Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire du Consulat et de l'Empire, (Vol. 1 / 20) - faisant suite à l'Histoire de la Révolution Française
Author: Thiers, Adolphe, 1797-1877
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire du Consulat et de l'Empire, (Vol. 1 / 20) - faisant suite à l'Histoire de la Révolution Française" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Notes au lecteur de ce ficher digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.]



               HISTOIRE DU CONSULAT

                      ET DE

                     L'EMPIRE



                   FAISANT SUITE

       À L'HISTOIRE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE



                 PAR M. A. THIERS



                   TOME PREMIER



        [Illustration: Emblème de l'éditeur.]



                        PARIS
               PAULIN, LIBRAIRE-ÉDITEUR
                  60, RUE RICHELIEU
                         1845



PARIS, IMPRIMÉ PAR PLON FRÈRES, 36, RUE DE VAUGIRARD.

[Illustration: A. THIERS.]



LIVRE PREMIER.

CONSTITUTION DE L'AN VIII.

     Entrée en fonctions des Consuls provisoires.--Partage
     d'attributions entre M. Sieyès et le général Bonaparte.--Le général
     s'empare de l'administration des affaires, et laisse à M. Sieyès le
     soin de rédiger la nouvelle Constitution.--État de la France en
     brumaire an VIII.--Désordre de l'administration et des
     finances.--Profonde misère des armées.--Troubles en
     Vendée.--Agitation du parti révolutionnaire dans quelques villes du
     midi.--Premiers efforts des Consuls provisoires pour remettre
     l'ordre dans les diverses parties du gouvernement.--Nomination de
     MM. Cambacérès au ministère de la justice, Laplace, au ministère de
     l'intérieur, Fouché, au ministère de la police, de Talleyrand, au
     ministère des affaires étrangères, Berthier, au ministère de la
     guerre, Forfait, au ministère de la marine, Gaudin, au ministère
     des finances.--Premières mesures financières.--Suppression de
     l'emprunt forcé progressif.--Création de l'agence des contributions
     directes, et confection immédiate des rôles arriérés depuis
     plusieurs années.--Création des obligations des receveurs
     généraux.--La confiance commence à se rétablir, les banquiers de
     Paris prêtent au gouvernement les premiers fonds dont il a
     besoin.--Envoi d'un secours aux armées.--Actes politiques des
     Consuls provisoires.--Révocation de la loi des otages,
     élargissement des prêtres détenus, et des naufragés de
     Calais.--Pourparlers avec les chefs du parti royaliste.--Suspension
     d'armes en Vendée, conclue avec MM. de Bourmont, d'Autichamp et de
     Châtillon.--Commencement de relations avec les cabinets
     étrangers.--État de l'Europe.--L'Angleterre et l'Autriche résolues
     à continuer la guerre.--Paul Ier, irrité contre ses alliés, est
     disposé à se retirer de la coalition, et à se rattacher au système
     de neutralité, adopté par la Prusse.--Importance de la Prusse en ce
     moment.--Le général Bonaparte envoie à Berlin son aide-de-camp
     Duroc.--Bruits de paix.--Sensible amélioration dans l'état matériel
     et moral de la France, par suite des premiers actes des Consuls
     provisoires.--On commence à s'occuper de la Constitution.--Projet
     de M. Sieyès conçu et médité depuis long-temps.--Les listes de
     notabilité, le Sénat conservateur, le Corps Législatif, le
     Tribunat, le grand électeur.--Désaccord entre M. Sieyès et le
     général Bonaparte, relativement à l'organisation du pouvoir
     exécutif.--Danger d'une rupture entre ces deux personnages.--Des
     intermédiaires les rapprochent.--Le grand électeur est remplacé par
     trois consuls.--Adoption de la Constitution de l'an VIII, et sa
     mise en vigueur fixée au 4 nivôse an VIII.


[En marge: Nov. 1799.]

La journée du 18 brumaire venait de mettre fin à l'existence du
Directoire.

[En marge: Ce qu'avait été le Directoire.]

Les hommes qui, après les orages de la Convention, avaient imaginé
cette espèce de république, n'étaient pas bien convaincus de
l'excellence et de la solidité de leur ouvrage; mais au sortir du
régime sanglant qu'ils avaient traversé, il leur était difficile de
faire mieux ou autrement. Il était impossible, en effet, de songer aux
Bourbons, que le sentiment universel repoussait; il était également
impossible de se jeter dans les bras d'un général illustre, car, à
cette époque, aucun de nos hommes de guerre n'avait acquis assez de
gloire pour subjuguer les esprits. D'ailleurs, toutes les illusions
n'étaient pas encore dissipées par l'expérience. On venait d'échapper
aux mains du Comité de Salut Public; on n'avait essayé que la
république sanglante de quatre-vingt-treize, consistant dans une
assemblée unique, qui exerçait tous les pouvoirs à la fois; il restait
un dernier essai à faire, celui d'une république modérée, dans
laquelle les pouvoirs seraient sagement divisés, et dont
l'administration serait confiée à des hommes nouveaux, étrangers à
tous les excès qui avaient épouvanté la France. On imagina donc le
Directoire.

Ce nouvel essai de république dura quatre années, depuis le 13
brumaire an IV jusqu'au 18 brumaire an VIII. Il fut entrepris avec
bonne foi et bonne volonté, par des hommes dont la plupart étaient
honnêtes, et animés d'excellentes intentions. Quelques personnages
d'un caractère violent, ou d'une probité suspecte, comme le directeur
Barras, avaient pu se mêler à la liste des gouvernants, qui, pendant
ces quatre années, se transmirent le pouvoir; mais Rewbell, La
Reveillère-Lepeaux, Le Tourneur, Carnot, Barthélemy, Roger-Ducos,
Sieyès, étaient des citoyens probes, quelques-uns très-capables, et le
dernier, M. Sieyès, un esprit tout à fait supérieur. Et cependant, la
république directoriale n'avait bientôt présenté qu'une désolante
confusion: moins de cruauté, mais plus d'anarchie, tel avait été le
caractère du nouveau gouvernement. On ne guillotinait pas, on
déportait. On n'obligeait point à recevoir les assignats sous peine de
mort, mais on ne payait personne. Nos soldats, sans armes et sans
pain, étaient vaincus au lieu d'être victorieux. À la terreur avait
succédé un malaise intolérable. Et comme la faiblesse a aussi ses
emportements, cette république modérée d'intention avait fini par deux
mesures tout à fait tyranniques, l'emprunt forcé progressif, et la loi
des otages. Cette dernière mesure surtout, quoiqu'elle n'eût rien de
sanguinaire, était l'une des vexations les plus odieuses inventées par
la cruelle et féconde imagination des partis.

Est-il étonnant que la France, à laquelle les Bourbons ne pouvaient
pas être présentés en quatre-vingt-dix-neuf, et qui, après le mauvais
succès de la constitution directoriale, commençait à ne plus croire à
la République, est-il étonnant que la France se jetât dans les bras de
ce jeune général, vainqueur de l'Italie et de l'Égypte, étranger à
tous les partis, affectant de les dédaigner tous, doué d'une volonté
énergique, montrant pour les affaires militaires et civiles une
aptitude égale, et laissant deviner une ambition qui, loin d'effrayer
les esprits, était alors accueillie comme une espérance? Il aurait
suffi de moins de gloire qu'il n'en avait pour s'emparer du
gouvernement, car, quelque temps auparavant, on avait envoyé le
général Joubert à Novi, afin qu'il pût y acquérir les titres qui lui
manquaient encore, pour faire la révolution appelée depuis, dans nos
annales, le 18 brumaire. L'infortuné Joubert avait été vaincu et tué à
Novi; mais le jeune Bonaparte, toujours heureux et victorieux, du
moins alors, échappant aux dangers de la mer comme aux dangers des
batailles, était revenu d'Égypte en France d'une manière presque
miraculeuse, et, à sa première apparition, le Directoire avait
succombé. Tous les partis étaient accourus à sa rencontre, lui
demandant l'ordre, la victoire et la paix.

Cependant ce n'était pas en un jour que l'autorité d'un seul pouvait
remplacer cette démagogie, où tout le monde, alternativement opprimé
ou oppresseur, avait joui un instant de la toute-puissance. Il
fallait ménager les apparences, et, pour amener au pouvoir absolu la
France fatiguée, la faire passer par la transition d'un gouvernement
glorieux, réparateur et demi-républicain. Il fallait, en un mot, le
Consulat, avant d'aboutir à l'Empire.

C'est cette partie de notre histoire contemporaine que je vais
raconter aujourd'hui. Quinze ans se sont écoulés depuis que je
retraçais les annales de notre première révolution. Ces quinze années,
je les ai passées au milieu des orages de la vie publique; j'ai vu
s'écrouler un trône ancien, et s'élever un trône nouveau; j'ai vu la
Révolution française poursuivre son invincible cours: quoique les
spectacles auxquels j'ai assisté m'aient peu surpris, je n'ai pas la
prétention de croire que l'expérience des hommes et des affaires n'eût
rien à m'apprendre; j'ai la confiance, au contraire, d'avoir beaucoup
appris, et d'être ainsi plus apte, peut-être, à saisir et à exposer
les grandes choses que nos pères ont faites, pendant ces temps
héroïques. Mais je suis certain que l'expérience n'a point glacé en
moi les sentiments généreux de ma jeunesse; je suis certain d'aimer,
comme je les aimais, la liberté et la gloire de la France.

Je reprends mon récit au 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799).

[En marge: Réunion des trois Consuls provisoires au Petit-Luxembourg.]

La loi du 19 brumaire, qui instituait le Consulat provisoire, était
rendue; les trois nouveaux consuls, Bonaparte, Sieyès et Roger-Ducos,
quittèrent Saint-Cloud pour se transporter à Paris. MM. Sieyès et
Roger-Ducos, anciens membres du Directoire, étaient déjà établis au
palais du Luxembourg. Le général Bonaparte abandonna sa petite maison
de la rue de la Victoire, et vint avec sa femme, ses enfants adoptifs
et ses aides-de-camp, fixer sa demeure dans les appartements du
Petit-Luxembourg. Là, rapproché de ses deux collègues, entouré des
débris du dernier gouvernement et des éléments du gouvernement
nouveau, il mit la main à l'oeuvre, avec cette intelligence sûre et
rapide, avec cette activité extraordinaire, qui avaient signalé sa
manière d'agir à la guerre.

[En marge: Rôles de M. Sieyès et du général Bonaparte.]

On lui avait associé deux collègues, MM. Roger-Ducos et Sieyès, tous
deux pris dans le Directoire, et tous deux fort employés à détruire ce
gouvernement, qu'ils méprisaient. M. Sieyès, surtout, avait été placé
à côté du général Bonaparte, parce qu'il était le second personnage de
la République. Auteur des plus grandes et des meilleures conceptions
de la Révolution française, telles que la réunion des trois ordres, la
division de la France en départements, l'institution des gardes
nationales, M. Sieyès, dépourvu d'éloquence, avait rivalisé avec
Mirabeau dans les premiers jours de notre révolution, alors que la
puissance de la parole était la première de toutes; et aujourd'hui que
la guerre universelle assignait au génie militaire la première place,
M. Sieyès, qui n'avait jamais porté une épée, était presque l'égal du
général Bonaparte, tant est grande la puissance de l'esprit, même sans
l'accompagnement des talents qui le rendent utile ou applicable. Mais
maintenant qu'il fallait mettre la main aux affaires, M. Sieyès, qui
était paresseux, chagrin, absolu dans ses idées, irrité ou bouleversé
par la moindre contradiction, M. Sieyès ne pouvait rivaliser
long-temps d'influence avec son jeune collègue, qui était capable de
travailler jour et nuit, qu'aucune contradiction ne troublait, qui
était brusque, mais point chagrin; qui savait charmer les hommes quand
il le voulait, et, lorsqu'il négligeait de s'en donner la peine, avait
toujours la ressource de les dominer par la force.

[En marge: M. Sieyès chargé de faire la nouvelle Constitution.]

Il y avait toutefois un rôle qu'on assignait généralement à M. Sieyès,
c'était de préparer la nouvelle Constitution, que les Consuls
provisoires étaient chargés de rédiger, et de proposer à la France
dans un délai prochain. On était encore un peu imbu à cette époque des
idées du dix-huitième siècle; on croyait moins, mais on croyait trop
encore, que les institutions humaines pouvaient être un pur ouvrage de
l'esprit, et que la constitution d'un peuple pouvait sortir toute
faite de la tête d'un législateur. Assurément, si la Révolution
française avait dû avoir un Solon ou un Lycurgue, M. Sieyès était
digne de l'être; mais il n'y a qu'un véritable législateur dans les
temps modernes, c'est l'expérience. On ne pensait pas cela autant que
nous le pensons aujourd'hui, et il était universellement admis que M.
Sieyès devait être l'auteur de la nouvelle Constitution; on
l'espérait, on le disait: on prétendait qu'il en possédait une,
longuement méditée, que c'était une oeuvre profonde, admirable, et
que, débarrassé aujourd'hui des obstacles que les passions
révolutionnaires lui avaient opposés, il pourrait la produire; qu'il
serait le législateur, et le général Bonaparte l'administrateur du
nouveau gouvernement, qu'à eux deux ils rendraient la France
puissante et heureuse. Chaque époque de la Révolution avait eu ses
illusions: l'époque actuelle devait aussi avoir les siennes; ce
devaient être, il est vrai, les dernières.

[En marge: Le général Bonaparte chargé d'administrer.]

Il fut donc convenu, d'un commun accord, que M. Sieyès s'occuperait de
la Constitution, et que le général Bonaparte gouvernerait. Il était
urgent, en effet, de gouverner, car la situation sous tous les
rapports était déplorable; le désordre moral et matériel était à son
comble.

[En marge: État de la France en l'an VIII.--Le parti révolutionnaire.]

Les révolutionnaires ardents, battus à Saint-Cloud, avaient encore des
partisans dans la société dite _du Manége_, et dans les sociétés
analogues répandues en France. Ils avaient à leur tête peu d'hommes
marquants des deux assemblées; mais ils comptaient parmi eux quelques
officiers assez estimés dans nos armées: Bernadotte, personnage
ambitieux, nourrissant des prétentions que son rang dans l'armée ne
justifiait pas; Augereau, vrai soldat, dépourvu de raison, mais plein
de bravoure, et n'ayant aucune influence; enfin, Jourdan, bon citoyen,
bon général, que ses infortunes militaires avaient aigri, et jeté dans
une opposition exagérée. On pouvait craindre que les fugitifs du
conseil des Cinq-Cents ne se réunissent dans une ville considérable,
n'y formassent une sorte de corps législatif et de directoire, et ne
ralliassent autour d'eux les hommes qui conservaient encore toute
l'ardeur des sentiments révolutionnaires, les uns parce qu'ils étaient
compromis par des excès ou qu'ils possédaient des biens nationaux, les
autres parce qu'ils aimaient le système républicain, pour lui-même,
et qu'ils craignaient de le voir succomber sous la main d'un nouveau
Cromwell. Une pareille tentative eût été un embarras grave, dans une
situation déjà très-difficile; on n'était pas sans inquiétude de la
voir essayer à Paris même.

[En marge: Le parti royaliste.]

De la part de la faction opposée, on pouvait aussi concevoir des
craintes sérieuses, car la Vendée était de nouveau en feu. M. de
Châtillon sur la rive droite de la Loire, M. d'Autichamp sur la rive
gauche, Georges Cadoudal dans le Morbihan, M. de Bourmont dans le
Maine, M. de Frotté sur les côtes de Normandie, tous, excités et
soutenus par les Anglais, avaient recommencé la guerre civile. La loi
des otages, la faiblesse du gouvernement, les défaites de nos armées,
tels étaient les motifs qui les avaient portés à reprendre les armes.
M. de Châtillon avait un instant occupé Nantes; il n'y était pas
demeuré, mais il y était entré. Cet accident avait suffi pour que les
grosses communes du pays se couvrissent de retranchements élevés à la
hâte, et s'entourassent de palissades, quand elles ne pouvaient pas
s'entourer de murailles. Quelques-unes, afin de pourvoir à leur propre
défense, retenaient le peu de fonds que les provinces insurgées
versaient dans les caisses publiques, disant que, puisque le
gouvernement ne songeait pas à les protéger, elles devaient
elles-mêmes se charger de ce soin.

[En marge: La loi des otages.]

Le Directoire, quoique résolu à se garder des excès de la Convention,
n'avait pu résister à toutes les propositions violentes que la guerre
de la Vendée, dès qu'elle renaissait, inspirait ordinairement au parti
révolutionnaire. Entraîné par le mouvement des esprits, il avait
résolu la loi dite des otages, en vertu de laquelle tous ceux qui
étaient ou parents, ou complices supposés des Vendéens, devaient être
détenus, et punis de certaines peines, en répression des actes qui se
commettaient dans les localités, dont ils répondaient comme otages.
Cette loi injuste et violente n'avait fait qu'irriter les passions,
sans désarmer un seul bras dans la Vendée; et elle avait excité contre
le Directoire un déchaînement inouï.

[En marge: Guerre extérieure.]

[En marge: Misère des armées.]

La guerre extérieure avait été un peu moins malheureuse vers la fin de
la dernière campagne. La victoire du général Masséna devant Zurich,
celle du général Brune au Texel, avaient repoussé l'ennemi assez loin
de nos frontières; mais nos soldats se trouvaient dans un dénûment
absolu. Ils n'étaient ni payés, ni habillés, ni nourris. L'armée qui
avait vaincu en Hollande les Anglo-Russes, ayant l'avantage d'être
entretenue par la République batave, était moins malheureuse que les
autres; mais l'armée du Rhin, qui avait perdu la bataille de Stokach,
celle d'Helvétie, qui avait gagné la bataille de Zurich, étaient
plongées dans la misère. L'armée du Rhin, placée sur le sol français,
y exerçait sans mesure, et sans fruit, le système des réquisitions;
celle d'Helvétie vivait au moyen de contributions de guerre, frappées
sur Bâle, Zurich, Berne, contributions mal perçues, mal employées, et
qui, très-insuffisantes pour nourrir nos soldats, révoltaient
l'indépendance et l'esprit d'économie du peuple suisse. L'armée
d'Italie, depuis les désastres de Novi et de la Trebbia, repliée sur
l'Apennin, dans un pays stérile, ravagé par la guerre, était en proie
aux maladies et à la disette la plus affreuse. Ces soldats, qui
avaient soutenu les plus grands revers sans en être ébranlés, et
avaient montré, dans la mauvaise fortune, une constance à toute
épreuve, couverts de haillons, consumés par la fièvre et la faim,
demandaient l'aumône sur les routes de l'Apennin, réduits à dévorer
les fruits peu nourrissants que portent les terres arides de ces
contrées. Beaucoup d'entre eux désertaient, ou allaient grossir les
bandes de brigands, qui, dans le midi comme dans l'ouest de la France,
infestaient les grandes routes. On avait vu des corps entiers quitter
leurs postes sans ordre des généraux, et aller en occuper d'autres, où
ils espéraient vivre moins misérablement. La mer, gardée par les
Anglais, ne leur montrait en tous sens qu'un pavillon ennemi, et ne
leur apportait jamais aucune ressource. Il y avait des divisions qui
étaient privées de solde depuis dix-huit mois. On levait quelques
vivres au moyen des réquisitions; mais, quant aux fusils, aux canons,
aux munitions de guerre, qu'on ne se procure pas avec des
réquisitions, nos soldats en manquaient totalement. Les chevaux, déjà
insuffisants pour les services de l'artillerie et de la cavalerie,
avaient été presque tous détruits par les maladies et par la faim.

Tels étaient les résultats d'une administration faible, désordonnée,
et surtout d'une affreuse gêne financière. Les armées de la République
avaient vécu des assignats et de la victoire, pendant plusieurs
années. Les assignats n'étaient plus; et la victoire, après nous avoir
tout à coup abandonnés, venait à peine de se montrer à nos légions,
mais sans leur ouvrir encore les plaines abondantes de l'Allemagne et
de l'Italie.

[En marge: État des finances.]

Il est nécessaire de donner ici une idée de notre situation
financière, cause principale des maux de nos armées. Cette situation
dépassait tout ce qu'on avait vu aux époques antérieures. L'Assemblée
Constituante avait commis deux fautes, auxquelles on avait paré,
jusqu'à un certain point, au moyen des assignats, mais auxquelles il
ne restait plus de palliatif, depuis la chute de ce papier-monnaie.
Ces deux fautes étaient, premièrement, la suppression des
contributions indirectes, assises sur les boissons, sur le sel, sur
les consommations en général; secondement, le soin laissé aux
administrations municipales de faire elles-mêmes les rôles de la
contribution foncière, et des autres contributions directes.

[En marge: Arriéré dans la rentrée des contributions.]

Par la suppression des contributions indirectes, le trésor avait
perdu, sans compensation, le tiers de ses revenus. Le produit des
domaines de l'État étant presque annulé par une mauvaise
administration, celui de l'enregistrement par le défaut de
transactions particulières, celui des douanes par la guerre, les
contributions directes formaient à peu près la seule ressource du
trésor; mais ces contributions, qui représentaient 300 millions
environ dans un budget de 500, étaient extraordinairement arriérées.
Il y avait des débets pour l'an V, l'an VI et l'an VII. Les rôles pour
l'an VI n'étaient pas achevés; pour l'an VII, il en restait encore un
tiers à terminer; et, pour l'année courante, c'est-à-dire pour l'an
VIII (1799), ils étaient à peine commencés. Grâce à ce retard dans la
confection des rôles, on ne pouvait pas percevoir les contributions
courantes, et l'accumulation des contributions arriérées faisait
naître de nouvelles difficultés de perception, parce qu'il fallait
souvent demander aux contribuables l'acquittement de plusieurs années
à la fois. Cet état de choses provenait de l'adoption d'un principe,
en apparence juste, mais en réalité funeste: c'était de laisser les
administrations locales s'imposer, en quelque sorte, en dressant
elles-mêmes les rôles. Les administrations départementales et
municipales étaient alors collectives, comme chacun sait. Au lieu des
préfets, sous-préfets et maires, qui furent institués plus tard, il y
avait auprès de toutes ces administrations des commissaires du
gouvernement, ayant voix consultative, et la mission de provoquer, de
solliciter l'accélération des travaux administratifs, mais non celle
de les exécuter eux-mêmes. Le système des municipalités de canton,
réunissant les quarante-quatre mille communes de France en cinq mille
communes collectives, avait ajouté au désordre. Toutes les affaires
locales se trouvaient abandonnées; mais, ce qui était un malheur plus
grave, les deux grandes affaires de l'État, le recrutement de l'armée
et la perception de l'impôt, étaient complétement négligées. Pour
suppléer à ce défaut d'action administrative, on avait attribué aux
cinq mille commissaires placés auprès des municipalités de canton, le
soin d'accélérer la confection des rôles; mais ils n'avaient pas le
seul pouvoir qui pût être efficace, celui de faire eux-mêmes; et
d'ailleurs, partagés entre mille occupations diverses, ils ne
donnaient qu'une attention médiocre à l'oeuvre importante de la
confection des rôles. L'indemnité qu'on leur accordait pour ce
travail, beaucoup plus coûteuse que ne l'a été depuis la rétribution
de la régie des contributions directes, était pour le trésor une
grosse dépense sans compensation.

[En marge: Double cause du déficit.]

Ainsi, les contributions directes, la principale branche du revenu de
l'État, n'étaient point perçues. Outre ce déficit permanent, provenant
du défaut de recettes, il y en avait un autre provenant de l'étendue
des dépenses, alors fort supérieures aux ressources. La dépense
ordinaire aurait pu se solder au moyen d'un revenu de 500 millions
environ, mais la guerre l'avait portée à près de 700 millions. Il ne
restait comme supplément que les biens nationaux, absorbés en majeure
partie, d'ailleurs très-difficiles à vendre avantageusement, parce que
le triomphe définitif de la Révolution présentait encore de grands
doutes.

Cet état de choses avait amené des abus révoltants, et une situation
qu'il faut faire connaître, pour l'instruction des peuples et des
gouvernements.

Les assignats, ainsi que nous venons de le dire, n'existaient plus
depuis long-temps. Les mandats, qui les avaient remplacés, avaient
disparu aussi. Le papier-monnaie était donc complétement abandonné;
et, quelque grand que fût le vide, il valait mieux encore ne pas le
remplir du tout, que de le remplir comme on avait fait auparavant,
avec un papier forcé, qui n'était guère admis dans les payements
quoique forcé, et qui donnait inutilement lieu à toutes les rigueurs
de la loi pour le faire admettre. On suppléait de la manière suivante
à ce papier-monnaie supprimé.

[En marge: Divers Papiers circulants.]

D'abord on se dispensait de payer, même en papier, les fonctionnaires,
qui, en brumaire an VIII, n'avaient rien reçu depuis dix mois.
Cependant il fallait donner quelque chose aux rentiers et aux
pensionnaires de l'État. On leur délivrait des _bons d'arrérage_, dont
l'unique valeur consistait à être reçus comme argent, dans le payement
des contributions. On n'acquittait pas la solde, mais on payait ce que
les armées prenaient sur les lieux pour vivre, au moyen de _bons de
réquisition_, recevables également en acquittement des impôts. Les
compagnies chargées de pourvoir à quelques-uns des besoins du soldat,
exécutant mal leur service, et quelquefois pas du tout, se faisaient
délivrer, au lieu d'argent, des _délégations_ sur les premières
rentrées du trésor; et, grâce à ces espèces de titres, accordés fort
arbitrairement, elles mettaient la main sur presque tout le numéraire
qu'on parvenait à faire arriver dans les caisses publiques. Enfin des
_rescriptions_ sur les biens nationaux, recevables en payement de ces
biens, étaient un dernier papier ajouté à tous ceux que nous venons
d'énumérer, et contribuant au plus affreux agiotage.

[En marge: Agiotage.]

Ces valeurs, en effet, n'avaient pas cours forcé, comme autrefois les
assignats; mais, jetées dans la circulation, sans cesse achetées et
vendues sur la place de Paris, s'élevant ou s'abaissant au moindre
souffle d'une nouvelle heureuse ou malheureuse, elles étaient le sujet
d'une ruineuse spéculation pour l'État, et d'une affreuse
démoralisation pour le public. Les gens d'affaires, dépositaires de
tout le numéraire, pouvaient se les procurer à fort bon marché. Ils
les rachetaient des mains des rentiers, des fournisseurs et autres
détenteurs, au taux le plus bas, les faisaient ensuite présenter au
trésor en payement des contributions, et versaient pour cent francs ce
qui leur en avait coûté tout au plus quatre-vingts, et quelquefois
soixante ou cinquante. Les comptables se livraient eux-mêmes à ce
genre de spéculation, et, tandis qu'ils recevaient de l'argent d'une
partie des contribuables, ils versaient au pair, dans les caisses de
l'État, du papier qu'ils avaient acquis au plus vil prix. Aussi, fort
peu de gens payaient-ils leurs contributions en numéraire; il y avait
trop d'avantage à les acquitter en papier. De la sorte, le trésor ne
recevait presque pas de valeurs réelles, et sa détresse s'augmentait
chaque jour.

[En marge: L'emprunt forcé progressif, sujet d'un vif mécontentement.]

De même que l'irritation contre les Vendéens avait produit la loi des
otages, l'irritation contre les faiseurs d'affaires avait inspiré la
mesure de l'emprunt forcé progressif, destinée à frapper les gros
capitalistes, et à leur faire supporter les frais de la guerre.
C'était ce qu'on avait appelé en France l'impôt sur les riches,
pendant les jours de la terreur; c'est ce qu'en Angleterre on appelait
l'_income-tax_, impôt dont M. Pitt se servait alors, pour alimenter la
guerre acharnée qu'il soutenait contre la France. Cet impôt,
proportionné, non pas à l'étendue des propriétés immobilières, ce qui
constitue une base certaine, mais à la richesse supposée des
particuliers, était praticable, quoique avec beaucoup de peine, en
Angleterre, dans un état régulier, où la fureur des partis ne faisait
pas de l'évaluation des fortunes un moyen de vengeance. Mais il était
en France impraticable, car, au milieu des désordres du temps, le jury
taxateur était une espèce de comité révolutionnaire, imposant
capricieusement la richesse ou la pauvreté, au gré de ses passions, et
ne passant jamais pour juste, même quand il l'était, ce qui équivaut
presque à ne pas l'être. On n'avait pas osé présenter cette mesure,
comme autrefois, sous la forme pure et simple d'un impôt: on l'avait
dissimulée sous le nom d'_emprunt forcé_, remboursable, disait-on, en
biens nationaux, et devant être réparti, suivant les facultés
supposées de chacun, par un jury taxateur. Aussi cette mesure
était-elle devenue l'une des calamités du moment. Elle formait, avec
la loi des otages, les deux griefs le plus souvent allégués contre le
Directoire. Elle n'était pas cause, comme on le disait, de la misère
du trésor, misère due à un ensemble de circonstances; mais elle avait
éloigné les riches spéculateurs, dont le secours était indispensable
au gouvernement, et desquels il fallait qu'il se servît, ne fût-ce
qu'un moment, afin de pouvoir se passer d'eux plus tard.

[En marge: La situation financière principale cause des revers de nos
armées.]

[En marge: Dispositions des puissances étrangères.]

[En marge: L'Autriche.]

[En marge: L'Angleterre.]

Cette situation financière était, comme nous l'avons dit, la cause
principale du dénûment et des revers de nos armées. Parfaitement
connue des puissances étrangères, elle leur inspirait la confiance de
nous vaincre avec un peu de persévérance. Sans doute les deux
victoires de Zurich et du Texel avaient un peu éloigné ces puissances
du but qu'elles poursuivaient, mais ne les en avaient pas détournées.
L'Autriche, fière d'avoir reconquis l'Italie, était décidée à
combattre à outrance plutôt que de la céder de nouveau. Elle s'y
conduisait déjà en souveraine absolue. Occupant le Piémont, la
Toscane, les États-Romains, elle n'avait rappelé ni le roi de
Sardaigne à Turin, ni le grand-duc de Toscane à Florence, ni le
gouvernement pontifical à Rome. La défaite de Korsakoff et de Suwarow
à Zurich, la touchait moins qu'on ne l'aurait cru. C'était à ses yeux
un échec pour les armées russes, et non pour les armées autrichiennes,
une faute des généraux Korsakoff et Suwarow, un événement militaire
d'ailleurs fort réparable, très-fâcheux seulement s'il dégoûtait les
Russes de la guerre. Mais elle espérait bien, avec l'influence et les
subsides britanniques, les ramener sur le champ de bataille. Quant à
l'Angleterre, riche de l'_income-tax_, qui produisait déjà plus de 200
millions par an, bloquant Malte, qu'elle espérait bientôt prendre par
famine, interceptant l'envoi de tout secours à notre armée d'Égypte,
qu'elle espérait réduire prochainement par les privations et par la
force, l'Angleterre était bien résolue à poursuivre tous les résultats
dont se flattait sa politique, avant de déposer les armes. Elle
comptait d'ailleurs sur une espèce de dissolution sociale en France,
qui changerait bientôt notre pays en un pays ouvert, accessible à qui
voudrait y entrer.

[En marge: La Prusse et l'Espagne.]

La Prusse, la seule des puissances du Nord qui n'eut pas pris part à
la guerre, observait à l'égard du gouvernement français une réserve
pleine de froideur. L'Espagne, obligée par le traité d'alliance de
Saint-Ildephonse à faire cause commune avec nous, semblait très-fâchée
de cette communauté d'intérêts. Tout le monde paraissait se soucier
fort peu d'avoir des rapports avec un gouvernement prêt à succomber.
Les victoires de Zurich et du Texel lui avaient rendu les égards
extérieurs, mais non la confiance des cabinets, avec lesquels il était
en paix ou en alliance.

Ainsi, au dedans la Vendée de nouveau insurgée, au dehors les
principales puissances de l'Europe en armes, rendaient le péril de la
guerre doublement pressant. Il fallait, par la création de quelques
moyens financiers, envoyer un premier secours aux armées affamées; il
fallait les réorganiser, les reporter en avant, les bien commander,
ajouter de nouvelles victoires à celles qu'on avait remportées à la
fin de la dernière campagne; il fallait surtout enlever aux cabinets
étrangers cette idée d'une prochaine dissolution sociale en France,
qui rendait les uns si confiants dans le résultat de la guerre, les
autres si défiants dans leurs relations avec nous; et tout cela ne
pouvait s'obtenir que d'un gouvernement fort, qui sût contenir les
partis, et imprimer aux esprits l'unité d'impulsion, sans laquelle il
n'y a dans les efforts qu'on tente pour se sauver, ni ensemble, ni
énergie, ni succès.

[En marge: Ressources qui restaient alors en France.]

On était arrivé à cet excès du mal, qui souvent amène le retour du
bien, à une condition toutefois, c'est qu'il reste des forces au corps
malade dont on attend la guérison. Heureusement les forces de la
France étaient grandes encore. La Révolution, quoique décriée par
ceux qu'elle avait froissés, ou dont elle n'avait pas réalisé les
illusions, n'en était pas moins, après tout, la cause de la justice et
de la raison, et elle inspirait encore l'attachement qu'une grande
cause inspire toujours. Elle avait d'ailleurs de nombreux intéressés,
liés à son sort, dans tous ceux qui avaient acquis des situations
nouvelles, acheté des biens d'émigrés, ou joué un rôle compromettant.
Enfin la nation n'était pas assez épuisée, moralement et physiquement,
pour se résigner à voir les Autrichiens et les Russes envahir son
territoire. Elle s'indignait, au contraire, à cette idée; ses armées
fourmillaient de soldats, d'officiers, de généraux admirables, qui
n'avaient besoin que d'une bonne direction. Toutes ces forces étaient
prêtes à se réunir spontanément dans une seule main, si cette main
était capable de les diriger. Les circonstances favorisaient donc
l'homme de génie qui allait se présenter, et le génie lui-même a
besoin de circonstances.

[En marge: Avantage offert par les circonstances au génie du général
Bonaparte.]

Que le jeune Bonaparte, par exemple, se fût offert en 1789, même avec
ses talents et sa gloire, pour saisir la société française, tendant
alors de toutes parts à se dissoudre, parce que les éléments en
étaient devenus incompatibles, il aurait eu beau la serrer dans ses
bras puissants, ses bras d'homme n'auraient rien pu contre les forces
de la nature. En ce moment, au contraire, où cette vieille société,
brisée comme il fallait qu'elle le fût avant d'être refaite sur un
modèle nouveau, ne présentait plus que des éléments épars, mais
tendant eux-mêmes à se rapprocher, elle allait se prêter à tous les
efforts de la main habile qui saurait s'en saisir. Le général
Bonaparte avait donc pour lui et son génie, et la faveur des
circonstances. Il avait toute une société à organiser, mais une
société qui voulait être organisée, et qui voulait l'être par lui,
parce qu'elle avait en lui une confiance immense, inspirée par des
succès inouïs.

[En marge: Pouvoirs des Consuls provisoires et des commissions
législatives.]

La loi qui décrétait le Consulat provisoire, attribuait aux trois
Consuls de vastes pouvoirs. Cette loi les investissait de la plénitude
du _pouvoir directorial_; les chargeait spécialement de _rétablir
l'ordre dans toutes les parties de l'administration_, de _rétablir la
tranquillité intérieure_, et de _procurer à la France une paix honorable
et solide_. Elle leur adjoignait deux commissions législatives, de
vingt-cinq membres chacune, choisies dans le Conseil des Anciens et dans
celui des Cinq-Cents, chargées de remplacer le Corps Législatif, et de
donner le caractère légal aux actes des Consuls. Elle autorisait ces
deux commissions à décréter toutes les mesures nécessaires, sur la
proposition de l'autorité exécutive. Elle leur confiait, en outre, le
soin si important de préparer la nouvelle Constitution. Et cependant,
comme on ne pouvait pas leur attribuer de tels pouvoirs pour une durée
de temps illimitée, la même loi statuait que, le 1er ventôse prochain,
les deux Conseils des Anciens et des Cinq-Cents se réuniraient de plein
droit, si une nouvelle Constitution n'avait été promulguée et acceptée.
Pour ce cas les membres du Corps Législatif actuel demeuraient revêtus
de leurs pouvoirs, sauf soixante d'entre eux, rayés de la liste des
Conseils par mesure extraordinaire. La réunion éventuelle étant fixée
au 1er ventôse, la dictature confiée aux Consuls provisoires était
limitée à trois mois. C'était, en effet, une véritable dictature qu'on
leur avait déférée; car ces commissions délibérant à huis-clos, divisées
en diverses sections de finances, de législation, de Constitution, ne se
réunissant que pour légaliser ce que le gouvernement avait à leur
proposer, étaient les instruments les plus sûrs, les plus commodes pour
agir avec promptitude. Il n'était au reste guère à craindre qu'on abusât
de tels pouvoirs, car lorsqu'il y a tant de bien à faire, et si vite,
les hommes ne perdent pas leur temps à faire le mal.

[Illustration: Bonaparte.]

[En marge: Première délibération des trois Consuls au
Petit-Luxembourg.]

Le jour même de leur entrée au Luxembourg, les trois Consuls
provisoires s'assemblèrent pour délibérer sur les plus pressantes
affaires de l'État. C'était le 11 novembre 1799 (20 brumaire). Il
fallait choisir un président, et bien que l'âge et la situation de M.
Sieyès semblassent appeler cette distinction, Roger-Ducos, quoique son
ami, et comme entraîné par le sentiment du moment, dit au général
Bonaparte: Prenez le fauteuil et délibérons.--Le général Bonaparte le
prit à l'instant même. Cependant les actes des Consuls provisoires ne
portèrent aucune mention d'un président. On fit un premier examen
sommaire de la situation. Le jeune Bonaparte ignorait encore beaucoup
de choses, mais il devinait celles qu'il ne savait pas. Il avait fait
la guerre, pourvu à l'entretien d'armées nombreuses, administré des
provinces conquises, négocié avec l'Europe: c'était là le meilleur
des apprentissages dans l'art de gouverner. Pour les esprits
supérieurs, mais pour ces esprits seulement, la guerre est une
excellente école: on y apprend à commander, à se décider, et surtout à
administrer. Aussi le nouveau Consul parut-il avoir sur toutes choses,
ou une opinion faite, ou une opinion qui se faisait avec la rapidité
de l'éclair, surtout après avoir entendu les hommes spéciaux, qui
étaient les seuls qu'il écoutât, et uniquement sur l'objet qui
concernait leur spécialité.

Un genre de connaissance, fort regrettable dans l'exercice de
l'autorité suprême, lui manquait alors, c'était la connaissance, non
pas des hommes, mais des individus. Quant aux hommes, en général, il
les connaissait profondément; mais, ayant toujours vécu aux armées, il
était étranger aux individus qui avaient figuré dans la Révolution. Il
y suppléait en s'aidant du témoignage de ses collègues. Mais, grâce à
une pénétration rapide, à une mémoire prodigieuse, il allait connaître
bientôt le personnel du gouvernement, aussi bien que celui de son
armée.

Après cette première conférence, les rôles étaient pris et acceptés.
Le jeune général, sans attendre l'avis de ses collègues, donnait le
sien à l'instant même, résumait et réglait chaque affaire, avec la
décision d'un homme d'action. Il était évident que l'impulsion allait
partir de lui seul. On se retira après être convenu des choses les
plus urgentes à faire, et M. Sieyès, avec une résignation qui honore
sa raison et son patriotisme, dit le soir à MM. de Talleyrand et
Roederer: Nous avons un maître qui sait tout faire, qui peut tout
faire, et qui veut tout faire.--Il en conclut sagement qu'on devait le
laisser agir, car, dans ce moment, des rivalités personnelles auraient
perdu la France. Il fut convenu de nouveau, par une sorte de partage
d'attributions toute volontaire, que, pendant cette dictature qu'il
fallait rendre courte et féconde, le général Bonaparte gouvernerait,
et que M. Sieyès s'occuperait de la Constitution. C'était, comme on
l'a déjà dit, un soin que l'opinion publique adjugeait à ce dernier,
et, dans l'accomplissement duquel son collègue n'était pas disposé à
le contrarier beaucoup, un seul point excepté, l'organisation du
pouvoir exécutif.

[En marge: Composition du ministère.]

Ce qui pressait le plus était la composition du ministère. Ce sont les
premiers hommes d'un pays qu'on y appelle dans une monarchie. Dans une
république, ces premiers hommes étant devenus les chefs mêmes de la
république, il ne reste pour le ministère que des hommes de second
ordre, de vrais commis, sans responsabilité aucune, parce que la
responsabilité réelle est montée plus haut. Quand des personnages
comme M. Sieyès et le général Bonaparte, étaient consuls, des
personnages même fort distingués, comme MM. Fouché, Cambacérès,
Reinhart, de Talleyrand, ne pouvaient être de véritables ministres.
Leur choix n'avait d'autre importance qu'une certaine signification
politique, et la bonne expédition des affaires. Sous ce rapport
seulement, ces choix présentaient une sorte d'intérêt.

Le jurisconsulte Cambacérès, homme savant et sage, que nous ferons
connaître plus tard, fut maintenu sans contestation au ministère de la
justice. M. Fouché, après vive discussion entre les Consuls, conserva
le ministère de la police. M. Sieyès ne voulait pas de lui, parce que
c'était, disait-il, un homme peu sûr, et une créature du directeur
Barras. Le général Bonaparte le soutint, et le fit maintenir. Il se
croyait engagé à son égard par les services qu'il en avait reçus
pendant les événements du 18 brumaire. De plus, M. Fouché joignait à
un esprit fort pénétrant une connaissance profonde des hommes et des
choses de la Révolution. Il était alors le ministre indiqué de la
police, comme M. de Talleyrand, avec son habitude des cours, sa
pratique des hautes affaires, son esprit fin et conciliant, était le
ministre indiqué des relations extérieures. M. Fouché fut maintenu;
mais le déchaînement des révolutionnaires contre M. de Talleyrand
était si grand, soit à cause de ses liaisons constantes avec le parti
modéré, soit à cause de son rôle dans les derniers événements, qu'on
fut obligé de différer de quelques semaines son retour au ministère
des relations extérieures. M. de Reinhart fut, pour une quinzaine
encore, maintenu dans ce poste. Le général Berthier, fidèle compagnon
du vainqueur de l'Italie et de l'Égypte, son chef d'État-major
inséparable, qui savait si bien comprendre et rendre ses ordres, le
général Berthier reçut le portefeuille de la guerre, qu'on retirait à
M. Dubois-Crancé, jugé beaucoup trop ardent dans ses opinions. Au
ministère de l'intérieur, on remplaça M. Quinette par un savant
illustre, M. de La Place. C'était un grand et juste hommage rendu à la
science; mais ce ne fut pas un service rendu à l'administration. Ce
beau génie était peu propre au détail des affaires. Un habile
ingénieur des constructions navales, M. Forfait, remplaça M. Bourdon
de Vatry au ministère de la marine. En ce moment, le choix le plus
important peut-être était celui du ministre des finances. Dans les
départements déjà indiqués, les Consuls pouvaient suppléer les
ministres, notamment dans les deux plus considérables, la guerre et
les relations extérieures: le général Bonaparte, en effet, pouvait
parfaitement suppléer MM. Berthier et de Reinhart. Mais il n'en était
pas ainsi aux finances. C'est là une matière où les connaissances
spéciales sont indispensables; et il n'y avait dans le ministère qui
s'en allait avec le Directoire, aucun homme qui pût utilement
travailler à une réorganisation des finances, devenue nécessaire et
urgente. Il existait un ancien premier commis, esprit peu brillant,
mais solide, et fort expérimenté, qui avait rendu, soit sous l'ancien
régime, soit même pendant les premiers temps de la Révolution, de ces
services administratifs, obscurs mais précieux, dont les gouvernants
ne sauraient se passer, et dont ils doivent tenir grand compte. Le
premier commis dont il s'agit ici, était M. Gaudin, depuis duc de
Gaëte. M. Sieyès, fort en état de juger les hommes, quoique peu
capable de les manier, avait discerné M. Gaudin, et avait voulu lui
confier le portefeuille des finances vers la fin du Directoire. M.
Gaudin, bon financier, mais citoyen timide, n'avait pas voulu
accepter l'offre qui lui était faite, sous un gouvernement expirant,
auquel il manquait la première condition du crédit, la force et
l'apparence de la durée. Mais quand le pouvoir parut échoir, sans
contestation, à des mains habiles et fortes, il ne pouvait plus
éprouver les mêmes répugnances. Le générai Bonaparte, ayant un goût
très-décidé pour les hommes pratiques, partagea sans hésiter l'avis de
son collègue Sieyès, et offrit à M. Gaudin l'administration des
finances. M. Gaudin accepta ce poste, où il n'a cessé, pendant quinze
ans, de rendre d'éminents services.

Le ministère se trouvait ainsi complété. Une dernière nomination fut
ajoutée aux précédentes, ce fut celle de M. Maret, depuis duc de
Bassano, qui devint secrétaire des Consuls, sous le titre de
secrétaire d'État. Chargé de préparer pour les Consuls les éléments de
leur travail, de rédiger souvent leurs résolutions, de les communiquer
aux chefs des divers départements, de garder tous les secrets de
l'État, il avait une espèce de ministère, destiné quelquefois à
suppléer, à compléter, à contrôler les autres. Un esprit cultivé, une
certaine connaissance de l'Europe, avec laquelle il avait déjà traité,
notamment à Lille avec lord Malmesbury, une mémoire sûre, une fidélité
à toute épreuve, le destinaient à devenir auprès du général Bonaparte
l'un de ses compagnons de travail les plus commodes, et les plus
constamment employés. Le général Bonaparte préférait chez ceux qui le
servaient l'exactitude et l'intelligence, à l'esprit. C'est le goût
des génies supérieurs, qui ont besoin d'être compris et obéis, et
point suppléés. Ce fut là le motif de la grande faveur du général
Berthier, pendant vingt années. M. Maret, sans l'égaler à beaucoup
près, eut dans la carrière civile quelques-uns des mérites de cet
illustre chef d'état-major dans la carrière militaire.

Le général Lefebvre fut maintenu dans le commandement de la 17e
division militaire. On se souvient qu'il avait d'abord, dans la
matinée du 18 brumaire, montré quelque hésitation, et qu'il s'était
ensuite aveuglément jeté dans les bras du nouveau dictateur. Il en fut
récompensé par la 17e division militaire, et par le gouvernement de
Paris. On pouvait compter désormais sur sa fidélité.

[En marge: Envoi d'agents dans les provinces.]

Des membres des deux Conseils, signalés par leur coopération au 18
brumaire, furent envoyés dans les provinces, pour expliquer et
justifier cet événement, et, au besoin, pour remplacer ceux des agents
de l'autorité, qui auraient pu se montrer ou récalcitrants, ou
insuffisants. L'événement du 18 brumaire était partout accueilli avec
joie; néanmoins le parti révolutionnaire avait, dans les hommes
compromis par leurs excès, des sectateurs qui pouvaient devenir
dangereux, surtout du côté des provinces du midi. Là où ils se
montraient, la jeunesse qu'on avait appelée dorée, était toute prête à
en venir aux mains avec eux. La défaite ou la victoire des uns ou des
autres aurait entraîné de graves inconvénients.

[En marge: Distribution des grands commandements militaires.]

Il fut apporté quelques changements dans la distribution des grands
commandements militaires. Le général Moreau, profondément irrité
contre le Directoire, qui avait si mal récompensé son dévouement
patriotique pendant la campagne de 1799, avait consenti à se faire le
lieutenant du général Bonaparte, pour l'aider à consommer la
révolution du 18 brumaire. À la tête de 300 hommes, il était descendu
au rôle de gardien du Luxembourg, palais dans lequel les directeurs se
trouvaient prisonniers, tandis que leur déchéance se décidait à
Saint-Cloud. Le général Bonaparte, qui, en flattant habilement
l'orgueil et les ressentiments de Moreau, l'avait conduit à accepter
ce rôle singulier, lui devait un dédommagement. Il réunit en une seule
les deux armées du Rhin et de l'Helvétie, et lui en conféra le
commandement. C'était la plus nombreuse, la plus belle armée de la
République, et on ne pouvait la mettre en de meilleures mains. Le
général Moreau avait jeté peu d'éclat dans la dernière campagne. Ses
services très-réels, surtout quand avec une poignée d'hommes il arrêta
la marche victorieuse de Suwarow, n'étaient cependant pas des
victoires, et ne furent pas appréciés à leur juste valeur. À cette
époque la bataille de Zurich avait tout effacé. De plus, la conduite
politique de Moreau dans l'affaire du 18 fructidor, lorsqu'il dénonça
Pichegru, ou trop tôt ou trop tard, lui avait nui dans l'opinion, et
l'avait fait juger comme un caractère faible, tout à fait au-dessous
de lui-même, quand il était hors du champ de bataille. Le général
Bonaparte le relevait donc beaucoup en lui décernant un si vaste
commandement, et il prenait en outre une détermination fort sage. Les
légions du Rhin et de l'Helvétie contenaient les plus chauds
républicains de l'armée, et beaucoup d'envieux de la gloire acquise en
Italie et en Égypte. Masséna les commandait, et il aimait peu le
général Bonaparte, quoique subjugué par son génie. Il passait tour à
tour, à son égard, de l'admiration à la mauvaise humeur. On pouvait
craindre de sa part quelque fâcheuse démonstration, à l'occasion du 18
brumaire. Le choix de Moreau coupait court à toutes les manifestations
possibles, et enlevait à une armée mécontente un général mal disposé.
Ce choix était également bon sous le rapport militaire; car cette
armée du Rhin et d'Helvétie était destinée, si la guerre recommençait,
à opérer en Allemagne, et personne n'avait aussi bien étudié que
Moreau cette partie du théâtre de la guerre.

Masséna fut envoyé à l'armée d'Italie, sur des lieux et parmi des
soldats qui lui étaient parfaitement connus. Il était honorable pour
lui d'être choisi comme réparateur des fautes commises en 1799, et
comme continuateur des exploits du général Bonaparte en 1796. Séparé
de l'armée au milieu de laquelle il venait de vaincre, de se créer des
appuis, il allait être transporté au milieu d'une armée nouvelle, à
laquelle le Directoire était odieux, et où il ne devait trouver que
des approbateurs du 18 brumaire. Ce choix, comme le précédent, était
parfaitement entendu sous le rapport militaire. C'était l'Apennin
qu'il fallait disputer aux Autrichiens, et pour une guerre de ce
genre, sur ce théâtre d'opérations, Masséna n'avait pas son pareil.

[En marge: Premières mesures financières.]

[En marge: Suppression de l'emprunt forcé progressif.]

Après avoir pourvu à ces nominations indispensables, les Consuls
durent s'occuper d'une affaire au moins aussi pressante, c'était celle
des finances. Avant d'obtenir de l'argent des capitalistes, il fallait
leur donner la satisfaction de supprimer l'emprunt forcé progressif,
qui partageait avec la loi des otages la réprobation universelle.
L'emprunt forcé, comme la loi des otages, était loin d'avoir produit
tous les maux qu'on lui attribuait. Mais ces deux mesures, fort
mesquines sous le rapport de l'utilité, avaient le tort, sous le
rapport moral, de rappeler les souvenirs les plus odieux de la
terreur. Aussi tout le monde était-il d'accord pour les condamner. Les
révolutionnaires eux-mêmes qui, dans leur ardeur patriotique, les
avaient demandées au Directoire, par un retour fort ordinaire aux
partis, s'étaient subitement prononcés contre ces mesures, dès qu'ils
en avaient vu le mauvais succès.

[En marge: Subvention de guerre.]

À peine installé, le ministre Gaudin, sur l'ordre des Consuls,
présenta aux commissions législatives une résolution, dont l'objet
était la suppression de l'emprunt forcé progressif. Cette suppression
eut lieu aux applaudissements universels. On remplaça l'emprunt forcé
par une subvention de guerre, consistant en une addition de 25
centimes au principal des contributions foncière, mobilière et
personnelle. Cette subvention était payable, comme les autres
contributions, en argent ou en papiers de toute espèce; mais, vu
l'urgence, on exigea que la moitié fût acquittée en numéraire.

[En marge: Secours immédiat de 12 millions fournis par les banquiers
de la capitale.]

La subvention de guerre qu'on venait de substituer à l'emprunt forcé
progressif, ne pouvait pas donner des ressources immédiates, car elle
ne devait être perçue que sur les rôles des contributions directes, et
en même temps que ces contributions, dont elle n'était, en réalité,
que l'augmentation dans la proportion d'un quart. Il fallait, pour le
service courant, et surtout pour les armées, quelques fonds, versés
tout de suite au trésor. M. Gaudin, en raison de ses nouveaux actes,
destinés surtout à plaire aux grands capitalistes, fit un appel aux
principaux banquiers de la capitale, et leur demanda un secours, dont
l'urgence frappait tous les esprits. Le général Bonaparte intervint
directement auprès d'eux, et une somme de 12 millions en numéraire fut
immédiatement prêtée au gouvernement. Elle devait être remboursée sur
les premières rentrées de la contribution de guerre.

Ce secours était un grand bienfait, et il honorait le bon esprit des
banquiers de la capitale. Mais ce n'était qu'un aliment de quelques
jours. Il fallait des ressources plus durables.

[En marge: Réorganisation des finances.]

On a vu au commencement de ce livre, comment la suppression des
contributions indirectes, résolue au début même de la Révolution,
avait réduit le trésor au seul revenu des contributions directes;
comment ce revenu était lui-même presque annulé par le retard dans la
confection des rôles; comment enfin les assignats, moyen ordinaire de
combler tous les déficits, ayant totalement disparu, on faisait le
service avec des papiers de diverse nature, qui, n'ayant pas cours
forcé de monnaies, ne gênaient plus, comme auparavant, les
transactions particulières, mais laissaient le gouvernement sans
ressources, et donnaient naissance au plus hideux agiotage. Il fallait
sortir de cet état, et réorganiser la perception, si on voulait
rouvrir les sources du revenu public, et, avec les sources du revenu
public, celles du crédit.

[En marge: Moyens employés pour assurer la perception.]

Dans tout pays où il existe des contributions sur les propriétés et
les personnes, ce que nous nommons en France contributions directes,
il faut un état des propriétés avec évaluation de leur produit, un
état nominatif des personnes avec évaluation de leurs facultés
pécuniaires; il faut tous les ans modifier ces états, suivant la
translation des propriétés de main en main, suivant la naissance, la
mort, le déplacement des personnes; il faut ensuite répartir tous les
ans, entre les propriétés et les personnes, la somme d'impôts qui a
été décrétée; il faut enfin une perception tout à la fois exacte et
prudente: exacte, pour assurer les rentrées; prudente, pour ménager
les contribuables. Rien de tout cela n'existait en l'an VIII (1799).

Le cadastre, ouvrage des quarante années écoulées, n'était pas
commencé. Il y avait d'anciens livres terriers dans quelques communes,
et un état général des propriétés, entrepris sous la Constituante. Ces
données, fort peu exactes, étaient cependant mises à profit. Mais les
opérations qui consistent à réviser les états des propriétés et des
personnes suivant leurs mutations incessantes, et à répartir
annuellement entre elles la somme décrétée de l'impôt, ces opérations,
qui constituent proprement ce qu'on appelle la confection des rôles,
étaient livrées aux administrations municipales, dont nous avons déjà
fait connaître la désorganisation et l'incurie.

La perception n'était pas dans un moindre désordre. Elle était adjugée
au rabais, à ceux qui offraient de percevoir à moindres frais. Ces
adjudicataires versaient les fonds perçus dans les mains de préposés,
qui servaient d'intermédiaires entre eux et le receveur général. Ils
étaient les uns et les autres en débet. Le désordre qui présidait à
toutes choses ne permettait guère de les surveiller. D'ailleurs la
non-confection des rôles leur fournissait toujours une excuse
plausible pour le retard des versements, et l'agiotage un moyen de
s'acquitter en papiers dépréciés. En un mot, ils recevaient peu, et
versaient encore moins.

[En marge: Création de l'agence des contributions directes.]

Sur l'avis de M. Gaudin, les Consuls ne craignirent pas de revenir à
certaines pratiques de l'ancien régime, que l'expérience avait
démontrées bonnes et utiles. Sur le modèle amélioré de l'ancienne
administration des vingtièmes, on créa l'agence des contributions
directes, toujours repoussée jusque-là, par la fâcheuse idée de
laisser aux administrations locales le soin de s'imposer elles-mêmes.
Un directeur et un inspecteur par département, 840 contrôleurs
répandus, en plus ou moins grand nombre, dans les arrondissements,
devaient exécuter eux-mêmes le travail des rôles; c'est-à-dire
composer la liste des propriétés et des personnes, constater les
changements survenus dans l'année, et leur appliquer la portion de
l'impôt qui leur revenait. Ainsi, au lieu des cinq mille commissaires
cantonaux, réduits à solliciter auprès des communes la confection des
rôles, on devait avoir 99 directeurs, 99 inspecteurs, et 840
contrôleurs, exécutant eux-mêmes le travail, et coûtant à l'État 3
millions au lieu de 5. On espérait qu'en six semaines cette
administration serait complétement organisée, et qu'en deux ou trois
mois, elle aurait achevé le tiers restant à faire des rôles de l'an
VII (année écoulée), tous ceux de l'an VIII (année courante), enfin
tous ceux de l'an IX (année prochaine).

Il fallait le courage de vaincre quelques préventions, et le général
Bonaparte n'était pas homme à s'arrêter devant des préventions. Les
commissions législatives, discutant à huis-clos, adoptèrent le projet
proposé, après quelques observations. Des garanties furent accordées à
ceux des contribuables qui auraient des réclamations à élever;
garanties qui se trouvèrent assurées depuis, avec plus de précision,
au moyen de l'institution des conseils de préfecture. La base de toute
contribution régulière se trouva ainsi rétablie.

Cela fait, il fallait organiser la perception, et la rentrée des fonds
au trésor.

[En marge: Création des obligations des receveurs généraux.]

Aujourd'hui, grâce à l'ordre parfait que l'Empire et les gouvernements
postérieurs ont successivement introduit dans nos finances, le
recouvrement des fonds du trésor s'exécute avec une facilité et une
régularité, qui ne laissent plus rien à désirer. Des percepteurs
reçoivent, mois par mois, les _contributions directes_, c'est-à-dire les
impôts assis sur la terre, les propriétés bâties et les personnes, les
versent au receveur particulier placé dans chaque chef-lieu
d'arrondissement, et celui-ci dans les mains du receveur général, placé
au chef-lieu du département. Les receveurs des _contributions
indirectes_, lesquelles se composent des droits de douane établis aux
frontières sur les marchandises étrangères, des droits d'enregistrement
établis sur les mutations de propriétés ou sur les actes judiciaires,
enfin des droits établis sur les consommations de tout genre, telles que
boissons, tabac, sel, etc., les receveurs de ces contributions en
versent le produit, au fur et à mesure des recettes, dans les mains du
receveur particulier, celui-ci encore dans les mains du receveur
général, vrai banquier de l'État, chargé de centraliser les fonds, et de
les mouvoir suivant les ordres qu'il reçoit de l'administration du
trésor.

L'égale répartition des charges publiques, et l'aisance générale ont
rendu l'acquittement de l'impôt si facile aujourd'hui; de plus, la
comptabilité, qui n'est que la description de toutes les opérations
relatives à la recette et à la dépense, est devenue si claire, que les
fonds arrivent au jour dit, souvent plus tôt, et qu'on sait en outre
l'instant précis de leur entrée et de leur sortie. On est donc parvenu
à établir un système, fondé sur la vérité même des faits, à mesure
qu'ils s'accomplissent. Il est dans la nature des _contributions
directes_, assises sur la propriété et sur les personnes, et qui sont
comme une espèce de rente, de pouvoir être fixées d'avance, quant au
montant, et quant au terme du paiement. On les exige donc par douzième
et par mois. On en _débite_, ce qui veut dire qu'on en constitue
débiteurs, les comptables, tous les mois. Mais on suppose qu'ils ne
les ont reçues que deux ou trois mois après le douzième échu, afin de
leur laisser le moyen de ménager les contribuables, et de leur créer
en même temps à eux-mêmes un motif de faire rentrer l'impôt; car,
s'ils le reçoivent avant le terme auquel le versement en est dû, ils
recueillent une jouissance d'intérêt proportionnée à la célérité du
recouvrement. Il est, au contraire, de la nature des _contributions
indirectes_, qui ne sont perçues qu'au fur et à mesure de l'entrée en
France des produits étrangers, au fur et à mesure des mutations de
propriétés, ou des consommations de tout genre, de n'arriver
qu'irrégulièrement, et suivant le mouvement des choses sur lesquelles
elles sont assises. On en _débite_ donc, c'est-à-dire qu'on en
constitue débiteurs, les comptables, au moment même où elles arrivent
chez eux, et non par douzième et par mois, ainsi qu'on le pratique
pour les _contributions directes_. Tous les dix jours, le receveur
général est constitué débiteur de ce qui est entré dans la dizaine
écoulée.

Dès qu'il est _débité_, n'importe pour quelle espèce de contribution,
le receveur général paie intérêt pour les sommes dont il est
_débité_, jusqu'au jour où il les verse pour l'acquittement des
services publics. Le jour, au contraire, où il paie une somme
quelconque, pour le compte de l'État, et avant de la devoir, l'État à
son tour lui tient compte de l'intérêt. On compense ensuite les
intérêts dus par le receveur général, pour les sommes qui ont séjourné
chez lui en dehors du temps prescrit, et les intérêts dus par le
trésor, pour les sommes qui lui ont été avancées: de la sorte, il n'y
a pas un jour d'intérêt perdu, ni pour l'un ni pour l'autre; et le
receveur général devient un vrai banquier, en compte courant avec le
trésor, obligé de tenir toujours à la disposition du gouvernement les
fonds que les besoins du service peuvent exiger, n'importe dans quelle
proportion.

Tel est le système que l'expérience d'une part, et l'aisance
croissante chez les contribuables de l'autre, ont successivement amené
dans le recouvrement des fonds du trésor.

Mais à l'époque dont nous racontons l'histoire, l'impôt rentrait mal,
et la comptabilité était obscure. Le comptable qui n'avait pas versé,
pouvait alléguer le retard dans la confection des rôles, la détresse
des contribuables; il pouvait, en outre, dissimuler ses recettes,
grâce au défaut de clarté dans la description des opérations. Le
gouvernement ne savait pas, comme aujourd'hui, ce qui se passe, chaque
jour, dans les quelques mille caisses, grandes ou petites, composant
la caisse générale de l'État.

M. Gaudin proposa, et fit accepter au général Bonaparte, un système,
emprunté en grande partie à l'ancien régime, système ingénieux, qui
nous a conduits insensiblement à l'organisation actuellement établie.
Ce système fut celui des _obligations_ des receveurs généraux. Ces
receveurs, vrais banquiers du trésor, comme nous les avons appelés,
devaient souscrire des obligations, échéant mois par mois, pour toute
la valeur des contributions directes, c'est-à-dire pour 300 millions,
sur 500 millions composant alors le budget de l'État. Ces
_obligations_, à leur échéance, étaient payables à la caisse du
receveur général. Pour représenter le retard apporté par le
contribuable à verser son impôt, on supposait chaque douzième acquitté
quatre mois environ après l'époque où il était dû. Ainsi, les
_obligations_ pour le douzième échu au 31 janvier, devaient être
souscrites à échéance du 31 mai, de façon que le receveur général,
ayant devant lui un terme de quatre mois, avait à la fois le moyen de
ménager le contribuable, et un stimulant pour faire rentrer l'impôt;
car s'il le faisait rentrer en deux mois au lieu de quatre, il gagnait
deux mois d'intérêt.

Cette combinaison, outre l'avantage de ménager le contribuable, et
d'intéresser le comptable à la rentrée de l'impôt, avait le mérite
d'interdire aux receveurs généraux les retards de versement, car le
trésor avait sur leur caisse des lettres de change à échéance fixe,
qu'ils étaient forcés d'acquitter sous peine de protêt. Il est vrai
qu'une telle combinaison n'était possible, qu'après avoir assuré la
confection des rôles et la perception, les receveurs généraux ne
pouvant verser exactement, que s'ils avaient touché exactement. Mais,
cela fait par les moyens que nous avons indiqués, le système des
obligations était aisé à établir; et il avait, indépendamment des
avantages déjà énumérés, celui de mettre, le premier jour de l'année,
à la disposition du trésor, les 300 millions des contributions
directes, en lettres de change d'un escompte sûr et facile.

[En marge: Création de la caisse d'amortissement.]

Pour donner crédit à ce papier, destiné à remplir l'office que les
bons royaux remplissent aujourd'hui en France, et les bons de
l'Échiquier en Angleterre, on imagina la caisse d'amortissement. Cette
caisse, qui devait recevoir bientôt toutes les attributions relatives
à la dette publique, n'eut d'autre objet, dans ce premier moment, que
celui de soutenir les _obligations_ des receveurs généraux. Voici
comment on s'y prit. Les comptables, pour garantie de leurs
opérations, ne fournissaient alors qu'un cautionnement en immeubles.
Ce genre de cautionnement, exposant l'État aux difficultés d'une
expropriation forcée, quand il avait à exercer des recours, ne
remplissait pas suffisamment l'objet de son institution. On songea
donc à demander aux comptables un cautionnement en argent. Ils
faisaient tous alors d'assez gros bénéfices, par suite de l'agiotage
établi sur l'impôt même, pour se soumettre volontiers à une telle
condition, plutôt que de résigner leurs charges.

Ces cautionnements, versés à la caisse d'amortissement, étaient
destinés à servir de garantie aux _obligations_. Toute _obligation_, à
son échéance, devait être payée à la caisse du receveur général, ou, à
défaut, à la caisse d'amortissement, qui devait acquitter à l'instant
même l'effet protesté, sur le cautionnement du comptable.
L'_obligation_, par ce moyen, égalait sur-le-champ en solidité le
meilleur papier de commerce. Ce n'était pas le seul avantage de cette
combinaison. Probablement une faible portion des cautionnements devait
suffire, pour soutenir le crédit des _obligations_, car peu de
receveurs généraux seraient tentés de laisser protester leur papier;
le surplus restait dès lors à la disposition du trésor, qui en pouvait
tenir compte à la caisse, en lui cédant des immeubles ou des rentes.

On avait donc, par cette institution, l'avantage de donner cours
assuré aux _obligations_, et de se procurer une certaine somme de
numéraire, réalisable sur-le-champ, ressource qui, dans le moment,
venait très à propos.

Tel fut le système de perception et de versement, qui ramena en peu de
temps l'aisance au trésor. Il consistait, comme on le voit, à dresser
les rôles des contributions, et à les mettre en recouvrement, avec
exactitude et célérité; à tirer ensuite des lettres de change sur les
principaux comptables, pour la valeur totale de l'impôt, lettres de
change d'un escompte facile, grâce aux moyens imaginés pour que les
receveurs généraux pussent acquitter eux-mêmes leurs _obligations_, ou
que la caisse d'amortissement pût les acquitter pour eux.

Nous n'avons parlé que des contributions directes. Quant aux
contributions indirectes, ne rentrant ni régulièrement, ni par
douzième, les receveurs généraux devaient, après la recette faite,
mais seulement après, envoyer au trésor des _bons à vue_ sur leur
caisse, valeur qui ne devenait ainsi disponible qu'après que le
comptable en avait reçu le montant. Cette partie du service qui
laissait encore aux receveurs généraux de trop grandes jouissances de
fonds, fut perfectionnée plus tard.

Il y a, au moment de l'introduction de tout système nouveau, des
embarras de transition, naissant de la difficulté d'ajuster l'état
présent des choses avec l'état prochain qu'on veut créer. Ainsi les
_bons d'arrérages_, délivrés aux rentiers, les _bons de réquisition_,
délivrés aux fermiers dont on avait pris les denrées sur les lieux,
enfin les _délégations_ sur les fonds à rentrer dans les caisses,
délivrées à certains fournisseurs avec une coupable licence, pouvaient
déranger tous les calculs. On s'y prit de différentes manières, pour
parer aux inconvénients qui résultaient de la présence de tous ces
papiers dans la circulation. Les _bons d'arrérages_, fournis aux
rentiers, eurent seuls la faveur d'être reçus encore en payement de
l'impôt; mais on en connaissait le montant pour l'année courante, et
on diminua d'autant la somme des obligations que devaient souscrire
les receveurs généraux.

Quant aux _bons de réquisition_ et aux _délégations_, papiers
d'origine suspecte, et dont le montant était inconnu, on les soumit à
une liquidation particulière. On les remboursa plus tard, partie en
biens nationaux, partie en valeurs de différente nature, et avec une
suffisante équité.

En payant les rentiers en argent, comme on se proposait de le faire
bientôt, des que la rentrée des contributions serait assurée; en
nourrissant les armées, et en les dispensant de recourir au système
des réquisitions; en refusant obstinément aux fournisseurs les
délégations abusives qu'on leur délivrait auparavant sur les recettes
du trésor, on devait tarir la source des papiers, et rétablir partout
la perception en numéraire.

À ces moyens, imaginés pour assurer les revenus de l'État, on joignit
quelques mesures, les unes fort légitimes en tout temps, les autres
ayant encore le caractère d'expédients, et l'excuse de la nécessité.
Les acquéreurs de domaines nationaux, faisant comme tout le monde
alors, c'est-à-dire, n'exécutant pas les lois, n'acquittaient pas le
prix des immeubles qu'ils avaient achetés. Ils furent astreints à le
verser dans un délai de quatre mois, sous peine de déchéance. Cette
obligation devait faire rentrer une grande partie des papiers
circulants, qui étaient spécialement recevables en payement des biens
nationaux. Certaines classes d'acquéreurs devaient solder en numéraire
une portion du prix d'achat. On les obligea à souscrire pour cette
portion des engagements négociables. C'étaient des valeurs assez
bonnes et d'un placement facile, car ceux qui les avaient souscrites
étaient menacés de perdre leurs biens, s'ils laissaient protester
leurs engagements.

Il existait encore trois ou quatre cents millions de domaines
nationaux non vendus. Cette valeur tout à fait hypothétique, fondée
sur les estimations de 1790, pouvait, si on savait attendre des temps
meilleurs, doubler, tripler, et même augmenter davantage. Ne pas
aliéner eût mieux valu. Cependant l'urgence des besoins fit recourir à
une nouvelle aliénation. On décida que des _rescriptions_,
représentatives du prix des biens qu'il s'agissait de vendre, seraient
négociées à des spéculateurs pour une somme de 150 millions.
Heureusement qu'une très-petite partie de cette somme fut mise en
émission.

Enfin on imagina de représenter aussi par des titres du même genre, le
capital de certaines rentes foncières, appartenant à l'État, et dont
les lois antérieures avaient permis le rachat aux débiteurs. C'était
une ressource d'environ 40 millions. Les débiteurs de ces rentes ne
les servaient plus, sans en avoir cependant opéré le rachat. Il fut
émis des titres, destinés à représenter ce capital de 40 millions, et
négociables, comme les _rescriptions_ sur les biens nationaux, par le
moyen des agents d'affaires.

Ces créations de valeurs artificielles étaient la dernière concession
faite à des besoins urgents. Aliénées à des spéculateurs, elles
étaient destinées à procurer quelques ressources, en attendant le
rétablissement des finances, qu'on devait espérer de la confection
ponctuelle des rôles, et du système des _obligations_ des receveurs
généraux. Du reste, ces valeurs, comme on le verra plus tard, furent
émises avec une grande réserve, et n'eurent pas leurs inconvénients
ordinaires, qui sont la dépréciation, et l'aliénation à vil prix des
ressources de l'État.

[En marge: Un conseil de finances tenu chaque semaine.]

Ces divers projets, quoique bons, ne pouvaient valoir que ce que
vaudrait le gouvernement lui-même. Fondés sur le retour supposé de
l'ordre, ils donneraient les résultats qu'on s'en promettait, si
l'ordre renaissait en effet; si le pouvoir exécutif apportait de la
vigueur et de la suite dans l'exécution de ses plans; s'il organisait,
vite et bien, la nouvelle régie des contributions directes; s'il
mettait un soin constant à exiger que les rôles fussent faits et mis
en recouvrement dans le temps prescrit, que les _obligations_ des
receveurs généraux fussent souscrites et payées à échéance, que les
cautionnements, versés promptement, fussent déposés à la caisse
d'amortissement, en somme suffisante pour soutenir le crédit des
_obligations_; s'il abandonnait enfin pour toujours ces expédients
ruineux, tels que _bons d'arrérages_, _bons de réquisition_,
_délégations_, auxquels il s'était promis de renoncer. Si tout cela se
réalisait, on était certain d'obtenir les résultats heureux qu'on
attendait du nouveau système de finances. Il était permis de l'espérer
ainsi de l'intelligence et de la fermeté du général Bonaparte. Tous
ces projets, il les avait discutés, approuvés lui-même, souvent
modifiés et améliorés; il en comprenait l'importance et le mérite, et
il était parfaitement résolu de veiller à leur stricte exécution. À
peine arrêtés, on les envoyait aux commissions législatives, qui les
convertissaient en lois, sans qu'il y eût un moment perdu. Vingt jours
suffirent à les concevoir, à les rédiger, à les revêtir du caractère
légal, à en commencer l'exécution. Le général Bonaparte travaillait
lui-même plusieurs fois par semaine avec le ministre des finances, et
il prit ainsi le meilleur moyen de mettre fin à ces funestes
_délégations_, qu'on accordait souvent aux instances ou à l'influence
corruptrice des fournisseurs. Chaque semaine il se faisait apporter,
par les divers ministres, l'état de leurs dépenses nécessaires; il le
plaçait en regard de l'état des recettes probables, fourni par le
trésor, et faisait, en proportion des besoins de chacun, la
distribution des ressources réelles. Il ne disposait donc que de ce
qu'on était certain de percevoir, et, grâce à cette fermeté, le
principal abus, celui des _délégations_, devait bientôt disparaître.

[En marge: Ressources des premiers moments, en attendant
l'établissement du nouveau système.]

En attendant la confection des rôles, leur mise en recouvrement, la
remise au trésor et l'escompte des _obligations_ des receveurs
généraux, on avait pour vivre, outre les 12 millions prêtés par
quelques banquiers, le versement des nouveaux cautionnements, la
négociation aux gens d'affaires des valeurs récemment créées, enfin la
perception courante, dont, tout imparfaite qu'elle était, on avait
vécu jusque-là. La confiance dont les Consuls provisoires étaient
investis, ramenait les gens d'affaires, et on trouvait à négocier
auprès d'eux les valeurs nouvelles, qui, quelques jours auparavant,
n'auraient été acceptées par personne.

[En marge: Premiers secours envoyés aux troupes.]

C'est avec ces moyens réunis qu'on put venir au secours des armées
nues et affamées, et leur procurer un premier soulagement, dont elles
avaient un urgent besoin. Le désordre était si grand qu'il n'y avait
pas même au ministère de la guerre des états des troupes, de leur
nombre et de leur emplacement. Le bureau de l'artillerie était le
seul qui possédât des états de ce genre, pour les troupes de son arme.
Mais comme on ne nourrissait et n'habillait pas l'armée, comme les
bataillons de conscrits levés dans les départements, et équipés avec
des _bons de fournitures_, avaient été le plus souvent organisés sans
l'intervention de l'autorité centrale, celle-ci ne savait presque rien
de ce qui les concernait. Le général Bonaparte fut obligé d'envoyer
des officiers d'état-major sur les lieux, pour se procurer les
documents qui lui manquaient. Il adressa en même temps aux divers
corps d'armée quelques secours, mais fort insuffisants par rapport à
l'étendue de leurs besoins. Leur parlant, dans une proclamation, ce
langage qu'il savait si bien tenir aux soldats, il les conjura de
prendre patience encore quelques jours, et de déployer dans les
souffrances le même courage qu'ils avaient déployé dans les combats:

«Soldats, leur disait-il, vos besoins sont grands; toutes les mesures
sont prises pour y pourvoir. La première qualité du soldat est la
constance à supporter la fatigue et la privation; la valeur n'est que
la seconde. Plusieurs corps ont quitté leurs positions; ils ont été
sourds à la voix de leurs officiers. La 17e légère est de ce nombre.
Sont-ils donc tous morts les braves de Castiglione, de Rivoli, de
Neumarck? Ils eussent péri plutôt que de quitter leurs drapeaux; et
ils eussent ramené leurs jeunes camarades à l'honneur et à leur
devoir. Soldats! vos distributions ne sont pas régulièrement faites,
dites-vous? Qu'eussiez-vous fait si, comme les 4e et 22e légères, les
18e et 32e de ligne, vous vous fussiez trouvés au milieu du désert,
sans pain ni eau, mangeant du cheval et des mulets? _La victoire nous
donnera du pain_, disaient-elles; et vous, vous quittez vos drapeaux!

»Soldats d'Italie! un nouveau général vous commande; il fut toujours à
l'avant-garde dans les plus beaux jours de votre gloire. Entourez-le
de votre confiance; il ramènera la victoire dans vos rangs.

»Je me ferai rendre un compte journalier de la conduite de tous les
corps, et spécialement de celle de la 17e légère et de la 63e de
ligne; elles se ressouviendront de la confiance que j'avais en elles.»

[En marge: La loi des otages rapportée.]

L'administration des finances et des armées n'était pas la seule des
parties du gouvernement, qui réclamât d'une manière pressante
l'attention des nouveaux Consuls. Il fallait tout à la fois révoquer
ces rigueurs, indignes d'un gouvernement sage et humain, que la
violence des partis avait arrachées à la faiblesse du Directoire
expirant; il fallait maintenir l'ordre menacé, ici par les Vendéens en
armes, là par les révolutionnaires exaspérés de la révolution du 18
brumaire.

La première mesure politique des nouveaux Consuls fut relative à la
loi des otages. Cette loi, qui rendait responsables les parents des
Vendéens et des chouans, des actes commis dans les provinces
révoltées, frappait les uns de détention, les autres de déportation.
Elle partageait avec la loi de l'emprunt forcé progressif, et à bien
plus juste titre, l'animadversion publique. Il fallait, en effet, les
passions aveugles de ce temps, pour qu'on osât rendre les parents des
insurgés, responsables d'actes qu'ils n'avaient pas commis, bien
qu'ils en souhaitassent le succès. Les Consuls agirent à l'égard de
cette loi comme ils avaient agi à l'égard de la loi de l'emprunt forcé
progressif: ils en proposèrent la révocation aux commissions
législatives, qui la prononcèrent sur-le-champ. Le général Bonaparte
alla lui-même à la prison du Temple, où beaucoup de ces otages étaient
détenus, pour briser leurs fers de ses mains glorieuses, et recueillir
ces nombreuses bénédictions, qu'inspira si constamment et si justement
le pouvoir réparateur du Consulat.

[En marge: Élargissement des prêtres.]

À cette mesure s'en joignirent d'autres du même genre, qui marquaient
d'un caractère tout à fait pareil la politique des Consuls
provisoires. Beaucoup de prêtres, bien qu'ils eussent prêté à la
constitution civile du clergé le serment, qui était devenu l'origine
du schisme, avaient été cependant persécutés. Ces prêtres, qu'on
qualifiait du titre d'_assermentés_, se trouvaient, les uns cachés ou
fugitifs, les autres détenus aux îles de Ré et d'Oléron. Les Consuls
ordonnèrent l'élargissement de ceux qui étaient encore détenus. Cette
mesure devait faire rentrer en France ou reparaître au jour, tous les
prêtres de la même classe, qui avaient cherché leur salut dans la
fuite ou la retraite.

[En marge: Les naufragés de Calais.]

Plusieurs émigrés, naufragés dans les environs de Calais, étaient
depuis quelque temps, pour l'opinion publique, l'objet d'un vif
intérêt. Ces malheureux, placés entre les horreurs du naufrage et la
rigueur des lois sur l'émigration, n'avaient pas hésité à se jeter sur
le rivage de France, n'imaginant pas que leur patrie pût être aussi
cruelle envers eux que la tempête. Les partisans des mesures de
rigueur disaient, et la chose était à peu près certaine, que ces
émigrés allaient en Vendée, pour y prendre part au renouvellement de
la guerre civile, et ils en concluaient qu'il fallait leur appliquer
les lois terribles du temps contre l'émigration. Mais l'humanité
publique, heureusement réveillée, répugnait à une telle manière de
raisonner. La question avait été plusieurs fois résolue en sens
contraire. Les nouveaux Consuls firent décider que ces émigrés
seraient élargis, mais transportés hors du territoire de la
République. Parmi eux on comptait quelques membres des plus grandes
familles de France, et notamment ce duc de Choiseul, que nous avons
toujours trouvé depuis, au nombre des constants amis d'une liberté
sage, la seule que les honnêtes gens puissent aimer et défendre.

Les actes que nous venons de rapporter, furent universellement
applaudis. Admirez la différence qu'il peut y avoir entre un
gouvernement et un autre! Émanant du Directoire, ces actes auraient
été qualifiés d'indignes concessions, faites au parti de l'émigration:
émanant du nouveau gouvernement consulaire, à la tête duquel figurait
un général illustre, dont la présence, quelque part qu'il se trouvât,
faisait naître tout de suite l'idée de la force, ces actes étaient
pris pour les signes d'une politique forte et modérée. Tant il est
vrai que, pour être modère avec honneur et avec fruit, il faut être
puissant!

[En marge: Faute et rigueur à l'égard du parti révolutionnaire.]

Dans ce premier moment, la politique des Consuls provisoires ne manqua
de sagesse qu'à l'égard du parti révolutionnaire. C'est avec ce parti
qu'on avait eu à lutter, dans les journées récentes des 18 et 19
brumaire. C'est contre lui naturellement qu'on éprouvait de
l'irritation et de la défiance, et, au milieu de ces actes d'une
politique conciliante et réparatrice, il n'y eut de rigueur que pour
lui seul. La nouvelle du 18 brumaire avait fort ému les patriotes du
midi. Les sociétés affiliées à la société-mère du _Manége_ qui
siégeait à Paris, avaient redoublé d'emportement. On annonçait que les
députés privés, par la loi du 19 brumaire, de leur qualité de membres
du Corps Législatif, allaient se réunir à Toulouse, pour y réinstaller
une espèce de Directoire. Le général Bonaparte, maintenant qu'il avait
en main le gouvernement et l'armée, ne craignait plus rien. Il avait
montré, au 13 vendémiaire, comment il savait réprimer les
insurrections, et il n'était guère inquiet de ce que pourraient faire
quelques patriotes exaltés, sans soldats. Mais ses collègues, Sieyès,
Roger-Ducos, ne partageaient pas sa confiance. Plusieurs ministres se
joignirent à eux, et on lui persuada qu'il fallait prendre des
précautions. Enclin, du reste, aux mesures énergiques par caractère,
quoique porté à la modération par politique, il consentit à faire
prononcer la déportation contre trente-huit membres du parti
révolutionnaire, et la détention à la Rochelle contre dix-huit
autres. Il y avait dans le nombre, des misérables, et un notamment qui
se vantait d'être l'assassin de la princesse de Lamballe; mais il y
avait aussi d'honnêtes gens, des membres des deux Conseils, et surtout
un personnage illustre et respectable, le général Jourdan. Son
opposition publique au 18 brumaire, avait dans le moment inspiré
quelques craintes. Inscrire un tel homme sur une telle liste, était
une faute dans une faute.

L'opinion publique, quoique mal disposée pour les révolutionnaires,
accueillit cette mesure avec froideur, et presque avec blâme. On
craignait tant les rigueurs, les réactions, qu'on n'en voulait plus,
même contre ceux qui s'étaient tout permis en ce genre. Des
réclamations vinrent de toutes parts, et quelques-unes de très-haut,
en faveur de certains noms portés sur cette liste de proscription. Le
tribunal de cassation réclama pour un de ses membres, le sieur Xavier
Audouin, qui n'avait pas mérité qu'on prît à son égard de telles
précautions. M. de Talleyrand, toujours doux par caractère, toujours
adroit dans ses démarches, M. de Talleyrand, que le parti
révolutionnaire contribuait, par son aversion, à tenir éloigné du
ministère des affaires étrangères, eut le bon esprit de réclamer en
faveur d'un nommé Jorry, qui l'avait publiquement offensé. Il réclama,
de peur, disait-il, qu'on n'attribuât à une vengeance de sa part,
l'inscription de ce vulgaire offenseur sur la liste des nouveaux
proscrits. Sa lettre publiée lui fit honneur, et sauva son recommandé.
Une sorte de cri public fit rayer aussi le général Jourdan.
Très-heureusement la tournure prompte et favorable que prirent les
événements, permit de révoquer cet acte, qui n'était qu'un écart
accidentel, dans une marche d'ailleurs ferme et droite.

[En marge: Prompte soumission des révolutionnaires exaltés.]

Le général Bonaparte avait envoyé son lieutenant dévoué, le général
Lannes, à Toulouse. À la simple apparition de cet officier, toutes les
tentatives de résistance s'évanouirent. La ville de Toulouse rentra
dans le calme; les succursales de la société du Manége furent fermées
dans toutes les villes du midi. Les révolutionnaires exaltés voyaient
bien que l'opinion, réagissant contre eux, avait cessé de leur être
favorable, et ils apercevaient à la tête du gouvernement, un homme
auquel personne n'espérait pouvoir résister. D'ailleurs les plus
raisonnables ne pouvaient oublier que c'était ce même homme, qui, au
13 vendémiaire, avait dispersé les bandes royalistes des sections de
Paris, soulevées contre la Convention, et qui, sous le Directoire, en
prêtant main-forte au gouvernement, lui avait fourni les moyens de
faire le 18 fructidor. Ils se soumirent donc, les plus violents, en
proférant quelques cris de rage bientôt étouffés, les autres, en
espérant qu'au moins, sous le gouvernement militaire du nouveau
Cromwell, comme ils l'appelaient alors, la Révolution et la France ne
seraient pas vaincues au profit des Bourbons, des Anglais, des
Autrichiens et des Russes.

Un seul acte de résistance, non point par la force, mais par les
moyens légaux, fut opposé au 18 brumaire. Le président du tribunal
criminel de l'Yonne, le sieur Barnabé, renouvelant l'exemple des
anciens parlements, refusa d'enregistrer la loi du 19 brumaire,
constitutive du gouvernement provisoire. Ce magistrat, déféré aux
commissions législatives, fut accusé d'avoir forfait à ses devoirs,
suspendu, et éloigné de son siège. Il subit du reste sa condamnation
avec soumission et dignité.

[En marge: Révocation de l'acte de rigueur, adopté contre les
révolutionnaires exaltés.]

La prompte fin de ces tentatives de résistance, permit au gouvernement
de revenir sur une mesure, qui était en contradiction avec sa sage
politique. Sur un rapport du ministre de la justice Cambacérès,
portant que l'ordre était rétabli dans les départements, que les lois
s'exécutaient partout sans obstacle, la déportation prononcée contre
trente-huit individus, et la détention à La Rochelle contre dix-huit
autres, furent changées en simple surveillance. La surveillance
elle-même fut bientôt supprimée.

[En marge: État de la Vendée.]

Cet acte avait été bientôt effacé par la suite des actes sensés,
habiles et vigoureux, qui signalaient le nouveau gouvernement. La
Vendée à son tour avait attiré toute son attention. Une récente levée
de boucliers venait d'y être essayée, vers la fin du Directoire. Mais
l'avénement du général Bonaparte changeait complétement la face des
choses, et la direction des esprits dans toutes les parties de la
République. Les chefs de la nouvelle insurrection royaliste avaient
été excités à prendre les armes, autant par les dernières rigueurs du
Directoire, que par l'espérance du renversement prochain de ce
gouvernement. Mais, d'une part, la révocation de la loi des otages,
l'élargissement des prêtres, la vie accordée aux émigrés naufragés,
ramenaient les esprits à la conciliation; et, d'autre part, la
présence au pouvoir du général Bonaparte, faisait évanouir l'espérance
de voir tomber en dissolution l'ordre de choses sorti de la
Révolution. Le 18 brumaire avait donc modifié les idées dans la Vendée
comme ailleurs, et fait naître des dispositions toutes nouvelles.

[En marge: Ouvertures des chefs royalistes au général Bonaparte.]

Les chefs royalistes, dont quelques-uns combattaient dans les
campagnes de la Vendée, dont les autres étaient à Paris occupés
d'intrigues politiques, livrés, comme tous les partis qui cherchent à
renverser un gouvernement, à une continuelle activité d'esprit, et
sans cesse en quête de nouvelles combinaisons pour faire triompher
leur cause, imaginèrent que peut-être il y aurait quelque moyen de
s'entendre avec le général Bonaparte. Ils pensaient qu'un personnage
aussi éminent, ne pouvait avoir grand goût à figurer quelques jours
sur la scène mobile de la Révolution française, pour disparaître
ensuite comme ses prédécesseurs dans l'abîme ouvert sous leurs pas, et
qu'il aimerait bien mieux prendre place dans une monarchie paisible et
régulièrement constituée, dont il serait l'ornement et l'appui. Ils
furent, en un mot, assez crédules pour espérer que le rôle de Monk
conviendrait à un personnage, qui ne trouvait pas même celui de
Cromwell assez grand pour lui. Ils profitèrent de l'intermédiaire de
l'un de ces ministres de la diplomatie étrangère, qui, sous prétexte
d'étudier le pays où ils sont accrédités, ont la main dans toutes les
menées des partis, et se firent introduire auprès du général
Bonaparte. Ce furent, parmi les royalistes, MM. Hyde de Neuville et
d'Andigné, qui se chargèrent de cette démarche.

[En marge: Erreur commise par les royalistes sur les dispositions du
général Bonaparte à leur égard.]

Il n'est pas besoin de démontrer à quel point cette manière de juger
le général Bonaparte était erronée. Cet homme extraordinaire, sentant
alors sa force et sa grandeur, ne voulait être le serviteur d'aucun
parti. S'il n'aimait pas le désordre, il aimait la Révolution; s'il ne
croyait pas à toute l'étendue de liberté qu'elle avait promise, il
voulait tout entière cette réforme sociale qu'elle avait pour but
d'accomplir. Il désirait donc le triomphe de cette Révolution; il
désirait la gloire de la terminer, de la faire aboutir à un état de
choses paisible et régulier; il désirait en rester le chef, sous
n'importe quel titre, avec n'importe quelle forme de gouvernement:
mais être l'instrument d'aucun autre pouvoir que celui de la
Providence, il avait déjà trop de gloire et de conscience de ses
forces pour y consentir!

[En marge: Entrevue du général Bonaparte avec quelques-uns des chefs
royalistes.]

Il reçut donc MM. Hyde de Neuville et d'Andigné, écouta leurs
insinuations plus ou moins claires, leur déclara franchement ses
intentions, qui étaient de faire cesser les persécutions, de
rapprocher tous les partis du gouvernement, mais de n'en faire
triompher aucun autre que celui de la Révolution elle-même, de la
Révolution entendue dans son meilleur sens. Il leur déclara sa volonté
formelle de traiter avec les chefs de la Vendée à des conditions
raisonnables, ou de les exterminer jusqu'au dernier. Cette entrevue
n'aboutit donc à rien, qu'à faire mieux connaître le général
Bonaparte au parti royaliste.

Tandis que ces communications s'établissaient à Paris, entre le
général Bonaparte et quelques amis des Bourbons, il s'en établissait
d'autres dans la Vendée même, entre les chefs de l'insurrection et les
généraux de la République. Vers la fin du Directoire, quand on ne
savait plus à qui obéir, une sorte de relâchement, voisin de
l'infidélité, s'était introduit dans l'armée qui gardait la Vendée, et
plus d'un officier républicain, doutant de l'existence prochaine de la
République, avait tourné les yeux vers le parti royaliste. Tout ayant
changé à l'avénement du général Bonaparte, ces communications, qui
allaient devenir dangereuses, devinrent utiles au contraire, et les
pourparlers prirent une nouvelle direction. Les chefs royalistes, qui
attiraient à eux les officiers de l'armée républicaine, furent attirés
à leur tour par ces mêmes officiers vers le gouvernement de la
République. On leur fit sentir le peu d'espoir de vaincre le vainqueur
de l'Italie et de l'Égypte, l'espérance d'obtenir de lui un régime
doux et réparateur, qui rendrait la condition de tous les partis
paisible et acceptable. Ce langage ne resta pas sans succès. Il y
avait dans le moment, à la tête de l'armée de l'ouest un général sage,
conciliant et fidèle, fort employé par le général Hoche, lors de la
première pacification de la Vendée, c'était le général Hédouville. Il
se saisit de tous ces fils, et offrit de les remettre dans la main du
nouveau Consul.

[En marge: Déc. 1799.]

[En marge: Suspension d'armes dans la Vendée.]

Celui-ci s'en empara sur-le-champ, et ordonna au général Hédouville de
traiter avec les chefs vendéens. Ces chefs, intimidés par la présence
du général Bonaparte au pouvoir, se montraient disposés à pactiser. Il
était difficile de signer tout de suite une capitulation, et de se
mettre d'accord sur les articles de cette capitulation; mais une
suspension d'armes ne présentait pas les mêmes difficultés. On offrit
d'en signer une sur-le-champ. Elle fut acceptée du côté du
gouvernement, et en peu de jours MM. de Châtillon, d'Autichamp et de
Bourmont signèrent une suspension d'armes pour la Vendée et une partie
de la Bretagne. Il fut convenu qu'on s'adresserait à Georges Cadoudal
et à M. de Frotté, pour leur proposer d'en adopter une pareille dans
le Morbihan et la Normandie.

Cet acte du nouveau gouvernement ne s'était pas fait attendre, car il
s'accomplit au commencement de frimaire, une vingtaine de jours après
l'installation des Consuls provisoires. Il inspira une satisfaction
générale, et fit supposer la pacification de la Vendée plus prochaine
qu'elle ne pouvait être.

Quelques bruits du même genre, à l'égard des puissances étrangères,
firent aussi espérer, de l'heureuse étoile du général Bonaparte, un
prompt rétablissement de la paix européenne.

[En marge: Premières négociations avec l'Europe.]

[En marge: Irritation de Paul Ier contre la coalition.]

Comme on l'a dit au début de ce livre, la Prusse et l'Espagne étaient
seules en paix avec la France, la première se montrant toujours
froide, la seconde toujours embarrassée de sa communauté d'intérêts
avec nous. La Russie, l'Autriche, l'Angleterre, et toutes les petites
puissances à leur suite, soit en Italie, soit en Allemagne,
soutenaient une lutte acharnée contre la République française.
L'Angleterre, pour laquelle la guerre n'était qu'une question de
finances, avait résolu cette question pour elle-même, en établissant
l'_income-tax_, qui donnait déjà d'abondants revenus. Elle voulait
donc continuer les hostilités pour avoir le temps de prendre Malte,
qu'elle bloquait, et de réduire, en la bloquant aussi, l'armée
française d'Égypte. L'Autriche, en possession de toute l'Italie,
voulait tout risquer plutôt que de rendre cette conquête. Mais le
chevaleresque Paul Ier, qui s'était jeté dans la guerre par une
inspiration de son fol enthousiasme, venait de voir ses armes
humiliées à Zurich, et il en avait conçu un vif ressentiment contre
tout le monde, mais surtout contre l'Autriche. On lui avait persuadé
que celle-ci était la cause unique de ce malheur, car ses soldats,
devant, en vertu d'un mouvement convenu, se porter sur le Rhin, et
céder la Suisse aux Russes, avaient abandonné trop tôt la position de
Zurich, laissé Korsakoff exposé seul aux coups de Masséna, qui,
vainqueur de Korsakoff, avait eu ensuite bon marché de Suwarow. Paul
Ier voyait là un acte de mauvais allié, peut-être une perfidie. La
défiance une fois excitée, tout devait lui apparaître sous un jour
fâcheux. Il n'avait pris, disait-il, les armes que pour protéger les
faibles contre l'oppression des forts, et replacer sur leurs trônes
les princes que la République française en avait précipités. Or,
l'Autriche avait partout arboré son drapeau en Italie, et n'avait
rappelé dans cette contrée aucun des princes détrônés. Il commençait
à se dire qu'agissant par générosité pure, il était dupe d'alliés qui
agissaient uniquement par intérêt. Mobile à l'excès, il se livrait à
ces nouveaux sentiments, aussi violemment qu'il s'était d'abord livré
aux sentiments contraires. Un dernier fait l'avait exaspéré au plus
haut point: c'était le pavillon russe abattu à Ancône, et remplacé par
le pavillon autrichien. Ce n'était là que le tort d'un officier
inférieur; mais ce tort, quel qu'il fût, avait été senti
très-vivement.

Les sentiments des princes absolus, malgré leurs prétentions au
secret, éclatent aussi vite que les sentiments des peuples libres; les
uns, en effet, ne se contiennent guère plus que les autres. On
commençait à connaître, dans toute l'Europe, ce nouveau résultat de la
bataille de Zurich, et ce n'était pas le moins heureux pour nous.

L'Autriche et l'Angleterre, à cette nouvelle, avaient redoublé de
soins auprès de Paul Ier. On avait comblé Suwarow, Suwarow
l'invincible (comme on l'appelait avant qu'il eût rencontré Masséna),
on l'avait comblé de distinctions de tout genre. Mais on n'avait pas
plus calmé la douleur du général russe, que le ressentiment du czar.
Une manifestation toute nouvelle de la part de Paul Ier, fit surtout
appréhender qu'il n'abandonnât bientôt la coalition.

Dans le premier élan de son zèle pour la coalition, il avait déclaré
la guerre à l'Espagne, parce que celle-ci faisait cause commune avec
la France, et avait même failli la déclarer à la Suède, au Danemark,
à la Prusse, parce que ces puissances voulaient rester neutres. Il
avait rompu toute relation avec la Prusse. Depuis les derniers
événements, il paraissait fort radouci à l'égard des cours, contre
lesquelles il était si mal disposé d'abord, et venait notamment
d'envoyer à Berlin un diplomate de sa confiance, M. de Krudener, qui
devait s'y rendre en simple voyageur, mais avec la mission secrète de
rétablir les rapports entre les deux cours de Prusse et de Russie.

[En marge: Importance de la cour de Prusse en ce moment.]

Nous avions alors à Berlin un agent sage et habile, M. Otto, qui
depuis a su attacher son nom aux actes les plus importants de cette
époque. Il avait averti le gouvernement du nouvel état des choses. Il
était évident, en effet, que, si on inclinait à la paix plutôt qu'à la
guerre, la clef de la situation était à Berlin. L'Espagne, jetée à une
extrémité de l'Europe par sa position géographique, et de la politique
par la faiblesse de son gouvernement, l'Espagne ne pouvait être
d'aucune utilité. Mais la Prusse, placée au milieu des puissances
belligérantes, restée neutre malgré leurs vives instances, mal vue
d'abord de tous les cabinets dans la première chaleur de la coalition,
mieux jugée par eux depuis qu'on était plus calme, la Prusse devenait
un centre d'influence, surtout depuis que la Russie paraissait lui
revenir. Ce qu'on avait appelé chez elle pusillanimité commençait à
passer pour sagesse. Cette cour, si elle prenait avec force le rôle
qui semblait lui être dévolu par les événements, pouvait servir de
lien entre la France et l'Europe, pouvait même imposer sa médiation,
cette manière, tant employée depuis, et avec tant de profit,
d'intervenir à propos entre des adversaires fatigués, et de recueillir
tous les fruits de la guerre qu'on n'a pas faite, et de la paix qu'on
a dictée. Si elle avait osé agir ainsi, elle n'aurait pas depuis les
jours du grand Frédéric joué un plus beau rôle.

[En marge: Frédéric-Guillaume et M. d'Haugwiz.]

Il y avait à cette époque sur le trône de Prusse un roi jeune,
honnête, plein de bonnes intentions, qui aimait la paix avec passion,
et qui ne cessait de déplorer la faute que son père avait commise, en
dissipant, dans une guerre folle contre la République française, la
gloire militaire et le trésor accumulés par le grand Frédéric.
Aujourd'hui, replacé dans des relations pacifiques avec la République
française, il en profitait pour refaire par ses économies le trésor
laissé par son grand-oncle, et dévoré par son père. Auprès de ce roi
était un ministre spirituel, habile, M. d'Haugwiz, doué au plus haut
point du talent d'éluder les difficultés, partisan, comme son maître,
de la politique pacifique, mais plus ambitieux que lui, et croyant que
de la neutralité bien dirigée on pouvait tirer pour la Prusse de plus
vastes agrandissements que de la guerre elle-même. Alors, en effet,
cela pouvait être vrai. Il poussait donc son roi à prendre activement
le rôle de médiateur, et de pacificateur du continent. Le rôle sans
doute était bien grand pour le jeune et timide Frédéric-Guillaume,
mais ce prince pouvait le remplir avec plus ou moins d'étendue, et en
assumer une partie, sinon le tout.

[En marge: Envoi de Duroc à Berlin.]

Le général Bonaparte ayant aperçu tout cela, mit aussitôt un grand
soin à caresser la cour de Prusse. Il lui avait été commode autrefois
d'être membre de l'Institut, pour ne figurer qu'à ce titre dans
certaines solennités, où il ne voulait pas figurer politiquement,
notamment aux fêtes célébrées le 21 janvier; il lui était commode
aujourd'hui d'être général, et d'avoir des aides-de-camp à envoyer où
bon lui semblerait. L'idée lui vint de suivre l'exemple des princes
qui montent sur le trône, et qui annoncent leur avénement par l'envoi
de grands dignitaires. Il fit en effet la même chose avec moins
d'apparat, en dépêchant à Berlin un de ses aides-de-camp, ce qu'un
chef d'état tout militaire pouvait assurément se permettre, sans
paraître excéder son rôle. Parmi ceux qui le servaient à ce titre,
s'en trouvait un, sage, discret, intelligent, joignant à un extérieur
agréable une tenue parfaite: c'était Duroc, revenu d'Égypte avec son
général, et ayant sur son front quelque reflet de la gloire des
Pyramides. Le nouveau Consul lui ordonna de se rendre tout de suite à
Berlin, d'aller y complimenter le roi et la reine de Prusse, de s'y
présenter comme chargé uniquement d'une mission de courtoisie et de
déférence, mais de profiter de l'occasion pour expliquer la dernière
révolution qui venait de s'accomplir en France, pour la présenter
comme un retour à l'ordre, à toutes les saines traditions, et surtout
aux idées pacifiques. Duroc devait flatter le jeune roi, et lui
laisser apercevoir qu'on le ferait volontiers, s'il le voulait,
l'arbitre de la paix future. La République, appuyée sur les victoires
du Texel et de Zurich, et sur toutes celles dont le nom du général
Bonaparte était le gage dans l'avenir, pouvait, sans crainte pour sa
dignité, se présenter l'olivier de la paix à la main.

