Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les règles de Cicco Simonetta - pour le déchiffrement des écritures secrètes
Author: Simonetta, Francesco, 1410-1480
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les règles de Cicco Simonetta - pour le déchiffrement des écritures secrètes" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Note: Les lettres supérieures unusuelles sont précédées par ^.]



LES RÈGLES DE CICCO SIMONETTA POUR LE DÉCHIFFREMENT DES ÉCRITURES
SECRÈTES

(4 JUILLET 1474).


Le manuscrit italien 1595[1] de la Bibliothèque nationale contient, du
folio 438 au folio 446, des fragments d'un prétendu _diario_ de Cicco
Simonetta, secrétaire et conseiller des trois premiers ducs de Milan de
la dynastie de Sforza[2]. Les folios 438, 439 et 440 sont remplis par
des minutes de comptes; les folios 442, 443, 444, 445, 446, par des
catalogues de livres ou de manuscrits ou des minutes de lettres; enfin
le folio 441 tout entier et le recto du folio 442, par les _Regule ad
extrahendum litteras ziferatas sine exemplo_, qui font la matière du
présent travail. Dans ces fragments, on le voit, il y a un peu de tout,
des notes de toutes sortes plutôt qu'un journal, et la dénomination de
_diario_ qui leur a été assignée, soit par le classificateur, soit par
le possesseur ancien du manuscrit en question, serait tout à fait
impropre, si la plupart d'entre eux n'étaient datés du quantième et du
mois. Quant à leur attribution à Simonetta, elle nous paraît devoir
prêter moins à controverse. D'abord la théorie des règles suivies par la
chancellerie milanaise avait été pendant longtemps l'objet des
méditations de Cicco Simonetta; il avait même préparé, en 1435, un
traité de la chancellerie de François Sforza[3], et nous ne serions pas
surpris que les règles qui nous occupent eussent été tirées de ce
traité, qui n'a jamais été publié. Ce n'est là qu'une présomption en
faveur de l'hypothèse qui fait de Simonetta l'auteur de ces règles; nous
avons en revanche des preuves presque certaines que, si elles ne sont
pas l'oeuvre de Cicco, elles ont du moins été tracées de sa main. En
effet, elles sont de la même écriture que le soi-disant _diario_, et
l'écriture de ces notes présente de telles analogies avec celle des
lettres ou morceaux autographes de Simonetta, conservés dans l'_Archivio
Sforzesco_[4], et avec celle du manuscrit dit de Simonetta[5], regardé
ordinairement comme autographe, qu'on doit les attribuer au même
personnage. Il est vrai que le catalogue de manuscrits, non daté, qui,
sous forme de lettre à Philippe Sacramoro, orateur milanais à Florence,
termine le prétendu _diario_ (fol. 445 v^o et fol. 446 r^o) est signé
_Ja. Poggius_[6]; mais cette signature ne peut être autographe; en
effet, l'écriture de ce catalogue est la même que celle des autres
pièces du _diario_[7]; or, toutes ces pièces sont datées de Pavie ou de
Gallerate et émanent certainement d'un Milanais; de plus, les comptes
qui en font partie (fol. 438, 439 et 440) et qui sont tous relatifs aux
revenus et aux dépenses du royaume de Naples dénotent une connaissance
intime des détails de l'administration et du gouvernement napolitain,
connaissance qui eût pu difficilement être le lot de Jacques Pogge,
tandis qu'elle serait parfaitement celui de Simonetta, ancien serviteur
du roi de Naples. Somme toute, l'attribution à ce dernier du _diario_ et
par suite des _regule_, exception faite toutefois pour le catalogue de
manuscrits signé de Pogge, nous paraît devoir être provisoirement admise
à défaut d'une meilleure à proposer.

    [Note 1: Ce ms. forme le t. XIII de la collection connue sous le nom
    d'_Archivio Sforzesco_ (ms. ital. 1583-1615), cédée en 1867 par M.
    Costa de Beauregard à la Bibl. nat. (Delisle, _le Cabinet des
    manuscrits de la Bibliothèque nationale_, t. II, p. 313). M.
    Mazzatinti a donné un dépouillement sommaire, mais presque complet,
    de l'_Archivio Sforzesco_, dans l'_Archivio storico lombardo_,
    Milano, 1883, p. 222 et ss., et 1885, p. 657 et ss.]

