours de
sa cité humiliée. J'errai pendant plusieurs heures dans Gênes pour Gênes
elle-même, tantôt longeant la strada Balbi et la strada Nuova, tantôt
m'arrêtant immobile comme une statue sous un portique près de la _piazza
delle amorose fontane_. Quand je rentrai à l'hôtel où j'avais laissé mes
paquets, je montai précipitamment au cinquième étage: j'avais reconnu
que la maison se terminait par une de ces terrasses pavées de _lavagna_,
si fréquentes à Gênes, et où les habitans aiment à prendre le frais. Là,
j'admirai encore la «_Superba Genoa_,» avec l'amphithéâtre de ses palais
de marbre formant un croissant sur le penchant de la montagne dont les
hauteurs plus aériennes sont couronnées de châteaux de plaisance. À
gauche les Alpes, à droite les Apennins bornaient l'horizon. Puis,
portant les yeux vers le golfe, au delà des vaisseaux, je regardais et
regardais encore à travers le lointain d'azur où les yeux de Colomb
eurent sans doute la première vision d'un monde inconnu.

On me dit que le «Dante inglese» s'était établi à Albaro, petit village
situé sur une colline, à peu de distance de Gênes. J'étais accourue pour
ainsi dire, ne doutant de rien, et comptant bien brusquer la
connaissance de lord Byron; je fus heureuse cependant d'apprendre que M.
Leigh Hunt et sa famille, que j'avais rencontré à Londres, vivait aussi
à Albaro, dans la casa Negroto, non loin de la casa Saluzzi qu'occupait
milord. Je me rendis directement à la casa Negroto. M. Leigh se
promenait dans un parterre lorsqu'il me vit entrer. Soit qu'il ne me
reconnût réellement pas après m'avoir si peu vue, soit qu'il redoutât
mon importunité de voyageuse, il me fit un froid accueil qui m'eût bien
découragée, si je n'avais résolu de braver tous les obstacles pour voir
Byron: j'invoquai le souvenir de Shelley; M. Leigh Hunt se montra moins
discret; mais alors il m'avoua que son illustre ami redoutait les
visites et les conversations des étrangers; que, quant à lui, il avait
reçu quelques reproches un peu aigres pour avoir présenté à sa
seigneurie des étrangers venus comme moi pour l'apercevoir et s'en
vanter. «Enfin, me dit-il pour éluder ma demande par un compliment,
madame Guiccioli est jalouse. Récemment lord Byron était allé au
spectacle pour le bénéfice de la signora Bonville; le lendemain il
envoya vingt-cinq guinées à la bénéficiaire; celle-ci se crut obligée
d'aller le remercier en personne: elle fut reçue; on lui servit des
rafraîchissemens, mais lord Byron se dispensa de paraître.»--«Sans
doute, dis-je à M. Leigh Hunt, la signora Bonville est jeune et jolie,
tandis que jeunesse et beauté sont pour moi déjà loin.» M. Leigh répéta
ici ses complimens, et je le quittai avec un peu d'humeur et de dépit.
Je verrai Byron, me dis-je, malgré lui-même, s'il le faut, et malgré M.
Hunt. Pauvre Shelley, tu n'aurais pas été si réservé!

J'errais, pensive, sur le rivage du côté de Vado, lorsque j'aperçus une
véritable maison montée sur huit roues, et traînée par huit chevaux qui
venaient de s'arrêter à l'abri d'un rocher. Une fenêtre s'ouvrit au
moment où je m'en approchai: je m'attendais à en voir sortir la tête de
quelque lion ou autre bête, me figurant que cette maison mobile
conduisait à une foire les animaux d'une ménagerie; mais ce fut la tête
d'un homme, qui, me voyant admirer cet édifice mobile, alla au devant de
mes questions, en me disant que cette maison appartenait au milord[3]
Duncan-Stewart, dont il était portier. On voyait sur la figure de cet
homme qu'il avait une vive démangeaison de parler, et qu'il se
promettait un vrai plaisir de son histoire. «Quel est donc ce milord
Duncan?» lui demandai-je; et comme si cet homme eût pu me comprendre,
j'ajoutai en riant: «Descend-il du roi Duncan si méchamment mis à mort
par Macbeth, ou est-il de la dynastie plus moderne des Stuarts?» Le
portier de la maison ambulante se souciait peu de comprendre une
question aussi littéraire; il voulait, avant tout, faire son conte pour
prouver qu'il n'était pas le portier d'un maître ordinaire. «Milord
Duncan, me répondit-il, est Écossais, et pourrait être roi d'Écosse s'il
voulait, car il a acheté la moitié des îles Hébrides; mais ayant été
long-temps dans les Indes secrétaire du puissant roi Tippo-Saïb, il a vu
d'assez près le métier de roi pour en être dégoûté: il a même horreur
des palais, et ici où tant de belles maisons seraient à son service, il
préfère vivre en Arabe. Grâces à cette habitation dont je suis portier,
il fixe son domicile où bon lui semble, et jouit toujours de la plus
belle vue des pays qu'il parcourt. Dans ce moment, il est sous cette
tente que vous voyez là-bas, sur le bord du golfe, avec milord Byron:
ils fument tranquillement leurs pipes turques, après avoir nagé pendant
deux grandes heures. Si vous voulez visiter notre maison d'hiver dont je
suis le portier, vous en avez le temps, car ces milords n'en finissent
pas quand ils se racontent leurs aventures.» Je remerciai cet honnête
bavard, et, comme on pense bien, je me dirigeai de préférence vers la
tente indiquée. Le portier de M. Duncan-Stewart ne m'avait rien dit de
trop: ce riche Écossais avait long-temps servi Tippo-Saïb, à telles
enseignes que pour une petite négligence dans ses fonctions, il lui fut
donné un jour deux cents coups de bâton sur la plante des pieds;
heureusement il se trouvait dans Seringapatam quand cette ville fut
prise d'assaut par le général Harris, et il eut le bonheur d'être fait
prisonnier. Il obtint de revenir en Europe avec ses trésors et acheta
une grande partie des îles Hébrides; mais il passait sa vie à voyager en
nomade, séjournant partout où il se plaisait, donnant des fêtes, ou
fuyant dans la solitude, suivant le caprice de son humeur.

Je n'étais qu'à quelques pas de la tente lorsque j'aperçus contre un
banc de gazon une brochure qui avait été probablement oubliée; je la
ramassai, je l'ouvris, et sur le revers du premier feuillet je lus ces
mots: Offert à lord Byron par l'auteur, E. de Jouy: c'était la tragédie
de _Sylla_. Je pensai que cette pièce venait à propos me tomber sous la
main pour me servir d'introduction. J'entrai plus hardiment sous la
tente, où j'aperçus le poète anglais et l'asiatique M. Duncan-Stewart
nonchalamment assis, mais qui se levèrent à mon approche. «Voici,
dis-je, un livre égaré que j'ai pris la liberté de vouloir remettre
moi-même à lord Byron;» et lord Byron fit alors un pas vers moi pour me
remercier. M. Duncan et lui ne savaient peut-être que penser de mon
intrusion; je leur épargnai l'embarras de demander qui j'étais, en
avouant que lord Byron ne me devait aucun remerciement, car c'était la
curiosité de le voir plutôt que _Sylla_ qui m'avait amenée sous la
tente. Heureusement M. Duncan-Stewart prit mon indiscrétion en bonne
part, et m'offrit poliment un siége fait de bambou des Indes. Byron
s'était ravisé, et après quelques mots très insignifians, il laissa son
ami faire les honneurs à l'étrangère. «Madame, me dit M. Duncan, je vous
donne l'hospitalité à l'asiatique; daignez accepter un verre de sorbet.»
Ce fut à mon tour de remercier, et dans ma phrase, je me ménageai une
transition pour que la conversation n'en restât pas là. «J'ai vu de
près, dis-je, toutes les gloires de l'Europe; mais il m'en manquait une
avant d'avoir vu Childe-Harold.» M. Duncan voyant que Byron, avare de
paroles, ne répondait que par un signe de tête, affecta officieusement
de se mettre en scène lui-même pour donner à son ami le temps de se
décider à faire attention à moi. «Madame, me dit-il en riant, je ne
crois pas être un poète inférieur à mylord; j'ai à ma disposition toutes
les riches comparaisons de l'Orient, et qui plus est, je suis un poète
d'action, car personne n'a voyagé autant que moi, tantôt à cheval,
tantôt à pied, tantôt sur un éléphant.--Je sais, répondis-je, que je
suis chez M. Duncan-Stewart.

«Ah! reprit M. Duncan, vous avez rencontré ma maison, et ce bavard de
Giacomo vous aura dit toute mon histoire; je ne lui en veux pas, car
cela nous donnera un prétexte, madame, pour vous demander la vôtre.
J'étais bien déterminée à attirer au moins l'attention de Byron, qui
ayant repris de mes mains la tragédie de Sylla, en parcourait les
feuillets du doigt et de l'oeil, comme pour se donner une
contenance.--«Mon histoire, dis-je, est un peu longue. Je suis une de
ces femmes à qui il sera beaucoup pardonné, selon l'Évangile, parce
qu'elles ont beaucoup aimé.» Ce singulier aveu fit sourire
Byron.--«Milord, lui dit M. Duncan-Stewart, je prévois que madame nous
apporte un épisode tout fait pour votre Don Juan.--J'y pensais, reprit
Byron qui se livra dès ce moment à tout l'abandon de son affabilité
naturelle; je craignais que madame ne fût une de ces Bas-bleus
enthousiastes d'Italie ou de France qui viennent une fois par mois faire
de l'esprit avec ma pauvre célébrité. Vous parlez le pur italien,
madame, mais votre tête a quelque chose de polonais. Seriez-vous une
actrice?» On peut bien penser que je ne débitai pas mes six premiers
volumes de Mémoires sous la tente de M. Duncan; mais je me voyais
encouragée, j'étais en verve, inspirée même, et ceux qui m'ont entendue
savent que je parle quelquefois de moi avec une certaine éloquence. J'en
dis assez à mes hôtes pour leur donner la curiosité d'en entendre
davantage, et Byron me fit promettre de me rendre le lendemain _à la
casa Saluzzi_.--Je pourrais citer cette conversation avec un grand
poète, elle fut brillante; mais ayant besoin de capter sa bienveillance,
je m'emparai du beau rôle, et cette première fois je fus la propre
héroïne de mes récits; je dirai seulement que _Sylla_ fit naturellement
tomber un moment l'entretien sur M. de Jouy. Byron paraissait très
flatté de l'hommage de ce spirituel académicien.--«Sa tragédie, me
dit-il, m'a été envoyée avec d'autres brochures par un jeune Français à
figure saxonne, que je croyais trop aimable pour être auteur: le
connaîtriez-vous? il s'appelle M. Coulman. Je passai avec lui quelques
heures fort agréables; il me donna des nouvelles de tous les beaux
esprits de Paris avec une grâce toute parisienne. J'ai été surpris de
trouver parmi les ouvrages qu'il vient de me faire passer, une brochure
de sa façon qui est aussi élégamment écrite que noblement pensée. En
général les auteurs n'ont pas de ces belles manières, le _gentleman_ est
plus rare que l'homme de lettres... Connaissez-vous aussi un autre
écrivain amateur, M. le baron de Stendhal, qui s'est amusé à me dénoncer
aux libéraux de France comme un aristocrate? Le reproche m'a amusé: il y
a cette différence entre nous deux, que je suis né aristocrate et me
suis fait libéral, tandis que M. de Stendhal s'est fait baron de son
autorité privée, sur le titre de ses livres en faveur des idées
libérales. C'est du reste un homme d'esprit, original même, ce qui est
rare chez les auteurs hommes du monde. Je suis trop heureux qu'on parle
de moi à Paris: il n'y a que les brevets d'immortalité venant de ce
Paris qui valent quelque chose au Parnasse. Croyez-vous que si j'étais
né Français je serais de l'Académie! Peut-être que non: je suis trop
romantique. M. de Lamartine en est-il, lui qui me trouve moitié ange,
moitié démon?» Malgré lui, à ce mot, il regarda son pied droit. On sait
que les Anglais représentent toujours le diable boiteux.

Je viens de réunir ici quelques unes des phrases de lord Byron: elles ne
furent pas prononcées dans le même ordre, mais j'ai supprimé mes propres
réflexions. Je serai peut-être plus exacte une autre fois.

Ce jour là, Byron avait une veste de nankin, un gilet et un pantalon
blancs, une cravate négligemment nouée, et une toque de velours bleu sur
la tête. J'admirai d'abord sa physionomie dans son ensemble, elle était
expressive plus que belle; son sourire avait peut-être quelque chose de
dédaigneux, mais on s'y accoutumait par l'idée de la supériorité de son
génie. Je me souviens que ses cheveux grisonnaient déjà, quoiqu'il n'eût
que trente-cinq ans au plus. Son front était élevé et sa tête forte,
avec une tendance à la forme conique; ses yeux d'un bleu clair et son
nez très régulier. C'était du pied droit qu'il était boiteux. Sa taille
pouvait avoir cinq pieds trois pouces et semblait acquérir de jour en
jour un embonpoint qui commençait à le gêner. Une des choses qui me
servit le plus dans mes confidences, fut mes relations avec
Napoléon.--Il aimait à en entendre parler, et à trouver quelques
rapports entre quelques unes de leurs singularités. On sait qu'il
signait volontiers N. B. (Noël Byron), parce que ces initiales étaient
aussi celles de l'empereur.

La part que monsieur Duncan-Stewart prit à la conversation ne fut pas
sans intérêt. Ses souvenirs de Seringapatam trouveraient plus de place
dans mes Mémoires, s'ils n'y entraient en concurrence avec mes propres
souvenirs de Byron. Je quittai la tente au comble de mes voeux, par
l'espérance de ma visite à la _casa Saluzzi_. M. Duncan m'accompagna
presque jusqu'aux portes de Gênes, pendant que Byron s'éloignait à
cheval, après m'avoir répété: à demain, _signora_.



CHAPITRE CCIX.

Le château de Saluzzi et le cabinet de lord Byron.--La saignée.--Un
bâtard de cardinal.--Conversation politique.--Messes pour une âme en
peine.


Le lendemain je fus exacte au rendez-vous. Aux approches d'_Albaro_, la
_casa Saluzzi_ me fut indiquée par un habitant du village. On entre dans
ce palais par de grandes grilles de fer qui conduisent à une cour
plantée de vieux ifs taillés d'une manière assez bizarre. L'architecture
du château tient un peu de celle d'une abbaye; mais au lieu d'un portier
de couvent, ce fut une espèce de géant en habit militaire qui m'ouvrit.
Cet homme avait une barbe épaisse comme celle d'un sapeur; son uniforme
se rapprochait de l'uniforme des housards. Son air avait quelque chose
de farouche, il me rappelait le Goliath du château de Kenilworth, et par
une association naturelle d'idées, je comparai intérieurement à
Flibbertigibbet un petit jockey vêtu de vert qui me précéda jusque dans
une large salle de billard, d'où il me fit passer dans la pièce qui
servait de cabinet à lord Byron. Là, je fus priée de m'asseoir: je
préférai, en attendant le poète, faire l'inspection des lieux. Je
m'arrêtai tour à tour devant une gravure représentant Ugolin, et deux
portraits d'Ada, cette fille chérie, objet de tant d'amour et de
regrets. Sur une table étaient une guitare, quelques cahiers de musique
et quelques livres, les uns ouverts, les autres fermés, tous dans ce
_beau désordre_ qui n'est pas un _enfant de l'art_, mais bien un
désordre d'artiste. Dans un coin je remarquai une sorte de trophée,
c'est-à-dire deux épées, deux pistolets et deux poignards croisés sur
une pique surmontée d'un casque.

Je n'avais pas attendu dix minutes, que lord Byron survint. Il ne
m'adressa que deux mots et un signe de main en excuse comme pour me
demander une minute; il était avec un jeune homme qui déposa sur la
table un plat rempli de sang. Je tressaillis, et le jeune homme et lord
Byron regardèrent ce sang avec attention. Ma tête romanesque commençait
à s'échauffer, comme s'il y avait là quelque mystère de terreur. J'étais
dans un de ces châteaux italiens où Anne Ratcliffe aimait à placer les
scènes de sa fantasmagorie; mon hôte était ce poète bizarre sur lequel
on faisait encore courir alors tant de fables et qu'on accusait des
goûts les plus dépravés. N'avait-on pas été jusqu'à prétendre qu'il
avait une horrible sympathie pour les vampires! Lui cependant continuait
à regarder avec une certaine anxiété le vase que le jeune homme avait
déposé sur la table, tandis que celui-ci dissertait froidement, comme un
anatomiste, sur ce sang dont la vue m'inspirait un involontaire effroi.
Il sortit enfin, et Byron venant à moi s'aperçut de mon trouble:--«Sur
ma parole, dit-il, je croirais presque que vous avez peur: d'après ce
que je sais de votre histoire, je vous croyais aguerrie contre la vue du
sang. Celui que vous voyez dans ce vase sort des veines d'une personne
qui m'est chère... la pauvre comtesse Guiccioli qui, a eu un accès de
fièvre cette nuit. Mais devinez quel est ce jeune frater qui vient de la
saigner? C'est un bâtard du dernier des Stuarts, de ce cardinal d'York
qui est mort, comme vous savez, à Rome, membre du sacré conclave. Ce
pauvre jeune homme vit de sa lancette, il est apprenti chez un
chirurgien de Gênes. J'aurais quelque idée de l'envoyer à mes frais dans
quelque université: qui sait s'il ne deviendrait pas un grand docteur,
peut-être un médecin de cour? Et alors si nos Guelfes lui tombaient
entre les mains, il pourrait fort innocemment les traiter en Gibelin[4].
Vous voyez que je me rappelle mon origine jacobite.» Cette sortie moitié
bouffonne, moitié sérieuse, engagea la conversation sur la
politique.--«Je suis un peu carbonaro, me dit lord Byron. J'ai fait de
la _casa Saluzzi_ un nid de conspirateurs, car j'ai la famille Gamba,
famille de proscrits, coupables d'avoir rêvé la liberté en Toscane; et
moi je me prépare à aider la révolution d'un peuple tout entier.
N'est-il pas singulier que la liberté soit du fruit défendu pour les
pays qui furent son berceau: la vieille Grèce, la vieille Italie, qui
furent libres au milieu des ténèbres du paganisme? Patience, il faut
tout attendre du temps. Mais j'oublie, madame, vous êtes un peu
bonapartiste par amour de la gloire!» Je répondis à lord Byron que le
grandiose de l'empire m'avait séduite en effet, mais que je croyais
comprendre aussi la gloire des hommes libres.--«C'est que la liberté a
bien aussi sa poésie, continua lord Byron. Mais, tenez, les femmes sont
un peu enfans dans leurs opinions: les femmes et les peuples aussi,
ajouta-t-il... Il leur faut autre chose que des mots et des théories. La
liberté, être de raison, ne saurait les captiver autant que la pompe
visible de la gloire. Aussi n'aime-t-on jamais la liberté toute seule;
on s'accoutume à l'associer à un chef, à un héros. Voyez en Espagne,
c'était, vive Riégo! Et en France, en 1815, vive Napoléon! par un
singulier contre-sens, signifia un moment aussi vive la liberté! Les
noms collectifs n'ont pas la même influence sur l'imagination que les
noms individuels: l'idée d'un grand pouvoir emporte l'idée d'une unité
très compacte. Jamais les Indiens, me disait M. Duncan-Stewart, n'ont pu
se figurer que la _Compagnie des Indes_ était un conseil de négocians;
ils se la représentaient comme une vieille femme, bien vieille, qui
survit à tous ses enfans.»

«--J'espère, dis-je, et j'entrai probablement dans l'amour-propre secret
du poète, j'espère que les Grecs vaincront bientôt au nom de _vive
Byron!_ et que ce nom sera synonyme de _vive la liberté!_» Byron n'éluda
pas le compliment: «Oui sans doute, reprit-il, c'est un principe que je
vais défendre encore plus que les Hellènes; c'est la cause de l'Europe,
la cause des idées nouvelles. Et quel beau champ de bataille pour
combattre le despotisme que la Grèce! quel honneur de renouer la chaîne
interrompue de ses temps héroïques! Aujourd'hui c'est ma pensée
exclusive.» Il me fit observer le casque dont j'ai parlé: «Voilà, me
dit-il, une partie de mon équipement. On doit apporter ce soir deux
casques à peu près semblables; il y en aura un pour Pietro Gamba, et
l'autre pour mon ami Trelawney.» Comme femme, je triomphai d'un
mouvement de coquetterie martiale qui échappa au grand poète. Il
s'avança vers le trophée, prit le casque et le mit sur sa tête. «Comment
me trouvez-vous?» dit-il. Mon sourire exprima que je l'admirais: ce
sourire dut le satisfaire; car, en voyant sous ce casque la tête du
grand poète, j'oubliai en effet ce qu'il y avait de puéril dans sa
vanité, je ne vis plus qu'un héros. «Tenez, me dit-il en ôtant le
casque, pesez-le. Il faudra encore du temps pour m'habituer à cette
coiffure.» Je pris le casque de ses mains, fière d'avoir touché le
casque de Byron.

Nous fûmes interrompus par l'entrée d'un domestique que je reconnus
bientôt pour ce Fletcher dont lady Caroline Lamb m'avait parlé. Il
venait avertir son maître qu'une vieille femme demandait avec instance à
être amenée devant lui. «Une vieille femme, me dit lord Byron,
entendez-vous, au moment où nous parlons de gloire! Elle vient nous
rappeler à des pensées plus humbles. Faites entrer la vieille femme!
C'est peut-être une des sorcières de Macbeth: voyons si je dois être au
moins Thane de Cawdor et de Glamis.

Lord Byron faisait comme celui qui chante parce qu'il a peur, il riait
d'avance d'une crainte superstitieuse dont il ne pouvait tout-à-fait se
défendre: mais déjà Fletcher introduisait la vieille qu'il avait
annoncée. Je l'ai encore présente devant mes yeux, avec ses cheveux gris
s'échappant de sa coiffe génoise, le teint couleur bistre, les pomettes
saillantes, le front sillonné de rides, mais la tête haute, et avec ses
yeux, quoique baignés de larmes, conservant encore l'étincelle de ce
regard méridional si mobile et si expressif, «Ma bonne vieille, lui dit
lord Byron, évidemment touché de son air de candeur, en quoi puis-je
vous consoler?» La vieille, rassurée par ce ton affable, voulut
s'essuyer les yeux; mais ses mains retombèrent presque au même instant
et se joignirent sur son sein, comme si elle renonçait à tarir ses
larmes. «Mon bon seigneur, dit-elle après quelque hésitation et avec des
sanglots, je suis la mère de ce pauvre ouvrier du port que vous avez si
généreusement secouru.--Eh bien! se porte-t-il mieux?--Il est mort,
reprit la vieille, mort depuis huit jours. Que le bon Dieu ait pitié de
moi; mais le curé que j'ai consulté sur son âme, que Dieu veuille
l'avoir, prétend qu'il souffre en purgatoire, et qu'il ne faut pas moins
de vingt messes pour le délivrer.--Vingt messes! dit lord Byron, qui
entra aussitôt dans les idées de la vieille.» Un philosophe à coeur dur
eût commencé par raisonner. «Vingt messes! et à combien la messe?--Mon
bon seigneur, trois francs chaque; mais, si je les payais toutes
d'avance, on me les passerait à quarante sous.» Lord Byron courut à son
secrétaire, et y prit cinq ou six pièces d'or: «Tenez, bonne femme,
dit-il en les remettant à la vieille; allez, marchandez si vous pouvez,
et gardez le reste pour vous...» La vieille se précipita sur la main de
lord Byron, la baigna de ses larmes, et s'en alla en faisant des signes
de croix en son intention.

«Vous paraissez saisie, me dit lord Byron; croyez que c'est de l'argent
bien placé. Je suis un sceptique; mais celui qui doute de tout est prêt
à tout croire. J'ai fait dans ma vie l'aumône aux Grecs comme aux Turcs,
aux catholiques comme aux protestans: nous verrons là haut qui aura le
mieux prié pour moi. Ces aumônes, qu'on a d'ailleurs exagérées, vous
expliquent les prédictions diverses qui m'ont été faites: selon les unes
je dois mourir moine, selon les autres méthodiste. Une prédiction n'est
qu'un souhait. Mais, ajouta-t-il en regardant par la fenêtre, je vois
entrer mon ami le Nabab[5]; c'est un esprit fort, parlons d'autre
chose.»



CHAPITRE CCX.

Une scène de pillage.--Rencontre d'un signor Broccolo.--Mauvaise
réputation des Génois.


Lord Byron profita du temps que M. Duncan-Stewart mit à traverser les
appartemens pour appeler un domestique et lui dire d'emporter le vase de
sang qui m'avait fait tant de peur; il replaça aussi le casque sur le
trophée d'armes; et quand le Nabab entra, tout était en ordre dans le
cabinet... «Je vous trouve en tête-à-tête, dit. M. Stewart, et je viens
vous déranger tout de bon, milord. Croiriez-vous que ma maison roulante
vient d'être dénoncée à la police sarde, et que je suis menacé d'une
visite domiciliaire, comme si je recélais des conspirateurs?--Je me
rends avec vous dans votre maison, dit Byron, je connais l'_autorité
locale_ d'Albaro, pour avoir eu affaire à elle: ma présence lui en
imposera peut-être.» M. Duncan accepta volontiers l'offre du poète, qui
s'absenta un moment pour aller voir la comtesse Guiccioli, et revint
tout prêt à monter à cheval. J'abrégeai donc ma visite, et fus
heureusement invitée à la renouveler. J'allais retourner à Gênes
lorsqu'il me prit comme un remords de curiosité, et je me dirigeai du
côté du rivage où la veille j'avais vu la maison roulante de l'ancien
secrétaire de Tippo-Saïb. Lord Byron et son ami, suivis de quelques
domestiques, avaient mis leurs chevaux au galop: je cessai bientôt de
les apercevoir derrière le nuage de poussière soulevé sur leurs traces.
J'hésitais encore à les suivre, même de loin, lorsque je n'en eus
bientôt plus le choix. En tournant la tête je vis une bande de douze à
quinze Génois qui venaient à un demi-quart de lieue de distance, et qui
marchaient si vite qu'ils furent sur mes talons en sept minutes: alors
ils ralentirent le pas; si je m'arrêtais, ils s'arrêtaient aussi en se
rangeant en ligne, comme pour me faire comprendre que je ne devais pas
penser à rebrousser chemin. C'était si bien leur intention de se rendre
ainsi maîtres de la route, qu'un individu que nous rencontrâmes à cent
pas de là, et qui se dirigeait du côté d'Albaro, fut forcé comme moi,
bon gré mal gré, de prendre le chemin de la mer. Cet individu était armé
d'une longue ligne, et portait sur son dos une espèce de petite hotte
remplie de poisson; mais son costume n'était pas celui d'un pêcheur de
profession. J'appris, en effet de lui qu'il était le Broccolo du théâtre
de Gênes: c'est ainsi qu'on appelle, en jargon de théâtre, le mari de la
_prima dona_. Il s'approcha de moi, et me demanda si c'était
volontairement que je servais de tambour-major à cette bande qui ne
paraissait pas composée de gens de très bonne mine? Sur ma réponse
négative, il se hasarda à me communiquer tous ses soupçons, en me disant
qu'il croyait reconnaître parmi eux un tapageur de théâtre qui mettait à
contribution les pauvres comédiens sous prétexte de les faire applaudir:
«C'est un mouchard, selon les uns, me dit-il, et selon les autres c'est
un _picarone_ qui exploite les poches du public pour son compte, mais
qui, ayant figuré dans les réactions des dernières révolutions
politiques, brave la police au lieu de la servir. Où diable vont donc
ces bandits?» Les soupçons du signor Broccolo commençaient à me gagner;
et en voyant ces hommes dangereux se diriger sur la maison roulante de
M. Duncan-Stewart, que nous apercevions déjà, je désirais de bon coeur
que le magistrat inquisiteur d'Albaro n'oubliât pas sa visite
domiciliaire. Mais il paraît que le Nabab avait reçu un faux avis; et
comme je n'écris pas un roman, pour lequel j'aurais besoin de tenir la
curiosité du lecteur en haleine jusqu'au dénouement, je vais expliquer
d'avance tout le mystère de cette aventure.

La bande qui nous chassait ainsi devant elle, le signor Broccolo et moi,
était une bande de pillards, comme il est facile d'en réunir un bon
nombre dans la canaille génoise. Le bruit s'étant répandu que la maison
roulante du seigneur indien contenait un riche trésor, un complot avait
été formé depuis plusieurs jours pour s'en emparer: de là ces rumeurs
sourdes, ces dénonciations de carbonarisme contre M. Stewart. On devine
maintenant de quoi il était question. Le signor Broccolo et moi nous
fûmes laissés sous la surveillance d'un de ces brigands, audacieux en
plein jour; les autres s'avancèrent vers la porte de la maison, et
frappèrent au nom de sa majesté sarde. Point de réponse. Ils se mirent
alors en devoir d'enfoncer la porte; les uns avec des pierres, d'autres
en se servant de stylets en guise de coins, sur lesquels ils frappaient
à coups redoublés après les avoir introduits dans les fentes de la
boiserie. Cette opération dura une bonne demi-heure, parce que les
portes et les fenêtres de cette singulière habitation étaient plaquées
en fer. Mais enfin quelques planches cédèrent; la brèche fut ouverte, et
les voleurs s'y précipitèrent pour chercher le butin des prétendus
carbonari.

Cependant M. Duncan-Stewart et lord Byron, arrivés avant les bandits,
avaient trouvé des renseignemens plus exacts sur le péril dont ils
étaient menacés. Ignorant à combien d'hommes ils pouvaient avoir
affaire, et se défiant de la protection des autorités locales, ils
avaient jugé plus prudent de fermer la maison et de se rendre à bord du
brick anglais _the Blossom_, qui était en rade, pour y demander du
secours. Le portier italien seul avait fait un long détour pour aller
avertir les gens et les amis de lord Byron à la casa Saluzzi. Le pillage
n'était pas encore consommé lorsque les voleurs génois aperçurent un
corps de matelots anglais qui s'avançaient pour les surprendre d'un
côté, tandis que de l'autre des cavaliers accouraient d'Albaro pour leur
couper la retraite. Celui qui nous gardait, le signor Broccolo et moi,
eut le premier recours à ses jambes après avoir crié _sauve qui peut!_
les autres se sauvèrent après lui à droite et à gauche, et disparurent
bientôt, grâces aux inégalités du terrain. Chose singulière, non
seulement on ne put en saisir aucun ce jour-là, mais encore les
perquisitions de la police furent inutiles. Cette violation du droit des
gens fut mise sur le compte d'un parti de contrebandiers. Le signor
Broccolo en voyant la déroute des voleurs m'avait bien recommandé de ne
pas le compromettre en nommant l'homme qu'il avait reconnu: il y allait
de sa vie, me dit-il, et du talent de la _prima dona_. Je lui promis le
secret. Les cavaliers venant d'Albaro étaient Pietro Gamba, les
domestiques de lord Byron et ceux de M. Duncan-Stewart, y compris le
portier qui trouva sa loge dévastée comme le reste de la maison. M.
Stewart et lord Byron étaient à la tête du détachement de matelots. En
voyant le dégât fait dans son domicile, le Nabab prit la chose en bonne
part: «On ne dira plus, s'écria-t-il, que j'esquive l'impôt des portes
et fenêtres. Mais les voleurs doivent être bien attrapés; car ils
s'attendaient sans doute à trouver tout l'or des Indes dans mon arche
roulante, et je ne prends jamais chez mes banquiers qu'au fur et mesure
de mes besoins. «Nous avons pourtant bien fait, dit-il plus bas à Byron,
de conduire ma pauvre bégum à bord du _Blossom_.» J'entendis aussi ces
paroles _d'a parte_, car je m'étais approchée de deux amis. «--Ah!
madame, vous voilà! et comment cela, me demandèrent-ils tous les deux à
la fois?» Je leur racontai mon aventure et celle du signor Broccolo:
nous fûmes invités, le signor et moi, à nous rendre à bord, où nous
trouvâmes la bégum du nabab. La bégum était une dame qu'il avait amenée
des Indes et qui composait, avec une suivante, tout son zenana, comme
les Indiens appellent, je crois, leur harem. C'était une femme
charmante, un peu alarmée au milieu des matelots, car elle se tenait sur
le tillac pour voir plutôt revenir son protecteur. Si j'avais été
sollicitée de me rendre à bord, c'était, me dit M. Duncan, afin que la
présence d'une personne de son sexe rassurât la pauvre étrangère. Mais
lord Byron avait fait demander une voiture: nous y entrâmes, la bégum,
la suivante, M. Duncan et moi, pour être transportés à _casa Saluzzi_,
où nous dînâmes tous ensemble, et le soir je fus reconduite jusqu'à
Gênes par le comte Gamba. Les événemens de cette journée avaient suffi à
la conversation du dîner; la conclusion de Byron fut que les _Genoëse_
étaient des voisins dangereux: «Ce sont les _Bravi_ de l'Italie, dit-il,
je m'en suis toujours méfié. J'avais connu un domestique de l'amiral
Rowley qui parlait plusieurs langues et qui excellait dans son service:
il quitta la livrée de l'amiral et se présenta à moi. Je me félicitais
de pouvoir m'attacher un serviteur aussi utile: heureusement je lui
demandai où il était né.--À Vado, près de Gênes, me répondit-il.--Près
de Gênes, répliquai-je! adieu, cherchez un autre maître. Aussi vais-je
bientôt me rendre à Livourne[6].»

Quelqu'un parut un peu surpris de ne pas voir M. Leigh Hunt. «Ah! dit
Byron, il n'y a pas encore vingt-quatre heures que le péril est passé.»
Je compris par ce trait mordant que M. Leigh n'était plus si bien avec
le noble poète; en effet, lord Byron me dit le lendemain que c'était une
vipère qu'il avait réchauffée dans son sein, et que sa femme était
une .. Il se servit d'un mot italien qui répond à celui de bégueule.
Cela m'expliqua l'espèce de froideur avec laquelle M. Leigh avait
accueilli ma demande.



CHAPITRE CCXI.

Nouvelles visites à la casa Saluzzi.--Mémoires de lord Byron.--Voeux pour
la Grèce et l'Espagne.--Souvenir de lady Caroline Lamb...--La première
nuit des noces.--La comtesse Guiccioli.


