Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le Système Solaire se mouvant
Author: Tischner, August, 1819-
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Système Solaire se mouvant" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



  Note de transcription:

  Cette version électronique reproduit, dans son intégralité, le
  texte d'origine avec toutes ses incohérences, tant du point de vue
  de l'orthographe et du vocabulaire que de la grammaire.

  Les mots et phrases imprimés en gras dans le texte d'origine sont
  marqués =ainsi=.



LE SYSTÈME SOLAIRE
SE MOUVANT.


  On est dans une grande erreur, quand on suppose, que les
    astronomes et ceux qui s'occupent de l'astronomie, ont par cette
    raison, en général, plus de capacité et d'intelligence que les
    autres mortels, qui cultivent la science.


PAR
AUGUST TISCHNER.


LEIPZIG
GUSTAV FOCK

1894.



LE SYSTÈME SOLAIRE SE MOUVANT.



Le système solaire se mouvant.


Que _la théorie astronomique actuelle_ se trouve dans un état
pitoyable, nous avons déjà montré dans nos brochures, qui sont nommées
à la fin de ce livre.

Dans la brochure présente nous avons quitté _l'hypothèse de Copernic_,
fondée sur le soleil fixe au centre de l'univers et proposons un
système solaire fondé sur le soleil se mouvant dans l'espace.

C'est tout indifférent quelles idées on se fait sur la mécanique
céleste, si elles sont seulement rationnelles, mais jamais on y
parviendra à prouver, qu'elles sont la vraie explication de la
réalité.

       *       *       *       *       *

C'est tout clair, que l'attraction continuelle du soleil fixe rend
impossible la circulation des planètes _en orbites formées autour de
lui_; les planètes circulent _autour de la ligne du mouvement du
soleil_, elles doivent suivre le mouvement du soleil, en circulant
_autour de la ligne de sa marche_.

Nous voulons maintenant proposer un système solaire dans lequel
_l'arrangement des planètes_ est tel quelles se rapportent au soleil
se mouvant dans l'espace.

Après le soleil, _qui marche au-devant des planètes_, comme le noyau
d'une comète, viennent rangées l'une après l'autre les planètes des
quelles les courves révolutives deviennent toujours plus grandes,
selon leur distance du soleil, comme si elles représentaient autant
de pendules centrifuges, dont les fils partent du centre du soleil.

Si les planètes sont toutes en circulation et le soleil est admis, en
pensées, immobile, les fils (radii vectores) décrivent _des cônes
réguliers_, dont la base est _perpendiculaire_ sur l'axe du cône. La
circonférence de cette base du cône est ce que nous nommons la _curve
révolutive originaire_. Si les cônes sont dans le même angle ils
semblent ne faire qu'un seule et les planètes circulent sur la surface
du cône. A en juger d'après les observations il semble en effet que
les cônes sont presque dans le même angle et que par suite de cette
position le zodiaque à été a considéré comme une borne commune des
orbites.

La _projection centrale des anneaux des orbites_ est naturellement un
_cercle_, qui _par la projection_ se change en ellipse quelconque. Vus
du soleil les orbites des planètes _paraissent projetées_ dans une
configuration, qui représentent exactement le diagramme de Copernic;
le soleil est au milieu de toutes les orbites et les planètes semblent
circuler autour de son centre.

Le _cône_ même montre le système _vu de côté_; si les curves sont dans
le même angle, alors la grandeur des orbites--leur demi-diamètre--se
rapportent comme la distance du soleil. C'est clair que d'aucune
planète cette curve peut être vue d'une autre planète _comme
centrale_, il faut qu'elles se représentent comme _cercles
excentriques_ ou elliptiques. La terre en rapport à une autre planète
vient dans des différentes positions, aussi dans une telle que ses
satellites montrent des orbites projetées centralement.

Si le soleil se meut, alors la direction de son mouvement est _l'axe
commun du cône_, c. a. d. que les planètes circulent autour de la
linge décrite par le soleil dans l'espace, que ligne nous pouvons
nommer _l'orbite du soleil_.

