Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Sophonisba - Tragedie tresexcellente, tant pour l'argument, que pour - le poly langage et graves sentences dont elle est ornée
Author: Trissino, Giovanni Giorgio, 1478-1550
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Sophonisba - Tragedie tresexcellente, tant pour l'argument, que pour - le poly langage et graves sentences dont elle est ornée" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



Sophonisba.

Tragedie tresexcellente, tant pour l'argument, que pour le poly langage
et graves sentences dont elle est ornée: representée et prononcée devant
le Roy, en sa ville de Bloys.

[Marque d'imprimeur]

A Paris.

De l'imprimerie de Philippe Danfrie, et Richard Breton, Rue S. Jacques,
à l'escrevisse

M. vc. lix.

Avec privilege du Roy.



Gilles Corrozet au Lecteur.


Il n'est besoin, lecteur, que je te recommande beaucoup le petit oeuvre
present, par ce que l'authorité, sçavoir, noblesse, et experience de
ceulx qui l'ont mis en François (et avec grande pompe et digne appareil
ont representé les mesmes personnages de la tragedie, devant la majesté
Roialle, en sa ville de Blois) sont tressuffisans tesmoignages de la
beauté et elegance de la matiere: laquelle de soymesme se descoeuvre
ornée des parties de bien parler, parer des affections, et passions
tragiques, et enrichie de sentences graves et moralles, demonstrantes
l'instabilité de fortune, et la varieté de la vie humaine: sur l'exemple
de la Royne Sophonisba laquelle pour ne venir captive en la puissance
des Romains eleut plustost la mort par poison que la conservation de sa
vie.



Advertissement.


Intermedie, signifie pause, à la manierre de France: ou Scene selon les
Latins.



Les personnages de la Tragedie.


    Sophonisba Royne, Fille d'Asdrubal.
    Herminia dame de chambre.
    Assemblee de Dames, que les Latins nomment Chorus.
    Premier Soldat.
    Second Soldat.
    Masinissa Roy des Massiliens.
    Lelius Capitaine Romain.
    Caton Consul Romain.
    Scipion chef, ou lieutenant general des Romains en Afrique.
    Siphax Roy de Numidie.
    Premier Gentil homme de la Royne.
    Second Gentil homme.
    Femme premiere de la Royne.
    Femme seconde.
    Femme troisiesme.



Sophonisba.


Dequoy puis-je la [un mot illisible] tenir propoz sinon de ce que jour
et nuict tourmente ma pensée? et quel moyen ay-je de donner à mon triste
cueur aucun alegement de l'infinie douleur qui le tient opprimé, Si ce
n'est en la manifestant? Et si je la doy dire, a qui puis-je avec plus
de fiance descouvrir qu'a vous Herminia?


Herminia.

Madame vous ne vous sauriez adresser à personne qui plus que moy vous
porte d'obeissance et d'amour, ny qui plus vivement sente voz ennuiz.
Qui par dignité m'estes royne et maistresse, Et par affection et bonté
m'avez tousjours tenue en lieu de soeur: De sorte que vous povez
seurement descharger vostre cueur, et me dire ce qu'il vous plaira.


Sopho.

Je ne fay point de doubte, et vous ay tousjours trouvée fidelle des que
vous feustes contante en noz premiers ans de venir avec moy, en nostre
Cité de Cirte, plus pour l'amour que vous me portiez, que pour
consideration de parenté, ne d'affinité que vous eussiez. Et pource
Herminia je veulx librement et au long parler à vous comme à moymesmes.
Et vous souvient bien du temps que Hasdrubal mon pere passa en Hespaigne
pour faire teste aux Romains qui la travailloient: et de la prosperité
qu'il y eut au commancement. Et comme la fortune se tournant bien tost
apres, le contraignit de s'en retirer avec sept gaillaires seullement.
Et venir trouver Siphax Roy de Numidie.


Herminia.

Il me souvient, ma dame, que le jour mesmes qu'il revint, arriva aussy
Scipion chef de larmée des Romains, lequel l'avoit vaincu. Et diligenta
de praticquer le Roy Siphax qui tost apres entra en ligue avec luy.


Sophonisba.

Il est ainsy. Or ceste ligue despleut beaucoup aux nostres. Et pour la
rompre, et regaigner Siphax, Ilz me donnerent à luy en mariaige, sans
avoir esgard à l'accord que mon pere avoit faict de moy à Masinisa Roy
des Massiliens, lequel s'offença tellement de ce change, Qu'onques puis
il ne cessa d'estre de Siphax. Et de tout le pais, mortel ennemy.


Herminia.

Et ce fut ma dame, lors que vous vintes, et je vous accompaignay en ce
Roiaulme, et en ceste vostre ville de Cirte.


Sophonisba.

Mais bien tost se tourna la douceur de tant d'honneur et de grandeur en
tres amere vie pour moy. Car peu de jours apres, Scipion retournant en
Africque et trouvant mon pere Hasdrubal, et mon mary en armes, les
rompit. La fut le commancement de noz travaulx, pour lesquelz
accroistre, la fortune voulut que l'armee qu'ilz avoient assez
promptement remis sus, fust de nouveau deffaicte. Qui a esté cause que
Massinissa avec l'ayde des Romains, ait recouvert son roiaulme que nous
tenions, dequoy le Roy mon mary grandement indigné assemblant ses
forces, est allé essaier de le reconquerir, et ay esté advertie par le
courrier qui est venu ceste nuict, que aujourdhuy se doibt donner une
bataille, dont je suis en passion, qui ne se peult dire, craignant une
ruyne telle que nous ne puissions plus lever la teste. Car si les vieulx
Soldatz fraiz et entiers ne peuvent resister a l'effort de telz ennemys,
Que feront les nouveaulx desja las et rompuz? Et ce qui m'espouvente
encores plus, est un songe que j'ay faict un peu avant le jour. Il me
semble que j'estois en une forest obscure entournee de chiens et de
paysans qui tenoient le Roy prins, et le mal menoient, dont craignant
qu'il ne me feissent de mesme, me tournay devers un bergier, luy priant
qu'il me deffendist d'eulx. Et me sembla qu'il eut pitié de moy: Et
qu'il entreprint de me garder. Mais voians les chiens comme enragez
l'abbaier de tous costez, et craignant qu'ilz ne me dechirassent entre
ses braz, il me monstra une caverne, et me dit que puis qu'il ne me
pouvoit sauver je me sauvasse moymesme la dedans. Et que lon ne m'y
sçauroit mal faire. J'y entray: et lors disparut le songe, qui m'a
laissée toute pensive et confuse.


Herminia.

L'occasion de vostre soucy certainement n'est pas petite, mais il me
semble que vous imaginez une trop grande ruine. La fortune est
inconstante: Et ne peult si longuement durer favorable à un party:
doncq, ma dame, esperez mieulx, et laissez ceste aprehension, qui vous
aflige avant le temps.


Sophonisba.

O que vous estes heureuse, Herminia, heureuse en ceste tranquilité
d'estat, sans aulcune grandeur? Combien a moins de felicité la condition
de ceulx a qui il n'est permis de faire sinon ce qui est convenable a
leur supreme degré?


Herminia.

Si consiste toutesfois la gloire et reputation que le monde estime le
plus, en la haulteur de ceste fortune.


Sophonisba.

Oy bien, mais elle est incertaine et doubteuse, et tousjours acompaignée
d'ennuiz, importunitez, souspeçons, trahisons, guerres, et peines qui ne
se peuvent estimer.


Herminia.

Oh ceste vie presente ne peult passer sans quelque incommodité, et en a
l'un plus et l'autre moins, selon qu'il plaist à Dieu distribuer les
biens et les maulx: mais si vous devéz vous r'amentevoir que cest euvre
de magnanime de courage, d'entreprendre les grandes choses, et en
esperer bien, et puis supporter vertueusement ce qui en peult advenir.


Sophonisba.

Je congnois assez qu'il se debvroit ainsy faire comme vous dites, mais
la force de ma douleur lie mes sens de telle sorte qu'ilz ne peuvent
obeyr à raison: Tellement que si le ciel pitoiable ne prent mon affaire
en protection, je me veoy conduicte au but, oultre lequel les corps
n'ont plus de vie.


Herminia.

Retournons doncques, ma dame, du tout noz esperitz vers celuy qui le
tout gouverne. Et le supplions de nous conserver, et faire tourner sur
noz ennemys le mal present, et la peur de l'avenir.


Sophonisba.

Ce conseil me plaist bien, car Dieu seul nous peult donner la paix sur
tous biens desirée.



Premiere intermedie.


Assemblee de dames.


    Que doy-je dire ou faire? Oseray-je appeller
    Quelqu'une de leans, pour soudain s'en aller
    Advertir Sophonisba, en ceste extremité
    De leffroy qui sespend par toute la cité?
    Pource qu'on veoit desja les bandes et cohortes,
    Des ennemys, courir jusques devant les portes?
    Attendray-je plustost qu'autre le luy revelle
    Que de l'importuner de si dure nouvelle
    Veu que ce qui desplaist ne se peult tant suspendre
    Qu'on ne panse venir assez tost a l'entendre?
    Ha, il vault mieulx laisser ses respectz, et ne craindre,
    Car pour estre ignoré un malheur n'est pas moindre.
    Et bien que pour un temps l'esprit ait quelque treve,
    Si en sent il apres impression plus grieve:
    Ayant nourry le mal, et tardé le secours,
    Dont les biens prolongez semblent apres plus cours:
    Car comme oisiveté, peine et travail aporte,
    Ce plaisir donne apres ennuy de mesme sorte.

    O decevant espoir, illusion, et songe,
    Qui nous vient en veillant, et nous paist de mensonge,
    Combien fasche aux mortelz de vous l'esloignement,
    Qui sans vous vivroient mieulx, et plus heureusement.
    Sans vous, O vain espoir, nostre jeune princesse
    Seroit, peult estre, encor ches son pere en liesse,
    Quite d'ambition, de sceptre, et de couronne,
    Et du mal qui desja de bien pres l'environne.

    O pauvre Sophonisba, O divine beaulté,
    O doulceur assemblée à haulte roiaulté,
    Combien luy seroit grief servir estrange prince,
    Venant de donner loix à si grande province?
    O Dieu, ne permectz poinct que ce malheur advienne,
    Et de bonte si rare et vertu te souvienne,
    Qui te doibt estre chere, et l'est comme je croy,
    Si chose de ce monde eut oncq faveur de toy.
    Mais voicy arriver un courrier, qui à peine
    Pour avoir travaillé, peult avoir son alleine.


Premier Soldat.

Mes Dames.


Dames.

Que cherches-tu? quoy? ne sonnes tu mot?


Premier Sol.

O mon Dieu l'aleine me fault, je ne puis parler.


Dames.

    Cestuy cy me remplit d'une crainte nouvelle.


Premier Sol.

Dites moy ou trouueray-je la Royne?


Dames.

    Je la veoy sortir hors du chasteau bien a point.
    Mais dys nous d'ou tu viens s'il ne te fasche point.
    Et d'ou vient cest effroy, que tu sembles avoir.


Premier Sol.

Du camp helas, non plus camp, mais desconfiture.


Sophonisba.

Aiez de m'appeller soing, si tost que Herminia aura achevé ce qu'elle
appareille pour offrir au temple, peult estre auray-je ce pendant
quelque nouvelles du Roy.


Premier Sol.

He Dieu, de trop mauvaises en entendrez vous.


Dames.

    Escoutons le propos de ce nouveau venu,
    Car il doibt mieulx sçavoir le tout par le menu,
    Que nous, qui n'entendons les choses que confuses


Premier Sol.

Ma dame, je vous aporte à mon grant regret, de tres mauvaises nouvelles.


Sophonisba.

O triste commencement, le Roy est il vif?


Premier Sol.

Il n'est point mort, et si ne le puis dire estre vivant.


Sophonisba.

Comment est il blessé? Ou le camp est il rompu?