J'étais née pour aimer la gloire sous quelque forme qu'elle s'offrît à
mon imagination pour me séduire; mais en atteignant cet âge de la vie
où, reine découronnée, une femme qui ne fut que belle ne pourrait plus
obtenir que le stérile hommage des souvenirs, je commençais à comprendre
que la supériorité de l'intelligence sera toujours la plus durable. Un
grand poète devenait facilement à mes yeux le premier des rois de la
terre. Devenue un peu homme moi-même, je suis sans doute suspecte à le
dire; mais j'en appelle au témoignage de mes amis, le talent, le génie
poétique ont toujours excité en moi une admiration naïve. Aujourd'hui
mon amour pour les lettres est aussi de la reconnaissance. Vainement
j'aurais été associée par l'amitié ou un sentiment plus intime aux plus
grands capitaines et aux premiers hommes d'état de l'Europe moderne, je
passerais oubliée avec les distractions de leur jeunesse; tandis que
cette plume qui m'a donné du pain, me donne aussi une célébrité dont il
faut bien avouer que je suis un peu vaine, puisque j'ai pris
l'engagement de me faire connaître tout entière dans ces Mémoires. Je
reviens à la _casa Saluzzi_, où je continuai à me rendre assez
exactement pendant six jours que dura ma résidence à Gênes. Trois jours
auparavant, apercevoir seulement lord Byron eût presque suffi à mon
ambition: combien je m'estimais heureuse d'être arrivée si à propos pour
me trouver mêlée à une aventure qui établissait entre nous une véritable
intimité. Je ne pouvais plus craindre d'importuner par de trop
fréquentes visites le noble lord; je m'étais dévoilée à lui avec toute
la bizarrerie de mon caractère, et je l'avais intéressé par le côté
romanesque de ma vie errante et ma fortune capricieuse. «Vous figurerez
dans _don Juan_,» me dit-il; dans un de nos entretiens je me serais
donné bien de la peine peut-être pour imaginer un personnage aussi
poétique, et j'aurais craint qu'on ne le trouvât pas vraisemblable; vous
serez un excellent pendant de mon héros. Vous pensez à écrire vos
mémoires: à merveille, ils serviront de commentaires à mes vers.»
J'avais répondu à trop de questions pour ne pas avoir le droit d'en
faire à mon tour quelques unes. Je préviens seulement mon lecteur que je
ne citerai peut-être pas dans un ordre très exact ni mes demandes ni les
réponses; mon _exactitude_ consistera à ne rien dire de trop, et à taire
ce qui ne vaudrait guère la peine d'être redit; car on peut bien penser
que même avec un grand poète il échappe dans la conversation plus d'un
lieu commun; et qu'il n'est pas possible de voyager toujours avec lui
par delà les nuages.

Lord Byron m'ayant parlé de mes Mémoires, qui alors étaient encore à
faire, je lui parlai des siens, que tout le monde savait être faits. «En
les écrivant, me dit-il, j'avais pour but de me délivrer de quelques
importuns souvenirs et de faire ensuite pénitence comme un catholique
qui vient de se confesser. On pense bien moins à une chose qu'on sait
écrite et qu'on est sûr de ne plus oublier sans retour. Il y a
long-temps que je vis de l'espérance de régénérer ma réputation, en me
montrant au monde sous un jour nouveau. Je vais chercher en Grèce le
baptême de sang. Je suis un homme de bruit; j'ai un de ces noms qui
gagnent à s'attacher à une grande idée. Chateaubriand, en France,
donnerait toute sa renommée littéraire et la mienne par-dessus le marché
pour jouer le rôle qui m'est destiné. S'il avait comme moi trente-cinq
ans, ce ne serait plus avec le bourdon du pèlerin, mais avec l'épée du
croisé, qu'il recommencerait le voyage de Grèce. Quand j'aurai associé
mon nom à une victoire ou même à une retraite illustre, car il y a des
chances, qui est-ce qui se souviendra de lord Byron grand seigneur
libertin! Quant à mes vers, je vais leur donner une autorité classique:
on les gravera sur les débris des temples, sur ces colonnes de marbre
que la liberté relèvera de la poussière. Jusque là je ne suis qu'un
_phrasier_: après une campagne, mes paroles seront distribuées parmi les
peuples comme des mots d'ordre.»

Cet enthousiasme du poète se communiquait à moi comme une flamme
électrique. Byron continua en changeant de ton pour me parler de
l'Espagne: «Vous avez vu le dernier soupir de la liberté espagnole,
dit-il; j'ai eu quelque velléité de me jeter de ce côté-là. J'ai rougi
pour l'Angleterre du résultat de l'appel fait à sa générosité par sir
Robert Wilson; mais que vouliez-vous que j'allasse faire, moi huitième,
contre les Français? D'ailleurs il y avait guerre civile en Espagne. En
Grèce, deux peuples bien distincts se livrent bataille, et point
d'esprit de parti dans le patriotisme.» Le poète se trompait alors, dans
ce sens que les petites passions des Grecs ont bien nui à la cause de la
Grèce, et lui ont occasioné à lui-même de cruelles contrariétés. Il
revint à ses Mémoires, et s'exprima sur l'homme qu'il en avait rendu le
dépositaire avec une confiance bien mal récompensée: «Je les ai donnés à
Thomas Moore; il n'y changera pas une syllabe; il ne se laissera pas
intimider par la tartuferie anglaise; et pour plus de sûreté, il les a
vendus d'avance à Murray: il a donc un double engagement à remplir,
celui de l'amitié envers moi, celui d'une vente vis-à-vis du libraire.»

Je ne laissai pas ignorer à lord Byron que j'avais connu lady Caroline
Lamb... «Ah! la pauvre brebis, me dit-il en jouant sur son nom, nous
nous sommes mutuellement bien trahis! Elle occupe trois grands chapitres
dans mes Confessions. Dans le temps elle publia un roman sur moi; je
l'ai réfuté dans mes Mémoires en restant _historien_; hélas! elle sera
en nombreuse compagnie: j'ai eu plus d'une madame de Warens. Mais je
suis surtout très exact sur la vraie cause de ma séparation: lady Byron
n'y sera pas accusée; mais je serai justifié du moins pour ma part.» Je
demandai à lord Byron qui avait raison de ceux qui le prétendaient
toujours amoureux de sa femme, ou de ceux qui le croyaient indifférent.
«Les uns et les autres, me répondit-il, mais chacun à leur tour. Tenez,
par exemple, en addition à mes Mémoires, j'ai là une boîte aux lettres
qui serait très curieuse; elle contient toutes les épîtres que j'ai
écrites à lady Byron depuis mon départ de Londres; et je lui écris
souvent, mais les lettres restent dans la boîte. J'épanche sur le papier
mon humeur conjugale, bienveillante ou boudeuse: tantôt j'écris pour
quereller ma femme, tantôt pour faire un tendre commentaire sur cette
élégie d'_Adieu_ qui plaisait tant à madame de Staël! Si jamais le
hasard me réunissait à lady Byron, je la condamnerais à lire ces pièces
justificatives de mes regrets et de mon ressentiment. La même
contradiction me poursuit quand je rime sur le mariage, tantôt
maudissant ce lien, tantôt le célébrant comme utile au bonheur. Poètes
et maris sont de vrais lunatiques.» Cette explication me fut donnée avec
une certaine gaieté de bon ton. Lord Byron était en train d'en ajouter
davantage sur ce sujet... «Je voudrais, me dit-il, pouvoir vous lire le
chapitre de la première nuit de mes noces; car j'ai tout écrit. Cette
première nuit peint à merveille la pruderie de lady Byron, et explique
la cause de la haine que m'a jurée cette miss Charlm..., que j'ai si
bien drapée dans une de mes satires. Miss Charlm... avait tant alarmé
son élève sur cette première nuit, que celle-ci, après avoir bien versé
des pleurs, lui déclara qu'elle aimait mieux mourir que de ne pas faire
lit à part. Il y eut entre elles un long débat, pendant que je me
morfondais dans une salle voisine de la chambre nuptiale, en attendant
qu'on daignât m'introduire. Bref, miss Charlm..., par un dévouement que
je ne saurais qualifier, offrit de remplacer ma femme pour la première
nuit, afin de pouvoir dire le lendemain à miss Noël ce qu'il en était.
Quand j'entrai, je vis une femme s'éclipser par la porte du boudoir, et
je crus tout naturellement que c'était mis Charlm... qui me laissait
seule avec ma femme, tandis que c'était celle-ci qui allait se réfugier
innocemment dans le lit de sa gouvernante. La faible clarté d'une
veilleuse devait favoriser cette _substitution_. Il faut vous dire que
j'étais horriblement fatigué; j'aurais dormi debout. Témoin d'une partie
des terreurs pudiques de ma femme, je m'étais d'autant plus impatienté
de ses délais que j'étais résolu de lui laisser passer une chaste nuit,
afin de l'apprivoiser. Je m'approche du lit; ma _compagne_ me semble
déjà plongée dans le sommeil. Je suppose que les ennuis et les fatigues
de la journée ont agi sur elle comme sur moi; je me hâte de me glisser à
son côté, mais bien doucement, de peur de la réveiller. Je dépose sur
son front, tourné du côté du mur, un baiser modeste; je croise mes bras
sur ma poitrine, selon mon usage, et je ferme les yeux comme l'eût fait
un marié de soixante ans. Le lendemain matin je fus tout surpris en me
réveillant de trouver ma femme tout habillée sur le canapé. Je me lève
moi-même, et le jour fut calme comme la nuit. Il n'en fut pas de même
probablement la nuit suivante; car j'entendis lady Byron, le
surlendemain, reprocher à miss Charlm... de l'avoir bien trompée; et
c'est depuis ce temps-là que miss Charlm... a tout fait pour persuader à
son élève qu'elle avait épousé un monstre. Jugez si je ris de bon coeur
quand le hasard me fit découvrir le secret de miss Charlm...»

Lord Byron terminait cette anecdote lorsque entrèrent madame Guiccioli
et l'odalisque indienne de M. Duncan-Stewart. Je n'avais pas encore été
présentée à la comtesse, qui se levait pour la première fois depuis sa
saignée. Elle était, comme de raison, un peu pâle, et son déshabillé de
malade ajoutait sans doute beaucoup à son air intéressant; mais il y
avait naturellement en elle quelque chose de cette physionomie un peu
fatiguée que les peintres donnent à sainte Madeleine. Ses cheveux d'un
blond d'or tombaient en boucles nombreuses sur ses épaules; tous les
traits de son visage étaient réguliers; mais son nez surtout d'une forme
très élégante. Quand elle souriait, ses yeux à la fois malins et tendres
_s'harmoniaient_ admirablement avec la courbure gracieuse de ses lèvres.
Lord Byron alla au-devant des deux dames avec une courtoisie
affectueuse. M. Duncan-Stewart ne tarda pas à venir nous rejoindre, et
nous annonça son prochain départ. Lord Byron reçut aussi ce jour-là un
jeune Anglais, M. Wright, qu'il avait converti à la cause des Grecs, ce
jeune homme ayant d'abord servi dans la marine turque. Ils parlèrent
beaucoup de l'état des affaires en Grèce. M. Wright venait prendre congé
de sa seigneurie, qui l'adressait à Mavrocordato, et qui lui remit une
somme assez considérable.

Je fus encore retenue à dîner à la _casa Saluzzi_, et je ne retournai à
Gênes que fort tard.



CHAPITRE CCXII.

Aventures de la jeunesse de Byron.--Le missionnaire méthodiste.


Les uns ont vanté le talent de Byron pour la conversation, d'autres ont
prétendu qu'il était à peu près nul sous ce rapport: sans adopter aucune
de ces deux opinions, on peut dire que le poète ne saurait s'inspirer à
l'heure ou à la minute, ni être aimable et amuser au premier ordre de
ses interlocuteurs, comme un perroquet dont le vocabulaire est borné à
quelques phrases. J'ai trouvé, pour ma part, lord Byron très inégal dans
ses improvisations familières; je regrette seulement de le traduire si
mal là où peut-être il excita en moi le plus d'admiration. En relisant
ce qui me reste de ces entretiens fugitifs, je tronque ou j'efface tel
passage, parce qu'il rend trop faiblement, ou défigure même les
expressions qui me charmèrent. Si on parvenait à faire deviner son style
de conversation par des lambeaux de questions et de réponses, sans
l'accent, sans le regard, sans le geste qui leur donnait la vie et le
mouvement, il faudrait encore dire ici du poète anglais comme Eschine de
Démosthènes: «Que serait-ce si vous aviez entendu le _monstre_?»

J'avouai franchement à lord Byron quels ridicules soupçons avait
éveillés en moi la vue du sang de madame Guiccioli apporté par lui dans
son cabinet, et nous rîmes beaucoup ensemble des bruits étranges qu'on
se plaisait à répandre sur lui d'après des apparences tout aussi vagues.
«Ces bruits, me dit-il, viennent la plupart d'Angleterre; ils feront le
succès de mes Mémoires, où je donnerai le mot de maintes énigmes de ma
vie. On a pu vous dire, par exemple, que je buvais le sang humain dans
les crânes des morts, comme mes ancêtres les Danois, dans le palais
d'Odin. Voici l'origine de cette absurde histoire. Un crâne parfaitement
conservé avait été trouvé par le jardinier de Newstead-Abbey dans un des
caveaux de la vieille chapelle; j'en fis artistement scier la couronne,
sans laisser aucun fragment de ce qu'il y a de vraiment hideux dans un
crâne, je veux dire cette face humaine à laquelle Milton applique
l'épithète de divine, mais qui ne saurait plus être, je pense, l'image
de la Divinité quand elle est dépouillée de ses chairs. Un cercle en
argent en bordait le pourtour, avec une anse pour saisir cette coupe qui
eût pu passer pour une coupe d'ivoire, sans l'inscription que j'y fis
graver. Quand je traitais mes amis à Newstead-Abbey, c'était au dessert
que la coupe était apportée sur la table, et nous la faisions circuler
pleine d'un excellent vin de Bordeaux qui nous prêtait de l'esprit à
tous. Cependant l'ouvrier que j'avais employé pour façonner ce crâne fut
mandé devant le recteur de la paroisse, qui lui adressa une verte
mercuriale sur la profanation dont il s'était rendu coupable. J'invitai
le recteur à un de nos banquets: en vrai _chanoine_ de l'église
anglicane, il se rendit exactement à l'heure marquée; et quand il eut
soif, on lui versa à boire dans la coupe profane. Je vous jure qu'il y
dégusta, sans grimace, plus d'une pinte de mon meilleur vin; il serait
entré même, si nous l'avions pressé, dans l'ordre du Crâne.--Quel était
donc cet ordre, demandai-je à lord Byron?» Le poète me répondit que
c'était un ordre fondé par lui, et qui se composait de douze membres
admis au privilége de boire dans la fameuse coupe: «J'en étais le
président ou le grand-maître, continua-t-il, et j'en réglai les statuts
et le costume, qui consistait en une robe noire. On verra dans mes
Mémoires que le voeu de chasteté n'était pas exigé de nos chevaliers.
C'est à cette époque que j'étais un homme à bonnes fortunes; mais
j'avais un malheur: si les femmes se jetaient à ma tête, elles me
faisaient payer bien cher mes faciles succès en voulant me dominer.
Puisque lady Caroline Lamb vous a fait ses confidences, vous savez que
la tyrannie me trouve rebelle en amour comme en politique. J'ai connu
des despotes sous d'autres jupes que les siennes. J'en étais venu à
avoir peur d'une robe de femme comme un enfant de la soutane d'un
magister; et ayant inspiré un caprice à la jolie miss G..., je déclarai
que je ne m'attacherais à elle qu'à condition qu'elle me suivrait
partout en habit de page. La condition fut acceptée. Miss G... passa
avec moi près d'un an sous ce costume. Pauvre miss G...! le souvenir de
sa mort tragique me poursuit encore.»

Je pressai lord Byron de contenter ma curiosité sur cette aventure de sa
jeunesse, et il y consentit. Je ne suis pas assez sûre d'avoir retenu
ses propres expressions pour le laisser ici raconter lui-même; je vais
donc parler de lui à la troisième personne.

Miss G*** était avec Byron à Newstead-Abbey depuis près d'une année,
page le jour, femme la nuit; attentive, tendre, et si sincère dans son
amour, qu'elle pouvait espérer peut-être qu'un noeud légitime la
réconcilierait un jour avec le monde. Cette illusion entretenue
secrètement par elle, et un caractère naturellement gai, aveuglaient
cette jeune fille sur sa position véritable. Elle avait abandonné à
Londres un père peu fortuné, auquel elle envoyait chaque quinzaine des
secours, lorsqu'une amie indiscrète lui écrivit que ce père délaissé
s'était tué lui-même dans un moment de désespoir: était-ce l'effet du
dérangement de ses affaires ou du déshonneur de sa fille? Miss G***
s'arrêta à cette dernière supposition, mais elle n'en dit rien à lord
Byron qui s'aperçut seulement qu'elle s'éloignait quelquefois de lui
pour écrire, et qui parvint à surprendre son secret. Miss G*** avait
résolu de s'empoisonner et en écrivait la déclaration, afin que personne
ne fût accusé de sa mort. Byron la fit épier, et s'emparant du poison
qu'elle s'était procuré, y substitua une poudre tout-à-fait innocente.
Un soir miss G*** affecta plus de gaieté qu'à l'ordinaire, et feignit de
s'endormir à côté de son amant, qui, n'ignorant pas qu'elle avait cru
avaler, ce jour-là même, la potion qui devait lui donner la mort,
s'attendait à rire le lendemain matin de son réveil imprévu, après un
sommeil qu'elle comptait bien être pour elle le dernier. Il ne craignit
pas de s'endormir lui-même tout de bon; mais quelle fut son inquiétude
au jour naissant de ne plus trouver miss G***. La lettre qui annonçait
sa funeste détermination était sur la table de nuit; sans doute
pensait-il, convaincue que le trépas circule dans ses veines, elle se
sera éloignée pour m'éviter la première vue de son cadavre sans vie;
mais elle va reparaître guérie par sa tentative même... Byron devenait
juste; cependant miss G*** ne revenait pas; toutes les perquisitions
furent inutiles, ce ne fut qu'au bout d'une semaine que l'infortunée fut
retrouvée, mais rendant le dernier soupir dans le caveau de la sépulture
des Byrons où elle s'était enfermée de manière à ne plus pouvoir sortir.
Quelles durent être ses angoisses pendant huit longs jours d'agonie,
prenant sans doute les tortures de la faim pour celles du poison? «Cette
catastrophe, me dit Byron, a influé sur mon imagination et mon caractère
plus que tous les vains motifs par lesquels on a voulu expliquer les
caprices de mon humeur; ma gaieté naturelle étant tarie dans sa source,
je cherchai désormais le bruit d'une gaieté factice pour m'étourdir:
vous devez comprendre pourquoi il y a quelque chose d'amer dans mon
sourire.» Comme pour se distraire de la pensée actuelle de cette sombre
histoire, lord Byron eut recours à des réminiscences d'un genre tout
opposé, sans se donner la peine de chercher une transition pour en
commencer le récit: «Savez-vous qu'en France on a, me dit-il, de
singulières idées de la pruderie des dames anglaises? Ma chère amie,
nous avons eu à Londres (Dieu sauve notre bon roi Georges IV!) nos moeurs
de la _régence_. Vous connaissez le mot de Fox; son père lui disait:
«Mon fils, prenez une femme...--La femme de qui, mon père? répondit le
fils. C'est qu'en effet, il y a à choisir parmi les dames des autres:
aussi les procès en adultère sont-ils un objet de commerce parmi les
maris anglais. Il y a un tarif connu; les gens qui n'aiment pas le bruit
s'abonnent avec le cher époux: il y a d'ailleurs l'économie des frais.
J'ai dit tout cela naïvement dans mon Don Juan, et l'on ne me le
pardonne pas; il n'y a que la vérité qui offense: je suis à l'_index_.
Qu'arrive-t-il? On me chasse des rayons de la bibliothèque, mais je suis
caché mystérieusement sous le chevet du lit avec mon ami Thomas Moore.
Vous sentez bien que là, comme le serpent de Milton tapi à l'oreille de
notre mère Ève, je fais rêver celles qui se sont endormies en me lisant;
mais là aussi je suis bien placé pour découvrir de nouveaux secrets, et
je parlerai, je parlerai pendant plus de vingt chants encore.» Lord
Byron, passant tour à tour de son Don Juan à ses aventures personnelles,
me raconta aussi la mystification qu'il fit subir à deux dames qui
venaient rendre visite à sa femme, chacune avec l'intention de le
dénoncer comme un mari inconstant et de dénoncer l'une d'elles comme sa
complice. «J'arrangeai, dit-il, les choses de manière que les deux
dénonciatrices se trouvèrent toutes les deux ensemble dans notre salon
en attendant milady; et se soupçonnant réciproquement du même projet
d'accusation, elles firent un traité tout contraire pour leur mutuelle
sécurité, en convenant de porter aux nues ma fidélité maritale. Avec de
telles recommandations, j'aurais été un petit saint de ménage; mais je
vous ai raconté comment M. Charlm... avait acquis la preuve que j'étais
un monstre.»

Il est temps d'abréger les confidences de lord Byron; j'espère
d'ailleurs que M. Moore n'a fait que semblant de brûler les mémoires du
noble lord. J'aurais oublié plus long-temps la France dans la casa
Saluzzi, si une lettre que je reçus à la poste restante de Gênes ne
m'eût rappelé à Paris en me donnant l'espoir d'y retrouver Léopold. Le
hasard me procura pour mon retour un singulier compagnon de voyage. La
veille de mon départ était arrivé à la casa Saluzzi un nommé M.
Sheppard, prédicateur méthodiste, venu exprès d'Angleterre pour
convertir lord Byron à la foi évangélique; ce M. Sheppard avait écrit
déjà depuis une année au poète pour lui dire que sa femme lui adressait
tous les jours de ferventes prières au ciel pour racheter son âme de
l'esclavage du démon. Mistress Sheppard était une enthousiaste dont
l'amour mystique pour le noble pécheur allait si loin, qu'en mourant à
Margate, après une maladie de deux mois, elle avait dit à son mari que,
pleine de confiance en la bonté divine, elle croyait que la porte du
paradis lui était ouverte, mais qu'elle n'y entrerait pas sans un
mélange de regret, si M. Sheppard ne lui permettait à son lit de mort de
faire personnellement une dernière tentative sur l'objet de leur commune
charité. M. Sheppard avait promis solennellement à sa compagne expirante
de tout faire pour amener le poète au bercail du méthodisme. Il était
parti dans ce dessein, composant en route un sermon qu'il croyait
irrésistible, dans la simplicité de son coeur. Lord Byron ne vit d'abord
que le côté ridicule de cette mission; le bon M. Sheppard avait, il faut
l'avouer, une de ces figures à mystification qui provoqueraient le rire
des plus austères quakers. Mais ce qui intriguait le poète, c'était de
savoir si la défunte n'avait pas eu à son insu un intérêt plus terrestre
dans sa conversion tant désirée; n'aurait-elle pas été par hasard
quelqu'une des nombreuses victimes de sa jeunesse, qui trouvait dans sa
charité généreuse un prétexte pour nourrir un sentiment qu'il eût fallu
oublier sans retour si la religion ne l'eût modifié et consacré? Quand
ce soupçon l'emportait dans son esprit, lord Byron écoutait avec plus de
complaisance l'apôtre méthodiste; mais à peine celui-ci se croyait-il
sûr de l'attention de son catéchumène, qu'il quittait le ton de la
conversation pour débiter les périodes monotones de son sermon. Alors
l'impatience de lord Byron prenait le dessus, et il ne pouvait échapper
à l'impolitesse de rire au nez du prédicateur qu'en l'interrompant par
quelque frivole objection: jamais le bon M. Sheppard ne put parvenir à
aller jusqu'à son second point. Enfin, lord Byron lui déclara qu'il ne
se ferait méthodiste qu'à son retour de Grèce, et il lui donna
rendez-vous, je ne sais plus en quel lieu, pour continuer les
conférences. M. Sheppard aurait bien voulu essayer son discours sur la
comtesse Guiccioli, ou sur la Begum de M. Duncan, ou même sur quelque
membre de la famille Gamba; mais les oreilles italiennes ou indiennes
étaient encore plus inabordables pour le méthodiste que l'oreille
anglaise du grand poète; il se décida à repartir: ce fut le compagnon de
voyage qui me fut confié, ou plutôt à qui lord Byron et M. Duncan me
recommandèrent jusqu'à Genève. Ce qui me décida fut la considération
d'une bonne calèche dans laquelle repartait le sectateur de Wesley, car
ce n'était pas un apôtre à pied. On lui persuada que j'avais aussi une
âme digne d'être méthodiste; mais par malheur je n'entendais guère mieux
l'anglais que la Begum et la Guiccioli: le sermon fut perdu.

La route fut calme, les paroles courtes et les repas précipités; nous
arrivâmes à Genève sains et saufs, mon compagnon et moi; lui toujours
bon méthodiste, moi toujours une pécheresse, mais dont la pénitence
allait, hélas! commencer.



CHAPITRE CCXIII.

Arrivée à Paris.--Plan de conduite.--Première maladie.--Soins de
Léopold.--Folies.--Soeur Thérèse.--L'opinion.--Misère et
découragement.--Je rencontre Duval.--Le trio bienfaisant.


Après avoir couru pendant près de trente années, je résolus de me
reposer la trente et unième; et cette fois, Paris dut être la retraite
éternelle de mes fatigues, de mes chagrins, et de ma pauvreté alors bien
déclarée. Ami fidèle, Léopold fut aussitôt à mes côtés, et comme s'il
avait eu le généreux pressentiment de mes prochaines infortunes. Nous
cherchâmes un logement conforme à notre position, et nous en trouvâmes
un fort agréable rue de Vaugirard. Orné bientôt par les soins de
l'amitié qui a aussi son luxe, même quand elle n'est pas riche, cet
appartement, en abritant les malheurs des plus obscures années de ma
vie, les vit cependant entourer d'un intérêt bien fécond pour moi en
consolations.

Voici quel avait été notre plan, et quel fut pendant long-temps notre
mode d'existence avec Léopold, consentant à grand'peine à n'être que mon
fils, mais redoublant de respects à chacun de mes refus répétés. Léopold
passait près de moi tous les instans dont il pouvait disposer le matin,
de dix heures jusqu'à quatre, et le soir de cinq jusqu'à neuf. Je
l'aidai à se perfectionner dans l'italien; et autant que je le pouvais,
je fortifiai son goût par la lecture des meilleurs auteurs. Doué d'un
organe sonore et flexible, j'aimais à l'entendre me réciter les
chefs-d'oeuvre de nos poètes, me consulter sur des beautés que son
intelligence devinait par le seul instinct d'une âme brûlante! Oui, nous
étions heureux, quoique la fortune nous eût tout retiré. Ma demeure
était peu éloignée du lieu où huit ans avant s'était passée une scène
d'effroi et de sang. Que de fois, dans les belles soirées, nous allâmes
pleurer à la place du _dernier regard_! Que de fois, à cette place, je
fis renouveler à Léopold la promesse que ses sentimens n'offenseraient
jamais mes immortels souvenirs!

J'avais déjà en portefeuille quelques faibles productions. Je résolus
d'en tirer parti en Angleterre, où le bon M. Almoth m'avait dit que le
roman était la ferme très commode de beaucoup de femmes qui, en écrivant
un peu, vivaient fort bien de cette ressource. Avec la facilité que je
me supposais, je tablais à six volumes par an; et ce travail, qui ne
devait pas dépasser mes forces, suffisait à mes besoins. Léopold
souriait à mes espérances, et y répondait par d'autres projets. «Moi,
disait-il, je profiterai de mon petit talent pour le dessin. Je ferai
des caricatures; les sujets ne manquent pas à Paris, et l'on trouve
toujours des amateurs qui achètent, et des modèles qui posent. Quand je
serai libre de mon engagement militaire, nous irons en Italie; je m'y
perfectionnerai sous le ciel des nobles inspirations, et je deviendrai
artiste. La carrière militaire n'est plus qu'un service d'invalide; les
arts et les lettres, voilà les gloires nouvelles et possibles. Nous
vivrons indépendans et heureux.» Je me gardais de l'éveiller; le rêve
était si doux!

J'avais trop d'imprévoyance et Léopold trop de candeur, pour qu'aucun de
nous deux eût songé aux interprétations que la curiosité publique
pourrait tirer d'une liaison aussi singulière que la nôtre. Nous
n'avions songé ni l'un ni l'autre, en nous livrant en sécurité à nos
projets, aux suppositions que cette constante intimité allait faire
naître. La maison que j'occupais l'était en même temps par une veuve, sa
demoiselle, un étudiant et une fort jolie ouvrière en dentelle. J'ai si
peu l'habitude de songer à ce qui se fait autour de moi, quand mon âme
est vivement occupée, que je ne connaissais encore aucun des locataires,
tandis que nous étions déjà, Léopold et moi, les objets continuels de
leurs discours, et, sans être méchante, je puis dire du bavardage de
leur sottise. J'en parle, parce qu'ils eurent quelque fâcheuse influence
sur ma tranquillité que je provoquai moi-même, peut-être par une trop
grande indifférence des préjugés et de l'opinion.

Depuis trois mois, ignorée de tout le monde brillant dont il est inutile
d'affronter l'ingratitude, tant elle est sûre, j'habitais mon humble
retraite. Tout à coup je tombai dangereusement malade. Léopold ne
quittait plus mon chevet que la nuit; et l'ardeur qu'il mettait à me
recommander à la garde, l'empressement, l'exactitude de sa continuelle
présence, la touchante sensibilité de ses soins, devinrent pour cette
femme une riche moisson de conjectures et un abondant sujet d'inventions
peu charitables. Moi, dont la conscience était pure, je me livrais avec
une exaltation passionnée au bonheur d'exprimer ma reconnaissance et
toute ma tendresse à celui que je croyais bientôt quitter pour toujours.
Un coup que j'avais reçu au-dessous du sein gauche, dans une de mes
expéditions militaires, telle était l'origine d'un mal dont je devinai
dès ce moment toute la gravité. Je me serais décidée à l'opération,
comme je le fis plus tard, sans l'effroi et la prière de Léopold, qui me
conjura, avant d'en venir à cette extrémité, d'essayer d'un remède qui
avait guéri, disait-il, sa nourrice d'un mal semblable. M. Béclard, qui
me donnait des soins, pensa qu'il n'y avait aucun danger à tenter le
remède avant d'en venir au plus violent; et les souffrances disparurent.

Ceux qui prétendent que la reconnaissance est un sentiment froid, ne
l'ont jamais éprouvée pour un objet aimé. Quelle plume rendrait jamais
ce que je sentis dans cette nuit terrible et pourtant heureuse qui me
sembla quelques instans la dernière de ma vie, et où je revins à la vie,
pressée dans les bras de celui qui venait de me sauver! J'avais depuis
six mois de séjour et d'intimité lutté bien souvent contre les douces
prières de Léopold, et je puis attester qu'il m'était cher comme s'il
eût été mon fils. Je ne redoutais donc rien; mais je sentais cependant
tout ce que les tendres preuves de son constant attachement venaient
d'ajouter de périls aux continuels tête-à-tête de ma pénible
convalescence. Comme je faisais tous mes efforts à y porter le plus de
sang-froid possible, j'observais dans toutes ses nuances le pouvoir que
le désir non satisfait exerce sur le caractère des hommes, et quel épais
bandeau il place sur leurs yeux. J'avais près de quarante-cinq ans;
l'inquiétude et d'affreuses douleurs avaient ajouté aux rides de l'âge
la pâleur et toutes les traces de la maladie; et pourtant tout ce qui
eût dû éloigner l'idée d'une passion auprès de Léopold, ne faisait qu'en
accroître les tourmens inexplicables. On me jugerait mal si on supposait
de la coquetterie dans cet aveu. Revenue de toutes les vanités de la
jeunesse et de la beauté également évanouies, mon âme avait cependant
conservé quelque chose de cette sensibilité électrique qui jamais
n'abandonne les femmes; ma raison était devenue assez puissante pour
déterminer la droiture de mes sentimens; mais elle n'était point
peut-être assez forte pour me laisser insensible au charme de me croire
aimée. Ma bienveillance naturelle me fait un besoin de la bienveillance
des autres. Je suis bonne, car j'ai toujours voulu l'être, et on m'a
toujours dit que je l'étais. Ne serait-ce point un raffinement
d'égoïsme? car rien ne me rend heureuse comme de voir heureuses par mes
attentions les personnes avec lesquelles je vis. Léopold ressentit
tellement l'influence de ces dispositions, que ce qu'en colère il
appelait mes _rigueurs injustes_ ne put un instant ni l'éloigner ni le
refroidir. Par la bizarre religion d'un sentiment qui fut toujours de ma
part partagé sans être satisfait, Léopold a toujours soustrait à ma
connaissance les goûts passagers que d'autres femmes ont pu lui
inspirer.

J'ai dit, je crois, que nos voisins n'étaient pas sans s'être beaucoup
occupés de la dame étrangère et du beau militaire. La loge du portier
était, comme partout, une espèce de congrès de tous les bavards de la
maison. On discutait là sur notre état civil. «Ce n'est pas son fils,
c'est son amant.--Son amant! disait la jeune ouvrière, elle serait sa
grand'mère.--Eh! mon Dieu, l'âge n'y fait rien. Est-ce qu'une femme
riche est jamais vieille.--Mais cette dame n'est pas riche puisqu'elle
écrit pour les libraires.

«--Tiens, c'est une savante; eh bien, on ne le dirait pas, car elle n'a
pas l'air fier.--Elle est laide, et lui est bien bel homme; mais elle
est bonne et lui bien fier. Je l'ai dix fois rencontré sans qu'il m'ait
seulement dit un mot.»

Tous ces dialogues qui se renouvelaient souvent vinrent à mon oreille
par une petite fille chargée de mes commissions. Tout cela, au lieu de
me chagriner, m'amusait beaucoup.

