Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0003, 18 Mars 1843
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0003, 18 Mars 1843" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 0003, 18 Mars 1843

[Illustration: Frontispice]

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 fr.--6 mois, 16 fr.--Un an, 30 fr.
Prix de chaque Nº, 75 c.--La collection Mensuelle br., 2 fr. 75.

Nº 3. Vol. I.--SAMEDI 18 MARS 1843.
Bureaux, rue de Seine, 33.

Ab. pour les Dep.--3 mois, 9 fr.--6 mois, 17 fr.--Un an, 32 fr.
pour l'étranger.--3 mois, 10 fr.--6 mois, 20 fr.--Un an, 40 fr.


SOMMAIRE.

Tremblement de terre de la Guadeloupe.--Destruction de la
Pointe-a-Pitre.--Vue de la Pointe-a-Pitre.--Carte de la
Guadeloupe.--Courrier de Paris.--Dernier bal de l'Hôtel-de-Ville.--Vue
du bal.--Revue algérienne.--Portrait du général de La
Mauricière.--Retour à Cherchel: Passage d'un torrent.--Manuscrits de
Napoléon. Deuxième lettre sur la Corse.--Théâtre de l'Opéra. Première
représentation de Charles VI;--le Cortège au troisième acte;--dernière
décoration au cinquième acte;--Costume de Charles VI; Barroithet,
--d'Odette (madame Stoltz),--d'Isabeau (madame Borus)--du dauphin
(Duprez).--Cours publics (suite): MM. Patin,--Egger,--l'abbé
Coeur,--Michelet--Simon, etc.--Espartero (fin): Son
portrait.--Translation de l'épée d'Austerlitz (avec vignettes).
--Beaux-Arts.--Stastistiques des Expositions depuis 1800,--Ouverture du
Salon (avec gravure)--Coup d'oeil général.--Bibliographie
étrangère.--Annonces.--Modes (avec vignette).--Mercuriales.--Rébus.


Tremblement de terre aux Antilles.

DESTRUCTION DE POINTE-A-PITRE.

Une de ces calamités terribles qui depuis quelque temps surtout,
viennent jeter le deuil et l'effroi parmi les peuples, a frappé une fois
encore la France dans sa plus florissante colonie.

Le 8 février dernier, neuf mois, jour pour jour, après le désastre du
chemin de fer de Versailles et l'incendie de Hambourg, un tremblement de
terre a violemment secoué les îles des Antilles. La ville de la
Pointe-a-Pitre, la plus populeuse et la plus riche de la Guadeloupe, a
été instantanément renversée de fond en comble. Nous avons réuni à part,
et nous donnons plus loin les détails de cette affreuse catastrophe
d'après les correspondances publiées par la presse quotidienne et
d'après les lettres qui nous ont été communiquées.

Le tremblement de terre a duré soixante-dix secondes. Ce qui n'est qu'un
instant fugitif, ce qui ne suffit à rien quand la vie est heureuse et
occupée, a suffi là pour ravager une ville entière, l'incendier sur tous
les points, engloutir une population nombreuse. Ce que la secousse avait
épargné, un autre fléau est venu aussitôt le détruire: pendant quatre
jours, l'incendie a dévoré tout ce qui gisait sous ces décombres, hommes
et maisons. Chose étrange! il n'est resté debout au milieu de ces débris
qu'une horloge marquant 10 heures 35 minutes instant auquel le fléau est
venu brusquement surprendre la ville et l'anéantir. Combien le génie de
la destruction et du mal a plus de puissance et de vigueur que le génie
de la création et du bien! La terre s'entr'ouvre et vomit en un moment
la désolation et la mort; il faut, au contraire, que l'homme la déchire
péniblement pour en faire sortir l'abondance et la vie!

[Illustration: (Destruction de la Pointe-a-Pitre par un tremblement de
terre, le 8 février 1843, à 10 heures 35 minutes du matin.--Ce dessin a
été composé sur les indications de M Lemonnier de la Croix, qui a été
pendant dix années ______voyer à la Pointe-a-Pitre et qui n'est de
retour en France que depuis deux années seulement. Nous devons à
l'obligeance de cet artiste un plan de la ville très-détaillé
très-étendu; nous le publierons dans notre prochaine livraison.)]

Mais est-il besoin d'arrêter ici notre pensée sur les détails de cet
horrible désastre? N'est-ce pas assez que, dés notre début, nous ayons à
écrire en tête de notre Journal, à qui nous avions rêvé un autre
baptême, ces réflexions pleines de tristesse?

Ne vaut-il pas mieux raconter tous les courageux efforts, tous les élans
spontanés, tous les mouvements généreux qui, là-bas comme ici, ont
accueilli la fatale nouvelle? Ne vaut-il pas mieux applaudir aux mesures
prises spontanément pour remédier aux maux remédiables, rappeler les
dévouements inspirés pour le secourir, et raviver ainsi la confiance et
l'espoir, au lieu d'alimenter la consternation et la tristesse?

Hâtons-nous de le dire: partout, aux Antilles comme en France, la triste
nouvelle a fait battre tous les coeurs, réveillé toutes les sympathies.
La Martinique, si cruellement ravagée elle-même il y a quatre ans, en
sentant le sol trembler de nouveau, avait deviné le malheur immense; on
y attendait les nouvelles impatiemment, avec angoisse. On signale un
navire enfin, et son pavillon est en berne; aussitôt des secours
s'organisent; argent, pain, vêtements, provisions, tout est offert, tout
est accueilli, et un premier navire part aussitôt chargé de ces premiers
secours.

A Saint-Pierre, à Fort-Royal, partout, la population a été admirable, et
l'autorité coloniale a régularisé, dirigé les efforts communs avec
intelligence et activité.

«J'implore la France, écrivait l'amiral Gourbeyre, gouverneur de la
Guadeloupe, sur les ruines mêmes de la Pointe-a-Pitre; elle
n'abandonnera pas une population toute française; elle ne délaissera pas
les veuves et les orphelins que ce grand désastre vient de plonger dans
la plus profonde misère!»

La France n'a pas fait défaut à cet appel. Chaque famille, chacun de
nous, semblait atteint par ce malheur et voulait le secourir. Les
Chambres, le gouvernement, ont pris aussitôt les premières et les plus
urgentes mesures. Des navires voguent en ce moment vers la Guadeloupe,
et portent à ce malheureux pays de l'argent, des vivres, des vêtements.
Des souscriptions se sont organisées en tous lieux, et une commission,
présidée par le ministre de la marine, est chargée de centraliser les
fonds et d'en assurer l'emploi. Les écoles publiques, le commerce, la
garde nationale, la presse, le clergé, la France enfin tout entière a
obéi à ce généreux entraînement.

C'est un beau, c'est un touchant spectacle. Quand ces grands fléaux
viennent changer la face du globe et épouvanter la race humaine, nous
nous demandons avec effroi si c'est une justice voilée et inaccessible à
notre faiblesse, qui vient foudroyer ainsi des populations entières,
engloutir des cités opulentes. Nous ne savons quelles grandes erreurs,
quels grands crimes ces désastres épouvantables, qui semblent frapper au
hasard, ont pour mission d'expier. Il y a là une sombre et mystérieuse
énigme dont nul ne sait le mot. Mais ce que nous savons, c'est qu'il ne
suffit pas alors de s'incliner sous la puissance qui terrasse, c'est
qu'il ne suffit pas de gémir, car c'est au milieu de ces douleurs
solennelles que l'âme s'agrandit, que le coeur s'enthousiasme et se
passionne. Nous ne savons point le but de ces épreuves terribles
imposées ainsi à notre race, mais nous sentons que ces calamités
rapprochent les membres épars de la famille humaine. Quand nos coeurs
saignent avec ceux de nos frères lointains, n'est-ce rien que ce lien
nouveau, cette solidarité profonde qui nous unit à eux? N'est-ce pas
notre vie, qui se confond dans ces moments suprêmes avec celle de tous
les hommes et de tous les peuples? Ces hommes sans famille et sans toit
auxquels nous ne songions pas hier, ne sont-ils pas nos frères
aujourd'hui? leur douleur n'est-elle pas la nôtre? Notre bien-être, nos
sympathies, tout ce que nous avons de courage, d'amour et d'espoir,
n'est-il pas à eux?

Je ne sais, mais dans ces émotions populaires, à l'aspect des plus
tristes catastrophes qui font vibrer toutes les libres généreuses,
toutes les nobles passions, il me semble voir un bien immense, à côté de
maux irréparables. Et chaque fois que le monde est ainsi frappé, en
quelque lieu que ce soit, à Hambourg comme à la Guadeloupe, les
sympathies de la France, il faut le dire avec orgueil, s'éveillent et
s'élancent avant toutes les autres. Oui, notre France est vraiment une
terre privilégiée! Elle peut bien s'amoindrir dans des débats stériles,
dans des discussions vaines, dans des intérêts étroits; mais qu'une
grande chose l'atteigne, gloire ou désastre, soudain elle se relève
fière, intelligente et bonne; elle bat des mains avec enthousiasme ou
elle tend ses bras avec amour, et les nations comprennent alors pourquoi
elle est la première entre toutes, celle-là où éclatent si soudainement
les religieuses sympathies et les mouvements généreux.

Nul doute que la frégate à vapeur _le Gomer_, qui a porté en France la
nouvelle du désastre et qui va repartir bientôt pour la Guadeloupe, en
apprenant à ce malheureux pays la part unanime que la France prend à sa
ruine, les ressources qu'elle lui consacre, n'inspire à nos
compatriotes, non-seulement la confiance dans la mère-patrie, mais aussi
l'énergie active qui crée avec des débris, et enfante par le travail des
richesses nouvelles.

Déjà, une fois, un incendie terrible avait réduit presque entièrement en
cendres cette malheureuse ville, c'était en 1780. De ses premiers
décombres était sortie, plus populeuse, plus régulière, plus élégante et
plus riche la ville que le tremblement de terre vient de détruire. Avec
l'aide de la France, avec l'industrieuse activité de ses habitants,
espérons qu'un jour une troisième ville, gardienne pieuse du tombeau où
dorment la mére et l'aïeule, s'élèvera florissante et radieuse sur ces
débris désolés. Les moissons ne germent-elles pas plus vigoureuses et
plus abondantes au sein des terres calcinées? N'est-ce pas la loi de la
nature qu'il en soit ainsi? Est-ce que la vie ne sort pas éternellement
jeune et féconde des bras mêmes de la destruction et de la mort?
Espérance et courage!

DÉTAILS SUR LE DÉSASTRE DE LA POINTE-A-PITRE.--MOUVEMENTS SPONTANÉS DE
DÉVOUEMENT ET DE SYMPATHIE AUX ANTILLES ET EN FRANCE.

La Pointe-a-Pitre, bâtie en 1763, reçut alors le nom de _Morne
Renfermé;_ dix-sept ans plus tard, un incendie la réduisit en cendres.
Sur les débris de cette première ville, s'éleva bientôt une cité
élégante, régulière, qui, à force de travail et d'industrie, devint
bientôt la ville la plus florissante de nos colonies des Antilles. Un
désastre, auquel le premier n'avait rien de comparable, vient de plonger
cette ville dans le néant.

Le 8 février dernier, à dix heures trente-cinq minutes du matin, par un
temps magnifique, le thermomètre ne marquant que 22 degrés, un
grondement souterrain, qui ébranlait le sol avec fracas, a jeté
l'épouvante parmi les populations de la Martinique et de la Guadeloupe.
Cette première île, qu'un fléau semblable avait bouleversée en 1839, a
peu souffert cette fois; mais la Guadeloupe, si belle, si riche, si
animée, si vivante naguère, n'offre plus qu'un spectacle de ruine et de
désolation; la Pointe-a-Pitre a été foudroyée en une minute, et
l'incendie qui s'est emparé de ces décombres a achevé l'oeuvre de
destruction et de mort; d'immenses crevasses d'où jaillissaient des
torrents d'eau, de flammes et de fumée, ont englouti des milliers de
victimes.

Les correspondances privées, dont la presse quotidienne a reproduit les
passages les plus remarquables, essayent vainement de donner une idée de
cet horrible désastre. C'est qu'en effet nulle description n'est
possible en présence d'un aussi immense malheur. Nous avons lu tout ce
que les journaux ont reproduit et plusieurs lettres déchirantes qui nous
ont été communiquées. Ce sont des cris d'angoisse et de douleur qui ont
trouvé en France un généreux écho; mais il faut renoncer à décrire de
pareilles scènes, les cris et le désespoir de deux mille personnes
blessées, sans famille, sans asile, sans pain, en présence de ces débris
fumants, tombe immense ouverte tout à coup sous une ville entière.

Nous ne connaissons pas encore le nombre des morts; mais il s'élève
certainement à plus de deux mille. On évalue à trente millions la perte
des marchandises et à quarante millions la destruction des immeubles.
Tous les papiers officiels, états civils, archives, actes notariés,
valeurs, correspondances, tout est perdu.

La principale industrie du pays est détruite; sur cinquante-six moulins
à sucre, établis aux environs de la Pointe-a-Pitre, il n'en est resté
que trois; la récolte de cannes sur pied est en partie perdue; la ville
du Moule détruite déplore la mort de trente habitants; les campagnes ont
eu leur part de cette affreuse calamité; les bourgs de Saint-François,
Saint-Anne, le Port-Louis, l'Anse-Bertrand, Sainte-Rose, ont été
renversés. La Basse-Terre, les Saintes et tous les quartiers sous le
vent, ont considérablement souffert [1]; mais tout s'efface devant le
désastre plus irréparable de la Pointe-a-Pitre.

[Note 1: Rapport du gouverneur de la Guadeloupe, 9 février.]

[Illustration: (Vue de la grande rade de la Pointe-a-Pitre, d'une partie
de la ville avant le désastre, et de la Soufrière, d'après un dessin de
M. Garneray.)]

Le contre-amiral Gourbeyre, gouverneur de la Guadeloupe, dont la
résidence est à la Basse-Terre, a rempli avec énergie et avec coeur sa
triste mission. Il s'est rendu aussitôt à la Pointe-a-Pitre; entouré des
fonctionnaires de la colonie, il a dirigé avec intelligence, avec
activité, les premiers secours, Partout il a ranimé le courage des
malheureux échappés à cette tempête; il leur a parlé de la France, il
leur a promis son aide toute-puissante; il a enfin rassuré l'ordre au
milieu de ces tristes débris; car, il faut bien le dire, il s'est trouvé
des misérables qui ont pénétré au milieu de ces ruines désolées, qui ont
foulé aux pieds les morts et les blessés pour se livrer au pillage;
mais, hâtons-nous de le dire, ce n'étaient ni des Français, ni des
nègres; ceux-ci, au contraire, ont été admirables de dévouement, et on
cite d'eux des traits touchants: un vieux nègre porte à l'offrande
commune tout son pécule, une pièce de cinq sous, suppliant qu'on lui en
rende deux pour acheter du pain.

«Notre infortune est grande, dit l'amiral Gourbeyre, dans une
proclamation écrite sur les ruines mêmes de la Pointe-a-Pitre, mais
toute ressource n'est pas détruite. Il faut sauver les récoltes encore
sur pied. Dans les débris des usines abattues, vous trouverez les pièces
nécessaires pour en relever quelques-unes. Réunissez vos efforts,
portez-les successivement sur les moulins qui ont le moins souffert, sur
ceux qui, par leur position, peuvent servir plusieurs habitations, et
bientôt vos produits, livrés aux navires qui les attendent, vous
donneront les moyens de traverser moins péniblement ces longs mois qui
doivent nous séparer du jour où la générosité nationale viendra à notre
secours. C'est ainsi que vous allégerez pour vos familles le poids de la
misère que vous avez envisagée sans effroi et que vous supportez avec
une noble résignation.» C'est là un beau et noble langage.

Les premiers secours sont arrivés très-rapidement de la Martinique, qui
s'est émue tout entière au récit de la catastrophe. La première lettre
reçue de la Pointe-a-Pitre fut lue publiquement sur la savane, devant
plus de deux mille personnes: «On se l'arrachait, dit un correspondant,
on s'excitait à la bienfaisance et à la générosité comme chez d'autres
peuples on s'excite à la vengeance, et les résultats ont été
magnifiques.» En effet, à Saint-Pierre comme à Fort-Royal, la population
a prodigué d'utiles secours. Linge, vêtements, argent, vivres, chacun
donnait ce qu'il avait, et des barques chargées partaient pour la
Guadeloupe, par des hommes dévoués, qui allaient porter à leurs frères
l'espérance et la consolation.

Le gouverneur de la Martinique, M. Duval-d'Aily, a régularisé ce
généreux élan de la population; les secours ont été centralisés, une
commission a été chargée de recevoir les souscriptions. Le 9 février, le
contre-amiral de Moges, commandant en chef la station des Antilles,
s'est rendu lui-même à la Guadeloupe, portant tous les secours en hommes
et en vivres dont l'administration pouvait immédiatement disposer.

Le 10, la frégate à vapeur _le Gomer_, celle qui, en vingt jours, est
venue porter la nouvelle en Europe, portait aussi sur le lieu du
désastre, une grande quantité d'objets de première nécessité.
«Remercions la Providence, dit le gouverneur de la Martinique, dans une
proclamation du 11 février, d'avoir permis que nous pussions venir à
leur secours!... En ouvrant une souscription en faveur des victimes du
tremblement de terre de la Guadeloupe, ce n'est point un appel que je
fais aux habitants, aux services publics; je ne cherche point à exciter
leur sympathie; le noble et généreux élan qui s'est partout et
spontanément manifesté n'a besoin que d'être secondé.»

Le maire de Fort-Royal, celui de Saint-Pierre, ont apporté dans leurs
efforts un zèle et une ardeur bien dignes d'éloges. «Dans un généreux
élan, dit ce dernier aux habitants, oubliant votre propre détresse, vous
vous êtes hâtés de porter vos offrandes. Vivres, vêtements, provisions
de tout genre ont pu être envoyés tout de suite aux victimes. Grâces
vous soient rendues!»

Le gouverneur de la Guadeloupe avait écrit à celui de la Martinique, en
lui annonçant la catastrophe: «Si vous êtes plus heureux que nous,
envoyez-nous des vivres, du biscuit surtout, car nous n'avons pas de
fours: tout est détruit. Je vous écris au milieu de 15,000 habitants qui
manquent d'asile et de pain. Pressez-vous, les gens qui ont faim n'ont
pas le temps d'attendre!» On le voit, à ce triste et déchirant appel,
l'île entière avait généreusement répondu.

A Saint-Pierre, une commission fut spontanément désignée pour aller
porter aux débris de la ville morte l'expression de la douleur générale,
et connaître la nature des secours le plus immédiatement utiles, _La
Doris,_ commandée par M. de Barmont, qui portait les notables habitants
de Saint-Pierre, entra dans le port aux lueurs de l'incendie, «qui nous
servait de phare» disent, dans leur rapport officiel, les membres de
cette commission. «Jamais, ajoutent-ils, nous ne pourrons donner l'idée
exacte de l'horrible destruction qui est venue, en un instant, anéantir
cette belle cité... Sous ces ruines, qui fument encore, sous ces amas de
pierres noircies par le feu, tachées par le sang, le tiers de la
population a été enseveli... Grâces aux 500 hommes des bâtiments de
guerre, que M. le contre-amiral de Moges venait de mettre à la
disposition de la municipalité, on espérait retirer des ruines de
nombreuses victimes qui y étaient ensevelies... L'ordre vient d'être
donné à l'artillerie d'abattre par le canon les murs encore debout;
cette mesure, devenue nécessaire pour assurer la vie des travailleurs,
peut donner une idée des terribles effets de ce fléau. Les secours dont
on a le plus pressant besoin sont les bois de charpente.»

Il y a dans cette sollicitude fraternelle de la Martinique pour les
victimes de la Guadeloupe, dans cette solidarité qui semble lier aux
mêmes malheurs ces deux îles jumelles, quelque chose qui émeut et qui
attendrit.

La garnison coloniale a donné à l'armée un noble exemple. Les troupes se
sont, d'un commun accord, mises elles-mêmes à la demi-ration, et le
reste a été destiné aux malheureux. Neuf compagnies du régiment
d'infanterie de marine ont envoyé 1,200 chemises et 1,500 pantalons,
tant il est vrai que partout où battent des coeurs français, là est la
France.

«Au moment du départ du _Gomer_, dit un correspondant, le feu continuait
à réduire en cendres les débris de cette malheureuse ville; on avait
retiré un grand nombre de cadavres de dessous les ruines; une goélette
en avait été chargée et avait été les jeter dans le canal des Saintes.»

«La terre,» écrit M. Fayollat, attaché à la Direction des Douanes de la
Guadeloupe, le 15 février, «la terre roule, depuis huit jours, comme un
navire en tempête. Tout ce que les journaux vous diront sur ce terrible
événement sera cent fois au-dessous de la réalité, car il faut avoir
assisté à ce désastre pour en juger. Je vous écris de dessous un ajoupa
de feuilles de cocotier, où je couche depuis huit jours. La secousse
s'est fait sentir à Antigoa, qui est dévastée comme la Guadeloupe. Nos
montagnes se sont fondues ou éboulées. Heureusement que la flotte de la
station nous a porté des vivres; nous commencions à nous arracher la
morue et le riz bouilli, car c'est avec cela seul que j'ai vécu pendant
cinq jours; je n'ai du pain que depuis hier. Il va sans dire que j'ai
perdu tout ce que je possédais, mais c'est là la moindre chose; il me
reste mes quatre membres, je suis en cela plus heureux que les 3 ou 400
personnes que j'ai aidé à amputer.»

En auteur dramatique, récemment arrivé à la Guadeloupe, a écrit au
rédacteur en chef du _Corsaire_ une longue lettre où les faits abondent
et sont racontés avec autant de coeur que d'éloquence. C'est la seule
correspondance où semble percer un blâme indirect contre les
fonctionnaires de la colonie. «Mais, dit-il, l'heure de certaines
actions n'est point encore arrivée. Détournons donc nos regards de
quelques actes d'impéritie et d'égoïsme pour les reporter sur de beaux
dévouements. Parlons du zèle et de la sollicitude des soeurs de
Saint-Vincent de Paul, de ces pauvres filles dont la douleur publique
est le patrimoine; parlons de l'énergie de la garnison et des braves
officiers qui la commandent; parlons du noble élan du clergé de la
colonie... Ce sont là, mon ami, des exemples qui oui déjà porté leurs
fruits. L'émulation semble avoir gagné la colonie entière et les îles
environnante... La Martinique nous est venue en aide, et, grâce à la
franchise des ports, exceptionnellement décrétée par le Gouverneur, nous
pourrons attendre plus patiemment.»

C'est ainsi que chaque lettre, à côté du déchirant tableau de la
catastrophe, met en relief les actes de dévouement et de courage, comme
un rayon de soleil au milieu de ces affreuses ténèbres.

L'émotion publique, qui a accueilli en France l'horrible nouvelle, et
les cris de confiante espérance jetés vers elle par nos malheureux frères
des colonies, a été aussi unanime et féconde.

Une loi portant crédit de 2.500.000 fr. a été présentée par le
gouvernement à la Chambre des Députés. Mais les membres chargés de
l'examen de la proposition dans les bureaux ont déclaré l'insuffisance
de ce secours, et ne l'ont considéré que comme provisoire. En membre a
demandé que les colons fussent dispensés du droit de mutation à raison
des successions qui s'ouvriront par suite de la catastrophe. La loi a
été votée à l'unanimité.

Des ordres ont été immédiatement donnés, par le télégraphe dans tous nos
ports, et des navires sont en route déjà, emportant un million de
rations, des médicaments et des secours de toute nature.

Mais le public, la France entière, n'avait pas attendu l'initiative du
gouvernement. Des souscriptions se sont organisées en tous lieux, et une
commission, présidée par M. le ministre de la Marine, est chargée de
centraliser les fonds, d'en assurer et d'en ordonner l'envoi. Le clergé
tout entier a ordonné des quêtes paroissiales. Les élevés des écoles
publiques ont réuni aussi leurs efforts; ceux du collège de Henri IV qui
comptent parmi eux beaucoup de jeunes gens appartenant aux colonies, et
qui, les premiers, ont conçu cette heureuse pensée, ont voulu, par un
sentiment plein de délicatesse, que la quête n'eût lieu que parmi les
élèves appartenant à la métropole. La garde nationale, qui, en toute
circonstance, s'inspire des généreux instincts du pays, est allée
au-devant de cette grande infortune. Le _reliquat_ des caisses de
compagnie, qui, au moment des élections, sert à réunir autour d'un
banquet d'adieux de joyeux convives, est cette fois consacré avec joie à
une belle et bonne action. L'armée obéit à cet entraînement généreux:
déjà plusieurs corps ont demandé au ministre l'autorisation de consacrer
à cette largesse nationale une partie de leur solde.

_Le National de l'Ouest_ annonce que le commerce de Nantes s'occupe
d'expédier sans retard des navires chargés de vivres, d'objets de
première nécessité et de matériaux de construction, non comme
spéculation, mais comme offre de nationaux à nationaux, de frères à
frères. C'est là un bel exemple qui trouvera des imitateurs, il faut
l'espérer, dans nos villes du littoral.