Premier Sol.

Le camp est rompu, et luy n'est point blessé, mais pris.


Sophonisba.

Il est pris? o malencontre! o moy defortunée! Cestuy cy est le jour, le
jour qui m'a ruinée de fond en comble. Mais comme alla le tout? et
comment fut la prinse.

Esvanouissement.


Premier Sol.

Ce matin à l'aube du jour aucuns des nostres estoient allez dresser une
escarmouche, lesquelz mis en fuitte par les Romains, et puis soustenus
des nostres, vindrent si bien aux mains, que se renforceant les trouppes
d'une part et d'aultre, la bataille s'en est ensuivie. Et avoyent noz
gens de cheval d'entrée si bien faict, que les ennemys s'en alloient en
route, n'eust esté que quelques enseignes de leurs gens de pied se
vindrent mesler parmy noz gens d'armes, qui en furent un peu arrestez.
Et ce pendant marcherent leurs legions, et les vindrent charger, de
sorte qu'ilz prindrent la fuitte. Ce que voiant le Roy s'avança et donna
dans les Romains pour veoir, si ou de honte, de le veoir mieulx faire
qu'eulx, ou de peur de le laisser en danger, les siens retourneroient au
combat. Mais ce fut en vain, car il demoura si chargé et environné des
ennemys, que son cheval fut tué soubz luy, dont à vive force il fut
amené prisonnier, avec aucuns des siens: et la reste n'à tasché qu'a se
sauver, en tel effroy, que nous avons eu prou d'affaire à gaigner la
ville, sentant les Romains nous chasser de pres, tant qu'a peine avons
eu loisir de lever le pont, et fermer les portes.


Sophonisba.

O moy desolée! Je voy la fin de cest Empire.


Dames.

    Las combien de pitié me fais tu, doulce dame.


Sophonisba.

O fortuné Syphax, ou es tu maintenant? et es mains de qui suis-je
demourée?


Dames.

    Quel cueur est si cruel qui voyant en telz termes
    Ceste princesse cy, peust contenir les larmes?


Sophonisba.

O malheureuse haultesse, a quel abisme m'as tu conduicte?


Dames.

    Trop juste occasion vous meut à larmoyer.


Sophonisba.

Las à qui appartient-il de pleurer, qu'a moy? qui en peu de temps veoy
toute ma felicité tumbée en extreme decadence, et ma joie en perpetuelle
douleur, O fussé-je morte au berceau? Car il renaist qui peult mourir à
temps.


Dames.

    Bien devriez vous pleurer, ma dame, incessament,
    Si le pleur vous pouvoit donner allegement:
    Mais si la peine en croist, il vault mieulx le laisser.


Sophonisba.

O Hasdrubal? O cher pere? quelle vous semblera la perte que je fay de
cest estat, auquel contre vostre jugement et volonté je fuz eslevée.
Comme m'a deceu la flateresse esperance. La joye que je m'estois promise
en fin de vous donner de cest avantageux mariage, sera que vous me
verrez en continuel tourment: sera que je seray desnuée de toute
grandeur, et esloignée du pays de ma naissance: Qu'il me fauldra passer
la mer, devenir esclave: et servir à la superbe nation, naturelle
ennemye de la mienne, non, non, vous n'entendrez point telles nouvelles
de moy, vous orrez plus tost dire que je seray morte que serve.


Dames.

Mon Dieu, madame, helas qu'avez vous dict?


Sophonisba.

Que plus tost je me determine de mourir que vivre esclave des Romains.


Dames.

    Il faict bon s'exempter de si cruelles mains.
    Mais non point par la mort, car la mort est le mal
    Extreme, et le dernier de tous les autres maulx.


Sophonisba.

Nostre vie est comme un beau tresor, lequel ne se doibt despendre en
choses de petite importance: ny aussi espargner aux grandes, et
vertueuses entreprinses.


Premier Sol.

Fuiez mes dames, fuiez, retirez vous en quelque lieu plus seur, les
ennemys sont dans la ville.


Sophonisba.

En quel lieu de seureté nous sçaurions nous retirer qui nous puisse
deffendre, d'eux, si Dieu seul ne nous conserve? Mais dy moy, comment
sont ilz entrez? à ce esté par composition, par force, ou par surprinse?


Premier Sol.

Il se peult dire que par composition, et par force.


Sophonisba.

Comment cela? parle que je t'entende.


Premier Sol.

Ma dame, je vous conteray comment la chose est passée. Si tost que les
ennemys ont esté devant la ville, ilz ont envoyé un trompette la sommer
de se rendre, auquel on à respondu qu'il se retirast: ny pour menasses
qu'ilz ayent sceu redoubler de brusler le plat pays et la ville, ilz
n'ont tiré de nous responce aprochante de se rendre, jusques à tant que
Masinissa venu en personne sur le bort du fossé, et parlant aux
principaulx, leur a remonstré le grant nombre qu'ilz estoient, le peu de
munition que nous avions, la prinse du Roy, la deffaicte des nostres, le
desir qu'il avoit de conserver nous et les pays, dont il seroit bien
tost seigneur: Et sur cela faisant amener à la veue de tous le Roy
prisonnier, à sceu tant dire et promectre, que les portes luy ont esté
ouvertes.


Sophonisba.

O douloureux accident! Comme est mal conseillé qui se fie en l'amour des
peuples: à tout le moins s'ilz eussent voulu tenir un seul jour: et puis
qu'ilz se feussent renduz avec quelque meilleure et plus seure
composition je ne serois point si surprinse et despourveue comme je
suis.


Premier Sol.

Voicy les ennemys pres de la place.


Sophonisba.

Lequel est Masinissa?


Premier Sol.

C'est ce premier, celuy qui à sur son armet un panache rouge.


Dames.

    Las je me sens au cueur
    Une si grande peur,
    Que je ne sçay que taire, ou que parler:
    Je me sens toute telle
    Comme la coulombelle,
    Qui sur son chef voit un aigle voller.


Sophonisba.

Monseigneur, je sçay bien que le ciel, et la fortune, et voz vertuz,
vous ont donné la puissance de faire de moy ce qu'il vous plaira: Mais
si à une prisonniere estant à la discretion d'autruy est permis de
parler, et de supplier, je vous requiers une seule grace, C'est qu'il
vous plaise ordonner à ma personne condition telle que bon vous
semblera: Pourveu que vous ne souffriez que je vienne à la puissance et
servitude d'aucun Romain. Vous seul au monde, Seigneur, me pouvez
delivrer de ce joug. Et de cela seulement je vous supplie, par la
hauteur de vostre fortune, et de ce degré Royal, ou bien peu devant je
me suis veue aussi. Et pour l'honneur des Dieux protecteurs de ce pays,
lesquelz je prie vous recevoir avec meilleure fortune que n'a este celle
de Siphax. Car quand je n'aurois autre consideration que du lieu auquel
j'ay esté mariée, encores aymeroi-je mieux me commettre à la foy d'un
des nostres, et nay en Affricque comme je suis: que tumber en celle d'un
estranger. Pensez donc seigneur, ce que je doy faire, estant
Carthaginoise, et fille de Hasdrubal. Et si j'ay raison de craindre la
superbe maistrise des Romains, vous esmeuve à compassion la misere et
calamité ou je suis ores, et la felicité de ma vie passée.


Dames.

    Refuser ne se doit à dame si honneste
    Une si raisonnable et si juste requeste.


Masinissa.

Ma dame je ne veux point rememorer les oultrages et desplaisirs que
Syphax m'a faictz, de long temps, de peur de renouveller mes anciens
ennuiz: et vous en donner de nouveaux. Soit ce qui en à esté: ma
coustume est de persecuter mes ennemis jusques ad ce que je les aye
vaincus: Et puis d'oublier toutes leurs offences. Et quand bien j'aurois
deliberé de m'en ressentir, et d'en prendre vengence, si ne sçaurois-je
pourtant avec vous, si non user de courtoisie: car il n'est chose plus
vile que d'oultrager femmes, et courir sus à ceux qui sont opprimez: et
sont sans aide et resistance. Et puis la jeunesse ou vous estes, les
bonnes graces, et beauté dont vous estes pleine, voz doulces parolles et
prieres, meritent trouver non seullement pitié, mais faveur. Et pour ce
ostez toute craincte de vostre entendement, Car vous ne recevrez de moy
que tout honneur, Bien me faict il mal que je ne vous puisse prometre
ce, dont vous m'avez requis, de ne vous laisser tumber au pouvoir des
Romains, Car je me treuve si soubzmis à eux, que je n'ay aucun moyen de
le faire. Toutesfois je vous promez de les prier bien fort de vous
mettre en liberté: Combien qu'ilz soient de si bonne affaire que vous ne
devez esperer d'eux si non bon traictement.


Dames.

    Renforcez le prier, tant qu'il soit combatu,
    Un arbre au premier coup n'est jamais abbatu.


Sophonisba.

Mon seigneur vostre gracieux langage qui vous montre avoir quelque
compassion de moy ressuscite dans mon cueur beaucoup d'esperance, et de
la je prendray la hardiesse de parler avec plus de confiance à vous,
Combien que j'aye honte et regret à parmoy de ne pouvoir en ceste
tribulation parler si non de mes ennuiz: qui peult estre me feront
trouver importune. Mais je me reconforte, en pensant que la nature d'un
gentil cueur, est de donner volontiers audience et aide aux affligez: Et
de se complaire en si bonne euvre, et pource suivant mon premier propoz,
je vous supplie Monsieur avoir pitié de moy: et de ne me laisser venir
en la servitude d'aucun Romain. Ja ne sçauroit-il tumber en mon
entendement que vous ne le puissiez faire. Car qui ausera debatre qu'il
ne vous appartienne bien, oultre le principal du buttin, avoir une femme
en vostre disposition? Et ne me dictes point, s'il vous plaist, que
d'eulx je ne puis avoir traictement que raisonnable: l'inimité que de
tous temps ilz ont porté à ma patrie, et particulierement à ceulx dont
je suis descendue, me faict inevitablement attendre de leur domination
toutes les sortes d'injures, d'outraiges, Et de desplaisirs qui se
peuvent imaginer: chose à fuir plus que la mort. Qui me faict de rechef
vous demander ceste grace de m'en delivrer, par ces genoulx que
j'embrasse, et par ceste victorieuse main, pleine de valleur, et de foy,
que je vous baise. Autre refuge ne m'est demeuré en ce monde, si non
vous Monsieur, à qui j'ay recours comme au port de ma sauveté. Que si
toute voie m'est interdicte, et est force que vive je vienne en la
discretion de ces gens la, veuillez m'en aumoins delivrer, en m'e
donnant la mort. Je vous demande ceste derniere grace, laquelle vous ne
povez dire n'estre en vostre puissance. Pourtant, Monsieur, ne me le
refusez point, et adjoustez ceste promesse au louable commancement que
vous avez donné à mon esperance.


Dames.

    Grande force devroit avoir un beau langage,
    Prononcé doucement, et sortant du couraige,
    D'une si acomplie et aymable personne.


Masinissa.

Il faict bon quelque fois user de gracieuseté, et quelque fois estre
audacieux: mais si jamais l'audace est de saison, elle l'est quand on en
use pour choses honnestes et euvres pitoiables. Car il n'est rien qui
tant rende l'homme semblable à Dieu, que s'emploier pour les hommes, et
metre autruy en seureté. Or pour faire donc nouvelle responce à voz
ardentes et trop gracieuses requestes pour estre refusees, je vous
asseure et promectz, ma dame, de faire pour vous ce que vous me
demandez. Et s'il se trouve homme si hardy qui ause seulement vous
toucher la robbe je luy feray sentir qu'il m'aura offensé: et en deusse
je abandonner mes pays et pour plus grande seureté je vous veulx donner
ma foy, et la jurer en vostre main, avecque le Dieu qui m'a donné faveur
au recouvrement de mon Roiaulme que vous n'yrez en puissance d'aucun
Romain tant que la vie me soustiendra.