[En marge: Entrée de M. de Talleyrand aux affaires étrangères.]

Tandis qu'il dépêchait Duroc vers Berlin, le général Bonaparte fit, au
nom des Consuls provisoires, plusieurs actes qui devaient avoir au
dehors la même signification. D'abord, après avoir différé quelque
temps l'entrée de M. de Talleyrand aux affaires étrangères, il l'y
appela enfin. On ne pouvait y placer un personnage plus conciliant,
plus propre à traiter avec l'Europe, plus habile à lui plaire, à la
flatter même, sans faire descendre le cabinet français de sa position
élevée. Nous aurons d'autres occasions de peindre ce caractère
singulier et remarquable; il suffira de dire en ce moment que le choix
seul de ce personnage prouvait clairement que, sans passer de
l'énergie à la faiblesse, on passait de la politique des passions à la
politique du calcul. Il n'y avait pas jusqu'à cette élégance exquise
de moeurs, particulière à M. de Talleyrand, qui ne fût un avantage
pour la nouvelle situation qu'on voulait prendre à l'égard des
puissances étrangères.

[En marge: Le général Beurnonville nommé ambassadeur à Berlin.]

Le général Bonaparte fit quelques autres nominations diplomatiques,
conçues dans le même esprit. Quoique M. Otto, chargé d'affaires à
Berlin depuis que M. Sieyès avait quitté ce poste, fût un agent
excellent, néanmoins ce n'était qu'un simple chargé d'affaires. On lui
assigna une autre destination, dans laquelle il sut bientôt se rendre
fort utile, et on nomma ministre à Berlin le général Beurnonville,
ministre de la guerre sous la Convention, long-temps prisonnier de
l'Autriche, et qui avait dès 1789 sincèrement embrassé la cause de la
Révolution. Le général Beurnonville était un franc militaire, loyal,
ouvert, modéré d'opinion, et parfaitement propre à bien représenter le
nouveau gouvernement. L'Autriche, dont il avait été long-temps le
prisonnier, lui inspirait une haine qui était une sorte d'à-propos à
Berlin, où l'on éprouvait à l'égard de cette puissance, à peu près les
mêmes sentiments que du temps du grand Frédéric.

[En marge: M. Alquier nommé ambassadeur à Madrid.]

Nous avions pour représentant à Madrid un ancien démagogue, dépourvu
de toute influence, et qui n'a laissé aucun nom dans la carrière
diplomatique, où les événements l'avaient jeté par hasard. On le
remplaça par un Constituant, homme sage, spirituel, instruit, qui a
figuré avec honneur dans la diplomatie de ce temps, c'était M.
Alquier. Enfin, à Copenhague, où les principes de la neutralité
maritime, ouvertement violés par l'Angleterre, pouvaient faire naître
en notre faveur des sentiments qu'il était bon de cultiver, on nomma
M. Bourgoing, en place de M. Grouvelle, qui y avait été envoyé par le
Directoire. Tous ces choix étaient excellents, et parfaitement propres
à indiquer l'esprit de prudence et de modération, qui commençait à
prévaloir dans les relations de la France avec les puissances
étrangères.

[En marge: Mesures bienveillantes à l'égard des chevaliers de Malte et
des Danois.]

À ces choix, les Consuls voulurent ajouter quelques actes qui pussent
servir de réponse à un reproche fort répandu dans les cours de
l'Europe, et consistant à dire que la République française violait
sans cesse le droit des gens, ou les traités conclus avec elle.
Assurément, elle avait moins violé le droit des gens et les traités
que l'Autriche, l'Angleterre, et toutes les cours en guerre avec nous;
mais c'était l'usage de prétendre qu'on ne pouvait avoir de rapports
avec un gouvernement mobile, passionné, représenté sans cesse par des
hommes nouveaux, qui ne se regardaient jamais comme liés par leurs
engagements, ou par les traditions du droit public européen. Le
reproche pouvait être renvoyé avec plus de fondement aux cabinets de
l'Europe, qui avaient fait pis, sans avoir l'excuse ni des passions
révolutionnaires, ni des changements de gouvernement continuels. Pour
donner une idée meilleure de la politique des Consuls, le général
Bonaparte fit un premier acte de justice envers les malheureux
chevaliers de Malte, auxquels on avait promis, en prenant leur île, de
ne pas traiter en France comme émigrés, ceux d'entre eux qui
appartenaient à la _langue française_. Ils n'avaient pu jusqu'ici
jouir de cette condition de leur capitulation, ni sous le rapport de
leurs personnes, ni sous le rapport de leurs biens. Le général
Bonaparte leur fit rendre tout entier le bénéfice de cette
capitulation.

Il prit à l'égard du Danemark une mesure d'un excellent effet, et
d'une équité bienveillante. Il y avait dans les ports de France
beaucoup de bâtiments danois arrêtés sous le Directoire, par suite de
représailles à l'égard des neutres. On leur reprochait de ne pas faire
respecter en eux les droits de la neutralité maritime, de se laisser
visiter par les Anglais, et de permettre que les propriétés françaises
dont ils étaient porteurs fussent saisies sur leur bord. Le Directoire
avait déclaré qu'on exercerait envers eux exactement les mêmes
violences qu'ils souffriraient de la part des Anglais, pour les
obliger à défendre avec plus d'énergie les principes du droit des
gens, en vertu desquels ils naviguaient. C'eût été justice assurément,
si, ayant la force de se faire respecter, ils n'avaient pas voulu
l'employer; mais les malheureux faisaient comme ils pouvaient, et il
était dur de les punir de la violence des uns par la violence des
autres. En conséquence de ce système, on avait arrêté beaucoup de
leurs navires marchands. Le général Bonaparte les fit relâcher tous,
en signe d'une politique plus équitable et plus modérée.

[En marge: Succès de la mission de Duroc.]

Duroc, envoyé à Berlin, y arriva promptement, et fut présenté par M.
Otto, qui s'y trouvait encore. D'après les règles rigoureuses de
l'étiquette, Duroc, simple aide-de-camp, ne pouvait entrer en rapport
direct avec la cour. Toutes ces règles furent mises de côté pour un
officier attaché à la personne du général Bonaparte. Il fut reçu par
le roi, par la reine, et invité sans cesse à Potsdam. La curiosité
avait autant de part que la politique à cet empressement, car la
gloire, outre son éclat, a aussi ses avantages matériels dans les
affaires. Voir, entendre l'aide-de-camp Duroc, c'était pour ainsi dire
approcher, quoique de loin, l'homme extraordinaire qui occupait le
monde. Duroc avait assisté aux batailles des Pyramides, du
Mont-Thabor, d'Aboukir. On lui adressa mille questions, et il y
répondit sans exagération, avec mesure et simplicité. Il parut doux,
poli, modeste, profondément soumis à son général, et donna l'idée la
plus avantageuse de la manière d'être que ce général imposait à tous
ceux qui l'entouraient. Le succès de Duroc à Berlin fut complet. La
reine lui témoigna la plus grande bienveillance, et de toutes parts on
commença à parler de la République française en meilleurs termes.
Duroc trouva le jeune roi fort content de voir enfin s'élever à Paris
un gouvernement fort et modéré, flatté surtout d'être à la fois
l'objet des recherches de la Russie et de la France, désirant beaucoup
jouer le rôle de médiateur, mais en ayant le désir plus encore qu'il
n'en avait la force, montrant toutefois beaucoup de zèle et d'ardeur à
le remplir.

[En marge: Bruits de paix.]

[En marge: Armistice sur le Rhin.]

Le succès de ce voyage occupa les cours de l'Europe, et retentit
jusqu'à Paris même. L'idée d'une paix prochaine commença bientôt à se
répandre dans les esprits. Une circonstance fort spécieuse, et en soi
de peu de conséquence, contribua singulièrement à propager cette idée.
Les armées françaises et autrichiennes étaient en présence le long du
Rhin, et sur les crêtes des Alpes et de l'Apennin. Sur le Rhin elles
étaient arrêtées par un obstacle suffisant pour empêcher toute
opération sérieuse; car un passage du Rhin, par les uns ou par les
autres, était une entreprise majeure, qu'on ne tente que lorsqu'on
veut entrer en campagne. Or, on était en frimaire, c'est-à-dire en
décembre; on ne pouvait donc pas y songer. Les escarmouches sur les
bords du fleuve devenaient dès lors une effusion inutile de sang. On
convint d'un armistice pour cette frontière. Quant à celle des Alpes
et de l'Apennin, il en était autrement. Au milieu de ce pays
accidenté, une opération bien combinée dans telle ou telle vallée,
pouvait procurer une position enviable pour la reprise des opérations.
On ne voulut donc pas se lier les mains de ce côté, et il n'y eut pas
d'armistice. Mais on ne fit attention qu'à celui qui venait d'être
signé sur le Rhin; et, au nombre des changements heureux qu'on se
plaisait alors à attendre du nouveau gouvernement, on rangea la
possibilité, la probabilité même d'une paix prochaine.

[En marge: Confiance générale.]

Il y a toujours dans les maux publics un mal réel et un mal
d'imagination, l'un contribuant à rendre l'autre insupportable. C'est
beaucoup de faire cesser le mal d'imagination, car on diminue le
sentiment du mal réel, et on inspire à celui qui souffre la patience
d'attendre la guérison, et surtout la disposition à s'y prêter. Sous
le Directoire, c'était un parti pris de ne plus rien espérer d'un
gouvernement faible, déconsidéré, qui, pour réprimer les factions,
allait jusqu'à la violence, sans obtenir aucun des effets de la force.
On prenait tout de lui en mauvaise part, on ne voulait en attendre
aucun bien, on ne voulait pas même y croire quand, par hasard, il en
réalisait quelque peu. La victoire, car elle avait paru lui revenir
vers les derniers jours de son existence, la victoire, qui aurait valu
de la gloire à d'autres, n'avait pas même servi à le faire honorer.

L'avénement du général Bonaparte, dont on s'était habitué à tout
attendre, en fait de succès, avait changé cette disposition. Le mal
d'imagination était guéri; on avait confiance, on prenait tout en
bonne part. Assurément les choses étaient bonnes en soi, car il était
bon de délivrer les otages, d'élargir les prêtres, de montrer des
dispositions pacifiques à l'Europe; mais on était surtout disposé à
les considérer comme telles. Un signe de rapprochement comme l'accueil
fait à un aide-de-camp, un armistice sans conséquence comme celui qui
venait d'être signé sur le Rhin, passaient déjà pour des gages de
paix. Tel est le prestige de la confiance! Elle est tout pour un
gouvernement qui commence, et envers celui des Consuls elle était
immense. Aussi l'argent arrivait-il au trésor, du trésor aux armées,
qui, contentes de ces premiers soulagements, attendaient avec patience
ceux qui leur étaient promis plus tard. En présence d'une force
réputée supérieure à toutes les résistances, les partis se
soumettaient: les partis oppresseurs sans prétention d'opprimer
encore, les partis opprimés avec confiance de ne plus l'être. Le bien
accompli était déjà grand sans doute; mais tout ce que le temps
n'avait pas permis de faire, l'espérance l'ajoutait.

[En marge: Effet produit sur ceux qui l'approchaient par l'esprit du
général Bonaparte.]

Une chose se répandait déjà de toute part, sur le rapport quotidien de
ceux qui avaient travaillé avec le jeune Consul: on disait que ce
militaire, au-dessus duquel on ne mettait aucun général dans le temps
présent, et presque aucun dans les temps passés, était de plus un
administrateur consommé, un politique profond. Tous les hommes
spéciaux dont il s'était entouré, qu'il avait écoutés avec attention,
souvent éclairés eux-mêmes par la justesse et la promptitude de ses
aperçus, qu'il avait en outre protégés contre des résistances de toute
espèce, ne sortaient d'auprès de lui que subjugués, saisis
d'admiration. Ils le disaient d'autant plus volontiers, que c'était
devenu en quelques jours une mode de le penser et de le dire. On voit
quelquefois un faux mérite, qui a su capter un moment le public,
fasciner les esprits, et leur arracher les plus incroyables
exagérations, mais quelquefois aussi il arrive au mérite vrai, au
génie, d'inspirer cette sorte de caprice, et ce caprice devient alors
une passion. Il n'y avait qu'un mois que le général Bonaparte s'était
saisi des affaires, et déjà l'impression produite autour de lui par
cet esprit puissant, était générale et profonde. Le bon Roger-Ducos
n'en revenait pas; l'humoriste Sieyès, peu enclin à céder à la mode,
surtout quand il n'en était pas le favori, reconnaissait la
supériorité, l'universalité de ce génie de gouvernement, et lui
rendait le plus pur des hommages en le laissant faire. Aux prôneurs
convaincus, se joignaient les prôneurs intéressés, qui, voyant dans le
général Bonaparte le chef évident de la nouvelle république, ne
mettaient aucune mesure dans l'expression de leur enthousiasme. Le
général Bonaparte avait parmi ses admirateurs, du reste, fort
sincères, MM. de Talleyrand, Regnaud de Saint-Jean-d'Angely, Roederer,
Boulay (de la Meurthe), Defermon, Réal, Dufresne, etc., qui répétaient
partout, qu'on n'avait jamais vu, ni une telle promptitude, ni une
telle sûreté, ni une telle étendue d'esprit, ni une activité aussi
prodigieuse; et il est bien vrai que ce qu'il avait déjà accompli en
un mois dans toutes les parties du gouvernement, était immense, et que
la réalité, ce qui est rare, égalait cette fois les inventions de la
flatterie.

De tout côté on le regardait comme l'homme auquel la nouvelle
Constitution devait attribuer la plus grande part du pouvoir exécutif.
On ne voulait pas d'un Cromwell, il faut le reconnaître, à l'honneur des
gens honnêtes de ce temps-là; et les amis du général disaient tout haut
que les rôles de César, de Cromwell _étaient des rôles usés_, indignes
du génie et des vertus du jeune sauveur de la France. On voulait qu'une
concentration suffisante de l'autorité dans ses mains, avec certaines
garanties pour la liberté, lui permît de gouverner la République,
heureusement et grandement. C'était là le voeu des révolutionnaires
modérés, alors les plus nombreux. Les révolutionnaires exaltés,
s'obstinant à voir dans le jeune général un Cromwell et un César,
désiraient cependant, pour garantir leur tête ou leurs biens nationaux,
qu'il eût le temps d'éloigner les Bourbons et les Autrichiens. Les
royalistes lui demandaient de les sauver des révolutionnaires, et de
reconstituer le pouvoir; ils n'étaient pas même sans quelque vague
espérance qu'il le leur rendrait, après l'avoir reconstitué; et ils
étaient disposés en ce cas à lui en payer la restitution, fût-ce du rôle
de connétable de Louis XVIII, s'il le fallait.

Ainsi tout le monde lui accordait la suprême puissance, plus ou moins
complètement, pour plus ou moins long-temps, et dans des vues
différentes. Le nouveau législateur Sieyès avait donc à lui faire sa
place dans la constitution qu'il préparait. Mais M. Sieyès était un
législateur dogmatique, travaillant pour la nature des choses, au
moins comme il l'entendait, et non pour les circonstances, encore
moins pour un homme, quel qu'il pût être. On en va juger par ce qui
suit.

[En marge: Projet de constitution long-temps médité par M. Sieyès.]

M. Sieyès, pendant que son infatigable collègue gouvernait, s'était
enfin occupé de la tâche qui lui était assignée. Donner une
constitution à la France, non pas une de ces constitutions éphémères,
produits ridicules de l'ignorance et des passions des partis, mais une
constitution savante, fondée sur l'observation des sociétés et les
leçons de l'expérience, était le rêve de sa vie. Dans ses méditations
solitaires et chagrines, il s'en occupait sans cesse. Il y avait pensé
au milieu des entraînements sincères, mais irréfléchis, de la
Constituante, au milieu des sombres fureurs de la Convention, au
milieu des faiblesses du Directoire. À chaque époque il avait remanié
son ouvrage; enfin il s'était fixé, et une fois fixé, il ne voulait
rien changer à son plan. Il n'en voulait rien sacrifier aux
circonstances du temps, pas même à la principale de ces circonstances,
au général Bonaparte, dont il fallait cependant préparer la place,
d'une manière assortie au génie et au caractère de celui qui devait
l'occuper.

Ce législateur singulier, méditant toujours, mais n'écrivant pas
beaucoup plus qu'il n'agissait, n'avait jamais écrit sa constitution.
Elle était dans sa tête, et il fallait l'en faire sortir. Cela
n'était pas facile pour lui, quelque désir qu'il eût de la voir
produite au dehors, et convertie en loi. On le pressait beaucoup de la
faire connaître, et il se décida enfin à communiquer sa pensée à un de
ses amis, M. Boulay de la Meurthe, qui se chargea de la transcrire au
fur et à mesure des entretiens qu'ils auraient ensemble. C'est ainsi
que cette conception remarquable a pu être recueillie avec exactitude,
et conservée à la postérité, dont elle est digne.

M. Sieyès avait fait un puissant effort d'esprit pour concilier la
république et la monarchie, pour emprunter à l'une et à l'autre ce
qu'elles avaient d'utile et de nécessaire; mais en leur faisant des
emprunts, il s'était fort défié de toutes deux. Il avait pris des
précautions infinies contre la démagogie d'une part, contre le pouvoir
royal de l'autre. Il avait produit ainsi une oeuvre savante et
compliquée, mais où toutes choses se tenaient; et si cette
constitution, remaniée par, et pour le général Bonaparte, était privée
de l'un de ses contre-poids, elle pouvait, contre l'intention de son
auteur, aboutir tout simplement au despotisme.

Le premier soin de M. Sieyès dans ses combinaisons, avait été de se
garder des passions démagogiques. Sans dépouiller complètement la
nation de cette immense participation aux affaires publiques, dont
elle avait joui si malheureusement pour elle-même, il voulait lui
laisser un pouvoir dont elle ne pût pas abuser. Un mot qui, pour la
première fois peut-être, se trouvait dans toutes les bouches, celui
de _gouvernement représentatif_, donne une idée exacte de l'état des
esprits à cette époque. On entendait par ce mot que la nation devait
prendre part à son gouvernement, seulement par intermédiaires,
c'est-à-dire qu'elle devait être _représentée_; et, comme on va le
voir, c'était très-indirectement qu'on voulait qu'elle le fût.

Les élections sous le Directoire avaient tour à tour amené, les
royalistes à une époque, les Jacobins à une autre, et il avait fallu
exclure violemment les premiers au 18 fructidor, les seconds au 22
floréal. Aussi le système des élections, et surtout des élections
directes, était-il fort suspect à tout le monde. Peut-être, si on
avait osé réduire le nombre total des électeurs à cent cinquante ou
deux cent mille, aurait-on essayé de braver encore une fois les
agitations électorales. Mais un corps électoral réduit à peu près aux
proportions du nôtre, aurait blessé les esprits et ne les aurait pas
rassurés. Deux cent mille électeurs accordés à une nation qui venait
de jouir du suffrage universel, auraient paru une aristocratie; et, en
même temps, des électeurs, quelque peu nombreux qu'ils fussent,
nommant directement leurs mandataires, avec liberté de céder à toutes
les passions du moment, auraient paru un renouvellement des réactions
continuelles, dont on avait été témoin sous le Directoire. L'élection
directe, mais restreinte, comme elle existe aujourd'hui parmi nous,
était donc hors de toutes les combinaisons. M. Sieyès, avec son
dogmatisme habituel, s'était fait une maxime: «_La confiance_,
disait-il, _doit venir d'en bas, et le pouvoir d'en haut._» Il avait
donc imaginé, pour réaliser cette maxime, le système de représentation
nationale dont on va lire l'exposé.

[En marge: Listes de notabilité.]

Tout individu âgé de vingt et un ans, ayant la qualité de Français,
était obligé, s'il voulait jouir de ses droits, de se faire inscrire
sur un registre qu'on appelait registre civique. Cela pouvait former
un nombre de cinq ou six millions de citoyens, admis à exercer leurs
droits politiques. Ils devaient se réunir par arrondissement (cette
circonscription, qui n'existait pas encore, allait être proposée), et
désigner le dixième d'entre eux. Cette désignation du dixième devait
donner une première liste de cinq à six cent mille individus. Ces cinq
à six cent mille individus se réunissant à leur tour par département,
et choisissant encore le dixième d'entre eux, étaient appelés à former
une seconde liste, forte de cinquante à soixante mille citoyens.
Ceux-ci faisant enfin un dernier triage, et se réduisant encore au
dixième, formaient la dernière liste, qui se trouvait restreinte à
cinq ou six mille candidats. Ces trois listes s'appelaient listes de
notabilité.

La première, de cinq à six cent mille individus, s'appelait la liste
de la notabilité communale; on devait y prendre les membres des
administrations municipales, ceux des conseils d'arrondissement, et
les administrateurs qui leur correspondaient, tels que les maires, les
fonctionnaires que nous appelons aujourd'hui sous-préfets, les juges
de première instance, etc. La seconde liste, de cinquante à soixante
mille individus, s'appelait la liste de la notabilité départementale,
et c'était dans celle-là qu'il fallait choisir les membres des
conseils de département, les fonctionnaires appelés depuis préfets,
les juges d'appel, etc., en un mot tous les fonctionnaires de cet
ordre. Enfin, la dernière et troisième liste, de cinq à six mille
individus, constituait la liste de la notabilité nationale, et on
devait y prendre, obligatoirement, tous les membres du Corps
Législatif, tous les fonctionnaires d'un ordre élevé, conseillers
d'État, ministres, juges du tribunal de cassation, etc., etc. M.
Sieyès, empruntant une figure à la géométrie pour donner une idée
exacte de cette représentation nationale, large à la base, étroite au
sommet, l'appelait une pyramide.

On voit que, sans attribuer à la nation le droit de désigner elle-même
les mandataires chargés de la représenter, ou les fonctionnaires
chargés de la gouverner, M. Sieyès réduisait son rôle à former une
liste de candidats, dans laquelle on devait puiser à la fois les
représentants du pays, et les agents du gouvernement. Chaque année la
masse des citoyens devait se réunir pour exclure de ces listes les
noms qui n'étaient plus dignes d'y figurer, et pour les remplacer par
d'autres. Il est à remarquer que si, d'une part, ce pouvoir de
désignation était fort indirect, de l'autre il embrassait
non-seulement les membres des assemblées délibérantes, mais les
fonctionnaires exécutifs eux-mêmes. C'était moins et plus que ce qui
existe ordinairement dans le système représentatif monarchique.
Toutefois les agents appelés à remplir des fonctions tout à fait
spéciales, et qui ne supposent aucune confiance politique, tels que
les comptables, par exemple; ou bien les agents appelés à remplir des
fonctions tellement difficiles, que le mérite, quand il se rencontre,
doit être pris quelque part qu'on le trouve, comme les généraux et les
ambassadeurs, ces agents n'étaient pas choisis obligatoirement sur les
listes de notabilité.

Nous venons de montrer comment M. Sieyès, suivant sa maxime, faisait
_venir la confiance d'en bas_: nous allons exposer maintenant comment
il faisait _descendre le pouvoir d'en haut_.

Sous l'empire des impressions du moment, il redoutait l'élection,
parce qu'il venait de voir des électeurs passionnés, nommer des
représentants aussi passionnés qu'ils l'étaient eux-mêmes. Il y
renonçait donc, et voulait que, dans ces listes de notabilité, formées
par la confiance publique, le pouvoir législatif et le pouvoir
exécutif pussent désigner leurs propres membres, et se composer ainsi
eux-mêmes. Il ne leur imposait d'autre limite que celle de choisir
dans les listes de notabilité. Mais, avant de faire connaître le mode
de formation des pouvoirs, il faut décrire leur organisation.

Le pouvoir législatif devait être organisé comme il suit: d'abord le
Corps Législatif proprement dit, placé entre deux corps opposés, le
Tribunat et le Conseil d'État; puis, à part et au-dessus, le Sénat
conservateur.

[En marge: Le Corps Législatif.]

Le Corps Législatif devait être composé de 300 membres, entendant
discuter les lois, ne les discutant pas eux-mêmes, et les votant
silencieusement. Voici comment, et entre qui, se passait la
discussion.

[En marge: Le Tribunat.]

Un corps de 100 membres, appelé Tribunat, chargé de représenter dans
cette constitution l'esprit libéral, novateur, contradicteur, recevait
communication des lois, les discutait en public, et émettait un vote,
uniquement pour savoir s'il en poursuivrait devant le Corps Législatif
l'adoption ou le rejet. Il nommait ensuite trois de ses membres, pour
aller soutenir devant le Corps Législatif l'avis qui avait prévalu
dans son propre sein.

[En marge: Le Conseil d'État.]

Un Conseil d'État, origine de celui qui existe aujourd'hui, mais plus
considérable en importance et en attributions, était placé auprès du
gouvernement pour rédiger les projets de lois; il les présentait au
Corps Législatif, et envoyait trois de ses membres pour les discuter
contradictoirement avec les orateurs du Tribunat. Ainsi, le Conseil
d'État plaidant _pour_, le Tribunat _contre_ (si toutefois celui-ci
avait repoussé la loi), le Corps Législatif votait en silence
l'adoption ou le rejet. Son vote seul donnait le caractère de loi aux
propositions du gouvernement. Le Conseil d'État devait en outre
compléter les lois, par les règlements nécessaires à leur exécution.

[En marge: Le Sénat conservateur.]

Venait enfin le Sénat. Ce corps, composé de 100 membres, ne prenait
aucune part à ce travail législatif. Il était chargé, spontanément, ou
sur la dénonciation du Tribunat, de casser toute loi ou tout acte du
gouvernement, qui lui paraissait entaché d'_inconstitutionnalité_. Il
s'appelait pour ce motif Sénat _conservateur_. Il devait être composé
d'hommes ayant atteint l'âge mûr, privés, par le seul fait de leur
entrée au Sénat, de toute fonction active, étant par conséquent
renfermés exclusivement dans leur rôle de conservateurs, et ayant à le
bien remplir un intérêt considérable, car M. Sieyès voulait qu'on les
dotât richement.

[En marge: Mode de formation des pouvoirs de l'État.]

Telles étaient les attributions des pouvoirs délibérants. Voici leur
mode de formation.

Le Sénat se composait lui-même, en élisant ses propres membres dans la
liste de la notabilité nationale. Il nommait encore les membres du
Corps Législatif, du Tribunat, du Tribunal de cassation, en les
choisissant au scrutin, dans cette même liste de la notabilité
nationale.

Le pouvoir exécutif était aussi l'auteur de sa propre formation, en
choisissant tous ses agents dans celle des trois listes de notabilité,
qui correspondait aux fonctions auxquelles il s'agissait de pourvoir.
Il prenait les ministres, les conseillers d'État, les agents
supérieurs enfin, dans la liste de la notabilité nationale. Il prenait
dans la liste de la notabilité départementale, d'abord les conseillers
de département, qui, de même que le Conseil d'État, étaient considérés
comme des autorités purement administratives; il y prenait, en outre,
les préfets et les fonctionnaires de cette circonscription; il allait
enfin chercher dans la liste de la notabilité communale les conseils
municipaux, les maires, et tous les fonctionnaires du même ordre.

Ainsi, comme le voulait M. Sieyès, _la confiance venait d'en bas, le
pouvoir venait d'en haut_.

[En marge: Le Grand Électeur.]

Mais, de même qu'au-dessus du pouvoir législatif il y avait un
créateur suprême, qui était le Sénat, de même il fallait, au-dessus du
pouvoir exécutif, un créateur suprême qui nommât les ministres,
lesquels devaient ensuite nommer les fonctionnaires subordonnés
jusqu'au dernier degré de la hiérarchie. À la tête de ce pouvoir
exécutif devait donc se trouver un pouvoir générateur. M. Sieyès lui
avait donné un nom analogue à sa fonction, il l'avait appelé le
_Grand-Électeur_. Ce magistrat suprême était réduit exclusivement à un
acte: il devait élire deux agents supérieurs, seuls de leur rang et de
leur espèce, appelés, l'un Consul de la paix, l'autre Consul de la
guerre. Ceux-ci nommaient ensuite les ministres, qui, sous leur
responsabilité personnelle, choisissaient dans les listes de
notabilité tous les agents du pouvoir, gouvernaient, administraient,
géraient, en un mot, les affaires de l'État.

Une existence magnifique était destinée à ce Grand-Électeur. Il était
le principe générateur du gouvernement, et il en était aussi le
représentant extérieur. Cette inaction à laquelle M. Sieyès avait
voulu réduire les sénateurs pour assurer leur impartialité, et qu'il
avait dotée d'un revenu annuel de cent mille livres en domaines
nationaux, cette inaction, imposée au Grand-Électeur pour un motif
semblable, était encore plus richement dotée chez lui que chez les
sénateurs, car sa mission était de représenter la République tout
entière. M. Sieyès voulait lui assigner un traitement de six millions,
des habitations somptueuses, telles que les Tuileries à Paris, et
Versailles à la campagne, plus une garde de trois mille hommes. C'est
en son nom que la justice devait être rendue, que les lois devaient
être promulguées, et les actes du gouvernement exécutés. C'est auprès
de lui que les ministres étrangers devaient être accrédités; c'est de
sa signature que les traités de la France avec les puissances
étrangères devaient être revêtus. En un mot, il joignait, à
l'importante mission de choisir les deux chefs actifs du gouvernement,
l'éclat, vain si l'on veut, de la représentation extérieure; en lui
devait briller tout le luxe d'une nation polie, élégante et
magnifique.

Ce Grand-Électeur lui-même, il fallait le demander ou à l'élection ou
à l'hérédité. Dans le dernier cas, c'était un roi, et on avait rétabli
la monarchie en France. Mais M. Sieyès, qu'il la voulût ou non,
n'aurait pas osé la proposer ouvertement. Il faisait donc élire par le
plus impartial des corps de l'État, par le Sénat, ce magistrat
suprême, qui lui-même n'était placé si haut, que pour être dans ses
deux choix, aussi impartial que possible.

Une dernière et redoutable disposition complétait cette oeuvre si
compliquée.

[En marge: Pouvoir d'absorber déféré au Sénat.]

Le Sénat, qui pouvait casser tout acte inconstitutionnel, loi ou
mesure du gouvernement, recevait, en outre, la faculté d'arracher le
Grand-Électeur à ses fonctions, en le nommant sénateur malgré lui.
C'était ce que M. Sieyès appelait _absorber_. Le Sénat en pouvait
faire autant à l'égard de tout citoyen, dont l'importance ou les
talents causeraient des ombrages à la République. On donnait ainsi au
citoyen, qu'on frappait d'inaction forcée en l'absorbant dans le
Sénat, on donnait en dédommagement l'importance, la riche oisiveté,
des membres d'un corps, qui ne pouvait pas agir par lui-même, mais qui
pouvait, par son _veto_, empêcher toute action quelconque.

[En marge: Analogies de la Constitution de M. Sieyès avec les
constitutions connues.]

Dans cette conception singulière, mais profonde, qui ne reconnaît une
image, effacée, obscurcie peut-être à dessein, de la monarchie
représentative? Ce Corps Législatif, ce Sénat, ce Grand-Électeur,
c'étaient bien une chambre basse, une chambre haute, un roi, le tout
reposant sur une sorte de suffrage universel, mais avec de telles
précautions que la démocratie, l'aristocratie, la royauté, admises
dans cette constitution, y étaient aussitôt annulées qu'admises. Ces
listes de notabilité, dans lesquelles on devait puiser à la fois les
corps délibérants et les fonctionnaires exécutifs, c'était le suffrage
universel, universel mais nul, car elles constituaient un cercle de
candidature si vaste, que l'obligation de choisir dans ce cercle,
était un pouvoir absolu d'élire, déféré au gouvernement et au Sénat.
Ce Corps Législatif muet, entendant discuter la loi, mais ne la
discutant pas lui-même, ayant à ses côtés le Tribunat, chargé de la
discuter contradictoirement avec le Conseil d'État, était une espèce
de chambre des communes, coupée en deux, l'une ayant le vote, l'autre
la parole, et toutes deux annulées par cette séparation même; car la
première était exposée à s'endormir dans le silence, la seconde à
s'épuiser dans de stériles agitations. Ce Sénat se nommant lui-même et
tous les corps délibérants, nommant le chef du pouvoir exécutif, et
au besoin l'absorbant dans son sein, ce Sénat pouvant tout cela, mais
privé de fonctions actives, ne prenant aucune part à la loi, se
bornant à la casser si elle était inconstitutionnelle, ce Sénat,
réduit ainsi à une sorte d'inaction pour qu'il fût plus désintéressé,
et animé seulement du sentiment de la conservation, ce Sénat était
bien l'imitation savante, mais exagérée, d'une pairie aristocratique,
prenant peu de part au mouvement des affaires, l'arrêtant quelquefois
par son _veto_, et recevant dans son sein les hommes qui, après une
carrière agitée, viennent se reposer volontiers au milieu d'un corps
grave, influent et honoré. Ce Grand-Électeur enfin, c'était bien la
royauté, réduite au rôle peu actif, mais considérable, de choisir les
chefs agissants du gouvernement; c'était la royauté, mais avec des
précautions infinies contre son origine et sa durée, car elle sortait
de l'urne du Sénat et pouvait s'y ensevelir au besoin. En un mot, ce
suffrage universel, ce Corps Législatif, ce Tribunat, ce Sénat, ce
Grand-Électeur, ainsi constitués, énervés, neutralisés les uns par les
autres, attestaient un prodigieux effort de l'esprit humain, pour
réunir dans une même constitution toutes les formes connues de
gouvernement, mais pour les annuler ensuite à force de précautions.

Il faut l'avouer, la monarchie représentative, avec moins de peine et
d'effort, en se confiant davantage à la nature humaine, procure depuis
deux siècles une liberté animée, mais point subversive, à l'une des
premières nations du monde. Simple et naturelle en ses moyens, la
constitution britannique admet la royauté, l'aristocratie, la
démocratie; puis, après les avoir admises, elle les laisse agir
librement, ne leur imposant d'autre condition que de gouverner d'un
commun accord. Elle ne limite pas le roi à tel ou tel acte, elle ne le
fait pas sortir de l'élection pour s'y abîmer ensuite, elle n'interdit
pas à la pairie les fonctions actives, elle ne prive pas de la parole
l'assemblée élective, elle n'accorde pas le suffrage universel pour le
rendre nul ensuite en le rendant indirect: elle laisse sortir la
royauté et l'aristocratie de leur source naturelle, l'hérédité; elle
admet un roi, des pairs héréditaires, mais en revanche elle laisse à
la nation le soin de désigner directement, suivant ses goûts ou ses
passions du jour, une assemblée qui, maîtresse de donner ou de refuser
à la royauté les moyens de gouverner, l'oblige ainsi à prendre pour
chefs dirigeants du gouvernement, les hommes qui ont su captiver la
confiance publique. Tout ce que recherchait le législateur Sieyès
s'accomplit ainsi presque infailliblement. La royauté, l'aristocratie
n'agissent pas plus qu'il ne le souhaitait, elles modèrent seulement
une impulsion trop rapide; l'assemblée élective, pleine des passions
du pays, mais contenue par deux autres pouvoirs, choisit, en réalité,
les vrais chefs de l'État, les porte au gouvernement, les y maintient,
ou les renverse, s'ils ont cessé de répondre à ses sentiments. C'est
là une constitution simple, vraie, parce qu'elle est le produit de la
nature et du temps, et non pas, comme celle de M. Sieyès, l'oeuvre
savante, mais artificielle, d'un esprit dégoûté de la monarchie par le
règne des derniers Bourbons, et effrayé de la république par dix
années d'orages.

[En marge: Véritable caractère de la Constitution de M. Sieyès.]

Maintenant, supposons des temps plus calmes, supposons cette
Constitution de M. Sieyès mise paisiblement en pratique à une époque
où le besoin d'une main puissante, comme celle du général Bonaparte,
n'aurait pas dominé toutes les combinaisons; supposons cette vaste
notabilité établie, ce Sénat puisant librement en elle les corps de
l'État et le chef du gouvernement, que serait-il arrivé?... Bientôt la
nation n'eût mis aucun intérêt à renouveler des listes, qui n'étaient
qu'un moyen impuissant d'exprimer son voeu; ces listes seraient
devenues presque permanentes; le Sénat y eût puisé à son gré les corps
de l'État, le Grand-Électeur; et, nommant le chef du pouvoir exécutif,
pouvant le faire disparaître à chaque instant, le tenant sous sa
dépendance absolue, il aurait été à peu près tout; il aurait été,
quoi? L'aristocratie vénitienne, avec son livre d'or, avec son doge
fastueux et nul, chargé, tous les ans, d'épouser la mer Adriatique.
Spectacle curieux, et digne d'être médité! M. Sieyès, esprit profond
et élevé, sincèrement attaché à la liberté de son pays, avait
parcouru, en dix ans, ce cercle d'agitations, de terreurs, de dégoûts,
qui avaient conduit la plupart des républiques du moyen âge, et la
plus célèbre d'entre elles, celle de Venise, au livre d'or et à un
chef nominal. Il avait abouti à l'aristocratie vénitienne, constituée
au profit des hommes de la révolution, car pendant dix ans il
attribuait à ceux qui avaient exercé des fonctions depuis 1789, le
privilége de figurer de droit sur les listes de notabilité; et il
voulait, en outre, se réserver à lui-même et à trois ou quatre
personnages principaux du temps, la faculté de composer pour une
première fois tous les corps de l'État.

Mais on n'improvise pas l'aristocratie, on n'improvise que le
despotisme. Cette société tourmentée ne pouvait se reposer que dans
les bras d'un homme puissant. On allait tout admirer, tout admettre,
dans cette Constitution extraordinaire, tout, sauf le Grand-Électeur
richement doté, et en apparence oisif. On allait le remplacer par un
chef actif et énergique, par le général Bonaparte; et, un seul ressort
changé, cette Constitution devait, sans aucune complicité de la part
de son auteur, aboutir au despotisme impérial, que nous avons vu, avec
un Sénat conservateur, avec un Corps Législatif muet, gouverner,
quinze ans, la France d'une manière glorieuse, mais despotique.

[En marge: M. Sieyès communique son projet aux commissions
législatives.]

Lorsque M. Sieyès, après un grand effort sur lui-même, était parvenu à
tirer du fond de sa pensée toutes ces combinaisons, qui, depuis
long-temps, y étaient comme enfouies, il les exposait à son ami M.
Boulay de la Meurthe, qui les écrivait, et à divers membres des deux
commissions législatives, qui les répandaient autour d'eux. Les deux
commissions législatives s'étaient divisées en sections, et, dans
chacune des deux, se trouvait une section de Constitution. C'est à ces
deux sections réunies que M. Sieyès, quand il pouvait se rendre
maître de sa pensée, exposait son système. Ce système saisissait les
esprits par la nouveauté, la singularité, et l'art infini des
combinaisons.

D'abord les intérêts des auditeurs de M. Sieyès étaient fort
satisfaits, car il avait, ainsi que nous venons de le dire, adopté une
disposition transitoire, tout à fait nécessaire. Dans le but de sauver
la Révolution, en maintenant au pouvoir les hommes qui l'avaient
faite, il proposait une résolution, à peu près semblable à celle par
laquelle la Convention s'était perpétuée dans les deux Conseils des
Anciens et des Cinq-Cents. Il voulait que tous les hommes qui, depuis
1789, avaient exercé des fonctions publiques, qui avaient été membres
des diverses assemblées, législatives, départementales ou municipales,
fussent de droit portés sur les listes de notabilité, et que ces
listes ne fussent pas remaniées avant dix années. De plus, MM. Sieyès,
Roger-Ducos, et le général Bonaparte, devaient composer pour la
première fois le personnel des corps de l'État, en vertu du droit
qu'ils s'attribuaient de faire la nouvelle Constitution. Cette
disposition était hardie, mais indispensable; car il est à remarquer
que tous les hommes nouveaux qui arrivaient par les élections, animés
d'un esprit de réaction alors général, cédant d'ailleurs au goût
ordinaire de blâmer ce qu'on n'a pas fait, affichaient une haine
ouverte contre les actes et les hommes de la Révolution, même quand
ils en partageaient les principes. M. Sieyès avait donc pris ses
précautions contre la nécessité d'un nouveau 18 fructidor, en
assurant pour dix ans la mise en pratique de sa Constitution par des
mains dont il était sûr. Les idées de M. Sieyès devaient convenir à
tous les intérêts. Déjà chacun se croyait assuré d'être sénateur,
législateur, conseiller d'État ou tribun; et ces charges étaient
richement rétribuées.

[En marge: Accueil fait aux idées de M. Sieyès.]

Intérêt à part, les combinaisons semblaient aussi neuves qu'habiles.
Les hommes s'enthousiasment facilement pour le génie militaire, mais
ils s'enthousiasment tout aussi facilement pour ce qui a l'apparence
de la profondeur d'esprit. Le législateur Sieyès avait ses
enthousiastes, comme le général Bonaparte avait les siens. Les listes
de notabilité paraissaient la plus heureuse des combinaisons, surtout
dans l'état de discrédit où était tombé le système électif, depuis les
élections qui avaient donné les _Clichiens_ exclus par la révolution
de fructidor, et les Jacobins exclus par le moyen des _scissions_. Le
Conseil d'État et le Tribunat, plaidant l'un _pour_, l'autre _contre_,
devant un Corps Législatif muet, plaisaient à des esprits fatigués de
discussions, et demandant le repos avec instance. Le Sénat, placé si
haut, et dans un rôle si utile au maintien de l'ensemble, pouvant
frapper d'ostracisme les citoyens éminents et dangereux, tout cela
trouvait de nombreux admirateurs.

Le Grand-Électeur, seul, paraissait une singularité à des hommes qui,
n'ayant pas encore réfléchi beaucoup à la Constitution anglaise, ne
comprenaient pas une magistrature, réduite au rôle unique de choisir
les agents supérieurs du gouvernement. Ils trouvaient que c'était
trop peu de pouvoir pour un roi, et trop de représentation pour un
simple président de république. Personne, enfin, ne trouvait la place
adaptée à celui qui devait la remplir, c'est-à-dire au général
Bonaparte. Cette place avait trop d'apparence, et pas assez de pouvoir
réel: trop d'apparence, car il fallait éviter d'effaroucher les
imaginations, en rendant trop manifeste le retour à la monarchie; pas
assez de pouvoir réel, car il fallait une autorité presque sans bornes
à l'homme qui était chargé de réorganiser la France. Certains esprits,
incapables de comprendre le désintéressement d'un penseur profond, qui
n'avait songé qu'à faire concorder ses conceptions entre elles, et
nullement à combiner les ressorts de sa Constitution dans un intérêt
personnel, certains esprits affirmaient que le Grand-Électeur n'avait
pu être inventé pour un caractère aussi actif que le général
Bonaparte, et que dès lors M. Sieyès n'avait pu l'imaginer que pour
lui-même, qu'il se réservait cette place, et qu'il destinait à son
jeune collègue celle du Consul de la guerre. C'était là une conjecture
mesquine et malveillante. M. Sieyès joignait à une grande force de
pensée une finesse d'observation remarquable, et il jugeait trop bien
sa position personnelle et celle du vainqueur de l'Italie, pour croire
qu'il pût être, lui, cette espèce de roi électif, et le général
Bonaparte simplement son ministre. Il avait en ceci uniquement obéi à
l'esprit de système. D'autres interprétateurs, moins malveillants,
croyaient, à leur tour, que M. Sieyès destinait en effet la place de
Grand-Électeur au général Bonaparte, mais dans le but de lui lier les
mains, et surtout de le faire prochainement _absorber_ par le Sénat
conservateur. Les amis de la liberté ne lui en savaient pas mauvais
gré. Les partisans du général Bonaparte ne pouvaient parler de cette
invention du Grand-Électeur sans jeter les hauts cris; et, parmi eux,
Lucien Bonaparte, qui a tour à tour contrarié ou servi le chef de sa
famille, mais toujours capricieusement, sans à-propos, sans mesure,
jouant tantôt le frère passionné pour la grandeur de son frère, tantôt
le citoyen ennemi du despotisme, Lucien Bonaparte déclamait avec
violence contre le projet de M. Sieyès. Il disait hautement qu'il
fallait un président de la République, un Conseil d'État, et pas
grand'chose avec; que le pays était fatigué des bavards, et qu'il ne
voulait plus que des hommes d'action. Ces propos inconsidérés étaient
de nature à produire le plus fâcheux effet; heureusement on
n'attachait pas une grande importance aux paroles de Lucien.

[En marge: Fâcheux dissentiment entre M. Sieyès et le général
Bonaparte.]

Le général Bonaparte avait, au milieu de ses travaux incessants,
recueilli les rumeurs répandues autour de lui sur le projet de M.
Sieyès. Il laissait faire son collègue, par une sorte de partage
d'attributions convenu entre eux, et il ne voulait se mêler de la
Constitution, que lorsqu'il serait temps de la rédiger définitivement,
se promettant bien alors d'assortir à son goût la place qui lui était
destinée. Cependant les rapports qui lui venaient de tout côté
finirent par l'irriter, et il exprima son déplaisir avec la vivacité
ordinaire de son langage, vivacité regrettable, et dont il n'était
pas toujours le maître.

La désapprobation dont il frappait quelques idées du projet de
Constitution arriva jusqu'à son auteur. M. Sieyès en conçut une vive
peine. Il craignait en effet qu'après avoir perdu, par l'ignorance et
la violence des temps antérieurs, l'occasion de devenir le législateur
de la France, il ne la perdît encore une fois par l'humeur despotique
du collaborateur qu'il s'était donné en faisant le 18 brumaire.
Quoique dépourvu d'intrigue et d'activité, il s'attacha davantage à
conquérir un à un les membres des deux sections législatives.

[En marge: Entrevue imaginée pour rapprocher M. Sieyès et le général
Bonaparte.]

[En marge: Mauvais succès de l'entrevue proposée.]

Cependant son ami, M. Boulay de la Meurthe, et deux intimes du général
Bonaparte, MM. Roederer et de Talleyrand, désirant maintenir la bonne
harmonie entre des hommes si importants, s'employèrent activement à
les mettre d'accord. M. Boulay de la Meurthe avait accepté la mission
de transcrire les idées de M. Sieyès, et il était devenu ainsi le
confident de son projet. M. Roederer était ancien Constituant, homme
d'esprit, véritable publiciste à la façon du dix-huitième siècle,
aimant beaucoup à raisonner sur l'origine et l'organisation des
sociétés, et à faire des projets de constitution, joignant à cela des
penchants monarchiques très-prononcés. M. de Talleyrand, capable de
comprendre et de goûter les esprits, même les plus contraires au sien,
était également touché et du génie agissant du jeune Bonaparte, et du
génie spéculatif du philosophe Sieyès; il avait du penchant pour tous
deux. Il croyait d'ailleurs que ces deux hommes avaient besoin l'un
de l'autre, et mettait un grand intérêt à faire réussir les affaires
du nouveau gouvernement. MM. Boulay de la Meurthe, Roederer et de
Talleyrand s'employèrent donc à rapprocher le général et le
législateur. Une entrevue fut préparée; elle devait avoir lieu chez le
général Bonaparte, en présence de MM. Roederer et de Talleyrand. La
chose se fit, et ne réussit guère. Le général Bonaparte était sous
l'impression des rapports qu'on lui avait faits sur le Grand-Électeur
inactif et exposé à être absorbé par le Sénat; M. Sieyès était tout
plein des propos improbateurs qu'on prêtait au général, et qu'on avait
sans doute exagérés. Ils s'abordèrent avec de mauvaises dispositions,
ne se montrèrent que leurs dissentiments, et s'adressèrent les propos
les plus aigres. M. Sieyès, qui avait besoin de calme pour produire
ses idées, ne les exposa point, cette fois, avec la clarté et la suite
convenables. Le général Bonaparte, de son côté, fut impatient et
brusque: ils se traitèrent mal, et se séparèrent presque brouillés.

Les conciliateurs, effrayés, se remirent au travail pour réparer le
mauvais effet de cette entrevue. On dit à M. Sieyès qu'il devait
discuter avec patience, se donner la peine de convaincre le général,
et surtout faire des concessions; on dit au général qu'il fallait ici
plus de ménagements qu'il n'en mettait, que sans l'appui de M. Sieyès,
et son autorité sur le Conseil des Anciens, lui, général Bonaparte,
n'aurait jamais pu obtenir, dans la journée du 18 brumaire, le décret
qui lui avait mis la force en main; que M. Sieyès, comme personnage
politique, avait un crédit immense sur les esprits, et que, dans le
cas d'un conflit entre le législateur et le général, beaucoup de gens
se prononceraient pour le législateur, comme le représentant de la
Révolution et de la liberté, opprimées par un homme d'épée. Le premier
moment n'était pas favorable pour amener un rapprochement; il fallut y
mettre un peu de temps. MM. Boulay de la Meurthe et Roederer
imaginèrent de nouveaux modèles de pouvoir exécutif, qui levassent les
deux difficultés sur lesquelles le général Bonaparte paraissait
inflexible, l'inaction du Grand-Électeur, et la menace d'ostracisme
suspendue sur sa tête. Ils songèrent d'abord à un Consul, aidé de deux
collègues qui devraient l'assister, puis à un Grand-Électeur, comme
l'avait voulu M. Sieyès, qui nommerait les deux Consuls de la paix et
de la guerre, assisterait à leurs délibérations et prononcerait entre
eux. Ce n'était pas assez pour satisfaire le général Bonaparte, et
c'était beaucoup trop pour M. Sieyès, dont le projet était ainsi
renversé. Chaque fois qu'on proposait à M. Sieyès de faire participer
au gouvernement le chef du pouvoir exécutif, «c'est de l'ancienne
monarchie, disait-il, que vous voulez me donner; et je n'en veux
pas.»--Il n'admettait, en effet, que la royauté d'Angleterre, en lui
retranchant encore le titre de roi, l'inamovibilité et l'hérédité. On
était loin de compte, et M. Sieyès, avec cette promptitude de
découragement propre aux esprits spéculatifs, quand ils rencontrent
les obstacles que leur oppose la nature des choses, M. Sieyès disait
qu'il allait renoncer à tout, quitter Paris, se réfugier à la
campagne, et laisser le jeune Bonaparte tout seul, avec son despotisme
naissant, révélé à tous les yeux. «Il veut partir, disait le général,
qu'il s'en aille; je vais faire rédiger une Constitution par Roederer,
la proposer aux deux sections législatives, et satisfaire l'opinion
publique, qui demande qu'on en finisse.» Il se trompait en parlant de
la sorte, car il était encore trop tôt pour montrer à la France son
épée toute nue; il eût rencontré autour de lui des résistances
inattendues.

[En marge: Les sections législatives se chargent du soin de faire la
Constitution, en prenant pour base le projet de M. Sieyès.]

Cependant, ces deux hommes, qui, malgré des répugnances instinctives,
avaient réussi à s'entendre un moment pour consommer le 18 brumaire,
devaient s'entendre encore une fois pour faire une constitution. Les
bruits qui s'étaient répandus avaient donné l'éveil aux commissions
législatives; elles savaient quels propos tenait Lucien Bonaparte,
quel ton décidé prenait le général sur tout cela, quelle disposition à
tout abandonner montrait M. Sieyès; elles se dirent avec raison, qu'en
définitive, c'était à elles que le soin de faire une constitution
était spécialement confié; qu'il fallait accomplir leur devoir,
rédiger un projet, le présenter aux Consuls, et les mettre forcément
d'accord, après avoir opéré entre eux une transaction raisonnable.

[En marge: Commencement de rapprochement entre M. Sieyès et le général
Bonaparte.]

Elles se mirent donc à l'oeuvre; et comme plusieurs des membres qui
les composaient avaient eu communication des idées de M. Sieyès, et
les avaient goûtées, elles adoptèrent son plan comme base de leur
travail. À l'égard d'un esprit systématique, adopter toutes ses idées
moins une, c'est lui causer presque autant de chagrin que si on les
rejetait toutes. C'était cependant un point important que de prendre
le projet de M. Sieyès pour base de la nouvelle Constitution: aussi
finit-il par se calmer un peu; et le général Bonaparte, en voyant les
commissions s'emparer de leur rôle, et le remplir résolument, se
radoucit lui-même d'une manière sensible. On saisit ce moment pour
amener un nouveau rapprochement. Il y eut une seconde entrevue entre
M. Sieyès et le général, en présence de MM. Boulay (de la Meurthe),
Roederer et de Talleyrand. Cette fois, les deux principaux
interlocuteurs étaient plus calmes, et plus disposés à s'entendre. Au
lieu de se heurter comme la première fois, en se montrant de
préférence leurs dissentiments, ils cherchèrent au contraire à se
rapprocher, en se montrant le côté semblable de leurs opinions. M.
Sieyès fut modéré et plein de tact: le général déploya son bon sens,
son originalité d'esprit ordinaires. Le sujet de l'entretien fut
l'état de la France, les vices des constitutions précédentes, et les
précautions à prendre dans une constitution nouvelle, pour prévenir
les désordres passés. Sur tout cela on devait être d'accord. On se
retira donc satisfait, et on se promit, dès que les sections auraient
achevé leur travail, de les réunir, pour adopter ou modifier leurs
propositions, et sortir enfin du provisoire, qui commençait à déplaire
à tout le monde. M. Sieyès avait désormais la certitude que, sauf son
Grand-Électeur et quelques attributions du Sénat conservateur, il
ferait adopter sa Constitution tout entière.

Dans les dix premiers jours de frimaire (du 20 novembre au 1er
décembre), les sections eurent achevé leur projet. Le général
Bonaparte les appela chez lui à des réunions auxquelles devaient
assister les Consuls. Quelques membres des sections trouvaient cette
convocation peu conforme à leur dignité, et, cependant, décidé qu'on
était à passer par-dessus beaucoup de difficultés, à concéder beaucoup
à l'homme qui était si nécessaire, on se rendit chez lui.

[En marge: Réunions des sections législatives chez le général
Bonaparte.]

Les séances commencèrent immédiatement. À la première, M. Sieyès fut
chargé d'exposer son plan, puisque ce plan était la base même du travail
des commissions. Il le fit avec une force de pensée et de langage, qui
produisit sur les assistants la plus vive impression.--Tout cela est
beau et profond, dit le général; cependant, il y a plusieurs points qui
méritent une discussion sérieuse. Mais procédons avec ordre; traitons
chaque partie du projet l'une après l'autre, et choisissons un
rédacteur. Citoyen Daunou, prenez la plume.--M. Daunou devint ainsi le
rédacteur de la nouvelle Constitution. Ce travail dura plusieurs
séances, et l'on convint des dispositions suivantes.

[En marge: Dispositions du projet de M. Sieyès qui sont définitivement
adoptées.]

Les listes de la notabilité communale, départementale, et nationale,
furent successivement adoptées. Elles réduisaient trop l'action
populaire, en la rendant indirecte, pour ne pas convenir, et aux
appréhensions du moment, et aux goûts du général Bonaparte. Deux
dispositions accessoires, l'une conforme, l'autre contraire aux idées
de M, Sieyès, furent adoptées. On déclara que les fonctionnaires de
tout genre ne seraient obligatoirement choisis sur les listes de
notabilité, que lorsque la Constitution les aurait nominativement
désignés. Qu'on y prît, en effet, les membres des corps délibérants,
les consuls, les ministres, les juges, les administrateurs, à la bonne
heure; mais des généraux, des ambassadeurs! cela parut exorbitant. On
fut d'accord sur ce point. La seconde disposition était relative, non
pas au fond du projet, mais à la nécessité de l'adapter à l'état
présent des choses. Au lieu de remettre le remaniement des listes à
dix ans, on l'ajourna à l'an IX, c'est-à-dire à une année, et il fut
arrêté que l'on nommerait aujourd'hui tout le personnel dès grands
corps de l'État, par un acte du pouvoir constituant, et que les
individus ainsi nommés, seraient portés de droit sur les premières
listes. La révision, au lieu d'être annuelle, dut être triennale.

On passa ensuite à l'organisation des grands pouvoirs. La maxime de M.
Sieyès: _La confiance doit venir d'en bas, le pouvoir doit venir d'en
haut_, prévalut tout à fait. C'est en haut que fut placé le droit
d'élire, mais avec obligation de choisir dans les listes de
notabilité. On adopta le Sénat de M. Sieyès, ainsi que le Corps
Législatif, placé entre le Conseil d'État et le Tribunat. Le Sénat dut
choisir, sur les listes de notabilité, d'abord les sénateurs
eux-mêmes, puis les membres du Corps Législatif, du Tribunat, du
Tribunal de cassation, de la Commission de comptabilité (depuis Cour
des Comptes), et enfin le chef ou les chefs du pouvoir exécutif.
Toutefois, et c'était là une réduction d'attributions considérable, le
Sénat ne dut nommer les sénateurs que sur la présentation de trois
candidats, dont l'un était désigné par les Consuls, l'autre par le
Corps Législatif, le troisième par le Tribunat. Quant au Conseil
d'État, ce corps, faisant partie du pouvoir exécutif, devait être
nommé par ce pouvoir même. Indépendamment de la faculté de faire les
nominations les plus importantes, le Sénat reçut l'attribution suprême
de casser les lois ou les actes du gouvernement, entachés
d'inconstitutionnalité. Il ne devait, du reste, avoir aucune part à la
confection des lois, ses membres ne pouvaient exercer de fonctions
actives.

Le Corps Législatif muet, comme le voulait M. Sieyès, dut entendre
contradictoirement trois conseillers d'État, trois tribuns, et voter
ensuite, sans discussion, sur les propositions du gouvernement.

Le Tribunat eut seul la faculté de discuter publiquement les lois;
mais il ne dut les voter que pour savoir quels avis il soutiendrait
auprès du Corps Législatif. Son vote, même négatif, n'empêchait pas
que la loi fût loi, si le Corps Législatif l'avait adoptée. Le
Tribunat n'avait pas l'initiative des propositions légales, mais il
pouvait émettre des voeux, il recevait des pétitions, et les renvoyait
aux diverses autorités qu'elles concernaient.

Le Sénat dut se composer de 80 membres au lieu de 100, comme le
voulait d'abord M. Sieyès: 60 devaient être nommés tout de suite, 20
dans les dix années qui suivraient. Le Corps Législatif dut se
composer de 300 membres, le Tribunat de 100. Les sénateurs avaient 25
mille francs de dotation annuelle; les législateurs, 10 mille; les
tribuns, 15 mille. Jusque-là le plan de M. Sieyès était adopté en
entier, sauf quelques réductions dans l'autorité du Sénat. Mais ce
plan allait subir une altération considérable dans l'organisation du
pouvoir exécutif.

[En marge: Organisation définitive du pouvoir exécutif.]

C'était là le point capital, et sur lequel le général Bonaparte était
inflexible. M. Sieyès, déjà résigné à voir cette partie de son plan
écartée, fut cependant invité à exposer ses idées. Il proposa donc,
devant les commissions réunies, l'institution du Grand-Électeur.
Personne, il faut le dire, pas même le général Bonaparte, n'avait
alors assez réfléchi sur l'organisation des pouvoirs, dans un
gouvernement libre, pour comprendre ce qu'il y avait de profond dans
cette conception, et pour saisir l'analogie qu'elle présentait avec le
roi de la monarchie anglaise. Mais le général Bonaparte, eût-il arrêté
son esprit à considérer la question sous ce rapport, n'en aurait voulu
à aucun prix, par des motifs tout personnels, et faciles à comprendre.
Il fit avec verve la critique de ce Grand-Électeur. Il dit, sur sa
riche oisiveté, ce que disent tous les rois, seulement, avec moins
d'esprit que lui, et moins de fondement, car en présence d'une société
bouleversée à réorganiser, de factions sanguinaires à soumettre, du
monde à vaincre, il était excusable de vouloir se réserver l'emploi
tout entier de son génie. Mais si dans ces premiers jours du Consulat,
où tant de choses étaient à faire, il avait peut-être raison de ne pas
laisser enchaîner ses talents, depuis, sublime infortuné à
Sainte-Hélène, il a dû regretter la liberté qui lui fut donnée de les
exercer sans mesure. Gêné dans l'emploi de ses facultés, il n'aurait
pas sans doute accompli d'aussi grandes choses, mais il n'en aurait
pas tenté d'aussi exorbitantes, et probablement son sceptre et son
épée seraient restés, jusqu'à sa mort, dans ses glorieuses mains.

--Votre Grand-Électeur, dit-il à M. Sieyès, est un roi fainéant, et le
temps des rois fainéants est passé. Quel est l'homme d'esprit et de
cour, qui voudrait subir une telle oisiveté, au prix de six millions,
et d'une habitation aux Tuileries! Quoi! nommer des gens qui agissent,
et ne pas agir soi-même! c'est inadmissible. Et d'ailleurs vous croyez
par ce moyen réduire votre Grand-Électeur à ne pas se mêler du
gouvernement? Si j'étais ce Grand-Électeur, je me chargerais bien de
faire encore tout ce que vous ne voudriez pas que je fisse. Je dirais
aux deux Consuls de la paix et de la guerre: Si vous ne choisissez pas
tel homme, ou si vous ne prenez pas telle mesure, je vous destitue. Et
je les obligerais bien de marcher à ma volonté. Je redeviendrais le
maître par un détour.--

Ici, le général Bonaparte lui-même, avec sa sagacité ordinaire,
rentrait dans la vérité, et reconnaissait que cette inaction du
Grand-Électeur n'était point un état de nullité, car ce magistrat
suprême, avait, à certains moments, le moyen de reparaître
tout-puissant dans l'arène ou les partis se disputent le pouvoir, en
venant le retirer aux uns pour le conférer aux autres. Mais cette
haute surveillance de la royauté anglaise sur le gouvernement, réduite
à jeter quelquefois entre les ambitions le poids décisif de sa
volonté, ne pouvait convenir à cet ardent jeune homme; et il faut le
lui pardonner, car ce n'était ni le lieu ni le moment de la royauté
constitutionnelle.

[En marge: L'institution du Grand-Électeur repoussée par le général
Bonaparte.]

Le Grand-Électeur périt sous les sarcasmes du jeune général, et sous
une puissance beaucoup plus grande que celle des sarcasmes, la
puissance de la nécessité présente. Il fallait en effet, alors, une
véritable dictature, et l'autorité attribuée au Grand-Électeur était
loin de suffire aux besoins des circonstances.

Il y eut une autre partie de l'institution proposée par M. Sieyès, que
le général Bonaparte repoussa également, parce qu'il s'obstinait à y
voir un piège: c'était la faculté d'absorption dévolue au Sénat,
non-seulement à l'égard du Grand-Électeur, mais de tout citoyen
notable, dont la grandeur inspirerait des ombrages.

Le général ne voulait pas qu'après quelques années d'éminents
services, on pût l'ensevelir tout vivant au sein du Sénat, et le
réduire à une oisiveté forcée, moyennant une pension de vingt-cinq
mille francs. Il obtint satisfaction sous ce nouveau rapport, et voici
quelle fut l'organisation définitive du pouvoir exécutif.

[En marge: Forme définitivement donnée au pouvoir exécutif. Création
d'un Premier Consul.]

On adopta un Premier Consul, accompagné de deux autres, pour
dissimuler un peu la toute-puissance du premier. Ce premier Consul
avait la nomination directe, et sans partage, des membres de
l'administration générale de la République, des membres des Conseils
départementaux et municipaux, des administrateurs appelés depuis
sous-préfets et préfets, des agents municipaux, etc. Il avait la
nomination des officiers de terre et de mer, des conseillers d'État,
des ministres à l'étranger, des juges civils et criminels, autres que
les juges de paix et les membres du Tribunal de cassation. Il ne
pouvait pas révoquer les juges, une fois nommés: l'inamovibilité fut
ainsi substituée à l'élection, comme garantie d'indépendance.

Outre la nomination du personnel administratif, militaire et
judiciaire, le Premier Consul avait le gouvernement tout entier, la
direction de la guerre et de la diplomatie; il signait les traités,
sauf leur discussion et leur adoption par le Corps Législatif, dans la
même forme que les lois. Dans ces diverses fonctions il devait être
assisté des deux autres Consuls, qui avaient seulement voix
consultative, mais qui pouvaient constater leur opinion sur un
registre de délibérations tenu à cet effet. Évidemment, ces deux
Consuls se trouvaient là pour dissimuler l'immense autorité déférée au
général Bonaparte, autorité dont la durée était assez longue, et
pouvait même devenir perpétuelle, car les trois Consuls étaient élus
pour dix ans, et de plus indéfiniment rééligibles. Quelque chose resta
de l'_absorption_ imaginée par M. Sieyès. Le Premier Consul, sortant
par démission ou autrement, devenait sénateur de plein droit,
c'est-à-dire, était exclu à l'avenir des fonctions publiques. Les deux
autres Consuls, n'ayant pas exercé la plénitude du pouvoir,
demeuraient libres de ne pas accepter cette opulente annulation, et ne
devenaient sénateurs que s'ils consentaient à l'être.

Le Premier Consul devait avoir 500 mille francs de traitement; les
deux autres, 150 mille francs chacun. Ils devaient loger tous les
trois aux Tuileries, et avoir une garde consulaire.

[En marge: La nouvelle constitution qualifiée dans nos annales
CONSTITUTION DE L'AN VIII.]

Telles furent les principales dispositions de la célèbre Constitution
de l'an VIII. M. Sieyès vit ainsi réduire les attributions du Sénat,
et substituer un chef tout-puissant à son Grand-Électeur inactif; ce
qui a fait aboutir plus tard sa Constitution, non pas à
l'aristocratie, mais au despotisme.

[En marge: Dispositions générales.]

Cette Constitution ne renfermait pas de déclaration des droits, mais
au moyen de certaines dispositions générales, elle garantissait la
liberté individuelle, l'inviolabilité du domicile du citoyen, la
responsabilité des ministres, et celle des agents inférieurs, sauf, à
l'égard de ceux-ci, l'approbation préalable des poursuites par le
Conseil d'État; elle stipulait qu'une loi pourrait, dans certains
départements, et dans certains cas extraordinaires, suspendre l'action
de la Constitution, ce qui revenait à ce que nous avons appelé,
depuis, la mise en état de siège; elle assurait des pensions aux
veuves et aux enfants des militaires, et enfin, par une sorte de
retour à des idées long-temps proscrites, elle posait, en principe,
qu'il pourrait être accordé des récompenses nationales aux hommes qui
auraient rendu d'éminents services. C'était le germe d'une
institution célèbre depuis, celle de la Légion-d'Honneur.

Le projet de M. Sieyès contenait deux fortes et belles idées qui,
toutes deux, sont demeurées dans notre organisation administrative: la
circonscription d'arrondissement et le Conseil d'État.

M. Sieyès devait ainsi être l'auteur de toutes les circonscriptions
administratives de la France. Il avait déjà imaginé, et fait adopter
autrefois la division en départements; il voulut en cette occasion
qu'on substituât aux administrations cantonales, qui existaient au
nombre de cinq mille, les administrations d'arrondissement, qui,
beaucoup moins nombreuses, étaient un intermédiaire plus convenable
entre la commune et le département. Le principe seul en fut posé dans
la Constitution; mais on convint que bientôt une loi réformerait, sur
ce principe, le système administratif de la France, et ferait cesser
l'anarchie communale dont on a vu plus haut le tableau affligeant. Il
dut y avoir un tribunal de première instance par arrondissement, et un
tribunal d'appel pour plusieurs départements réunis.

[En marge: Gloire particulière à M. Sieyès.]

La seconde des créations de M. Sieyès, qui lui appartient en propre,
est le Conseil d'État, corps délibérant attaché au pouvoir exécutif,
préparant les lois, les soutenant auprès du pouvoir législatif, y
ajoutant les règlements qui doivent accompagner les lois, et rendant
la justice administrative. C'est la plus pratique de ses conceptions,
et elle devait, avec la précédente, traverser le présent, subsister
dans l'avenir. Disons-le à l'honneur de ce législateur: le temps a
emporté toutes les Constitutions éphémères de la Révolution, mais les
seules parties de ces Constitutions qui aient survécu, ont été son
ouvrage.

Ce n'était pas tout que d'arrêter les dispositions de la Constitution
nouvelle, il était indispensable d'y ajouter le personnel des
pouvoirs, de le chercher dans les hommes de la Révolution, et de le
désigner même dans l'acte constitutionnel. Il fallait donc, après la
rédaction de toutes les dispositions qui viennent d'être énumérées, il
fallait s'occuper du choix des personnes.

[En marge: Personnel choisi pour former les pouvoirs de l'État. Le
général Bonaparte nommé Premier Consul pour dix ans.]

[En marge: MM. Cambacérès et Lebrun nommés seconds Consuls.]

Le général Bonaparte fut nommé Premier Consul pour dix ans. On ne peut
pas dire qu'il fut choisi, tant il était indiqué par la situation: on
le reçut des mains de la victoire et de la nécessité. Sa situation une
fois fixée, il s'agissait d'en trouver une pour M. Sieyès. Ce grand
personnage aimait peu les affaires, et encore moins les rôles
secondaires. Il ne lui convenait pas d'être l'assistant du jeune
Bonaparte, et il refusa, par conséquent, d'être second Consul. On
verra tout à l'heure quelle place, plus conforme à son caractère, lui
fut assignée. On choisit pour second Consul M. Cambacérès,
jurisconsulte éminent, qui avait acquis une grande importance parmi
les personnages politiques du temps, par beaucoup de savoir, de
prudence et de tact. Il était, à cette époque, ministre de la justice.
M. Lebrun, écrivain distingué, rédacteur autrefois des édits Maupeou,
rangé, dans l'ancien régime, parmi les hommes disposés à de sages
réformes, fidèle toujours à la cause de la Révolution modérée,
très-instruit dans les matières financières, et trop doux pour être
un contradicteur incommode, M. Lebrun fut le troisième Consul désigné.
M. Cambacérès pouvait très-bien suppléer le général Bonaparte dans
l'administration de la justice; M. Lebrun pouvait le seconder
utilement dans l'administration des finances, et tous deux l'aider
beaucoup sans le contrarier aucunement. Il était impossible de mieux
associer des hommes destinés à composer le nouveau gouvernement, et de
ces choix devaient découler tous les autres dans l'organisation du
pouvoir exécutif.

[En marge: M. Sieyès chargé de composer le Sénat.]

Il fallait procéder à la composition des corps délibérants. Là se
trouvait indiqué le rôle naturel de M. Sieyès. On avait écrit dans la
Constitution, que le Sénat élirait les membres de tous les corps
délibérants. Il s'agissait de savoir qui composerait le Sénat, une
première fois. On statua, par un article particulier de la
Constitution, que MM. Sieyès et Roger-Ducos, qui allaient cesser
d'être Consuls, réunis à MM. Cambacérès et Lebrun, qui allaient le
devenir, nommeraient la majorité absolue du Sénat, laquelle était de
31 membres sur 60. Les 31 sénateurs, élus de la sorte, devaient
ensuite élire au scrutin les 29 sénateurs, restant à désigner. Le
Sénat, une fois complété, devait composer le Corps Législatif, le
Tribunat, le Tribunal de cassation.

Au moyen de ces diverses combinaisons, le général Bonaparte se
trouvait chef du pouvoir exécutif, mais on observait en même temps une
sorte de convenance, en l'excluant de la composition des corps
délibérants appelés à contrôler ses actes; on laissait ce soin
principalement au législateur de la France, à M. Sieyès, dont le rôle
actif était désormais fini, et on assurait, comme retraite, à celui-ci
la présidence du Sénat. Les positions étaient ainsi convenablement
faites, et les apparences sauvées.

Il fut décidé que la Constitution serait soumise au voeu national, au
moyen de registres ouverts dans les mairies, les justices de paix, les
notariats, les greffes des tribunaux, et qu'en attendant une
acceptation, dont on ne paraissait pas douter, le Premier Consul, les
deux Consuls sortants, et les deux Consuls entrants, procéderaient aux
choix dont ils étaient chargés, pour que, le 1er nivôse, les grands
pouvoirs de l'État fussent constitués, et prêts à mettre en pratique
la nouvelle Constitution. C'était indispensable pour faire cesser
cette dictature des Consuls provisoires, dont quelques esprits
commençaient à s'offusquer, et pour satisfaire l'impatience générale
qu'on éprouvait de voir établir enfin un gouvernement définitif. Tout
le monde, en effet, souhaitait avec ardeur un gouvernement stable et
juste, qui assurât la force et l'unité du pouvoir, sans étouffer toute
liberté; auprès duquel les hommes honnêtes et capables, de tous les
rangs, de tous les partis, trouvassent la place qui leur était due.
Ces voeux, il faut le reconnaître, n'étaient pas impossibles à exaucer
sous la Constitution de l'an VIII; elle les aurait même satisfaits
complétement, sans les violences que lui fit subir plus tard un génie
extraordinaire, qui, du reste, favorisé comme il l'était par les
circonstances, serait venu à bout de bien plus fortes barrières que
celles que pouvait lui opposer l'oeuvre législative de M. Sieyès, ou
toute autre qu'on aurait pu imaginer alors.

[En marge: Promulgation de la Constitution de l'an VIII.]

La Constitution, arrêtée dans la nuit du 12 au 13 décembre (21 au 22
frimaire), fut promulguée le 15 décembre 1799 (24 frimaire an VIII), à
la grande satisfaction de ses auteurs, et du public lui-même.

Elle charma les esprits par la nouveauté des idées, par l'habileté des
artifices. Tout le monde commença à espérer en elle, et dans les
hommes qui allaient la mettre à exécution.

Elle était précédée du préambule suivant:

«Citoyens, une Constitution vous est présentée.

»Elle fait cesser les incertitudes que le gouvernement provisoire
mettait dans les relations extérieures, dans la situation intérieure
et militaire de la République.

»Elle place, dans les institutions qu'elle établit, les premiers
magistrats dont le dévouement a paru nécessaire à son activité.

»La Constitution est fondée sur les vrais principes du gouvernement
représentatif, sur les droits sacrés de la propriété, de l'égalité, de
la liberté.

»Les pouvoirs qu'elle institue seront forts et stables, tels qu'ils
doivent être pour garantir les droits des citoyens, et les intérêts de
l'État.

»Citoyens, la Révolution est fixée aux principes qui l'ont commencée;
ELLE EST FINIE.»

Deux hommes tels que le général Bonaparte et M. Sieyès, s'écriant en
1800: La Révolution est finie! quelle singulière preuve des illusions
de l'esprit humain! Cependant, il faut le reconnaître, il y avait
quelque chose de fini, c'était l'anarchie.

Chez tous ceux qui avaient mis la main à cette oeuvre, la joie de la
voir achevée était grande. Quelques-unes des idées de M. Sieyès
avaient été repoussées; cependant, sa Constitution presque tout
entière était adoptée, et, à moins d'une puissance absolue comme celle
de Solon, de Lycurgue ou de Mahomet, puissance que dans nos temps de
doute, où tout prestige individuel est détruit, aucun homme ne saurait
obtenir, il n'était guère possible de faire passer une plus grande
portion de sa pensée dans la Constitution d'un grand peuple. Et telle
qu'elle était, si le vainqueur de Marengo n'y avait apporté plus tard
deux changements considérables, l'hérédité impériale de plus, le
Tribunat de moins, cette Constitution aurait pu fournir une carrière
qui n'eût pas été le triomphe du pouvoir absolu.

[En marge: Le général Bonaparte fait décerner à M­. Sieyès la terre de
Crosne.]

M. Sieyès, après avoir mis à la main du général Bonaparte l'épée qui
avait servi à renverser le Directoire, après avoir fait une
Constitution, allait livrer la France à l'activité dévorante du jeune
Consul, et se retirer, quant à lui, dans cette oisiveté méditative,
qu'il préférait au mouvement agité des affaires. Le nouveau Premier
Consul voulut donner au législateur de la France un témoignage de
reconnaissance nationale; il fit proposer aux commissions législatives
de lui décerner en don la terre de Crosne. Ce don fut décrété, et
annoncé à M. Sieyès avec les plus nobles expressions de la gratitude
publique. M. Sieyès éprouva une vive satisfaction, car, malgré une
incontestable probité, il était sensible aux jouissances de la
fortune, et il dut être touché aussi des formes élevées et délicates
avec lesquelles cette récompense nationale lui fut décernée.

On disposa ensuite toutes choses pour mettre la Constitution en
vigueur dans les premiers jours de janvier 1800 (nivôse an VIII),
c'est-à-dire dans les premiers jours de l'année, qui allait clore ce
grand siècle.

FIN DU LIVRE PREMIER.



LIVRE DEUXIÈME.

ADMINISTRATION INTÉRIEURE.

     Constitution définitive du gouvernement consulaire.--Composition du
     Sénat, du Corps Législatif, du Tribunat et du Conseil
     d'État.--Déclaration du Premier Consul aux puissances de
     l'Europe.--Offres publiques de paix à l'Angleterre et à
     l'Autriche.--Proclamation adressée à la Vendée.--Ouverture de la
     première session.--Opposition naissante dans le Tribunat.--Discours
     des tribuns Duveyrier et Benjamin Constant.--Une majorité
     considérable accueille les projets des Consuls.--Nombreuses lois
     d'organisation.--Institution des préfectures et des
     sous-préfectures.--Création des tribunaux de première instance et
     d'appel.--Clôture de la liste des émigrés.--Rétablissement du droit
     de tester.--Loi sur les recettes et les dépenses.--Banque de
     France.--Suite des négociations avec l'Europe.--Refus par
     l'Angleterre d'écouter les proposions de paix.--Vive discussion à
     ce sujet dans le parlement britannique.--L'Autriche fait un refus
     plus doux, mais aussi positif que celui de l'Angleterre.--Nécessité
     de recommencer les hostilités.--Ne pouvant ramener les puissances
     belligérantes, le Premier Consul tâche de s'attacher la Prusse, et
     s'explique franchement avec elle.--Il s'applique à terminer la
     guerre de la Vendée avant d'ouvrir la campagne de 1800.--Situation
     des partis en Vendée.--Conduite de l'abbé Bernier.--Paix de
     Montfaucon.--MM. d'Autichamp, de Châtillon, de Bourmont, Georges
     Cadoudal se rendent à Paris et voient le Premier Consul.--M. de
     Frotté est fusillé.--Soumission définitive de la Vendée.--Les
     troupes sont acheminées vers la frontière.--Fin paisible de la
     session de l'an VIII.--Règlement de police relatif à la
     presse.--Cérémonie funèbre à l'occasion de la mort de
     Washington.--Le Premier Consul va s'établir au palais des
     Tuileries.


Le 4 nivôse an VIII (25 décembre 1799) était le jour fixé pour
l'entrée en fonctions des Consuls, et pour la première réunion du
Sénat conservateur. De nombreuses nominations devaient précéder ce
moment, car il fallait constituer à la fois le pouvoir exécutif et le
Sénat, avant de les faire agir.

[En marge: Sollicitation de tout genre pour trouver place dans le
nouveau gouvernement.]

Le général Bonaparte, chargé de nommer les agents du pouvoir exécutif;
MM. Sieyès, Roger-Ducos, Cambacérès et Lebrun, chargés d'élire les
membres du Sénat, lesquels devaient, à leur tour, composer le Corps
Législatif et le Tribunat, étaient assiégés de sollicitations de tout
genre. Il s'agissait en effet, pour les solliciteurs, d'obtenir des
fonctions de sénateurs, de membres du Corps Législatif, de tribuns, de
conseillers d'État, de préfets; et ces hautes fonctions, toutes à
donner à la fois, toutes largement rétribuées, avaient de quoi tenter
les ambitions. Beaucoup de révolutionnaires ardents, ennemis du 18
brumaire, étaient déjà fort apaisés. Beaucoup de ces incertains, qui
ne se décident qu'après le succès, commençaient à se prononcer
hautement. Il y avait alors, comme toujours, une expression courante,
qui peignait parfaitement l'état des esprits. Il faut _se montrer_,
disait-on; il faut prouver que loin de vouloir créer des obstacles au
nouveau gouvernement, on est prêt au contraire à l'aider à vaincre
ceux qui l'entourent: ce qui signifiait qu'on désirait attirer sur soi
l'attention des cinq personnages chargés de toutes les nominations. Il
y avait même des solliciteurs qui, pour obtenir leur admission au
Tribunat, promettaient leur dévouement au gouvernement consulaire,
quoique fort résolus d'avance à lui faire essuyer les contrariétés les
plus vives.

Lorsque, dans les révolutions, le feu des passions commence à
s'éteindre, on voit l'avidité succéder à la violence, et de l'effroi
on passe presque subitement au dégoût. Si des actes d'une haute
vertu, si des faits héroïques, ne venaient pas couvrir de leur éclat
de tristes détails, et surtout, si les vastes et bienfaisants
résultats que les révolutions sociales procurent aux nations, ne
venaient pas compenser le mal présent par l'immensité du bien à venir,
il faudrait détourner les yeux du spectacle qu'elles offrent au monde.
Mais elles sont l'épreuve à laquelle la Providence soumet les sociétés
humaines pour les régénérer, et on doit dès lors en observer avec
soin, et, si l'on peut, avec fruit, le tableau tour à tour repoussant
ou sublime.

Il paraît que ce mouvement de toutes les ambitions fut assez grand,
pour frapper les écrivains, et occuper leur plume. Le _Moniteur_
lui-même, qui n'était pas encore journal officiel, mais qui le devint
quelques jours après (le 7 nivôse), le _Moniteur_ crut devoir flétrir
ces bassesses:

«Depuis que la Constitution a créé, disait-il, une quantité de places
richement dotées, que de gens en mouvement! que de visages peu connus
qui s'empressent de se montrer! que de noms oubliés qui s'agitent de
nouveau sous la poussière de la Révolution! que de fiers républicains
de l'an VII se font petits pour arriver jusqu'à l'homme puissant qui
peut les placer! que de Brutus qui sollicitent! que de petits talents
on exalte! que de minces services on exagère! que de taches sanglantes
on déguise! Ce prodigieux changement de scène s'est opéré en un
moment. Espérons que le héros de la liberté, celui qui n'a encore
marqué dans la Révolution que par des bienfaits, verra ces manoeuvres
avec le dégoût qu'elles inspirent à toute âme élevée, et qu'il ne
souffrira pas qu'une foule de noms obscurs ou flétris cherchent à
s'envelopper des rayons de sa gloire,» (_Moniteur_ du 3 nivôse.)

Faisons cependant la juste part du bien et du mal, et ne croyons pas
que ce tableau fut celui de la nation tout entière. S'il y avait des
hommes qui s'abaissaient, ou d'autres qui, sans s'abaisser,
s'agitaient au moins; quelques-uns attendaient dignement l'appel que
le gouvernement allait faire à leurs lumières et à leur zèle. Si M.
Constant, par exemple, sollicitait, avec instance et avec de grandes
assurances de dévouement à la famille Bonaparte, son admission au
Tribunat, MM. de Tracy, Volney, Monge, Carnot, Ginguené, Ducis, ne
sollicitaient pas, et laissaient à la libre volonté du pouvoir
constituant, le soin de les comprendre dans cette vaste distribution
des fonctions publiques.

[En marge: Première réunion, le 24 décembre, pour la composition des
principales autorités.]

Le 24 décembre (3 nivôse), les nouveaux Consuls se réunirent pour
procéder à la composition du Conseil d'État, et se mettre ainsi en
mesure d'installer le gouvernement le lendemain, 25 décembre (4
nivôse). MM. Sieyès, Roger-Ducos, Consuls sortants, MM. Cambacérès et
Lebrun, Consuls entrants, se rendirent ensuite au Luxembourg, pour
nommer la moitié plus un des membres du Sénat, afin que le Sénat pût
aussi se réunir le lendemain, se compléter, et procéder à la
composition des grands corps délibérants.

[En marge: Organisation du Conseil d'État.]

Le Conseil d'État fut divisé en cinq sections: la première des
finances, la seconde de législation civile et criminelle, la troisième
de la guerre, la quatrième de la marine, la cinquième de l'intérieur.
Chaque section devait être présidée par un conseiller d'État, le
Conseil tout entier par le Premier Consul, ou, en son absence, par
l'un de ses deux collègues, Cambacérès ou Lebrun.

Chaque section devait rédiger les projets de loi, ou les règlements
relatifs aux matières de sa compétence. Ces projets et règlements
devaient être ensuite délibérés en assemblée générale de toutes les
sections réunies. Le Conseil d'État était chargé, en outre, de
prononcer sur le contentieux administratif, et de décider les conflits
de compétence, entre l'administration et les tribunaux. Ce sont là les
attributions dont il jouit encore aujourd'hui; mais il avait alors la
rédaction obligée des lois, leur discussion exclusive devant le Corps
Législatif, plus enfin la connaissance des grandes questions de
gouvernement, quelquefois même celles de politique extérieure, comme
on en verra certains exemples plus tard. Le Conseil d'État était donc
à cette époque, non pas seulement un conseil d'administration, mais un
vrai conseil de gouvernement.

Quelques membres de ce corps étaient chargés, en outre, dans divers
ministères, de certaines administrations spéciales, auxquelles on
avait voulu attribuer une importance plus grande, ou assurer des soins
plus particuliers: c'étaient l'instruction publique, le trésor, le
domaine de l'État, les colonies et les travaux publics. Les
conseillers d'État chargés de diriger ces diverses parties, étaient
placés sous l'autorité du ministre compétent. Les membres du Conseil
d'État, grandement rétribués, devaient recevoir chacun 25 mille francs
d'appointements, et les présidents, 35 mille. De telles valeurs, comme
on sait, étaient alors fort supérieures à ce qu'elles seraient
aujourd'hui. On ambitionnait les places au Conseil d'État, plus que
les places au Sénat, car, avec des traitements égaux à ceux des
sénateurs, et une considération aussi grande, les conseillers d'État
étaient admis, autant que les ministres eux-mêmes, au maniement des
plus hautes affaires.

[En marge: Premiers membres du Conseil d'État.]

Les membres principaux de ce grand corps furent, à la section de la
guerre, MM. Lacuée, Brune, Marmont; à la section de la marine, MM. de
Champagny, Ganteaume, Fleurieu; à la section des finances, MM.
Defermon, Duchâtel, Dufresne; à la section de la justice, MM. Boulay
de la Meurthe, Berlier, Réal; à la section de l'intérieur, MM.
Roederer, Cretet, Chaptal, Regnaud de Saint-Jean-d'Angely, Fourcroy.
Les cinq présidents désignés furent MM. Brune, Ganteaume, Defermon,
Boulay de la Meurthe et Roederer. On ne pouvait assurément pas
composer ce corps de noms plus considérés, de talents plus réels et
plus divers. Il faut dire que la Révolution française avait été
prodigieusement féconde en hommes, dans tous les genres, et que, si on
voulait surtout ne plus tenir compte des exclusions prononcées par les
partis, les uns à l'égard des autres, on avait le moyen de composer
le personnel de gouvernement, le plus varié, le plus capable,
ajoutons, le plus glorieux. C'est ce que fit le nouveau Consul; il
choisit, par exemple, pour la section des finances, M. Devaisnes, fort
accusé alors de royalisme, mais ayant, dans la partie dont il
s'occupait, des connaissances pratiques, qui avaient été, et qui
furent depuis fort utiles.

[En marge: Première composition du Sénat.]

Ce même jour 24 décembre (3 nivôse), MM. Sieyès, Roger-Ducos,
Cambacérès et Lebrun, se réunirent pour désigner les vingt-neuf
sénateurs, qui, avec les deux Consuls sortants, faisaient le nombre de
trente-un. La liste avait été naturellement préparée à l'avance; elle
contenait les noms les plus respectables, MM. Berthollet, Laplace
(celui-ci récemment sorti du ministère de l'intérieur), Monge, Tracy,
Volney, Cabanis, Kellermann, Garat, Lacépède, Ducis. Ce dernier
n'accepta pas.

[En marge: Installation du nouveau gouvernement consulaire, le 25
décembre 1799.]

Le lendemain 25 décembre (4 nivôse), le Conseil d'État se réunit pour
la première: fois. Les Consuls, accompagnés des ministres, assistaient
à la séance. On délibéra sur un projet de loi destiné à régler les
rapports des grands corps de l'État entre eux; on convint, aussi des
projets qu'il faudrait préparer pour les présenter à la prochaine
session du Corps Législatif.

Le Sénat s'assembla de son côté au Palais du Luxembourg, et se
compléta par l'élection de vingt-neuf membres nouveaux, lesquels,
ajoutés aux trente-un déjà choisis, portèrent à soixante le nombre
total des sénateurs. On se rappelle que ce nombre devait être élevé
plus tard à quatre-vingts. On comptait encore de belles renommées dans
cette liste complémentaire: MM. Lagrange, d'Arcet, François de
Neufchâteau, Daubenton, Bougainville, le banquier Perregaux, et enfin
un nom très-ancien, M. de Choiseul-Praslin.

[En marge: Composition du Corps Législatif.]

Les jours suivants le Sénat s'occupa de la composition du Corps
Législatif et du Tribunat. On plaça dans le Corps Législatif des
hommes modérés de toutes les époques, des membres de l'Assemblée
constituante, de l'Assemblée législative, de la Convention nationale,
enfin des députés aux Cinq-Cents. On eut soin de choisir dans ces
diverses assemblées les hommes qui avaient peu recherché le bruit, le
succès, l'agitation des affaires, réservant pour le Tribunat ceux qui
étaient connus pour avoir les goûts contraires. Les trois cents noms
composant le Corps Législatif ne pouvaient donc être des noms bien
éclatants, et, dans cette liste nombreuse, il serait difficile d'en
trouver deux ou trois qui soient connus encore aujourd'hui. On y
remarquait le modeste et brave Latour-d'Auvergne, héros digne de
l'antiquité par ses vertus, ses exploits et sa noble fin.

[En marge: Composition du Tribunat.]

Les cent noms du Tribunat, choisis avec l'intention toute naturelle,
mais bientôt suivie d'amers regrets, de donner place aux esprits
actifs, remuants, amoureux de renommée, ces cent noms contenaient des
célébrités dont quelques-unes sont déjà un peu effacées, mais point
oubliées au jour où nous écrivons: c'étaient MM. Chénier, Andrieux,
Chauvelin, Stanislas de Girardin, Benjamin Constant, Daunou, Riouffe,
Bérenger, Ganilh, Ginguené, Laromiguière, Jean-Baptiste Say,
Jacquemont, etc.

La composition de ces corps une fois terminée, on prépara le local qui
leur était destiné. Les Tuileries furent réservées aux trois Consuls;
le Luxembourg fut affecté au Sénat, le Palais-Bourbon au Corps
Législatif, et le Palais-Royal au Tribunat.

On consacra une somme de quelques cent mille francs à rendre les
Tuileries habitables; et, en attendant l'achèvement des travaux
nécessaires, les Consuls demeurèrent au Petit-Luxembourg.

Le général Bonaparte avait déjà beaucoup fait depuis son retour
d'Égypte: il avait renversé le Directoire, et s'était acquis une
autorité, inférieure en apparence, supérieure en réalité, à celle de
la royauté constitutionnelle. Mais il venait à peine de se saisir de
cette autorité, et il fallait en légitimer la possession par d'utiles
travaux, de grandes actions. Il lui restait donc immensément à faire,
et ses premiers essais de réorganisation n'étaient qu'un effort, déjà
heureux sans doute, mais qui laissait encore dans le pays de grands
désordres, de profondes souffrances, la gêne au trésor, la misère aux
armées, les feux de la guerre civile en Vendée, l'incertitude chez les
puissances neutres, un véritable acharnement à prolonger la lutte chez
les puissances belligérantes. Et cependant, cette prise de possession
du pouvoir, venant après ses premiers travaux, et précédant les
travaux immenses qu'il avait la confiance d'exécuter bientôt, charma
son coeur ambitieux.

[En marge: Diverses mesures politiques, qui accompagnent
l'installation du gouvernement consulaire.]

Il fit, pour célébrer l'installation de son gouvernement, une suite
d'actes soigneusement accumulés, dans lesquels perçaient une politique
profonde, une joie sensible, et cette générosité que le contentement
inspire à toute âme vive et bienveillante. Ces mesures se succédèrent
depuis le 25 décembre (4 nivôse), jour de l'installation du
gouvernement consulaire, jusqu'au 1er janvier 1800 (11 nivôse), jour
de l'ouverture de la première session législative.

[En marge: Les parents d'émigrés et les ci-devant nobles, admis aux
fonctions publiques.]

D'abord, un avis du Conseil d'État du 27 décembre (6 nivôse) décida
que les lois qui excluaient les parents d'émigrés et les ci-devant
nobles des fonctions publiques, tombaient de droit, vu que ces lois
étaient contraires aux principes de la nouvelle Constitution.

[En marge: Rappel des proscrits du 18 fructidor.]

Un certain nombre d'individus, appartenant au parti révolutionnaire,
devaient, comme nous l'avons dit, être déportés ou détenus, par suite
d'une mesure peu réfléchie, prise quelques jours après le 18 brumaire.
La déportation et la détention avaient été changées en surveillance de
la haute police. Cette surveillance elle-même fut supprimée par un
arrêté du 5 nivôse. Après cette réparation accordée à ceux qui avaient
failli essuyer ses rigueurs, le Premier Consul en accorda une plus
importante, et plus nécessaire, aux victimes du Directoire, et des
gouvernements antérieurs. Les déportés sans jugement régulier furent
autorisés à rentrer en France, sauf l'obligation de séjourner dans des
lieux indiqués. Cette disposition s'appliquait à des proscrits de tous
les temps, mais surtout à ceux du 18 fructidor. MM. Boissy d'Anglas,
Dumolard, Pastoret, étaient rappelés et autorisés à séjourner, le
premier à Annonay, le second à Grenoble, le troisième à Dijon. MM.
Carnot, Portalis, Quatremère-Quincy, Siméon, Villaret-Joyeuse,
Barbé-Marbois, Barrère, rappelés aussi, étaient autorisés à habiter
Paris. Le soin de placer dans la capitale, quoiqu'elle ne fût pas leur
pays natal, des hommes tels que MM. Carnot, Siméon et Portalis,
indiquait assez que le gouvernement avait des vues sur eux, et se
disposait à employer leurs talents.

[En marge: Restitution des églises aux prêtres.]

D'autres mesures furent prises relativement au culte et à son libre
exercice. Le 28 décembre (7 nivôse), il fut arrêté que les édifices
destinés aux cérémonies religieuses continueraient à recevoir cette
destination, ou la recevraient de nouveau, s'ils n'avaient pas été
rendus aux ministres des divers cultes. Certaines autorités locales,
voulant gêner l'exercice du Catholicisme, défendaient l'ouverture des
églises le dimanche, et ne l'autorisaient que les jours de décadi. Les
Consuls cassèrent les arrêtés municipaux de cette espèce, et
ajoutèrent à la restitution des édifices religieux, la libre faculté
d'en jouir les jours indiqués par chaque culte. Cependant on n'osa pas
encore interdire les cérémonies des théophilanthropes, qui avaient
lieu dans les églises, certains jours de la semaine, et qui, aux yeux
des catholiques, passaient pour des profanations.

[En marge: La promesse de fidélité à la Constitution substituée pour
les prêtres au serment.]

Les Consuls firent modifier la formule de l'engagement exigé de la
part des prêtres. On leur demandait auparavant un serment spécial à
la constitution civile du clergé, serment qui les obligeait à
reconnaître une législation contraire, suivant quelques-uns, aux lois
de l'Église. On imagina de leur imposer une simple promesse
d'obéissance à la Constitution de l'État, ce qu'aucun d'eux ne pouvait
raisonnablement hésiter à faire, à moins de refuser l'_obéissance à
César_, rigoureusement prescrite par la religion catholique. C'est là
ce qu'on appela depuis la _promesse_, par opposition au _serment_, et
ce qui ramena sur-le-champ un grand nombre de prêtres à l'autel. Les
_assermentés_ avaient déjà obtenu la faveur du gouvernement; c'était
le tour aujourd'hui des _non-assermentés_.

Enfin, aux mesures de cette nature, le nouveau Premier Consul en
ajouta une, qui devait, aux yeux de tout le monde, lui appartenir plus
directement, parce qu'elle rappelait des relations qui lui étaient en
quelque sorte personnelles. Il avait négocié avec Pie VI, le pape
défunt, et signé, aux portes de Rome, le traité de Tolentino: il
avait, dès l'année 1797, affecté de montrer de grands égards pour ce
chef de l'Église catholique, et en avait reçu des témoignages marqués
de bienveillance. Pie VI, mort à Valence en Dauphiné, n'avait pas
encore obtenu les honneurs de la sépulture. Ses restes mortels étaient
déposés dans une sacristie. Le général Bonaparte, revenant d'Égypte,
vit le cardinal Spina à Valence, apprit ces détails, et se promit de
réparer bientôt un oubli tout à fait inconvenant.

Aussi, dès le 30 décembre (9 nivôse), il fit prendre par les Consuls
un arrêté, appuyé sur les plus nobles considérations.

[En marge: Honneurs funèbres décernés à Pie VI.]

«Les Consuls, disait cet arrêté, considérant, que le corps de Pie VI
est depuis six mois en dépôt dans la ville de Valence, sans qu'il lui
ait été accordé les honneurs de la sépulture;

»Que, si ce vieillard, respectable par ses malheurs, a été un moment
l'ennemi de la France, ce n'a été que séduit par les conseils des
hommes qui environnaient sa vieillesse;

»Qu'il est de la dignité de la nation française, et conforme à son
caractère, de donner des marques de considération à un homme qui
occupa un des premiers rangs sur la terre;

»Les Consuls arrêtent...... etc., etc.» Suivaient les dispositions,
qui ordonnaient à la fois des honneurs funèbres pour le pontife, et un
monument qui fît connaître la dignité du prince enseveli.

Cette démonstration produisit plus d'effet, peut-être, que les mesures
les plus humaines, parce qu'elle frappait, étonnait les imaginations,
habituées à d'autres spectacles. Aussi une foule immense accourut-elle
à Valence, pour profiter de l'autorisation qui lui était donnée de
faire une manifestation religieuse.

[En marge: Abolition de la fête du 21 janvier.]

Le catalogue des fêtes révolutionnaires en renfermait une bien
malheureusement imaginée, c'était celle qu'on célébrait le 21 janvier.
Quel que fût le sentiment des hommes de tous les partis, à l'égard du
tragique événement rappelé par cette date, c'était une fête barbare,
que celle qui avait pour objet la commémoration d'une catastrophe
sanglante. Le général Bonaparte, sous le Directoire, avait déjà montré
une vive répugnance à y assister, non pas qu'il songeât dès lors à
honorer la royauté qu'il devait un jour rétablir à son profit, mais il
aimait à braver publiquement les passions qu'il ne partageait pas.
Devenu chef du gouvernement, il fit décider par les commissions
législatives, qu'il n'y aurait plus que deux fêtes: celle du 14
juillet, anniversaire du premier jour de la Révolution, et celle du
1er vendémiaire, anniversaire du premier jour de la République. «Ces
journées, disait-il, sont impérissables dans la mémoire des citoyens;
elles ont été accueillies par tous les Français avec des transports
unanimes, et ne réveillent aucun souvenir qui tende à porter la
division parmi les amis de la République.»

Il fallait toute la puissance, toute la hardiesse du chef du nouveau
gouvernement, pour se permettre une suite de mesures qui, bien que
justes, politiques et morales en elles-mêmes, paraissaient cependant à
beaucoup d'esprits exaltés, autant d'actes précurseurs d'une
contre-révolution complète. Mais, en faisant tout cela, le général
Bonaparte avait soin, tantôt de donner lui-même le premier exemple de
l'oubli des haines politiques, tantôt de réveiller avec éclat ce
sentiment de la gloire, par lequel il conduisait les hommes du temps,
et les arrachait aux basses fureurs des partis. Ainsi, le général
Augereau l'avait offensé par une conduite inconvenante au 18 brumaire;
néanmoins il le nomma commandant de l'armée de Hollande.

«Montrez, lui écrivait-il, dans une lettre qui fut publiée, montrez
dans tous les actes que votre commandement vous donnera lieu de faire,
que vous êtes au-dessus de ces misérables divisions de parti, dont le
contre-coup a été malheureusement, depuis dix ans, le déchirement de
la France... Si les circonstances m'obligent à faire la guerre par
moi-même, comptez que je ne vous laisserai pas en Hollande, et que je
n'oublierai jamais la belle journée de Castiglione.»

[En marge: Institution des armes d'honneur.]

En même temps il préluda à la fondation de la Légion-d'Honneur, en
instituant les armes d'honneur. Cette démocratie française, après
avoir affiché l'horreur des distinctions personnelles, pouvait tout au
plus admettre alors des récompenses pour les actions militaires. Comme
conséquence d'un article de la Constitution, le Premier Consul fit
décider que, pour toute action d'éclat, il serait décerné un fusil
d'honneur aux fantassins, un mousqueton d'honneur aux cavaliers, des
grenades d'honneur aux artilleurs, et, enfin, des sabres d'honneur aux
officiers de tous les grades. À l'institution qui fut décrétée le 25
décembre (4 nivôse), le Premier Consul ajouta des faits positifs. Le
lendemain, il décerna au général Saint-Cyr un sabre pour un combat
brillant que ce général venait de livrer dans l'Apennin. «Recevez, lui
dit-il, comme témoignage de ma satisfaction, un beau sabre que vous
porterez les jours de combat. Faites connaître aux soldats qui sont
sous vos ordres que je suis content d'eux, et que j'espère l'être
davantage encore.»

À ces actes, qui annonçaient la prise de possession du pouvoir, qui
marquaient le caractère de son gouvernement, et faisaient ressortir sa
disposition à se mettre au-dessus de toutes les passions des partis,
le Premier Consul joignit immédiatement des démarches d'une importance
plus considérable, tant à l'égard de la Vendée que des puissances de
l'Europe.

Une suspension d'armes avait été signée avec les Vendéens, des
pourparlers entamés avec eux, et cependant la pacification n'avançait
pas. Le général Bonaparte avait laissé peu de doutes aux royalistes,
qui s'étaient adressés à lui pour sonder ses intentions, et savoir
s'il ne lui suffirait pas d'être le restaurateur, le soutien, le
premier sujet de la maison de Bourbon. Il les avait détrompés en se
montrant irrévocablement attaché à la cause de la Révolution
française. Cette franchise dans ses déclarations, n'avait pas rendu
plus facile le rapprochement commencé. Les chefs vendéens hésitaient;
ils étaient placés entre la crainte que leur inspirait la vigueur du
nouveau gouvernement, et les instances des émigrés de Londres,
autorisés à leur promettre, de la part de M. Pitt, des armes, de
l'argent et des débarquements.