    [Note 2: Sur cet éminent personnage, qui fut disgracié en 1479 et
    mis à mort le 30 octobre 1480, voir Argelati, _Bibliotheca
    scriptorum mediolanensium_, Milan, 1745, t. II, col. 2166-168, et la
    biographie qui lui a été consacrée par Carlo Belgiojoso en tête de
    l'édition de son drame intitulé: _Cicco Simonetta_, Milano, 1858,
    in-8^o. De nombreuses lettres adressées à Cicco Simonetta par
    différentes personnes sont conservées à la Bibl. nat., ms. ital.
    1590. Voir aussi _Diarium Parmense_, dans Muratori. _Rerum
    italicarum scriptores_, t. XXII, col. 249 et ss.; _Mémoires de
    Commynes_, éd. Dupont, t. II, p. 302 et 303; Litta, _Fam. Simonetta
    di Calabria_, etc.]

    [Note 3: Ce traité, intitulé: _Constitutiones et ordines cancellariæ
    secretioris illustrissimi principis et excellentissimi d. d.
    Francisci Sfortiæ Vicecomitis ducis Mediolani_, etc., appartenait,
    au temps d'Argelati (_op. cit._, II, col. 2167), à l'avocat Sitone:
    nous ne savons pas ce qu'il est devenu.]

    [Note 4: Lodi, 18 décembre 1449. Cicco Simonetta au duc de Milan
    (Bibl. nat., ms. ital. 1585, fol. 106).--Milan, 2 octobre 1455. Le
    même à frère Jacques de Pesaro à Naples (Bibl. nat., ms. ital.,
    1587, fol. 76).--4 mars 1456. Relatio facta per me Cicchum
    magnificis dominis de consilio secreto parte Ill^mi domini domini
    nostri (_ibid._, fol. 109). Voy. aussi les lettres ducales
    contresignées par Simonetta, par exemple Bibl. nat., ms. ital. 1595,
    fol. 296.--Milan, 14 juillet 1462. Le duc de Milan à Laurent de
    Pesaro, conseiller à Parme; _ibid._, fol. 30.--Milan, 11 février
    1463. Le même aux maîtres des entrées, etc.]

    [Note 5: Bibl. nat., ms. lat. 10133. Une copie de ce manuscrit, qui
    n'est autre qu'un recueil des documents relatifs aux rapports des
    ducs de Milan avec la France depuis 1461, appartenait, suivant
    Argelati (_op. cit._, II, col. 2167), au comte Antoine Simonetta,
    descendant d'un frère de Cicco: nous ignorons le sort de cette
    transcription. Nous préparons une notice sur le ms. lat. 10133.]

    [Note 6: Il s'agit sans doute de Jacques Pogge (1441-1478),
    secrétaire du cardinal Riario; compromis dans la conjuration des
    Pazzi, il fut exécuté. Il était fils de Pogge, le grand humaniste.]

    [Note 7: L'examen d'un autographe de Pogge confirmerait probablement
    notre assertion: mais nous n'avons pu en trouver un dans les
    bibliothèques de Paris. Quant au fac-similé inséré par M. de Nolhac
    dans son bel ouvrage: _la Bibliothèque de Fulvio Orsini_, Paris,
    1887, c'est celui d'un autographe de Jacques Pogge l'ancien.]

D'ailleurs cette discussion n'a, suivant nous, qu'un intérêt secondaire;
ce qu'il importe, c'est d'étudier les règles de Simonetta elles-mêmes de
façon à définir leur nature et à déterminer leur but et leur utilité.