Dames.

    O courtoise responce, O acte memorable.


Sophonisba.

Avec quelles parolles pourray-je assez dignement vous rendre graces de
ceste liberalle et magnanime promesse, laquelle veritablement vous
monstres bien meriter les victoires, le nom et la hauteur en quoy vous
estes? Et pourtant si je me trouve doubteuse et confuse, et ne sçay bien
ordonner mes propoz je ne suis point indigne d'excuse. Car il me semble
chose impossible de pouvoir parler d'un cueur si genereulx comme est le
vostre, en la façon qu'il appartient, ne donner assez de louange à un si
glorieulx et louable fait comme cestuy cy. Et quant bien j'aurois
quelque suffisance de l'exalter et approcher de son merite, je ne
l'entreprendray point, sachant bien que je ne satisferois jamais à mon
desir n'y à l'obligation que j'y ay, Seulement diray-je bien que mon
esprit n'est jamais pour metre en oubly une si grande et si estimee
grace, tant qu'il aura memoire de moymesmes, mais autant que ma
rigoreuse fortune ne m'a laissé de toutes choses rien que la vie,
laquelle je recongnois de vous seul, et que je n'ay moien de vous faire
aultre retribution je prieray le grant Dieu qui au ciel regarde les
euvres de nous mortelz Qu'en lieu de moy il vous recompense de celle cy,
aussi haultement comme je la recongnois et l'estime.


Masinissa.

Je ne veulx aultre recompense du bien si non le plaisir de le metre en
effect, Car le bien se doit faire pour ce qu'il est bien, et qu'il est
la vraye retribution de soymesme, et le seul but de toutes noz actions.


Sophonisba.

Si voit on beaucoup de gens conviez à de glorieuses entreprinses par
l'esperance de retribution.


Masinissa.

Ouy ceulx à qui la doulceur de vertueusement et bien faire n'est pas
assez congneue.


Sophonisba.

Or soit ainsi, et plaise neantmoins à Dieu vous guerdonner de cest euvre
pour honorer si pitoyable aide.


Masinissa.

Assez bon loier ay-je eu de Dieu de m'avoir donné le vouloir de dire
comme j'espere le pouvoir d'executer chose qui vous est si agreable.


Sophonisba.

Grande modestie et vertu, mais Monsieur que dois-je faire? Car je n'ay,
ny veulx avoir volonté ny conseil que le vostre.


Masinissa.

Mon advis est, si bon vous semble, que vous vous devez retirer au
Chasteau et la nous delibererons du moyen qu'il faudra tenir pour vous
tenir ma promesse.


Sophonisba.

Je vous en supplie Monsieur, et ne m'abandonnez ny oubliez point.


Masinissa.

Comment oublier? avez vous si peu de foy en moy que vous soiez en
doubte.


Sophonisba.

Non, mais si grand desir de liberté me transporte, qu'il faict sembler
que je deubte.


Masinissa.

Ne doubtez nullement, car c'est ma coustume de garder ce que je promectz
comme ma vie: et ne siet bien à nul d'avoir une chose au cueur et une
autre en la bouche.


Sophonisba.

Entrez donc Monsieur, si la fortune n'est perpetuellement contraire aux
bonnes entreprises, Je puis esperer qu'en ceste cy elle me sera aydante:
Mais je ne sçay comment en mon cueur ne peult entrer asseurance de rien.



Seconde Intermedie.


Dames

    Haulte celeste invisible lumiere
    Qui estes source et naissance premiere
    Des corps luisans qui restorent le monde
    Par le retour de leur clarté feconde
    Qui ordonnez que leur course eternelle
    Ans mois, et jours, et saisons renouvelle,
    Permettez leur nous amener un jour
    Qui nous remette en l'ancien sejour
    Dont joissoit ceste heureuse contrée
    Avant qu'enseigne estrange y fust entrée.

    Lors qu'en ces champs n'y avoit un seul homme.
    Qui sceut le nom du Tibre ny de Rome.
    Et nous contans des fruictz de nostre terre,
    Aux fiers lyons seulement faisions guerre.

    Helas seigneur, depuis que ceste Affrique,
    Eut à desdain son ouvrage rustique,
    Et naviga pour ailleurs dominer
    Elle, à peu pres, s'est veue dominer.
    Elle à tant faict cherchant les estrangiers.
    Qu'elle les veoit ores en ses vergiers.
    Siphax est pris, et Sophonisbe aussi,
    Masinisse est luy mesme en la mercy.
    Des fiers Romains, car assez est lié
    Qui a plus grand que soy s'est allié.

    Les ennemys sont depuis le matin
    Dans le chasteau, qui est de leur butin.
    Brief, il n'est mal publicque ne privé
    Que nous n'ayons mille fois esprouvé.
    Et ne sçauroit la fortune inventer
    Nouveau moyen de plus nous tourmenter.

    Un seul espoir d'assez loing nous regarde
    C'est que le Roy qui à pris en sa garde
    Nostre maistresse, aura sollicitude
    De ne souffrir qu'elle aille en servitude.
    Et s'il le faict et tient sa foy promise
    Nous resterons avec elle en franchise
    Et luy ferons service en liberté
    Changeans noz nuictz en lumiere et clarté.


Lelius.

A chacun pas que je fay, j'entre en merveille de la grandeur de la
beauté et de la force de ceste ville, et me tiens presque pour mal
conseillé d'y estre entré avec si petite trouppe, que celle qui m'a
servi: craignant quelque stratageme et surprinse des ennemys: desquelz
la desperation est quelque fois plus a doubter, que la victoire. Et ce
qui plus m'y faict penser est que je ne voy nulz de tant de soldatz, qui
y sont entrez avec Masinissa. Et pource j'en veulx demander nouvelles à
ces femmes. Femmes quelle part à tiré le Roy, qui est entré n'aguieres
en ceste ville avec ses gens?


Dames.

    Il entra au chasteau, et pensons qu'il y est
    Encor avec la Royne, mais Seigneur s'il vous plaist
    Dites nous vostre nom, car vos façons honnestes
    Nous donnent grand desir de sçavoir qui vous estes.


Lelius.

On m'appelle Lelius.


Dames.

    Point ne nous à trompé vostre grave presence,
    Manifestant le bien que souvent en absence
    Du Romain Lelius nous avions entendu,
    Dont par tout l'univers le nom est espandu
    Mais je voy mon seigneur un des vostres sortir
    Qui de ceulx de leans vous pourra advertir.


Second Soldat.

Voicy bien à propoz Lelius, lequel j'allois trouver, Mon seigneur, jay à
vous dire aucunes choses s'il vous plaist les entendre.


Lelius.

Parle, n'oublie pas me conter du grant buttin qui est faict dans le
chasteau.


Second Soldat.

Je ne vous parleray point de buttin, Ayant este occupé par le Roy à
aultre chose.


Lelius.

Quelle occupation a-il leans si non de faire assembler les richesses qui
y sont?


Second Soldat.

Occuppation de festoier sa nouvelle espouse.


Lelius.

Quelle espouse?


Second Sol.

Sophonisba fille de Hasdrubal.


Lelius.

Sophonisba femme de Siphax?


Second Sol.

Celle mesmes, dy-je, qui estoit Royne.


Lelius.

Masinissa la il espousée?


Second Sol.

Je vous asseure, je ne parle point en vain.


Lelius.

O estrange cas, O audace insuportable!


Second Sol.

La chose est comme je dy.


Lelius.

Mais ou estoit elle? ou la veid-il premierement?


Second Sol.

En la place devant le chasteau.


Lelius.

Que luy dist-il d'entree?


Second Sol.

Elle parla à luy la premiere.


Lelius.

Comment, de l'espouser?


Second Sol.

Ha non, mais elle luy requist seulement un don.


Lelius.

Et quoy? la liberté?


Second Sol.

Ouy de ne tumber en povoir d'aucun Romain.


Lelius.

Et il la luy promist franchement.


Second Sol.

Mais bien la refusa-il quant à cela.


Lelius.

Que feist elle lors estant refusee?


Second Sol.

Elle se mist à l'en requerir avec plus grande instance.


Lelius.

Et luy se laissa vaincre.


Second Sol.

Il luy accorda tout ce qu'elle sceut demander.


Lelius.

O temerite! et comment le povoit il faire?


Second Sol.

Je ne sçay respondre de son intention.


Lelius.

Qui peult induire à faire si folle promesse?


Second Sol.

Amour, grande beauté, Et douces parolles.


Lelius.

Il estoit bien saison de faire l'amour parmy les armes.


Second Sol.

Mon seigneur, il n'est saison ny exercice sur qui amour n'ait
commandement.


Lelius.

Apres ceste promesse que devindrent ilz?


Second Sol.

Nous nous en allasmes les accompaigner dans le chasteau.


Lelius.

Et la il l'espousa.


Second Sol.

Non pas promptement, car elle feist des remonstrances de son mary vivant
et d'un petit enfant de deux ans, qu'elle à de luy, pour tousjours
retarder comme, je croy, l'affaire: Mais en fin la necessité de la
presente fortune feist qu'elle se accorda à luy auquel son pere l'avoit
aultres fois accordee.


Lelius.

L'entendement est la plus belle chose que Dieu ait conceddee aux hommes,
mais bien souvent la grande prosperité l'aveugle, cestuy cy qui
tousjours avoit este tenu pour homme prudent s'est laissé cheoir en une
grande erreur pour se trouver victorieulx: et luy à esté sa felicité
plus dommageable en le rendant insoleent, Que ne furent oncques ses
pertes en Espaigne.


Second Sol.

Monsieur voiez masinissa qui sort du chasteau.


Lelius.

Je l'avois bien apperceu, mais va t'en qu'il ne te voie avec moy, car je
ne veulx qu'il pense que j'aie rien entendu de son faict.


Second Sol.

Bien Monsieur.


Masinissa.

Tenez vous prestz trestous pour m'acompaigner, tantost au temple à la
sollennité. Et toy, va t'en au camp et fay diligence de m'advertir de ce
qu'on y faict.


Lelius.

Il ne fault aultre advertisseur que moy, qui vient tout maintenant de
la.


Masinissa.

O Lelius, je n'avois pas encores tourné ma veue de ce costé pour vous
voir. Dites moy je vous prie Scipion est il arrivé avec le reste des
forces?


Lelius.

Il n'y à guieres qu'il est arrivé pres d'icy, et ma mandé que je luy
envoye Siphax et les aultres prisonniers que nous avons.


Masinissa.

Ce sera bien faict.


Lelius.

C'est ce qui m'a faict un peu tarder, mais voila Caton qui les à en sa
compaignie, dictes luy qu'il attende un peu, affin qu'il y puisse mener
ensamble Sophonisba.


Masinissa.

Eh il n'est point besoing d'y mener la Royne.


Lelius.

Pourquoy n'i va elle avec les autres?


Masinissa.

Pour-ce qu'elle est femme, et ne seroit pas chose honneste qu'elle
allast en la trouppe des soldatz.


Lelius.

Ce respect ne doit point avoir de lieu la ou est son mary.


Masinissa.

Envoiez ce pendant les autres: car il ne serviroit de rien de haster
tant la Royne, et l'homme saige ne doit jamais faire chose qui ne serve.


Lelius.

Serve ou non serve je l'y veux resoluement envoyer.


Masinissa.

Lelius, ne me faictes point un si grand desplaisir, car le tort et
desplaisir desplaist mesmes à Dieu.


Lelius.

Quel tort et quel desplaisir vous fais-je faisant ce qui est raisonnable
de faire des prisonniers?


Masinissa.

Ceste cy ne se doit nullement mettre au rang des prisonniers, car elle
est ma femme.


Lelius.

Comment vostre femme, ne l'est elle pas de Siphax.


Masinissa.

Elle estoit premierement à moy, mais Siphax me l'osta: et maintenant
avec vostre aide je l'ay recouverte.