C'était sur une nouvelle insurrection en Vendée que l'Angleterre
comptait particulièrement. Elle projetait de faire sur cette partie de
nos côtes, une tentative semblable à celle qui avait été essayée en
Hollande. Le mauvais succès de cette dernière ne l'avait pas
découragée, et elle demandait avec instance à l'empereur Paul le
concours de ses troupes, sans beaucoup de chances, il est vrai, de
l'obtenir. La Prusse, qui commençait à témoigner pour le gouvernement
consulaire une sorte d'intérêt, la Prusse ne cessait de répéter à
l'aide-de-camp Duroc et au chargé d'affaires de France, M. Otto:
Finissez-en avec la Vendée, car c'est là qu'on vous prépare les coups
les plus sensibles.--

Le général Bonaparte le savait. Indépendamment du tort que la Vendée
faisait aux armées de la République, en absorbant une partie de leurs
forces, la guerre civile lui semblait non-seulement un malheur, mais
une sorte de déshonneur pour un gouvernement, car elle attestait un
état intérieur déplorable. Il avait donc pris, pour en finir, les
mesures les plus efficaces. Il avait fait revenir de Hollande une
partie de l'armée qui, sous le général Brune, venait de vaincre les
Anglo-Russes; il y avait joint une partie de la garnison de Paris,
qu'il lui importait peu de diminuer considérablement, suppléant à la
force matérielle par le prestige de son nom, et de la sorte il était
parvenu à réunir dans l'Ouest une armée excellente, d'environ 60 mille
hommes. Le général Brune fut mis à la tête de cette armée, avec
recommandation de garder pour son principal lieutenant, le sage et
conciliant Hédouville, qui tenait tous les fils de la négociation avec
les royalistes. Le nom du général Brune était une réponse à ceux qui
comptaient sur une nouvelle descente des Anglo-Russes. Mais, avant de
frapper un coup décisif, si les conditions de la pacification
n'étaient pas enfin acceptées, le Premier Consul crut devoir
s'adresser aux Vendéens, le jour même de son installation.

Le 29 décembre (8 nivôse), il fit parvenir aux départements de l'Ouest
une proclamation, et un arrêté des Consuls; il leur disait:

[En marge: Proclamation adressée à la Vendée.]

«Une guerre impie menace d'embraser une seconde fois les départements
de l'Ouest. Le devoir des premiers magistrats de la République est
d'en prévenir les progrès, et de l'éteindre dans son foyer; mais ils
ne veulent déployer la force qu'après avoir épuisé les voies de la
persuasion et de la justice.»

Distinguant entre les hommes criminels, vendus à l'étranger, à jamais
irréconciliables avec la République, et les citoyens égarés, qui
n'avaient voulu en faisant la guerre civile, que résister à des
persécutions cruelles, le Premier Consul rappelait tous les actes qui
devaient rassurer ces derniers et les ramener au gouvernement nouveau,
tels que la révocation de la loi des otages, la restitution des
églises aux prêtres, la liberté laissée à chacun d'observer le
dimanche; il promettait ensuite pleine et entière amnistie à ceux qui
se soumettraient, abandonneraient les rassemblements d'insurgés, et
déposeraient les armes fournies par l'Angleterre. Mais il ajoutait
qu'on sévirait immédiatement par la force, contre ceux qui
persisteraient dans l'insurrection. Il annonçait la suspension de la
Constitution, c'est-à-dire l'emploi des juridictions extraordinaires,
dans les lieux où les bandes insurgées continueraient à se montrer en
armes. «Le gouvernement, disait en finissant la proclamation des
Consuls, pardonnera; il fera grâce au repentir; l'indulgence sera
entière et absolue; mais il frappera quiconque, après cette
déclaration, oserait encore résister à la souveraineté nationale....
Mais non, nous ne connaîtrons plus qu'un sentiment, l'amour de la
patrie. Les ministres d'un Dieu de paix seront les premiers moteurs de
la réconciliation et de la concorde. Qu'ils parlent aux coeurs le
langage qu'ils apprirent à l'école de leur maître; qu'ils aillent dans
ces temples qui se rouvrent pour eux, offrir le sacrifice qui expiera
les crimes de la guerre, et le sang qu'elle a fait verser.»

Cette manifestation, appuyée sur une force redoutable, était de nature
à produire effet; surtout de la part d'un gouvernement nouveau,
complètement étranger aux excès et aux fautes, qui avaient servi de
prétexte à la guerre civile.

Après avoir ainsi procédé à l'égard des ennemis du dedans, le Premier
Consul, s'adressant aux ennemis du dehors, résolut de faire une
démarche solennelle auprès des deux puissances qui n'avaient encore
donné aucun signe de retour vers la France, et qui semblaient, au
contraire, acharnées à la guerre: nous voulons parler de l'Autriche et
de la Grande-Bretagne.

La Prusse avait parfaitement accueilli, comme on l'a vu,
l'aide-de-camp Duroc, et ne cessait de donner chaque jour des
témoignages de sympathie plus expressifs au Premier Consul. Satisfaite
de ses rapports avec lui, elle souhaitait des succès à son
gouvernement contre l'anarchie, des succès à ses armes contre
l'Autriche. Quant au projet de se porter médiatrice, elle en caressait
toujours la pensée, mais elle n'osait faire le premier pas, croyant le
moment de la paix encore éloigné, et ne voulant pas s'engager, si tôt,
dans une démarche dont il n'était pas possible de prévoir la portée.
Quiconque, en effet, observait bien l'état des choses en Europe,
pouvait facilement entrevoir que, pour dénouer les liens, qui
attachaient l'Angleterre et l'Autriche, il faudrait encore une
campagne. La cour de Madrid avait vu aussi avec satisfaction
l'avénement du général Bonaparte, parce qu'avec lui l'alliance de
l'Espagne et de la France semblait à la fois plus honorable et plus
profitable. Mais l'horizon ne s'éclaircissait nulle part d'une manière
complète. Le général Bonaparte résolut donc, le jour même où la
Constitution l'investissait officiellement d'une autorité nouvelle, de
s'adresser aux puissances, décidément ennemies, pour leur offrir la
paix, et pour les mettre ainsi publiquement dans leur tort, si elles
la refusaient. Après cela, il pourrait entreprendre la guerre, en
ayant l'opinion du monde pour lui.

D'abord, il donna des ordres de départ à tous les agents français
nommés précédemment, et qui n'avaient pas encore quitté Paris, parce
qu'on voulait qu'ils fussent accrédités au nom d'un gouvernement
définitivement constitué. Le général Beurnonville se mit en route pour
Berlin, M. Alquier pour Madrid, M. de Sémonville pour La Haye, M.
Bourgoing pour Copenhague. Le général Beurnonville fut chargé d'une
adroite flatterie envers le roi de Prusse, ce fut de lui demander un
buste du grand Frédéric, afin de placer ce buste dans la grande
galerie de Diane aux Tuileries. Le Premier Consul faisait disposer
dans cette galerie les images de tous les grands hommes, objets de sa
prédilection. M. Alquier, en portant à Madrid les paroles les plus
caressantes pour le roi et pour la reine, était chargé d'y joindre un
cadeau pour le prince de la Paix, qui exerçait une influence
considérable, quoiqu'il ne fût plus ministre. Ce cadeau consistait en
belles armes fabriquées dans la manufacture de Versailles, célèbre
alors dans toute l'Europe par la perfection de ses produits.

[En marge: Offre publique de paix adressée à l'Angleterre et à
l'Autriche.]

Cela fait, le Premier Consul s'occupa de la démarche projetée à
l'égard des deux cours ennemies, l'Angleterre et l'Autriche. En
général, on a coutume de dissimuler de telles démarches, de les faire
précéder de tentatives indirectes, pour s'épargner l'humiliation d'un
refus. Le général Bonaparte, en parlant à l'Angleterre et à
l'Autriche, voulait parler au monde, et pour cela il lui fallait une
ouverture solennelle, qui sortît tout à fait des formes accoutumées,
qui pût s'adresser au coeur des souverains eux-mêmes, les flatter ou
les embarrasser. En conséquence, au lieu de faire parvenir des notes à
lord Grenville, ou à M. de Thugut, il écrivit directement au roi
d'Angleterre et à l'empereur d'Allemagne, deux lettres, que les
ministres de ces cours furent chargés de transmettre à leurs
souverains.

La lettre destinée au roi d'Angleterre était ainsi conçue:

                         Paris, 5 nivôse an VIII (26 décembre 1799).

[En marge: Lettre au roi d'Angleterre.]

«Appelé, Sire, par le voeu de la nation française à occuper la
première magistrature de la République, je crois convenable, en
entrant en charge, d'en faire directement part à Votre Majesté.

»La guerre qui, depuis huit ans, ravage les quatre parties du monde,
doit-elle être éternelle? n'est-il donc aucun moyen de s'entendre?

»Comment les deux nations les plus éclairées de l'Europe, puissantes
et fortes plus que ne l'exigent leur sûreté et leur indépendance,
peuvent-elles sacrifier à des idées de vaine grandeur, le bien du
commerce, la prospérité intérieure, le bonheur des familles? comment
ne sentent-elles pas que la paix est le premier des besoins, comme la
première des gloires?

»Ces sentiments ne peuvent pas être étrangers à Votre Majesté, qui
gouverne une nation libre, et dans le seul but de la rendre heureuse.

»Votre Majesté ne verra dans cette ouverture, que mon désir sincère de
contribuer efficacement, pour la seconde fois, à la pacification
générale, par une démarche prompte, toute de confiance, et dégagée de
ces formes, qui, nécessaires peut-être pour déguiser la dépendance des
États faibles, ne décèlent dans les États forts que le désir mutuel de
se tromper.

»La France, l'Angleterre, par l'abus de leurs forces, peuvent
long-temps encore, pour le malheur de tous les peuples, en retarder
l'épuisement; mais, j'ose le dire, le sort de toutes les nations
civilisées est attaché à la fin d'une guerre, qui embrase le monde
entier.

                                        »Signé BONAPARTE,
                        »_Premier Consul de la République française_.»

Le même jour, le Premier Consul adressa la lettre suivante à
l'empereur d'Allemagne:

[En marge: Lettre à l'empereur d'Allemagne.]

«De retour en Europe après dix-huit mois d'absence, je retrouve la
guerre allumée entre la République française et Votre Majesté.

»La nation française m'appelle à occuper la première magistrature.

»Étranger à tout sentiment de vaine gloire, le premier de mes voeux
est d'arrêter l'effusion du sang qui va couler. Tout fait prévoir que
dans la campagne prochaine, des armées nombreuses et habilement
dirigées tripleront le nombre des victimes, que la reprise des
hostilités a déjà faites. Le caractère connu de Votre Majesté ne me
laisse aucun doute sur le voeu de son coeur. Si ce voeu est seul
écouté, j'entrevois la possibilité de concilier les intérêts des deux
nations.

[En marge: Janv. 1800.]

»Dans les relations que j'ai eues précédemment avec Votre Majesté,
elle m'a témoigné personnellement quelque égard. Je la prie de voir
dans la démarche que je fais, le désir d'y répondre, et de la
convaincre de plus en plus de la considération toute particulière que
j'ai pour elle.

                                        »Signé BONAPARTE,
                        »_Premier Consul de la République française_.»

Telle était la manière dont le Premier Consul annonçait son avénement,
soit aux partis qui divisaient la France, soit aux cabinets coalisés
contre elle. Il offrait la paix, se disposant à la conquérir par la
force, s'il ne pouvait l'obtenir par des démarches amicales. Son
intention était d'employer l'hiver à faire une campagne courte et
décisive en Vendée, afin de pouvoir ensuite, au printemps, reporter
sur le Rhin et sur les Alpes, les troupes, qui, après la fin de la
guerre intérieure, seraient devenues disponibles pour la guerre
extérieure.

[En marge: Ouverture du Corps Législatif.]

En attendant le résultat de ses démarches, il ouvrit le 1er janvier
1800 (11 nivôse an VIII) la session législative, et résolut de
consacrer cette session de quatre mois, à préparer par de bonnes lois
la réorganisation administrative de la France, qui était à peine
commencée. Il venait de substituer, dans le ministère de l'intérieur,
au savant Laplace, son frère Lucien; dans le ministère de la justice,
à M. Cambacérès, devenu Consul, M. Abrial, très-honnête homme et
très-appliqué au travail.

Le 1er janvier 1800, le Sénat, le Corps Législatif, le Tribunat
s'assemblèrent. Le Sénat élut M. Sieyès pour président, le Corps
Législatif élut M. Perrin des Vosges, le Tribunat, M. Daunou. De
nombreux projets de lois furent immédiatement présentés au Corps
Législatif.

Il régnait une sorte d'anxiété à la vue de ces assemblées délibérantes,
de nouveau réunies. On était fatigué d'agitations, on avait soif de
repos, on était revenu de ce goût si vif pour l'éloquence politique, que
la France avait éprouvé en quatre-vingt-neuf, lorsque Mirabeau, Barnave,
Maury, Cazalès, lui ouvrirent une carrière de gloire toute nouvelle,
celle de la tribune. Le déchaînement contre les avocats était général;
il n'y avait de faveur que pour les hommes d'action, capables de
procurer à la France la victoire et la paix. Cependant on n'avait pas
encore pris son parti de l'établissement du pouvoir absolu; on ne
souhaitait pas l'étouffement de toute liberté, de toute discussion sage.
Si la puissance d'action, qu'un nouveau législateur venait de placer,
dans la Constitution, en créant un Premier Consul, et en choisissant
pour cette magistrature le plus grand capitaine du siècle, si cette
puissance était incompatible avec la liberté, on était prêt à sacrifier
celle-ci: mais tout le monde eût été charmé que la conciliation de la
liberté et d'un pouvoir fort fût possible. Ce n'étaient pas les
agitateurs vulgaires, ou les républicains obstinés, qui pensaient ainsi;
c'étaient les esprits sages, éclairés, qui n'auraient pas voulu que la
Révolution se démentît elle-même sitôt, et si complètement. Aussi les
indifférents se demandaient-ils avec curiosité, les bons citoyens avec
une inquiétude véritable, comment le Tribunat, seul corps qui eût la
parole, se comporterait à l'égard du gouvernement, et comment le
gouvernement supporterait une opposition, s'il venait à s'en produire
une.

Quand une réaction se prononce, quelque générale que soit cette
réaction, elle n'entraîne pas tout le monde; et elle irrite, révolte
même, ceux qu'elle n'entraîne pas. MM. Chénier, Andrieux, Ginguené,
Daunou, Benjamin Constant, qui siégeaient au Tribunat, MM. de Tracy,
Volney, Cabanis, qui siégeaient au Sénat, tout en déplorant les crimes
de la Terreur, n'étaient pas disposés à penser que la Révolution
française eût tort contre ses adversaires. Les doctrines monarchiques
et religieuses, qui revenaient à vue d'oeil, les froissaient, surtout
par la précipitation immodérée avec laquelle s'opérait ce retour aux
anciennes idées. Ils en éprouvaient un mécontentement qu'ils ne
prenaient aucun soin de déguiser. La plupart étaient sincères.
Fortement attachés à la Révolution, ils en voulaient presque tout,
sauf le sang et les spoliations, et ne voulaient guère ce qu'on
croyait entrevoir dans la pensée profonde du nouveau dictateur. Qu'on
ne persécutât pas les prêtres, soit; mais qu'on les favorisât jusqu'à
les remettre à l'autel, c'était trop pour ces fidèles sectateurs de la
philosophie du dix-huitième siècle. Qu'on rendît un peu plus d'unité
et de force au pouvoir, soit encore; mais qu'on poussât ce soin
jusqu'à rétablir l'unité monarchique au profit d'un homme de guerre,
c'était encore beaucoup trop à leurs yeux. Du reste, comme il arrive
toujours, leurs motifs étaient divers: si c'étaient là les opinions
de MM. Chénier, Ginguené, Daunou, Tracy, Cabanis, ce ne pouvaient être
celles de M. Constant, qui n'avait puisé assurément, dans la société
de la famille Necker, où il vivait, ni l'aversion des idées
religieuses, ni le goût exclusif de la Révolution française. Arrivé au
Tribunat, grâce aux sollicitations de ses amis, il n'en était pas
moins devenu, en quelques jours, le plus remuant, et le plus spirituel
des nouveaux opposants. Il était mû par son humeur railleuse, mais
surtout par le mécontentement de la famille Necker, qu'il partageait.
Madame de Staël, qui représentait alors à elle seule cette famille
illustre, avait fort admiré le général Bonaparte; et il eût été facile
à celui-ci de conquérir une personne dont la vive imagination était
sensible à tout ce qui était grand. Mais, quoique doué d'autant
d'esprit que de génie, il avait blessé, par des propos peu séants, une
femme qui lui déplaisait, parce qu'il trouvait en elle des prétentions
au-dessus de son sexe; et il avait produit dans son coeur une
irritation, sinon redoutable, au moins fâcheuse. Toute faute, même
légère, porte ses fruits. Le Premier Consul allait recueillir le fruit
de la sienne, en rencontrant une opposition fort incommode, de la part
de ceux qui étaient placés sous l'influence de l'esprit entraînant de
madame de Staël. M. Constant était du nombre.

[En marge: Premières séances du Tribunat.]

On avait établi le Tribunat au Palais-Royal, sans aucune intention
assurément, et uniquement par nécessité. Les Tuileries avaient été
rendues au chef du gouvernement. Le Luxembourg, précédemment affecté
au Directoire, avait été donné au Sénat. On avait laissé le
Palais-Bourbon au Corps Législatif. Il ne restait que le Palais-Royal
qu'on pût affecter au Tribunat. La disposition à prendre en mauvaise
part les actes les plus simples, était telle chez certains esprits,
qu'ils se plaignaient amèrement du choix de ce palais, et prétendaient
qu'on avait voulu rabaisser le Tribunat, en le plaçant dans l'asile
ordinaire du désordre et de la débauche. On discutait, le 2 et le 3
janvier, dans cette assemblée, certains articles du règlement,
lorsque, tout à coup, un de ses membres, M. Duveyrier, prit la parole
pour se plaindre de quelques mesures, qui nuisaient, disait-il, à
plusieurs propriétaires d'établissements, existant depuis longues
années dans le Palais-Royal. Les réclamants étaient peu intéressants,
et d'ailleurs ils avaient été indemnisés. Le tribun Duveyrier réclama
vivement contre ces prétendues injustices, et dit qu'on ne devait pas
dépopulariser la représentation nationale, en la rendant responsable
des rigueurs commises en son nom. Puis, passant au choix du local: «Je
ne suis pas de ceux, s'écria-t-il, qui sont offensés de ce qu'on a
choisi pour y établir le Tribunat, un lieu, théâtre ordinaire de
désordres et d'excès de tout genre; je n'y vois ni danger ni allusion
fâcheuse pour nous. Je rends hommage, au contraire, à l'intention
populaire de ceux qui ont voulu que les tribuns du peuple siégeassent
au milieu du peuple, que les défenseurs de la liberté fussent placés
dans les lieux témoins du premier triomphe de la liberté. Je les
remercie de nous avoir ménagé le moyen d'apercevoir de cette tribune
même, l'endroit où le généreux Camille Desmoulins, donnant le signal
d'un mouvement glorieux, arbora cette cocarde nationale, notre plus
beau trophée, notre signe éternel de ralliement, cette cocarde qui vit
naître tant de prodiges, à laquelle tant de héros doivent la célébrité
de leurs armes, et que nous ne déposerons qu'avec la vie. Je les
remercie de nous avoir fait apercevoir ces lieux qui, si l'on voulait
élever une idole de quinze jours, nous rappelleraient la chute d'une
idole de quinze siècles.»

Cette attaque si brusque produisit une vive sensation dans
l'assemblée, et bientôt dans Paris. Le Tribunat passa à l'ordre du
jour, la majorité de ses membres improuvant une telle sortie. Mais
l'effet n'en fut pas moins grand, et c'était un mauvais début pour une
assemblée, qui, si elle voulait sauver la liberté des dangers dont la
menaçait une réaction alors générale, avait des ménagements infinis à
garder, soit envers des esprits prompts à s'alarmer, soit envers un
chef de gouvernement prompt à s'irriter.

Une telle scène ne pouvait manquer d'avoir des suites. La colère du
Premier Consul était vive, et les humbles adorateurs de sa puissance
naissante jetaient les hauts cris. MM. Stanislas de Girardin, de
Chauvelin et quelques autres, qui, sans vouloir abdiquer toute
indépendance en présence du nouveau gouvernement, désapprouvaient
cependant cette opposition intempestive, prirent la parole dans la
séance suivante, et proposèrent, pour corriger l'effet du discours du
tribun Duveyrier, de prêter une espèce de serment à la Constitution.

«Avant de procéder à nos travaux, dit M. de Girardin, je pense que
nous devons donner à la nation un témoignage éclatant de notre
attachement à la Constitution. Je ne vous proposerai pas d'en jurer le
maintien. Je connais et vous connaissez comme moi l'inutilité des
serments; mais je crois qu'il est utile, en acceptant des fonctions,
de promettre de les remplir loyalement. Suivons l'exemple du Sénat
conservateur et du Conseil d'État, et nous fixerons ainsi l'opinion
qu'on doit se faire de nous-mêmes; nous ferons taire la malveillance
qui répand déjà que le Tribunat est une résistance organisée contre le
gouvernement. Non, le Tribunat n'est point un foyer d'opposition, mais
un foyer de lumières; non, le Tribunat ne veut pas combattre sans
relâche les actes du gouvernement; il est prêt, au contraire, à les
accueillir avec joie quand ils seront conformes à l'intérêt public. Le
Tribunat s'appliquera à calmer les passions au lieu de chercher à les
irriter. Sa modération doit se placer entre toutes les factions, pour
les réunir et les dissoudre. Ce sont les modérés qui ont fait le 18
brumaire, cette journée salutaire et glorieuse, qui a sauvé la France
de l'anarchie intérieure et de l'invasion étrangère. Retournons, pour
sauver la République, aux principes qui l'ont fondée, mais évitons le
retour des excès qui ont si souvent failli la perdre. Si nous voyons
d'ici la place où l'on a arboré pour la première fois le signe de la
liberté, d'ici nous voyons également la place où ont été conçus les
crimes qui ont ensanglanté la Révolution. Je suis loin de m'applaudir,
quant à moi, du choix qu'on a fait de ce palais pour y fixer le lieu
de nos séances; je le regrette, au contraire; mais, du reste, les
souvenirs qu'il rappelle sont heureusement loin de nous. Le temps des
harangues véhémentes, des appels aux groupes séditieux du
Palais-Royal, est passé. Toutefois, si certaines déclamations ne
peuvent plus nous perdre, elles peuvent encore retarder le retour au
bien. En retentissant de cette tribune dans Paris, de Paris dans toute
l'Europe, elles peuvent alarmer les esprits, fournir des prétextes, et
retarder cette paix que nous désirons tous!... La paix, ajoutait M. de
Girardin, la paix doit préoccuper sans cesse notre pensée; et, quand
nous aurons toujours présent ce grand intérêt, nous ne nous
permettrons plus des expressions semblables à celles qui l'autre jour
ont échappé à l'un de nos collègues, et qu'aucun de nous n'a relevées
parce qu'elles étaient sans application, car nous ne connaissons point
d'idole en France.»

L'orateur termina ce discours en demandant que chaque tribun fît la
déclaration suivante: _Je promets de remplir avec fidélité les
fonctions que la Constitution m'a attribuées._

Cette proposition fut adoptée. M. Duveyrier, fâché du scandale produit
par son discours, tâcha de s'excuser, et voulut être le premier à
faire la déclaration dont M. de Girardin avait donné l'idée. Tous les
membres du Tribunat s'empressèrent de la répéter après lui.

L'effet de cette première scène fut donc un peu réparé. Le Premier
Consul en conçut néanmoins pour le Tribunat une aversion
insurmontable, qu'il aurait éprouvée, du reste, pour toute assemblée
libre, usant et abusant de la parole. Il fit insérer dans le
_Moniteur_, des observations très-amères sur les tribuns de France et
les tribuns de Rome.

[En marge: Projet du gouvernement sur le mode de discussion des
lois.--Attaques contre ce projet.]

Les séances suivantes amenèrent de nouvelles manifestations, tout
aussi regrettables que les précédentes. La première proposition du
gouvernement avait pour but de régler les formes à suivre dans la
présentation, la discussion et l'adoption des projets de lois. C'était
l'un des sujets négligés par la Constitution de l'an VIII, et
abandonnés à la législature. Le Tribunat n'était pas, dans les
dispositions proposées, l'objet de beaucoup d'égards. Le projet du
gouvernement statuait que les lois seraient portées par trois
conseillers d'État au Corps Législatif, communiquées ensuite au
Tribunat, et qu'à un jour fixé par le gouvernement, le Tribunat
devrait être prêt à les discuter, par l'organe de ses trois orateurs,
en présence du Corps Législatif. Toutefois le Tribunat était admis à
demander un délai au Corps Législatif, qui devait décider si ce délai
pouvait être accordé. Il faut convenir qu'on traitait ici le Tribunat
fort légèrement, car on voulait qu'il eût rempli sa tâche à jour fixe,
comme on oserait à peine l'exiger d'une section du Conseil d'État, ou
des bureaux d'un ministre. Personne aujourd'hui ne se permettrait de
fixer à une assemblée délibérante le jour et le terme d'une
discussion; c'est un soin qu'on laisse à son intelligence et à son
zèle, s'il y a urgence. Mais les convenances parlementaires qui sont,
comme la politesse, le fruit de l'usage, ne pouvaient précéder chez
nous la pratique du gouvernement représentatif. De la violence
révolutionnaire on passait presque sans transition à la brusquerie
militaire. Les commissions qui venaient, pendant un mois, d'exercer le
pouvoir législatif, avaient, par leur discussion à huis clos, et leur
expédition des lois en vingt-quatre heures, développé davantage les
goûts du Premier Consul, voulant toujours être servi et satisfait sur
l'heure. C'est là ce qui explique, sans les excuser, les inconcevables
dispositions du projet du gouvernement.

[En marge: Discours de M. Constant.]

L'opposition naissante du Tribunat, en combattant ce projet, avait
donc raison; mais, après avoir débuté par une scène inconvenante,
c'était un malheur pour elle d'avoir à combattre la première
proposition émanée des Consuls, car cela faisait croire à un parti
pris de tout attaquer; et à ce malheur elle ajouta encore le tort de
la forme, qui fut fâcheuse. L'attaque la plus vive vint de M.
Constant. Dans un discours spirituel et ironique, comme il savait les
faire, il demanda que le Tribunat eût un temps déterminé pour examiner
les projets de lois qui lui seraient soumis, et qu'il ne fût pas tenu
de les examiner en courant. Il rappelait à ce sujet le danger _des
lois d'urgence_, rendues pendant la Révolution, lesquelles avaient
toujours été des lois désastreuses; il demandait pourquoi on mettait
tant de soin à en finir si rapidement avec le Tribunat, pourquoi on le
considérait déjà comme tellement hostile, qu'on voulût abréger le
plus possible la traversée que les lois feraient dans son sein. «Tout
cela tient, ajoutait-il, à la fausse idée que nous ne sommes qu'un
corps d'opposition, destiné à ne pas faire autre chose, à contrarier
sans cesse le gouvernement; ce qui n'est pas, ce qui ne saurait être,
ce qui nous affaiblirait dans l'opinion. Cette fausse idée a empreint
tous les articles de ce projet d'une impatience inquiète et démesurée;
on nous présente pour ainsi dire les propositions au vol, dans
l'espérance que nous ne pourrons pas les saisir; on veut leur faire
traverser notre examen comme une armée ennemie, pour les transformer
en lois sans que nous ayons pu les atteindre.»

Beaucoup de réflexions piquantes se mêlaient à ce long discours, qui
produisit une assez grande sensation. M. Constant avait mis un soin
extrême à soutenir que le Tribunat n'était pas un corps spécialement
voué à la contradiction, qu'il ne contredirait que lorsque l'intérêt
public l'y forcerait, mais il avait répété ces protestations d'une
manière et d'un ton à n'y pas faire croire, et à rendre évidente
l'intention d'opposition systématique qu'il mettait tant de soin à
nier.

[En marge: Discours du tribun Riouffe.]

Le tribun Riouffe, connu par son amitié fidèle et courageuse pour les
Girondins proscrits, était l'un de ces hommes que les horreurs de
quatre-vingt-treize avaient tellement émus, qu'ils étaient prêts à se
jeter aveuglément dans les bras du nouveau gouvernement, quoi que ce
gouvernement pût faire. Il voulut donc repousser les attaques, selon
lui inconvenantes, de M. Benjamin Constant.

«Des méfiances, dit-il, aussi injurieuses que celles qui ont été
manifestées hier, suffiraient pour rompre toute communication
ultérieure, dans des rapports d'homme à homme; et il serait impossible
que des autorités, destinées à vivre ensemble, pussent long-temps
traiter les unes avec les autres, si les égards n'étaient pas un
devoir sacré dont elles ne dussent jamais s'écarter.»

L'orateur déclara ensuite qu'il avait, quant à lui, une confiance
absolue dans le gouvernement; et il entreprit un éloge vrai du Premier
Consul, mais trop long, et trop peu ménagé dans les termes. «Quand tel
orateur, dit-il, loue ici Camille Desmoulins, et tel autre, la
Convention nationale, je ne m'enfermerai pas dans un _silence
conspirateur_; je louerai aussi, moi, celui que l'univers loue;
n'ayant célébré jusqu'ici que la vertu proscrite, j'aurai un genre de
courage nouveau, celui de célébrer le génie dans le sein de la
puissance et de la victoire; je m'honorerai de voir à la tête de la
République celui qui a conquis à la nation française le titre de la
Grande Nation; je le proclamerai grand, clément et juste....» M.
Riouffe, poursuivant, comparait le général Bonaparte à César et
Annibal; et par ce langage d'une admiration légitime, mais
inopportune, provoqua une manifestation assez fâcheuse. Plusieurs voix
l'interrompirent: Parlez de la loi, lui dit-on.--Je veux, répliqua M.
Riouffe, parler de l'homme que l'univers admire...--Parlez de la loi,
lui répétèrent les interrupteurs, et il fut obligé de rentrer dans son
sujet.

[En marge: Discours de M. de Chauvelin.]

Soit que M. Riouffe eût provoqué par l'expression sincère, mais
diffuse et maladroite, de ses sentiments, l'impatience des
interrupteurs, soit que l'admiration qu'il éprouvait ne fût pas
partagée au même degré par les membres du Tribunat, l'effet produit
par son discours ne fut pas heureux. M. de Chauvelin essaya de
corriger cet effet par un discours en faveur du projet de loi.

Il en avoua les défauts; mais les circonstances, dit-il, «les
circonstances qui nous environnent, l'état de plusieurs départements,
qui peuvent exiger des mesures promptes, et même urgentes; de
puissantes considérations politiques; la calomnie qui nous épie; les
divisions dont elle se plaît déjà à supposer l'existence; le besoin si
pressant de l'union entre les pouvoirs, tout nous engage à voter
l'adoption du projet qui nous est présenté.»

Le projet fut en effet mis aux voix, et adopté à une majorité qui
aurait dû rassurer et calmer le gouvernement: 54 voix contre 26
décidèrent que les orateurs du Tribunat, chargés de porter la parole
devant le Corps Législatif, appuieraient la loi proposée. Le Corps
Législatif l'accueillit encore plus favorablement, et l'adopta à la
majorité de 203 voix contre 23. On ne pouvait pas désirer mieux, car
enfin une majorité des deux tiers dans le Tribunat (corps dont
l'opposition ne décidait rien, puisqu'il ne votait pas les lois), une
majorité des neuf dixièmes dans le Corps Législatif (seul corps dont
le vote fût décisif), devaient satisfaire le Premier Consul et ses
adhérents, et les rendre faciles pour cette dernière manifestation
d'esprit libéral, indulgents pour des torts de forme, qui, après
tout, étaient un droit de la liberté même. Mais le Premier Consul, qui
ne pouvait pas être sérieusement alarmé, paraissait cependant piqué au
vif, et s'exprimait sans ménagement. Il commençait à se servir
beaucoup de la presse, et, quoiqu'il l'aimât peu, il savait cependant
en user à son profit. Il fit insérer dans le _Moniteur_ du 8 janvier
(18 nivôse) un article tout à fait inconvenant, où lui-même
s'attachait à démontrer le peu de portée de cette opposition, à faire
voir qu'elle ne tenait à aucun projet arrêté de contrarier le
gouvernement, et l'attribuait chez quelques esprits à un désir de
perfection impossible dans les lois humaines, chez quelques autres au
désir de faire du bruit. «Ainsi, ajoutait le journal officiel, tout
permet de conclure qu'il n'existe point dans le Tribunat d'opposition
combinée et systématique, en un mot de véritable opposition. Mais
chacun a soif de gloire, chacun veut confier son nom aux cent bouches
de la Renommée, et quelques gens ignorent encore qu'on parvient moins
sûrement à la considération par l'empressement à bien dire, que par la
constance à servir utilement, obscurément même, ce public qui
applaudit et qui juge.»

Cette manière de traiter un grand corps de l'État était peu séante;
elle prouvait de la part du Premier Consul la disposition à tout se
permettre, et de la part de la France la disposition à tout souffrir.

[En marge: Projets de loi relatifs à l'organisation administrative et
judiciaire de la France.]

Cependant ces impressions firent promptement place à d'autres. Les
vastes travaux du gouvernement, auxquels le Corps Législatif et le
Tribunat étaient appelés à participer, attirèrent bientôt l'attention
des esprits, et l'occupèrent exclusivement. Le Premier Consul fit
présenter au Corps Législatif deux projets de loi de la plus haute
importance. L'un avait pour objet l'administration départementale et
municipale, et devint la fameuse loi du 28 pluviôse an VIII, qui a
constitué en France la centralisation administrative; l'autre avait
pour objet l'organisation de la justice, organisation qui existe
encore aujourd'hui. À ces deux projets s'en joignirent d'autres sur
les émigrés, dont il était urgent de régler le sort; sur le droit de
tester, dont toutes les familles demandaient le rétablissement; sur le
tribunal des prises, qu'il fallait constituer dans l'intérêt de nos
relations avec les neutres; sur la création de nouveaux comptables
reconnus nécessaires; enfin sur les recettes et dépenses de l'an VIII.

[En marge: État de désordre où se trouvait l'administration en 1799.]

L'administration de la France, comme nous l'avons exposé plus haut, se
trouvait, en 1799, dans un désordre affreux. Il y a, en tout pays,
deux genres d'affaires à expédier: celles de l'État, qui sont le
recrutement, l'impôt, les travaux d'utilité générale, l'application
des lois; celles des provinces et des communes, qui consistent dans la
gestion des intérêts locaux de toute espèce. Si on livre un pays à
lui-même, c'est-à-dire s'il n'est pas régi par une administration
générale, à la fois intelligente et forte, les premières de ces
affaires, celles de l'État, ne se font pas; les secondes rencontrent,
dans l'intérêt ou provincial ou communal, un principe de zèle, mais
d'un zèle capricieux, inégal, injuste, rarement éclairé. Les
administrations provinciales ou communales ne manquent assurément pas
de goût pour s'occuper de ce qui les concerne particulièrement; mais
elles sont prodigues, vexatoires, toujours ennemies de la règle
commune. Les singularités tyranniques du moyen-âge n'ont pas eu, en
Europe, une autre origine. Dès que l'autorité centrale se retire d'un
pays, il n'est sorte de désordres auxquels les intérêts locaux ne
soient prêts à se livrer, leur propre ruine comprise. En 1789, partout
où les communes avaient joui de quelque liberté, elles étaient en état
de banqueroute. La plupart des villes libres d'Allemagne, quand elles
ont été supprimées en 1803, étaient complètement ruinées. Ainsi, sans
une forte administration générale, les affaires de l'État ne se font
pas, les affaires locales se font mal.

[En marge: Mauvais succès des municipalités cantonales.]

L'Assemblée constituante et la Convention nationale, après avoir
successivement remanié l'organisation administrative de la France,
avaient abouti à un état de choses qui était l'anarchie même. Des
administrations collectives, à tous les degrés, délibérant
perpétuellement, n'agissant jamais, ayant à leurs côtés des
commissaires du gouvernement central chargés de solliciter auprès
d'elles, ou l'expédition des affaires de l'État, ou l'exécution des
lois, mais privés du pouvoir d'agir eux-mêmes, tel était au 18
brumaire le régime départemental et municipal en vigueur. Quant au
régime municipal en particulier, on avait imaginé un genre de
municipalités cantonales, qui ajoutaient encore à cette confusion
administrative. On avait trouvé le nombre des communes trop grand, car
il était de plus de 40 mille. Assurément, la surveillance d'un tel
nombre de petits gouvernements locaux, déjà fort difficile en
elle-même, devenait impossible pour des autorités constituées comme
l'étaient les autorités de ce temps. Les préfets y suffisent
aujourd'hui avec l'aide des sous-préfets, à la condition de s'y
appliquer beaucoup. Mais qu'on suppose les préfets, les sous-préfets
de moins, et à leur place de petites assemblées délibérantes, et on
comprendra quel désordre devait régner dans une telle administration.
Ces quarante et quelques mille communes furent donc réduites à cinq
mille municipalités cantonales, composées de la réunion de plusieurs
communes en une seule. On crut, en réunissant ainsi plusieurs communes
sous un même gouvernement, leur donner un gouvernement d'abord, et
puis les placer plus près de l'autorité centrale, plus à portée de sa
surveillance. Il en résulta bientôt une confusion plus affreuse que
celle qu'on avait le désir de faire cesser. Ces cinq mille
municipalités cantonales étaient trop nombreuses et trop éloignées de
l'autorité centrale, pour être aperçues d'elle; et, sans les avoir
assez rapprochées du gouvernement, on les avait fâcheusement éloignées
de la population qu'elles étaient destinées à régir. L'administration
communale est faite pour être placée le plus près possible des lieux.
Le magistrat qui constate les naissances, les morts, les mariages;
qui veille à la police, à la salubrité de la cité; qui entretient la
fontaine, l'église, l'hospice du village ou de la ville, doit résider
dans le village ou la ville même, vivre enfin au milieu de ses
concitoyens. Ces municipalités cantonales avaient donc abouti à un
inutile déplacement de l'autorité domestique, sans avoir porté les
affaires locales assez près de l'oeil du gouvernement pour qu'il pût
les saisir. Ajoutez que rien ne se faisait bien alors, grâce au
désordre des temps, et on comprendra ce que le vice de l'institution,
aggravé par le vice des circonstances, devait entraîner de confusion.

Une dernière cause de désordre s'était encore ajoutée à toutes les
autres. Il faut non-seulement administrer pour le compte de l'État et
des communes, il faut aussi juger, car les citoyens peuvent avoir à se
plaindre, tantôt qu'en traçant une rue ou un chemin on empiète sur
leur propriété, tantôt qu'en évaluant leurs biens pour les imposer, on
les évalue injustement. Dans l'ancien régime, la justice ordinaire,
seul frein alors de l'autorité exécutive (ce qu'exprimait très-bien la
résistance des parlements à la cour), la justice ordinaire s'était
emparée de tout ce qu'on appelle le contentieux administratif. C'était
un inconvénient grave, car les juges civils rendent mal la justice
administrative, faute d'avoir l'esprit de la chose. Nos premiers
législateurs de la Révolution, sentant très-bien cet inconvénient,
avaient cru pouvoir résoudre la difficulté en abandonnant tout le
contentieux administratif aux petites assemblées locales, auxquelles
ils avaient livré l'administration. Qu'on se figure donc ces
administrations collectives, remplaçant ce que nous appelons
aujourd'hui les préfets, sous-préfets, maires, chargées de faire tout
ce qu'ils font, et de juger en outre tout ce que jugent les conseils
de préfecture, et on aura une idée à peu près juste de la confusion
qui régnait alors. Même avec l'esprit d'ordre qui prévaut aujourd'hui,
le résultat serait le chaos; qu'on y ajoute les passions
révolutionnaires, et on comprendra quel autre chaos ce devait être.
C'est ainsi que les rôles des contributions ne s'achevaient point, que
la perception de l'impôt se trouvait arriérée pour plusieurs années,
que les finances étaient en ruine, les armées dans la misère. Le
recrutement seul s'exécutait quelquefois, grâce aux passions
révolutionnaires, qui avaient fait le mal, mais qui avaient contribué
en partie à le réparer; car ayant pour principe un amour désordonné,
mais ardent, de la France, de sa grandeur et de sa liberté, elles
poussaient violemment la population aux armées.

[En marge: Institution des préfets, sous-préfets et maires.]

[En marge: Suppression des municipalités cantonales, et adoption de la
circonscription d'arrondissement.]

C'est pour une telle situation que le Premier Consul était, on peut le
dire, un véritable envoyé de la Providence. Son esprit simple, juste,
guidé par un caractère actif et résolu, devait le conduire à la vraie
solution de ces difficultés. La Constitution avait placé à la tête de
l'État un pouvoir exécutif et un pouvoir législatif: le pouvoir
exécutif, concentré à peu près dans un chef unique, et le pouvoir
législatif divisé en plusieurs assemblées délibérantes. Il était
naturel de placer à chaque degré de l'échelle administrative, un
représentant du pouvoir exécutif spécialement chargé d'agir, et à ses
côtés, pour le contrôler ou l'éclairer seulement, mais non pour agir à
sa place, une petite assemblée délibérante, telle qu'un conseil de
département, d'arrondissement ou de commune. On dut à cette idée
simple, nette, féconde, la belle administration qui existe aujourd'hui
en France. Le Premier Consul voulut dans chaque département un préfet,
chargé, non de solliciter auprès d'une administration collective
l'expédition des affaires de l'État, mais de les faire lui-même;
chargé en même temps de gérer les affaires départementales, mais
celles-ci d'accord avec un conseil de département, et avec les
ressources votées par ce conseil. Comme le système des municipalités
cantonales était universellement condamné, et que M. Sieyès, l'auteur
de toutes les circonscriptions de la France, avait, dans la
Constitution nouvelle, posé le principe de la circonscription par
arrondissement, le Premier Consul voulut l'employer pour se passer des
administrations de canton. D'abord l'administration communale fut
replacée où elle doit être, c'est-à-dire dans la commune même, ville
ou village; et entre la commune et le département, il fut créé un
degré administratif intermédiaire, c'est-à-dire l'arrondissement.
Entre le préfet et le maire, il dut y avoir le sous-préfet, chargé,
sous la surveillance du préfet, de diriger un certain nombre de
communes, soixante, quatre-vingts ou cent, plus ou moins, suivant
l'importance du département. Enfin, dans la commune même, il dut y
avoir un maire, pouvoir exécutif aussi, ayant à ses côtés son pouvoir
délibérant dans le conseil municipal, un maire, agent direct et
dépendant de l'autorité générale pour l'expédition des affaires de
l'État, agent de la commune quant aux affaires locales, gérant les
intérêts de celle-ci d'accord avec elle, sous la surveillance
toutefois du préfet et du sous-préfet, par conséquent de l'État.

Telle est cette admirable hiérarchie, à laquelle la France doit une
administration incomparable pour l'énergie, la précision de son
action, la pureté des comptes, et qui est si excellente qu'elle suffit
en six mois, comme on le verra bientôt, pour remettre l'ordre en
France, sous l'impulsion, il est vrai, d'un génie unique, le Premier
Consul, et avec une faveur des circonstances, unique aussi, car on
avait partout horreur du désordre et soif de l'ordre, dégoût du
bavardage, goût des résultats prompts et positifs.

[En marge: Création des conseils de préfecture.]

Restait la question du contentieux, c'est-à-dire de la justice
administrative, chargée de faire que le contribuable ne soit pas
imposé au delà de ses facultés, que le riverain d'un ruisseau ou d'une
rue ne soit pas exposée des empiétements, que l'entrepreneur des
travaux de la ville ou de l'État trouve un juge de ses marchés avec la
commune ou le gouvernement: question difficile, les tribunaux
ordinaires étant reconnus impropres à rendre ce genre de justice. Le
principe d'une sage division des pouvoirs, fut encore employé ici avec
grand avantage. Le préfet, le sous-préfet, le maire, chargés de
l'action administrative, pouvaient être suspects de partialité,
enclins à faire prévaloir leurs volontés, car le justiciable froissé a
ordinairement à réclamer contre leurs propres actes. Les conseils de
département, d'arrondissement, de commune, pouvaient et devaient
paraître suspects aussi, car ils ont le plus souvent un intérêt
contraire au réclamant. Rendre la justice d'ailleurs est un travail
long et continuel; or, on ne voulait plus ni des conseils de
département, ni des conseils communaux permanents. Le Premier Consul
les désirait une quinzaine de jours par an, tout juste le temps de
leur soumettre leurs affaires, de prendre leurs avis, de leur faire
voter leurs dépenses. Il fallait, au contraire, un tribunal
administratif siégeant sans interruption. On établit donc une justice
spéciale, un tribunal de quatre ou cinq juges, siégeant à côté du
préfet, jugeant avec lui, espèce de petit Conseil d'État, éclairant la
justice du préfet, comme le Conseil d'État éclaire et redresse celle
des ministres, soumis d'ailleurs à la juridiction de ce Conseil
suprême, par la voie des appels. Ce sont ces tribunaux qu'on nomme
encore aujourd'hui conseils de préfecture, et dont l'équité n'a jamais
été contestée.

Tel fut le gouvernement provincial et communal en France: un chef
unique, préfet, sous-préfet, ou maire, expédiant toutes les affaires;
un conseil délibérant, conseil de département, d'arrondissement ou de
commune, votant les dépenses locales; puis un petit corps judiciaire,
placé à côté du préfet seulement, pour rendre la justice
administrative: gouvernement subordonné d'une manière absolue au
gouvernement général pour les affaires de l'État, surveillé et dirigé,
mais ayant ses vues propres, pour les affaires départementales et
communales. L'ordre n'a pas cessé de régner, pas plus que la justice,
depuis que cette belle et simple institution existe parmi nous,
c'est-à-dire depuis près d'un demi-siècle: bien entendu que les mots
d'ordre et de justice, comme tous les mots des langues humaines, n'ont
qu'une valeur relative, et veulent dire qu'il y a eu en France, sous
le rapport administratif, aussi peu de désordre, aussi peu
d'injustice, qu'il est possible de le souhaiter dans un grand État.

[En marge: Nomination de tous les agents de l'administration, et de
tous les membres des conseils locaux, déférée au Premier Consul.]

Le Premier Consul voulut naturellement que les préfets, sous-préfets,
maires, fussent à la nomination du pouvoir exécutif, car ils étaient
ses agents directs, ils devaient être pleins de sa volonté; et, quant
aux affaires locales, qu'ils avaient à gérer selon les vues locales,
il fallait qu'ils les gérassent aussi suivant l'esprit général de
l'État. Mais il n'eût pas été naturel que le pouvoir exécutif nommât
les membres des conseils de département, d'arrondissement et de
commune, chargés de contrôler les agents de l'administration, et de
leur voter des fonds. C'est la Constitution qui le conduisit à cette
prétention, et qui la justifia. _La confiance doit venir d'en bas_,
avait dit M. Sieyès, _le pouvoir doit venir d'en haut_. D'après cette
maxime, la nation donnait sa confiance par l'inscription sur les
listes de notabilité; l'autorité supérieure conférait le pouvoir, en
choisissant ses agents dans ces listes. Le Sénat était chargé d'élire
tous les corps délibérants politiques. Mais les conseils occupés des
intérêts locaux, étant censés faire partie de l'administration
générale de la République, le pouvoir exécutif, d'après la
Constitution, devait les nommer en les prenant dans les listes de
notabilité. En vertu donc de l'esprit, et même de la lettre de la
Constitution, le Premier Consul dut choisir, dans les listes de la
notabilité départementale, les membres des conseils de département;
dans les listes de la notabilité d'arrondissement, les membres des
conseils d'arrondissement; enfin, dans les listes de la notabilité
communale, les membres des conseils municipaux. Ce pouvoir, excessif
en temps ordinaire, était en ce moment nécessaire. L'élection, en
effet, était impossible pour la formation des conseils locaux, tout
comme pour la formation des grandes assemblées politiques. Elle
n'aurait donné que des agitations funestes, de petits triomphes
alternatifs à tous les partis extrêmes, au lieu d'une fusion paisible
et féconde de tous les partis modérés, fusion qui était indispensable
pour fonder la société nouvelle avec les débris réunis de la société
ancienne.

[En marge: L'organisation judiciaire.]

L'organisation judiciaire ne fut pas moins bien imaginée. Elle eut
pour double but de placer la justice plus près des justiciables, et de
leur assurer cependant au-dessus de la justice locale, s'ils voulaient
y recourir, une justice d'appel, éloignée, mais haut placée, et ayant
des lumières, de l'impartialité, en raison de la hauteur de sa
position.

Nos premiers législateurs révolutionnaires, par l'aversion
qu'inspiraient les parlements, avaient supprimé les tribunaux d'appel,
et placé un seul tribunal par département, présentant un premier degré
de juridiction pour les justiciables du département, et un second
degré de juridiction, un tribunal d'appel, pour les départements
voisins. L'appel avait lieu, non pas de tribunal inférieur à tribunal
supérieur, mais de tribunal voisin à tribunal voisin. Au-dessous
étaient les justices de paix, au-dessus le tribunal de cassation. Le
tribunal unique par département se trouvant trop éloigné des
justiciables, on avait étendu la compétence des justices de paix, de
manière à dispenser les citoyens de se transporter, trop souvent, au
chef-lieu. On avait aussi créé quatre ou cinq cents tribunaux
correctionnels, chargés de réprimer les petits délits. Le jury
criminel siégeait au chef-lieu, près du tribunal central.

Cette organisation judiciaire avait aussi peu réussi que les
municipalités cantonales. Les justices de paix, dont on avait trop
étendu la compétence, étaient au-dessous de leur tâche. La justice du
premier degré se trouvait placée trop loin en résidant au chef-lieu;
la justice d'appel devenait à peu près illusoire, car l'appel ne se
conçoit que lorsqu'il y a recours à des lumières supérieures. Des
cours souveraines, comme autrefois les parlements, comme aujourd'hui
les cours royales, réunissant dans leur sein des magistrats éminents,
auprès d'elles un barreau renommé, présentent une supériorité de
savoir, à laquelle on peut être tenté de recourir; mais appeler d'un
tribunal de première instance à un autre tribunal de première
instance, ne se conçoit pas. Les tribunaux de police correctionnelle
étaient aussi trop nombreux, et bornés d'ailleurs à un seul emploi. Il
fallait évidemment reformer cette organisation judiciaire. Le Premier
Consul, adoptant les idées de son collègue Cambacérès, auquel il prêta
en cette occasion l'appui de son bon sens et de son courage, fit
adopter l'organisation qui existe encore de nos jours.

[En marge: Création des tribunaux de première instance et d'appel.]

La circonscription d'arrondissement, qu'on venait d'imaginer pour
l'administration départementale, présentait une grande commodité pour
l'administration judiciaire. Elle offrait le moyen de créer une
première justice locale, placée très-près du justiciable, sauf à
recourir à une justice d'appel, placée plus loin et plus haut. On créa
donc un tribunal de première instance par arrondissement, formant un
premier degré de juridiction; puis, sans crainte de paraître rétablir
les anciens parlements, on prit le parti de créer des tribunaux
d'appel. Un par département, c'était trop comme nombre, trop peu comme
importance et élévation de juridiction. On en créa vingt-neuf, ce qui
leur donnait à peu près l'importance des anciens parlements, et ils
furent placés dans les lieux, qui avaient autrefois joui de la
présence de ces cours souveraines. C'était un avantage à restituer aux
localités qui en avaient été privées. C'étaient de vieux dépôts de
traditions judiciaires, dont les débris méritaient d'être recueillis.
Les barreaux d'Aix, de Dijon, de Toulouse, de Bordeaux, de Rennes, de
Paris, étaient des foyers de science et de talent qu'il fallait
rallumer.

Les tribunaux de première instance établis dans chaque arrondissement,
furent chargés en même temps de la police correctionnelle, ce qui leur
procurait une double utilité, et plaçait la justice civile et
répressive au premier degré, dans l'arrondissement. La justice
criminelle, toujours confiée au jury, dut résider seule au chef-lieu
du département, au moyen de juges se détachant des tribunaux d'appel,
et venant diriger le jury, tenir en un mot des assises. Cette partie
n'a été complétée que plus tard.

La justice de paix devait, par suite des dispositions précédentes,
être ramenée à une compétence plus bornée. La loi destinée à la
réformer fut remise à la session suivante, car il était impossible de
tout faire à la fois. Mais on voulait conserver, en la perfectionnant,
cette justice du peuple, paternelle, expéditive et peu coûteuse.
Au-dessus de l'édifice judiciaire, fut maintenu avec quelques
modifications, et une juridiction répressive sur tous les magistrats,
le Tribunal de Cassation, l'une des plus belles institutions de la
Révolution française, tribunal qui n'est pas destinée à juger une
troisième fois ce que les tribunaux de première instance et d'appel
ont jugé déjà deux fois, mais qui, laissant de côté le fond du litige,
n'intervient que lorsqu'il y a doute élevé sur le sens de la loi,
détermine ce sens par une suite d'arrêts, et ajoute ainsi à l'unité du
texte émané de la législature, l'unité d'interprétation émanant d'une
juridiction suprême, commune à tout le territoire.

C'est donc de cette année 1800, année si féconde, que date notre
organisation judiciaire: elle a consisté depuis, en près de deux mille
juges de paix, magistrats populaires, rendant à peu de frais la
justice au pauvre; en près de trois cents tribunaux de première
instance, un par arrondissement, rendant la justice civile et
correctionnelle au premier degré; en vingt-neuf tribunaux
souverains[1] rendant la justice civile en appel, et la justice
criminelle par des juges détachés, qui vont tenir des assises au
chef-lieu de chaque département; enfin en un tribunal suprême, placé
au-dessus de toute la hiérarchie judiciaire, interprétant les lois, et
complétant l'unité de la législation par l'unité de la jurisprudence.

[Note 1: Nous ne donnons ici que des quantités approximatives,
parce que le nombre des tribunaux a varié sans cesse depuis cette
époque, par suite des changements de territoire que la France a subis.
Il n'y a plus aujourd'hui, par exemple, que 27 cours royales, ou
tribunaux d'appel.]

[En marge: Adoption des lois proposées sur l'organisation
administrative et judiciaire.]

Les deux lois dont il s'agit étaient trop urgentes, trop bien conçues,
pour rencontrer de sérieux obstacles. Elles essuyèrent cependant plus
d'une attaque au Tribunat. Des objections assez mesquines furent
élevées contre le système administratif proposé. On se plaignit peu de
la concentration d'autorité dans la main des préfets, sous-préfets,
maires, car cela était conforme aux idées du moment, et imité de la
Constitution, qui plaçait un chef unique à la tête de l'État; mais on
se plaignit de la création de trois degrés dans l'échelle
administrative, le département, l'arrondissement, la commune. On
prétendit surtout qu'il ne fallait pas reconstituer la commune, car on
ne trouverait pas de maires assez éclairés. C'était pourtant la
restauration de l'autorité domestique, et, sous ce rapport, la
conception la plus populaire qui pût être imaginée. Quant à
l'organisation judiciaire, on cria à la restauration des parlements;
on se plaignit surtout de la juridiction attribuée au Tribunal de
cassation sur les magistrats inférieurs, toutes objections peu dignes
de mémoire. On adopta néanmoins les deux lois proposées. Les vingt ou
trente voix, composant le fond de l'opposition au Tribunat, se
prononcèrent contre ces lois, mais les trois quarts se prononcèrent en
leur faveur. Le Corps Législatif les adopta presqu'à l'unanimité. La
loi relative à l'administration départementale prit la date, restée
célèbre, du 28 pluviôse an VIII. Celle qui était relative à
l'organisation judiciaire prit la date du 27 ventôse an VIII.

[En marge: Nomination du personnel administratif et judiciaire.]

Le Premier Consul ne voulant pas les laisser comme une lettre morte au
Bulletin des lois, nomma sur-le-champ les préfets, sous-préfets et
maires. Il était exposé à commettre plus d'une méprise, comme il
arrive toujours lorsqu'on choisit précipitamment beaucoup de
fonctionnaires à la fois. Mais un gouvernement éclairé et vigilant
rectifie bientôt l'erreur de ses premiers choix. Il suffit que
l'esprit général en ait été bon. Or, l'esprit de ces choix était
excellent: il était à la fois ferme, impartial et conciliant. Le
Premier Consul rechercha dans tous les partis les hommes réputés
honnêtes et capables, n'excluant que les hommes violents, adoptant
même quelquefois ces derniers, si l'expérience et le temps les
avaient ramenés à cette modération, qui faisait alors le caractère
essentiel de sa politique. Il appela aux préfectures, qui étaient des
places importantes et bien rétribuées, car les préfets devaient
recevoir 12, 15 et jusqu'à 24 mille francs d'appointements (ce qui
valait le double de ce que de tels appointements vaudraient
aujourd'hui), il appela des personnages qui avaient figuré
honorablement dans les grandes assemblées politiques, et qui faisaient
ressortir clairement l'intention de ses choix, car les hommes, s'ils
ne sont ni les choses, ni les principes, les représentent du moins aux
yeux des peuples. Le Premier Consul nomma à Marseille, par exemple, M.
Charles Lacroix, ex-ministre des relations extérieures; à Saintes, M.
Français, de Nantes; à Lyon, M. Verninac, ancien ambassadeur; à
Nantes, M. Letourneur, ancien membre du Directoire; à Bruxelles, M. de
Pontécoulant; à Rouen, M. Beugnot; à Amiens, M. Quinette; à Gand, M.
Faypoult, ancien ministre des finances. Tous ces hommes, et d'autres,
qu'on allait chercher dans la Constituante, la Législative, la
Convention, les Cinq-Cents, qui étaient pris parmi les ministres, les
directeurs, les ambassadeurs de la République, étaient faits pour
relever les nouvelles fonctions administratives, et donner au
gouvernement des provinces l'importance qu'il mérite d'avoir. La
plupart ont occupé leurs places pendant tout le règne du Premier
Consul et de l'Empereur. L'un d'eux, M. de Jessaint, était préfet
encore il y a quatre ans. Le Premier Consul choisit pour la préfecture
de Paris M. Frochot. Il lui donna, comme collègue à la préfecture de
police, M. Dubois, magistrat dont l'énergie fut utile, pour purger la
capitale de tous les malfaiteurs, que les partis avaient vomis dans
son sein.

Le même esprit présida aux nominations judiciaires. Des noms
honorables, pris dans l'ancien barreau, dans l'ancienne magistrature,
furent mêlés autant que possible à des noms nouveaux, portés par des
gens honnêtes. Quand il put orner ce personnel de noms éclatants, le
Premier Consul n'y manqua pas, car il aimait l'éclat en toutes choses,
et le moment était venu où l'on pouvait, sans trop de danger, faire
des emprunts au passé. Un magistrat du nom de d'Aguesseau ouvrait la
liste des nominations judiciaires, en qualité de président du tribunal
d'appel de Paris, aujourd'hui Cour royale. Ces fonctionnaires à peine
nommés, avaient ordre de partir à l'instant même pour aller prendre
possession de leurs sièges, et contribuer, chacun de leur côté, à
l'oeuvre de réorganisation, dont le jeune général faisait son
occupation constante, dont il voulait faire sa gloire, et qui, même
après ses prodigieuses victoires, est restée, en effet, sa gloire la
plus solide.

[En marge: Clôture de la liste des émigrés. Dispositions légales à
l'égard des émigrés, inscrits ou non inscrits.]

Il fallait toucher à tout en même temps, dans cette société
bouleversée de fond en comble. L'émigration, à la fois si coupable et
si malheureuse, juste objet d'intérêt et d'aversion, car dans ses
rangs se trouvaient des hommes cruellement persécutés, et de mauvais
Français qui avaient conspiré contre leur patrie, l'émigration
méritait l'attention particulière du gouvernement. D'après la
dernière législation, il suffisait ou d'un arrêté du Directoire, ou
d'un arrêté des administrations départementales, pour porter tout
individu absent sur la liste des émigrés; dès lors les biens de cet
absent étaient confisqués, et, s'il était retrouvé sur le sol de la
République, la loi prononçait sa mort. Une foule d'individus,
véritablement émigrés, ou seulement cachés, n'ayant pas été inscrits
sur la fatale liste, soit qu'ils eussent été oubliés, soit qu'ils
n'eussent pas trouvé un ennemi pour les dénoncer, pouvaient être
inscrits encore. Il suffisait, pour qu'ils le fussent, que cet ennemi
se rencontrât une fois, et ils tombaient alors sous le coup des lois
de proscription. Beaucoup de Français vivaient ainsi dans une anxiété
continuelle. Quant à ceux qui avaient été inscrits, dûment ou
indûment, ils arrivaient en grand nombre, afin d'obtenir leur
radiation. Leur empressement téméraire attestait la confiance qu'on
avait dans l'humanité du gouvernement, mais offusquait certains
révolutionnaires, dont les uns avaient des excès à se reprocher envers
les émigrés rentrants, dont les autres avaient acquis leurs biens.
C'était une nouvelle occasion de désordre, et, s'il ne fallait pas
continuer à proscrire, il ne fallait pas non plus exposer à vivre dans
l'inquiétude, les hommes qui avaient pris part à la Révolution, même
violemment. On devait, à tous ceux qui s'étaient compromis pour elle,
une sécurité entière; car malheureusement, les hommes sont le plus
souvent, ou de froids égoïstes, ou des partisans passionnés de la
cause qu'ils ont embrassée, et dans ce dernier cas, la modération
n'est pas leur mérite ordinaire.

Il était urgent de porter remède à un tel état de choses. Le
gouvernement présenta un projet de loi, dont la première disposition
avait pour but de clôturer la fameuse liste des émigrés. À partir du 5
nivôse an VIII (25 décembre 1799), jour de la mise en vigueur de la
Constitution, la liste fut déclarée close, c'est-à-dire que tout fait
d'absence, postérieur à cette époque, ne pouvait plus être qualifié
d'émigration, poursuivi des mêmes peines. Il était permis, à l'avenir,
de s'absenter, d'aller de France à l'étranger, de l'étranger en
France, sans que ce fût là un fait condamnable; car il est vrai que,
pendant dix ans, s'absenter avait été un crime. La liberté d'aller et
de venir fut donc rendue à tous les citoyens.

À cette première disposition fut ajoutée la suivante: les individus
plus ou moins accusables d'émigration, dont les uns avaient quitté
momentanément le territoire, dont les autres s'étaient simplement
cachés pour se soustraire à la persécution, et qui avaient été
heureusement omis sur la liste des émigrés, ne pouvaient plus être
inscrits qu'en vertu d'une décision des tribunaux ordinaires,
c'est-à-dire du jury. C'était, pour ceux-là aussi, clore en quelque
sorte la liste, car il n'y avait pas danger de la voir s'accroître de
nouveaux noms, avec l'esprit actuel des tribunaux.

Enfin, tandis qu'on déférait aux tribunaux ceux qui n'avaient pas
encore été inscrits, leur assurant ainsi les garanties de la justice
ordinaire, on déférait à l'autorité administrative ceux qui, ayant
été indûment inscrits, ou prétendant l'avoir été de la sorte,
voulaient réclamer leur radiation. Ici perçait l'intention indulgente
du nouveau gouvernement à leur égard; car les nouvelles autorités
administratives, formées par lui, pleines de son esprit, ne pouvaient
manquer d'accueillir avec facilité les réclamations de ce genre. Il
suffisait en effet de présenter des certificats de résidence dans un
lieu quelconque de la France, certificats souvent faux, pour prouver
qu'on avait été injustement déclaré absent, et se faire radier. Avec
la complaisance générale à violer des lois tyranniques, ce moyen de se
faire radier ne devait pas manquer aux réclamants. Il était permis en
outre aux émigrés qui voulaient obtenir leur radiation, d'entrer en
France, sous la surveillance de la haute police. Dans la langue du
temps, on appelait cela obtenir des _surveillances_: on en délivrait
beaucoup, et les émigrés les plus pressés avaient ainsi un moyen de
devancer le moment de leur radiation. Ces _surveillances_ devinrent
même, pour la plupart de ceux qui en usèrent, leur rappel définitif.

Quant aux émigrés dont les noms ne pouvaient être retranchés de la
fatale liste, à cause de la notoriété de leur émigration, les lois
existantes furent maintenues à leur égard. L'esprit du temps était tel
qu'on ne pouvait faire autrement; car, si on avait pitié des
malheureux, on était irrité contre les coupables qui étaient sortis du
territoire, pour porter les armes contre leur patrie, ou pour appeler
sur elle les armes de l'étranger. Du reste, dans tous les cas, rayés
ou non rayés, n'avaient plus de recours sur leurs biens vendus. Les
ventes étaient irrévocables, soit en vertu de la Constitution, soit en
conséquence des dispositions de la loi nouvelle. Ceux qui obtenaient
leur radiation, et dont les biens étaient séquestrés, sans avoir été
vendus, pouvaient seuls aspirer à se les faire rendre.

Telle fut la loi proposée, et adoptée à une immense majorité, malgré
quelques critiques dans le Tribunat, de la part de ceux qui trouvaient
que c'était trop de faveur, ou pas assez, à l'égard de l'émigration.

[En marge: Rétablissement du droit de tester.]

Au nombre des dispositions légales, alors en vigueur, qui paraissaient
une tyrannie insupportable, se trouvait l'interdiction du droit de
tester. Les lois existantes ne permettaient de disposer en mourant,
que du dixième de sa fortune si on avait des enfants, du sixième si on
n'en avait pas. Ces dispositions avaient été le résultat de la
première indignation révolutionnaire contre les abus de l'ancienne
société française, société aristocratique, dans laquelle la vanité
paternelle, voulant tantôt constituer un aîné, tantôt contraindre les
affections de ses enfants par des unions mal assorties, dépouillait
les uns au profit des autres. Par un emportement ordinaire à l'esprit
humain, au lieu de réduire la puissance paternelle à de justes
limites, on l'avait complétement enchaînée. Un père ne pouvait plus
récompenser ou punir. Il ne pouvait, s'il avait des enfants, disposer
de rien, ou à peu près, en faveur de celui qui avait mérité toutes ses
affections; et, ce qui est plus extraordinaire, s'il n'avait que des
neveux, prochains ou éloignés, il ne pouvait donner qu'une partie à
peu près insignifiante de sa fortune, c'est-à-dire, un sixième.
C'était là un véritable attentat au droit de propriété, et l'une des
rigueurs les plus senties du régime révolutionnaire; car la mort
frappe tous les jours, et des milliers de mourants expiraient sans
pouvoir obéir au penchant de leur coeur, envers ceux qui les avaient
servis, soignés, consolés dans leur vieillesse.

Il n'était pas possible, pour une telle réforme, d'attendre la
rédaction du Code civil. Une loi fut portée pour rétablir le droit de
tester, dans de certaines limites. En vertu de cette loi, le père
mourant qui avait moins de quatre enfants, put disposer par testament
du quart de sa fortune, du cinquième s'il en avait moins de cinq, et
ainsi de suite en observant la même proportion. Il put disposer de la
moitié, lorsqu'il n'avait que des ascendants ou collatéraux, de la
totalité lorsqu'il n'avait pas de parents aptes à succéder.

Cette mesure fut la plus attaquée au Tribunat; elle le fut surtout par
le tribun Andrieux, honnête homme, sincère, mais plus spirituel
qu'éclairé. Il prétendit qu'on revenait aux abus du droit d'aînesse,
aux violences de l'ancien régime sur les enfants de famille, etc.
Cette loi passa comme les autres, à une immense majorité.

[En marge: Tribunal des prises.]

Le gouvernement institua, par une loi encore, un tribunal des prises,
devenu indispensable, pour rendre aux neutres une justice impartiale,
et les ramener à la France par de meilleurs traitements. Enfin on
appela l'attention des deux assemblées sur les lois de finances.

[En marge: Lois de finances.]

[En marge: Montant du budget de 1800.]

Il y avait peu à dire sur ce sujet au Corps Législatif, les deux
commissions législatives ayant déjà rendu les lois nécessaires. Les
travaux administratifs que le gouvernement avait entrepris, en
conséquence de ces lois, dans le but de réorganiser les finances,
n'étaient guère une matière à discussion. Toutefois il fallait
arrêter, ne fût-ce que pour la forme, le budget de l'an VIII. Si la
perception avait existé régulièrement, si les impôts établis avaient
été payés exactement, et non-seulement payés par les contribuables,
mais fidèlement versés par les dépositaires des deniers publics, les
finances de l'État auraient été dans une situation supportable. Les
impôts ordinaires pouvaient donner 430 millions environ; et c'était le
chiffre auquel on espérait ramener les dépenses publiques en temps de
paix; on se promettait même de les faire descendre à beaucoup moins.
L'expérience prouva bientôt qu'il n'était pas possible, même en temps
de paix, de les ramener à moins de 500 millions; mais elle prouva
aussi qu'il était facile de porter les impôts à cette somme, sans
augmenter les tarifs. Nous supposons les frais de perception en
dehors, ainsi que les dépenses locales, ce qui porte le budget de
cette époque en comptant comme on le fait aujourd'hui, à 600 ou 620
millions.

L'insuffisance des recettes n'était grande et certaine, que par
rapport aux dépenses de la guerre; et cela n'a rien de bien
extraordinaire, car il en est ainsi partout. On ne peut jamais en
aucun pays, soutenir la guerre avec les revenus ordinaires de la paix.
Si on le pouvait, ce serait une preuve qu'en temps de paix les impôts
auraient été inutilement augmentés. Mais, grâce au désordre du passé,
on ne savait si, avec la guerre, le budget s'élèverait à 600, 700 ou
800 millions. Les uns disaient 600, les autres 800. Chacun, à cet
égard, faisait des conjectures différentes. L'expérience prouva encore
qu'avec 150 millions environ, ajoutés au budget ordinaire, on pourrait
suffire aux besoins de la guerre, toutefois avec des armées
victorieuses, qui vécussent sur le sol ennemi. Le budget de l'année
fut donc évalué à 600 millions, en dépenses et en recettes. Les
revenus ordinaires montant à 430 millions, on se trouvait en arrière
de 170 millions. Mais là n'était pas la difficulté véritable. C'eût
été trop de prétentions, au sortir du chaos financier, de vouloir
atteindre tout de suite l'équilibre des recettes et des dépenses. Il
fallait auparavant faire rentrer l'impôt ordinaire. Si on arrivait à
ce premier résultat, on était certain d'avoir promptement de quoi
faire face aux besoins les plus urgents, car le crédit devait s'en
ressentir bien vite, et, avec les valeurs de différentes espèces dont
nous avons ailleurs énuméré la création, on avait dans les mains le
moyen d'obtenir des capitalistes les fonds nécessaires à tous les
services. C'est à quoi travaillait sans relâche M. Gaudin, secondé,
contre toutes les difficultés qu'il rencontrait, par la volonté forte
et soutenue du Premier Consul. La direction des contributions
directes, récemment établie, déployait la plus grande activité. Les
rôles étaient fort avancés, et déjà mis en recouvrement. On commençait
à voir arriver dans le portefeuille du trésor les obligations des
receveurs généraux, et à les escompter à un intérêt qui n'était pas
trop usuraire. La difficulté pour l'établissement de ce système des
obligations, consistait toujours dans la quantité des papiers
circulants, difficile à fixer, surtout par rapport à chaque recette
générale. Un receveur qui devait percevoir 20 millions, par exemple,
ne pouvait souscrire des obligations pour cette somme, s'il devait lui
arriver pour 6 ou 8 millions de valeurs mortes, en bons d'arrérage, en
bons de réquisition, etc. Le ministre s'appliquait à retirer ces
papiers, à évaluer ce qui pouvait en arriver dans chaque recette
générale, et à faire souscrire des obligations aux receveurs généraux,
pour la somme de numéraire qu'il supposait devoir entrer dans leur
caisse.

[En marge: Institution des receveurs particuliers d'arrondissement.]

On créa, dans cette même session, une nouvelle, espèce de comptables,
destinés à accroître l'exactitude dans le versement des fonds du
trésor: ce furent les receveurs d'arrondissement. Jusque-là il n'y
avait d'autre intermédiaire, entre les percepteurs placés près des
contribuables, et le receveur général placé au chef-lieu, que des
préposés aux recettes, agents du receveur général, dépendants de lui,
ne disant la vérité qu'à lui. C'était cependant l'un des points de
passage, où l'on pouvait le mieux observer, et constater l'entrée des
produits dans les caisses publiques. Ce point était malheureusement
négligé. On créa des receveurs particuliers dans chaque
arrondissement, dépendants de l'État, lui devant le compte de ce
qu'ils recevaient et de ce qu'ils versaient au receveur général,
témoins informés et désintéressés du mouvement des fonds, car ce
n'est pas eux qui faisaient le bénéfice de la stagnation des deniers
publics, dans les caisses des comptables. On avait par cette création
l'avantage d'être instruit plus exactement de l'état des recettes, et
de toucher de nouveaux cautionnements en numéraire, ce qui serait
indifférent aujourd'hui, ce qui ne l'était pas alors; on avait enfin
l'avantage de trouver un nouvel emploi de la circonscription par
arrondissement, récemment imaginée. Déjà la justice civile et
correctionnelle, et une partie considérable de l'administration
communale, avaient été établies au centre de l'arrondissement; en y
fixant encore une partie de l'administration financière, on donnait
une utilité de plus à cette circonscription, à laquelle certains
esprits reprochaient de n'être qu'une subdivision arbitraire du
territoire. Puisque, sous certains rapports, elle avait été jugée
indispensable, on ne pouvait mieux faire que d'en multiplier l'usage,
et de la rendre réelle, d'artificielle qu'on l'accusait d'être. Les
préfets, les sous-préfets avaient ordre de se rendre auprès des
receveurs, et de veiller eux-mêmes, par l'inspection des livres, à
l'exactitude des versements. Nous n'en sommes plus là aujourd'hui,
heureusement; mais dans ce moment, où tout n'était qu'en ébauche,
c'étaient d'utiles stimulants à employer auprès des comptables, que
d'envoyer les préfets et sous-préfets à leurs caisses.

La réorganisation des finances ne pouvait donc marcher plus vite. Mais
les assemblées n'apprécient que les résultats réalisés. On ne voyait
pas tout ce qui se faisait de véritablement utile, dans l'intérieur
de l'administration. On disserta à perte de vue, au sein du Tribunat,
sur la grande question de l'équilibre des recettes et des dépenses; on
se plaignit du déficit, on produisit mille systèmes, et il y eut
quelques esprits assez peu sensés, pour vouloir refuser le vote des
lois de finances, jusqu'à ce que le gouvernement présentât un moyen de
mettre en équilibre les dépenses et les recettes. Mais toutes ces
propositions n'aboutirent à aucun résultat. Les lois proposées furent
adoptées, à une grande majorité dans le Tribunat, à la presque
unanimité dans le Corps Législatif.

[En marge: Création de la Banque de France.]

Une institution, digne d'être mentionnée par l'histoire, vint
s'ajouter à toutes celles dont nous avons déjà raconté la création: ce
fut la Banque de France. Les anciens établissements d'escompte avaient
succombé au milieu des désordres de la Révolution; il n'était
cependant pas possible que Paris se passât d'une banque. Dans tout
centre commercial, où règne une certaine activité, il faut une monnaie
commode pour les payements, c'est-à-dire, la monnaie de papier, et un
établissement qui escompte en grand les effets de commerce. Ces deux
services se prêtent même un mutuel secours, car les fonds déposés en
échange des billets circulants, sont ceux-là mêmes qu'on peut prêter
au commerce par la voie de l'escompte. Partout, en effet, où il y a un
mouvement d'affaires, tant soit peu considérable, une banque doit
réussir, si elle n'escompte que de bon papier, et si elle n'émet pas
plus de billets qu'il ne faut; en un mot, si elle proportionne ses
opérations aux besoins vrais de la place où elle réside. C'est ce
qu'il fallait faire à Paris, et ce qui devait réussir si on le
faisait bien. Cette nouvelle banque devait avoir, outre ses affaires
avec les particuliers, ses affaires avec le trésor, et par conséquent
autant de bénéfices à recueillir que de services à rendre. Le
gouvernement suscita les principaux banquiers de la capitale, à la
tête desquels se plaça M. Perregaux, financier dont le nom se rattache
à tous les grands services rendus alors à l'État, et on forma une
association de riches capitalistes, pour la création d'une banque,
appelée Banque de France, la même qui existe aujourd'hui. On lui
constitua un capital de 30 millions; elle dut être gouvernée par
quinze régents et un comité gouvernant de trois personnes, comité
remplacé depuis par un gouverneur. Elle devait, suivant ses statuts,
escompter les effets de commerce répondant à des affaires légitimes et
non collusoires, émettre des billets circulants comme monnaie, et
s'interdire toutes les spéculations étrangères à l'escompte et au
commerce des métaux. Fidèle à ses statuts, elle est devenue le plus
bel établissement de ce genre connu dans le monde. On verra bientôt ce
que fit le gouvernement pour imprimer aux opérations de cette banque
le mouvement rapide, qui la fit prospérer dès les premiers jours de
son existence.

Pendant que le gouvernement consulaire, de concert avec le Corps
Législatif, se livrait à ces vastes travaux d'administration
intérieure, les négociations avec les puissances, amies ou
belligérantes, avaient été continuées sans interruption. La lettre du
Premier Consul au roi d'Angleterre venait d'être suivie d'une réponse
immédiate. Le Premier Consul avait écrit le 26 décembre (5 nivôse); on
lui répondait le 4 janvier (14 nivôse): c'est que le parti du cabinet
anglais était pris d'avance, et que pour lui il n'y avait pas à
délibérer. L'Angleterre, en effet, avait pu, en 1797, songer à
traiter, et envoyer lord Malmesbury à Lille, alors que ses finances
étaient embarrassées, que l'Autriche était obligée de signer à
Campo-Formio la paix du Continent; mais aujourd'hui que la création de
l'_income-tax_ ramenait l'aisance à l'Échiquier, aujourd'hui que
l'Autriche, replacée en état de guerre avec nous, avait porté ses
armées jusqu'à nos frontières, aujourd'hui qu'il s'agissait de nous
enlever les positions capitales de Malte et de l'Égypte, de venger
l'affront du Texel, la paix devait être peu du goût de cette
puissance. Elle avait d'ailleurs une raison plus forte encore de la
refuser, c'est que la guerre convenait aux passions et aux intérêts de
M. Pitt. Ce célèbre chef du cabinet britannique, avait fait de la
guerre à la France sa mission, sa gloire, le fondement de son
existence politique. Si la paix devenait nécessaire, il fallait
peut-être qu'il se retirât. Il apportait, dans la lutte, cette
ténacité de caractère, qui, jointe à ses talents oratoires, en avait
fait un homme d'État, peu éclairé mais puissant. La réponse ne pouvait
être douteuse; elle fut négative et désobligeante. On ne fit pas au
Premier Consul l'honneur de lui adresser directement cette réponse:
s'appuyant sur la coutume, du reste excellente, de communiquer de
ministre à ministre, on répondit par une note de lord Grenville à M.
de Talleyrand.

[En marge: Note de l'Angleterre.]

Cette note laissait voir maladroitement le déplaisir qu'avait causé à
M. Pitt, ce défi, non de guerre, mais de paix, adressé par le Premier
Consul à l'Angleterre. Elle contenait une récapitulation,
éternellement reproduite depuis quelques années, des commencements de
la guerre: elle imputait la première agression à la République
française, lui reprochait, dans un langage violent, les ravages commis
en Allemagne, en Hollande, en Suisse, en Italie, parlait même de
rapines exercées par ses généraux dans ce dernier pays; elle joignait
à ce reproche celui de vouloir renverser, partout, le trône et les
autels; puis, arrivant aux dernières ouvertures du Premier Consul, le
ministre anglais disait que ces feintes démonstrations pacifiques
n'étaient pas les premières du même genre; que les divers
gouvernements révolutionnaires successivement élevés et renversés
depuis dix années, en avaient fait plus d'une fois de semblables; que
S. M. le roi de la Grande-Bretagne ne pouvait voir encore dans ce qui
se passait en France, un changement de principes, capable de
satisfaire et de tranquilliser l'Europe; que le seul changement qui
pourrait la rassurer complètement serait le rétablissement de la
maison de Bourbon, qu'alors seulement l'ordre social pourrait ne plus
paraître en danger; que du reste on ne faisait pas du rétablissement
de cette maison la condition absolue de la paix avec la République
française, mais que jusqu'à de nouveaux symptômes, plus significatifs
et plus satisfaisants, l'Angleterre persisterait à combattre, tant
pour sa sûreté que pour celle de ses alliés.

[En marge: Réplique du Premier Consul.]

Cette note inconvenante, qui fut désapprouvée par les hommes sensés de
tous les pays, faisait peu d'honneur à M. Pitt; elle annonçait chez
lui plus de passion que de lumières. Elle prouvait qu'un gouvernement
nouveau, pour se faire respecter, a besoin de beaucoup de victoires,
car le gouvernement actuel en avait déjà remporté de nombreuses, et
d'éclatantes; mais évidemment il lui en fallait de plus grandes
encore. Le Premier Consul ne se déconcerta pas, et, voulant profiter
de la bonne position que lui donnait, aux yeux du monde, la modération
de sa conduite, il fit une réponse douce et ferme, non plus en forme
de lettre au roi, mais en forme de dépêche adressée au ministre des
affaires étrangères, lord Grenville. Récapitulant en peu de mots les
premiers événements de la guerre, il prouvait, avec une grande réserve
de langage, que la France avait pris les armes uniquement pour
résister à une conspiration européenne, tramée contre sa sûreté;
concédant les malheurs que la Révolution avait entraînés pour tout le
monde, il insinuait, en passant, que ceux qui avaient poursuivi la
République française avec tant d'acharnement, pouvaient se reprocher à
bon droit d'être la vraie cause des violences si souvent
déplorées.--Mais, ajoutait-il, à quoi bon tous ces souvenirs? Voici
aujourd'hui un gouvernement disposé à faire cesser la guerre: la
guerre sera-t-elle sans fin, parce que tel ou tel aura été
l'agresseur? Et si on ne veut pas la rendre éternelle, ne faut-il pas
en finir de ces incessantes récriminations? Assurément on n'espère pas
obtenir de la France le rétablissement des Bourbons: est-il dès lors
convenable de faire des insinuations, semblables à celles qu'on s'est
permises? Et que dirait-on si la France, dans ses communications,
provoquait l'Angleterre à rétablir sur le trône cette famille des
Stuarts, qui n'en est descendue que le siècle dernier? Mais laissons
de côté ces questions irritantes, ajoutait la note dictée par le
Premier Consul; si vous déplorez, comme nous, les maux de la guerre,
convenons d'une suspension d'armes, désignons une ville, Dunkerque,
par exemple, ou toute autre, à votre choix, afin d'y rassembler des
négociateurs; le gouvernement français met à la disposition de la
Grande-Bretagne des passe-ports, pour les ministres qu'elle aura
revêtus de ses pouvoirs.--

Cette attitude si calme produisit l'effet ordinaire qu'un homme de
sang-froid produit sur un homme en colère; elle provoqua de lord
Grenville une réplique plus vive, plus amère, plus mal raisonnée que
sa première note. Dans cette réplique, le ministre anglais cherchait à
pallier la faute qu'il avait commise en parlant de la maison de
Bourbon, répondait que ce n'était pas pour elle qu'on faisait la
guerre, mais pour la sûreté de tous les gouvernements, et déclarait de
nouveau que les hostilités seraient continuées sans relâche. Cette
dernière communication était du 20 janvier (30 nivôse). Il n'y avait
pas un mot de plus à dire. Le général Bonaparte en avait assez fait:
confiant dans sa gloire, il n'avait pas craint d'offrir la paix; il
l'avait offerte sans beaucoup d'espoir, mais de bonne foi; et il
avait gagné à cette démarche le double avantage de mettre a
découvert, tant aux yeux de la France qu'aux yeux de l'opposition
anglaise, les passions déraisonnables de M. Pitt. Heureux si, dans
tous les temps, il avait joint à sa puissance cette modération de
conduite, si habilement calculée!

[En marge: Réponse de l'Autriche, plus modérée, mais également
négative.]

Les communications de l'Autriche furent plus convenables, sans laisser
plus d'espérances de paix. Cette puissance, n'imaginant pas que les
intentions du Premier Consul, quoique très-pacifiques, pussent aller
jusqu'à l'abandon de l'Italie en sa faveur, était résolue à continuer
la guerre; mais connaissant le vainqueur de Castiglione et de Rivoli,
sachant qu'il ne fallait pas trop compter sur la victoire quand on
l'avait pour adversaire, elle ne voulait pas fermer toute voie à des
négociations ultérieures.

Comme si l'Autriche se fût entendue avec l'Angleterre quant à la
forme, la réponse de l'empereur au Premier Consul était une dépêche de
M. de Thugut à M. de Talleyrand. Cette dépêche portait la date du 15
janvier 1800 (25 nivôse). Le fond en était le même que celui des notes
anglaises. On ne faisait la guerre, disait-on, que pour garantir
l'Europe d'un bouleversement universel; on ne désirait pas mieux que
de voir la France disposée à la paix, mais quelle garantie
donnait-elle de ses nouvelles dispositions? On accordait cependant
que, sous le Premier Consul, plus de modération au dedans et au
dehors, plus de stabilité dans les vues, plus de fidélité aux
engagements pris, étaient à espérer, et qu'il en résulterait dès lors
plus de chances pour une paix solide et durable. On attendait cet
heureux changement de ses grands talents, mais sans le dire, on
donnait à entendre que lorsqu'il serait complètement effectué, on
songerait alors à négocier.

[En marge: Insistance du Premier Consul pour obliger l'Autriche à
s'expliquer catégoriquement.]

[En marge: Offre de prendre le traité de Campo-Formio pour base des
négociations.]

Le Premier Consul, agissant avec l'Autriche comme avec l'Angleterre,
ne s'en tint pas à cette explication évasive, et, ne se laissant pas
décourager par le vague de la réponse, voulut placer le cabinet de
Vienne dans l'obligation de s'expliquer positivement, et de refuser ou
d'accepter la paix d'une manière catégorique. Le 28 février (9
ventôse), M. de Talleyrand fut chargé d'écrire à M. de Thugut, pour
lui offrir de prendre pour base des négociations, le traité de
Campo-Formio. Ce traité, lui disait-il, avait été un acte de grande
modération de la part du général Bonaparte, envers l'empereur
d'Autriche; car maître, en 1797, d'exiger de ce prince de grands
sacrifices, par la position menaçante de l'armée française aux portes
de Vienne, il avait, dans l'espoir d'une paix durable, préféré des
avantages modérés à des avantages plus étendus; il avait même,
ajoutait le ministre français, encouru, par ses ménagements pour la
cour impériale, le blâme du Directoire. M. de Talleyrand déclarait
enfin que la maison d'Autriche recevrait en Italie les dédommagements
qui, par le traité de Campo-Formio, lui étaient promis en Allemagne.

Pour comprendre la portée des propositions du Premier Consul, il faut se
rappeler que le traité de Campo-Formio accordait à la France la Belgique
et le Luxembourg; à la République Cisalpine, la Lombardie, le Mantouan,
les Légations, etc., et que l'Autriche recevait, en dédommagement,
Venise et la plus grande partie des États vénitiens. Quant à la ligne du
Rhin, embrassant, outre la Belgique et le Luxembourg, les pays compris,
entre la Meuse, la Moselle, le Rhin, en un mot, ce que nous appelons
aujourd'hui les Provinces Rhénanes, l'Autriche devait s'entremettre pour
les faire concéder à la France par l'empire germanique. Dans le moment,
l'Autriche cédait, quant à elle, le comté de Falkenstein, situé entre la
Lorraine et l'Alsace, et s'engageait à ouvrir aux troupes françaises les
portes de Mayence, qu'elle occupait pour le compte de l'empire.
L'Autriche, en compensation, devait recevoir l'évêché de Salzbourg du
côté de la Bavière, lorsque les provinces ecclésiastiques seraient
sécularisées. Ces divers arrangements devaient être négociés au congrès
de Rastadt, terminé si tragiquement, en 1799, par l'assassinat des
plénipotentiaires français. Tel était le traité de Campo-Formio.

En offrant ce traité pour base d'une nouvelle négociation, le Premier
Consul ne tranchait donc pas la question de la ligne du Rhin, en ce
qui concernait les provinces rhénanes; il ne décidait que la question
de la Belgique, irrévocablement cédée à la France, abandonnant la
question, des Provinces Rhénanes à une négociation ultérieure avec
l'empire; et en offrant en Italie les dédommagements autrefois
stipulés en Allemagne, il insinuait que les succès obtenus par
l'Autriche en Italie, seraient pris en considération, pour lui
ménager en ce pays un état meilleur. Il ajoutait que, pour les
puissances secondaires de l'Europe, il serait stipulé _un système de
garanties, propre à rétablir dans toute sa force, ce droit des gens,
sur lequel reposaient essentiellement la sûreté et le bonheur des
nations_. C'était une allusion à l'invasion de la Suisse, du Piémont,
de la Toscane, des États du pape et de Naples, tant reprochée au
Directoire, et prise pour prétexte de la seconde coalition; c'était
une offre assez claire de rétablir ces divers États, et de rassurer
ainsi l'Europe contre les prétendus envahissements de la République
française.

On ne pouvait pas accorder davantage: il fallait même le besoin que la
France avait alors de la paix, pour amener le Premier Consul à de
telles offres. Et comme il ne faisait pas les choses à demi, il
adressait à l'Autriche, ainsi qu'à l'Angleterre, la proposition
formelle d'une suspension d'armes, non-seulement sur le Rhin, où cette
suspension existait déjà, mais encore sur les Alpes et l'Apennin, où
elle n'existait pas encore.

[En marge: Réponse de l'Autriche. Elle demande une négociation
générale.]

Le 24 mars (3 germinal), M. de Thugut répondit, en termes d'ailleurs
fort modérés, que le traité de Campo-Formio, violé aussitôt que
conclu, ne contenait point un système de pacification, capable de
rassurer les puissances belligérantes; que le vrai principe, adopté
dans toutes les négociations, était de prendre pour base l'état dans
lequel la fortune des armes avait laissé chaque puissance; que c'était
la seule base que l'Autriche pût accepter. M. de Thugut ajoutait
qu'avant d'aller plus loin, il avait une explication à demander,
relativement à la forme de la négociation; qu'il lui importait de
savoir si la France voudrait admettre les négociateurs de tous les
États en guerre, afin d'arriver à une paix générale, la seule qui fût
loyale et sage, la seule à laquelle l'Autriche pût accéder.

Ce langage prouvait deux choses: premièrement que l'Autriche, en
voulant pour point de départ, l'état actuel, c'est-à-dire la situation
dans laquelle la dernière campagne avait laissé chaque puissance,
nourrissait de grandes prétentions en Italie; secondement qu'elle ne
se séparerait pas de l'Angleterre, à laquelle des traités de subsides
la liaient étroitement. Cette fidélité à l'Angleterre était de sa part
un devoir de position, qui influa, comme on le verra plus tard, sur le
sort des négociations et de la guerre.

Une telle réponse, quoique convenable dans les termes, laissait peu
d'espoir de s'entendre, puisqu'elle faisait dépendre la conduite d'une
puissance disposée à écouter quelques paroles de paix, de la conduite
d'une puissance résolue à n'en écouter aucune. Toutefois le général
Bonaparte fit de nouveau répondre qu'en offrant en Italie les
dédommagements, stipulés autrefois en Allemagne, il proposait
implicitement de partir, non pas du _status ante bellum_, mais du
_status post bellum_, c'est-à-dire de tenir compte des succès de
l'Autriche en Italie; que les ouvertures par lui faites à
l'Angleterre, prouvaient son désir de rendre la paix générale; qu'il
espérait peu, du reste, d'une négociation commune à toutes les
puissances belligérantes, car l'Angleterre ne voulait pas
d'accommodement; mais qu'il admettait purement et simplement les
propositions de l'Autriche; qu'il attendait, en conséquence, la
désignation du lieu où l'on pourrait traiter, et que, puisqu'on
voulait continuer à combattre, il fallait le fixer hors du théâtre de
la guerre.

L'Autriche déclara que, telles étant les intentions du cabinet
français, elle allait s'adresser à ses alliés, mais qu'avant de les
avoir consultés, il lui était impossible de faire aucune désignation
précise. C'était remettre la négociation à un terme inconnu.

[En marge: Nécessité évidente de continuer la guerre, et d'acheter la
paix par de nouvelles victoires.]

Le Premier Consul, en adressant ces ouvertures à l'Angleterre et à
l'Autriche, ne s'était fait aucune illusion sur leur résultat; mais il
avait voulu tenter une démarche pacifique, premièrement, parce qu'il
désirait la paix, la regardant comme nécessaire à l'organisation du
nouveau gouvernement; secondement, parce qu'il jugeait que cette
démarche le plaçait mieux, dans l'esprit de la France et de l'Europe.

[En marge: Vive discussion dans le Parlement britannique, au sujet des
offres de paix repoussées.]

Ses calculs furent complètement justifiés par ce qui se passa dans le
Parlement d'Angleterre. M. Pitt, par sa brutale manière de répondre
aux ouvertures de la France, s'attira des attaques violentes et
parfaitement fondées. Jamais l'opposition de MM. Fox et Shéridan
n'avait été plus noblement inspirée; jamais elle n'avait jeté autant
d'éclat, et mérité plus justement l'estime des honnêtes gens de tous
les pays.

[En marge: Langage des ministres anglais dans le Parlement.]

La continuation de la guerre, en effet, était fort peu motivée, car
l'Angleterre se trouvait en position d'obtenir alors tout ce qu'il
était raisonnable de souhaiter: sans doute elle n'aurait pas obtenu
l'abandon de l'Égypte, mais résignée, quelques mois après, à nous la
laisser (les négociations ultérieures le prouveront), elle pouvait y
consentir tout de suite, et, à ce prix, elle aurait conservé ses
conquêtes, les Indes comprises; elle se serait épargné les immenses
dangers, auxquels son entêtement l'exposa plus tard. Ce n'était donc
au fond qu'un intérêt ministériel, qui portait le cabinet britannique
à soutenir la guerre avec cet acharnement. Les interpellations de
l'opposition furent vives, et incessamment répétées. Elle exigea et
obtint le dépôt des pièces relatives à la négociation, et il s'engagea
à leur sujet les plus violentes discussions. Les ministres soutenaient
qu'on ne pouvait négocier avec le gouvernement français, parce qu'il
n'y avait pas sûreté à traiter avec lui; qu'il s'était successivement
attiré, par son défaut de foi, la guerre avec tout le monde, le
Danemarck et la Suède seuls exceptés, et que ses rapports étaient même
altérés avec ces deux derniers pays; que la paix avec ce gouvernement
était trompeuse et funeste, témoin les États d'Italie; qu'après avoir
été l'agresseur envers les princes de l'Europe, il voulait les
détrôner tous, car il était dévoré du besoin incessant de détruire et
de conquérir; que le général Bonaparte n'offrait pas plus de
garanties que ses prédécesseurs; que si le nouveau gouvernement
français n'était plus terroriste, il était toujours révolutionnaire,
et qu'avec la Révolution française, on ne devait espérer ni paix ni
trêve; que, si on ne pouvait l'anéantir, il fallait l'épuiser du
moins, jusqu'à ce qu'on l'eût tellement affaiblie qu'elle ne fût plus
à craindre. Les ministres anglais, notamment lord Grenville,
employèrent, à l'égard du Premier Consul, le langage le plus
outrageant. Ils n'avaient pas autrement traité Robespierre.

[En marge: Réponse de l'opposition aux ministres anglais.]

MM. Fox, Shéridan, Tierney, le duc de Bedford, lord Holland,
répondirent avec la plus haute raison à toutes ces allégations.--Vous
demandez quel a été l'agresseur, disaient-ils, et qu'importe cela?
vous dites que c'est la France; la France dit que c'est l'Angleterre:
faudra-t-il donc s'entre-détruire jusqu'à ce qu'on soit d'accord sur
ce point d'histoire? Et qu'importe l'agresseur, si celui que vous
accusez de l'avoir été, offre le premier de déposer les armes? Vous
dites que l'on ne peut pas traiter avec le gouvernement français; mais
vous-mêmes avez envoyé lord Malmesbury à Lille, pour traiter avec le
Directoire! La Prusse, l'Espagne, ont traité avec la République
française, et n'ont pas eu à s'en plaindre. Vous parlez des crimes de
ce gouvernement; mais votre alliée, la cour de Naples, en commet qui
sont plus atroces que ceux de la Convention, car elle n'a pas l'excuse
des entraînements populaires. Vous parlez d'ambition; mais la Russie,
la Prusse et l'Autriche ont partagé la Pologne; mais l'Autriche vient
de reconquérir l'Italie, sans rendre leurs États aux princes que la
France avait dépossédés; vous-mêmes, vous vous emparez de l'Inde,
d'une partie des colonies espagnoles, et de toutes les colonies
hollandaises. Qui osera se dire plus désintéressé qu'un autre, dans
cette lutte de colère et d'avidité, engagée entre tous les États? Ou
vous ne traiterez jamais avec la République française, ou vous ne
trouverez jamais un moment plus favorable que celui-ci, car un homme
puissant et obéi vient de se saisir du pouvoir, et semble disposé à
l'exercer avec justice et modération. Est-il bien digne du
gouvernement anglais, de couvrir d'outrages un personnage illustre,
chef de l'une des premières nations du monde, et qui est du moins un
grand capitaine, quels que soient les vices ou les vertus que le temps
pourra plus tard faire éclater en lui? À moins de dire qu'on veut
épuiser la Grande-Bretagne, son sang, ses trésors, toutes ses
ressources les plus précieuses, pour le rétablissement de la maison de
Bourbon, on ne peut pas donner une bonne raison du refus de traiter
aujourd'hui.--

[En marge: Motion de M. Tierney contre la maison de Bourbon.]

Il n'y avait rien à répondre à une argumentation aussi pressante et
aussi vraie. M. Tierney, profitant de la faute qu'avait commise le
ministère anglais, en parlant dans ses notes du rétablissement de la
maison de Bourbon, fit une proposition spéciale contre cette maison.
Il proposa d'émettre un voeu formel, celui de séparer la cause de
l'Angleterre de la cause de ces Bourbons, si funestes aux deux pays, à
la Grande-Bretagne, s'écriait-il, autant qu'à la France!--J'ai
entendu, continuait-il, j'ai entendu bien des partisans de
l'administration de M. Pitt, dire que le gouvernement français n'ayant
pas offert une négociation collective, on avait pu être fondé à
refuser une négociation isolée, qui nous affaiblissait en nous
séparant de nos alliés; mais je n'en ai vu aucun qui ne blâmât
sévèrement cette manière de fixer le terme de la guerre au
rétablissement de la maison de Bourbon!--Et il est vrai, comme le
disait M. Tierney, que tout le monde avait blâmé cette faute, et que
le cabinet de Vienne, moins passionné que le cabinet britannique,
s'était bien gardé de l'imiter. Les ministres anglais répondaient,
qu'ils n'avaient pas présenté cette condition comme absolue et
indispensable; mais on leur répliquait avec raison qu'il suffisait de
l'indiquer pour violer le droit des gens, et attenter à la liberté des
nations.--Et que diriez-vous, s'écriait M. Tierney (répétant ici
l'argument du cabinet français), que diriez-vous si le général
Bonaparte, victorieux, vous déclarait qu'il ne veut traiter qu'avec
les Stuarts? D'ailleurs, ajoutait-il, est-ce par reconnaissance pour
la maison de Bourbon, que vous prodiguez notre sang et nos trésors?
Souvenez-vous de la guerre d'Amérique! Ou bien n'est-ce pas plutôt
pour le principe qu'elle représente? Vous allez donc déchaîner contre
vous toutes les passions qui ont soulevé la France contre les
Bourbons? vous allez attirer sur vos bras, tous ceux qui ne veulent
plus de nobles, tous ceux qui ne veulent plus ni des dîmes, ni des
droits féodaux; tous ceux qui ont acquis des biens nationaux, tous
ceux qui ont porté les armes dix ans pour la Révolution française?
Vous voulez donc épuiser jusqu'à la dernière goutte, le sang de tant
de Français, avant de songer à négocier? Je demande formellement,
concluait M. Tierney, que l'Angleterre sépare sa cause de celle de la
maison de Bourbon.--

[En marge: Discours de M. Shéridan.]

Dans une autre motion, le célèbre Shéridan, toujours le plus hardi, le
plus poignant des orateurs, Shéridan porta le débat sur le point le
plus sensible au cabinet britannique, l'expédition de Hollande, à la
suite de laquelle les Anglais et les Russes, vaincus par le général
Brune, avaient été réduits à capituler.

--Il paraît, disait M. Shéridan, que si notre gouvernement ne peut pas
conclure avec la République française des traités de paix, il peut du
moins conclure des capitulations. Je lui demande qu'il nous explique
les motifs de celle qu'il a signée pour l'évacuation de la
Hollande.--M. Dundas, interpellé, avait donné trois motifs de
l'expédition de Hollande: le premier, de détacher les Provinces-Unies
de la France; le second, de diminuer les moyens maritimes de la France
et d'augmenter ceux de l'Angleterre, en prenant la flotte hollandaise;
le troisième, de faire une diversion utile aux alliés; et il ajoutait
que le cabinet britannique avait réussi en deux choses sur trois,
puisqu'il tenait la flotte, et qu'il avait contribué à faire gagner la
bataille de Novi, en attirant en Hollande les forces destinées à
l'Italie. Le ministre avait à peine achevé, que M. Shéridan, se
précipitait sur lui, avec une verve sans égale, lui disait: Oui, vous
avez cru des rapports d'émigrés, et vous avez risqué sur le continent
une armée anglaise pour la couvrir de honte. Vous avez voulu détacher
la Hollande de la France, et vous la lui avez attachée plus que
jamais, en la remplissant d'indignation, par l'enlèvement inique de sa
flotte et de ses colonies. Vous tenez, dites-vous, la flotte
hollandaise; mais par un procédé inouï, odieux, en provoquant la
révolte de ses équipages, et en donnant un spectacle des plus
funestes, celui de matelots se révoltant contre leurs chefs, violant
cette discipline qui fait la force des armées de mer, et la grandeur
de notre nation. Vous avez ainsi dérobé ignominieusement cette flotte,
mais pas pour l'Angleterre, en tout cas, pour le stathouder; car vous
avez été obligés de déclarer qu'elle était à lui et non à
l'Angleterre. Enfin, vous avez rendu un service à l'armée autrichienne
à Novi, cela est possible; mais vantez-vous donc, ministres du roi de
la Grande-Bretagne, d'avoir sauvé une armée autrichienne, en faisant
égorger une armée anglaise!--

[En marge: Malgré les efforts de l'opposition, M. Pitt obtient tous
les moyens de continuer la guerre.]

