Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration No. 3228, 7 Janvier 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration No. 3228, 7 Janvier 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



N° 3228. 63e Année.

7 Janvier 1905

L'ILLUSTRATION



LA REVUE COMIQUE, par Henriot.

[Illustration:
--On prétend, cher docteur, que
vous tuez vos malades?

--C'est idiot... je m'efforce toujours
de les guérir; mais pour concilier
mes intérêts avec les leurs, je fais
durer la maladie le plus longtemps
possible.]

[Illustration:
--Vous avez oublié les eaux minérales...
il faut être prudent et ne boire que
de celles-là.

--Madame, Justine est en train de
remplir des anciennes bouteilles au
robinet de la cuisine.]

[Illustration:
--Et toi, qu'est-ce que tu as eu
pour tes étrennes?

--Grand-papa m'a donné dix sous
pour que je les mette à la caisse
d'épargne. Il dit que, dans cent ans,
ça me constituera un capital.]

[Illustration:
--Surtout, fermez bien le compteur
à gaz! Pas d'accidents! nous aurions
affaire à trop de journalistes!]

[Illustration:
--As-tu recommandé au mécanicien
de faire bien attention aux
signaux?]



Ce numéro est accompagné d'un supplément de quatre pages d'actualités.

L'ILLUSTRATION

[Illustration: Prix du numéro: 5 centimes. SAMEDI 7 JANVIER 1905. 63e
Année.--Nº 3228]

[Illustration: Cliché Barry. Copyright 1904.

L'ARMÉE JAPONAISE DANS SES TRANCHEES AVANCEES DEVANT PORT-ARTHUR

Après s'être reposés sous leurs tentes pendant le jour, les soldats, à
l'approche du soir, se préparent à l'assaut qui sera donné pendant la
nuit contre les positions russes...«C'est avec ses tranchées et ses
galeries de mine que Nogi a pris Port-Arthur», ont déclaré les officiers
russes réfugiés à Tché-Fou.]



_Nous annoncions, il y a huit jours, à nos lecteurs une nouvelle
collaboratrice. Ils trouveront en tête de ce numéro son premier article,
ou plutôt les premières pages de son nouveau Journal._

_On connaît l'autre: ce Journal de Sonia, qui fut un des succès
littéraires de l'été dernier. En achevant de l'écrire, Sonia nous
apprenait qu'elle retournait chez elle en Russie... mais avec le secret
espoir de revenir bientôt chez nous._

_Elle y revient aujourd'hui, mais ceux que la philosophie de cette
mystérieuse étrangère a intéressés n'auront pas à attendre cette fois,
pour connaître la suite de ses opinions sur les gens et les choses de
Paris, la fin de son séjour et la publication d'un livre._

_L'«Etrangère» veut bien nous livrer ses notes au fur et à mesure
qu'elle les rédigera._

_Et ainsi paraîtra le second Journal de Sonia, dont nous serons heureux
de donner en 1905, semaine par semaine, la primeur aux lecteurs de_
l'_Illustration_.



Courrier de Paris

Journal d'une étrangère

Treize mois d'absence... Et ma joie de revenir est plus grande encore,
ce me semble, qu'il y a deux ans. Ou plutôt non: ce n'est pas une joie
plus grande, c'est une joie autre, où il y a plus d'émotion que de
curiosité. Et cette émotion est délicieuse. Il y a deux ans, Paris
tentait en moi l'imagination d'une petite fille devenue femme; mais je
n'y apportais que de confus souvenirs d'enfance, où se mêlait surtout
une folle impatience de voir... Aujourd'hui, c'est l'agrément de
_revoir_,--de revoir les choses et les gens,--que j'y viens chercher. Je
n'ai plus la fièvre; je sens que je serai moins prompte à m'étonner...
mais peut-être goûterai-je d'autant mieux la douceur des spectacles que
Paris donne. Je les goûterai mieux, parce que je les considérerai d'un
peu plus près, d'une âme moins inquiète, comme des objets familiers
déjà, presque chers. C'est, pour une étrangère, une sensation exquise
que de «découvrir» Paris; mais ce qui est encore meilleur que de le
découvrir, c'est de le retrouver d'y voir revenir à soi des amitiés
qu'on croyait perdues, d'y pouvoir reprendre des habitudes... Et me
voilà donc installée rue Soufflot, dans le même hôtel où, depuis la
réouverture des cours, Natenska m'a devancée. J'ai eu la joie d'y
retrouver libre le petit appartement où nous passâmes tant de douces
soirées à deviser ingénument sur les choses de Paris. Le papier de
tenture est neuf; mais les meubles n'ont pas bougé. Je reconnais aux
murs les gravures d'il y a deux ans: _Rouget de l'Isle chantant la
Marseillaise, Enfin seuls!_, une _Descente de croix_, de Rubens. La
table où j'écrivais boitait un peu; elle boite toujours. J'ai remarqué
qu'il est très rare de rencontrer dans une chambre d'hôtel une table
dont les quatre pieds soient parfaitement égaux. Mais j'aime ce décor
sans élégance, un peu bête, qui m'est resté fidèle comme un ami.

Et puis ce quartier des Ecoles me ravit. Il me semble qu'on y respire un
air plus léger qu'ailleurs. Je songe que c'est le coin de Paris d'où
sont parties la plupart des idées qui font la grandeur de cette ville-ci
et sa grâce, où l'on entretient les plus beaux rêves, où presque toutes
les ambitions ont une noblesse, où tous les hommes qu'on rencontre ont
vingt ans...

Je note, autour de moi, deux nouveautés: aux sièges de quelques fiacres,
les petits drapeaux rouges du «taximètre» et là-bas, devant le Panthéon,
sur un haut tabouret de bois clair, une tache noire: le _Penseur_, de
Rodin. C'est tout, je crois. Mais les figures ont un peu changé. Mon
hôtelière a engraissé fâcheusement et mon libraire a grisonné. Je
reconnais, dans les boutiques, des fillettes dont les unes sont devenues
laides et les autres jolies. Des gamins qui me souriaient, il y a deux
ans, sont à présent des adolescents graves, qui me saluent de cet air de
déférence inquiète dont nous nous sentons secrètement, nous autres
femmes, plus flattées que d'un sourire. On a «poussé», on a vieilli...
et c'est une nouvelle année qui commence.

J'ai flâné dans les rues, cette semaine, pour la regarder commencer. Ce
n'est plus la folie d'il y a huit jours, cette fièvre de «nouvel An» qui
allumait tous les yeux, répandait une gaieté sur les choses, accélérait
l'allure des piétons et des véhicules, entassait le long des boulevards
les badauds autour des baraques où s'offre le jouet de l'année dans le
tapage des boniments, mettait je ne sais quel aspect d'abondance et de
splendeur joyeuse aux devantures des boutiques illuminées. Ce n'est plus
cela, mais c'est quelque chose de charmant encore: c'est le
recommencement nonchalant de la vie dans le décor délicieux d'une fête
où l'on s'est un peu fatigué et qui a passé trop vite...

Quelques baraques ont disparu; les autres tiennent bon. Aux vitrines de
mon libraire, il y a encore des livres d'étrennes, qui s'obstinent...
Les étalages ont gardé un peu partout leur air de gala; et il y a comme
un air de joie aussi sur les visages,--de cette joie apaisée qui suit
les heures très heureuses. On est content. Pourquoi? Parce qu'on attend,
sans doute, un peu plus de bonheur de l'année qui vient que n'en a donné
celle qui s'en va.

Je me souviens qu'un jour, étant petite fille, je demandai: «Qui a donc
inventé le jour de l'An?» Les enfants posent souvent des questions très
raisonnables dont rient les grandes personnes, afin d'échapper à l'ennui
d'y répondre. «L'inventeur» du jour de l'An m'apparaissait déjà dans ce
temps-là comme un être infiniment spirituel et bienfaisant, et je
l'aimais. En grandissant, j'ai appris que ce bienfaiteur n'existait
point; que l'Année, c'est le tour d'un astre autour d'un autre astre, et
que les philanthropes et les donneurs d'étrennes ne sont pour rien dans
la fixation de l'heure bénie où recommence, de douze en douze mois, ce
jour-là. Le jour de l'An se fait tout seul... Alors, je songe à la très
abominable chose que serait l'existence des hommes sans cette journée;
j'imagine une vie formée d'heures seulement,--d'heures qui
succéderaient à des heures, toujours, sans une halte où, de temps en
temps, les malheureux pussent s'approvisionner d'espérance et «refaire»
un peu, pour l'étape d'après, leurs âmes fatiguées. Et je remercie
l'Etre mystérieux (je l'appelle Providence au risque de me brouiller
avec les nihilistes de ma famille) qui découpa, dans l'infini du temps,
les années.

L'année, c'est une petite vie dans la grande; une petite vie complète,
indépendante de celles qui l'ont précédée et de celles qui la suivront;
aussi vite finie que commencée, et cependant assez vaste pour que s'y
puissent loger toutes les douleurs et toutes les joies, toutes les
occasions et toutes les raisons qu'on a de rire et de pleurer. Mais nous
sommes ainsi faits qu'au seuil de l'année qui s'ouvre à nous nous ne
voulons apercevoir que la possibilité d'un sort meilleur. C'est pour
cela que lejour de l'An nous met à tous l'âme en joie. Je regardais aux
vitrines des papetiers, ces jours-ci, les calendriers nouveaux, les
images allégoriques de l'Année qui vient; cela n'a pas changé non i
plus. L'Année qui finit, c'est une vieille femme, en loques, que le
Temps met en fuite; elle est le passé, dont on se moque et qui ne compte
plus. L'Année qui commence, c'est une femme aussi; mais celle-là est
jeune, elle est délicieusement parée, elle sourit aux hommes, elle vient
à eux avec des gestes de bienfaitrice: elle est l'Espérance.