Lelius.

Je n'ay point à m'enquerir de ce qui s'est faict parcidevant: elle s'est
trouvée femme de Siphax, lequel, son Royaume, sa femme, ses enfans, et
ses tresors appartiennent au Senat et peuple de Rome.


Masinissa.

Elle n'est plus à Siphax, mais à moy qui l'ay espousée comme chacun l'à
veu.


Lelius.

Vous l'avez espousée, et en quel lieu?


Masinissa.

En ce pallais, dont je viens de sortir.


Lelius.

En ce Chasteau? en maison ennemye? sans nostre sceu? ha vous avez faict
chose indigne de vous.


Masinissa.

Je l'ay faict avec bonne raison, et meilleure esperance.


Lelius.

L'esperance de ce qui n'est point raisonnable est bien souvent la ruine
des hommes.


Masinissa.

Je choisiray plus tost avoir mal pour bien faire, qu'avoir du bien pour
avoir mal faict.


Lelius.

Je sçay bien que vous n'ignorez point qu'il n'est rien si utille aux
hommes que le sçavoir, et que celuy ne se doit tenir pour sçavant ny
saige qui ne l'est pour soy. Considerez doncq apart vous maintenant ce
que vous avez faict, metant apart la passion qui bien souvent trouble le
jugement, et vous congnoistrez avec combien mauvais conseil vous avez
prinse à femme Sophonisba, laquelle en premier lieu vous est mortelle
ennemye, et puis esclave du peuple Romain. Pour lequel recompenser du
Roiaume ou il vous à remis, et de cestuy cy qu'il vous à octroié, vous
le voulez frauder d'une prisonniere, et l'espouser estant encores en
armes contre le debvoir, et sans en demander nostre advis. Ha n'avez
vous point de honte seullement de l'oir racompter? laissez la je vous
prie, Car ce n'est pas peu de gaing d'abandonner une mauvaise
entreprise. Cecy pourroit estre un brandon qui enflammeroit vostre
maison et vostre pays. Si l'affection vous esblouit, supportez la un
peu, et puis vous verrez clair: car en ceste vie le doux quelque fois
devient amer, et puis revient apres en la doulceur.


Dames.

    O que j'ay peur qu'un vain espoir nous trompe.
    Et qu'un malheur le desseing interrompe



Histoire servant d'argument à ceste Tragedie.


Masinissa.

Ainsi comme sans quelque grande occasion on ne doit point estimer homme
de bien un qui ait esté mal vivant: ainsi ne doit on legerement tenir
pour meschant un qui ait accoustumé de bien faire. Or puis qu'ainsi va
que je suis blasmé d'une oeuure dont je m'atendois avoir louange, qui
est d'avoir aidé à une pauvre affligée, et ma femme. Je veulx avec
quelque raison monstrer que j'en suis reprins à tort. Il est congneu à
tout le monde que Hasdrubal filz de Gisgon, me donna Sophonisba sa fille
en mariage, et puis me mena avec luy en Espaigne, me traictant et
favorisant comme son gendre: Durant lequel temps Syphax à qui ceste
femme plaisoit grandement, et la desiroit avoir, se feist ennemy des
Carthaginois, et s'alia de vous autres: Dont le Senat à Carthage qui le
vouloit fort gaigner en sa devotion, pour le gratifier, luy permit
espouser Sophonisba, sans le sceu de son pere ny de moy: qui à mon
retour luy en fey la guerre, combien que la fortune ne m'y feust pas si
bonne comme estoit ma querelle: et qu'en lieu de recouvrer ma femme, j'y
perdy mon Royaume, et presque la vie. Ores je l'ay reconquise avec
vostre faveur, dont je confesse vous estre eternellement obligé, et
delibere vous faire veoir par bons offices que qui faict plaisir,
plaisir en doit attendre. Quel mal fay-je doncq de reprendre celle qui
m'appartient? et que j'avois tousjours cherché de r'avoir. Si cela ne
m'estoit concedé, je serois de bien pire condition que ne fut Siphax
auquel leur senat l'octroia bien, sans qu'il y eust droict: Et vous m'en
dessaisirez la tenant à juste raison? Et si en la prenant je n'ay
observé le temps, le lieu, ny la mode que vous y requerez, cela peult
estre erreur, mais non pas coulpe. Vous dictes qu'elle m'est ennemye, il
est impossible, car onc je ne luy pourchassay desplaisir, ouy bien à
Siphax. Et encores à elle ay-je faict plaisir. Je ne veulx point entrer
en consideration de mon portement avec vous, ne de combien moy et mes
gens avons servy à voz affaires. Il me suffit de ne vous estre point
inutille amy, et de meriter que lon me porte quelque respect meileur que
de me refuser, ou pour mieux dire, m'oster ma femme, mesmement apres
m'avoir liberallement donné un Royaume: Car qui refuse le moins apres
avoir donné le plus, semble vouloir perdre le gré du premier fruict: De
sorte que je vous prie ne m'exorter point de la laisser, mais plus tost
m'aidez à la conserver.


Dames.

    Ayez, seigneur, de ce bon Roy pitié
    De foy si rare, et si juste amytié.


Lelius.

Quand un homme se r'avise d'une faulte qu'il à faicte, et à par-soy s'en
repent, il merite qu'on luy pardonne, et en peult on bien esperer: mais
de celuy qui la soustient et l'excuse, on ne peult penser aultre chose
si non qu'il est habandonné et incorrigible. Je ne veulx plus consommer
de parolles avec vous Car il n'est pas bon Medecin qui voit que le mal
requiert le feu, et ferrement, et y use de charmes. Sus soldatz entrez
leans, et comment que ce soit amenez moy la Royne en bonne et seure
garde.


Masinissa.

S'il y a homme si hardy que d'y mettre le pied, je luy feray arrouser
ceste porte de son sang.


Lelius.

O quelle braeté, et quoy cuidez vous venir au dessus de toute nostre
armée?


Masinissa.

Je ne puis supporter que lon m'oste ce qui m'est plus cher que la vie.


Caton.

Gardez bien leans tous ces prisonniers: je voy icy s'aprester un debat
duquel pourroit bien sortir une grande ruyne et pource je veulx metre
peine de l'appaiser.


Lelius.

Caton, avez vous veu l'arrogance de Masinissa, et comme il nous menasse.


Caton.

J'ay veu tout vostre different.


Masinissa.

Je suis fort aise que vous laiez entendu, pour sçavoir de qui vient le
tort.


Caton.

Ce seroit bien faict de rompre le chemin à ceste vostre querelle sans
plus fort en attirer le feu et y metre du bois: Pource que l'inimitie
qui se met entre amys est plus aspre que nulle autre. Et quasi jamais ne
se peult arracher si on luy laisse prendre racine. Quant à moy, je vous
diray ce qui m'en semble et soit pris comme on vouldra. Car on doibt
porter honneur à la verité. L'un et l'autre me semblez hors de vous
mesmes, et que vous cherchez donner ennuy à tous voz amys et faire
plaisir à voz ennemis: Ou vous laissez vous transporter de la colere? ne
considerez vous point en quelle ville vous estes? Et parmy quelle
nation? Je parle à vous premier, Lelius, pource que vous avez icy plus
de puissance, et ou il est question de debattre pour la raison. Le plus
fort pour son honneur, doibt pourvoir à ce que le plus foible ne soit de
faict oultrogé. Ne vous obstinez doncq point je vous prie, à vouloir
tout promptement emmener d'icy par force Sophonisba, ains la laissez en
ce chasteau, pour cy apres en estre faict ce que Scipion en ordonnera.
Mais vous aussy Roy Masinissa, qu'avez vous en pensee de faire? Seriez
vous bien si mal conseillé de vouloir la guerre contre les Romains, pour
l'amour d'une femme? O ha pour dieu ne leur vueillez rendre si mauvaise
recompense, de la grace qu'ilz vous ont faicte, en vous reconquerant
vostre pays. Il n'est rien pire au monde, ne qui tant merite d'estre
hay, que celluy qui ne recongnoist, ou il peult, le bien qu'il à receu.
Car tant qu'en luy est, il estainct la source de liberalité: Et pour son
exemple degouste ceulx qui ont moyen de secourir la necessité, mais
oultre cela, ne vous advisez vous pas que telle guerre ne peult tourner
si non à vostre toute evidente ruine. Ce consideré je vous prie et
admoneste l'un et lautre que toute collere mise en arriere, vous vous
rapportiez à ce que Scipion en ordonnera.


Lelius.

Caton, vostre parler est si saige, que j'aurois honte d'y contredire n'y
contrevenir: mais ce jeune Roy icy me semble un peu avantageulx, et
veult par trop, tout ce qu'il veult: Toutesfois je feray en cela tout ce
qu'il vous semble pour le mieulx.


Masinissa.

Je serois bien de lasche cueur et homme de nulle valleur, si je me
laissois emmener ma femme devant mes yeulx: ce neantmoins je suis
trescontent de m'en tenir à ce que Scipion en arrestera.


Caton.

C'est assez, puis que tous deux estes d'accord de vous raporter à la
sentence de Scipion, il n'en fault plus contester. Ce pendant je m'en
vais devant au camp luy mener les prisonniers, et vous viendrez apres
ensemble le plus tost que vous pourrez.



Troisiesme Intermedie


Dames.

    Las je pensois estre venue
    Au bout de ma convenue
    Qui plus ne pourroit empirer.
    Mais voyant or, se retirer
    Et si facillement se rendre
    Celluy qui ausa entreprendre
    De nous sauvegarde nouvelle,
    Neufve peur de rechef me gele
    Le cueur, opressé de martyre:
    Si ne sçay plus ou me retire,
    N'y de quel costé me tourner,
    Me voiant ainsy mal mener,
    De l'esperance tromperesse,
    Pasture des nays à destresse.
    Si c'est fatable destinee
    Qui m'ait à ces maulx condannee,
    Je sçay bien à la fin que vaine
    Sera toute prudence humaine
    Et qu'apres tout nous tumberons
    Soubz le faiz, et succomberons
    Si Dieu qui tout peult et tout veoit
    Par sa clemence n'y pourveoit.

    N'aiant donc plus d'autre recours
    Seigner, qu'a ton divin secours,
    Nous te supplions humblement
    De vouloir pitoyablement
    Garder de viollant oultrage
    Cestuy nostre jeune et tendre eage:
    Et sauver celle honnesteté
    Qui jusques icy à esté
    Par nous deffendue a l'encontre.
    De mille aguetz que lon recontre,
    Passant ceste vie traistresse
    Mais ores je voy qu'on luy dresse
    Tout à l'environ un assault,
    Si aspre, que sy Dieu d'enhault
    N'a pitie n'y estant sa main
    Rien n'y vauldra secours humain.

    Ottroye donc Seigneur piteux
    A ce peuple calamiteux
    Ta paix, et dispose le cueur
    Du vaillant Scipion vaincueur,
    A souffrir que par son ottroy
    Sophonisba la Royne au Roy
    Masinissa soit concedee
    Non point au triomphe gardee.


Scipion.

Voicy les prisonniers que lon m'ameine et celluy qui marche le premier
devant tous les autres est le miserable Roy Siphax qui me faict grande
pitié: Et en effect le voyant en si pitoyable estat je resoubz en
moymesme que tous tant que nous sommes de vivans sur la terre ne sommes
qu'umbres et songe de fumée. O Dieux en quelle Majesté, et en quelle
hautesse je le vy lors que Hasdrubal et moy arrivasmes tous deux à un
mesme jour en sa maison! Cela nous monstre bien que la fortune ressemble
proprement à verre, qui plus est clair, plus est dangereux à rompre: et
n'y a jamais homme tant aymé des Dieux qui se puisse promettre
asseurance de sa fortune et de son estat pour un seul jour.


Caton.

Scipion, les prisonniers sont arrivez, ordonnez ce qu'il vous plaist en
estre faict.


Scipion.