Ces attaques si virulentes n'empêchèrent pas M. Pitt d'obtenir
d'immenses ressources financières, onze cents millions environ
(presque le double du budget de la France à cette époque);
l'autorisation de donner des subsides à l'Autriche et aux États de
l'Allemagne méridionale; d'importantes additions à l'_income-tax_, qui
déjà produisait 180 millions par an; une nouvelle suspension de
l'_habeas corpus_, et enfin la grande mesure de l'union de l'Irlande.
Mais les esprits, en Angleterre, étaient profondément émus de tant de
raison et d'éloquence. Les hommes raisonnables dans toute l'Europe,
étaient frappés aussi des torts qu'on se donnait envers la France, et
bientôt, la victoire se joignant à la justice, M. Pitt devait expier
par de cruelles humiliations la jactance de sa politique envers le
Premier Consul. Cependant M. Pitt était en mesure de fournir à la
coalition les moyens d'une nouvelle campagne; campagne, il est vrai,
la dernière, à cause de l'épuisement des parties belligérantes, mais
la plus acharnée, par cela même qu'elle devait être la dernière.

[En marge: Le Premier Consul, avant de reprendre les hostilités, veut
tirer de la Prusse tout ce qu'on en peut obtenir dans le moment.]

Dans cette grave conjoncture, le Premier Consul voulut tirer de la
cour de Prusse toute l'utilité qu'on en pouvait attendre dans le
moment. Cette cour n'aurait pu, en présence d'adversaires si
puissants, ramener la paix qu'en la leur imposant au moyen d'une
médiation armée; rôle non pas impossible pour elle, mais tout à fait
hors des vues du jeune roi, qui s'appliquait à refaire son trésor et
son armée, tandis que tout le monde s'épuisait autour de lui. Déjà ce
prince avait sondé les puissances belligérantes, et les avait trouvées
si loin de compte, qu'il avait renoncé à s'interposer entre elles.
D'ailleurs, le cabinet prussien avait lui-même ses vues intéressées.
Il voulait bien que la France épuisât l'Autriche, et s'épuisât
elle-même dans une lutte prolongée; mais il aurait souhaité qu'elle
renonçât à une partie de la ligne du Rhin, que, se contentant de la
Belgique, du Luxembourg, de ce côté, elle n'exigeât pas les provinces
rhénanes. Il le conseillait fort au Premier Consul, disant d'abord que
la France et la Prusse, moins rapprochées, en seraient plus d'accord,
et que les cabinets européens, rassurés par cette modération, en
seraient plus enclins à la paix. Mais bien que le Premier Consul eût
mis une grande réserve à s'expliquer à cet égard, au fond il y avait
peu d'espoir de le décider à ce sacrifice, et le cabinet prussien ne
voyait pas, dans tout cela, une paix qui le satisfît assez pour s'en
mêler beaucoup. Il donnait donc quantité de conseils, enveloppés d'une
forme dogmatique, quoique très-amicale, mais il n'agissait pas.

Toutefois ce cabinet pouvait être utile à maintenir la neutralité du
nord de l'Allemagne, à faire entrer le plus grand nombre possible de
princes allemands dans cette neutralité, enfin à détacher entièrement
l'empereur Paul de la coalition. Quant à ces choses, il les faisait
avec zèle, parce qu'il voulait assurer et agrandir la neutralité du
nord de l'Allemagne, et surtout amener la Russie à son système. Paul,
toujours extrême en ses sentiments, s'était de jour en jour irrité
davantage contre l'Autriche et l'Angleterre; il disait tout haut qu'il
obligerait bien l'Autriche à replacer les princes italiens sur les
trônes d'Italie, qu'elle avait reconquis avec les armes russes,
l'Angleterre à replacer l'ordre de Malte dans cette forteresse
insulaire, dont elle était prête à s'emparer; il montrait pour ce
vieil ordre de chevalerie une passion étrange, et s'en était fait le
grand-maître. Il blâmait la manière dont on avait reçu à Vienne et à
Londres les ouvertures du Premier Consul, et dans ses confidences
devenues intimes avec la Prusse, laissait entrevoir qu'il aurait bien
voulu qu'on lui adressât de pareilles ouvertures. Le Premier Consul,
en effet, ne l'avait pas osé, par crainte de ce qui pouvait en arriver
avec un caractère comme celui du czar. La Prusse, avertie de toutes
ces particularités, en informait le cabinet français, qui en faisait
son profit.

[En marge: Explication du Premier Consul avec M. de Sandoz, ministre
de Prusse.]

Avant d'ouvrir la campagne, car la saison des opérations militaires
approchait, le Premier Consul fit appeler auprès de lui M. de Sandoz,
ministre de Prusse, et eut avec lui, le 5 mars (14 ventôse), une
explication positive et complète. Après avoir récapitulé longuement
tout ce qu'il avait fait pour rétablir la paix, et tout ce qu'on lui
avait opposé de mauvais procédés ou d'obstacles invincibles, il exposa
l'étendue de ses préparatifs militaires, et, sans dévoiler ses
profondes combinaisons, laissa entrevoir au ministre prussien la
grandeur des ressources qui restaient à la France; il lui déclara
ensuite que, plein de confiance dans la Prusse, il attendait d'elle de
nouveaux efforts pour rapprocher les puissances belligérantes, pendant
qu'on serait occupé à combattre; qu'à défaut de la paix générale, peu
probable avant une nouvelle campagne, il espérait du roi
Frédéric-Guillaume deux services: la réconciliation de la République
avec Paul Ier, et une tentative directe auprès de l'électeur de
Bavière, pour arracher ce prince à la coalition.--Raccommodez-nous
avec Paul, dit le général Bonaparte, décidez en même temps l'électeur
de Bavière à refuser ses soldats et son territoire à la coalition, et
vous nous aurez rendu deux services dont il vous sera tenu grand
compte. Si l'électeur accède à nos demandes, vous pouvez lui
promettre tous les égards désirables pendant la guerre, et les
meilleurs traitements à la paix.--

Le Premier Consul exposa ses vues ultérieures à l'envoyé de Prusse. Il
lui déclara que le traité de Campo-Formio étant la base offerte pour
la future négociation, la frontière du côté du Rhin serait une
question à traiter plus tard avec l'Empire; que l'indépendance de la
Hollande, de la Suisse, des États italiens serait formellement
garantie. Sans s'expliquer sur le point où le Rhin cesserait d'être la
frontière française, il dit seulement que personne ne pouvait croire
que la France n'exigeât pas au moins jusqu'à Mayence, mais
qu'au-dessous de Mayence, la Moselle, la Meuse pourraient servir de
limite. La Belgique et le Luxembourg étaient toujours hors de
contestation. Il ajouta enfin que si la Prusse rendait à la France les
services qu'elle était en position de lui rendre, il s'engageait à
laisser au cabinet de Berlin une influence considérable dans les
négociations de la paix. C'était en effet le point auquel la Prusse
tenait le plus, car elle désirait se mêler de ces négociations, pour
faire tracer les frontières allemandes de la manière qui conviendrait
le mieux à ses vues.

Cette communication, pleine d'à-propos et de franchise, eut le
meilleur effet à Berlin. Le roi répondit qu'à l'égard de l'empereur
Paul, il avait déjà employé ses bons offices, et les emploierait
encore pour le rapprocher de la France; qu'à l'égard de la Bavière,
enveloppée de tout côté par l'Autriche, il ne pouvait rien; mais que
si l'empereur Paul se prononçait, on parviendrait peut-être, avec le
double secours de la Prusse et de la Russie, à retirer l'électeur de
la coalition.

Il ne restait, après toutes ces démarches fort sagement concertées,
qu'à ouvrir les hostilités le plus promptement possible. Cependant la
saison n'en était pas tout à fait venue, et elle devait arriver cette
année plus tard que de coutume, parce que la France avait à
réorganiser ses armées en partie dissoutes, et que l'Autriche avait à
combler le vide laissé par la Russie dans les cadres de la coalition.
Le Premier Consul pensa que le moment était arrivé d'en finir avec la
Vendée: premièrement, pour faire cesser le spectacle odieux de la
guerre civile; secondement, pour rendre disponibles, et transporter
sur le Rhin et les Alpes, les troupes excellentes que la Vendée
retenait dans l'intérieur de la République.

[En marge: Efforts du Premier Consul pour terminer la guerre civile,
avant de reprendre la guerre extérieure.]

Les significations par lui adressées aux provinces insurgées,
concurremment avec les offres de paix faites aux puissances, y avaient
produit le plus grand effet. Ces significations avaient été appuyées
d'une force imposante, de 60 mille hommes environ, tirés de la
Hollande, de l'intérieur, et de Paris même. Le Premier Consul avait
poussé la hardiesse jusqu'à rester dans Paris, rempli alors de l'écume
de tous les partis, avec 2,300 hommes de garnison; et cette hardiesse
même, il l'avait poussée jusqu'à la publier. Pour répondre aux
ministres anglais, qui prétendaient que le gouvernement consulaire
n'était pas plus solide que les précédents, il fit imprimer un état
comparatif des forces qui se trouvaient à Londres et à Paris. Il en
résultait que Londres était gardé par 14,600 hommes, et Paris par
2,300. C'était à peine de quoi fournir aux postes de simple police,
qui veillent sur les grands établissements publics et sur la demeure
des hauts fonctionnaires. Évidemment, le nom du général Bonaparte
gardait Paris.

Quoi qu'il en soit, les provinces insurgées se virent enveloppées à
l'improviste par une armée redoutable, et se trouvèrent ainsi placées
entre une paix immédiate et généreuse, ou la certitude d'une guerre
d'extermination. Elles ne pouvaient tarder à prendre un parti. MM.
d'Andigné et Hyde de Neuville, après avoir vu de près le Premier
Consul, étaient revenus de toutes leurs illusions, et ne croyaient
plus qu'il voulût un jour rétablir les Bourbons. Ils ne croyaient pas
davantage qu'on pût réussir à vaincre un tel homme. M. Hyde de
Neuville, envoyé par le comte d'Artois pour juger de l'état des
choses, se décida à retourner à Londres, ne voulant pas quant à lui
abandonner le parti des Bourbons, mais reconnaissant l'impossibilité
de continuer la guerre, et laissant à tous les chefs le conseil de
faire ce que la nécessité des temps et des lieux commanderait à chacun
d'eux. M. d'Andigné retourna en Vendée rapporter ce qu'il avait vu.

[En marge: Courtes incertitudes des royalistes.]

La durée de la suspension d'armes allait expirer. Il fallait que les
chefs du parti royaliste, ou signassent une définitive, ou se
décidassent à entreprendre sur-le-champ une lutte à mort avec une
armée formidable. En 1793, dans le premier enthousiasme de
l'insurrection, ils n'avaient pu vaincre les 16 mille hommes de la
garnison de Mayence, et n'avaient réussi qu'à livrer des combats
héroïques et sanglants, pour finir par succomber. Que pouvaient-ils
aujourd'hui contre 60 mille hommes de troupes, les premières de
l'Europe, dont une moitié seulement venait de suffire pour jeter à la
mer les Russes et les Anglais? Rien évidemment, et cette opinion était
universelle dans les provinces insurgées. Toutefois elle était plus ou
moins partagée dans chacune d'elles. Sur la rive gauche de la Loire,
entre Saumur, Nantes et les Sables, en un mot dans la vieille Vendée,
épuisée, d'hommes et de toutes choses, on éprouvait une fatigue
extrême; on y jugeait cette dernière prise d'armes, qui n'avait été
amenée que par la faiblesse et les rigueurs du Directoire, pour ce
qu'elle valait, c'est-à-dire pour une folie. Sur la rive droite,
autour du Mans, pays qui avait été aussi le théâtre d'une lutte
désespérée, ces sentiments dominaient. En Basse-Normandie, où
l'insurrection était de date plus récente, où M. de Frotté, jeune
chef, actif, rusé, ambitieux, menait les royalistes, on montrait plus
de disposition à continuer la guerre. Il en était de même dans le
Morbihan, où l'éloignement de Paris, le voisinage de la mer, la nature
des lieux, offraient plus de ressources, et où un chef d'une énergie
féroce et indomptable, Georges Cadoudal, soutenait les courages. Dans
ces deux dernières provinces, les communications plus fréquentes avec
les Anglais, contribuaient à rendre la résistance plus opiniâtre.

[En marge: Efforts des émigrés, agents de l'Angleterre, pour empêcher
la pacification.]

D'un bout à l'autre de la Vendée et de la Bretagne, on conférait sur
le parti à prendre. Les émigrés payés par l'Angleterre, dont le
dévouement consistait en allées et venues continuelles, et qui
n'avaient pas à souffrir toutes les conséquences de l'insurrection,
étaient en vive contestation avec les gens du pays, sur lesquels
pesait sans relâche le fardeau de la guerre civile. Ceux-là
soutenaient qu'il fallait continuer la lutte, et ceux-ci au contraire
qu'il fallait y mettre fin. Ces représentants d'un intérêt plus
anglais que royaliste disaient que le gouvernement des Consuls allait
périr, comme les autres gouvernements révolutionnaires, après quelques
jours d'apparence trompeuse, qu'il allait périr par le désordre des
finances et de l'administration; que les armées russes et anglaises
devaient envoyer un détachement en Vendée, pour tendre la main aux
royalistes français, qu'il ne fallait plus à ceux-ci que quelques
jours de patience, pour recueillir le fruit de huit ans d'efforts et
de combats, et qu'en persistant ils auraient probablement l'honneur de
conduire à Paris les Bourbons victorieux. Les insurgés qui n'allaient
pas habituellement se réfugier à Londres, et y vivre de l'argent
anglais, qui restaient sur les lieux avec leurs paysans, qui voyaient
leurs terres ravagées, leurs maisons incendiées, leurs femmes et leurs
enfants exposés à la faim et à la mort, ceux-là disaient que le
général Bonaparte n'avait jamais échoué dans ce qu'il avait entrepris;
qu'à Paris, au lieu de croire que tout tombait en dissolution, on
croyait au contraire que tout se réorganisait sous la main heureuse du
nouveau chef de la République; que cette République, qu'on disait
épuisée, venait de leur envoyer une armée de 60 mille hommes; que ces
Russes et ces Anglais tant vantés venaient de poser les armes devant
une moitié de cette même armée; que c'était chose facile de faire à
Londres de beaux projets, de parler de dévouement, de constance, quand
on était loin des lieux, des événements, et de leurs conséquences;
qu'il fallait à cet égard ménager ses discours, en présence de gens
qui, depuis huit années, enduraient seuls les maux de la plus affreuse
guerre civile. Parmi ces royalistes épuisés, on allait jusqu'à
insinuer que le général Bonaparte, dans son entraînement vers le bien,
après avoir rétabli la paix, fait cesser la persécution, relevé les
autels, relèverait peut-être aussi le trône; et on répétait les fables
qui n'étaient plus admises chez les principaux royalistes, depuis les
entrevues de MM. d'Andigné et Hyde de Neuville avec le Premier Consul,
mais qui, dans les derniers rangs du peuple insurgé, avaient conservé
quelque créance, et contribuaient à rapprocher les esprits du
gouvernement.

[En marge: L'abbé Bernier, curé de Saint-Laud.]

[En marge: L'abbé Bernier dispose la rive gauche de la Loire à mettre
bas les armes.]

[En marge: Paix de Montfaucon.]

Il y avait au sein de la vieille Vendée, un simple prêtre, l'abbé
Bernier, curé de Saint-Laud, destiné bientôt à prendre part aux
affaires de la République et de l'Empire, lequel, par beaucoup
d'intelligence et d'habileté naturelle, avait acquis un grand
ascendant sur les chefs royalistes. Il avait vu de près cette longue
insurrection qui n'avait abouti à rien, qu'à des malheurs; il jugeait
la cause des Bourbons perdue, pour le moment du moins, et croyait
qu'on ne pouvait sauver du bouleversement général produit par la
Révolution française, que le vieil autel des chrétiens. Éclairé sous
ce dernier rapport par les actes du Premier Consul, et par des
communications fréquentes avec le général Hédouville, il n'avait plus
de doute, et il comptait qu'en se soumettant on obtiendrait la paix,
la fin des persécutions, et la tolérance au moins, sinon la protection
du culte. Il conseilla donc la soumission à tous ces vieux chefs de la
rive gauche, et par son influence fit taire les porteurs de paroles,
allant et venant de la Vendée à Londres. Une réunion eut lieu à
Montfaucon, et là, dans un conseil des officiers royalistes, l'abbé
Bernier décida M. d'Autichamp, jeune gentilhomme plein de bravoure,
mais docile aux lumières d'autrui, à mettre bas les armes, pour le
compte de la province. La capitulation fut signée le 18 janvier (28
nivôse). La République promettait amnistie entière, respect pour le
culte, abandon de l'impôt pour quelque temps dans les provinces
ravagées, radiation de tous les chefs de la liste des émigrés. Les
royalistes promettaient, en retour, soumission complète, et remise
immédiate de leurs armes.

Ce même jour 18 janvier, l'abbé Bernier écrivit au général Hédouville:
«Vos voeux et les miens sont accomplis. Aujourd'hui, à deux heures, la
paix a été acceptée avec reconnaissance à Montfaucon, par tous les
chefs et officiers de la rive gauche de la Loire. La rive droite va
sans doute suivre cet exemple, et l'olivier de la paix remplacera sur
les deux bords de la Loire les tristes cyprès que la guerre eût fait
croître. Je charge MM. de Bauvollier, Duboucher et Renou, de vous
porter cette heureuse nouvelle. Je les recommande à la bienfaisance
du gouvernement et à la vôtre. Inscrits faussement sur la liste fatale
de 1793, ils se sont vu dépouiller de leurs biens. Ils ont fait ce
sacrifice à la nécessité des circonstances, et n'en ont pas moins
désiré la paix. Cette paix est votre ouvrage; maintenez-la, général,
par la justice et la bienfaisance. Votre gloire et votre bonheur y
sont attachés. Je ferai, pour remplir vos vues salutaires, tout ce qui
dépendra de moi: la sagesse le commande, l'humanité le veut.... Mon
coeur est tout entier au pays que j'habite, et sa félicité est le
premier de mes voeux.

                                        »Bernier.»

[En marge: La rive droite dépose aussi les armes.]

Cet exemple produisit son effet. Deux jours après, les insurgés de la
rive droite, commandés par un vieux et brave gentilhomme, M. de
Châtillon, et dégoûtés comme lui de servir les vues de l'Angleterre
plutôt que la cause du royalisme, se rendirent: toute l'ancienne
Vendée se trouva ainsi pacifiée. La joie fut extrême, soit dans les
campagnes où régnait le royalisme, soit dans les villes où régnait au
contraire l'esprit de la Révolution. En plusieurs villes, telles que
Nantes et Angers, les chefs royalistes, portant la cocarde tricolore,
furent reçus en triomphe, et fêtés comme des frères. De toutes parts
on commença à rendre les armes, et à se soumettre de bonne foi, sous
l'influence d'une opinion qui peu à peu devenait générale, c'est que
la guerre, sans ramener les Bourbons, n'aboutirait qu'à l'effusion du
sang, au ravage du pays; et que la soumission, au contraire,
procurerait repos, sécurité, rétablissement de la religion, chose de
toutes la plus désirée.

[En marge: Continuation de la guerre en Bretagne.]

Cependant la pacification rencontrait plus d'obstacles en Bretagne et
en Normandie. La guerre de ces côtés était plus récente, comme nous
venons de le dire, et avait moins épuisé les courages; d'ailleurs elle
y procurait de honteux bénéfices, tandis qu'en Vendée elle ne
rapportait que des souffrances. C'était dans le centre de la Bretagne,
et vers la Normandie, que s'étaient réfugiés tous les chouans,
c'est-à-dire les hommes que l'insurrection avait habitués au
brigandage, et qui ne savaient plus s'en passer. Ils faisaient
beaucoup plus la guerre aux caisses des comptables, aux diligences,
aux acquéreurs de biens nationaux, qu'à la République. Ils étaient en
rapport avec une troupe de mauvais sujets établis à Paris, et
recevaient d'eux les avis qui les guidaient dans leurs expéditions.
Enfin, dans le Morbihan, où était le siège de l'insurrection la plus
tenace, Georges, le seul implacable des chefs vendéens, recevait des
Anglais l'argent, les ressources matérielles, qui pouvaient seconder
sa résistance: aussi était-il fort peu disposé à se soumettre.

[En marge: Quelques combats en Bretagne.]

[En marge: Soumission de M. de Bourmont.]

Mais les préparatifs étaient faits pour écraser ceux des chefs
royalistes qui ne voudraient pas se rendre. Le 21 janvier (1er
pluviôse), le général Chabot, rompant la suspension d'armes, marcha
sur les bandes du centre de la Bretagne, commandées par MM. de
Bourmont et de La Prévalaye. Près la commune de Mélay, il joignit M.
de Bourmont qui, à la tête de 4 mille chouans, se défendit avec
vigueur, mais fut cependant obligé de céder aux républicains, habitués
à vaincre d'autres soldats que des paysans. Lui-même, après avoir
couru le plus grand danger, ne parvint qu'avec beaucoup de peine à se
sauver. Obligé bientôt de reconnaître qu'il ne pouvait plus rien pour
sa cause, il rendit les armes le 24 janvier (4 pluviôse).

[En marge: Soumission de Georges.]

Le général Chabot marcha ensuite sur Rennes, pour se porter de là vers
le fond de la Bretagne, où le général Brune concentrait de grandes
forces. Le 25 janvier (5 pluviôse), plusieurs colonnes parties de
Vannes, d'Auray, d'Elven, sous les généraux Harty et Gency,
rencontrèrent à Grandchamp les bandes de Georges. Les deux généraux
républicains avaient acheminé sur Vannes des convois de grains et de
bestiaux, qu'ils avaient enlevés dans les campagnes insurgées. Les
chouans ayant voulu reprendre ce convoi, les colonnes d'escorte les
enveloppèrent, et, malgré la plus vigoureuse résistance, leur tuèrent
400 hommes, plusieurs chefs, et les mirent complètement en déroute. Le
surlendemain 27, un combat très-violent à Hennebon fit encore périr
300 chouans, et acheva de détruire toutes les espérances de
l'insurrection. Il y avait tout près des côtes un vaisseau anglais de
80 et quelques frégates, qui purent voir combien étaient chimériques
les illusions dont on avait bercé le gouvernement britannique. Du
reste, on s'était trompé réciproquement, le gouvernement britannique
en promettant une nouvelle expédition comme celle de Hollande, les
Bretons en annonçant une levée en masse. Des royalistes récemment
débarqués eurent quelque peine à rejoindre en chaloupe la division
anglaise, et furent reçus comme des émigrés qui ont beaucoup promis et
peu fait. Georges se vit réduit à déposer les armes, et livra 20 mille
fusils et 20 pièces de canon, qu'il venait de recevoir des Anglais.

Dans la Basse-Normandie, M. de Frotté, jeune chef fort dévoué à sa
cause, était, avec Georges, le plus résolu des royalistes à continuer
la guerre. Il fut poursuivi par les généraux Gardanne et Chambarlhac,
détachés de la garnison de Paris. Plusieurs rencontres très-vives
eurent lieu sur divers points. Le 25 janvier (5 pluviôse), M. de
Frotté fut joint par le général Gardanne aux forges de Cossé, près de
la Motte-Fouquet, et perdit beaucoup de monde. Le 26 (6 pluviôse), un
des chefs, nommé Duboisgny, fut attaqué dans son château de Duboisgny,
près Fougères, et essuya comme M. de Frotté une perte considérable.
Enfin le 27 (7 pluviôse), le général Chambarlhac enveloppa, dans les
environs de Saint-Christophe, non loin d'Alençon, quelques compagnies
de chouans, et les fit passer par les armes.

[En marge: Arrestation et mort de M. de Frotté.]

M. de Frotté, voyant, comme les autres, mais malheureusement trop
tard, que toute résistance était impossible devant les nombreuses
colonnes qui avaient assailli le pays, M. de Frotté pensa qu'il était
temps de se rendre. Il écrivit, pour demander la paix, au général
Hédouville, qui, dans le moment, était à Angers, et, en attendant la
réponse, il proposa une suspension d'armes au général Chambarlhac.
Celui-ci répondit que, n'ayant pas de pouvoirs pour traiter, il
allait s'adresser au gouvernement pour en obtenir, mais que dans
l'intervalle il ne pouvait prendre sur lui de suspendre les
hostilités, à moins que M. de Frotté ne consentît à livrer
immédiatement les armes de ses soldats. C'était justement ce que M. de
Frotté redoutait le plus. Il consentait bien à se soumettre, et à
signer une pacification momentanée, mais à condition de rester armé,
afin de saisir plus tard la première occasion favorable de recommencer
la guerre. Il écrivit même à ses lieutenants des lettres dans
lesquelles, en leur prescrivant de se rendre, il leur recommandait de
garder leurs fusils. Pendant ce temps, le Premier Consul, irrité
contre l'obstination de M. de Frotté, avait ordonné de ne lui point
accorder de quartier, et de faire sur sa personne un exemple. M. de
Frotté, inquiet de ne pas recevoir de réponse à ses propositions,
voulut se mettre en communication avec le général Guidal, commandant
le département de l'Orne, et fut arrêté avec six des siens, tandis
qu'il cherchait à le voir. Les lettres qu'on trouva sur lui,
lesquelles contenaient l'ordre à ses gens de se rendre, mais en
gardant leurs armes, passèrent pour une trahison. Il fut conduit à
Verneuil, et livré à une commission militaire.

[En marge: Fév. 1800.]

La nouvelle de son arrestation étant venue à Paris, une foule de
solliciteurs entourèrent le Premier Consul, et obtinrent une
suspension de procédure, qui équivalait à une grâce. Mais le courrier
qui apportait l'ordre du gouvernement arriva trop tard. La
Constitution étant suspendue dans les départements insurgés, M. de
Frotté avait été jugé sommairement, et quand le sursis arriva, ce
jeune et vaillant chef avait déjà subi la peine de son obstination. La
duplicité de sa conduite, bien que démontrée, n'était cependant point
assez condamnable, pour qu'on ne dût pas regretter beaucoup une telle
exécution, la seule, au reste, qui ensanglanta cette heureuse fin de
la guerre civile.

[En marge: Fin de la guerre civile.]

Dès ce jour les départements de l'Ouest furent entièrement pacifiés.
La sagesse du général Hédouville, la vigueur, la promptitude des
moyens employés, la fatigue des insurgés, le mélange de confiance et
de crainte que leur inspirait le Premier Consul, amenèrent cette
pacification si rapide. Elle était complètement terminée à la fin de
février 1800 (premiers jours de ventôse). Le désarmement s'opérait
partout; il restait seulement des voleurs de grande route, dont une
justice active et impitoyable devait bientôt venir à bout. Les troupes
employées dans l'Ouest se remirent en marche vers Paris, pour
concourir aux vastes desseins du Premier Consul.

[En marge: Les chefs royalistes viennent à Paris, et voient le Premier
Consul.]

La Constitution, suspendue dans les quatre départements de la
Loire-Inférieure, d'Ille-et-Vilaine, du Morbihan et des Côtes-du-Nord,
fut remise en vigueur, et la plupart des chefs qui venaient de déposer
les armes, furent successivement attirés à Paris, dans l'intention de
les mettre en rapport avec le Premier Consul. Celui-ci savait bien
qu'il ne suffisait pas de leur arracher les armes des mains, mais
qu'il fallait s'emparer de ces âmes portées à l'exaltation, et les
diriger vers un noble but. Il voulait entraîner les chefs royalistes
avec lui, dans l'immense carrière ouverte en ce moment à tous les
Français, les conduire à la fortune, à la gloire, par ce chemin des
dangers, qu'ils étaient habitués à parcourir. Il les fit inviter à
venir le voir. Sa renommée, qui inspirait un vif désir de l'approcher
à tous ceux qui en avaient l'occasion; sa bienfaisance, très-vantée
déjà dans la Vendée, et qu'on avait à invoquer en faveur des
nombreuses victimes de la guerre civile, étaient pour les chefs
royalistes autant de motifs honorables de le visiter. Le Premier
Consul reçut et accueillit fort bien, d'abord l'abbé Bernier, puis MM.
de Bourmont, d'Autichamp, de Châtillon, et enfin Georges Cadoudal
lui-même. Il distingua l'abbé Bernier, et résolut de se l'attacher en
l'employant aux difficiles affaires de l'Église. Il entretint
fréquemment les chefs militaires, les toucha par son noble langage, et
en décida quelques-uns à servir dans les armées françaises. Il réussit
même à gagner le coeur de M. de Châtillon. Celui-ci rentra dans sa
retraite, se maria, et devint l'intermédiaire ordinaire, et toujours
écouté, de ses concitoyens, quand ils avaient quelque acte de justice
ou d'humanité à solliciter du Premier Consul. C'est avec la gloire, la
clémence et la bienfaisance qu'on termine les révolutions.

[En marge: Résistance de Georges Cadoudal à l'influence du Premier
Consul.]

Georges seul résista à cette haute influence. Quand il fut conduit aux
Tuileries, l'aide-de-camp chargé de l'introduire conçut à son aspect
de telles craintes, qu'il ne voulut jamais refermer la porte du
cabinet du Premier Consul, et qu'il venait à chaque instant jeter à
la dérobée quelques regards pour voir ce qui s'y passait. L'entrevue
fut longue. Le général Bonaparte fit en vain retentir les mots de
patrie, de gloire aux oreilles de Georges, il essaya même en vain
l'amorce de l'ambition sur le coeur de ce farouche soldat de la guerre
civile; il ne réussit point, et fut convaincu lui-même qu'il n'avait
pas réussi, en voyant le visage de son interlocuteur. Georges, en le
quittant, partit pour l'Angleterre avec M. Hyde de Neuville. Plusieurs
fois, racontant son entrevue à son compagnon de voyage, et lui
montrant ses bras vigoureux, il s'écria: Quelle faute j'ai commise de
ne pas étouffer cet homme dans mes bras!--

[En marge: Nouveaux bruits dont la pacification de la Vendée est
l'occasion.]

Cette prompte pacification de la Vendée produisit un grand effet sur
les esprits. Quelques malveillants, qui ne voulaient pas l'expliquer
par ses causes naturelles, c'est-à-dire par l'énergie des moyens
physiques, par la sagesse des moyens moraux, et surtout par
l'influence du grand nom du Premier Consul, prétendaient qu'il y avait
eu avec les Vendéens des conventions secrètes, dans lesquelles on leur
promettait quelque importante satisfaction. On ne disait pas
clairement, on insinuait que ce serait peut-être beaucoup plus que le
rétablissement des principes de l'ancien régime, mais celui des
Bourbons eux-mêmes. C'étaient les nouvellistes du parti
révolutionnaire qui débitaient ces fables ridicules; mais les gens
sensés, appréciant mieux les actes du général Bonaparte, se disaient
qu'on ne faisait pas de si grandes choses pour autrui, et croyaient
que, s'il ne travaillait pas uniquement pour la France, c'était du
moins pour lui-même, et non pour les Bourbons. Du reste, aux yeux de
tout le monde, la pacification de la Vendée était un événement des
plus heureux, présageant une paix plus importante et plus difficile,
la paix avec l'Europe.

[En marge: Fin de la session de l'an VIII.]

[En marge: Mars. 1800.]

[En marge: Rappel en France de nouvelles listes de proscrits.]

[En marge: L'ex-directeur Barthélemy introduit au Sénat.]

[En marge: L'ex-directeur Carnot appelé au ministère de la guerre.]

Le Premier Consul se hâta, avant d'ouvrir la campagne de cette année,
de clore la session du Corps Législatif, et de presser l'adoption des
nombreux projets de lois qu'il avait présentés. Quelques membres du
Tribunat se plaignaient de la rapidité avec laquelle on les faisait
discuter et voter. «Nous sommes, disait le tribun Sedillez, homme
impartial et modéré, nous sommes entraînés dans un _tourbillon
d'urgence_, dont le mouvement rapide se dirige vers le but de nos
voeux. Ne vaut-il pas mieux céder à l'impétuosité de ce mouvement, que
de s'exposer à en entraver la marche? L'année prochaine nous
examinerons avec plus de maturité les projets présentés, nous
rectifierons ce qui aurait besoin de l'être.» Tout marchait, en effet,
rapidement vers le but que le Premier Consul s'était proposé. Les lois
votées étaient mises à exécution; les fonctionnaires nommés se
rendaient à leur poste. Les nouveaux préfets entraient en charge, et
l'administration reprenait de toute part un ensemble, une activité
qu'on ne lui avait jamais vus. Les contributions arriérées rentraient
dans les caisses du Trésor, depuis que la confection des rôles
permettait de se présenter avec un titre légal aux contribuables.
Chaque jour de nouvelles mesures signalaient plus clairement la marche
politique du gouvernement. Une seconde liste de proscrits venait
d'obtenir le bienfait du rappel. Les écrivains y figuraient en grand
nombre. MM. de Fontanes, de La Harpe, Suard, Sicard, Michaud, Fiévée,
étaient rappelés de leur exil, ou autorisés à sortir de leur retraite.
Les membres de l'Assemblée Constituante, connus pour avoir voté
l'abolition des institutions féodales, étaient exemptés de toutes les
rigueurs dont on les avait frappés sous la Convention et le
Directoire. Un proscrit fameux du 18 fructidor, négociateur et
signataire du premier traité de paix de la République, l'ex-directeur
Barthélemy, était, sur la proposition des Consuls, nommé sénateur.
Enfin, un autre proscrit de la même date, Carnot, récemment tiré de
l'exil, puis nommé inspecteur aux revues, venait d'être appelé au
ministère de la guerre, à la place du général Berthier, partant pour
prendre le commandement de l'une des armées de la République. Le nom
de Carnot était alors un grand nom militaire, auquel se rattachait le
souvenir des victoires de la Convention en quatre-vingt-treize; et,
bien que le nom du général Bonaparte fût suffisant pour faire trembler
la coalition, celui de Carnot, s'ajoutant au sien, produisit encore
une véritable sensation sur les états-majors étrangers.

[En marge: Dernière entreprise de l'opposition dans le Tribunat.]

La session tendant à sa fin, l'opposition du Tribunat fit une dernière
tentative, qui causa quelque agitation, bien qu'elle fût repoussée par
une grande majorité. Le Corps Législatif ne devait siéger que quatre
mois. Il n'y avait pas de terme assigné aux sessions du Tribunat. Ce
dernier pouvait donc se réunir, bien que la vacance du Corps
Législatif le laissât sans ouvrage. On lui proposa de se créer un
emploi de son temps, au moyen des pétitions qu'il était seul chargé de
recevoir, et des voeux qu'il était autorisé à émettre sur les objets
d'intérêt général. M. Benjamin Constant proposa de livrer ces
pétitions à des commissions distinctes, de les soumettre à un travail
continuel, et de se ménager par ce moyen, non-seulement la discussion
de tous les actes du gouvernement, chose en soi fort légitime, mais
leur discussion permanente pendant les douze mois de l'année. Cette
proposition fut repoussée dans ce qu'elle avait de grave. Il fut
décidé que le Tribunat se réunirait une fois par quinzaine, pour
entendre un rapport de pétitions, et que ce rapport serait fait par le
bureau de l'assemblée, composé du président et des secrétaires.
Réduite à ces termes, la proposition n'avait plus rien d'inquiétant.

Sauf cette dernière tentative, la fin de la session fut parfaitement
paisible, même au Tribunat. Les projets du gouvernement y avaient
obtenu une telle majorité, qu'il fallait une bien grande
susceptibilité, pour en vouloir à ce corps de l'opposition d'une
vingtaine de ses membres. Le Premier Consul, quelque disposé qu'il fût
à ne rien supporter, prit le parti de n'en tenir aucun compte. Aussi
cette première session, dite de l'an VIII, ne répondit-elle aucunement
aux craintes que certains propagateurs de mauvaises nouvelles
affectaient de répandre. Si plus tard les choses en étaient restées
là, on se serait accommodé de ce dernier simulacre des assemblées
délibérantes. Cette génération alarmée, et le chef qu'elle avait
adopté, les auraient également supportées.

[En marge: Règlement de police à l'égard de la presse périodique.]

Un peu avant la clôture de la session, le Premier Consul prit, à
l'égard de la presse périodique, une mesure qui aujourd'hui ne serait
rien moins qu'un phénomène impossible, mais qui alors, grâce au
silence de la Constitution, était une mesure tout à fait légale, et,
grâce à l'esprit du temps, à peu près insignifiante. La Constitution,
en effet, ne disait rien à l'égard de la presse périodique, et il
paraîtra étonnant qu'une liberté aussi importante que celle d'écrire,
n'eût pas même obtenu une mention spéciale dans la loi fondamentale de
l'État. Mais alors la tribune, tant celle des assemblées que celle des
clubs, avait été pour les passions révolutionnaires le moyen préféré
de se produire, et on avait tant usé du droit de parler, qu'on avait
tenu peu de compte du droit d'écrire. À l'époque du 18 fructidor, la
presse fut un peu plus employée, mais particulièrement par les
royalistes, et elle excita contre elle un tel soulèvement chez les
révolutionnaires, qu'elle leur inspira depuis un médiocre intérêt. On
souffrit donc qu'elle fût proscrite au 18 fructidor, et que, dans la
rédaction de la Constitution de l'an VIII, elle fût omise, et livrée
dès lors à l'arbitraire du gouvernement.

[En marge: Liste des journaux seuls autorisés à paraître.]

Le Premier Consul, qui avait déjà supporté avec peu de patience les
attaques des journaux royalistes lorsqu'il était simple général de
l'armée d'Italie, commençait à s'inquiéter aujourd'hui des
indiscrétions que la presse commettait à l'égard des opérations
militaires, et des attaques virulentes qu'elle se permettait contre
les gouvernements étrangers. S'appliquant d'une manière toute
particulière à réconcilier la République avec l'Europe, il craignait
que les feuilles républicaines, fort déchaînées contre les cabinets,
surtout depuis le refus des offres de la France, ne rendissent vains
tous ses efforts de rapprochement. Le roi de Prusse, notamment, avait
eu à se plaindre de quelques journaux français, et en avait exprimé
son déplaisir. Le Premier Consul, qui voulait effacer partout les
traces de la violence, et qui n'était pas retenu d'ailleurs, à l'égard
de la liberté de la presse, par une opinion publique ferme et arrêtée,
telle que celle qui existe aujourd'hui, prit une décision, par
laquelle il supprima une grande quantité de journaux, et désigna ceux
qui auraient le privilège de continuer à paraître. Ces dispositions
devaient demeurer en vigueur jusqu'à la paix générale. Les journaux
maintenus étaient au nombre de treize. C'étaient: le _Moniteur
universel_.--Le _Journal des Débats_.--Le _Journal de Paris_.--Le
_Bien-informé_.--Le _Publiciste_.--L'_Ami des lois_.--La _Clef du
cabinet_.--Le _Citoyen français_.--La _Gazette de France_.--Le
_Journal des hommes libres_.--Le _Journal du soir_.--Le _Journal des
défenseurs de la Patrie_.--La _Décade philosophique_.

Ces journaux favorisés étaient en outre avertis que ceux qui
publieraient des articles contre la Constitution, contre les armées,
leur gloire ou leur intérêt, qui publieraient des invectives contre
les gouvernements étrangers, amis ou alliés de la France, seraient
immédiatement supprimés.

Cette mesure, qui paraîtrait si extraordinaire aujourd'hui, fut
accueillie sans murmure et sans étonnement, car les choses n'ont de
valeur que par l'esprit qui règne.

[En marge: Dépouillement des votes recueillis dans toute la France, à
l'occasion de la nouvelle Constitution.]

Les votes demandés aux citoyens, au sujet de la nouvelle Constitution,
avaient été recueillis et comptés. Le résultat de ce dépouillement fut
communiqué au Sénat, au Corps Législatif, au Tribunat, par un message
des Consuls. Aucune des constitutions antérieures n'avait été acceptée
par un aussi grand nombre de suffrages.

On avait compté, en 1793, pour la Constitution de cette époque, 1,800
mille suffrages favorables, et 11 mille suffrages contraires; en 1795,
pour la Constitution directoriale, un million 57 mille suffrages
favorables, et 49 mille contraires. Cette fois il se présenta plus de
3 millions de votants, sur lesquels 3 millions adoptèrent la
Constitution, 15 cents seulement la repoussèrent[2]. Assurément, ces
vaines formalités ne signifient rien pour les esprits sérieux. Ce
n'est pas à ces signes vulgaires et souvent mensongers, c'est à son
aspect moral qu'on juge de la volonté d'une société. Mais la
différence dans le nombre des votants avait ici une incontestable
signification. Elle prouvait au moins combien était général le
sentiment qui appelait un gouvernement fort et réparateur, capable
d'assurer l'ordre, la victoire et la paix.

[Note 2: Voici les nombres exacts: en 1793, 1,801,918 suffrages
favorables et 11,610 contraires; en 1795, 1,057,390 suffrages
favorables et 49,955 contraires; en 1800, sur 3,012,569 votants,
3,011,007 favorables et 1,562 contraires.]

[En marge: Le Premier Consul va s'établir au Palais des Tuileries.]

Le Premier Consul, avant son départ pour l'armée, se décida enfin à
une démarche importante: il alla s'établir aux Tuileries. Avec la
disposition des esprits à voir en lui un César, un Cromwell, destiné à
terminer le règne de l'anarchie par le règne du pouvoir absolu, cet
établissement dans le palais des rois était une démarche hardie et
délicate, non à cause des résistances qu'elle pouvait provoquer, mais
de l'effet moral qu'elle était dans le cas de produire.

[En marge: Cérémonie funèbre en l'honneur de Washington.]

Le Premier Consul la fit précéder d'une cérémonie imposante, et
habilement imaginée. Washington venait de mourir. La mort de cet
illustre personnage, qui avait rempli de son nom la fin du dernier
siècle, avait été un sujet de regrets pour tous les amis de la liberté
en Europe. Le Premier Consul, jugeant qu'une manifestation à ce sujet
était opportune, adressa aux armées l'ordre du jour suivant:

«Washington est mort! Ce grand homme s'est battu contre la tyrannie;
il a consolidé l'indépendance de sa patrie. Sa mémoire sera toujours
chère au peuple français, comme à tous les hommes libres des deux
mondes, et spécialement aux soldats français, qui, comme lui et les
soldats américains, se battent pour l'égalité et la liberté.»

En conséquence, dix jours de deuil furent ordonnés. Ce deuil devait
consister en un crêpe noir suspendu à tous les drapeaux de la
République. Le Premier Consul ne s'en tint pas là: il fit préparer une
fête simple et noble dans l'église des Invalides, église appelée, dans
la langue fugitive du temps, _le temple de Mars_. Les drapeaux conquis
en Égypte n'avaient pas encore été présentés au gouvernement. Le
général Lannes fut chargé de les remettre, en cette occasion, au
ministre de la guerre, sous le dôme magnifique élevé par le grand roi
à la vieillesse guerrière.

Le 9 février (20 pluviôse), toutes les autorités étant réunies aux
Invalides, le général Lannes présenta au ministre de la guerre
Berthier 96 drapeaux, pris aux Pyramides, au Mont-Thabor, à Aboukir.
Il prononça une harangue courte et martiale. Berthier lui fit une
réponse du même genre. Celui-ci était assis entre deux invalides
centenaires, et il avait en face le buste de Washington, ombragé des
mille drapeaux, conquis sur l'Europe par les armées de la France
républicaine.

[En marge: Éloge de Washington par M. de Fontanes.]

Non loin de là une tribune était préparée. On y vit monter un proscrit,
qui devait sa liberté à la politique du Premier Consul: c'était M. de
Fontanes, écrivain pur et brillant, le dernier qui ait fait usage de
cette langue française, autrefois si parfaite, et emportée aujourd'hui
avec le dix-huitième siècle dans les abîmes du passé. M. de Fontanes
prononça en un langage étudié, mais superbe, l'éloge funèbre du héros de
l'Amérique. Il célébra les vertus guerrières de Washington, sa valeur,
sa sagesse, son désintéressement; il plaça fort au-dessus du génie
militaire, qui sait remporter des victoires, le génie réparateur qui
sait terminer les guerres civiles, fermer les plaies de la patrie, et
donner la paix au monde. À côté de l'ombre de Washington, il évoqua
celles de Turenne, de Catinat, de Condé, et, parlant en quelque sorte au
nom de ces grands hommes, il donna, sous la forme la plus délicate et la
plus digne, des louanges, qui cette fois étaient pleines de noblesse,
parce qu'elles étaient pleines de sages leçons.

«Oui, s'écriait-il en finissant, oui, tes conseils seront entendus, ô
Washington! ô guerrier! ô législateur! ô citoyen sans reproche! Celui
qui, jeune encore, te surpassa dans les batailles, fermera, comme toi,
de ses mains triomphantes, les blessures de la patrie. Bientôt, nous
en avons pour gages sa volonté, et son génie guerrier, s'il était
malheureusement nécessaire, bientôt l'hymne de la paix retentira dans
ce temple de la guerre; alors le sentiment universel de la joie
effacera le souvenir de toutes les injustices et de toutes les
oppressions ... déjà même les opprimés oublient leurs maux, en se
confiant à l'avenir!........ Les acclamations de tous les siècles
accompagneront le héros qui donnera ce bienfait à la France, et au
monde qu'elle ébranle depuis trop long-temps.»

Ce discours terminé, des crêpes noirs furent attachés à tous les
drapeaux, et la République française fut censée en deuil du fondateur
de la République américaine, comme les monarchies qui se mettent en
deuil, les unes pour les pertes que font les autres. Que manquait-il à
cette pompe, pour qu'elle eût la grandeur de ces scènes funèbres, où
Louis XIV venait entendre l'éloge de l'un de ses guerriers, de la
bouche de Fléchier ou de Bossuet? Ce n'était pas sans doute la
grandeur des choses et des hommes, car on parlait de Washington devant
le général Bonaparte, on parlait au milieu d'une société qui avait vu
aussi des Charles Ier monter sur l'échafaud, et même des femmes
couronnées les y suivre! On pouvait y prononcer à chaque instant les
mots de Fleurus, d'Arcole, de Rivoli, de Zurich, des Pyramides, et ces
mots magnifiques pouvaient assurément agrandir un discours aussi bien
que ceux des Dunes et de Rocroy! Que manquait-il donc à cette
solennité pour être tout à fait grande? Il y manquait ce que le plus
grand des hommes lui-même n'y pouvait mettre: il y manquait la
religion d'abord, non pas celle qu'on s'efforce d'avoir, mais celle
qu'on a véritablement, et sans laquelle les morts sont toujours
froidement célébrés: il y manquait le génie des Bossuet, car il est
des grandeurs qui ne reviennent pas chez les nations, et si les
Turenne, les Condé ont des successeurs, les Bossuet n'en ont pas: il y
manquait enfin une certaine sincérité, car cet hommage à un héros,
renommé surtout par le désintéressement de son ambition, était trop
visiblement affecté. Cependant n'allons pas croire, avec la foule des
interprétateurs vulgaires, que tout fût ici de l'hypocrisie pure: sans
doute il y en avait; mais il y avait aussi les illusions ordinaires
du temps, et de tous les temps! Les hommes, en effet, se trompent
plus souvent eux-mêmes qu'ils ne trompent les autres. Beaucoup de
Français, comme les Romains sous Auguste, croyaient encore à la
République, parce qu'on en prononçait soigneusement le nom; et il
n'est pas bien certain que l'ordonnateur de cette fête funèbre, que le
général Bonaparte lui-même, ne s'abusât en célébrant Washington, et
qu'il ne crût effectivement qu'on pouvait en France comme en Amérique,
être le premier, sans être roi ou empereur.

[En marge: Travaux exécutés aux Tuileries pour y recevoir les
Consuls.]

Cette cérémonie était le prélude de l'installation des trois Consuls
aux Tuileries. Depuis long-temps on faisait à ce palais les
réparations nécessaires; on effaçait les traces que la Convention y
avait laissées, on supprimait les bonnets rouges qu'elle avait fait
placer au milieu des lambris dorés. Le Premier Consul devait occuper
l'appartement du premier étage, celui même que la famille royale,
aujourd'hui régnante, occupe pendant les réceptions du soir. Sa femme
et ses enfants devaient être logés au-dessous de lui, à l'entresol. La
galerie de Diane était, comme à présent, le vestibule qu'il fallait
traverser pour arriver à la demeure du chef de l'État. Le Premier
Consul la fit décorer avec des bustes représentant une suite de grands
hommes, et s'attacha à marquer, par le choix de ces bustes, les
prédilections de son esprit: c'étaient Démosthène, Alexandre, Annibal,
Scipion, Brutus, Cicéron, Caton, César, Gustave-Adolphe, Turenne,
Condé, Duguai-Trouin, Marlborough, Eugène, le maréchal de Saxe,
Washington, le Grand-Frédéric, Mirabeau, Dugommier, Dampierre,
Marceau, Joubert; c'est-à-dire des guerriers et des orateurs, des
défenseurs de la liberté et des conquérants, des héros de l'ancienne
monarchie et de la République, enfin quatre généraux de la Révolution,
morts au feu. Réunir autour de lui les gloires de tous les temps, de
tous les pays, comme autour de son gouvernement il voulait réunir tous
les partis, tel était à chaque occasion le penchant qu'il aimait à
manifester.

Mais il ne devait pas occuper seul les Tuileries. Ses deux collègues
devaient les occuper avec lui. Le Consul Lebrun fut logé au pavillon
de Flore. Quant au Consul Cambacérès, qui avait rang avant le Consul
Lebrun, il refusa de prendre place dans ce palais des rois. Ce
personnage, d'une prudence consommée, le seul peut-être des hommes de
ce temps qui ne se soit livré à aucune illusion, ce personnage dit à
son collègue Lebrun: C'est une faute d'aller nous loger aux Tuileries;
cela ne nous convient point à nous, et, pour moi, je n'irai pas. Le
général Bonaparte voudra bientôt y loger seul; il faudra alors en
sortir. Mieux vaut n'y pas entrer.--Il n'y alla pas, et se fit donner
un bel hôtel sur la place du Carrousel, qu'il a gardé aussi long-temps
que Napoléon a gardé l'Empire.

Lorsque tout fut disposé, et quelques jours après la cérémonie funèbre
des Invalides, le Premier Consul résolut de prendre publiquement
possession des Tuileries. Il le fît avec une grande solennité.

[En marge: Les Consuls se rendent en grand cortége du Luxembourg aux
Tuileries.]

Le 19 février (30 pluviôse), il quitta le Luxembourg, pour se rendre
à son nouveau palais, précédé et suivi d'un cortège imposant. Les
beaux régiments qui avaient passé de Hollande en Vendée, de la Vendée
à Paris, et qui allaient s'illustrer pour la centième fois dans les
plaines de l'Allemagne et de l'Italie, ces régiments, commandés par
Lannes, Murat, Bessières, ouvraient la marche. Puis venaient dans des
voitures, presque toutes d'emprunt, les ministres, le Conseil d'État,
les autorités publiques, enfin dans un beau carrosse, attelé de six
chevaux blancs, les trois Consuls eux-mêmes. Ces chevaux avaient un
à-propos particulier, dans cette circonstance: c'étaient ceux que
l'Empereur d'Allemagne avait donnés au général Bonaparte, à l'occasion
de la paix de Campo-Formio. Le général avait reçu aussi de ce prince
un magnifique sabre dont il eut soin de se parer ce jour-là. Il
étalait ainsi autour de lui tout ce qui rappelait le guerrier
pacificateur. La foule répandue dans les rues, et sur les quais qui
aboutissent aux Tuileries, accueillit sa présence avec de vives
acclamations. Ces acclamations étaient sincères, car on saluait en lui
la gloire de la France, et le commencement de sa prospérité. Arrivée
au Carrousel, la voiture des Consuls fut reçue par la garde
consulaire, et passa devant deux corps-de-garde construits, l'un à
droite, l'autre à gauche de la cour du palais. Sur l'un des deux était
restée cette inscription: LA ROYAUTÉ EN FRANCE EST ABOLIE, ET NE SE
RELÈVERA JAMAIS.

À peine entré dans la cour, le Premier Consul monta à cheval, et passa
en revue les troupes qui étaient rangées devant le palais. Arrivé en
présence des drapeaux de la 96e, de la 43e et de la 30e demi-brigades,
drapeaux noircis, déchirés par les balles, il les salua, et fut salué
à son tour par les cris des soldats. Après avoir parcouru leurs rangs,
il se plaça devant le pavillon de Flore, et les vit défiler devant
lui. Au-dessus de sa tête, sur le balcon du palais, se trouvaient les
Consuls, les principales autorités, sa famille enfin, qui commençait à
avoir rang dans l'État. La revue terminée, il monta dans les
appartements; le ministre de l'intérieur lui présenta les autorités
civiles, le ministre de la guerre lui présenta les autorités
militaires, le ministre de la marine tous les officiers de mer se
trouvant pour le moment à Paris. Dans la journée, il y eut banquet aux
Tuileries et chez les ministres.

[En marge: Service intérieur du palais consulaire.]

Le service du palais consulaire fut réglé comme suit: un conseiller
d'État, ancien ministre de l'intérieur, M. Bénezech, était chargé de
l'administration générale de ce palais. Les aides-de-camp, et surtout
Duroc, devaient en faire les honneurs, et remplacer cette multitude
d'officiers de tout genre, qui ordinairement remplissent les vastes
appartements des royautés européennes. Tous les quinze jours, le 2 et
le 17 de chaque mois, le Premier Consul recevait le corps
diplomatique. Une fois par décade, à des jours différents et à des
heures déterminées, il recevait les sénateurs, les membres du Corps
Législatif, du Tribunat, du Tribunal de cassation. Les fonctionnaires
qui avaient à l'entretenir, devaient s'adresser aux ministres dont ils
dépendaient, pour lui être présentés. Le 2 ventôse (21 février), deux
jours après son installation aux Tuileries, il donna audience au corps
diplomatique. Entouré d'un nombreux état-major, et ayant les deux
Consuls à ses côtés, il reçut les envoyés des États qui n'étaient pas
en guerre avec la République. Introduits par M. Bénezech, présentés
par le ministre des relations extérieures, ils remirent leurs lettres
de créance au Premier Consul, qui les transmit au ministre, à peu près
comme font les souverains dans les gouvernements monarchiques. Les
agents étrangers qui figurèrent à cette audience étaient M. de
Musquiz, ambassadeur d'Espagne; M. de Sandoz-Rollin, ministre de
Prusse; M. de Schimmelpenninck, ambassadeur de Hollande; M. de
Serbelloni, envoyé de la République Cisalpine; enfin les chargés
d'affaires de Danemark, de Suède, de Suisse, de Bade, de Hesse-Cassel,
de Rome, de Gênes, etc. (_Moniteur_ du 4 ventôse an VIII).

La présentation terminée, ces divers ministres furent introduits
auprès de madame Bonaparte.

[En marge: Revues de troupes au Carrousel.]

Tous les cinq jours, le Premier Consul passait en revue les régiments
qui traversaient Paris pour se rendre aux frontières. C'était là qu'il
se laissait voir aux troupes et à la multitude, toujours pressée
d'accourir sur ses pas. Maigre, pâle, penché sur son cheval, il
intéressait et frappait à la fois, par une beauté grave et triste, par
une apparence de mauvaise santé dont on commençait à s'inquiéter
beaucoup, car jamais la conservation d'un homme n'avait été autant
désirée que la sienne. Après ces revues, les officiers des troupes
étaient admis à sa table. Les ministres étrangers, les membres des
assemblées, les magistrats, les fonctionnaires, étaient appelés à des
repas où régnait un luxe décent. Il n'y avait encore à cette cour
naissante ni dames d'honneur, ni chambellans; la tenue y était sévère,
mais déjà un peu recherchée. On s'y gardait volontiers des usages du
Directoire, sous lequel une imitation ridicule des costumes antiques,
jointe à la dissolution des moeurs, avait ôté toute dignité à la
représentation extérieure du gouvernement. On était silencieux, on
s'observait, on suivait des yeux le personnage extraordinaire qui
avait déjà exécuté de si grandes choses, et qui en faisait espérer de
plus grandes encore. On attendait ses questions, on y répondait avec
déférence.

Le lendemain du jour où il s'était établi aux Tuileries, le général
Bonaparte, les parcourant avec son secrétaire, M. de Bourrienne, lui
dit: «Eh bien, Bourrienne, nous voilà donc aux Tuileries!...
Maintenant il faut y rester.»

FIN DU LIVRE DEUXIÈME.



LIVRE TROISIÈME.

ULM ET GÊNES.

     Préparatifs de guerre.--Forces de la coalition en 1800.--Armées du
     baron de Mélas en Ligurie, du maréchal de Kray en Souabe.--Plan de
     campagne des Autrichiens.--Importance de la Suisse dans cette
     guerre.--Plan du général Bonaparte.--Il forme la résolution de se
     servir de la Suisse pour déboucher dans le flanc de M. de Kray, et
     sur les derrières de M. de Mélas.--Rôle qu'il destine à Moreau, et
     qu'il se destine à lui-même.--Création de l'armée de
     réserve.--Instructions à Masséna.--Commencement des hostilités.--Le
     baron de Mélas attaque l'armée de Ligurie sur l'Apennin, et la
     sépare en deux moitiés, dont l'une est rejetée sur le Var, l'autre
     sur Gênes.--Masséna, renfermé dans Gênes, s'y prépare à une
     résistance opiniâtre.--Description de Gênes.--Combats héroïques de
     Masséna.--Instances du Premier Consul auprès de Moreau, pour
     l'engager à commencer les opérations en Allemagne, afin de pouvoir
     secourir Masséna plus tôt.--Passage du Rhin sur quatre
     points.--Moreau réussit à réunir trois corps d'armée sur quatre, et
     tombe à Engen et Stokach sur les Autrichiens.--Batailles d'Engen et
     de Moesskirch.--Retraite des Autrichiens sur le Danube.--Affaire de
     Saint-Cyr à Biberach.--M. de Kray s'établit dans le camp retranché
     d'Ulm.--Moreau manoeuvre pour l'en déloger.--Plusieurs faux
     mouvements de Moreau, qui ne sont heureusement suivis d'aucun
     résultat fâcheux.--Moreau enferme définitivement M. de Kray dans
     Ulm, et prend une forte position en avant d'Augsbourg, afin
     d'attendre le résultat des événements d'Italie.--Résumé des
     opérations de Moreau.--Caractère de ce général.


Après avoir adressé à l'Europe de vives instances pour obtenir la
paix, instances qui n'étaient convenables que de la part d'un général
couvert de gloire, il ne restait au Premier Consul qu'à faire la
guerre, préparée du reste avec une grande activité pendant tout
l'hiver de 1799 à 1800 (an VIII). Cette guerre fut à la fois la plus
légitime, et l'une des plus glorieuses de ces temps héroïques.

[En marge: Faute de l'Autriche d'avoir voulu continuer la guerre.]

L'Autriche, tout en observant, dans les formes, plus de mesure que
l'Angleterre, avait cependant abouti aux mêmes conclusions, et refusé
la paix. Le vain espoir de conserver en Italie la situation
avantageuse qu'elle devait aux victoires de Suwarow, les subsides
anglais, l'opinion erronée que la France, épuisée d'hommes et
d'argent, ne pouvait pas fournir une campagne de plus, mais surtout
l'obstination fatale de M. de Thugut, qui représentait le parti de la
guerre à Vienne avec autant d'entêtement que M. Pitt à Londres, et qui
apportait dans cette question beaucoup plus de passion personnelle que
de véritable patriotisme, toutes ces causes réunies avaient amené le
cabinet autrichien à commettre une faute politique des plus graves,
celle de ne pas profiter d'une bonne situation pour négocier. Il
fallait un bien grand aveuglement pour croire que les succès qu'on
avait dus à l'incapacité du Directoire, on les obtiendrait encore en
face d'un gouvernement nouveau, déjà complètement réorganisé, actif
jusqu'au prodige, et dirigé par le premier capitaine du siècle.

[En marge: L'archiduc Charles improuve la guerre.--Il est remplacé à
la tête des armées impériales par M. de Kray.]

L'archiduc Charles, qui joignait à de véritables talents militaires
beaucoup de modération et de modestie, avait signalé tous les dangers
attachés à la continuation de la guerre, et la difficulté de tenir
tête au célèbre adversaire qui allait rentrer dans la lice. Pour
unique réponse, on lui avait retiré le commandement des armées
autrichiennes, et on s'était ainsi privé du seul général qui pût les
diriger avec quelque chance de succès. Sa disgrâce avait été
dissimulée sous le titre de gouverneur de la Bohême. L'armée impériale
regrettait ce prince amèrement, bien qu'on lui eût donné pour
successeur le baron de Kray, lequel s'était fort distingué dans la
dernière campagne d'Italie. M. de Kray était un officier brave,
capable, expérimenté, qui ne se montra pas indigne du commandement
qu'on venait de lui confier.

[En marge: Subsides donnés aux princes allemands, pour les engager à
lever de nouveaux contingents.]

Pour remplir le vide laissé par les Russes dans les rangs de la
coalition, l'Autriche, secondée par les subsides de l'Angleterre,
obtint des États de l'Empire un supplément de forces assez
considérable. Un traité particulier, signé le 16 mars par M. de
Wickham, ministre britannique auprès de l'électeur de Bavière, obligea
ce prince à fournir, outre son contingent légal comme membre de
l'Empire, un corps supplémentaire de 12 mille Bavarois. Un traité du
même genre, signé le 20 avril avec le duc de Wurtemberg, procura un
autre corps de 6 mille Wurtembergeois à l'armée coalisée. Enfin, le 30
avril, le même négociateur obtint de l'électeur de Mayence un corps de
4 à 6 mille Mayençais, aux mêmes conditions financières. Outre les
frais de recrutement, d'équipement, d'entretien de leurs troupes,
l'Angleterre garantissait aux princes allemands coalisés, qu'on ne
traiterait pas sans eux avec la France, et s'engageait à leur faire
restituer leurs États, quel que fût le sort de la guerre; elle leur
faisait promettre en retour de n'écouter aucune proposition de paix
séparée.

De ces troupes allemandes, les bavaroises étaient les meilleures;
venaient après celles du Wurtemberg; mais les troupes mayençaises
étaient des milices sans discipline et sans valeur. Indépendamment de
ces contingents réguliers, on avait excité les paysans de la
Forêt-Noire à prendre les armes, en les effrayant des ravages des
Français, qui, à cette époque, dévastaient beaucoup moins que les
Impériaux les champs cultivés de la malheureuse Allemagne.

[En marge: Armée impériale de Souabe.]

[En marge: Armée impériale de Lombardie.]

L'armée impériale de Souabe, tous ces auxiliaires compris, s'élevait à
peu près à 150 mille hommes, dont 30 mille enfermés dans les places,
et 120 mille présents à l'armée active. Elle était pourvue d'une
artillerie nombreuse, bonne quoique inférieure à l'artillerie
française, et surtout d'une superbe cavalerie, comme il est d'usage
d'en avoir dans les armées autrichiennes. L'Empereur avait en outre
120 mille hommes en Lombardie, sous le baron de Mélas. Les flottes
anglaises, réunies en nombre considérable dans la Méditerranée, et
croisant sans cesse dans le golfe de Gênes, appuyaient toutes les
opérations des Autrichiens en Italie. Elles devaient leur apporter un
corps auxiliaire d'Anglais et d'émigrés, réuni alors à Mahon, et qui
s'élevait, disait-on, à 20 mille hommes. Il était convenu que ce corps
serait déposé à Toulon même, dans le cas où l'armée impériale chargée
d'opérer contre l'Apennin, aurait réussi à franchir la ligne du Var.

On avait espéré joindre quelques troupes russes à quelques troupes
anglaises, et les déposer sur les côtes de France, pour exciter des
soulèvements en Belgique, en Bretagne, en Vendée. L'inaction
très-volontaire des Russes, et la pacification de la Vendée, avaient
fait manquer cette opération, sur laquelle les alliés comptaient
beaucoup.

[En marge: Total des troupes coalisées.]

C'était donc une masse de 300 mille hommes à peu près, 150 mille en
Souabe, 120 mille en Italie, 20 mille à Mahon, secondés par toute la
marine anglaise, qui devait poursuivre la guerre contre la France.
Cette force, il faut le dire, eût été bien insuffisante contre la
France réorganisée et en possession de tous ses moyens; mais contre la
France à peine sortie du chaos où l'avait jetée la faiblesse du
Directoire, c'était une force considérable, et avec laquelle on aurait
pu obtenir de grands résultats, si on avait su l'employer. Il faut
ajouter que c'était une force réelle, exposée à subir peu de déchet,
parce que les 300 mille hommes dont elle se composait étaient rompus
aux fatigues, et transportés sur la frontière même qu'ils devaient
attaquer: circonstance importante, car toute armée qui débute résiste
difficilement aux premières épreuves de la guerre, et, si elle a de
plus un long trajet à faire pour aller combattre, diminue en
proportion des distances à parcourir.

Il faut faire connaître la distribution des troupes coalisées, et le
plan d'après lequel elles devaient agir.

[En marge: Plan de la coalition.]

M. de Kray, à la tête des 150 mille hommes qu'il commandait, occupait
la Souabe, placé au milieu de l'angle que le Rhin forme en cette
contrée, lorsque, après avoir coulé de l'est à l'ouest, depuis
Constance jusqu'à Bâle, il se détourne brusquement pour couler au
nord, de Bâle à Strasbourg. (Voir la carte nº 1.) Dans cette
situation, M. de Kray, ayant sur son flanc gauche la Suisse, sur son
flanc droit l'Alsace, observait tous les débouchés du Rhin par
lesquels les armées françaises pouvaient pénétrer en Allemagne. Il
n'avait pas la prétention de franchir ce fleuve pour envahir le sol de
la République; son rôle, pour le début de la campagne, devait être
moins actif. L'initiative des opérations était réservée à l'armée
d'Italie, forte de 120 mille hommes, et transportée, par suite des
avantages qu'elle avait obtenus en 1799, jusqu'au pied de l'Apennin.
Elle devait bloquer Gênes, l'enlever s'il était possible, franchir
ensuite l'Apennin et le Var, et se présenter devant Toulon, où les
Anglais, les émigrés du Midi, dirigés par le général Willot, l'un des
proscrits de fructidor, avaient rendez-vous avec les Autrichiens. Une
nouvelle invasion dans la province de France qui contenait notre plus
grand établissement maritime, était fort du goût des Anglais; et c'est
à eux que doit être attribué, en grande partie, ce plan si fort
critiqué depuis. Quand l'armée autrichienne d'Italie, laquelle, grâce
au climat de la Ligurie, pouvait commencer la campagne avant celle de
Souabe, aurait pénétré en Provence, on supposait que le Premier Consul
dégarnirait le Rhin pour couvrir le Var, et que le maréchal de Kray
aurait alors le moyen d'entrer en action. La Suisse, se trouvant ainsi
débordée et comme étranglée entre deux armées victorieuses, devait
tomber naturellement, sans qu'on eût besoin de renouveler contre elle
les efforts impuissants de la campagne précédente. Les exploits de
Lecourbe et de Masséna dans les Alpes avaient fort dégoûté les
Autrichiens de toute grande opération spécialement dirigée contre la
Suisse. On voulait, à l'égard de cette contrée, se borner à la simple
observation. L'extrême gauche du maréchal de Kray devait se charger de
ce soin en Souabe; la cavalerie du baron de Mélas, inutile dans
l'Apennin, devait se charger du même soin en Lombardie. Le plan des
Autrichiens consistait donc à temporiser en Souabe, à opérer de bonne
heure en Italie, à s'avancer de ce côté jusqu'au Var, puis, quand les
Français attirés sur le Var dégarniraient le Rhin, à franchir ce
fleuve, à s'avancer alors en deux masses, l'une à l'est par Bâle,
l'autre au midi par Nice, et à faire tomber ainsi, sans l'attaquer, la
formidable barrière de la Suisse.

Les juges en fait d'opérations militaires ont beaucoup blâmé
l'Autriche d'avoir négligé la Suisse; ce qui permit au général
Bonaparte d'en déboucher pour se jeter sur le flanc du maréchal de
Kray et sur les derrières du baron de Mélas. Nous croyons, comme on
pourra en juger bientôt par l'exposé des faits, qu'aucun plan, tout à
fait sûr, n'était possible, en présence du général Bonaparte, et avec
l'inconvénient irréparable de la Suisse restée aux mains des Français.

Pour bien saisir cette mémorable campagne, et juger sainement les
déterminations des parties belligérantes, il faut se figurer
exactement la position de la Suisse, et l'influence qu'elle devait
avoir sur les opérations militaires, au point surtout où ces
opérations en étaient arrivées.

[En marge: Description de la chaîne des Alpes. Opérations que peuvent
faire la France et l'Autriche des deux côtés de cette chaîne.]

C'est vers les frontières orientales de la France que les Alpes
commencent à surgir du milieu du continent européen. Elles se
prolongent ensuite vers l'est, séparant l'Allemagne de l'Italie,
jetant d'un côté le Danube et ses affluents, de l'autre le Pô et
toutes les rivières dont ce grand fleuve se compose. La partie de ces
Alpes la plus voisine de la France est celle qui forme la Suisse. Leur
prolongement constitue le Tyrol, appartenant depuis des siècles à
l'Autriche. (Voir la carte nº 1.)

Quand les armées autrichiennes s'avancent vers la France, elles sont
obligées de remonter la vallée du Danube d'un côté, la vallée du Pô de
l'autre, séparées en deux masses agissantes par la longue chaîne des
Alpes. Tant qu'elles sont en Bavière et en Lombardie, ces deux masses
peuvent communiquer à travers les Alpes par le Tyrol, qui est à
l'Empereur; mais quand elles arrivent en Souabe sur le haut Danube, en
Piémont sur le Pô supérieur, elles se trouvent séparées l'une de
l'autre; sans communication possible à travers les Alpes, parce que la
Suisse, indépendante et neutre, leur est ordinairement interdite.

Cette neutralité de la Suisse est un obstacle, que la politique de
l'Europe a sagement placé entre la France et l'Autriche, pour diminuer
les points d'attaque entre ces deux redoutables puissances. Si, en
effet, la Suisse est ouverte à l'Autriche, celle-ci peut s'avancer
avec ses armées, en communiquant librement de la vallée du Danube à
la vallée du Pô, et en menaçant les frontières de la France depuis
Bâle jusqu'à Nice. C'est pour la France un immense danger, car elle
est obligée d'être en mesure partout, depuis les bouches du Rhin
jusqu'aux bouches du Rhône; tandis que, si les Alpes Suisses sont
fermées, elle peut concentrer toutes ses forces sur le Rhin,
négligeant l'attaque qui vient par le midi, vu que jamais une
opération sur le Var n'a réussi aux Impériaux, à cause de la longueur
du détour. L'avantage de la neutralité suisse est donc grand pour la
France.

[En marge: Importance capitale de la Suisse.]

Mais il n'est pas moins grand pour l'Autriche; il l'est peut-être
davantage. Si, en effet, la Suisse devient le théâtre des hostilités,
l'armée française peut l'envahir la première, et, comme ses fantassins
sont intelligents, agiles, braves, et aussi propres à la guerre de
montagnes qu'à celle de plaine, elle a beaucoup de chances de s'y
maintenir. La preuve en est dans la campagne même de 1799. Si, en
effet, les Alpes sont attaquées par la grande chaîne, du côté de
l'Italie, elle oppose la résistance que Lecourbe opposa à Suwarow dans
les gorges du Saint-Gothard; si elles sont attaquées du côté de
l'Allemagne, par la partie basse, elle oppose derrière les lacs et les
fleuves la résistance que Masséna opposa derrière le lac de Zurich, et
qui se termina par la mémorable bataille de ce nom. Or, quand l'armée
française est restée maîtresse de la Suisse, elle a une position des
plus menaçantes, et de laquelle on peut profiter pour amener des
résultats extraordinaires, comme on va le voir bientôt, par le récit
des opérations du général Bonaparte.

En effet, les deux armées autrichiennes, qui sont, l'une en Souabe,
l'autre en Piémont, séparées par le massif de la Suisse, n'ont aucun
moyen de communiquer entre elles, et les Français, débouchant par le
lac de Constance d'un côté, par les grandes Alpes de l'autre, peuvent
se jeter, ou sur les flancs de l'armée de Souabe, ou sur les derrières
de l'armée d'Italie. Ce danger est impossible à éviter, quelque plan
qu'on adopte, à moins de revenir à cinquante lieues en arrière, de
rétrograder jusqu'en Bavière d'un côté, jusqu'en Lombardie de l'autre.

[En marge: Des trois partis que les Autrichiens avaient à prendre.]

Il aurait donc fallu que les Autrichiens fissent l'une des choses que
voici: ou que, perdant les avantages de la dernière campagne, ils nous
abandonnassent à la fois la Souabe et le Piémont; ou que, se refusant
à un tel sacrifice, ils essayassent d'enlever la Suisse par une
attaque principale, ce qui ne pouvait pas leur réussir, car c'était
attaquer de front un obstacle à peu près insurmontable, contre lequel
on avait déjà échoué; ou enfin qu'ils se divisassent en deux grandes
armées, comme ils firent, restant séparés par la Suisse, qui se
trouvait ainsi placée sur leurs flancs et sur leurs derrières. Ils
auraient pu, il est vrai, en suivant ce dernier parti, diminuer
beaucoup l'une des deux armées pour grossir l'autre, et par exemple ne
laisser au baron de Mélas que peu de moyens, assez seulement pour
contenir Masséna, et porter à 200 mille hommes l'armée de Souabe; ou
faire le contraire, en réunissant leurs principales forces en
Piémont. Mais, dans un cas, c'était livrer l'Italie, l'Italie, but
unique et prix ardemment désiré de la guerre; dans l'autre, c'était
abandonner sans combat le Rhin, la Forêt-Noire, les sources du Danube,
et abréger d'autant pour les Français la route de Vienne; c'était
enfin, dans les deux cas, faire la chose du monde la plus avantageuse
pour nous, car en portant l'une des deux armées à 200 mille hommes, on
donnait la victoire à celle des deux puissances qui avait le général
Bonaparte pour elle. Il était en effet le seul général qui pût alors
commander 200 mille hommes à la fois.

Il n'y avait donc aucun plan parfaitement sûr pour l'Autriche, quand
les Français étaient maîtres de la Suisse, ce qui, pour le dire en
passant, prouve que la neutralité suisse est très-bien inventée, dans
l'intérêt des deux puissances. Elle ajoute, en effet, à leurs moyens
défensifs en diminuant leurs moyens offensifs; c'est-à-dire qu'elle
donne à leur sûreté tout ce qu'elle enlève à leur puissance agressive.
On ne saurait mieux faire dans l'intérêt de la paix générale.

Les Autrichiens n'avaient donc pas beaucoup de partis à prendre, et,
quoi qu'on ait dit, ils prirent peut-être le seul possible, en se
décidant à temporiser en Souabe, à opérer vivement en Italie, restant
séparés par l'obstacle de la Suisse, qu'il leur était impossible de
faire disparaître. Mais dans cette position il y avait plus d'une
manière de se conduire, et il faut reconnaître qu'ils n'adoptèrent pas
la meilleure, qu'ils ne surent même prévoir aucun des dangers qui les
menaçaient. S'obstinant à croire les armées françaises épuisées; ne
supposant pas que celle d'Allemagne fût capable de prendre l'offensive
et de passer le Rhin devant 150 mille Autrichiens postés dans la
Forêt-Noire; supposant encore moins qu'on pût franchir les Alpes, sans
route, et dans la saison des neiges; ne voyant pas d'ailleurs la
troisième armée qui pourrait être tentée de les franchir, ils
s'abandonnèrent à une confiance qui leur devint fatale. Il faut
reconnaître encore, pour être juste, que bien des gens y auraient été
trompés comme eux, car leur sécurité reposait sur des obstacles en
apparence invincibles. Mais l'expérience leur apprit bientôt que,
devant un adversaire tel que le général Bonaparte, toute sécurité,
même fondée sur des barrières insurmontables, fleuves ou montagnes de
glaces, était trompeuse, et pouvait devenir mortelle.

La France avait deux armées: celle d'Allemagne, portée, par la réunion
des armées du Rhin et d'Helvétie, à 130 mille hommes; celle de
Ligurie, réduite à 40 mille au plus. Il y avait dans les troupes de
Hollande, de Vendée et de l'intérieur, les éléments épars, éloignés,
d'une troisième armée; mais une habileté administrative supérieure
pouvait seule la réunir à temps, et surtout à l'improviste, sur le
point où sa présence était nécessaire. Le général Bonaparte imagina
d'employer ces divers moyens comme il suit.

[En marge: Vaste projet du général Bonaparte.]

Masséna, avec l'armée de Ligurie, point augmentée, secourue seulement
en vivres et en munitions, avait ordre de tenir sur l'Apennin entre
Gênes et Nice, et d'y tenir comme aux Thermopyles. L'armée
d'Allemagne, sous Moreau, accrue le plus possible, devait faire sur
tous les bords du Rhin, de Strasbourg à Bâle, de Bâle à Constance, des
démonstrations trompeuses de passage, puis marcher rapidement derrière
le rideau que forme ce fleuve, le remonter jusqu'à Schaffouse, jeter
là quatre ponts à la fois, déboucher en masse sur le flanc du maréchal
de Kray, le surprendre, le pousser en désordre sur le haut Danube, le
gagner de vitesse s'il était possible, le couper de la route de
Vienne, l'envelopper peut-être, et lui faire subir l'un de ces
désastres mémorables, dont il y a eu dans ce siècle plus d'un exemple.
Si l'armée de Moreau n'avait pas ce bonheur, elle pouvait toutefois
pousser M. de Kray sur Ulm et Ratisbonne, l'obliger ainsi à descendre
le Danube, et l'éloigner des Alpes, de manière à ce qu'il ne pût
jamais y envoyer aucun secours. Cela fait, elle avait ordre de
détacher son aile droite vers la Suisse, pour y seconder la périlleuse
opération dont le général Bonaparte se réservait l'exécution. La
troisième armée, dite de réserve, dont les éléments existaient à
peine, devait se former entre Genève et Dijon, et attendre là l'issue
des premiers événements, prête à secourir Moreau, s'il en avait
besoin. Mais si Moreau avait réussi, dans une partie au moins de son
plan, cette armée de réserve, se portant, sous le général Bonaparte, à
Genève, de Genève dans le Valais, donnant la main au détachement tiré
de l'armée d'Allemagne, passant ensuite le Saint-Bernard sur les
glaces et les neiges, devait, par un prodige plus grand que celui
d'Annibal, tomber en Piémont, prendre par derrière le baron de Mélas,
occupé devant Gênes, l'envelopper, lui livrer une bataille décisive,
et, si elle la gagnait, l'obliger à mettre bas les armes.

Assurément, si l'exécution répondait à un tel plan, jamais plus belle
conception n'aurait honoré le génie d'aucun homme de guerre, ancien ou
moderne. Mais c'est l'exécution seule qui donne aux grandes
combinaisons militaires leur valeur, car privées de ce mérite, elles
ne sont que de vaines chimères.

L'exécution, ici, consistait dans une infinité de difficultés à
vaincre: dans la réorganisation des armées du Rhin et de Ligurie, dans
la création de l'armée de réserve, dans le secret à garder sur la
création et la destination de celle-ci; enfin, dans le double passage
du Rhin et des Alpes, le second égal à tout ce que l'art de la guerre
a jamais tenté de plus extraordinaire.

[En marge: Efforts du Premier Consul pour mettre les armées françaises
en état d'entrer en campagne.]

Le premier soin du général Bonaparte avait été d'abord de recruter
l'armée. Les désertions à l'intérieur, les maladies, le feu, l'avaient
réduite à 250 mille hommes, ce que l'on croirait à peine, dans un
moment où l'on tenait tête à une coalition générale, si des documents
certains ne l'attestaient. Heureusement c'étaient 250 mille hommes
parfaitement aguerris, tous capables de lutter contre un ennemi double
en nombre. Le Premier Consul avait demandé 100 mille conscrits au
Corps Législatif, qui lui avaient été accordés avec un véritable
empressement patriotique. La guerre était si légitime, si évidemment
nécessaire, après les offres de paix refusées, qu'une simple
hésitation eût été criminelle. Il n'y avait du reste pas à la
craindre, et l'empressement du Corps Législatif et du Tribunat alla
jusqu'à l'enthousiasme. Ces 100 mille jeunes conscrits, combinés avec
250 mille vieux soldats, devaient former une composition d'armée
excellente. Les préfets nouvellement institués, et déjà rendus à leur
poste, imprimaient au recrutement une activité qu'il n'avait jamais
eue. Mais ces conscrits ne pouvaient être présents à leurs corps,
instruits, propres à servir avant cinq ou six mois. Le Premier Consul
prit le parti de retenir dans l'intérieur les corps épuisés par la
guerre, et de les employer comme des cadres, dans lesquels il
placerait la nouvelle levée. Il achemina au contraire vers la
frontière, les corps capables d'entrer en campagne, en ayant soin de
verser, des rangs de ceux qui devaient rester à l'intérieur, dans les
rangs de ceux qui allaient combattre, tous les soldats en état de
servir. C'est à peine, si, en agissant ainsi, il pouvait trouver 200
mille hommes à porter immédiatement en ligne. Mais cela suffisait sous
sa main puissante et habile.

[En marge: Appel aux volontaires.]

Il fit appel en même temps aux sentiments patriotiques de la France.
S'adressant aux soldats des premières réquisitions, que le
découragement général, suite de nos revers, avait ramenés dans leurs
foyers, il fit rejoindre forcément ceux qui étaient partis sans
congés, et s'efforça de réveiller le zèle de ceux qui avaient des
congés réguliers. Il tâcha d'exciter les goûts militaires chez tous
les jeunes gens, dont l'imagination était enflammée par le nom du
général Bonaparte. Bien que l'enthousiasme des premiers jours de la
Révolution fût refroidi, la vue de l'ennemi sur nos frontières
ranimait les coeurs; et ce n'était pas un secours à dédaigner que
celui qu'on pouvait tirer encore du dévouement des volontaires.

[En marge: Création des inspecteurs aux revues.]

[En marge: Réforme importante à l'égard des charretiers de
l'artillerie.]

À ces soins donnés au recrutement, le Premier Consul ajouta quelques
réformes utiles sous le rapport de l'administration et de la
composition de l'armée. D'abord il créa des inspecteurs aux revues,
chargés de constater le nombre des hommes présents sous les armes, et
d'empêcher que le trésor ne payât des soldats qui n'étaient présents
que sur le papier. Il fit dans l'artillerie un changement de la plus
grande importance. Les voitures d'artillerie étaient traînées alors
par des charretiers appartenant à des compagnies de transports,
lesquels, n'étant pas retenus par le sentiment de l'honneur, comme les
autres soldats, coupaient, au premier danger, les traits de leurs
chevaux, et s'enfuyaient, laissant leurs canons aux mains de l'ennemi.
Le Premier Consul pensa que le conducteur chargé d'amener la pièce au
lieu du combat, rend un service aussi grand que le canonnier chargé
d'en faire usage, qu'il court le même danger, et a besoin du même
mobile moral, c'est-à-dire l'honneur. Il convertit donc les
charretiers d'artillerie en soldats revêtus de l'uniforme, et faisant
partie des régiments de cette arme. C'étaient dix ou douze mille
cavaliers, qui devaient apporter autant de zèle à conduire leurs
pièces devant l'ennemi, ou à les enlever rapidement, que les servants
en mettaient à les charger, à les pointer, à les tirer. Cette réforme
n'était que commencée, et ne pouvait donner que plus tard toutes ses
conséquences utiles.

[En marge: Levée forcée de chevaux.]

L'artillerie et la cavalerie avaient aussi besoin de chevaux. Le
Premier Consul, n'ayant ni le temps ni les moyens d'exécuter des
achats, ordonna une levée forcée et extraordinaire du trentième
cheval. C'était une dure mais inévitable nécessité. Les armées
devaient se pourvoir d'abord autour d'elles, et puis, de proche en
proche, dans les provinces environnantes.

[En marge: Malheureux état de l'armée de Ligurie.]

Le Premier Consul avait envoyé à Masséna les fonds dont on pouvait
disposer pour venir au secours de la malheureuse armée de Ligurie. De
60 mille hommes dont elle se composait par la réunion de l'armée de
Lombardie et de celle de Naples, après la sanglante bataille de la
Trebbia, elle était, par la misère, réduite à 40 mille hommes au plus,
ne présentant que 30 et quelques mille combattants. Les blés, ne
pouvant venir ni du Piémont, occupé par les Autrichiens, ni de la mer,
gardée par les Anglais, étaient fort rares. Ces malheureux soldats
n'avaient, pour se nourrir, que les récoltes de l'Apennin, à peu près
nulles, comme tout le monde le sait. Ils ne voulaient pas entrer dans
les hôpitaux, où l'on manquait des premiers aliments; et on les
voyait, sur la route de Nice à Gênes, dévorés par la faim et la
fièvre, présentant le plus douloureux des spectacles, celui de braves
gens que la patrie qu'ils défendent laisse mourir de misère.

Masséna, muni des fonds envoyés par le gouvernement, avait passé
quelques marchés à Marseille, acquis tous les blés que contenait
cette ville, et les avait dirigés sur Gênes. Malheureusement, pendant
cet hiver, les vents aussi rigoureux que l'ennemi, ne cessaient de
contrarier les arrivages de Marseille à Gênes, et remplaçaient en
quelque sorte le blocus, que les Anglais ne pouvaient continuer dans
la mauvaise saison. Cependant, quelques cargaisons ayant réussi à
passer, le pain venait d'être rendu aux troupes de la Ligurie. On leur
avait envoyé des armes, des souliers, quelques vêtements, et des
espérances. Quant à l'énergie militaire, rien n'était à faire pour la
leur inspirer; car jamais la France n'avait vu des soldats endurer de
tels revers avec une telle fermeté. Ces vainqueurs de Castiglione,
d'Arcole, de Rivoli, avaient supporté sans s'ébranler les défaites de
Cassano, de Novi, de la Trebbia; la trempe qu'ils avaient acquise
n'avait pu s'altérer sous les coups de la fortune. Au surplus, la
présence du général Bonaparte à la tête du gouvernement et du général
Masséna à la tête de l'armée, leur aurait remonté le coeur s'ils en
avaient eu besoin. Il ne fallait que les nourrir, les vêtir, les
armer, pour en tirer les plus grands services. On fit à cet égard le
mieux qu'on put. Masséna, par quelques actes de sévérité, rétablit la
discipline, ébranlée parmi eux, et réunit 30 et quelques mille hommes,
impatients de retrouver sous ses ordres la route de la fertile Italie.

[En marge: Conduite prescrite à Masséna.]

Le Premier Consul lui prescrivit une conduite habilement conçue. Trois
passages étroits conduisaient à travers l'Apennin, du versant
continental sur le versant maritime: c'était le passage de la
Bocchetta, débouchant sur Gênes; celui de Cadibona, sur Savone; celui
de Tende, sur Nice. (Voir la carte nº 3.) Le Premier Consul enjoignit
à Masséna de ne laisser que de faibles détachements au col de Tende et
au col de Cadibona, tout juste assez pour les observer, et de se
concentrer, avec 25 ou 30 mille hommes, sur Gênes. Cette ville étant
fortement occupée, l'invasion du midi de la France était peu
présumable, et, en tout cas, peu à craindre; car les Autrichiens ne
seraient pas assez téméraires pour s'avancer, au delà du Var, sur
Toulon et les Bouches-du-Rhône, en laissant Masséna sur leurs
derrières. Masséna pouvait d'ailleurs tomber avec ses 30 mille hommes
réunis sur les corps qui auraient franchi les défilés de l'Apennin. Il
était difficile, vu la nature des lieux étroits et escarpés, qu'il
rencontrât plus de 30 mille hommes à la fois. Il avait donc le moyen
de faire partout face à l'ennemi. Ce plan excellent n'était
malheureusement exécutable que par un général qui aurait eu la
prodigieuse dextérité du vainqueur de Montenotte. Le Premier Consul
était, du reste, assuré d'avoir dans Masséna un défenseur opiniâtre
des hauteurs de l'Apennin, et de préparer au baron de Mélas des
occupations qui le retiendraient en Ligurie, pendant tout le temps
nécessaire aux savantes combinaisons du plan de campagne.

Néanmoins, il faut le dire, l'armée de Ligurie fut un peu traitée en
armée sacrifiée; on ne lui envoya pas un homme de plus, on ne lui
donna que du matériel, et même, sous ce rapport, le nécessaire
seulement. C'est ailleurs que se dirigeaient les principaux efforts du
gouvernement, parce que c'est ailleurs que devaient se porter les
grands coups. L'armée de Ligurie était exposée à périr, pour donner à
d'autres le temps d'être victorieuses. Telle est cette dure fatalité
de la guerre, qui passe de la tête des uns sur la tête des autres,
obligeant ceux-ci à mourir pour que ceux-là vivent et triomphent.

[En marge: L'armée du Rhin.]

[En marge: Raisons qui firent donner 130 mille hommes au général
Moreau.]

L'armée traitée avec un soin tout particulier fut celle qui, sous les
ordres de Moreau, était destinée à opérer en Souabe. On lui envoya
tout ce qu'on put en hommes et en matériel. On fit les plus grands
efforts pour lui assurer une artillerie complète et de grands moyens
de passage, afin qu'elle se trouvât en mesure de franchir le Rhin à
l'improviste, et, s'il était possible, sur un seul point. Le général
Moreau, dont on a dit le Premier Consul si jaloux, allait donc avoir
sous ses ordres la plus belle, la plus nombreuse armée de la
République, cent trente mille hommes environ, tandis que Masséna n'en
devait avoir que trente-six, et le Premier Consul tout au plus
quarante. Ce n'était point, au surplus, une vaine caresse adressée à
l'orgueil de Moreau. Des motifs plus sérieux avaient déterminé cette
distribution des forces. L'opération destinée à jeter M. de Kray sur
Ulm et Ratisbonne, était de la plus haute importance pour le succès
général de la campagne; car en présence de ces deux puissantes armées
autrichiennes qui s'avançaient vers nos frontières, il fallait d'abord
avoir éloigné l'une, pour pouvoir franchir les Alpes sur les derrières
de l'autre. Cette première opération devait donc être tentée par des
moyens décisifs, qui en rendissent la réussite infaillible. Le Premier
Consul, tout en estimant Moreau, s'estimait lui-même beaucoup plus;
et, s'il fallait que l'un des deux se passât de grands moyens, il
croyait pouvoir s'en passer plus que Moreau. Le sentiment qui le
dirigeait dans cette occasion était un sentiment meilleur, dans les
grandes affaires de l'État, que la générosité elle-même, c'était
l'amour de la chose publique; il la mettait au-dessus de tout intérêt
particulier, que ce fût celui des autres ou le sien.

[En marge: Lecourbe.]

[En marge: Richepanse.]

[En marge: Saint-Cyr.]

[En marge: Ney.]

[En marge: Moreau.]

Cette armée du Rhin, quoique portant, comme les autres armées de la
République, les haillons de la misère, était superbe. Quelques
conscrits lui avaient été envoyés, mais en petit nombre, tout juste
assez pour la rajeunir. Elle se composait en immense majorité de ces
vieux soldats, qui, sous les ordres de Pichegru, Kléber, Hoche et
Moreau, avaient conquis la Hollande, les rives du Rhin, franchi
plusieurs fois ce fleuve et paru même sur le Danube. On n'aurait pas
pu dire, sans injustice, qu'ils étaient plus braves que ceux de
l'armée d'Italie; mais ils présentaient toutes les qualités de troupes
accomplies: ils étaient sages, sobres, disciplinés, instruits et
intrépides. Les chefs étaient dignes des soldats. La formation de
cette armée en divisions détachées, complètes en toutes armes, et
agissant en corps séparés, y avait développé au plus haut point le
talent des généraux divisionnaires. Ces divisionnaires avaient des
mérites égaux, mais divers. C'était Lecourbe, le plus habile des
officiers de son temps dans la guerre des montagnes, Lecourbe, dont
les échos des Alpes répétaient le nom glorieux: c'était Richepanse,
qui joignait à une bravoure audacieuse une intelligence rare, et qui
rendit bientôt à Moreau, dans les champs de Hohenlinden, le plus grand
service qu'un lieutenant ait jamais rendu à son général: c'était
Saint-Cyr, esprit froid, profond, caractère peu sociable, mais doué de
toutes les qualités du général en chef: c'était enfin ce jeune Ney,
qu'un courage héroïque, dirigé par un instinct heureux de la guerre,
avait déjà rendu populaire dans toutes les armées de la République. À
la tête de ces lieutenants était Moreau, esprit lent, quelquefois
indécis, mais solide, et dont les indécisions se terminaient en
résolutions sages et fermes, quand il était face à face avec le
danger. La pratique avait singulièrement formé et étendu son coup
d'oeil militaire. Mais, tandis que son génie guerrier grandissait
chaque jour au milieu des épreuves de la guerre, son caractère civil,
faible, livré à toutes les influences, avait succombé déjà, et devait
succomber encore aux épreuves de la politique, que les âmes fortes et
les esprits vraiment élevés peuvent seuls surmonter. Du reste, la
malheureuse passion de la jalousie n'avait point encore altéré la
pureté de son coeur et corrompu son patriotisme. Par son expérience,
son habitude du commandement, sa haute renommée, il était, après le
général Bonaparte, le seul homme capable alors de commander à cent
mille hommes.

[En marge: Plan particulier tracé par le Premier Consul à Moreau.]

Le plan de détail que lui avait prescrit le Premier Consul, consistait
à déboucher en Souabe par le point qui lui permettrait le mieux d'agir
sur l'extrême gauche du maréchal de Kray, de manière à déborder
celui-ci, à le couper de la Bavière, à l'enfermer entre le haut
Danube et le Rhin; auquel cas l'armée autrichienne de Souabe était
perdue. Pour y réussir, il fallait passer le Rhin, non pas sur deux ou
trois points, mais sur un seul, le plus près possible de Constance;
opération singulièrement hardie et difficile, car il s'agissait de
mettre au delà d'un fleuve, et en présence de l'ennemi, cent mille
hommes à la fois, avec tout leur matériel: et on doit avouer qu'avant
Wagram, aucun général n'avait passé un fleuve avec cet ensemble et
cette résolution. Aussi fallait-il beaucoup d'adresse pour tromper les
Autrichiens sur le lieu qu'on choisirait; avec beaucoup d'adresse,
beaucoup d'audace dans l'exécution du passage, et enfin, ce qu'il faut
toujours, du bonheur. Le Premier Consul avait ordonné de réunir dans
les affluents du Rhin, dans l'Aar particulièrement, une masse
considérable de bateaux, pour jeter trois ou quatre ponts à la fois, à
la distance de quelques cents toises les uns des autres. Restait à
faire entrer de telles combinaisons dans l'esprit froid et peu
audacieux de Moreau.

Après ces soins, donnés avec un zèle de tous les moments aux troupes
de Ligurie et d'Allemagne, le Premier Consul s'était appliqué à tirer
du néant une armée, qui bientôt accomplit les plus grandes choses,
sous le titre d'armée de réserve.

[En marge: Création de l'armée de réserve.]

Pour qu'elle remplit son objet, il fallait non-seulement la créer,
mais la créer sans que personne voulût y croire. On va voir de quelle
manière il s'y prit, pour obtenir ce double résultat.

Le Premier Consul avait su trouver en Hollande, et dans les forces
accumulées à Paris par le Directoire, les moyens de pacifier la Vendée
en temps utile: il sut trouver dans la Vendée pacifiée les ressources
nécessaires pour créer une armée, qui, jetée à l'improviste sur le
théâtre des opérations militaires, y devait changer les destinées de
la campagne. En écrivant au général Brune, commandant supérieur dans
l'Ouest, il lui adressait ces belles paroles, qui exprimaient si bien
sa manière d'opérer, et celle des grands maîtres en fait
d'administration et de guerre: «Faites-moi connaître si,
indépendamment des cinq demi-brigades que je vous ai demandées par mon
dernier courrier, vous pouvez encore disposer d'une ou deux
demi-brigades, sauf à les faire revenir dans trois mois. _Il faut nous
résoudre à arpenter la France comme autrefois la vallée de l'Adige; ce
n'est jamais que le rapport des décades aux jours._» (14 ventôse an
VIII.--5 mars 1800. Dépôt de la Secrétairerie d'État.)

Quoique les Anglais dussent être dégoûtés de nouvelles descentes sur
le continent depuis leur aventure du Texel, et surtout depuis la
séparation des Russes de la coalition, on ne pouvait leur livrer la
vaste étendue de nos côtes, du Zuiderzée jusqu'au golfe de Gascogne,
sans aucun moyen de défense, la pacification de la Vendée étant
d'ailleurs si récente. Le Premier Consul laissa donc en Hollande une
force moitié française, moitié hollandaise, pour garder ce pays si
précieux; il en donna le commandement à Augereau. Elle était formée en
divisions actives, complètes en toutes armes, et prêtes à marcher.
Lorsqu on serait bien assuré, par la suite des opérations, qu'on
n'avait pas de descente à craindre, ce corps d'Augereau devait
remonter le Rhin, et couvrir les derrières de Moreau, en Allemagne.
Dans les soixante mille hommes réunis depuis les côtes de la Normandie
jusqu'à celles de la Bretagne et du Poitou, le Premier Consul choisit
les demi-brigades les plus épuisées, et les chargea de veiller sur le
pays insurgé. Il eut soin d'en réduire encore l'effectif, en faisant
passer à l'armée active les soldats capables de servir, et les rendit
ainsi propres à recevoir un plus grand nombre de conscrits, qu'elles
devaient instruire tout en gardant les côtes. Il les forma en cinq
petits camps, réunissant artillerie, cavalerie, infanterie, pouvant
marcher au premier signal, et commandés par de bons officiers. Il y
avait deux de ces camps en Belgique, un à Liège, un autre à
Maëstricht, tous deux destinés à contenir cette contrée travaillée par
les prêtres, et à concourir, s'il était besoin, à la défense de la
Hollande. Il y en avait un à Lille, prêt à se jeter sur la Somme et la
Normandie, un à Saint-Lô, un, enfin, à Rennes. Ce dernier était le
plus nombreux: il comptait de 7 à 8 mille soldats. Les autres étaient
de 4 à 5 mille. Ces camps employaient environ 30 mille hommes. Ils
allaient être portés au double au moins, par l'arrivée de la
conscription. Ils devaient faire, à la fois, la police dans les pays
récemment conquis, tels que la Belgique, et dans les pays récemment
pacifiés, tels que la Normandie, la Bretagne, le Poitou. Le Premier
Consul avait ordonné de fouiller les bois pour y chercher les armes
cachées. Il avait commencé à former, par l'appât d'un traitement
avantageux, trois ou quatre bataillons, composés de tous les individus
qui avaient contracté dans la guerre civile des habitudes
aventureuses, et il voulait, sans le dire, les envoyer en Égypte.
Quant aux chefs, il leur avait assigné à tous des résidences éloignées
du théâtre de la guerre civile, et avait adouci l'amertume de cet
exil, par des pensions très-suffisantes pour leur procurer un
véritable bien-être.

Ces dispositions faites, il restait, sur les soixante mille hommes
réunis pour la pacification de l'intérieur, environ 30 mille soldats
excellents, encadrés dans les demi-brigades qui avaient le moins
souffert. Les uns étaient revenus à Paris après l'opération exécutée
en Normandie contre M. de Frotté. Les autres étaient en Bretagne et en
Vendée. Le Premier Consul en forma trois belles divisions de guerre,
deux en Bretagne, à Rennes et à Nantes, la troisième à Paris. Ces
divisions devaient se compléter en toute hâte, se pourvoir du matériel
qu'elles auraient sous la main, et se procurer le reste en route, par
les moyens que nous allons faire connaître. Elles avaient ordre de se
rendre à la frontière de l'est, arpentant la France, suivant le
langage du Premier Consul, comme autrefois l'armée d'Italie arpentait
la vallée de l'Adige. Leur arrivée en Suisse était certaine pour le
mois d'avril.

Il existait une autre ressource, c'étaient les dépôts de l'armée
d'Égypte, stationnés dans le midi de la France, et n'ayant jamais pu
envoyer des recrues à leurs corps par l'impossibilité de traverser la
mer, toujours gardée par les Anglais. On pouvait, en versant dans ces
dépôts quelques conscrits, en tirer quatorze bataillons très-beaux,
très-propres à faire la guerre. L'ordre fut donné de les acheminer
vers Lyon, dès qu'ils seraient complétés. C'était une quatrième
division excellente, et capable de rendre de bons services.

Ce qu'il y a de plus difficile, de plus long dans la composition d'une
armée, c'est l'organisation de l'artillerie: le Premier Consul,
voulant former cette armée de réserve à l'est, avait, dans les dépôts
d'Auxonne, de Besançon, de Briançon, les moyens de réunir, en
personnel et en matériel, une force de soixante bouches à feu. Deux
officiers d'artillerie très-habiles, et qui lui étaient dévoués, les
généraux Marmont et Gassendi, furent dépêchés de Paris, avec ordre de
préparer ces soixante bouches à feu dans ces divers dépôts, sans dire
où elles seraient concentrées et réunies.

[En marge: Moyens employés pour dissimuler la formation de l'armée de
réserve.]