Il est impossible qu'un élan si unanime, que des sympathies si actives,
si spontanées, ne rendent pas à nos malheureux compatriotes de la
Guadeloupe l'ardeur et l'énergie morales qui, seules, peuvent réparer ce
qu'un aussi grand malheur a de réparable.

Sans doute, une infatigable persévérance, de longues privations,
d'intelligents travaux seront longtemps nécessaires avant même que les
traces matérielles du désastre aient disparu. On ne rebâtit pas en
quelques années une ville de 900 maisons bâties en pierre, élégantes, de
vastes magasins, des édifices publics.

Un commerce considérable, une industrie active, qui, pour la préparation
du sucre, compte dans la Guadeloupe seulement 361 moulins, se
ressentiront longtemps sans doute d'un pareil désastre, qui intimide et
paralyse les spéculations et les créations industrielles.

Mais le concours du gouvernement, et les efforts de la nation entière,
auront pour objet surtout de ranimer la confiance et de faciliter les
relations de la France avec ses colonies.

Nous donnerons, dans notre prochaine livraison, un plan très-détaillé de
la ville détruite.

Puissent le crayon de nos artistes, le burin de nos graveurs, n'avoir
plus à retracer d'aussi désolantes scènes! Puisse L'ILLUSTRATION n'avoir
à illustrer désormais que des sujets de moeurs, des descriptions
gracieuses, des sujets moins sombres et moins désolés!



Courrier de Paris.

A MADAME***.

Paris 17 mars.

Comment. Madame, persévérer jusqu'au bout! ensevelir vos vingt-deux ans
au fond de la Bourgogne, pendant ce noir hiver, dans un vieux château
caché au milieu des rochers et des bois sombres, comme un ermite
centenaire! Qu'y a-t-il donc? Avez-vous fait voeu de solitude à quelque
saint du calendrier? Votre coeur saignant s'est-il réfugié au désert,
traînant l'aile comme une colombe blessée? ou plutôt n'est-il pas
quelque Oberon ou quelque Ariel, mystérieux habitant de votre âme, qui
peuple cette Thébaïde de mille illusions charmantes, et qui, tandis que
ces monts et ces bois et ce château séculaire sont tristes, dépouillés
et sombres pour les autres, veut les remplir pour vous seule de soleil,
de sourires et de verdure? Vous ne m'avez pas dit votre secret. Madame,
et je suis trop votre humble serviteur pour me permettre de le deviner.

Mais savez-vous qu'on en cause ici, et qu'on s'étonne de cette
résolution héroïque, de cette vertu tout à coup sauvage qui vous fait
rompre en visière au monde, dans la plus belle fleur de votre beauté,
dans tout l'éclat de vos heures adorées?

Vos meilleures amies s'en affligent avec une sincérité édifiante: on
vous regrette, on vous pleure, on ne sait comment faire pour vivre sans
vous! Mademoiselle, de P... pousse un douloureux hélas! à votre nom
seul; madame de Bl... prend son plus grand air affligé; la marquise
d'Ag... laisse voir une larme qui roule comme une perle dans ses beaux
yeux d'azur. Mais, Madame, me direz-vous pourquoi, malgré tout ce luxe
attendrissant, je les soupçonne de se réjouir au fond de l'âme, de
n'avoir plus le dangereux voisinage de votre grâce irrésistible. Faut-il
me déclarer calomniateur, ou n'ai-je fait que lire dans l'histoire de
l'amitié des femmes?

Pour nous tous, blonds, bruns ou châtains, que vous charmiez par le
dangereux attrait d'une double perfection, par l'élégance du corps et
l'élégance de l'esprit, nous sommes véritablement malheureux de votre
absence. Se livre-t-on à la causerie du soir dans ce délicieux salon de
la rue de Provence dont vous étiez la souveraine? on s'aperçoit bientôt
que vous n'êtes plus là. Le plus délicat et le plus aimable de notre
esprit s'en est allé avec vous, se cacher je ne sais sous quel noir
créneau de ce maudit château bourguignon. Essaye-t-on un air de Rossini
ou de Mozart? on cherche cette voix à la fois si ferme et si douce, qui
allait à l'âme par des routes mélodieuses. Est-ce le bal qui commence?
c'est encore vous qu'on demande, vous, la taille la plus svelte, le pied
le plus fin, la plus exquise parure, la valse la plus légère. Ainsi,
vous nous avez enlevé le meilleur de notre bien. La désolation est dans
le troupeau de vos fidèles. Mais prenez-y sarde: une jolie femme est
comme un homme célèbre, elle doit éviter de s'absenter trop longtemps;
tous les succès, dans cette ville inconstante et mobile, succès de génie
ou de beauté, risquent en quelques mois, en quelques jours, de trouver,
au retour, la place occupée; nous sommes encombrés de royautés
aspirantes, toujours prêtes à remplacer les royautés qui voyagent ou qui
se font ermites.

Cependant, Madame, je ne désespère pas de vous; vous n'êtes pas vouée à
la pénitence sans rémission. Vous le dirai-je? on devine que vous n'avez
pas une foi robuste, et que votre renoncement à Satan et à ses pompes
aura la durée d'une robe ou d'un chapeau. Oh! si vous tenez à votre
réputation de soeur convertie, si vous voulez qu'on vous tresse une
couronne de martyr, cachez mieux vos secrets: pourquoi avez-vous fait
demander à Victorine si les corsages se portaient toujours aussi longs,
à Janisset un bracelet d'améthiste, à Meissonnier son nouvel album, à
Fessy son dernier quadrille? et à moi, ne m'avez-vous pas écrit l'autre
jour, dans une de ces lettres charmantes dont votre souvenir console mon
regret: Dites-moi, mon ami: _que fait-on là-bas?_

Voilà un mot qui compromet singulièrement votre future canonisation.
_Que fait-on là-bas?_ nous a rendus tout heureux et tout fiers, nous,
vos pauvres délaissés; c'est un regard que vous jetez, en arrière et qui
nous revient; c'est un soupir qui vous échappe et remonte de notre cité.
Est-il donc vrai que l'âme la plus pénitente ne peut se détacher
entièrement de cette Babylone? Ce Paris que vous fuyez serait-il
semblable à ces dangereux séducteurs qu'on s'efforce de haïr et qu'on ne
peut oublier?

Vous me permettrez, Madame, de profiter de l'interrogation que vous
m'adressez pour introduire l'ennemi dans votre citadelle; vous avez levé
devant nous le pont et la herse. En bonne guerre, nous avons le droit de
vous attaquer par tous les moyens possibles; et si vous faites des aveux
qui prêtent flanc à l'assaut et nous donnent des intelligences dans la
place, en vérité, il serait par trop héroïque de n'en pas profiter.
Votre _que fait-on là-bas?_ est le levier qui va servir à vous battre en
brèche; il n'attaque pas de front votre solitude et n'enfonce pas les
portes, mais il les enr'ouvre ou permet tout au moins de se glisser au
travers des serrures. Vous aurez beau faire, toute demande exige une
réponse, et j'ai la prétention d'être trop poli pour me taire quand vous
me faites l'honneur de m'interroger. Je vous dirai donc _ce qu'on fait
ici_.

Remarquez que je n'agis pas en traître; que je ne suis pas un de ces
espions qui rôdent autour du camp pour surprendre les sentinelles
endormies: j'étais innocemment occupé à vous regretter; c'est vous qui
venez me chercher dans mon innocence; vous m'avez provoqué, je riposte;
mais, chevalier courtois, je vous dénonce mon entrée en campagne et le
commencement des hostilités.

Tenez-vous donc sur vos gardes; vous avez tenté de vous bastionner
contre Paris; pour se mettre à l'abri de ses atteintes, vos vingt ans
ont pris des quartiers d'hiver au sommet d'un mont, dans un vieux manoir
ou le vent siffle, où le tintement des heures retentit tristement dans
les longs corridors. Mais Paris ne lâche pas aisément sa proie; c'est un
ami charmant et dangereux, dont il est difficile de se défaire. Il n'est
jamais à bout de ruses pour retrouver ceux qui l'abandonnent, et pour
les assiéger; sans doute, votre solitude se croyait bien forte contre
lui, et bien abritée. Eh bien, vous le voyez! _Que fait-on là-bas?_
m'écrivez-vous. Ainsi, vous y songez; la ville traîtresse vous occupe
malgré vous; j'imagine que son brillant fantôme se promener isolément
dans les noires allées de votre parc dépouillé, et, pendant la nuit, se
glisse dans vos rêves.

C'est peu de vous poursuivre en idée, Paris va s'introduire en réalité
dans votre désert, et, dans cette escalade, il m'a choisi pour complice.
L'attaque qu'il vous prépare ne se fera point à main armée, au tranchant
du glaive, mais à la pointe de la plume; nous ne marcherons point au pas
de charge et la baïonnette au poing, nous écrirons; notre
quartier-général sera la poste aux lettres.

La poste aux lettres! Quel ermite pourrait se mettre, à l'abri de ses
atteintes? D'abord elle vous lance ses projectiles avec la rapidité de
l'éclair; vous n'avez pas le temps de préparer votre défense; la lettre
vous arrive de cent lieues et tombe sur vous, à votre réveil, sans que
vous puissiez l'éviter. Et remarquez la ruse! la traîtresse a soin de
s'envelopper avec art. Sait-on ce qu'elle pense? Sait-on ce qu'elle va
dire? Cependant on brûle de le savoir; la curiosité rompt le cachet, et
la médisance, la flatterie, la passion, tout ce qui se dérobe sous la
douceur de ce papier satiné, éclate tout à coup, vous saute aux yeux et
vous saisit au coeur.

Ainsi. Madame, nous entrerons chez vous, malgré vous, sous enveloppe.
Chaque semaine, ce Paris, que vous évitez, vous écrira par estafette ces
mille faits importants ou frivoles qui composent sa vie, sa bruyante vie
de tous les jours, et c'est moi qui lui servirai de secrétaire.
Prenez-en votre parti: il faudra bien que vous écoutiez le récit de ses
vertus et de ses vices, de ses belles actions et de ses sottises. Vous
aurez Paris au désert, et le silence de votre solitude sera troublé tous
les huit jours par cet écho mondain. N'est-il pas juste que je fasse
honneur à cette lettre de change que vous avez tirée sur moi: _que
fait-on là-bas?_

Je suis, Madame, le plus dévoué serviteur de vos deux beaux yeux.


LE DERNIER BAL DE L'HÔTEL-DE-VILLE.

[Illustration: Bal de l'Hôtel-de-Ville.]

Personne n'a contesté à la littérature le droit de ressusciter les
morts. Usons de ce privilège et rappelons pour quelques instants à la
vie le prévôt des marchands. Soyons nous-même son valet-de-chambre:
passons-lui les manches de son habit aux larges basques, coiffons son
honorable chef d'une large perruque, et vite une citadine au fantôme.
Nous arrivons: les fenêtres de l'Hôtel-de-Ville sont illuminées, la foule
des équipages prend la file à la porte; partout régnent le bruit et le
mouvement. Tout Paris est convoqué à heure fixe, non point pour prendre
une de ces délibérations qui changeaient la face de la monarchie. Il ne
s'agit ni d'une émeute, ni d'une révolution, mais tout simplement d'un
bal.

Vous figurez-vous l'étonnement de l'ombre municipale que nous venons
d'évoquer? Partout le luxe des peintures, des meubles et des ornements.
L'ancien parloir aux marchands est devenue méconnaissable; la
bourgeoisie elle-même a bien changé. Avec ces robes de gaze et de satin,
sous ces coiffures élégantes, au milieu de ce laisser-aller gracieux et
spirituel, comment reconnaître les rejetons de cette bourgeoisie grave,
économe, sévère, qui ne dansait que du bout des pieds, ne causait que du
bout des lèvres, et ne se mettait en frais de toilette et de plaisir que
pour fêter des rois, ou tout au moins des princes et des ambassadeurs?

Aujourd'hui la bourgeoisie, s'il nous est permis d'employer cette
formule d'étiquette, se reçoit elle-même. Elle n'attend plus qu'un grand
événement, une bataille gagnée, un baptême ou un mariage de roi, lui
fournissent un prétexte de réjouissance. Les salons municipaux
n'attendent pour s'ouvrir que le signal de l'hiver. La neige tombe pour
tout le monde. Les bals de l'Hôtel-de-Ville n'ont pas d'autre titre
officiel.

Si nous connaissions la langue des fantômes, que de choses nous aurions
à vous apprendre, feu M. le prévôt des marchands! mais peut-être
parle-t-on encore le français aux Champs-Élysées de l'autre monde. En ce
cas, permettez-moi, ombre égarée, de mettre le comble à votre
étonnement. Ce cavalier élégant qui s'élance si audacieusement dans les
périls de _l'en-avant-deux_, c'est un avocat; cet autre qui joue à la
bouillotte est un conseiller à la Cour Royale; celui-ci est un médecin,
celui-là est un membre de l'Académie. Qu'ont-ils fait? allez-vous me
dire, de leur robe et de leur bonnet carré? Parbleu, ils les ont laissés
à l'audience, à l'amphithéâtre et à la Sorbonne. Aujourd'hui les
avocats, les magistrats, les médecins, les savants, s'habillent et
s'amusent comme tout le monde. La justice et la science ne s'en trouvent
pas plus mal.

Si vous aviez, mon cher fantôme, une tenue plus décente, je vous
présenterais à votre successeur. Il a quitté le titre de prévôt pour
prendre celui de préfet. Cette jeune personne à laquelle il donne la
main pour la conduire à un quadrille, est tout simplement la fille d'un
négociant de la rue des Lombards. Vous alliez peut-être la prendre pour
une princesse. Que de grâce dans sa démarche! que de luxe dans ses
vêtements! C'est qu'aujourd'hui il n'y a plus de lois somptuaires ni
pour le costume, ni pour l'éducation.

Mais laissons notre fantôme à ses réflexions. On n'est pas tenu d'être
d'une politesse fastidieuse envers les ombres. Parcourons ces salles
étincelantes, suivons le bal jusque dans ses dernières contredanses.
Vous avez pu voir Paris éparpillé dans vingt salons; il est venu ce soir
se résumer dans l'Hôtel-de-Ville. L'aristocratie de la noblesse, si ce
n'est pas là un pléonasme, celle de la politique, de la finance, des
arts, de la littérature, servent pour ainsi dire de cadre aux joies de
la bourgeoisie parisienne. Ici c'est elle qui triomphe; elle est sur son
terrain; c'est une fête qu'elle vous donne dans son propre palais. Vous
voyez qu'il est digne d'une aussi puissante souveraine.

Il est difficile de jouir d'un plus beau coup d'oeil que celui qu'offre
un bal à l'Hôtel-de-Ville, imposant édifice dont les échos ont retenti
tour à tour de toutes les joies comme de toutes les douleurs de la
France, bal par bal, on pourrait reconstruire toute l'histoire de notre
pays. En attendant qu'on mette le burin aux mains de Terpsichore,
songeons que la fête de M. de Rambuteau est terminée, et rentrons chez
nous en évitant la place de Crève; ce trajet pourrait assombrir nos
souvenirs.



Revue algérienne [1]

[Note 1: Nous résumons dans cet article les principaux événements
depuis le commencement de l'année, de manière à n'avoir plus qu'à nous
tenir au courant des faits actuels et à les suivre avec toute la
rapidité possible.]

Les hostilités ont recommencé avec une nouvelle vigueur en Algérie,
pendant le mois de janvier 1843, pour continuer de même en février, ou
plutôt elles n'ont pas été un instant interrompues par la mauvaise
saison.

[Illustration: Le général de La Moricière..]

[Illustration: Retour à Cherchel--Passage d'un torrent.]

Le gouverneur-général avait senti l'importance de ne pas laisser
Abd-el-Kader s'établir tranquillement, pendant tout l'hiver, dans la
chaîne des montagnes de l'Ouarenseris (province d'Oran). Dans cette
position, où il se procurait d'ailleurs d'abondantes ressources et
disposait de nombreux guerriers de ces montagnes, l'émir dominait tout
le pays entre le Chélif et la Mina, maintenait dans la crainte, aux
alentours, les tribus qui nous paraissaient les plus dévouées, et
pouvait, en reconstituant de nouvelles forces, attaquer sérieusement les
entrées que nous possédons en avant de Alédéah, Milianah et Mostaganem.
M. le général Bugeaud résolut donc de porter, même en hiver, une guerre
sérieuse sur l'Ouarenseris. Dans cette vue, trois colonnes de la
division d'Alger furent réunies, le 24 novembre 1842, sous les murs de
Milianah, et se mirent en mouvement le 25, celle de droite, commandée
par le gouverneur-général, ayant sous ses ordres M. le duc d'Aumale;
celle du centre par le général Changarnier, celle de gauche par le
colonel Korte. En même temps, les divisions de Mascara (général de La
Moricière) et de Mostaganem (général Gentil), devaient manoeuvrer contre
la grande tribu insoumise des Mitas, de manière à rejeter ces
populations sur les autres colonnes, pendant que celles-ci occuperaient
leurs retraites habituelles dans les montagnes boisées des Beni-Ouragh.

Les manoeuvres combinées entre les trois divisions d'Alger, de Mascara
et de Mostaganem obtinrent un succès complet, et en vingt-deux jours, le
17 décembre, elles avaient soumis presque toute la chaîne de
l'Ouarenseris jusqu'à l'Oued-Rihon, toute la vallée du Chélif sur la
rive gauche et deux tribus sur la rive droite, la presque totalité de la
tribu des Flitas, qui compte trois mille cavaliers, et toutes les tribus
secondaires qui bordent la Djediana et la rive gauche de l'Oueri-Rihon.
Ces résultats n'avaient été d'abord espérés que pour la campagne du
printemps.

La question ainsi résolue sur la rive gauche du Chélif, le moment a
semblé opportun de porter nos armes du côté de Tenès, où elles n'avaient
pas encore paru. Cette expédition a été conduite avec succès par le
général Changarnier, qui, après avoir occupé Tenès pendant deux jours, a
abandonné, le 29 décembre, cette bourgade, où il n'avait trouvé aucune
ressource, et où une garnison française sera sans doute installée plus
tard.

Ces diverses opérations avaient porté des coups trop sensibles à la
puissance d'Abd-el-Kader pour qu'il ne cherchât pas à en neutraliser les
effets. Dès le principe des soumissions, il avait entretenu des
intelligences actives avec les tribus soumises. La contrée la mieux
disposée pour ses vues était, sans nul doute, cette partie de l'Atlas
qui s'étend de Cherchel jusqu'auprès de Tenès, et qui est bornée au nord
par la mer, et au sud par la vallée du Chélif. Arrivé du sud avec un
millier de chevaux réguliers ou irréguliers, il s'est bien vite recruté
dans la valléw du Chélif, de tribu en tribu, et il a envahi l'Aghalik de
Braz avec environ deux mille cavaliers et cinq ou six cents fantassins.

Le 7 janvier, Abd-el-Kader a exécuté contre les Athaf, à une journée à
l'ouest de Milianah, une rhazia qui a été le signal d'une nombreuse
défection parmi les tribus soumises au mois de décembre. A l'exception
de deux ou trois, toutes les autres de cette partie de la vallée du
Chélif ont de nouveau reconnu son autorité. Abd-el-Kader s'est montré
cruel cette fois: notre kaïri des Brâz de l'est et ses trois fils ont
été décapités: il a fait mutiler quelques chefs, crever les yeux à
d'autres; enfin tous les hommes soupçonnés d'attachement à notre cause
ont été enlevés.

Après avoir ravagé les Athaf et les Kosseir. Abd-el-Kader s'est jeté
dans les hautes montagnes des Zatima, Beni-Zioui Larhalh et Couraya, où
il a réuni à peu près trois mille Kabaïles. A la tête de ces forces il
s'est avancé avec son khalifah-el-Berkani chez les Beni-Menasser, où ses
émissaires et ses intrigues l'avaient devancé, et qu'il voulait pousser
à faire une démonstration contre Cherchel. Le général de Bar, marchant à
sa rencontre dans l'ouest, eut avec lui plusieurs engagements les 23. 24
et 25 janvier, et le refoula dans les grandes montagnes de Gouraya. De
son côté, le général Changarnier sorti de Milianah le 22, porta, par la
hardiesse de ses mouvements, le trouble et le ravage sur les derrières
de l'émir, et punit sévèrement plusieurs tribus qui avaient cédé à
l'entraînement de leur ancien chef. En même temps. M. le duc d'Aumale
faisait un brillant coup de main sur nos ennemis du sud de Milianah, et,
au moyen de nombreuses prises, indemnisait largement nos alliés des
perles que les rhazias d'Abd-el-Kader leur avaient fait éprouver.

Le 27 janvier, à quatre heures du matin. M. le lieutenant-colonel de
l'Admirault vint à Alger à bord du bateau à vapeur _le Phare_, envoyé
exprès pour connaître le véritable état des choses, annoncer au
gouverneur-général les progrès de l'insurrection et l'arrivée
d'Abd-el-Kader dans la partie occidentale de la province de Titteri. A
une heure après midi, le général Bugeaud était embarqué avec deux
bataillons, et débarqua dans la nuit à Cherchel. Le 30, il s'est mis en
campagne, afin de poursuivre Abd-el-Kader et de châtier les tribus qui
avaient répondu à son appel. Le mauvais temps ne lui a pas permis
d'exécuter entièrement la campagne projetée: mais le but principal a été
atteint: Abd-el-Kader et son khalifah-el-Berkani ont été repoussés dans
l'ouest. Le gros rassemblement de Kabaïles qu'ils avaient opéré s'est
dispersé dans tous les sens. Deux des plus importantes tribus rebelles,
les Beni-Menasser et les Beni-Ferrah, ont été sévèrement punies.

Un ouragan affreux, mêlé sans interruption de grêle et de neige, a
obligé le corps expéditionnaire à descendre bien vite des hautes régions
montagneuses pour regagner les bords de la mer, où l'attendait un
convoi. Il l'a atteint le 5 février à quatre heures du soir, non sans
difficulté, car le mauvais temps a continué, et, la nuit du 6 au 7, la
pluie tombait avec une telle force, que tous les feux du camp ont été
éteints. La colonne s'est acheminée lentement vers Cherchel. Les
ruisseaux étaient devenus des torrents impétueux, et la rapidité des
eaux était telle, qu'il y avait lieu de redouter beaucoup de malheurs.
Des cordes ont été tendues, et les pelotons, bien unis par les bras et
appuyés à la corde par l'une de leurs ailes, ont ainsi franchi sept
torrents. Grâce à cet expédient, on n'a eu à regretter que la perte de
deux hommes.

Dans cette courte mais pénible expédition, le général Bugeaud a failli
être tué, comme le fut le colonel Leblond il y a quelques mois: six
coups de fusil, tirés presque en même temps par des Arabes embusqués,
ont blessé le cheval du gouverneur-général.

--A la nouvelle de l'apparition d'Abd-el-Kader dans la province de
Titteri, le bruit a couru à Alger que ses troupes avaient envahi une
partie de la plaine de la Metidjah et surpris quelques-uns de nos
détachements: ce bruit était complètement faux. Dès le 27 janvier, le
colonel Korte se dirigea, à la tête de toute la cavalerie, vers
Boufarik, de fortes reconnaissances furent poussées dans tous les sens,
et l'on n'aperçut pas un seul ennemi. Les convois militaires circulèrent
avec la même sécurité qu'auparavant. Le retour des désastres de la fin
de 1839 et du commencement de 1840 ne semble plus à craindre Alors
Abd-el-Kader disposait de forces assez considérables; il avait ses
places fortes, et la paix lui avait laissé le temps de se préparer à la
guerre; enfin, nous étions sur la défensive. Mais, depuis deux ans, la
face des affaires a changé. Nous avons repris partout l'offensive.
L'ennemi, battu sur tous les points, a vu ses places fortes détruites de
fond en comble, ses douares incendiées, ses récoltes ravagées. De
prince, de général qu'il était, car il avait un gouvernement, une armée.
Abd-el-Kader, après avoir été pourchassé jusque dans les contrées les
plus éloignés, est devenu un simple chef de bandes, marquant son passage
par des massacres et des dévastations. La guerre se poursuit maintenant
dans l'intérieur, où nos colonnes ne rencontrent plus qu'une molle
résistance. Si quelques fractions de tribus suivent encore la fortune de
celui qui se donnait naguère, le titre pompeux de sultan, c'est que nos
troupes ne peuvent pas se trouver toujours en tous lieux pour protéger
nos alliés. Mais, à la tournure qu'ont prise les événements, les centres
de population, il faut l'espérer, n'auront plus à redouter les
agressions de l'ennemi, et la plaine de la Metidjah semble désormais à
l'abri d'un coup de main.

--Les marchés d'Alger sont abondamment approvisionnés et les denrées
baissent de prix. Le carnaval a été brillant à Alger, voire même à
Blidah, où, entre autres importations françaises, on n'est pas peu
surpris de trouver des magasins de costumes et de masques.