Que tous les autres soient serrez en ces tantes la, et tenus bien
seurement: Le Roy Siphax demourera icy avec moy.


Caton.

Il y a grande foulle de peuple accourue de toutes pars pour les voir,
nous aurons beaucoup à faire à les conduire jusques la.


Scipion.

Quelle malheureuse fortune Siphax vous à conduit à faire accord avec noz
ennemys sans avoir satisfaict à la ligue et à la foy premierement jurée
avec nous? Et vous à davantaige esmeu à prendre les armes contre le
peuple Romain qui les avoit prinses pour vous contre ceux de Carthage.


Siphax.

La seule cause, Scipion, en à esté l'amour de Sophonisba, laquelle
estant affectionée envers son pays, autant ou plus que dame le sçauroit
estre, et m'ayant tellement enflammé le cueur de l'amour de sa bonne
grace, et de son incomparable beauté, qu'elle avoit toute puissance de
disposer de moy à sa volonte, sceut si tresbien dire que finablement
elle me retira de vostre alliance, et me tourna du tout à celle de son
pays. Ainsi m'a elle consequemment reduit du comble de la felicité ou
vous m'avez autresfois veu, en l'abisme de misere, ou vous me voiez
maintenant, En laquelle toutesfois encores ay-je reconfort que le plus
grand ennemy que j'aye en ce monde l'a prinse pour sa femme, Car j'ay
bonne esperance qu'il ne sera point plus constant que j'ay esté, ains à
l'adventure pour la jeunesse en laquelle il se treuve, plus esblouy de
l'amour, et plus leger: dont finablement s'en ensuyvra sa ruyne,
laquelle me sera reconfort et vengeance tresagreable de la mienne. Au
reste s'il est vray que la prosperité acquiere les amys, et l'adversité
les espreuve, vous n'aurez jamais occasion plus grande de faire
congnoistre au monde, combien vous estes digne de l'amytié de tous ceux
qui estiment la vertu, si sans avoir esgard ny à la faulte que j'ay
commise, ny à la calamité en quoy je suis encouru, vous vous monstrez en
ce mien extreme besoing souvenant de l'amitié privée que nous avons
autresfois contractée ensemble.


Scipion.

Certainement j'ay tousjours esté, et suis encores desplaisant de vostre
erreur, tant pour le regard de vous, comme de moy aussi: car il n'est
point blesseure qui plus ennuye que d'avoir de maladvisez amys, qui
veulent qu'on espouse leurs faultes: comme vous qui maintenant vous
estes vous mesmes reduit à telle calamité, que je (le desirant) ne vous
puis secourir.


Siphax.

Je ne vous demande point liberté, sachant tresbien qu'il n'est point en
vous de la me donner n'y ne crains point à mourir: Car qui se treuve en
l'estat ou je suis ne peult si non gaigner, en perdant bien tost la vie.
Mais je desirerois que l'on executast promptement ce qui doibt estre
faict de moy sans me faire languir en tourment.


Scipion.

N'aiez doubte de telle chose: Car de ma part vous sera faict tout le bon
traictement qu'il m'est permis de faire à un prisonnier ennemy: Qu'il
soit conduict en mon logis et songneusement gardé. Au demeurant traicté
non comme prisonnier de guerre, mais comme mien amy.


Siphax.

Dieu vous doint heureuse yssue de ceste vostre entreprinse, et de toute
autre aussy. Puis que vous estes tel que non seulement voz gens, mais
encores voz ennemys, sont contrainctz de vous aymer.


Dames.

He Dieux tant j'ay de douleur et de pitié au cueur, quand je considere
le piteux estat ou ce miserable prince est reduict, Qui n'agueres estoit
si grand, si riche, et si puissant Roy, et ores tout à coup se trouve
esclave prisonnier et indigent de toutes choses.


Scipion.

Avez vous point noté les parolles de Siphax? quand il m'a dict que les
persuasions de Sophonisba ont esté les poingnans aiguillons qui l'ont
incité contre nous: Cela me faict penser qu'il sera bon de pourveoir à
ce que ses doulx attraiz ne nous soustraient encores ceste aultre icy.


Caton.

J'ay entré dedans la ville, et ay parlé à Masinissa lequel m'a dict
qu'il estoit contant de s'en remetre et rapporter à vostre ordonnance.


Scipion.

Estimez vous qu'il soit pour se contenter que lon la luy oste?


Caton.

Je pense qu'il le fera bien à regret.


Scipion.

C'est tout un pourveu qu'il le face: car des remeddes que lon applicque
aux blesseures il n'y en a point qui soient si douloureux que ceux qui
sont ordinairement les plus salutaires.


Caton.

Voile-cy venir en personne, parles en vous mesmes avecques luy.


Dames.

Helas seigneur quelle batterie s'appareille contre vostre amour et
desir.


Scipion.

Vous soyez le bien venu Roy Masinissa, Car à la verité vostre valeur
merite toute louange. J'oy tant de personnes qui s'accordent à exalter
les haulx exploictz de prouesse et de prudence, que vous avez faictz en
la bataille, que je vous en seray en mon particulier obligé
eternellement, mais oultre cela le Senat et Peuple Romain vous en
rendront le loyer que vous meritez: car ilz n'ont jamais accoustumé de
laisser un bon service sans le remunerer.


Dames.

Ce propoz me donne quelque esperance.


Masinissa.

Je ne veulx point nier que je ne sois bien aise d'entendre que je vous
aye approuve mon devoir, car aussy à la verité y ay-je faict entierement
ce que j'ay peu, sans aultrement en esperer recompense. Car le plus
grand loier que j'en sçaurois recevoir à mon gré, est que mon service
soit agreable à un peuple sy honorable.


Scipion.

Retirez vous un peu à part vous aultres, et nous laissez icy Masinissa
et moy tous seulz.


Dames.

Tirons nous un peu à l'escart jusques à ce que nous saichons ce qui
devra estre de Sophonisba.


Scipion.

Je pense Roy Masinissa que ce qui vous convia à me porter amitié,
premierement fut que vous cuidastes voir en moy quelque umbre et
apparance de vertu, et vous à ceste amitié conduict à commetre vostre
personne propre et toute vostre esperance en ma foy: mais il fault que
vous sachiez que de toutes les louables qualitez qui apparoissent en
moy, si aucune en y a nulle aultre ne me donne contentement n'y ne me
rend tant honoré, comme faict la temperance et continence de commander à
tous appetitz de volupté. Pourtant desirerois-je que vous aussy
semblablement adjoustissiez encores celle la, aux autres grandes que
vous avez. Car soiez asseuré que les voluptez qui nous environnent et
aissaillent de tous costez, sont plus à craindre en l'aage ou vous et
moy nous trouvons maintenant, que ne sont pas les ennemys armez: et que
celluy qui avec la temperance refrene ces cupiditez, et ce dompte
soymesmes, merite plus de louange et de gloire, Que celluy qui avec les
armes au poing surmonte ses ennemys. Or quant à ce que vous avez faict
en mon absence tant de la personne vaillamment, que de bon sens
prudemment, je l'ay tousjours voulentiers publicquement presché, et me
demourera eternellement fiché en la memoire, mais quant au reste, j'ayme
mieulx que vous le repensiez à part en vous mesmes qu'en le vous disant
vous faire rougir la face de honte. Cela vous diray-je bien seulement,
que Sophonisba est prisonniere et proye du peuple Romain: et par
consequent que vous ne povez disposer d'elle en aucune maniere. Pourtant
vous admoneste-je que promptement vous la m'envoiez à cause qu'il me la
fault au premier jour envoier à Rome. Parquoy si d'avanture vous avez
mis legerement vostre amour en elle, surmontez en cest endroit vostre
dereiglé appetit, et vous donnez garde de deshonnorer (avec ce seul vice
d'incontinence) tant d'autres belles vertuz que vous avez: ny ne
vueillez perdre ou obscurcyr la grace de tant de bons services que vous
avez cy devant faicte au peuple Romain, par ceste seule faute trop plus
grande que n'est l'occasion d'icelle.



Autre partie de l'argument de ceste Tragedie.


Masinissa.

Je vous respondray en peu de parolles, seigneur Scipion, à fin que vous
ne me condamniez ainsi sans avoir ouy mes raisons. Ce n'a point esté
appetit desordonné qui m'a induit à contracter ce que j'ay faict avec
Sophonisba: ains à esté genereuse pitié, et l'estimez en cela ne faire
point de faulte, mesmement contre le peuple Romain. Je sçay bien que
vous estes assez adverty comme le pere d'elle me la promit en mariage
premierement: mais Siphax qui depuis en devint amoureux feit tant par
ses menaces qu'elle me fut ostée par les seigneurs du Senat de Carthage
pour la luy donner: Dont je conceu en moy un tel despit que tousjours
depuis je luy en ay faict la guerre: Et à la fin me suis joinct pour
cest effect avec vous, la ou vous sçavez comme je me suis porté: et
comme j'ay prins prisonnier Hanno: et fuz cause de rompre la gendarmerie
de Carthage pres la tour que feit edifier le Roy de Syracine Agathocles.
Et depuis quand vous defeistes Hasdrubal en bataille vous sçavez comment
j'ay trouvé moyen de vous descouvrir tous les conseilz des ennemys, et
comme seul avec mes gens je feis teste à l'armée de Siphax. Mais quel
besoing est il de vous raconter par le menu en combien de lieux je vous
ay faict service, entendu que nul aultre ne le sçait mieux que vous.
Pourtant vous diray-je seulement que sur la confiance d'iceux j'ay prins
ma femme qu'un autre m'avoit emblée, à quoy faire m'a encores donné
hardiesse ce que par plusieus fois vous m'avez faict promesse de me
rendre tout ce que Siphax occupoit du mien. Et si ma propre femme ne
m'est restituée que puis-je esperer que lon me rende plus? Toute
l'Europe anciennement print les armes, et passa la mer avec plus de
mille vaisseaux, et demoura plus de dix ans au siege devant Troye la
grande Jusques à ce qu'elle feut prinse, arse, et bruslée: pour faire
rendre à Menelaus sa femme Heleine, Qui volontairement s'en estoit fuye
avec Paris Alexandre, en la compaignie du quel elle avoit ja bien esté
l'espace de vingt ans: et vous ne me voulez pas rendre ceste cy que
Siphax m'a ostée par force, et par tromperie il n'y a que trois ans: et
qui point n'a esté reconquise avec tant de travaux. Je vous prie au nom
des Dieux ne me refusez point un don qui si peu vous couste, et à moy
est si cher. Et ne s'estende le courroux et la haine que vous portez à
Carthage jusques aux femmes: Ains aient mes services tant de pouvoir
envers vous qu'ilz luy Impetrent grace et pardon de son offence, pour
tascher de bien faire à son pays: car il est bien raisonnable que pour
l'amour d'un bon lon face grace à un mauvais: mais c'est contre tout
droict et toute raison, punir un Innocent pour le mesfaict d'autruy.



Raisons de Scipion contre Masinissa.


Scipion.