Restait à indiquer un lieu de rendez-vous à toutes ces forces éparses.
Si on avait cherché à cacher par le silence de tels préparatifs, on
aurait, au contraire, donné l'éveil. Le Premier Consul voulut tromper
l'ennemi par le bruit même qu'il allait faire. Il inséra au _Moniteur_
un arrêté des Consuls, portant création d'une armée de réserve, qui
devait être formée à Dijon, et se composer de soixante mille hommes.
Berthier partit en poste pour Dijon, afin d'en commencer
l'organisation. On doit se souvenir, en effet, que Berthier était
devenu libre par l'entrée de Carnot au ministère de la guerre. Un
appel chaleureux fut fait aux anciens volontaires de la Révolution,
qui, après une ou deux campagnes, étaient revenus dans leurs foyers.
On les engageait à se rendre à Dijon. On y envoya avec beaucoup
d'ostentation un peu de matériel et quelques conscrits. De vieux
officiers, dirigés sur ce point, présentèrent une apparence de cadres
pour commencer l'instruction de ces conscrits. Les journalistes, à qui
la mention des affaires militaires n'était permise qu'avec beaucoup de
sobriété, eurent carrière sur l'armée qui s'organisait à Dijon, et
purent remplir leurs feuilles des détails qui la concernaient. C'en
était assez pour attirer là les espions de toute l'Europe, qui ne
manquèrent pas, en effet, d'y accourir en grand nombre.

Si les divisions formées à Nantes, Rennes et Paris avec les troupes
tirées de la Vendée; si la division formée à Toulon, Marseille,
Avignon, avec les dépôts de l'armée d'Égypte; si l'artillerie préparée
à Besançon, Auxonne, Briançon, avec les ressources de ces arsenaux,
eussent été réunies à Dijon, c'en était fait du secret du Premier
Consul; tout le monde croyait à l'existence de l'armée de réserve.
Mais il se garda bien d'en agir ainsi. Ces divisions furent acheminées
sur Genève et Lausanne par des routes différentes, de telle manière
que l'attention publique ne fut particulièrement attirée sur aucun
point. Elles passaient pour des renforts destinés à l'armée du Rhin,
laquelle, étant répandue depuis Strasbourg jusqu'à Constance, pouvait
bien paraître le but vers lequel marchaient ces renforts. Ces
préparatifs en matériel, ordonnés dans les arsenaux d'Auxonne et de
Besançon, passaient pour un supplément d'artillerie, destiné à la même
armée. Ceux qui se faisaient à Briançon étaient censés appartenir aux
troupes de Ligurie. Le Premier Consul fit envoyer des eaux-de-vie à
Genève; envoi qui n'indiquait pas mieux son but, puisque notre armée
d'Allemagne avait sa base d'opérations en Suisse. Il fit fabriquer
dans les départements riverains du Rhône deux millions de rations en
biscuit, destinées à nourrir l'armée de réserve au milieu de la
stérilité des Alpes. 1,800 mille rations remontèrent secrètement le
Rhône vers Genève; 200 mille furent envoyées avec ostentation à
Toulon, pour faire supposer que ces fabrications inusitées avaient été
faites pour le compte de la marine. Enfin, les divisions en marche,
conduites lentement, et sans les fatiguer, vers Genève et Lausanne
(elles avaient en effet la moitié de mars et tout avril pour faire le
trajet), recevaient pendant la route même ce qui leur manquait, en
souliers, vêtements, fusils, chevaux. Le Premier Consul ayant arrêté
dans son esprit la route qu'elles devaient suivre, et constaté
soigneusement la nature de leurs besoins, faisait trouver sur chaque
lieu qu'elles avaient à traverser, tantôt une espèce de secours,
tantôt une autre, en se gardant bien d'éveiller l'attention par une
grande réunion de matières sur un seul point. La correspondance
relative à ces préparatifs avait été soustraite aux bureaux de la
guerre. Elle était renfermée entre lui et les chefs de corps, et
portée par des aides-de-camp sûrs, qui allaient, venaient en poste,
voyaient tout de leurs yeux, faisaient tout directement, armés des
ordres irrésistibles du Premier Consul, et ignorant d'ailleurs le plan
général auquel ils concouraient.

[En marge: Railleries de toute l'Europe au sujet de l'armée de
réserve.]

Le secret, renfermé entre le Premier Consul, Berthier, et deux ou
trois généraux du génie et de l'artillerie, qu'on avait été forcé
d'initier au plan de campagne, était profondément gardé. Aucun d'eux
ne l'aurait compromis, parce que le secret est un acte d'obéissance
qu'obtiennent les gouvernements, en proportion de l'ascendant qu'ils
exercent. À ce titre, celui du Premier Consul n'avait aucune
indiscrétion à craindre. Les espions étrangers accourus à Dijon, n'y
voyant que quelques conscrits, quelques volontaires, quelques vieux
officiers, se crurent bien fins, en découvrant qu'il n'y avait là rien
de sérieux, que le Premier Consul évidemment ne faisait tout ce bruit
que pour effrayer le baron de Mélas, pour l'empêcher de pénétrer par
les bouches du Rhône, et lui persuader qu'il trouverait dans le midi
de la France une armée de réserve capable de l'arrêter. La chose fut
ainsi comprise de tous les gens qui se croyaient bons juges en cette
matière, et les journaux anglais se remplirent bientôt de mille et
mille railleries. Les dessinateurs de caricatures en firent une sur
l'armée de réserve: elle représentait un enfant donnant la main à un
invalide à jambe de bois.

Il n'en fallait pas davantage au Premier Consul: être raillé était,
dans le moment, son unique désir. En attendant, ses divisions
marchaient, son matériel se préparait vers les frontières de l'est,
et, dans les premiers jours de mai, une armée improvisée était prête,
ou à seconder Moreau, ou à se jeter au delà des Alpes, pour y changer
la face des événements.

[En marge: Quelques secours accordés à la marine.]

Le Premier Consul n'avait pas négligé la marine. Depuis la course que
l'amiral Bruix avait faite l'année précédente dans la Méditerranée,
avec les forces combinées de France et d'Espagne, la grande flotte
qu'il avait dirigée était rentrée dans Brest. Elle se composait de
quinze vaisseaux espagnols et d'une vingtaine de vaisseaux français,
en tout pas loin de quarante. Vingt vaisseaux anglais la bloquaient
dans le moment. Le Premier Consul profita des premières ressources
financières qu'il avait réussi à créer, pour envoyer quelques vivres,
et une partie de la solde arriérée, à cette flotte. Il lui enjoignit
de ne pas se laisser bloquer, quand on serait trente contre vingt; de
sortir à la première occasion, fallût-il livrer bataille; et, si on
pouvait tenir la mer, de passer le détroit, de paraître devant Toulon,
d'y rallier quelques bâtiments chargés de secours pour l'Égypte,
d'aller ensuite débloquer Malte et Alexandrie. Les routes ouvertes, il
suffisait du commerce seul pour ravitailler les garnisons françaises
répandues sur les bords de la Méditerranée.

[En marge: Résistance de Moreau au plan qui lui est proposé.]

Tels furent les soins consacrés aux affaires militaires par le Premier
Consul, tandis qu'il était, avec MM. Sieyès, Cambacérès, Talleyrand,
Gaudin, et autres collaborateurs de ses travaux, occupé à réorganiser
le gouvernement, à rétablir les finances, à créer une administration
civile et judiciaire, à négocier enfin avec l'Europe. Mais ce n'était
pas tout que de concevoir des plans, d'en préparer l'exécution; il lui
fallait faire entrer ses idées dans la tête de ses lieutenants, qui,
quoique soumis à son autorité consulaire, n'étaient pas toutefois
aussi complètement subordonnés alors qu'ils le furent plus tard,
lorsque, sous le titre de maréchaux d'Empire, ils obéissaient à un
Empereur. Le plan prescrit à Moreau, surtout, avait bouleversé cette
tête froide et timide. Ce général était effrayé de la hardiesse de
l'opération qui lui était ordonnée. Nous avons déjà parlé du pays sur
lequel il devait opérer. (Voir la carte nº 2.) Le Rhin, avons-nous
dit, coule de l'est à l'ouest, de Constance à Bâle, se redresse à Bâle
pour couler au nord, passant par Brisach, Strasbourg et Mayence. Dans
l'angle qu'il décrit ainsi se trouve ce qu'on appelle la Forêt-Noire,
pays boisé et montagneux, coupé de défilés qui conduisent de la vallée
du Rhin à celle du Danube. L'armée française et l'armée autrichienne
occupaient en quelque sorte les trois côtés d'un triangle: l'armée
française en occupait deux, de Strasbourg à Bâle, de Bâle à
Schaffouse; l'armée autrichienne un seul, de Strasbourg à Constance.
Celle-ci avait donc l'avantage d'une concentration plus facile. M. de
Kray, ayant sa gauche sous le prince de Reuss, aux environs de
Constance, sa droite dans les défilés de la Forêt-Noire jusque vers
Strasbourg, son centre à Donau-Eschingen, au point d'intersection de
toutes les routes, pouvait se concentrer rapidement devant l'endroit
même que Moreau choisirait pour passer le Rhin, que ce fût de
Strasbourg à Bâle ou de Bâle à Constance. C'était là le sujet des
inquiétudes du général français. Il craignait que M. de Kray, se
présentant en masse au point du passage, ne rendît ce passage
impossible, peut-être même désastreux.

Le Premier Consul n'appréhendait rien de pareil. Il croyait, au
contraire, que l'armée française pouvait très-facilement se concentrer
sur le flanc gauche de M. de Kray, et l'enfoncer. Pour cela il
désirait, comme nous l'avons déjà dit, que, profitant du rideau qui la
couvrait, c'est-à-dire du Rhin, elle remontât ce fleuve à
l'improviste, qu'elle se réunît entre Bâle et Schaffouse, qu'avec des
bateaux secrètement disposés dans les affluents, elle jetât quatre
ponts en une matinée, et qu'elle débouchât, au nombre de 80 ou 100
mille hommes, entre Stokach et Donau-Eschingen, donnant dans le flanc
de M. de Kray, le coupant de ses réserves et de la gauche, précipitant
ses débris sur le haut Danube. Il pensait que, cette opération
exécutée avec promptitude et vigueur, l'armée autrichienne d'Allemagne
pouvait être écrasée. Ce qu'il a fait plus tard en partant d'un point
différent, mais dans les mêmes lieux, autour d'Ulm, ce qu'il fit cette
année même par le Saint-Bernard, prouve que ce plan n'avait rien que
de très praticable. Il croyait que l'armée française, n'opérant pas
sur le sol ennemi, puisqu'elle remontait par la rive gauche, n'ayant
qu'à marcher sans combattre, pourrait, avec certaines précautions,
dérober deux ou trois marches, à M. de Kray, et qu'elle serait au lieu
du passage avant que ce général eût réuni assez de moyens pour
l'empêcher.

C'est là le plan qui avait troublé l'esprit de Moreau, peu habitué à
ces hardies combinaisons. Il craignait que M. de Kray, averti à temps,
ne se portât avec la masse de ses forces à la rencontre de l'armée
française, et ne la jetât dans le fleuve. Moreau aimait mieux profiter
des ponts existants à Strasbourg, Brisach et Bâle, pour déboucher en
plusieurs colonnes sur la rive droite, il voulait ainsi diviser
l'attention des Autrichiens, les attirer principalement vers les
défilés de la Forêt-Noire correspondants aux ponts de Strasbourg et de
Brisach, puis, après les avoir amenés dans ces défilés, se dérober
tout à coup, longer le Rhin avec les colonnes qui auraient traversé ce
fleuve, et venir se placer devant Schaffouse pour y couvrir le
débouché du reste de l'armée.

Le plan de Moreau n'était pas sans mérite, mais il n'était pas non
plus sans de graves inconvénients, car, s'il tendait à éviter le
danger d'un seul passage exécuté en masse, il avait, en divisant cette
opération, l'inconvénient de diviser les forces, de jeter sur le sol
ennemi deux ou trois colonnes détachées, de leur faire exécuter une
marche de flanc dangereuse jusqu'à Schaffouse, où elles devaient
couvrir le dernier et le plus grand passage du fleuve. Enfin ce plan
avait le désavantage de donner peu ou point de résultats, car il ne
jetait pas l'armée française tout entière et toute à la fois, sur le
flanc gauche du maréchal de Kray; ce qui eût été le seul moyen de
déborder le général autrichien, et de le couper de la Bavière.

[En marge: Le général Dessoles appelé à Paris.]

[En marge: Belles paroles du Premier Consul à l'occasion du refus de
Moreau.]

[En marge: Avril 1800.]

[En marge: Convention avec Moreau.]

C'est un spectacle digne des regards de l'histoire que celui de ces deux
hommes, opposés l'un à l'autre dans une circonstance intéressante,
laquelle faisait si bien ressortir les diversités de leur esprit et de
leur caractère. Le plan de Moreau, comme il arrive souvent aux plans des
hommes de second ordre, n'avait que les apparences de la prudence; mais
il pouvait réussir par l'exécution, car, il faut le redire sans cesse,
l'exécution rachète tout: elle fait quelquefois échouer les meilleures
combinaisons, et réussir les plus mauvaises. Moreau persistait donc dans
ses idées. Le Premier Consul, voulant le persuader par le moyen d'un
intermédiaire bien choisi, fit venir à Paris le général Dessoles, chef
d'état-major de l'armée d'Allemagne, esprit fin, pénétrant, digne de
servir de lien entre deux hommes puissants et susceptibles; car il avait
le goût de concilier ses supérieurs, que n'ont pas toujours les
subordonnés. Le Premier Consul l'appela donc à Paris vers le milieu de
mars (fin de ventôse) et l'y retint plusieurs jours. Après lui avoir
expliqué ses idées, il les lui fit parfaitement comprendre, et même
préférer à celles de Moreau. Mais le général Dessoles n'en persista pas
moins à conseiller au Premier Consul d'adopter le plan de Moreau, parce
qu'il fallait, suivant lui, laisser le général qui opère agir selon ses
idées et son caractère, lorsque c'était d'ailleurs un homme digne du
commandement qu'on lui avait confié.--Votre plan, dit-il au Premier
Consul, est plus grand, plus décisif, probablement même plus sûr; mais
il n'est pas adapté au génie de celui qui doit l'exécuter. Vous avez une
manière de faire la guerre qui est supérieure à toutes; Moreau a la
sienne, qui est inférieure sans doute à la vôtre, mais excellente
néanmoins. Laissez-le agir; il agira bien, lentement peut-être, mais
sûrement; et il vous procurera autant de résultats qu'il vous en faut
pour le succès de vos combinaisons générales. Si, au contraire, vous lui
imposez vos idées, vous le troublerez, vous le blesserez même, et vous
n'obtiendrez rien de lui, pour avoir voulu trop obtenir.--Le Premier
Consul, aussi versé dans la connaissance des hommes que dans celle de
son art, apprécia la sagesse des avis du général Dessoles, et se
rendit.--Vous avez raison, lui dit-il; Moreau n'est pas capable de
saisir et d'exécuter le plan que j'ai conçu. Qu'il fasse comme il
voudra, pourvu qu'il jette le maréchal de Kray sur Ulm et Ratisbonne, et
qu'ensuite il renvoie à temps son aile droite sur la Suisse. Le plan
qu'il ne comprend pas, qu'il n'ose pas exécuter, je vais l'exécuter,
moi, sur une autre partie du théâtre de la guerre. Ce qu'il n'ose pas
faire sur le Rhin, je vais le faire sur les Alpes. Il pourra regretter
dans quelque temps la gloire qu'il m'abandonne.--Parole superbe et
profonde, qui contenait toute une prophétie militaire, comme on pourra
en juger bientôt[3].

[Note 3: J'ai eu l'honneur, dans ma jeunesse, de recueillir ce
récit de la bouche même du général Dessoles.]

La manière de franchir le Rhin laissée ainsi à Moreau, il restait un
autre point à régler. Le Premier Consul aurait fort souhaité que
l'aile droite, commandée par Lecourbe, restât en réserve sur le
territoire suisse, toute prête à seconder Moreau si celui-ci en avait
besoin, mais ne pénétrât pas en Allemagne si sa présence n'y était pas
indispensable, afin de n'avoir pas à revenir en arrière pour se
reporter vers les Alpes. Il savait d'ailleurs combien c'est chose
difficile d'arracher à un général en chef un détachement de son armée,
lorsque les opérations sont une fois commencées. Moreau insista pour
avoir Lecourbe, s'engageant à le rendre au général Bonaparte dès qu'il
aurait réussi à pousser le maréchal de Kray sur Ulm. Le Premier Consul
se rendit à ce désir, résolu à tout concéder pour maintenir la bonne
harmonie; mais il voulut que Moreau signât une convention, par
laquelle il promettait, après avoir jeté les Autrichiens sur Ulm, de
détacher Lecourbe avec 20 ou 25 mille hommes vers les Alpes. Cette
convention fut signée à Bâle entre Moreau et Berthier, ce dernier
considéré officiellement comme général en chef de l'armée de réserve.

[En marge: Vives instances du Premier Consul auprès de Moreau pour le
décider à ouvrir la campagne.]

Le général Dessoles était parti de Paris après avoir complètement
réglé avec le Premier Consul les points en discussion. On était
d'accord; tout était prêt pour l'entrée en campagne, et il importait
de commencer immédiatement les opérations, pour que, Moreau ayant
exécuté de bonne heure la partie du plan qui le concernait, le Premier
Consul pût se jeter au delà des Alpes, et dégager Masséna avant que
celui-ci fût écrasé, car il luttait avec 36 mille hommes contre 120
mille. Le Premier Consul voulait que Moreau agît à la mi-avril, ou, au
plus tard, à la fin de ce mois. Mais ses instances étaient vaines;
Moreau n'était pas prêt, et n'avait ni l'activité, ni l'esprit de
ressources qui suppléent à l'insuffisance des moyens. Tandis qu'il
différait, les Autrichiens, fidèles à leur plan de prendre
l'initiative en Italie, se jetaient sur Masséna, et commençaient avec
ce général une lutte, que la disproportion des forces a rendue digne
d'une mémoire immortelle.

[En marge: Commencement des hostilités en Ligurie.]

L'armée de Ligurie présentait tout au plus 36 mille hommes en état de
servir activement, et distribués de la manière suivante. (Voir la
carte Nº 3.)

Treize ou 14 mille hommes, sous le général Suchet, formant la gauche
de l'armée, occupaient le col de Tende, Nice et la ligne du Var. Un
corps détaché de cette aile, fort de 4 mille hommes environ, sous les
ordres du général Thureau, était posté sur le mont Cenis. C'étaient
par conséquent 18 mille hommes consacrés à garder la frontière de
France du mont Cenis au col de Tende.

[En marge: Distribution des deux armées le long des Apennins.]

Dix ou 12 mille hommes, sous le général Soult, formant le centre de
l'armée, défendaient les deux principaux débouchés de l'Apennin, celui
qui, par la haute Bormida, tombe sur Savone et Finale, celui de la
Bocchetta, qui tombe sur Gênes.

Sept ou 8 mille hommes à peu près, sous l'intrépide Miollis, gardaient
Gênes, et un col qui débouche près de cette ville, sur le côté opposé
à celui de la Bocchetta. Ainsi, la seconde moitié de cette armée, 18
mille hommes à peu près, sous les généraux Soult et Miollis,
défendaient l'Apennin et la Ligurie. Le danger d'une séparation entre
ces deux portions de l'armée, celle qui occupait Nice et celle qui
occupait Gênes, était évident.

Ces 36 mille Français avaient en présence les 120 mille Autrichiens du
baron de Mélas, parfaitement reposés, nourris, ravitaillés, grâce à
l'abondance de toutes choses en Italie, grâce aux subsides que
l'Angleterre fournissait à l'Autriche. Le général Kaim, avec la grosse
artillerie, la cavalerie et un corps d'infanterie, en tout 50 mille
hommes, avait été laissé en Piémont, pour y servir d'arrière-garde, et
observer les débouchés de la Suisse. Le baron de Mélas avec 70 mille
hommes, la plus grande partie en infanterie, s'était avancé sur les
débouchés de l'Apennin. Il avait, outre la supériorité du nombre,
l'avantage de la position concentrique; car Masséna était obligé, avec
30 mille hommes (le surplus occupant le mont Cenis), de garder le
demi-cercle que forment les Alpes maritimes et l'Apennin, de Nice à
Gênes, demi-cercle qui n'a pas moins de quarante lieues de
circonférence. Le général de Mélas, au contraire, placé de l'autre
côté des monts, au centre de ce demi-cercle, entre Coni, Ceva, Gavi,
n'avait que peu de chemin à parcourir pour se porter à l'un ou l'autre
des points qu'il voulait attaquer. Il pouvait facilement faire de
fausses démonstrations sur l'un de ces points, pour se reporter
rapidement sur l'autre, et y agir en masse. Masséna, menacé de la
sorte, avait quarante lieues à faire pour aller de Nice au secours de
Gênes, ou de Gênes au secours de Nice.

[En marge: Beaux conseils du Premier Consul à Masséna.]

C'est sur l'ensemble de ces circonstances qu'étaient fondés les
conseils donnés par le Premier Consul à Masséna, conseils déjà
rapportés plus haut d'une manière générale, mais qu'il faut faire
connaître ici avec un peu plus de détail. Trois routes propres à
l'artillerie conduisaient d'un revers des monts à l'autre: celle qui,
par Turin, Coni et Tende, débouche sur Nice et le Var; celle qui,
remontant la vallée de la Bormida, donne par le col de Cadibona sur
Savone; enfin celle de la Bocchetta, qui, par Tortone et Gavi, descend
sur la gauche de Gênes, dans la vallée de la Polcevera. Le danger
était de voir le baron de Mélas se porter en masse sur le débouché du
milieu, couper l'armée française en deux, et la jeter moitié sur Nice,
moitié sur Gênes. Apercevant ce danger, le Premier Consul adressait à
Masséna, dans des lettres pleines d'une admirable prévoyance (5 et 12
mars), des instructions dont voici la substance:--Gardez-vous, lui
disait-il, d'avoir une ligne trop étendue. Ayez peu de monde sur les
Alpes, et au col de Tende, où les neiges vous défendent. Laissez
quelques détachements sur Nice et les forts environnants; ayez les
quatre cinquièmes de vos forces à Gènes et aux environs. L'ennemi
débouchera sur votre droite vers Gênes, sur votre centre vers Savone,
probablement sur ces deux points à la fois. Refusez une des deux
attaques, et jetez-vous avec toutes vos forces réunies sur l'une des
colonnes de l'ennemi. Le terrain ne lui permettra pas d'user de sa
supériorité en artillerie et en cavalerie, il ne pourra vous attaquer
qu'avec de l'infanterie; la vôtre est infiniment supérieure à la
sienne, et, favorisée par la nature des lieux, elle pourra suppléer au
nombre. Dans ce pays accidenté, si vous manoeuvrez bien, vous pouvez
avec 30 mille hommes en battre 60 mille; et pour porter 60 mille
fantassins en Ligurie, il faut que M. de Mélas en possède 90 mille, ce
qui suppose une armée totale de 120 mille hommes au moins. M. de Mélas
n'a ni votre activité ni vos talents; vous n'avez aucune raison de le
craindre. S'il paraît vers Nice, vous étant à Gênes, laissez-le
marcher, ne vous ébranlez pas: il n'osera pas cheminer bien loin quand
vous resterez en Ligurie, prêt à vous jeter ou sur ses derrières, ou
sur les troupes laissées en Piémont.--

Diverses causes empêchèrent Masséna de suivre ces sages conseils.
D'abord il fut surpris par la brusque irruption des Autrichiens, avant
qu'il eût pu rectifier l'emplacement de ses troupes, et arrêter ses
dispositions définitives; secondement il n'avait pas assez
d'approvisionnements dans la ville de Gênes pour y concentrer toute
son armée. Craignant d'y dévorer les vivres dont la place avait grand
besoin en cas de siège, il voulait se servir des ressources de Nice,
qui étaient beaucoup plus abondantes. Enfin, nous devons le dire,
Masséna ne comprenait pas assez toute la profondeur des instructions
de son chef, pour passer par-dessus les inconvénients, d'ailleurs
très-réels, d'une concentration générale sur Gênes. Masséna était
peut-être le premier des généraux contemporains sur le champ de
bataille; il était, sous le rapport du caractère, l'égal des plus
fermes généraux de tous les temps; mais, quoiqu'il eût beaucoup
d'esprit naturel, l'étendue des vues n'égalait pas chez lui la
promptitude du coup d'oeil et l'énergie de l'âme.

[En marge: Combats sur la haute Bormida. La ligne française est coupée
en deux.]

Ainsi, faute de temps, faute de vivres, faute aussi d'en sentir assez
l'importance, il ne se concentra pas assez tôt sur Gênes, et fut
surpris par les Autrichiens. Ceux-ci entrèrent en action le 5 avril
(15 germinal), c'est-à-dire bien avant l'époque qu'on aurait cru
pouvoir assigner à la reprise des hostilités. Le baron de Mélas
s'avança avec 70 ou 75 mille hommes environ, pour forcer la chaîne de
l'Apennin. Ses lieutenants Ott et Hohenzollern furent dirigés avec 25
mille hommes sur Gênes. Le général Ott, avec 15 mille, remontant la
Trebbia, se présenta par les cols de Scoffera et de Monte-Creto, qui
débouchent sur la droite de Gènes; le général Hohenzollern, avec 10
mille hommes, menaça la Bocchetta, qui débouche sur la gauche de cette
place. Le baron de Mélas, avec 50 mille hommes, remonta la Bormida, et
attaqua simultanément toutes les positions de la route que nous avons
appelée route du milieu, laquelle, par Cadibona, aboutit à Savone. Son
intention, comme l'avait prévu le Premier Consul, était de forcer
notre centre, et de séparer le général Suchet du général Soult, qui
se donnaient la main vers ce point. Une lutte violente s'engagea donc,
depuis les sources du Tanaro et de la Bormida, jusqu'aux sommets
escarpés qui dominent Gênes. Les généraux Elsnitz et Mélas soutinrent
des combats acharnés contre le général Suchet, à Rocca-Barbena, à
Sette-Pani, à Melogno, à Saint-Jacques; contre le général Soult, à
Montelegino, à Stella, à Cadibona, à Savone. Les soldats de la
République, profitant de ce pays montagneux, se couvrant de tous les
accidents du terrain, se défendirent avec une bravoure incomparable,
firent perdre à l'ennemi trois fois plus de monde qu'ils n'en
perdirent eux-mêmes, car leur feu plongeait sur des masses épaisses et
profondes; mais, obligés de combattre sans cesse contre des troupes
toujours renouvelées, ils se virent forcés de céder le terrain,
vaincus par l'épuisement et la fatigue plus que par les Autrichiens.
Les généraux Suchet et Soult furent contraints de se séparer, et de se
retirer, l'un sur Borghetto, l'autre sur Savone. La ligne française se
trouva donc coupée, comme il était facile de le prévoir; moitié de
l'armée de Ligurie fut jetée sur Nice, moitié fut condamnée à
s'enfermer dans Gênes.

[En marge: Investissement de Gênes. Masséna renfermé dans la place
avec 18 mille hommes.]

Du côté de Gênes même les succès avaient été balancés. L'attaque de la
Bocchetta, tentée par le comte d'Hohenzollern avec trop peu de forces
pour vaincre les Français, c'est-à-dire avec 10 mille hommes à peu
près contre 5 mille, fut repoussée par la division Gazan. Mais, à la
droite de Gênes, c'est-à-dire vers les positions du Monte-Creto et de
Scoffera, qui donnent accès dans la vallée du Bisagno, le général Ott,
vainqueur de la division Miollis, qui n'avait pas 4 mille hommes à
opposer à 15 mille, descendit sur les revers de l'Apennin, et,
enveloppant tous les forts qui couvrent la ville, montra les couleurs
autrichiennes aux Génois épouvantés. L'escadre anglaise, se déployant
au même instant, dans la place leur fit voir le pavillon britannique.
Si les habitants de la ville étaient patriotes et partisans des
Français, les paysans des vallées voisines, attachés au parti
aristocratique, comme les Calabrais, dans le royaume de Naples,
l'étaient à la reine Caroline, comme les Vendéens, en France,
l'étaient aux Bourbons, se soulevèrent à la vue des soldats de la
coalition. Ils sonnaient le tocsin dans tous les villages. Un certain
baron d'Aspres, attaché au service impérial, et jouissant de quelque
influence dans la contrée, les excitait à la révolte. Le 6 avril au
soir, les malheureux bourgeois de Gênes, voyant sur les montagnes
environnantes les feux des Autrichiens, sur la mer le pavillon déployé
des Anglais, en étaient à craindre que l'oligarchie, déjà folle de
joie, ne rétablît, sous peu de jours, son empire abhorré.

Mais l'intrépide Masséna était au milieu d'eux. Bien que séparé du
général Suchet par l'attaque dirigée sur son centre, il comptait
encore 15 à 48 mille hommes; et, appuyé sur une telle garnison, il
pouvait défier quelque ennemi que ce fût, d'enfoncer sous ses yeux les
portes de Gênes.

[En marge: Description de Gênes.]

Pour faire comprendre les opérations que le général français exécuta
pendant ce siége mémorable, il faut décrire le théâtre sur lequel il
était placé. (Voir la carte nº 4.) Gênes est située au fond même du
beau golfe qui porte son nom, au pied d'un contrefort de l'Apennin. Ce
contrefort, en s'avançant du nord au sud, au milieu des eaux, se
partage, avant d'y plonger, en deux arêtes, l'une dirigée au levant,
l'autre au couchant, et forme ainsi un triangle incliné, dont le
sommet est lié à l'Apennin, dont la base s'appuie à la mer. C'est vers
la base de ce triangle, et, bien entendu, avec l'irrégularité
ordinaire à la nature, que Gênes se déploie en rues allongées, bordées
de palais magnifiques. La nature et l'art avaient beaucoup fait pour
sa défense. Du côté de la mer deux môles, se dirigeant l'un vers
l'autre presque jusqu'à se croiser, formaient le port, et le
défendaient contre les escadres ennemies. Du côté de la terre, une
première enceinte bastionnée enveloppait, en la serrant de près, la
partie bâtie et peuplée de la ville. Une seconde enceinte plus vaste,
et bastionnée comme la précédente, était tracée sur ces hauteurs, qui
décrivent, ainsi que nous venons de le dire, une figure triangulaire
autour de Gênes. Deux forts, disposés en étage l'un au-dessus de
l'autre, les forts de l'Éperon et du Diamant, étaient placés au sommet
de cette figure triangulaire, et couvraient de leur feu dominateur
tout l'ensemble de la fortification.

Mais ce n'était pas tout ce qu'on avait fait pour tenir l'ennemi à une
grande distance. Si on tourne le dos à la mer, et si on regarde Gênes,
on a le levant à droite, le couchant à gauche. Deux petites rivières,
celle du Bisagno au levant ou à droite, celle de la Polcevera au
couchant ou à gauche, baignent les deux côtés de l'enceinte
extérieure. Le Bisagno descend de ces hauteurs mêmes du Monte-Creto et
de Scoffera, qu'il faut franchir quand on vient du revers de l'Apennin
en remontant la Trebbia. Le côté de la vallée du Bisagno, qui est
opposé à la ville, s'appelle le Monte-Ratti, et présente diverses
positions, du sommet desquelles on aurait pu causer de grands dommages
à Gênes, si elles n'avaient été occupées. Aussi avait-on eu grand soin
de les couronner par trois forts, ceux de Quezzi, de Richelieu, de
Sainte-Tècle. La vallée de la Polcevera, au contraire, qui est placée
à gauche de Gênes, et descend des hauteurs de la Bocchetta, n'offre
aucune position dominante que l'art eût à occuper pour protéger la
ville. Mais un long faubourg, placé au bord de la mer, celui de
Saint-Pierre-d'Arena, composait un amas de maisons, utile et facile à
défendre.

Ainsi la fortification de Gênes présentait un triangle, incliné de 15
degrés à l'horizon, ayant neuf mille toises de développement, se
rattachant par son sommet à l'Apennin, baigné à sa base par la mer, et
bordé sur ses deux côtés par le Bisagno au levant, par la Polcevera au
couchant. Le fort de l'Éperon, et au-dessus de l'Éperon celui du
Diamant, couvraient son sommet. Les forts de Richelieu, de
Sainte-Tècle, de Quezzi empêchaient que, des flancs du Monte-Ratti,
des feux destructeurs ne fussent dirigés sur la cité aux palais de
marbre.

Telle était Gênes alors; telles étaient ses défenses, que l'art, le
temps, les contributions imposées à la France, ont beaucoup
perfectionnées depuis.

Masséna pouvait réunir encore 18 mille hommes. Si, avec une pareille
garnison, dans une si forte place, il avait eu des vivres en
suffisante quantité, il eût été invincible. On va voir ce que le
caractère peut faire à la guerre, pour réparer une faute de
combinaison ou de prévoyance.

[En marge: Plan de défense du général Masséna.]

Masséna, résolu à opposer à l'ennemi une résistance énergique, voulut
sur-le-champ faire deux choses fort importantes: la première
consistait à rejeter au delà de l'Apennin les Autrichiens, qui
serraient Gênes de trop près; la seconde consistait à se relier au
général Suchet, par un mouvement combiné avec ce général, le long de
la route de la Corniche.

[En marge: Masséna par une première sortie rejette les Autrichiens
loin de Gênes.]

Pour exécuter son premier dessein, il fallait qu'il ramenât les
Autrichiens le long du Bisagno d'un côté, de la Polcevera de l'autre,
et qu'il les renvoyât, par le Monte-Creto, par la Bocchetta, sur le
revers des monts d'où ils étaient venus. Sans perdre un jour, le
lendemain même de leur première apparition, c'est-à-dire le 7 avril
(17 germinal), il sortit de Gênes par le côté du levant, et traversa
la vallée du Bisagno, suivi de la brave division Miollis, celle qui
avait été obligée l'avant-veille de se retirer devant les forces trop
supérieures du général Ott. Il la renforça d'une partie de la réserve,
et se mettant à sa tête marcha sur deux colonnes: celle de droite,
sous le général d'Arnaud, longeait la mer et se dirigeait vers Quinto;
celle de gauche, sous Miollis, se dirigeait sur les escarpements du
Monte-Ratti. Une troisième colonne, sous le général Petitot, suivait,
en la remontant, le fond de la vallée du Bisagno, qui circule au pied
du Monte-Ratti. La précision de mouvement de ces trois colonnes fut
telle, que leur feu se fit entendre au même instant sur tous les
points à la fois. Le général d'Arnaud par un revers, le général
Miollis par l'autre, abordèrent les hauteurs du Monte-Ratti, avec la
plus grande vigueur. La présence de Masséna lui-même, le désir de se
venger de la surprise de la veille, animaient les soldats. Les
Autrichiens furent culbutés dans les torrents, et perdirent toutes
leurs positions. Le général d'Arnaud passa outre, et, en suivant la
crête des hauteurs, se porta au sommet même de l'Apennin, au col de
Scoffera. Masséna, suivi de quelques compagnies de réserve, descendit
dans la vallée du Bisagno pour joindre la colonne Petitot. Cette
dernière colonne, ainsi renforcée, repoussa partout l'ennemi, et,
remontant la rivière, vint seconder le mouvement du général d'Arnaud
sur Scoffera. Précipités dans ces vallées tortueuses, les Autrichiens
laissèrent à Masséna 1,500 prisonniers, et à leur tête ce baron
d'Aspres, l'instigateur de la révolte des paysans de la Fonte-Buona.

Quand, le soir du même jour, Masséna rentra dans Gênes après avoir
délivré les Génois de la vue des ennemis, et amenant prisonnier
l'officier dont on annonçait la prochaine arrivée triomphale, la joie
de la population patriote, qui était la plus nombreuse, fut extrême.
On le reçut avec des acclamations. Les habitants avaient préparé des
brancards pour porter les blessés, du vin et des bouillons pour les
nourrir. Partout on se disputait l'honneur de les recevoir.

[En marge: Opération tentée par Masséna pour se remettre en
communication avec le général Suchet.]

Après cet acte de vigueur du côté du levant, le plus important à
dégager, parce que de ce côté seulement les Autrichiens serraient la
ville de près, Masséna voulut profiter du répit que lui assurait le
dernier avantage obtenu, pour faire un effort au couchant,
c'est-à-dire vers Savone, et rétablir par ce moyen ses communications
avec le général Suchet. Afin de garantir Gênes de toute attaque
pendant son absence, il divisa les troupes qui lui restaient en deux
corps: l'un de droite, sous le général Miollis, l'autre de gauche,
sous le général Soult. Le corps du général Miollis était destiné à
garder Gênes avec deux divisions. La division d'Arnaud devait défendre
le côté du levant, faisant face au Bisagno; la division Spital, celui
du couchant, faisant face à la Polcevera. Le corps de gauche, sous le
général Soult, était chargé de tenir la campagne avec les deux
divisions Gardanne et Gazan. C'est avec cette force, d'environ 10
mille hommes, que Masséna projeta de se rapprocher de Savone, en
ordonnant à Suchet, par un avis secret, de tenter un mouvement
simultané sur le même point. La division Gardanne fut dirigée le long
de la mer, et la division Gazan sur les crêtes de l'Apennin, dans
l'intention d'amener l'ennemi, par la vue de deux colonnes séparées, à
se diviser lui-même. Manoeuvrant ensuite avec rapidité sur ce terrain,
dont il avait une grande connaissance, Masséna voulait, selon les
circonstances, réunir ses deux divisions en une seule, de manière à
écraser, ou sur les hauteurs de l'Apennin ou le long de la mer, le
corps ennemi qui serait le plus exposé à ses coups. Il commandait en
personne la division Gardanne. Il avait confié au général Soult la
division Gazan. Son projet était de suivre le littoral par Voltri,
Varaggio, Savone; son lieutenant, le général Soult, avait ordre de
s'élever, par Aqua-Bianca et San-Pietro-del-Alba, sur Sassello. (Voir
la carte nº 4.)

Le 9 avril au matin, nos troupes commencèrent leur mouvement. Le baron
de Mélas, après avoir coupé en deux l'armée française, voulait
renfermer Masséna dans Gênes, et resserrer en même temps sa propre
ligne, qui était trop étendue; car elle embrassait, depuis la vallée
du Tanaro jusqu'à celle de la Trebbia, un espace de quinze lieues au
moins. Les deux armées se rencontrèrent dans leur mouvement, et il en
résulta sur ce terrain si accidenté la lutte à la fois la plus vive et
la plus confuse. Tandis que Masséna marchait sur deux colonnes, le
baron de Mélas marchait sur trois, et le comte de Hohenzollern, en
formant une quatrième, essayait une nouvelle attaque sur la
Bocchetta. 10 mille Français allaient rencontrer plus de 40 mille
ennemis.

Le général Soult, filant par Voltri, aperçut sur sa droite les
Autrichiens, qui avaient dépassé la Bocchetta, et couronnaient les
hauteurs environnantes. Arrivés à un lieu nommé Aqua-Santa, ils
pouvaient menacer les derrières des colonnes françaises, et leur
interdire le retour sur Gênes. Le général Soult crut prudent de les
repousser; il leur livra, en conséquence, un combat brillant, dans
lequel le colonel Mouton, depuis maréchal et comte Lobau, commandant
la 3e demi-brigade, se conduisit avec la plus grande valeur. Le
général Soult prit du canon, fit des prisonniers, et parvint, à
travers une nuée d'ennemis, à gagner la route montagneuse de Sassello.
Cependant, le temps employé à ce combat, qui, du reste, n'empêcha
point les progrès ultérieurs des Autrichiens, sur les derrières de nos
colonnes, fut cause que le général Soult ne put arriver à Sassello, de
l'autre côté de l'Apennin, au moment où le général Masséna l'y
attendait. Celui-ci avait marché le long de la mer, et le lendemain,
10 avril, il était aux environs de Varaggio, formé sur deux colonnes,
et cherchant à entrer en communication par les hauteurs avec le corps
du général Soult, qu'il supposait à Sassello. L'ennemi dont les forces
étaient décuples des nôtres, essaya d'envelopper les deux petites
colonnes de Masséna, et notamment celle de gauche, qu'il commandait en
personne. Masséna, comptant sur sa colonne de droite et sur le
mouvement du général Soult vers Sassello, résista long-temps avec
1,200 hommes à un corps de 8 à 10 mille, et déploya en cette occasion
une fermeté extraordinaire. Obligé de battre en retraite, et ayant
perdu de vue sa colonne de droite, qui était restée en arrière par
suite d'une distribution tardive de vivres, il se jeta pour la
chercher à travers des précipices affreux et des bandes de paysans
révoltés. Ayant réussi à la rejoindre, il la ramena vers le reste de
la division Gardanne, qui n'avait cessé de suivre la mer par Varaggio
et Cogoletto. La difficulté de concerter ses mouvements au milieu de
cette foule d'ennemis, et dans un pays aussi accidenté, ayant empêché
la rencontre en temps utile du corps du général Soult avec le corps du
général Masséna, celui-ci résolut de rallier ses troupes, de gravir
par sa droite la crête de l'Apennin, de se réunir à son lieutenant, et
de tomber ainsi sur les corps autrichiens dispersés dans ces vallées.
Mais nos troupes harassées s'étaient répandues sur les routes, et ne
pouvaient pas être ralliées à temps. Masséna prit alors le parti
d'envoyer au général Soult tout ce qui était en état de marcher, pour
lui servir de renfort; et avec le reste, qui était composé de blessés
et de soldats épuisés, il regagna, toujours en suivant le bord de la
mer, les approches de Gênes, afin de couvrir la retraite du corps
d'armée, et d'en assurer la rentrée dans la place. Réduit à une
poignée d'hommes, il eut à soutenir plusieurs fois les combats les
plus disproportionnés; et dans une de ces rencontres, un bataillon
français surpris, ayant cédé devant une charge des hussards de
Seckler, il chargea lui-même ces hussards avec 30 cavaliers, et les
ramena. Il vint enfin se placer à Voltri pour y attendre le retour du
général Soult. Celui-ci, jeté dans les montagnes, au milieu de
détachements ennemis cinq ou six fois supérieurs en nombre, y courut
de grands dangers, et, après les efforts les plus glorieux, aurait
fini par succomber, sans le secours que Masséna lui avait envoyé si à
propos. Renforcé à temps, il put regagner la route de Gênes, après
avoir soutenu avec avantage la lutte la plus difficile et la plus
inégale. Il rejoignit enfin son général en chef, et tous deux
rentrèrent dans Gênes, en se faisant jour, et en ramenant devant eux 4
mille prisonniers. Le général Suchet avait essayé de son côté de
rejoindre son général en chef; mais il n'avait pu percer la masse
énorme de l'armée autrichienne.

[En marge: Rentrée de Masséna dans Gênes.]

Les Génois furent transportés d'admiration à la vue du général
français, rentrant pour la seconde fois dans leur ville, précédé par
des colonnes de prisonniers. Son ascendant était devenu tout-puissant.
L'armée et la population lui obéissaient avec la plus parfaite
soumission.

Masséna devait, dès ce moment, se considérer comme définitivement
renfermé dans Gênes. Mais il n'entendait pas s'y laisser serrer de
trop près. Son projet était de tenir l'ennemi toujours éloigné des
murs, de l'épuiser dans des combats continuels, de l'occuper tellement
qu'il ne pût ni forcer le Var, ni retourner en Lombardie, ni s'opposer
à la marche projetée du Premier Consul à travers les Alpes.

[En marge: Police établie dans Gênes.]

À peine rentré, le 18 avril (28 germinal), il s'occupa de la police
intérieure, et de l'approvisionnement de la place. Craignant les
trahisons que pouvaient pratiquer les nobles génois, il prit ses
précautions contre toute surprise de leur part. La garde nationale,
composée des patriotes liguriens, soutenue par une force française,
qui campait sur la principale place de la ville, ayant la mèche de ses
canons allumée, la garde nationale devait se réunir dès que la
générale serait battue. À ce signal, les habitants qui n'en faisaient
point partie avaient ordre de se retirer dans leurs maisons. La troupe
armée était seule autorisée à circuler dans les rues. En temps
ordinaire, les habitants devaient être rentrés dans leurs demeures à
dix heures du soir, et ne pouvaient jamais se permettre aucun
rassemblement.

[En marge: Recherche des vivres existants dans Gênes.]

Masséna avait fait recueillir les blés existants dans Gênes, offrant
de les payer, et les payant en effet, quand on les apportait de bonne
volonté; s'en emparant, au moyen de visites domiciliaires, quand on
refusait de les livrer. Après s'être saisi de tous les grains, il
avait mis l'armée et le peuple à la ration, et s'était ainsi procuré
de quoi soutenir ses soldats et les habitants pauvres, pendant les
quinze premiers jours du siège. Ces quinze jours étaient déjà presque
écoulés; mais il restait encore des vivres, que l'or des riches
faisait sortir à grand prix de certains dépôts cachés, et pour leur
seul usage. Sur l'ordre de Masséna, de nouvelles recherches furent
faites, et on trouva, en menus grains de toute espèce, seigle, avoine
et autres, de quoi nourrir le peuple et l'armée avec de mauvais pain,
pendant quinze autres jours. On se flattait de quelque heureux coup
de vent, qui, éloignant les Anglais, amènerait des chargements de
vivres. On comptait pour cela sur les corsaires corses et liguriens,
auxquels avaient été délivrées des lettres de marque, pour courir sur
les bâtiments chargés de grain. Enfin Masséna était résolu à recourir
aux dernières extrémités, et il était décidé, plutôt que de se rendre,
à nourrir ses troupes avec le cacao, dont les magasins de Gênes
étaient abondamment pourvus. Muni de quelque argent envoyé par le
Premier Consul, il en faisait la ressource des cas extrêmes, et s'en
servait aussi pour consoler de temps à autre ses infortunés soldats de
leurs cruelles souffrances. Déjà, dans cette suite de rencontres,
plusieurs mille hommes avaient été mis hors de combat, et un bon
nombre étaient aux hôpitaux. Il restait, dans les forts, sur les deux
enceintes de la place, et en réserve, une force active de 12 mille
combattants environ.

Au milieu de ces horribles conjonctures, Masséna, montrant tous les
jours un front calme et serein, finissait par inspirer aux autres le
courage dont il était animé. Son aide-de-camp Franceschi se jeta dans
une nacelle pour aller rejoindre la côte de Nice, et se rendre auprès
du Premier Consul, afin de lui faire connaître les douleurs, les
exploits et les dangers pressants de l'armée de Ligurie.

[En marge: Grande attaque du 30 avril, repoussée par Masséna.]

Le 30 avril au matin (10 floréal), une canonnade générale,
retentissant sur tous les points à la fois, au levant, du côté du
Bisagno, au couchant, du côté de la Polcevera, enfin le long de la
mer elle-même, par la présence d'une division de chaloupes
canonnières, annonça un grand projet de l'ennemi. En effet, les
Autrichiens déployèrent dans la journée de grandes forces. Le comte de
Hohenzollern attaqua le plateau des Deux-Frères, sur lequel était
établi le fort du Diamant. Après de vifs efforts, il réussit à enlever
ce plateau, et somma le fort du Diamant. Le brave officier qui le
commandait répondit à la sommation, en déclarant qu'il ne rendrait le
poste confié à son honneur qu'après avoir succombé sous une attaque de
vive force. Ce fort avait la plus grande importance, puisqu'il
dominait celui de l'Éperon, et, par suite, toute l'enceinte. Le camp
autrichien de la Coronata, situé sur les rives de la Polcevera, vers
le front du couchant, ouvrit un feu violent sur le faubourg de
Saint-Pierre-d'Arena, et plusieurs attaques furent tentées en même
temps pour resserrer le terrain que nous occupions en cet endroit. Du
côté opposé, c'est-à-dire vers le Bisagno, l'ennemi enveloppa le fort
de Richelieu, et enleva malheureusement le fort de Quezzi, qui n'était
pas entièrement terminé quand le siège avait commencé. Enfin il
s'empara du village de Saint-Martin-d'Albaro, placé sous le fort de
Sainte-Tècle, et il était près d'occuper une position redoutable,
celle de la Madona-del-Monte, de laquelle on pouvait foudroyer la
ville de Gênes. Déjà les soldats du général d'Arnaud avaient abandonné
les dernières maisons du village de Saint-Martin-d'Albaro; ils ne
gardaient presque plus leurs rangs; beaucoup d'entre eux étaient
dispersés en tirailleurs. Masséna, accouru sur les lieux, les rallia
lui-même, rétablit le combat, et arrêta l'ennemi.

La moitié du jour était déjà écoulée; il était temps de réparer le
mal. Masséna rentra à l'instant dans Gênes, et fit les dispositions
convenables. Il confia au général Soult la 73e et la 106e
demi-brigades, et lui ordonna de reprendre le plateau des Deux-Frères.
Mais voulant auparavant reconquérir le fort de Quezzi, et faire
évacuer Saint-Martin-d'Albaro, il dirigea lui-même sur ce point la
division Miollis, après l'avoir renforcée de bataillons empruntés à la
2e et à la 3e de ligne.

La division d'Arnaud, ramenée en avant, tourna Saint-Martin-d'Albaro,
rejeta l'ennemi, qui l'avait occupé, dans le ravin de la Sturla, lui
fit des prisonniers, et couvrit ainsi la droite des colonnes
françaises, qui s'avançaient sur le fort de Quezzi. Pendant que le
brave colonel Mouton, à la tête de deux bataillons de la 3e, attaquait
de front ce fort de Quezzi, l'adjudant-général Hector était chargé de
tourner le Monte-Ratti, par les hauteurs du fort de Richelieu. Malgré
des efforts inouïs, le brave colonel Mouton fut repoussé; mais il ne
céda le terrain qu'après avoir été percé d'une balle qui lui traversa
la poitrine, et le laissa presque mort sur le champ de bataille.
Masséna, qui n'avait plus que deux bataillons, en poussa un sur le
flanc droit de la position occupée par l'ennemi, et dirigea la moitié
de l'autre sur le flanc gauche de cette même position. Un combat
violent s'engagea autour de ce fort de Quezzi. Trop rapprochés les
uns des autres pour faire feu, les combattants luttaient à coups de
pierres et à coups de crosse de fusil. Nos soldats étaient prêts à
céder sous le nombre. Masséna prit alors le demi-bataillon qui lui
restait, s'élança à sa tête, et décida la victoire. Le fort de Quezzi
fut reconquis. Les Autrichiens, rejetés de position en position,
laissèrent en grand nombre des morts, des blessés et des prisonniers.
En cet instant, Masséna, qui avait différé l'attaque sur le plateau
des Deux-Frères, profita de l'effet produit par ces avantages, et fit
porter au général Soult l'ordre de l'enlever. Le général de brigade
Spital eut la mission d'attaquer ce plateau, qui fut long-temps
disputé. Enfin nos soldats le reprirent, et ainsi, après une journée
entière de combat, ils eurent recouvré tout à la fois le plateau des
Deux-Frères, qui commandait le point extrême de la place, le fort de
Quezzi, les postes de Saint-Martin-d'Albaro et de la Madona-del-Monte,
toutes les positions décisives enfin, sans lesquelles le siège de
Gênes était impossible pour les Autrichiens. Masséna rentra le soir
dans Gênes, portant les échelles que l'ennemi avait préparées pour
escalader les murs. Les Autrichiens avaient perdu dans cette journée
1,600 prisonniers, 2,400 morts ou blessés, environ 4 mille hommes. En
comptant ces derniers, Masséna leur avait pris ou tué 12 ou 15 mille
hommes, depuis l'ouverture des hostilités; et, ce qui était plus grave
encore, il avait épuisé le moral de leur armée, par les efforts inouïs
qu'il les avait obligés à faire.

On se hâta de réparer le fort de Quezzi. Cet ouvrage, qui ne semblait
pas exécutable en un mois, fut achevé en trois jours, au moyen de cinq
à six cents tonneaux de terre, qui furent transportés par les soldats,
et servirent à élever des retranchements. Le 5 mai (15 floréal), un
petit bâtiment chargé de grains apporta des vivres pour cinq jours. Ce
fut un supplément précieux pour la masse fort réduite des
approvisionnements. Mais il devenait urgent de secourir la place, sans
quoi elle ne pouvait tenir long-temps. Le pain allait bientôt manquer.

[En marge: Position du général Suchet sur le Var.]

Le général Suchet, de son côté, se voyant débordé par les crêtes de
l'Apennin, avait été obligé de quitter la position de Borghetto,
d'abandonner même la Roya, qui n'était plus tenable, l'ennemi marchant
en pleine liberté par le col de Tende, et menaçant Nice et le Var.
Nice fut même occupée par le baron de Mélas, qui entra triomphalement
dans cette ville, joyeux de fouler un sol que la République avait
déclaré territoire français. Mais le général Suchet se rallia derrière
le Var, dans une position depuis long-temps étudiée par nos officiers
du génie. Le pont de Saint-Laurent, sur le Var, couvert par une tête
de pont, présentait un défilé de 400 toises à traverser, et pouvait
passer pour un obstacle insurmontable. Toute la rive droite, gardée
par les Français, était couverte de batteries depuis l'embouchure du
fleuve jusqu'aux montagnes. Les forts de Montalban, de Vintimille,
situés en avant du Var, avaient été occupés par des garnisons
françaises, au moment de l'évacuation de Nice. Celui de Montalban,
placé sur les derrières des Autrichiens, à une hauteur qui le rendait
visible du camp des Français, était surmonté d'un télégraphe, au moyen
duquel le général Suchet recevait avis de tous les mouvements de
l'ennemi. On lui avait amené des départements environnants ce qu'il y
avait de disponible en troupes de toutes armes; et il comptait encore
14 mille soldats, lesquels, abrités par de bons retranchements,
étaient dans une position difficile à forcer.

[En marge: En recevant les nouvelles de Gênes, le Premier Consul
presse Moreau d'ouvrir les hostilités sur le Rhin.]

En recevant ces nouvelles de la Ligurie, le Premier Consul adressa de
vives instances à Moreau, pour le décider à commencer les hostilités.
Il y avait un mois que tout était convenu entre eux, et qu'aucune
difficulté, imputable au gouvernement, n'arrêtait plus l'armée du
Rhin. Mais Moreau, de sa nature un peu lent, ne voulant se
compromettre sur le territoire ennemi qu'avec toute certitude de
succès, différait à tort le commencement des opérations. Tout retard
apporté, en effet, à son entrée en campagne, était un retard apporté à
l'entrée en campagne de l'armée de réserve, et une cruelle
prolongation des extrémités que Masséna endurait avec ses braves
soldats.--Hâtez-vous, écrivait-on de Paris à Moreau, hâtez-vous, par
vos succès, d'avancer le moment où Masséna pourra être dégagé. Ce
général manque de vivres; depuis quinze jours il soutient, avec des
soldats exténués, une lutte désespérée. On s'adresse à votre
patriotisme, à votre propre intérêt, car si Masséna finissait par
capituler, il faudrait vous enlever une partie de vos forces pour
courir sur le Rhône, au secours des départements méridionaux.--Enfin
on lui donna l'ordre formel, par le télégraphe, de passer le Rhin.

Les raisons qui empêchaient Moreau d'entrer en action auraient été
bonnes dans une circonstance moins urgente. L'Alsace était épuisée; la
Suisse surtout, foulée depuis deux ans par les armées de toute
l'Europe, se trouvait entièrement dénuée de ressources. On y était
réduit à transporter des troupes d'enfants, des cantons pauvres dans
les cantons riches, faute de pouvoir les nourrir. Les familles ruinées
les confiaient ainsi à la bienfaisance des familles qui possédaient
encore quelques moyens de subsistance. On ne pouvait rien demander à
un tel pays, que d'ailleurs il ne fallait point exaspérer, car il
était le point d'appui de nos deux principales armées. Moreau, comme
nous l'avons dit, vivait sur les approvisionnements de siège de nos
places du Rhin. Néanmoins ce n'était pas là le véritable motif de ses
retards; c'eût été un motif, au contraire, d'aller au plus tôt se
nourrir en pays ennemi; mais son artillerie et sa cavalerie étaient
privées de chevaux. Il n'avait point d'effets de campement, point
d'outils; c'est tout au plus s'il avait de quoi jeter un pont.
Cependant, vu l'urgence des circonstances, il consentit à se passer de
tout ce qui lui manquait encore, sauf à se le procurer en route. Son
armée était si bien composée, qu'elle pouvait suppléer à ce qu'elle
n'avait pas, s'en passer, ou le conquérir. À la fin d'avril (premiers
jours de floréal) Moreau se décida donc à commencer cette campagne, la
plus belle de sa vie, l'une des plus mémorables de nos annales.

Il disposait, comme on l'a vu, d'à peu près 130 mille hommes, plutôt
plus que moins. 30 mille hommes environ occupaient les places de
Strasbourg, Landau, Mayence, les têtes de pont de Bâle, Brisach, Kehl,
Cassel. Sur ces 30 mille, six ou sept mille, sous le général Moncey,
gardaient les vallées du Saint-Gothard et du Simplon, pour les fermer
aux Autrichiens, en cas qu'ils voulussent y pénétrer. Il restait 100
mille hommes à l'armée active, prêts à entrer en campagne.
L'infanterie surtout était superbe; elle comptait 82 mille hommes;
l'artillerie 5 mille, servant 116 bouches à feu; la cavalerie, 13
mille. Comme on le voit, les deux armes de l'artillerie et de la
cavalerie se trouvaient fort au-dessous des proportions ordinaires;
mais elles étaient parfaitement composées, et la qualité de
l'infanterie permettait d'ailleurs de se passer de toutes les armes
auxiliaires.

[En marge: Distribution de l'armée de Moreau.]

Moreau divisa son armée en quatre corps: Lecourbe commandait la
droite, forte de 25 mille hommes, et stationnée depuis le lac de
Constance jusqu'à Schaffouse. (Voir la carte nº 2.) Un second corps,
qualifié du titre de réserve, s'élevant à 30 mille hommes à peu près,
et placé directement sous les ordres de Moreau, occupait le territoire
de Bâle. Un troisième, de 25 mille hommes, formant le centre sous les
ordres de Saint-Cyr, était répandu autour du Vieux et du Nouveau
Brisach. Enfin le général Sainte-Suzanne, à la tête de 20 mille hommes
environ, après être remonté de Mayence jusqu'à Strasbourg, occupait
Strasbourg et Kehl, et formait la gauche de l'armée.

[En marge: Inconvénient des corps séparés, complets en toutes armes.]

Moreau avait depuis long-temps adopté cette division en corps séparés,
complets en infanterie, artillerie et cavalerie, pouvant se suffire à
eux-mêmes partout où ils se trouvaient, mais ayant l'inconvénient,
comme l'expérience le démontra bientôt, de s'isoler volontiers, et
d'agir pour leur propre compte, surtout quand le général en chef
n'exerçait pas son autorité avec assez de vigueur pour les rattacher
sans cesse à une action commune. Cet inconvénient s'aggrava encore par
une disposition particulière que Moreau adopta dans cette campagne: ce
fut de s'attribuer le commandement direct de l'un de ces corps
d'armée, sous le nom de réserve. Saint-Cyr, qui avait long-temps servi
avec Moreau, et qui jouissait auprès de lui d'un assez grand crédit,
s'opposa fortement à cette combinaison[4], à laquelle il reprochait
d'absorber le général en chef, de le faire descendre à un rôle qui
n'était pas le sien, et surtout de nuire aux autres parties de
l'armée, rarement aussi bien traitées que les troupes placées
directement sous l'état-major général. Mais ces critiques, dont la
justesse fut plus d'une fois vérifiée dans cette campagne, ne
prévalurent point. Moreau persista dans sa résolution, par
complaisance pour des intérêts de coterie. Ayant déjà confié la
direction de son état-major au général Dessoles, et voulant néanmoins
faire une place au général Lahorie, l'un des amis dangereux qui
contribuèrent à le perdre plus tard, il lui donna le commandement en
second de la réserve. Cette circonstance fit naître entre Moreau et
Saint-Cyr une froideur qui se changea bientôt en brouille ouverte.

[Note 4: Voir à cet égard les Mémoires du maréchal Saint-Cyr,
campagne de 1800.]

[En marge: Distribution de l'armée autrichienne.]

M. de Kray, opposé à Moreau, avait, comme nous l'avons dit, 150 mille
hommes, dont 40 mille dans les places du Rhin et du Danube, et 110
mille à l'armée active. L'infanterie, mêlée de Bavarois, de
Wurtembergeois, de Mayençais, était médiocre. La cavalerie était
superbe; elle comptait 26 mille chevaux. L'artillerie, nombreuse et
bien servie, comptait 300 bouches à feu. La droite des Autrichiens
observait le cours du Rhin, sous les ordres de M. de Sztarray, entre
Mayence et Rastadt, se liant à des levées de paysans mayençais,
commandées par le baron d'Albini. (Voir la carte nº 2.) Le général de
Kienmayer couvrait le débouché de Strasbourg, en avant de la Kinzig.
Le major Giulay avec une brigade tenait le Val-d'Enfer, et observait
le Vieux-Brisach. Le gros de l'armée autrichienne était campé en
arrière des défilés de la Forêt-Noire, à Donau-Eschingen et Villingen,
au point de jonction des routes qui du Rhin aboutissent au Danube.
Quarante mille hommes étaient réunis sur ce point. M. de Kray avait
placé dans les villes forestières une forte avant-garde sous
l'archiduc Ferdinand, avec mission d'observer la route de Bâle; il
avait laissé une nombreuse arrière-garde sous le prince Joseph de
Lorraine à Stokach, pour couvrir ses magasins, établis dans cette
ville, garder les routes d'Ulm et de Munich, et se lier au lac de
Constance, où l'Anglais William commandait une flottille. Enfin le
prince de Reuss, à la tête de 30 mille hommes, tant régiments
autrichiens que milices tyroliennes, occupait le Rheinthal, depuis
les Grisons jusqu'au lac de Constance. Celui-ci était considéré comme
la gauche de l'armée impériale. M. de Kray, au milieu de ce réseau
tendu autour de lui, se flattait d'être instruit du moindre mouvement
des Français.

[En marge: Premiers mouvements de Moreau.]

[En marge: Passage du Rhin sur trois points.]

Le plan de Moreau exposé ci-dessus, et consistant à déboucher par les
trois ponts de Strasbourg, Brisach, Bâle, pour se dérober ensuite, et
remonter le Rhin jusqu'à Schaffouse, avait été adopté sans
modification[5]. Le 25 avril, Moreau mit ses troupes en mouvement. Il
s'était porté de sa personne à Strasbourg, au milieu du corps de
Sainte-Suzanne, pour faire croire, par sa présence sur ce point, que
son intention était d'agir par la route directe de Strasbourg, à
travers la Forêt-Noire. Il avait pris une autre précaution pour mieux
cacher ses mouvements, c'était de ne pas faire ses rassemblements à
l'avance. Les demi-brigades partaient de leurs cantonnements mêmes,
pour se rendre à l'endroit où elles devaient passer le Rhin, et se
ralliaient ainsi en route au corps dont elles faisaient partie. Tout
étant ainsi calculé, trois imposantes têtes de colonne, agissant
simultanément dans un espace de trente lieues, franchirent au même
instant les ponts de Strasbourg, de Vieux-Brisach et de Bâle. C'était
le 25 avril. (Voir la carte nº 2.)

[Note 5: Le maréchal Saint-Cyr dans ses Mémoires paraît dans
l'erreur à cet égard. Le Premier Consul avait adopté le plan en
entier. Cette circonstance est constatée par une lettre du général
Dessoles, contenue au Mémorial de la Guerre, et par la correspondance
manuscrite.]

Le général Sainte-Suzanne, qui commandait l'extrême gauche et partait
de Strasbourg, balaya tout ce qui se trouvait devant lui. Il rencontra
çà et là quelques corps détachés, dont la résistance ne fut pas
grande. Cependant, ne voulant pas s'engager dans des combats sérieux,
il s'arrêta entre Renchen et Offenbourg, menaçant à la fois les deux
vallées de la Renchen et de la Kinzig, mais cherchant surtout à
persuader aux Autrichiens que son intention était de gagner le Danube
par la Forêt-Noire, en suivant la vallée de la Kinzig. Au même
instant, Saint-Cyr déboucha de Vieux-Brisach, et s'avança jusqu'à
Fribourg, poussant brusquement les détachements ennemis devant lui,
mais observant, comme Sainte-Suzanne, la précaution de ne pas
s'engager trop avant. Il trouva quelque difficulté devant Fribourg.
Les Autrichiens avaient retranché les hauteurs qui environnent cette
ville, et avaient placé derrière les retranchements des troupes de
paysans, levés dans les montagnes de la Souabe, sous prétexte de
défendre leurs chaumières contre les ravages des Français. Tout cela
ne pouvait tenir. Fribourg fut occupé en un clin d'oeil. Quelques-uns
de ces malheureux paysans furent sabrés, et on ne revit plus les
autres du reste de la campagne. Saint-Cyr se plaça de manière à faire
supposer qu'il voulait s'engager dans le Val-d'Enfer.

La réserve déboucha ce même jour par le pont de Bâle, sans trouver
d'obstacle, et porta une division, celle de Richepanse, vers
Schliengen et Kandern, pour tendre la main au corps de Saint-Cyr, qui
allait remonter le Rhin sous deux jours.

Pendant toute la journée du 26 avril (6 floréal) Sainte-Suzanne resta
en position en avant de Strasbourg, Saint-Cyr en avant de Brisach. La
réserve, qui avait débouché de Bâle, acheva de se déployer, attendant
le mouvement des deux corps destinés à remonter le Rhin jusqu'à sa
hauteur. Moreau quitta Strasbourg de sa personne, pour se rendre à son
quartier-général, qui était placé au milieu de la réserve.

[En marge: M. de Kray induit en erreur par les faux mouvements de
Moreau.]

La journée du 27 fut encore employée à tromper l'ennemi sur la
direction de nos colonnes. Les Autrichiens devaient croire à un
mouvement décidé par la Kinzig et le Val-d'Enfer. Ces deux défilés
sont, en effet, la route la plus directe pour une armée qui du Rhin
veut se porter sur le Danube, car ils s'ouvrent à quelque distance
l'un de l'autre, courent dans la même direction, et viennent se réunir
enfin entre Donau-Eschingen et Hufingen, pas loin de Schaffouse, point
où se trouvait le corps du général Lecourbe. Il était naturel de
supposer que les deux fortes colonnes de 20 à 25 mille hommes chacune,
qui se présentaient à l'entrée de ces défilés, allaient véritablement
s'y engager, pour venir donner la main à Lecourbe. Afin de les mieux
garder, M. de Kray détacha de Villingen 12 escadrons et 9 bataillons,
et les envoya comme renforts au général Kienmayer. Il fut obligé
d'affaiblir Stokach, pour remplacer à Villingen les troupes qu'il en
détachait.

Mais dans la nuit du 27, et dans la journée du 28, tandis que M. de
Kray donnait dans le piège, la direction des colonnes françaises fut
tout à coup changée. Sainte-Suzanne se replia sur Strasbourg, repassa
le Rhin avec tout son corps, et remonta par la rive gauche, pour
n'avoir pas à faire, sur le sol ennemi, un mouvement de flanc trop
allongé. Arrivé à Neuf-Brisach, il passa de nouveau sur la rive
droite, et remplaça Saint-Cyr devant Fribourg, comme s'il allait
s'engager dans le Val-d'Enfer. Saint-Cyr, de son côté, faisant un
à-droite, mais sans quitter la rive allemande, côtoya le Rhin avec son
artillerie, sa cavalerie, ses bagages; et tandis que ses gros
transports suivaient ainsi le plat pays, une grande partie de son
infanterie marcha sur le flanc des montagnes, par Saint-Hubert,
Neuhof, Todnau et Sainte-Blaise. Moreau, par cette disposition, avait
voulu ne pas encombrer les bords du Rhin, éclairer les hauteurs de la
Forêt-Noire remplies de détachements autrichiens, et passer, plus près
de leur source, les rivières qui de ces hauteurs descendent dans le
Rhin, à travers le territoire des villes forestières. Ces rivières
sont la Wiesen, l'Alb, la Wutach. Malheureusement on avait supposé des
routes qui n'existaient pas; Saint-Cyr fut obligé de traverser des
pays affreux, toujours près de l'ennemi, et sans artillerie. Cependant
il ne fut pas trop retardé, ni réduit à l'impossibilité d'arriver à
Saint-Blaise, sur l'Alb, au jour convenu.

[En marge: Mai 1800.]

En même temps Moreau remonta le Rhin avec la réserve, en restant comme
Saint-Cyr sur la rive allemande. Richepanse, qui dirigeait
l'avant-garde, après avoir vu déboucher l'artillerie et la cavalerie
de Saint-Cyr, lesquelles suivaient, comme on vient de le voir, les
bords du Rhin, se mit en route pour Saint-Blaise, afin de se lier,
dans les montagnes, à l'infanterie du même corps. Les généraux Delmas
et Leclerc, qui commandaient les deux autres divisions de la réserve,
furent dirigés sur Soeckingen, et puis sur l'Alb, devant le pont
d'Albruck. Ce pont était couvert de retranchements. L'adjudant-général
Cohorn, marchant à la tête d'un bataillon de la 14e légère, de deux
bataillons de la 50e et du 4e de hussards, s'avança en colonnes sur
les retranchements, et les emporta. Il sauta ensuite sur les épaules
d'un grenadier, passa l'Alb de la sorte, et ne laissa pas à l'ennemi
le temps de détruire le pont. Il prit du canon et fit des prisonniers.

[En marge: L'armée entière se trouve le 1er mai au delà du Rhin.]

Le 29 avril (9 floréal), le centre sous Saint-Cyr, la réserve sous
Moreau, étaient en ligne sur l'Alb, depuis l'abbaye de Saint-Blaise
jusqu'à la rencontre de l'Alb avec le Rhin; Sainte-Suzanne arrivait à
Neuf-Brisach par la rive gauche; à notre extrême droite Lecourbe
rassemblait son corps entre Diesenhofen et Schaffouse, prêt à exécuter
son passage, quand Saint-Cyr et Moreau auraient remonté le Rhin
jusqu'à sa hauteur. Le 30 avril, Sainte-Suzanne passa le Rhin, et se
montra à l'entrée du Val-d'Enfer. Saint-Cyr resta dans les environs de
Saint-Blaise, Moreau se porta en avant sur la Wutach. Enfin le 1er mai
(11 floréal) l'armée fit le dernier pas, le plus décisif, et le fit
heureusement. M. de Kray avait commencé à s'apercevoir de son erreur,
et à rappeler à lui les corps trop engagés dans les défilés de la
Forêt-Noire. Sainte-Suzanne, destiné à traverser le Val-d'Enfer,
lequel débouche sur les positions mêmes que l'armée française devait
occuper, quand elle aurait achevé son mouvement, trouva les troupes de
Kienmayer en retraite, et les suivit pas à pas. Saint-Cyr ne cessa de
côtoyer le corps de l'archiduc Ferdinand, et le poussa de Bettmaringen
à Stühlingen sur la Wutach, où il arriva dans la soirée. Les troupes
de Moreau passèrent la Wutach sans essuyer beaucoup de résistance,
rétablirent le pont, auquel il manquait à peine quelques madriers, et
cherchèrent à se lier par leur droite avec Schaffouse, où se trouvait
Lecourbe, et par leur gauche avec Stühlingen, où se trouvait
Saint-Cyr. C'est le moment que Lecourbe, établi près de Schaffouse,
devait choisir pour traverser le Rhin. Dès le matin du 1er mai,
trente-quatre pièces d'artillerie furent placées sur les hauteurs de
la rive gauche du fleuve, pour balayer de leur feu les environs du
village de Reichlingen. Vingt-cinq bateaux transportèrent sur la rive
droite le général Molitor avec deux bataillons, pour protéger
l'établissement d'un pont, depuis long-temps préparé dans l'Aar. En
une heure et demie ce pont fut jeté. Le général Vandamme y passa avec
une grande partie des troupes du corps de Lecourbe, et occupa en un
instant les routes qui conduisent à Engen et Stokach, points
importants de la ligne ennemie. Il prit la petite ville de Stein et le
fort de Hohentwiel, réputé imprenable, et fort bien approvisionné,
tant en vivres qu'en artillerie. La brigade Goulu, passant en même
temps vers Paradis, rencontra au village de Busingen une assez vive
résistance, dont elle eut bientôt triomphé. Enfin la division Lorges
entra le soir dans Schaffouse, et fit sa jonction avec les troupes de
Moreau.

Ainsi le 1er mai au soir, l'armée entière se trouvait au delà du Rhin.
Les trois corps principaux, ceux de Saint-Cyr, Moreau, Lecourbe,
formant une masse de 75 à 80 mille hommes, occupaient une ligne qui
passait par Bondorf, Stühlingen, Schaffouse, Radolfzell, jusqu'à la
pointe du lac de Constance. Ils étaient prêts à marcher sur Engen et
Stokach, menaçant à la fois la ligne de retraite et les magasins de
l'ennemi. Sainte-Suzanne avec la gauche, forte de 20 mille hommes,
suivait les Autrichiens dans le défilé du Val-d'Enfer, attendant pour
déboucher sur le haut Danube et pour se réunir au gros de l'armée
française, que celle-ci eût débloqué le défilé en se portant en avant.

[En marge: Résultat général de l'opération de Moreau.]

Ce mouvement s'était donc opéré en six jours, et de la manière la plus
heureuse. Moreau, présentant trois têtes de colonnes par les ponts de
Strasbourg, Brisach, Bâle, avait attiré l'ennemi sur ces trois
débouchés; puis, se dérobant tout à coup, et marchant par sa droite le
long du Rhin, deux de ses corps sur la rive allemande, un sur la rive
française, il était remonté jusqu'à la hauteur de Schaffouse, où il
avait couvert le passage de Lecourbe. On avait fait 1,500 prisonniers,
enlevé 6 pièces de campagne avec leurs attelages, 40 pièces de
position dans le fort de Hohentwiel, et quelques magasins. Les troupes
avaient montré partout un aplomb, une résolution, qu'on ne pouvait
attendre que de vieilles bandes, pleines de confiance en elles-mêmes
et dans leurs chefs.

Toutes les critiques adressées à ce plan tombent sans doute devant le
succès. Il est impossible de voir des mouvements plus compliqués
réussir avec plus de bonheur, l'ennemi s'y prêter avec plus de
crédulité, les chefs de corps y concourir avec plus de précision.
Cependant ce plan du sage Moreau présentait au moins autant de dangers
que celui du Premier Consul, repoussé comme trop téméraire; car
Saint-Cyr et Moreau avaient prêté le flanc plusieurs jours de suite,
dans une marche le long du Rhin, serrés entre les montagnes et le
fleuve; Saint-Cyr avait été un instant séparé de son artillerie, et
maintenant Sainte-Suzanne marchait seul dans le Val-d'Enfer. Si le
maréchal de Kray, soudainement inspiré, s'était jeté sur Saint-Cyr,
Moreau ou Sainte-Suzanne, il avait la chance d'écraser un corps
détaché, ce qui aurait pu amener un mouvement rétrograde de toute
l'armée française. Mais Moreau avait pour lui deux avantages:
premièrement il prenait l'offensive, ce qui déconcerte toujours
l'ennemi; secondement il avait des troupes excellentes, qui étaient
capables de réparer tout accident imprévu par leur fermeté, qui
réparèrent même, comme on le verra bientôt, plus d'une faute du
général en chef par leur vigueur dans les combats.

[En marge: Prochaine rencontre des deux armées.]

Le moment approchait où les deux armées, après avoir manoeuvré, l'une
pour passer le Rhin, l'autre pour empêcher ce passage, allaient enfin se
rencontrer au delà du fleuve. Le 2 mai (12 floréal) Moreau se préparait
à cette rencontre; mais, ne la supposant pas aussi prochaine qu'elle le
fut en effet, il ne prit des mesures de concentration, ni assez promptes
ni assez complètes. Il imagina de porter Lecourbe avec ses 25 mille
hommes sur Stokach, où se trouvaient à la fois l'arrière-garde des
Autrichiens, leurs magasins, leurs communications avec le Vorarlberg et
le prince de Reuss. C'était l'exécution rigoureuse du plan convenu avec
le Premier Consul; car M. de Kray, coupé de Stokach, était détaché du
lac de Constance, et, par suite, des Alpes. Moreau ordonna donc à
Lecourbe de partir le 3 mai (13 floréal) au matin pour enlever Stokach
au prince de Lorraine-Vaudemont, qui, avec 12 mille hommes, gardait ce
point important. Quant à Moreau, il s'achemina lui-même, avec toute la
réserve, sur Engen, ayant l'oeil sur Lecourbe, et prêt à venir à son
secours si cela devenait nécessaire. Il enjoignit à Saint-Cyr de se
porter en avant, en tenant une position allongée depuis Bettmaringen et
Bondorf jusqu'à Engen, de manière à se lier avec lui d'une part, et à
donner la main de l'autre à Sainte-Suzanne, lequel devait bientôt sortir
du Val-d'Enfer.

Moreau marchait ainsi en bataille, ayant le dos au Rhin, la droite au
lac de Constance, la gauche aux débouchés de la Forêt-Noire,
présentant un front de quinze lieues, exactement parallèle à la ligne
de retraite que devaient parcourir les Autrichiens, s'ils se
retiraient de Donau-Eschingen à Stokach, où beaucoup d'intérêts les
appelaient. C'était une position bien étendue, surtout si près de
l'ennemi, et qui, devant un adversaire actif et résolu, aurait exposé
l'armée française à de graves conséquences. Heureusement pour nous,
l'armée de M. de Kray était encore moins concentrée que celle de
Moreau. M. de Kray, dont la position se prêtait d'abord plus que la
nôtre à une concentration rapide, puisqu'il occupait de Constance à
Strasbourg la base d'un triangle dont nous occupions les deux côtés,
M. de Kray surpris aujourd'hui par notre mouvement, ayant déjà sur son
flanc gauche les Français réunis aux trois quarts et tout transportés
au delà du fleuve, était dans une situation difficile. Il avait donné
aux détachements de l'armée autrichienne, qui se trouvaient près du
Rhin, des ordres précipités pour les ramener par la Forêt-Noire sur le
Haut-Danube; mais une résolution prompte et bien concertée pouvait
seule le tirer de péril. Il faut, pour bien saisir cette situation,
jeter les yeux sur le théâtre de ces opérations compliquées. (Voir la
carte nº 2.)

[En marge: Caractère du sol de la Souabe, et nature des opérations
militaires qu'on y peut exécuter.]

Cette contrée montagneuse et boisée qu'on appelle la Forêt-Noire,
autour de laquelle le Rhin tourne sans la pénétrer, et de laquelle il
s'éloigne pour couler au nord, cette contrée produit, sous la forme
d'une simple source, un fleuve fort modeste à sa naissance, quoique
destiné à devenir l'un des grands fleuves du monde, c'est le Danube.
Elle le verse à l'est, où il se dirige, en inclinant toutefois un peu
au nord, projeté dans cette dernière direction par le pied allongé des
Alpes, qu'il parcourt jusqu'à Vienne. Il recueille dans son cours
toutes les eaux qui descendent de cette longue chaîne de montagnes,
ce qui est la cause de sa subite grandeur, après une si médiocre
origine.

[En marge: Deux manières de défendre la vallée du Danube.]

Les généraux autrichiens qui défendent contre les Français la vallée
du Danube, chemin ordinaire de leur patrie, ont deux plans à suivre.
Ils peuvent, quand les Français ont réussi à y pénétrer par la Suisse
et la Forêt-Noire, ils peuvent, ou longer le pied des Alpes, appuyant
leur gauche aux montagnes, leur droite au Danube, et défendant
successivement toutes les rivières qui s'y jettent, telles que
l'Iller, le Lech, l'Isar, l'Inn; ou bien abandonner les Alpes, se
placer à cheval sur le Danube, en descendre le cours, s'arrêtant sur
les grandes positions qu'il présente, comme celles d'Ulm, de
Ratisbonne, etc., prêts à se couvrir de son lit, devenu successivement
plus large, ou à se jeter sur l'adversaire imprudent qui aura fait une
fausse manoeuvre. Cette dernière marche a été plus ordinairement
préférée par eux.

[En marge: M. de Kray ne prend que des demi-partis.]

Le maréchal de Kray pouvait adopter l'une ou l'autre, s'appuyer aux
Alpes, ou manoeuvrer sur le Danube. En s'appuyant aux Alpes, il
contrariait, à son insu, le plan du Premier Consul, qui, pour
descendre en sûreté de ces hautes montagnes sur les derrières du baron
de Mélas, désirait éloigner de la Suisse et du Tyrol l'armée impériale
de Souabe; mais il sacrifiait son aile droite engagée fort avant sur
les bords du Rhin, sans savoir ce qu'elle deviendrait. En adoptant, au
contraire, le parti de manoeuvrer sur les deux rives du Danube, il
ralliait certainement son aile droite, mais se séparait de son aile
gauche commandée par le prince de Reuss, toutefois sans la sacrifier,
car elle avait dans le Tyrol un asile et un emploi de ses forces. Il
se prêtait, à la vérité, toujours sans le savoir, aux vues du Premier
Consul, en s'éloignant des Alpes; mais le mal n'était pas grand, car,
même en s'y appuyant, il n'aurait probablement pas songé à se jeter en
Lombardie au secours du baron de Mélas. Le plan qui présentait donc le
moins d'inconvénient, qui s'accordait le mieux avec la marche
ordinaire des armées impériales, était de se concentrer sur le
Haut-Danube. Mais, pour réussir, ce parti devait être adopté
promptement et résolument. Malheureusement pour lui, M. de Kray avait
d'immenses magasins à Stokach, près du lac de Constance, avec une
forte arrière-garde de 12 mille hommes, sous les ordres du prince de
Lorraine-Vaudemont. Il fallait donc qu'il ramenât sur-le-champ son
arrière-garde de Stokach sur le Haut-Danube, et qu'il s'y portât
lui-même, sacrifiant ses magasins, qu'on ne pouvait avoir, dans aucun
cas, le temps d'évacuer. Ce n'est pas ce qu'il fit; et, avec
l'intention cependant de manoeuvrer plus tard sur le Danube, il porta
M. de Nauendorff avec le centre de l'armée autrichienne sur Engen,
afin de secourir Stokach. Il ordonna au prince Ferdinand, qui était
dans la Forêt-Noire, de se rendre sur le même point, et à sa droite,
sous MM. de Sztarray et de Kienmayer, de quitter le Rhin pour le
rejoindre en toute hâte.

[En marge: Avantages et inconvénients des grands magasins.]

C'est un grave inconvénient attaché à ces vastes magasins de vivres,
en usage chez les Allemands, que de leur subordonner ainsi les
mouvements d'une armée. Les français se passent de magasins, se
répandent le soir dans la campagne pour y vivre, sans que la
discipline en souffre trop sensiblement. Ils sont actifs, industrieux,
savent être à la fois à la maraude et au drapeau. Les troupes
allemandes sont rarement exposées à une telle épreuve sans se débander
et se désorganiser. Il y a toutefois un avantage à posséder des
magasins, c'est de peser moins lourdement sur le pays occupé, et de ne
pas l'exaspérer contre l'armée envahissante.

Moreau, marchant avec sa droite sur Stokach, avec sa réserve sur
Engen, tandis que le corps de Saint-Cyr s'allongeait pour donner la
main à Sainte-Suzanne, allait donc rencontrer l'arrière-garde de M. de
Kray à Stokach, son centre à Engen, et côtoyer les troupes du prince
Ferdinand, qui étaient en route pour rejoindre le gros de l'armée
autrichienne. Une bataille inattendue devait résulter de cette
rencontre, ce qui arrive souvent à la guerre, quand les événements ne
sont pas conduits par des esprits supérieurs, capables de les prévoir
et de les diriger.

[En marge: Bataille d'Engen, livrée le 3 mai 1800.]

[En marge: Lecourbe enlève Stokach.]

[En marge: Résultats obtenus par Lecourbe du côté de Stokach.]

Dès le matin, Lecourbe marcha vers Stokach, jetant à gauche, pour se
lier avec Moreau, la division Lorges, poussant directement devant lui,
sur la grande route de Schaffouse à Stokach, la division Montrichard
avec la réserve de cavalerie de Nansouty, portant enfin la division
Vandamme à droite, entre Stokach et le lac de Constance. (Voir la
carte nº 5.) Celle-ci fut partagée en deux brigades. L'une, sous le
général Leval, manoeuvrant de manière à couper Stokach du lac de
Constance, par Bodmann et Sernadingen, ne trouva pas d'obstacle, car
le prince de Reuss, qui aurait pu se montrer là, se donnait peu de
peine pour communiquer avec son général en chef: l'autre, sous le
général Molitor, dirigée par Vandamme en personne, s'achemina sur les
derrières de Stokach, par un chemin de traverse, tandis que Nansouty
et Montrichard y marchaient tout droit par la grande route de
Schaffouse. On aperçut, dans l'épaisseur des bois, de l'infanterie qui
se repliait, de la cavalerie qui éclairait la campagne en se repliant
aussi. On arriva enfin aux positions que les Autrichiens semblaient
vouloir défendre. Montrichard les trouva en bataille au delà du
village de Steusslingen, couverts par un gros corps de cavalerie.
L'infanterie française traversa ce village en deux colonnes, et se
déploya à droite et à gauche, menaçant l'ennemi sur ses flancs. Au
même instant, la cavalerie de la division Montrichard, appuyée par
toute la réserve de Nansouty, déboucha de Steusslingen, chargea
vigoureusement et culbuta les Impériaux, qui se retirèrent à
Neuzingen. Cette position était la seconde, et la principale de celles
qui couvraient Stokach. Elle s'appuyait à celle de Wahlwyes, que
Vandamme menaçait dans le moment avec la brigade Molitor. On aperçut
une nombreuse infanterie, barrant le fond du village de Neuzingen,
appuyée de droite et de gauche à des bois, et couverte par du canon.
Il fallut un assez grand effort pour la déposter. Montrichard la fit
tourner, par une hauteur appelée le Hellemberg, tandis que Vandamme,
ayant franchi Wahlwyes, débouchait sur les derrières de Neuzingen. La
position fut emportée, et tout le corps de Lecourbe réuni déboucha en
masse sur Stokach, dont il s'empara. Les Autrichiens voulurent
s'arrêter encore une fois au delà de Stokach, pour nous tenir tête.
Ils présentèrent 4 mille hommes d'infanterie en bataille, couverts par
toute leur cavalerie. Les régiments de Nansouty chargèrent cette
cavalerie et la jetèrent en désordre sur l'infanterie, qui cette fois
ne songea plus qu'à se rendre. Lecourbe fit 4 mille prisonniers,
enleva 8 pièces de canon, 500 chevaux et les immenses magasins de
Stokach. Il n'en pouvait être autrement. Lecourbe, avec des troupes
capables de se battre contre un ennemi qui leur aurait été fort
supérieur en nombre, avait en outre deux fois plus de monde que le
prince de Lorraine, bien qu'il eût détaché la division Lorges pour se
lier à Moreau. Sa tâche était terminée de bonne heure, et si une
direction vigoureuse avait présidé à l'ensemble des opérations, il
aurait pu et dû être employé ailleurs, comme on le verra tout à
l'heure.

[En marge: Attaque de Moreau sur Engen.]

La division Lorges, destinée à servir d'intermédiaire entre Lecourbe
et Moreau, s'était partagée en deux brigades. La brigade Goulu avait
marché sur Aach, pour éclairer l'intervalle compris entre Stokach et
Engen, n'avait trouvé personne à combattre, et s'était rabattue sur
Stokach, où elle devint inutile. Le général Lorges, avec le reste de
sa division, s'étant joint aux troupes de Moreau, les accompagna vers
Engen.

Moreau, avec tout ce qu'on appelait le corps de réserve, était en
marche depuis le matin sur Engen. M. de Kray, au même instant,
traversait ce bourg pour se rendre à Stokach, au secours de ses
magasins. Il s'aperçut bientôt, au nombre des troupes qui se
déployaient devant lui, qu'on allait avoir une bataille au lieu d'une
reconnaissance, et il s'arrêta tout court pour combattre, se fiant à
la masse de 40 mille hommes qu'il avait sous la main, et à la force
des positions sur lesquelles le hasard venait de le conduire. (Voir la
carte nº 5.) En quittant, vers Schaffouse, les bords du Rhin pour ceux
du Danube, dans cette région confuse, tourmentée, dont les pentes sont
indécises, on trouve une petite vallée, celle de l'Aach, qui porte au
lac de Constance les eaux qui ne vont ni au Rhin ni au Danube. Le
bourg d'Engen est dans cette vallée. Il faut, pour descendre sur
Engen, franchir une suite de hauteurs boisées, d'un abord assez
difficile. Les Autrichiens occupaient ces hauteurs avec leur
infanterie. Ils avaient leur cavalerie dans la plaine d'Engen. Il
fallait que Moreau leur enlevât d'abord ces hauteurs, puis qu'il
descendît dans la plaine pour y culbuter la cavalerie impériale. Il
marchait lui-même à la tête des divisions Delmas et Bastoul, et de la
moitié de la division Lorges. Il avait dirigé sur sa gauche, par la
route dite de Blumenfeld, la division Richepanse. Celle-ci, en
s'engageant dans une suite de vallons, devait tourner les positions de
l'ennemi par des accès moins défendus; et tous ensemble, s'ils
réussissaient, devaient ensuite descendre en masse sur Engen.

Lorges, qui avait devancé un peu les troupes de la réserve, trouva un
gros d'ennemis près de Wolterdingen, et avant d'attaquer il attendit
la division Delmas, qui arriva bientôt. Ils chargèrent alors tous
ensemble, et délogèrent les Autrichiens. Parvenus à ce point, ils
avaient à gravir les hauteurs qui entourent Engen et, pour cela, il
fallait qu'ils franchissent des plateaux assez escarpés, dominés à
droite par une position dite le Maulberg, à gauche par un pic
très-élevé, connu sous le nom de pic de Hohenhewen. Lorges fut chargé
d'attaquer le Maulberg. Après une légère canonnade, il marcha en
avant. L'ennemi céda. Alors Delmas prenant à gauche se dirigea sur un
bois qui entourait le pic de Hohenhewen, et qui était occupé par huit
bataillons d'infanterie ennemie. Deux bataillons de la 46e
s'avancèrent sur ce bois sans tirer, tandis que le général Grandjean
et l'adjudant-général Cohorn le tournaient avec un détachement. Les
deux bataillons de la 46e avaient à peine essuyé une décharge qu'ils
fondirent sur l'ennemi la baïonnette baissée. Les huit bataillons
autrichiens, se voyant si franchement attaqués de front, et tournés
sur leur droite, abandonnèrent le bois. Nos troupes, ayant conquis les
principales positions qui défendaient les abords de la vallée d'Engen,
n'avaient plus qu'à descendre dans cette vallée, traversée par un gros
ruisseau. L'ennemi s'était retiré sur le pic de Hohenhewen; il avait
placé son artillerie et son infanterie sur des pentes, et rangé en
bataille dans la plaine d'Engen 12 mille hommes de cavalerie. Moreau
voulut d'abord enlever le pic de Hohenhewen, et il ordonna
sur-le-champ à la division Delmas de l'assaillir. La division Delmas,
au sortir du bois dont elle s'était emparée, fut exposée à un feu
meurtrier. Elle le supporta bravement. Le général Jocopin, se mettant
à la tête de l'infanterie, gravit les pentes du pic, et eut la cuisse
percée d'un coup de feu. Mais le général Grandjean tourna la position;
l'adjudant-général Cohorn, que nous avons vu passer l'Alb sur les
épaules d'un grenadier, s'élança sur la cime avec un bataillon, et
délogea les Autrichiens. Nos troupes furent alors en possession de
toutes les hauteurs qui commandaient la plaine d'Engen, et purent s'y
déployer sans difficulté. L'ennemi se retira de l'autre côté de cette
plaine, au delà du ruisseau qui la traversait, et au pied d'une chaîne
de coteaux qui en formaient le bord opposé. Il avait rangé en avant sa
nombreuse cavalerie avec la plus grande partie de son artillerie, et
en arrière, dans le creux d'un vallon, à l'entrée duquel se trouve le
petit village d'Ehingen, une forte réserve de grenadiers. Telle était
la masse de forces qu'il fallait culbuter, pour terminer la bataille à
notre avantage.

Pendant ce temps, on entendait de l'autre côté du pic de Hohenhewen,
et fort au delà, le long de cette ceinture de hauteurs boisées qui
entourent Engen, un feu très-vif. C'était la division Richepanse aux
prises avec les troupes dont M. de Kray avait couronné cette partie du
champ de bataille. Le général Richepanse avait été obligé de partager
sa division en deux brigades pour enlever deux positions, l'une dite
de Leipferdingen, l'autre de Waterdingen, au fond même des vallons
dans lesquels il s'était engagé. Il soutenait là un combat opiniâtre
et mêlé de chances diverses, quand, très-heureusement pour lui,
commencèrent à paraître les premières troupes du corps de Saint-Cyr.
Ces troupes arrivaient fort tard, par suite d'un défaut d'ensemble
dans les dispositions de Moreau. Saint-Cyr avait dû tendre la main à
Sainte-Suzanne par une de ses divisions; il avait été contraint
d'attendre Ney, retardé par le manque de vivres, d'attendre même son
artillerie, toujours restée en arrière depuis le passage du Rhin; il
avait en outre rencontré sans cesse le prince Ferdinand sur ses pas,
et, n'ayant à lui opposer qu'une division sur trois, il s'était vu
obligé de marcher avec mesure et précaution. Il arrivait enfin au
secours de Richepanse, au moment où M. de Kray tentait sur celui-ci un
dernier et vigoureux effort, pour l'empêcher de déboucher sur Engen.

[En marge: Les troupes françaises un moment repoussées au village
d'Ehingen.]

Moreau, jugeant à la vivacité du feu le danger de Richepanse, voulut
attirer les Autrichiens sur leur gauche, et, pour cela, crut devoir
attaquer ce village d'Ehingen, qui formait l'appui de leur position de
l'autre côté de la plaine. On vient de voir que l'ennemi avait placé
là, au pied d'une chaîne de coteaux, son artillerie, sa cavalerie,
plus une réserve de grenadiers, dans un vallon dont le village
d'Ehingen formait l'entrée. Le général Bontemps s'y porta avec la 67e
demi-brigade, deux bataillons de la 10e légère, et deux escadrons du
5e de hussards. Le général d'Hautpoul le suivait avec la réserve de
cavalerie. Ces troupes, marchant en colonnes dans la plaine, sous le
feu d'une batterie de 12 pièces de canon, arrivèrent bravement sur le
village d'Ehingen, et l'emportèrent. Mais, tout à coup, les huit
bataillons de grenadiers en réserve furent lancés sur elles. La
cavalerie autrichienne appuya par une charge vigoureuse les huit
bataillons de grenadiers, et, sous cet orage inattendu, nos soldats
furent obligés de céder le village. La cavalerie du général d'Hautpoul
fut ramenée par la grande masse de la cavalerie impériale. Le brave
général Bontemps reçut une blessure grave au milieu de cette
confusion. Dans ce moment, le feu redoublait à notre gauche par delà
le pic de Hohenhewen, ce qui annonçait les dangers de Richepanse,
s'obstinant, sans y avoir réussi encore, à forcer la ceinture des
hauteurs.

[En marge: Moreau décide la victoire à la tête de quelques compagnies
de grenadiers.]

Moreau, qui dans les moments difficiles avait la fermeté d'une âme
vraiment guerrière, apprécie sur-le-champ la gravité de cette
situation, et se décide à un coup de vigueur, pour demeurer maître du
champ de bataille. Il fait avancer les restes de la division Bastoul,
prend lui-même quelques compagnies de grenadiers qu'il avait sous la
main, les anime, les porte en avant, refoule tout ce qu'il rencontre,
et ramène nos troupes victorieuses dans Ehingen. Tandis qu'il fixe la
fortune sur ce point, Richepanse fait de son côté des prodiges de
bravoure. Saint-Cyr, rejoint par Ney, et définitivement délivré de
l'archiduc Ferdinand, envoie en avant la brigade du général Roussel.
Celle-ci rivalise de courage avec les troupes depuis long-temps
engagées de Richepanse, et les aide à conquérir les hauteurs si
vivement disputées. L'action se décide donc de tous les côtés en notre
faveur, mais au prix de beaucoup d'efforts et de sang versé. La 4e
demi-brigade venait de perdre à elle seule, dans ces combats, 5 à 600
hommes.

La nuit commençait à se faire; les Français redoublaient d'ardeur,
tandis que les Autrichiens, apprenant la nouvelle de la ruine du
prince de Lorraine-Vaudemont, à Stokach, commençaient à se décourager.
M. de Kray, craignant d'être tourné par Stokach, ordonna la retraite.
Il se hâta de regagner le Danube par Tuttlingen et Liptingen.

[En marge: Résultats de la bataille d'Engen.]

[En marge: Fautes de Moreau dans cette journée.]

Les pertes de l'armée française dans cette suite de combats acharnés
étaient assez considérables. Elle avait eu 2 mille hommes hors de
combat, tant tués que blessés; mais l'armée autrichienne en avait eu 3
mille, plus 4 à 5 mille prisonniers restés entre nos mains. Les
troupes françaises, par leur rare bravoure, avaient corrigé les
défectuosités du plan général. Ce plan, en effet, laissait beaucoup à
désirer, et on peut maintenant en apprécier les côtés faibles. D'abord
il est facile de juger, par les résultats eux-mêmes, l'inconvénient
d'avoir passé le Rhin sur plusieurs points. Par suite de cette manière
d'opérer, on n'avait eu que trois corps prêts à marcher ensemble, et
encore le troisième, celui de Saint-Cyr, avait-il été paralysé par la
nécessité de donner la main au quatrième, demeuré en arrière. On
devait en outre, à ce système de passage sur plusieurs points, le
retard de l'artillerie de Saint-Cyr, ce qui n'avait pas peu contribué
à différer le secours donné à Richepanse. Quant à la bataille même,
Moreau, avec 25 mille hommes, avait été obligé d'en combattre 40 mille
à Engen, tandis que Lecourbe, avec 20 mille, n'en avait que 12 mille à
combattre à Stokach, et que Saint-Cyr était presque inoccupé, ou
réduit à un rôle de simple observation. Celui-ci, accusé d'être arrivé
trop tard, affirmait n'avoir pas reçu, dans la journée, un seul
aide-de-camp du quartier-général. On ne verra jamais, ou bien
rarement, de telles choses sur les champs de bataille où commandait le
Premier Consul. Toutefois, pour agir comme agissait Moreau, il fallait
encore être un général d'un haut mérite. Une fois en présence du
danger, il s'était comporté avec le calme, la vigueur, qui ne
l'abandonnaient jamais; et, secondé par la valeur des troupes, il
avait, après tout, remporté la victoire, et acquis sur l'ennemi une
supériorité décidée.

[En marge: M. de Kray se retire sur le Danube et Moreau l'y suit.]

Il fit camper son armée sur le champ de bataille. Si le lendemain il
eût poussé vivement M. de Kray par la route de Stokach au Danube, il
l'y aurait probablement jeté en désordre. Mais Moreau n'avait pas
assez d'ardeur dans le caractère, et ménageait trop ses troupes, pour
exécuter de ces mouvements rapides, qui sans doute fatiguent un moment
les hommes, mais qui en réalité économisent leur sang et leurs forces,
en précipitant les résultats. La journée du 4 mai (14 floréal) fut
employée à rectifier la position de l'armée, et à marcher lentement
vers le Danube. Saint-Cyr y marcha par Tuttlingen, Moreau et Lecourbe
par Moesskirch, veillant toujours sur leur droite et sur les débouchés
du Vorarlberg, d'où le prince de Reuss aurait pu venir.

M. de Kray n'était pas encore résigné à céder le terrain sans
combattre. Son armée était déjà fort troublée, et affaiblie d'ailleurs
de près de dix mille hommes. Il eut le tort de vouloir l'exposer à une
nouvelle rencontre avec les Français, avant d'avoir passé le Danube,
et rallié les généraux Kienmayer et Sztarray, lesquels revenaient des
bords du Rhin à travers la Forêt-Noire, en même temps que le corps
français de Sainte-Suzanne. Il aurait fallu l'abri d'un grand fleuve,
quelques jours de répit, et des renforts, pour que le moral de l'armée
autrichienne pût se remettre. La position de Moesskirch, sur laquelle
Moreau lui laissa le temps de se rasseoir, inspira à M. de Kray la
résolution imprudente, mais courageuse, de combattre encore une fois.

Cette position de Moesskirch est en effet très-forte. (Voir la carte
nº 6.) La grande route qui, par Engen et Stokach, va joindre le
Danube, passe, un peu avant d'être à Moesskirch, sous le feu d'un
plateau large et élevé, qu'on appelle le plateau de Krumbach. Elle le
laisse à gauche, puis s'enfonce dans un terrain couvert de bois, et y
forme un long défilé. Elle débouche ensuite sur un terrain découvert,
au fond duquel on aperçoit la petite ville de Moesskirch à droite, et
le village de Heudorf à gauche. Derrière Moesskirch règne une ligne de
hauteurs, qui se continuent de Moesskirch à Heudorf, puis de Heudorf
viennent se rejoindre en arrière et à gauche au plateau de Krumbach:
de façon que la route, passant d'abord sous le plateau de Krumbach,
puis s'engouffrant dans un bois, débouche enfin à découvert, sous le
feu des hauteurs qui s'étendent de Moesskirch à Heudorf.

M. de Kray avait couronné cette position d'une artillerie formidable,
le prince de Lorraine, formant la gauche des Autrichiens, occupait
Moesskirch et les hauteurs environnantes. M. de Nauendorff, formant
leur centre, était déployé au-dessus de Heudorf, ayant une réserve de
grenadiers en arrière. M. de Wrède, avec les Bavarois, l'archiduc
Ferdinand et le général Giulay réunis, composait la droite de l'armée
impériale, sur le plateau de Krumbach.

[En marge: Bataille de Moesskirch, livrée le 5 mai.]