Elles ont été rédigées à Pavie le lundi 4 juillet 1474. Cette date est
digne de remarque, car c'est le moment où les correspondances chiffrées
commencèrent à prendre de l'extension en Italie. En effet, l'usage de la
cryptographie, qui remonterait à l'antiquité la plus reculée, qui aurait
été commun chez les Grecs[8] et les Romains[9], dont les documents
wisigothiques offrent de nombreux spécimens[10], dont on rencontre aux
archives de Venise deux ou trois exemples du XIIIe siècle[11] et
plusieurs du XIVe[12], ne devint pas général en Italie avant le courant
du XVe[13]; mais alors les écritures secrètes se multiplient. Toutefois
à cette époque, qui est comme l'enfance de l'art cryptographique, tous
les systèmes d'écriture secrète dérivent du même principe; les noms
propres de personnes, de lieux ou de pays sont représentés par des mots
ou des signes particuliers; pour les noms communs, chaque lettre de
l'alphabet répond à un signe ou deux; ces signes sont tantôt des
lettres, isolées ou accouplées, dont l'ordre est interverti ou la valeur
changée, tantôt des chiffres isolés ou accouplés, tantôt des caractères
bizarres et de pure fantaisie au choix desquels l'imagination des
correspondants a seule présidé; enfin ces lettres, ces chiffres ou ces
caractères sont accompagnés de ce qu'on nomme en cryptographie des
_non-valeurs_, c'est-à-dire de signes nuls, qui n'ont pas de sens et ne
sont introduits dans le texte qu'en vue de dépister les curieux[14].
Déjà, cependant, les accents, les points, les virgules, les
apostrophes, tous les signes qui pourraient aider au déchiffrement sont
supprimés[15]; le plus souvent les mots ne sont pas séparés[16].

    [Note 8: Bibliophile Jacob, _la Cryptographie_, Paris, 1858, p. 6 et
    ss.]

    [Note 9: Paoli, _Programma scolastico di paleografia latina e di
    diplomatica. 1. Paleografia latina_, Firenze, 1888, p. 40. Il ne
    faut pas confondre la tachygraphie ou sténographie des Romains avec
    la cryptographie: la tachygraphie est à peu près à la cryptographie
    ce que la sténographie est à l'écriture ordinaire. (Voy. Kopp,
    _Paleographia critica_, Mannheim, 1817, 2 vol. in-4^o; Wailly,
    _Éléments de paléographie_, I, 425; et surtout le mémoire de M.
    Julien Havet sur l'_Écriture secrète de Gerbert_, lu à l'Académie
    des inscriptions et belles-lettres, le 11 mars 1887, et publié dans
    le t. XV, 4e série, des _Comptes-rendus_ de ce corps.)]

    [Note 10: Paoli, _op. cit._, p. 41, d'après Muños y Rivero,
    _Paleographia visigoda_, Madrid, 1881, p. 77.]

    [Note 11: Pasini, _Delle scritture in cifra usate dalla republica
    veneta_, dans _Il R. Archivio generale di Venezia_, Venezia, 1873,
    p. 292.]

    [Note 12: _Ibid._, p. 292 et 293.]

    [Note 13: Le plus vieux document véritablement cryptographique que
    possèdent les archives de Venise est du 28 juin 1411 (Senato,
    Deliberazione secrete, t. IV, fol. 184 v^o): sur 36 lignes
    d'écriture, 29 sont en chiffres (Pasini, _op. cit._, p. 300). L'acte
    le plus ancien en écriture secrète conservé à Florence est de 1414
    (_Dispacci in cifre del R. archivio di stato di Firenze_, dans
    _Archivio storico italiano_, 3e série, t. XIV, p. 473, Firenze,
    1871). À Milan, le plus ancien paraît être de 1454 et à Gênes de
    1481 (R. Sovrintendenza agli archivi veneti, _L'Archivio di stato in
    Venezia negli anni 1876-1880_, Venezia, 1881, p. 64-67. Voir aussi
    Cecchetti, _Le scritture occulte nella diplomazia veneziana_, dans
    _Memorie del R. istituto veneto di scienze, lettere ed arti_, 3e
    série, t. IV, Venezia, 1869, p. 1185-1211).]