Au lieu de trembler devant la sottise et la malveillance, j'ai toujours
aimé à la braver; il me parut donc piquant de désespérer les
interprétations par mon laisser-aller. Aussitôt que mes forces me le
permirent, je sortis souvent avec Léopold. J'affectais en le rencontrant
de lui parler avec une familiarité particulière; Léopold enchanté y
répondait à compléter les soupçons, et une charitable dévote qui, dans
la maison, semblait à la tête du complot moral dirigé contre moi,
annonça qu'elle déserterait la maison qui cachait de pareilles
abominations.

Il y a dans la rue que j'habitais, un couvent fort en grande renommée
pour la fabrication de l'eau de mélisse. Je m'y rendis un jour pour en
acheter. Quelle fut ma soudaine joie, en reconnaissant mon excellente
soeur Thérèse au milieu d'un groupe de femmes de son ordre, réunies dans
la cour. Soeur Thérèse ne m'aperçut pas, je ne voulus pas lui parler
devant ses compagnes, mais je me promis bien d'aller le lendemain la
demander, la voir. J'étais heureuse de cette rencontre, plus que je ne
saurais dire, et cependant il s'y joignait une secrète inquiétude. Que
dira-t-elle de ma manière de vivre? J'étais bien sûre que son âme
vraiment religieuse ne concevrait aucun indigne soupçon, mais j'étais
sûre aussi qu'elle désapprouverait ma manière de vivre...; et pourtant,
comment la lui cacher, comment mentir à celle qui avait connu mon âme
tout entière; comment d'un autre côté renoncer à voir, tous les instans,
le seul être qui formait ma vie, mon univers...? Hélas! ce que
n'auraient pu ni les convenances, ni tous les trésors du monde, une
simple différence d'opinion faillit m'y condamner. Terrible esprit de
parti, que d'amitiés vous avez rompues, et quels liens de sang
n'avez-vous pas même brisés!

Léopold servait alors, comme je crois l'avoir déjà annoncé, dans un
régiment d'élite par suite d'un engagement que lui avait imposé la
fatalité. Le regret avait suivi de près cette résolution.

Lui qui, si jeune, avait rêvé la gloire et les nobles récompenses que la
guerre multipliait pour le courage, ne s'accommodait pas des ennuis de
la garnison, et d'une profession alors sans éclat, comme sans
espérances. Il était donc tout-à-fait résolu à prendre son congé et à
cultiver les arts. Tous nos plans s'arrangeaient sous l'influence de cet
impatient espoir. Je me livrais avec ardeur au travail qui devait
adoucir mon avenir, n'aspirant plus qu'après cette _aurea mediocritas_,
si justement célébrée des anciens. Je commençais à voir grossir le
bagage de mes compositions littéraires. Mon portefeuille, déjà bien
garni, contenait des romans, des nouvelles, et jusqu'au mélodrame à
grands fracas. Toutes mes lettres, tous les mille souvenirs de ma
bizarre existence, avaient été classés et mis en ordre. Un ami, un de
ces hommes si rares qui réunissent toutes les bontés du coeur à tous les
avantages de l'esprit, m'encouragea au travail, en me disant que le
travail heureux était une fortune. Mais trouvant pour mon faible talent
une timidité que je n'avais pas eue pour ma fatale beauté, je ne
comptais sur mes productions que pour un léger auxiliaire de notre
modique revenu, et encore étais-je fort en peine des moyens à prendre
pour l'obtenir.

En attendant cet incertain et frêle avenir, il avait fallu profiter
d'une occasion offerte de donner des leçons d'italien dans une famille
anglaise, et à laquelle m'adressa madame Borlie de Londres, par une
lettre aussi honorable que polie. Je l'avais montrée à Léopold, et,
quoiqu'à regret il avait approuvé que j'acceptasse cette proposition,
n'étant pas assez heureux, disait-il, pour pouvoir me conseiller
autrement.

Je commençai donc mes leçons d'italien auprès des demoiselles Sumineux.
Je réussis tellement dans cette tâche qu'on me demanda comme une grâce
de vouloir bien accepter une autre écolière, fille d'une riche anglaise
que je ne veux point nommer parce que l'on doit de l'indulgence aux
petits ridicules qu'on a pris sur le fait, et qu'on a châtiés dans le
moment. Milady F... occupait avec sa fille unique un superbe hôtel où se
pressait la foule des laquais, et la domesticité plus élégante des
parasites de toutes classes. La maison était encore le rendez-vous de
quelques gens de mérite, mais en petit nombre. On touchait aux derniers
momens du règne de sa majesté Louis XVIII, et toute cette société, qui
pensait fort bien, suivant l'expression consacrée d'un certain monde,
s'occupait beaucoup des intérêts de la monarchie. Je trouvais assez
plaisante cette rage de politique dans une étrangère, et une Anglaise
ultra-royaliste à Paris me paraissait une singularité qui me rendait
assez inexplicable le choix d'une personne comme moi fort suspecte.

Je me bornais, comme on le suppose bien, à mes devoirs de maîtresse de
langue, qui consistaient en trois heures de leçons par semaine. Il ne
m'avait pas fallu grand effort de génie pour deviner que l'application
de mademoiselle Emmeline, pour apprendre la langue _del dolce
favellore_, ne tenait pas au goût exclusif de la littérature. Elle
désirait pouvoir chanter les airs de Cimarosa avec son maître de guitare
et de piano, espèce de petite caricature à roulade et à lorgnon, et
presque original à force d'impertinence. Le contraste des deux maîtres
était piquant. Le monsieur avait l'air de venir en bonne fortune, et moi
à un enterrement. Ma toilette fort simple et toute composée de noir
donna lieu à une explication qui, en éveillant les scrupules politiques
de Milady, m'exposa à des enquêtes que j'étais aussi peu disposée à
éluder qu'à souffrir, milady F... voyait beaucoup une marquise D'Au...,
célèbre dans sa société.

Un jour, en arrivant un peu avant l'heure je trouvai grande réunion dans
le salon, et parmi les dames était la marquise d'Au... J'allais passer
dans le petit salon d'étude, mais milady F... m'arrêta en me priant de
dire mon opinion sur des vers qu'elle me présenta, et de bien vouloir
les lire haut. J'aurais pu refuser une corvée qui n'était aucunement
dans mes attributions et d'ailleurs fort indiscrètement demandée; mais
un seul coup d'oeil sur le couplet, que je transcris, m'avait fait
deviner l'intention de contraindre, de surprendre et de blesser mes
opinions. Je refusai donc les siéges offerts par l'impolitesse, et me
mis à lire. Je lus:

     Une île où grondent les tempêtes
     Reçut ce géant des conquêtes.
     _Tyran_ que nul n'osait juger,
     Vieux guerrier qui, dans sa misère,
     Dut l'obole de Bélisaire
     À la pitié de l'étranger.

Si je ne me trompe, ces vers sont d'un jeune homme[7] qui entend bien
l'antithèse, mais qui n'entend pas encore la justice. Il y a dans ces
vers deux mots qui m'empêchent d'admirer. «Lesquels? me demanda-t-on de
toutes parts.

«--_Tyran_ et _pitié_.

«--Comment! vous ne trouvez pas que l'épithète convient à Napoléon, me
dit milady avec un air atterrant?

«--Milady, chacun sent à sa manière. Il me semble à moi que Napoléon
vaut bien la peine qu'un poète mesure ses termes à son égard. Je pense
comme un autre enfant d'Apollon:

     Que _la lyre au tombeau ne doit pas insulter_,

et que l'étranger, s'il donna à Napoléon l'obole de Bélisaire, l'accorda
moins par compassion pour une grande infortune, que par la secrète
terreur qu'inspire encore le lion enchaîné.»

Je rappelle mot à mot ce petit discours, car, inspirée par mes
souvenirs, je mis, je l'avoue, une sorte d'orgueil à leur rester fidèle.
Alors une voix d'un ton aigre-doux prononça: «Qu'il était inconcevable
qu'en 1824, sous le règne de la légitimité, on osât se permettre
d'afficher en bonne compagnie une opinion si détestable.» Je me
contentai de regarder cette dame, et, pour prévenir lady F... dans son
petit projet de m'humilier, je pris dans mon portefeuille sept cachets,
les déposai fort paisiblement sur la table, et faisant une faible
révérence; j'étais déjà chez moi avant que la noble société ne fût
revenue de ma séditieuse sortie. Je sus depuis que la dame qui m'avait
condamnée avec amertume était la marquise d'Au... Je cède toujours à mes
premières sensations, et je n'en ai que de vives; les lecteurs me
pardonneront d'y avoir cédé. La reconnaissance ne peut jamais être
coupable.

Il n'y avait pas une demi-heure que j'étais rentrée, quand le chasseur
vint m'apporter non les sept cachets, mais la totalité d'un mois de
leçons, une somme de 120 fr.; sans hésiter, j'en restitue à l'émissaire
de milady 50 qui ne m'étaient pas dus, et les 70 autres j'en fais don au
chasseur pour les prochaines étrennes; la surprise de ce domestique me
fit plaisir. C'était faiblesse vaniteuse que cette énorme générosité,
mais je la savourai avec délices: «Quoi! madame, vous renvoyez cela à
milady, et vous nous donnez ceci?--Oui, cela et ceci, et rends-le avec
ma réponse.» Il saluait encore que ma porte était déjà fermée sur lui.
J'étais agitée, mais cependant bien contente de moi; _agir sans
réfléchir_, j'étais là tout entière. J'attendais impatiemment Léopold,
car son approbation était ma récompense, je comptais bien sur quelques
observations, mais que j'étais loin de prévoir ce qui arriva!
l'humiliation du blâme et l'amertume d'une rupture. À peine Léopold
était entré que j'allais lui conter mes griefs; il me prévint en me
demandant si le chasseur qu'il venait de rencontrer descendait de chez
moi, et de quelle part il était venu. Alors je précipitai mon récit en
le commençant par la fin; j'étais si agitée, et en même temps si
convaincue que j'avais agi à merveille que je ne m'aperçus pas de suite
de l'opinion contraire qui paraissait sur les traits et dans les regards
mécontens de Léopold. «Eh bien, vous ne m'approuvez pas? lui dis-je avec
vivacité.

«--Vous approuver, quand vous m'exposez à perdre le seul bonheur que
j'aie au monde, à me voir forcé de renoncer à vous voir.

«--Renoncer à me voir, parce que je ne me laisse pas offenser dans mes
souvenirs! et c'est vous, Léopold, qui me tenez ce langage!» J'ajoutai
tout ce que m'inspirèrent le regret, la douleur et la colère. Le noble
jeune homme ne répondit d'abord qu'en me montrant son uniforme; puis,
comme pour atténuer la rigueur du sentiment délicat qu'il n'avait
expliqué que par ce jeu muet, il me prit la main, tâcha de me calmer par
de fort bonnes raisons; mais aucune ne pouvait arriver à mon esprit. Je
fis alors comme les personnes fâchées, et qui mêlent à quelques vérités
d'injustes observations. La colère étouffa l'attendrissement qui nous
eût réconciliés. Léopold eut beau me faire sentir que les personnes qui
fréquentaient la maison de milady F... étaient en partie de la même
société que ses officiers supérieurs, que notre liaison pouvait de la
sorte s'ébruiter, et, mal interprétée, lui causer des chagrins. «Je
soupire autant que vous après le jour de mon congé, mais, ayant
volontairement pris l'uniforme, je veux le porter sans reproche et sans
avanie. Je sens que je ne souffrirais pas une remarque ni une défense
dont vous seriez l'objet; ne m'y exposez donc pas, par pitié pour notre
bonheur.»

Léopold me parut si péniblement agité que je ne lui fis pas connaître
tout le changement qui venait de s'opérer en moi, car mon parti était
déjà pris. J'appréciais les motifs de Léopold, je l'estimais de sa
loyauté et de sa franchise; mais, gênée désormais dans l'expression de
mes sentimens, le charme en était comme rompu. Nous nous quittâmes donc
presque froidement. Léopold était de service le lendemain, et je ne
devais le revoir naturellement que le second jour. Je ne me rappelle pas
avoir éprouvé un plus triste accablement dans toute ma vie; tout ce qui
me restait d'avenir et de rêves venait de s'écrouler. Une pensée
m'occupait fortement, elle était à la fois cruelle et consolante.
«Léopold m'oubliera, me disais-je, puisque déjà de nouveaux devoirs se
sont placés entre son coeur et le mien, il m'oubliera, et la vieillesse
me trouvera seule, sans appui, sans le fils chéri de mon adoption; mais
du moins j'y puis songer sans rougir; notre rupture même est encore un
titre de plus à son estime et à ses regrets.»

Je passai la nuit dans ces réflexions, et à peine avais-je ouvert ma
porte qu'on me remit un billet de Léopold. Il ne fit qu'ajouter à ma
résolution; car au milieu des expressions de la tendresse se trouvaient
des conseils sur la prudence, sur la nécessité de ne manifester aucune
opinion, qui me choquèrent. Plus, tard je connus toute mon injustice;
plus tard je fus à même de faire la part du devoir et celle des
principes; plus tard je sus que Léopold avait su allier toute la
religion du drapeau à la constance des souvenirs. Il était décidé que je
n'échapperais à aucun tort, à aucune imprudence. Je répondis au billet
de Léopold, en lui disant «que je sentais trop le tort que notre liaison
pourrait lui occasionner aux yeux de ses chefs pour ne pas me faire un
devoir d'y renoncer; que je n'avais jamais pensé au changement tout
naturel qu'un autre uniforme avait dû produire; que, pour mettre tout
cela en harmonie, il me semblait décidément convenable et naturel de
cesser tous rapports ensemble jusqu'à son congé absolu; que nous nous
écririons, mais sans nous voir, et sur tout autre sujet que celui qui
nous séparait momentanément.» J'avoue que je m'attendais à le voir
arriver hors de lui. Ma vanité put se replier sur elle-même; Léopold ne
vint point; il accepta la séparation, jusqu'à sa sortie de la compagnie
des gardes du corps, à des conditions qui toutes auraient dû me le faire
estimer mille fois davantage, et qui me le firent détester quelques
momens avec toute l'ardeur de l'amour-propre irrité. Léopold me pria de
nous écrire tous les jours: «Faisons notre journal; vous trouverez
toujours dans le mien mon coeur, mon âme, mon ardent besoin de vous voir
heureuse; puissé-je trouver dans celui que vous m'adresserez l'amie
aimable et bonne et la mère chérie! et nos deux années de séparation ne
feront que mieux cimenter le bonheur de notre avenir.» Léopold, fidèle à
la générosité de sa conduite envers moi, m'offrait la continuation des
petites ressources que nous avions partagées. Je les refusai; je lui
écrivis que j'allais partir, que je le regardais toujours comme mon
fils, mais que j'avais besoin de m'accoutumer à la nuance nouvelle qui
venait de se joindre à nos relations. Léopold, s'accoutumant à m'aimer
enfin comme une mère, pensa au long avenir que ma force physique pouvait
faire espérer, et il veilla à l'assurer décemment autant que cela
dépendait de lui. Voilà les éternelles obligations dont je lui suis
redevable et dont je lui dois faire honneur.

Je reçus sur ces entrefaites un autre renvoi de cachets; celui-là me fut
pénible; cela vint des charitables propos de lady F***, en partie, et de
ceux de ma dévote voisine. J'y fus extrêmement sensible; c'était une
honorable ressource de moins; mais je n'en fis rien paraître et me
contentai d'exprimer, très librement mon mépris sur ces commérages.
Décidée à ne point quitter Paris, je fus arrêter un logement garni rue
de Provence, dont je connaissais la maîtresse. Grâce à l'heureuse
mobilité de mon esprit et à mon indifférence pour la fortune, je fus à
peine installée dans une chambre où, hors les objets contenus dans mes
malles, rien ne m'appartenait, que, placée devant mon bureau et rangeant
mes manuscrits, je me livrai à tous les rêves, à toutes les espérances
qu'une imagination comme la mienne est capable d'enfanter. Léopold me
manquait, il est vrai, mais j'étais encore trop dominée par le dépit
pour sentir la perte d'un pareil appui; d'ailleurs ne me restait-il pas
le bonheur de lui écrire? Cette séparation et cette correspondance me
donnèrent l'idée d'un roman historique que j'écrivis dans le courant
d'un mois. Je composais régulièrement trente à quarante pages par nuit;
car jamais je n'ai su écrire le jour dans ma chambre à la clarté du
soleil; il me faut le grand air. Je trouvai dans la maison garnie où
j'étais une dame de Bruxelles avec sa fille; elle me demanda si je
voulais donner leçon, et j'y consentis. La petite était aimable et
intelligente; la mère une excellente femme, sans façon, idolâtre de sa
fille; et je passais des heures fort agréables, en même temps que je me
procurais une petite ressource.

Depuis long-temps la pension de ma famille me manquait, j'avais
vainement écrit à ce sujet; il me restait pour toute fortune environ 700
fr. et un revenu de 50 fr. par mois, et ma leçon.

Je calculai tout cela un soir... J'allais du jour au lendemain, et n'en
fus pas plus triste ni plus prévoyante. Je sortais tous les matins et
prenais souvent un cabriolet pour me faire conduire au bois. Je mangeais
des oeufs et du laitage où j'en trouvais, et rentrais toujours avec une
anecdote ou un chapitre composé, sans penser, dans ces courses un peu
chères, qu'un jour sans bénéfice a un lendemain sans pain quand on vit
comme je vivais. Il y en avait dix que j'étais séparée de Léopold, et
trois qu'il ne m'avait écrit. Je commençais à m'en tourmenter lorsqu'on
me remit une boîte où je trouvai des témoignages et des preuves que son
coeur me restait, et que sa constante amitié m'était garantie. Il me
marquait qu'il était à la maison militaire, et me priait de l'aller voir
rue Blanche. J'y courus aussitôt, mais on me dit qu'il fallait un
billet. Je conjurai en vain, force me fut de m'en retourner. En tournant
la rue Pigal, je vois Duval et Talma qui la descendaient et prenaient la
rue de la Tour-des-Dames. Cette rencontre inopinée me causa un trouble
inexprimable; au lieu de courir leur parler, me confier à leur sûre
bienveillance, je m'enfuis à la hâte, et ne m'arrêtai qu'au bas de la
rue du Mont-Blanc; alors je réfléchis à cette sotte inconvenance. Je
suis trop sincère pour ne pas avouer que dans mon soin de les éviter
entrait beaucoup la crainte de leur parler de mon fils, et des jours que
nous avions passés ensemble. Je me promis bien de leur écrire, mais je
n'en fis rien; et ce ne fut que lorsque la maladie et le dénuement
m'eurent réduite à ne plus ni espérer ni craindre, qu'eux-mêmes vinrent
au-devant de moi, comme je vais le dire plus loin, avec les accens d'une
reconnaissance qui ne sera jamais à la hauteur des bienfaits.



CHAPITRE CCXIV.

Je revois soeur Thérèse.--M. Dominique Lenoir.--Délicatesse
généreuse.--Rencontre singulière.--Mon roman de _Corinne_.--Six mois de
misère.--Lettre au Constitutionnel.


Au lieu d'aller au-devant de Duval et de Talma, ces amis de ma jeunesse
et qui devinrent les seuls protecteurs de mes jours malheureux; au lieu
d'aller à leur rencontre, j'avais presque fui leur présence, et je ne
veux pas en cacher les motifs, quoiqu'ils ne me soient pas tout-à-fait
favorables. Si j'avais trouvé Talma seul, je lui aurais dit: «Me voilà,
mon ami, pauvre, sans espoir ni ressource, avec le remords d'avoir seule
rendu si affreuse mon existence.» Talma m'eût grondée avec douceur et
secourue avec empressement, car il était l'indulgence même, et en le
connaissant on ne pouvait avec du coeur craindre qu'une chose, abuser des
bontés du sien; il y avait d'ailleurs pour moi, dans mes imprudences
mêmes, une sorte de recommandation sympathique près de Talma: il avait
tant aimé tous ceux que je regrettais. Avec Duval, au contraire, j'avais
bien plus de sévères enquêtes à redouter, et, quoiqu'il soit très
certainement le plus compâtissant et le meilleur des hommes, il y a dans
ses manières et son caractère une certaine rudesse de franchise et de
vertu, une inflexibilité de raison et de bon sens qui comprimaient mes
aveux. Je l'évitais donc d'autant plus que j'étais sûre d'être vivement
blâmée pour mes voyages, mes courses sans but, mon insouciance des
ressources que je pouvais trouver dans un honorable travail, et surtout
de la bizarrerie de ma liaison avec Léopold; les qualités de cet
excellent jeune homme et le romanesque de cette adoption n'eussent point
trouvé grâce auprès de l'homme intègre et droit dont le noble intérêt
eût soulagé mon malheur, mais qui ne m'eût jamais pardonné de caresser,
à l'âge où j'étais, les chimères de la jeunesse, ami auquel certes je
n'aurais jamais persuadé l'innocente et pure intimité de cette adoption
que le coeur seul avait sanctionnée. Ce secret, que je lui fis depuis,
d'une chose si importante de ma vie, m'eût été impossible à garder dans
la suite, si j'avais eu, lorsque je fus sauvée par Duval, d'autres
relations qu'une correspondance avec Léopold. Mais il me reste à rendre
compte avant de plus d'une année de douleur et d'agonie, que rendit plus
vive la rencontre inopinée des deux hommes que j'estimais le plus et
dont les noms rappelaient le souvenir de mes beaux jours.

Toute préoccupée des soucis de mon infortune, aggravée par l'absence de
toutes les consolations de l'amitié, j'allai dans ces momens de noire
mélancolie au cimetière du Père Lachaise. Je n'ai certes pas
l'imagination sombre de Young, et cependant je trouve que rien ne fait
supporter les peines de la vie comme la vue d'un cimetière; une heure de
promenade méditative au séjour des morts me rendit le calme et la
résignation. Il me semblait que tous les morts illustres de nos grandes
époques se levaient pour me recommander le courage de la mauvaise
fortune. Oses-tu te plaindre, me disais-je; tu es libre, et l'ancien
maître du monde n'a pu se promener qu'avec l'escorte des geoliers de
Sainte-Hélène; la vie vaut-elle une inquiétude?

La tête relevée par les souvenirs, je m'en retournai plus tranquille à
mon modeste asyle pour réfléchir au genre de vie que j'allais adopter.
En passant dans la rue Bergère pour me rendre chez moi, je crus
reconnaître ma bonne soeur Thérèse; aussitôt je doublai le pas pour la
rejoindre; c'était elle en effet. Je vis dans ses regards qu'elle ne
m'avait point oubliée, et à ses premières paroles que son coeur rendait
toujours justice au mien: «Vous voilà, chère dame, c'est Dieu qui vous
envoie, qui vous a conservée. J'ai besoin de vous; il s'agit de prendre
des renseignemens que mon habit et mes occupations me rendraient trop
difficiles. Il faut de l'activité et du secret; tenez, lisez et voyez si
vous pouvez vous en charger.» Et d'un ton doux et caressant,
l'excellente fille ajouta: «Il y va du repos de cette vie et du bonheur
de l'autre. Vous y croyez à une autre vie, car j'ai entendu vos prières
et je vois encore vos larmes.

«--Chère bonne Thérèse, disposez de moi, m'écriai-je après avoir
parcouru le papier, mon dévouement est à vous, et dans moins de
vingt-quatre heures vous aurez des nouvelles de la personne pour
laquelle je vous suis nécessaire.

«--Eh bien! c'est Dieu qui vous envoie cette bonne oeuvre. Tenez, vous
pouvez répondre à cette adresse.» Je lui donnai la mienne, et l'engageai
à venir avec moi déjeuner, ce qu'elle fit. Je sentais un bonheur
douloureux à me retrouver avec cette excellente soeur, témoin du plus
cruel moment de ma vie, et à qui je devais peut-être de ne pas l'avoir
perdue dans un affreux désespoir. Elle me demanda compte avec l'intérêt
d'un coeur simple et bon de mes moyens de vivre. Je ne me vantai point
d'avoir un sort assuré et heureux, mais je me gardai toutefois de lui en
communiquer le dénuement et les tristes incertitudes.

Je ne dois point dire à mes lecteurs quelles étaient les personnes pour
lesquelles soeur Thérèse réclamait mes soins; elles existent, elles sont
aujourd'hui honorablement établies. Il ne m'en a coûté que quelques
démarches persévérantes pour remplir les charitables intentions de
l'excellente soeur et préserver d'une ruine inévitable deux jeunes filles
dignes de beaucoup d'intérêt, sauver une mère du désespoir et épargner
la honte et l'opprobre à toute une famille. Lorsqu'après le succès de ma
charitable mission je revis soeur Thérèse pour lui en rendre compte, elle
disait en pressant ma main contre son coeur: «Voilà des choses qui font
du bien à entendre. Ah! ma chère dame, j'ai toujours prié pour vous, et
je ne désespère pas de vous voir un jour embrasser notre sainte
religion.» Ce n'était plus comme au jour de la sanglante catastrophe, où
mes larmes et mes prières confirmaient les espérances de la pieuse
fille; en ce moment me taire eût été comme promettre, et j'étais
incapable d'un hypocrite serment.

«J'espère, ma soeur, rester toujours bonne et charitable; mais je mourrai
dans la religion de mes pères.--Ah! j'avais espéré...» Mon seul regard
suffit pour arrêter la plus libre expression de ses regrets. Ce désir de
convertir était chez cette bonne soeur beaucoup augmenté depuis notre
séparation, et comme il venait de sa pleine conviction, je ne dus certes
lui en savoir mauvais gré; mais il jeta cependant entre nous une sorte
de contrainte qui peu à peu me fit trouver moins de charmes à voir cette
femme angélique, que cependant je n'ai cessé de chérir et de vénérer.

Si dans le cours de mes mémoires les lecteurs n'eussent reçu déjà la
confidence d'un défaut ou plutôt d'un malheur qui ajoute encore à toutes
les mauvaises chances de la fortune, le désordre, on aurait peine à
croire que j'étais arrivée à cette pénurie qui semble faire du déjeuner
le dernier repas possible de la journée. Je ne le prenais jamais chez
moi, depuis ma séparation avec Léopold, mais toujours au café, où certes
il coûte le double. J'étais d'un âge à n'avoir plus besoin de guide, et
mes habitudes indépendantes me faisaient très facilement passer sur ce
que celle-là pouvait avoir d'inconvenant.

Questionnée par les lettres de Léopold sur mes besoins auxquels il
continuait de contribuer, je lui répondais toujours d'une manière
rassurante, et lui de répliquer à mes refus: «Si vous ne voulez me
désespérer, si vous ne voulez décourager mon avenir, laissez-moi mes
droits de fils près de vous, ou je croirai que vous avez pour toujours
séparé votre destinée de la mienne. Me haïssez-vous donc pour une
fatalité?»--Mes dépenses consistaient en une location de 35 et 40 fr.
pour les déjeuners, tout le reste allait au moins à 100 fr. Il fallut
donc songer sérieusement à me les procurer. Donner leçon d'italien était
un moyen facile, mais je n'acceptais pas moins de 5 fr. par cachet, et
cela rendait les élèves plus difficiles à rencontrer; d'ailleurs je
n'avais point oublié les désagrémens auxquels on s'expose en allant
ainsi colporter de maison en maison les petits talens que le ciel nous a
départis, comme dirait Figaro.--Je me décidai donc à tenter la fortune
littéraire sérieusement, comme plus honorable et plus indépendante.

Après avoir passé deux jours à mettre la dernière main à mon premier
essai, je plaçai quelques cahiers de ma _Corinne_ dans mon _vade mecum_
et m'acheminai vers le quartier des imprimeurs. J'étais gauche et
embarrassée. Le pédantisme seul donne de l'assurance, et j'ai horreur du
pédantisme. J'offrais ma _Corinne_ presque d'un air timide et humilié.
On regardait d'un air distrait, on me renvoyait au lendemain, et... je
ne retournais plus. Je pouvais traduire l'allemand, l'italien: je
cherchais en vain à me procurer depuis deux mois ce genre de travail;
rien ne devait me réussir, rien, jusqu'au jour qui s'approchait où les
amis les plus rares allaient conjurer le sort et contraindre la fortune
en ma faveur.

J'étais sortie un matin, et de nouveau armée de mon manuscrit et de
quelques recueils de nouvelles qui depuis ont obtenu un favorable
accueil du public.

Comme je ne suis pas sensible au plaisir des dieux, je ne me vengerai
point des superbes libraires qui, à la vue d'un auteur pauvre, me
traitaient en pauvre auteur. Ah! mon Dieu, le plus grand malheur de la
vie, ce serait encore d'avoir de la vanité. Si j'en avais eu, je serais
morte à la peine, car tous ceux auxquels j'allais présenter ma _Corinne_
ne dépassaient guère l'offre de 50 écus pour un manuscrit de 1500 pages.
Les négociations finissaient toujours par ces mots: Madame, vous n'avez
point _de nom_, et on _n'achète_ que le nom aujourd'hui.--Je répondis
avec un orgueil qui n'amusa depuis moi-même, et qui dut paraître bien
ridicule aux industriels de l'intelligence.--Jean-Jacques se fit un nom
fort tard: je m'en ferai un, monsieur, et il vous fera peut-être
repentir de la sécheresse de votre accueil et de la générosité un peu
arabe de vos propositions.

Malgré cette dignité littéraire si bien gardée, le mécontentement me
gagnait. Je sortais d'une de ces fréquentes scènes, et j'allais
l'oublier dans une promenade sur les quais. Je m'arrêtai près du corps
législatif, admirant cette ceinture de travaux, d'arbres, de vues
animées, découvrant de loin la maison de Moreau, cette maison où
j'aurais pu vivre heureuse si... si je n'avais été moi-même; car aucune
autre femme n'eût sacrifié un sort pareil à... une illusion, à une
chimère. Je sentais tout cela à ce moment où, pauvre, oubliée, à l'âge
funeste où rien ne ramène plus au coeur des femmes les délicieuses
émotions des hommages et de la flatterie qui enivrent leurs jeunes
années. Et pourtant ces tardives réflexions de la raison étaient
étouffées par quelque chose de plus fort; et de tous mes regrets, le
plus déchirant était encore la perte funeste de l'homme auquel j'aurais
encore tout sacrifié.

J'étais plongée dans cet abîme de lugubres méditations, quand tout à
coup j'en fus tirée par la vue d'une de ces figures qu'on aime à
retrouver, parce qu'elles vous rendent par le souvenir un peu de ce que
vous avez perdu: c'était M. Dominique Lenoir. Il ne put se tromper ni
sur ma position ni sur l'agitation de mes esprits; l'obligeance de ses
regards, la franchise de son abord me consolèrent, et bien à propos. Je
lui racontai l'histoire de mon pauvre roman de _Corinne_; il me
conseilla de ne point me décourager, il ranima mon amour-propre et me
dit: «Je regrette d'être un si faible appui, mais il vous est acquis, ma
chère madame Saint-Elme; invoquez-le sans crainte.» Je lui donnai mon
adresse. Il n'avait été question d'aucun besoin d'argent: le soir même
je reçus trois napoléons, avec ces mots touchans: _d'un vieil ami qui
est désolé aujourd'hui de n'être pas riche_. J'ai, dans le cours de deux
ans, reçu deux autres sommes pareilles de la même manière. J'ignorais la
demeure de M. Lenoir, et lorsque le hasard me le fit rencontrer de
nouveau, il a constamment nié ce trait de bonté, et toujours à l'appui
de ses généreuses dénégations il m'a offert d'autres légers secours.
Mais, s'il a refusé ma reconnaissance, je suis trop sûre de mon fait
pour ne pas la rendre publique. Mon coeur, soumis à toutes les
superstitions tendres de men sexe, attache à la douceur de ce bienfait
ignoré le bonheur d'une autre rencontre qui eut lieu le même jour.

J'avais alors 46 ans; mes cheveux déjà blanchis accusaient très
exactement mon âge, une toilette plus que modeste, c'était bien assez
pour voir, dans l'intérêt que quelquefois j'excitais, que les débris de
ma beauté n'y étaient pour rien, et que l'attention venait seulement de
mon air étrange et singulier. J'avais, en quittant M. Dominique Lenoir,
pris du côté du Cours-la-Reine, mon intention étant de griffonner mes
sensations à la vue même des objets qui les portaient encore à un si
haut degré de vivacité. Une fois au milieu de la place Louis XV je
sentis très bien qu'on me suivait, et je doublai le pas... La personne
resta en arrière; car, avec toute la rapidité militaire, sans tourner la
tête ni changer de projet, je vins me reposer sur une des pelouses
presque au bout du Cours. Il y avait bien un bon quart d'heure que j'y
étais à écrire, lorsque je vis arriver un vieillard d'une belle figure
et de fort bonnes manières. Il s'avança droit vers moi; et je vais
transcrire notre conversation avec une fidélité presque sténographique:

«Pardon, madame, je vous suis depuis le jardin, et la seule course a
droit à votre indulgence. Me permettez-vous de vous tenir compagnie un
moment?

«--J'en ai une, monsieur (en montrant mes papiers), qui ne me quitte
point et ne me laisse jamais sentir le besoin d'en avoir une autre...
que d'ailleurs je ne serais pas réduite à devoir au... hasard. Quant à
mon indulgence, le lieu est public, et la place est pour tout le monde.

«--Je ne me suis point trompé en vous regardant comme une femme peu
commune; vos manières et votre réponse confirment mon opinion; mais n'en
prenez pas une mauvaise de moi sans m'entendre. En vous apercevant, tout
en vous a excité ma curiosité et, je l'avoue, mon intérêt; je vous ai
suivie, résolu à vous connaître. L'air de supériorité qui perce dans
toute votre personne vous fera sans doute excuser ma franchise. J'ai
soixante-cinq ans, vous en avez quarante.

«--Quarante-six, monsieur.

«--Eh bien! n'y a-t-il pas de la femme supérieure dans cet aveu de l'âge
réel que tout pourrait encore si bien démentir, dans cette loyauté de
cheveux blancs que rien ne dissimule?»

J'avoue que je ne tins pas à la gravité de ce singulier éloge, et
j'éclatai de rire. Le vieillard s'était assis, et regardant mes
paperasses: «Vous écrivez, vous êtes auteur. Je ne suis pas un juge
irrécusable, mais je vous prédis des succès et de brillans.

«--Si j'en dois juger par l'opinion du premier libraire que j'ai
consulté, la vôtre, monsieur, sera en défaut.

«--Comment?»

Alors je lui contai tout naturellement ce qui venait de m'arriver, sans
nommer le libraire. «--Je le devine à sa sottise.--Raison de plus pour
que je ne le nomme point.»