Moreau ne comptait pas beaucoup plus sur une bataille à Moesskirch,
qu'il n'y avait compté à Engen. Se doutant cependant qu'il pourrait
rencontrer quelque résistance à Moesskirch, il en avait prévenu
Lecourbe, et lui avait mandé qu'un effort serait peut-être nécessaire
sur ce point, sans lui donner néanmoins les ordres précis de
concentration, que comporte l'imminence d'une grande bataille.
Lecourbe tenant la tête de l'armée, et marchant avec trois divisions,
avait jeté un peu au loin sur sa droite la division Vandamme, toujours
pour observer les mouvements du prince de Reuss vers le Vorarlberg.
Une partie de cette division sous le général Molitor devait se
diriger, par la route de Pfullendorff et Klosterwald, sur le flanc de
Moesskirch. Lecourbe, avec les divisions Montrichard et Lorges, avec
la réserve de cavalerie, devait s'avancer par la grande route que
nous venons de décrire, et qui après avoir passé sous Krumbach,
débouche à travers les bois, en face de Moesskirch. Moreau suivait la
même route, se tenant à quelque distance en arrière. Saint-Cyr
flanquait au loin la gauche de Moreau, se trouvant à cheval sur le
Danube, vers Tuttlingen. Ce n'étaient certainement pas là des
dispositions pour une grande bataille. Vandamme n'aurait pas dû être
jeté seul, avec une demi-division, sur le flanc de la position de
Moesskirch. Il aurait fallu diriger de ce côté Lecourbe avec tout son
corps. Moreau n'aurait pas dû partir si tard, ni s'entasser avec
Lecourbe sur une même route, et dans le défilé d'un bois. Saint-Cyr
enfin n'aurait pas dû être laissé si loin.

Quoi qu'il en soit, Lecourbe s'ébranla dès le matin, conformément aux
dispositions adoptées. Arrivé à la hauteur de Krumbach, il laissa ce
plateau sur sa gauche, et s'engagea dans le défilé du bois. Quelques
avant-gardes rencontrées dans ce long défilé furent promptement
repliées, et on arriva au débouché. Alors on aperçut le terrain
découvert au fond duquel se trouve Moesskirch, bordé de tous côtés de
hauteurs que couronnait l'artillerie des Autrichiens. Dès que les
têtes de colonnes parurent, cinq pièces d'artillerie tirant de face du
côté de Moesskirch, vingt autres tirant de flanc du côté de Heudorf,
vomirent une grêle de boulets et de mitraille. Deux bataillons
d'infanterie légère se placèrent à la lisière du bois, et trois
régiments de cavalerie, le 9e de hussards, le 12e de chasseurs, le 11e
de dragons, se portèrent rapidement en avant pour protéger
l'établissement de notre artillerie. Sous le feu de ces vingt-cinq
pièces, qui les foudroyaient en tous sens, nos escadrons furent
obligés de se replier. Quinze pièces de canon, que le général
Montrichard avait voulu opposer à l'artillerie autrichienne, furent en
partie démontées. L'infanterie légère fut elle-même obligée de se
couvrir par les bois. La cavalerie autrichienne essaya de nous charger
à son tour, mais on la ramena vivement. Cependant chaque fois que le
général Montrichard voulait déboucher des bois, un feu violent
arrêtait ses colonnes. Il devint bientôt évident que ce n'était pas là
le vrai point d'attaque pour forcer Moesskirch, que c'était, au
contraire, par la droite, en suivant la route transversale de
Klosterwald, par laquelle s'avançait Vandamme. Mais celui-ci n'était
pas près d'arriver encore, à cause de la distance à parcourir. En
attendant, Lecourbe se décida à faire une tentative sur Heudorf, en
filant par sa gauche le long de la lisière des bois. La 10e légère,
malgré un feu violent d'artillerie et de mousqueterie, entra dans le
village de Heudorf; mais elle fut repoussée par des forces
supérieures; et, tandis que la cavalerie accourait à son soutien,
l'artillerie autrichienne, placée sur l'escarpement en arrière de
Heudorf, la réduisit à faire un mouvement rétrograde. Cette seconde
tentative pour déboucher sur la gauche, ne fut donc pas plus heureuse
que celle qu'on avait faite pour déboucher directement sur Moesskirch.

Encouragés par notre échec, les Autrichiens veulent alors prendre
l'offensive, et essaient de déboucher du village de Heudorf sur la
division Lorges. Mais c'était trop tenter contre de si braves troupes.
La 38e se forme en colonne et marche en avant. Huit pièces
d'artillerie la couvrent de mitraille. Elle s'avance avec un
sang-froid admirable, et pénètre, baïonnette baissée, dans Heudorf.
Sur le terrain escarpé qui s'élevait derrière ce village se trouvaient
des bois, et dans ces bois les masses serrées de l'infanterie
autrichienne. Des forces supérieures se précipitent sur cette brave
demi-brigade: elle est accablée par le nombre, elle cède. Mais la 67e
arrive à son secours, et la rallie aussitôt. Toutes deux chargent de
nouveau. La division entière accourt, déborde le village, franchit ces
redoutables hauteurs, et s'empare de cet asile boisé, d'où l'ennemi
vomissait sur nous mille feux. Tandis que ce terrible combat s'engage
à notre gauche, autour du village de Heudorf, Vandamme, à notre
droite, débouche enfin sur Moesskirch, à la tête de la brigade
Molitor. Il la dispose habilement pour l'attaque, malgré l'infanterie
autrichienne, qui fait du faubourg de Moesskirch un feu meurtrier.
Cette brave troupe charge avec fureur, pénètre dans Moesskirch,
pendant que deux bataillons tournent la position par les hauteurs.
Montrichard, toujours enfermé dans les bois, choisit ce moment pour
déboucher sur le terrain découvert, qui avait commencé par nous être
si fatal. Il se précipite sur quatre colonnes, et en face de
l'artillerie des Autrichiens, déjà un peu ébranlés par le spectacle de
ces attaques simultanées. Les quatre colonnes de Montrichard arrivent,
passent un ravin qui règne au pied des hauteurs, et gravissent le
plateau de Moesskirch, à l'instant où les troupes de Vandamme, entrées
dans Moesskirch, commençaient à en déboucher. Les Autrichiens sont
partout mis en fuite. Leur réserve, placée un peu en arrière, à
Rohrdorf, veut alors agir à son tour; mais elle est contenue par les
divisions Vandamme et Montrichard réunies.

Nous étions maîtres à cette heure de toute la ligne de Moesskirch à
Heudorf. Mais M. de Kray, jugeant alors avec une grande justesse de
coup d'oeil le point vulnérable de notre position, dérobe une partie
de ses forces, et les porte à notre gauche sur le plateau de Krumbach,
d'où il menace notre flanc et nos derrières. La division Lorges, qui
occupait Heudorf, courait la chance d'être accablée. La réserve des
grenadiers autrichiens s'était jetée tout entière sur cette
malheureuse division, qui, après avoir pris et repris Heudorf
plusieurs fois, était épuisée de fatigue. Elle se trouvait écrasée à
la fois sous le feu de l'artillerie, et sous la masse de l'infanterie
autrichienne. Heureusement, Moreau, averti par la violence de la
canonnade, avait hâté sa marche. Il arrive enfin à l'entrée du bois
avec son corps, formé des divisions Delmas, Bastoul et Richepanse. Il
se hâte de porter à gauche sur Heudorf la division Delmas au secours
de la division Lorges. Cette brave troupe change la face des choses,
culbute les grenadiers autrichiens, et reprend Heudorf ainsi que les
bois au-dessus. Mais s'il nous vient des secours, il en arrive aussi à
M. de Kray. Sa droite, composée de l'archiduc Ferdinand et du général
Giulay, que Saint-Cyr suivait pied à pied depuis le commencement des
opérations, mais suivait de trop loin, cette droite, rapidement amenée
sur le champ de bataille, est dirigée entre Heudorf et Krumbach, sur
le flanc même de la division Delmas, et la met en danger d'être
enveloppée. Une partie de celle-ci fait aussitôt face à gauche. La
57e, qui avait en Italie mérité le surnom de la Terrible, se forme en
bataille, lutte durant plus d'une heure contre les masses
autrichiennes, foudroyée par seize pièces d'artillerie, auxquelles le
général Delmas ne peut en opposer que cinq, bientôt démontées. Cette
héroïque troupe reste inébranlable sous ce feu épouvantable, et
réussit à arrêter l'ennemi. Moreau, courant d'un corps à l'autre pour
les placer ou les soutenir, amène la division Bastoul au secours de la
division Delmas. Il arrive au moment même où les Autrichiens, ne
pouvant culbuter la division Delmas, cherchaient à la priver du
secours de la division Bastoul, en se déployant sur le plateau de
Krumbach, pour intercepter nos communications. Déjà même ils
descendent de ce plateau sur la route, et viennent se mêler à la
colonne de nos équipages. Ainsi, la bataille, après avoir commencé à
Moesskirch, s'est étendue à Heudorf, de Heudorf à Krumbach, embrassant
l'angle entier de cette vaste position; le couvrant de feu, de sang et
de débris. Dans cette circonstance critique, la division Bastoul
soutient dignement les efforts de la division Delmas; mais elle va
être enveloppée, si l'ennemi réussit à descendre du plateau de
Krumbach, et à s'emparer de la grande route, par laquelle nos troupes
arrivent. Heureusement la division Richepanse, amenée à temps au point
décisif, se forme en colonnes d'attaque, gravit sous un feu plongeant
le plateau de Krumbach, et déborde l'archiduc Ferdinand, qui voulait
nous déborder. Après cet effort, il ne restait plus personne à M. de
Kray pour agir contre Richepanse, et il est obligé de donner le signal
de la retraite. De Krumbach à Heudorf, de Heudorf à Moesskirch, nous
sommes partout victorieux.

[En marge: Inaction de Saint-Cyr dans cette journée.]

Dans ce moment le corps de Saint-Cyr était à quelques lieues, à
Neuhausen-ob-Eke. S'il avait débouché, l'armée autrichienne était
écrasée, et, au lieu d'une victoire ordinaire, nous remportions une de
ces victoires éclatantes qui terminent une campagne. Quelle fatale
inaction le retenait donc inutile, si près du lieu où il pouvait
décider du destin de la guerre? C'est là ce qui est difficile à
expliquer. Saint-Cyr prétendit le lendemain qu'on ne lui avait point
envoyé d'ordre. Moreau répondit qu'il lui en avait envoyé par
plusieurs aides-de-camp. Saint-Cyr répliqua qu'il était si près du
lieu où l'on combattait, que, si on lui avait dépêché un seul
officier, cet officier serait infailliblement arrivé. La coterie de
Moreau répondit que Saint-Cyr, mauvais frère d'armes, avait voulu
laisser écraser ses voisins, à Moesskirch comme à Engen.

Ainsi dans la vie militaire comme dans la vie civile, on se jalouse,
on s'accuse, on se calomnie! Les passions humaines sont partout les
mêmes, et la guerre n'est pas capable assurément de les refroidir, de
les modérer, de les rendre justes. Ce qui est vrai, c'est que
Saint-Cyr, mécontent de la coterie qui s'était emparée de Moreau,
affectait de se renfermer dans le commandement de son corps, à la tête
duquel il opérait avec une rare perfection, mais ne suppléait jamais
au commandement en chef, et attendait pour agir, des ordres qu'un
lieutenant doit savoir prévenir, surtout quand il entend le canon.
Saint-Cyr, qui alléguait la proximité pour prouver que, si on lui
avait envoyé des ordres, il les aurait reçus, s'accusait lui-même; car
la proximité le rendait inexcusable de ne pas arriver avec une
division au moins, là où une effroyable canonnade signalait une lutte
violente, et probablement de graves dangers. Il allait, du reste,
racheter bientôt par de grands services, les torts qu'il s'était
donnés en cette circonstance.

Français et Autrichiens étaient épuisés à la fin de cette journée. On
ne sait jamais exactement, au milieu de la confusion des batailles, le
nombre des morts et des blessés. Ce nombre devait être grand à
Moesskirch. Trois mille hommes avaient dû succomber dans l'armée
française, et près du double dans l'armée autrichienne. Mais l'armée
française était pleine de confiance; elle avait conquis le champ de
bataille, et elle voulait en partir le lendemain pour continuer cette
suite de combats, qui, sans lui procurer jusqu'ici des résultats
décisifs, lui assuraient cependant sur l'ennemi une supériorité
soutenue. L'armée autrichienne, au contraire, profondément ébranlée,
n'était pas capable de poursuivre long-temps une pareille lutte.

Tout le monde devine, après le récit que nous venons de faire, les
critiques élevées contre les opérations de Moreau[6]. Il avait marché
sur un champ de bataille sans le reconnaître d'avance; il avait dirigé
trop peu de forces sur le vrai point d'attaque, qui était la route de
Klosterwald à Moesskirch, donnant sur le flanc de cette petite ville;
il avait marché tard; engagé toutes ses divisions à la suite les unes
des autres dans un bois, d'où l'on ne pouvait déboucher sans perdre
beaucoup d'hommes; enfin il n'avait pas amené Saint-Cyr sur le terrain
où la présence de celui-ci eût tout décidé. M. de Kray, de son côté,
après avoir bien dirigé son effort, sur le point vulnérable, sur notre
gauche, avait eu le tort de laisser prendre Moesskirch; mais, il faut
dire, pour sa justification, que ses troupes étaient loin d'égaler les
troupes françaises sous le rapport de l'intelligence et de la fermeté.
D'ailleurs elles commençaient à perdre confiance, et il n'était plus
facile de leur faire supporter la vue et le choc des Français.

[Note 6: Voir les Mémoires de Saint-Cyr, p. 215 et suiv., t. VI,
campagne de 1800.]

[En marge: Fausse position des Autrichiens à Sigmaringen dont on ne
sait pas profiter.]

Le lendemain 6 mai (16 floréal), M. de Kray se hâta de se porter
derrière le Danube, pour s'attacher enfin à cette grande ligne
d'opérations. C'était le cas de s'y jeter à sa suite, pour lui rendre
le passage du fleuve impossible, ou difficile au moins. Moreau marcha
en ligne, la gauche au Danube, tout près du point où passaient les
Autrichiens, pouvant les écraser, s'il s'était soudainement rabattu
sur sa gauche: Saint-Cyr formait dans le moment l'aile appuyée au
Danube. N'ayant pas donné la veille, il était en mesure d'agir, et en
avait le désir. Il vit de ses yeux les troupes impériales s'amasser
avec une sorte de précipitation sur le point de Sigmaringen. (Voir la
carte nº 2.) Le Danube, formant là un contour, présente un
renfoncement, dans lequel l'armée autrichienne s'était accumulée,
pressée qu'elle était de passer sur l'autre rive. Saint-Cyr
l'apercevait distinctement, à petite portée de canon, dans un espace
qui aurait pu suffire à peine à une division, et tellement surprise à
la vue des Français que, devant une simple brigade de Ney, elle
suspendit son passage, se mit en bataille, et se couvrit du feu de
soixante pièces de canon. Saint-Cyr, en la voyant ainsi accumulée et
troublée, avait la certitude de la culbuter dans le Danube, par une
seule charge de tout son corps. Il fit avancer quelques pièces
d'artillerie dont chaque coup emportait des files entières, mais qui
ne pouvaient avoir la prétention de rester en batterie devant les
soixante bouches à feu de M. de Kray. Il espérait attirer l'attention
de Moreau par le bruit de cette canonnade, et l'amener, du corps de
réserve, au corps de gauche. Ne le voyant pas arriver, il lui envoya
un officier pour l'avertir, et obtenir l'ordre d'attaquer. Mais
l'union n'existait plus. On crut à l'état-major, ou l'on feignit de
croire, que Saint-Cyr voulait encore appuyer à gauche pour s'isoler
davantage et agir seul. On lui répondit par l'ordre d'appuyer à
droite, pour se lier, plus étroitement qu'il n'avait coutume de le
faire, au corps de réserve, qui formait le centre de l'armée.--Cette
mesure est indispensable, lui disait-on, afin que le général en chef
puisse disposer de votre troupe au besoin[7].--Le sens de cet ordre
indiquait assez clairement l'humeur du général en chef et de son
entourage. Il est évident que Moreau se laissait absorber par le
commandement d'un seul corps, et que sa faiblesse de caractère donnait
naissance aux divisions intestines, funestes en tout lieu, mais plus
funestes encore aux armées que partout ailleurs.

[Note 7: Saint-Cyr, p. 201, volume indiqué.]

M. de Kray put donc s'enfuir sans danger, et rallier son armée au delà
du Danube. M. de Kienmayer venait de le rejoindre avec les troupes
arrivant des bords du Rhin; M. de Sztarray suivait de près.

L'armée de Moreau avait trouvé à Stokach, à Donau-Eschingen, de vastes
magasins; rien ne lui manquait; elle était animée par le succès, et
par l'offensive continuelle qu'elle avait prise. Le 7 et le 8 mai (17
et 18 floréal), Moreau continua de marcher, la gauche au Danube,
présentant une ligne de bataille toujours trop étendue, et faisant de
petites étapes, pour donner à Sainte-Suzanne le temps de rejoindre.

Le 9 (19 floréal), Moreau, sachant que Sainte-Suzanne, venu par la
rive gauche du Danube, se trouvait enfin à la hauteur de l'armée,
quitta pour un jour le quartier-général, et passa le Danube afin
d'aller inspecter les troupes nouvellement arrivées. Ces troupes
formaient dorénavant son aile gauche, tandis que Saint-Cyr devenait le
centre, et que le corps de réserve allait jouer véritablement le rôle
d'une réserve, conformément à son titre. D'après toutes les
probabilités, M. de Kray, occupé à faire reposer son armée, devait se
tenir au delà du Danube, et nous pouvions continuer à faire le 9 une
marche en avant, sans rencontrer l'ennemi. Moreau prescrivit à la
droite, c'est-à-dire à Lecourbe, de se porter le 9 entre Wurzach et
Ochsenhausen; à la réserve, de se rendre à Ochsenhausen même; enfin au
centre, c'est-à-dire à Saint-Cyr, de dépasser Biberach, la gauche en
observation vers le Danube. L'armée s'avançait ainsi assez près de
l'Iller, décrivant une ligne parallèle à cet affluent du Danube.
Moreau partit le 9 au matin, croyant pouvoir consacrer une journée
entière au corps de Sainte-Suzanne.

Mais M. de Kray avait été amené à prendre une résolution nouvelle et
inattendue, par l'avis d'un conseil de guerre, qui avait jugé
convenable de sauver les immenses magasins de Biberach, pour ne pas
les livrer comme ceux d'Engen et de Stokach aux Français. Il repassa
donc avec toute son armée sur la rive droite du Danube, par
Riedlingen, et vint se placer en avant et en arrière de Biberach. Ce
lieu avait déjà été le théâtre d'une bataille gagnée en 1796 par
Moreau, grâce surtout à Saint-Cyr. Ce théâtre fut encore heureux pour
l'armée, et pour Saint-Cyr lui-même.

[En marge: Affaire de Biberach.]

Biberach est placé dans le vallon inondé de la Riess. Ce vallon est
tellement marécageux qu'un homme à cheval ne peut pas s'y engager
sans péril, et qu'on est obligé de passer par Biberach même, et par le
pont qui tient à cette petite ville. On pénètre dans ce vallon, en
franchissant une espèce de défilé pratiqué entre des hauteurs, celles
du Galgenberg d'un côté, celles de Mittelbiberach de l'autre. Ce
défilé franchi, Biberach s'offre tout à coup. On passe le marécage de
la Riess sur le pont qui tient à la ville, et au delà de ce marécage
se présente une superbe position, dite du Mettenberg, sur laquelle une
armée bien pourvue en artillerie peut prendre une forte assiette. M.
de Kray n'entendait pas se mettre en avant du défilé, ayant une issue
aussi étroite pour retraite; il ne pouvait se placer qu'en arrière de
Biberach, au delà de la Riess, sur le Mettenberg même. Mais il ne
pouvait pas non plus laisser Biberach à découvert. En conséquence,
après avoir établi le gros de son armée sur la position du Mettenberg,
il plaça un corps de 8 à 10 bataillons et d'une douzaine d'escadrons,
en avant du défilé de Mittelbiberach, pour retarder la marche des
Français, et avoir le temps d'évacuer ou de détruire la plus grande
partie de ses magasins.

Ce projet était périlleux, surtout avec une armée démoralisée.
Saint-Cyr, ayant eu ordre d'aller coucher un peu au delà de Biberach,
découvrit bientôt la position que les Autrichiens avaient prise. Il
était désolé de n'avoir pas auprès de lui le général en chef, ou du
moins son chef d'état-major, pour faire donner les ordres convenables,
et tirer parti de cette rencontre. Moreau était absent; le général
Dessoles n'était pas là. Si Saint-Cyr avait eu ses forces réunies, il
n'eût pas hésité à risquer une attaque avec son corps tout seul;
malheureusement elles étaient en partie dispersées. Obligé d'observer
le Danube par sa gauche, il avait consacré à cet objet la meilleure de
ses divisions, celle de Ney. Il envoya plusieurs officiers à la
recherche du général Ney; mais celui-ci, engagé le long des sinuosités
du fleuve, à travers des routes épouvantables, n'était pas facile à
joindre et à ramener. Saint-Cyr n'avait pour aborder une masse de 60
mille hommes au moins, que les deux divisions Tharreau et
Baraguay-d'Hilliers, avec la réserve de cavalerie du général Sahuc,
attachée à son corps. La démoralisation de l'ennemi le tentait fort,
mais la disproportion des forces le faisait hésiter, quand on entendit
tout à coup les feux du général Richepanse, qui, ayant ordre de se
maintenir en communication avec Saint-Cyr, et de passer au delà de la
Riess sur le pont de Biberach, arrivait au même point par une route
transversale, celle de Reichenbach. Saint-Cyr, ayant à sa disposition
la belle division Richepanse, et pouvant remplir le vide laissé dans
son corps par l'absence de Ney, n'hésita plus. Il pensa que si le
détachement laissé en avant du défilé qui précédait Biberach, était
culbuté, la défaite de ce corps de huit à dix mille hommes, serait
quelque chose de plus grave que la défaite d'une simple avant-garde,
et que le moral de l'ennemi en pourrait être profondément ébranlé.
Aussi, ne se donnant pas même le temps de disposer ses troupes pour
une attaque, il fit prendre le pas accéléré aux 18 bataillons et aux
24 escadrons qui étaient sous sa main, et les poussa sur les dix
mille Autrichiens qui barraient le passage du défilé. Renversés par ce
choc si brusque, les Autrichiens se précipitèrent pêle-mêle dans
Biberach et dans le vallon de la Riess. Il était facile de les prendre
presque tous; mais Saint-Cyr ne le voulut pas, craignant, s'il
permettait à ses soldats de les poursuivre, de ne pouvoir plus rallier
ses divisions pour les faire concourir à l'opération principale. Il se
contenta d'entrer dans Biberach, de s'y établir et d'assurer la
conservation des magasins. Après avoir bien occupé ce point, et s'être
ménagé une retraite à tout événement, il passa la Riess. Richepanse
venait d'arriver sur sa droite par la route de Reichenbach. Renforcé
de cette nouvelle division, Saint-Cyr passa la Riess, par le pont de
Biberach, et se porta en avant, de sa personne, pour observer la
position de l'ennemi. Dans ce moment, les quelques mille hommes si
brusquement jetés dans la Riess, remontaient à travers les rangs de
l'armée autrichienne, qui s'ouvrait pour les laisser passer, et, à son
aspect, on pouvait facilement reconnaître combien cette armée était
troublée. Saint-Cyr envoya un certain nombre de tirailleurs, qui
allèrent insulter l'ennemi sans que d'autres tirailleurs parussent
pour les jeter dans le ravin. On répondait à ces soldats détachés par
des décharges générales, comme fait une troupe effrayée, qui cherche à
se rassurer avec du bruit. Saint-Cyr était, sur le terrain, l'un des
tacticiens les plus habiles qui aient paru parmi nous. En voyant cet
état de l'armée autrichienne, son parti fut pris sur-le-champ. Il fit
ranger les divisions Tharreau et Baraguay sur deux colonnes, en forma
une troisième de la division Richepanse, et plaça la cavalerie en
échelons sur les ailes. Quand ce déploiement fut fait, il ébranla
toutes ses colonnes à la fois. Elles franchirent les pentes du
Mettenberg avec un aplomb sans pareil. Les Autrichiens, à la vue de
ces soldats gravissant avec tant de calme une position formidable, et
d'où une armée trois fois supérieure en nombre pouvait les précipiter
dans les marécages de la Riess, furent saisis d'étonnement et
d'épouvante. M. de Kray ordonna un mouvement rétrograde; ses soldats
ne l'exécutèrent pas comme il l'aurait voulu, car, après quelques
feux, ils cédèrent le terrain du Mettenberg, et finirent par fuir en
désordre, laissant au corps de Saint-Cyr plusieurs mille prisonniers,
et des magasins immenses qui servirent à nourrir long-temps l'armée
française. La nuit empêcha la poursuite. Moreau survint sur ces
entrefaites, et, quoique en froideur avec Saint-Cyr, lui rendit le
lendemain, en présence de Carnot, ministre de la guerre, un éclatant
témoignage de satisfaction. Moreau, débarrassé en ce moment des
fâcheux amis dont il était obsédé au quartier-général, sut être juste
pour un lieutenant qui avait vaincu, sans sa présence et sans ses
ordres.

[En marge: M. de Kray se retire sur Ulm.]

L'armée française était pleinement victorieuse; les Autrichiens
n'étaient plus capables de l'arrêter, et elle n'avait qu'à marcher en
avant. M. de Kray avait fait, on ne comprend pas pourquoi, un
détachement pour défendre les magasins de Memmingen. Memmingen était
sur la route de Lecourbe. Cette place fut occupée, le détachement
écrasé, et les magasins pris. C'était le 10 mai (20 floréal). Le 11,
le 12 M. de Kray se retira définitivement sur Ulm, et Moreau marcha
toujours sur une longue ligne à peu près perpendiculaire au Danube. Le
13 mai il était au delà de l'Iller, sans avoir rencontré de résistance
sérieuse au passage de cette rivière. La droite et la réserve étaient
à Ungerhausen, Kellmüntz, Iller-Aicheim, Illertissen. Saint-Cyr fut
placé au confluent de l'Iller et du Danube, à cheval sur l'Iller,
occupant le pont d'Unterkirchberg, et se liant avec Sainte-Suzanne,
qui s'avançait par la rive gauche du Danube. De l'abbaye de Wiblingen,
où se trouvait la division Ney, et où Saint-Cyr avait son
quartier-général, on pouvait voir distinctement les troupes
autrichiennes dans le vaste camp retranché d'Ulm.

[En marge: État des deux armées après ces premières opérations.]

Les deux armées venaient d'être rejointes par tous leurs corps
détachés. Le maréchal de Kray avait rallié à lui M. de Kienmayer les
jours précédents, et, depuis, M. Sztarray. Moreau, ayant sous sa main
le corps de Sainte-Suzanne, se trouvait maintenant au grand complet.
Les deux armées avaient fait des pertes; mais celles des Autrichiens
étaient de beaucoup plus considérables que les nôtres. On les estimait
à 30 mille hommes en prisonniers, morts ou blesses. L'histoire est
réduite à cet égard aux conjectures, car le jour des batailles les
généraux atténuent toujours les pertes, et quand il faut réclamer des
secours de leur gouvernement, exagèrent constamment le nombre des
morts, des blessés et des malades. On ne sait donc jamais avec une
entière exactitude le total des soldats véritablement présents sous
les armes. M. de Kray, entré en campagne avec 110 ou 115 mille hommes
à l'armée active, et 35 ou 40 mille dans les places, devait en avoir,
tout au plus, 80 mille aujourd'hui, mais exténués de fatigues et
complètement démoralisés.

On estimait la perte de l'armée française à 4 mille morts, 6 ou 7
mille blessés, quelques fiévreux, quelques prisonniers, en tout 12 ou
13 mille hommes, actuellement hors de service, sur lesquels l'armée
devait en recouvrer 4 à 5 mille après un peu de repos. Ce calcul
réduisait pour le moment à 90 mille soldats, ou un peu moins, l'armée
active de Moreau. Mais il allait être obligé de faire un grand
détachement, conformément à la convention signée avec le général
Berthier à l'ouverture de la campagne. On avait stipulé dans cette
convention que, M. de Kray une fois poussé à huit ou dix marches du
lac de Constance, Lecourbe se replierait sur les Alpes, pour se
joindre à l'armée de réserve. Les dangers de Masséna rendaient urgente
l'exécution de cet engagement, et ce n'était pas le vain motif
d'arrêter Moreau au milieu de ses succès qui faisait redemander le
corps de Lecourbe, c'était la plus légitime des raisons, celle de
sauver Gênes et la Ligurie. L'armée de réserve, réunie avec tant
d'efforts, ne contenait pas plus de 40 mille hommes de troupes
aguerries; il lui fallait bien un renfort pour la mettre en mesure de
tenter l'opération extraordinaire qu'elle devait essayer au delà des
Alpes.

[En marge: Mission de Carnot auprès de Moreau.]

Le Premier Consul, qui était pressé d'agir du côté de l'Italie,
voulant tout à la fois ménager Moreau et assurer cependant l'exécution
de ses ordres, fit choix du ministre de la guerre lui-même, de Carnot,
pour porter au quartier-général de l'armée du Rhin l'injonction
formelle de détacher Lecourbe vers le Saint-Gothard. Les lettres qui
accompagnaient cet ordre étaient pleines de cordialité et
irrésistibles de raison. Le Premier Consul savait bien que ce ne
serait pas Lecourbe et 25 mille hommes qu'on lui enverrait; mais si on
lui en envoyait 15 ou 16 mille seulement, il se tenait pour satisfait.

Moreau reçut Carnot avec chagrin; il exécuta néanmoins avec fidélité
les ordres que ce ministre lui apportait. Carnot, en bon citoyen,
dissipa les nuages qui auraient pu s'élever dans cet esprit faible et
facile à tromper, et fit renaître en lui la confiance envers le
Premier Consul, que de détestables brouillons cherchaient à détruire.

[En marge: Détachement de l'armée du Rhin envoyé vers les Alpes.]

Quelques historiens flatteurs de Moreau, mais flatteurs depuis 1815,
ont élevé à 25 mille hommes le détachement enlevé à l'armée
d'Allemagne. Moreau lui-même, répondant au Premier Consul, ne
l'évaluait pas au delà de 17,800; et ce nombre était exagéré. Il ne
passa pas en Suisse pour franchir le Saint-Gothard plus de 15 à 16
mille soldats. Il resta donc à Moreau 72 mille combattants environ, et
bientôt 75 par le mouvement des hôpitaux[8]. C'était plus qu'il n'en
fallait pour battre 80 mille Autrichiens. M. de Kray n'en avait pas
davantage, en effet, et ils étaient entièrement abattus, incapables de
supporter la moindre rencontre sérieuse avec les Français.

[Note 8: C'est d'après la correspondance même de Moreau que
j'établis ces nombres. Tous les calculs de cette correspondance sont
exagérés au profit de Moreau. Il estime pour lui-même les bataillons à
650 hommes, et à 700 pour le détachement envoyé en Italie. Le calcul
ne saurait être vrai, car, envoyant les corps tels qu'ils étaient, si
les bataillons se trouvaient réduits à 650 dans son armée, ils ne
pouvaient pas être à 700 dans le corps qu'on en détachait.]

Moreau, pour ne pas amoindrir son armée aux yeux de l'ennemi, en
laissa subsister la composition actuelle, et prit les 16 mille hommes
qu'il destinait au Premier Consul sur tous les corps existants. Chacun
de ces corps fournit son contingent, et on dissimula ainsi le mieux
qu'on put cette diminution de forces. Moreau voulut garder Lecourbe,
qui, à lui seul, valait bien des mille hommes. Lecourbe lui fut
laissé, et le brave général Lorges dut commander le détachement.
Carnot repartit immédiatement pour Paris, après avoir vu s'acheminer
les troupes destinées à passer le Saint-Gothard.

Cette opération se fit pendant les 11, 12 et 13 mai (21, 22 et 23
floréal). L'armée française resta forte de 72 mille combattants
environ, sans compter les garnisons des places, la division
d'Helvétie, et ce que les hôpitaux devaient lui rendre. Elle se
retrouvait, du reste, au même effectif qu'avant l'arrivée du corps de
Sainte-Suzanne, effectif qui lui avait suffi pour être toujours
victorieuse.

M. de Kray s'était établi à Ulm, où, depuis long-temps, était préparé
un camp retranché destiné à servir d'asile aux troupes impériales. Des
deux systèmes de défense dont nous avons parlé, celui de longer le
pied des Alpes en se couvrant de tous les affluents du Danube, ou de
se tenir à cheval sur ce fleuve pour manoeuvrer sur ses deux rives, le
second avait été préféré par le conseil aulique, et fut parfaitement
suivi par M. de Kray. Le premier serait bon dans le cas où l'on
voudrait tenir en communication permanente les deux armées d'Italie et
d'Allemagne. Il présente peu de force dans ses premiers échelons, car
l'Iller, le Lech, l'Isar, l'Inn, ne deviennent que successivement des
obstacles de quelque valeur, et le dernier seul est un obstacle
considérable, point invincible toutefois, car il n'y en a pas de ce
genre à la guerre. Mais une armée qui, renonçant aux communications
avec l'Italie, se place sur le Danube même, ayant tous les ponts à sa
disposition, les détruisant successivement à mesure qu'elle se retire,
pouvant passer sur l'une ou l'autre rive, tandis que l'ennemi est fixé
sur une seule; pouvant, si cet ennemi veut percer directement sur
Vienne, le suivre à l'abri du Danube, et se jeter sur ses derrières
pour le punir de la première faute qu'il aura commise, une armée ainsi
placée est dans la position, généralement jugée la meilleure pour
couvrir l'Autriche.

[En marge: Position de M. de Kray à Ulm.]

M. de Kray s'était donc placé à Ulm, où de grands travaux avaient été
faits pour le recevoir. (Voir la carte nº 7.) On sait que, sur ce
point, la rive gauche du Danube, formée des premiers escarpements des
montagnes de Souabe, domine toujours la rive droite. Ulm est au pied
des hauteurs de la rive gauche, sur le Danube même. L'enceinte en
avait été réparée. Une tête de pont avait été construite sur la rive
opposée. Toutes les hauteurs en arrière d'Ulm, notamment le
Michelsberg, étaient couvertes d'artillerie. Si les Français se
présentaient par la rive droite, l'armée autrichienne appuyant l'une
de ses ailes à Ulm, l'autre au couvent élevé d'Elchingen, couverte par
le fleuve, et labourant de ses boulets le terrain, plat de la rive
droite, était inattaquable. Si les Français se présentaient par la
rive gauche, alors l'armée autrichienne avait une position tout aussi
assurée. Il faut, pour le comprendre, savoir que la position d'Ulm est
couverte sur la rive gauche par la rivière de la Blau, qui descend des
montagnes de Souabe, pour se jeter dans le Danube, tout près d'Ulm, en
formant un ravin profond. Si donc les Français passaient le Danube
au-dessus d'Ulm, pour attaquer par la rive gauche, l'armée
autrichienne changeait de position. Au lieu de faire face au cours du
Danube, elle lui tournait le dos, et se couvrait par le cours de la
Blau. Elle avait son aile gauche à Ulm, son centre au Michelsberg, son
aile droite à Lahr et Jungingen. Il fallait faire plusieurs marches
sur la rive gauche, pour tourner cette nouvelle position, et
abandonner alors entièrement la rive droite, ce qui pouvait renverser
toutes les combinaisons de la campagne, car on découvrait la route des
Alpes. Tel fut le camp où les soldats épuisés de M. de Kray trouvèrent
asile pour quelque temps.

[En marge: Proposition d'enlever Ulm de vive force, faite par
Saint-Cyr, refusée par Moreau.]

Saint-Cyr était au couvent de Wiblingen. Des fenêtres de ce couvent
il voyait distinctement, même sans le secours des lunettes d'approche,
la position des Autrichiens. Plein de confiance dans l'audace des
Français, il offrait, et plusieurs généraux offraient avec lui,
d'enlever le camp ennemi de vive force. Ils en répondaient sur leur
tête, et il faut convenir que si on pouvait se défier de l'audace de
quelques-uns d'entre eux, comme Ney ou Richepanse, le tacticien
Saint-Cyr, esprit froid, méthodique et sûr, méritait toute confiance.
Mais Moreau était trop prudent pour hasarder un assaut de cette
nature, et pour fournir à M. de Kray l'occasion de gagner une bataille
défensive. Il est vrai que si Moreau était vainqueur, l'armée
autrichienne, jetée dans le Danube, devait être à moitié détruite, et
la campagne terminée. Mais Moreau échouant dans son attaque, il
fallait rétrograder; la campagne d'Allemagne était compromise; et,
plus que tout cela, la campagne décisive d'Italie était peut-être
rendue impossible. Moreau agissait, à la guerre, sans grandeur, mais
avec sûreté. Il laissa dire les braves gens qui répondaient de
culbuter les Autrichiens, et refusa de tenter une attaque de vive
force. Restait la guerre de manoeuvres. On pouvait passer sur la rive
gauche au-dessus d'Ulm, mouvement que nous venons de décrire; mais il
fallait alors, pour tourner les Autrichiens dans cette position,
s'engager tellement sur la rive gauche, que la Suisse cessait d'être
couverte, et que le détachement envoyé vers les Alpes était compromis.
On pouvait, en restant sur la rive droite, descendre le Danube fort
au-dessous d'Ulm, le passer loin des Autrichiens, et faire tomber
leur position en les coupant du bas Danube. Mais en descendant le
fleuve on livrait les derrières de l'armée, on laissait encore
découverte la route de la Suisse. Moreau renonça donc à déloger M. de
Kray par aucun de ces moyens; et, bien qu'avec la qualité de ses
troupes il pût tout hasarder, on ne saurait le blâmer de tant de
mesure, surtout de tant de scrupule à suivre le plan qui couvrait le
mieux les opérations du Premier Consul, son chef, mais son émule.

Il résolut alors de faire une manoeuvre qui était la véritable,
c'était de se diriger sur Augsbourg, c'est-à-dire de négliger le cours
du Danube, pour traverser ses affluents, et faire tomber toutes les
lignes de défense des Autrichiens par une marche directe sur le coeur
de l'empire. Cette manoeuvre, sérieusement exécutée, aurait
infailliblement détaché M. de Kray du Danube et de son camp d'Ulm pour
l'attirer à la suite de l'armée française. Elle était très-hardie,
sans toutefois découvrir les Alpes, puisqu'elle plaçait Moreau
toujours à leur pied. Mais il n'y avait pas de demi-parti à prendre:
il fallait ou rester immobile devant Ulm, ou se porter résolument sur
Augsbourg et sur Munich; car une simple démonstration n'était pas
capable de tromper M. de Kray, et pouvait seulement exposer les corps
laissés en observation près d'Ulm. Moreau commit ici une faute qui
faillit avoir de graves conséquences.

[En marge: Mouvement de Moreau sur Augsbourg.]

Les 13, 14 et 15 mai, il dépassa le cours de l'Iller. Laissant
Sainte-Suzanne seul sur la gauche du Danube, et Saint-Cyr au confluent
de l'Iller et du Danube, il porta le corps de la réserve sur la
Guntz, à Babenhausen, Lecourbe au delà de la Guntz, à Erkheim, un
corps de flanqueurs à Kempten, route du Tyrol. (Voir la carte nº 2.)
Dans cette position singulière, étendue de vingt lieues, touchant à
Ulm d'un côté, menaçant Augsbourg de l'autre, il ne pouvait pas
tromper M. de Kray sur le danger d'une marche sur Munich, et devait
lui inspirer tout au plus la tentation de se jeter en masse sur le
corps de Sainte-Suzanne, resté seul à la gauche du Danube. Si M. de
Kray eût cédé à cette dernière tentation, en y employant toutes ses
forces, Sainte-Suzanne était perdu.

[En marge: Danger de Sainte-Suzanne, laissé seul à la gauche du
Danube.]

Les ordres donnés le 15 (25 floréal) à Saint-Cyr s'exécutaient le 16
au matin, quand Sainte-Suzanne fut assailli à Erbach par une masse
énorme de cavalerie. Sa division de droite, commandée par le général
Legrand, était à Erbach et Papelau, le long du Danube; sa division de
gauche, commandée par Souham, était à Blaubeuren, à cheval sur la
Blau; la réserve, sous le général Colaud, un peu en arrière des deux
divisions. Le combat commença par une nuée de cavaliers, qui de tous
côtés enveloppèrent nos colonnes. Tandis que nos soldats étaient
chargés par de nombreux escadrons, des masses d'infanterie, sorties
d'Ulm et remontant le Danube, préparaient une attaque plus sérieuse.
Deux colonnes d'infanterie et de cavalerie se dirigèrent l'une sur
Erbach, pour assaillir et envelopper les deux brigades dont se
composait la division Legrand, l'autre sur Papelau, pour couper la
division Legrand de la division Souham. Le général Legrand fit alors
opérer un mouvement rétrograde à ses troupes. Elles se retirèrent
lentement à travers des bois, puis eurent à déboucher sur des plateaux
entre Donaurieden et Ringingen. Les troupes exécutèrent ce mouvement
de retraite avec un aplomb remarquable. Elles mirent plusieurs heures
à céder un terrain peu étendu, s'arrêtant à chaque instant, se formant
en carré, et renversant sous un feu terrible la cavalerie qui les
poursuivait. La division Souham, assaillie sur ses deux flancs, fut
obligée d'exécuter un mouvement semblable, et de se concentrer sur
Blaubeuren, derrière la Blau, jetant dans le profond ravin que forme
cette rivière les Autrichiens qui la serraient de trop près.

C'est la division Legrand qui se trouvait le plus en danger, parce
qu'elle était placée près du Danube, et que, pour ce motif, l'ennemi
voulait l'accabler, afin d'intercepter tous les secours qui pouvaient
arriver de l'autre rive du fleuve. Les deux brigades dont elle se
composait se défendaient toujours vaillamment, lorsque, dans un moment
où l'infanterie se retirait, et où l'artillerie légère remettait ses
pièces sur l'avant-train pour se retirer aussi, la cavalerie ennemie,
revenant à la charge, fondit tout à coup sur cette malheureuse
division. Le brave adjudant-général Levasseur, qui avait été démonté
dans une charge, se saisit d'un cheval, courut au 10e régiment de
cavalerie, qui s'éloignait du champ de bataille, le ramena à l'ennemi,
chargea les escadrons autrichiens, dix fois supérieurs en nombre, et
arrêta leur marche. L'artillerie eut le temps d'enlever ses pièces,
de prendre une position en arrière, et de protéger à son tour la
cavalerie qui venait de la sauver.

Dans cet intervalle de temps, le général Sainte-Suzanne était arrivé,
avec une partie de la division Colaud, au secours de la division
Legrand. Le général Decaen, avec le reste, était allé au secours de la
division Souham, à Blaubeuren. Le combat se rétablit donc; mais il
pouvait, malgré ce renfort, finir d'une manière désastreuse, car on
avait à craindre que l'armée autrichienne ne se jetât en masse sur le
corps de Sainte-Suzanne. Heureusement Saint-Cyr, placé de l'autre côté
du Danube, ne laissant pas cette fois écraser ses camarades, comme on
l'en a souvent accusé, accourait en toute hâte. Entendant la canonnade
sur la rive gauche, il avait fait partir aides-de-camp sur
aides-de-camp pour ramener ses divisions des bords de l'Iller aux
bords du Danube. Il avait ordonné de ne pas perdre de temps, de
replier sur-le-champ les postes avancés, mais de faire partir
immédiatement le gros des troupes sans attendre ces postes. Un corps
laissé en arrière devait les recueillir. Quant à lui, placé sur le
pont d'Unterkirchberg, qui se trouve sur l'Iller, dès qu'un corps
arrivait, infanterie, cavalerie ou artillerie, il le lançait à la
course sur le Danube, aimant mieux ce désordre d'un moment qu'une
perte de temps. Il s'était ensuite rendu de sa personne sur le bord
même du Danube. L'ennemi, se doutant que Sainte-Suzanne pourrait être
secouru, avait rompu tous les ponts jusqu'à la hauteur de Dischingen.
Voyant Saint-Cyr qui faisait effort pour trouver un gué ou rétablir
un pont, il avait rangé une partie de ses troupes le long de la rive
gauche, afin de faire face à celles de Saint-Cyr arrivant par la rive
droite. Il avait de plus engagé une vive canonnade, à laquelle
Saint-Cyr s'était mis à répondre en toute hâte. Ce combat à coups de
canon, engagé d'une rive à l'autre, inspira aux Autrichiens sortis
d'Ulm des craintes pour leur retraite, les ramena en arrière, dégagea
un peu Sainte-Suzanne, et répandit dans les rangs de nos malheureux
soldats, qui depuis douze heures soutenaient un combat désespéré, une
joie des plus vives, une ardeur toute nouvelle. Ils demandèrent à
Sainte-Suzanne de se reporter en avant, ce qui leur fut accordé. Alors
toutes nos divisions s'ébranlèrent à la fois; on ramena les
Autrichiens sous le canon d'Ulm; mais, en parcourant le champ de
bataille, qu'on était si joyeux de reconquérir, on le trouva couvert
de nos morts et de nos blessés. Du reste, la perte des Autrichiens
n'était pas moindre que la nôtre. Quinze mille Français s'étaient
battus toute une journée contre 36 mille hommes, dont 12 mille de
cavalerie. M. de Kray n'avait cessé d'être présent sur le champ de
bataille.

Sans la bravoure des troupes, l'énergie et les talents des généraux,
la faute qu'avait commise Moreau eût été punie de la perte de notre
aile gauche. Moreau se rendit immédiatement à cette aile, et, comme si
sa pensée eût été attirée subitement de ce côté par un pur accident,
il résolut de faire passer son armée tout entière sur la rive gauche
du fleuve.

[En marge: Moreau passe sur la rive gauche avec toute son armée.]

Le 17 (27 floréal), laissant Sainte-Suzanne se reposer dans les
positions de la veille, il ramena le corps de Saint-Cyr entre l'Iller
et le Danube. Il porta la réserve qui était sous ses ordres à
Unterkirchberg, sur l'Iller même, et ordonna à Lecourbe de se rabattre
entre la Guntz et Weissenhorn. Le 18 l'armée fit un second mouvement
vers sa gauche: Sainte-Suzanne fut porté au delà de la Blau, Saint-Cyr
au delà du Danube, la réserve à Gocklingen, sur le Danube même, prête
à franchir le fleuve. Le 19 la manoeuvre fut encore plus prononcée:
Sainte-Suzanne avait complètement tourné Ulm, il avait son
quartier-général à Urspring; Saint-Cyr était sur les deux rives de la
Blau, son quartier-général à Blaubeuren; la réserve avait passé le
Danube entre Erbach et la Blau; Lecourbe était prêt à franchir ce
fleuve.

[En marge: Tâtonnements de Moreau. Il repasse de nouveau sur la rive
droite.]

Tout semblait annoncer une attaque de vive force sur le camp retranché
d'Ulm. Dans cette position nouvelle, M. de Kray avait sa gauche à Ulm,
son centre sur la Blau, sa droite à Elchingen. Il avait ainsi le dos
au Danube, et défendait le revers de la position d'Ulm. Moreau, après
avoir fait une reconnaissance attentive, trompa l'attente de ses
lieutenants, qui croyaient voir dans ce mouvement sur la gauche un
projet sérieux, et qui désiraient d'ailleurs une entreprise hardie sur
le camp des Autrichiens, parce qu'ils en regardaient le succès comme
infaillible. Saint-Cyr insista de nouveau, et ne fut point écouté,
Moreau prit le parti de s'en aller, ne voulant pas hasarder une
attaque de vive force le long de la Blau, ne voulant pas non plus
tourner tout à fait la position par sa gauche, de crainte de trop
découvrir la Suisse. Il prescrivit encore une fois à toute l'armée de
repasser sur la rive droite. Le 20 mai et les jours suivants, l'armée
décampa, au grand déplaisir des soldats et des généraux, qui
comptaient sur un assaut, et au grand étonnement des Autrichiens, qui
le redoutaient.

Ces faux mouvements eurent le grand inconvénient de relever un peu le
moral de l'armée autrichienne, sans abattre toutefois celui de l'armée
française, qu'il était difficile d'ébranler, tant elle avait le
sentiment de sa supériorité. Moreau eût pu tenter un mouvement que
nous avons indiqué plus haut, et qui, exécuté plus tard, lui valut un
beau triomphe. C'était de descendre le Danube, de menacer M. de Kray
d'un passage au-dessous d'Ulm, et de l'obliger à décamper, en lui
donnant des inquiétudes sur sa ligne de communication. Mais Moreau
craignait toujours de découvrir la route des Alpes. Il eut donc la
pensée de faire une seconde démonstration sur Augsbourg, pour essayer
encore une fois de tromper les Autrichiens, et de leur persuader que,
laissant Ulm en arrière, il marchait définitivement sur la Bavière,
peut-être même sur l'Autriche. Le 22 mai (2 prairial), toute l'armée
française avait repassé le Danube; Lecourbe, avec l'aile droite,
menaçait Augsbourg par Landsberg, et Sainte-Suzanne, avec l'aile
gauche, se tenait à quelque distance du Danube, entre Dellmensingen et
Achstetten. Ce même jour, 22, le prince Ferdinand, à la tête de 12
mille hommes, dont moitié au moins de cavalerie, soit pour nous
retenir près d'Ulm, soit pour reconnaître nos intentions, fit sur
Sainte-Suzanne une attaque qui fut chaudement repoussée. Les troupes
s'y comportèrent avec leur vigueur accoutumée, et le général Decaen
s'y distingua. Les jours suivants, Moreau continua son mouvement. Le
27 mai (7 prairial), Lecourbe s'empara avec autant de hardiesse que
d'intelligence du pont de Landsberg sur le Lech, et le 28 entra dans
Augsbourg. M. de Kray ne se laissa point ébranler par cette
démonstration, et resta obstinément dans Ulm. C'est, il faut le dire,
la meilleure de ses déterminations, et celle qui fait le plus
d'honneur à sa fermeté et à son jugement.

[En marge: Position définitive de Moreau en avant d'Augsbourg, en
attendant les événements d'Italie.]

Dès ce moment, Moreau se renferma dans une inaction calculée. Il
rectifia sa position et la rendit meilleure. Au lieu de former une
longue ligne dont l'extrémité seule touchait au Danube, position qui
exposait notre corps de gauche à des combats inégaux avec l'armée
autrichienne tout entière, il exécuta un changement de front, et
désormais faisant face au Danube, il se rangea parallèlement à ce
fleuve, mais à une assez grande distance, sa gauche appuyée à l'Iller,
sa droite à la Guntz, son arrière-garde occupant Augsbourg, et un
corps de flanqueurs observant le Tyrol. L'armée française présentait
ainsi une masse assez resserrée pour ne plus avoir à craindre de
combat isolé sur l'une de ses ailes, et ne pouvait courir d'autre
chance que celle d'une grande bataille, que tout le monde souhaitait
dans nos rangs, car elle eût été la perte définitive de l'armée
impériale.

Dans cette position, maintenant irréprochable, Moreau avait
l'intention d'attendre les résultats de la campagne que le Premier
Consul tentait en ce moment au delà des Alpes. Ses lieutenants le
pressant vivement de sortir de son inaction, il s'obstinait à leur
répondre que ce serait une imprudence d'en faire davantage, avant
d'avoir des nouvelles d'Italie; que, si le général Bonaparte
réussissait sur cette partie du théâtre de la guerre, on essayerait
alors, contre M. de Kray, une manoeuvre décisive; mais, que si l'armée
française n'était pas heureuse au delà des Alpes, on serait bien
embarrassé des progrès même qu'on aurait faits en Bavière.
L'entreprise du général Bonaparte, dont le secret était connu de
Moreau, avait quelque chose d'extraordinaire pour un esprit comme le
sien; il n'est donc pas étonnant qu'il conçût des inquiétudes, et
qu'il ne voulût pas se porter en avant sans connaître avec certitude
le sort de l'armée de réserve.

Moreau, par suite de ces résolutions, eut de vives altercations avec
certains de ses lieutenants, notamment avec Saint-Cyr. Celui-ci se
plaignait de l'inaction dans laquelle on se renfermait, et surtout de
la partialité qui régnait dans les distributions faites aux divers
corps d'armée. Le sien, disait-il, manquait souvent de pain, tandis
que celui du général en chef, à côté duquel il était placé, vivait
dans l'abondance. Ce n'étaient pas les ressources qui manquaient
depuis la prise des magasins de l'ennemi, mais les moyens de
transport. Saint-Cyr eut à ce sujet plus d'une contestation; il était
évidemment brouillé avec l'état-major qui entourait Moreau, et c'était
là le motif principal de ces fâcheuses mésintelligences. Le général
Grenier venait d'arriver. Saint-Cyr voulait que Moreau donnât à ce
général le commandement de la réserve, pour qu'il pût s'affranchir des
préoccupations et de la partialité, conséquences inévitables d'un
commandement particulier. Moreau, malheureusement, n'en voulut rien
faire; Saint-Cyr alors se retira sous prétexte de santé, et priva
l'armée du plus habile de ses officiers généraux. Du reste, Saint-Cyr
était fait pour commander seul, et non pour obéir. Le général
Sainte-Suzanne se retira aussi par suite des mêmes mésintelligences.
Il fut envoyé sur le Rhin pour former un corps destiné à couvrir les
derrières de l'armée d'Allemagne, et à contenir les forces du baron
d'Albini. Le général Grenier prit la place de Saint-Cyr, et Richepanse
celle de Sainte-Suzanne. Moreau, dont les soldats étaient assez bien
pourvus de vivres, et qui était fortement établi dans sa nouvelle
position, prit le parti d'attendre, et écrivit au Premier Consul les
paroles suivantes, qui peignent parfaitement sa situation et ses
intentions:

                        «Babenhausen, 7 prairial an VIII (27 mai 1800).

»Nous attendons avec impatience, citoyen Consul, l'annonce de vos
succès. M. de Kray et moi nous tâtonnons ici, lui, pour tenir autour
d'Ulm, moi, pour qu'il quitte le poste...

»Il eût été dangereux, pour vous surtout, que je portasse la guerre
sur la rive gauche du Danube. Notre position actuelle a forcé M. le
prince de Reuss à se porter aux débouchés du Tyrol, aux sources du
Lech et de l'Iller; ainsi, il n'est pas dangereux pour vous.

»Donnez-moi, je vous prie, de vos nouvelles, et mandez-moi tout ce
qu'il est possible de faire pour vous.....

»Si M. de Kray vient à moi, je recule encore jusqu'à Memmingen; je m'y
fais joindre par le général Lecourbe, et nous nous battrons. S'il
marche sur Augsbourg, j'y marche également; il quittera son appui
d'Ulm, et puis nous verrons ce qu'il y aura à faire pour vous couvrir.

»Nous aurions plus d'avantages à guerroyer sur la rive gauche du
Danube, et à faire contribuer le Wurtemberg et la Franconie; mais cela
ne vous arrangerait pas, puisque l'ennemi pourrait faire descendre des
détachements en Italie, en nous laissant ravager les princes d'empire.

»Recevez l'assurance de mon attachement,

                                        »Signé MOREAU.»

[En marge: Caractère des opérations que venaient d'exécuter Moreau.]

Un mois et deux jours s'étaient écoulés, et si Moreau n'avait pas
obtenu de ces résultats prompts et décisifs, qui terminent d'un coup
toute une campagne, comme il l'aurait pu en passant le Rhin sur un
seul point vers Schaffouse, en se jetant en masse sur la gauche de M.
de Kray, et en livrant les batailles d'Engen et de Moesskirch avec ses
forces réunies; comme il l'aurait pu encore en culbutant l'armée
autrichienne dans le Danube à Sigmaringen, en l'enlevant de vive force
dans le camp d'Ulm, ou en l'obligeant à décamper par une manoeuvre
décidée sur Augsbourg; néanmoins il avait rempli la condition
essentielle du plan de campagne, il avait passé le Rhin sans accident,
en présence de l'armée autrichienne; il lui avait livré deux grandes
batailles, et, bien que la concentration des forces eût été
insuffisante, il avait gagné ces batailles par sa fermeté, son bon
jugement sur le terrain; enfin, malgré ses tâtonnements devant Ulm, il
avait cependant enfermé les Autrichiens autour de cette place, et les
y tenait bloqués, leur coupant la route de la Bavière et du Tyrol, et
pouvant lui-même attendre dans une bonne position le résultat des
événements d'Italie. Si on ne trouve pas là cet esprit supérieur,
décidé, qui constitue les grands capitaines, on y trouve un esprit
sage, calme, réparant par son aplomb les fautes d'une intelligence
trop peu étendue et d'un caractère trop peu résolu; on y trouve enfin
un excellent général, comme il faut en souhaiter souvent aux nations,
comme l'Europe n'en avait pas un pareil: car il avait été donné à la
France à cette époque, à la France, qui avait déjà le général
Bonaparte, de posséder encore Moreau, Kléber, Desaix, Masséna,
Saint-Cyr, c'est-à-dire les meilleurs généraux du second ordre; et il
faut ajouter qu'elle avait déjà produit Dumouriez et Pichegru! Temps
de prodigieuse mémoire, qui doit nous inspirer quelque confiance en
nous-mêmes, et prouver à l'Europe que toute notre gloire dans ce
siècle n'est pas due à un seul nomme, qu'elle n'est pas le produit de
ce hasard si rare qui enfante des génies tels qu'Annibal, César ou
Napoléon.

Ce qu'on pouvait surtout reprocher à Moreau, c'était le défaut de
vigueur dans le commandement; c'était de se laisser entourer, dominer,
par une coterie militaire; c'était de permettre aux mésintelligences
de naître autour de lui, de se priver ainsi de ses meilleurs
officiers, et de ne pas savoir corriger, par la force de sa volonté,
une organisation d'armée vicieuse, qui portait ses lieutenants à
l'isolement et à des actes de mauvaise confraternité militaire.
Moreau, comme nous l'avons dit bien des fois, comme nous aurons trop
souvent à le redire, péchait par le caractère. Que n'avons-nous devant
les yeux un voile, qui nous cache à nous-même, qui puisse cacher aux
autres, la triste suite des temps, et nous permette de jouir, sans
mélange, des nobles et sages exploits de ce guerrier, dont la jalousie
et l'exil n'avaient pas encore altéré le coeur!

Il faut nous transporter maintenant sur un théâtre différent, pour y
être témoins d'un spectacle fort différent aussi: la Providence, si
riche en contrastes, va nous montrer un autre esprit, un autre
caractère, une autre fortune, et, pour l'honneur de notre pays, des
soldats toujours les mêmes, c'est-à-dire toujours intelligents,
dévoués et intrépides.

FIN DU LIVRE TROISIÈME.



LIVRE QUATRIÈME.

MARENGO.

     Le Premier Consul attend avec impatience les nouvelles
     d'Allemagne.--Ces nouvelles arrivées et annonçant des succès, il se
     décide à partir pour l'Italie.--Détresse de la garnison de Gênes
     portée au comble.--Constance de Masséna.--Le Premier Consul se hâte
     de venir à son secours, en exécutant le projet de passer les
     grandes Alpes.--Départ du Premier Consul, sa feinte apparition à
     Dijon, son arrivée à Martigny, dans le Valais.--Choix du
     Saint-Bernard pour franchir la grande chaîne.--Moyens imaginés pour
     transporter l'artillerie, les munitions, les vivres et tout le
     matériel.--Commencement du passage.--Difficultés inouïes surmontées
     par le dévouement des troupes.--Obstacle imprévu du fort de
     Bard.--Surprise et douleur de l'armée à la vue de ce fort, jugé
     d'abord imprenable.--L'infanterie et la cavalerie font un détour,
     et évitent l'obstacle.--L'artillerie, traînée à bras, passe sous le
     feu du fort.--Prise d'Ivrée, et déploiement de l'armée dans les
     plaines du Piémont, avant que les Autrichiens se soient doutés de
     son existence et de sa marche.--Passage simultané du Saint-Gothard
     par le détachement formé des troupes d'Allemagne.--Plan du général
     Bonaparte une fois descendu en Lombardie.--Il se décide à se rendre
     à Milan pour rallier les troupes venues d'Allemagne, et envelopper
     ensuite M. de Mélas.--Longues illusions de M. de Mélas détruites
     tout à coup.--Douleur de ce vieux général.--Ses ordres incertains
     d'abord, puis positifs, d'évacuer les bords du Var et les environs
     de Gênes.--Dernières extrémités, de Masséna.--L'impuissance absolue
     de nourrir les soldats et le peuple de Gênes, l'a réduit à se
     rendre.--Belle capitulation.--Gênes prise, les Autrichiens se
     concentrent en Piémont.--Importance de la route d'Alexandrie à
     Plaisance.--Empressement des deux armées à occuper Plaisance.--Les
     Français y arrivent les premiers.--Position de la Stradella,
     choisie par le Premier Consul pour envelopper M. de Mélas.--Attente
     de quelques jours dans cette position.--Croyant que les Autrichiens
     lui ont échappé, le Premier Consul va les chercher, et les
     rencontre à l'improviste dans la plaine de Marengo.--Bataille de
     Marengo, perdue et regagnée.--Heureuse inspiration de Desaix et sa
     mort.--Regrets du Premier Consul.--Désespoir des Autrichiens, et
     convention d'Alexandrie, par laquelle ils livrent l'Italie et
     toutes ses places à l'armée française.--Quelques jours, employés à
     Milan, par le Premier Consul, à régler les affaires
     d'Italie.--Conclave à Venise, et promotion de Pie VII à la
     papauté.--Retour du Premier Consul à Paris.--Enthousiasme excité
     par sa présence.--Suite des opérations sur le Danube.--Passage de
     ce fleuve au-dessous d'Ulm.--Victoire d'Hochstedt.--Moreau
     conquiert toute la Bavière jusqu'à l'Inn.--Armistice en Allemagne
     comme en Italie.--Commencement des négociations de paix.--Arrivée à
     Paris de M. de Saint-Julien, envoyé par l'empereur
     d'Allemagne.--Fête du 14 juillet aux Invalides.


[En marge: Le Premier Consul attend les nouvelles d'Allemagne avant de
quitter Paris.]

[En marge: Noble réponse de Masséna à une bravade du général Ott.]

Le Premier Consul n'attendait que le succès de l'armée du Rhin pour
descendre dans les plaines de l'Italie; car il ne pouvait, avant ces
succès, demander à Moreau un détachement de ses troupes, et M. de Kray
n'était pas assez complètement séparé de M. de Mélas, pour qu'on pût
tout entreprendre sur les derrières de celui-ci. Le Premier Consul les
attendait donc avec une vive impatience, résolu à quitter Paris et à
prendre le commandement de l'armée de réserve, dès qu'il aurait des
nouvelles certaines et tout à fait rassurantes des opérations de
Moreau. Le temps pressait en effet, vu que Masséna était réduit, dans
Gênes, aux plus cruelles extrémités. Nous l'y avons laissé luttant
contre toutes les forces des Autrichiens avec une armée exténuée de
fatigues, et, malgré sa prodigieuse infériorité, faisant essuyer tous
les jours, à l'ennemi, des pertes considérables. Le 10 mai, le général
Ott s'étant permis une bravade inconvenante, et ayant annoncé à
Masséna qu'il tirait le canon pour une victoire remportée sur le
général Suchet, nouvelle d'ailleurs fausse, l'illustre défenseur de
Gênes prépara une réponse éclatante à cette bravade. Il sortit de
Gênes sur deux colonnes. L'une de gauche, commandée par le général
Soult, remonta le Bisagno et tourna le Monte-Ratti; l'autre, commandée
par Miollis, attaqua le Monte-Ratti de front. Les Autrichiens,
assaillis avec vigueur, furent précipités dans les ravins, perdirent
cette position importante et 1,500 prisonniers. Masséna rentra le soir
triomphant dans la ville de Gênes, et, le lendemain matin, écrivit au
général Ott qu'il tirait le canon pour sa victoire de la veille:
vengeance héroïque, et digne de ce grand coeur!

[Illustration: Masséna. (Au siège de Gènes.)]

[En marge: Attaque malheureuse sur le Monte-Creto.]

Mais c'était là le terme de ses succès, car ses soldats épuisés
pouvaient à peine soutenir le poids de leurs armes. Le 13 mai (23
floréal), cet homme si énergique, cédant à un avis de ses généraux,
consentit presque malgré lui à une opération dont le résultat fut des
plus malheureux: cette opération avait pour but d'enlever le
Monte-Creto, position importante, qu'il eût été sans doute fort
désirable d'arracher aux Autrichiens, car ils auraient été alors
rejetés bien loin de Gênes; mais on avait malheureusement peu de
chances d'y réussir. Masséna, qui certes ne se défiait pas de son
armée, car chaque jour il en exigeait et en obtenait les plus grands
efforts, ne la croyait plus capable d'emporter une position, que
l'ennemi défendrait avec toutes ses forces. Il préférait faire une
expédition sur Porto-Fino, le long de la mer, pour s'emparer d'un
grand convoi de vivres qu'il savait exister de ce côté. Il céda
cependant, contre son usage, à l'avis de ses lieutenants, et, le 13 au
matin, marcha sur le Monte-Creto. Le combat fut d'abord très-brillant;
par malheur un orage épouvantable, qui dura quelques heures, brisa les
forces de nos troupes. L'ennemi avait concentré sur ce point des corps
nombreux, et il repoussa dans les vallées nos soldats mourants de
faim et de fatigue. Le général Soult, tenant à honneur de faire
réussir une expédition qu'il avait conseillée, rallia autour de lui la
3e demi-brigade, la ramena bravement à l'ennemi, et eût réussi
peut-être si un coup de feu, lui fracassant la jambe, ne l'avait
renversé sur le champ de bataille. Ses soldats voulurent l'enlever,
mais ils n'en eurent pas le temps, et ce général, qui avait
parfaitement secondé Masséna pendant tout le siège, resta aux mains de
l'ennemi.

[En marge: Famine dans Gênes. Émeutes des femmes.]

[En marge: Nécessité de débloquer Gênes avant le 20 mai.]

L'armée rentra fort attristée dans Gênes; mais cependant elle ramenait
encore des prisonniers. Pendant qu'elle combattait, une émeute de
femmes avait éclaté dans l'intérieur de la ville. Ces malheureuses,
poussées par le besoin, parcouraient les rues avec des sonnettes, en
demandant du pain. Elles furent dispersées, et le général français eut
dès lors à s'occuper presque uniquement du soin de nourrir la
population de Gênes, qui lui montrait d'ailleurs le plus noble
dévouement. Il s'était successivement procuré, comme on a vu, des
grains pour quinze jours d'abord, puis pour quinze jours encore. Enfin
un bâtiment entré dans Gênes à l'improviste, en avait apporté pour
cinq, ce qui lui avait fourni de quoi vivre pendant plus d'un mois.
Bloqué depuis le 5 avril, ces ressources l'avaient conduit jusqu'au 10
mai. Voyant ses approvisionnements diminuer, il avait réduit la ration
donnée quotidiennement au peuple et à l'armée. On y suppléait au moyen
d'une soupe faite avec de l'herbe et un peu de viande restant dans la
ville. Les habitants riches trouvaient bien encore à se nourrir, en
achetant au poids de l'or quelques vivres cachés, que les
investigations de la police n'avaient pu découvrir pour les consacrer
à la nourriture commune. Aussi Masséna n'avait-il à s'inquiéter que
des pauvres, auxquels la disette se faisait particulièrement sentir.
Il avait imposé à leur profit une contribution sur la classe opulente,
et les avait mis ainsi du parti des Français. Du reste, la majorité de
la population, redoutant les Autrichiens et le régime politique dont
ils étaient les défenseurs, était décidée à seconder Masséna par sa
résignation! Frappée de l'énergie de son caractère, elle avait pour
lui autant d'obéissance que d'admiration. Toutefois le parti
oligarchique, se servant de quelques malheureux affamés, lui suscitait
tous les embarras imaginables. Masséna, pour les contenir, faisait
bivouaquer une partie de ses bataillons, avec la mèche de leurs canons
allumée, sur les principales places de la ville. Mais le pain dont on
vivait encore, et qui était fait avec de l'avoine, des fèves, et tous
les grains qu'on avait pu se procurer, allait s'épuiser: on allait
aussi manquer de viande. Au 20 mai il ne devait plus rester que des
matières presque impossibles à employer comme aliments. Il était donc
urgent de débloquer la place avant le 20 mai, si on ne voulait voir
Masséna fait prisonnier avec toute son armée, et le baron de Mélas,
pouvant dès lors disposer de trente mille hommes de plus, revenir en
Piémont, pour fermer les débouchés des Alpes.

[En marge: Le Premier Consul accélère autant que possible les
préparatifs de son entrée en campagne.]

L'aide-de-camp Franceschi, chargé de porter des nouvelles au
gouvernement, et ayant réussi, à force d'adresse et d'audace, à
passer à travers les Autrichiens et les Anglais, avait fait connaître
au Premier Consul l'état déplorable de la place de Gênes. Aussi le
Premier Consul ne négligeait-il rien pour mettre l'armée de réserve en
mesure de franchir les Alpes, C'est pour ce motif qu'il avait envoyé
Carnot en Allemagne, avec un ordre formel des Consuls, de faire partir
le détachement destiné à passer le Saint-Gothard. Lui-même,
travaillant jour et nuit, correspondant avec Berthier, qui organisait
les divisions d'infanterie et de cavalerie, avec Gassendi et Marmont,
qui organisaient l'artillerie, avec Marescot, qui faisait des
reconnaissances sur toute la ligne des Alpes, il pressait tout le
monde avec cette ardeur entraînante, qui lui a servi à porter les
Français des rives du Pô aux rives du Jourdain, des rives du Jourdain
à celles du Danube et du Borysthène. Il ne devait quitter Paris, de sa
personne, qu'au dernier moment, ne voulant abandonner le gouvernement
politique de la France, et laisser la place libre aux intrigants et
aux auteurs de complots, que le moins de temps possible. Cependant les
divisions parties de la Vendée, de la Bretagne, de Paris, des bords du
Rhône, traversaient la vaste étendue du territoire de la République,
et leurs têtes de colonnes se montraient déjà en Suisse. Il y avait
toujours à Dijon les dépôts des corps, plus quelques conscrits et
quelques volontaires, envoyés dans cette ville pour accréditer en
Europe l'opinion que l'armée de Dijon était une pure fable, destinée
uniquement à effrayer M. de Mélas. Jusqu'à ce moment tout allait à
souhait; l'illusion des Autrichiens était complète. Les mouvements de
troupes qui se faisaient vers la Suisse, peu aperçus grâce à la
dispersion des corps, passaient pour des renforts envoyés à l'armée
d'Allemagne.

Enfin, tout étant prêt, le Premier Consul fit ses dernières
dispositions. Il reçut un message du Sénat, du Tribunat et du Corps
Législatif, lui apportant les voeux de la nation pour qu'il revînt
bientôt _vainqueur et pacificateur_. Il répondit avec une solennité
calculée. Sa réponse devait concourir, avec les articles du
_Moniteur_, à prouver que son voyage, annoncé avec tant d'apparat,
était, comme l'armée de réserve, une feinte, et pas davantage. Il
chargea le consul Cambacérès de présider à sa place le Conseil d'État,
qui alors était en quelque sorte le gouvernement tout entier. Le
consul Lebrun eut mission de veiller à l'administration des finances.
Il leur dit à chacun: Tenez-vous bien; si un événement survient, ne
vous troublez pas. Je reviendrais comme la foudre accabler les
audacieux qui oseraient porter la main sur le gouvernement.--Il
chargea particulièrement ses frères, qui lui étaient attachés par un
intérêt plus personnel, de le tenir averti de toutes choses, et de lui
donner le signal du retour, si sa présence devenait nécessaire. Tandis
qu'il publiait son départ avec ostentation, les Consuls et les
ministres devaient, au contraire, dire en confidence aux propagateurs
de nouvelles, que le Premier Consul quittait Paris pour quelques
jours, et uniquement pour aller passer la revue des troupes prêtes à
entrer en campagne.

Au surplus, il partait plein d'espérance et de satisfaction. Son
armée contenait beaucoup de conscrits, mais elle contenait aussi, et
en bien plus grand nombre, des soldats aguerris, habitués à vaincre,
commandés par des officiers formés à son école; il avait en outre dans
la profonde conception de son plan une confiance absolue. D'après les
informations les plus récentes, M. de Mélas s'obstinait à s'enfoncer
dans la Ligurie, moitié de ses forces contre Gênes, moitié contre le
Var. Le Premier Consul, ne doutant plus à ces nouvelles de la réussite
de son entreprise, voyait déjà, dans son ardente imagination, le point
même où il rencontrerait et accablerait l'armée autrichienne. Un jour,
avant de partir, couché sur ses cartes, y posant des signes de
différentes couleurs, pour figurer la position des corps français et
autrichiens, il disait devant son secrétaire qui l'écoutait avec
surprise et curiosité: «Ce pauvre M. de Mélas passera par Turin, se
repliera vers Alexandrie... Je passerai le Pô, je le joindrai sur la
route de Plaisance, dans les plaines de la Scrivia, et je le battrai
là, là...» et, en disant ces mots, il posait un de ses signes à
San-Giuliano. On appréciera tout à l'heure combien était
extraordinaire cette espèce de vision de l'avenir.

[En marge: Départ du Premier Consul le 6 mai.]

[En marge: Le Premier Consul se rend à Genève puis à Lausanne.]

Il quitta Paris le 6 mai au matin, avant le jour, emmenant avec lui
son aide-de-camp Duroc, et son secrétaire M. de Bourrienne. Arrivé à
Dijon, il passa en revue les dépôts, les conscrits, qu'on y avait
réunis, mais sans matériel, sans tous les accessoires obligés d'une
armée prête à entrer en campagne. Après cette revue, qui dut persuader
davantage encore aux espions que l'armée de Dijon n'était qu'une pure
invention, il se rendit à Genève, et de Genève à Lausanne, où tout
était sérieux, où tout ce qui se faisait devait commencer à détromper
les incrédules, mais devait les détromper trop tard pour qu'ils
pussent donner à Vienne des avis encore utiles.

[En marge: Entretien du Premier Consul avec le général Marescot.]

Le 13 mai le général Bonaparte passa la revue d'une partie de ses
troupes, et entra en conférence avec les officiers qui avaient reçu
des rendez-vous, pour lui rendre compte de ce qu'ils avaient fait, et
pour recevoir ses derniers ordres. Le général Marescot, chargé de la
reconnaissance des Alpes, était celui qu'il était le plus impatient
d'entendre. Tous les passages comparés, c'était pour le Saint-Bernard
que se prononçait cet officier du génie, mais il regardait l'opération
comme très-difficile.--Difficile, soit, répondit le Premier Consul;
mais est-elle possible?--Je le crois, répliqua le général Marescot,
mais avec des efforts extraordinaires.--Eh bien, partons, fut la seule
réponse du Premier Consul.

[En marge: Raisons de préférer le Saint-Bernard pour passer les
Alpes.]

C'est le moment de faire connaître les motifs qui le décidèrent à
choisir le Saint-Bernard. Le Saint-Gothard était réservé aux troupes
venant d'Allemagne et conduites par le général Moncey. Ce passage
était situé sur leur route, et pouvait tout au plus nourrir 45 mille
hommes, car les vallées de la haute Suisse étaient entièrement ruinées
par la présence des armées belligérantes. Restaient les passages du
Simplon, du grand Saint-Bernard, du mont Cenis. Ils n'étaient pas
comme aujourd'hui traversés par de grandes routes. Il fallait
démonter les voitures au pied du col, les transporter sur des
traîneaux, pour les remonter de l'autre côté des monts. Ces passages
offraient tous les trois à peu près les mêmes difficultés. Cependant
le mont Cenis, fréquenté plus souvent, était plus frayé que les
autres, et présentait peut-être à cause de cela moins d'obstacles
matériels; mais il débouchait sur Turin, c'est-à-dire au milieu des
Autrichiens, trop près d'eux, et ne se prêtait pas assez au projet de
les envelopper. Le Simplon, au contraire, le plus éloigné des trois,
par rapport au point de départ, offrait les inconvénients opposés. Il
débouchait, il est vrai, aux environs de Milan, dans un beau pays,
assez loin des Autrichiens, tout à fait sur leurs derrières; mais il
présentait une difficulté fort grande, c'était celle des distances. Il
fallait, en effet, pour y parvenir, remonter avec le matériel de
l'armée toute la longueur du Valais, ce qui eût exigé des moyens de
transports que nous n'avions pas à notre disposition. (Voir la carte
nº 8.) Au milieu des vallées arides et couvertes de glace qu'on allait
traverser, on était réduit à tout porter avec soi, et ce n'était pas
une chose indifférente que d'avoir une vingtaine de lieues de plus à
parcourir. Dans le cas, au contraire, du passage par le Saint-Bernard,
on n'avait à faire que le chemin de Villeneuve à Martigny,
c'est-à-dire, de l'extrémité du lac de Genève, point où cessait le
moyen de la navigation, jusqu'au pied du col. C'était une très-petite
distance à franchir. Le Saint-Bernard débouchait ensuite dans la
vallée d'Aoste, sur Ivrée, entre les deux routes de Turin et de
Milan, dans une très-bonne direction pour envelopper les Autrichiens.
Bien que plus difficile, peut-être plus périlleux, il méritait la
préférence, à cause de la brièveté du trajet.

[En marge: Démonstrations accessoires vers plusieurs débouchés des
Alpes.]

Le Premier Consul se décida donc à conduire la masse principale de ses
forces par le Saint-Bernard même. Il emmenait avec lui ce qu'il y
avait de meilleur dans l'armée de réserve, environ 40 mille hommes, 35
mille d'infanterie et d'artillerie, 5 mille de cavalerie. Cependant,
voulant diviser l'attention des Autrichiens, il imagina de faire
descendre par d'autres passages quelques détachements qu'on n'avait
pas pu réunir au gros de l'armée. Non loin du grand Saint-Bernard se
trouve le petit Saint-Bernard, qui, des hauteurs de la Savoie,
débouche aussi dans la vallée d'Aoste. Le Premier Consul dirigea sur
ce passage le général Chabran avec la 70e demi-brigade, et quelques
bataillons d'Orient remplis de conscrits. C'était une division de 5 à
6 mille hommes, qui devait rejoindre sur Ivrée la colonne principale.
Enfin le général Thurreau, qui avec 4 mille hommes de troupes de
Ligurie défendait le mont Cenis, avait ordre de se présenter à ce
passage, et d'essayer de pénétrer sur Turin. Ainsi l'armée française
devait descendre les Alpes par quatre passages à la fois, le
Saint-Gothard, le grand et le petit Saint-Bernard, le mont Cenis. La
masse principale, forte de 40 mille hommes, agissant au centre de ce
demi-cercle, avait la certitude de rallier les 15 mille hommes venus
d'Allemagne, ainsi que les troupes du général Chabran, peut-être
celles du général Thurreau, ce qui devait composer une force totale
d'environ 65 mille soldats, et troubler l'esprit de l'ennemi, ne
sachant, à l'aspect de tous ces corps, vers quel point diriger sa
résistance.

[En marge: Nature de la route à parcourir.]

Le choix des points de passage arrêté, il fallait s'occuper de
l'opération elle-même, consistant à jeter 60 mille hommes avec leur
matériel, de l'autre côté des Alpes, sans routes frayées, à travers
des rochers, des glaciers, et à l'époque la plus redoutable de
l'année, celle de la fonte des neiges. C'est une chose déjà fort
malaisée que de traîner avec soi un parc d'artillerie, car chaque
pièce de canon exige après elle plusieurs voitures, et, pour 60
bouches à feu, il fallait en amener environ trois cents; mais, dans
ces hautes vallées, les unes frappées de stérilité par un hiver
éternel, les autres à peine assez larges pour nourrir leurs rares
habitants, on ne pouvait trouver aucun moyen de vivre. Il fallait
porter le pain pour les hommes, et jusqu'au fourrage pour les chevaux.
La difficulté était donc immense. De Genève jusqu'à Villeneuve tout
était facile, grâce au lac Leman et à une navigation de dix-huit
lieues, aussi commode que rapide. (Voir la carte nº 8.) Mais de
Villeneuve, point extrême du lac, jusqu'à Ivrée, débouché par lequel
on entre dans la riche plaine du Piémont, on avait quarante-cinq
lieues à parcourir, dont dix sur les rochers et les glaciers de la
grande chaîne. La route de Villeneuve à Martigny, et de Martigny à
Saint-Pierre, était bonne pour les voitures. Là, on commençait à
gravir des sentiers couverts de neiges, bordés de précipices, larges
à peine de deux ou trois pieds, exposés, quand la chaleur du jour se
faisait sentir, au choc d'affreuses avalanches. On avait à peu près
dix lieues à faire dans ces sentiers, pour arriver de l'autre côté du
Saint-Bernard, au village de Saint-Remy, dans la vallée d'Aoste. Là,
on retrouvait une route praticable pour les voitures, qui conduisait
par Aoste, Châtillon, Bard, Ivrée, à la plaine du Piémont. De tous ces
points on en signalait un seul comme pouvant offrir quelque
difficulté: c'était celui de Bard, où existait, disait-on, un fort,
dont quelques officiers italiens avaient ouï parler, mais qui ne
semblait pas devoir présenter un obstacle sérieux. C'étaient donc,
comme nous venons de le dire, quarante-cinq lieues à franchir, en
portant tout avec soi, du lac de Genève aux plaines du Piémont, et,
dans ces quarante-cinq lieues, dix sans routes praticables aux
voitures.

[En marge: Moyens employés pour le transport du matériel.]

Voici les dispositions imaginées par le Premier Consul pour le
transport du matériel, et exécutées sous la direction des généraux
Marescot, Marmont et Gassendi. D'immenses approvisionnements en grain,
biscuit, avoine, avaient été faits par le lac de Genève à Villeneuve.
Le général Bonaparte, sachant qu'avec de l'argent on se procurerait
facilement le concours des robustes montagnards des Alpes, avait
envoyé sur les lieux des fonds considérables, sous forme de numéraire.
On avait donc, mais dans les derniers jours seulement, attiré, à grand
prix, sur ce point, tous les chars-à-bancs du pays, tous les mulets,
tous les paysans. On avait fait transporter, par ce moyen, de
Villeneuve à Martigny et de Martigny jusqu'à Saint-Pierre, au pied du
col, du pain, du biscuit, des fourrages, du vin, de l'eau-de-vie. On y
avait conduit une suffisante quantité de bestiaux vivants.
L'artillerie avec ses caissons y avait été amenée. Une compagnie
d'ouvriers, établie au pied du col, à Saint-Pierre, était chargée de
démonter les pièces, de diviser les affûts en fragments numérotés,
afin de pouvoir les transporter à dos de mulets. Les canons eux-mêmes,
séparés des affûts, devaient être disposés sur des traîneaux à
roulettes, préparés à Auxonne. Quant aux munitions de l'infanterie et
de l'artillerie, on avait préparé une multitude de petites caisses,
faciles à placer sur des mulets, pour les transporter, comme tout le
reste, au moyen des bêtes de somme du pays. Une seconde compagnie
d'ouvriers, pourvue de forges de campagne, devait passer la montagne
avec la première division, s'établir au village de Saint-Remy, où la
route frayée recommençait, pour y remonter les voitures de
l'artillerie, et remettre les pièces sur leurs affûts. Telle était
l'énorme tâche qu'on s'était imposée. On avait joint à l'armée une
compagnie de pontonniers, dépourvue du matériel propre à jeter des
ponts, mais destinée à employer celui qu'on ne manquerait pas de
conquérir en Italie.

Le Premier Consul avait songé en outre à s'aider du secours des
religieux établis à l'hospice du grand Saint-Bernard. Le monde entier
sait que de pieux cénobites, établis là depuis des siècles, vivent
dans ces affreuses solitudes, au-dessus des régions habitées, pour y
secourir les voyageurs que le mauvais temps a surpris, et quelquefois
ensevelis sous les neiges. Le Premier Consul leur avait envoyé au
dernier moment une somme d'argent, afin qu'ils pussent réunir une
grande quantité de pain, de fromage et de vin. Un hôpital était
préparé à Saint-Pierre, au pied du col; un autre au revers des monts,
à Saint-Remy. Ces deux hôpitaux devaient évacuer les blessés et les
malades, s'il y en avait, sur des hôpitaux plus vastes établis à
Martigny et à Villeneuve.

[En marge: Revue de l'armée au pied des monts.]

Toutes ces dispositions étaient achevées; les troupes commençaient à
paraître; le général Bonaparte, établi à Lausanne, les inspectait
toutes, leur parlait, les animait du feu dont il était plein, et les
préparait à l'immortelle entreprise, qui devait prendre place dans
l'histoire à côté de la grande expédition d'Annibal. Il avait eu soin
d'ordonner deux inspections, une première à Lausanne, une seconde à
Villeneuve. Là, on passait en revue chaque fantassin, chaque cavalier;
et, au moyen de magasins improvisés dans chacun de ces lieux, on
fournissait aux hommes les souliers, les vêtements, les armes qui leur
manquaient. La précaution était bonne, car, malgré toutes les peines
qu'il s'était données, le Premier Consul voyait souvent arriver de
vieux soldats, dont les vêtements étaient usés, dont les armes étaient
hors de service. Il s'en plaignait vivement, et faisait réparer les
omissions dont la précipitation ou la négligence des agents, toujours
inévitable à un certain degré, était la cause. Il avait poussé la
prévoyance jusqu'à faire placer au pied du col des ateliers de
bourreliers pour réparer les harnais de l'artillerie. Il avait écrit
lui-même plusieurs lettres sur ce sujet, en apparence si vulgaire; et
nous citons cette circonstance pour l'instruction des généraux et des
gouvernements, à qui la vie des hommes est confiée, et qui ont souvent
la paresse ou la vanité de négliger de tels détails. Rien, en effet,
de ce qui peut contribuer au succès des opérations, à la sûreté des
soldats, n'est au-dessous du génie ou du rang des chefs qui
commandent.

[En marge: Ordre de commencer le passage.]

Les divisions étaient échelonnées depuis le Jura jusqu'au pied du
Saint-Bernard, pour éviter l'encombrement. Le Premier Consul était à
Martigny, dans un couvent de Bernardins. De là il ordonnait tout, et
ne cessait de correspondre avec Paris et avec les autres armées de la
République. Il avait des nouvelles de la Ligurie, qui lui apprenaient
que M. de Mélas, toujours sous l'empire des plus grandes illusions,
mettait tout son zèle à prendre Gênes et à forcer le pont du Var.
Rassuré sur cet objet important, il fit donner enfin l'ordre du
passage. Quant à lui, il resta de ce côté-ci du Saint-Bernard, pour
correspondre le plus long-temps possible avec le gouvernement, et pour
tout expédier lui-même au delà des monts. Berthier, au contraire,
devait se transporter de l'autre côté du Saint-Bernard pour recevoir
les divisions et le matériel que le Premier Consul allait lui envoyer.

[En marge: Le général Lannes ouvre la marche à la tête de
l'avant-garde.]

[En marge: Lannes arrivé sans accident de l'autre côté des monts.]

Lannes passa le premier, à la tête de l'avant-garde, dans la nuit du
14 au 15 mai (24-25 floréal). Il commandait six régiments de troupes
d'élite, parfaitement armés, et qui, sous ce chef bouillant,
quelquefois insubordonné, mais toujours si habile et si vaillant,
allaient tenter gaiement cette marche aventureuse. On se mit en route,
entre minuit et deux heures du matin, pour devancer l'instant où la
chaleur du soleil, faisant fondre les neiges, précipitait des
montagnes de glace sur la tête des voyageurs téméraires qui
s'engageaient dans ces gorges affreuses. Il fallait huit heures pour
parvenir au sommet du col, à l'hospice même du Saint-Bernard, et deux
heures seulement pour redescendre à Saint-Remy. On avait donc le temps
de passer avant le moment du plus grand danger. Les soldats
surmontèrent avec ardeur les difficultés de cette route. Ils étaient
fort chargés, car on les avait obligés à prendre du biscuit pour
plusieurs jours, et avec du biscuit une grande quantité de cartouches.
Ils gravissaient ces sentiers escarpés, chantant au milieu des
précipices, rêvant la conquête de cette Italie, où ils avaient goûté
tant de fois les jouissances de la victoire, et ayant le noble
pressentiment de la gloire immortelle qu'ils allaient acquérir. Pour
les fantassins la peine était moins grande que pour les cavaliers.
Ceux-ci faisaient la route à pied, conduisant leur monture par la
bride. C'était sans danger à la montée, mais à la descente, le sentier
fort étroit les obligeant à marcher devant le cheval, ils étaient
exposés, si l'animal faisait un faux pas, à être entraînés avec lui
dans les précipices. Il arriva, en effet, quelques accidents de ce
genre, mais en petit nombre, et il périt quelques chevaux, mais
presque point de cavaliers. Vers le matin, on parvint à l'hospice, et
là, une surprise ménagée par le Premier Consul ranima les forces et la
bonne humeur de ces braves troupes. Les religieux, munis d'avance des
provisions nécessaires, avaient préparé des tables, et servirent à
chaque soldat une ration de pain, de vin et de fromage. Après un
moment de repos on se remit en route, et on descendit à Saint-Remy
sans événement fâcheux. Lannes s'établit immédiatement sur le revers
de la montagne, et fit toutes les dispositions nécessaires pour
recevoir les autres divisions, et particulièrement le matériel.

[En marge: Passage des autres divisions et du matériel.]

Chaque jour il devait passer l'une des divisions de l'armée.
L'opération devait donc durer plusieurs jours, surtout à cause du
matériel qu'il fallait faire passer avec les divisions. On se mit à
l'oeuvre pendant que les troupes se succédaient. On fit d'abord
voyager les vivres et les munitions. Pour cette partie du matériel,
qu'on pouvait diviser, placer sur le dos des mulets, dans de petites
caisses, la difficulté ne fut pas aussi grande que pour le reste. Elle
ne consista que dans l'insuffisance des moyens de transport; car,
malgré l'argent prodigué à pleines mains, on n'avait pas autant de
mulets qu'il en aurait fallu pour l'énorme poids qu'on avait à
transporter de l'autre côté du Saint-Bernard. Cependant les vivres et
les munitions ayant passé à la suite des divisions de l'armée, et avec
le secours des soldats, on s'occupa enfin de l'artillerie. Les affûts
et les caissons avaient été démontés, comme nous l'avons dit, et
placés sur des mulets. Restaient les pièces de canon elles-mêmes, dont
on ne pouvait pas réduire le poids par la division du fardeau. Pour
les pièces de douze surtout, et pour les obusiers, la difficulté fut
plus grande qu'on ne l'avait d'abord imaginé. Les traîneaux à
roulettes construits dans les arsenaux ne purent servir. On imagina un
moyen qui fut essayé sur-le-champ, et qui réussit: ce fut de partager
par le milieu des troncs de sapin, de les creuser, d'envelopper avec
deux de ces demi-troncs une pièce d'artillerie, et de la traîner ainsi
enveloppée le long des ravins. Grâce à ces précautions, aucun choc ne
pouvait l'endommager. Des mulets furent attelés à ce singulier
fardeau, et servirent à élever quelques pièces jusqu'au sommet du col.
Mais la descente était plus difficile: on ne pouvait l'opérer qu'à
force de bras, et en courant des dangers infinis, parce qu'il fallait
retenir la pièce, et l'empêcher en la retenant de rouler dans les
précipices. Malheureusement les mulets commençaient à manquer. Les
muletiers surtout, dont il fallait un grand nombre, étaient épuisés.
On songea dès lors à recourir à d'autres moyens. On offrit aux paysans
des environs jusqu'à mille francs par pièce de canon qu'ils
consentiraient à traîner de Saint-Pierre à Saint-Remy. Il fallait cent
hommes pour en traîner une seule, un jour pour la monter, un jour pour
la descendre. Quelques centaines de paysans se présentèrent, et
transportèrent en effet quelques pièces de canon, conduits par les
artilleurs qui les dirigeaient. Mais l'appât même du gain ne put pas
les décider à renouveler cet effort. Ils disparurent tous, et malgré
les officiers envoyés a leur recherche, et prodiguant l'argent pour
les ramener, il fallut y renoncer, et demander aux soldats des
divisions de traîner eux-mêmes leur artillerie. On pouvait tout
obtenir de ces soldats dévoués. Pour les encourager, on leur promit
l'argent que les paysans épuisés ne voulaient plus gagner, mais ils le
refusèrent, disant que c'était un devoir d'honneur pour une troupe de
sauver ses canons; et ils se saisirent des pièces abandonnées. Des
troupes de cent hommes, sorties successivement des rangs, les
traînaient chacune à son tour. La musique jouait des airs animés dans
les passages difficiles, et les encourageait à surmonter ces obstacles
d'une nature si nouvelle. Arrivé au faîte des monts, on trouvait les
rafraîchissements préparés par les religieux du Saint-Bernard, on
prenait quelque repos, pour recommencer à la descente de plus grands
et de plus périlleux efforts. On vit ainsi les divisions Chambarlhac
et Monnier traîner elles-mêmes leur artillerie; et, l'heure avancée ne
permettant pas de descendre dans la même journée, elles aimèrent mieux
bivouaquer dans la neige que de se séparer de leurs canons.
Heureusement le ciel était serein, et on n'eut pas à braver, outre les
difficultés des lieux, les rigueurs du temps.

[En marge: Lannes, dirigé sur Ivrée, rencontre un obstacle imprévu.]

[En marge: Le fort Bard arrête l'armée.]

Pendant les journées des 16, 17, 18, 19, 20 mai, les divisions
continuèrent à passer avec les vivres, les munitions et l'artillerie.
Le Premier Consul, toujours placé à Martigny, pressait l'expédition
du matériel; Berthier, de l'autre côté du Saint-Bernard, le recevait,
et le faisait réparer par les ouvriers. Le Premier Consul, dont la
prévoyance ne s'arrêtait jamais, songea tout de suite à pousser sur le
débouché des montagnes pour s'en emparer, Lannes, qui avait déjà sa
division réunie, et quelques pièces de quatre prêtes à rouler. Il lui
ordonna de s'avancer jusqu'à Ivrée, et d'enlever cette ville, afin de
s'assurer ainsi l'entrée de la plaine du Piémont. Lannes marcha le 16
et le 17 mai sur Aoste, où se trouvaient quelques Croates qui furent
jetés dans le bas de la vallée; puis il s'achemina vers le bourg de
Châtillon, où il arriva le 18. Un bataillon ennemi qui se trouvait là
fut culbuté, et perdit bon nombre de prisonniers. Lannes s'engagea
ensuite dans la vallée, qui, à mesure qu'on descendait, s'élargissait
sensiblement, et montrait aux yeux charmés de nos soldats des
habitations, des arbres, des champs cultivés, tous les avant-coureurs,
en un mot, de la fertilité italienne. Ces braves gens marchaient tout
joyeux, lorsque la vallée, se resserrant de nouveau, leur présenta une
gorge étroite, fermée par un fort hérissé de canons. C'était le fort
de Bard, déjà désigné comme un obstacle par plusieurs officiers
italiens, mais comme un obstacle qu'on pouvait vaincre. Les officiers
du génie attachés à l'avant-garde s'avancèrent, et, après une prompte
reconnaissance, déclarèrent que le fort obstruait complétement le
chemin de la vallée, et qu'on ne pouvait passer sans forcer cette
barrière, qui, au premier aspect, semblait à peu près insurmontable.
Cette nouvelle, répandue dans la division, y causa la plus pénible
surprise. Voici quelle était la nature de cet obstacle imprévu. (Voir
la carte nº 8.)

[En marge: Description de la vallée et du fort de Bard.]

La vallée d'Aoste est parcourue par une rivière qui reçoit toutes les
eaux du Saint-Bernard, et qui, sous le nom de Dora-Baltea, va les
jeter dans le Pô. En approchant de Bard, la vallée se resserre; la
route, courant entre le pied des montagnes et le lit de la rivière,
devient successivement plus étroite; et enfin un rocher qui semble
tombé des hauteurs voisines, au milieu de la vallée, la ferme presque
entièrement. La rivière coule alors d'un côté du rocher, la route
passe de l'autre. Cette route, bordée de maisons, compose toute la
ville de Bard. Sur le sommet du rocher, un fort, imprenable par sa
position, quoique mal construit, embrasse de ses feux, à droite le
cours de la Dora-Baltea, à gauche la rue allongée, qui forme la
très-petite ville de Bard. Des ponts-levis fermaient l'entrée et la
sortie de cette unique rue. Une garnison peu nombreuse, mais bien
commandée, occupait le fort.

Lannes, qui n'était pas homme à s'arrêter, lança sur-le-champ quelques
compagnies de grenadiers qui abattirent les ponts-levis, et entrèrent
dans Bard, malgré un feu très-vif. Le commandant du fort fit vomir une
multitude de boulets, et surtout d'obus, sur ce malheureux bourg; mais
enfin il s'arrêta, par égard pour les habitants. La division Lannes
stationna en dehors. Il était évident qu'on ne pouvait pas, sous le
feu du fort, qui atteignait la route dans tous les sens, faire passer
le matériel d'une armée. Lannes fit sur-le-champ son rapport à
Berthier, qui se hâta d'arriver, et reconnut avec effroi combien était
difficile à vaincre l'obstacle qui venait de se révéler tout à coup.
Le général Marescot fut mandé. Il examina le fort et le déclara
presque imprenable, non à cause de sa construction qui était médiocre,
mais de sa position qui était entièrement isolée. L'escarpement du
rocher ne permettait guère l'escalade; quant aux murs, bien qu'ils ne
fussent pas couverts par un terrassement, ils ne pouvaient être battus
en brèche, parce qu'il n'y avait pas moyen d'établir une batterie
convenablement placée pour les atteindre. Cependant il était possible,
à force de bras, de hisser sur les hauteurs voisines quelques pièces
de faible calibre. Berthier donna des ordres en conséquence. Les
soldats, qui étaient faits aux entreprises les plus difficiles,
travaillèrent à monter deux pièces de quatre, et même deux pièces de
huit. Ils réussirent en effet à les hisser sur la montagne d'Albaredo,
qui domine le rocher et le fort de Bard, et un feu plongeant, ouvert
tout à coup, causa quelque surprise à la garnison. Néanmoins elle ne
se découragea pas elle riposta, et démonta une de nos pièces qui était
d'un calibre trop faible.

Marescot déclara qu'il n'y avait pas d'espoir de prendre le fort, et
qu'il fallait songer à un autre moyen de franchir l'obstacle. On fit
des reconnaissances sur la gauche, le long des sinuosités de la
montagne d'Albaredo, et on trouva enfin un sentier qui, à travers
beaucoup de dangers, beaucoup plus que n'en avait présenté le
Saint-Bernard lui-même, venait rejoindre la grande route de la vallée
au-dessous du fort, à Saint-Donaz. Ce sentier, quoique traversant une
montagne du second ordre, était au moins aussi difficile à franchir
que le Saint-Bernard, parce qu'il n'était fréquenté que par des pâtres
et des troupeaux. S'il fallait tenter une seconde opération comme
celle qu'on venait d'exécuter, passer ce nouveau col en démontant et
remontant encore une fois l'artillerie, et en la traînant avec des
efforts semblables, les bras de l'armée pouvaient bien n'y pas
suffire, et ce matériel, tant de fois remanié, pouvait bien aussi
n'être plus en état de servir. Berthier, effrayé, donna contre-ordre
sur-le-champ aux colonnes qui arrivaient successivement, fit suspendre
partout la marche des hommes et du matériel, pour ne pas laisser
engager l'armée davantage, si elle devait finir par rétrograder. En un
instant l'alarme se répandit sur les derrières, et on se crut arrêté
dans cette glorieuse entreprise. Berthier envoya plusieurs courriers
au Premier Consul, afin de l'avertir de ce contre-temps inattendu.

[En marge: Avis donné au Premier Consul de l'existence du fort de
Bard.]

Celui-ci était encore à Martigny, ne voulant pas traverser le
Saint-Bernard, qu'il n'eût assisté de ses propres yeux à l'expédition
des dernières parties du matériel. Cette annonce d'un obstacle jugé
insurmontable, lui causa d'abord une espèce de saisissement; mais il
se remit bientôt, et se refusa obstinément à la supposition d'un
mouvement rétrograde. Rien au monde ne pouvait lui faire subir une
telle extrémité. Il pensait que, si l'une des plus hautes montagnes du
globe ne l'avait pas arrêté, un rocher secondaire ne serait pas
capable de vaincre son courage et son génie. On prendrait, se
disait-il, le fort avec de l'audace; si on ne le prenait pas, on le
tournerait. D'ailleurs, pourvu que l'infanterie et la cavalerie
pussent passer avec quelques pièces de quatre, elles se porteraient à
Ivrée, à l'entrée de la plaine, et attendraient là que la grosse
artillerie pût les suivre. Si cette grosse artillerie ne pouvait
franchir l'obstacle qui venait de se présenter, et si pour en avoir il
fallait prendre celle de l'ennemi, l'infanterie française était assez
nombreuse et assez brave pour se jeter sur les Autrichiens et leur
enlever leurs canons. Au surplus, il étudia de nouveau ses cartes,
interrogea une multitude d'officiers italiens, et, apprenant par eux
que d'autres routes aboutissaient d'Aoste aux vallées environnantes,
il écrivit lettres sur lettres à Berthier, lui défendit d'interrompre
le mouvement de l'armée, et lui indiqua, avec une étonnante précision,
les reconnaissances à faire autour du fort de Bard. Ne voulant voir de
danger grave que dans l'arrivée d'un corps ennemi qui viendrait fermer
le débouché d'Ivrée, il enjoignit à Berthier de porter Lannes à Ivrée,
par le sentier d'Albaredo, et de lui faire prendre là une forte
position qui fût à l'abri de l'artillerie et de la cavalerie
autrichiennes.--Quand Lannes, ajoutait le Premier Consul, gardera la
porte de la vallée, peu importe ce qui pourra survenir; ce ne sera
qu'une perte de temps. Nous avons des vivres en suffisante quantité
pour attendre, et nous viendrons toujours à bout, ou de tourner ou de
vaincre l'obstacle qui nous arrête en ce moment.--

[Illustration: Bonaparte traverse le Saint-bernard.]

[En marge: Le Premier Consul se décide à passer le Saint-Bernard de sa
personne.]