    [Note 14: _Dispacci in cifre_, etc., dans _Arch. stor. ital._, _loc.
    cit._, p. 475; Pasini, _op. cit._, p. 300. On trouvera les clefs de
    chiffres de ce genre et de l'année 1465 à la Bibl. nat. (ms. ital.
    1591, fol. 132, 133, 134, et 1592, fol. 29). Un chiffre analogue,
    mais du XVIe siècle, a été reproduit par M. L. Paris dans les
    _Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de
    François II_, Paris, 1841 (Collection de documents inédits), en
    regard de la page XVI. Nous n'insistons pas sur ces clefs, dont le
    but est tout différent des règles que nous étudions: ces clefs ont
    été dressées afin de déchiffrer une lettre secrète déterminée ou un
    alphabet déterminé, tandis que les règles de Simonetta visent à
    indiquer une méthode pour découvrir ces clefs elles-mêmes. Les clefs
    pareilles à celles que nous avons citées, mais de temps postérieurs,
    ne sont pas rares. Les archives de Venise en conservent plus de 400
    des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (Pasini, _op. cit._, p. 291). De
    plus, quelques cryptographes exercés en ont restitué un certain
    nombre; ainsi l'abbé Gabrielli, à Florence, en a rétabli plus de
    1,300 (voy. l'article déjà signalé de l'_Arch. stor. ital._).
    Pasini, à Venise, a déchiffré près de 800 dépêches (R.
    Sovrintendenza agli archivi veneti, _op. cit._, p. 64 et 202, et
    _id._, _Gli archivii della regione veneta_, Venezia, 1881, t. II, p.
    195). Cf. les cinq clefs publiées à l'appendice de ce volume. Ces
    déchiffrements ne vont pas sans donner lieu à des interprétations
    diverses. Voir à ce sujet la curieuse dissertation de Pasini, _I
    dispacci di Giovanni Michiel ambasciatore veneto in Inghilterra
    (1554-1557), deciferati da Paolo Friedmann, rettificazioni ed
    aggiunte_, Venezia, 1869.]

    [Note 15: Pasini, _Delle scritture in cifra_, etc., _loc. cit._, p.
    291.]

    [Note 16: _Ibid._, voy. la table qui fait suite au mémoire de Pasini
    et qui n'est que le fac-similé d'une partie de la pièce de 1411
    mentionnée plus haut.]

C'est à cet état arriéré de la science cryptographique que s'appliquent
les règles ou mieux les instructions de Simonetta; elles sont au nombre
de treize et, bien entendu, ainsi que l'atteste le titre que l'auteur
leur a donné, elles ne prétendent qu'à fournir des procédés pratiques,
fruit sans doute de son expérience personnelle et dont il voulait faire
profiter les secrétaires de la chancellerie milanaise, propres à
dévoiler l'alphabet ou la clef d'une dépêche écrite en lettres
interverties, en chiffres ou en caractères conventionnels.

Bien que Simonetta semble avoir eu quelque notion des chiffres à
alphabet double, il ne se préoccupe que des chiffres à alphabet simple,
c'est-à-dire de ceux où le même signe représente toujours la même
lettre, méthode rudimentaire où la lettre la plus répétée dans l'idiome
du texte cryptographique ou cryptogramme ne peut rester longtemps
dissimulée[17]. Presque tout son système repose sur la recherche des
voyelles[18].

    [Note 17: Pour le français, c'est la lettre _e_. Voir:
    _Cryptographie_, étude publiée dans le journal _le Génie civil_
    (mai-juin 1888), par le marquis de Viaris (p. 6). Nous devons à
    l'obligeance de l'auteur la communication de cet excellent ouvrage,
    auquel nous empruntons la plupart des détails qui précèdent, entre
    autres la définition des alphabets simples et des alphabets
    multiples. Ce tirage à part n'est malheureusement pas livré au
    commerce. Voir aussi: Kerckhoffs (Aug.), _la Cryptographie militaire
    ou des chiffres usités en temps de guerre, avec un nouveau procédé
    de déchiffrement applicable aux systèmes à double clef_, Paris,
    1883, p. 19.]

    [Note 18: Cette recherche fut plus tard le fondement du système de
    déchiffrement de Porta (_De furtivis litterarum notis_, Naples,
    1563), dont le bibliophile Jacob (_op. cit._, p. 56 et ss.) a donné
    une analyse circonstanciée. De nos jours, un cryptographe distingué
    et original, M. Vesin de Romanini, a repris cette idée en la
    développant et en a fait la base de son traité de cryptographie
    intitulé: _la Cryptographie dévoilée, ou Art de traduire ou de
    déchiffrer toutes les écritures en quelque caractère et en quelque
    langue que ce soit, quoiqu'on ne connaisse ni ce caractère ni cette
    langue, appliquée aux langues française, allemande, anglaise,
    latine, italienne, espagnole_, etc. Paris, 1857. Pour la langue
    italienne, voir p. 163 et ss.]