Par le mouvement propre du soleil les anneaux du mouvement des
planètes considérées jusqu'à présent, comme des _courves planes_, sont
changées _en spirales_, qui sont d'autant plus étendues ou alongées,
que la vitesse du soleil est plus grande en comparaison de la _propre_
vitesse de la planète: ces courves de _double courbure ne sont plus
perpendiculaires à l'axe du cône_ ou sur l'orbite du soleil, mais
elles ont une inclinaison vers lui, ce qui est indiqué _par l'angle du
cône_.

Supposons que le soleil se meut _en ligne droite_, alors les anneaux
des spirales, qui sont décrites par les planètes forment un _cylindre
droit_ dont le diamètre est égal au diamètre _de la courve révolutive
originaire_ ou _à l'anneau spiral_: dans ce cas on pourrait nommer
_les spirales cylindrique_, par ce que les anneaux suivant les uns les
autres, ont le même diamètre et la même position. Mais c'est clair que
le soleil _ne pouvant pas se mouvoir en ligne droite_, se meuve aussi
dans une curve; ainsi le cylindre, que nous nous sommes représenté
recevra une courbure. C'est bien clair, que les diamètres _des anneaux
spirales_ ne sont pas changés par cette _troisième_ courbure, mais la
projection de ceux-ci est modifiee.

En regardant de cette manière le cône--la figure cônique du système
solaire--recevra une faible courbure, et présentera l'image, qui nous
rappelle à la figure d'une corne d'abondance.

La section centrale--en longeur de l'axe--_du cône courbé_ est un
triangle sphèrique. Vu centralement le soleil _ne se trouve plus au
centre de toutes les orbites_--anneaux spirales--mais il se produiront
les _excentricités_ et les _inclinaisons apparentes_ des orbites l'une
vers l'autre.

La terre est peu éloignée de la pointe du cône--du soleil--et se meut
sur sa surface; les positions continuellement changeantes et variables
des planètes elle voit _perspectivement_, chaque moment du mouvement
il y a _une autre projection_.

Si on se représente, que toutes les planètes sont situées dans la même
ligne sur la surface du cône, cela est comme si l'on disait, que les
planètes inferieures, Mercure et Venus sont en même temps en
conjonction et les planètes superieres Mars, Jupiter, Satourne, Uranus
et Neptune en opposition d'après le système de Copernic; cette
position de toutes les planètes avait déjà été considérée par les
anciens et leur retour nommé la grande période. Que cette période soit
agrandie par les deux nouvelles planètes Uranus et Neptune c'est
clair.

Ce qui concerne les périodes et les positions des corps du système
solaire se mouvant dans l'espace, leur changement est peu apparent,
parce que _l'entier reste ensemble_ et par conséquent la _figure du
système_ n'est pas changée. Les distances relatives sont enchainées au
mouvement réglé: si d'après cela l'observation des corps appartenant
au système solaire était suffisante à l'astronomie, alors les
phénomènes pourraient être reduits à leur plus grande simplicité; mais
comme pour comparaison le ciel sert de fondement et base, il s'ensuit
une complication d'après laquelle le ciel étoilé entier semble lui
même se déplacer comme un entier dans l'espace.

Considérons _la figure cônique du système solaire_ sous condition, que
le soleil est _immobile_, alors les planètes peuvent décrire des
_courves fermées_, c. a. d. qu'elles _circulent constamment dans les
mêmes courves planes_, que nous avons nommées l'anneau ou la courve
révolutive originaire de la planète et qui ne change pas d'endroit
dans l'espaces, par la raison que ces _plans_, d'après les idées
d'aujourd'hui doivent être considérés comme _invariables_; mais ceci
fait présumer une autre condition indispensable, d'après laquelle
_l'attraction solaire_ n'exige aucun autre effet sur les planètes, que
celui qui est nécessaire pour conserver _l'équilibre du système
solaire_ et la _distance invariable_ de ces corps du soleil, afin
qu'aucune planète ne s'approche de lui et qu'aucune ne puisse
s'éloigner, cette condition reste invariable avec le système solaire
se mouvant et l'attraction du soleil se reduit à la communication de
sa propre vitesse, par suite de là _les courves révolutives
originaires se changent en spirales_. Par cet effet de l'attraction
c'est concevable que les planètes doivent rester nécessairement dans
la même distance du soleil.[A]