--Jusqu'à ce jour, les exécutions à mort avaient eu lieu, dans
l'Algérie, par le yatagan, suivant l'usage que nous y avions trouvé
établi: c'était aussi un exécuteur musulman qui avait continué à remplir
ce redoutable office.

Un fâcheux incident, survenu l'année dernière, a provoqué à cet égard
une innovation nécessaire. Le 5 mai 1842. fut exécuté, hors de la porte
Babazoun, à Alger, le nommé Grass, condamné à mort par la Cour royale
d'Alger. L'exécuteur indigène, appelé peut-être pour la première fois à
décapiter un chrétien, et saisi d'une émotion extraordinaire, fut obligé
de s'y prendre à plusieurs reprises pour achever le supplice du patient;
la foule indignée menaça les jours de l'exécuteur, et celui-ci ne dut
son salut qu'à l'intervention de la force publique. Pour prévenir le
retour d'un si hideux spectacle, l'autorité locale a demandé et obtenu
de M. le ministre de la Guerre, l'introduction en Algérie de
l'instrument de supplice usité en France, et le remplacement de
l'exécuteur algérien par un exécuteur français.

Le 10 février, l'échafaud a été dressé sur la place Bab-el-Oued, à
Alger, et la terrible machine a fonctionné pour la première fois. Le
nommé Abd-el-Kader Zellouf ben Dahman, condamné à mort pour crime
d'assassinat, par arrêt de la Cour royale du 10 septembre dernier, a
subi sa peine à une heure après midi. La nouveauté du spectacle parait
avoir vivement impressionné les spectateurs indigènes, et, après
l'exécution, ils se sont précipités en foule vers l'échafaud pour
l'examiner dans tous ses détails.

--En vertu d'une décision du ministre de la Guerre, du 20 février, les
sous-officiers et soldats de l'armée d'Afrique, autorisés, lors de leur
libération du service militaire, à rester en Algérie, conserveront
pendant deux années, à dater du jour de leur libération, le droit tant
au passage gratuit pour rentrer en France, qu'à l'indemnité de route de
leur ancien grade, pour se rendre du port de débarquement dans leurs
foyers. Les anciens militaires qui demanderont, avant l'expiration des
deux années, à rentrer en France, devront, pour obtenir une feuille de
route donnant droit au passage gratuit et à l'indemnité, exhiber,
indépendamment de leur congé de libération, un certificat de l'autorité
militaire ou civile du lieu où ils auront eu leur dernier domicile, en
constatant qu'ils ont toujours tenu une bonne conduite pendant leur
séjour en Algérie.

--Le bateau à vapeur _le Tartare_, qui avait été expédié à Tanger avec
notre nouveau consul à Mogador, M. le chef d'escadron Pellissier, auteur
des _Annales algériennes_, est rentré à Oran le 29 janvier, ayant
toujours à bord le consul et sa famille. A son arrivée à Tanger, M.
Pellissier apprit du consul de France dans cette ville que l'empereur
Abd-el-Rahman lui refusait _Vexequatur_. L'empereur de Maroc a donné
pour motifs de son refus qu'il ne voyait pas la nécessité de la présence
d'un consul français à Mogador, attendu que celui qui gérait
temporairement le consulat remplissait sa mission à la satisfaction des
Français et des Marocains, et que l'on n'avait rien de mieux à faire que
de le maintenir dans cette position. Toutes les démarches faites pour
déterminer l'empereur à revenir sur sa décision ayant été infructueuses,
le _Tartare_ a ramené dans le port d'Oran le consul _in partibus_, qui y
attend des ordres du gouvernement. La véritable cause de son exclusion,
c'est peut-être que M. le commandant Pellissier a été longtemps à Alger
chef du bureau arabe, et qu'il serait plus difficile de cacher à lui
qu'à tout autre l'assistance secrète que, malgré les dénégations
officielles, Abd-el-Kader continue à recevoir du Maroc.

--Dans le beylik de Tlemsen règne une assez grande tranquillité, et les
populations, protégées par la présence de la colonne mobile du général
Bedeau, comptent sur une abondante récolte.

--La colonne de Mostaganem, sous les ordres du général Gentil, est
toujours en mouvement; sa mission est de prêter aide et assistance, en
cas de besoin, aux tribus alliées.

--Après avoir pris quelque repos, la colonne de Mascara, sous le
commandement de M le général de La Moricière, est de nouveau entrée en
campagne. Pendant ces excursions, le colonel Géry, du 56e de ligne,
commande la place de Mascara, et le colonel Thiéry, du 6e léger, celle
d'Oran.

--Les opérations militaires ont été continuées dans l'ouest de Cherchel
par le général de Bar, qui a reçu, auprès de la ville kabaïle de
Terzout, la soumission de la tribu de Zatima, à laquelle elle
appartient, et celle des Beni-Zioui, auprès de Ghelanzero, leur
principal village, dans un pays où les habitants se croyaient
inexpugnables, parce que les Turcs n'avaient jamais pénétré chez eux. Le
général de Bar n'a pas reçu un seul coup de fusil en parcourant le
territoire horriblement accidenté de six tribus kabaïles, dont la
première est à dix lieues ouest de Cherchel, et dont les autres
s'étendent à deux ou trois marches de Tenès; tandis que le colonel
Picouleau, dans deux sorties successives, a éprouvé une résistance
sérieuse chez les Beni-Menasser, à une marche seulement au sud de
Cherchel. Ses attaques persévérantes contre les Beni-Menasser ont obtenu
la soumission de cinq fractions de cette tribu considérable; les
fantassins se sont joints à lui pour contraindre les hautes montagnes à
suivre leur exemple; mais c'est la partie la plus belliqueuse et la plus
difficile du territoire. Il est probable qu'il y aura d'autres combats,
parce que la famille des Berkani a encore sur cette contrée une immense
influence, et que son chef, proscrit par l'arrêté du 10 février,
soutiendra une lutte opiniâtre.

--Dans la province de Constantine, M le général Baraguey-d'Hilliers a
dirigé avec succès, du 12 au 22 février, une opération militaire
importante: il s'agissait d'attaquer la ligne des Zerdezas et de
soumettre ce chaînon intermédiaire de la résistance kabaïle qui, de la
frontière d'Alger, s'étend jusqu'à celle de Tunis et interrompt les
communications avec la mer. Quatre colonnes, parties simultanément de
Constantine, de Philippeville, de Bone et de Guelma, ont envahi ces
montagnes presque inaccessibles, et, grâce à leurs mouvements
heureusement combinées et exécutés, elles ont imprimé une grande terreur
aux tribus ennemies, en leur prouvant que nos troupes sauraient les
atteindre et les vaincre, quelque grandes que fussent les difficultés du
pays. Les parcs de l'État approvisionnés de plus de 3,000 boeufs, le
train des équipages remonté de 200 mulets, la soumission de cette partie
de la province garantie par des otages, et, par suite, une plus grande
abondance sur nos marchés, rumine aussi plus de sécurité pour l'armée et
le commerce, sont les résultats positifs de cette brillante expédition.


MANUSCRITS DE NAPOLÉON [1]

[Note 1: La reproduction des manuscrits de Napoléon est interdite.]

LETTRES SUR LA CORSE A M. L'ABBÉ RAYNAL.

LETTRE DEUXIÈME.


Monsieur,

Nous avons parcouru rapidement les régions ténébreuses de notre histoire
ancienne; nous voici arrivés au douzième siècle; nos annales commencent
à s'éclaircir. A cette époque, la tradition, les monuments ont pu
instruire Giovanni della Grossa, notre premier historien, qui naquit en
1378, Piero Antonio Alonteggiani, qui écrivoit en 1525, Marco Antonio
Ceccaldi, qui cessa de vivre en 1569, Circeo, qui acheva son ouvrage en
1576, Filippini, qui publia son histoire en 1594.

A l'époque où les Corses libres avoient trouvé un refuge dans la
confédération de Pise, les Génois abordèrent dans leur île; l'esprit de
faction et l'intrigue y arrivèrent avec eux. Armer le fils contre le
père, le neveu contre l'oncle, le frère contre le frère, paroissoit à
ces avides Liguriens le chef-d'oeuvre de la politique. S'étant rendus
maîtres de _Bonifazio_, en trahissant les liens les plus sacrés de
l'hospitalité, ils commencèrent à semer dans tous les coeurs le poison
des factions.

Les Pisans, affoiblis par leur guerre, préoccupés des graves intérêts
qu'ils avoient à soutenir dans le continent, se trouvèrent hors d'état
de s'opposer aux projets des Génois et de maintenir la paix entre les
différents pouvoirs qui existoient alors en Corse. Les seigneurs, ne
connoissant plus de frein, aspirèrent à la tyrannie; le peuple, dénué de
protecteurs, se livra à tout l'emportement de son indignation, et menaça
les barons de les dépouiller d'une autorité illégitime et contraire à
tous les droits naturels. L'un et l'autre parti comptoient sur l'appui
des Génois qui fomentoient leurs discordes. Les barons, sur la promesse
d'une protection efficace, se confédérèrent avec la république de Gènes,
et lui prêtèrent hommage. Les communes s'unirent et reconnurent
Sinuccello della Rocca pour _Giudice_, ou premier magistrat.

SINUCCELLO DELLA ROCCA. 1258.--Sinuccello della Rocca, distingué dans
les armées pisanes par son rare courage, ne l'étoit pas moins par son
austère justice. Pendant soixante ans qu'il fut à la tête des affaires
publiques, il sut contenir Gènes, et effacer des privilèges des
seigneurs ce qui étoit contraire à la liberté publique. D'une humeur
toujours égale, impartial dans ses jugements, calme dans ses passions,
sévère par caractère et par réflexion. Sinuccello est du petit nombre
des hommes que la nature jette sur la terre pour l'étonner. Au
commencement de sa carrière publique, on lui contestait son autorité,
foiblement accompagné, il erroit dans les montagnes de Quenza. Un chef
fort accrédité dans ces pièves, après avoir tué un de ses rivaux, se
présenta à lui. Sinuccello méprisant l'avantage qu'il pouvoit tirer d'un
homme puissant, fait constater son crime et le fait mourir. La renommée
répand ce fait, on accourt de tous côtés se ranger sous ses drapeaux.

Pise, écrasée à la journée de la Meloria, ne donna plus d'ombrage; les
Génois résolurent de faire tous les efforts pour profiter des
circonstances. Voyant la difficulté de vaincre Sinuccello, ils firent en
sorte de le gagner; envisageant d'ailleurs les barons comme les
principaux obstacles à leur domination, ils les désignèrent à être
d'abord sacrifiés. Sinuccello, qui ne perdoit pas de vue le grand objet
de l'indépendance de la Corse, vit avec plaisir les ennemis naturels de
sa patrie s'entre-déchirer. Profitant des événements, il sut faire
tourner à l'avantage public l'animosité des deux partis. Il dut chercher
à diminuer la puissance des barons, mais il le fit avec prudence, et
garda assez de mesure pour pouvoir se réconcilier avec eux quand il
seroit temps; en effet, dès que les succès multipliés des Génois les
eurent affaiblis, Sinuccello leur tendit la main, les incorpora dans le
reste de la nation, et obligea les ennemis communs à repasser les mers,
après avoir remporté sur eux de grands avantages. Ce fut dans une de ces
rencontres, qu'ayant fait un grand nombre de prisonniers, leurs femmes
vinrent de Bonifazio apporter leur rançon. Sinuccello les reçut avec
humanité, et les confia à la garde de son neveu. Ce jeune homme, égaré
par l'amour, trahit les devoirs de l'hospitalité et de la probité
publique, malgré la vive résistance d'une de ces infortunées. Navrée de
l'affront qu'elle venoit d'essuyer, les cheveux épars, ses beaux yeux
égarés et flétris par la honte, elle se prosterne aux pieds de
Sinuccello, et lui dit: «Si tu es un tyran sans pitié pour les foibles,
achève de faire périr une malheureuse avilie; si tu es un magistrat, si
tu es chargé par les peuples de l'exécution des lois, fais-les respecter
par les puissants. Je suis étrangère et ton ennemie; mais je suis venue
sur la foi, et je suis outragée par ton sang, par le dépositaire de ta
confiance...» Sinuccello fait appeler le criminel, constate son délit,
et le fait mourir sur-le-champ. C'est par de pareils moyens qu'il
soutînt toujours la rigueur des lois. Ses armes prospérèrent, et la
nation unie vécut longtemps tranquille. Dès cette époque jusqu'au temps
de Sambucuccio, les Génois ne parurent plus en Corse; ils furent
découragés par les pertes qu'ils avoient faites; ils se contentèrent de
fomenter, dans l'obscurité, la guerre civile, mais Sinuccello sut rendre
vaines toutes leurs trames; il vieillit, et la perte de sa vue fut son
premier malheur.

Guglielmo de Pietrallerata, gagné par les Liguriens, méprisant un
vieillard caduc et accablé d'infirmités, déploie l'étendard de la
rébellion; Lupo d'Ornano, neveu de Sinuccello mis à la tête de la force
publique, marche, bat, près de la Mezzana, l'imprudent Guglielmo, qui,
sans ressource, a recours à la commisération du jeune vainqueur, de qui
il obtient une suspension de quelques jours. Lupo se reproche déjà un
délai qui peut rendre inutile sa victoire, flétrir ses lauriers et lui
enlever son triomphe. Dans l'inquiétude de ces pensées arrive le terme
de la suspension; une entrevue lui est demandée, il y court avec
impatience; il va enfin, par la captivité de son ennemi, se rendre
illustre parmi les siens, et mériter de succéder aux honneurs comme à la
puissance de son oncle....; les deux escortes restent à trois cents
pas; les deux chefs s'avancent, se joignent, une visière se lève, et, au
lieu de Guglielmo, laisse voir sa fille, l'intéressante Véronica.

«Lupo, lui dit Véronica, il n'y a pas encore un an que nous vivions en
frères, et il faut que la fortune te réserve une destinée bien
glorieuse, puisque ton coup d'essai a été la défaite de mon père....
Lupo, je t'ai vu à mes genoux me promettre un amour constant; ô Lupo, je
viens aujourd'hui implorer de toi la vie!» Ce jeune héros, hors de lui,
conserve cependant assez de force pour fuir; mais Véronica le retient.
«Je ne viens pas ici séduire votre vertu, lui dit-elle, la gloire de
Lupo est plus chère à Véronica que la vie: celle de mon père et des
miens est en danger, et c'est vous qui la menacez......... Quelle
horrible position est la mienne! et si vous refusez de m'écouter, de qui
devrai-je attendre la pitié? Sinuccello ne pardonne jamais, et c'est
vous qui ètes destiné à être le ministre de ses cruautés! Lupo,
pourrois-tu être le bourreau des miens, pourrois-tu porter la flamme
dans ce séjour où tu passas à mes côtés les plus belles années de ton
enfance?» Déchiré par les sentiments les plus opposés, retenu par
l'amour, Lupo obéit au devoir, il s'arrache avec violence et fait
quelques pas pour s'éloigner, mais un cri qui lui perce le coeur
l'oblige à s'arrêter, à détourner la tête, et lui laisse voir Véronica
se précipitant sur sa lance, prête à se donner la mort; il revient
brusquement, arrive à temps, prend dans ses bras et arrose de ses larmes
celle qui l'a vaincu sans retour, et qui, pâle, affaiblie par les
efforts qu'elle vient de faire, lui dit: «Je n'ai à te proposer rien
d'indigne de toi; écoute-moi, et quand j'aurai cessé de parler, si ta
gloire, si ton devoir l'ordonnent, tu pourras me laisser seule en proie
à mon sort affreux.....Sinuccello est vieux et infirme; il faut à la
république un magistrat actif et dans la force de l'âge; tu t'es rendu
assez grand pour pouvoir prétendre à gouverner tes concitoyens; mon père
et les siens te promettent leur appui; Sinuccello lui-même ne pourra
s'opposer à toi: à l'âge où l'on doit encore obéir, tu seras le premier
de la république, qui, heureuse et comblée de prospérité par tes vertus,
par ton courage, ne laissera rien à désirer à ton coeur; la main de
Véronica cimentera ta puissance, Véronica t'aura dû la vie, et, s'il est
possible, son amour s'en accroîtra.»

Lorsque l'homme imprudent a laissé pénétrer dans son sein un amour
désordonné, lorsque la femme qui l'a allumé vient d'échapper à la mort,
et qu'elle est embellie par la pâleur de l'angoisse, par les souffrances
du coeur, il est au-dessus des forces accordées aux faibles mortels de
résister. Lupo fléchit donc, et les intérêts du devoir, de la patrie et
de la gloire firent place à l'amour. Guglielmo put s'échapper;
l'inflexible Sinuccello fit instruire le procès de son neveu, et oublia
sa victoire pour ne voir que sa faute. Celui-ci, n'ayant plus de
ménagement à garder, s'unit à Guglielmo, et épousa la tendre Véronica.
Salnese, propre fils de Sinuccello, se joignit aux ennemis de son père;
tous réunis, ils dressèrent une embuscade et firent prisonnier le
vieillard. Ils furent longtemps indécis sur le sort qu'ils lui
réserveroient: les uns le vouloient mettre à mort, mais Lupo ne voulut
jamais y consentir. Le garder prisonnier était le parti le moins sur. Le
peuple, ému par le souvenir de ses services et par son grand âge, auroit
pu, dans un retour de son amour, lui restituer l'autorité. Dans cet
embarras, les conjurés s'avisèrent de l'expédient qui réunissait tous
les avantages, c'était de le livrer aux Génois... Un Spinola vint le
prendre avec quatre galères. La tâche de l'historien devient pénible
lorsqu'il a de tels faits à raconter. Le discours que les écrivains lui
font prononcer, au moment de s'embarquer, est le dernier trait qui
achève d'indigner contre les monstres qui l'ont trahi.... «Lupo, dit
d'un ton ferme ce malheureux vieillard, ton coeur me vengera, je le
commis bien; tu n'étois pas fait pour éprouver des remords: tu as été
méchant, parce que tu as été faible... Quant à toi. Salnese, ton âme
atroce me punit de ne pas t'avoir laissé périr sur l'échafaud, souillé
du crime de la mort de mon intime ami. Je fus faible; l'amour paternel
étouffa le cri de la justice. Je te sauvai du supplice que tu méritois;
j'expie durement cette unique faute de ma vie; mais quatre-vingts ans de
vertu n'effacent-ils pas une faiblesse?... Salnese, que ta femme
t'abreuve de douleur! que tes enfants conjurés contre toi te ressemblent
par leur méchanceté! que tu périsses, ne laissant parmi les hommes que
l'exécration de ta mémoire! Salnese, je te maudis avec la postérité!»

En achevant de parler, cet illustre vieillard se prosterna à genoux, se
couvrit la tête de sable, médita un moment, et puis, d'un pas ferme, il
monta sur un navire qui l'attendoit. Salnese étoit ému, mais de colère;
les dernières paroles de son père avoient excité cette âme de fiel.
Quant à Lupo, la révolution fut étonnante, le bandeau parut tomber;
l'effervescence de la passion qui lui avoit voilé l'énormité de son
crime s'apaisa; il eut horreur de lui-même, il chercha à réparer ses
fautes, mais ses efforts furent vains. Alors, se roulant sur le sable,
se jetant à la mer, il appeloit tour à tour la mort et Sinuccello;
heureux celui-ci, dans sa catastrophe, s'il eut pu être témoin du
repentir de celui qu'il avoit adopté pour fils. Son âme en eut été
rafraîchie, et peut-être l'émotion du sentiment lui eut fait goûter un
plaisir avant de mourir.

Arrivé à Gènes, ce grand homme périt au bout de quelques jours, dans un
âge très-avancé [1]; il laissa quatre enfants, tous indignes de lui,
tous marchant sur les traces de leur frère aîné. Lupo parut se consoler;
le temps et le coeur de l'intéressante Véronica adoucirent le venin des
remords. Lupo acquit une grande puissance, mais sa femme, mourut et les
remords revinrent se saisir de leur proie. Il mourut enfin
misérablement. Orlando, le plus puissant de ses enfants, périt sur
l'échafaud; l'amour fit le malheur de cette race. Orlando devint épris
de la femme de son frère, et cette passion fut la cause de sa mort
ignominieuse.

Quant à Salnese, il prospéra toujours, et toujours faisant le mal. Après
avoir trahi son père, il vendit son oncle pour quatre cents écus d'or;
mais enfin ses deux enfants meurent sans postérité, et leur mort délivra
notre pays d'une race de monstres.

LES GIOVANNALI (1355).--De grands troubles suivirent la mort de
Sinuccello; les différents partis se choquèrent violemment. Les Génois
parurent vouloir profiter de cet instant, mais ils manquèrent d'énergie.
L'on a peine à suivre les différentes factions qui se partagent la
scène, lorsque tout d'un coup l'on voit les Giovannali s'élever d'un vol
hardi. Deux frères de la lie du peuple, mais d'un esprit noble, d'un
grand courage, tentent la régénération de leur pays; ils voient que les
débris du régime féodal qui s'appuyoit sur des lois instituées par les
préjugés, dictées la plupart par les circonstances, mêlées de
superstitions romaines, n'offraient qu'une bigarrure dégoûtante, propre
à perpétuer l'anarchie. Ils comprirent qu'un palliatif n'étoit pas de
saison. Ils employèrent les moyens les plus forts; ils prêchèrent les
vérités les plus hardies, les grands dogmes de l'égalité, de la
souveraineté du peuple, de l'illégitimité de toute autorité qui n'émane
pas de lui; ils firent en peu de temps de nombreux partisans, et ils
n'étoient pas loin de rallier toute la nation à leurs principes, lorsque
le Vatican publia une croisade contre eux, sous prétexte que leur morale
n'étoit pas conforme à l'Évangile; une armée de croisés marcha contre
les Giovannali, qui, après une vigoureuse résistance, furent exterminés
jusqu'au dernier avec une telle barbarie que le proverbe s'en conserve
encore: _Il a été traité comme les Giovannali_. Pour justifier cette
exécrable entreprise, on a eu recours aux armes ordinaires. On a
calomnié sans ménagement; on a dit tout ce qui a été répété depuis sur
les protestants de Paris, qu'ils s'assembloient, qu'ils éteignoient les
lumières pour se livrer à leur lubricité. Impostures dignes de leur
auteur... Les infortunés Giovannali périrent victimes de la superstition
de leur siècle.

SAMBUCUCCIO D'ALANDO (1359).--Le vieux Sambucuccio étoit un des plus
fermes soutiens de Giovannali. Blessé dans le dernier combat que ces
infortunés livrèrent, il se réfugia dans une caverne du Fiumorbo, pour
pouvoir mourir libre et inspirer à son fils ces sentiments qui portent à
tout entreprendre et à braver tous les dangers. Ses leçons
fructifièrent, et Sambucuccio son fils, dès qu'il lui eut fermé les
yeux, fit jurer à ses compagnons de ne rien épargner pour rétablir la
république et les communes. Pour mieux exciter son zèle, pour qu'il eût
devant les yeux un objet toujours présent qui lui fit un devoir de ne
pas perdre un instant, son père lui avoit fait promettre de ne rendre
les derniers honneurs à son corps qu'après le premier succès qu'il
devoit obtenir dans sa juste entreprise. Il laissa donc le corps du
vieux Sambucuccio sans sépulture, et il se transporta rapidement dans
les pièves de Rostino et d'Ampugnani. Par ses discours autant que par
les premiers avantages qu'il remporta sur les barons, il rétablit la
confiance, ranima le courage, se fit une armée, fut créé premier
magistrat, et partout il fit triompher la bonne cause; mais, le fer
d'une main et le flambeau de l'autre, il se porta à d'horribles excès
que rien ne peut justifier, pas même le droit de représailles, et que
condamne essentiellement la politique. D'une stature, d'une imagination,
d'un courage gigantesques, il fut extrême dans toutes ses opérations, il
crut devoir s'étayer de quelques secours étrangers, il se confédéra avec
les communes de Gènes. Démarche imprudente, qui a coûté cher à son pays
qu'il avoit cru servir. Plein de fougue, de force et de haine, mais sans
politique, sans ménagement et sans dextérité, Sambucuccio opposoit à
tout sa propre personne. Il ne tarda pas à être dominé par les alliés
qu'il s'étoit donnés, et qui, insensiblement, à force d'adresse, s'étant
rendus ses maîtres; il s'en aperçut enfin, mais trop tard. Il ne lui
restoit plus qu'un parti, c'étoit de pardonner aux nobles, de rechercher
leur amitié, d'effacer autant qu'il étoit possible la défiance et le
souvenir des maux passés; mais, soit que Sambucuccio comprit qu'il étoit
impossible à ceux-ci d'avoir jamais confiance en un homme qui, depuis
tant d'années, étoit leur fléau, soit que, se souvenant de leur avoir
juré dans les mains de son père une haine implacable, il ne voulût pas
être infidèle à son serment, il ne trouva pas d'autre expédient que de
finir une vie dont tous les moments avoient été sacrifiés à la patrie.

[Note 1: Napoléon, à l'exemple de Filippini qu'il suit ici avec trop
de confiance, a confondu le Giudice Sinuccello della Rocca avec un autre
autre _Giudice_, qui vécut longtemps après le premier. Cette erreur de
Filippini avait déjà été signalée par Cambragi, dans son _Istoria de
Corsica_ (tome 1, page 239), publiée en 4 volumes in-4, en 1770.]