Cette image-là n'est pas accrochée qu'aux vitrines des papetiers: elle
est en nous, et le dessinateur n'a fait ici que traduire le plus
universel et le plus vieux de nos rêves,--un rêve que refont d'instinct,
tous les douze mois, les moins heureux, ceux pour qui le jour de l'An
n'est guère différent des trois cent soixante-quatre autres jours de
l'année qu'ils viennent de vivre. Car la vie ne s'arrête pas, et même ce
jour-là--surtout ce jour-là!--nous entendons qu'il y ait des cochers sur
les sièges des fiacres et des tramways, des sergents de ville aux coins
des rues, des hommes d'équipe aux quais des gares, des factionnaires aux
portes des ministères, des watmen dans les cages du Métro, des hommes
transis et barbouillés de noir sur les plates-formes des locomotives...
Ceux-là n'ont pas reçu d'étrennes et ne fêteront point l'année qui
commence; autour d'eux, tout le monde s'amuse; eux, docilement, parmi la
cohue, travaillent pour nous. Et cependant je suis sûre que, même à ces
solitaires, cette première journée de l'année fut moins lourde à passer
que les autres; qu'il n'y en a pas un que cette vision de l'«An neuf»
n'ait réjoui. Sans doute, je n'oserais pas imprimer dans un livre
destiné à l'enseignement des petites filles que la joie de vivre date de
l'invention des calendriers. J'aurais peur que cette affirmation ne
parût hasardeuse aux philosophes.

Et pourtant, quand on y réfléchit...

Sonia,



_LES FAITS DE LA SEMAINE_


FRANCE

27 décembre.--A la Chambre des députés, adoption définitive d'une loi
enlevant aux fabriques et consistoires des églises le monopole des
inhumations pour en faire un service communal.

28.--Clôture de la session extraordinaire du Parlement, après le vote
d'un douzième provisoire sur le budget de 1905, dont la discussion n'a
pu être achevée.--Requête de membres civils et militaires de la Légion
d'honneur demandant au général Florentin, grand-chancelier, de vouloir
bien soumettre à l'examen du conseil de l'ordre le cas des légionnaires
désignés comme ayant pris part à des actes de délation.

31.--Réception par le président de la République de sir Edmund Monson,
qui lui présente les lettres de rappel mettant fin à ses fonctions
d'ambassadeur d'Angleterre à Paris.--Décret de grâce rendu en faveur des
quatre frères Crettiez, condamnés à la suite de l'affaire de Cluses.

1er janvier.--Réceptions officielles à l'Elysée. Le comte Tornielli,
ambassadeur d'Italie, doyen du corps diplomatique depuis le départ du
nonce apostolique, prononce l'allocution d'usage.


ÉTRANGER

26 décembre.--Publication, à Saint-Pétersbourg, du Rescrit impérial
adressé au Sénat, dont nous avons pu, dès la semaine dernière, donner
une analyse. Ouverture des _zemstvos_ de gouvernement, dont les
délibérations font suite à celles des _zemstvos_ de district. Le
ministre de l'intérieur, par une circulaire spéciale, interdit à ces
assemblées de discuter toute question politique.--En Grèce, M. Delyannis
est chargé de la constitution d'un nouveau cabinet.--La Porte décide
enfin de reconnaître les nouveaux officiers de gendarmerie envoyés en
Macédoine par les puissances.--Ouverture, à Bombay, du _Congres national
indien_.

28. Démission de M. de Koerber, depuis cinq ans premier ministre
autrichien.

29.--Conclusion d'un accord commercial anglo-russe, accordant des droits
et privilèges équivalents, dans les deux pays, aux sociétés
commerciales, industrielles, financières des deux pays.--On annonce de
Saint-Pétersbourg que l'amiral Kaznakof, commissaire de la Russie à la
commission internationale d'enquête (affaire de Hull), est, pour raison
de santé, remplacé par le vice-amiral Doubassov.

30.--En exécution du traité du 13 février 1904, le Siam transmet à la
France (Indo-Chine) les provinces de Moulou-Prey, Tonlé-Repou, Bassac,
Louang-Prabang; les troupes françaises commencent à évacuer la petite
ville siamoise de Chantaboun, que nous détenions comme gage de
l'exécution du traité du 6 octobre 1893, et à occuper le port de Kratt,
à une soixantaine de kilomètres au sud, qui nous est donné par la
dernière convention.--Meilleures nouvelles du Maroc; le sultan aurait
mandé M. Gaillard, notre consul à Fez, pour lui déclarer que le renvoi
de la mission militaire française lui avait été dicté par des
considérations budgétaires et que, si cette mesure déplaisait à la
France, il ne l'exécuterait pas.--En Roumanie, retraite du cabinet
libéral Demètre Stourdza, en fonctions depuis le 14 février
1901.--Entrevue à la gare de Belgrade, entre le roi Pierre de Serbie et
le prince Ferdinand de Bulgarie.--Le War office décide la transformation
de l'armement de l'artillerie anglaise: 160 batteries, d'un tout nouveau
modèle, sont commandées, pour le prix de 60 millions de francs.

31.--Le baron Gautsch est appelé à succéder, en Autriche, à M. de
Koerber.



LA GUERRE RUSSO-JAPONAISE

Chaque jour de la dernière semaine de 1904 était marqué par un nouveau
succès des Japonais, au nord et au nord-ouest de Port-Arthur. Tour à
tour, les forts d'Erloung-Chan, de Soung-Sou-Chan, de Pan-Loung-Chan,
tombaient aux mains des assaillants. La principale ligne de défense, si
longtemps invulnérable, était largement entamée. La forteresse n'avait
évidemment plus assez d'hommes et de munitions pour continuer sa
résistance. Le dénouement était inévitable. Il s'est produit le 1er
janvier par l'envoi d'un parlementaire russe au camp du général Nogi. Le
lendemain, 2 janvier, la capitulation était signée.

Devant ce fait capital, tous les autres disparaissent. Il faut cependant
mentionner que les amiraux Togo et Kamimoura se sont rendus à Tokio où
les présidents des deux Chambres et le peuple leur ont fait une
réception triomphale; au milieu des ovations, ils ont été conduits
directement chez le mikado. Les amiraux venaient arrêter, de concert
avec l'état-major, le plan des prochaines opérations navales contre la
seconde escadre russe du Pacifique.

On travaille activement, sur le Transsibérien, à remplacer les rails par
des rails plus lourds (22 kilos au mètre courant, au lieu de 16); ce
travail est déjà effectué sur 1.740 kilomètres. On étudie le doublement
de la voie déjà décidé.



UN PORTRAIT INATTENDU D'ABD-EL-AZIZ

Nous faisions connaître, la semaine dernière, quelques-unes des
distractions favorites du sultan du Maroc, aux heures de loisir que lui
laisse l'exercice, souvent fort épineux, du pouvoir souverain. Le très
étrange portrait d'Abd-el-Aziz que nous avons la bonne fortune de
publier aujourd'hui révèle une fantaisie du jeune empereur qui pourrait
être classée au même chapitre des amusements et divertissements si,
pourtant, par un certain côté, elle ne laissait supposer, au moins chez
d'autres que chez lui, des intentions assez machiavéliques.

Exploitant, non sans habileté, ce penchant qu'on lui connaît pour nos
moeurs, nos coutumes, pour toutes les choses d'Europe, on lui avait
commandé, chez le bon faiseur de Londres, un uniforme qui, aux bottes
près,--de vraies bottes de général d'opérette, qui semblent empruntées au
magasin de costumes des Variétés;--au fez encore, intangible,
irremplaçable, se rapprochait assez des uniformes du haut commandement
de l'armée anglo-égyptienne. Ce n'était qu'un essai, qu'une tentative;
mais, dans cette tenue, un lourd sabre de cavalerie à la main, Abd el
Aziz, constellé de tous ses ordres, posa devant l'objectif. On voit le
résultat de cette séance, à jamais mémorable, chez le photographe.

C'était au temps de la grande faveur de Mac-Lean et il n'est que trop
aisé de deviner d'où était venue la suggestion. La photographie n'a plus
guère qu'un intérêt rétrospectif, puisque toute espèce de rivalité entre
l'Angleterre et nous, au sujet de la suprématie au Maroc, semble
désormais bien éteinte. On peut se demander, toutefois, ce qu'eussent
pensé et fait les sujets du sultan, si prompts à s'alarmer de tout oubli
des vieux usages, de toute violation, même légère, des traditions
séculaires, le jour où leur seigneur et maître eût osé se montrer à eux
sous ce harnois de guerre, et non plus sous les draperies de laine et de
soie blanche, quasi sacerdotales, qu'ils ont accoutumé de lui voir
porter.

[Illustration: M. Bidegain.]

[Illustration: Un curieux document: le sultan du Maroc photographié en
uniforme de général anglais.]



M. BIDEGAIN

Le nom de M. Jean Bidegain appartient désormais à l'histoire; il n'en
est pas qui en l'espace de quelques semaines ait été plus de fois
imprimé dans les journaux, répété par plus de bouches; il restera
étroitement attaché à l'affaire de la délation, si fertile en incidents
sensationnels.