  [A] C'est difficile à comprendre comment l'attraction, une force
  dont la quantité et la grandeur sont données _par les masses
  invariables du soleil et la terre_ est alternativement _croissante
  ou décraissante_. Mais si on ajoute encore, que la vitesse de
  cette force est _infinie_ et par conséquant sa prétendue action
  _est en même temps momentane_, on est tout à fait troublé et
  stupifié. Où est le motif, où est la cause du decroissement d'une
  force dont la grandeur et l'action _sont constantes et momentans_
  et dont _la vitesse est infini_? C'est une des questions à
  laquelle la physique ne donne pas de réponce? Vide: Le pouvoir
  grossisant de l'atmosphère par August Tischner.

Que l'alongation des spirales dépend du rapport entre la vitesse
correspondante du soleil et des planètes et d'une planète et de ses
satellites c'est clair. Cette étendue de l'alongation de la courve
révolutive est en même temps l'inclinaison (ou déclinaison c'est égal)
de _l'orbite spirale_ vers l'axe du système solaire (orbite solaire ou
l'équateur céleste); l'angle de l'inclinaison est ainsi donné par la
_propre vitesse_ de la planète et de celle du soleil. Que la _vitesse
d'entrainement_ la même pour toutes les planètes du système solaire,
c'est compréhensible.

On voit que si on aperçoit au ciel étoilé un déplacement perceptible
du soleil, qui parait indépendant _du double mouvement de la terre_,
mais qui est accusé clairement par les étoiles (50'', 25, la
praecession) on peut conclure avec certitude, que c'est la suite du
mouvement propre du soleil ou du mouvement de son système dans
l'espace.

En continuant nos différents regards nous pouvons apporter quelque
clarté à la question concernant les _révolutions_ et les _temps de
révolutions_. Le _déplacement continuel du soleil_ stipule le
changement continuel des planètes et de leur circulation sans
interruption; il y a donc un mouvement sans interruption du même
mouvement et ni une révolution proprement dite, ni un temps de
circulation. Une période de révolution est ainsi _le retour du même
phénomène_ ou de la _même position apparente au ciel_, elle est
_relative_, elle est _coïnidence_. Que ces coïncidences reviennent
périodiquement, quelles reviennent régulièrement, c'est selon toute
vraisemblance l'ouvrage _de l'attraction_ universelle.

Il se demand maintenant, quelle phénomène de retour est à considerer
comme une révolution ou période révolutive accomplie et _à quoi_ cette
période a à se rapporter? La science _théorique_ s'est décidée pour la
révolution _sidérale_, comme il semble dans l'intention de déterminer
une conformitée parmi tous les corps du système solaire, que la
_théorie_ n'a pas fondé son _choix_ ou sa _decision_ sur une
conception rationelle, qui ressort de l'étude des phénomènes, elle a
_prouvé_, en rapportant la rotation de la terre aux étoiles et a
établie ainsi une _rotation sidérale_ où c'est pourtant assez clair,
que ce mouvement de la terre ne peut se rapporter qu'à lui-même.

Si le système de Copernic était fondé _sur la réalité_ et les planètes
circuleraient _toujours à la même place_, en verité autour du soleil
et dans des courves fermées, c'est bien clair qu'après une circulation
de 360° elles puissent revenir à la même place de leur orbite et dans
ce cas leur position en rapport à une étoile de comparaison pourrait
être, après une révolution accomplie de cette manière, la même; mais
comme _d'après les observations_ cette coïncidence avec l'étoile à
lieu dans des périodes _croissants_, il s'ensuit que le mouvement des
planètes _n'a pas lieu d'après le système de Copernic_ et que la
période révolutive des corps, qui forment le système solaire peuvent
se rapporter seulement à leur guide c. a. d. _au soleil_, et l'on peut
conclure avec certitude, que ces coïncidences de la position rélative
au ciel, tombe dans le même temps qu'elles conservent leur distance du
soleil et qu'elles se meuvent avec la même vitesse uniforme.