Il termina ses jours dans cette exaltation de principe particulière aux
sectateurs des Giovannali. Sambucuccio naquit les armes à la main contre
l'aristocratie, et périt comme Caton, pour ne rien faire d'indigne de
soi, ou comme Codrus, pour lever un obstacle à la félicité de son pays.

ARRIGO DELLA ROCCA (1378).--Avant de mourir, Sambucuccio avait désigné
au peuple Arrigo della Rocca, comme digne de sa confiance. Arrigo,
ennemi implacable de Gènes, ami des communes, avoit l'avantage de tenir
aux barons par la naissance et par les alliances; presque toute la
nation marcha, se rallia autour de lui: en peu de temps, il obligea les
ennemis à repasser la mer. Mais les Génois ne pouvoient si promptement
abandonner une entreprise qui étoit l'objet des intrigues fomentées, des
crimes commis, du sang versé pendant deux siècles. Ils comprirent
seulement qu'il falloit ou une masse de forces plus considérables, ou
des ressorts plus compliqués, pour soumettre une nation indomptable; ils
comprirent que le principal avantage qu'ils tiroient de l'île consistant
dans un commerce exclusif, ainsi que dans la possession des ports qui
favorisaient leur marine et les rendoient redoutables à leurs ennemis,
ils pouvoient remplir le même but en tenant les places maritimes et en
abandonnant l'intérieur aux factieux, que l'on exciteroit pour les
empêcher de se rallier. D'ailleurs le commerce avoit beaucoup accru la
puissance de certaines familles de Gênes; il n'étoit pas moins important
pour la liberté de les affoiblir. L'on imagina de les mettre aux prises
avec les Corses. Dans ce but, la république déclara abandonner les
affaires intérieures de l'île et ne plus vouloir se mêler de protéger un
peuple ingrat; sous main cependant, elle sollicita les plus puissants
patriciens d'employer leurs richesses à une conquête glorieuse pour la
patrie et avantageuse pour leur famille.

L'ambition excitée est aveugle, et cinq des plus puissantes familles de
Gènes s'allièrent sous le nom de _compagnie de la Maona_, pour conquérir
la Corse. Au milieu des troubles que ces nouveaux ennemis nous
susciteront, le gouvernement national ne pourra se consolider; les
patriotes, ne voyant que guerres continuelles, se décourageront en
s'affoiblissant. Outre ce double avantage, Gênes avoit le plaisir de
voir se briser contre une roche inébranlable les navires des familles
qu'elle redoutoit.

Quoique puissante, la Maona fit de vains efforts pour s'emparer de vive
force de l'île. Battue, chassée, elle revint à ses premiers projets, et
résolut de n'élever l'édifice de sa domination qu'à l'ombre des
factions; mais aussi peu avancée qu'à sa première année, elle reconnut,
après trente-neuf ans de vicissitudes, la chimère dont elle s'étoit
bercée, et, quoique à regret, abandonna des projets qui lui avoient été
si funestes.

La maison de Fregose étoit alors très-puissante à Gênes. On lui offrit
de succéder à la Maona; et, pour l'encourager, le sénat lui céda
Bonifacio et Calvi qu'il avoit conservés jusque-là. Abramo di Campo
Fregoso ne parut en Corse que pour être battu et fait prisonnier; il vit
en moins de quatre ans ses espérances s'évanouir avec sa faction.

VINCENTELLO D'ISTRIA (1405).--Vincentello d'Istria, depuis la mort
d'Arrigo, avoit été élevé au premier rang; son activité, ses talents
militaires, lui ont mérité une des premières places parmi les grands
hommes qui ont gouverné la Corse. Il acheva de détruire le reste de la
faction de la Maona, renversa le parti des Fregose, et fit régner la
justice. Vainqueur des Turcs sur terre, il arma une flottille et battit
leurs galères. Une grande partie de nos maux devoit être causée par les
papes. Par suite d'une donation qu'ils avoient faite de la Corse à
Alphonse, roi d'Aragon, il vint, en 1420, avec quatre-vingts vaisseaux
pour s'en emparer... Vincentello sentit que ce ne pouvoit être qu'un
torrent passager; il se joignit à lui, et ils assiégèrent ensemble
Calvi, dont ils se rendirent maîtres; mais, ayant échoué devant
Bonifazi, Alphonse continua son voyage vers la Sicile.

Après son départ, à l'abri de la grande réputation de Vincentello, les
Corses vécurent en paix, et les particuliers de Gênes n'osoient
s'aventurer contre un homme si favorisé par la fortune; on réussit
toutefois à gagner Simone-da-Mare, qui leva l'étendard de la révolte.
Cet ennemi, quoique redoutable, n'auroit fait qu'augmenter les triomphes
de Vincentello, lorsque celui-ci, s'étant embarqué, fut pris par deux
galères génoises et conduit à Gènes où il périt misérablement. Ainsi
finit un homme qui, par ses rares talents, méritoit l'estime des
nations. Pourquoi Gênes, au mépris du droit des gens et de
l'hospitalité, violoit-elle cinquante-trois ans de paix? C'est ce qui
lui fut reproché par les puissances voisines: mais, maigre ces
reproches, ces avides marchands ne recueillirent pas moins le fruit de
leur crime.

PAOLO DELLA ROCCA (1458).--Après la mort de Vincentello, le peuple
choisit, pour lui succéder, Paolo della Rocca. Sa première expédition
fut de marcher contre Simone, qui avait pris du crédit: il le battit, le
força à se retirer à Gènes. Là, cet infâme citoyen continua à conspirer
contre sa patrie; il entraîna les Montalti, les Fregose, les Adorne,
qui, aussi peu sages que la Maona, éprouvèrent le même sort. Mais, à
mesure que les Corses détruisent un ennemi, il en parait dix autres:
affoiblis par leur victoire même: ne pouvant ni prévenir l'attaque, ni
profiter de leurs succès, ils se trouvent dans la plus triste position.
Si un élément ennemi ne les eût empêchés de l'atteindre, Gènes, superbe
repaire! tu n'aurais pas longtemps insulté à nos malheurs... Pouvoir
d'un bras désespéré se venger en un moment de tant d'affronts, d'un seul
coup assurer l'indépendance de sa patrie et donner aux hommes un exemple
éclatant de justice... Dieu! ton peuple ne seroit-il pas le foible
opprimé?

Dans cette position désespérée, l'évêque d'Aleria ouvrit l'avis
d'implorer la protection des papes; Eugène occupoit alors la chaire
pontificale. Ravi de cette heureuse circonstance, il envoya un légat en
Corse. Les Adorne prétendirent mettre obstacle à ce nouvel ordre de
choses: mais battu. Gregorio Adorno paya par sa captivité les vues
ambitieuses de son oncle.

MARIANO DI GAGGIA (1445).--Les peuples nommèrent pour gouverner sous la
protection des papes Mariano di Gaggia. Mariano, implacable ennemi des
caporaux, leur fit une guerre opiniâtre; il brûla, dévasta leurs biens,
démolit leurs châteaux. Les caporaux distingués par leur crédit sur le
peuple en étoient les chefs; mais, corrompus, ils ne servirent plus qu'à
l'égarer, et la nation étoit victime de leur ambition et de leur
avidité: funestes effets de l'ignorance de la multitude. L'on ne peut
disconvenir cependant que les caporaux n'aient rendu des services à la
Corse. Leur histoire est à peu près celle des tribuns de Rome. Après sa
brillante expédition contre les caporaux. Mariano ne fit plus rien qui
fût digne de sa réputation; il conserva sa prépondérance sur le peuple
malgré le grand nombre de ses ennemis; mais il s'en servit pour prêcher
la soumission à l'Offizio. L'histoire, méprisant cette indigne conduite,
ne s'occupe plus de lui, et le laisse mourir dans l'oubli.

Peut-être, à l'ombre de la tiare, on eût vécu tranquille; mais le pape
Nicolas V, Génois, ami des Fregose, donna l'investiture de la Corse à
Lodovico, chef de cette maison. Les Corses, bien loin d'approuver cette
élection, coururent aux armes avec leur intrépidité ordinaire, et
repoussèrent ce nouvel adversaire. Galeazzo di Campo Fregoso, découragé,
céda à la république le peu de forts qu'il tenoit; mais les Génois,
constants dans leur politique, engagèrent l'Offizio de San Giorgio à
succéder aux Fregoso, et firent naître dans cette compagnie une
espérance de sucres qu'ils étoient bien loin de désirer.

A cette époque, l'esprit de la nation étoit perverti; l'on ni respiroit
que factions, que divisions. L'Offizio fit des préparatifs
considérables; son premier acte dans l'île fut d'assembler ses partisans
à Lago Benedetto. Là, il annonça ses dispositions bénignes: ce n'étoit
que pour le bonheur des Corses qu'il vouloit les subjuguer. Ce jargon,
auquel ils eussent dû être accoutumés depuis longtemps, en éblouit
plusieurs. La liste de ses adhérents s'accrut; une partie considérable
de l'île envoya des députés à la diète de Lago Benedetto, où ils
arrêtèrent les pactes conventionnels de la souveraineté de l'Offizio.

_(La suite au numéro prochain.)_



Théâtres.

_Charles VI_ opéra en cinq actes, paroles de MM. CASIMIR_ et GERMAIN
DELAVIGNE, musique de M. F. HALÉVY, divertissements de M. MAZILIER,
décorations de _MM. CICERI, PHILASTRE, CAMBON, SÉCHAN et DESPLÈCHIN.

C'est une terrible affaire qu'un opéra en cinq actes, et qui exige une
notable dose de patience et de force chez le poète, chez le musicien, et
souvent aussi chez l'auditeur. Je ne parle pas des acteurs: jamais
acteur, que je sache, ne s'est plaint que son rôle fût trop long.

Déjà, et plus d'une fois, on a reproché à l'Opéra l'énormité de ce
fardeau qu'il impose, chaque année, à l'attention du public: mais, à
cela, les gens de théâtre ont une réponse toute prête, et qui leur
parait péremptoire: c'est que les pièces en cinq actes sont plus
lucratives. Sans doute, trois actes bien faits doivent suffire à
l'appétit d'un homme de lettres, d'un artiste, d'un avocat, peut-être
même d'un avoué; mais, les banquiers, les épiciers, les marchands de
calicot, les fabricants de bas de Paris, tiennent surtout à la quantité,
et c'est pour eux que l'on travaille On comprendra sans peine que,
partout où la question financière se présente, il faut bien que la
question d'art lui cède la place et disparaisse. Va donc pour cinq
actes! jouissez-en, mon cher lecteur, ou subissez-les, selon que vous
appartenez à l'une ou à l'autre des deux catégories de spectateurs que
je viens d'indiquer ci-dessus.

Le personnage principal de l'opéra nouveau, ainsi que son titre
l'annonce, est Charles VI, ce roi qui fut si malheureux, et sous lequel
la France fut si malheureuse. On est aux derniers jours de ce long ce
triste règne; l'Anglais est maître de Paris et de la plus grande partie
du royaume: Henri V, le vainqueur d'Azincourt, est mort; le duc de
Bedfort commande son armée, exerce le pouvoir suprême au nom d'Henri VI,
son neveu, tient le roi de France dans une sorte de captivité, et mène
rudement la guerre dont le succès doit anéantir les dernières espérances
du dauphin et des Français qui aiment encore la France. Le vieux Raymond
est de ceux-là.

Qu'est-ce que le vieux Raymond? Cela n'est pas très-facile à deviner. Il
habite une métairie; il est donc métayer. Cependant, il a été soldat
jadis, et quand ses regards s'arrêtent sur une grande épée, qu'on voit
chez lui pendue à la muraille, il dit souvent à demi-voix:

                    Ma bonne lame d'Azincourt,
                    Quand donc pourrai-je te reprendre.

J'avoue que, pour ma part, je n'imagine pas ce qui l'en empêche, car il
n'y en eut jamais une plus belle occasion. Sa fille Odette, qui parait
une fille de sens et de résolution, est tout à fait de mon avis.
«_Agissez_, lui dit-elle, _et ne parlez pas._» Mais Raymond aime
beaucoup à parler. Il aime aussi à chanter, et ne se fait guère prier
quand on lui demande un refrain contre les ennemis de la France.

                 La France a l'horreur du servage,
                 Et, si grand que soit le danger,
                 Plus grand encore est son courage
                 Quand il faut chasser l'étranger.
                 Vienne le jour de la délivrance,
                 Des coeurs ce vieux cri sortira:
                 Guerre aux tyrans! Jamais en France,
                 Jamais l'Anglais ne régnera.

Ou voit que les inspirations poétiques de Raymond ne sont pas d'un ordre
très-élevé. Il n'a rien de commun avec le Tyrtée antique: il est même
bien loin du moderne Tyrtée, à qui nous devons les _Messiniennes_. Mais
enfin son intention est bonne, et il faut lui en savoir gré. C'est un
poète languissant et décoloré, j'en conviens; mais c'est du moins un
citoyen dévoué, un sujet fidèle. Il le prouve bien, puisqu'il envoie
sans hésiter sa fille auprès du roi dès la première réquisition.

Odette ne s'y décide pas sans quelques regrets. Cela n'a rien
d'étonnant: elle aime un jeune écuyer, nommé Charles, qui, depuis
quelque temps, rode autour de la métairie, qui lui a parlé d'amour, qui
même l'a demandée en mariage à son père. Ce dernier point me semble
assez grave, et j'aurais quelque peine à le croire, si Raymond ne le
disait lui-même à sa fille, pour la consoler

               Plus de tristesse, enfant! la noce à ton retour.
                     N'as-tu plus foi dans sa constance?

Or vous saurez que cet écuyer si tendre, et si vertueusement amoureux de
la fille d'un paysan, n'est rien moins que le dauphin de France, qui
sera bientôt Charles VII.

Cela vous parait léger, sans doute, et un peu perfide; mais, du moins.
Charles est bon fils. A peine apprend-il qu'Odette est mandée auprès du
Roi,

               Qu'elle va consoler dans sa noble misère,

qu'il recule et tombe à genoux devant elle:

                   En respect mon amour se change.
                   Reste pure, Odette, et sois l'ange
                   De tes rois et de ton pays.
                   Pour eux, c'est en toi que j'espère.
                   L'ange qui va sauver le père
                   Sera respecté par le fils.

Il ne forme plus qu'un voeu, c'est de revoir son père, et Odette
s'engage à lui en fournir les moyens.

Au deuxième acte, le théâtre représente les salons de l'hôtel
Saint-Paul, où la reine Isabelle et le duc de Bedfort préparent, au
milieu d'une fête, l'acte qui doit asservir pour jamais la France à
l'Angleterre, et faire passer la couronne de Charles VI sur le front du
fils d'Henri V. Pendant qu'ils _ourdissent leur trame criminelle_, un
joyeux orchestre résonne autour d'eux, et des voix harmonieuses

                Chantent la villanelle, où notre Alain Chartier
                         Compare l'enfance à l'aurore.

Alain Chartier, que la reine Marguerite, femme de Louis XI baisait,
comme on sait, sur la bouche, pendant son sommeil, à cause des belles
choses qu'il disait, devait être bien jeune à l'époque où il fit cette
chanson-là. Ce fut apparemment son début; mais le début est brillant
pour un poète au maillot, et rien n'y accuse l'inexpérience d'un âge
aussi tendre. Le style en est correct et fort élégant; les rimes riches
et harmonieuses, et la nature y est peinte des plus riantes couleurs.
Bientôt la reine elle-même joint sa voix aux voix du choeur. Hélas! je
voudrais en vain le nier, cette femme, qui fut une si perfide épouse,
une si détestable mère, et la reine la plus funeste qu'ait jamais eue la
France, n'en réunissait pas moins tous les talents et tous les charmes!
Admirable musicienne, elle avait une voix tout à la fois douce et
sonore, qu'elle conduisait avec une habileté savante, dont les Italiens
n'ont trouvé le secret que beaucoup plus tard. A défaut de l'air qu'elle
chante, en voici du moins les paroles, qui ont bien aussi leur mérite:

                           L'aube de notre jeune âge
                           Ressemble à celle du jour:
                           Chagrins d'enfance et d'amour
                           Se ressemblent davantage.

                           L'amant, loin de son doux bien,
                           Tombe en tristesse profonde:
                           Pour lui, rien n'est plus au monde,
                                  Plus n'est rien.

                           Sa peine est si douloureuse
                           Que mourir on le verrait,
                           Si d'une peine amoureuse
                                  On mourait.

                           Mais de son mal il guérit
                           Sitôt que revient la reine;
                           Il la voit sourire à peine,
                                  Qu'il sourit.

                           Un si doux transport, l'oppresse,
                           Que mourir on le verrait,
                           Si d'une amoureuse ivresse
                                  On mourait.

Après le concert, le bal. Après le bal, le souper.

Les trois portes du fond s'ouvrent, et l'on voit une table servie avec
une splendeur royale. Un maître de cérémonie s'avance; la reine se lève,
et, présentant la main au duc de Bedfort:

Milords, messieurs, le banquet nous attend.

Tous les convives sortent, et le salon reste désert.

Un homme y paraît alors et s'avance d'un pas lent et mal assuré; sa
chevelure et ses vêtements sont en désordre; son oeil est fixe et son
visage pâle. Arrivé devant la porte de l'appartement où a lieu ce
banquet que la reine préside, il s'arrête et dit _J'ai faim!_ Cet homme,
c'est le roi de France!

Odette ne le laisse pas longtemps seul. Pour le distraire, elle a
recours à son jeu favori, à ce jeu qui a été inventé pour l'amusement de
ce royal insensé, et qui après lui en amusera tant d'autres; elle joue
aux cartes avec lui; tout en jouant, elle lui parle de son fils, et peu
a peu fait naître en lui le désir de le revoir. C'est en effet ce
qu'elle a promis au dauphin; mais elle nuit à ce prince en croyant le
servir.

Bientôt la reine rentre avec Bedfort. Charles tremble devant elle; il
pâlit à sa voix; il chancelle sous son regard. Jamais elle n'eut un plus
grand intérêt à user de son funeste ascendant. Ce traité conclu entre
elle et Bedfort, qui déclare Henri VI d'Angleterre unique héritier du
roi de France, il faut que Charles VI le signe. Il résiste d'abord, sans
trop savoir ce qu'on lui demande; mais la reine fait sortir Odette, et
s'empare des cartes qu'elle aperçoit sur la table. Privé à la fois de
ses deux joujoux, le vieil enfant se désespère. Ah! dit-il,

                                      Qu'un ciel sans nuage
         Pour les regards est doux! et quelle volupté
                 De se ranimer sous l'ombrage,
                 A l'air pur de la liberté!

--Vous le pourrez demain si vous voulez, répond la reine, et l'on vous
rendra Odette, et l'on vous rendra vos cartes aussitôt que vous aurez
signé.

Charles signe et se remet au jeu, en riant d'un rire hébété, pendant que
Bedford, à côté de lui, lit à voix haute l'acte qui déshérite le
dauphin.

Le lendemain, Charles, conduit par Odette chez le vieux Raymond, revoit
en effet son fils et le reconnaît à grand'peine. Bientôt un exprès
envoyé par la reine vient abréger sa promenade. Il est roi, il faut
qu'il règne. Une cérémonie publique se prépare, il faut qu'il y
paraisse. Dans toutes les comédies qui se jouent à la face de la nation,
le premier rôle ne lui appartient-il pas de plein droit?

Le théâtre change et représente le perron de l'hôtel Saint-Paul,
derrière lequel se déroule le vieux Paris, et se dresse la Bastille. Là
un trône est dressé pour Charles et pour Isabelle; au-dessous se presse
le peuple, morne, sombre et indigné. Hélas! cette fête pompeuse a pour
objet la proclamation des droits prétendus d'Henri VI. Ce cortège qui
s'avance, c'est Bedfort qui le mène, et il entoure ce jeune roi sur le
front duquel on va placer la couronne de France, et qu'on vient
présenter à Charles, afin qu'il le reconnaisse publiquement pour son
héritier. Mais Charles a quelquefois des éclairs de raison, et alors
l'instinct national se retrouve en lui toujours vivant et plein
d'énergie.

«Qu'il est beau, cet enfant!....» lui dit Isabelle. Mais Charles répond:
_c'est un Anglais._ L'enfant approche, et Bedfort le présente au
monarque:

                          Donnez-lui le baiser de paix.
               Vous avez sur son front posé le diadème.

CHARLES.

Moi? moi?

[Illustration: Théâtre de l'Opéra.--_Charles VI_--Le Cortège, au
troisième acte.]

[Illustration: Théâtre de l'Opera.--Opera de _Charles VI_. paroles de
MM. Casimir et Germain Delavigne, musique de M. F. Halévy.--Cinquième
acte, dernière décoration.]

BEDFORT.

C'est l'héritier préféré par vous-même qui doit régner un jour...

CHARLES.

Jamais!

Il étend en effet son bras, que la fureur a ranimé; il saisit le
sceptre, le brise, et en foule les tronçons sous ses pieds, aux cris
d'enthousiasme et de joie du peuple témoin de cette scène.

Après un pareil éclat, la reine n'a plus rien à espérer, si elle ne rend
le malheureux roi tout-à-fait fou. Elle n'hésite pas un moment. Il est
seul, il attend son fils, qui s'est introduit dans Paris, qui a préparé
son évasion, et qui doit, à un signal convenu, entrer à l'hôtel
Saint-Paul par une fenêtre, et l'enlever. Ce signal, c'est une chanson
connue qu'Odette doit faire entendre. Tout, à coup retentissent à son
oreille des bruits étranges, des murmures lugubres, de sourds
gémissements. Il écoute en frémissant, il regarde: à la clarté d'une
lueur sombre et vacillante, un homme s'introduit dans son appartement,
et vient droit à lui. Il est à moitié nu; sa barbe est inculte, ses
cheveux hérissés, son oeil fixe et menaçant; son bras est armé d'une
redoutable massue. C'est cet inconnu qui, jadis, l'arrêta dans la forêt
du Mans, et dont l'aspect imprévu troubla sa raison.

Ose un instant me regarder en face, Eh bien, me reconnais-tu, roi?

CHARLES.

                Non, non! mais ton aspect me glace.

LE SPECTRE.

De la forêt du Mans, te souviens-tu?

CHARLES.

C'est toi, C'est bien toi. Que ma tête alors était brûlante Elle
brûle...

LE SPECTRE

J'ai dit que le fer, le poison, Sèmeraient sur tes pas le deuil et
l'épouvante.

CHARLES.

Fuis, spectre!

LE SPECTRE

                Je l'ai dit.

CHARLES.

                            Ma raison! ma raison

LE SPECTRE.

Roi, j'ai dit vrai. Regarde:

En effet le parquet s'est entr'ouvert, et trois spectres en sortent
lentement.. Ils sont vêtus de noir, et leur tête est couverte d'un
casque; mais sous ce masque il n'y a point de visage ce sont des
spectres. Regardez continue l'homme de la forêt du Mans.

C'est Clisson, Qui tend vers toi sa main sanglante Louis ton oncle, et
Jean-sans-Peur.

[Illustration: Madame Stoltz, rôle d'Odette, Barroithet, rôle de Charles
VI.]

[Illustration: Madame Dorus, rôle d'Isabeau.].

Le spectre se trompe. Louis d'Orléans était le frère du roi, et non son
oncle. Mais cet homme de la forêt du Mans n'était, à tout prendre, qu'un
membre du menu populaire, un malotru, un croquant, qui ne savait rien
des choses de ce monde, et n'avait pas lu l'almanach de la Cour. Son
erreur est donc pardonnable, et, d'ailleurs, Charles est trop effrayé
pour s'en apercevoir. Il n'a d'oreilles que pour l'épouvantable trio
dont le régalent ces trois squelettes virtuoses:

                   Tremble! la tombe s'ouvre;
                   La mort, qu'elle découvre,
                   A tes regards en sort,
                   Et tes pâles fantômes
                   Désertent ses royaumes
                   Pour t'annoncer ton sort.

CHARLES.

Quel est-il donc?... Je touche à mon heure suprême?

LE SPECTRE.

Ils tombèrent tous trois assassinés, jadis.

CHARLES.

Eh bien?

[Illustration: Duprez, rôle du Dauphin.]

LE SPECTRE.                       Tu périras de même.

CHARLES.

Qui doit m'assassiner?

LES TROIS FANTÔMES, _Successivement._

                        Ton fils!--Ton fils!--Ton fils!

Il faudrait une tête plus forte que celle de ce pauvre monarque pour
résister à ces menaces, à ces chants, et à cette horrible fantasmagorie.
Il entre dans un accès de folie furieuse, et livre son fils à Isabelle
et à Bedford, qui ne manquent pas d'accourir à ses cris.

Voilà donc le dauphin prisonnier des Anglais, et, qui pis est, de sa
mère.

              Dans leurs fers il attend sa sentence:
              A Saint-Denis l'arrêt sera porté.
          On y traîne te roi, pour que sa voix proclame
          Que son fils par le ciel du trône est rejeté,
               Pour qu'à Bedfort il donne l'oriflamme
                        Avec la royauté.