Comment ce modeste bureaucrate, secrétaire adjoint du Grand-Orient,
sous-ordre de M. Vadécard, a-t-il conquis d'emblée la grande notoriété?
Tout le monde le sait: en livrant les fameuses fiches maçonniques dont
il avait la garde, il fut le principal artisan de leur divulgation dans
la presse et à la tribune du Parlement.

Abstraction faite d'autres considérations, le cas de M. Bidegain offre
cette originale particularité: dès l'instant où il est devenu un «homme
du jour», ce personnage, soudainement révélé, s'est totalement éclipsé;
il semble n'être sorti de l'obscurité des bureaux de la rue Cadet que
pour plonger dans les épaisses ténèbres de l'inconnu, ou tout au moins
de l'incognito; il a filé «à l'anglaise», mettant sur les dents les plus
fins limiers du reportage, laissant les esprits anxieux se perdre en
conjectures, comme on dit. Gratifié d'un ton d'ubiquité prodigieux, on a
signalé simultanément sa présence à Liège et au Caire; on a répandu,
puis démenti la nouvelle de sa mort: on l'a même interviewé...
approximativement. Où est Bidegain? Cherchez Bidegain? Problèmes
d'actualité, rappelant la légendaire question du Bulgare.

Si nous ne pouvons en fournir la solution, du moins sommes-nous en
mesure de publier un portrait authentique de M. Bidegain, et nous
répondons ainsi au voeu du public, naturellement curieux de connaître la
physionomie des gens qui font beaucoup parler d'eux.



NOTES ET IMPRESSIONS

On fait ses classes au collège, on fait dans le monde ses humanités.
EMILE AUGIER.

                                    *
                                   * *

Les enfants sont la moisson des pères. VILLEMAIN.

                                    *
                                   * *

Le cercle: la famille de ceux qui n'en ont pas ou qui s'ennuient de la
leur. GUY DE MAUPASSANT.

                                    *
                                   * *

D'un écrivain, on ne contrefait que la manière, on ne contrefait pas la
pensée. SAINTE-BEUVE.

                                    *
                                   * *

La poésie, sous sa forme la plus haute et la plus pure, qu'est-ce autre
chose que la vérité en fleur? FÉLIX HÉMON.

                                    *
                                   * *

Même lorsque les bonheurs sont fanés, le souvenir en parfume la vie.
LEONCE DUPONT.

                                    *
                                   * *

On voit parfois l'intolérance et le despotisme émerger d'une révolution
libérale comme les plantes vénéneuses d'un riche terrain d'alluvion.

                                    *
                                   * *

La fameuse «scène à faire», au théâtre, est, en général, celle qui n'est
pas à faire dans la vie. G.-M. VALTOUR.



[Illustration: 1.--La voiture amenant les chiens de la fourrière.]

[Illustration:2.--Arrivée de la voiture devant la maison de M. Syveton.]

[Illustration: 3.--La caisse contenant les deux chiens est introduite
dans l'immeuble.]

[Illustration: 4.--La première victime est tirée de la caisse.]

[Illustration: 5.--Condamné à l'intoxication par le gaz.--_Croquis
d'après nature de M. Flasschoen_.]

Les préparatifs des expériences du 3 janvier au domicile de M. Syveton.

[Illustration: 6.--La deuxième victime attend son tour.]

[Illustration: 7.--M. Jondeau, concierge, 20 bis, avenue de Neuilly.]

[Illustration: 8: Coupe. Vue de face.

La cheminée à gaz du cabinet de travail de M. Syveton.

A. Appareil Fondet, pour augmenter la surface de chauffe.--B. Bouches de
chaleur.--CCC. Bûches à gaz garnies d'amiante.--G. Arrivée du gaz venant
du compteur.--J. Journal froissé trouvé après la mort de M. Syveton
au-dessus de l'appareil Fondet.]

L'AFFAIRE SYVETON.--20 bis, AVENUE DE NEUILLY



[Illustration: Mme Ménard et Mme Syveton.--Photographie Stebbing (1904).
Mme Syveton. Photographies Sazerac (1903). Mme Ménard.]

LES PLUS RÉCENTES PHOTOGRAPHIES DE Mme SYVETON ET DE SA FILLE, Mme
MENARD



[Illustration: Général Oku. Prince Nashimoto.

Le général Oku, le prince Nashimoto et l'état-major de la 2e armée
suivant les progrès de l'attaque de Chu-San-Pao.]

LES PHOTOGRAPHES A L'ARMÉE JAPONAISE

On a remarqué déjà que les Japonais voyaient sans déplaisir les
photographes, correspondants de journaux ou représentants d'entreprises
cinématographiques, fixer sur le gélatino-bromure les péripéties de la
campagne actuelle,--au moins en tant qu'elles peuvent servir leur
gloire.

C'est ainsi qu'un cliché, d'ailleurs fort amusant à analyser, nous
montre le général Oku suivant, d'un observatoire, la marche de l'attaque
de Chu-San-Pao. Le général est assis sur une bien banale chaise, très
européenne, en bois courbé, à fond canné. Devant lui, à terre, la carte
du champ de bataille de la région est étendue. Les officiers de
l'état-major sont dispersés derrière de petits remblais, assis sur du
millet, et parmi eux, au premier plan, le prince Nashimoto, cousin de
l'empereur.

[Illustration: Un cinématographe en position sur le passage d'un convoi
de blessés. _Phot. Hare. Copyright by Collier's Weekly_.]

C'est ainsi encore que nous voyons opérer, ci-contre, le cinématographe,
au passage d'un convoi de blessés.

La troisième de ces photographies n'eut pas l'heur de plaire aux
autorités japonaises, à la censure militaire, plus exactement, qui
fonctionne tout aussi ponctuellement qu'en Russie. Elle nous arriva,
complètement recouverte d'un épais papier vert collé sur toute sa
surface. Mais la meilleure colle ne vaut pas, pour masquer les choses
qui ne doivent pas être lues ou vues, le bon «caviar» de la police
russe. Nous pûmes dégager cette image et la retrouver telle que la
voici, montrant un amas de huit cadavres de soldats autour du corps du
lieutenant Chokichi Yoshimi, du 16e d'infanterie.

Mais quelle idée avait traversé la cervelle du fonctionnaire japonais?
Est-il donc si subversif de montrer que les guerriers nippons meurent
aussi, comme les autres?

[Illustration: UN GROUPE DE CADAVRES DU 16e REGIMENT D'INFANTERIE
JAPONAISE APRÈS LA BATAILLE DE TA-CHE-KIAO

_Dans les revues japonaises cette gravure a été, par ordre de la censure
militaire, recouverte d'une épaisse bande de papier soigneusement
collée._]

LES TRANCHÉES JAPONAISES DEVANT PORT-ARTHUR

[Illustration: Soldats japonais en tenue d'hiver.]

Aux abords de la place assiégée, une véritable ville souterraine, où
s'entre-croisaient les sapes, les tranchées, les contre-mines, avait été
creusée depuis le commencement du siège. Chaque jour elle se développait
un peu, s'avançait doucement vers les ouvrages de défense. On l'avait
construite presque en entier de nuit, et c'est aussi la nuit qu'elle
s'animait pour l'oeuvre meurtrière et retentissait des éclats du feu.
Dans la journée, la plupart des tranchées étaient désertes, les hommes
reposant sous la tente dans celles qui leur servaient de casernements.
Vers 4 heures de l'après-midi, le mouvement, suspendu depuis l'aube,
recommençait. Les soldats apparaissaient dans les tranchées, procédaient
sommairement à leur toilette et faisaient minutieusement celle de leurs
fusils, rangés dans une entaille du parapet, se préparant pour l'action
prochaine.

[Illustration: L'intérieur d'une tranchée japonaise avancée.

Ces tranchées, on peut le constater, étaient en général à découvert.
Mais, de place en place, des réduits formant pont et matelassés de
gazonnements et de sacs à terre étaient aménagés pour abriter les
officiers généraux dirigeant le feu. Ils correspondaient à des fenêtres,
à des meurtrières étroites percées à travers le rempart et permettant
aux hauts commandants de suivre le combat à l'abri des bombes.]

[Illustration: LES TRANCHÉES PARALLELES DEVANT PORT-ARTHUR.--A l'abri
des bombes: le général japonais Teuchiya, de la 11e division, regardant
à la lorgnette, par une meurtrière, les effets du bombardement.--_Phot.
Harry, copyright 1904_.]

[Illustration: Le général japonais Iditchi, chargé de négocier la
reddition de Port-Arthur.]

[Illustration: L'entrée de Port-Arthur, vue de la mer, d'après une
photographie prise au mois de septembre, avant la destruction de la
flotte russe.]

[Illustration: Le général russe Kondratenko, qui avait organisé la
défense de Port-Arthur et qui a été tué le 25 décembre par un obus
japonais.]

[Illustration: Le général japonais Nogi, commandant en chef l'armée
d'opérations qui a réduit Port-Arthur après huit mois de siège.]

[Illustration: PANORAMA DES MONTAGNES FORTIFIEES ENTOURANT PORT-ARTHUR
DU COTÉ DE LA TERRE

A l'horizon: le profil de crête de la montagne d'Or et de la colline de
203 mètres; sur le flanc des collines on aperçoit un grand nombre
d'ouvrages provisoires japonais.--_Copyright 1904, by Underwood and
Underwood._]



Supplément à l'ILLUSTRATION, 7 Janvier 1905.

LA CHUTE DE PORT-ARTHUR

[Illustration: Le général Stossel.]

[Illustration: Mme Stossel.]