C'est bien compréhensible, que par suite des _orbites serpentant sans
cesse_, se produisent des coïncidence différentes et qu'ainsi
apparaissent périodiquement des différents phénomènes. Cette
circonstance fut la cause, pourquoi la _théorie_ attribue à la lune
_cinq divers temps de révolutions_. «_Révolution_» et «_temps de
révolution_», employés de cette manière n'ont plus aucune
signification, aucun sens; car d'après la nature de la chose, on n'a
qu'à rester _à une seule_ période révolutive.

Si nous nommons _orbites_ l'espace parcouru des planètes et de leurs
satellites _spirales sans fin_, le chemin du mouvement des corps
célestes décrit par elles, alors nous corporisons, pour faciliter, en
pensée, notre imagination. Nommons nous _le parcours d'un anneau
spirale etendue_, la description de 360° et la révolution accomplie,
nous rapportons cela au soleil et supposens, que les deux points
finales (commencement et fin) d'un anneau spirale ainsi réprésenté, se
trouvent dans la même ligne, c. a. d. si les points commencent d'une
spirale _coïncident_ avec le soleil à l'equinoque vernal, ses fins
coïncideront également avec le soleil après une révolution tropique
accomplie.

Ce système solaire, se mouvant sans fin et sens borne dans l'espace
infini, _ce cône_--un point en grandeur disparaissant dans
l'univers--qui parcourt dans une ligne de _double courbure_, contient
presque tout ce que l'homme peut distinctiment appercevoir au ciel;
les mouvemens et les positions toujours changeants sans fin, les
variations périodiques et séculaires etc. tout est là; c'est l'unité
de la science, le fondement de sa théorie; si on comprend le mouvement
dans l'espace, on n'a pas besoin de recourir à des _forces cachées_,
chaque explication est superflue, inutile, la nature s'explique
elle-même, supposé que l'homme soit capable de l'étudier.

  Remarque: Quelques lecteurs pourrait s'étonner de ce que nous
  faisons un usage trop fréquent de l'expression «cercle», mais
  après quelques réflections ils reconnaîtront eux-mêmes que ce mot
  a un sens bien étendu, qu'il conserve toujours encore, si nous
  transformont p. ex un cercle donné en différents flexions, qui lui
  donne une ou plusieurs courbures. Tous les espèces de lignes
  courbées, qui se laissent projeter comme cercle ou sont menées à
  360° peuvent être nommées circulaires. Ainsi on a p. ex decrit un
  cercle par la lettre _S_ ou avec le chiffre 2; la ligne
  serpentante, l'ellipse, la cycloide, et plusieurs espèce de
  spirales ect. se projetent comme circulaires et peuvent être
  considérer comme une partie sans fin, contenant 360° produit par
  la circulation. Le mot «circulation nous rapelle déjà un mouvement
  circulaire, sans que par cela un cercle soit immédiatement décrit;
  puisque une circulation accomplie ou une révolution dut contenir
  360°, c'est compréhensible, que ceux-ci se rapport au cercle. Le
  double mouvement courbé de la terre, comme nons nous la
  représentons par un _anneaux spirale cylindrique_, quand il s'agit
  d'une partie repondante à une période annuelle est en effet un
  cercle transformé en un anneaux spirale.



Autant que les astronomes négligent d'étudier avec soin attantif _les
apparitions célestes et leur signification_ et soutiendront avec
obstination la théorie astronomique actuelle, fondée sur les
suppositions et les imaginations de Copernic[B], Kepler et Newton,
l'astronomie comme elle est enseignée aujourd'hui, n'est rien de plus
qu'un jeu de phantasie.

  [B] Solis coelique stator.

Nous sommes persuadés, que le Bon-sens de l'homme
normal se décidera enfin de rejeter les idées des astronomes
sur la mécanique céleste professée aujourd'hui, même contre
les efforts des astronomes les plus célèbres à soutenir les
superstitions, qu'ils propagent, mais qui ne servent qu'à
flatter leur vanité.