Voilà ce que Raymond apprend à Dunois, à Tanneguy-Du-châtel, à Lahire, à
Saintrailles, qu'il trouve campés au bord de la Seine. _Plus
d'espérance!_ chantent les chevaliers; mais Odette est une fille de
tête, et ne se décourage pas pour si peu.--Comment Odette se
trouve-t-elle là? Comment la reine, après les tentatives réitérées
qu'elle a faites dans l'intérêt du dauphin, et dont la démence du roi a
trahi le secret, ne l'a-t-elle pas fait fouetter et puis jeter à la
rivière, dans un sac décoré de l'inscription d'usage: _Laissez passer la
justice du roi?_--C'est ce que je ne me charge pas d'expliquer. Quoi
qu'il en soit, Odette, profitant de sa faveur à la cour, a fait nommer
son père gardien des tombeaux de Saint-Denis, et, dit-elle,

          .............Ces demeures sombres
          Peuvent cacher des vivants dans leurs ombres,
          Et la victoire en peut sortir.

C'est ce qui arrive en effet. Au moment décisif, quand, aux yeux de la
cour, des Anglais et du peuple assemblé sous les voûtes saintes, Charles
exige que le dauphin renonce à ses droits, et va prononcer sa sentence,
les défenseurs de la cause nationale sortent tout à coup de l'église
souterraine, repoussent les Anglais, délivrent le jeune prince, et
procurent à Charles VI le plaisir de mourir comme Mithridate, en voyant,
de ses derniers regards, fuir ses ennemis. Il meurt en effet, mais en
roi, et qui plus est, en troubadour, après avoir entonné, de sa voix
défaillante, le patriotique refrain que j'ai déjà cité, et qui parait
être l'idée mère des auteurs, et la moralité de leur fable:

          Vive le roi! Jamais en France,
          Jamais l'Anglais ne régnera.

_Charles VI_, ainsi qu'on a déjà pu s'en convaincre, est conçu dans les
meilleurs sentiments. C'est un opéra éminemment patriotique. L'amour du
pays, la haine de l'étranger en ont inspiré toutes les scènes, en ont
dicté tous les vers. Voilà un grand point, et qui doit rendre la
critique indulgente sur beaucoup d'autres. N'était cette grave
considération, l'on pourrait désirer sans doute un sujet de pièce plus
facilement appréciable, plus intéressant et plus dramatique, un plan
plus habilement construit, des scènes liées avec plus d'art et mieux
développées, des caractères plus franchement accusés, une versification
moins décolorée, des moyens d'effet d'un meilleur choix que cet
abominable spectacle du quatrième acte, que repousseraient les
boulevards, et qu'on n'a pu voir à l'Opéra sans stupeur; on pourrait
demander au compositeur des mélodies plus heureuses,--si mélodies il y
a,--ou du moins une mélopée moins monotone et moins pesante; mais si
l'ouvrage n'est pas récréatif, il est moral, et c'est l'essentiel. Les
auteurs sont des hommes vertueux et bien pensants: on ne peut leur
refuser au moins la couronne civique; et le spectateur, s'il ne s'amuse
pas toujours, ne peut du moins s'empêcher d'estimer leurs intentions et
leur caractère.

Sérieusement, et autant qu'on en peut juger après une première audition.
MM. Delavigne et M. Halévy me paraissent s'être également trompés.--Qui
ne se trompe pas quelquefois?--Cela peut-il entamer leur réputation, et
nuire à leur gloire? Non, sans doute, et mille fois non! M. Delavigne
n'en a pas moins fait _Louis XI_ et _les Enfants d'Édouard_. M. Halévy
n'en a pas moins produit les chants inspirés de _la Juive_. Il y a dans
la vie de tout artiste, de bons et de mauvais moments. La postérité
recueille les uns, et oublie les autres: les contemporains doivent faire
de même.

Il y a, néanmoins, dans cet ouvrage, des détails heureux et des
situations bien trouvées. L'entrée du roi, au second acte, est fort
belle, et son premier mot: _J'ai faim!_ produirait un grand effet, si
l'incommensurable ritournelle qui le précède n'avait presque fait
oublier au spectateur qu'Isabelle préside un banquet pendant que Charles
VI a faim. La scène où Odette joue aux cartes avec le roi est ingénieuse
et bien traitée; mais les détails avortent quand l'ensemble est
défectueux.

Quant à la musique, il y aurait presque de l'impertinence à l'apprécier
en détail après une seule représentation. Un second article lui sera
spécialement consacré.

Ce qu'on peut juger immédiatement, c'est la décoration et la mise en
scène. De ce côté, l'administration a déployé une grande magnificence.
Les costumes, fort exacts et très-bien étudiés, font le plus grand
honneur au goût de M. Lormier, qui en a fourni les dessins. Ils sont
d'ailleurs d'une richesse presque fabuleuse. Jamais on n'avait vu sur la
scène de l'Opéra tant de soie, tant de satin, de fourrures et de
velours. Le cortège qui défile sur la scène, au troisième acte, est d'un
admirable effet. Infanterie, cavalerie, artillerie, rien n'y manque. Les
chevaux même y étaient les plus brillantes parures. Les armures d'or et
d'acier y éblouissent les regards. M Léon Pillet a trouvé le moyen de
faire pâlir les merveilles de _la Reine de Chypre_ et de _la Juive_.
Aurait-on osé s'y attendre, et pourrait-on demander davantage?

Les décorations sont fort belles, surtout celles du cinquième acte. Il y
en a deux: la première est une vue prise au bord de la Seine, près de
Saint-Denis. C'est un tableau charmant, plein de calme et d'une
fraîcheur délicieuse. L'autre représente la nef, le choeur et les
bas-côtés de la cathédrale de Saint-Denis, telle qu'elle était alors,
avec ses voûtes peintes et ses vitraux coloriés. On ne saurait imaginer
rien de mieux conçu, de mieux étudié, de plus hardiment exécuté, rien
enfin de plus imposant et de plus magnifique.

_(La fin à la prochaine livraison.)_



Cours publics.

_Le collège de France.--La Sorbonne.--Les Professeurs._

(Suite et fin.--Voyez p. 14.)

_Littérature latine et grecque._--M. PATIN et M. EGGER.

M. Patin et M. Egger, à la Sorbonne, traitent, l'un de la comédie latine
et de Térence en particulier, l'autre des origines de la comédie
grecque. M. Patin s'est acquis depuis longtemps une réputation de
finesse et d'élégance classique, consacrée naguère par les suffrages de
l'Académie Française. On se souvient que M. Sainte-Beuve a comparé M.
Patin à l'abeille attique, butinant sur les fleurs de l'Hymette;
malheureusement, M. Patin professe depuis bien des années, et l'on
vieillit de bonne heure dans ce pénible métier de l'enseignement. Les
rares qualités du savant professeur, son élégance exquise, la pureté de
son goût, la délicatesse de son esprit, ressemblent aujourd'hui à de
belles fleurs séchées dans un in-octavo. M. Patin parle du bout des
lèvres, d'une façon pincée, qui semblerait prétentieuse si l'on ne
connaissait d'ailleurs l'honnêteté de l'homme et la modestie du savant.
M. Egger prouve que la science, que la philologie même peut quelquefois
s'allier à des qualités un peu plus mondaines. En l'écoutant, on se
rappelle ce que disait Labruyére de l'érudition, au chapitre des
Jugements: «Il y a une sorte de hardiesse à soutenir devant certains
esprits la honte de l'érudition... L'on trouve chez eux une prévention
toute établie contre les savants, à qui ils ôtent les manières du monde,
le savoir-vivre, etc. Il semble néanmoins que l'on devrait décider sur
cela avec plus de précaution, et se donner seulement la peine de douter
si le même esprit qui fait faire de si grands progrès dans les sciences,
qui fait bien penser, bien juger, bien parler et bien écrire, ne
pourrait point encore servir à être poli.» Cette politesse de l'esprit
se traduit dans le cours de H. Egger par une certaine élégance facile de
parole et de style, par un heureux mélange de la science et de la
littérature; en un mot, on y trouve, aimables et intéressants,
Epicharme, Eupolis, Cratinus, dont il ne reste que des fragments de vers
et des moitiés de mots d'une authenticité fort contestable.

_Théologie_-M. L'ABBÉ COEUR.

M. l'abbé Coeur, l'un des prédicateurs les plus distingués de notre
temps, occupe à la Sorbonne la chaire _d'éloquence sacrée_, et cherche
dans la morale chrétienne les preuves divines du catholicisme. Debout,
comme dans la chaire évangélique. M. l'abbé Coeur répand sur son
auditoire la parole de vie, oubliant volontiers qu'il est professeur,
qu'il s'adresse plutôt à des disciples qu'à des ouailles. Le ruban de la
Légion-d'Honneur brille sur sa poitrine, et semble ajouter encore à
l'autorité de son éloquence, en rappelant les services éminents qu'il a
rendus à l'Église et à la religion. Jeune encore, M. l'abbé Coeur, le
front haut, l'oeil inspiré, la voix brève, animée, a toujours la fougue
du missionnaire qui ne fait point de controverse, mais veut aller au
coeur et toucher les endurcis. Son succès est immense: il compte dans
son auditoire des personnages considérables, dont la seule présence est
un éloge. Pourtant, puisque M. l'abbé Coeur est en Sorbonne, qu'il soit
permis à nous, profanes, de lui adresser quelques critiques littéraires
et mondaines: de lui reprocher, par exemple, des fautes de prosodie, des
syllabes trop brèves, d'autres, au contraire, trop allongées; de plus,
une certaine monotonie de gestes, enfin des mouvements de bras pénibles,
qui ressemblent parfois à des contorsions. Je sais que l'orateur
chrétien se soucie peu de ces vanités, mais le professeur doit y prendre
garde.

_Histoire_.--M. MICHELET _Collège de France_.

M. Michelet ne veut pas charger ses auditeurs de faits et de dates;
assuré d'ailleurs des vieilles sympathies du public, il essaie d'initier
ses nombreux disciples aux secrets les plus intimes de sa méthode
historique. M. Michelet, chacun le sait, aime surtout à isoler un fait
pour en saisir le côté pittoresque et la pensée philosophique Son cours
n'est que le récit de ses impressions personnelles, de ses prédilections
historiques et littéraires. M Michelet est à l'âge où l'on se souvient
volontiers, et où l'on se complaît dans la mémoire de ses émotions
passées, de ses affections d'autrefois. Il parle simplement, comme avec
lui-même, par petites phrases détachées, dont le lien n'existe souvent
que dans la pensée de l'orateur. Le public ne devine pas d'abord la
transition, et trouve quelquefois la leçon un peu décousue, parce qu'on
le mène des bords du Rhin à la bibliothèque Sainte-Geneviève, des poèmes
indiens au Panthéon; mais il y a dans tous les détails tant d'esprit et
de grâce, souvent même un sentiment si profond et si vrai, que l'on ne
se sent pas le coeur de penser même à une critique. Peu jaloux de la
gloire posthume, M. Michelet ne laissera pas de mémoires à publier après
sa mort: mais il nous raconte tous les jours en chaire sa vie
d'historien, de poète, de rêveur. Il veut nous montrer comment il a
compris, comment il a aimé l'histoire, et nous léguer à la fois et cette
intelligence et cet amour.

Nous regrettons vivement de ne pouvoir aussi passer en revue les autres
cours publics, qui méritent tous une mention spéciale; au moins
citerons-nous encore à la Sorbonne les savantes et consciencieuses
leçons de M. Charpentier, professeur d'éloquence latine; de M. Ozanam,
professeur de littérature étrangère; les spirituels enseignements de M.
Geruzez; et, au Collège de France, les cours très-suivis de MM. Ampère
et Burnouf, qui occupent les chaires de littérature française et latine.

Maintenant, à ces justes éloges nous sera-t-il permis de joindre
quelques critiques tout aussi légitimes, à notre sens?

Bien certainement nous ne reprendrons pas en détail les différents cours
que nous venons d'énumérer; nous ne chicanerons pas M. Saint-Marc
Girardin sur quelques scènes du drame moderne, que nous comprenons
autrement que lui. M. E. Quinet sur quelques théories poétiques qui nous
semblent assurément contestables; mais nous nous bornerons à une
critique générale, s'appliquant à toutes les chaires, et ressortant
d'ailleurs de nos observations préliminaires.

Ne serait-il pas vrai de dire, par exemple, que messieurs les
professeurs du Collège de France et de la Sorbonne, pour la plupart, se
préoccupent moins de l'enseignement lui-même que de leurs propres
leçons, moins du public que de leur _livre?_ Il est manifeste en effet,
pour le moins clairvoyant, que la pensée du _livre_ domine dans toutes
ces leçons; M. Simon développe sa thèse sur Proclus et achève de
s'édifier sur la philosophie alexandrine: M. Egger, si consciencieux
d'ailleurs, prépare évidemment son mémoire pour l'Institut; M.
Saint-Marc Girardin y va même plus franchement; son livre est écrit, et
avant de le donner à l'impression, il le relit une dernière fois avec le
public, faisant comme ces peintres qui exposent d'abord un tableau dans
leur atelier avant de l'envoyer au salon. Le reproche que nous adressons
ici à messieurs les professeurs, c'est de faire leur cours un peu trop
pour eux-mêmes, de se considérer dans leurs chaires plutôt comme des
savants et des écrivains que comme des professeurs; c'est, en un mot, de
faire exclusivement les affaires de leur esprit de telle sorte que la
critique pourrait se borner presque à donner un bulletin bibliographique
de la Sorbonne et du Collège de France, appréciant tel cours comme une
thèse de doctorat, tel autre comme un mémoire pour l'Académie des
Inscriptions; celui-ci comme une suite de feuilletons critiques,
celui-là comme un volume de mélanges historiques et philosophiques. Les
cours de la Sorbonne et du Collège de France ressemblent le plus souvent
à ces séances publiques de l'Athénée, de l'Institut, des Sociétés
savantes, où chaque membre vient lire au fauteuil quelques pages
écrites. Pour peu que l'exemple de M. Saint-Marc Girardin fasse des
imitateurs, les professeurs se lasseront bientôt de parler; ils
achèveront de considérer leurs disciples comme des lecteurs, et
monteront en chaire avec leur manuscrit. Aujourd'hui, du moins, on peut
dire, en empruntant l'expression vulgaire, qu'ils parlent comme _un
livre_.

Sans doute le public trouve son compte à cette communication d'essais
distingués que messieurs les professeurs veulent bien lui faire; un bon
livre est certainement meilleur quand l'auteur lui-même prend la peine
de le lire, quand cette lecture est débitée d'une façon élégante,
spirituelle, animée; et de notre temps, où on lit si peu et si mal, où
l'on commence volontiers un livre par la fin, comme s'il s'agissait d'un
volume chinois, c'est rendre au public un service signalé que de lui
faire de semblables lectures. Mais, encore un coup, est-ce bien là
l'enseignement? y a-t-il un maître? y a-t-il des disciples? M. Michelet
ne s'aperçoit-il pas qu'il a dépassé son public, et que bien peu des
auditeurs le peuvent suivre sur les hauteurs où il s'est désormais
placé? M. Simon ne devrait-il pas penser qu'il est chargé de nous
apprendre l'histoire de la philosophie, et que toute cette histoire
n'est pas dans l'école d'Alexandrie? Croit-il que le public ait à finir
d'acquérir, comme lui, une véritable spécialité alexandrine? Ne
serait-il pas temps enfin de devenir un peu plus élémentaire, en variant
son sujet, au lieu de raffiner sur des matières à peu près épuisées?

Qu'arrivera-t-il de tout cela? le public ne s'attache pas; il va un jour
entendre une leçon de tel ou tel professeur; il sort satisfait le plus
souvent, néanmoins il reviendra, s'il peut, si l'occasion se présente;
chaque leçon est un chapitre bien détaché, faisant un tout complet, qui
n'a besoin ni de ce qui précède, ni de ce qui suit. On reprochait à
l'auteur du poëme des _Jardins_ d'avoir fait un sort à chacun de ses
vers, sans songer à la fortune de l'ouvrage; on pourrait dire de même
que messieurs les professeurs s'occupent de faire un sort à chacune de
leurs leçons, à chacun de leurs chapitres, sachant bien que leurs
auditeurs se renouvellent sans cesse, et qu'il faut plaire à ceux qui
passent. Les cours, pour la plupart, vivent de détails et manquent d'une
idée générale; le seul qui soit véritablement suivi est celui de M.
l'abbé Coeur, parce qu'il ne s'adresse pas seulement à l'esprit, parce
que la pensée morale y vivifie la pensée intellectuelle, et forme le
lien naturel des différentes leçons.



Espartero

(Suite et fin.--Voir nº, p. 10.)

Lorsqu'il fut élevé au commandement en chef de l'armée du Nord,
Espartero tenait pour le parti des modérés, et quoique ses opinions
politiques fussent faiblement prononcées, il était en butte aux injures
du parti exalté; mais bientôt l'ambition de tenir un rang considérable
dans le gouvernement, la vanité, les obsessions et les flatteries dont
il était entouré, la conspiration permanente qui s'était établie dans
dans le sein de son état-major, et dont il était l'âme, les résistances
du gouvernement de la régente à ses prétentions exagérées l'éloignement
peu à peu des modérés, et le jetèrent dans les bras du parti contraire,
qui en a fait son chef. Nous allons le suivre dans cette marche.

Espartero reçut le commandement peu après les scènes de la Granja. Les
suites de cet événement excitèrent son mécontentement, qui s'accrut de
griefs particuliers, et tout en affectant de ne se mêler que de l'armée,
il encouragea la résistance au ministère né de l'émeute de la Granja, et
appartenant au parti exalté. L'armée était rentrée dans Madrid après la
retraite de don Carlos, qui avait tenté de surprendre cette capitale.
Des officiers de la garde adressèrent à la reine, au mois d'août 1837,
une pétition pour demander le renvoi de ses ministres; ceux-ci
demandèrent à leur tour que les auteurs de cet acte d'insubordination
fussent traduits devant un conseil de guerre. Espartero s'y refusa. Les
ministres, qui d'ailleurs ne s'entendaient pas sur les moyens de rendre
à l'armée son rang naturel dans les pouvoirs de l'État, donnèrent leur
démission. Le parti modéré salua Espartero comme un sauveur, et lui
offrit la présidence du conseil et le département de la guerre dans le
nouveau cabinet. Il n'accepta pas; mais il fit donner le ministère de la
guerre au général Maix, sur le dévouement duquel il pouvait compter,
tout en se couvrant d'une modestie qui cachait mal la joie qu'il
éprouvait de ce triomphe. Bientôt, quoiqu'il prétendit se tenir éloigné
du gouvernement, il acquit une influence considérable sur la direction
du parti modéré; son quartier-général devint insensiblement un pouvoir
dans l'État; il força tous les ministres, les uns après les autres, à
compter avec lui, et à satisfaire à ses demandes; enfin, dans les
négociations qui précédèrent la convention de Bergara, il agit de sa
propre autorité, et procéda en souverain, sans en référer au ministère.
Le cabinet plia devant lui, et n'osa pas le rappeler au devoir. Les
ovations qu'il reçut après la retraite de don Carlos en France
achevèrent de l'enivrer, et de le convaincre qu'il pouvait tout tenter.

Cependant le ministère avait peine à tenir tête à la majorité exaltée
que les élections de 1839 avaient amenée aux cortès; il profita de la
force que la pacification des provinces basques venait de donner au
gouvernement, pour hasarder une dissolution et faire un appel au pays.
En même temps, des hommes connus pour appartenir aux opinions les plus
modérées furent introduits dans le cabinet. A une autre époque, ces
actes auraient été du goût d'Espartero, qui, par suite surtout de ses
habitudes de discipline, avait en aversion le parti révolutionnaire;
mais toute solidarité politique entre lui et le gouvernement disparut
devant une question d'amour-propre. Trois ministres avaient été
remplacés, et parmi eux le ministre de la guerre; les cortés avaient été
dissoutes, et Espartero n'avait pas été consulté: il en fut blessé
profondément.

Il y avait auprès d'Espartero un homme qui jouissait de toute sa
confiance, le brigadier Linage, ambitieux, habile, n'appartenant à aucun
parti et prêt à les servir tous. Il s'était rendu nécessaire à
Espartero, dont il était le secrétaire, le conseiller, le factotum.
Livré au parti exalté, il travaillait sans relâche à indisposer
Espartero contre le ministère, et il était aidé dans cette tâche par les
commissaires anglais, qui avaient su se concilier l'estime et l'amitié
du généralissime, tandis que les agents français auprès du
quartier-général étaient sans aucune influence. Averti des dispositions
d'Espartero, les exaltés travaillèrent de tous leurs efforts à les
exploiter à leur profit. Une polémique s'établit dans les journaux sur
le sentiment du duc de la Victoire au sujet des mesures du cabinet. Ce
fut alors que parut dans la _Gazette d'Aragon_ une lettre de Linage dans
laquelle il était dit en substance que le général, sans prétendre
s'immiscer dans les affaires du gouvernement, tenait pour fâcheuses la
dissolution des cortés et la modification du cabinet. Cette lettre fit
beaucoup de bruit; si Espartero ne l'avait pas dictée, du moins elle
n'avait pu être écrite qu'avec son autorisation. Les ministres offrirent
leur démission; la régente la refusa, et somma Espartero de s'expliquer
sur la lettre de son secrétaire. La réponse du duc fut évasive. Le
ministère demanda la destitution de Linage; Espartero n'y consentit
point, lui fit seulement écrire dans le même journal une autre lettre
modifiant la première sans la contredire, et l'incident parut terminé.

Les élections, qui eurent lieu sur ces entrefaites, donnèrent une
immense majorité au parti modéré. Ce succès humilia Espartero, et tandis
que le ministère croyait être assez fort pour se roidir contre les
exigences et les prétentions du généralissime, les exaltés travaillaient
avec plus d'ardeur que jamais à le séparer davantage du parti des
modérés et à l'attirer dans leurs rangs: ils ne tardèrent pas à réussir.
Espartero s'offensa des résistances qu'il trouvait dans le cabinet et
même dans la volonté de la reine régente: ses expressions habituelles de
dévouement se refroidirent insensiblement; il devint de jour en jour
plus impérieux. Au moment de faire des promotions dans l'armée, il
proposa insolemment Linage, dont tous les ministres avaient demandé la
destitution, pour le grade de maréchal-de-camp. Quelques membres du
cabinet considérèrent cette proposition comme une insulte; mais il
fallait en finir avec Cabrera, le dernier champion de la cause carliste,
et Espartero était seul capable d'en venir à bout. Le gouvernement céda;
Linage eut son brevet de maréchal-de-camp, et les trois ministres, dont
l'entrée dans le cabinet avait déplu à Espartero, se retirèrent. Cette
concession, loin de le calmer, ne fit qu'accroître sa confiance. Il
restait dans le ministère deux hommes qu'il haïssait comme des ennemis
personnels, M. Perez de Castro, président du conseil, et M. Arrazola,
ministre de la justice: il ne songea plus qu'à les renverser, afin qu'il
fût bien démontré que tout devait se courber devant son autorité.

Cependant la nouvelle session des cortés s'ouvrait et donnait au
ministère l'appui d'une majorité forte et compacte. Le cabinet crut que
le moment était venu de porter un coup décisif au parti exalté, et il
proposa la fameuse loi sur les _ayuntamientos_, ou les municipalités.
Instituées aussitôt après les événements de la Granja, et dans les
formes réglées par la constitution de 1812. c'est-à-dire sur des bases
extrêmement démocratiques les municipalités exerçaient une grande action
sur les élections. La nouvelle loi changeait le système établi, et les
enlevait à l'influence des associations populaires. Les dernières
élections avaient prouvé que, même avec des municipalité élues sous
l'empire de la constitution de 1812. les élections pouvaient donner une
majorité au parti modéré; que serait-ce donc, pensa le ministère, quant
le pouvoir municipal, source de l'élection, ne serait plus livré au
grand nombre! Les exaltés, sentant bien que c'était pour eux une
question de vie ou de mort, se préparèrent au combat; leur unique espoir
était en Espartero qui était plus puissant et plus populaire que jamais;
ils le désignaient hautement comme leur chef, et rien dans ses paroles,
dans sa conduite ne protestait contre cette qualification. En ces
circonstances, la reine régente signifia brusquement au président du
conseil la résolution qu'elle avait formée d'aller à Barcelone avec sa
fille, dont l'état de santé exigeait l'usage des bains sulfureux.
Jusqu'à présent on n'a pas encore découvert le motif réel de ce voyage,
que rien ne commandait puisqu'il y a des bains sulfureux en Espagne
ailleurs qu'à Barcelone, et moins loin de la capitale. De toutes les
explications la plus vraisemblable est que le but de la reine Christine
était de voir Espartero; car, chose étrange, bien qu'elle entretint avec
lui depuis longtemps une correspondance privée qui avait souvent
inquiété ses ministres, elle ne l'avait encore vu qu'une et dans un
temps où il ne se doutait pas encore de son avenir. Elle n'avait rien
épargné pour se l'attacher; elle l'avait comblé de titres et d'honneurs;
elle avait appelé auprès d'elle la duchesse de la Victoire, et lui avait
donné le premier rang à la cour: elle fondait donc sur lui beaucoup
d'espérances. De son côté, Espartero n'avait jamais laisse échapper une
occasion de protester de son dévouement pour sa souveraine, même au
milieu de ses plus violents démêlés avec les ministres. Peut-être aussi
la reine régente comptait-elle essayer sur lui la force de
l'entraînement qu'elle a presque toujours exercé sur ceux qui l'ont
approchée, par la séduction de son esprit, de ses charmes et de ses
manières. Dans quel dessein? on l'ignore, mais on va voir combien elle
s'était trompée, si ses calculs ont été tels qu'on le suppose.