[Illustration: LES DÉFENSES DE PORT-ARTHUR, D'APRÈS UNE CARTE JAPONAISE

Les forts et ouvrages tracés en trait plein et surmontés d'un pavillon
japonais sont ceux dont les Japonais s'étaient rendus maîtres jusqu'au
1er janvier au matin. Les forts tracés en double trait étaient encore
aux mains des Russes, mais n'avaient plus d'hommes et de munitions pour
les défendre.--Sur cette carte sont également indiqués le village de
Shui-Shi-Yng, où les parlementaires russes furent envoyés le 1er
janvier, et l'ouvrage du Nid-du-Grand-Aigle, où fut signée la
capitulation du 2 janvier.]

[Illustration: PORT-ARTHUR: VUE A VOL D'OISEAU PRISE DES HAUTEURS
DE L'EST]

[Illustration: Le port de commerce.]

[Illustration: La vieille ville: le signe + désigne l'imprimerie du
journal «Novi Kray»; le signe X désigne l'ancienne maison de l'amiral
Alexeïef.]

[Illustration: Les entrepôts et magasins: à gauche, l'entrée de la rade.
PORT-ARTHUR AU DÉBUT DE LA GUERRE: MAINTENANT UN MONCEAU DE RUINES]

[Illustration: LES DERNIÈRES NUITS DE PORT-ARTHUR

Aérostiers militaires japonais observant les effets du tir sur la ville,
la rade et les ouvrages de défense.]



[Illustration (2 sections): Première et dernière pages d'un des
fascicules manuscrits du Code civil.]

LA RÉFORME DU CODE CIVIL

Le Code Napoléon, qui nous régit encore, date de 1804. C'est le 21 mars
de cette année qu'une loi réunit sous le titre de «Code civil des
Français» un ensemble de lois sur les matières civiles qui, rédigées par
une commission composée de Tronchet, Bigot de Préameneu, Malleville et
Portalis, puis approuvées par le Tribunat, avaient été successivement
promulguées et rendues exécutoires, sous forme de décrets rendus par
Bonaparte, au fur et à mesure de leur élaboration. Les manuscrits
originaux de ce monument législatif sont précieusement conservés dans
les archives du ministère de la justice. Ils constituent une série de
fascicules, écrits avec application sur parchemin, tous revêtus de la
signature du Premier Consul et cousus d'un cordonnet tricolore. Chacun
d'eux porte un énorme sceau de cire rouge, qui ne mesure pas moins de
135 millimètres de diamètre et qu'une épaisse boîte de fer-blanc protège
contre toute atteinte: la destruction ou l'altération volontaire de l'un
de ces sceaux emporterait pour son auteur la peine des travaux forcés.
Nous reproduisons la page initiale et la dernière du premier livre, du
premier titre proprement dit, précédé d'un titre préliminaire de six
articles renfermant les dispositions générales--c'est le type même du
manuscrit entier et tous les autres fascicules lui ressemblent.

On a célébré récemment le centenaire du Code civil. Il ne devait pas
survivre, en son intégralité, à cette commémoration.

«Il devinait les lois en faisant des codes», dit, exaltant Napoléon, un
des personnages de Vigny. Les moeurs en se modifiant devaient pourtant
rendre caduques quelques-unes des dispositions du Code de 1804. Depuis
longtemps, des écrivains, des légistes avaient signalé les
imperfections, les rides, qui, avec le temps, en raison des conditions
nouvelles de notre existence, y étaient apparues. M. Vallé, garde des
sceaux, ministre de la justice, a pensé que l'heure était venue de
procéder non à une refonte, à une réfection, mais à une mise au point du
Code civil. Et il a chargé une commission de rechercher quelles
modifications on pourrait utilement apporter à cet ensemble de lois pour
le mettre en harmonie avec les réalités actuelles de la vie. Cette
commission, de soixante et un membres, sous la présidence de M.
Ballot-Beaupré, premier président de la Cour de cassation, comprend, à
côté de jurisconsultes éminents, de membres du Parlement, des hommes de
lettres comme M. Paul Hervieu, M. Brieux, M. Marcel Prévost, qui, dans
leurs écrits, avaient envisagé certains problèmes, résultat de la non
concordance des lois avec les moeurs actuelles. Et, à la fin de décembre,
le garde des sceaux inaugurait solennellement, en l'hôtel de la place
Vendôme, les travaux de cette commission.

[Illustration: Une réunion de la commission chargée de la réforme du
Code civil au ministère de la justice.]

[Illustration: Aspect actuel du Palais de justice et des vieilles
maisons qui y sont enclavées, à l'angle du boulevard du Palais et du
quai des Orfèvres.]



L'AGRANDISSEMENT DU PALAIS DE JUSTICE

Ces jours-ci, le Conseil général de la Seine a voté définitivement un
grand emprunt départemental, déjà sanctionné par les deux Chambres et
permettant d'exécuter à Paris et dans les communes environnantes des
travaux d'utilité générale.

En ce qui concerne Paris, les travaux les plus importants gagés sur cet
emprunt de 200 millions sont l'agrandissement des Halles et du Palais de
justice, l'achèvement du boulevard Raspail et la construction d'une
nouvelle gare aux abattoirs de la Villette.

C'est par le Palais de justice que l'on va commencer. Dans les premiers
mois de 1905, vont être poursuivies les formalités d'expropriation des
immeubles, d'ailleurs peu élégants qui forment l'angle du boulevard du
Palais et du quai des Orfèvres. Disparaîtra également le hangar qui
flanque les bâtiments de la Sûreté et renferme les pompes, dites de
l'état-major.

La nouvelle construction occupera tout cet emplacement. C'est le projet
établi par M. Tournaire, architecte de la première division de la
Préfecture.

A gauche, près des bâtiments de la Sûreté, on remarque un guichet assez
bas, en forme de voûte. C'est par là que passeront les voitures
cellulaires menant les détenus à l'instruction.

A côté, une tour. Puis le corps proprement dit du bâtiment qui aura
trois étages et rappelle un peu l'architecture allemande. M. Tournaire a
établi à l'angle du boulevard du Palais une tour dépassant à peine la
toiture du bâtiment, de manière que, vue de la place Saint-Michel, elle
ne puisse aucunement lutter avec la flèche si fine et si délicate de la
Sainte-Chapelle.

La septième commission du Conseil général a nommé pour étudier ce projet
une sous-commission composée de MM. Galli, Ambroise Rendu, Bertrou, Le
Menuet, Heppenheimer. Le croquis de M. Tournaire semble réunir leurs
suffrages, comme ceux de la plupart des autres membres du Conseil.
Quelques-uns pourtant critiquent la tour de gauche; ils craignent
qu'elle ne masque la Sainte-Chapelle sur le quai des Grands-Augustins.
Ces derniers préféreraient une tour plus large peut-être, mais moins
élevée.

Que le projet soit adopté tel quel, ou qu'il subisse cette modification
de détail, il nous a paru intéressant de publier un croquis qui modifie
si profondément un des coins les plus fréquentés de Paris. Cet
agrandissement permettra de créer au Palais quatre nouvelles chambres
correctionnelles, plus une cinquième chambre plus grande pour les causes
sensationnelles et une salle pour les accidents du travail.

Les travaux de démolition des immeubles et des fondations du nouveau
bâtiment seront sans doute commencés cette année. Si tout marche bien,
peut-être l'inauguration de cette nouvelle et importante partie du
Palais aura-t-elle lieu à la fin de 1907.

Indiquons que M. Tournaire a l'intention de ménager une pelouse garnie
de bouquets d'arbres dans la cour de la Sainte-Chapelle. Cette sorte de
square serait en effet plus en rapport que le macadam actuel avec ce
bijou de l'architecture française.

[Illustration: Le Palais de justice, vu de la place Saint-Michel, tel
qu'il sera après son agrandissement.]



[Illustration: Groupe de voitures concurrentes à l'étape de Kalyan (à 40
milles de Bombay).]

L'AUTOMOBILE AU PAYS DES RAJAHS LA COURSE DELHI-BOMBAY

L'automobile a commencé la conquête de l'Inde: sa première victoire, en
ces lointaines régions vient de s'affirmer avec éclat par une grande
course qu'a organisée le _Motor Union of Western India_ (comité de
l'Automobile-Club de l'Inde occidentale) et pour laquelle un émule
hindou de M. Gordon-Bennett, S. A. le guikowar de Baroda, a
généreusement offert le prix de la Coupe.

L'épreuve a eu lieu entre Delhi, la capitale des empereurs mogols et le
grand port de Bombay. Elle a duré huit jours, du 26 décembre au 2
janvier. Ce n'était pas une course de vitesse, mais une course de
résistance et de continuité démarche. On comptait 38 voitures engagées,
dont 19 françaises, 17 anglaises, une italienne (Fiat) et une américaine
(Oldsmobile). Les principales marques françaises étaient représentées:
de Dion-Bouton, Gardner-Serpollet, Dietrich, Panhard-Levassor, Peugeot,
Clément, Renault, etc.

Quatorze cent cinquante-cinq kilomètres, tel est le long ruban de route
qu'ont eu à parcourir les chauffeurs concurrents en ce voyage du Pendjab
à la présidence de Bombay, par étapes de 125 à 200 kilomètres, à Agra,
Gwalior, Goona, Sarangpore, Indore, Dhulia, Nasik. Parcours sans
obstacles sinon une étendue d'eau qui, 'coupant l'itinéraire, obligeait
les modernes voitures à emprunter momentanément le secours d'un bac,
antique mode de transport.