Les trois premiers préceptes, par l'examen de la lettre finale de chaque
mot, par celui des monogrammes, des digrammes et des trigrammes, roulent
sur les moyens de distinguer si le texte à déchiffrer est en latin ou en
langue vulgaire, c'est-à-dire en italien. La découverte en cette
dernière langue de la voyelle _e_, de la labiale _l_ dans les digrammes
et du relatif _che_ dans les trigrammes forme l'objet du 4e, du 5e et du
6e conseil. Passant ensuite au latin, auquel il consacre les règles 7,
8, 9, 10, 11 et 12, Simonetta observe que les mots de cette langue sont
terminés le plus communément par _s_, _m_ ou _t_, ou _a_, _e_, _i_ et
_o_. Si un signe est employé seul, on peut être sûr que c'est une
voyelle, et, selon toute vraisemblance, la préposition _a_, qui est le
monogramme le plus usité. Quant aux digrammes, il transcrit la liste des
plus usuels; ce sera à la sagacité du lecteur à les interpréter. Les
trigrammes dont la première lettre est la même que la troisième
correspondront à _non_, _sis_, etc., mais plutôt à _non_, le trigramme
le plus fréquent. Un signe répété trois fois sans intervalle doit être
un _u_. Dans les mots de quatre lettres, un chiffre redoublé équivaudra,
selon toute probabilité, à _l_ ou à _s_, comme dans _ille_, _esse_, etc.

La dernière observation est commune au latin et à l'italien: un chiffre
ou un signe toujours suivi du même chiffre ou du même signe figurera
_q_; le second sera _u_, et le suivant une autre voyelle.

En finissant, Simonetta remarque, toutefois, que ces règles peuvent
facilement être mises en défaut, pour peu que l'auteur de la dépêche ait
soin de varier et de compliquer les chiffres de diverses manières, soit
en intercalant au milieu d'eux, comme nous l'avons dit, des caractères,
des monogrammes, des digrammes ou des trigrammes nuls, soit en se
servant de deux alphabets à la fois, etc.

L'intention de Simonetta en recueillant ces règles n'a pas été, on s'en
aperçoit, de composer un traité théorique et complet de cryptographie.
Son but est plus modeste; les destinant, comme nous le disions plus
haut, à satisfaire aux exigences courantes des chancelleries, il les a
basées sur l'expérience seule; c'était du reste inévitable; au XVe
siècle, cette science ou cet art n'avait pas encore fait de progrès
considérables; les combinaisons, à peu près inextricables[19], qui
devaient le transformer sous l'impulsion de Trithème[20], de Porta[21],
de Blaise de Vigenère[22], le créateur des alphabets multiples[23], et
des cryptographes du XIXe siècle[24], n'étaient pas encore inventées.
Notre auteur ne suppose pas de plus grande difficulté que l'alphabet
double et ne soupçonne pas les méthodes à alphabets multiples[25], à
anagramme ou à interversion[26] et à répertoire[27]. Cependant, quelque
élémentaires et imparfaites que soient ces règles, quoique tout esprit
attentif et réfléchi puisse les déduire sans aucun secours étranger,
elles nous ont paru mériter d'être publiées; on y trouve en effet réunis
et coordonnés les préceptes les plus indispensables et les plus
commodes, en raison de leur empirisme même, pour le déchiffrement des
dépêches italiennes du XVe siècle dont les clefs sont perdues ou n'ont
pas été rétablies, et à ce titre leur publication pourra peut-être
rendre quelques services aux personnes qui ont à lire ou à copier des
documents de ce genre.

                                             P.-M. PERRET.

    [Note 19: Sur les traits caractéristiques des dépêches chiffrées du
    XVIIe et du XVIIIe siècle, voir l'article déjà mentionné de l'_Arch.
    stor. ital._, t. XIV, 3e série, p. 473.]

    [Note 20: _Steganographia_, Francfort, 1606. Le bibliophile Jacob
    (_op. cit._, p. 38 et ss.) a consacré à cet ouvrage une analyse
    détaillée.]

    [Note 21: Voy. plus haut, p. 520, note 4.]

    [Note 22: _Traité des chiffres ou secrettes manieres d'écrire_,
    Paris, 1587.]

    [Note 23: M. de Viaris (_op. cit._, p. 7) a reproduit des types de
    ces alphabets multiples. Voy. aussi le Bibliophile Jacob, _op.
    cit._, p. 71, et Kerckhoffs, _op. cit._, p. 30.]