Les deux reines partirent, accompagnées de M Prez de Castro, président
du conseil, et de deux autres ministres, celui de la guerre et celui de
la marine. Les exaltés avaient tout préparé pour que la réception faite
aux reines fût significative. A Saragosse, la municipalité leur adressa
une harangue énergique; la population les poursuivit partout des cris de
_vive la constitution! vive la duchesse de la Victoire! à bas la loi sur
les ayuntamientos!_ Ce fut à Lérida que la régente rencontra Espartero.
Dans la première entrevue il fut insignifiant, dit-on, mais dans les
suivantes il fut injurieux, violent, et, se prononça énergiquement
contre le ministère, contre les cortès, contre la loi des
_ayuntamientos_, et finit par parler en maître. La réception que
Barcelone fit aux deux reines aurait du calmer les craintes qui
assiégeaient l'esprit de la reine et de ses ministres. Le peuple les
avait accueillies avec un enthousiasme extraordinaire; mais la
municipalité de Barcelone attendait pour manifester ses sentiments
hostiles l'arrivée prochaine du duc de la Victoire. L'orage se préparait
donc sourdement: il éclata bientôt. Dès que l'on sut que le duc de la
Victoire approchait de Barcelone, une foule immense se porta à sa
rencontre, l'entoura et le porta comme en triomphe. Sur son passage des
acclamations frénétiques le saluaient, et de temps en temps éclatait le
cri de _mort aux Français!_ qui est comme le cri de ralliement des
exaltés. Le même jour, 13 juillet, Espartero se présenta chez la reine
et renouvela ses impérieuses demandes du renvoi du ministère et du
retrait de la loi sur les _ayuntamientos_, que l'on discutait encore dans
les chambres. La reine régente refusa courageusement, et le lendemain la
nouvelle de l'adoption par les chambres étant arrivée, elle donna sa
sanction à la loi et y apposa sa signature. Dès qu'Espartero eut appris
que la reine régente avait signé, il entra dans une violente colère, se
renferma chez lui, et envoya sa démission dans une lettre écrite par
Linage, en accusant la reine d'avoir manqué sa parole. La démission fut
refusée, et comme Christine lui disait qu'en sa qualité de commandant
des troupes, il lui répondait de l'ordre, Espartero déclara qu'il
fallait choisir entre le ministère et lui, et que si la reine ne
révoquait pas la sanction qu'elle avait donnée à la loi, elle verrait
couler le _sang jusqu'au genou._

Cependant l'état-major et les troupes d'Espartero se répandaient dans la
ville, et mêlaient leurs imprécations contre le gouvernement à celle des
exaltés. Les places publiques et les rues se remplissaient d'hommes à
figures sinistres: une émeute se préparait, selon la menace d'Espartero.
Le 18, les membres de la municipalité s'établirent en permanence à
l'Hôtel-de-Ville; des barricades furent élevées à l'extrémité de toutes
les rues qui débouchaient sur la place où était le palais occupé par les
deux reines; des dépôts d'armes avaient été forcés et livrés au peuple.
Une députation de la municipalité à la tête des insurgés, se rendit à
l'hôtel d'Espartero, qui leur fit bon accueil, parut à son balcon, et
consentit à les accompagner chez la reine régente, pour lui demander le
renvoi des ministres et le retrait de la loi sur les _ayuntamientos_. Il
était alors près de minuit. Christine était avec les trois ministres qui
l'avaient suivie, et qui, devant l'émeute, offraient leur démission.
Espartero entra chez la régente avec sa femme et les généraux Valdes et
Van-Halen. La reine reçut avec une froide réserve ses démonstrations de
dévouement et ses offres de service, accepta la démission de ses
ministres, mais refusa obstinément de révoquer la sanction donnée et de
dissoudre les cortès. Espartero sortit à pied à trois heures du matin,
et alla annoncer aux groupes qui stationnaient sur la place que les
ministres se retiraient; les rassemblements se dissipèrent alors avec
des cris de triomphe. Content d'avoir satisfait sa haine contre les
ministres qui l'avaient bravé, Espartero s'occupa de mettre un terme au
mouvement dont il avait reçu l'impulsion, et, retrouvant son énergie,
mit la ville en état de siège; les exaltes, qui voulaient continuer
leurs démonstrations, furent comprimés et l'ordre se rétablit.

[Illustration: Espartero.]

Sous l'influence de ces événements, un nouveau ministère fut appelé:
contrairement à ce qu'on attendait, il ne fut pas pris dans le parti
exalté, mais parmi les amis d'Espartero, qui, prêtant les mains à cette
combinaison, abandonnait tout ce qu'il avait demandé jusqu'alors. La
reine régente se hâta de quitter cette ville, où son autorité et sa
dignité avaient souffert de si graves atteintes, et dés qu'elle fut
arrivée à Valence, où l'attendait le général O'Donnell et une armée qui
lui était dévouée, elle renvoya ce cabinet et en forma un nouveau,
choisi entièrement dans le parti modéré.

Ici se termine en quelque sorte la biographie d'Espartero; tout ce qu'il
a fait depuis appartient à l'histoire contemporaine de l'Espagne, et est
encore trop près de nous pour qu'il soit peut-être permis de juger
définitivement sa conduite. Qu'il nous suffise de rappeler qu'à la
nouvelle de ce changement de ministère, le parti exalté se souleva dans
toute l'Espagne. La municipalité de Madrid donne le signal de
l'insurrection et se déclare en permanence; la garde nationale prend les
armes et se range sous ses ordres. Espartero, qui était rentré dans son
apathie, est forcé par le parti des exaltés de formuler son adhésion à
la municipalité. Il publie un manifeste où il pose, comme condition de
sa fidélité à la régente, la révocation de la loi sur les
_ayuntamientos_, la dissolution des cortès et le renvoi du cabinet. On
sait ce qui a suivi. Le mouvement révolutionnaire de la capitale se
propage de ville en ville; Espartero entre en maître et en triomphateur
dans Madrid. Appelé par la reine régente à former un cabinet, il se rend
à Valence avec les collègues qu'il a choisis. C'est là qu'après
d'orageuses conférences, Christine se résout, le 10 octobre 1840, à
abdiquer, et se retire en France. Espartero demeure souverain du
royaume, à la tête de la régence, en attendant la majorité d'Isabelle
II.

Depuis ce moment, l'Espagne a continué d'offrir le spectacle le plus
étonnant et le plus déplorable de désorganisation et d'impéritie dans le
pays et dans le pouvoir. Satisfait du poste élevé qu'il occupe,
Espartero paraît indifférent aux luttes et aux rivalités des partis; son
gouvernement se résume en une longue série de mystifications pour toutes
les ambitions et toutes les espérances. L'Angleterre s'était flattée
que, pour prix de l'appui qu'elle avait prêté au parti exalté et à
l'élévation du régent, un traité de commerce ouvrirait les ports
d'Espagne à ses produits manufacturiers; mais ce traité, jusqu'à présent
ajourné, le sera peut-être encore longtemps. Les exaltés pensaient qu'il
leur serait permis de réaliser leurs idées politiques sous le patronage
du régent, à la fortune duquel ils ont tant aidé, mais depuis deux ans
toutes leurs tentatives de se saisir du pouvoir ont été vaines. D'un
autre côté, tout était à faire en Espagne, il fallait créer
l'administration, organiser la justice, constituer les finances: voilà à
quel prix l'Espagne eut pu se constituer, voilà quels étaient ses
besoins les plus pressants. Rien n'a été fait. Ce malheureux pays a été
livré au despotisme militaire, et au plus déplorable désordre financier
et administratif qu'on ait encore vu, même en France.

Mais la déception générale a donné naissance à une coalition qui
comprend les vainqueurs et les vaincus de septembre, les modérés et les
exaltés, en un mot, tous ceux qui tiennent pour le gouvernement
constitutionnel, contre Espartero, isolé au milieu de toute la nation et
sans autre appui que l'armée. Tel était l'état des choses au
commencement de novembre de l'année dernière, au moment où la réunion
des cortès allait avoir lieu, réunion d'autant plus inévitable, que le
budget n'étant voté que jusqu'au 1er janvier 1843, il fallait bien
convoquer les chambres pour leur demander de nouveaux subsides. Dès le
premier jour, une forte opposition s'est dessinée, et les deux chefs de
la coalition ont été élus, à une forte majorité, l'un président, l'autre
vice-président des cortès. Espartero était dans une situation fort
critique, quand un événement fortuit, le soulèvement de Barcelone, est
venu faire, une diversion, dont il s'est empressé de profiter. On sait
tous les détails de sa campagne contre cette ville malheureuse. Ce ne
sont pas les barbaries de Van-Halen et de Zurbano qui ont fait rentrer
Barcelone sous l'obéissance du duc de la Victoire, ni qui ont empêché
l'insurrection de se répandre; c'est l'absence d'un drapeau. Le
lendemain du bombardement les élections municipales ont eu lien, et leur
résultat a été si hostile au gouvernement, qu'il a été obligé de casser
la----- municipalité. La presse a recouvré sa voix, et fait entendre à
toute heure ses menaces de vengeance et de haine. A Madrid, la nouvelle
du bombardement de Barcelone a soulevé l'indignation publique. La
presse, écho fidèle des sentiments de la population tout entière, s'est
émue, et a exprimé hardiment l'opinion du pays. Les députés catalans ont
demandé au régent, par une lettre vigoureuse, le renvoi immédiat des
ministres qui ont conseillé ces violences. Un acte d'accusation contre
le ministère avait été préparé par les mêmes députés et devait être
déposé sur le bureau des cortès à leur réunion. Devant cette explosion
qui se préparait, Espartero a dissous les cortés et a convoqué la
nouvelle chambre pour le 3 avril prochain.

Tel est l'état présent de l'Espagne. Il est impossible de prévoir le
résultat des élections qui se préparent, mais assurément de leur choix
dépendra le retour de l'ordre et de la légalité, si audacieusement
violés par le soldat ambitieux qui a saisi le pouvoir sans avoir la
force d'en faire bon usage. Avant deux ans Isabelle II aura atteint sa
majorité; Espartero se résignera-t-il à abandonner le pouvoir souverain
dont il aura joui et abusé pendant plusieurs années? voudra-t-il
continuer sa dictature militaire? dans quelle vue? il n'a point
d'héritier. Ces graves questions se présentent d'elles-mêmes à l'esprit
de tous ceux qui ont suivi le développement de la tragi-comédie qui se
joue depuis près de dix ans en Espagne. Mais d'en chercher la solution
probable, qui y songe? Tant d'habiles gens se sont trompés dans leurs
calculs et leurs prévisions, que le parti le plus sage est peut-être,
comme le disait un de nos plus spirituels diplomates, _d'attendre et de
regarder; c'est déjà beaucoup que de bien voir._


[Illustration.]

Translation de l'Épée d'Austerlitz

AUX INVALIDES..

M. le maréchal duc de Reggio, accompagné du général Petit, des généraux
Athalin et Gourgaud, qui avaient été délégués par le Roi, et de tout
l'état-major de l'hôtel des Invalides, a procédé à l'enlèvement de la
couronne impériale, du chapeau et de l'épée d'Austerlitz, qui étaient
restés déposés sur le cercueil de Napoléon, dans la chapelle
Saint-Jérôme, depuis le jour des funérailles.

[Illustration.]

Les ouvriers chargés de construire le tombeau devant commencer
immédiatement leurs travaux, la porte de la chapelle Saint-Jérôme sera
murée. Le cercueil y restera, mais dépouillé des insignes qui le
couvraient, et qui auraient couru le risque d'être dégradés. Ces
insignes ont été ensuite transportés avec solennité dans une partie des
appartements que le général Petit occupe aux Invalides, et qui a été
disposée à cet effet.

Le général portait l'épée d'Austerlitz; il était précédé de plusieurs
sous-officiers portant le chapeau historique, la couronne impériale, la
couronne donnée par la ville de Cherbourg, et le manteau qui servait de
drap mortuaire. Le cortège a défilé entre deux haies formées par tous
les invalides en grande tenue.

Aucune personne étrangère à l'Hôtel n'a été admise à cette cérémonie.



Beaux-Arts.

RECAPITULATION DES EXPOSITIONS AU LOUVRE DEPUIS 1800.

[Illustration: Tableau.]

OUVERTURE DU SALON.

Comme la poésie, comme la musique, la peinture, elle aussi, a ses
premières représentations, plus solennelles peut-être, plus désirées que
toutes les autres. Quinze cents oeuvres nouvelles, entièrement inédites,
qui vont tout à la fois se découvrir aux yeux! Quinze cents tableaux et
sculptures! Quelle affiche de théâtre nous promit jamais aussi riche
spectacle? Et, pourtant, comme on sait, une simple tête d'étude, un
petit paysage, une mince statuette, peuvent valoir souvent tout un long
poëme, toute une grande symphonie.

Aussi les portes du Louvre sont-elles de bonne heure assiégées, en ce
jour solennel, par une foule impatiente, qui se presse, qui se pousse et
s'étouffe à plaisir; les derniers voulant être les premiers, comme ils
le seront un jour au royaume des cieux. Ce n'est pas là, d'ailleurs,
cette foule insignifiante, atone, qui s'encombre dans les barrières des
théâtres, qui s'ennuie et qui s'enrhume, sans penser à autre chose. Ici,
la foule est animée, passionnée même, pittoresque; elle a l'oeil et le
visage en feu, la barbe hérissée, elle parle haut, elle discute, elle
professe, elle harangue; c'est le _meeting_ de l'art.

Sans doute dans le nombre se voient bien quelques curieux, quelques-uns
de ces bons bourgeois de Paris, que Rabelais jugeait «tant sots, tant
badauds», que la foule attire par une secrète vertu d'adhésion, et qui
se trouvent surtout à leur place dans l'espèce: «Nos numerus sumus....»

On y rencontre bien aussi, non pas le vrai dilettante de l'art, car il
est essentiellement conservateur et _laudator temporis acti_, mais une
autre classe d'amateurs. L'amateur des primeurs, qui ne se soucie que
des premières fraises et des premiers melons, croirait se déshonorer en
riant des plaisanteries d'un vaudeville à la seconde représentation, et
ne lit jamais un livre dont les feuilles ont été déjà coupées.

Mais le véritable public de cette fête, ce sont les artistes, _les
jeunes yens des ateliers;_ car tout le monde, dans les ateliers, est et
demeure jeune: les rapins ne vieillissent pas, ils semblent avoir encore
sur leur figure l'air de 1830; vénérable débris des jeune-France, de la
gent dite romantique, ils en ont au moins sauvé la barbe et la chevelure
mérovingienne, en même temps que quelques expressions _portenteses_, et
quelques vocables moyen-âge et _pyramidaux_.

Ils sont là chez eux, ou du moins à la porte de chez eux un sérieux
intérêt les amène, et le trouble habile leur coeur d'ordinaire si calme,
si insoucieux de la vie positive, si profondément sceptique à l'endroit
des hommes et des choses. Ils ont soumis leurs tableaux, leurs statues
au jugement de l'Académie des Beaux-Arts; l'Académie les aura-t-elle
acceptés, leur aura-t-elle donné le droit d'entrée dans les galeries du
Louvre, auront-ils enfin les honneurs de l'exposition, seront-ils livrés
aux regards de ce public, qui s'y connaît si mal, et laisse volontiers
les tableaux de genre, les oeuvres sérieuses, pour faire queue devant
une charge de Biard, et s'extasier en présence de bouffonnes figures? Y
être ou n'y être pas, _that is the question_, et c'est là, bien
réellement, une question de vie et de mort pour l'artiste inconnu qui a
lutté courageusement dans un grenier contre son double défaut d'être
obscur et d'être pauvre; que de craintes mortelles, que de riches
espérances devant cette porte qui va s'ouvrir!

Des bruits sinistres courent dans la foule; on dit que cette année le
jury d'examen s'est montré d'une sévérité farouche; on sait que le
tableau d'un peintre célèbre a été refusé, et l'on ajoute que l'un des
examinateurs, indigné de cette exclusion, s'est levé, et a dit à ses
collègues: «Ni vous, ni moi, ne serions capables d'en faire autant.»
là-dessus, il est parti furieux, et quelques-uns assurent qu'il en
crachait le sang! On ajoute même que le Roi, instruit par M. A. de P.
des malveillantes erreurs du jury, avait exigé qu'une contre-enquête eut
lieu avant l'ouverture du Salon.

Et alors, vous entendriez un chorus d'étranges qualifications, d'énormes
épithètes adressées par contumace à MM. les examinateurs.
«Croiriez-vous, dit l'un d'eux, qu'il n'y avait cette année que cinq
peintres dans toute la commission? Mais, en revanche, reprend un autre,
on y comptait un grand nombre de musiciens: l'an prochain, je leur
enverrai un tableau à horloge, qui jouera des airs!--Et moi, ajoute un
troisième, je soumettrai à leur jugement impartial le dessein d'une
clarinette et le profil d'une contre-basse!»

Ceux qui parlent le plus haut, qui ont le verbe le plus tranchant et le
plus goguenard, ce sont les rapins pur sang, qui n'ont encore fait que
broyer les couleurs et croquer sur le mur les principaux nez de
l'atelier; ils sont là, les mains dans les poches, parfaitement
désintéressés dans la question, ne venant que pour assister au triomphe
de leurs amis, et à la déconfiture de ceux qu'ils honorent de leur
inimitié personnelle, et du surnom générique de _crétins_. Feront-ils
jamais eux-mêmes le moindre tableau? Dieu le sait! Provisoirement, ils
prennent chaudement en main la cause de l'art, anathématisent le jury,
le classique jury, et proposent de rédiger contre ses jugements une
solennelle protestation, d'ouvrir à frais communs une contre-exposition
où devront figurer tous les tableaux refusés, et offrent déjà, à cet
effet, la modique somme de 50 centimes, prélevés sur ce qu'ils appellent
leur superflu.

Enfin sonne l'heure fatale! Jamais semblable frisson ne courut sur les
bancs d'écoliers, lorsque le pédant, orné de la toge et de l'épitoge,
fait à dessein une pause tragique, après s'être écrié: Premier prix!
Tous les coeurs se serrent, toutes les bouches se taisent. C'est alors
que les plus pusillanimes sentent défaillir leur courage, et veulent
reculer, serrant la main à un ami, et lui disant d'une voix éteinte: «Va
voir si j'y suis!» Mais les portes sont ouvertes, le flot se précipite,
et bon gré, mal gré, il faut suivre le torrent au milieu duquel on voit
trembler la baïonnette et le plumet des malheureux factionnaires, battus
par la tourmente.

Emporté par cette irrésistible force, qui ne lui permet pas même de
s'arrêter pour saisir au passage le fatal livret, l'artiste ferme les
yeux; son tableau lui revient à la pensée comme une effroyable croute,
placardée de rouge et de bleu; ces têtes charmantes, ces formes
harmonieuses qu'il avait dessinées avec tant d'amour, peintes avec tant
de foi, maintenant lui semblent d'insipides copies, propres à servir
d'enseignes; et il ne se doute plus qu'elles n'aient été
ignominieusement refusées, jusqu'à ce qu'enfin, sentant le flot
s'arrêter, il rouvre les yeux et se trouve dans le salon carré,
vis-à-vis de sa propre toile baignée de lumière, vis-à-vis de sa
Marguerite ou de sa Béatrice, qui fixe sur lui ses regards pleins d'une
joie douce et d'une grâce séreuse.

PREMIÈRE VISITE AU SALON--COUP D'OEIL GÉNÉRAL.

Heureux les critiques prime-sautiers qui ont, du premier regard, pu voir
et juger à la fois douze cents tableaux! Nous confessons, pour nous, que
notre idée synthétique est encore bien défectueuse, bien obscure, et
nous nous tenons en défiance contre notre première impression, sans
l'oser ériger en un jugement. Ce n'est assurément pas faute d'avoir
ouvert les yeux, d'avoir tendu le cou cinq heures durant; mais souvent,
pour avoir beaucoup regardé, l'on a bien peu vu, et surtout bien peu
pensé. Pressés, heurtés dans la foule, contemplant au travers des
chapeaux, nous réfléchissions à toutes les belles idées critiques, à
toutes les fines observations qui nous seraient infailliblement venues,
si notre judiciaire avait pu, comme autrefois cet heureux Louis XVIII,
se faire traîner doucement dans un fauteuil à roulettes au milieu des
galeries solitaires; nous admirions aussi par souvenir l'intelligence et
la sagacité esthétique des anciens, qui plaçaient aux portes de leurs
musées la statue du Silence, le doigt sur les lèvres, pour avertir
chacun qu'il se gardât de troubler indiscrètement le vol des muettes
pensées autour des statues et des peintures.

Enfin nous étions sous la préoccupation constante d'une idée importune;
il manquait à notre compte plus de quatre cents tableaux, et nous nous
demandions, en voyant la nudité des galeries, si l'on avait aussi voulu
faire une exposition de serge verte. En serions-nous à ce point de
pénurie, que, pour composer désormais un salon, il faillit, comme dans
les expositions de sous-préfectures, faire appel aux tableaux de
famille, aux plâtres domestiques, et combler les lacunes avec les cadres
glorieux de nos prix de dessin? Grâce à Dieu, notre pauvreté ne vient
que du sévère caprice de MM. les académiciens: quatre mille tableaux ont
été, comme d'ordinaire, soumis à leur jugement; mais il n'y a eu que
douze cents élus; aussi, ne pouvions-nous considérer sans
attendrissement toutes ces places vides, y plaçant par la pensée, tantôt
ces chers absents, la grande toile de Boulanger, le beau portrait d'H.
Flandrin, tantôt les oeuvres d'artistes inconnus, les imaginations
nouvelles de pauvres jeunes peintres, tous refusés au bénéfice des
tableaux de MM. les académiciens. (Voir, sous le numéro 89, un
inqualifiable tableau de M. Bidault, membre du jury; on assure que ledit
tableau a été reçu à l'unanimité.)

De tout cela il suit que nous avons encore bien peu de choses à dire du
nouveau Salon. Deux toiles seulement nous ont semblé tout à fait hors de
ligne; d'abord le _Tintoret_ de M. Léon Coigniet, admirable composition,
malgré la réminiscence de l'Empire qu'on y croit apercevoir; puis un
excellent portrait d'_H. Flandrin_, que l'administration du Musée a eu
grand soin de placer à contre-jour, dans une encoignure. Nous ne faisons
que citer aujourd'hui ces deux véritables chefs-d'oeuvre, sur lesquels
nous reviendrons à loisir. Les honneurs de l'exposition sont ensuite
pour la marine d'Isabey, le _Jérémie prophète_, d'Henri Lehmann, la
_Vendangeuse_, de son frère Rodolphe; les portraits de Couture et de
Guignet, les tableaux de genre de Meissonnier et de Leleux, le paysage
de Lessieux, les sculptures de Simart et de Maindron. Le grand tableau
si vanté de M. Papety est en possession d'attirer tous les regards et de
diviser toutes les opinions; il est certain, d'ailleurs, qu'il ne
révolutionnera pas la peinture, comme on l'avait pompeusement dit; le
siècle ne croit plus désormais aux révolutions, et, quel que soit
d'ailleurs le mérite du tableau de M. Papety, il n'est pas destiné à
détruire ce légitime scepticisme.

Et puis, toujours du Biard et du Dubufe. Dimanche prochain commencera le
triomphe de ces deux peintres _dominicaux_ «bien connus par la ville.»

Et maintenant, dirons-nous comme la plupart: l'exposition est plus
faible que celle de l'an dernier? Il importe de remarquer que depuis un
temps immémorial, la critique place toujours chaque exposition
immédiatement au-dessous de celle qui l'a précédée.--De même depuis des
siècles, on dit que le commerce va mal.--Il est certain que les maîtres
n'exposant plus, les toiles supérieures se raréfient singulièrement;
mais il arrive, en peinture comme dans les lettres, qu'au lieu d'un
artiste éminent, nous ayons vingt artistes distingués; ce que perdent
les individus, la masse le regagne, le génie se fait rare, le talent
abonde, et l'on est tout surpris de trouver dans des tableaux de
débutants un savoir-faire déjà remarquable, qui aurait beaucoup promis à
toute autre époque; mais aujourd'hui les hommes de talent demeurent ce
qu'ils sont, et les habiles deviennent rarement des maîtres.

[Illustration: Ouverture du Musée, le 13 mars.]



Bibliographie

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE ÉTRANGER.