Qui ne sçauroit certainement de quel costé seroit le tort, oyant ce que
vous venez de discourir, mal-aisement se pourroit persuader que je ne
l'eusse: mais celuy n'est pas le plus juste, ny n'a le meilleur droict,
qui mieux sçait collorer de belles parolles, ce, à quoy le pousse son
desir: Ains est celuy qui jamais ne se depart de la verité. Or si
Sophonisba estoit vostre femme, comme vous dictes, sans point de doubte
je la vous rendrois: Car vous sçavez que je vous donnay Hanno l'un des
principaulx chefz de Carthage pour (en eschange de luy) retirer vostre
mere prisonniere: et tout aussitost que nous eusmes reconquis le Royaume
des Massiliens, que je sçavois à la verité estre vostre, je le vous
remis entre mains. Mais encores que Sophonisba vous eust esté promise en
mariage avant que à Siphax, Ce n'est pas, à dire qu'elle soit vostre
femme pourtant: car une simple promesse ne faict pas le mariage: vous
n'avez point eu enfans d'elle comme Menelaus en avoit eu d'Heleine.
Davantage si elle estoit vostre femme quel besoing estoit il doncq de
l'espouser une aultre fois, et si soubdainement en faire les nopces
dedans la ville, mesmes capitalle de vostre ennemy, et au meillieu du
bruit et du tumulte des armées. Et pourquoy fut ce que des le
commancement quand vous me declarastes tout ce qui vous appartenoit vous
ne me parlastes onques d'elle? Cela tesmoigne assez qu'elle n'estoit
point vostre, ains espouse legitime de Siphax: lequel ayant esté vaincu
et prins soubz l'adveu de ma fortune, et soubz la conduite de mes
enseignes, sa personne, sa femme, ses villes et pays, et generallement
tout ce qu'il possedoit en ce monde, vient à estre proie et conqueste du
seul peuple Romain: et est force que luy et sa femme, encores qu'elle ne
fut point Carthaginoise, et que son pere ne fut l'un des chefz de noz
ennemys, aillent à Rome, pour y recevoir la sentence telle qu'il plaira
au senat et au peuple Romain attendu mesmement que ce à esté elle qui
nous à soustrait un Roy, lequel paravant estoyt nostre amy, et la
encores de puis incité à prendre temerairement les armes contre nous, au
moyen de quoy il n'est plus en ma puissance d'en disposer. Et pourtant
envoiez la moy sans plus attendre. Et ne vous entremetez plus de vouloir
retenir à force ce qui est au peuple Romain: Mais si amyablement vous
desirez obtenir quelque chose de luy, dictes le moy, car j'en escriray
pour vous affectueusement au Senat.


Masinissa.

Puis qu'ainsy est que je vous voy resolu en ce propos de la vouloir
(comment que ce soit) avoir, je n'en contesteray plus contre vous. Car
je veux que non seulement d'elle, ains encores de ceste mienne personne,
vous puissiez tousjours disposer à vostre plaisir. Mais bien vous
veulx-je supplier de n'estre point mal contant si je cherche d'aquiter
ma parolle et ma foy, laquelle avant qu'y bien penser j'ay oubligée un
peu trop soudainement.


Scipion.

Ceste responce est digne de vous, si en faictes comme mieulx vous
semblera, pourveu que nous l'ayons.


Masinissa.

Je me retireray doncques en mon logis, pour à part moy penser comment je
pourray ensemble satisfaire à vostre voulonté, et à ma foy.



Quatriesme Intermedie.


Dames.

    Amour qui des plus haultains
    Voluntiers les cueurs attains,
    Et non guieres jamais hors
    Des gentilz espritz ne sors,
    Il n'y à au monde force
    Qui la tienne, rechape, ou force:
    Et sont tes lacz et fillez
    D'attraiz doulx emmiellez
    Si subtillement tendus,
    Que tous les mieux entendus
    Ja chenuz et chargez d'ans
    Encores donnent dedans.
    Les plus fiers et plus farouches
    Souffrent voulontiers les touches
    De tes poignantes sagettes,
    Que non seullement tu gettes
    Ça bas, aux pauvres mortelz,
    Ains la fus aux immortelz
    Les fais aussi bien sentir,
    Et ne s'en peult garantir
    Au ciel mesmes, la hautesse
    De pas un Dieu ny Deesse:
    Non plus que dessoubz la Lune
    N'a plante, ny herbe aucune,
    Beste, ny chose aiant vie,
    Qui ne te soit asservie.

    Mais le servir gracieux
    Auquel tu t'aimes le mieux
    Sont les yeulx des belles Dames,
    Au feu desquelz tu enflammes
    Tes brandons, et d'ou depart
    Ceste flame qui tout art:
    Car comme les mathelotz
    Voyageant dessus les flotz
    De la mer ont esperance
    Qu'en fin à port d'assurance
    Les conduira la certaine
    Guide de la tramontaine:
    Ainsi les pauvres forsaires
    Enferrez sur les gallaires
    D'amour, n'ont autres estoiles
    Ne guide à regir leurs voilles
    Si non les Astres luysans
    Des yeulx, qui leurs feuz cuisans
    Ont allumé, c'est le vent
    Qui tourne et change souvvent
    Leurs diverses passions,
    Selon les mutations
    Des vouloirs de leurs maistresses,
    Leurs donnant ores detresses,
    Ores plaisir, ores pleur,
    Et ores espoir trompeur.

    Mais quand de ceste ruyne
    On leur oste l'origine
    Encores à leur malheur
    En fondent ilz de douleur.
    Ainsi leur perte leur plaist,
    Et leur salut leur desplaist.

    Je qui n'euz onc la pensée
    Amour, de tes dards faussée,
    Sens neantmoins en moymesme
    Une passion extreme,
    Oyant les souspirs ardens,
    Et les sanglotz evidens,
    Dont ce pauvre Roy aymant
    Va l'air autour allumant,
    De façon si vehemente
    Qu'on l'oyt jusques hors sa tente:
    C'est signe que la priere
    Est rejectée en arriere.

    Helas que nostre Princesse
    Aura au cueur de tristesse
    S'il est vray, O que celuy
    Qui regne au vouloir d'autruy
    A d'angoisses est soubmis:
    Las tant je crains ce que mis
    Il à en un vase d'or
    Et qu'il à envoyé or'
    A la Royne. O puissans Dieux:
    Que ce soit un precieux
    Joyau, qui la reconforte,
    Non qui douleur luy apporte.


Premier gentilhomme de la Royne.

Dames esplorées et dolentes, ne demourez plus icy dehors, ains entrez
dedans, la ou vous trouverez la Royne qui s'est toute vestue de blanc,
et s'appareille pour aller faire ses offrandes au Temple, ou elle desire
que vous luy faciez compaignie.


Dames.

Tu ne sçais donques pas la nouvelle, qui nous tient le cueur en
tristesse ny à l'adventure la Royne mesmes, à qui plus il touche de
l'entendre. Alons devers elle pour luy aider de noz prieres à pacifier
l'ire des Dieux: mais, Helas, j'ay grand peur que ce ne soit trop tard.


Pre. gentilhomme.

Nous avons le jour esté occupez à donner ordre à la maison, par le
commandement de la Royne, qui à esté cause que nous n'avons peu entendre
ce qui s'est faict dehors: mais vous, mes dames, qui le sçavez, puis
qu'ainsi est que vous estez en peine, je vous prie nous le faire
entendre.


Dames.

Ha pauvre dame: Helas, tant j'ay de doubte que tu ne nous sois enlevée,
Et ne sois emmenée esclave et prisonniere en terre estrange.


Sec. gentilhomme.

Comment les nopces accordees, ne viendront elles point à effect? que
dictes vous?


Pre. gentilhomme.

Le Roy Masinissa ne tiendra il point sa promesse? c'est bien chose
estrange qu'il ait le cueur de si tost habandonner une si belle et si
vertueuse dame, car il aura assez moyen de la sauver pourveu qu'il le
vueille.


Dames.

Qui n'est le plus fort, il fault qu'il besse la teste: et qu'il ait
patience. Malaisement peult le subjet gaigner sa cause à l'encontre de
son seigneur. Le Roy ne feroit pas si triste chere s'il ne veioit les
choses aller au rebours de sa volonté. Ceste pauvre dame n'a homme qui
parle pour elle: Et ne sçauroit avoir si non mavaise nouvelle.


Pre. gentilhomme.

O Dieux! qui n'a donc faveur de la fortune, ne fault pas qu'il espere
avoir des amys: Les nopces à ce que je voy sont rompues.


Sec. gentilhomme.

Je vay devant, pour advertir la Royne que vous estes arrivees.


Dames.

Rien ne nous est encores asseuré, mais nous sommes tant agravées de mal,
que tout signe, moins que bon, nous faict tousjours imaginer le pis, qui
nous sçauroit advenir. Ce que le Roy se tient ainsi r'enfermé dedans sa
tante, sans sortir dehors, et que nous l'avons entendu gemir et
souspirer si fort, faict que nous perdons toute esperance de bien. O
pauvre Royne desolée! pendant que tu t'aprestes pour cuider faire
honneur à ton nouvel espoux, tu recevras en eschange quelque nouvelle
douleur. O combien te sera dure l'ambassade de celuy qui te viendra dire
qu'il fault que tu t'en ailles prisonniere au camp des ennemys, pour
desormais vivre tousjours esclave des Romains. Helas à y penser
seulement le cueur me fend de destresse, qu'il faille qu'une beauté si
excellente tumbe en servage de si cruelles mains. O Seigneur Dieu, je te
supplie fais que ce soit une crainte vaine. Helas voicy l'une des femmes
de la Royne qui sort du Chasteau toute esplorée, et se tourmente
merveilleusement.


Femme premiere, de la Royne.

O moy malheureuse! o mienne vie miserable!


Dames.

Helas, que veult dire ceste lamentation si douloureuse?


Femme pre.

Las qui seroit le cueur si dur qui se pourroit tenir de lamenter voyant
ce que j'ay veu?


Dames.

Quelle chose avez vous veue? O Dieux! tant vostre parler m'estrainct le
cueur de nouvelle fraieur.


Femme pre.

Vous le verrez vous mesmes tantost.


Dames.

Dictes le nous vistement, sans nous tenir plus en suspens.


Femme pre.

Nous perdons la Royne tout presentement.


Dames.

Nous la perdons?  helas, et ou doibt elle aller?


Femme pre.

Au lieu dont jamais on ne retourne.


Dames.

Comment? jamais ne retourne celluy qui meurt.


Femme pre.

Aussi mourra elle.


Dames.

Elle mourra? o griefve perte! o douleur encores plus angoisseuse que je
ne pensay oncques! Helas, dictes moy je vous prie tout au long comme la
chose va.


Femme pre.

Apres que le Roy Masinissa est sorty du Chasteau, la Royne incontinant à
faict parer tous les Autelz de Festons, de Lierre et de Meurte. Et elle
mesme aussi s'est parée de ses plus beaulx et plus riches habitz blancs.
Auquel accoustrement il la faisoit si bon voir, que je ne pense pas que
le Soleil ait oncq veu rien de plus beau, mais sur le point qu'elle
mettoit à part certains Joiaulx pour aller presenter à la deesse Juno, a
ce que luy pleust estre favorable à ses nouvelles espousailles, voicy
arriver un escuier de Masinissa, portant en sa main une couppe pleine de
poyson, lequel s'estonna un peu d'arrivee. Mais apres s'estre revenu, il
dit ces parolles, ma dame, le Roy mon maistre m'envoie devers vous, et
vous mande par moy que voullontiers il vous eust tenu sa premiere
promesse: Mais puis qu'un autre plus puissant luy en à osté le moien, à
tout le moins vous tient il sa seconde. C'est que si vous voulez, vous
ne tumberez point vivante en la puissance des Romains: vous conseillant
en cest endroit, acte digne de noble sang, dont vous estes yssue. Ces
parolles ouytes, la Royne à tendu la main, et prins la couppe, avec un
visaige constant et asseuré. Puis à respondu au porteur, vous direz à
vostre maistre, que sa nouvelle espouse accepte de bon cueur le premier
present qu'il Luy envoye, qu'ainsy est qu'il ne luy en peult envoyer de
meilleur. Vray, que moins luy greveroit le mourir, si elle ne se fust
point remariee en ses funerailles. Cela dit, elle à fait un peu de
pause, tenant tousjours la couppe en sa main: Puis à recommencé à dire,
l'on ne doibt jamais laisser de faire honneur aux dieux pour quelque
inconvenient qui advienne. Ainsy à posé la couppe, puis elle à prins le
coffret, ou elle avoit mis les joiaulx dont elle vouloit faire offrande
à Juno. Et s'en est allee au temple, la ou devant l'autel à genoulx elle
à devotement prononcé ces parolles: O Royne du ciel avant que de mourir,
qui sera premier que le Soleil se couche au jourd'huy, je vous viens
offrir ces oblations, premieres et dernieres, bien differentes de celles
que j'esperois n'agueres vous presenter vous suppliant que si jamais
l'humble service de ma devotion, vous à esté agreable: Et si jamais
vostre bonté à eu compassion de ceste pauvre province d'Africque, il
vous plaise ores regarder en pitié ce petit enfant, lequel s'en va
demourer privé de pere et de mere, avant que d'arriver au deuxiesme an
de son aage: Et le preserver de l'ignominie de servitude. Non ja en la
maniere que je m'en garantiray maintenant ains plus heureusement, de
sorte que les ans qui par mort precipitee seront sustraitz à ma vie,
soient adjoustez à la sienne: à fin qu'a l'advenir il puisse estre
resource de son infortuné lignaige. En apres vous plaise aussy avoir
pitie de ces pauvres miennes femmes, que je laisse comme brebiettes au
milieu des loups affamez. Prenez en protection s'il vous plaist, leur
honneur leur vie. Ces parolles dictes elle s'en est retournee en sa
chambre, la ou sans delaier elle à prins et beu constamment tout le
poison entierement, sans en rien laisser.