Ces instructions données à Berthier, il adressa ses derniers ordres au
général Moncey, qui devait déboucher du Saint-Gothard, au général
Chabran, qui devait, par le petit Saint-Bernard, aboutir tout se
décide juste devant le fort de Bard, et il se décida enfin à passer
les monts de sa personne. Avant de partir, il reçut des nouvelles du
Var, qui lui apprenaient que le 14 mai (24 floréal) le baron de Mélas
était encore à Nice. Comme on était en ce moment au 20 mai, on ne
pouvait pas supposer que le général autrichien fût accouru, dans
l'espace de six jours, de Nice à Ivrée. Il se mit donc en marche pour
traverser le col le 20, avant le jour. L'aide-de-camp Duroc, et son
secrétaire de Bourrienne raccompagnaient. Les arts l'ont dépeint
franchissant les neiges des Alpes sur un cheval fougueux; voici la
simple vérité. Il gravit le Saint-Bernard, monté sur un mulet, revêtu
de cette enveloppe grise qu'il a toujours portée, conduit par un guide
du pays, montrant dans les passages difficiles la distraction d'un
esprit occupé ailleurs, entretenant les officiers répandus sur la
route, et puis, par intervalles, interrogeant le conducteur qui
l'accompagnait, se faisant conter sa vie, ses plaisirs, ses peines,
comme un voyageur oisif qui n'a pas mieux à faire. Ce conducteur, qui
était tout jeune, lui exposa naïvement les particularités de son
obscure existence, et surtout le chagrin qu'il éprouvait de ne
pouvoir, faute d'un peu d'aisance, épouser l'une des filles de cette
vallée. Le Premier Consul, tantôt l'écoutant, tantôt questionnant les
passants dont la montagne était remplie, parvint à l'hospice, où les
bons religieux le reçurent avec empressement. À peine descendu de sa
monture, il écrivit un billet qu'il confia à son guide, en lui
recommandant de le remettre exactement à l'administrateur de l'armée,
resté de l'autre côté du Saint-Bernard. Le soir, le jeune homme,
retourné à Saint-Pierre, apprit avec surprise quel puissant voyageur
il avait conduit le matin, et sut que le général Bonaparte lui faisait
donner un champ, une maison, les moyens de se marier enfin, et de
réaliser tous les rêves de sa modeste ambition. Ce montagnard vient de
mourir de nos jours, dans son pays, propriétaire du champ que le
dominateur du monde lui avait donné. Cet acte singulier de
bienfaisance, dans un moment de si grande préoccupation, est digne
d'attention. Si ce n'est là qu'un pur caprice de conquérant, jetant au
hasard le bien ou le mal, tour à tour renversant des empires ou
édifiant une chaumière, de tels caprices sont bons à citer, ne
serait-ce que pour tenter les maîtres de la terre; mais un pareil acte
révèle autre chose. L'âme humaine, dans ces moments où elle éprouve
des désirs ardents, est portée à la bonté: elle fait le bien comme une
manière de mériter celui qu'elle sollicite de la Providence.

Le Premier Consul s'arrêta quelques instants avec les religieux, les
remercia de leurs soins envers l'armée, et leur fit un don magnifique
pour le soulagement des pauvres et des voyageurs.

[En marge: Le Premier Consul arrive à Bard, et donne des nouveaux
ordres.]

[En marge: L'armée moins l'artillerie, tourne le fort de Bard par le
sentier d'Albaredo.]

Il descendit rapidement, suivant la coutume du pays, en se laissant
glisser sur la neige, et arriva le soir même à Étroubles. Le
lendemain, après quelques soins donnés au parc d'artillerie et aux
vivres, il partit pour Aoste et pour Bard. Reconnaissant que ce qu'on
lui avait dit était vrai, il résolut de faire passer son infanterie,
sa cavalerie et les pièces de quatre par le sentier d'Albaredo, ce qui
était possible en réparant ce sentier. Toutes les troupes devaient
aller prendre possession du débouché des montagnes en avant d'Ivrée,
et le Premier Consul, en attendant, devait essayer quelque tentative
sur le fort, ou bien trouver des moyens de tourner l'obstacle, en
faisant passer son artillerie par un des cols voisins. Il chargea le
général Lecchi, à la tête des Italiens, de s'élever sur la gauche, de
pénétrer par la route de Grassoney dans la vallée de la Sesia,
laquelle aboutit près du Simplon et du lac Majeur. Ce mouvement avait
pour but de dégager le chemin du Simplon, de donner la main à un
détachement qui en descendait, et de reconnaître enfin toutes les
voies praticables aux voitures. Le Premier Consul s'occupa en même
temps du fort de Bard. On était en possession de la seule rue
composant le bourg, mais à la condition de la traverser sous une telle
pluie de feux, qu'il n'y avait guère moyen de passer avec un matériel
d'artillerie, le trajet ne fût-il que de deux ou trois cents toises.
On somma le commandant; mais celui-ci répondit avec fermeté, en homme
qui appréciait l'importance du poste confié à son courage. La force
donc pouvait seule nous rendre maîtres du passage. L'artillerie qu'on
avait braquée sur la montagne d'Albaredo ne produisait pas grand
effet, on tenta une escalade sur la première enceinte du fort; mais
quelques braves grenadiers et un excellent officier, Dufour, y furent
inutilement blessés ou tués. Dans ce moment, les troupes cheminaient
par le sentier d'Albaredo. Quinze cents travailleurs avaient fait à ce
sentier les ouvrages les plus urgents. On avait élargi les endroits
trop resserrés au moyen de quelques levées de terre, diminué les
pentes trop rapides en creusant des marches pour retenir les pieds,
jeté ailleurs des troncs d'arbres pour former des ponts sur quelques
ravins trop difficiles à franchir. L'armée s'avançait successivement
homme à homme, les cavaliers menant leurs chevaux par la bride.
L'officier autrichien qui commandait le fort de Bard, voyait ainsi
défiler nos colonnes désespéré de ne pouvoir arrêter leur marche; et
il mandait à M. de Mélas qu'il était témoin du passage de toute une
armée, infanterie et cavalerie, sans avoir le moyen d'y mettre
obstacle, mais il répondait sur sa tête qu'elle arriverait sans une
seule pièce de canon.

[En marge: Dévouement de l'artillerie française. Elle passe ses canons
sous le feu du fort de Bard.]

Pendant ce temps notre artillerie faisait une tentative des plus
hardies: c'était de faire passer une pièce sous le feu même du fort, à
la faveur de la nuit. Malheureusement l'ennemi, averti par le bruit,
jeta des pots à feu qui éclairèrent la route comme en plein jour, et
lui permirent de la couvrir d'une grêle de projectiles. Sur treize
canonniers qui s'étaient aventurés à traîner cette pièce de canon,
sept furent ou tués ou blessés. Il y avait là de quoi décourager les
plus braves gens, lorsqu'on s'avisa d'un moyen ingénieux, mais fort
périlleux encore. On couvrit la rue de paille et de fumier; on
disposa des étoupes autour des pièces, de manière à empêcher le
moindre retentissement de ces masses de métal sur leurs affûts; on les
détela, et de courageux artilleurs, les traînant à bras, se
hasardèrent à les passer sous les batteries du fort, le long de la rue
de Bard. Ce moyen leur réussit parfaitement. L'ennemi, qui de temps en
temps tirait par précaution, atteignit un certain nombre de nos
canonniers; mais bientôt, malgré ce feu, toute la grosse artillerie se
trouva transportée au delà du défilé, et ce redoutable obstacle, qui
avait donné au Premier Consul plus de soucis que le Saint-Bernard
lui-même, se trouva vaincu. Les chevaux de l'artillerie avaient pris
le sentier d'Albaredo.

[En marge: Prise d'Ivrée à l'escalade.]

Tandis que s'exécutait cette opération si hardie, Lannes, marchant en
avant à la tête de son infanterie, enleva, le 22 mai, la ville
d'Ivrée, qui n'avait pas été réparée depuis les guerres de Louis XIV,
et que, par un pressentiment singulier, mais tardif, l'état-major
autrichien faisait armer dans le moment. Les défenses d'Ivrée
consistaient dans une citadelle détachée du corps de la place, et dans
une enceinte bastionnée. Le brave général Watrin, à la tête de sa
division, assaillit la citadelle, Lannes se porta lui-même sur le
corps de la place, et les soldats les enlevèrent l'une et l'autre à
l'escalade. Il y avait là cinq à six mille Autrichiens, dont moitié de
cavalerie, qui se retirèrent en toute hâte. Lannes leur fit des
prisonniers, les poussa hors de la vallée, et vint prendre position à
l'entrée de la plaine du Piémont, aux points désignés par le Premier
Consul. Quelques jours plus tard, la ville d'Ivrée, défendue par les
Autrichiens, devenait, non pas un obstacle insurmontable, mais un
grave embarras. On y trouva du canon et des vivres; on acheva de
l'armer, de l'approvisionner, de manière à en faire, en cas d'échec,
l'un des appuis de notre ligne de retraite.

[En marge: Mouvements de tous les corps d'armée.]

Sur ces entrefaites, le général Chabran descendait avec sa division
par le petit Saint-Bernard, et, comme cette division comptait beaucoup
de conscrits récemment incorporés, on lui confia le blocus du fort de
Bard, qui ne devait pas tarder à se rendre quand il se verrait sans
ressource, et dépassé d'ailleurs par l'artillerie dont il ne pouvait
plus arrêter la marche. Le général Thurreau, à la tête d'un corps de 4
mille hommes, emportait le débouché de Suze, faisait 1,500
prisonniers, prenait du canon. Il était obligé de s'arrêter à l'entrée
de la vallée, entre Suze et Bussolino. Le général Lecchi, avec les
Italiens, tournait la vallée de la Sesia, repoussait la division de
Rohan, lui enlevait quelques centaines d'hommes, venait dégager le
débouché du Simplon, et donner la main à un détachement de la division
laissée en Suisse au début de la campagne. Enfin le corps du général
Moncey, longuement échelonné dans la vallée du Saint-Gothard, en
gravissait les hauteurs.

[En marge: Combat de la Chiusella, livré le 26 mai.]

Ainsi le mouvement général de l'armée s'opérait sur tous les points
avec un succès complet. Il fallait enfin sortir de la vallée d'Aoste.
Lannes, toujours à l'avant-garde, quitta cette vallée le 26 mai (6
prairial), et n'hésita plus à se montrer en plaine. Le général
autrichien Haddick était chargé de fermer, avec quelques mille hommes
d'infanterie et sa nombreuse cavalerie, ce débouché des Alpes. Il
était couvert par une petite rivière, la Chiusella, qui se jette dans
la Dora-Baltea. Un pont servait à traverser cette rivière. Lannes y
marcha vivement avec son infanterie. Un feu d'artillerie, soudain et
bien dirigé, accueillit nos bataillons, mais ne les empêcha pas
d'avancer. Le brave colonel Macon entra dans le lit de la rivière avec
sa demi-brigade, le franchit au-dessus et au dessous du pont, et
s'éleva sur la rive opposée. La cavalerie autrichienne, commandée par
le général Palfy, voulut alors charger cette demi-brigade. Ce général
tomba mort, et ses cavaliers furent dispersés. Les Français, rejoints
par le reste de la division Lannes, s'avancèrent en poursuivant
l'ennemi avec leur vivacité accoutumée. Le général Haddick, profitant
du désordre de cette poursuite, lança ses escadrons avec beaucoup
d'à-propos. La 6e légère fut obligée de s'arrêter; mais la 22e formée
en colonne serrée, repoussa, uniquement par son feu, cette nouvelle
charge de la cavalerie autrichienne. Quelques mille chevaux
s'ébranlèrent alors à la fois pour tenter un dernier effort sur notre
infanterie. Les 40e et 22e demi-brigades, formées en carré, soutinrent
avec une rare fermeté ce redoutable choc. Trois fois elles furent
chargées, et trois fois les escadrons ennemis vinrent échouer devant
leurs baïonnettes. Le général Haddick, se voyant hors d'état de
résister à l'avant-garde de l'armée française, donna l'ordre de la
retraite, et, après avoir perdu beaucoup d'hommes, morts ou blessés,
et quelques prisonniers, céda la plaine du Piémont à Lannes, et se
retira derrière l'Orco. Lannes continua sa marche, et le 28 mai (8
prairial) se porta sur Chivasso, au bord du Pô. (Voir la carte nº 3.)
Les Autrichiens, frappés de cette invasion subite, se hâtaient de
faire évacuer Turin. Des barques descendaient le Pô, chargées de blé,
de riz, de munitions et de blessés. Lannes s'empara de tous ces
convois. L'abondance préparée par les Autrichiens pour leur armée
allait faire les délices de la nôtre.

Treize jours s'étaient écoulés, et la prodigieuse entreprise du
Premier Consul avait complètement réussi. Une armée de 40 mille
hommes, infanterie, cavalerie, artillerie, avait passé, sans routes
frayées, les plus grandes montagnes de l'Europe, traînant à force de
bras son matériel sur la neige, ou le poussant sous le feu meurtrier
d'un fort qui tirait à bout portant. Une division de 5 mille hommes
avait descendu le petit Saint-Bernard; une autre de 4 mille avait
débouché par le mont Cenis; un détachement occupait le Simplon; enfin,
un corps de 15 mille Français, sous le général Moncey, était au sommet
du Saint-Gothard. C'étaient 60 et quelques mille soldats qui allaient
entrer en Italie, séparés encore, il est vrai, les uns des autres, par
d'assez grandes distances, mais certains de se rallier bientôt autour
d'une masse principale de 40 mille hommes, qui débouchait par Ivrée,
au centre du demi-cercle des Alpes. Et cette marche extraordinaire
n'était pas une folie d'un général qui, pour tourner son adversaire,
s'exposait à être tourné lui-même! Maître de la vallée d'Aoste, du
Simplon et du Saint-Gothard, le général Bonaparte avait la certitude,
s'il perdait une bataille, de pouvoir retourner au point d'où il était
venu: tout au plus sacrifierait-il quelque artillerie, s'il était
pressé dans sa marche. N'ayant désormais plus rien à cacher, il vint à
Chivasso de sa personne, harangua les troupes, les félicita de leur
fermeté devant la cavalerie autrichienne, leur annonça les grands
résultats qu'il prévoyait, se montra, non-seulement à ses soldats,
mais aux Italiens, aux Autrichiens, pour effrayer maintenant, par sa
redoutable présence, l'ennemi que naguère il voulait laisser endormir
dans une profonde sécurité.

[En marge: Longue illusion du baron de Mélas, détruite par un premier
avis.]

[En marge: Le baron de Mélas repasse le col de Tende avec un
détachement de 10 mille hommes.]

[En marge: Cruelles angoisses du baron de Mélas quand il apprend la
vérité tout entière.]

Que faisait pendant ce temps le baron de Mélas? Toujours rassuré par
le cabinet de Vienne, et par ses propres agents, au sujet de cette
fabuleuse armée de réserve, ce général continuait le siège de Gênes et
l'attaque du pont du Var. Il avait essuyé des pertes considérables sur
ces deux points, mais du reste il persistait à croire que les réunions
faites à Dijon n'étaient qu'un ramassis de conscrits, destinés à
remplir des vides dans les cadres des deux armées du Rhin et de
Ligurie. Un avis, qui lui arriva vers le milieu de mai, lui inspira
quelques inquiétudes pour ses derrières; néanmoins il se rassura
bientôt, et revint à croire que ce qui était réuni à Dijon devait
directement descendre la Saône et le Rhône, pour joindre le corps du
général Suchet sur le Var. Au lieu de renvoyer des troupes par le col
de Tende en Piémont, il garda toutes ses forces, sous le général
Elsnitz, devant le pont du Var. Cependant, les colonnes françaises
qui débouchaient à la fois par toutes les vallées des Alpes, vues et
signalées avec la plus complète certitude par le général Wukassowich,
l'arrachèrent enfin à ses illusions, sans toutefois le détromper
entièrement. Il laissa le général Ott avec 30 mille hommes devant
Gênes, le général Elsnitz avec 20 mille devant le pont du Var, ces
dernières devant être renforcées par les troupes du général
Saint-Julien, devenues disponibles depuis la prise de Savone, et il
rebroussa chemin avec un détachement de 10 mille hommes à travers le
col de Tende, pour se rendre à Coni. Le 22 mai il était rendu dans
cette dernière place. Jusque-là, le général autrichien croyait que les
troupes françaises qui s'étaient montrées, n'étaient que des
rassemblements de conscrits, employés à faire une démonstration sur
ses derrières, pour le détourner du siège de Gênes; et il ne pensait
pas encore que ce pût être le général Bonaparte lui-même à la tête
d'une grande armée. Mais bientôt cette dernière illusion s'évanouit.
Un de ses officiers, qui connaissait parfaitement le général
Bonaparte, fut envoyé à Chivasso, sur le bord du Pô. Cet officier vit
de ses propres yeux le vainqueur de Castiglione et de Rivoli, et en
instruisit son général en chef, qui alors seulement put mesurer toute
l'étendue de ses dangers, car ce n'était pas un rassemblement de
conscrits dont le Premier Consul aurait daigné prendre le
commandement. Ce n'est pas tout: on avait douté que les Français
eussent du canon, mais on venait d'entendre à la Chiusella le bruit de
leur artillerie. Ce vieillard respectable, qui avait déployé
d'incontestables qualités dans la campagne précédente, fut livré alors
à de cruelles angoisses. Chaque jour vint ajouter à son trouble, car
bientôt il apprit que les têtes de colonnes du général Moncey
descendaient du Saint-Gothard.

[En marge: État de dispersion de l'armée autrichienne.]

[En marge: Hésitations du baron de Mélas.]

Il était en effet dans une situation extraordinairement grave. Sur 120
mille hommes, il en avait perdu au moins 25 mille devant Gênes et le
Var. Ceux qui lui restaient se trouvaient dispersés: le général Ott
avec 30 mille hommes était devant Gênes; le général Elsnitz, avec 25
mille, devant le pont du Var; le général Kaim, chargé de garder les
débouchés de Suze et Pignerol, avec une douzaine de mille hommes,
avait perdu Suze, et se retirait sur Turin. Le général Haddick, qui,
avec 9 mille hommes à peu près, devait garder les vallées d'Aoste et
de la Sesia, venait de se retirer devant Lannes; le général
Wukassowich, qui, avec 10 mille hommes, observait les vallées du
Simplon et du Saint-Gothard, qu'allait-il devenir devant Moncey? Le
baron de Mélas lui-même était à Turin avec un corps de 10 mille
hommes, ramené de Nice. Le général Bonaparte n'allait-il pas fondre au
milieu de tous ces corps dispersés, les battre les uns après les
autres, et les détruire? Peut-être il était temps encore de prendre
des déterminations salutaires, à condition qu'elles fussent conçues et
exécutées sur-le-champ; mais le général autrichien perdit quelques
jours à se remettre, à se fixer sur les projets de son adversaire, à
former les siens propres, à se résigner enfin aux sacrifices que
devait entraîner une concentration de forces, car il fallait
abandonner à la fois le Var, peut-être Gênes, et certainement une
grande partie du Piémont.

[En marge: Gravité des déterminations que le général Bonaparte avait à
prendre.]

Pendant qu'il délibérait, le général Bonaparte arrêtait, lui, ses
déterminations avec sa promptitude et sa résolution accoutumées. Les
déterminations qu'il avait à prendre n'étaient pas moins graves que
celles de son adversaire. Si les Autrichiens étaient dispersés, les
Français l'étaient aussi, car ils descendaient du mont Cenis, du grand
et du petit Saint-Bernard, du Simplon, du Saint-Gothard. Il fallait
les réunir, fermer ensuite toute retraite au baron de Mélas, et enfin
débloquer Masséna, qui, dans le moment, devait être réduit à la
dernière extrémité.

[En marge: Le général Bonaparte se décide à marcher sur Milan.]

Descendu du Saint-Bernard, le général Bonaparte avait à sa droite le
mont Cenis et Turin, à sa gauche le Saint-Gothard et Milan, et à
cinquante lieues devant lui Gênes et Masséna. (Voir la carte nº 3.)
Quel parti prendre? appuyer à droite, au mont Cenis, pour rallier les
4 mille hommes du général Thurreau, était un bien faible résultat. On
s'exposait ainsi à rencontrer tout de suite M. de Mélas, ce qui
n'était pas fort dangereux sans doute dans l'état de dispersion de ses
forces; mais, en appuyant à droite, on lui livrait à gauche les routes
de Milan ou de Plaisance pour se retirer. Ce n'était pas la peine, en
vérité, d'avoir fait de si grands efforts, pour se porter à travers
les Alpes sur les communications de l'ennemi, si après les avoir
occupées on les laissait libres. Aller droit devant soi, passer le Pô,
voler à Gênes à travers les corps dispersés de l'armée autrichienne,
en négligeant le général Thurreau à droite, le général Moncey à
gauche, et compromettant toutes ses communications, n'était pas sage,
pas digne de la prudence profonde qui avait combiné toutes les parties
de ce plan, avec autant de réflexion que d'audace. On ignorait quelle
réunion de forces pouvait se rencontrer sur cette route; on sacrifiait
sa ligne de retraite vers les Alpes, on abandonnait à eux-mêmes les
généraux Thurreau et Moncey, réduits probablement à se replier vers le
mont Cenis et le Saint-Gothard, Dieu sait après quelles aventures.
Mieux eût valu secourir Masséna directement, par Toulon, Nice et
Gênes. D'après toutes ces considérations, il ne restait évidemment
qu'un parti à prendre, c'était d'appuyer à gauche, vers le
Saint-Gothard et Milan, et de donner la main aux 15 mille hommes du
général Moncey. De la sorte on ralliait à soi le principal détachement
de l'armée, ce qui la portait au chiffre de 60 mille combattants; on
occupait la capitale de la haute Italie; on soulevait les peuples sur
les derrières des Autrichiens; on prenait tous leurs magasins; on
s'emparait de la ligne du Pô, et de tous les ponts sur ce grand
fleuve; enfin, en se mettant en mesure d'agir sur l'une et l'autre
rive, on arrêtait M. de Mélas, quelque route qu'il voulût tenir pour
s'échapper. Il est vrai que dans ce plan les secours à porter à
Masséna étaient différés de huit ou dix jours, ce qui était fâcheux.
Mais le général Bonaparte pensait que sa présence en Italie suffirait
pour dégager l'armée de Ligurie; car il croyait que M. de Mélas se
hâterait d'attirer à lui les corps qui attaquaient Gênes et le pont
du Var. En tout cas, les généraux Masséna et Suchet avaient rempli
l'objet qui leur était assigné, en retenant M. de Mélas sur l'Apennin,
en le fatiguant, en l'épuisant, surtout en l'empêchant de fermer les
débouchés des Alpes. Le défenseur de Gènes, dût-il succomber, ne
faisait que consommer la longue suite de sacrifices imposés à la noble
et malheureuse armée de Ligurie, pour le succès d'une vaste
combinaison.

[En marge: Dernières illusions de M. de Mélas.]

Son parti arrêté, le général Bonaparte fit ses dispositions avec la
plus grande promptitude, et dirigea toute son armée sur la rive gauche
du Pô. Il rallia son parc d'artillerie, qui venait d'être remis en
état; il enjoignit à Lannes de réunir tous les bateaux pris à
Chivasso, de les disposer comme si on allait jeter un pont, et passer
en Piémont. Son intention était de tromper une seconde fois M. de
Mélas sur ses projets, et il y réussit aussi bien que la première
fois. À la vue des mouvements ordonnés par le général Bonaparte, M. de
Mélas, cherchant à se flatter jusqu'au dernier moment, se plut à
espérer que les Français n'avaient pu descendre des Alpes qu'en
très-petit nombre. Il crut que si le général Bonaparte, comme tout
portait à le penser, voulait seulement traverser le Pô pour entrer
dans Turin, et donner la main, vers le mont Cenis, au général
Thurreau, il crut qu'on pourrait lui tenir tête, en coupant tous les
ponts, et en disputant le passage du Pô avec une trentaine de mille
hommes. Il conçut donc l'espérance de pouvoir se défendre sur cette
ligne, sans faire le double sacrifice des positions occupées sur le
Var, et des progrès faits devant Gênes. En conséquence, M. de Mélas
réunit le général Haddick, revenu de la vallée d'Aoste, le général
Kaim, placé au débouché de Suze, les 10 mille hommes amenés avec lui
de Nice, plus un nouveau détachement tiré du Var: formant ainsi un
rassemblement de 30 mille hommes, et ne nous en supposant pas
davantage, il espéra disputer, avec ces forces, le fleuve qui séparait
les deux armées.

[En marge: Juin 1800.]

[En marge: Passage du Tessin.]

Le Premier Consul ne chercha pas à détruire cette nouvelle illusion de
son adversaire, et, le laissant occupé vers Turin à cette
demi-concentration de forces, se replia tout à coup vers Milan.
Lannes, qui avait semblé devoir remonter le Pô pour marcher de
Chivasso sur Turin, le descendit subitement au contraire: il s'avança
par Crescentino et Trino sur Pavie, où se trouvaient les immenses
magasins des Impériaux, en vivres, munitions, artillerie, et la plus
importante des communications, puisqu'elle commande à la fois le
passage du Pô et du Tessin. Murat marcha par Verceil sur le point de
Buffalora. L'armée suivit tout entière ce mouvement général sur Milan.
On arriva le 31 mai devant le Tessin. Ce fleuve est large et profond.
On n'avait point de barques pour le passer, et au delà se montrait une
nombreuse cavalerie appartenant au corps de Wukassowich, lequel
gardait le Simplon et cette partie des débouchés des Alpes. Derrière
le Tessin coule le Naviglio-Grande, large canal qui traverse la
contrée jusqu'à Milan. Ce canal est, pendant une certaine distance,
parallèle au cours du fleuve dont il forme une dérivation; il en est
de plus très-rapproché. La cavalerie ennemie, pressée sur une langue
de terre fort étroite, entre le Tessin et le canal, était extrêmement
gênée dans ses mouvements, et ne pouvait guère user de ses forces.
L'adjudant-général Girard prit quelques embarcations que les paysans
des environs avaient cachées près de Galiate, et qu'ils s'empressèrent
de fournir à l'armée. Il passa suivi d'une petite troupe de soldats,
et se jeta sur l'avant-garde autrichienne. Successivement renforcé par
les allées et venues de ces barques, et appuyé par le feu de
l'artillerie, il repoussa la cavalerie, qui n'osait trop s'engager sur
ce terrain fort ingrat pour elle, et l'obligea de repasser le
Naviglio-Grande, sur un point qu'on appelle le pont de Turbigo. Du
même coup il franchit ainsi le Naviglio et le Tessin. Mais le général
Wukassowich survint avec la brigade d'infanterie Laudon, et tâcha de
pénétrer dans le village de Turbigo. L'adjudant-général Girard eut
alors sur les bras quatre ou cinq mille hommes d'infanterie, et ne put
leur opposer que quelques centaines de soldats. Il se défendit
plusieurs heures de suite avec beaucoup de présence d'esprit et de
courage, et parvint à sauver le pont de Turbigo, dont la perte eût
rejeté les Français en deçà du Naviglio-Grande, et peut-être du Tessin
même. Pendant qu'il se défendait aussi bravement, le général Monnier,
qui était parvenu à passer un peu au-dessous, vint à son secours,
fondit sur les troupes de Laudon, et les chassa de Turbigo. Cette
ligne, qui devait arrêter l'armée française, fut donc franchie au
moyen d'un simple combat d'avant-garde. Le lendemain, 1er juin (12
prairial), la division Boudet passa vers Buffalora, et l'armée
entière s'avança sur Milan. Wukassowich, craignant d'être pris entre
la grande armée qui s'avançait en Lombardie, et le corps de Moncey qui
descendait du Saint-Gothard, se retira en toute hâte, et ordonna à la
brigade Dedovich, qui était au pied des montagnes, de se replier
derrière l'Adda, par Cassano. Lui-même alla chercher un refuge
derrière l'Adda, par Milan et Lodi, après avoir laissé une garnison de
2,800 hommes dans le château de Milan.

Aucun obstacle n'arrêtait désormais l'armée française. Elle pouvait
entrer dans la capitale de la Lombardie, qui gémissait depuis plus
d'une année sous le joug des Autrichiens. Jusqu'alors on n'avait
entretenu ces malheureux Italiens que des succès de M. de Mélas et de
la détresse des Français. Les caricatures sur l'armée de réserve
avaient circulé à Milan aussi bien qu'à Vienne et à Londres. On la
représentait comme un ramassis de vieillards et d'enfants, armés de
bâtons, montés sur des ânes, et ayant deux espingoles pour artillerie.
Tandis qu'on déversait la dérision sur la République française, ce qui
n'était pas bien fâcheux, on faisait peser la plus dure oppression sur
les malheureux Italiens. Tout ce que la Lombardie offrait d'hommes
distingués par la fortune et les lumières, étaient en prison ou dans
l'exil, surtout s'ils avaient pris part aux affaires de la République
Cisalpine. La persécution, chose remarquable, s'était moins appesantie
sur les patriotes exagérés, sur ceux qui correspondaient aux jacobins
français, que sur les hommes modérés, dont l'exemple pouvait être
plus contagieux pour les peuples. Excepté quelques créatures fort
rares du gouvernement autrichien, et quelques nobles attachés au parti
oligarchique, tout le monde soupirait après le retour des Français.
Mais on n'osait guère espérer ce retour, surtout en voyant le baron de
Mélas si avancé en Ligurie, si près de prendre Gênes, de passer le
Var, et le Premier Consul si occupé, en apparence du moins, des
dangers d'invasion qui menaçaient la France du côté du Rhin. On
répandait même, dans le peuple, que ce général Bonaparte, si connu en
Italie, était mort en Égypte; que, nouveau Pharaon, il s'était noyé
dans la mer Rouge, et que celui dont le nom figurait actuellement à
Paris était l'un de ses frères.

[En marge: Surprise et joie des Milanais en apprenant l'arrivée d'une
armée française.]

[En marge: Entrée du général Bonaparte dans Milan.]

On devine aisément la surprise des Italiens quand tout à coup on leur
annonça qu'une armée française se montrait à Ivrée, qu'elle débouchait
même au delà, qu'elle marchait sur le Tessin, enfin qu'elle avait
passé ce fleuve. On se figure l'agitation qui régna dans Milan, les
affirmations, les dénégations qui se croisèrent pendant quarante-huit
heures, la joie enfin qui éclata quand la nouvelle fut confirmée par
la vue du général Bonaparte lui-même, marchant avec son état-major à
la tête de l'avant-garde. Le 2 juin (13 prairial), le peuple entier,
accouru au-devant de l'armée française, reconnut l'illustre général,
qu'il avait vu tant de fois dans ses murs, l'accueillit avec des
transports d'enthousiasme, et le reçut comme un sauveur descendu du
ciel. Les sentiments des Italiens, toujours si vifs, si démonstratifs,
n'avaient jamais éclaté avec tant de force, parce que jamais autant
de circonstances ne s'étaient réunies pour rendre la joie d'un peuple
soudaine et profonde. Le général français, entré dans Milan, se hâta
d'ouvrir les prisons, et de rendre le gouvernement du pays aux amis de
la France. Il donna une administration provisoire à la République
Cisalpine, et composa cette administration des hommes les plus
respectables. Cependant, fidèle en Italie au système qu'il suivait en
France, il ne permit ni violence ni réaction; et, en restituant le
pouvoir aux Italiens de son parti, il ne leur permit pas de l'exercer
contre les Italiens du parti contraire.

Après ces premiers soins donnés aux affaires du Milanais, il se hâta
de pousser ses colonnes dans toutes les directions, jusqu'aux lacs,
jusqu'à l'Adda, jusqu'au Pô, de manière à propager l'insurrection au
profit des Français, à saisir les magasins de l'ennemi, à s'emparer de
ses communications, et à lui fermer toute retraite. Jusqu'ici les
choses allaient au mieux, car Lannes, dirigé sur Pavie, venait d'y
entrer le 1er juin, et d'enlever des magasins immenses. Ce général
avait trouvé à Pavie les hôpitaux autrichiens, des amas considérables
de grains, fourrages, munitions, armes, notamment trois cents bouches
à feu, dont moitié de campagne. Il s'était procuré là plusieurs
équipages de ponts, que les compagnies de pontonniers français,
amenées sans matériel, allaient employer sur le Pô. La division
Chabran, qu'on avait laissée devant le fort de Bard, s'en était
emparée le 1er juin, et y avait trouvé 18 pièces de canon. Le général
Chabran, après y avoir mis garnison, ainsi qu'à Ivrée, vint occuper
le cours du Pô, depuis la Dora-Baltea jusqu'à la Sesia. Lannes
l'occupait depuis ce point jusqu'à Pavie. Le corps du général de
Béthencourt, venu du Simplon, fut placé devant Arona, vers la pointe
du lac Majeur. La légion italienne fut par Brescia portée à la suite
des Autrichiens qui se retiraient en toute hâte. En même temps les
divisions Duhesme et Loison passaient l'Adda, et se rendaient à Lodi,
à Creme, à Pizzighittone. Le général Wukassowich, n'ayant plus même la
prétention de garder l'Adda, se retirait derrière le Mincio, sous le
canon de Mantoue.

Rien n'arrêtait maintenant la marche du général Moncey, sauf toutefois
la difficulté de vivre dans les arides vallées de la haute Suisse. Ses
premières colonnes venaient de paraître; mais il fallait, attendre les
autres encore quelques jours, et c'était là le plus grand inconvénient
de la situation, car il importait de se presser, si on ne voulait pas
voir Gênes tomber dans les mains des Autrichiens. Le général Bonaparte
était certain aujourd'hui de réunir toutes ses colonnes, excepté une
seule, celle du général Thurreau, qui était retranchée au débouché du
mont Cenis, sans pouvoir le franchir. Notre armée était du reste
fortement assise au milieu du Milanais, ayant sa retraite assurée par
le mont Cenis, le Saint-Bernard, le Simplon, le Saint-Gothard, tenant
l'Adda, le Tessin, le Pô, vivant des magasins des Autrichiens, leur
coupant toutes les routes, et en mesure de leur livrer une bataille
décisive, après laquelle ils n'avaient plus d'autre ressource, s'ils
étaient vaincus, que de mettre bas les armes. La reddition de Gênes,
si elle avait lieu, était une circonstance fâcheuse; fâcheuse d'abord
pour la brave armée qui la défendait, fâcheuse aussi parce que le
corps autrichien de siège ne manquerait pas de renforcer le général
Mélas, et rendrait ainsi plus difficile la grande bataille qui devait
terminer la campagne. Mais si le général Bonaparte remportait la
victoire, Gênes et l'Italie étaient reconquises du même coup.
Néanmoins il mettait un grand prix à sauver Gênes; mais on ne devait
guère espérer la réunion du corps de Moncey avant le 5 ou 6 juin, et
on ne pouvait pas se flatter que Gênes tînt jusqu'à cette époque.

[En marge: M. de Mélas tout à fait détrompé renonce aux demi-mesures.]

[En marge: Ordres de concentration envoyés à l'armée autrichienne.]

Le baron de Mélas, que les dernières nouvelles avaient éclairé tout à
fait, et qui voyait son adversaire, entré à Milan, donner la main à
toutes les colonnes successivement descendues des Alpes, comprenait
maintenant le vaste plan ourdi contre lui. Pour surcroît de malheur,
il venait d'apprendre les infortunes de M. de Kray, et la retraite de
ce dernier sur Ulm. Il sortit enfin du système des demi-mesures, et
donna l'ordre impératif au général Elsnitz d'abandonner le pont du
Var, et au général Ott de renoncer au siège de Gênes, pour se réunir
tous les deux à Alexandrie. C'était là ce que le général Bonaparte
avait espéré pour le salut de Gênes. Mais il était décidé que la noble
et malheureuse armée de Ligurie payerait jusqu au bout, de son sang,
de ses souffrances, et enfin d'une reddition douloureuse, les
triomphes de l'armée de réserve.

[En marge: Dernières extrémités de Masséna dans Gênes.]

Le grand caractère de Masséna s'était soutenu jusqu'à la fin. _Avant
de se rendre_, disaient les soldats, _il nous fera manger jusqu'à ses
bottes_. La viande de bétail étant consommée, on mangeait celle de
cheval; n'ayant même plus de celle-ci, on se nourrissait des animaux
les plus immondes. Le triste pain fait avec de l'avoine et des fèves
avait été dévoré aussi. Depuis le 23 mai (3 prairial), Masséna
recueillant l'amidon, la graine de lin, le cacao existant dans les
magasins de Gênes, en avait fait composer un pain, que les soldats
pouvaient à peine avaler, et que bien peu d'entre eux parvenaient à
digérer. Presque tous allaient encombrer les hôpitaux. Le peuple,
réduit à une soupe d'herbe pour unique aliment, éprouvait toutes les
angoisses de la faim. Les rues étaient jonchées de malheureux expirant
d'inanition, de femmes exténuées qui exposaient à la charité publique
les enfants qu'elles ne pouvaient plus nourrir. Un autre spectacle
épouvantait la ville et l'armée: c'était celui des nombreux
prisonniers que Masséna avait faits, et auxquels il n'avait aucune
nourriture à donner. Il ne voulait plus les rendre sur parole, depuis
qu'on avait vu ceux qui avaient été rendus de la sorte, reparaître
dans les rangs ennemis. Il avait donc proposé au général Ott, puis à
l'amiral Keith, de fournir les vivres nécessaires à leur consommation
journalière, en donnant sa parole d'honneur qu'il n'en serait rien
distrait pour la garnison. La parole d'un tel homme valait bien qu'on
la tînt pour sûre. Mais l'acharnement était si grand, qu'on résolut
d'imposer à Masséna la charge d'alimenter les prisonniers,
dussent-ils souffrir de cruelles privations. Les généraux ennemis
eurent donc la barbarie de condamner leurs soldats aux horribles
souffrances de la faim, pour augmenter la disette de Gênes, en y
laissant quelques mille bouches de plus à nourrir. Masséna fournit à
ces prisonniers la soupe d'herbe qu'il donnait aux habitants. Ce
n'était pas assez pour des hommes robustes, habitués à l'abondance
dans les riches campagnes d'Italie: ils étaient toujours à la veille
de se révolter; et, pour leur en ôter la pensée, Masséna les fit
enfermer dans de vieilles carcasses de vaisseaux, qu'on plaça au
milieu du port, et sur lesquelles une forte artillerie constamment
braquée était prête à vomir la mort. Ces malheureux poussaient des
hurlements affreux, qui remuaient profondément cette population
elle-même, déjà si affectée de ses propres souffrances.

Chaque jour le nombre de nos soldats diminuait; on les voyait expirer
dans les rues, et on avait été obligé de leur permettre, tant ils
étaient affaiblis, de s'asseoir en montant la garde. Les Génois
découragés ne faisaient plus le service de la garde nationale,
craignant d'être compromis lorsque bientôt les Autrichiens
ramèneraient le parti oligarchique. De temps en temps de sourdes
rumeurs annonçaient que le désespoir des habitants allait éclater, et,
pour en prévenir l'explosion, des bataillons avec des canons chargés
occupaient les principales places.

Masséna imposait au peuple et à l'armée par son attitude impassible.
Le respect qu'inspirait ce héros, mangeant le pain affreux des
soldats, vivant avec eux sous le feu de l'ennemi, et supportant, outre
leurs souffrances physiques, les soucis du commandement avec une
inébranlable fermeté, le respect qu'il inspirait contenait tout le
monde: il exerçait au milieu de Gênes désolée l'ascendant d'une grande
âme.

Cependant un sentiment d'espérance soutenait encore les assiégés.
Plusieurs aides-de-camp du général, après de courageux efforts,
avaient traversé le blocus, et apporté quelques nouvelles. Le chef
d'état-major général Oudinot, qui pendant le siège avait donné les
plus grandes preuves de dévouement; les colonels Reille, Franceschi,
Ortigoni avaient passé, et avaient appris, tantôt que le Premier
Consul se mettait en route, tantôt qu'il passait les Alpes. L'un
d'eux, Franceschi, l'avait laissé descendant le Saint-Bernard. Mais
depuis le 20 mai on n'avait plus de ses nouvelles. Dix et douze jours
écoulés dans cette situation paraissaient des siècles, et on se
demandait avec désespoir comment il se pouvait qu'en dix jours le
général Bonaparte n'eût pas franchi l'espace qui sépare les Alpes de
l'Apennin. Tel qu'on le connaît, disait-on, il est déjà vainqueur ou
vaincu; s'il n'arrive pas, c'est qu'il a succombé dans cette
entreprise téméraire. S'il avait pu déboucher en Italie, il aurait
déjà saisi le général autrichien, et l'aurait arraché des murs de
Gênes. D'autres prétendaient que le général Bonaparte avait considéré
l'armée de Ligurie comme un corps sacrifié à une grande opération;
qu'il avait voulu une seule chose, c'était de retenir le baron de
Mélas sur l'Apennin; mais que, ce but atteint, il ne songeait plus à
la débloquer, et marchait à un but plus vaste.--Eh bien! ajoutaient
les Génois et nos soldats eux-mêmes, on nous a sacrifiés à la gloire
de la France: soit; mais aujourd'hui le but est atteint; veut-on que
nous expirions jusqu'au dernier? Si c'était au feu, les armes à la
main, à la bonne heure; mais de faim, de maladie, c'est impossible! Le
temps est venu de se rendre.--Plusieurs soldats désespérés allèrent
jusqu'à briser leurs armes. On annonça en même temps un complot de
quelques hommes égarés par la souffrance. Masséna leur adressa une
belle proclamation, dans laquelle il leur rappelait les devoirs du
soldat, qui consistent autant à supporter les privations et les
souffrances qu'à braver les dangers; leur montra l'exemple de leurs
officiers, mangeant les mêmes aliments, et se faisant chaque jour tuer
ou blesser à leur tête. Il leur disait que le Premier Consul
s'avançait avec une armée pour les délivrer; que capitulant
aujourd'hui c'était perdre en un instant le résultat de deux mois
d'efforts et de dévouement. Encore quelques jours, quelques heures
peut-être, disait-il, et vous serez délivrés, après avoir rendu
d'éminents services à la patrie!--

Aussi à chaque bruit, à chaque retentissement vers l'horizon, on
croyait entendre le canon du général Bonaparte, et on accourait avec
empressement. Un jour on se persuada que le canon retentissait à la
Bocchetta; une joie folle éclata de toutes parts: Masséna lui-même se
transporta sur les remparts. Vaine illusion! c'était le bruit d'un
orage dans les gorges de l'Apennin. On retomba dans le plus morne
abattement.

[En marge: Nécessité pour Masséna de se rendre.]

Enfin, le 4 juin, il ne devait plus rester que deux onces par homme de
ce pain affreux, composé avec de l'amidon et du cacao. Il fallait bien
livrer la place, car on ne pouvait pas réduire nos malheureux soldats
à se dévorer entre eux, et il y avait un terme inévitable à la
résistance, dans l'impossibilité matérielle d'exister. D'ailleurs
l'armée avait le sentiment d'avoir fait tout ce qu'on pouvait attendre
de son courage. Dans son intime conviction, elle ne couvrait plus les
Thermopyles de la France, mais elle servait à favoriser une manoeuvre,
qui dans le moment devait avoir réussi ou échoué. Elle commençait à
croire surtout que le Premier Consul songeait plutôt à étendre ses
combinaisons qu'à la secourir. Masséna partageait ce sentiment sans
l'avouer; mais il ne regardait ses devoirs comme entièrement
accomplis, que lorsqu'il aurait atteint le dernier terme possible de
la résistance. Ces deux misérables onces de pain qui restaient à
donner à chaque homme, étant consommées, force était de se rendre. Il
s'y résigna enfin avec une amère douleur.

Le général Ott lui avait envoyé un parlementaire, car les Autrichiens
n'étaient pas moins pressés d'en finir que les Français. Ce général
avait, en effet, les ordres les plus positifs de lever le siège de
Gênes, pour se replier sur Alexandrie. Ces offres de l'ennemi, ont dit
quelques historiens, devaient éclairer Masséna. Sans doute, il savait
qu'en attendant un jour ou deux de plus, il serait peut-être secouru;
mais ces deux jours il ne les avait pas.--Donnez-moi, disait-il aux
Génois, deux jours de vivres, un seulement, et je vous sauve du joug
autrichien; je sauve mon armée de la douleur de se rendre.--

[En marge: Pourparlers relatifs à la reddition de Gênes.]

[En marge: Belles paroles de Masséna.]

Le 3 juin enfin, Masséna fut obligé de négocier. On parlait de
capitulation, il en rejeta l'idée de manière à ne pas permettre d'y
revenir. Il voulait que l'armée pût se retirer librement, avec armes et
bagages, enseignes déployées, ayant la faculté de servir et de combattre,
lorsqu'elle aurait dépassé les lignes des assiégeants.--Sinon, disait-il
aux parlementaires autrichiens, je sortirai de Gênes les armes à la main.
Avec huit mille hommes affamés, je me présenterai à votre camp, et je
combattrai jusqu'à ce que je me sois fait jour.--On consentait à laisser
partir la garnison, mais on voulait qu'il restât prisonnier de sa
personne, parce qu'on craignait qu'avec un chef tel que lui, cette
garnison s'en allant de Gênes à Savone, se réunissant aux troupes de
Suchet, ne tentât encore quelque entreprise redoutable sur les derrières
du baron de Mélas. Pour calmer l'indignation de Masséna, on lui avoua le
motif, si honorable pour lui, de cette condition. Il n'en voulut pas
entendre parler. Alors on demanda que la garnison se retirât par mer, afin
qu'elle n'eût pas le temps de se joindre au corps de Suchet. À toutes ces
propositions il opposa sa réponse accoutumée, c'est qu'il se ferait jour.
Enfin, on consentit à laisser passer 8 mille hommes par terre,
c'est-à-dire tous ceux qui pouvaient encore soutenir le poids de leurs
armes. Les convalescents devaient être successivement embarqués, et
transportés au quartier-général de Suchet. Il restait 4 mille malades que
les Autrichiens prenaient l'engagement de nourrir, de soigner, et de
rendre ensuite à l'armée française. Le général Miollis leur était laissé
pour les commander. Masséna stipula les intérêts des Génois, et exigea,
comme condition expresse, qu'aucun d'eux ne fût recherché pour les
opinions émises pendant notre occupation; que les biens et les personnes
fussent fidèlement respectés. M. de Corvetto, célèbre Génois, depuis
ministre en France, avait été admis à ces conférences, et put être témoin
des efforts faits en faveur des Génois. Masséna voulut de plus qu'on leur
laissât leur gouvernement actuel, celui qu'ils devaient à la Révolution
française. Sur ce point, les généraux autrichiens refusèrent de
s'engager.--Eh bien! leur dit Masséna, faites ce que vous voudrez; mais
avant quinze jours je vous déclare que je serai de retour dans
Gênes!--Parole prophétique, à laquelle un officier autrichien, M. de
Saint-Julien, fit cette réponse noble et délicate: Vous trouverez dans
cette place, monsieur le général, des hommes à qui vous avez appris à la
défendre.--

La conférence définitive eut lieu le 4 juin au matin, dans une
chapelle, au pont de Cornigliano. L'article qui avait pour but de
conduire par terre une partie de l'armée, donna lieu à une dernière
difficulté. Mais Masséna laissant l'alternative ou de consentir à ce
qu'il désirait, ou de soutenir le lendemain un combat désespéré, les
généraux autrichiens se rendirent. Il fut stipulé que cette
convention, d'évacuation, de laquelle le mot de capitulation avait été
soigneusement écarté, serait conclue le soir même. Du reste, les
officiers ennemis, saisis d'admiration pour le général français, le
comblèrent d'égards et de marques de respect.

[En marge: Reddition de Gênes.]

Le soir venu, il hésitait encore à signer, espérant toujours qu'il
pourrait être délivré. Enfin, quand on ne put plus différer sans
manquer à la parole donnée, il accorda sa signature. Le lendemain, nos
troupes sortirent avec le général Gazan à leur tête, et trouvèrent des
rations aux avant-postes. Masséna s'embarqua de sa personne, pour être
plus promptement rendu au quartier-général de Suchet. Il sortit du
port dans une embarcation portant le drapeau tricolore, et sous les
boulets de l'escadre anglaise.

[En marge: À quel prix l'armée de Ligurie avait retenu les Autrichiens
devant Gênes.]

Ainsi finit ce siège mémorable, pendant lequel une armée française
venait de se signaler par de si grandes vertus et de si grands
services. Elle avait fait plus de prisonniers, et tué plus d'ennemis
qu'elle ne comptait de soldats. Avec 15 mille hommes, elle avait pris
ou mis hors de combat plus de 18 mille Autrichiens. Elle avait surtout
ruiné le moral de l'armée impériale, en la contraignant à des efforts
continuels et extraordinaires. Mais veut-on savoir à quel prix cette
brave garnison de Gênes avait fait de telles choses? Sur 15 mille
combattants, elle en avait perdu 3 mille par le feu; 4 mille autres
étaient frappés plus ou moins grièvement; 8 mille seulement allaient
rejoindre l'armée active. Le général en second, Soult, était resté aux
mains de l'ennemi, après avoir eu la jambe fracassée. Sur trois
généraux de division, un mourut d'épidémie, Marbot; un autre fut
gravement blessé, Gazan. Sur six généraux de brigade, quatre furent
blessés, Gardanne, Petitot, Fressinet, d'Arnaud. Sur douze
adjudants-généraux, six furent blessés, un pris, un autre tué. Deux
officiers d'état-major furent tués, sept pris, quatorze blessés. Onze
colonels sur dix-sept furent mis hors de combat, ou faits prisonniers.
Les trois quarts des officiers eurent le même sort. On voit que c'est
en donnant l'exemple du dévouement, que les chefs de cette brave armée
la soutinrent au milieu de si cruelles épreuves. Du reste, elle se
montra digne de ceux qui la conduisaient, et jamais le soldat français
ne déploya plus de constance et d'héroïsme. Honneur donc à la bravoure
malheureuse, qui, par son dévouement sans bornes, avait contribué aux
triomphes de la bravoure heureuse, dont nous allons maintenant
raconter les exploits!

[En marge: Retraite des Autrichiens sur le Var.]

[En marge: Brillante poursuite des Autrichiens par le général Suchet.]

Tandis que, pressé de lever le siège de Gênes, le général Ott
accordait à Masséna les belles conditions que nous venons de
rapporter, le général Elsnitz, rappelé par les ordres du baron de
Mélas, abandonnait le pont du Var. Les attaques des Autrichiens sur ce
point avaient été tardives, parce que leur grosse artillerie,
transportée par mer, s'était fait long-temps attendre. Diverses
tentatives eurent lieu successivement le 22 et le 27 mai; la dernière
surtout fut un vrai coup de désespoir du général Elsnitz, qui voulait,
avant de se retirer, n'avoir négligé aucun effort. Ces attaques furent
vaillamment repoussées. Le général Elsnitz, reconnaissant qu'il n'y
avait aucune chance de succès, songea donc à repasser les monts.
Suchet, jugeant avec un coup d'oeil prompt et juste les intentions du
général autrichien, fit ses dispositions pour ne pas lui laisser
opérer sa retraite en sécurité. Il vit très-bien qu'en manoeuvrant
toujours par sa gauche, le long des montagnes, il placerait les
Autrichiens dans une situation périlleuse, et parviendrait
probablement à leur enlever quelque corps détaché. En effet, en dehors
de la ligne du Var, qui avait arrêté l'invasion, s'étend parallèlement
la ligne de la Roya, dont la source est placée au col de Tende même.
Si les Français, se portant au delà du Var, prévenaient les
Autrichiens sur les sources de la Roya, ils s'emparaient du col de
Tende, et réduisaient leurs adversaires à courir le long des crêtes de
l'Apennin pour y trouver un passage. (Voir la carte nº 4.) Cette idée
juste, exécutée avec vigueur, procura au général Suchet les plus
heureux résultats. Il commença par déposter de Ronciglione le général
Gorupp, continua de marcher vivement, par sa gauche, sur la droite
ébranlée des Autrichiens, enleva successivement le col de Rauss, qui
donne passage de la vallée du Var dans celle de la Roya, prit le
fameux camp des Mille-Fourches, et, maître du col de Tende, se trouva,
le 1er juin, placé sur la ligne de retraite du général Elsnitz. Le
général Gorupp, rejeté en désordre sur la haute Roya, eut encore le
temps de gagner le col de Tende, mais en laissant sur la route
beaucoup de morts et de prisonniers. Le général Elsnitz, avec le reste
de son armée, n'eut d'autre ressource que de suivre le versant
maritime de l'Apennin jusqu'à Oneille, et de revenir par Pieve et
Saint-Jacques dans la vallée du Tanaro. Il avait à traverser des
montagnes affreuses, avec des soldats déjà démoralisés par cette
espèce de fuite, et ayant à ses trousses un ennemi qui passait avec
joie de la défensive à l'offensive. Pendant cinq jours entiers les
Autrichiens furent poursuivis sans relâche, éprouvant des échecs
continuels; et le 6 juin, enfin, le général Elsnitz, arrivé à Orméa,
n'y comptait pas 10 mille hommes. Il était le 7 à Ceva. Le général
Gorupp s'était retiré sur Coni avec une faible division. On évalue à
10 mille la perte en hommes qu'avait faite le corps autrichien du Var.

[En marge: Réunion de Suchet et de Masséna.]

[En marge: Position prise par l'armée de Ligurie sur les derrières de
l'armée autrichienne.]

Le général Suchet, si long-temps séparé de Masséna, le retrouva le
long du rivage, aux environs de Savone. Les 12 mille Français qui
venaient du Var, se rejoignirent aux 8 mille qui sortaient de Gênes,
et formèrent ainsi un corps de 20 mille hommes, très-bien placé pour
tomber sur les derrières de M. de Mélas. Mais Masséna s'était fait une
blessure assez grave en débarquant, il ne pouvait monter à cheval; les
8 mille hommes qu'il amenait étaient exténués de fatigue, et, il faut
le dire, il y avait dans le coeur de tous les défenseurs de Gênes une
secrète irritation contre le Premier Consul, qu'on savait triomphant à
Milan, tandis que l'armée de Ligurie se trouvait réduite à capituler.
Masséna ne voulut pas que le général Suchet courût les chances d'une
descente en Italie, dans l'ignorance des mouvements qu'allaient faire
au delà des Alpes les deux généraux opposés l'un à l'autre. Le baron
de Mélas, ayant réuni tous ses lieutenants, Haddick, Kaim, Elsnitz,
Ott, pouvait se trouver à la tête de forces redoutables, se jeter sur
le général Suchet, et l'écraser avant de se porter à la rencontre du
général Bonaparte. Masséna permit à son lieutenant Suchet de passer
l'Apennin, de se placer en avant d'Acqui, et lui ordonna de rester
dans cette position, observant, inquiétant l'armée autrichienne,
demeurant suspendu sur sa tête, comme l'épée de Damoclès. On verra
tout à l'heure quels services rendit encore l'armée de Ligurie, par sa
seule présence sur le sommet de l'Apennin.

[En marge: État dans lequel Masséna livre les Autrichiens au général
Bonaparte.]

Masséna pensait que cette brave armée, en terminant par un mouvement
menaçant la mémorable défense de Gênes, en avait fait assez pour le
triomphe du Premier Consul, et qu'elle n'en pouvait faire davantage
sans imprudence: ce grand homme de guerre avait raison! Il livrait les
Autrichiens épuises, réduits de plus d'un tiers, au général Bonaparte.
Des 70 mille hommes qui avaient passé l'Apennin, il n'en revenait pas
plus de 40 mille, en comptant le détachement ramené par M. de Mélas à
Turin. Les 50 mille demeurés en Lombardie étaient aussi fort réduits,
et surtout très-dispersés. Les généraux Haddick et Kaim, qui
gardaient, l'un la vallée d'Aoste, l'autre la vallée de Suze, avaient
fait des pertes assez notables. Le général Wukassowich, rejeté au delà
du Mincio, et séparé de son général en chef par l'armée française
descendue du Saint-Bernard, était paralysé pour le reste de la
campagne. Un corps de quelques mille hommes était aventuré en
Toscane. En réunissant sur-le-champ les généraux Elsnitz et Ott, qui
revenaient des bords du Var et de Gênes, aux généraux Haddick et Kaim,
qui revenaient des vallées d'Aoste et de Suze, M. de Mélas pouvait
former encore une masse de 75 mille hommes environ. Mais il lui
fallait laisser des garnisons dans les places du Piémont et de la
Ligurie, telles que Gênes, Savone, Gavi, Acqui, Coni, Turin,
Alexandrie, Tortone; et il ne devait pas lui rester plus de 50 et
quelques mille soldats à mettre en ligne un jour de bataille, en
supposant qu'il ne sacrifiât pas trop de monde à la garde des places,
et que la réunion de ses généraux s'exécutât sans accident.

[En marge: Grave situation de M. de Mélas.]

La situation du généralissime autrichien était donc fort critique,
même après la prise de Gênes. Elle l'était non-seulement sous le
rapport de la dispersion et de la diminution de ses forces, mais sous
le rapport encore de la marche à suivre, pour sortir de l'étroite
enceinte du Piémont, dans laquelle le général Bonaparte venait de
l'enfermer. Il fallait en effet repasser le Pô devant les Français, et
regagner, à travers la Lombardie qu'ils occupaient, la grande route du
Tyrol ou du Frioul. La difficulté était immense devant un adversaire
qui excellait surtout à la guerre, dans l'art des grands mouvements.

[En marge: Diverses issues pour s'enfuir.]

[En marge: Plaisance est le point capital pour les deux armées.]

M. de Mélas avait conservé le cours supérieur du Pô, depuis sa source
jusqu'à Valence. (Voir la carte nº 3.) Il lui était facile de passer
ce fleuve à Turin, Chivasso, Casale ou Valence, n'importe; mais, en le
passant sur l'un de ces points, il allait tomber sur le Tessin, que
le général Bonaparte occupait, et sur Milan, centre de toutes les
forces françaises. Il y avait donc peu de chance de s'enfuir de ce
côté. Restait le parti d'appuyer à droite, de se diriger vers le cours
inférieur du Pô, c'est-à-dire de se porter à Plaisance ou Crémone,
afin de gagner la grande route de Mantoue. Plaisance, d'après cela,
devenait pour les deux adversaires le point capital à occuper. Pour M.
de Mélas, c'était le moyen à peu près unique d'échapper aux fourches
caudines; pour le général Bonaparte, c'était le moyen de recueillir le
prix de sa marche audacieuse à travers les Alpes. Si ce dernier, en
effet, laissait échapper les Autrichiens, bien qu'il eût délivré le
Piémont, c'était peu qu'un tel résultat, en comparaison des périls
qu'il avait bravés; il encourait même quelque ridicule aux yeux de
l'Europe attentive à cette campagne, car sa manoeuvre, dont
l'intention était aujourd'hui manifeste, se trouvait déjouée.
Plaisance était par conséquent la clef du Piémont: il la fallait, et à
celui qui voulait en sortir, et à celui qui voulait y enfermer son
adversaire.

[En marge: Ordres de concentration aux généraux autrichiens.]

Par ces motifs, M. de Mélas fixa deux points de concentration à ses
troupes: Alexandrie, aux troupes qui étaient dans le haut Piémont;
Plaisance, à celles qui étaient autour de Gênes. Il ordonna aux
généraux Kaim et Haddick de marcher de Turin, par Asti, sur
Alexandrie; au général Elsnitz, revenu des bords du Var, de s'y rendre
par Ceva et Cherasco. Ces trois corps, une fois réunis, devaient se
transporter d'Alexandrie à Plaisance. Il enjoignit au général Ott,
revenant de Gênes, de descendre directement, par la Bocchetta et
Tortone, sur Plaisance. Un corps d'infanterie, débarrassé de tous les
empêchements d'une armée, eut ordre de s'y porter plus directement
encore par la route de Bobbio, qui longe la vallée de la Trebbia.
Enfin le général Oreilly, qui était déjà autour d'Alexandrie avec un
fort détachement de cavalerie, reçut l'instruction de ne pas attendre
la concentration des troupes du haut Piémont, et de se porter à
Plaisance de toute la vitesse de ses chevaux. Le petit corps aventuré
en Toscane reçut aussi l'instruction de s'y rendre par le duché de
Parme et la route de Fiorenzuola. Ainsi, tandis que la principale
partie de l'armée autrichienne se concentrait sur Alexandrie pour
marcher de là sur Plaisance, les corps les plus rapprochés de
Plaisance même avaient ordre d'y marcher en droite ligne, et
sur-le-champ.

[En marge: Le général Bonaparte aspire, comme le général autrichien, à
s'emparer de Plaisance.]

[En marge: Le général Bonaparte intercepte tous les courrier
autrichiens.]

Mais il était douteux qu'on pût prévenir le général Bonaparte dans un
objet aussi important. Il avait perdu dans Milan cinq ou six jours à
rallier le corps venu par le Saint-Gothard; temps précieux, puisque
Gênes avait succombé dans cet intervalle. Mais maintenant que le
général Moncey, avec les troupes tirées d'Allemagne, avait franchi le
Saint-Gothard, il n'allait plus perdre une minute. Placé sur la route
des courriers qui de Vienne étaient adressés à Turin à M. de Mélas, et
de Turin étaient renvoyés par M. de Mélas à Vienne, il était
aujourd'hui initié à toutes les pensées du gouvernement impérial. Il
avait lu, par exemple, les singulières dépêches dans lesquelles M. de
Thugut, rassurant le général autrichien, lui recommandait d'être
tranquille, de ne pas se laisser détourner de son objet par la fable
de l'armée de réserve; d'emporter bien vite Gênes et la ligne du Var,
afin de pouvoir faire un détachement au profit de l'armée du maréchal
de Kray, acculé sur Ulm. Il avait lu aussi les dépêches de M. de
Mélas, pleines d'abord de confiance, et bientôt de trouble et
d'inquiétude. Ces jouissances furent cependant troublées le 8 juin,
car il apprit, par cette même correspondance, que Masséna venait
d'être obligé de rendre Gênes le 4. Cette nouvelle, au reste, ne
changeait en rien son plan de campagne; car ayant voulu se porter sur
les derrières de l'ennemi pour l'envelopper et lui faire mettre bas
les armes, l'Italie et la ville de Gênes, s'il réussissait, étaient
reconquises du même coup. L'inconvénient véritablement grave résultant
de la prise de Gênes, c'était d'avoir sur les bras les troupes
disponibles du général Ott. Mais la dépêche interceptée portait sa
consolation avec elle, car cette dépêche disait que l'armée de Masséna
n'était point prisonnière de guerre. Dès lors, si, d'une part, des
troupes autrichiennes plus considérables allaient descendre de
l'Apennin, d'autre part, des troupes françaises, sur lesquelles on ne
comptait pas d'abord, devaient descendre de l'Apennin à la suite des
troupes autrichiennes.

Le Premier Consul, maintenant que Gênes avait ouvert ses portes, était
moins pressé de rencontrer M. de Mélas. Mais il était extraordinairement
pressé d'occuper la ligne du Pô, depuis Pavie jusqu'à Plaisance et
Crémone; et il faisait, pour s'emparer de ces points importants, celui
de Plaisance surtout, des dispositions tout aussi actives que celles de
M. de Mélas lui-même. Tandis qu'il s'occupait à Milan de rallier les
troupes venues des divers points des Alpes, il poussait sur le Pô les
troupes venues avec lui par le Saint-Bernard. Lannes avait déjà pris
possession de Pavie avec la division Watrin. Ce général fut chargé de
passer le Pô, un peu au-dessous de sa réunion avec le Tessin,
c'est-à-dire à Belgiojoso. Murat, avec les divisions Boudet et Monnier,
eut ordre de le passer à Plaisance; Duhesme, avec la division Loison, de
le passer à Crémone.

[En marge: Lannes passe le Pô à Belgiojoso.]

Le 6 juin, Lannes ayant réuni à Pavie, dans le Tessin, toutes les
barques disponibles, les amena dans le Pô, et, arrivé entre Belgiojoso
et San-Cipriano, fit commencer le passage. Le général Watrin, qui
était placé sous ses ordres, franchit le fleuve avec un détachement. À
peine transporté sur la rive droite, ce détachement eut affaire aux
troupes qui étaient sorties de Valence et d'Alexandrie, pour voler à
Plaisance. Il courut le danger d'être jeté dans le fleuve; mais le
général Watrin tint ferme jusqu'à ce que les allées et venues des
barques lui eussent amené du renfort, et il finit par demeurer maître
du terrain. Le reste de la division Watrin, conduit par Lannes, passa
ensuite le Pô, et vint prendre position un peu au delà, menaçant la
grande route d'Alexandrie à Plaisance.

[En marge: Murat s'empare de Plaisance.]

Le même jour Murat abordait Plaisance. Il y avait dans cette ville
toutes les administrations autrichiennes, et quelques centaines
d'hommes pour les garder. À l'approche du danger, l'officier
autrichien fit armer de canons la tête du pont de Plaisance, placée
sur la rive gauche du Pô, et tâcha de s'y défendre, eu attendant que
les corps, qui s'avançaient de tout côté, fussent arrivés à son
secours. L'avant-garde de la division Monnier, qui croyait se
présenter devant une position non défendue, fut accueillie par un
horrible feu de mitraille, et ne put venir à bout de cette position en
l'abordant de front. On remit au lendemain pour exécuter une attaque
en règle.

[En marge: Tous les corps autrichiens repoussés de Plaisance.]

[En marge: Les Français maîtres de tous les passages du Pô.]

Le lendemain 7, le général Oreilly, qui avait reçu de M. de Mélas
l'ordre de courir d'Alexandrie à Plaisance, y parvint avec sa
cavalerie. Les autres corps autrichiens, celui qui remontait de Parme
par Fiorenzuola, celui qui descendait avec le général Gottesheim par
Bobbio, celui qui venait avec le général Ott par Tortone, n'étaient
pas arrivés. Le général Oreilly seul n'était guère en mesure, avec ses
escadrons, de défendre Plaisance. Les quelques centaines d'hommes qui
avaient voulu résister dans la tête du pont, avaient perdu un quart de
leur monde. Dans cette situation, le commandant autrichien fit évacuer
l'artillerie et couper le pont de Plaisance, qui était établi sur des
bateaux; et, tandis que le général Boudet accourait pour réparer
l'échec de la veille, il trouva la tête de pont évacuée, et le pont
lui-même détruit. Mais il restait une partie des barques qui avaient
servi à le construire; Murat s'en empara, et fit passer un peu
au-dessous, à Nocetto, par des débarquements successifs, la brigade
Musnier sur l'autre rive du Pô. Cette brigade se jeta sur Plaisance,
et y pénétra à la suite d'un combat assez vif. Le général Oreilly se
hâta de rétrograder pour être à temps de sauver le parc d'artillerie
qu'on envoyait d'Alexandrie, et qui était exposé à tomber dans les
mains des Français, en se présentant devant Plaisance. Il revint en
effet assez vite pour empêcher que ce parc ne tombât ni dans les mains
de Murat, ni dans celles de Lannes. Il eut plus d'une charge de
cavalerie à fournir contre les troupes avancées de Lannes, qui avaient
passé le Pô à Belgiojoso, mais il se dégagea, et vint donner
contre-ordre au parc, qui s'enferma dans Tortone. Tandis que le
général Oreilly rebroussait chemin vers Alexandrie, passant
heureusement à travers nos avant-postes, l'avant-garde de l'infanterie
du général Gottesheim, descendue le long de la Trebbia par Bobbio, se
présentait devant Plaisance. C'était le régiment de Klébeck qui venait
ainsi donner sur la division Boudet tout entière, et se faire écraser.
Ce malheureux régiment, assailli par des forces supérieures, perdit un
grand nombre de prisonniers, et se replia en désordre sur le corps
principal de Gottesheim qu'il précédait. Le général Gottesheim,
effrayé de cette échauffourée, remonta en toute hâte les pentes de
l'Apennin, pour aller rejoindre, à travers les montagnes, Tortone et
Alexandrie, ce qui l'exposa à errer plusieurs jours de suite. Enfin le
régiment revenant de Toscane, par la route de Parme et de Fiorenzuola,
arrivait le même jour sur les faubourgs de Plaisance. Ce fut une
nouvelle déroute pour ce corps détaché, qui, tombant à l'improviste au
milieu d'une armée ennemie, fut rejeté en désordre sur la route de
Parme. Ainsi, des quatre corps qui marchaient sur Plaisance, trois,
les moins importants il est vrai, avaient été culbutés, et
s'enfuyaient en laissant des prisonniers. Le quatrième, et le plus
considérable, celui du général Ott, ayant un plus long détour à
parcourir, était encore en arrière, et allait rencontrer Lannes en
avant de Belgiojoso. Dès ce moment, les Français étaient maîtres du
Pô, et avaient en leur possession les deux principaux passages, celui
de Belgiojoso, près Pavie, et celui de Plaisance même. Bientôt ils en
occupèrent un troisième, car le lendemain le général Duhesme, à la
tête de la division Loison, enleva Crémone à un détachement que le
général Wukassowich y avait laissé en se retirant. Il y recueillit
beaucoup de matériel, et fit deux mille prisonniers.

Le général Bonaparte dirigeait de Milan toutes ces opérations. Il
avait envoyé Berthier sur le bord du Pô, et, jour par jour, souvent
heure par heure, lui prescrivait, dans une correspondance incessante,
les mouvements à exécuter.

Bien qu'en s'emparant du Pô, de Pavie à Plaisance, il fût maître de la
ligne de retraite que M. de Mélas devait être tenté de suivre, tout
n'était pas dit cependant; car, ce qui faisait de cette route de
Plaisance la véritable ligne de retraite pour les Autrichiens, c'était
la présence des Français derrière le Tessin et autour de Milan. (Voir
la carte nº 3.) Les Français, en effet, dans cette position, fermaient
le passage que les Autrichiens auraient pu s'ouvrir en traversant le
Pô entre Turin et Valence; mais si maintenant, pour se porter à la
rencontre de M. de Mélas, les Français venaient passer le Pô entre
Pavie et Plaisance, abandonnaient ainsi Milan, et affaiblissaient le
Tessin, ils pouvaient faire renaître chez M. de Mélas la tentation de
passer ou par Turin, ou par Casale, ou par Valence, de traverser nos
derrières abandonnés, la ville de Milan elle-même, et de nous rendre à
peu près ce que nous leur avions fait en descendant des Alpes.

Il n'était pas impossible aussi que M. de Mélas, se décidant au
sacrifice d'une partie de ses bagages et de sa grosse artillerie,
qu'il pouvait d'ailleurs laisser dans les places du Piémont, ne
rebroussât chemin vers Gênes, et, remontant par Tortone, Novi, jusqu'à
la Bocchetta, de là se jetant dans la vallée de la Trebbia, ne vînt
tomber sur le Pô, au-dessous de Plaisance, aux environs de Crémone ou
de Parme, et ne réussît à gagner, par cette voie détournée, Mantoue et
les États autrichiens. Cette marche à travers la Ligurie et les
contreforts de l'Apennin, la même qu'on venait de prescrire au général
Gottesheim, était la moins probable, car elle présentait de grandes
difficultés, et entraînait le sacrifice d'une partie du matériel; mais
elle était possible à la rigueur, et il fallait la prévoir comme les
autres. C'est à se prémunir contre ces chances diverses que le général
Bonaparte employa tous ses soins; et il n'y a peut-être pas un
exemple, dans l'histoire, de dispositions aussi habiles, aussi
profondément conçues, que celles qu'il imagina dans cette occasion
décisive.

[En marge: Dernières dispositions du général Bonaparte pour envelopper
les Autrichiens.]

Il fallait résoudre ce triple problème, de fermer par une barrière de
fer la route principale, celle qui va directement d'Alexandrie à
Plaisance; d'occuper, de manière à pouvoir y courir au besoin, celle
qui par le Pô supérieur tombait sur le Tessin; enfin, de se tenir en
mesure de descendre à temps sur le Pô inférieur, si les Autrichiens,
cherchant à s'enfuir par le revers de l'Apennin, voulaient passer le
fleuve au-dessous de Plaisance, vers Crémone ou Parme. Le général
Bonaparte, méditant sans cesse sur la carte d'Italie, pour y trouver
un poste qui remplît ces trois conditions, fit un choix digne d'être
éternellement admiré.

[En marge: Position de la Stradella occupée par le général Bonaparte.]

Si on examine le mouvement de la chaîne de l'Apennin, on verra que,
par suite du contour qu'elle forme pour embrasser le golfe de Gênes,
elle remonte au nord, et projette des contreforts qui viennent serrer
le Pô de très-près, depuis la position de la Stradella jusqu'aux
environs de Plaisance. (Voir la carte nº 3.) Dans toute cette partie
du Piémont et du duché de Parme, le pied des hauteurs se rapproche du
fleuve, au point de ne laisser qu'une place très-étroite à la grande
route de Plaisance. Une armée, placée en avant de la Stradella, à
l'entrée d'une espèce de défilé long de plusieurs lieues, la gauche
sur les hauteurs, le centre sur la route, la droite le long du Pô, et
des terrains marécageux qui le bordent, est difficile à déloger. Il
faut ajouter que la route est semée de bourgs et de villages, bâtis en
grosse maçonnerie, et très-capables de résister au canon. Contre
l'armée impériale qui avait beaucoup de cavalerie et d'artillerie, la
position présentait donc, indépendamment de ses avantages naturels, la
propriété d'annuler ces deux armes.

Elle avait encore d'autres avantages tout particuliers. C'est fort
près de cette position que les affluents de l'autre rive du Pô, les
plus importants à occuper, tels que le Tessin et l'Adda, viennent
faire leur jonction. Ainsi le Tessin se réunit au Pô, un peu
au-dessous de Pavie, et au-dessus de Belgiojoso, presque vis-à-vis la
Stradella, à deux lieues au plus. L'Adda, coulant au delà et plus
long-temps, avant de se réunir au Pô, vient s'y jeter entre Plaisance
et Crémone. On comprend tout de suite que, placé à la Stradella, et
maître des ponts de Belgiojoso, de Plaisance, de Crémone, le général
Bonaparte était en possession des points les plus décisifs, car il
barrait la route principale, celle d'Alexandrie à Plaisance, et il
pouvait en même temps, par une forte marche, ou courir sur le Tessin,
ou redescendre le Pô jusqu'à Crémone, et voler vers l'Adda, qui
couvrait ses derrières contre le corps de Wukassowich.

C'est dans cette espèce de réseau, formé par l'Apennin, le Pô, le
Tessin, l'Adda, qu'il distribua ses forces. Il résolut d'abord de se
porter à la Stradella même, avec les 30 mille meilleurs soldats de son
armée, les divisions Watrin, Chambarlhac, Gardanne, Boudet, Monnier,
placées sous Murat, Victor et Lannes, dans la position que nous avons
décrite, la gauche aux montagnes, le centre sur la grande route, la
droite le long du Pô. La division Chabran, venue par le petit
Saint-Bernard, et chargée d'abord d'occuper Ivrée, fut ensuite portée
à Verceil, avec ordre de se replier sur le Tessin, en cas d'approche
de l'ennemi. La division Lapoype, descendue du Saint-Gothard, fut
postée sur le Tessin même, aux environs de Pavie. C'étaient 9 à 10
mille hommes qui devaient se replier les uns sur les autres, disputer
le passage du Tessin à outrance, et donner le temps au général
Bonaparte d'accourir en une journée à leur secours. Le détachement du
Simplon gardait, sous le général Béthencourt, vers Arona, la route du
Saint-Gothard, retraite de l'armée française en cas de malheur. La
division Gilly devait garder Milan; ce que rendait nécessaire la
présence d'une garnison autrichienne dans le château de cette ville.
C'étaient encore trois ou quatre mille hommes consacrés à ce double
objet. Enfin la division Lorges, venue d'Allemagne, avait ordre de
s'établir à Lodi sur l'Adda. La division Loison, qui faisait partie de
l'armée de réserve, avait mission, sous les ordres du générai Duhesme,
de défendre Plaisance et Crémone. C'était une autre force de 10 à 11
mille hommes, employée sur ces deux derniers points.

Telle était la distribution des cinquante et quelques mille soldats,
dont le général Bonaparte pouvait disposer dans le moment: 32 mille
étaient au point central de la Stradella, 9 à 10 mille sur le Tessin,
3 ou 4 mille à Milan et Arona, enfin 10 à 11 mille sur le cours
inférieur du Pô et de l'Adda, tous placés de manière à se soutenir
réciproquement avec une extrême promptitude. En effet, sur un avis
venu du Tessin, le général Bonaparte pouvait en un jour voler au
secours des 10 mille Français qui le gardaient. Sur un avis du bas Pô,
il pouvait, dans le même espace de temps, descendre sur Plaisance et
Crémone, pendant que le général Loison, défendant le passage du
fleuve, lui donnerait le temps d'accourir. Les uns et les autres, de
leur côté, pouvaient se rabattre sur la Stradella, et renforcer le
général Bonaparte en aussi peu de temps qu'il en mettrait à venir à
eux.

Le général Bonaparte semblait abandonner ici son principe ordinaire,
celui de concentrer ses forces, la veille d'une grande bataille. Si
une telle concentration passe pour un chef-d'oeuvre de l'art, quand
elle s'opère à propos, au moment d'une action décisive, et dans le cas
de deux adversaires qui marchent l'un vers l'autre, il en est tout
autrement lorsque l'un des deux veut fuir, et que l'art consiste à le
saisir avant de le combattre. C'était le cas ici. Il fallait, en
effet, que le général Bonaparte tendît autour de l'armée autrichienne
un réseau, et que ce réseau fût assez fort pour la retenir, car s'il
n'y avait eu sur le Tessin ou sur le Pô inférieur que des
avant-gardes, propres tout au plus à donner un avis, mais non à barrer
le chemin à l'ennemi, le but était manqué totalement. Il fallait sur
tous les points, des postes capables à la fois de signaler et
d'arrêter les Autrichiens, en conservant au centre une masse
principale, prête à courir partout avec des moyens décisifs. On ne
pouvait donc combiner avec un art plus profond l'emploi de ses forces,
et modifier plus habilement l'application de ses propres principes,
que ne le fit le général Bonaparte en cette occasion. C'est à leur
manière d'appliquer, suivant les circonstances, un principe vrai, mais
général, qu'on reconnaît les hommes d'action supérieurs.

[En marge: Prévoyance du général Bonaparte.]

Ce plan arrêté, le général Bonaparte donna ses ordres en conséquence.
Lannes, avec la division Watrin, avait été transporté à la Stradella
par Pavie et Belgiojoso. Il importait que les divisions Chambarlhac,
Gardanne, Monnier et Boudet, rendues à Plaisance, lui apportassent le
secours de leurs forces, avant que les corps autrichiens qui,
repoussés de Plaisance, allaient se rallier au général Ott vers
Tortone, eussent le temps de l'accabler. C'est ce que le général
Bonaparte avait prévu, avec sa prodigieuse sagacité. Ne pouvant
quitter Milan que le 8, pour se transporter le 9 à la Stradella, il
fit parvenir à Berthier, Lannes, Murat les instructions qui
suivent.--Concentrez-vous, leur disait-il, à la Stradella. Le 8, le 9,
au plus tard, vous aurez sur les bras 15 ou 18 mille Autrichiens
venant de Gênes. Portez-vous à leur rencontre, écrasez-les. Ce sera
autant d'ennemis de moins à combattre le jour de la bataille décisive,
qui nous attend avec l'armée entière de M. de Mélas.--Ces ordres
donnés, il partit le 8 de Milan pour passer le Pô de sa personne, et
être le lendemain à la Stradella.

[En marge: Bataille de Montebello livrée le 9 juin.]

[En marge: Position de Lannes à Montebello.]

Il était impossible de deviner avec plus de justesse les mouvements
de l'ennemi. Nous avons dit tout à l'heure que trois détachements
autrichiens s'étaient inutilement présentés devant Plaisance; que le
détachement arrivé de Toscane par Fiorenzuola, y avait été rejeté; que
celui du général Gottesheim, descendu avec de l'infanterie par la
vallée de la Trebbia, venait d'être refoulé dans cette vallée; enfin,
que le général Oreilly, accouru d'Alexandrie avec de la cavalerie,
s'était vu contraint de retourner vers Tortone. Mais le général Ott,
de son côté, marchant avec le corps principal par la route de Gênes à
Tortone, arrivait à la Stradella le 9 juin, au matin, ainsi que
l'avait prévu le général Bonaparte. Il ramenait en avant les généraux
Gottesheim et Oreilly, qu'il avait rencontrés en retraite, et voulait
faire un effort vigoureux sur Plaisance, n'imaginant pas que l'armée
française pût être échelonnée presque tout entière dans le défilé de
la Stradella. Il avait, en comptant les troupes qui venaient de le
rejoindre, 17 ou 18 mille hommes. Lannes n'en pouvait réunir, dans la
matinée du 9, que 7 ou 8 mille; mais, grâce aux avis réitérés du
général en chef, 5 à 6 mille allaient le rejoindre dans la journée. Le
champ de bataille était celui que nous avons décrit. Lannes se
présentait, la gauche sur les hauteurs de l'Apennin, le centre sur la
chaussée, vers le bourg de Casteggio, la droite dans la plaine du Pô.
Il avait eu le tort de se porter un peu trop en avant de la Stradella,
vers Casteggio et Montebello, là où la route cesse de former un
défilé, grâce à l'étendue de la plaine. Mais les Français, pleins de
confiance, quoique inférieurs en nombre, étaient capables des plus
grands efforts de dévouement, surtout sous un chef comme Lannes, qui
possédait au plus haut point l'art de les entraîner.

Lannes, portant avec vigueur la division Watrin sur Casteggio, replia
les avant-postes d'Oreilly. Son plan consistait à s'emparer du bourg
de Casteggio, situé devant lui sur la route, soit en l'attaquant de
front, soit en le tournant par la plaine du Pô d'un côté, par les
escarpements de l'Apennin de l'autre. La nombreuse artillerie des
Autrichiens, établie sur la route, battait le terrain en tous sens.
Deux bataillons de la 6e légère s'efforcèrent d'enlever en la tournant
par la droite cette artillerie meurtrière, tandis que le troisième
bataillon de la 6e, et la 40e tout entière, s'efforçaient de gagner
les monticules voisins, placés à gauche, et que le reste de la
division Watrin marchait sur Casteggio même, où se trouvait le centre
de l'ennemi. Un combat acharné s'engagea sur tous les points. Les
Français étaient près d'emporter les positions attaquées, mais le
général Gottesheim, accouru avec son infanterie pour appuyer Oreilly,
culbuta les bataillons qui avaient gravi les hauteurs. Lannes, sous un
feu épouvantable, soutint ses troupes, et les empêcha de céder au
nombre. Cependant elles allaient succomber, lorsqu'arriva la division
Chambarlhac, faisant partie du corps du général Victor. Le général
Rivaud, à la tête de la 43e, gravit de nouveau les hauteurs, rallia
les bataillons français qui venaient d'en être repoussés, et réussit à
s'y maintenir après des efforts inouïs. Au centre, c'est-à-dire sur la
grande route, la 96e vint aider le général Watrin dans son attaque
contre le bourg de Casteggio; et la 24e, s'étendant à droite dans la
plaine, essaya de tourner la gauche de l'ennemi, afin de faire tomber
le feu de son artillerie. Pendant cet effort combiné sur les ailes, le
brave Watrin eut à soutenir un combat acharné dans Casteggio; il
perdit et reprit ce bourg plusieurs fois. Mais Lannes, présent
partout, donna l'impulsion décisive. Par ses ordres, le général Rivaud
à gauche, resté maître des hauteurs, et les ayant franchies, descendit
sur les derrières de Casteggio; les troupes portées dans la plaine à
droite, parvinrent à tourner le bourg tant disputé; les uns et les
autres marchèrent sur Montebello, tandis que le général Watrin,
faisant sur le centre ennemi un dernier effort, l'enfonçait, et
dépassait enfin Casteggio. Les Autrichiens, se trouvant dans ce moment
repoussés de toutes parts, s'enfuirent à Montebello, laissant dans nos
mains une masse considérable de prisonniers.

L'action avait duré depuis onze heures du matin jusqu'à huit heures du
soir. C'étaient les Autrichiens du blocus de Gênes, formés par Masséna
aux combats les plus rudes, qui étaient ici dans les plaines du
Piémont, luttant avec désespoir pour se faire jour. Ils étaient
secondés par une nombreuse artillerie, et ils avaient déployé une
bravoure plus qu'ordinaire. Le Premier Consul arriva dans le moment
même où finissait cette bataille, dont il avait si bien prévu le lieu
et le jour. Il trouva Lannes couvert de sang, mais ivre de joie, et
les troupes enchantées de leur succès. Elles avaient, comme il l'a dit
depuis, le sentiment de s'être bien comportées. Les conscrits
s'étaient montres dignes de rivaliser avec les vieux soldats; nous
avions fait 4 mille prisonniers, blessé ou tué près de 3 mille hommes.
La victoire avait été pour nous difficile à remporter, puisque 12
mille combattants au plus en avaient rencontré 18 mille.

Telle est cette bataille de Montebello, qui a donné à Lannes et à sa
famille le titre qui la distingue parmi les familles françaises de ce
temps: titre glorieux, que des fils doivent être fiers de porter!

C'était un beau début que cette première rencontre, et qui annonçait à
M. de Mélas que la route ne se rouvrirait pas facilement devant lui.
Le général Ott, affaibli de 7 mille hommes, se retira consterné sur
Alexandrie. Le moral de l'armée française fut porté au plus haut degré
d'exaltation.

Le Premier Consul se hâta de réunir ses divisions, et d'occuper
fortement cette route d'Alexandrie à Plaisance, que M. de Mélas devait
suivre, d'après toutes les probabilités. Lannes s'étant trop avancé,
le Premier Consul rétrograda un peu, jusqu'au point même qui s'appelle
la Stradella, parce que le défilé, plus resserré en cet endroit, par
le rapprochement des hauteurs et du fleuve, rend la position plus
sûre.

[En marge: Le Premier Consul attend à la Stradella les mouvements des
Autrichiens.]

Le 10 et le 11 juin se passèrent à observer les mouvements des
Autrichiens, à concentrer l'armée, à la faire reposer un peu de ses
marches rapides, à organiser le mieux possible l'artillerie; car
jusqu'ici on n'avait pas pu réunir sur ce point plus de 40 pièces de
campagne.

[En marge: Arrivée de Desaix au quartier-général.]

Le 11, on vit arriver, au quartier-général, l'un des généraux les
plus distingués de cette époque, Desaix, qui égalait peut-être Moreau,
Masséna, Kléber, Lannes, en talents militaires, mais qui, par les
rares perfections de son caractère, les effaçait tous. Il quittait
l'Égypte, où Kléber venait de commettre des fautes politiques, que
nous aurons bientôt le chagrin de raconter, que Desaix avait voulu en
vain prévenir, et dont il avait fui en Europe le pénible spectacle.
Ces fautes, au surplus, avaient été glorieusement réparées depuis.
Desaix, arrêté près des côtes de France, s'était vu traité par les
Anglais d'une manière odieuse. Il arrivait indigné, et demandait à se
venger les armes à la main. Il aimait le Premier Consul avec une sorte
de passion; et le Premier Consul, touché de l'affection d'un si noble
coeur, lui rendait la plus vive amitié qu'il ait ressentie de sa vie.
Ils passèrent toute une nuit ensemble, à se raconter les événements
d'Égypte et de France, et le Premier Consul lui donna sur-le-champ le
commandement des divisions Monnier et Boudet réunies.

[En marge: Le Premier Consul quitte la Stradella pour aller au-devant
de l'ennemi.]

[En marge: Plaine de Marengo.]

[En marge: On ne rencontre pas un seul ennemi dans la plaine.]

Le lendemain, 12 juin, le général Bonaparte, surpris de ne pas voir
paraître les Autrichiens, ne put s'empêcher de concevoir quelques
craintes. Étonné que, dans une situation pareille, M. de Mélas
hésitât, perdît du temps, et laissât toutes les issues se fermer
autour de lui, jugeant un peu trop son adversaire d'après lui-même, il
se dit que M. de Mélas n'avait pas pu perdre des heures si précieuses,
et qu'il avait dû s'échapper, soit en remontant vers Gênes, soit en
passant le Pô supérieur pour forcer le Tessin. Fatigué d'attendre, il
quitta, le 12 dans l'après-midi, sa position de la Stradella, et
s'avança, suivi de toute l'armée, jusqu'à la hauteur de Tortone. Il
ordonna le blocus de cette place, et établit son quartier-général à
Voghera. Le 13 au matin, il passa la Scrivia, et déboucha dans
l'immense plaine qui s'étend entre la Scrivia et la Bormida, laquelle
ne s'appelle plus aujourd'hui que la plaine de Marengo. C'est la même
dans laquelle, plusieurs mois auparavant, sa prévoyante imagination
lui représentait une grande bataille avec M. de Mélas. En cet endroit,
le Pô s'est éloigné de l'Apennin, et a laissé de vastes espaces, à
travers lesquels la Bormida et le Tanaro roulent leurs eaux devenues
moins rapides, les confondent près d'Alexandrie, et vont les jeter
ensuite dans le lit du Pô. La route, longeant le pied de l'Apennin
jusqu'à Tortone, s'en sépare à la hauteur de cette place, se détourne
à droite, passe la Scrivia, et débouche dans une vaste plaine. (Voir
la carte nº 9.) Elle la traverse à un premier village, appelé
San-Giuliano, passe à un second, appelé Marengo; enfin elle franchit
la Bormida, et aboutit à la célèbre forteresse d'Alexandrie. Si
l'ennemi voulait suivre la grande route de Plaisance à Mantoue, c'est
ici qu'il m'attendrait, se dit le général Bonaparte; ici sa nombreuse
artillerie, sa belle cavalerie, auraient de grands avantages, et il
combattrait avec tous ses moyens réunis.--Cette réflexion faite, le
général Bonaparte, pour se confirmer davantage dans ses conjectures,
fit battre la campagne par la cavalerie légère, qui ne trouva pas un
seul parti autrichien. Vers la chute du jour, il porta le corps du
général Victor, composé des divisions Gardanne et Chambarlhac, en
avant, jusqu'à Marengo. On trouva sur ce point un détachement, c'était
celui d'Oreilly, qui défendit un instant le village de Marengo,
l'abandonna ensuite, et repassa la Bormida. Une reconnaissance mal
faite donna même lieu de croire que l'ennemi n'avait pas de pont sur
la Bormida.

[En marge: Le Premier Consul croit les Autrichiens échappés.]

À tous ces signes, le général Bonaparte n'eut plus de doute. M. de
Mélas, suivant lui, s'était échappé. Il n'aurait pas abandonné la
plaine, et surtout le village de Marengo, qui enferme l'entrée, s'il
avait voulu la traverser pour livrer bataille, et conquérir la route
d'Alexandrie à Plaisance. Trompé par cette réflexion si juste, le
général Bonaparte laissa le général Victor avec ses deux divisions à
Marengo; il plaça Lannes en échelon dans la plaine avec la division
Watrin, et il courut à son quartier-général de Voghera, pour avoir des
nouvelles du général Moncey établi sur le Tessin, du général Duhesme
établi sur le Pô inférieur, et savoir ainsi ce que devenait M. de
Mélas. Des officiers d'état-major, partis de tous ces points, avaient
rendez-vous auprès de lui, à son quartier-général. Mais la Scrivia
était débordée, et, très-heureusement, il fut forcé de s'arrêter à
Torre-di-Garofolo. Les nouvelles du Tessin et du Pô, nouvelles de la
journée même, annonçaient un parfait repos. M. de Mélas n'avait rien
tenté de ce côté. Qu'avait-il pu devenir?... Le général Bonaparte
pensa qu'il était remonté sur Gênes par Novi, afin de passer dans la
vallée de la Trebbia, et de retomber sur Crémone. Il semblait, en
effet, que, n'étant pas à Alexandrie, n'étant pas en marche sur le
Tessin, il n'avait pas pu prendre un autre parti. On pouvait supposer
aussi que, suivant l'exemple de Wurmser à Mantoue, il irait s'enfermer
dans Gênes, où, nourri par les Anglais, ayant une garnison de 50 mille
hommes, il aurait le moyen de traîner la guerre en longueur. Ces idées
s'étant emparées vivement de l'esprit du Premier Consul, il enjoignit
à Desaix de marcher sur Rivalta et Novi, avec la seule division
Boudet. C'était, effectivement, par Novi que M. de Mélas devait passer
pour se rendre d'Alexandrie à Gênes.

Toutefois, par un heureux pressentiment, il garda la division Monnier,
la seconde de Desaix, en réserve au quartier-général, et il pourvut à
tout, autant que possible, en laissant Victor à Marengo avec deux
divisions, Lannes avec une dans la plaine, Murat à ses côtés avec
toute la cavalerie. Si on songe à la distribution générale des forces
françaises dans ce moment, répandues, partie sur le Tessin, partie sur
le Pô inférieur et l'Adda, partie sur la route de Gênes, on sera
frappé de leur dispersion. C'était la conséquence forcée de la
situation générale, et des circonstances du jour.

Le 13 au soir, veille de l'une des grandes journées de l'histoire, le
général Bonaparte coucha au village de Torre-di-Garofolo, et il
s'endormit, attendant les nouvelles du lendemain.

[En marge: Délibérations dans le quartier-général autrichien.]

Pendant ce temps la confusion régnait dans Alexandrie. L'armée
autrichienne était au désespoir. Un conseil de guerre venait d'être
assemblé, et aucune des résolutions que redoutait le général français
n'avait été adoptée. On avait bien pensé à se retirer par le Pô
supérieur et le Tessin, ou à s'enfermer dans Gênes; mais les généraux
autrichiens, en braves gens qu'ils étaient, avaient préféré suivre les
conseils de l'honneur. Après tout, avaient-ils dit, nous combattions
depuis dix-huit mois comme de bons soldats; nous avions reconquis
l'Italie, nous marchions sur les frontières de la France; notre
gouvernement nous y poussait; hier encore il nous en donnait l'ordre:
c'était à lui à nous avertir du danger qui menaçait nos derrières.
S'il y a un tort dans notre situation, c'est à lui que ce tort
appartient. Tous les moyens proposés pour éviter la rencontre de
l'armée française, sont compliqués, difficiles, chanceux; il n'y a
qu'un parti simple et honorable, c'est celui de nous faire jour.
Demain, il faut nous ouvrir la route au prix de notre sang. Si nous
réussissons, nous regagnerons, après une victoire, le chemin de
Plaisance et de Mantoue; sinon, après avoir fait notre devoir, la
responsabilité de notre désastre pèsera sur d'autres que sur nous.--

Le Premier Consul n'avait pas imaginé qu'on pût perdre autant de temps
à délibérer dans de pareilles conjonctures. Mais personne n'égalait la
promptitude de ses déterminations, et M. de Mélas était dans une
position assez malheureuse pour lui pardonner les cruelles perplexités
qui retardaient sa résolution définitive. En prenant le parti de
livrer bataille, le général autrichien se conduisit en soldat plein
d'honneur; mais on pouvait lui reprocher d'avoir laissé 25 mille
hommes dans les places de Coni, Turin, Tortone, Gênes, Acqui, Gavi,
Alexandrie, surtout après les pertes que venait de faire le général
Ott à Montebello. Avec 25 mille hommes dans les places, 3 mille en
Toscane, 12 mille entre Mantoue et Venise, il lui restait 40 mille
hommes au plus à présenter sur le champ de bataille, où allait se
décider le sort de la guerre. Voilà ce qu'était devenue cette belle
armée de 120 mille hommes, qui devait, au début de la campagne, forcer
les frontières méridionales de la France! quarante mille avaient péri,
quarante mille étaient disséminés, quarante mille allaient combattre
pour échapper aux fourches caudines; mais, parmi ces derniers, se
trouvaient une puissante cavalerie, et 200 bouches à feu.

[En marge: M. de Mélas se décide à livrer bataille.]

Il fut arrêté que le lendemain l'armée tout entière déboucherait par
les ponts de la Bormida, car il y en avait deux couverts par une même
tête de pont, malgré les faux avis donnés au général Bonaparte; que le
général Ott, à la tête de 10 mille hommes, moitié cavalerie, moitié
infanterie, déboucherait de la Bormida, et, prenant sur la gauche, se
dirigerait vers un village appelé Castel-Ceriolo; que les généraux
Haddick et Kaim, à la tête du gros de l'armée, 20 mille hommes
environ, emporteraient le village de Marengo, qui donne entrée dans la
plaine, et que le général Oreilly, avec 5 ou 6 mille soldats,
prendrait à droite, en remontant la Bormida. Une puissante artillerie
devait soutenir ce mouvement. Un détachement assez considérable,
surtout en cavalerie, fut laissé en arrière d'Alexandrie, sur la
route d'Acqui, pour observer les troupes de Suchet, de l'arrivée
desquelles on avait de vagues nouvelles.

[En marge: Bataille de Marengo livrée le 14 juin 1800.]

Nous avons décrit cette vaste plaine de Marengo, que la grande route
d'Alexandrie à Plaisance traverse dans toute son étendue, et qui se
trouve enfermée entre la Scrivia et la Bormida. (Voir la carte nº 9.)
Les Français, venant de Plaisance et de la Scrivia, rencontraient
d'abord San-Giuliano, puis, à trois quarts de lieue plus loin,
Marengo, qui touchait presque à la Bormida, et formait le principal
débouché que l'armée autrichienne avait à conquérir pour sortir
d'Alexandrie. Entre San-Giuliano et Marengo s'allongeait en ligne
droite la route qu'on allait se disputer, et des deux côtés s'étendait
une plaine couverte de champs de blé et de vignes. Au-dessous de
Marengo, et à droite pour les Français, à gauche pour les Autrichiens,
se trouvait Castel-Ceriolo, gros bourg, par lequel le général Ott
devait passer, afin de tourner le corps du général Victor établi dans
Marengo. C'est donc sur Marengo qu'allait se diriger la principale
attaque des Autrichiens, puisque ce village donnait entrée dans la
plaine.

[En marge: Les Autrichiens passent la Bormida.]

À la pointe du jour, l'armée autrichienne franchit les deux ponts de
la Bormida. Mais son mouvement fut lent, parce qu'elle n'avait qu'une
seule tête de pont pour déboucher. Oreilly passa le premier, et
rencontra la division Gardanne, que le général Victor, après avoir
occupé Marengo, avait portée en avant. Cette division n'était formée
que de la 101e et de la 44e demi-brigade. Oreilly, appuyé par une
nombreuse artillerie, et ayant une force double, la contraignit à se
replier et à se renfermer dans Marengo. Heureusement, il ne s'y jeta
pas à sa suite, et attendit que le centre, sous le général Haddick,
pût le soutenir. La lenteur de la marche à travers le défilé formé par
les ponts, fit perdre deux ou trois heures aux Autrichiens. Enfin les
généraux Haddick et Kaim se déployèrent derrière Oreilly, et le
général Ott passa ces mêmes ponts pour se rendre à Castel-Ceriolo.

Sur-le-champ le général Victor réunit ses deux divisions pour défendre
Marengo, et envoya dire au Premier Consul que l'armée autrichienne
s'avançait tout entière, avec l'intention évidente de livrer bataille.

Un obstacle de terrain vint seconder très-à-propos la bravoure de nos
soldats. En avant de Marengo, entre les Autrichiens et les Français,
se trouvait un ruisseau profond et fangeux, appelé le Fontanone. Il
coulait entre Marengo et la Bormida, pour aller, un peu au-dessous, se
jeter dans le Tanaro. Victor plaça vers sa droite, c'est-à-dire dans
le village de Marengo, les 101e et 44e demi-brigades, sous le général
Gardanne; à gauche du village, la 24e, la 43e, la 96e sous le général
Chambarlhac; un peu en arrière, le général Kellermann avec les 20e,
26e, 8e de cavalerie, et un escadron du 12e. Le reste du 12e fut
envoyé sur la haute Bormida pour observer les mouvements éloignés de
l'ennemi.

[En marge: Les deux armées se disputent le village de Marengo.]

Le général Haddick s'avança sur le ruisseau, protégé par 25 pièces
d'artillerie qui foudroyaient les Français. Il se jeta bravement dans
le lit du Fontanone, à la tête de la division Bellegarde. Le général
Rivaud, sortant aussitôt de l'abri du village avec la 44e et la 101e,
se mit à fusiller à bout portant les Autrichiens qui essayaient de
déboucher. Un combat des plus violents s'engagea le long du Fontanone.
Haddick y revint à plusieurs fois; mais Rivaud[9], tenant ferme sous
les batteries des Autrichiens, arrêta, par un feu de mousqueterie
exécuté de très-près, le corps de Haddick, et le rejeta en désordre de
l'autre côté du ruisseau. L'infortuné général Haddick reçut une
blessure mortelle, et ses soldats se retirèrent. M. de Mélas fit
avancer alors les troupes du général Kaim, et prescrivit à Oreilly de
longer la Bormida, de la remonter jusqu'à un lieu nommé la
Stortigliona, pour faire exécuter sur notre gauche une charge par la
cavalerie de Pilati. Mais, en cet instant, le général Kellermann était
à cheval, à la tête de sa division de cavalerie, observant le
mouvement des escadrons ennemis, et Lannes, qui avait couché à droite
de Victor, dans la plaine, venait se mettre en ligne entre Marengo et
Castel-Ceriolo. Les Autrichiens firent donc un second effort. Les
divisions Gardanne et Chambarlhac, rangées en demi-cercle, autour du
lit demi-circulaire du Fontanone, étaient placées de manière à faire
un feu convergent sur le point d'attaque. Elles écrasèrent de leur
mousqueterie les troupes du général Kaim. Pendant ce temps, le général
Pilati, remontant au-dessus, était parvenu à passer le Fontanone à la
tête de 2 mille chevaux. Le brave Kellermann, qui dans cette journée
ajouta beaucoup à la gloire de Valmy, attachée à son nom, fondit sur
les escadrons de Pilati dès qu'ils essayèrent de déboucher, les sabra,
les précipita dans le lit fangeux de ce petit cours d'eau, que l'art
n'eût pas mieux tracé pour couvrir la position des Français.

[Note 9: Olivier Rivaud.]

Dans ce moment, bien que notre armée surprise n'eût en ligne que les
deux corps de Victor et Lannes, c'est-à-dire 15 ou 16 mille hommes,
pour résister à 36 mille environ, cependant, grâce à la faute commise
la veille par les Autrichiens de n'avoir pas occupé Marengo, faute qui
d'ailleurs avait eu pour eux ses avantages, puisqu'elle avait induit
le général Bonaparte en erreur, notre armée avait le temps d'attendre
son chef, et les réserves restées en arrière, ou envoyées sur la route
de Novi.

[En marge: L'armée française perd le village de Marengo.]