Je finissais par prendre un extrême plaisir à une conversation qui
devenait de l'espérance. Pendant ce temps l'indulgent lecteur vantait
quelques pages déjà lues de ma _Corinne_. «C'est écrit avec âme, c'est
écrit comme vous parlez; achevez cet ouvrage, je vous le ferai vendre
cent louis.--C'est une plaisanterie.» Et, à cette riposte, l'admirateur,
tirant sa bourse, répliqua lui-même: «Voulez-vous vingt louis d'arrhes?
Livrez-moi le manuscrit de mois en mois, et l'argent sera exact comme
les livraisons du roman.» J'étais fort étonnée, c'était de la joie mêlée
à de la surprise. À l'idée de ce prix honorable de mon travail, je me
disais: «Il me sera donc possible d'aborder mes amis que je n'avais osé
revoir, et de demander leurs secours que je pourrai justifier.» Je me
tournai enfin vers mon ami... d'un jour, et lui promis mon manuscrit
pour le lendemain. «Vous en jugerez à loisir, ajoutais-je; j'accepte
cent francs conditionnellement, que je rendrai dans trois mois, si nous
ne traitons pas. Voici mon adresse: veuillez, monsieur, me porter demain
cet argent.» Puis je me levai, et nous nous saluâmes.

Je courus chez moi relire toutes ces feuilles du roman que le plus
singulier hasard venait de rendre si précieuses. J'écrivis à Léopold,
car mes premières pensées de bonheur étaient toujours pour lui; je
m'endormis tard avec de doux rêves d'avenir. Il eût été plaisant de me
voir, moi, qui pendant si long-temps avais dépensé follement sans
attacher aucun prix à l'argent, pesant, retournant, faisant sauter dans
ma main quelques pièces d'or: on m'eût crue ou avare ou insensée. Il se
mêlait à cette joie un doux orgueil, car c'était le prix de mon travail.
M. P... fut exact à venir chercher _Corinne_. J'étais sortie pour ma
promenade accoutumée, quand il se présenta; mais il ajouta à tous ses
aimables procédés la patience de m'attendre chez ma bonne hôtesse, à qui
il expliquait le motif de sa visite, et qui en témoigna tout son
étonnement, car elle me croyait seulement l'ambition d'être engagée à
quelque théâtre. Mes passe-ports me donnaient la qualification
d'_artiste_. Depuis ce jour, où M. P... m'avait désignée comme femme
auteur, je me vis élevée d'un degré dans l'opinion de ma bonne hôtesse;
car j'ai remarqué que les classes inférieures, quoique plus ignorantes
que ce qu'on appelle le grand monde, montrent cependant pour les
produits de l'intelligence plus de culte et plus d'estime. Ma bonne
hôtesse fut surtout frappée de ce qu'ayant _le talent de faire des
livres_, je n'en parlais jamais et ne _reprenais_ personne dans la
conversation. Je m'amusai beaucoup de ses étonnemens.

M. P... me força d'accepter encore deux cents francs, et prit contre un
reçu mon manuscrit de _Corinne_, m'engageant à continuer; ce que je fis,
au point d'avoir dans moins d'un mois ce manuscrit entier et d'autres à
lui livrer. Mais M. P..., éludant toujours l'impression, mon
amour-propre, servi par un peu plus d'aisance, insista pour cette
seconde condition du marché. M. P... me prévint qu'il ne pouvait
s'occuper de l'impression qu'au retour d'un voyage qu'il allait faire,
et qu'il me laisserait le manuscrit entre les mains crainte d'accident.
Je ne soupçonnai pas encore l'ingénieuse ruse de sa générosité, et il
partit sans que j'eusse la consolation de lui exprimer toute la
reconnaissance dont sa noble et délicate bonté m'avait pénétrée. Je
reçus, le lendemain de la visite de M. P..., le paquet renfermant le
manuscrit, quatre bons de deux cents francs chacun, à prendre rue
Chauchat, chez un banquier, le tout accompagné de ces lignes: «À votre
première vue je vous jugeai mal, votre langage vous eut bientôt vengée;
il ne fallait pas des moyens ordinaires pour obliger une femme qui l'est
si peu: acceptez un service dont rien ne peut vous faire rougir,
continuez un travail qui peut un jour vous honorer. Osez pour la gloire
ce que naguère vous auriez osé pour l'amour. Je m'estimerai toujours
heureux d'avoir encouragé vos premiers essais. Je ne vous verrai
peut-être plus, mais vous ne cesserez jamais de m'intéresser vivement.
Avant d'offrir vos ouvrages, écrivez dans les journaux, votre style doit
plaire et piquer la curiosité; croyez-moi, vous réussirez.» Voilà, me
disais-je en posant tristement la lettre sur mon bureau; voilà encore un
rêve fini. Et je repoussai avec humeur les papiers. J'avais déjà annoncé
mes espérances à Léopold, et voilà que toute cette gloire se réduisait à
de l'argent. Ah! mon Dieu, que j'étais ennuyée et lasse de mes
illusions! Je m'imaginai que la lecture de _Corinne_ avait détruit les
favorables préventions de M. P... pour mes moyens littéraires. Je me
promis de m'en tenir à enseigner ce que je savais parfaitement, sans
courir les chances périlleuses des muses; mais j'avoue que cette
résolution me coûta, car j'avais bercé mon orgueil de tous les songes de
la vanité.

Les billets de M. P..., par une sage prévoyance, étaient à dates fixes
et étagées de mois en mois. Le premier subside pouvait durer six mois;
mais douée d'un instinct de dépense, je trouvai moyen de me le faire
avancer, en promettant sur billet de rembourser 200 fr. par mois, et
j'éprouvai de cette opération de banque qui avançait ma ruine la joie
que donnerait à un être sensé la conquête subite et complète d'une
fortune. Argent touché est pour moi argent dépensé. Le seul frein qui
eût pu me retenir eût été la présence de Léopold. Il avait été fort
malade, et se disposait à aller passer de nouveau un congé de
convalescence en Bourgogne. Ma première idée fut de l'accompagner dans
ce voyage; mais ses devoirs nouveaux, notre triste explication, se
mirent là comme une barrière, et je bornai mes voyages à de ruineuses
excursions à Saint-Cloud, Versailles, Saint-Germain, Vincennes. Je
dépensai en courses et en rêveries champêtres, en onéreuses oisivetés,
ce qui eût pu devenir la ressource suffisante de plus d'une année. Trois
écolières négligées me quittèrent. Je ne revins au gîte que quand ma
bourse fut vide et mon portefeuille plein.

N'ayant jamais pris grand soin de ma santé, parce qu'elle fut toujours
fort robuste, j'avais négligé entièrement les précautions indispensables
pour prévenir le retour de la cruelle maladie dont les symptômes se
produisaient encore quelquefois. Je commençais de nouveau à souffrir,
sans avoir la patience des moindres soins, ce qui aggrava tellement le
mal, que lorsque je revis M. Béclard un mois après, il ne me cacha point
qu'il en fallait venir à une opération. J'hésitai long-temps, et pendant
ce temps une foule d'incidens singuliers vint m'occuper, comme les pages
suivantes vont le faire voir.

Je déjeunais, selon mes habitudes de garçon, dans un café de la rue du
Mont-Blanc. En parcourant les journaux, je lus un article sur la
_Corinne_ de M. Gérard, parfaitement écrit, et qui, en faisant l'éloge
mérité du tableau, contenait des choses on ne saurait plus flatteuses
sur les Italiennes. Je restai vivement frappée, et cédant comme toujours
à mes premiers élans, j'écrivis à la hâte et du champ même de mes
émotions la lettre ci-dessous, qui fut littéralement insérée le
surlendemain dans le _Constitutionnel_. Je m'y attendais si peu que je
ne le sus que vingt jours après, et par hasard, parce qu'un libraire de
Bruxelles me demanda à acheter le roman annoncé par le
_Constitutionnel_. Le manuscrit n'était plus entier. Mes lecteurs me
sauront peut-être gré de mettre sous leurs yeux cette lettre, première
inspiration de la Contemporaine.

     Constitutionnel du 15 septembre 1824.

     «Nous publions avec plaisir la lettre suivante d'une dame italienne
     qui cultive les lettres avec une brillante imagination et
     l'enthousiasme du beau. On lui pardonnera quelque _étrangeté_ dans
     le style en faveur des sentimens. Peut-être cette dame est-elle
     trop sévère à l'égard des beautés qui font l'orgueil de
     l'Angleterre. Lord Byron partageait à peu près l'opinion de
     l'auteur de la lettre; mais aussi que d'inimitiés n'a-t-il pas
     excitées! La mémoire du poëte en souffrira long-temps.»

     À tous les coeurs bien nés que la patrie est chère!

     MONSIEUR,

     L'article sur la seconde _Corinne_ due au pinceau, au génie
     créateur du célèbre peintre de la première déjà si belle, si
     touchante; cet article, hommage flatteur pour les femmes de mon
     pays, m'inspire un enthousiasme de reconnaissance qui peut seul
     excuser ma hardiesse de vous importuner. Née sur les rives fleuries
     de l'Arno, mais Française, plus encore par mes souvenirs de
     félicité et d'amers regrets que par vingt-cinq années de séjour,
     j'aime surtout entendre les Français rendre justice aux qualités de
     nos Italiennes, que seuls peut-être de tous les peuples ils ont pu
     bien apprécier, parce que seuls les Français réunissent les dons
     heureux qui parlent au coeur et à l'imagination d'une Italienne de
     quelque mérite. Je me suis déjà demandé souvent comment une femme
     telle que madame de Staël a pu se tromper au point de prendre son
     héros aux bords de la nébuleuse Tamise, plutôt que de le choisir
     parmi les Français, dont les noms sont chers à l'amour, à
     l'honneur, et qui placent la beauté et la faiblesse sous la noble
     et brillante égide de la valeur. Une Italienne aimer un Anglais,
     c'est vouloir unir le feu à la glace. L'amour de l'Anglais le plus
     aimable même est composé de présages, de crainte, d'hésitation, de
     froide tendresse, de raison, de raisonnement sur l'amalgame
     desquels domine... l'orgueil. Comment de pareils hommes
     comprendraient-ils quelque chose aux élans passionnés, à l'abandon
     exalté d'une âme formée sous le plus beau ciel, et bercée avec les
     rêves poétiques des Tasse et des Arioste, et dont les premières
     impressions naquirent au sein de toutes les nobles productions des
     arts et du génie? Les Français seuls ont pu les apprécier, les
     comprendre. Oui, noble France, vos valeureux enfans, vos poëtes et
     vos artistes ont éprouvé, partagé l'enthousiasme du génie; leurs
     coeurs ont palpité à l'unisson avec les coeurs inspirés des femmes de
     l'Italie, terre classique des arts, dont elle fut le berceau, comme
     aujourd'hui la France en est la riche pépinière. Les remarques sur
     _les belles faiseuses de thé_ m'ont rappelé un court séjour à
     Londres, et je n'ai pu qu'applaudir au _very shocking, very
     improper_ qui s'applique aux élans de l'esprit comme aux
     maladresses d'une femme de chambre ou d'une couturière. En voyant
     une belle Anglaise, je pense toujours que si Pygmalion eût fait sa
     Galathée dans la patrie des Clarisses, au lieu de celle des
     Aspasies, il eût certes pu produire une blanche, régulière et belle
     statue. Mais jamais Vénus ni l'Amour n'eussent compromis leur
     puissance jusqu'à vouloir l'animer, et la beauté fut restée...
     marbre. Je compose une _Corinne_. Mon héroïne née sur les bords
     enchanteurs de la Brenta, et mon héros, à la brillante cour de
     François premier, auront un bien beau sort s'ils peuvent mériter,
     messieurs, votre flatteuse approbation. Mon Alfred ne tient pas du
     beau flegmatique des Oswald d'outre-mer, mais un seul de ses
     regards suffit pour fixer une destinée entière, et il ne peut
     préférer à sa maîtresse que la gloire, seule digne rivale de
     l'amour, il s'applaudit en mourant de lui avoir tout sacrifié, tout
     hors l'honneur. Une Corinne après madame de Staël, serait une
     pitoyable prétention, s'il y avait l'ombre de ressemblance. Hors le
     nom, ma Corinne ne parle point de l'Italie où elle vit le jour:
     _elle aima un Français, vécut en France, y goûta toutes les
     félicités du coeur, et la terre antique qui avait protégé_ son amour
     couvrit aussi _un sein de dix-huit printemps_, près des restes
     mutilés du brave Alfred qui l'avait animé de tant d'amour et
     angoissé de tant de souffrances.

     Agréez, etc.



CHAPITRE CCXV.

Nouveaux accès de maladie.--Désespoir.--Rose ou l'honnête courtisane.


Tous mes lecteurs ne savent pas combien il est doux de se voir imprimé
pour la première fois, de recevoir un premier éloge des journaux. Je
dois être franche sur le chapitre de l'amour-propre comme sur tout le
reste; je dois dire que ce me fut un précieux encouragement que
l'honneur d'occuper une colonne d'un des journaux les plus lus de la
capitale. Après un pareil encouragement, je repris l'ardeur du travail
et de la composition; mais ce nouveau genre de fatigue aggrava mes
souffrances. Non seulement l'ardent désir de me faire une réputation
littéraire me fit supporter des douleurs inouïes, mais me donna encore
l'orgueilleuse force de les cacher; reculant ainsi et malgré les avis
réitérés de cet excellent Béclard, qui insistait sur la nécessité d'une
opération seule capable de me sauver; mais il fallait être dix mois sans
écrire, c'était mourir.

Je retardai toujours cette opération inévitable que je n'avais aucun
moyen d'entreprendre chez moi; et où prendre la dépense d'une maison de
santé?... En être réduite à oublier sa santé par l'impossibilité d'y
pourvoir, quelle réflexion! et le jour qu'elle se présenta à moi plus
amère, je passais devant la porte de la maison rue Saint-Dominique, que
j'avais occupée pendant ma liaison avec Moreau, à l'époque de la
rencontre de mon pauvre Henri: je ne saurais ressaisir en ce moment le
reflet des étranges pensées dont m'assaillit ce souvenir d'une existence
brillante; c'était bien un regret, mais il portait moins sur moi-même
que sur l'impossibilité de secourir désormais personne. Je me rappelais
le bonheur que j'avais goûté à arracher cet enfant charmant des mains de
l'indigence; je me rappelais son touchant journal, sa mort prématurée,
et sa douce reconnaissance. Je me disais: Mon pauvre Henri, jette en ce
moment d'en haut un regard douloureux sur ta mère adoptive, intercède
pour qu'il soit accordé à son infortune un peu de cette compassion
qu'elle fut si heureuse de prodiguer à la tienne. Plongée dans cette
morne mélancolie, je descendis la rue jusqu'au boulevart des Invalides.
Là m'attendaient d'autres cruelles émotions. Presque vis-à-vis l'hôtel
de M. de La Rochefoucauld je fus obligée de me ranger contre le mur pour
laisser passer des hommes qui portaient un de ces lits qui servent à
conduire les pauvres à l'Hôtel-Dieu. Une pauvre femme gisait sur cette
ambulance de la misère: Ô si le sort doit me réserver un pareil moment,
que je meure aujourd'hui, mon Dieu, fut le cri de tout ce qui me restait
de sentiment. Je suivis d'un oeil humide ce triste convoi: je trouvai
assise sur un des bancs de l'esplanade, une jeune personne dont le
visage charmant était couvert de larmes qu'elle cherchait vainement à
dérober aux regards indiscrets des passans. Son maintien était timide,
sa toilette était décente; cependant à la première vue et malgré cette
tristesse qui est déjà un titre à mon intérêt, je ne sentais pas à son
aspect ma spontanéité ordinaire de bienveillance. Je m'étais approchée.
Seule d'abord sur le banc, deux hommes et des bonnes avec des enfans
l'occupèrent bientôt. La jeune fille avait juste l'air de n'oser ni se
lever ni savoir comment rester. Les hommes l'insultaient, et ces
grossières servantes de rire. Déjà mon coeur raisonnait le parti à
prendre, lorsqu'il fut résolu par un seul accent. «Ah ma pauvre mère!» À
l'instant, je me place à côté de la jeune fille, et lui prenant la main,
je l'interroge avec cet abandon qui fut toujours écouté. Ma toilette
n'avait rien de ce qui en impose; mais là encore, ma tournure fit son
effet ordinaire. Tout cela mit fin à l'impertinence des unes et à la
grossièreté des autres. Je vous prie, dis-je à l'une des personnes
présentes, de me faire venir un fiacre; vous serez pour quelque chose
dans le service que je vais rendre à cette pauvre enfant. Après le
départ du messager, la petite me dit la cause de son embarras, et me
bénit de lui procurer une voiture. Elle n'eût pu se lever sans se donner
en spectacle. Conduite au fiacre, qui arriva au grand trot, je demandai
à mon obligée où il fallait la conduire; et nous voilà roulant vers le
côté opposé de Paris, rue de Bondy.

Il ne me fallait pas grande conversation pour voir que, dans un genre
plus bas encore, j'avais écouté mon bête de coeur pour une seconde
Aurélie, et ce qu'il y avait de plus fâcheux, rien dans les discours de
Rose n'annonçait les qualités de la première, ni sa séduction dans le
langage. Rose était tout bonnement une femme perdue, sans regrets, sans
remords, mais avec un dégoût si vrai et si énergiquement exprimé, que
j'ai souvent pensé que c'était une vertu encore. C'est au coeur de mes
lectrices que j'en appelle pour juger par quelle étrange contradiction
de sentimens bas et élevés la pudeur faisait à la piété filiale un
sacrifice journalier, dont un seul conterait la vie, si la vie d'une
mère n'en devenait la cruelle et consolante excuse.

Rose était fille naturelle d'une ouvrière qui, sage et belle, succomba
aux promesses légitimes de l'homme qu'elle aimait, fils lui-même des
maîtres de Marianne, qui, à peine enceinte de trois mois, vit qu'elle
avait perdu le coeur de son amant, et qu'elle ne devait plus compter sur
sa main. Marianne n'avait pas quinze ans, elle était délicate, et le
chagrin aggrava les incommodités de son état; son travail en souffrit,
et l'homme qui l'avait immolée fut assez lâche pour se faire son
oppresseur. Il se plaignit (comme chef de l'atelier) du travail de
Marianne; on diminua son salaire. Elle se résigna sans murmure, ne parla
plus même à l'homme qui l'avait perdue, et cessa de paraître au magasin,
vivant de la vente de son faible avoir, jusqu'au moment où elle donna le
jour à Rose dans cet asile dont la bienfaisance publique fait les frais,
asile généreux et triste cependant, qui enlève à la maternité son
caractère divin et à l'enfance son intérêt touchant. Marianne, quoique
bien faible, voulut nourrir sa fille; et lorsqu'à peine rétablie,
sortant de ce lieu de souffrance sa fille dans ses bras, elle se vit
sans asile, sans ressources, elle se crut riche plus qu'une reine. Elle
vécut trois ans, se privant de tout, mais Rose ne manquait de rien. À
six ans cet enfant, qui était d'une beauté ravissante, fut attaquée de
la petite vérole; sa mère qui la veilla seule en fut atteinte, ne
l'ayant pas eue. Rose se rétablit aussi fraîche, aussi jolie; mais sa
malheureuse mère y perdit la vue et fut frappée d'une affreuse
paralysie. La pauvre Marianne réduite à cette extrémité crut devoir
faire taire tout orgueil, immoler tout ressentiment à l'amour maternel,
et écrivit le touchant et simple récit de sa position au père de Rose:
«Elle est votre fille, vous le savez, Henri, elle vous ressemble, elle
est belle autant que vous me parûtes beau ce jour fatal que je croyais
le plus heureux de ma vie. Henri, ne l'abandonnez pas; moi, je puis
mourir; mais y exposer mon enfant, ma Rose! ah! ne soyez pas si barbare
que de m'y réduire. Vous m'avez aimée, Henri, vous êtes riche, et la
pauvre Marianne vous a tout donné, tout... oh! oui, plus que la fortune,
plus que la vie. Henri, songez que sans vous Marianne eût vécu heureuse
et honorée, et qu'elle meurt à vingt ans, infirme et misérable, laissant
un enfant, le vôtre, une fille adorée, sous la seule garde de la charité
publique. Henri, sauvez notre fille, si vous voulez que Dieu vous
pardonne un jour, comme la malheureuse Marianne.»

On aura peine à croire que cette lettre d'un si déchirant intérêt obtint
la réponse suivante. Je l'ai vue, et j'ai été la reprocher au monstre
qui n'avait pas rougi de l'écrire dans sa brutale insolence.

«Je suis bien étonné que vous soyez assez audacieuse pour m'étourdir de
votre bâtarde et de vous. J'ai une fille et j'en ai soin; je l'aime,
elle ne manque de rien, pas plus que sa mère, qui est ma femme. On
aurait affaire, nous autres _gros_ marchands, à écouter toutes les
réclamations des filles qui sortent de nos ateliers par leurs fredaines
et voudraient bien y rester en maîtresses. Je ne vous dois rien et ne
vous donnerai rien; et si vous recommencez, je vous ferai mettre entre
les mains de la police; entendez-vous?»

Depuis la réception de cette lettre, la pauvre Marianne dépérissait sans
être assez heureuse pour mourir: jeune et mère, elle luttait doublement
contre la force de l'âge et de l'amour maternel. Les voisins, bons et
charitables ouvriers, eurent quelque pitié de tant de courage et de tant
de misère. Au milieu des larmes et des privations, Rose croissait en
beauté, et atteignit à peine sa onzième année, que sa taille développée,
son délicieux visage et sa grâce attirèrent pour son malheur l'attention
d'une de ces viles misérables qui, après s'être vendues elles-mêmes,
vouent le reste d'une vie passée dans l'infamie au plus odieux métier
encore de séduire et de vendre les autres. Cette créature habitait le
voisinage et jouissait d'une sorte d'aisance; elle avait une fille de
seize ans auprès d'elle, d'abord sa victime, et bientôt sa complice.
Elles réussirent à attirer l'enfant, sous prétexte de lui donner de
légers secours pour sa pauvre mère que la vieille vint voir. Il y a dans
le coeur d'une bonne mère une prévision craintive pour le sort de ses
enfans, qui sait long-temps les sauver: cet instinct maternel, devinant
la corruption cachée sous l'aumône, fit défense expresse à Rose de voir
cette femme et d'accepter la moindre chose d'elle. Qui oserait ici
s'élever contre l'enfant malheureux dont l'éducation n'avait point
prémuni l'esprit contre les dangers du monde, et qui opposa son opinion
aux volontés de sa mère, et crut d'autant moins faillir, qu'elle ne
consentit à éluder ses ordres et à la tromper que pour la voir moins
malheureuse? Tous les prétextes furent inventés pour faire du bien à
Marianne, non pas avec cette ostentation qui eût pu éclairer de nouveau
la prudence de la mère, mais avec cette délicatesse habile de
bienfaisance qui rendait bien difficile à un coeur vertueux, quoique
faible, de soupçonner sous les effets d'une charité consolante un autre
but que le plus noble de tous, le désir de secourir son semblable. Rose,
à qui on ne faisait rien apprendre que le prix de sa beauté, perdit en
moins de deux années toutes ses vertus, excepté un amour filial auquel
peu après elle s'immola avec d'autant plus d'héroïsme qu'il ne lui en
revenait que l'infamie, au lieu de l'estime et l'admiration qui, dans
tous les autres sacrifices que ce sublime sentiment inspire, en fussent
devenues la récompense.

Marianne languissait toujours, mais moins péniblement, ne manquant plus
du nécessaire, ni même d'une certaine aisance.

Rose était sa seule garde. À douze ans accomplis, Marianne crut
s'apercevoir d'un dépérissement de sa fille, et d'un total changement
dans son humeur qui l'inquiéta sans qu'elle osât le dire. Sa fille ne se
plaignant de rien, et reprenant peu à peu de la gaieté et de la
fraîcheur, les craintes maternelles cédèrent aux réponses de Rose, qui
la rassurèrent entièrement. Si elle eût alors écouté ces tendres
terreurs, il eût encore été temps d'échapper à l'abîme de la
prostitution; mais la mégère qui avait trafiqué de son innocence façonna
l'infortunée à une infamie régulière, dont l'horrible salaire était
devenu aux yeux de la pauvre Rose le pain de sa mère.

«Je mourais de dégoût et de peur, madame, me disait cette malheureuse,
chaque fois que j'allais chez celle qui m'avait perdue; mais comme j'en
revenais heureuse quand je tenais dans mon mouchoir de quoi donner à ma
pauvre mère non seulement ce dont elle avait besoin, mais toutes les
petites choses qu'elle aimait bien! Certainement j'aurais bien fait un
grand crime que de m'écouter aux dépens de la santé, de la vie peut-être
de celle qui me l'avait donnée.»

--Pauvre Rose, quel funeste don, pensai-je, en fixant avec un incroyable
attendrissement cette fille si jeune, si belle encore, qui me dévoilait
au milieu même de son infamie une vertu qui, bien dirigée, l'eût
honorée. Rose me fit comme trembler, en me disant d'un accent dont la
persuasion était peut-être la plus forte preuve que son âme avait
échappé à la corruption: «J'espérais, à force d'économies, arriver à une
petite fortune de douze mille francs; cela nous eût donné les moyens de
n'avoir besoin de personne. J'aurais fait acheter un terrain dans le
pays de maman, je l'y aurais conduite, et là, sans la jamais quitter, je
lui aurais dit: Je te dois la vie, j'ai conservé la tienne, vivons et
mourons ensemble.»--Mais les chances de cette triste et honteuse
carrière lui rendirent plus difficile même son horrible dévouement au
sort de sa mère; et six mois de souffrances dont l'affreuse origine
resta cachée à la malheureuse Marianne, épuisèrent le commencement du
trésor qui eût dû assurer l'avenir de toutes deux. Marianne avait
totalement perdu la vue; sa tête affaiblie crut facilement ce que voulut
lui faire croire un enfant son idole et sa seule bienfaitrice. Celle-ci
n'ayant pour but que le plus noble motif, avait pris insensiblement
l'habitude de regarder comme un devoir l'affreuse ressource qu'elle
avait interrompue, et qu'elle rechercha bientôt avec une nouvelle
résignation.

Pendant que Rose me racontait toutes les vicissitudes d'une vie qu'elle
croyait innocente, je répétais: Pauvre mère! malheureuse fille! Ici, je
dois la faire parler elle-même pour dire la catastrophe qui renversa
toutes ses espérances, lui enleva le seul être pour qui elle s'était
immolée, et la laissait malheureuse sans retour, parce que sa mère se
refusait à vivre de la honte de sa fille, du moment qu'elle l'avait
connue. «Figurez-vous, madame, me dit Rose que je connaissais si bien ma
mère, que je faisais tout pour qu'elle ne sût pas ma conduite. J'avais
été obligée de passer par la police, ce qui est bien terrible, car
après, quand on veut redevenir femme honnête, cette tache vous reste.
J'étais sortie un soir un peu à la hâte, j'oubliai le papier de police.
Un inspecteur _du bureau des moeurs_, excité par d'affreuses femmes avec
lesquelles j'avais refusé toute liaison, vint me menacer de la prison.
Ah, mon Dieu! madame, figurez-vous que l'idée de ne pas rentrer auprès
de ma mère, de n'être pas là pour l'éveiller, pour lui donner son café,
pour causer avec elle, c'était me faire mourir de peur. J'offris ce que
j'avais d'argent pour ma liberté, parce que j'avais appris que la police
ne refuse jamais. Il fallut en outre donner mon adresse. Je rentrai
encore bien effrayée et bien triste.

Je trouvai ma mère endormie, mais elle me paraissait oppressée et
malade: je restai assise près de son lit; elle avait la fièvre, et cela
redoubla ma peine. Je ne pus m'empêcher de pleurer. Elle se réveilla, et
alors elle me dit de ne point me tourmenter pour elle, que ce n'était
rien. En me voyant si triste, moi qui étais toujours si gaie avec elle
pour la rendre plus heureuse, elle crut que l'amour en était cause. Mon
enfant, si vous aimiez, il faudrait me le dire, car on vous tromperait;
pourriez-vous me quitter pour un homme?--Je lui dis que je les
détestais, que j'en avais horreur; et c'était vrai, madame: il n'y en a
pas un, jeune ou vieux, laid ou beau, que je ne paie du même accueil; et
pour supporter ce qu'il faut que je supporte, je pense à ma mère, et
j'oublie: c'est le dernier effort de mon courage.

«Je restai quatre jours près de ma mère plus souffrante, sans _sortir_
le soir: _voilà ce qui est cause_ du malheur où je suis et de la mort de
ma pauvre mère, car bien sûr elle n'en reviendra pas. Le quatrième jour,
nous étions à raisonner sur le loyer, je lui comptais mes épargnes, et
lui faisais là-dessus les histoires accoutumées, lorsqu'une voisine vint
nous dire qu'on demandait en bas _une nommée Adeline_, pour la conduire
_au bureau des moeurs_.--Eh! qu'est-ce que cela nous fait? répondit ma
mère, ma bonne Rose ne vous comprend même pas. La voisine est mauvaise,
elle m'avait vue pâlir et rougir, elle alla dire en bas qu'elle était
sûre que _j'étais cette péronnelle_. L'inspecteur monta; je crus tomber
morte en reconnaissant le même de qui j'avais _cru me racheter_. Ses
premières paroles manquèrent tuer ma mère, qui se dressa sur son lit, et
étendant sa main vers moi, m'ordonna de dire comme à Dieu si c'était
moi. Je n'osais ni ne pouvais parler. Je passai 20 fr. dans la main de
l'homme, lui promettant par signe davantage; il ne voulut rien
comprendre, et m'ordonna de venir. Ma mère fit un cri, et tomba
renversée. À cette vue, je poussai l'homme dehors, en lui criant:
J'irai, misérable, j'irai; mais vous venez de tuer ma mère... Rose, ma
pauvre Rose, me disait cette bonne mère, venez mourir près de moi. Ah!
madame, nous passâmes trois heures que je ne souhaite pas même à la
méchante femme qui nous les valut. Ma mère me disait des choses que je
ne comprenais pas, car m'étant plutôt résignée en victime que dévouée en
coupable, je ne me pouvais croire perdue. J'ai promis de chercher à
travailler, j'ai promis de demander l'aumône, plutôt que retomber dans
ce que me reprochait ma mère: de force elle a voulu être conduite à
l'hôpital. Elle m'a remis une lettre pour mon père; vous m'avez trouvée
au moment où, comme vous avez vu, je fus séparée du brancard de
l'Hôtel-Dieu. Ma pauvre mère, qui n'y survivra pas, m'a ordonné de n'y
venir que jeudi. Jugez, encore vingt-quatre heures sans la voir, moi qui
ne l'ai jamais quittée d'un jour, la savoir à un hospice! Ah! mon Dieu,
mon Dieu, c'est à présent que je suis bien malheureuse! Que faut-il
faire, madame?»--Je ne voulus pas ôter à Rose sa soumission aux ordres
de sa mère. Je lui conseillai de placer ses effets dans un autre
logement, de me confier la lettre de son père, de ne plus _sortir_, que
j'allais m'occuper d'elle, et qu'une fois sa mère rétablie, nous
aviserions aux moyens de les faire vivre ensemble dans une campagne.

«Ah! oui, madame, ensemble, car sans ma mère j'aime mieux mourir.»

L'accent de Rose en prononçant ces mots l'absoudrait devant Dieu même de
ses fautes... Était-ce à moi, moi qui avais tant failli, à être sans
pitié; moi surtout qui avais appris de la plus vertueuse des mères que
la pitié et l'indulgence sont les plus nobles qualités de notre sexe, et
aussi les seules voies qui puissent ramener à la vertu. Rose me promit
tout; elle était dans sa position plus riche que moi; je n'avais donc
aucun regret de ne pouvoir la servir de secours pécuniaires; mais elle
avait besoin de protection et d'aide pour effacer le cachet de honte
qu'une désignation de police inflige, et qui devient une barrière à tout
heureux retour. Je n'étais plus ni jeune ni brillante, et les
protecteurs étaient bien plus difficiles à trouver; mais mon activité et
mon désir de réussir me tinrent lieu des avantages et des amitiés
perdus, et au bout de dix jours de démarches j'eus le bonheur d'annoncer
à Rose qu'elle pouvait se présenter à la police, et qu'on lui donnerait
la radiation qui lui rendrait tous les moyens de redevenir honnête.
Jamais joie plus pure n'anima le visage d'une femme que celle qui
embellit les traits de la pauvre Rose. «Ma mère! ma mère!» fut tout ce
qu'elle put prononcer.

«Nous irons la chercher après-demain, lui dis-je; elle doit vivre et
mourir près de vous.» Huit jours après Marianne était établie dans une
jolie chambre, rue Ménil-Montant; et Rose, belle de son amour filial,
vertueuse malgré le passé, se livrait, auprès du lit d'une mère
idolâtrée, aux laborieux travaux d'une aiguille mal exercée, mais dont
son zèle, sa patiente résignation portèrent bientôt le produit jusqu'au
nécessaire. Quelque temps après, Marianne mourut; sa malheureuse fille
voulut se donner la mort.

Je l'ai revue, consolée, encouragée, et heureusement placée comme femme
de chambre chez une dame italienne aussi vertueuse que belle, et qui m'a
plus d'une fois remerciée du présent que je lui avais fait; quoiqu'elle
sache tout, elle m'a souvent dit: «_Quando questa negazza parla della
sua sventurata madre, è una divinita d'amor filiale_[8].» Il me
resterait à rendre compte de ma réception auprès du père de Rose; mais,
n'aimant pas à nuire, même aux méchans, je laisse dans l'oubli
l'affreuse dureté, la barbarie de cet _honnête_ homme envers la
malheureuse qu'il séduisit, envers son malheureux enfant. Il me reste
tant de peines personnelles encore à dire, avant l'époque heureuse où
l'amitié bienfaisante me prit sous sa noble et sûre égide, que je ne
veux pas m'en distraire davantage par des intérêts étrangers.



CHAPITRE CCXVI.

Dernier degré du malheur.--Tentative de suicide.--Deux nouvelles
rencontres.--Tableau du Mont-de-Piété.--Les deux Soeurs.


Je repris le cours de mon travail jusqu'à ce que l'excès des douleurs
qui vinrent m'assaillir me l'eurent rendu impossible.