Dames.

O pauvre Dame! Le cueur me disoit bien que ce present d'une couppe que
je vey envoier, n'apporteroit qui nous deust plaire: mais achevez je
vous prie de nous compter le demeurant.


Femme seconde.

Mais ce qui m'a semblé en ce cas plus esmerveillable, c'est qu'elle à
fait et dict toutes choses, sans jeter une seulle larme d'oeil, n'y
tirer un seul souspir: et sans changer seulement de voix n'y de couleur.
Cela fait elle à commandé tirer hors de ses coffres un beau et riche
drap de soye, et un aultre de lin. Et se tournant devers nous aultres,
nous à dict, Mes bonnes amyes, je vous prie que quand je seray passee de
ceste vie, vous ensevelissiez mon corps dedans ces draps, pour le metre
en sepulture. Puis elle s'est assise dessus son lict: Et prenant son
petit filz entre ses bras, à tiré adonc un souspir trenchant du plus
parfond de son estomac, en disant, Ha pauvre enfant, tu ne sçais pas en
quelle misere tu demeures, Qui est le mieulx que je voie en tout
malheur. Dieu te face plus heureux que ton pere et moy n'avons esté. En
disant ces parolles, elle le serre estroictement contre son sein, et
baise si affectueusement, que deux ruisseaux de larmes luy sont tout à
un coup sortiz des yeux en grande abondance. Quoy voiant chascune de
nous est aussy incontinent fondue en pleurs, si chauldement que nous ne
pouvions former une seule parolle jusques à ce qu'elle mesmes s'est
tournee pardevers nous, et nous à toutes baisees l'une apres l'autre, en
nous disant, Mes bonnes amies, voicy le dernier jour que vous me verrez
jamais, Adieu vous dis. Et vous demande pardon, si jamais j'ay offencé
aucune de vous. Or jugez maintenant si en telle amertume de douleur j'ay
occasion suffisante de plorer plaindre gemir et lamenter.


Dames.

O tromperesse esperance! O pauvres humains aveuglez! helas, comme toutes
choses ressortissent au rebours du vostre pensee. Mais pourquoy estez
vous yssue d'avec la Royne?


Femme seconde.

Pource qu'elle s'est retiree en son cabinet, ou elle veult faire à part
un sacrifice aux dieux, pour les prier de donner facille passaige à sa
mort. Et ce pendant m'envoié vous querir afin de vous voir, et vous dire
aussi le dernier Adieu avant que d'expirer.


Dames.

Helas, allons devers elle, mais dictes nous, que faisoit durant ces
piteulx Adieux Herminia qui l'ayme si cherement?


Femme pre.

La pauvrette n'a rien sceu de ceste douloreuse nouvelle, si non que bien
tart, estant ailleurs empeschée, à preparer les bagues de la Royne, pour
la solemnité des nopces infortunée. Mais soudain qu'elle en à senty le
vent, elle est accourue criant commme femme hors du sens, en s'arrachant
les cheveux, destordant les mains, et se deschirant le visaige, plorant,
et l'amentant, si deseperement qu'elle eust faict fendre les Rochers de
pitié.


Dames.

Helas, quand sera ceste malheureuse maison en repoz? qui tous les jours
se va plus avant abismant de malheur en malheur: et si n'en peult
encores arriver au fond. Qu'elle esperance luy est plus demeurée entre
tant de maulx? Helas, c'est bien maintenant qu'il nous fault laisser
tous habitz de joye, pour faire ce peu que nous povons d'honneur aux
vertus de la plus accomplie et plus excellente princesse qui fut oncq.


Femme pre.

He Dieu! ce sont bien aspres et cuisantes pointures de la fortune
indignée, que celles cy, mes dames, Helas combien de malheurs, combien
d'angoisses et de douleurs sont tumbées coup à coup sur ceste pauvre
dame. O Estoilles du Ciel: O Soleil: O Lune: O Dieu Eternel! qui en
dispenses à ta volonté: et de qui la puissance peult changer le cours de
la fatalle destinée, te plaise retourner tes yeux de pitié vers nostre
pauvre maistresse, à tout le moins ores qu'elle est prochaine de sa
mort.


Dames.

Infortuné Hasdrubal que feras tu? quand tu entendras la mort de ta chere
fille, Helas, il m'est advis que le piteux cry de tes lamentations m'en
sonne desja aux oreilles. O pauvre vieille mere: qui n'agueres avois
dequoy te reputer l'une des heureuses du monde, Comment pourras tu en ta
vieillesse porter une si grande surcharge de douleur? Rien ne sera le
reste de ta vie, aumoins si tu peulx survivre un continuel torrent de
pleurs, qui sans fin tumbera de tes pauvres yeux: mais voicy la Royne. O
qu'elle destresse me saisist le cueur en la voiant.


Sophonisba.

O claire lumiere du Soleil! adieu te dis. Et toy doux pays ou j'ay pris
ma naissance, encor ay-je bien voulu donner ce peu de contentement à mes
yeux de vous veoir avant que de mourir. Et vous autres dames de Cirte
que je laisse en la main d'un Seigneur nouveau, lequel (s'il plaist à
Dieu) regira ce Pais avec meilleure fortune que nous. Je vous supplie
d'avoir aucunes-fois souvenance de moy, et d'honorer ma memoyre à tout
le moins de quelque souspir, au demeurant je supplie aux Dieux que ma
mort apporte paix à ce pays: Et à vous toute asseurance et repos.


Dames.

Ma dame, les graces et vertus que le Ciel à mises en vous, ne sortiront
jamais de noz pensées, tant qu'il plaira à Dieu nous tenir en ceste vie.
Et puis que sa volonté est de nous priver (avec nostre infiny regret) de
vostre presence, laquelle nous souloit estre miroir de toute perfection,
à tout le moins nous en demeurera à jamais l'image imprimée au plus
profond de noz cueurs. Et frequentant vostre sepulture l'arrousant
souvent de noz larmes, en tesmoignage que toute nostre esjoissance y
sera avec vostre corps ensevelie, et tous les ans la revestiront de
nouvelles fleurs, en vous faisant tout l'honneur que nous sçaurions
faire à une terrestre Deesse.


Sophonisba.

Voz charitables offres et amiables parolles, m'obligent grandement à
vous: mais pour ce que le peu qui me reste de vie, m'oste les moyens de
le povoir autrement recongnoistre. Je prieray seulement aux Dieux, qu'il
leur plaise regarder et remunerer vostre si ardente et si pitoyable
charité. Et vous Herminia ma chere amye vous aurez (de cela suis-je
toute asseurée) le soing de nourrir et eslever mon filz, tout ainsi
comme s'il estoit vostre: mais bien vous prié-je que secretement et le
plus tost que vous pourrez le transportiez en lieu de plus grande
seureté.


Herminia.

Comment? Vous pensez que je puissé demeurer en ce monde apres vous? non,
non, je vous accompaigneray soubz la terre, Et jamais de vous ne me
departiray Ha cruelle! he me voudriez vous esloigner de vous? Ne vous
souvient il plus de nostre si parfaicte amitié? Avez vous donc oublié ce
que tant souvent vous m'avez redit? que si bien vous aviez à estre (par
manierre de dire) Royne du Ciel encores vous greveroit il d'y aller sans
moy: Et maintenant que vous estes preste à passer en une aultre vie,
faictes compte de me laisser icy en continuelle langueur. Ha ja à Dieu
ne plaise qu'il soit ainsy: aussy ne fera il, non. Car comment que ce
soit jamais ne vous abandonneray. Plus tost me deviez vous faire
appeller alors que le poison vous à esté presenté et m'en bailler la
moitié, à celle fin que toutes deux eussions renduz les espritz en un
mesme point d'heure. Et en nostre vie noz voulontez ont esté si
conjoinctes que lon pourroit veritablement dire que ce n'estoit qu'une:
aussy en mourant ensemble, on congneust que ce n'estoit qu'une mesme ame
qui tenoit en vie noz deux corps.


Sophonisba.

Herminia, ma chere amie, je vous prie ne me dictes point ces parolles,
et au lieu d'une destresse n'en donnez deux à mon cueur. Il suffit bien
que l'une de nous meure. Si je ne vous ay mandee quand j'ay receu et
prins le poison je vous supplie n'imaginez que ce soit aucune diminution
de l'amityé que je vous ay tousjours portée, en vous communiquant toutes
mes plus secrettes pensées. Car ce qui m'en à gardee ce à esté seulement
la doubte que ne me volussiez destourner la voulonté de mourir, sachant
tresbien quelle efficace voz remonstrances et prieres ont en mon
endroit. Et celluy qui est nay en hault lieu, ne doibt vouloir si non
honnorablement vivre, ou magnanimement mourir. Parquoy m'aiant
maintenant la fortune mise au chois de mourir ou de servir, pour ne
perdre ceste belle occasion de couronner l'honneur de ma vie passee par
une glorieuse fin, je vous ay voulu celer ceste seule derniere de toutes
mes actions pour vous laisser au lieu de moy survivante en ce monde,
vous qui n'estes contraincte (par aucune rigueur d'ennemye fortune) de
faillir en cest extreme besoing, à celle qui vous à tousjours aymee
comme soy mesme. Car tant que vous serez en ce monde, mon filz au moins
n'aura point faulte de mere: ains sera eslevé et nourry par vous de
maniere qu'a l'aventure pourra il un jour estre le respir de sa race et
ressource de son affligee maison.


Herminia.

Dieu luy doint la grace de venger un jour noz pertes et publiques et
privees sur ceux qui nous les ont procurees.


Sophonisba.

Davantaige, vous estes pour en peu de jours retourner à Carthage, la ou
vous exposeres à mes parens l'occasion et la maniere de ma mort:
laquelle recitee par vous, portera avec soy tout reconfort, quand vous
leurs declareres comme pour eviter l'ignominie de servitude, et ne faire
honte à mon lignaige, j'ay voluntairement esleu de boire du mortel
poison en la fleur de ma jeunesse. Et si ferez compaignie à ma mere, qui
vous à de long temps éleve pour femme de mon frere. Ainsi tiendres vous
au pres d'elle lieu de fille et d'espouse de son filz. Pourtant ma chere
soeur et amye je vous requiers et vous conjure par l'amityé que vous me
portes, Que vous aies pacience de demeurer encores quelques annees en ce
monde: Car assez tost aurons nous moien d'estre en l'autre eternellement
ensemble. Ne me prives de ce reconfort en telle extremité, à ce que je
m'en puisse aller avec l'espoir de vostre survivance. Cela m'adoucira
l'aigreur du passage: Pource que vous survivante je ne mourray pas
toute, ains demourera en ce monde la meilleur partie de moy.


Herminia.