    [Note 24: Leurs traités sont très nombreux. Nous nous contenterons
    d'indiquer quelques-uns des principaux: Mamert Gallien,
    _Dictionnaire télégraphique, économique et secret_, Paris,
    1874.--Simonot (Edme), _l'Art de déchiffrer les écritures secrètes_,
    Paris, 1881.--Kerckhoffs, _op. cit._--Sittler, _Dictionnaire
    abréviatif chiffré_, Paris, 1889 (10e édition), etc., etc.--Pour les
    ouvrages relatifs à la cryptographie et antérieurs à 1858, on
    consultera avec profit la bibliographie que le bibliophile Jacob a
    mise en appendice a son livre déjà cité (p. 242-251).]

    [Note 25: Viaris, _op. cit._, p. 6.]

    [Note 26: _Ibid._, p. 22.]

    [Note 27: _Ibid._, p. 44.]



                                        Papie die lune iiii julii 1474.

REGULE AD EXTRAHENDUM LITTERAS ZIFERATAS SINE EXEMPLO.


(1.) Primo, inspiciendum est utrum littera sit in latino an in vulgari,
quod hoc modo scietur: consydera utrum dictiones littere proposite
habeant solum quinque terminationes diversas aut pauciores, vel plures:
si quidem fuerint solum quinque vel pauciores, estima quod littera illa
sit in vulgari: si vero fuerint plures quinque, estima quod littera
proposita sit in latino; et hoc quia omnes dictiones vulgares in
idiomate nostro terminantur in vocalem, et vocales sunt quinque, _a_,
_e_, _i_, _o_, _u_. Si vero dictiones littere proposite habuerint plures
terminationes quam quinque, estima quod littera proposita sit in latino;
et hoc quia dictiones latine seu litterales possunt terminari in
vocalem, semivocalem, scilicet _l_, _m_, _n_, _r_, _s_, _x_, et mutam,
scilicet _b_, _c_, _d_, _f_, _g_, _k_, _q_, _p_, _t_.

(2.) Alia regula, ad idem scilicet cognoscendum, utrum littera proposita
sit in vulgari vel in latino seu littera. Inspice litteram propositam
utrum in ea multiplicentur seu frequententur dictiones representate
solum per unam zifram; quia si sit, verisimile est litteram propositam
esse in vulgari; et hoc quia in vulgari dictiones representate per unam
zifram tantum multum frequentantur, sed in latino seu littera raro, cum
in latino non sint dictiones representate per unicam litteram vel zifram
nisi quatuor, scilicet _e_, _a_ propositiones, _o_ adverbium vocandi et
_i_ verbum imperativum: que dictiones monolittere raro ponuntur in
litteris preter _a_ prepositionem.

(3.) Item. Consydera litteram propositam si in ea multiplicantur et
frequentantur dictiones duarum vel trium litterarum vel zifrarum, et
tunc consydera quod littera proposita sit in vulgari; et hoc, quia
hujusmodi dictiones magis replicantur in vulgari quam in latino.

(4.) Posteaquam igitur per regulas premissas tibi paruerit quod littera
proposita fuerit in vulgari, vel quod fuerit in latino vel littera, si
fuerit in vulgari jam certus eris que zifre tibi representant vocales,
non terminate tamen sed confuse, et hoc quia zifre que sunt in fine
dictionum semper sunt vocales in idiomate totius Italie; cum autem tibi
note fuerint vocales per hunc modum nunc dictum, consydera que zifra ex
zifris repertis in fine dictionum frequentius repetitur in dictionibus
monosillabis et unius littere seu unius zifre tantum, quia possibile est
et satis verisimile quod talis zifra representet _e_; et hoc quia hoc
verbum est substantivum et per consequens _e_ multum frequentatur et
repetitur in litteris vulgaribus et similiter hec conjunctio copulativa
et per consequens _e_.

(5.) (Fol. 441 v^o.) Item. Multum consyderande sunt dictiones duarum
zifrarum tantum in litteris vulgaribus, quia multe ex eis incipiunt ab
_l_; et hoc propter articulos qui apponuntur nominibus appellativis,
utputa _lo_ et _la_ in singulari, et _li_ et _le_ in plurali.

(6.) Item. Consyderande sunt dictiones trium zifrarum tantum et si
aliqua talis sepe repetitur in littera proposita; et hoc quia hec dictio
_che_ sepe repetitur in litteris vulgaribus.