_Report and Appendices of the children's employment commission presented
to both houses of Parliament, by command of Her Majesty_.--Rapport et
Appendices de la commission du travail des enfants dans les
manufactures, présentés aux deux Chambres du Parlement, par l'ordre de
Sa Majesté (non traduits). Mars, 1843.

Le rapport de la commission chargée de faire une enquête sur le travail
des enfants dans les manufactures a été présenté la semaine dernière aux
deux Chambres du Parlement. Il passe successivement en revue les
diverses industries de Londres et des comtés de l'Angleterre. Est-il
nécessaire d'ajouter qu'il révèle une foule de faits inconnus
jusqu'alors et tellement horribles, que s'ils n'étaient attestés
solennellement par les membres de la commission d'enquête, personne
n'oserait y ajouter foi? La veille du jour fixé pour le dernier bal de
la cour, un pair d'Angleterre avait lu la partie de ce rapport qui
concerne les marchandes de modes, les fabricantes de dentelles et les
couturières. Un de ses amis le pressait de l'accompagner: «Je n'irai pas
à ce bal, répondit-il, je n'y aurais aucun plaisir; à chaque pas je
croirais voir sortir de leurs cercueils les cadavres de tous les
infortunés qui sont morts à la peine en fabricant les divers objets de
luxe dont se compose la toilette des femme.»

Il nous est impossible, on le conçoit, d'analyser un pareil travail.
Toutefois, afin de prouver son importance, nous citerons quelques faits
choisis au hasard.

--Un deuil de coeur rend toujours aveugles au moins trente jeunes
filles, déclare M. Tyrrell, médecin de l'hôpital ophthalmique.

--A Nottingham, M. Grainger, le rapporteur, visita une maison assez
propre et confortable d'ailleurs, où il trouva quatre petites filles
occupées à la fabrication de la dentelle. L'aînée avait huit ans, la
cadette deux ans, les deux autres six et quatre ans. Elles gagnaient
chacune environ 10 centimes par semaine.

--Dans la même ville, certaines mères ont l'habitude d'administrer du
laudanum à leurs petits enfants, pour les forcer à rester tranquilles
pendant qu'elles travaillent; car si elles étaient obligées de s'en
occuper, elles ne gagneraient plus de quoi vivre. On augmente la dose de
jour en jour; aussi la plupart des enfants meurent-ils avant d'avoir
atteint l'âge de deux ans. «Depuis l'âge de six ans, disait une jeune
ouvrière, je travaille quatorze à quinze heures par jour. Je gagne 5
shellings par semaine. Si je ne faisais pas boire du _cordial_ à mon
enfant, il m'empêcherait de travailler et je mourrais de faim.»

--A Willenhall, un enfant dépose en ces termes: «Je suis bien traité,
mon maître ne me bat pas beaucoup; il ne me frappe jamais qu'avec un
bâton ou un fouet, ou le manche d'un marteau.» Un autre enfant se montre
également satisfait, parce que son maître ne le bat jamais plus de cinq
minutes à la fois.

Ces enfants, qu'on fait travailler dès l'âge de deux ans, ou auxquels on
donne chaque jour une portion de laudanum pour les endormir, ne
reçoivent aucune instruction, et ne deviennent jamais des hommes, alors
même qu'ils ont la force de supporter ce terrible régime. Leur ignorance
égale leur faiblesse physique. Comment ne serait-il pas, en outre,
cruels et débauchés? Dès leur bas-âge, ils n'ont sous les yeux que de
mauvais exemples, et ils se trouvent très-bien traités lorsque leur
maître ne les bat qu'avec un bâton.

Le rapport de la commission du travail des enfants dans les manufactures
intéresse non-seulement l'Angleterre, mais les autres pays
manufacturiers. Nous en recommandons la lecture à tous les hommes qui
s'occupent encore de l'amélioration physique, intellectuelle et morale
des classes ouvrières.

_Geschichte Polens, von_ Dr RICHARD ROEPELL _ersler Theil,
Hamburg._--Histoire de la Pologne, par le Dr RICHARD ROEPELL. 1ère
partie (non traduite).

Le docteur Roepell fait partie d'une société de savants allemands, dont
chaque membre s'est engagé à écrire l'histoire spéciale d'un état
européen. Lorsqu'ils seront terminés, tous ces ouvrages particuliers
doivent former une collection qui sera éditée sous les auspices de deux
historiens célèbres, A. H. L. Heeren et F. A Ukert. Le docteur Roepell,
chargé d'écrire l'Histoire de la Pologne au Moyen Age, s'était d'abord
rendu à Varsovie, pour y apprendre la langue polonaise et se mettre en
état de consulter avec fruit les archives nationales. Il vient de
publier à Hambourg la première partie de son travail.

Cette première partie s'ouvre par une description géographique de la
Pologne, suivie d'un essai historique, malheureusement incomplet, sur la
race slave.

Le docteur Roepell considère ensuite le duché de Posen comme la patrie
primitive des Polonais; mais il ne remonte pas dans ses recherches
au-delà de la moitié du sixième siècle. A la chute de Rome, les Polonais
commencent à se faire connaître en Europe. En 540, leur chef, Lech,
fonde Gnesen, la première capitale de leur empire A la dynastie de Lech,
qui règne jusqu'en 850, succède celle de Piast Ce fut après l'accession
de Mieczyslaus 1er, en 965, un des souverains de cette dynastie, que la
Pologne prit rang parmi les états indépendants de l'Europe, en adoptant
le christianisme L'auteur de _l'Historga naroda polskiego bandtkie_
(l'Histoire de la nation polonaise), avait déclaré que Mieczyslaus était
un vassal de l'empereur d'Allemagne, pour une partie de la Pologne,
située entre l'Oder et la Warta. Le docteur Roepell réfute cette
assertion et prouve par une série de faits historiques, que le vasselage
des rois de Pologne était purement personnel et même nominal.

Outre ces considérations préliminaires, la première partie de l'ouvrage
du docteur Roepell renferme l'histoire détaillée des règnes de Boleslaus
le Grand, le véritable fondateur du royaume de Pologne, et de ses
successeurs, jusqu'à l'assassinat de Przemyslaus, par le marquis de
Brandebourg, en 1295.

_Storia della Colonna Infâme_ di ALESSANDRO MANZANI. Milano, 1840; à
Paris, chez Baudry. Un vol. in-12, avec les remarques de Pietro Verri
sur la torture. 3 fr. 50 c. _La Colonne Infâme_, traduction française de
M. DE LATOUR. _Processo originale degli untori della peste del 1630_.
Milano. 1839. Un vol. in-8 (non traduit). Procès original des _untori_
pendant la peste de 1630. _Della Storia Lombarda del secolo XVII,
ragionamenti_ di CESARE CANTI per commente ai promessi Sposi di
ALESSANDRO MANZANI. Juin, 1832.

L'histoire tragique de la _Colonne Infâme_ était toujours demeurée
enfouie dans les archives manuscrites du dix-septième siècle, lorsqu'on
imprima à Milan, en 1836, toutes les pièces originales du procès des
_untori_. Alessando Manzani se rappela alors la promesse qu'il avait
faite aux lecteurs de son beau roman des _Promessi Sposi_, à la fin du
XXXVe chapitre; il se décida à écrire la _Storia della Colonna Infâme_.
Publié à Milan en 1810 ce petit livre a été réimprimé récemment à Paris
par le libraire Baudry, et M. de Latour en annonce une traduction
enrichie de notices et d'appendices.

Rien de plus triste que cette histoire. Pendant la peste de 1630, dont
les _Promessi Sposi_ renferment une description si détaillée, les murs
des maisons de Milan furent, à certaines époques, enduits, par des mains
inconnues, d'une espèce d'onguent jaunâtre. Le peuple s'imagina que
c'était cet onguent qui répandait la peste dans la ville. On arrêta
divers individus désignés sous le nom d'_untori_, parce qu'on les accusa
d'avoir fabriqué cet onguent _(untorio)_ avec l'intention de faire périr
tous les habitants de Milan. Interrogés par les magistrats, ils
déclarèrent qu'ils étaient innocents. On les appliqua à la torture, et
non-seulement ils s'avouèrent coupables, mais ils dénoncèrent de
prétendus complices. Condamnés à mort, ils subirent un supplice
effroyable, et on éleva sur l'emplacement de la maison de l'un d'eux,
nommé Mora, une colonne dite _Infâme_, avec une inscription qui devait
rappeler à la postérité le triste souvenir de ce procès. Ainsi, au
dix-septième siècle, la justice milanaise élevait avec un stupide
orgueil le monument de son déshonneur futur. En 1759, le président
Charles de Brosses partageait encore les absurdes préjugés du siècle
précédent. «La colonne que l'on appelle _Infâme_ est élevée, dit-il dans
ses _Lettres sur l'Italie_, sur la place où était la maison d'un
malheureux que l'on _surprit s'efforçant, par les moyens de certaines
drogues, de mettre la peste dans la ville._» Cette colonne subsista
pendant cent quarante-huit ans; en 1778, elle s'écroula, et personne ne
songea dès lors à la relever.

Ce nouvel ouvrage de l'auteur des _Fiancés_ sera lu avec un intérêt
d'autant plus vif, qu'il renferme d'utiles leçons Si Manzani n'eût pas
tardé tant d'années à tenir sa promesse, peut-être, instruit par
l'exemple des Milanais du dix-septième siècle, le peuple de Paris se fût
montré moins déraisonnable et plus humain à l'époque fatale où, refusant
de croire à l'existence d'un fléau dont il ne pouvait nier cependant les
terribles effets, il se persuada que l'eau des fontaines était
empoisonnée, et frappa, dans son aveugle fureur, de malheureux ouvriers
aussi innocents que les _untori de la Colonne Infâme._

_The Court of England under the house of Nassau and Hanover_.--La cour
d'Angleterre sous les maisons de Nassau et de Hanovre; par M. JOHN
HENEAGE JESSE. Esq., auteur des _Mémoires de la cour d'Angleterre sous
le règne des Stuarts_. 3 vol. in-8 (non traduite).

_La Cour d' Angleterre sous les maisons de Nassau et de Hanovre_,
publiée par M. Jesse, n'est autre chose qu'une série de notices
biographiques sur les principaux hommes d'État qui se sont succédé en
Angleterre durant la triste période qui commence à la révolution de
1688, et qui se termine à la mort de Georges II, en 1760. On peut louer
l'impartialité de l'auteur, bien qu'il laisse trop deviner parfois ses
opinions conservatrices, la clarté et l'élégance de son style et
d'autres qualités secondaires: mais M. Jesse manque en général
d'élévation et de profondeur. Il aime trop les anecdotes; il se contente
de raconter les faits intéressants sans en rechercher les causes, sans
en calculer les conséquences; il n'apprend pas à ses lecteurs quelle a
été l'influence morale, sociale et politique qu'ont exercée, pendant
leur vie, les principaux hommes d'État du dix-huitième siècle. Enfin, on
ne comprend pas pourquoi il a omis de parler de l'évêque Burnet, du
général Wolfe, de lord Clive, de l'amiral Byng, de lord Carteret, de
Pulteney et surtout de lord Chatham, qui remporta cependant ses plus
beaux triomphes avant la mort de Georges II.

Malgré ces critiques, peut-être sévères, le nouvel ouvrage de M. Jesse
obtiendra, nous n'en doutons pas, le même succès que les _Mémoires de la
Cour d'Angleterre sous le règne des Stuarts_, car il contient des
biographies bien écrites et remplies de faits nouveaux, de Malborongh,
de Bolingbroke, de Walpole, de Harley, du duc de Sommerset, et des
_beaux_ célèbres de cette époque. Fielding et Wilson.

Die Verantwortlichkeit der Minister.--La Responsabilité ministérielle,
par M. B,. MOHL, in-8, 726 pages, non traduite.

M Mohl pose d'abord les principes généraux sur lesquels la
responsabilité ministérielle est fondée, puis il se demande quels sont
les individus qui doivent y être soumis, et dans quels cas il faut
l'appliquer. Il examine alors, outre la procédure à suivre, la nature et
les divers degrés des peines qu'entraîne nécessairement une
condamnation. Enfin, il termine ce traité par une analyse historique de
tous les principaux procès intentés jusqu'à ce jour à des ministres, en
vertu de la loi constitutionnelle qui les rend responsables des actes de
leur administration. La publication de cet ouvrage, estimable
d'ailleurs, mérite d'être signalée comme un heureux symptôme du
mouvement politique qui commence à se manifester sur plusieurs points de
l'Allemagne.

_The Addresses and Messages of the presidents of the United
States_.--Discours et Messages des présidents, des Etats-Unis. New-York,
Walker. London, Wiley and Putnam (non traduits).

La collection des discours des présidents des États-Unis fournira
d'importants matériaux aux écrivains et aux hommes d'État qui voudront
étudier l'histoire de la grande république de l'Amérique du Nord, depuis
la déclaration de l'indépendance jusqu'à l'époque actuelle. Elle
commence par le premier discours, ou le discours d'inauguration de
Washington, et se termine avec celui que le président Tyler prononça
dans la session dite spéciale, lorsqu'il remplaça Harrisson, en vertu de
la section VI de l'article 11 de la constitution, qui, en cas de mort du
président, confère ses fonction» au vice-président. On y trouve aussi,
outre une notice sur Harrisson, la déclaration d'indépendance et la
constitution actuelle des États-Unis.

_Storia della Pittura italiana_. Pise. 1842.--Histoire de la Peinture en
Italie (non traduite).

Cette nouvelle histoire illustrée de la peinture italienne doit se
publier en cinquante-six livraisons. La première livraison renfermait
les quatre dessins suivants: 1 Une miniature de Pise de 1242.--2 Un
bas-relief de Nicolas Pisano.--3 Le Christ de Giunta Pisano.--4 La
Vierge de Guido de Sienne, peinte en 1221, et la Vierge de Cimabue,
peinte vers 1276.

_Neuere Geschichte der poetischen national Literatur der Deutschen, von_
G.-G. GERVINUS ZWEI BANDE.. _Leipsig._ 1842.-Histoire moderne de la
Littérature poétique de l'Allemagne, par G.-G. GERVINUS. 2 vol. (non
traduite).

Ces deux volumes forment le complément de l'ouvrage en trois volumes que
le professeur Gervinus avait déjà publié sur les progrès de la
littérature allemande. Ils embrassaient la période de temps qui s'étend
depuis Gottsched jusqu'à la chute de Napoléon. Les opinions littéraires
du professeur Gervinus sont, il est vrai, entièrement opposées à celles
des meilleurs écrivains actuels de l'Allemagne; mais alors même qu'on
n'adopte pas ses conclusions, on est forcé de rendre justice à son
talent et à son indépendance. Son livre a un grand mérite, il fait
penser; il s'adresse par conséquent à un public d'élite. N'y cherchez
pas des renseignements positifs sur la vie d'un écrivain, vous n'y
trouverez que des théories plus ou moins ingénieuses, plus ou moins
vraies sur ses ouvrages et sur les moeurs de son époque; c'est un
recueil d'idées et non de faits. Le professeur Gervinus n'a pas cru
devoir continuer son ouvrage jusqu'à nos jours, par des raisons peu
flatteuses pour ses contemporains. «Notre littérature, dit-il en
terminant, est devenue un marais stagnant tellement rempli de matières
nuisibles, que nous devons appeler de tous nos voeux quelque tempête
étrangère. Notre littérature a eu son temps, et si nous ne pouvons vivre
en paix, nous devons appliquer désormais à la vie positive et à la
politique l'activité dont nous sommes doués, et qui maintenant n'a plus
d'objet. Quant à moi, je suis autant que je le puis cet avertissement de
l'époque.»

_The history of Woman in England._-L'Histoire de la Femme en Angleterre;
par HANNAH LAWRANCE. Londres, 1843 (non traduite).

Le premier volume de cet ouvrage vient de paraître. Il commence avec les
plus anciennes chroniques, et se termine à la fin du douzième siècle.
Mistriss Lawrance n'a pas la prétention de soutenir que la femme est
non-seulement égale, mais supérieure à l'homme; elle se contente
d'écrire son histoire, et de montrer quelle influence elle a exercée sur
les institutions, la religion, la littérature et le caractère de la
nation anglaise. Dès qu'elle sera terminée, nous reparlerons plus
longuement de cette nouvelle compilation de l'auteur _of the historical
Memoirs of the Queens of England._

_The Xanthian marbles, discovered in Asia-Minor, their acquisition and
transmission in England_ (ouvrage non traduit).--Les Marbres de Xanthe,
découverts dans l'Asie-Mineure par CHARLES FELLOWS, leur acquisition et
leur transport en Angleterre. 1842, 5 schel.

Au printemps de 1838, un voyageur anglais, nommé Charles Fellows,
visitait l'Asie-Mineure; frappé de la beauté des ruines éparses le long
des côtes de la Lycie, il s'enfonça dans les terres et y découvrît, sur
les bords de la rivière Xanthe, des sculptures précieuses qu'il résolut
de transporter en Angleterre. Dès cette époque, des négociations
s'ouvrirent entre la Porte et le cabinet de Saint-James; elles durèrent
plus de trois années. Ce ne fut qu'au mois d'octobre 1841 que le consul
de Smyrne reçut le firman demandé. A cette nouvelle, l'amirauté fit
partir un navire chargé de ramener en Angleterre les sculptures
découvertes par M. Charles Fellows. L'ouvrage anglais que vient de
publier le libraire Murray contient une relation détaillée de cette
curieuse expédition. Les marbres de Xanthe, appelées aussi marbres de
Fellows, sont aujourd'hui déposés au _British Museum_.

_The rural and domestic Life of Germany with characteristic sketches of
its cities and scenery_, collected in a general tour, and during a
residence in the country in the years 1840, 1841 and 1842. London, 1842
(ouvrage non traduit).--La vie rurale et privée de l'Allemagne, suivie
d'esquisses caractéristiques de ses villes et de ses paysages, etc., par
WILLIAM HOWITT; in-8.

Ainsi que son titre l'indique, ce nouveau livre de M. Howitt se divise
en deux parties distinctes: la première est consacrée à la peinture de
la vie rurale et privée des Allemands; dans la seconde, l'auteur a
raconté ses impressions de voyage; il se promène de Heidelberg à
Londres, en passant par Baden-Baden, Stuttgart, Tubingen, Ulm,
Augsbourg. Munich, Salzbourg, Linz, Vienne, Prague, Dresde, Leipsig,
Berlin, Weimar, Iena, Erfurth, Francfort et le Rhin. Ces deux parties ne
se ressemblent d'ailleurs sous aucun rapport; l'une est remplie de
détails intéressants, l'autre reste toujours bien au-dessous du
_Hand-Book_ de M. Murray _(Manuel du voyageur.)_ M. Howitt a décrit avec
une vérité touchante les moeurs, les travaux et les plaisirs de la
classe moyenne et de la classe pauvre pendant les diverses saisons de
l'année: la moisson, la vendange, les fêtes de village, la chasse, les
parties de traîneaux, les pèlerinages, les fêtes de Noël et du jour de
l'an, le carnaval, etc., etc. On prend plaisir à contempler quelque
temps ces esquisses légères faites d'après nature par un peintre souvent
trop consciencieux, mais qui ne manque pas d'une certaine habileté. Si
l'impression qu'on éprouve n'est jamais vive, en revanche, elle est
toujours pure et douce; chez M. Howitt, le coeur l'emporte évidemment
sur l'intelligence. Est-ce donc un défaut qu'il faille lui reprocher? Ne
devons-nous pas, au contraire, nous estimer heureux de trouver un livre
moral et simple, écrit sans prétention, et dont la lecture, instructive
d'ailleurs, repose agréablement l'esprit?

_The Negroland of the Arabs, or an Inquiry into the early history and
geography of central Africa._-La Nigritie des Arabes, ou Recherches sur
l'Histoire et la Géographie primitives de l'Afrique centrale; par
WILLIAM DESBOROUGH COOLEY. 8 sch. 6 den., avec une carte.

M. Desborough Cooley est l'auteur d'une excellente histoire des
découvertes maritimes et continentales, qui a été traduite en français
par MM. Adolphe Joanne et Old Nick, et publiée à la librairie Paulin, en
5 volumes. (Prix et format de la collection Charpentier.)

_The annual Biography_, being lives of eminent or remarkable persons,
who have died within the year 1842; by CHARLES DODD, esq., author of the
Peerage, the Parliamentary companion, etc.--Chapman and Hall.--London.

_L'Annuaire biographique_, ou Vies des personnes éminentes ou
remarquables qui sont mortes pendant l'année 1842; par _Charles Dodd_.

Cet annuaire, dont le premier volume vient d'être mis en vente, paraîtra
régulièrement chaque année, au commencement de février.

EXTRAIT DU CATALOGUE GÉNÉRAL DU COMPTOIR CENTRAL DE LA LIBRAIRIE.

Économie Politique, Commerciale et Industrielle _(suite)_.

COLONIES FRANÇAISES (des), abolition immédiate de l'esclavage; par M. V.
SCHOELCHER. 1 beau vol. in-8, 1842. (_Pagnerre_, éd.) 6 fr.

CRÉDIT DE LA BANQUE (le), contenant un exposé de la constitution des
banques américaines, écossaises, anglaises, françaises, par M.
COURCELLE-SENEUIL, in-8. (_Pagnerre_, éd.) 2 fr.

ESPRIT D'ASSOCIATION (de l'); par A. DE LA BODER, 5e édit. 1834. 1 vol.
in-8. (_Gide_, éd.) 8 fr.

ESSAI COMPARATIF SUR LA FORMATION ET LA DISTRIBUTION DU REVENU DE LA
FRANCE en 1815 et 1835; par M. JOSEPH DUTENS. Brochure in-8.
(_Guillaumin_, éd.) 5 fr.

EXAMEN HISTORIQUE ET CRITIQUE DES DIVERSES THÉORIES PÉNITENTIAIRES; par
L.-A. MARQUET-VASSELOT. 5 vol. in-8. (_Paulin_, éd.) 18 fr.

HISTOIRE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE; par M. le vicomte ALBAN DE
VILLNEUVE-BARGEMONT. 2 forts vol. in-8. (_Guillaumin,_ éd.) 16 fr.

HISTOIRE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE EN EUROPE; par BLANQUI aîné. 2e éd, 2
vol. in-8. (_Guillaumin_, éd.) 15 fr.

HISTOIRE DES RELATIONS COMMERCIALES ENTRE LA FRANCE ET LE BRÉSIL. 1 vol.
in-8 avec tableaux, plans et carte du Brésil. (_Guillaumin_, éd.) 7 fr.
50

HISTOIRE FINANCIÈRE ET STATISTIQUE GÉNÉRALE DE L'EMPIRE BRITANNIQUE; par
PABLO PEBRER; traduit de l'anglais par J.-M. JACOBI, avocat. 2e édit., 2
gros vol. in-8 de 500 pages. (_Bellizard et Dufour_, éd.) 8 fr.

HISTOIRE POLITIQUE ET ANECDOTIQUES DES PRISONS DE LA SEINE. 1 beau vol.
in-8 (_Guillaumin_, édit.) 7 f. 50

INTÉRETS MATÉRIELS EN FRANCE: travaux publics, routes, canaux, chemins
de fer; par MICHEL CHEVALIER. 1 vol. in-8, orné d'une carte des travaux
publics de la France. (_Charles Gosselin_, éd.) 8 fr.

MISÈRE (de la) DES CLASSES LABORIEUSES EN ANGLETERRE ET EN FRANCE, par
EUGÈNE BURET. 2 vol. in-8. (_Paulin_, éd.) 15 fr.

MISÈRE (de la); par M. D'ESTERNO. 1 vol. in-8. (_Guillaumin_, éditeur.)
4 fr. 50

PETIT VOLUME contenant quelques aperçus des hommes et de la société, par
J.-B. SAV. 3e édition, entièrement refondue par l'auteur, et publiée sur
un manuscrit qu'il a laissé; par HORACE SAV, son fils. 1 vol. in-32.
(_Guillaumin_, éd.) 2 fr.

PLAN D'UNE RÉORGANISATION DISCIPLINAIRE DES CLASSES INDUSTRIELLES DE
FRANCE; par M. FÉLIX DE LAFAREILLE. 1 vol. in-12. (_Guillaumin_, éd.) 2
fr. 50

SIR RICHARD ARKWRIGHT, ou Naissance de l'industrie cotonnière dans la
Grande-Bretagne (1760 à 1792); par SAINT-GERMAIN LEDUC. 1 vol. in-18.
(_Guillaumin_, éd) 2 fr.

STATISTIQUE GÉNÉRALE RAISONNÉE ET COMPARÉE DE LA FRANCE; par J.-H.
SCHNITZLER. 2 vol. in-8. (_Lebrun_, éditeur. 15 fr.)

SYSTÈME PÉNITENTIAIRE (du); par M. AYLIES 1 vol. in-8. (_Charles
Gosselin_, éd) 5 fr.

SYSTÈME PÉNITENTIAIRE AUX ÉTATS-UNIS; par MM. GUSTAVE DE BEAUMONT et
ALEXIS DE TOCQUEVILLE. 2e édition, augmentée d'une Introduction et ornée
de plans, vues, etc. 2 vol. in-8. (_Charles Gosselin_, éd.) 15 fr.