Lasse moy je ne sçay comment vous desdire n'y comment vous obeyr: Car si
ce n'est qu'une personne puisse vivre de douleur, je ne voy pas qu'il
soit possible qu'en telle angoisse je vous survive.


Sophonisba.

Si feres, quand il vous souviendra que c'est à la conjuration de ma
derniere priere: Et qu'en ce faisant vous vous acquiteres d'un devoir de
pitié. Et feres envers moy office d'amitié. Mais avant que l'ennemy
mortel que voluntairement J'ay receu en mon corps commence à faire ses
efforts, pour en chasser mon ame et ma vie, il fault pour le mieulx que
je me retire en ma chambre, pour me preparer à mourir.


Dames.

    Las trop s'abuse qui fonde
    En chose de ce bas monde
    Le but de son esperance:
    Au ciel fait sa demeurance
    La vraie felicité
    Sans peril d'aversité:
    Car c'est la ou point ne regne
    C'este inevitable chayne
    Des contraires, qui se cedent
    L'un à l'autre, et se succedent,
    Comme le jour à la nuict.
    Et paix qui la guerre suit,
    Le plorer est joint au rire,
    Et joye douleur atire,
    Et brief, icy bas par tout,
    Si le bien est à un bout,
    Le mal son alternatif,
    Vient tost apres plus hastif
    C'est la au dessus du temps
    Ou sont les espritz contans,
    Qui plus ne peuvent vieillir
    N'y leur rigueur defaillir:
    Car tousjours y dure un estre,
    Sans diminuer n'y croistre:
    Au contraire n'y à chose
    Soubz la Lune qui repose
    En un estat longuement,
    Et ne souffre changement:
    Il n'y a rien qui demeure
    Long temps vif et qui ne meure
    A la fin. Or quand ce sont
    Mutations, qui se font
    Peu à peu sans violence,
    Nature moins s'en offense:
    Et sont de nous telles pertes
    Plus facillement souffertes.

    Mais quand d'une haute cime.
    D'honneur, on tumbe en l'abisme
    De toute calamité,
    En si griefve extremité,
    Il n'est si ferme couraige
    Qui n'esbransle un tel orage.
    Si est-ce que les grands Princes,
    Roys et seigneurs des provinces,
    Sont plus subgetz à telz saulx
    Que leurs plus petitz vassaux.

    Comme la fouldre tousjours
    Presque donne aux hautes tours:
    Et des plus grandes montaignes
    Tousjours ez plaines campaignes
    Tumbent les grosses rivieres:
    Aussi larmes coustumieres.
    Et regretz les plus perceans
    Sont propres aux plus puissans.

    Siphax le malheureux Roy
    De numidie, en faict foy,
    Qui n'agueres loy donnoyt
    A tant d'hommes qu'il tenoit
    Dessoubz son obeissance,
    Et avoit en sa puissance
    Tant de beaulx et grands pays,
    Qui sont ores envahys,
    Et luy prisonnier es mains
    Des victorieux Romains.
    Mais plus d'angoisse me donne
    Sophonisba, noste bonne
    Princesse, que tant j'ay veue
    De toutes graces pourveue
    Dont le ciel embellir peult
    Ceux qui mieux douer il veult.
    Que j'ay veue tant aymée
    Tant haultement sublimée,
    En tout triomphe mondain:
    Et ores la voy soudain
    En la fleur de son bel aage
    Pour s'exempter de servage,
    Estre contraincte de boire
    Du poison. Ainsi la gloire,
    Et toute autre chose passe,
    En ceste region basse.

    Mais que veult masinissa
    Qui vient si grand pas en ça
    Viendroit il point pour cuider
    La royne de mort garder,
    Trop est loing le secourable
    Quand le mal est incurable.


Masinissa.

J'ay grand peur à voir la triste chere et les visages esplorez de ses
dames de Cirte, que je ne sois tart arrivé, car j'ay resolu en moymesme,
comment que ce soit, voyre jusques à mettre ma vie en peril, de
n'abandonner point la Royne Sophonisba: ains plus tost secrettement la
faire enlever, quand la nuict sera venue, et conduire par une trouppe de
mes chevaux legers, qui s'iront rendre à ceux de Carthage. Toutesfois
celuy que j'y avois envoyé m'a raporté qu'elle avoit posé la couppe ou
estoit le poison: et s'en estoit allée visiter quelques temples pour
faire ses prieres aux Dieux.


Dames.

Ha, Sire, si tost qu'elle à eu achevé ses prieres, elle l'a reprinse, et
avant que personne survint qui l'en peut destourner, à beu tout ce qui
estoit dedans. Puis comme estant certaine de sa mort, nous à dit le
dernier Adieu, à toutes, et s'est retirée en sa chambre, avec sa chere
Herminia et ses femmes.


Masinissa.

Ha Dieu y auroit il point encores de remede en luy donnant du
contrepoison?


Femme troisies.

He Dieux! Helas! comment n'esclate ce pauvre corps de la douleur qu'il
sent? Que ne s'en vont tous mes espritz espendus en souspirs? Que ne
sont mes yeux tournez en deux fontaines, pour eternellement plorer ceste
perte irrecouvrable.


Masinissa.

Ha Dieu, c'est faict, je voy bien qu'il n'y a plus d'esperance.


Femme troisies.

O monde obscur et tenebreux, ton Soleil est estaint, tu ne verras plus
sa lumiere.


Masinissa.

Dictes moy, dame, la cause de vostre dueil.


Femme iii.

Ha Sire!


Masinissa.

Qui à il? dictes le moy.


Femme secon.

Nous sommes perdues.


Masinissa.

Comment?


Femme secon.

La Royne est morte.


Masinissa.

Morte! ha pauvre Dame! si tost? O malheureulx que je suis! pourquoy
ay-je tant arresté? Qui à vouloir de faire euvre bonne ne doibt jamais
differer. O faulte irreparable que j'ay commise! Je vous prie revenez un
peu à vous, et m'exposez un peu au long comment elle est passee.


Femme seconde.

Helas, Sire vous rengregez la douleur de ma plaie, en me le faisant si
franchement exposer. Toutesfois pource qu'apres Dieu, Sire, nous n'avons
plus d'esperance qu'en vostre seule bonté, je m'efforceray pour vous
obeyr, de le vous dire le mieulx que je pourray.

Estant la pauvre Princesse, de retour en sa chambre, elle s'est assise
dessus son lict, et nous voiant toutes à l'entour d'elle, distiller en
larmes, elle s'est prinse à nous dire d'une parolle ferme et asseuree.
Le dueil que je vous voy demener, à cause que vous perdez ma compaignie,
m'aporte certainement grand regret de me departir de la vostre, Car
estant signe de la bonne affection que vous me portez, je cuiderois
grievement forfaire contre l'humanité, si je ne vous respondois en
amitié, Mais si vous considerez que je suis fille de Hasdrubal, arriere
fille d'Amilcar, et niepce du grand Hanibal: tous trois Ducs et chefz
des armees de Carthage: Que j'ay esté espousee au puissant mais
infortuné Roy des Numidiens: que j'ay vescu en tout l'honneur et
triomphe que saurait faire la plus heureuse Princesse du monde, et
maintenant voy le Roy mon mary, par deux fois l'une sur l'autre, rompu
en deux grosses batailles: ses forces renversées, ses pays occupez, et
luy mesme prisonier vif, entre les mains des ennemys: lesquelz ne
desirent rien plus que de m'avoir aussi en leur puissance vifve, pour me
mener esclave à Rome, et faire monstre de moy aux yeux du peuple,
naturellement ennemy des Roys: et qui à juré la ruine des miens et de
mon pays. Et puis me faire cruellement mourir ou ignominieusement
languir en chartre perpetuelle. Je croy que vous mesmes approuveres la
resolution que j'ay prinse: car il ne fault plus estre (Quand on n'est
plus en honneur) ce que l'on à esté. Qui sent sa vie nette, ne craint
point à mourir. Cest chose deue à la necessité de nature. Car tout ce
qui à eu commancement il est force qu'il prenne fin. Et ou la sçauroit
on prendre plus à propos, qu'à l'endroit ou l'honneur vient à faillir.


Masinissa.

O gentil cueur de dame! de tant plus estois tu digne de longue vie que
moins tu as redoubté la mort.


Femme secon.

Jusques icy, elle à tousjours parlé fermement, mais quand elle à voulu
particulierement adresser sa parolle à Herminia, alors la voix luy à
commencé à changer, mesmement quand luy à livré son petit filz entre ses
mains, en luy disant: Chere Herminia, ce qui plus me reconforte au
partir de ce monde c'est que je vous y laisse apres moy, pour avoir
soing de ce petit orfelin, qui pert son pere et sa mere en l'aage qu'il
en à plus de besoing. Je le deporte entre vos mains, comme joyau que
j'ay plus cher que ma vie: comme gaige de nostre amitié, comme image
vive de ma personne, laquelle ayant tousjours aupres de vous ne vous
pourrez plaindre que je vous aye abandonnee. Ces parolles estoient coup
à coup entrerompues de groz sanglotz, et de larmes, tumbantes avec telle
impetuosité quelles sembloient un torrent qui rompt à force tout ce
qu'on luy mect audevant. Ja luy commençoient les membres fort à
trembler, et pource l'avons nous couchee sur un lict, la ou tendant les
deux braz à Herminia, qui estoit plus morte que vive, luy à dict, ma
chere amye que je vous embrasse pour la derniere fois: vous m'estes icy
au lieu de mere, de frere, et de toute ma parenté. Si vous prie de faire
envers moy ce dernier office de pitié, Quand je seray tantost passee, de
me clorre les yeulx. Adieu vous dy car plus n'en puis. Sur ce point elle
à commencé à perdre la parolle, et est entrée en l'agonie des traitz de
la mort: ou elle n'a jamais monstré signe quelconque d'entendement
aliene de soy: ains contre la detresse de la douleur, la vigueur de son
couraige à esté si grande, qu'elle à tousjours surmonté, sans faire
aultre demonstration d'impatience, que de souspirer, jusques à ce que
finablement, l'esprit est sorty du corps, emportant, quant et soy, toute
nostre esperance. Et estaignant tout ce qu'il y avoit de parfaite
beauté, douceur, courtoisie, et bonté en ce monde.


Masinissa.

Or t'en va doncques noble et gentille ame au repoz des bien heurez
espritz, qui ont tousjours eu l'honneur plus cher que la vie. Que maudit
soit celuy qui premierement me garda de l'espouser. Et maintenant à esté
cause de ta mort si precipitee. Si la fortune m'a osté les moiens de te
sauver la vie, ja ne mostera elle la volunté n'y la puissance de faire à
ton corps l'honneur de sepulture Royal: Et de tout ce que lon peult
faire pour consacrer la memoire d'une si vertueuse Princesse.


Dames.

    Ce qui de nous tous doit estre
    Est escript au grand volume
    Des cieulx, avant nostre naistre,
    Qui de la premier s'allume.
    Trop de soymesme presume
    Qui cuide s'en exempter,
    Soit doulceur ou amertume
    Force est de s'en contenter.



Fin.



Sois adverty, lecteur, qu'en imprimant la presente Tragedie, nous avons
esté faictz certains que feu Mellin de sainct Gelais en à esté le
principal Autheur, duquel n'est besoin t'escrire les louanges. Au reste
que toute la Tragedie est en prose, excepté le Chorus, ou assemblée de
dames, qui parle en vers de plusieurs genres.



[Notes du transcripteur:

On a conservé à l'identique l'orthographe et la ponctuation de
l'original, en introduisant toutefois la cédille et la distinction entre
les lettres u/v, i/j suivant l'usage. Les accents et apostrophes sont
conformes à l'original, y compris en cas d'incohérence manifeste, comme
par exemple: à pour a, este pour esté, n'y pour ny, m'e pour me, etc.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Sophonisba - Tragedie tresexcellente, tant pour l'argument, que pour - le poly langage et graves sentences dont elle est ornée" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home