Les choses en étaient là, lorsque M. de Mélas, décidé à tenter les
derniers efforts pour sauver l'honneur et la liberté de son armée, et
parfaitement secondé par ses soldats, tous vétérans dont les victoires
de la précédente campagne avaient élevé le coeur, M. de Mélas fit
aborder encore une fois la ligne française. Le général Ott, qui avait
mis beaucoup de temps à défiler, commençait à pouvoir agir vers la
gauche des Autrichiens. Il manoeuvra pour nous tourner, traversa
Castel-Ceriolo, et déborda Lannes qui, placé à côté de Victor entre
Marengo et Castel-Ceriolo, formait la droite de notre ligne. Pendant
que la colonne du général Ott occupait l'attention de Lannes, les
corps d'Oreilly, Haddick et Kaim ralliés, furent dirigés de nouveau
sur le Fontanone, en face de Marengo. Une artillerie formidable
appuyait tous leurs mouvements. Les grenadiers de Lattermann entrèrent
dans le ruisseau, le franchirent, et gravirent l'autre bord. La
division Chambarlhac, placée sur la gauche de Marengo, et sur les
flancs des grenadiers autrichiens, fit sur eux un feu meurtrier.
Cependant un bataillon de ces grenadiers parvint à se maintenir au
delà du Fontanone. M. de Mélas redoubla la canonnade sur la division
Chambarlhac, qui n'était pas couverte par les maisons du village,
comme celle qui défendait Marengo même. Pendant ce temps, des
pionniers autrichiens construisirent à la hâte un pont de chevalets.
Alors le brave Rivaud, à la tête de la 44e, sortit du village de
Marengo, et marchant sur les assaillants, malgré la mitraille, allait
les précipiter dans le Fontanone; mais d'affreuses décharges
d'artillerie arrêtèrent la 44e, épuisée par cette lutte obstinée, et
Rivaud lui-même fut blessé. Saisissant le moment, les grenadiers de
Lattermann s'avancèrent en masse, et pénétrèrent dans Marengo. Rivaud,
tout couvert de sang, se remit encore une fois à la tête de la 44e,
fit une charge vigoureuse sur ces grenadiers, les rejeta hors de
Marengo; mais, accueilli dès qu'il sortait de l'abri des maisons par
un feu épouvantable d'artillerie, il ne put leur faire repasser le
ruisseau qui avait jusqu'ici protégé si bien notre armée. Affaibli par
le sang qu'il perdait, se soutenant à peine, ce vaillant officier fut
obligé de se laisser emporter loin du champ de bataille. Les
grenadiers autrichiens se maintinrent donc dans la position qu'ils
venaient de conquérir. Au même instant, la division Chambarlhac, qui
n'était, comme nous venons de le dire, protégée par aucun abri, et
recevait la mitraille à découvert, fut presque écrasée. Le général
Oreilly repoussa la 96e, placée à notre extrême gauche, et commença
dès lors à la déborder. Vers la droite, Lannes, qui, n'ayant d'abord
affaire qu'au seul corps du général Kaim, allait le culbuter dans le
lit du Fontanone, se vit tourné tout à coup par le général Ott,
débouchant de Castel-Ceriolo avec une nombreuse cavalerie. La brigade
de cavalerie Champeaux, rangée en arrière du corps de Lannes, comme
Kellermann en arrière du corps de Victor, exécuta vainement des
charges brillantes. L'infortuné Champeaux reçut une blessure mortelle.
Notre armée, débordée sur les deux ailes, détachée de ce point de
Marengo auquel elle s'était si fortement attachée d'abord, notre armée
n'avait plus rien pour la soutenir. Elle courait le danger d'être
jetée dans la plaine en arrière, où aucun appui ne pouvait la protéger
contre 200 bouches à feu et une immense cavalerie.

Il était dix heures du matin. Le carnage avait été horrible. Une masse
considérable de blessés encombrait la route, entre Marengo et
San-Giuliano. Déjà une partie des troupes de Victor, accablées par le
nombre, se retiraient en désordre, criant que tout était perdu. Tout
était perdu en effet sans un renfort de troupes nouvelles, qui ne
fussent point épuisées, et surtout sans un grand capitaine, capable de
ressaisir la victoire.

[En marge: Le général Bonaparte arrive sur le champ de bataille.]

Le général Bonaparte, averti que l'armée autrichienne, qu'il craignait
de voir échapper, le surprenait, au contraire, dans cette plaine de
Marengo, si déserte la veille, accourut de Torre-di-Garofolo, bénissant
l'heureux débordement de la Scrivia, qui l'avait empêché d'aller coucher
à Voghera. Il amenait avec lui la garde consulaire, troupe peu
nombreuse, mais d'une valeur incomparable, et qui devint plus tard la
garde impériale; il amenait la division Monnier, composée de trois
demi-brigades excellentes; il se faisait suivre à peu de distance par
une réserve de deux régiments de cavalerie; il envoyait enfin à Desaix
l'ordre de marcher en toute hâte sur San-Giuliano.

Le Premier Consul, à la tête de ces réserves, se transporte au galop
sur le champ de bataille. Il trouve Lannes débordé à droite par
l'infanterie et la cavalerie du général Ott, essayant néanmoins à
gauche de se soutenir autour de Marengo, Gardanne se défendant encore
dans les haies de ce village, objet d'une lutte si acharnée, et de
l'autre côté la division Chambarlhac, foudroyée, se dispersant sous le
feu des Autrichiens.

À cette vue, il juge avec son coup d'oeil supérieur ce qu'il convient
de faire pour rétablir les affaires. Sa gauche mutilée est dans une
vraie déroute; mais sa droite n'est que menacée, elle se maintient
encore; c'est à celle-là qu'il faut porter secours. En la fixant
solidement à Castel-Ceriolo, il aura un point d'appui au milieu de
cette vaste plaine; il pourra pivoter autour de son aile raffermie,
ramener son aile battue en arrière, pour la dérober aux coups de
l'ennemi. Perdrait-il, par ce mouvement, la grande route de Marengo à
San-Giuliano, le mal serait fort réparable; car derrière sa nouvelle
position passe un autre chemin qui conduit à Salé, et de Salé aux
rives du Pô. Sa ligne de retraite vers Pavie reste donc assurée. Placé
d'ailleurs à la droite de la plaine, il est dans le flanc des
Autrichiens, qui vont s'engager sur la grande route de Marengo à
San-Giuliano, s'ils veulent mettre la victoire à profit.

Ces réflexions faites avec la rapidité de l'éclair, le général
Bonaparte exécute aussitôt la résolution qu'il vient de concevoir. Il
porte en avant dans la plaine, à la droite de Lannes, les 800
grenadiers de la garde consulaire, et leur ordonne d'arrêter la
cavalerie autrichienne, en attendant l'arrivée des trois demi-brigades
de Monnier. Ces braves gens, formés en carré, reçoivent avec un
admirable sang-froid les charges des dragons de Lobkowitz, et restent
inébranlables sous les assauts répétés d'une multitude de cavaliers.
Un peu à leur droite, le général Bonaparte ordonne à deux
demi-brigades de Monnier, arrivées dans le moment, de se diriger sur
Castel-Ceriolo. Ces deux demi-brigades, la 70e et la 19e conduites par
le général Carra-Saint-Cyr, marchent en avant, et, tantôt disposées en
carré pour arrêter la cavalerie, tantôt en colonnes d'attaque pour
aborder l'infanterie, parviennent à regagner le terrain perdu, et à se
loger dans les haies et les jardins de Castel-Ceriolo. Au même
instant, le général Bonaparte, à la tête de la 72e vient soutenir la
gauche de Lannes, pendant que Dupont, le chef d'état-major, va
rallier en arrière les débris du corps de Victor, poursuivis par les
chevaux d'Oreilly, mais protégés par Murat avec la réserve de
cavalerie. La présence du Premier Consul, la vue des bonnets à poil de
sa garde à cheval, ont ranimé les troupes. Le combat recommence avec
une nouvelle fureur. Le brave Watrin, du corps de Lannes, avec la 6e
de ligne et la 22e, rejette à la baïonnette les soldats de Kaim dans
le Fontanone. Lannes, remplissant la 40e et la 28e du feu de son âme
héroïque, les pousse l'une et l'autre sur les Autrichiens. Partout on
combat avec acharnement dans cette immense plaine. Gardanne essaie de
reconquérir Marengo; Lannes tâche de s'emparer du ruisseau qui a
d'abord si utilement couvert nos troupes; les grenadiers de la garde
consulaire, toujours en carré comme une citadelle vivante au milieu de
ce champ de bataille, remplissent le vide entre Lannes et les colonnes
de Carra-Saint-Cyr, entrées dans les premières maisons de
Castel-Ceriolo. Mais le baron de Mélas, avec le courage du désespoir,
ramenant ses masses réunies sur Marengo, débouche enfin du village,
repousse les soldats exténués de Gardanne, qui s'attachent en vain à
tous les obstacles. Oreilly achève d'accabler de mitraille la division
Chambarlhac, toujours restée à découvert sous les coups d'une immense
artillerie.

Il n'y a plus moyen de tenir; il faut céder le terrain. Le général
Bonaparte ordonne de le céder peu à peu, en faisant une ferme
contenance. Mais tandis que sa gauche, privée de Marengo et désormais
sans appui, recule rapidement jusqu'à San-Giuliano, où elle va
chercher un abri, lui continue à tenir la droite de la plaine, et s'y
défend lentement, grâce au point de Castel-Ceriolo, grâce à l'énergie
de la garde consulaire, grâce à Lannes surtout, qui fait des efforts
inouïs. Tant qu'il se maintient à droite, le Premier Consul conserve
une ligne de retraite assurée par Salé vers les bords du Pô; et si
même Desaix, dirigé la veille sur Novi, en revient à temps, il peut
reconquérir le champ de bataille, et ramener la victoire de son côté.

[En marge: Résistance héroïques de Lannes.]

C'est dans ce moment que Lannes et ses quatre demi-brigades font des
efforts dignes des hommages de la postérité. L'ennemi, qui a débouché
en masse de Marengo dans la plaine, vomit, par quatre-vingts bouches à
feu, une grêle de boulets et de mitraille. Lannes, à la tête de ces
quatre demi-brigades, met deux heures à parcourir trois quarts de
lieue. Lorsque l'ennemi s'approche et devient trop pressant, il
s'arrête, et le charge à la baïonnette. Quoique son artillerie soit
démontée, quelques pièces légères, attelées des meilleurs chevaux et
manoeuvrées avec autant d'habileté que d'audace, viennent aider de
leur feu les demi-brigades qui sont serrées de trop près, et osent se
mettre en batterie en face de la formidable artillerie autrichienne.
La garde consulaire, qu'on n'a pu ébranler à force de charges de
cavalerie, est maintenant attaquée à coups de canon. On cherche à la
battre en brèche comme une muraille, puis on lance sur elle les
chevaux Frimont. Elle fait des pertes sensibles, et recule, mais sans
se rompre. Carra-Saint-Cyr se replie aussi, et abandonne
Castel-Ceriolo, en conservant toutefois un dernier appui dans les
vignes en arrière de ce village. Nous restons cependant en possession
de la route de Castel-Ceriolo à Salé. Partout la plaine présente un
vaste champ de carnage, où le feu des explosions s'ajoute à celui de
l'artillerie, car Lannes fait sauter les caissons qu'il ne peut plus
ramener.

La moitié du jour est écoulée. M. de Mélas croit enfin tenir la
victoire qu'il a si chèrement achetée. Ce vieillard, qui, par le
courage au moins, se montre digne de son adversaire dans cette journée
mémorable, rentre dans Alexandrie exténué de fatigue. Il laisse le
commandement à son chef d'état-major, M. de Zach, et expédie à toute
l'Europe des courriers pour annoncer sa victoire et la défaite du
général Bonaparte à Marengo. Ce chef d'état-major, chargé du
commandement, forme alors le gros de l'armée autrichienne en colonne
de marche, sur la grande route de Marengo à San-Giuliano. Il place en
tête deux régiments d'infanterie, la colonne des grenadiers de
Lattermann ensuite, et après les bagages. Il range à gauche le corps
du général Oreilly, à droite les corps des généraux Kaim et Haddick,
et il s'efforce de gagner, dans cet ordre, cette grande route de
Plaisance, objet de tant d'efforts, et salut de l'armée autrichienne.

Il est trois heures: si aucune circonstance nouvelle ne survient, la
bataille peut être considérée comme perdue pour les Français, sauf à
réparer le lendemain, avec les troupes qui se rabattront du Tessin et
de l'Adda sur le Pô, le malheur de la journée. Desaix cependant reste
encore avec la division Boudet tout entière: arrivera-t-il à
temps?... Telle est la circonstance de laquelle dépend le sort de la
bataille. Les aides-de-camp du Premier Consul avaient couru après lui
dès le matin. Mais, long-temps avant d'être rejoint par eux, Desaix,
au premier coup de canon tiré dans la plaine de Marengo, s'était
arrêté sur place. Entendant ce canon lointain, il en avait conclu que
l'ennemi, qu'on l'envoyait chercher à Novi sur la route de Gênes,
était à Marengo même. Il avait aussitôt dépêché Savary avec quelques
centaines de chevaux sur Novi, pour voir ce qui s'y passait, et avec
sa division s'était mis à attendre, écoutant toujours le canon des
Autrichiens et des Français, qui ne cessait de retentir dans la
direction de la Bormida. Savary n'ayant rencontré personne dans les
environs de Novi, Desaix s'était confirmé dans son heureuse
conjecture, et, sans plus différer, avait marché sur Marengo, se
faisant précéder par plusieurs aides-de-camp pour annoncer son arrivée
au Premier Consul. Il avait cheminé toute la journée, et, à trois
heures, en effet, ses têtes de colonne commençaient à se montrer à
l'entrée de la plaine, aux environs de San-Giuliano. Lui-même, les
devançant au galop, accourait auprès de la personne du Premier Consul.
Heureuse inspiration d'un lieutenant, aussi intelligent que dévoué!
Heureuse fortune de la jeunesse! Si, quinze ans plus tard, le Premier
Consul, aujourd'hui si bien secondé par ses généraux, avait trouvé un
Desaix sur le champ de bataille de Waterloo, il eût conservé l'empire,
et la France sa position dominatrice parmi les puissances de l'Europe!

[En marge: Avis de Desaix sur l'état de la bataille.]

[En marge: Nouvelles dispositions pour regagner la bataille.]

La présence de Desaix va changer la face des choses. On l'entoure, on
lui raconte la journée. Les généraux se forment en cercle autour de
lui et du Premier Consul, et discutent vivement sur cette grave
situation. La plupart sont d'avis de la retraite. Le Premier Consul
n'est pas de cette opinion, et il pressé vivement Desaix de dire la
sienne. Desaix, promenant ses regards sur ce champ de bataille
dévasté, puis tirant sa montre et regardant l'heure, répond au général
Bonaparte ces simples et nobles paroles: Oui, la bataille est perdue;
mais il n'est que trois heures, il reste encore le temps d'en gagner
une.--Le général Bonaparte, charmé de l'avis de Desaix, se dispose à
profiter des ressources que ce général lui amène, et des avantages que
lui assure la situation prise dès le matin. Il est, en effet, dans la
plaine à droite, tandis que l'ennemi est à gauche, en colonne de
marche, sur la grande route, s'avançant sur San-Giuliano. Desaix
arrivant par San-Giuliano avec 6 mille hommes de troupes fraîches, et
donnant de front sur les Autrichiens, peut les arrêter court, pendant
que le gros de l'armée ralliée se jettera dans leur flanc. Les
dispositions sont faites en conséquence, et sur-le-champ.

[Illustration: Desaix. (À Marengo.)]

Les trois demi-brigades de Desaix sont formées en avant de
San-Giuliano, un peu à droite de la grande route: la 30e déployée en
ligne, la 9e et la 59e en colonnes serrées sur les ailes de la
première. Une légère ondulation du terrain les cache à l'ennemi. À
leur gauche se trouvent les débris ralliés et un peu remis de
Chambarlhac et Gardanne, sous le général Victor, à leur droite dans
la plaine, Lannes, dont le mouvement de retraite s'est arrêté; puis la
garde consulaire, puis Carra-Saint-Cyr, qui s'est maintenu le plus
près possible de Castel-Ceriolo. L'armée forme ainsi une longue ligne
oblique de San-Giuliano à Castel-Ceriolo. Entre Desaix et Lannes, et
un peu en arrière, on a placé la cavalerie de Kellermann dans un
intervalle. Une batterie de 12 pièces, seul reste de toute
l'artillerie de l'armée, est répandue sur le front du corps de Desaix.

Ces dispositions faites, le Premier Consul parcourt à cheval les rangs
de ses soldats, et parle aux divers corps. Mes amis, leur dit-il,
c'est assez reculer; souvenez-vous que j'ai l'habitude de coucher sur
le champ de bataille.--Après avoir ranimé ses troupes, qui, rassurées
par l'arrivée des réserves, brûlent de vaincre, il donne le signal. La
charge est battue sur toute la ligne.

Les Autrichiens, en ordre de marche plutôt qu'en ordre de bataille,
cheminaient sur la grande route. La colonne dirigée par M. de Zach
s'avançait la première. Un peu en arrière, venait le centre à demi
déployé dans la plaine, et faisant face à Lannes.

[En marge: La bataille recommence une troisième fois.]

[En marge: Vigoureuse attaque de Desaix.--Sa mort.]

[En marge: Lannes presse vivement les Autrichiens.]

Le général Marmont démasque à l'improviste douze pièces de canon. Une
épaisse mitraille tombe sur la tête de la colonne autrichienne surprise,
et ne s'attendant pas à une nouvelle résistance, car on croyait les
Français décidément en retraite. Elle avait peine à se remettre de cette
subite émotion, quand Desaix ébranle la 9e légère. Allez avertir le
Premier Consul, dit-il à son aide-de-camp Savary, que je charge, et que
j'ai besoin d'être appuyé par la cavalerie.--Desaix, à cheval, marche
lui-même en tête de cette demi-brigade. Il franchit avec elle le léger
pli de terrain qui la dérobait à la vue des Autrichiens, et se révèle
brusquement à eux par une décharge de mousqueterie exécutée à bout
portant. Les Autrichiens répondent, et Desaix tombe aussitôt percé d'une
balle dans la poitrine.--Cachez ma mort, dit-il au général Boudet qui
était son chef de division, car cela pourrait ébranler les
troupes.--Inutile précaution de ce héros! On l'a vu tomber, et ses
soldats, comme ceux de Turenne, demandent à grands cris à venger leur
chef. La 9e légère qui, ce jour-là, mérita le titre d'_incomparable_,
qu'elle a porté jusqu'à la fin de nos guerres, la 9e légère, après avoir
vomi ses feux, se range en colonne, et tombe sur la masse profonde des
Autrichiens. À sa vue les deux premiers régiments qui ouvraient la
marche, surpris, se rejettent en désordre sur la seconde ligne, et
disparaissent dans ses rangs. La colonne des grenadiers de Lattermann se
trouve alors seule en tête, et reçoit ce choc en troupe d'élite. Elle
tient ferme. La lutte s'étend sur les deux côtés de la grande route. La
9e légère est appuyée, à droite, par les troupes de Victor ralliées, à
gauche, par les 30e et 59e demi-brigades de la division Boudet, qui ont
suivi le mouvement. Les grenadiers de Lattermann se défendent avec
peine, quand tout à coup un orage imprévu vient fondre sur leur tête. Le
général Kellermann, qui, à la demande de Desaix, avait reçu l'ordre de
charger, part au galop, et passant entre Lannes et Desaix, place une
partie de ses escadrons en potence pour faire face a la cavalerie
autrichienne qu'il voyait devant lui, puis, avec le reste, se jette dans
le flanc de la colonne des grenadiers, assaillis déjà de front par
l'infanterie de Boudet. Cette charge, exécutée avec une vigueur
extraordinaire, coupe la colonne en deux. Les dragons de Kellermann
sabrent à droite et à gauche, jusqu'à ce que, pressés de tous côtés, les
malheureux grenadiers déposent les armes. Deux mille d'entre eux se
rendent prisonniers. À leur tête, le général Zach lui-même est obligé de
remettre son épée. Les Autrichiens sont ainsi privés de direction pour
la fin de la bataille; car M. de Mélas, comme on l'a vu, croyant la
victoire assurée, était rentré dans Alexandrie. Kellermann ne s'en tient
pas là; il s'élance sur les dragons de Lichtenstein et les met en fuite.
Ceux-ci se replient sur le centre des Autrichiens, qui se déployait dans
la plaine, en face de Lannes, et y causent quelque désordre. Lannes
avance alors, pousse avec vigueur ce centre ébranlé des Autrichiens,
tandis que les grenadiers de la garde consulaire et Carra-Saint-Cyr se
portent de nouveau sur Castel-Ceriolo, dont ils n'étaient pas fort
éloignés. Sur toute la ligne de San-Giuliano à Castel-Ceriolo, les
Français ont repris l'offensive; ils marchent en avant, ivres de joie et
d'enthousiasme, en voyant la victoire revenir à eux. La surprise, le
découragement ont passé du côté des Autrichiens.

[En marge: Panique de la cavalerie autrichienne.]

Admirable puissance de la volonté qui s'obstine, et parvient en
s'obstinant à ramener la fortune! De San-Giuliano à Castel-Ceriolo,
cette ligne oblique des Français avance au pas de charge, refoulant
les Autrichiens, tout étonnés d'avoir une nouvelle bataille à livrer.
Carra-Saint-Cyr a bientôt reconquis le village de Castel-Ceriolo, et
le général Ott, qui s'était d'abord avancé au delà de ce village,
craignant d'être débordé, songe à rétrograder avant d'avoir perdu ses
communications. Un mouvement de panique se communique à sa cavalerie;
elle s'enfuit au galop, en criant: Aux ponts. Alors c'est à qui
arrivera le premier à ces ponts de la Bormida. Le général Ott
repassant par Castel-Ceriolo, avec les troupes de Vogelsang, est
obligé de se faire jour à travers les Français. Il y réussit, et
regagne en hâte les bords de la Bormida, où tout se précipite avec
furie.

[En marge: L'armée autrichienne est jetée en désordre dans la
Bormida.]

Les corps des généraux Kaim, Haddick veulent en vain tenir au centre;
Lannes ne leur en laisse pas le moyen, les jette dans Marengo, et va
les pousser dans le Fontanone, et du Fontanone dans la Bormida. Mais
les grenadiers de Weidenfeld tiennent tête un instant, pour donner à
Oreilly, qui s'était avancé jusqu'à Cassina-Grossa, le temps de
rebrousser chemin. De son côté, la cavalerie autrichienne essaie
quelques charges, pour arrêter la marche des Français. Mais elle est
ramenée par les grenadiers à cheval de la garde consulaire, que
conduisent Bessières et le jeune Beauharnais. Lannes et Victor, avec
leurs corps réunis, se jettent enfin sur Marengo, et culbutent
Oreilly, ainsi que les grenadiers de Weidenfeld. La confusion, sur les
ponts de la Bormida, s'accroît à chaque instant. Fantassins,
cavaliers, artilleurs s'y pressent en désordre. Les ponts ne pouvant
pas contenir tout le monde, on se jette dans la Bormida pour passer à
gué. Un conducteur d'artillerie essaie de la traverser avec la pièce
de canon qu'il conduisait; il y réussit. L'artillerie tout entière
veut alors suivre son exemple, mais une partie des voitures reste
engagée dans le lit de la rivière. Les Français, ardents à la
poursuite, prennent hommes, chevaux, canons, bagages. L'infortuné
baron de Mélas, qui, deux heures auparavant, avait laissé son armée
victorieuse, était accouru au bruit de ce désastre, et n'en pouvait
croire ses yeux. Il était au désespoir.

[En marge: Immenses résultats de la bataille de Marengo.]

[En marge: L'aide-de-camp Savary recueille le corps de Desaix.]

Telle fut cette sanglante bataille de Marengo, qui exerça, comme on le
verra bientôt, une immense influence sur les destinées de la France et
du monde; elle donna en effet dans le moment la paix à la République,
et, un peu plus tard, l'Empire au Premier Consul. Elle fut cruellement
disputée, et elle en valait la peine; car jamais résultat ne fut plus
grave pour l'un et pour l'autre des deux adversaires. M. de Mélas se
battait afin d'éviter une affreuse capitulation; le général Bonaparte
jouait en ce jour toute sa fortune. Les pertes, vu le nombre des
combattants, furent immenses, et hors de toutes les proportions
habituelles. Les Autrichiens perdirent environ 8 mille hommes en morts
ou blessés, et plus de 4 mille prisonniers. Leur état-major fut
cruellement décimé; le général Haddick fut tué; les généraux
Vogelsang, Lattermann, Bellegarde, Lamarsaille, Gottesheim furent
blessés; et, avec eux, un grand nombre d'officiers. Ils perdirent
donc, en hommes hors de combat ou pris, le tiers de leur armée, si
elle était de 33 à 40 mille hommes, comme on l'a dit généralement.
Quant aux Français, ils eurent 6 mille tués ou blessés; on leur enleva
un millier de prisonniers, ce qui présente encore une perte du quart,
sur 28 mille soldats présents à la bataille. Leur état-major était
aussi maltraité que l'état-major autrichien. Les généraux Mainony,
Rivaud, Malher, Champeaux, étaient blessés, le dernier mortellement.
La plus grande perte était celle de Desaix. La France n'en avait pas
fait une plus regrettable, depuis dix ans de guerre. Aux yeux du
Premier Consul, cette perte fut assez grande pour diminuer chez lui la
joie de la victoire. Son secrétaire, M. de Bourrienne, accourant pour
le féliciter de ce miraculeux triomphe, lui dit: Quelle belle
journée!--Oui, bien belle, répondit le Premier Consul, si ce soir
j'avais pu embrasser Desaix sur le champ de bataille. J'allais le
faire, ajouta-t-il, ministre de la guerre; je l'aurais fait prince, si
j'avais pu.--Le vainqueur de Marengo ne se doutait pas encore qu'il
pourrait bientôt donner des couronnes à ceux qui le servaient.
L'infortuné Desaix était gisant auprès de San-Giuliano, au milieu de
ce vaste champ de carnage. Son aide-de-camp Savary, qui lui était
depuis long-temps attaché, le cherchant au milieu des morts; le
reconnut à son abondante chevelure, le recueillit avec un soin pieux,
l'enveloppa dans le manteau d'un hussard, et, le plaçant sur son
cheval, le transporta au quartier-général de Torre-di-Garofolo.

[En marge: Désespoir de l'armée autrichienne.]

[En marge: Envoi d'un parlementaire autrichien au Premier Consul.]

Bien que la plaine de Marengo fût inondée de sang français, la joie
régnait dans l'armée. Soldats et généraux sentaient le mérite de leur
conduite, et appréciaient l'immense importance d'une victoire
remportée sur les derrières de l'ennemi. Les Autrichiens, au
contraire, étaient consternés; ils se savaient enveloppés et réduits à
subir la loi du vainqueur. Le baron de Mélas qui, dans cette journée,
avait eu deux chevaux tués sous lui, et s'était conduit, malgré son
grand âge, comme aurait pu le faire le plus jeune, le plus vaillant
soldat de son armée, le baron de Mélas était plongé dans la plus
profonde douleur. Il était rentré dans Alexandrie, pour prendre un peu
de repos, et en se croyant vainqueur. Maintenant il voyait son armée à
moitié détruite, fuyant par toutes les issues, abandonnant son
artillerie aux Français, ou la laissant noyée dans les marécages de la
Bormida. Pour comble de malheur, son chef d'état-major Zach, qui
jouissait de toute sa confiance, était en ce moment prisonnier des
Français. Il promenait en vain ses regards sur ses généraux; aucun ne
voulait donner un conseil; tous maudissaient le cabinet de Vienne, qui
les avait entretenus dans de si funestes illusions, et les avait ainsi
précipités dans un abîme. Cependant il fallait prendre un parti; mais
lequel?... Se battre pour se faire jour? On venait de le tenter, et on
n'y avait pas réussi. Se retirer sur Gênes, ou bien passer le Pô
supérieur pour forcer le Tessin? Mais ces partis, difficiles avant la
bataille, étaient impossibles depuis qu'elle avait été livrée et
perdue. Le général Suchet était à quelques lieues en arrière, avec
l'armée de Ligurie, vers Acqui; le général Bonaparte était en avant
d'Alexandrie, avec l'armée de réserve victorieuse. L'un et l'autre
allaient faire leur jonction, et couper la route de Gênes. Le général
Moncey, qui, avec les détachements venus d'Allemagne, gardait le
Tessin, pouvait être secouru par le général Bonaparte, en aussi peu de
temps qu'on en mettrait à marcher vers lui. Il n'y avait donc chance
de salut d'aucun côté, et il fallait s'arrêter à la cruelle idée de
capituler; bienheureux si, en abandonnant l'Italie, on sauvait la
liberté de l'armée autrichienne, et si on obtenait de la générosité du
vainqueur que cette malheureuse armée ne fût pas prisonnière de
guerre! En conséquence, il fut résolu qu'on enverrait un parlementaire
au général Bonaparte, pour entrer en négociation. Le prince de
Lichtenstein fut choisi pour se rendre le lendemain matin, 15 juin (26
prairial), au quartier-général français.

[En marge: Dispositions de Premier Consul à traiter.]

[En marge: Berthier envoyé au quartier-général autrichien.]

De son côté, le Premier Consul avait beaucoup de raisons de traiter.
Son but principal était atteint, car l'Italie se trouvait délivrée en
une seule bataille. Après la victoire qu'il venait de remporter, et
qui achevait l'investissement complet des Autrichiens, il était
certain d'obtenir l'évacuation de l'Italie; il aurait même pu, à la
rigueur, exiger que les vaincus déposassent les armes, et se
constituassent prisonniers. Mais, en humiliant l'honneur de ces braves
gens, on allait peut-être les pousser à un acte de désespoir. C'était
verser un sang inutile, c'était surtout perdre du temps. Absent de
Paris depuis plus d'un mois, il lui importait d'y retourner au plus
tôt. Nous avions un prisonnier qui pouvait être un intermédiaire
précieux, c'était M. de Zach. Le Premier Consul s'ouvrit à lui,
exprima en sa présence son sincère désir de faire la paix, sa
disposition à ménager l'armée impériale, et à lui accorder les plus
honorables conditions. Le parlementaire autrichien étant arrivé sur
ces entrefaites, il manifesta devant cet envoyé les mêmes dispositions
qu'à M. de Zach, et les chargea tous deux de se rendre avec Berthier
auprès de M. de Mélas, pour arrêter les bases d'une capitulation.
Suivant sa coutume dans toutes les circonstances de ce genre, il
déclara irrévocablement les conditions arrêtées déjà dans sa pensée,
annonçant qu'aucun pourparler ne les lui ferait modifier. Ainsi, il
consentait à ne point exiger que l'armée autrichienne fût déclarée
prisonnière; il voulait bien la laisser passer avec les honneurs de la
guerre; mais il exigeait qu'on rendît immédiatement à la France toutes
les places de la Ligurie, du Piémont, de la Lombardie, des Légations,
et que les Autrichiens évacuassent toute l'Italie jusqu'au Mincio. Les
négociateurs partirent aussitôt pour le quartier-général autrichien.

Quoique rigoureuses, les conditions qu'ils apportaient étaient
naturelles, on doit même dire généreuses. Une seule était pénible,
presque humiliante, c'était la remise de Gênes, après tant de sang
répandu, et après quelques jours seulement d'occupation; mais
évidemment le vainqueur ne pouvait pas s'en départir. M. de Mélas,
cependant, envoya son principal négociateur auprès du Premier Consul,
pour élever quelques contestations sur l'armistice proposé.--Monsieur,
lui dit avec vivacité le Premier Consul, mes conditions sont
irrévocables. Ce n'est pas d'hier que je fais la guerre; votre
position m'est aussi connue qu'à vous-mêmes. Vous êtes dans
Alexandrie, encombrés de morts, de blessés, de malades, dépourvus de
vivres, privés de l'élite de votre armée, enveloppés de toutes parts.
Je pourrais tout exiger, mais je respecte les cheveux blancs de votre
général, la vaillance de vos soldats, et je ne demande que ce qu'exige
impérieusement la situation présente des affaires. Retournez à
Alexandrie; quoi que vous fassiez, vous n'aurez pas d'autres
conditions.--

[En marge: Célèbre convention d'Alexandrie signée le 15.]

[En marge: Conditions de cette convention.]

La convention fut signée à Alexandrie dans la journée même du 15,
d'après les bases proposées par le général Bonaparte. Il fut convenu
d'abord qu'il y aurait suspension d'armes en Italie, jusqu'après la
réception d'une réponse de Vienne. Si la convention était acceptée,
les Autrichiens avaient la faculté de se retirer, avec les honneurs de
la guerre, derrière la ligne du Mincio. Ils s'engageaient, en se
retirant, à remettre aux Français toutes les places fortes qu'ils
occupaient. Les châteaux de Tortone, d'Alexandrie, de Milan, d'Arona,
de Plaisance, devaient être remis du 16 au 20 juin (27 prairial-1er
messidor); les châteaux de Ceva, de Savone, les places de Coni et de
Gênes, du 16 au 24 juin; le fort d'Urbin, le 26. L'armée autrichienne
devait être divisée en trois colonnes, qui se retireraient l'une
après l'autre, au fur et à mesure de la livraison des places. Les
immenses approvisionnements accumulés par M. de Mélas en Italie
étaient partagés par moitié: l'artillerie des fonderies italiennes
était concédée à l'armée française, l'artillerie des fonderies
autrichiennes à l'armée impériale. Les Impériaux, après avoir évacué
la Lombardie jusqu'au Mincio, devaient se renfermer derrière la ligne
suivante: le Mincio, la Fossa-Maestra, la rive gauche du Pô, depuis
Borgo-Forte jusqu'à l'embouchure de ce fleuve dans l'Adriatique.
Peschiera et Mantoue restaient à l'armée autrichienne. Il était dit,
sans explication, que le détachement de cette armée actuellement en
Toscane continuerait à occuper cette province. Il ne pouvait être
parlé des États du pape, et du roi de Naples, dans cette capitulation,
puisque ces princes étaient étrangers aux événements de la haute
Italie. Si cette convention n'était pas ratifiée par l'empereur, on
avait dix jours pour s'avertir de la reprise des hostilités. En
attendant, on ne pouvait faire de part ni d'autre de détachement sur
l'Allemagne.

Ce fut là le sens de cette célèbre convention d'Alexandrie, qui, en
une journée, valut à la France la restitution de la haute Italie,
laquelle entraînait la restitution de l'Italie entière. On a beaucoup
reproché depuis, et trop sévèrement, à M. de Mélas, cette campagne et
cette convention. Il faut être juste pour le malheur, quand il est
racheté surtout par une conduite pleine d'honneur. M. de Mélas fut
trompé sur l'existence de l'armée de réserve par le cabinet de
Vienne, qui ne cessa de l'entretenir dans les plus funestes
illusions. Une fois détrompé, on put lui reprocher de n'avoir réuni
ses troupes, ni assez tôt, ni assez complètement, et d'avoir laissé
trop de monde dans les places. Ce n'était pas, en effet, derrière les
murs de ces places, mais sur le champ de bataille de Marengo, qu'il
fallait les défendre. Cette faute admise, il faut reconnaître que M.
de Mélas tint la conduite des gens de coeur lorsqu'ils sont
enveloppés, c'est de se faire jour l'épée à la main. Il l'essaya
bravement, et fut vaincu. Dès lors il n'y avait plus pour lui qu'une
chose possible, c'était de sauver la liberté de son armée, car
l'Italie était irrévocablement perdue pour lui. Il ne pouvait obtenir
plus qu'il n'obtint; il aurait même pu, si le vainqueur eût voulu,
subir plus d'humiliations encore. Et le vainqueur lui-même fit bien de
ne pas exiger davantage, puisqu'en voulant humilier ces braves gens,
il se serait exposé à les pousser à de sanglantes extrémités, et à
perdre un temps précieux, sa présence à Paris étant dans le moment
indispensable. Plaignons donc M. de Mélas, et admirons sans réserve la
conduite du vainqueur, qui dut les prodigieux résultats de cette
campagne, non pas au hasard, mais aux combinaisons les plus profondes,
les plus merveilleusement exécutées.

[En marge: Quel est le véritable vainqueur de Marengo?]

Quelques détracteurs ont prétendu attribuer au général Kellermann le
gain de la bataille de Marengo, et tous les résultats que cette
bataille mémorable entraîna dans la suite. Pourquoi donc, s'il faut
dépouiller de cette gloire le général Bonaparte, ne pas l'attribuer à
cette noble victime de la plus heureuse inspiration, à ce Desaix qui,
devinant, avant de les avoir reçus, les ordres de son chef, vint lui
apporter la victoire, et sa vie? Pourquoi ne pas l'attribuer aussi à
cet intrépide défenseur de Gênes, qui, en retenant les Autrichiens sur
l'Apennin, donna au général Bonaparte le temps de descendre les Alpes,
et les lui livra presque à moitié détruits? À ce dire, les généraux
Kellermann, Desaix, Masséna, seraient tous les véritables vainqueurs
de Marengo, tous, excepté le général Bonaparte! Mais en ce monde le
cri des peuples a toujours décerné la gloire, et le cri des peuples a
proclamé vainqueur de Marengo, celui qui, découvrant avec le coup
d'oeil du génie le parti qu'on pouvait tirer des Hautes-Alpes pour
déboucher sur les derrières des Autrichiens, avait trompé, trois mois
de suite, leur vigilance; avait créé une armée qui n'existait pas,
rendu cette création incroyable pour toute l'Europe, traversé le
Saint-Bernard sans route frayée, paru à l'improviste au milieu de
l'Italie confondue d'étonnement, enveloppé avec un art merveilleux son
adversaire infortuné, et lui avait livré une bataille décisive, perdue
le matin, regagnée le soir, et certainement regagnée le lendemain, si
elle ne l'avait été le jour même: car, outre les six mille hommes de
Desaix, dix mille hommes accourus du Tessin, dix mille postés sur le
bas Pô, présentaient le moyen infaillible de détruire l'armée ennemie.
Qu'on suppose, en effet, les Autrichiens, vainqueurs le 14 juin,
s'engageant dans le défilé de la Stradella, trouvant à Plaisance les
généraux Duhesme et Loison avec 10 mille hommes pour leur disputer le
passage du Pô, et ayant en queue le général Bonaparte, renforcé des
généraux Desaix et Moncey: qu'auraient fait les Autrichiens dans ce
coupe-gorge, arrêtés par un fleuve bien défendu, et poursuivis par une
armée supérieure en nombre? Ils auraient succombé plus désastreusement
encore que dans les champs de la Bormida. Le vrai vainqueur de Marengo
est donc celui qui maîtrisa la fortune par ces combinaisons,
profondes, admirables, sans égales dans l'histoire des grands
capitaines.

Du reste, il fut bien servi par ses lieutenants, et il n'est besoin de
sacrifier aucune gloire pour édifier la sienne. Masséna, par une
défense de Gênes héroïque, Desaix, par la plus heureuse détermination,
Lannes, par une incomparable fermeté dans la plaine de Marengo,
Kellermann, par une belle charge de cavalerie, concoururent à son
triomphe. Il les récompensa tous de la manière la plus éclatante; et,
quant à Desaix, il paya sa mort des plus nobles regrets. Le Premier
Consul ordonna des honneurs magnifiques pour l'homme qui venait de
rendre à la France un si grand service; il eut même le soin de
recueillir sa famille militaire, et prit auprès de lui ses deux
aides-de-camp, restés sans emploi par la mort de leur général:
c'étaient les colonels Rapp et Savary.

[En marge: Lettre du Premier Consul à l'empereur d'Allemagne.]

Avant de quitter le champ de bataille de Marengo, le Premier Consul
voulut écrire une nouvelle lettre à l'empereur d'Allemagne. Bien que
la première ne lui eût valu qu'une réponse indirecte, adressée par M.
de Thugut à M. de Talleyrand, il croyait que la victoire lui
permettait de renouveler des instances repoussées. Dans ce moment, il
désirait la paix avec une ardeur extrême; il sentait que pacifier la
France au dehors, après l'avoir pacifiée au dedans, était son
véritable rôle, et que cette tâche accomplie légitimerait son autorité
naissante beaucoup plus que ne pourraient le faire de nouvelles
victoires. Susceptible d'ailleurs des impressions les plus vives, il
avait été singulièrement touché de la vue de cette plaine de Marengo,
sur laquelle gisait le quart des deux armées. Sous l'influence de ces
sentiments il écrivit à l'empereur une lettre assez étrange. C'est sur
le champ de bataille, lui disait-il, au milieu des souffrances d'une
multitude de blessés, et environné de quinze mille cadavres, que je
conjure Votre Majesté d'écouter la voix de l'humanité, et de ne pas
permettre que deux braves nations s'entr'égorgent pour des intérêts
qui leur sont étrangers. C'est à moi de presser Votre Majesté, puisque
je suis plus près qu'elle du théâtre de la guerre. Son coeur ne peut
pas être si vivement frappé que le mien...--

La lettre était longue. Le Premier Consul y discutait avec l'éloquence
qui lui était propre, et un langage qui n'était pas celui de la
diplomatie, les motifs que la France et l'Autriche pouvaient encore
avoir de rester armées l'une contre l'autre. Est-ce pour la religion que
vous combattez? lui disait-il. Mais faites alors la guerre aux Russes et
aux Anglais, qui sont les ennemis de votre foi, et ne soyez pas leur
allié! Est-ce pour vous garder des principes révolutionnaires? Mais la
guerre les a propagés dans une moitié du continent, en étendant les
conquêtes de la France, et ne pourra que les propager davantage. Est-ce
pour l'équilibre de l'Europe? Mais les Anglais menacent plus que nous
cet équilibre; car ils sont devenus les maîtres et les tyrans du
commerce, et personne ne peut plus lutter contre eux, tandis que
l'Europe pourra toujours contenir la France, si elle voulait
sérieusement menacer l'indépendance des nations. (Raisonnement
malheureusement bien juste, et que quinze ans de guerre n'ont que trop
justifié.) Est-ce, ajoutait le diplomate guerrier, est-ce pour
l'intégrité de l'Empire germanique? Mais Votre Majesté nous a livré
elle-même Mayence et les États allemands de la rive gauche du Rhin.
D'ailleurs l'Empire vous demande avec instance de lui donner la paix.
Est-ce enfin pour les intérêts de la maison d'Autriche? Rien n'est plus
naturel; mais exécutons le traité de Campo-Formio, qui attribue à Votre
Majesté de larges indemnités en compensation des provinces perdues dans
les Pays-Bas, et les lui assure là où elle préfère les obtenir,
c'est-à-dire en Italie. Que Votre Majesté envoie des négociateurs où
elle voudra, et nous ajouterons au traité de Campo-Formio des
stipulations capables de la rassurer sur l'existence des États
secondaires, qu'on reproche à la République française d'avoir tous
ébranlés.--Le Premier Consul faisait ici allusion à la Hollande, à la
Suisse, au Piémont, à l'État Romain, à la Toscane, à Naples, que le
Directoire avait mis en révolution. À ces conditions, ajoutait-il, la
paix est faite: rendons l'armistice commun a toutes les armées, et
entrons en négociation immédiate.

M. de Saint-Julien, l'un des généraux qui avaient la confiance de
l'empereur, dut porter à Vienne, et cette lettre, et la convention
d'Alexandrie.

Quelques jours après, un peu revenu de ses premières impressions, le
Premier Consul éprouvait un de ces regrets, qu'il a éprouvés souvent,
quand il lui arrivait d'écrire une pièce importante de premier
mouvement, et sans avoir consulté des esprits plus froids que le sien.
Rendant compte de sa démarche aux Consuls, il leur disait: J'ai
expédié un courrier à l'empereur avec une lettre que le ministre des
relations extérieures vous communiquera. _Vous la trouverez un peu
originale_; mais elle est écrite sur un champ de bataille. (22 juin.)

[En marge: Départ du Premier Consul pour Milan.]

Après avoir dit adieu à son armée, il partit pour Milan le 17 juin (28
prairial) au matin, trois jours après la victoire de Marengo. On l'y
attendait avec une vive impatience. Il y arriva le soir, à la nuit. La
population, avertie, était accourue dans les rues pour le voir passer.
Elle poussait des cris de joie, et jetait des fleurs dans sa voiture.
La ville était illuminée avec cet éclat que les Italiens savent seuls
déployer dans leurs fêtes. Les Lombards, qui venaient de supporter
pendant dix ou douze mois le joug des Autrichiens, rendu plus dur par
la guerre et la violence des circonstances, tremblaient d'être
replacés, sous leur insupportable autorité. Ils avaient, pendant les
chances diverses de cette courte campagne, recueilli les bruits les
plus contraires, éprouvé les plus cruelles anxiétés, et ils étaient
ravis de voir enfin leur délivrance assurée. Le général Bonaparte fit
proclamer sur-le-champ le rétablissement de la République Cisalpine,
et se hâta de mettre quelque ordre aux affaires d'Italie, que sa
dernière victoire changeait complètement de face.

[En marge: État des affaires d'Italie par suite de la victoire de
Marengo.]

Nous avons déjà dit que la guerre entreprise par la formidable
coalition des Russes, des Anglais, des Autrichiens, pour rétablir dans
leurs États les princes renversés par les prétendus envahissements du
Directoire, n'avait remis personne à sa place. Le roi de Piémont était
à Rome; le grand-duc de Toscane en Autriche; le pape était mort à
Valence, et ses provinces étaient envahies par les Napolitains. La
famille royale de Naples, livrée entièrement aux Anglais, se trouvait
seule dans ses États, où elle souffrait la plus sanguinaire des
réactions. La reine de Naples, le chevalier Acton, lord Nelson,
permettaient, s'ils ne les ordonnaient pas, des cruautés abominables.
La victoire de la République française devait changer tout cela:
l'humanité y était aussi intéressée que la politique.

[En marge: Dispositions à l'égard du Piémont, de la Toscane, des États
Romains.]

Le Premier Consul institua un gouvernement provisoire à Milan, en
attendant qu'on pût réorganiser la Cisalpine, et lui donner des
frontières définitives, ce qui n'était possible qu'à la paix. Il ne se
crut pas obligé envers le roi de Piémont à plus d'égards que n'en
avait montré l'Autriche, et en conséquence il ne se hâta pas de le
rétablir dans ses États. Il lui substitua un gouvernement provisoire,
et nomma le général Jourdan commissaire auprès de ce Gouvernement,
avec mission de le diriger. Depuis long-temps le Premier Consul
voulait employer, et enlever à ses ennemis cet homme honnête et sage,
peu fait pour être le chef des anarchistes en France. Le Piémont était
ainsi gardé en réserve, avec l'intention d'en disposer à la paix, soit
au profit de la République française, soit comme gage de
réconciliation avec l'Europe, en reconstituant les États secondaires,
détruits sous le Directoire. La Toscane devait rester occupée par un
corps autrichien. Le Premier Consul la fit observer, prêt à y porter
la main, si les Anglais y descendaient, ou si on continuait à y faire
des levées d'hommes contre la France. Quant à Naples, il ne dit rien,
ne fit rien, attendant les conséquences de sa victoire sur l'esprit de
cette cour. Déjà la reine de Naples, épouvantée, se disposait à se
rendre à Vienne, pour invoquer l'appui de l'Autriche, et surtout celui
de la Russie.

[En marge: Conclave à Venise pour donner un successeur à Pie VI.]

[En marge: Le cardinal Consalvi.]

Restait la cour de Rome: c'est là que les intérêts temporels se
compliquaient des intérêts spirituels les plus graves. Pie VI, comme
on l'a vu, venait de mourir en France, prisonnier du Directoire. Le
Premier Consul, fidèle à sa politique, lui avait fait rendre des
honneurs funèbres. Un conclave s'était réuni à Venise, et avait obtenu
avec beaucoup de peine, du cabinet autrichien, la permission de donner
un successeur au pape défunt. Trente-cinq cardinaux assistaient à ce
conclave. Un prélat en était secrétaire: c'était monsignor Consalvi,
prêtre romain, jeune, ambitieux, remarquable par la souplesse, la
pénétration, l'agrément de son esprit, et mêlé depuis aux plus
grandes choses du siècle. Le conclave, suivant l'usage dans toute
élection politique ou religieuse, s'était divisé. Vingt-deux de ses
membres étaient rangés derrière le cardinal Braschi, neveu du dernier
pape, et portaient au pontificat le cardinal Bellisomi, évêque de
Césène. Ceux qui ne voulaient pas perpétuer à Rome la domination de la
famille Braschi, rangés derrière le cardinal Antonelli, portaient le
cardinal Mattei, signataire du traité de Tolentino. Mais ils ne lui
donnaient que treize voix. Plusieurs mois avaient été employés à
soutenir de part et d'autre cette lutte silencieuse, mais obstinée.
Aucun des deux concurrents n'avait jusqu'ici gagné de voix sur
l'autre. Alors on songea au savant cardinal Gerdil, qui avait figuré
dans les controverses du dernier siècle. Ce nouveau candidat était
Savoyard, et devenu, depuis les victoires de la République, sujet de
la France. L'Autriche exerça contre lui son droit d'exclusion. Pour en
finir, deux voix se détachèrent du cardinal Mattei, et promirent de se
réunir au cardinal Bellisomi, ce qui lui assurait vingt-quatre voix,
c'est-à-dire les deux tiers des suffrages, nombre rigoureusement exigé
par les lois de l'Église pour qu'une élection fût valable. Mais, comme
on se trouvait dans les États de l'Autriche, on avait cru convenable
de lui soumettre auparavant cette nomination, afin d'obtenir son
agrément tacite. La cour de Vienne eut le tort de laisser écouler plus
d'un mois sans donner de réponse. La susceptibilité des princes de
l'Église en fut blessée; en même temps tous les partis se
disloquèrent, et l'élection du cardinal Bellisomi devint impossible.
C'était ce moment de désordre et de fatigue qu'attendait l'habile
secrétaire du conclave, le prélat Consalvi, pour faire surgir une
nouvelle candidature, objet de ses longues et secrètes méditations.
Parlant à tous les partis le langage qui pouvait les toucher, il
démontra aux uns les inconvénients de la domination des Braschi, aux
autres le peu de fondement qu'on pouvait faire sur l'Autriche et sur
les diverses cours chrétiennes; puis, s'adressant au vieil intérêt
romain, si profond, si sagace, il découvrit à leurs yeux surpris une
perspective tout à fait nouvelle pour eux.--C'est de la France, leur
dit-il, que nous sont venues les persécutions depuis dix années. Eh
bien, c'est de la France que nous viendront peut-être à l'avenir les
secours et les consolations. La France, depuis Charlemagne, fut
toujours pour l'Église le plus utile, le moins gênant des protecteurs.
Un jeune homme, bien extraordinaire, bien difficile à juger encore, y
domine aujourd'hui. Il aura prochainement, n'en doutez pas, reconquis
l'Italie. (La bataille de Marengo n'était pas encore livrée.)
Souvenez-vous qu'il a protégé les prêtres en 1797, et qu'il a rendu
tout récemment des honneurs funèbres à Pie VI. Des paroles singulières
qu'on lui a entendu dire sur la religion, sur la cour de Rome, nous
ont été répétées par des témoins dignes de foi. Ne négligeons pas les
ressources qui s'offriraient de ce côté. Arrêtons-nous à un choix qui
ne puisse pas être considéré comme une hostilité pour la France, qui
puisse même lui convenir jusqu'à un certain point; et nous ferons
peut-être une chose plus utile pour l'Église, qu'en demandant des
candidats à toutes les cours catholiques de l'Europe.--

[En marge: Le cardinal Chiaramonti, depuis Pie VII.]

[En marge: L'élection de Pie VII décidée par l'adhésion du cardinal
Maury.]

C'était là certainement un éclair de ce génie de la cour romaine, qui
allait jeter encore quelques grandes lueurs au commencement de ce
siècle. Monsignor Consalvi mit alors en avant le nom du cardinal
Chiaramonti, évêque d'Imola. On ne pouvait pas mieux choisir pour le
but qu'il se proposait. Le cardinal Chiaramonti, natif de Césène, âgé
de 58 ans, parent de Pie VI, élevé par lui à la pourpre romaine,
jouissait par son esprit, son savoir, et ses douces vertus, de
l'estime universelle. À ses qualités attachantes, il joignait une
grande fermeté; et on l'avait vu lutter, à une époque antérieure,
contre les tracasseries de son ordre, celui de Saint-Benoît, et contre
les persécutions du Saint-Office, avec une constance victorieuse. Son
acte le plus récent et le plus célèbre était une homélie faite en
qualité d'évêque d'Imola, quand son diocèse avait été réuni à la
République Cisalpine. Il avait parlé alors de la Révolution française
avec une modération qui avait charmé le vainqueur d'Italie, et
scandalisé les fanatiques de l'ancien régime. Respecté néanmoins de
tout le monde, il plaisait au parti Braschi, ne répugnait pas au parti
contraire, convenait à tous les cardinaux fatigués de la longueur du
conclave, et semblait heureusement choisi à ceux qui espéraient
beaucoup du bon vouloir de la France dans l'avenir. L'adhésion
inattendue d'un illustre personnage décida son élection, qui ne
rencontra du reste de véritable difficulté que dans sa résistance
personnelle à un tel honneur. Cette adhésion fut celle du cardinal
Maury. Ce célèbre champion de la vieille monarchie française était
retiré auprès de la cour romaine, où il vivait, récompensé par le
chapeau de cardinal de ses luttes avec Barnave et Mirabeau. C'était un
émigré, mais un émigré doué d'un esprit remarquable, d'un grand sens,
et accueillant avec une satisfaction secrète l'idée de se rattacher au
gouvernement de la France, depuis que la gloire rachetait la nouveauté
de ce gouvernement. Il disposait de six voix, et les donna au cardinal
Chiaramonti, qui fut élu pape, à peu près au moment de l'arrivée du
général Bonaparte à Milan, par la route du Saint-Bernard.

Le nouveau pontife était à Venise, n'ayant pu obtenir de la cour de
Vienne qu'on le couronnât à Saint-Marc, ni de la cour de Naples qu'on
lui rendît Rome. Cependant, parti presque à l'improviste pour se
transporter à Ancône, il négociait en cette ville l'évacuation des
États de l'Église, et son propre retour dans la capitale du monde
chrétien. Dans cette situation précaire, la France, devenue
bienveillante pour le Saint-Siège, pouvait lui prêter un appui fort
utile, et la singulière prévision de monsignor Consalvi recevoir son
accomplissement d'une manière bien soudaine. Cette rencontre du
cardinal Chiaramonti et du Premier Consul, l'un élevé au trône
pontifical, l'autre à la dictature républicaine, presque en même
temps, ne devait pas être l'un des événements les moins étonnants et
les moins féconds de ce siècle.

[En marge: Ouvertures du Premier Consul au nouveau pape.]

Le jeune Bonaparte, en 1796, général soumis au Directoire, ne pouvant
pas tout oser, n'ayant pas encore la prétention de donner des leçons à
la Révolution française, avait maintenu le Pape par le traité de
Tolentino, et ne lui avait retiré que les Légations, pour les
transmettre à la République Cisalpine. Devenu aujourd'hui Premier
Consul, maître de faire ce qu'il jugerait convenable, décidé à revenir
sur une grande partie des choses accomplies par la Révolution
française, il ne pouvait pas hésiter dans sa conduite envers le Pape
récemment élu. À peine retourné à Milan, il vit le cardinal
Martiniana, évêque de Verceil, ami de Pie VII, lui déclara qu'il était
résolu à bien vivre avec le Saint-Siège, à réconcilier la Révolution
française avec l'Église, à soutenir même celle-ci contre ses ennemis,
si le nouveau Pape se montrait raisonnable, et comprenait bien la
situation actuelle de la France et du monde. Cette parole, jetée dans
l'oreille du vieux cardinal, ne devait pas être perdue, et allait
bientôt porter des fruits abondants. L'évêque de Verceil fit partir
pour Rome son propre neveu, le comte Alciati, afin de nouer une
négociation.

À cette ouverture, le général Bonaparte joignit un acte encore plus
hardi, et qu'il n'aurait pas osé se permettre à Paris, mais qu'il
était charmé de faire arriver de loin en France, comme un signe de ses
intentions futures. Les Italiens avaient préparé un _Te Deum_ solennel
dans la vieille cathédrale de Milan. Il voulut y assister, et, le 18
juin (29 prairial), il écrivit ces paroles aux Consuls: «Aujourd'hui,
malgré ce qu'en pourront dire nos athées de Paris, je vais, en grande
cérémonie, au _Te Deum_ qu'on chante à la métropole de Milan.» (Dépôt
de la _Secrétairerie d'État_.)

[En marge: Dispositions militaires du Premier Consul avant de quitter
l'Italie.]

[En marge: Masséna nommé général en chef.]

Après avoir donné ces soins aux affaires générales d'Italie, il fit
quelques dispositions indispensables pour distribuer l'armée dans le
pays conquis, la nourrir, la réorganiser. Masséna venait de le
rejoindre. L'humeur du défenseur de Gênes s'effaça devant l'accueil
flatteur que lui fit le Premier Consul, et il reçut le commandement de
l'armée d'Italie, qu'il méritait à tant de titres. Cette armée se
composa du corps qui avait défendu Gênes, de celui qui avait défendu
le Var, des troupes descendues par le Saint-Bernard, de celles qui,
sous le général Moncey, étaient venues d'Allemagne. Tout cela formait
la masse imposante de 80 mille soldats éprouvés. Le Premier Consul les
établit dans les riches plaines du Pô, afin de les faire reposer de
leurs fatigues, et de les dédommager de leurs privations par
l'abondance dont ils allaient jouir.

Avec sa prévoyance accoutumée, le Premier Consul donna l'ordre de
faire sauter les forts et citadelles qui fermaient les issues entre la
France et l'Italie. En conséquence, la démolition des forts d'Arona,
de Bard, de Seravalle, des citadelles d'Ivrée et de Ceva, fut
prescrite et exécutée. Il fixa le mode et l'étendue des contributions
qui devaient servir à sustenter l'armée; fit partir lui-même la garde
consulaire, en calculant les étapes de manière qu'elle pût arriver à
Paris pour la fête du 14 juillet, laquelle, d'après ses intentions,
devait être célébrée avec une grande pompe. Il prit soin, à Milan
même, de régler les détails de cette fête. Il est nécessaire,
écrivait-il, de s'étudier à rendre brillante la solennité du 14
juillet, et d'avoir soin qu'elle ne _singe_ pas les réjouissances qui
ont eu lieu jusqu'à ce jour. Les courses de chars pouvaient être
très-bonnes en Grèce, où l'on se battait sur des chars. Cela ne
signifie pas grand'chose chez nous. (Milan, 22 juin.--_Dépôt de la
Secrétairerie d'État._) Il défendit qu'on lui élevât des arcs de
triomphe, en disant qu'il ne voulait _d'autre arc de triomphe que la
satisfaction publique_.

[En marge: Les Français rentrent dans Gênes.]

Si le Premier Consul, malgré tout ce qui le rappelait à Paris, avait
séjourné une dizaine de jours à Milan, c'était pour se bien assurer de
la fidèle exécution de la convention d'Alexandrie. Il se défiait de la
bonne foi autrichienne, et crut même s'apercevoir de quelques retards
dans la remise de certaines places. Il gourmanda aussitôt la faiblesse
de Berthier, et ordonna de retenir les seconde et troisième colonnes
de l'armée de M. de Mélas. La première était déjà partie. On pouvait
avoir des craintes surtout pour Gênes, que les Autrichiens devaient
être tentés de livrer aux Anglais, avant que les Français y fussent
entrés. Le prince de Hohenzollern, en effet, ou spontanément, ou
suscité par les Anglais, refusait en ce moment de rendre aux troupes
de Masséna une place qu'on avait eu tant de peine à conquérir. M. de
Mélas, apprenant ces difficultés, insista de la manière la plus loyale
auprès de son lieutenant, pour qu'il exécutât la convention
d'Alexandrie, le menaçant, s'il résistait, de le livrer aux
conséquences que pourrait entraîner pour lui un acte de déloyauté. Les
paroles de M. de Mélas furent entendues, et Gênes fut remise aux
Français le 24 juin, au milieu de l'allégresse des patriotes
liguriens, délivrés en si peu de jours de la présence des Autrichiens,
et de la domination des oligarques. Ainsi s'était vérifiée la belle
parole de Masséna: Je vous jure que je serai rentré dans Gênes avant
quinze jours!--

[En marge: Accueil que reçoit le Premier Consul sur les routes.]

Tout cela fait, le Premier Consul partit de Milan, le 24 juin, avec
Duroc, son aide-de-camp de prédilection, Bessières, commandant de la
garde consulaire, M. de Bourrienne, son secrétaire, et Savary, l'un
des deux officiers qu'il avait attachés à sa personne, en mémoire de
Desaix. Il s'arrêta quelques heures à Turin, pour ordonner des travaux
à la citadelle, traversa le mont Cenis, et entra dans Lyon sous des
arcs de triomphe, au milieu de la population émerveillée des prodiges
qui venaient de s'accomplir. Les Lyonnais, qui étaient épris au même
degré de sa gloire et de sa politique, envahirent l'hôtel des
Célestins, où il était descendu, et voulurent absolument le voir. Il
fut obligé de se présenter à eux. Des acclamations unanimes éclatèrent
à son aspect. On lui demanda si instamment de poser la première pierre
de la place Bellecour, dont la reconstruction allait être commencée,
qu'il fut obligé d'y consentir. Il passa un jour à Lyon, au milieu du
concours de tout le peuple des environs. Après avoir adressé aux
Lyonnais des paroles qui les charmèrent, relativement au
rétablissement prochain de la paix, de l'ordre et du commerce, il
repartit pour Paris. Les habitants des provinces accouraient de toute
part sur son passage. Cet homme si bien traité alors par la fortune,
jouissait vivement de sa gloire; et cependant, s'entretenant sans
cesse pendant la route avec ses compagnons de voyage, il leur adressa
cette grande parole, qui peint si bien son insatiable amour de la
renommée. Oui, leur dit-il, j'ai conquis en moins de deux ans le
Kaire, Milan, Paris; eh bien, si je mourais demain, je n'aurais pas
une demi-page dans une histoire universelle.--Il arriva dans la nuit
du 2 au 3 juillet à Paris.

[En marge: Attitude des principaux personnages de la République
pendant l'absence du général Bonaparte.]

Son retour était nécessaire, car, éloigné de la capitale depuis près
de deux mois, son absence, surtout au moment des fausses nouvelles de
Marengo, avait fait renaître quelques intrigues. On l'avait même cru
pendant un instant, ou mort ou vaincu, et les ambitieux s'étaient mis
à l'oeuvre. Les uns songeaient à Carnot, les autres à M. de La
Fayette, sorti d'Olmutz, et rentré en France, par un bienfait du
Premier Consul. Ils voulaient faire de Carnot ou de M. de La Fayette,
un président de la République. M. de La Fayette n'avait eu aucune part
à ces intrigues; Carnot, pas davantage. Mais Joseph et Lucien
Bonaparte conçurent contre ce dernier, et fort injustement, des
défiances qu'ils firent partager à leur frère. De là vint la fâcheuse
résolution, que le Premier Consul exécuta plus tard, de retirer à
Carnot le portefeuille de la guerre. On avait même cru voir que MM. de
Talleyrand et Fouché, qui se haïssaient l'un l'autre, avaient
cependant tendu à se rapprocher, sans doute pour se concerter, et
profiter ensemble des événements. On ne put rien apercevoir en ce
moment, chez l'homme le plus appelé à figurer dans le cas où le
général Bonaparte aurait disparu de la scène, chez M. Sieyès. Mais il
fut le seul qui montra autant de réserve. Tout cela du reste eut à
peine le temps de poindre, tant les mauvaises nouvelles furent bientôt
effacées par les bonnes. Mais on exagéra beaucoup ce qui s'était passé
en le rapportant, et le Premier Consul en éprouva contre quelques
personnages des ressentiments, qu'il eut le bon esprit de dissimuler,
et même d'oublier entièrement à l'égard de tous ceux qu'on lui avait
signalés, un seul excepté, l'illustre Carnot. Le Premier Consul
d'ailleurs, tout entier à la joie de ses succès, ne voulut pas que,
dans ce moment, le plus léger nuage vînt troubler la félicité
publique. Il accueillit tout le monde parfaitement, et fut accueilli
avec transport, surtout par ceux qui avaient des reproches à se faire.
Le peuple de Paris, apprenant son retour, accourut sous les fenêtres
des Tuileries, et remplit, pendant la journée entière, les cours et le
jardin du palais. Le Premier Consul fut plusieurs fois obligé de se
montrer à la foule. Le soir, la ville de Paris fut spontanément
illuminée. On fêtait avec empressement une victoire miraculeuse,
présage certain d'une paix ardemment désirée. Cette journée toucha si
profondément celui qui était l'objet de ces hommages, que, vingt ans
plus tard, seul, exilé, prisonnier au milieu de la solitude de l'Océan
Atlantique, il la comptait, en recueillant ses souvenirs, parmi les
plus belles de sa vie.

[En marge: Les corps de l'État se rendent auprès du premier Consul
pour le féliciter.]

Le lendemain les corps de l'État se rendirent auprès de lui, et
donnèrent le premier exemple de ces félicitations, dont on a vu depuis
se renouveler tant de fois, et sous tous les règnes, le fastidieux
spectacle. Ce spectacle était nouveau alors, et parfaitement motivé.
On vit donc paraître aux Tuileries le Sénat, le Corps Législatif, le
Tribunat, les grands tribunaux, la préfecture de la Seine, les
autorités civiles et militaires, les directeurs de la Banque de
France, enfin l'Institut et les sociétés savantes. Ces grands corps
accouraient pour complimenter le vainqueur de Marengo, et lui
parlaient comme on parlait jadis, comme on a parlé depuis aux rois.
Mais il faut dire que le langage, quoique uniformément louangeur,
était dicté par un sincère enthousiasme. En effet, la face des choses
changée en quelques mois, là sécurité succédant à un trouble profond,
une victoire inouïe replaçant la France à la tête des puissances de
l'Europe, la certitude d'une paix prochaine faisant cesser les
anxiétés d'une guerre générale, la prospérité enfin s'annonçant déjà
de toutes parts, comment de si grands résultats, sitôt réalisés,
n'auraient-ils pas transporté les esprits! Le président du Sénat
terminait comme il suit son allocution, qui peut donner une idée de
toutes les autres:

«Nous nous plaisons à reconnaître que la patrie vous doit son salut,
que la République vous devra son affermissement, et le peuple une
prospérité, que vous aurez fait succéder en un jour à dix années de
la plus orageuse des révolutions.»

[En marge: Opérations de Moreau sur le Danube.]

[En marge: Moreau adopte l'idée de passer le Danube au-dessous d'Ulm.]

Pendant que ces choses se passaient en Italie et en France, Moreau,
sur les bords du Danube, continuait sa belle campagne contre M. de
Kray. Nous l'avons laissé manoeuvrant autour d'Ulm, pour obliger les
Autrichiens à quitter cette forte position. Il s'était placé entre
l'Iller et le Lech, appuyant sa gauche et sa droite à ces deux
rivières, tournant la face au Danube, le dos à la ville d'Augsbourg,
prêt à recevoir M. de Kray s'il voulait combattre, et en attendant lui
barrant le chemin des Alpes, ce qui était la condition essentielle du
plan général. Si les succès de Moreau n'avaient été ni prompts ni
décisifs, ils avaient été soutenus, et suffisants pour permettre au
Premier Consul d'accomplir en Italie ce qu'il s'était proposé d'y
faire. Mais le moment était venu où le général de l'armée du Rhin,
enhardi par le temps, et par les succès de l'armée de réserve, allait
tenter une manoeuvre sérieuse, pour déloger M. de Kray de la position
d'Ulm. Maintenant que, sans connaître la bataille de Marengo, il
savait cependant l'heureux succès du passage des Alpes, Moreau ne
craignant plus autant de découvrir les montagnes, avait toute liberté
dans ses mouvements. Des diverses manoeuvres possibles pour faire
tomber là position d'Ulm, il préféra celle qui consistait à passer le
Danube au-dessous de cette position, et à forcer M. de Kray de
décamper, en menaçant de couper sa ligne de retraite. Cette manoeuvre
était en effet la meilleure; car celle qui aurait consisté à percer
droit sur Vienne, par Munich; était trop hardie pour le caractère de
Moreau, et peut-être prématurée dans l'état général des affaires.
Celle qui aurait consisté à passer au-dessus et tout près d'Ulm, pour
emporter de vive force le camp des Autrichiens, était hasardée, comme
toute attaque de vive force. Mais, passer au-dessous d'Ulm, et, en
menaçant M. de Kray de lui enlever sa ligne de retraite, l'obliger à
la regagner, était à la fois la manoeuvre la plus sage et la plus
sûre.

Du 15 au 18 juin, Moreau se mit en mouvement pour exécuter sa nouvelle
résolution. L'organisation de son armée, comme on l'a dit, avait reçu
quelques changements par suite du départ des généraux Saint-Cyr et
Sainte-Suzanne. Lecourbe formait toujours la droite, et Moreau le
centre, à la tête du corps de réserve. Le corps de Saint-Cyr, passé
aux ordres du général Grenier, formait la gauche. Le corps de
Sainte-Suzanne, réduit aux proportions d'une forte division, et confié
à l'audacieux Richepanse, allait faire l'office d'un corps de
flanqueurs, qui dans le moment eut la mission d'observer Ulm, pendant
qu'on manoeuvrerait au-dessous.

[En marge: Passage du Danube, et bataille d'Hochstëtt, le 19 juin.]

Il y avait eu quelques combats sous Ulm, un notamment le 5 juin, où
deux divisions françaises avaient tenu tête à 40 mille Autrichiens.
C'était de la part de M. de Kray une manière de nous fixer devant Ulm,
en nous y occupant fortement. Le 18 juin, Richepanse était en vue
d'Ulm, Grenier avec la gauche à Guntzbourg, le centre, composé du
corps de réserve, à Burgau; Lecourbe avec la droite s'étendait jusqu'à
Dillingen. (Voir la carte nº 10.) L'ennemi avait coupé tous les ponts
depuis Ulm jusqu'à Donauwerth. Mais une reconnaissance faite par
Lecourbe avait décidé Moreau à choisir les points de Blindheim et de
Gremheim, pour y passer le Danube, parce que sur ces deux points les
ponts imparfaitement coupés étaient plus aisés à réparer. Lecourbe fut
chargé de cette opération périlleuse. Pour la lui faciliter, on le
renforça du général Boyer avec cinq bataillons, et de toute la réserve
de cavalerie sous les ordres du général d'Hautpoul. Le centre, sous le
général en chef, se porta même de Burgau à Aislingen, pour être en
mesure de seconder le passage. Grenier avec la gauche eut ordre de
faire une tentative de son côté, afin d'attirer à lui l'attention de
l'ennemi. Le 19 juin, au matin, Lecourbe avait disposé ses troupes
entre le village de Blindheim et de Gremheim, dont les ponts n'étaient
qu'à moitié détruits, et il eut soin de s'abriter derrière quelques
bouquets de bois. Il n'avait point d'équipage de ponts, et possédait
seulement une certaine quantité de madriers. Il suppléa par de
l'audace à tout ce qui lui manquait. Le général Gudin dirigeait sous
Lecourbe cette tentative de passage. Quelques pièces d'artillerie
furent placées sur la rive du Danube pour en éloigner l'ennemi; en
même temps l'adjudant Quenot se jeta bravement à la nage, pour aller
s'emparer de deux grosses nacelles qu'on apercevait à l'autre bord. Ce
courageux officier les ramena sous une pluie de balles, et revint
n'ayant qu'une légère blessure au pied. On avait choisi les meilleurs
nageurs des divisions, ils déposèrent leurs vêtements et leurs armes
dans les deux nacelles, et se jetèrent au milieu des eaux du Danube
sous le feu de l'ennemi. Arrivés sur l'autre rive, et sans même
prendre le temps de se vêtir, ils se saisirent de leurs armes,
fondirent sur quelques compagnies d'Autrichiens qui gardaient cette
partie du fleuve, les dispersèrent, et leur enlevèrent deux pièces de
canon avec les caissons. Cela fait, on courut aux ponts dont les
appuis, subsistaient encore; on travailla des deux bords à y placer
des échelles et des madriers, et à rétablir un commencement de
communication. Quelques canonniers français en profitèrent pour passer
de l'autre côté du Danube, et allèrent employer contre l'ennemi les
deux pièces de canon qu'on lui avait prises. Bientôt on fut maître des
deux rives, et on rétablit suffisamment les ponts pour donner passage
à la plus grande partie des troupes. L'infanterie et la cavalerie
commencèrent à déboucher. Il fallait bien s'attendre que de nombreux
renforts autrichiens remonteraient promptement de Donauwerth, et
descendraient de toutes les positions supérieures, Gundelfingen,
Guntzbourg et Ulm. Lecourbe, qui s'était rendu de sa personne sur les
lieux, fit placer l'infanterie dont il pouvait disposer, avec quelques
pelotons de cavalerie, dans le village de Schwenningen, qui était
situé sur la route de Donauwerth. Ce point était important, car c'est
par là que les Autrichiens, remontant le Danube, devaient se
présenter. Bientôt, en effet, 4 mille hommes d'infanterie, 500
chevaux, 6 pièces de canon, se montrèrent, et attaquèrent le village
qui, en moins de deux heures, fut perdu et reconquis plusieurs fois.
Cependant la supériorité numérique des Autrichiens, et leur
acharnement à reprendre une position décisive, allaient triompher de
nos troupes, et leur faire abandonner le village, lorsque Lecourbe
reçut à propos un renfort de deux escadrons de carabiniers. Il les
réunit à quelques pelotons du 8e de hussards, qu'il avait sous la
main, et les lança sur l'infanterie ennemie, qui s'étendait dans la
vaste plaine aux bords du Danube. Cette charge fut exécutée avec tant
de vigueur et de promptitude, que les Autrichiens culbutés nous
laissèrent leur artillerie, 2 mille prisonniers et 300 chevaux. Deux
bataillons de Wurtembergeois, voulant tenir en se formant en carrés,
furent enfoncés comme les autres. Après ce brillant combat, soutenu
par la brigade Puthod, Lecourbe n'avait plus rien à craindre du côté
du bas Danube. Mais ce n'était pas de là que pouvaient venir les plus
grands dangers. Le gros des Autrichiens étant placé au-dessus,
c'est-à-dire à Dillingen, Gundelfingen et Ulm, il fallait se retourner
de ce côté, pour faire face à l'ennemi qui allait en descendre.
Heureusement les divisions Montrichard, Gudin, la réserve d'Hautpoul,
avaient passé sur les ponts de Gremheim et de Blindheim rétablis, et
elles bordaient la célèbre plaine d'Hochstëtt, rendue tristement
fameuse pour nous du temps de Louis XIV (13 août 1704). L'ennemi qui,
des points les plus rapprochés, était accouru sur Dillingen, à quelque
distance d'Hochstëtt, était rangé près du Danube, l'infanterie à notre
gauche le long des marécages du fleuve, et derrière quelques bouquets
de bois, la cavalerie à notre droite, réunie en très-grand nombre. Il
se présentait ainsi en bon ordre, attendant les renforts qui lui
arrivaient, et se retirant lentement pour se rapprocher de ces
renforts. La 37e demi-brigade et un escadron du 9e de hussards
suivaient pas à pas le mouvement rétrograde des Autrichiens. Lecourbe,
débarrassé par le combat de Schwenningen de l'ennemi qui pouvait venir
par le bas Danube, était arrivé au galop à la tête du 2e régiment de
carabiniers, des cuirassiers, des 6e et 9e de cavalerie, et enfin du
9e de hussards. C'était presque toute la réserve de cavalerie du
général d'Hautpoul. On était en plaine, et séparé de l'ennemi par un
petit cours d'eau, l'Egge, sur lequel était un village, celui de
Schrezheim. Lecourbe, à la tête des cuirassiers, traverse le village
au galop, les forme en débouchant, et les lance sur la cavalerie
autrichienne, qui, surprise par cette charge vive et brusque, se
replie en désordre, et laisse à découvert les 9 mille hommes
d'infanterie qu'elle était chargée de protéger. Ces fantassins, ainsi
abandonnés, veulent se jeter dans les fossés qui sillonnent les bords
du Danube autour de Dillingen; mais les cuirassiers, bien dirigés,
coupent la colonne, et en séparent 1,800 hommes, qui deviennent nos
prisonniers.

C'étaient déjà deux combats heureux dans la journée, dus en partie à
la cavalerie, et ce n'était pas le dernier. Lecourbe se place sur
l'Egge, attendant le reste de ses réserves, qui arrivaient par le pont
de Dillingen, tombé dans nos mains. Mais la cavalerie de M. de Kray
accourait en toute hâte, devançant l'infanterie, et se formait sur
deux grandes lignes, dans la plaine en arrière de Lauingen. C'était
le cas pour notre cavalerie de profiter de l'élan qu'elle devait aux
succès du matin, et de se mesurer en plaine avec les nombreux et
brillants escadrons de l'armée autrichienne. Lecourbe, après avoir
fait occuper Lauingen par son infanterie, réunit toutes les troupes à
cheval de ses divisions à celles de d'Hautpoul, et les déploie dans la
plaine, offrant aux ennemis un genre de combat qui devait les tenter,
à cause du nombre et de la qualité de leurs cavaliers. La première
ligne autrichienne s'ébranle au galop, avec l'ensemble et l'aplomb
naturels à une cavalerie très-manoeuvrière. Elle ramène en effet le 2e
régiment de carabiniers, qui s'était si vaillamment conduit le matin,
et quelques escadrons de hussards qui avaient chargé avec lui. Alors
nos cuirassiers s'avancent, rallient les carabiniers et les hussards,
qui font volte-face en se voyant appuyés, et tous ensemble fondent
avec vigueur sur les escadrons autrichiens, qu'ils ramènent à leur
tour. À cette vue, la seconde ligne de la cavalerie ennemie s'élance,
et, ayant l'avantage de l'impulsion sur nos cavaliers, qui s'étaient
désunis dans la charge, les oblige à revenir en toute hâte. Mais le 9e
était en réserve. Manoeuvrant avec habileté et hardiesse, il aborde
par le flanc la cavalerie autrichienne, la surprend, la renverse, et
assure à nos escadrons victorieux la plaine d'Hochstëtt.

[En marge: Résultats de la bataille d'Hochstëtt.]

Les résultats en morts, blessés ou prisonniers ne pouvaient pas être
fort considérables; car il n'y a de bien sérieux que les rencontres de
la cavalerie avec l'infanterie. Mais la plaine nous restait, et notre
cavalerie venait de prendre une véritable supériorité sur celle des
Autrichiens, ce qui ne lui était pas encore arrivé. Toutes nos armes
avaient dès ce moment un ascendant décidé sur celles de l'ennemi. Il
était huit heures, et dans les longs jours de juin, il restait encore
du temps aux Impériaux pour nous disputer la rive gauche du Danube, si
glorieusement conquise le matin. Huit mille hommes d'infanterie
arrivaient, en effet, au secours des corps déjà battus, et ils étaient
suivis par une nombreuse artillerie. Moreau était survenu à la tête de
toutes ses réserves. Une nouvelle bataille plus acharnée s'engage
alors. L'infanterie française aborde à son tour, sous les boulets et
la mitraille, l'infanterie autrichienne. Les soldats de M. de Kray,
qui combattent pour un grand intérêt, celui de se maintenir dans la
position d'Ulm, déploient une extrême vigueur. Moreau se trouve engagé
plusieurs fois de sa personne au milieu de la mêlée: mais son
infanterie, appuyée par la cavalerie qui était revenue à la charge,
reste enfin victorieuse vers onze heures du soir. Au même instant, la
37e demi-brigade entrait dans Gundelfingen, et dès lors toutes les
positions de la plaine étaient en notre pouvoir. Nous avions franchi
le Danube, fait 5 mille prisonniers, enlevé 20 pièces de canon, 1,200
chevaux, 300 voitures, et les magasins considérables de Donauwerth. On
s'était battu dix-huit heures de suite. Cette opération, qui changeait
les malheureux souvenirs d'Hochstëtt en souvenirs de gloire, était,
après Marengo, la plus belle opération de la campagne. Elle honorait
également Lecourbe et Moreau. Celui-ci s'était enhardi lentement; mais
enfin, stimulé par les exemples donnés en Italie, il était entré dans
des voies plus grandes, et il venait de cueillir un laurier sur cet
arbre auquel le Premier Consul en avait dérobé de si beaux. Heureuse
et noble rivalité, si elle ne s'était jamais étendue au delà!

[En marge: M. de Kray décampe, et quitte la position d'Ulm.]

Après une manoeuvre si hardie et si décisive de la part de son
adversaire, M. de Kray ne pouvait tenir plus long-temps à Ulm, sans se
voir coupé de ses communications avec Vienne. Aller droit aux Français
pour leur livrer bataille était trop hasardeux, avec des soldats dont
le dernier événement venait encore d'ébranler le moral. Il se hâta
donc de décamper le soir même. Il fit passer devant lui le parc formé
de près de mille voitures, et suivit le lendemain, avec le gros de
l'armée, sur la route de Nordlingen. Il marchait, par un temps
affreux, et sur des routes que la pluie avait entièrement dégradées.
Cependant la rapidité de sa retraite fut telle, qu'il parvint en
vingt-quatre heures à Neresheim. Pour soutenir ses troupes
défaillantes, il fit répandre le bruit qu'une suspension d'armes
venait d'être signée en Italie, qu'elle allait être étendue à
l'Allemagne, et que la paix ne pouvait manquer de s'ensuivre. Cette
nouvelle répandît la joie parmi ses soldats, et leur rendit quelque
force. Ils arrivèrent à Nordlingen.

[En marge: Juillet 1800.]

Moreau avait appris trop tard le départ de l'ennemi, Richepanse
n'avait pu s'apercevoir de l'évacuation d'Ulm, que lorsque déjà les
derniers détachements se retiraient, et il en avait aussitôt fait part
à son général en chef. Mais, dans cet intervalle, les Autrichiens
avaient gagné de l'avance, et le mauvais temps qu'il faisait depuis
deux jours ne permettait pas de les rejoindre par une marche forcée.
Moreau arriva néanmoins à Nordlingen le 23 juin au soir, serrant de
près l'arrière-garde de M. de Kray, qui continuait à se retirer.
Voyant que, par de mauvais chemins, il ne gagnerait pas assez d'avance
pour atteindre l'armée autrichienne, et qu'il serait entraîné dans une
poursuite infructueuse à des distances inconnues, Moreau prit le parti
de s'arrêter, et de choisir une position, calculée sur l'état présent
des choses. M. de Kray, sans vouloir lui donner la bonne nouvelle de
la victoire de Marengo, qui n'était pas encore connue dans le camp des
Français, lui fit annoncer cependant la suspension d'armes conclue en
Italie, et lui proposa d'en stipuler une pareille en Allemagne.
Moreau, soupçonnant dès lors que de grands événements s'étaient passés
au delà des Alpes, ne doutant pas qu'ils ne fussent heureux, et
s'attendant à recevoir à chaque instant un courrier qui les lui
apprendrait, ne voulut rien conclure avant de les connaître, et
surtout avant d'avoir conquis de meilleurs cantonnements pour ses
soldats. Il prit la résolution de repasser le Danube, de confier à
Richepanse l'investissement des deux principales places situées sur ce
fleuve, Ulm et Ingolstadt, de se porter avec le gros de son armée au
delà du Lech, d'occuper Augsbourg et Munich, de s'assurer ainsi une
partie de la Bavière pour vivre, de conquérir enfin les ponts de
l'Isar, et toutes les routes qui aboutissent à l'Inn.

[En marge: Mort du grenadier Latour-d'Auvergne.]

Moreau repassa donc le Danube et le Lech par Donauwerth et Rhain,
porta ses divers corps par Pottmess et Pfaffenhofen, jusqu'aux bords
de l'Isar. Il occupa sur ce fleuve les points de Landshut, Moosburg,
Freisingen, et détacha Decaen sur Munich, lequel y entra comme en
triomphe le 28 juin. Pendant qu'il exécutait ce mouvement, les deux
armées se rencontrèrent une dernière fois, et se heurtèrent à
l'improviste dans un combat sans but. Ce fut à Neubourg, sur la rive
droite du Danube, pendant que les uns et les autres marchaient sur
l'Isar. Une division française, engagée trop loin du reste de l'armée,
eut à soutenir un combat long et acharné, dans lequel elle finit par
triompher, après avoir fait la perte la plus sensible, celle du brave
Latour-d'Auvergne. Cet illustre soldat, honoré par le général
Bonaparte du titre de Premier grenadier de France, fut tué d'un coup
de lance au coeur. L'armée versa des larmes sur sa tombe, et ne quitta
le champ de bataille qu'après lui avoir élevé un monument.

Le 3 juillet (14 messidor), Moreau était au milieu de la Bavière,
bloquant Ulm et Ingolstadt, sur le Danube, et occupant sur l'Isar
Landshut, Moosburg, Freisingen et Munich. C'était le moment de songer
enfin au Tyrol, et d'enlever au prince de Reuss les fortes positions
dont il était maître le long des montagnes, aux sources de l'Iller, du
Lech, de l'Isar, positions au moyen desquelles il pouvait toujours
inquiéter les Français. Sans doute il n'était pas très-dangereux,
mais sa présence nous obligeait à faire des détachements
considérables, et il devenait un sujet de préoccupation continuelle
pour notre aile droite. Dans ce but, le général Molitor fut renforcé,
et reçut les moyens d'attaquer les Grisons et le Tyrol. Les positions
de Fussen, Reitti, Immenstadt, Feldkirch, furent successivement
enlevées d'une manière prompte et brillante, et notre établissement
sur l'Isar se trouva ainsi parfaitement consolidé.

[En marge: Suspension d'armes en Allemagne.]

M. de Kray avait repassé l'Isar, et s'était porté derrière l'Inn,
occupant en avant de ce fleuve le camp d'Ampfing, les têtes de pont de
Wasserbourg et de Muhldorf. On était à la mi-juillet (fin de
messidor). Le gouvernement français avait laissé au général Moreau la
liberté d'agir à son gré, et de poser les armes quand il le jugerait
convenable. Il crut avec raison qu'il ne convenait pas d'être seul à
se battre. Le repos dont jouissaient les soldats d'Italie, faisait
envie aux soldais d'Allemagne; de plus, l'armée du Rhin, portée entre
l'Isar et l'Inn, avait une position beaucoup plus avancée que l'armée
d'Italie, et avait ainsi un de ses flancs découvert. Bien qu'une
stipulation de la convention d'Alexandrie interdît aux Français comme
aux Autrichiens de porter des détachements en Allemagne, il pouvait se
faire qu'une telle stipulation ne fût pas exactement observée, et que
l'armée du Rhin eût bientôt sur les bras une augmentation imprévue
d'ennemis. Moreau, qui avait reçu plusieurs propositions de M. de
Kray, se décida enfin à les écouter, et, le 15 juillet (26 messidor),
consentit à signer à Parsdorf, lieu placé en avant de Munich, une
suspension d'armes conforme à peu près à celle d'Italie.

Les deux armées devaient se retirer chacune derrière une ligne de
démarcation, qui, partant de Balzers dans les Grisons, longeait le
Tyrol, courait entre l'Isar et l'Inn, à égale distance de ces deux
rivières, venait tomber à Wilshofen sur le Danube, remontait ce fleuve
jusqu'à l'embouchure de l'Alt-Mühl, suivait l'Alt-Mühl, la Rednitz, le
Main jusqu'à Mayence. Les places de Philipsbourg, Ulm, Ingolstadt,
restaient bloquées; mais elles devaient tous les quinze jours recevoir
une quantité de vivres, proportionnée à la force de leurs garnisons.
Les deux armées avaient douze jours pour se prévenir, en cas de
reprise des hostilités. L'armée française avait ainsi pour se nourrir
la Franconie, la Souabe et une grande partie de la Bavière. Nos
soldats, placés sur le Mincio d'un côté des Alpes, sur l'Isar de
l'autre côté, allaient se dédommager dans les riches plaines de
l'Italie et de l'Allemagne de leurs privations et de leurs travaux.
Ces braves soldats l'avaient mérité par les plus nobles exploits qui
eussent encore signalé les armes françaises. L'armée du Rhin, bien
qu'elle n'eût pas jeté un aussi grand éclat que l'armée d'Italie,
s'était signalée néanmoins par une campagne conduite avec autant de
sagesse que de vigueur. Le dernier grand événement de cette campagne,
le passage du Danube à Hochstëtt, pouvait prendre place à côté des
beaux faits d'armes de notre histoire militaire. L'opinion qui, en
1799, n'avait pas été favorable à Moreau, était devenue en 1800
presque partiale en sa faveur. Après le nom du général Bonaparte, et
bien loin, il est vrai, mais à une distance à laquelle les places
étaient belles encore, on plaçait sans cesse le nom du général Moreau;
et comme l'opinion est mobile, ce dernier effaçait cette année le
vainqueur de Zurich, par lequel il avait été effacé l'année
précédente.

La nouvelle des heureux succès de l'armée du Rhin compléta la
satisfaction produite par les succès extraordinaires de l'armée
d'Italie, et changea en certitude les espérances de paix qui
remplissaient les esprits. La joie était générale. Les fonds publics,
qualifiés cinq pour cent, qui se vendaient à 13 francs avant le 18
brumaire, étaient montés à 40. Un arrêté des Consuls annonça aux
rentiers que le premier semestre de l'an IX, celui qui devait échoir
le 22 septembre 1800, leur serait payé intégralement en argent:
heureuse nouvelle, qui depuis long-temps n'avait pas été donnée aux
infortunés créanciers de l'État! On attribuait tous ces biens aux
armées, aux généraux qui les avaient conduites, mais principalement au
jeune Bonaparte, qui venait à la fois de gouverner et de combattre
d'une manière également supérieure. Aussi la fête du 14 juillet, l'une
des deux solennités républicaines conservées par la Constitution,
fut-elle célébrée avec un grand éclat. Une cérémonie magnifique était
préparée aux Invalides. Le musicien Méhul avait composé de beaux
chants, et on avait fait venir pour les exécuter les premiers
chanteurs de l'Italie, à laquelle on commençait alors à prendre ses
chefs-d'oeuvre et ses artistes. Après avoir entendu ces chants sous le
dôme des Invalides, le Premier Consul, accompagné d'un nombreux
état-major, se rendit au milieu du Champ-de-Mars pour recevoir la
garde consulaire. Elle arrivait le matin même, couverte de poussière,
ses vêtements en lambeaux, n'ayant cessé de marcher depuis le
lendemain de la bataille de Marengo, pour être exacte au rendez-vous
que le Premier Consul lui avait donné pour le 14 juillet. Elle
apportait aux Invalides les drapeaux pris dans la dernière campagne,
afin de les joindre au dépôt commun de nos trophées. La foule, qui
bordait les deux côtés du Champ-de-Mars, se précipita pour voir de
plus près les héros de Marengo. L'ivresse poussée au comble faillit
amener des accidents. Le Premier Consul fut long-temps pressé dans
cette mêlée populaire. Il rentra aux Tuileries entouré de la multitude
attachée à ses pas. La journée fut consacrée tout entière à des
réjouissances publiques.

Quelques jours après, le 21 juillet (2 thermidor), on annonça
l'arrivée du comte de Saint-Julien, officier de confiance de
l'empereur d'Allemagne, chargé de porter à Paris la ratification de la
convention d'Alexandrie, et de conférer avec le Premier Consul sur les
conditions de la prochaine paix. On ne douta plus alors de la
conclusion de cette paix si désirée, qui devait mettre fin à la
seconde coalition. La France, on peut le dire, n'avait jamais vu
d'aussi beaux jours.

FIN DU QUATRIÈME LIVRE ET DU PREMIER VOLUME.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES

DANS LE TOME PREMIER.


     LIVRE PREMIER.

     CONSTITUTION DE L'AN VIII.

     Entrée en fonctions des Consuls provisoires.--Partage
     d'attributions entre M. Sieyès et le général Bonaparte.--Le
     général s'empare de l'administration des affaires, et laisse à M.
     Sieyès le soin de rédiger la nouvelle Constitution.--État de la
     France en brumaire an VIII.--Désordre de l'administration et des
     finances.--Profonde misère des armées.--Troubles en
     Vendée.--Agitation du parti révolutionnaire dans quelques villes
     du midi.--Premiers efforts des Consuls provisoires pour remettre
     l'ordre dans les diverses parties du gouvernement.--Nomination de
     MM. Cambacérès au ministère de la justice, Laplace, au ministère
     de l'intérieur, Fouché, au ministère de la police, de Talleyrand,
     au ministère des affaires étrangères, Berthier, au ministère de
     la guerre, Forfait, au ministère de la marine, Gaudin, au
     ministère des finances.--Premières mesures
     financières.--Suppression de l'emprunt forcé
     progressif.--Création de l'agence des contributions directes, et
     confection immédiate des rôles arriérés depuis plusieurs
     années.--Création des obligations des receveurs généraux.--La
     confiance commence à se rétablir, les banquiers de Paris prêtent
     au gouvernement les premiers fonds dont il a besoin.--Envoi d'un
     secours aux armées.--Actes politiques des Consuls
     provisoires.--Révocation de la loi des otages, élargissement des
     prêtres détenus, et des naufragés de Calais.--Pourparlers avec
     les chefs du parti royaliste--Suspension d'armes en Vendée,
     conclue avec MM. de Bourmont, d'Autichamp et de
     Châtillon.--Commencement de relations avec les cabinets
     étrangers.--État de l'Europe.--L'Angleterre et l'Autriche
     résolues à continuer la guerre.--Paul Ier, irrité contre ses
     alliés, est disposé à se retirer de la coalition, et à se
     rattacher au système de neutralité, adopté par la
     Prusse.--Importance de la Prusse en ce moment.--Le général
     Bonaparte envoie à Berlin son aide-de-camp Duroc.--Bruits de
     paix.--Sensible amélioration dans l'état matériel et moral de la
     France, par suite des premiers actes des Consuls provisoires.--On
     commence à s'occuper de la Constitution.--Projet de M. Sieyès
     conçu et médité depuis long-temps.--Les listes de notabilité, le
     Sénat conservateur, le Corps Législatif, le Tribunat, le grand
     électeur.--Désaccord entre M. Sieyès et le général Bonaparte,
     relativement à l'organisation du pouvoir exécutif.--Danger d'une
     rupture entre ces deux personnages.--Des intermédiaires les
     rapprochent.--Le grand électeur est remplacé par trois
     consuls.--Adoption de la Constitution de l'an VIII, et sa mise en
     vigueur fixée au 4 nivôse an VII......................... 1 à 111


     LIVRE DEUXIÈME.

     ADMINISTRATION INTÉRIEURE.

     Constitution définitive du gouvernement consulaire.--Composition
     du Sénat, du Corps Législatif, du Tribunat et du Conseil
     d'État.--Déclaration du Premier Consul aux puissances de
     l'Europe.--Offres publiques de paix à l'Angleterre et à
     l'Autriche.--Proclamation adressée à la Vendée.--Ouverture de la
     première session.--Opposition naissante dans le
     Tribunat.--Discours des tribuns Duveyrier et Benjamin
     Constant.--Une majorité considérable accueille les projets des
     Consuls.--Nombreuses lois d'organisation.--Institution des
     préfectures et des sous-préfectures.--Création des tribunaux de
     première instance et d'appel.--Clôture de la liste des
     émigrés.--Rétablissement du droit de tester.--Loi sur les
     recettes et les dépenses.--Banque de France.--Suite des
     négociations avec l'Europe.--Refus par l'Angleterre d'écouter les
     propositions de paix.--Vive discussion à ce sujet dans le
     Parlement britannique.--L'Autriche fait un refus plus doux, mais
     aussi positif que celui de l'Angleterre.--Nécessité de
     recommencer les hostilités.--Ne pouvant ramener les puissances
     belligérantes, le Premier Consul tâche de s'attacher la Prusse,
     et s'explique franchement avec elle.--Il s'applique à terminer la
     guerre de la Vendée avant d'ouvrir la campagne de
     1800.--Situation des partis en Vendée.--Conduite de l'abbé
     Bernier.--Paix, de Montfaucon.--MM. d'Autichamp, de Châtillon, de
     Bourmont, Georges Cadoudal se rendent à Paris et voient le
     Premier Consul.--M. de Frotté est fusillé.--Soumission définitive
     de la Vendée.--Les troupes sont acheminées vers la
     frontière.--Fin paisible de la session de l'an VIII.--Règlement
     de police relatif à la presse.--Cérémonie funèbre à l'occasion de
     la mort de Washington.--Le Premier Consul va s'établir au palais
     des Tuileries.......................................... 112 à 226


     LIVRE TROISIÈME.

     ULM ET GÊNES.

     Préparatifs de guerre.--Forces de la coalition en 1800.--Armée du
     baron de Mélas en Ligurie, du maréchal de Kray en Souabe.--Plan
     de campagne des Autrichiens.--Importance de la Suisse dans cette
     guerre.--Plan du général Bonaparte.--Il forme la résolution de se
     servir de la Suisse pour déboucher dans le flanc de M. de Kray,
     et sur les derrières de M. de Mélas.--Rôle qu'il destine à
     Moreau, et qu'il se destine à lui-même.--Création de l'armée de
     réserve.--Instructions à Masséna.--Commencement des
     hostilités.--Le baron de Mélas attaque l'armée de Ligurie sur
     l'Apennin, et la sépare en deux moitiés, dont l'une est rejetée
     sur le Var, l'autre sur Gênes.--Masséna, renfermé dans Gênes, s'y
     prépare à une résistance opiniâtre.--Description de
     Gênes.--Combats héroïques de Masséna.--Instances du Premier
     Consul auprès de Moreau, pour l'engager à commencer les
     opérations en Allemagne, afin de pouvoir secourir Masséna plus
     tôt.--Passage du Rhin sur quatre points.--Moreau réussit à réunir
     trois corps d'armée sur quatre, et tombe à Engen et Stokach sur
     les Autrichiens.--Batailles d'Engen et de Moesskirch.--Retraite
     des Autrichiens sur le Danube.--Affaire de Saint-Cyr à
     Biberach.--M. de Kray s'établit dans le camp retranché
     d'Ulm.--Moreau manoeuvre pour l'en déloger.--Plusieurs faux,
     mouvements de Moreau, qui ne sont heureusement suivis d'aucun
     résultat fâcheux.--Moreau enferme définitivement M. de Kray dans
     Ulm, et prend une forte position en avant d'Augsbourg, afin
     d'attendre le résultat des événements d'Italie.--Résumé des
     opérations de Moreau.--Caractère de ce général......... 227 à 349


     LIVRE QUATRIÈME.

     MARENGO.

     Le Premier Consul attend avec impatience les nouvelles
     d'Allemagne.--Ces nouvelles arrivées et annonçant des succès, il
     se décide à partir pour l'Italie.--Détresse de la garnison de
     Gênes portée au comble.--Constance de Masséna.--Le Premier Consul
     se hâte de venir à son secours, en exécutant le projet de passer
     les grandes Alpes.--Départ du Premier Consul, sa feinte
     apparition à Dijon, son arrivée à Martigny, dans le
     Valais.--Choix du Saint-Bernard pour franchir la grande
     chaîne.--Moyens imaginés pour transporter l'artillerie, les
     munitions, les vivres et tout le matériel.--Commencement du
     passage.--Difficultés inouïes surmontées par le dévouement des
     troupes.--Obstacle imprévu du fort de Bard.--Surprise et douleur
     de l'armée à la vue de ce fort, jugé d'abord
     imprenable.--L'infanterie et la cavalerie font un détour, et
     évitent l'obstacle.--L'artillerie, traînée à bras, passe sous le
     feu du fort.--Prise d'Ivrée, et déploiement de l'armée dans les
     plaines du Piémont avant que les Autrichiens se soient doutés de
     son existence et de sa marche.--Passage simultané du
     Saint-Gothard par le détachement formé des troupes
     d'Allemagne.--Plan du général Bonaparte une fois descendu en
     Lombardie.--Il se décide à se rendre à Milan pour rallier les
     troupes venues d'Allemagne, et envelopper ensuite M. de
     Mélas.--Longues illusions de M. de Mélas détruites tout à
     coup.--Douleur de ce vieux général.--Ses ordres incertains
     d'abord, puis positifs, d'évacuer les bords du Var et les
     environs de Gênes.--Dernières extrémités de
     Masséna.--L'impuissance absolue de nourrir les soldats et le
     peuple de Gênes l'ont réduit à se rendre.--Belle
     capitulation.--Gênes prise, les Autrichiens se concentrent en
     Piémont.--Importance de la route d'Alexandrie à
     Plaisance.--Empressement des deux armées à occuper
     Plaisance.--Les Français y arrivent les premiers.--Position de la
     Stradella, choisie par le Premier Consul pour envelopper M. de
     Mélas.--Attente de quelques jours dans cette position.--Croyant
     que les Autrichiens lui ont échappé, le Premier Consul va les
     chercher, et les rencontre à l'improviste dans la plaine de
     Marengo.--Bataille de Marengo, perdue et regagnée.--Heureuse
     inspiration de Desaix et sa mort.--Regrets du Premier
     Consul.--Désespoir des Autrichiens, et convention d'Alexandrie,
     par laquelle ils livrent l'Italie et toutes ses places à l'armée
     française.--Quelques jours employés à Milan, par le Premier
     Consul, à régler les affaires d'Italie.--Conclave à Venise, et
     promotion de Pie VII à la papauté.--Retour du Premier Consul à
     Paris.--Enthousiasme excité par sa présence.--Suite des
     opérations sur le Danube.--Passage de ce fleuve au-dessous
     d'Ulm.--Victoire d'Hochstëtt.--Moreau conquiert toute la Bavière
     jusqu'à l'Inn.--Armistice en Allemagne comme en
     Italie.--Commencement des négociations de paix.--Arrivée à Paris
     de M. de Saint-Julien, envoyé par l'empereur d'Allemagne.--Fête
     du 14 juillet aux Invalides............................ 350 à 489


FIN DE LA TABLE DU PREMIER VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire du Consulat et de l'Empire, (Vol. 1 / 20) - faisant suite à l'Histoire de la Révolution Française" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home