TABLEAU DE LA DETTE PUBLIQUE ET DES MISÈRES DU TRÉSOR 1 vol. in-8.
(_Paulin_, éd.) 5 fr.

TABLEAU POLITIQUE ET STATISTIQUE DE L'EMPIRE BRITANNIQUE DANS L'INDE;
par le général comte de BIORSNTERNA, traduit de l'allemand, avec des
notes et un supplément historique, par M. PETIT DE BARONCOURT 1 gros
vol. in-8, orné d'une carte. (_Amyot_, éd.) 8 fr.

UNION DOUANIÈRE DE LA FRANCE ET DE LA BELGIQUE, (de l'); par M. P.-A. DE
LA NOURAIS. 1 vol in-8. (_Paulin_, éditeur.) 6 fr.

Agriculture et Jardinage.

ÉTAT DE LA PRODUCTION DES BESTIAUX EN ALLEMAGNE, EN BELGIQUE ET EN
SUISSE (de l'); par M. MOLL, in-4 de 92 pages, avec un grand nombre de
tableaux. (_Bixio_, éditeur.) 2 fr. 75

MAISON RUSTIQUE DU XIV SIÈCLE. 4 vol. in-4, équivalant 20 vol. in-8
ordinaires, avec plus de 2,060 gravures représentant tous les
instruments, machines, appareils, races d'animaux, arbres, arbustes et
plantes, bâtiments ruraux, etc., publiés sous la direction de MM.
BAILLY, BIXIO et MALPEYRE. Ce livre, expression la plus complète de la
science agricole pour l'époque actuelle, forme à lui seul la
bibliothèque de l'homme des champs. 4 vol. (_Bixio_, éd.) 33 fr. 50

RÉPERTOIRE DES PLANTES UTILES ET DES PLANTES VÉNÉNEUSES DU GLOBE: par
E.-A. DUCHESNE. 1 gros vol. in-8, imprimé à deux colonnes, sur papier
colle, avec figures gravées sur bois. (_Bixio_, éd.) Prix: broché, 12
fr.; franco par la poste. 13 fr. 50

TRAITÉ DE LA CULTURE DU MURIER; par J. CHARREL, pépiniériste à Voreppe
(Isère). 1 vol. in-8.(_Bixio_, éditeur.) 4 fr..

Sciences

BIBLIOTHÈQUE DES CONNAISSANCES UTILES. (_Paulin_, éd.;)

DES ÉLÉMENTS DE L'ÉTAT, ou Cinq questions concernant la religion, la
philosophie, la morale et la politique; par L.-A. SEGRETAIN. 2 vol. 7
f,.

DISCOURS SUR L'ÉTUDE DE LA PHILOSOPHIE NATURELLE; par sir JOHN F.-W.
HERSCHEL, traduit de l'anglais 1 vol. 3 fr. 50.

EXAMEN DE LA PHRÉNOLOGIE; par M. FLOURENS. 1 volume. 2 fr.

GEORGES CUVIER.--ANALYSE RAISONNÉE DE SES TRAVAUX, précédée de son Éloge
historique; par M. FLOURENS 1 vol. 3 fr. 50

HISTOIRE DE 1810; par A. VILLEROY, suivie de l'histoire littéraire de
l'année, par O. N. 1 vol. 3 fr. 50.

HISTOIRE DE 1811; par le même, suivie de l'histoire littéraire de
l'année, par O. N. 1 vol. 3 fr. 50.

HISTOIRE GÉNÉRALE DES VOYAGES de découvertes maritimes et
continentales, _depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1811_; par
W.-D. COOLEY, traduite de l'anglais par ADOLPHE JOANNE et OLD-NICK,
complétée par les expéditions et voyages récents, jusqu'à la dernière
expédition de M. DUMONT-D'URVILLE, par M. D'AVEZAC 3 vol in-18, format
anglais. 10 fr. 50.

LE LIVRE DES PROVERBES FRANÇAIS; par LEROUX DE LINCY. 2 vol. 7 fr.

LES MUSÉES D'ITALIE, guide et mémento de l'artiste et du voyageur; par
LOUIS VIARDOT. 1 vol. 3 fr. 50.

MANUEL DE POLITIQUE; par Y. GUICHARD 1 vol. in-18. 3 fr. 50.

MANUEL D'HISTOIRE ANCIENNE, depuis le commencement du monde jusqu'à
Jésus-Christ; par le docteur OTT. 1 volume, 3 fr. 50.

MANUEL D'HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE MODERNE; par CHARLES RENOUVIER. 1
vol. 3 fr. 50.

MANUEL D'HISTOIRE MODERNE, depuis Jésus-Christ jusqu'à nos jours; par le
docteur OTT. 1 vol. 3 fr. 50.

MOEURS, INSTINCT ET SINGULARITÉ DE LA VIE DES ANIMAUX MAMMIFERES; par P.
LESSON, correspondant de l'Institut. 1 vol. 3 fr. 50.

RÉSUMÉ ANALYTIQUE DES OBSERVATIONS de FRÉDÉRIC CUVIER, sur
l'intelligence des animaux. 1 vol. 3 fr.

ERREURS DES MÉDECINS, traduit de l'anglais du docteur DICKSON. 1 vol.
in-8. (_Amyot_, éd.) 8 fr.

JARDIN DES PLANTES (le), description et moeurs des mammifères de la
Ménagerie et du Muséum d'histoire naturelle; par M. BOITARD; précédée
d'une notice historique, anecdotique et descriptive du jardin, par M. J.
JANIN. Ouvrage illustré et accompagné de 110 sujets de mammifères, et de
110 culs-de-lampe gravés sur cuivre et imprimés dans le texte; de 50
grands sujets graves sur bois et imprimés à part à cause de leur
dimension, et offrant les vues les plus remarquables du Jardin des
Plantes, les constructions, les fabriques, les monuments, etc.; des
portraits de Buffon et de G. Cuvier; enfin des planches peintes à
l'aquarelle représentant des groupes d'oiseaux des deux hémisphères,
dessinés par MM. WERNER, SUSÉMIHL, EDOUARD TRAVIES, KARL GIRARDET, J.
DAVID, FRANÇAIS, HIMELY, MARVILLET, etc.; gravures sur bois et sur
cuivre, par MM. ANDREW, BREST et LELOIR; planches sur acier, par MM.
FOURNIER ET ANNEDOUCHE. 1 vol. grand in-8, magnifiquement imprimé.
(_J.-J. Dubochet et Cie_, édit.) L'ouvrage complet. 15 fr.

UN MILLION DE FAITS, Aide-mémoire universel des sciences, des arts et
des lettres; par M. J. AICARO, l'un des collaborateurs de
l'_Encyclopédie nouvelle_; DESPORTES; PAUL BERVAIS aide d'histoire
naturelle au Museum; LÉON LALANNE, ancien élève de l'École
Polytechnique, ingénieur des ponts-et-chaussées, LUDOVIC LALANNE, élève
de l'École de Chartres: AUGUSTIN LE PILEUR, docteur en médecine de la
Faculté de Paris; CHARLES MARTINS, docteur ès-sciences, professeur
agrégé à la Faculté de médecine de Paris; CHARLES YERGÉ, docteur en
droit; YOUNG l'un des collaborateurs de _l'Encyclopédie nouvelle._--Un
fort volume in-12 de 1600 colonnes de texte, renfermant en outre 150
colonnes pour la table des matières, une table des figures, un index
alphabétique;--imprime en caractère perle, orné de 500 gravures sur
bois, et contenant la matière de 12 forts vol. in-8. (_Dubochet et Cie_,
éd.) Prix, broche. 12 fr.

Arithmétique, algèbre, géométrie élémentaire, analytique et descriptive;
calcul infinitésimal, calcul des probabilités, mécanique, astronomie,
météorologie et physique du globe, physique générale, chimie,
minéralogie et géologie, botanique, anatomie, et physiologie de l'homme,
hygiène, néologie, arithmétique sociale et statistique, agriculture,
technologie, commerce, art militaire, sciences philosophiques,
littérature, beaux-arts paléographie et blason, numismatique,
chronologie et histoire, philologie, géographie, biographie, mythologie,
éducation, législation.

SALON 1843. Collection des principaux ouvrages exposés au Louvre et
reproduits par les premiers artistes français; texte par WILHELM TÉNINT.
Publié sous la direction de M. Challamel.

Quatre années de publication et de succès ont consacré ces albums où
tous les tableaux remarquables de chaque exposition se trouvent
reproduits par de magnifiques gravures ou lithographies, et dont le
texte est une revue complète, animée, colorée faite à la fois au point
de vue de l'artiste et de l'homme du monde. Ces albums sont donc une
véritable histoire de l'art en France, histoire dessinée, histoire
écrite. Tous les grands noms, toutes les belles oeuvres y figurent; les
talents nouveaux n'ont qu'un désir, celui d'y être admis. C'est qu'en
effet une exposition se termine et s'oublie; les tableaux se dispersent,
l'Album reste.

Rien ne sera négligé pour que l'album de 1843 soit supérieur encore à
ceux des années 1840, 1841 et 1842.

Cet Album est publié en 16 livraisons La livraison se compose de deux
dessins et de 4 pages de texte in-4, imprimé avec luxe.--Prix de la
livraison: 1 fr. 50 c, papier blanc: 2 fr., papier de Chine.--L'ouvrage
complet: 24 fr., papier blanc; 32 fr. papier de Chine.

ANNÉE 1842, 32 dessins, texte par WILHELM TÉNINT. 24 fr. pap. bl.; 32
fr., pap. de Ch.--ANNÉE 1841, 52 dessins, texte par le même. 24 fr., pap.
bl; 32 fr., pap. de Ch.--ANNÉE 1840 texte par Augustin Challamel, prêtée
par le baron Taylor. 24 fr., pap. bl.; 32 fr., pap. de Ch-ANNÉE 1839,
texte par LAURENT-JAN, 20 dessins. 20 fr., pap. bl.

Chez CHALLAMEL, éditeur, 1, rue de l'Abbaye, au premier.
HAUTECOEUR-MARTINET, rue du Coq-Saint-Honoré. GUIAUT frères, marchands
d'antiquités, 3, boul. des Italiens. Et chez tous les Libraires et
marchands d'estampes de la France et de l'étranger.

J. HETZEL, Éditeur des SCÈNES DE LA VIE PRIVÉE ET PUBLIQUE DES ANIMAUX,
rue de Seine, 33.

VOYAGE où IL VOUS PLAIRA.

Avec Vignettes, Notes, Légendes, Commentaires. Incidents et Poésies, par
MM. TONY JOHANNOT, ALFRED DE MUSSET et P.-J. STAHL. 33 livraisons 30
c.--Prix de la souscription à l'ouvrage complet: 10 fr.--12 fr. pour les
départements.



Modes.

Mars est le mois le plus incertain de toute l'année. Tantôt le soleil
est chaud et importun, tantôt le vent est aigre et désagréable; il y a
des femmes qui se sont étudiées à porter en même temps le manchon et la
marquise avec autant d'habileté qu'elles portent au bal l'éventail et le
bouquet.

Voici déjà quelques toilettes nouvelles; des robes d'étoffe, garnies sur
le côté comme les robes du soir; des camails en étoffe garnis de
falbalas à deux têtes, et des chapeaux avec des agréments légers et
coquets comme un soleil de printemps. Alexandrine prépare de bien
charmantes fantaisies pour la grande semaine, nous en causerons un peu à
l'avance.

UN BAL.

Nous nous trouvons sur le perron d'un joli petit hôtel; à droite et à
gauche des vestibules s'élève l'escalier en deux branches, réunies à la
hauteur du premier étage par un second vestibule bordé d'une rampe en
cuivre poli. Les marches sont couvertes d'un tapis tigré rouge et noir,
retenu par une tringle en cuivre. Du plafond tombe une masse de lumière,
formée par trois énormes globes en cristal dépoli, renfermant chacun
trois becs de lampe, et suspendus par une triple chaîne de cuivre forte
et brillante.

Des fleurs bordent le mur jusqu'à la porte de l'antichambre, dont
l'entrée est marquée par deux énormes orangers dans des caisses de
laque. La lumière tombe sur les fleurs et les éclaire avec coquetterie.

Partout ce sont des fleurs odorantes, en pyramides supportant des
bougies, en massifs dans des jardinières, en arbustes isolés dans de
précieux vases de la Chine. Devant une cheminée est un vase gigantesque
en porcelaine craquelée, à ailes de chimères, d'où s'élève un gardénia,
fleur verdâtre au feuillage luisant et foncé.

Traversons une bibliothèque, en tournant le grand salon, pour visiter,
avant l'arrivée de la foule, le petit boudoir où l'on jouera. Un écarté,
un whist, une bouillotte, y sont disposés, l'écarté à une table
renaissance, le whist à une table de jeu en palissandre sculpté, la
bouillotte éclairée par des flambeaux à deux branches, sur une table
couverte d'un tapis de velours.

Un canapé à estrade, en palissandre et satin cerise, s'élève dans une
niche tendue et drapée en satin cerise doublé de blanc, sont garnis de
hautes franges tordues en soie de deux couleurs.

Dans chaque panneau est suspendu, à des cordages à gros glands, un
miroir de Venise dans son cadre doré.

Entrons maintenant au salon de réception, éclairé par un lustre d'or à
figures pittoresques et gracieuses. Sur les tentures d'étoffe vert
d'eau, se détachent des masses de fleurs et de lumière: les rideaux de
quinze-seize rayé, relevés d'un côté, laissent voir le rideau de dessous
en mousseline brodée d'or, et les petits rideaux de tulle, imitation de
dentelle.

Près de la cheminée, en marbre blanc, où des fleurs remplacent le feu,
voyons la maîtresse de la maison souriant gracieusement aux invités,
jouant avec son énorme bouquet, si énorme qu'elle semble fatiguée de le
porter. Sa toilette élégante affecte une somptuosité luxueuse. Madame de
C est habillée d'une robe en taffetas d'Italie rose turc; son corsage,
couvert d'une mantille très-tombante, en guipure; ses bras nus, couverts
jusqu'aux poignets de gantelets de peau, sont entourés de trois ou
quatre bracelets, seuls bijoux qu'elle porte; dans ses cheveux, une
barbe de point d'Angleterre attachée près des oreilles avec de grosses
émeraudes entourées de perles.

Vers onze heures, se presse et se coudoie une foule élégante, qui répand
dans l'air un suave parfum. L'orchestre mélodieux fait entendre les
délicieux motifs qui rappellent nos meilleurs opéras.

Madame de C. s'était approchée avec beaucoup de déférence d'un homme à
la physionomie grave et fine, en lui disant: «Eh bien! M. le comte,
comme vous voilà seul!--C'est que personne ne me cherche, répondit-il,
on ne me reconnaît plus, et je ne reconnais moi-même plus personne au
milieu de ces danseuses dont j'admire la plupart. Voulez-vous m'en
nommer quelques-unes?

--Devant nous, en robe de crêpe blanc, avec un diadème de rubis et
diamants, est la duchesse de P. Je ne sais pourquoi elle a réformé ses
masses de boucles blondes; peut-être est-ce la cause que vous ne la
reconnaissez pas. Rien ne transforme une personne comme un changement
complet de coiffure. C'est presque un déguisement.

«La marquise de P. est toujours belle. C'est elle qui est coiffée en
oeillets rouges et violettes de Parme.

«Voyez passer madame D. en robe blanche, avec des agrafes de feuillage.
Elle a mis de la verdure à son corsage, à ses manches, dans ses cheveux,
comme une autre eût mis ses bijoux.

--Ici, près de moi, dit l'interlocuteur, quelles sont ces deux jolies
personnes qui causent ensemble?

--C'est madame de B. et madame O. Madame de B. a une robe en tulle
blanc, garnie sur les côtés de camélias rouges; madame O. a la robe de
satin bleu de ciel, garnie de dentelle et de diamants.

--Là, n'est-ce pas madame L. que je vois si simple, avec cette petite
couronne de jeune fille? son mari a-t-il donc diminué le budget de la
toilette?

--Cette simplicité n'est pas réelle au fond, et, pour nous autres
femmes, madame L. a une toilette fort chère. Elle vient de Constantin,
je la reconnais; les fleurs qui relèvent ses trois jupes, qui attachent
ses manches et son corsage, et la guirlande dont elle est coiffée,
coûtent bien cinquante écus. C'est fort cher, quand, comme madame L., on
ne porte pas une toilette plus de deux fois.

«Maintenant si vous voulez que je vous conduise dans ce petit salon de
jeux, vous pouvez dire bonsoir à madame de T., que vous voyez là,
coiffée de gaze citron et argent, en robe de velours violet. Regardez la
jolie jeune fille devant laquelle vous allez passer, comme elle est bien
mise avec cette profusion de cheveux noirs, dans lesquels on a mêlé des
fleurs naturelles comme au hasard.»

Le petit salon était moins encombré par les joueurs. Les danseuses y
venaient par moments se reposer de la foule, c'était un charmant coup
d'oeil que cette lanterne magique, où passaient de gracieuses têtes
couronnées de fleurs, apparaissant comme pour se montrer dans ce lieu
retiré, et dire: «Je vous apporte ma toilette à voir, et je retourne à
ce bruit qui est mon plaisir.»

Les bouquets à la main finissent, à la fin d'une soirée, par semer leurs
débris sur le parquet, et les femmes écrasent de leurs petits pieds
chaussés de satin les roses et les violettes. Les fleurs naturelles sont
portées avec élégance: il sort chaque jour plus de couronnes montées du
passage de l'Opéra, où Lemoine s'est illustré, que de pots de jacinthes
et de bruyères.

C'est une mode charmante; la nature s'harmonise dans toutes ses parties,
et les leurs, vraies, sont douces au visage.


   Mercuriales.

   HALLE AUX CRAINS.
   FARINES.--Les 100 kilogrammes.
   lere qualité.  .....   32 à 34f.   Arrivages......     4 432 q. 70 k.
   2e     id...........   30 à 31  30 Ventes............    4,403  24
   3e     id...........   23 à 27     Restant à la halle.  26,130  01
   4e     id...........   17 à 22
   Cours moyen du jour, 31 f. 60c.--De la taxe, 31 f. 56 c.

   GRAINS.--L'hectolitre.
   Froment.................    18 f. 0 c.. à  20f. 65c.
   Seigle..................     9             10   35
   Orge....................    13             14   35
   Avoine..................    10             11   35
   Sarrasin ...............     9   55        10    --

   MARCHE DE POISSY.--9 Mars.
                  Amené.    Vendu    Poids m.      Le kilogramme.
                           sur pied

   Boeufs....   1,554     1,474      339 k.   1f. 2c.  1f. 20 c. 1f. 0c
   Vaches....     107       107      228      1  16    1            80
   Veaux.....     641       641       92      1  76    1   60    1  41
   Moutons...   6,198     6,198       23      1  48    1   50    1  12

   MARCHE  DE SCEAUX.--13 Mars.
   Boeufs....   1,422     1,561      540      1   22   1   12    1  04
   Vaches....     160       130      225      1   12       90       72
   Veaux.....     392      384        65      1   72   1   54    1   54
   Moutons...   7,663    6,809        22      1   42   1   26    1   04

   MARCHÉ AUX CHEVAUX.--8 Mars.
   Il a été amené 538 chevaux, dont:
   De selle et de cabriolet...    112       Vendu 131, savoir:
   De trait...................    257  De 140 à   700 fr........   24
   Hors d'âge.................    147  De 260 à 1,010...........   49
   Non classés................     22  De 40  à   510...........   36
                                            Vendu aux enchères:
                                       De 50 à 310 fr...........   22

   MARCHÉ AUX FOURRAGES.--3 Mars.
                                   Enfer.     Saint-Martin. Saint-Antoine.
   Foin,          1ere qualité   79 à 80 f.                   76 à 78 f.
   Paille de blé,     id.        52 à  53        53 à 54.     52 à 54

   VACHES GRASSES.--La Chapelle-Saint-Denis.--11 Mars.
   Amené 112 vaches.......    Vendu 108 de 1 f. 08c. à 88c. le kilogramme.
   Amené  18 taureaux.....    Vendu  18 de 1           80        id.

   VACHES  LAITIERES.                  Amené.  Vendu.
   La Maison-Blanche........  11 mars.  48       23    210 à 450 f.
   La Chapelle-Saint-Denis..  14 mars.  90       39    240 à 259

   MARCHÉ AUX SUIFS.
   Environ 1 fr. de baisse.
   Suif de place, les 50 kilos............    56 f.     à 57 f.
   Suif en branches,    id................    44        à 45
   Suif de Russie, sans acheteurs,            57   50   à 58
   Peu d'affaires; de la tendance encore à la baisse.

   BULLETIN COMMERCIAL,--MARCHÉS ÉTRANGERS.
   BRUXELLES.--10 Mars 1843.
   Froment nouveau, l'hectolitre............      19 f. 30 c.
          --    étranger    id..............      17    50
   Seigle nouveau,          id..............      13    77
   Orge nouvelle,           id..............      11    24
   Avoine,                  id..............       8    05
   Graine de colza,         id..............      23    12
      --     de lin,        id..............      17    68
      --      --          de Riga  la tonne.      52    65
   Semences de trèfle, le  kilog............            95
   Beurre de la Campine,   id...............       1    70

   PRIX MOYEN   DU   FROMENT   ET  DU SEIGLE.

   Du Lundi 27 Février au Samedi 4 Mars 1843.
   Marchés régulateurs.   Froment.     Hectol.   Seigle.      Hectol.

   Avlon.............                 21 f. 26 c..          17 f. 25 c.
   Anvers............                 20    49              17    15
   Bruges............                 18    53              13    27
   Bruxelles.........                 19    84              14    20
   Gand..............                 18    71              12    69
   Hasselt...........                 20    10              11    60
   Liège.............                 19    06              14    58
   Louvain...........                 20    15              14    52
   Namur.............                 20    09              15    57
   Mons..............                 19    33              12    52
   Prix moyen pour tout le royaume... 19    62    ........  14    18
   Le froment reste soumis au droit d'entrée de 37 f. 50 c, et le seigle
   à celui de 21 f. 50 c.  les 1,000 kilogrammes.
   Le droit de sortie sur l'une et l'autre céréale reste fixé à 25 c. les
   1,000 kilogrammes.

   HASSELT.--7 Mars.
   Froment, l'hectolitre         20 f.      Avoine, l'hectol.    7 f. 60
   Seigle        id.             14   10    Beurre, le kil.      1    80
   Orge,         id.             10   60    Genièvre, l'hectol.       66
   Sarrasin      id.             12   50

   LOUVAIN.--10 Mars.
   Froment, 1ere quai., l'hect.  20   85  Sarrasin, l'hectoll.  12    08
             2e qual..   id.     18   93  Graine de colza, id.  25    48
   Seigle, 1ere qual.    id.     13   09   -- de trèfle, le kil.      85
      --    2e quai.,    id.     14   51  Genièvre, l'hectol.         35
   Avoine pour fourrage, id.      7       Beurre, 1ere qual.
                                                       le kilog.  1   80
   Orge d'hiver,         id.     12   08

   GAND.--10 Mars.
   Froment blanc, l'hectol.   18   54 Escourgeon, l'hectol.      11    15
        --     roux, id....   18   03 Pommes de terre, les 100 k. 6
   Méteil,           id...    15   42 Tonneaux de lin.      id.  15
   Sarrasin,         id.      12   50    --    de navette,  id.   1    11

   ANVERS.--10 Mars.
   Graine de trèfle rouge, le k.  88  Seigle de France, l'hecto.  15  08
      --       --   blanc,  id.   80  Orge du pays,       id.     11  65
      --  de chanv. de Riga id.   30  Avoine à brasser,   id.      8   5
   Froment étranger, roux et          Fèves à  chevaux.           10  58
             blanc l'hectol. 18   67  Houblon   d'Angleterre, les
   Seigle indigène, id.      13   65                 100 kil.     70

   TERMONDE.--6 Mars.
   Froment nouveau, l'hectol. 10   50  Huile de colza, jaune.     10  71
   Seigle,            id      13   50       --   de lin, id.      14  65
   Escourgeon         id      10   50

   AMSTERDAM.--8 Mars.
   Huile de colza, la tonne..............     68    25
    --   de lin, id.....................      66    40
    --   de chanvre, id.................      67    75



Correspondance

Nous sommes obligés, faute d'espace, d'ajourner à la prochaine livraison
nos réponses aux lettres qui nous sont parvenues depuis huit jours. Nous
avons répondu directement à celles qui ne pouvaient souffrir aucun
retard.



EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.
DEUXIÈME LIVRAISON.

La colère (la colle R) est un grand vilain défaut.

[Illustration: Rébus.]


ON S'ABONNE chez les Directeurs des postes rt des messageries, chez tous
les Libraires, et en particulier chez tous les _Correspondants du
Comptoir central de la Librairie._

A Londres, chez J. Thomas, 1, Finch Lane, Cornhill.

JACQUES DUBOCHET



Paris--Typographie SCHNEIDER, et LANGRAND, rue d'Erfurth, 1.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0003, 18 Mars 1843" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home