J'avais revu l'excellent, le généreux Béclard; c'était quelques mois
avant sa mort trop précoce. Il me conseilla de nouveau l'opération, et
préalablement m'engagea à me placer dans une maison de santé. Je le
promis, mais ma caisse entièrement vide ne m'en laissait plus aucuns
moyens. Je fus plus d'une fois prête à me décourager. En bien peu de
temps j'avais dissipé des ressources qui eussent pu suffire deux ans à
une vie obscure; rien ne pouvait me corriger de mes prodigalités, et je
ne frémissais qu'à l'idée d'un hospice. Quand je me portais
passablement, il ne fallait souvent qu'un rayon du soleil, une tasse de
café prise à ma fantaisie, pour me rendre tout l'élan d'une imagination
qui m'a perdue. Jetée en dehors de ma position naturelle dans le monde,
en hostilité avec tous les usages, avec toutes les salutaires
convenances qu'il impose, je n'avais, abandonnée de la terre entière, à
espérer que les consolations que le hasard, devenu fort avare, pouvait
m'envoyer.

On a dit depuis long-temps que _plus on a moins on vaut_.--Je pouvais
donc, à l'époque dont je parle, me vanter de valoir beaucoup, car je ne
possédais plus rien. Me demander comment, avec 50 fr. par mois, et à peu
près 20 fr. que me valaient mes leçons, je pouvais me trouver réduite à
cet état de dénuement, je répondrai ici avec sincérité que je n'y ai
jamais rien compris moi-même, et je suis obligée de souscrire à ce
jugement d'un homme qui me connaît bien: pour cette excellente
Saint-Elme, une somme de vingt francs reçus représente toujours 40
francs de dépenses, et 60 francs de dettes. Hélas, oui, je faisais des
dettes, mais sans avoir jamais provoqué la confiance de personne par des
mensonges et de belles promesses. Les personnes qui m'offraient des
facilités pour mes modiques besoins de toilette voulaient se faire une
haute opinion de mes moyens; parlant plusieurs langues, écrivant avec
facilité, on croyait sans peine que je paierais un jour si je voulais
travailler, et j'ai eu le bonheur d'y répondre. Ma bonne foi n'a point
manqué à ces témoignages de confiant intérêt. Mais avant, quelle agonie
de privations n'ai-je pas eue chaque jour à subir!

L'époque de la mort de Louis XVIII est celle de mon plus affreux
dénuement. J'étais au fond de l'abîme creusé par vingt années de folies,
dont l'âge et l'expérience du besoin ne m'avaient point éloignée. Il ne
me restait plus que l'alternative de solliciter la pitié par
_circulaire_ ou de m'y soustraire par une minute de courage. J'avais
depuis plusieurs mois perdu jusqu'au charme de ma liaison avec Léopold,
le seul être dont la présence et l'attachement auraient pu redonner de
l'énergie à mon âme et me faire vivre de cette vie de liberté, de
mystère et d'illusion, dont aucune femme n'eut jamais besoin comme moi.
Il était loin; ses lettres devenaient plus rares; je n'y répondais
presque plus, parce que (et ceci me paraît une confession bien sincère
et bien complète) il m'obéissait trop dans cette dernière
correspondance: il ne me donnait bien exclusivement que ce nom _de mère_
que j'avais placé entre lui et ma faiblesse, comme la seule condition de
nos rapports, que j'avais seul voulu, malgré ses prières, malgré ses
désirs alors si passionnés; ce nom dont je me sentais toutes les nobles
qualités pour lui, dans ses lettres me parut une sorte d'outrage, une
sorte d'abdication de ses anciens sentimens. Je me disais, en froissant
sa dernière lettre avec amertume entre mes doigts: Il m'aime comme sa
mère maintenant; un jour il me demandera mon _consentement_ pour
posséder celle qu'il _aura choisie_ par amour. Jamais! jamais!... Et dès
ce moment la vie perdit tout ce qui m'y attachait encore. Si je pouvais
aimer comme beaucoup d'autres femmes, bien plus que moi dignes d'être
aimées, il me serait resté du bonheur pour une paisible intimité. Mais
sans passion que peuvent être des attachemens sur la terre?

J'ai eu l'ambition de l'amour comme Napoléon avait celle du pouvoir: des
peines déchirantes, des résolutions terribles, point d'obstacles aux
sacrifices qui le prouvent à l'objet aimé; mais aussi point de doutes,
point de raisonnement, une réciprocité passionnée, ou... rien... J'avais
trop senti ces blessures du regret, de la jalousie, du devoir, pour me
flatter d'être moins femme qu'une autre femme, et de donner bien
sûrement le change à tout ce qui restait de mon sexe; il me fallait
encore des épreuves pour arriver à ce calme du coeur qui ne cherche plus
qu'à réparer par une fin honorable une vie d'agitation et de délices. Je
n'y suis parvenue que par une série d'inconcevables scènes, il est vrai;
mais lorsque je pense au noble appui que me prêta la plus noble amitié,
oui, j'en atteste le ciel, quand je me rappelle tout ce que firent pour
moi Alexandre Duval, et Talma, son associé de bienfaits; quand je me
rappelle cette constance à obliger, cette patience pour l'ennui de mes
irrésolutions, il y a des momens où je suis prête à dire que j'ai été
_heureuse d'être malheureuse comme cela_. Mais, avant d'en venir à ce
dernier épisode, à ce terme de mes innombrables vicissitudes, je veux
consigner un trait de bonté, de générosité rare d'un homme dont rien n'a
pu me faire pénétrer le rigoureux incognito.

Mon habitude était, je l'ai dit, de sortir le matin, et de ne rentrer
qu'à l'heure du dîner. J'appelais cela une vie de garçon; mais ma vie de
garçon n'allait pas jusqu'à sortir le soir, tant que je pus payer ma
pension; mais, depuis un mois en arrière de mon loyer, j'aurais rougi de
me prévaloir de la confiante amitié de mon hôtesse pour prendre à table
une place qu'un hôte plus lucratif pouvait occuper, et je lui avais dit
que je donnais leçon dans des quartiers trop éloignés pour pouvoir
rentrer de bonne heure. Femme excellente, elle me dit tout ce qui
pouvait rassurer mon amour-propre, et bien plus que d'ordinaire on ne
peut attendre des personnes dont on est le débiteur, pour m'engager à ne
pas me gêner. Mais mon parti était pris, et il y avait bien quinze jours
que, sortant vers deux heures alors, je ne rentrais que vers huit,
courant, l'oeuvre de mon déjeuner une fois accomplie, du Père Lachaise au
Luxembourg, et souvent encore passant devant les divers logemens que
j'avais occupés aux diverses époques de ma vie. Je ne ferai jamais
comprendre à mes lecteurs tout ce que mon imagination et mon âme me
créèrent encore de nouvelles douleurs dans ces courses qui me
détournèrent de tout travail, et me poussèrent enfin, par regret et
lassitude de la vie, à la presque résolution de me l'ôter. Le jour que
je veux rappeler, j'avais erré dans les environs du Champ-de-Mars:
assise sur le beau pont d'Iéna, il se fit un tel bruit dans mon coeur
que, sans penser à ce qui m'entourait, je sais que je pris ma tête à
deux mains et que, dans l'abîme de mes pensées, je m'écriai: «Quelle
existence d'effroi et de désespoir peut renfermer une minute!»

Je me retirai par le côté droit du quai, près la pompe à feu; mon regard
se tourna sur Chaillot. Toi aussi, pensai-je, tu n'es plus; et même la
gloire, même cette brillante chimère s'éloignera de ta tombe... Eux du
moins sont tombés dans les rangs français, où... pour y avoir toujours
combattu... Moi aussi je vais mourir, et ne veux penser qu'au bonheur de
quitter une existence vouée à de si déchirans souvenirs, à de si mortels
regrets... J'étais arrivée au milieu du Cours-la-Reine, lorsque je
remarquai quelqu'un qui paraissait m'observer et me suivre; je retournai
sur mes pas, et continuai à marcher jusqu'à ce que la personne se fût
tout-à-fait éloignée. Nous étions en septembre, et le jour était baissé.
Je suis peu facile à intimider le jour; mais, n'ayant jamais eu
l'habitude de sortir le soir sans être accompagnée, je fis tout à coup
une première et triste réflexion sur mon isolement, et j'avançai de
nouveau vers la barrière, très résolue à ne plus rentrer dans Paris...
Dois-je le dire?... oui, je pensai une heure froidement et avec calme
aux moyens de me donner la mort. Mes papiers étaient depuis un mois
arrangés et déposés de façon à ce que cette terrible résolution apparût
dans toute sa vérité. Je vais dire avec naïveté, au risque même d'un
ridicule, la pensée qui me sauva la vie. J'étais arrivée tout près de
l'établissement des eaux minérales de Passy, à l'endroit où le quai mal
réparé offrait une facile descente sur la grève, qui en ce moment était
à sec à une grande dimension; je m'assis derrière le parapet. Le bruit
de la route diminuait insensiblement; la nuit était devenue obscure.
J'avais, le matin, ôté le sachet contenant le sanglant souvenir de la
Maternité, mis sous enveloppe, et adressé, comme tous mes papiers, à
Alexandre Duval. Je m'étais assurée de l'exactitude avec laquelle la
remise de ce précieux dépôt serait faite en cas d'événement. Je ne
croyais pas que, pour ma tranquillité, j'eusse droit de causer du
trouble à mes amis; mais ils m'eussent pleurée, regrettée; car bons, si
bons, ils savent que Saint-Elme est une bonne femme, et c'est quelque
chose, puisque cela donne de tels amis quand le malheur est là escorté
de vieillesse et de souffrance.

Je regardais depuis quelques instans l'eau qui coulait doucement devant
moi; je commençais à sentir le froid de la soirée, et je me disais: _Ce
sera pire, mais cela n'est pas long; je me glisserai la tête en
avant_.--Ah! quelle différence de ce moment à celui où j'eus le bonheur
de trouver madame de T*** et de la sauver. Cette pensée me fut douce,
elle fit qu'un moment je me crus une victime du sort, et je
m'attendrissais sur moi-même, tandis que je n'aurais dû que maudire mes
extravagances qui seules m'avaient conduite au bord de l'abîme dont je
mesurais depuis long-temps la profondeur. Les larmes sont un bienfait;
pleurer, c'est presque échapper au désespoir; l'attendrissement ne fait
point commettre d'attentat: aussi déjà je me retirais avec horreur et
effroi du lieu où j'avais formé de si sinistres projets. En remontant
lentement vers le parapet, une autre terreur vint me saisir. La solitude
de la route prouvait que l'heure était avancée, et à la brune même elle
serait indue en pareil lieu pour une femme seule. Je ne saurais rendre
toutes les peurs qui me saisirent à la fois. Seule sur une grande route,
au milieu de la nuit, et voyageant, j'aurais marché sans crainte.

Je restai comme clouée au parapet. Un homme vint à moi; c'était la
personne que j'avais évitée; je m'élançai au-devant, et saisissant son
bras: «Ne me fuyez pas avant de m'entendre, lui dis-je d'une voix
entrecoupée de pleurs, protégez-moi, ne me laissez pas seule ici.» Son
cabriolet était à la pompe à feu, il me le disait tout en m'entraînant
pour y arriver, criant du plus loin à son domestique: «Pierre, venez par
ici, du côté de l'eau.» À ce mot si simple je frémis involontairement;
l'inconnu me comprit, car son bras répondit au mouvement du mien. Il y
eut dans ce mouvement sympathique une sensation si consolante qu'elle me
ranima presqu'entièrement, et prenant une haute opinion du coeur de mon
guide, je résolus de ne lui rien déguiser de ma résolution, et même
peut-être de lui confier ma position tout entière. Au réverbère, je
levai mes yeux sur lui, et je vis une belle et noble figure où les
passions avaient laissé leurs empreintes; il était d'une taille fort
élevée. À peine étions-nous montés, qu'il me demanda si je voulais
permettre qu'il me reconduisît chez moi, ou si je voulais descendre sur
la place.

--«Oh! descendez-moi à ma porte, je sens que je ne supporterais pas ce
soir de me voir encore seule dans la rue.

--«Pauvre malheureuse femme! confiez-vous à mon honneur; vous êtes donc
bien à plaindre?

--«Ah! plus que toutes les expressions ne pourraient le peindre, et...
par ma seule faute.

--«Cet aveu seul les diminue grandement à mes yeux, et si je puis les
réparer, comptez dès ce moment sur un véritable ami. Me suis-je trompé,
vous n'êtes pas Française?

--Non de naissance, mais de coeur, d'adoption passionnée.

Nous passions, au moment où je disais ces mots, près du Pont Louis XV;
tout à coup un cri de déchirant souvenir m'échappa, et tendant
machinalement mes bras vers ce lieu, il y a bien près de neuf ans que
j'ai éprouvé là plus que la mort. Ah, monsieur, pourquoi survit-on à de
pareils jours? Et mes larmes coulèrent par torrens.

--Pauvre malheureuse femme, répétait l'étranger, je crois vous
comprendre... et je vous plains bien plus encore; mais calmez-vous, et
surtout ne me faites aucune confidence au sujet du _7 décembre_. Si les
bornes d'un cabriolet n'eussent arrêté mon élan, je me serais jetée au
côté opposé de la place, tant ces mots me parurent renfermer de tristes
désappointemens de mes nouvelles espérances. _C'est un ennemi_, fut
l'idée qui me tomba sur le coeur comme un poids terrible; et sans
autrement réfléchir je fais un mouvement pour saisir les guides.

--Que faites-vous?

--Je veux, je dois descendre ici; vous m'épouvantez, vous me faites
horreur.

--Moi?

Et il avait à ce mot saisi mes mains, les tenait si fortement que le
cheval s'arrêta du mouvement; l'accent de ce _moi?_ était au-dessus de
toute idée; je voyais qu'il allait parler, ajouter une rassurante
explication à cette syllabe unique, et mon âme était dans mes regards.
Tout à coup la physionomie si expressive de l'inconnu devient froide,
compassée. Vous avez raison, me dit-il, et poussant vers un fiacre de la
rue Royale il m'y descendit, ordonna au cocher de me conduire, me pressa
la main, et me dit à voix basse en italien: Mon adresse est dans votre
sac, écrivez-moi. J'étais encore sur le marchepied du fiacre qu'il avait
déjà tourné la rue Saint-Honoré.

Je n'avais pas de quoi payer une course, et aller à pied à plus de onze
heures jusqu'à la rue Bergère... le portier payera; j'ai encore quelques
pièces; avec cette pensée je donnai mon adresse, et le fiacre, par son
monotone balancement, rendit mes idées mille fois plus lugubres encore.
Je ne sais quelle épouvante profonde m'avait saisie au coeur, mais je ne
savais proférer que les mots: ah, mon Dieu! Dieu de miséricorde!
aurai-je dû la vie à un ennemi? L'inconnu m'avait dit d'une voix tout
émue: pas un mot du 7 décembre. Le remords, le regret peut-être...
est-ce un parent du maréchal? Mais non, ceux-là ne doivent pas repousser
les regrets que sa perte a causés. Arrivée à l'hôtel, je fis payer et
montai rapidement à ma chambre. Le matin, la maîtresse de l'hôtel me fit
prier de ne pas sortir sans la voir. C'est mon congé, disais-je, qu'on
est contraint de signifier à qui ne paye pas; cela est naturel; et tout
en achevant de m'habiller je réglai ce qui revenait à mon hôtesse par
deux bons sur mes 50 francs par mois, et me disposai à chercher quelque
autre obscur réduit. Je descendis dans d'assez maussades dispositions.
Ce n'était pas ce que je croyais, ou plutôt c'était cela avec quelque
ménagement. On me proposa une autre petite chambre plus haut: je refusai
la jolie chambre plus haut; car il faut avouer ici une faiblesse dont le
dénûment de toute ressource n'a pu me corriger, c'est la manie d'être
logée avec quelque agrément. Puisque la vie est un voyage, pourquoi ne
vivrait-on pas en voyageur?

Je reviens à mon changement de domicile. Ce que j'avais de ressources
passa à l'acquit du logement que je quittais, et il ne me restait rien
pour mes autres besoins. Sans argent, éprouvant toutes les douleurs
d'une cruelle maladie, humiliée jusque dans ma toilette, je me mis à
chercher un asile. Ce fut encore la journée aux rencontres et aux
aventures. Vers la rue d'Enghien, j'aperçus un élégant cabriolet, et
reconnus un M. d'Or..., dont ma vertueuse mère avait sauvé la famille.
La sainteté de ce souvenir m'enhardit à aller droit à lui. Il me
reconnut, je ne pus m'y tromper; mais inspectant encore plus vite ma
toilette que mes traits, ses yeux prirent cet air insolemment
compatissant qui ne promettent qu'une sèche et stérile pitié. «Quoi!
c'est vous, vous ici?

--«Oui, monsieur le chevalier, c'est moi, la fille de la baronne
Van-N***, la bienfaitrice de vos parens aussi malheureux alors que moi
maintenant.» Ici je regardai ma robe en pensant au dénûment encore plus
triste de sa famille, auquel ma bonne mère avait si promptement et si
généreusement pourvu.

--Je suis bien pressé, dit le chevalier; je ne vous offre pas de monter
dans mon cabriolet, mais je vous verrai, je vous aiderai.

--«Vous _le devez_, car c'est le remboursement d'une dette d'honneur et
de reconnaissance; et... cependant je n'y compte pas.»

--«Mon Dieu, n'allez-vous pas vous fâcher! Vous avez une singulière
tête, au moins, madame Van-N***.»

--«Je vous défends de m'appeler de ce nom; puisque vous ne pouvez
oublier qu'il fut le mien, c'est en me rendant ce que vous devez à ma
famille, que vous pourrez seulement acquérir le droit de le
prononcer.--«Madame, madame, voilà de grands et terribles mots. Mais
convenez qu'avec votre brillante fortune il a fallu bien des folies pour
en être réduite _où je vous vois_; cependant veuillez m'indiquer votre
domicile.»

«--Ne vous en occupez pas, monsieur, je saurai bien vous donner de mes
nouvelles.» Mon regard dit le reste, et je le quittai. J'avais besoin,
un besoin étouffant d'être avec moi-même, mais la fatigue me gagna, et
je me décidai à rester encore une nuit à mon ancien hôtel, fût-ce même
dans l'élégante mansarde dont on m'avait offert la perspective. Cette
journée devait être celle des plus cruelles impressions. En revenant par
le faubourg Montmartre, je me trouvai en présence de deux personnes qui
m'avaient connue chez le général Moreau et qui avaient souvent dîné à ma
maison de Passy. La seule délicatesse m'interdit de mentionner leur
accueil, et de répéter les paroles et les propositions humiliantes qui
l'accompagnèrent, et auxquelles je répondis avec tout ce qui me restait
de courage et de fierté. De tant de bijoux, débris d'un luxe qui dépasse
toute croyance, il me restait, et par oubli, des boucles d'oreilles plus
jolies que précieuses. Dans le désespoir d'une détresse qui venait de
m'humilier, je songeai à les livrer au Mont-de-Piété, et j'eus la force
de me présenter moi-même dans ces tristes lieux où tout rappelle ce
qu'il y a de plus hideux dans la vie, la cupidité et la misère. Témoin
de ce spectacle pour la première fois, je vis là une scène de douleur
qu'avec bien peu de chose je changeai en joyeuse reconnaissance, et qui
me fit vraiment sentir qu'on est toujours assez riche quand on éprouve
le besoin de consoler et de secourir. Je venais d'obtenir de l'usure par
privilége 80 francs. Je pouvais donner encore; et à la vue d'une misère
que le cinquième de ma somme pouvait alléger, je fis de bon coeur un
sacrifice que j'appellerai une _bonne action_, car elle me rendit
heureuse et fière. Les mourantes lèvres de l'objet de ma compassion me
donnèrent des avis qui m'encouragèrent à réclamer l'appui de mes amis
véritables, et de chercher dans une occupation constante les moyens
d'une existence tranquille et honorable.

Voici les détails de cette félicité singulière dans mon infortune.
J'attendais mon tour dans le bureau, observant les dix ou douze
personnes qui s'y pressaient avec impatience. Quel mélange de tous les
rangs et de tous les états! Des femmes élégantes déposaient des bijoux
et des pierreries, et d'autres des draps grossiers; un militaire jetait
sa montre avec colère, et de pauvres ouvriers se débarrassaient avec
gaieté de leur habit jusqu'au dimanche. Je ne répéterai pas tout ce que
j'entendis; mais mes regards se fixèrent sur une femme à l'air timide,
aux vêtemens de cette propreté pauvre qui m'a toujours fait tant pitié,
qui, repoussée, coudoyée, se trouva contre moi. Apparemment que le
malheur n'avait pas effacé de mes traits cette expression qui n'a jamais
été méconnue par les infortunés, parce qu'elle n'a jamais été trompeuse
pour l'infortune; car une voix bien douce et presque suppliante me dit:
«Madame, vous paraissez bien bonne; laissez-moi passer avant vous; ma
soeur est seule à la maison, et en couche de cette nuit, et...--Passez,
et attendez-moi sur l'escalier; ne vous en allez pas sans m'avoir
parlé.--Oh! ma chère dame, que je vous remercie!» La pauvre petite femme
présenta au bureau deux chemises de grosse toile, mais si blanches
qu'elles en étaient belles, et un drap...

«Combien?

«--Le plus que vous pourrez.

«--Il faut fixer.

«--Eh bien, huit francs.

«--Cinq, voulez-vous?

«--Mon Dieu, il le faut bien.»

Je pris la petite par la main, crainte qu'elle ne s'en allât, et lui
remis dix francs dans la main, me trouvant riche et heureuse de pouvoir
les lui offrir. «Ce n'est pas tout, pauvre petite; je veux vous
accompagner, je vous suivrai de loin.--Ah! madame, que vous êtes bonne!
Pauvre soeur, elle nourrira son enfant.» La jeune fille pleurait tout en
marchant, et nous arrivâmes en haut de la rue Cadet, à une assez belle
maison. «Je vais voir si ma soeur dort; voulez-vous, madame, attendre un
moment.» Elle revint presque aussitôt, et m'introduisit dans une chambre
lambrissée qui m'offrit l'exact spectacle de la touchante lithographie
de _la pauvre femme en couche_, avec la seule différence que les arts
ont placé près de ce triste lit où repose une jeune mère donnant son
sein pour berceau à son premier né, le père, l'époux de l'accouchée,
tenant une de ses mains et la regardant avec une expression de
mélancolique tendresse. Il n'y avait là qu'une mère et son enfant; elle
était posée plutôt que couchée sur un seul et dur matelas, tenant son
enfant bien étroitement serré contre son coeur.

J'étais debout, suffoquée, contre le pied du lit; la jeune soeur de
l'accouchée m'avança une des chaises, et le nouveau-né jeta un faible
cri. «Ah! Lise, soulève-moi un peu, dit celle-ci d'une voix affaiblie.»
Aussitôt je m'empressai de le faire. «Vous êtes bien bonne, madame.
Voyez mon joli enfant, cela console de tout.

«--Ne vous agitez pas. Je puis bien peu; mais nous allons causer en
amies, et tout s'arrangera.

«--Mais mon Dieu, madame, vous ne nous connaissez pas; comment
avons-nous pu vous intéresser?... Lise me l'a dit, c'est la peine où
vous l'avez vue. Ah! il faut que vous ayez bien bon coeur; car
l'ordinaire est de fuir les malheureux. Que je regrette que mon pauvre
François ne soit pas ici!

«--Que fait-il votre mari?

«--Ce n'est pas mon mari, madame, c'est notre frère, l'ami de nous tous.
Mon mari, le père de cette pauvre petite, voilà bien le sixième mois
qu'il est entre la vie et la mort.»

La soeur continua en ces termes: «C'était, madame, dix francs qui
manquaient au loyer; votre bonté y a pourvu, et nous arriverons à la fin
de la semaine. Ma soeur Agathe n'est pas exigeante: un bon repas, une
soupe samedi, répareront trois jours de privations.»

L'accouchée était, forte, et cette bien petite aisance que je venais de
lui procurer l'avait absolument ranimée; elle voulut me conter son
histoire. Je me plaçai au pied du lit; et je ne pus m'empêcher, en
comparant la différence, de me dire que, toute fière et heureuse que
j'étais lorsqu'à Florence je m'asseyais sur le pied du lit impérial, où
mon rôle était assez digne d'envie, près de la soeur de Napoléon,
j'éprouvai beaucoup plus de véritable satisfaction, plus de contentement
réel sur la dure couche, dans ce réduit de l'indigence dont
j'adoucissais les rigueurs. La jeune accouchée était fille d'une riche
lingère de province; elle reçut une assez bonne éducation, mais aucun
bon exemple. Sa mère, veuve fort jeune, recevait les officiers de la
garnison. Ernestine s'effrayait du ton leste de cette société, et
attachée depuis son enfance à un cousin de son âge, elle s'était
accoutumée à le regarder comme son mari et son protecteur. Mais à
quatorze ans, le désir de se débarrasser d'une rivale décida sa mère à
lui proposer un mariage, dont la seule idée la remplit d'épouvante; le
refus fut puni par un exil à la campagne. Le cousin avait été aussi
inhumainement renvoyé; il prit du service, fit les désastreuses
campagnes de Russie et de France, et se retira blessé, pauvre et sans
état. La mère d'Ernestine s'était remariée en la privant de tout ce
qu'elle avait pu lui ôter. Bientôt ruinée, cette mère ne reçut de
l'enfant qu'elle avait repoussé que des bienfaits. Ernestine avait
instruit le cousin de tout. On s'écrivait; on s'était revu, et on fit
enfin l'imprudence de s'en rapporter à l'amour pour pourvoir à la
fortune; mais la fortune fut sans pitié. Le cousin, vieilli par la
guerre, n'était propre à aucun travail, et avait en outre rapporté des
habitudes contraires. Toute au bonheur du ménage, Ernestine fut bien à
plaindre. Elle avait un frère qui avait également servi, et dont le
caractère plus solide n'avait conservé de sa carrière militaire que le
sentiment de tous les nobles devoirs; il devint autant qu'il le put
l'appui de sa soeur, dont un accident venait de mettre le mari, depuis
plusieurs mois, hors d'état de travailler. La belle-soeur d'Ernestine
(celle que j'avais rencontrée) s'était dévouée au ménage de son frère,
dont elle supporta seule les peines pendant la pénible grossesse et les
couches d'Ernestine, qui, depuis la maladie de son mari, avait tout
sacrifié peu à peu pour ajouter un peu de superflu au bien strict
nécessaire que donnent les hospices. Enfin accouchée sans autre aide que
la nature, Ernestine n'avait manqué de résignation qu'à la crainte de ne
pouvoir conserver le triste asile où elle venait de donner le jour à
l'être dont «le premier cri m'a, disait-elle, fait croire que ma chambre
est plus belle que la riche chambre que j'avais chez ma mère.»

J'ai déjà trop répété les louanges que la reconnaissance arracha à ces
excellens coeurs. Je les quittai heureuse plus qu'eux encore, et ayant,
je puis l'assurer, entièrement oublié que je cherchais un logement, et
que mon fond de caisse consistait en 20 ou 25 fr. En route, j'eus lieu
de me rappeler qu'un bienfait n'est jamais perdu. En rentrant au
logement que j'allais quitter, je cherchai quelque note dans mon sac, et
quel fut mon étonnement en fouillant d'y trouver un papier ployé qui
renfermait un billet de 1,000 fr., et ces mots: _Écrivez-moi_, avec
l'adresse, que j'ai dû croire celle de la personne qui hier m'a suivie.
Jamais je n'aurais cru que l'argent pût causer tant d'émotion; la pensée
de ceux que je venais de consoler n'y était pas étrangère. Je meublais
déjà en idée une jolie chambre pour Ernestine, j'arrangeais une layette
pour son enfant; je me disais: Léopold, cher Léopold, tu ne te priveras
plus de tout pour moi. Tout cela fut une seule sensation, qui disparut
comme elle était née, elle fut remplacée par une seule réflexion: «_Ne
me parlez jamais du 7 décembre_,» Non, Ida, tu ne dois jamais rien
devoir qu'à ceux qui regarderont ce jour comme une terrible et affreuse
catastrophe.

Je ployai le billet, je n'y mis que ces mots: «Saint-Elme ne devra
jamais rien à ceux pour qui le 7 décembre fut un calcul, une joie, une
vengeance ou un remords.» Je l'adressai sous double enveloppe, et reçus
le surlendemain cette réponse: «Vous avez bien et mal deviné; j'espère
vous servir un jour malgré vous-même.»

Toutes ces agitations animèrent tellement mon sang, que force me fut de
me résigner à l'opération. Je sortis pour m'entendre avec une femme qui
prenait des pensionnaires, sur les moyens de me faire soigner; la
dépense m'épouvanta, et j'en revins désolée et plus malheureuse que
jamais, lorsqu'une pensée sur ce qu'Ernestine m'avait dit de la
consolation d'avoir trouvé un ami sûr dans son beau-frère, me reporta au
souvenir des nobles qualités de mes anciens amis. Duval, Talma, me
disais-je, je vous dirai tout, vous sauverez la pauvre Saint-Elme de
l'horreur d'entrer, de mourir peut-être dans un hospice... Je les vis,
ils me sauvèrent; ils firent bien plus, comme on va le voir au chapitre
suivant.



CHAPITRE CCXVII.

Duval.--Talma.--Lemot.--Leurs bienfaits.--Nouvelle et inutile tentative
auprès de ma famille.--M. Arnault.


A. Duval demeurait alors rue de Chartres; je cherchais à m'encourager
pour aller tout dire à cet ami éprouvé. Son coeur, ses qualités
généreuses m'étaient connus depuis long-temps; j'étais même sûre que
l'aspect de mes chagrins et de mon dénuement, loin d'exciter la
répugnance qu'éprouvent souvent même ceux qui vous ont plaint un moment,
ajouterait encore à l'intérêt généreux qu'il m'avait toujours témoigné.
Pleine de ces idées, je m'étais décidée à monter dans sa maison devant
laquelle je venais à plusieurs reprises de passer. Il me semblait voir
ce regard de bonté qui m'avait dit si souvent: «Pauvre amie, je vous
plains.»--J'avais, après quelques hésitations, tiré le cordon de la
sonnette, et la bonne m'ouvrit. C'était le moment du déjeuner de la
famille.

Je fis machinalement un pas en arrière, en jetant un regard sur ma
toilette; ni le regard ni le mouvement n'échappèrent à Duval, qui, se
levant de table avec vivacité, vint à moi, m'ouvrit la porte de son
cabinet, m'y entraîna presque par cette bienveillante violence qui
promet un accueil consolant. «_Comme vous voilà changée!_
s'écria-t-il.»--Le ton dont ces mots furent prononcés fut déjà un
immense bienfait qui prédisait tous les autres. J'avais connu Duval dans
mes beaux jours, on le sait, mais jamais il n'avait montré à ma jeunesse
brillante le tendre empressement qu'il prodiguait à cette même
Saint-Elme vieille et presque indigente. Noble pitié que l'orgueil
dédaigne, qui offense la vanité, belle vertu du coeur humain, je place ma
fierté aujourd'hui dans le malheur qui m'en a fait connaître tous les
bienfaits de la part de Duval, de Talma, de Lemot; j'y retrouvai des
titres à quelque estime peut-être. Placée par l'amitié près du _foyer
bienfaisant_, non pas consultée sur mes besoins, mais prévenue dans
toutes mes espérances, encouragée dans la possibilité d'un travail
honorable par des éloges indulgens, je repris de l'énergie et du
courage.

«--Talma et moi, nous n'avons pas cessé de parler de vous, bonne _folle_
que vous êtes. Il faut maintenant travailler. Il faut écrire avec suite,
avec ordre, avec liberté, mais avec décence. Avez-vous quelque chose de
fait?

«--J'ai, hélas! mon pauvre ami, j'ai plus de manuscrits que de robes.

«--Mais plus de courses, d'extravagances, surtout plus d'enthousiasme
politique, je n'aime pas cela chez les femmes. Je ne veux pas vous
affliger, mais vous avez une tête, une tête... Il est vrai que le coeur
par compensation est excellent.» Je répète ces éloges, car ils me sont
comme des brevets d'indulgence pour mes fautes passées.

Je quittai Duval, heureuse, consolée; il venait d'être convenu que je me
placerais dans un logement commode, et que je travaillerais assidûment.
Je ne parlai à Duval de ma souffrance que bien légèrement... je ne la
sentais plus, j'étais tout entière aux douces consolations de coin du
feu, où un vieil ami, un homme plein de bonté et de génie m'expliquait
en frère, et comme le meilleur des frères, tout ce que son coeur lui
inspirait d'espoir, et tout ce que son expérience lui donnait de
garantie pour mes succès. Je le voyais sourire de cet air malin et bon à
la fois, type particulier de sa physionomie.

Duval, en s'informant avec intérêt de mes manuscrits, me donna le
courage de lui dire tout ce que je croyais avoir dans ma chanceuse
existence de sujets pour occuper la curiosité du public.

«Vous mériterez son intérêt, je n'en doute point; écrivez comme vous me
parlez, comme vous avez senti, comme vous sentez encore.»

Je quittai donc Duval avec la promesse de travailler, et la certitude
sous ses auspices de réussir. Il m'écrivit d'aller voir Talma, qui me
prodigua les mêmes encouragemens. Je lus plusieurs fragmens à cet homme
aussi éclairé, aussi instruit qu'il était sensible et généreux. À mesure
que les cahiers avançaient, je les faisais tenir à Duval, qui mettait en
marge quelque observation encourageante. Chaque fois que je recevais une
pareille approbation, je passais la nuit à écrire, et bientôt ma douleur
au sein s'aggrava tellement que je fus enfin contrainte de m'en occuper
soigneusement.

Je ne saurais trop dire le sentiment qui m'avait empêchée de faire
confidence à Duval de cette grave incommodité. Sa bonne réception
m'avait fait oublier mes souffrances, et depuis j'avais toujours remis à
l'en instruire, espérant guérir sans l'inquiéter de ce surcroît de
malheur. Je consultai de nouveau mon excellent Béclard, et le dernier
avis fut qu'il fallait de toute nécessité commencer mon traitement.
Épouvantée à l'idée des sommes qu'il en coûterait à mes généreux amis,
je résolus de vaincre ma plus invincible répugnance, et de frapper à la
porte d'un hospice. Depuis quarante-huit heures j'épuisais ma
philosophie à ne plus voir dans un hôpital qu'une dernière retraite
suffisante pour mourir.