[Illustration: La voiture victorieuse, conduite par M. L. Sorel.]

L'Automobile-Club de l'Inde occidentale, si nous en jugeons par les
termes mêmes de son programme, poursuivait un triple but en préparant
cette course:

1° Démontrer au public indien que l'automobile a maintenant atteint un
tel degré de perfection qu'elle répond entièrement aux besoins de
l'Inde, surtout dans les districts où le chemin de fer n'existe pas et
où les fonctionnaires ont souvent à 'parcourir des distances énormes;

2° Engager les touristes qui visitent ce pays à amener avec eux leurs
voitures et à profiter ainsi des routes magnifiques et du temps idéal
que le voyageur est assuré de trouver entre les mois d'octobre et de
mars;

3° Attirer l'attention des fabricants d'Europe et d'ailleurs sur ce dont
l'Inde a besoin en fait d'automobiles.

Le règlement de l'épreuve avait été judicieusement conçu à cet effet. Un
nombre maximum de points (1.000) avait été alloué à chaque voiture et un
point lui était retranché pour chaque minute d'arrêt en cours de route
par suite de n'importe quelle cause autre que les neutralisations
prévues. Aucune réparation, aucun ajustement, aucun changement ne
pouvaient être faits aux voitures ou aux moteurs durant le trajet d'une
étape à l'autre sans entraîner une perte de points. Les arrêts dus aux
accidents de pneumatiques entraînaient de leur côté une perte d'un
demi point par minute.

Dans ces conditions il est naturel de penser que la course Delhi-Bombay
aura des résultats pratiques pour le développement de l'automobile dans
l'Inde et il est agréable de constater qu'avec une voiture de sa
fabrication--une Dietrich--l'industrie française a remporté dans cette
possession anglaise une nouvelle victoire.

[Illustration: L'AUTOMOBILE DANS L'INDE.--Une voiture passant, en bac,
une rivière qui coupe la route.--_Photographie J. Stewart._]

[Illustration: LE CIRCUIT D'AUVERGNE
où se courront, en juin prochain, les Eliminatoires, la coupe
Gordon-Bennett et le Grand Prix international de l'Automobile-Club de
France.

Carte du circuit.--1. Le départ et l'arrivée, aux «Quatre-Routes», face
à Clermont-Ferrand; la route de gauche s'éloignant vers le second plan
est la ligne de départ; la route de droite venant vers le premier plan
est la ligne d'arrivée.--2. M. Théry (au volant de direction), gagnant
de la coupe Gordon-Bennett en 1904, et M. Brasier (derrière Théry),
constructeur de la voiture victorieuse, sur la route du circuit
d'Auvergne.--3. Une descente en ligne droite en vue du puy de Dôme.--4.
Une descente en virage après Rochefort.--5. Ligne droite et descente à
pic après Rochefort.--6. Zigzags avant Lastic.--7. et 8. Deux virages
«sur place», le premier après le col de la Moreno, le second à
Bourg-Lastic.]

[Illustration: Le nouveau dirigeable Santos-Dumont muni de sa
montgolfière dans l'aérodrome du parc Saint-James, à Neuilly.]



_Documents et Informations_.

Le nouveau Santos-Dumont.

Reprenant à un siècle d'intervalle, en le perfectionnant et le dotant
des ressources de la science moderne, le système de ballon mixte,
aérostat et montgolfière, dû à l'invention de Pilâtre de Rozier, M.
Santos-Dumont espère battre ainsi tous les records de durée de séjour
dans l'atmosphère sans atterrissage.

Si ce n'était la perpétuelle menace d'incendie qu'entraîne toute
montgolfière en raison du voisinage obligé d'un foyer incandescent, le
système offrirait de nombreux avantages. Associer à un aérostat à gaz
léger un ballon à air chaud dont il suffira d'élever la température pour
contre-balancer les perles d'hydrogène, pertes dues tant à la porosité
des enveloppes qu'à la manoeuvre des soupapes, est, en effet, une idée
des plus rationnelles. Il est facile de comprendre que ce système
permettrait de séjourner plusieurs jours dans l'atmosphère puisqu'il
suffirait d'échauffer progressivement l'air de la montgolfière à mesure
que l'aérostat perdrait de sa force ascensionnelle.

[Illustration: M. Santos-Dumont expérimentant le chalumeau qui sert au
gonflement de sa montgolfière.]

Pour atteindre ce but, M. Santos-Dumont a combiné ingénieusement son
thermo-ballon. Comme l'indique notre photographie, le ballon principal,
de forme ovoïde, à gros bout à l'avant, contient la moitié supérieure de
la montgolfière dont le bas fait saillie en dessous de l'aérostat. La
capacité de cette montgolfière est d'environ 750 mètres cubes. Le ballon
lui-même, gonflé au gaz d'éclairage, mesure 19 mètres de longueur pour
14 mètres de diamètre et sa contenance est d'environ 2.000 mètres cubes.
La forme ovoïde est destinée à faciliter la marche du ballon qui sera
pourvu d'ici peu d'un moteur de 12 chevaux et d'une hélice propulsive
orientable à volonté pour former gouvernail de direction.

La nacelle est supportée par une poutre horizontale très rigide, reliée
à des suspentes et des pattes d'oie fixées à la partie équatoriale de
l'enveloppe.

L'air chaud est fourni par un puissant réchaud à pétrole d'un
fonctionnement très analogue à celui des réchauds ordinaires à gaz
d'alcool. On peut voir sur notre gravure le tube-récipient dans lequel
le pétrole, maintenu sous pression à l'aide d'une pompe à air, vient
jaillir, préalablement vaporisé, sous forme de flamme intense aux
orifices du réchaud. Ce chalumeau, de puissance variable à volonté,
susceptible même de brûler en veilleuse, est placé à la partie
inférieure de la montgolfière à laquelle il distribue des torrents d'air
chaud; il est entouré d'une chemise de toile métallique, destinée, dans
l'esprit de l'inventeur, à écarter tout danger d'incendie.

Tout cet ensemble est bien agencé pour fournir d'intéressants résultats
à l'intrépide aéronaute, mais on ne peut se défendre d'une certaine
inquiétude en songeant au voisinage d'un gaz éminemment inflammable
comme le gaz d'éclairage et d'un foyer incandescent même enveloppé d'une
toile métallique. Le martyrologe de la navigation aérienne doit beaucoup
de ses effrayants épisodes à cette néfaste proximité et, sans remonter
bien haut, il suffit de se remémorer le terrible accident du _Pax_ dont
l'explosion a été due à la présence des gaz d'échappement d'un moteur
dans les environs d'une fuite de gaz hydrogène. Nous souhaitons que la
prudence et l'intrépidité de M. Santos-Dumont se doublent dans ces
essais, de la chance qui lui a toujours été favorable au cours de ses
nombreuses et périlleuses ascensions.

L'aviation en France.

M. Ferber, capitaine d'artillerie, poursuit en France, avec une louable
persévérance, des essais d'aviation qui lui assurent dans cette branche
intéressante de la navigation aérienne une place des plus honorables.
Ses vols planés n'ont sans doute pas atteint la grande longueur de ceux
des frères Wright, passés maîtres dans cet art en Amérique, mais ils
sont des plus instructifs et des plus utiles pour la solution de ce
grand problème.

M. le capitaine Ferber est, comme les frères Wright, émule du fameux
Lillienthal, à qui l'on doit la vulgarisation des vols en aéroplane.

Le type d'appareil adopté par M. Ferber est l'aéroplane à deux surfaces
superposées qui offre l'avantage de diminuer de moitié l'envergure
nécessaire pour enlever un poids donné, tout en formant un ensemble très
rigide et très léger à la fois. Cet expérimentateur a abandonné la
position couchée sur l'appareil, position de moindre résistance à l'air,
mais passablement incommode, et il se tient simplement assis dans un
évidement de la surface inférieure.

La gravure ci-dessous nous montre le courageux aviateur dans l'un de ses
vols planés.

Nous craignons fort que les amateurs ne se multiplient guère, malgré le
charme passionnant, dit-on, de ce sport aérien. Les dangers inhérents à
l'aéroplane sont en effet des plus graves, comme le prouvent les chutes
mortelles de MM. Lillienthal et Pilcher, les deux plus ardents
promoteurs de ces vols planés.

L'instabilité des appareils est toujours fort précaire. Si l'opérateur
se tient trop en avant, l'appareil pique une tête vers le sol; s'il se
tient trop en arrière, il retombe brutalement dans cette direction; ces
mêmes phénomènes se reproduisent si le vent frappe l'appareil trop en
dessus ou trop en dessous, ou s'il fait subitement défaut; un coup de
vent latéral, enfin, peut faire piquer une tête de côté et, si
l'aviateur ne peut parer instantanément à ces embardées par la manoeuvre
opportune des gouvernails, son existence est fort en péril.

[Illustration: Le capitaine Ferber exécutant un vol plané.]

Influence des couleurs sur la sensibilité.