(7.) Si vero apparuerit tibi quod littera proposita sit in latino et non
in vulgari, tunc consydera zifras que sunt in fine dictionum et que ex
eis maxime repetuntur, quia verisimile est tales esse aut vocales, aut
_s_, aut _m_, aut _t_; et hoc quia maxima pars dictionum latinarum
desinunt aut in vocalem, aut in _s_, aut in _m_, aut in _t_, et pauce ex
ex (_sic_) eis finiunt in mutam preterquam in _t_, preter _ab_, _ad_ et
_quod_, que satis frequentantur in litteris.

(8.) Alia regula. Consydera litteram propositam, si in ea est aliqua
dictio representata per unicam zifram, et conjectura quod illa zifra sit
_a_, quia in litteris que sunt in latino raro contingunt dictiones unius
littere tantum preter _a_ prepositionem, ut supra dictum est.

(9.) Alia regula. Consydera zifras que sunt in fine dictionum, que, ut
dictum est, frequenter representant aliquam vocalium, aut _s_ et _m_,
aut _t_, et vide si aliquam ex eis inveneris in dictionibus unius aut
duarum zifrarum, quia si fuerit in dictione unius zifre, tunc talis
zifra representat unam vocalium, quia nulla dictio ideo nec syllaba
potest esse sine vocali, et illa vocalis erit aut _a_, aut _e_, aut _i_,
aut _o_; sed verisimilius est quod sit _a_ prepositio, ut dictum est
supra. Si vero fuerit in dictione duarum zifrarum, tunc discurre per
mentem tuam omnes dictiones duarum litterarum tantum et eas maxime que
ut frequenter occurrunt in litteris, sicut _et_, _ut_, _ad_, _si_, _me_,
_te_ et _se_. Et ut non te lateat, hic ponam omnes dictiones duarum
litterarum tantum vel maximam partem earum, et sunt: _ab_, _ac_, _ad_,
_an_ et _at_, _da_, _de_ et _do_, _ea_, _ei_, _eo_, _et_, _ex_ et _es_,
_he_, _hi_, _id_, _ii_, _in_, _ir_, _is_ et _it_, _me_, _mi_, _na_, _ne_
et _ni_, _ob_, _os_, _re_, _se_ et _si_, _tu_, _te_, _ve_, _vi_ et _ut_.

(10.) Alia regula. Consydera si in littera proposita sint dictiones
trium zifrarum tantum quarum prima sit eadem vel similis ultime, quia
forte talis dictio erit _non_, que sepe occurrit in litteris, aut _sis_
vel _ibi_; et tu discurre per alias dictiones trium litterarum quarum
prima sit similis ultime, sicut sunt: _ala_, _ama_, _ana_, _ara_, _ede_,
_eme_, _ere_, _che_, _ixi_, _ivi_.

(11.) (Fol. 442.) Alia regula. Consydera si in littera proposita sit
aliqua dictio vel dictiones in qua vel quibus sit aliqua zifra
triplicata absque intervallo, quia talis zifra representat _u_, ut
_mula_ (_sic_ pour _uvula_?).

(12.) Alia regula. Consydera si in littera proposita est aliqua zifra
geminata et maxime in dictionibus quatuorum (_sic_) zifrarum, quia
fortasse talis zifra representabit _l_ vel _s_ qui ut frequenter
geminantur, ut _esse_ et _ille_.

(13.) Alia regula et ultima, communis tam in litteris vulgaribus quam
latinis. Consydera si in littera proposita est aliqua zifra ad quam
semper et ubique sequatur una et eadem zifra, quia talis zifra
representat _q_, et alia sequens representat _u_, quia semper post _q_
sequitur _u_, et zifra que sequitur zifram representantem _u_ semper est
vocalis, quia semper post _q_ sequitur _u_, et post _u_ sequitur alia
vocalis.

Possunt tamen predicte regule decludi (_sic_) multipliciter, utputa
scribendo per zifras partim litteram in vulgari et partim in latino;
item interponendo et apponendo in littera zifras nullas litteras
representantes et maxime dictionibus unius vel duarum aut trium zifrarum
vel litterarum; item scribendo cum duobus alphabetis zifrarum omnino
diversis; item ponendo unam zifram solam loco _q_ et _u_.

(Extrait de la _Bibliothèque de l'École des chartes_, tome LI, 1890.)

Nogent-le-Rotrou, imprimerie DAUPELEY-GOUVERNEUR.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les règles de Cicco Simonetta - pour le déchiffrement des écritures secrètes" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home