Depuis mon retour à Paris, j'avais cherché à renouer les traités avec
les parens de mon mari, pour une faible pension dont j'avais quelquefois
touché les arrérages, mais sans avoir pu l'obtenir garantie par contrat.
Depuis trois mois, une personne chargée de me transmettre les lettres et
les fonds, m'avait presque donné la certitude qu'on allait enfin me
constituer une rente de 1,800 francs si je voulais promettre de ne
jamais signer le nom de mon mari, et renouveler la renonciation positive
que j'avais déjà faite lors de ma fuite d'Amsterdam. Je le promis, et
reçus 450 francs. N'ayant pas revu M. Duha... je me rendis chez lui, et
au lieu de l'accueil ordinaire que j'en recevais, je ne rencontrai qu'un
autre fort grossier personnage, qui me lassa si vite de ses
intempestives observations, que je lui tournai le dos sans lui en dire
davantage.

En rentrant, j'écrivis la lettre suivante au fondé de pouvoir de la
famille de mon mari.

     Paris, 2 février 1825.

     MONSIEUR,

     «Je ne répondrai jamais à l'homme qui vous remplace si peu
     dignement; mais je vous dois une justification après toutes les
     preuves d'intérêt que vous m'avez données. Votre départ inopiné
     dans le moment le plus pénible où je me sois vue depuis que le sort
     me poursuit, me laisserait sans espoir ni courage si je ne savais
     que cette résolution est le résultat de la calomnie; mais il me
     sera facile de vous détromper, et de vous ramener à cette
     bienveillance pour moi qui déjà me fut si favorable et qui peut
     tout pour assurer la fin de ma triste existence. J'ose attester
     Dieu que depuis mon départ de la Hollande je n'ai rien signé du nom
     de mon mari, et ne l'ai même jamais prononcé à personne. Sa famille
     n'eût même rien fait et ne voudrait rien faire pour moi, que le
     seul respect pour la mémoire de l'homme bon et aimable dont ma
     jeunesse fit le malheur m'imposerait un éternel silence. Je fus
     bien égarée, bien coupable, monsieur, mais mon coeur n'est point
     dégradé, mon âme n'est point avilie, et j'aurai toujours également
     en horreur la bassesse et l'ingratitude. Ceux qui me peignent comme
     si adroite et si dangereuse par mon esprit, oublient que cette
     qualité qu'ils m'accordent si largement n'a servi presque toujours
     qu'à m'entraîner à une fatale indépendance, mais que jamais je ne
     m'en suis servie comme instrument d'intrigue, comme moyen de
     fortune; et pourtant ces personnes si pures doivent savoir que
     j'aurais eu bien beau jeu si _comme elles_ j'eusse consenti à
     servir _tour à tour Baal et le Dieu d'Israël_. Il est _faux_ que
     _j'aie abjuré_ à Florence ni à Rome. J'ai été baptisée _protestante
     réformée_, et c'est pour toujours; parce que je fréquente peu le
     Temple, cela ne veut pas dire que j'aie changé de religion. Je les
     crois toutes aussi bonnes les unes que les autres; respecter les
     ministres et obéir aux lois du pays que j'habite, ne _faire jamais
     aux autres que ce que je voudrais qu'on fît pour moi_, voilà, je
     puis l'attester, la morale qui au sein même de mes égaremens a
     réglé ma conduite. Il est vrai que je m'occupe à rédiger l'histoire
     de ma vie depuis ma naissance jusqu'à nos jours, mais je n'ai parlé
     à qui que ce soit de vous, de la famille de mon mari ni de ses
     intentions à mon égard, et elle ne sera point nommée dans mes
     Mémoires, que j'écris sous la protection d'un de nos littérateurs
     les plus distingués, mon ami de trente ans, et qui ne sait
     cependant que mon nom de famille et non celui de mon mari. Aucun
     libraire n'est encore dans le secret de l'ouvrage. Je crois deviner
     la source des propos qui m'ôtent votre bienveillance et que rien ne
     justifie. Je vous ai fait passer le reçu des trois derniers 450 fr.
     que vous avez eu la bonté de m'avancer sans autorisation. Si on ne
     doit plus rien faire pour moi, vous ne perdrez point, monsieur,
     soyez-en convaincu: ma mauvaise santé a paralysé mes ressources;
     mais avec le temps, si la famille ne vous tient point compte de vos
     avances, je parviendrais encore à acquitter cette dette que je
     regarde comme sacrée.

     Daignez, monsieur, écrire directement à l'oncle de mon mari; il fut
     toujours indulgent pour moi dans ma jeunesse; il plaidera la cause
     de celle qu'aima si tendrement le fils bien-aimé d'une soeur chérie;
     il rendra ses bontés à mon infortune qu'il protégea seul dans ma
     jeunesse.

     Parvenue aujourd'hui à l'âge où cessent toutes les illusions,
     souffrante et sans ressources, je regrette encore moins l'opulence
     que je dus à un amour légitime que les torts qui me rendirent
     indigne d'un nom respectable, et de cet amour qui me l'avait
     assuré. C'est à la parfaite justice que je rends à toutes vos
     qualités que vous devez l'ennui de ces longues explications, et je
     ne crois pas avoir besoin d'en demander excuse à celui qui donna
     plus d'une fois des larmes à mes malheurs, et qui n'y peut devenir
     indifférent. Veuillez, monsieur, faire observer aux parens de mon
     ami que le manuscrit de mes Mémoires est encore entre mes mains, et
     même fort peu avancé; je peux vous en procurer la lecture avant
     d'en disposer. Vous acquerrez la certitude de tous les changemens
     de noms et de ma religieuse fidélité à une promesse dont entre vos
     mains je garantis l'exécution immuable sur le souvenir du
     douloureux respect que je conserve pour la mémoire d'un époux
     outragé. Je suis fort souffrante depuis quelque temps, et j'attends
     votre réponse avec toute l'impatiente inquiétude du malheur. Si la
     décision de la famille m'est favorable, elle me soulagera de mille
     maux; dans le cas contraire, elle voue le reste de mes jours à
     d'effroyables peines. Je vous avoue donc, monsieur, que j'espère
     tout de votre obligeante et sûre entremise.

     Agréez, je vous prie.

J'attendis huit jours avec assez d'agitation une réponse qui pouvait et
qui eût dû me donner les moyens de ne pas épuiser les généreuses bontés
de mes amis Duval et Talma qui alors à eux deux suffisaient à tout mon
nécessaire. Lemot ignorait encore la triste position du modèle _de sa
femme endormie_. Après huit jours d'attente, je reçus à la lettre que je
viens de transcrire une réponse de deux lignes si _réfléchies_, si
_froides_ de prudence que la patience m'échappa; je les déchirai de
dépit et en renvoyai les morceaux sous enveloppe avec ces mots: «Voilà
des gens qui ne valent pas leur réputation, et je leur prouverai que je
vaux mieux que celle qu'ils voudraient me donner.» Depuis je reçus une
seule fois 300 fr. et n'entendis plus parler du négociateur que peu
après le prospectus de mes Mémoires.

Peu de jours avant de me décider pour l'opération inévitable et trop
retardée déjà, je reçus deux lignes de mon excellent ami Duval, qui,
infatigable dans son zèle, me marquait qu'il avait parlé de moi à son
ami Lemot, et qu'il m'engageait à l'aller voir; parce qu'étant
légèrement indisposé il ne sortait pas; qu'il prenait une part très-vive
à mes peines, et qu'il voulait être de la Société de bienfaisance. Il y
avait bien loin de chez moi chez Lemot qui occupait une superbe maison
de la rue Notre-Dame-des-Champs. Plus d'une fois la douleur me força de
m'arrêter en route; mais une vieille amitié, cela donne du courage, et
mes espérances ne furent point trompées. Du plus loin que Lemot
m'aperçut, il s'écria: Ah! c'est vous, chère St.-Elme: mon Dieu, comment
ne vous êtes-vous pas souvenue de moi plus tôt?--Cet accueil chassa
toute autre idée pour ne laisser qu'un profond sentiment de joie et de
gratitude.--Votre modèle est un peu déformé, mon cher Lemot:
m'auriez-vous reconnue?

--Partout entre mille; puis, comme dans sa jeunesse toujours occupé de
son art: Savez-vous que vous faites une superbe Agrippine à
présent?--Mon cher ami, le temps des vanités est évanoui. Autrefois je
me portais fort pour Hébé, pour Diane, pour Vénus: mon amour-propre ne
reculait devant aucune audace de ce genre. Aujourd'hui je vous assure
que cela me paraît un rêve. Lemot me dit qu'il avait conservé copie
d'une lettre que j'avais écrite à un ami du général Moreau, au moment où
il était question de me faire modeler; cette lettre a couru la société
de ce temps-là, et je vous la cite, ajoute Lemot, pour vous rassurer sur
une vanité qui ne fut jamais ridicule. Ayant reçu de Lemot cette pièce,
qui date d'une époque antérieure à toute idée de confessions, je la
transcrirai tout à l'heure; puisse-t-elle inspirer à mes lecteurs
l'indulgence qu'elle me valut dans mes beaux jours! Lemot m'avait remis
fort largement sa première part de la généreuse association de l'amitié.
J'avais eu toute ma vie un si grand bonheur de donner, que je concevais
les procédés de mes trois bienfaiteurs; je ne pouvais m'y montrer
sensible qu'en redoublant d'assiduité au travail, ce que je fis aux
dépens de ma santé, déjà si ébranlée. Nous faisions alors avec ces trois
amis des projets pour l'avenir. Talma, qui savait que j'avais beaucoup
connu M. Arnault lorsqu'il était attaché au ministère de l'intérieur,
l'avait aussi intéressé en ma faveur. L'auteur de Germanicus
m'accueillit _une fois_ avec un entier et aimable souvenir du passé;
depuis il eut sans doute ses raisons pour ne pas persévérer dans la
généreuse fraternité de Duval, de Talma et de Lemot. Je lui écrivis
plusieurs fois: ni mes lettres ni moi ne pénétrèrent plus auprès de lui,
et je me persuade tellement que le refus de l'obligeance en prouve
l'impossibilité que je n'en ai gardé aucune rancune, et que j'aurais
tout simplement oublié si Talma ne m'eût souvent témoigné son étonnement
à ce sujet.



CHAPITRE CCXVIII.

J'entre dans une maison de santé.--Béclard.--Sa mort.--Je quitte la
maison de santé.--Nouveaux bienfaits de Duval et de Talma.--Bonté de
mademoiselle Mars.--Je commence mes Mémoires.--Nouvelles terreurs.


Je me décidai à entrer dans une maison de santé. J'avais une fort jolie
petite chambre au rez de chaussée qui, de plain-pied, donnait sur la
terrasse du jardin. J'avais, avant de prendre ma résolution, prévenu mes
bienfaiteurs; leur prévoyante et généreuse amitié avait été grandement
au-devant de tous mes besoins, et j'entrai riche dans ce lieu de
souffrance. J'étais assurée aussi des soins de mon excellent Béclard.
Hélas! pourquoi ma reconnaissance n'est-elle plus qu'un hommage à sa
cendre! Béclard, au premier abord, avait une physionomie peu prévenante;
mais quelle âme sous cette apparente froideur de la science.

Je ne mets aucune ostentation à savoir souffrir, car je trouve que la
faiblesse et les larmes vont à mon sexe; mais les sachant inutiles et
souvent nuisibles, j'ai toujours cherché à les surmonter quand il a
fallu me soumettre à quelque opération, et je ne montrai pas plus
d'effroi dans ce dernier combat de la douleur que je n'en avais ressenti
lors du pansement de ma blessure après la bataille d'Eylau. Béclard
parut étonné et charmé à la fois de me voir si résolue. «Je réponds de
vous, me disait-il, votre sang est pur et riche comme à quinze ans; vous
êtes forte de corps et d'âme.» Aux visites suivantes, je lui confiai ma
position, les souvenirs de ma brillante carrière et les noms célèbres de
mes amis; sa bienveillance prit un caractère d'amitié vive et zélée; ses
visites devinrent d'intimes causeries dans lesquelles il encourageait
mes projets et flattait toutes mes espérances. Il y avait près de vingt
jours que j'étais chez madame Deprés, lorsqu'une nuit je crus entendre
sangloter dans la chambre où logeait une jeune fille. J'écoutai
attentivement; la cloison était fort mince, et ses paroles m'agitèrent
jusqu'à l'heure où je réussis à faire parvenir deux mots à ma pauvre et
triste voisine. «--Ô ma bonne mère! disait une voix douce et entrecoupée
de larmes, si j'avais suivi tes sages conseils, je serais heureuse et
honorée près de toi..., et maintenant, que devenir! me voilà déshonorée,
malade et abandonnée...! Oh mon Dieu! mon Dieu!...» Les pleurs ne
cessèrent qu'au jour. Je ne voulus rien demander aux gardes, car en
général ce sont des femmes d'une sensibilité émoussée, sur qui l'aspect
de la souffrance est sans pouvoir ainsi que la pitié. Mais je frappai
légèrement à la cloison, contre le chevet de mon lit, et il s'établit
entre cette jeune fille et moi le dialogue suivant:

«--Ne craignez rien, je vous ai entendue cette nuit; je puis vous aider
et je le ferai. Où voulez-vous aller, et que vous faut-il? Pouvez-vous
venir au jardin?»

«--Madame, on me renvoie aujourd'hui faute de paiement; je ne possède
plus rien; je suis bien mal encore! mais comment attendre quelque chose
de la pitié? l'espérer des étrangers, quand celui qui me doit un intérêt
sacré m'abandonne!»

«--Ne vous désolez pas; quand devez vous sortir?»

«--Ce soir.»

«--Je vais payer une semaine, puis je tâcherai de vous faire donner pour
votre voyage.»

«--Mais je ne pourrai jamais rendre cela.»

«--Ne vous en tourmentez point.»

J'avais ici encore cédé aux premières impulsions de mon coeur, sans
réfléchir que moi-même devant tout à l'amitié, il y avait indiscrétion
d'accroître la charge par des infortunes étrangères. Mon Dieu! j'étais
loin de vouloir abuser de la générosité de mes amis; mais il m'est
impossible de faire taire mon coeur dans de pareilles circonstances; puis
l'époque du trimestre de la pension de Léopold approchait: aussi je
commençai par payer une semaine de la pension de la pauvre Céline.

Je venais depuis deux jours de subir, sans pousser un cri, sans trembler
une minute, la douloureuse opération à laquelle je m'étais résignée; la
fièvre m'avait quittée, et déjà ma santé si menacée ne présentait plus
que des chances d'un prompt rétablissement. À côté de moi, la pauvre
jeune fille que j'avais consolée retomba plus malade, et trois heures
suffirent pour mettre sa jeunesse à l'extrémité; elle mourut dans la
nuit; et lorsqu'à midi je crus la voir arriver chez moi, on me dit
qu'elle venait de rendre le dernier souffle. La veille encore nous
faisions des projets d'avenir. J'avais cru si peu faire en assurant sa
pension pour huit jours, et cette courte prévoyance était encore moins
avare que celle de la nature.

Je ne pus rester dans cette chambre, j'y entendais encore les
gémissemens de la pauvre Céline; il me semblait la voir au pied de mon
lit, avec ses regards doux et expressifs. Toutes ces images m'agitèrent
horriblement; on me mit au bain, le bandage de mon sein se détacha. Au
moment même de cette espèce de rechute on m'apporta un billet
très-pressé: ce billet m'annonçait que M. Béclard, alité avec une fièvre
cérébrale fort violente, m'avait recommandée aux soins d'un de ses
collègues, lequel me prévenait qu'il viendrait dans la matinée du
lendemain. Je ne vis pas même le nom; je ne sais ce que je fis, mais je
m'étais élancée de la baignoire en simple peignoir, et je ne repris mes
esprits que saisie par le froid et la neige qui me couvraient de la tête
aux pieds; j'étais dans le jardin, sans vêtemens, nus pieds; j'étais
frappée de l'idée qu'on m'avait écrit la mort de Béclard. On me reporta
dans ma chambre; je repris bientôt connaissance, mais j'avais une fièvre
ardente, et ma blessure était rouverte.

L'idée d'un nouveau chirurgien m'accablait; il ne vint pas, et cette
négligence changea ma crainte en aversion. L'enterrement de Céline
allait avoir lieu; tout à coup il me prit un besoin de n'être plus dans
cette maison qui me rendit insensible à mes souffrances physiques. Mon
âme seule sentait, et elle me poussait vers Paris, où je pourrais avoir
des nouvelles sûres de celui dont l'habileté m'avait sauvé la vie, et
qui allait peut-être...

J'avais écrit trois lettres à Talma, restées sans réponse; ce me fut un
autre motif de crainte et d'agitation. Je réglai mes comptes, et malgré
toutes les remontrances j'étais une heure après sur le chemin de Passy,
dans une de ces mauvaises voitures de Versailles qui rendraient malade
une personne bien portante, et qui, dans la position où j'étais, était
un véritable supplice.

Arrivée à la place Louis XV, je crus mourir en mettant pied à terre; je
fis avancer un fiacre, et me fis conduire chez Béclard pour savoir de
ses nouvelles. Hélas! j'y appris qu'on désespérait de ses jours.

Je repris pour une nuit ma chambre rue Bergère; j'étais anéantie.
J'écrivis à Duval et à Talma toutes mes tribulations. Je reçus du
dernier le billet suivant, dont l'original, ainsi que plusieurs autres,
est entre mes mains:

     «Ma chère,

     «Je n'ai pu faire de réponse: vos deux premières lettres me sont
     parvenues lorsque j'étais à la campagne, la troisième lorsque
     j'étais sorti; et j'ignorais votre adresse, de sorte qu'il a fallu
     attendre le retour de votre commissionnaire. Quelle maladie
     avez-vous donc sur les yeux? J'espère, d'après ce que vous me
     dites, qu'ils vont mieux.

     «Tout à vous,

     «_Signé_ TALMA.

     «Je vous envoie 150 francs.»

Non-seulement je n'avais rien demandé, mais l'amitié de ces trois hommes
rares pour le coeur autant que célèbres pour leurs talens, ces amis de la
pauvre Saint-Elme ne lui laissèrent pas le temps de dire: J'ai besoin de
quelque chose; je souffris pendant quarante-huit heures des douleurs
inouïes, et jamais cependant mon âme n'eut plus d'énergie. J'étais
soutenue par l'espérance des succès prédits par mes bienfaiteurs; il me
semblait que tant que durerait la tâche d'écrire mes souvenirs, la mort
ne m'atteindrait pas. Je pris encore cette fois le dangereux parti des
palliatifs, et pendant deux mois je parvins à si bien engourdir ma
blessure au sein, que je me crus guérie radicalement. Six mois après
j'ai expié mon imprudence par tous les tourmens de l'enfer. Je voulais
enfin trouver un autre logement, et le hasard me fit enfin rencontrer
juste ce qui me convenait, rue Saint-Nicolas d'Antin, n° 36, hôtel des
étrangers. Je donne cette adresse comme une marque d'estime et de
reconnaissant souvenir pour madame Petit, maîtresse de cet hôtel où j'ai
composé les tomes 4 et 5 de mes _Mémoires_, cette maison où j'ai eu dans
l'espace de treize mois, toutes les illusions du bonheur, avec pourtant
tous les embarras du désordre, mais où je me vis constamment appréciée
pour le peu de qualités que je crois avoir.

J'aime à parler de mon séjour dans cette petite chambre au premier, où
je vivais en garçon, où mes papiers, mes souvenirs réunis, composaient à
mes yeux un mobilier plus riche que tous ceux que naguère Jacob avait
créés pour moi. Je n'avais qu'un lit, trois chaises, un bureau, mais
j'avais quelques portraits et quelques fleurs, c'était pour moi le
monde.

Voilà le domicile où j'ai passé des momens qui ne valurent jamais les
plaisirs vaniteux de mes premières années. Depuis 1815, pleurer, écrire,
rêver en liberté, voilà ma vie, et là, heureuse de l'amitié des trois
amis, sûre d'y répondre, nourrissant l'espérance de revoir bientôt
Léopold, de passer ma vieillesse sous l'égide de sa filiale protection.
J'étais assez heureuse, dans mon réduit, pour ne souffrir dans mes
douleurs que par la crainte de mourir, crainte que j'étais fort étonnée
d'éprouver. J'avais apporté une sorte d'arrangement dans le désordre de
mes journées. Je sortais toujours de neuf jusqu'à trois heures, moment
du dîner chez madame Petit, qui ne reçoit à sa table que deux ou trois
personnes, et toujours des locataires de son choix. Je ne m'y suis
jamais trouvée qu'en bonne compagnie. Riche des bienfaits de l'amitié,
je commençais enfin à vivre avec quelque économie. J'avais bien un peu
de dettes, et j'aime à avouer que je dus beaucoup de repos à la
confiance que j'inspirai à mon hôtesse; je crois aussi y avoir
loyalement répondu. Si je n'avais eu avec Léopold un lien plus cher,
c'est dans la maison de madame Petit que j'aurais voulu vivre. C'est là
que j'eus, le bonheur de retrouver un médecin qui remplaça mon excellent
Béclard, M. Boulu.

C'est dans cette bonne et aimable famille que je continuai d'écrire mes
_Mémoires_. Mon travail s'avançait, non pas comme celui d'un auteur qui
fait un livre, mais comme celui d'une femme qui, dans ses souvenirs,
cherchait des illusions et des hommages à l'amitié. Ce bon Duval, qui
avait alors à s'occuper de ses propres affaires, trouvait néanmoins le
temps de songer à ce qui pouvait un jour réparer mes malheurs, et
peut-être affaiblir mes torts.

Un jour, je ne l'oublierai jamais, j'étais assise à mon bureau, la porte
de mon corridor étant restée ouverte, Duval était entré doucement, et je
fis un saut joyeux en le voyant. Il me parut ému: il l'était en effet,
mais d'une assez bonne nouvelle qu'il m'apportait. «J'ai parlé de vous à
M. Ladvocat, me dit-il, de ce que vous avez déjà écrit de vos
_Mémoires_, de ce que vous pouvez écrire encore; il entend à merveille
les relations délicates de la société, et il voit autre chose dans son
état qu'un commerce. Je crois que j'obtiendrai un bon prix de votre
ouvrage, quoique vous ne soyez pas auteur, et peut-être justement parce
que vous ne l'êtes pas.»

«Mon cher, mon bon Duval, peu m'importe la valeur de l'ouvrage; vous
savez bien qu'en écrivant j'obéis encore plus à la religion de mes
souvenirs qu'aux exigences de ma position. Quel que soit l'allégement
que le travail y apporte, ce sera immense, et je serai riche.»--«Vous,
riche... jamais! vous savez bien qu'il n'y a point de trésor avec votre
tête;» et ses observations raisonnables prenaient la teinte de
l'attendrissement.

Je l'interrompis toute en larmes en m'écriant: «Laissez-moi désormais
vous prouver combien je suis reconnaissante de vos bienfaits en sachant
me suffire. Je ne suis pas, ajoutai-je, sans autre ressource que celle
dont votre bonté s'est occupée de m'ouvrir la source, et là-dessus je
prêtai aux parens de mon mari des procédés dont ils sont incapables, et
qui pourtant n'eussent été qu'une faible restitution de l'illégale et
folle renonciation à la fortune considérable qu'on m'avait arrachée. Je
persuadai à Duval que ma rente était assurée: il le crut, et il partit
de là pour me démontrer que l'ordre n'en était pour moi que plus
nécessaire et plus possible.»

Duval me quitta satisfait et rassuré sur cet avenir, objet de ses nobles
sollicitudes. Il ajouta en me serrant la main: «Je ne vous verrai pas
riche et brillante comme madame Moreau de 92, mais vous serez du moins
encore heureuse, paisible, à l'abri de l'adversité.» En me parlant
ainsi, ses regards fixaient mes traits flétris par les souffrances, mais
alors animés par tout l'enthousiasme de la reconnaissance.

Pour ne pas abuser de la générosité d'un semblable ami, j'avais caché
quelque chose de ma position. Plus tard ils ont dû prendre pour de
nouvelles folies l'emploi pourtant régulier que je fis, pour la première
fois de ma vie de mon argent, enfin de l'acquittement des dettes que
j'avais dissimulées de peur d'être trop à charge à mes bienfaiteurs.

J'avais agi en cela avec Duval comme je l'avais fait avec Ney dans de
plus heureuses circonstances. Duval était alors sur son départ pour les
eaux; il était souffrant, et certes les peines qu'il se donna pour moi
ne contribuèrent pas peu à augmenter ses souffrances; mais elles
allaient finir. Je courus le jour même chez Talma lui annoncer mes
espérances, qu'il partagea avec l'âme qu'on lui a connue. C'est ce
jour-là que je vis pour la première fois chez lui la mère de ses enfans,
qui me parut spirituelle, aimable, et qui était fort belle encore. Son
accueil fut plein de grâce, et j'y répondis avec toute la cordiale
facilité de mon caractère; Talma paraissait m'en remercier du regard. Je
passai là deux heures délicieuses. Nous parcourions du haut en bas sa
magnifique retraite où je lui promettais de longs jours. Talma souriait
à toutes ces espérances d'avenir. «L'entends-tu, disait-il à son amie,
comme elle est bonne, comme elle me connaît bien: c'est un si bon coeur,
que notre Saint-Elme.

--Dites, Talma, notre vieille amie, comme Duval.

--Oh! Duval, c'est notre Mentor.»

Et là-dessus de rire tous trois. Il répétait à chaque instant: «C'est un
ami rare que notre Alexandre Duval; il ne cesse pas de penser à vos
intérêts. J'ai parlé à Ladvocat, qui m'a paru bien disposé. Ma
sollicitation était celle d'un ami; mais Duval, c'est une autorité. Je
l'aime comme un frère, et je ne connais pas au monde un plus honnête et
un meilleur homme. Allons, il faut maintenant travailler, ne plus
voyager, courir. Nous irons à Brunoy, ce séjour nous inspirera.

Ces visites de consolation se renouvelaient souvent, et qu'elles étaient
délicieuses ces heures d'amitié que j'allais passer le matin chez un
homme de génie qui avait la candeur d'un enfant. Il faut que je remonte
un peu plus haut pour raconter une politesse, une obligeance tout
aimable de mademoiselle Mars. J'ai assez dit que j'étais plus que gênée,
et que ma toilette était comme l'aveu public de ma position,
lorsqu'enfin j'eus l'heureux courage de me confier aux coeurs de mes
anciens amis. Voici la description de mon costume qui fera sourire mes
aimables lectrices. J'avais pris dans mes voyages à Londres un goût pour
les spincers, auquel je fus forcée d'être fidèle. J'avais donc un
spincer gris à longue taille, un jupon de mérinos ponceau, un foulard
noué en sautoir, un chapeau noir et un schall gris à franges, tout cela
singulièrement empreint des traces d'un trop long service. Duval n'y
avait fait nulle attention, et mes traits altérés l'avaient frappé
davantage.

Dans l'une de mes visites Talma me dit: «Ma bonne Saint-Elme, il ne faut
pas rester comme cela à l'anglaise, avec ce vilain chapeau noir: comme
vous ne savez pas acheter, Caroline s'est chargée d'y pourvoir. Quelles
étoffes aimez-vous?» et il me montra de charmans échantillons.

«--C'est trop beau.

«--Pas du tout, c'est bien.--Mais, mon bon Talma, cheveux qui grisonnent
et visage qui se ride ne valent pas qu'on dépense tant pour réparer des
ans l'irréparable outrage. Si votre amie si obligeante me donnait un de
ses chapeaux, je le porterais avec plaisir.

«--Voulez-vous que je vous fasse une confidence? eh bien mademoiselle
Mars veut vous en offrir un, elle la commandé hier.» Talma, on le sait,
était ami intime de cette actrice inimitable. Je sus aussi que Duval
avait parlé de moi à mademoiselle Mars, et qu'elle avait paru prendre
intérêt à une si grande infortune, après une vie si brillante. Je reçus
en effet une capote du meilleur goût, que j'ai portée long-temps; et
lorsque je la montrai à Talma, il me fit écrire chez lui deux lignes de
remerciement à cette aimable fille de mon premier maître[9], plus
heureuse aujourd'hui; je me souviens de tout, et je ne veux passer sous
silence aucun des détails de l'obligeance qui m'était alors si
précieuse. Cette foule de services qui me furent rendus par des
personnes avec lesquelles je n'avais point d'intimité, je les rapportais
au bien que mes amis pensaient et disaient de celle qu'ils secouraient
si noblement. Il y a bien long-temps qu'on doit me croire capable de
tout, excepté d'ingratitude.

J'allais presque tous les deux jours voir Talma, et il était bien rare
que je ne trouvasse quelques uns de ses pauvres pensionnaires dont le
nombre était grand; on eût dit que, comme les rois _réels_, Talma avait
aussi sa liste civile, et qu'il en faisait le plus noble usage. Je me
trouvai un matin de meilleure heure qu'à l'ordinaire chez Talma, on me
dit qu'il était au bain; je rencontrai sous le vestibule une actrice que
j'avais vue à Bruxelles faisant nombre parmi celles qui jouent la
comédie, comme on fait des souliers pour vivre. Son air affligé me fit
soupçonner sa position; elle avait fait passer un mot à Talma; le
domestique vint dire qu'on répondrait, et en se tournant vers moi, il
ajouta: «Montez, madame, monsieur vous attend.» «Vous n'avez besoin de
rien, et vous allez le voir, et moi je manque de tout, et la réponse
n'arrivera peut-être plus à temps.» Telles furent les paroles de la
personne qui s'éloignait. En deux sauts j'étais au haut du petit
escalier et près de Talma, lui contant ce que j'avais cru voir, ce que
j'avais senti.--«Ah! j'en suis bien fâché, mais je vais envoyer à
l'instant même.--Oh, oui, cher Talma, à l'instant même.»

--«Mais il n'y a pas d'adresse à sa lettre.»

«Mon Dieu, tenez, elle n'est pas loin; voulez-vous que je coure
après?»--Son regard me remercia, et il répétait: Quelle excellente
femme.--Et me voilà dehors courant après la pauvre solliciteuse.

Je la rejoignis au milieu de la rue St-George, et ce ne fut que tout
auprès d'elle que je sentis quelque gêne de ma brusque manière de
l'arrêter, mais je n'eus pas besoin de m'excuser. «Talma vous prie,
madame, de bien vouloir revenir, il désire causer avec vous.» À ces mots
la tristesse disparut, la joie anima des traits flétris par le malheur,
et j'appris, avant d'être arrivées rue de la Tour-des-Dames, une série
d'infortunes si cruelle, qu'en pensant à mes peines passées, je crus
m'être trop appitoyée sur mon sort. Rien ne fut aimable, généreux et
délicat, comme les manières de Talma avec cette pauvre actrice. Il me
semble le voir encore l'encourager du regard, il me semble entendre cet
organe plus touchant encore dans les accens de son extrême bonhomie, que
dans l'expression des plus pathétiques douleurs.

«Je suis bien fâché de ne vous avoir pas reçue d'abord; mais je
réparerai cela. Je me rappelle très-bien votre père; il avait de
l'intelligence, du zèle. Croyez-vous qu'il ne pourra plus jouer? «Tenez,
voilà une lettre qui ne vous sera pas inutile près de votre nouveau
directeur, et voici, ma chère _camarade_, de quoi partir tranquille. Je
ne puis mieux pour le moment, et voilà mon grand regret; mais
écrivez-moi librement: ma recommandation est quelque chose en province,
et je vous la promets partout.» J'étais restée dans un coin au pied du
lit près de la porte de l'escalier dérobé; en passant près de moi la
pauvre et reconnaissante actrice me montra l'or qu'elle tenait à la
main, et de grosses larmes coulaient sur ses joues. Celui qui, par la
plus noble générosité, venait de causer cette émotion, s'était remis
paisiblement à son bureau, lisant son rôle du soir, et ne songeant pas à
ce qu'il venait de faire de si touchant. Ce qu'il y avait surtout
d'admirable en Talma, c'était sa simplicité, sa bonhomie dans des choses
sublimes.

Dans toutes ces agitations, et depuis mon obscur séjour à Paris, le
souvenir de mon affreux D. L. ne s'était que bien rarement présenté à
mon esprit, et j'avoue que je tâchais de l'en chasser entièrement. Vers
cette époque, je reçus une invitation de me rendre rue Bourbon, qui
portait son paraphe et ses initiales. Je refusai net; alors on prit une
maison tierce, et là, qui le croirait, cet homme abominable, que j'avais
si long-temps aidé de ma bourse pour plus de 6,000 fr., osa faire valoir
une dette d'argent qui était bien moindre encore, mais que dans les
jours d'angoisse et de terreur il m'avait fait accepter. Ce n'était pas
cependant ce remboursement qui le tourmentait, mais le besoin de
connaître mes liaisons, l'appui que j'avais pu trouver, ce que je
faisais, si un jour je ne serais pas disposée à me venger de lui. Il est
des gens qui ne veulent pas croire aux qualités dont le sacrifice peut
être utile. Moi qui ai manqué à tant de devoirs d'un lien sacré, moi qui
ai si lestement agi avec les vertus de mon sexe, je n'ai jamais pu
concevoir qu'on pût être infidèle à une parole librement donnée pour
obtenir un service. J'aurais fait un serment de ne le jamais nommer à un
assassin qui eût respecté les jours d'un être chéri, ou qui m'eût
procuré le déchirant bonheur de recevoir son dernier regard, qu'aucun
pouvoir, qu'aucune séduction, ne m'arracheraient jamais un secret juré.
D. L. en fut si convaincu qu'il ne s'en inquiéta plus. Voulant néanmoins
connaître mes ressources, il réclamait deux mille et quelques francs.
Encore orgueilleuse dans mon indigence, je répondis sans hésiter: «Dans
moins d'un mois vous recevrez ce que vous avez l'infamie d'exiger.»
C'était lui donner l'éveil sur mes ressources et lui inspirer le besoin
de connaître mes relations. J'ajoutai dans mon billet: «Je vous
indiquerai bientôt le jour; mais puisque vous demandez ce que je ne vous
dois pas, moi je veux mes papiers et la cassette que vous avez osé me
retenir.» Je me crus quitte; mais, peu de jours après, il me fit écrire
qu'il avait à me prévenir d'une chose qui me touchait directement. J'ai
dit déjà que de temps en temps j'adressais quelques notes à des
journaux: j'avais moi-même porté quelques lignes à l'un de ces journaux
sur le tableau de la barrière de Clichy. Qu'on juge de ma surprise quand
je vis que ma lettre, au lieu d'être parvenue au rédacteur, se trouvait
entre les mains de D. L. J'avoue que j'éprouvai une sorte d'effroi à
l'aspect de ma propre écriture entre les mains de cet agent du comité
des noires recherches, comme dit Figaro.