Un physiologiste allemand vient de consacrer une étude spéciale à
l'action que peuvent exercer les lumières colorées sur notre
sensibilité. Ses expériences font voir que nos sens ne fonctionnent pas
également bien à la lumière, à l'obscurité et dans les lumières
colorées. Le rouge, le jaune, le vert et le bleu apportent une forte
perturbation à nos impressions auditives et nous laissent perplexes en
ce qui concerne les directions d'où vient le son. Les lumières colorées
affectent aussi le sens de l'équilibre. Mais celui de nos sens qui est
le plus troublé par les lumières coloriées est peut-être celui de la
gustation. Dans la plupart des cas, il y a un accroissement ou une
diminution de la puissance gustative. Il y a même des perversions du
goût. Sous l'influence de certaines couleurs, un corps qui donne à la
lumière ordinaire une saveur sucrée donnera, par exemple, une saveur
salée ou acide. Souvent la couleur qui produit les variations les plus
prononcées est celle que le sujet préfère. Dans le cas de la sensibilité
thermique, le bleu et le violet causent une diminution de la sensation
de froid; avec le rouge et le vert, il y a, au contraire, une
augmentation. La présence et l'absence de lumière ordinaire, non
colorée, ont aussi une action marquée sur la sensibilité. Par exemple,
l'obscurité diminue la sensibilité acoustique; on entend plus finement
avec lumière que dans l'obscurité--Une ouïe faible devient plus forte
aussitôt que l'oeil reçoit la lumière du jour. Ceci a été, dans une
certaine mesure, observé par les navigateurs qui ont déclaré que de nuit
les signaux acoustiques sont souvent moins bien perçus que durant la
journée. Les lumières colorées agissent aussi sur l'audition: les
lumières rouge, jaune et verte font paraître un son plus élevé qu'il
n'est: la lumière violette le fait paraître plus bas.

A propos de cette action qu'exerce l'activité des autres sens sur chaque
sens isolé, il est intéressant de noter que, pour l'expérimentateur
allemand, la sensibilité tactile des aveugles-nés, qu'on dit souvent
supérieure à celle des voyants, est, en réalité, inférieure. De façon
générale tous les sens souffrent de la privation de lumière. Les fumeurs
savent tous que, dans l'obscurité, ils ne jouissent guère de leur pipe
ou de leur tabac: souvent ils ne savent--par l'odorat et le goût
seul--si leur tabac brûle ou non, s'ils fument réellement ou bien à
blanc. D'autre part, le goût perd beaucoup de sa finesse dans
l'obscurité, et ceci expliquerait certains cas d'empoisonnement
involontaire, certains cas d'individus avalant sans broncher, dans
l'obscurité, le contenu toxique d'une bouteille qu'ils croyaient être
remplie d'un liquide tout autre, comme effets et comme saveur.

La production des vins en 1904.

L'année dernière la production des vins français a été
exceptionnellement bonne: elle a dépassé 66.000.000 d'hectolitres, en
augmentation de 30.500.00 hectolitres par rapport à la récolte de 1903
et de 23.500.000 hectolitres comparativement à la moyenne des dix
dernières années.

C'est une récolte de 72 millions d'hectolitres y compris la production
de l'Algérie.

Depuis 1875, seule l'année 1900 avait atteint ce chiffre.

Sauf l'Aube, le Doubs et le Jura, qui présentent des diminutions, tous
les départements producteurs présentent des augmentations.

Les plus favorisés sont l'Hérault, avec 6.778.000 hectolitres; l'Aude,
avec 3.338.000 hectolitres; Indre-et-Loire, avec 1.419.000 hectolitres;
la Gironde, avec 2.424.000 hectolitres; la Loire-Inférieure, avec
1.239.000 hectolitres; la Charente-Inférieure, avec 1.171.000
hectolitres d'augmentation.

La Gironde a eu une production totale de 4.500.000 hectolitres.

D'après les estimations faites dans chaque département, la valeur de la
récolte de 1904, s'élèverait à 1 milliard 223.900.000 francs.

La ténacité de vie des guêpes.

Un observateur américain assure que peu de bêtes sont aussi éprises de
la vie que le sont les guêpes. On peut leur couper l'abdomen sans
qu'elles paraissent en éprouver une émotion quelconque. Tandis que
l'abdomen gît inerte sur le sol--et vraiment on ne saurait lui reprocher
son inertie, puisqu'il n'a rien qui puisse lui servir d'organe de
locomotion--le reste du corps, formé de la tête, du thorax, des ailes et
des pattes, va voleter de droite et de gauche comme si rien ne s'était
passé. Et il continue de la sorte pendant deux et trois jours. Mais,
pour obtenir ce résultat, il faut couper à la taille exactement à
l'endroit où se soudent l'abdomen et le thorax. Si l'on coupe en travers
de l'abdomen, la mort est immédiate, ou peu s'en faut. On observe des
faits analogues chez les fourmis. Des fourmis coupées en deux à la
taille continuent à circuler, à se nourrir et à faire tout leur métier
de fourmi; et il leur arrive de survivre plus longtemps que ne font les
guêpes. Elles ont, en outre, une remarquable résistance à la submersion
et à l'inanition. Une fourmi peut rester noyée huit jours et sortir de
l'eau en état de reprendre ses esprits et ses travaux; une fourmi peut
vivre jusqu'à cent jours sans rien manger. Enfin, une fourmi décapitée a
vécu quarante et un jours, se promenant et s'agitant, mais sans manger,
naturellement, et sans pouvoir faire grande besogne.

La houille blanche en Europe.

La production de l'électricité par les forces hydrauliques a atteint les
chiffres suivants dans les principaux pays du monde: Etats-Unis, 627.000
chevaux; Canada, 228.000; France, 162.000; Italie, 210.000;
Grande-Bretagne, 12.000; Suisse, 133.000; Allemagne, 81.000; Suède,
71.000; Autriche, 16.000; Russie, 10.000; Japon, 3.500: Indes, 7.000,
etc.

Au total, c'est une production de 1.500.000 chevaux, en nombre rond. Si
l'on estime la production totale réelle à 2 millions de chevaux, on voit
que cette production représente actuellement le double environ du
travail produit par la vapeur dans la Grande-Bretagne et l'Irlande.

La France vient au quatrième rang pour l'ensemble et au deuxième rang
des pays du vieux monde.

Le commerce extérieur des automobiles.

Le commerce des automobiles en 1903 a produit 1.267.000 francs à
l'importation et 50.837.000 francs à l'exportation. En 1898, les
chiffres correspondants étaient de 395.000 et 1.749.000 francs. Enfin,
pour les six dernières années, l'importation a donné 4.396.000 francs et
l'exportation 112.265.000 francs.

Les importations nous viennent surtout d'Allemagne et nos principaux
envois vont en Angleterre. En 1903, ces derniers ont dépassé la somme de
31 millions et demi.

Notre commerce avec l'Italie ne montre aucun progrès.

Le centenaire de Sainte-Beuve
à Lausanne.

Les hommages posthumes n'auront pas manqué à Sainte-Beuve pour son
centenaire. Des écrivains lui ont érigé sous la forme du livre une sorte
de monument littéraire; un groupe d'hommes d'élite a fait placer sur la
façade de sa maison natale, à Boulogne-sur-Mer, l'effigie dont nous
avons donné récemment la reproduction; la fidélité au culte de
l'illustre critique à qui son oeuvre survit s'est manifestée hautement
même hors de nos frontières.

[Illustration: Plaque commémorative de Sainte-Beuve, à Lausanne.-_Phot.
Bonard._]

Le 23 décembre dernier, date exacte du centième anniversaire de sa
naissance, on inaugurait à Lausanne, en son honneur, une plaque
commémorative scellée à la façade de l'université. Cet édifice, en
effet, abritait jadis l'académie où, en 1837, Sainte-Beuve vint
professer un cours public dont la matière n'était autre que la
documentation préparatoire de sa fameuse histoire de Port-Royal. La
plaque est due au sculpteur Raphaël Luglon, qui s'est inspiré du
médaillon de David d'Angers; les frais d'exécution ont été couverts par
une souscription à laquelle ont pris part MM. Jules Claretie, Albert
Sorel, Paul Deschanel, de l'Académie française; le programme de la
cérémonie d'inauguration comportait une séance académique et un banquet,
au cours desquels les sentiments de communauté intellectuelle entre la
Suisse et la France ont trouvé une nouvelle occasion de s'affirmer.



_Mouvement littéraire_.

_Mémoires du duc de Choiseul (Plon, 7 fr. 50).--Souvenirs du comte de
Plancy_, publiés par son petit-fils, le baron de Plancy (Ollendorff, 7
fr. 50).--_Histoire de la France contemporaine_, par Gabriel Hanotaux,
t. II (Combet, 7 fr. 50).

Mémoires du duc de Choiseul.

Etienne Charavay avait trouvé les _Mémoires_ de Choiseul, sous forme de
lettres, dans la collection Feuillet de Conches et avec M. Jules
Flammermont en avait préparé la publication. Mais c'est M. Fernand
Calmettes qui les met sous nos yeux, en les enrichissant de notes
érudites. Le duc de Choiseul, né le 28 juin 1719, eut des fortunes
diverses. Il prit du service dans l'armée de l'empereur et fit la
campagne de Hongrie (1739). Plus tard, en 1744, après s'être jeté là où
le portait son tempérament, c'est-à-dire dans les plaisirs, il fut
attaché aux expéditions du prince de Conti, ce qui lui fit prendre en
haine le maréchal de Saxe, dont il relève la morgue, l'insolence et les
fautes militaires. Malgré ces tentatives de jeunesse, la guerre n'était
pas précisément l'affaire principale du duc de Choiseul, jouisseur avant
tout et fin diplomate. En mauvais termes d'abord avec Mme de Pompadour,
il en fit la conquête, en l'éclairant sur certaine tendresse dangereuse
du roi pour Mme de Choiseul-Beaupré. La favorite lui en sut le meilleur
gré, en même temps que Louis XV, pour le même motif, le prenait en
aversion. Mais si puissante était Mme de Pompadour qu'elle triompha des
résistances royales et fit de Choiseul un ambassadeur à Rome, puis à
Vienne (mars 1757), avant de l'élever au rang de ministre des affaires
étrangères (7 décembre 1758).