Nous demandons pourquoi les astronomes n'ont-ils pas le courage de
s'élever contre le système solaire insoutenable et impossible fondé
sur le soleil fixe de Copernic, et pourquoi ne veulent-ils pas
_proposer_ un système fondé sur le soleil se mouvant dans l'espace?

Ils ont peur, comme Alexandre de Humboldt, de heurter au guêpier.[C]
Le courage moral leur manque de s'opposer à des idées généralement
acceptées et proclamées comme des vérités incontestables, mais qui ne
s'accordent pas à la réalité et qui sont même en contradiction avec
la théorie adoptée.

  [C] vide: L'astronomie et les astronomes, par A. Tischner 1893, p.
  39.

La présomption de tout savoir, est la vraie cause, qui empêche le
progrès. Nous espérons que la question soulevée par nous sera décidée
dans le siècle à venir.

Nous répétons, que nous n'attaquons pas _l'astronomie pratique_, mais
nous rejetons _la théorie de l'astronomie actuelle_ c. a. d.
l'explication des phénomènes célestes _apparents_.



Un grand astronome.

Himmel und Erde 1889, p. p. 333 und 334.


Mr. W. Meyer dit: «C'est bien compréhensible, _qu'il faut avoir appris
à connaitre les choses avec tous leurs d'étails, que l'on veut
expliquer_. C'est une supposition primitive, que malheureusement on ne
peut pas assez souvent répéter, aussi aujourd'hui, à des milliers de
têtes spéculatives, qui entreprennent de construire avec leur
phantaisie tout l'edifice du monde, à l'aide d'un material des
connaissances positives, à peine dignes de nommées. Ces architects du
monde, qui construisent tout l'univers dans une brochure de quelques
vingtaines ou trentaines de pages--qui sont en proportion très
harmoniques avec leur savoir--sont pour les astronomes une secte très
incommodes. Ces gens tiennent avec entêtement tout à fait inébranlable
à leurs idées fixes, et avec des arguments des science positives ce
n'est pas possible de les persuader. Une vieille experience enseigne
que ce serait une peine tout à fait vaine de les persuader de quelque
chose de meilleur et que malgré toute la bonne volonté et tout
l'enthousiasme on ne pourrait rependre une explication générale sur
cet objet. Contre de tels gens il faut se resoudre à une resignation
douloureuse et leurs laisser continuer tranquillement leur faux
chemin.»

Ainsi parle un Copernicain, qui ne peut pas comprendre, que quoique
depuis 1783, _le propre mouvement du soleil_ a été reconnu par
observation et qu'il se meut avec une vitesse de 30 Kilomètre par
seconde, la terre qui marche presque avec la même vitesse que le
soleil ne peut pas circuler autour du centre du soleil. Ou bien le
soleil se meut ou bien il ne se meut pas, mais de supposer le soleil
en repos sur la même place et se mouvant en même temps trente
Kilomètre par seconde, c'est un non-sens.

Mr. Wilhelm Meyer, né 1853, directeur de l'observatoire de la société
des actionaires «Urania» à Berlin, est un grand astronome, qui a
approfondit _tous les détailes_ de l'astronomie et de la mécanique
célestes et sait ce que se passe dans les replis les plus profonds de
l'espace céleste.



  =Sta, sol, ne moveare.= _August Tischner._ Leipzig 1881-1882.
     Gustav Fock.

  =Die Grösse, Entfernung und Masse der Sonne.= _August Tischner._
     Leipzig 1882. Gustav Fock.

  =The sun changes his position in space=, therefore he cannot be
     regarded as being «in a condition of rest». _August Tischner._
     Leipzig 1883. Gustav Fock.

  =The fixed Idea of astronomical Theory.= _August Tischner._ Leipzig
     1885. Gustav Fock.

  =L'Histoire de la découverte de la Planète Neptune, par Em.
     Liais.= Astronome de l'observatoire impérial de Paris.
     Reproduit de l'ouvrage: L'espace céleste et la nature tropical,
     Paris 1866. Par _Auguste Tischner_. Leipzig 1892. Gustav Fock.

  =Le mouvement de la Lumière.= _August Tischner._ Leipzig 1892.
     Gustav Fock.