--«Les boîtes sont donc visitées par la police? m'écriai-je.

--«Je n'ai rien de commun avec elle.

--«La protestation n'est pas admissible, vous êtes la police
personnifiée à vous seul.

--«Et vous, belle dame, l'extravagance même: quelle folie que d'être le
don Quichotte femelle d'une opinion qu'il convient de ne pas afficher,
et que vous, par exemple, cachez à merveille sous votre royalisme de
1815! lui répondis-je.»

De 1814 aussi, reprit-il avec un sourire que rien ne pourrait peindre.
Cette conversation est textuelle. D. L. existe; il sert aujourd'hui le
trône et l'autel; au fond il est républicain et athée; mais il paraît
que tout cela s'arrange à merveille. D. L. me déroula dans ce court
entretien une série de promesses qui ne pouvaient augmenter mon aversion
pour lui, mais qui augmentaient mon effroi. Nous étions alors au temps
de la grande comédie _des comités-directeurs_, aux rêves des
conspirations de toute espèce; en fabriquer une bien gentille eût été
une si bonne fortune pour les honnêtes gens qui comptent sur leurs états
de service les délations! J'avais parcouru la Belgique, l'Angleterre,
l'Espagne, tous les pays suspects; j'étais sans fortune, et je vivais
avec encore un air d'aisance. Je passais ma vie à écrire; je sortais
toujours seule; enfin toutes mes allures avaient comme une odeur de
faction très-capable d'attirer les mouches. J'observai et je crus voir
que D. L. travaillait à quelque chose; cette expression est encore de
son dictionnaire; il savait mieux que moi-même le nom de toutes les
personnes militaires et autres avec lesquelles j'avais eu des relations.
Je connaissais entre autres trois officiers à demi-solde que je voyais
peu, mais que suivait partout mon intérêt; ils n'étaient pas heureux. D.
L. en me répétant leurs noms avec affectation m'effraya pour eux plus
que pour moi-même. J'affectai cependant assez de calme pour le
désorienter; mais en le quittant ce jour-là je pris un cabriolet, et me
fis conduire fort loin. J'écrivis trois billets que je déposai au
domicile des officiers; puis en rentrant en hâte j'adressai à mon
excellent Duval un billet à peu près dans ces termes: «Je suis forcée de
quitter Paris; ne me blâmez pas; si mes craintes se réalisent, si vos
nobles soins pour mon repos doivent encore être sans effet par ma seule
faute, pardonnez à la fatalité que je me suis créée et qui me poursuit
encore; ne regrettez pas ce que vous fîtes pour moi; n'importe où je
finirai mes jours, mon dernier soupir sera un souvenir reconnaissant des
bienfaits dont vous avez comblé la malheureuse,
                                                 SAINT ELME.»

Duval, je le savais, allait dans les premiers momens se fâcher; car il
m'avait si fort défendu de rien écrire; puis l'indépendance de ses
opinions ne s'était jamais accommodée de l'empire ni même de ses
souvenirs; mais je connaissais aussi sa bonté, et j'étais sûre qu'elle
me reviendrait.

Avec Talma j'avais en fait d'opinion un peu plus mon franc parler. Je
lui écrivis ce qui m'était arrivé, et lui envoyai même copie de
l'article où il y avait bien un peu de culte pour le rocher de
St.-Hélène. Je le prévenais que la seule crainte des interprétations de
mon mauvais génie, D. L., m'imposait la loi de ne pas aller moi-même lui
tout raconter. Madame Petit me dit avec un air que je crus effaré qu'on
était venu me demander; cette chose si simple me parut un signe de
danger; des têtes organisées comme la mienne éprouvent souvent comme une
certaine coquetterie de persécution. Je ne balançai plus à croire que D.
L. allait me faire arrêter. Oubliant tout, excepté mes papiers, je me
sauvai, mon énorme portefeuille sous le bras, comme si tous les agens
de police eussent été sur mes pas; je pris un cabriolet rue de Provence;
une terrible épreuve m'attendait en prenant le chemin du Père La Chaise,
où je voulais faire une dernière station. J'aperçus en haut, de la rue
des Amandiers un militaire dont je ne pouvais méconnaître les traits.
Léopold, mon fils, fut le cri de mon âme; il se retourna, me tendit les
bras, et je m'y jetai ivre de joie et de douleur. Nous nous rendîmes
ensemble au lieu du repos. Ah! malgré les jours heureux et tranquilles
qui doivent luire sur moi, je regrette de n'avoir pas expiré ce jour-là
sur le peu de terre qui couvre les restes de Ney et sur le sein de mon
fils d'adoption. Lorsqu'il prononça le serment d'adopter toutes mes
douleurs, je fus un moment tentée de confier à Léopold mon projet de
quitter Paris; mais je me rappelai ses devoirs, et j'évitai des
explications qui n'étaient pas nécessaires à notre sensibilité. Quelle
volupté de répandre ainsi ses douleurs dans un coeur tout à nous! Je me
réservai d'instruire Léopold par une lettre de mon nouveau voyage; je le
prévins seulement que, fort occupée, je ne le verrais pas d'un mois; il
comptait ceux qui devaient encore s'écouler jusqu'à son congé: ma
résolution manqua m'abandonner lorsqu'il me fit part de toutes ses
espérances d'avenir, de tous ses projets dont mon repos et notre commun
bonheur étaient seuls le but. Il s'était passé beaucoup de temps depuis
que je n'avais vu Léopold, et l'idée de le quitter peut-être pour
toujours me rendit d'une faiblesse que je ne pus surmonter. Je tenais
son bras sans pouvoir le quitter; son bras, répondant au mouvement du
mien, me causa une si violente douleur au sein que j'en perdis presque
connaissance.

Léopold, épouvanté de mon affreuse pâleur, m'emporta jusqu'à une maison
voisine où l'on me donna un verre d'eau. Il m'interrogeait avec une
extrême anxiété sur une douleur que je n'avouais plus, parce que, soit
vanité ou raison, je me donnais comme guérie; circonstance qui réfute au
moins _l'intimité_ qu'on s'obstinait à trouver à cette époque entre nous
deux. Ah! que de faux jugemens n'ai-je pas subis! Si je n'eusse été
soumise qu'à ceux de gens sans reproche; mais que d'_airs de tête_, de
haussemens d'épaules et de sourires dédaigneux sur mon inconduite de la
part de plus d'une dame de mes vieilles connaissances qui n'ont eu de
mieux ou de pire que la prudence de cacher ce que j'ai avoué avec
franchise! Les femmes jeunes et sages sont indulgentes; mais les autres,
ah! les autres!... J'aurais pu me venger de leurs procédés... Cela me
ferait plus de mal qu'à elles; je ne veux pas finir par un si vilain
sentiment que la haine.

Ah! que je fus malheureuse quand Léopold me quitta! C'est pour toujours,
disait mon pauvre coeur; et la tête perdue, je me jetai dans mon
cabriolet, et me fis conduire à la barrière Clichy. J'y connaissais une
bonne femme. Je lui demandai de me trouver une chambre pour deux nuits;
elle m'offrit la sienne: c'était une sombre alcôve, et je ne pus en
souffrir l'aspect; j'acceptai seulement à dîner; et prétextant un oubli
de quelque affaire importante, je la quittai vers le soir, et fus
chercher l'hospitalité dans une auberge hors barrière.

Les réflexions me vinrent enfin. J'avais été tellement sous l'empire de
mes terreurs paniques, que je n'avais pas même pris 60 à 80 fr. que
j'avais dans mon bureau, et il ne me restait que 20 fr. Je descendis
pour demander combien les lettres mettaient de temps pour aller et
revenir de Paris, lorsqu'en entrant dans la salle la vue de trois
gendarmes me glaça la langue; je commandai mon souper au lieu de faire
la question pour laquelle j'étais descendue. Je passai la nuit à ma
fenêtre, et à six heures je retournai à Paris. À la borne de la rue
Blanche, je m'arrêtai pour écrire deux lignes à Talma, qui lui
peignirent ma position, et surtout la nécessité où je croyais être de
quitter la France: «Dites à votre belle amie, lui marquai-je, qu'en fait
de garde-robe et de linge, j'ai emporté ce que j'ai sur moi, ce qui
indique le besoin de renfort.» Je reçus un paquet énorme, et dans un
foulard roulé 300 fr., et ces mots: «Pour Dieu, allez à Londres; voilà
une adresse. Ne vous perdez donc pas ainsi.» Je restai deux jours; car
je ne voulais pas m'éloigner sans avoir soldé madame Petit et retiré ce
que j'avais chez elle. J'écrivis à une personne sûre et prudente; et,
faisant le tour des barrières, j'allais expédier ma lettre, lorsqu'en
réfléchissant je préférai me rendre la nuit moi-même chez madame Petit,
en qui j'avais pleine confiance, quoiqu'elle fût d'opinion contraire à
la mienne en politique. Je suivis cette idée, et je fis bien. Je fis
demander madame Petit, et elle m'assura que personne n'était venu
depuis, et qu'elle savait que le monsieur qui m'avait demandée venait
pour me proposer de donner des leçons d'italien dans une pension de
demoiselles. Il ne faut qu'un rien pour me métamorphoser. Aux premières
paroles de madame Petit, je me trouvai bien ridicule, et j'en ris aux
éclats avec elle. Donner leçon chez une seule écolière est déjà fort
ennuyeux pour une tête comme la mienne; mais 2,000 fr. de rente ne me
feraient pas passer deux heures par jour dans un pensionnat.

Je causai jusqu'à minuit; je repris tranquillement ma petite chambre,
que j'avais quittée pendant quarante-huit mortelles heures. Moi, si
aguerrie à toutes les plus terribles émotions, j'étais comme honteuse de
ma dernière terreur. Je fis ma confession à Talma en lui reportant les
cent écus, qu'il ne reprit que parce que je lui montrai mon fond de
caisse. Son amie me pria de me servir, si cela m'était agréable, des
effets qu'elle m'avait envoyés, et je les ai conservés précieusement,
ainsi que les foulards de Talma.

J'étais, j'en conviens, bien plus embarrassée pour Duval; car je sentais
qu'il désapprouverait et la peur, et les motifs et les conséquences.
J'écrivis un mot bien soumis; je me fis, je crois bien, un peu plus
souffrante que je ne l'étais; car je savais qu'en parlant à sa pitié, sa
colère n'y tiendrait pas.

Les temps s'écoulent et s'accomplissent; j'approche de la fin de mes
_Mémoires_. La dernière époque qui me reste à peindre fut encore si
remplie, que j'en réserve les matières au dernier chapitre de mon
dernier volume.



CHAPITRE CCXIX ET DERNIER.

Lettres de Duval et de Talma.--Souvenir de M. de Talleyrand.--Visite de
M. Ladvocat.--Traité pour la publication de mes Mémoires.


Je reçus un billet de Duval qui me rassura. Je savais que cet excellent
ami avait le désir et l'espoir de voir ma vieillesse à l'abri du besoin,
et j'avoue que je mettais un peu d'adresse à lui faire oublier mes
folies passées par les preuves de mon active assiduité. «Il m'est
impossible d'aller vous voir, m'écrivit-il, je pars pour la campagne
d'où je ne reviendrai que lundi: mardi vous me verrez. Ce que vous
m'avez envoyé me paraît bien.»

     Mille amitiés.

     Signé D.

Tranquille sur ce que je redoutais le plus, le mécontentement de mon
bienfaiteur, je me donnai le plaisir de causer à coeur ouvert avec Talma
dans une lettre où mon coeur fut bien bavard. Je la fis porter le matin,
et le soir j'eus un accès de fièvre très-violent; je fus quarante-huit
heures dans un triste état d'autant plus que j'avais fermement résolu de
ne consulter de médecin qu'au moment où j'aurais terminé définitivement
mon travail; voulant ne point tromper l'attente de mes amis, je passais
mes soirées et mes nuits en partie à écrire; je puis en appeler au
témoignage de mon hôtesse; car je ne quittais mon bureau que pour causer
quelques instans avec elle dans sa chambre de plain-pied avec la mienne;
dans ces nuits de cruelles souffrances, je sentis le bonheur d'avoir
quelques qualités qui attirent la bienveillance et l'amitié; sachant
lutter avec la douleur, je me remis assez bien pour pouvoir sortir le
lendemain. Inquiète du silence inusité de Talma à ma grande lettre, je
lui écrivis deux lignes et fus accablée de cette réponse: «Je n'ai point
reçu la lettre dont vous me parlez; je suis accablé de travail.»

     Tout à vous,

     T.

Je sortis tristement préoccupée; j'allais souvent chez Talma: je lui
écrivais presque tous les jours: cela aurait-il inspiré de sinistres
entreprises à ce maudit D. L.? Je ne reçus que quelque temps après
l'époque que je retrace la solution du problème, et je crois respecter
les mânes d'un ami en gardant le silence. Je ne puis me refuser le
plaisir de transcrire encore un billet que je reçus à l'époque où
Béclard vivait encore. Voici deux lettres qui datent de ce moment, et
dont j'allais omettre l'insertion.

     «MA CHÈRE SAINT-ELME,

     «J'ai appris avec une véritable douleur votre grave indisposition.
     Un peu de courage, ma chère; j'ai vu beaucoup de ces opérations, et
     toutes ont réussi; ainsi ne perdez donc pas l'espérance, et
     donnez-moi de vos nouvelles. Je ne vous écris qu'un mot, car je
     suis entouré de monde comme à l'ordinaire, et je suis attendu pour
     une répétition. Ainsi, encore une fois, du courage et de
     l'espérance.

     «Tout à vous,

     «_Signé_, TALMA.»

Le surlendemain, après mon bulletin envoyé:

     «Je suis enchanté d'apprendre, ma chère Saint-Elme, qu'il n'y a
     plus de danger pour vous; mais point d'imprudence; faites bien tout
     ce que votre bon médecin vous dira de faire.

     «À vous. T.»

Je cite ces lettres avec orgueil. De tous les amis de mes belles années,
ceux qui ne me durent jamais rien, eux seuls, Talma, Duval et Lemot, me
secoururent, me ranimèrent à l'espérance, et je cite ces preuves
d'amitié bienveillante comme des titres de gloire.

Nous étions à la fin d'avril, le temps était doux, et je sortis un matin
de fort bonne heure pour me promener dans le jardin presque détruit de
l'ancien Tivoli. Que de souvenirs m'appelèrent encore là où j'avais si
souvent étalé les pompes de ma jeunesse! je me regardai presque avec
compassion, et le _sic transit gloria mundi_ erra sur mes lèvres; mais
l'aspect de ce jardin en ruines me causa un attendrissement plus élevé,
et les regrets de la vanité perdirent encore là leur cause. J'avais pris
avec moi un volume, le dernier de Delphine. Je relisais, pour la dixième
fois, cette scène de la dernière nuit passée dans un cachot, qui ne
devait plus s'ouvrir qu'à l'heure du supplice pour l'homme à qui
Delphine s'était immolée avec tant d'amour; rien ne m'avait jamais paru
d'une éloquence si déchirante que ce voeu trop tardif de son amant de se
séparer enfin du monde et de la société, et de vivre pour sa maîtresse.
En lisant, avec des yeux baignés de larmes, ces belles pages, je sentis
toute la puissance du charme qu'avait toujours exercé sur mon esprit le
beau talent de madame de Staël, et je donnai de nouveaux regrets à sa
perte. Je ne parle ici cependant de cette lecture que par la rencontre
d'une circonstance particulière. En feuilletant machinalement
l'intérieur du livre, le nom de M. de Talleyrand, qui s'y trouvait écrit
de sa main, m'inspira une foule de pensées confuses. Je fus toute ma vie
extrêmement dominée par ma manie de faire cas de la bienveillance des
gens d'esprit, et M. de Talleyrand tient, sous certains rapports, un si
haut rang dans mes souvenirs, que, malgré son silence inexorable pour
Saint-Elme malheureuse, je cédai bien aisément au désir de lui témoigner
un agréable souvenir: je défis la reliure du livre, la mis sous
enveloppe, et l'adressai à l'hôtel du prince avec une ligne seulement.
«Je viens, mon prince, de trouver votre nom et un discours de vous au
directoire dans un volume que je loue; il faudra que je le paye; mais
Didon, plus que détrônée à présent, n'a songé qu'à une chose, c'est
qu'il vaut mieux que ces pièces de la république circulent le moins
possible aujourd'hui.» J'avais mis mon adresse au bas, mais je n'obtins
pour réponse que le même silence qui avait accueilli mes premières
tentatives. Eh bien! mon esprit n'en inventait pas moins toutes les
excuses de la bienveillance en faveur de M. de Talleyrand.

Mon ouvrage avançait à vue d'oeil, mon manuscrit grossissait, mais la
visite qu'on m'avait annoncée ne venait pas. Pendant toute cette
attente, j'avais appris comment mes amis Duval, Talma, et même M.
Arnault père, s'étaient efforcés de me mettre en relation avec une
maison dont le poids dans la librairie et la littérature est déjà pour
les ouvrages qu'elle publie un gage de succès. J'ai toujours espéré
quelque chose de la bienveillance publique pour les inspirations de mon
coeur; mais j'étais loin de l'ambition de voir mon nom inscrit sur les
catalogues avec celui des premiers talens de notre époque. Malgré les
encourageantes assurances de mes amis, j'avais peine à croire à
moi-même, parce qu'enfin, me disais-je, il n'y a qu'un contrat avec un
libraire qui puisse établir la véritable valeur d'un livre. Je me
chagrinais des retards et de l'incertitude. J'appris heureusement, et
cela me fit patienter avec un peu moins d'anxiétés; j'appris, dis-je,
d'une personne qui avait dîné chez M. Évariste Dumoulin avec Talma et M.
Ladvocat, que ce dernier avait parlé d'une lettre de M. Arnault où ce
littérateur m'avait fort recommandée pour la traduction des théâtres
étrangers.--«Talma, ajoutait cette personne, s'est exprimé sur votre
compte avec tout le feu de l'amitié, assurant que vous pouviez mieux
faire que de traduire les autres. M. Ladvocat a répondu qu'il était
presqu'en parole avec M. Alexandre Duval, votre ami dévoué, pour le
manuscrit de vos _Mémoires_, et qu'il se proposait de vous voir
incessamment à cet effet. Ainsi, madame, vous voilà encore une fois
lancée dans la carrière, et ce dernier épisode de votre histoire peut en
être le plus brillant.

--«Oui, répliquai-je, c'est une bonne et belle fin qu'il faut faire
après une vie si orageuse. Un peu de succès me rendrait honorables et
doux mes vieux jours; je justifierais ainsi le généreux intérêt des plus
nobles amitiés, et, malgré la franchise qui seule peut excuser peut-être
tout ce que j'avoue, je ne me vengerai que de la fortune.»

Ne connaissant pas même de vue M. Ladvocat, je ne saurais dire toutes
les terreurs par lesquelles je passai jusqu'au jour qu'on m'avait
indiqué enfin pour sa visite. J'avais été le matin de fort bonne heure
chez Talma, qui n'était pas non plus sans impatience. Je ne pouvais
tenir en place. Quand je rentrai, madame Petit m'informa qu'un monsieur
était venu me demander, et qu'il devait revenir.

--«Quel est ce monsieur?

--«Il ne l'a pas dit.

--«Quel est son air?

--«Fort doux.

--«Vieux?

--«Oh! non, madame, fort jeune, et avec d'excellentes manières.

--«Ah! ce n'est donc pas un créancier? Grâce au ciel, ce sera pour
aujourd'hui! C'est M. Ladvocat, madame Petit, qui vient me demander
l'acquisition de mes _Mémoires_,» et je sautais comme un enfant de
quinze ans. J'étais dans ce moment bien peu académique. Madame Petit
était joyeuse de ma joie, elle y souriait avec une bonté parfaite. J'ai
toujours trouvé que les fleurs embellissent même les plus vilains
appartemens; j'en encombrai mon modeste réduit. Je mis enfin une sorte
de vanité à ce que M. Ladvocat me trouvât là plutôt par goût que par
besoin.

Depuis long-temps aucune visite ne m'avait tant occupée; j'allais même
jusqu'à passer plusieurs fois devant mon petit miroir, jusqu'à mettre
une certaine gravité à ma toilette. Tout cela, je le savais bien, ne
changeait rien à ce que je pouvais valoir; mais il y allait de mon
avenir, et souvent les impressions les plus étrangères à l'objet d'une
affaire importante influent sur sa décision. Je ne pourrais jamais dire
toutes les craintes, toutes les espérances, toutes les mille conjectures
auxquelles je me livrai sur la personne dont la décision allait relever
ou anéantir toutes mes illusions.

Assise devant mon bureau, la tête dans mes deux mains, relisant ce que
je trouvais de plus intéressant dans mes cahiers, j'écoutais le bruit
des pas, et je n'entendais plus que ces battemens de coeur qui vous
saisissent à toutes les vives émotions: oh mes amis, m'écriai-je,
protecteurs de mon infortune, si je ne réussis pas à vous aider de mes
propres efforts dans le soutien de mon avenir, c'est aujourd'hui mon
dernier jour. Mourir sans élever un monument de regrets à celui dont la
tombe s'est ouverte, hélas! loin des champs de la gloire où brilla si
longtemps sa valeur!

C'est au moment de cette extase qu'on frappa à ma porte... c'était M.
Ladvocat... son aspect doux et bienveillant, cette bonté que madame de
Genlis a si bien caractérisée, et que M. de Chateaubriand lui-même a
honorée de plus d'un témoignage, me rendirent à mes riantes espérances.
Ses paroles devinrent bientôt des consolations. Je m'aperçus que M.
Ladvocat était surpris de mon extrême agitation. J'exprimais ma joie
avec ma véhémence et ma candeur ordinaires, et je dus paraître bien
étrange. Avec son parfait usage, mon généreux éditeur n'eut pas l'air de
remarquer ma singularité. Il m'offrit alors avec une politesse
encourageante les conditions de notre petit marché littéraire,
auxquelles j'eus de la peine à croire, tant elles surpassaient mes
espérances. Tout fut facile à régler; M. Ladvocat avec une délicatesse
qui, n'en déplaise aux commerçans, tenait bien plus de la politesse de
la bonne compagnie, que de la haute prudence des chiffres, M. Ladvocat
n'ayant que peu de cahiers et nulle autre garantie que ma bonne volonté
à lui livrer au fur et à mesure mon manuscrit complet, me remit cinq
cents francs en or, et deux billets de la même somme. La confiance qu'on
témoigne aux autres est un sûr moyen d'en inspirer, et j'avoue que la
mienne pour M. Ladvocat allait jusqu'à la reconnaissance.

On a tort de dire que la vue de l'or n'agit que sur les personnes à qui
la fortune n'a pas coutume d'en montrer. Je suis bien un exemple du
contraire. Des flots d'or ont passé par mes mains; loin d'être avare, je
suis prodigue. Eh bien, depuis le malheur, comme au temps de la
prospérité, la vue de l'argent m'a toujours causé des transports, parce
qu'il me représente à l'instant toutes ces sensations dont il peut, en
le dépensant, devenir la source.

À peine M. Ladvocat m'eut-il remis sa première avance sur le prix de mes
_Mémoires_, que maîtresse d'un trésor si inespéré, il fallut toute la
crainte de paraître ridicule pour que je ne lui sautasse point au cou en
signe de reconnaissance; ses manières distinguées, ce bon goût d'homme
habitué aux plus hautes relations, effaçaient toute idée de spéculation.
M. Ladvocat était auprès de moi comme venu s'associer à l'amitié de mes
deux bienfaiteurs, beaucoup plus que comme un libraire qui vient traiter
d'une affaire; j'expliquais de vive voix tout ce que j'avais encore à
raconter dans mes _Mémoires_, et j'étais heureuse du fin sourire qui
passait fréquemment sur la très agréable physionomie de mon jeune
éditeur. Mon propre visage était encore plus animé que mes discours. Je
parie que si M. Ladvocat veut en convenir, il me crut un peu folle ce
jour-là; je l'étais en effet, mais d'un enivrement délicieux de
reconnaissance, d'espoir et de ferme volonté de justifier le dévouement
de mes amis, de Duval, de Talma, mes providences. Le tableau de cette
dernière scène de ma vie serait incomplet, si j'oubliais celle qui la
suivit.

J'ai déjà dit que je vivais comme en famille, et que chez madame Petit
tout le monde me voulait du bien. En reconduisant M. Ladvocat, qui me
témoigna cette déférence si naturelle aux hommes qui connaissent le
monde, j'aperçus cinq ou six têtes groupées derrière la porte vitrée de
la salle à manger de madame Petit; elle ouvrait de grands yeux, elle
paraissait contente de mon bonheur, et, comme je ne lui devais rien, sa
joie me fit un double plaisir. À peine le cabriolet de M. Ladvocat
eut-il disparu, que tous les bras se tendirent vers moi; toutes les
bouches de dire: «Allez-vous publier vos _Mémoires_? Êtes-vous
contente?» Je ne pouvais parler; mais je montrais les signes palpables
et matériels du commencement de mon traité.

Ce jour fut un jour de fête pour toute la maison; les enfans eux-mêmes
furent de la partie. Le soir même je pris un cabriolet pour aller payer
quelques obligations sacrées; mon argent passa comme à l'ordinaire.
Cette fois que m'importaient des centaines de francs? j'avais des
billets de banque en perspective. Soutenue par cette certitude d'avenir,
je me mis au travail que je n'ai quitté qu'après avoir rempli mes
engagemens contractés, heureuse d'avoir réussi à intéresser le public
aux événemens d'une vie bien orageuse, et d'avoir obtenu une généreuse
indulgence sur mes égaremens, effacés peut-être par les infortunes, par
les nobles souvenirs qui ont protégé mes aventures personnelles.

Ma tâche est remplie, et je puis dire comme l'empereur romain: «Je n'ai
point perdu ma journée;» car il me semble que mon livre, qui apprend aux
femmes jusqu'où peut les conduire le premier oubli d'un devoir, n'est
pas dépourvu d'une certaine moralité profitable. J'ai écrit comme j'ai
vu, comme j'ai senti; et peut-être encore que cette énergie d'émotions,
et cette franchise d'aveux sur des temps si extraordinaires et des
personnages si considérables ne seront pas non plus sans intérêt pour
l'histoire contemporaine. En finissant je me suis attendrie; il me
semble que je perds une seconde fois ma jeunesse, ma beauté, mes
impressions déjà perdues, et que je retrouvais en racontant. Je suis
heureuse pourtant, puisque j'ai pu communiquer à mes nombreux lecteurs
quelque chose des sentimens qui m'ont toujours animée, puisque, grâce à
ma faible voix, quelques gloires de la patrie ont reçu des hommages qui
semblaient s'éloigner de leur tombe.



NOTES

[1: Adèle Mézière fut vingt-cinq années l'amie de Tallien; c'est dans
ses bras qu'il rendit le dernier soupir. Par ses démarches et ses vives
instances, elle lui obtint un tombeau. Madame Tallien connut Adèle
Mézière, et lui a rendu justice.]

[2: Littéralement homme à jupon, par allusion aux longs habits des
ecclésiastiques. Quand on dit en Espagne _gente de faldas_, cela
signifie femme, ecclésiastique, ou magistrat.]

[3: M. Duncan-Stewart tout court. Mais ce _portier_ était Italien; et
les Italiens comme les Français donnent volontiers le titre de milord au
dernier bourgeois de l'empire britannique.]

[4: La maison régnante d'Angleterre se prétend alliée aux guelfes
d'Italie.]

[5: M. Duncan-Stewart: les enrichis de l'Inde s'appellent vulgairement
nabab en Angleterre.]

[6: Lord Byron répétait volontiers le proverbe qui dit de Gênes qu'on y
trouve une mer sans poisson, une campagne sans arbre, des hommes sans
foi et des femmes sans pudeur; proverbe qui est l'expression de la
rancune de quelque étranger, et que, malgré ce que je viens de raconter,
il ne faudrait pas croire à la lettre ni pour la mer, ni pour la
campagne, ni pour les hommes, ni pour les femmes. Néanmoins, Louis XI,
qui s'y connaissait, disait déjà de son temps, quand on lui demandait un
jour ce qu'il ferait de Gênes si cette ville était à lui: «Je la
donnerais au diable.»]

[7: M. Victor Hugo.]

[8: Quand cette fille parle de cette malheureuse mère, c'est une
divinité, un ange d'amour filial.]

[9: Monvel, père de mademoiselle Mars.]



TABLE GÉNÉRALE PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE DES NOMS CITÉS DANS LES MÉMOIRES
D'UNE CONTEMPORAINE.

A

Abdalha, IV.
A'court (sir William), VIII.
Adeline, III.
Agar, ministre des finances, IV.
Albergati (Odoardo), I.
Albergati (Paula), IV.
Albert, IV.
Albizzi (le comte), III; IV.
Alder, médecin anglais, VII.
Aldini, ministre, III.
Alexandre (l'empereur), V, VI.
Alfieri, IV.
Almoth (M.), VIII.
Alpuente (Romero), VIII.
Amaldi (Caroline), IV.
Ambroisine, III.
Amelin (madame), II.
Amelot, I, VII.
Andréossy (le général), VI.
Angoulême (M. le duc d'), V; VI; VIII.
Angoulême (Madame la duchesse d'), VI.
Argüelles (Augustin), VIII.
Arnault, académicien, III; VIII.
Arthur (madame), III.
Artois (M. le comte d'), V.
Augereau, III, V, VI.
Auquertin, (mademoiselle), actrice, III.
Aurélie, II.
Autré (M.), VII.

B

Babey (M.), IV.
Bacciochi (le prince Félix), IV.
Balbi (le comte), III.
Balbi (la comtesse),  VII.
Bail (M.), VII.
Barbarini (la comtesse), IV.
Barbérimio, I.
Barras,  II; IV.
Battle, IV.
Baudos (M.), IV.
Baufremont (M. de), IV.
Beaufremont (le colonel), VI.
Beaujolais  (le comte  de), VII.
Beaussier, III.
Béclard, médecin, VIII.
Belliard (le général), V.
Belloc (M. de), VI.
Beltran de Lys, négociant, VIII.
Belzoni, VII.
Beniowski, I,
Bernadotte, I; V; VI.
Bernier, évêque d'Orléans, VII.
Berowski, I.
Berry (le duc de), VI.
Berryer  père,  avocat,  VI.
Berthier (César), I; V.
Berton (le général), VII.
Bertrand, V; VI.
Bessières, VIII.
Beurnonville, I.
Bianca-Capello. _Voyez_ Capello.
Bianchi, III.
Bichat, VII.
Billaud-Varennes, VII.
Bineldi (la comtesse), IV.
Blanchet (le général), VI.
Blanes, acteur, III.
Blücher, V.
Bonafoux, VI.
Bonald (M. de), IV.
Bonaparte (Joseph), II; III; V.
Bonaparte (Louis); III; IV.
Bonaparte (Lucien), II; III; IV; VI.
Bondy (M. de), IV.
Bonnest (M.), VI.
Bonnier, VIII.
Borara (le comte), III.
Borghèse (le prince), III; IV.
Bory de Saint-Vincent (M.), VI.
Boucher, peintre, II.
Bourières (le général), III.
Bourmont (M. de), VI.
Bouvard, IV.
Branchu (M.), III.
Brandi, V.
Bréan (l'abbé de), VI.
Brekenhof (le baron de); V.
Brekenhof (la baronne de), V.
Brihaut (M.), VII.
Brougham (M.), VII.
Bruix (l'amiral), III.
Brune (le maréchal), VI.
Brunetti (le comte de), VIII.
Bulgari, VIII.
Bunelli, IV.
Bunelli (Marietta), IV.
Bussières, III.
Byron  (lord), VII; VIII.

C

Cabre (M.) III.
Caland (M.), III.
Cambacérès  (le général),  V.
Cambacérès   (l'archichancelier), VI, VII.
Cambon, VII.
Cambronne, V, VI.
Campana (le général), VII.
Campenon,  académicien, V.
Canova, III.
Capelle (le baron),  IV.
Capelletto, III.
Capello, I, V.
Caprara (le comte), III.
Capulo (l'abbé), V.
Carascosa (le général), VI.
Carnot, V; VI; VII.
Caroline (la reine), IV.
Caroline, reine  d'Angleterre, VII.
Carret (M.), VI.
Castagnos (le général), VIII.
Castlereagh (lord), VII.
Catineau (le général), III.
Cauchy (le chevalier), VI.
Caulincourt, II; V; VI.
Cerami (le baron de), IV.
Ceronni (le comte), III.
Cervoni (le général), III.
Cesarotti, III.
Cettini, IV; VII.
Chabrol (le comte de), IV; VII.
Chameroi (mademoiselle), V.
Championnet (le général), III; IV.
Chaptal, III.
Charbonnières, conventionnel, VII.
Charette, IV.
Charles (l'archiduc), I; III.
Charnage (le comte Édouard de), IV.
Chateauneuf (M. de), III; VII.
Château-Renaud (madame), IV.
Chauvet, IV.
Chénier (André), VII.
Chénier (Marie-Joseph), VII.
Cheradeschi (la comtesse), IV.
Choiseul (le duc de), VII.
Cidal, actrice (mademoiselle), VII.
Clarence (le duc de), VII.
Clarke (mistress), VII.
Clausel (le général), VI.
Clavier, III.
Colbran (mademoiselle), IV.
Collet (M.), III.
Contat (mademoiselle), I; II.
Cooper (Antoine-Ashlow), V.
Cooper (Arabella), V.
Corbineau (le général), V.
Corday (Charlotte), IV.
Cornier, I.
Coulmon, VIII.
Courcelles (le chevalier de), I.
Cyrille, général des franciscains  (le père),  VIII.