S'il en fallait croire les contemporains, la marquise, en amitié
seulement avec Louis XV depuis 1652, aurait eu des bontés pour Choiseul.
Après une excellente administration et des efforts pour relever la
marine nationale, de laquelle dépendra toujours la prospérité de la
France, le duc tomba du pouvoir en 1770. Mme de Pompadour n'était plus
là pour le soutenir. Minée par la maladie, d'une effrayante maigreur,
elle s'était éteinte lamentablement, le 15 février 1764. Jeanne Bécu,
une fille, mariée au comte du Barry, avait été jetée par un ignoble
beau-frère dans les bras du roi, lequel l'avait aperçue, pour la
première fois, chez son valet de chambre, Lebel. Le 22 avril 1769, Mme
de Béarn avait présenté la nouvelle favorite au roi et à la famille
royale. Maupeou, le duc d'Aiguillon et surtout l'abbé Terray, amis de la
du Barry, se signalèrent par leur acharnement contre Choiseul, qui fut
exilé à Chanteloup et ne put revoir Paris qu'après la mort de Louis XV
et grâce à l'influence de Marie-Antoinette, laquelle lui savait gré de
l'alliance avec l'Autriche. Perdu de dettes, jusqu'à la fin fastueux et
amoureux du plaisir, le duc de Choiseul mourut le 8 mai 1775.

C'est à son envoi comme ambassadeur à Vienne que s'arrêtent ses
_Mémoires_ proprement dits; mais M. Fernand Calmettes les a fait suivre
d'opuscules du duc qui nous renseignent un peu sur ce qui lui advint
dans son ministère et après sa chute. Les intrigues de la cour de Louis
XV, intrigues de femmes et de courtisans, sont peintes, avec un esprit
infini, par le plus fin des diplomates et le plus au courant des choses.
Quels portraits dans ces pages, moins éclatants peut-être, mais aussi
vifs que ceux de Saint-Simon! Le roi, dans ses débauches, mêlées de
terreurs religieuses, nous apparaît à tout instant. Quel effroi à Metz,
quand il se croit mourant et chasse, pour la reprendre, la guérison
venue, Mme de Châteauroux! Egratigné par le poignard de Damiens(5
janvier 1757), il s'enferme neuf jours dans son lit et refuse de voir
Mme de Pompadour, ce qui donne bon espoir aux ennemis de la marquise.
Choiseul exécute en deux traits le portrait de M. Rouillé, ministre des
affaires étrangères, le prédécesseur de Bernis et le sien: «Tout le
monde a connu son imbécillité.» M. de Saint-Florentin «joint au passif
des talents un grand actif de friponnerie, de méchanceté basse et
sourde; il est peut-être le seul homme dans le royaume qui, à la figure
près, a le plus de ressemblance avec le roi.» Ces _Mémoires_ de Choiseul
et les opuscules qui les complètent sont pleins de délectation pour le
lettré qui connaissait déjà l'esprit du duc en particulier par sa
correspondance avec Voltaire. En appendice, M. Fernand Calmettes a
encore ajouté de nombreux documents à sa publication principale.

Souvenirs du comte de Plancy.

Ces souvenirs du comte de Plancy sont précédés d'une introduction par M.
Frédéric Masson. Bien qu'il soit mort seulement en 1855, à l'âge de
soixante-dix-sept ans, M. de Plancy avait disparu complètement de la
politique depuis le second retour des Bourbons en 1815. Plus rien ne
l'intéressait du monde des vivants; retiré dans son château et dans ses
terres de Champagne, attaqué sans raison dans son honneur, il s'était
précipité du haut d'une de ses tourelles, le cou déchiré par un rasoir,
mais sans trouver la mort, car des branches bienfaisantes avaient
atténué sa chute. Tout jeune il avait, après Brumaire, fréquenté Barras,
dans sa plaisante retraite de Grosbois, égayée par des intrigues
amoureuses et agitée par des conspirations politiques. Là il vit Thérèse
Cabarrus ou Mme Tallien,--Tallita dans l'intimité. «Rien n'égalait sa
beauté lorsqu'elle apparaissait dans une simple robe de mousseline que
retenait négligemment une ceinture. Aspasie ne devait pas être plus
belle: son port, son ensemble et ses formes étaient d'une déesse.»
Tallien, au contraire, l'homme de Thermidor, avait une contenance timide
et embarrassée. Le jeune comte de Plancy épousa la fille de Lebrun, le
troisième consul, plus tard architrésorier de l'Empire, homme prudent
entre tous. Préfet de la Doire en Piémont, M. de Plancy devait terminer
sa carrière publique dans la préfecture de Seine-et-Marne. On a versé
dans ce volume de souvenirs toute sa correspondance administrative. Nous
avons là, dans des documents précieux, un tableau du gouvernement de la
province sous l'Empire et de tout ce qui regardait alors un préfet,
personnage presque universel. A la première invasion, Seine-et-Marne
souffrit étrangement. Quelles réquisitions I Quelles luttes avec les
soldats étrangers! Les Bourbons maintinrent dans son poste M. de Plancy;
mais, après les Cent Jours, il n'échappa à la proscription que grâce à
la protection de M. Decazes. Singulière époque! M. Decazes lui-même,
juge à la Cour d'appel, avait condamné des gens pour avoir, sous
l'Empire, crié: «Vive le roi!» et sous la royauté: «Vive l'empereur!» A
Fontainebleau, M. de Plancy avait été embrassé par Napoléon; il avait,
peu de temps avant cette accolade, diné dans le même palais avec le
comte d'Artois. La masse de sa correspondance est avec M. de Montalivet,
ministre de l'empereur, et une partie avec l'abbé de Montesquiou,
ministre de Louis XVIII. Anecdotes piquantes et surtout lettres et
matériaux pour l'histoire: voilà ce que fournit le volume de M. de
Plancy.

Histoire de la France contemporaine.

M. Hanotaux n'écrit rien qui n'intéresse vivement le public. Sa valeur
personnelle, la haute situation qu'il a occupée donnent à tout ce qui
sort de sa plume un attrait singulier. Après avoir narré la vie du
cardinal de Richelieu, il s'est attaché à _l'Histoire de la France
contemporaine_, dont le tome deuxième vient de paraître. Nous avions
déjà une _Histoire contemporaine_, fort documentée, de M. Samuel Denis,
conduite jusqu'à l'échec de restauration monarchique de 1873 et jusqu'à
l'établissement du Septennat. Comme dans son premier volume, M.
Hanotaux, dans le second, côtoie un peu l'oeuvre de son prédécesseur. Le
livre commence à la chute de M. Thiers. (24 mai 1873) et à l'élection à
la présidence de la République du maréchal de Mac Mahon avec M. le duc
de Broglie vice-président du conseil et chef réel du gouvernement. Que
voulait la droite? Que voulaient ceux qui avaient renversé M. Thiers?
Préparer la restauration de la monarchie. On sait comment le dessein
échoua. Le comte de Chambord, dans une première lettre du 5 juillet
1873, affirma sa résolution de ne pas se séparer du drapeau blanc.
Malgré cette manifestation, le comte de Paris se rendit en août à
Frohsdorf, où s'opéra non la fusion, mais la réconciliation familiale.
Les groupes de droite nommèrent un comité de neuf membres, chargé de
préparer le retour; et, plein de confiance, M. Chesnelong se rendit
auprès du comte de Chambord, persuadé qu'il le ferait revenir sur sa
détermination.

Sous les paroles polies, le messager ne saisit pas tout ce que le prince
cachait d'inflexibilité: il rentra triomphant... la monarchie était
faite. Déjà les carrosses du roi étaient commandés chez Binder, quand le
30 octobre 1873, par une parole nette et éclatante, le comte de Chambord
réduisit à néant toutes les espérances. Dans sa subtilité le duc de
Broglie imagina de proroger pour sept ans les pouvoirs du maréchal. Le
Septennat, en attendant de meilleurs jours, offrait dans sa pensée, non
pas une demeure permanente, mais un abri provisoire. Il fut voté le 19
novembre 1873. Que le comte de Chambord ait voulu, par sa persistance à
maintenir le drapeau blanc, se soustraire au fardeau de la royauté, nous
ne le pensons pas. Il avait, à un degré trop marqué, le sentiment de sa
prédestination. Aussi vint il _incognito_ à Versailles et demanda-t-il
au maréchal une visite que celui-ci n'accorda pas. Voilà quels
événements constituent le fond principal du tome II de M. Hanotaux.
Chemin faisant, l'historien s'exerce aux portraits, à celui du duc de
Broglie, de Léon Gambetta, du duc Decazes qui fit partie du second
ministère de Broglie (26 novembre 1873). Le tableau de la prospérité
industrielle et agricole de la France et de son épanouissement
littéraire, scientifique et artistique, est tracé largement.

Peut-être des esprits mal faits reprocheront-ils à M. Hanotaux certaines
erreurs fort légères: il nous montre, par exemple, Gambetta, avide de
savoir, le cherchant partout, écoutant à Notre-Dame le père Gratry. Le
père Gratry, à la voix faible, ne se produisait que dans de petites
chapelles. M. Renan, nous dit-il «avait joué sa conception religieuse...
sur l'authenticité d'un palimpseste». Je ne vois pas trop ce que les
palimpsestes, manuscrits à deux écritures superposées, viennent faire
ici.