  =Le pouvoir grossissant de l'Atmosphère.= _August Tischner._
     Leipzig 1892. Gustav Fock.

  =Le mouvement universel.= _August Tischner._ Leipzig 1893. Gustav
     Fock.

  =Les astronomes.= _August Tischner._ Leipzig 1893. Gustav Fock.

  =L'astronomie et les Astronomes.= _August Tischner._ Leipzig
     1893. Gustav Fock.



Littérature.


   1. =De orbitis planetarum.= _Georg Wilh. Hegel._ Jena 1801.

   2. =De l'imposibilité du système astronomique de Copernic et de
       Newton.= _L. J. Mercier._ Paris 1806.

   3. =Ueber Newton's, Euler's, Kästner's und Konsorten Pfuschereien
       in der Mathematik.= _Langsberg._ Heidelberg 1807.

   4. =Die Sonne bewegt sich.= Folgerungen aus dieser Lehre in Bezug
       auf die Fixsterne und Planeten. _C. R(ohrbach)._ Berlin 1852.

   5. =The solar System as it is, and not as it is represented.= _R.
       J. Morrison._ London 1857.

   6. =Mémoire sur le système solaire et sur l'explication des
       phénomènes célestes.= _Charles Nagy._ Paris 1862.

   7. =Considération sur les Comètes, éléments de Comètologie.=
       _Charles Nagy._ Paris 1862.

   8. =Die Sonne und die Astronomie.= _K. Nagy._ Leipzig 1866.

   9. =Das wahre Sonnensystem.= Bewegung und Bahnen der Gestirne nach
       einer neuen Auffassung über dieselben im Himmelsraume und
       zwar, welche nicht in Ellipsen statt hat. _James Milberg._
       München 1862.

  10. =Die wahre Gestalt der Planeten- und Cometenbahnen.= _Fried.
       Carl Gustav Stieber._ Dresden 1864.

  11. =Mathematische Sophismen.= _Joh. Viola._ Wien 1865.

  12. =Die absolute Bewegung der Himmelskörper und die wahre Natur
      der Dinge.= _Hugo Keifenheim._ Köln und Leipzig 1868.

  13. =Unumstösslicher Nachweis, dass die Erde nicht um die Sonne
      herumgehe.= _Xaver Schechner._ München 1868.

  14. =L'astronomie moderne.= _W. de Fonvielle._ Paris 1869.

  15. =Die Widersprüche in der Astronomie.= _C. Schöpffner._ Berlin
      1869.

  16. =Der Himmels-Mechanik Reform auf Grund der inductiven Logik.=
      _V. P. Kluck-Kluczycky._ 1880.

  17. =Nuevo sistema planetario.= _A. Morera._ Barcelona 1883.

  18. =Kritik der drei Kepler'schen Gesetze.= _Reindorf._
      Neuhaldesheim.

  19. =Ueber die Veranschaulichungsmittel für mathematische
      Geographie.= _F. A. Püschmann._ Grimma.

  20. =Système solaire d'après la march réelle du soleil.= _E. G.
      Fahrner._ 2me éd. Paris 1869.

  21. =Sterntafeln für alle Jahrhunderte von -2000 bis +1800.= _Dr.
      O. Danckwortt._

  22. =Freret. Défense de la chronologie, contre le système
      chronologique de Newton.= Paris 1758.

  23. =Mathematisch begründete Bedenken gegen das Kopernikanische
      Weltsystem.= _A. L. Dispek._ Frankfurt a. M. 1822.

  24. =Die Frage der Veränderlichkeit des Sonnendurchmessers.= _K.
      Remeis._ Leipzig 1880.

  25. =Das Mangelhafte der Newton'schen Gravitations-Theorie= v. _L.
      C. H. Boritsch_, gen. _Barnet_. Rostock 1866.

  26. =Discours préliminaire d'un système du monde, basé sur la
      propriété la plus général des corps.= _L. Delobel._ Bruxelles
      1846.



G. KREYSING, LEIPZIG.


Druck von G. Kreysing in Leipzig.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Système Solaire se mouvant" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home