D

Daendels (le général).
Dallemagne (le général), III.
Dallié (madame), VI.
Dalmont (le sergent), VI.
Damas, III.
Dampierre, I.
Danzel, II.
Daure, ministre de la guerre, IV.
Davoust (le maréchal), VI.
Dazincourt, III.
Deborah, IV.
Decandole, VIII.
Dejean (le général), V.
Delamarre, II.
Delarue, banquier, II.
Delarue (madame), II.
Delelé, I.
Delille, poëte, V.
Delmas, I, IV.
Delville (madame), II.
Delzons (le général), III.
Derville, II.
Déry (le général), III.
Desaix, III.
Désaugiers, V.
Desène (M.), V.
Dessoles (le général), I; V.
Devram (madame), VII.
Devranne (M.), V.
Dragomanni (la comtesse), IV.
Drouot, III; V; VI.
Duchesnois (mademoiselle), II.
Duclos (M.), IV.
Du Deffand (madame), IV.
Dugazon, II; III.
Duhesme (Alfred), III.
Dulfième (le chevalier), III.
Dumoulin (Évariste), VIII.
Dumouriez, I; IV.
Duncan-Stewart (M.), VIII.
Dunderdale (M.), VII.
Dupin aîné, VI.
Duprat (le général), III.
Dupré (madame), III.
Durand (le baron), IV.
Durazzo, dernier doge, III.
Duro, chanoine  espagnol, VIII.
Duroc, III; V; VI.
Durosier, III.
Duval (Alexandre), I; II; IV; VIII.
Duvernet (le général Mouton), VII.
Duvernot (madame), VII.

E

Edgeworth (l'abbé), VI.
Elisa (la princesse), III; IV; V;  VII; VIII.
Elleviou, I; II.
Eroles (le baron d'), VIII.
Esménard, VI.
Eugène (le prince), IV.
Excelmans (le général), IV.
Exmouth (lord), VI.
Eylau (bataille d'), III.

F

Fauchet, préfet, III; IV; V.
Félix (mademoiselle), III.
Fellower (M.), VII.
Ferdinand VII; VIII.
Férino (le général), III.
Fézenzac (le général), V.
Flahaut (le général), V.
Flaugergues (M.) V.
Fleury (mademoiselle), III.
Fontanes (M. de), V; VII.
Forbin (M. de), III.
Foscolo (Ugo), VII.
Fouché, ministre de la police, III; IV; V; VI.
Fournier, IV.
Fox, VI.
Franceschi (Cipriani), IV.
Fressinet (le général), VIII.
Friant (le général), VI.
Fugières (le général), VII.

G

Gaetana, I.
Gaillard (madame), II.
Galiano, VIII.
Gallo (le marquis de), IV.
Gallois (M.), V.
Gamot (M.), VI.
Gantheaume (l'amiral), III.
Gardanne (le général), III.
Garnier (le major), VII.
Genlis (madame de), VII.
Geoffrin (madame), IV.
Gérace (la princesse), IV.
Géraldina, IV.
Gérard (le général), IV; V; VI.
Gérard, peintre (M.), VIII.
Germon (madame), II.
Gerolonni, IV.
Geronimo, I.
Gionettina, IV.
Gironella (M.), VIII.
Godinot (le général), III.
Godoy, VIII.
Goeffieux, VIII.
Gordan (mistress), VII.
Gourgaud (le général), V; VI.
Gouvion-Saint-Cyr, IV.
Goyon (le baron de), IV.
Grammont (le duc de), VI.
Gran (madame), III.
Granseigne (l'adjudant général), III.
Grivel (M. de), VI.
Grouchi (le général), I; III; V; VI.
Grundler (le général), VI.
Gruyer (le général), VII.
Guaraguin, IV.
Guastala (la duchesse de), III.
Gueliani, VI.
Guiccioli (la comtesse), VIII.
Guidai, IV.
Guilleminot, VIII.
Guisti, I.
Guyon (le général), IV.

H

Hainguerlot, IV.
Hantz, domestique, III.
Hautpoult (le général), III.
Havré (le duc d'), VI.
Hawkesbury (lord), VI.
Heim (M. de), VI.
Hervas (M.), III.
Hoche, I; V.
Hogendorp (le général), V.
Hudson-Lowe (sir), IV.
Hugo (M. Victor), VIII.
Hunt, poète anglais, VII;  VIII.

I

Isabey, peintre, II; IV.

J

Jarlot, III.
Jars (madame), II.
Jean Casimir, VII.
Joachim. _Voyez_ Murat.
Joséphine (l'impératrice), II; III; IV; V; VII.
Joubert, II; III.
Jouberton (madame), IV.
Jouffre, II; III.
Jourdan (le maréchal), VI.
Jouy, de l'Académie, VI.
Jumilhac (le général), VII.
Junot (le général), III; IV; VI.

K
Kean, acteur anglais, VII.
Kellermann (le général), I.
Kelly (miss), actrice anglaise, VII.
Kent (le duc de), VI; VII.
Kléber, I; II; III.
Klinglin (le général), I.
Kormwitz (Ida), I.
Krayenhof (médecin), I; III.

L

Labedoyère (Charles de), V; VI; VII.
Labisbal (le général), VIII.
Lachapelle (M. de), VI.
Lacroix (madame), II.
Lacuée (le général), III.
Ladvocat (M.), VIII.
Lætitia, mère de Napoléon, IV; V.
Lafon, III.
Lagarde (le comte de), VIII.
Lahorie, IV.
Lainé (M.), V.
Lalande, astronome, III.
Lamb (lady Caroline), VII; VIII.
Lamb (M.), VII.
Lambertini (le comte), I.
Lambertini (madame), I; II.
Landaburu, VIII.
Lameth, III.
Lanjuinais, V; VI.
Lannes (le maréchal), III; IV.
Lapi, I.
Lariboissière (le général), III.
Laréveillière-Lepeaux, VII.
Larrey (le baron), III; VII.
Lasalle (le général), IV; VI.
Latour, I.
Latour-d'Auvergne, III.
Lavalette (madame), VII.
Lavalette (madame de), VI; VII.
Lavalette (M. de), VII.
Lavauguyon (le comte), IV; V.
Lavello (madame), IV.
Lavello (mademoiselle), IV.
Lebel (le général), I.
Lebon (Eugène), IV.
Lecoulteux de Canteleu, II; III; IV; VII.
Lecourbe; I; III; VI.
Lefebre-Desnouettes (le général),  III; IV; V; VI.
Lemierre, II.
Lemot; II; III; VIII.
Lenoir (M. Dominique), VIII.
Léopold (le prince), III.
Lepelletier de Saint-Fargeau, III.
Lepinois, II.
Leroi, II.
Leval (le général), V.
Levassor (mademoiselle), VI.
Lhermite, I; II.
Lichteau (la comtesse de), V.
Lichtemberg (le prince de), IV.
Lorenzo, IV.
Louis XVIII, VI.
Loweia (M. de), VI.
Londonderry (le marquis de), VII.
Lucai (madame), II.
Luchesini fils, (M. de), IV.
Luosi (le comte), I; II.
Luzerne (le baron de), III.
Lydia, IV.

M

Macdonald, V.
Maherault (M.), III.
Mairet, III.
Malaspina (la marquise de), III.
Mallet, IV, V.
Manfredini, II.
Mangrini, VII.
Manhès (le général), VI.
Manuel, VI.
Marceau, I.
Marchand (le général), VI.
Marescalchi (le comte), III.
Marescot, I.
Marie-Antoinette, II.
Marie-Louise, impératrice, IV; V; VI.
Markoof (le comte de), VI.
Marmont (le général), V.
Mars (mademoiselle), VIII.
Martinez de la Rosa, VIII.
Masséna, III; V; VI.
Mazeppa, VII.
Medici (la comtesse), III.
Médicis, IV; V.
Meino, III.
Menou (le général), III; IV.
Metternich, V.
Meynier, I.
Mézeray (mademoiselle), III.
Mezières (Adèle), VIII.
Milans (le général), VIII.
Mina, VIII.
Miollis (le général), IV.
Mirande (M. de), II.
Molé, I; II; III.
Mollien (M.), III.
Moncey, V; VI.
Monge, V.
Montbrun (le général), IV.
Montchoisy (le général), III.
Montesquiou (le colonel), V.
Montgérault (la marquise de), IV.
Montholon (M. de), II; V.
Montmorenci (Mathieu de), III.
Monti, poëte, I; II; IV.
Montiyo (le comte de), VIII.
Montozon, IV.
Monvel, II; III.
Moore (Thomas), VIII.
Moreau, I; II; III; IV; VI.
Morellet (l'abbé), V.
Morillo (le général), VIII.
Morlat (le général), V.
Morochesi, acteur, III.
Mortier, V; VI.
Muiron, III.
Murat, II; III; IV; V; VI; VII.
Murhausen fils, III.
Murhausen (madame), III.
Mylord (madame), III.

N

Nagel (le général), IV.
Nansouty (le général), III, V.
Napoléon, I; II; III; IV; V; VI; VII.
Narbonne (madame de), VI.
Neufchatel (le prince de), V.
Ney, I; II; III; IV; V; VI; VII.
Ney (madame la maréchale), VII.
Ney fils (M.), VII.
Nidia (jeune Lithuanienne), IV.
Noomz (poète hollandais), IV.
Norvins (M. de), IV.

O

Oberkampf, VII.
Obval (M.), II.
Obval (madame), II.
Odleben (le baron d'), IV.
Orléans (M. le duc), VI; VII.
Ornano, IV.
Orosco (comtesse d'), I.
Orrigny (marquis d'), I.
Ortiz (Jacobo), VII.
Orzio (duc d'), I.
Orzio (Lavinie d'), I.
Oudet, II; III; IV; V; VI.
Oudinot, V.
Ouvrard, III; VIII.

P

Pacthod (le général), V.
Pajol (le comte de), IV; VI.
Palmieri (le marquis de), IV.
Pancemont (M. de), VI; VII.
Paris (madame), III.
Parny (M. de), II.
Pascal (mademoiselle), IV.
Pauline (la princesse), III; IV; V.
Pelandi, actrice italienne, III.
Penski (le comte), I.
Penski (mademoiselle), I.
Permon (M. de), III.
Petit (madame), II.
Pichegru, I; III.
Pie VII, IV.
Pignatelli (le prince), IV.
Platoff (l'hetman des Cosaques), VII.
Polignac (M. de), VI.
Porcia (la princesse), IV.
Poret de Morvan (le général), VII.
Porta, poète italien, VII.
Portsmouth (lord), VII.

Q

Quesada (le général), VIII.
Quesnel (le général); V.
Quiroga, VIII.

R

Rabaut (madame Étienne), VII; VIII.
Raucourt (mademoiselle), V.
Raynouard (M.), V.
Regato, médecin espagnol, VIII.
Regnault de Saint-Jean-d'Angely, II; III; V; VI; VII.
Regnault (madame), III.
Reille (le général), VII.
Remond (madame), II.
Renaud (M.), III.
Renaud, sergent d'artillerie, VII.
Richard, I; II.
Riégo, VIII.
Rielle (M.) IV.
Rigitti, acteur, III.
Rivière (madame), I; III.
Rocca (le duc della), VI.
Romilda, IV.
Roquelaure (M. de), V.
Rosetti, IV, V.
Rossini, IV.
Rostopchin, IV.
Rousselois (madame), III.
Roustan, mameluck, V.
Roux-Laborie (M.) V.
Ruga (madame), II.

S

Sabatier (M.), VII.
Saint-Aubin (madame), I.
Saint-Elme, III.
Sainte-Suzanne, I.
Salicetti, IV.
Saluces (le comte de) III; IV.
Santa-Cruz (le marquis de), VIII.
Santi, évêque de Savona, III.
Schasser, célèbre minéralogiste, III.
Schérer (le général), I; II.
Schimmelpinning, I.
Schimmelpinning (madame), I.
Schneider, III.
Scitivaux, IV.
Scolforo (Raphaël), IV.
Ségur (M. de), IV.
Serrurier, III.
Serti, V.
Seruzier (le colonel), VII.
Shelley, poète anglais, VII.
Sheppard, prédicateur méthodiste (M.), VIII.
Sheppard (mistress), VIII.
Solié, I.
Soult (le maréchal).
Sourdeau (M. de), IV.
Sourdeau (madame de), IV,
Spinochi (Camilla), III.
Spinola (Argentine), III.
Staël (madame de), I; IV; V; VI; VIII.
Stendhal (M. le baron de), VIII.
Strati (duc del), IV.
Strozzi (Philippe), IV; V.
Stuard, général anglais, VI.
Stuard (M.), V.
Suchet (le maréchal), V; VI.
Suin (madame), III.

T

Talleyrand, II; III; IV; V; VI; VIII.
Tallien, IV; VII; VIII.
Tallien (madame), I; II; IV; VII.
Talma, I; II; III; IV; V; VIII.
Tampier (M.), IV.
Tankerville (lady), VI.
Thérèse (la soeur), VII; VIII.
Thibaudeau, III.
Thierry (madame), VII.
Thouillier, directeur de spectacle,  VIII.
Tolstoy (Léopold-Ferdinand de), I.
Tomasi (madame), IV.
Torigiani (la comtesse), III; IV.
Treilhard (le général), V.
Turo (dona Pepa), VIII.

U

Ude (M.), VII.

V

Van-Aylde-Jonghe (le baron de), I.
Van-Aylde-Jonghe (mademoiselle), I.
Van-Brée, peintre, V.
Vandamme (le général), I.
Van-Daulen, I.
Van-Derke (le baron), I.
Van-Derke (Maria), I.
Vandremer (madame), II.
Van-Lover, I.
Van-Maanen (M.), VII.
Van-Perpowy (le comte), I.
Van-Schaahepen, I
Venueza, curé espagnol, VIII.
Verteuil (M. Armand), IV.
Vicente, prêtre espagnol, VIII.
Victor (le maréchal), V; VI.
Vigée, III.
Villanova (don Félix), VIII.
Villate, lieutenant-général, VI.
Vinci (Cosimo), I.
Viscardi, apothicaire, IV.
Visconti (madame), II.
Vivalda (le comte de), III.
Vivian (le commandant), VI.
Volnais (mademoiselle), III.

W

Wellington (lord), VI; VII.
Willhem, I.
Wismann (M.), VIII.
Wismann (M. de), VIII.
Witworth (lord), VI.
Wrigth, VIII.

Y

Yorck (duc d'), I; VII.
Yorck (duchesse), VII.

Z

Za (la baronne), VI.
Zayas (le général), VIII.
Zondondari, IV.

TABLE PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE DES NOMS CITÉS DANS LE PREMIER VOLUME DES
MÉMOIRES D'UNE CONTEMPORAINE.

Albergati (Odoardo).
Amelot.

Barberimio.
Béniowski.
Bernadote.
Berowski.
Bertier (César).
Beurnonville.

Capello.
Charles (l'archiduc).
Contat (mademoiselle).
Cornier.
Courcelles (le chevalier de).
Daendels (le général).
Dampierre.
Delelé.
Delmas.
Dessoles (le général).
Dumouriez.
Duval (Alexandre).

Elleviou.

Gaetana.
Geromimo.
Grouchy (le général).
Guisti.

Hoche.

Kellermann (le général).
Kléber.
Klinglin (le général).
Kormwitz (Ida).
Krayenhof (médecin).

Lambertini (le comte de).
Lambertini (madame).
Lapi.
Latour.
Lebel (le général).
Lecourbe.
Lévey.
Lhermite.
Luosi (le comte).

Marceau.
Marescot.
Marie.
Meynier.
Molé.
Monti, poète.
Moreau.

Napoléon.
Ney.
Noomz, poète hollandais.

Orosco (comtesse d').
Orrigny (marquis d').
Orzio (duc d').
Orzio (Lavinie d').

Penski (comte).
Penski (mademoiselle).
Pichegru.

Richard.
Rivière (madame).

Saint-Aubin (madame).
Saint-Cyr.
Sainte-Suzanne.
Scherer (le général).
Schimmelpinning.
Solié.
Staël (madame de).

Tallien (madame).
Talma.
Tolstoy (Léopold-Ferdinand de).

Van-Aylde-Jonghe (le baron de).
Van-Aylde-Jonghe (mademoiselle).
Vandamme (le général).
Van-Daulen.
Van-Derke (le baron).
Van-Derke (Maria).
Van-Lover.
Van-Perpowy (le comte de).
Vanl-Schaahepen.
Vinci (Cosimo).

Willhem.

York (duc d').

TABLE PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE DES NOMS CITÉS DANS LE SECOND VOLUME DES
MÉMOIRES D'UNE CONTEMPORAINE.

Amelin (madame).
Aurélie.

Barbas.
Bonaparte (Lucien).
Bonaparte (Joseph).
Boucher, peintre.

Caulincourt.
Contat (mademoiselle).

Danzel.
Dexamaure.
Delarue, banquier.
Delarue (madame).
Delville (madame).
Derville.
Duchesnois (mademoiselle).
Dugazon.
Duval (Alexandre).

Elleviou.
Gaillard (madame).
Germon (madame).

Hol***.

Isabey, peintre.

Jars (madame).
Joséphine.
Joubert.
Jouffre.
Joy***.

Kléber.

Lacroix (madame).
Lambertini (madame).
Lecoulteux de Canteleu.
Leda.
Lhermite.
Lemierre.
Lemot.
Lepikois.
Leroi.
Lucai (madame).
Luosi (comte).

Marie Antoinette.
Mirande (M. de).
Molé.
Montholon (N. de).
Monti, poète italien.
Monvel.
Moreau.
Murat.

Napoléon.
Ney.

Obval (M.).
Obval (madame).
Oudet.

Parny (M. de).
Petit (madame).
Regnault de Saint-Jean-d'Angely.
Remond (madame).
Richard.
Ruga (madame).

Schérer (le général).
Siv***.
Talleyrand (le prince de).
Tallien (madame).
Talma.

Vandremer (madame).
Visconti (madame).

TABLE PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE DES NOMS CITÉS DANS LE TROISIÈME VOLUME DES
MÉMOIRES D'UNE CONTEMPORAINE.

Adeline.
Albizzi (le comte).
Aldini, ministre.
Ambroisine.
Arnault.
Arthur (madame).
Augereau.
Auquertin, actrice (mademoiselle).

Balbi (le comte).
Beaussier.
Branchu (M.).
Bianchi.
Blanes, acteur.
Bonaparte (Joseph).
Bonaparte (Louis).
Bonaparte (Lucien).
Borara (le comte).
Borghèse (le prince).
Bourières (le général).
Bruix (l'amiral).
Bussières.

Cabre (M.).
Caland.
Canova.
Capelleto (le baron).
Caprara (le comte).
Catineau (le général).
Ceronni (le comte).
Cervoni (le général).
Cesarotti.
Championnet (le général).
Chaptal.
Charles (le prince), I.
Chateauneuf (M. de).
Clavier.
Collet (M.).

Dallemagne (le général).
Damas.
Dazincourt.
Delzons (le général).
Déry (le général).
Desaix.
Drouot.
Dugazon.
Duhesme (Alfred).
Dulfième (le chevalier).
Duprat (le général).
Dupré (madame).
Dorazzo, dernier doge.
Duroc.
Durosier.

Élisa (la princesse).
Eylau (bataille d').

Fauchet, préfet.
Félix (mademoiselle).
Ferino (le général).
Fleury (mademoiselle).
Fouché, ministre de la police.
Forbin (M. de).

Gantheaume (l'amiral).
Gardanne (le général).
Godinot (le général).
Gran (madame).
Granseigne (l'adjudant-général).
Grouchy.
Guastala (la duchesse de).

Hantz, domestique.
Hautpoult (le générale d').
Hervas (M.).

Jarlot.
Joséphine.
Joubert (le général).
Jouffre.
Junot (le général).

Kléber.
Krayenhof.

Laguée (le général).
Lafon.
Lalande, astronome.
Lameth (M. de).
Lannes (le maréchal).
Lariboissière (le général).
Larrey (le baron).
Latour-d'Auvergne.
Lecourbe (le général).
Lecoulteux de Canteleu.
Lefebvre-Desnouettes (le général).
Lemot.
Léopold (le prince).
Lepelletier de Saint-Fargeau.
Luzerne (le baron de).

Maherault (M.).
Mairet.
Malaspina (la marquise de).
Manfredini.
Mareschalchi (le comte).
Masséna.
Medici (la comtesse).
Meino.
Meino (madame).
Menou (le général).
Mezeray (mademoiselle).
Molé.
Mollien (M.).
Montchoisy (le général).
Montmorenci (Mathieu de).
Monvel.
Moreau.
Morochesi, acteur.
Muiron.
Murat.
Murhausen fils.
Murhausen (madame).
Mylord (madame).

Nansouty (le général).
Napoléon.
Ney.

Oudet.
Ouvrard.

Paris (madame).
Pauline (la princesse).
Pelandi, actrice italienne.
Permon (M. de).
Pichegru.

Regnault de Saint-Jean-d'Angely.
Regnault (madame).
Renaud (M.).
Rigitti, acteur.
Rivière (madame).
Rousselois (madame).

Saint-Elme.
Saluces (le comte de).
Santi, évêque de Savona.
Schasser, célèbre minéralogiste.
Schneider.
Serrurier.
Spinochi (Camilla).
Spinola (Argentine).
Suin (madame).

Talleyrand.
Talma.
Thibaudeau.
Torigiani (la comtesse).

Vigée.
Vill... (M.).
Vivalda (le comte de).
Volnais (mademoiselle).

TABLE PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE DES NOMS CITÉS DANS LE QUATRIÈME VOLUME DES
MÉMOIRES D'UNE CONTEMPORAINE.

Abdalha.
Agar, ministre des finances.
Albergati (Paula).
Albert.
Albizzi (le comte Cereni).
Alfiéri.
Amaldi (Caroline).

Babey (M.).
Bacciochi (le prince Félix).
Barbarini (la comtesse).
Barras.
Battle.
Baudus (M.).
Baufremont (M. de).
Bineldi (la comtesse).
Bonald (M. de).
Bonaparte (Louis).
Bonaparte (Lucien).
Bondy (M. de).
Borghèse (le prince).
Bouvard.
Bunelli.
Bunelli (Marietta).

Capelle (le baron).
Caroline (la reine).
Cerami (le baron de).
Cettini.
Chabrol (le comte de).
Championnet.
Charette.
Charnage (le comte Édouard de).
Chateau-Renaud (madame).
Chauvet.
Cheradeschi (la comtesse).
Colbran (mademoiselle).
Corday (Charlotte).

Daure, ministre de la guerre.
Deborah.
Delmas.
Dragomanni (la comtesse).
Duclos (M.).
Dudeffand (madame).
Dumouriez.
Durand (le baron).
Duval (Alexandre).

Elisa (la princesse).
Eugène (le prince).
Excelmans (le général).

Fauchet, préfet.
Fouché.
Fournier.
Francheschi (Cipriani).

Gallo (le marquis de).
Geoffrin (madame).
Gérace (la princesse).
Geraldina.
Gérard (le général).
Gerolonni.
Gionettina.
Gouvion-Saint-Cyr.
Goyon (le baron de).
Guaraguin.
Guidal.
Goton (le général).

Hainguerlot (M.).
Heim (M. de).
Hudson-Lowe (Sir).

Isabey, peintre.

Joséphine.
Jouberton (madame).
Junot.

Lahorie.
Lannes (le maréchal).
Lasalle (le général).
Lavauguyon (le comte de).
Lavello (mademoiselle).
Lavello (madame).
Lebon (Eugène).
Lecoulteux de Canteleu.
Lætitia (madame).
Lefebvre-Desnouettes.
Lichtenberg (le prince de).
Lorenzo.
Luchesini fils (M. de).
Lydia.

Mallet.
Marie-Louise, impératrice.
Médicis.
Menou (le général).
Miollis (le général).
Mont-Brun (le général).
Montgérault (la marquise de).
Monti.
Montozon.
Moreau.
Murat.

Nagel (le général).
Napoléon.
Ney.
Nidia, jeune Lithuanienne.
Norvins (M. de).

Odleben (le baron d').
Ornano.
Oudet.

Pajol (le comte de).
Palmieri (le marquis de).
Pascal (mademoiselle).
Pauline.
Pie VII.
Pignatelli (le prince).
Porcia (la princesse).

Rielle (M.).
Romilda.
Rosetti.
Rossini.
Rostopchin.

Salicetti.
Saluces (le marquis de).
Scitivaux (M.).
Scolforo (Raphaël).
Ségur (M. de).
Sourdeau (M. de).
Sourdeau (madame de).
Staël (madame de).
Strati (duc del).
Strozzi (Philippe).

Tallien.
Tallien (madame).
Talleyrand.
Talma.
Tampier (M.).
Tomasi (madame).
Torrigiani (la baronne).

Verteuil (M. Armand).
Viscardi, apothicaire.

Zondondari.

TABLE PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE DES NOMS CITÉS DANS LE CINQUIÈME VOLUME DES
MÉMOIRES D'UNE CONTEMPORAINE.

Alexandre (l'empereur).
Angoulême (le duc d').
Artois (le comte d').
Augereau (le maréchal).

Belliard (le général).
Bernadotte.
Berthier.
Bertrand.
Bianca-Capello.
Blücher.
Bonaparte (Joseph).
Brandi.
Brenkenhof (le baron de).
Brenkenhof (la baronne de).
Cambacérès (le général).
Cambrone.
Campenon (M.).
Capello _Voyez_ Bianca.
Capulo (l'abbé).
Carnot.
Caulaincourt.
Chameroi (mademoiselle).
Cooper (Antoine-Ashlow).
Cooper (Arabella).
Corbineau (le général).

Dejean (le général).
Delille, poète.
Désaugiers.
Desène (M.).
Dessolles (le général).
Devranne (M.).
Drouot.
Duroc.

Elisa.

Fauchet.
Fezenzac (le général).
Flahaut (le général).
Flangergues (M.).
Fontanes (M. de).
Fouché.

Gallois (M.).
Gérard (le général).
Gourgaud (le général).
Grouchy.

Hogendorp (le général).
Hoche.

Joachim. _Voyez_ Murat.
Joséphine.

Labédoyère (Charles de).
Lainé (M.).
Lanjuinais (M.).
Lavauguyon (duc de).
Lefebvre.
Leval, (le général).
Lichteau (comtesse de).
Lætitia, mère de Napoléon.

Macdonald.
Mallet.
Marie-Louise.
Marmont (le maréchal).
Masséna.
Médicis (Lorenzo de).
Metternich.
Moncey.
Monge.
Montesquiou (le colonel).
Montholon (le général).
Morellet (l'abbé).
Morla (le général).
Mortier.
Murat.

Nansouty (le général).
Napoléon.
Neufchatel (le prince de).
Ney.

Oudet.
Oudinot.

Pacthod (le général).
Pauline.

Quesnel (le général).

Raucourt (mademoiselle).
Raykotjard (M.).
Regnault de Saint-Jean-d'Angely.
Roquelaure (M. de).
Roustan, mameluck.
Roux-Laborie (M.).

Serti.
Soult (le maréchal).
Staël (madame de).
Strozzi (Philippe).
Suard (M.).
Suchet (le maréchal).

Talleyrand.
Talma.
Treilhard (le général).

Van-Brée, peintre.
Victor (le maréchal).

TABLE PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE DES NOMS CITÉS DANS LE SIXIÈME VOLUME DES
MÉMOIRES D'UNE CONTEMPORAINE.

Alexandre (l'empereur).
Andréossy (le général).
Angoulême (le duc d').
Angoulême (la duchesse d').
Augereau (le maréchal).

Beaufremout (le colonel).
Belloc (M. de).
Bernadotte.
Berri (le duc de).
Berryer père, avocat.
Bertrand.
Blanchet (le général).
Bonafoux.
Bonaparte (Lucien).
Bonnest (M.).
Bory de Saint-Vincent (M.).
Bourmont (M. de).
Bréan (l'abbé de).
Brune (le maréchal).

Cambacérès.
Cambrone.
Carascosa (le général).
Carnot.
Carret (M.).
Cauchy (M. le chevalier).
Caulaincourt.
Clauzel (le général).

Dallié (madame).
Dalmont (le sergent).
Davoust (le maréchal).
Drouot.
Dupin aîné (M.).
Duroc.

Enceworth (l'abbé).
Esménard.
Exmouth (lord).
Fouché.
Fox.
Friant (le général).

Gamot (M).
Gérard (le général).
Grammont (le duc de).
Grivel (M. de).
Grouchy (le maréchal).
Grundler (le général).
Gueliani.

Havré (le duc d').
Hawkesburry (lord).

Jourdan (le maréchal).
Junot.

Kent (le duc de).

Labédoyère.
Lachapelle (M. de).
Lanjuinais.
Lasalle.
Lavalette (madame de).
Lecourbe.
Lefebvre-Desnouettes.
Levassor (mademoiselle).
S. M. Louis XVIII.
Loweia (M. de).

Manhès (le général).
Manuel.
Marchand (le général).
Marie-Louise.
Markoff (le comté de).
Masséna.
Moncey (le maréchal).
Moreau.
Mortier (le maréchal).
Murat.

Napoléon.
Narbonne (madame de).
Ney.

Orléans (le duc d').
Oudet.

Pajol (le général).
Pancemont (M. de), évêque de Vannes.
Polignac (M. de).

Regnault de Saint-Jean-d'Angely.
Rocca (le duc della).
Rosetti.

Staël (madame de).
Stuart, général anglais.
Suchet (le maréchal).

Talleyrand.
Tankerville (lady).

Victor (le maréchal).
Villate, lieutenant-général.
Vivian (le commandant).

Wellington (lord).
Witworth (lord).

Za (la baronne).

TABLE PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE DES NOMS CITÉS DANS LE SEPTIÈME VOLUME DES
MÉMOIRES D'UNE CONTEMPORAINE.

Alder, médecin anglais (M.).
Amelot, évêque de Vannes (M.).
Autré (M.).

Balbi (madame la comtesse de).
Ball (M.).
Beaujolais (le comte de).
Belzoni.
Bernier, évêque d'Orléans (M.).
Berton (le général).
Bichat.
Billaud-Varennes.
Brihaut (M.).
Brougham (M.).
Byron (lord).

Cambacérès.
Cambon.
Campana (le général).
Carnot.
Caroline, reine d'Angleterre.
Castlereagh (lord).
Cettini.
Chabrol (M. de).
Charbonnières, conventionnel.
Chateauneuf (Arnaud de).
Chénier (André).
Chénier (Marie-Joseph).
Clarence (le duc de).
Clarke (mistress.).
Cidal, actrice (mademoiselle).
Choiseul (le duc de).

Devram (madame).
Dunderdale (M.)
Duvernet, (le général Mouton-).
Duvernot (madame).

Élisa (la princesse).

Fellower (M.).
Fontanes (M. de).
Foscolo (Ugo).
Fugières (le général).

Garnier (le major).
Genlis (madame de).
Gordan (mistress).
Gruyer (le général).

Hunt, poète anglais (M. Leigh).

Jean Casimir.
Joséphine (l'impératrice).
Jumilhac (le général).

Kean, acteur anglais.
Kelly, actrice anglaise (miss).
Kent (le duc de).

Labédoyère (Charles de).
Lamb (Lady Caroline).
Lamb (M.).
Laréveillière-Lepeaux.
Larrey (le baron)
La Tour-du-Pin (M. de).
La Valette (madame).
La Valette (madame de).
La Valette (M. de).
Lecoulteux de Canteleu (M.).
Londonderry (le marquis de).

Mangrini.
Mazeppa.
Murat.

Napoléon.
Ney.
Ney (madame la maréchale).
Ney fils (M.).

Oberkampf.
Orléans (le duc d').
Ormz (Jacobo).

Pancemont (M. de).
Platoff (l'hetman des cosaques).
Poret de Morvan (le général).
Porta, poète italien.
Portsmouth (lord).

Rabaut (madame St-Étienne)
Reille (le général).
Regnault de Saint-Jean-d'Angely.
Renaud, sergent d'artillerie.

Sabatier (M.)
Seruzier (le colonel).
Shelley, poète anglais.

Tallien.
Tallien (madame).
Thérèse (la soeur).
Thierry (madame).

Ude (M.).

Van Maanen (M.).

Wellington (lord).

York (le duc d').
York (la duchesse d').

TABLE PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE DES NOMS CITÉS DANS LE HUITIÈME VOLUME DES
MÉMOIRES D'UNE CONTEMPORAINE.

A'court (sir William).
Almoth (M.).
Alpuente (Romero).
Angoulème (le duc d').
Arguelles (Augustin).
Arnault (M.).

Béclard, médecin.
Beltrand de Lys, négociant.
Bessières.
Bonnier.
Brunetti (le comte de).
Bulgari.
Byron (lord).

Castagnos (le général).
Coulman (M.).
Cyrille, général des franciscains (le père).

Decandole, professeur de botanique.
Dumoulin (M. Évariste).
Duncan Stewart (M.).
Duro, chanoine espagnol.
Duval (Alexandre).

Élisa (la princesse).
Éroles (le baron d').

Ferdinand VII.
Fressinet (le général).

Galiano.
Gérard, peintre (M.).
Gironella (M.).
Godoy (Manuel).
Goeffieux.
Guiccioli (la comtesse).
Guilleminot (le général).

Hugo (M. Victor).
Hunt (M. Leighs).

Jouy, de l'Académie (M. de).

Labisdal (le général).
Ladvocat (M.).
Lagarde (le comte de).
Lamb (Lady Caroline).
Landaburu.
Lemot.
Lenoir (M. Dominique).

Mars (mademoiselle).
Martinez de la Rosa (M.).
Merières (Adèle).
Milans (le général).
Mina.
Montiyo (le comte de).
Moore (Thomas).
Morillo (le général).

Ouvrard.

Quesada (le général).
Quiroga.

Rabaud (madame Étienne).
Regato, médecin espagnol.
Riego.

Santa-Crux (marquis de).
Sheppard, prédicateur méthodiste (M.).
Sheppard (mistress).
Staël (M. le baron Auguste de).
Stendhal (M. le baron de).

Talleyrand.
Tallien.
Talma.
Thérèse (la soeur).
Thuillier, directeur de spectacle.
Turo (Dona pepa).

Venneza, curé espagnol.
Vicente, prêtre espagnol (don).
Villanova (D. Félix).

Wismann (M.).
Wismann (madame).
Wright (M.).

Zayas (le général).





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires d'une contemporaine - Souvenirs d'une femme sur les principaux personnages de la République, du Consulat, de l'Empire, etc... Tome 8" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home