Pour M. Hanotaux, Taine--laborieux, à la phrase travaillée,--est «un
esprit spontané». Mais pourquoi relever ces menus détails dans cette
histoire entraînante, rapide, racontée d'autant mieux que son auteur a
fait lui-même de l'histoire? Aimable, envers tous, M. Hanotaux possède,
parmi beaucoup d'autres, la première qualité de l'historien, qui est la
sereine impartialité.

E. Ledrain.

[Illustration: Une reprise: à gauche, M. Breittmayer; à droite, M.
Lusciez. Les «amateurs» à la porte de l'établissement Chéri-Halbronn.]



LE NOUVEL AMBASSADEUR DES ÉTATS-UNIS Le général Horace Porter, qui
représentait les Etats-Unis auprès de la République française depuis
1897 et dont la physionomie était si sympathique aux Parisiens, va
quitter son poste le 4 mars prochain. Il doit être remplacé par M.
George von Lengerke-Meyer, actuellement ambassadeur à Rome.

[Illustration: M. G. von Lengerke-Meyer.]

Né à Boston, la ville intellectuelle des Etats-Unis, M. George von
Lengerke-Meyer appartient à une excellente famille d'origine germanique.
Il compte parmi les brillants élèves de la fameuse université de
Harvard. Ancien membre de la législature de l'Etat de Massachusetts,
c'est l'un des plus jeunes membres du corps diplomatique américain.
Directeur de plusieurs compagnies financières et industrielles, il
possède une immense fortune. Il a la réputation d'un sportsman
passionné.

PIERRE MAEL

M. Charles Causse, le romancier connu sous le nom de Pierre Maël, vient
de mourir à l'âge de quarante-cinq ans, emporté, malgré sa vigueur peu
commune, par une attaque de grippe infectieuse. Il s'était destiné à la
marine; mais, à la suite d'une chute grave qu'il fit étant aspirant et
qui lui laissa une claudication irrémédiable, il avait été réformé.
Après avoir rédigé pendant quelque temps le courrier parlementaire à la
_Gazette de France_, il abandonna le journalisme pour la carrière
littéraire.

[Illustration: M. Charles Causse (Pierre Maël).--_Phot. E. Pirou_.]

Une de ses premières oeuvres, le _Torpilleur 29_, marqua le commencement
de sa réputation. Il devait conserver la faveur du public en produisant
régulièrement de nombreux romans, où à une imagination très vive
s'allient la faculté descriptive et des qualités d'observateur.

Il est juste de constater que, sous le pseudonyme de Pierre Maël, M.
Causse a écrit la plupart de ses ouvrages en collaboration avec M.
Charles Vincent, lequel, par traité en bonne et due forme, hérite en
toute propriété de cette signature sociale. Ainsi, Pierre Maël survit à
lui-même et, chose plus curieuse encore, il peut vivre éternellement,
rien n'empêchant une série indéfinie d'écrivains de se léguer entre eux
sa personnalité littéraire et ses droits jusqu'à la consommation des
siècles.

LE CARDINAL LANGÉNIEUX

Le cardinal Langénieux, archevêque de Reims, a succombé le 1er janvier,
dans son palais archiépiscopal, à la maladie de coeur dont il souffrait
depuis longtemps et qui s'était aggravée au cours d'un voyage récent à
Rome. Il était âgé de quatre-vingts ans.

[Illustration: Le cardinal Langénieux.--_Phot. Fréon_.]

Né à Villefranche-sur-Saône (Rhône) en 1824, ordonné prêtre à
Saint-Sulpice en 1850, il fut vicaire à Saint-Roch, devint curé de
Saint-Ambroise en 1863 et de Saint-Augustin en 1867. Après avoir été
quelque temps vicaire général de l'archevêché de Paris, il était appelé
à l'évêché de Tarbes en 1873 et, deux ans plus tard, à l'archevêché de
Reims; il reçut la pourpre cardinalice en 1886.

Durant sa longue carrière, Mgr Langénieux montra de remarquables
qualités d'administrateur, auxquelles il joignait une parfaite urbanité;
c'était un de nos prélats les plus en vue et les plus dévoués au
Saint-Siège, toujours prêt à protester contre les actes du pouvoir
civil, comme il le fit naguère lors de l'expulsion des congrégations. Il
pratiquait en outre brillamment l'éloquence de la chaire.



LE DUEL BREITTMAYER-LUSCIEZ

Voici encore un duel sensationnel, en ce qu'il mettait aux prises deux
escrimeurs renommés: MM. Georges Breittmayer et Lusciez. Provoqué par
des attaques dirigées dans la presse contre M. Breittmayer, il devait
être plus extraordinaire encore, puisque celui-ci devait se rencontrer
aussi, avec un second adversaire, M. Willy Sulzbacher, non moins fameux
dans le petit monde des armes.

C'est l'établissement Chéri, à Neuilly, qui avait été choisi comme lieu
de la rencontre le 31 décembre. Les curieux, naturellement, avaient
devancé les combattants, afin de ne rien perdre du spectacle. Et c'est
en vain que MM. Breittmayer, Lusciez et Sulzbacher avaient stipulé, dans
les procès-verbaux préliminaires de la rencontre, qu'aucun spectateur ne
serait admis. On a dû transiger: la galerie a abandonné le terrain même
du duel, le ring. Mais on l'a logée dans des appartements voisins; les
plus intrépides se sont juchés sur le toit, sur le siège de leurs
voitures.

Ils ont assisté à de belles passes d'armes. M. Breittmayer, d'abord
atteint légèrement à l'angle interne de l'oeil gauche, puis à
l'avant-bras, demandait à continuer le combat et blessa à son tour M.
Lusciez à l'aisselle droite. Le combat reprit de nouveau jusqu'au moment
où M. Lusciez, pris d'une crampe, fut impérieusement contraint de
s'arrêter.

Les quatre témoins et l'arbitre M. Chevillard, considérant le caractère
particulièrement acharné de la rencontre et rendant hommage à la
bravoure et à la correction des deux adversaires, intervinrent alors
auprès d'eux pour les réconcilier. M. Lusciez et M. Breittmayer se
réconcilièrent et M. Sulzbacher suivit galamment cet exemple et serra à
son tour la main de M. Breittmayer.



Mme LARDIN DE MUSSET

Mme Lardin de Musset vient de s'éteindre à Paris, à l'âge de
quatre-vingt-cinq ans.

Soeur du poète célèbre, pour qui elle éprouvait une très vive affection,
elle avait vécu auprès de lui; aussi était-elle mieux que personne
renseignée sur les faits se rattachant à la biographie intime de son
frère. Sa mémoire, demeurée fidèle jusqu'à l'extrême vieillesse,
abondait en souvenirs qu'elle aimait à évoquer devant les visiteurs
amis, séduits par le charme de sa conversation. Elle possédait en outre
des papiers fort intéressants dont la communication faite de la
meilleure grâce du monde à des écrivains contemporains, notamment à
notre excellent confrère Adolphe Brisson, leur fut une précieuse
contribution pour des études anecdotiques et littéraires.

Parmi les reliques qu'elle gardait pieusement, il faut signaler un
portrait d'Alfred de Musset, copie de l'original par Laurelle, et des
albums de caricatures paysannes que l'auteur des _Nuits_ s'amusait à
croquer, lorsqu'il allait visiter sa soeur en Touraine.

Mme Lardin de Musset était la mère du préfet actuel d'Indre-et-Loire.

[Illustration: Mme Lardin de Musset.--_Phot. Otto_.]

L'ILLUSTRATION THÉATRALE Nous publierons avec nos prochains numéros: ILE
BERCAIL... pièce en trois actes, de M. Henry Bernstein, le grand succès
du théâtre du Gymnase; LA CONVERSION D'ALCESTE, de Georges Courteline,
que va jouer la Comédie-Française; L'INSTINCT, de M. Henry
Kistemaeekers, en répétition au théâtre Molière; LA MASSIÈRE, de M.
Jules Lemaître, dont la première représentation est imminente au théâtre
de la Renaissance.



LA PÉNÉTRATION PACIFIQUE, par Henriot.

[Illustration:
Le Maroc a des velléités d'indépendance. Le sultan nous fait un pied de
nez. Nous avons des devoirs, allons-nous les remplir?

Oui. Mais, un instant. Envoyer cinquante mille hommes là-bas, pour
recommencer la conquête de l'Algérie? Jamais de la vie...

Faire tuer un tas de braves soldats tout heureux de ne faire qu'un
service de deux ans, n'y pensons pas.

Voici mon plan: Etant donnée notre entente pacifique avec l'Angleterre,
j'envoie une douzaine d'ingénieurs chargés de construire un tunnel entre
Gibraltar et Ceuta.

L'inverse de Suez: nous recollons l'Afrique à l'Europe. Le tunnel
s'enfonce dans la mer et met en communication les deux continents.

Il débouche à Ceuta et des rapides continuent sur Tanger et l'intérieur
du Maroc.

Aussitôt la communication établie, nous expédions au Maroc tous les
produits de notre civilisation: le trop plein de nos fonctionnaires;
tous les arrivistes, les ronds-de-cuir, les apaches, les politiciens,
les vieilles demoiselles, etc., etc., sans compter le suffrage
universel, l'impôt sur le revenu, etc. Les Marocains fuiront rapidement
vers les palmiers du Sud et le Maroc sera à nous.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration No. 3228, 7 Janvier 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home